Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Relation du groenland
Author: La Peyrère, Isaac de, 1594-1676
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Relation du groenland" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



                                RELATION
                                   DU
                               GROENLAND.

                 [Marque d'imprimeur: CURVATA RESURGO]

                                A PARIS,
                     Chez AUGUSTIN COURBÉ, dans la
                  petite Salle du Palais, à la Palme.

                             M. DC. XLVII.



ADVERTISSEMENT SUR LA CARTE DU GROENLAND.


_Je puis dire que Monsieur Chapelain est le veritable Autheur de cette
Carte, en ce qu'il l'a jugée absolument necessaire, pour l'intelligence
de ma Relation, & que je n'ay peu faillir en suivant le conseil d'une
Personne qui est dans une si haute, & si universelle approbation._

_J'ay dressé cette Carte sur quatre Elevations qui m'ont esté
particulierement connuës; du cap Faruel, de l'Islande, du Spitsberg, &
de cét endroit de la Mer Christiane, où les glaces arresterent le
Capitaine Munck, qui est icy marqué, & nommé, _Port d'hyver de Munck_._

_J'ay pris les longitudes de tous ces lieux, sur le Meridien de l'Isle
de Fer des Canaries, par l'advis de Monsieur Roberval, Mathematicien de
grand nom, & de Monsieur Sanson, excellent Geographe, que j'ay consultez
pour la construction de cette Carte._

_La longitude du port d'hyver de Munck, m'a esté plus precisément connuë
que les autres, par une Ecclypse de Lune, qui est rapportée dans la
Relation mesme de ce Capitaine, qui dit l'avoir veuë estant à ce port,
sur les huit heures du soir, du vingtiéme Decembre, de l'année mil six
cents dix-neuf. Elle dût paroistre à Paris, suivant les Tables des
mouvemens celestes, sur les trois heures du matin, ou environ, du 21. du
mesme mois. Mais parce que cette Ecclypse dura trois heures, & plus, &
que le Capitaine Munck ne dit pas s'il la vid, ou à son commencement, ou
à son milieu, ou à sa fin; Monsieur Gassendy, à qui j'ay eu recours
touchant cette difficulté, & dont la suffisance est connuë de tous ceux
qui font profession d'aymer les belles lettres, m'a conseillé, pour la
vray-semblance de la conjecture, & pour ne pas tomber dans l'un, ou
l'autre extreme, de poser que cette Ecclypse fut apperçeuë au port de
Munck, entre son commencement, & sa fin; c'est à dire, vers le milieu du
temps qu'elle dura, & à l'heure, ou environ, qu'elle dût paroistre à
Paris. D'où il resulteroit que lors qu'il est trois heures du matin à
Paris, il n'est que huit heures du soir, du jour precedent, au port de
Munck; & qu'il y a sept heures de difference, d'un lieu à l'autre. Or,
en prenant quinze degrez pour chaqu'heure, selon les regles de la
science; il s'ensuivroit aussi que le Meridien du port de Munck, seroit
esloigné du Meridien de Paris, de cent cinq degrez; & que mettant Paris
au vingt-troisiéme degré, & 1/2 de longitude, le port de Munck devroit
estre mis au deux cents septante-huitiéme degré, & 1/2; c'est à dire,
81. degré, & 1/2 au delà du Meridien des Canaries. Et il seroit evident
par la mesme raison, qu'à compter douze lieuës communes de France, pour
chaque degré de ce Parallele, dont les degrez sont, d'environ la moitié,
plus petits que les degrez des grands Cercles; ce port seroit esloigné
de Paris, d'environ 1260. lieuës._

_J'ay divisé la partie Meridionale du Groenland, prise au cap Faruel, en
deux Isles, de la façon qu'elles sont icy representées. Ce que j'ay
fait, non pas sur les Relations Danoises, dont je me suis servy pour ma
Relation, car elles n'en parlent point; mais sur une Carte de la
Bibliotheque de MONSEIGNEUR LE CARDINAL MAZARIN, que Monsieur Naudé
(l'Ame, de ce grand Corps d'excellens Livres, & de curieuses recherches,
qui composent cette illustre Bibliotheque) m'a fait la grace de me
communiquer. Ces mots sont escrits au pied de cette Carte: _Hæc
delineatio facta est per Martinum filium Arnoldi, natum in Hollandia,
civitate dicta, _den Briel_, qui bis navigationem ad _Insulam_, dictam,
_Antiquam Groenlandiam_, instituit; tanquam supremus gubernator, anº.
1624. & 1625._Ce Martin fils d'Arnould, appelle le Groenland, _une
Isle_; quoy que l'on ne sçache pas encore, s'il est Isle, ou Continent,
ou composé d'Isles. Il dit que c'est la Carte du _Vieux Groenland_. Il
pouvoit dire, du vieux, & du nouveau; car on n'en connoit point d'autre.
Et ce que nous en connoissons devroit plustost estre appellé, le
nouveau, que le vieux; La raison est, qu'encore que le vieux Groenland
ait esté certainement placé en quelque endroit de la Terre qui est icy
descrite, & à l'Ouest de l'Islande; on ne sçauroit neantmoins determiner
cét endroit, & qu'il n'est pas connu des Norvegues mesmes d'aujourd'huy,
quoy que leurs peres l'ayent trouvé, & habité des siecles entiers; comme
il sera plus particulierement deduit dans cette Relation._

_Ce qui est icy representé de la liaison du cap Faruel, avec le destroit
Christian, & la mer Christiane, & du port d'hyver de Munck; a esté tiré
sur une Carte que le Capitaine Munck fit faire de son voyage, qui est
imprimée avec sa Relation. Je l'ay suivie d'autant plus volontiers,
qu'elle a du rapport avec la Carte mesme du Capitaine Hotzon, qui
descouvrit le premier ce destroit, & cette mer; que Monsieur Chapelain,
aussi courtois, que curieux, a tirée de son cabinet, pour me la mettre
en main, & la conferer tout à loisir, avec celle que j'ay du Capitaine
Munck._

_Je n'ose pas asseurer que toute la coste de la mer Christiane, & du
Couchant, qui est icy descrite, entre le golfe Davis, & le port d'hyver
de Munck, soit du Groenland; parce qu'il se peut faire qu'il y ait
quelque Riviere considerable, ou quelque Destroit, que je ne connois
pas, qui coupe cette Terre, & separe le Groenland, de l'Amerique. Ce qui
me rend plus irresolu sur ce point, est, que je n'ay pas ouy dire en
Danemarc, que toute cette coste fust du Groenland, comme je l'ay ouy
affirmer de toute la coste du Nordest, qui est entre le cap Faruel, & le
Spitsberg. Je laisse la resolution de ce doute, à ceux qui en auront
plus de connoissance, par les Relations Angloises, & Hollandoises;
n'ayant fait dessein que d'escrire icy ce que j'ay appris de cette
Terre, par les Livres Danois, & les conversations que j'ay euës en
Danemarc._



_Fautes survenuës à l'Impression._


Page 4. ligne 2. effacez, de. Page 7. ligne 2. golfe Davis, lisez cap
Faruel. Page 8. ligne 14. vous remarquer, lisez vous faire remarquer.
Page 11. ligne 15. ROVSSEATV, lisez ROUSSEAU.



_Monsieur l'Ambassadeur, de qui il est souvent parlé dans cette
Relation, est, MONSIEUR DE LA THUILLERIE, qui a fait la Paix celebre des
deux Couronnes du Nord._



[Illustration: Carte de Groenland]



RELATION DU GROENLAND A MONSIEUR DE _LA MOTHE LE VAYER_.


MONSIEUR,

Je voy bien qu'il ne me suffit pas de vous avoir escrit une longue
lettre de l'Islande; il est juste que je tienne ma promesse, & que je
vous envoye une Relation du Groenland. Ne vous estonnez pas du temps que
j'ay mis à passer de l'un à l'autre. Si vous considerez les difficultez,
& les perils, qui se rencontrent dans cette Navigation; vous trouverez
que j'ay eu raison de ne me pas haster, & de m'informer tout à loisir de
la route que je devois prendre, pour trouver cette Terre Septentrionale,
qui merite mieux le nom d'Inconnuë, que la Terre Australe. Ce n'est pas
que les Norvegues ne l'ayent habitée, & que durant l'espace de cinq ou
six cents ans, ils n'y ayent entretenu leurs commerces, & leurs
colonies. Mais ne confondons point les choses, & ne mettons pas à la
teste de ce Discours, ce qui en doit composer le corps. Je vous diray ce
que j'ay appris de cette Terre, comme inaccessible, avec tout l'ordre
que j'ay peu tirer de ce qui m'en a esté raconté, & que j'ay peu
comprendre des escrits les plus confus, je ne dis pas que j'aye jamais
leus, mais qui m'ayent esté expliquez, d'une langue que je n'entends
pas; comme sont les livres Danois, que M. Rets Gentilhomme Danois, a eu
la bonté de lire en ma presence, & de m'en donner en mesme temps
l'explication. Vous le verrez bien-tost à Paris; car le Roy de Danemarc
l'a nommé, à cause de son merite & de sa vertu, pour estre son Resident
en France; & il vous certifiera ce que je vous vay escrire.

LE GROENLAND est cette Terre septentrionale qui serpente du Midy au
Levant, declinant vers le Nord, depuis le cap Faruel de l'Ocean
Deucaledonien; tout le long des costes de la mer Glaciale, qui tirent
vers le Spitsberg, & la Nova Zembla. Quelques uns ont dit, qu'elle se va
joindre avec les terres de la Tartarie; mais la chose est incertaine,
comme vous entendrez cy-apres. Elle a donc à l'Orient, la mer Glaciale;
au Midy, l'Ocean Deucaledonien; à l'Occident, le destroit Hotzon, ou
Christian, & la mer Hotzonne, ou Christiane, qui la separent de
l'Amerique; sa largeur est inconnuë du costé du Septentrion. La
Chronique Danoise dit à ce propos, que c'est l'extremité du Monde vers
le Nord, & qu'au delà il ne se trouve point de Terre plus
septentrionale. Il y en a qui croyent que le Groenland est continent
avec l'Amerique, depuis que les Anglois, qui ont voulu passer le
destroit Davis, pour chercher par là une route dans le Levant, ont
trouvé que ce que Davis avoit pris pour un destroit, estoit un golfe.
Mais j'ay une Relation Danoise, d'un Capitaine Danois nommé Jean Munck,
qui a tenté ce passage du Levant par le Nordouest du cap Faruel, & selon
ce qu'il en a dit, l'apparence est grande que cette Terre est tout à
fait separée de l'Amerique. Ce que je vous feray voir en son lieu, lors
que je vous parleray de ce voyage. L'elevation du Groenland, prise au
cap Faruel, qui est sa partie la plus meridionale, suivant la mesure
qu'en a prise le Capitaine Munck, matelot fort entendu, est de soixante
degrez trente minutes. Ses autres parties sont beaucoup plus eslevées,
selon qu'elles s'approchent plus du Pole; & je n'en ay point de
determinée que celle de Spitsberg, que les Danois content entre les
Terres de Groenland, & disent estre de septante-huit degrez, ou environ.
Je ne vous parle pas de la longitude de cette Terre, parce que mes
Relations n'en parlent point, & que je n'en ay rien appris de plus
particulier que ce que nos cartes en disent. Il me suffit de vous faire
remarquer, que le cap Faruel est au delà des Canaries, & de nostre
premier Meridien.

Je me suis principalement servy pour l'Histoire du Groenland, de deux
Chroniques, l'une Islandoise, & l'autre Danoise; la premiere ancienne, &
l'autre nouvelle; la premiere en prose, & l'autre en vers; & toutes deux
escrites en langage Danois. L'original de l'Islandoise est Islandois,
composé par _Snorro Storlesonius_, Islandois, qui a esté _Nomophylax_,
comme l'appelle Angrimus Jonas, ou Juge souverain de l'Islande, en
l'année 1215. C'est le mesme qui a compilé l'Edda, ou les fables de la
poësie Islandoise, dont je vous ay autresfois parlé. La Chronique
Danoise a esté composée en vers Danois, par un Prestre Danois, nommé
_Claude Christophersen_, qui est mort depuis quinze ans, ou environ.
Cette Chronique Danoise raporte, que des Armeniens agitez par une grande
tempeste, furent emportez dans l'Ocean du Nord, & aborderent par hazard
en Groenland, où ils demeurerent quelque temps, & de là passerent en
Norvegue, où ils habiterent les rochers de la mer Hyperborée. Mais cela
n'est appuyé que sur la fable, & l'ancienne coustume de faire venir des
Peuples esloignez pour fonder des origines. L'Histoire est plus receuë,
& plus certaine, que les Norvegues ont passé en Groenland, qu'ils l'ont
descouvert; & habité, de cette sorte.

Un Gentilhomme de Norvegue, nommé TORVALDE, & son fils ERRIC, surnommé
LE ROUSSEAU, ayans commis un meurtre en Norvegue, s'enfuyrent en
Islande, où Torvalde mourut. Son fils Erric, homme impatient & cholere,
tua bien-tost apres un autre homme en Islande. Et comme il ne sçavoit où
aller, pour eschaper la rigueur des Juges qui le poursuivoient, il se
resolut de chercher une Terre, qu'un nommé _Gundebiurne_, luy dit avoir
veuë à l'Ouest de l'Islande. Erric trouva cette Terre, & y aborda par
une emboucheure que font deux Promontoires, dont l'un est au bout d'une
Isle, qui est vis à vis du continent de Groenland, & l'autre dans le
continent mesme. Le promontoire de l'Isle s'appelle, _Huidserken_; celuy
du continent, _Huarf_; Et entre les deux il y a une tres-bonne rade,
nommée _Sandstafm_, où les vaisseaux sont à couvert du mauvais temps, &
en grande seureté. _Huidserken_, est une prodigieusement haute montagne,
sans comparaison plus grande que _Huarf_. Erric le Rousseau l'appella du
commencement, _Mukla Iokel_, c'est à dire, le grand glaçon. Elle a esté
depuis appellée _Bloserken_, comme qui diroit, chemise bleuë, & pour la
troisiéme fois _Huidserken_, qui signifie chemise blanche. La raison de
ces deux derniers changemens de noms, est vray-semblablement celle-cy;
que les neges qui se fondent & se glaçent en méme temps, composent du
commencement une glace qui est de la couleur de la mousse, ou de
l'herbe, ou des petits arbres qui croissent sur les rochers. Mais comme
par une longue cheute de neges, qui s'entassent les unes sur les autres,
la glace devient extraordinairement espaisse, elle reprend sa couleur, &
la blancheur qui luy est naturelle. Ce que je vous dis par l'experience
de ce qui se fait en Suede, où nous avons veu des rochers qui nous ont
paru bleüastres, & blancs, par la mesme raison. Je ne vous dissimuleray
pas, & Monsieur l'Ambassadeur le certifiera, qu'en revenant ce mesme
hyver de Suede en Danemarc, & passant en carrosse sur la mer, qui est
entre Elsenur & Coppenhague, nous avons veu de grandes pieces de glace
amoncelées en divers endroits, dont les piles entieres nous
paroissoient, les unes extremement blanches, les autres comme teintes du
plus bel azur qui se puisse voir, de quoy nous ne pouvions rendre aucune
raison; car elles estoient faites de mesme eau, & nous les voyons toutes
d'un aspect qui ne nous sembloit pas assez different, pour causer cette
difference de couleurs. Ce vers de Virgile me revint à la memoire, où il
parle des deux Zones froides, en ces termes.

    _Cærulea glacie concretæ, atque imbribus atris._

Mais je croy que _Cærulea glacies_ se doit prendre en ce lieu, pour de
la glace noire, telle que Virgile se l'est figurée dans des pays noirs,
& tenebreux; selon le sens de ce mesme Poëte en un autre endroit,

    _Olli cæruleus supra caput adstitit imber._

Et de cét autre,

    ---- _stant manibus aræ,
    Cæruleis mæstæ vittis, atraque Cupresso._

Revenons à nostre propos. Erric le Rousseau, devant que de s'engager
dans le continent, jugea à propos de reconnoistre l'Isle, & y descendit.
Il la nomma, _Erricsun_, c'est à dire, l'Isle de Erric, & y demeura tout
l'Hyver. Le Printemps venu, il passa de l'Isle au continent, qu'il nomma
GROENLAND, c'est à dire, _Pays verd_, à cause de la verdeur de ses
pasturages, & de ses arbres. Il descendit à un Port, qu'il nomma
_Erricsfiorden_, c'est à dire le port de Erric; & non guere loin de ce
port fit un logement, qu'il nomma _Ostrebug_, c'est à dire, bastiment de
l'Est. L'Automne suivant, il alla du costé de l'Ouest, où il fit un
autre logement, qu'il nomma _Vestrebug_, c'est à dire, bastiment de
l'Ouest. Mais, soit que la demeure du continent luy parût plus froide, &
plus rude que celle de son Isle, ou qu'il y trouvast moins de seureté,
il retourna l'Hyver d'apres à Erricsun. L'Esté suivant Erric passa au
continent, & alla du costé du Nord, jusques au pied d'un grand rocher,
qu'il nomma _Snefiel_, c'est à dire, rocher de nege, & descouvrit un
Port, qu'il nomma _Ravensfiorden_, c'est à dire, le port des Corbeaux, à
cause du grand nombre de Corbeaux qu'il y trouva. Ravensfiorden respond
du costé du Nord à Erricsfiorden, qui est du costé du Sud, & on va de
l'un à l'autre par un bras de mer qui les joint. Erric retourna dedans
son Isle sur la fin de l'Automne, & y passa le troisiéme Hyver. Le
Printemps revenu, il se resolut d'aller en personne en Islande, & pour
obliger les Islandois, avec lesquels il avoit fait sa paix, de le suivre
en Groenland, publia les merveilles de la nouvelle Terre qu'il avoit
descouverte. Il raporta qu'elle abondoit en gros & en menu bestail, en
pasturages excellens, en toute sorte de chasse & de pesche. Et les
persuada si bien, qu'il retourna en son pays de conqueste, avec grand
nombre de Vaisseaux, & d'Islandois, qui le suivirent.

Le fils d'Erric nommé Leiffe, ayant passé de Groenland en Islande avec
son pere, passa d'Islande en Norvegue; où, selon ma Chronique
Islandoise, il trouva le Roy Olaus Truggerus, & lui dit la bonté de la
Terre que son pere avoit trouvée. Ce Roy de Norvegue, qui depuis peu
s'estoit fait Chrestien, fit instruire Leiffe au Christianisme, &
l'ayant fait baptiser, l'obligea de demeurer l'Hyver suivant à sa Cour.
Il le renvoya l'Esté d'apres, vers son pere en Groenland, & luy donna un
Prestre pour instruire Erric, & le peuple qui estoit avec luy, dans la
Religion Chrestienne. Leiffe estant de retour chez son pere en
Groenland, fut appellé par les habitans du lieu, _Leiffdenhepne_, c'est
à dire Leiffe l'heureux, parce qu'il avoit eschapé de grands perils dans
son voyage. Il receut un mauvais accueil de son pere en arrivant, de ce
qu'il avoit amené des estrangers avec luy. Ces estrangers estoient
quelques pauvres matelots, qu'il avoit trouvez sur la quille de leur
Vaisseau, jetté par l'orage, & renversé en pleine mer, sur des rochers
de glace. Leiffe esmeu de compassion pour des miserables, que la mesme
Tempeste qui l'avoit battu, avoit fait perir, les avoit receus dedans
son navire, & menez en Groenland. Erric estoit faché de ce que Leiffe
avoit, disoit-il, enseigné à des estrangers la route d'une Terre qu'il
ne vouloit pas faire connoistre à tout le monde. Mais ce fils genereux
adoucit l'esprit farouche de son pere, & luy fit entendre les devoirs de
l'humanité qui fait les hommes. Il luy parla en suite de la Charité qui
fait les Chrestiens, & le pria d'écouter le Prestre que le Roy de
Norvegue luy avoit donné. En quoy il reüssit de telle sorte, qu'il luy
persuada de se faire baptiser, luy, & le peuple qui estoit sous luy.

