Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Abrégé de l'histoire générale des voyages (Tome second)
Author: La Harpe, Jean-François de, 1739-1803
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Abrégé de l'histoire générale des voyages (Tome second)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Notes au lecteur de ce ficher digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées.]



                 BIBLIOTHÈQUE FRANÇAISE.



                         ABRÉGÉ

                           DE

                   L'HISTOIRE GÉNÉRALE

                       DES VOYAGES;



                    Par J.-F. LAHARPE.



                       TOME DEUXIÈME.



           [Illustration: Enseigne de l'éditeur]

                          PARIS,
                 MÉNARD ET DESENNE, FILS.
                          1825.



ABRÉGÉ DE

L'HISTOIRE GÉNÉRALE DES VOYAGES.



PREMIÈRE PARTIE.

AFRIQUE.



LIVRE TROISIÈME.

VOYAGES AU SÉNÉGAL ET SUR LES CÔTES D'AFRIQUE JUSQU'À SIERRA-LEONE.



CHAPITRE PREMIER.

Voyages de Cadamosto sur la rivière du Sénégal et dans les pays voisins.
Azanaghis. Tegazza. Côte d'Anterota. Pays de Boudomel. Pays de Gambra.


Après avoir parcouru les principales îles placées dans l'Océan
atlantique vis-à-vis le continent africain, et dont les Européens se
sont emparés à la même époque où ils commencèrent à reconnaître la côte
occidentale de cette partie du monde, nous allons, en retournant un peu
sur nos pas, suivre avec les voyageurs cette même côte, depuis le désert
de Sahara jusqu'à Sierra-Leone, où commence la Guinée proprement dite.

Avant de passer par le détroit de Gibraltar dans l'Océan qui baigne la
côte occidentale d'Afrique, on trouve, sur les bords de la Méditerranée,
les contrées connues autrefois des anciens, et qui forment ce que les
modernes ont appelé Barbarie; Alger et son domaine, qui est l'ancienne
Numidie; Tunis, qu'on croit être Carthage; Tripoli, la grande Syrte,
Barca, tout ce qui composait les possessions romaines jusqu'au mont
Atlas. Au-delà du détroit est le royaume de Fez, l'empire de Maroc,
autrefois la Mauritanie Tingitane; Dara, Tafilet, pays gouvernés jadis
par Syphax et par Bocchus, mais sous la dépendance ou la protection des
Romains, qui avaient poussé leurs conquêtes jusqu'au désert.

À l'orient, les Romains possédaient encore l'Égypte et la Nubie, et
connaissaient quelques ports de la mer Arabique. La grande région qu'ils
appelaient Éthiopie, et que nous nommons Abyssinie, ne leur était connue
que de nom. Elle ne l'est guère davantage aux modernes, qui pourtant en
ont fréquenté quelques ports, comme Adel, Zeyla, Souakem, etc., mais
n'ont que peu pénétré dans l'intérieur des terres. À l'égard de la côte
orientale d'Afrique, que nous avons vu découvrir par les Portugais
après qu'ils eurent doublé le cap des Tourmentes, et qui contient les
royaumes de Mosambique, de Quiloa, de Monbassa, de Mélinde, tout ce
qu'on appelle le Zanguébar et la côte d'Ajan, les commerçans de Tyr et
de Phénicie y descendaient par la voie beaucoup plus courte de la mer
Rouge, dans des temps dont il nous reste bien peu de traces. Nous avons
vu que, par la même voie, les Arabes ou Maures de la Mecque, ceux de
Barbarie, et plus récemment les Turcs, y venaient commercer quand les
Portugais y arrivèrent. Mais, quand ces mêmes Portugais, quand les
Anglais et les Français abordèrent en Guinée, ils n'y trouvèrent que des
Nègres et des serpens. Là commence donc pour nous la description d'une
nouvelle terre découverte par les modernes pour le malheur de ses
habitans, qui depuis n'ont pas cessé d'être vendus aux nations de
l'Europe pour exploiter les possessions du Nouveau-Monde et des îles de
la mer des Indes.

Avant de parler de la Guinée proprement dite, nous nous arrêterons
d'abord sur les pays voisins de la rivière de Sénégal, en remontant dans
l'intérieur des terres et dans les contrées situées entre cette rivière
et celle de Gambie.

Un Vénitien nommé _Cadamosto_, qui était au service de l'infant de
Portugal don Henri, et que nous avons cité à l'article des îles du cap
Vert et des Canaries, voyagea aussi sur les bords du Sénégal et de la
Gambie, et nous a laissé quelques détails sur ces contrées. La relation
de ses voyages, la plus ancienne des navigations modernes publiées par
ceux qui les ont faites, est un véritable modèle; elle ne perdrait rien
à être comparée à celle des plus habiles navigateurs de nos jours. Il y
règne un ordre admirable; les détails en sont attachans, les
descriptions claires et précises. On reconnaît partout l'observateur
éclairé. Parmi les choses qu'il a entendu dire, il s'en trouve, à la
vérité, qu'il est difficile de croire; on en verra quelques-unes de ce
genre dans l'extrait de sa relation qu'on va lire. Cadamosto a la bonne
foi de convenir lui-même de l'invraisemblance de ces sortes de récits;
mais ils étaient conformes au goût de son siècle, et sa relation eût
semblé dénuée d'intérêt s'il les eût omis.

Cadamosto observe d'abord qu'au sud du détroit de Gibraltar, la côte,
qui est celle de Barbarie, n'est pas habitée jusqu'au cap Cantin, d'où
l'on trouve, jusqu'au cap Blanc, une région sablonneuse et déserte, qui
est séparée de la Barbarie par des montagnes du côté du nord, et que ses
habitans nomment Sahara. Du côté du sud, elle touche au pays des Nègres,
et, dans sa largeur, elle n'a pas moins de cinquante ou soixante
journées. Ce désert s'étend jusqu'à l'Océan. Il est couvert de sable
blanc, si aride et si uni, que, le pays étant d'ailleurs fort bas, il
n'a l'apparence que d'une plaine jusqu'au cap Blanc, qui tire aussi son
nom de la blancheur de son sable, où l'on n'aperçoit aucune sorte
d'arbre ou de plante. Cependant rien n'est si beau que ce cap. Sa forme
est triangulaire, et les trois pointes qu'il présente sont à la distance
d'un mille l'une de l'autre.

Cadamosto parle ensuite des Azanaghis, peuples maures qui habitent,
cette partie du désert la plus voisine du Sénégal, et qu'on appelle
_Zanagha_, sans doute à cause du voisinage de ce fleuve, ainsi nommé par
les naturels du pays, et dont nous avons fait Sénégal. La partie de
l'Afrique que nous considérerons dans ce chapitre et dans les deux
suivans est entre le 8e et le 18e degrés de latitude nord.

Derrière le cap Blanc, dans l'intérieur des terres, on trouve à six
journées du rivage une ville nommée _Ouaden_, qui n'a pas de murs, mais
qui est fréquentée par les Arabes et les caravanes de Tombouctou et des
autres régions plus éloignées de la côte. Leurs alimens sont des dattes
et de l'orge. Ils boivent le lait de leurs chameaux. Le pays est si sec,
qu'ils y ont peu de vaches et de chèvres. Ils sont mahométans, et fort
ennemis du nom chrétien. N'ayant point d'habitations fixes, ils sont
sans cesse errans dans les déserts, et leurs courses s'étendent jusque
dans cette partie de la Barbarie qui est voisine de la Méditerranée. Ils
voyagent toujours en grand nombre, avec un train considérable de
chameaux, sur lesquels ils transportent du cuivre, de l'argent et
d'autres richesses, de la Barbarie et du pays des Nègres à Tombouctou,
pour en rapporter de l'or et de la malaguette, qui est une espèce de
poivre. Leur couleur est fort basanée. Les deux sexes ont pour unique
vêtement une sorte de robe blanche bordée de rouge. Les hommes portent
le turban à la manière des Maures, et vont toujours nu-pieds. Leurs
déserts sont remplis de lions, de panthères, de léopards et d'autruches,
dont l'auteur vante les oeufs, après en avoir mangé plusieurs fois.

Les Portugais établis dans le golfe d'Arguin commerçaient avec les
Arabes qui venaient sur la côte. Pour l'or et les Nègres qu'ils tiraient
d'eux, ils leur fournissaient différentes sortes de marchandises, telles
que des draps de laine et d'autres étoffes, des tapis, de l'argent et
des alkazélis[1]. Le prince fit bâtir un château dans l'île d'Arguin
pour la sûreté du commerce; et tous les ans il y arrivait des caravelles
de Portugal. Les négocians arabes menaient au pays des Nègres quantité
de chevaux de Barbarie, qu'ils y changeaient pour des esclaves. Un beau
cheval leur valait souvent jusqu'à douze ou quinze Nègres. Il ne faut
pas que nous soyons étonnés de cette disproportion, puisque parmi nous
un bon cheval coûte cent pistoles, et un bon soldat vingt écus. Les
Arabes y portaient aussi de la soie de Grenade et de Tunis, de l'argent
et d'autres marchandises pour lesquelles ils recevaient des esclaves et
de l'or. Ces esclaves étaient amenés à Ouaden, d'où ils passaient aux
montagnes de Barca, et de là en Sicile. D'autres étaient conduits à
Tunis et sur toute la côte de Barbarie; le reste venait dans l'île
d'Arguin, et chaque année il en passait sept ou huit cents en Portugal.

              [Note 1: Espèce de vêtement.]

Avant l'établissement de ce commerce, les caravelles portugaises, au
nombre de quatre, et quelquefois davantage, entraient bien armées dans
le golfe d'Arguin, et faisaient pendant la nuit des descentes sur la
côte pour enlever les habitans de l'un et de l'autre sexe qu'elles
vendaient en Portugal. C'est ce que les Européens appellent le droit des
gens, lorsqu'ils sont les plus forts. Ils poussèrent ainsi leurs courses
au long des côtes jusqu'à la rivière de Sénégal, qui est fort grande, et
qui sépare le désert de la première contrée des Nègres de la côte[2].

              [Note 2: Nous nous servons de cette expression pour
              distinguer les Nègres de Guinée, les seuls dont nous nous
              occupions dans le cours de cet ouvrage, des Nègres qui
              habitent des contrées intérieures appelées par les
              géographes _Nigritie_, qui tirent leur nom du grand fleuve
              Niger.]

Les Azanaghis habitent plusieurs endroits de la côte au-delà du cap
Blanc. Ils sont voisins des déserts, et peu éloignés des Arabes
d'Ouaden. Ils vivent de dattes, d'orge et du lait de leurs chameaux.
Comme ils sont plus près du pays des Nègres que d'Ouaden, ils y ont
tourné leur commerce, qui se borne à tirer d'eux du millet et d'autres
secours pour la commodité de leur vie. Ils mangent peu, et l'on ne
connaît pas de nation qui supporte si patiemment la faim. Les Portugais
en enlevaient un grand nombre, et les aimaient mieux pour esclaves que
des Nègres. Il est vrai qu'on vient de dire qu'ils mangeaient peu; mais
l'esclave qui mange le moins n'est pas toujours le meilleur, même pour
l'avarice.

Cadamosto attribue une coutume fort singulière à la nation des
Azanaghis. Ils portent, dit-il, autour de la tête une sorte de mouchoir
qui leur couvre les yeux, le nez et la bouche; et la raison de cet usage
est que, regardant le nez et la bouche comme des canaux fort sales, ils
se croient obligés de les cacher aussi sérieusement que d'autres parties
auxquelles on attache la même idée dans des pays moins barbares; aussi
ne se découvrent-ils la bouche que pour manger.

Ils ne reconnaissent aucun maître; mais les plus riches sont distingués
par quelques témoignages de respect. En général, ils sont tous fort
pauvres, menteurs, perfides, et les plus grands voleurs du monde. Leur
taille est médiocre. Ils se frisent les cheveux, qu'ils ont fort noirs
et flottans sur leurs épaules. Tous les jours ils les humectent avec de
la graisse de poisson; et quoique l'odeur en soit fort désagréable, ils
regardent cet usage comme une parure. Ils n'avaient connu d'autres
chrétiens que les Portugais, avec lesquels ils avaient eu la guerre
pendant treize ou quatorze ans. Cadamosto assure que, lorsqu'ils avaient
vu des vaisseaux, spectacle inconnu à leurs ancêtres, ils les avaient
pris pour de grands oiseaux avec des ailes blanches, qui venaient de
quelques pays éloignés. Ensuite les voyant à l'ancre et sans voiles,
ils avaient conclu que c'étaient des poissons. D'autres, observant que
ces machines changeaient de place, et qu'après avoir passé un jour ou
deux dans quelque lieu, on les voyait le jour suivant à cinquante
milles, et toujours en mouvement au long de la côte, s'imaginaient que
c'étaient des esprits vagabonds, et redoutaient beaucoup leur approche.
En supposant que ce fussent des créatures humaines, ils ne pouvaient
concevoir qu'elles fissent plus de chemin dans une nuit qu'ils n'étaient
capables d'en faire dans trois jours; et ce raisonnement les confirma
dans l'opinion que c'étaient des esprits. Plusieurs esclaves de leur
nation que Cadamosto avait vus à la cour du prince Henri, et tous les
Portugais qui étaient entrés les premiers dans cette mer, rendaient
là-dessus le même témoignage.

Environ, six journées dans les terres au-delà d'Ouaden, on trouve une
autre ville nommée Tegazza, qui signifie caisse d'or, d'où l'on tire
tous les ans une grande quantité de sel de roche, qui se transporte sur
le dos des chameaux à Tombouctou, et de là dans le royaume de Melli. Les
Arabes vagabonds qui font ce commerce disposent en huit jours de toute
leur marchandise, et reviennent chargés d'or.

Le royaume de Melli est situé dans un climat fort chaud, et fournit si
peu d'alimens pour les bêtes, que, de cent chameaux qui font le voyage
avec les caravanes, il n'en revient pas ordinairement plus de
vingt-cinq. Aussi cette grande région n'a-t-elle aucun quadrupède. Les
Arabes mêmes et les Azanaghis y tombent malades de l'excès de la
chaleur. On compte quarante journées à cheval de Tegazza à Tombouctou,
et trente de Tombouctou à Melli. Tout le pays de Tombouctou qui est
situé dans la Nigritie touche au grand désert de Sahara, ou peut-être
même en fait partie. Il nous est fort peu connu, et celui de Melli
encore moins. Cadamosto ayant demandé aux Maures quel usage les
marchands de Melli font du sel, ils répondirent qu'il s'en consommait
d'abord une petite quantité dans le pays, et que ce secours était si
nécessaire à ces peuples situés près de la ligne, que, sans un tel
préservatif contre la putridité qui naît de la chaleur, leur sang se
corromprait bientôt. Ils emploient peu d'art à le préparer. Chaque jour
ils en prennent un morceau qu'ils font dissoudre dans un vase d'eau, et,
l'avalant avec avidité, ils croient lui être redevables de leur santé et
de leurs forces. Le reste du sel est porté à Melli en grosses pièces,
deux desquelles suffisent pour la charge d'un chameau. Là, les habitans
du pays le brisent en d'autres pièces, dont le poids ne surpasse pas les
forces d'un homme. On assemble quantité de gens robustes qui les
chargent sur leur tête, et qui portent à la main une longue fourche sur
laquelle ils s'appuient lorsqu'ils sont fatigués. Dans cet état, ils se
rendent sur le bord d'un grand fleuve dont l'auteur n'a pu savoir le
nom.

Lorsqu'ils sont arrivés au bord de l'eau, les maîtres du sel font
décharger la marchandise et placent chaque morceau sur une même ligne,
en y mettant leur marque; ensuite toute la caravane se retire à la
distance d'une demi-journée. Alors d'autres Nègres, avec lesquels ceux
de Melli sont en commerce, mais qui ne veulent point être vus, et qu'on
suppose habitans de quelques îles, s'approchent du rivage dans de
grandes barques, examinent le sel, mettent une somme d'or sur chaque
morceau, et se retirent avec autant de discrétion qu'ils sont venus. Les
marchands de Melli, retournant au bord de l'eau, considèrent si l'or
qu'on leur a laissé leur paraît un prix suffisant; s'ils en sont
satisfaits, ils le prennent et laissent le sel; s'ils trouvent la somme
trop petite, ils se retirent encore en laissant l'or et le sel, et les
autres, revenant à leur tour, mettent plus d'or ou laissent absolument
le sel. Leur commerce se fait ainsi sans se parler et sans se voir:
usage ancien qu'aucune infidélité ne leur donne jamais occasion de
changer. Quoique l'auteur trouve peu de vraisemblance dans ce récit, il
assure qu'il le tient de plusieurs Arabes, des marchands Azanaghis, et
de quantité d'autres personnes dont il vante le témoignage.

Il demanda aux mêmes marchands pourquoi l'empereur de Melli, qui est un
souverain puissant, n'avait point entrepris par force ou par adresse de
découvrir la nation qui ne veut ni parler ni se laisser voir. Ils lui
racontèrent que, peu d'années auparavant, ce prince, ayant résolu
d'enlever quelques-uns de ces négocians invisibles, avait fait assembler
son conseil, dans lequel on avait résolu qu'à la première caravane,
quelques Nègres de Melli creuseraient des puits au long de la rivière,
près de l'endroit où l'on plaçait le sel, et que, s'y cachant jusqu'à
l'arrivée des étrangers, ils en sortiraient tout d'un coup pour faire
quelques prisonniers. Ce projet avait été exécuté; on en avait pris
quatre, et tous les autres s'étaient échappés par la fuite. Comme un
seul avait paru suffire pour satisfaire l'empereur, on en avait renvoyé
trois, en les assurant que le quatrième ne serait pas plus maltraité;
mais l'entreprise n'en eut pas plus de succès: le prisonnier refusa de
parler; en vain l'interrogea-t-on dans plusieurs langues, il garda le
silence avec tant d'obstination, que, rejetant toute sorte de
nourriture, il mourut dans l'espace de quatre jours. Cet événement avait
fait croire aux Nègres de Melli que ces négocians étrangers étaient
muets. Les plus sensés pensèrent avec raison que le prisonnier, dans
l'indignation de se voir trahi, avait pris la résolution de se taire
jusqu'à la mort. Ceux qui l'avaient enlevé rapportèrent à leur empereur
qu'il était fort noir, de belle taille, et plus haut qu'eux d'un
demi-pied; que sa lèvre inférieure était plus épaisse que le poing, et
pendante jusqu'au-dessous du menton; qu'elle était fort rouge, et qu'il
en tombait même quelques gouttes de sang; mais que sa lèvre supérieure
était de grandeur ordinaire; qu'on voyait entre les deux ses dents et
ses gencives, et qu'aux deux coins de la bouche il avait quelques dents
d'une grandeur extraordinaire; que ses yeux étaient noirs et fort
ouverts; enfin que toute sa figure était terrible.

Cet accident fit perdre la pensée de renouveler la même entreprise,
d'autant plus que les étrangers, irrités apparemment de l'insulte qu'ils
avaient reçue, laissèrent passer trois ans sans reparaître au bord de
l'eau. On était persuadé à Melli que leurs grosses lèvres s'étaient
corrompues par l'excès de la chaleur, et que, n'ayant pu supporter plus
long-temps la privation du sel, qui est leur unique remède, ils avaient
été forcés de recommencer leur commerce. La nécessité du sel en était
établie mieux que jamais dans l'opinion des Nègres de Melli. Ces faits,
attestés avec les mêmes circonstances par beaucoup de voyageurs, ne sont
pas faciles à vérifier: s'ils sont vrais, cette bonne foi réciproque et
si constante dans le commerce des nations nègres prouve qu'il n'y a
point de meilleur lien que l'intérêt. Les uns avaient besoin de sel, et
les autres voulaient de l'or.

L'or qu'on apporte à Melli se divise en trois parts: une qu'on envoie
par la caravane de Melli à Kokhia, sur la route du grand Caire et de la
Syrie; les deux autres à Tombouctou, d'où elles partent séparément,
l'une pour Tret, et de là pour Tunis en Barbarie; l'autre pour Ouaden,
d'où elle se répand jusqu'aux villes d'Oran et d'One, le long du détroit
de Gibraltar, et jusqu'à Fez, Maroc, Arzila, Azafi et Messa, dans
l'intérieur des terres. C'est dans ces dernières places que les Italiens
et les autres nations chrétiennes viennent recevoir cet or pour leurs
marchandises. Enfin le plus grand avantage que les Portugais aient tiré
du pays des Azanaghis, c'est qu'ils trouvèrent le moyen d'attirer sur
les côtes du golfe d'Arguin quelque partie de l'or qu'on envoie chaque
année à Ouaden, et de se les procurer par leurs échanges avec les
Nègres.

Dans les régions des Maures basanés, il ne se fabrique point de monnaie.
On n'y en connaît pas même l'usage, non plus que parmi les Nègres. Mais
tout le commerce se fait par des échanges d'une chose pour une autre,
quelquefois de deux pour une. Cependant les Azanaghis et les Arabes ont,
dans quelques-unes de leurs villes antérieures, de petites coquilles qui
leur tiennent lieu de monnaie courante. Les Vénitiens en apportaient du
Levant, et recevaient de l'or pour une matière si vile. Les Nègres ont
pour l'or un poids qu'ils appellent _mérical_, et qui revient à la
valeur d'un ducat. Les femmes des déserts de Sahara portent des robes de
coton qui leur viennent du pays des Nègres, et quelques-unes des espèces
de frocs qu'on appelle _alkhazeli_; mais elles n'ont pas l'usage des
chemises. Les plus riches se parent de petites plaques d'or. Elles font
consister leur beauté dans la grosseur et la longueur de leurs
mamelles. Dans cette idée, à peine ont-elles atteint l'âge de seize ou
dix-sept ans, qu'elles se les serrent avec des cordes, pour les faire
descendre quelquefois jusqu'à leurs genoux. Opposez à cette coutume
celle des femmes d'Europe, qui mettent des corps de baleine pour faire
remonter leur gorge, et ces contrariétés dérangeront un peu les idées du
beau absolu. Les hommes montent à cheval, et font leur gloire de cet
exercice. Cependant l'aridité de leur pays ne leur permet pas de nourrir
un grand nombre de ces animaux, ni de les conserver long-temps. La
chaleur est excessive dans cette immense étendue de sables, et l'on y
trouve fort peu d'eau. Il n'y pleut que dans trois mois de l'année, ceux
d'août, de septembre et d'octobre. Cadamosto fut informé qu'il y paraît
quelquefois de grandes troupes de sauterelles jaunes et rouges, de la
longueur du doigt. Elles vont en si grand nombre, qu'elles forment dans
l'air une nuée capable d'obscurcir le soleil, et de douze ou quinze
milles d'étendue. Ces incommodes visites n'arrivent que tous les trois
ou quatre ans; mais il ne faut pas espérer de vivre dans les lieux où
l'armée des sauterelles s'arrête, tant elle cause de désordre et
d'infection. L'auteur en vit une multitude innombrable en passant sur
les côtes.

Après avoir doublé le cap Blanc, la caravelle portugaise qui portait
Cadamosto, continua sa course jusqu'à la rivière de Zanagha ou de
Sénégal. Cinq ans avant le voyage de Cadamosto, cette grande rivière
avait été découverte par trois caravelles du prince Henri, comme on l'a
vu dans le récit des premiers établissemens; et depuis ce temps-là il ne
s'était point passé d'année où le Portugal n'y eût envoyé quelques
vaisseaux.

La rivière de Sénégal a plus d'un mille de largeur à son embouchure, et
l'entrée en est fort profonde. Cependant des sables amoncelés par
l'action du cours des eaux, opposée à celle de la mer lorsqu'elle monte,
obligent les vaisseaux d'observer le cours de la marée pour entrer dans
le fleuve; on y remonte l'espace de soixante-dix milles, suivant le
témoignage que l'auteur en reçut d'un grand nombre de Portugais qui y
étaient entrés dans leurs caravelles. Depuis le cap Blanc, qui en est à
trois cent quatre-vingts milles, la côte se nomme _Anterota_, et borde
le pays des Azanaghis ou des Maures basanés. Cette côte est
continuellement sablonneuse jusqu'à vingt milles de la rivière.

Cadamosto fut extrêmement surpris de trouver la différence des habitans
si grande dans un si petit espace. Au sud de la rivière, ils sont
extrêmement noirs, grands, bien faits et robustes; le pays est couvert
de verdure et rempli d'arbres fruitiers. De l'autre côté, les hommes
sont basanés, maigres, de petite taille, et le pays sec et stérile.

Les peuples d'Anterota sont également pauvres et féroces. Ils n'ont pas
de villes fermées, ni d'autres habitations que de misérables villages,
dont les maisons sont couvertes de chaume. La pierre et le ciment ne
leur manqueraient pas, mais ils n'en connaissent pas l'usage. Le chef
n'a pas de revenu certain: mais les seigneurs du pays, pour gagner sa
faveur, lui font présent de chevaux et d'autres bêtes, telles que des
vaches et des chèvres. Ils y joignent différentes sortes de légumes et
de racines, surtout du millet. Il ne subsiste d'ailleurs que de vols et
de brigandages. Il enlève, pour l'esclavage, les peuples des pays
voisins. Il ne fait pas plus de grâce à ses propres sujets. Une partie
de ces esclaves est employée à la culture des terres qui lui
appartiennent: le reste est vendu, soit aux Azanaghis et aux marchands
arabes, qui les prennent en échange pour des chevaux, soit aux vaisseaux
chrétiens, depuis que le commerce est ouvert avec eux. Chaque Nègre peut
prendre autant de femmes qu'il est capable d'en nourrir. Le chef n'en a
jamais moins de trente ou quarante, qu'il distingue entre elles suivant
leur naissance et le rang de leurs pères. Il les entretient dans
certaines habitations huit ou dix ensemble, avec des femmes pour les
servir, et des esclaves pour cultiver les terres qui leur sont
assignées. Elles ont aussi des vaches et des chèvres, avec des esclaves
pour les garder. Lorsqu'il les visite, il ne porte avec lui aucune
provision, et c'est d'elles qu'il tire sa subsistance pour lui-même et
pour tout son cortége. Tous les jours, au lever du soleil, chaque femme
de l'habitation où il arrive prépare trois ou quatre couverts de
différentes viandes, telles que du chevreau, du poisson, et d'autres
alimens du goût des Nègres, qu'elle fait porter par ses esclaves au
logement du chef; de sorte qu'en s'éveillant il trouve quarante ou
cinquante mets qu'il se fait servir suivant son appétit. Le reste est
distribué entre ses gens. Mais, comme ils sont toujours en fort grand
nombre, la plupart sont toujours affamés. Il se promène ainsi d'une
habitation à l'autre pour visiter successivement toutes ses femmes: ce
qui lui procure ordinairement une nombreuse postérité. Mais, lorsqu'une
femme devient grosse, il n'approche plus d'elle. Tous les seigneurs
suivent le même usage.

Ces Nègres font profession de la religion mahométane, mais avec moins de
lumières et de soumission que les Maures blancs. Cependant les seigneurs
ont toujours près d'eux quelques Azanaghis, ou quelques Arabes pour les
exercices de leur culte; et c'est une maxime établie parmi les grands de
la nation, qu'ils doivent paraître plus soumis aux lois divines que le
peuple. Cette opinion, qui est assez généralement celle des grands de
toutes les nations, est-elle fondée sur la reconnaissance ou sur la
politique?

Les Nègres du Sénégal sont toujours nus, excepté vers le milieu du
corps, qu'ils se couvrent de peaux de chèvres, à peu près dans la forme
de nos hauts-de-chausses. Mais les grands et les riches portent des
chemises de coton que les femmes filent dans le pays. Le tissu de chaque
pièce n'a pas plus de six pouces de largeur; car ils n'ont pu trouver
l'art de faire leurs pièces plus larges. Ils sont obligés d'en coudre
cinq ou six ensemble, pour les ouvrages qui demandent plus d'étendue.
Leurs chemises tombent jusqu'au milieu de la cuisse. Les manches en sont
fort amples; mais elles ne leur viennent qu'au milieu du bras. Les
femmes sont absolument nues depuis la tête jusqu'à la ceinture, le bas
est couvert d'une jupe de coton qui leur descend jusqu'au milieu des
jambes. Les deux sexes ont la tête et les pieds nus; mais ils ont les
cheveux fort bien tressés, ou noués avec assez d'art, quoiqu'ils les
aient fort courts. Les hommes s'emploient comme les femmes à filer et à
laver les habits.

Le climat est si chaud, qu'au mois de janvier la chaleur surpasse celle
de l'Italie au mois d'avril; et plus on avance, plus on la trouve
insupportable. C'est l'usage pour les hommes et les femmes de se laver
quatre ou cinq fois le jour. Ils sont d'une propreté extrême pour leurs
personnes; mais leur saleté, au contraire, est excessive dans leurs
alimens. Quoiqu'ils soient d'une ignorance et d'une grossièreté
étonnante sur toutes les choses dont ils n'ont pas l'habitude, l'art et
l'habileté même ne leur manquent pas dans les affaires auxquelles ils
sont accoutumés. Ils sont si grands parleurs, que leur langue n'est
jamais oisive. Ils sont menteurs et toujours prêts à tromper. Cependant
la charité est entre eux une vertu si commune, que les plus pauvres
donnent à dîner, à souper, et le logement aux étrangers, sans exiger
aucune marque de reconnaissance.

Ils ont souvent la guerre, dans le sein de leur nation ou contre leurs
voisins. Leurs armes sont une espèce de bouclier qui est composé de la
peau d'une bête qu'ils nomment _danta_[3], et qui est fort difficile à
percer; la zagaie, sorte de dard qu'ils lancent avec une dextérité
admirable, armée de fer dentelé, ce qui rend les blessures extrêmement
dangereuses; une espèce de cimeterre courbé en arc, qui leur vient de la
Gambie; car s'ils ont du fer dans leur pays, ils l'ignorent, et leurs
lumières ne vont pas jusqu'à le pouvoir mettre en usage. Ils ont aussi
une sorte de javeline qui ressemble à nos demi-lances. Avec si peu
d'armes, leurs guerres sont extrêmement sanglantes, parce qu'ils portent
peu de coups inutiles. Ils sont fiers, emportés, pleins de mépris pour
la mort, qu'ils préfèrent à la fuite. Ils n'ont point de cavalerie,
parce qu'ils ont peu de chevaux. Ils connaissent encore moins la
navigation; et, jusqu'à l'arrivée des Portugais, ils n'avaient jamais vu
de vaisseaux sur leurs côtes. Ceux qui habitent les bords de la rivière
ou le rivage de la mer ont de petites barques qu'ils nomment _zapolies_
et _almadies_, composées d'une pièce de bois creux, dont la plus grande
peut contenir trois ou quatre hommes. Elles leur servent pour la pêche,
ou pour le transport de leurs ustensiles au long de la rivière. Ces
Nègres sont les plus grands nageurs du monde, comme le sont en général
tous les peuples sauvages.

              [Note 3: C'est l'hippopotame.]

Après avoir passé la rivière de Sénégal, Cadamosto continua de faire
voile le long de la côte, jusqu'au pays de _Boudomel_, qui est plus loin
d'environ huit cents milles. Toute cette étendue est une terre basse
sans aucune montagne. Boudomel est le nom du prince nègre qui régnait
sur cette côte.

L'auteur remarque qu'en ce pays les deux sexes sont également portés au
libertinage. Boudomel pressa beaucoup Cadamosto de lui apprendre quelque
secret pour satisfaire plusieurs femmes. Il était persuadé que les
chrétiens avaient là-dessus plus de lumières que les Nègres. Un
petit-maître français lui aurait répondu que le vrai moyen était de n'en
aimer aucune.

Boudomel était toujours accompagné d'environ deux cents Nègres; mais ce
cortége n'étant retenu près de lui par aucune loi, les uns se retirent,
d'autres viennent; et par la correspondance qui règne entre eux, les
places sont toujours remplies. D'ailleurs il se rend sans cesse à
l'habitation du prince quantité de personnes des habitations voisines. À
l'entrée de sa maison, on rencontre une grande cour qui conduit
successivement dans six autres cours avant d'arriver à son appartement.
Au milieu de chacune est un grand arbre pour la commodité de ceux que
leurs affaires obligent d'attendre. Tout le cortége du prince est
distribué dans ces cours suivant les emplois et les rangs. Mais, quoique
les cours intérieures soient pour les plus distingués, il y a peu de
Nègres qui approchent familièrement de la personne du prince. Les
Azanaghis et les chrétiens sont presque les seuls qui aient l'entrée
libre dans son appartement, et qui aient la liberté de lui parler. Il
affecte beaucoup de grandeur et de majesté. On ne le voit chaque jour,
au matin, que l'espace d'une heure. Le soir, il paraît pendant quelques
momens dans la dernière cour, sans s'éloigner beaucoup de la porte de
son appartement; et les portes ne s'ouvrent alors qu'aux grands du
premier ordre. Il donne néanmoins des audiences à ses sujets: mais c'est
dans ces occasions qu'on reconnaît l'orgueil des princes d'Afrique. De
quelque condition que soient ceux qui viennent solliciter des grâces,
ils sont obligés de se dépouiller de leurs habits, à l'exception de ce
qui leur couvre le milieu du corps. Ensuite, lorsqu'ils entrent dans la
dernière cour, ils se jettent à genoux en baissant le front jusqu'à
terre, et des deux mains ils se couvrent la tête et les épaules de
sable. Personne, jusqu'aux parens du prince, n'est exempt d'une si
humiliante cérémonie. Les supplians demeurent assez long-temps dans
cette posture, continuant de s'arroser de sable. Enfin, lorsque le
prince commence à paraître, ils s'avancent vers lui sans quitter le
sable et sans lever la tête. Ils lui expliquent leur demande, tandis
que, feignant de ne les pas voir, ou du moins affectant de ne les pas
regarder, il ne cesse pas de s'entretenir avec d'autres personnes. À la
fin de leurs discours, il tourne la tête vers eux, et, les honorant d'un
simple coup d'oeil, il leur fait sa réponse en deux mots. Cadamosto, qui
fut témoin plusieurs fois de cette scène, s'imagine que Dieu n'aurait
pas plus de respects à prétendre, s'il daignait se montrer à la race
humaine. Quand on voit le chef de quelques peuplades nègres écraser
ainsi de sa morgue ridicule ses sujets aussi misérables que lui, ceux
qui, chez les nations policées, sont élevés par leur rang au-dessus des
autres hommes, doivent sentir aisément que l'orgueil n'est pas la mesure
de la vraie grandeur.

La complaisance de Boudomel alla si loin pour Cadamosto, qu'il le
conduisit dans sa mosquée à l'heure de la prière. Les Azanaghis ou les
Arabes, qui étaient ses prêtres, avaient reçu ordre de s'y assembler. En
entrant dans le temple, avec quelques-uns de ses principaux Nègres,
Boudomel s'arrêta d'abord, et tint quelque temps les yeux levés au ciel.
Ensuite, ayant fait quelques pas, il prononça doucement quelques
paroles, après quoi, il s'étendit tout de son long sur la terre, qu'il
baisa respectueusement. Les Azanaghis et son cortége se prosternèrent et
baisèrent la terre à son exemple. Il se leva, mais ce fut pour
recommencer dix ou douze fois les mêmes actes de religion; ce qui prit
plus d'une demi-heure.

Aussitôt qu'il eut fini, il se tourna vers Cadamosto, en lui demandant
ce qu'il pensait de ce culte, et le priant de lui donner quelque idée de
la religion des chrétiens. Cadamosto eut la hardiesse de lui répondre en
présence de ses prêtres que la religion de Mahomet était fausse, et que
celle de Rome était la seule véritable. Ce discours fit rire les Arabes
et Boudomel. Cependant, après un moment de réflexion, ce prince dit à
Cadamosto qu'il croyait la religion des Européens fort bonne, parce
qu'il n'y avait que Dieu qui pût leur avoir donné tant de richesses et
d'esprit. Il ajouta que celle de Mahomet lui paraissait bonne aussi, et
qu'il était même persuadé que les Nègres étaient plus sûrs de leur salut
que les chrétiens, parce que Dieu était un maître juste; que, donnant
aux chrétiens leur paradis dans ce monde, il fallait que dans l'autre il
réservât de grandes récompenses aux Nègres qui manquaient de tout dans
celui-ci. Il y avait dans ce discours plus de sens qu'on n'en devait
attendre d'un despote nègre tel qu'on vient de le peindre.

La chaleur est si excessive dans les régions des Nègres, qu'il n'y croît
ni froment, ni riz, ni aucune sorte de grain qui puisse servir à leur
nourriture. Les vignes n'y viennent pas plus heureusement. Ils ont mis
leurs terres à l'épreuve en y jetant diverses semences qu'ils reçoivent
des vaisseaux portugais. Le froment demande un climat tempéré et de
fréquentes pluies qu'ils n'ont presque jamais, car ils passent neuf mois
sans voir tomber une goutte d'eau du ciel, c'est-à-dire depuis le mois
d'octobre jusqu'au mois de juin. Cependant ils ont du millet, des féves
et des noisettes de diverses couleurs. Leur féve est large, plate, et
d'un rouge assez vif. Ils en ont aussi de blanches. Ils plantent au mois
de juillet pour recueillir au mois de septembre. Comme c'est le temps
des pluies, les rivières s'enflent, et donnent à la terre une certaine
fécondité. Tout l'ouvrage de l'agriculture et de la moisson ne prend
ainsi que trois mois; mais les Nègres entendent peu l'économie, et sont
d'ailleurs trop paresseux pour tirer beaucoup de fruit de leur travail.
Ils ne plantent que ce qu'ils jugent nécessaire pour le cours de
l'année, sans penser jamais à faire des provisions qu'ils puissent
vendre. Leur méthode pour cultiver la terre est de se mettre cinq ou six
dans un champ, et de la remuer avec leurs épées, qui leur tiennent lieu
de hoyaux et de bêches. Ils ne l'ouvrent pas à plus de quatre pouces de
profondeur; mais les pluies lui donnent assez de fertilité pour rendre
avec profusion ce qu'on lui confie avec tant de négligence.

Leurs liqueurs sont l'eau, le lait, et le vin de palmier; ils tirent la
dernière d'un arbre qui se trouve en abondance dans le pays, et qui
n'est pas celui qui produit la datte, quoiqu'il soit de la même espèce.
Cette liqueur, qu'ils appellent _mighol_, en sort toute l'année. Il
n'est question que de faire deux ou trois ouvertures au tronc, et d'y
suspendre des calebasses pour recevoir une eau brune qui coule fort
lentement; car, depuis le matin jusqu'au soir, un arbre ne remplit pas
plus de deux calebasses: elle est d'un fort bon goût; et si l'on n'y
mêle rien, elle enivre comme le vin. Cadamosto assure que les premiers
jours elle est aussi agréable que nos meilleurs vins; mais elle perd cet
agrément de jour en jour, jusqu'à devenir aigre: cependant elle est plus
saine le troisième ou le quatrième jour que le premier, parce qu'en
perdant un peu de sa douceur, elle devient purgative. Cadamosto en
faisait usage et la trouvait préférable au vin d'Italie. Le mighol n'est
pas en si grande abondance que tout le monde en ait à discrétion; mais
comme les arbres qui le produisent sont répandus dans les campagnes et
les forêts, chacun se procure une certaine quantité de liqueur par son
travail, et les mieux partagés sont toujours les seigneurs qui emploient
plus de gens à la recueillir.

Les Nègres ont diverses sortes de fruits qui n'ont pas beaucoup de
ressemblance avec ceux de l'Europe, mais qui sont excellens, sans le
secours d'aucune culture, quoiqu'ils puissent être encore meilleurs, si
l'on prenait soin de les cultiver. En général, le pays est rempli
d'excellens pâturages et d'une infinité de beaux arbres qui ne sont pas
connus en Europe. On y trouve aussi quantité d'étangs ou de petits lacs
d'eau douce, remplis de poissons qui ne ressemblent point aux nôtres,
surtout d'un grand nombre de serpens d'eau que les Nègres nomment
_kalkatrici_.

Ils ont une huile dont ils font usage dans leurs alimens, sans que
l'auteur ait pu découvrir d'où ils la tirent, et de quoi elle est
composée: elle a trois qualités remarquables; son odeur, qui ressemble à
celle de la violette; son goût, qui approche de celui de l'olive; et sa
couleur, qui teint mieux les vivres que le safran.

On trouve dans le pays différentes sortes d'animaux, mais surtout une
prodigieuse quantité de serpens, dont quelques-uns sont fort venimeux.
Les plus grands, qui ont jusqu'à deux toises de longueur, n'ont pas
d'ailes, comme on a pris plaisir à le publier; mais ils sont si gros,
qu'on en a vu plusieurs qui avalaient une chèvre d'un seul morceau.

Le pays de Sénégal n'a pas d'autres animaux privés que des boeufs, des
vaches et des chèvres. Il ne s'y trouve pas de moutons, parce qu'ils ne
s'accommodent pas d'un climat si chaud. Ainsi la nature a pourvu,
suivant la différence des pays, à toutes les nécessités du genre humain.
Elle a fourni de la laine aux Européens, qui ne pourraient s'en passer
dans un pays aussi froid que celui qu'ils habitent; au lieu que les
Nègres, qui n'ont pas besoin d'habits épais dans leurs chaudes contrées,
ne peuvent élever des moutons; mais le ciel y supplée en leur donnant du
coton, qui convient mieux à leur pays. Leurs boeufs et leurs vaches
sont moins gros que ceux d'Italie; ce qu'il faut encore attribuer à la
chaleur. C'est une rareté parmi eux qu'une vache rousse; elles sont
toutes noires ou blanches, ou tachetées de ces deux couleurs. Les
animaux de proie, tels que les lions, les panthères, les léopards et les
loups, sont en grand nombre. Des éléphans sauvages y marchent en
troupes, comme les sangliers dans l'état de Venise; mais ils ne peuvent
jamais être apprivoisés comme dans les autres pays. Cet animal étant
fort connu, l'auteur observe seulement qu'il est d'une grosseur
extraordinaire. On en peut juger par les dents ou défenses qu'on en
apporte en Europe; mais il n'en a que deux de cette espèce à la mâchoire
inférieure, comme le sanglier, avec la seule différence que celles du
sanglier tournent la pointe en haut, et que celles de l'éléphant la
tournent en bas. Cadamosto avait cru, sur les récits communs, avant son
voyage, que les éléphans ne pouvaient plier les genoux, et qu'ils
dormaient debout; il déclare que c'est une étrange fausseté, et qu'il
les a vus non-seulement plier les genoux en marchant, mais se coucher et
se lever comme les autres animaux. On n'aperçoit jamais leurs grandes
dents avant leur mort. Quelque sauvages qu'ils soient naturellement, ils
ne font aucun mal lorsqu'ils ne sont point attaqués; mais si quelqu'un
les irrite, ils se défendent avec leur trompe, que la nature leur a
donnée à la place du nez, et qui est d'une excessive longueur: ils
l'étendent et la resserrent à leur gré; s'ils saisissent un homme avec
cet instrument redoutable, ils le jettent presque aussi loin qu'on jette
une pierre avec la fronde. C'est en vain qu'on croit pouvoir échapper
par la fuite. Ils sont d'une vitesse surprenante; les plus jeunes sont
ordinairement les plus dangereux. La portée des femelles n'est que d'un
petit à la fois; ils se nourrissent de feuilles d'arbres et de fruits,
qu'ils attirent jusqu'à leur bouche avec le secours de leur trompe.
L'auteur, pendant tout le séjour qu'il fit chez les Nègres, ne découvrit
pas d'autres quadrupèdes que ceux qu'on vient de nommer; mais il vit un
grand nombre d'oiseaux, et surtout quantité de perroquets, que les
Nègres haïssent beaucoup, parce qu'ils détruisent leur millet et leurs
légumes. Ces oiseaux ont beaucoup d'adresse à construire leurs nids; ils
ramassent quantité de joncs et de petits rameaux d'arbres dont ils
forment un tissu qu'ils ont l'art d'attacher à l'extrémité des plus
faibles branches; de sorte qu'y étant suspendu, il est agréablement
balancé par le vent. Sa forme est celle d'un ballon de la longueur d'un
pied. Ils n'y laissent qu'un seul trou pour leur servir de passage
lorsqu'ils veulent se garantir des serpens, à qui la pesanteur ne permet
pas de les attaquer dans cette retraite.

Les femmes des Nègres ont l'humeur fort gaie, surtout dans leur
jeunesse, et prennent beaucoup de plaisir à la danse et au chant. Le
temps de ce divertissement est la nuit, à la lueur de la lune.

Rien ne causait tant d'admiration à ces barbares que les arquebuses et
l'artillerie de la caravelle portugaise. Cadamosto ayant fait tirer un
coup de canon devant quelques Nègres qui étaient montés à bord, leur
effroi se fit connaître malgré eux par de violentes agitations, et parut
croître encore lorsqu'il leur eut déclaré que d'un seul coup de cette
furieuse machine il pouvait ôter la vie en un instant à cent Maures.
Après être un peu revenus de leur frayeur, ils déclarèrent à leur tour
qu'une chose si pernicieuse ne pouvait être que l'ouvrage du diable.
Leur étonnement fut plus doux lorsqu'ils entendirent le son d'une
cornemuse. Les différentes parties de cet instrument leur firent croire,
d'abord que c'était un animal qui chantait sur différens tons.
Cadamosto, riant de leur simplicité, les assura que c'était une simple
machine, et la mit entre leurs mains sans être enflée. Ils reconnurent
que c'était effectivement l'ouvrage de l'art; mais ils demeurèrent
persuadés que des sons si doux et si variés ne pouvaient venir que du
pouvoir divin, en donnant pour raison qu'ils n'avaient rien entendu de
semblable. Tout leur paraissait également admirable, jusqu'aux moindres
instrumens du vaisseau. Ils répétaient sans cesse que les Européens
devaient être des sorciers beaucoup plus habiles que ceux de leur pays,
et peu inférieurs au diable même; que les voyageurs de terre trouvaient
de la difficulté à tracer le chemin d'une place à l'autre; au lieu
qu'avec leurs vaisseaux, ceux-là ne manquaient pas leur route sur mer, à
quelque distance qu'ils fussent de la terre.

Les Nègres sucent le miel dans la gaufre, et laissent la cire comme une
chose inutile. L'auteur, ayant acheté d'eux quelques ruches, leur apprit
la manière d'en tirer du miel, et leur demanda ensuite ce qu'ils
croyaient qu'on pût faire du reste. Ils répondirent qu'ils ne le
croyaient bon à rien. Mais ils furent fort surpris de lui en voir faire
de la bougie, qu'il alluma en leur présence. Les blancs,
s'écrièrent-ils, n'ignorent rien.

Un si long séjour ayant donné l'occasion à l'auteur de connaître la plus
grande partie du pays, il résolut, après avoir acheté quelques esclaves,
de doubler le cap Vert pour faire de nouvelles découvertes et tenter la
fortune. Il se souvenait d'avoir entendu dire au prince Henri qu'au-delà
du Sénégal il y avait une autre rivière nommée Gambra (Gambie), d'où
l'on avait déjà rapporté quantité d'or, et qu'on ne pouvait faire ce
voyage sans acquérir d'immenses richesses. Une si belle espérance lui
fit regagner sa caravelle et mettre aussitôt à la voile.

Un jour au matin, il découvrit deux bâtimens dont il s'approcha: l'un
appartenait à Antonio Uso Dimarco, gentilhomme génois, et l'autre à
quelques Portugais qui étaient au service du prince Henri. Ils
s'avançaient de concert vers les côtes d'Afrique, dans le dessein de
passer le cap Vert, et de chercher fortune en faisant de nouvelles
découvertes. Ils firent voile ensemble vers le sud, sans cesser de voir
la terre, et dès le jour suivant ils découvrirent le cap.

Après avoir doublé le cap Vert, ils continuèrent leur course, en
conservant toujours la vue de la terre. Ce côté du cap forme un
golfe. La côte en est basse et couverte de beaux arbres, dont la verdure
s'entretient sans cesse, c'est-à-dire que, des feuilles nouvelles
succédant sans intervalles à celles qui tombent, on ne s'aperçoit
jamais, comme en Europe, que les arbres se flétrissent. Ils sont si près
de la mer, qu'on s'imaginerait qu'ils en sont arrosés. La perspective
est si belle, qu'après avoir navigué à l'est et à l'ouest, l'auteur
déclare qu'il n'a jamais rien vu de comparable. Le pays est arrosé de
plusieurs petites rivières dont on ne peut tirer aucun avantage, parce
qu'il est impossible aux vaisseaux d'y entrer.

Enfin ils arrivèrent à l'embouchure d'une fort grande rivière. Dans sa
moindre largeur, elle n'avait pas moins de trois ou quatre milles, et
rien ne paraissait s'y opposer à la navigation. Ils y entrèrent avec
confiance, et le jour suivant ils apprirent que c'était la rivière de
Gambie.

[Illustration: À la proue de chaque almadie, un nègre couvert d'un
bouclier rond, observait les objets et les événemens.]

Les caravelles s'y engagèrent l'une à la suite de l'autre. Mais à peine
eurent-elles remonté l'espace de trois ou quatre milles, qu'elles se
virent suivies d'un grand nombre d'almadies, sans pouvoir juger d'où
elles venaient. Elles revirèrent de bord, et s'avancèrent vers les
Nègres, après avoir pris soin de se couvrir de tout ce qui pouvait
servir à les défendre contre les flèches empoisonnées. Le combat
paraissait inévitable. Les almadies se trouvaient déjà sous la proue du
vaisseau de Cadamosto, qui était le plus avancé; et, se divisant en deux
lignes, elles le tinrent dans leur centre. Elles étaient au nombre de
quinze, qui portaient environ cent cinquante Nègres, tous bien faits et
de belle taille. Ils avaient des chemises blanches de coton, et sur la
tête une sorte de chapeau blanc, relevé d'un côté avec une plume qui
leur donnait l'air guerrier. À la proue de chaque almadie, un Nègre,
couvert d'un bouclier rond qui semblait être de cuir, observait les
objets et les événemens. Dans la situation où ces barbares étaient aux
deux côtés du vaisseau, ils cessèrent de ramer; et, tenant leurs rames
levées, ils regardaient la caravelle avec admiration. Ils demeurèrent
ainsi tranquilles jusqu'à l'arrivée des deux autres bâtimens, qui
s'étaient hâtés de retourner à la vue du péril. Lorsqu'ils les virent
fort proches, ils abandonnèrent leurs rames; et, sans autre préparation,
ils se mirent à lancer leurs flèches. Les trois caravelles ne firent
aucun mouvement; mais elles tirèrent quatre coups de canon qui rendirent
les Nègres comme immobiles. Ils mirent leurs arcs à leurs pieds; et,
jetant les yeux de tous les côtés avec les dernières marques de frayeur,
ils paraissaient chercher la cause d'un bruit si terrible. Cependant,
s'étant rassurés lorsqu'ils eurent cessé de l'entendre, ils reprirent
courage, et recommencèrent à tirer avec beaucoup de furie. Ils n'étaient
plus qu'à la distance d'un jet de pierre. Les Portugais leur envoyèrent
quelques coups d'arquebuse, dont le premier perça un Nègre au milieu de
la poitrine, et le fit tomber mort. Sa chute effraya les autres; mais
elle ne les empêcha point de continuer leur attaque. On leur tua
beaucoup de monde, sans perdre un seul homme sur les trois vaisseaux.
Ils se retirèrent enfin.

Cadamosto chercha l'occasion, pendant les jours suivans, de faire
connaître aux habitans du pays qu'on ne pensait point à leur nuire. Les
interprètes s'approchèrent d'une amaldie, saluèrent les Nègres dans leur
langue, et leur demandèrent pourquoi ils avaient attaqué des étrangers
qui ne désiraient que leur amitié, comme ils s'étaient procuré celle des
Nègres du Sénégal. Les Nègres répondirent qu'ils avaient entendu parler
des blancs et de leur arrivée au Sénégal; qu'il fallait être bien
méchant pour former avec eux quelque amitié, puisqu'on n'ignorait pas
que leur nourriture était la chair humaine, et qu'ils n'achetaient des
Nègres que pour les dévorer; que, pour eux, ils ne voulaient avoir
aucune liaison avec des gens si cruels; qu'ils s'efforceraient de les
tuer, et qu'ils feraient présent de leurs dépouilles à leur prince, qui
faisait son séjour à trois journées de la mer; que leur pays se nommait
_Gambra_. Si nous avons soupçonné plusieurs peuples nègres d'être
anthropophages, on voit qu'ils n'avaient pas meilleure opinion de nous.

Les commandans des trois caravelles n'en résolurent pas moins de
remonter la rivière l'espace de cent milles, dans l'espérance de trouver
des peuples mieux disposés. Mais ils trouvèrent de la résistance dans
leurs matelots, qui, dans l'impatience de retourner en Europe,
déclarèrent ouvertement qu'ils n'iraient pas plus loin. Cadamosto et les
autres chefs, se défiant de leur autorité, prirent le parti de mettre le
lendemain à la voile pour retourner au cap Vert.

Cadamosto fut plus heureux dans un second voyage qu'il fit au pays de
Gambra, qu'il avait résolu de mieux reconnaître. Accompagné de ce même
Génois qui l'avait suivi, il remonta la rivière, et mit dans sa chaloupe
quelques interprètes qui parvinrent enfin à inspirer quelque confiance
aux Nègres. Deux d'entre eux, qui entendaient parfaitement le langage
des interprètes, montèrent sur le vaisseau de Cadamosto. Ils marquèrent
beaucoup de surprise en voyant l'intérieur de la caravelle, avec toutes
ses voiles et tous ses agrès. Ils ne parurent pas moins étonnés de la
couleur et de l'habillement des étrangers.

On leur fit beaucoup de civilités, et l'on y joignit quelques petits
présens dont ils parurent extrêmement satisfaits. Cadamosto leur demanda
le nom de leur prince; ils répondirent qu'il s'appelait Foro-Sangoli;
que sa résidence était vers le sud-est à neuf ou dix journées de
distance; qu'il était tributaire du roi de Melli, le plus grand prince
des Nègres; mais que, des deux côtés de la rivière, il y avait quantité
d'autres seigneurs dont la demeure était moins éloignée; que, si
Cadamosto souhaitait d'en être connu, ils lui en feraient voir un qui se
nommait _Batti-Mansa_. Cette offre fut si bien reçue, que, redoublant
les caresses, on garda les deux Nègres dans la caravelle, en continuant
de remonter suivant leur direction. Enfin l'on arriva près du lieu où
Batti-Mansa faisait sa résidence; et, suivant le calcul de l'auteur, on
ne pouvait être à moins de quarante milles de l'embouchure.

Cadamosto députa au prince, avec les deux Nègres, un de ses interprètes
qu'il chargea de quelques présens. Aussitôt que les messagers eurent
expliqué leur commission à Batti-Mansa, il envoya quelques Nègres à la
caravelle. On fit avec eux un traité d'amitié, et divers échanges pour
de l'or et des esclaves; mais la quantité d'or n'approchait pas des
espérances qu'on avait conçues sur le récit des peuples du Sénégal, qui,
étant fort pauvres, avaient une haute idée des richesses de leurs
voisins. D'ailleurs les Nègres de la Gambie n'estimaient pas moins leur
or que les Portugais. Cependant ils marquèrent tant de goût pour les
bagatelles de l'Europe, que les échanges furent assez avantageux.
Pendant onze jours que les caravelles demeurèrent à l'ancre, il y vint
des deux côtés de la rivière un grand nombre de ces barbares, les uns
attirés par la curiosité, d'autres pour vendre leurs marchandises, entre
lesquelles il se trouvait toujours quelques anneaux d'or. Ils
apportèrent du coton cru et travaillé. La plupart des pièces étaient
blanches, quelques-unes rayées de bleu, de rouge et de blanc. Ils
avaient aussi de la civette, des peaux de l'animal du même nom, de gros
singes et de petits, qu'ils donnaient à fort bon marché, c'est-à-dire
pour la valeur de neuf ou dix liards. L'once de civette ne revenait pas
à plus de neuf ou dix sous. Ils ne la vendaient point au poids, mais à
la quantité.

Les caravelles étaient continuellement remplies d'une multitude de
Nègres, qui ne se ressemblaient ni par la figure ni par le langage. Ils
arrivaient et s'en retournaient librement dans leurs almadies, hommes et
femmes, avec autant de confiance que si l'on s'était connu depuis
long-temps. Ils n'ont pas d'autres instrumens que leurs rames pour la
navigation. Leur usage est de ramer debout, sans tenir les rames
appuyées sur le bord de la barque. Elles sont de la forme d'une
demi-lance, longues de sept ou huit pieds, avec une planche ronde, de la
grandeur d'une assiette, qui est attachée à l'extrémité. Ils s'en
servent fort adroitement au long des côtes et dans leurs rivières; mais
la crainte d'être pris par leurs voisins et vendus pour l'esclavage, ne
leur permet guère de se hasarder trop loin dans la mer.

Cadamosto, s'étant aperçu que la fièvre commençait à se mettre parmi
ses gens, fit consentir les autres chefs à regagner l'embouchure du
fleuve. Les soins qu'il avait donnés au commerce ne l'avaient point
empêché de faire ses observations sur les usages du pays. Il avait
remarqué que la religion des Nègres de la Gambie consiste en diverses
sortes d'idolâtrie. Ils reconnaissent un Dieu, mais ils sont livrés à
toutes les superstitions de la sorcellerie. On voit parmi eux quelques
mahométans qui n'ont pas néanmoins d'habitations fixes, et qui portent
leur commerce dans d'autres contrées, sans que les gens du pays
connaissent leurs marches et leurs diverses relations. Il y a peu de
différence, pour les alimens, entre les Nègres de la Gambie et ceux du
Sénégal; mais ils mangent de la chair de chien, usage que l'auteur n'a
vu dans aucun lieu, et que pourtant on retrouve ailleurs. Leur
habillement est de toile de coton, qu'ils ont en abondance; ce qui est
cause qu'ils ne vont pas nus comme au Sénégal, où le coton est plus
rare. Les femmes sont vêtues comme les hommes; mais elles prennent
plaisir dans leur jeunesse à se faire sur les bras, sur le cou et sur là
poitrine, différentes figures avec la pointe d'une aiguille chaude. La
chaleur du climat est extrême, et ne fait qu'augmenter à mesure qu'on
avance vers le sud. Cadamosto le trouva beaucoup plus chaud sur la
rivière qu'au rivage de la mer, parce que la grande quantité d'arbres
qui couvrent ses bords y tient l'air renfermé. Il en vit un d'une
grosseur prodigieuse, près d'une source d'eau très-fraîche où les
matelots faisaient leurs provisions. Ayant pris la peine de le mesurer,
il lui trouva dix-sept coudées de tour. L'arbre était creux; mais son
feuillage n'en était pas moins vert, et ses branches répandaient une
ombre immense. Il s'en trouve néanmoins de plus grands encore; d'où l'on
peut conclure que le pays est fertile; aussi est-il arrosé par un grand
nombre de ruisseaux.

Il est rempli d'éléphans, mais les Nègres n'ont encore pu trouver l'art
de les apprivoiser. Pendant que les caravelles étaient à l'ancre dans le
fleuve, trois éléphans sortis des bois voisins vinrent se promener sur
le bord de l'eau. On y envoya aussitôt la chaloupe avec quelques gens
armés; mais, à leur approche, les éléphans rentrèrent dans l'épaisseur
du bois. Ce sont les seuls que l'auteur ait vus vivans. Gnoumi-Mansa,
seigneur nègre, lui en fit voir un jeune, mais mort. Il l'avait tué dans
les bois, après une chasse de deux jours. Les Nègres n'ont pour armes
dans les chasses que leurs arcs et des zagaies empoisonnées. La méthode
est de se placer derrière les arbres, et quelquefois au sommet. Ils
passent d'un arbre à l'autre en poursuivant l'éléphant, qui, de la
grosseur dont il est, reçoit plusieurs blessures avant de pouvoir se
tourner et faire quelque résistance. Il n'y a pas d'homme qui osât
l'attaquer en pleine campagne, ni qui pût espérer de lui échapper par la
fuite; mais cet animal est naturellement si doux, qu'il ne fait jamais
de mal, s'il n'est offensé. Les dents de celui que l'auteur avait vu
mort n'avaient pas plus de trois paumes de long, ce qui marquait assez
qu'il était fort jeune en comparaison de ceux qui ont les dents longues
de dix ou douze paumes. Jeune comme il était, il avait autant de chair
que cinq ou six boeufs ensemble. Le seigneur nègre fit présent à
Cadamosto de la meilleure partie, et donna le reste à ses chasseurs.
Cadamosto, apprenant qu'il pouvait se manger, en fit rôtir et bouillir
quelques morceaux, pour se mettre en droit de raconter dans son pays
qu'il avait fait son dîner de la chair d'un animal qu'on n'y avait
jamais vu; mais il la trouva fort dure et d'un goût désagréable; ce qui
ne l'empêcha point d'en faire saler une partie, dont il fit présent au
prince Henri à son retour. Il observe que l'éléphant a le pied rond
comme les chevaux, mais sans sabot, et qu'à la place il a reçu de la
nature une peau noire, dure et fort épaisse, avec cinq gros durillons
sur le devant, qui ont la forme d'autant de têtes de clous. Le pied du
jeune éléphant avait une paume de diamètre. Gnoumi-Mansa fit présent à
Cadamosto d'un autre pied d'éléphant qui avait trois paumes et un pouce
de largeur, et d'une dent longue de douze paumes. L'auteur porta l'un et
l'autre au prince Henri, qui les envoya peu de temps après à la duchesse
de Bourgogne, comme une curiosité des plus rares.

La rivière de Gambie et toutes les eaux de la même côte ont un grand
nombre de ces serpens qui se nomment _kalkatrici_, et d'autres animaux
qui ne sont pas moins redoutables. On y voit quantité de chevaux marins
ou hippopotames, animaux amphibies, qui ressemblent beaucoup à la vache
marine. Ils ont le corps aussi gros qu'une vache de terre, mais les
jambes fort courtes, et le pied fourchu, la tête large comme celle du
cheval, et deux dents monstrueuses qui s'avancent comme celles du
sanglier. L'auteur en a vu de deux paumes et demie de longueur. Cet
animal sort de l'eau pour se promener sur la rive, et marche à la
manière des quadrupèdes. Cadamosto se vante qu'aucun chrétien n'en avait
vu avant lui, excepté peut-être dans le Nil. Il vit aussi des
chauves-souris, longues de trois paumes, et quantité d'autres oiseaux
fort différens des nôtres, mais presque tous fort bons à manger.

En quittant le pays du prince Batti-Mansa, les trois caravelles mirent
peu de jours à descendre la rivière. Elles emportaient assez de
richesses pour inspirer le désir de s'avancer plus loin au long des
côtes; et personne ne marqua d'éloignement pour cette entreprise.

Ils remontèrent jusqu'à l'embouchure de la rivière nommée par les
Portugais Rio-Grande: mais les Nègres du pays n'entendirent pas le
langage de leurs interprètes. On acheta d'eux quelques anneaux d'or, en
convenant du prix par signes. Rio-Grande fut le terme de ce second
voyage de Cadamosto, qui retourna en Portugal.



CHAPITRE II.

Voyages d'André Brue. Rufisque. Nègres Sérères. Nègres de Cayor. Nègres
du Siratik. Foulas. Royaume de Galam. Nègres de Mandingue. Presqu'île et
royaume de Casson. Canton de Djéredja. Cachao. Bissao. Bissagos.
Cazégut. Roi de Cabo. Commerce de gommes. Maures du désert. Bambouk. Job
Ben Salomon: détails sur son pays.


Brue était directeur-général de la compagnie française d'Afrique, vers
la fin du dix-septième siècle et au commencement du dix-huitième: ses
voyages, qui ont été fréquens, eurent tous pour objet le bien du
commerce et l'intérêt de sa patrie. C'était un bon citoyen et un homme
éclairé. C'est d'après ses mémoires que le père Labat a composé son
_Afrique occidentale_. Nous ne rapporterons des voyages de Brue que ce
qui nous semblera propre à faire connaître le pays et les moeurs. Les
révolutions des compagnies commerçantes et les démêlés des nations
rivales n'entrent point dans notre plan, et ne peuvent appartenir qu'à
une histoire du commerce.

Le premier voyage de Brue est celui qu'il fit par terre de Rufisque
jusqu'au Fort-Louis sur le Sénégal. Rufisque est située sur la côte, à
trois lieues de l'île de Gorée. Cette île, voisine du cap Vert, l'île
d'Arguin, près du cap Blanc, et le comptoir de Portendic, plus au sud,
le fort Saint-Louis à l'embouchure de la rivière de Sénégal, et celui
de Saint-Joseph sur le bord de cette même rivière à trois cents lieues
de son embouchure, près des cataractes de Felou, étaient comme l'on
sait, les principales possessions des Français en Afrique.

Rufisque n'est qu'une corruption de _Rio-Fresco_, rivière fraîche, nom
que les Portugais donnèrent à cet endroit, arrosé par un petit ruisseau
qui, coulant entre des bois, conserve en tout temps sa fraîcheur. C'est
une dépendance du royaume de Cayor, et un port de commerce. Le roi de
Cayor, qui se nomme le damel, entretient à Rufisque des officiers et un
alcadi (mot arabe qui signifie _le juge_, que les Espagnols ont emprunté
des Maures, et, dont ils ont fait _alcade_). L'emploi de cet alcadi est
de percevoir les droits du port et les revenus du damel.

La chaleur est insupportable à Rufisque pendant le jour, surtout à midi,
dans le cours même du mois de décembre. Du côté de la mer, le calme est
ordinairement si profond, qu'on n'y ressent pas le moindre souffle; et
les bois arrêtent aussi les mouvemens de l'air du côté des terres: aussi
les hommes et les animaux n'y peuvent-ils respirer, surtout au long de
la côte, dans la basse marée; car la réverbération du sable y écorche le
visage et brûle jusqu'à la semelle des souliers. Ce qui rend encore cet
endroit plus dangereux, c'est la puanteur prodigieuse de quantité des
petits poissons pourris que les Nègres y jettent, et qui répandent une
mortelle infection. On les y met exprès pour les laisser tourner en
pourriture, parce que les Nègres ne les mangent que dans cet état. Ils
prétendent que le sable leur donne une sorte d'odeur nitreuse qu'ils
estiment beaucoup.

Chaque vaisseau français donne aux officiers du damel une certaine
quantité de marchandises pour le droit de prendre du bois et de l'eau.
Les Nègres qu'ils emploient ordinairement à leur fournir ces provisions,
et qui les apportent sur leur dos jusqu'aux chaloupes, se croient bien
payés de leur travail par quelques bouteilles de _sangara_,
c'est-à-dire, d'eau-de-vie.

De Rufisque, Brue s'avança dans un pays sablonneux, qui ne paraissait
pas néanmoins sans culture. Au milieu du chemin, il trouva un grand lac
d'eau saumâtre, formé par un petit ruisseau dont l'eau ne laissait pas
d'être fort douce, et sur le bord duquel il s'arrêta pour faire
rafraîchir son cortége. Ce lac, suivant le témoignage des habitans, se
décharge dans la mer entre le cap Vert, au nord, et le cap Manuel, au
sud. Il est rempli de poisson, qui est péché par une sorte de faucon,
avec autant d'adresse que par les Nègres. Brue tua un de ces animaux
dans le temps qu'il prenait son vol avec un poisson entre ses serres, de
la forme d'une sardine et du poids de trois ou quatre livres. Le lac
s'appelle _Sérères_, du nom de quelques tribus des Nègres qui habitent
les lieux voisins, et qui forment un peuple très-remarquable.

Ces Sérères, qui se trouvent principalement répandus autour du cap
Vert, sont une nation libre et indépendante, qui n'a jamais reconnu de
souverain. Ils composent, dans les lieux de leur retraite, plusieurs
petites républiques, où ils n'ont pas d'autres lois que celles de la
nature. Ils nourrissent un grand nombre de bestiaux. Brue prétend que la
plupart, n'ayant aucune idée d'un Être suprême, croient que l'âme périt
avec le corps; ils sont entièrement nus. Ils n'ont aucune correspondance
de commerce avec les autres Nègres. S'ils reçoivent une injure, ils ne
l'oublient jamais. Leur haine se transmet à leur postérité, et tôt ou
tard elle produit la vengeance. Leurs voisins les traitent de sauvages
et de barbares. C'est outrager un Nègre que de lui donner le nom de
_Sérère_. Ainsi ces hordes d'esclaves regardent comme une injure le
titre d'homme libre. Cette nation d'ailleurs est simple, honnête, douce,
généreuse et très-charitable pour les étrangers. Elle ignore l'usage des
liqueurs fortes. Ils enterrent leurs morts hors de leurs villages, dans
des huttes rondes, aussi bien couvertes que leurs propres habitations.
Après y avoir placé le corps dans une espèce de lit, ils bouchent
l'entrée de la hutte avec de la terre détrempée, dont ils continuent de
faire un enduit autour des roseaux qui servent de murs, jusqu'à
l'épaisseur d'un pied. L'édifice se termine en pointe, de sorte que ces
lieux de sépulture paraissent comme un second village, et que les tombes
des morts sont en beaucoup plus grand nombre que les maisons des
vivans. Comme les Sérères n'ont point assez d'industrie pour faire des
inscriptions ou d'autres marques sur ces monumens, ils se contentent de
mettre au sommet un arc et quelques flèches sur ceux des hommes, et un
mortier avec un pilon sur ceux des femmes: le premier marque
l'occupation des hommes, qui est presque uniquement la chasse; et
l'autre, celle des femmes, dont l'emploi continuel est de piler du riz,
du maïs ou du millet.

Il n'y a pas de Nègres qui cultivent leurs terres avec autant d'art que
les Sérères. Si leurs voisins les traitent de sauvages, ils sont bien
mieux fondés à regarder les autres Nègres comme des insensés, qui aiment
mieux vivre dans la misère et souffrir la faim que de s'accoutumer au
travail pour assurer leur subsistance. Leur langage est différent de
celui des Iolofs, et paraît même leur être tout-à-fait propre. Ils ont
pour boisson le vin de palmier.

Les Sérères reçurent le général français avec beaucoup d'humanité, et
lui présentèrent du couscous, du poisson, des bananes, avec d'autres
alimens du pays. Il partit si tard de leur village, que l'excès de la
chaleur le força de s'arrêter après avoir fait trois lieues; n'en ayant
pu faire que sept dans le courant de la journée, il arriva le soir dans
un village des Iolofs, qui était la résidence d'un des plus grands
marabouts, ou prêtres du pays. Ce saint nègre s'était attendu à
recevoir la visite et les présens du général français; mais il vit ses
espérances trompées. L'alcadi de Rufisque, et une femme mulâtre qui
avait suivi Brue avec quelques Français que la seule curiosité
conduisait, se mirent à genoux devant le marabout, et lui baisèrent les
pieds; après quoi il prit la main de la signora, l'ouvrit et cracha
dedans. Ensuite la lui faisant tourner trois fois autour de la tête, il
lui frotta de sa salive le front, les yeux, le nez, la bouche et les
oreilles, en prononçant, pendant cette opération, quelques prières
arabes. Il reçut leurs présens, et leur promit un heureux voyage. La
signora fut raillée de sa superstition à son retour, et de s'être laissé
oindre de la salive du vieux marabout.

Le jour suivant, comme la marche était fort lente, Brue se donnait le
plaisir de la chasse en chemin. Au milieu des bois, il découvrit les
traces de quelques éléphans, et bientôt il en aperçut dix-huit ou vingt,
les uns couchés comme un troupeau de vaches, d'autres occupés à baisser
des branches, dont ils mangeaient les feuilles et les petits rameaux. La
caravane n'en était pas à la portée du pistolet. Cependant, comme il ne
paraissait pas qu'ils y fissent attention, les gens du général leur
tirèrent quelques coups de fusil, auxquels ils ne parurent pas plus
sensibles qu'à la piqûre des mouches, apparemment parce que les balles
ne les touchèrent que par-derrière ou aux côtés, dans les endroits où
leur peau est impénétrable.

Ils arrivèrent le lendemain à Makaya, une des résidences du damel, qui
s'y était rendu pour recevoir les Français. Devant la porte du palais
ils trouvèrent une garde de quarante ou cinquante Nègres, avec un grand
nombre de guiriots ou de musiciens, qui se mirent à chanter les louanges
du général aussitôt qu'ils le virent à portée de les entendre. Les
grands-officiers se présentèrent pour le recevoir et l'introduire à
l'audience du roi. Il ne fut pas aisé à Brue, qui était d'une taille
puissante, de passer par la porte de ce Versailles du royaume de Cayor;
le guichet était si bas, qu'il était obligé de se courber beaucoup.
L'enclos contenait quantité de bâtimens, entre lesquels il y avait un
kalde ou une salle d'audience ouverte de tous côtés. Le damel y était
assis sur un petit lit dont la compagnie française lui avait fait
présent; il se leva lorsque Brue fut entré, et lui présentant la main,
il l'embrassa, avec beaucoup de remercîmens de s'être détourné si loin
de sa route pour le voir. Le général lui fit son compliment, et lui
offrit les présens de la compagnie, avec deux barils d'eau-de-vie.
L'ordre fut donné pour le traiter aux dépens de la cour, et pour
renvoyer à Rufisque les chevaux et les chameaux qu'il y avait loués. Il
fut conduit ensuite à l'audience des femmes du roi. Ce prince en avait
quatre légitimes, suivant la loi de Mahomet; mais ses concubines étaient
au nombre de douze, malgré les remontrances des marabouts. Un jour
qu'ils lui reprochaient cette intempérance, il leur répondit que la loi
était faite pour eux et pour le peuple, mais que les rois étaient
au-dessus. Cette réponse d'un petit prince barbare, et la réponse de
Samuel aux Juifs lorsqu'ils lui demandèrent un roi, prouvent quelle idée
on s'est faite, en tout temps, de la royauté, même dans les pays où il
semblait qu'on eût moins à en abuser.

