Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Relation de l'Islande
Author: La Peyrère, Isaac de, 1594-1676
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Relation de l'Islande" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



                                RELATION
                                   DE
                               L'ISLANDE.


                                A PARIS,

                     Chez LOUIS BILLAINE, au second
               pillier de la grand' Salle du Palais, à la
                        Palme, & au grand Cesar.

                             M. DC. LXIII.



A SON ALTESSE SERENISSIME MONSEIGNEUR LE PRINCE.


MONSEIGNEUR,

_Si vostre Altesse Serenissime me fait l'honneur de m'acorder la grace
que je luy demànderay quelque jour, d'escrire les Merveilles de sa Vie;
je feray son Panegirique en faisant son Histoire: Et la narration toute
nuë des esclatantes actions qu'Elle a faites, efacera tout ce que
l'antiquité a dit & escrit des plus Grâns-guerriers & des plus
Grâns-hommes des siecles passez. En atàndant, MONSEIGNEUR, que j'aye
l'esprit ràmply du Genie, qui m'inspire une si haute pànsee; je Vous
suplie tres humblement de trouver bon que je die en ce lieu: Que Vos
inclinations ne sont pas toutes pour la guerre: Que Vous en avez d'aussi
fortes pour les beles letres: Et que l'ardeur incomparable de Vostre
Esprit, Vous porte aussi avant dans les sciànces, que cele de Vostre
Coeur Vous engage dans les combats._

_Trouvez bon aussi, MONSEIGNEUR, qu'en Vous donnant le divertissemànt
d'une Relation, que j'ay autrefois escrite à M. de la Mote le Vayer,
illustre par son rare savoir, & par le glorieux employ que sa Vertu luy
a aquis aupres d'un si Grand Prince, qu'est le FRERE UNIQUE DE NOSTRE
GRAND ROY; J'entretiene V. A. ser.^me de quelques reflexions que j'ay
faites, sur ce que les anciens Geografes n'ont presque rien connu du
globe de la terre, ou qu'ils n'en ont connu que de fort petites parties.
Ils ont creu que toute l'estàndüe de ce globe, qui est entre les deux
Tropiques, & qu'ils ont apelée, _Zone Torride_, estoit inhabitée &
inhabitable. Ils n'ont seu du levant, que ce qui est au deça du Gange, &
presque rien au delà, que par presomption & par oüy dire. Ils ont fixé
leur couchant aux Isles fortunées, qui sont aparamment nos Canaries. Ils
se sont imaginez que la mer Hiperborée, & que l'Islande, dont je fay icy
la relation, estoient les derniers termes de ce que l'on pouvoit
descouvrir du Septàntrion. Et ne sachant que dire de la Terre Australe,
ils l'ont telement ignorée, qu'ils se sont figurez que c'estoit la
demeure des Morts, & la fable de leurs Enfers._

    Illam, _dit le Poëte,_
    Sub pedibus Stix atra videt,
    Manesque profundi.

_Je ne parleray pas de quelques Peres de l'Eglise, qui ont eu de si
grandes lumieres pour les choses du Ciel, & si peu de connoissance de
celes de la Terre; qu'ils ne se sont peu persuader qu'il y eust des
Antipodes; & n'ont seu compràndre, par queles raisons ils estoient eux
mesmes Antipodes à ceux qui estoient les leurs._

_J'avoüe, MONSEIGNEUR, que nôtre siecle est beaucoup plus esclairé que
n'ont esté les precedàns. J'avoüe que depuis deux cens ans, il y a eu
des Mariniers, & plus hardis, & plus savans sans comparaison, que
n'estoit l'ancien Tifis des Argonautes. Et j'avoüe que l'on a penetré le
monde dans toutes ses parties, beaucoup au delà de ce que les plus
celebres Geografes de l'antiquité nous en ont apris. Cela n'empesche
pas, MONSEIGNEUR, que nous ne soyons toujours dans une profonde
ignorance de ce qui se peut ancore descouvrir, & qui nous est inconnu de
la Terre universele. Je craindrois de passer pour extravagant, si
j'avançois déterminément, que nous n'en connoissons que la moitié. Mais
je diray sans hesiter, que nous n'en connoissons pas les deux tiers; &
que ce qui reste à descouvrir, va sans contredit au delà du tiers._

_Il me sera aisé de le démontrer quand je diray, que nous ne connoissons
presque rien de ce qui est au delà des deux cercles polaires. Que le
cercle arctique passe à l'extremité de l'Islande Septàntrionale; & que
nous n'avons qu'éfleuré les bords du Groenland, au delà de la mer
Glacée, qui separe cete Isle de ce continànt. Cecy est considerable,
MONSEIGNEUR, que le cap Farvel, qui est du Groenland, & au Nor-oüest de
l'Escosse, est entre le 60. & 61.^me degré d'elevation: Et que de ce cap
au pole, il y a prés de trànte degrez de latitude, qui nous sont
inconnus. Il est vray que toute la côste du Groenland, soit au Levant,
soit au Couchant du cap Farvel, & dont on ne sauroit déterminer la
longitude, n'est pas si meridionale que ce cap. Mais je suplie
tres-humblement V. A. ser.^me de se represànter, qu'il y a une terre au
Nort du Japon, que nos Geografes apelent, _la terre de Jesso_, tout à
fait inconnuë à nos Matelots; quoy qu'elle soit d'une grandeur si
prodigieuse, qu'elle a quarante-six degrez de latitude, sur vint & deux
degrez de longitude._

_Si nous passons du Nort au Sud, il se trouvera, MONSEIGNEUR, que ce qui
est inconnu de la terre Australe, est de plus grande consequànce que ce
que nous ignorons de la Septàntrionale. La grandeur de cete terre
Australe, estonnera tous ceux qui la verront descrite dans nos cartes;
s'ils considerent, qu'elle embrasse les deux Emisferes, depuis le Pole
meridional, jusques à la ligne Equinoctiale;  & aux endroits où la
nouvelle Guinée unit les deux horisons. Cela seul, MONSEIGNEUR,
emporteroit la moitié du monde, si ce qui est entre les bras de cete
Terre, & au deça du cercle Antartique, soit de l'Asie, soit de
l'Afrique, soit de l'Amerique, n'estoit descouvert, & dans le commerce.
J'adjousteray, MONSEIGNEUR, à ce que j'ay dit: Que l'on ne sait pas
ancore, si le Japon est Isle, ou Terre ferme: Et qu'il y a des espaces
comme infinis au delà des Filipines, jusques à la côste du Perou, sur
lesquels nos Geografes font passer la mer Pacifique. Ils inondent ce
qu'ils ne connoissent pas; & noyent dans leurs Cartes, quantité de
peuples qui se portent bien dans les terres qu'ils habitent._

_Pour dire les choses, teles qu'elles pourroient estre, MONSEIGNEUR. Ce
qui resteroit à descouvrir du Globe terrestre, iroit beaucoup au delà du
tiers, & aprocheroit bien fort de la moitié, si la nouvele Guinée, qui
joint les deux bouts de la terre Australe, joignoit aussi la Tartarie, &
l'Amerique, du costé du Septàntrion, comme il y en a qui le croyent.
L'Ocean ne seroit plus en ce cas, la ceinture de la Terre; au contraire,
la Terre seroit la ceinture de l'Ocean. Et ce qui seroit bien
surprenant, pour ne pas dire incroyable; on pourroit frayer divers
chemins, pour aler par terre d'un pole à l'autre._

_Je ne doute pas, MONSEIGNEUR, que tant de Peuples inconnus, ne soient
quelque jour connus, pour avoir la connoissance de Dieu, & cele du
mistere de son Fils, mort pour nos ofànces, & resuscité pour nôtre
justification. C'est pour cela qu'il est écrit. [En marge: Daniel. 7.]
_Que tous Peuples, que toutes Nations, & que toutes Langues, adoreront
Dieu, & le serviront._ [En marge: Joel. 2.] _Que Dieu versera de son
Esprit sur tous les hommes de la terre._ [En marge: Jeremie 31.] _Et que
tous les hommes de la terre connoitront Dieu, depuis le plus grand
jusques au plus petit._ La mesme Escriture Sainte nous enseigne, que
Dieu establira un Roy, pour estre le Conducteur, & le Souverain, de tous
les Peuples de l'Univers; & pour respàndre la Predication de son
Evangile dans toutes les contrées du monde. Dieu parlant à ce Roy par
son Profete Isaie, luy dit ces paroles, tres considerables à ce propos.
[En marge: Chap. 55.] _Tu apeleras la Nation que tu ne connoissois pas;
& la Nation qui ne te connoissoit pas, te desirera, & coura apres toy.
Ce sera à-cause de moy, qui suis ton Seigneur, & ton Dieu; & à-cause de
mon [En marge: Jesus-Christ.] SAINT, qui est le Saint de mon peuple
Israel. C'est pour cela que je t'ay exalté, & c'est pour cela que je
t'ay glorifié._

_Je ne croy pas, MONSEIGNEUR, que l'on doive trouver estrange le zele
que j'ay, estant nay François, si je dis que la Profetie se doit
entàndre d'un Roy de France. J'ay outre cela beaucoup de raisons qui me
le persuadent. Il me sufira de dire, que toutes les conjectures, &
toutes les aparànces, me font presumer que la Profetie regarde nostre
GRAND ROY. Car il a toutes les qualitez, de Majesté, de Justice, & de
Valeur, que l'Escriture Sainte atribuë à ce Roy Profetique. S'il n'a pas
tout le temps qui sera requis, pour achever une si vaste entreprise,
qu'est la conqueste du Monde; Il ouvrira sans doute, & aplanira un grand
chemin à son GLORIEUX SUCCESSEUR, pour l'assujetir de bout en bout. Ce
qui me fortifie dans cete croyance, est, que pour seconder les hauts
desseins de nostre VICTORIEUX MONARQUE; le Ciel luy a donné un Prince de
son sang, tel que VOUS, MONSEIGNEUR, dont les Conseils peuvent estre
apelez, CONSEILS DE DIEU, comme l'Histoire Sainte qualifie les conseils
des grâns Politiques: Et dont L'ESPÉE aura la mesme vertu, qu'avoit cele
de GEDEON, contre les enemis du nom Chrestien. Je n'ay pas assez de vie
pour voir de si grandes choses. Mais j'ay toute la passion qu'il faut
pour les souhaiter. J'ay aussi tous les santimàns qui m'obligent d'estre
avec respêt & soumission,_

MONSEIGNEUR,

de V. A. Ser.^me
Le tres-humble, tres-obeïssant & tres-fidele serviteur,
LA PEYRERE.



TABLE DES CHOSES
Contenües aux Articles de cete Relation.


