Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires de Mme la marquise de La Rochejaquelein - écrits par elle-même
Author: La Rochejaquelein, Marie-Louise-Victoire, marquise de, 1772-1857
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires de Mme la marquise de La Rochejaquelein - écrits par elle-même" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



[Note du transcripteur: Le document qui a servi à cette transcription
contenait à l'origine les «MÉMOIRES DE Mme LA MARQUISE DE BONCHAMPS».
Tous les détails de l'édition source, qui ne sont pas pertinents
au présent texte, ont été reportés à la fin du document.]



                               MÉMOIRES
                                  DE
                           MME LA MARQUISE
                        DE LA ROCHEJAQUELEIN,
                        ÉCRITS PAR ELLE-MÊME,
                    ET RÉDIGÉS PAR M. DE BARANTE.



A MES ENFANS.

C'est à cause de vous, mes chers enfans, que j'ai eu le courage
d'achever ces Mémoires, commencés longtemps avant votre naissance,
et vingt fois abandonnés. Je me suis fait un triste plaisir de vous
raconter les détails glorieux de la vie et de la mort de vos parens.
D'autres livres auraient pu vous faire connaître les principales actions
par lesquelles ils se sont distingués; mais j'ai pensé qu'un récit
simple, écrit par votre mère, vous inspirerait un sentiment plus tendre
et plus filial pour leur honorable mémoire. J'ai regardé aussi comme
un devoir, de rendre hommage à leurs braves compagnons d'armes. Mais
combien de traits m'ont échappé! Je n'ai eu aucune note. L'impression
vive que tant d'événemens ont faite sur moi, a été ma seule ressource.
Loin donc d'avoir pu écrire l'_Histoire complète de la Vendée_, je n'ai
pas même raconté tout ce qui s'est passé pendant le temps où j'ai vu la
guerre civile. Mille oublis me donnent des regrets. Je n'ai pu et
n'ai voulu écrire que ce dont je me rappelais parfaitement; et c'est
seulement par ignorance, que je passe souvent sous silence ou ne fais
qu'indiquer des faits, des actions ou des personnes qui mériteraient à
tous égards des éloges. Mon coeur ne sera satisfait que si d'autres,
mieux instruits, leur rendent la justice qui leur est due. Je n'ai pu
bien savoir que ce qui regardait mes parens et mes amis; je me suis donc
bornée à rapporter, avec une exacte vérité tout ce dont je conserve le
souvenir, et suivant les impressions que j'en ai reçues dans le temps.

Mon ouvrage achevé, j'ai eu l'occasion de le faire lire à quelques
personnes de notre armée, en qui j'ai confiance; elles ont relevé des
erreurs, ajouté des faits qui pouvaient entrer dans mon cadre. Il
fallait donc rédiger l'ouvrage pour insérer ces notes dans le texte, qui
d'ailleurs était surchargé de détails inutiles, et dont le style était
diffus et incorrect. Je l'ai confié à M. Prosper de Barante. Son amitié
l'a fait consentir à se charger de le corriger, en y conservant la
grande simplicité qui seule convient à la vérité. La description du
pays, dans le troisième chapitre, est toute de lui.

DONNISSAN DE LA ROCHEJAQUELEIN.
Ce 1er août 1811.



                           CHAPITRE PREMIER.

Ma naissance.--Coalition du Poitou.--Mon mariage.--Ordre de rester à
Paris.--Époque qui précéda le 10 août 1792.


Je suis née à Versailles, le 25 octobre 1772, fille unique du marquis
de Donnissan, gentilhomme d'honneur de _Monsieur_ (aujourd'hui Louis
XVIII). Ma mère, fille du duc de Civrac, était dame d'atours de madame
Victoire: les bontés de cette princesse, j'ose presque dire son amitié,
l'avaient rendue la protectrice de toute notre famille. J'ai l'honneur
d'être sa filleule et celle du roi.

J'ai toujours été élevée dans le château de Versailles, jusqu'au 6
octobre 1789, époque où je partis dans la voiture de Mesdames qui
suivaient le cortège du malheureux Louis XVI qu'on entraînait à Paris:
elles obtinrent de s'arrêter à Bellevue, sous la garde des troupes
parisiennes.

Les premiers malheurs de la révolution affectaient vivement ma mère, qui
n'en prévoyait que trop les horribles suites. Elle pria madame Victoire
de lui permettre d'aller passer quelque temps dans ses terres, en Médoc.
Mon père obtint l'agrément de Mesdames, et nous partîmes à la fin
d'octobre.

J'avais été destinée, dans mon enfance, à épouser M. le marquis de
Lescure, né en octobre 1766. Il était fils d'une soeur de ma mère, morte
en couches. Son père, mort en 1784, lui avait laissé 800,000 fr. de
dettes, ce qui rompit mon mariage. La plus grande partie de sa fortune
était alors entre les mains de la comtesse de Lescure, sa grand'mère.
Les gens d'affaires l'engagèrent à répudier la succession de son père.
Il eut la délicatesse, ainsi que la comtesse de Lescure, de répondre de
tout; et ils mirent une telle économie dans leur dépense, qu'à l'âge de
vingt-quatre ans, M. de Lescure n'avait plus que 200,000 fr. de dettes,
et la certitude de 80,000 fr. de rente. Mes parens renouèrent un mariage
que nous avions tous également désiré.

M. de Lescure était entré à l'École militaire à l'âge de treize ans, et
en sortit à seize. Parmi les jeunes gens de son âge, il n'y en avait
point de plus instruit, de plus vertueux, de plus parfait; il était en
même temps si modeste, qu'il était comme honteux de son propre mérite,
et s'étudiait à le cacher. Il était timide et gauche; au premier aspect,
ses manières et sa toilette antique le rendaient peu agréable, quoiqu'il
fût très-bien de taille et de figure. Il était né avec des passions fort
vives: cependant, au milieu de l'exemple général, ayant sous les yeux un
père très-dérangé dans ses moeurs, il avait une conduite parfaitement
régulière. Sa grande dévotion le préservait de la contagion, et
l'isolait au milieu de la cour et du monde. Il communiait tous les
quinze jours. L'habitude de résister sans relâche à ses penchans et
aux séductions extérieures, l'avait rendu sauvage; ses idées étaient
arrêtées fortement dans son esprit, et quelquefois il s'y montrait
attaché avec obstination. Cependant il était d'une douceur parfaite;
jamais il n'a eu un mouvement de colère, pas même de brusquerie. Son
humeur était toujours égale, et son sang-froid inaltérable. Il passait
son temps à lire, à étudier, à méditer, par goût et non par vanité,
car il ne cherchait pas à jouir de ce qu'il savait. J'en veux citer un
exemple.

Un jour il était chez la duchesse de Civrac, notre grand'mère, et,
suivant son habitude, au lieu de se mêler à la conversation, il avait
pris un livre. Ma grand'mère lui en fit le reproche, lui disant que
puisque le livre était si intéressant, il n'avait qu'à le lire tout
haut. Il obéit. Au bout d'une demi-heure, quelqu'un s'étant approché de
lui, s'écria: «Mais c'est de l'anglais! Comment ne le disiez-vous pas?»
Il répondit d'un air déconcerté: «Ma bonne maman ne sait pas l'anglais;
il fallait bien que je le lusse en français.»

Son père était au fond un excellent homme; il s'était malheureusement
livré au libertinage et au jeu: il avait pour compagnon de ses débauches
l'ancien gouverneur de son fils; mais celui-ci avait quelque chose de si
grave et de si doux, qu'ils venaient lui avouer leurs fautes, chercher
auprès de lui des conseils et des consolations. Malgré ce changement de
rôle, il conserva toujours à son père un respectueux amour.

M. de Lescure vint chez mes parens au mois de juin 1791. Il était
alors d'une coalition qui s'était formée en Poitou; elle était fort
importante, et aurait pu disposer de trente mille hommes. Presque tous
les gentilshommes du pays y étaient entrés, et l'on pouvait compter sur
une grande partie des habitans de la province, comme la suite l'a bien
prouvé. Il y avait deux régimens gagnés, dont l'un formait la garnison
de La Rochelle, et l'autre était à Poitiers. A un jour donné, on devait
supposer des ordres; les régimens se seraient réunis; et, de concert
avec tous les gentilshommes, on aurait opéré une jonction avec une autre
coalition qui devait s'emparer de la route de Lyon, et attendre
les princes alors en Savoie. La fuite du roi et son arrestation
déconcertèrent tous ces projets.

M. de Lescure, apprenant le départ du roi, nous quitta pour se rendre
à son poste, et revint peu de jours après, parce que la noblesse du
Poitou, voyant que le but de la coalition était manqué, prit le parti
d'émigrer comme les autres. Cette résolution n'était pas calculée,
car tous les gentilshommes s'étaient entendus entre eux pour cette
coalition. Loin d'être persécutés dans leurs terres, beaucoup s'étaient
faits commandans de la garde nationale dans leurs paroisses, et tous les
jours les paysans venaient leur demander à s'armer contre les patriotes.
Les princes connaissaient cet état de choses, et n'étaient pas d'avis
que les Poitevins coalisés émigrassent; mais les jeunes gens voulurent
absolument suivre le torrent. On leur représentait vivement qu'il
fallait rester où l'on pouvait être utile, et qu'ayant le bonheur
d'habiter une province fidèle, il ne fallait pas s'en éloigner: ils
n'écoutaient rien, et ne voulurent pas même attendre le retour de deux
personnes qui étaient allées prendre les ordres définitifs des princes.
Ainsi toute cette coalition du Poitou fut dissoute. On émigra en foule;
et ceux qui étaient d'un avis différent, se trouvèrent forcés d'imiter
les autres. M. de Lescure partit de Gascogne avec le comte de Lorges,
notre cousin-germain. Ils coururent des risques en sortant de France;
on les arrêta aux frontières. Il fallut prendre pour guides des
contrebandiers, et s'en aller à pied par des routes détournées.

M. de Lescure, le lendemain de son arrivée à Tournay, apprit que sa
grand'mère avait eu une attaque d'apoplexie et touchait à son dernier
moment. Il demanda aux chefs des émigrés la permission de revenir pour
quelque temps en Poitou: elle lui fut accordée. Il arriva auprès de
madame de Lescure; et voyant que son état donnait encore quelque espoir
et pouvait se prolonger, il songea à rejoindre les émigrés; mais il
voulut auparavant me revoir et passer vingt-quatre heures avec nous.

Lorsque M. de Lescure avait voulu émigrer, ma mère, afin de régler
l'époque de mon mariage, avait consulté à ce sujet M. le comte de
Mercy-Argentau, ancien ambassadeur d'Autriche en France, et qui était
son ami. Il était dans la confiance du prince de Kaunitz, et connaissait
mieux que personne les dispositions du cabinet de Vienne. Il répondit
qu'il n'y avait aucun préparatif de guerre; que les puissances ne se
détermineraient à ce parti que si elles y étaient forcées, et que M. de
Lescure pouvait très-bien passer tout l'hiver en France. Il était déjà
parti quand cette réponse y arriva.

Madame de Chastellux, ma tante, qui avait suivi Mesdames à Rome, avait
envoyé la dispense du pape, nécessaire pour mon mariage: elle portait
qu'il ne pourrait être célébré que par un prêtre qui eût refusé le
serment, ou qui l'eût rétracté. Ce fut, je crois, la première fois que
le pape fit connaître son opinion sur cette question. Plusieurs prêtres
des environs, en l'apprenant, rétractèrent le serment qu'ils avaient
prêté. Il se trouvait aussi que, par un fort grand hasard, nous avions
dans notre paroisse un prêtre insermenté, l'abbé Queyriaux. Le nouvel
évêque constitutionnel avait d'abord envoyé un autre curé; mais c'était
un prêtre allemand qui, ne pouvant se faire entendre à des paysans du
Médoc, se retira. La paroisse, se trouvant sans cure, en fit, demander
un autre à l'évêque. Comme c'était un franc incrédule, qui n'attachait
pas d'importance aux diversités d'opinions religieuses, il dit aux
habitans d'engager l'ancien curé à retourner provisoirement dans sa
paroisse. Il y était souvent insulté par les mauvais sujets; mais il
supportait sa situation avec piété et courage.

Toutes ces circonstances, et plus encore les sentimens mutuels de M. de
Lescure et les miens, avaient déterminé ma mère à conclure mon mariage.
M. de Lescure apprit en arrivant que nos bans étaient publiés; il vit la
lettre de M. de Mercy, et resta. Trois jours après, nous fûmes mariés;
ce fut le 27 octobre. J'avais alors dix-neuf ans, et M. de Lescure en
avait vingt-cinq. Il apprit, trois semaines après, que sa grand'mère
avait eu une nouvelle attaque. Je me rendis auprès d'elle avec lui.

Elle passa deux mois entre la vie et la mort, des vomissemens
continuels, de fréquentes rechutes d'apoplexie, et un cancer ouvert.
Elle articulait à peine quelques mots pour prier Dieu et pour remercier
des soins qu'on prenait d'elle. Jamais on n'a vu mourir avec un courage
si angélique. Les titres étaient supprimés; on ne pouvait plus en
graver sur son tombeau. Les paysans y firent écrire: CI GIT LA MÈRE DES
PAUVRES. Cela valait bien les autres épitaphes.

M. de Lescure la regretta vivement. Onze ans avant sa mort, elle avait
fait un testament tel que sa position d'alors le lui permettait. Il
était chargé d'une grande quantité de legs. Si elle eût pu y songer, les
dettes que son petit-fils avait à payer, les effets de la révolution
sur sa fortune, auraient assurément changé ses intentions. Le testament
manquait des formalités nécessaires, il n'était pas obligatoire: mais M.
de Lescure s'y conforma avec scrupule de point en point; il ne voulut
pas même que les domestiques qui depuis avaient bien mérité d'elle, et
qui n'étaient pas compris sur le testament, se crussent oubliés; il
leur fit à tous des dons au nom de sa grand'mère, comme si elle les eût
ordonnés.

Au mois de février 1792, nous prîmes la résolution de partir pour
émigrer. M. Bernard de Marigny nous accompagnait. C'était un parent et
un ami de M. de Lescure; il était officier de marine et chevalier de
Saint-Louis; il s'était distingué dans son état. C'était un fort bel
homme, d'une taille élevée et d'une grande force de corps; il était gai,
spirituel, loyal et brave. Jamais je n'ai vu personne aussi obligeant;
il était toujours prêt à faire ce qui était agréable aux autres; au
point que je me souviens que, comme il avait quelque connaissance de
l'art vétérinaire, tous les paysans du canton venaient le chercher quand
ils avaient des bestiaux malades. Il avait une extrême vivacité, et
parfois se laissait entraîner à des emportemens qui ne le laissaient pas
maître de lui-même. J'aurai si souvent occasion de parler de lui, que
j'ai voulu le faire connaître. Il avait alors quarante-deux ans.

Nous arrivâmes à Paris. Quelques accidens survenus à ma voiture nous
forcèrent de nous y arrêter pour plusieurs jours, avant de continuer
notre route. Je ne pus être présentée au roi. Depuis que S.M. était à
Paris, toutes les présentations avaient été suspendues.

J'allai aux Tuileries, chez madame la princesse de Lamballe; c'était
la plus intime amie de ma mère. Elle me reçut comme si j'avais été sa
fille. Le lendemain, M. de Lescure alla aux Tuileries. La reine daigna
lui dire: «J'ai su que vous aviez amené Victorine; elle ne peut faire
sa cour, mais je veux la voir; qu'elle se trouve demain à midi chez la
princesse de Lamballe.»

M. de Lescure me rapporta cet ordre flatteur, et je me rendis chez
madame la princesse de Lamballe. La reine arriva; elle m'embrassa. Nous
entrâmes toutes les trois dans un cabinet. Après quelques mots pleins
de bonté, S.M. me dit: «Et vous, Victorine, que comptez-vous faire?
J'imagine bien que vous êtes venue ici pour émigrer.» Je répondis que
c'était l'intention de M. de Lescure; mais qu'il resterait à Paris,
s'il croyait pouvoir y être plus utile à S.M. Alors la reine réfléchit
quelque temps, et me dit d'un ton fort sérieux: «C'est un bon sujet, il
n'a pas d'ambition; qu'il reste.» Je répondis à la reine que ses ordres
étaient des lois. Elle me parla ensuite de ses enfans. «Il y a longtemps
que vous ne les avez vus. Venez demain, à six heures, chez madame
de Tourzel; j'y mènerai ma fille.» Car alors elle trouvait de la
consolation à soigner elle-même l'éducation de madame Royale, et madame
de Tourzel n'était plus chargée, dans l'intérieur, que de M. le dauphin.

Après le départ de la reine, madame la princesse de Lamballe me témoigna
combien elle jouissait de l'accueil que j'avais reçu. Je lui dis que
j'en sentais tout le prix, et que certainement M. de Lescure resterait.
Elle me recommanda le plus grand secret sur ce qui m'avait été dit.

Le lendemain, j'allai chez madame de Tourzel. La reine entra avec madame
Royale. Elle vint à moi, et daigna me dire tout bas, en me serrant
fortement la main: «Victorine, j'espère que vous resterez.» Je répondis
que oui. Elle me serra de nouveau la main, alla causer avec mesdames de
Lamballe et de Tourzel; et avec une attention et une bonté angéliques,
elle éleva la voix, au milieu de la conversation, pour dire: «Victorine
nous reste.» Depuis lors, M. de Lescure alla aux Tuileries tous les
jours de cour, et chaque fois la reine daignait lui adresser la parole.

Cependant j'avoue que bientôt je ne fus plus tranquille. On émigrait en
foule; on blâmait M. de Lescure de ne point partir; il me semblait que
sa réputation en souffrirait, s'il ne suivait le mouvement général.
En arrivant à Paris, il avait annoncé le dessein d'émigrer, et il se
trouvait qu'il avait changé de résolution, précisément deux jours après
le décret qui confisquait les biens des émigrés. Cette circonstance me
semblait affreuse. Il recevait de nos amis et de nos parens les lettres
les plus pressantes. Dans mon inquiétude, je priai madame de Lamballe de
parler de nouveau à la reine. S.M. la chargea de me répéter mot pour mot
sa réponse: «Je n'ai rien à dire de nouveau à M. de Lescure; c'est à lui
de consulter sa conscience, son devoir, son honneur; mais il doit songer
que les défenseurs du trône sont toujours à leur place, quand ils sont
auprès du roi.» Alors je fus rassurée, bien certaine que les princes
approuveraient ceux qui restaient pour défendre le roi. C'était la même
cause, et ils étaient en relation continuelle.

Dès que M. de Lescure sut la réponse de la reine, il n'hésita pas. «Je
serais vil à mes yeux, me dit-il, si je pouvais balancer un instant
entre ma réputation et mon devoir. Je dois avant tout obéir au roi:
peut-être aurai-je à en souffrir, mais du moins je n'aurai pas de
reproches à me faire. J'estime trop les émigrés, pour ne pas croire que
chacun d'eux se conduirait comme moi, s'il était à ma place. J'espère
que je pourrai prouver que si je reste, ce n'est ni par crainte, ni par
avarice, et que j'aurai à me battre ici autant qu'eux là-bas. Si je n'en
ai pas l'occasion, si mes ordres restent inconnus du public, j'aurai
sacrifié au roi jusqu'à l'honneur; mais je n'aurai fait que mon devoir.»

Deux mois après, M. de Calvimont Saint-Martial vint de Coblentz passer
quelques jours à Paris. J'obtins la permission de faire dire par lui
à mon oncle le duc de Lorges que M. de Lescure avait des ordres
particuliers.

M. de Marigny voyant que M. de Lescure ne partait pas, et qu'il était
sans cesse au château, lui dit que, sans demander aucune confidence, il
l'estimait trop pour ne pas suivre son sort.

Nous répondîmes de lui à madame de Lamballe, et elle obtint qu'on lui
donnât aussi l'ordre de rester: elle en chargea M. de Lescure; mais le
secret le plus absolu était toujours recommandé, dans la crainte que des
propos indiscrets ne donnassent de l'inquiétude à l'Assemblée nationale.

Nous habitions l'hôtel de Diesbach, rue des Saussayes. La vie que nous
menions était fort retirée; je ne recevais personne à cause de ma
jeunesse. M. de Lescure était souvent aux Tuileries: dès qu'il craignait
quelque mouvement, il y passait la journée.

Au 20 juin je fus fort effrayée. J'allais chez madame la princesse de
Lamballe; j'étais seule en voiture, et en deuil de cour à cause de la
mort de l'impératrice, ce qui avait déjà exposé quelques personnes aux
insultes du peuple. J'arrivai sur le Carrousel au milieu de la foule;
mon cocher ne put avancer. Je voyais la populace désarmer et maltraiter
les gardes du roi; les portes des Tuileries étaient fermées; on ne
pouvait entrer: je pris le parti de me retirer sans avoir été remarquée.

Tout l'été se passa à peu près de même. M. de Lescure était toujours
aux Tuileries, ou dans les lieux publics, même parmi le peuple, en se
déguisant, pour mieux juger de la situation des esprits. Pour moi, je
fuyais le monde; je n'allais guère que chez madame la princesse de
Lamballe. Je voyais toutes ses inquiétudes, tous ses chagrins: jamais il
n'y eut personne de plus courageusement dévoué à la reine. Elle avait
fait le sacrifice de sa vie. Peu de temps avant le 10 août, elle me
disait: «Plus le danger augmente, plus je me sens de force. Je suis
prête à mourir; je ne crains rien.» Elle n'avait pas une pensée qui ne
fût pour le roi et la reine. Son beau-père, M. le duc de Penthièvre,
l'adorait; elle lui avait prodigué les plus tendres soins, et il mourut
du chagrin qu'il ressentit de la fin cruelle de sa belle-fille.

Vers le 25 juillet, madame de Lamballe m'annonça que le baron de
Vioménil, aujourd'hui maréchal de France, était arrivé de Coblentz, et
qu'il devait commander les gentilshommes restés près du roi. Il entra
chez elle au moment même: alors elle lui dit que M. de Lescure avait
reçu des ordres, et le lui recommanda.

Le 29 juillet, mon père, ma mère et quelques autres personnes de ma
famille, arrivèrent à Paris, fuyant le Médoc, à cause des scènes qui
venaient de se passer à Bordeaux, où deux prêtres avaient été massacrés.

Nous fûmes témoins, le 8 août, d'une horrible aventure qui se passa dans
la rue même que nous habitions. En face de notre hôtel logeait un prêtre
qui faisait le commerce des cuirs. Il avait soulevé le peuple contre
lui dans son quartier, en disant un jour «que les assignats feraient
augmenter le prix des souliers, et que bientôt on les paierait 22 fr.»
Depuis ce moment on l'accusait d'être accapareur. Il arriva une voiture
de cuirs pour lui. Un homme de la garde nationale, une femme et quelques
enfans arrêtèrent cette charrette, en criant: _A la lanterne!_ Le prêtre
descend pour les apaiser; il ne peut réussir. On veut à toute force
conduire ces cuirs à la section qui était quelques portes plus haut:
il y consent, et s'y rend aussi. Nous étions allés nous promener aux
Champs-Élysées. En rentrant nous vîmes la rue pleine de monde; mais le
tumulte n'était pas très-grand. A peine fûmes-nous dans l'hôtel, que les
cris commencèrent. Le prêtre était à la section: le peuple voulait qu'on
le livrât. Quelques administrateurs désiraient le sauver; d'autres s'y
opposaient. Nous craignîmes que le désordre ne s'augmentât de plus en
plus, et nous prîmes le parti d'abandonner l'hôtel. Nous descendîmes,
et traversâmes la foule. A quelques pas plus loin on cassait les vitres
d'un limonadier qu'on accusait d'aristocratie. Cependant on ne nous dit
rien. Un instant après, le malheureux prêtre fut jeté par la fenêtre, et
le peuple le mit en pièces.

Le 9 août, M. de Grémion, Suisse, officier de la garde constitutionnelle
du roi, vint dans notre hôtel pour occuper un logement que M. Diesbach
avait réservé. Il arriva le soir; et, par un heureux hasard, les voisins
ne s'en aperçurent pas.

On commençait à dire qu'il y aurait du mouvement le lendemain. M. de
Lescure s'apprêtait à aller passer la nuit au château, lorsqu'il vit
arriver M. de Montmorin, gouverneur de Fontainebleau, major du régiment
de Flandre, que le roi honorait d'une confiance particulière bien
méritée par ses vertus. Il était resté à Paris par son ordre. «Il est
inutile, dit-il, d'aller au château ce soir; j'en viens. Le roi sait
positivement qu'on ne cherchera à l'attaquer que le 12. Il y aura du
bruit cette nuit; on s'y attend; mais ce sera du côté de l'Arsenal. Le
peuple veut y prendre de la poudre, et cinq mille hommes de la garde
nationale sont commandés pour s'y opposer. Ainsi, ne vous inquiétez
pas, quelque chose que vous entendiez. Le château est en sûreté: j'y
retourne, uniquement parce que je soupe chez madame de Tourzel.»

Cet avis nous fit partager la sécurité que de perfides renseignemens
avaient inspirée à la cour.



                              CHAPITRE II.

Le 10 août.--Fuite de Paris.


Vers minuit, nous commençâmes à entendre marcher dans les rues et
frapper doucement aux portes. Nous regardâmes par les fenêtres: c'était
le bataillon de la section qu'on rassemblait à petit bruit. Nous
pensâmes qu'il s'agissait de l'Arsenal.

Entre deux et trois heures du matin, le tocsin commença à sonner dans
notre quartier. M. de Lescure, ne pouvant résister à son inquiétude,
s'arma et partit avec M. de Marigny pour voir si le peuple ne se portait
pas vers les Tuileries. Mon père et M. de Grémion, étant arrivés trop
récemment, n'avaient point encore de cartes pour entrer au château. Ils
furent forcés de demeurer; mais les cartes mêmes ne purent servir. M. de
Lescure et M. de Marigny essayèrent de pénétrer par toutes les issues
qu'ils connaissaient fort bien. Des piquets de la garde nationale
défendaient l'entrée de chaque porte, et empêchaient les défenseurs du
roi de parvenir auprès de lui. M. de Lescure, après avoir tourné autour
des Tuileries, après avoir vu massacrer M. Suleau, rentra pour se
déguiser en homme du peuple; mais à peine était-il dans l'hôtel, que
la canonnade commença. Alors le désespoir s'empara de lui; il ne se
consolait pas de n'avoir pu pénétrer au château. Nous entendîmes d'abord
crier: _Au secours! voilà les Suisses! nous sommes perdus!_ Le bataillon
de la section revint sur ses pas, et fut rejoint par trois mille hommes
armés de piques toutes neuves, qui arrivaient du fond du faubourg. Nous
crûmes, pendant une minute, que le roi avait le dessus. Bientôt les cris
de _vive la nation! vivent les sans-culottes!_ succédèrent à ceux que
nous avions d'abord entendus. Nous restâmes abattus, entre la vie et la
mort.

M. de Marigny avait été séparé de M. de Lescure. Le peuple l'avait
enveloppé et entraîné au milieu de la foule qui attaquait le château. Au
commencement de l'attaque, une femme fut blessée à côté de lui; il la
prit dans ses bras, et l'emportant, il échappa au malheur affreux
de combattre malgré lui contre le roi qu'il venait défendre. Il fut
impossible à d'autres d'éviter cette contrainte. M. de Montmorin arriva
à notre hôtel, après avoir échappé à un grand danger. Il se sauvait,
suivi par quatre hommes de la garde nationale qui venaient de se battre,
et qui étaient ivres de carnage. Il entra chez un épicier, et lui
demanda un verre d'eau-de-vie. Les quatre gardes entrent aussi comme des
furieux. L'épicier se doute sur-le-champ que M. de Montmorin sort du
château; et, prenant un air de connaissance, il lui dit: «Eh bien! mon
cousin, vous ne vous attendiez pas, en arrivant de la campagne, à voir
la fin du tyran. Allons, buvez à la santé de ces braves camarades et
de la nation.» Ce fut ainsi que cet honnête homme le sauva sans le
connaître; mais ce fut pour bien peu de temps il fut massacré le 2
septembre.

Plusieurs autres personnes vinrent aussi nous demander asile. Nous
passâmes la journée dans de cruelles transes. On massacrait les Suisses
aux environs, et notre hôtel portait pour inscription, au-dessus de la
porte: _Hôtel de Diesbach_. Beaucoup de passans la remarquaient. On
disait aussi, dans le quartier, que M. de Lescure était chevalier du
poignard: c'était le nom que le peuple avait donné aux défenseurs
secrets du roi. Heureusement, on ignorait l'arrivée de M. de Grémion;
d'ailleurs nous étions assez aimés dans la rue, parce que nous avions
soin de faire prendre toutes les fournitures de la maison dans les
boutiques voisines.

Nous attendions le soir avec impatience pour fuir de l'hôtel. Chacun
se déguisa, et l'on convint d'aller séparément se réfugier rue de
l'Université, faubourg Saint-Germain, chez une ancienne femme de
chambre. Mon père et ma mère sortirent ensemble, et arrivèrent sans
accident. Je partis avec M. de Lescure. J'exigeai qu'il quittât ses
pistolets; je craignis que cela ne le fit reconnaître pour un chevalier
du poignard; il y consentit par pitié pour mes instantes prières:
j'étais alors grosse de sept mois.

Nous suivîmes l'allée de Marigny, et de là nous entrâmes dans les
Champs-Élysées. L'obscurité et le silence y régnaient. Seulement on
entendait, dans le lointain, des coups de fusil du côté des Tuileries;
les allées étaient désertes. Tout-à-coup nous distinguâmes la voix
d'une femme qui venait vers nous, en demandant du secours: elle était
poursuivie par un homme qui menaçait de la tuer; elle s'élança vers M.
de Lescure, saisit son bras, en lui disant: «Monsieur, défendez-moi!»
Il était fort embarrassé, sans armes, et retenu par deux femmes qui
s'attachaient à lui, et qui étaient presque évanouies. Il voulut
vainement se dégager pour aller à cet homme, qui nous couchait en joue,
en disant: «J'ai tué des aristocrates aujourd'hui, ce sera cela de
plus.» Il était complètement ivre. M. de Lescure lui demanda ce qu'il
voulait à cette femme: «Je lui demande le chemin des Tuileries, pour
aller tuer des Suisses.» En effet, il n'avait pas eu d'abord l'intention
de lui faire du mal: mais elle s'était troublée, avait pris la fuite
sans lui répondre, et il la poursuivait. M. de Lescure, avec son
admirable sang-froid, lui dit: «Vous avez raison, j'y vais aussi.» Alors
cet homme se mit à causer avec lui; mais de temps en temps il nous
couchait en joue, disant qu'il nous soupçonnait d'être des aristocrates,
et qu'il voulait au moins tuer cette femme. M. de Lescure voulait se
jeter sur lui, mais il ne le pouvait pas, cette femme et moi nous
nous cramponions à ses bras de plus en plus, sans savoir ce que nous
faisions. Enfin il persuada à cet homme que nous allions aux Tuileries:
alors il voulut nous accompagner; mais M. de Lescure lui dit: «J'ai là
ma femme qui est près d'accoucher; c'est une poltronne; je vais la mener
chez sa soeur, et puis je viendrai te rejoindre.» Ils se donnèrent
rendez-vous, et il nous laissa.

Je voulus absolument quitter les allées, et marcher dans le grand chemin
qui sépare les Champs-Élysées. Jamais je n'oublierai le spectacle qui se
présenta à mes yeux. A droite et à gauche étaient les Champs-Élysées, où
plus de mille personnes avaient été massacrées pendant le jour. La plus
profonde obscurité y régnait. En face on voyait les flammes s'élever
au-dessus des Tuileries; on entendait la fusillade et les cris de la
populace. Derrière nous, les bâtimens de la barrière étaient aussi en
feu. Nous voulûmes entrer dans les allées de la droite, et les traverser
pour aller gagner le pont Louis XV. J'entendis du bruit, des gens qui
criaient et qui juraient: je n'osai passer de ce côté. La peur me
saisit, et j'entraînai M. de Lescure tout-à-fait à gauche, le long des
jardins du faubourg Saint-Honoré. Nous arrivâmes sur la place Louis XV;
nous allions la traverser, lorsque nous vîmes une troupe qui débouchait
des Tuileries par le pont-tournant, en faisant des décharges de
mousqueterie; nous prîmes alors la rue Royale, puis la rue Saint-Honoré;
nous traversâmes la foule de tous ces hommes armés de piques, qui
poussaient des hurlemens féroces: la plupart étaient ivres. J'avais
tellement perdu la tête, que je m'en allais criant, sans savoir ce que
je disais: «_Vivent les sans-culottes! illuminez! cassez les vitres!_»
et répétant machinalement les vociférations que j'entendais. M. de
Lescure ne pouvait me calmer, ni empêcher mes cris. Enfin nous arrivâmes
au Louvre, qui était sombre et solitaire; nous passâmes au Pont-Neuf, et
de-là sur le quai.

Le plus morne silence régnait de ce côté de la Seine, tandis qu'on
voyait sur l'autre rive les flammes des Tuileries qui jetaient une
sombre lueur sur tous les objets, et qu'on entendait le bruit du canon,
la fusillade, les cris de la multitude: c'était un contraste frappant.
La rivière semblait séparer deux régions différentes. J'étais épuisée
de fatigue, et ne pus aller jusqu'au lieu où ma mère était retirée;
je m'arrêtai dans une petite rue du faubourg Saint-Germain, chez une
ancienne femme de charge de M. de Lescure. J'y trouvai deux de mes
braves domestiques. Ils étaient venus cacher mes diamans et des effets
précieux qu'ils avaient emportés au péril de leur vie; car le peuple
massacrait tous ceux qui pillaient dans les maisons, ou qui en avaient
l'apparence. Ils m'apprirent que ma mère était sauvée. Je les chargeai
d'aller la rassurer sur mon sort; mais ils ne purent aller l'avertir;
elle passa la nuit dans les angoisses, tandis que mon père courait la
ville pour tâcher de découvrir ce que j'étais devenue; ils n'apprirent
de mes nouvelles que le lendemain matin.

Nous sûmes, par deux ou trois femmes qui étaient restées dans l'hôtel
Diesbach, que toute la nuit on avait massacré des Suisses dans notre
rue. Agathe, ma femme de chambre, avait eu un homme tué à ses côtés
pendant qu'elle revenait de porter à un garde-suisse, qui était caché,
des habits pour se déguiser. Le lendemain il y eut encore du carnage. M.
de Lescure, malgré mes prières, voulut aller savoir des nouvelles de ses
amis. Il vit égorger deux hommes près de lui.

Nous demeurâmes huit jours dans nos asiles; mais ma mère et moi, nous
venions réciproquement nous voir, déguisées en femmes du peuple. Un jour
je revenais de chez elle, M. Lescure me donnait le bras; nous passâmes
devant un corps-de-garde; un volontaire, assis à la porte, dit à
ses camarades: «On voit passer des chevaliers du poignard: ils sont
déguisés; mais on les reconnaît bien.» Je contins mon émotion: en
rentrant je tombai sans connaissance.

On nous dit que les administrateurs de la section du Roule étaient assez
bons; cependant nous n'osâmes pas rentrer à l'hôtel Diesbach; nous
allâmes nous loger à l'hôtel garni de l'Université. Ce fut là que ma
mère, déjà accablée par tant de malheurs, apprit, par les cris publics,
que madame de Lamballe avait été transférée à la Force: elle fut saisie
d'une fièvre inflammatoire.

Quand elle fut un peu mieux, nous songeâmes à sortir de Paris. Chaque
jour on faisait de nombreuses arrestations, et nous attendions notre
tour, craignant de l'avancer encore en demandant les passe-ports qui
nous étaient nécessaires pour partir.

Dieu nous envoya un libérateur. M. Thomassin, qui avait été gouverneur
de M. de Leseure, se dévoua pour nous, et résolut de nous sauver ou
de périr; c'était un homme rempli d'esprit et de ressources, grand
ferrailleur et très-hardi. Quoique fort attaché à M. de Lescure, il
s'était un peu mêlé au parti révolutionnaire; et tel que je viens de
le peindre, il lui avait été facile d'acquérir de la faveur et de
l'influence: il était commissaire de police et capitaine dans la section
de Saint-Magloire. Il se fit donner une commission pour aller acheter
des fourrages; ensuite il nous mena lui-même à la section: il était en
habit d'uniforme, avec des épaulettes. Pendant qu'avec toute la jactance
d'un héros des sections de Paris, il tenait des discours à l'ordre du
jour, un honnête secrétaire nous expédia nos passe-porls, sans qu'on fit
attention à nous. M. Thomassin fit ensuite toutes les autres démarches
prescrites pour que tout fût parfaitement en règle.

Le lendemain pensa nous être funeste. M. de Lescure voulut, avec l'aide
de M. Thomassin, obtenir deux autres passe-ports; l'un pour M. Henri
de La Rochejaquelein, son cousin et son ami: il était officier dans la
garde constitutionnelle du roi; lorsqu'elle avait été licenciée, les
officiers avaient reçu, de la bouche de S. M., l'ordre de ne pas émigrer
et de rester auprès de lui. Le second passe-port était pour M. Charles
d'Autichamp: il avait aussi fait partie de la garde du roi; c'était
l'ami de M. de La Rochejaquelein; il avait alors vingt-trois ans, une
belle et noble figure, et une réputation distinguée parmi les officiers.
Ces deux messieurs étaient au château le 10 août, et avaient échappé
comme par miracle. M. d'Autichamp avait tué deux hommes au moment où
ils allaient le massacrer. Depuis le 10 août ces messieurs ne savaient
comment se dérober aux dangers qu'ils couraient à chaque instant dans
Paris.

M. de Lescure chercha à employer pour eux les moyens qui nous avaient
réussi; mais il fallait deux témoins qui vinssent signer leurs
passe-ports. Il s'adressa à ce limonadier dont le peuple avait cassé
les vitres le 8 août. Celui-ci se prêta obligeamment à ce qui lui était
demandé, et promit même d'amener un second témoin. M. de Lescure, ses
deux amis, les témoins, et M. Thomassin toujours dans son équipage
militaire, se rendirent à notre section. M. de Lescure déclara que ces
messieurs logeaient chez lui; des passe-ports leur furent promis; mais
on les pria d'attendre un instant, pendant qu'on expédiait d'autres
personnes.

Dans cet intervalle, le second témoin jeta les yeux sur un papier
affiché dans la salle; c'était un nouveau décret qui condamnait aux fers
les faux témoins pour les passe-ports. Cet homme, effrayé, s'approche du
secrétaire, lui annonce qu'il se récuse, et que ces messieurs lui
sont inconnus. Comme il avait fait cette déclaration à voix basse, le
secrétaire seul l'avait entendu. Cet honnête homme dit alors, tout bas à
M. de Lescure: «Vous êtes perdus! sauvez-vous!» Puis, affectant un
ton d'humeur, il lui dit tout haut qu'on n'avait pas le temps de les
expédier, et de passer dans un autre moment. Ces messieurs échappèrent
ainsi à ce danger.

Enfin nous nous mîmes en route pour le Poitou, le 25 août, mon père,
ma mère et moi, tous fort mal vêtus; nous montâmes en voiture avec M.
Thomassin, qui avait son grand uniforme. M. de Lescure courait à cheval
avec un seul domestique.