Les femmes du damel ayant pris soin de fournir des provisions au
général, il se crut obligé de leur faire quelques présens. C'était le
roi qui se chargeait lui-même de ces détails lorsqu'il avait la raison
libre; mais sa passion pour l'eau-de-vie ne lui permettait pas d'être un
moment sans en boire; il était ivre aussi long-temps qu'il avait de
cette liqueur. Quatre jours se passèrent avant que le général pût le
trouver en état de l'entendre, et ses deux barils étaient déjà presque
épuisés.

Enfin Brue partit avec toutes les commodités que le prince lui avait
fait espérer pour son voyage, et après avoir pris les arrangemens les
plus favorables pour le commerce. Les bagages furent chargés, et l'on
partit sous la conduite d'un officier qui accompagna la caravane une
partie du chemin.

On arriva le soir dans un village où les gens du roi prirent un boeuf au
milieu du premier troupeau qui se présenta; ils enlevèrent de même une
vache et un veau: la chair en était excellente; mais les maîtres de ces
animaux firent leurs plaintes au général, qui leur donna, pour les
consoler, un ou deux flacons d'eau-de-vie. Le jour suivant, après s'être
mis en marche de grand matin, on s'arrêta vers midi pour faire reposer
l'équipage. Le hasard fit trouver un grand troupeau de vaches, dont le
lait fut d'autant plus agréable, qu'on n'avait apporté de Macaya que de
l'eau fort mauvaise. On arriva de bonne heure dans le village d'un
parent du roi, qui, étant averti de l'approche du général, vint
au-devant de lui avec un cortége de vingt cavaliers fort bien montés. Il
montait lui-même un cheval barbe de haute taille qui lui avait coûté
vingt esclaves. La journée suivante fut fort longue, mais au travers
d'un beau pays dont la plus grande partie était cultivée; on y voyait
des plaines entières couvertes de tabac. Le seul usage que les Nègres
fassent du tabac est pour fumer, car ils ne savent ni le mâcher, ni le
prendre en poudre.

On arriva le soir à Bieurt, à l'embouchure de la rivière de Sénégal,
près du fort Saint-Louis. Brue, dans un voyage assez court, n'avait pas
laissé de recueillir quelques observations sur les états du damel.

Quoique les Nègres de Cayor, païens et mahométans, aient l'usage de la
polygamie, il ne leur est pas permis d'épouser deux soeurs. Le damel, se
croyant dispensé de cette loi, avait deux soeurs entre ses femmes. Les
marabouts et les mahométans zélés en murmuraient, mais secrètement,
parce que ce prince n'était pas traitable sur ce qui pouvait blesser ses
plaisirs. Il ne doutait pas de l'existence d'un paradis; mais il
déclara naturellement à Brue qu'il n'espérait pas d'y être reçu, parce
qu'il avait été fort méchant, et qu'il ne se sentait, disait-il, aucune
disposition à devenir meilleur. Effectivement, il s'était rendu coupable
de mille actions cruelles; il avait dépouillé, banni ou tué ceux qui
avaient eu le malheur de lui déplaire. Comme il possédait deux royaumes,
celui de Cayor et celui de Baol, il se croyait plus grand que tous les
monarques d'Europe; et, faisant quantité de questions à Brue sur le roi
de France, il demandait comment il était vêtu, combien il avait de
femmes, quelles étaient ses forces de terre et de mer, le nombre de ses
gardes, de ses palais, de ses revenus, et si les seigneurs de sa cour
étaient aussi bien vêtus que les seigneurs nègres; et, lorsque Brue
s'efforçait de lui donner une idée de la grandeur du roi de France, ce
qui lui paraissait le plus incroyable, c'était qu'un si grand roi n'eût
qu'une femme. Il demandait comment il pouvait faire lorsqu'elle était
enceinte ou malade. Le général répondit qu'il attendait qu'elle se
portât mieux. «Bon! lui dit le monarque nègre, il a trop d'esprit pour
être capable de tant de patience.»

Un jour il fit présent au général d'une femme qui paraissait d'une
condition supérieure à l'esclavage. En effet, elle avait été l'épouse
d'un des principaux officiers de sa cour. Son mari, la soupçonnant
d'infidélité, aurait pu se faire justice de ses propres mains; mais,
comme elle était d'une famille distinguée, il avait pris le parti de
porter ses plaintes au roi, qui, l'ayant jugée coupable, l'avait
condamnée à l'esclavage, et l'avait donnée à Brue. Les parens de cette
malheureuse femme vinrent solliciter les Français en sa faveur, et
supplièrent le général d'accepter en échange une esclave beaucoup plus
jeune, dont il aurait par conséquent plus de profit à tirer. Il y
consentit, et l'autre fut conduite aussitôt par sa famille hors des
états du damel. Cette rigueur dans la punition rend les femmes des
grands assez chastes. Comme le droit de les vendre appartient au roi,
après leur correction, elles sont sûres de ne jamais trouver en lui
qu'un juge inexorable, qui accorde toujours une prompte justice aux
maris dont il reçoit les plaintes.

Le port de Rufisque ne recevant guère que des barques et des chaloupes,
le damel, qui souhaitait beaucoup de voir un vaisseau, pria le général
d'en faire venir un près de cette ville. Brue lui répondit qu'il était
fâché de ne le pouvoir, parce qu'il n'y avait point assez d'eau pour un
bâtiment tel qu'il le désirait; mais qu'il en ferait venir un de dix
pièces de canon, qui servirait à lui donner quelque idée de ceux qui en
portent jusqu'à cent pièces. Il fit amener effectivement une corvette
appareillée dans toute sa pompe, avec les pavillons déployés. Le damel
et tous ses courtisans se rendirent sur le rivage pour jouir de ce
spectacle. On fit faire quantité de mouvemens à ce petit vaisseau, et
les Français s'étaient attendus que le roi monterait à bord; mais, soit
qu'il craignît la mer, ou qu'ayant à se reprocher ses extorsions et ses
violences, il appréhendât qu'ils ne le retinssent prisonnier, il n'osa
se procurer cette satisfaction. Lorsqu'il eut rassasié sa curiosité, il
demanda au général de combien les grands vaisseaux surpassaient celui
qu'il avait vu. Sans répondre directement à cette question, Brue lui
conseilla d'envoyer de ses officiers pour être plus sûr de ce qu'il
voulait savoir, par le témoignage de ses propres gens. L'ordre fut donné
à quelques Nègres d'aller prendre les mesures. Ils revinrent tout
chargés des cordes qu'ils avaient employées, et qu'ils étendirent devant
le damel. «Quel canot! s'écria-t-il, et que la science des blancs est
prodigieuse!»

Pour donner de l'amusement au général, ce prince fit un jour en sa
présence la revue d'une partie de ses troupes, sous la conduite du
condi, son lieutenant général. Ce corps d'armée montait à cinq cents
hommes armés de sabres, d'arcs et de flèches, et couverts de cottes de
mailles, qui consistaient en deux morceaux d'étoffe de la forme d'une
dalmatique. Le fond était de coton blanc, rouge ou d'autres couleurs,
parsemé de caractères arabes, que les marabouts croient également
propres à jeter l'effroi parmi leurs ennemis et à garantir ceux qui les
portent de toutes sortes de blessures, à la réserve néanmoins de celles
des armes à feu, parce que l'invention, leur a-t-on dit, est postérieure
au temps de Mahomet. Sous ces cottes de mailles les Nègres ont une
multitude d'amulettes, qu'ils appellent _grisgris_, et celui qui en est
le plus chargé doit être le plus brave, parce qu'il a moins de périls à
redouter.

Le condi s'étant mis à la tête de sa troupe, la disposa sur quatre
rangs, et fit avertir le roi qu'il était prêt à le recevoir. Ce prince
était dans le magasin que la compagnie avait fait bâtir à Rufisque.
Quoiqu'il ne fût pas fort éloigné de cette petite armée, il monta à
cheval, et, prenant sa lance, il fit les mêmes mouvemens que s'il eût
été près de combattre. Brue fut obligé de prendre aussi un cheval pour
l'accompagner. Ils s'avancèrent jusqu'au milieu de la ligne. Le condi, à
la vue de son maître, ôta son turban; et, se jetant à genoux, se couvrit
trois fois la tête de poussière; mais le roi, qui n'était plus qu'à dix
pas, lui fit porter ses ordres par un de ses guiriots militaires. Le
condi, après les avoir reçus dans la même situation, se couvrit la tête,
et fit commencer les exercices. Ensuite il reprit sa première posture,
en attendant de nouveaux ordres qu'il reçut encore, et qui ne
produisirent que des mouvemens fort irréguliers.

Les serpens sont fort communs dans tout le pays, depuis Rufisque jusqu'à
Bieurt. Ils sont extrêmement gros, et leur morsure est fort dangereuse.
Les grisgris passent dans l'esprit des Nègres pour un charme
tout-puissant contre ces terribles animaux. Les voyageurs remarquent
qu'il y a une espèce de sympathie entre les serpens et les Nègres. On
voit ces monstres se glisser librement dans les cabanes, où ils dévorent
les rats, et quelquefois la volaille. S'il arrive qu'un Nègre soit
mordu, il applique aussitôt le feu à la partie brûlée, ou la couvre de
poudre à tirer, qu'il brûle dessus. Il s'y fait une cicatrice qui fixe
le venin, lorsque le remède est assez promptement employé; mais s'il
vient trop tard, la mort est infaillible. La nation des Sérères n'est
pas si familière avec les serpens que les autres Nègres, parce que,
n'ayant pas de marabouts ni de grisgris, elle ne se fie qu'à ses
précautions pour s'en garantir. Elle leur déclare une guerre ouverte
avec des trappes qu'elle tend avec beaucoup d'adresse, et qui en
prennent un grand nombre. Elle mange leur chair, qu'elle trouve
excellente.

Plusieurs de ces serpens ont jusqu'à vingt-cinq pieds de long sur un
pied et demi de diamètre; mais les Nègres prétendent que les plus grands
sont moins à craindre que ceux qui n'ont que deux pouces d'épaisseur et
quatre ou cinq pieds de longueur. On a du moins plus de facilité à
éviter les premiers, parce qu'ils peuvent être aperçus de plus loin, et
qu'ils n'ont pas tant d'agilité que les petits. Il y en a de verts
qu'on a peine à distinguer dans l'herbe. D'autres sont tachetés, ou
semblent briller de différentes couleurs. On prétend qu'il s'en trouve
de rouges, dont les blessures sont incurables. Les plus grands ennemis
des serpens sont les aigles, dont le nombre est fort grand dans le pays.
Il ne s'en trouve pas de si gros dans aucune région du monde; mais il
n'y a pas de lieu non plus où leur repos soit moins troublé; car la
pointe des flèches ne fait pas plus d'impression sur eux que la morsure
des serpens. Il faut que leurs plumes soient extrêmement fermes et
serrées. Ils portent un serpent entre leurs griffes, et le mettent en
pièces pour servir de nourriture aux aiglons, sans en recevoir le
moindre mal.

Les huttes des habitans sont de paille, mais plus ou moins commodes,
suivant l'industrie du possesseur. La forme est ronde. Elles n'ont pour
porte qu'un trou fort bas, comme la gueule d'un four, de sorte qu'ils ne
peuvent y entrer qu'en rampant. Comme elles n'ont pas d'autre ouverture
pour recevoir la lumière, et que le feu qu'on y entretient
continuellement répand une épaisse fumée, il n'y a au monde que des
Nègres qui puissent les habiter, surtout à cause de la chaleur, qui
vient également de la voûte et d'un fond de sable brûlé qui en fait le
plancher. Leurs lits sont composés de petits pieux placés à deux doigts
l'un de l'autre, et joints ensemble par une corde; aux quatre coins,
d'autres pieux un peu plus gros servent à soutenir tout l'édifice. Les
Nègres de quelque distinction mettent une natte sur ces châlits.

Brue éprouva à son tour les perfidies du damel. Ce prince, persuadé,
comme tous les rois nègres, du besoin qu'avaient les Européens de
commercer en Afrique et d'y chercher des esclaves, ne songeait qu'à
mettre au plus haut prix possible la permission qu'il accordait à ses
sujets de leur fournir des vivres et de faire des échanges avec eux. Il
faisait sans cesse de nouvelles demandes à la compagnie, qui étaient ou
rejetées ou éludées. Des brouilleries passagères occasionnaient des
réconciliations ou de nouveaux traités toujours accompagnés, suivant
l'usage, de présens et de quelques barils d'eau-de-vie. La concurrence
des marchands anglais que Brue voulait écarter rendit le damel encore
plus fier et plus exigeant. Enfin il alla jusqu'à faire arrêter Brue en
trahison. Il fallut payer une somme pour lui faire rendre la liberté, et
peut-être pour lui sauver la vie, car le damel menaçait de lui couper la
tête. Brue s'en vengea en éloignant de la côte tous les vaisseaux qui
voulaient en approcher pour faire le commerce; mais il fallut encore
faire la paix, et Brue formait de nouveaux projets de vengeance,
lorsqu'il fut rappelé dans sa patrie.

Dans un autre voyage sur le fleuve Sénégal, Brue visita le pays des
Foulas et leur empereur, qui se nomme _Siratik_, nom que quelques
voyageurs donnent aussi à ses états. Le fleuve Sénégal, en remontant
depuis son embouchure jusqu'aux cataractes de Felou, dans le royaume de
Galam, au delà desquelles on n'a pas remonté, arrose dans son cours
tortueux le pays des Foulas, celui des Iolofs, des Mandingues et de
Bambouk. Nous verrons le voyageur Brue pénétrer jusqu'à Galam, en
suivant toujours la navigation du fleuve.

Brue reçut dans son voyage un exprès du siratik pour lui apprendre
l'impatience que ce prince avait de le voir, ou plutôt de recevoir le
paiement de ses droits. Il continua sa navigation jusqu'au village de
Bourty, à l'extrémité orientale de l'île au Morfil, qui est séparée de
l'île de Bilbas par un bras du Sénégal. L'île de Bilbas est longue
d'environ trente-cinq lieues sur deux et quatre de largeur. Le terroir
ressemble beaucoup à celui de l'île au Morfil. Son principal commerce
consiste aussi dans la multitude des dents d'éléphans, qui s'achètent
sur le pied de six sous pour le poids de dix livres. Les cuirs se
donnent à quarante sous pièce; les moutons et les chèvres pour trois
sous, et les autres alimens à proportion; mais si les Nègres font un
présent, ils s'apprêtent à recevoir le double. Par exemple, s'ils vous
donnent un boeuf, ils s'attendent à recevoir cinq ou six aunes d'étoffe;
au lieu que, si vous l'achetiez au marché, il ne vous coûterait que
vingt ou trente sous.

En arrivant au port de Ghiorel, situé vis-à-vis l'île de Bilbas, centre
du commerce de ce canton, Brue fit tirer trois coups de canon pour
annoncer son arrivée. À peine eut-il mouillé l'ancre, qu'il reçut la
visite du seigneur du village, nommé Farba-Ghiorel[4]. Ce Nègre, qui
était oncle du siratik, et qui avait toujours eu beaucoup d'affection
pour les Français, fut reçu d'eux avec beaucoup de civilité. Il promit
au général de dépêcher sur-le-champ un exprès au roi son neveu. Dès le
même soir, Boucar Siré, un des fils du siratik, qui avait ses terres
entre Ghiorel et Goumel, résidence de son père, se rendit à bord, et
répondit au général de l'amitié que ce roi avait conçue pour lui sur la
seule réputation de son mérite. Ce compliment fut accompagné d'un
présent de deux boeufs gras et d'une petite boîte d'or du poids d'une
once. Le général fit aussi ses présens au prince, et le salua de
plusieurs coups de canon à son départ. Ensuite, ayant fait descendre ses
facteurs pour commencer le commerce, il trouva dans le village tant
d'avidité pour ses marchandises, que ses barques furent bientôt chargées
des productions du pays.

              [Note 4: Les Nègres maîtres des villages joignent le nom
              de leur seigneurie à celui de leur famille, ou à leur nom
              propre.]

Le siratik n'eut pas plus tôt appris l'arrivée des Français, qu'il fit
complimenter Brue par son grand bouquenet, c'est-à-dire par le
grand-maître de sa maison. Cet officier était un vieillard vénérable, de
fort belle taille, avec la barbe et les cheveux gris, ce qui marque,
parmi les Nègres, une vieillesse fort avancée; mais il n'en paraissait
pas moins vigoureux, moins vif, ni moins poli: son nom était Baba Milé.
Après les premiers complimens, il reçut le paiement des droits et les
présens annuels; c'étaient des étoffes noires et blanches de coton,
quelques pièces de drap et de serge écarlate, du corail, de l'ambre
jaune, du fer en barre, des chaudrons de cuivre, du sucre, de
l'eau-de-vie, des épices, de la vaisselle, et quelques pièces de monnaie
d'argent au coin de Hollande, avec un surtout de drap écarlate à la
manière de Brandebourg, et deux boîtes pour renfermer la plus précieuse
partie du présent. Le bouquenet reçut aussi les droits qui revenaient
aux femmes du prince, et qui montaient à la moitié des premiers, sans
oublier ce qui lui revenait à lui-même. Le kamalingo, ou le lieutenant
général du roi, qui est ordinairement l'héritier présomptif de la
couronne, vint recevoir à son tour le présent ou le droit annuel qui lui
devait être payé. Tous ces présens pouvaient monter à la valeur de
quinze ou dix-huit cents livres. Ensuite le bouquenet offrit au général,
de la part du roi, trois grands boeufs; et l'ayant invité à se rendre à
la cour, il fit paraître les officiers qui étaient nommés pour le
conduire. On avait déjà préparé un grand nombre de chevaux pour les gens
de sa suite, et des chameaux pour transporter son bagage.

Le jour suivant, Brue prit terre au bruit de son canon, et se mit en
marche pour la cour du siratik. Son cortége était composé de six de ses
facteurs, deux interprètes, deux trompettes, deux hautbois, et quelques
domestiques, avec douze laptots, ou Nègres libres, bien armés. Il
traversa un pays fort uni et bien cultivé, plein de villages et de
petits bois. En approchant de Boucar, il découvrit de vastes prairies,
dont les parties basses se sentaient déjà de l'inondation qui commençait
à gagner dans le pays. Ce qui restait de terrain sec était si couvert de
toutes sortes de bestiaux, que les guides du général avaient peine à lui
faire trouver un passage: le convoi ne put arriver à Boucar qu'à
l'entrée de la nuit.

Le prince Siré, à qui le village appartenait, vint au-devant des
Français à la tête de trente chevaux: aussitôt qu'il eut aperçu le
général, il s'avança au grand galop en secouant sa zagaie, comme s'il
eût voulu la lancer; Brue l'aborda de la même manière, c'est-à-dire avec
le pistolet en joue. Mais, lorsqu'ils furent près l'un de l'autre, ils
mirent pied à terre et s'embrassèrent; ensuite, étant remontés à cheval,
ils entrèrent dans le village, et le prince conduisit son hôte dans une
maison qu'il avait fait préparer pour lui, dans le même enclos que celui
de ses femmes. Après l'avoir introduit dans son appartement, il le
laissa seul; mais au même moment le général fut conduit à l'audience de
la princesse: elle lui parut d'une taille médiocre, mais très-bien
faite, jeune et fort agréable; ses traits étaient réguliers, ses yeux
vifs et bien fendus, sa bouche petite et ses dents extrêmement blanches;
son teint couleur d'olive aurait beaucoup diminué les agrémens de sa
figure, si elle n'eût pris soin de la relever avec un peu de rouge.

Elle reçut Brue fort civilement, et le remercia de ses présens avec
beaucoup de grâce. Il fit successivement sa visite à deux ou trois
autres femmes du prince, après quoi, retournant auprès de lui, il y
passa le temps jusqu'à l'heure du souper; il fut reconduit alors dans
son appartement, où il trouva plusieurs plats de couscous, du sanglet,
des fruits et du lait en abondance, qui lui étaient envoyés par les
femmes du prince. Quoiqu'il se fût fait préparer à souper par un
cuisinier de sa nation, la civilité lui fit goûter de tous les mets
africains. Après qu'il eut soupé, le prince vint, s'assit sans
cérémonie, mangea quelque chose du dessert, but plusieurs coups de vin
et d'eau-de-vie, et se mit à fumer avec lui jusqu'à ce qu'on fût venu
l'avertir que tout était prêt pour le folgar ou le bal. L'assemblée
était composée de toute la jeunesse du village, qui danse et chante
tandis que les plus âgés sont assis sur des nattes autour de celle où se
fait le folgar: ils s'y entretiennent agréablement; et cette
conversation, dont ils font un de leurs plus grands plaisirs, s'appelle
_kalder_: chacun parle librement. C'est dans ces cercles qu'on
remarque, disent les voyageurs, l'étendue surprenante de leur mémoire,
et combien ils feraient de progrès dans les sciences, si leurs talens
naturels étaient cultivés par l'étude. Je croirais volontiers que cette
admiration des voyageurs était un préjugé qui en remplaçait un autre.
Ils s'imaginaient d'abord trouver dans les Nègres des animaux stupides,
et, tout surpris de voir qu'on peut être noir et avoir de
l'intelligence, ils finissaient par estimer trop ce qu'ils avaient trop
méprisé: ces Nègres, sans doute, sont susceptibles de culture; mais
l'infériorité naturelle de cette race d'hommes paraît démontrée par une
longue expérience et par les plus sûrs témoignages.

Le village de Boucar est situé sur une petite éminence, au centre d'une
grande plaine. L'air y est fort sain; les maisons ressemblent à toutes
celles du pays; elles sont rondes et se terminent en pointes, comme nos
glacières de France; les fenêtres en sont fort petites, apparemment pour
se garantir des moucherons, qui sont extrêmement incommodes dans tous
les pays bas. Le folgar auquel Brue fut invité se tint au milieu du
village; il dura deux heures, et ne fut interrompu que par une pluie
violente qui força tout le monde de se mettre à couvert.

Le lendemain on vint, de la part du prince, s'informer de la santé du
général; cette politesse fut suivie du déjeuner. Le prince, ayant envoyé
du couscous et du lait, parut aussitôt lui-même, et se mit à table avec
Brue; ensuite ils partirent ensemble, escortés d'environ quarante
chevaux. La route se trouva remplie d'une foule de peuple qui s'était
rassemblée de tous les lieux voisins pour voir les Européens et pour
entendre leur musique. En approchant de Goumel, Brue vit venir à sa
rencontre le kamalingo, suivi de vingt cavaliers, qui le complimentèrent
au nom du siratik. Ce grand-officier de la couronne portait des
hauts-de-chausses fort larges, avec une chemise de coton, dont la forme
ressemblait à celle de nos surplis. Autour de la ceinture il avait un
large ceinturon de drap écarlate, d'où pendait un cimeterre dont la
poignée était garnie d'or. Son chapeau et son habit étaient revêtus de
grisgris, et dans sa main il portait une longue zagaie. Le général le
reçut avec une décharge de sa mousqueterie. Ils continuèrent leur
marche, et traversèrent le village de Goumel pour se rendre au palais du
roi, qui en est éloigné d'une demi-lieue.

La demeure de ce prince est composée d'un grand nombre de cabanes, qui
sont environnées d'un enclos de roseaux verts entrelacés, défendu par
une haie vive d'épines noires si serrée, que le passage en est
impossible aux bêtes sauvages. Le roi, informé de l'approche du général,
envoya les principaux seigneurs de sa cour au-devant de lui; de sorte
qu'en arrivant au palais, son train était d'environ trois cents chevaux.
Tout ce cortége descendit à la première porte, excepté le général, le
prince Siré et le kamalingo, qui entrèrent à cheval, et qui ne mirent
pied à terre qu'à deux pas de la salle d'audience.

Brue trouva le siratik assis sur un lit, avec quelques-unes de ses
femmes et de ses filles, qui étaient à terre sur des nattes. Ce prince
se leva, fit quelques pas au-devant de lui la tête découverte, lui donna
plusieurs fois la main, et le fit asseoir à ses côtés. On appela un
interprète; alors Brue déclara qu'il était venu pour renouveler
l'alliance qui subsistait depuis un temps immémorial entre le siratik et
la compagnie française; il protesta que dans toutes sortes d'occasions
la compagnie était prête à l'aider de toutes ses forces. Il insista sur
les avantages que les sujets du prince tiraient de cet heureux commerce;
et, pour conclusion, il l'assura de ses sentimens particuliers de
respect et de zèle. Pendant que l'interprète expliquait ce discours,
Brue observa que la satisfaction du siratik s'exprimait sur son visage;
il prit plusieurs fois la main du général pour la presser contre sa
poitrine. Ses femmes et ses courtisans répétaient avec la même joie: Les
Français sont une bonne nation: ils sont nos amis.

Le siratik répondit d'un ton fort civil qu'il rendait grâce au général
d'être venu de si loin pour le voir; qu'il avait une véritable affection
pour la compagnie, et pour sa personne en particulier; qu'il voulait
oublier quelques sujets de plainte qu'il avait reçus des agens de la
compagnie; que, dans la confiance qu'il prenait à son caractère, il lui
accordait la liberté d'établir des comptoirs dans toute l'étendue de ses
états, et de bâtir des forts pour leur sûreté. Enfin il conclut en
assurant les Français de sa faveur et de sa protection. Il combla le
général de caresses; il lui fit l'honneur de le faire fumer dans sa
propre pipe; enfin il le reconduisit lui-même jusqu'à la porte de la
salle.

Deux officiers, qui étaient à l'attendre, le menèrent ensuite à
l'audience des reines et des princesses, filles du roi. Il fit à toutes
ces dames des présens moins considérables par le prix que par leur
nouveauté. Une des reines ayant observé que pendant l'audience du
siratik il avait regardé avec beaucoup d'attention une jeune princesse
de dix-sept ans, qui était sa fille, s'imagina qu'il avait pris de
l'amour pour elle, et proposa au roi de la lui donner en mariage. Ce
prince y consentit aussitôt, et fit offrir au général les premiers
postes de son royaume avec un grand nombre d'esclaves. Brue s'excusa sur
ce qu'étant marié, sa religion ne lui permettait d'avoir qu'une femme:
cette réponse fit naître quantité de réflexions et de discours entré les
dames nègres sur le bonheur des femmes de l'Europe. Elles demandèrent à
Brue comment il pouvait vivre si long-temps sans la sienne, et ce qu'il
pensait de sa fidélité dans une si longue absence.

Le lendemain le siratik se rendit à la salle. d'audience pour y
administrer la justice à ses sujets, Brue, curieux d'assister à ce
nouveau spectacle, obtint d'être placé dans un lieu d'où il pouvait tout
voir sans être aperçu. Il trouva le siratik environné de dix vieillards,
qui écoutaient les parties séparément, et qui lui rapportaient ce qu'ils
avaient entendu. Après quoi ce prince, sur l'avis des mêmes conseillers,
prononçait la décision. Elle était exécutée sur-le-champ. Brue n'aperçut
point d'avocat ni de procureur; chacun plaidait sa propre cause. Dans
les causes civiles, il revient au roi un tiers des dommages. Il y a peu
de crimes capitaux parmi les Nègres. Le meurtre et la trahison sont les
seuls qui soient punis de mort. La punition ordinaire est le
bannissement, c'est-à-dire que le roi vend les coupables à la compagnie,
et dispose de leurs effets à son gré. Un débiteur insolvable est vendu
avec toute sa famille jusqu'à la pleine satisfaction du créancier, et le
roi tire son tiers dans cette vente.

Quoique ce canton ne fût pas le plus fertile du pays, la culture y
faisait régner l'abondance. Les habitans sont beaucoup plus industrieux
que le commun des Nègres. Ils font un commerce considérable avec les
Maures du désert.

L'or qui se trouve dans le pays des Foulas leur vient de Galam; car il
ne paraît pas qu'il y ait des mines dans les états du siratik: mais ils
ont l'ivoire en abondance. Le pays au sud de la rivière est rempli
d'éléphans, comme le côté du nord l'est de panthères, de lions, et
d'autres animaux féroces. Ces peuples ont aussi quantité d'esclaves,
autant de leur propre contrée que des régions voisines. Quoiqu'ils les
emploient à cultiver leurs terres, la nécessité les force quelquefois de
les vendre.

Le pays des Foulas, depuis le lac de Cayor jusqu'au village de
Dembakané, c'est-à-dire, de l'ouest à l'est, a près de cent
quatre-vingt-seize lieues. On ignore l'étymologie de leur nom. La
plupart sont d'une couleur fort basanée; mais on n'en voit pas qui
soient d'un beau noir, tel que celui des Iolofs au sud de la rivière. On
prétend que leurs alliances avec les Maures ont imbu leur esprit d'une
teinture de mahométisme, et leur peau de cette couleur imparfaite. Ils
ne sont pas non plus si hauts ni si robustes que les Iolofs. Leur taille
est médiocre, quoique fort bien prise et fort aisée. Avec un air assez
délicat, ils ne laissent pas d'être propres au travail.

Ils aiment la chasse, et l'exercent avec beaucoup d'habileté. Leur pays
est rempli de toutes sortes d'animaux, depuis l'éléphant jusqu'au lapin.
Outre le sabre et la zagaie, ils se servent fort adroitement de l'arc et
des flèches. Ceux qui ont appris des Français l'usage des armes à feu
s'en servent aussi avec une adresse surprenante. Ils ont l'esprit plus
vif que les Iolofs et les manières plus civiles. Ils sont passionnés
pour les merceries de l'Europe, et cette raison les rend fort caressans
à l'égard de tous les marchands.

Ils aiment la musique, et les personnes du premier rang se font honneur
de savoir toucher de quelque instrument, tandis que les princes et les
seigneurs iolofs regardent cet exercice comme un opprobre. Ils en ont de
plusieurs sortes, et leur symphonie n'est pas sans agrément. Leur
inclination pour la danse leur est commune avec tous les Nègres. Après
des jours entiers d'un travail ou d'une chasse pénible, trois ou quatre
heures de danse servent à les rafraîchir.

Leur habillement ressemble beaucoup à celui des Iolofs; mais ils sont
plus curieux dans le choix de leurs étoffes. Leurs voisins donnent la
préférence au rouge; le jaune est leur couleur favorite. Les femmes ne
sont pas de haute taille; mais elles sont bien faites, belles, et d'une
complexion délicate.

Brue traversa une seconde fois les états du siratik pour aller jusqu'au
royaume de Galam.

Il partit du fort Saint-Louis avec deux barques, une grande chaloupe et
quelques canots chargés de marchandises les plus propres au commerce, et
d'une provision de vivres pour trois mois. Les gens de son cortége
étaient choisis. Quoiqu'il lui manquât quelques marchandises
particulières, stipulées dans les articles du traité pour le paiement
des droits, et que les princes nègres soient scrupuleusement attachés à
ces conventions, il se flatta que la réputation qu'il s'était établie
par sa conduite leur ferait agréer tout ce qu'il voudrait offrir.

Sa petite flotte alla mouiller dans l'île du Rocher, où le général
français avait établi un comptoir l'année d'auparavant. Mais, trouvant
que les Maures y étaient venus, et qu'ils avaient emporté toute la
charpente du magasin, il prit le parti d'abandonner un poste si
dangereux pour transporter le comptoir à Oualaldei, situé quinze lieues
plus bas.

Entre ces deux postes, le pays est coupé par de grands fonds, où les
lions et les éléphans se rassemblent en grand nombre. Les éléphans sont
si peu farouches, qu'ils ne s'effraient pas de la vue des hommes, et
qu'ils ne leur font aucun mal, s'ils ne sont attaqués les premiers. Ces
fonds, ou terres basses, produisent des épines d'une prodigieuse
hauteur, qui portent des fleurs d'un beau jaune et d'une odeur fort
agréable. Ce qu'il y a de surprenant, c'est que, l'écorce de ces épines
étant de différentes couleurs, l'une rouge, l'autre blanche, noire ou
verte, et la couleur du bois étant presque la même que celle de
l'écorce, toutes les fleurs ne laissent pas d'avoir une parfaite
ressemblance. Elles formeraient le plus bel ombrage du monde, s'il était
possible d'en jouir sans être cruellement tourmenté par les chenilles
rouges dont elles sont couvertes, et qui forment des pustules sur tous
les endroits de la peau où elles tombent. Le seul remède est de laver
les parties infectées avec de l'eau fraîche, qui dissipe tout à la fois
l'enflure et la douleur. Le bois des épines est si dur et si serré, que
l'auteur le prit pour une espèce d'ébène.

Brue arriva à Ghiorel. Le siratik le pria de lui prêter quelques laptots
pour l'accompagner à la chasse d'un lion qui avait fait depuis peu de
grands ravages dans le pays. Brue lui en accorda quatre. S'étant joint
aux chasseurs du roi, ils trouvèrent ce furieux animal, qui se défendit
avec tout le courage qu'il a reçu de la nature. Il tua deux Nègres, en
blessa dangereusement un troisième, qu'il aurait achevé, si, du coup le
plus heureux, un des laptots du général ne l'eût tué sur-le-champ. Il
fut porté au palais comme en triomphe, et le roi fit présent de sa peau
au général. C'était un des plus grands lions qu'on eût jamais vus dans
le pays. Ce combat en rappelle un autre rapporté par Jannequin, et qui
prouve avec quelle intrépidité les Nègres attaquent ces animaux
formidables, si bien armés par la nature.

«Le chef d'une des tribus du désert, voulant faire connaître son courage
et son adresse aux Français, les fit monter sur quelques arbres, près
d'un bois très-fréquente des bêtes farouches. Il montait un excellent
cheval, et ses armes n'étaient que trois javelines, que les Nègres
appellent _zagaies_, avec un coutelas à la mauresque. Il entra dans la
forêt, où, rencontrant bientôt un lion, il lui fit une blessure. Le fier
animal accourut vers son ennemi, qui feignit de fuir pour l'attirer
dans l'endroit où il avait placé les Français. Alors le kamalingo,
tournant tout d'un coup, l'attendit d'un air ferme, et lui lança une
seconde javeline qui lui perça le corps. Il descendit aussitôt; et,
prenant un épieu, il alla au-devant du lion, qui venait à lui la gueule
ouverte, avec un furieux rugissement; il lui enfonça son épieu dans la
gueule même. Ensuite, sautant sur lui le sabre à la main, il lui coupa
la gorge. Après sa victoire, qui ne lui coûta qu'une légère blessure à
la cuisse, il prit quelques poils du lion, et les attacha comme un
trophée à son turban.» Jannequin confesse que ces Nègres du désert
l'emportent tellement sur les Européens pour la force et le courage,
qu'un de ces barbares renversait aisément d'une seule main le plus
robuste des Français; de sorte que, s'il était question d'en venir aux
coups dans un combat d'homme à homme, il ne doute pas que l'avantage ne
demeurât toujours aux Nègres. Le courage est d'habitude comme toutes les
qualités de l'âme. Les Nègres sont familiarisés, en quelque sorte, avec
ces animaux féroces dont leur pays est peuplé, et dont l'aspect
épouvanterait peut-être nos plus braves guerriers, accoutumés à braver
d'autres dangers. Les Nègres ont su dompter ces monstres terribles, et
n'ont pas su échapper à leurs tyrans, qui ont subjugué leur imagination
après les avoir enchaînés par la force d'un art meurtrier. Notre plus
grand avantage sur eux est l'idée qu'ils ont de notre supériorité, et
l'habitude où ils sont de craindre et de servir les Européens.

Brue partit de Ghiorel, et continua de remonter le Sénégal jusqu'au
village de Dembakané, près des frontières du royaume de Galam; mais il
eut, dans cet intervalle, un spectacle fort étrange. Tout d'un coup le
soleil fut éclipsé par un nuage épais pendant l'espace d'un quart
d'heure. Les Français reconnurent bientôt que c'était une légion de
sauterelles. En passant au-dessus de la barque, elles la couvrirent
d'excrémens. Quelques-uns de ces animaux, étant tombés dans le même
temps, parurent entièrement verts, plus longs et plus épais que le petit
doigt, avec deux dents effilées et très-propres à la destruction. Cette
terrible armée fut plus de deux heures à traverser la rivière. Brue
n'apprit pas qu'elle eût causé beaucoup de mal dans le pays. Il supposa
qu'un vent de sud-est, qui s'éleva aussitôt et qui devint fort violent,
la poussa vers le désert, au nord du Sénégal, où elle périt apparemment
faute de subsistance.

Les rives du Sénégal, depuis Dembakané jusqu'à Tuabo, sont couvertes de
ronces fort piquantes; elles ont la forme de l'if, et le nombre en est
si grand, qu'elles ne permettent pas de marcher le long de la rivière
pour tirer les barques contre le courant. En arrivant à Tuabo, Brue
trouva une nouvelle espèce de singes, d'un rouge si vif, qu'on l'aurait
pris pour une peinture de l'art: ils sont fort gros et moins adroits
que les autres singes. Les Nègres les nomment _patas_, et paraissent
persuadés que c'est une sorte d'hommes sauvages qui refusent de parler,
dans la crainte d'être forcés au travail et vendus pour l'esclavage.
Rien n'est si divertissant. Ils descendaient du haut des arbres jusqu'à
l'extrémité des branches pour admirer les barques à leur passage. Ils
les considéraient quelque temps; et, paraissant s'entretenir de ce
qu'ils avaient vu, ils abandonnaient la place à ceux qui arrivaient
après eux. Quelques-uns devinrent familiers jusqu'à jeter des branches
sèches aux Français, qui leur répondirent à coups de fusil. Il en tomba
quelques-uns; d'autres demeurèrent blessés, et tout le reste tomba dans
une étrange consternation. Une partie se mit à pousser des cris affreux;
une autre à ramasser des pierres pour les jeter à leurs ennemis;
quelques-uns se vidèrent le ventre dans leurs mains, et s'efforcèrent
d'envoyer ce présent aux spectateurs; mais, s'apercevant à la fin que le
combat était inégal, ils prirent le parti de se retirer.

Un marabout, que le général avait rencontré à Tuabo, et qui avait
consenti à l'accompagner, parce qu'il savait plusieurs langues de
différentes nations du pays, lui apprit qu'il était arrivé depuis peu
une grande révolution dans le royaume de Galam par la déposition de
Tonka Mouka, dernier roi de cette contrée, et par l'élévation de Tonka
Boukari sur le trône. Brue feignit de ne pas croire ce récit, et se
crut obligé, pour l'intérêt de la compagnie, de payer les droits aux
deux concurrens.

Cependant il trouva la confirmation de cette nouvelle en arrivant à
Ghiam. Mais il fut beaucoup plus frappé de la visite d'un homme qui se
faisait nommer le roi des abeilles. En effet, elles le suivaient comme
les moutons suivent leur berger. Il en avait le corps si couvert,
surtout la tête, qu'on aurait cru qu'elles en sortaient. Elles ne lui
faisaient aucun mal, ni à ceux qui se trouvaient avec lui. Lorsqu'il se
sépara des Français, elles le suivirent comme leur général; car, outre
celles qui fourmillaient sur son corps, il en avait des millions à sa
suite[5]. Ghiam fut un lieu de merveille pour la caravane française. On
leur fit voir sur les mêmes arbres que les patas fréquentaient, un grand
nombre de serpens de l'espèce des vipères. Le chirurgien du général en
tua un; et l'ayant mesuré, il lui trouva neuf pieds de long sur quatre
pouces de diamètre. Les Nègres s'imaginent que les serpens de la race de
celui qu'on a tué ne manquent pas de venger sa mort sur quelque parent
du meurtrier. Mais ce qui est remarquable, c'est que les singes vivent
en parfaite intelligence avec ces monstrueux reptiles. La rivière
abonde, à Ghiam, en crocodiles beaucoup plus gros et plus dangereux que
ceux qui se trouvent à l'embouchure. Les laptots du général en prirent
un de vingt-cinq pieds de long, à la grande joie des habitans, qui se
figurèrent que c'était le père de tous les autres, et que sa mort
jetterait l'effroi parmi tous les monstres de sa race.

              [Note 5: Nous avons vu, il y a quelques années, un homme
              qui avait le même secret, et qui en fît l'expérience
              devant l'académie des sciences de Paris.]

Brue visita Dramanet, ville fort peuplée, sur la rive sud du Sénégal;
elle n'a pas moins de quatre mille habitans, la plupart mahométans, les
plus justes et les plus habiles négocians qu'on connaisse entre les
Nègres. Leur commerce s'étend jusqu'à Tombouctou, qui, suivant leur
calcul, est cinq cents lieues plus loin dans les terres. Ils en
apportent de l'or et des esclaves bambarras, qui tirent ce nom du pays
de Bambarra-kana, d'où ils sont amenés. C'est une grande région située
entre Tombouctou et Casson, fort peuplée, quoique stérile, et peu connue
d'ailleurs des géographes. Les marchands de Dramanet font quelque trafic
d'or avec les Français du Sénégal; mais ils en portent la plus grande
partie aux Anglais de la rivière de Gambie.

Pendant que Brue envoyait reconnaître la rivière de Falémé, qui se jette
dans celle de Sénégal, il prit la résolution de visiter les cataractes
de Felou. Ces cataractes sont formées par un rocher qui coupe
entièrement la rivière, et d'où elle tombe, avec un bruit épouvantable,
de la hauteur d'environ quarante brasses. Les montagnes qui préparent
cette chute d'eau commencent à une demi-lieue du village de Felou, et
rendent le pays presque inaccessible. Le courant même de la rivière
au-dessus de la cataracte est interrompu par quantité de rocs qui le
rendent dangereux pour les canots, surtout pour ceux des Nègres, qui ne
sont pas partout aussi bons matelots que bons nageurs. Brue laissa ses
barques deux lieues au-dessous du rocher de Felou, et fit le reste du
chemin à pied jusqu'aux cataractes, où se termine le royaume de Galam.

Au nord et au nord-ouest, il est borné par le désert de Sahara, où les
Maures habitent, et par quelques villages des Foulas de la dépendance du
siratik; à l'est et au nord-est, ses bornes sont le royaume de Casson.

Le titre du roi de Galam est Tonka, qui signifie roi. Les principaux
seigneurs du pays, qui sont autant de petits rois, lorsqu'ils ont pu
parvenir au gouvernement d'un village, se font nommer Siboyez. Le commun
des habitans porte le nom de Saracolez, tiré sans doute du lieu même de
leur habitation, parce qu'en langue du pays, _colez_ signifie rivière.
Ils sont inquiets et turbulens, capables de détrôner leurs rois sur les
moindres prétextes; paresseux d'ailleurs, et si peu portés à s'éloigner
de leur pays, que leurs plus longues courses ne vont guère au delà de
Djaga, cinq journées au dessus du rocher de Felou, ou au delà de
Bambouk, grande contrée au sud, qui mérite des observations
particulières dans un article séparé. Ils amènent des esclaves de
Djaga, et de Bambouk ils apportent de l'or.

La nation qu'on appelle les Mandingues est originaire de Djaga; mais
elle s'est établie dans le pays de Galam, où elle est devenue fort
nombreuse, avec assez d'union pour former une espèce de république, qui
n'a pas plus de considération pour le roi qu'elle ne juge à propos. Tout
le commerce du pays est entre les mains des Mandingues: ils l'étendent
dans les royaumes voisins; et, n'étant pas moins ardens pour la religion
de Mahomet que pour les richesses, ils font gloire d'être tout à la fois
marchands et missionnaires; ils se qualifient tous du nom de marbouts,
que les Français ont changé en celui de marabouts, c'est-à-dire
religieux et prédicateurs. Si l'on excepte les vices propres aux Nègres,
il y a peu de reproches à faire à leur nation: elle est douce, civile,
amie des étrangers, fidèle à ses promesses, laborieuse, industrieuse,
capable, dit-on, de tous les arts et de toutes les sciences; cependant
tout leur savoir consiste à lire, et à écrire l'arabe. On a peine à
juger si c'est par inclination qu'ils aiment les étrangers, ou pour les
profits qu'ils tirent d'eux par le commerce.

Les habitans naturels du pays de Bambouk, qui se nomment Malincops, ont
reçu aussi les Mandingues, et les ont même incorporés avec eux, jusqu'à
ne former qu'une même nation, où la religion, les moeurs et les usages
des Mandingues ont si absolument prévalu, qu'il n'y reste aucune trace
des anciens Malincops.

Mais, outre le pays de Djaga, d'où sont venus les Mandingues de royaume
de Galam, on trouve au sud de Bambouk une vaste contrée, ou un royaume
qui porte leur nom. Cette région, nommée Mandinga, est extrêmement
peuplée, d'autant plus que les femmes y sont d'une rare fécondité, et
qu'on n'en tire aucun esclave; on n'y vend du moins que les criminels.
La quantité d'habitans s'est quelquefois trouvée si excessive, qu'il
s'en est formé des colonies dans diverses parties de l'Afrique, surtout
dans le pays où le commerce est en honneur; telle est l'origine des
Mandingues de Galam, de Bambouk et de plusieurs autres lieux.

Des cataractes de Felou jusqu'à celles de Govina, la distance est
d'environ quarante lieues. Au saut de Felou, la rivière se trouve comme
pressée entre deux hautes montagnes, non que le canal n'ait assez de
largeur, mais il est rempli de rocs au travers desquels il semble que
l'eau se soit ouvert un passage par force en charriant toute la terre
qui les environne: elle coule ainsi par cent boyaux fort rapides, dont
aucun ne paraît navigable. Au delà de ces détroits, on trouve une belle
île sans nom, vis-à-vis le village de Lantou, qui est sur le côté droit
de la rivière. La situation de cette île serait fort commode pour un
établissement et pour un magasin de marchandises, d'où le commerce
pourrait s'étendre sur les deux bords de la rivière, et plus liant
jusqu'au-dessous des cataractes de Govina.

Brue avait conçu l'importance de cette découverte pour l'intérêt de la
compagnie, et s'était proposé de la faire lui-même avec celle de tout le
pays qui est aux environs; mais d'autres affaires l'ayant rappelé, il
engagea quelques-uns de ses plus courageux facteurs à tenter une si
belle entreprise. Ils se rendirent du fort Saint-Louis au fort de
Dramanet, qui avait reçu le nom de Saint-Joseph, sous la conduite de
quelques Nègres qui connaissaient le pays. Ensuite, s'étant avancés
jusqu'au pied des cataractes de Felou, ils y quittèrent leurs chaloupes.
Les bords du Sénégal leur parurent d'une beauté admirable, mais mieux
peuplés sur la droite, c'est-à-dire au sud que du côté du nord. Ils
furent bien reçus dans tous les lieux du passage, en se faisant des amis
par leurs présens. Après avoir suivi à pied le bas de la montagne, ils
arrivèrent à Lantou; ils visitèrent l'île dont on a parlé, et s'étant
procuré quelques mauvais canots par l'entremise de leurs guides, ils
poussèrent leur navigation jusqu'au pied du roc Govina, à quarante
lieues de Lantou.

La cataracte de Govina leur parut plus haute que celle de Felou. Comme
la rivière y est assez large, elle forme, en tombant avec un bruit
horrible, une brume épaisse qui, des différens points d'où elle peut
être observée, réfléchit différens arcs-en-ciel. Les aventuriers
français, encouragés par le succès de leur route, cherchèrent de quel
côté de la rivière ils pouvaient espérer de franchir plus facilement les
montagnes qui font la cataracte; mais les Nègres qui leur servaient de
guides refusèrent constamment de les accompagner plus loin, sous
prétexte qu'ils étaient en guerre avec ces peuples du pays supérieur, et
qu'ils n'entendaient pas leur langage. Les facteurs se virent dans la
nécessité de retourner au fort Saint-Louis sans avoir exécuté leur
dessein.

Quoique ces cataractes rendent le passage de la rivière fort difficile,
elles ne mettent point d'obstacle insurmontable au commerce. Les
habitans ne manquent ni de boeufs ni de chevaux pour le transport des
marchandises: ils ont aussi des chameaux en abondance; de sorte que, si
ces régions étaient une fois bien connues, et l'ouverture assurée par de
bons établissemens, on pourrait entreprendre un riche commerce avec le
royaume de Tombouctou et les pays du même côté.

À l'est et au nord-est de Galam, on trouve le royaume de Casson, qui
commence à la moitié du chemin entre les rochers de Felou et de Govina.
Le souverain s'appelle Segadoua. Il fait sa résidence ordinaire dans une
grande île, ou plutôt une péninsule, formée par deux rivières au nord du
Sénégal, qui, après un cours de plus de soixante lieues, vont se perdre
dans un grand lac du même nom que ce royaume. La plus méridionale de ces
deux rivières qui forment la presqu'île de Casson se nomme la rivière
Noire, de la couleur sombre de ses eaux, et ne prend pas sa source à
plus d'une demi-lieue de celle du Sénégal; mais, à moins d'une lieue de
son origine, elle devient si forte, qu'elle cesse d'être guéable.
L'autre, qui est au nord, porte le nom de rivière Blanche, parce que la
terre blanchâtre et glaiseuse où elle passe lui fait prendre cette
couleur, fort différente de celle du Sénégal, d'où elle sort à
demi-lieue au plus de la source de la rivière Noire.

La péninsule de Casson, qui est longue d'environ soixante lieues, n'en a
guère que six dans sa plus grande largeur. Son terroir est fertile et
bien cultivé. Elle est si peuplée, et son commerce a tant d'étendue,
qu'elle doit être fort riche. Son roi passe pour un prince puissant, qui
n'est pas moins respecté de ses voisins que de ses sujets. Galam et la
plupart des royaumes voisins sont ses tributaires. On prétend que les
habitans de Casson étaient Foulas dans leur origine, et que leur roi
possédait anciennement tout le royaume de Galam et la plupart des pays
qui forment aujourd'hui les états du siratik. Peut-être faut-il
rapporter à cette cause le tribut que ces peuples lui paient encore. On
assure qu'il a des mines d'or, d'argent et de cuivre en très-grand
nombre, et si riches, que le métal paraît presque sur la surface; de
sorte que, si, délayant un peu de terre dans un vase, on le vide avec
un peu de précaution, ce qui reste au fond est le métal pur. C'est ce
qu'on appelle l'or de lavage.

Comme on n'a pas pénétré plus loin à l'est que les cataractes de Govina,
toutes les lumières qu'on a sur les richesses du royaume de Casson
viennent des marchands nègres du pays, qui ont une grande passion pour
les voyages, et plus d'habileté dans les affaires que tous les autres
peuples de leur couleur. Ils conviennent tous qu'il s'étend plusieurs
journées au delà de Govina, et qu'il est borné à l'est par un autre
royaume qui touche à celui de Tombouctou, pays qu'on cherche depuis si
long-temps.

Il est certain que le royaume de Tombouctou produit beaucoup d'or; mais
on y en apporte aussi de Gago, de Zanfara, et de plusieurs autres
régions; ce qui ajoute aux avantages de la ville de Tombouctou, qui est
déjà riche en elle-même, celui d'être le centre du commerce pour toutes
les parties de l'Afrique. Son pays a d'ailleurs en abondance toutes les
nécessités de la vie: le maïs, le riz, et toutes sortes de grains y
croissent en perfection. Les bestiaux y sont en grand nombre, et les
fruits fort communs. Il s'y trouve des palmiers de toutes les espèces;
enfin le seul bien qui leur manque est le sel. Comme la chaleur du
climat le rend absolument nécessaire, il y est aussi cher que rare. On
l'y reçoit des marchands mandingues, qui l'achètent des Européens et des
Maures. L'auteur regrette qu'un si beau pays soit si peu connu. On
pourrait, dit-il, engager les marchands mandingues à prendre avec eux
quelque agent français; mais il faudrait choisir pour cette entreprise
un homme de savoir et d'expérience, capable de dresser une carte du
pays, et de lever sur son passage le plan des villes et des routes. Il
serait même, à souhaiter qu'il fût versé dans la physique, la botanique
et la chirurgie; qu'il sût les langues arabe et mandingue; qu'il fût
excité à courir les dangers d'une si grande entreprise par des
espérances proportionnées aux difficultés du travail. On obtiendrait
bientôt par cette voie une parfaite connaissance non-seulement de
Tombouctou, mais encore de toutes les régions intérieures de l'Afrique,
dont on n'a publié jusque aujourd'hui que des relations puériles et
fabuleuses. Ces réflexions de Brue sont justes; mais quelle apparence
que les Mandingues, qu'il représente comme des négocians habiles,
consentent à se donner des concurrens?

Après avoir ainsi reconnu, du moins en partie, le cours du Sénégal,
Brue, de retour dans ses comptoirs, tenta un voyage par terre à Cachao,
pays situé sur la rivière de ce nom, qu'on nomme autrement San-Domingo,
au sud de la Gambie, au delà du cap Roxo ou Rouge, par le IIe degré de
latitude. Il traversa le pays des Feloups, qui habitent, près de Bintam,
celui de Djéredja, où les Portugais étaient établis, et dont la
fertilité le surprit. Rien n'y paraissait en friche. Les cantons bas
étaient divisés par de petits canaux et semés de riz. Au long de chaque
canal, l'art des habitans avait élevé des bordures de terre pour arrêter
l'eau. Les lieux élevés produisaient du millet, du maïs et des pois de
différentes espèces, particulièrement une espèce noire, qui s'appelle
_pois nègre_, et qui fait d'excellente soupe. Les melons d'eau de ce
canton sont d'une beauté parfaite. Il s'en trouve qui pèsent jusqu'à
soixante livres. Leur graine est couleur d'écarlate, et le jus en est
extrêmement doux et rafraîchissant. Le boeuf du pays est excellent; mais
le mouton est si gras, qu'il sent le suif. La volaille et toutes les
nécessités de la vie y sont en abondance.

Les chauves-souris du pays sont de la grosseur de nos pigeons, avec de
longue ailes armées de pointes, qui leur servent à s'attacher aux
arbres, où elles se tiennent suspendues, en formant ensemble des espèces
de gros pelotons. Les Nègres en mangent la chair après les avoir
écorchées, parce qu'ils croient que le petit duvet brun dont elles ont
la peau couverte est un poison. C'est le seul de tous les volatiles
connus à qui la nature ait donné du lait pour la nourriture de ses
petits.

Brue, ayant remarqué en chemin des pyramides de terre dans plusieurs
endroits, les avait prises d'abord pour des tombeaux; mais l'alcade qui
lui servait de guide l'assura que c'était la retraite des fourmis, et
l'en convainquit aussitôt en ouvrant un de ces terriers, dont le dehors
était uni et cimenté comme s'il eût été l'ouvrage d'un maçon. Ces
fourmis sont blanches, de la grosseur d'un grain d'orge, et fort agiles.
Leurs demeures n'ont qu'une seule ouverture vers le tiers de leur
hauteur, d'où elles descendent sous terre par une sorte d'escalier
circulaire. Brue fit jeter près d'un de ces terriers une poignée de riz,
quoiqu'il ne parût aucune fourmi hors du trou; mais dans l'instant il en
sortit une légion, qui transportèrent ce trésor dans leur magasin, sans
en laisser le moindre reste, et qui rentrèrent dans leur asile
lorsqu'elles n'en trouvèrent plus. Ces espèces de ruches sont si fortes,
qu'il n'est pas facile de les ouvrir.

Sur la rivière de Paska, Brue admira l'adresse d'un Nègre qui tenait son
arc et ses flèches d'une main, tandis que de l'autre il conduisait un
canot; s'il apercevait un poisson, il était sûr de le percer, et
sur-le-champ il retirait la flèche avec sa proie. Entre les arbres qui
bordent les deux rives, Brue trouva des oiseaux dont le cri répète les
deux syllabes _ha_, _ha_, aussi distinctement que la voix humaine.

En quittant cet agréable canton, Brue voyagea pendant deux jours dans un
pays qui n'est habité que par des Feloups indépendans qui se sont
établis entre la rivière de Gambie et celle de Cachao. Ceux qui ont été
subjugués par le roi de Djéredja et les Portugais sont assez civilisés;
mais les autres, qui habitent les bords de la rivière de Casamansa,
forment une nation sauvage qui ne ménage pas les étrangers. Ils ont peu
de commerce avec les blancs, et ne vivent pas mieux avec leurs voisins,
contre lesquels ils ont perpétuellement la guerre. Les Nègres des autres
nations n'auraient pas la hardiesse de traverser le pays des Feloups,
s'ils ne trouvaient l'occasion des voyageurs européens, qui n'y passent
pas sans se mettre en état de ne craindre aucune insulte.

Cachao est une ville et une colonie portugaise située sur la rive sud du
Rio San-Domingo, à vingt lieues de son embouchure. C'est le principal
établissement que les Portugais aient dans ce pays, quoique les
habitans, qui sont distingués par le nom de Nègres Papels, leur portent
une haine mortelle; aussi n'ont-ils rien négligé pour se fortifier du
côté de la terre. Ils y ont un rempart bien palissadé, avec une bonne
artillerie.

Les maisons de la ville sont de terre glaise, blanchies dedans et
dehors. Elles sont fort grandes, mais leur hauteur n'est que d'un étage.
Pendant la saison des pluies, elles sont couvertes de feuilles de
latanier; mais dans les temps secs on ne les couvre que d'une simple
toile, qui suffit pour les garantir du soleil et de la rosée. Le climat
est sujet à des rosées fort abondantes, surtout près d'une si grande
rivière et dans un canton si marécageux. Il y a dans la ville une église
paroissiale et un couvent de capucins. La paroisse est desservie par un
curé et deux prêtres d'une ignorance égale à leur pauvreté. En 1700, le
couvent des capucins n'en contenait que deux, qui étaient entretenus par
le roi de Portugal. Ils sont soumis à l'évêque de San-Iago.

L'usage est de changer la garnison tous les trois ans, terme qu'elle
attend toujours avec impatience; car elle est si mal payée, que la
plupart des soldats ne se font pas scrupule de voler pendant la nuit.

La rivière a plus d'un quart de lieue de largeur devant la ville. Elle
est assez profonde pour recevoir des bâtimens de la première grandeur,
si les dangers de la barre ne les arrêtaient à l'embouchure. Les deux
rives sont couvertes d'arbres; mais ceux de la rive du nord sont les
plus beaux de toute l'Afrique, autant par l'excellence du bois que par
leur hauteur et leur grosseur. On ferait de leur tronc un canot d'une
seule pièce capable de recevoir le poids de dix tonneaux, et de porter
vingt-cinq ou trente hommes. La marée remonte trente lieues au-dessus de
Cachao. Il y pleut avec tant d'abondance, qu'on l'appelle _le
pot-de-chambre_ de l'Afrique, comme Rouen, dit l'auteur, est celui de la
Normandie.

On ne peut sortir de Cachao pendant la nuit sans courir quelque danger.
L'auteur parle ici d'une espèce de gens qu'il appelle des aventuriers
nocturnes, et qui est fort remarquable. Ils portent sur leurs habits un
petit tablier de cuir, avec une bavette qui couvre une cuirasse ou une
cotte de mailles. Ce tablier, qui ne passe la ceinture que de quelques
doigts, est plein de trous, auxquels sont attachés deux ou trois paires
de pistolets de poche et plusieurs poignards. Le bras gauche est chargé
d'un petit bouclier. Au-dessous pend une longue épée dont le fourreau
s'ouvre tout d'un coup par le moyen d'un ressort, pour épargner la peine
et le temps de la tirer. Lorsqu'ils sortent sans dessein formé, et
seulement pour se réjouir, ils sont couverts, par-dessus toute cette
parure, d'un manteau noir qui pend jusqu'aux mollets. Mais s'ils se
proposent quelque aventure, c'est-à-dire, un duel à la portugaise, ils
ajoutent à leurs armes une courte carabine chargée de vingt ou trente
petites balles et d'un quarteron de poudre, avec un bâton fourchu pour
la poser dessus en tirant. Enfin, pour achever une si étrange parure,
ils ont sur le nez une grande paire de lunettes qui est attachée des
deux côtés à l'oreille. En arrivant au lieu de l'exécution, le brave
commence par planter sa carabine, rejette son manteau sur le bras
gauche, prend son épée de la main droite, et dans cette posture attend
l'homme qu'il veut tuer et qui ne pense point à se défendre. Aussitôt
qu'il le voit, il fait feu en lui disant de prendre garde à lui. Il lui
serait fort difficile de le manquer; car cette espèce d'arme à feu
écarte tellement les balles, qu'elle en couvrirait la plus grande porte.
Si l'infortuné qui reçoit le coup n'est pas tout-à-fait mort, le
meurtrier s'approche en l'exhortant de dire _Jésus Maria_, et l'achève à
terre de quelques coups d'épée ou de poignard. Il arrive quelquefois que
ces perfides assassins trouvent la partie égale, et qu'ils sont arrêtés
par ceux dont ils menacent la vie; mais ils se tirent d'embarras en
protestant qu'ils se sont trompés, et qu'une autre fois ils sauront
mieux distinguer leur ennemi.

Dans les visites qu'on rend aux Portugais, on se garde bien de demander
à voir leurs femmes, ou même de s'informer de leur santé. Ce serait
assez pour s'exposer à quelque duel de la nature de ceux qu'on vient
d'expliquer, ou pour exposer une femme au poignard ou au poison.

À quelque distance de Cachao, vers le sud, on trouve les îles de Bissao
et celle des Bissagos, où les Portugais ont aussi un établissement. Brue
visita ces îles. Elles sont soumises à un empereur. La principale, qui
donne son nom à toutes les autres, a quarante lieues de circonférence.

Le terroir est si riche et si fécond, qu'à la grandeur du riz et du
maïs, on les prendrait pour des arbustes. Il s'y trouve, avec le maïs
des deux espèces, une autre sorte de grain qui lui ressemble. Il est
blanc, et se réduit aisément en farine, que les habitans mêlent avec du
beurre ou de la graisse pour en faire une pâte qu'ils nomment _fondé_.
Le maïs ne leur sert pas, comme au Sénégal, à faire du pain ou du
couscous. Ils le mangent grillé. Cependant les plus curieux en forment
quelquefois des gâteaux nommés _batangos_, de l'épaisseur d'un doigt, et
les font cuire dans des cercles de terre, comme la banane en Amérique.

Les habitans de Bissao sont nommés Papels. Cette nation occupe une
partie des îles et des côtes voisines, surtout au sud de Cachao. Elle
est mal disposée pour les Portugais, quoiqu'elle ait emprunté un grand
nombre de leurs usages. Les femmes des Papels ne portent pour
habillement qu'une pagne de coton avec des bracelets de verre ou de
corail. Les filles sont entièrement nues. Si leur naissance est
distinguée, elles ont le corps régulièrement marqué de fleurs et
d'autres figures: ce qui fait paraître leur peau comme une espèce de
satin travaillé. Les princesses, filles de l'empereur de Bissao, étaient
couvertes de ces marques, sans autre parure que des bracelets de corail
et un petit tablier de coton.

Les Nègres de Bissao sont excellens mariniers, et passent pour les plus
habiles rameurs de toute la côte. Ils emploient au lieu de rames de
petites pelles de bois qu'ils nomment _pagaies_, et le mouvement qu'ils
font pour s'en servir est si régulier, qu'il produit une sorte
d'harmonie. Ils ont un langage qui est propre aux Papels, comme ils ont
des usages qui leur sont particuliers. Le commerce n'a pas peu servi à
les cultiver. Ils sont idolâtres; mais leurs idées de religion sont si
confuses, qu'il n'est pas aisé de les démêler. Leur principale idole est
une petite figure qu'ils appellent _china_, dont ils ne peuvent
expliquer la nature ni l'origine. Chacun d'ailleurs se fait une divinité
suivant son caprice. Ils regardent certains arbres consacrés, sinon
comme des dieux, du moins comme l'habitation de quelque dieu. Ils leur
sacrifient des chiens, des coqs, et des boeufs, qu'ils engraissent et
qu'ils lavent avec beaucoup de soin, avant de les faire servir de
victimes. Après les avoir égorgés, ils arrosent de leur sang les
branches et le pied de l'arbre. Ensuite ils les coupent en pièces, dont
l'empereur, les grands et le peuple ont chacun leur partie. Il n'en
reste à la divinité que les cornes.

Il ne paraît pas que l'île de Bissao ait jamais été troublée par des
guerres civiles; ce qu'on peut regarder comme une preuve de leur
soumission à leur prince. Mais ils sont sans cesse en guerre avec leurs
voisins, qu'ils troublent, comme ils en sont troublés, par des
incursions continuelles. Les Biafaras, les Bissagos, les Balantes et les
Nalous, qui les environnent de toutes parts, sont des nations fort
braves qui se battent avec la dernière furie. Les traités de paix
n'étant pas connus entre ces barbares, il n'y a jamais beaucoup de
correspondance entre eux, dans les intervalles même du repos. Loin de
leur offrir leur médiation, les Européens trouvent leur intérêt à les
voir toujours aux mains, parce que la guerre augmente le nombre des
esclaves. Mais ordinairement les incursions, de part ou d'autre, ne
durent pas plus de cinq ou six jours.

L'empereur de Bissao jouit d'une autorité très-despotique. Il a trouvé
une voie fort étrange pour s'enrichir aux dépens de ses sujets sans
qu'il lui en coûte jamais rien: c'est d'accepter la donation qu'un Nègre
lui fait de la maison de son voisin. Il en prend aussitôt possession, et
le propriétaire se trouve dans la nécessité de la racheter ou d'en bâtir
une autre. À la vérité, le moyen de se venger est facile, en jouant le
même tour à celui de qui on l'a reçu; mais l'empereur n'y peut rien
perdre, puisqu'il ne hasarde que de gagner deux maisons pour une. Ce
pouvoir arbitraire s'étend sur tous ceux qui habitent dans l'île. Un
jour, l'empereur de Bissao avait confié à la garde des Portugais un
esclave qui se pendit. C'était lui naturellement qui devait supporter
cette perte; mais il ordonna que le cadavre fût laissé dans le même lieu
jusqu'à ce que les Portugais lui fournissent un autre esclave. Le
désagrément de voir pourrir un corps devant leurs yeux leur fit prendre
le parti d'obéir. Dans une autre occasion, deux esclaves qu'il avait
vendus s'échappèrent de leurs chaînes, et furent repris par ses soldats.
L'équité semblait demander qu'ils fussent restitués à leur maître; mais
l'empereur déclara qu'ils étaient à lui, puisqu'ils étaient remis en
liberté, et les revendit sans scrupule à d'autres marchands.

À la mort des empereurs de Bissao, les femmes qu'ils ont aimées le plus
tendrement et leurs esclaves les plus familiers sont condamnés à perdre
la vie, et reçoivent la sépulture près de leur maître pour le servir
dans un autre monde. L'usage était même autrefois d'enterrer des
esclaves vivans avec le monarque mort; mais l'auteur prétend que cette
coutume commençait à s'abolir. Le dernier roi n'avait eu qu'un esclave
enterré avec lui, et celui qui régnait paraissait disposé à détruire une
loi si barbare.

Lorsqu'il est question de guerre, ils ont un tocsin qui sert à
rassembler la milice des Nègres. Il porte dans cette île le nom de
_bonbalon_. C'est une sorte de trompette marine, mais sans corde, qui
est beaucoup plus grosse et a le double de longueur. Elle est d'un bois
léger. On frappe dessus avec un marteau de bois dur; et l'on prétend que
le bruit se fait entendre de quatre lieues. L'empereur a plusieurs de
ces instrumens au long des côtes et dans l'intérieur de l'île, avec une
garde pour chacun; et lorsque le sien a donné le signal, les autres
répètent autant de fois les mêmes coups et sur les mêmes tons; de sorte
que ses volontés sont connues en un moment par la manière de les
communiquer. Si quelqu'un refuse d'obéir, il est vendu pour l'esclavage.
Ce châtiment politique tient tout le monde dans la soumission; et
l'empereur, pour qui la désobéissance est utile, se plaint quelquefois
de trouver ses sujets trop ardens à le servir.

Dans l'archipel des Bissagos, entre la rivière de Cachao et le cap
Tumbaly, vis-à-vis la côte des Balantes, se trouvent les îles de
Cazégut.

Les Nègres de ces îles sont grands et robustes, quoique leurs alimens
ordinaires soient le poisson, les coquillages, l'huile et les noix de
palmier, et qu'ils aiment mieux vendre leur riz et leur maïs aux
Européens que de les réserver pour leur usage. Ils sont idolâtres, et
d'une cruauté extrême pour leurs ennemis. Ils coupent la tête à ceux
qu'ils tuent dans leurs guerres; ils emportent cette proie pour
l'écorcher, et, faisant sécher la peau du crâne avec la chevelure, ils
en ornent leurs maisons comme d'un trophée. Au moindre sujet de chagrin,
ils tournent aussi facilement leur furie contre eux-mêmes. Ils se
pendent, ils se noient, ils se jettent dans le premier précipice. Leurs
héros prennent la voie du poignard. Ils sont passionnés pour
l'eau-de-vie. S'ils croient qu'un vaisseau leur en apporte, ils se
disputent l'honneur d'y arriver les premiers, et rien ne leur coûte pour
se procurer cette chère liqueur: alors le plus faible devient la proie
du plus fort. Dans ces occasions, ils oublient les lois de la nature,
le père vend ses enfans; et si ceux-ci peuvent l'emporter par la force
ou par l'adresse, ils traitent de même leurs pères et leurs mères.

À Cazégut, Brue reçut un singulier hommage: il traitait un seigneur
nègre sur son bord, lorsqu'il vit paraître un canot chargé de cinq
insulaires, dont l'un étant monté à bord, s'arrêta sur le tillac en
tenant un coq d'une main, et de l'autre un couteau. Il se mit à genoux
devant Brue, sans prononcer un seul mot: il y demeura une minute, et,
s'étant levé, il se tourna vers l'est et coupa la gorge du coq; ensuite,
s'étant mis à genoux, il fit tomber quelques gouttes de sang sur les
pieds du général. Il alla faire la même cérémonie au pied du mât et de
la pompe; après quoi, retournant vers le général, il lui présenta son
coq. Brue lui fit donner un verre d'eau-de-vie, et lui demanda la raison
de cette conduite. Il répondit que les habitans de son pays regardaient
les blancs comme les dieux de la mer; que le mât était une divinité qui
faisait mouvoir le vaisseau, et que la pompe était un miracle,
puisqu'elle faisait monter l'eau, dont la propriété naturelle était de
descendre.

Les habitans de Cazégut, surtout ceux qui sont distingués par le rang ou
les richesses, se frottent les cheveux d'huile de palmier, ce qui les
fait paraître tout-à-fait rouges. Les femmes et les filles n'ont autour
de la ceinture qu'une espèce de frange épaisse, composée de roseaux, qui
leur tombe jusqu'aux genoux. Dans la saison du froid, elles en ont une
autre qui leur couvre les épaules, et qui descend jusqu'à la ceinture.
Quelques-unes en ajoutent une troisième sur la tête, qui pend jusqu'aux
épaules. Rien n'est si comique que cette parure. Elles y joignent des
bracelets de cuivre et d'étain aux bras et aux jambes. En général, les
deux sexes ont la taille belle, les traits du visage assez réguliers, et
la couleur du jais le plus brillant, sans avoir le nez plat ni les
lèvres trop grosses. L'esprit et la vivacité ne leur manquent pas; mais
ils souffrent l'esclavage avec tant d'impatience, surtout hors de leur
patrie, qu'il est dangereux d'en avoir un grand nombre à bord. Un
capitaine, après en avoir acheté plusieurs, avait pris toutes sortes de
précautions pour les tenir sous le joug, en les enchaînant deux à deux
par le pied, et mettant des menottes aux plus vigoureux. Ils n'en
trouvèrent pas moins le moyen d'arracher l'étoupe du vaisseau, et l'eau
pénétra si vite, qu'il aurait coulé à fond, si le capitaine n'eût
rencontré fort heureusement une vieille voile qui servit à boucher le
trou. Le naturel fier et indomptable de ces insulaires est si connu en
Amérique, qu'on ne les y achète qu'avec de grandes précautions. Ils ne
travaillent qu'à force de coups. Ils se dérobent souvent par la fuite,
et quelquefois ils se détruisent eux-mêmes. Remarquons ici que
l'historien anglais et son traducteur traitent de vice et d'indolence
obstinée ce courage qui préfère la mort à la servitude, tant l'habitude
des préjugés renverse les idées naturelles!

Nous ne devons pas omettre un exemple singulier de ce que peut
l'autorité d'un seul homme au milieu de l'ignorance et de la barbarie.

À cent cinquante lieues de son embouchure, la rivière de Casamansa
forme, en tournant, un coude qui donne le nom de _Cabo_ à un grand
royaume voisin. Il était gouverné, au commencement de notre siècle, par
un roi nègre, nommé Briam-Mansare, qui vivait avec plus de faste que
tous les autres princes de la même côte. Sa cour était nombreuse. Il se
faisait servir dans de la vaisselle d'or, dont il avait jusqu'à quatre
mille marcs. Il entretenait constamment six ou sept mille hommes bien
armés, avec lesquels il tenait ses voisins dans la soumission et les
forçait de lui payer un tribut. La police était si bien établie dans ses
états, que les négocians auraient pu laisser sans crainte leurs
marchandises sur le grand chemin. À force de lois et par la rigueur de
l'exécution, il avait corrigé dans ses sujets le penchant au vol, qui
est un vice naturel aux Nègres. Jamais les esclaves n'étaient enchaînés.
Lorsqu'ils avaient reçu la marque du marchand, il ne fallait plus
craindre de les perdre par la fuite, tant la garde était exacte sur les
frontières, et la discipline rigoureuse dans le gouvernement. Ce prince
faisait chaque année, avec les Portugais, un commerce de six cents
esclaves, échangés contre différentes espèces de marchandises, telles
que des armes à feu, des sabres courbés, avec de belles poignées, des
selles de France, des fauteuils de velours, et d'autres meubles; de la
fenouillette de l'île de Rhé, de l'eau de cannelle, du rossolis, etc.
Lorsqu'il recevait la visite de quelque blanc, il le faisait défrayer
dès l'entrée de ses états, et ses sujets ne pouvaient rien exiger d'un
étranger, sous peine d'être vendus pour l'esclavage. Il était toujours
prêt à donner audience: à la vérité, on était obligé, pour l'obtenir, de
lui faire un petit présent de la valeur de trois esclaves; mais il
rendait toujours plus qu'il n'avait reçu. Ces civilités continuaient
jusqu'à ce que l'étranger eût disposé de ses marchandises. Alors si,
dans son audience de congé, il demandait au roi un présent pour sa
femme, ce prince ne manquait jamais de donner un esclave ou deux marcs
d'or. Il mourut en 1705, également regretté de ses peuples et des
étrangers.