C'est tout ce qui se lit, & que j'ay peu apprendre d'Erric le Rousseau,
de son fils Leiffe, & de ces premiers Norvegues qui ont habité le
Groenland. La Chronique Islandoise met le depart de Torvalde, & d'Erric
le Rousseau son fils, du port de Iedren en Norvegue, au temps de _Hakon
Iarls_, dit le _Riche_, qui est le commencement de cette Chronique; & au
regne d'Olaus Trugguerus Roy de Norvegue, qui se raporte à l'an de grace
982. ou environ. Mais la Chronique Danoise va plus avant, & la met en
770. Je vous ay fait voir dans ma Relation de l'Islande, que cette
derniere supputation est plus apparente que la premiere, par une Bulle
du Pape Gregoire IV. d'environ l'an de grace 835. adressée à l'Evesque
Ansgarius, pour la propagation de la Foy, dans toutes les terres du
Nord, & notamment de l'Islande, & de Groenland. Je ne m'arresteray pas
sur cette dispute, & vous diray seulement deux choses à ce propos. La
premiere, que la mesme Chronique Danoise porte, que les Roys de Danemarc
s'estans faits Chrestiens, sous l'Empire de Louys le Debonnaire, le
Groenland faisoit grand bruit dés ce temps-là. La seconde, que M.
Gunter, Secretaire du Roy de Danemarc, homme docte, d'excellent esprit,
& mon intime amy, m'a dit avoir veu dans les Archives de l'Archevesché
de Bréme, une vieille Chronique escrite à la main, dans laquelle estoit
une copie de la Bulle qui constituoit l'Archevesque de Bréme
Metropolitain de tout le Nord, & par exprés de la Novergue, & des Isles
qui en dependent, _Islande_, & _Groenland_. Qu'il ne se souvenoit pas
precisement de la datte de la Bulle, mais qu'il estoit asseuré qu'elle
estoit de devant l'an 900. de nostre salut.

La Chronique Danoise dit, que les successeurs d'Erric le Rousseau,
s'estans multipliez en Groenland, s'engagerent plus avant dans le pays,
& trouverent entre des montagnes, des terres fertiles, des prairies, &
des rivieres. Ils diviserent le Groenland en _Oriental_, & _Occidental_,
selon la division qu'en avoit faite Erric, par les deux bastimens
_d'Ostrebug_, & _Vestrebug_. Ils bastirent à la partie Orientale une
Ville qu'ils nommerent _Garde_; où, dit la Chronique, les Novergues
portoient toutes les années diverses marchandises, & les vendoient aux
habitans du pays, pour les y attirer. Leurs enfans allerent plus avant,
& bastirent une autre ville, qu'ils appellerent Albe; Et comme le zele
s'augmentoit entre ces nouveaux Chrestiens, ils edifierent un Monastere
sur le bord de la mer, à l'honneur de sainct Thomas. La ville de Garde
fut la Residence de leurs Evesques, & l'Eglise de sainct Nicolas, patron
des matelots, bastie dans la mesme ville, fust le Dome, ou la Cathedrale
de Groenland. Vous verrez la suite, & le catalogue de ces Evesques, dans
cette partie du _Specimen Islandicum_ d'Angrimus Jonas, où il parle du
Groenland, depuis leur establissement jusques à l'année 1389. Et
Pontanus remarque dans son Histoire de Danemarc, qu'en la mesme année
1389. un nommé Henry, Evesque de Garde, assista aux Estats de Danemarc,
qui se tenoient à Nieubourg en Funen, sur les bords du grand Belt. Comme
le Groenland relevoit des Roys de Norvegue pour le temporel, ses
Evesques relevoient des Evesques de Drunthen en Norvegue, pour le
spirituel; & les Evesques de Groenland passoient bien souvent en
Norvegue, pour consulter les Evesques de Drunthen, sur les difficultez
qui leur survenoient. Le Groenland a vescu selon les loix d'Islande,
sous des Vice-Roys que les Roys de Norvegue y ont establis. Vous sçaurez
les noms de ces Vice-Roys, & les gestes de semblables heros Islandois,
aux champs Groenlandiques, dans le _Specimen Islandicum_, où le bon
Angrimus, ardent compatriote, ne les a pas oubliez; & où je vous
renvoye, n'ayant pas jugé à propos de vous escrire ces galenteries, puis
qu'elles sont imprimées.

La Chronique Danoise raporte, qu'en l'année 1256. le Groenland se
revolta, & refusa de payer le tribut au Roy Magnus de Norvegue. Le Roy
Erric de Danemarc, à la priere du Roy Magnus, qui avoit espousé sa
niepce, equippa une armée navale pour cette expedition. Les habitans de
Groenland voyant rougir les estendars Danois, & reluire les armes sur
les vaisseaux, eurent si grand peur, qu'ils crierent mercy, &
demanderent la paix. Le Roy de Danemarc ne se voulut pas prevaloir de la
foiblesse du Roy de Norvegue, & luy laissa le Groenland, en faveur de sa
niepce, & de ses petits neveux. Cette paix fut faite en mil deux cens
soixante-un. Et Angrimus Jonas qui en a fait mention, raporte les noms
des trois principaux habitans de Groenland qui signerent le traitté en
Norvegue. _Declarantes_, dit Angrimus, _suis factum auspiciis, ut
Groenlandi perpetuum tributum Norvego denuo jurassent_.

La Chronique Islandoise, qui est une petite rapsodie d'autres Relations,
fait un chapitre intitulé, _Description du Groenland_. Et cette
Description est de l'estat ce semble, le plus florissant des Norvegues
dans cette terre. Je vous transcriray mot à mot, ce qui est escrit dans
ce chapitre, selon qu'il m'a esté expliqué de Danois en François; Et ne
me demandez ny année, ny ordre dans ce discours; car je ne vous garentis
ny l'un ny l'autre.

La Ville la plus orientale de Groenland est appellée _Skagefiord_; où il
y a un rocher inhabitable, & plus avant dedans la mer il y a un escueil,
qui empesche que les navires n'y entrent, si ce n'est au gros d'eau. Et
à ce gros d'eau, où, quand l'orage est impetueux, il entre dans ce port
quantité de Balenes, & autres poissons, que l'on péche en abondance. Un
peu plus haut vers le Levant, il y a un port, nommé _Funchebuder_, du
nom d'un Page de sainct Olaus, Roy de Norvegue, qui y fit naufrage avec
plusieurs autres. Plus haut encore, & proche des montagnes de glace, il
y a une Isle nommée, _Roansen_, où il se fait grande chasse de toutes
sortes de bestes, & entre autres de quantité d'Ours blancs. Il ne se
void au delà que des glaces, tant par mer que par terre. Du costé
Occidental se trouve _Kindelfiord_, qui est un bras de mer, dont la
coste est toute habitée. Du costé droit de ce bras de mer, est une
Eglise nommée _Korskirke_, c'est à dire, Eglise bastie en croix, qui
s'estend jusques à _Petresuik_, où est _Vandalebug_; & au delà un
Monastere de Religieux consacré à sainct Olaus, & à saint Augustin. Ce
Monastere s'estend jusques à _Bolten_. Proche de Kindelfiord est
_Rumpesinfiord_, où il y a un Convent de Religieuses, & diverses petites
Isles, où se trouvent quantité d'Eaux chaudes, & si chaudes en Hyver,
que l'on n'en peut approcher; elles sont temperées en Esté. Ces eaux
sont tres-salutaires, & l'on y guerit de beaucoup de maladies. Proche de
là est _Eynetsfiord_. Entre _Eynetsfiord_ & _Rumpesinfiord_ il y a une
maison Royale nommée _Fos_, & une grande Eglise dediée à sainct Nicolas.
Dans _Lunesfiord_ il y a un promontoire nommé _Klining_; & plus avant un
bras de mer, nommé _Grantevig_. Au delà, une maison appellée _Daller_,
qui appartient au Dome de Groenland. Le Dome possede tout Lunesfiord, &
nommément la grande Isle qui est au delà d'Einetsfiord, appellée
_Reyatsen_, à cause des Renes qui l'habitent. [En marge: Les Renes sont
une espece de Cerfs, qui se trouvent dans le Nord.] Dedans cette Isle se
trouve une Pierre nommée _Talguestein_, si forte, que le feu ne la peut
consumer, & si douce à couper, que l'on en fait des vases à boire, des
chaudieres, & des cuves, qui contiennent dix ou douze tonneaux. Plus
avant dans l'Occident il y a une Isle appellée _Langen_, où il y a huit
metairies. Le Dome possede toute cette Isle. Proche de l'Eglise
d'Einatsfiord il y a une maison Royale appellée _Hellestad_. Prés de là
est Erricsfiord; & dans l'entrée de ce bras de mer il y a une Isle
appellée _Herrieven_, qui signifie l'Isle du Seigneur, dont la moitié
appartient au Dome, l'autre moitié à l'Eglise, appellée _Diurnes_, qui
est la premiere Eglise qui se trouve en Groenland; & l'on void cette
Eglise quand on entre dans Erricsfiord. _Diurnes_ possede tout jusques à
_Midfiord_, qui s'estend _d'Erricsfiord_ en Nordouest. Proche de là est
_Bondefiord_, du costé du Nord. Et dedans ce Nord, il y a quantité
d'Isles & de ports. Le païs est inhabité & desert entre _Ostrebug_ &
_Vestrebug_. Proche de ce desert il y a une Eglise appellée _Strosnes_,
qui a esté le temps passé Metropolitaine, & la residence de l'Evesque de
Groenland. Les _Skreglinguer_, ou _Skreglingres_, tiennent tout le
Vestrebug. Il s'y trouve des chevaux, des chevres, des boeufs, des
brebis, & toutes sortes de bestes sauvages, mais point de peuple, ny
Chrestien, ny Payen. Iuer Bert a fait cette Relation. Il a esté
long-temps Maistre d'hostel de l'Evesque de Groenland. Il a veu tout
cecy; & fut un de ceux que le Juge de Groenland nomma pour aller chasser
les Skreglingres. En arrivant là ils ne trouverent personne, mais
quantité de bestail, & en prirent autant que leur navire en pût porter.
Au delà de Vestrebug il y a un grand rocher appellé _Himmelradsfield_, &
au delà de ce rocher il n'y a personne qui ose naviger, à cause des
Charibdes qui se trouvent dans cette mer.

C'est le contenu de tout le chapitre, que j'ay copié le plus ingenuëment
que j'ay peu. Et n'ayant pas de carte particuliere du Groenland, ny
d'autre Histoire, qui justifie, ou contredise ce discours; je ne sçay,
Monsieur, que vous en dire, & vous le donne de mesme que je l'ay receu.
Ce qui me choque en cecy est, que l'Eglise de Strosnes, bastie entre les
deserts d'Ostrebug & Vestrebug, ait esté du commencement de l'habitation
de Groenland, _Metropolitaine, & la residence de l'Evesque_; car il
n'est point revoqué en doute, que la ville de Garde n'ait eu cét
advantage de tout temps. La Chronique Danoise regrettant la perte de ce
pays, que l'on ne peut trouver, asseure que si la ville de Garde,
_Residence de l'Evesque_, estoit encore debout, & que l'on y peût aller,
on y trouveroit quantité de memoires, pour une grande & veritable
Histoire du Groenland. Angrimus Jonas méme, Islandois, parlant de cette
Residence, dit par exprés, _Fundata in Bordum_, (il faut lire, _in
Garden_) _Episcopali residentia, in sinu Eynatsfiord Groenlandiæ
Orientalis_. Je croy que l'Autheur de cette Relation estoit bon Maistre
d'hostel, mais tres-mauvais Escrivain. Et il n'a pas expliqué qui
estoient ces Skreglingres, contre lesquels il fut envoyé. Je vous diray
ce que le Docteur Vormius, le plus entendu de tous les Docteurs dans les
recherches du Nord, m'en a dit de vive voix, & par escrit. C'estoient
des Sauvages originaires de Groenland, à qui vray-semblablement les
Norvegues donnerent ce nom, & je ne sçay pourquoy. Ils habitoient
apparemment l'autre rive du bras de mer de Kindelfiord, de la partie
Occidentale de Groenland, dont l'une des costes estoit habitée par les
Norvegues. Et lors que ce Relateur a dit, que les Skreglingres tenoient
tout le Vestrebug, il ne l'a entendu que de la rive qui regarde le
Couchant; n'estant pas croyable qu'il ait voulu parler de l'opposée au
Levant, que les Norvegues occupoient. Or il est à presumer, que quelques
Avanturiers Norvegues ayans passé Kindelfiord en petit nombre, furent
battus par ces Skreglingres. Le Vice-Roy de Norvegue, que la Relation
appelle, _Juge de Groenland_, selon la façon de parler Islandoise,
voulant tirer raison de cét affront, y envoya un Party plus fort, &
equippa un bon Navire pour ce dessein. Mais les Sauvages qui virent
venir le Vaisseau, firent ce qu'ils ont accoustumé de faire lors qu'ils
se sentent les plus foibles; Ils s'enfuyrent, & se cacherent tous, ou
dedans des bois, ou dedans des rochers, ou dedans des tanieres. Les
Norvegues, qui ne trouverent qui que ce soit sur le rivage, rafflerent
ce qu'ils trouverent de butin, & l'emporterent dans leur navire. C'est
ce qui a obligé ce Relateur innocent d'escrire, qu'il se trouve chez les
Skreglingres des chevaux, des chevres, des boeufs, des brebis, &c. mais
point de peuple, ny Chrestien, ny Payen. M. Vormius croit que ces
Skreglingres n'estoient pas esloignez du golfe Davis, & que ce pouvoient
estre des Americains; ou bien que c'estoient les originaires habitans du
Groenland nouveau, que les Danois ont descouvert sous le regne de ce Roy
de Danemarc, Christian IV. & dont je vous parleray cy-apres. Qu'ils
estoient voisins du vieux Groenland, que les Norvegues ont habité, &
qu'ils occupoient une partie de Vestrebug, avant qu'Erric le Rousseau se
fut saisi de l'autre.

Pour vous dire ce qui m'en semble, il n'estoit pas besoin de faire venir
icy des Americains; & la derniere conjecture de M. Vormius est
tres-judicieuse, & veritable; à laquelle j'adjousteray, que par la mesme
raison, que le Vestrebug avoit ses originaires habitans, lors que les
Norvegues y arriverent, l'Ostrebug les avoit aussi: Et que comme la
partie de l'Est estoit plus proche de la mer glaciale, moins fertile, &
par consequent plus deserte, que celle de l'Ouest; les Norvegues qui
trouverent moins de resistance de ce costé-là que de l'autre,
s'emparerent plus facilement de l'Ostrebug, que du Vestrebug. Et c'est
pourquoy je ne voy pas dans mes Relations, qu'ils se soient opiniastrez
à tenter des passages du costé de l'Ouest, mais bien du costé du Nord;
où je remarque qu'ils ont marché huit jours entiers, sans descouvrir
quoy que ce soit, que des neges, & des glaces, dont les vallées sont
toutes pleines. De sorte, Monsieur, que vous pouvez juger par là, que
l'endroit que les Norvegues ont possedé en Groenland, a esté reserré
entre les mers du Midy, & du Levant; entre les montagnes du Nord,
inaccessibles à cause des glaces; & les Skleglingres, qui arresterent
leurs progrez du costé du Vestrebug. Vous noterez encore à ce propos,
que la Chronique Islandoise nous donne pour veritable, & constant, que
les Norvegues ont tenu si peu de chose dans le Groenland, qu'il n'eût
peu estre conté en Danemarc, que pour la troisiéme partie d'un Evesché;
& les Eveschés de Danemarc ne sont pas plus grands que ceux de France.
La Chronique Danoise dit la mesme chose en ces termes; Que tout le
Groenland est cent fois plus grand, que ce que les Norvegues y ont
possedé; Que divers peuples l'habitent, & que ces peuples sont gouvernez
par divers Seigneurs, dont les Norvegues n'ont jamais eu connoissance.

La Chronique Islandoise parle diversement de la fertilité de cette
Terre, selon la diversité des Relations qui la composent. Elle dit en un
lieu, qu'il y croist du meilleur froment qui se puisse trouver en aucun
autre endroit du monde, & des Chesnes si vigoureux, & si forts, qu'ils
portent des Glands gros comme des pommes. Elle dit en un autre lieu,
qu'il ne croist en Groenland quoy que ce soit que l'on y seme, à cause
du froid; & que ses habitans ne sçavent que c'est que de pain. Ce qui a
du rapport avec la Chronique Danoise qui dit, que quand Erric le
Rousseau entra dans ce pays, il ne vivoit que de pesche, à cause de
l'infertilité de la terre. Neantmoins la mesme Chronique Danoise
rapporte, que les successeurs d'Erric, qui s'avancerent dans le pays
apres sa mort, trouverent entre des montagnes, des terres fertiles, des
prairies, & des rivieres, qu'Erric n'avoit pas descouvertes. Et la
Chronique Islandoise qui se contrarie elle-mesme, n'est pas croyable en
ce qu'elle met en avant, qu'il ne croist quoy que ce soit en Groenland,
à cause du froid. La raison qu'elle allegue me fait douter de ce quelle
dit: Car il est asseuré que cette partie de Groenland que les Norvegues
ont habitée, est de mesme elevation que l'Uplande, qui est la plus
fertile province de Suede; où il est certain qu'il croist quantité de
beau & bon froment. Joint que par la mesme raison d'elevation, cette
mesme Chronique dit ailleurs fort veritablement, qu'il ne fait pas si
grand froid en Groenland qu'en Norvegue. Or il est constant qu'il croist
de fort beau bled en Norvegue; & ce que je vous diray à ce propos, vous
semblera estrange, mais des personnes croyables me l'ont certifié. Il y
a des endroits dans la Norvegue, où l'on fait double moisson en trois
mois de temps, par l'ordre, & la raison, que vous allez entendre. Ces
endroits sont des plaines opposées à des rochers, que le Soleil bat
continuellement, durant les ardeurs des mois du Juin, de Juillet, &
d'Aoust; & une telle chaleur reverbere de ces rochers dessus ces
plaines, qu'en six semaines, on laboure, on seme, & on recueille du bled
mur. Et comme ces terres ont beaucoup de graisse, & de suc, par la
quantité de neges fonduës qui les ont abreuvées, & que le Soleil a
cuittes; on les ensemence encore une fois, & au bout d'autres six
semaines, on ne manque pas de faire une seconde moisson, aussi bonne que
la premiere.

Il y a de l'apparence que la terre de Groenland est, comme toutes les
autres terres, composée de bons, & de mauvais endroits; de plaines & de
montagnes, les unes fertiles, les autres infertiles. Il est certain
qu'il y a quantité de rochers: Et la Chronique Islandoise dit notamment,
que l'on y trouve des Marbres de toutes sortes de couleurs. On demeure
d'accord que l'herbe des pasturages y est excellente, & qu'il y a
quantité de gros & menu bestail; quantité de chevaux, de lievres, de
cerfs, de renes, de loups communs, de loups cerviers, de renards,
quantité d'Ours, blancs, & noirs; & il se lit dans la Chronique
Islandoise, que l'on y a pris des Castors, & des Martres, aussi fines
que les Sobelines de Moscovie. On y trouve des Faucons blancs, & gris,
[En marge: _Gerfaus._] en tres-grand nombre, & plus qu'en autre lieu du
monde. On portoit anciennement de ces Oyseaux par grande rareté aux Rois
de Danemarc, à cause de leur bonté merveilleuse; & les Roys de Danemarc
en faisoient des presens aux Roys, & Princes, leurs voisins, ou amis;
parce que la chasse de l'Oyseau n'est du tout point en usage dans le
Danemarc, non plus qu'aux autres endroits du Septentrion.

La Mer est tres-poissonneuse en Groenland. Elle est pleine de loups, de
chiens, & de veaux marins, & porte un nombre incroyable de Balenes. Je
ne sçay si je dois mettre les Ours blancs de Groenland entre ses animaux
terrestres, ou aquatiques; Car, comme les Ours noirs ne quittent pas la
terre, & ne se nourrissent que de chair; les blancs ne quittent point la
mer, & ne vivent que de poisson. Ils sont beaucoup plus grands, & plus
sauvages, que les noirs. Ils vont à la queste des loups, & des chiens
marins, qui font leurs petits sur les glaces, de peur des Balenes. Ils
sont avides de Baleneaux, & les trouvent friands sur tous les autres
poissons. Ils ne s'engagent pas volontiers en pleine mer, lors que les
glaces sont fonduës. Ce n'est pas qu'ils ne nagent, & ne puissent vivre
dedans l'eau, comme les poissons; mais ils craignent les Balenes, qui
les sentent, & les poursuivent, par une antipathie naturelle, parce
qu'ils mangent leurs petits. C'est pourquoy, quand les glaces sont
destachées du Groenland septentrional, & qu'elles sont poussées vers le
Midy, les Ours blancs qui se trouvent dessus, n'en osent sortir; & comme
ils abordent, ou dans l'Islande, ou dans la Norvegue, à l'endroit que
les glaces les portent, ils deviennent enragez de faim.

_Heu male tum solis Norvegûm erratur in oris._

Et il se dit d'estranges Histoires des ravages que ces animaux ont faits
dedans ces terres.