Arrivés à la barrière, nous montrons nos passeports. On nous dit qu'il
en faut un aussi pour les chevaux de poste, avec leur signalement, et
qu'il faut aller le demander à la section de Saint-Sulpice. M. Thomassin
descend, reconnaît le capitaine du poste pour un de ses camarades; iL
obtient de lui que nous passerons de suite. Il y avait devant nous une
autre voiture arrêtée par la même raison, et à qui le capitaine refusait
la même faveur; cette voiture prend le parti de retourner à la section.
Notre postillon, qui était un homme méchant et ivre, retourne aussi, et
suit au grand galop la première chaise de poste, malgré les cris de M.
Thomassin, qui était remonté avec nous. Nous arrivons à la section; le
peuple s'attroupe, entoure la voiture, en criant: _A la lanterne! à
l'Abbaye! ce sont des aristocrates qui se sauvent!_

M. Thomassin descend, entre à la section, montre nos passe-ports, étale
tous ses brevets. Les commissaires se souviennent de l'avoir vu en
diverses occasions; il les embrasse, et obtient le laissez-passer.
Pendant ce temps, le tumulte et les clameurs augmentaient autour de la
voiture, et lorsque M. Thomassin sortit, la populace sembla vouloir
s'opposer à notre départ. Alors M. Thomassin se mit à haranguer du haut
du perron de la section; il exposa tous ses titres, déploya encore ses
brevets, dit que nous étions ses parens, et que nous allions acheter
des fourrages pour l'armée; puis, s'abandonnant à un enthousiasme de
commande, il exhorta tous les jeunes gens à voler à la défense de la
patrie, et leur jura que, sa mission remplie, il irait se mettre à leur
tête pour combattre avec eux. «Oui, mes camarades, s'écria-t-il en
finissant, répétez tous avec moi: Vive la nation!» Pendant que la
populace toute émue applaudit, M. Thomassin se jette dans la voiture,
ordonne au postillon de partir, et nous reprenons la route d'Orléans.

Ce postillon nous mit encore dans un grand péril. A une lieue de Paris,
nous rencontrâmes un détachement de Marseillais: c'était l'avant-garde
des troupes qui allaient à Orléans chercher les prisonniers qu'elles
massacrèrent ensuite à Versailles. Le postillon s'avise de traverser
toute la largeur de la route, pour aller accrocher ces soldats; il en
culbute deux ou trois. Dans l'instant, toute la troupe nous couche en
joue; M. Thomassin se montre par la portière: «Mes camarades, leur
dit-il, tuez ce coquin-là. _Vive la nation!_» En voyant l'uniforme et
les manières de M. Thomassin, ils s'apaisent.

Sur toute la route, nous trouvâmes des colonnes de soldats qui se
rendaient aux armées; ils étaient insolens, arrêtaient et insultaient
les voitures; mais notre capitaine parisien, en se montrant et en criant
_vive la nation!_ nous délivrait de tout accident.

Le soir, nous arrivâmes à Orléans. A la barrière, on nous demanda
nos passe-ports: il y avait là beaucoup de monde. On s'informa, avec
empressement et inquiétude, s'il était vrai qu'on vînt chercher les
prisonniers: on nous dit que c'étaient d'honnêtes gens; que la ville
leur était dévouée, et les défendrait si on voulait leur faire du mal.
Je fus bien touchée des sentimens de ce bon peuple, et cette scène sera
toujours présente à mon souvenir.

Après Beaugency, on nous arrêta dans un village où l'on nous demanda nos
passe-ports. Dès qu'on sut qu'il y avait dans la voiture un capitaine de
la garde nationale de Paris, on le pria de descendre, et de passer
en revue cinquante volontaires du village, qui allaient partir pour
l'armée. Aussitôt, M. Thomassin met pied à terre, tire gravement son
épée, passe en revue ces jeunes gens, leur fait un discours patriotique,
remonte ensuite avec nous, et nous partons aux cris de _vive la nation!_

Il nous arriva dix aventures à peu près semblables: l'uniforme parisien
avait alors une grande puissance. L'assurance avec laquelle M. Thomassin
jouait son rôle, inspirait encore plus de respect pour lui. Il était
comme un général d'armée, et, grâce à lui, nous traversâmes une route
couverte de quarante mille volontaires, sans être arrêtés ni même
insultés.

A Tours, nous apprîmes qu'il y avait du trouble à Bressuire, précisément
dans la ville auprès de laquelle est située la terre de Clisson, où nous
allions nous réfugier. Nous nous arrêtâmes dans le faubourg de Tours;
mais M. de Lescure continua sa route pour entrer en Poitou.



                             CHAPITRE III.

Description du Bocage.--Moeurs des habitans.--Premiers effets de la
révolution.--Insurrection du mois d'août 1792.--Époque qui précéda la
guerre de la Vendée.


Nous passâmes deux jours assez tranquillement dans le faubourg; il y
avait cependant un peu de tumulte dans la ville. Le peuple promenait,
sur des ânes, de pauvres femmes qui ne voulaient point aller à la messe
des prêtres constitutionnels.

M. de Lescure nous envoya un courrier aussitôt qu'il sut des détails sur
ce qui s'était passé en Poitou; il nous mandait que tout y était calmé,
et que nous pouvions continuer notre route. Nous suivîmes le chemin de
Saumur.

Dans un village que nous traversâmes, nous trouvâmes un paysan en
faction; il arrêta la voiture, et voulut non-seulement, voir nos
passe-ports, mais ouvrir nos malles. Nos femmes, qui avaient les clefs,
n'étaient pas avec nous, et nous étions fort embarrassés. Les gens du
village commençaient à s'attrouper. M. Thomassin fit demander l'officier
du poste, lui montra nos passe-ports, se plaignit de l'indiscipline des
soldats, et lui ordonna de mettre la sentinelle en prison. L'officier
s'excusa en s'inclinant avec respect.

Nous arrivâmes à Thouars. Cette ville avait embrassé avec chaleur le
parti populaire. L'insurrection de quelques cantons voisins,
contre lesquels la garde nationale avait marché, augmentait encore
l'effervescence des esprits; cependant on nous laissa passer après avoir
fouillé et bouleversé toutes nos malles, au point qu'on ouvrit des pots
de confitures pour y chercher de la poudre à canon. Enfin nous parvînmes
à Clisson.

Le château de Clisson est situé dans cette partie du Poitou, qu'on
nomme le _pays de Bocage_, et que, depuis la guerre civile, on a pris
l'habitude d'appeler du nom glorieux de _Vendée_.

Le Bocage comprend une partie du Poitou, de l'Anjou et du comté Nantais,
et fait aujourd'hui partie de quatre départemens: Loire-Inférieure,
Maine-et-Loire, Deux-Sèvres et Vendée. On peut regarder comme ses
limites, la Loire au nord, de Nantes à Angers; au couchant, Paimboeuf,
Pornic et leurs territoires marécageux; ensuite l'Océan depuis Bourgneuf
jusqu'à Saint-Gilles; des autres côtés, une ligne qui partirait un peu
au-dessus des Sables, et passerait entre Luçon et la Roche-sur-Yon[2],
entre Fontenay et la Châtaigneraie, puis à Parthenay, Thouars, Vihiers,
Touarcé, Brissac, et viendrait aboutir à la Loire, un peu au-dessus des
ponts de Cé. La guerre s'est étendue au-delà de ces limites, mais par
des incursions seulement. Le pays de l'insurrection, la vraie Vendée,
est renfermé dans cet espace.

[Note 2: Aujourd'hui Bourbon-Vendée.]

Ce pays diffère, par son aspect, et plus encore par les moeurs de
ses habitans, de la plupart des provinces de France. Il est formé de
collines en général assez peu élevées, qui ne se rattachent à aucune
chaîne de montagnes; les vallées sont étroites et peu profondes; de
fort petits ruisseaux y coulent dans des directions variées: les uns se
dirigent vers la Loire, quelques-uns vers la mer; d'autres se réunissent
en débouchant dans la plaine et forment de petites rivières. Il y a
partout beaucoup de rochers de granit. On conçoit qu'un terrain qui
n'offre ni chaînes de montagnes, ni rivières, ni vallées étendues,
ni même une pente générale, doit être comme une sorte de labyrinthe;
rarement on trouve des hauteurs assez élevées au-dessus des autres
coteaux pour servir de point d'observation et commander le pays.
Cependant en approchant de Nantes, le long de la Sèvre, la contrée prend
un aspect qui a quelque chose de plus grand; les collines sont plus
hautes et plus escarpées; cette rivière est rapide et profondément
encaissée; elle roule à travers les masses de rochers, dans des vallons
resserrés. Le Bocage n'est plus seulement agreste; il offre là un
coup-d'oeil pittoresque et sauvage. Au contraire, en tirant plus à
l'est, dans les cantons qui sont voisins des bords de la Loire, le pays
est plus ouvert, les pentes mieux ménagées, et les vallées forment
d'assez vastes plaines.

Le Bocage, comme l'indique son nom, est couvert d'arbres; on y voit peu
de grandes forêts; mais chaque champ, chaque prairie est entourée d'une
haie vive qui s'appuie sur des arbres plantés irrégulièrement et fort
rapprochés; ils n'ont point un tronc élevé ni de vastes rameaux; tous
les cinq ans, on coupe leurs branchages, et on laisse nue une tige de
douze ou quinze pieds. Ces enceintes ne renferment jamais un grand
espace. Le terrain est fort divisé; il est peu fertile en grains;
souvent des champs assez étendus restent long-temps incultes, ils se
couvrent alors de grands genêts ou d'ajoncs épineux; toutes les vallées,
et même les dernières pentes des coteaux, sont couvertes de prairies.
Vue d'un point élevé, la contrée paraît toute verte; seulement au temps
des moissons, des carreaux jaunes se montrent de distance en distance
entre les haies. Quelquefois les arbres laissent voir le toit aplati et
couvert de tuiles rouges de quelques bâtimens, ou la pointe d'un clocher
qui s'élève au-dessus des branches. Presque toujours cet horizon de
verdure est très-borné; quelquefois il s'étend à trois ou quatre lieues.

Dans la partie du Bocage qui est située en Anjou, la vue est plus vaste
et plus riante; les cultures sont plus variées, les villes et les
villages plus rapprochés. C'est surtout le Bocage du Poitou que j'ai
voulu faire connaître.

Une seule grande route, qui va de Nantes à la Rochelle, traverse
ce pays; cette route, et celle qui conduit de Tours à Bordeaux par
Poitiers, laissent entre elles un intervalle de plus de trente lieues,
où l'on ne trouve que des routes de traverse. Les chemins du Bocage sont
tous comme creusés entre deux haies; ils sont étroits, et quelquefois
les arbres, joignant leurs branches, les couvrent d'une espèce de
berceau; ils sont bourbeux en hiver et raboteux en été. Souvent, quand
ils suivent le penchant d'une colline, ils servent en même temps de lit
à un ruisseau; ailleurs ils sont taillés dans le rocher et gravissent
sur les hauteurs par des degrés irréguliers: tous ces chemins offrent un
aspect du même genre. Au bout de chaque champ on trouve un carrefour
qui laisse le voyageur dans l'incertitude sur la direction qu'il doit
prendre et que rien ne peut lui indiquer. Les habitans eux-mêmes
s'égarent fréquemment, lorsqu'ils veulent aller à deux ou trois lieues
de leur séjour.

Il n'y a point de grandes villes dans le Bocage. Des bourgs de deux à
trois mille âmes sont dispersés sur cette surface. Les villages sont peu
nombreux et distans les uns des autres; on ne voit pas même de grands
corps de ferme. Le territoire est divisé en métairies: chacune renferme
un ménage et quelques valets. Il est rare qu'une métairie rapporte au
propriétaire plus de 600 fr. de rente. Le terrain qui en dépend est
vaste, mais produit peu: la vente des bestiaux forme le principal
revenu, et c'est surtout à les soigner que s'occupent les métayers.

Les châteaux étaient bâtis et meublés sans magnificence; on ne voyait,
en général, ni grands parcs, ni beaux jardins. Les gentilshommes y
vivaient sans faste, et même avec une simplicité extrême. Quand leur
rang ou leur fortune les avait pour un peu de temps appelés hors de leur
province, ils ne rapportaient pas dans le Bocage les moeurs et le ton de
Paris; leur plus grand luxe était la bonne chère, et leur seul amusement
était la chasse. De tout temps les gentilshommes poitevins ont été de
célèbres chasseurs: cet exercice et le genre de vie qu'ils menaient
les accoutumaient à supporter la fatigue, et à se passer facilement de
toutes les recherches auxquelles les gens riches attachent communément
du goût et même de l'importance. Les femmes voyageaient à cheval, en
litière ou dans des voitures à boeufs.

Les rapports mutuels des seigneurs et de leurs paysans ne ressemblaient
pas non plus à ce qu'on voyait, en général, dans le reste de la France;
il régnait entre eux une sorte d'union peut-être inconnue ailleurs. Les
propriétaires du Bocage y afferment peu leurs terres; ils partagent les
productions avec le métayer qui les cultive: chaque jour ils ont ainsi
des intérêts communs, et des relations qui supposent la confiance et la
bonne foi. Comme les domaines sont très-divisés, et qu'une terre un peu
considérable renfermait vingt-cinq ou trente métairies, le seigneur
avait ainsi des communications habituelles avec les paysans qui
habitaient autour de son château; il les traitait paternellement,
les visitait souvent dans leurs métairies, causait avec eux de leur
position, du soin de leur bétail, prenait part à des accidens et à des
malheurs qui lui portaient aussi préjudice; il allait aux noces de leurs
enfans et buvait avec les convives. Le dimanche, on dansait dans la cour
du château, et les dames se mettaient de la partie. Quand on chassait
le sanglier, le loup, le curé avertissait les paysans au prône; chacun
prenait son fusil et se rendait avec joie au lieu assigné; les chasseurs
postaient les tireurs, qui se conformaient strictement à tout ce qu'on
leur ordonnait. Dans la suite, on les menait au combat de la même
manière et avec la même docilité.

Ces heureuses habitudes, se joignant à un bon naturel, font des habitans
du Bocage un excellent peuple: ils sont doux, pieux, hospitaliers,
charitables, pleins de courage et de gaieté; les moeurs y sont pures;
ils ont beaucoup de probité. Jamais on n'entend parler d'un crime,
rarement d'un procès. Ils étaient dévoués à leurs seigneurs, avec un
respect mêlé de familiarité. Leur caractère, qui a quelque chose de
sauvage, de timide et de méfiant, leur inspirait encore beaucoup plus
d'attachement pour ceux qui depuis si long-temps avaient obtenu leur
confiance.

Les habitans des villes et les petits propriétaires n'avaient pas pour
la noblesse les mêmes sentimens. Cependant, comme ils étaient toujours
reçus avec bienveillance et simplicité quand ils venaient dans les
châteaux; comme beaucoup d'entre eux devaient de la reconnaissance à des
voisins plus puissans qu'eux, ils avaient aussi de l'affection et du
respect pour les principales familles du pays. Quelques-uns ont embrassé
avec chaleur les opinions révolutionnaires, mais sans aucune animosité
particulière. Les horreurs qui ont été commises ne doivent pas leur être
attribuées, et souvent ils s'y sont opposés avec force.

En 1789, dès que la révolution fut commencée, les villes se montrèrent
favorables à tout ce qui se faisait. Les gens de la plaine surtout
s'empressèrent de prendre part au nouveau mouvement; il y eut même de ce
côté-là des châteaux attaqués et brûlés. Au contraire, les habitans
du Bocage virent avec crainte et chagrin tous ces changemens, qui ne
pouvaient que troubler leur bonheur, loin d'y ajouter. Lorsqu'on forma
des gardes nationales, le seigneur fut prié, dans chaque paroisse, de la
commander. Quand il fallut nommer des maires, ce fut encore le seigneur
qui fut choisi. On ordonna d'enlever des églises les bancs seigneuriaux;
l'ordre ne fut point exécuté. Enfin, chaque jour les paysans se
montraient plus mécontens du nouvel ordre de choses, et plus dévoués aux
gentilshommes.

Le serment des prêtres vint accroître encore le mécontentement. Quand
les gens du Bocage virent qu'on leur ôtait des curés auxquels ils
étaient accoutumés, qui connaissaient leurs moeurs et leur patois, qui
presque tous étaient tirés du pays même, qui s'étaient fait vénérer
par leur charité, et qu'on les remplaçait par des étrangers, ils ne
voulurent plus aller à la messe de la paroisse. Les prêtres assermentés
furent insultés ou abandonnés. Le nouveau curé des Échaubroignes fut
obligé de s'en retourner, sans avoir pu obtenir même du feu pour allumer
les cierges; et cet accord universel régnait dans une paroisse de quatre
mille habitans. Les anciens prêtres se cachaient et disaient la messe
dans les bois. On essaya dans quelques endroits des mesures de rigueur;
il y eut des soulèvemens partiels et des émeutes assez vives. La
gendarmerie éprouva quelquefois de la résistance, et les paysans
commencèrent à montrer de la constance et du courage. Un malheureux
homme du Bas-Poitou se battit long-temps avec une fourche contre les
gendarmes. Il avait reçu vingt-deux coups de sabre. On lui criait:
«Rends-toi.» Il répondait: «Rendez-moi mon Dieu,» et il expira ainsi.

L'insurrection du mois d'août 1792 fut plus considérable. Après le 10
août, les mesures devinrent plus sévères; on poursuivit, on persécuta
avec plus d'acharnement les prêtres insermentés; on ferma quelques
chapelles. Plusieurs des nouveaux administrateurs se montrèrent de plus
en plus durs et insolens envers un peuple habitué à la douceur et à
la justice. Tous ces motifs, et la nouvelle des premiers succès des
puissances coalisées, achevèrent d'allumer les esprits. Les paysans se
rassemblèrent armés de fusils, de faulx, de fourches, pour entendre
la messe dans la campagne et défendre leur curé, si l'on venait
pour l'enlever. Une circonstance particulière mit tout ce peuple en
mouvement. Un nommé Delouche, maire de Bressuire, eut une querelle avec
quelques autres fonctionnaires, et fut chassé de la ville où il avait
voulu proclamer la loi martiale. Alors il s'en alla à Moncoutant. Là,
il détermina les paysans à marcher. Plus de quarante paroisses se
réunirent. Un gentilhomme, M. Baudry d'Asson, et Delouche, étaient les
chefs de cette multitude. Trois autres gentilshommes, MM. de Calais, de
Richeteau et de Feu, prirent aussi parti dans cette troupe. Tous les
autres seigneurs du pays qui n'avaient point émigré, étaient encore à
Paris. Cette expédition fut dirigée avec une profonde ignorance. M.
Baudry ne manquait pas de courage; mais il n'avait aucune capacité, et
il était hors d'état de commander dix hommes. Il mena à la boucherie les
malheureux paysans. On hésita si l'on marcherait d'abord sur Châtillon
ou sur Bressuire. Enfin, contre l'avis de M. Delouche, on décida qu'on
irait attaquer Châtillon, où siégeait le district. On y entra sans
résistance. Le district s'était retiré à Bressuire. On brûla tous ses
papiers, puis on marcha sur cette dernière ville. Sans un orage affreux
qui dispersa la troupe des insurgés, Bressuire eût été pris, suivant
toute apparence; ce retard donna le temps aux gardes nationales de
la plaine d'arriver au secours de la ville, qui en demandait depuis
plusieurs jours. Les paysans attaquèrent le lendemain. Les gardes
nationales, qui étaient dans leur première ferveur de patriotisme,
montrèrent assez de courage; mais il ne fut pas long-temps nécessaire.
Le combat fut court, et les révoltés se dispersèrent presque
sur-le-champ. Une centaine de pauvres paysans furent tués en criant:
_Vive le roi!_ On en prit cinq cents. Delouche se sauva, et depuis fut
arrêté à Nantes; M. de Richeteau fut atteint et fusillé à Thouars, sans
jugement. M. Baudry parvint à se cacher et à se dérober aux poursuites
pendant six mois. Il reparut ensuite dans la guerre de la Vendée, où il
a péri.

La victoire des gardes nationales fut souillée par des atrocités. Malgré
l'indignation de la plupart des habitans de Bressuire, et les efforts
de quelques hommes de bien, il y eut des prisonniers massacrés de
sang-froid. M. Duchâtel, de Thouars, qui depuis, à la Convention, montra
tant de courage dans le procès du roi, fit ce qu'il put pour sauver ces
malheureux; on en égorgea un dans ses bras, et il fut blessé eu voulant
le préserver. MM. de Feu et de Richeteau, qui, à la suite de quelques
pourparlers, avaient la veille consenti à rester en otage, furent aussi
massacrés. Des gardes nationales de la plaine retournèrent dans leurs
foyers, emportant comme trophées, au bout de leurs baïonnettes, des nez,
des oreilles et des lambeaux de chair humaine.

La commission qui fut chargée, à Niort, de juger les prisonniers, montra
beaucoup de douceur et d'humanité; elle ne prononça aucune condamnation;
tout fut rejeté sur les morts ou les absens.

Ce fut peu de jours après ces tristes événemens, que nous arrivâmes à
Clisson. La paroisse de Boismé, où est situé le château, n'avait point
pris part à la révolte. Comme elle touche presque à la plaine, les
esprits y étaient moins ardens; d'ailleurs ils avaient conservé leurs
prêtres. Le curé et le vicaire avaient prêté le serment, en protestant
contre tout ce qui pourrait s'y trouver de contraire à la religion
catholique, apostolique et romaine. Ils continuaient à reconnaître
l'ancien évêque, et n'obéissaient point au constitutionnel. Le district,
qui connaissait le danger d'irriter les paysans sur cet article, fermait
les yeux sur cette irrégularité, tellement que le vicaire, ayant écrit
au district qu'il rétractait même cette espèce de serment, n'en avait
reçu aucune réponse.

Bientôt, après notre arrivée, nous apprîmes les massacres de septembre.
Nous voulûmes cacher à ma mère la mort de madame de Lamballe; mais elle
s'en douta, et nous interrogea: notre silence lui confirma ce malheur.
Elle tomba sans connaissance, et demeura trois semaines dans un état
affreux. Nous parvînmes à lui dérober la nouvelle de l'assassinat de
quelques autres personnes, surtout, celui de M. de Montmorin, gouverneur
de Fontainebleau, le meilleur ami de toute notre famille, massacré à
l'Abbaye. M. de Montmorin, le ministre, périt le même jour.

Ce fut alors qu'on chassa les religieuses de leurs couvens. Ma mère
avait été élevée à Angoulême, par sa tante, abbesse de Saint-Auxonne,
soeur du duc de Civrac; elle avait pour elle beaucoup de reconnaissance
et d'attachement. Nous envoyâmes M. Thomassin la chercher, pour qu'elle
vînt habiter avec nous; nous lui offrîmes de donner aussi asile à
plusieurs autres religieuses; mais elle vint seule.

M. Henri de La Rochejaquelein était enfin parvenu à s'échapper de Paris;
toute sa famille avait émigré; il se trouvait seul au château de la
Durbellière, dans la paroisse de Saint-Aubin de Baubigné, une de celles
qui s'étaient révoltées. Cette circonstance, l'isolement où il se
trouvait, sa qualité d'officier de la garde du roi, pouvaient faire
craindre qu'on ne prît quelque mesure contre lui. M. de Lescure
l'engagea à venir à Clisson, où il ne paraissait pas qu'on dût avoir la
moindre inquiétude. J'étais près d'accoucher. Le château était habité
par des femmes et des personnes âgées. M. de Lescure n'était pas de
caractère à montrer une imprudence inutile: d'ailleurs il était fort
aimé; on le regardait comme un homme uniquement livré à la piété et à
l'étude. Nous vivions assez tranquilles.

Henri de La Rochejaquelein avait alors vingt ans. C'était un jeune homme
assez timide, et qui avait peu vécu dans le monde; ses manières et son
langage laconique étaient remarquables par la simplicité et le naturel;
il avait une physionomie douce et noble; ses yeux, malgré son air
timide, paraissaient vifs et animés; depuis, son regard devint fier et
ardent. Il avait une taille élevée et svelte, des cheveux blonds, un
visage un peu allongé, et une tournure plutôt anglaise que française. Il
excellait dans tous les exercices du corps, surtout à monter à cheval.

Nous avions beaucoup d'autres hôtes à Clisson: M. d'Auzon, vieillard
infirme et respectable, proche parent de M. de Lescure, et qui lui
servait de père; M. Desessarts, notre voisin, gentilhomme que la famille
de Lescure avait toujours aimé, et qui, depuis beaucoup d'années,
habitait le château avec ses enfans. Il avait un fils, officier de
marine, émigré, et un autre qui était destiné à l'état ecclésiastique,
et à qui M. de Lescure était fort attaché. Ce jeune homme n'était
point encore engagé dans les ordres; cependant on lui avait demandé
le serment. Il l'avait refusé, et, depuis ce moment, il était forcé
d'habiter Poitiers, par mesure de surveillance. Le père et les fils
étaient spirituels et aimables, ainsi que mademoiselle Desessarts. Il
y avait aussi à Clisson un chevalier de ***, qui était un peu de nos
parens. La révolution l'avait ruiné, et il s'était réfugié chez nous:
c'était un homme de cinquante ans, petit, gros, bon, sot et poltron.
Dans sa jeunesse, il avait été destiné à être abbé, et alors il était
fort libertin; depuis il était entré au service, et il était devenu
bigot jusqu'au ridicule. M. de Marigny ne nous avait point quittés.

Telle était la société nombreuse qui habitait Clisson: on se tenait
renfermé de peur de se compromettre; on ne faisait ni on ne recevait
aucune visite. Les domestiques étaient nombreux et presque tous
très-sûrs, dévoués à nous et à nos opinions. Le maître-d'hôtel et le
valet de chambre, chirurgien de feu madame de Lescure, étaient cependant
très-révolutionnaires; mais M. de Lescure les gardait par respect pour
les volontés de sa grand'mère, à laquelle ils avaient prodigué des
soins, et qui l'avait demandé en mourant.

Le 31 octobre au soir, j'accouchai d'une fille. Dans un autre temps,
j'aurais voulu la nourrir: mais je prévoyais que tôt ou tard la
révolution nous atteindrait, et je voulais qu'il me fût possible de
suivre M. de Lescure partout, soit en prison, s'il était pris, soit à la
guerre, où il avait résolu de prendre part, si elle venait à éclater. Je
pris donc une nourrice pour ma fille.

Le roi périt. MM. de La Rochejaquelein, de Lescure et autres avaient
chargé quelques amis de les avertir, si l'on préparait un mouvement
ou du moins un coup de main pour le sauver. Rien ne fut essayé. On
se figure aisément quelle profonde douleur nous éprouvâmes tous en
apprenant cet attentat. Pendant plusieurs jours, ce ne fut que des
larmes dans tout le château.

Après le fort de l'hiver, ma mère pensa à retourner en Médoc. Elle
voulait m'emmener avec elle; mais je me refusai à quitter M. de Lescure,
et lui-même n'aurait pas consenti à s'éloigner du Poitou.

Il prévoyait que tôt ou tard les paysans, que l'on continuait à vexer
sans ménagement, finiraient par se révolter; et il voulait faire la
guerre avec eux. Mon père aurait eu aussi du regret de manquer cette
occasion. D'un autre côté, ce voyage n'était pas sans danger: dans ce
malheureux temps, il y avait plus de risque à changer de demeure qu'à se
tenir tranquille. Au milieu de ces irrésolutions, la guerre éclata.

Me voici à cette époque à jamais célèbre. On voit que cette guerre n'a
pas été, comme on l'a dit, excitée par les nobles et par les prêtres. De
malheureux paysans, blessés dans tout ce qui leur était cher, soumis à
un joug que le bonheur dont ils jouissaient auparavant rendaient plus
pesant, n'ont pas pu le supporter, se sont révoltés, et ont pris pour
chefs et pour guides des hommes en qui ils avaient mis leur confiance et
leur affection. Les gentilshommes et les curés, proscrits et persécutés,
et qui d'ailleurs étaient ennemis de la cause qu'attaquaient les
paysans, ont marché avec eux, et ont soutenu leur courage, mais n'ont
point commencé la guerre; car aucune personne raisonnable ne pouvait
supposer qu'une poignée de pauvres gens sans armes et sans argent,
parviendrait à vaincre les forces de la France entière. On s'est battu
par opinion, par sentiment, par désespoir, et non par calcul. On n'avait
ni but, ni même une espérance positive, et les premiers succès ont passé
l'attente qu'on avait d'abord conçue. Il n'y a eu ni plan, ni complots,
ni secrètes intelligences. Tout le peuple s'est levé à la fois, parce
qu'un premier exemple a trouvé tous les esprits disposés à la révolte.
Les chefs des diverses insurrections ne se connaissaient même pas. Pour
ce qui regarde M. de Lescure et nos parens, je puis affirmer qu'ils
n'ont fait aucune démarche qui pût amener la guerre; ils la prévoyaient,
la désiraient même, mais c'était une idée vague et éloignée. S'ils
eussent provoqué la révolte par quelque sourde menée, s'ils eussent
activement travaillé à exciter les paysans, je le saurais, et assurément
il n'y aurait pas lieu de le cacher. La suite du récit va montrer
comment ils se trouvèrent conduits à prendre parti dans l'insurrection.
Je crois pouvoir affirmer que, dans toute la Vendée, les choses se sont
passées à peu près de la même sorte.



                              CHAPITRE IV.

Commencement de la guerre.--Départ de M. de La Rochejaquelein.--Notre
arrestation.


Je ne pourrais point donner de détails complets sur les premiers
commencemens de la guerre de la Vendée; je n'en ai pas été témoin,
et même je ne les ai jamais sus d'une manière très-précise, que pour
quelques points; je raconterai seulement de quelle manière elle arriva
successivement jusqu'à nous.

Le recrutement des trois cent mille hommes fut la cause d'un soulèvement
presque général dans le Bocage. Ce mouvement prit d'abord de
l'importance sur deux points assez éloignés, Challans, dans le
Bas-Poitou, et Saint-Florent, en Anjou, sur les bords de la Loire.
Il n'y eut aucun concert entre ces deux révoltes; on fut même
très-long-temps sans savoir dans un de ces cantons ce qui se passait
dans l'autre.

A Saint-Florent, le tirage avait été indiqué pour le 10 mars; les jeunes
gens s'y rendirent dans le dessein presque arrêté de ne point obéir.
Quand on les vit mal disposés, on voulut les haranguer; leur résistance
augmentant toujours, on en vint aux menaces; et enfin la mutinerie se
déclarant de plus en plus, le commandant républicain fit braquer une
pièce de canon devant le district; un instant après, elle fut tirée sur
les jeunes gens: personne ne fut tué. Ils s'élancèrent sur la pièce; on
la leur abandonna; les gendarmes et les administrateurs se dispersèrent
en fuyant; le district fut pillé, les papiers brûlés, la caisse
distribuée. Le reste du jour se passa en réjouissances: puis les jeunes
gens retournèrent chez eux sans trop savoir ce qu'ils deviendraient, et
comment ils échapperaient à la terrible vengeance des républicains.

Jacques Cathelineau, du village du Pin-en-Mauges, voiturier colporteur
de laines, père de cinq enfans en bas âge, était un des hommes les plus
respectés de tous les paysans du canton: il était à pétrir le pain de
son ménage, lorsqu'il entendit raconter ce qui venait de se passer;
aussitôt il prit la résolution de se mettre à la tête de ses
compatriotes, et de ne pas les laisser en proie à toutes les rigueurs
qui menaçaient le pays. Sa femme le supplia de ne pas songer à ce
projet; il n'écouta rien. Essuyant ses bras, il remit un habit, alla
sur-le-champ rassembler les habitans, et leur parla avec force du
châtiment que tout le pays allait subir, si l'on ne se déterminait pas à
se révolter ouvertement. Cathelineau était fort aimé de tout le monde:
c'était un homme sage et pieux. Le courage et la chaleur qu'il mit dans
ses exhortations entraînèrent les jeunes gens. Aussitôt une vingtaine
s'arment et promettent de marcher avec lui; ils partent sur-le-champ;
le nombre s'accroît: ils arrivent au village de la Poitevinière.
Cathelineau fait sonner le tocsin, rassemble les habitans, leur répète
ce qu'il a persuadé à leurs voisins; bientôt sa troupe est de plus de
cent hommes. Alors il se détermine à aller attaquer un poste républicain
de quatre-vingts hommes, qui était placé à Jallais avec une pièce de
canon; on marche en recrutant sans cesse sur la route. Le poste est
enlevé. On y fait des prisonniers; on s'empare de la pièce, que les
paysans surnomment le _Missionnaire_; on prend aussi des armes et des
chevaux.

Encouragé par ce premier succès, Cathelineau entreprend le même jour
d'attaquer Chemillé, où se trouvaient deux cents républicains et trois
pièces de canon. Les révoltés étaient déjà plus de quatre cents; ils
essuient une première décharge, fondent sur leurs ennemis, et emportent
un avantage prompt et complet.

En même temps, deux autres rassemblemens s'étaient formés dans les
environs. Un jeune homme, nommé Foret, du village de Chanzeaux, paysan
un peu plus instruit et intelligent que ses camarades, qui venait de
rentrer en France après avoir suivi un émigré, avait paru exercer assez
d'influence sur les jeunes gens à Saint-Florent. Les gendarmes vinrent
pour l'arrêter le lendemain; il s'y attendait: dès qu'il les vit
approcher, il en tua un d'un coup de fusil; les autres s'enfuirent.
Foret courut à l'église, sonna le tocsin, rassembla les habitans, leur
prêcha la révolte, et leva une forte troupe dans tous les villages
voisins. Stofflet, garde-chasse de M. de Maulevrier, en fit autant de
son côté; et le 14 mars au matin, ces deux troupes vinrent se joindre à
celle de Cathelineau. Le jour même on se porta sur Chollet qui est
la ville la plus considérable du pays; on eut à combattre cinq cents
républicains qui avaient du canon. Le combat ne fut pas plus incertain
ni plus long qu'à Chemillé; mais le résultat était plus important.
Chollet était un chef-lieu de district; on y trouva des munitions, de
l'argent et des armes.

Le temps de Pâques approchait; les paysans croyaient en avoir assez
fait pour être craints; ils voulurent retourner chez eux: l'armée fut
entièrement dissoute; tout rentra dans l'ordre accoutumé. Une colonne
républicaine envoyée d'Angers parcourut le pays, ne trouva pas de
résistance, mais n'osa pas exercer de vengeances. Après les Pâques,
on songea à faire une nouvelle révolte et à chasser encore les
républicains: mais les paysans voulurent se donner des chefs plus
importans; ils allèrent dans les châteaux demander au peu de
gentilshommes qui étaient restés de se mettre à leur tête. M. d'Elbée
était tranquillement auprès de sa femme qui venait d'accoucher, et il
n'avait pris aucune part à la première insurrection. M. de Bonchamps,
qui était avec lui l'homme le plus considéré du canton, fut entraîné de
la même façon.

L'insurrection du Bas-Poitou commença le 12 mars, à peu près en même
temps que celle de l'Anjou; elle fut plus générale. De Fontenay à
Nantes, presque aucune paroisse ne se soumit au recrutement, et il se
forma sur-le-champ un grand nombre de rassemblemens qui résistèrent
ouvertement aux républicains; les plus importans furent ceux de Challans
et de Machecoul. Un nommé Gaston, perruquier, commanda le premier. Il
avait tué un officier, avait revêtu son uniforme, et s'était donné
quelque importance. Après s'être emparé de Challans, il marcha sur
Saint-Gervais, et il y fut tué. Des rapports mal rédigés, de faux
récits, firent de ce Gaston le commandant de Longwy qui avait ouvert ses
portes aux princes, en 1792. Pendant long-temps la France entière crut
que tous les insurgés de la Vendée étaient commandés par ce général
Gaston, tandis qu'en Poitou sa prompte mort faisait qu'on ignorait
jusqu'à son nom.

Les révoltés du district de Machecoul eurent encore de plus grands
succès; mais ils en usèrent pour faire des atrocités, et c'est le
seul point de l'insurrection où il s'en soit commis. Peu après le
soulèvement, on alla chercher M. de Charrette dans son château, pour le
mettre à la tête de ces deux troupes qui devinrent bientôt l'armée
la plus considérable du Bas-Poitou. Il avait jusqu'à ce moment vécu
tranquille et très-soumis. Les révoltés, qui le firent leur chef,
étaient fort indisciplinés et difficiles à commander; il eût sans doute
inutilement essayé de s'opposer à leurs cruautés; il ne les approuva
point, mais songea, dit-on, qu'il pouvait compter plus entièrement sur
des hommes qui n'auraient ni grâce à espérer, ni arrangement à faire. En
peu de temps, il fut le principal chef de cette partie; cependant cinq
ou six petites troupes conservèrent des commandans particuliers.

Une autre armée se forma également le 12 mars, du côté de Chantonnay.
Dès les premiers jours elle fut commandée par des gentilshommes, M. de
Verteuil, MM. de Béjarry et quelques autres. Ce fut de ce côté, dans
le département de la Vendée, que les révoltés obtinrent d'abord les
avantages les plus marqués; et de-là est venu le nom de _Vendéens_,
donné aux insurgés. Ils battirent un général républicain; les Herbiers,
Chantonnay, le Pont-Charron, tombèrent en leur pouvoir. Au bout de
quelques jours, ils se donnèrent pour chef M. de Royrand, qui était un
ancien militaire fort respecté.

Pendant tous ces mouvemens, nous étions à Clisson parfaitement
tranquilles, sans nous douter de rien. On était alors tellement dans
l'inaction et la stupeur, qu'on ne savait en aucune façon ce qui se
passait à quelques lieues plus loin. M. Thomassin était allé dans une
terre de M. de Lescure, auprès des Sables; en revenant, il traversa le
bourg des Herbiers, et trouva que tout y était fort calme. Il n'y avait
pas plus de deux heures qu'il en était sorti continuant sa route, qu'il
vit arriver derrière lui beaucoup de personnes qui s'enfuyaient au grand
galop, et qui lui dirent que les Herbiers venaient d'être pris par dix
mille Anglais débarqués sur la côte; il les crut fous, et poursuivit son
chemin. En arrivant à Bressuire, il fut arrêté par plusieurs personnes,
qui le questionnèrent avec inquiétude, et lui firent part de toutes
leurs alarmes. La ville était en rumeur; deux cents volontaires étaient
sous les armes; on ne savait que croire des bruits qui commençaient à
circuler. M. Thomassin, qui avait continué à jouer à Bressuire son rôle
de brave capitaine patriote, et qui portait toujours son uniforme de
Paris, avait inspiré de la confiance aux autorités. Il se moqua de
toutes leurs craintes, leur conta en riant qu'il venait des bords de la
mer et des Herbiers, et leur dit qu'il se chargeait de défendre la ville
contre toute attaque; ils le prirent au mot, et exigèrent sa parole
qu'il reviendrait le soir même. En effet, après être venu nous rendre
compte de tout ce qui se disait, il retourna à Bressuire, nous laissant
inquiets et étonnés. Le lendemain il nous fit dire qu'il était vrai que
les Herbiers et quelques autres bourgs venaient d'être pris; que l'on
ne savait pas encore si c'était par des rebelles ou par des troupes
débarquées. Un débarquement paraissait peu probable; de tels succès,
obtenus par des paysans mutinés, n'étaient pas vraisemblables non plus.
Cependant d'heure en heure on venait nous faire des récits absurdes et
contradictoires. M. de La Rochejaquelein prit le parti d'envoyer un
domestique chez sa tante, mademoiselle de La Rochejaquelein, qui
demeurait à Saint-Aubin-de-Baubigné, dont les Herbiers sont éloignés de
quatre ou cinq lieues seulement. Il écrivit une lettre insignifiante,
et le domestique fut chargé de nous rapporter de vive voix quelques
nouvelles.