I. L'Auteur de cete Relation n'ayant pas esté en Islande, escrit ce
qu'il en a leu & ouy dire.

II. De la situation, & de la grandeur de l'Islande.

III. De ses jours, les plus longs, & les plus courts.

IV. De quoy on se nourrit en Islande, & de quoy on s'y chaufe.

V. Des Glaces qui se destachent du Groenland, & ce qu'elles aportent en
Islande, où elles abordent.

VI. Des pâturages de l'Islande, du lait, & du beurre; Et des farines qui
se font de poissons secs.

VII. Des Eaux de l'Islande.

VIII. Des Lacs de diverse & d'estrange nature, qui sont en Islande.

IX. Des Minieres de soufre qui y sont. Et du Mont Hecla.

X. Les Islandois croyent, qu'il y a des Ames dannées qui brulent, &
d'autres qui gelent.

XI. Evenemànt extraordinaire avenu en Islande.

XII. Du trafic que l'on fait en Islande. Et des Filles Islandoises.

XIII. Des Festins des Islandois.

XIV. Des coutumes sauvages des Islandois.

XV. Des Demons apelez Droles. Et des Islandois qui vàndent le vànt.

XVI. Des sortileges des Islandois.

XVII. De l'ancien Gouvernemànt de l'Islande. De la Justice qui s'y
exerce. ibid.

XVIII. L'Islande assujêtie aux Rois de Norvege, & en suite, aux Rois de
Danemark.

XIX. De l'anciene, & nouvele Religion, des Islandois.

XX. Les anciens Islandois estoient grâns Pirates, & grâns Gladiateurs.

XXI. Des Annales des Islandois.

XXII. Des Poëtes Islandois.

XXIII. Des Satyres Islandoises.

XXIV. De la Poësie Islandoise.

XXV. De l'amour que les Islandois ont pour leur patrie.

XXVI. Les Islandois sont chicaneurs.

XXVII. Des Maisons des Islandois.

XXVIII. Des deux Eveschez, & des deux vilages, qui sont en Islande.

XXIX. Des Evesques Islandois.

XXX. Les Islandois sont joüeurs d'Eschets.

XXXI. Continuation du mesme sujet.

XXXII. Le langage Islandois est Runique.

XXXIII. Quels ont esté les premiers habitans du Monde Arctique.

XXXIV. Les Geans Cananeens ont peuplé le Monde Arctique.

XXXV. Du grand Odin Asiatique.

XXXVI. On nous fait acroire que les anciens Heros ont esté Geâns.

XXXVII. Les Peuples du Septàntrion croyent estre de la race de Jafet.

XXXVIII. La recherche est vaine, des premiers Peuples qui ont habité les
parties du Monde, apres le Deluge.

XXXIX. Preuve du precedànt article.

XL. Suite de la mesme preuve.

XLI. Resolution de la mesme preuve.

XLII. Des premieres descouvertes qui ont esté faites de l'Islande.

XLIII. D'Ingulfe creu premier fondateur des Islandois.

XLIV. Que cete opinion n'est pas vraye.

XLV. Preuve du precedànt article.

XLVI. Suite de la mesme preuve. De l'Islande Payene & Chrestiene.
ibidem.

XLVII. La Tulé des Anciens est l'Islande d'aujourd'huy.

XLVIII. De l'Ocean Deucaledonien.

XLIX. L'Islande estoit habitée avant l'année 874.

L. Preuve du precedànt article.

LI. Les Gots ont introduit la barbarie dans l'Europe.

LII. De la _Crimogée_, & du _Specimen Islandicum_, d'Angrimus Jonas.


_Fin de la Table._



AVIS,
Touchant mon Ortografe.


_Quoy qu'il n'y ait rien de resolu pour l'Ortografe de nostre Langue, &
qu'il soit permis à qui que ce soit de s'en faire une, comme il
s'imagine qu'elle devroit estre: Je ne veux pourtant pas me servir d'une
liberté si publique, sans ràndre raison de cele que j'ay prise dans ce
petit Ouvrage._

_Je croy que nôtre escriture doit estre l'image de nôtre parole, tout
ainsi que nôtre parole est l'image de nôtre pansée. Cela estant. Il me
sàmble que nostre Ortografe se devroit conformer à nostre prononciation,
qui fait nostre parole; & que l'on ne devroit pas nous obliger d'escrire
par, _e_, ce que nous prononçons par, _a_; d'escrire par une letre
double, ce que nous prononçons par une letre simple; ni d'escrire par,
_h_, ce que nous prononçons sans aspiration._

_Cete raison est fortifiée de l'exàmple des Italiens, dont la Langue a
une perfection plus anciene que n'est la perfection de la nostre; si
toutefois on doit apeler perfection, ce que l'Usage qui en est le
maître, peut changer comme il luy plaît. Or les Italiens qui prononcent
ce qu'ils escrivent, escrivent aussi ce qu'ils prononcent. Et je ne
doute en façon du monde, que nos anciens Peres qui nous ont laissé leur
Ortografe, n'ayent prononcé comme ils escrivoient. Ce que j'asseure
d'autant plus librement, que les Valons d'aujourd'huy, qui parlent ce
que nous apelons _Vieux Gaulois_, prononcent ces mots, _commencement_,
_commendement_, _contentement_, &c. comme ils les escrivent par _e_, &
non pas, _commancemant_, _commandemant_, _contantemant_, &c. comme on
les prononce en France, par, _a_. Et par la raison que nous ne
prononçons pas aujourd'huy ces mesmes mots, comme on les prononçoit le
temps passé; Je m'estonne que l'on n'ait changé leur Ortografe, en mesme
temps que l'on a changé leur prononciation. Car l'escriture estant,
comme j'ay dit, l'image de la parole, l'Ortografe doit suivre la
prononciation, comme l'ombre suit le corps._

_J'avoüe que dans ces mots, _commàncemànt, commàndemànt, contàntemànt,
&c._ l'_a_ ne doit pas estre prononcé avec toute sa force. Mais il est
constant que ces mots, & leurs sàmblables, doivent estre prononcez, par,
_a_. Puis donc qu'il ne s'agit que de donner une prononciation moins
forte à cet, _a_; Il sufiroit ce me sàmble, de marquer cete maniere plus
douce, par un accent grave, tel que je l'ay mis sur tous les, _à_, que
j'ay changez pour des, _e_._

_Je n'ay pas fait ce changemànt dans tous les mots, où suivant mon
raisonnemànt, il me sàmbloit que je le pouvois faire: Parce que l'on ne
peut pas changer d'abord, & tout à coup, ce qu'un usage inveteré s'est
acquis, par la longueur du temps qui l'autorise. Je me suis imposé cete
loy dans ce commàncemànt, de ne changer l'_e_, en _a_, par tout où
l'_e_, se prononce par _a_, que dans les noms, & dans les verbes. Dans
les noms, comme, _sàntimànt, raisonnemànt, changemànt, &c._ Dans les
verbes, comme, _apràndre, sàntir, pànser, &c._ Je laisse l'_e_, dans la
preposition, _en_, & dans les noms, & les verbes où cete preposition
entre, & où elle sert de composition. Dans les noms, comme,
_entàndemànt, engagemànt, endommagemànt, &c._ & dans les verbes, comme,
_enseigner, enfanter, enquerir, &c._ où je laisse, _en_, comme on
l'escrit ordinairement, par, _e_. Je laisse l'_e_, aussi, dans tous les
adverbes, qui finissent en, _ment_; dont le nombre est tres-grand. Je le
laisse à, _temps, sens, accent, dent, cent, &c._ J'escris _ancore_, par
un _a_; parce qu'il est derivé de _ancóra_, que les Italiens escrivent,
& prononcent par un _a_._

_J'ay retranché toutes les letres doubles, de tous les mots, où elles
m'ont sàmblé inutiles. Si l'on me dit, que ces letres doubles servent à
alonger les voyeles qui precedent les doubles consones. Je respondray
qu'il sufit de metre sur ces voyeles un accent circonflexe, pour marquer
qu'elles sont longues. Et les Estrangers qui apràndront nostre langue, y
seront bien moins embarassez, qu'à leur donner à deviner, quand il
faudra prononcer les letres doubles, comme des letres simples._

_Je croy qu'il n'est pas necessaire de metre aucun accent sur l'_e_, de
ces mots, _tele, quele, bele, fidele, nouvele, mortele, naturele,
eternele, &c._ Parce que l'_e_ qui devance la consone dans tous ces
mots, se doit prononcer comme l'_e_ de leurs masculins, _cet, tel, quel,
bel, fidel, nouvel, mortel, naturel, eternel, &c._ _Cele_, doit estre
prononcé comme, _tele, quele, bele, &c._ Je laisse la double _ll._ aux
pronoms, _elle_, & _laquelle_._

_J'ay retranché l'_h_, de beaucoup de mots que nous prononçons sans
aspiration. Je l'ay retenüe à _Christ_, & à _Chrestien_, son derivé.
J'ay fait scrupule, pour ne pas dire religion, de toucher à un usage
qu'un nom si saint a comme sanctifié. Et nostre, _f_, ayant la mesme
force, que le [Grec: ph.] des Grecs, qui est nostre, ph, j'ay changé le
ph, en f._

_Quelque raison pourtant que j'aye aleguée; je n'ay pris cete liberté
qu'en atàndant le Dictionaire que Messieurs de l'Academie nous ont
promis; où j'espere qu'ils fixeront nostre Ortografe. Et à quoy je me
fixeray aussi._



[Illustration: L'ISLANDE
Par P. Du Val Geographe du Roy A PARIS.]



RELATION DE L'ISLANDE.

A MONSIEUR DE _LA MOTHE LE VAYER_.


MONSIEUR,

I. Vous m'avez prié de vous escrire de ce païs du Nort, où nous errons
depuis quelque temps, ce que j'ay peû apràndre de l'Islande, & du
Groenland. Je n'ay point de plus grande passion au monde, que de vous
servir, & de vous plaire. Je vous escriray ce que je say de l'un & de
l'autre, le mieux qu'il me sera possible; mais ce sera s'il vous plaist,
l'un apres l'autre. L'Islande est une Isle celebre. Le Groenland est un
païs de tres-grande, & de tres vaste estànduë. Je commànceray la
premiere des deux Relations, que je vous ay destinées, par cele de
l'Islande: Dans laquelle vous verrez ce que j'ay leu de particulier
touchant cete Isle, chez divers Auteurs: Et principalement dans les
oeuvres d'Angrimus Jonas, Escrivain Islandois. J'escris _Angrimus_,
comme on le prononce, & non pas _Arngrimus_, comme il est imprimé; parce
qu'on a trop de pêne à le lire. Je vous raporteray ce que j'ay oüy dire
de plus curieux sur ce sujêt, dans les conversations que j'ay euës en
Danemark, avec des personnes de condition, & de savoir. Et ce que m'en a
dit bien particulierement, le Docteur Olaus Vormius, Medecin de la
faculté de Copenhague, qui possede les plus beles & les plus doctes
connoissances de tout le Septàntrion. Je vous diray aussi ce que
Blefkenius Danois, qui a eu la curiosité d'aler en Islande, a escrit de
plus remarcable, dans la Relation qu'il en a faite. Je ne croy pas tout
ce qu'il a escrit, & ne m'arresteray qu'aux choses qu'il dit y avoir
veües. Car j'y adjoute la mesme foy que je fay à Herodote, aux endroits
où Herodote dit qu'il a veu. N'estant pas croyable que des gens
d'honneur & de letres, ayent voulu prostituer la verité, & leur
reputation, de propos si deliberé, que de dire qu'ils ont veu ce qu'ils
n'ont pas veu. Quoy qu'il en soit, je feray comme Saluste; & diray, soit
de Blefkenius, soit d'Angrimus Jonas, soit du Docteur Vormius, soit de
tous ceux dont je vous alegueray ce que j'ay leu, & oüy dire; car je
n'en puis parler que pour avoir leu, & oüy dire: _Fides penes auctores
sit._

II. L'Islande est une Isle de l'Ocean Deucaledonien, a 13. degrez, 30.
minutes de longitude, & a 65. degrez 44. minutes de latitude. Cete
situation est prise, sur l'Evesché Septàntrional de l'Isle, nommé,
_Hole_, qu'Angrimus Jonas raporte dans sa Crimogée Islandique; où il
dit, qu'il la tient de l'Evesque mesme de Hole, Gundebrand de Thorlac,
son compatriote, & intime amy, auditeur de Ticho-Brahé, & grand
Astrologue. Les limites de l'Islande sont; du Levant, la mer Hyperborée;
du Midy, l'Ocean Deucaledonien; le Couchant regarde le Groenland, vers
le cap Farvel; & le Nort est exposé à la mer glacée du mesme Groenland.
La longueur de l'Isle, s'estànd du Levant au Couchant, en autant de
chemin qu'un homme en peut faire en vint jours. Et sa largeur du Midy au
Nort, à l'endroit le plus large, en autant de païs, qu'un homme en peut
traverser en quatre jours. Le mesme Angrimus de qui je tiens cete
mesure, ne sait, si ces journées sont d'un homme à cheval, ou à pied.

III. Pour bien juger de l'estànduë de l'Islande; on croit qu'elle est
deux fois plus grande que la Sicile. On connoîtra aussi par la Sfere, &
par l'elevation que j'ay raportée de cete Isle, que ce que l'on en dit
est veritable: Qu'au Solstice d'Esté, & tant que le Soleil est dans les
signes de Gemini, & de l'Escrevice; c'est à dire, deux mois durant; le
Soleil ne se couche pas tout entier sous l'horison de l'Islande
Septàntrionale; Que l'on en voit toujours quelque peu, & la moitié aux
jours les plus longs depuis les dix heures du soir, jusques à deux
heures du matin, qu'il se leve tout a fait. D'où, il s'ensuit, qu'au
Solstice d'hyver, & tant que le Soleil est dans les signes du
Sagittaire, & du Capricorne; c'est à dire, deux mois durant; le Soleil
ne se leve pas tout entier sur le mesme horison; & qu'il n'en paroît que
la moitié, aux jours les plus courts, depuis les dix heures du matin,
jusques à deux heures apres midy, qu'il se couche tout à fait.