On remarque avec étonnement dans la rivière de San-Domingo que les
caymans, ou les crocodiles, qui sont ordinairement des animaux si
terribles, ne nuisent à personne. Il est certain, dit l'auteur, que les
enfans en font leur jouet, jusqu'à leur monter sur le dos, et les battre
même, sans en recevoir aucune marque de ressentiment. Cette douceur leur
vient peut-être du soin que les habitans prennent de les nourrir et de
les bien traiter. Dans toutes les autres parties de l'Afrique, ils se
jettent indifféremment sur les hommes et sur les animaux. Cependant il
se trouve des Nègres assez hardis pour les attaquer à coups de poignard.
Un laptot du fort Saint-Louis s'en faisait tous les jours un amusement
qui lui avait long-temps réussi; mais il reçut enfin tant de blessures
dans ce combat, que, sans le secours de ses compagnons, il aurait perdu
la vie entre les dents du monstre.

Les hippopotames sont en nombre prodigieux dans toutes ces rivières,
comme dans celles de Sénégal et de Gambie; mais ils ne causent nulle
part tant de désordres qu'entre celles de Casamansa et de Sierra-Leone.
Les plantations de riz et de maïs que les Nègres ont dans leurs cantons
marécageux sont exposées à des ravages continuels, si la garde ne s'y
fait nuit et jour. Cependant ils sont plus timides et plus aisés à
chasser que les éléphans. Au moindre bruit, ils regagnent la rivière, où
ils plongent d'abord la tête, et, se relevant ensuite sur la surface,
ils secouent les oreilles, et poussent deux ou trois cris si forts,
qu'ils peuvent être entendus d'une lieue.

Les flamans sont en grand nombre sur la rivière de Gèves ou Geba, dans
le pays des Biafaras, autre établissement des Portugais, près de
Rio-Grande. Nous avons déjà parlé de ces oiseaux. Les habitans de Gèves
portent le respect si loin pour ces animaux, qu'ils ne souffrent pas
qu'on leur fasse le moindre mal. Ils les laissent tranquilles au milieu
de leur habitation, sans être incommodés de leurs cris, qui se font
entendre néanmoins d'un quart de lieue. Les Français, en ayant tué
quelques-uns dans cet asile, furent forcés de les cacher sous l'herbe,
de peur qu'il ne prît envie aux Nègres de venger sur eux la mort d'une
bête si révérée.

Dans plusieurs endroits de la côte, surtout aux environs de Gèves, on
trouve une sorte d'oiseaux de rivage que l'on nomme _spatules_, parce
que leur bec a beaucoup de ressemblance avec cet instrument de
chirurgie. Ils ont la chair beaucoup meilleure que les flamans. Cet
oiseau, qui est de la grosseur de la cigogne, et qui a de même les
jambes fort longues, se trouve aussi en Europe dans les pays marécageux,
tels que la Hollande.

En remontant le Rio-Grande, quatre-vingts lieues au-dessus de son
embouchure, on arrive dans le pays des Analoux, Nègres qui sont
très-passionnés pour le commerce. Leurs richesses sont l'ivoire, le riz,
le maïs et les esclaves.

À seize lieues au delà du Rio-Grande, vers le sud, en allant vers
Sierra-Leone, on trouve la rivière de Nougnez, sur les bords de laquelle
on fait un grand commerce d'ivoire.

Le pays aux environs de la rivière de Nougnez produit un sel que les
Portugais estiment beaucoup, et qu'ils regardent comme un contre-poison.
Ils ont l'obligation aux éléphans de leur en avoir découvert la vertu.
Les Nègres qui vont à la chasse de ces animaux leur tirent des flèches
empoisonnées; et lorsqu'ils les tuent, ils coupent l'endroit où la
flèche a touché, et vident le corps de ses boyaux pour en manger la
chair. Des chasseurs, qui avaient blessé un éléphant, furent surpris de
le voir marcher et se nourrir sans aucun ressentiment de sa blessure.
Ils cherchaient la cause de ce prodige, lorsqu'ils le virent s'approcher
de la rivière et prendre dans sa trompe quelque chose qu'il mangeait
avidement. Ils trouvèrent, après son départ, que c'était un sel blanc
qui avait le goût de l'alun. Un autre éléphant, qu'ils blessèrent
encore, s'étant guéri de la même manière, les Portugais, qui sont dans
une défiance continuelle du poison, firent diverses expériences de ce
sel, et le reconnurent pour un des plus puissans antidotes qui aient
jamais été découverts. Que le poison soit intérieur ou extérieur, une
dragme de sel de Nougnez, délayée dans de l'eau chaude, est un remède
spécifique.

Brue, dans un voyage à Cayor, fit une découverte d'un autre genre, qui
doit surtout intéresser les femmes, que dans tous les pays le soin de
leur beauté occupe plus ou moins. Il vit une Négresse qui avait les
dents d'une blancheur surprenante. Brue lui demanda quelle était sa
méthode pour les conserver si belles. Elle lui dit qu'elle se les
frottait avec un certain bois dont elle lui donna quelques morceaux. Ce
bois se nomme _ghélèle_. Il croît sur le bord de l'eau, et ressemble
beaucoup à notre osier; mais il est d'un goût fort amer.

Brue, en remontant toujours le canal qui joint le lac de Cayor à la
rivière de Sénégal, débarqua dans un village des Foulas nommé Kéda, où
il fut témoin d'une cérémonie funèbre qui l'amusa beaucoup.

Un des principaux habitans du village mourut subitement, et sa femme
n'eut pas plus tôt mis la tête à sa porte pour donner avis de sa perte
par un cri, qu'il s'éleva un tumulte surprenant dans toute l'habitation.
On n'entendit de toutes parts que des gémissemens. Les femmes
accoururent en foule, et, sans savoir de quoi il était question,
commencèrent à s'arracher les cheveux, comme si chacune eût perdu sa
famille. Ensuite, lorsqu'elles eurent appris le nom du mort, elles se
précipitèrent vers sa maison avec des hurlemens qui n'auraient pas
permis d'entendre le tonnerre. Au bout de quelques heures, les marabouts
arrivèrent, lavèrent le corps, le revêtirent de ses meilleurs habits,
elle portèrent sur son lit avec ses armes à son côté. Alors ses parens
entrèrent l'un après l'autre, le prirent par la main, lui firent
plusieurs questions ridicules, et lui offrirent leurs services; mais ne
pouvant recevoir aucune réponse, ils se retirèrent comme ils étaient
entrés, en disant gravement, _il est mort_. Pendant cette cérémonie, ses
femmes et ses enfans tuèrent ses boeufs, et vendirent ses marchandises
et ses esclaves pour de l'eau-de-vie, parce que l'usage, dans ces
occasions, est de faire un folgar, c'est-à-dire, de donner une fête
après l'enterrement.

Le convoi fut précédé des guiriots avec leurs tambours. Tous les
habitans suivaient en silence, chargés de leurs armes. Ensuite venait le
corps, environné de tous les marabouts qu'on avait pu rassembler, et
porté par deux hommes. Les femmes fermaient la marche en criant et se
déchirant le visage comme des furieuses. Lorsque le mort est enterré
dans sa propre maison, privilége qui n'appartient qu'au prince et aux
seigneurs, la procession se fait autour du village. En arrivant au lieu
destiné pour la sépulture, le principal marabout s'approche du corps, et
lui dit quelques mots à l'oreille, tandis que quatre hommes soutiennent
un drap de coton qui le cache à la vue des assistans.

Enfin les porteurs le mettent dans la fosse, et le recouvrent aussitôt
de terre et de pierres. Les marabouts attachent ses armés au sommet d'un
pieu, qu'ils placent à la tête du tombeau avec deux pots, l'un rempli de
couscous, l'autre d'eau. Après ces formalités, ceux qui soutiennent le
drap de coton le laissent tomber; signal auquel les femmes recommencent
leurs lamentations jusqu'à ce que le principal marabout donne ordre aux
guiriots de battre la marche du retour. Au même moment le deuil cesse,
et l'on ne pense qu'à se réjouir, comme si personne n'avait fait aucune
perte. Dans quelques endroits, on creuse un fossé autour du tombeau, et
l'on plante sur le bord une haie d'épines. Sans cette précaution, il
arrive souvent que le corps est déterré par les bêtes farouches. Dans
d'autres lieux, la cérémonie funèbre dure sept ou huit jours. Si c'est
un jeune homme qu'on ait perdu, tous les Nègres du même âge courent le
sabre à la main comme s'ils cherchaient leur camarade, et font retentir
le cliquetis de leurs armes lorsqu'ils se rencontrent.

Le voyage de Brue à Engherbel, sur la rive nord du Sénégal, dans le pays
qu'on nomme les États du Brak, contient des détails curieux sur le
commerce des gommes, qui se fait avec les Arabes du désert en payant des
droits au brak.

Pendant que Brue entretenait ce prince, on vint lui annoncer l'arrivée
de Schamchi, chef des Maures. Le général lui fit quelques présens, et,
sachant qu'il était venu pour le commerce des gommes, il lui indiqua le
jour où l'ouverture du marché devait se faire au désert.

Le désert est une plaine vaste et stérile, au nord du Sénégal, bornée au
loin par de petites collines de sable rouge, et couverte de ronces qui
n'ont pas beaucoup d'épaisseur. C'est dans ce lieu que se faisait depuis
long-temps le commerce des gommes. Le général, pour se garantir de
l'attaque des Maures vagabonds, fit entourer les magasins qu'il éleva
au long de la rivière d'un fossé large de six pieds et d'autant de
profondeur, défendu par une haie d'épines. Il fortifia soigneusement la
porte, et mit pour la garder deux laptots bien armés, avec un interprète
pour examiner et pour introduire ceux qui viendraient s'y présenter.

Le brak et Schamchi, qui virent toutes ces préparations, et qui n'en
ignoraient pas les motifs, approuvèrent les précautions du général,
comme la meilleure voie pour prévenir les désordres pendant la foire.

Le premier d'avril, Schamchi, ayant reçu avis de l'approche des
caravanes, vint avertir Brue qu'il était temps de régler le prix.

Les Européens sont obligés de pourvoir à l'entretien des Maures qui
apportent des gommes. Cet engagement les expose à quantité de fausses
dépenses, parce que, sous prétexte de commerce il arrive une multitude
de Maures qui ne cherchent que l'occasion de vivre quelques jours aux
dépens d'autrui, ou de satisfaire leur inclination au larcin. Mais Brue
régla tellement cet article, qu'il n'était obligé de nourrir que ceux
qui auraient apporté des marchandises, et dans la proportion même de ce
qu'ils auraient apporté. Cette nourriture fut fixée à deux livres de
boeuf et autant de couscous pour chaque portion, et tel nombre de
portions pour chaque quintal. Les commis qui furent nommés pour la
distribution reçurent l'ordre de la finir aussitôt que les marchandises
seraient délivrées. On parvint ainsi à purger la foire des voleurs et
des gens oisifs.

On commença, le 14 d'avril, à mesurer les gommes. Cette opération se fit
sans désordre, parce qu'on ne reçut les marchands que l'un après
l'autre. Le général y assista exactement, et fit veiller avec le même
soin à tout ce qu'il ne pouvait éclairer par sa présence. Aussitôt que
le commerce fut ouvert, on vit arriver chaque jour de nouvelles
caravanes de dix, vingt et trente chameaux, ou des voitures traînées par
des boeufs, et gardées par les propriétaires des gommes et par leurs
domestiques. Ces Maures ont l'apparence d'autant de sauvages; ils n'ont
pour habits que des peaux de chèvres autour des reins, et des sandales
de cuir de boeuf. Leurs armée sont de longues piques, des arcs et des
flèches, avec un long couteau attaché à leur ceinture.

Il n'est pas besoin de sentinelles pour découvrir l'approche de ces
caravanes: les chameaux poussent des cris affreux qui les trahissent
bientôt. Leurs foulons, c'est-à-dire, les sacs dans lesquels ils
apportent les gommes, sont des peaux de boeuf sans couture. Les Maures
n'ont point d'autres commodités pour renfermer leurs marchandises, ni
même pour le transport de leur eau. Comme on avait pris toutes sortes de
soins pour empêcher qu'ils n'entrassent plusieurs à la fois dans
l'enclos, c'était un spectacle amusant que de voir leurs efforts et
leurs contorsions pour entrer l'un avant l'autre; car les Maures sont
une nation fort bruyante.

Un Maure nommé Barikada fit présent au général d'un aigle apprivoisé, de
la grandeur d'un coq d'Inde. Il n'avait rien d'ailleurs qui le
distinguât des aigles ordinaires. Sa familiarité avec les hommes allait
jusqu'à se laisser prendre par le premier venu, et en peu de jours il
prit l'habitude de suivre le général comme un chien; mais il fut tué
malheureusement par la chute d'un baril qui l'écrasa sur le tillac.
Apparemment la science d'apprivoiser les animaux est fort cultivée dans
ce pays, car l'auteur parle de deux pintades, mâle et femelle, si
privées, qu'elles mangeaient sur son assiette, et qu'avec la liberté de
voler au rivage, elles revenaient sur la barque au son de la cloche,
pour le dîner et le souper. Pendant toute la foire, Brue ayant observé
les jours de fête et les jeûnes de l'Église, et n'ayant pas manqué de
faire réciter soir et matin les prières à bord, tous les Maures le
prirent pour un marabout français.

Le désert est infecté par une sorte de milans que les Nègres appellent
_ekoufs_. Ces animaux sont si voraces, qu'ils venaient prendre les
alimens des matelots jusque dans les plats.

Brue, qui ne se ménageait pas dans l'exercice de ses fonctions, gagna
une colique violente pour avoir dormi à l'air après s'être extrêmement
fatigué. Ses chirurgiens avaient employé vainement toute leur habileté à
le soulager, lorsqu'un Maure, qui était venu lui rendre visite, lui
conseilla, comme un remède ordinaire à sa nation, de faire dissoudre de
la gomme dans du lait, et d'avaler cette potion fort chaude: il suivit
ce conseil, et fut guéri sur-le-champ.

La gomme s'appelle gomme du Sénégal, ou gomme arabique, parce qu'avant
que les Français eussent des comptoirs au Sénégal, elle ne venait que de
l'Arabie; mais, depuis que le commerce est ouvert par cette voie, le
prix en est tellement diminué, qu'on n'en apporte plus d'Arabie:
cependant il en vient encore du Levant; on prétend même qu'elle est
meilleure que celle du Sénégal, par la seule raison qu'elle est plus
chère; car au fond elles sont toutes deux de la même bonté. Cette gomme
est pectorale, anodine et rafraîchissante; elle est excellente pour le
rhume, surtout lorsqu'elle est mêlée avec le sucre d'orge, suivant
l'usage de Blois, où l'on en fabrique beaucoup. C'est un spécifique
contre la dysenterie et les hémorrhagies les plus obstinées. On lui
attribue quantité d'autres effets. Ce qui est certain, suivant le
témoignage de Brue, c'est qu'un grand nombre de Nègres qui la
recueillent, et les Maures qui l'apportent au marché, n'ont pas d'autre
nourriture; qu'ils n'y sont pas réduits par nécessité, faute d'autres
alimens, mais que leur goût les y porte, et qu'ils la trouvent
délicieuse. Ils n'y emploient pas d'autre art que de l'adoucir par le
mélange d'un peu d'eau. Elle leur donne de la force et de la santé.
Enfin, par sa simplicité et ses autres vertus, ils la regardent comme
une diète excellente. Si elle a quelque chose d'insipide, on peut lui
donner, avec une teinture, l'odeur et le goût qu'on désire. Il paraît
étrange, ajoute Brue, que ceux qui l'apportent de plus de trois cents
milles dans l'intérieur des terres n'aient aucune provision de reste
lorsqu'ils arrivent au marché; mais il est bien plus surprenant qu'ils
n'en aient pas eu d'autre que leur gomme, et qu'elle ait été leur unique
subsistance dans une si longue route. Cependant c'est un fait qui ne
peut être contesté, et sur lequel on a le témoignage de tous ceux qui
ont passé quelque temps au Sénégal. Brue, qui avait goûté souvent de la
gomme, la trouvait agréable. Les pièces les plus fraîches, c'est-à-dire
celles qui ont été recueillies nouvellement, s'ouvrent en deux comme un
abricot mûr. Le dedans est tendre, et ressemble assez à l'abricot par le
goût.

On fait un grand usage de la gomme du Sénégal dans plusieurs
manufactures, particulièrement dans celles de laine et de soie. Les
teinturiers s'en servent beaucoup aussi. Toute l'habileté dans le choix
de cette gomme consiste à prendre la plus sèche, la plus nette et la
plus transparente, car la grosseur et la forme des pains n'y mettent
aucune différence.

L'arbre qui la porte, en Afrique comme en Arabie, est une sorte d'acacia
assez petit et toujours vert, chargé de branches et de pointes, avec de
longues feuilles, mais étroites et rudes. Il porte une petite fleur en
forme de vase, dans laquelle il y a des filets de la même couleur, qui
environnent le pistil et un ovaire renfermant la semence; le fruit est
d'abord vert; mais, en mûrissant, il prend une couleur de feuille morte.
La semence ou la petite graine dont il est rempli est dure et
blanchâtre. On trouve entre le Sénégal et le fort d'Arguin, trois forêts
où il y a quantité de ces arbres; la première se nomme Sahel, la seconde
et la plus grande, El-Hiebar, et la troisième, Alfatak; elles sont à peu
près à la même distance, c'est-à-dire à trente lieues du désert, qui est
aussi à trente lieues du fort Saint-Louis; et toutes trois elles sont
entre elles à dix lieues l'une de l'autre. De Sahel au comptoir de
Portendic on compte soixante lieues, et quatre-vingts jusqu'à la baie
d'Arguin.

La récolte de la gomme se fait deux fois chaque année; mais la plus
considérable est celle du mois de décembre, où l'on prétend qu'elle est
plus nette et plus sèche: celle de mars est plus gluante, avec moins de
transparence. La raison en est sensible; c'est qu'au mois de décembre,
elle se recueille après les pluies, lorsque l'arbre est rempli d'une
sève que la chaleur du soleil vient épaissir et perfectionner, sans lui
donner trop de dureté. Depuis cette saison jusqu'au mois de mars, la
chaleur devenant excessive, et séchant l'écorce de l'arbre, oblige d'y
faire des incisions pour en tirer cette sève; car, la gomme n'étant
qu'un suc propre qui transsude par les pores de l'écorce, on est forcé,
lorsqu'elle ne sort pas d'elle-même, de blesser l'arbre pour l'en tirer.

Ce commerce des gommes était, du temps de Brue, entre les mains de trois
tribus, ou hordes indépendantes des Maures du désert. Les chefs de ces
tribus étaient marabouts, nom générique des prêtres mahométans, qui
prêchaient la religion du prophète dans toute la zone torride, qui ont
partout un grand crédit, et sont partout de grands hypocrites. Ces
Maures du désert méritent d'être considérés avec quelque attention. Ils
ont beaucoup de rapport avec cette fameuse nation des Arabes qui a joué
si long-temps un si grand rôle dans le monde, et qui, sons la domination
des Turcs, n'est plus aujourd'hui qu'un peuple d'esclaves ou un ramas de
brigands.

Ces Maures des environs d'Arguin et du Sénégal conservent inviolablement
les usages de leurs ancêtres. Si l'on excepte un petit nombre, qui ont
leurs cabanes sous les murs du fort de Portendic et vers le Sénégal, ils
campent tous en pleine campagne, près ou loin de la mer ou de la
rivière, suivant les saisons et les besoins du commerce. Leurs tentes et
leurs cabanes ont toutes la forme d'un cône. Les premières sont
composées d'une toile grossière de poil de chèvre et de chameau, si bien
tissue que, malgré la violence et la longueur des pluies, il est fort
rare que l'eau les pénètre. Ces toiles ou ces étoffes sont l'ouvrage de
leurs femmes, qui filent le poil et la laine, et qui apprennent de bonne
heure à les mettre en oeuvre; elles n'en sont pas moins chargées de tous
les travaux domestiques, jusqu'à celui de panser les chevaux, de faire
la provision d'eau et de bois, de faire le pain et de préparer les
alimens. Malgré ces assujettissemens où leurs maris les réduisent, ils
les aiment et ne les maltraitent presque jamais. Si elles manquent à
quelque devoir essentiel, ils les chassent de leur maison, et les pères,
les frères ou les autres parens d'une femme coupable la punissent
bientôt de l'opprobre qu'elle jette sur la famille; d'ailleurs les maris
se font un honneur d'entretenir leurs femmes bien vêtues, et ne leur
refusent rien pour leur parure. Tout ce qu'ils gagnent par le commerce
ou par le travail est employé à cet usage; aussi ne faut-il guère
espérer d'obtenir d'eux l'or qu'ils apportent de leurs voyages: ils le
gardent pour en faire des bracelets et des pendans d'oreilles à leurs
femmes, ou pour garnir la poignée de leurs couteaux et de leurs sabres.
On voit que l'esprit de galanterie et de magnificence, anciennement
renommé chez les Arabes, se retrouve jusque dans les hordes vagabondes
des déserts d'Afrique.

Les femmes des Maures ne paraissent jamais sans un long voile qui leur
couvre le visage et les mains. Les Européens ne sont pas encore assez
familiers avec leur nation pour obtenir la liberté de les voir à
découvert; mais les hommes et les enfans ont généralement la taille et
la physionomie fort belles. Quoiqu'ils ne soient pas fort hauts, ils ont
les traits réguliers: leur couleur foncée vient de la chaleur du soleil
à laquelle ils sont continuellement exposés. Si la beauté du teint
manque aussi à leurs femmes, elle est avantageusement compensée par la
prudence, la modestie et la fidélité dans les engagemens du mariage;
elles ne connaissent pas la galanterie, apparemment, dit Brue, parce
qu'elles n'en trouvent pas l'occasion. Non-seulement elles ne sortent
jamais seules, mais l'usage des hommes est de détourner le visage
lorsqu'ils rencontrent une femme. Ils se rendent même le bon office de
veiller mutuellement sur les femmes et les filles l'un de l'autre, et
nul autre que le mari n'a la liberté d'entrer dans la tente des femmes.
Un Maure qui serait assez pauvre pour n'avoir qu'une seule tente
recevrait ses visites et ferait toujours ses affaires à la porte plutôt
que d'y laisser entrer ses plus proches parens. Ce privilége n'est
accordé qu'à leurs chevaux, on plutôt à leurs jumens, qu'ils préfèrent
beaucoup aux mâles de cette espèce, parce que, outre l'avantage d'en
tirer des poulains qui leur apportent beaucoup de profit, ils les
trouvent plus douces, plus vives et de plus longue durée que les mâles;
elles couchent dans leurs tentes pêle-mêle avec leurs femmes et leurs
enfans. Ils les laissent courir librement avec leurs poulains, ou du
moins ils ne les attachent jamais par le cou, et leur seul lien est aux
pieds; elles s'étendent par terre, où elles servent d'oreiller aux
enfans, sans leur faire le moindre mal; elles prennent plaisir à se voir
baiser, caresser; elles distinguent ceux qui les traitent le mieux; et
lorsqu'elles sont en liberté, elles s'en approchent et les suivent.
Leurs maîtres gardent fort soigneusement leur généalogie, et ne les
vendent pas sans faire valoir les bonnes qualités de leurs pères, dont
ils produisent un état exact qui en rehausse beaucoup le prix. Elles ne
sont pas remarquables par leur grandeur ni par leur embonpoint, mais,
dans une taille médiocre, elles sont bien proportionnées. L'usage des
Maures n'est pas de les ferrer. Ils les nourrissent pendant la nuit avec
du grand millet et de l'herbe un peu séchée. Au printemps, ils les
mettent au vert, et les laissent un mois sans les monter.

Un _adouard_ est un nombre de tentes et de cabanes où les Maures
habitent quelquefois par tribus, quelquefois par familles. Ils les
rangent ordinairement en cercle, l'une fort près de l'autre, en laissant
au centre une place où leurs bestiaux et leurs animaux domestiques
passent la nuit. Il y a toujours une sentinelle établie pour garantir
l'habitation des surprises de l'ennemi ou des voleurs, ou des bêtes
farouches. Au moindre danger, la sentinelle donne l'alarme, qui est
augmentée par l'aboiement des chiens, et tout le village pense aussitôt
à se défendre. Ces adouards sont mobiles et se transportent d'autant
plus aisément que les Maures, ayant peu de meubles et d'ustensiles
domestiques, chargent en un instant tout leur équipage sur leurs boeufs
et leurs chameaux. Ils placent leurs femmes dans des paniers, sur le dos
de ces animaux. Cette vie errante n'est pas sans agrémens: ils se
procurent ainsi de nouveaux voisins, de nouvelles commodités, et de
nouvelles perspectives. Leurs tentes sont de poil de chameau; elles sont
soutenues par des pieux, auxquels ils ne les attachent qu'avec des
courroies de cuir. Dans le temps de la sécheresse, ils approchent leurs
camps des bords du Sénégal pour y trouver de l'herbe et la fraîcheur de
l'eau. Dans la saison des pluies, ils se retirent vers les côtes de la
mer, où le vent les délivre de l'importunité des moucherons. C'est à la
fin de cette dernière saison qu'ils font leurs plantations de millet et
de maïs.

Ils n'ont pas d'autre liqueur que l'eau et le lait. Leur pain est de
farine de millet, non que la nature leur refuse d'autres grains, puisque
le froment et l'orge peuvent croître dans le pays; mais les changemens
continuels de leur demeure leur ôtent le goût de l'agriculture. Ils se
servent quelquefois de riz. Lorsqu'ils recueillent de l'orge ou du
froment, ils l'enferment, après l'avoir fait sécher, dans des puits
fort profonds, qu'ils creusent dans le roc ou dans la terre. L'ouverture
de ces trous n'a pas plus de largeur qu'il ne faut pour le passage d'un
homme; mais ils s'élargissent par degrés, à proportion de leur
profondeur, qui est souvent de trente pieds: on les nomme _matamors_. Le
fond et les côtés sont garnis de paille. Les Maures y mettent leur blé
jusqu'à l'ouverture, qu'ils couvrent de bois, de planches et de paille
et par-dessus, ils forment une couche de terre, sur laquelle ils sèment
ou plantent quelque autre grain. Le blé se conserve long-temps dans ces
greniers souterrains.

Les Maures nettoient fort soigneusement leur grain avant de le broyer
entre deux pierres pour le réduire en farine. Leur pain se cuit sous la
cendre, et leur usage est de le manger chaud. Ils font bouillir
doucement leur riz dans un peu d'eau; et, lorsqu'il est à demi cuit, ils
le tirent du feu et le laissent ainsi comme en digestion. Dans cet état,
il s'enfle sans se coaguler. N'ayant pas l'usage des cuillères, ils se
servent de leurs doigts pour en prendre de petites parties qu'ils
jettent fort adroitement dans leur bouche; ils ne mangent que de la main
droite, parce que l'autre est réservée pour des exercices qui ont moins
de propreté: aussi ne se lavent-ils jamais la main gauche. Leurs viandes
sont coupées en petits morceaux, avant qu'elles soient cuites, pour
éviter la peine de se servir de couteaux à table. Si l'on prépare des
poules ou quelque autre pièce de volaille au riz, on les coupe en
quartiers, après quoi il n'est plus besoin de couteau pour les dépecer
autrement, parce que l'un en prend un quartier qu'il présente à son
voisin; et celui-ci, tirant de son côté tandis que l'autre tire du sien,
le partage est fait en un moment. Ils mangent, comme au Levant, assis à
terre et les jambes croisées, autour d'un cercle de cuir rouge ou d'une
natte de palmier, sur laquelle on sert les alimens dans des plats de
bois ou dans des bassins de cuivre: ils mangent successivement leur pain
et leur viande, et jamais ils ne boivent qu'à la fin du repas,
lorsqu'ils quittent la table pour se laver. Les femmes ne mangent point
avec les hommes. L'usage ordinaire est de manger deux fois par jour, le
matin et vers l'entrée de la nuit. Les repas sont courts et se font avec
un grand silence; mais la conversation vient ensuite, du moins entre les
personnes de distinction, lorsqu'on commence à fumer, à boire du café ou
du vin et de l'eau-de-vie, pour se procurer les amusemens que chacun
peut tirer de son rang et de ses richesses. Les marabouts même ne se
refusent pas ces plaisirs, lorsqu'ils peuvent les prendre secrètement et
sans scandale.

Les Maures de ces contrées n'ont pas de médecine: la santé, qui est un
bien commun dans leur nation, les délivre de cette servitude. S'ils sont
sujets à quelques maladies, c'est à la dysenterie et à la pleurésie;
mais ils s'en guérissent eux-mêmes avec le secours des simples. Barbot
assure nettement qu'ils ne sont sujets à aucune maladie, et que l'air de
Sahara est si bon, qu'on y porte les malades comme à la source de la
santé et de la vie.

Les marabouts sont presque les seuls qui sachent lire l'arabe; en
général, toute la nation est ensevelie dans l'ignorance. Cependant il se
trouve un grand nombre de particuliers qui connaissent fort bien le
cours des étoiles, et qui parlent raisonnablement sur cette matière.
L'habitude qu'ils ont de vivre en pleine campagne leur donne beaucoup de
facilité pour les observations. Ils ont presque tous l'imagination fort
vive, et la mémoire excellente; mais leur histoire est mêlée de tant de
fables, qu'il est difficile d'y rien comprendre. Leur habileté
principale est pour le commerce. Ils n'ignorent rien de ce qui
appartient à leurs intérêts: ils sont adroits et trompeurs; sans goût
pour les arts, ils ne laissent pas d'aimer la musique et la poésie.
L'instrument qui les anime le plus ressemble à nos guitares. Ils
composent des vers qui ne paraissent pas méprisables à ceux qui
connaissent le génie des langues orientales, dont la leur est descendue.

Cette partie de l'Afrique produit des chameaux d'une grosseur et d'une
force extraordinaires; ils ne sont pas incommodés d'un poids de douze
cents livres. On les accoutume à se mettre à genoux pour recevoir leurs
charges; mais, lorsqu'ils se trouvent assez chargés, ils se lèvent
d'eux-mêmes, et ne souffrent pas volontiers qu'on augmente leur fardeau.
Il y a peu d'animaux aussi faciles à nourrir. Le chameau se contente de
branches d'arbres, de ronces et de jonc qu'il rumine: il est capable de
demeurer chargé pendant trente ou quarante jours, et d'en passer huit ou
dix sans boire et sans manger. Sa nourriture commune est le maïs et
l'avoine. Lorsqu'il est revenu de quelque long voyage, ses maîtres lui
donnent la liberté de chercher à vivre dans les plaines, où il trouve
toujours de quoi se nourrir. Si l'herbe est fraîche, on ne lui donne de
l'eau qu'une fois en trois jours. Il boit beaucoup lorsqu'il en trouve
l'occasion; et loin d'aimer l'eau bien claire, il la trouble avec le
pied pour la rendre bourbeuse.

Le chameau a le cou fort long, à proportion de sa tête, qui est fort
petite. Il a sur le dos une bosse assez épaisse, et sous le ventre une
substance calleuse, sur laquelle il se soutient lorsqu'il plie les
jambes. Ses cuisses et sa queue sont petites; mais il a les jambes
longues et fermes, et le pied fourchu comme le boeuf. La nature l'a
rendu traitable et docile, fort utile aux besoins des hommes et peu
incommode pour la dépense. Il vit long-temps. Son naturel le porte à la
vengeance; et s'il est maltraité sans raison par ses guides, il saisit
la première occasion de leur marquer son ressentiment par quelques coups
de pieds, qui sont heureusement peu dangereux. Il aime la musique et le
chant. La manière de lui faire hâter sa marche, est de siffler ou de
jouer de quelque instrument. On assure que les femelles portent une
année presque entière, et qu'elles ne s'accouplent qu'une fois en trois
ans. Aussitôt qu'un jeune chameau vient au monde, les Maures lui lient
les quatre pieds sous le ventre, et le couvrent d'un drap, sur les coins
duquel ils mettent des pierres fort pesantes; ils l'accoutument ainsi à
recevoir les plus gros fardeaux. Le lait des chameaux est un des
principaux alimens des Maures. On mange leur chair lorsqu'ils deviennent
vieux ou peu propres au service; et l'on assure que, malgré sa dureté,
elle est saine et nourrissante. Les Maures donnent à cette espèce de
chameau le nom de _djimls_.

Ils en ont une autre espèce qu'ils nomment _bêchets_, mais qui est rare
en Afrique, et qui ne se trouve guère hors de l'Asie. Elle est plus
faible que la première, quoiqu'elle ait deux bosses sur le dos.

La troisième espèce se nomme dromadaire. Elle est plus faible que la
seconde, et ne sert ordinairement que de monture. Mais, en récompense,
elle est extrêmement légère à la course, sans compter qu'elle résiste
fort long-temps à la soif. Aussi les Maures en font-ils beaucoup
d'estime. Le mouvement de cet animal est si rapide, qu'il faut se
ceindre la tête et les reins pour le supporter.

Les chimistes attribuent beaucoup d'effets aux diverses parties du corps
des chameaux. Mais sa principale vertu est dans son urine, qui, étant
séchée et sublimée au soleil, produit le vrai sel ammoniac, drogue fort
connue, et souvent contrefaite par les Hollandais et les Vénitiens.

L'autruche est le principal oiseau du même pays. Il est si commun, qu'on
en voit souvent de grandes troupes dans les déserts qui sont à l'est du
cap Blanc, du golfe d'Arguin, de celui de Portendic, et sur les bords de
la rivière de Saint-Jean. Ces oiseaux ont ordinairement six ou huit
pieds de hauteur, en les prenant de la tête aux pieds; mais leur corps a
peu de proportion avec leur grandeur, quoiqu'il soit assez gros, et
qu'ils aient le derrière large et plat. Il semble qu'ils ne soient
composés que de pieds et de cou. Le plus grand avantage qu'ils reçoivent
de leur taille est de voir de fort loin. Ils ont la tête fort petite et
couverte d'une sorte de duvet jaune. Rien n'approche de leur stupidité.
Les yeux de l'autruche sont fort grands, avec de longs sourcils. Les
paupières supérieures sont aussi mobiles que celles de l'homme. Elle a
la vue ferme. Son bec est court, dur et pointu; sa langue est petite et
fort rude. Son cou est couvert de petites plumes, ou plutôt d'un poil
fort doux et comme argenté. Ses ailes sont trop petites et trop faibles
pour soutenir dans l'air un corps si pesant: mais elles l'aident à
courir avec une vitesse surprenante, surtout avec la faveur du vent;
elles lui servent de voiles, et rien n'égale alors sa légèreté; au lieu
que, si le vent est contraire, leurs ailes cessent de les aider, et leur
course est moins rapide.

Les autruches multiplient prodigieusement. Elles couvent leurs oeufs
plusieurs fois l'année, et jamais elle n'en pondent moins de quinze ou
seize à la fois. Ce n'est point en reposant dessus qu'elles leur rendent
l'office de mères: elles les placent au soleil, où la chaleur les fait
éclore, et les petits n'ont pas plus tôt vu le jour, qu'ils cherchent
leur nourriture. Les oeufs sont fort gros; il s'en trouve qui pèsent
jusqu'à quinze livres, et qui suffisent pour rassasier sept personnes.
On assure qu'ils sont de bon goût et fort nourrissans. L'écaille en est
blanche, unie et fort dure, quoique d'une épaisseur médiocre. On en fait
des tasses et des ornemens pour les cabinets des curieux. Les Turcs et
les Persans les suspendent à la voûte de leurs mosquées.

Les Arabes n'estiment pas seulement l'autruche pour ses plumes, qui sont
une marchandise recherchée, mais encore pour sa chair, qui, toute rude
qu'elle est, passe chez eux pour un mets délicat. Comme ils ont peu
d'adresse à tirer, qu'ils sont mal pourvus d'armes à feu, et qu'ils
n'ont pas de chiens formés à la course, ils chassent les autruches à
cheval, en prenant soin de les pousser toujours à contre-vent.
Lorsqu'ils s'aperçoivent qu'elles commencent à se fatiguer, ils fondent
dessus au grand galop, et les achèvent à coups de flèches et de zagaies.

L'autruche est d'une voracité singulière. Elle dévore tout ce qu'elle
rencontre; herbe, blé, ossemens d'animaux, jusqu'aux pierres et au fer.
Mais les corps durs passent au travers de son corps avec peu
d'altération. D'une infinité de vertus que les chimistes attribuent à
cet oiseau, on n'en connaît pas une assez avérée pour mériter un éloge
sérieux. Son principal mérite consiste dans ses plumes: elles sont en
usage dans tous les pays de l'Europe pour les chapeaux, les dais, les
cérémonies funèbres, et surtout pour les habillemens de théâtre. En
Turquie, les janissaires s'en servent pour orner leurs bonnets. On
n'estime que celles qui sont arrachées à l'oiseau tandis qu'il est
vivant. Mais les Arabes en font des amas, dans lesquels il font entrer
indifféremment les bonnes et les mauvaises. Dans la difficulté de les
distinguer, les facteurs n'ont qu'une règle, c'est de presser le tuyau,
qui doit rendre une liqueur rouge semblable à du sang, lorsque les
plumes sont d'une autruche vive; autrement elles sont légères, sèches,
et fort sujettes aux vers.

Ce fut sous les auspices de Brue qu'un de ces facteurs, nommé Compagnon,
pénétra jusque dans le royaume de Bambouk, célèbre par ses mines, d'où
les Mandingues du royaume de Galam et les Saracolez tiraient l'or
qu'ils apportaient au Sénégal et sur les bords de la Gambie.

Il fit par terre son premier voyage du fort Saint-Joseph, en droite
ligne, jusqu'à celui de Saint-Pierre sur la rivière de Falémé. Il en fit
un second, en suivant le bord oriental de cette rivière, depuis Onnéca
jusqu'à Nayé. Dans le troisième, il traversa le pays, depuis Babaiocolam
sur le Sénégal, jusqu'à Netteté et Tombaaoura, lieux qui sont au centre
de Bambouk et voisins des mines les plus riches. Ainsi, dans l'espace
d'un an et demi qu'il mit à voyager dans ce royaume, il le visita de
tant de côtés différens, qu'il paraît n'avoir laissé aucun endroit à
parcourir. Il porta ses observations sur tous les objets qui se
présentèrent dans sa route, avec l'exactitude dont son génie le rendait
capable, autant pour satisfaire sa curiosité que pour répondre aux
espérances de la compagnie qui l'employait.

La sagesse de sa conduite et ses présens lui gagnèrent aisément l'estime
du farim ou chef de Caïnoura, voisin du fort Saint-Pierre, qui le prit
moins pour un agent de la compagnie que pour un artiste curieux dont le
but était de s'instruire. Il le fit conduire par son propre fils jusqu'à
Sambanoura, dans le royaume de Contou. On y fut extrêmement surpris de
voir un blanc; mais on ne le fut pas moins de la hardiesse de cet
étranger, et les Nègres l'auraient fort mal reçu s'il n'avait eu pour
guide le fils du farim de Caïnoura. Tout était à craindre de la part
d'un peuple si jaloux de son or. Les plus passionnés proposèrent de lui
ôter la vie. D'autres, plus modérés, voulurent qu'il fût renvoyé, sans
lui laisser le temps d'observer le pays.

Cependant le farim de la ville, sollicité par le fils de son ami, et
peut-être gagné par les présens de Compagnon, trouva le moyen de
persuader à ses sujets que leurs alarmes étaient mal fondées. Il les
assura que ce blanc était un honnête homme, qui venait leur proposer un
commerce avantageux, et qui pouvait leur fournir d'excellentes
marchandises à meilleur marché que les négocians maures ou nègres
auxquels ils permettaient l'entrée de leur pays. Ces raisons, soutenues
de quelques présens qui furent répandus à propos entre les principaux
habitans et leurs femmes, produisirent un changement merveilleux. La
défiance parut se changer en affection. Le peuple accourut en foule pour
admirer les armes et l'habillement de l'étranger. On lui trouva du sens
et de bonnes qualités. Comme il s'accommodait à leurs maximes, il
s'insinua si heureusement dans leur estime, qu'il se vit bientôt autant
d'amis qu'il avait eu d'abord d'ennemis et de persécuteurs. On lui
répétait de toutes parts: «Nous remercions le ciel de vous avoir conduit
ici. Nous souhaitons qu'il ne vous arrive aucun mal.»

Compagnon aurait remercié la fortune, s'il n'avait pas eu d'autres
obstacles à surmonter; mais il devait s'attendre aux mêmes difficultés
dans chaque ville qu'il avait à traverser. À la vérité, il n'oublia pas
de se faire accompagner, dans toute la suite de ses voyages, par
quelques habitans du pays qui lui avaient paru fort attachés à ses
intérêts. Cependant les jalousies et les dangers renaissaient à chaque
pas. Il fut obligé de répondre à mille questions ennuyeuses, d'essuyer
des observations fort gênantes; et, sans l'amorce de ses présens, il
aurait désespéré plus d'une fois de pouvoir pénétrer plus loin. Dans ce
pays, comme dans le reste du monde, c'est le plus sûr moyen de donner de
la force et du poids aux argumens. Il trouva néanmoins plusieurs villes
où les présens joints aux raisons furent trop faibles pour dissiper la
crainte et la défiance. Si les habitans paraissaient disposés à ménager
sa vie, ils n'en refusaient pas moins de le laisser toucher à la terre
de leurs mines. En vain leur offrit-il de l'acheter au prix qu'ils y
voudraient mettre, en les assurant par lui-même et par des guides qu'il
n'avait pas d'autre motif que sa curiosité, et que son dessein était
d'en faire des _cassots_ ou des têtes de pipes. Après avoir écouté ses
raisons, ils lui déclarèrent que jamais il ne leur ferait croire qu'un
homme pût voyager si loin pour un motif si léger. Ils lui soutenaient
qu'il était venu dans quelque mauvaise intention, celle peut-être de
voler leur or ou de conquérir leur pays après l'avoir reconnu; et la
conclusion ordinaire était de le renvoyer sur-le-champ, ou de le tuer,
pour ôter aux blancs la pensée de suivre son exemple.

La fermeté de Compagnon servait souvent à le tirer des plus dangereux
embarras. Étant à Tarako, il envoya un de ses guides à Silabali pour lui
apporter du _ghingan_ ou de la terre dorée, et pour inviter le peuple à
lui vendre ses cassots, qu'il promettait de payer libéralement. Son
messager fut mal reçu. Non-seulement on rejeta ses demandes, mais il fut
chassé brutalement, avec ordre de dire au farim de Tarako qu'il fallait
être fou pour ouvrir l'entrée de ses terres à un blanc dont l'unique
intention était de voler le pays après y avoir fait ses observations.
Cette réponse fut rendue à Compagnon en présence du farim; mais, sans se
déconcerter, il répliqua que le farim de Silabali devait être lui-même
un fou, pour s'effrayer de l'arrivée d'un blanc dans son pays, et pour
refuser quelques morceaux d'une terre dont il avait beaucoup plus qu'il
n'en pouvait jamais employer. Après ce discours, il paya le Nègre avec
autant de libéralité que s'il eût réussi dans sa commission.

Cette humeur généreuse, fit tant d'impression sur les habitans du pays,
qu'elle devint le sujet de tous les entretiens. Un autre Nègre offrit à
Compagnon de lui aller chercher de la terre pendant la nuit; mais, comme
la politique du facteur français le portait toujours à cacher ses vues,
il reçut cette offre avec beaucoup d'indifférence, en se contentant de
répondre que, lorsqu'il serait mieux connu, on ne ferait pas difficulté
de lui vendre de la terre et des cassots.

Il parvint enfin à s'en voir apporter plus qu'il n'en désirait. Les
farims, et le peuple même, prirent par degrés tant de considération pour
lui, qu'ils lui rendirent des présens pour les siens, et qu'à la fin ils
lui accordèrent la liberté de choisir lui-même la terre qui lui plaisait
le plus, et d'en faire autant de cassots qu'il désirait. Brue, qui
continuait de commander au fort Saint-Louis, envoya plusieurs de ces
cassots à la compagnie, avec des essais de toutes les mines, par le
vaisseau _la Victoire_, qui partit du Sénégal le 28 juillet 1716.

La plupart des mines produisent de l'or en si grande abondance, qu'il
n'est pas besoin de creuser. On gratte la superficie du terrain. On met
la terre dans un vase pour en faire sortir les parties terrestres, qui
laissent au fond de l'or en poudre, et quelquefois en assez gros grains.
Compagnon fit lui-même l'expérience de cette méthode; mais il remarqua
que les Nègres, s'arrêtant ainsi à l'extrémité des rameaux d'une mine,
ne parviennent jamais aux principales veines. À la vérité, ces rameaux
mêmes sont fort riches; et l'or en est si pur, qu'on n'y trouve aucun
mélange de marcassite ni d'autres substances minérales; il n'a pas
besoin d'être fondu, et tel qu'il sort de la mine il peut être mis en
oeuvre. La terre qui le produit ne demande pas non plus beaucoup de
travail. C'est ordinairement une sorte d'argile de différentes couleurs,
mêlée de veines de sable ou de gravier; de sorte que dix hommes feraient
plus dans ce pays que cent dans les plus riches mines du Pérou et du
Brésil.

Les Nègres de Bambouk n'ont aucune notion des différences de la terre,
ni la moindre règle pour distinguer celle qui produit l'or de celle qui
n'en produit pas. Ils savent en général que leur pays en contient
beaucoup, et qu'à proportion que le sol est plus sec et plus stérile il
produit plus d'or. Ils grattent la terre indifféremment dans toutes
sortes lieux; et quand le hasard leur fait rencontrer une certaine
quantité de métal, ils continuent de travailler dans le même endroit
jusqu'à ce qu'ils le voient diminuer ou disparaître entièrement. Alors
ils tournent leur travail d'un autre côté. Ils sont persuadés que l'or
est un être malin qui se plaît à tourmenter ceux qui l'aiment (ce qui
est très-vrai dans un sens moral); et que, par cette raison, il change
souvent de domicile. Aussi, quand, après avoir remué quelques poignées
de terre, ils ne trouvent rien qui réponde à leurs espérances, ils se
disent l'un à l'autre sans aucune plainte, «Il est parti»: ensuite ils
vont chercher plus de bonheur dans un autre lieu.

Si la mine est fort riche, et que, sans beaucoup de travail, ils soient
satisfaits du produit, ils s'y arrêtent, et creusent quelquefois
jusqu'à six, sept ou huit pieds de profondeur. Mais ils ne vont pas plus
loin; non qu'ils craignent que le métal vienne à manquer, car ils
déclarent au contraire que plus ils pénètrent, plus ils le trouvent en
abondance; mais parce qu'ils ignorent la manière de faire des échelles,
et qu'ils n'ont point assez d'industrie pour soutenir la terre et pour
empêcher qu'elle ne s'écroule. Ils ont seulement l'usage de tailler des
degrés pour y descendre, ce qui prend beaucoup d'espace, et n'empêche
pas la terre de tomber, surtout dans la saison des pluies, qui est
ordinairement celle de leur travail, parce qu'ils ont besoin d'eau pour
séparer l'or. Lorsqu'ils s'aperçoivent que la terre menace ruine, ils
quittent le trou qu'ils ont ouvert pour en commencer un autre qu'ils
abandonnent de même après l'avoir conduit à la même profondeur. On
conçoit qu'avec si peu d'industrie non-seulement ils ne tirent qu'une
petite partie de l'or qui est dans la mine, mais qu'ils ne recueillent
même qu'imparfaitement celui qu'ils ont tiré; car ils ne s'arrêtent
qu'aux parties visibles qui demeurent au fond du vase, tandis qu'il en
sort avec l'eau et la terre une infinité de particules qui feraient
bientôt la fortune d'un Européen.

Cependant les habitans de cette riche contrée n'ont pas la liberté
d'ouvrir en tout temps la terre, ni de chercher des mines quand il leur
plaît. Ce choix dépend de l'autorité de leurs farims ou des chefs de
leurs villages. Ces seigneurs font publier dans certaines occasions,
soit en faveur du public, soit pour leur intérêt particulier, que la
mine sera ouverte un certain jour. Ceux qui ont besoin d'or se rendent
au lieu marqué et commencent le travail. Les uns creusent la terre,
d'autres la transportent, d'autres apportent de l'eau, et d'autres
lavent le minerai. Le farim et les principaux Nègres gardent l'or qui
est nettoyé, et prennent garde que les ouvriers n'en détournent quelque
partie. Après le travail, il est partagé, c'est-à-dire que le farim
commence par se mettre en possession de son lot, qui est ordinairement
la moitié, à laquelle il joint, par un ancien droit, tous les grains qui
surpassent une certaine grosseur. L'ouvrage dure aussi long-temps qu'il
le juge à propos; et lorsqu'il est fini, personne n'a la hardiesse de
toucher aux mines. Ces interruptions sont la seule cause que l'or n'est
point apporté régulièrement dans les mêmes saisons; car, si les Nègres
avaient toujours la liberté de travailler, leur paresse céderait au
besoin qu'ils ont des marchandises de l'Europe, et le travail serait
aussi continuel que la nécessité du commerce. Leur pays est si sec,
qu'il ne produit aucune des nécessités de la vie. Les Mandingues, les
Nègres de la Guinée, et d'autres marchands tirent avantage de leurs
besoins pour leur faire attendre les moindres secours, dans la vue de
les leur faire payer plus cher. Mais si les Européens s'établissaient
une fois parmi eux, on les délivrerait de la tyrannie de ces étrangers,
et la connaissance qu'on leur donnerait des marchandises de l'Europe
servirait également à leur en faire consommer davantage et à nous
procurer de l'or avec plus d'abondance.

Dans cette vue, il faudrait commencer par leur fournir sur leurs
frontières toutes les commodités dont ils ont besoin, parce qu'ils ont
aussi peu de disposition à sortir de leur pays qu'à recevoir les
étrangers. D'ailleurs, s'ils entreprenaient de traverser celui des
Saracolez pour se rendre aux établissemens de France sur le bord du
Sénégal, ces peuples, qui sont pauvres, avides, méchans et de mauvaise
foi, ne manqueraient pas, au mépris de tous les traités, de piller des
passans qu'ils verraient chargés d'or. Ainsi les Français se
trouveraient engagés dans des guerres continuelles pour soutenir leur
commerce. L'auteur conclut que l'intérêt de la compagnie française est
d'établir des comptoirs bien fortifiés dans un pays dont elle a tant de
richesses à se promettre.

La plus riche de toutes les mines est presqu'au centre du royaume de
Bambouk, entre les villages de Tombaaoura et Netteko, à trente lieues de
la rivière de Falémé, à l'est, et quarante du fort Saint-Pierre, situé
près de Kaïnoura, sur la même rivière. Elle est d'une abondance
surprenante, et l'or en est fort pur. Quoique tout le pays, à quinze ou
vingt lieues, soit si rempli de mines qu'on ne pourrait les marquer
toutes dans une carte sans y mettre trop de confusion, il est certain
que ce canton de Bambouk l'emporte sur tous les autres en richesses.

Ces mines sont environnées de montagnes hautes, nues et stériles. Les
habitans du pays, n'ayant pas d'autres commodités que celles qu'ils se
procurent avec leur or, sont obligés d'y travailler avec plus
d'application que leurs voisins. Le besoin sert d'aiguillon à leur
industrie. On trouve dans cet espace des trous qui n'ont pas moins de
dix pieds de profondeur; ce qui doit paraître merveilleux pour ces
peuples qui n'ont ni échelle, ni machines. Ils avouent tous qu'à la
profondeur où ils s'arrêtent, l'or se trouve en plus grande abondance
qu'à la surface. Lorsqu'ils rencontrent quelque veine mêlée de gravier,
ou de quelque substance plus dure, l'expérience leur a fait comprendre
qu'il faut briser la marcassite pour en tirer l'or. Ils en lavent les
fragmens, et rassemblent ainsi ce qui frappe leurs yeux. Qui ne conçoit
pas qu'avec plus d'industrie ils en tireraient infiniment davantage?
Ajoutons qu'ils n'ont jamais été capables de pénétrer jusqu'aux
principales veines.

Toutes ces terres sont argileuses et de différentes couleurs, comme
blanc, pourpre, vert de mer, jaune de plusieurs nuances, bleu, etc. Les
Nègres de ce canton l'emportent sur tous les autres pour la fabrique des
cassots ou têtes de pipes. On voit briller de tous côtés dans la terre
dont ils se servent, du sable d'or et des paillettes de diverses
grandeurs; mais les paillettes sont fort minces. Ils appellent cette
terre _ghingan_, c'est-à-dire, terre d'or, ou dorée. Quoiqu'elle ait été
lavée lorsqu'on l'emploie pour les cassots, on en tirerait encore
beaucoup d'or.

Outre l'or dont la nature est si prodigue dans la contrée de Bambouk, on
trouve, dans quantité d'endroits, des pierres bleues, qu'on regarde
comme des signes certains de quelques mines de cuivre, d'argent, de
plomb, de fer et d'étain. On y a trouvé d'excellentes pierres d'aimant,
dont on a pris soin d'envoyer plusieurs morceaux en France. Mais
l'ardeur ne doit pas être bien vive pour des biens d'une valeur
médiocre, dans un pays où l'on nous représente l'or si commun.

À l'égard du fer, ce n'est pas seulement dans les contrées de Bambouk,
de Galam, de Keigné et de Dramanet, qu'il est en abondance et d'une
excellente qualité; il s'en trouve dans tous les autres pays en
descendant le Sénégal, surtout à Ghiorel et à Donghel, dans les états de
Siratik, où il est si commun, que les Nègres en font des pots et des
marmites, sans autres secours que le feu et le marteau, aussi n'en
achètent-ils pas des Français, à moins qu'il ne soit travaillé.

Le royaume de Galam produit quantité de cristal de roche, des pierres
transparentes et de beau marbre. Il n'est pas moins riche en bois de
couleur, d'un grand nombre d'espèces, dont quelques-unes donneraient
beaucoup d'éclat à la teinture de l'Europe.

La compagnie de France s'est fait apporter du même pays des essais de
salpêtre. Il ne demande que la peine du travail et du transport. Ce
serait épargner à l'Europe l'embarras de l'apporter des Indes
orientales, d'où l'on en tire beaucoup.

Brue avait formé différentes vues pour l'établissement des Français dans
le royaume de Bambouk. Il les réduisit à un seul système, qu'il soumit
au jugement de la compagnie. Il voulait d'abord qu'on n'épargnât rien
pour se concilier l'affection des farims, et pour en obtenir la
permission de bâtir des forts dans leur pays. Il proposait d'en
construire deux sur la rivière de Falémé, et d'en faire un troisième qui
fût mobile, c'est-à-dire, de bois, pour le transporter de mine en mine,
suivant les raisons qu'on aurait de préférer l'une à l'autre. Le
directeur, les officiers, les mineurs, les soldats, et tous les gens
nécessaires à l'entreprise auraient eu, dans le fort mobile, une
retraite toujours sûre, dont la crainte des armes à feu aurait éloigné
les Nègres de Bambouk. Mais ce projet entraînant des lenteurs qui ne
convenaient point à l'impatience de sa nation, il en forma un second,
qu'il présenta à la compagnie le 25 septembre 1723. Il y établissait que
douze cents hommes étaient une armée suffisante pour la conquête du
royaume de Bambouk, et que l'entretien de ce corps de troupes pendant
quatre ans ne reviendrait qu'à deux millions de livres. Il comptait que
quatre mille marcs d'or, à cinq cents livres le marc, rembourseraient
toute la dépense, et que les mines fourniraient annuellement plus de
mille marcs. Mais on ne s'est point aperçu jusqu'à présent que ce
système ait été goûté.

On ne peut se dispenser de donner ici quelque idée de l'étendue et de la
situation d'un royaume dont on a tant vanté les richesses. Du côté du
nord, le royaume de Bambouk s'étend dans une partie des régions de Galam
et de Casson. À l'ouest, il a la rivière de Falémé et les royaumes de
Contou et de Combregoudou; au sud, celui de Mankanna, et les pays à
l'ouest de Mandinga; ses bornes orientales sont encore peu connues: on
sait seulement qu'elles touchent au pays de Gadoua et de Guinée
intérieure, où les voyageurs européens n'ont pas porté bien loin leurs
découvertes.

Le pays de Bambouk, comme ceux de Contou et de Combregoudou, n'est
gouverné par aucun roi, quoiqu'il porte le nom de royaume. Peut-être
avait-il autrefois des souverains; mais à présent les habitans n'ont
pour seigneurs que les chefs des villages, qui sont nommés _farims_,
vers la rivière de Falémé, avec l'addition du lieu dont ils sont les
maîtres, comme farim Torako, farim Ferbarana. Dans l'intérieur du pays,
ces chefs s'appellent _elemanni_, ou portent d'autres noms. Quoique
leurs titres soient moins fastueux que ceux d'empereur ou de roi, ils
ont la même autorité, et leurs sujets vivent dans la même soumission,
aussi long-temps du moins qu'observant les anciens usages de cette
aristocratie, ils n'entreprennent point d'innovation; car il serait
dangereux d'aspirer au pouvoir arbitraire. Le moindre châtiment qui
menacerait les usurpateurs serait une honteuse déposition ou le pillage
de leurs biens. Il semble que l'or du pays de Bambouk y ait combattu le
despotisme, dont partout ailleurs il a été l'instrument.

Tous ces farims ou ces chefs sont indépendans l'un de l'autre; mais leur
devoir les oblige de se réunir pour la défense du pays, lorsqu'il est
attaqué dans le corps ou dans les membres. Les habitans s'appellent
Malinkops; ils sont en fort grand nombre, comme on en peut juger par la
multitude des villages qui sont à l'est de la rivière de Falémé. Le
Sannon, le Guianon, la Mansa, et d'autres petites rivières qui se
rendent dans celle de Falémé ou du Sénégal sont aussi bordées
d'habitations. Les mines du pays de Bambouk ne sont pas les seules
richesses. Quelques auteurs mal instruits ont représenté ce pays comme
une contrée si aride, que les Nègres ne pouvaient y trouver des pailles
assez grandes pour leurs habitations. La campagne, au contraire, est
partout arrosée de rivières et de ruisseaux dont les débordemens annuels
arrosent les terres, les engraissent et fournissent assez d'humidité
pour que les benteniers, les calebassiers, les tamariniers, les plus
beaux acacias, et plusieurs autres arbres, y conservent leur verdure
toute l'année. On en trouve d'une grosseur prodigieuse: quelques-uns
portent des fruits que les Nègres trouvent fort bons, parce qu'ils y
sont accoutumés, mais dont les blancs font peu de cas, à cause de leur
acidité. Le miel y est très-commun et très-bon. Les Nègres n'en mangent
jamais; ils l'emploient à composer une boisson qu'ils nomment _bedou_,
et qu'ils aiment beaucoup.

On y trouve un nombre infini de cabris, peu de moutons, mais beaucoup de
vaches. Le pays est couvert d'excellens pâturages; c'est une herbe
très-fine que les boeufs mangent avec avidité.

Il y croît une espèce de pois nommée _guerte_, qui ressemblent
parfaitement à nos pistaches; ils ont le goût de la noisette, surtout
lorsqu'on a soin de les sécher au four pour leur faire jeter leur huile.
Ce légume croît en terre au bout de sa racine; car à peine la fleur
a-t-elle paru pendant deux jours, qu'elle se recourbe vers la terre et
s'y insinue, pour que le germe y grossisse et achève de se développer
hors de l'action de la lumière. Les Nègres font une grande consommation
de ces pistaches; ils les mêlent avec leur millet, et l'estiment
d'autant plus qu'elle sert admirablement leur paresse naturelle; car il
suffit d'ensemencer un terrain une fois pour recueillir trois récoltes
pendant trois années consécutives, sans être obligé d'y faire le moindre
travail. Ces pistaches se cultivent présentement en Amérique et dans les
parties méridionales de l'Europe. On les nomme pistaches de terre ou
arachide (_arachis hypogæa_). Du collet de la racine sortent des
feuilles semblables à celles du trèfle.

On trouve au Bambouk une espèce de singes blancs, d'une blancheur
beaucoup plus brillante que les lapins blancs de l'Europe; ils ont les
yeux rouges: on les apprivoise aisément dans leur jeunesse; mais,
lorsqu'ils avancent en âge, ils deviennent aussi méchans que les singes
des autres pays. Jusqu'à présent il n'a pas encore été possible d'en
apporter un vivant au fort Saint-Louis. Outre la délicatesse de leur
constitution, ils paraissent chagrins lorsqu'ils sortent de leur pays,
et leur tristesse va jusqu'à leur faire refuser toute sorte de
nourriture.

Le renard blanc est un autre animal particulier au pays de Bambouk, et
qui n'est pas moins ennemi de la volaille que celui de l'Europe; sa
couleur est un blanc argenté. Les Nègres en mangent la chair, et vendent
la peau aux comptoirs français.

Les pigeons de Bambouk sont tout-à-fait verts, ce qui les fait prendre
souvent pour des perroquets. On trouve dans le même pays et dans les
régions voisines un animal extraordinaire nommé _ghiamala_. Il se retire
particulièrement à l'est de Bambouk, dans les cantons de Gadda et de
Diaka. Ceux qui l'ont vu prétendent qu'il est plus haut de la moitié que
l'éléphant, mais qu'il n'approche pas de sa grosseur. On le croît de
l'espèce des chameaux, avec lesquels il a beaucoup de ressemblance par
la tête et le cou. Il a d'ailleurs deux bosses sur le dos comme le
dromadaire; ses jambes sont d'une longueur extraordinaire, ce qui sert
encore à le faire paraître plus haut; il se nourrit, comme le chameau,
de ronces et de bruyères, aussi n'est-il jamais fort gras; mais les
Nègres n'en mangent pas moins la chair lorsqu'ils peuvent le prendre.
Cet animal pourrait devenir propre à porter les plus lourds fardeaux, si
les Nègres étaient capables de l'apprivoiser. Aucun Européen ne l'a vu.
On ne le connaît donc que par les rapports des Nègres, qui mêlent
toujours des fables à tout ce qu'ils racontent. Suivant eux, le ghiamala
est extrêmement féroce. La nature l'a pourvu de sept petites cornes fort
droites, qui, dans leur pleine grandeur, sont longues chacune d'environ
deux pieds. Il a la corne du pied noire et semblable à celle du boeuf;
sa marche est prompte et se soutient long-temps. C'est probablement la
girafe mal décrite.

Quoique le merle blanc passe pour une chimère, il s'en trouve néanmoins
de cette couleur dans le pays de Bambouk et de Galam; on y en voit aussi
de tachetés. Le monocéros, ou calao, n'y est pas rare; sa grandeur est
celle d'un coq ordinaire, et son plumage varié, surtout aux ailes; son
bec est long, très-gros, arqué en faux; la partie supérieure surmontée
d'une proéminence qui croît avec l'âge, et prend la forme d'un double
bec ou d'un casque. Ce bec monstrueux n'est ni fort à proportion de sa
grosseur, ni utile à raison de sa structure. Il n'a pas de prise; sa
pointe ne peut servir que mollement; sa substance est si tendre, qu'elle
se fêle à la tranche par le plus léger frottement; heureusement ces
cassures accidentelles se raccommodent tous les ans. La corne du bec
repousse d'elle-même à chaque mue de l'oiseau, et cette pousse
continuelle rend toujours aux becs leur première forme et leurs
dentelures naturelles. Ces oiseaux se tiennent ordinairement en grandes
bandes; ils vivent d'insectes, de reptiles, de rats, de souris; mais,
avant de manger ces animaux, ils les aplatissent, les amollissent dans
leur bec, et les avalent entiers; ils recherchent aussi les charognes,
et s'en nourrissent comme les vautours: cependant ils donnent la
préférence aux intestins; ils marchent peu et fort mal; ils se tiennent
ordinairement sur les grands arbres.

L'abel-mosch, nommé autrement la graine de musc ou l'ambrette (_hibiscus
abelmoschus_), croit en abondance et sans culture dans le pays de
Galam. Les Nègres n'en font aucun usage. Leurs femmes même, qui aiment
beaucoup les odeurs et qui sont passionnées pour les clous de girofle,
dont elles portent des paquets autour du cou, négligent cette graine,
pour la seule raison, peut-être, qu'elle est fort commune; car,
lorsqu'elle est cueillie avec soin, elle rend une odeur de musc fort
agréable. Il est vrai que cette odeur, se dissipe; mais elle peut être
renouvelée avec de la graine fraîche.

Lorsque l'ambrette se trouve dans un riche terroir, et qu'elle rencontre
un arbre auquel elle puisse s'attacher, elle s'élève jusqu'à six ou sept
pieds de hauteur; sans ce secours, elle rampe sur la terre, et ne
s'élève à la fin que d'environ deux pieds. Cette plante est velue dans
plusieurs de ses parties; ses feuilles sont dentelées; et quoique
l'échancrure ne soit pas fort profonde, elle forme des angles si aigus,
qu'on les croirait capables de piquer. Leur couleur est un vert brillant
au-dessus, et plus pâle au-dessous. Ses fleurs, semblables à celles de
l'arbrisseau connu sous le nom d'_althea_ des jardiniers ou de mauve en
arbre, sont d'un jaune d'or fort brillant, avec le fond pourpre. Il leur
succède des capsules pyramidales, à cinq angles, d'abord d'un vert pâle,
ensuite brun et presque noir dans sa maturité. Ce fruit contient quatre
petites semences grises, plates d'un côté, et d'une odeur d'ambre qui
est fort agréable. On accuse nos parfumeurs de s'en servir pour
falsifier leur musc.

Entre les curiosités du pays de Bambouk, Brue reçut de marchands
mandingues plusieurs calebasses remplies d'une certaine graisse qui,
sans être aussi blanche que celle du mouton, avait la même consistance.
On la nomme _bataule_ dans le pays; les Nègres qui sont plus bas sur la
rivière, lui donnent le nom de _Bambouk toulou_, ou beurre de Bambouk,
parce qu'elle leur vient de cette contrée: c'est un admirable présent de
la nature. Cependant on assure que la meilleure vient de Ghiaora, sur
les bords du Sénégal, trois cents lieues à l'est de Galam. L'arbre qui
produit le fruit d'où l'on tire cette graisse est d'une grosseur
médiocre; les feuilles sont petites, rudes et en fort grand nombre; si
on les presse entre les doigts, elles rendent un jus huileux; les
incisions qu'on fait au tronc de l'arbre en tirent la même liqueur, mais
en moindre quantité. On n'en connaît pas d'autre propriété, parce que
les Maures et les Nègres s'attachent plus au commerce de leur beurre
qu'à l'étude de l'arbre qui le produit. Cependant on sait d'eux que le
fruit en est rond, de la grosseur d'une noix, et couvert d'une coque,
avec une petite peau sèche et brillante; il est d'un blanc rougeâtre, et
ferme comme le gland, huileux et d'une odeur aromatique; son noyau est
de la grosseur d'une muscade, et fort dur; mais l'amande qu'il contient
a le goût d'une noisette. Les Nègres sont passionnés pour ce fruit:
après en avoir séparé une partie, qui tient de la nature du suif, ils
pilent le reste et le mettent dans l'eau chaude: il s'en forme une
graisse qui surnage; c'est ce qui leur tient lieu de beurre ou de lard
avec leurs légumes, et quelquefois sans aucun mélange. Les blancs qui en
mangent sur le pain ou dans les sauces ne le trouvent pas différent du
lard, à la réserve d'une petite âcreté qui n'est pas désagréable. Brue
paraît persuadé que l'usage de cette graisse est fort sain; les Nègres
l'emploient d'ailleurs avec succès pour la guérison des rhumatismes, des
sciatiques, des douleurs de nerfs et des autres maladies de cette
nature; ils la préfèrent beaucoup à l'huile de palmier: leur méthode est
d'en frotter devant le feu les parties attaquées, pour y faire pénétrer
la graisse autant qu'il est possible, de les couvrir ensuite avec du
papier gris le plus doux, et de les tenir chaudement sous quelque drap
fort épais.

Nous joindrons à ce chapitre un fragment historique qu'on ne lira pas
sans quelque intérêt; ce sont les aventures d'un prince nègre que le
hasard fit tomber dans l'esclavage, et dont l'histoire écrite en anglais
par Bluet, qui avait été un de ses intimes amis en Amérique et en
Angleterre, est confirmée par des témoignages irrécusables. Il
s'appelait Eyoub Ibn Souleyman; ou Job ben Salomon. Son père était à la
fois prince et alfa, ou grand-prêtre de Bounda, suivant l'usage
d'Afrique, qui réunit souvent ces deux qualités. Bounda est une
dépendance du royaume de Foula, situé entre la rivière de Falémé et la
Gambie. Job n'eut pas plus tôt atteint sa quinzième année, qu'il assista
son père en qualité d'iman ou de sous-prêtre. Il se maria dans le même
temps à la fille de l'alfa de Tombaoura, qui n'avait alors que onze ans.
À treize, elle lui donna un fils qui fut nommé Abdalla, et deux autres
ensuite, qui reçurent le nom d'Ibrahim et de Sambo. Deux ans avant sa
captivité, il prit une seconde femme, fille de l'alfa de Tomga, de qui
il eut une fille nommée Fatime. Ses deux femmes et ses quatre enfans
étaient en vie lorsqu'il partit de Bounda.

[Illustration: _Plusieurs de ces brigands se jetèrent sur lui et le
chargèrent de liens._]

Au mois de février 1730, le père de Job, ayant appris qu'il était arrivé
un vaisseau anglais dans la Gambie, y envoya son fils accompagné de deux
domestiques, pour vendre quelques esclaves et se fournir de diverses
marchandises de l'Europe; mais il lui recommanda de ne pas passer la
rivière, parce que les habitans de l'autre rive sont Mandingues, ennemis
du royaume de Foula. Job ne s'étant point accordé avec le capitaine
Pike, commandant du vaisseau anglais, renvoya ses deux domestiques à
Bounda pour rendre compte de ses affaires à son père, et pour lui
déclarer que sa curiosité le portait à voyager plus loin. Dans cette
vue, il fit marché avec un négociant qui entendait la langue des
Mandingues, pour lui servit d'interprète et de guide. Ayant traversé la
rivière de Gambie, il vendit ses Nègres pour quelques vaches. Un jour
que la chaleur l'obligea de se rafraîchir, il suspendit ses armes à un
arbre; elles consistaient dans un sabre à poignée d'or, un poignard du
même métal, et un riche carquois rempli de flèches, dont le fils du roi,
avec qui il avait été élevé, lui avait fait présent. Son malheur voulut
qu'une troupe de Mandingues accoutumés au pillage passât dans le même
lieu et le vît désarmé; sept ou huit de ces brigands se jetèrent sur lui
et le chargèrent de liens, sans faire plus de grâce à son interprète.
Ils commencèrent par lui raser la tête et le menton; ce qui fut regardé
par Job comme le dernier outrage, quoiqu'ils pensassent moins à
l'insulter qu'à le faire passer pour un esclave pris à la guerre.

Le 27 de février ils le vendirent avec son interprète au capitaine Pike,
et le 1er de mars ils les livrèrent à bord. Pike, apprenant de Job qu'il
était le même qui avait traité de commerce avec lui quelques jours
auparavant, et qu'il n'était esclave que par un coup du sort, lui permit
de se racheter lui et son compagnon. Job envoya aussitôt chez un ami de
son père, qui demeurait près du comptoir anglais de Djôr, en le faisant
prier de donner avis de son infortune à Bounda. Mais, la distance étant
de quinze journées, et le capitaine pressé de mettre à la voile, le
malheureux Job fut conduit au Maryland, dans la ville d'Annapolis, et
livré à Michel Denton, facteur de Hunt, riche négociant de Londres. Il
apprit ensuite, par quelques vaisseaux venus de la Gambie, que son père
avait envoyé pour sa rançon plusieurs esclaves qui n'étaient arrivés
qu'après le départ du vaisseau, et que Sambo, roi de Foula, avait
déclaré la guerre aux Mandingues dans la seule vue de le venger.

Denton vendit Job à un marchand nommé Tolsey, dans un canton qui
appartient au Maryland. Tolsey l'employa d'abord au travail du tabac;
mais, s'apercevant bientôt qu'il n'était pas propre à la fatigue, il
rendit sa situation plus douce en le chargeant du soin de ses bestiaux.
Job, assez libre dans cet emploi, se retirait assez souvent au fond d'un
bois pour y faire ses prières. Il y fut aperçu par un jeune blanc, qui
se fit un plaisir de l'interrompre, et souvent de l'outrager, en lui
jetant de la boue au visage. Un traitement si cruel, joint à l'ignorance
de la langue du pays, qui ne lui permettait pas de porter ses plaintes à
personne, le jeta dans un tel désespoir, que, n'imaginant rien de plus
terrible que ce qu'il éprouvait, il prit la résolution de s'échapper. Il
traversa le bois au hasard jusqu'au comté de Kent, sur la baie Delaware,
qui passe aujourd'hui pour une partie de la Pensylvanie, quoiqu'elle
appartienne en effet au Maryland. Là, se présentant sans passe-port, et
ne pouvant expliquer sa situation, il fut arrêté au mois de juin 1731,
en vertu de la loi contre les Nègres fugitifs qui est en vigueur dans
toutes les colonies de l'Amérique. Bluet, alors établi dans cette
contrée, et plusieurs autres marchands anglais, eurent la curiosité de
le voir dans sa prison. Sur divers signes qu'ils lui firent, il écrivit
deux ou trois lignes en arabe; et, les ayant lues, il prononça les mots
_Allah_ et _Mahomet_, qui furent aisément distingués par les habitans.
Cette marque de sa religion, jointe au refus d'un verre de vin qui lui
fut présenté, fit assez connaître qu'il était mahométan; mais on n'en
devinait pas mieux qui il était, et comment il se trouvait dans le
canton. Sa physionomie d'ailleurs, et ses manières composées ne
permettaient pas de le regarder comme un homme du commun.