M. le chevalier de ***, qui était ami et parent de mademoiselle de La
Rochejaquelein, donna aussi au domestique, sans nous le dire, une lettre
pour elle. Il lui envoyait une douzaine de sacrés coeurs qu'il avait
peints sur du papier, et sa lettre contenait cette phrase: «Je vous
envoie une petite provision de sacrés coeurs que j'ai dessinés à votre
intention. Vous savez que les personnes qui ont foi à cette dévotion,
réussissent dans toutes leurs entreprises.»

Le domestique fut arrêté à Bressuire; on ouvrit les lettres. Comme on
disait que les révoltés avaient pour signe de ralliement un sacré coeur
cousu à leur habit, la lettre du chevalier de *** produisit un terrible
effet. Le lendemain, à sept heures du matin, nos gens nous réveillèrent
pour nous apprendre que le château était cerné par deux cents
volontaires, et que vingt gendarmes étaient dans la cour. Nous crûmes
que l'on venait arrêter M. de La Rochejaquelein; nous le fîmes cacher;
puis M. de Lescure alla demander aux gendarmes de quoi il était
question. Ils répondirent que le district exigeait que le chevalier
de*** fut livré ainsi que les chevaux, équipages, armes et munitions qui
se trouvaient dans le château. M. de Lescure se mit à rire, et leur dit
qu'apparemment on prenait sa maison pour une place forte, commandée
par le chevalier; qu'il y avait sûrement du malentendu dans l'ordre du
district; que le chevalier était un homme paisible et infirme qu'on
ferait mourir de peur si on l'arrêtait; qu'il répondait de lui; qu'au
reste il allait donner des chevaux, des fourrages et des fusils, parce
qu'il pensait qu'on pouvait en avoir besoin.

Le brigadier des gendarmes prit alors M. de Lescure à part, et lui dit
qu'il pensait comme nous; qu'il voyait bien que la contre-révolution
allait se faire; que les révoltés ou les troupes débarquées avaient
entièrement défait les patriotes à Montaigu. Il ajouta qu'il fallait, en
attendant, tâcher de contenter le district au meilleur marché possible,
et qu'il demandait en grâce à M. de Lescure de rendre un jour témoignage
pour lui, afin qu'il conservât sa place. Mon mari écouta toutes ces
confidences, sans y rien répondre: il se douta que ce gendarme était
un patriote peureux. Nous en fûmes donc quittes pour quelques mauvais
chevaux.

Deux jours après M. Thomassin arriva. L'insurrection faisait à chaque
instant des progrès: Bressuire était menacé; le district et les
autorités s'étaient retirés à Thouars; M. Thomassin avait trouvé moyen
de s'évader. Il nous apprit la cause de l'expédition des gendarmes et
l'histoire des sacrés coeurs. On avait d'abord voulu envoyer mettre le
feu au château: il était parvenu à apaiser cette première fureur.

Nous passâmes la journée dans la joie, attendant toujours l'armée
des royalistes. Les paroisses des environs de Bressuire avaient été
désarmées après l'affaire du mois d'août; les plus ardens parmi les
paysans avaient été tués ou réduits à se cacher. Ainsi tout notre canton
était contraint d'attendre, pour se soulever, qu'on vînt à son aide.

Le lendemain nous sûmes que les rebelles avaient été repoussés, et que
les autorités venaient de rentrer à Bressuire. Cette triste nouvelle
nous consterna: c'était le signal de notre perte. Il fallait que M. de
Lescure prît un parti. Toutes les gardes nationales des environs étaient
convoquées pour aller défendre Bressuire. Il était, depuis quatre ans,
commandant de sa paroisse; le château renfermait plus de vingt-cinq
hommes en état de porter les armes, et sûrement l'ordre de marcher
contre les rebelles ne pouvait tarder d'arriver. Nous aurions bien voulu
aller les joindre; mais nous ignorions jusqu'aux lieux où ils pouvaient
être, et il n'y avait pas moyen de s'échapper.

On se rassembla pour décider là-dessus. Henri de La Rochejaquelein, qui
était le plus jeune, parla le premier: il dit vivement que jamais il ne
prendrait les armes contre les paysans ou les émigrés, et qu'il valait
mieux périr. M. de Lescure parla ensuite, et exposa qu'il serait honteux
d'aller se battre contre ses amis. Chacun fut de cet avis; et dans ce
triste moment personne n'eut l'idée de proposer un conseil timide. Ma
mère leur dit alors: «Messieurs, vous avez tous la même opinion: plutôt
mourir que de se déshonorer. J'approuve ce courage: voilà qui est
résolu.» Elle prononça ces mots avec fermeté, et s'asseyant dans un
fauteuil: «Eh bien! dit-elle, il faut donc mourir?» M. Thomassin
répondit: «Non, Madame; j'irai demain matin à Bressuire, et j'essaierai
de vous sauver; mais peut-être suis-je devenu suspect aux patriotes pour
les avoir quittés; il est possible qu'ils m'arrêtent. N'importe; je suis
décidé à m'exposer pour mes amis.» Nous le remerciâmes tous.

M. Thomassin partit. Chacun fit alors ses dispositions. Je renvoyai
ma petite fille au village avec sa nourrice; puis ma mère, ma tante
l'abbesse et moi, nous allâmes nous cacher dans une métairie. Ces
messieurs restèrent préparés à tout, après avoir exigé que nous ne
demeurassions pas avec eux. Nous restâmes pendant quatre heures dans
cette métairie, à genoux et en prières, fondant en larmes. Enfin M.
Thomassin nous envoya dire qu'il avait été assez bien reçu, qu'on
n'avait rien décidé contre nous; que jusqu'à présent tout se bornait à
quelques propos. Le domestique de Henri était toujours en prison: on
avait parlé de le fusiller.

Nous passâmes une semaine dans l'anxiété. Nos domestiques ne pouvaient
entrer dans la ville sans un laissez-passer; on les fouillait avec soin;
M. Thomassin ne pouvait nous écrire.

M. de Lescure et Henri avaient entrepris de m'apprendre à monter à
cheval. J'avais une grande frayeur; et même quand un domestique tenait
mon cheval par la bride, et que ces deux messieurs marchaient à mes
côtés, je pleurais de peur; mais mon mari disait que, dans un temps
pareil, il était bon de s'aguerrir. Peu à peu j'étais devenue moins
craintive, et je faisais au pas quelques promenades autour du château.
Un matin, nous étions à cheval tous les trois, Henri, M. de Lescure et
moi; de loin nous vîmes arriver des gendarmes; nous forçâmes Henri à
gagner au galop quelque métairie. Les gendarmes demandèrent encore des
chevaux, et spécialement ceux de M. de La Rochejaquelein. Il en avait
encore un à l'écurie; M. de Lescure essaya de le sauver. Les gendarmes
lui dirent que M. de La Rochejaquelein était beaucoup plus suspect que
lui. «Je ne sais pas pourquoi, répondit-il; c'est mon cousin et mon ami,
et nous pensons absolument de même.» Les gendarmes demandèrent où il
était; on leur répondit: A la promenade. Ils emmenèrent le cheval, sans
rien dire de plus.

Cependant nous apprenions tous les jours de nouvelles arrestations; tout
ce qui restait de gentilshommes, la plupart vieux et infirmes, étaient
mis en prison; les femmes n'étaient pas épargnées: nous attendions notre
tour. L'ordre de tirer la milice arriva sur ces entrefaites; Henri était
de la classe du tirage. Nos inquiétudes et nos angoisses redoublaient,
lorsqu'il arriva un exprès que mademoiselle de La Rochejaquelein
envoyait pour savoir des nouvelles de son neveu. Ce commissionnaire
était un jeune paysan; il nous donna de grands détails sur l'armée
royaliste. Châtillon était pris; toutes les paroisses des environs
se joignaient aux révoltés. Le jeune homme finit par dire à Henri:
«Monsieur, on dit que vous irez dimanche tirer la milice à Boismé:
c'est-il bien possible, pendant que vos paysans se battent pour ne pas
tirer? Venez avec nous, Monsieur; tout le pays vous désire et vous
obéira.»

Henri lui répondit sans hésiter qu'il allait le suivre. Le paysan lui
dit qu'il faudrait prendre des chemins détournés, et faire au moins neuf
lieues à travers les champs pour échapper aux patrouilles des _bleus_.
C'était le nom que les paysans donnaient aux troupes républicaines.

M. de Lescure voulait suivre son cousin: nous nous y opposâmes. Henri
lui représenta que leur situation n'était pas la même; qu'il n'était pas
forcé de tirer la milice; que ses paysans n'étaient pas révoltés; qu'il
ne pouvait quitter Clisson sans compromettre le sort d'une famille
nombreuse; qu'on ne savait pas encore au juste ce que c'était que
l'insurrection. «Je vais aller examiner les choses de plus près, lui
dit-il; je verrai si cette guerre a quelque apparence de raison. Mon
départ ne sera pas remarqué; et si vraiment il y a quelque chose à faire
pour la cause, alors il sera temps de vous décider; maintenant il y
aurait de la folie.» Nous joignîmes nos prières à ces représentations;
M. de Lescure céda, après avoir résisté long-temps. Mademoiselle
Desessarts voulut ensuite empêcher Henri de partir, et lui dit que
très-certainement il compromettrait son cousin et tous les habitans de
Clisson, et que c'était nous envoyer tous en prison. Henri répondit
qu'il n'avait rien à opposer à de pareilles objections, et qu'il serait
au désespoir d'attirer la persécution sur nous. M. de Lescure lui dit
alors: «L'honneur et ton opinion t'ont fait résoudre d'aller te mettre à
la tête de tes paysans, suis ton dessein; je suis déjà assez affligé de
ne pouvoir te suivre: certainement la crainte d'être mis en prison ne me
portera pas à t'empêcher de faire ton devoir.--Eh bien! je viendrai
te délivrer,» s'écria Henri en se jetant dans ses bras, et en prenant
tout-à-coup cet air fier et martial, ce regard d'aigle, que depuis il
ne quitta plus. M. de Lescure pria que l'on ne fît plus aucune
représentation sur le départ de Henri, qui était irrévocablement décidé.

Après cette scène touchante, le chevalier de *** nous dit qu'il voulait
aussi partir avec Henri pour aller se joindre aux royalistes. Depuis
l'histoire de sa lettre décachetée, la peur le faisait extravaguer.
Après lui avoir fait quelques objections, nous le priâmes de remarquer
que M. de Lescure avait répondu de lui, par écrit, au district, et qu'il
était indigne de le compromettre ainsi. Le chevalier de *** se mit à
pleurer, dit qu'on voulait sa mort, qu'on le forçait de résister à la
volonté de Dieu, qui lui avait inspiré le désir et donné les moyens de
se sauver; puis il alla demander, à mains jointes, à M. de Lescure la
permission de s'enfuir. Mon mari la lui donna par pitié et par dégoût.
Alors nous nous inquiétâmes pour Henri. Le chevalier de *** avait
cinquante ans; il était gros et lourd; nous lui dîmes qu'il retarderait
la marche de son compagnon de voyage; qu'il ne pourrait faire neuf
lieues dans une nuit, en sautant les fossés et les haies; qu'il serait
cause de la perte de Henri, et le ferait tomber dans quelque patrouille.
«Quand il entendra du bruit, il se sauvera et me laissera là.--Me
croyez-vous aussi poltron que vous? répondit Henri; abandonnerai-je
quelqu'un qui est avec moi? Si nous sommes surpris, je me défendrai, et
nous périrons ou nous nous sauverons ensemble.» Le chevalier de ***
se mit à lui baiser les mains, en répétant: «Il me défendra! il me
défendra!»

Le soir, quand les domestiques furent couchés, Henri, armé d'un gros
bâton et d'une paire de pistolets, partit avec son domestique, le
chevalier de *** et le guide.

Le dimanche fixé pour la milice arriva: nos gens se rendirent au bourg;
nous étions à déjeuner: tout d'un coup nous entendons crier: _Pistolets
en mains!_ et nous vîmes vingt gendarmes entrer au galop dans la cour;
le château était cerné; nous descendîmes sur-le-champ; nous allâmes
au-devant des gendarmes. Ils nous lurent un ordre du district, portant
que M. et madame de Lescure, M. d'Auzon et toutes autres personnes
suspectes qui pourraient se trouver à Clisson, seraient arrêtés. Ma mère
déclara tout de suite qu'elle me suivrait en prison; mon père assura
qu'il ne voulait pas non plus nous abandonner; ils persistèrent dans ce
généreux dessein, malgré nos instances. M. de Marigny dit aussi qu'il
était résolu à partager le sort de M. de Lescure.

Les gendarmes avaient toujours leurs pistolets à la main; il y en avait
deux à mes côtés, qui me suivaient pas à pas; je leur demandai de
me laisser monter dans ma chambre pour m'habiller, en leur faisant
remarquer que si j'avais voulu j'aurais bien pu, à leur arrivée, essayer
de fuir ou de me cacher: j'obtins avec peine qu'ils restassent à ma
porte. M. d'Auzon représenta qu'il était fort malade: on lui permit de
rester.

Quand les gendarmes virent que nous les recevions fort honnêtement, que
le château était habité par des femmes et des vieillards, que tous nos
gens étaient allés tirer la milice, ils commencèrent à s'adoucir. Un mot
de ma mère les attendrit beaucoup; je la pressais de ne pas me suivre;
un gendarme lui dit alors: «De toutes façons il aurait fallu que madame
vînt; l'ordre comprend toutes les personnes suspectes.--Vous voulez donc
m'ôter le plaisir de me sacrifier pour ma fille!» répondit-elle. Peu à
peu les gendarmes nous prirent en amitié, et finirent par nous raconter
que l'ordre était donné depuis dix jours; mais qu'on n'avait pas
cru pouvoir se fier aux gendarmes du pays qui avaient montré de la
répugnance à se charger de cette expédition. On avait attendu l'arrivée
des brigades étrangères qui se rassemblaient contre les rebelles. Ils
étaient arrivés la veille de Vierzon en Berri; ils ajoutèrent qu'ils
étaient bien affligés d'avoir à arrêter des gens si aimés dans le pays,
et qu'ils feraient pour nous tout ce qui dépendrait d'eux. Cette bonne
volonté, qu'ils nous montrèrent de plus en plus, ne fut point achetée;
nous ne songeâmes seulement pas à leur offrir de l'argent.

On attela des boeufs à la voiture, et nous partîmes tous les cinq,
escortés par les gendarmes. En sortant de la cour, le chef leur dit:
«Citoyens, j'espère que vous vous empresserez de rendre témoignage de
la soumission avec laquelle on a obéi, et de l'accueil que nous avons
reçu.» Quand nous arrivâmes à la porte de Bressuire, beaucoup de
volontaires et de peuple se mirent à crier: _A l'aristocrate!_ Les
gendarmes leur imposèrent silence, disant qu'on serait bien heureux si
tous les citoyens étaient aussi bons que nous.

La plupart des personnes arrêtées avaient été conduites au château de la
Forêt-sur-Sèvre[3], qu'on avait converti en prison. Les gendarmes nous
avaient dit qu'on n'était pas sans inquiétude sur la sûreté de ces
prisonniers; qu'on craignait un massacre. Ils nous avaient promis de
s'efforcer de nous faire rester à Bressuire. Ils demandèrent instamment
au district qu'on nous laissât retourner à Clisson avec des gardes: cela
fut refusé. Alors ils sollicitèrent que du moins on nous donnât la ville
pour prison. Un officier municipal, fort honnête homme, qui était notre
épicier, s'offrit à nous garder chez lui: on y consentit.

[Note 3: Il appartenait autrefois au fameux Duplessis-Mornay, dont
on y voyait encore le tombeau. C'était un château assez fort.]

M. de Lescure se rendit au district; il était tellement respecté dans
le pays, que les administrateurs furent interdits; ils s'excusèrent de
l'avoir arrêté. Ils alléguèrent que l'ordre était donné autant pour sa
propre sûreté, qu'à cause des soupçons qu'on pouvait avoir; qu'il ne
pouvait se plaindre, puisqu'on ne s'était déterminé à cette mesure que
bien après l'arrestation de tous les autres nobles. Mon mari leur parla
avec assurance, demanda s'il y avait quelque reproche positif à lui
faire, et réclama pour qu'on lui fît son procès s'il y avait lieu. On
ne lui dit rien du chevalier de *** ni de M. de La Rochejaquelein:
c'étaient là les seuls points sur lesquels il pouvait donner prise.

M. et mademoiselle Desessarts s'étant déguisés en gens de service, ne
furent point arrêtés; mon père et ma mère auraient donc pu en faire
autant.



                              CHAPITRE V.

Retraite de l'armée d'Anjou.--Avantage remporté aux Aubiers par M. de
La Rochejaquelein.--L'armée d'Anjou répare ses pertes.--Massacres à
Bressuire.--Les républicains abandonnent la ville.--Arrivée de M. de La
Rochejaquelein à Clisson.


Nous nous établîmes tous les cinq dans deux petites chambres chez
l'officier municipal. Il nous recommanda de ne pas nous montrer à la
fenêtre, de ne pas descendre; en un mot de nous faire oublier le plus
possible. Il est probable que cette précaution nous sauva la vie.

Nous apprîmes que M. Thomassin avait été arrêté quelques jours
auparavant, et conduit au château de la Forêt.

Deux jours après, la troupe qui était à Bressuire partit pour aller
attaquer les rebelles aux Aubiers. Deux mille cinq cents hommes
défilèrent sous nos fenêtres, chantant en cour _la Marseillaise_ pendant
que le tambour battait. Je n'ai rien entendu de plus terrible et de plus
imposant: ces hommes avaient l'air courageux et animé.

Le lendemain le bruit se répandit qu'on avait battu les brigands, et
que M. de La Rochejaquelein était assiégé dans son château de la
Durbellière. Nous passâmes une cruelle journée; mais sur le soir on
vit tout-à-coup les braves de la veille arriver en désordre, criant:
«Citoyens, au secours! les brigands nous suivent! illuminez! illuminez!»
La frayeur était si grande, que le général Quétineau, qui commandait,
ne put jamais établir une sentinelle à la porte de la ville. Nous
commençâmes à espérer et à attendre les royalistes.

Henri, après nous avoir quittés, était arrivé à Saint-Aubin, chez, sa
tante: son voyage avait été périlleux et pénible. Il laissa le chevalier
de ***, et se dirigea, avec plusieurs jeunes gens des environs de
Châtillon, du côté de l'armée des rebelles de l'Anjou: elle était alors
vers Chollet et Chemillé. Il arriva pour être témoin d'une défaite qui
fit reculer les insurgés jusqu'à Tiffauges. MM. de Bonchamps et d'Elbée,
qui depuis quelques jours étaient à la tête de l'armée; Cathelineau,
Stofflet et tous les autres chefs, s'accordèrent à lui dire que tout
était perdu: on n'avait pas deux livres de poudre; l'armée allait se
dissoudre. Henri, pénétré de douleur, s'en revint seul à Saint-Aubin.
Il arriva le jour même où les bleus, sortis de Bressuire, étaient venus
jusqu'aux Aubiers, et avaient dissipé un petit rassemblement qui avait
voulu résister un instant. Il n'y avait encore aucun chef, aucun point
de réunion dans ces cantons. Les paysans, dont les paroisses n'étaient
pas occupées par les républicains, arboraient le drapeau blanc et s'en
allaient joindre l'armée d'Anjou.

Henri ne supposait pas qu'il eût rien à faire. Les paysans, apprenant
qu'il était arrivé, vinrent le trouver en foule, le suppliant de se
mettre à leur tête; ils l'assurèrent que cela ranimerait tout le pays,
et que le lendemain il aurait dix mille hommes à ses ordres. Il ne
balança pas, et se déclara leur chef. Dans la nuit, les paroisses des
Aubiers, de Nueil, de Saint-Aubin, des Échaubroignes, des Cerqueux,
d'Izernay, etc., envoyèrent leurs hommes, et le nombre promis se trouva
à peu près complet: mais les pauvres gens n'avaient pour armes que des
bâtons, des faulx, des broches; il n'y avait pas en tout deux cents
fusils, encore c'étaient de mauvais fusils de chasse. Henri, avait
découvert soixante livres de poudre chez un maçon qui en avait fait
emplète pour faire sauter des rochers: ce fut un trésor.

M. de La Rochejaquelein parut le matin à la tête des paysans, et leur
dit ces propres paroles:«Mes amis, si mon père était ici, vous auriez
confiance en lui. Pour moi, je ne suis qu'un enfant; mais par mon
courage je me montrerai digne de vous commander. Si j'avance,
suivez-moi; si je recule, tuez-moi; si je meurs, vengez-moi.» On lui
répondit par de grandes acclamations.

Avant de partir il demanda à déjeuner; pendant que les paysans allaient
chercher du pain blanc pour leur général, il prit un morceau de leur
pain bis, et se mit à le manger de bon coeur avec eux. Cette simplicité,
qui n'avait rien d'affecté, les toucha beaucoup sans qu'il s'en doutât.

Malgré tout leur zèle, ces braves gens étaient un peu effrayés: la
plupart n'avaient pas vu le feu; d'autres venaient d'être témoins d'une
défaite; presque tous se voyaient sans armes. Cependant la troupe arriva
jusqu'aux Aubiers que les bleus occupaient depuis la veille. Les paysans
se répandirent autour du village, marchant derrière les haies en
silence. Henri, avec une douzaine de bons tireurs, se glissa dans un
jardin assez près de l'endroit où étaient les républicains. Caché
derrière la haie, il commença à tirer; les paysans lui approchaient à
mesure des fusils chargés. Comme il était grand chasseur et fort adroit,
presque tous ses coups portaient. Il en tira près de deux cents, ainsi
qu'un garde-chasse qui était auprès de lui.

Les républicains, impatientés de perdre ainsi du monde, sans voir leurs
ennemis, et sans être attaqués en ligne, firent un mouvement pour se
mettre en bataille sur une hauteur qui se trouvait derrière eux.
Henri profita du moment, et se mit à crier: «Mes amis, les voilà qui
s'enfuient!» Les paysans se le persuadèrent. Aussitôt ils sautèrent de
toutes parts par-dessus les haies, en criant: _Vive le Roi!_ Les échos
augmentaient le bruit. Les bleus, surpris d'une attaque si imprévue
et si étrange, n'achevèrent pas leur mouvement et prirent la fuite
en désordre, abandonnant deux petites pièces de canon, leur seule
artillerie. Les Vendéens les poursuivirent jusqu'à une demi-lieue de
Bressuire. Il y en eut soixante-dix de tués et beaucoup de blessés.

Telle était à peu près, et surtout dans les commencemens de la guerre,
la manière de combattre des Vendéens. Toute la tactique consistait à se
répandre en silence derrière les haies, tout autour de la troupe des
bleus; on tirait ensuite des coups de fusil de tous côtés; et, à la
moindre hésitation, au premier mouvement des républicains, on s'élançait
sur eux avec de grands cris. Les paysans couraient d'abord sur les
canons; les plus forts et les plus agiles étaient d'avance destinés à
s'emparer promptement de l'artillerie, _pour l'empêcher de faire du
mal,_ comme ils disaient entre eux. Ils se criaient l'un à l'autre: «Tu
es le plus fort, saute à cheval sur le canon.» Dans ces attaques, les
chefs s'élançaient toujours les premiers; cela était essentiel pour
donner du courage aux soldats qui étaient souvent un peu intimidés au
commencement de l'action.

Cette manière de faire la guerre paraîtra sans doute singulière; mais
elle est appropriée au pays. D'ailleurs il faut songer que les soldats
ne savaient pas faire l'exercice, et qu'à peine distinguaient-ils leur
main droite de leur main gauche. Les officiers n'étaient guère plus
habiles. Les commandans et les généraux n'avaient aucune pratique de
l'art militaire; c'étaient des jeunes gens, des séminaristes, des
bourgeois, des paysans. Cependant ce sont eux qui, d'abord avec leur
courage et leur enthousiasme, puis avec des talens qu'une prompte
expérience développa, firent trembler la république, conquirent une
partie de la France, obtinrent une honorable paix, et défendirent
leur cause avec plus de succès et de gloire que toutes les puissances
coalisées.

Quelques détails feront mieux connaître les succès des Vendéens. Il y
avait toujours une prodigieuse différence entre leur perte et celle des
républicains. Les paysans, dispersés derrière les haies, n'offraient
jamais un front où le feu des ennemis pût faire un grand ravage. Les
troupes de ligne tiraient, sans viser, à hauteur d'homme, suivant leur
habitude; les paysans ajustaient et perdaient peu de coups: aussi
tombait-il habituellement au moins cinq hommes d'un côté, tandis que de
l'autre on en perdait un seul. Lorsque les bleus étaient rangés sur un
terrain un peu plus découvert, les paysans se hâtaient encore plus de
les ébranler, en s'élançant vivement sur eux. Leur premier effort se
dirigeait toujours sur les canons. Sitôt que la lumière leur annonçait
une décharge, ils se jetaient à terre pour l'éviter, se relevaient
aussitôt, couraient en avant pendant qu'on rechargeait les pièces,
se baissaient encore pendant l'explosion, et, de cette façon, ils
arrivaient sur la batterie et attaquaient les canonniers corps à corps.

Les défaites étaient terribles pour les républicains. Quand ils fuyaient
dispersés, ils s'égaraient dans le labyrinthe des chemins du Bocage,
où rien ne pouvait diriger leur retraite; ils tombaient par petits
détachemens entre les mains des paysans; ils se trouvaient, sans le
savoir, auprès d'un village, sans pouvoir résister aux habitans. Lorsque
nos gens, au contraire, n'avaient pas réussi à ébranler la colonne
ennemie, et qu'elle parvenait à les repousser, ils se dissipaient sans
qu'on pût les atteindre. Ils sautaient les haies, prenaient de petits
sentiers détournés, et retournaient chez, eux dans l'espoir de se réunir
encore deux ou trois jours après, et d'être plus heureux. Ils ne se
décourageaient pas, et répétaient en s'en allant: «_Vive le roi! quand
même._»

Mais la grande et principale cause des premiers succès de la Vendée,
c'étaient le courage et le dévouement des royalistes. Les troupes
républicaines furent d'abord composées de volontaires, nouveaux dans
le métier des armes, de gardes nationales étrangères aux habitudes
militaires. L'enthousiasme ne suppléait pas à l'habileté et à
l'expérience, comme parmi nos braves paysans. Ce n'étaient pas leur
propre volonté, ni le désir de défendre leur religion, leurs enfans et
leurs chefs, qui avaient rassemblé les soldats de la république; des
réquisitions et des mesures de terreur avaient formé à la hâte des
bataillons qui se battaient souvent avec répugnance. Leurs généraux
inhabiles étaient sans cesse contrariés par des administrateurs ou des
commissaires. On les destituait sans motifs, comme on les avait nommés
sans mérite. L'absurdité et l'ineptie présidaient à tous leurs conseils,
autant que l'injustice et la cruauté.

Après le combat des Aubiers, nous comptions que les rebelles allaient
poursuivre leurs succès, et arriver à Bressuire; mais Henri songea
qu'avant tout il fallait tirer l'armée d'Anjou de la position désespérée
où il l'avait laissée. Il courut toute la nuit pour aller retrouver MM.
de Bonchamps, d'Elbée, Cathelineau, etc. Il leur fit amener les canons
et les munitions dont il s'était emparé, et leur conduisit aussi des
renforts. Les paroisses d'Anjou commencèrent à se rassembler et à
reprendre une nouvelle ardeur. L'armée se reforma, attaqua les bleus,
les battit partout. Chollet, Chemillé, Vihiers, tout le pays qu'on
avait abandonné, furent repris sans éprouver beaucoup de pertes. M. de
Bonchamps fut légèrement blessé dans une de ces affaires.

Dans les jours qui suivirent la déroute des Aubiers, l'agitation et
l'inquiétude continuèrent à régner dans Bressuire et dans la troupe
républicaine. Quatre cents Marseillais arrivèrent pour la renforcer. Ils
commencèrent à crier qu'avant tout il fallait massacrer les prisonniers.
Ils se portèrent à la prison; et, malgré les ordres du général Quétineau
et la résistance de toutes les autorités, ils saisirent onze malheureux
paysans qu'on avait pris dans leurs lits quelques jours auparavant,
parce qu'on leur soupçonnait des intelligences avec les rebelles. Ces
pauvres gens passèrent sous nos fenêtres; on les conduisit hors de la
ville; on fit ranger l'armée en bataille. Le commandant des Marseillais
demanda si quelques personnes de bonne volonté désiraient se joindre
à ses soldats pour cette exécution: elle faisait horreur à tous les
habitans du pays; mais quelques gens de Saint-Jean-d'Angély se réunirent
aux Marseillais. Le maire de Bressuire essaya encore de défendre les
victimes: on le saisit et on l'emporta. Les paysans furent hachés
à coups de sabres; ils reçurent la mort à genoux, priant Dieu, et
répétant: _Vive le roi_[4]!

[Note 4: Quant aux prisonniers de la Forêt, on les emmena à Niort
par Parthenay quelques jours après, de-là ils furent conduits à
Angoulême où aucun n'a péri. Après une détention de vingt-deux mois, M.
Thomassin revint me trouver. Il resta chez moi jusqu'à sa mort, arrivée
en 1804. Son esprit s'était tout-à-fait dérangé.]

Nous attendions une mort semblable; il paraissait impossible de
l'éviter: mais heureusement les Marseillais ignoraient notre réclusion,
et les patriotes de Bressuire et du pays n'étaient pas capables de la
leur apprendre; malgré la différence d'opinions, ils avaient pour nous
de l'estime et de l'attachement. Notre hôte était rempli de zèle et
d'inquiétude sur notre sort. Deux ou trois jours après, il nous amena un
nommé Lassalle, commissaire du département: c'était un jeune homme fat
et bavard; il nous montra de l'intérêt dans ses paroles; il nous dit
que la guerre avait rendu nécessaire l'arrestation des nobles; que
ce n'était pas lui qui avait voulu nous appliquer cette mesure; que
cependant il eût été singulier de voir en liberté des personnes
naturellement suspectes; qu'au reste la guerre allait finir; qu'on
allait raser les haies et les bois, décimer les habitans, envoyer le
reste dans l'intérieur de la France, et repeupler le pays avec des
colonies patriotes. «Il est fâcheux, disait-il, d'en venir à ce parti;
mais on y est forcé par le fanatisme des paysans, qui, du reste, sont
de braves gens, _car jamais, dans ce pays, aucun métayer n'a trompé son
maître_[5]. C'est un fils de M. de La Rochejaquelein qui les commandait
aux Aubiers. Vous le connaissez, demanda-t-il à M. de Lescure?--Oui.--Il
est même votre parent?--Cela est vrai.» Je tremblais de frayeur pendant
ce dialogue; mais l'air simple et le sang-froid de M. de Lescure ne
laissèrent rien soupçonner à Lassalle; d'ailleurs il arrivait de Niort,
et ne savait pas que Henri eût habité Clisson. La ville et l'armée
étaient tellement préoccupées par la frayeur, que personne ne songeait à
nous. La confusion, qui régnait dans toutes les démarches et dans tous
les esprits, nous sauva comme par miracle. A chaque instant il arrivait
des troupes. Quelquefois des terreurs paniques saisissaient tous les
habitans: c'étaient là nos momens de jouissance. Nous espérions alors
que la ville allait être prise, et nous écartions l'idée du danger que
nous ferait courir l'attaque. M. de Lescure n'avait pas d'autre idée que
cette délivrance; il l'attendait pour se joindre à l'armée royaliste,
et voulait même prévenir ce moment en s'échappant de Bressuire. Il ne
supportait pas la pensée de ne pouvoir combattre; et assurément, si l'on
nous eût transférés à Niort, comme on en parlait, il se serait fait tuer
plutôt que d'être ainsi emmené, et de perdre l'espoir qu'il avait dans
la promesse de Henri.

[Note 5: Éloge mérité, aveu remarquable dans la bouche u'un ennemi!
Encore aujourd'hui, les fédérés propriétaires sont, sûrs de n'être pas
trompés par leurs métayers, qui se sont-pourtant battus contre eux à
chaque guerre.]

Ce fut pendant cette crise que nous vîmes arriver l'abbé Desessarts. Il
avait été compromis à Poitiers, par la découverte d'une correspondance
avec un émigré. Le représentant du peuple lui donna à choisir entre la
mort ou l'enrôlement dans un bataillon. Il revêtit l'uniforme, et fut
envoyé à Bressuire. Il venait nous voir secrètement, et se concertait
avec mon mari sur les moyens d'aller rejoindre les Vendéens. Nous les
décidâmes pourtant à ne hasarder ainsi leur vie et la nôtre, que si on
nous transférait à Niort.

Toutes les nuits il y avait de nouvelles arrestations dans la ville.
Les bourgeois suspectés d'aristocratie, les patriotes douteux, étaient
emprisonnés. On ne tarda guère à faire subir le même sort au généreux
maire qui s'était opposé au massacre. Au milieu de cette rigueur
toujours croissante, la Providence continuait à nous préserver. Pendant
que chaque jour contribuait à augmenter nos craintes, une nouvelle
circonstance vint surtout les redoubler. Ma mère reçut, par la poste,
une lettre d'un prêtre émigré en Espagne; il lui mandait, d'une
manière mal déguisée, que la guerre venait d'être déclarée, que la
contre-révolution était infaillible, et qu'elle devait être contente.
Le lendemain, on commença à ouvrir nos lettres et à nous les remettre
décachetées. Nous tremblions d'en voir arriver de semblables à celle de
ce prêtre, et nous n'étions pas même bien assurés que celle-là n'eût pas
été lue.

Cependant on continuait à faire des efforts pour le recrutement dans les
paroisses qui ne s'étaient pas encore soulevées; loin de réussir, on
ne faisait qu'augmenter le nombre des révoltés. Les paysans étaient
inébranlables dans leur résolution à cet égard; rien ne pouvait les
obliger à se soumettre au tirage. Je citerai deux exemples qui eurent
lieu pendant les derniers momens de notre séjour à Bressuire.

La petite paroisse de Beaulieu fut avertie du jour où l'on devait faire,
le tirage. La troupe s'y rendit et n'y trouva pas un homme: il n'y
avait plus que des femmes dans le village. On leur signifia que, si le
lendemain les hommes n'étaient pas rentrés, on viendrait y mettre le
feu. Le lendemain on y retourna: les maisons étaient désertes; on ne vit
ni femmes ni enfans: tout le village fut brûlé. Après cette terrible
exécution, on somma de la même manière la paroisse de Saint-Sauveur.
Malgré l'exemple de Beaulieu, tous les habitans disparurent. Le maire
seul resta avec quelques femmes, pour tâcher de sauver le village.
On l'arrêta, et on allait mettre le feu, quand on apprit, que les
royalistes étaient près de Bressuire.

Le 1er mai 1793, la rumeur et le désordre s'accrurent dans la ville;
le bruit se répandit que les brigands étaient venus attaquer
Argenton-le-Château. Le soir, on sut qu'ils avaient réussi et qu'ils
se dirigeaient sur Bressuire dont ils n'étaient pas éloignés de trois
lieues. On mit toutes les troupes sous les armes; mais elles étaient
frappées de terreur: jamais le général Quétineau ne put obtenir que la
cavalerie fit une reconnaissance. Quelques cavaliers s'avancèrent un
peu, et revinrent précipitamment, disant qu'ils avaient vu de loin une
colonne ennemie. Quétineau se porta de ce côté: c'était un paysan qui
labourait son champ avec huit boeufs.

La nuit se passa ainsi, la frayeur des républicains s'accroissant de
moment en moment. La crainte d'être massacrés ou emmenés, nous tenait
dans des transes continuelles; enfin, au point du jour, les troupes
commencèrent à défiler sans bruit. Le général Quétineau, voyant les
dispositions de ses soldats, s'était déterminé à faire sa retraite sur
Thouars. Il avait cinq mille hommes; mais il ne pouvait compter sur eux
pour défendre Bressuire, dont la vieille enceinte tombait en ruine. Le
château est dans une assez belle position; mais il était aussi fort
dégradé; depuis que Duguesclin l'avait emporté d'assaut sur les Anglais,
il n'avait pas été réparé.

Cette retraite ne se fit pas avec ordre. Pour qu'elle ne fût pas
retardée par les bagages, Quétineau ordonna à chaque soldat de prendre
quatre boulets dans son sac. Cela était inexécutable; aussi presque tout
fut-il laissé à Bressuire. On avait d'abord oublié la caisse militaire;
on envoya un détachement pour la chercher. On oublia aussi presque tous
les drapeaux. Un grand nombre de Marseillais désertèrent. La plus grande
partie des habitans suivit le général Quétineau ou se dirigea sur les
villes voisines.

Pendant toute cette retraite, nous attendions notre sort; nous ne
pouvions croire qu'on nous oubliât complètement. Nous avions fermé nos
volets. Chaque fois que nous apercevions une compagnie faire halte
devant la porte, nous imaginions qu'on allait nous prendre. Enfin peu
à peu la ville resta comme déserte sans qu'on songeât à nous, et nous
restâmes libres.

Notre hôte vint alors nous prier de lui donner asile à Clisson; il
craignait que la ville ne fût mise à feu et à sang par les royalistes,
pour venger le massacre des prisonniers, qui deux fois avaient été
égorgés à Bressuire, au mois de septembre 1792, et puis dernièrement par
les Marseillais. Il dit à M. de Lescure que les brigands aimaient les
nobles et respectaient leurs châteaux. Beaucoup d'autres habitans de la
ville nous firent la même demande. M. de Lescure répondit qu'il verrait
avec plaisir tous ceux qui viendraient chez lui; mais qu'il ne concevait
pas l'avantage qu'on pouvait espérer en choisissant cette retraite. Il
envoya à Clisson pour qu'on amenât des charrettes, afin d'y charger les
effets des personnes à qui il accordait l'hospitalité.

A onze heures, nous fûmes avertis que la ville était enfin complètement
évacuée et presque abandonnée: nous descendîmes; nous traversâmes les
rues; on n'y voyait plus que quelques femmes qui se lamentaient. Quand
nous eûmes passé la porte, M. de Lescure et moi prîmes notre course par
des sentiers détournés; laissant derrière nous mes parens qui marchaient
plus doucement, nous arrivâmes seuls à Clisson. On ne pouvait concevoir
notre délivrance; personne ne pouvait en croire ses yeux. Nous
retrouvâmes à Clisson MM. Desessarts, d'Auzon, ma tante l'abbesse, etc.
L'abbé Desessarts, qui n'avait jamais été que tonsuré, et s'est toujours
appelé depuis le Chevalier, était parvenu à déserter; il vint nous
rejoindre le même jour. Le château se remplit aussi des fugitifs de
Bressuire.