IV. Cete Isle est nommée _Islande_, à cause de la blancheur de ses
glaces. On dit qu'elle a esté fertile autrefois; qu'elle a porté de
beaux bleds, & qu'elle a esté couverte de grâns bois, dont les Islandois
batissoient de beaux, & grâns navires; & dont il se trouve ancore
aujourd'huy de grandes & profondes racines, aux mesmes lieux où estoient
jadis leurs forests, mais brulées & noires comme de l'ebene. L'Islande
est maintenant si infertile, que le bled n'y sauroit naître. Et il n'y
croist pas un arbre, quel qu'il soit, que du petit & meschant bouleau.
Si bien que l'on y mourroit de faim & de froit, si l'on n'y aportoit des
farines des provinces voisines: Et si les glaces qui se destachent au
mois de May des terres qui sont ancore plus proches du Pole, ne leur
portoient une si grande quantité de bois, qu'ils en ont sufisamment pour
se chaufer, & pour se faire des maisons, à la mode des autres peuples du
Nort. Ils se servent outre cela, pour l'un & pour l'autre, d'os de
balene, & d'autres grâns poissons. Comme aussi de deux sortes de tourbes
pour se chaufer; l'une, faite de gazons, qui est le _Cespes
bituminosus_; & l'autre, que l'on tire de la terre, comme d'une
carriere, qu'Angrimus Jonas apele _Glebam fossilem_; que l'on fait cuire
au Soleil, & qui brûle, quand elle est seche, comme le gazon. L'une &
l'autre espece de tourbe, tesmoigne assez le vice de la terre, qui la
rànd incapable de porter ni bled, ni arbre. Ces glaces qui abordent en
Islande des terres Septàntrionales, sont quelques fois chargées d'arbres
prodigieusement grâns. Et les Annales Islandiques font màntion d'un
entr'autres, qui avoit soixante-trois coudées de longueur, & sept de
grosseur.

V. Lors que ces glaces destachées du Nort, sont jointes à celes de
l'Islande, les habitâns de l'Isle courent à la queste du bois, & à la
chasse de quantité de bestes, qui s'estant trop avant engagées dans la
mer glacée, voguent dessus, & abordent où les glaces les portent: comme
des Renards, roux & blancs; des Loûs Cerviers; des Ours blancs & noirs;
& des Licornes. La grande & precieuse corne que le Roy de Danemark garde
à Frederisbourg, qui est son Fontaine-bleau, est d'une Licorne (à ce que
l'on ma dit) prise sur les glaces d'Islande. Elle est plus longue & plus
grosse, que cele de S. Denis. Monsieur le Conte Wlfeld, Grand Maistre de
Danemark, en a une entiere, & petite, de deux pieds de long, prise sur
les mesmes glaces. Il m'a fait l'honneur de me la montrer, & de me dire,
que lors qu'on la luy donna, il y avoit ancore à la racine, de la chair,
& du poil de la beste.

VI. L'Islande est montagneuse, & pierreuse. Les pasturages y sont si
excellàns, qu'il en faut chasser le bestial, de peur qu'il ne créve. Et
l'herbe y sànt si bon, que les estrangers la recueillent, & la font
secher, pour la metre parmy leur linge. On dit neanmoins que leurs
chairs de boeuf ne sont pas bonnes, & que leurs moutons puënt le bouc.
Les Islandois y sont accoustumez. Ils durcissent & conservent leurs
viandes, en les exposant au vànt, & au Soleil. Ce qui les rànd & de
meilleur goust, & de meilleure garde, que si on les avoit salées. Ils
font quantité de beurres, qu'ils reservent dans des vaisseaux; & a
defaut de vaisseaux, ils l'amoncelent dans leurs maisons, comme des
piles de chaux. Leur bruvage ordinaire est de lait, & de petit lait,
qu'ils boivent pur, ou meslé avec de l'eau. L'Isle porte de bons
chevaux, que l'on nourrit en hyver, de poissons secs, aussi bien que les
boeufs, & les moutons, quand le foin leur a manqué: Et dont les hommes
mesme font de la farine, & du pain, quand ils n'ont plus de farines de
bled; & que les rigueurs d'un long hyver empeschent l'abord de leur
Isle, aux estrangers qui ont commerce avec eux. Si bien que l'on peut
dire des bestes de ce païs là, qu'elles sont _Ictiofages_, aussi bien
que les hommes.

VII. Il y a dans l'Islande quantité de fontaines froides, dont les eaux
sont claires, & agreables à boire; d'autres, qui sont saines &
nourrissantes comme de la biere; quantité de sources chaudes &
salutaires, pour les bains; quantité de beaux & grâns Estangs
poissonneux; quantité de beles, & grandes Rivieres navigables; dont je
ne vous escriray pas les noms, non plus que des Ports, & des
Promontoires, parce qu'ils sont imprimez dans les livres.

VIII. Blefkenius raconte, qu'il y a dans la partie Occidàntale de
l'Islande, un Lac qui fume toujours; & qui est neanmoins si froid, qu'il
petrifie tout ce que l'on y jete. Si l'on y fiche un baston, le baston
devient fer à l'endroit qu'il est fiché dans la terre; ce qui touche
l'eau, se petrifie; & ce qui est au dessus de l'eau, demeure bois.
Blefkenius dit l'avoir esprouvé par deux fois: Et qu'ayant mis au feu ce
qui luy sàmbloit fer, ce fer brûla comme du charbon. Il dit aussi, qu'au
milieu de l'Islande, il y a un autre Lac, qui exhale une vapeur si
dangereuse, qu'elle tuë les Oiseaux qui volent par dessus. Et ce Lac est
comme l'Averne des Grecs, dont Virgile parle au 6. de l'Eneïde.

    _Quem super haud ullæ poterant impune volantes
    Tendere iter pennis, talis sese halitus atris
    Faucibus effundens, supera ad convexa ferebat.
    Unde locum Graii dixerunt nomine Aornon._

Blefkenius adjoute, a ce qu'à dit Angrimus des fontaines chaudes de
l'Islande, qu'il y en a de si chaudes en des endroits, que qui les
touche s'y brule. Quand cete eau se rafroidit, elle laisse du soufre au
dessus de sa superficie; tout ainsi qu'aux marais salans, l'eau de la
mer y laisse du sel. On voit des plongeons rouges sur ces eaux, que l'on
perd de veuë, si tost que l'on s'en aproche, & qui remontent sur l'eau
pour peu que l'on s'en esloigne. Le mesme dit ancore, qu'en un endroit
de l'Isle, que l'on apele _Turloskhaven_, il y a deux fontaines, l'une
froide, & l'autre chaude, que l'on fait venir par divers canaux dans un
mesme bassin. Et que les eaux de ces deux fontaines meslées ensàmble,
composent un bain tres excellant. Assez pres de là, dit-il, il y a un
autre fontaine, dont l'eau a le goust du blé: Et qui a cete vertu, de
guerir les maux veneriens, que Blefkenius asseure estre fort ordinaires
dans cete Isle.

IX. Il n'y a dans toute l'Islande aucune miniere de quelque metal ou
mineral que ce soit, si ce n'est de soufre, qui est tres commun dans
toute l'Isle; mais que l'on tire en plus grande abondance d'une Montagne
nommée _Hecla_, qui est le Montgibel de l'Islande; car elle jete des
flames qui causent de grâns embrazemâns aux environs. Cete Montagne est
du costé de la partie Oriàntale, declinant à la Meridionale, & assez
proche de la mer. Blefkenius dit, que ce Mont ne jete pas seulement des
flames, mais des torrâns d'eau, qui brulent comme eau de vie. Il jete
par fois aussi, des cendres noires, & une quantité prodigieuse de
pierres ponce. La tàmpeste qui agite ce Mont, cesse au vànt d'Oüest, qui
est le Zephire des anciens. Tant que ce vànt soufle, ceux qui
connoissent ce Mont, & qui en savent les chemins seurs, montent
hardiment à son plus haut sommet, & à l'endroit par où il rànd ses
flames; où ils jetent de grosses pierres, que le Mont rejete avec furie,
& comme une Mine fait voler les esclats d'un mur qu'elle emporte. Il est
tres dangereux d'en aprocher, à ceux qui n'en connoissent pas les
avenües. Parce que la terre qui brule au dessous, venant à fondre, a
bien souvent englouti des hommes vivans, dans des fournaises ardàntes.

X. Les habitans de l'Isle croyent que cete Montagne est le lieu où les
ames des dannez sont tourmàntées. Dequoy ils font de plaisâns contes.
Car ils voyent quelque fois, à ce qu'ils disent, comme des fourmilieres
de Diables, qui entrent dans la gueule de ce Mont, chargez d'ames
dannées; & qui en ressortent, pour en aler chercher d'autres. Et
Blefkenius raporte, que lors que cela a paru, on a remarqué qu'il s'est
donné une sanglante bataille en quelque endroit. Les Islandois croyent
aussi, que le bruit que font les glaces, quand elles heurtent &
s'atachent à leurs rivages, sont les cris & les gemissemâns des dannez,
pour le grand froit qu'ils endurent. Car ils croyent qu'il y a des ames
condannées à geler eternelement, comme il y en a qui brulent
eternelement. Et le suplice seroit egal; en ce que, _penetrabile frigus
adurit_; & qu'il est vray qu'un grand froit brule comme du feu.

XI. Le mesme Blefkenius dit, qu'estant en Islande, sur la fin du mois de
Novàmbre, & à minuit; on vit un grand feu sur la mer du Mont Hecla, &
que ce feu esclaira toute l'Isle. Ce qui estonna tous les habitans. Les
plus experimàntez & les plus sànsez asseuroient, que cete lueur venoit
du Mont Hecla. Une heure apres l'Isle tràmbla. Et ce tràmblemànt fut
suivy d'un esclat comme de tonnerre, si espouvàntable & si terrible, que
tous ceux qui l'ouïrent, crurent que ce devoit estre la cheute du monde.
On sût peu de jours apres, que la mer avoit tary à l'endroit où le feu
avoit paru; & qu'elle s'estoit retirée à deux lieües de là.

XII. Les Islandois ne vàndent & n'achetent quoy que ce soit, car il n'y
a pas d'argent monnoyé parmy eux. On leur aporte des farines, de la
biere, du vin, de l'eau de vie, du fer, des drâs, & du linge. Ils
baillent en eschange ce qu'ils ont, qui est; des poissons secs, du
beurre, des suifs, des drâs grossiers, du soufre, & des peaux de renârs,
d'ours, & de loûs cerviers. Blefkenius dit, que les Alemans qui
trafiquent en Islande, dressent des tàntes pres des havres où ils ont
abordé, & qu'ils y estalent leurs Marchandises, qui sont; manteaux,
souliers, miroirs, couteaux, & quantité de bagateles, qu'ils eschangent
avec ce que les Islandois leur aportent. Des filles qui sont fort beles
dans cete Isle, mais fort mal vestües, vont voir ces Alemans; & ofrent à
ceux qui n'ont pas de fàme, de coucher avec eux, pour du pain, pour du
biscuit, & pour quelqu'autre chose de peu de valeur. Les Peres mesmes
presàntent leurs filles aux Estrangers. Et si leurs filles deviennent
grosses, ce leur est un grand honneur. Car elles sont plus considerées,
& plus recherchées par les Islandois, que les autres: Et il y a de la
presse à les avoir.

XIII. Quand les Islandois ont acheté, (c'est à dire eschangé) du vin, ou
de la biere, des Marchâns estrangers: Ils convient leurs paràns, leurs
amis, & leurs voisins, à boire l'un & l'autre: Et ne se quitent point
que tout ne soit beu. Ils chantent en beuvant, les faits heroïques de
leurs Capitaines. Leur musique est sans regle, & sans art, que l'on
apele, _Musique enragée_. C'est une incivilité parmy eux, que de sortir
de table, quand ils boivent, pour aler faire de l'eau. Des filles qui ne
sont pas laides en ce païs-là, comme j'ay dit, coulent sous les
treteaux, & presàntent des pots de chambre aux beuveurs.