Il se trouva parmi les Nègres du pays un vieux Iolof, qui entendit enfin
son langage, et qui, l'ayant entretenu, expliqua aux Anglais le nom de
son maître et les raisons de sa fuite. Ils écrivirent dans le lieu d'où
il était parti. Tolsey vint le prendre lui-même et le traita fort
civilement. Il le conduisit dans son habitation, où il prit soin de lui
donner un endroit commode pour ses exercices de religion, et d'adoucir
plus que jamais son esclavage. Job profita de la bonté de son maître
pour écrire à son père. Sa lettre fut remise à Denton, qui devait en
charger le capitaine Pike, au premier voyage qu'il ferait en Afrique;
mais alors Pike étant parti pour l'Angleterre, Denton envoya la lettre
à M. Hunt. Pike avait mis à la voile pour l'Afrique, lorsqu'elle fut
rendue à Londres; de sorte que Hunt fut obligé d'attendre une autre
occasion. Dans l'intervalle, le célèbre Oglethorpe, ayant vu la lettre,
qui était en arabe, et qu'il prit soin de faire traduire dans
l'université d'Oxford, fut touché d'une si vive compassion, qu'il
engagea Hunt, par une somme dont il lui fit son billet, à faire amener
Job en Angleterre. Hunt écrivit aussitôt à son facteur d'Annapolis, qui
racheta Job de Tolsey, et le fit partir sur _le William_, commandé par
le capitaine Wright. Bluet, auteur de son histoire, fit le voyage sur le
même vaisseau.

Pendant quelques semaines que Job fut en mer, il acheva d'apprendre
assez d'anglais pour se faire entendre et pour expliquer une partie de
ses idées. Sa conduite et ses manières lui gagnèrent l'estime et
l'amitié de tout l'équipage. En arrivant à Londres, au mois d'avril
1733, il n'y trouva pas le généreux Oglethorpe, qui était parti pour la
Géorgie; mais Hunt lui fournit un logement à Lime-House. Bluet, qui alla
passer quelque temps à la campagne, l'ayant visité à son retour, lui
trouva le visage fort abattu. Quelques personnes avaient demandé à
l'acheter; et la crainte que sa rançon ne fût mise à trop haut prix, ou
que de nouveaux maîtres ne le fissent partir pour quelque pays éloigné,
le jetait dans une vive inquiétude. Bluet obtint de Hunt de le prendre
dans sa maison de Cheshunt, au comté d'Hertfort, en promettant de ne pas
disposer de lui sans le consentement de son maître: Job reçut beaucoup
de caresses de tous les honnêtes gens du pays, qui parurent charmés de
son entretien, et fort touchés de ses infortunes. On lui fit quantité de
présens, et plusieurs personnes proposèrent de lever une somme par
souscription pour payer le prix de sa liberté.

Le jour qui précéda son retour à Londres, il reçut une lettre qui
portait son adresse, et qui, étant venue sous une enveloppe au chevalier
Bybia-Lake, avait été remise à la compagnie d'Afrique. L'auteur n'ajoute
pas de qui elle était, quoiqu'il paraisse assez qu'elle venait de M.
Oglethorpe; en conséquence, les directeurs de la compagnie ordonnèrent à
M. Hunt de leur fournir le mémoire de toute la dépense qu'il avait faite
pour Job. Elle montait à cinquante-neuf livres sterling, qui lui furent
payées par la compagnie. Cependant Job n'était pas délivré de ses
craintes. Il se figura qu'il aurait à payer une grande rançon lorsqu'il
serait retourné dans son pays. La souscription n'était pas encore
commencée. Bluet ayant renouvelé cette proposition, un homme de mérite
entreprit de la faire réussir en souscrivant le premier. Son exemple fut
suivi avec empressement. Enfin la somme étant remplie, Job obtint sa
liberté, et la compagnie d'Afrique se chargea de son logement et de son
entretien jusqu'à son départ.

Il vécut quelque temps dans une situation tranquille, occupé à visiter
ses amis et ses bienfaiteurs. Le chevalier Hans Sloane, qui était de ce
nombre, l'employait souvent à traduire des manuscrits arabes et des
inscriptions de médailles. Un jour qu'il était chez lui, il marqua une
vive curiosité de voir la famille royale. Le chevalier lui promit de le
satisfaire, lorsqu'il serait vêtu assez proprement pour paraître à la
cour. Aussitôt les amis de Job lui firent faire un riche habit de soie
dans la forme de son pays. Il fut présenté dans cet état au roi, à la
reine, aux deux princes et aux princesses. La reine lui fit présent
d'une belle montre d'or; et le même jour il eut l'honneur de dîner avec
le duc de Montague et d'autres seigneurs, qui se réunirent ensuite pour
lui faire présent d'une somme honnête. Le duc de Montague le mena
souvent à sa maison de campagne, et, lui montrant les instrumens qui
servent à l'agriculture et au jardinage, il chargea ses gens de lui en
apprendre l'usage. Lorsque Job se vit près de son départ, le même
seigneur fit faire pour lui un grand nombre de ces instrumens, qui
furent mis dans des caisses et portés sur son vaisseau. Il reçut divers
autres présens de plusieurs personnes de qualité jusqu'à la valeur de
cinq cents livres sterling. Enfin, après avoir passé quatorze mois à
Londres, il s'embarqua, au mois de juillet 1734, sur un vaisseau de la
compagnie qui partait pour la rivière de Gambie.

Job aborda au fort anglais le 8 d'août. Il était recommandé
particulièrement par les directeurs de la compagnie au gouverneur et aux
facteurs du pays. Ils le traitèrent avec autant de respect que de
civilité. L'espérance de trouver quelqu'un de ses compatriotes au
comptoir de Djôr, qui n'est qu'à sept journées de Bounda, le fit partir
le 23 sur le sloop _la Renommée_, avec Moore, qui allait prendre la
direction de ce comptoir. Le 26 au soir, ils arrivèrent à Damasensa.
Job, se trouvant assis sous un arbre avec les Anglais, vit passer sept
ou huit Nègres de la nation de ceux qui l'avaient fait esclave à trente
milles du même lieu. Quoiqu'il fût d'un caractère modéré, il eut de la
peine à se contenir; et son premier mouvement le portait à les tuer d'un
sabre et de deux pistolets dont il était armé. Moore lui fit perdre
cette pensée en lui représentant l'imprudence et le danger de son
dessein. Ils firent approcher les Nègres pour leur adresser diverses
questions, et leur demander particulièrement ce qu'était devenu le roi
leur maître, qui avait jeté Job dans l'esclavage.

Ils répondirent que ce prince avait perdu la vie d'un coup de pistolet
qu'il portait ordinairement pendu au cou, et qui, étant parti par
hasard, l'avait tué sur-le-champ. Il y avait beaucoup d'apparence que ce
pistolet venait du capitaine Pike, et faisait partie des marchandises
que le roi avait reçues pour le prix de Job. Aussi Job fut-il si
transporté de joie, que, tombant à genoux, il remercia Mahomet d'avoir
détruit son ennemi par les armes mêmes qui avaient été le prix de son
crime; et se tournant vers Moore: «Vous voyez, lui dit-il, que le ciel
n'a point approuvé que cet homme m'eût fait esclave, et qu'il a fait
servir à sa punition les mêmes armes pour lesquelles j'ai été vendu.
Cependant je dois lui pardonner, ajouta-t-il, parce que, si je n'avais
pas été vendu, je ne saurais pas la langue anglaise, je n'aurais pas
mille choses utiles et précieuses que je possède; je n'aurais pas vu un
pays tel que l'Angleterre, et des hommes aussi généreux que j'en ai
trouvé dans cette contrée.» Il n'y a guère d'Européen cultivé dont la
reconnaissance s'exprimât plus éloquemment.

Le sloop étant arrivé le premier de septembre à Djôr, Job dépêcha le 14
un exprès à Bounda pour donner avis de son retour à ses parens. Ce
messager était un Foula, qui se trouva de la connaissance de Job, et qui
marqua une joie extrême de le revoir. C'était presque le seul Africain
qu'on eût jamais vu revenir de l'esclavage. Job fit prier son père de ne
pas venir au-devant de lui, parce que le voyage était trop long, et que,
suivant l'ordre de la nature, c'étaient les jeunes gens, disait-il, qui
devaient aller au-devant des vieux. Il envoya quelques présens à ses
femmes, et le Foula fut chargé de lui amener le plus jeune de ses fils,
pour lequel il avait une affection particulière.

Dans l'intervalle, Job ne cessa point de louer beaucoup les Anglais
parmi les Nègres de sa nation. Il fit revenir les Africains de l'opinion
où ils avaient toujours été que les esclaves étaient mangés ou tués,
parce qu'on n'en voyait pas revenir un seul.

Quatre mois se passèrent avant qu'il pût recevoir les moindres
informations de Bounda. Son impatience le fit retourner à Djôr le 29
janvier 1735. Le 14 du mois suivant, il vit arriver enfin le Foula avec
des lettres; mais elles ne lui apportaient que de fâcheuses nouvelles.
Son père était mort, avec la consolation néanmoins d'avoir appris en
expirant le retour de son fils et le traitement qu'il avait reçu en
Angleterre. Une des femmes de Job s'était remariée en son absence; et le
second mari avait pris la fuite en apprenant l'arrivée du premier.
Depuis trois ou quatre ans la guerre avait fait tant de ravage dans le
pays de Bounda, qu'il n'y restait plus de bestiaux.

Avec le messager il était arrivé un des anciens amis de Job, qui fut
charmé de le revoir, mais qui parut fort touché de la mort de son père
et des malheurs de sa patrie. Il protesta qu'il pardonnait à sa femme,
et même à l'homme qui l'avait épousée. Ils avaient raison, disait-il,
de me croire mort, puisque j'étais passé dans un pays d'où jamais aucun
Foula n'est revenu. Ses entretiens avec son ami durèrent trois ou quatre
jours, sans autre interruption que celle des repas et du sommeil.

Lorsque Moore quitta l'Afrique, il laissa Job à Djôr avec le gouverneur
Hull, prêts à partir tous deux pour Yanimarriou, d'où ils devaient se
rendre à la forêt des Gommiers, qui est proche de Bounda. Job le chargea
de plusieurs lettres pour le duc de Montague, la compagnie d'Afrique,
Oglethorpe, et ses principaux bienfaiteurs. Elles étaient remplies des
plus vives marques de sa reconnaissance et de son affection pour la
nation anglaise.

Ses qualités naturelles étaient excellentes. Il avait le jugement
solide, la mémoire facile, et beaucoup de netteté dans les idées; il
raisonnait avec beaucoup de modération et d'impartialité. Tous ses
discours portaient le caractère du bon sens, de la bonne foi, et d'un
amour ardent pour la vérité.

Sa pénétration se fit remarquer dans une infinité d'occasions. Il
concevait sans peine le mécanisme des instrumens. Après lui avoir fait
voir une pendule et une charrue, on lui en montra les pièces séparées,
qu'il rejoignit lui-même sans le secours de personne.

Sa mémoire était si extraordinaire, qu'ayant appris l'Alcoran par coeur
à quinze ans, il en fit trois copies de sa main en Angleterre, sans
autre modèle que celui qu'il portait dans sa tête, et sans se servir
même de la première copie pour faire les deux autres. Il souriait
lorsqu'il entendait parler d'oubli, comme d'une faiblesse dont il
n'avait pas l'idée. Cette mémoire paraîtra moins surprenante, si l'on
fait réflexion qu'ayant nécessairement peu d'idées acquises, celles qui
se plaçaient dans sa tête s'y gravaient avec plus de facilité et moins
de confusion. C'est par cette raison que dans la première jeunesse on
apprend et l'on retient plus aisément: l'organe est neuf, et l'esprit a
moins de distractions. C'est quand les traces d'une infinité d'objets
divers se sont multipliées dans le cerveau que leur nombre et leur
variété commencent à nuire à leur ordre, qu'elles se confondent et
s'effacent en même temps que l'organe perd de son énergie, comme la
planche du graveur ne rend plus que des traits vagues et confus
lorsqu'on en a trop renouvelé les empreintes.

Il avait cette sorte de compassion générale qui rend le coeur sensible à
tout. Dans la conversation, il entendait la plaisanterie. Ses
inclinations douces et religieuses n'excluaient pas le courage. Il
racontait que, passant un jour dans le pays des Arabes avec quatre de
ses domestiques, il avait été attaqué par quinze de ces vagabonds, qui
sont une sorte de bandits ou de voleurs. Il se mit en défense, et,
plaçant un de ses gens pour observer l'ennemi, il se disposa fièrement
au combat avec les trois autres. Il perdit un homme dans l'action, et
lui-même fut blessé au bras d'un coup d'épée; mais ayant tué le
capitaine arabe et deux de ces brigands, il força le reste de prendre la
fuite. Un autre jour, ayant trouvé une des vaches de son père à moitié
dévorée, il résolut de prendre le monstre dont elle avait été la proie.
Il se plaça sur un arbre près de la vache, et vers le soir il vit
paraître deux lions qui s'avancèrent à pas lents et jetant leurs regards
autour d'eux avec un air de défiance. L'un s'étant approché, Job le
perça d'une flèche empoisonnée qui le fit tomber sur la place. Le second
qui vint ensuite fut aussi blessé; mais il eut la force de s'éloigner en
rugissant, et le lendemain il fut trouvé mort à cinq cents pas du même
lieu.

Il avait de l'aversion pour les peintures; on eut beaucoup de peine à le
faire consentir qu'on tirât son portrait. Lorsque la tête fut achevée,
on lui demanda dans quels habits il voulait paraître; et sur le choix
qu'il fit de l'habillement de son pays, on lui dit qu'on ne pouvait le
satisfaire sans avoir vu les habits dont il parlait, ou du moins sans en
avoir entendu la description. «Pourquoi donc, répliqua Job, vos peintres
veulent-ils représenter Dieu qu'ils n'ont jamais vu?»

Sa religion était le mahométisme; mais il rejetait les notions d'un
paradis sensuel et d'autres traditions qui sont reçues parmi les Turcs.
Le fond de ses principes était l'unité de Dieu, dont il ne prononçait
jamais le nom sans quelque témoignage particulier de respect. Les idées
qu'il avait de cet Être-Suprême et d'un état futur parurent fort justes
aux Anglais; mais il était si ferme dans la persuasion de l'unité
divine, qu'il fut impossible de le faire raisonner paisiblement sur la
Trinité. On lui avait donné un nouveau Testament dans sa langue. Il le
lut; et, s'expliquant avec respect sur ce livre, il commença à déclarer
que, l'ayant examiné fort soigneusement, il n'y avait pas trouvé un mot
d'où l'on pût conclure qu'il y eût trois dieux.

Il ne mangeait la chair d'aucun animal, s'il ne l'avait tué de ses
propres mains. Cependant il ne faisait pas difficulté de manger du
poisson; mais il ne voulait jamais toucher à la chair de porc.

Pour un homme qui avait reçu son éducation en Afrique, les Anglais
jugèrent que son savoir n'était pas méprisable. Il leur rendit compte
des livres de son pays. Leur nombre ne surpasse pas trente. Ils sont
écrits en arabe, et la religion seule en fait la matière. Job savait
fort bien la partie historique de la Bible. Il parlait respectueusement
des vertueux personnages qui sont nommés dans l'Écriture sainte, surtout
de Jésus-Christ, qu'il regardait comme un prophète digne d'une plus
longue vie, et qui aurait fait beaucoup de bien dans le monde, s'il
n'eût péri malheureusement par la méchanceté des Juifs. Mahomet,
disait-il, fut envoyé après lui pour confirmer et perfectionner sa
doctrine. Enfin Job se comparait souvent à Joseph, fils du patriarche
Jacob; et lorsqu'il eut appris que, pour le venger, Sambo, roi de Foula,
avait déclaré la guerre aux Mandingues, il protesta qu'il aurait
souhaité pouvoir l'empêcher, parce que ce n'étaient pas les Mandingues,
mais Dieu qui l'avait envoyé dans une terre étrangère.

Son historien joint ici quelques détails sur le pays de ce prince.

Les esclaves du pays de Bounda, et la plus vile partie du peuple, y sont
employés à cultiver la terre, à préparer le blé, le pain et les autres
alimens. L'agriculture est pour eux un exercice fort pénible, parce
qu'ils n'ont pas d'instrumens propres à labourer la terre, ni même à
couper les grains dans leur maturité. Ils sont obligés, pour faire leur
moisson, d'arracher le blé avec les racines; et pour le réduire en
farine, ils le broient entre deux pierres avec les mains. Leur travail
n'est pas moins pénible pour transporter et pour bâtir; car tout
s'exécute à force de bras.

Les personnes de distinction qui se piquent de lecture et d'étude n'ont
pas d'autres lumières pendant la nuit que celle de leur feu. Cependant
c'est le temps de l'obscurité qu'ils emploient à cet exercice, parce
que, dans les principes du pays, le jour est pour l'usage de ce qu'on
sait, et la nuit pour s'instruire. Une partie des habitans s'occupe de
la chasse, surtout de celle des éléphans, et fait un commerce d'ivoire
assez considérable. Job racontait qu'un de ses gens, accoutumé à la
chasse, avait vu un éléphant surprendre un lion, le porter près d'un
bois, fendre un arbre, mettre la tête de son ennemi entre les deux
parties du tronc, et le laisser dans cet état pour y périr. Quoique ce
récit paraisse fabuleux, il est rendu plus vraisemblable par un autre
exemple dont Job avait été témoin lui-même. Un jour qu'il était à la
chasse, il vit un éléphant transporter un lion dans un endroit
marécageux, et lui tenir la tête enfoncée dans la boue pour l'étouffer.
En supposant la vérité de ces deux faits, il faut conclure que le lion
et l'éléphant se portent une haine mortelle.

Le poison dans lequel les Nègres trempent leurs flèches est le suc d'un
certain arbre dont les qualités sont si malignes, qu'en peu de temps le
sang se trouve infecté par la moindre blessure, et l'animal le plus
vigoureux devient stupide et perd le sentiment; ce qui n'empêche pas les
habitans de manger la chair des animaux qu'ils tuent avec leurs flèches.
Aussitôt qu'ils les voient tomber, ils s'approchent et leur coupent la
gorge: cette opération fait sortir apparemment le poison avec le sang.
Les hommes qui sont blessés des mêmes flèches se guérissent avec une
herbe dont la vertu est infaillible, lorsqu'elle est immédiatement
appliquée sur la blessure. L'auteur prend ici l'occasion d'assurer,
comme le fruit particulier de son expérience et de ses lumières, 1º que,
dans tous les pays qui produisent des bêtes féroces, il ne s'en trouve
pas qui attaquent volontairement l'homme, si elles trouvent le moyen de
s'échapper par la fuite; 2º qu'il n'y a pas de poison violent, de
quelque espèce qu'on le suppose, qui n'ait son antidote; et que
généralement la nature a placé l'antidote près du poison. Cette dernière
assertion paraît plus fondée que l'autre; je crois qu'il sera toujours
fort peu sûr de rencontrer un lion ou un tigre quand il aura faim. Le
loup, naturellement timide, attaque l'homme quand il n'a trouvé ni proie
ni nourriture; et les singes, quand ils se sentent les plus forts, se
jettent sur le voyageur par un instinct de férocité.

Les mariages, dans le pays de Job, se font avec peu de formalités.
Lorsqu'un père est résolu de marier son fils, il fait ses propositions
au père de la fille; elles consistent dans l'offre d'une certaine somme
que le père du mari doit donner à la femme pour lui servir de douaire.
Si cette offre est acceptée, les deux pères et le jeune homme se rendent
chez le prêtre, déclarent leur convention, et le mariage passe aussitôt
pour être conclu; il ne reste qu'une difficulté, qui consiste à tirer
l'épouse de la maison paternelle. Tous ses cousins s'assemblent devant
la porte pour en disputer l'entrée, mais le mari trouve le moyen de se
les concilier par des présens. Il fait paraître alors un de ses parens,
bien monté, avec la commission de lui amener sa femme à cheval; mais à
peine est-elle en croupe, que les femmes commencent leurs lamentations
et s'efforcent de l'arrêter. Cependant les droits du mari l'emportent;
il reçoit celle qui doit être la compagne de sa vie. Il fait éclater sa
joie par les festins qu'il donne à ses amis. Les réjouissances durent
plusieurs jours; sa femme est la seule qui n'y est point appelée: elle
n'est vue de personne, pas même de son mari, aux yeux duquel la loi veut
que pendant trois ans elle paraisse toujours voilée. Ainsi Job, qui n'en
avait passé que deux avec la sienne lorsqu'il tomba dans l'esclavage, et
qui avait eu d'elle une fille, ne l'avait point encore vue sans voile.
Pour éviter les jalousies et les querelles, les maris font un partage
égal du temps entre leurs femmes; et leur exactitude à l'observer va si
loin, que pendant qu'une femme est en couches ils passent seuls dans
leur appartement toutes les nuits qui lui appartiennent. Ils ont le
droit de renvoyer celles qui leur déplaisent, mais en leur laissant la
somme qu'elles ont reçue pour dot. Une femme est libre de se remarier
après ce divorce, et n'en trouve pas moins l'occasion; au lieu que, si
c'est elle qui abandonne son mari, non-seulement elle perd sa dot, mais
elle tombe dans un mépris qui lui ôte l'espérance de faire un second
mariage.

Outre la circoncision, qui est en usage pour tous les enfans mâles, il y
a une sorte de baptême pour les deux sexes. Au septième jour de la
naissance, le père, dans une assemblée de parens et d'amis, donne un nom
à l'enfant, et le prêtre l'écrit sur un petit morceau de bois poli. On
tue ensuite pour le festin une vache ou une brebis, suivant les
richesses de la famille; on la mange sur-le-champ, et le reste est
distribué aux pauvres. Après quoi, le prêtre lave l'enfant dans une eau
pure, transcrit son nom sur un morceau de papier qu'il roule
soigneusement, et le lui attache autour du cou pour y demeurer jusqu'à
ce qu'il tombe de lui-même.



CHAPITRE III.

Moeurs et usages des Iolofs, des Foulas et des Mandingues. Langage.
Religion.


Nous avons souvent parlé de ces peuples dans la relation des voyages sur
les côtes où ils sont répandus. Nous voulons rassembler ici les
observations les plus importantes des voyageurs sur les trois nations
les mieux connues de cette latitude. Les Iolofs habitent le long de
l'Océan, entre le fleuve de Sénégal et la Gambie. Les Foulas sont situés
au nord, au sud et à l'est du Sénégal. Les Mandingues occupent les deux
bords de la Gambie, et se mêlent partout aux deux autres nations.

Une des principales qualités qui se font remarquer dans les Iolofs, et
qui paraît leur être commune avec tous les Nègres de la côte, c'est,
comme on l'a déjà dit, le penchant au vol; mais ils ont une adresse à
voler qui leur est particulière.

Ce n'est pas sur les mains d'un voleur qu'il faut avoir les yeux
ouverts, c'est sur ses pieds. Comme la plupart des Nègres marchent pieds
nus, ils acquièrent autant d'adresse dans cette partie que nous en avons
aux mains. Ils ramassent une épingle à terre. S'ils voient un morceau de
fer, un couteau, des ciseaux, et toute autre chose, ils s'en approchent;
ils tournent le dos à la proie qu'ils ont en vue; ils vous regardent en
tenant les mains ouvertes. Pendant ce temps ils saisissent l'instrument
avec le gros orteil; et, pliant le genou, ils lèvent le pied
par-derrière jusqu'à leurs pagnes, qui servent à cacher le vol; et, le
prenant avec la main, ils achèvent de le mettre en sûreté.

Ils n'ont pas plus de probité à l'égard de leurs compatriotes de
l'intérieur des terres, qu'ils appellent _montagnards_. Lorsqu'ils les
voient arriver pour le commerce, sous prétexte de servir à transporter
leurs marchandises ou de leur rendre l'office d'interprètes, ils leur
dérobent une partie de ce qu'ils ont apporté.

Leur avidité barbare va bien plus loin, car il s'en trouve qui vendent
leurs enfans, leurs parens et leurs voisins. Pour cette perfidie on
s'adresse à ceux qui ne peuvent se faire entendre des Français. Ils les
conduisent au comptoir pour y porter quelque chose, et, feignant que ce
sont des esclaves achetés, ils les vendent, sans que ces malheureuses
victimes puissent s'en défier, jusqu'au moment qu'on les enferme ou
qu'on les charge de chaînes. Un vieux Nègre, ayant résolu de vendre son
fils, le conduisit au comptoir. Mais ce fils, qui se défia de ce
dessein, se hâta de tirer un facteur à l'écart et de vendre lui-même son
père. Lorsque ce vieillard se vit environné de marchands prêts à
l'enchaîner, il s'écria qu'il était le père de celui qui l'avait vendu.
Le fils protesta le contraire, et le marché demeura conclu; mais
celui-ci, retournant en triomphe, rencontra le chef du canton qui le
dépouilla de ses richesses mal acquises, et vint le vendre au même
marché. Tous ces crimes sont la suite d'un plus grand, celui de les
acheter.

Quantité de petits Nègres des deux sexes sont enlevés tous les jours par
leurs voisins, lorsqu'ils s'écartent dans les bois, sur les chemins, ou
dans les plantations, pour chasser les oiseaux qui viennent manger le
millet et les autres grains. Dans le temps de la famine, un grand nombre
de Nègres se vendent eux-mêmes pour s'assurer du moins la vie.

Leur pauvreté est extrême. Ils ont pour tout bien quelques bestiaux. Les
plus riches n'en ont pas plus de quarante ou cinquante, avec deux ou
trois chevaux, et le même nombre d'esclaves. Il est très-rare qu'on leur
trouve de l'or pour la valeur d'onze on douze pistoles.

Dans quelques pays des Nègres, la couronne est héréditaire; dans
d'autres, elle est élective. À la mort d'un prince héréditaire, c'est
son frère, et non son fils, qui lui succède; mais, après la mort du
frère, le fils est appelé au trône, et le laisse de même à son frère.
Dans quelques pays héréditaires, c'est au premier neveu par les soeurs
que tombe la succession, parce que la propagation du sang royal ne leur
paraît certaine que par cette voie, tant ils comptent peu sur la
fidélité des femmes.

Dans les royaumes électifs, trois ou quatre des plus grands personnages
de la nation s'assemblent après la mort du roi pour lui choisir un
successeur, et se réservent le pouvoir de le déposer ou de le bannir
lorsqu'il manque à ses obligations. Cet usage devient la source d'une
infinité de guerres civiles, parce qu'un roi déposé entreprend
ordinairement de se rétablir malgré les constitutions.

Il n'y a point dans l'univers d'autorité plus absolue et plus respectée
que celle de ces monarques nègres. Elle ne se soutient que par la
rigueur. Les punitions pour les moindres défauts de respect ou
d'obéissance sont, la mort, la confiscation des biens, et l'esclavage de
toute la famille des coupables. Le peuple est moins à plaindre que les
grands, parce que, dans ces occasions, il n'a que l'esclavage à
redouter. Barbot raconte que, sous les plus légers prétextes, sans égard
pour le rang ni pour la profession, un roi fait vendre à son gré ses
sujets. L'alcade de Rufisque vendit aux Français de Gorée, par l'ordre
exprès du damel, un marabout qui avait manqué à quelque devoir du pays.
Ce malheureux prêtre fut plus de deux mois sur le vaisseau sans vouloir
prononcer une parole. Comme la volonté des princes est une loi
souveraine, ils imposent des taxes arbitraires qui réduisent tous leurs
sujets à la dernière pauvreté.

Dans le royaume de Barsalli ou Boursalum, il n'y a que le roi et sa
famille qui aient le droit de coucher sous des espèces d'étoffes qui
servent de défense contre les mouches et les mosquites. L'infraction de
cette loi est punie de l'esclavage. Un Iolof qui aurait la hardiesse de
s'asseoir sans ordre sur la même natte que la famille royale, est sujet
au même châtiment. L'orgueil et la tyrannie siégent donc sur des nattes
comme sur la pourpre! Mais, malgré tant de hauteur, les princes iolofs
sont des mendians si peu capables de honte, que, s'ils aperçoivent à
l'étranger qui les visite quelque chose qui leur plaise, comme un
manteau, des bas, des souliers, une épée, un chapeau, etc., ils
demandent successivement qu'on leur permette d'en faire l'essai, et se
mettent par degrés en possession de toute la parure.

Les épreuves du fer chaud et de l'eau bouillante, ces anciens monumens
de notre barbarie, se retrouvent dans la jurisprudence des Nègres; et la
corruption, qui déshonore si souvent la nôtre, ne leur est pas
étrangère.

Deux petits rois, oncle et neveu, tous deux tributaires du damel, étant
en contestation pour les droits de leur souveraineté, résolurent de
remettre, la décision de leur différent au sort des armes ou à la
sentence du damel; et ce prince leur ayant fait défendre les voies
violentes, ils furent obligés de venir à celles de l'autorité. Le jour
marqué pour leurs explications, ils se rendirent dans une grande place,
qui est vis-à-vis du palais royal, tous deux accompagnés d'un nombreux
cortége, qui formait deux bataillons armés de dards, de flèches, de
zagaies et de couteaux à la mauresque. Ils se postèrent l'un vis-à-vis
de l'autre, à trente pas de distance. Le damel parut bientôt à la tête
de six cents hommes. Il montait un fort beau cheval de Barbarie, et alla
se placer au milieu des deux rivaux. Quoiqu'ils parlassent tous la même
langue, ils employèrent des interprètes pour s'expliquer. Le neveu, qui
était fils du dernier roi, finit sa harangue en représentant que les
domaines contestés devaient lui appartenir de plein droit, puisque le
ciel les avait donnés à son père, et qu'il attendait par conséquent de
l'équité du damel la confirmation d'un titre qui ne pouvait lui être
disputé sans injustice. Après l'avoir écouté fort attentivement, le
damel lui répondit d'un air majestueux: «Ce que le ciel vous a donné,
je vous le donne à son exemple.» Une réponse si positive dissipa
aussitôt le parti opposé. Les guiriots, avec leurs instrumens et leurs
tambours, célébrèrent les louanges du vainqueur. Ils lui répétèrent
mille fois que le damel lui avait rendu justice, qu'il était plus beau,
plus riche, plus puissant et plus courageux que son rival. Mais, tandis
qu'il n'était occupé que de son bonheur, il fut surpris de s'en voir
dépouillé le jour suivant. Le damel, corrompu par des présens, révoqua
la sentence qu'il avait portée, et rétablit l'oncle à la place du neveu.
Ce revers de fortune fit changer d'objet aux chants des guiriots. Toutes
leurs louanges furent pour celui qu'ils avaient décrié par leurs
satires[6].

              [Note 6: On a vu un exemple d'une bassesse à peu près
              semblable dans un guiriot français. Il adressa une ode à
              un ministre qui venait d'en faire renvoyer un autre, ode
              dans laquelle le ministre disgracié était fort maltraité;
              celui-ci revint, et le guiriot lui dédia à son tour une
              autre ode. Toutes les deux eurent la même récompense, le
              mépris.]

Les rois nègres entreprennent la guerre sur les moindres prétextes; mais
les batailles ne sont que des escarmouches. Dans tout le royaume du
damel à peine se trouverait-il assez de chevaux pour former deux cents
hommes de cavalerie. Ce prince n'a pas besoin de provisions de bouche
quand il est en campagne: toutes les femmes lui fournissent des vivres
sur son passage.

Les armes de la cavalerie sont la zagaie, sorte de javeline fort
longue, et trois ou quatre dards de la forme des flèches, avec cette
différence que la tête en est plus grosse, et qu'étant dentelée, elle
déchire la blessure lorsqu'on la retire après le coup. Tous les
cavaliers sont si chargés de grisgris, qu'ils ne peuvent faire quatre
pas, s'ils sont démontés; ils lancent assez loin leurs zagaies. Avec ces
armes, ils ont un cimeterre et un couteau à la mauresque, long d'une
coudée sur deux doigts de largeur. Quoique chargés de tant d'instrumens,
ils ont les bras et les mains libres, de sorte qu'ils peuvent charger
avec beaucoup de vigueur.

L'infanterie est armée d'un cimeterre, d'une javeline et d'un carquois
rempli de cinquante ou soixante flèches empoisonnées, dont les blessures
causent infailliblement la mort, pour peu que les remèdes soient
différés. Les dents de ces flèches ne causent pas des effets moins
dangereux, puisque, ne pouvant être retirées, il faut qu'elles
traversent la partie dans laquelle elles sont entrées. L'arc est composé
d'un roseau fort dur qui ressemble au bambou; la corde est d'une autre
sorte de bois, et est jointe à l'arc avec beaucoup d'art. Les Nègres, en
général, se servent de leurs arcs avec tant d'adresse, que de cinquante
pas ils sont sûrs de frapper un écu. Ils marchent sans ordre et sans
discipline au milieu même du pays qu'ils attaquent. Leurs guiriots les
excitent au combat par le son de leurs instrumens.

Lorsqu'ils sont à la portée de leurs armes, l'infanterie fait une
décharge de ses flèches, et la cavalerie lance ses dards; on en vient
ensuite à la zagaie. Ils épargnent néanmoins leurs ennemis, dans
l'espérance de faire un plus grand nombre d'esclaves; c'est le sort de
tous les prisonniers, sans distinction d'âge ni de rang. Malgré les
ménagemens qu'ils observent dans la mêlée, comme ils combattent nus et
qu'ils sont fort adroits, leurs guerres sont toujours fort sanglantes.
D'ailleurs ils aiment mieux perdre la vie que de s'exposer au moindre
reproche de lâcheté, et ce motif les anime autant que la crainte de
l'esclavage.

Si le premier choc ne décide pas de la victoire, ils renouvellent
souvent le combat pendant plusieurs jours. Enfin, lorsqu'ils commencent
à se lasser de verser du sang, ils envoient de chaque côté les marabouts
pour négocier la paix; et, s'ils conviennent des articles, ils jurent
sur l'Alcoran et par Mahomet d'être fidèles à les observer. Il n'y a
jamais de composition pour les prisonniers. Ceux qui ont le malheur
d'être pris demeurent les esclaves de celui qui les a touchés le
premier.

Si l'on veut avoir une idée de ces misérables brigands que les
historiens appellent _rois_, il n'y a qu'à voir dans Le Maire et dans
Moore le portrait qu'ils tracent des princes qui de leur temps régnaient
en Afrique.

Le roi, qui porte le titre de _brack_, et qui gouverne la contrée que
nous nommons Oualo, est si pauvre, dit Le Maire, qu'il manque souvent
de millet pour se nourrir. Il aime les chevaux jusqu'à se priver de la
nourriture pour fournir à leur entretien, comme maître Jacques dans
_l'Avare_; il leur donne le grain dont il devrait se nourrir, et se
contente ordinairement d'une pipe de tabac et de quelques verres
d'eau-de-vie. La nécessité le force souvent de faire des incursions dans
les cantons les plus faibles de son voisinage, où il enlève les bestiaux
et des esclaves qu'il vend aux Français pour de l'eau-de-vie. Lorsqu'il
voit baisser sa provision de cette liqueur, il enferme le reste dans une
petite cantine, dont il donne la clef à quelqu'un de ses favoris, avec
ordre de la porter à vingt ou trente lieues de sa demeure, pour se
mettre lui-même dans la nécessité de s'en priver. S'il exerce sa
tyrannie sur ses voisins, il garde encore moins de ménagement pour ses
propres sujets. Son usage est d'aller de ville en ville avec toute sa
cour, qui est composée d'environ deux cents Nègres, la plupart infectés
de tous les vices des blancs, et de demeurer dans chaque lieu jusqu'à ce
qu'il en ait mangé toute les provisions. Ceux qui ont la hardiesse de
s'en plaindre sont vendus pour l'esclavage.

Ceux des Iolofs qui bordent immédiatement la Gambie habitent les
royaumes de Barsalli et du bas Yani. Le roi de Barsalli gouverne avec
une autorité absolue, et sa famille est si respectée, que tous ses
peuples se prosternent la face en terre lorsqu'ils paraissent devant
quelque personne de son sang. Cependant il vit dans l'égalité avec sa
milice. Chaque soldat a la même part au butin de la guerre, et le roi ne
prend que ce qui est nécessaire à ses besoins. Cette loi, qu'il s'est
imposée, ne lui permet guère de quitter les armes; car aussitôt qu'il a
consommé les fruits d'une guerre, il est obligé, pour satisfaire son
acidité et celle de ses gens, de chercher quelque nouvelle proie.

En 1732, c'est-à-dire dans le temps que Moore était en Afrique, le roi
de Barsalli était un prince d'une humeur si emportée, qu'au moindre
ressentiment il ne faisait pas difficulté de tirer sur celui dont il se
croyait offensé. Moore n'ajoute pas si c'était un coup de flèche ou
d'arme à feu; mais cette fureur était d'autant plus dangereuse, que le
roi tirait fort adroitement; quelquefois, lorsqu'il se rendait sur une
chaloupe de la compagnie, à Cahone, qui était une de ses propres villes,
il se faisait un amusement de tirer sur tous les canots qui passaient,
et dans la journée il tuait toujours un homme ou deux. Quoiqu'il eût un
grand nombre de femmes, il n'en menait jamais plus de deux avec lui. Il
avait plusieurs frères; mais il était rare qu'il leur parlât ou même
qu'il les reçût dans sa compagnie. S'ils obtenaient cet honneur, ils
n'étaient pas dispensés de la loi commune qui oblige tous les Nègres à
se jeter de la poussière sur le front lorsqu'ils approchent de leur roi:
cependant ils sont les héritiers de la couronne après lui; mais dans le
royaume de Barsalli, elle est ordinairement disputée par les enfans du
roi mort, et c'est au plus fort qu'elle demeure.

On peut prendre une grande idée de leur adresse à dompter et à manéger
les chevaux, si l'on en juge par ce que raconte Moore d'un des princes
de Barsalli qu'il nomme Haman Sica. Il montait un cheval blanc de lait
d'une grande beauté, avec la crinière longue et une des plus belles
queues du monde. Les étriers de Haman étaient courts, de la largeur et
de la longueur de ses pieds; de sorte qu'il pouvait se lever facilement
et s'y soutenir en courant à toute bride, tirer un fusil, lancer son
dard ou sa zagaie avec autant de liberté qu'à pied. Il portait toujours
à la main une lance de douze pieds de long, qu'il tenait droite et
appuyée par le bas sur son étrier entre ses orteils; mais, lorsqu'il
exerçait son cheval, en lui faisant faire des courbettes, il la secouait
au-dessus de sa tête, comme s'il eût été prêt à combattre. Je l'ai vu
plusieurs fois, dit Moore, monté sur ce beau cheval, auquel il faisait
faire des exercices surprenans; il le faisait quelquefois avancer
quarante ou cinquante pas sur les deux pieds de derrière, sans toucher
la terre avec ceux de devant; quelquefois, lui faisant courber les
jambes, il le faisait passer ventre à terre sous les portes des
Mandingues, qui n'ont pas plus de quatre pieds de hauteur.

On a déjà vu que les Foulas du Siratik occupent un pays fort étendu,
sous le gouvernement d'un roi qui leur est propre; mais ceux qui
habitent les deux bords de la Gambie vivent dans la dépendance des
Mandingues, parmi lesquels ils ont formé des établissemens par
intervalles. Il y a beaucoup d'apparence que c'est la famine ou la
guerre qui les a chassés de leur pays. Les voyageurs disent beaucoup
plus de bien de ces Foulas de la Gambie que de tous les autres Nègres du
même pays.

Quoiqu'ils aient quelques habitations fixes, la plupart mènent une vie
errante, avec leurs bestiaux, qu'ils conduisent dans les cantons bas ou
élevés, suivant qu'ils y sont forcés par les pluies. Lorsqu'ils
rencontrent quelque bon pâturage, ils s'y établissent avec la permission
du roi, et y restent tant qu'il y a de l'herbe. La vie des hommes est
fort pénible. Outre le travail de leur profession, ils ont sans cesse à
se défendre contre les bêtes féroces sur la terre, et contre les
crocodiles sur le bord des rivières. La nuit ils rassemblent leurs
bestiaux au centre de leurs tentes et de leurs cabanes; ils allument
quantité de feux, et font la garde autour du troupeau. Jobson, ayant eu
occasion de traiter souvent avec eux pour des vaches et des chèvres,
faisait avertir le chef d'un de ces troupeaux, qui se présentait couvert
de mouches dans toutes les parties du corps, surtout aux mains et au
visage. Quoiqu'elles fussent de la même espèce que celles qui
tourmentent les chevaux en Europe, il en était si peu incommodé, qu'il
ne prenait pas la peine de lever la main pour les chasser, tandis que
Jobson, piqué jusqu'au sang, était forcé de s'en défendre avec une
branche d'arbre.

Ces peuples ressemblent beaucoup aux Arabes, dont la langue s'apprend
dans leurs écoles, et en général ils sont plus versés dans cette langue
que les Européens dans la langue latine; ils la parlent presque tous,
quoiqu'ils aient leur propre langue qui se nomme le foula.

Ils ont des chefs qui les gouvernent avec douceur; ils vivent en société
et bâtissent des villes, sans être assujettis au prince dans les terres
duquel ils s'établissent. S'ils reçoivent quelque mauvais traitement de
lui ou de sa nation, ils détruisent leur ville pour aller s'établir dans
quelque autre lieu. La forme de leur gouvernement se soutient sans
peine, parce qu'ils sont d'un caractère doux et paisible. Ils ont des
notions si parfaites de justice et de bonne foi, que celui qui les
blesse est regardé avec horreur de toute la nation, et ne trouve
personne qui prenne parti pour lui contre le chef. Comme on n'a pas de
passion dans ce pays pour la propriété des terres, et que les Foulas
d'ailleurs se mêlent peu de l'agriculture, les rois leur accordent
volontiers la liberté de s'établir dans leurs états. Ils ne cultivent
que les environs de leurs villes ou de leurs camps, pour en tirer leurs
véritables nécessités: c'est du tabac, du coton, du maïs, du riz, du
millet et d'autres sortes de grains.

L'industrie et la frugalité des Foulas leur fait recueillir plus de blé
et de coton qu'ils n'en consomment; ils les vendent à bon marché. Ils
sont très-hospitaliers, mais entre eux. Qu'un Foula tombe dans
l'esclavage, tous les autres se réunissent pour racheter sa liberté. Ils
ne laissent jamais un homme de leur nation dans le besoin; ils prennent
soin des vieillards, des aveugles et des boiteux. Leurs armes sont la
lance, la zagaie, l'arc et les flèches, des coutelas fort courts qu'ils
appellent _fongs_, et même le fusil, dans l'occasion. Ils se servent de
tous ces instrumens avec beaucoup d'adresse. On les voit chercher
ordinairement à s'établir près de quelque ville des Mandingues; ils sont
encore attachés au paganisme, et ne se font pas faute de boire de
l'eau-de-vie ou d'autres liqueurs.

Leur industrie est si reconnue pour élever et nourrir des bestiaux, que
les Mandingues leur abandonnent le soin de leurs troupeaux.

Ils ont pourtant leurs superstitions comme les autres Nègres. S'ils
apprennent qu'on ait fait bouillir le lait de leurs vaches, ils
s'obstinent à n'en plus vendre, du moins à celui qui l'aurait acheté
pour en faire cet usage, parce qu'ils attribuent à l'action du feu une
vertu éloignée qui peut faire mourir leurs bestiaux.

Les Mandingues seraient souvent exposés à mourir de faim, sans le
secours des Foulas. Ils tirent d'eux, par des échanges, une partie de
leurs provisions. On ne connaît pas non plus d'autre peuple que les
Foulas qui ait l'art de faire du beurre sur la rivière de Gambie. Ils
le rendent pour diverses sortes de marchandises, mais surtout pour du
sel.

Leur habillement n'est pas moins particulier à leur nation que leur
commerce. Ils n'emploient pas d'autres étoffes que celles de leurs
propres manufactures: elles sont de coton blanc, et leurs femmes ont
soin de les entretenir avec beaucoup de propreté. Il n'y en a pas moins
dans l'intérieur de leurs cabanes, où l'odorat n'a rien à souffrir, non
plus que les yeux. On reconnaît aussi de la régularité dans l'ordre de
ces petits édifices; il y a toujours de l'un à l'autre assez de distance
pour les garantir de la communication du feu. Les rues sont fort bien
ouvertes, et les passages libres; ce qui ne se trouve guère dans les
villes des Mandingues. La plupart des habitations des Foulas sont bâties
sur le même modèle.

La plus nombreuse de toutes les nations qui habitent les bords de la
Gambie, et toute l'étendue même de cette côte, porte le nom de
Mandingues. Ils sont vifs et enjoués, passionnés pour la danse, et
pourtant querelleurs. Cette nation, distribuée dans toutes les parties
du pays, vient de l'intérieur des terres et du pays de Mandinga. Ils
sont les plus zélés mahométans d'entre tous les Nègres. Ils ne
connaissent pas l'usage du vin ni de l'eau-de-vie. Ils sont aussi les
plus instruits de toutes ces régions de l'Afrique. Le principal commerce
du pays est entre leurs mains.

Dans l'économie du ménage, le soin du riz est abandonné aux femmes.
Après en avoir mis à part ce qui leur paraît suffisant pour la
subsistance de la famille, elles ont droit de vendre le reste et d'en
garder le prix, sans que les maris aient celui de s'en mêler. Le même
usage est établi pour la volaille, dont elles élèvent une grande
quantité.

On voit des Mandingues qui mettent leur gloire à nourrir un grand nombre
d'esclaves. Ils leur rendent la vie si douce, qu'on a peine quelquefois
à les distinguer de leurs maîtres; surtout les femmes, qui sont ornées
de colliers d'ambre, de corail et d'argent, comme si l'unique soin de
leur esclavage était de se parer. La plupart de ces esclaves sont nés
dans les familles.

Tous les royaumes de la Gambie ont quantité de seigneurs particuliers,
qui sont comme les rois des villes où ils font leur demeure. Leur
principal droit est d'avoir en propriété tous les palmiers et les
_siboas_ qui croissent dans le pays; de sorte que, sans leur permission,
personne n'ose en tirer le vin ni couper la moindre branche. Ils
accordent cette liberté à quelques habitans, en se réservant dans la
semaine deux jours de leur travail. Les blancs même sont obligés
d'obtenir d'eux une permission formelle pour couper des feuilles de
siboa et de l'herbe lorsqu'ils ont à couvrir quelque maison.

On compte les richesses des Mandingues par le nombre de leurs esclaves.
Pour en fournir aux Européens, leur méthode est d'envoyer une troupe de
gardes autour de quelque village, avec ordre d'enlever le nombre des
habitans dont ils ont besoin. On lie les mains derrière le dos à ces
misérables victimes pour les conduire droit aux vaisseaux; et lorsqu'ils
y ont reçu la marque du bâtiment, ils disparaissent pour jamais. On
transporte ordinairement les enfans dans des sacs, et l'on met un
bâillon aux hommes et aux femmes, de peur qu'en traversant les villages,
ils n'y répandent l'alarme par leurs cris. Ce n'est pas dans les lieux
voisins des comptoirs qu'on exerce ces violences; l'intérêt des princes
n'est pas de les ruiner; mais les villes intérieures du pays sont
traitées sans ménagement. Il arrive quelquefois que les prisonniers
s'échappent des mains de leurs gardes, et que, rassemblant les habitans
par leurs cris, ils poursuivent ensemble les ministres du roi. S'ils
peuvent les arrêter, leur vengeance est de les conduire à la ville
royale. Le roi ne manque jamais de désavouer leur commission; mais, pour
ne rien perdre de ses espérances, et sous prétexte de justice, il vend
sur-le-champ les coupables pour l'esclavage; et si les habitans arrêtés
paraissent devant le roi pour rendre témoignage contre leurs ravisseurs,
ils sont aussi vendus, comme si le malheur qu'ils ont souffert devenait
un droit sur leur liberté.

On rapporte un usage singulier du royaume de Baol. Lorsqu'il est
question de délibérer sur quelque affaire importante, le roi fait
assembler son conseil dans la plus épaisse forêt qui soit près de sa
résidence. Là, on creuse dans la terre un grand trou, sur les bords
duquel tous les conseillers prennent séance, et, la tête baissée vers le
fond, ils écoutent ce que le roi leur propose. Les sentimens se
recueillent, et les résolutions se prennent dans la même situation.
Lorsque le conseil est fini, on rebouche soigneusement le trou de la
même terre qu'on en a tirée, pour signifier que tous les discours qu'on
y a tenus y demeurent ensevelis. La moindre indiscrétion est punie du
dernier supplice; ce qui probablement contribue, plus que la cérémonie
du fossé, à rendre les secrets impénétrables.

L'habillement populaire, dans cette partie de l'Afrique dont nous
parlons, consiste dans un pagne qui couvre la ceinture. C'est à peu près
l'habillement de toutes les nations nègres, avec quelques variations.
Les plus riches y joignent une espèce de chemise de coton fort courte,
et dont les manches sont très-larges.

Leur bonnet, quand ils en ont, ressemble au capuchon d'un jacobin. Le
peuple marche pieds nus, mais les personnes de qualité ont des sandales
de cuir, de la forme de nos semelles de souliers, attachées au gros
orteil avec une courroie. Quoique leurs cheveux soient courts, ils les
ornent assez agréablement de grisgris, de brins d'argent, de cuivre, de
corail, etc. Ils ont aux oreilles des pendans d'étain, d'argent et de
cuivre. Ceux qui descendent d'une race servile n'ont pas la liberté de
porter leurs cheveux.

Les femmes et les filles sont nues de la ceinture jusqu'à la tête, à
moins que le froid ne les oblige de se couvrir. Le reste du corps est
couvert d'un pagne, qui est de toile ou d'étoffe, de la grandeur de nos
serviettes d'Europe, et qui leur descend jusqu'aux mollets. Elles se
parent la tête de corail et d'autres bagatelles éclatantes, et leurs
cheveux sont rangés avec assez d'art pour fournir une espèce de coiffure
d'un demi-pied de hauteur. Les plus hautes passent pour les plus belles.
Ainsi nos modes de Paris sont aujourd'hui celles d'Afrique. Jusqu'à
l'âge de onze ou douze ans, les garçons et les filles sont entièrement
nus.

Les Nègres ne boivent ordinairement que de l'eau, quoiqu'ils usent
quelquefois de vin de palmier, et d'une sorte de bière qu'ils appellent
_boullo_, composée des grains du pays. Mais ils ont une passion si
ardente pour les liqueurs fortes des Européens, qu'ils vendent jusqu'à
leurs habits pour en acheter. L'exemple des hommes n'empêche pas que les
femmes ne soient plus réservées, et ne les autorise pas même à toucher
l'eau-de-vie de leurs lèvres, à l'exception de quelque favorites des
princes que leur situation met au-dessus de l'usage.

Ils n'ont pas proprement de pain; ils mangent leurs grains cuits au
lait et à l'eau. Le plus grand usage qu'ils fassent du mais est
lorsqu'il est vert; ils le font rôtir sur les charbons dans les épis, et
l'avalent comme des pois verts. Leur riz, ils l'emploient ordinairement
à faire du pilau, suivant l'usage des Turcs; enfin ils n'avaient ni
l'usage du pain ni celui de la pâtisserie; mais, en se familiarisant
avec les Européens, leurs femmes ont appris d'eux l'art d'en faire, et
le pratiquent aujourd'hui avec succès.

On trouve beaucoup de variations dans les voyageurs sur la forme du
mariage des Nègres; mais il faut l'attribuer moins à l'incertitude des
témoignages qu'à l'inconstance des usages mêmes, qui ne sont pas établis
avec assez d'uniformité pour ne pas recevoir quantité de changemens et
d'altérations. Jobson nous apprend que tout Nègre est en droit de
contracter avec une fille qui est en âge d'être mariée, mais que ce
n'est jamais sans la participation, et même sans le consentement des
parens, entre les mains desquels il doit déposer la dot dont on est
convenu. Le roi, ou le principal seigneur du canton, tire aussi quelques
droits pour la ratification du traité. Alors le mari, accompagné de
quelques amis de son âge, s'approche le soir, au clair de la lune, de la
maison de sa femme, et cherche le moyen de l'enlever; il y réussit
toujours, malgré sa résistance et ses cris, qui n'ont rien de sérieux.
Elle demeure quelque temps enfermée dans sa maison; et, plusieurs mois
après, elle ne sort jamais sans un voile, qui doit lui couvrir toute la
tête, à l'exception d'un oeil. Sa dot est réservée pour le cas où elle
survivrait à son mari, parce que l'usage oblige les veuves qui se
remarient d'acheter un homme, comme elles ont été achetées pour leur
premier mariage.

Quand la jeune femme est conduite à son mari, il lui offre la main pour
la recevoir dans sa maison; mais il lui ordonne immédiatement d'aller
chercher de l'eau, du bois et les autres nécessités du ménage. Elle
obéit respectueusement. Le mari se met à souper; elle ne soupe qu'après
lui; et, demeurant en silence, elle attend son ordre pour l'aller
trouver au lit. C'est un usage constant chez les Nègres que les femmes
ne mangent jamais avec eux. On retrouve partout l'esclavage des femmes,
qui a été général dans le monde jusqu'au temps de la perfection des
sociétés, et qui l'est encore dans tout l'Orient.

La dot consiste souvent en quelques veaux, qui doivent être donnés au
père, et qui ne surpassent jamais le nombre de cinq. Le mari et la femme
se mettent sur-le-champ au lit; si la femme est garantie vierge, on
couvre le lit d'un drap de coton blanc, et les marques sanglantes de la
virginité sont exposées aux yeux de l'assemblée; ensuite on porte le
drap en procession dans toute la ville, au son des instrumens, qui font
retentir les louanges de la jeune femme et ses plaisirs. Mais si la
virginité ne se déclare pas par des preuves, le père est obligé, sur la
demande du mari, de reprendre sa fille et de rendre les veaux. Cette
disgrâce est rare, parce qu'on prend soin d'examiner la fille avant le
mariage, et qu'elle n'est demandée qu'après une parfaite conviction:
d'ailleurs le malheur d'une fille n'est jamais irréparable; si elle ne
peut demeurer femme de celui qui l'avait épousée, elle devient la
concubine d'un autre; et le père est toujours sûr de trouver des
marchands qui la recherchent.

Barbot observe qu'en Afrique, comme en Europe, les goûts sont partagés
sur ce qui rend une femme aimable. Les uns veulent des vierges d'autres
comptent pour rien cette qualité.

Tous les voyageurs conviennent qu'un Nègre peut prendre autant de femmes
qu'il est capable d'en nourrir, mais qu'il n'y en a qu'une qui jouisse
des priviléges du mariage, et qui ne s'éloigne jamais du mari. Du temps
de Jobson, les Anglais donnaient à ces véritables épouses le nom de
_handwifes_, c'est-à-dire, _femmes de la main_, parce qu'ils les
trouvaient sans cesse à côté de leurs maris. Elles sont dispensées de
plusieurs travaux pénibles qui sont le partage des autres; cependant
elles ne mangent ni avec leurs maris, ni en leur présence. Jobson parle
avec étonnement de la bonne intelligence qui règne entre toutes ces
femmes; elles se retirent le soir dans leurs cabanes, elles y attendent
l'ordre de leur mari commun, et le matin elles vont le saluer à genoux,
en mettant la main sur sa cuisse. L'épouse légitime, c'est-à-dire, celle
qui a été épousée la première, a l'autorité sur toutes les autres, à
moins qu'elle ne soit sans enfans.

Dans le cas d'adultère, les deux coupables sont vendus pour l'esclavage
étranger, sans espérance d'être jamais rachetés. Cette punition est
celle des plus grands crimes; car les supplices capitaux sont rares
parmi les Nègres. On prend soin que ces esclaves soient vendus aux
Portugais, parce qu'on est sûr alors qu'ils seront transportés au delà
des mers.

Malgré la rigueur de ces lois, la plupart des Nègres se trouvent honorés
que les blancs de quelque distinction daignent coucher avec leurs
femmes, leurs soeurs et leurs filles. Ils les offrent souvent aux
principaux officiers des comptoirs. Le Maire, Jannequin, et d'autres
voyageurs rendent là-dessus le même témoignage. Barbot ajoute seulement
que c'est l'intérêt qui les rend si lâches, et qu'il n'y a rien de sacré
qui les arrête lorsqu'ils espèrent quelque profit.

Le Maire raconte que leurs femmes ont beaucoup d'inclination pour la
galanterie, qu'elles sont passionnées pour les caresses des blancs.
Cependant elles ont le coeurs mercenaire, et toutes leurs faveurs
doivent être payées. Mais Barbot assure qu'elles se contentent d'un
prix fort léger. Elles ont, dit-il, la taille belle, les yeux vifs, la
couleur d'un noir fort brillant, et l'air extrêmement lascif. Cette
passion, qu'elles déguisent peu pour le commerce des blancs, trouble
souvent la tranquillité des mariages.

Les travaux pénibles du ménage sont le partage des femmes. Non-seulement
elles préparent les alimens et les liqueurs, mais elles sont chargées de
la culture des grains et du tabac, de broyer le millet, de filer et de
sécher le coton, de fabriquer des étoffes, de fournir la maison d'eau et
de bois, de prendre soin des bestiaux, enfin de tout ce qui appartient à
l'autre sexe dans des régions mieux policées. Tandis que les hommes
passent le temps dans une conversation oisive, ce sont leurs femmes qui
veillent à les garantir des mouches, et qui leurs servent la pipe et le
tabac.

Entre les Nègres mahométans il y a des degrés de parenté qui ôtent la
liberté de se marier. Un homme ne peut épouser deux soeurs. Le damel,
qui avait violé cette loi, reçut en secret la censure et les reproches
des marabouts.

La facilité des femmes à se délivrer de leur fruit dans l'accouchement
paraîtrait incroyable, si elle n'était attestée par tous les voyageurs.
Elles ne jettent pas un cri; elles ne poussent pas même un soupir. Après
le travail, elles se lavent long-temps; l'enfant est lavé avec le même
soin. On l'enveloppe dans une pagne, sans aucun lange qui le serre,
dans l'opinion que cette contrainte n'est propre qu'à le rendre tortu ou
difforme. Dès le douzième ou le quinzième jour de sa naissance, la mère
commence à le porter sur son dos, et ne le quitte jamais, de quelque
travail qu'elle soit occupée. On voit ordinairement sortir les femmes le
jour même ou le lendemain de leur délivrance. Chaque jour au matin
l'enfant est lavé dans l'eau froide et frotté d'huile de palmier.
Jusqu'au temps où la mère commence à le porter sur le dos, on le laisse
ramper nu sur la terre, sans autre attention que celle de le nourrir.

Quelques auteurs attribuent leurs nez plats et la forme de leur ventre à
cette manière de les porter, qui les expose à heurter le nez contre le
dos de leur mère, lorsqu'elle se lève ou qu'elle se baisse, et qui leur
fait avancer le ventre pour reculer la tête. Moore reconnaît qu'ils ne
naissent point avec le nez plat et les grosses lèvres; au contraire, il
assure qu'à l'exception de la couleur, leurs idées de beauté sont les
mêmes qu'en France, c'est-à-dire, qu'ils aiment de grands yeux, une
petite bouche, de belles lèvres, et un nez bien proportionné. On voit
des Négresses aussi bien faites et d'une taille aussi fine que les plus
belles femmes de l'Europe. Elles ont la peau extrêmement douce, et
communément plus d'esprit que les hommes.

Leur tendresse est excessive pour leurs enfans. Elles ne leur épargnent
aucun soin jusqu'à ce qu'ils soient en état de marcher seuls. Alors,
sans relâcher rien de leur attention pour les nourrir et les élever,
elles paraissent s'embarrasser peu de leur instruction. Ils se
fortifient en croissant; et leur constitution devient si vigoureuse,
qu'ils ne connaissent guère d'autre maladie que la petite vérole. Mais,
comme ils sont élevés dans une oisiveté continuelle, ils deviennent si
paresseux, que, s'ils n'étaient pas pressés par la nécessité, ils ne
prendraient pas la peine de cultiver leurs terres. Aussi leur travail ne
surpasse-t-il guère leurs besoins. Si leur pays n'était extrêmement
fertile, ils seraient exposés tous les ans à la famine, et forcés de se
vendre à ceux qui leur offriraient des alimens. Ils ont de l'aversion
pour toutes sortes d'exercices, excepté la danse, dont ils ne se lassent
jamais.

Les jeunes filles affectent beaucoup de modestie et de réserve, surtout
lorsqu'elles sont en compagnie. Mais prenez-les à part, vous les,
trouvez fort obligeantes et disposées à ne rien refuser pour quelques
grains de corail, ou pour un mouchoir de soie. Celles qui se croient de
race portugaise, et qui prétendent aussi à la qualité de chrétiennes,
sont plus réservées que les Mandingues, quoiqu'elles ne se fassent pas
scrupule de vivre sans la cérémonie du mariage avec un blanc qui est
capable de les entretenir. Une femme, après avoir mis au monde un
enfant, demeure privée pendant trois ans du commerce de son mari, du
moins si son fruit vit aussi long-temps. Elle le sèvre alors, et reprend
ses droits au lit conjugal. L'opinion commune est que le lait des femmes
s'altère par le commerce des hommes, et que les enfans en contractent de
grandes maladies. Cependant Jobson doute que de vingt femmes il y en ait
une qui soit capable d'une si longue privation. Il en a vu soupçonner un
grand nombre de manquer à la fidélité de leur état, par la seule raison
que l'enfant qu'elles allaitaient ne jouissait pas d'une bonne santé.

Aussitôt qu'un Nègre a rendu le dernier soupir, sa famille donne avis de
sa mort au voisinage par des cris aigus et des lamentations qui attirent
beaucoup de monde autour de sa cabane. Les cris des assistans se
joignent à ceux de la famille. Mais pour les funérailles chaque canton a
ses propres usages.

En général, ils y apportent tous beaucoup de formalités et de cérémonie.
Un marabout lave le corps du défunt, et le couvre des meilleurs habits
qu'il ait portés pendant sa vie. Les parens et les voisins viennent
faire successivement leurs lamentations, et proposer au mort plusieurs
questions ridicules. L'un lui demande s'il n'était pas content de vivre
avec eux et quel tort on lui a jamais fait; s'il n'était pas assez
riche, s'il n'avait pas d'assez belles femmes, etc. Ne recevant point de
réponse, ils se retirent l'un après l'autre, après la même cérémonie.
D'un autre côté, les guiriots chantent les louanges du mort.

L'usage général est de faire un folgar pour toute l'assemblée. On tue
quelques veaux; on vend des esclaves pour acheter de l'eau-de-vie. Après
la fête, on ôte le toit de la cabane où le mort doit être enterré; c'est
celle qui lui servait de demeure; on renouvelle les cris et les
plaintes. Quatre personnes soutenant une pièce d'étoffe carrée qui cache
le corps à la vue des assistans, le marabout lui prononce quelques mots
dans l'oreille; après quoi il est couvert de terre, et l'on replace le
toit, ou le dôme de la maison, auquel on attache un morceau d'étoffe de
la couleur que les parens aiment le plus. Nous avons déjà vu que le
folgar était le bal des Nègres. Ainsi ces peuples pleurent leurs morts
en donnant le bal et en buvant l'eau-de-vie. C'est qu'ils aiment
l'eau-de-vie et la danse, et que chez les peuples barbares vous verrez
toujours les usages conformes aux penchans.

À la mort d'un roi ou d'un grand, on fixe un temps pour les cris; c'est
ordinairement un mois ou quinze jours après le décès. Ces cris ne sont
pas plus une preuve de la douleur des peuples que les oraisons funèbres
parmi nous ne sont une preuve du mérite des grands.

Tous les habitans de cette partie de l'Afrique sont passionnés pour la
musique et la danse. Ils ont inventé plusieurs sortes d'instrumens qui
répondent à ceux de l'Europe, mais qui sont fort éloignés de la même
perfection. Ils ont des trompettes, des tambours, des flûtes et des
flageolets.

Leurs tambours sont des troncs d'arbres creusés, et couverts, du côté de
l'ouverture, d'une peau de chèvre ou de brebis assez bien tendue.
Quelquefois ils ne se servent que de leurs doigts pour battre; mais plus
souvent ils emploient deux bâtons à tête ronde et de grosseur inégale,
et d'un bois fort dur et fort pesant, tel que le courbaril ou l'ébène.
La longueur et le diamètre des tambours sont aussi différens, pour
mettre de la variété dans les tons. On en voit de cinq pieds de long, et
de vingt ou trente pouces de diamètre; mais en général le son en est
mort, et moins propre à réjouir les oreilles ou à réveiller le courage
qu'à causer de la tristesse et de la langueur. Cependant c'est le seul
instrument favori, et comme l'âme de toutes les fêtes.

Dans la plupart des villes, les Nègres ont un grand instrument qui a
quelque ressemblance avec leur tambour, et qu'ils nomment _tong-tong_.
On ne le fait entendre qu'à l'approche de l'ennemi, ou dans les
occasions extraordinaires, pour répandre l'alarme dans les habitations
voisines. Le bruit du tong-tong se communique jusqu'à six ou sept
milles.

Les flûtes et les flageolets des Nègres ne sont que des roseaux percés;
ils s'en servent comme les sauvages de l'Amérique, c'est-à-dire fort
mal, et toujours sur les mêmes tons: ils n'en tireraient pas d'autres
de nos flûtes d'Europe.

Mais leur principal instrument est celui qu'ils nomment _balafo_, et que
Jobson nomme _ballard_. Il est élevé d'un pied au-dessus de la terre et
creux par-dessous. Du côté supérieur, il a sept petites clefs de bois
rangées comme celles d'un orgue, auxquelles sont attachés autant de
cordes et de fils d'archal de la grosseur d'un tuyau de plume et de la
longueur d'un pied, qui fait toute la largeur de l'instrument. À l'autre
extrémité sont deux gourdes suspendues comme deux bouteilles, qui
reçoivent et redoublent le son. Le musicien est assis par terre
vis-à-vis le milieu du balafo, et frappe les clefs avec deux bâtons d'un
pied de longueur, au bout desquels est attachée une balle ronde,
couverte d'étoffe, pour empêcher que le son n'ait trop d'éclat. Au long
des bras, il a quelques anneaux de fer, d'où pendent quantité d'autres
anneaux qui en soutiennent de plus petits, et d'autres pièces du même
métal. Le mouvement que cette chaîne reçoit de l'exercice du bras,
produit une espèce de son musical qui se joint à celui de l'instrument,
et qui forme un retentissement commun dans les gourdes. Le bruit en doit
être fort grand, puisque Jobson l'entendait quelquefois d'un bon mille
d'Angleterre.

Le balafo, suivant cette description, doit être le même instrument que
Le Maire fait consister dans une rangée de cordes de différentes
grandeurs, étendues, dit-il, comme celles de l'épinette. Il jugea
qu'entre des mains capables de le toucher, il serait fort harmonieux.
Moore raconte qu'ayant été reçu à Nakkaouay, sur la Gambie, au son d'un
balafo, il lui trouva dans l'éloignement beaucoup de ressemblance avec
l'orgue; mais la description qu'il en donne paraît un peu différente. Il
était composé, dit-il, d'environ vingt tuyaux d'un bois fort dur et fort
poli, dont la longueur et la grosseur allaient en diminuant. Ils étaient
joints ensemble avec de petites courroies d'un cuir fort mince,
cordonnées autour de plusieurs petites verges de bois. Sous les tuyaux
étaient attachées douze ou quinze calebasses de grosseur inégale, qui
produisaient le même effet que le ventre d'un clavecin. Les Nègres,
ajoute Moore, frappent sur cet instrument avec deux baguettes, couvertes
d'une peau fort mince de l'arbre qui se nomme _siboa_, ou d'un cuir
léger, pour adoucir le son.

Ceux qui font profession de jouer du balafo sont des Nègres d'un
caractère singulier, et qui paraissent également faits pour la poésie et
pour la musique. On les comparerait volontiers aux anciens Bardes des
îles Britanniques. Tous les voyageurs Français qui ont décrit le pays
des Iolofs et des Foulas les ont nommés _guiriots_. Jobson leur donne le
nom de _djeddis_, qu'il rend en anglais par _fiddlers_ ou ménétriers.
Peut-être celui de _guiriot_ est-il en usage parmi les Iolofs, et celui
de _djeddis_ parmi les Mandingues.

Barbot dit que, dans la langue des Nègres du Sénégal, _guiriot_ signifie
bouffon, et que le caractère de ceux qui sont distingués par ce nom
répond assez à cette idée. Les rois et les seigneurs du pays en ont
toujours près d'eux un certain nombre pour leur propre amusement et pour
celui des étrangers qui paraissent à leur cour. Jobson observe que tous
les princes et les Nègres de quelque distinction sur la Gambie ne
rendaient jamais de visite aux Anglais sans être accompagnés de leur
djeddis ou de leur musique. Il les compare aux joueurs de harpe gallois.
Leur usage est de s'asseoir à terre comme eux, un peu éloignés de la
compagnie. Ils accompagnent leurs instrumens de diverses chansons, dont
le sujet ordinaire est l'antiquité, la noblesse et les exploits de leur
prince. Ils en composent aussi sur les événemens; et l'espoir des
moindres présens leur faisait faire souvent des impromptus à l'honneur
des Anglais.

Les guiriots ont seuls le glorieux privilége de porter l'_olamba_,
tambour royal, d'une grandeur extraordinaire dans toutes ses dimensions,
et marchent à la guerre devant le roi avec cet instrument, comme
autrefois Tyrtée devant les Spartiates. Dans tous les temps on a employé
la louange à exciter la valeur.

Les Nègres sont si sensibles aux louanges des guiriots, qu'ils les
paient fort libéralement. Barbot leur a vu pousser la reconnaissance
jusqu'à se dépouiller de leurs habits pour les donner à ces flatteurs;
mais un guiriot qui n'obtiendrait rien de ceux qu'il a loués ne
manquerait pas de changer ses louanges en satires, et d'aller publier
dans les villages tout ce qu'il peut inventer d'ignominieux pour ceux
qui ont trompé ses espérances; ce qui passe pour le dernier affront
parmi les Nègres. On regarde comme un honneur extraordinaire d'être loué
par le guiriot du roi. C'est le poëte lauréat du pays. On ne croit pas
le récompenser trop en lui donnant deux ou trois veaux, et quelquefois
la moitié de ce qu'on possède. Il paraît que chez les Nègres on doit
ambitionner beaucoup l'état de guiriot.

Les chansons et les discours ordinaires des guiriots consistent à
répéter cent fois: Il est grand homme, il est grand seigneur, il est
riche, il est puissant, il est généreux, il a donné du _sangara_, nom
qu'ils donnent à l'eau-de-vie; et d'autres lieux communs de la même
nature, avec des grimaces et des cris insupportables. Entre plusieurs
expressions de cette sorte, qu'un musicien nègre adressait à quelques
Français, il leur dit qu'ils étaient les esclaves de la tête du roi; et
ce compliment fut regardé dans le pays comme un trait merveilleux. Quand
la vanité est grossière, le goût n'est pas fort délicat; et ces
guiriots, sans être bien fins, ont pu s'apercevoir que, pour la plupart
des hommes, il valait mieux répéter la louange que la varier.

Les guiriots acquièrent ainsi des richesses, qui les distinguent
beaucoup du commun des Nègres. Leurs femmes sont souvent mieux parées en
verroteries de toutes sortes que les reines et les princesses; mais la
plupart poussent à l'excès le dérèglement des moeurs. Ce qu'il y a de
plus étonnant, c'est qu'avec tant de passion pour la musique et tant de
libéralité à la payer, les Nègres méprisent les guiriots jusqu'à leur
refuser les honneurs communs de la sépulture. Au lieu de les enterrer,
ils mettent leurs corps dans le trou de quelque arbre creux, où ils ne
sont pas long-temps à pourrir. Ils donnent pour raison de cette conduite
que les guiriots vivent dans un commerce familier avec le diable, que
les Nègres nomment _Horey_. Il est assez singulier que l'on retrouve
chez les barbares du Sénégal la même inconséquence qui porte quelques
nations de l'Europe à flétrir les talens du théâtre qui font le charme
des sociétés cultivées, et à croire quelque chose de diabolique à ceux
qui ont l'art d'amuser les autres. Au reste, il paraît que tous les
peuples de cette partie de l'Afrique sont dans les mêmes principes sur
la profession des guiriots; car ils se croiraient déshonorés d'avoir
touché quelque instrument.

La danse n'est pas moins chère aux Nègres que la musique. Dans quelque
lieu que le balafo se fasse entendre, on est sûr de trouver un grand
concours de peuple qui s'assemble pour danser nuit et jour, jusqu'à ce
que le musicien soit épuisé de fatigue. Les femmes ne se lassent point
de cet exercice: elles ont les pieds légers et les genoux fort souples;
elles penchent la tête d'un air gracieux: leurs mouvemens sont vifs et
leurs attitudes agréables. Elles dansent ordinairement seules, et les
assistans leur applaudissent en battant les mains par intervalles, comme
pour soutenir la mesure. Les hommes dansent l'épée à la main, en la
secouant et la faisant briller en l'air, avec d'autres galanteries dans
le goût de leur nation.

Mais, sans le secours du balafo, les femmes qui ont l'humeur
généralement vive et gaie prennent plaisir à danser le soir, surtout aux
changemens de lune: elles dansent en rond en battant les mains, et
chantent tout ce qui leur vient dans l'esprit, sans sortir de leur
première place, à l'exception de celles qui sont au milieu du cercle.
Les plus jeunes, qui se saisissent ordinairement de cette place,
tiennent, en dansant, une main sur la tête et l'autre sur le côté, et
jettent le corps en avant en battant du pied contre terre: leurs
postures sont fort lascives, surtout lorsqu'un jeune homme danse avec
elles. Dans ces bals fréquens, une calebasse ou un chaudron leur sert
d'instrument de musique, car elles aiment beaucoup le bruit.

La lutte est un autre de leurs exercices. Les combattans s'approchent et
s'efforcent de se renverser l'un l'autre avec des gestes et des postures
fort ridicules. Dans ces occasions, il y en a toujours un qui fait
l'office de guiriot, et qui bat un tambour ou un chaudron pour animer
les athlètes, tandis que les autres applaudissent à l'adresse et au
courage.