Le Groenland a esté de tout temps, tres-fertile en Cornes, que l'on
appelle de Licornes. Il s'en void en Danemarc beaucoup d'entieres,
quantité de tronçons & de bouts, & un nombre infiny de pieces, qui les
rendent tres-communes dans ce Royaume. Vous me demanderez qu'elles sont
les Bestes qui portent ces Cornes. Je vous diray, Monsieur, que ces
cornes, improprement dites cornes, n'ont rien de commun avec les
veritables, & proprement nommées telles, de quelque nature qu'elles
puissent estre; & que comme le nom de celles-cy est ambigu, il y en a
qui doutent encore, si les Bestes qui les portent, sont chair, ou
poisson. Vous noterez que les cornes de Licornes, que nous avons veuës
en Danemarc, soit entieres, soit en pieces, sont de mesme matiere, de
mesme forme, & de mesme vertu, que celles qui se voyent en France, &
autre part. Cette belle corne entiere, de laquelle je vous ay autrefois
parlé, & que j'ay veuë à Friderisbourg, chez le Roy de Danemarc, est
sans contredit plus grande que celle de sainct Denis. Il est vray
qu'elle n'est pas droite, & qu'elle est faucée à deux ou trois pieds de
la pointe; mais elle est, quant au reste, de mesme couleur, de mesme
figure, & de mesme poids, que celle de S. Denis. Pour les pieces de ces
cornes que nous avons veuës en divers endroits de Coppenhague, il est
certain que l'on les croit antidotes contre les venins, tout ainsi que
celles qui se voient à Paris, & ailleurs. Cela posé pour constant, que
toutes ces sortes de cornes qui se voyent en Danemarc, sont entierement
semblables à celles de France, & que celles de Danemarc viennent de
Groenland; il est question de sçavoir quelles Bestes ce sont qui portent
ces cornes en Groenland. M. Vormius m'a dit le premier que ce sont des
Poissons. Sur quoy je vous diray que j'ay eu de grandes disputes avec
luy, lors que nous estions à Christianople; parce que cela renverse
l'opinion de tous les anciens Naturalistes, qui ont traitté des
Licornes, & nous les ont dépeintes Terrestres, & à quatre pieds: & que
cela choque quantité de passages de l'Escriture Saincte, qui ne peuvent
estre entendus que des Licornes à quatre pieds. Le bon M. Vormius, exact
& sçavant dans les curiositez du Nord, me rescrivit de Coppenhague cette
Histoire, que je vous transcriray de sa lettre.

Il y a, dit-il, quelques années, qu'estant chez M. Fris, grand
Chancelier de Danemarc, predecesseur de M. Thomasson, qui l'est à
present; je me plaignis à ce grand homme, qui a esté durant sa vie,
l'ornement, & le soustien de sa patrie, du peu de curiosité qu'avoient
nos Marchands, & nos Matelots, qui alloient en Groenland, de ne pas
s'informer quels sont les Animaux dont ils nous apportent tant de
cornes; & de n'avoir pas pris quelque piece de leur chair, ou de leur
peau, pour en avoir quelque connoissance. Ils sont plus curieux que vous
ne pensez, me respondit M. le Chancellier, & me fit apporter sur l'heure
mesme, un grand Crane sec, où estoit attaché un tronçon de cette sorte
de corne, long de quatre pieds. Je fus saisy de joye, de tenir une chose
si rare, & si precieuse, entre mes mains; & ne pouvant assouvir mes
yeux, il me fut d'abord impossible de comprendre ce que c'estoit. Je
priay M. le Chancellier de me permettre de l'emporter chez moy, pour le
considerer tout à loisir; ce que volontiers il m'accorda. Je trouvay que
ce crane ressembloit proprement à celuy d'une teste de Balene; qu'il
avoit deux trous au sommet, & que ces trous perçoient dans le palais:
Que c'estoient sans doute les deux tuyaux, par lesquels cette beste
rejettoit l'eau qu'elle beuvoit. Et je remarquay que ce que l'on
appelloit sa Corne, estoit fiché à la partie gauche de sa machoire de
dessus. Je conviay mes amis les plus curieux, & les meilleurs Escoliers
de mon auditoire, de venir veoir cette rareté dans mon cabinet. Un
Peintre que j'avois appellé, s'y estoit rendu: Et je fis tirer en
presence des assistans, un portrait de ce crane avec sa corne, tel qu'il
estoit, de figure, & de grandeur: afin qu'ils peussent estre tesmoins,
que ma copie avoit esté prise sur un veritable original. Ma curiosité ne
s'arresta pas là. Ayant eu advis qu'un semblable animal avoit esté
porté, & pris en Islande, j'escrivis à l'Evesque de Hole, nommé _Thorlac
Scalonius_, qui a esté autrefois mon disciple à Coppenhague; & le priay,
comme mon amy, de m'envoyer le portrait de cette beste; ce qu'il fit, &
me manda que les Islandois l'appelloient _Narhual_, comme qui diroit,
Balene qui se nourrit de cadavres; parce que, _Hual_, signifie une
Balene, & que, _Nar_, signifie un cadavre. C'estoit en effet le portrait
d'un veritable poisson, qui ressembloit à une Balene. Et je vous
promets, de vous le faire voir à vostre retour de Christianople, avec
celuy du crane que j'ay eu de M. le Chancelier Fris.

M. Vormius ne manqua pas à nostre retour, de satisfaire à sa promesse, &
au delà; car il ne se contenta pas de me faire voir les portraits de ces
poissons: il me mena dans son cabinet, où je vy sur une table, dressée
pour cela, l'original & le crane mesme, avec la corne de cette beste,
que M. le Chancelier Fris, luy avoit autrefois confiée. Il l'avoit euë
sur sa promesse, d'un Gentilhomme de Danemarc, gendre de M. Fris, à qui
ce partage estoit escheu, qu'il estime huit mille risdalles; & l'avoit
fait porter de vingt lieuës de Coppenhague, pour la faire voir à
Monsieur l'Ambassadeur. Je vous advoüe, que je ne me pûs lasser
d'admirer une curiosité si exquise, & l'ayant rapportée à Monsieur
l'Ambassadeur, il la voulut voir dans le mesme cabinet. Son Excellence
considera cette rareté avec plaisir, & pria M. Vormius de la luy
prester, pour en avoir une exacte peinture, laquelle il a fait faire, &
qu'il emporte à Paris. Ce grand homme qui a des complaisances genereuses
pour tous les Vertueux, sera ravy de leur faire voir cette peinture, &
de leur communiquer ce qu'il apportera de plus curieux du Nord. Il a des
inclinations particulieres pour vous, Monsieur, & pour tous ces
Messieurs qui composent l'illustre Mercuriale de la Bibliotheque de M.
Bourdelot. Et je sçay que son Cabinet, qu'il veut rendre accomply, si
Dieu luy fait la grace d'arriver en France, vous sera ouvert, & à tous
ces Messieurs, avec une extreme joye.

Il est certain que le nom d'Unicorne est equivoque, & qu'il appartient à
plusieurs sortes d'animaux; tesmoin l'Orix, & l'Asne Indique, dont
Aristote a fait mention; & cette Beste farouche que Pline a descrite,
qui a la teste d'un cerf, le corps d'un cheval, & le pied solide comme
celuy d'un Elephant, qui est d'une legereté, & force, incomparables: Et
qui est en effet cette veritable Licorne, dont l'Escriture Saincte a
parlé en divers endroits: Si agile, qu'il est escrit par rareté, &
merveille, que Dieu fera sauter le _Schirion_, qui est une montagne du
Liban, comme le faon d'une Licorne; & si forte, que la force de Dieu
mesme, est comparée à la sienne: _Deus fortis_, disoit Moyse, _eductor
Judæorum, vires ejus ut Monocerotis_. Or il n'y a nulle apparence de
mettre nos Licornes du Nord, que nous connoissons aquatiques, sous
l'espece de ces Licornes, que l'on croid estre du Midy, ou du Levant, &
qui sont notoirement terrestres. Le Prophete Isaie, predisant aux Juifs
que Dieu les chasseroit de Jerusalem, eux, & leurs Roys, qu'il appelle
_Unicornes_. _Descendent_, dit-il, _Unicornes cum eis_. Ce qui ne peut
estre entendu que d'une descente terrestre. Et si le Prophete avoit creu
que les Licornes eussent esté des Poissons, il auroit dit
vray-semblablement, _natabunt_, au lieu de _descendent_.

Je poserois donc une espece d'Unicornes marins, comme l'on a posé des
especes de chiens, de veaux, & des loups marins. Et la chose ne seroit
pas nouvelle, puis que Bartolin, Autheur Danois, a fait un Chapitre
expres, des Unicornes marins, dans son traité des Unicornes. Mais il se
rencontre une difficulté contraire à cette position. Car il est question
de sçavoir, si ces Unicornes marins, dont nous parlons, sont
veritablement Unicornes; & si ce que nous appellons leurs cornes, sont
veritablement des Cornes, ou des Dents. La resolution de la premiere
doute depend de la derniere. Car si ce sont des dents, ces poissons ne
peuvent estre dits Unicornes, parce qu'ils n'auront point de cornes; &
si ce sont des cornes, ils seront notoirement Unicornes, parce qu'ils
n'auront qu'une corne. M. Vormius asseure que ce sont des dents, & non
pas des cornes. Et je voy qu'Angrimus Jonas les appelle des _Dents_,
dans cét endroit de son _Specimen Islandicum_, où il parle d'un signalé
naufrage que fit un Evesque de Groenland, nommé _Arnaud_, passant en
Norvegue, dont le vaisseau fut rompu par la tempeste, dedans l'Isthme de
l'Islande occidentale. Le naufrage arriva l'an de Christ 1126. Et dans
le dénombrement qui fut fait des choses recueillies du debris, _Reperti
sunt_, dit le bon Angrimus, _Dentes Balenarum pretiosi, & potiores,
maris æstu in siccum rejecti, ac literis Runicis, indelebili glutine
rubescentis coloris, inscripti; ut Nautarum quilibet suos, peracta
aliquando navigatione, recognosceret_. Et il est constant que ce
qu'Angrimus Jonas appelle icy, _Dentes Balenarum pretiosos_, est entendu
en Danemarc, & se doit entendre de ces cornes, que nous appellons de
Licornes, & dont nous parlons maintenant. Ce qui me fait croire que ce
sont des dents, & non pas des cornes, est qu'Aristote nous donne pour
veritable, & certain, que tous les Unicornes portent leurs cornes au
milieu du front, dans la region ordinaire des cornes, & que ces Poissons
portent, ce que nous appellons leurs cornes, au bout de leurs machoires,
& de leurs gencives, à l'endroit où se fichent les dents. Que les cornes
s'attachent au front, _per Symphysin_, que les dents s'enfoncent dans
les machoires, _per Gomphosin_; Et que nous avons veu clairement dedans
ce crane, que nous a monstré M. Vormius, que ce que nous avons pris pour
une corne, estoit enfoncé dans la machoire, environ un pied de
profondeur; Et qu'il estoit estendu en long au dehors, comme une lance
couchée; de mesme que le poisson Pristes porte sa Scie, & que l'autre
poisson Xiphias porte son Espée.

J'ay leu une belle raison dans Aristote, que je dirois plustost une
belle remarque, sur l'unité de cornes des Unicornes. Il dit que tous les
Animaux qui ont deux cornes, ont l'ongle divisé en deux, & que tous les
Unicornes ont l'ongle solide, & indivis. Que la nature a fait une mesme
union, & une mesme consolidation, d'ongles, & de cornes, aux pieds, & à
la teste, des Unicornes; comme elle a fait une mesme division d'ongles,
& de cornes, aux pieds, & à la teste, des autres animaux. D'où il
resulte, que la seule distinction des Unicornes d'avec les autres
animaux, consiste, dans l'unité, & solidité, de leurs ongles, & de leurs
cornes. Et que par la mesme raison que les Unicornes portent leurs
ongles aux pieds, comme les autres animaux; ils portent leurs cornes au
mesme endroit de la teste, qui est le front. Et que comme les autres
animaux, qui ont deux cornes, les portent aux deux costez du front; les
Unicornes, qui n'en ont qu'une, la portent au milieu du front. Mais tout
ainsi que les Poissons, dont nous parlons, n'ayant ny ongles, ny pieds,
ne peuvent avoir de cornes à la teste; il s'ensuit que ce que nous
appellons leurs cornes, estant enfoncé dans leur machoire, & n'estant
pas attaché à leur front, ne peut estre des cornes, & partant que ce
sont des dents.

Je n'estois pas du commencement de cét advis; & comme je le contestois
avec M. Vormius, Monsieur le grand Maistre de Danemarc (de qui mes
lettres vous ont appris, & la haute naissance, & l'eminente vertu, & la
dignité relevée qu'il possede en Danemarc, de seconde Personne absoluë
apres le Roy:) Ce grand homme, qui m'a honoré d'une particuliere
bien-veuillance, & qui a pris plaisir de contenter ma curiosité en tout
ce qu'il a peu, me dit à ce propos une chose qui me confirmoit dans ma
premiere opinion, que c'estoient des cornes, & non pas des dents. Il me
raconta que le Roy de Danemarc son maistre, voulant faire un present
d'une piece de cette sorte de cornes, & le voulant faire beau, luy
commanda de scier une corne entiere qu'il avoit, & de la scier au
tronçon de la racine, qui est l'endroit le plus gros, & le plus beau.
Ayant scié une partie de cette corne, qu'il croyoit solide, il rencontra
une concavité, & fut estonné de voir dans cette concavité, une petite
corne, de mesme figure, & de mesme matiere, que la grande. Il continua
de scier la grande tout autour, sans toucher à la petite; Et trouva que
la petite estoit advancée, de mesme que la concavité, dedans la grande,
environ un pied, & que le reste de la grande estoit solide. Je m'allay
representant sur ce recit, que les Bestes qui portoient ces cornes,
muoyent comme les Cerfs; que leurs grandes cornes tomboient, & que
d'autres renaissoient en leur place. Et que c'estoit sans doute la
raison pour laquelle tant de cornes, separées de leurs testes, estoient
portées sur les glaces de Groenland, en Islande. Mais je fus vaincu sans
resistance quand j'eus veu le Crane, dont je vous ay parlé, & que j'eus
consideré cette longue racine, qui estoit fichée dans sa machoire. Cela
mesme que m'avoit dit Mr le grand Maistre, me fit croire que ce qu'il
avoit scié estoit une dent, & non pas une corne. Qu'il se peut faire que
les dents tombent, & renaissent, à ces poissons, comme elles tombent, &
renaissent, aux enfans, & à quelques hommes; Et que l'on voit assez
souvent que les dents qui tombent, sont poussées, & sollicitées de
tomber, par d'autres dents nouvelles, qui sortent devant que les
vieilles soient tombées. Qu'une pareille chose n'arriva jamais aux Cerfs
qui mettent bas; & que leurs testes demeurent nuës, comme s'ils
n'avoient jamais eu de cornes, jusques à ce que les nouvelles
renaissent, & se forment.

Mais un discours si long de cornes pourroit estre importun, & je le vay
finir par le jugement que nous devons faire de la Corne, que l'on
appelle de Licorne, qui est à sainct Denis. Je vous ay dit qu'elle est
en tout & par tout semblable à celles de Danemarc. J'adjousteray à cela,
que les Danois croyent pour tout asseuré, & s'engageroient de le
prouver, que toutes ces especes de cornes, qui se voyent en Moscovie, en
Allemagne, en Italie, & en France, viennent de Danemarc, où cette sorte
de traffic a eu grand vogue, lors que le passage de Norvegue en
Groenland, a esté libre, & conneu, & que reglement, on alloit, & venoit,
de l'un à l'autre, tous les ans. Les Danois qui les envoyoient ça, & là,
pour les vendre, n'avoient garde de dire que ce fussent des dents de
poissons; ils les exposoient comme des cornes de Licornes, pour les
vendre plus cherement. Et comme ils l'ont fait autresfois, ils le
pratiquent encore tous les jours. Il n'y a pas long-temps que la
Compagnie du nouveau Groenland, qui est à Coppenhague, envoya un de ses
associez en Moscovie, avec quantité de grosses pieces de cette sorte de
cornes, & un Bout entre autres, de grandeur fort considerable, pour le
vendre au grand Duc de Moscovie. On dit que le grand Duc le trouva beau,
& le fit examiner par son Medecin. Ce Medecin, qui en sçavoit plus que
les autres, dit au grand Duc que c'estoit une Dent de poisson; &
l'Envoyé retourna sur ses pas à Coppenhague, sans rien vendre. Comme il
rendoit raison de son voyage à ses associez, il jetta toute la cause de
son malheur sur ce meschant Medecin, qui avoit descrié sa marchandise, &
avoit dit que tout ce qu'il avoit porté, n'estoit que des dents de
poissons. Tu és un mal-adroit, luy respondit un associé, qui me l'a
redit; Que ne donnois-tu deux ou trois cents ducats à ce Medecin, pour
luy persuader que c'estoient des Licornes? Ne doutez pas, Monsieur, que
la corne qui est à sainct Denis, ne soit venuë originairement du mesme
lieu, & n'ait esté venduë de cette sorte. Je n'ose dire le temps qu'il y
a que je ne l'ay veuë; mais si la memoire de l'idée qui m'en est restée,
ne me trompe, c'est une Dent semblable à celles que nous avons veuës en
Danemarc. Car elle a mesme racine que les autres. Elle a sa racine
creuse, & corrompuë, par le bout, comme une dent gastée. Et si cela est,
je soustiens que c'est une Dent, qui est tombée d'elle-mesme de la
machoire de ce poisson, que les Islandois appellent _Narhual_, & que ce
n'est point une Corne.

Revenons en Groenland. La Chronique Islandoise raporte, que l'air y est
plus doux, & plus temperé qu'en Norvegue; qu'il y nege moins, & que le
froid n'y est pas si rude. Ce n'est pas que par fois il n'y gele fort
asprement, & qu'il n'y ait des Orages tres-impetueux; mais ces grands
froids, & ces grands Orages, n'arrivent pas souvent, & ne durent pas
long-temps. La Chronique Danoise remarque, comme une chose bien
estrange, qu'en l'année 1308. il fit des Tonnerres espouventables dans
le Groenland, & que le feu du ciel tomba sur une Eglise, nommée
_Skalholt_, qui brula entierement. Qu'en suite de ce tonnerre, & de ce
feu, il se leva une Tempeste prodigieuse, qui renversa les sommets de
quantité de rochers, & que des Cendres volerent de ces rochers rompus,
en si grande abondance, que l'on croyoit que Dieu les faisoit pleuvoir
pour punir les peuples de cette terre. Cette tempeste fut suivie d'un
Hyver si rude, qu'il n'y en eut jamais de pareil en Groenland; & la
glace y demeura un an entier, sans se fondre. Comme je racontois le
prodige de cette pluye de cendres, à Monsieur l'Ambassadeur, il me dit
qu'estant à la Rochelle, un Capitaine de mer qui revenoit des Canaries,
l'avoit asseuré, qu'estant à l'ancre, à six lieuës de ces Isles, une
pareille pluye de cendres estoit tombée sur la rade où il estoit, & que
son Vaisseau en avoit esté couvert comme s'il eust negé dessus. Qu'un
orage si extraordinaire estoit venu d'un grand tremblement de terre, qui
avoit escroulé des montagnes de feu qui sont aux Canaries, & que le vent
en avoit jetté les cendres jusques à six lieuës dedans la mer. Il y a de
l'apparence, que les cendres qui estoient sorties de ces rochers du
Groenland, venoient d'une pareille cause, & qu'il y a dans cette contrée
des montagnes ardentes, & des lieux sous-terrains, qui brulent, comme il
y en a aux Canaries, & ailleurs. Ce qui peut estre sans contredit, &
n'est pas incompatible, par l'exemple, & le voisinage, du mont _Hecla_
de l'Islande, qui est beaucoup plus septentrionale, que n'est pas cette
partie du Groenland; comme aussi par l'exemple d'autres montagnes
ardentes, qui sont chez les Lappes plus élevez, bien loin au delà du
cercle Arctique; & qui est confirmé par ce que vous avez peu remarquer
cy-dessus, dans la vieille description de cette Terre, qu'il y a des
Bains si chauds, que l'on ne les peut souffrir en Hyver.