Vers le milieu du jour, on répandit la nouvelle que les royalistes
avaient changé de direction, et ne marchaient plus sur Bressuire. M. de
Lescure se décida sur-le-champ. Il envoya avertir dans les paroisses
voisines, donna un lieu de rendez-vous aux paysans, et leur fit dire
qu'ils y trouveraient des chefs. De son côte, il se détermina à partir,
quand il serait quatre heures, pour Châtillon, afin d'y prendre de la
poudre et quelque renfort, et amener ces secours au lieu du rendez-vous,
assez tôt pour pouvoir occuper Bressuire avant que les bleus y
revinssent.

Nous commençâmes à faire tous les préparatifs. M. de Lescure n'avait
communiqué ses projets qu'à M. de Marigny, au chevalier Desessarts et à
moi. Mes parens avaient bien les mêmes sentimens que nous, mais non pas
la même ardeur de jeunesse. Nous nous cachâmes d'eux; nous redoutions
les réflexions et les conseils raisonnables; nous nous enfermâmes tous
les quatre dans une chambre, au milieu d'un château rempli de patriotes
réfugiés. Les messieurs se mirent à apprêter des armes, et moi je
faisais des cocardes blanches.

Sur les quatre heures, M. de Lescure vint dire à ma mère que toutes les
dispositions étaient faites pour que les femmes partissent escortées
et se rendissent à Châtillon. Elle demanda: «Mais si les patriotes
reviennent à Bressuire, qu'allons-nous devenir?--Demain, au point
du jour, dit M. de Lescure, je serai maître de Bressuire. Quarante
paroisses se révoltent cette nuit par mes ordres.» Ma mère se trouva
mal, en s'écriant: «Nous sommes perdus!» Elle lui représenta qu'il
n'avait pas calculé cette démarche avec prudence et sang-froid; qu'il
ignorait la position des armées royalistes et républicaines; que
probablement on allait arriver de Parthenay pour nous arrêter; que les
paroisses se soulèveraient sans doute, mais sans apparence de succès, si
elles étaient livrées à elles-mêmes. M. de Lescure n'écouta point ces
observations; il avait trop souffert de rester détenu et oisif, et
d'avoir différé à se jeter dans la révolte, à cause de nos premières
instances. Il avait vu la frayeur des troupes républicaines; elle lui
donnait de l'espoir. Il se croyait certain de pouvoir mettre sa famille
en sûreté, et ne pensait pas l'exposer à tant de dangers. Si, pour
entreprendre une insurrection, on calculait les espérances de succès,
jamais on ne la commencerait; quand une fois elle est entamée, il faut
bien la soutenir. La raison et le courage portent à continuer une
résistance devenue nécessaire; mais ce n'est qu'avec une audace
irréfléchie, un dévouement entier à ses opinions, un enthousiasme
d'autant plus noble qu'il est plus aveugle, que l'on commence de telles
entreprises.

MM. de Lescure et de Marigny partirent, montés sur d'excellens chevaux.
A peine étaient-ils sortis; que je vis arriver un patriote de Bressuire,
qui se glissait tout tremblant dans le château, en répétant: «Ils y
sont! ils y sont!--Quoi? lui dis-je.--Les brigands sont à Bressuire»
repartit-il. Je le laissai s'affliger avec les autres gens de la ville,
et je fis courir tout de suite après M. de Lescure. Il revint au bout
d'un quart-d'heure, et me trouva causant avec tous les patriotes
effrayés. Au moment même, un des métayers qui était allé chercher leurs
meubles, arriva de Bressuire et conta que les brigands avaient pris ses
boeufs, et qu'apprenant qu'ils étaient à M. de Lescure, ils avaient dit
qu'ils les rendraient sur un billet de sa main. «Je vois que vous aviez
raison, dit en souriant M. de Lescure aux gens de Bressuire, il paraît
que les brigands aiment les nobles. Je vais aller chercher mes boeufs,
et sauver vos effets: restez ici sans inquiétude.»

Après ce second départ, moins inquiétant que le premier, je songeais,
ne connaissant pas encore l'extrême bonté des insurgés, que s'il en
arrivait sans que M. de La Rochejaquelein fût à leur tête, il se
pourrait bien qu'ils fussent mécontens de trouver le château rempli
de patriotes. Pour éviter tout accident, j'engageai d'abord tous ces
réfugiés à quitter leur cocarde, leur disant qu'il fallait ne prendre
le signe d'aucune opinion, puisque nous ne voulions pas nous défendre.
Ensuite je les plaçai tous dans une aile du château, en les engageant à
s'y tenir tranquilles. Mon père et ma mère étaient auprès de ma tante
qui était malade. J'avais ordonné à tous mes gens de ne pas sortir; je
craignais qu'ils ne fissent quelque imprudence; de façon que j'étais
seule dans la cour, par agitation plutôt que par courage. Au bout de
quelques minutes j'entendis le galop de plusieurs chevaux, et des cris
de _vive le roi_. C'était M. de Lescure et M. de Marigny qui revenaient
avec Henri de La Rochejaquelein: ils l'avaient trouvé en chemin avec
trois autres cavaliers. A ce cri de _vive le roi_, tout le monde sortit
du château. Henri se jeta dans nos bras, en pleurant et s'écriant:
«Je vous ai donc délivrés!» Pendant cette joie et cette émotion, les
patriotes de Bressuire ouvrirent doucement leurs portes, et virent, à
leur grande surprise, que c'était nous et tous les gens de la maison qui
répétions: _Vive le roi_! Ils se jetèrent à nos pieds. M. de Lescure
conta toute leur histoire à Henri qui dit qu'en effet l'asile était
bien choisi, et qu'ils avaient sagement fait de se mettre à l'abri des
brigands dans leur propre château. Nous voulûmes ensuite qu'il embrassât
quelques--unes des femmes, pour les réconcilier avec ces brigands
qu'elles regardaient comme des espèces de monstres. Nous étions tous
dans l'ivresse.

Henri nous donna quelques détails sur l'armée; il nous parla surtout de
la valeur et de l'enthousiasme des paysans. Nous sûmes qu'il y avait
plusieurs corps de rebelles commandés par des chefs différens; que
presque tous avaient des succès, mais qu'il n'y avait point de relations
habituelles entre eux; que M. de Charrette était un des principaux;
qu'il venait de surprendre l'île de Noirmoutier. Nous lui demandâmes de
quelle manière on se procurait des munitions. Il nous raconta comment, à
l'attaque d'Argenton, chaque canon n'avait que trois coups à tirer; mais
on y avait trouvé de la poudre; on avait alors douze gargousses par
chaque pièce: jamais on n'avait été si riche. Ces détails, qui auraient
dû paraître effrayans, nous comblaient de joie. Ma mère disait qu'il
n'y avait pas à hésiter, et que le devoir de tout gentilhomme était de
prendre les armes. Les traits de bravoure de tous ces paysans, que nous
rapportait Henri, nous remplissaient d'admiration; moi surtout, je me
livrais à l'espérance avec une vivacité d'enfant.

Henri nous présenta un jeune homme qui était venu avec lui, M.
Forestier: c'était le fils d'un cordonnier de la Pommeraye-sur-Loire. Il
avait été élevé parles soins de M. de Dommagné, et l'avait suivi depuis
le commencement de l'insurrection; il était âgé de dix-sept ans et avait
une figure charmante: il venait de finir ses études. Henri nous dit que
c'était un des officiers de la cavalerie vendéenne, qu'il était d'une
rare bravoure, et que les chefs et les soldats l'aimaient beaucoup.

M. de Lescure, Henri de La Rochejaquelein et M. Forestier repartirent
bientôt après pour Bressuire. M. de Lescure était empressé d'aller se
réunir aux généraux et faire connaissance avec eux. Il fut convenu que
mon père, MM. de Marigny et Desessarts, iraient aussi le lendemain
joindre l'armée; ma mère et moi, les femmes et les vieillards, devions
en même temps quitter Clisson pour aller nous établir au château de la
Boulaye, qui appartenait à M. d'Auzon: il était situé dans la paroisse
de Mallièvre, entre les Herbiers et Châtillon, au centre du pays
insurgé.



                              CHAPITRE VI.

Les Vendéens occupent Bressuire.--Tableau de l'armée royaliste.


Au point du jour, je reçus un billet de M. de Lescure; il me mandait
qu'il allait arriver avec Henri, à la tête de quatre-vingts cavaliers:
on fit des préparatifs pour les recevoir. Ils amenèrent avec eux le
chevalier de Beauvolliers: c'était un grand jeune homme de dix-huit ans,
que l'on avait enrôlé par force à Loudun, dans les gendarmes, et qu'on
avait envoyé à Bressuire. Il avait, la veille, trouvé le moyen de
quitter son corps; et aussitôt qu'il vit la ville complètement évacuée,
il se mit au galop pour aller en porter la nouvelle aux rebelles qui
arrivaient. Son habit de gendarme le fit mal recevoir des premiers
cavaliers qu'il rencontra: cependant un officier paysan, qui se trouvait
là, prit un peu plus de confiance en lui. M. de Beauvolliers lui proposa
de venir abattre l'arbre de la liberté à Bressuire. Le paysan lui
répondit: «Allons; mais s'il y a du monde dans la ville, et que nous
soyons surpris, je te brûle la cervelle.» M. de Beauvolliers se montra
toujours plein de bravoure et de douceur. Il devint aide-de-camp et
intime ami de M. de Lescure.

Tous les autres cavaliers qui vinrent avec ces messieurs n'avaient pas
assurément une tournure militaire ni distinguée; leurs chevaux étaient
de toute taille et de toute couleur; on voyait beaucoup de bâts au lieu
de selles, de cordes au lieu d'étriers, de sabots au lieu de bottes; nos
cavaliers avaient des habits de toutes les façons, des pistolets à la
ceinture, des fusils et des sabres attachés avec des ficelles; les uns
avaient des cocardes blanches, d'autres en avaient de noires ou de
vertes; tous portaient un sacré coeur cousu à leur habit et un chapelet
à la boutonnière; ils avaient attaché à la queue de leurs chevaux
des cocardes tricolores et des épaulettes enlevées à des bleus: les
officiers étaient un peu mieux équipés que les soldats, et n'avaient pas
de marques distinctives.

Toute cette troupe venait pour se montrer aux portes de Parthenay, et y
donner une fausse alarme, afin de cacher la marche de l'armée qui devait
s'avancer sur Thouars.

Les soldats se mirent à déjeuner. Les paysans des paroisses voisines
arrivaient de toute part pour se joindre à eux. Des femmes venaient, la
hache à la main, après avoir coupé les arbres de la liberté. Le château
était plein de gens qui mangeaient, qui buvaient, en chantant et en
criant _vive le roi_.

Pendant ce temps-là, M. de Lescure racontait qu'à Bressuire on l'avait
reçu à bras ouverts, qu'on l'avait traité comme chef de toutes les
paroisses de son canton, qu'on l'avait fait entrer dans le conseil de
guerre, qu'on attendait avec impatience mon père, MM. de Marigny et
Desessarts: trouver des officiers était un grand bonheur, car l'armée en
manquait.

Au milieu de cette conversation, nous entendîmes un tumulte violent dans
la cour. Les Vendéens avaient attaché leurs chevaux, et, suivant leur
usage, n'avaient pas placé de sentinelle; trois habitans de Bressuire,
dont les femmes s'étaient réfugiées à Clisson, arrivèrent pour les
chercher et les emmener à Parthenay: ils étaient en uniforme de garde
nationale, bien armés et à cheval. Voyant tant de chevaux dans la cour,
ils crurent, sans y trop regarder, qu'un détachement de Parthenay était
venu pour nous enlever; ils trouvent un petit domestique âgé de quinze
ans, et lui disent: «Bonjour, citoyen.» Cet enfant répondit en criant:
«Il n'y a pas de citoyens ici: _vive le roi_! aux armes! voilà les
bleus!» Aussitôt tous les cavaliers sortent comme des furieux, le sabre
à la main. Mon père et moi étions par hasard dans la cour; nous courûmes
les premiers, et nous nous jetâmes devant ces trois hommes qu'on allait
massacrer: nous essayâmes d'expliquer aux paysans que ces gens ne
venaient pas faire de mal, qu'ils voulaient emmener leurs femmes; elles
étaient là à genoux, suppliant et demandant grâce. Les paysans ne
voulaient rien entendre; M. de La Rochejaquelein se mit à leur parler.
Pendant ce temps, nous fîmes entrer les trois hommes; ils quittèrent
leurs habits, prirent une cocarde blanche. Pour calmer les cavaliers,
ils furent obligés de cracher sur la cocarde tricolore, et de crier
_vive le roi_!

Vers midi, M. de Lescure et Henri partirent pour Parthenay, et nous pour
Bressuire, en accordant aux patriotes réfugiés la permission de rester
à Clisson tant qu'ils s'y croiraient plus en sûreté qu'ailleurs: tous
étaient des gens honnêtes et paisibles.

Nous nous mimes en voiture, et des domestiques armés nous escortaient.
Quand nous fûmes près de la ville, nous commençâmes à voir des Vendéens.
Ils surent qui nous étions, et se mirent à crier _vive le roi_! Nous
le répétions avec eux, en pleurant d'attendrissement. J'en aperçus
une cinquantaine à genoux au pied d'un calvaire; rien ne pouvait les
distraire de leurs prières.

La ville était occupée par environ vingt mille hommes: il y en avait
six mille tout au plus armés de fusils; le reste portait des faulx
emmanchées à l'envers, armes dont l'aspect est effrayant; des lames de
couteau, des faucilles plantées dans un bâton, des broches, ou bien de
grosses massues de bois noueux; tous ces paysans étaient dans l'ivresse
de la joie: ils se croyaient invincibles. Les rues étaient pleines; on
sonnait toutes les cloches. On avait fait un feu, sur la place, avec
l'arbre de la liberté et les papiers des administrations.

Mon père, M. de Marigny et le chevalier Desessarts allèrent trouver les
généraux; je me mis à me promener dans la ville avec mes femmes. Les
paysans me demandaient si j'étais de Bressuire; je leur disais comment
la veille j'y étais prisonnière, et comment ils m'avaient délivrée: ils
étaient tout heureux d'avoir sauvé une dame noble. Ils me contaient que
les émigrés allaient venir à leur secours, pour rétablir le roi et la
religion. Ils voulurent ensuite me mener vers Marie-Jeanne: c'était une
pièce de canon de douze; elle venait du château de Richelieu, où le
cardinal l'avait fait placer autrefois avec cinq autres; elle était,
d'un très-beau travail, chargée d'ornemens et d'inscriptions à la gloire
de Louis XIII et du cardinal. Les républicains avaient pris ce canon à
Richelieu, et il leur avait été enlevé au premier combat de Chollet. Les
paysans, je ne sais pourquoi, lui avaient donné ce nom de Marie-Jeanne;
ils y attachaient une idée miraculeuse, et croyaient qu'elle était un
gage certain de victoire. Je trouvai ce canon sur la place: il était
orné de fleurs et de rubans, et les paysans l'embrassaient. Ils
m'invitèrent à l'embrasser aussi, ce que je fis volontiers: il y avait
là treize autres pièces de divers calibres.

Sur le soir, je fus bien surprise et édifiée de voir tous les soldats
qui logeaient dans la même maison que nous, se mettre à genoux, répétant
le chapelet qu'un d'entre eux disait tout haut. J'appris qu'ils ne
manquaient jamais à cette dévotion trois fois par jour.

Leur bravoure et leur enthousiasme n'avaient pas détruit leur douceur
naturelle; leur amour et leur respect pour la religion, bien qu'assez
peu éclairés, augmentaient ce sentiment. Dans les premiers mois de la
guerre, avant que les atrocités des républicains eussent inspiré quelque
faible désir de vengeances et de représailles, l'armée vendéenne était
aussi touchante par ses vertus qu'admirable par son courage; aucun des
désordres qui accompagnent les guerres, ne souillait la victoire des
royalistes. On entrait de vive force dans les villes sans les piller;
on ne maltraitait pas les vaincus; on n'exigeait d'eux ni rançon ni
contribution; du moins les habitans du pays ne se rendaient jamais
coupables de ces excès. Quelques déserteurs, de jeunes Bretons, qui
avaient passé la Loire pour se dérober au recrutement, et qui ne
pouvaient tirer de chez eux aucun moyen de subsistance, n'étaient pas
toujours aussi irréprochables; mais on les punissait. Dans les divisions
du Bas-Poitou et du Comté Nantais, les choses ne se passaient pas
toujours ainsi; la guerre s'y est faite quelquefois, mais bien rarement,
d'une manière cruelle; l'ordre n'y régnait pas toujours.

Dans cette journée, que je passai à Bressuire, je pus apercevoir ce
caractère des soldats vendéens: ils détestaient cette ville, à cause
des massacres que les troupes y avaient commis; et, pour assouvir leur
colère, ils ne songeaient pas à faire le moindre mal à un habitant dans
sa personne ou dans sa maison; ils se bornaient à démolir les murs
extérieurs de Bressuire.

Dans la maison où j'étais logée, et même dans la chambre où j'étais
descendue, il y avait beaucoup de soldats; je les entendis s'affliger de
ne pas avoir de tabac; je leur demandai s'il n'y en avait pas dans
la ville. «On en vend bien; mais nous n'avons pas d'argent,»
répondirent-ils. Alors j'en fis acheter, que je leur donnai. Deux
cavaliers prirent dispute dans la rue, sous nos fenêtres; un d'eux tira
son sabre et toucha l'autre légèrement: celui-ci allait riposter;
mon père, qui était tout auprès, lui retint le bras en lui
disant:«Jésus-Christ a pardonné à ses bourreaux, et un soldat de
l'armée catholique veut tuer son camarade!» Cet homme embrassa l'autre
sur-le-champ. Au reste, je n'ai jamais entendu parler de duel dans notre
armée: la guerre était si active et si périlleuse, que personne ne
songeait à montrer son courage autrement que contre l'ennemi.

L'armée qui occupait Bressuire était composée d'Angevins, et de
Poitevins des paroisses qui touchent l'Anjou. Les paroisses que M. de
Lescure fît soulever s'y réunirent, et on la nommait la grande armée.
D'ordinaire elle avait environ vingt mille hommes; pour les expéditions
importantes, on la portait facilement au double. C'est elle qui avait
le plus d'ennemis à combattre, et qui a eu le plus de succès; presque
toujours elle agissait de concert avec la division de M. de Bonchamps,
qui pouvait même être regardée comme en faisant partie: cette
division était formée de paroisses qui touchent la Loire du côté de
Saint-Florent; les Bretons qui avaient passé la rivière, s'y étaient
joints; elle comptait dix ou douze mille hommes, et elle avait à
se défendre plus spécialement contre les troupes républicaines qui
occupaient Angers.

M. de Charrette commandait dans le Marais et sur les côtes; il avait
vingt mille hommes dans les plus fortes réunions; il avait affaire aux
garnisons de Nantes et des Sables. Dans le même canton, trois ou quatre
petits rassemblemens, commandés par MM. de la Cathelinière, Couëtus,
Jolly et Savin, agissaient souvent avec M. de Charrette.

M. de Royran occupait Montaigu et les cantons adjacens; sa division
était de douze mille hommes; il n'avait à combattre que les troupes
stationnées à Luçon.

Entre Nantes et Montaigu, MM. de Lyrot et d'Isigny avaient trois ou
quatre mille hommes; ils avaient à se défendre du côté de Nantes.

On voit que la grande armée appuyait ses derrières sur ces divisions;
mais elle avait à se soutenir sur une ligne bien étendue; elle était à
découvert au nord, à l'est et au midi. Les républicains pouvaient
venir l'attaquer de Fontenay, de Parthenay, d'Airvault, de Thouars, de
Vihiers, de Doué et de Brissac; aussi a-t-elle successivement attaqué et
occupé toutes ces villes, soit en repoussant ses ennemis, soit en allant
les chercher. Je vais faire connaître les chefs qui la commandaient. Il
n'y avait eu encore aucune nomination de généraux; les soldats suivaient
ceux en qui ils avaient confiance, et ceux-ci s'entendaient fort bien
entre eux, sans qu'il fut question de grades ni de subordination
officielle.

M. de Bonchamps, chef de l'armée d'Anjou, était un homme de trente-deux
ans: il avait fait la guerre dans l'Inde avec distinction, comme
capitaine d'infanterie, sous M. de Suffren. Il avait une réputation de
valeur et de talent que je n'ai jamais entendu contester une seule fois;
il était reconnu pour le plus habile des généraux; sa troupe passait
pour mieux exercée que les autres; il n'avait aucune ambition, aucune
prétention; son caractère était doux et facile; il était fort aimé dans
la grande armée, et on lui accordait une entière confiance. Mais il
était malheureux dans les combats: il a paru rarement au feu sans être
blessé, et son armée était ainsi souvent privée de sa présence; c'est
aussi pour cette cause que je n'ai jamais été à portée de le voir.
Il comptait dans sa division d'excellens officiers: MM. de Fleuriot,
anciens militaires, qui le remplaçaient en son absence; MM. Soyer, MM.
Martin, M. de Scépeaux, beau-frère de M. de Bonchamps, etc., tous fort
braves et fort dévoués.

Dans la grande armée, le principal chef était, en ce moment, M. d'Elbée;
il commandait plus particulièrement les gens des environs de Chollet et
de Beaupréau. C'était un ancien sous-lieutenant d'infanterie, retiré
depuis quelques années; il avait alors quarante ans; il était de
petite taille, n'avait jamais vécu à Paris, ni dans le monde; il était
extrêmement dévot, enthousiaste, d'un courage extraordinaire et calme;
c'était son principal mérite. Son amour-propre se blessait facilement;
il s'emportait sans propos, quoiqu'il fût d'une politesse cérémonieuse;
il avait un peu d'ambition, mais bornée comme toutes ses vues. Dans
les combats il ne savait qu'aller en avant, en disant: «Mes enfans, la
Providence nous donnera la victoire.» Sa dévotion était très-réelle;
mais comme il voyait que c'était un moyen de s'attacher les paysans
et de les animer, il y mettait beaucoup d'affectation et un ton de
charlatanisme que l'on trouvait souvent ridicule. Il portait sous son
habit de pieuses images; il faisait des sermons et des exhortations aux
soldats, et surtout il parlait toujours de la Providence, au point que
les paysans, bien qu'ils l'aimassent beaucoup et qu'ils respectassent
tout ce qui tenait à la religion, l'avaient, sans y entendre malice,
surnommé _le général la Providence_. Malgré ces petits ridicules, M.
d'Elbée était au fond un homme si estimable et si vertueux, que tout le
monde avait pour lui de l'attachement et de la déférence.

Stofflet était à la tête des paroisses du côté de Maulevrier. Il était
Alsacien, et avait servi dans un régiment suisse. Lors de la révolte,
il était garde-chasse au château de Maulevrier; il avait alors quarante
ans; il était grand et robuste. Les soldats ne l'aimaient pas, parce
qu'il était dur et brutal; mais ils lui obéissaient mieux qu'à personne,
et cela le rendait fort utile. Les généraux avaient grande confiance
en lui; il était actif, intelligent et brave. Depuis, il a montré une
ambition sans bornes et sans raison, qui lui a donné de grands torts, et
qui a beaucoup contribué à perdre l'armée. Alors il était, comme tout le
monde, dévoué à faire le mieux possible, sans songer à lui.

Cathelineau commandait les gens du Pin-en-Mauge et des environs.
C'était, comme je l'ai dit, un simple paysan qui avait fait quelque
temps le métier de colporteur pour le commerce des laines. Jamais on
n'a vu un homme plus doux, plus modeste et meilleur. On avait pour lui
d'autant plus d'égards, qu'il se mettait toujours à la dernière place.
Il avait une intelligence extraordinaire, une éloquence entraînante, des
talens naturels pour faire la guerre et diriger les soldats: il était
âgé de trente-quatre ans. Les paysans l'adoraient et lui portaient le
plus grand respect. Il avait depuis longtemps une grande réputation de
piété et de régularité, tellement que les soldats l'appelaient _le Saint
d'Anjou_, et se plaçaient, quand ils le pouvaient, auprès de lui dans
les combats, pensant qu'on ne pouvait être blessé à côté d'un si saint
homme. Quand M. de Lescure fut à l'armée, il fut aussi surnommé _le
Saint du Poitou,_ et l'on avait pour lui, comme pour Cathelineau, une
sorte de vénération religieuse.

M. de La Rochejaquelein était chef des paroisses qui sont autour de
Châtillon. Il avait un courage ardent et téméraire, qui le faisait
surnommer _l'intrépide._ Dans les combats, il avait le coup-d'oeil
juste, et prenait des résolutions promptes et habiles. Il inspirait
beaucoup d'ardeur et d'assurance aux soldats. On lui reprochait de
s'exposer sans aucune nécessité, de se laisser emporter trop loin,
d'aller faire le coup de sabre avec les ennemis. Dans les déroutes des
républicains, il les poursuivait sans aucune prudence personnelle. On
l'exhortait aussi à s'occuper davantage des discussions du conseil de
guerre. En effet, il les trouvait souvent oiseuses et inutiles; et après
avoir dit son avis, il lui arrivait parfois de s'endormir; mais il
répondait à tous les reproches: «Pourquoi veut-on que je sois un
général? Je ne veux être qu'un hussard, pour avoir le plaisir de me
battre.» Malgré ce goût pour les combats, il était cependant rempli de
douceur et d'humanité. Le combat fini, nul n'avait plus d'égards et
de pitié pour les vaincus. Souvent, en faisant un prisonnier, il lui
offrait auparavant de se battre corps à corps contre lui.

M. de Lescure avait une bravoure qui ne ressemblait pas à celle de son
cousin; elle ne l'écartait jamais de son sang-froid accoutumé, et même,
lorsqu'il se montrait téméraire, il ne cessait pas d'être grave et
réfléchi. Il était l'officier le plus instruit de l'armée. Toujours il
avait eu du goût pour les études militaires, et s'y était livré avec
zèle. Il avait lu tous les livres de tactique. Lui seul entendait
quelque chose à la fortification; et quand on attaquait les
retranchemens des républicains, ses conseils étaient nécessaires à
tout le monde. Il était aimé et respecté; mais on lui trouvait de
l'obstination dans les conseils. Pour son humanité, elle avait quelque
chose d'angélique et de merveilleux. Dans une guerre où les généraux
étaient soldats, et combattaient sans cesse corps à corps, pas un homme
n'a reçu la mort de la main de M. de Lescure; jamais il n'a laissé périr
ou maltraiter un prisonnier, tant qu'il a pu s'y opposer, même dans un
temps où les massacres effroyables des républicains entraînaient les
plus doux de nos officiers à user quelquefois de représailles. Un jour,
un homme tira sur lui à bout portant; il écarta le fusil, et dit:
«Emmenez ce prisonnier.» Les paysans indignés le massacrèrent derrière
lui. Il se retourna, et s'emporta avec une colère que jamais on ne lui
avait vue. C'est la seule fois, m'a-t-il dit, qu'il avait proféré un
jurement. Le nombre de gens à qui il a sauvé la vie est prodigieux:
aussi sa mémoire est-elle chérie et vénérée de tous les partis dans la
Vendée. De tous ceux qui se sont illustrés dans cette guerre, aucun n'a
acquis une gloire plus pure.

MM. de La Rochejaquelein et de Lescure étaient unis comme deux frères;
leurs noms allaient toujours ensemble; leur amitié était célèbre dans
l'armée. Avec un caractère différent, ils avaient la même simplicité, la
même douceur, la même absence d'ambition et, de vanité. Henri disait:
«Si nous rétablissons le roi sur le trône, il m'accordera bien un
régiment de hussards.» M. de Lescure ne formait pas des souhaits moins
modestes.

Mon père n'eut point d'abord de commandement particulier, bien qu'il
eût le grade de maréchal-de-camp, et qu'il eût fait cinq campagnes en
Allemagne. Étranger au pays, il ne se souciait pas d'être général en
chef, ne désirant être à l'armée que pour faire son devoir. Il était
fort respecté dans le conseil, mais était peu communicatif. Il ne
partageait pas les illusions de quelques chefs, et prévoyait l'issue
déplorable de la guerre. Il aimait si peu à se faire valoir, qu'à
son arrivée à Bressuire, M. d'Elbée lui ayant dit, avec un air de
protection, qu'il ne laisserait pas ignorer au roi ceux qui mériteraient
des récompenses, et qu'il se promettait d'obtenir quelque faveur par le
moyen d'un de ses parens, écuyer du prince de Condé, il se garda bien
de lui apprendre qu'il avait lui-même passé sa vie à la cour. Il ne
lui vint pas dans la pensée de tourner en ridicule les promesses si
provinciales de M. d'Elbée, et répondit qu'il ne désirait rien que
l'honneur de servir le roi.

M. de Marigny fut nommé général de l'artillerie. Il s'entendait
parfaitement à cette partie de l'art militaire: pendant la guerre contre
l'Angleterre, il avait pris part à plusieurs débarquemens, et il avait
plus d'expérience que la plupart des officiers; mais il s'échauffait au
point de perdre complétement la tête; aussi a-t-il nui quelquefois aux
succès de l'armée, à laquelle cependant ses talens ont bien plus souvent
servi. Il faut encore attribuer à cette espèce d'égarement et de
vertige, sa dureté et son inhumanité envers les vaincus. Presque jamais
il n'en épargnait aucun, quelques représentations qu'on pût lui faire,
il était fortement persuadé que cela était utile au parti. Au milieu
de ses cruautés il continuait à se montrer, avec ses camarades et ses
soldats, l'homme le meilleur et le plus affable; aussi était-il fort
aimé; on ne pouvait s'empêcher de lui être très-attaché.

M. de Dommagné était général de cavalerie: c'était un brave et honnête
homme.

On considérait encore comme général M. de Boisy. Sa mauvaise santé était
cause qu'on le voyait rarement à l'armée, et qu'il y était peu utile.
M. Duhoux d'Hauterive, beau-frère de M. d'Elbée, et chevalier de
Saint-Louis, fort honnête homme, n'était pas non plus en évidence.

Beaucoup d'officiers, et même tous ceux qui montraient quelques
talens, n'avaient pas une place ni une autorité bien déterminées. Ils
combattaient aux postes où ils étaient le plus nécessaires, et faisaient
ce dont on les chargeait. Les principaux étaient alors MM. Forestier,
Tonnelay, Forêt, Villeneuve du Cazeau, les frères de Cathelineau, le
chevalier Duhoux, le chevalier Desessarts, MM. Guignard, Odaly, les
frères Cadi, Bourasseau, etc., les uns gentilshommes, les autres
bourgeois, d'autres paysans. A ces officiers s'en joignirent
successivement beaucoup d'autres. Tout ancien militaire, tout
gentilhomme ou tout homme un peu instruit, toute personne à qui les
paysans montraient de la confiance, tout soldat qui faisait voir de la
bravoure et de l'intelligence, se trouvait officier comme de droit. Les
généraux le chargeaient de commander, et il faisait de son mieux.

On pourra croire qu'un état-major ainsi formé, et où tout semble laissé
au hasard, devait être le théâtre de beaucoup de dissensions et de
malentendus; mais l'absence de toute règle précise venait de ce qu'elle
eût été superflue et même nuisible. Chacun était sûr de soi et des
autres; il ne fallait pas prescrire de devoir à des gens qui faisaient
toujours le plus qu'il leur était possible. Tous voulaient le même but,
et s'y étaient entièrement et sincèrement dévoués. Il n'y avait ni
ambition, ni vanité, ou du moins elles étaient muettes. On se battait
tous les jours ou à peu près: il ne restait pas de temps pour
se disputer, pour soutenir des prétentions, pour les étaler en
conversation. Si quelques-uns avaient des espérances, elles étaient
si éloignées des succès qui auraient pu les réaliser, qu'il eût été
ridicule d'en parler. La diversité des conditions était oubliée. Un
brave paysan, un bourgeois d'une petite ville, était le frère d'armes
d'un gentilhomme; ils couraient les mêmes dangers, menaient la même vie,
étaient presque vêtus des mêmes habits, et parlaient des mêmes choses
qui étaient communes à tous. Cette égalité n'avait rien d'affecté; elle
était réelle par le fait; elle l'était de cour aussi pour tout honnête
gentilhomme qui avait du sens. Les différences d'opinions politiques
étaient aussi effacées. Plusieurs chefs ou officiers avaient eu
originairement une nuance diverse dans la révolution, et avaient plus
ou moins tard commencé à la détester; mais jamais il n'était question
d'amour-propre, d'aristocratie. On prouvait assez son zèle actuel, pour
qu'on ne mît pas de vanité à sa date.

Tels ont été, à peu d'exceptions près, dans le commencement de la
guerre, le caractère des chefs et le tableau de l'état-major. La
formation et la discipline de l'armée présentaient aussi un spectacle
bien différent de celui que les autres guerres offrent ordinairement.

L'armée n'était jamais assemblée plus de trois ou quatre jours. La
bataille une fois gagnée ou perdue, l'expédition ayant réussi ou manqué,
rien ne pouvait retenir les paysans, ils retournaient dans leurs foyers.
Les chefs restaient seuls avec quelques centaines d'hommes déserteurs et
étrangers qui n'avaient pas de famille à aller retrouver; mais dès qu'on
voulait tenter une nouvelle entreprise, l'armée était bientôt reformée.
On envoyait dans toutes les paroisses, le tocsin était sonné, tous
les paysans arrivaient. Alors on lisait une réquisition conçue en ces
termes: «Au saint nom de Dieu, de par le roi, telle paroisse est invitée
à envoyer le plus d'hommes possible en tel lieu, tel jour, à telle
heure: on apportera des vivres.» Le chef dans le commandement duquel la
paroisse était comprise, signait la réquisition; elle était obéie avec
empressement; c'était à qui partirait parmi les paysans. Chaque soldat
apportait du pain avec lui, et les généraux avaient soin aussi d'en
faire faire une certaine quantité. La viande était distribuée aux
soldats. Le blé et les boeufs nécessaires pour les vivres étaient requis
par les généraux, et l'on avait soin de faire supporter cette charge par
les gentilshommes, les grands propriétaires et les terres d'émigrés:
mais il n'était pas toujours besoin de recourir à une réquisition; il y
avait, beaucoup d'empressement à fournir volontairement; les villages
se cotisaient pour envoyer des charretées de pain sur le passage de
l'armée: les paysannes disaient leur chapelet à genoux, se tenaient, sur
la route et offraient des vivres aux soldats. Les gens riches donnaient
autant qu'il leur était possible. Comme d'ailleurs les rassemblemens
duraient peu, on n'a jamais manqué de vivres.

L'armée n'avait donc ni chariots ni bagages: on pense bien qu'il n'était
pas question de tentes. Pour les hôpitaux, ils étaient réglés avec un
soin particulier; tous les blessés royalistes et républicains étaient
transportés à Saint-Laurent-sur-Sèvre. La communauté des soeurs de la
Sagesse, qui sont une espèce de soeurs grises, avait là son chef-lieu.
Les pauvres soeurs, renvoyées de partout, s'y étaient réfugiées en
grand nombre; elles étaient plus de cent. Dans le même bourg, les
missionnaires du Saint-Esprit s'étaient aussi consacrés aux mêmes
fonctions. Il y avait des chirurgiens qui suivaient l'armée; d'autres
dirigeaient de petits hôpitaux en différens lieux.

Quand l'armée était assemblée, on la partageait en différentes colonnes,
pour attaquer sur les différens points déterminés d'avance par les
généraux. On disait: M. un tel va par ce chemin; qui veut le suivre?
Les soldats qui le connaissaient, marchaient à sa suite. Seulement,
lorsqu'il y en avait assez dans une bande, on ne laissait plus les
autres s'y joindre; on les faisait aller d'un autre côté. Les chefs,
arrivés au point d'attaque, formaient de la même façon les compagnies de
leurs officiers. Jamais on ne disait aux soldats: A droite, à gauche.
On leur criait: Allez vers cette maison, vers ce gros arbre; puis on
commençait l'attaque. Les paysans ne manquaient guère à dire leurs
prières avant d'entrer en combat, et presque tous faisaient un signe de
croix à chaque coup qu'ils allaient tirer.

Du reste, il était impossible, même à prix d'argent, de les placer en
sentinelle, ou de leur faire faire une patrouille. Les officiers étaient
obligés de se charger de ce soin, quand il était nécessaire.

On avait quelques drapeaux, que; l'on portait dans les affaires
importantes et préparées d'avance; mais quand la victoire était gagnée,
les paysans mettaient drapeaux et tambours sur une charrette, et
revenaient comme une foule joyeuse.

Dès que le combat était entamé, et que la mousqueterie et l'artillerie
se faisaient entendre, les femmes, les enfans, tout ce qui restait
d'habitans, allaient dans les églises se mettre en prières, ou se
prosternaient dans les champs pour demander le succès de nos armes. De
façon que, dans toute la Vendée à la fois, il n'y avait plus qu'une même
pensée et qu'un même voeu; chacun attendait, en priant Dieu, l'issue
d'une bataille d'où dépendait le sort de tous.

Tel est le tableau qu'offrit l'armée vendéenne pendant les premiers mois
de la guerre. Peut-être, en voyant combien peu le calcul, l'ordre, la
prudence, ont contribué à ses succès, paraîtront-ils plus surprenans
encore. Communément on a supposé à l'insurrection un tout autre
caractère; on a cru qu'elle avait été préparée par de vastes trames,
que les chefs étaient d'habiles politiques dont les paysans étaient les
aveugles instrumens, et qui avaient travaillé pour l'exécution de grands
desseins arrêtés d'avance. Il est facile de voir combien ces pompeuses
explications sont éloignées de la vérité. La guerre a été plutôt
défensive qu'offensive: jamais aucun plan n'a pu être concerté pour
arriver à un résultat plus élevé que la sûreté du pays. Après les grands
succès, l'espérance de contribuer puissamment à la contre-révolution se
présenta assurément à tous les Vendéens, mais sans pouvoir influer sur
leur marche. Au reste, dans les courts instans où l'on put se livrer
à cet heureux espoir, les prétentions des insurgés ne cessèrent point
d'être modestes et mesurées. J'ignore quels rêves d'ambition ont pu
former dans la suite quelques-uns des chefs; mais le voeu de l'armée,
des bons paysans et de leurs officiers, se réduisait à peu de chose.

Ils désiraient que ce nom de _Vendée_, qui leur avait été donné par
hasard, fût conservé à une province formée de tout le Bocage,
et administrée séparément. Depuis long-temps les hommes sensés
s'affligeaient de voir une contrée, unie par les moeurs, l'industrie et
la nature du sol, séparée en trois parties dépendant de trois provinces
différentes, dont l'administration avait constamment négligé le
Bocage[6].

[Note 6: La séparation actuelle en quatre départemens a les mêmes
inconvéniens pour le pays.]

Ils auraient sollicité le roi d'honorer une fois de sa présence ce pays
sauvage et reculé;

De permettre qu'en mémoire de la guerre, le drapeau blanc flottât
toujours sur le clocher de chaque paroisse, et qu'un corps de Vendéens
fût admis dans la garde du roi.