XIV. Angrimus Jonas traite cete raillerie d'imposture, & s'emporte avec
colere contre Blefkenius, pour l'outrage qu'il dit avoir fait à
l'honneur des filles Islandoises. Le bon homme ne peut soufrir, qu'on
parle avec mespris de ses compatriotes, & qu'on les traite de barbares.
Sur tout, là où le mesme Blefkenius dit, que les Islandois se
gargarisent tous les matins de leur urine, & s'en frotent les dents.
Catulle a dit la mesme chose des Celtiberes.

    _Nunc Celtiber in Celtiberiâ terrâ,
    Quod quisque minxit, hoc sibi solet mane
    Dentem, & russam defricare gingivam._

Pour vous dire, Monsieur, ce que j'en pànse. Je croy que les Islandois
ne sont pas maintenant si sauvages qu'il ont esté. Mais il est à
presumer que des peuples si esloignez des climâs tàmperez, ne sont pas
des plus polis, ni des plus raisonnables du monde. Je parle pour le
commun, dans lequel je ne compràns pas les honnestes gens qui y peuvent
estre, & qui y sont sans doute. Car il y a par tout des honnestes gens.
Et il n'y a pour cela de la differànce, que du plus au moins.

XV. Blefkenius dit, que les Islandois ont des Esprits familiers. Que ces
Esprits les servent comme des valets, & les avertissent la nuit, quand
il fait bon le làndemain aler à la chasse, ou à la pesche. Ortelius va
plus avant, & nous aprànd, que les Islandois apelent cete sorte de
Demons: _Drollos_. Ce qui a du raport à ce que _Troll_, en Danois, est
un Diable en françois; Et me persuade que ce que l'on apele en France
_un bon drole_, est mesme chose _qu'un bon Diable_, en Islandois, & en
Danois. Blefkenius dit aussi, que les mesmes Islandois vàndent le vànt,
& l'asseure, comme l'ayant, à ce qu'il dit, experimànté. De quoy le bon
Angrimus se moque plaisamment. Car il dit, que le Matelot Islandois
connoît le soir par la disposition de l'air, quel temps, & quel vànt il
fera le làndemain; Et que quand il conjecture qu'il doit faire le vànt
que l'Estranger atànd pour partir, il le va trouver, & s'engage de luy
vàndre ce vànt. Ce qu'il fait de cete sorte. Il demànde à l'Estranger
son mouchoir, dans lequel il fait sàmblant de murmurer quelques paroles;
& noüe promptement le mouchoir, comme de peur que les paroles qu'il a
prononcées ne s'envolent. Il luy rànd apres cela son mouchoir noüé, &
luy recommande de le garder tel qu'il le reçoit avec grand soin:
l'asseurant qu'il aura le vànt bon, durant tout son voyage. Or il arrive
quelque fois, que ce vànt soufle le làndemain. Mais le plus souvent ce
mesme vànt change apres que l'Estranger est party, & qu'il est engagé en
pleine mer. Ou s'il est assailly de quelque tàmpeste, comme il arrive
bien souvent aussi, l'Estranger se trouve fort ambarassé des Diables
qu'il croit porter dans sa poche: Car il n'ose les jeter dans la mer, &
fait consciànce de les garder. Que si, dit Angrimus, il est arrivé de
cent fois une, que le vànt ait conduit l'Estranger là où il devoit aler;
cete seule fois autorise l'erreur contre cent autres experiànces
contraires. Et l'erreur se respànd par celuy qui dit hardiment, parce
qu'il le croit ainsi, qu'il a acheté le vànt en Islande, & que ce vànt
l'a mené à bon port chez luy.

XVI. Quoy que ces sortes de contes ne fassent aucune impression sur des
Esprits raisonnables, ils ne laissent pas d'estre divertissâns. Et il y
a du plaisir d'entàndre ce que l'on en dit, & ce que l'on en croit. Car
on ne le diroit pas, si on ne le croyoit. Blefkenius raconte, qu'il y a
des Magiciens en Islande, qui ont le pouvoir d'arrester en pléne mer,
des vaisseaux qui vont à plénes voiles. Il narre aussi, que ceux qui
sont arrestez, se servent pour contrecharme, de certaines sufumigations
puantes, dont il fait les descriptions; avec lesqueles, dit-il, ceux qui
sont retenus chassent les Demons qui les retiennent; & les vaisseaux
desenchantez reprenent leur cours. Si le charme est bien invànté, le
contre-charme ne l'est pas moins. Revenons à ce qui est de plus serieux
dans l'histoire de l'Islande.

XVII. L'anciéne Islande estoit divisée en quatre Provinces, selon les
quatre parties du monde. Chaque Province estoit divisée en trois
Bailliages, que les Islandois apelent _Repes_: excepté la Province
Septàntrionale, laquelle comme la plus grande, & la plus importante, en
avoit quatre. Et chaque Bailliage estoit subdivisé en six, sept, huit,
ou dix Judicatures, selon son estàndüe. Chaque Province assàmbloit ses
Bailliages une fois l'année. Et la convocation se faisoit par de petites
croix de bois, que le Gouverneur de la Province envoyoit à ses Baillifs,
que les Baillifs distribuoient à leurs Juges, & que les Juges faisoient
courir par les familles de ceux qui se devoient trouver à ces
assàmblées. Le Chef de la Justice de l'Islande, qui presidoit aux quatre
Provinces, & qui estoit comme le Souverain de l'Islande, son
_Nomophylax_, & le conservateur de ses loix, assàmbloit aussi en certain
temps les Estats generaux de l'Isle. Et la convocation se faisoit par
quatre haches de bois, que ce Chef envoyoit aux Gouverneurs des quatre
Provinces.

XVII. Il y avoit dans chaque Bailliage trois Tàmples principaux, où la
Justice se ràndoit, & où le culte de leurs Dieux se faisoit; à cause de
quoy la charge de Baillif s'apeloit _Godorp_, qui signifie divine. Leur
principal soin estoit, de pourvoir à la necessité des pauvres, qui est
tres grande dans un païs pauvre. D'empescher que les pauvres d'une Repe,
ne courussent à l'autre; & de refrener la liçànce des Mandians
volontaires, contre lesquels les loix estoient rigoureuses. Car il
estoit permis de les tuer, ou de les chastrer, impunément; de peur
qu'ils ne multipliassent, & ne fissent d'autres coquins comme eux. Il
estoit mesme defàndu, sur pêne de l'exil, à un homme pauvre de se marier
avec une fàme pauvre comme luy. Et il n'estoit pas permis sur la mesme
pêne, à celuy qui n'avoit dequoy que pour luy seul, de pràndre une fàme
qui n'avoit pas dequoy pour elle.

XVIII. Cet ordre Aristocratique de gouvernemànt, & de Justice, a duré
parmy les Islandois, jusques à l'an de Grace 1263. que les Roys de
Norvege se firent maîtres de l'Isle, & la ràndirent tributaire, par la
mauvaise intelligence des Islandois, qui faisoient entr'eux, des
brigues, & des seditions, pour le gouvernemànt. Les Roys de Danemarck,
ayant reduit en suite le Royaume de Norvege en Province, ont donné des
Viceroys à ces peuples, qui n'ont retenu depuis ce temps-là, qu'une
ombre legere de leur anciene forme d'Estat. La demeure de ces Viceroys
est à la partie Occidàntale de l'Islande, dans un Chasteau, nommé
_Besestat_. Ils ne sont pourtant pas obligez à faire residànce actuele
dans l'Isle, qu'en cas de necessité; & n'y vont qu'une fois l'année,
pour en recevoir les tribûs, qui consistent aux mesmes choses, dont j'ay
dit cy dessus que les Islandois font commerce & eschange avec les
Estrangers: Et dont le Roy de Danemark pourvoit une bonne partie de ses
navires, soit pour nourrir, soit pour habiller ses matelots. Le dernier
Viceroy d'Islande, estoit M. Prosmont, Amiral de la derniere flote
Danoise, que les Suedois défirent sur cete mer, il y a environ trois
mois. Il se batit vaillamment, & mourut sur son bord l'espée à la main,
ayant refusé le quartier que les Enemis de son Roy luy voulurent donner.

XIX. Angrimus Jonas ne pose l'Islande Chrestiene, qu'en l'an 1000. de
nôtre salut. Ce n'est pas qu'il n'y ait eu des Chrestiens long temps
devant, dans cete Isle. Mais il dit que le Paganisme n'en fût absolument
bany qu'en ce temps-là. Les Islandois payens ont adoré entr'autres
Dieux, _Thor_, & _Odin_. _Thor_, estoit comme le Jupiter; & _Odin_,
comme le Mercure des anciens Grecs & Latins. Ils nomment encore leur
Jeudy, _Thorsdag_, qui est le _dies Jouis_, & le Mercredy, _Odensdagur_,
qui est le _dies Mercurii_. Les Autels consacrez à ces Dieux estoient
revestus de fer, où bruloit un feu perpetuel. Et sur l'Autel, il y avoit
un vase d'airain, dans lequel on versoit le sang des sacrifices, & dont
on aspergeoit les assistans. Il y avoit au costé de ce vase un aneau
d'argent, du poids de vint onces, qu'ils frotoient du sang de l'hostie,
& qu'ils empoignoient quand ils vouloient faire quelque sermànt, ou
solànnel, ou d'importance. Leurs Annales portent, qu'ils ont sacrifié
des hommes à leurs Idoles. Ils les escrasoient sur des rochers, ou les
jetoient dans des puis profons, creusez, & destinez pour cela, à
l'entrée de leurs Tàmples. Et comme les Islandois payens avoient basty
deux principaux Tàmples, dediez à leurs faux Dieux, aux deux parties,
Septàntrionale, & Meridionale, de leur Isle. Les Islandois Chrestiens
ont estably les deux, & les seuls Eveschez qu'ils ont, aux mesmes
endroits de leur Isle: Savoir, l'Evesché de _Hole_, au Nort; & celuy de
_Schalhold_, au Midy. Ils professent maintenant la mesme confession
d'Ausbourg, que professe tout le Danemarck.

XX. Les anciens Islandois estoient de haute stature, forts, adroits, &
vaillans; grâns gladiateurs, & grâns Pyrates. La Monomachie estoit
autorisée parmi eux; & ils ne refusoient qui que ce fust, qui les
voulust combatre seul à seul. Ils vuidoient leurs procez par le duel;
Auquel celuy qui estoit vaincu, perdoit la chose contestée; & qui
refusoit le combat, la perdoit comme s'il eust esté vaincu. C'estoit un
moyen legitime pour aquerir des possessions parmi eux. Car de deux
Gladiateurs qui se batoient, celuy qui avoit tué ou vaincu son homme,
estoit maître de son bien. Il n'y avoit qu'une resource pour les
heritiers legitimes du defunt, ou du vaincu, qui estoit; que l'on menoit
un grand Toreau au victorieux, & s'il ne l'assommoit pas d'un seul coup,
il ne tenoit rien.

XXI. Avec ce que les Islandois estoient de grande force, & de grand
coeur; ils estoient spirituels, & si curieux, qu'ils conservoient avec
soin les memoires qu'ils recueilloient de toutes parts, des choses
memorables qui se passoient dans tous les Royaumes voisins. Ce qui a
obligé le bon Angrimus à dire dans son _Specimen Islandicum_, parlant de
ses compatriotes, qu'ils sont, _Ad totius Europæ res historicas lyncei._
Et de fait, Saxo Grammaticus dans la preface de son histoire Danoise,
avoüe qu'il s'est tres utilement servy des memoires qu'il a pris dans
les Annales des Islandois, qu'il apele, _Tylenses_. Le Docteur Vormius
m'a asseuré que ces Annales sont tres-curieuses, & qu'il y a des raretez
exquises des choses ancienes qui se sont faites dans les Orcades, dans
les Hebrides, dans l'Escosse, & dans l'Angleterre; & mesme chez les
anciens Ducs de Normandie; par cete raison sans doute, que les Islandois
ont esté autrefois puissans sur la mer Deucaledoniene, ou Escossoise, &
qu'ils ont peu avoir aussi des commerces particuliers dans notre
Normandie.