L'Esté de Groenland est tousjours beau, jour, & nuit; si l'on doit
appeller Nuit, ce crepuscule perpetuel qui y occupe en Esté tout
l'espace de la nuit. Comme les jours y sont tres-courts en Hyver, les
nuits en recompence y sont tres-longues; & la Nature y produit une
merveille, que je n'oserois vous escrire, si la Chronique Islandoise ne
l'avoit escrite comme un miracle, & si je n'avois une entiere confiance
en M. Rets, qui me l'a leuë, & fidelement expliquée. Il se leve en
Groenland une Lumiere avec la nuit, lors que la Lune est nouvelle, ou
sur le point de le devenir, qui esclaire tout le pays, comme si la Lune
estoit au plein. Et plus la nuit est obscure, plus cette Lumiere luit.
Elle fait son cours du costé du Nord, à cause de quoy elle est appellée,
_Lumiere septentrionale_. Elle a le regard d'un feu volant, & s'estend
en l'air comme une haute, & longue palissade. Elle passe d'un lieu à un
autre, & laisse de la fumée aux lieux qu'elle quitte. Il n'y a que ceux
qui l'ont veuë, qui soient capables de se representer la promptitude, &
la legereté, de son mouvement. Elle dure toute la nuit, & s'esvanouit au
Soleil levant. Je laisse aux curieux, qui sont plus entendus que je ne
suis dans les raisons de la Physique, à rechercher la cause de ce
Meteore. Et s'il se leve quelque vapeur de cette terre, qui s'eschauffe,
& s'enflame par son mouvement, avec la mesme vitesse que nous voyons
enflamer ces longues fusées, ou langues de feu, qui tombent de l'air, ou
le traversent; ou de mesme que les Ardans voltigent sur les cimetieres.
On m'a asseuré que cette Lumiere septentrionale se void clairement de
l'Islande, & de la Norvegue, lors que le ciel est serain, & que la nuit
n'est troublée d'aucun nuage. Elle n'esclaire pas seulement les peuples
de ce monde Arctique; Elle s'estend jusques à nos climats. Et cette
Lumiere est la mesme sans doute, que nostre Amy celebre, le
tres-sçavant, & tres-judicieux Philosophe, Monsieur Gassendy, m'a dit
avoir observée plusieurs fois, & à laquelle il a donné le nom d'AURORE
BOREALE. La plus notable qu'il ait jamais veuë, fut celle qui parut par
toute la France; _Silente Lunâ_ (car elle n'avoit qu'un jour) durant la
nuit du douze, au treiziéme de Septembre, de l'année 1621. Il l'a
sommairement inserée dans la Vie de M. Peresc: mais elle est amplement,
& merveilleusement bien descrite, dans les doctes Observations qu'il a
faites, en suite de son Exercitation contre le Docteur Flud. Je vous y
r'envoye, pour ne m'engager pas plus avant dans ce discours, & reprendre
le fil de ma Relation.

La Chronique Danoise raporte, qu'en l'année 1271. un gros vent de
Nordest, porta une telle quantité de glaces en Islande, chargées de tant
d'Ours, & de bois, que l'on creut que ce que l'on avoit descouvert à
l'Ouest de Groenland, n'estoit pas tout le Groenland, & que cette terre
s'estendoit plus avant dans le Nordest. Ce qui obligea quelques matelots
Islandois de tenter cette descouverte; mais ils ne trouverent que des
glaces. Des Roys de Norvegue, & de Danemarc, avoient eu long-temps
devant mesme pensée, & mesme dessein; Ils y avoient envoyé divers
Vaisseaux, & y estoient allez en personne, mais ils n'y avoient non plus
reüssi que les matelots Islandois. Ce qui avoit obligé les uns & les
autres de tenter ce voyage, estoit, ou le rapport, ou l'opinion receuë,
& fondée sur quelque rapport, qu'il y a dans cette contrée quantité de
venes d'or, & d'argent, & de pierres precieuses; Ou peut-estre que ce
passage de Job avoit fait impression sur leurs esprits, _Aurum ab
Aquilone venit_. Et je vous diray à ce propos ce que la méme Chronique
Danoise raconte, qu'il y a eu le temps passé des Marchands qui sont
revenus de ces voyages avec de grands tresors. Elle dit aussi que du
temps de Saint Olaus, Roy de Norvegue, des mariniers de Frisland,
entreprirent le mesme voyage à mesme fin. Et comme ils se trouverent
engagez dans de grandes tempestes, qui les jettoyent sur les rochers de
cette coste, ils furent contraints de gagner le couvert dans quelques
mauvais ports. Elle adjoute que s'estans hazardez de descendre, ils
virent assez pres du rivage, de meschantes cabanes enfoncées dans la
terre; & autour de ces cabanes, des tas de pierres de mine, où reluisoit
quantité d'or, & d'argent. Ce qui les incita d'en aller prendre. Et de
fait, chacun en prit tout autant qu'il en peut porter. Mais, comme ils
se retiroient dans leur vaisseau, ils virent sortir de ces Fosses
couvertes, des hommes mal-faits, & hideux comme des Diables, avec des
arcs, & des fondes, & de grands chiens qui les suivoient. La peur qui
saisit ces matelots, les obligea de doubler le pas, pour sauver ce
qu'ils portoient, & se sauver eux-mesmes. Mais par malheur, un paresseux
d'entre-eux tomba entre les mains de ces Sauvages, qui le deschirerent
en un moment, à la veuë de ses compagnons. Le Chroniqueur Danois dit en
suite de cette Histoire, que ce Pays est plein de richesses; à cause de
quoy l'on dit que Saturne y a caché ses tresors, & qu'il n'est habité
que des Diables.

Il y a un chapitre dans la Chronique Islandoise, intitulé; _Route &
navigation de Norvegue en Groenland_. Le texte porte. La vraye route de
Groenland, selon que les sçavans pilotes, nais en Groenland, ou qui en
sont revenus depuis peu, nous l'ont racontée, est celle-cy. De
_Nordstaden Sundmur_, en Norvegue, tirant droit vers le Couchant,
jusques à _Horensunt_, du costé de l'Orient d'Islande, la navigation est
de sept jours. De _Suofuels Iokel_, qui est une montagne de souffre, en
Islande, jusques en Groenland, la plus courte navigation est de prendre
vers le Couchant. On trouve à moitié chemin d'Islande en Groenland,
_Gundebiurne Skeer_. C'a esté l'ancienne route, devant que les glaces
vinsent de la terre du Nord, qui ont rendu cette navigation perilleuse.
Il est en suite escrit, mais en article separé: De _Languenes_ en
Islande, qui est son extremité septentrionale, tirant vers le Nord, il y
a dix-huit lieuës jusques à _Ostrehorn_, qui signifie, Corne Orientale.
De Ostrehorn jusques à _Huallsbredde_, la navigation est de deux jours,
& de deux nuits.

Je ne pretends pas que personne entreprenne le voyage de Groenland sur
cette route: Et tout ce que j'y ay peu comprendre est, que la navigation
de cette Mer a esté de tout temps difficile, & perilleuse. Vous avez peu
remarquer la mesme chose, par ce que je vous ay dit du retour de Leiffe
en Groenland chez son pere Erric le Rousseau; par le naufrage que je
vous ay rapporté de l'Evesque Arnauld; & par ce que je viens de vous
dire des mariniers de Frisland.

Il y a dans la mesme Chronique Islandoise un chapitre, dont le tiltre
est tel. _Transcrit d'un vieux livre intitulé, _Speculum Regale_,
touchant les affaires de Groenland_. Le texte en est, beaucoup plus
clair que du precedent. On a veu, dit-il, le temps passé, trois Monstres
marins, grands, & d'enorme figure, dans la mer de Groenland. Le premier
a esté appellé par les Norvegues, _Haffstramb_, qu'ils ont veu de la
ceinture en haut au dessus de l'eau. Il estoit semblable à un homme, du
col, & de la teste; du visage, du nez, & de la bouche; si ce n'est que
la teste estoit extraordinairement eslevée, & pointuë en haut. Il avoit
les espaules larges, & aux bouts de ses espaules, deux tronçons de bras,
sans mains. Le corps estoit deslié en bas, & l'on n'a jamais veu comme
il estoit formé au dessous de la ceinture. Son regard estoit de glace.
Il y a eu de grands orages, toutes les fois que ce Fantosme a paru sur
l'eau. Le second Monstre a esté appellé, _Marguguer_. Il estoit formé
jusques à la ceinture, comme le corps d'une femme. Il avoit de gros
tetons, la chevelure espanduë, de grosses mains aux bouts de ses
tronçons de bras, & de longs doigts attachez ensemble, comme sont les
pieds d'un Oye. On l'a veu tenant des poissons dedans ses mains, & les
mangeant; & ce Fantosme a tousjours precedé quelque grand orage. Si le
Fantosme se plongeoit dans l'eau, le visage tourné vers les matelots,
c'estoit un signe qu'ils ne feroient pas naufrage. S'il leur tournoit le
dos, ils estoient perdus. Le troisiéme Monstre a esté appellé,
_Hafgierdinguer_, qui n'estoit pas un Monstre proprement, mais trois
grosses Testes, ou montagnes d'eau, que la tempeste eslevoit; & quand
par malheur, des Navires se trouvoient engagez dans le Triangle que ces
trois montagnes formoient, ils perissoient presque tous, & peu en
reschappoient. Ce pretendu Monstre estoit engendré par des courants de
mer, & des vents contraires, tres-impetueux, qui surprenoient les
vaisseaux, & les engloutissoient. Ce mesme livre rapporte qu'il y a dans
cette mer, de grandes masses de glace, eslevées comme des Statuës
d'estrange figure. Il donne advis à ceux qui veulent aller en Groenland,
de s'avancer vers le Sudouest, devant que d'aborder le pays, à cause de
la quantité de glaces qui flottent sur cette mer, bien avant mesme dans
l'Esté. Il conseille aussi ceux qui se trouveront en peril dedans ces
glaces, de faire ce que d'autres ont fait en semblables rencontres; qui
est, de mettre leurs chalouppes sur l'endroit le plus espais de ces
glaces, avec le plus de vivres qu'ils pourront avoir, & d'attendre que
ces glaces les portent à quelque terre, ou d'essayer, si elles se
fondent, de se sauver dans leurs chalouppes.

                   *       *       *       *       *

C'EST ICY que finit l'Histoire du vieux Groenland; & l'Histoire de
Danemarc cotte precisément l'année 1348. en laquelle une grande Peste,
appellée, _la Peste noire_, devora la plus grande partie des peuples du
Nord. Elle tua les principaux matelots, & les principaux marchands, de
Norvegue, & de Danemarc, qui composoient les Compagnies du Groenland
dans les deux Royaumes. On a remarqué aussi que de ce temps-là, les
voyages, & les commerces, du Groenland furent interrompus, &
commencerent de se perdre. Neantmoins M. Vormius m'a asseuré, qu'il a
leu dans un vieux Manuscrit Danois, qu'environ l'an de grace 1484. sous
le regne du Roy Jean, il y avoit encore dans la ville de Bergues, en
Norvegue, plus de quarante Matelots qui alloient toutes les années en
Groenland, & en rapportoient des marchandises de prix. Que ne les ayans
pas voulu vendre cette année-là, à quelques marchands Alemands, qui
estoient allez à Bergues pour les acheter; les marchands Alemans n'en
dirent mot, mais convierent ces matelots à soupper, & les tuërent tous
en une nuit. La chose a peu d'apparence de la façon qu'elle est escrite;
car il n'est pas croyable que l'on allast si librement en ce temps-là,
de Norvegue en Groenland. Cela repugne à la Narration que je vous vay
faire, & qui est constante, de la decadence, & ruïne entiere du
commerce, & communication, que la Norvegue & le Danemarc, ont euë avec
le Groenland.

Vous sçaurez, Monsieur, que les Tributs du Groenland estoient
anciennement destinez, & employez, pour la table des Roys de Norvegue, &
que pas un matelot n'eust osé aller en Groenland sans congé, sur peine
de la vie. Il arriva, qu'en l'année 1389. que Henry Evesque de Garde
passa en Danemarc, & assista, comme je vous ay dit, aux Estats de ce
Royaume, qui se tenoient en Funen, sous le regne de la Reyne Marguerite,
qui avoit fait la jonction des deux Couronnes, de Norvegue, & de
Danemarc; des Marchands de Norvegue, qui estoient allez en Groenland
sans congé, furent accusez d'avoir enlevé les Tributs, dont le fonds
estoit deu pour la table de la Reyne. La Reyne traitta severement ces
Marchands, & ils auroient esté pendus, sans les sermens execrables
qu'ils firent sur les sainctes Evangiles, qu'ils avoient esté en
Groenland sans dessein, & que la Tempeste les y avoit jettez. Qu'ils
n'en avoient rapporté, que des marchandises achetées, & n'avoient touché
en façon quelconque aux Tributs de la Reyne. Ils furent relachez sur
leur serment. Mais le danger qu'ils eschapperent, & les defenses
rigoureuses qui furent reïterées, d'aller en Groenland sans congé,
intimiderent si fort les autres, que depuis ce temps-là, qui que ce
fust, marchand, ny matelot, ne s'y osa hazarder. La Reyne y envoya
quelque temps apres des Navires, que l'on n'a jamais reveus depuis; &
l'on a sçeu qu'ils avoient pery, par cela mesme que l'on n'a jamais peu
sçavoir, ny où, ny comment. Les vieux matelots de Norvegue, furent
effrayez de cette nouvelle, & n'oserent retourner sur cette mer. La
Reyne qui se trouva en mesme temps engagée dans les guerres de Suede, ne
les voulut pas presser, & ne tint nul compte du Groenland.

La Chronique Danoise, de qui j'ay appris cette Histoire, rapporte,
qu'environ ce mesme temps, & l'an de grace 1406. l'Evesque _Eskild_ de
Drunthen, voulut avoir le mesme soin du Groenland que ses predecesseurs
avoient eu, & y envoya un nommé, _André_, pour succeder à la place de
_Henry_, Evesque de Garde, en cas qu'il fût mort, ou luy en rapporter
des nouvelles, s'il estoit vivant. Mais depuis qu'André fut monté sur
son vaisseau, & qu'il eut fait voile, on n'en a eu aucunes nouvelles, &
quelque soin que l'on y ait rapporté, il a esté impossible d'apprendre
ce que luy, & l'Evesque Henry, estoient devenus. C'est le dernier
Evesque qui a esté envoyé de Norvegue, pour le Groenland. La mesme
Chronique Danoise fait un dénombrement de tous les Roys de Danemarc,
depuis la Reyne Marguerite, jusques au Roy Christian IV. à present
regnant; pour faire voir, ou le peu d'estat que les uns ont fait du
Groenland, ou le desir que les autres ont eu de retrouver cette terre.
Et il importe, Monsieur, que vous appreniez cette suitte de fatalitez,
ou de mal-heurs, qui nous ont fait perdre la connoissance d'un Pays
celebre, qui a esté autrefois connu, habité, & pratiqué, des peuples de
nostre monde.

Le Roy Erric de Pomeranie succeda à la Reyne Marguerite; & comme
c'estoit un Prince estranger, & nouveau venu en Danemarc, il ne
s'informa pas seulement, s'il y avoit une contrée au monde qui
s'appellast _Groenland_.

Christophe de Baviere, qui succeda à Erric, employa tout son regne à
faire la guerre aux Vandales, qui sont les Pomerains. La famille
d'Oldembourg, qui regne aujourd'huy en Danemarc, commença de regner, en
l'an de grace 1448. Le Roy Christian premier de ce nom, & de cette race,
au lieu d'adresser ses pensées au Nord, les tourna vers le Midy. Il fut
en pelerinage à Rome, obtint du Pape le pays de Dithmarche, pour la
couronne de Danemarc, & une permission d'establir une Academie à
Coppenhague.

Christierne II. succeda à Christian I. & promit solennellement, lors
qu'il fut couronné Roy, de faire tout ce qui luy seroit possible pour
recouvrer le Groenland. Mais bien loin de recouvrer une terre que ses
predecesseurs avoient perduë, il perdit les Estats mémes qu'il
possedoit. Ses cruautez le firent chasser de la Suede, que la Reyne
Marguerite avoit jointe aux deux Couronnes, de Norvegue, & de Danemarc,
& des trois n'en avoit fait qu'une. Il se retira en Danemarc, avec le
mesme Esprit de fureur qui l'avoit possedé en Suede; & les Danois, qui
ne le purent souffrir non plus que les Suedois, le déposerent du
Royaume; à cause de quoy il est peint entre les Roys de Danemarc avec un
Sceptre cassé à la main. Son Chancelier, Erric Valkandor, Gentilhomme
Danois, de grande vertu, & de grand esprit, fut fait Archevesque de
Drunthen, apres la disgrace de son maistre. Il se retira dans son
Archevesché, où il occupa tout son Esprit à la recherche du Groenland, &
des moyens d'y parvenir. Il leut tous les livres qui en parloient;
examina tous les marchands, & tous les matelots de Norvegue, qui en
avoient quelque connoissance; & se fit faire une carte de la route que
l'on y devoit tenir. Mais comme il voulut executer ce dessein, en
l'année 1524. il fut querellé par un grand Seigneur de Norvegue, qui luy
fit quitter l'Archevesché, & le Royaume. Il se sauva à Rome, où il
mourut. Frederic premier, oncle de Christierne, avoit occupé les
Royaumes de Danemarc, & de Norvegue; & comme la faction de Christierne
n'estoit pas encore bien esteinte, Frederic qui soupçonna, & craignit
Valkandor, le fit chasser de Norvegue, & dissipa les Compagnies qu'il
avoit formées pour la descouverte du Groenland.

Christian III. succeda à Frederic I. Il fit tenter le passage de
Groenland, mais ceux qu'il y envoya ne le peurent descouvrir. Ce qui
obligea ce Roy de lever les defenses rigoureuses, que les Roys ses
predecesseurs avoient faites, d'aller en Groenland sans leur congé. Il
permit à qui que ce fust qui en auroit envie, d'y aller sans sa
permission. Mais les Norvegues se trouverent en ce temps-là si foibles
de Navires, & si pauvres d'ailleurs, qu'ils n'eurent pas le moyen de
s'équipper pour un voyage si difficile, & si hazardeux.

Le Roy Frederic II. succeda à la pensée de son pere Christian III. Il
envoya un nommé _Mognus Heigningsen_, à la découverte du Groenland. Et
si la chose est telle que le Chroniqueur l'a escrite, il y a un secret
inconnu, & une cause cachée, qui s'oppose visiblement au dessein que
l'on a pour la connoissance de cette terre. Mognus Heigningsen, apres
beaucoup d'erreurs, & de mauvaises rencontres, descouvrit le Groenland,
mais ne le peut approcher; parce que d'abord qu'il eut veu la terre, son
Navire s'arresta tout court; de quoy il fut extrémement estonné, & avec
raison; car c'estoit en pleine mer, dedans un grand fonds d'eau, il n'y
avoit point de glace, & le vent estoit frais. Ne pouvant advancer, il
fut contraint de reculer, & de retourner en Danemarc; où il fit le
rapport de ce qui luy estoit arrivé, & dit au Roy qu'il y avoit de
l'Aymant au fonds de cette mer, qui avoit arresté son vaisseau. S'il
avoit sçeu l'Histoire de la Remore, peut-estre qu'il l'auroit alleguée
aussi à propos que celle de l'Aymant. Cette advanture arriva l'an 1588.
ou environ, que le Roy Frederic II regnoit. Et nostre Chronique Danoise,
qui s'est attachée à la suite du temps, a inseré entre les Roys
Christian, & Frederic, une longue Narration d'un voyage que Martin
Forbeisser, Capitaine Anglois, entreprit pour le mesme Groenland, en
l'année 1577. Cette Narration donne beaucoup plus de connoissance du
Groenland, & de ses peuples, que celle que nous avons euë jusques icy.
C'est pourquoy j'ay estimé à propos de vous envoyer une version de ce
qu'elle en a dit.