On aurait aussi réclamé l'exécution d'anciens projets pour l'ouverture
des routes et la navigation des rivières.

Tels étaient les désirs modestes de nos bons paysans qui ne voulaient
du reste demander ni diminutions d'impôts, ni exemptions de milice, ni
privilèges particuliers.

J'ai été bien aise de montrer, en racontant nos espérances et nos voeux,
combien la guerre de la Vendée portait un caractère de simplicité,
de raison et de zèle, différente en cela de presque toutes les
insurrections, où l'on trouve rarement cette pureté de motifs.

Nous partîmes de Bressuire le 4 mai au matin. A un quart de lieue de
Châtillon, nous trouvâmes un grand nombre de gens de la ville qui
venaient au-devant de nous, sous les armes; ils crièrent beaucoup:
«_Vivent le roi, la noblesse et les prêtres_!» Ils nous demandèrent
où était M. de Lescure; et quand on sut qu'il était à l'armée, les
transports redoublèrent. A Châtillon, un conseil qui venait d'être
établi nous harangua et nous fit accepter une garde d'honneur. Nous
continuâmes notre route: au bout d'un moment nous congédiâmes la garde
en lui donnant trente louis, et le soir nous arrivâmes au château de
la Boulaye. Nous nous y établîmes, ma mère, ma tante, M. d'Auzon, M.
Desessarts, sa fille et moi.



                             CHAPITRE VII.

Prise de Thouars, de Parthenay et de la Châtaigneraye.--Défaite de
Fontenay.--Prise de Fontenay.


Comme je n'étais point sur le théâtre de la guerre, et que les combats
étaient très-multipliés, je ne saurai pas les raconter tous en détail;
il y en a même que je pourrai omettre, soit que je n'en aie pas eu une
connaissance précise, soit que j'en aie perdu le souvenir.

La prise de Thouars est un des principaux faits de la guerre; il a été
surtout important pour moi. C'était la première fois que M. de Lescure
paraissait au combat: il s'y fit une telle réputation de bravoure, qu'il
acquit tout d'un coup une grande influence dans l'armée.

Le général Quétineau entra à Thouars le 3 mai; il ne pensait pas qu'on
vînt l'y attaquer, et ne prit aucune précaution. Le 4 au soir, il fut
averti que les Vendéens marchaient sur la ville; alors il se hâta de
prendre quelques mesures.

Thouars est situé sur une hauteur; la rivière du Thoué l'entoure presque
entièrement; tous les chemins qui y conduisent aboutissent à cette
rivière, hormis la route de Saumur et celle de Poitiers. Pour arriver
à Thouars, les Vendéens avaient le Thoué à passer; c'est une rivière
profondément encaissée, et que des digues de moulins rendent presque
partout impraticable à gué.

Le passage pouvait être tenté sur quatre points: au pont de Saint-Jean,
qui touche la ville; mon père et M. de Marigny furent chargés de cette
attaque: au port du Bac-du-Château; ce furent MM. d'Elbée, Cathelineau
et Stofflet: à un pont qui est à une demi-lieue de la ville, près du
village de Vrine; c'est là que se dirigèrent MM. de La Rochejaquelein
et de Lescure: enfin à un gué plus loin de Thouars, et qu'on nomme
Gué-aux-Riches; M. de Bonchamps y fut destiné. Le général Quétineau
avait envoyé du monde pour défendre ces quatre points; mais il y eut du
désordre et de la précipitation dans les dispositions qu'il fit.

MM. de Lescure, de La Rochejaquelein et de Bonchamps devaient commencer
l'attaque. Il était convenu que, deux heures après, les autres divisions
entameraient aussi l'action. Il y eut des retards; elles n'arrivèrent
qu'au bout de cinq heures, et la fausse attaque devint l'attaque
principale.

A cinq heures du matin, la colonne commandée par MM. de Lescure et de
La Rochejaquelein déboucha du village de Ligron, qui est situé sur une
hauteur en face du pont de Vrine. Les bataillons de la Nièvre et du Var
défendaient le pont; ils y avaient placé une barricade formée avec du
fumier et une charrette; ils avaient aussi de l'artillerie en bonne
position.

Pendant six heures on se canonna, et l'on fit aussi un feu de
mousqueterie, qui eut peu d'effet à cause de la trop grande distance.
Sur les onze heures, les Vendéens étaient près de manquer de poudre: M.
de La Rochejaquelein courut en chercher, et laissa le commandement à
M. de Lescure seul. Mon mari s'aperçut, un instant après, que les
républicains commençaient à s'ébranler, et ne faisaient plus aussi ferme
contenance. Alors il saisit un fusil à baïonnette, cria aux soldats de
le suivre, descendit rapidement la hauteur, et arriva jusque sur le pont
au milieu des balles et de la mitraille. Aucun paysan n'avait osé
le suivre: il retourne, les appelle, les exhorte, leur donne encore
l'exemple, et revient sur le pont; mais il reste encore seul à cette
seconde fois: ses habits étaient percés de balles. Enfin il essaie un
troisième effort. Dans cet instant, M. de La Rochejaquelein et Forêt
arrivent et volent au secours de M. de Lescure, qui n'avait pu décider
qu'un seul paysan à marcher en avant; tous les quatre traversent le
pont; M. de Lescure saute le retranchement: le soldat est blessé; mais
Henri et Forêt passent aussi. Cependant les paysans accouraient en foule
pour les secourir, et le passage fut forcé.

Un instant après, M. de Bonchamps réussit à passer le Gué-aux-Riches;
il était défendu par la garde nationale d'Airvaux. Ces braves gens,
ignorant qu'ils étaient coupés et que le pont de Vrine était pris,
refusèrent de se rendre, et périrent, tous avec un grand courage. On a
attribué ce trait à ceux que l'on nommait _Marseillais_, qui en étaient
incapables, et qui, dans toute la guerre, se sont montrés aussi lâches
que féroces.

Dès que les républicains opposés à M. de Lescure virent que le pont
était emporté, ils s'enfuirent en désordre vers la ville. Une trentaine
de cavaliers les poursuivirent jusque sous les murs; mais ils revinrent
ensuite prendre poste en avant du pont, pour protéger le passage de
toute l'armée: quand elle eut défilé, ce poste avancé se replia. Les
républicains, encouragés par ce mouvement qu'ils prenaient pour une
fuite, avancèrent sur les Vendéens: on les laissa arriver, et une vive
décharge de mousqueterie et d'artillerie les mit une seconde fois en
déroute; ils se retirèrent précipitamment dans la ville. Les Vendéens
les suivirent de prés; mais les portes furent fermées. Alors on voulut
tenter un assaut. La ville est enceinte d'un vieux mur sans fossés: les
paysans se mirent à la démolir à coups de piques, mais ce moyen n'était
pas prompt pour faire une brèche. On n'avait pas d'échelles. M. de La
Rochejaquelein monta sur les épaules du brave Toussaint Texier, de la
paroisse de Courlay, et atteignit ainsi la cime du mur à un endroit où
il était dégradé. Il tira quelques coups de fusil; puis, avec ses mains,
il arracha des pierres. Enfin on parvint ainsi à faire une sorte de
brèche, et l'on se précipita dans la ville. Pendant ce temps, les deux
autres divisions avaient passé la rivière et commencé leur attaque. Le
général Quétineau vit bien qu'il ne pouvait se défendre; mais craignant
de se compromettre en capitulant, il proposa aux administrateurs du
district d'arborer le drapeau blanc, et d'aller, par une députation,
déclarer qu'ils se soumettaient. Ils hésitèrent longtemps; tous étaient
fort prononcés dans leur opinion républicaine, et ils avaient une grande
crainte de se trouver entre les mains de _brigands_. Quétineau leur
démontra qu'on ne pouvait songer à résister. Alors un d'entre eux
s'écria avec désespoir: «Eh bien! si j'avais un pistolet, je me
brûlerais la cervelle!» Quétineau, avec un grand sang-froid en prend un
à sa ceinture et le lui présente: le pauvre administrateur se résigna
alors à capituler. On alla au-devant de l'armée, du côté de M. d'Elbée,
faire acte de soumission: ce fut précisément au même instant que MM. de
La Rochejaquelein et de Lescure entraient d'assaut dans la ville.

Malgré cette circonstance, il n'y eut aucun désordre; pas un habitant
ne fut maltraité, pas une maison ne fut pillée. Les paysans coururent
d'abord aux églises sonner les cloches et prier Dieu. Us brûlèrent
l'arbre de la liberté et les papiers des administrations, ce qui, je ne
sais pourquoi, leur faisait toujours un fort grand amusement; puis
on les logea chez les particuliers. Ils s'y montrèrent fort doux et
tranquilles, exigeant seulement du vin en abondance.

Tous les gens en fonctions de Thouars eurent d'abord beaucoup de
frayeur, et craignaient de mauvais traitemens; ils se mirent sous la
protection des chefs, et ne les quittaient pas de peur d'être assaillis
par les paysans. MM. de Lescure et de La Rochejaquelein, qui étaient du
pays, les mirent sous leur protection. En entrant dans la ville, deux ou
trois s'étaient attachés aux pans de leurs habits, pour trouver ainsi
une sauvegarde plus assurée.

On ne fit pas de grâce cependant aux prêtres sermentés; ils furent mis
en prison, et on les emmena lorsqu'on quitta la ville, ainsi que
deux cents hommes pris les armes à la main au pont de Vrine avant la
capitulation; mais on ne leur fit aucun mal. Tous les chefs vendéens
furent loger ensemble dans la maison où était déjà le général Quétineau.

M. de Lescure, qui l'avait connu autrefois grenadier, et qui le savait
honnête homme, l'amena dans sa chambre. Quétineau lui dit: «Monsieur,
j'ai bien vu vos volets fermés quand j'ai quitté Bressuire: vous avez
cru qu'on vous oubliait; mais ce n'est pas par défaut de mémoire que
je vous ai laissé la liberté.» M. de Lescure lui témoigna toute sa
reconnaissance, et ajouta: «Vous êtes libre; vous pouvez partir, mais
je vous engage à rester avec nous. Vous êtes d'une autre opinion: ainsi
vous ne combattrez pas; mais vous serez prisonnier sur parole, et tout
le monde vous traitera bien. Si vous retournez avec les républicains,
ils ne vous pardonneront pas cette capitulation, qui pourtant était
indispensable: c'est un asile que je vous offre contre leur vengeance.»
Quétineau lui répondit: «Monsieur, si je m'en vais avec vous, je
passerai pour un traître; il paraîtra certain que j'ai livré la ville;
et cependant je n'ai fait autre chose que de conseiller une capitulation
au moment où j'ai vu la ville prise d'assaut. Je prouverai que j'ai
fait mon devoir. Je serais déshonoré, si l'on pouvait me supposer des
intelligences avec l'ennemi.» Ce brave homme demeura inébranlable dans
sa résolution; d'autres personnes renouvelèrent inutilement auprès de
lui les propositions que M. de Lescure lui avait faites. Cette bonne foi
et ce dévouement à sa cause lui concilièrent l'estime de tous nos chefs;
il ne s'abaissa à aucune supplication, et garda toujours un ton fort
convenable. Stofflet, qui n'avait point dans ses procédés autant de
délicatesse que ces messieurs, fut d'abord assez grossier envers le
général Quétineau; il voulait lui faire quitter sa cocarde. Une dispute
allait s'engager, lorsque les autres chefs vinrent faire cesser les
propos de Stofflet.

Les paysans aussi étaient fort éloignés de concevoir comment on pouvait
avoir des égards pour un général républicain, et ils étaient bien
surpris de voir qu'il logeât dans la même maison que leurs généraux. Les
gens de la division de M. de Bonchamps, apprenant que Quétineau et lui
couchaient dans la même chambre, en prirent surtout une grande alarme:
ils vinrent en foule demander à M. de Bonchamps de ne pas y consentir,
et lui montrèrent des craintes. Il fut très-fâché de cette espèce
d'insulte pour Quétineau, et reçut fort mal leurs instances. Ils les
renouvelèrent plusieurs fois dans la soirée; enfin, voyant qu'il n'en
tenait aucun compte, ils s'introduisirent dans la maison dès qu'il fut
couché, et passèrent la nuit dans l'escalier et devant la porte de la
chambre pour garder leur général. Son garde-chasse même, lorsqu'il crut
son maître endormi, ouvrit doucement la porte, et s'alla coucher au
pied du lit. Le lendemain, en se réveillant, M. de Bonchamps gronda
ces braves gens des preuves d'attachement que, dans leur défiance mal
entendue, ils venaient de lui donner. L'armée vendéenne fit à Thouars
quelques recrues: plusieurs soldats prirent parti avec nous; mais on y
gagna surtout de fort bons officiers, qui depuis se distinguèrent. On
remarqua principalement M. de La Ville de Beaugé. Il avait combattu
contre les Vendéens dans la garde nationale de Thouars; il abandonna un
parti où on l'avait enrôlé de force; il devint, peu de mois après, un
des principaux officiers royalistes. Il était plein de bravoure, de
talens, de patience, de simplicité, et d'un zèle infatigable. Il
s'employait à tout, et toujours utilement; le plus souvent il commandait
l'artillerie. Il avait alors vingt-sept ans. Il s'attacha d'amitié à
MM. de Lescure et de La Rochejaquelein, qui lui donnèrent toute leur
confiance.

MM. Daniaud-Dupérat et le chevalier Piet de Beaurepaire, âgés de
dix-huit ans, célèbres à l'armée par leur bravoure, devinrent deux de
nos meilleurs officiers. M. Herbold avait étudié pour être prêtre,
mais n'était point dans les ordres; on l'avait mis par force dans un
bataillon: ses vertus, sa piété, sa modestie, son zèle et son courage,
le rendirent cher à tous les Vendéens. M. de Beauvolliers l'aîné, frère
du chevalier, était un homme actif et zélé; il était surtout excellent
pour tout ce qui demandait de l'ordre et du soin.

MM. de la Marsonnière et de Sanglier, également dévoués, étaient âgés;
ils se mirent dans l'artillerie, et le premier rendit souvent de grands
services.

Le chevalier de Mondyon, qui était un enfant de quatorze ans, se joignit
aussi à l'armée. Il arrivait de Paris où il s'était échappé de sa
pension, et avait fabriqué un faux passe-port pour venir, dans la
Vendée, se battre pour le roi. Il avait une figure charmante, un courage
ardent et beaucoup de vivacité dans l'esprit.

M. de Langerie était plus jeune encore; il n'avait pas treize ans. On
ne voulait pas d'abord lui laisser prendre une part active à la guerre;
mais on ne put l'en empêcher. A la première affaire, il eut un cheval
tué sous lui; on le fit alors aide-de-camp du chevalier de ***, qui
commandait Châtillon; il déserta de ce poste où il n'avait rien à faire;
il se procura un cheval, et revint à l'armée.

M. Renou était arrivé de Loudun avant la bataille de Thouars; il s'y
distingua par la plus rare valeur, comme à toutes les affaires qui ont
eu lieu depuis; il avait environ trente ans.

Après avoir passé deux jours à Thouars, on marcha sur Parthenay: les
républicains l'avaient évacué. Le chevalier de Marsanges, émigré,
et cinq dragons, ses camarades, quittèrent l'armée républicaine et
arrivèrent ce jour-là dans la nôtre. Les généraux voyaient toujours ces
déserteurs avec plaisir; les paysans avaient de grandes défiances, et
s'imaginaient que les transfuges étaient des espions.

On se dirigea ensuite sur la Châtaigneraie. La ville était défendue par
trois ou quatre mille républicains: ce fut là que tous les nouveaux
Vendéens eurent leurs preuves à faire. M. de Lescure, pour essayer M. de
Beaugé, le mit à la tête de deux cents paysans, dans un poste difficile
à garder; il parvint à s'y maintenir avec beaucoup de courage et de
sang-froid. Le petit chevalier de Mondyon fut blessé, ainsi que le
chevalier de Beauvolliers et M. Dupérat. Les six dragons qui avaient
rejoint à Parthenay, et qui avaient vu la défiance des Vendéens,
voulurent la dissiper; ils combattirent avec une témérité
extraordinaire: il y en eut un de tué; alors les paysans se mirent à
crier: «Assez, dragons, assez; vous êtes de braves gens.»

La Châtaigneraie fut emportée après quelque résistance; M. de Bonchamps
y entra le premier. Les conseils de mon père contribuèrent beaucoup à ce
succès.

Il y avait déjà plusieurs jours que les paysans étaient sous les armes;
ils avaient une grande envie de retourner chez eux; on ne pouvait plus
les retenir; ils commirent quelques désordres à la Châtaigneraie. Le
lendemain, 16 mai, il ne s'en trouva plus que sept mille; à grand peine
on en rassembla trois mille de plus, et l'on alla attaquer Fontenay.

MM. de Lescure et de La Rochejaquelein commandaient l'aile gauche; ils
eurent d'abord de l'avantage, et parvinrent dans les faubourgs de la
ville après avoir repoussé les républicains: mais pendant ce temps-là
l'aile droite et le centre furent mis en pleine déroute. Les paysans
étaient découragés; les dispositions furent mal faites; on entassa
l'artillerie dans un chemin où elle ne put être d'aucun avantage; M.
d'Elbée fut blessé à la cuisse; M. de la Marsonnière fut enveloppé et
pris avec plus de deux cents hommes: on crut que tout était perdu.
Cependant MM. de Lescure et de La Rochejaquelein parvinrent à n'être
point coupés; ils firent leur retraite en bon ordre et sauvèrent même
leurs canons[7].

[Note 7: C'est ce jour-là que quatre-vingts paysans qui faisaient
partie de l'aile gauche, s'étant emparés, près de Fontenay, d'un poste
important qu'on les chargea de garder, ne s'aperçurent pas de la défaite
des leurs. Avertis par hasard, ils retournent sur le champ de bataille
qu'ils trouvent désert, et où ils aperçoivent toute l'artillerie
vendéenne abandonnée. Incertains du parti qu'ils avaient à suivre, mais
ne désespérant pas de voir leur armée reprendre le dessus, ils eurent
le courage de rester pour défendre le précieux matériel qu'elle avait
perdu. Lorsque les bleus revinrent de la poursuite, ils eurent à se
battre contre cette poignée de braves gens qui se firent tous hacher sur
leurs canons. Pierre Bibard seul, couvert de vingt-six blessures,
fut emmené prisonnier. Comme il était bien vêtu (_car il était riche
alors!_), on le prit pour un chef d'importance. Déposé et gardé à vue
dans un grenier, il y resta presque nu et en butte aux plus mauvais
traitemens. Huit jours après, les Vendéens se présentèrent de nouveau
devant Fontenay. Dès que l'attaque eut commencé, le soldat républicain
qui surveillait le malheureux Bibard, se mit à l'accabler de menaces et
d'invectives, et, tournant sans cesse contre lui sa baïonnette, jurait
de le tuer si la ville était prise. Cependant, inquiet et regardant à
diverses reprises par la fenêtre, il oublia un instant son fusil.
Le prisonnier presque mourant, se traîna vers l'arme, la saisit, et
contraignit son farouche geôlier à se retirer. Après la prise de la
ville, ce méchant homme, confronté avec Bibard, attendait en tremblant
l'arrêt de mort qui devait suivre des plaintes trop fondées sur la
conduite inhumaine et brutale dont il se sentait coupable. Mais le brave
Bibard, déposant tout ressentiment, loin d'accabler son ennemi par le
récit de ses torts, demanda et obtint qu'on le mît en liberté, puis lui
dit à voix basse: «Souviens-loi que je t'ai pardonné pour l'amour de
Jésus-Christ.» Les blessures de Bibard ne se sont jamais entièrement
guéries; quand une se ferme, il s'en ouvre une autre. Malgré cela, il a
constamment continué à servir dans toutes les guerres de la Vendée, et à
s'y distinguer. Il demeure aujourd'hui à la Tessouale.]

Après cette affaire, on se trouva dans une mauvaise situation: toute
l'artillerie était perdue; Marie-Jeanne avait été prise; il ne restait
plus que six pièces de canon; on n'avait plus de poudre; chaque soldat
avait tout au plus une cartouche; un général était blessé; les paysans
n'avaient plus leur première assurance. Les chefs ne perdirent pas
courage; ils prirent promptement leur parti, affectèrent beaucoup
de gaieté, et répétèrent aux soldats qu'on allait bientôt avoir une
revanche.

On engagea les prêtres à relever le zèle du peuple par des prédications.
Ils répétèrent que Dieu avait permis ce malheur en punition du dégât
qu'on avait fait dans quelques maisons à la Châtaigneraie.

Une circonstance imprévue contribua plus que toute autre chose à ranimer
les paysans.

Pendant que l'armée était à Thouars, les soldats trouvèrent dans une
maison un homme en habit de volontaire, qui leur raconta qu'il était
prêtre, qu'on l'avait mis de force dans un bataillon républicain à
Poitiers. Il demanda à parler à M. de Villeneuve du Cazeau qui avait été
son camarade de collége. M. de Villeneuve le reconnut en effet pour M.
l'abbé Guyot de Folleville. Mais bientôt après il ajouta qu'il était
évêque d'Agra, et que des évêques insermentés l'avaient sacré, en
secret, à Saint-Germain. M. de Villeneuve fit part sur-le-champ de
tout ce récit à M. Pierre Jagault, bénédictin, dont les lumières et la
prudence étaient fort estimées. Tous deux proposèrent à l'évêque d'Agra
de se joindre à l'armée. Il hésita beaucoup, allégua sa mauvaise santé;
enfin ils parvinrent à le déterminer, et l'amenèrent à l'état-major.
Personne n'imagina de douter de ce qu'il racontait. M. de Villeneuve
le reconnaissait; il donnait encore pour garans, M. Brin, curé de
Saint-Laurent-sur-Sèvre, prêtre fort respecté, et les soeurs de
la Sagesse. Il annonçait que le pape avait nommé quatre vicaires
apostoliques pour la France, et qu'il était chargé des diocèses de
l'ouest. Il avait une belle figure, un air de douceur et de componction,
des manières distinguées. Les généraux virent avec un grand plaisir un
ecclésiastique d'un rang élevé et d'une belle représentation, venir
contribuer au succès de leur cause, par des moyens qui pouvaient avoir
beaucoup d'effet. Son arrivée ne fit pas encore grand bruit à Thouars.
Il fut convenu qu'il se rendrait à Châtillon, et que là il serait reçu
comme évêque.

Ce fut ainsi qu'arriva dans la Vendée cet évêque d'Agra, qui a joué un
si grand rôle et qui est devenu si célèbre dans l'histoire de la guerre.
Ce qu'il y a de plus singulier, c'est que cet homme trompa toute l'armée
vendéenne, sans qu'on puisse deviner quels étaient son but et ses
projets. Tout ce qu'il avait raconté était faux. L'abbé Guyot de
Folleville avait d'abord, à ce qu'il parait, prêté serment; il avait
quitté Paris quelque temps avant la guerre de la Vendée, et était venu
se réfugier à Poitiers, chez, une de ses parentes. Ses manières, son air
de douceur et de dévotion, lui avaient donné un grand succès dans la
société de Poitiers. Toutes les âmes pieuses, toutes les religieuses,
qui avaient quitté leur couvent, avaient un grand empressement pour
l'abbé de Folleville. Ce fut alors qu'il s'imagina, pour se donner plus
de considération et d'importance, de confier à ces bonnes âmes qu'il
était évêque d'Agra, etc. C'est ainsi que les missionnaires et les
soeurs de Saint-Laurent avaient appris son existence, par leurs dévotes
correspondances de Poitiers. Je crois qu'une vanité assez ridicule
fut son seul motif. Quand il fut introduit à l'armée, il continua son
mensonge, que personne ne put dévoiler, et qu'il n'y avait pas de raison
pour soupçonner: c'est la seule explication que l'on puisse donner de la
singulière conduite de cet abbé. Assurément il ne nous trahissait pas;
il a péri pour notre cause, et jamais il n'y a rien eu d'équivoque
dans ses démarches. D'un autre côté, on ne peut pas supposer que cette
imposture lui ait été suggérée par le dessein ambitieux de se faire
le premier personnage de la Vendée, ou bien encore pour exercer plus
d'empire sur le peuple en prenant un caractère plus éminent. L'évêque
d'Agra avait de l'usage du monde, mais fort peu d'esprit; en outre,
il n'a jamais montré ni talent, ni énergie, ni force de résolution:
d'ailleurs, si son roman avait été calculé pour la guerre civile,
pourquoi l'aurait-il débité à Poitiers avant de savoir s'il y aurait une
guerre dans la Vendée? Ce qu'il y a d'extraordinaire, c'est que l'abbé
de Folleville ait été conduit à devenir un aussi grand personnage en
faisant un conte ridicule, dicté par un sot orgueil.

On a supposé que les généraux étaient complices de cette supercherie, et
qu'elle avait été inventée par eux pour avoir plus d'influence sur les
paysans. Aucun des chefs de la Vendée n'était capable de se jouer ainsi
de la religion; si quelqu'un avait proposé un pareil projet, il aurait
éprouvé une vive opposition de tous les autres; et, pour tromper
l'armée, il aurait fallu un consentement unanime et un secret
impénétrable dans tout l'état-major, puisque à cette époque, il n'y
avait point de général en chef. On crut, sans beaucoup de réflexion,
avec la bonne foi et la loyauté qui caractérisaient les Vendéens, un
récit qui était vraisemblable, et qui, une fois admis, devint fort utile
à la cause.

Ce fut surtout après la déroute de Fontenay, qu'on recueillit un grand
avantage de la présence du prétendu évêque d'Agra. Il arriva à Châtillon
le jour même de la défaite; toutes les cloches furent sonnées; on se
porta en foule sur ses pas; il distribua des bénédictions; il officia
pontificalement: les paysans étaient ivres de joie, le bonheur d'avoir
un évêque parmi eux leur rendit toute leur ardeur, et ils ne songèrent
plus au revers qu'ils venaient d'éprouver.

On rassembla de nouveau l'armée; la division de M. de Bonchamps, qui
était retournée en Anjou après la prise de la Châtaigneraie, se joignit
à la grande armée. On marcha encore une fois sur cette ville que
les républicains avaient occupée de nouveau; ils l'évacuèrent sans
résistance; on y coucha. Le lendemain 24 mai, vers midi, on arriva
devant Fontenay. Les républicains, au nombre de dix mille, étaient
au-devant de la ville avec une artillerie nombreuse.

Avant l'attaque, on fit donner l'absolution aux soldats. Les généraux
leur disaient: «Allons, mes enfans, il n'y a pas de poudre; il faut
encore prendre les canons avec des bâtons; il faut ravoir Marie-Jeanne:
c'est à qui courra le mieux.» Les soldats de M. de Lescure qui
commandait l'aile gauche, hésitaient beaucoup à le suivre; il s'avança
seul à trente pas devant eux pour les animer, s'arrêta et cria: _Vive le
roi_! Une batterie ce six pièces fit sur lui un feu de mitraille: ses
habits furent percés, son éperon fut emporté, sa botte droite déchirée;
mais il ne fut pas blessé. «Vous voyez, mes amis, leur cria-t-il
sur-le-champ, les bleus ne savent pas tirer.» Les paysans se décidèrent;
ils prirent leur course: M. de Lescure, pour rester à leur tête,
fut obligé de mettre son cheval au grand trot. Dans ce moment, ils
aperçurent, une grande croix de mission; aussitôt ils se jetèrent tous
à genoux, quoique à la portée du canon. M. de Beaugé voulut les
faire marcher. Laissez-les prier Dieu, lui dit tranquillement M. de
Lescure[8]. Ils se relevèrent et se mirent à courir de nouveau. Pendant
ce temps-là, M. de La Rochejaquelein s'était mis à la tête de la
cavalerie avec M. de Dommaigné; ils chargèrent avec succès celle des
républicains; et au lieu de la poursuivre, ils tombèrent sur le flanc
de l'aile gauche et l'enfoncèrent: ce fut là ce qui acheva de décider
l'affaire. Les républicains avaient tenu une heure ou à peu près; un
bataillon de la Gironde fit seul une très-belle résistance; le reste
s'enfuit en désordre vers la ville.

[Note 8: Ce trait est le sujet qu'a choisi M. Robert-Lefebvre,
premier peintre du cabinet du roi, pour le portrait de M. de Lescure,
commandé par Sa Majesté.]

M. de Lescure arriva le premier à la porte de Fontenay avec son aile
gauche; il entra dans la ville; les paysans n'osaient pas le suivre. MM.
de Bonchamps et Forêt aperçurent de loin le danger qu'il courait, et
s'élancèrent pour le secourir. Tous les trois eurent la témérité de
s'enfoncer dans les rues; elles étaient pleines de bleus qui fuyaient en
désordre, et qui se jetaient à genoux, en criant: _Grâce_! Ces messieurs
leur disaient: «Bas les armes! on ne vous fera pas de mal. _Vive le
roi!_» Quand ils furent sur la place, ils se séparèrent; chacun prit une
rue différente. A peine M. de Bonchamps eut-il quitté M. de Lescure,
qu'un bleu, après avoir jeté son fusil, le reprit et tira sur lui:
la balle lui perça le bras et les chairs auprès de la poitrine. Ses
paysans, qui le suivaient à quelque distance, accoururent en fureur, et
toute résistance cessa.

M. de Lescure avait tourné dans la rue des prisons; il les fit ouvrir de
par le roi; et aussitôt M. de la Marsonnière et tous les Vendéens qui
avaient été faits prisonniers s'élancèrent vers lui: tous voulaient
embrasser leur libérateur. Ils devaient être jugés le lendemain, et leur
sort n'était pas douteux. Pendant tout le combat, ils avaient cru qu'on
allait les massacrer, et s'étaient barricadés pour se défendre; c'était
aussi la crainte de M. de Lescure, et c'était pour cela qu'il s'était
hâté d'entrer dans la ville et de se porter à la prison. Il les quitta
sur-le-champ pour continuer à poursuivre l'ennemi.

Forêt avait suivi la grande rue, et, après avoir traversé la ville, il
se trouva sur la route qui mène à Niort; il voulait absolument reprendre
Marie-Jeanne. Les bleus attachaient autant d'importance à la conserver
que nos gens à la ravoir. Forêt rencontra la pièce à une lieue de la
ville; elle était gardée par des fantassins; quelques gendarmes étaient
plus loin. Forêt s'avança si imprudemment, qu'il se trouva au milieu
d'eux; heureusement il était monté sur un cheval qu'il avait pris
quelques jours auparavant à un gendarme, et il avait conservé la
selle et l'équipage: ils le prirent pour un des leurs, et lui dirent:
«Camarade, il y a 25,000 fr. pour ceux qui sauveront Marie-Jeanne, elle
est engagée: allons la défendre.» Forêt fait le brave, dit qu'il veut
être le premier. Quand il est à la tête de la bande, et qu'il est arrivé
près de la pièce, il se retourne, tue les deux gendarmes qui étaient
auprès de lui; les paysans qui s'étaient avancés le reconnaissent,
redoublent d'efforts, et, après un combat qui coûta quelques hommes,
Marie-Jeanne fut reprise et ramenée en grand triomphe.

Ce combat, le plus brillant qu'eussent encore livré les Vendéens,
leur procura quarante pièces de canon, beaucoup de fusils, une grande
quantité de poudre et de munitions de toute espèce. On prit aussi deux
caisses remplies d'assignats qui n'étaient pas à l'effigie du roi. La
première fut pillée par les soldats, mais ils faisaient si peu de cas de
cette nouvelle monnaie de papier, qu'ils les brûlèrent, les déchirèrent;
plusieurs d'entre eux s'amusaient à s'en faire des papillotes. La
seconde caisse, qui contenait 900,000 fr. ou environ, fut préservée par
les généraux, et, pour pouvoir la rendre utile aux besoins de l'armée,
on écrivit sur les revers, _bon au nom du roi_, avec la signature des
membres du conseil supérieur qui fut formé à cette époque. Cette mesure
inspira de la confiance pour ces assignats.

On fut embarrassé de la résolution qu'on adopterait à l'égard des
soldats républicains qui avaient été faits prisonniers, au nombre de
deux ou trois mille. Il n'était pas encore établi chez les bleus que les
Vendéens devaient être fusillés dès qu'ils seraient pris; ainsi il ne
pouvait pas être question de représailles. D'ailleurs on avait dit à ces
gens-là: «Rendez-vous, on ne vous fera pas de mal.» On ne pouvait pas
les garder en si grand nombre, puisqu'on n'occupait pas de place forte,
et qu'on n'avait aucun moyen de police. En les renvoyant sur parole de
ne servir ni contre nous, ni contre les puissances coalisées, il était à
peu près sûr qu'ils violeraient cette promesse. Mon père proposa de leur
couper les cheveux, pour pouvoir les reconnaître et les punir s'ils
étaient repris une seconde fois: on prit aussi le même parti pour le
petit nombre qu'on voulut garder. Cette précaution fut un grand sujet de
divertissement pour l'armée vendéenne[9].

[Note 9: A cette époque, on ne connaissait pas encore en France
l'usage de porter les cheveux à la Titus.]

On se promettait de grands avantages de ce renvoi des prisonniers
tondus. On espérait qu'ils serviraient de preuve, dans toute la France,
des succès et de la modération des Vendéens; qu'ils seraient forcés de
convenir et de raconter que les rebelles, au lieu d'être des brigands,
comme on les appelait, étaient des royalistes pleins de loyauté, de
courage et de clémence. On ménagea aussi avec soin les acquéreurs de
biens nationaux, en se bornant à leur annoncer que leurs acquisitions
seraient annulées; plusieurs avaient déjà pris parti avec nous. Le
chevalier Desessarts rédigea une proclamation qui fut signée de tout
le conseil de guerre, et qui a été fort connue. On la fît imprimer à
plusieurs milliers d'exemplaires qu'on distribua aux bleus que l'on
renvoyait.

Toutes ces mesures ne produisirent pas l'effet qu'on en avait attendu.
Les opinions révolutionnaires étaient plus répandues et plus fortes que
nous ne le pensions, et il n'y avait pas de moyens, dans les autres
provinces, de s'entendre pour secouer leur joug. On n'y trouvait pas
cette union et cette parfaite communauté de sentimens entre les paysans
et les classes supérieures: la révolte ne fit aucun progrès. Les
insurrections de Lyon et du midi n'eurent jamais de correspondance avec
nous, et furent déterminées par des opinions d'une autre nature.



                             CHAPITRE VIII.

Formation du conseil supérieur.--Victoire de Vihiers, de Doué, de
Montreuil.--Prise de Saumur.


Après la prise de Fontenay, les uns proposèrent de marcher sur les
Sables, d'autres sur Niort, et ce dernier parti était, je crois,
préférable à l'autre, qui portait l'armée beaucoup trop loin du pays
insurgé. On fit beaucoup d'objections à l'un et à l'autre projet.
Pendant ce temps-là la matinée s'écoula, et les paysans, qui étaient
fatigués et qui ne recevaient pas d'ordres, commencèrent à retourner
dans leurs villages où ils avaient grande envie d'aller raconter leur
victoire de Fontenay. Quand on vit qu'il n'y avait pas moyen de les
retenir, il fallut différer de nouvelles tentatives.

Cependant le gain d'une pareille bataille, et la prise d'une ville comme
Fontenay, chef-lieu d'un département, donnèrent à l'insurrection de la
Vendée une consistance qu'elle n'avait pas eue jusqu'alors. Les chefs
n'ayant pas en ce moment d'occupations militaires, voulurent donner
quelque régularité à toutes leurs opérations, et mettre un peu plus
d'ordre dans toutes les choses auxquelles nos succès étaient dus.

On créa un conseil supérieur d'administration, dont le siège fut fixé
à Châtillon. L'évêque d'Agra en fut le président; M. Desessarts père,
vice-président; M. Carrière, avocat de Fontenay, qui venait de prendre
parti parmi les royalistes, fut choisi pour procureur du roi près le
conseil; et M. Pierre Jagault, bénédictin, pour secrétaire général.
Parmi les membres du conseil, on distinguait M. de La Rochefoucauld qui
en était le doyen; MM. le Maignan, Bourasseau de la Renolière et Body.
Les autres membres étaient, excepté deux ecclésiastiques, des hommes de
loi et quelques gentilshommes que leur âge ou leur santé empêchaient de
porter les armes. Un de ceux qui se distinguèrent le plus tôt dans le
conseil supérieur, et celui qui parvint à acquérir le plus d'influence
dans l'armée, fut l'abbé Bernier, curé de la paroisse de Saint-Laud, à
Angers.

De toutes les personnes qui se sont mêlées des affaires pendant la
guerre civile, aucune peut-être n'avait plus d'esprit que l'abbé
Bernier. Il avait une admirable facilité à écrire et à parler; il
prêchait toujours d'abondance. Je l'ai souvent entendu parler deux
heures de suite, avec une force et un éclat qui entraînaient et qui
séduisaient tout le monde; il y avait toujours de l'à-propos dans ce
qu'il disait; ses textes étaient bien choisis et ramenés heureusement;
jamais il n'hésitait, et, bien que son éloquence n'eût rien de fougueux,
il paraissait inspiré. Son extérieur et ses manières répondaient à ses
paroles; le son de sa voix était doux et pénétrant; ses gestes avaient
de la simplicité; il était infatigable; son zèle était toujours
renaissant, et jamais il ne perdait courage. Ces avantages étaient
accompagnés d'un air de modestie et de simple dévouement, qui le rendait
plus séduisant encore. Il donnait de bons conseils aux généraux, et
savait se prêter à l'esprit militaire, sans déroger à son caractère
ecclésiastique; il dominait au conseil supérieur par la promptitude de
son esprit et de ses rédactions; il était encore plus cher aux soldats
par ses prédications et son ardeur pour la religion.

Aussi, en peu de temps, l'abbé Bernier prit un ascendant universel, et
il n'était question que de lui. Peu à peu on le jugea autrement; on
entrevit un but d'ambition dans toute sa conduite. Dès qu'il eut acquis
delà domination, on s'aperçut combien il y tenait, et combien il
craignait de la voir diminuer en quelque chose; on découvrit qu'il
semait la discorde partout, et qu'il flattait les uns aux dépens des
autres, pour plaire davantage et gouverner plus sûrement. Le respect et
l'estime qu'on avait pour lui allaient toujours en s'affaiblissant, et
après la guerre, les Vendéens lui reprochaient, à tort ou avec raison,
des désordres de moeurs, une ame intéressée, une ambition effrénée, et
même des crimes qui ne laissent pas d'avoir quelque probabilité; mais le
prestige fut long-temps à se dissiper, et l'on ne cessa jamais d'avoir
pour son esprit et sa capacité une très-haute considération et une sorte
de crainte: il en imposait par-là à ceux qui l'aimaient le moins.

Parmi les ecclésiastiques du conseil supérieur, M. Pierre Jagault était
aussi très-remarquable par ses talens. Il n'avait ni ambition ni vanité;
il donnait de bons conseils, sans chercher, comme l'abbé Bernier, à
gouverner l'armée; il l'égalait par sa facilité à parler et à écrire. Il
prêchait rarement, à cause de la faiblesse de sa poitrine; mais toutes
les fois qu'il est monté en chaire, il a obtenu beaucoup de succès.

M. Brin, membre du conseil supérieur, curé de Saint-Laurent, était,
depuis long-temps, célèbre dans le pays, à cause de sa haute piété, de
son zèle et de ses vertus.