XXII. Les plus ancienes histoires Islandoises & auquelles les Islandois
adjoutent plus de foy, sont celes qui sont composées en vers. Sur quoy,
Monsieur, vous remarquerez, s'il vous plaist, que les anciens Rois, &
Capitaines du Nort, qui aloient à la guerre, menoient toujours quelque
Poëte avec eux, pour composer des vers sur le sujêt de leurs victoires.
Ces Vers se chantoient par les soldats de l'armée, & se repàndoient par
toutes les contrées voisines. Or les Islandois ont esté de tout temps
renommez excellâns Poëtes, par tous leurs voisins. Et l'on a creu qu'il
y avoit une certaine vertu Magique dans leurs vers, capable d'evoquer
les Demons des Enfers, & d'arracher les Planetes du Ciel. Leurs Poëtes
naissent Poëtes, & ne le devienent pas par estude. Car le meilleur
esprit qui soit parmi eux, ne sauroit composer des vers, s'il n'a le don
naturel de les faire, tant les regles de leur Poësie sont severes &
contraintes. Mais ceux qui ont cete vertu naturele, les composent avec
tant de facilité, que leurs discours ordinaires sont des vers. La Verve
prànd ces Poëtes aux nouveles Lunes. Et quand cete fureur les saisit,
ils ont le visage esgaré, les yeux enfoncez, la couleur pasle; &
ressàmblent à la Sibile Cumée, tele que Virgile nous l'a descrite. Il
fait en ce temps-là tres mauvais avoir à faire avec ces possedez. Car la
morsure des chiens enragez, n'est pas plus dangereuse, que la médisance
de ces Poëtes.

XXIII. Je vous diray à ce propos, ce que le Docteur Vormius m'en a
raconté. Il y a quelques années, qu'estant Recteur de l'Academie de
Copenhague, un Escolier Islandois se plaignit à luy, que son Lansman &
camarade, l'avoit outragé dans des vers difamatoires. Le Recteur apela
le Poëte, qui avoüa les vers, mais nia qu'ils fussent faits contre son
camarade. Et de fait M. Vormius n'y voyoit quoy que ce soit, dont le
Lansman se dût ofàncer, selon la connoissance qu'il a du langage
Islandois, qui est fondé sur l'anciene langue Runique. L'Escolier ofàncé
voyant que le Recteur croyoit ce que luy disoit le Poëte, se mit à
pleurer chaudement, & à luy dire, qu'il estoit perdu s'il l'abandonnoit.
Et là dessus luy fit compràndre, par un destour estrange de figures, &
de fables, les mêdisances qui estoient contenües dans cete Satyre. Luy
dit, qu'il passeroit pour un infame en Islande, si ces vers y estoient
portez; que ses biens en déperiroient; & que cete poësie estoit tele,
qu'en quelque lieu du monde où il sût aller, le charme, ou le sortilege
de ces vers le suivroit par tout, & le feroit mourir. Le Docteur Vormius
esmeu de la frayeur de ce jeune homme, tira le Poëte à part; luy mit
devant les yeux les devoirs de la charité Chrestiene, & les rigueurs des
loix de Danemarck, qui punissent les sorciers de suplices tres cruels:
Et l'ayant menacé de le metre entre les mains de la Justice, si par
malheur son camarade tomboit malade de l'aprehànsion qu'il avoit; il luy
imprima une tele peur, qu'il avoüa la malice de ses vers, les deschira,
promit de ne les dire à personne, & courut embrasser son camarade, qui
tesmoigna une joye non-pareille d'avoir fait sa paix avec le Poëte.

XXIV. Les Poëtes Islandois ont un Mitologique de leurs fables, qu'ils
apelent _Edda_: Dans lequel ils posent pour Principe eternel, un Geant
qu'ils apelent _Immer_. Et disent, que du Caos sortirent de petits
hommes, qui se jeterent sur le Geant, & le mirent en pieces. Que de son
crane, ils firent le Ciel; de son oeil droit, le Soleil; de son oeil
gauche, la Lune; de ses espaules, les Montagnes; de ses os, les Rochers;
de sa vessie, la Mer; de son urine, les Rivieres; Et ainsi de toutes les
autres parties de son corps. De sorte, que ces Poëtes apelent le Ciel,
le crane d'Immer; le Soleil, son oeil droit; la Lune, son oeil gauche;
les Rochers, ses os; les Montagnes, ses espaules; la Mer, sa vessie; les
Rivieres, son urine, &c. Le Docteur Vormius m'a fait voir une vieille
copie de l'Edda, escrite en Islandois, de la main d'un Islandois, & dont
il m'a expliqué les galanteries que j'ay recueillies, pour vous les
escrire.

XXV. Les Islandois, à ce que disent leurs Annales, ont mis autrefois de
grandes flotes sur la mer, qui donnoient de la jalousie aux Rois de
Norvege, & de Danemark. Ils n'ont pas maintenant dequoy faire de petits
bateaux de pescheurs. Ils ont eu le temps passé de grâns commerces dans
tous les Royaumes voisins. Ils ne sortent maintenant de leur Isle, que
pour venir estudier à Copenhague; avec un desir si violànt de retourner
en leur païs, que les Danois n'en peuvent retenir pas un pour leur
servir de Prestres, ou de Prescheurs. Ce qu'ils ont tànté diverses fois,
parce qu'il y en a qui ont l'esprit bon, & qui reüssissent dans leurs
estudes. On a beau leur represànter la pauvreté de leur Isle, & les
delices des climats qui sont plus doux. Ils sont acoquinez à leur
misere, & la preferent à tous les autres plaisirs. Il y a douze ou
quinze Escoliers dans cete Academie, que nous voyons quelque fois. Ils
sont communément petits & floüets, quoy que Blefkenius die, qu'il a veu
en Islande un Islandois si fort, qu'il prenoît une tonne de biere,
mesure de Hambourg, & la portoit à sa bouche pour boire, comme il auroit
pris un de nos barils.

XXVI. Les Islandois retienent, comme j'ay dit, quelque ombre legere de
l'ancien gouvernemànt de leurs peres. Mais leurs loix sont meslées de
tant d'autres loix, de Norvege, & de Danemark; qu'estant forcez
d'observer les dernieres, & voulant garder les premieres, ils s'engagent
dans mille chicanes, sur l'explication, & concordance de leur droit,
avec celuy de Danemark. Ce qui a obligé le bon Angrimus à dire de fort
bonne grace, qu'il n'y a pas moins de Pantimomies dans le droit
Islandois, qu'il y a d'antinomies dans le droit Romain.

XXVII. Les Islandois de ce temps habitent leur Isle comme leurs Peres
l'habitoient, dans des maisons esparses, qui ça, qui là, de peur du feu,
estant basties de bois. Leurs fenestres sont d'ordinaire, des trous sur
les toits, parce que leurs maisons sont fort basses, & qu'il y en a
mesme plusieurs d'enfoncées dans la terre, à-cause des vàns. Leurs toits
sont couverts, comme ceux de Suede, d'escorces de bouleau, comblées de
gazons. Tele estoit la cabane de Titire, dans les Bucoliques de Virgile.

    _Pauperis & tuguri congestum cespite culmen._

Les Islandois sont cachez comme des blereaux dans ces maisons, où ils
vivent au delà de cent ans, & ne se servent ni de Medecins, ni de
medecines.

XXVIII. Il n'y a dans toute l'Islande que deux vilages, aux deux
Eveschez, de Hole, & de Schalholt; dont le plus grand, qui est celuy de
Hole, ne consiste qu'en fort peu de maisons contiguës. Et comme il n'y a
ni viles, ni vilages dans l'Islande, il n'y a point de grâns chemins. Ce
qui oblige ceux qui voyagent dans cete Isle, à se servir de boussoles,
pour aler d'une Province à l'autre, & à planter des balises aux endroits
où il y a des goufres de nege, & où l'on tomberoit, si l'on n'y metoit
ces marques. Les Islandois n'habitent d'ordinaire, que sur les rivages
de la mer, ou prés des rivieres, à-cause de la pesche, & des pasturages,
& le milieu de l'Isle est comme desert. Il y a un Colege à Hole, où les
enfans estudient jusques à la Retorique, & vienent à Copenhague, faire
leur cours de Filosofie, & de Teologie. Il y a une Imprimerie, où depuis
peu l'on a imprimé le vieux Testamànt, traduit en Islandois. Le nouveau
n'est pas achevé, faute de papier; apres lequel il y a long temps que
les Imprimeurs crient, mais ils crient de si loin, qu'on ne les entànd
point.

XXIX. L'Evesché de Hole a esté pourveu de grâns Evesques, dont le
Catalogue est escrit, dans la Crimogée d'Angrimus Jonas. Et entre
autres, du dernier mort Gundebrand de Torlac, que j'ay cy-dessus
màntionné, homme de grand savoir, & de grande probité. Angrimus Jonas a
esté son Coadjuteur, & a refusé l'Evesché qu'il devoit avoir apres la
mort de Gundebrand, & que le Roy de Danemark luy vouloit donner. Il a
prié le Roy de l'en dispànser, tant pour se retirer de l'envie, que pour
vaquer à ses estudes avec plus de repos. Le bon homme est vivant. Le
Docteur Vormius son bon amy, m'a assuré qu'il a plus de quatre-vints dix
ans: Et m'a dit de plus, qu'il n'y a que quatre ans qu'il s'est remarié
avec une jeune fille. Il est savant, & fort homme de bien, en grande
estime parmy tous les doctes, & tous les curieux de la contrée du Nort;
& le sera de tous ceux qui le connoitront, par les beaux livres qu'il a
faits.

XXX. J'obmetois de vous dire une particularité de l'Esprit des
Islandois, qui n'est pas à mespriser. C'est qu'ils sont tous joüeurs
d'eschets, & qu'il n'est point de si chetif païsan en Islande, qui n'ait
chez luy son jeu d'eschets, faits de sa main, & d'os de poisson, taillé
à la  pointe de son couteau. La diferànce qu'il y a de leurs pieces aux
nôtres, est, que nos Fous sont des Evesques parmy eux; & qu'ils tienent
que les Eclesiastiques doivent estre prés de la personne des Rois. Leurs
Rocs sont de petits Capitaines, que les Escoliers Islandois qui sont
icy, apelent _Centuriones_. Ils sont represàntez, l'espée au costé, les
joües enflées, & sonnant du Cor, qu'ils tienent des deux mains. J'aurois
à vous faire un long discours sur le sujet des Cors, que les Capitaines
du Nort portoient à la guerre, pareils à celuy de nostre Roland: Et pour
pràndre la chose de plus haut, tel qu'estoit le Cor, ou la Trompete de
Misene, de qui Virgile a dit; _Hectoris hic magni fuerat comes._ Où l'on
voit un Trompete camarade d'Hector. C'est de là sans doute, que les
Trompetes Alemans, & de toutes ces contrées, ne passent pas pour valets,
comme ils font ordinairement en France; mais pour oficiers des
compagnies où ils servent. Je reserve de vous en parler à une autre
ocasion. Reprenons le discours de nos Eschets.

XXXI. Ce jeu n'est pas seulement ancien, & commun, chez les Islandois,
mais dans tous les païs du Nort. La Cronique de Norvege raporte, que le
Geant Drofon, qui avoit nourry Heralde le Chevelu, tout ainsi que Chiron
avoit nourry Achile, ayant oüy parler des grâns exploits que faisoit son
Nourrisson, estant Roy de Norvege, luy envoya des presâns de grand prix:
Et entr'autres, la Cronique fait màntion d'un jeu d'eschets, tres riche,
& tres beau. Ce Heralde regnoit environ l'an de Grace, 870. Et si
Encolpe dans Petrone, a eu la curiosité d'escrire, qu'il avoit veu joüer
Trimalcion aux dames, sur un Tablier de Terebinte & de Cristal, avec des
dames d'or & d'argent: Je vous diray que j'ay eu l'honneur de joüer aux
Eschets avec Madame la Contesse Eleonor, fille du Roy de Danemark, &
fàme de Monsieur le Conte Wlfeld, Grand Maitre, & premier Ministre du
Royaume, sur un Tablier d'Ambre blanc & jaune, avec des pieces d'or,
esmaillées de mesmes couleurs que le Tablier, & tres curieusement
travaillées. Les Rois & les Reines, sont assis sur des Trônes, avec le
Manteau Royal, la Couronne en teste, & le Septre à la main. Les Evesques
sont richement mitrez. Les Chevaliers sont montez sur des chevaux bien
faits, & bien harnachez. Les Rocs, sont des Elefans sur lesquels il y a
des Tours. Et les Pions sont de petits Mousquetaires qui ont couché en
joüe, & qui sàmblent atàndre le commàndemànt pour tirer.