Martin Forbeisser partit d'Angleterre pour Groenland, en l'année, comme
j'ay dit, 1577. Il le descouvrit, mais ne le peut aborder cette
année-là, à cause de la nuit, & des glaces, & que l'Hyver l'avoit
surpris dans son voyage. Estant de retour en Angleterre, il fit le
rapport de ce qu'il avoit veu, à la Reyne Elizabeth; & la Reyne crût,
sur sa relation, avoir gagné cette terre inconnuë. Le Printemps revenu,
elle luy donna trois vaisseaux, avec lesquels Forbeisser partit, & ayant
reveu la Terre y aborda, du costé du Levant. Les habitans du lieu où il
prit terre, s'enfuirent à l'abord des Anglois, & abandonnerent leurs
maisons, pour se cacher, qui çà, qui là. Il y en eut qui grimperent de
peur, sur les pointes des rochers les plus hauts, d'où ils se
precipiterent en bas dedans la mer. Les Anglois qui ne peurent
apprivoiser ces Sauvages, entrerent dans les maisons qu'ils avoient
abandonnées. C'estoient proprement des Tentes, faites de peaux de veaux
marins, ou de Balenes, estenduës sur quatre grosses perches, & cousuës
adroittement avec des nerfs. Ils remarquerent que toutes ces tentes
avoient deux portes, l'une du costé de l'Ouest, l'autre du Sud; & qu'ils
s'estoient mis à couvert des Vents qui les incommodoient le plus, l'Est,
& le Nord. Ils ne trouverent dans toutes ces maisons, qu'une vieille
femme hideuse, & une jeune femme enceinte, laquelle ils emmenerent, avec
un petit enfant qu'elle tenoit par la main. Ils les arracherent des
mains de la Vieille qui heurloit horriblement. Estans sortis de là, ils
costoyerent cette mer du costé de l'Est, & virent un Monstre sur l'eau,
de la grosseur d'un boeuf, qui portoit au bout du muffle, une Corne
longue d'une aulne & demie, [En marge: Mesure de Danemarc.] qu'ils
crurent estre un Licorne. Ils singlerent de là, vers le Nordest, &
descouvrirent une Terre qu'ils aborderent, parce qu'elle leur parut
agreable. Et quoy que cette terre fust dans le continent du Groenland,
ils l'appellerent, _Anauavich_, pour la pouvoir retenir sous un autre
nom. Ils trouverent que cette contrée estoit sujette à des tremblemens
de terre, qui renversoient de grands rochers dessus les plaines; & que
le sejour en estoit dangereux. Ils ne laisserent pas de s'y arrester
quelque temps, parce qu'ils rencontrerent des graviers, où l'or
reluisoit abondamment, & en remplirent trois cents tonneaux. Ils firent
tout ce qu'ils peurent pour apprivoiser les Sauvages de cette terre, &
les Sauvages firent semblant de se vouloir apprivoiser avec eux. Ils
respondirent par signes, aux signes que les Anglois leur faisoient; &
leur donnerent à entendre, que s'ils vouloient aller plus haut, ils
trouveroient ce qu'ils cherchoient. Forbeisser leur respondit qu'il y
iroit, & s'estant mis sur une chalouppe avec quelques soldats, donna
ordre à ses trois Vaisseaux de le suivre. Il costoya le rivage en haut,
& ayant apperçeu quantité de Sauvages sur des rochers, apprehenda
d'estre surpris. Les Sauvages qui le conduisoient de dessus la rive,
reconnurent la crainte qu'il avoit euë; & pour ne le pas effaroucher,
firent paroistre de dessous la digue, trois hommes beaucoup mieux faits,
& mieux habillez que les autres, qui le prierent par signes, &
demonstrations d'amitié, de vouloir aborder. Forbeisser alloit à eux de
bonne foy, ne les voyant que trois sur le port, & des Sauvages sur des
rochers assez esloignez. Mais les autres qui estoient cachez sous la
digue, furent impatients quand ils virent venir Forbeisser, & se
precipiterent en foule sur le port. Ce qui fit reculer Forbeisser. Mais
les Sauvages ne se rebuterent point pour cela. Ils tascherent tousjours
d'attirer les Anglois, & jetterent quantité de chairs cruës sur le
rivage, comme s'ils eussent eu à faire à des dogues. Les Anglois
n'avoient garde d'en approcher, & les Sauvages s'aviserent d'une autre
ruse. Ils porterent un homme estropié, ou qui feignoit de l'estre, sur
le bord de la mer; & l'ayant laissé là, ne parurent non plus de quelque
temps, que s'ils se fussent retirez bien-loin de là, & tout à fait. Ils
s'estoient imaginez que les Anglois, selon la coustume des Estrangers,
viendroient enlever ce miserable, qui ne se pouvoit sauver, pour leur
servir de truchement. Mais les Anglois qui se douterent de la tromperie,
tirerent un coup de mousquet sur le Sauvage estropié, qui se leva en
sursaut, & gagna le terrain plus viste que le pas. Ce fut alors, que les
Sauvages en nombre incroyable, borderent toute la digue, & tirerent sur
les Anglois, une quantité prodigieuse de pierres, & de fléches, avec des
fondes, & des arcs; de quoy les Anglois se moquerent, & à leur tour,
firent une descharge de mousquets, & de canons, qui les escarterent en
un moment.

[Illustration: Poisson nommé par les Islandois NARWAL qui porte la
corne, ou dent, que l'on dit de Licorne._]

[Illustration: _Teste du poisson NARWAL, avec un tronçon de sa dent, ou
de sa corne, long de quatre pieds._]

[Illustration: _SAUVAGES GROENLENDOIS._]

[Illustration: _Sauvage peschant dans son bateau._]

[Illustration: _Petit bateau de Groenland._]

La Relation dit, que ces Sauvages sont traitres, & farouches; & que l'on
ne les peut apprivoiser, ny par caresses, ny par presens. Ils sont gras,
& dispos, de couleur olivastre. On tient qu'il y en a de Noirs parmy
eux, comme des Æthiopiens. Ils sont habillez de peaux de Chiens marins,
cousuës de nerfs. Leurs femmes sont eschevelées. Elles renversent leurs
cheveux derriere les oreilles, pour monstrer leur visages, qui sont
peints de bleu, & de jaune. Elles ne portent point de cotillons, comme
nos femmes, mais quantité de caleçons, faits de peaux de poissons,
qu'elles chaussent les uns sur les autres. Chaque caleçon a ses
pochettes, où elles fourrent leurs couteaux, leur fil, leurs aiguilles,
leurs petits miroirs, & autres bagatelles, que les Estrangers leur
portent, ou que la mer leur rejette, par les naufrages des estrangers
qui veulent aller chez eux. Les chemises des hommes, & des femmes, sont
faites d'intestins de poissons, cousus avec des nerfs fort deliez. Les
habits des uns, & des autres, sont larges; & ils les sanglent avec des
courroyes de peaux de poissons. Ils sont puants, salles, & vilains. Leur
langue leur sert de serviette, & de mouchoir; & ils n'ont nulle honte de
ce que les autres hommes ont honte. Ceux-là sont estimez riches parmy
eux, qui ont quantité d'arcs, de fondes, de bateaux, & de rames. Leur
arcs sont courts, & leurs fleches desliées, armées par le bout, d'os, ou
de cornes aiguisées. Ils sont adroits à tirer de l'arc, & de la fonde, &
à darder les poissons dans l'eau avec des javelots. Leurs petits Bateaux
sont couverts de peaux de chiens marins, & il ny peut entrer qu'un homme
seul. Leurs grands Bateaux sont faits de bois, attachez les uns aux
autres, avec des liens de bois, & couverts de peaux de balenes, cousuës
de gros nerfs. Ces bateaux portent vingt hommes pour le plus. Leurs
Voiles sont faites de mesme que leurs chemises, d'intestins de poissons,
cousus de plus petits nerfs. Et quoy qu'il n'y ait point de fer dans ces
bateaux, ils sont liez avec tant d'adresse, & de force, qu'ils
s'engagent librement dessus, en pleine mer, & ne se soucient point des
orages. Il n'y a point de Beste venimeuse dedans leur terre, que des
Aragnées. Ils ont des Cousins en grand nombre, qui piquent asprement, &
leur piqueure fait des esleveures difformes sur le visage. Ils n'ont
point d'eau douce, que celle qu'ils reservent des neges fonduës. Le
Chroniqueur tient, que le grand froid, qui serre les venes de la terre,
bouche le passage des Sources. Ils ont des Chiens extraordinairement
grands, qu'ils attellent à leurs Traineaux, & s'en servent comme on se
sert ailleurs de chevaux.

C'est la fin de cette Narration; & je ne sçay si le Chroniqueur Danois
l'a tirée de la Relation Angloise de Martin Forbeisser, ou s'il l'a
escrite sur le recit qu'il en a ouy faire; à l'exemple de ces anciens
Danois, qui composoient les Histoires de leur temps, sur des Vaudeville.

Revenons aux Roys de Danemarc. Christian IV. à present regnant, fils de
Frederic II. prit à coeur le Groenland, & se resolut de le trouver, quoy
que son pere, & son ayeul, l'eussent tenté inutilement. Pour reüssir
dans ce dessein, il fit venir d'Angleterre un Capitaine, & Pilote
expert, qui avoit la reputation de sçavoir tres-bien cette mer, & cette
route. Estant pourveu de ce pilote, il equippa trois bons navires, sous
la conduite de Gotske Lindenau, Gentilhomme Danois, leur Admiral; qui
partit du Sundt aux premieres chaleurs de l'année 1605. Les trois
vaisseaux voguerent ensemble quelque temps. Mais comme le Capitaine
Anglois eut atteint la hauteur qu'il cherchoit, il prit la route du
Sudouest, de peur des glaces, pour aborder le Groenland avec plus de
facilité, & moins de peril. Et le chemin qu'il prit avoit du rapport
avec l'ancienne route d'Islande, que je vous ay alleguée, en ce qu'elle
donne le mesme advis. L'Amiral Danois, croyant que le Capitaine Anglois
ne devoit pas prendre cette route du Sudouest, continua la sienne droit
vers le Nordest, & arriva seul de son costé, en Groenland. Il n'eut pas
plustost moüillé l'ancre, que quantité de Sauvages, qui l'avoient
descouvert du haut de la rive où ils estoient, sauterent dans leurs
petits bateaux, & le vindrent voir dans son vaisseau. Il les receut avec
grande joye, & leur presenta de bons vins à boire; mais les Sauvages les
trouverent amer, & firent laide grimace en les beuvant. Ils virent des
graisses de balene, qu'ils demanderent; & on leur en versa de grands
pots, qu'ils avalerent avec plaisir, & avidité. Ces barbares avoient
porté des peaux de renards, d'ours, de veaux marins, & un grand nombre
de cornes, que le Chroniqueur appelle precieuses, en pieces, bouts, &
tronçons, qu'ils troquerent avec des aiguilles, des couteaux, des
miroirs, des agraffes, & autres semblables vetilles, que les Danois
avoient estallées. Ils se moquoient de l'or, & de l'argent monoyé qui
leur estoit offert, & tesmoignoient une passion extréme pour des
ouvrages d'acier, car ils l'ayment sur toutes choses; & donnoient pour
en avoir, ce qu'ils avoient de plus cher, leurs arcs, & leurs fleches,
leurs bateaux, & leurs rames; & quand ils n'avoient rien plus à donner,
ils se despoüilloient, & bailloient leurs chemises. Gotske Lindenau
demeura 3. jours à cette rade, & la Chronique ne dit point qu'il y mit
pied à terre. Il n'osa pas, sans doute, hazarder une descente, ny
exposer le petit nombre de ses gens, à la multitude incomparablement
plus grande des Sauvages de cette contrée. Il leva l'ancre, & partit le
quatriéme jour; mais avant partir, il retint deux Sauvages dans son
vaisseau, qui firent tant d'efforts, pour se defaire des mains des
Danois, & s'eslancer dedans la mer, qui les falut lier pour les
arrester. Ceux qui estoient à terre, voyans garroter, & emmener les
leurs, jetterent des cris horribles, & un nombre espouventable de
pierres, & de fleches, contre les Danois; qui leur lacherent un coup de
canon, & les escarterent. L'Admiral retourna seul en Danemarc, comme il
estoit arrivé seul à l'endroit qu'il avoit abordé.

Le Capitaine Anglois, suivy de l'autre navire Danois, entra dans le
Groenland, comme dit le Chroniqueur, a l'extremité de la terre qui
respond au Couchant; & cette extremité ne peut estre que le cap Faruel.
Aussi est-il certain qu'il entra dans le golfe Davis, & costoya la terre
de l'Est de ce golphe. Il descouvrit quantité de bons ports, de beaux
pays, & de grandes plaines verdoyantes. Les Sauvages de cette contrée
troquerent avec luy, comme les Sauvages de l'autre avoient troqué avec
Gotske Lindenau. Ceux-cy tesmoignerent estre beaucoup plus deffians, &
timides, que les autres; car ils n'avoient pas plustost receu ce qu'ils
avoient troqué avec les Danois, qu'ils s'enfuyoient à leurs bateaux,
comme s'ils l'eussent derobé, & que l'on eust couru apres. Les Danois
eurent envie de mettre pied à terre à quelqu'un de ces Ports, &
s'armerent pour cela. Le pays leur parut assez beau, à l'endroit où ils
descendirent, mais sablonneux, & pierreux, comme celuy de Norvegue. Ils
jugerent par les fumées de la terre, qu'il y avoit des mines de souffre,
& trouverent grand nombre de pierres de mine d'argent, qu'ils porterent
en Danemarc, où l'on tira de cent pesant de pierre, vingt-six onces
d'argent. Ce Capitaine Anglois, qui trouva tant de beaux Ports tout le
long de cette coste, leur donna des noms Danois, & en fit une carte,
avant partir de là. Il fit prendre aussi quatre Sauvages des mieux faits
que les Danois purent attrapper; & l'un de ces quatre devint si enragé
de se voir pris, que les Danois ne le pouvant trainer, l'assommerent à
coups de crosses de mousquets; ce qui intimida les autres trois, qui
suivirent volontairement. Il se forma en mesme temps un corps de
Sauvages, pour venger la mort de l'un, & recourre les autres. Ils
couperent chemin aux Danois, entre la mer, & eux, pour livrer combat sur
le port, & les empescher de s'embarquer: mais les Danois firent une
descharge de mousquets, & leurs navires, de canons; si à propos, que les
Sauvages estonnez du bruit, & du feu, s'enfuyrent çà, & là, & laisserent
le passage libre aux Danois; qui remonterent sur leurs vaisseaux,
leverent les ancres, & retournerent en Danemarc, avec les trois
Sauvages, qu'ils presenterent au Roy leur maistre, qui les trouva
beaucoup mieux faits, & plus polis, que les deux que Gotske Lindenau
avoit amenez; differents d'habits, de langage, & de moeurs.

Le Roy de Danemarc satisfait de ce premier voyage, se resolut pour le
second; & renvoya l'année d'apres 1606. le mesme Gotske Lindenau, avec
cinq bons vaisseaux, en Groenland. Cét Admiral partit du Sunt le 8. jour
du mois de May, & mena avec luy les trois Sauvages que le Capitaine
Anglois avoit pris dans le golfe Davis, pour luy servir d'adresse, & de
truchement. Ces pauvres innocens témoignerent une joye nompareille de
leur retour en leur pays. Un d'eux mourut de maladie en pleine mer, &
fut jetté hors le bord. Gotske Lindenau tint la route de l'Amerique, que
le Capitaine Anglois avoit tenuë, qui est celle du Sudouest, & du golfe
Davis, par le cap Faruel. Un de ces cinq navires s'esgara par les
broüillards, & les quatre arriverent en Groenland, le 3. d'Aoust. A la
premiere rade où les Danois moüillerent l'ancre, les Sauvages se
monstrerent en grand nombre sur le rivage, mais ne voulurent point
trafiquer; & comme ils tesmoignerent de se défier des Danois, les Danois
ne se voulurent point fier à eux. Ce qui les obligea de changer de
poste, & de monter plus haut, où ils trouverent un port plus beau que le
premier, mais des Sauvages d'aussi mauvaise humeur que les premiers; car
ils regardoient les Danois avec défiance, & intention de les combattre,
en cas qu'ils voulussent mettre pied à terre. Les Danois qui ne
voulurent non plus se fier à ceux-cy, qu'aux autres, n'y hazarder une
descente, allerent plus avant; & comme ils costoyoient la terre, & que
les Sauvages les costoyoient aussi avec leurs petits bateaux; les Danois
surprirent à diverses fois, & menerent à leurs bords, six de ces
Sauvages, avec leurs bateaux, & les petits equipages qui estoient
dedans. Il advint que les Danois ayans moüillé l'ancre à une troisiéme
rade, un valet de Gotske Lindenau, soldat hardy, & entreprenant, pria
instamment son maistre de luy permettre de descendre seul, pour
reconnoistre ces Sauvages. Il luy dit, qu'il tascheroit, ou de les
apprivoiser par les marchandises qu'il leur porteroit, ou de se sauver,
en cas qu'ils eussent quelque mauvais dessein contre luy. Le maistre se
laissa vaincre par l'importunité de son valet. Mais le valet n'eut pas
mis pied à terre, qu'il fut tout d'un temps, saisi, tué, & mis en pieces
par les Sauvages; qui se retirerent du port apres cette action, & se
mirent à couvert du canon des Danois. Les couteaux & les espées de ces
Sauvages, sont faites de cornes, ou de dents, de ces poissons que l'on
appelle Unicornes, esmouluës, & aiguisées, avec des pierres; & ne
tranchent pas moins que si elles estoient de fer, & d'acier. Gotske
Lindenau voyant qu'il n'y avoit rien à faire pour luy en ce pays-là,
tourna voile en Danemarc; & un de ses prisonniers Groenlandois, eut un
si grand regret de quitter son pays, qu'il se jetta de desespoir dedans
la mer, & se noya. Les Danois trouverent en revenant le cinquiéme navire
qui s'estoit esgaré en allant; mais ils ne furent que cinq jours
ensemble, car une tempeste qui se leva les escarta tous cinq, & ils ne
purent se rejoindre qu'un mois apres que l'orage finit. Ils arriverent à
Coppenhague, apres beaucoup de peine, & de peril, le 5. jour d'Octobre
suivant.

Le Roy de Danemarc entreprit le troisiéme & dernier voyage qu'il a fait
faire en Groenland, avec deux grands Vaisseaux, sous le commandement
d'un Capitaine du pays de Holstain, nommé _Karsten Richkardtsen_, à qui
il donna des matelots de Norvegue, & d'Islande, pour luy servir de
guide, & de conduite. La Chronique dit, que ce Capitaine partit du
Sundt, le 13. du mois de May, sans marquer l'année, que je n'ay peu
jamais sçavoir. Le huitiéme jour du mois de Juin suivant, il descouvrit
les sommets des montagnes de Groenland; mais il ne pût aborder la terre,
à causes des glaces qui y estoient attachées, & qui s'estendoient bien
avant dans la mer. Il y avoit dessus ces glaces, d'autres glaces si haut
amoncelées, qu'elles sembloient de grands rochers. Et le Chroniqueur
remarque en cét endroit, qu'il y a des années que les glaces de
Groenland ne se fondent point en Esté. Le Capitaine Holstainois fut
contraint de revenir sans rien faire; & ce qui l'obligea encore plus à
cela fut, que son second navire s'estoit escarté du sien, dans une
tempeste qui les avoit separées; & qu'il estoit seul lors qu'il aborda
les glaces. Le Roy de Danemarc receut ses excuses, & l'impossibilité
qu'il allegua.

Vous me demanderez, que sont devenus les quatre premiers Sauvages, & les
cinq derniers, qui estoient restez des deux premiers voyages. Je vous en
feray icy une petite Histoire; & vous diray, Monsieur, que le Roy de
Danemarc establit des Personnes, qui eurent un soin particulier de les
nourrir, & de les garder; de telle sorte neantmoins, qu'ils avoient la
liberté d'aller par tout où ils vouloient. On les nourrissoit de laict,
de beurre, & de fromage; de chairs cruës, & de poissons cruds; de la
mesme façon qu'ils vivoient en leur pays; parce qu'ils ne se pouvoient
accoustumer à nostre pain, & à nos viandes cuittes; moins encore au vin,
& qu'ils ne beuvoient quoy que ce soit de si bon coeur, que de grands
traits d'huyle, ou de graisse de Balene. Ils tournoient souvent la teste
vers le Nord, & souspiroient avec tant d'amour pour leur patrie, que
leur garde estant relaschée, ceux qui se peurent saisir de leurs petits
bateaux, & de leurs rames, se mirent en mer pour en hazarder le traiect.
Mais un orage qui les surprit, à dix, ou douze lieuës du Sundt, les
rejetta sur les costes du Schone, où des Païsans les prirent, & les
ramenerent à Coppenhague. Ce qui obligea leurs gardes de les observer
avec plus de soin, & de leur donner moins de liberté. Mais ils
devenoient malades, & mouroient de langueur.