Les exercices utiles des Nègres sont la pêche et la chasse. La plupart
de ceux qui habitent les bords des rivières font leur unique occupation
de la pêche, et forment leurs enfans à la même profession. Ils ont des
pirogues ou de petites barques composées d'un tronc d'arbre qu'ils ont
l'art de creuser, et dont les plus grandes contiennent dix ou douze
hommes. Leur longueur est ordinairement de trente pieds, sur deux pieds
et demi de largeur: elles vont à rames et à voiles. Il n'est pas rare
qu'un coup de vent les renverse; mais les Nègres sont si bons nageurs,
qu'ils s'en alarment peu. Ils redressent aussitôt leur pirogue avec
leurs épaules; sans paraître plus embarrassés que s'il n'était rien
arrivé. Une flèche n'est pas plus prompte que ces petites barques. Il
n'y a pas de chaloupe de l'Europe qui puisse aller aussi vite.

Lorsque les Nègres vont à la pêche, ils sont ordinairement deux dans une
pirogue, et ne craignent pas de s'écarter jusqu'à six milles en mer: ils
n'emploient guère que la ligne. Mais, pour le gros poisson, ils se
servent d'un dard de fer au bout d'un bâton de la longueur d'une
demi-pique; et, le tenant attaché avec une corde, ils n'ont pas de peine
à le retirer après l'avoir lancé.

Ils font sécher le petit poisson entier, et mettent le grand en pièces;
mais, comme ils ne le salent jamais, il se corrompt ordinairement avant
d'être sec: c'est alors qu'ils le trouvent meilleur et plus délicat. Les
pêcheurs vendent ce poisson dans l'intérieur des terres, et pourraient
en tirer un profit considérable, s'ils avaient moins de paresse à le
transporter. Mais, les habitans et les pêcheurs redoutant également le
travail, il demeure quelquefois sur le rivage jusqu'à ce qu'il soit
entièrement corrompu.

Le nombre des pêcheurs est fort grand à Rufisque, et dans d'autres lieux
sur les côtes voisines du Sénégal. Ils se mettent ordinairement trois
dans une almadie ou une pirogue avec deux petits mâts, qui ont chacun
deux voiles; et si le temps n'est pas orageux, ils se hasardent
quelquefois quatre ou cinq lieues, en mer. L'heure de leur départ est
toujours le matin avec le vent de terre. S'ils ont fini leur pêche, ils
reviennent à midi avec le vent, de mer. Lorsque le vent leur manque, ils
se servent d'une sorte de pelle pointue, avec laquelle ils rament si
vite, que la meilleure pinasse aurait peine à les suivre.

Avec la ligne, ils ont des filets de leur propre invention, composés,
comme leurs lignes, d'un fil de coton. D'autres pêchent pendant la nuit,
en tenant d'une main une longue pièce d'un bois combustible qui leur
donne assez de clarté; et de l'autre un dard, dont ils ne manquent
guère le poisson, lorsqu'il s'approche de la lumière. S'ils en trouvent
de fort gros, ils les attachent avec une ligne à l'arrière de leur
pirogue, elles amènent ainsi jusqu'au rivage.

Les Nègres de la Gambie, du Sénégal et du cap Vert, sont excellens
tireurs, quoique la plupart n'aient pas d'autres armes que leurs dards
et leurs flèches, qui leur servent à tuer des cerfs, des lièvres, des
pintades, des perdrix et d'autres sortes d'animaux. Ceux qui habitent
plus loin dans les terres ont beaucoup moins d'habileté pour cet
exercice, et n'y prennent pas tant de plaisir. Un facteur français de
l'île Saint-Louis au Sénégal eut un jour la curiosité d'aller avec eux à
la chasse de l'éléphant. Ils en trouvèrent un qui fut percé de plus de
deux cents coups de balles ou de flèches. Il ne laissa pas de
s'échapper, mais le jour suivant, il fut trouvé mort à cent pas du même
lieu où il avait été tiré. Les Nègres du Sénégal se joignent pour la
chasse au nombre de soixante, armés chacun de six petites flèches et
d'une grande. Lorsqu'ils ont découvert la trace d'un éléphant, ils
s'arrêtent pour l'attendre; et le bruit qu'il fait en brisant les
branches le fait bientôt reconnaître. Alors ils se mettent à le suivre,
en lui décochant continuellement leurs flèches, jusqu'à ce que la perte
de son sang leur fasse juger qu'il est fort affaibli. Ils s'en
aperçoivent aussi à la faiblesse de ses efforts contre les obstacles
qu'il trouve à sa fuite. Quelquefois l'animal s'échappe malgré toutes
ses blessures; mais c'est ordinairement pour mourir quelques jours après
dans le lieu où ses forces l'abandonnent. C'est à ces accidens qu'il
faut attribuer la rencontre qu'on fait souvent, dans les forêts, de
plusieurs dents d'éléphant. La chair est dévorée par d'autres bêtes; les
os tombent en pourriture, et les dents sont les dernières parties qui
résistent. Cependant comme elles ne peuvent être long-temps exposées aux
injures de l'air sans s'altérer beaucoup, elles perdent quelque chose de
leur prix.

Après l'idée qu'on a dû prendre de l'indolence naturelle des Nègres, on
ne s'attendra pas à leur trouver beaucoup d'ardeur et d'habileté pour
les arts. Ils n'ont pas d'autres ouvriers que ceux qui sont absolument
nécessaires au soutien de la vie, tels que des forgerons, des
tisserands, des potiers de terre. Le métier de forgeron, qu'ils
appellent _ferraro_, est le principal, parce qu'il est le plus
indispensable. Ils ont chez eux des mines de fer; mais elles sont
éloignées des côtes; de sorte que ceux qui habitent près de la mer
achètent généralement ce métal des Européens.

Les forgerons n'ont pas d'ateliers qui méritent le nom de boutiques ni
de forges; ils portent avec eux leurs ustensiles, et se mettent sous le
premier arbre pour y travailler. Ils n'ont pas d'autres instrumens
qu'une petite enclume, une peau de bouc qui leur sert de soufflet,
quelques marteaux, une paire de tenailles et deux ou trois limes. Leur
indolence paraît jusqu'au milieu du travail; car ils sont assis, ils
fument, ils s'entretiennent avec le premier venu. Comme leur enclume n'a
que le pied en terre ou dans le sable, sans aucun soutien pour la fixer,
quelques coups la renversent, et le temps se perd à la redresser;
ordinairement ils sont trois au travail d'une même forge. L'unique
occupation de l'un est de souffler continuellement. Leurs soufflets sont
composés d'une peau de bouc coupée en deux, ou de deux peaux jointes
ensemble, avec un passage à l'extrémité pour le tuyau. Ils n'emploient
le plus souvent que du bois faute de charbon. Le Nègre dont l'emploi est
de souffler se tient assis derrière les soufflets, et les presse
alternativement des coudes et des genoux. Les deux autres sont assis de
leur côté avec l'enclume au milieu d'eux, et frappent aussi négligemment
sur le métal que s'ils appréhendaient de le blesser. Ils ne laissent pas
de forger d'assez jolis ouvrages en or et en argent. Ils font des
couteaux, des haches, des crocs, des pelles, des scies, des poignées de
sabres, de petites plaques pour l'ornement de leurs fourreaux et de
leurs étuis, et quantité d'autres petits ouvrages de fer auxquels ils
donnent une aussi bonne trempe que les Européens. Ainsi l'on ne peut
douter qu'ils ne pussent acquérir plus d'habileté, s'ils avaient moins
de paresse avec un peu plus d'instruction. Ils forgent encore l'espèce
de pelle ou de bêche avec laquelle ils cultivent la terre. Le fer de
l'Europe leur sert à fabriquer de courtes épées, et les têtes de leurs
zagaies et de leurs dards. Ils en forment aussi la pointe barbelue de
leurs flèches empoisonnées. L'ouvrage est assez propre dans la plupart
de ces armes; mais la plus grande utilité qu'ils tirent du fer est pour
l'agriculture. Ils en composent une sorte de pelle avec laquelle ils
grattent la terre plutôt qu'ils ne l'ouvrent. Jobson employa un de ces
forgerons nègres pour briser une barre de fer en plusieurs parties de
longueur convenable pour le commerce. Le Nègre apporta toute sa boutique
sur la rive: elle consistait dans une paire de soufflets et une petite
enclume, qu'il enfonça dans la terre sous un arbre fort touffu. Il fit
un trou pour y placer ses soufflets, en faisant passer les tuyaux dans
un autre trou voisin qui était destiné à contenir le charbon. Un petit
Nègre ne cessait de souffler. Le fer fut coupé suivant les ordres de
Jobson; mais il avertit qu'il ne faut pas perdre le forgeron de vue, si
l'on ne veut pas qu'il dérobe une partie de la matière.

Après le forgeron, leur principal artisan est le _sepatero_, qui failles
grisgris, c'est-à-dire de petites boîtes ou de petits étuis où les
Nègres renferment certains caractères écrits sur du papier par les
marabouts. Ces étuis sont de cuir en différentes formes, et passeraient
dans tous les pays du monde pour un ouvrage curieux. Les mêmes ouvriers
font des selles et des brides. Celles-ci, suivant le même auteur, sont
aussi bien taillées que les brides d'Angleterre; d'où l'on doit conclure
qu'ils ont l'art de préparer le cuir: mais ils ne l'exercent que sur les
peaux de boucs et de daims, qu'ils savent teindre aussi de différentes
couleurs. Ils n'ont jamais pu parvenir à préparer les grandes peaux. Les
plus ingénieux et les plus entendus s'imaginent, en maniant le drap
d'Angleterre, qu'il est composé de leur cuir, mais qu'on se garde
soigneusement de le travailler en leur présence, de peur qu'ils
n'apprennent les secrets de l'Europe. Ils disent la même chose du papier
et de quantité d'autres marchandises qu'ils croient faites de leurs
dents d'éléphant. Moore assure qu'outre les selles, les brides et les
étuis pour les grisgris, ils font des fourreaux d'épées, des sandales,
des boucliers, des carquois avec beaucoup de propreté; que leurs selles
sont couvertes de beau maroquin rouge relevé de plaques d'argent,
qu'elles ont des étriers fort courts, et qu'elles sont sans croupière.

Le troisième métier, suivant Jobson, consiste à préparer la terre pour
faire les murs des édifices, et des vases de différentes sortes à
l'usage de la cuisine. Pour tous les autres besoins, ils emploient des
calebasses, excepté néanmoins pour leurs pipes, qui sont aussi de terre
et d'une forme assez agréable. Ils y apportent d'autant plus de soin,
que c'est un instrument d'usage continuel, sans lequel on ne voit guère
paraître aucun Nègre de l'un ou de l'autre sexe. La partie de terre, qui
est la tête, peut contenir une demi-once de tabac. La longueur du col
est de deux doigts: On y insère un roseau qui a quelquefois plus d'une
aune de long, et qui est le canal de la fumée.

Jobson ne donne que ces trois métiers aux Nègres; mais Labat y joint les
tisserans, et les regarde comme les premiers artisans du pays. Il met
dans cette profession les femmes et les filles, qui filent le coton, qui
le travaillent avec beaucoup d'adresse, qui le teignent en bleu ou en
noir, ou qui lui laissent sa blancheur naturelle. Leur art se borne à
ces trois couleurs. Elles ne peuvent donner à leurs pièces plus de cinq
ou six pouces de largeur. La longueur est depuis deux aunes jusqu'à
quatre; mais elles savent les coudre ensemble pour les rendre aussi
longues et aussi larges qu'on le désire.

Moore ne s'accorde pas ici tout-à-fait avec Labat. Les Iolofs, suivant
ce voyageur anglais, font les plus belles étoffes du pays. Leurs pièces
sont généralement longues de vingt-sept aunes, et n'ont jamais plus de
neuf pouces de largeur. Ils les coupent de la longueur qui convient à
leurs besoins, et, pour les élargir, ils savent les coudre ensemble avec
beaucoup de propreté. Les femmes n'emploient que la main pour nettoyer
le coton qui sort de sa cosse. Elles le filent avec le rouet et la
quenouille. Leur manière de le travailler est si simple, qu'elles ne
connaissent pas d'autre instrument que la navette. Elles font des
garnitures entières, c'est-à-dire tout ce qui est nécessaire à
l'habillement d'un homme ou d'une femme; par exemple, une pièce
d'environ trois aunes de long sur une aune et demie de largeur pour
couvrir les épaules et le corps, et une autre pièce à peu près de la
même grandeur, qui sert depuis la ceinture jusqu'en bas. Ainsi deux
pièces forment tout l'habillement d'un Nègre, et peuvent servir
également aux hommes et aux femmes, parce que la différence ne consiste
que dans la manière de les porter. Moore vit deux de ces pièces si bien
travaillées et d'une si belle teinture, qu'elles furent évaluées trente
livres sterling. Les couleurs sont le bleu et le jaune: pour la
première, les Iolofs emploient l'indigo, et pour l'autre, différentes
écorces d'arbres. Moore ne leur a jamais vu de couleur rouge.

À l'égard des objets usuels qui n'entrent pas dans le commerce, Jobson
dit que les Nègres n'ont pas d'autres ouvriers que leurs propres mains.
Les nattes sont entre eux d'un usage général. Elles sont l'ouvrage des
femmes. C'est sur leurs nattes que les Nègres passent la moitié de leur
vie, qu'ils boivent, qu'ils mangent, qu'ils se reposent et qu'ils
dorment. Au marché de Mansegar, Jobson remarque qu'au lieu d'argent,
dont les Nègres sont mal pourvus, c'étaient des nattes qui passaient
pour la monnaie courante. Ainsi, pour s'informer du prix d'une chose, on
demandait combien elle valait de nattes. Le Maire raconte que les Nègres
tiennent des marchés, mais que les objets qu'ils y étalent sont de
très-petite valeur, et qu'ils viennent quelquefois de six à sept lieues
pour apporter un peu de coton, quelques légumes, tels que des pois et de
la vesce, des plats de bois et des nattes. Un jour il vit une femme qui
était venue de six lieues avec une seule barre de fer d'un demi pied de
long.

La plupart de leurs villes sont rondes dans leur forme, et leurs maisons
sont composées d'une sorte de terre rougeâtre qui s'endurcit beaucoup
par l'usage. Le pays est rempli de cette terre, qui ferait d'excellentes
briques, si elle était bien travaillée. On voit des cabanes entièrement
bâties de roseaux, comme toutes les autres en sont couvertes. Leur forme
est généralement ronde, parce qu'ils la croient plus capable de résister
aux orages et aux pluies. Toutes les villes ou villages sont environnés
d'une ou deux haies de roseaux, de la hauteur de six pieds, pour servir
de rempart contre les bêtes féroces: ce qui n'empêche pas que les
habitans ne soient quelquefois obligés d'allumer des feux et de battre
leurs tambours en poussant de grands cris pour chasser des ennemis si
dangereux: réponse péremptoire à celui qui prétendait tout à l'heure que
les bêtes n'attaquaient point l'homme.

Les Mandingues ont l'usage de bâtir leurs maisons l'une contre l'autre,
ce qui devient l'occasion d'une infinité d'incendies. Si vous leur
demandez pourquoi ils n'y mettent pas plus de distance, ils répondent
que c'était la méthode de leurs ancêtres, qui étaient plus sages qu'eux.
Il n'y a point de réponse plus commune, en fait d'administration, que
cette réponse des Mandingues.

Les huttes des Nègres se nomment _kombets_. Un kombet est distribué en
plusieurs parties, dont l'une sert de cuisine, l'autre de salle à
manger, une autre de chambre de lit, avec des ouvertures pour la
communication. Les maisons des seigneurs, suivant Le Maire, ont
quelquefois quarante ou cinquante de ces pavillons. Celle des rois n'en
a pas moins de cent, mais couverts de paille comme les plus pauvres. Le
commun des Nègres en a deux ou trois. L'enclos des personnes de qualité
est une palissade ou d'épines ou de roseaux, soutenue de distance en
distance par des piliers. Leurs kombets communiquent de l'un à l'autre
par des routes qui s'entrelacent en forme de labyrinthe. Dans
l'intérieur de l'enclos il se trouve ordinairement de fort beaux arbres,
mais sans ordre et dispersés comme au hasard, à moins que la maison,
comme celles de plusieurs princes, n'ait été bâtie exprès dans le
voisinage de quelques petits bois, dont une partie se trouve renfermée
dans l'enclos.

Le palais du damel, ou du roi de Cayor, est distingué par sa
magnificence. Avant la première porte de l'enclos, on trouve une grande
et belle place pour exercer ses chevaux, quoiqu'il n'en ait pas plus de
dix ou douze. Au long de l'enclos, les seigneurs ont des huttes, qui
composent comme l'avant-garde de celle du roi. Une longue allée de
baobabs conduit de la première place au palais. Des deux côtés de cette
avenue sont les logemens des officiers et des principaux domestiques du
roi, entourés chacun d'une palissade, ce qui forme beaucoup de détours
avant qu'on arrive à son appartement; mais le respect seul empêche les
sujets d'en approcher. Toutes ses femmes ont aussi des kombets
particuliers, où elles ont cinq ou six esclaves pour les servir. Il voit
celle chez qui son caprice le porte, sans autre règle que celle de ses
désirs. Les autres n'en témoignent jamais de jalousie; cependant il y en
a toujours une qui est traitée en favorite; et lorsqu'il en est fatigué,
il l'envoie dans quelque village, en lui assignant les fonds nécessaires
pour son entretien. Sa place est aussitôt occupée. De trente femmes que
ce prince entretient, il en avait envoyé successivement la moitié dans
ces demeures étrangères.

Rien n'est si pauvre que l'ameublement des Nègres. C'est un coffre pour
renfermer leurs habits, une natte élevée sur quelques pieux pour leur
servir de lit, une ou deux jattes qui contiennent de l'eau, quelques
calebasses, deux ou trois mortiers de bois pour broyer le maïs et le
riz, un panier pour l'y renfermer, et quelques plats de bois pour servir
le couscous aux heures du repas. Les Nègres de distinction ne sont
jamais sans une estrade ou une sorte de banc élevé de deux ou trois
pieds, et couvert de belles nattes, sur lesquelles ils sont assis
pendant le jour. Les palais des rois et des princes sont un peu mieux
meublés, parce qu'il y en a peu qui n'emploient à cet usage une partie
des marchandises qu'ils achètent des Européens.

Jobson rapporte que l'agriculture est l'office de tous les Nègres, sans
exception de rang et de condition. Les rois et les chefs des villes en
sont seuls exempts. Ils se mettent l'un à la suite de l'autre pour
former les sillons; de sorte que chacun levant à peu près la même
quantité de terre, le travail n'est pénible pour personne. Ces sillons
sont faits avec autant d'ordre et de propreté qu'en Europe. Ils y
jettent la semence et les remplissent aussitôt de la même terre; leur
industrie ne s'étend pas plus loin, à l'exception du riz, qu'ils sèment
d'abord dans de petites pièces de terres basses et marécageuses, et
qu'ils prennent la peine de transplanter: aussi croît-il en abondance.

Ils observent des saisons pour semer leurs grains, surtout pour planter
le tabac, dont chaque famille cultive sa provision autour de ses
cabanes. Ils n'apportent pas moins de soin à la culture du coton, et la
plupart des villages en ont des champs entiers.

Comme ils n'ont pas de pluie depuis le mois de septembre jusqu'à la fin
de mai, la terre est si dure dans cet intervalle, qu'ils ne peuvent la
cultiver. Les pluies commencent vers la fin de mai, et continuent dans
le mois de juin avec une grande violence, un tonnerre et des éclairs
épouvantables; et la terre ne pouvant manquer d'être assez amollie,
c'est la saison du labourage. Le plus mauvais temps, c'est-à-dire
l'extrême violence des eaux, se fait ordinairement sentir depuis le
milieu de juin jusqu'à la fin de septembre; c'est alors que les rivières
s'élèvent de trente pieds perpendiculaires; mais jusqu'à la fin
d'octobre les pluies et les eaux diminuent par degrés comme elles ont
commencé.

Pour semer le millet, le Nègres mettent un genou à terre, font de petits
trous comme on en fait en Europe pour planter des pois, y jettent trois
ou quatre grains, et bouchent chaque trou de la même terre. D'autres
ouvrent des sillons en ligne droite, y jettent leur millet et les
couvrent de même; mais la première de ces deux méthodes est la plus
commune, parce que plus le grain est enfoncé dans la terre, plus il est
en sûreté contre les oiseaux, dont le nombre est incroyable.

Le temps où les Nègres sèment est pour eux une saison de fêtes pendant
laquelle ils se traitent les uns les autres. Leurs terres sont si
fertiles, que la moisson du millet se fait dès le mois de septembre; et
c'est encore l'occasion d'une infinité de réjouissances.

Les rois étant maîtres absolus de toutes les terres, chaque famille est
obligée de s'adresser à eux ou à leurs alcades pour se faire assigner la
portion dont elle doit tirer sa subsistance. Les Nègres sont si
paresseux, qu'ils ne cultivent point assez de terre pour leur usage, et
que, leur moisson ne suffisant pas à leurs besoins, ils vivent d'une
racine noire qu'ils font sécher jusqu'à ce qu'elle ait perdu son goût
naturel, et des pistaches de terre. Si leur moisson manque, ils ne
peuvent éviter la plus affreuse famine, et les Européens en ont vu
souvent des exemples.

Ils se laissèrent séduire une fois par les promesses d'un de leurs
marabouts, de la tribu des Arabes, qui, sous le voile de la religion,
s'était rendu maître d'un grand pays entre les états du siratik et les
Sérères. Cet imposteur trouva le moyen de leur persuader qu'il était
inspiré du ciel pour les venger de la tyrannie de leurs princes. Il leur
promit des forces miraculeuses pour les soutenir dans leur révolte; et,
ce qui fit sur eux encore plus d'impression, il leur garantit que leurs
terres produiraient chaque année une moisson abondante, sans qu'ils
prissent la peine de les cultiver. La paresse des Nègres ne résista
point à des offres si flatteuses. Ils se rangèrent sous les étendards du
marabout; et les sujets du damel, qui furent les plus ardens, parvinrent
à détrôner leur souverain. Ils attendirent pendant deux ans les
miraculeuses moissons du marabout; mais la famine devint si terrible,
que, faute d'alimens, ils furent contraints de se manger les uns les
autres, ou de se livrer volontairement à l'esclavage pour éviter la
mort. Une si triste expérience leur ayant fait ouvrir les yeux sur leur
folie, ils chassèrent l'usurpateur, et remirent le damel en possession
de sa couronne.

Nous avons déjà parlé de leurs armes: ils y ont moins de confiance qu'à
leurs grisgris, avec lesquels, malgré l'expérience journalière, ils
s'obstinent à se croire invulnérables et supérieurs à leurs ennemis. Les
Européens sont les seuls qu'ils désespèrent de vaincre, parce qu'ils ont
éprouvé qu'aucun grisgris n'est à l'épreuve des armes à feu, auxquels
ils donnent le nom imitatif de _pouffs_.

On n'est point encore parvenu à se faire de justes idées du langage des
Nègres. Les principales langues sont celles des Iolofs, des Foulas et
des Mandingues. La langue la plus commune sur la Gambie est le
mandingue; avec cette clef, on peut voyager sans embarras depuis
l'embouchure de la rivière jusqu'au pays des Dionkos, ou des marchands
auxquels on donne ce nom, parce qu'on achète d'eux un très-grand nombre
d'esclaves; ce pays est à six semaines de route de Jamesfort, principal
comptoir des Anglais sur la Gambie.

Outre la langue commune, les Mandingues ont un jargon mystérieux
entièrement ignoré des femmes, et dont les hommes ne font usage qu'à
l'occasion du _moumbo dioumbo_, dont nous parlerons plus bas. Le créole
portugais, qui est une corruption de la langue portugaise, est devenu le
langage ordinaire du commerce entre les Européens de la Gambie et les
Nègres. Peut-être ne serait-il pas entendu à Lisbonne; mais les Anglais
l'apprennent plus facilement que la langue des Nègres, et leurs
interprètes n'en emploient pas d'autres. Les Foulas et plupart des
mahométans qui habitent la rivière parlent fort bien l'arabe, quoiqu'ils
soient Mandingues. Chaque royaume ou chaque nation a d'ailleurs sa
langue particulière.

Les compilateurs, des voyages ont placé ici des tables d'un certain
nombre de mots des langues nègres. Il semble qu'une esquisse de ces
jargons barbares, dans lesquels on ne peut pas même reconnaître les
premiers rapports que le langage humain a dû présenter entre les objets
et les sons, ne doive pas être fort intéressante pour nous; cependant la
curiosité s'étend sur tous les détails de ces peuplades lointaines,
ébauches imparfaites de la nature, et qui donnent aux nations policées
le plaisir de sentir toute leur supériorité. Le lecteur retrouvera donc
ici les mêmes tables que dans l'_Histoire générale des Voyages_.


TABLE PREMIÈRE.

VOCABULAIRE IOLOF ET FOULA.

  _Français._            _Iolof._            _Foula._

  Aiguille,              Poursa,             Messelaël.
  Ananas,                Ananas,             Annanas.
  S'arrêter,             Guékiffi,           Deradan.
  S'asseoir,             Songoane,           Ghiod.
  Aveugle,               Bomena,             Gomdo.
  Autruche,                                  Nedau.
  Se baigner,            Mongro-sangou.
  Un bal,                Folgar.
  La barbe,              Sekiem,             Onhare.
  Barre de fer,          Barra-win,          Barra.
  Barril,                Pippa.
  Beaucoup,              Barena,             Huri.
  Blé _ou_ maïs,         Dougoub,            Makkari.
  Une boîte,             Ovachande.
  Un veau _ou_
    un boeuf,            Nague.
  Boire,                 Mangrinam,          Hiarde.
  Bois,                  Matte,              Leggal.
  Boiteux,               Sogha,              Bossara.
  Borgne,                Patte.
  La bouche,             Gueminin,           Hendouko.
  Les boyaux,            Vuete,              Chabiburde.
  Une branche,           Kala,               Baberou.
  Branle,                Tidoap,             Lesso.
  Les bras,              Smallou,            Ghiomgé.
  Une brebis,                                Sedre.
  Un canon,              Bamborta,           Fetel.
  Un canot,                                  Lana.
  Capitaine,             Capitane,           Loamdo.
  Carquois,              Smakalla.
  Chair,                 Yap,                Tehan.
  Chanter,               Ovayel,             Yemdi.
  Un chat,               Guenape,            Oulonde.
  Un chaudron,           Kranghiare,         Barma.
  Une chemise,           Bougtovap,          Dolanke.
  Un cheval,             Farfs,              Pouskiou.
  Cheveux,               Kogavar,            Soukenko.
  Chèvre,                Bay,                Behova.
  Un chien,              Kraf,               Rahovanden.
  Chier,                 Mangredouli,        Boude.
  Le ciel,               Assaman,            Hialla.
  Une clef,              Donovachande,       Bidho.
  Un clou,               Dinguetite,         Pauomgal.
  Un cochon de lait,     Droai,              Babaladi.
  Un coffre,             Ovachande,          Breteval.
  Une corde,             Bouma,              Boghol.
  Le coude,              Smainoton,          Somdon.
  Couper,                Doghol,             Tay.
  Un couteau,            Pakha,              Pake.
  Cracher,               Toffii,             Toude.
  Cravate,               Sma,                Leffol.
  Crocodile,             Guasik,             Norova.
  Les cuisses,           Loupe,              Benhall.
  Cuivre,                Prum,               Hiackaovale.
  Danser,                Faike,              Hemde.
  Demain,                Aileg akaghiam,     Soubako.
  Demeure,               Gangone,            Ghiodorde.
  Les dents,             Sonobenatia,        Nhierre.
  Dents d'éléphans,      Gnieï negnay,       Nhierre-ghiova.
  Le derrière,           Tate _ou_ Ghir,     Rotec.
  Le diable,             Guinnay,            Guine.
  Dieu,                  Ihalla,             Allah.
  Les doigts,            Smaharam,           Sedohenda.
  Dormir,                                    Danadi.
  Eau,                   Mdoch,              Diam.
  De l'eau-de-vie,       Sangara,            Sangara.
  Écorcher,              Maugre fesse,       Houtonde.
  Écrire,                Binde,              Ovindove.
  Un éléphant,           Gnieï,              Ghiova.
  Enfans des princes,    Domeguaïbe,         Byla hamde.
  Une épée,              Gnassi,             Kaffe.
  Un esclave,            Gnamen,             Mokkioudou.
  Éternuer,              Maugre-tesseli,     Hisseloude.
  Étui de couteau,       Gangone,            Ghiodorde.
  Feu,                   Safara,             Ghia hingol.
  Une femme,             Dighen,             Debo.
  Le séve des femmes,    Facere _ou_ Fere,   Kotto.
  Une femme de
    mauvaise vie,        Ghelarbi,           Sakke.
  Une femme grosse,      Dighen gohir,       Deboredo.
  La fièvre,             Guernama.
  Fil à coudre,          Ovin,               Gnarabi.
  Une fille,             Ndaougdighen,       Soukka.
  Une flèche,            Sinaklonghar.
  Un fourreau,           Finan harguaisi,    Ovana.
  Un fripon,                                 Abonde.
  Un fusil,              Sochhorby,          Loussoul fetel.
  Un garçon,             Ovassi,             Soukagorko.
  Les genoux,            Smahoum,            Holbondon.
  Glouton,                                   Haderors.
  Gomme,                                     La konde.
  Le gosier,             Smanpourreh,        Dandy.
  Goudron,               Sandol.
  Graisse _ou_ Suif,     Dirgunek,           Helere.
  Grand,                 Maguma,             Mahardo.
  Gratter,               Hock-halma,         Nanhyadi.
  Habit,                 Bouboutouvap,       Dolangue.
  Hameçons,              Delika,             Ovande.
  Haut-de-chausses,      Touap,              Tonhouka.
  Herbes,                Miagh.
  Un homme,              Goourgue,           Goskomaodo.
  La jambe,              Lmappaice,          Kovassongal.
  Jeter,                 Sanner,             Verlady.
  Les joues,             Bekigg,             Kobe.
  Le jour,               Lelegh,             Soubakka.
  La langue,             Lamaing,            D'heingall.
  Se laver les mains,    Raghen,             Lahonyongo.
  Les lèvres,            Smatovin,           Fondo.
  Ligne à pêcher,        Smabou,             Delingha ovande.
  Un lit,                Cuntodou,           Lessen.
  Un livre,              Smater gumara jank, Torade allah.
  Livre à écrire,        Smakiel gumorebind, Deffeterre.
  La lune,               Vhackiré,           Leour.
  La main,               Leho,               Yongo.
  Une maison,            Smanrig,            Souddo.
  Une maîtresse,         Soumak hiore,       Medodano.
  Maïs, sorte de blé,    Dougoub,            Makkarg.
  Malade,                Raguena,            Ognia hui.
  Les mamelles,          Ouhanie,            Enhdo.
  Marc du millet,                            Changle.
  Marcher,               Docholl,            Medo hyassa.
  Un matelas,            Entedou,            Lesso.
  La mer,                Smandai,            Guéeck.
  Mentir,                Namna,              Hadarime.
  Mordre,                Matt,               N'hadde.
  La mort,               Dehaina,            Mahyse.
  Se moucher,            Niendoou,           Ngiéto.
  Un mousquet,           Fairal,             Fetel.
  Moi et mien,                               Sman.
  Le nez,                Smackbockan,        Hener.
  Non,                   Dhaair,             Ala.
  La nuit,               Goudina,            Guiema.
  Un oeuf,               Nen,                Ouchirnde.
  Un oiseau,             Arral,              Niolli.
  Les ongles,            Huai,               Chegguen.
  Oranges,                                   Kanghe.
  Les oreilles,          Smanoppe,           Noppy.
  Les orteils,           Smahuajetanks,      Pedly.
  Du pain,               Bourou,             Bourou.
  Papier,                Kahait,             Harkal.
  Parler,                Ovache,             Hall.
  Un pavillon,           Raya,               Arhair billam.
  La peau,               Smagdayr,           Goure.
  Pêcheur,               Moll,               Kiruballs.
  Toiles peintes,        Calicos,            Calicos.
  Perroquet,             Inkay,              Saleron.
  Petit,                 Nercina,            Chonkayel.
  Les pieds,             Simatank,           Kossede.
  Une pierre,            Doyg,               Hayre.
  Un pigeon,             Petreik.
  Pincer,                Domp,               Mouchionde.
  Une pipe,              Smanan,             Hy-ardougal.
  Pisser,                Berouch,            Kaing-huye.
  Pleurer,               Dgoise,             Ouhedde.
  Plomb,                 Bettaigh,           Chaye.
  Plume,                 Dongue,             Donguo.
  La pluie,              Taon,               Tobbo.
  Poisson,               Guenn,              Lingno.
  Un pot,                Kingu,              Sahando.
  Une poule,             Gnaar,              Guertpgal.
  Un rat,                Guenak,             Donbron.
  Reine,                 Gnache,             Guefoulbe.
  Rire,                  Raihal,             Ghialde.
  Rouge,                 Laghovek,           Bode ghioune.
  Le roi,                Bur,                Lahamdé.
  Le sang,               Galtovap.
  Du sel,                Sokmate,            Lambdan.
  Serment,               Smabok hanabi,      Soldehama _ou_
                                               Kotelyacmo.
  Serpent,               Gnaun,              Body _ou_ Gorory.
  Siffler,               Ananileste,         Honde.
  Un singe,              Golok,              Ovandou.
  Soleil,                Ghiante Sinkan,     Nahangue.
  Souliers,              Dole,               Pade.
  Les sourcils,                              Hiamhianke.
  Sucre,                 Lhom,               Lhiombry.
  Tabac,                 Tmagha,             Taba.
  Une table,             Gangona,            Gango.
  Tasse de coco,         Tassa,              Horde.
  La terre,              Soffi,              Letudi.
  La tête,               Smabab,             Horde.
  Toiles,                Endimon,            Chomchou.
  Le tonnerre,           Denadeno,           Dherry.
  Tortu,                                     Loko.
  Tousser,               Sokka,              Loghiomde.
  Trembler,              Denalock,           Chinhoude.
  Troquer _ou_
    Échanger,            Nanvequi,           Sohade.
  Trompette,             Bouffra.
  Tuer,                  Rui,                Ouarde.
  Un vaisseau,           Manguma,            Randi.
  Les veines,            Sa ditte,           Dadok.
  Le vent,               Gallaon,            Hendon.
  Le ventre,             Smahir,             Rhédo.
  Vin de France,         Msangotovabb,       Chenk.
  Vin de palmier,        Msangojeloffi,      Chengue.
  Une voile,             Ouir,               Ougderelhana.
  Les yeux,              Smabut,             Hytere.


NOMBRES.

  Un,                    Ben,                Goto.
  Deux,                  Gniare,             Didy.
  Trois,                 Gniet,              Taty.
  Quatre,                Gnianet,            Naye.
  Cinq,                  Gurom,              Guioï.
  Six,                   Gurom-ben,          Guiego.
  Sept,                  Gurom-Gniare,       Guiedidy.
  Huit,                  Gurom-gniet,        Guietaty.
  Neuf,                  Gurom-gnianet,      Guienaye.
  Dix,                   Fouk,               Sappo.
  Onze,                  Fouk-ak-ben,        Sappo-e-go.
  Douze,                 Fouk-ak-gniare,     Sappo-e-didy.
  Treize,                Fouk-ak-gniet,      Sappo-e-taty.
  Quatorze,              Fouk-ak-gnianet,    Sappo-e-naye.
  Quinze,                Fouk-ak-gurom,      Sappo-e-guioï.
  Seize,                 Fouk-ak-gurom-ben,  Sappo-guiego.
  Dix-sept,              Fouk-ak-gurom-gniare,  Sappo-guiedidy.
  Dix-huit,              Fouk-ak-gurom-gniet,   Sappo-guietaty.
  Dix-neuf,              Fouk-ak-gurom-gnianet, Sappo-gui-e-naye.
  Vingt,                 Nitte,              Sappo.
  Vingt-et-un,           Nitt-ak-ben,        Sappo-e-go.
  Trente,                Frononir,           Noggas.
  Quarante,              Gnianet-fouk,       Tchiapaldé taty.
  Cinquante,             Gurom-fouk,        }
  Soixante,              Gurom ben-ak-fouk, }
  Soixante-dix,          Gurom-gniare-fouk, } _Le Foula s'est_
  Quatre-vingts,         Gurom-gniet-fouk,  } _perdu._
  Quatre-vingt-dix,      Gurom-gniaï-fouk,  }
  Cent,                  Temir,              Témédéré.
  Cent un,               Temir-ak-ben,       Témédéré-go.
  Deux cent,             Gniare-temir,       Témédéré-didy.
  Trois cent,            Gniet-temir,        Témédéré-taty.
  Mille,                 Guné,               Témédéré-sappo.
  Mille vingt,           Guné-ak-nitte,      Témédéré-sappo.


PHRASES FAMILIÈRES.

  _Français._            _Iolof._            _Foula._

  Bonjour, monsieur,     Diarakio-samba,     Cossé samba.
  Comment vous
    portez-vous?         Dia mesa,           Ada heghiam.
  Fort bien, monsieur,   Diam édal,          Samba mido.
  Venez,                 Calé,               Arga.
  Venez manger,          Calé lek.
  Ne venez pas,          Bouldik,            Da rothan.
  Allez-vous-en,         Dock hodem,         Hia.
  Montez,                Quia qua ou,        Arga.
  Descendez,             Démal-ki-souf,      Hialesse.
  Je veux,               Doina man,          Bido hidy.
  Je ne veux pas,        Baino man,          My hida.
  Donnez-moi à
    boire,               Maïman nan,         Loca hiarde.
  Apportez-moi           Iassi ma ommgharg,  Addou nambalou.
    vite une brebis,
  Je vous remercie,      Diorekio,           Medo hietoma.
  Allons nous promener,  Caï dokhan,         Harque Guehin
                                               hilojade.
  J'y vais,              Man ghé dok,        Mede Lebo.
  Il fait grand vent,    Galigou baréna,     Hendou hevy.
  Il pleut,              Vta ou.
  Il tonne,              Denadeno,           Dhirry.
  Il fait chaud,         Gniak éna,          Ouarn hiend.
  Il fait froid,         Lioul na,           Ghiangol.
  Je vous vois,          Guesnala,           Medo hyma.
  Taisez-vous,           Noppil,             De you.
  Fort matin,            Leleg,              Soubake allau.
  Bonsoir, monsieur,     Diaragonal samba.   Fon angiam samba.
  Je voudrais coucher    Bougué nadièkil     Medo leleby.
    avec une               kil ak béné
    fille,                 dighen,
  Je m'endors,           Nélao.
  Je ne m'en souviens
    pas,                 Fatou ma,           Myfa hiacke.
  Mettez-le dans         Guinguela           Ovarguihielle
    les fers,              maguiou,            cassedo.


TABLE SECONDE.

VOCABULAIRE MANDINGUE.

L'astérisque* marque les mots qui se trouvent dans la première table.

    _Français._                     _Mandingue._

    Acheter,                           Sann.
    Aigre,                             Akonemota.
    Allez,                             Ta.
    Ambre,                             Lambre.
    Amitié,                            Barnalem.
    L'année _ou_ une pluie,            Sanju killin.
    Un arc,                            Kulla.
    Argent,                            Kodey.
    Une armoire,                       Konneo.
    Asseyez-vous,                      Secdouma.
    Une balle,                         Kiddo kassi.
    Un baril,                          Ankoret.*
    Beau,                              Neemau.
    Du beurre,                         Tooloo.
    Bien,                              Kandi.
    Blanc,                             Qui.
    Un homme blanc,                    Tobauho.
    Du blé,                            Neo.
    Boire,                             Ami.
    Bon,                               Abetti.
    La bouche,                         Dau.*
    Une brebis,                        Kornell.
    Calebasse,                         Merrug.
    Caméléon,                          Minnir.
    Canard,                            Bru.
    Un canon,                          Kiddo.*
    Poudre à canon,                    Kiddo mungo.
    Un canot,                          Kalloun.*
    Ceci,                              Ning.
    Cela,                              Olim.
    Une chaise,                        Serong.*
    Chaleur,                           Kandeca.
    Une chambre,                       Bung.
    Un chameau,                        Komaniung.
    Une chandelle,                     Kaudet.
    Un chanteur,                       Jelliki.
    Un chat,                           Neankom.*
    Chaud,                             Kandeka.
    Un cheval,                         Souho.
    Un cheval marin,                   Mally.
    Une chèvre,                        Ha.*
    Un chien,                          Oulve.
    Un grand chien,                    Oulve dau.*
    Cire,                              Lekonnio.
    Un coq,                            Deontong _ou_ Soufeki.
    Collier,                           Ronnun.
    Une colline,                       Koanko.
    Comment vous portez-vous?          Animbatta montainia?
    Un couteau,                        Moroo.*
    Un coutelas, une épée,             Fong.*
    Du cristal,                        Christall.
    Un crocodile,                      Bumbo.*
    Une cuillère,                      Kulear.
    Cuivre,                            Tasso.
    Un daim,                           Tonkong.
    Que demandez-vous?                 Laffeta munnum?
    Dent,                              Ning.*
    Dent d'éléphant,                   Samma ning.
    Le diable,                         Bua.
    Dieu,                              Alla.*
    Doux,                              Timeata.
    Un drap,                           Fauno.
    Du drap rouge,                     Murfée.
    La jambe droite,                   Sing bau.
    La main droite,                    Bulla bau.
    Dur,                               A Koleata.
    Eau,                               Jée ou si.*
    Un éléphant,                       Samma.
    Enfer,                             Jehonama.
    Entendre,                          Amoi.
    Un esclave,                        Jong.*
    L'est,                             Tillo vooleta.
    L'étain,                           Tasroqui.
    Étoile,                            Lolo.
    Étranger,                          Leuntung.
    Un facteur,                        Mercador.
    Faux,                              Funniala.
    Une femme,                         Mouza.*
    Une femme de mauvaise vie,         Jelli mouza.*
    Une femme mariée,                  Mouza.
    Fenêtre,                           Jenell.
    Flèche,                            Beuna.*
    Un fou,                            Toorala.
    Une fourchette,                    Garfa.
    Frère,                             Barrin kea.
    Froid,                             Ninny.
    Fumée,                             Sizi.
    La jambe gauche,                   Sing nding.
    La main gauche,                    Bulla nding.
    Grand,                             Bau.
    Un grand chien,                    Mouve bau.*
    Grand'mère,                        Mooza bau.
    Grand-père,                        Keal bau.
    Guerre,                            Killi.
    Un hibou, _c'est le même
      nom que diable_,                 Bucca.
    Un homme,                          Kea.*
    Une huître,                        Oystre.
    La jambe,                          Sing.*
    Je ne sais,                        Malo.
    Je sais,                           Alo.
    Je veux donner,                    Msadi.
    Une île,                           Joüio.
    Une jument,                        Souho mouza.
    Jurement,                          Tikiniani ma ma mau.
    Du lait,                           Nanuo.
    Levez-vous,                        Oully.
    Un lion,                           Jatta.
    Un lit,                            La rong.*
    Un loup,                           Sillo.
    La lune,                           Korro.*
    La main,                           Bulla.
    Une maison,                        Fu.*
    Malade,                            Munkandi.
    Un marchand,                       Jonko.
    Méchant,                           Munbetty.
    Une médecine,                      Borru.
    La mer,                            Bato bau.*
    Mère,                              Mouza.
    Miel,                              Li.
    Mort,                              Sata.
    Moi,                               Mta.
    Noir,                              Fin.
    Noix,                              Tiah.
    Un oeuf,                           Sousey killy.*
    Un oiseau,                         Sousi.
    L'ouest,                           Tillo bonita.
    Pain,                              Mongo.*
    Papier,                            Koyto.*
    Paresseux,                         Narita.
    Père,                              Fau.
    Pesant,                            Kuleata.
    Petit,                             Nding.
    Une pintade,                       Commi.
    Une pipe,                          Da.
    De la pluie,                       Sanju.
    Un cheval marin,                   Mally.
    Poisson,                           Heo.*
    Une porte,                         Dau.
    Poudre à canon,                    Kiddo mundo.
    Une poule,                         Sousi mouza.
    Un pouce,                          Kranki.
    Prendre,                           Amoota.
    Puant,                             Akoneata.
    Que demandez-vous?                 Laffetta munnum?
    Rien du tout,                      Feng o feng.
    Rivière,                           Bato.
    Un roc,                            Barry.
    Rouge,                             Ouillima.*
    Du drap rouge,                     Murfée.
    Roi,                               Mansa.*
    Sable,                             Kenne-kenne.
    Sale,                              Nota.
    Un sanglier,                       Seo.
    Sec,                               Mindo.
    Sel,                               Ki.*
    Sentir,                            Mamaung.
    Serpent,                           Sau.*
    Vin de Siboa,                      Bandji.
    Un singe,                          Kanic.
    Jouir,                             Barrin mouza.
    Le soleil,                         Tillo.*
    Un sorcier,                        Baa.*
    Sucre,                             Tobauboli.*
    Une table,                         Meso.*
    Un taureau,                        Nisi ké.
    La terre,                          Banko.*
    La tête,                           Kung.*
    Timide,                            Yanimi.
    Tonnerre,                          Korram alla.*
    Toucher,                           Ametta.
    Tourbillon de vent,                Sau.
    Une vache,                         Neesa Moossa.
    Un vaisseau,                       Tobaubo kaloun.
    De la vaisselle,                   Prata.
    Un valet,                          Buttlau.
    Un veau,                           Neefa-nding.
    Vendre,                            Saun.
    Venez,                             Na.*
    Venez ici,                         Nana re.
    Vent,                              Funnio.
    Je veux donner,                    Msadi.
    Ville,                             Konda.
    Vin de palmier,                    Tangi.*
    Voleur,                            Suncar.
    Vous,                              Itta.
    Vrai,                              Atoniala.
    Un ivrogne,                        Serrata.


NOMBRES.

    Un,                                Killing.
    Deux,                              Foulla.
    Trois,                             Sabba.
    Quatre,                            Nani.
    Cinq,                              Loulou.
    Six,                               Oro.
    Sept,                              Oronglo.
    Huit,                              Sye.
    Neuf,                              Konnunti.
    Dix,                               Tong.
    Onze,                              Tong-ning-killing.
    Douze,                             Tong-ning-foulla.
    Treize,                            Tong-ning-sabba.
    Quatorze,                          Tong-ning-nani.
    Quinze,                            Tong-ning-loulou.
    Seize,                             Tong-ning-oro.
    Dix-sept,                          Tong-ning-oronglo.
    Dix-huit,                          Tong-ning-sye.

    Dix-neuf,                          Tong-ning-konnunti.
    Vingt,                             Noau.
    Trente,                            Noau-ning-tong.
    Quarante,                          Noau-foulla.
    Cinquante,                         Noau-foulla-ning-tong.
    Soixante,                          Noau-sabba.
    Soixante-dix,                      Noau-sabba-ning-tong.
    Quatre-vingts,                     Noau-nani.
    Quatre-vingt-dix,                  Noau-nani-ning-tong.
    Cent,                              Kemmy.
    Mille,                             Ouoully.

Les Nègres qui habitent les deux bords du Sénégal, et qui s'étendent
dans les terres à l'est et au sud, sont mahométans, convertis par les
Maures. Ceux du royaume de Mandinga, dont le zèle est plus ardent, sont
depuis long-temps les missionnaires de cette religion. Tous les autres
Nègres, du moins ceux avec qui les Européens ont des relations de
commerce, depuis la Gambie jusqu'en Guinée, sont idolâtres, à
l'exception des Sérères et de quelques autres qui n'ont aucune apparence
de religion.

On en voit beaucoup qui ne veulent pas souffrir qu'on tue les lézards
autour de leurs maisons. Ils sont persuadés que ce sont les âmes de leur
père, de leur mère et de leurs proches parens, qui viennent faire le
folgar, c'est-à-dire se réjouir avec eux. On voit que l'opinion de la
métempsycose leur est familière.

Le mahométisme établi parmi les Nègres est imparfait, autant par
l'ignorance de ceux qui l'enseignent que par le libertinage des
prosélytes. Il consiste dans la croyance de l'unité de Dieu, et dans
deux ou trois pratiques cérémoniales, telles que le ramadan ou le
carême, le bayram ou pâques, et la circoncision.

Jobson observe que les habitans naturels de la Gambie adorent un seul
Dieu sous le nom d'Allah, qu'ils n'ont point de peintures ni d'images à
la ressemblance de la Divinité; qu'ils reconnaissent la mission de
Mahomet, sans qu'ils invoquent jamais son nom; qu'ils comptent les
années par les pluies, et qu'ils ont des noms particuliers pour chaque
jour de la semaine; qu'ils donnent le nom de sabbat au vendredi, mais
qu'ils l'observent si peu régulièrement, que leur commerce et leurs
occupations ordinaires n'en reçoivent pas d'interruption.

Ils ont quelques traditions confuses de la personne de Jésus-Christ. Ils
parlent de lui comme d'un prophète qui s'est rendu célèbre par un grand
nombre de miracles; mais ce qu'ils racontent de sa sainteté et de sa
puissance est un tissu de fables sans vraisemblance et sans ordre. Ils
lui donnent le nom d'Issa: ils nomment sa mère Maria. La sainteté, la
bonté, la justice, sont des qualités qu'ils lui attribuent dans le plus
haut degré; mais il leur paraît impossible qu'il soit le fils de Dieu,
parce que Dieu, disent-ils, ne peut être vu par les hommes. La doctrine
de l'incarnation leur paraît scandaleuse. Elle suppose, dans leurs
idées, que Dieu soit capable d'une liaison charnelle avec les femmes.
Une prophétie, qui subsiste depuis long-temps dans leur nation, leur
annonçait qu'ils seraient subjugués par un peuple blanc.

Les Nègres croient aussi à la prédestination, et mettent toutes leurs
infortunes sur le compte de la Providence. Qu'un Nègre en assassine un
autre, ils croient que c'est Dieu qui est l'auteur du meurtre. Cependant
ils se saisissent du meurtrier et le vendent pour l'esclavage.

À l'égard de leur dévotion et de la forme de leur culte, Le Maire
observe que le commun du peuple n'a pas de pratiques réglées qui
puissent porter le nom de culte religieux; mais les personnes de
distinction affectent plus de zèle, et ne sont jamais sans un marabout,
qui a beaucoup d'ascendant sur leur esprit et leur conduite.

On sait que les mahométans d'Asie font le salam ou la prière cinq fois
le jour et la nuit. Le vendredi, qui est le jour de leur sabbat, ils la
font sept fois; mais ceux des Nègres qui sont bons mahométans se
contentent de prier trois fois le jour, c'est-à-dire, le matin, à midi
et le soir. Chaque village a son marabout ou prêtre, qui les rassemble
pour ce devoir. Le lieu de leurs assemblées est un champ qui leur sert
de mosquée. Là, après les ablutions ordonnées par l'Alcoran, ils se
rangent en plusieurs lignes derrière le prêtre, dont ils imitent les
mouvemens et les gestes. Ils ont le visage tourné vers l'orient; mais,
lorsqu'ils sont fatigués de leur posture, ils s'accroupissent à la
manière des femmes, en tournant le visage à l'ouest.

Le marabout étend ses bras, répète plusieurs mots d'une voix si lente et
si haute, que toute l'assemblée peut les répéter après lui; il se met à
genoux, baise la terre, recommence trois fois cette cérémonie, et ne
fait rien qui ne soit imité par tous les assistans. Ensuite il se met à
genoux pour la quatrième fois, et fait quelque temps sa prière en
silence: il se relève, et traçant du doigt, autour de lui, un cercle
dans lequel il imprime plusieurs caractères, il les baise
respectueusement; après quoi, la tête appuyée sur les deux mains, et les
yeux fixés contre terre, il passe quelques momens dans une profonde
méditation. Enfin il prend du sable et de la poussière, se la jette sur
la tête et sur le visage, commence à prier d'une voix haute, en touchant
la terre du doigt et le levant au front; et pendant toutes ces
formalités, il répète plusieurs fois ces mots, _salam-aleck_;
c'est-à-dire, je vous salue. Il se lève: toute l'assemblée suit son
exemple, et chacun se retire. La modestie, le respect et l'attention
qu'ils apportent à cet exercice causent une juste admiration à nos
voyageurs. La prière dure une grande demi-heure, et se renouvelle trois
fois le jour. Il n'y a point d'affaire ni de compagnie qui leur en fasse
oublier le temps. S'ils ne peuvent assister à l'assemblée, ils se
retirent à l'écart pour observer les mêmes pratiques; et lorsqu'ils
manquent d'eau pour leur ablution, ils emploient de la terre. Brue, qui
fut plusieurs fois témoin de leurs cérémonies, eut la curiosité de
demander aux marabouts quel était le sens de leurs postures et de leurs
prières. Ils lui répondirent qu'ils adoraient Dieu en se prosternant
devant lui; que cette humiliation était un aveu de leur néant aux yeux
du premier Être, qu'ils le priaient de pardonner leurs fautes et de leur
accorder les commodités dont ils avaient besoin, telles qu'une femme,
des enfans, une moisson abondante, la victoire sur leurs ennemis, une
bonne pêche, la santé, et l'exemption de toutes sortes de dangers.

Aussitôt qu'ils voient paraître la première lune de l'équinoxe
d'automne, ils la saluent en crachant dans leurs mains et en les
étendant vers le ciel. Ensuite ils les tournent plusieurs fois autour de
leur tête, et répètent à deux ou trois reprises la même cérémonie. En
général, les mahométans rendent beaucoup de respect à la nouvelle lune,
la saluent aussitôt qu'ils la voient paraître, ouvrent leur bourse, et
demandent au ciel que leurs richesses puissent augmenter avec les
quartiers de la lune.

La ramadan ou le carême des mahométans nègres est observé avec beaucoup
de rigueur. Ils ne mangent et ne boivent qu'après le coucher du soleil.
Les dévots n'avaleraient pas même leur salive, et se couvrent la bouche
d'un morceau d'étoffe, de peur qu'il n'y entre une mouche. Malgré la
passion qu'ils ont pour le tabac, ils ne touchent point à leur pipe.
Mais, lorsque la nuit arrive, ils se dédommagent de l'abstinence du
jour. Les grands et les riches passent ensuite tout le jour à dormir.

Lorsque le mois du ramadan approche de sa fin, ils proclament le
Tabasket, c'est-à-dire, la plus grande fête des mahométans nègres, comme
des Turcs et des Persans, qui lui donnent le nom de _Bayram_. Brue, qui
en avait été témoin, nous a laissé la description de cette fête, qui est
proprement leur carnaval.

Un peu avant le coucher du soleil, on vit paraître six marabouts, ou
prêtres mahométans, revêtus de tuniques blanches, qui ressemblent à nos
surplis. Elles leur descendent jusqu'au milieu des jambes, et le bas est
bordé de laine rouge. Ils marchaient en rang, avec une longue zagaie à
la main, précédés de cinq grands boeufs, qui étaient couverts d'un beau
drap de coton et couronnés de feuilles, chacun conduit par deux Nègres,
comme on conduit dans les rues de Paris ce qu'on appelle _le boeuf
gras_. Les fêtes populaires ont partout des rapports d'un bout du monde
à l'autre. Les chefs des cinq villages dont la ville de Boucar est
composée suivaient les prêtres sur une seule ligne, parés de leurs plus
riches habits, armées de zagaies, de sabres, de poignards et de
boucliers. Ils étaient suivis eux-mêmes de tous les habitans, leurs
sujets, cinq sur chaque rang. Lorsque la procession fut arrivée au bord
de la rivière, les boeufs furent attachés à des poteaux, et le plus
ancien marabout cria trois fois à haute voix, _salam-aleck_, qui est
l'exhortation à la prière. Ensuite, mettant bas sa zagaie, il étendit le
bras vers l'est. Les autres prêtres suivirent son exemple, et
commencèrent la prière de concert. Ils se levèrent et reprirent leurs
armes. Alors l'ancien marabout donna ordre aux Nègres d'amener les
boeufs et de les renverser par terre, ce qui fut exécuté à l'instant.
Ils les attachèrent à terre par les cornes, et, leur tournant la tête à
l'est, ils leur coupèrent la gorge avec beaucoup de précaution, pour
empêcher que ces animaux ne les regardassent tandis que leur sang
coulait, parce que c'est pour eux un fort mauvais présage. Ils prennent
soin, pour se garantir de leurs regards, de leur jeter du sable dans les
yeux. Aussitôt que le sacrifice est achevé, et les victimes écorchées,
ils les coupent en pièces, et chaque village emporte celles de son
boeuf. Après cette cérémonie, le folgar commence. Le folgar fait place
au festin, et les réjouissances durent trois jours.

La circoncision est une pratique rigoureusement observée parmi les
mahométans nègres. Elle se fait aux mâles vers l'âge de quatorze ou
quinze ans, pour leur donner le temps de se fortifier contre
l'opération, et d'être bien instruits dans la profession de leur foi. On
attend aussi pour cette sanglante cérémonie qu'il y ait un grand nombre
de jeunes gens rassemblés, ou que le fils de quelque roi et d'autres
grands aient atteint l'âge de la circoncision. Alors on avertit que tous
les sujets du même roi, ses alliés et ses voisins, peuvent amener leurs
enfans; car l'éclat de la fête répond au nombre des acteurs, et les
chefs d'une nation, souhaitent toujours que l'assemblée soit nombreuse,
parce que, dans ces occasions, les jeunes gens forment des liaisons et
des amitiés qui durent autant que leur vie.

Quoiqu'il n'y ait pas de temps réglé pour la cérémonie, on observe de ne
jamais choisir la saison des grandes chaleurs, ni celle des pluies, ni
le ramadan, qui ne sont pas des temps propres à la joie. On a soin aussi
de prendre le décours de la lune, dans l'idée que l'opération est alors
moins douloureuse, et la plaie plus facile à guérir.

Brue nous donne une description exacte de la cérémonie. Il y avait
assisté dans l'île de Jean Barre, près du fort Saint-Louis, et les plus
petits détails n'avaient point échappé à ses observations.

Le lieu de la scène était un champ fort agréable, environné de beaux
arbres, à trois cents pas du village de Jean Barre, riche Nègre, qui
servait d'interprète à la compagnie française, et dont le fils était le
principal des jeunes gens qui devaient être circoncis. On choisit
toujours un endroit éloigné des habitations, à cause des femmes, qui
sont absolument exclues de l'assemblée. Lorsque Brue se fut assis avec
les gens de sa suite sur un banc qui avait été préparé pour lui, la
procession commença dans l'ordre suivant: les guiriots ou musiciens
faisaient l'avant-garde en battant une marche lente et grave, sans y
joindre leur chant. Ils étaient suivis de tous les marabouts des
villages voisins qui marchaient deux à deux en robe de coton blanc, et
leur zagaie à la main. Après les marabouts, on vit venir, à quelque
distance, tous les jeunes gens qui devaient être circoncis. Ils étaient
vêtus de longues pagnes de coton, croisées par-devant, mais sans
haut-de-chausses. Ils marchaient sur une seule ligne, c'est-à-dire l'un
après l'autre, accompagnés chacun de deux parens ou de deux amis, pour
servir de témoins à leur profession de foi, ou pour les encourager à
souffrir constamment l'opération. Yamsek, Nègre de distinction, qui
devait être l'exécuteur, suivait immédiatement avec Jean Barre, chef de
la fête. Cette marche était fermée par un corps de deux mille Nègres
bien armés. Au milieu du champ, fort près du lieu où les Français
étaient assis, on avait placé une planche sur une petite élévation. Les
prêtres et les chefs des villages se rangèrent sur deux lignes, de
chaque côté de la planche; et tous les candidats, avec leurs parrains,
demeurèrent au centre, dans le même ordre que celui de leur marche. Le
reste des Nègres formait un cercle autour des prêtres et des victimes.

Aussitôt que l'ordre et le silence furent bien établis, le principal
marabout fit le salam ou la prière. Tous les assistans répétaient ses
paroles d'une voix claire et intelligible, avec autant de respect que
d'attention. Après cet exercice, Guiopo, fils de Jean Barre, fut annoncé
par ses deux parrains, qui le firent monter sur la planche, en le
soutenant des deux côtés. Yamsek fit heureusement l'opération. Guiopo
descendit immédiatement après, suivi de ses deux parrains, et branlant
sa zagaie d'un air riant. Il se retira derrière les marabouts, pour
laisser saigner sa plaie, pendant que les autres jeunes gens allèrent se
présenter successivement à l'exécuteur.

Lorsque la blessure a jeté assez de sang, on la lave plusieurs fois le
jour avec de l'eau fraîche, jusqu'à ce qu'elle se ferme d'elle-même, ce
qui ne demande ordinairement que dix ou douze jours. Pendant
l'opération, le candidat doit tenir le pouce droit élevé, et prononcer
la formule de foi mahométane. Les plus fermes la prononcent d'une voix
haute; ils affectent même de la gaieté après la cérémonie; mais il est
aisé de juger à leur marche qu'ils souffrent une vive douleur. La
plupart ne peuvent se retirer sans être soutenus par les parrains.

Quoique la circoncision ne soit pas ordonnée pour les femmes, les
docteurs mandingues les admettent à la participation de ce privilége. Ce
sont leurs propres femmes qui font l'office de prêtresses; mais cet
usage n'est pas universel parmi les Nègres.

Moore explique la cérémonie de la circoncision en fort peu de mots; mais
il ajoute une circonstance singulière, et qui peut donner une idée de la
politique du sacerdoce nègre. Un peu avant la saison des pluies, dit-il,
on circoncit un grand nombre de jeunes gens de l'âge de douze ou de
quatorze ans. Après l'opération, ils portent un habit différent de
l'usage ordinaire, et chaque royaume a le sien. Depuis la circoncision
jusqu'au temps des pluies, les jeunes circoncis ont la liberté de
commettre toutes sortes d'excès sans être soumis au châtiment de la
justice. Lorsque les pluies commencent, ils sont obligés de rentrer dans
l'ordre et de reprendre l'habit commun de leur nation. Cette licence
accordée aux circoncis semble faite pour perpétuer l'usage de la
circoncision et en balancer le désagrément.

Les mandingues croient que la cause des éclipses de la lune est
l'interposition d'une panthère qui met sa pate entre la lune et la
terre. Dans ces occasions, ils ne cessent pas de chanter et de danser en
l'honneur de leur prophète Mahomet; mais il ne paraît pas que leurs
mouvemens soient l'effet de la crainte.

En général, ils sont extrêmement livrés à la superstition. Lorsqu'ils
ont un voyage à faire, ils égorgent un poulet, et les observations
qu'ils font sur les entrailles leur servent de règle pour avancer ou
différer leur départ. Ils n'ont pas moins d'égard pour certains jours
de la semaine qu'ils regardent comme malheureux; rien ne serait capable
de les leur faire choisir pour une entreprise d'importance. Voilà les
superstitions des fameux Romains qui se retrouvent chez les hordes
noires. Ces poulets sacrés, qui nous font rire chez les Nègres, ces
présages, ces jours malheureux, sont pourtant fort imposans dans vingt
endroits de l'histoire romaine, grâce au génie des Tite Live et des
Salluste, tant l'éloquence produit d'illusion! tant le nom de Rome et
l'antiquité commandent à notre imagination! Car, dans le fait, l'appétit
des poulets, qui décidait, chez les Romains, du jour d'une bataille, est
tout aussi ridicule que la pate de la panthère qui éclipse la lune.

Moore raconte que, pendant tout le temps qu'il passa dans leur pays, ils
étaient persuadés que les sorciers avaient répandu des qualités malignes
dans l'air et dans les eaux, qu'il ne mourait personne qui ne fût tué
par ces ennemis publics, à l'exception d'un misérable qu'il vit
enterrer, et que tous les Nègres croyaient tué par Dieu même, pour avoir
violé son serment ou son voeu. L'usage des voeux est fort commun dans
toutes ces nations. On leur voit porter autour du bras des manilles de
fer, pour marque de leur engagement et pour s'en rappeler la mémoire.
Celui qu'ils accusaient de parjure avait fait voeu de ne jamais vendre
un esclave dont on lui avait fait présent, et portait une manille dans
la crainte de l'oublier; ruais ses besoins et ceux de sa famille l'ayant
emporté sur son serment, sa mort, qui arriva quelques jours après, fut
regardée de tous les Nègres comme un effet signalé de la vengeance du
ciel.

Entre une infinité d'autres superstitions, la plus commune et la plus
remarquable est celle des grisgris dont nous avons déjà parlé. Chaque
grisgris a sa vertu particulière; l'un contre le péril de se noyer,
l'autre contre la blessure des zagaies ou la morsure des serpens. Il y
en a qui doivent rendre invulnérable, aider les plongeurs et les
nageurs, procurer une pêche abondante. D'autres éloignent l'occasion de
tomber dans l'esclavage, procurent de belles femmes et beaucoup
d'enfans. Enfin les marabouts inventent des grisgris en faveur de tous
les désirs et contre toutes les craintes. On sait d'ailleurs que, sur
l'article des grisgris, il n'y a guère de peuple sur la terre qui ait
droit de se moquer des Nègres.

Moore remarque qu'en allant à la guerre, le plus pauvre Nègre achète un
grisgris des marabouts pour se garantir de toutes sortes de blessures.
Si le charme manque de pouvoir, les marabouts en rejettent la faute sur
la mauvaise conduite des Nègres, que Mahomet n'a pas jugés dignes de sa
protection. Les prophètes des croisades se justifiaient de la même
manière, ce qui est un moyen sûr de n'avoir jamais tort. Les marabouts
se ressemblent en tous temps et en tous lieux. Moore assure qu'ils
s'enrichissent tous en peu de temps. Le Maire dit que les marabouts
ruinent les Nègres, en leur faisant payer jusqu'à trois esclaves et
quatre ou cinq veaux pour un grisgris, suivant les qualités qu'ils lui
attribuent.

Les grisgris de la tête se portent en couronne. Ceux du cou se portent
en forme de colliers. Les épaules et les bras n'en sont pas moins
garnis; de sorte que cette religieuse parure devient un véritable
fardeau. Les rois en sont plus chargés qu'aucun de leurs sujets. Moore
prétend que le poids en monte souvent jusqu'à trente livres.

Au reste, ces grisgris pourraient en un sens rendre invulnérable, s'il
est vrai, comme le disent les voyageurs, que leur multitude et leur
grandeur forment une cuirasse que la zagaie aurait peine à pénétrer. Les
grands en ont la tête et le corps tellement couverts, qu'étant presque
incapables de se remuer, ils ne peuvent monter à cheval qu'avec le
secours d'autrui. Le grisgris du dos et celui de l'estomac sont de la
grandeur d'un livre in-4{o} et d'un pouce d'épaisseur. Une main de
papier est moins épaisse, et l'on assure qu'il n'y a point d'épée qui
pût les percer.

Le Moumbo-Dioumbo est une idole mystérieuse des Nègres, inventée par les
maris pour contenir leurs femmes dans la soumission. Elles ont tant de
simplicité et d'ignorance, qu'elles prennent cette machine pour un homme
farouche; c'est ainsi que parmi nous on fait peur aux enfans en leur
parlant du loup-garou. Elle est revêtue d'une longue robe d'écorce
d'arbre avec une toque de paille sur la tête. Sa hauteur est de huit ou
neuf pieds. Peu de Nègres ont l'art de lui faire pousser les sons qui
lui sont propres. On ne les entend jamais que pendant la nuit, et
l'obscurité aide beaucoup à l'imposture. Lorsque les hommes ont quelque
différent avec leurs femmes, on s'adresse au Moumbo-Dioumbo, qui décide
ordinairement la difficulté en faveur des maris.

Le Nègre qui agit sous la figure monstrueuse de Moumbo-Dioumbo jouit
d'une autorité absolue, et s'attire tant de respect, que personne ne
paraît couvert en sa présence. Lorsque les femmes le voient ou
l'entendent, elles prennent la fuite et se cachent soigneusement; mais
si les maris ont quelque liaison avec l'acteur, il fait porter ses
ordres aux femmes, et les force de reparaître. Alors il leur commande de
s'asseoir, et les fait chanter ou danser suivant son caprice. Si
quelques-unes refusent d'obéir, il les envoie chercher par d'autres
Nègres qui exécutent ses lois, et leur désobéissance est punie par le
fouet. Ceux qui sont initiés dans le mystère du Moumbo-Dioumbo,
s'engagent, par un serment solennel, à ne le jamais révéler aux femmes,
ni même aux autres Nègres qui ne sont pas de la société. On n'y peut
être reçu avant l'âge de seize ans. Le peuple jure par cette idole, et
n'a pas de serment plus respecté.

Vers l'an 1727, le roi de Diagra, ayant une femme curieuse, eut la
faiblesse de lui révéler le secret du Moumbo-Dioumbo; elle n'eut rien de
plus pressé que d'en informer toutes ses compagnes. Le bruit alla
jusqu'aux oreilles de quelques seigneurs nègres, qui n'étaient pas bien
disposés pour le roi. Ils s'assemblèrent pour délibérer sur une affaire
de cette importance; et, ne doutant pas que leurs femmes ne devinssent
fort difficiles à gouverner, si la crainte du Moumbo-Dioumbo ne les
arrêtait plus, ils prirent une résolution très-hardie, qui ne fut pas
exécutée avec moins d'audace. Ils se rendirent à la ville royale avec
l'idole: là, prenant l'air d'autorité qui est propre à la religion dans
tous les pays du monde, ils firent avertir le roi de venir parler à
l'idole. Ce faible prince n'ayant osé refuser d'obéir, Moumbo-Dioumbo
lui reprocha son crime, et lui donna ordre de faire paraître sa femme. À
peine eut-elle paru, que, par la sentence de Moumbo-Dioumbo, ils furent
poignardés tous deux. Le Moumbo-Dioumbo est une terrible leçon, si l'on
sait l'entendre.

Il y a peu de villes considérables qui n'aient une figure de
Moumbo-Dioumbo. Pendant le jour, elle demeure sur un poteau, dans
quelque lieu voisin de la ville, jusqu'à l'entrée de la nuit, qui est le
temps de ses opérations.

Il nous reste à parler des marabouts ou des prêtres nègres. Ils
s'attachent sur plusieurs points à la loi du Lévitique, dont ils ont
quelque connaissance. Ils ont des villes et des terres particulières à
leur tribu, où ils n'admettent pas d'autres Nègres que leurs esclaves.
Leurs mariages ne se font qu'entre les hommes et les femmes de leur
racé, et tous leurs enfans sont élevés pour la prêtrise. Labat les
représente comme de scrupuleux observateurs de tous les préceptes de
l'Alcoran. Ils s'abstiennent de vin et de liqueurs spiritueuses. Ils
observent le ramadan avec beaucoup d'exactitude. Ils ont plus de douceur
et de politesse que le commun des Nègres. Ils aiment le commerce, et se
plaisent à voyager dans cette vue. Leur honnêteté et leur bonne foi sont
généralement reconnues dans les affaires. La charité est une vertu
qu'ils ne violent jamais entre eux; et jamais ils ne souffrent qu'un
homme de leur tribu soit vendu pour l'esclavage, s'il n'a mérité ce
châtiment par quelque grand crime. Voilà du moins ce que les historiens,
que nous suivons ici, appellent charité. On peut observer que, si les
marabouts ne l'exécutent qu'envers leurs confrères, ils n'ont pas
souvent l'occasion de la pratiquer, puisque le commerce des grisgris,
tel qu'on l'a représenté, doit les rendre les plus riches de tous les
Nègres; et qu'est-ce qu'une charité qui ne respecte et ne soulage le
malheur que dans celui qui a le même habit et la même doctrine que nous?
Cette charité, qui dérobe tous les marabouts à l'esclavage et à la
misère, pourrait plutôt s'appeler politique et esprit de corps. Ce n'est
pas là la charité de l'Évangile; ce n'est pas celle de nos curés, qui
n'emploient les aumônes, qui sont les revenus de l'Église, qu'à les
répandre dans le sein des pauvres.

Entre plusieurs bonnes qualités des marabouts, Jobson loue beaucoup leur
tempérance. À cette seule marque, dit-il, on les distingue aisément des
autres Nègres. Ils se réduisent à l'eau pure, sans excepter les cas de
maladie et de nécessité. Dans les voyages que l'auteur fit sur la
Gambie, un marabout qu'il avait pris avec lui, ayant voulu prêter la
main aux gens de l'équipage pour traverser une basse, fut entraîné par
un courant qui mit sa vie dans un grand danger. Il disparut deux fois
dans l'eau, et les Anglais ne l'ayant remis à bord qu'avec beaucoup de
peine, il y demeura quelque temps sans connaissance. Dans cet état, ceux
qui le secouraient ayant porté à sa bouche un flacon d'eau-de-vie, il
ferma constamment les lèvres à la seule odeur de cette liqueur; et,
lorsqu'il eut rappelé ses sens, il demanda, avec un mélange de colère et
d'inquiétude, s'il avait eu le malheur d'en avaler: on lui répondit
qu'il s'y était opposé avec trop d'obstination. «J'aimerais mieux être
mort, dit-il, à Jobson, que d'en avoir avalé la moindre goutte.»

Cet excès de scrupule s'étend jusqu'à leurs enfans. Non-seulement ils ne
leur permettent pas de toucher au vin ni aux liqueurs fortes, mais ils
ne souffrent pas même qu'on leur présente du raisin, du sucre, ni
aucunes confitures.

Le même auteur ajoute que le respect des rois et des grands pour les
marabouts ne le cède guère à celui du peuple. Si les personnes de la
plus haute distinction rencontrent un marabout en chemin, elles forment
un cercle autour de lui, et se mettent à genoux pour faire la prière et
recevoir sa bénédiction; le même usage se pratique dans la chambre du
roi lorsqu'il y entre un marabout. Labat dit que les Nègres en général,
mais surtout ceux du Sénégal, ont tant de respect pour leurs prêtres,
qu'ils croient que ceux qui les offensent meurent dans l'espace de trois
jours. Il est probable que les marabouts ne combattent pas cette
opinion.