Les généraux chargèrent le conseil supérieur de tout ce qui avait
rapport à l'administration du pays.

On forma dans chaque paroisse un conseil qui devait veiller à
l'exécution des ordres du conseil supérieur. On ordonna aussi que, dans
les paroisses où il n'y avait pas encore de chef militaire, les paysans
en nommeraient un qui présiderait au départ des hommes demandés,
annoncerait aux généraux sur combien de gens ils devaient compter, les
commanderait au combat, et distribuerait les vivres à ses soldats. On
prit aussi des mesures pour donner quelques vêtemens et des souliers
aux soldats pauvres qui en manquaient; on forma des magasins; enfin
on songea à se donner plus de moyens, en ayant un peu d'ordre et de
prévoyance.

Il fallait aussi nommer un trésorier-général de l'armée, qui devait
être en même temps intendant des vivres, de concert avec le conseil
supérieur. On pria M. de Beauvolliers l'aîné d'accepter ces fonctions
dont il était plus capable que tout autre. Le bien de l'armée le
détermina à ne pas refuser, quoiqu'il trouvât fâcheux d'être presque
toujours éloigné du combat. On lui conserva sa place au conseil de
guerre; et comme il était le seul des chefs qui eût un domicile fixe,
les demandes de tout genre lui étaient presque toujours portées. Il
eut plusieurs personnes employées sous lui: les unes chargées de la
distribution, d'autres attachées à l'armée, qui examinaient les besoins,
et qui entrant dans les villes prises, tâchaient d'en tirer des
ressources.

La résidence de toutes ces administrations fut établie à Châtillon, qui
était à cette époque le centre des mouvemens de l'armée.

Ce fut à régler toutes ces choses que s'occupèrent les généraux pendant
les trois jours qu'ils passèrent à Fontenay après la bataille. La ville
était sans défense, dans un pays de plaine, où les opinions étaient
favorables en général à la révolution. On abandonna Fontenay sans
y avoir fait aucun mal; on relâcha même trois administrateurs du
département qu'on avait d'abord arrêtés.

A peine l'armée était-elle rentrée dans le Bocage, qu'on apprit que des
hussards républicains s'étaient montrés à Argenton-le-Château. MM. de
Lescure et de La Rochejaquelein reçurent cette nouvelle au château de la
Boulaye. Ils expédièrent sur-le-champ des courriers, et indiquèrent un
rassemblement aux Aubiers. En arrivant, ils surent que ces hussards
étaient retournés à Vihiers, où était l'avant-garde d'une grande armée
républicaine qui venait de se former à Saumur.

La Convention commençait à regarder l'insurrection de la Vendée comme
très-redoutable; et cette foison voulait déployer contre les rebelles
des forces imposantes. Des bataillons avaient été formés à Paris, en
y incorporant des soldats tirés de l'armée du Nord. Une cavalerie
nombreuse et aguerrie fut envoyée aussi. Toutes ces mesures furent
prises avec une rapidité inconcevable. Les troupes et les canons
voyagèrent en poste, en bateaux, et vinrent en cinq jours de Paris à
Saumur. Quarante mille hommes, dont la moitié était composée de troupes
de ligne, occupaient en ce moment Saumur, Montreuil, Thouars, Doué et
Vihiers.

M. Stofflet fut le premier qui attaqua. Il partit de Chollet avec
soixante-dix cavaliers, et il entra à Vihiers sans résistance. La
cavalerie républicaine se replia. Il écrivit sur-le-champ à MM. de
Lescure et de La Rochejaquelein qu'il les attendait. Ces messieurs se
mirent en marche sans inquiétude.

Pendant ce temps-là, les bleus étaient revenus attaquer M. Stofflet avec
deux mille hommes. Il fut forcé de se retirer précipitamment, et n'eut
pas le temps de faire avertir M. de Lescure. Les républicains ayant
appris qu'une colonne vendéenne s'avançait, recommandèrent aux habitans
de la ville, qui étaient tous patriotes, de ne point paraître, et de
laisser croire aux rebelles que la ville était encore occupée par un
de leurs détachemens; puis ils allèrent s'embusquer sur une hauteur
voisine. MM. de Lescure, de La Rochejaquelein et Desessarts, arrivèrent
avec trois ou quatre mille hommes, et s'engagèrent dans la ville sans se
douter de rien. Après l'avoir traversée, ils aperçurent sur la hauteur
des hommes postés derrière des broussailles: ils crurent que c'était la
troupe de Stofflet, et s'avancèrent pour aller le joindre. Les paysans
suivaient négligemment, quand tout-à-coup une batterie masquée fit sur
eux un feu de mitraille. Le cheval de M. de Lescure fut blessé, les
branches des arbres furent brisées tout autour de lui et des deux autres
chefs, sans les toucher. Les paysans ne furent pas intimidés, ils
s'élancèrent sur les bleus, qui, effrayés de cette attaque, tandis
qu'ils s'attendaient à une fuite, abandonnèrent leurs canons et
s'enfuirent en pleine déroute vers Doué.

Toute la grande armée et les chefs se rassemblèrent sur-le-champ à
Vihiers, excepté MM. de Bonchamps et d'Elbée, qui n'étaient pas encore
guéris de leurs blessures. On marcha sur Doué. Une bataille
assez marquante fut livrée près de la ville que les républicains
abandonnèrent. Les paysans les poursuivaient vivement sur la route
de Saumur, et seraient arrivés sur cette ville; mais le feu de deux
redoutes placées sur la hauteur de Bournan, les força à s'arrêter et
à revenir à Doué. Ce jour-là deux hussards, au milieu de l'action,
quittèrent leurs rangs pour venir dans notre armée: l'un des deux était
M. de Boispréau qui s'est distingué depuis.

Il fut résolu d'aller attaquer Saumur. Mon père et M. de Beauvolliers
firent remarquer qu'il y avait de l'inconvénient à suivre la route
directe; qu'il valait bien mieux se porter sur Montreuil-Bellay, couper
la communication de Thouars à Saumur, et faire une attaque par un côté
qui était sûrement moins bien défendu. Cet avis fut adopté: on alla
occuper Montreuil. Il était probable que la troupe qui était à Thouars
se porterait au secours de Saumur: en effet, sur les huit heures, cinq
ou six mille hommes, commandés par le général Salomon, arrivèrent à la
porte de Montreuil sans se douter que notre armée s'en fût emparée. Mon
père avait fait placer une batterie derrière la porte: on la démasqua
tout-à-coup, et les bleus reçurent une décharge très-meurtrière. En même
temps, la division Bonchamps, qui était postée dans les jardins auprès
de la ville, les attaqua par le flanc. La déroute fut bientôt complète
et sanglante. Les bleus reprirent en désordre le chemin de Thouars,
abandonnant leurs canons et leurs bagages: ils ne s'arrêtèrent même pas
à Thouars, tant ils étaient épouvantés. Cette affaire fut meurtrière
pour notre armée: dans l'obscurité de la nuit, nos gens tirèrent sur
la division Bonchamps lorsqu'elle déboucha par le flanc. Après cette
affaire, M. de La Rochejaquelein proposa d'envoyer des détachemens de
cavalerie sur la route de Saumur pour inquiéter les républicains, les
tenir sur pied toute la nuit, afin d'attaquer le lendemain dans
la journée. Cela fut résolu ainsi, et il se chargea lui-même de
l'exécution; mais les paysans, encouragés par leur succès, suivirent
en foule le petit nombre d'hommes qu'il voulait emmener. En un moment,
toute l'armée se trouva sur la route, criant: _Vive le roi! nous allons
à Saumur_. Les chefs ne pouvant arrêter ce mouvement, se déterminèrent à
attaquer tout de suite, et se mirent au galop pour rejoindre la tête de
l'armée. M. de Lescure se chargea de commander la gauche, et d'arriver
par le pont Fouchard, en tournant les redoutes qui étaient placées
à l'embranchement des routes de Montreuil et de Doué. M. de La
Rochejaquelein suivit la rivière le long des prairies de Varin. MM. de
Fleuriot, Stofflet et Desessarts, à la tête de la division Bonchamps,
passèrent par les hauteurs au-dessus de Thoué, se dirigeant sur le
château de Saumur.

Les trois attaques furent commencées à peu près en même temps, le 10
juin au matin: c'était M. de Lescure qui était chargé de celle qui
offrait le plus de difficultés. La manière dont tout s'était engagé,
contre le projet des généraux, ajoutait au désordre habituel des
opérations: cependant on tourna les redoutes, et le pont fut passé; mais
une balle ayant tout-à-coup frappé M. de Lescure au brais, les paysans
l'apercevant couvert de sang, commencèrent à lâcher pied: heureusement
l'os n'avait pas été atteint. M. de Lescure fit serrer son bras avec
des mouchoirs, cria à ses soldats que ce n'était rien, et voulut les
ramener. Une charge de cuirassiers républicains acheva de les effrayer.
Quand ils virent que leurs balles ne blessaient pas, rien ne put les
retenir. M. de Dommaigné voulut résister à la tête de la cavalerie
vendéenne: il fut renversé par un coup de mitraille, et sa troupe fut
culbutée. La déroute devint complète, et tous les gens de M. de Lescure
prirent, en fuyant, la route de l'abbaye de Saint-Florent, le long du
Thoué. Un heureux hasard ramena la fortune. Deux caissons versèrent sur
le pont Fouchard, et arrêtèrent les cuirassiers: alors M. de Lescure
parvint à ramener les soldats. Le brave Loiseau, de la paroisse de
Trémentine, qui avait tué trois cavaliers en défendant M. de Dommaigné,
et qui avait fini par être blessé et abattu, se releva et se mit à la
tête des fantassins. Ils passèrent leurs fusils à travers les roues des
caissons, visant aux chevaux et aux yeux des cuirassiers; M. de Marigny
plaça de l'artillerie de manière à les foudroyer: ainsi le combat fut
rétabli à l'avantage des Vendéens.

Pendant ce temps-là, M. de La Rochejaquelein avait attaqué le camp
républicain qui était placé dans les prairies de Varin; il avait laissé
M. de Beaugé, à la tête de sept cents hommes, pour garder le pont de
Saint-Just, et avait tourné le camp pour y entrer par derrière. Mon père
amena à M. de Beaugé un renfort d'environ six cents hommes: se trouvant
en état d'attaquer, on assaillit le camp de front. Le fossé fut franchi;
un mur qui était au-delà fut abattu, et le poste fut emporté. M. de La
Rochejaquelein y entrait en même temps de l'autre côté. Il avait jeté
son chapeau par-dessus les retranchemens, en criant: «Qui va me le
chercher?» et s'était élancé le premier. Il fut bien vite imité par
un grand nombre de braves paysans. Les deux assauts se donnèrent
précisément dans le même instant, et les Vendéens eurent encore là le
malheur de tirer les uns sur les autres.

Henri voulut profiter sur-le-champ de cet avantage. Accompagné de M.
de Beaugé, ils poursuivirent les républicains sans regarder si on les
suivait; ils entrent dans la ville au galop. Un bataillon qui descendait
du château les voit arriver, jette ses armes et rentre au château. Ces
deux messieurs continuent leur route, passant sur les fusils, dont la
rue était jonchée, et que les pieds de leurs chevaux faisaient partir.
Après avoir traversé la ville, ils voient toute l'armée des bleus fuyant
en désordre sur le grand pont de la Loire; ils se portent derrière la
salle de spectacle; et là, Henri se met à tirer sur les fuyards, tandis
que M. de Beaugé chargeait les fusils et les lui donnait. Ils étaient
seuls; cependant personne n'eut l'idée de revenir sur eux, excepté un
dragon qui vint, à bout portant, leur tirer un coup de pistolet, et les
manqua; Henri l'abattit d'un coup de sabre, et prit les cartouches qu'il
avait dans sa giberne. Les batteries du château tirèrent sur eux. M.
de Beaugé fut blessé d'une forte contusion et jeté par terre; M. de La
Rochejaquelein le releva, le mit à cheval. Ils trouvèrent plusieurs
pièces abandonnées, et en tirèrent, sur le château, deux qui étaient
chargées; ils traversèrent ensuite le pont, rejoints par une soixantaine
de fantassins, poursuivant toujours les bleus. Enfin, après avoir couru
pendant quelques minutes sur la route de Tours, ils pensèrent à revenir
pour savoir si les Vendéens étaient entrés dans la ville; car on
entendait toujours le canon du château et des redoutes. Ils coupèrent le
pont de bois dit _de la Croix-Verte_, qui traverse le second bras de la
Loire, et ils y placèrent deux des pièces de canon qu'ils venaient
de prendre, pour empêcher les bleus de revenir sur leurs pas. A leur
retour, ils trouvèrent la division de Lescure dans Saumur. M. de La
Rochejaquelein, sachant que les redoutes de Bournan tenaient encore, y
courut tout de suite, et se réunit à M. de Marigny qui les attaquait. Il
s'engagea entre les deux redoutes, et son cheval fut tué sous lui. La
nuit venait; on remit l'attaque au lendemain: pendant l'obscurité, les
républicains évacuèrent et se retirèrent.

On avait aussi, dans la soirée, tiré quelques coups de canon sur le
château, où restaient environ quatorze cents hommes et de l'artillerie.
Le lendemain, M. de Marigny y entra en parlementaire, et proposa une
capitulation, qui fut acceptée. Les assiégés obtinrent de sortir, sans
autre condition que de rendre leurs armes.

La prise de Saumur livra aux Vendéens un poste important, le passage
de la Loire, quatre-vingts pièces de canon, des milliers de fusils,
beaucoup de poudre, de salpêtre[10]. Les prisonniers faits en cinq
jours étaient au nombre de onze mille: on les tondit, et on les renvoya
presque tous. La perte des Vendéens, dans cette dernière affaire, fui de
soixante hommes tués et quatre cents blessés.

[Note 10: On avait enfermé, dans une église qui servait de magasin
d'artillerie aux bleus, une grande partie des armes que nous avions
prises; elle était remplie. Le lendemain de notre victoire, Henri
s'appuyant sur une fenêtre d'où on voyait dans l'église, resta absorbé
dans une profonde rêverie pendant deux heures. Un officier vint l'en
tirer, lui demandant avec surprise ce qu'il faisait là. Il répondit: Je
réfléchis sur nos succès; ils me confondent. Tout vient de Dieu.]

M. de Lescure sut que le général Quétineau avait été trouvé dans le
château de Saumur, où il avait été enfermé pour être jugé, après
l'affaire de Thouars. Il l'envoya chercher. «Eh bien! Quétineau, lui
dit-il, vous voyez comme vous traitent les républicains. Vous voilà
accusé, traîné dans les prisons; vous périrez, sur l'échafaud. Venez
avec nous pour vous sauver mous vous estimons, malgré la différence
d'opinions, et nous vous rendrons plus de justice que vos
patriotes.--Monsieur, répondit Quétineau, si vous me laissez en liberté,
je retournerai me consigner en prison; je me suis conduit en brave
homme, je veux être jugé. Si je m'enfuyais, on croirait que je suis
un traître, et je ne puis supporter cette idée: d'ailleurs, en vous
suivant, j'abandonnerais ma femme, et on la ferait périr. Tenez,
Monsieur, voici mon mémoire justificatif: vous savez la vérité; voyez
si je ne l'ai pas dite.» M. de Lescure prit le mémoire, qui, en effet,
était assez sincère. Quétineau ajouta, avec un air de tristesse:
«Monsieur, voilà donc les Autrichiens maîtres de la Flandre; vous êtes
aussi victorieux; la contre-révolution va se faire; la France sera
démembrée par les étrangers.» M. de Lescure lui dit que jamais les
royalistes ne le souffriraient, et qu'ils se battraient pour défendre le
territoire français. «Ah! Monsieur, s'écria Quétineau, c'est alors que
je veux servir avec vous. J'aime la gloire de ma patrie: voilà comme je
suis patriote.» Il entendit dans ce moment les habitans de Saumur qui
répétaient à tue-tête dans la rue: _Vive le roi!_ Il s'avança vers
la fenêtre, et, l'ouvrant, il leur dit: «Coquins, qui l'autre jour
m'accusiez d'avoir trahi la république, aujourd'hui vous criez, par
peur: _vive le roi!_ Je prends à témoin les Vendéens que je ne l'ai
jamais crié.» Ce brave homme s'en alla à Tours; on le conduisit à Paris;
il fut jugé, condamné à mort et exécuté. Sa femme, qui était en partie
cause de la résistance qu'il avait mise aux conseils de M. de Lescure,
ne voulut pas lui survivre; elle cria _vive le roi_ à l'audience du
tribunal révolutionnaire, et périt aussi sur l'échafaud.

M. de Lescure avait passé sept heures à cheval après sa blessure, et
avait perdu beaucoup de sang; la souffrance et la fatigue lui avaient
donné la fièvre; on l'engagea à se retirer à la Boulaye pour se guérir.
Avant de partir, il pria les officiers de s'assembler chez, lui:
«Messieurs, leur dit-il, l'insurrection prend trop d'importance, nos
succès ont été trop grands, pour que l'armée continue à rester sans
ordre; il faut nommer un général en chef. Comme tout le monde n'est pas
rassemblé, la nomination ne peut être que provisoire. Je donne ma voix
à M. Cathelineau.» Tout le monde applaudit, excepté le bon Cathelineau,
qui fut bien surpris de tant d'honneur. Mon père, MM. de Boisy et Duhoux
arrivèrent successivement, et se rangèrent au même avis. M. d'Elbée,
qui avait été retenu par sa blessure, vint aussi deux jours après, et
approuva ce qui avait été fait.

La nomination de Cathelineau était convenable en tous points: c'était,
de tous les chefs, celui qui exerçait le plus d'influence sur les
paysans; il avait une sorte d'éloquence naturelle qui les entraînait, sa
piété et ses vertus le leur rendaient respectable; en outre, c'était lui
qui avait commencé la guerre, qui avait soulevé le pays et gagné les
premières batailles. Il avait le coup-d'oeil militaire, un courage
extraordinaire et beaucoup de sens et de raison. On était sûr que son
nouveau grade le laisserait tout aussi modeste, et qu'il écouterait et
rechercherait toujours les conseils avec déférence. C'était d'ailleurs
une démarche politique que de nommer un simple paysan pour général en
chef, au moment où l'esprit d'égalité et un vif sentiment de jalousie
contre la noblesse contribuaient en grande partie au mouvement
révolutionnaire; c'était se conformer au désir général, et attacher de
plus en plus les paysans au parti qu'ils avaient embrassé d'eux-mêmes.
On en sentait si bien la nécessité, que les gentilshommes avaient
toujours grand soin de traiter d'égal à égal chaque officier paysan. Ils
ne l'exigeaient pourtant pas. Il m'est arrivé de les voir se retirer
de la table de l'état-major, à Châtillon, quand j'y paraissais, disant
qu'ils n'étaient pas faits pour dîner avec moi: ils ne cédaient qu'à mes
instances. L'égalité régnait bien plus dans l'armée vendéenne que dans
celle de la république; au point, que j'ignore encore, ou n'ai appris
que depuis, si la plupart de nos officiers étaient nobles ou bourgeois;
on ne s'en informait jamais; on ne regardait qu'au mérite: ce sentiment
était juste et naturel; il partait du coeur; et, sans être inspiré par
la politique, il y était trop conforme pour n'être pas général.
Une conduite différente aurait peut-être refroidi le zèle. Je n'en
rappellerai qu'un exemple très-remarquable. M. Forestier était fils d'un
cordonnier de village, et il a joué le rôle le plus brillant, à l'armée,
près des princes, dans les cours étrangères, partout enfin jusqu'à sa
mort, arrivée vers 1808.

Deux jours après la prise de Saumur, MM. de Beauvolliers, avec cinq ou
six cents hommes, se portèrent sur Chinon, entrèrent dans la ville sans
résistance; ils délivrèrent madame de Beauvolliers, que les patriotes
avaient mise en prison; ils la ramenèrent à Saumur. M. de Beauvolliers
l'aîné retrouva aussi sa fille à Loudun où M. de La Rochejaquelein fit
une course avec quatre-vingts cavaliers.

Plusieurs officiers vinrent joindre l'armée à Saumur. Henri envoya
avertir M. Charles d'Autichamp, qui habitait auprès d'Angers. Il arriva
sur-le-champ, et se plaça dans la division de M. de Bonchamps, son
cousin; il la commanda bientôt en second, sous M. de Fleuriot. M. de
Piron vint aussi de Bretagne se joindre à cette division où il acquit
une très-grande réputation. La grande armée gagna encore, à cette
époque, M. de la Guérivière et M. de la Bigotière, émigré rentré.

Il fallut remplacer M. de Dommaigné, et nommer un général de la
cavalerie. On balança entre MM. Forêt et Forestier: le dernier réunit
cependant plus de suffrages; il n'avait que dix-huit ans, mais chaque
jour il montrait plus de mérite. Il eut la modestie d'accepter les
fonctions et de refuser le titre, à cause de son âge.

L'administration de l'armée vendéenne prit, après cette expédition, plus
d'importance, et posséda bien plus de ressources. MM. de Marigny et
Duhoux d'Hautrive établirent à Mortagne et à Beaupréau des moulins à
poudre, pour employer la grande quantité de salpêtre qui avait été prise
à Saumur. Mortagne fut aussi choisi pour être le dépôt de l'artillerie.
Les magasins de blé que les républicains avaient formés à Chinon, furent
envoyés dans la Vendée; on acheta beaucoup de sel, d'huile et de savon;
l'apothicairerie de l'armée, qui avait jusqu'alors été assez mal
fournie, devint aussi plus complète. Pour subvenir à tous les besoins de
l'armée, on avait usé d'industrie, au défaut de ressources, et beaucoup
de personnes avaient, dans tous ces petits détails, montré un esprit
inventif.

Quant aux vêtemens, il y en avait abondamment: ils étaient en gros drap
du pays, en toile, en coutil, en siamoise. On faisait surtout une grande
dépense de mouchoirs rouges; il s'en fabriquait beaucoup dans le pays,
et une circonstance particulière avait contribué à les rendre d'un usage
général. M. de La Rochejaquelein en mettait ordinairement autour de
sa tête, à son cou, et plusieurs à sa ceinture pour ses pistolets: au
combat de Fontenay, on entendit les bleus crier: «Tirez sur le mouchoir
rouge.» Le soir, les officiers supplièrent Henri de changer de costume;
il le trouvait commode, et ne voulut pas le quitter. Alors ils prirent
le parti de l'adopter aussi, afin qu'il ne fût pas une cause de dangers
pour lui. Les mouchoirs rouges devinrent ainsi à la mode dans l'armée;
tout le monde voulut eu porter. Cet accoutrement, les vestes et les
pantalons, qui étaient l'habit ordinaire des officiers, leur donnaient
tout-à-fait la tournure de brigands, comme les appelaient les
républicains.



                              CHAPITRE IX.

Occupation d'Angers.--Attaque de Nantes.--Retraite de Parthenay.--Combat
du bois du Moulin-aux-Chèvres.


Je continuais toujours à habiter le château de la Boulaye avec ma
mère: c'était là comme le quartier-général de l'armée. Les officiers y
venaient dans l'intervalle des expéditions; quelques membres du conseil
supérieur y étaient sans cesse.

J'eus d'abord un peu de peine à m'accoutumer à toute cette
représentation militaire. Je me souviens qu'un jour où j'étais allée à
Châtillon, M. Baudry, alors commandant de la ville, vint me faire une
visite à mon arrivée: j'entendis le tambour; il me proposa d'aller voir
ce qui se passait; je descendis dans la rue, et j'y trouvai deux cents
hommes sous les armes; en même temps, M. Baudry tire son sabre et élève
tout-à-coup la voix; la frayeur me saisit, je me mis à pousser des cris
comme un enfant. Je compris enfin qu'il me faisait l'honneur de me
haranguer à la tête de sa troupe: peu à peu je m'habituai au bruit et au
mouvement de notre genre de vie.

J'avais laissé ma fille auprès de Clisson, chez sa nourrice qui avait
montré une grande répugnance à quitter sa famille pour venir avec moi à
la Boulaye.

Après la déroute de Fontenay, on la tenait cachée chez Charry ou chez
les Texier, qui étaient les plus braves paysans de la paroisse de
Courlay. Je voulus la faire venir à la Boulaye, et j'allai au-devant
d'elle jusqu'à la Pommeraye-sur-Sèvre où demeurait le bon M. Durand,
notre médecin. Les chemins étaient impraticables en voiture; je pris le
parti de monter à cheval; mais j'avais si grand peur, qu'un homme à pied
tint la bride pendant toute la route. Le lendemain, tandis que j'étais
à dîner, un courrier arriva, m'apportant une lettre de M. de Lescure.
J'avais su l'affaire de Saumur; mais on m'avait caché qu'il eût été
blessé. Il venait d'arriver à la Boulaye, et m'écrivait lui-même pour me
rassurer. Un tremblement affreux me saisit. Je ne voulus pas rester un
moment de plus. Je pris un mauvais petit cheval qui se trouvait par
hasard dans la cour; je ne laissai pas le temps d'arranger les étriers
qui étaient inégaux, et je partis au grand galop; en trois quarts
d'heure je fis trois grandes lieues de mauvais chemins. Je trouvai M.
de Lescure debout; mais il avait une fièvre violente qu'il conserva
plusieurs jours. Depuis, je n'ai eu aucune frayeur de monter à cheval.

La grande armée n'avait pas eu, jusqu'à ce moment, la moindre relation
avec M. de Charette. M. de Lescure, ayant du loisir à la Boulaye, lui
écrivit une lettre polie, pour le féliciter d'une affaire brillante et
célèbre qui lui avait livré Machecoul. M. de Charette répondit par des
complimens à notre armée sur ses succès, et spécialement sur la prise
de Saumur. La lettre de M. de Charette, comme celle de M. de Lescure,
exprimait le désir d'établir des rapports entre les deux armées, et de
combiner leurs opérations. M. de Lescure envoya aussitôt un courrier
à Saumur, pour faire part aux généraux de la démarche qu'il venait de
faire. Ils furent très-satisfaits des dispositions que montrait M. de
Charette, et songèrent à en profiter pour concerter avec lui une attaque
sur Nantes, à laquelle ils pensaient. Mon père fut chargé de négocier
pour cet objet. Il commença par offrir des canons et des munitions à M.
de Charette qui les accepta avec reconnaissance. Depuis, la grande armée
le ravitailla plusieurs fois, ainsi que la petite troupe de M. de Lyrot;
car dans le Bas-Poitou la guerre fut presque constamment défensive, au
lieu que notre armée, en se portant en avant, s'emparait des magasins
que les républicains avaient formés. L'entreprise sur Nantes fut
convenue avec M. de Charette: il promit d'attaquer par la rive gauche.

Pour rester maître du cours de la Loire, il fallait, conserver Saumur
qui établissait une communication sûre entre les deux rives. On résolut
donc d'y établir une garnison. Il fut d'abord question de laisser M.
de Laugrenière pour la commander; mais il n'était pas assez connu dans
l'armée pour inspirer de la confiance aux paysans. On invita alors M.
de La Rochejaquelein à se charger de cette tâche, qui ne lui plaisait
guère. Pour engager les soldats à rester, on leur promit de les nourrir
et de leur donner quinze sous par pur; il fut même dit qu'ils pourraient
se relever tous les huit jours. Chaque paroisse devait toujours avoir
quatre hommes à Saumur. C'est la première fois qu'on proposa une paie.

Le gros de l'armée partit. Il y avait déjà longtemps que les soldats
étaient sortis de chez eux; leur ardeur était diminuée. Stofflet, pour
les déterminer à passer la Loire, fit publier, sans avoir consulté
personne, que ceux qui resteraient seraient des lâches: cette mesure
augmenta l'armée, mais diminua beaucoup la garnison de Saumur, qui se
trouva composée de mille hommes environ. M. de La Rochejaquelein revint
les commander, après avoir passé deux jours à Angers avec l'armée.

Les républicains avaient évacué Angers et tout le pays adjacent. La
frayeur qu'inspiraient alors les Vendéens était si forte, que quatre
jeunes gens, MM. Dupérat, Duchenier, de Boispréau et Magnan, s'en
allèrent seuls à la Flèche, dix lieues en avant de l'armée. Ils entrent
dans la ville, criant: _Vive le roi_! descendent à la Municipalité,
annoncent que l'armée royale va se diriger sur Paris, et qu'ils arrivent
avec deux mille hommes de cavalerie pour faire les logemens; ils disent
que, pour ne pas effrayer les habitans, leur escorte est demeurée à une
demi-lieue; ils se font livrer les écharpes des municipaux, les font
marcher sur la cocarde, et mettent le feu à l'arbre de la liberté. Toute
la ville se met en mouvement pour pourvoir à la nourriture de cette
armée qui doit passer. Pendant ce temps-là, ces messieurs vont
tranquillement dîner à l'auberge. Au milieu du repas, une servante leur
dit: «Messieurs, un colporteur qui vient d'Angers a dit qu'il n'avait
pas rencontré votre escorte sur la route, et l'on parle de vous
arrêter.» Ils sautèrent vite sur leurs chevaux, et arrivèrent au galop à
Angers, chamarrés d'écharpes tricolores, et tout fiers de leur témérité.

Comme Angers est le siège d'un évêché, l'évêque d'Agra s'y rendit pour
officier solennellement. Il voyageait avec la simplicité d'un apôtre, à
cheval, suivi d'un domestique qui portait sa crosse de bois. Il célébra
une grand messe; et, pour gagner l'esprit de la ville et prouver que
les prêtres ne prêchaient pas le meurtre, comme le disaient les
républicains, on arrangea que l'évêque demanderait et obtiendrait la
grâce de deux canonniers des bleus, que l'on avait condamnés à mort pour
quelques crimes.

Le prince de Talmont, second fils du duc de la Trémoille, vint à Angers
rejoindre l'armée. C'était un jeune homme de vingt-cinq ans, d'une
taille très-élevée et d'une fort belle figure. Malgré sa jeunesse,
il était habituellement atteint de la goutte, ce qui nuisait à son
activité. Il était brave, loyal, complètement dévoué, d'un bon
caractère; mais ces excellentes qualités étaient un peu obscurcies par
un air de légèreté qui lui paraissait de bon goût.

M. le prince de Talmont fut reçu avec une vive satisfaction; ou
s'applaudissait d'avoir dans les rangs de l'armée un homme d'un aussi
beau nom, dont la famille était depuis si long-temps presque souveraine
en Poitou. Le duc de la Trémoille et la princesse de Tarente, sa
belle-fille, qui était mademoiselle de Châtillon, étaient seigneurs de
plus de trois cents paroisses dans cette province. M. de Talmont fut
nommé sur-le-champ général de cavalerie, au grand contentement du
modeste M. Forestier.

On prit la route d'Angers à Nantes; mais l'armée n'était ni
très-nombreuse, ni très-animée. Beaucoup de paysans étaient retournés
chez eux. MM. de Lescure et de La Rochejaquelein étaient absens, ainsi
que plusieurs de leurs officiers; et les soldats qui d'ordinaire étaient
sous leurs ordres, ou n'étaient pas à l'armée, ou n'y conservaient pas
leur ardeur habituelle. D'ailleurs, on s'était toujours battu contre un
ennemi voisin du pays et prêt à l'envahir; cette fois, ces pauvres gens
ne comprenaient pas bien à quoi pourrait leur servir d'aller attaquer
Nantes. Enfin on assure que le général Cathelineau n'avait pas huit
mille hommes quand il arriva devant la ville.

L'armée de M. de Charette et la division de M. de Lyrot avaient au
contraire un intérêt pressant de s'emparer de Nantes: c'était de là
que sortaient toutes les expéditions républicaines dirigées contre le
Bas-Poitou. Aussi tous les habitans s'étaient-ils réunis de ce côté, au
nombre de plus de vingt-cinq mille; mais leur attaque était subordonnée
à celle de la grande armée, parce que Nantes est situé en entier sur la
rive droite, et qu'il y avait plusieurs bras de la Loire à traverser,
dont trois étaient défendus par des ponts-levis.

On était convenu d'attaquer, le 29 juin, à deux heures du matin.

Un premier malheur empêcha la parfaite exécution de ce plan. L'armée
républicaine avait laissé un fort détachement dans le bourg de Nort;
contre toute attente, il se défendit dix heures de suite, et l'on arriva
devant Nantes à huit heures du matin seulement. M. de Charette avait
commencé à l'heure dite; et les républicains, au lieu d'avoir deux
attaques à la fois à repousser, eurent le temps d'aviser aux moyens de
défense et de se rassurer. Les généraux Canclaux et Beysser, qui les
commandaient, mirent beaucoup de courage et de sang-froid à soutenir les
efforts des Vendéens. Une partie des habitans les seconda avec zèle;
cependant notre armée parvint jusque dans les faubourgs. Nantes allait
succomber; les bleus commençaient à fuir par la porte de Vannes;
l'intrépide Cathelineau avait même pénétré dans la ville, jusque sur la
place Viarmes, à la tête de quelques centaines d'hommes: la victoire
était dans nos mains. Ce fut dans ce moment décisif que deux accidens
firent tout changer de face. Le général en chef tombe blessé d'une
balle qui lui perce le bras et se perd dans la poitrine. Les Vendéens,
désespérés, l'emportent et abandonnent le faubourg qu'il avait pris.
Dans le même instant, un oubli du prince de Talmont empêcha peut-être le
succès de l'entreprise.

On s'était toujours bien trouvé de laisser aux républicains des moyens
de retraite; jamais on ne les avait mis dans la position de vaincre ou
de mourir. Il fut donc convenu au conseil de guerre qu'il n'y aurait
aucune attaque par le chemin de Vannes, et qu'on y laisserait un libre
passage. A deux heures de l'après-midi, on vit en effet des troupes de
fuyards sortir de Nantes par cette route. M. de Talmont, emporté par
trop d'ardeur et oubliant les dispositions adoptées par le conseil de
guerre, se laissa aller à un mouvement inconsidéré; il prit deux pièces
de canon et repoussa les républicains dans la ville. Leur défense devint
encore plus opiniâtre.

Les Vendéens mirent aussi dans l'attaque plus de constance qu'on ne
pouvait en attendre: le combat dura dix-huit heures; mais jamais ils ne
purent reprendre l'avantage que la blessure de Cathelineau leur avait
arraché. M. de Fleuriot l'aîné, qui commandait la division de
Bonchamps, et plusieurs autres officiers, avaient aussi été blessés: le
découragement se joignit à la fatigue, et les soldats se retirèrent à la
nuit tombante. Les chefs avaient fait toute la journée les plus grands
efforts pour donner aux paysans encore plus d'élan. M. de Talmont avait
eu son cheval tué par un boulet; mon père s'était trouvé tellement
enveloppé du feu d'une batterie, que tout le monde l'avait cru mort.

L'armée fut dissoute en un instant; officiers et soldats repassèrent la
Loire dans des barques, et la rive droite fut entièrement abandonnée,
sans que les bleus, encore épouvantés, osassent sortir de Nantes pour
les poursuivre. Dans cette malheureuse attaque on perdit peu de soldats;
mais la blessure de Cathelineau fut mortelle, et c'était un bien grand
désastre. M. de Fleuriot méritait aussi de vifs regrets. Tous les deux
survécurent de quelques jours seulement à leurs blessures.

Pendant ce temps-là, le Bocage était aussi le théâtre de combats qui
n'avaient pas été prévus. Il y avait à Amaillou, entre Bressuire et
Parthenay, un petit rassemblement de paysans, qu'on avait formé pour
la sûreté du pays. M. de Lescure apprit que le général Biron (duc de
Lauzun) était à Niort, que son armée grossissait tous les jours, et
que l'avant-garde était à Saint-Maixent, menaçant Parthenay. Il envoya
sur-le-champ à Saumur, prier MM. de Beaugé, les chevaliers Beauvolliers
et de Beaurepaire, de se rendre à Amaillou; lui-même, tout blessé qu'il
était, voulut y aller pour veiller de près à la défense de ce poste. Il
partit malade et le bras en écharpe; je l'accompagnai, ne pouvant me
résoudre à le quitter dans cet état.

Nous nous arrêtâmes une nuit à Clisson, et le lendemain nous arrivâmes
à Amaillou. Nous y trouvâmes M. de R***; c'était un gentilhomme d'une
trentaine d'années. Pour se donner un air plus distingué, il était en
habit de velours bleu, brodé en paillettes, en bourse, et un chapeau
sous le bras, l'épée au côte: c'était la première fois qu'on le voyait
au camp. Il dit qu'ayant appris que les chefs étaient occupés ailleurs,
il avait cru devoir se rendre à Amaillou, pour y prendre le commandement
du poste. M. de Lescure le remercia beaucoup; et comme il arrivait avec
des officiers harassés de fatigue, il pria M. de R*** de vouloir bien
encore commander le camp, et se charger du bivouac pour cette nuit-là.

Il répondit qu'un gentilhomme comme lui n'était pas fait pour coucher
dehors. «Comme chef, vous avez raison, s'écria M. de Lescure en riant.»
Il ordonna aux soldats de se relayer pour le garder toute la nuit à la
pluie, loin du feu: cela fut exécuté, et M. de R*** ne parut plus.

Le jour d'après, comme j'étais à me promener avec le chevalier de
Beauvolliers, nous vîmes tous les paysans en rumeur; ils saisissaient
deux chasseurs républicains; nous devinâmes qu'ils étaient déserteurs:
en effet, ils venaient de Saint-Maixent. Leur fuite avait été aperçue,
ils avaient été poursuivis l'espace de plusieurs lieues, et ils
arrivaient tout essoufflés. Nos gens avaient commencé par les entourer,
les uns leur disant qu'ils étaient des espions, d'autres qu'il fallait
crier _vive le roi_, quelques-uns qu'il fallait les tuer. Au milieu de
ce tumulte, ils étaient fort interdits: nous les prîmes sous le bras,
et nous les conduisîmes à M. de Lescure qui était sur son lit; il les
interrogea. Le premier répondit gaiement qu'il s'appelait Cadet; qu'on
l'avait mis dans la légion du Nord, et que, voulant se battre pour le
roi, il désertait. Le second, d'un air embarrassé, dit qu'il avait
émigré, et qu'il était sous-officier dans le régiment de la Châtre.
Sa manière de s'exprimer donna de la défiance à M. de Lescure qui
recommanda de le surveiller. Bientôt après, il se distingua par son
courage et son mérite; et quand il fut estimé dans l'armée, il conta
qu'il était gentilhomme d'Auvergne, qu'il s'appelait M. de Solilhac. Je
ne sais pas ce qui avait pu l'engager à se cacher d'abord; depuis, il a
toujours été un des plus braves officiers de la Vendée.

La présence de M. de Lescure amena à Amaillou un grand nombre de
paysans; il pensa alors qu'il fallait s'avancer et occuper Parthenay.
M. Girard de Beaurepaire, qui commandait une petite division attachée à
l'armée de M. de Royrand, lui fit dire qu'il viendrait se réunira lui,
et qu'il lui amènerait cent cinquante cavaliers: c'était un secours fort
utile, car M. de Lescure n'avait que quinze chevaux. Cette jonction se
fit à Parthenay.