Il en restoit cinq de vivans, & de sains, lors qu'un Ambassadeur
d'Espagne arriva en Danemarc. Le Roy de Danemarc, pour le divertir, luy
fit voir ces Sauvages, & luy donna le passe-temps de l'exercice de leurs
petits bateaux dessus la mer. Pour bien comprendre la forme, ou la
façon, de ces bateaux; representez-vous, Monsieur, comme une Navette de
Tisseran, de dix ou douze pieds de long; faite de bastons de balene,
larges, & espais, d'un doigt ou environ; couverts dessus & dessous,
comme les bastons d'un Parasol, de peaux de chiens, ou de veaux marins,
cousuës de nerfs. Que cette machine est ouverte en rond par le milieu,
de la largeur d'un homme à l'endroit des flancs, & qu'elle s'estressit
en pointe par les deux bouts, à proportion de ce qu'elle est grosse par
le milieu. Que la force, & l'adresse, de sa structure, consiste aux deux
bouts, où ces bastons de balene sont joints, & liez ensemble; à
l'ouverture, qui est le cercle de dessus, à la circonference duquel tous
les bastons de dessus se vont rendre; & au demy-cercle de dessous, qui
est attaché au cercle de dessus, comme une anse renversée à son panier.
Figurez-vous que par ce demy-cercle, passent, ou aboutissent, les
bastons de dessous, & ceux des costez; Et que le tout est si bien lié,
si bien cousu, & si bien tendu; qu'il est capable par sa legereté, &
l'adresse dont il est composé, de soustenir les efforts d'un orage en
pleine mer. Les Sauvages s'assoient au fond de ces bateaux, par
l'ouverture de dessus, les pieds tendus vers l'un, ou l'autre, des deux
bouts; bouchent cette ouverture avec le bas de leurs camisoles, faites
de peaux de chiens, ou de veaux marins, qu'ils sanglent par dessus; se
serrent les poignets des manches; s'embeguinent, & se brident avec des
coëffes, attachées au bout de leurs camisoles; de telle sorte qu'encore
que l'Orage les renverse, & les culbute dedans la mer (comme il arrive
assez souvent) l'eau ne sçauroit entrer par aucun endroit, ny de leurs
bateaux, ny de leurs habits. Ils remontent tousjours sur l'eau, & se
sauvent d'une tempeste, beaucoup mieux que s'ils estoient dedans un
grand navire. Ils ne se servent que d'une petite Rame, de cinq à six
pieds de long, platte & large par les deux bouts, d'un demy-pied, ou
environ: Ils l'empoignent avec les deux mains, par le milieu, qui est
rond. Elle leur sert de contrepoids, pour les tenir en equilibre; & de
double rame, pour nager des deux costez. Ce n'est pas sans raison que
j'ay comparé ces Bateaux à des Navettes, car les Navettes, qui partent
de la main des Tisserans les plus adroits, ne coulent pas plus viste sur
le mestier, que ces bateaux, maniez avec ces rames, par l'adresse de ces
Sauvages, coulent dessus l'eau. L'Ambassadeur d'Espagne fut ravy de voir
faire cét exercice aux cinq Sauvages du Roy de Danemarc. Ils se
croisoient, & s'entrelassoient avec tant de vitesse, que la veuë en
estoit troublée; & tant d'adresse, que pas un d'eux ne se touchoit. Le
Roy voulut esprouver la vistesse d'un de ces petits Bateaux, contre une
Chalouppe, equipée de seize bons rameurs; mais la chaloupe eut de la
peine à suivre le bateau. L'Ambassadeur envoya une somme d'argent à
chaque Sauvage en particulier, & chacun d'eux employa son argent à se
faire habiller à la Danoise. Il y en eut qui mirent de grandes plumes à
leurs chapeaux, se botterent, & esperonnerent, & firent dire au Roy de
Danemarc, qu'ils le vouloient servir à cheval.

Cette belle humeur ne leur dura pas long-temps, car ils retomberent dans
leur melancholie ordinaire; & comme ils ne songeoient qu'aux moyens de
retourner en Groenland, deux de ceux qui s'estoient mis en mer, & que
l'orage avoit rejettez en Schone; que l'on soubçonnoit moins que les
autres, en ce que l'on ne croyoit pas qu'ils se deussent exposer une
seconde fois au peril qu'ils avoient couru, se saisirent de leurs
bateaux, & regagnerent le Nord. On courut apres, & ils furent joints
prés de l'emboucheure de la mer; mais on n'en peut attrapper qu'un, &
l'autre se sauva, c'est à dire se perdit; car il n'y a pas d'apparence,
qu'il soit jamais arrivé en Groenland. On avoit remarqué de ce Sauvage,
qu'il pleuroit, toutes les fois qu'il voyoit un enfant, au col de sa
mere, ou de sa nourrisse. On jugeoit par là, qu'il estoit marié, & qu'il
regrettoit sa sa femme, & ses enfans. Ceux qui estoient retenus à
Coppenhague, furent resserrez plus estroittement que de coustume; ce qui
ne fit qu'accroistre le desir qu'ils avoient de revoir leur patrie, & le
desespoir d'y retourner jamais.

Ils moururent presque tous de ce regret, & il ne resta que deux de ces
malheureux Groenlandois, qui vescurent dix, ou douze ans, en Danemarc,
apres la mort de leurs compagnons. Les Danois firent ce qu'ils peurent
pour leur persuader de vivre, & leur donnerent à entendre, qu'ils
seroient traittez parmy eux, comme leurs amis, & leurs compatriotes; ce
qu'ils tesmoignerent gouster en quelque façon. On tascha de les faire
Chrestiens, mais ils ne peurent jamais apprendre la langue Danoise; & la
Foy estant de l'oüye, il fut impossible de leur faire comprendre nos
mysteres. Ceux qui prenoient garde de plus pres à leurs actions, leur
voyoient souvent lever les yeux au ciel, & adorer le Soleil levant. L'un
d'eux mourut de maladie à Kolding, en Jutland, pour avoir pesché des
perles en Hyver. Vous noterez, Monsieur, que les Moules de Danemarc sont
pleines de semences de perles imparfaites, & que ceux qui en mangent, ne
trouvent presque autre chose que de cette sorte de gravier dessous les
dents. On pesche de ces moules en abondance dans la riviere de Kolding.
Il y en a qui ont des perles fines, quantité de petites, & quelques-unes
d'assez grosses, & rondes. Ce Groenlandois avoit fait connoistre que
l'on peschoit des perles en son pays, & qu'il estoit expert en cette
pesche. Le Gouverneur de Kolding le mena avec luy dans son gouvernement,
& luy donna de quoy s'exercer dans la riviere qui porte des perles. Le
Sauvage y reüssit à merveilles, car il alloit sous l'eau comme un
poisson, & n'en revenoit point sans moules qui eussent des perles fines.
Ce gouverneur se persuada, que si cela continuoit, il mesureroit
bien-tost les perles au boisseau. Mais son avidité luy fit perdre son
esperance, parce que l'Hyver le surprit, & que ne se voulant pas donner
la patience d'atendre que l'Esté fust revenu, pour continuer sa pesche,
il envoyoit ce pauvre Sauvage à l'eau, comme un barbet, & le fit plonger
si souvent dans les glaçons, qu'il en mourut. Son camarade ne se peut
consoler de cette perte. Il trouva moyen, aux premiers beaux jours du
Printemps, d'avoir par adresse un de ses petits bateaux, se mit
secretement dedans, & passa le Sundt, avant que l'on se fust apperçeu de
sa fuitte. Il fut suivy en diligence; mais comme il avoit le devant, on
ne le peut atteindre qu'à 30. ou 40. lieuës dedans la mer. On luy fit
entendre par signes, qu'il n'auroit jamais sçeu trouver le Groenland, &
qu'infailliblement il auroit esté englouty des vagues. Il respondit par
signes, qu'il auroit suivy la coste de Norvegue, jusques à une certaine
hauteur, d'où il auroit pris la traverse; & se seroit conduit par les
Estoilles dans son païs. Estant de retour à Coppenhague, il tomba en
langueur, & mourut.

Voila quelle a esté la fin de tous ces malheureux Groenlandois. Ils
estoient, comme je vous ay despeint les Lappes, de petite taille, &
larges de quarreure; _forti pectore, & armis_; bazanez, camus, & comme
tels, ils avoient les levres grosses, & relevées. Les despoüilles de
leurs bateaux, de leurs rames, de leurs arcs, de leurs fleches, de leurs
fondes, & de leurs habits, sont demeurées en Danemarc. Nous avons veu à
Coppenhague deux de ces Bateaux, avec leurs rames; l'un chez M. Vormius,
& l'autre chez l'hoste de Monsieur l'Ambassadeur. Leurs habits faits de
peaux de chiens, & de veaux marins, leurs chemises d'intestins de
poissons, & une de leurs camisoles, faite de peaux d'oyseaux, avec leurs
plumes de diverses couleurs, sont penduës par rareté dans le Cabinet de
M. Vormius, avec leurs arcs, & leurs fleches, leurs fondes, leurs
couteaux, leurs espées, & les javelots, dont ils se servent à la pesche,
armez de mesme que leurs fleches, de cornes, ou de dents, aiguisées.
Nous y avons veu un Kalandrier Groenlandois, composé de 25. ou 30.
petits fuseaux, attachez à une courroye de peau de mouton, qui n'est à
l'usage de qui que ce soit, que des originaires Groenlandois.

Le Roy de Danemarc fut rebuté du Groenland, & n'y envoya plus. Mais des
Marchands de Coppenhague entreprirent cette navigation, & formerent une
Compagnie, qui subsiste encore sous le nom de _Compagnie du Groenland_,
dans laquelle ils engagerent des personnes de condition. Cette Compagnie
y envoya deux navires, en l'année 1636. Ces navires allerent dans le
golfe Davis, & à cette partie du Groenland nouveau, qui est sur la coste
de ce golfe. Ils n'eurent pas moüillé l'ancre, que huit Sauvages
allerent à eux, avec leurs petits bateaux. Ils estoient sur le tillac,
où les Danois d'un costé, avoient deployé leurs couteaux, leurs miroirs,
leurs aiguilles, &c. & les Sauvages de l'autre, leurs peaux de renards,
de chiens, & de veaux marins, & quantité de cornes, que l'on appelle de
Licornes; lors que, sans autre dessein, un coup de canon fut tiré du
vaisseau, pour quelque santé qui se beuvoit. Les Sauvages espouvantez du
bruit, & de la secousse, coururent aux bords du navire, qui d'un costé,
qui de l'autre, & s'eslancerent dedans la mer; d'où ils ne leverent la
teste, qu'à deux, ou trois cents pas du vaisseau. Les Danois surpris de
la nouveauté de ce fait, firent signe à ces Sauvages, qu'ils revinsent,
& les asseurerent qu'il ne leur seroit fait aucun mal; ce que les
Sauvages creurent. Ils revindrent au navire, apres qu'ils furent revenus
de la peur, qu'ils ne virent plus de fumée, & que l'air se fut remis
dans sa premiere tranquillité. Leur façon de trafiquer est telle. Ils
choisissent ce qui est de leur fantaisie dans les marchandises
estrangeres, & en font un blot; Ils font un autre blot, des marchandises
qu'ils veulent donner, pour celles qu'ils ont choisies; & les uns, & les
autres, adjoustent à ces blots, ou en ostent, jusques à ce qu'ils soient
d'accord. Sur le temps que les Danois trafiquoient avec ces Sauvages,
ils virent de leur navire, un de ces Poissons qui portent des cornes,
que l'on dit de Licornes, couché sur l'herbe du rivage, ou le retour de
la marée l'avoit laissé à sec. On tient que c'est la coustume des Veaux
marins de se retirer sur l'herbe, & que ces poissons, qui sont comme de
grands Boeufs marins, ont cette coustume aussi. Les Sauvages se
jetterent en foule dessus ce poisson, le tuërent, & mirent en pieces sa
corne, ou sa dent, qu'ils vendirent sur l'heure mesme aux Danois. Ce
poisson, qui est hors de defense sur la terre, est extrémement farouche
dedans la mer. Il est à la Balene, ce que le Rinoceros est à l'Elephant.
Il se bat contre elle, & la perce avec sa dent, qui luy sert de lance.
On dit qu'il en a heurté des navires avec tant de force, qu'ils se sont
ouverts, & ont coulé à fonds.

Mais un commerce de bagatelles, n'estoit pas le principal sujet qui
avoit obligé les Danois à ce voyage. Le Pilote qui les conduisoit avoit
reconnu une Rive sur cette coste, dont le sable estoit de la couleur, &
de la pesanteur de l'or. Il courut en diligence à cette rive, & ayant
remply son vaisseau, de ce sable, dit à ces compagnons, qu'ils estoient
tous riches, & fit voile en Danemarc. Monsieur le grand Maistre de ce
Royaume, qui est le chef de cette Compagnie, & qui l'avoit
principalement formée, pour reconnoistre ce Pays, y faire descente, & le
visiter à loisir, fut estonné d'un retour si soudain; & le Pilote
eschauffé, luy vint dire, qu'il avoit une Montagne d'or dans son
vaisseau. Mais il avoit à faire à un homme qui n'est pas de legere
croyance. Il se fit apporter de ce Sable, & l'ayant fait examiner par
les Orfevres de Coppenhague, ces Orfevres n'en sçeurent tirer pas un
petit grain d'or. Monsieur le grand Maistre, outré de ce que ce pauvre
Pilote s'estoit laissé dupper; pour faire voir qu'il n'y avoit nulle
part, luy commanda d'aller en diligence au Sundt, où estoit son
vaisseau, d'en lever l'ancre, & de se mettre en pleine mer Baltique,
pour y ensevelir son or, & sa folie, & qu'il ne fut jamais parlé de
l'un, ny de l'autre. Le Pilote fut contraint d'obeyr; & soit, qu'il
creust avoir jetté tout son bien dedans la mer, ou qu'il se veid descheu
de cette haute esperance de richesse, qu'il avoit conçeuë, il est
certain qu'il mourut bien-tost apres, de l'un, ou de l'autre desplaisir.
Monsieur le grand Maistre n'est pas à se repentir du commandement si
prompt qu'il fit à ce Pilote; car il m'a dit que l'on a trouvé depuis
dans les minieres de Norvegue, du sable pareil à celuy de Groenland,
dont je viens de vous parler; & qu'un Orfevre intelligent dans les
mineraux, & les minieres, qui leur est arrivé depuis ce temps-là à
Coppenhague, en a tiré de tres-bon or, & en quantité, à proportion du
sable. Il fut porté à cette precipitation par l'ignorance des autres
Orfevres, qui n'auroient non plus sçeu tirer de l'or, de la matiere
mesme d'où il se tire dans le Perou, que de ce sable. C'est le dernier
voyage qui a esté fait au Groenland nouveau; & c'est de ce voyage que
fut apporté ce grand bout de corne, que le Medecin du grand Duc de
Moscovie dit estre une dent de poisson. L'hoste de Monsieur
l'Ambassadeur à Coppenhague, qui est de cette Compagnie, nous a fait
voir cette piece, qu'il estime six mille risdalles. Les Danois avant que
de partir du Groenland, avoient retenu, & attaché, deux Sauvages dans
leur vaisseau, pour les mener en Danemarc. Ils les deslierent en pleine
mer; & ces enragez amoureux de leur patrie, se voyans libres, se
jetterent dedans la mer, pour retourner à la nage en leur pays. Il y a
de l'apparence qu'ils se sont noyez en chemin, car ils en estoient trop
esloignez.

Je vous ay escrit jusques-icy, tout ce que j'ay peu apprendre, de l'un &
de l'autre Groenland, du vieux, & du nouveau. Du vieux, que les
Norvegues ont habité; du nouveau, que les Norvegues, les Danois, & les
Anglois, ont descouvert en recherchant le vieux. Les passages du trajet
d'Islande au vieux Groenland, ont esté vray-semblablement bouchez, par
la cheute des glaces que les rudes hyvers, & les vents impetueux du
Nordest, ont chassées de la mer glaciale, & amoncelées dans cette
manche. Si bien que les matelots, qui n'ont peu tenir cette ancienne
route, ont esté contraints de suivre celle qui les a menez au cap
Faruel, & au golfe Davis; dont la rive qui respond au Levant, est ce que
l'on appelle, _Nouveau Groenland_. Or il est croyable que les anciens
passages d'Islande en Groenland ont esté bouchez, par l'experience qui
nous fait voir que la route en a esté perduë. Et la Chronique Islandoise
que je vous ay rapportée cy-dessus, nous en donne une prevue plus
certaine, au chapitre de cette navigation, où il est escrit; Que l'on
trouve à moitié chemin d'Islande en Groenland, _Gondebiurne Skeer_, qui
sont de petites Isles de rochers, semées dans cette mer, & habitées par
des Ours, où les glaces se sont vray-semblablement arrestées, & si fort
attachées, que le Soleil ne les ayant peu fondre, elles s'y sont, par
succession de temps, comme petrifiées; de sorte que ce chemin ayant esté
fermé, la communication que l'on avoit avec le vieux Groenland, a esté
fermée aussi; d'où vient que l'on n'en a peu sçavoir depuis nouvelles
quelconques, ny que sont devenus les pauvres Norvegues qui l'ont habité.
Il y a de l'apparence que la mesme Peste noire, qui ravagea les peuples
du Nord, environ l'an 1348. & qui leur fut portée infailliblement, de
Norvegue, les a devorez comme les autres. Je croyrois volontiers que
Gotske Lindenau, qui tint, comme je vous ay dit, la route du Nordest,
dans son premier voyage, avoit rencontré le vieux Groenland, ou s'en
estoit approché; & me persuaderois de mesme, que les deux Sauvages qu'il
amena de cét endroit, estoient peut-estre descendus de ces anciens
Norvegues dont nous recherchons les restes. Mais quantité de personnes
qui les ont veus, & pratiquez, à Coppenhague, m'ont asseuré, que
ceux-cy, non plus que les autres qui furent menez du golfe Davis, quoy
que differens entre-eux, de langage, & de moeurs, n'avoient pourtant
rien de commun pour ce méme langage, ny pour ces mémes moeurs, avec le
Danemarc, & la Norvegue; & que le langage de ces Sauvages estoit si
different de celuy de ce monde, que les Danois, & les Norvegues, n'y
pouvoient rien comprendre. La Chronique Danoise remarque notamment, que
les trois Sauvages que le pilote Anglois amena du golfe Davis, parloient
si viste, & bredoüilloient si fort, qu'ils ne prononçoient quoy que ce
fust distinctement, excepté ces deux mots, _Oxa indecha_, dont on n'a
jamais sçeu la signification. Il est certain que ce que nous appellons
le vieux Groenland, n'a esté qu'une petite partie de toute cette grande
Terre septentrionale, que je vous ay descrite; que ç'a esté la rive la
plus proche du traiect de l'Islande, & que les Norvegues qui l'ont
habitée, ne se sont pas engagez dedans la terre; non plus que ceux qui
ont descouvert le nouveau Groenland, qui n'en ont effleuré que les
ports, & les rivages; & comme vous l'avez peu remarquer, ne se sont
presque pas hazardez d'y mettre pied à terre. Monsieur le grand Maistre
de Danemarc m'a dit, que les Danois du dernier voyage du Groenland, qui
fut fait en 1636. s'estans informez par signes, des Groenlandois avec
lesquels ils trafiquerent, s'il y avoit des hommes faits comme eux, au
delà des montagnes qu'ils voyoient dedans la terre, à dix ou douze
lieuës de la mer; ces Sauvages leur avoient respondu par signes, &
demonstrations, qu'il y avoit plus d'hommes au delà de ces montagnes,
qu'il n'y avoit de cheveux dessus leurs testes; que c'estoient de grands
hommes, qui avoient de grands arcs, & de grandes fleches, & qu'ils
tuoient tous ceux qui s'en approchoient. Or ces hommes, non plus que la
terre, qu'ils habitent, n'ont jamais esté connus de qui que ce soit,
dont l'Histoire soit venuë à nostre connoissance; & tout le Groenland
est, comme je vous ay desja dit, sans comparaison plus grand, que ce que
les Norvegues, les Danois, & les Anglois, en ont descouvert.