XXXII. Je vous ay dit, que la langue des Islandois est fondée sur
l'anciene langue Runique. Le Docteur Vormius, qui entànd ce Runique, &
qui en a fait un livre, m'a asseuré que l'Islandois est le plus pur
Runique que nous ayons. Pour preuve de cela, les caracteres Islandois
dont Blefkenius a donné un Alfabet dans sa Relation, sont Runiques: Et
le mesme dit, que parmy ces caracteres, il y en a d'hyeroglifiques, qui
signifient des mots entiers. Le bon homme Angrimus s'est estàndu sur ce
chapitre dans sa Crimogée. Et parce que ce livre est fort rare en ce
païs, & qu'il l'est sans doute au lieu où vous estes; vous aurez
agreable que je vous entretiene de la lecture que j'en ay faite: Car en
vous descouvrant l'antiquité de la langue Islandoise, elle nous donne
une grande connoissance des antiquitez du Nort.

XXXIII. Angrimus dit, que les Annales d'Islande, qui parlent des
premiers habitans du monde Arctique, les font venir d'un Prince
Asiatique, nommé _Odin_, que d'autres ont dit _Ottin_; lequel poussé par
les armées Romaines, que Pompée commàndoit dans la Frigie mineure, prit
la route du Nort, & se vint ràndre en ces quartiers, avec des troupes
Frigienes qui le suivirent. Et le bon Angrimus avoüe, que l'epoque de
ses Annales Islandiques, ne s'estànd pas plus avant que d'Odin. Il
assure neanmoins, que beaucoup d'autres peuples du Nort, en ont de plus
ancienes: & que leurs Histoires font màntion d'un Prince apelé _Norus_,
qui donna les premieres loix à la Norvege, & l'erigea en Royaume. Que
Norus estoit fils de Thorré, Roy de Gotland, & de Finland, le plus
grand, le plus vertueux, & le plus excellànt Prince de son siecle. Que
ses peuples l'adorerent comme un Dieu apres sa mort. Que la Norvege
apela le mois de Janvier, _Thorré_, de son nom. Et que ce nom est ancore
aujourd'huy retenu dans l'Islande. Que le Roy Thorré eut une fille d'une
grande beauté, nommée _Goa_, qui fut enlevée par un Prince estranger.
Que son frere Norus courut apres le ravisseur. Et que le mois suivant
celuy de Janvier fut nommé, _Goa_; qui est le mesme nom dont se servent
ancore aujourd'huy les Islandois, pour le mois de Février. Angrimus fait
en suite une carte genealogique des predecesseurs de Norus, qui ont esté
mis par les peuples du Nort au nombre des Dieux, qui de la mer, qui des
vàns, qui de la nege, qui du froid; Et d'un entr'autres qu'ils adorerent
sous le nom de Dieu du feu, qui n'estoit pas mal fait, & boiteux comme
le Vulcan des Grecs, mais le mieux formé, & le plus beau de tous les
hommes; qu'ils apelerent pour sa grande beauté, _Halogie_; c'est à dire
grande & bele flame. La genealogie dessànd jusques à un neveu de Norus,
apelé _Gilve_: Auquel temps, dit la Cronique, le grand Odin Asiatique
entra dans le Nort.

XXXIV. Cete diversité d'Annales a obligé Angrimus d'aler ancore plus
avant, que ces premiers Rois de Norvege: Et de raporter l'origine des
peuples du Septàntrion aux anciens Geans Cananeens, que Josué chassa de
la terre promise, & qui vindrent peupler cete contrée, de Geans, tels
qu'ont esté les premiers habitans du Monde Arctique, & d'où l'on croit
que sont derivez les premiers Gots, qui signifient, _Geans_. Or,
Monsieur, il ne sera pas hors de propos, que je vous die deux mots en
cét endroit, & de ce grand Odin Asiatique, & de l'opinion receüe en ce
païs, que les premiers hommes du Nort ont esté Cananeens.

XXXV. Le grand Odin Asiatique a esté adoré dans tout le Septàntrion,
sous le nom de Mercure, à cause de son excellànt esprit. On croit que
c'est le premier Auteur de la Poësie, & de la Magie Septàntrionale, si
celebre, & si renommée, par tout ailleurs. Je vous ay parlé de sa
Poësie; & j'aurois beaucoup de choses à vous dire de sa Magie: Mais le
sujet merite une narration particuliere, que je reserve à une autre
fois. Je me contànteray de vous dire maintenant, que je ne me puis assez
estonner de la negligeance de quantité d'honnestes gens, qui suivent
avec si peu de reflexion des erreurs inveterées, & s'y laissent emporter
sans resistànce. Jusques là mesme, que plus ces erreurs choquent le bon
sens, & moins elles ont de vray-sàmblance, plus ils les croyent, & plus
ils taschent de les faire acroire aux autres. Car, Monsieur, quele
aparànce y a-t'il de pouvoir acommoder tous les contes que l'on fait
d'Odin Asiatique; & quel raport peuvent avoir des fables si fables, avec
le siecle de Pompée, qui est un siecle si connu, & si historique.

XXXVI. Mais n'admirez vous pas ceux qui parlent des premiers fondateurs
des Nations, ou des Grâns hommes de l'antiquité, & qui les font Geans.
On diroit qu'ils parlent de quelques Loûs, que l'on fait toujours plus
grâns qu'ils ne sont. Hercule à ce qu'on dit, estoit trois fois plus
grand que les autres hommes. Virgile fait Enée & Turne, hauts comme des
montagnes. _Quantus Athos, aut quantus Erix._ Le mesme compare Pandarus,
& Bitias, à deux grâns chesnes. Tous les Portraits, & toutes les statuës
qui se voyent de Charlemagne, dans les Tàmples des Alemâns, sont
beaucoup plus grandes que l'ordinaire des hommes. Et j'ay veu un Roland
élevé en colosse de bois, au milieu de la place de Breme, de la hauteur
d'une Pique. Saxo Grammaticus a fait ses premiers Danois, Geans.
Joannes, & Olaus Magnus, freres, & Historiens Suedois, ont fait leurs
premiers Suedois, Geans. Angrimus Jonas Islandois, a fait ses premiers
Islandois Geans. Il dit que, _Got_, signifie, _Geant_. Et que les
premiers Gots estoient Geans. Et parce que les premiers Geans, dont la
Bible parle depuis le deluge, sont les Geans Cananeens, que Josué défit,
& chassa de la Terre Sainte: Il veut que ces Geans se soient retirez
dans les païs froids du Septàntrion; parce qu'il faisoit trop chaud pour
eux dans la Palestine.

XXXVII. Les deux freres Suedois, & qui ont esté l'un apres l'autre
Archevesques d'Upsal, vont plus avant qu'Angrimus Jonas; & déterminent,
que les premiers Suedois sont dessàndus des enfans de Jafet. Ils
pretàndent mesme avoir demontré que la ville d'Upsal a esté bastie du
temps d'Abraham. Je m'estonne qu'Angrimus Jonas ne les ait suivis; &
qu'il n'ait fait sortir les premiers habitans de son Isle, de la mesme
tige de Jafet. Et cela avec d'autant plus de vray-sàmblance, qu'il est
escrit des enfans de Jafet au chap. 10. de la Genese. _Ab his divisæ
sunt Insulæ gentium, in regionibus suis, unusquisque secundum linguam
suam, & familias suas, in nationibus suis._ Car l'opinion estant receüe
& ortodoxe, que les enfans de Noé ont repeuplé le monde apres le deluge,
& que les enfans de Jafet ont particulierement repeuplé toutes les Isles
du monde; Angrimus pouvoit dire avec plus de certitude des premiers
habitans de son Isle, ce que Joannes & Olaus Magnus, avoient dit des
premiers habitans de la Suede: & les faire sortir sans hesiter, de la
branche de Jafet, puis que la Genese autorisoit plus fortement sa
conjecture pour son Isle, qu'elle n'autorisoit cele des Suedois pour
leur terre ferme. Et il s'ensuivroit de cela aussi, que l'Islande auroit
peu estre habitée long temps devant la venüe des Geans Cananeens, dans
le païs du Nort.

XXXVIII. A vous dire ce que je pànse de ceux qui recherchent trop
exactement, quels ont esté les premiers hommes qui ont repeuplé le monde
apres le deluge: Je croy, Monsieur, que leur curiosité est vaine &
inutile, parce qu'on ne le peut savoir: & que toute sorte d'histoire
nous manquant pour cela, ce que l'on en peut dire, n'est fondé que sur
des conjectures, ou sur le raport de quelque Cronique, fabuleuse, ou
historique, mal conceüe, & plus mal expliquée. En quoy je ne pretàns pas
contredire le seul M. Angrimus, que j'honore, & que j'estime infiniment.
Le vice est general. Il n'est pas le premier qui a fait sortir les
premiers hommes du Nort, des Geans Cananeens. Et ce qui l'a d'autant
plus engagé dans cete erreur, sur l'opinion receüe; est, qu'il a creu
avoir trouvé quelques mots Islandois, qui avoient du raport avec
quelques mots de la langue Hebraïque, que l'on a apelée, _le langage de
Canaan_, depuis que les Juifs se ràndirent maîtres de la terre promise,
& qu'ils en chasserent les Geans Cananeens. Mais le bon homme n'a pas
consideré, que ces Geans ne parloient pas Hebreu, que l'Hebreu leur
estoit estranger: Et qu'ils n'ont peu porter dans le Septàntrion, quand
mesme ils l'auroient habité, l'usage d'une langue, qu'ils n'entàndoient,
& qu'ils ne parloient pas.

XXXIX. Ce que je dis vous fera remarquer de sàmblables béveües, dans les
escrits de quelques savâns hommes, & grâns Critiques de nostre siecle,
qui ont cherché l'origine des premiers peuples, dans l'origine, ou dans
l'etimologie de certains mots, Alemâns, ou Hebreux, qu'ils ont creu
avoir quelque raport, ou avec le langage, ou avec les noms de ces mesmes
peuples. M. Grotius a escrit dans la dissertation qu'il a faite de
l'origine des peuples de l'Amerique, que les Americains ont esté Alemâns
d'origine; par cete raison, qu'ils ont beaucoup des mots, qui finissent
en _lan_: & que _land_, est un mot Alemân. Et parce qu'il y a des
peuples dans l'Amerique, que l'on apele _Alavardes_; que M. Laet dit
avoir esté ainsi apelez, d'un Capitaine Espagnol, nommé _Alvarado_, qui
les conquit. M. Grotius asseure, que les Americains _Alavardes_, ont
esté originaires Lombards, & qu'ils ont esté apelez, _Alavardes_, de
Lombards qu'ils estoient, par la mesme corruption de langage, à ce qu'il
dit, que les François d'aujourd'huy apelent _Halebardes_, les armes des
Lombards, que les anciens François apeloient, _Lombardes_.