On s'attendait à être attaqué. M. de Beaugé et le chevalier de
Beaurepaire firent murer toutes les issues de la ville, hormis les
portes de Thouars et de Saint-Maixent; deux pièces de canon furent mises
à cette dernière porte; on plaça un poste avancé et des factionnaires.
Il fut convenu que d'heure en heure, il partirait une patrouille qui
ferait une lieue puis reviendrait, de façon qu'il y en aurait toujours
une dehors. M. Girard de Beaurepaire fut chargé de veiller à l'exécution
de toutes ces mesures de précaution, qui furent négligées; il alla se
coucher, et la patrouille de minuit ne partit pas. L'avant-garde des
républicains, commandée par le général Westermann, arriva jusqu'à la
porte: le factionnaire fut égorgé et la batterie surprise. Un nommé
Goujon, l'un des six dragons qui avaient déserté, se fit tuer en
défendant les pièces avec courage.

MM. de Lescure et de Beaugé s'étaient jetés sur le même lit. M. de
Beaugé se leva sur-le-champ, et courut à la porte de Saint-Maixent: il
la trouva abandonnée; les paysans étaient en pleine déroute; il reçut
une balle qui lui cassa la jambe, et se trouva au milieu des bleus; la
nuit était obscure; il ne fut pas reconnu, et, tournant à droite, il se
dirigea rapidement vers la rivière. Alors on vit bien que c'était un
Vendéen, et l'on fit une décharge sur lui. Il fit sauter son cheval
dans l'eau et le mit à la nage; une seconde décharge tua le cheval. Les
Vendéens, qui étaient à l'autre bord, parvinrent cependant à retirer
leur officier.

M. de Lescure, que sa blessure faisait beaucoup souffrir, avait eu bien
de la peine à s'habiller et à se sauver: peu s'en fallut qu'il ne fût
pris.

Le lendemain matin les républicains occupèrent la ville où ils n'avaient
pas osé s'avancer beaucoup pendant la nuit.

M. de Lescure n'avait pas voulu que je le suivisse à Parthenay; j'étais
retournée d'Amaillou à Clisson; il m'envoya un cavalier pour me prévenir
de ce qui se passait. Cet homme arriva au grand galop, la frayeur lui
avait fait perdre la tête: il se croyait poursuivi; il frappa à ma
porte, et me réveilla en criant: «Madame, de la part de M. de Lescure,
sauvez-vous; nous avons été battus à Parthenay, sauvez-vous.» L'effroi
me saisit; c'est à peine si j'eus le sang-froid de demander s'il n'était
rien arrivé à mon mari. Je m'habillai à la hâte, oubliant d'attacher
mes robes, et je fis réveiller tout le monde; je courais dans la cour,
tenant toujours ma robe; je trouvai une troupe de faucheurs; je leur dis
d'aller se battre, et qu'il n'était pas temps de travailler; je saisis
par le bras un vieux maçon de quatre-vingts ans; je le priai de me
conduire dans une métairie dont il me semblait que j'avais oublié le
chemin; j'y traînai ce pauvre homme, qui pouvait à peine marcher pendant
que je courais. On vint me donner quelques détails qui calmèrent un peu
ma terreur panique. Je sus qu'après le premier moment, M. de Lescure
s'était retiré paisiblement, et sans être poursuivi, ni inquiété. Je
montai cependant à cheval, et je partis pour Châtillon; j'y arrivai à
cinq heures du soir. Je fus toute surprise, en y entrant, de ce qu'on
s'empressait autour de moi en s'écriant: La voilà! la voilà! Le bruit
s'était répandu que M. de Lescure et moi avions été pris à Parthenay:
tout le monde était dans la consternation. J'allai rassurer le conseil
supérieur, en racontant ce que je savais; puis je pris le chemin de la
Boulaye. Je trouvai ma mère qui arrivait en voiture. Elle avait appris,
par le bruit public, les fausses nouvelles qu'on répandait, et elle
voulait se faire conduire à Niort pour périr avec moi sur l'échafaud.
Nous fûmes bien heureuses de nous retrouver: elle ne pouvait s'en fier à
ses yeux.

Cependant M. de La Rochejaquelein voyait chaque jour diminuer sa
garnison de Saumur; rien ne pouvait retenir les paysans, car ils
croyaient que tout était fini, qu'il n'y avait plus rien à craindre.
L'un partait après l'autre, pour aller retrouver sa métairie et ses
boeufs. M. de La Rochejaquelein vit bien qu'avant peu il n'aurait pas un
soldat, et il s'occupa à envoyer chaque jour dans le Bocage la poudre,
l'artillerie et les munitions de tout genre. Pour faire illusion aux
habitans sur la faiblesse de la garnison, il parcourait chaque nuit la
ville au galop avec quelques officiers, en criant: _Vive le roi_! Enfin
il se trouva, lui neuvième, à Saumur. Trois mille républicains venaient
d'occuper Chinon: il fallut quitter la ville. Il restait deux canons, il
les emmena; mais à Thouars, il fut obligé de les jeter dans la rivière.
Il arriva à Amaillou le jour où M. de Lescure se retirait de Parthenay.

Cependant ces deux messieurs virent bien qu'ils n'avaient pas assez de
monde pour défendre ce canton; ils se retirèrent sur Châtillon pour y
assembler la grande armée. Le général Westermann, de son côté, avança
avec dix mille hommes environ; il entra à Parthenay; de là il vint à
Amaillou sans éprouver de résistance; il fit mettre le feu au village:
c'est là le commencement des incendies des républicains; Westermann
marcha ensuite sur Clisson; il savait que c'était le château de M. de
Lescure; et s'imaginant qu'il devait trouver une nombreuse garnison et
éprouver une défense opiniâtre, il avança avec tout son monde, non sans
de grandes précautions, pour attaquer ce château du chef des brigands:
il arriva vers neuf heures du soir. Quelques paysans, cachés dans le
bois du jardin, tirèrent des coups de fusil, qui effrayèrent beaucoup
les républicains; mais ils saisirent quelques femmes, et surent qu'il
n'y avait personne à Clisson qui d'ailleurs n'était susceptible d'aucune
défense. Alors Westermann entra, et écrivit de là une lettre triomphante
à la Convention, en lui envoyant le testament et le portrait de M. de
Lescure. Cette lettre fut mise dans les gazettes. Il ne voulut pas
renoncer à ce qu'il avait imaginé d'avance, et il manda qu'après avoir
traversé une multitude de ravins, de fossés, de chemins couverts, il
était parvenu au repaire de ce monstre, vomi par l'enfer, et qu'il
allait y mettre le feu. En effet il fit apporter de la paille et des
fagots dans les chambres, les greniers, les écuries, la ferme, et prit
toutes ses mesures pour que rien n'échappât à l'incendie.

M. de Lescure, qui avait bien prévu cet événement, avait donné,
long-temps auparavant, l'ordre de démeubler le château; mais apprenant
l'effroi que cette nouvelle avait répandu dans les environs, et que les
habitans abandonnaient leurs métairies, il craignit l'effet que cette
précaution produirait sur le pays, et ne fit rien enlever de Clisson:
ainsi le château fut brûlé avec les meubles, et absolument tout ce qu'il
renfermait; des provisions énormes de blé et de foin ne furent pas même
épargnées; il en fut de même partout. Les armées républicaines brûlaient
nos provisions et écrasaient les environs du pays insurgé par leurs
réquisitions.

J'étais allée dîner à Châtillon avec ces messieurs, le jour où l'on vint
leur apprendre l'incendie de Clisson: cela ne nous fit pas grand effet,
il y avait long-temps que nous nous y attendions; mais ce qui était
important, c'était la marche de Westermann, qui s'était sur-le-champ
avancé à Bressuire, et qui se dirigeait sur Châtillon. L'armée était
dissoute; les soldats avaient repassé la Loire la veille seulement,
revenant de Nantes. Les incendies des bleus effrayaient les paysans;
ils voulaient, avant de se battre, mettre en sûreté leurs femmes, leurs
enfans et leurs bestiaux; enfin les chefs étaient dans le plus grand
embarras. On se mit à écrire des réquisitions et à faire partir des
courriers pour les porter. On manquait de chevaux. M. de Lescure me
chargea d'aller dans les paroisses de Treize-Vents et de Mallièvre, près
la Boulaye, remettre les ordres pour le départ. Je partis au galop;
j'arrivai à Treize-Vents, je fis sonner le tocsin, je remis la
réquisition au conseil de la paroisse, et je haranguai de mon mieux les
paysans. J'allai de là à Mallièvre en faire autant.

J'envoyai des exprès dans les paroisses voisines, et je retournai
ensuite à la Boulaye auprès de ma mère que j'avais fait prévenir.

Westermann ne laissait pas à nos mesures le temps de produire de
l'effet; il avançait toujours. MM. de Lescure et de La Rochejaquelein
ne purent pas rassembler trois mille hommes: cependant, espérant faire
illusion sur leurs forces, ils voulurent essayer de défendre les
hauteurs du Moulin-aux-Chèvres; mais les soldats étaient mal disposés,
et presque toujours ils perdaient courage, quand, au lieu d'attaquer,
ils étaient forcés de se défendre. Le poste fut emporté par les
républicains; il fallut se replier et abandonner Châtillon qui n'a aucun
moyen de défense. A ce combat, M. de la Bigotière, émigré, eut un
bras fracassé par un boulet. Il ne voulut pas que les paysans se
détournassent de combattre pour le secourir; il se cacha dans une
chaumière, y resta quelques momens évanoui; et le soir il se rendit à
pied dans un village. On le conduisit à Chollet. Il eut le bras coupé;
un mois après, étant à peine guéri, il revint à l'armée, et fut encore
blessé.

Pendant ce combat, suivant la coutume, toutes les femmes priaient Dieu
en attendant l'événement. Nous écoutions attentivement le bruit du
canon, et son éloignement nous fit juger de la position de l'armée:
bientôt je l'entendis gronder plus vivement et se rapprocher de plus
en plus. La peur me saisit; je me mis à courir sans rien attendre; je
traversai la Sèvre à Mallièvre; puis, entrant dans une chaumière, je me
fis habiller en paysanne de la tête aux pieds, choisissant de préférence
les haillons les plus déchirés; ensuite j'allai rejoindre ma mère et les
habitans de la Boulaye, qui me suivaient plus tranquillement et que
je retrouvai hors de Mallièvre: nous prîmes la route des Herbiers.
En chemin, M. de Concise vint nous prier de nous arrêter chez sa
belle-soeur, au château de Concise: nous y rencontrâmes M. de Talmont et
mon père, qui arrivaient de Nantes. Madame de Concise n'était pas encore
faite aux moeurs vendéennes; nous la trouvâmes qui mettait du rouge et
qui affectait une attaque de nerfs: du reste, elle nous reçut fort bien.
Le lendemain nous allâmes aux Herbiers, et l'on me décida à quitter mon
singulier costume. Ma mère fut très-malade de toute cette crise. Elle
avait sur elle beaucoup d'empire; dans le moment du danger, elle
conservait du sang-froid; mais après, elle payait par beaucoup de
souffrances la violence qu'elle s'était faite: bien différente de moi,
qui ne savais point arrêter mon premier mouvement, et qui, après le
péril passé, ne conservais pas même de l'inquiétude.



                              CHAPITRE X.

Reprise de Châtillon.--Combats de Martigné et de Vihiers.--Élection de
M. d'Elbée.--Attaque de Luçon.


Westermann occupa Châtillon; il ne fit aucun mal aux habitans: six
cents républicains étaient en prison; il leur rendit la liberté. Dès le
lendemain, il envoya un détachement brûler le château de la Durbelière,
appartenant à M. de La Rochejaquelein: c'était un vaste et antique
bâtiment, caché au milieu des bois et entouré de larges fossés: aussi
les bleus avancèrent avec plus de crainte encore qu'à Clisson, et ils se
retirèrent précipitamment après y avoir mis le feu; alors les paysans
vinrent arrêter l'incendie[11].

[Note 11: Le feu y a été mis cinq fois.]

Cependant les généraux rassemblaient en toute hâte la grande armée à
Chollet; c'était de ce côté que Westermann attendait l'attaque, et il
avait pris ses précautions en conséquence; mais nos gens passèrent
la Sèvre à Mallièvre, et arrivèrent auprès de Châtillon au moment
où Westermann, y pensant le moins, faisait chanter un _Te Deum_ par
l'évêque constitutionnel de Saint-Maixent. Les Vendéens étaient nombreux
et animés d'un vif ressentiment: la prise de Châtillon et les incendies
leur avaient inspiré une sorte de rage. Les bleus étaient campés sur une
hauteur auprès d'un moulin à vent: les paysans se glissèrent en silence
autour d'eux; le feu commença: les républicains, effrayés de se voir
attaqués de plusieurs côtés, ne tinrent pas longtemps, le poste fut
emporté et les canonniers tués sur leurs pièces; en un instant la
déroute et le désordre furent complets; les caissons et les canons se
culbutèrent dans la descente rapide qui mène à Châtillon; les renforts
que Westermann envoyait furent emportés par des fuyards: lui-même
n'eut pas le temps de se montrer, et fut heureux de pouvoir s'enfuir
précipitamment à la tête de trois cents cavaliers.

La fureur des paysans s'accrut encore par le combat et la victoire;
ils ne voulaient pas faire quartier; les chefs avaient beau crier aux
républicains: «Rendez-vous, on ne vous fera pas de mal,» les soldats ne
massacraient pas moins. Quand on fut parvenu dans la ville, le carnage
devint plus affreux encore. M. de Lescure, qui commandait l'avant-garde,
avait traversé Châtillon en poursuivant les fuyards, et il avait
ordonné, en passant, d'enfermer plusieurs centaines de prisonniers: les
paysans, au lieu d'obéir, se mirent à les égorger; M. de Marigny les
conduisait. M. d'Elbée et d'autres qui voulurent s'y opposer, furent
mis en joue par leurs soldats. On courut raconter ces horreurs à M. de
Lescure qui arriva aussitôt. Une soixantaine de prisonniers qu'il venait
de faire, s'étaient jetés autour de lui; ils s'attachaient à ses habits
et à son cheval. Il se rend à la prison, le désordre cesse: les soldats
le respectaient trop pour ne pas lui obéir; mais M. de Marigny, hors de
lui, s'avança en lui criant: «Retire-toi, que je tue ces monstres; ils
ont brûlé ton château.» M. de Lescure lui ordonna de cesser, ou qu'il
allait défendre les prisonniers contre lui-même; il ajouta: «Marigny, tu
es trop cruel; tu périras par l'épée.» Le massacre fut ainsi arrêté à
Châtillon; mais beaucoup de malheureux fuyards furent assommés dans les
métairies où ils s'égaraient. L'incendie du village d'Amaillou et
celui de nos deux châteaux, premières atrocités de ce genre que les
républicains eussent commises, avaient inspiré à nos paysans cette
ardeur de vengeance. Depuis ils s'y accoutumèrent, pour ainsi dire, et
revinrent à leur douceur naturelle.

Pendant le combat, M. Richard, médecin breton, voyant un hussard se
précipiter sur M. de Lescure, se jeta au-devant, et reçut dans l'oeil
une balle qui sortit derrière le cou. On parvint à lui sauver la vie à
force de soins.

On fit plus de quatre mille prisonniers; le reste fut tué. Tous les
bagages de l'armée républicaine tombèrent entre les mains des Vendéens;
la voiture même de Westermann fut prise. Quatre jeunes officiers eurent
l'étourderie de briser le coffre de cette voiture. Le bruit se répandit
alors qu'ils y avaient trouvé beaucoup d'argent, et se l'étaient
partagé. Mais M. de Lescure ayant dit au conseil que l'un des quatre, le
brave M. Dupérat, lui avait donné sa parole d'honneur qu'il n'y avait
rien dans le coffre, l'estime générale qu'inspirait cet excellent
officier empêcha de donner suite à ces propos; ce qui fut bien honorable
pour lui.

On retrouva à Châtillon M. de la Trésorière, que les Vendéens avaient
mis en prison comme soldat républicain, et que Westermann avait délivré.
Il avait rendu de fort bons offices à la ville, en réclamant pour elle
auprès du général, et témoignant pour les habitans. Au lieu de se
sauver avec les bleus, il revint se constituer prisonnier, et demanda
instamment qu'on eût confiance en lui et qu'on l'admît dans l'armée
vendéenne comme simple soldat. Il s'y conduisit toujours avec valeur, et
fut bientôt officier.

Nous attendions aux Herbiers l'issue de la bataille avec une grande
anxiété. Dès que nous sûmes qu'elle avait été gagnée, nous revînmes à la
Boulaye. M. de Lescure vint aussi y soigner sa blessure qui le faisait
encore beaucoup souffrir.

Après quelques jours de repos, on apprit que les républicains, changeant
leurs plans, allaient attaquer la Vendée par un autre point, et entrer
par le pont de Cé, en Anjou. On commença à faire des préparatifs de
défense et à rassembler les soldats.

Le 15 juillet, l'armée républicaine, après avoir passé les ponts de Cé,
arriva par Brissac jusqu'auprès de Martigné. Toute l'armée vendéenne
était rassemblée; M. de Bonchamps commandait sa division en personne:
c'était sa première sortie depuis sa blessure de Fontenay. Il fut
d'avis, ainsi que M. de Lescure, de marcher toute la nuit et de prendre
le chemin le plus court pour aller à la rencontre de l'ennemi, afin
de n'avoir pas à combattre pendant la chaleur qui était extrême en ce
moment-là. Un vieux M. de L***, qui était venu à l'armée cette fois, et
qu'on n'y a pas revu depuis, insista fortement pour qu'on choisît une
autre route plus longue, et assura que l'attaque serait plus avantageuse
de ce côté-là. Il avait soixante-dix ans, une ancienne réputation de bon
militaire: on se rangea à son avis.

Les paysans eurent trois lieues de plus à faire; ils arrivèrent à
Martigné excédés de fatigue: la chaleur était étouffante. L'avantage fut
d'abord du côté des Vendéens, ils s'emparèrent de cinq pièces de
canon; mais M. de Marigny, ayant voulu tourner l'ennemi à la tête d'un
détachement de cavalerie, se trompa de chemin et revint au galop. La
poussière empêcha nos gens de distinguer ceux qui arrivaient sur eux;
ils crurent que les ennemis les chargeaient, et se retirèrent emmenant
trois pièces de canon ennemi. On fît de vains efforts pour les ramener;
la chaleur leur ôtait toute activité. M. de Bonchamps fut atteint d'une
balle qui lui fracassa le coude; un des bons officiers de sa division,
Vannier, valet de chambre de M. d'Antichamp, fut grièvement blessé.

Les républicains, qui souffraient aussi de la chaleur, ne poursuivirent
pas, et les Vendéens perdirent peu de monde au combat; mais la soif et
la chaleur firent périr une cinquantaine de paysans, qui imprudemment
burent avec avidité des eaux corrompues. M. de Lescure, qui était épuisé
de fatigue, et qui avait beaucoup crié pour exciter les soldats, ne
trouvant ni vin, ni eau-de-vie, but aussi de cette eau; il se trouva
mal, et demeura évanoui pendant deux heures.

MM. de Lescure et de La Rochejaquelein retournèrent à Chollet pour
rassembler les paysans et recommencer une nouvelle attaque. Les
républicains continuèrent leur mouvement, entrèrent à Vihiers, et de-là
avancèrent sur Coron. Ces messieurs se hâtèrent d'envoyer du monde de
ce côté. Heureusement toutes les paroisses de ce canton-là étaient
très-peuplées, et fournissaient, pour ainsi dire, les meilleurs soldats
de l'armée. Le 17, l'ennemi arrêta sa marche, et le 18, comme il y
avait déjà beaucoup de paysans assemblés, on attaqua les bleus qui
s'avançaient du côté de Vihiers. MM. de Lescure et de La Rochejaquelein
n'étaient pas encore arrivés, il n'y avait que des officiers; aucun
chef ne se trouvait là. L'abbé Bernier persuada aux soldats que leurs
généraux étaient présens; il donna d'excellens conseils, et ce fut lui,
en quelque sorte, qui dirigea le mouvement. MM. de Piron, Forestier, de
Villeneuve, Keller, de Marsange, Forêt, Herbault, Guignard, conduisirent
les soldats avec habileté et courage. Au bout de trois quarts d'heure,
les républicains furent mis en déroute et abandonnèrent leurs canons et
leurs munitions: le général Santerre, qui les commandait, s'enfuit des
premiers. On savait qu'il était là, et les Vendéens avaient un vif désir
de prendre l'homme qui avait présidé au supplice du roi; on voulait
l'enchaîner dans une cage de fer. Forêt se lança à la poursuite de
Santerre, et allait le saisir, lorsque celui-ci parvint à faire franchir
à son cheval un mur de six pieds. M. de Villeneuve manqua aussi de
prendre le représentant Bourbotte qui sauta de son cheval derrière une
haie. Les bleus, en fuyant, eurent la folle barbarie de brûler la ville
de Vihiers. Les Vendéens ne l'eussent pas fait; mais ils ne purent
éprouver aucun regret sur le sort de cette ville, car elle avait
toujours favorisé les républicains. Trois maisons furent sauvées par
hasard, dont une appartenait au seul royaliste qui fût à Vihiers.

M. de Lescure et de La Rochejaquelein, entendant le canon, pensèrent
bien que l'attaque avait été, contre leur attente, avancée de
vingt-quatre heures; ils arrivèrent en toute hâte, et trouvèrent les
paysans qui emmenaient des canons. M. de Lescure demanda ce que c'était:
«Comment! mon général, vous n'étiez donc pas à la bataille? c'est donc
M. Henri qui nous commandait?» D'autres en disaient autant à M. de La
Rochejaquelein. Les officiers vinrent expliquer aux généraux qu'on
s'était servi de leur nom pour encourager les soldats.

La défaite des républicains avait été si complète, que le pays en était
entièrement délivré; ils avaient regagné Saumur.

Le quartier-général revint à Châtillon: j'allai y dîner; et ce jour-là,
je fus témoin d'une scène qui montrera quel était le caractère des
soldats vendéens. Un officier avait mis en prison deux meuniers de la
paroisse des Treize-Vents, qui avaient commis quelque faute; c'étaient
de bons soldats, aimés de leurs camarades. Tous les paysans qui se
trouvaient à Châtillon commencèrent à murmurer hautement, disant qu'on
les traitait avec trop de dureté. Quarante hommes de la paroisse
allèrent se consigner en prison; ils répétaient qu'ils étaient aussi
coupables que les meuniers. Le chevalier de Beauvolliers vint me
raconter ce qui se passait, et m'engagea de solliciter la grâce de ces
deux hommes auprès de M. de Lescure, qui ne voulait pas avoir l'air de
céder à cette rumeur, et qui m'envoyait chercher pour la lui demander.
Je vins sur la place; je dis aux paysans que je rencontrai, que je
m'intéressais à leurs camarades, parce que le château de la Boulaye
était de la paroisse des Treize-Vents. M. de Lescure arriva comme par
hasard; je le suppliai publiquement de leur rendre la liberté. Il fit
semblant de se faire prier, et m'accorda ma demande. J'allai moi-même
à la prison, suivie de tout le peuple; je fis sortir les prisonniers.
«Madame, nous vous remercions bien, me dirent les gens de Treize-Vents;
mais cela n'empêche pas qu'on a eu tort de mettre les meuniers en
prison; on n'avait pas ce droit-là.» Tels étaient nos soldats,
aveuglément soumis au moment du combat, et hors de là, se regardant
comme tout-à-fait libres.

Cependant, le 14 juillet, le brave Cathelineau avait succombé à sa
blessure où la gangrène s'était mise. Un de ses parens se présente au
peuple assemblé devant la maison, et lui dit: «_Le bon Cathelineau a
rendu l'ame à celui qui la lui avait donnée pour venger sa gloire_.»
Quelles paroles simples et profondes la religion suggère à un
paysan[12]! On parla de le remplacer; on sentit combien il serait
avantageux de nommer un gênerai qui commandât en chef, non pas seulement
la grande armée, mais aussi toutes les insurrections vendéennes. Ce fut
en effet dans cette intention qu'on procéda à l'élection; mais elle fut
faite tout de travers; au lieu de convoquer les députés de toutes les
divisions, tout s'arrangea par une petite intrigue de M. d'Elbée.
Quelques officiers peu marquans des divisions de MM. de Charette,
de Bonchamps et de Royrand, se rassemblèrent avec un grand nombre
d'officiers de la grande armée: ils convinrent qu'on écrirait cinq noms
sur chaque billet, et que celui qui réunirait le plus de suffrages
serait généralissime; les quatre suivans seraient chargés de commander,
chacun à leur rang, en l'absence du général en chef, et devaient se
choisir chacun un commandant en second. Le conseil de guerre devait être
formé de ces neuf personnes, et décider de toutes les opérations. Ce fut
M. d'Elbée qui présida à tout cet arrangement. M. de Bonchamps, qui,
suivant l'opinion de tous les gens sensés, devait être nommé, était
retenu à Jallais par ses blessures, et sa division était restée en
Anjou. M. de Charette ignorait presque que l'on s'occupât d'une pareille
nomination; M. de La Rochejaquelein ne s'en occupait pas; M. de Lescure
était malade, et fort étranger à toute espèce de menée, de même que mon
père. On laissa M. d'Elbée placer en foule, dans les électeurs, les
officiers subalternes qui lui étaient attachés. Comme il n'y avait ni
grade ni rang bien déterminés, on ne savait guère qui devait obtenir ce
privilège ou en être exclu.

[Note 12: Ceci est tiré de la _Vie de Cathelineau_, ouvrage curieux
et touchant, imprimé en 1821.]

Bref, M. d'Elbée fut nommé généralissime. Les quatre généraux de
division furent MM. de Bonchamps, de Lescure, de Donnissan et de
Royrand. M. de Lescure choisit pour second M. de La Rochejaquelein; M.
de Royrand choisit, je ne sais pourquoi, M. de C***; M. de Bonchamps ne
choisit personne, à ce que je crois. Pour mon père, voyant que dans une
formation générale de l'armée, on oubliait M. de Charette, il le nomma.
M. de Charette fut sensible à cette marque d'égards de mon père; mais il
trouva tout cet arrangement de nomination fort plaisant. M. de Bonchamps
écrivit de son lit ce peu de mots à M. d'Elbée: «Monsieur, je vous fais
mon compliment sur votre élection; ce sont probablement vos grands
talens qui ont déterminé les suffrages.» Il n'en vécut pas moins bien
avec lui par la suite.

Cette nomination de M. d'Elbée parut singulière: on se borna à en
plaisanter. C'était un homme de cour, plein de sentimens vertueux; et
comme on était sûr qu'il ne gênerait personne, qu'il laisserait chacun
faire à sa guise, tout aise de porter le titre de généralissime, et
bornant là toute son ambition, on ne songea pas à renverser ce qui
venait d'être fait; on savait très-bien que tout resterait comme par le
passé, malgré ce qui avait été statué. De son côté, M. d'Elbée, pour se
faire pardonner son élection et pour montrer de l'affabilité,
redoubla de révérences et de complimens; il les prodiguait au moindre
aide-de-camp.

M. de Talmont continua à commander la cavalerie, et M. de Marigny
l'artillerie; il s'adjoignit M. de Perault, qui était venu à l'armée
depuis quelque temps: c'était un officier de ce que l'on appelait
autrefois les troupes bleues de la marine, chevalier de Saint-Louis,
qui avait cinquante ans ou environ. Il montra constamment beaucoup
de bravoure, de mérite et de modestie. MM. de Marigny et de Perault,
uniquement occupés de leurs devoirs, sont restés toujours unis, sans
jalousie et sans rivalité.

Beaucoup d'autres officiers étaient venus successivement se réunir aux
Vendéens. C'est un devoir et une consolation pour moi de placer ici
leurs noms, et de contribuer, autant qu'il est en moi, à l'honneur de
leur mémoire. Je voudrais n'en omettre aucun; mais c'est impossible. M.
de Lacroix, émigré, chevalier de Saint-Louis, était très-brave, fort bon
homme et sans aucune prétention: M. Roger Moulinier était actif, dur et
strict; les soldats le craignaient et avaient confiance en lui, à cause
de son excessive bravoure: le chevalier Durivault, de Poitiers, était
fort jeune; M. de Lescure le choisit pour aide-de-camp, et n'eut jamais
qu'à s'en louer: un frère de MM. de Beauvolliers, âgé de quinze ans,
vint les retrouver; la première fois qu'il vit le feu, il ne se montra
pas ferme; M. de Beauvolliers l'aîné le fit venir devant tout le monde,
et lui reprocha publiquement sa conduite; depuis, il a toujours été
digne de sa famille.

J'ajouterai aux noms de ces officiers que j'ai eu l'occasion de
connaître plus particulièrement, ceux de MM. de Chantereau, de Dieuzy,
Caquerey, Bernés, pages du roi; MM. Beaud de Bellevue, Bernard, de
Cérizais; Blouin, Bonin, des Aubiers; Pallierne, Frey, de Brunet, de
Brocour, Genest, de Josselin, Morinais, de Nesde, de la Pelouze, de
Saujeon frères; Tranquille, d'Izernay, Valois, Texier frères, de
Courlay; un autre Texier, canonnier, bien connu dans l'armée par sa
bravoure, etc.

Dans les commencemens, tous les déserteurs des troupes républicaines
devenaient officiers ou cavaliers dans l'armée vendéenne; mais le nombre
des fantassins étant devenu assez considérable, bien qu'il ne l'ait
jamais été beaucoup, on en forma trois compagnies: l'une française,
commandée par M. de Fé; l'autre allemande, la troisième suisse. Chacune
était de cent vingt hommes ou environ; elles faisaient une sorte de
service régulier à Mortague où étaient les magasins. La compagnie suisse
était presque entièrement composée de fugitifs d'un détachement du
malheureux régiment des gardes: ils étaient en garnison en Normandie,
pendant qu'on massacrait leurs camarades au 10 août; ils respiraient la
vengeance, et chacun d'eux se battait héroïquement. M. Keller, suisse,
un des plus courageux et des plus beaux hommes de l'armée, était leur
commandant. Ces compagnies ne combattaient pas en ligne; elles se
seraient fait écraser si elles ne s'étaient pas dispersées à la manière
des paysans.

Tout de suite après l'élection de M. d'Elbée, on retourna attaquer les
républicains. La division de M. de Bonchamps les avait battus deux
fois, et leur avait fait repasser la Loire. MM. d'Elbée et de La
Rochejaquelein se portèrent sur Thouars, et trouvèrent peu de résistance
de ce côte-là; Henri fit même une excursion jusqu'à Loudun. Pendant ce
temps-là, M. de Lescure, qui ne se portait pas bien, était resté à
la Boulaye; il y reçut une lettre d'un officier de l'armée de M. de
Royrand, par laquelle on demandait instamment des secours à la grande
armée. Cette division avait quelquefois agi de concert avec nos
généraux. Dans les commencemens de la guerre, elle avait eu un succès
éclatant à Chantonnay; depuis elle avait défendu, contre quelques
attaques, le pays de Montaigu et la route de Fontenay à Nantes; elle
avait essayé une fois, sans succès, d'entrer à Luçon. M. de Royrand
était un homme de grand mérite, et avait quelques officiers distingués:
MM. Sapinaud de la Verrie, Béjarry frères, de Verteuil, de Grelier,
etc.; mais il comptait avec eux des officiers qui avaient peu d'ardeur
et de capacité. Pour les soldats, ils passaient pour les moins courageux
de tout le pays insurgé.

Les républicains sortirent de Luçon; ils attaquèrent successivement le
Pont-Charron et Chantonnay, toujours avec succès; ils prirent et ils
égorgèrent M. Sapinaud de la Verrie. C'était une suite de revers dont
on faisait le récit à M. de Lescure. Il partit sur-le-champ pour aller
trouver M. de Royrand. La lettre qu'il avait reçue racontait d'une façon
si déplorable la détresse de cette division, qu'il vit bien qu'on ne
pouvait trop se hâter d'amener à M. de Royrand des soldats et des
officiers. Il rendit compte de son départ aux autres généraux qui se
trouvaient alors à Argenton; ils vinrent le joindre aux Herbiers, et
l'armée s'y rassembla.

Les républicains se retirèrent jusqu'à Luçon: on les y attaqua. Le
combat tourna d'abord à l'avantage des Vendéens; mais quelques soldats
et même des officiers s'étant mis à piller dans les maisons voisines,
mirent du désordre dans l'armée: l'ennemi en profita. Nos généraux ne
purent rallier les soldats ni ramener la victoire, malgré leurs
efforts courageux. M. de Talmont se distingua beaucoup à la tête de la
cavalerie, et sa fermeté contribua à sauver l'armée. M. de Lescure eut
son cheval blessé; M. d'Elbée courut quelques risques d'être pris.

Cette marche de l'armée ne servit donc qu'à recouvrer le poste important
de Chantonnay. Le rassemblement avait été précipité et peu nombreux:
c'était le moment de la moisson; les paroisses ne pouvaient pas fournir
autant de monde. Cependant il est sûr que l'affaire de Luçon aurait
eu une autre issue, sans le désordre auquel deux ou trois officiers
participèrent. On voulut faire passer les coupables au conseil de
guerre; mais on craignit de mécontenter les soldats, et on ne voulut pas
avoir à faire un exemple sur des officiers d'une classe inférieure. Il
fallait tant de ménagemens pour conserver la bonne volonté de l'armée,
que la discipline n'était pas facile à maintenir: heureusement les cas
où il aurait fallu punir étaient fort rares. On cassa néanmoins un
officier; et on annonça que la déroute était une punition de Dieu.



                             CHAPITRE XI.

Arrivée de M. Tinténiac.--Seconde bataille de Luçon.--Victoire de
Chantonnay.


Après la bataille de Luçon, l'armée rentra dans son pays pour le
défendre; car on commençait à attaquer la Vendée sans relâche, de tous
les côtés. La division Bonchamps protégeait l'Anjou et la rive gauche de
la Loire; M. de La Rochejaquelein était posté du côté de Thouars et de
Doué; M. de Lescure forma un camp à Saint-Sauveur, près de Bressuire;
M. de Royrand occupait Chantonnay, et ses forces étaient concentrées au
camp de l'Oie, comme auparavant; M. de Charette faisait en ce moment-là
une guerre plus active. Sur tous ces points les succès étaient partagés;
mais les républicains ne réussissaient pas à pénétrer dans le Bocage.

On avait défendu aux paysans de conduire des bestiaux aux marchés, dans
les villes qui n'étaient pas au pouvoir des Vendéens. M. de Lescure
sut que, malgré cet ordre, les marchés de Parthenay étaient fort bien
approvisionnés; il y fit une excursion, et tous les bestiaux qui étaient
en vente furent saisis et envoyés à Châtillon. Il courut ce jour-là
un assez grand danger. Il passait dans une rue, causant avec M. de
Marsanges, à la tête de quelques cavaliers; un gendarme qui était à
cheval, caché derrière la porte d'une cour, la fit ouvrir brusquement,
et lui tira un coup de pistolet presque à bout portant: la balle passa
entre lui et M. de Marsanges; les cavaliers tuèrent le gendarme qui
s'enfuyait au galop. On avait fait depuis quelque temps une proclamation
pour annoncer aux républicains qu'on userait toujours d'exactes
représailles. Parthenay devait, suivant cet ordre, être brûlé, puisque
plusieurs de ses habitans avaient suivi Westermann, lorsqu'il avait
allumé les premiers incendies. M. de Lescure assembla les habitans et
leur dit: «Vous êtes bien heureux que ce soit moi qui prenne votre
ville, car suivant notre proclamation, je devrais y mettre le feu; mais
comme vous l'attribueriez à une vengeance personnelle pour l'incendie de
Clisson, je vous fais grâce.» Toutefois, il emmena en otage deux femmes
des administrateurs, et parut disposé à fermer les yeux sur le pillage,
quoiqu'il y répugnât beaucoup. Quelques soldats en profitèrent pour
faire du dégât dans plusieurs maisons; mais aucune violence ne fut
faite à personne: au point qu'une femme ayant été tuée par hasard à sa
fenêtre, les Vendéens s'en montrèrent désespérés et donnèrent mille
francs à sa famille. Je ne sais si je dois ajouter ici pour l'honneur de
nos armées, que, sur les représailles, la proclamation n'a jamais été
exécutée; il nous répugnait trop d'imiter les incendies, les massacres
et les cruautés des bleus; et cette vérité est si évidente, que personne
n'a osé nous en accuser.

Cependant on sentit qu'il fallait réparer d'une manière éclatante la
défaite de Luçon, en revenant à la charge avec plus de forces, et en
prenant de meilleures mesures. La division de M. de Bonchamps fut
laissée pour défendre l'Anjou; et il fut résolu que l'opération serait
concertée entre MM. de Charette, de Royrand et les généraux de la grande
armée. Chacun tâcha de rassembler, dans son canton, le plus de soldats
possible. M. d'Elbée quitta Châtillon pour aller réunir les gens du côté
de Beaupréau.

Ce fut à ce moment que M. le chevalier de Tinténiac arriva d'Angleterre,
envoyé par le gouvernement auprès des chefs de l'insurrection. Un
bateau pêcheur l'avait débarqué seul, pendant la nuit, sur la côte de
Saint-Malo. Il connaissait mal les chemins; il n'avait pas même de
faux passe-ports. A trois heures du matin il traversa le bourg de
Château-Neuf: on lui cria _qui vive_; il répondit _citoyen_, et passa.
Quand le jour fut venu, ne sachant comment se diriger, il aborda un
paysan. Après quelques paroles, il pensa qu'il pouvait se confier à lui;
et, racontant qu'il était émigré et cherchait les moyens de passer dans
la Vendée, il remit son sort entre ses mains. Le paysan l'emmena dans sa
cabane, l'y garda deux jours, rassembla la municipalité pour lui rendre
compte de ce qui venait de lui arriver. Toute cette partie de la
Bretagne était tellement ennemie de la révolution, que, dans la plupart
des paroisses, il ne se trouvait pas un homme d'une autre opinion:
c'était d'ordinaire les municipaux qui étaient les plus zélés; aussi les
municipalités s'assemblaient dans ce pays-là dès qu'il y avait quelque
chose à résoudre contre le parti républicain. On fit déguiser M. de
Tinténiac et on lui donna un guide. De paroisse en paroisse, il trouva
toujours des secours et des guides jusqu'au bord de la Loire; et après
avoir fait cinquante lieues à pied en cinq nuits, il eut encore le
bonheur d'être adressé à des bateliers sûrs et de traverser la rivière
malgré les barques canonnières des républicains. Il débarqua auprès du
camp de la division de M. de Lyrot; de-là M. de Flavigny, officier de
cette division, conduisit M. de Tinténiac à la Boulaye où l'on était sûr
de trouver une grande partie de l'état-major.

Jusqu'alors les insurgés n'avaient eu aucune communication avec
l'Angleterre. M. de Charette, pendant le temps qu'il avait eu
Noirmoutier, avait envoyé un des MM. de la Roberie qui périt dans
la traversée. Un M. de la Godellière avait annoncé qu'il arrivait
d'Angleterre, mais qu'il avait perdu ses papiers: aussi on n'avait pas
eu de confiance en lui; seulement, en s'en retournant, il avait été
chargé d'une lettre insignifiante. Depuis, «on n'avait rien su de lui,
et on croyait qu'il s'était noyé: ce qui en effet était vrai.