                   *       *       *       *       *

Je me suis engagé à l'entrée de ce discours, de vous faire voir deux
choses. La premiere, qu'il n'est pas constant que le Groenland soit
continent avec l'Asie, du costé de la Tartarie. La seconde, qu'il soit
continent avec l'Amerique. Pour le premier, je vous diray que l'on n'a
sçeu encore percer les glaces de la Nova Zembla, pour sçavoir s'il y a
un passage par là, dans la mer du Levant; & qu'il a esté inutilement
tenté jusques-icy, par les matelots les plus determinez dont nous ayons
ouy parler. Cette navigation qui a rebuté les meilleurs pilotes du Nord,
a limité leurs courses au Spitsberg, que les Danois content entre les
terres du Groenland; ou se fait la grande pesche des Balenes, & où nos
Basques, & les Hollandois, font des voyages tous les ans. Il importe que
je vous die en cét endroit, ce que Monsieur le grand Maistre de Danemarc
m'a appris de cette Terre, & de cette Mer. Il ne s'est pas contenté de
me le dire de vive voix, il m'a fait la grace de me l'escrire; &
j'espere de vous faire voir quelque jour sa lettre, que je conserve
comme une marque glorieuse de sa faveur, & de sa generosité. Mais,
qu'ay-je dit de vous faire voir quelque jour sa lettre? J'espere que
vous verrez bien-tost SON EXCELLENCE, mesme; car nous venons d'apprendre
qu'il est party de Coppenhague pour aller en France, Ambassadeur
Extraordinaire du Roy de Danemarc son maistre. Qu'il en est party, luy,
& MADAME LA COMTESSE ELEONOR sa femme, fille du Roy de Danemarc, dont le
merite respond à la naissance, & qui a eu le partage des Vertus Royales.
C'est ce Heros, de qui j'escrivis les rares qualitez à nostre cher amy
M. Bourdelot, lors que je luy manday ce qui se passa au pont de
Brensbro, où se fit l'entreueuë celebre des Plenipotentiaires de Suede,
& de Danemarc, pour la paix de ces deux Royaumes, que nostre ILLUSTRE
AMBASSADEUR a si glorieusement achevée. Ce fut là que se virent les deux
premiers hommes du Nord, le grand Maistre de Danemarc, dont je vous
parle, & le grand Chancelier de Suede. Ils se regarderent l'un l'autre
avec fierté, & veneration. Et ç'a esté un ouvrage digne de nostre
Ambassadeur, veritablement Extraordinaire, qui a fait la paix de ces
deux peuples, d'avoir fait l'amitié de ces deux grands Hommes. Je vous
parleray une autre fois du grand Chancelier de Suede, & ce n'est pas mon
dessein de faire icy le Panegyrique du grand Maistre de Danemarc. Je me
contenteray de vous dire, que quand vous aurez veu ce grand Ministre,
vous jugerez, & de son coeur, qui est si noble; & de son esprit, qui est
si relevé; & de sa mine, qui est si haute; qu'il est non seulement
capable de soustenir des Couronnes par ses Conseils, mais qu'il a une
Teste à porter celle d'un Empire. Adjoustez à toutes ces Vertus
heroïques, qu'il est Philosophe accomply; qu'il n'ayme, ny la vanité, ny
la pompe; qu'il n'a que des sentimens tres-genereux, & que les douceurs
de sa conversation sont incomparables. Son Excellence avoit à son
service un Gentilhomme Espagnol, nommé Leonin, Naturaliste sçavant, &
curieux, qu'il envoya en Spitsberg, pour luy dire à son retour ce qu'il
en auroit veu, & connu. Voicy brievement le rapport qu'il luy en fit. Ce
pays est au 78. degré d'elevation, & veritablement nommé _Spitsberg_, à
cause des montagnes aiguës, qui sont comme semées, ou plantées, dessus.
Ces montagnes sont composées, de graviers, & de certaines petites
pierres plattes, semblables à des petites pierres d'ardoise grise,
entassées les unes sur les autres. Elles se forment de ces petites
pierres, & de ce gravier, que les vents amoncellent, où que les vapeurs
eslevent. Elles croissent à veuë d'oeil, & les matelots en descouvrent
tous les ans de nouvelles. Leonin s'estant engagé assez avant dedans la
Terre, ne trouva que de cette sorte de montagnes aiguës, dont le pays
est tout couvert, & ne rencontra chose quelconque sur son chemin, que
des Renes qui paissoient. Il fut neantmoins estonné de voir tout au haut
d'une de ces montagnes, & à une lieuë de la mer, un petit mast de
navire, qui avoit une poulie attachée à un de ses bouts; & ayant demandé
aux matelots qu'il avoit menez, qui avoit porté là ce mast; ils luy
respondirent, qu'ils ne sçavoient, & qu'ils l'avoient tousjours veu là.
Il est croyable que la mer avoit passé autrefois prés de cette montagne,
& que c'estoit un reste de quelque vieux naufrage. On y trouve des
prairies, mais l'herbe y est si courte, qu'à peine la peut-on
appercevoir hors de la terre, ou hors des pierres; car à proprement
parler, cette terre n'a point de terre, mais des petites pierres; entre
lesquelles, & cette petite herbe, croist une sorte de mousse, semblable
à celle qui croist sur les arbres de nos climats, dont les Renes de ce
pays-là se nourrissent, & deviennent si grasses, que Monsieur le grand
Maistre s'en est fait apporter, qui avoient quatre doigts de lard. Ce
pays est inhabité, & inhabitable, à cause du froid. Car encore que le
Soleil ne s'y couche point durant quatre mois, & que durant six
semaines, il ne s'abbaisse que jusques à trois aulnes de l'Horison;
suivant la façon de parler Danoise, conforme à la mesure du ciel de
Virgile. C'est à dire. Encore qu'à la minuit (s'il faut ainsi parler) de
ce païs-là; le Soleil durant six semaines, ne s'approche, comme en se
couchant, que d'environ neuf à unze degrez & demy, de l'Horison. Si
est-ce que le froid y est plus aigu, plus le Soleil est clair, &
estincellant. La raison est, que l'air y est alors plus subtil, & par
consequent plus froid. On ne peut durer sur tout, prés de ces montagnes
qui n'ont nulle solidité, parce qu'il en sort une vapeur si froide, que
l'on est gelé pour peu que l'on y demeure. Et pour se garentir de cette
rigueur, il vaut encore mieux se mettre en lieu que le Soleil voye de
tous costez. Il y a quantité d'Ours dans cette contrée, mais ils sont
tous blancs, & beaucoup plus aquatiques, que terrestres. On en trouve en
pleine mer de nageants, & grimpants sur de grandes pieces de glace.
Monsieur le grand Maistre en a fait venir de vivans, & les a nourris à
Coppenhague. Quand il vouloit donner du divertissement à ses amis, il
s'alloit promener sur la mer, & faisoit sauter ces Ours dans quelque
endroit sablonneux, assez profond, mais assez clair, pour estre veus au
travers de l'eau. Il m'a dit que c'estoit un plaisir singulier de voir
joüer ces animaux au fonds de la mer, durant l'espace de deux, ou trois
heures; & qu'ils y auroient demeuré des jours entiers, sans incommodité,
si on ne les eust retirez par les cordes, & les chaines, où ils estoient
attachez. La mer de Spitsberg, porte quantité de Balenes. On en prend de
deux cents pieds de long, & de grosseur proportionnée à la longueur. Les
mediocres sont de cent trente, & de 160. pieds. Elles n'ont point de
dents. Et quand on ouvre ces vastes corps, on n'y trouve qu'environ dix,
ou douze poignées de petites aragnées noires, qui naissent de l'air
corrompu de cette mer; & quelque peu d'herbe verte, rejettée du fonds de
l'eau. Il y a de l'apparence que ces Balenes ne vivent, ny de cette
herbe, ny de ces aragnées, mais de l'eau de la mer, qui produit l'herbe,
& les aragnées. Cette mer est quelquesfois si couverte de cette sorte
d'insectes, qu'elle en est toute noire; & c'est un signe infaillible
pour les pécheurs, que la pesche sera bonne; car les Balenes suivent
l'eau qui engendre cette peste. On prend alors de si grandes Balenes, &
en si grand nombre, que les matelots ne sçauroient emporter toutes les
graisses qu'ils ont fait fondre, & sont contraints d'en laisser à terre,
qu'ils reviennent charger l'année d'apres. Vous noterez, Monsieur, que
rien ne se pourrit, & ne se corrompt, dans cette terre. Les morts qui y
sont ensevelis depuis trente ans, sont encore aussi beaux, & aussi
entiers, qu'ils estoient lors qu'ils rendoient l'esprit. On y a basty de
long-temps quelques huttes, pour cuire les graisses de Balenes; mais
elles sont tousjours de mesme qu'elles estoient, du commencement
qu'elles furent basties; & le bois de quoy elles sont faites, est aussi
sain, qu'il estoit le jour mesme qu'il fut coupé de l'arbre. A dire le
vray de ces païs Septentrionaux, les morts s'y portent bien, mais les
vivans y deviennent malades. Tesmoin le pauvre Leonin, qui revint de ce
voyage perclus de froid, & en mourut quelque temps apres. Les Oiseaux
que cette contrée produit, sont tous oiseaux de mer, & il n'y en a pas
un qui vive sur la terre. Il y a quantité de canards, & beaucoup
d'autres especes de volatiles, qui nous sont inconnuës. Monsieur le
grand Maistre de Danemarc, n'ayant peu avoir de ces oiseaux vivans, en a
fait apporter de morts à Coppenhague. Ils ressemblent du bec, & des
plumes, à des perroquets; & des pieds à des canards. Ceux qui prennent
de ces oiseaux, asseurent qu'ils ont un chant tres-doux, & tres
agreable; & que quand ils chantent tous ensemble, il se forme de leur
ramage un concert melodieux dessus la mer.

Les matelots qui vont en Spitsberg, pour la pesche des Balenes, y
arrivent au mois de Juillet, & en partent vers la my-Aoust. Ils n'y
sçauroient entrer à cause des glaces, s'ils y arrivoient devant le mois
de Juillet, & n'en pourroient sortir par la mesme raison, s'ils en
partoient plus tard, que la my-Aoust. On trouve dans cette mer des
monceaux prodigieux de glaces, espaisses de soixante, 70. &
quatre-vingts brasses;

    _Quæ tantum vertice ad aurars Aërias,
    Quantum radice ad Tartara tendunt;_

car il y a des lieux dans cette mer, où elle est glacée depuis le fonds
jusques au haut; & il s'amasse dessus ce haut, des monceaux de glace,
aussi eslevez par dessus la mer, que la mer est profonde au dessous. Ces
glaces sont claires, & luisantes, comme du verre. Ce qui rend la
navigation de cette mer perilleuse est, qu'il y a des courants bigearres
en des endroits, où les glaces se fondent en un moment, & se prennent en
mesme temps.

Ne trouvons pas estrange apres cela, si nous ne pouvons determiner rien
de certain sur nostre premiere doute, ny resoudre asseurément, que le
Groenland soit, ou ne soit pas, continent avec l'Asie, & la Tartarie. La
distance qu'il y a de nos mers, à ces mers glacées; l'incertitude de les
rencontrer fonduës; les grands orages qui se forment dessus ces eaux;
l'inexperience des routes; les deserts que l'on y trouve; & ce qui est
de plus incommode, qu'il n'y a nul secours, & nulle retraitte, dans ces
deserts. Toutes ces difficultez accumulées ensemble, s'opposent aux
desseins des curieux, & leur ostent les moyens de descouvrir les veritez
qu'ils recherchent. Les mesmes difficultez, & par consequent les mesmes
incertitudes, se rencontrent pour la seconde doute, aussi bien que pour
la premiere; & nous ne sçaurions non plus resoudre, que le Groenland
soit, ou ne soit pas, continent avec l'Amerique. C'est ce que je
pretends vous faire voir en ce lieu, par la Relation que je vous ay
promise du Capitaine Danois, _Jean Munck_, qui tenta, comme je vous ay
dit, un passage dans le Levant, du costé du Nordouest, entre l'Amerique,
& le Groenland. Je ne m'escarteray pas de mon sujet, en vous escrivant
cette Relation; car avec ce qu'elle est divertissante, elle regarde le
Groenland, & les Isles qui luy sont adjacentes.

Le Roy de Danemarc, à present regnant, commanda au Capitaine Munck,
d'aller chercher un passage pour les Indes Orientales, par un destroit,
& une mer, qui separent l'Amerique, du Groenland. Un Capitaine Anglois,
nommé _Hotzon_, avoit descouvert ce destroit, & cette mer, quelque temps
auparavant, pour le mesme dessein; mais il s'estoit perdu dans cette
navigation, & l'on n'a jamais sçeu comment. Il est certain que s'il eut
l'audace d'Icare à voler par une route inconnuë, ses plumes se gelerent
plustost, qu'elles ne se fondirent, dans cette hardie entreprise. Son
advanture eut cecy de commun avec celle d'Icare, que ce destroit, &
cette mer, porterent depuis le nom, de _Destroit Hotzon_, & de _Mer
Hotzonne_. Le Capitaine Munck partit du Sundt pour ce voyage, le 16. de
May 1619. avec deux Vaisseaux que le Roy de Danemarc luy avoit donnez.
Il y avoit 48. hommes sur le plus grand vaisseau, & 16. sur le plus
petit, qui estoit une fregatte. Il arriva le 20. de Juin suivant, au
cap, nommé _Faruel_, en langage Danois, comme qui diroit le cap _Vale_,
en latin; & le cap _d'Adieu_, ou de _Bon voyage_, en François. Ainsi
nommé sans doute, parce que ceux qui vont au delà de ce cap, semblent
aller dans un autre monde, & prendre un long congé de leurs amis. Ce cap
Faruel est, comme je vous ay dit, à 60-1/2 degrez d'elevation, sur un
pays de montagnes, couvertes de neges, & de glaces. Il seroit mal-aisé
de representer sa figure, à cause de ces neges, & de ces glaces, qui
varient; & de leur blancheur, qui esbloüit les yeux. Le Capitaine Munck
estant à ce cap, prit la route de l'Ouest au Nord, pour entrer dans le
destroit Hotzon, & trouva quantité de glaces, qu'il evita, parce qu'il
estoit en pleine mer: Il conseille ceux qui feront ce voyage, de ne
s'engager pas trop en cét endroit, devers l'Ouest, à cause des glaces, &
des courants, qui sont impetueux aux costes de l'Amerique. Il raconte
que la nuit du huitiéme Juillet, estant sur cette mer, il fit un
broüillard si espais, & un si grand froid, que les cordages de son
navire furent couverts de longs glaçons, si serrez, & si durs, qu'ils ne
s'en pouvoient servir pour leurs maneuvres. Il dit en suite, que le
lendemain sur les trois heures apres midy, jusques au Soleil couchant,
il se leva un chaud si ardent, qu'ils furent contraints de se mettre en
chemise, pour ne pouvoir durer dans leurs habits.

Il entra dans le destroit Hotzon, qu'il nomma _Destroit Christian_, du
nom du Roy de Danemarc son maistre. Et aborda le dix-septiéme du mesme
mois à une Isle, qui est sur la coste du Groenland. Ceux qu'il envoya
pour reconnoistre cette Isle, luy rapporterent qu'ils avoient veu des
traces d'hommes, mais qu'ils n'avoient point trouvé d'hommes. Ils
rencontrerent le lendemain matin, une troupe de Sauvages, qui furent
surpris de l'abord des Danois; & coururent en desordre cacher les armes
qu'ils portoient, derriere un monceau de pierres, assez proche du lieu
où ils estoient. Ils s'avancerent apres cela, & rendirent gracieusement
le salut, que les Danois leur avoient donné; observants neantmoins
soigneusement, de se tenir tousjours entre les Danois, & l'endroit où
estoient les armes qu'ils avoient cachées. Mais les Danois firent si
bien en les tournant, & les amusant, qu'ils gagnerent la mont-joye, où
ils trouverent un monceau d'arcs, de carquois, & de fleches. Les
Sauvages desolez pour la perte qu'ils avoient faite, conjurerent les
Danois, avec des gestes de priere, & de sousmission, de leur vouloir
rendre ce qu'ils leur avoient pris. Ils faisoient entendre par ces
gestes, qu'ils ne vivoient que de la chasse, que ces armes les faisoient
vivre, & qu'ils donneroient leurs habits pour les ravoir. Les Danois
esmeus de compassion, les leur rendirent, & les Sauvages se jetterent à
leurs genoux, pour les remercier de tant de grace. La courtoisie des
Danois envers les Sauvages, ne s'arresta pas là. Ils desplierent leurs
marchandises, & leur firent present de leurs bagatelles, que les
Sauvages admirerent, & receurent avecque joye; & en eschange, donnerent
aux Danois, beaucoup de sorte d'oyseaux, & des lards de divers poissons.
Un d'eux ayant jetté les yeux sur un Miroir, & s'y estant miré, fut si
esmerveillé de se voir, qu'il print le miroir, le mit dedans son sein, &
s'enfuit. Mais les Danois n'en firent que rire; & ne rirent pas moins,
de ce que tous les autres Sauvages coururent embrasser un de leurs
camarades, & luy firent mille caresses, comme s'ils l'avoient connu de
long-temps; parce qu'il avoit les cheveux noirs, qu'il estoit camus, &
basané, & en un mot, qu'il leur ressembloit. Le Capitaine Munck partit
de cette Isle, le jour d'apres, qui estoit le dix-neufiéme de Juillet; &
ayant fait voile pour continuer sa route, fut contraint de relascher à
cause des glaces, & de se retirer dans le mesme port; ou, quelque soin
qu'il pût apporter, il ne revid aucun Insulaire. Les Danois trouvoient
des filets estendus le long de la rive, & y attachoient des cousteaux,
des miroirs, & autres gentillesses sauvages, pour les convier de
revenir; mais pas-un ne revint; soit qu'ils eussent peur des Danois, ou
qu'il leur fust expressément defendu par quelque espece de Juge, ou de
Gouverneur, d'avoir plus de commerce avec eux. Le Capitaine Munck ne
pouvant trouver d'hommes, trouva, & prit, grand nombre de Renes dedans
cette Isle; qu'il appella _Reinsundt_, c'est à dire golfe des Renes; &
nomma le port où il aborda, de son nom _Munckenes_. Cette Isle est à 61.
degré & 20. minuttes d'eslevation. Il y arbora le nom, & les armes du
Roy de Danemarc son maistre; & en partit le vingt-deuxiéme de Juillet.
Mais il courut tant de risque, par les orages vehemens qui se leverent,
& le choc des glaces qui le heurterent, qu'à peine se peut-il sauver, le
vingt-huitiéme du mesme mois, entre deux Isles, où il jetta toutes ses
ancres, & amarra ses vaisseaux à terre, tant l'orage estoit impetueux
dans le port mesme. Le retour de la marée laissoit les Danois à sec sur
les vases, & le reflus qui venoit avec rapidité, leur rapportoit tant de
glaces, qu'ils estoient en aussi grand danger de perir là, qu'en pleine
mer; s'ils n'y eussent pourveu avec grand soin, & grande peine. Il y
avoit entre ces Isles une grande piece de glace, espaisse de vingt-deux
brasses, qui se destacha des terres, & se fendit en deux; ces deux
pieces tomberent des deux costez au fonds de la mer; & esmeurent une si
grande tempeste en tombant, que peu s'en fallut qu'une de leurs
chalouppes ne fut engloutië des vagues. Ils ne virent point d'hommes
dedans ces deux Isles, mais des traces, & des marques evidentes, qu'il y
en avoit, ou qu'il y en avoit eu. Ils y trouverent des mineraux, & entre
autres, quantité de Talc, qu'ils ramasserent, & en remplirent quelques
tonneaux. Il y avoit d'autres Isles aupres de ces deux, qui estoient
apparemment habitées; mais que les Danois ne peurent aborder, parce que
leurs advenuës estoient inaccessibles, & si sauvages, qu'ils n'en
avoient jamais veu de pareilles. Ces Isles sont à 62. degrez & 20.
minuttes, & à cinquante lieuës avant dans le destroit Christian. Le
Capitaine Munck appella le golfe, ou le destroit, où il aborda,
_Haresunt_, c'est à dire, golfe, ou destroit, des lievres; à cause des
lievres qu'il trouva en grande quantité dedans cette Isle; & y arbora le
_Christianus quartus_ du Roy de Danemarc, qu'ils ont accoustumé de
representer de cette sorte C4. Il partit de ces Isles, le neufiéme
d'Aoust, & fit voile vers l'Ouest-Sudouest, avec un vent de Nordouest; &
le dixiéme aborda la coste du Sud du destroit Christian, qui est la
coste de l'Amerique. Estant sorty de là, il trouva une grande Isle, du
costé du Nordouest, qu'il appella _Sneoeuland_, c'est à dire, l'Isle des
neges, parce qu'elle estoit couverte de neges. Le vingtiéme d'Aoust, il
print son cours de l'Ouest au Nord; _Et alors_, dit le Relateur, _je
tenois ma vraye route, sous l'eslevation de soixante-deux degrez, &
vingt minuttes_. Mais les broüillards estoient si grands, qu'ils ne
voyoient point de terre; _Quoy que_, dit-il, _la largeur du destroit
Christian, ne fust en cét endroit, que de seize lieuës_. Ce qui nous
fait croire qu'il est plus large en d'autres endroits. Il entra du
destroit, dedans la mer Hotzone, à laquelle il changea de nom, comme il
l'avoit changé au destroit; & luy en donna deux pour un. Il appella
_Mare novum_, la partie de cette mer qui regarde l'Amerique, & _Mare
Christianum_, celle qui regarde le Groenland, si tant est que cette
coste se doive appeller Groenland. Il tint tant qu'il pût la route de
l'Ouest-Nordouest, jusques à ce qu'il eut atteint soixante-trois degrez,
& vingt minuttes, d'eslevation; où les glaces l'arresterent, &
l'obligerent d'hyverner à la coste de Groenland, à un Port qu'il nomma,
_Munckenes Vinterhaven_, c'est à dire, le port d'Hyver de Munck; &
appella toute la contrée, _Nouveau Danemarc_. Il ne remarque point dans
sa Relation, quantité de lieux, par lesquels il passa en arrivant à ce
port, parce qu'il dit en avoir fait une carte, à laquelle il renvoye le
Lecteur. Il ne fait mention que de deux Isles de la mer Christiane,
qu'il nomme _les Isles Soeurs_; & d'une autre plus considerable, qui est
vers la mer nouvelle, qu'il appelle _Dixes oeuland_. Il donne advis à
ceux qui navigeront dans le destroit Christian, de tenir le plus qu'ils
pourront le milieu du destroit, à cause des courants rapides, &
contraires, qui se trouvent à l'une, & l'autre, de ces costes, par les
reflus opposez des deux mers, Oceane, & Christiane; dont les glaces
extraordinairement espaisses, s'entreheurtent avec telle roideur, que
les vaisseaux qui se trouvent entre deux, y sont brisez
irremissiblement. Il dit que le reflus de la mer Christiane est reglé,
de cinq, en cinq heures; & que ses marées suivent le cours de la Lune.