XXXX. C'est sur de pareilles origines, & sur de sàmblables conjectures,
que M. Bochard, non moins savant que M. Grotius, a composé le docte
livre qu'il a fait, & qu'il a intitulé, _Phaleg_, parce qu'il contient
le partage, & les premieres habitations de toutes les terres du monde.
Et je ne puis assez admirer la subtilité de son esprit, dans la
connoissance qu'il a des langues Oriàntales, d'avoir trouvé dans la
langue Hebraïque, l'interpretation des vers Cartaginois qui se lisent
dans le Poenulus de Plaute. Mais quoy que ses conjectures soient fort
ingenieuses, je ne saurois croire que ce Cartaginois ait esté de
l'hebreu. La raison est, que Didon qui a basti Cartage, estoit
Feniciene: Que le langage Fenicien a esté diferànt de l'Hebraïque; &
qu'il ne se peut que le Cartaginois que l'on parloit du temps de Plaute,
ait esté, je ne dis pas de l'Hebreu, diferànt du Fenicien; mais que
ç'ait esté le mesme Fenicien, que l'on parloit du temps de Didon. M.
Samuel Petit autre savânt homme, & grand Critique, avoit trouvé avant M.
Bochard, une autre explication de Plaute, dans la mesme Comedie, &
d'autres paroles que celes de M. Bochard. Ce qui me fait croire qu'un
troisiesme intelligent comme eux dans la langue Hebraïque, trouveroit
s'il vouloit, un troisiesme sens dans le mesme Cartaginois de Plaute,
par des transpositions de letres, & de poincts, dont ces Messieurs se
sont servis, & que l'usage permet aux Critiques de la langue Hebraïque;
a qui l'on fait dire, comme a des cloches, tout ce que l'on veut, par
une sàmblable liçànce.

XXXXI. Vous excuserez, Monsieur, la digression que j'ay faite, parce que
je ne l'ay pas creüe esloignée de mon sujet. Et que le bon homme,
Angrimus dans l'etimologie qu'il a cherchée de quelques mots Islandois
chez les Hebreux, a suivi une erreur ordinaire aux Doctes comme luy. Il
n'en doit pas estre creu, non plus que les autres; puis qu'il n'est rien
de si trompeur, ni de moins solide, que des conjectures fondées sur de
sàmblables etimologies.

XXXXII. Je croyois qu'Angrimus Jonas feroit sortir ses premiers
Islandois des mesmes Geans Cananeens, qui avoient peuplé selon
luy-mesme, toutes les contrées du Nort. Mais il n'a pas voulu que
l'Islande ait esté habitée de ce temps-là. Ce qu'il en a dit est
curieux, & merite de vous estre escrit. Il dit que l'Islande a esté
premierement descouverte par un Naddocus, qui aloit aux Isles de Fare, &
fut jeté par la tàmpeste à la côste Oriàntale de l'Islande, qu'il nomma,
_Snelande_, à cause des hautes neges qu'il y trouva. Mais Naddocus ne
s'y arresta pas. Le second qui la descouvrit, fut un Suedois nommé
Gardarus, qui ala chercher cete Isle, sur ce qu'il en avoit oüy dire à
Naddocus, & l'ayant trouvée en l'an 864. y passa l'Hyver, & apela l'Isle
_Gardarsholm_: c'est à dire, l'Isle de Gardarus. Le troisiesme qui la
descouvrit, fut un Pirate renommé, de Norvege, nommé _Flocco_, qui se
servit d'une invàntion tres-bele, pour trouver cete Isle, sur le raport
qui luy en avoit esté fait. On ne savoit encore en ce temps-là quoy que
ce soit de l'aiguille aimantée, ni de l'usage du compas. Et comme il
aloit d'une Isle à une autre, sans descouvrir cele qu'il cherchoit. Il
prit trois Corbeaux, en partant de l'Isle de Hetland, une des Orcades; &
en lascha un, lors qu'il crût estre bien avant en mer. Mais il connut
qu'il n'estoit pas si esloigné de terre qu'il pànsoit, parce que le
Corbeau reprit la route de Hetland, & s'y envola. Il poussa plus avant
dans la mer, & lascha le second Corbeau, qui roda de tous costez, & ne
voyant pas de terre retourna dans le vaisseau. Il ne fut pas trompé au
troisiesme Corbeau, qui descouvrit l'Isle, & fondit dessus. Flocco
l'ayant suivy des yeux & des voiles; car il avoit le vànt favorable;
aborda heureusement à la partie Oriàntale de Gardarsholm, où il passa
l'Hyver; & le Printemps venu, se voyant assiegé des glaces, que les
Islandois apelent Groenlandiques, il donna le nom _d'Islande_, à cete
Isle, qui signifie le païs des glaces. Et ce troisiesme nom luy est
demeuré. Flocco passa un autre hyver dans la partie Meridionale de
l'Islande; mais n'y ayant pas trouvé son conte, non plus qu'à
l'Oriàntale, il retourna en Norvege, où il fut apellé, _Rafnafloke_:
c'est à dire Flocco le Corbeau, à-cause des Corbeaux dont il s'estoit
servy pour descouvrir l'Islande.

XXXXIII. Le premier fondateur des Islandois, est un Ingulfe, Baron de
Norvege; qui se retira en Islande avec son beau-frere Hiorleifus, pour
avoir tué deux freres des plus grâns Seigneurs de leur contrée. Et comme
c'estoit la coûtume des banis de Norvege, d'arracher les portes des
maisons qu'ils laissoient en leurs païs, & de les emporter avec eux;
Ingulfe estant à la veuë de l'Islande, jeta ses portes dans la mer, pour
aborder où le hazard, & les flots, les pousseroient. Mais il arriva à un
autre endroit, quoy qu'à la mesme partie Meridionale de l'Isle. Il ne
trouva ses portes que trois ans apres. Ce qui l'obligea à changer de
demeure, & à s'arrester au lieu où ses portes s'estoient arrestées.
Ingulfe & son beau-frere, visiterent premierement l'Islande, en l'an de
Grace 870. Et ne l'habiterent que quatre ans apres, en l'an 874. qui est
l'Epoque determinée & definie, dans les Annales de l'Islande, pour la
premiere habitation de cete Isle. Et les mesmes Annales asseurent,
qu'Ingulfe trouva l'Islande _Inculte & deserte_, lors qu'il y arriva. On
remarqua neanmoins, que quelques Mariniers Anglois, ou Irlandois,
avoient mis autre fois pied à terre aux rivages de l'Isle, par quelques
cloches, par quelques croix, & par quelques autres ouvrages faits à la
mode d'Irlande & d'Angleterre, que l'on y avoit laissez, & quelques
livres qui y furent trouvez. On demeure aussi d'acord, que les Irlandois
avoient fait diverses dessàntes dans cete Isle, avant la venüe
d'Ingulfe. Et leurs Annales raportent, que les anciens Islandois
apeloient ces Irlandois, _Papas_. Et nommerent la partie Occidàntale de
l'Islande, _Papey_, parce que les Irlandois avoient acoustumé d'y
aborder, comme à la plus proche, & à la plus commode.

XXXXIV. Or, Monsieur, sur ce que les Annales d'Islande asseurent
constamment, que l'Islande estoit _inculte & deserte_, lors qu'Ingulfe y
arriva; Angrimus Jonas asseure fortement aussi, que l'Islande n'a jamais
esté habitée avant ce temps-là. Et le bon homme s'emporte avec passion
contre tous ceux qui disent le contraire. C'est un plaisir de lire ce
qu'il a escrit dans son _Specimen Islandicum_, contre Pontanus, & contre
les Auteurs que Pontanus a aleguez, pour prouver que l'Islande estoit
l'anciene Thulé, de laquelle Virgile disoit à Auguste. _Tibi serviat
ultima Thule_. Car dit-il, si nostre Islande estoit cete _ultima Thule_,
elle auroit esté habitée au temps d'Auguste. Et que deviendroit la foy
de nos Annales, qui asseurent qu'elle n'a esté habitée qu'au temps
d'Ingulfe?

XXXXV. Mais je le prie de se ressouvenir de ce qu'il a luy mesme escrit,
& que je viens d'aleguer; que des mariniers Irlandois avoient acoûtumé
de metre pied à terre en Islande, avant la venuë d'Ingulfe, & que les
anciens Islandois apeloient ces Irlandois, _Papas_. Je le prie de me
dire, qui estoient ces anciens Islandois? J'acorde à Angrimus que
l'Islande ne fut absolument Chrestiene, que quelques années apres la
dessànte d'Ingulfe. Mais il ne peut pas nier, qu'il n'y eust en ce
temps-là beaucoup de Chrestiens dans la contrée du Nort. Les Irlandois
l'estoient. Et Ingulfe en trouva des marques, en arrivant à l'Isle. La
Crimogée remarque, que le beau-frere mesme d'Ingulfe, qui aborda
l'Islande avec luy, s'il n'estoit pas Chrestien, avoit des sàntimàns
Chrestiens. Et il est certain que le Christianisme estoit en ce temps-là
respàndu dans toutes les contrées du Septàntrion, & dans l'Islande
nommément. Ce que je demontreray un peu plus bas. Or cela estant, quel
temps veut donner Angrimus à ces Islandois payens, qui estoient si fort
atachez à leurs ancienes Religions? & principalement à cele de leur
Odin, par lequel ils juroient, & qu'ils apeloient le grand Protecteur
Asiatique. Il est certain que de toutes les superstitions Payenes, les
plus ancienes, sont les sacrifices des hommes; Et j'ay fait voir
cy-dessus, qu'ils ont esté pratiquez avec grande devotion parmy les
Islandois. Leurs Annales disent qu'en la partie Occidàntale de
l'Islande, il y avoit un Cirque, au milieu duquel s'élevoit un grand
Rocher, où ils escrasoient les hommes, & versoient le sang en sacrifice
à leurs Idoles. Ces mesmes Annales remarquent, que cete coutume ayant
esté abolie dans l'Islande, comme elle fut par tout ailleurs, le Rocher
retint plusieurs siecles apres, la couleur rouge du sang humain qui y
avoit esté respandu. Je demande à Angrimus: quel temps il veut donner à
ces _Plusieurs siecles_, dont ses Annales mesmes font màntion? Et je luy
demande, en quel temps ont esté invàntées les Fables de l'Edda, qui sont
si ancienes, & si nées avec les Islandois, qu'elles ne sont presque
point connües des autres peuples du Nort, & du tout point de toutes les
autres Nations du monde.

XXXXVI. Adjoûtons à cela, Monsieur, que les Annales d'Islande, où se
lisent les voyages de Naddocus, de Gardarus, & de Flocco, avant celuy
d'Ingulfe, ne disent point que l'Islande estoit deserte lors qu'ils y
arriverent. Flocco y a vescu deux ans entiers. Et il est à presumer
qu'il y a vescu des commoditez qui se trouvoient dans un païs habité.
Mais que dira Angrimus à ce qu'il a dit: Que les Islandois ont esté si
curieux, qu'ils ont recueilly dans leurs Annales toutes les histoires
des peuples de l'Europe: Et pour me servir de ses propres termes; Qu'ils
ont esté, _Ad totius Europæ res historicas Lyncei._ C'est ce qu'Herodote
& Platon ont escrit des Egyptiens: Qu'ils avoient dans leurs
Biblioteques les ancienes Histoires de toutes les contrées du monde; Et
que c'estoit par cela mesme que les Egyptiens pretàndoient prouver
l'antiquité prodigieuse de leur nation. Pour autoriser ce qu'Angrimus a
dit de ses Islandois; je vous diray à ce propos, que le Docteur Vormius
a une copie Islandoise des Annales de la partie Occidàntale de
l'Islande, qu'il m'a leüe & expliquée en divers endroits. J'y ay
remarqué diverses histoires de Norvege, de Danemark, de l'Angleterre,
des Orcades, & des Hebrides; & entr'autres, l'irruption des Normâns dans
nostre Normandie, qui est sans date. Apres laquelle vient la dessànte
d'Ingulfe dans l'Islande. D'où il s'ensuit, qu'il y avoit des
Escrivains, & des Croniqueurs dans l'Islande, avant la venuë d'Ingulfe.
Et que l'Islande estoit par consequant habitée avant ce temps-là.