Les marabouts apprennent à lire et à écrire à leurs enfans, dans un
livre composé d'une petite planche de bois fort unie, où la leçon est
écrite avec une sorte d'encre noire et un roseau taillé comme une plume;
leurs caractères ressemblent à ceux de la langue arabe; Jobson n'étant
pas capable de les lire, en apporta plusieurs exemples en Angleterre.
Cependant il observe que leur religion et leurs lois sont écrites dans
une langue particulière, et fort différente de la langue vulgaire; que
les laïques nègres, de quelque rang qu'ils soient, ne savent ni lire ni
écrire, et qu'ils n'ont par conséquent ni caractères ni livres. Le
grand livre de la loi est un manuscrit, dont les marabouts s'exercent à
faire des copies pour leur propre usage. Les rois mahométans en
obtiennent à grand prix, et se font un honneur de les porter malgré la
pesanteur du fardeau. Jobson a vu plusieurs marabouts qui en étaient
chargés aussi dans leurs voyages.

Quand les élèves ont lu l'Alcoran, ils passent eux-mêmes pour autant de
docteurs. Ils apprennent ensuite à écrire en arabe, car la langue du
pays n'a pas de caractères. Les marabouts ne sont pas seulement prêtres,
ils sont marchands, et font la plus grande partie du commerce du pays.

Ceux de Sétiko firent leurs efforts pour ôter au capitaine Jobson la
pensée de remonter plus loin sur la Gambie. Ils lui représentèrent les
difficultés et les dangers de ce voyage avec d'autant plus
d'exagération, que, dans la vue de s'assurer tous les avantages de ce
commerce, ils s'étaient procuré avec beaucoup de peine et de dépense une
grande quantité d'ânes pour le transport de leurs marchandises. Leur
méthode, en voyageant, est de suivre leurs ânes à pied, et de marcher du
même pas que ces animaux. Ils partent à la pointe du jour, qui, dans ces
climats, ne précède guère le lever du soleil. Leur marche dure trois
heures, après lesquelles ils se reposent pendant la chaleur du jour. Ils
recommencent à marcher deux heures avant la nuit, et la crainte des
bêtes féroces ne leur permet pas de se hasarder dans l'obscurité,
excepté pendant les clairs de lune, qui leur paraissent un temps fort
commode pour les voyageurs. Ils s'arrêtent deux au trois jours près des
grandes villes; et, déchargeant leurs marchandises, qu'ils étalent sous
quelques arbres, ils font une espèce de foire pour la ville voisine.
Dans ces occasions, ils n'ont pas d'autre logement que leurs paquets,
entre lesquels ils passent la nuit sur des nattes.



CHAPITRE IV.

Sierra-Leone.


La partie de l'Afrique que nous considérons se termine à la baie qui
porte le nom de _Sierra-Leone_, nom que les Portugais lui donnèrent,
soit à cause des lions dont les montagnes voisines sont remplies, soit
plutôt à cause du bruit des flots qui, en se brisant contre les rochers
de la côte, semblaient imiter le rugissement de ces animaux. Le pays est
borné au nord par le cap de la Vega et par celui de Tagrim au sud. Ces
deux caps forment une baie spacieuse où la rivière de Sierra-Leone vient
se jeter.

Le roi du pays fait sa résidence au fond de la baie: les Maures lui
donnent le nom de Boréa. Les états du Boréa ou Bourré s'étendent
l'espace de quarante lieues dans les terres. Ses revenus consistent
dans un tribut d'étoffes de coton, de dents d'éléphans, d'un peu d'or,
et dans le pouvoir de vendre ses sujets pour l'esclavage. L'usage des
habitans est de s'arracher entièrement les sourcils, quoiqu'ils laissent
croître leur barbe, qui est naturellement courte, noire et frisée. Leurs
cheveux sont ordinairement coupés en croix et s'élèvent sur la tête en
petites touffes carrées: d'autres les portent découpés en différentes
formes; mais les femmes ont généralement la tête rasée.

Ils ont de petites idoles; mais ils n'en reconnaissent pas moins le Dieu
du ciel. Lorsqu'un Anglais leur demandait l'usage de ces petites figures
de bois, ils levaient leurs mains au-dessus de leur tête, pour faire
entendre que le véritable objet de leurs adorations était en haut.

Au sud de la baie, à quarante ou cinquante lieues dans les terres, on
trouve une nation d'anthropophages, qui inquiètent souvent leurs
voisins.

Les fruits sont innombrables dans les bois de Sierra-Leone. Il se trouve
des forêts entières de citronniers, surtout en-deçà du lieu de
l'aiguade, assez près de la ville; on y voit aussi quelques orangers. La
boisson commune du pays est de l'eau. Cependant les hommes sont
passionnés pour le vin de palmier qu'ils appellent _may_, et le
partagent rarement, avec les femmes. On trouve dans le pays beaucoup de
mancenilles, espèce de pomme vénéneuse, qui ressemble à la prune jaune,
et dont le jus est si malin, que la moindre goutte qui rejaillirait dans
l'oeil ferait perdre aussitôt la vue. On y voit le beguil, fruit de la
grosseur d'une pomme ordinaire, mais dont la chair a la couleur, le
grain et le goût de la fraise; l'arbre qui le porte ressemble à
l'arbousier. Les bois sont remplis de vignes sauvages, qui produisent un
raisin dont le goût est amer. Les Nègres aiment beaucoup la datte et la
mangent rôtie. Ils font des amas de cardamome, sorte de poivre qui leur
sert de remède dans plusieurs maladies, et d'assaisonnement pour leur
nourriture.

Les Nègres plantent des patates, et plus loin dans les terres, ils
cultivent du coton, nommé parmi eux _innoumma_, dont ils font d'assez
bon fil et des étoffes larges d'un quart. Le kambe est un bois qui leur
sert à teindre en rouge leurs bourses et leurs nattes. Leur citronnier
ressemble au pommier sauvage; sa feuille est mince comme celle du saule;
il est rempli de pointes, et porte une prodigieuse quantité de fruits
qui commencent à mûrir au mois d'août, et qui demeurent sur l'arbre
jusqu'au mois d'octobre.

Le poivre de Guinée croît naturellement dans les bois, mais il n'y est
pas fort abondant. Sa plante est petite, assez semblable à celle du
troëne, et chargée de petites feuilles fort minces. Son fruit ressemble
à l'épine-vinette; il est d'abord très-vert; mais, en mûrissant, il
devient rouge. Quoiqu'il ne se réunisse point en grappe, il s'en trouve
de côté et d'autre deux ou trois ensemble autour de la tige. Le péné,
dont les Nègres de ce pays composent leur pain, est une plante fort
mince, qui ressemble à l'herbe ordinaire, et dont les petites tiges sont
couvertes d'une graine qui n'est renfermée dans aucune espèce
d'enveloppe.

Plus loin, dans l'intérieur des terres, il croît un fruit nommé _gola_
ou _kola_, dans une coque assez épaisse; il est dur, rougeâtre, amer, à
peu près de la grosseur d'une noix, et divisé par divers angles. Les
Nègres font des provisions de ce fruit, et le mâchent mêlé avec l'écorce
d'un certain arbre. Leur manière de s'en servir n'aurait rien d'agréable
pour les Européens. Celui qui commence à le mâcher le donne ensuite à
son voisin, qui le mâche à son tour, et qui le donne au Nègre suivant.
Ainsi chacun le mâche successivement, sans rien avaler de la substance.
Ils le croient excellent pour la conservation des dents et des gencives.
Les chevaux n'ont pas les dents plus fortes que la plupart des Nègres.
Ce fruit leur sert aussi de monnaie courante, et le pays n'en a pas
d'autre.

Le kola est fort estimé des Nègres qui habitent les bords de la Gambie.
Il ressemble aux châtaignes de la plus grosse espèce, mais sa coque est
moins dure. On en fait tant de cas parmi les Nègres que dix noix de
kola sont un présent digne des plus grands rois. Après en avoir mâché,
l'eau la plus commune prend le goût du vin blanc, et paraît mêlée de
sucre. Le tabac même en tire une douceur singulière. On n'attribue
d'ailleurs aucune autre qualité au kola. Les personnes âgées, qui ne
sont plus capables de le mâcher, le font broyer pour leur usage; mais ce
n'est pas le peuple qui peut se procurer un ragoût si délicieux; car
cinquante noix suffisent pour acheter une femme.

Barbot décrit l'arbre qui produit cette fameuse noix; il lui donne le
nom de _froglo_; il assure que la région de Sierra-Leone en est remplie;
qu'il est d'une hauteur médiocre; que la circonférence du tronc est de
cinq ou six pieds; que le fruit croît en pelotons de dix ou douze noix,
dont quatre ou cinq sont sous la même coque, divisées par une peau fort
mince; que le dehors de chaque noix est rouge, avec quelque mélange de
bleu; que, si elle est coupée, le dedans paraît d'un violet foncé. Les
Nègres et les Portugais en demandent sans cesse, comme les Indiens ne
demandent que leurs noix d'arek et leur bétel. Labat parle aussi de ce
fruit, et dit que la plus grande partie vient de l'intérieur des terres,
environ trois cents lieues de la côte; l'arbre qui le porte est le
_sterculia acuminata_.

La baie est remplie de poissons de toutes les espèces, tels que le
mulet, la raie, la vieille, le brochet, le gardon, le cavallos, qui
ressemble au maquereau; la scie, le requin; une autre espèce de squale,
qui ressemble au requin, excepté que sa tête se termine dans la forme
d'une pelle, et que l'on appelle marteau ou pantouflier; le cordonnier,
qui a des deux côtés de la tête une espèce de barbe ou de soie pendante,
et qui grogne comme un cochon, etc. Finch, voyageur anglais, prit dans
l'espace d'une heure six mille poissons de la forme de l'able. Les
huîtres y sont très-communes et s'y attachent aux branches des
mangliers.

La côte n'est pas moins abondante en toutes sortes d'oiseaux dont
l'espèce n'est pas connue dans nos climats. Les Nègres parlèrent à Finch
d'un animal fort étrange, que son interprète nommait _carboucle_. On le
voit souvent, mais toujours pendant la nuit; sa tête jette un éclat
surprenant, qui lui sert à trouver sa pâture. L'opinion des habitans est
que cette lumière vient d'une pierre qu'il a dans les yeux ou sur le
front. S'il entend le moindre bruit, il couvre aussitôt cette partie
brillante de quelque membrane qui en dérobe l'éclat. Finch ajoute qu'il
regarde ce récit comme fabuleux.

Les parties septentrionales dépendent du roi de Boulom, comme celles du
sud sont soumises au roi de Bourré. Le royaume de Boulom est peu connu
des Français et des Hollandais. L'affection des habitans s'est déclarée
pour les Anglais et pour les Portugais, dont plusieurs y ont formé des
établissemens.

Les singes se rassemblent en troupes nombreuses, et détruisent tous les
champs cultivés dont ils peuvent approcher. Leurs ravages inspirent pour
eux une haine implacable aux habitans.

La rivière, qui est connue sous le nom de Sierra-Leone, porte aussi ceux
de Mitomba et de Tagrim: elle vient de fort loin dans les terres; et,
vers son embouchure, elle n'a pas moins de trois lieues de largeur;
mais, à quatorze ou quinze lieues de la mer, elle se resserre à la
largeur d'une lieue.

Cette rivière, comme la plupart de celles de tous les pays très-chauds,
est bordée à son embouchure de mangliers ou palétuviers.

Quoique les jours d'été soient fort chauds dans le pays plat et ouvert,
les vents du sud-ouest y apportent de la fraîcheur pendant l'après-midi;
mais la chaleur est insupportable dans les parties montagneuses. En
général, on peut dire que c'est une région fort malsaine pour les
Européens, témoin tous les Anglais qui sont morts dans l'île de Bense.
La pluie et le tonnerre y règnent continuellement pendant six mois, avec
une chaleur si maligne aux mois de juin et juillet, qu'on est obligé de
se tenir renfermé dans ses huttes. L'air, corrompu par tant de mauvaises
influences, y produit en un instant des vers sur les alimens et sur les
habits: quelquefois les ouragans, nommés _tornados_, y jettent
l'épouvante. Souvent une épaisse obscurité, qui ne se dissipe pas un
moment dans le jour, semble changer la face de la nature, et rend la vie
presque insupportable.

Cette rivière porte le nom de Mitomba jusqu'à vingt-cinq ou trente
lieues de son embouchure, et n'est pas connue plus loin des Européens:
elle a, du côté du sud, une ville nommée las Magoas, où la permission de
résider pour le commerce n'est accordée qu'aux Portugais. Les habitans
viennent seulement dans la baie pour y faire des échanges avec les
Français et les Anglais, lorsqu'ils voient entrer leurs bâtimens.

À l'entrée de la rivière on voit plusieurs petites îles. Les principales
sont celles de Togou, de Tasso et de Bense. Dans cette dernière, qui est
à neuf lieues de la rade, les Anglais ont élevé un petit fort.

Les Portugais sont établis dans divers endroits du pays; mais la
jalousie du commerce ne leur permet pas d'entretenir beaucoup de
correspondance avec les Anglais de l'île de Bense.

La baie de France, où l'on trouve la fontaine du même nom, est éloignée
d'environ six lieues du cap Tagrim, en remontant la rivière. On la
distingue aisément à la couleur brillante du sable qui se présente sur
le rivage comme une voile étendue; aussi n'y voit-on pas de rocs qui en
rendent l'accès difficile aux barques et aux chaloupes. La fontaine est
à quelques pas de la mer; c'est la meilleure et la plus commode de toute
la côte. On y peut remplir cent tonneaux dans l'espace d'un jour: elle
vient du centre des montagnes de Timna, qui forment une chaîne d'environ
quinze lieues, mais dont les tigres, les lions et les crocodiles ne
permettent pas d'approcher. Les eaux fraîches se précipitent du sommet
des montagnes, et forment en tombant diverses cascades, avec un
très-grand bruit. Ensuite, se réunissant dans une espèce d'étang, leur
abondance les fait déborder pour se répandre sur un rivage sablonneux,
où elles se rassemblent encore dans un bassin qu'elles se forment au
pied des montagnes; de là elles recommencent à couler sur le sable, et
se perdent enfin dans la mer. Barbot représente ce lieu comme un des
plus beaux endroits de la contrée. Le bassin qui reçoit toutes ces eaux
est environné de grands arbres d'une verdure continuelle, qui forment un
ombrage délicieux dans les plus grandes chaleurs. Les rochers même qui
sont dispersés aux environs contribuent à l'embellissement du lieu.
C'était dans cette agréable retraite que Barbot prenait souvent plaisir
à faire ses repas.

Les singes nommés _barris_ sont d'une très-grande taille; on les
accoutume dans leur jeunesse à marcher droit, à broyer les grains, à
puiser de l'eau dans des calebasses, à l'apporter sur leur tête, et à
tourner la broche pour rôtir les viandes. Ces animaux se bâtissent des
cabanes dans les bois; ils aiment si passionnément les huîtres, que,
dans les basses marées, ils s'approchent du rivage entre les rocs; et
lorsqu'ils voient les huîtres ouvertes à la chaleur du soleil, ils
mettent dans l'écaillé une petite pierre qui l'empêche de se fermer, et
l'avalent ainsi facilement. Quelquefois il arrive que la pierre glisse,
et que le singe se trouve pris comme dans une trappe: alors ils
n'échappent guère aux Nègres, qui les tuent et qui les mangent. Cette
chair et celle des éléphans leur paraissent délicieuses.

Les bois sont la retraite d'un nombre infini de perroquets, de pigeons
ramiers, et d'autres oiseaux; mais l'épaisseur des arbres ne permet
guère qu'on les puisse tirer. La mer et les rivières fournissent les
mêmes espèces de poissons que celles du cap Vert.

Chaque village est pourvu d'une salle ou d'une maison publique, où
toutes les personnes mariées envoient leurs filles, après un certain
âge, pour y apprendre à danser, à chanter, et d'autres exercices, sous
la conduite d'un vieillard des plus nobles du pays. Lorsqu'elles ont
passé un an dans cette école, il les mène à la grande place de la ville
ou du village; elles y dansent, elles chantent, elles donnent aux yeux
des habitans des témoignages de leurs progrès. S'il se trouve quelque
jeune homme à marier, c'est alors qu'il fait le choix de celle qu'il
aime le mieux, sans aucun égard pour la naissance ou la fortune. Un
amant n'a pas plus tôt déclaré ses intentions, qu'il passe pour marié, à
la seule condition qu'il soit en état de faire quelques présens aux
parens de la fille et à son vieux précepteur.

La rivière de Sierra-Leone est fréquentée depuis long-temps par les
Européens. C'est à la fois un lieu de commerce et de rafraîchissement
dans leurs navigations à la côte d'Or et au royaume de Juida. Les
marchandises qu'ils y achètent sont des dents d'éléphans, des esclaves,
du bois de sandal, une petite quantité d'or, beaucoup de cire, quelques
perles, du cristal, de l'ambre gris, du poivre-long, etc. Les dents
d'éléphans de Sierra-Leone passent pour les meilleures de toute
l'Afrique; elles sont d'une grosseur et d'une blancheur extraordinaires.
Barbot en a vu qui pesaient cent livres, et qui ne se vendaient que la
valeur de cent sous de France, en petites merceries fort méprisables.

Les peuples de Sierra-Leone ont quelques parties de gouvernement et de
religion qui leur sont propres. Les Capez et les Combas, les deux
principaux peuples de cette contrée, ont chacun leur gouverneur ou leur
vice-roi, qui administre la justice suivant les lois.

Les avocats, qui portent le nom de _troëns_, ont un habillement fort
singulier. Ils portent un masque sur le visage et des cliquettes aux
mains, des sonnettes aux jambes, et sur le corps une sorte de casaque
ornée de diverses plumes d'oiseaux. Cet habit emblématique pourrait
fournir des explications plaisantes que nous abandonnerons à la
fantaisie des lecteurs.

Les conseillers ou juges se nomment _saltatesquis_. Les cérémonies qui
accompagnent leur élection ne sont pas moins ridicules que l'habit des
troëns. Le sujet désigné s'assied dans une chaise de bois ornée à la
manière du pays. Alors le gouverneur le frappe plusieurs fois au visage
de la fressure sanglante d'un bouc qu'on a tué pour cet usage; ensuite
il lui frotte tout le corps de la même pièce, et, lui couvrant la tête
d'un bonnet rouge, il prononce le mot de _saltatesquis_.

Le cap de Sierra-Leone se reconnaît à un arbre qui surpasse tous les
autres en hauteur, et à la haute terre qui se présente par-derrière.

Atkins, un des voyageurs qui ont écrit sur le commerce de Sierra-Leone,
a tracé un tableau de la vente des Nègres et des traitemens qu'éprouvent
ces misérables victimes, qu'il faut rapporter ici, pour ne pas perdre
une occasion d'intéresser l'humanité en faveur des opprimés. Atkins eut
occasion de visiter les esclaves que vendait un vieux flibustier nommé
Loadstone.

Jusqu'au moment de la vente, les esclaves demeurent dans les chaînes;
alors on les place dans des loges grillées, non-seulement pour la
commodité de l'air et pour leur santé, mais encore pour faciliter à ceux
qui les achètent le moyen de les mieux observer, Atkins remarqua que la
plupart avaient le visage fort abattu. Il en découvrit un d'une haute
taille, qui lui parut hardi, fier et vigoureux. Il semblait regarder ses
compagnons avec dédain, lorsqu'il les voyait prompts et faciles à se
laisser visiter. Il ne tournait pas les yeux sur les marchands; et si
son maître lui commandait de se lever ou d'étendre la jambe, il
n'obéissait pas tout d'un coup ni sans regret. Loadstone, indigné de
cette fierté, le maltraitait sans ménagement à grands coups de fouet,
qui faisaient de cruelles impressions sur un corps nu; il l'aurait tué,
s'il n'eût fait attention que le dommage retomberait sur lui-même. Le
Nègre supportait toutes ces insultes et ces cruautés avec une fermeté
surprenante. Il ne lui échappait pas un cri. On lui voyait seulement
couler une larme ou deux le long des joues; encore s'efforçait-il de les
cacher, comme s'il eût rougi de sa faiblesse. Quelques marchands, à qui
ce spectacle donna la curiosité de le connaître, demandèrent à Loadstone
d'où cet esclave lui était venu. Il leur dit que c'était un chef de
quelques villages qui s'étaient opposés au commerce des Anglais sur la
rivière Nougnez; qu'il se nommait le capitaine Tomba, et qu'il avait tué
plusieurs Nègres de leurs amis, brûlé leurs cabanes, et donné des
marques d'une hardiesse extraordinaire; que ceux qu'il avait traités si
mal avaient aidé les Anglais à le surprendre pendant la nuit, et
l'avaient amené prisonnier depuis un mois; mais qu'avant de tomber entre
leurs mains, il en avait tué deux de la sienne.

Atkins prétend que les alligators, dont la rivière de Sierra-Leone est
remplie, ressemblent entièrement aux crocodiles du Nil, et sont en effet
de la même espèce. Leur forme diffère peu de celle du lézard; ils pèsent
jusqu'à deux cents livres. L'écaille qui les couvre est si dure, qu'elle
est à l'épreuve de la balle, si le coup n'est tiré de fort près. Il ont
les gencives fort longues, armées de dents tranchantes; quatre nageoires
semblables à des mains, deux grandes et deux petites; la queue épaisse
et d'une grosseur continue. Ils vivent si long-temps hors de l'eau,
qu'ils se vendent vivans dans les Indes orientales. Quoique le moindre
bruit les éveille, ils s'effraient peu, et ne prennent pas tout d'un
coup la fuite. Les barques qui descendent la rivière en sont quelquefois
fort proches avant qu'on leur voie quitter les gîtes qu'ils se font dans
la vase, où ils se chauffent au soleil. Lorsqu'ils flottent sur l'eau,
ils paraissent si tranquilles, qu'on les prendrait pour une pièce de
bois, jusqu'à ce que les petits poissons qui se rassemblent autour d'eux
semblent les exciter à fondre sur leur proie. Un matelot anglais, qui
avait la tête échauffée de liqueurs, entreprit de passer à gué
l'extrémité de la pointe de Tagrim, pour s'épargner la peine d'en faire
le tour dans son canot. Il fut saisi en chemin par un alligator; mais,
ne manquant point de courage, il perça l'animal d'un coup d'épée. Le
combat n'en fut pas moins vif, et recommença deux ou trois fois, jusqu'à
l'arrivée du canot d'où l'Anglais reçut du secours. Mais il avait les
épaules, les fesses et les cuisses cruellement déchirées; et, quoique
ces blessures ne fussent pas mortelles, on ne doute pas que, si le
monstre avait été moins jeune, le matelot n'eût péri.

Le pays de Sierra-Leone est si couvert de bois, qu'on ne saurait
pénétrer vingt pas sur le rivage, excepté du côté de là rivière où les
bâtimens prennent leur eau. Cependant les Nègres ont des sentiers qui
les conduisent à leurs lougans ou plantations. Quoique les champs semés
de millet, de riz et de maïs, ne soient pas à plus d'un mille ou deux de
leur ville, ils servent de promenade ordinaire aux bêtes féroces. Atkins
aperçut de tous côtés leurs excrémens. Les Nègres mettent de la
différence entre les lougans et les lollas. Les premiers sont des champs
ouverts et fort bien cultivés; mais les lollas, quoique ouverts comme
les lougans, demeurent sans culture, et ne servent d'habitations qu'aux
fourmis.

Les hommes du pays sont bien faits et n'ont pas le nez tout-à-fait plat.
Les femmes ont la taille beaucoup moins belle que les hommes; mais elles
ont le ventre pendant et les mamelles si longues, qu'elles peuvent
allaiter un enfant derrière leurs épaules. Les travaux pénibles dont
elles s'occupent continuellement les rendent extrêmement robustes. Elles
cultivent la terre, elles font l'huile de palmier, les étoffes de coton,
etc., etc. Lorsqu'elles ont fini cet ouvrage, leurs indolens maris les
occupent au soin de leur chevelure laineuse, dont ils sont extrêmement
curieux, et leur font passer deux ou trois heures à cet exercice.

On voit souvent des villes entières qui se transportent d'un canton à
l'autre, soit par haine pour leurs voisins, soit pour se procurer plus
de commodités dans un autre lieu. Il ne leur faut pas beaucoup de temps
pour défricher le terrain.

Les hommes et les femmes ne manquent pas chaque jour de s'oindre le
corps d'huile de palmier ou de civette; mais cette onction, qui n'est
pas sans quelque mélange, jette une odeur forte et désagréable.

Sur les accusations de meurtre, d'adultère, et d'autres crimes odieux
dans la nation, les personnes suspectes sont forcées de boire d'une eau
rouge qui est préparée par les juges, et qui s'appelle _l'eau de
purgation_. Si la vie de l'accusé n'est pas régulière, ou si on lui
connaît quelque sujet de haine contre le mort, quoique l'évidence manque
à l'accusation, les juges rendent la liqueur assez forte ou la dose
assez abondante pour lui ôter la vie. Mais s'il mérite de l'indulgence
par son caractère ou par l'obscurité des accusations, on lui fait
prendre un breuvage plus doux, pour le faire paraître innocent aux yeux
de la famille et des amis du mort. C'est une espèce de question qu'on
rend plus ou moins cruelle, suivant l'opinion qu'on a de l'accusé. La
nôtre est également barbare pour les innocens et pour les coupables.

Les bêtes farouches se font craindre jusqu'aux environs des villes et
des villages. Les maisons même sont infectées d'une multitude de rats,
de serpens, de crapauds, de mousquites, de scorpions, de lézards, et
surtout d'une prodigieuse quantité de fourmis. On en distingue trois
sortes, les blanches, les noires et les rouges. Celles-ci s'élèvent des
logemens de neuf pieds de hauteur, emploient deux ou trois ans à jeter
les fondemens de leur édifice, et réduisent en poudre une armoire pleine
d'étoffe, dans l'espace de quinze ou vingt jours.

Le terroir est très-fertile: le riz, le millet, les pois, les fèves, les
melons, les patates, les bananes et les figues y croissent en abondance
et se vendent presque pour rien. La rivière est remplie de poissons, et
les habitans en mangent beaucoup plus que de toute autre viande,
quoiqu'ils ne manquent d'aucune sorte d'animaux, et qu'on les achète à
leur marché. La volaille ordinaire, les pintades, les oies, les canards,
les pigeons ne leur coûtent que la peine de les prendre. Leurs champs
présentent de vastes troupeaux de boeufs, de vaches, de chèvres et de
moutons. Les montagnes sont remplies de cerfs, de sangliers, de daims et
de chevreuils. Ceux à qui le gibier manque n'en peuvent accuser que leur
paresse. La bonté du pays et l'abondance du fruit y attirent une
quantité incroyable de singes.

Le pays ne paraît pas propre à la production des métaux. C'est le
partage des régions sèches et hautes telles que Bambouk. Ceux qui
travaillent à la découverte des mines prennent pour un heureux signe les
apparences les plus contraires à la fertilité, telles que les rocs, la
sécheresse des terres, la couleur pâle et morte des plantes et de
l'herbe. Il semble que la nature ne nous ait donné l'or qu'à regret, et
comme un présent funeste. Elle l'a relégué dans des lieux où elle-même
paraît n'avoir plus sa vertu productrice, ni sa richesse bienfaisante,
où elle est comme ensevelie dans ses débris, et où, loin d'appeler
l'homme, tout le repousse et l'effraie, si quelque chose pouvait
effrayer l'avarice.



CHAPITRE V.

Histoire naturelle de la côte occidentale d'Afrique jusqu'à
Sierra-Leone.


Cette histoire naturelle sera divisée en cinq classes: les végétaux, les
quadrupèdes, les oiseaux et la volaille, les amphibies avec les insectes
et les reptiles, enfin les poissons. Ces cinq articles seront traités
successivement dans l'ordre où l'on vient de les nommer; mais il est à
propos de commencer par quelques remarques générales des voyageurs sur
le climat et les saisons, l'air, les maladies et le terroir de cette
division de l'Afrique. Au surplus, nous devons prévenir le lecteur qu'il
ne trouvera pas ici de description complète, telle qu'il pourrait la
désirer chez les naturalistes. Nous donnerons plus ou moins de détails,
selon que l'objet sera plus ou moins connu, plus ou moins intéressant.
On se souviendra qu'un abrégé n'est pas un dictionnaire.

Dans les parties de l'Afrique dont on traite ici l'histoire, l'année
peut être divisée entre la saison sèche et la saison humide. La première
dure huit mois, c'est-à-dire, depuis le mois de septembre jusqu'au mois
de juin; la seconde depuis le mois de juin jusqu'à celui d'octobre
exclusivement. C'est cette dernière saison qui fait l'hiver. Pendant
celle de la sécheresse, les chaleurs sont excessives par la rareté des
pluies; à peine tombe-t-il quelques rosées dans tout cet espace.

Les pluies commencent fort doucement, et par quelques ondées passagères,
mais qui ne laissent pas d'être accompagnées d'éclairs et de tonnerre;
elles augmentent vers la fin de juin. La chute des eaux devient alors si
violente, avec des orages, des vents, un tonnerre et des feux si
terribles, qu'on croirait avoir à redouter la confusion des élémens.
C'est néanmoins dans cette saison que les habitans du pays sont obligés
de travailler à la terre. La plus grande impétuosité des pluies est
depuis le milieu de juillet jusqu'au milieu d'août.

La première et la dernière tempête sont généralement les plus violentes.
Il s'élève d'abord un vent fort impétueux, qui dure environ une
demi-heure avant la chute de la pluie, de sorte qu'un vaisseau surpris
par cette agitation subite peut être fort aisément renversé. Cependant
les apparences du ciel sont des avertissemens qui la font prévoir. Il se
charge quelque temps auparavant; il devient noir et triste. À mesure que
les nuées s'avancent, il en sort des éclairs qui sont capables de
répandre l'effroi. Les éclairs sont si terribles en Afrique et
s'entre-suivent de si près, que pendant la nuit ils rendent la lumière
continuelle: le fracas du tonnerre n'est pas moins épouvantable, et va
jusqu'à faire trembler la terre.

Pendant la pluie, l'air est ordinairement frais; mais à peine est-elle
finie, que le soleil se montre et fait sentir une extrême chaleur. On
est quelquefois porté à prendre ce temps pour se déshabiller et pour
dormir; mais, avant qu'on soit sorti du sommeil, il arrive souvent un
nouveau tornado qui fait passer le froid jusque dans les os, et dont les
suites deviennent funestes. C'est ordinairement le sort des Européens,
lorsqu'ils négligent les précautions; car les naturels du pays sont à
l'épreuve de ces révolutions de l'air. Dans la saison des pluies, les
vents de mer soufflent peu; mais à leur place il vient au long de la
rivière des vents d'est qui sont d'une fraîcheur extrême, depuis le mois
de novembre jusqu'au mois de janvier, surtout pendant le jour.

Tous les écrivains attribuent aux pluies les débordemens du Sénégal, de
la Gambie et des autres rivières de la même côte. Le Maire prétend que
la cause des pluies est le retour du soleil, qui, s'éloignant alors du
tropique du cancer, fait en France le solstice d'été, et celui d'hiver
dans cette partie d'Afrique. Cet astre attire une grande masse de
vapeurs qui retombent ensuite en grosses pluies, cause régulière des
inondations.

Ceux qui arrivent des climats froids doivent s'attendre à trouver en
Afrique quatre mois fort malsains et fort ennuyeux; mais ils sont
dédommagés de cette affreuse saison par le retour d'un printemps de huit
mois, pendant lequel ils voient continuellement les arbres couverts de
fleurs et de fruits. L'air est alors d'une fraîcheur charmante;
cependant il conserve une qualité particulière qui ne doit pas être fort
saine pour le corps, puisqu'elle est capable de rouiller une clef dans
la poche. Le temps des chaleurs excessives est ordinairement la fin de
mai, quinze jours ou trois semaines avant la saison des pluies.

Le soleil se fait voir perpendiculairement deux fois l'année. Jamais la
longueur du jour ne surpasse treize heures, et jamais il n'y a moins de
onze heures, c'est-à-dire, depuis le lever jusqu'au coucher du soleil;
car on connaît peu les crépuscules en Afrique. La lumière n'y paraît
qu'avec le soleil, et l'on se trouve dans les ténèbres aussitôt qu'il
disparaît. Ceux qui ont quelques notions de la sphère comprendront
aisément que, dans le voisinage de l'équateur, le soleil, étant presque
perpendiculaire, doit laisser peu de place à ce qu'on nomme aurore et
crépuscule chez les peuples qui ont la sphère oblique.

En général l'air de ces côtes est malsain, surtout vers les rivières,
vers les terrains marécageux, et dans les cantons couverts de bois, sur
toute la côte, depuis le Sénégal jusqu'à la Gambie. La saison des pluies
est pernicieuse à tous les Européens; et celle des chaleurs, qui dure
depuis le mois de septembre jusqu'au mois de juin, ne leur est guère
moins funeste, s'ils n'opposent beaucoup de précaution au danger.

Cette intempérie de l'air cause aux étrangers qui n'y sont pas
accoutumés plusieurs sortes de maladies; mais l'effet en est encore plus
fâcheux lorsqu'ils mangent trop avidement les fruits du pays, et qu'ils
se livrent avec excès à l'usage du vin de palmier et des femmes. Les
maux auxquels ils doivent s'attendre sont la fièvre, le
_choléra-morbus_, des ulcères aux jambes et de fréquentes convulsions,
suivies infailliblement de la mort ou d'une paralysie. De toutes ces
maladies, la plus fatale est la fièvre, qui emporte souvent en
vingt-quatre heures l'homme du meilleur tempérament. Les vers sont une
autre incommodité cruelle de ces contrées. Les Nègres surtout y sont
sujets. Moore rapporte l'exemple d'une jeune femme qui avait dans chaque
genou un ver long d'une aune. Avant que le ver parût, elle souffrit de
violentes douleurs; et ses jambes enflèrent beaucoup; mais, lorsque la
tumeur vint à s'ouvrir, et que le ver eut commencé à se faire voir, ses
souffrances diminuèrent. Le ver sortait chaque jour de la longueur de
cinq à six pouces. À mesure qu'il s'étendait, on le roulait doucement
autour d'un petit bâton, avec la précaution de le lier d'un fil pour
l'empêcher de rentrer. S'il se rompt malheureusement dans l'opération,
la gangrène suit immédiatement. L'opinion des Nègres sur la cause de ces
vers est qu'ils viennent de l'épaisseur de l'eau, qualité que la saison
des pluies fait prendre nécessairement à leur boisson. La même maladie
est commune sur la côte de Guinée proprement dite, dans les îles des
Caraïbes, et dans plusieurs parties des Indes orientales.

On a observé sur toutes ces côtes que les nuées qui apportent la pluie
viennent presque toujours du sud-est; elles sont attirées par le soleil
dans sa marche vers le tropique du nord; elles se résolvent en pluie
lorsqu'elles sont raréfiées par sa chaleur. Son action étant encore
beaucoup plus forte à son retour, il les rompt avec violence, les
écarte, et cause les tonnerres et les éclairs redoutables qui semblent
menacer la nature de sa ruine, jusqu'à ce que, les nuées étant dissipées
par degrés, l'air reprend sa clarté vers le temps où le soleil atteint à
l'équinoxe, c'est-à-dire à la fin de septembre.

La variété des arbres est extrême dans cette partie de l'Afrique. On y
trouve d'excellens bois de construction pour les vaisseaux et pour
d'autres usages, et des arbres d'une grosseur si extraordinaire, que
vingt hommes ensemble n'en pourraient embrasser le tronc. Barbot en
mesura un, près de Gorée, dont la circonférence était de soixante pieds.
Il était à terre abattu par le nombre des années, et le tronc en était
creux: vingt hommes y auraient pu tenir debout. Cet arbre, nommé baobab
par les Iolofs, porte dans d'autres pays de l'Afrique le nom de _gouï_.
Les Français l'ont quelquefois appelé calebassier, et son fruit
pain-de-singe.

Adanson, voyageur français, a vu sur l'écorce de quelques-uns de ces
arbres de cinq à six pieds de diamètre, des noms gravés profondément. Il
en renouvela deux, dont l'un datait du quinzième, et l'autre du seizième
siècle. Ces caractères avaient environ six pouces de longueur; mais ils
n'occupaient en largeur qu'une très-petite partie de la circonférence du
tronc, d'où il jugea qu'ils n'avaient pas été gravés dans la jeunesse de
ces arbres. Il lui sembla que ces inscriptions suffisaient pour
déterminer à peu près à quel âge les baobabs peuvent arriver; car, si
l'on suppose que les noms dont il parle ont été gravés dans les
premières années de ces arbres, et que ceux-ci aient grossi de six pieds
dans l'espace de deux siècles, on peut calculer combien il leur faudrait
de siècles pour parvenir à vingt-cinq pieds.

Aux branches de ces arbres monstrueux sont quelquefois suspendus des
nids qui n'étonnent pas moins par leur grandeur; il y en a qui ont au
moins trois pieds de longueur, et ressemblent à de grands paniers
ovales, ouverts par en bas, et tissus confusément de branches d'arbres
assez grosses. Ce sont ceux d'une espèce d'aigle que les Nègres
appellent _ntann_.

«La couleur de l'écorce du baobab, dit M. Golberry, autre voyageur
français, est d'un brun clair, piquetée de petits points gris; mais La
couleur du tronc de l'arbre est plus foncée que celle des maîtresses
branches. Les feuilles sont longues de six à huit pouces sur trois
pouces de large, attachées par trois, cinq ou sept sur un pétiole
commun, comme les feuilles du marronnier d'Inde, auxquelles elles
ressemblent. L'aspect d'un baobab offre un dôme immense d'une belle et
riche verdure. Ses fleurs sont blanches et très grandes; elles ont,
quand elles sont épanouies, quatre pouces de longueur sur près de six
pouces de diamètre. Elles sont un exemple remarquable du sommeil des
plantes. Les Nègres ne cessent d'admirer cette faculté de la fleur du
baobab de se replier sur elle-même pendant la nuit, et de ne s'ouvrir
qu'aux premiers rayons du soleil levant. Ils disent que cette fleur
dort, et ils ne se lassent pas du plaisir de se rassembler avant le
lever du soleil autour des baobabs en fleur, d'épier leur réveil, et de
leur dire dans leur langue, au moment de leur épanouissement et en les
saluant: Bonjour, belle dame.

«C'est aussi au lever du soleil que les Nègres ont coutume de recueillir
les jeunes feuilles du baobab, qu'ils emploient à différens usages, mais
dont ils se servent surtout pour donner de la saveur et du goût au
bouillon, à la vapeur duquel ils cuisent leur couscous, et qui sert
d'assaisonnement à ce mets. Ils font sécher les feuilles à l'ombre, et
la réduisent en une poudre verte qu'ils appellent _lalo_. Cette poudre
se conserve parfaitement dans des sachets de toile de coton, pourvu
qu'elle soit tenue dans un lieu sec; ils l'emploient journellement, et
en mettent deux ou trois pincées dans leur couscous ou autres mets.

«Son fruit, nommé _bouï_ par les Nègres, a une forme oblongue; il se
termine en pointe à ses deux extrémités. Sa longueur est de dix pouces,
sur six de diamètre dans la partie la plus renflée qui est au milieu.
L'écorce de ce fruit et dure et ligneuse, d'un brun très-noir, marquée
par des sillons, et couverte d'un duvet très-fin, très-court, et d'une
teinte verdâtre. Quand le fruit est dans sa parfaite maturité, ce duvet
disparaît et laisse à nu une coque noire et lisse, qui de loin ressemble
à un coco dépouillé de sa première enveloppe. On trouve dans l'intérieur
une substance blanche, spongieuse et pulpeuse, imbibée d'une eau
aigrelette et sucrée très-agréable au goût. Chaque fruit contient
plusieurs centaines de graines. Les Nègres reconnaissent à la pulpe du
bouï des vertus admirables. Lorsqu'elle est sèche, ils la réduisent en
poudre, la délaient dans du lait, ou même dans de l'eau pure, et en font
usage, avec beaucoup de succès, contre les crachemens de sang, et contre
d'autres maladies. Ils disent que ceux d'entre eux qui ont la
possibilité de faire un usage habituel de la pulpe du bouï et des
feuilles du gouï, sont plus forts, plus robustes, plus braves et plus
courageux que les autres.

«Ce fruit est un objet de commerce. Les Mandingues le portent dans la
partie orientale et méridionale de l'Afrique, tandis que les Maures ou
Arabes le font passer dans le pays de Maroc, d'où il se répand ensuite
en Égypte et dans toute la partie orientale de la Méditerranée. C'est
dans ce dernier pays qu'on en réduit la pulpe en une poudre qu'on
apporte du Levant dans l'Europe occidentale, et qu'on connaît depuis
long-temps sous le nom très-impropre de terre sigillée de Lemnos.
Prosper Alpin est le premier qui ait reconnu que cette poudre, regardée
jusqu'à lui comme une terre de l'Archipel, était une substance purement
végétale, et originaire de l'Éthiopie ou du centre de l'Afrique.

«M. Golberry parle d'un baobab de cent quatre pieds de tour, ou de
trente-quatre pieds de diamètre. La hauteur de son tronc n'excédait pas
trente pieds. À cette élévation, ses branches principales s'étendaient
horizontalement à plus de cinquante pieds autour de l'arbre; leurs
extrémités fléchissaient vers la terre. Le temps avait creusé dans le
tronc une caverne haute de vingt-deux pieds, sur un diamètre de vingt
pieds. Les Nègres en avaient façonné l'intérieur et l'entrée. Le sol
était un sable de couleur orange, que l'on y avait apporté. Suivant une
tradition, une idole avait autrefois orné ce temple d'un genre et d'une
structure admirables; mais les prêtres mahométans l'avaient détruite.
Cette caverne servait de rendez-vous et de salle d'assemblée aux
habitans des villages voisins.

«Les racines du baobab s'étendent extraordinairement loin; elles se
prolongent horizontalement et presqu'à fleur de terre, à la distance de
soixante pieds, et plus. Elles servent de soutien à une énorme racine
pivotante. Cet étonnant végétal appartient particulièrement aux contrées
occidentales de l'Afrique comprises entre le cap Blanc et le cap des
Palmes. Les botanistes l'ont nommé _Adansonia digitata_. Il est de la
famille des malvacées; le coeur du bois est tendre et léger, et abondant
en moelle; elle occupe une partie si considérable de l'intérieur, que,
quand une sorte de moisissure, à laquelle le centre est sujet, s'y
établit, il s'y forme des cavernes telles que celle qui a été décrite
plus haut. L'écorce est fort épaisse, fort lisse, et presque aussi dure
que le bois: l'un et l'autre ont presque la dureté du fer.

«M. Golberry mesura un des baobabs dont parle Adanson, trente-six ans
après ce célèbre naturaliste, et ne le trouva accru que d'un pied et
quelques pouces de circonférence, c'est-à-dire de sept à huit lignes de
diamètre.»

Le plus utile et le plus commun de tous les arbres du pays, comme de
tout le reste de l'Afrique, est le palmier, dont on connaît plusieurs
espèces dans cette partie du monde, où les principales sont le dattier
et le cocotier, l'aouara, le siboa, et le rondier qui porte le vin. Nous
avons déjà parlé de ce dernier. Nous ajouterons ici quelques détails sur
ce don précieux, que la nature a fait aux Nègres.

Le vin de palmier est une liqueur qui distille du rondier par une
incision qu'on fait au sommet. Il a la couleur et la consistance des
vins d'Espagne. Il pétille comme le champagne. Il joint à la douceur
une sorte d'acidité qui le rend fort agréable. Il envoie des vapeurs à
la tête, et les étrangers qui en boivent trop librement, sans en avoir
formé l'habitude, en ressentent de fâcheux effets. Il est trop purgatif,
lorsqu'il est fait nouvellement, quoique ce soit alors qu'il ait plus de
douceur et d'agrément; car, dans l'espace d'un jour ou deux, il fermente
et devient aussi fort que le vin du Rhin. Les habitans ne se l'épargnent
pas dans cette nouveauté, et ne trouvent pas qu'il leur soit fort
nuisible. Il n'est véritablement bon que pendant trente-six heures.
Ensuite il s'aigrit et s'altère par degrés jusqu'à se changer en
vinaigre. À mesure qu'il vieillit, il devient plus capable de
communiquer des vapeurs à la tête. C'est un puissant diurétique; et
cette qualité explique fort bien pourquoi les Nègres ne sont pas sujets
à la gravelle ni à la pierre. Il fermente avec tant de violence, que, si
l'on ne fait beaucoup d'attention aux vases qui le contiennent, il les
agite et les brise. Le vin de palmier paraît délicieux à quantité
d'Européens lorsqu'il sort du tronc de l'arbre. Les Nègres y mêlent
quelquefois de l'eau. Ils assurent que, si l'on en prend à l'excès, il
enflamme les parties naturelles.

Leur méthode pour le recevoir du tronc est, comme on l'a déjà dit, de
suspendre leur gourde quelques doigts au-dessous de l'incision, pour y
faire couler la séve. Ils coupent une branche, et laissent la gourde
attachée au chicot; mais il ne leur arrive guère d'en couper plus de
deux, dans la crainte d'affaiblir l'arbre. Lorsque la sève a coulé
trente ou quarante jours par différentes incisions, ils couvrent de
terre grasse et les ouvertures du tronc et la place des branches
coupées, pour donner à l'arbre le temps de se rétablir.

Les Nègres n'emploient pas d'échelles pour grimper sur les palmiers,
soit qu'ils en veuillent cueillir le fruit ou tirer du vin. Ils se
servent d'une sorte de sangle d'osier, ou de gros fil de coton, ou de
feuilles sèches de palmier, qui est assez grande dans sa rondeur pour
renfermer l'arbre et le Nègre qui veut y monter, en laissant entre
l'homme et l'arbre l'espace d'un pied et demi. À l'aide de cette
ceinture, contre laquelle un Nègre s'appuie le derrière en pressant
l'arbre des pieds et des genoux, il grimpe au sommet avec une agilité
surprenante. Il choisit l'endroit auquel il veut attacher sa gourde. Il
s'y arrête aussi tranquillement que s'il était assis. On est effrayé de
les voir suspendus si haut avec un secours si faible. Moore, dit qu'ils
montent, à la vérité avec beaucoup de vitesse; mais que, lâchant
quelquefois prise, ils tombent du haut de l'arbre, et se tuent
misérablement.

Le siboa est d'une hauteur extraordinaire. Ses feuilles servent aux
habitans pour couvrir leurs maisons. Ils tirent du tronc une sorte de
vin qui a beaucoup de rapport avec le vin de palmier, quoiqu'il ne soit
pas si doux. Dans sa jeunesse, le tronc est aussi plein de sève que
celui du palmier; mais le nombre des années le rend dur et coriace.

L'aouara croît en abondance sur le Sénégal. Il est droit, haut, et d'une
grosseur égale jusqu'au sommet. On en a vu de la hauteur de cent pieds.
Sa tête est environnée d'une écorce dure et inégale, d'où il sort
trente, quarante, et jusqu'à soixante branches; elle sont toutes fort
droites, vertes, unies, sans noeuds et flexibles, d'une substance qui
tient le milieu entre le roseau dans sa parfaite maturité et le roseau
vert. Ces branches sont longues de trois ou quatre pieds, et creuses au
centre; elles se fendent comme l'osier en fils de toutes sorte de
grosseur, qui peuvent recevoir différentes sortes de teinture. À leur
extrémité, elles produisent une feuille d'un pied de long, qui, venant à
s'ouvrir, forme un éventail naturel d'environ deux pieds de largeur. On
emploie ces branches à divers usages. Les Nègres en font des cribles
pour leurs grains, mais surtout des paniers et des corbeilles qui
portent en Amérique le nom de paniers caraïbes, parce que c'est de ces
sauvages que les Français en ont tiré l'invention. Les feuilles de
l'aouara sont fort commodes, et pourraient être d'une grande utilité, si
les Nègres avaient assez d'industrie pour les rendre molles et pliables.

L'arbre que son utilité doit faire placer après les précédens, et qui
croît fort communément près du Sénégal, est le cotonnier. Il aime les
cantons élevés, ce qui le met à couvert des inondations: peut-être ne
devrait-il être compté qu'au rang des arbrisseaux. Le coton n'en est pas
excellent, parce que les Nègres en négligent la culture. En Amérique, on
a des machines qui portent le nom de moulins à coton, pour séparer le
coton de sa semence; mais les Nègres d'Afrique se servent de leurs
mains. C'est l'ouvrage de leurs femmes, qui le filent ensuite avec un
simple fuseau sans rouet.

L'indigo croît naturellement dans plusieurs cantons du pays, et les
Nègres en font usage pour teindre les pagnes ou leurs étoffes de coton.
Ils leur donnent une couleur fort vive; mais l'art de teindre n'est pas
aussi cultivé parmi eux qu'en Amérique. Barbot dit que l'indigo croît en
Afrique sur un arbuste que les Portugais ont nommé _finto_, dont la
hauteur est d'environ trois pieds.

Les îles du Sénégal et les cantons voisins produisent quantité
d'excellent tabac. Cette plante pourrait être fort avantageusement
perfectionnée, si les Nègres avaient assez d'industrie pour la cultiver
et pour la travailler un peu après l'avoir recueillie. Moore observe que
sur la Gambie les Nègres plantent le tabac près de leurs maisons; qu'ils
le sèment aussitôt qu'ils ont fait la moisson du grain; que celui qui
croît près des rivières est très-fort, et qu'à peu de distance des mêmes
lieux il est beaucoup plus faible.

Dans les pays du Sénégal croît le sanara. Les terres humides sont celles
qui conviennent à cet arbre. Il est généralement de la hauteur et de la
grosseur du poirier. Ses feuilles ressemblent à celles du laurier-rose.
Le bois en est dur, et d'autant plus propre à la construction des
vaisseaux et des barques, qu'il acquiert une nouvelle dureté dans l'eau;
mais les Nègres ne souffrent pas volontiers qu'on abatte ces arbres,
parce que les abeilles aiment à s'y réfugier, et qu'ils en tirent
beaucoup de miel et de cire.

On trouve sur toutes les côtes occidentales de l'Afrique le calebassier
d'herbe, _cucurbita lagenaria_, que les Nègres estiment, avec raison,
parce qu'il leur fournit tous leurs vases. Cet arbre a communément trois
ou quatre pieds de circonférence. Il y en a de différentes formes et de
diverses grandeurs. L'écorce en est mince, et ne surpasse pas
l'épaisseur d'un écu; mais elle est dure et coriace. Le bois est doux,
et se polit facilement. Cet arbre porte des fleurs et des fruits deux
fois l'année, ou plutôt il est constamment couvert de fruits et de
fleurs. Lorsque la calebasse est mûre, on le reconnaît à sa tige, qui se
flétrit et devient noire; alors on se hâte de la cueillir pour prévenir
sa chute, qui ne manquerait pas de la briser. Les Nègres en font
diverses sortes d'ustensiles. Il se trouve des calebasses assez grandes
pour contenir vingt-quatre pintes. Leur manière de les préparer est de
les percer à l'extrémité, pour y faire entrer de l'eau chaude qui
amollit et dissout la chair intérieure. Ils la tirent ensuite avec un
petit bâton, et, mêlant du sable avec leur eau, ils continuent de rincer
et de nettoyer le dedans jusqu'à ce que les moindres fibres en soient
sorties. Après cette opération, ils laissent sécher la calebasse, qui
devient propre alors à contenir du vin et d'autres sortes de liqueurs,
sans leur communiquer aucun mauvais goût. Pour couper une calebasse en
deux, et s'en faire des bassins ou des plats, ils la serrent par le
milieu avec une corde, immédiatement après l'avoir cueillie. La coque
est alors si molle, qu'elle se divise aisément.

Le tamarinier croît dans toutes les parties occidentales de l'Afrique.
Ceux qui se trouvent au sud du Sénégal sont d'une hauteur
extraordinaire; mais communément cet arbre n'est pas plus haut que le
noyer, quoiqu'il soit beaucoup plus touffu. C'est la chair et la graine
séparées de la peau extérieure de son fruit, et broyées en consistance,
qu'on transporte en Europe, et qui sont employées dans la médecine. En
Afrique, les Nègres en font une liqueur avec de l'eau, du sucre et du
miel. Ils en composent aussi des confections qu'ils conservent pour
apaiser leur soif.

Le _kahouer_ est une espèce de prunier qui ressemble beaucoup au
cerisier. L'_ape_, ou l'arbre aux singes, est assez grand. Il croît sur
le bord des rivières: c'est sur ses branches que le _koubolos_, ou
martin-pêcheur, fait son nid. Le _bischalo_ est un bois dur et bon pour
la charpente. Il croît sur les rives de la Gambie. Son tronc est droit,
et son feuillage donne beaucoup d'ombre. C'est sous ces arbres que les
Nègres prennent le plaisir de la conversation et de la danse. Près du
lac de Cayor il croît une multitude d'ébéniers qui donnent de l'ébène de
la plus belle espèce. On en trouve aussi à Donaï et dans d'autres
cantons du Sénégal.

Les environs de Fatatenda produisent le _pao de sangre_, d'où l'on tire
le sang-de-dragon. Les habitans l'appellent _komo_. Il a si peu de
hauteur et de grosseur, qu'on en trouve peu d'où l'on puisse tirer une
planche de quatorze ou quinze pouces de largeur. Il rend une odeur
agréable lorsqu'il est nouvellement coupé. Son bois est dur, d'un beau
grain, et prend un fort beau poli. On en fait des écritoires et des
ouvrages de marqueterie dont la vermine n'approche jamais. Les habitans
s'en servent pour composer leur balafo, instrument de musique dont on a
donné la description. Cet arbre aime un terroir sec, pierreux, et
surtout le sommet des montagnes.

Les bords de la Gambie et les cantons voisins produisent une abondance
extraordinaire de courbarils, arbre gros et touffu, qui sert en Amérique
à plusieurs usages, mais fort négligé par les Nègres. Chaque fruit a
trois on quatre noyaux de la grosseur et de la forme d'une amande
commune, durs et d'un rouge foncé, remplis d'une noix dont le goût est
à peu près le même que celui de la noisette, mais un peu plus aigre. Les
enfans nègres les aiment passionnément, et les Européens leur trouvent
beaucoup de ressemblance avec le goût du pain d'épice, auquel ils
ressemblent aussi par la couleur. De l'écorce de l'arbre on fait des
tabatières, des boîtes à poudre, etc. Le tronc jette une gomme claire et
transparente qui ne se dissout point aisément, et qui jette au feu une
odeur aromatique peu différente de l'encens. Les Anglais nomme cet arbre
_locust tree_.

Le fromager ou _polou_ croît dans plusieurs cantons, particulièrement
sur la rivière de Cachao et dans les îles de Bissaoots, où les habitans
le plantent autour de leurs maisons. C'est un arbre fort haut et fort
gros. Quand ses feuilles tombent, on voit succéder une cosse verte de la
forme et de la grosseur d'un oeuf de poule, mais un peu plus pointue par
les deux bouts. Elle contient un duvet ou une sorte de coton qui n'est
pas plus tôt mûre qu'elle crève avec quelque bruit; et le coton serait
emporté aussitôt par le moindre vent, s'il n'était recueilli avec
beaucoup de soin. Il est couleur de perle, extrêmement fin, doux et
luisant, plus court que le coton commun, mais aisé à filer, et
très-propre à faire de fort beaux bas.

Le savonnier est de la grosseur d'un noyer, et ressemble à l'arbre qui
porte le même nom en Amérique; aussi est-il de la même espèce. Les
Nègres écrasent le fruit entre deux pierres pour en tirer le noyau, et
font usage de la chair pour en laver leur linge. Elle mousse et nettoie
fort bien; mais elle use le linge beaucoup plus vite que le savon. Le
mischéry n'a guère plus de vingt pieds de hauteur; son tronc est fort
gros. On estime d'autant plus les planches de ce bois, que les vers ne
s'y mettent jamais. Le mischéry est fort commun sur les bords du
Rio-Grande.

Le figuier sauvage de l'Afrique est de vingt ou vingt-deux pieds de
hauteur: ses branches s'étendent au loin, et produisent beaucoup de
feuilles. On en voyait un à Albreda, sur la Gambie qui n'avait pas moins
de trente pieds de circonférence. Le fruit en est insipide. Le bois de
cet arbre n'est pas propre à brûler, ni même à faire des planches, parce
qu'il est fort dur; mais, comme il est fort blanc et fort uni, on ne
laisse pas de l'employer pour les lambris. Par la même raison, les
Nègres en font des plats, des écuelles, des assiettes et des cuillères;
d'autant plus que, lorsqu'on le travaille vert, il n'est pas sujet à se
fendre. Les habitans prennent plaisir à s'assembler sous son feuillage,
pour y tenir leurs caldées ou leurs assemblées.

Toute la côte produit des orangers et des citronniers. À James-Fort, sur
la Gambie, les Anglais en recueillent soigneusement le fruit, et n'en
manquent jamais pour leur punch. Les orangers prospèrent surtout dans
l'île de Bissao. Brue en vit un dans la cour du palais du roi, d'une si
prodigieuse grandeur, qu'il couvrait la cour toute entière. Les
citronniers des bords du Casa-Mansa portent un fruit d'une espèce
singulière, rond, plein de jus, l'écorce de l'épaisseur du parchemin, et
communément sans aucune sorte de pépins.

Sur le bord des rivières, on trouve un arbuste qui a la feuille rude, et
qu'on ne peut toucher sans que toute la touffe des feuilles ne se retire
et ne se resserre par une espèce de sympathie: il porte une sorte de
fleur jaune, semblable à nos roses de haies. Cet arbuste est nommé
sensitive par les Européens.

Le quamiay est un arbre grand et touffu, dont le bois est fort dur. Les
Nègres des environs du cap Vert en font des mortiers pour piler le riz
et le maïs, parce qu'il n'est pas sujet à se fendre. L'écorce est
employée dans la médecine.

L'encens se trouve dans les pays au sud d'Arguin et au nord du Sénégal;
ses branches, qui sont en grand nombre, sont menues et flexibles,
couvertes d'une peau mince et serrée. Les feuilles sont longues et
étroites; elles croissent en couple, et ne perdent jamais leur verdure.
La tige qui le soutient est rouge et forte. Elles sont molles et
épaisses; si on les broie dans la main, elles rendent un suc huileux,
d'une odeur aromatique et d'un effet astringent.

Dans le pays du cap Vert, on voit communément un petit arbrisseau qui
porte un fruit semblable à l'abricot, de la grosseur de la noix et d'un
goût fort agréable. Les Nègres l'appellent _mandananza_; il passe pour
malsain. Ses feuilles ressemblent à celles de l'if, et sont d'un vert
léger.

Barbot nomme quantité d'arbres qui se trouvent aux environs de
Sierra-Leone. Le _bissy_ est ordinairement haut de dix-huit ou vingt
pieds. Son écorce est d'un rouge brunâtre et sert à la teinture de la
laine. Les Nègres l'emploient aussi à faire des canots. Le _katy_ est un
grand arbre dont le bois est fort dur, et sert à faire des canots qui
sont à l'épreuve des vers. Ses feuilles et son écorce sont médicinales.
Le _billagoh_, plus grand encore que le katy, communique aussi à ses
feuilles une vertu purgative. Le _bossy_ est un arbre doux au tact, qui
porte une prune longue et jaune, d'un goût fort amer, mais très-saine.
Les Nègres emploient l'écorce à faire des cendres pour leurs lessives.
Le _bonde_ est un arbre gros et touffu, de sept ou huit brasses de tour.
L'écorce en est épineuse et le bois fort doux. On s'en sert pour la
construction des canots; et de sa cendre, mêlée avec de l'huile de
palmier, on fait du savon. Le _millé_ est gros et coriace; c'est le bois
que les Nègres emploient pour leurs conjurations. Le _dombock_ produit
un fruit qui ressemble aux cormes, et dont les Nègres mangent beaucoup.
L'écorce, trempée dans de l'eau, cause le vomissement. Le bois est rouge
et sert à la construction des pirogues. Le _kolack_ est un grand arbre
qui porte une espèce de prune fort bonne à manger. L'écorce en est
purgative. Le _duy_ est fort touffu. Son fruit ressemble à la pomme, et
plaît beaucoup aux Nègres. Ils s'en servent en infusion comme d'un
cordial et d'un restaurant.

L'écorce du _naukony_, lorsqu'elle est coupée, a le goût du poivre. Le
_dongah_ est commun au long des côtes, et produit un fruit qui ressemble
à nos glands. Le _djaadjah_ se trouve en abondance dans tous les
endroits marécageux, aux bords des lacs et sur les rivières. Les
Hollandais lui ont donné le nom de _mangelaer_, et les Français celui de
_manglier_ et de _palétuvier_. Il n'est pas moins commun dans les
cantons marécageux de l'Amérique; et l'on s'y fait un amusement de
monter sur les branches, qui s'étendent sur l'eau, pour y prendre les
huîtres qui s'y attachent en grand nombre. Ces mêmes branches se
courbent vers la terre ou vers l'eau, y prennent facilement racine, et
se mêlent avec si peu d'ordre, qu'il devient impossible de distinguer le
véritable tronc. Un même arbre s'étend ainsi fort loin sur les bords
d'une rivière ou sur le rivage de la mer. Tous les voyageurs conviennent
que c'est un passe-temps fort agréable de manger des huîtres au lieu
même où elles se prennent. Les branches inférieures servent à s'avancer
sur la surface de l'eau; celles du milieu offrent des siéges pour s'y
reposer, et celles d'en haut donnent de l'ombre; ordinairement les
huîtres tiennent si fort aux branches basses, que, sans une hache ou
quelque autre instrument de fer, il est impossible de les arracher.
Elles sont plates, grandes comme la main, et d'un goût assez amer; mais
on les trouve bonnes dans le pays, parce qu'il n'y en a pas de
meilleures.

Nous avons déjà parlé du bananier; il abonde dans le pays qui est entre
Gorée et le Sénégal. On se sert des feuilles pour couvrir les maisons.

Lorsque le rejeton commence à sortir de la terre, il a l'apparence de
deux feuilles roulées ensemble, qui, venant à s'ouvrir, donnent passage
à deux autres, et celle-ci aux suivantes, jusqu'à ce que l'arbre ou la
plante ait atteint l'âge de neuf mois; alors elle pousse de son centre
une tige d'un pouce et demi de diamètre, et longue de trois ou quatre
pieds. Les bourgeons dont elle est chargée sont remplacés par des fruits
qui s'inclinent vers la terre par leur propre poids. Il sont mûrs quatre
mois après que les bourgeons ont commencé à se faire voir, et continuent
depuis trente jusqu'à cinquante ou soixante bananes, suivant la bonté de
la plante et du terroir; ces pelotons sont assez lourds. Comme ils
croissent en cercle autour de la tige, et que leur nombre est
ordinairement de cinq, les Nègres les appellent dans leur langue une
_pate de bananes_.

Chaque banane peut avoir un pouce et demi de diamètre sur dix ou douze
pouces de longueur. La chair ressemble parfaitement à du beurre. Le
goût de la banane est un mélange de celui du coin et de la poire de
bon-chrétien: elle est saine et nourrissante.

Lorsque le fruit est cueilli, on coupe aussitôt la plante, pour ne
laisser que la racine, qui, dans l'espace d'un mois, produit un nouvel
individu et de nouveaux fruits; de sorte que le bananier porte du fruit
chaque mois de l'année. On trouve l'ananas en abondance près du Sénégal
et sur toute la côte, jusqu'au sud du Congo.

Les melons d'eau, que les Français appellent pastèques, sont fort
communs dans les mêmes parties de l'Afrique. Nous en avons déjà parlé.
La chair est d'un rouge luisant, et le jus fort doux et fort
rafraîchissant. On reconnaît le temps de leur maturité en les touchant
avec une petite baguette, qui les fait retentir comme un arbre creux.

L'igname est une plante qui ressemble à la betterave, et qui demande un
terrain gras et profond. La racine en est grosse, rude, inégale et
pleine de petits cordons. Au dehors, sa couleur est un violet foncé. Le
dedans a la consistance d'une betterave, et, soit cuit ou cru, il est
d'un blanc sale tirant sur la couleur de chair. L'igname est fade avant
d'être bouilli; mais le feu lui donne du goût, le rend nourrissant et
facile à digérer; il peut servir de pain, si on le mange avec de la
chair.

Le manioc croît fort abondamment en Guinée. Mais, comme c'est une
production particulière de l'Amérique, nous en remettrons la description
à l'endroit de notre abrégé qui regarde cette partie du monde.

On distingue ici trois sortes de patates, les rouges, les blanches et
les jaunes: elles s'entretiennent par les rejetons. Les unes mûrissent
dans l'espace de six semaines; d'autres, qui passent pour les
meilleures, ont besoin de quatre mois. Ce légume est bon, sain et
nourrissant. La couleur de la chair est la même que celle de la peau,
c'est-à-dire rouge, blanche ou jaune: le goût est délicieux.

Au commencement de la saison des pluies, le pourpier croît
naturellement; et, sur les bords de la Gambie, il est non-seulement fort
bon, mais tout-à-fait semblable au nôtre. On trouve aussi une herbe
nommée calalou, qui ressemble à l'épinard, et qui sert aux mêmes usages.
Le pays produit une variété infinie d'autres bonnes herbes; mais les
Nègres ont peu de goût pour les salades, et s'étonnent de voir manger de
l'herbe aux Européens comme aux chevaux et aux vaches; ils n'ont pas
plus d'inclination ni de curiosité pour les fleurs.

Dans le pays des Foulas, le grand millet se sème à la fin d'octobre, et
se recueille aux mois de mars et d'avril. Dans le royaume d'Oualo, le
temps de semer est la fin de décembre, et celui de la moisson est aux
mois de mai et de juin.

À l'égard du petit millet, ou mil, ou blé de Guinée, on en distingue six
sortes. Il se sème partout après les premières pluies, c'est-à-dire au
mois de juin, pour être cueilli aux mois de novembre et de décembre. On
sème tous ces grains à la main, comme nous semons le froment et l'orge:
il croît à la hauteur de neuf ou dix pieds, sur un petit tuyau. Le grain
est au sommet, dans une assez grande touffe.

Les Nègres font leur moisson avec des instrumens de fer assez semblables
à nos serpes; et, après avoir laissé sécher pendant un mois le millet
dans l'épi, ils le renferment dans des huttes bâties pour cet usage dans
des lieux secs: il se conserve ainsi des années entières. Ils le battent
dans un mortier avec un pilon, pour séparer les grains, puis le broient
dans autre mortier, et le passent dans un crible pour séparer le son.

Le couscous, qui est l'aliment le plus commun des Nègres, est une
composition de farine de millet. Après en avoir fait une pâte, ils la
mettent sur le feu dans un pot de terre ou de bois, percé d'un grand
nombre de trous comme nos passoires; et l'arrosant d'eau bouillante, ils
la remuent continuellement pour l'empêcher de s'épaissir. À force de
mouvement, elle se divise en petites boules sèches et dures, qui se
gardent long-temps, lorsqu'on prend soin de les garantir de l'humidité.
Pour en faire usage, on les arrose d'eau chaude, ce qui les fait enfler
comme le riz. Cette nourriture est saine, du moins s'il en faut juger
par les Nègres, qui sont ordinairement gras et pleins de santé. Le grand
et le petit mil sont connus des naturalistes sous le nom de houlque
sorgho et de houlque à épi.

Le sanglet est la simple farine du maïs. C'est l'aliment le plus commun
des pauvres habitans. Le maïs se plaît dans les terrains frais, et même
marécageux. Il se cultive comme le millet, et se vend en épis ou en
grains.

Le riz croît fort abondamment sur les bords et dans les îles du Sénégal,
sur la Gambie et dans les autres parties de la côte, surtout dans les
lieux qui sont sujets aux inondations des rivières. Le commerce du riz
est considérable sur les côtes voisines de Cachao, et au sud de Bissao.

On sème le riz dans les terres basses. Il croît de la hauteur du
froment. Du sommet de la tige il pousse d'autres petit tuyaux qui
soutiennent les épis. Sa multiplication est si extraordinaire, qu'un
boisseau en produit souvent jusqu'à quatre-vingts. Cependant la paresse
des Nègres les met quelquefois dans le cas d'en manquer.

Il n'y a point de champs ni de bois qui ne soient ornés d'une grande
variété de fleurs sauvages, tout-à-fait différentes de celles de
l'Europe, mais d'une beauté fort médiocre. On en distingue une qui
ressemble, pour la figure, à la belle de nuit. Elle est du plus beau
cramoisi du monde; mais les Nègres n'ont aucun goût pour les fleurs. Ils
ont une sorte de lis qu'ils appellent _bounning_, d'un goût fort âcre,
dont les Anglais se servent dans leurs sauces.

Cette vaste partie du continent de l'Afrique, qui est depuis le cap
Blanc jusqu'à Sierra-Leone, contient des animaux de toutes les espèces,
surtout une infinité de bêtes de proie, qui vivent en sûreté dans cette
retraite. Donnons le premier rang au lion, puisqu'il l'a toujours
obtenu.

Il semble que l'Afrique soit le pays naturel de cette noble créature,
non-seulement parce qu'il n'y a point de régions connues où les lions
soient en si grand nombre, mais encore parce qu'ils y sont d'une taille
et d'une fierté terribles. Cependant on remarque que ceux du mont Atlas
n'approchent point de ceux du Sénégal et de la Gambie pour la hardiesse
et la grosseur.

Quelques naturalistes ont observé que la face du lion a quelque
ressemblance avec le visage humain. Il a la tête grosse et charnue,
couverte de longues boucles d'un crin fort rude. Son front est carré et
comme sillonné par de profondes rides, surtout lorsqu'il est en fureur.
Ses yeux sont vifs et perçans, ombragés d'épais sourcils qu'il fait
mouvoir d'une manière effrayante. Il a le nez long, large et ouvert, la
mâchoire épaisse et garnie de muscles, de tendons et de nerfs d'une
force singulière. Il a, de chaque côté, quatorze dents, quatre
incisives, quatre de l'oeil, et six molaires. Sa langue est fort grosse,
rude et couverte de plusieurs pointes aussi dures que de la corne,
longues de trois ou quatre lignes et tournées vers le gosier. Cette
étrange superficie de sa langue rend ses lèchemens si dangereux, qu'ils
écorchent aussitôt la peau; et pour peu qu'il sente le sang, il ne pense
plus qu'à dévorer. Le domestique d'un Français ayant souffert qu'un lion
privé, qui couchait dans la chambre de son maître, prît l'habitude de le
caresser et de le lécher, fut averti souvent du danger où il s'exposait.
Mais, se fiant à la douceur et à la familiarité de cet animal, il
négligea les avertissemens. Son maître, réveillé par quelque bruit, jeta
les yeux dans sa chambre, et ne fut pas peu effrayé de voir la tête de
son valet entre les griffes du lion, qui avait déjà dévoré le corps. Il
se leva aussitôt, et, gagnant son cabinet, il appela au secours quelques
autres Français, qui tuèrent le monstre à coups de fusil.

Quoique le cou du lion soit d'une bonne longueur, il est d'une raideur
étonnante. Aristote s'est trompé lorsqu'il l'a cru composé d'un seul os;
il consiste en plusieurs vertèbres mobiles, qui ne laissent pas d'être
parfaitement jointes. Celui du mâle est couvert d'une longue et rude
crinière, qui se dresse lorsqu'il est en furie. La femelle est sans
crinière, mais on la croit plus féroce encore et plus terrible que le
mâle.

Le lion a les jambes courtes, osseuses et fort souples. Sa marche est
lente et majestueuse, excepté lorsqu'il poursuit sa proie, car il court
alors avec une vitesse extraordinaire. Il a les pieds gros et larges.
Ceux de devant sont divisés en cinq griffes bien articulées. Ceux de
derrière en quatre, toutes armées d'ongles forts et pointus. Sa queue
est longue, vigoureuse, couverte d'un poil rude et court jusqu'à
l'extrémité, qui est frisée et qui se termine en touffe.

On sait quelle est la fierté et la hardiesse de cet animal formidable.
Son intrépidité est telle, que, soit hommes ou bêtes, il ne paraît
jamais effrayé du nombre de ses ennemis. S'il ne pense point à
l'attaque, il passe dédaigneusement, et continue sa marche avec lenteur.
Si la faim le presse, il se jette indifféremment sur tout ce qui se
présente, et la résistance ne fait qu'augmenter sa rage. Aussi est-il
fort dangereux de le blesser sans l'abattre. Quelque inégal que puisse
être le combat, il ne tourne jamais le dos. S'il est forcé de se
retirer, il recule lentement, jusqu'à ce qu'il ait gagné quelque
retraite assurée.

Un gentilhomme florentin avait une mule si vicieuse, que non-seulement
elle rendait peu de services, mais que, se révoltant contre les valets
et les palefreniers, elle maltraitait des dents et des pieds tous ceux
qui s'approchaient. Son maître, après avoir employé inutilement toutes
sortes de moyens pour la dompter, résolut de l'exposer aux bêtes féroces
de la ménagerie du grand-duc. On lâcha un lion dont le rugissement
aurait d'abord effrayé tout autre animal; mais la mule, sans paraître
alarmée, se retira prudemment dans un coin de la cour, où elle ne
pouvait être attaquée que par derrière, c'est-à-dire du côté de sa
principale force: dans cette situation, elle attendit son ennemi,
l'observant du coin de l'oeil, et lui présentant la croupière. Le lion,
qui parut sentir la difficulté de l'attaque, employa toute son adresse
pour prendre ses avantages. Enfin la mule trouva le moment de lui lancer
une si furieuse ruade, qu'elle lui brisa neuf ou dix dents dont on vit
sauter les fragmens en l'air. Le roi des animaux s'aperçut qu'il n'était
plus en état de combattre; il ne pensa qu'à se retirer en arrière jusque
dans sa loge, en laissant la mule maîtresse du champ de bataille.

La proie ordinaire du lion est une multitude de petits animaux, excepté
lorsque étant pressé par la faim, il n'épargne rien. Il ne faut pas
croire ce que dit Paul Lucas, et Labat après lui, que les lions
respectent les femmes et prennent la fuite à leur vue. Paul Lucas
raconte que, près de Tunis, il a vu les femmes du pays, sans autres
armes que des bâtons et des pierres, poursuivre des lions pour leur
faire quitter leur proie, et ces fiers animaux l'abandonner plutôt que
de se défendre: c'est une chimère. L'empire des femmes ne s'étend pas
sur les monstres.