Le Capitaine Munck arriva le septiéme de Septembre, à _Munckenes
Vinterhaven_; où il se refit, luy, & ses gens. Il retira quelques jours
apres ses vaisseaux, & les mit à couvert du choc des glaces, dedans un
port proche du premier, où il les repara le mieux qu'il pût. Ses
compagnons pourveurent sur toutes choses, à se bien hutter, pour se
garentir du mauvais temps, & de l'Hyver qui les avoit surpris. Ce port
faisoit l'emboucheure d'une Riviere, qui n'estoit pas encore glacée au
mois d'Octobre, quoy que la mer fust prise en beaucoup d'endroits. Le
Capitaine Munck rapporte, que le 7. de ce mois, il monta sur une
chaloupe pour reconnoistre cette riviere, & qu'il ne pût voguer dedans,
qu'environ une lieuë & demie, en haut, à cause des cailloux qui la
bouchoient. N'ayant peu trouver de passage par la riviere, il prit un
party de ses soldats, & matelots, & marcha trois, ou quatre lieuës en
avant dedans la terre, pour chercher des hommes; mais il ne rencontra
qui que se fut. Revenant par un autre chemin, il trouva une pierre
eslevée, & assez large, sur laquelle estoit peinte une Image, qui
representoit le Diable, avec ses griffes, & ses cornes. Il y avoit
aupres de cette pierre, une place quarée, de huit pieds en tout sens,
close de pierres plus petites. Il remarqua à l'un des costez de ce
quarré, une Montjoye de petits cailloux plats, & de la mousse d'arbre,
mélée parmy. Il y avoit de l'autre costé du quarré, une pierre plate,
mise en forme d'Autel, sur deux autres pierres; & sur cét autel, trois
petits charbons, croisez l'un sur l'autre. Mais quoy que le Capitaine
Munck ne vid personne sur son chemin, si est-ce qu'il rencontroit en
beaucoup d'endroits de semblables Autels, avec des charbons posez
dessus, comme les precedents; & que par tout où il rencontroit de ces
autels, il trouvoit des traces d'hommes; d'où il conjecturoit, que les
habitans de cette contrée s'assembloient à ces autels, pour sacrifier; &
qu'ils sacrifioient au Feu, ou avec du feu. Il voyoit de plus, que par
tout où il y avoit de ces traces d'hommes, il y avoit des os rongez, &
conjecturoit de là aussi, que c'estoient, peut-estre, les restes des
bestes sacrifiées, que les Sauvages avoient mangées, à leur façon, c'est
à dire, cruës & déchirées, comme les chiens les deschirent, avec les
pattes, & les dents. Il remarquoit en passant au travers des bois,
quantité d'arbres coupez, avec des instruments de fer, & d'acier. Il
trouvoit outre cela, des chiens bridez, ou emmuzelez, avec des liens de
bois. Et ce qui le confirmoit plus que tout, dans la croyance que ce
pays avoit ses habitans, estoit, qu'il voyoit des marques des Tentes qui
avoient esté dressées en divers endroits, & trouvoit aux mesmes lieux,
des pieces de peaux d'Ours, de Loups, de cerfs, de chevres, de chiens, &
de veaux marins, qui avoient servy de couverture à ces Tentes.
L'apparence estant manifeste, que ces peuples vivoient comme les
Scythes, & campoient à la façon des Lappes.

Les Danois huttez, & establis, dans leur quartier d'Hyver, firent grande
provision de bois, pour se chauffer, & de venaison, pour se nourrir. Le
Capitaine Munck tua le premier de sa main, un Ours blanc, que luy & ses
compagnons mangerent, & dit expres, qu'ils s'en trouverent bien. Ils
tuërent quantité de lievres, de perdrix, & d'autres oyseaux, qu'il ne
nomme pas, mais qu'il dit estre fort communs en Norvegue. Il dit aussi
qu'ils prindrent quatre Renards noirs, & quelques Sables, qui est le nom
que l'on donne par tout le Nord, aux Martres sobelines.

Ce qui donna à penser aux Danois fut, qu'ils virent au Ciel de ce
pays-là, des choses qui ne se voyoient pas si communément au Ciel de
Danemarc. La Relation dit, que le vingt-septiéme de Novembre, il parut
trois Soleils distinctement formez dedans le ciel, & remarque en mesme
temps, que l'air de cette contrée est fort grossier. Il en parut deux,
non moins distints, le 24. de Janvier suivant; & le 10. de Decembre
entre-deux, qui est le 20. selon nostre style, sur les huit heures du
soir, il se fit une Eclypse de Lune. Et la mesme nuit, la Lune fut
environnée, deux heures durant, d'un Cercle fort clair, dans lequel
parut une Croix, qui coupoit la Lune en quatre. Ce Meteore sembla estre
l'annonciateur des maux que ces Danois devoient souffrir, & de leur
perte presque totale, comme vous allez entendre.

L'Hyver devint si rude, & si aspre, qu'il se trouvoit des glaces
espaisses de 300. & de 360. pieds. Les bieres, & les vins, jusques aux
vins d'Espagne les plus purs, & à l'eau de vie la plus forte, se
gelerent du haut au fonds de leurs vaisseaux. Le froid qui rompoit les
cerceaux, & faisoit crever les tonnes, laissoit les bieres, & les vins,
en consistence de glace si dure, qu'il les falloit couper avec des
haches, pour les faire fondre, & les boire. Les vaisseaux d'estain, & de
cuivre, où par mesgarde on avoit le soir oublié de l'eau, se trouvoient
le lendemain rompus, & cassez, à l'endroit où l'eau s'estoit glacée.
Cette aspre saison, qui n'espargnoit pas les metaux, n'espargnoit pas
les hommes. Les pauvres Danois tomberent malades, & la maladie augmenta
parmy eux, avec le froid. Un flus de ventre les prenoit, & ne les
quittoit point, qu'il ne les eût emportez. Ils mouroient les uns apres
les autres, & si dru, qu'à l'entrée du mois de Mars, leur Capitaine fut
contraint de faire la garde de sa hutte. Cette maladie s'aigrit, au lieu
de s'adoucir, à la venuë du Printemps. Elle esbransla les dents des
malades, & ulcera le dedans de leurs bouches: si bien qu'ils ne
pouvoient manger que du pain, trempé dans de l'eau fonduë. Elle attaqua
les derniers mourans, vers le mois de May, avec tant de malignité, qu'à
tous ces maux, il s'adjoustoit un flus de sang, & des douleurs si
grandes aux parties nerveuses, qu'il sembloit que l'on les piquast par
tout, de pointes de couteaux. Ils dessechoient à veuë d'oeil, devenoient
perclus, de bras, & de jambes; livides, & noirs, par tout le corps,
comme si on les eût roüez de coups. La description de cette maladie est
proprement ce que l'on appelle le _Scorbut_, connu, & frequent, dans
toutes les mers du Septentrion. Ceux qui mouroient ne pouvoient estre
ensevelis, parce qu'il ne se trouvoit personne qui eust la force de les
porter en terre. Le pain faillit aux malades qui estoient restez. Ils
furent contraints de foüiller dedans la nege, où ils trouverent une
espece de Franboises, qui les soustenoient, & les nourrissoient, en
quelque façon. Ils les mangeoient en mesme temps qu'ils les cueilloient,
& n'en pouvoient faire provision, parce qu'elles se conservoient
fraiches sous la nege, & se flestrissoient, pour peu qu'elles fussent
dehors. La Relation marque le douziéme d'Avril, comme un jour
considerable, en ce qu'il plut, & qu'il y avoit sept mois qu'il n'avoit
plu en ces quartiers. Le Printemps ramena mille sortes d'Oiseaux, qui
n'avoient point paru durant l'Hyver; & ces malades mourans n'en
pouvoient prendre, à cause de leur debilité. Ils virent, environ la
my-May, des oyes sauvages, des cignes, des canards, & un nombre infiny
de petits oyseaux huppez; des hirondelles, des perdrix, & des beccasses;
des corbeaux, des faucons, & des aigles. Le Capitaine Munck tomba malade
à la fin, comme les autres, le quatriéme de Juin; & demeura dedans sa
hutte accablé de douleurs, quatre jours entiers, sans sortir, & sans
manger. Il se resolut à la mort, & fit son Testament, par lequel il
prioit les Passans de le vouloir ensevelir, & de faire tenir le Journal
qu'il avoit fait de son voyage, au Roy de Danemarc son maistre. Les
quatre jours passez, il se sentit un peu de force, & sortit de sa hutte,
pour voir ses compagnons, morts, ou vivans. Il n'en trouva que deux de
vivans, de 64 qu'il avoit menez. Ces deux pauvres Matelots, ravis de
joye de voir leur Capitaine debout, allerent à luy, & le menerent devant
leur feu, où il revint un peu à soy. Ils s'encouragerent l'un l'autre, &
se resolurent de vivre; mais ils ne sçavoient de quoy. Ils s'aviserent
de gratter la nege, & de manger l'herbe qu'ils trouverent dessous. Ils
rencontrerent heureusement de certaines Racines, qui les nourrirent, &
les conforterent de telle sorte, qu'ils furent refaits en peu de jours.
La glace commença de se rompre en ce temps-là, qui estoit le
dix-huitiéme de Juin, & ils pescherent des plyes, des truittes, & des
saulmons. Leur pesche, & leur chasse, acheverent de les fortifier, & le
coeur qu'ils reprirent, les fit resoudre de tenter s'ils pourroient, en
l'estat où ils estoient, repasser par tant de mers, & de perils, pour
arriver en Danemarc. Il commença environ ce temps-là de faire un peu de
chaud, & de pluye; d'où il sortit une telle quantité de Moucherons,
qu'ils ne sçavoient où se mettre, pour se garentir de leur importunité.
Ils laisserent leur grand Navire, & s'embarquerent dans leur Fregate, le
seiziéme de Juillet. Ils firent voile de ce port, où je vous ay dit
qu'ils avoient mis leurs Vaisseaux à couvert des glaces; que le
Capitaine Munck appella de son nom, _Jens Munckes bay_, c'est à dire, la
baye, ou le port de Jean Munck. Il trouva la mer Christiane couverte de
glaçons flotants, où il perdit sa chaloupe, & eut bien de la peine à
desgager son vaisseau mesme, car le gouvernail se rompit, & en attendant
qu'il fust refait, il attacha son vaisseau à un rocher de glace, qui
suivoit le courant de la mer. Il fut delivré de cette glace, qui se
fondit, & retrouva sa chaloupe, dix jours apres l'avoir perduë. Mais il
ne demeura pas long-temps en cét estat; car la mer redevint glacée, se
fondit bien-tost apres; & varia tout un temps de cette sorte, à se
glacer, & se fondre, d'un jour à l'autre. Il passa à la fin le destroit
Christian, revint au cap Faruel, & rentra dans l'Ocean, où il fut
acceuilly, le troisiéme de Septembre, d'une grande Tempeste, dans
laquelle il faillit de perir; car luy & ses deux matelots estoient si
las, qu'ils furent contraints d'abandonner les maneuvres, & de se rendre
à la mercy de l'orage. La vergue de leur voile se rompit, & la voile fut
renversée dedans la mer, d'où ils eurent toutes les peines du monde à la
r'avoir. La tempeste se relascha pour quelques jours, & leur donna le
temps d'arriver le 21. de Septembre, à un port de Norvegue, où ils
estoient ancrez avec un seul bout d'ancre qui leur estoit resté; &
croyoient estre au dessus de tout. Mais l'orage les alla assaillir ce
jour mesme dedans ce port, avec tant de furie, qu'ils ne furent jamais
en si grand danger de se perdre. Ils se sauverent par bon-heur, où les
autres perissent, & trouverent un couvert entre des rochers; d'où ils
gagnerent la terre, se refirent, & quelque jours apres arriverent en
Danemarc, dans leur fregate. Le Capitaine Munck rendit compte de son
voyage au Roy son maistre, qui le receut, comme l'on reçoit une personne
que l'on a creu perduë.

Il sembloit que ce deust estre la fin des mal-heurs de ce Capitaine,
mais son avanture est bigearre, & merite d'estre sceuë. Il demeura
quelques années en Danemarc; où apres avoir long-temps resvé sur les
manquemens qu'il avoit faits dans son voyage, par l'ignorance des lieux,
& des choses; & sur la possibilité de trouver le passage qu'il
chercheoit, pour le Levant; l'envie le prit de refaire ce mesme voyage.
Et ne le pouvant entreprendre seul, il engagea dans ce party, des
Gentilshommes de marque, & des Bourgeois qualifiez de Danemarc; qui
formerent une Compagnie notable, & equipperent deux Vaisseaux, pour ce
long cours, sous la conduite de ce Capitaine. Il avoit pourveu à tous
les inconveniens, & à tous les desordres, qui luy estoient survenus au
premier voyage; & il estoit comme sur le point de s'embarquer pour le
second, lors que le Roy de Danemarc luy demanda le jour de son depart; &
de discours à un autre, luy reprocha que l'equipage qu'il luy avoit
donné, avoit pery par sa mauvaise conduite; à quoy le Capitaine
respondit un peu brusquement; ce qui fascha le Roy, & l'obligea de le
pousser du bout de son baston, dans l'estomac. Le Capitaine outré de cét
affront, se retira chez luy, & se mit dedans son lict, ou il mourut dix
jours apres, de desplaisir, & de faim.

Revenant au sujet, pour lequel principalement je vous ay fait cette
longue narration; il resulte de ce que je vous ay escrit, qu'il y a un
long, & large destroit, & une vaste mer au bout, entre l'Amerique, & le
Groenland; & que ne sçachans pas où aboutit cette mer, nous ne sçaurions
juger, si le Groenland est continent avec l'Amerique, ou non.
L'apparence est que non, comme je vous ay desja dit, puis que le
Capitaine Munck a creu, qu'il y avoit un passage dans cette mer, pour le
Levant; & qu'il le persuada à quantité de personnes qualifiées de
Danemarc, qui avoient fait Compagnie pour le tenter, & le sçavoir au
vray.

Je descouvre en mesme temps le mesconte de celuy qui a fait des
Dissertations sur l'origine des peuples de l'Amerique; lesquels il a
fait venir de Groenland, & a voulu que les premiers habitans de
Groenland soient venus de Norvegue. D'où il a conclu que les premiers
habitans de l'Amerique ont esté Norvegues. Et nous l'a pretendu faire
accroire, par une certaine affinité qu'il s'est figurée, de quelques
mots Americains, qui finissent en _lan_, avec le, _land_, des Alemans,
des Lombards, & des Norvegues; & par le rapport des moeurs, qu'il dit
estre, entre les Americains, & les Norvegues, qu'il prend pour les
Alemans de Tacite. Vous jugerez, Monsieur, par la suite, & le
raisonnement, de tout mon discours, que cét Autheur s'est mesconté en
toutes façons.

Premierement, en ce que les Norvegues n'ont pas esté les premiers
habitans du Groenland, comme il appert par les Relations, & les
demonstrations, que je vous en ay faites; Et que M. Vormius,
tres-sçavant dans les antiquitez du Nord; bien loin de rapporter
l'origine des peuples de l'Amerique, aux peuples de Groenland; croit que
les _Sklegringres_, originaires habitans du _Vestrebug_, de Groenland,
estoient venus de l'Amerique.

Secondement, il s'est trompé, en ce qu'il y a peu, ou point d'apparence,
que le Groenland soit continent avec l'Amerique; & que le passage de
l'un, à l'autre, n'a pas esté si connu, ny mesme si possible, qu'il se
l'est imaginé. Il s'est abusé tiercement, en ce que je vous ay fait
voir, qu'il n'y a nulle affinité de langage, ny de moeurs, entre le
Groenland, & la Norvegue; & que s'il veut que les Norvegues ayent
communiqué leur langue, & leurs moeurs, aux Americains, il faut qu'ils
ayent passé par ailleurs que par le Groenland, pour aller en Amerique.

J'aurois en cét endroit une belle occasion d'insister sur les autres
mescontes du Dissertateur, de luy rendre ses paroles, & de le renvoyer
au pays des Visions, & des Songes. Mais puis qu'il dort son dernier
sommeil, laissons-le dormir en repos, & finissons ce discours pour
nostre commune satisfaction. Je fais conscience d'interrompre le cours
de ces Compositions si doctes, & si elegantes, que vous nous donnez tous
les jours à pleines mains, par la lecture d'un Escrit qui n'est, ny de
la touche, ny du prix de vos excellents Ouvrages; & quelque bonté que
vous ayez pour moy, je ne fais nulle doute que vous ne soyez aussi
content d'avoir achevé de lire cette Lettre, que je suis ayse d'avoir
achevé de l'escrire, & de vous dire

MONSIEUR,

que je suis

Vostre tres-humble, & tres-affectionné serviteur

De la Haye le 18. Juin 1646.



_Privilege du Roy._


LOUYS par la grace de Dieu, Roy de France & de Navarre: A nos amez &
feaux Conseillers, les Gens tenans nos Cours de Parlement, Maistres des
Requestes ordinaires de nostre Hostel, Baillifs, Seneschaux, Prevosts,
leurs Lieutenans, & tous autres nos Justiciers & Officiers qu'il
appartiendra, Salut. Nostre bien amé AUGUSTIN COURBÉ Libraire à Paris,
Nous a fait remonstrer qu'il desireroit imprimer, _la Relation de
Groenland_, s'il avoit sur ce nos Lettres necessaires, lesquelles il
nous a tres-humblement suppliez de luy accorder. A CES CAUSES, Nous
avons permis & permettons à l'Exposant; d'imprimer, vendre & debiter, en
tous lieux de nostre obeyssance ledit Livre, en telles marges, en tels
caracteres & autant de fois qu'il voudra, durant l'espace de cinq ans,
entiers & accomplis, à compter du jour qu'il sera achevé d'imprimer pour
la premiere fois: Et faisons tres-expresses defenses à toutes autres
personnes, de quelle qualité & condition qu'elles soient de l'imprimer,
faire imprimer, vendre ny distribuer en aucun endroit de nostre Royaume,
durant ledit temps; sous pretexte d'augmentation, correction &
changement de tiltre ou autrement, en quelque sorte & maniere que ce
soit, à peine de quinze cens livres d'amendes, payables sans deport, par
chacun des contrevenans, & applicables un tiers à Nous, un tiers à
l'Hostel-Dieu de Paris, & l'autre à l'Exposant; de confiscation
d'exemplaires contrefaits, & de tous despens, dommages & interests: A
condition qu'il en sera mis deux exemplaires dudit Livre en nostre
Bibliotheque publique, & un en celle de nostre tres-cher & feal le sieur
Seguier Chevalier, Chancelier de France, avant que de l'exposer en
vente, à peine de nullité des presentes: Du contenu desquelles Nous vous
mandons que vous fassiez jouyr pleinement & paisiblement l'Exposant, &
ceux qui auront droict d'iceluy, sans qu'il luy soit fait aucun trouble
ny empeschement: Voulons aussi qu'en mettant au commencement ou à la fin
dudit Livre, un bref Extrait des presentes, elles soient tenuës pour
deuëment signifiées, & que foy y soit adjoustée, & aux copies d'icelles,
Collationnées par l'un de nos amez & feaux, Conseillers & Secretaires,
comme à l'original. Mandons aussi au premier Huissier ou Sergent sur ce
requis, de faire pour l'execution des presentes, tous exploits
necessaires, sans demander autre permission; CAR tel est nostre plaisir,
nonobstant oppositions ou appellations quelconques, & sans prejudice
d'icelles: Clameur de Haro, Chartre Normande, & autres Lettres à ce
contraires. DONNÉ à Paris le dix-huitiéme jour de Mars, l'An de grace
mil six cens quarante-sept. Et de nostre Regne le quatriéme. Signé par
le Roy en son Conseil, CONRART.

                   *       *       *       *       *

Achevé d'imprimer pour la premiere fois le dernier jour d'Avril 1647.

                   *       *       *       *       *

Les Exemplaires ont esté fournis.



--------------------------
NOTES SUR LA TRANSCRIPTION

L'orthographe et la ponctuation sont conformes à l'original. Cependant
on a résolu les abréviations, et différencié les lettres u/v et i/j
conformément à l'usage moderne.

On a effectué les corrections signalées en errata, ainsi que les
corrections suivantes indiquées de façon manuscrite sur l'exemplaire
d'origine:

  Snorro Storlefonius > Storlesonius
      Une annotation précise: Arngr. Jon. spec. Isl. p. 36 [...]
      Snorro Storlesonius, i.e. Snorre Storla-son, sive Snorro Storlæ F.
  l'Onix > l'Orix
      Annotation: Relat. d'A. de la Croix, Tom. 3. l. I. ch. 1.
      p. 288. Licorne d'Ethiopie.
  Dithmatche > Dithmarche
  nulle bonté > nulle honte





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Relation du groenland" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home