XXXXVI. Je croy que les Annales d'Islande qui font màntion d'Ingulfe, &
que cite Angrimus, sont veritables. Je croy qu'Ingulfe n'est venu en
Islande qu'en l'an de Grace 874. Et il s'est peu faire que les endroits
de l'Isle Meridionale où il aborda estoient inhabitez, ou par quelque
grande mortalité, ou parce que des Pirates en avoient exterminé les
habitans: Mais il ne s'ensuit pas de là, que toute l'Isle fust
inhabitée. Il est certain qu'Ingulfe seul ne l'a pas peuplée. Car les
Annales mesmes d'Islande asseurent, que diverses Nations voisines &
Meridionales, en ont peuplé diverses parties. Entre lesquels Angrimus
specifie un habitant des Hebrides nommé _Kalmannus_, & dit expressément,
que ce fut le premier qui s'arresta à la partie Occidantale de
l'Islande. Il est remarcable, qu'Angrimus ne raporte aucune date de la
venuë de Kalmannus, non plus que de quantité d'autres Irlandois,
Escossois, & Orcades, qui ont habité les autres parties de nostre Isle.
Et cecy me fait croire, qu'il faut distinguer les Annales de l'Islande,
selon qu'elle a esté Payene, ou Chrestiene. Les Annales de l'Islande
Chrestiene, se doivent pràndre à la venüe d'Ingulfe. Ce que l'Ere
Chrestiene marque evidàmment, par l'an de Grace 874. Les Annales de
l'Islande Payene, n'ont pas de date, & sont d'un temps indéfini.

XXXXVII. Cela posé, & entàndu de cete sorte, il n'est rien de si aisé
que de concilier l'Islande Payene avec l'Islande Chrestiene, que
d'acommoder les Annales de l'une avec les Annales de l'autre; que
d'acorder Angrimus avec Angrimus mesme; & de l'acorder particulierement
avec Pontanus, qui veut que l'Islande d'aujourd'huy soit la _Thule_ des
Anciens: & le prouve par quantité, d'autoritez, prises de divers Auteurs
Grecs, & Latins; de l'Histoire d'Adam de Breme, qui a escrit en l'an de
Grace 1067. de Saxo Grammaticus, qui l'a suivy de prés; d'Andreas
Velleius, qui a traduit le Saxo en Danois, & qui a toujours pris dans sa
traduction les _Tylenses_ de Saxo, pour les Islandois d'aujourd'huy.
Qu'Angrimus ne die pas qu'Adam de Breme a escrit des sotises dans son
Histoire. Et cele-cy entr'autres. Que de son temps cete vieille
tradition estoit receüe, qu'il y avoit en Islande des glaces si
ancienes, & si seches, qu'elles bruloient quand on les jettoit dans le
feu, comme le charbon que les Flamans apelent _Hoüille_. Il ne s'agit
pas icy de la sotise simplement. Il n'est question que de l'antiquité de
la sotise, & du temps qu'elle a este creüe. Car plus la sotise est
grande, plus nous devons presumer que le temps est vieil, qui l'a mise
en credit. Et cele-cy nous oblige d'autant plus à croire, que l'Islande
estoit connüe de toute ancieneté. Angrimus dira que les Auteurs Gres &
Latins se seroient trompez en la situation precise de l'Isle de Thulé,
s'ils l'avoient prise pour l'Islande. A quoy je respons, que les mesmes
Auteurs ne se sont pas moins trompez dans la description de beaucoup
d'autres endroits, dont eux & nous demeurons d'acord. Il n'est pas icy
question de savoir, si ces Auteurs ont descrit precisément l'Islande,
tele qu'elle a esté, ou qu'elle est maintenant: Mais si l'Islande qu'ils
ont voulu descrire a esté cele dont il s'agit: Et si l'Islande qu'ils
ont cherchée, a esté cele que nous avons.

XXXXVIII.  Ce qui m'oblige d'autant plus à croire, que c'est la mesme
dont nous parlons, est, que Casaubon le croit ainsi: Et qu'il a decidé
dans les doctes Commàntaires qu'il a faits sur Strabon, que la Thulé de
ce grand Geografe, est l'Islande d'aujourd'huy. La chose mesme autorise
cete croyance: En ce que l'Islande est mise aujourd'huy, comme autre
fois, par tous les Geografes, à l'extremité de l'Ocean Deucaledonien, ou
d'Escosse, qui est le Britannique. Et que la Thulé des Anciens a esté
creüe la derniere des Isles Britanniques. C'est une chose connuë de
tous, que l'Escosse a esté apelée Caledoniene, du nom de la grande
forest Caledoniene, de qui il ne reste maintenant que le nom, & pas un
arbre dans toute l'Escosse. Seldenus a escrit, que les Escossois
Septàntrionaux ont esté apelez, _Deucaledoniens_: C'est à dire en leur
langue, noirs & sombres Caledoniens. Et c'est de là sans doute, que
l'Ocean qui lave l'Escosse Septàntrionale, & ses Isles voisines, a esté
apelé _Deucaledonien_; soit pour les ombres perpetueles qui couvrent
cete mer, soit pour l'espaisseur de l'air qui la rànd pesante. A cause
dequoy Pline l'a apelée, _Mare pigrum_. Et Adam de Breme, _Mare
jecoreum, & pulmoneum_. Parce que cete mer a de la pêne à s'émouvoir; &
qu'elle ne court non plus que si elle estoit asmatique. C'est dans ce
mesme sens que Plaute a dit d'un mauvais pieton, qu'il avoit des pieds
pulmoniques.

    _Pedibus pulmoneis mihi advenisti._

XXXXIX. Angrimus se laisseroit persuader que l'Islande seroit la mesme
que l'anciene Thulé, s'il pouvoit estre convaincu, que son Isle eust
esté habitée avant la venüe d'Ingulfe. Et quoy que les preuves que j'en
ay raportées le deussent plénement satisfaire; Je luy vay d'abondant
faire voir, que l'Islande estoit habitée avant ce temps-là, par d'autres
raisons bien pressantes. J'ay deux Croniques du Groenland en langage
Danois. L'une est en vers, & l'autre en prose. La Cronique en vers
commànce son Histoire par l'an de Grace, 770. que le Groenland fut
descouvert. Et la Cronique en prose raporte, que celuy qui partit de
Norvege pour aler en Groenland, passa par l'Islande: Et marque
expressément, que l'Islande estoit habitée en ce temps-là. D'où il
s'ensuit, que l'Islande n'a pas commàncé d'estre habitée en l'an de
Grace 874.

L. Angrimus dira, que ma Cronique Danoise ne s'acorde pas avec sa
Cronique Islandoise, qui porte que le Groenland ne fut descouvert qu'en
l'an de Grace, 982. ni habitée qu'en 986. Mais j'apuyeray ma Cronique
Danoise de l'autorité d'Ansgarius, grand Prelat, & François de nation,
que tout le monde Arctique reconnoit pour son premier Apostre.
L'Empereur Louis le Debonnaire, le fit Archevesque de Hambourg: Et
estàndit la jurisdiction de son Archevesché, par toutes les contrées du
Nort, depuis l'Elbe, jusques à la mer glaciale, & au delà. Les Letres
patàntes de l'Empereur, qui erigerent Hambourg en Archevesché, & qui
firent Ansgarius Archevesque de Hambourg, sont de l'année 834. Elles
furent confirmées & ratifiées par le Pape Gregoire IV. l'année apres,
835. Pontanus raporte l'original des Letres patantes de l'Empereur, & de
la Bulle du Pape, confirmative de ces Letres, dans le livre 4. & dans
l'année 834. de son Histoire Danoise. Or il est dit expressément dans
les Letres patantes. _Que la porte de l'Evangile avoit esté ouverte; Et
que Jesus-Christ avoit esté annoncé dans l'Islande, & dans le
Groenland_, dequoy l'Empereur rànd particulierement graces à Dieu, dans
ces mesmes Letres.

LI. Ce qui prouve deux choses. L'une, que l'Islande estoit habitée &
Chrestiene, avant l'année 834. & quarante ans avant cele de 874.
qu'Ingulfe l'habita. L'autre, que le Groenland estoit habité, &
Chrestien, avant la mesme année 834. Et se raporte avec ma Cronique
Danoise, qui pose la descouverte du Groenland, en 770. Angrimus ne
sachant que dire à cela, dit neanmoins, qu'il doute que la Bulle de
Gregoire IV. aleguée par Pontanus, soit originale, & croit que ce n'est
qu'une meschante copie. Il me permetra de luy repliquer; Qu'il n'a pas
fait consister le veritable honneur de l'Islande, là où il le devoit
poser. Il a creu qu'il estoit obligé à soutenir la verité pretàndüe de
ses Annales. Et il auroit esté beaucoup plus avantageux pour luy,
d'avoir renoncé à ses Annales, que d'avoir voulu oster à son Isle, qui
est sa patrie, cete bele Couronne de vieillesse, qui a blanchy dans les
glaces qui l'environnent depuis tant de siecles. Qui ne sait que le
siecle d'Ingulfe estoit un siecle de barbarie pour les Letres? Les Gots
ont esté acusez de l'avoir introduite en ce temps-là par toute l'Europe.
Et les mesmes Gots ne se doivent pas scandaliser, si on leur dit,
qu'elle estoit en ce temps-là chez eux, comme dans son Thrône. Qui me
voudroit obliger à croire tout ce qui est escrit dans les Croniques d'un
siecle si peu esclairé, me persuaderoit aussi aisément toutes les folies
qui se lisent dans nos Romans, d'Oger le Danois, des quatre fils Aymon,
& de l'Archevesque Turpin, qui sont, ou de ce mesme temps, ou qui n'en
sont pas esloignez.

LII. Je souhaiterois, Monsieur, que vous eussiez leu les livres
d'Angrimus Jonas, que je n'ay eu le moyen que de parcourir. Vous y
remarqueriez sans doute, beaucoup de raisons que j'ay obmises, pour
l'antiquité de l'Islande. Il vous sera aisé d'avoir le _Specimen
Islandicum_, imprimé à Amsterdam, en 1643. Je ne say si la Crimogée sera
si facile à recouvrer. Cele que j'ay leüe a esté imprimée à Hambourg, en
1609. Vous pràndrez plaisir de lire ces livres, si l'un & l'autre vous
tombent en main. Et je vous y renvoye pour avoir une connoissance plus
exacte de ce que je vous ay succinctement escrit: Qui est tout ce que
j'ay peu apràndre de l'Islande, digne comme j'ay creu, de vous estre
communiqué. Je vous envoyeray la Relation du Groenland, si vous me
tesmoignez que cele-cy ne vous a pas esté desagreable. J'avoüe,
Monsieur, que pour la presànter à une personne de la haute estime, & de
la grande reputation que vostre vertu, & les livres excellàns que vous
donnez tous les jours au public vous ont acquise, je devois aporter plus
de soin que je n'ay employé à la polir. Mais je devois avoir aussi plus
de temps, & plus de repos, que je n'ay eu pour cela. Souvenez vous je
vous prie, que vous m'avez obligé d'entrepràndre cét Ouvrage; & que vous
estes par cela mesme obligé d'en excuser les defauts. Faites moy
l'honneur aussi de me croire,

MONSIEUR,

Vostre tres humbble & tres obeïssant serviteur LA PEYRERE.

Escrit la premiere fois, de Copenhague, le 18. Decembre, 1644.



PERMISSION
_de Monsieur le Lieutenant Civil_.


Il est permis à Thomas Jolly, & Louis Billaine, Marchands Libraires,
d'imprimer la Relation de l'Islande: Composée par le Sieur LA PEYRERE.
Fait ce 3. Septembre, 1663.

Signé, D'AUBRAY.



----------------------
NOTES DU TRANSCRIPTEUR

On a conservé l'orthographe de l'original avec toutes ses
particularités. On a cependant introduit la distinction entre u/v, et
i/j, selon l'usage moderne. On a également résolu quelques abréviations
par signes conventionnels (ex. "Comme" au lieu de "Cõme").

Les corrections suivantes ont été effectuées:

    dans ce commàncemànt ("commànmànt" dans l'original)
    où ie laisse ("oû")
    Ie le laisse à ("a")
    à l'honneur ("lhonneur")
    Filosofie ("Filosfie")
    partie Oriàntale de Gardarsholm ("Gadarslhom")
    qu'en la partie Occidàntale ("Occidentàle")
    le Docteur Vormius a vne copie ("à")
    ne l'a pas peuplée ("ne la")
    vn habitant ("ha//tant" sur un saut de page)
    qui laue l'Escosse ("qui l'aue")
    a esté apelé Deucaledonien ("Deucalodonien")
    profons ("profoñs")





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Relation de l'Islande" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home