Le lion supporte long-temps la soif. On prétend qu'il ne boit qu'une
fois en trois ou quatre jours, mais qu'il boit beaucoup lorsqu'il en
trouve l'occasion. C'est une erreur vulgaire que de le croire épouvanté
du chant des coqs. On a vérifié au contraire qu'il fait peu d'attention
à la volaille; mais il n'est pas moins vrai qu'il redoute les serpens.
La ressource des Maures, lorsqu'ils sont poursuivis par un lion, est de
prendre leur turban, et de le remuer devant eux dans la forme d'un
serpent. Cette vue suffit pour obliger l'ennemi à précipiter sa
retraite. Comme il arrive souvent aux mêmes peuples de rencontrer des
lions dans leurs chasses, il est fort remarquable que leurs chevaux,
quoique célèbres par leur vitesse, sont saisis d'une terreur si vive,
qu'ils deviennent immobiles, et que les chiens, non moins timides, se
tiennent rampans aux pieds de leur maître ou de son cheval. Le seul
expédient pour les Maures est de descendre et d'abandonner une proie
qu'ils ne peuvent défendre; mais, si le ravisseur est trop près, et
qu'on n'ait pas le temps d'allumer du feu, seul moyen de l'effrayer, il
ne reste qu'à se coucher par terre dans un profond silence. Le lion,
lorsqu'il n'est pas tourmenté par la faim, passe gravement, comme s'il
était satisfait du respect qu'on à pour sa présence.

Le lion est d'une taille assez haute, souple et bien prise. Ceux
d'Afrique ne sont pas moins gros qu'un cheval barbe. Quoique la lionne
n'ait que deux mamelles, elle porte souvent quatre lionceaux, et
quelquefois davantage. On assure qu'ils naissent les yeux ouverts.
Lorsque les Maures en trouvent dans quelque antre, ils ne manquent
jamais de les porter aux Européens, qui s'empressent ordinairement de
les acheter. Si la lionne revient assez tôt pour courir après les
ravisseurs, ils lui jettent un de ses petits; et tandis qu'elle le porte
à sa caverne, ils ne perdent pas un moment pour s'échapper avec les
autres.

Nos histoires, ainsi que celles des anciens, offrent quantité d'exemples
de la générosité et de la clémence du lion. Labat en rapporte deux qu'il
avait appris de plusieurs témoins. Le père Joseph Colombet, religieux
jacobin, étant dans l'esclavage à Méquinez, résolut, avec un de ses
compagnons, de se mettre en liberté par la fuite. Comme ils
connaissaient assez le pays, ils espéraient de pouvoir se rendre à
Larache, place qui appartient aux Portugais sur cette côte. Ils
trouvèrent le moyen de s'échapper, et, ne marchant que la nuit, ils se
reposaient pendant le jour dans les bois, où ils se couvraient de
feuilles de ronces pour se défendre de l'ardeur du soleil. Après deux
jours de marche, ils arrivèrent près d'un étang, seule eau qu'ils
eussent rencontrée depuis leur départ; et le premier objet qui frappa
leur vue fut un lion qui était fort près d'eux, et qui paraissait garder
le bord de l'eau. Un moment de conseil sur un danger si pressant leur
fit prendre le parti de se mettre à genoux devant ce terrible voisin, et
d'une voix touchante ils lui firent le récit de leur infortune. Le lion
parut touché de leur humiliation: il s'éloigna volontairement à quelque
distance, et leur laissa la liberté de boire. Le plus hardi ne balança
point à s'approcher de l'étang, où il remplit son flacon tandis que
l'autre continuait ses prières. Ils passèrent ensuite à la vue du lion,
sans qu'il fît le moindre mouvement pour leur nuire; et, le jour
d'après, ils arrivèrent heureusement à Larache.

La seconde aventure s'était passée à Florence. Un lion du grand-duc,
étant sorti de la ménagerie, entra dans la ville, et y répandit beaucoup
d'épouvante. Entre les fugitifs il se trouva une femme qui portait son
enfant dans ses bras, et qui, dans l'excès de sa crainte, le laissa
tomber; Le lion s'en saisit et paraissait prêt à le dévorer, lorsque la
mère, transportée du plus tendre mouvement de la nature, retourna sur
ses pas au mépris du danger, se jeta aux pieds du lion, et lui demanda
son enfant. Il la regarda fixement: ses cris et ses pleurs semblèrent le
toucher; enfin il mit l'enfant à terre, et se retira sans lui avoir fait
le moindre mal. Si ces deux histoires sont vraies, comme en effet elles
sont possibles, le malheur et le désespoir ont donc une expression qui
se fait entendre des monstres les plus farouches! Mais ce qu'il y a sans
doute de plus admirable, c'est ce mouvement aveugle et sublime qui
précipite la mère sur les pas de l'animal féroce devant qui tout fuit,
cet oubli de toute raison bien au-dessus de la raison même, et qui fait
recourir cette femme désespérée à la pitié du monstre même qui ne
respire que la mort et le carnage. C'est bien là l'instinct des grandes
douleurs, qui semblent toujours se persuader qu'on ne peut pas être
inflexible.

Les Français du fort Saint-Louis avaient une belle lionne qu'ils
gardaient enchaînée pour l'envoyer en France. Cet animal fut atteint
d'un mal à la mâchoire, qu'on prétend aussi dangereux pour son espèce
que l'hydropisie de poitrine pour la race humaine. N'étant plus capable
de manger, il fut bientôt réduit à l'extrémité, et les gens du fort, qui
le crurent désespéré, lui ôtèrent sa chaîne et jetèrent son corps dans
un champ voisin. Il était dans cet état, lorsque le sieur Compagnon,
auteur du _Voyage de Bambouk_, l'aperçut à son retour de la chasse; ses
yeux étaient fermés, sa gueule ouverte et déjà remplie de fourmis.
Compagnon prit pitié de ce pauvre animal, et, s'imaginant lui trouver
quelque reste de vie, il lui lava le gosier avec de l'eau, et lui fit
avaler un peu de lait. Un remède si simple eut des effets merveilleux.
La lionne fut rapportée au fort. On en prit tant de soin, qu'elle se
rétablit par degrés; mais, n'oubliant pas à qui elle était redevable
d'un si grand service, elle conçut tant d'affection pour son
bienfaiteur, qu'elle ne voulait rien prendre que de sa main; et
lorsqu'elle fut tout-à-fait guérie, elle le suivait dans l'île avec un
cordon au cou comme le chien le plus familier.

Tandis que le sieur Brue était directeur de la compagnie française au
Sénégal, on apporta dans l'île de Saint-Louis un troupeau entier de
chèvres qu'on avait acheté des Maures. Il y avait dans le fort un beau
lion qu'on y nourrissait soigneusement depuis plusieurs années. La vue
de ce terrible animal inspira tant de frayeur aux chèvres, qu'elles
prirent toutes la fuite, à la réserve d'une seule, qui, le regardant
avec audace, fit un pas en arrière, et s'avança vers lui les cornes
baissées. Cette attaqué fut répétée plusieurs fois. Le lion, pour éviter
cet adversaire incommode, se mit comme un chien entre les jambes du
directeur. Mais il pouvait y avoir dans ce mouvement plus de pitié que
de crainte; car comment une chèvre pourrait-elle effrayer un lion?

On nomme quelques animaux qui ne craignent pas de mesurer leurs forces
avec lui, tels que le tigre et le sanglier. L'éléphant, quoique
redoutable par sa grosseur, devient souvent sa proie. En 1695, dans un
marais rempli de roseaux, proche de Maroc, on trouva un lion et un
sanglier expirans des blessures qu'ils avaient reçues l'un de l'autre
dans le même lieu. Les roseaux étaient abattus aux environs et teints
de leur sang.

L'attaque du lion paraît toujours délibérée. Il ne s'avance pas
directement vers sa proie; mais, faisant un circuit, et rampant même
pour s'approcher, il s'élance ensuite lorsqu'il est à portée de fondre
dessus d'un seul saut. Malgré cette férocité naturelle, les lions
s'apprivoisent facilement dans leur jeunesse. Il s'en trouve d'aussi
doux et d'aussi caressans que des chiens.

Les Maures emploient la peau des lions pour faire des couvertures de
lits. En Europe, on s'en sert pour les garnitures de selles et les
siéges de carrosses.

Quelques voyageurs assurent que le lion est ordinairement accompagné
d'un autre animal qui va pour lui à la chasse, et qui lui rapporte sa
proie. Il est du genre du chien. On le nomme aussi chakal. Il est
très-commun entre le cap Boïador et Sierra-Leone, et en général dans
toute l'Afrique.

On rencontre ces animaux en grand nombre dans les dunes qui ferment et
bordent à l'orient le désert qu'on parcourt, en voyageant par terre, du
Sénégal à Gorie. Le chakal est plus petit que le loup; il en a la
férocité. Rusé comme le renard, il a comme lui le museau effilé et
pointu; et, en chassant, il aboie comme un chien. Les chakals ne
marchent qu'en troupes nombreuses pour attaquer les boeufs; et une
vingtaine se réunissent pour chasser les gazelles ou les antilopes. Les
chakals mangent aussi les bêtes mortes. Leur poil est d'un roux sale.
Ils courent fort vite.

Un autre animal que l'on a quelquefois confondu avec le chakal, est
l'hyène. Il est d'une férocité qui ne le cède qu'à celle de la panthère;
il dévore tout ce qui se présente, hommes, animaux, surtout les vaches,
les chevaux et les moutons. Au fort d'Akra, sur la côte d'Or, il vient
pendant la nuit jusque sous les murs, y enlève des porcs, des brebis, et
il pénètre quelquefois jusque dans l'étable. Pour détruire ces bêtes
carnassières, on a trouvé le moyen de disposer plusieurs fusils bien
chargés, de manière qu'une corde qui soutient une pièce de viande ne
peut être ébranlée sans faire partir trois ou quatre coups qui mettent
autant de balles dans la tête de l'animal. Ce piége manque rarement. En
1700, Bosman vit une hyène, qui avait été tuée dans le même lieu, et sa
grosseur était celle d'un mouton; mais elle avait les jambes plus
longues et d'une épaisseur proportionnée. Son poil était court et
marqueté, sa tête grosse et plate, avec des dents dont la moindre était
plus grosse que le doigt; ses griffes n'étaient pas moins terribles; de
sorte que toute sa force paraît consister dans ses griffes et ses dents.

Un de ces animaux étant entré pendant la nuit, près d'Akra, dans la
cabane d'un Nègre, enleva une jeune fille qu'il chargea sur son dos, en
se servant d'une pâte pour la tenir ferme dans cette situation, tandis
qu'il marchait légèrement sur les trois autres; mais les cris de sa
proie ayant éveillé quelques Nègres, elle fut délivrée par ceux qui se
hâtèrent de la secourir. On ne lui trouva qu'une petite meurtrissure
dans l'endroit où l'hyène l'avait serrée de sa pate.

Les tigres, ou plutôt les panthères, sur cette côte d'Afrique, sont de
la taille d'un grand lévrier. On prétend qu'elles sont beaucoup plus
grandes dans l'Abyssinie. Leur peau forme un spectacle agréable pour la
variété de ses taches et de ses couleurs. Le poil en est doux et
luisant: elles ont la tête semblable à celle du chat, les yeux jaunes et
féroces, le regard cruel et malin, les dents fort pointues, la langue
aussi rude qu'une pierre, et les muscles fort longs. Tous leurs
mouvemens sont vifs et agiles comme ceux du chat. Elles ont la queue
longue, couverte d'un poil fort court, les jambes bien proportionnées,
souples et fortes, et les pieds armés de griffes aiguës. Elles sont
très-voraces, et dans leur faim elles attaquent avec adresse les animaux
beaucoup plus gros qu'eux, tels que l'éléphant et le taureau. Les Nègres
mangent sa chair et la trouvent bonne.

Brue, après avoir employé toutes sortes de moyens pour adoucir la
férocité d'une panthère, qu'il avait fait élever au fort Saint-Louis,
eut un jour la curiosité d'éprouver comment un porc serait capable de se
défendre contre cet animal. Il en prit un des plus forts, et la panthère
fut lâchée contre lui. Après une courte escarmouche, le porc se retira
dans un angle des murs du fort, où son ennemi fut long-temps sans
pouvoir prendre sur lui le moindre avantage; enfin, se trouvant serré de
plus près, il se mit à pousser des cris si furieux, que tout le troupeau
de porcs qu'on avait pris soin d'éloigner, accourut à ce bruit, sans que
rien fût capable de l'arrêter; et tous ensemble ils fondirent si
brusquement sur la panthère, qu'elle n'eut pas d'autre ressource, pour
se mettre à couvert, que de sauter dans le fossé du fort, où les porcs
n'osèrent la suivre.

On a remarqué que les panthères d'Afrique n'attaquent jamais les blancs,
c'est-à-dire les Européens, quoiqu'elles dévorent fort avidement les
Nègres. Elles sont plus cruelles et plus voraces que les lionnes.
Lorsqu'elles sont pressées par la faim, elles entrent dans les villages,
elles enlèvent le premier animal qu'elles rencontrent, à la vue même des
habitans, qu'elles dévorent quelquefois eux-mêmes. Il est difficile de
se procurer des panthères vivantes, parce que les Nègres les tuent avec
des flèches empoisonnées, et que dans les piéges mêmes où ils trouvent
quelquefois le moyen de les prendre, ils ne peuvent ou n'osent s'en
saisir qu'après les avoir tuées à coups de flèches. Une panthère
mortellement blessée ne laisse pas de fuir avec beaucoup de vitesse, et
n'expire ordinairement que dans sa fuite.

Il se trouve sur la côte d'Or des panthères aussi grosses que des
buffles. On en distingue de quatre ou cinq sortes, dont la différence
consiste dans leur grandeur et la disposition de leurs taches. Le
nombre de ces animaux est incroyable dans cette contrée. Lorsqu'ils
trouvent assez de bêtes pour rassasier leur faim, ils n'attaquent point
les hommes, sans quoi le pays de la côte d'Or serait bientôt sans
habitans. Avec cette étrange férocité, on ne laisse pas de les
apprivoiser dans leur jeunesse, et l'on en voit d'aussi familiers que
les chiens et les chats de l'Europe. Bosman eu vit six de cette espèce à
Elertina; mais il observe que tôt ou tard ils reviennent à leur
férocité, et qu'il ne faut jamais s'y fier sans précaution.

Le chat tigre ou serval tire son nom de ses taches noires et blanches,
qui lui donnent beaucoup de ressemblance avec le chat. Il est de la
forme des chats d'Europe, mais trois ou quatre fois plus gros, et
naturellement vorace. Il mange les rats, les souris, etc.; et si l'on
excepte la grosseur, il est fort peu différent de la panthère. M. le duc
de Choiseul en avait un enchaîné dans une de ses antichambres.

Le léopard est agile et cruel. Cependant il n'attaque jamais les hommes,
à moins qu'il ne se trouve dans quelque lieu si étroit, qu'il craigne de
ne pouvoir s'échapper. Dans ces occasions, il se jette sur l'ennemi
qu'il redoute, il lui déchire le visage avec ses griffes, et continue de
lui arracher autant de chair qu'il en peut trouver, jusqu'à ce qu'il le
voie mort et sans mouvement. Il porte aux chiens une haine mortelle, et
s'expose à tout pour dévorer ceux qu'il rencontre.

Les loups ressemblent entièrement à ceux de France; mais ils sont un peu
plus gros et beaucoup plus cruels.

Il n'y a point de quadrupède connu qui puisse le disputer à l'éléphant
pour la grosseur. On en trouve peu au nord du Sénégal; mais les régions
du sud en sont remplies. Sa tête est monstrueuse, ses oreilles longues,
larges et épaisses; ses yeux, quoique fort grands, paraissent d'une
petitesse extrême dans cette masse d'énorme grosseur. Son nez est si
épais et si long, qu'il touche à terre. On l'appelle _proboscide_ ou
_trompe_. Il est charnu, nerveux, creusé en forme de tuyau, flexible, et
d'une force si singulière, qu'il lui sert à briser ou à déraciner les
petits arbres, à rompre les branches des plus gros, et à se frayer le
passage dans les plus épaisses forêts. Il lui sert aussi à lever de
terre sur son dos les plus lourds fardeaux. C'est par ce canal qu'il
respire et qu'il reçoit les odeurs. Le nez de l'éléphant va toujours en
diminuant depuis la tête jusqu'à l'extrémité, où il se termine par un
cartilage mobile, avec deux ouvertures qu'il ferme à son gré. Sans ce
présent de la nature, il mourrait de faim; car il a le cou si épais et
si raide, qu'il lui est impossible de le courber assez pour paître comme
les autres animaux; aussi périt-il bientôt lorsqu'il est privé de cet
utile instrument par quelque blessure. Sa bouche est placée au-dessous
de sa trompe, dans la plus basse partie de sa tête, et semble jointe à
sa poitrine. Sa langue est d'une petitesse qui n'a point de proportion
avec la masse du corps. Il n'a dans les deux mâchoires que quatre dents
pour broyer sa nourriture; mais la nature l'a fourni pour sa défense de
deux autres dents qui sortent de la mâchoire supérieure, et qui sont
longues de plusieurs pieds. Il se sert avec avantage de ces deux armes.
Ce sont les dents qui s'achètent et qui sont mieux connues sous le nom
d'_ivoire_ ou de _morfil_. Leur grosseur est proportionnée à l'âge de
l'animal. La partie qui touche la mâchoire est creuse; le reste est
solide et se termine en pointe. Comme les Européens paient ces dents
assez cher, c'est un motif qui arme continuellement les Nègres contre
l'éléphant. Ils s'attroupent quelquefois pour cette chasse avec leurs
flèches et leurs zagaies; mais leur méthode la plus commune est celle
des fosses qu'ils creusent dans les bois, et qui leur réussissent
d'autant mieux qu'on ne peut guère se tromper à la trace des éléphans.

La chair de ces animaux est un mets délicieux pour les Nègres, surtout
lorsqu'elle commence à se corrompre. Un bon éléphant en fournit presque
autant que quatre ou cinq boeufs. La mesure ordinaire de ceux d'Afrique
est de neuf ou dix pieds de long sur onze ou douze de hauteur. On en
distingue plusieurs sortes; mais cette différence vient moins de leur
forme que des lieux qu'ils habitent. Les éléphans qui se retirent dans
les cantons déserts et montagneux sont plus farouches et plus adroits
que les autres: ceux qui vivent dans les plaines sont moins
intraitables, parce qu'ils sont accoutumés à la vue des hommes. Ceux du
Sénégal ne s'éloignent guère des habitations et des terres cultivées, et
seraient encore plus familiers, si les fréquentes attaques des Nègres ne
les rendaient inquiets et défians. Cependant il n'arrive guère qu'ils
insultent les hommes, s'ils ne sont insultés les premiers.

Quoique la grosseur des éléphans fasse juger qu'ils doivent être pesans
dans leur marche et dans leur course, ils marchent et courent fort
légèrement. Leur pas ordinaire égale celui de l'homme le plus agile.
Leur course est beaucoup plus prompte; mais il est rare de voir un
éléphant courir. Avec un ventre pendant, un dos courbé, des jambes fort
épaisses, et des pieds de douze ou quinze pouces de diamètre, ils ne
peuvent aimer le mouvement. Leurs pieds sont couverts d'une peau dure et
épaisse, qui s'étend jusqu'à l'extrémité de leurs ongles. L'éléphant
d'Afrique est presque noir comme ceux de l'Asie. Sa peau est dure et
ridée; avec quelques poils longs et raides, qui sont répandus par
intervalle et sans aucune continuité; sa queue est longue et semblable à
celle du taureau, mais nue, à l'exception de quelques poils qui se
rassemblent à l'extrémité, et qui lui servent à se délivrer des mouches.
Sa peau est en beaucoup d'endroits à l'épreuve de la balle. On s'est
persuadé faussement qu'il n'a point de jointures aux pieds, et qu'il lui
est impossible par conséquent de se lever et de se coucher. Cette
erreur vulgaire est détruite par le témoignage de tous les voyageurs;
mais il a un défaut moins connu, qui est de se tourner difficilement de
là droite à la gauche. Les Nègres, qui l'ont reconnu par des expériences
fréquentes, en tirent beaucoup d'avantage pour l'attaquer en plein
champ.

Plusieurs naturalistes assurent que les femelles de ces animaux portent
leurs petits dix-huit mois, d'autres trente-six; mais rien n'est plus
incertain; et l'on ne peut espérer d'en être aisément informé, parce que
les éléphans privés ne produisent point. D'autres assurent aussi que les
éléphans voient et marchent aussitôt qu'ils sont nés, et que les
femelles les nourrissent de leur lait pendant sept à huit ans; simples
conjectures, qui n'ont aucune autorité pour fondement.

L'éléphant a peu d'embarras pour sa nourriture; il se nourrit d'herbe
comme les taureaux et les vaches. Si l'herbe lui manque, il mange des
feuilles et des branches d'arbres, des roseaux, des joncs, toutes sortes
de fruits, de grains et de légumes. Dans une faim pressante, il mange
quelquefois de la terre et des pierres; mais on a remarqué que cette
nourriture lui cause bientôt la mort. D'ailleurs il souffre patiemment
la faim, et l'on assure qu'il peut passer huit ou dix jours sans aucun
aliment. Cependant il mange beaucoup lorsqu'il est dans l'abondance,
témoin les dommages qu'il cause aux plantations des Nègres. Un seul de
ces animaux consomme dans un jour ce qui suffirait pour nourrir trente
hommes pendant une semaine, sans compter les ravages qu'il fait avec ses
pieds; aussi les Nègres n'épargnent-ils rien pour les éloigner de leurs
champs: ils y font la garde pendant le jour; ils y allument des feux
pendant la nuit. Le tabac enivre quelquefois les éléphans, et leur fait
faire des mouvemens fort comiques; quelquefois leur ivresse va jusqu'à
tomber endormis. Les Nègres ne manquent point ces occasions de les tuer,
et se vengent sur leurs cadavres de tous les maux qu'ils en ont reçus.
Les éléphans boivent de l'eau; mais ils ne manquent jamais de la
troubler avec les pieds comme le chameau.

Ils ont quantité d'ennemis qui les exposent à des combats fréquens, et
dont ils deviennent fort souvent la proie; ce sont les lions, les
panthères et les serpens, sans compter les Nègres. Le plus redoutable
est la panthère; elle saisit l'éléphant par la trompe et la déchire en
pièce.

Les éléphans s'attroupent ordinairement au nombre de cinquante ou
soixante. On en rencontre souvent des troupeaux dans les bois; mais ils
ne nuisent à personne lorsqu'ils ne sont point attaqués.

Ils sont en si grand nombre au long de la Gambie, qu'on aperçoit de tous
côtés leurs traces. Les roseaux et les bruyères où ils aiment à se
retirer laissent voir ordinairement la moitié de leurs corps à
découvert. Les deux dents qui nous donnent l'ivoire sortent de la
mâchoire d'en haut, quoique les peintres nous les représentent dans la
situation opposée. C'est avec ces puissantes armes que les éléphans
arrachent les arbres; mais il arrive aussi quelquefois qu'elles se
brisent; de là vient qu'on trouve si souvent des fragmens d'ivoire
dispersés dans les terres. On prétend qu'ils sont si légers à la course,
qu'un éléphant blessé de trois coups de fusil, et qu'on trouva mort le
jour d'après dans les bois, ne laissa pas de surpasser la vitesse des
chevaux.

Il ne faut jamais attaquer l'éléphant dans un lieu où il a la liberté de
se tourner: sa trompe est terrible; et l'ennemi qu'il saisit dans sa
fureur ne peut éviter d'être écrasé. La femelle ne porte qu'un petit à
la fois, et le nourrit avec de l'herbe et des feuilles. Les éléphans
entrent souvent dans les villages pendant la nuit; s'ils rencontrent
quelques Nègres, ils ne passent pas moins tranquillement; mais, quand le
hasard les fait heurter contre les cabanes, ils les renversent sans
peine.

Il est très-difficile de les blesser mortellement, à moins qu'ils ne
soient frappés entre les yeux et les oreilles; encore la balle doit-elle
être de fer; car la peau de l'éléphant résiste au plomb comme un mur, et
contre l'endroit même que le fer perce, une balle de plomb tombe
entièrement aplatie.

Les Nègres assurent que jamais l'éléphant n'insulte les passans dans un
bois, mais que, s'il est tiré et manqué, il devient furieux.

Au mois de décembre 1700, à six heures du matin, un éléphant s'approcha
de la Mina, sur la côte d'Or, marchant à pas mesurés au long du rivage,
sous le mont San-Iago. Quelques Nègres allèrent au-devant de lui sans
armes pour le tromper par des apparences tranquilles. Il se laissa
environner sans défiance, et continua de marcher au milieu d'eux. Un
officier hollandais, qui s'était placé sur la pente du mont, le tira
d'assez près, et le blessa au-dessus de l'oeil. Cette insulte ne fit pas
doubler le pas au fier animal. Il continua de marcher les oreilles
levées, en paraissant faire seulement quelques menaces aux Nègres, qui
continuaient de le suivre, mais entre les arbres qui bordaient la route.
Il s'avança jusqu'au jardin hollandais et s'y arrêta. Le directeur
général, accompagné d'un grand nombre de facteurs et de domestiques, se
rendit au jardin, et le trouva au milieu des cocotiers, dont il avait
déjà brisé neuf ou dix avec la même facilité qu'un homme aurait à
renverser un enfant. On lui tira aussitôt plus de cent balles, qui le
firent saigner comme un boeuf qu'on aurait égorgé. Cependant il demeura
sur ses jambes sans s'émouvoir. La confiance qu'on prit à cette
tranquillité coûta cher au Nègre du directeur. S'étant imaginé qu'il
pouvait badiner avec un animal si doux, il s'approcha de lui
par-derrière, et lui prit la queue; mais l'éléphant punit sa hardiesse
d'un coup de trompe, et, l'attirant à lui, il le foula deux ou trois
fois sous ses pieds. Ensuite, comme s'il n'eût point été satisfait de
cette vengeance, il lui fit dans le corps, avec ses dents, deux trous où
le poing d'un homme aurait pu passer. Après lui avoir ôté la vie, il
tourna la tête d'un autre côté, sans marquer d'attention pour le
cadavre; et deux autres Nègres s'étant avancés pour l'emporter, il les
laissa faire tranquillement.

Il passa plus d'une heure dans le jardin, jetant les yeux sur les
Hollandais qui étaient à couvert sous des arbres à quinze ou seize pas
de lui. Enfin la crainte d'être forcés dans cette retraite leur fit
prendre le parti de se retirer, heureux de n'être pas poursuivis hors du
jardin par l'animal contre lequel ils n'auraient pu trouver la moindre
ressource. Ils avaient à se reprocher de n'avoir point apporté d'autre
poudre et d'autres balles que la charge de leurs fusils; mais le hasard
conduisit l'éléphant par une autre porte qu'il renversa dans son
passage, quoiqu'elle fût de deux rangs de briques. Il ne sortit pas
néanmoins par l'ouverture; mais, forçant la haie du jardin, il gagna
lentement la rivière pour laver le sang dont il était couvert, ou pour
se rafraîchir. Ensuite retournant vers quelques arbres, il y brisa
plusieurs tuyaux d'un aquéduc et quelques planches destinées à la
construction d'une barque. Les Hollandais avaient eu le temps de se
rassembler avec des munitions; ils renouvelèrent leur charge, et le
firent tomber à force de coups. Sa trompe, qui fut coupée aussitôt,
était si dure et si épaisse, qu'il fallut plus de soixante-dix coups
pour la séparer du corps. Cette opération dut être fort douloureuse pour
l'éléphant; car, après avoir essuyé tant de balles sans pousser un seul
cri, il se mit à rugir de toute sa force. On le laissa expirer sous un
arbre où il s'était traîné avec beaucoup de peine; ce qui confirme
l'opinion établie parmi les Nègres, que les éléphans, à l'approche de
leur mort, se retirent, s'ils le peuvent, sous un arbre ou dans un bois.

Aussitôt qu'il fut mort, les Nègres tombèrent en foule sur son cadavre,
et coupèrent autant de chair qu'ils en purent emporter. On trouva que,
d'un si grand nombre de coups, il en avait reçu peu de mortels. Quantité
de balles étaient restées entre la peau et les os. On cite pourtant
l'exemple d'un Anglais qui, tirant un éléphant de son canot sur le bord
de la Gambie, le tua d'une seule balle de plomb; mais cet exemple rare
prouverait seulement qu'il y a dans l'éléphant, comme dans presque tous
les animaux, tel endroit où la blessure est facilement mortelle. Dans
ceux que la nature a le mieux cuirassés, on peut trouver le défaut des
armes.

L'éléphant n'est pas moins admirable par sa docilité et son intelligence
que par sa grosseur; il vit l'espace de cent cinquante ans. Sa couleur
s'embellit en vieillissant.

On raconte plusieurs preuves de l'esprit des éléphans; Buffon en a réuni
plusieurs exemples dans son _Histoire naturelle_, que l'on peut
consulter.

Le buffle est un autre animal des mêmes contrées: il est plus gros que
le boeuf; son poil est noir, court et fort rude, mais si clair, qu'on
découvre aisément la peau. Elle est brune et poreuse. La tête du buffle
est petite à proportion du corps, maigre et pendante. Ses cornes sont
longues, noires, courbées, avec la pointe ordinairement tournée en
dedans; il est dangereux, surtout dans sa colère, et lorsqu'il est
irrité par quelque insulte. Comme sa course est fort prompte, s'il
atteint la personne qu'il poursuit, il la foule aux pieds, il l'écrase
jusqu'à ce qu'il ne lui trouve plus de respiration. Plusieurs Nègres ont
échappé à sa fureur en se contraignant long-temps pour retenir leur
haleine. Il a les yeux grands et le regard terrible, les jambes courtes,
le pied ferme; son mugissement est capable d'effrayer. Il mange peu et
travaille beaucoup. On s'en sert en Italie pour labourer la terre et
pour tirer les voitures. Son tempérament est si chaud, qu'au milieu de
l'hiver il cherche l'eau et s'y plaît beaucoup. Sa chair est coriace et
peu estimée, ce qui n'empêche pas qu'elle ne se vende dans les
boucheries de Rome.

Dans plusieurs parties du continent, surtout dans les bois et les
montagnes, on voit des vaches sauvages qui craignent beaucoup l'approche
de l'homme. Elles sont ordinairement de couleur brune, avec de petites
cornes noires et pointues; elles multiplient prodigieusement, et le
nombre en serait infini, si les Européens et les Nègres ne leur
faisaient sans cesse la guerre.

Jobson nous apprend qu'outre les buffles, on trouve une quantité de
sangliers sur la Gambie. Leur couleur est un bleu foncé. Ils sont armés
de larges défenses, et fournis d'une longue queue touffue, qu'ils
tiennent presque toujours levée. Les habitans parlent beaucoup de leur
hardiesse et de leur férocité: ils les tuent pour prendre leur peau,
qu'ils apportent aux comptoirs anglais. Jobson en vit une de quatorze
pieds de longueur, brune et rayée de blanc.

On trouve sur le Sénégal et sur la Gambie de grands troupeaux de
gazelles ou d'antilopes. Cet animal est de la taille d'un petit
chevreuil; il a le poil court et de couleur fauve, les fesses et le
ventre blancs, la queue courte et noire; ses cornes sont noires,
aplaties sur les côtés, recourbées en lyre; à un pouce de la pointe,
elles se dirigent brusquement en devant; ses jambes sont longues, fines
et nerveuses; celles de devant sont garnies de brosses; ses yeux sont
très-grands, entourés d'un cercle noir. Les gazelles sont farouches et
timides; le moindre bruit les met en fuite; leur, vitesse et leur
légèreté sont sans égales. Leur chair est bonne à manger.

Les cerfs et les biches ne sont pas moins communs dans le même pays. Ils
viennent en troupeaux fort nombreux des régions qui sont au nord du
Sénégal, pour chercher des pâturages au sud de cette rivière. Les Nègres
leur font payer ce secours bien cher. Ils attendent que l'herbe commence
à sécher, ce qui arrive au mois de mars ou d'avril; et, mettant le feu à
ces espèces de forêts, ils contraignent tous ces animaux, dont elles
sont remplies, de gagner le bord de la rivière pour se sauver à la nage.
Là, d'autres Nègres les attendent en grand nombre, et ne manquent pas
d'en faire une sanglante boucherie. Ils font sécher la chair après
l'avoir salée, et vendent les peaux aux Européens.

Quelques voyageurs ont prétendu que dans le voisinage du cap Vert on
trouve un animal que les habitans nomment _bomba_, et les Européens
_capiverd_. C'est une erreur; le _capiverd_ ou _cabiai_ est particulier
à l'Amérique méridionale.

Les singes de différentes espèces sont innombrables dans les pays
arrosés par le Sénégal et la Gambie, jusqu'à Sierra-Leone. Ils
paraissent en troupes de trois ou quatre mille, rassemblés chacun dans
leur espèce. On prétend qu'ils forment des républiques où la
subordination est fort bien observée, et qu'ils voyagent en bon ordre
sous des chefs. Ce sont ordinairement les mâles vigoureux, les individus
les plus robustes qui sont à la tête de la troupe. On ajoute que les
femelles portent leur petit sous le ventre, quand elle n'en ont qu'un;
mais que, si elles en ont deux, elles chargent le second sur le dos; et
que leur arrière-garde est toujours composée d'un certain nombre des
plus gros. Il est certain qu'ils sont d'une hardiesse extrême. Jobson,
voyageant sur la rivière, était surpris de leur témérité à se présenter
sur les arbres, à secouer les branches, et à menacer les Anglais avec
des cris confus, comme s'ils eussent été fort offensés de les voir.
Pendant la nuit, on entendait quantité de voix qui semblaient parler
toutes ensemble, et qu'une voix plus forte, qui prenait le dessus,
réduisait ensuite au silence. Jobson remarqua aussi, dans quelques
endroits fréquentés par ces animaux, une sorte d'habitations composées
de branches entrelacées, qui pouvaient servir, du moins à les garantir
de l'ardeur du soleil. Les Nègres mangent fort avidement la chair des
singes. Quelques-uns de ces singes aiment beaucoup à mordre et à
déchirer. Aussi les Nègres du Sénégal, qui voient les Français
rechercher ces animaux, leur apportent des rats en cage, en les assurant
qu'ils sont plus méchans encore, et qu'ils mordent mieux que les singes.

On ne peut s'imaginer les ravages que ces pernicieux animaux causent
dans les champs des Nègres, lorsque le millet, le riz et les autres
grains sont dans leur maturité. Ils se joignent quarante ou cinquante
pour entrer dans un lougan. Un des plus vieux se place en sentinelle au
sommet de quelque arbre, tandis que les autres font la moisson; s'il
aperçoit quelque Nègre, il se met à pousser des cris furieux. Toute la
troupe, avertie par ce signal, se retire avec son butin, en sautant de
branche en branche avec une merveilleuse agilité. Les femelles chargées
de leurs petits n'en sont pas moins légères, les jeunes s'apprivoisent
aisément. La plus sûre méthode pour les prendre, est de les blesser au
visage, parce qu'y portant les mains dans le premier sentiment de la
douleur, ils lâchent la branche qui les soutient, et tombent
ordinairement au pied de l'arbre. On s'engagerait dans un détail infini,
si l'on voulait décrire toutes les différentes espèces de singes qui se
trouvent depuis Arguin jusqu'à Sierra-Leone. Leurs bandes vivent
séparées dans les cantons qu'elles se sont appropriés. Ce sont en
général des guenons, des macaques, des babouins. On y trouve
principalement des patas, des blancs-nez, la diane, le mandrill, la
guenon à camail, le callitriche ou singe vert; enfin on y voit même
l'orang-outang chimpanzee, ou barris, ou quojas morrou. Ces espèces sont
la plupart méchantes, indociles, malpropres. Plusieurs auteurs assurent
que les plus grandes enlèvent les petites Négresses de huit à dix ans,
en jouissent, leur donnent tous leurs soins, et en sont jaloux.

Il se trouve des porcs-épics et des civettes sur la Gambie, et ces
espèces d'animaux font une guerre cruelle à la volaille. Les civettes
sont en grand nombre entre le Sénégal et le mont Atlas, aussi bien que
dans le royaume de Quodia, au-dessus de Sierra-Leone. La civette a le
museau pointu, de petits yeux, de petites oreilles, des moustaches comme
celles du chat, une peau marquetée de blanc et noir, entremêlée de
quelques raies jaunes; une queue longue et touffue comme celle du
renard. Elle est farouche, vorace et cruelle. Ses morsures sont fort
dangereuses. On prend les civettes au piége et dans des trappes: on les
garde dans des cages de bois, et pour nourriture on leur donne de la
chair crue bien hachée.

Le prix de cet animal consiste dans une matière épaisse et huileuse qui
se ramasse dans une petite bourse au-dessous du ventre près de la queue.
Cette bourse est profonde d'environ trois doigts, et large de deux et
demi; elle contient plusieurs glandes qui renferment la matière
odoriférante qu'on fait sortir en la pressant. Pour la tirer, on agite
l'animal avec un bâton, jusqu'à ce qu'il se retire dans un coin de la
cage. On lui saisit la queue, qu'on tire assez fort au travers des
barreaux. L'animal se raidit en pressant la cage de ses deux pieds de
derrière. On profite de cette posture pour lui passer au-dessous du
ventre un bâton qui le rend immobile. Il est aisé alors de faire entrer
une petite cuiller dans l'ouverture du sac, et, pressant un peu la
membrane, on en fait sortir le musc qu'il contient.

Cette opération ne se renouvelle pas tous les jours, parce que la
matière n'est pas assez abondante, surtout lorsque l'animal est
renfermé. On y revient seulement une fois ou deux en trois jours, et
l'on en tire chaque fois une dragme et demie de musc, ou deux dragmes au
plus. Dans les premiers momens, il est d'un blanc grisâtre; mais il
prend bientôt une couleur plus brune. L'odeur en est douce et agréable à
quelque distance, mais trop forte de près, et capable même de nuire à la
tête; aussi les parfumeurs sont-ils obligés de l'adoucir par des
mélanges.

La plus grande partie du musc vient de Hollande, et de là passe en
France et en Angleterre. On nourrit la civette d'oeufs et de lait, ce
qui rend le musc beaucoup plus blanc que celui d'Afrique et d'Asie, où
elle ne vit que de chair. Au Caire, comme en Hollande, ce sont les Juifs
qui se mêlent particulièrement de ce commerce.

Les lièvres et les lapins des mêmes contrées ressemblent entièrement à
ceux d'Europe, et n'y sont pas moins en abondance.

Les Maures et les Nègres qui vivent entre le Sénégal et la Gambie sont
fort bien pourvus de chevaux. On voit aux seigneurs du pays des barbes
d'une beauté extraordinaire et d'un grand prix. Les Maures entendent
parfaitement ce commerce. Au lieu d'avoine, ils nourrissent leurs
chevaux avec de l'herbe et du maïs broyé. S'ils veulent les engraisser,
ils réduisent le maïs en farine, dans laquelle ils mêlent du lait. Ils
les font boire rarement. Le grand défaut de leurs chevaux est de n'avoir
pas de bouche.

Le Sénégal et le pays de la Gambie produisent beaucoup d'ânes. Toutes
sortes de bestiaux y sont dans la même abondance. Les boeufs y sont
gros, robustes, gras et de très-bon goût; les vaches y sont petites,
mais charnues et fortes. Elles donnent beaucoup de lait; et dans
plusieurs cantons elles servent de monture. À Bissao, elles tiennent
lieu de chevaux, et leur pas est fort doux.

Les moutons sont aussi en très-grand nombre. On en distingue deux
sortes, les uns couverts de laine, comme ceux de l'Europe, mais avec des
queues si grosses, si grasses et si pesantes, que les bergers sont
obligés de les soutenir sur une espèce de petit chariot, pour aider
l'animal à marcher. Lorsqu'on les à déchargées de leur graisse
extérieure, elles passent pour un aliment fort délicat. Les moutons de
la seconde sorte sont revêtus de poil comme les chèvres; ils sont plus
gros, plus forts et plus gras que les premiers. Quelques-uns ont jusqu'à
six cornes de différentes formes. Leur chair est tendre et de bon goût.

Les chiens sont ici fort laids, la plupart sans poil, avec des oreilles
de renard. Ils n'aboient jamais; leur cri est un véritable hurlement, et
les chiens étrangers qu'on amène dans le pays prennent peu à peu la
même voix. Les Nègres mangent leur chair, et la préfèrent à celle de
tout autre animal; mais ils n'apportent aucun soin pour les faire
multiplier.

Le guana, qui est une espèce de lézard, est fort commun sur le Sénégal
et la Gambie. Il ressemble au crocodile; mais il est beaucoup plus
petit, et sa grandeur est rarement de plus d'une aune. Les Nègres le
mangent. Plusieurs Européens, qui en ont fait l'essai, le trouvent aussi
bon que le lapin. Barbot rapporte que non-seulement cet animal fréquente
les combets ou huttes des Nègres, mais qu'il leur est fort incommode
pendant la nuit, et que, dans leur sommeil, il prend plaisir à leur
passer sur le visage. On prétend que sa morsure est dangereuse, non
qu'il ait une qualité venimeuse, mais parce que l'animal ne quitte
jamais prise jusqu'à la mort, et qu'il n'est pas aisé de le tuer par les
moyens ordinaires. Cependant l'expérience en a fait découvrir un qui est
facile et sans danger. Il suffit de lui enfoncer dans les narines un
tuyau de paille. On en voit sortir quelques gouttes de sang, et
l'animal, levant la mâchoire d'en haut, expire aussitôt. Ses pieds sont
armés de cinq griffes aiguës, qui lui servent à grimper sur les arbres
avec une agilité surprenante. S'il est attaqué, il se défend avec sa
queue. Quand sa chair est bien préparée, on ne la distinguerait pas de
celle d'un poulet, ni pour la couleur ni pour le goût. Les Nègres le
surprennent lorsqu'il est endormi sur quelque branche d'arbre, et s'en
saisissent avec un lacet qu'ils attachent au bout d'une gaule.

On trouve des caméléons dans les pays qui bordent le Sénégal et la
Gambie: cet animal, qui est une espèce de lézard, se nourrit de mouches
et d'insectes. Les anciens naturalistes le faisaient vivre de l'air. Il
darde une langue de sept à huit pouces, c'est-à-dire de la longueur de
son corps. Elle est couverte d'une matière glutineuse qui arrête tout ce
qui la touche. Lorsqu'il est endormi, il paraît presque toujours d'un
jaune luisant. Il a les yeux très-beaux, et placés de manière que de
l'un il peut regarder en haut, et de l'autre en bas. Les caméléons
ordinaires ne sont pas plus gros que la grenouille; et sont généralement
couleur de souris; mais il y en a de beaucoup plus gros.

De Bruyn, dans ses voyages au Levant, a donné la plus parfaite
description qu'on ait encore vue du caméléon, avec une figure de la même
exactitude. Il trouva l'occasion à Smyrne de se procurer quelques-uns de
ces animaux; et, voulant découvrir combien de temps ils peuvent vivre,
il en gardait soigneusement quatre dans une cage. Quelquefois il leur
laissait la liberté de courir dans sa chambre et dans la grande salle de
la maison qu'il habitait. La fraîcheur du vent de mer semblait leur
donner plus de vivacité. Ils ouvraient la bouche pour recevoir l'air
frais. Jamais de Bruyn ne les vit boire ni manger, à la réserve de
quelques mouches, qu'ils semblaient avaler avec plaisir. Dans l'espace
d'une demi-heure, il voyait leur couleur changer trois ou quatre fois,
sans aucune cause extraordinaire à laquelle il pût attribuer cet effet.
Leur couleur habituelle est le gris, ou plutôt un souris pâle; mais les
changemens les plus fréquens sont en un beau vert tacheté de jaune.
Quelquefois le caméléon est marqué de brun sur tout le corps et sur la
queue. D'autres fois, c'est de brun qu'il paraît entièrement couvert. Sa
peau est fort mince, et probablement transparente; mais c'est une erreur
de s'imaginer qu'il prenne toutes les couleurs qui se trouvent près de
lui. Il y a des couleurs qu'il ne prend jamais, telles que le rouge.
Cependant de Bruyn confesse qu'il lui a vu quelquefois recevoir la
teinture des objets les plus proches. Il lui fut impossible de conserver
plus de cinq mois en vie ceux dont il voulait éprouver la durée. La
plupart moururent dès le quatrième mois.

Si le caméléon descend de quelque hauteur, il avance fort soigneusement
un pied après l'autre, en s'attachant de sa queue à tout ce qu'il
rencontre en chemin. Il se soutient de cette manière aussi long-temps
qu'il trouve quelque assistance; mais, lorsqu'elle lui manque, il tombe
aussitôt à plat. Sa marche est fort lente.

Bosman trouva de la différence entre les caméléons de Smyrne et ceux de
Guinée. Dans le second de ces deux pays, ils vivent autant d'années que
de mois dans le premier. À la vérité, ceux qui lui servirent à vérifier
cette expérience étaient souvent mis dans le jardin sur un arbre, où ils
demeuraient quelque temps à l'air. On sait d'ailleurs qu'on en a apporté
de vivans en Europe.

Le même auteur ajoute, sur ses propres observations, que tous les
animaux ovipares, tels que le lézard, le caméléon, le guana, les serpens
et les tortues, n'ont pas leurs oeufs couverts d'une écaille, mais d'une
peau épaisse et pliable.

Les insectes sont en fort grand nombre dans tous les cantons de
l'Afrique. Des armées de sauterelles infestent souvent l'intérieur des
terres, obscurcissent l'air dans leur passage, et détruisent tout ce
qu'il y a de verdure dans les lieux où elles s'arrêtent, sans laisser
une seule feuille aux arbres. Elles sont ordinairement de la grosseur du
doigt, mais plus longues, et leurs dents sont fort pointues. Leur peau
est rouge et jaune, quelquefois tout-à-fait verte. Les Maures et les
Nègres s'en nourrissent: mais cet aliment ne les dédommage pas de la
famine qu'elles apportent souvent dans les pays qu'elles ravagent.

On voit quantité de mouches d'une forme extraordinaire. Dans la saison
des pluies, il en naît des multitudes que les Nègres nomment _ghetle_.
Elle ont la tête grosse et large, sans aucune apparence de bouche. Les
Nègres les mangent, car les Nègres mangent tout.

Les pays qui bordent la Gambie sont infestés d'une sorte de punaises qui
causent de grands ravages. On n'est pas moins incommodé d'une
prodigieuse multitude de fourmis blanches, qui se répandent par des
voies singulières. Elles s'ouvrent sous terre une route imperceptible et
voûtée avec beaucoup d'art, par laquelle des légions entières se rendent
en fort peu de temps au lieu qui renferme leur proie. Il ne leur faut
que douze heures pour faire un conduit de cinq ou six toises de
longueur. Elles dévorent particulièrement les draps et les étoffes; mais
les tables et les coffres ne sont pas plus à l'épreuve de leurs dents;
et ce qu'on aurait peine à croire, si on ne le vérifiait tous les jours,
elles trouvent le moyen de ronger l'intérieur du bois sans en altérer la
superficie: de sorte que l'oeil est trompé aux apparences. Le soleil est
leur ennemi. Non-seulement elles fuient sa lumière, mais elles meurent
lorsqu'elles y sont exposées trop long-temps. La nuit leur rend toute
leur force. Les Européens, pour conserver leurs meubles, sont obligés de
les élever sur des piédestaux, de les enduire de goudron, et de les
faire souvent changer de place.

Il y a dans les bois une grosse mouche verte dont l'aiguillon tire du
sang comme une lancette. Mais la plus grande peste du pays est une
espèce de cousins, que les Portugais nomment _mousquites_, qui se
répandent dans l'air à millions vers le coucher du soleil. Les Nègres
sont obligés d'entretenir constamment du feu dans leurs huttes, pour
chasser ces incommodes animaux par la fumée.

Les bois sont remplis de termès, sorte de fourmis d'une grosseur
extraordinaire. Elles bâtissent leurs nids ou leurs ruches de terre
grasse en forme pyramidale, les élèvent à la hauteur de six ou sept
pieds, et les rendent aussi fermes qu'un mur de plâtre. Ces animaux sont
blancs; ils ont le mouvement fort vif: leur grosseur ordinaire est celle
d'un grain d'avoine, et leur longueur à proportion. La plupart de leurs
édifices ont quatorze ou quinze pieds de circonférence, avec une seule
entrée, qui est à peu près au tiers de sa hauteur. La route pour y
monter est tortueuse. À quelque distance, on les prend pour de petites
cabanes de Nègres. Sur le Sénégal il se trouve de petites fourmis
rouges, d'une nature fort venimeuse.

Il n'y a point de pays, surtout vers la Gambie, qui ne soit peuplé
d'abeilles. Aussi le commerce de la cire est-il considérable parmi les
Nègres. Ils nomment _komobasses_ les mouches qui produisent le miel. Ces
petits animaux habitent le creux des arbres et s'effraient peu de
l'approche des hommes.

Moore dit que les Mandingues, sur la Gambie, ont des ruches de paille
comme celles d'Angleterre; qu'ils y mettent un fond de planches, et
qu'ils les attachent aux branches des arbres. Lorsqu'ils veulent
recueillir ce qu'elles contiennent, ils étouffent les abeilles, ils
prennent les rayons, les pressent pour en tirer le miel, dont ils font
une sorte de vin; font bouillir la cire, et la coulent pour en faire des
pains, qui pèsent ordinairement depuis vingt jusqu'à cent vingt livres.
C'est le pays de Cachao qui en produit la plus grande quantité. Ces
Mandingues, étouffant les abeilles dont ils recueillent la cire, sont
l'image des mauvais rois.

Les grenouilles de la Gambie sont beaucoup plus grosses que celles
d'Angleterre. Dans la saison des pluies, elles font, pendant la nuit, un
bruit qui, dans l'éloignement, ressemble à celui d'une meute de chiens.
On trouve dans les mêmes lieux des scorpions fort gros, dont la blessure
est mortelle, si le remède est différé. En 1733, Moore vit à Brouko un
scorpion long de douze pouces.

Entre plusieurs espèces de serpens, il y en a dont la morsure est sans
remède: ce ne sont pas les plus gros qui sont les plus dangereux. Dans
le royaume de Cayor, ils vivent si familièrement parmi les Nègres, que,
sans nuire même aux enfans, ils viennent à la chasse des rats et des
poulets jusque dans les rues. S'il arrive qu'un Nègre soit mordu, un peu
de poudre à tirer, brûlée aussitôt sur la blessure, est un remède qui
réussit toujours. On voit des serpens de quinze ou vingt pieds de
longueur, et d'un pied et demi de diamètre. Il y en a de si verts, qu'il
est impossible de les distinguer de l'herbe. D'autres sont tout-à-fait
noirs; ils passent pour les plus venimeux. On en trouve de marquetés.
Les Nègres assurent qu'il y en a de rouges dont la blessure est
mortelle. La nation des Sérères les mange avec quelques précautions. Les
aigles en font aussi leur proie. Sur la rivière de Courbali, on voit des
serpens de trente pieds, qui avalent un boeuf entier. On les décrira
plus bas. Les Nègres de la Gambie parlent de quelques serpens qui ont
une crête sur la tête, et qui chantent comme le coq; d'autres, suivant
eux, ont deux têtes qui sortent du même cou; mais Moore, en décrivant
ces animaux, confesse qu'il n'en parle que sur le témoignage d'autrui.

Les chenilles du pays sont aussi grandes que la main, d'une figure
extrêmement hideuse. On y voit deux sortes de vers, également
incommodes. Les premiers se nomment chiques, et pénètrent ou
s'engendrent dans les mains et dans la plante des pieds. S'ils y font
une fois des oeufs, il devient impossible de les extirper. Les autres
sont produits par le mauvais air, et se logent dans la chair, en divers
endroits du corps. Ils y acquièrent souvent jusqu'à cinq pieds de
longueur. Nous en avons déjà parlé.

L'air, quoique sujet à des chaleurs si excessives, et troublé par tant
de révolutions, n'a pas moins d'habitans en Afrique que la terre et les
rivières. Il n'y a point de pays où les oiseaux soient en plus grand
nombre ni dans une plus grande variété. On a déjà décrit l'autruche, la
spatule, le flamant, le calao, à l'occasion des cantons où chacune de
ces espèces se trouve plus particulièrement. Il reste à parler de ceux
qui sont communs à toutes les parties de cette division, et qu'on n'a
fait que nommer sans aucune description.

Celui qui se présente le premier est le pélican, oiseau assez commun sur
les bords du Sénégal et de la Gambie. C'est l'_onocrotalus_ des anciens.
Les Français du Sénégal lui ont donné le nom de _grand gosier_. Il a la
forme, la grosseur et le port d'une grosse oie, avec les jambes aussi
courtes. Ce qui le distingue le plus est un sac qu'il a sous le cou.
Lorsque ce sac est vide, à peine s'aperçoit-il; mais, lorsque l'animal a
mangé beaucoup de poissons, il s'enfle d'une manière surprenante, et
l'on aurait peine à croire la quantité d'alimens qu'il contient. La
méthode du pélican est de commencer d'abord par la pêche. Il remplit son
sac du poisson qu'il a pris; et, se retirant, il le mange à loisir.
Quelques voyageurs prétendent que ce sac, bien étendu, peut contenir un
seau d'eau. Le Maire lui donne le nom de _jabot_, et raconte que le
pélican avale des poissons entiers de la grosseur d'une carpe moyenne.

On trouve de tous les côtés des faucons aussi gros que nos gerfauts, qui
sont capables, suivant le récit des Nègres, de tuer un daim en
s'attachant sur sa tête, et le battant de leurs ailes jusqu'à ce que
les forces lui manquent. On voit aussi une sorte d'aigles bâtards, et
plusieurs espèces de milans et de buzes. La peau d'une espèce
particulière de buze jette une odeur de musc comme celle du crocodile.

Vers le Sénégal, on donne le nom d'_autruche volante_ à l'outarde. Cet
oiseau est de la taille d'un coq d'Inde; ses jambes et son cou
ressemblent à ceux de l'autruche. Sa tête est grosse et ronde, son bec
court, épais, fort. Il est couvert de plumes brunes et blanches; ses
ailes sont larges et fermes. Il a quelque peine à prendre l'essor; mais,
lorsqu'une fois il s'élève, il vole fort haut et fort long-temps.

Près de Boucar, sur le Sénégal, on voit l'oiseau royal qui se nomme en
anglais _comb bird_, ou le peigné. Il est de la grosseur d'un coq
d'Inde; son plumage est gris, rayé de noir et de blanc. Il a de fort
longues jambes; sa hauteur est de quatre pieds. Il se nourrit de
poissons. Il marche aussi gravement que les Espagnols, en levant
pompeusement sa tête, qui est couverte, au lieu de plumes, d'une sorte
de poil doux de la longueur de quatre ou cinq doigts. Cette chevelure
descend des deux côtes; la pointe en est frisée; ce qui a fait donner le
nom de _peigné_ à l'animal: mais sa plus grande beauté est dans sa
queue, qui ressemble à celle d'un coq d'Inde. La partie supérieure est
d'un noir de jais fort brillant, et le bas aussi blanc que l'ivoire. On
en fait des éventails naturels.

On trouve deux sortes de perroquets, les uns petits, tout-à-fait verts;
les autres beaucoup plus gros, avec la tête grise, le ventre jaune, les
ailes vertes, et le dos mêlé de gris et de jaune: ceux-ci n'apprennent
jamais à parler; mais les petits ont l'organe clair et agréable, et
prononcent distinctement tout ce qu'on prend la peine de leur répéter.

On trouve au long de la rivière le héron nain, que les Français nomment
_l'aigrette_.

La _nonette_ est un oiseau blanc et noir. Il a la tête revêtue d'une
touffe de plumes qui a l'apparence d'un voile; sa taille est celle d'un
aigle; il se nourrit de poissons; il fréquente les bois, et s'apprivoise
difficilement.

Les cormorans et les vautours sont semblables à ceux de l'Europe. Entre
ces derniers, il s'en trouve d'aussi gros que les aigles; ils dévorent
les enfans, lorsqu'ils peuvent les surprendre à l'écart.

Près du désert, au long du Sénégal, on trouve un oiseau de proie de
l'espèce du milan, auquel les Français ont donné le nom d'_écouffe_.
C'est une espèce d'aigle bâtard, de la forme et de la hauteur d'un coq
ordinaire; sa couleur est brune, avec quelques plumes noires aux ailes
et à la queue; il a le vol rapide, les serres grosses et fortes, le bec
courbé, l'oeil hagard et le cri fort aigu. Sa proie ordinaire est le
serpent, les rats et les oiseaux; mais tout convient à sa faim
dévorante: il n'est point épouvanté des armes à feu. La chair cuite ou
crue le tente si vivement, qu'il enlève les morceaux aux matelots dans
le temps qu'ils les portent à la bouche.

La _demoiselle de Numidie_ est de la taille du coq d'Inde: son plumage
au dos et sur le ventre est d'un violet foncé, et variable comme le
tabis, suivant les différentes réflexions de la lumière; il paraît
quelquefois d'un noir luisant, quelquefois d'un violet clair ou pourpre,
et comme doré. Froger dit que les plumes de la queue de cet oiseau sont
d'un violet ordinaire, et que sur la tête il a deux touffes, l'une sur
le devant, d'un beau noir, l'autre couleur aurore ou de flamme: ses
jambes et son bec sont assez longs, et sa marche est fort grave; il aime
la solitude et fait une guerre mortelle à la volaille. Sa chair est
nourrissante et de bon goût. Cet oiseau, suivant la description que
l'académie royale des sciences de Paris en a donnée sous le nom de
_demoiselle de Numidie_, est remarquable par sa démarche et ses
mouvemens, qui semblent imités de ceux des femmes, et par la beauté de
son plumage. On l'a désigné improprement par le nom de paon d'Afrique ou
de Guinée.

On a vu plusieurs de ces oiseaux dans le parc de Versailles, où l'on
admirait leur figure, leur contenance et leurs mouvemens. On prétendait
trouver dans leurs sauts beaucoup de ressemblance avec la danse
bohémienne. Il semble qu'ils s'applaudissent d'être regardés, et que le
nombre des spectateurs anime leurs chants et leurs danses.

Dans l'île de Bifèche, près de l'embouchure du Sénégal, on trouve un
grand nombre d'oiseaux que les Français appellent pique-boeufs, de la
grosseur d'un merle, noirs comme lui, avec un bec dur et pointu. Cet
oiseau s'attache sur le dos des bestiaux, dans les endroits où leur
queue ne peut le toucher, et de son bec il leur perce la peau pour sucer
leur sang. Si les bergers et les pâtres ne veillent pas soigneusement à
le chasser, il est capable à la fin de tuer l'animal le plus vigoureux.

L'oiseau qui porte le nom de _quatre-ailes_ le tire moins du nombre de
ses ailes, puisqu'il n'en a que deux, que de la disposition de ses
plumes. Mais Jobson en vit un qui a réellement quatre ailes distinctes
et séparées. Cet oiseau ne paraît jamais plus d'une heure avant la nuit.
Ses deux premières ailes sont les plus grandes, les deux autres en sont
à quelque distance; de sorte que le corps se trouve placé entre les deux
paires.

Brue remarqua dans le même pays un oiseau d'une espèce extraordinaire.
Il est plus gros que le merle: son plumage est d'un bleu céleste fort
luisant; sa queue grosse et longue d'environ quinze pouces: il la
déploie quelquefois comme le paon. Un poids si peu proportionné à sa
grosseur rend son vol lent et difficile. Il a la tête bien faite et les
yeux fort vifs: son bec est entouré d'un cercle jaune. Cet oiseau est
fort rare.

Près de la rivière de Paska, au sud de la Gambie, on voit une sorte
d'oiseau à gros bec, qui ressemble beaucoup au merle. Sa chair est fort
bonne; son cri est remarquable par la répétition qu'il fait de la
syllabe _ha_, _ha_, avec une articulation si nette et si distincte,
qu'on prendrait sa voix pour celle d'un homme.

Le kourbalos ou martin-pêcheur se nourrit de poisson. Il est de la
taille du moineau, et son plumage est fort varié; il a le bec aussi long
que le corps entier, fort et pointu, armé au dedans de petites dents qui
ont la forme d'une scie; il se balance dans l'air et sur la surface de
l'eau avec un mouvement si vif et si animé, que les yeux en sont
éblouis. Les deux bords du Sénégal en sont remplis, surtout vers l'île
au Morfil, où il s'en trouve des millions. Leurs nids sont en si grand
nombre sur les arbres, que les Nègres leur donnent le nom de villages.
Il y a quelque chose de fort curieux dans la mécanique de ces nids. Leur
figure est oblongue comme celle d'une poire; leur couleur est grise; ils
sont composés d'une terre dure, mêlée de plumes, de mousse et de paille,
si bien entrelacés, que la pluie n'y trouve aucun passage; ils sont si
forts, qu'étant agités par le vent, ils s'entre-heurtent sans se briser;
car ils sont suspendus par un long fil à l'extrémité des branches qui
donnent sur la rivière. À quelque distance, il n'y a personne qui ne les
prît pour le fruit de l'arbre. Ils n'ont qu'une petite ouverture, qui
est toujours tournée à l'est, et dont la disposition ne laisse point de
passage à la pluie. Les kourbalos sont en sûreté dans ces nids contre
les surprises des singes, leurs ennemis, qui n'osent se risquer sur des
branches si faibles et si mobiles, et contre les attaques des serpens.

Il y a sur la Gambie une sorte de chouettes que les Nègres croient
sorcières, et pour lesquelles ils ont tant d'aversion, que, s'il en
paraît une dans le village, tous les habitans prennent l'alarme et lui
donnent la chasse.

Jobson parle du ouake, oiseau qu'on nomme ainsi parce qu'il exprime ce
bruit en volant. Il aime les champs semés de riz, mais c'est pour y
causer beaucoup de ravage. Il est gros, et d'un fort beau plumage. On
admire surtout la forme de sa tête, et la belle touffe qui lui sert de
couronne. En Angleterre, elle fait quelquefois la parure des plus grands
seigneurs. Il est de la taille du paon: son plumage a la douceur du
velours.

Le plus grand oiseau de ces contrées, si l'on en croit Jobson, se nomme
la cigogne d'Afrique; mais il ne tire cet avantage que de son cou et de
ses jambes, qui le rendent plus grand qu'un homme: son corps a la
grosseur d'un agneau.

Les pintades, les perdrix et les cailles sont très-nombreuses. Ces
dernières sont aussi grosses que les bécasses d'Europe. Jobson suppose
qu'elles sont de l'espèce de celles qui tombèrent dans le désert pour
la nourriture des Israélites.

Enfin on voit une infinité de petits oiseaux dont la couleur est
charmante et le chant délicieux; il en est un qui n'a, dit-on, pour
jambes, comme l'oiseau d'Arabie, que deux filets, par lesquels il
s'attache aux arbres, la tête pendante, et le corps sans mouvement: sa
couleur est si pâle et si semblable à la feuille morte, qu'il est fort
difficile à distinguer dans le repos. On a fait le même conte sur
l'oiseau de paradis.

Le marsouin d'Afrique est de la grosseur du requin; on vante la bonté de
sa chair: on en fait du lard, mais d'assez mauvais goût.

Les baleines sont d'une grandeur prodigieuse dans toutes leurs
dimensions; elles paraissent quelquefois plus grosses qu'un bâtiment de
vingt-six tonneaux: cependant on n'a point d'exemple qu'elles aient
jamais renversé un vaisseau, ni même une barque ou une chaloupe; mais,
pour les nacelles des pêcheurs, on n'y est point avec la même sûreté.

Le souffleur ou cachalot a beaucoup de ressemblance avec la baleine,
mais il est beaucoup plus petit; s'il lance de l'eau comme la baleine,
c'est par un seul passage qui est au-dessus du museau, au lieu que la
baleine en a deux.

Les requins, que les Portugais nomment _tuberones_, paraissent
ordinairement dans les temps calmes. Ils nagent lentement à l'aide
d'une haute nageoire qu'ils ont sur la tête; leur principale force
consiste dans leur queue, avec laquelle ils frappent violemment; et dans
leurs scies tranchantes (car on ne peut donner d'autre nom à leurs
dents) qui coupent la jambe ou le bras d'un homme aussi nettement que la
meilleure hache. Ces terribles animaux sont toujours affamés. Ils
avalent tout ce qui se présente; de sorte qu'on leur a trouvé souvent
des crochets et d'autres instrumens de fer dans les entrailles. Leur
chair est coriace et de mauvais goût.

On regarde le requin comme le plus vorace de tous les animaux de mer.
Labat paraît persuadé que c'est un véritable chien de mer, qui ne
diffère de ceux des mers de l'Europe que par la grandeur. On en a vu sur
les côtes d'Afrique, où il est fort commun, et même dans les rivières,
de la longueur de vingt-cinq pieds et de quatre pieds de diamètre,
couverts d'une peau forte et rude. Le requin a la tête longue, les yeux
grands, ronds, fort ouverts et d'un rouge enflammé; la gueule large,
armée de trois rangées de dents à chaque mâchoire. Elles sont toutes si
courtes, si serrées et si fermes, que rien ne peut leur résister.
Heureusement cette affreuse gueule est presque éloignée d'un pied de
l'extrémité du museau, de sorte que le monstre pousse d'abord sa proie
devant lui avant de la mordre. Il la poursuit avec tant d'avidité, qu'il
s'élance quelquefois jusque sur le sable. Sans la difficulté qu'il a
pour avaler, il dépeuplerait l'Océan. Avec quelque légèreté qu'il se
tourne, il donne le temps aux autres poissons de s'échapper. Les Nègres
prennent ce moment pour le frapper. Ils plongent sous lui, et lui
ouvrent le ventre. Il est d'ailleurs assez facile à tromper, parce que
sa voracité lui fait saisir toutes sortes d'amorces. On le prend
ordinairement avec un crochet attaché au bout d'une chaîne, auquel on
lie un morceau de lard ou d'autre viande.

Il est fort dangereux de se baigner dans les rivières qui portent des
requins. En 1731, une petite esclave de James-Fort, sur la Gambie, fut
emportée tandis qu'elle était à se laver les pieds. Une barque remontant
la même rivière en 1731, il y eut un requin assez affamé pour s'en
approcher, malgré le bruit qui s'y faisait, et pour se saisir d'une rame
qu'il brisa d'un seul coup de dents.

Sur la côte de Juida, où la mer est toujours fort grosse, un canot fut
renversé en allant au rivage avec quelques marchandises. Un des matelots
fut saisi par un requin, et la violence des flots les jeta tous deux sur
le sable; mais le monstre, sans lâcher un moment sa proie, attendit le
retour de la vague, et regagna la mer avec le matelot qu'il emporta.

Si quelqu'un a le malheur de tomber dans la mer, il faut désespérer de
le revoir, à moins qu'alors il ne se trouve point de requin aux environs
du vaisseau ce qui est extrêmement rare. Si l'on jette un cadavre dans
la mer, on voit avec horreur quatre ou cinq de ces affreux animaux qui
se lancent vers le fond pour saisir le corps, ou qui, le prenant dans sa
chute, le déchirent en un instant. Chaque morsure sépare un bras ou une
jambe du tronc; tout est dévoré, dit-on, en moins de temps qu'il ne faut
pour compter vingt. Si quelque requin arrive trop tard pour avoir part à
la proie, il semble prêt à dévorer les autres; car ils s'attaquent entre
eux avec une violence incroyable; on leur voit lever la tête et la
moitié du corps hors de l'eau, et se porter des coups si terribles,
qu'ils font trembler la mer. Lorsqu'un requin est pris et tiré à bord,
il n'y a point de matelot assez hardi pour s'en approcher. Outre ses
morsures, qui enlèvent toujours quelque partie du corps, les coups de sa
queue sont si redoutables, qu'ils brisent la jambe, le bras ou tout
autre membre à ceux qui ne se hâtent pas de les éviter.

Ce qui paraît difficile à accorder avec tant de voracité, c'est ce que
les voyageurs disent du requin, qu'il est ordinairement environné d'une
multitude de petits poissons qui ont la gueule et la tête plate. Ils
s'attachent au corps du monstre; et lorsqu'il s'est saisi de quelque
proie, ils se rassemblent autour de lui pour en manger leur part, sans
qu'il fasse aucun mouvement pour les chasser.

On compte dans ce cortége du requin un petit poisson de la grandeur du
hareng, qui se nomme _le pilote_, et qui entre librement dans sa gueule,
en sort de même, et s'attache à son dos sans que le monstre lui nuise
jamais.

La vache de mer, que les Espagnols appellent _manati_, et les Français
lamentin, est ordinairement longue de seize ou dix-huit pieds sur quatre
ou cinq de diamètre. Le lamentin aime l'eau fraîche. Aussi ne
s'éloigne-t-il guère des côtes. Comme il s'endort quelquefois la gueule
ouverte au-dessus de l'eau, les pécheurs nègres le surprennent dans
cette situation, et lui font perdre tant de sang, qu'il leur devient
aisé de le tirer au rivage. La chair de ces animaux est si délicate,
qu'elle est comparable au veau de rivière.

On trouve sur les côtes un poisson dont la mâchoire d'en haut s'avance
de la longueur de quatre pieds avec des pointes aiguës, rangées de
chaque côté à des distances égales. C'est la scie, l'ennemi déclaré de
la baleine, qu'elle blesse quelquefois si dangereusement, que celle-ci
fuit jusqu'au rivage, où elle, expire après avoir perdu tout son sang.
On nomme aussi ce poisson _l'espadon_, _l'épée_, ou _l'empereur_.

Ce nom convient mieux à d'autres animaux marins dont la tête est armée
aussi d'un os fort long, mais uni et pointu, qui ressemble à la corne
fabuleuse de la licorne. Les gens de mer l'appellent _sponton_. Il est
capable de percer un bâtiment et d'y faire une voie d'eau; mais il y
brise quelquefois son os, qui sert de cheville pour boucher le trou.

Les _vieilles_, grande espèce de morues, sont d'une singulière
abondance au long de cette côte occidentale, surtout près du cap Blanc
et de la baie d'Arguin. Il s'en trouve qui pèsent jusqu'à deux cents
livres. La chair en est blanche, tendre, grasse, ferme, et se détache en
flocons. La peau est grise, épaisse, grasse, couverte de petites
écailles. C'est un poisson fort vorace, et que son avidité fait prendre
aisément. Comme il a beaucoup de force, il fait des mouvemens prodigieux
pour s'échapper.

De tous les animaux qui nagent, il n'y en a point d'une espèce plus
surprenante que la torpille (_numbfish_ en anglais), poisson qui a la
vertu d'engourdir, Kolbe, qui lui donne le nom de _crampe_, vérifia par
sa propre expérience ce qu'on lit dans plusieurs auteurs, qu'en touchant
la torpille avec le pied ou la main, ou seulement avec un bâton, le
membre qui prend cette espèce de communication avec l'animal s'engourdit
tellement, qu'il devient immobile, et qu'en même temps on ressent
quelque douleur dans toutes les autres parties du corps. En un mot,
Kolbe éprouva une espèce de convulsion; mais, après une ou deux minutes,
l'engourdissement diminue par degrés.

Lorsque ce poisson est pris nouvellement, il agit plus souvent et d'une
manière plus sensible; mais, après avoir été quelques heures hors de
l'eau, sa vertu languit et diminue par degrés. Kæmpfer croit avoir
remarqué qu'elle est plus violente dans la femelle que dans le mâle. On
ne peut toucher la torpille femelle avec les mains sans ressentir un
horrible engourdissement dans le bras et jusqu'aux épaules. On ne
saurait marcher dessus, même avec des souliers, sans éprouver la même
sensibilité dans les jambes, aux genoux, et jusqu'aux cuisses. Ceux qui
la touchent des pieds sont saisis d'une palpitation de coeur encore plus
vive que ceux qui ne l'ont touchée qu'avec la main.

Au reste, cet engourdissement ne ressemble point à celui qui se fait
quelquefois sentir dans un membre, lorsque, ayant été pressé long-temps,
la circulation du sang et des esprits s'y trouve contrainte. C'est une
vapeur subite, qui, passant au travers des pores, pénètre en un moment
dans tout le corps, et agit sur l'âme par une véritable douleur. Les
nerfs se contractent tellement, qu'on s'imagine que tous les os, surtout
ceux de la partie affectée, sont sortis de leurs jointures. Cet effet
est accompagné d'un tremblement de coeur et d'une convulsion générale,
pendant laquelle on ne se trouve plus aucune marque de sentiment. Enfin
l'impression est si violente, que toute la force de l'autorité et des
promesses n'engagerait pas un matelot à reprendre le poisson dans sa
main lorsqu'il en a ressenti l'effet. Cependant, Kæmpfer rend témoignage
qu'en faisant ces observations, il vit un Africain qui prenait la
torpille sans aucune marque de frayeur, et qui la toucha quelque temps
avec la même tranquillité. Kæmpfer, ayant remarqué un si singulier
secret, apprit que le moyen de prévenir l'engourdissement était de
retenir soigneusement son haleine; il en fit aussitôt l'expérience. Elle
lui réussit, et tous ses amis à qui il ne manqua point de la
communiquer, la tentèrent avec le même succès; mais, lorsqu'ils
recommençaient à laisser sortir leur haleine, l'engourdissement
recommençait aussi à se faire sentir.

La tortue verte, ou de mer, est commune, pendant toute l'année, aux îles
et dans la baie d'Arguin. Elle n'est pas si grosse que celles des îles
de l'Amérique; mais elle n'est pas moins bonne.

La tortue fait des oeufs sur le sable du rivage. Elle marque
soigneusement le lieu, et dix-sept jours après elle retourne pour les
couver. Elle a quatre pates, ou plutôt quatre nageoires au-dessous du
ventre, qui lui tiennent lieu de jambes, mais courtes, avec une seule
jointure qui touche au corps. Ces pates ou ces nageoires, étant un peu
dentelées à l'extrémité, forment une espèce de griffes qui sont liées
par une forte membrane, et fort bien armées d'ongles pointus.
Quoiqu'elles aient beaucoup de force, elles n'en ont point assez pour
supporter le corps de l'animal, de sorte que son ventre touche toujours
à terre. Cependant la tortue marche assez vite lorsqu'elle est
poursuivie, et porte aisément deux hommes sur son dos.

Lorsque la tortue a fait sa ponte et couvert ses oeufs, elle laisse au
soleil à les faire éclore, et les petits ne sont pas plus tôt sortis de
l'écaille, qu'il courent à la mer. Les Maures les prennent, soit avec
des filets, soit en les tournant sur le dos, lorsqu'ils peuvent les
surprendre sur le sable; car une tortue dans cette situation ne saurait
se retourner. Son huile fondue se garde fort bien, et n'est guère
inférieure à l'huile d'olive et au beurre, surtout lorsqu'elle est
nouvelle.

Sur la langue de terre nommée pointe de Barbarie, à l'embouchure du
Sénégal, on trouve un grand nombre de petites crabes que les Français
appellent _tourlouroux_; on les croit, à tort, d'une nature dangereuse.
C'est une fort petite espèce de crabes de terre, qui ressemblent pour la
forme à nos écrevisses de mer. Elles ont une faculté surprenante; c'est
de pouvoir se défaire de leurs jambes aussi facilement que si elles ne
tenaient au corps qu'avec de la glu: de sorte que, si vous en saisissez
une, vous êtes surpris qu'elle vous reste dans la main, et que l'animal
ne laisse pas de courir fort vite avec le reste, et, dans la saison
suivante, il lui revient une autre jambe; mais ce qui est fort étrange
dans cette espèce de crabes, c'est qu'elles dévorent celles qui sont
estropiées ainsi par quelque accident.

Le crocodile, qui est regardé comme la plus grande espèce de lézard, est
d'un brun foncé. Sa tête est plate et pointue, avec de petits yeux
ronds, sans aucune vivacité. Il a le gosier large et ouvert d'une
oreille à l'autre, avec deux, trois ou quatre rangées de dents, de
forme et de grandeur différentes, mais toutes pointues ou tranchantes.
Ses jambes sont courtes, et ses pieds armés de griffes crochues, longues
et pointues; ceux de devant en ont quatre, et ceux de derrière en ont
cinq: c'est avec cette arme terrible qu'il saisit et qu'il déchire sa
proie. Il est couvert d'une peau dure, épaisse, chargée d'écailles et
garnie de tous côtés d'un grand nombre de pointes qu'on prendrait pour
autant de clous. Plusieurs parties de son corps, telles que la tête, le
dos et la queue, dans laquelle consiste sa principale force, sont d'une
dureté impénétrable à la balle. Cependant il est facile à blesser sous
le ventre et sous une partie du gosier: aussi n'expose-t-il guère ces
endroits faibles au danger. Sa queue est ordinairement aussi longue que
le reste de son corps: elle est capable de renverser un canot; mais,
hors de l'eau, il est moins dangereux que dedans.

Quoique le crocodile soit une lourde masse, il marche fort vite dans un
terrain uni, où il n'est pas obligé de tourner; car ce mouvement lui est
fort difficile. Il a l'épine du dos fort raide et composée de plusieurs
vertèbres si serrées l'une contre l'autre, qu'elle est immobile. Aussi
se laisse-t-il entraîner par le fil de l'eau comme une pièce de bois, en
cherchant des yeux les hommes et les animaux qui peuvent venir à sa
rencontre. Il a jusqu'à vingt ou trente pieds de longueur.

Cet animal est terrible jusqu'après sa mort. On rapporte qu'un Nègre,
employé par les Français pour en écorcher un, le démusela lorsqu'il fut
à la tête, dans la vue de conserver sa peau plus entière. Le crocodile
emporta un doigt au Nègre. Ceux qui racontent ce fait assurent pourtant
que le crocodile était mort. Il faut donc supposer qu'un reste d'esprits
animaux donnait encore à la tête du monstre cette espèce de mouvement
dont on a observé des effets dans des têtes d'hommes récemment coupées.

Malgré la férocité du crocodile, les Nègres se hasardent quelquefois à
l'attaquer, lorsqu'ils peuvent le surprendre sur quelque basse où l'eau
n'a pas beaucoup de profondeur. Ils s'enveloppent le bras gauche d'un
morceau de cuir de boeuf, et, prenant leur zagaie de la main droite, ils
se jettent sur le monstre, le percent de plusieurs coups au gosier et
dans les yeux, et lui ouvrent enfin la gueule, qu'ils l'empêchent de
fermer en la traversant de leurs zagaies. Comme il n'a point de langue,
l'eau qui entre aussitôt n'est pas long-temps à le suffoquer. Un Nègre
du fort Saint-Louis faisait son exercice ordinaire d'attaquer tous les
crocodiles qu'il pouvait surprendre. Il avait ordinairement le bonheur
de les tuer et de les amener au rivage; mais souvent il sortait du
combat couvert de blessures. Un jour, sans l'assistance qu'il reçut d'un
canot, il n'aurait pu éviter être dévoré. Atkins fait le récit d'une
lutte dont il fut témoin à Sierra-Leone entre un matelot anglais et un
crocodile. Le secours des Nègres délivra l'Anglais du danger; mais il
en sortit misérablement déchiré.

Cependant il y a des pays où les crocodiles paraissent beaucoup moins
féroces. Près de Lebot, village vers l'embouchure de la rivière de
San-Domingo, ils sont si doux et si familiers, qu'ils badinent avec les
enfans et reçoivent d'eux leur nourriture.

Tous les voyageurs rendent témoignage que cet animal jette une forte
odeur de musc, et qu'il la communique aux eaux qu'il fréquente.
Navarette assure qu'on lui trouve entre les deux pates de devant, contre
le ventre, deux petites bourses de musc pur. Collins prétend que c'est
sous les ouïes.

L'Afrique produit un autre animal amphibie; c'est l'hippopotame, nom
tiré du grec; on le désigne aussi par celui de cheval marin. Il s'en
trouve beaucoup dans les rivières de Sénégal, de Gambie et de
Saint-Domingue. Le Nil et toutes les côtes depuis le cap Blanco jusqu'à
la mer Rouge n'en sont pas moins remplis. Cet animal vit également dans
l'eau et sur la terre. Dans sa pleine grosseur, il est plus gros d'un
tiers que le boeuf, auquel il ressemble d'ailleurs dans quelques
parties, comme dans d'autres il est semblable au cheval. Sa queue est
celle d'un cochon, à l'exception qu'elle est sans poil à l'extrémité. Il
se trouve des hippopotames qui pèsent douze ou quinze cents livres.

Outre les dents machelières, qui sont grosses et creuses vers le
milieu, il a quatre défenses comme celles du sanglier, c'est-à-dire une
à chaque mâchoire, longue de sept à huit pouces, et d'environ cinq
pouces de circonférence à la racine. Celles d'en bas sont plus courbées
que celles de la mâchoire supérieure; elles sont d'une substance plus
dure et plus blanche que l'ivoire. L'animal en fait sortir des
étincelles, lorsque, étant en furie, il les frappe l'une contre l'autre,
et les Nègres s'en servent comme d'un caillou pour allumer le feu.

On recherche beaucoup ces grandes dents pour en composer
d'artificielles, parce qu'avec plus de dureté que l'ivoire, leur couleur
ne se ternit jamais.

Il faut que l'hippopotame ait beaucoup de force dans le cou et dans les
reins; car un voyageur raconte qu'une vague ayant jeté et laissé à sec,
sur le dos d'un de ces animaux, une barque hollandaise chargée de
quatorze tonneaux de vin, sans compter les gens de l'équipage, il
attendit patiemment le retour des flots qui vinrent le délivrer de son
fardeau, et ne fît pas connaître par le moindre mouvement qu'il en fût
fatigué.

Lorsqu'il est insulté dans l'eau, soit qu'il dorme au fond de la
rivière, ou qu'il se lève pour hennir, ou qu'il nage à la surface, il se
jette avec fureur sur ses ennemis, et quelquefois il emporte avec les
dents des planches de la meilleure barque. Mais ce qui est encore plus
dangereux, c'est que, la prenant par le bas, il la fait quelquefois
couler à fond. On en trouve quantité d'exemples dans les voyageurs.

En 1731, un facteur de la compagnie d'Angleterre, nommé Galand, et le
contre-maître d'un vaisseau anglais, furent malheureusement noyés dans
la Gambie par un accident de cette nature. Sur la rivière du Sénégal, un
de ces animaux, ayant été blessé d'une balle, et ne pouvant gagner le
côté de la barque d'où le coup était parti, la frappa d'un coup de pied
si furieux, qu'il brisa une planche d'un pouce et demi d'épaisseur, ce
qui causa une voie d'eau qui faillit faire périr la barque. Celle de
Jobson fut frappée trois fois par les hippopotames dans ses différentes
navigations de la Gambie; un de ces animaux la perça d'un coup de dent
jusqu'à faire une voie d'eau fort dangereuse. On ne put l'éloigner
pendant la nuit que par la lumière d'une chandelle qu'on mit sur un
morceau de bois et qu'on abandonna au cours de l'eau. Le même auteur
trouva les hippopotames encore plus féroces, lorsque, ayant des petits,
ils les portent sur le dos en nageant. Il observe que l'hippopotame
s'accorde fort bien avec le crocodile, et qu'on les voit nager
tranquillement l'un à côté de l'autre.

Cet animal est plus souvent sur la terre que dans l'eau. Il lui arrive
souvent d'aller dormir entre les roseaux, dans les marais voisins de la
rivière. Il serait inutile d'employer des filets pour le prendre; d'un
coup de dent il briserait. toutes les cordes. Lorsque les pêcheurs le
voient approcher de leurs filets, ils lui jettent quelque poisson dont
il se saisit, et la satisfaction qu'il ressent de cette petite proie le
fait tourner d'un autre côté. On en voit dans les rivières en troupes
nombreuses. Ils ne sont pas si communs dans le Sénégal.



LIVRE QUATRIÈME.

VOYAGES SUR LA CÔTE DE GUINÉE. CONQUÊTES DE DAHOMAY.



CHAPITRE PREMIER.

Voyages de Villault, de Philips et de Loyer. Description du pays
d'Issini.


Avant d'entrer dans la description générale de la Guinée, nous placerons
dans ce livre quelques voyages qui n'ont eu d'autre but que le commerce,
et nous y joindrons une digression sur les victoires du conquérant de
Juida et d'Ardra, nommé le roi de Dahomay.

Un des premiers voyageurs qui se présentent dans cette partie de la
collection dont nous donnons l'abrégé, est un Français nommé Villault de
Bellefonds, contrôleur d'un bâtiment de la compagnie française des Indes
en 1666. Nous en tirerons peu de chose, les pays qu'il a parcourus ayant
été beaucoup mieux observés.

Il parle avec admiration des environs du cap de Monte, le premier qu'on
rencontre après Sierra-Leone. En descendant sur la côte, on a la vue
d'une belle plaine, qui est bordée de tous côtés par des bois toujours
verts, dont les feuilles ressemblent beaucoup à celles du laurier. Du
côté du sud, la perspective est terminée par la montagne du Cap, et du
côté du nord par une vaste forêt, qui couvre de son ombre une petite île
à l'embouchure de la rivière. Du côté de l'est, l'oeil se perd dans la
vaste étendue des prairies et des plaines qui sont revêtues d'une
verdure admirable, parfumées de l'odeur qui s'en exhale sans cesse, et
rafraîchies par un grand nombre de petits ruisseaux qui descendent de
l'intérieur du pays. Le riz, le millet et le maïs sont ici plus abondans
que dans aucune partie de la Guinée.

Les Nègres de cette côte sont généralement bien faits et robustes. Comme
ils portent tous le nom de quelque saint, Villault voulut être informé
de l'origine de cet usage. Il apprit qu'au départ de tous les vaisseaux
dont ils avaient reçu quelque bienfait, ils avaient demandé les noms des
officiers et de tous les gens de l'équipage, pour les faire porter à
leurs enfans par un sentiment de reconnaissance. Charmé de ce récit, il
donna deux couteaux au Nègre qui le lui avait fait, pour lui témoigner
le plaisir qu'il avait prisa l'entendre. Ce pauvre Africain, surpris de
cette générosité, lui demanda son nom, et lui promit de le faire porter
au premier enfant mâle qu'il aurait de sa femme, qui était près
d'accoucher.

L'autorité des Portugais sur les Nègres a tant de force, qu'ils les
conduisent à leur gré, sans qu'on les ait jamais vus se révolter contre
eux, comme il leur est arrivé tant de fois à l'égard des autres nations
de l'Europe. Enfin les Portugais sont si absolus dans cette grande
contrée, qu'ils se font quelquefois servir à table par les enfans des
rois du pays. Un de ces Portugais se trouvant à Sierra-Leone pour le
commerce, dit à Villault qu'il faisait tous les ans un voyage au
Sénégal, c'est-à-dire à deux cents lieues de son séjour ordinaire, et
que, si les commodités lui manquaient pour faire ce voyage par eau, il
se faisait porter par des Nègres, lui et toutes ses marchandises.

Le voyage du capitaine anglais Philips à l'île de San-Thomé et au
royaume de Juida en Guinée (royaume dont nous parlerons dans la suite de
ce recueil), n'a rien d'intéressant ni d'instructif que ce qui regarde
la traite des Nègres. Ce commerce était l'objet d'un voyage qu'il fit
sur le vaisseau _l'Annibal_, qu'il commandait pour des marchands
associés, et qu'accompagnait un autre navire commandé par le capitaine
Clay. On aura de quoi frémir plus d'une fois en lisant les récits qu'il
fait de la meilleure foi du monde, et sans croire avoir le moindre
reproche à se faire.

Il essuya dans sa route un de ces _tornados_ qui sont fort communs sur
les côtes d'Afrique. Dans l'espace d'une demi-heure, l'aiguille fit le
tour entier du cadran, et le tonnerre, accompagné d'éclairs terribles,
fit du ciel et de la terre une scène d'horreur et d'épouvante. Des
traces de soufre enflammé, qui paraissaient de tous côtés dans l'air,
firent craindre à Philips que le feu ne prît au vaisseau; cependant il
s'accoutuma par degrés à ces affreux phénomènes; et, dans la suite, en
ayant éprouvé beaucoup d'autres, il se contenta, lorsqu'il était menacé
de l'orage, d'amener toutes ses voiles, et d'attendre patiemment que le
feu du ciel, les flots et les vents eussent exercé leur furie, ce qui
dure rarement plus d'une heure, et même avec peu de danger, surtout près
des côtes de Guinée, où les tornados viennent généralement du côté de la
terre. On les regarde comme un signe que la côte n'est pas éloignée.

À l'arrivée des deux vaisseaux sur la côte de Juida, le roi envoya au
comptoir anglais deux de ses cabochirs ou nobles, chargés d'un
compliment pour les facteurs. Philips et Clay, qui étaient déjà
débarqués, firent répondre au monarque qu'ils iraient le lendemain lui
rendre leurs devoirs. Cette réponse ne le satisfit pas. Il fit partir
sur-le-champ deux autres de ses grands pour les inviter à venir le même
jour, et les avertir non-seulement qu'il les attendait, mais que tous
les capitaines qui les avaient précédés étaient venus le voir dès le
premier jour. Sur quoi, dans la crainte de l'offenser, les deux
capitaines, accompagnés de Pierson, chef du comptoir anglais et de leurs
gens, se mirent en chemin pour la ville royale.

Ils furent reçus à la porte du palais par plusieurs cabochirs, qui les
saluèrent à la mode ordinaire des Nègres du pays, c'est-à-dire, en
faisant d'abord claquer leurs doigts, et leur serrant ensuite les mains
avec beaucoup d'amitié. Lorsqu'ils eurent traversé la cour, les mêmes
seigneurs se jetèrent à genoux près de l'appartement du roi, firent
encore claquer leurs doigts, touchèrent la terre du front, et la
baisèrent trois fois; cérémonie d'usage lorsqu'ils s'approchent de leur
maître. S'étant levés, ils introduisirent les Anglais dans la chambre du
roi, qui était remplie de nobles à genoux; ils s'y mirent comme tous les
autres, chacun dans son poste, et s'y tinrent constamment pendant toute
l'audience: c'est la situation dans laquelle ils paraissent toujours
devant le roi.

Sa majesté nègre, qui était cachée derrière un rideau, ayant jeté les
yeux sur les Anglais par une petite ouverture, leur fit signe
d'approcher. Ils s'avancèrent vers le trône, qui était une estrade
d'argile de la hauteur de deux pieds, environnée de vieux rideaux sales
qui ne se tirent jamais, parce que le monarque n'accorde point à ses
cabochirs l'honneur de le voir au visage. Il avait près de lui deux ou
trois petits Nègres, qui étaient ses enfans. Il tenait à la bouche une
longue pipe de bois, dont la tête aurait pu contenir une once de tabac.
À son côté il avait une bouteille d'eau-de-vie, avec une petite tasse
d'argent assez malpropre. Sa tête était couverte, ou plutôt liée d'un
calicot fort grossier; et, pour habit, il portait une robe de damas
rouge. Sa garde-robe était fort bien garnie de casaques et de manteaux
de drap d'or et d'argent, de brocart, de soie, et d'autres étoffes à
fleurs, brochées de grains de verre de différentes couleurs; présens
qu'il se vantait d'avoir reçus des capitaines blancs que le commerce
avait amenés dans ses états, et dont il prenait plaisir à faire admirer
le nombre et la variété. Mais, de toute sa vie, il n'avait porté de
chemise, ni de bas, ni de souliers.

Les Anglais se découvrirent la tête pour le saluer. Il prit les deux
capitaines par la main, et leur dit d'un air obligeant qu'il avait eu
beaucoup d'impatience de les voir, qu'il aimait leur nation; qu'ils
étaient ses frères, et qu'il leur rendrait tous les bons offices qui
dépendraient de lui. Ils le firent assurer, par l'interprète, de leur
reconnaissance personnelle, et de l'affection de la compagnie royale
d'Angleterre, qui, malgré les offres qu'elle recevait de plusieurs pays
où les esclaves étaient en abondance, aimait mieux tourner son commercé
vers le royaume de Juida pour y faire apporter toutes les commodités
dont il avait besoin. Ils ajoutèrent qu'avec de tels sentimens, ils se
flattaient que sa majesté ne ferait pas traîner en longueur leur
cargaison d'esclaves, principal objet de leur voyage, et qu'elle ne
souffrirait pas que ses cabochirs leur en imposassent sur le prix. Enfin
ils promirent qu'à leur retour en Angleterre, ils rendraient compte à
leurs maîtres de ses faveurs et de ses bontés.

Il répondit que la compagnie royale d'Afrique était un _fort honnête
homme_, qu'il l'aimait sincèrement, et qu'on traiterait de bonne foi
avec ses marchands. Cependant il tint mal sa parole, ou plutôt, malgré
les témoignages de respect qu'il recevait de ses cabochirs, il fit voir
par sa conduite qu'il n'osait rien faire qui leur déplût: contraste
assez ordinaire dans toute espèce de despotisme, où l'on voit souvent
les esclaves faire trembler par leur férocité le maître qu'ils
corrompent par leur bassesse.

Dans cette première audience il ne manqua rien à ses politesses. Après
avoir fait assembler les Anglais auprès de lui, il but à la santé de son
frère le roi d'Angleterre, de son _ami_ la compagnie royale d'Afrique,
et des deux capitaines. Ses liqueurs favorites étaient l'eau-de-vie et
le _pitto_. Celle-ci est composée de blé d'Inde long-temps infusé dans
l'eau. Elle tire sur le goût d'une espèce de bière que les Anglais
nomment _ale_. Il y en a de si forte, qu'elle se conserve trois mois, et
que deux bouteilles sont capables d'enivrer. On apporta bientôt devant
le roi une petite table carrée, sur laquelle un vieux drap tenait lieu
de nappe, garnie d'assiettes et de cuillers d'étain. Il n'y avait ni
couteaux ni fourchettes, parce que l'usage du pays est de déchirer les
viandes avec les doigts et les dents. On servit ensuite un grand bassin
d'étain, de la même couleur, dit Philips, que le teint de sa majesté,
rempli de poules étuvées dans leur jus, avec un plat de patates
bouillies pour servir de pain. Les poules étaient si cuites, qu'elles se
dépeçaient d'elles-mêmes. Toute l'argenterie royale se réduisait à la
petite tasse qui lui servait à boire de l'eau-de-vie. Le roi saluait
souvent les Anglais par des inclinations de tête, baisait sa propre
main, et poussait quelquefois de grands éclats de rire. Lorsqu'ils
eurent cessé de manger, il prit dans le bouillon quelques pièces de
volaille qu'il donna à ses enfans. Le reste fut distribué entre ses
nobles, qui s'avancèrent en rampant sur le ventre comme autant de
chiens. Leurs mains leur servirent de cuillers pour prendre la viande
dans le bouillon. Ils la mangeaient ensuite avec beaucoup d'avidité.

À peine Philips se trouva-t-il capable d'aller jusqu'au marché des
esclaves sans être soutenu, et la mauvaise odeur du lieu lui causait
quelquefois des évanouissemens dangereux. Cette halle était un vieux
bâtiment où l'on faisait passer la nuit aux esclaves, qui étaient dans
la nécessité d'y faire tous leurs excrémens. Trois ou quatre heures que
Philips était obligé d'y passer tous les jours ruinèrent tout-à-fait sa
santé.

Les esclaves du roi furent les premiers qu'on offrit en vente, et les
cabochirs exigèrent qu'ils fussent achetés avant qu'on en produisit
d'autres, sous prétexte qu'étant de la maison royale ils ne devaient
pas être refusés, quoiqu'ils fussent non-seulement les plus difformes,
mais encore les plus chers; mais c'était une des prérogatives du roi à
laquelle on était forcé de se soumettre. Les cabochirs amenaient
eux-mêmes ceux qu'ils voulaient vendre, chacun selon son rang et sa
qualité: ils étaient livrés aux observations des chirurgiens anglais,
qui examinaient soigneusement s'ils étaient sains, et s'ils n'avaient
aucune imperfection dans leurs membres; ils leur faisaient étendre les
bras et les jambes; ils les faisaient sauter, tousser; ils les forçaient
d'ouvrir la bouche et de montrer les dents pour juger de leur âge; car,
étant tous rasés avant de paraître aux yeux des marchands, et bien
frottés d'huile de palmier, il n'était pas aisé de distinguer autrement
les vieillards de ceux qui étaient dans le milieu de l'âge. La
principale attention était à n'en point acheter de malades, de peur que
leur infection ne devint bientôt contagieuse. La maladie qu'ils
appellent _pian_ (_yaws_ en anglais) est fort commune parmi ces
misérables; elle a presque les mêmes symptômes que le mal vénérien: ce
qui oblige le chirurgien d'examiner les deux sexes avec la dernière
exactitude. On tient les hommes et les femmes séparés par une cloison de
grosses barres de bois pour prévenir les querelles.

Après avoir fait le choix de ceux qu'on veut acheter, on convient du
prix et de la nature des marchandises; mais la précaution que les
facteurs avaient eue de commencer par cet article, leur épargna les
difficultés qui naissent ordinairement: ils donnèrent aux propriétaires
des billets signés de leur main, par lesquels ils s'engagèrent à
délivrer les marchandises en recevant les esclaves. L'échange se fit le
jour d'après. Philips et Clay firent marquer cette misérable troupe avec
un fer chaud à la poitrine et sur les épaules, chacun de la première
lettre du nom de son bâtiment. La place de la marque est frottée
auparavant d'huile de palmier; trois ou quatre jours suffisent pour
fermer la plaie et pour faire paraître les chairs fort saines.

À mesure qu'on a payé pour cinquante ou soixante, on les fait conduire
au rivage. Un cabochir, sous le titre de capitaine d'esclaves, prend
soin de les embarquer et de les rendre sûrement à bord. S'il s'en
perdait quelqu'un dans l'embarquement, c'est le cabochir qui en répond
aux facteurs, comme c'est le capitaine du lieu de dépôt ou du marché qui
est responsable de ceux qui s'échapperaient pendant la vente, et
jusqu'au moment qu'on leur fait quitter la ville. Dans le chemin,
jusqu'à la mer, ils sont conduits par deux autres officiers que le roi
nomme lui-même, et qui reçoivent de chaque vaisseau, pour prix de leur
peine, la valeur d'un esclave en marchandises. Tous ces devoirs furent
remplis si fidèlement, que de treize cents esclaves achetés et conduits
dans un espace si court, il ne s'en perdit pas un.

Il y a aussi un capitaine de terre dont la commission est de garantir
les marchandises du pillage et du larcin. Après les avoir débarquées, on
est quelquefois forcé de les laisser une nuit entière sur le rivage,
parce qu'il ne se présente pas toujours assez de porteurs. Malgré les
soins et l'autorité du capitaine, il est difficile de mettre tout à
couvert. Il l'est encore plus d'obtenir la restitution de ce qu'on a
perdu.

Lorsque les esclaves sont arrivés au bord de la mer, les canots des
vaisseaux les conduisent à la chaloupe, qui les transporte à bord. On ne
tarde point à les mettre aux fers deux à deux, dans la crainte qu'ils ne
se soulèvent ou qu'ils ne s'échappent à la nage. Ils ont tant de regret
à s'éloigner de leur pays, qu'ils saisissent l'occasion de sauter dans
la mer, hors des canots, de la chaloupe ou du vaisseau, et qu'ils
demeurent au fond des flots jusqu'à ce que l'eau les étouffe. Le nom de
la Barbade leur cause plus d'effroi que celui de l'enfer. On en a vu
plusieurs dévorés par les requins au moment qu'ils s'élançaient dans la
mer. Ces animaux sont si accoutumés à profiter du malheur des Nègres,
qu'ils suivent quelquefois un vaisseau jusqu'à là Barbade pour faire
leur proie des esclaves qui meurent en chemin, et dont on jette les
cadavres à la mer.

Les deux vaisseaux perdirent douze Nègres qui se noyèrent
volontairement, et quelques autres qui se laissèrent mourir par une
obstination désespérée à ne prendre aucune nourriture. Ils sont
persuadés qu'en mourant ils retournent aussitôt dans leur patrie. On
conseillait à Philips de faire couper à quelques-uns les bras et les
jambes pour effrayer les autres par l'exemple. D'autres capitaines
s'étaient bien trouvés de cette rigueur; mais il ne put se résoudre à
traiter avec tant de barbarie de misérables créatures qui étaient comme
lui l'ouvrage de Dieu, et qui n'étaient pas, dit-il, moins chères au
Créateur que les blancs. Il les avait pourtant fait marquer d'un fer
chaud, comme des criminels, et les amenait enchaînés. Croyait-il ce
traitement plus légitime aux yeux du Créateur?

Philips, qui avait entendu vanter tant de fois les poisons des Nègres,
et l'art avec lequel ils en infectent leurs flèches, eut la curiosité de
prendre là-dessus des informations. Mais, pour les rendre plus
certaines, il engagea un cabochir à le visiter dans le magasin. Là, il
commença par lui faire avaler plusieurs verres de liqueurs fortes; et,
le voyant échauffé par le plaisir de boire; il lui marqua une vive
affection et lui fit divers présens: enfin il le pressa de lui apprendre
de bonne foi comment les Nègres empoisonnaient les blancs, quel était
leur secret pour communiquer le poison jusqu'à leurs armes, et s'ils
avaient quelque antidote dont l'effet fût aussi sûr que celui du mal.
Tout l'éclaircissement qu'il put tirer, fut que les poisons en usage
dans le pays, venaient de fort loin et s'achetaient fort cher; que la
quantité nécessaire pour empoisonner un homme revenait à la valeur de
trois ou quatre esclaves; que la méthode ordinaire pour l'employer était
de le mêler dans l'eau ou dans quelque autre liqueur, qu'il fallait
faire avaler à l'ennemi dont on voulait se défaire; qu'on se mettait la
dose du poison sous l'ongle du petit doigt, où elle pouvait être
conservée long-temps, ne pénétrant point la peau, et qu'adroitement on
trouvait le moyen de plonger le doigt dans la calebasse ou la tasse qui
contenait la liqueur; qu'au même instant le poison ne manquait pas de se
dissoudre, et que son action était si forte, lorsqu'il était bien
préparé, qu'il n'y avait point d'antidote qui pût être assez tôt
employé. Le cabochir ajouta que les empoisonnemens n'étaient pas si
communs dans le royaume de Juida que dans les autres pays nègres, non
que les haines y fussent moins vives, mais à cause de la cherté du
poison. Philips avait prié le roi, dès sa première audience, de ne pas
permettre que les Anglais fussent exposés au poison. Ce prince avait ri
de cette prière, et l'avait assuré que ce barbare usage n'était pas
connu dans ses états. Cependant Philips observa qu'il refusait de boire
dans la même tasse dont les Anglais et les cabochirs s'étaient servis,
et que, si on lui présentait une bouteille de liqueur, il voulait que
celui dont il l'avait reçue en essayât le premier. Au contraire, les
cabochirs avalaient sans précaution tout ce qui leur venait de la main
des Anglais.

Dans l'île de San-Thomé, les Portugais sont des empoisonneurs si
habiles, que, si l'on s'en rapporte aux informations de Philips, en
coupant une pièce de viande, le côté qu'ils veulent donner à leur ennemi
sera infecté de poison sans que l'autre s'en ressente; c'est-à-dire que
le couteau n'est empoisonné que d'un côté. Cependant l'auteur fait
remarquer avec soin qu'il n'en parle que sur le témoignage d'autrui, et
qu'en relâchant dans l'île de San-Thomé, ni lui ni ses gens n'en firent
aucune expérience.

À peu de distance de la ville royale de Juida, on trouve trente ou
quarante gros arbres qui forment la plus agréable promenade du pays.
L'épaisseur des branches, ne laissant point de passage à la chaleur du
soleil, y fait régner une fraîcheur continuelle. C'était sous ces arbres
que Philips passait la plus grande partie du temps. On y tenait un
marché. Entre plusieurs spectacles bizarres, il eut celui d'une table
publique, ou auberge nègre, qu'il a cru digne d'une description. Le
Nègre qui avait formé cette entreprise avait placé au pied d'un des plus
gros arbres une grande pièce de bois de trois ou quatre pieds
d'épaisseur: c'était la table; elle n'était soutenue sur la terre que
par son propre poids. Les mets étaient du boeuf et de la chair de chien
bouillis, mais enveloppés dans une peau crue de vache. De l'autre côté,
on voyait, dans un grand plat de terre, du _kanki_, espèce de pâte molle
composée de poisson pourri et de farine de maïs, pour servir de pain.
Lorsqu'un Nègre avait envie de manger, il venait se mettre à genoux
contre la table, sur laquelle il exposait huit ou neuf coquilles ou
cauris. Alors le cuisinier coupait fort adroitement de la viande pour le
prix. Il y joignait une pièce de kanki avec un peu de sel. Si le Nègre
n'avait pas l'estomac assez rempli de cette portion, il donnait plus de
coquilles et recevait plus de viande. Philips vit tout à la fois, autour
de la table, neuf ou dix Nègres que le cuisinier servait avec beaucoup
de promptitude et d'adresse, et sans la moindre confusion. Ils allaient
boire ensuite à la rivière, car l'usage des Nègres est de ne boire
qu'après leur repas.

Philips parle d'un roi nègre qui s'était fait accompagner de deux de ses
femmes: elles l'avaient suivi chez les Anglais; et suivant l'usage du
pays, où l'on n'a pas honte d'être chargé de vermine, elles lui
nettoyaient souvent la tête en public, et prenaient plaisir à manger ses
poux.

La mer est toujours si grosse le long de la côte, que les canots
n'allaient jamais du bord anglais au rivage sans qu'il y en eût
quelqu'un de renversé. Mais l'habileté des rameurs nègres est
surprenante. D'ailleurs ils nagent et ils plongent avec tant d'adresse,
que leurs amis n'ont presque rien à risquer avec eux. Au contraire, ils
laissent périr impitoyablement ceux qu'ils ont quelque sujet de haïr.

Tous les capitaines achètent leurs canots sur la côte d'Or, et ne
manquent point de les fortifier avec de bonnes planches, pour les rendre
capables de résister à la violence des flots. Ils sont composés d'un
tronc de cotonnier. Les plus grands n'ont pas plus de quatre pieds de
largeur; mais ils en ont vingt-huit ou trente de longueur, et
contiennent depuis deux jusqu'à douze rameurs. Ceux qui conviennent le
plus à la côte de Juida sont à cinq ou six rames.

Philips portait en Europe une jeune panthère qui trouva le moyen de
sortir de sa cage, et saisissant une femme à la jambe, lui emporta le
mollet dans un instant. Un matelot anglais qui accourut aussitôt, donna
quelques petits coups à la panthère qui la firent ramper comme un
épagneul; et, la prenant entre ses bras, il la porta sans résistance
jusqu'à sa cage.

On éprouva à la fin du voyage combien il fallait peu se fier à l'espèce
de docilité que cet animal avait montrée. On avait coutume de jouer avec
lui à travers les barreaux de sa cage comme avec un chat, et avec aussi
peu de danger. Un jeune Anglais, qui était accoutumé à ce badinage, se
blessa un jour la main dans sa cage contre la pointe d'un clou qui fit
sortir quelques gouttes de sang. L'animal n'eut pas plus tôt vu le
sang, qu'il sauta sur la main, et la déchira en un instant jusqu'au
poignet.

Il paraît qu'on ne doit pas plus se fier à la familiarité des panthères
qu'à celle des despotes.

L'équipage de Philips fut cruellement ravagé par la maladie. Il en prend
occasion de s'étendre sur les désagrémens du commerce des esclaves,
quand la contagion se met parmi eux. «Quel embarras, dit-il, à leur
fournir régulièrement leur nourriture, à tenir leurs logemens dans une
propreté continuelle! et quelle peine à supporter non-seulement la vue
de leur misère, mais encore leur puanteur qui est bien plus révoltante
que celle des blancs! Le travail des mines, qu'on donne pour exemple de
ce qu'il y a de plus dur au monde, n'est pas comparable à la fatigue de
ceux qui se chargent de transporter des esclaves. Il faut renoncer au
repos pour leur conserver la santé et la vie; et si la mortalité s'y
met, il faut compter que le fruit du voyage est absolument perdu, et
qu'il ne reste que le cruel désespoir d'avoir souffert inutilement des
peines incroyables.» Il pouvait y joindre le remords d'un crime inutile.
Mais qui pourrait être tenté de plaindre les malheurs de l'avarice et de
la tyrannie?

Le père Loyer, jacobin de l'Annonciation de Rennes en Bretagne, nommé
par le pape préfet des missions apostoliques pour la côte de la Guinée,
partit en 1700 sur un vaisseau français qui reportait en Afrique un
prétendu prince nègre, nommé Aniaba, dont l'histoire est assez
singulière.

Un roi d'Issini avait donné au père Consalve, autre missionnaire, deux
petits Nègres pour les faire élever dans le christianisme. Consalve,
apparemment dans l'envie de se faire valoir, envie si naturelle à qui
vient de loin, fit passer ces deux Nègres, lorsqu'il fut de retour en
France, pour les fils du roi d'Issini. Ils se nommaient Aniaba et
Rianga. Rianga mourut. Aniaba fut baptisé par le célèbre Bossuet; il
reçut en France l'éducation qu'on croyait convenable à un jeune prince.
Louis XIV fut son parrain. On lit dans un Mercure de France, imprimé en
1701, que cet Aniaba reçut l'Eucharistie des mains du cardinal de
Noailles, et offrit un tableau à la Vierge pour mettre tous ses états
sous sa protection, avec un voeu solennel d'employer, à son retour en
Afrique, tous ses soins et ses efforts à la conversion de ses sujets. En
débarquant sur la côte, il fut reconnu pour le fils d'un cabochir
d'Issini; il retourna à sa religion, et se moqua des Français.

«Le lecteur, dit le père Loyer, sera surpris de trouver ici des royaumes
dont les monarques ne sont que des paysans; des villes qui ne sont
bâties que de roseaux; des vaisseaux composes d'un tronc d'arbre; et
surtout un peuple qui vit sans soins, qui parle sans règle, qui fait des
affaires sans le secours de l'écriture, et qui marche sans habit; un
peuple dont une partie vit dans l'eau comme les poissons; un autre dans
des trous comme des vers, aussi nu et presque aussi stupide que ces
animaux.» Mais le lecteur est assez avancé dans l'histoire d'Afrique
pour n'être pas surpris de ces singularités sauvages que nous avons déjà
vues partout.

Loyer nous a donné la description du petit canton d'Issini, qu'il
appelle royaume, et qui tire son nom de la rivière d'Issini, qui tombe
dans la mer par plusieurs embouchures, dans le voisinage de la côte de
l'Ivoire ou des Dents. Elle est navigable pour les grandes barques
l'espace de soixante lieues, jusqu'à ce qu'on se trouve arrêté par une
chaîne de rocs qui interrompt le cours de la rivière. Cette chute d'eau
est fort raide, et forme une cascade admirable dont le bruit se fait
entendre à plusieurs lieues. Des deux côtés, les Nègres ont ouvert des
sentiers par lesquels ils tirent leurs canots; et les lançant ensuite
au-dessus de la cataracte, ils assurent qu'ils peuvent remonter la
rivière pendant trente jours, sans être arrêtés par le moindre obstacle.
Si l'on doit s'en rapporter à leur témoignage, et s'il est vrai, comme
ils le prétendent aussi, que le cours de la rivière est quelquefois
nord, ou nord-est, ou nord-ouest, elle peut venir du Niger.

Les bois qui couvrent les campagnes du royaume d'Issini servent de
retraite à des légions innombrables d'animaux dont les Nègres mêmes ne
connaissent pas tous les noms. Le principal est l'éléphant. Les Nègres
lui font la guerre pour sa chair et ses dents. Ils font servir ses
oreilles à couvrir leurs tambours. Mais ils ne pensent point à
l'apprivoiser, quoiqu'ils puissent en tirer beaucoup d'utilité. Les bois
sont remplis de toutes sortes de bêtes fauves, qui seraient en beaucoup
plus grand nombre, si les lions, les panthères, les léopards et d'autres
bêtes de proie ne les détruisaient. Celles-ci sont si redoutables, que
les habitans du pays sont forcés d'allumer des feux pendant la nuit pour
les éloigner de leurs huttes. Quelque temps avant l'arrivée du père
Loyer, elles avaient dévoré un Nègre en plein jour. Pendant le séjour
qu'il fit dans le pays, un tigre entra dans une maison d'Assoko, ville
capitale, et tua huit moutons qui appartenaient au roi Akasini. Les
Français n'étaient pas plus en sûreté dans leur fort; car, le 7 de mars
1702, une panthère leur enleva une chienne qu'ils employaient à la garde
de la place. Le 17, à la même heure, un de ces furieux animaux sauta
par-dessus les palissades, quoiqu'elles eussent dix pieds de haut, tua
deux brebis, et un belier qui se défendit long-temps avec ses cornes;
enfin, s'apercevant qu'on avait pris l'alarme au fort, il se retira;
mais, quelques heures après, il revint avec la même audace par le
bastion du côté de la mer, attaqua la sentinelle, et ne prit la fuite
qu'en voyant accourir toute la garnison.

Les civettes sont communes dans le royaume d'Issini. Loyer en vit
plusieurs qui s'apprivoisaient parfaitement entre les mains des
Français, et qui vivaient de rats et de souris. Elles ont le cri et les
autres propriétés des chats. Les endroits qu'elles fréquentent dans les
bois se reconnaissent à l'odeur de musc: car, en se frottant contre les
arbres, elles y laissent de petites parties de cette précieuse drogue,
que les Nègres ramassent et qu'ils vendent aux Européens. On trouve
aussi dans les bois quantité de porcs-épics, dont la chair est d'un
excellent goût; des assomanglies qui, ressemblant au chat par le corps,
ont la tête du rat, et la peau marquetée comme le tigre. Les Nègres
racontent que cet animal est le mortel ennemi de la panthère.

Il y a peu de pays où les singes soient en plus grande abondance et avec
plus de variété dans leur grandeur et dans leur figure. On a déjà parlé
des plus gros que l'on nomme Barris. Au mois de janvier 1702, le matelot
du fort, qui était en même temps le chasseur de la garnison, blessa un
de ces gros singes et le prit. Le reste de la troupe, quoique effrayé
par le bruit d'une arme à feu, entreprit de venger le prisonnier,
non-seulement par ses cris, mais en jetant de la boue et des pierres en
si grand nombre, que le chasseur fut obligé de tirer plusieurs coups
pour les écarter. Enfin il amena au fort le singe blessé et lié d'une
corde très-forte. Pendant quinze jours il fut intraitable, mordant,
criant, et donnant des marques continuelles de rage. On ne manquait pas
de le châtier à coups de bâton, et de lui diminuer chaque fois quelque
chose de sa nourriture. Cette conduite l'adoucit par degrés, jusqu'à le
rendre capable de faire la révérence, de baiser la main, et de réjouir
toute la garnison par ses souplesses et son badinage. Dans l'espace de
deux ou trois mois, il devint si familier, qu'on lui accorda la liberté,
et jamais il ne marqua la moindre envie de quitter le fort. Battre et
nourrir, c'est ainsi qu'on fait des esclaves.

On admire beaucoup de petits oiseaux un peu plus gros que la linotte, et
blancs comme l'albâtre, avec une queue rouge, tachetée de noir. Leur
musique rend la promenade délicieuse dans les bois. Les moineaux sont
plus rouges que ceux de l'Europe, et ne sont pas en moindre nombre. Les
poules que les habitans nomment _amoniken_, sont moins grosses que
celles de France; mais la chair en est plus tendre, plus blanche et de
meilleur goût.

Les huîtres et les moules sont d'une monstrueuse grosseur. Depuis le
mois de septembre jusqu'au mois de janvier, les tortues de mer viennent
pondre sur cette côte. On suit leurs traces sur le sable pour découvrir
leurs oeufs, dont le nombre, pour une seule tortue, monte à cent
cinquante, et quelquefois jusqu'à deux cents. Ils sont ronds et de la
grosseur des oeufs de poule; mais au lieu d'écaille ils ne sont couverts
que d'une pellicule fort douce. Le goût n'en est point agréable;
cependant ils valent mieux que les oeufs des tortues de rivière, qui ne
sont pas moins communes dans le pays. On y trouve aussi des lamantins et
des caïmans.

Le nombre des rats et des souris est incroyable. Les sauterelles font un
bruit étrange dans les campagnes, et même au sommet des maisons. Cette
musique, jointe à celle des grillons, des moustiques, des cousins, qui
sont encore plus redoutables par leur aiguillon, ne laisse aucun repos
la nuit et le jour, surtout si l'on y ajoute la piqûre des mille-pieds,
qui cause pendant vingt-quatre heures une inflammation très-douloureuse.
On trouve aussi de tous côtés des araignées velues et de la grosseur
d'un oeuf, et des scorpions volans, dont on assure que la piqûre est
mortelle; enfin les mites, les teignes, les cloportes, les fourmis de
terre et les fourmis ailées sont des engeances pernicieuses qui
détruisent les étoffes, le linge, les livres, le papier, les
marchandises, et tout ce qu'elles rencontrent, malgré tous les soins
qu'on apporte à s'en garantir.

Les abeilles, qui sont en abondance dans le royaume d'Issini, donnent
d'excellente cire et du miel délicieux. Le 9 avril 1702, un essaim de
ces petits animaux vint s'établir au fort Français, dans un baril vide
qui avait contenu de la poudre. Non-seulement ils le remplirent de miel
et de cire, mais ils produisirent d'autres essaims, qui auraient pu
multiplier à l'infini, s'ils eussent été ménagés soigneusement.

Le royaume d'Issini, connu autrefois sous le nom d'Asbini, est habité
par deux sortes de Nègres, les Issinois et Vétères. Les habitans
naturels sont les Vétères, dont le nom signifie _pêcheurs de la
rivière_. On raconte que les Ezieps, nation voisine du cap Apollonia,
qui était gouverné par un prince nommé Fay, se trouvant fort mal, il y a
plus de cent ans, du voisinage des peuples d'Axim, abandonnèrent leur
pays pour se retirer dans le canton d'Asbini, qui appartenait aux
Vétères. Ceux-ci prirent pitié d'une malheureuse nation, lui accordèrent
un asile avec des terres pour les cultiver, et ne mirent plus de
différence entre eux-mêmes et ces nouveaux hôtes. Cette bonne
intelligence se soutint pendant plusieurs années; mais les Ezieps, qui
étaient d'un caractère turbulent, s'étant enrichis par leur commerce
avec les Européens, commencèrent bientôt à mépriser leurs bienfaiteurs.
Ils joignirent l'oppression au mépris, et la tyrannie fut portée si
loin, que les Vétères, se repentant de leurs anciennes bontés,
résolurent de chasser ces ingrats; mais c'était une entreprise
difficile. Ils ignoraient l'usage des armes à feu, et les redoutaient
beaucoup, tandis que les Ezieps en étaient bien fournis, et n'étaient
pas moins exercés à s'en servir; aussi furent-ils obliges d'attendre une
occasion de vengeance qui ne se présenta qu'en 1670.

Une autre nation, nommée les Oschims, qui habitait la contrée d'Issini,
dix lieues au delà du cap Apollonia, prit querelle avec les peuples de
Ghiamo ou Ghiomray, habitans de ce cap. Les Issinois ou les Oschims,
après plusieurs batailles, dans lesquelles ils furent maltraités,
résolurent d'abandonner leur pays pour chercher une autre retraite. Ils
jetèrent les yeux sur le canton des Vétères, dont la bonté s'était fait
connaître pour les Ezieps dans les mêmes circonstances, Zénan, leur roi
ou leur chef, était de la famille des Aumouans, qui était celle des
anciens roi des Vétères. Une raison si forte leur fit espérer d'obtenir
ce qui avait été accordé gratuitement aux Ezieps. C'était le temps où
les Vétères, irrités contre leurs premiers hôtes, s'affligeaient d'être
trop faibles pour faire éclater leur ressentiment. Ils reçurent les
Issinois à bras ouverts, leur accordèrent des terres, et leur
communiquèrent tous leurs projets de vengeance. Les intérêts de ces deux
nations devenant les mêmes, elles traitèrent les Ezieps avec un dédain
qui produisit bientôt une guerre ouverte. Comme les Issinois étaient
pourvus d'armes à feu, il fut impossible aux Ezieps de résister
long-temps à deux puissances réunies. Après avoir été défaits plusieurs
fois, ils se virent forcés de se retirer dans un lieu de la côte de
l'Ivoire, ou du pays de Koakoas, sur la rive ouest de la rivière de
Saint-André. Ils s'y sont établis, quoiqu'ils y soient souvent exposés
aux incursions des Issinois, leurs mortels ennemis, qui ne reviennent
guère sans avoir emporté quelque butin. Depuis cette révolution, le pays
d'Asbini qu'occupaient les Ezieps, après l'avoir obtenu des Vétères, et
la rivière du même nom, étant passés entre les mains des Issinois, ont
pris le nom d'_Issini_, de leurs nouveaux possesseurs; et l'ancien
territoire des Issinois, qu'on nomme encore le Grand-Issini, pour le
distinguer de l'autre, dont il n'est éloigné que de dix lieues, est
demeuré sans habitans. On voit que ces peuplades nègres ont été souvent
refoulées les unes sur les autres, et qu'un même lieu a souvent changé
d'habitans comme autrefois notre Europe. Quiconque possède peu, change
aisément de demeure. Ce sont les richesses et la police qui fixent une
nation.

La pierre d'_aigris_, qui tient lieu de monnaie parmi les barbares, est
fort estimée d'eux, quoiqu'elle n'ait ni lustre ni beauté. Les Kompas,
nation voisine, la brisent en petits morceaux qu'ils percent fort
adroitement, et qu'ils passent dans de petits brins d'herbe pour les
vendre aux Vétères. Chaque petit morceau est estimé deux liards de
France. Il se trouve peu d'or sur cette côte.

Les Vétères se bornent à la pêche de la rivière, parce qu'ils n'ont pas
la hardiesse de s'exposer aux flots de la mer sur une côte qui est
ordinairement fort orageuse. Ils se font des réservoirs où le poisson
entre de lui-même, et dans lesquels il prend plaisir à demeurer. Ce sont
de grands enclos de roseaux, soutenus par des pieux dans les endroits où
la rivière a moins de profondeur. Ils n'y laissent qu'une ouverture,
qui sert de porte au poisson pour entrer. S'ils ont besoin de quelque
poisson extraordinaire, ils vont dans ces lieux avec de petits filets,
et choisissent ce qu'ils désirent, comme nous le faisons en Europe dans
nos réservoirs.

Les Kompas bordent le pays des Vétères. C'est une nation gouvernée en
forme de république, ou plutôt d'aristocratie, car ce sont les chefs des
villages qui discutent les intérêts publics, et qui en décident à la
pluralité des voix. Leur pays est composé d'agréables collines que les
habitans cultivent soigneusement, et qui produisent tous les grains
qu'on y sème, tandis que le terroir des côtes, qui n'est qu'un sable sec
et brûlé, demeure éternellement stérile. Les Vétères et les Issinois ne
subsisteraient pas long-temps sans le secours des Kompas. Ils reçoivent
d'eux leurs principales provisions, et leur rendent en échange des armes
à feu, des pagnes et du sel, dont les Kompas sont absolument dépourvus.
C'est d'eux encore que les Issinois tirent l'or qu'ils emploient au
commerce. Les Kompas le retirent d'une autre nation qui habite plus loin
dans les terres. On peut observer que c'est toujours dans l'intérieur de
ces contrées et loin de la mer que se trouve l'or que le commerce
apporte sur les côtes.

Ils ont grand soin d'entretenir leur noirceur en se frottant tous les
jours la peau d'huile de palmier, mêlée de poudre de charbon, ce qui la
rend brillante, douce et unie comme une glace de miroir. On ne leur
voit jamais un poil ni la moindre saleté sur le corps. À mesure qu'ils
vieillissent, leur noirceur diminue, et leurs cheveux de coton
deviennent gris. Ils donnent quantité de formes différentes à cette
chevelure. Leurs peignes, qui sont de bois ou d'ivoire, à quatre dents,
y sont toujours attachés. L'huile de palmier mêlée de charbon, qui leur
sert à se noircir la peau, leur tient aussi lieu d'essence pour la tête.
Ils parent leurs cheveux de petits brins d'or et de jolies coquilles.
Ils n'ont pas d'autres rasoirs que leurs couteaux, mais ils savent les
rendre fort tranchans. Les uns ne se rasent que la moitié de la tête, et
couvrent l'autre moitié d'un petit bonnet retroussé sur l'oreille.
D'autres laissent croître plusieurs touffes de cheveux, en différentes
formes, suivant leur propre caprice. Ils sont passionnés pour leur
barbe: ils la peignent régulièrement, et la portent aussi longue que les
Turcs. Le goût de la propreté du corps est commun à toute la nation
d'Issini. Ils se lavent à tout moment les mains, le visage et la tête
entière. L'habitude qu'ils ont d'être nus (ils sont très-voisins de la
ligne), fait qu'ils n'y trouvent ni peine ni honte. Il n'y a que leurs
_brembis_ et leurs _bahoumets_, différentes espèces de cabochirs, qui
soient tout-à-fait vêtus.

Les Issinois ont cela de commun avec les anciens Spartiates, que le vol
n'est jamais puni parmi eux. Ils font gloire de raconter leurs exploits
dans ce genre. Le roi même les y encourage. Si quelqu'un de ses sujets
a fait un vol considérable et craint d'être découvert, il s'adresse au
roi, en lui offrant la moitié du butin, et l'impunité est certaine à ce
prix.

Ils sont si défians dans le commerce, qu'il faut toujours leur montrer
l'argent ou les marchandises d'échange avant qu'ils entrent dans aucun
traité. S'il est question de vous rendre quelque service, ils veulent
être payés d'avance, et souvent ils disparaissent avec le salaire. Il
est rare qu'ils remplissent jusqu'à la fin tous leurs engagemens, à
moins que les _daschis_ ou les présens d'usage ne soient renouvelés
plusieurs fois. Cependant, lorsqu'ils achètent quelque chose, on est
obligé de se fier à leur bonne foi pour la moitié du prix; ce qui expose
toujours les marchands de l'Europe à quelque perte. Ces friponneries
sont communes à toute la nation, depuis le roi jusqu'au plus vil
esclave.

Leur avarice va si loin, que, s'ils tuent un mouton, ils le regrettent
jusqu'aux larmes pendant huit jours, quoique cet excès de générosité ne
leur arrive guère que pour traiter quelque Européen de distinction, dont
ils reçoivent dix fois la valeur de leur dépense. S'ils élèvent de la
volaille, ce n'est que pour la vendre et pour en conserver le prix. Ils
se retranchent tout ce qui n'est point absolument nécessaire à la vie:
où l'avarice va-t-elle se placer!

Les femmes se plaisent à porter autour de la ceinture, quantité
d'instrumens de cuivre, d'étain, et surtout des clefs de fer, dont
elles se font une parure, quoique souvent elles n'aient pas dans leurs
cabanes une boîte à fermer. Elles suspendent aussi à leur ceinture
plusieurs bourses de différentes grandeurs, remplies de bijoux, ou du
moins de bagatelles qui en ont l'apparence, pour se faire une réputation
de richesse, surtout aux yeux des Européens. Leurs jambes et leurs bras
sont moins ornés que chargés de bracelets, de chaînes et d'une infinité
de petits bijoux de cuivre, d'étain et d'ivoire. Le père Loyer en vit
plusieurs qui portaient ainsi jusqu'à dix livres en clincailleries; plus
fatiguées, dit-il, sous le poids de leurs ornemens que les criminels de
l'Europe ne le sont sous celui de leurs chaînes. La vanité fait donc
partout des victimes volontaires!

Le jour qu'elles mettent au monde un enfant, elles le portent à la
rivière, le lavent, se lavent elles-mêmes, et retournent immédiatement à
leurs occupations ordinaires. Nous avons déjà vu la même chose dans
d'autres contrées d'Afrique; d'où il faut nécessairement conclure que,
dans les pays très-chauds, l'accouchement est très-peu pénible.

La porte des maisons, ou des huttes, est un trou d'un pied et demi
carré, par lequel on ne passe qu'en rampant, avec assez de difficulté;
elle est fermée d'un tissu de roseaux, attaché intérieurement avec des
cordes, pour servir de défense contre les panthères. Pendant la nuit, on
allume du feu au centre des huttes; et comme elles sont sans cheminée,
il y règne toujours une fumée épaisse. Les Nègres s'y couchent sur des
nattes ou des roseaux, les pieds contre le feu. Leurs femmes habitent
des cabanes séparées, ou elles mangent et couchent à part, rarement du
moins avec leurs maris. Toutes ces huttes sont environnées d'une
palissade ou d'une haie de roseaux, qui forme une cour dont la porte se
fermé toutes les nuits. Cette cour et le fond des cabanes, qui n'est que
de sable, sont nettoyées dix fois le jour par leurs femmes et les
filles, dont l'emploi est d'entretenir l'ordre et la propreté.

C'est une coutume immémoriale parmi les Issinois d'avoir pour chaque
village, à cent pas de l'habitation, une maison séparée qu'ils appellent
_bournamon_, où les femmes et les filles se retirent pendant leurs
infirmités lunaires. On a soin de leur y porter des provisions, comme si
elles étaient infectées de la peste. Elles n'osent déguiser leur
situation, parce qu'elles risqueraient beaucoup à tromper leurs maris.
Dans la cérémonie du mariage, on les fait jurer par leur fétiche
d'avertir leur mari aussitôt qu'elles s'aperçoivent de leur état, et de
se rendre sur-le-champ au bournamon.

De toutes les maladies auxquelles ils sont sujets, il n'y en a point de
plus épidémique que celle que nous nommons vénérienne; ils en sont tons
infectés plus ou moins: on en voit quelques-uns tomber en pourriture
pour avoir négligé le mal dans son origine. Ce mal ne les empêche pas
de mettre tout leur bonheur dans le commerce des femmes. Ils sont fort
affligés aussi par les maux d'yeux, qui vont souvent jusqu'à leur faire
perdre entièrement la vue, et qu'on attribue à la réflexion du soleil
sur des sablés d'une blancheur et d'une sécheresse extrêmes.

Pour les blessures, ils emploient une herbe dont le suc, mis sur la
plaie avec le marc, produit des cures si merveilleuses, qu'ils comptent
pour rien une blessure de cinq pouces de profondeur, où l'os même est
endommagé, et qu'ils sont sûrs de la guérir en trois semaines. Loyer en
vit des exemples si surprenans, qu'il se dispense de les rapporter,
parce qu'on les prendrait pour des fables.

Les Nègres sont fort soigneux, pendant leur vie, d'acheter et de
préparer tout ce qui doit servir à leur enterrement: c'est un beau drap
de coton rayé pour les envelopper; un cercueil et des bijoux d'or ou
d'autres matières pour l'orner, dans l'opinion que l'accueil qu'on leur
fera dans l'autre monde répondra aux ornemens de leur sépulture. Un
Nègre qui voyagerait parmi nous serait fondé à croire que nous avons la
même opinion, en voyant l'émulation de faste et de vanité qui règne dans
nos enterremens!

On a représenté la religion de ces Nègres avec de fausses couleurs.
Villault, par exemple, s'est fort trompé en rapportant qu'il adorent
les fétiches comme leurs divinités. Ils désavouent eux-mêmes la doctrine
qu'il leur attribue. Suivant le père Loyer, ils reconnaissent un Dieu
créateur de toutes choses, et particulièrement des fétiches, qu'il
envoie sur la terre pour rendre service au genre humain. Cependant leurs
notions sur l'article des fétiches sont fort confuses. Les plus vieux
Nègres paraissent embarrassés lorsqu'on les interroge; ils ont appris
seulement par une ancienne tradition qu'ils sont redevables aux fétiches
de tous les biens de la vie, et que ces êtres, aussi redoutables que
bienfaisans, ont aussi le pouvoir de leur causer toutes sortes de maux.
Nous traiterons dans la suite l'article des fétiches.

Chaque jour au matin, ils vont se laver à la rivière, et se jettent sur
la tête une poignée d'eau, à laquelle ils mêlent quelquefois du sable
pour exprimer leur humilité; ils joignent les mains, les ouvrent
ensuite, et prononcent doucement le mot d'_Ecksavais_. Après quoi,
levant les yeux au ciel, ils font cette prière: _Anghioumé, mamé enaro,
mamé orié, mamé sckiché e okkori, mamé akana, mamé brembi, mamé angnan e
aounsan_; ce qui signifie: «Mon Dieu, donnez-moi aujourd'hui du riz et
des ignames, donnez-moi de l'or et de l'aigris; donnez-moi des esclaves
et des richesses; donnez-moi la santé, et accordez-moi d'être prompt et
actif.» C'est à cette prière que se réduisent toutes leurs adorations.
Ils croient Dieu si bon, qu'il ne peut, disent-ils, leur faire du mal:
il a donné tout son pouvoir aux fétiches, et ne s'en est pas réservé.

On peut se reposer sans défiance sur le serment des Nègres, lorsqu'ils
ont juré par leur fétiche, et surtout lorsqu'ils l'ont avalé. Pour tirer
la vérité de leur bouche, il suffit de mêler quelque chose dans de
l'eau, d'y tremper un morceau de pain, et de leur faire boire ce fétiche
en témoignage de la vérité. Si ce qu'on leur demande est tel qu'ils le
disent, ils boiront sans crainte; s'ils parlent contre le témoignage de
leur coeur, rien ne sera capable de les faire toucher à la liqueur,
parce qu'ils sont persuadés que la mort est infaillible pour ceux qui
jurent faussement. Leur usage est de râper un peu de leur fétiche,
qu'ils mettent dans de l'eau ou qu'ils mêlent avec quelque aliment. Un
Nègre qui s'engage par cette espèce de lien trouve plus de crédit parmi
ses compatriotes qu'un chrétien n'en trouve parmi nous en offrant de
jurer sur les saints Évangiles.

Les Nègres d'Issini n'ont point de temples ni de prêtres, ni d'autres
lieux destinés aux exercices de la religion, que les autels publics et
particuliers de leurs fétiches. Ils ne laissent pas d'avoir une sorte de
pontife, qu'ils nomment _osnon_, et dont l'élection appartient aux
brembis et aux bahoumets. Lorsque l'osnon meurt, le roi convoque
l'assemblée de ses cabochirs, qui sont entretenus aux frais publics
pendant le cours de cette cérémonie. Leur choix est libre, et tombe
ordinairement sur un homme de bonne réputation, mais versé surtout dans
l'art de composer des fétiches. Ils le revêtent des marques de sa
dignité, qui consistent dans une multitude de fétiches joints ensemble
qui le couvrent depuis la tête jusqu'aux pieds. Dans cet équipage, ils
le conduisent en procession par toutes les rues, après avoir néanmoins
commencé par lui donner huit ou dix bandes d'or[7] levées sur le public.
Un Nègre le précède dans cette marche solennelle, disant à haute voix
que tous les habitans doivent apporter quelque offrande au nouvel osnon,
s'ils veulent participer à ses prières. On expose à l'extrémité de
chaque village un plat d'étain pour recevoir les aumônes. L'osnon est le
seul prêtre du pays. Son, emploi consiste à faire les grands fétiches
publics, et à donner ses conseils au roi, qui n'entreprend rien sans son
avis et son consentement; s'il tombe malade, on lui envoie communiquer
les délibérations. Dans une sécheresse excessive, ou dans les temps
d'orages et de pluies violentes, le peuple s'écrie qu'il manque quelque
chose à l'osnon; et sur-le-champ on fait pour lui une quête, à laquelle
tout le monde contribue suivant ses moyens.

              [Note 7: Environ cent pistoles de France.]

La doctrine de la transmigration des âmes est si bien établie parmi les
Nègres d'Issini, que, n'espérant rien de réel et de permanent dans ce
monde ni dans l'autre, ils bornent tous leurs voeux à jouir, autant
qu'il leur est possible, des richesses et des plaisirs qui leur
conviennent. Leur parle-t-on de l'enfer et du ciel, ils éclatent de
rire. Ils sont persuadés que le monde est éternel, et que l'âme doit
passer dans une autre région, qu'ils placent au centre de la terre, pour
y recevoir un nouveau corps dans le sein d'une femme; que les âmes de
cette région passent de même dans celle-ci; de sorte que, suivant leurs
principes, il se fait un échange continuel d'habitans entre les deux
mondes. Ils placent le souverain bien de l'homme dans les richesses,
dans la puissance, et dans le plaisir d'être servi et respecté.

Le pouvoir an roi est absolu sur les pauvres et sur les esclaves; mais
les cabochirs, surtout ceux qui passent pour riches, et qui ont un grand
nombre d'esclaves, sont fort éloignés de cette rigoureuse soumission.
Leur dépendance se borne à se rendre aux _palavères_, c'est-à-dire aux
conseils publics, et à secourir le roi de leurs forces, lorsqu'il est
question de la sûreté publique. Rien ne ressemble plus à notre ancien
gouvernement féodal.

La succession, dans le royaume d'Issini, tombe au plus proche parent du
roi, à l'exclusion de ses propres enfans. La loi ne lui permet pas même
de leur laisser une partie de ses richesses; de sorte qu'ils n'ont pour
leur subsistance et leur établissement que ce qu'ils ont acquis pendant
la vie de leur père. Cependant il les aide pendant son règne à amasser
quelque chose pour l'avenir. Il leur fait même apprendre quelque art ou
quelque commerce qui puisse leur servir après sa mort. Les enfans du roi
ne laissent pas d'être respectés pendant qu'il est sur le trône. Ils ont
des gardes qui ne cessent pas de les accompagner; mais à la mort de leur
père toute leur grandeur disparaît, et s'ils ne s'attirent quelque
distinction par leur mérite et leurs bonnes qualités, ils ne sont pas
plus considérés que le commun des Nègres. Leur unique portion consiste
dans quelques esclaves. Tout le reste de l'héritage passe an nouveau
roi. Au reste, dans les contrées nègres, où la royauté est héréditaire,
il est rare qu'elle le soit en ligne directe. Elle appartient le plus
souvent au frère du roi, ou au fils de sa soeur. La succession par les
femmes leur paraît, non sans raison, plus sûre et plus prouvée que
toutes les autres.

Les nobles et les grands de contrée sont distingués, comme on l'a vu,
par les titres de _brembis_ et de _bahoumets_, qui signifie dans leur
langue les riches et les commandans. Dans la langue du commerce, qu'on
appelle _lingua-fianca_, on les confond sous le nom de _cabochirs_ ou de
_capchères_, sans que l'origine et le sens de ce mot soient mieux
connus. C'est à ces grands qu'appartient le privilége du commerce,
c'est-à-dire le droit d'acheter ou de vendre à l'arrivée des vaisseaux
de l'Europe. Tout autre Nègre qui serait surpris à trafiquer verrait ses
effets confisqués. De là vient que les cabochirs sont les seuls riches,
et que tout l'or du pays tombe entre leurs mains: leur nombre est
ordinairement de quarante ou cinquante, quoiqu'il ne soit pas fixé. Le
reste des Issinois est si pauvre, que les plus aisés ont à peine un
misérable pagne pour se couvrir, et ne vivent qu'avec le secours des
cabochirs. Ils se louent à leur service pour se procurer de quoi nourrir
leurs enfans; et quelquefois ils sont obligés de se vendre pour le
soutien de leur vie. Cependant, lorsqu'il s'en trouve quelqu'un qui, à
force d'industrie et de travail, est parvenu à amasser un peu de bien,
et qui a pu cacher ses richesses avec assez de soin pour les conserver,
il emploie sous main ses amis à la cour, et parmi les cabochirs, pour
s'élever à la qualité de marchand ou de noble. Si sa demande est
approuvée, le roi et les brembis indiquent un jour où l'on se rend au
bord de la mer pour cette cérémonie. Le candidat commence par payer les
droits royaux, qui sont huit écus en poudre d'or. Ensuite le roi déclare
devant ses cabochirs qu'il reçoit un Nègre de tel nom pour noble et pour
marchand; après quoi, se tournant vers la mer, il défend aux flots de
nuire au nouveau cabochir, de renverser ses canots et de nuire à ses
marchandises. Il finit l'installation en versant dans la mer une
bouteille d'eau-de-vie pour gagner ses bonnes grâces. Alors le nouveau
noble s'approche du roi, qui lui prend les mains, les serre, d'abord
l'une contre l'autre, les ouvre ensuite, et souffle dedans en prononçant
doucement le mot _akschouc_, c'est-à-dire, _allez en paix_. Tous les
cabochirs répètent cette cérémonie après le roi. Il ne reste pour
conclusion que de se rendre au festin, où le candidat a pris soin de
faire inviter tous les nobles; et lorsqu'ils en sont sortis, il est
regardé de toute la nation comme marchand, comme noble, comme brembis et
cabochir, avec le droit de vendre et d'acheter des esclaves. S'il
accompagne le roi à la guerre, il a part aux dépouilles de l'ennemi.
Enfin il entre en possession de tous les priviléges attachés à son
titre. Ainsi l'on achète la noblesse sur les côtes d'Afrique comme parmi
nous: il n'y a de différence que dans le prix et dans le titre, et
partout les priviléges de cette noblesse tiennent plus ou moins à
l'oppression des faibles. Tout rappelle le proverbe italien, _tutto il
monda è fatto come la nostra famiglia_. Ce qui suit en est encore une
preuve.

Lorsqu'un créancier se lasse du délai, et qu'il prend la résolution de
se faire payer, il s'adresse au roi, qui, sur sa demande, fait avertir
le débiteur. Un esclave chargé de cet ordre se présente le sceptre ou
plutôt le bâton royal à la main, et déclare au débiteur qu'il est appelé
par le roi. Si le cas est pressant, il l'oblige sur-le-champ de le
suivre. Alors le procès commence par un présent de huit onces d'or, que
le créancier est obligé de faire au roi pour acheter de l'eau-de-vie. Il
doit déposer en même temps un tiers au moins de la somme qu'il demande:
et ce tiers est distribué entre le roi et les courtisans, qui doivent
être ses juges. Ensuite il jure, en avalant le fétiche, que telle somme
lui est due par celui qu'il a cité. On écoute le débiteur: si les juges
ne sont pas satisfaits de ses raisons, il est condamné à payer la dette
dans un certain temps, et forcé de s'y engager par un serment solennel,
qu'il prononce en touchant la tête du roi. Le procès finit sans autre
formalité. S'il manque d'un seul jour à l'exécution, il est obligé de
payer une bande au roi, ou deux bandes, s'il est riche, pour avoir violé
son serment. On lui donne ensuite une autre trêve, mais avec de
nouvelles dépenses de la part du créancier. S'il manque à sa promesse
après l'avoir renouvelée plusieurs fois, il court risque à la fin d'être
déclaré insolvable; après quoi il est vendu pour l'esclavage.

La sorcellerie, ou du moins le crime auquel les Issinois donnent ce nom,
est punie par l'eau, c'est-à-dire que le coupable est noyé
solennellement avec diverses marques de l'exécration publique. Ceux qui
révèlent les secrets du conseil sont décapités sans cérémonie et sans
espérance de grâce. Les esclaves, ou les prisonniers de guerre qui
entreprennent de s'échapper, sont présentés au conseil du roi et des
brembis, qui examinent d'abord les circonstances du crime. S'il paraît
bien prouvé, le coupable est condamné à mort. Après lui avoir prononcé
sa sentence, on lui lie les mains derrière le dos, et on lui met dans la
bouche un bâillon attaché par les deux bouts avec une corde qui se lie
derrière la tête. Un esclave du roi, qui reçoit pour son salaire huit
écus en poudre d'or, portant sur la tête un des fétiches du roi, court
dans toutes les rues de la ville comme un insensé, en faisant pencher le
fétiche de côté et d'autre comme s'il voulait le faire tomber. Lorsqu'il
arrive à la place où l'on a déjà conduit le criminel, il perce la foule
en demandant au fétiche sur qui doit tomber la fonction d'exécuteur.
Ensuite le premier jeune homme qu'il touche de l'épaule est celui qu'on
suppose nommé par le fétiche. Cependant il recommence à demander si
c'est assez d'un seul. Quelquefois le nombre des exécuteurs nommés monte
ainsi jusqu'à dix. Enfin l'esclave fugitif est placé près du fétiche
auquel il doit être sacrifié. On prend le soin de lui faire étendre le
cou au-dessus de l'idole. Celui qui se trouve nommé le premier pour
l'exécution tire son poignard et lui perce la gorge, tandis que les
autres tiennent la victime, dont ils font couler le sang sur le fétiche.
L'exécuteur accompagne cette action d'une prière qu'il prononce à haute
voix: «Ô fétiche! nous t'offrons le sang de cet esclave.» Aussitôt qu'il
est mort on coupe son corps en pièces, et l'on ouvre au pied du fétiche
un trou dans lequel toutes les parties sont enterrées, à l'exception de
la mâchoire, qu'on attache au fétiche même. Les exécuteurs sont censés
impurs pendant trois jours, et se bâtissent une cabane séparée à
quelque distance du village; mais, dans cet intervalle, ils ont le droit
de courir comme des furieux et de prendre tout ce qui tombe entre leurs
mains: volailles, bestiaux, pain, huile, tout ce qu'ils peuvent toucher
leur appartient, parce que les autres le croient souillé, et n'oseraient
plus s'en servir. À la fin des trois jours, ils démolissent leur cabane,
dont ils rassemblent toutes les pièces. Le premier exécuteur prend un
pot sur sa tête, et conduit ses compagnons jusqu'au lieu où le criminel
a reçu la mort. Là, ils l'appellent trois fois par son nom. Le premier
exécuteur brise son pot sur la terre. Les autres y laissent les pièces
de la cabane. Tous ensemble prennent la fuite et retournent chez eux,
où, se revêtant de leur meilleur pagne, ils vont rendre visite aux
brembis et aux bahoumets, qui leur donnent une certaine quantité de
poudre d'or. Il n'y a personne dans la nation qui refuse cet emploi,
quand il est nommé par le fétiche. Les fils mêmes du roi ne feraient pas
difficulté de l'accepter. Il rend les exécuteurs infâmes pendant trois
jours; mais il passe ensuite pour un sujet de gloire. Leur usage est
d'arracher une dent au criminel qui est mort par leurs mains; et plus
ils en peuvent montrer, plus ils donnent d'éclat à leur réputation.

  Coutume, opinion, reines de notre sort,
  Vous réglez des humains et la vie et la mort!



FIN DU DEUXIÈME VOLUME.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS CE VOLUME.


PREMIÈRE PARTIE.--AFRIQUE.


LIVRE III.

VOYAGES AU SÉNÉGAL ET SUR LES CÔTES D'AFRIQUE JUSQU'À SIERRA-LEONE.

                                                             Pag.
  CHAPITRE PREMIER.--Voyages de Cadamosto sur la rivière du
  Sénégal et dans les pays voisins. Azanaghis. Tegazza. Côte
  d'Anterota. Pays de Boudomel. Pays de Gambra.                 1

  CHAP. II.--Voyages d'André Brue. Rufisque. Nègres Sérères.
  Nègres de Cayor. Nègres du Siratik. Foulas. Royaume de
  Galam. Nègres de Mandingue. Presqu'île et royaume de Casson.
  Canton de Djéredja. Cachao. Bissao. Bissagos. Cazégut. Roi
  de Cabo. Commerce de gommes. Maures du désert. Bambouk. Job
  Ben Salomon: détails sur son pays.                           42

  CHAP. III.--Moeurs et usages des Iolofs, des Foulas et des
  Mandingues. Langage. Religion.                              164

  CHAP. IV.--Sierra-Leone.                                    251

  CHAP. V.--Histoire naturelle de la côte occidentale
  d'Afrique jusqu'à Sierra-Leone.                             269


LIVRE IV.

VOYAGES SUR LA CÔTE DE GUINÉE. CONQUÊTES DE DAHOMAY.

  CHAPITRE PREMIER.--Voyages de Villault, de Philips et de
  Loyer. Description du pays d'Issini.                        358


FIN DE LA TABLE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Abrégé de l'histoire générale des voyages (Tome second)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home