M. de Tinténiac était d'une des meilleures maisons de Bretagne. Il avait
trente ans; il était petit, sa figure était vive et animée; il portait
ses dépêches dans deux pistolets où elles servaient de bourre. Il trouva
à la Boulaye mon père, M. de Lescure, M. de La Rochejaquelein, l'évêque
d'Agra et le chevalier Desessarts. Ces messieurs lui montrèrent d'abord
un peu de défiance, et lui témoignèrent quelque surprise qu'on n'eût pas
chargé un émigré du pays d'une telle mission; M. de Tinténiac répondit
que quelques-uns l'avaient refusée: «D'ailleurs, Messieurs, dit-il, je
ne vous cacherai pas qu'outre mon attachement à notre cause, des
motifs particuliers m'ont porté à solliciter vivement cette dangereuse
commission. J'ai eu une jeunesse orageuse et digne de blâme; j'ai voulu
réparer mes fautes par quelque action glorieuse.»

Il remit ses dépêches; elles étaient expédiées par M. Dundas et par le
gouverneur de Jersey; elles contenaient des louanges de la bravoure et
de la constance des insurgés, et montraient un vif désir de les secourir
par toute espèce de moyens; mais ne sachant aucun détail sur la Vendée,
les Anglais faisaient neuf questions, auxquelles ils demandaient des
réponses précises. Leur ignorance était si complète sur tout ce qui nous
concernait, que les lettres étaient adressées à M. Gaston, ce perruquier
qui avait été tué au commencement de la guerre. M. de Tinténiac nous dit
qu'on supposait à Londres que ce M. Gaston était un officier qui avait
commandé à Longwy. Nous fûmes bien surpris de voir les Anglais si peu
instruits. Il y avait déjà long-temps que les proclamations de nos
généraux avaient été mises dans les journaux; il fallait que les
Anglais, au milieu de leur zèle pour la cause royale, eussent une grande
indifférence pour les affaires du continent, ou que quelque motif les
portât à feindre cette ignorance.

On demandait quel était le véritable but de notre révolte et la nature
de nos opinions? Quelle occasion avait fait soulever le pays? Pourquoi
nous n'avions pas cherché à établir des rapports avec l'Angleterre?
Quelles étaient nos relations avec les autres provinces ou les
puissances du continent? Quelle était retendue du territoire insurgé? Le
nombre de nos soldats? Quelles étaient nos ressources en munitions de
tout genre? Comment nous avions fait pour nous les procurer? Enfin
quelle espèce de secours nous demandions, et quel lieu nous semblait
convenable pour un débarquement.

Les dépêches étaient écrites avec un ton de bonne foi et une sorte de
crainte que nous rejetassions les offres de l'Angleterre; il y avait
aussi de l'incertitude sur nos projets. On ne savait pas si nous
défendions l'ancien régime, les opinions de l'Assemblée constituante ou
la faction des Girondins.

La confiance s'établit bientôt entre nos généraux et M. de Tinténiac; il
vit que nous étions de purs royalistes, et dissipa aussi tous nos doutes
sur son compte. Alors il nous parla à coeur ouvert, en quittant la
réserve que lui imposait son caractère d'envoyé anglais: il nous dit
qu'on ne savait rien de précis sur la Vendée en Angleterre; qu'on
supposait qu'environ quarante mille hommes de troupes de ligne révoltés
en formaient le noyau; qu'en général on croyait cette insurrection
pareille à celle de Normandie, et excitée par les républicains du
parti girondin. Nous sûmes que les princes n'étaient pour rien dans
sa mission; aucun n'était alors en Angleterre. Il nous assura que le
gouvernement anglais se montrait bien disposé à nous secourir; que tout
semblait prêt pour un débarquement. Cependant il n'avait pas une foi
entière dans toutes ces apparences; il était mécontent de la conduite
du cabinet anglais envers les émigrés, parce que beaucoup d'entre eux
avaient voulu passer de Jersey à la côte pour chercher à nous rejoindre,
et qu'un ordre du gouvernement avait défendu aux pilotes, sous peine de
mort, de les mener en France. M. de Tinténiac avait seul pu s'embarquer
à cause de sa mission.

Il fallait répondre promptement. M. de Tinténiac n'avait que quatre
jours à passer dans la Vendée; son guide l'attendait de l'autre côté de
la Loire, et il devait l'aller retrouver à jour fixe. J'avais alors
une écriture très-fine et très-lisible; ces messieurs me prirent pour
secrétaire, et j'écrivis les dépêches que M. de Tinténiac voulait
rapporter dans ses pistolets. Je ne crois pas qu'il existe maintenant
une seule des personnes qui les signèrent; et seule, peut-être, je puis
donner des détails sur cette correspondance.

On répondit au ministère anglais avec assez de franchise; on lui
expliqua l'opinion politique des Vendéens; on lui dit que si l'on
n'avait pas sollicité des secours, c'était à cause de l'impossibilité
des communications; que ces secours nous étaient fort nécessaires; et
cependant on eut soin d'exagérer un peu nos forces, pour ne pas laisser
croire aux Anglais que leurs sacrifices seraient mal placés. Nous
proposions un débarquement aux Sables ou à Paimboeuf, promettant
d'amener cinquante mille hommes, au jour donné, sur le point qui serait
choisi; nous leur apprenions que M. de Charette avait perdu l'ile de
Noirmoutier, mais qu'il aurait facilement le petit port de Saint-Gilles.
Quant à Rochefort, La Rochelle et Lorient, dont les Anglais avaient
parlé dans leur lettre, nous faisions sentir qu'il nous était
très-difficile de les attaquer. On doit convenir que nous donnions aux
Anglais assez de facilité pour un débarquement, et il y a eu de leur
part au moins une grande lenteur, puisqu'ils étaient déjà prêts; mais ce
qu'on demanda spécialement et avec instance, c'est que le débarquement
fût commandé par un prince de la maison de Bourbon, et composé d'émigrés
en grande partie; nous affirmions que pour lors on pouvait répondre d'un
entier succès; que vingt mille jeunes gens se joindraient aux troupes
débarquées, et consentiraient à quitter le pays; qu'on passerait la
Loire, et que toute la Bretagne se révolterait. Nous savions l'opinion
de cette province, sans avoir eu de relations avec elle. Tous les
généraux qui étaient à la Boulaye signèrent cette réponse, et l'évêque
d'Agra y mit hardiment son nom.

Les généraux écrivirent aussi une lettre aux princes pour protester de
leur dévouement et de leur aveugle obéissance; ils exprimaient le vif
désir que l'on avait de voir l'un d'entre eux dans la Vendée.

Cette lettre fut très-courte, parce que les Anglais devaient la lire;
mais M. de Tinténiac avait assez vu les choses pour pouvoir en rendre
compte verbalement. On lui recommanda les intérêts de la Vendée; on lui
laissa voir franchement quel besoin elle avait de secours, et on lui
assura qu'un prince et dix mille émigrés, fussent-ils sans armes et sans
argent, suffiraient pour obtenir un succès complet; enfin on lui dit sur
tous les points l'exacte vérité, afin qu'il en instruisît les princes.

Ces messieurs auraient désiré que M. de Tinténiac vît MM. d'Elbée et de
Bonchamps: l'un était occupé à rassembler l'armée; l'autre était
encore à Jallais, malade de ses blessures; mais on put assurer de leur
assentiment à tout ce qui avait été dit ou fait. M. de Tinténiac partit
avec le projet de les voir en s'en retournant: je ne crois pas qu'il y
soit parvenu. Il témoigna un grand regret de partir à la veille d'une
bataille importante; il aurait voulu combattre avec les Vendéens à
l'attaque de Luçon, que l'on préparait alors, et que, sur la demande des
Suisses, on devait fixer au 10 août. Nos généraux représentèrent à M. de
Tinténiac qu'il serait plus utile en hâtant sa mission qui était plus
périlleuse qu'une bataille. Il repassa la Loire auprès du camp de M.
de Lyrot, dont une patrouille l'escorta jusque sur l'autre rive; il
retrouva son guide, et parvint, en marchant la nuit, chez, le bon paysan
des environs de Château-Neuf. Là, il se procura les moyens de passer à
Jersey. Il fut envoyé de Jersey en Angleterre, et j'ai ouï dire qu'il
perdit ses dépêches dans la mer. Depuis, en 1794, il fit plus d'une fois
ce dangereux voyage, et servit d'intermédiaire entre l'Angleterre et
la Vendée, avec une adresse et un courage surprenans. Une fois, entre
autres, il passa la Loire à la nage, tenant ses dépêches entre ses
dents. On assure qu'il parvint au milieu de Nantes, auprès du féroce
Carrier, et réussit à lui échapper, en le menaçant de lui brûler la
cervelle. En 1795, il se mit à la tête d'une division de Bretons
insurgés, pour favoriser la descente de Quiberon. Après le mauvais
succès de cette expédition, il ne se découragea pas, et fit quelque
temps la guerre avec opiniâtreté à la tête de sa petite troupe. Enfin
il fut tué les armes à la main, en combattant avec bravoure. M. de
Tinténiac est un des hommes les plus distingués, par l'intrépidité et la
présence d'esprit, qui se soient montrés dans la guerre civile.

Les rassemblemens et les préparatifs pour l'attaque de Luçon ne furent
pas aussi prompts qu'on l'avait espéré: ce fut le 12 seulement que toute
l'armé e fut réunie au camp de l'Oie, et la bataille eut lieu le 14. Les
généraux s'assemblèrent en conseil de guerre; et, au lieu d'y admettre,
comme auparavant, tous les officiers un peu connus, le conseil se forma
suivant ce qui avait été réglé lors de l'élection de M. d'Elbée.

On avait à combattre dans une plaine découverte, ce qui était une chose
rare et difficile pour les Vendéens. M. de Lescure proposa d'attaquer en
rangeant les divisions par échelons, de manière qu'elles s'appuyassent
successivement. Il développa avec chaleur les avantages de ce plan qui
fut adopté. MM. de Charette et de Lescure furent chargés de l'aile
gauche qui devait commencer l'attaque; MM. d'Elbée, de Boyrand et mon
père, commandaient le centre; MM. de La Rochejaquelein et de Marigny, la
droite.

MM. de Charette et de Lescure entamèrent vivement l'action: ils
avaient beaucoup entendu parler l'un de l'autre; ils s'observaient,
et l'émulation se joignait à leur courage et à leurs soins pour bien
diriger les soldats. Les bleus plièrent d'abord, et l'aile gauche avait
déjà pris cinq canons, quand on s'aperçut que la division du centre ne
suivait pas le mouvement. M. d'Elbée n'avait donné aucune instruction à
ses officiers; les soldats voulaient se battre suivant leur coutume en
courant sur l'ennemi; M. d'Elbée leur criait: «Mes enfans, alignez-vous
donc par-ci, par-là sur mon cheval.» M. Herbauld, qui commandait une
partie du centre, et qui ne savait rien du plan, emmena ses soldats
en avant, comme à l'ordinaire, sans se douter que les autres ne le
suivaient pas. Les généraux républicains profitèrent sur-le-champ de
ce désordre; ils firent manoeuvrer l'artillerie légère, qui acheva de
dissoudre la division de M. d'Elbée; elle fut ensuite chargée par la
cavalerie, et la déroute fut complète. Pendant ce temps-là, Henri, qui
ne connaissait pas cette partie du pays, se laissa conduire par M. de
Marigny, qui, persuadé d'en connaître les chemins, se trompa, et l'égara
ainsi que l'aile droite, de sorte qu'elle n'arriva sur le champ de
bataille que pour voir la défaite, sans prendre part au combat. M. de
La Rochejaquelein parvint à protéger la retraite, et sauva beaucoup de
monde en faisant débarrasser le pont de Bessay, où un caisson avait
versé. Au milieu de la déroute du centre, quarante paysans de Courlay
résistèrent, sans se séparer, à toutes les charges de la cavalerie,
croisant leurs baïonnettes, sans lâcher pied: c'étaient des gens
renommés pour leur bravoure dans la division de M. de Lescure; il était
particulièrement attaché à cette paroisse.

Cette malheureuse affaire, la plus désastreuse de toutes celles qui
avaient eu lieu jusqu'alors, nous coûta environ quinze cents soldats;
l'artillerie légère produisit un grand effet dans la plaine; les paysans
n'avaient jamais pris la fuite avec autant de frayeur et de désordre. On
ne perdit que deux officiers, M. Baudry d'Asson, qui avait commencé la
guerre en 1792, et M. Morinais, de Châtillon.

M. de Lescure fut blâmé d'avoir fait adopter un projet qui convenait à
des troupes de ligne, mais qui était à peu près inexécutable avec nos
paysans et la plupart de nos officiers. Il l'avait soutenu au conseil
avec une extrême opiniâtreté. De son côté, il reprocha à M. d'Elbée de
n'avoir rien fait pour faire réussir le plan arrêté. M. d'Elbée
lui répondit: «Monsieur, c'était le vôtre; il fallait tout
diriger.--Monsieur, repartit M. de Lescure, une fois adopté, c'était au
général à le faire exécuter. Vous avez chargé M. de Charette et moi
de commander l'aile gauche; nous avons battu l'ennemi et fait notre
devoir.» Au reste, il faut ajouter que les généraux républicains avaient
été prévenus, par des espions, de la marche de l'armée et de l'heure de
l'attaque; il y eut même, pendant le combat, des soldats, étrangers au
pays, qui désertèrent notre armée et passèrent à l'ennemi.

M. de Charette retourna dans son canton; il avait fait sa retraite en
bon ordre avec M. de Lescure. Ils se quittèrent en se donnant l'un à
l'autre des témoignages d'estime et se promettant amitié. J'avais envoyé
un courrier pour avoir des nouvelles du combat; il ne rencontra pas M.
de Lescure sur-le-champ, et M. de Charette se chargea de m'écrire. Sa
lettre était fort aimable, et il professait une grande admiration pour
mon mari.

Les bleus occupèrent de nouveau Chantonay. On s'inquiétait de les voir
ainsi établis dans le Bocage, et c'était de ce point qu'il semblait le
plus important de les chasser: une nouvelle entreprise fut
concertée avec M. de Royrand. Il fit une fausse attaque du côté des
Quatre-Chemins, et en même temps la grande armée, qui avait fait un
détour, assaillit l'arrière-garde républicaine vers le Pont-Charron.
Elle était commandée par un général Lecomte, qui s'était fait une grande
réputation en gagnant la première bataille de Clisson, par une heureuse
témérité et par une désobéissance formelle à son général en chef. Il
voulut en faire autant cette fois, et ne se replia point sur Fontenay,
comme il en avait reçu l'ordre, de sorte qu'il se trouva coupé. La
division Bonchamps, commandée par M. d'Autichamp, emporta leurs
retranchemens avec intrépidité: on dut en grande partie la victoire à
cette armée, qui, ne s'étant pas trouvée à l'affaire de Luçon, n'était
pas découragée. Se trouvant ainsi cernés de tous côtés, la défaite des
bleus fut affreuse: ils ne savaient par où s'échapper. Les grandes
routes leur étaient coupées et leurs colonnes s'égaraient dans le
Bocage; ils ne sauvèrent ni canons ni bagages, et rarement ils ont perdu
autant de monde. On trouva là un bataillon qui avait pris le surnom de
_Vengeur_: il fut exterminé en entier.

Le petit chevalier de Mondyon se conduisit d'une manière remarquable ce
jour-là. Il se trouvait auprès d'un grand officier qui, moins brave que
lui, voulut se retirer en disant qu'il était blessé. «Je ne vois pas
cela, lui dit l'enfant; et, comme votre retraite découragerait nos gens,
si vous faites mine de fuir, je vous brûle la cervelle.» Il était fort
capable de le faire, et l'officier resta à son poste.

Après la victoire de Chantonnay, tous les chefs étaient à peu près
rassemblés aux Herbiers. On s'occupa beaucoup des moyens de défense: on
voyait les dangers s'accroître chaque jour; les armées républicaines
étaient devenues plus nombreuses, mieux composées et commandées par de
meilleurs généraux. Les garnisons de Mayence, de Valenciennes et de
Condé, que les puissances étrangères avaient, dans la capitulation,
laissées maîtresses de servir dans l'intérieur de la France, furent en
grande partie transportées en poste pour venir attaquer la Vendée: la
position était critique. On régla le commandement de l'armée d'une
autre sorte: M. d'Elbée conserva son titre de _généralissime_; tout
le territoire insurgé fut divisé en quatre portions; chacune avait un
général chargé de la défendre. M. de Charette commandait les environs de
Nantes et la côte; M. de Bonchamps les bords de la Loire, en Anjou; M.
de La Rochejaquelein tout le reste de l'Anjou insurgé; M. de Lescure
toute la partie ouest du Poitou insurgé. On voulut y joindre l'armée
de M. de Royrand, en lui donnant une autre place; M. de Lescure ne
se soucia pas de mêler ses soldats avec ceux du camp de l'Oie, qui
n'avaient pas grande réputation: de sorte que M. de Royrand eut par le
fait un cinquième commandement. M. de Talmont demeura toujours général
en chef de toute la cavalerie; M. de Marigny, de l'artillerie; et
Stofflet fut nommé major-général. Mon père fut créé gouverneur-général
du pays insurgé et président du conseil de guerre; M. de Royrand,
gouverneur en second; MM. Duhoux d'Hautrive et de Boisy, adjoints. Cet
état-major résida à Mortagne; le conseil supérieur, dont on n'était pas
très-content, resta à Châtillon. On trouvait qu'il se donnait un peu
trop d'importance et tranchait du gouvernement; mais cela était plus
ridicule que gênant. Il fut convenu que les officiers prendraient pour
uniforme des vestes vertes, à revers blancs ou noirs, etc., suivant les
divisions; mais ceci ne fut point exécuté: on régla aussi que, dans
chaque division, il serait formé un corps de douze cents hommes d'élite,
soldés, exercés comme la troupe de ligne et soumis à la même discipline;
mais on n'eut pas le temps de les former: enfin on rétablit l'ancien
conseil de guerre où tous les officiers un peu marquans étaient admis.
Le petit conseil n'avait été tenu qu'une seule fois, la veille de
la malheureuse affaire de Luçon. Les attaques redoublées des armées
républicaines ne laissèrent pas le loisir d'exécuter toutes les
dispositions prises à cette grande conférence des Herbiers: lorsqu'elle
fut terminée, les chefs se séparèrent, et chacun retourna défendre
le canton qui lui était confié. M. de Lescure revint à son camp de
Saint-Sauveur; il y fut d'abord assez tranquille pendant quelques jours.
Comme il était là au milieu de ses terres, plusieurs paysans voulurent
lui payer les rentes qui étaient supprimées: il leur dit que ce n'était
pas pour les ravoir qu'il se battait; que leurs maux étaient assez
grands pour qu'ils eussent, pendant la guerre, ce léger dédommagement,
et que ces rentes, supprimées dans toute la France, ne devaient pas
dans ce moment être payées par de braves gens, plus scrupuleux que les
autres.

M. de Lescure eut ensuite à livrer deux petits combats contre les
républicains qui vinrent l'attaquer d'abord de Saint-Maixent, puis
d'Airvault où ils avaient formé un camp: le succès ne fut pas bien
complet de part ni d'autre; chacun garda ses cantonnemens. A cette
époque, le vieux M. le Maignan, septuagénaire, qu'on avait placé au
conseil supérieur, voulut absolument prendre une part plus active à
la guerre et porter les armes; il alla à Saint-Sauveur trouver M. de
Lescure. Ce bon vieillard lui demanda à être son soldat, et nul n'était
plus zélé ni plus courageux; M. de Lescure et les officiers l'appelaient
leur père. Ce fut alors aussi que M. Allard, de la Rochelle, âgé de
vingt ans, vint demander à servir dans l'armée. Le hasard fit qu'il
s'adressa à ma mère qui, touchée du contraste que présentaient la
douceur répandue sur tous ses traits et son ardeur pour la guerre, pria
M. de La Rochejaquelein de le prendre pour aide-de-camp; il devint
bientôt son ami et son digne frère d'armes.



                            CHAPITRE XII.

Combats de la Roche-d'Érigné, de Martigné, de Doué, de Thouars, de
Coron, de Beaulieu, de Torfou, de Montaigu, de Saint-Fulgent.--Attaque
du convoi de Clisson.


J'arrive à un cruel moment: bientôt je n'aurai plus à raconter la
prospérité et les espérances des Vendéens; il y aura toujours du courage
et de la gloire, mais les succès mêmes deviendront un spectacle de
détresse.

Le pays insurgé était cerné par deux cent quarante mille hommes: une
grande partie était formée des levées en masse des provinces voisines;
mais on y comptait aussi beaucoup d'excellentes troupes. Des mesures
affreuses avaient été prises: les bleus ne marchaient plus qu'avec la
flamme à la main; toutes leurs victoires étaient suivies de massacres;
les femmes et les enfans n'étaient pas épargnés; les prisonniers étaient
égorgés; enfin la Convention avait donné ordre que tout le pays devînt
un désert sans hommes, sans maisons et même sans arbres: cet ordre a été
exécuté en partie.

Ce fut la division Bonchamps qui, dans les premiers jours de septembre,
recommença à agir contre la vaste armée qui venait entourer tout le
théâtre de la guerre civile. Elle se porta sur la Roche-d'Érigné où les
républicains avaient établi un camp qui défendait les Ponts-de-Cé: la
position fut emportée.

En même temps, la partie angevine de la grande armée, commandée par M.
de La Rochejaquelein, s'était dirigée sur Martigné. L'ennemi, se fiant
sur la supériorité de ses forces, vint attaquer. Le combat fut sanglant
et opiniâtre. Henri était dans un chemin creux à donner des ordres; des
tirailleurs s'avancèrent sur lui, et il reçut une balle à la main: le
pouce fut cassé en trois endroits, et la balle alla le frapper au coude.
Il tenait dans ce moment un pistolet; il ne le quitta pas, et dit à son
domestique: «Regardez si le coude saigne.--Non, Monsieur.--Hé bien!
dit-il, il n'y a donc que le pouce de cassé;» et il continua à diriger
ses soldats. Mais la nuit arriva; les Vendéens, qui avaient eu
l'avantage, ne purent en profiter, et l'armée ennemie se retira sur
Doué.

Le lendemain, la division Bonchamps vint se joindre à celle de M. de La
Rochejaquelein; sa blessure le força à quitter l'armée. Stofflet prit
le commandement et marcha sur Doué. Les républicains s'y étaient
retranchés: on les attaqua d'abord avec succès; mais une charge de
cavalerie fit plier la droite des Vendéens, et jeta du désordre parmi
eux. Un moment après, Stofflet fut atteint d'une balle dans la cuisse;
il fallut alors se retirer, en perdant même quelques pièces de canon. M.
Stofflet, bien que grièvement blessé, continua à commander, et, grâce à
lui, la retraite se fit en assez bon ordre. Les troupes républicaines
et les levées en masse s'accumulaient chaque jour, et c'était seulement
contre des avant-gardes qu'on avait eu à combattre; de fortes armées
venaient de déboucher de Nantes, d'Angers, de Saumur, de Poitiers.

M. de Lescure quitta son camp de Saint-Sauveur, et vint le 14 septembre,
avec deux mille hommes, s'opposer aux bleus qui se rassemblaient à
Thouars; les gardes nationales, les levées en masse y formaient un camp
de plus de vingt mille hommes. Nos gens eurent d'abord un succès marqué;
la déroute était complète, lorsqu'un grand renfort de républicains
arriva d'Airvault: alors M. de Lescure prit le parti de se retirer. La
retraite se fit en bon ordre; les gendarmes voulurent la troubler; M. de
Lescure et ses officiers les attendirent de pied ferme et les défièrent:
ils n'osèrent avancer. Alors on emporta paisiblement les blessés, M.
de Lescure aidant à porter les brancards, ce qui lui arrivait souvent,
ainsi qu'à tous les autres officiers.

Cette attaque de Thouars fut fort utile; elle dissipa toute la nuée des
levées en masse de ce côté, et intimida les bleus de cette armée où il
n'y avait pas de troupe de ligne, au point qu'ils se débandèrent et ne
reparurent plus.

Ce fut après ce combat que les républicains ramassèrent, parmi les
morts, le corps d'une femme. Les gazettes firent grand bruit de cet
événement: les uns dirent que c'était moi; d'autres, Jeanne de Lescure,
soeur du chef des brigands; on a supposé aussi qu'elle passait, parmi
les Vendéens, pour une fille miraculeuse, comme Jeanne d'Arc: cette
dernière conjecture était aussi fausse que les autres. Tous les généraux
avaient défendu fort sévèrement qu'aucune femme ne suivît les armées;
ils avaient menacé la première qui serait trouvée, d'être chassée
honteusement; et le peu de temps que duraient les rassemblemens, faisait
qu'on n'y souffrait pas même une vivandière. Quelque temps avant
l'affaire de Thouars un soldat m'avait abordée à la Boulaye, en me
disant qu'il voulait me confier un secret: c'était une fille; elle
désirait changer sa veste de laine pour une des vestes de siamoise
que l'on distribuait aux soldats les plus pauvres; craignant d'être
reconnue, elle s'adressait à moi, en me priant de n'en rien dire à M. de
Lescure. Je sus qu'elle s'appelait Jeanne Robin, de Courlay. J'écrivis
au vicaire de la paroisse; il me répondit qu'elle était fort honnête
fille; mais que jamais il n'avait pu la dissuader d'aller se battre:
elle avait communié avant de partir. La veille du combat de Thouars,
elle vint trouver M. de Lescure, et lui dit: «Mon général, je suis une
fille; madame de Lescure le sait: elle sait aussi qu'il n'y a rien à
dire sur mon compte. C'est la bataille demain; faites-moi donner une
paire de souliers: après que vous aurez vu comme je me bats, je suis
sûre que vous ne me renverrez pas.» En effet, elle combattit sans cesse
sous les yeux de M. de Lescure; elle lui criait: «Mon général, vous ne
me passerez pas; je serai toujours plus près des bleus que vous.» Elle
fut blessée à la main, et cela ne fit que l'animer davantage; elle la
lui montra en disant: «Ce n'est rien que cela.» Enfin elle fut tuée dans
la mêlée où elle se précipitait en furieuse.

Il y avait dans les autres divisions quelques femmes qui combattaient
aussi déguisées. J'ai vu une petite fille de treize ans qui était
tambour dans l'armée d'Elbée, et passait pour fort brave; une de ses
parentes était avec elle au combat de Luçon où elles furent tuées toutes
deux. A l'armée de M. de Bonchamps, une fille s'était fait cavalier,
pour venger la mort de son père; elle a fait des prodiges de valeur
dans toutes les guerres de la Vendée, sous le nom de _l'Angevin_. Elle
s'appelle Renée Bordereau: c'est, je crois, des paysannes qui se sont
battues, la seule qui vive encore. Elle est couverte de blessures, a
été six ans prisonnière de Bonaparte, et même un an enchaînée: elle n'a
recouvré la liberté qu'au retour du roi, et s'est battue encore en 1815.
Je vis aussi un jour arriver à Chollet une jeune fille, grande et fort
belle, qui portait deux pistolets à sa ceinture, et un sabre: elle était
accompagnée de deux autres femmes armées de piques; elle amenait à mon
père un espion. On l'interrogea; elle répondit qu'elle était de la
paroisse _de Tout-le-Monde_, et que les femmes y faisaient la garde
quand les hommes étaient à l'armée. On lui donna beaucoup d'éloges; son
petit air martial la rendait encore plus jolie.

Je crois qu'il n'y a pas eu, en tout, dix femmes déguisées qui aient
porté les armes; et c'est apparemment pour autoriser en quelque sorte
leurs atrocités, que les bleus parlaient tant des femmes qui se
battaient. Il est vrai que, dans les déroutes, les fuyards étaient
souvent saisis et assommés par les enfans et les femmes des villages:
c'était une horrible représaille; mais les incendies et les massacres
donnaient quelquefois au peuple un vif sentiment de rage.

On a dit faussement aussi que les prêtres combattaient. Ils confessaient
les mourans au milieu du feu, sur le champ de bataille; ainsi on a pu
y trouver leurs corps: mais aucun n'a jamais songé à autre chose qu'à
exhorter et rallier les soldats, à leur inspirer du courage et de la
résignation dans leurs souffrances. Si les paysans les eussent vus
sortir ainsi de leur caractère, ils auraient perdu toute vénération
pour eux. Cela était si loin des idées vendéennes, que les généraux
envoyèrent en prison M. du Soulier, qui avait caché sa qualité de
sous-diacre, et qui se battait depuis longtemps.

On a aussi reproché aux prêtres d'exciter les Vendéens à la cruauté;
rien n'est plus faux; au contraire, il serait possible de citer
beaucoup de traits d'une humanité courageuse, dont se sont honorés des
ecclésiastiques; une foule de personnes ont dû la vie aux instances
qu'ils ont faites à des soldats furieux et animés au carnage. Les
prêtres les plus ardens à exciter les paysans au combat, étaient souvent
les plus ardens aussi à les empêcher de répandre le sang des vaincus. M.
Doussin, curé de Sainte-Marie-de-Ré, un des plus zélés ecclésiastiques
de l'armée, sauva une fois la vie à un grand nombre de prisonniers, et
arrêta le massacre par de vives et éloquentes représentations qu'il
adressa aux Vendéens. Quelques années après, ayant été traduit à un
tribunal républicain, il fut acquitté en souvenir de cette action. Un
vénérable missionnaire de la communauté du Saint-Esprit, M. Supiaud, se
plaça un jour à Saint-Laurent-sur-Sèvre, devant la porte d'un dépôt de
prisonniers, et déclara qu'il faudrait passer sur son corps pour arriver
jusqu'à eux. Il faut absolument ranger parmi les calomnies des
gens irréligieux et prévenus, ce qui a été débité sur le fanatisme
sanguinaire des prêtres vendéens.

Quant aux enfans, il y en avait qui suivaient l'armée; on a vu un petit
garçon de sept ans aller courageusement au feu.

Cependant l'armée qui avait débouché par la route de Saumur, et qui
avait repoussé Stofflet devant Doué, poursuivait son mouvement; elle
était nombreuse et commandée par le général Santerre; elle arriva sur
Coron. Les principaux généraux de la grande armée étaient occupés à
défendre le territoire sur d'autres points. MM. de Bonchamps, de La
Rochejaquelein et Stofflet étaient blessés; on manquait de chefs et
de soldats pour arrêter la marche de Santerre. MM. de Talmont et de
Pérault, fort imprudemment, voulurent les attaquer, le 14 septembre,
avec peu de forces. M. de Scépeaux et quelques jeunes officiers
s'étaient défiés à qui approcherait le plus près des bleus: ils
s'avancèrent trop, et furent obligés de revenir au grand galop: ce
mouvement troubla les paysans. Ce combat n'eut aucun succès et fut peu
important; cependant il retarda la marche de Santerre.

Heureusement M. de Piron parvint à rassembler du monde du côté de
Chollet. M. de La Rochejaquelein, qui était à Saint-Aubin, souffrant de
sa blessure, s'employa avec M. l'abbé Jagault à réunir des paysans
dans les paroisses environnantes; il les envoya à M. de Piron, sous le
commandement de M. de Laugrenière: c'était à peu près le seul officier
connu qui restât dans ce canton; tous les autres étaient avec les
généraux vers Mortagne, où, comme on le verra par la suite, le danger
était plus grand encore, ce qui y avait attiré aussi MM. de Talmont et
de Pérault.

M. de Piron, à la tête de dix ou douze mille hommes, revint s'opposer à
Santerre. Les bleus, qui s'étaient arrêtés, marchaient alors de Coron
sur Vezins; et leur armée, forte de quarante mille hommes, la plupart
de la levée en masse, occupait une ligne de quatre lieues sur la grande
route. M. de Piron saisit le vice de cette disposition; il attaqua avec
vigueur le centre des républicains. Après une heure et demie de
combat, leur ligne fut coupée, et le désordre fut jeté parmi eux: leur
artillerie défilait en ce moment dans la rue longue et étroite du bourg
de Coron. M. de Piron, sans perdre de temps, se porta en forces en ayant
et en arrière du village; les canons de l'ennemi lui devinrent inutiles,
et bientôt la déroute fut complète. Il fut poursuivi pendant quatre
lieues; il perdit dix-huit canons avec leurs caissons. Cette victoire
fit un honneur infini à. M. de Piron qui avait montré tant d'habileté et
de courage, et qui n'avait pu être secondé par aucun officier marquant.
Les soldats, au milieu de la bataille, criaient: _vive Piron! vive
Piron!_

Il envoya, aussitôt après, une partie de son infanterie et toute
sa cavalerie à M. le chevalier Duhoux, qui, avec MM. Cadi et des
Sorinières, tâchait de se défendre contre l'armée républicaine qui
était arrivée par Angers et le Pont-de-Cé: un général Duhoux, oncle du
chevalier, la commandait. Les Vendéens, encouragés par le succès de M.
de Piron et par le renfort qu'il avait envoyé, reprirent l'offensive et
repoussèrent vivement l'avant-garde républicaine, qui se replia derrière
la rivière du Layon, par le pont Barré: ce pont était bien défendu par
de l'artillerie, et les Vendéens se trouvèrent arrêtés. A un quart de
lieue plus loin, était un autre pont qui avait été coupé; une colonne
de paysans sans officiers se dirigea sur ce point. Jean Bernier, garçon
meunier de la paroisse de Saint-Lambert, quitte son rang, se jette à la
nage, traverse la rivière; quelques--uns l'imitent: on répare le
pont; la colonne passe; Bernier prend un drapeau, s'écrie: «Mes
amis, suivez-moi;» et il arrive bientôt sur les derrières de l'armée
républicaine qui était toute accumulée dans un terrain resserré: les
bleus sont troublés par cette charge imprévue; alors MM. le chevalier
Duhoux, Cadi et des Sorinières, parviennent à forcer le pont Barré. La
déroute de l'ennemi fut en un instant complète; il perdit toute son
artillerie, et fut poursuivi jusqu'aux Ponts-de-Cé. Les républicains ont
beaucoup reproché à leur général Duhoux d'avoir eu des intelligences
avec son neveu qui commandait les Vendéens à cette affaire de Beaulieu:
il n'en était rien; le chevalier Duhoux était un jeune homme de vingt
ans, fort brave et fort étourdi; il n'était point d'un caractère à user
de tels moyens; d'ailleurs, ce genre de trahison est sans exemple dans
notre guerre civile.

Ainsi les attaques furent repoussées sur les routes de Thouars,
de Saumur et d'Angers, et les levées en masse furent dissoutes et
dispersées de ces trois côtés; mais en même temps la basse Vendée était
toute envahie.

Malheureusement la garnison de Mayence, qui avait débouché de Nantes,
n'avait pu être arrêtée par M. de Charette. L'oubli où les puissances
coalisées nous avaient laissés, ne songeant pas même à stipuler dans les
capitulations que les garnisons ne pourraient marcher contre nous, fut
une circonstance cruelle pour les Vendéens, et leur montra bien qu'en
effet la coalition ne servait pas la même cause.

Les Mayençais [13], au nombre de quatorze mille hommes, les troupes que
le général Beysser avait à Nantes, une division qui était aux Sables,
attaquèrent à la fois les insurgés du Bas-Poitou par trois routes. Les
petits corps de Jolly, de Savin, de Coëtus, de Chouppes, furent obligés
de se replier sur Légé où était M. de Charette. Comme les massacres
avaient commencé, les vieillards, les femmes, les enfans suivaient les
soldats dans leur retraite; la marche était embarrassée de voitures,
de bestiaux; le désordre était extrême, et la terreur s'accroissait à
chaque moment. M. de Charette abandonna Légé pour se retirer à Montaigu;
il y fut attaqué et battu: il se réfugia à Clisson; il ne put pas y
tenir non plus; enfin il arriva à Tiffauges, après avoir perdu le
terrain où jusqu'alors il avait fait la guerre; il emmenait avec lui une
foule immense qui fuyait le fer et le feu des républicains.

[Note 13: C'est le nom qu'on a donné à la célèbre garnison de
Mayence.]

M. de Charette envoya demander des secours à la grande armée: on sentit
que le sort de la Vendée dépendait de ce moment.

Ce fut à peu près à cette époque qu'un officier et deux sous-officiers
de l'armée de Mayence, déguisés en paysans, vinrent au château de la
Boulaye. Ils offrirent de passer dans notre armée; mais ils demandaient
une paie de trente sous par jour pour les soldats, et en outre une somme
très-forte pour les officiers: cette somme était d'un à deux millions.
Les chefs vendéens n'avaient pas d'argent comptant; ils firent des
offres très-fortes pour l'avenir: mais cela ne pouvait satisfaire les
hommes qui faisaient de telles propositions; il n'y eut rien de conclu.
On le regretta peu: quelle confiance pouvaient inspirer des gens qui se
marchandaient ainsi? Une somme encore plus forte les eût fait trahir
les Vendéens à leur tour. D'ailleurs rien n'attestait que ces envoyés
traitassent au nom de leurs généraux et de leurs camarades. Les
renseignemens qu'ils donnèrent sur la force de leur armée et sur sa
position, qu'ils vantaient beaucoup, servirent, à ce que j'ai entendu
assurer, au succès de la bataille de Torfou.

L'armée s'assembla à Chollet. Les généraux se décidèrent à périr ou à
vaincre dans l'affaire qui allait avoir lieu. M. de Bonchamps s'y rendit
le bras en écharpe, et M. de La Rochejaquelein, retenu par sa blessure,
fut le seul chef qui ne s'y trouva pas. Les horreurs commises par les
bleus animaient de fureur tout le monde; on décida que l'on ne sauverait
pas de prisonniers, que les Mayençais seraient considérés comme violant
la capitulation par laquelle ils avaient promis de ne pas servir d'un an
contre les alliés, et où la Vendée se trouvait implicitement comprise,
étant l'armée fidèle et légitime du roi de France, et son contingent
dans la coalition. Ainsi on défendit de crier: _Rendez-vous, grâce!_ Le
curé de Saint-Laud célébra la messe à minuit; avant le départ il fit un
fort beau sermon, et bénit solennellement un grand drapeau blanc que
j'avais fait broder pour l'armée de M. de Lescure[14].

[Note 14: Ce drapeau portait une grande croix d'or, trois fleurs de
lis, et au-dessus ces mots: _Vive le roi!_]

Les armées réunies formèrent environ quarante mille hommes. Le 19
septembre, le jour même où le chevalier Duhoux remportait la victoire à
Beaulieu, on marcha à l'ennemi: il était en marche pour se porter de la
ville de Clisson à Torfou. Les Mayençais occupèrent d'abord le village
de Boussay et en chassèrent un poste assez faible de Vendéens, qui ne
fit point de résistance; ils avancèrent sur Torfou, emportèrent encore
cette position, et rangèrent deux bataillons en avant du village. Au
premier feu, les Vendéens prirent la fuite, surtout les soldats de M.
de Charette, que leurs revers avaient découragés. Alors M. de Lescure,
mettant pied à terre avec quelques-uns de ses officiers, s'écria: «Y
a-t-il quatre cents hommes assez braves pour venir mourir avec moi?» Les
gens de la paroisse des Echaubroignes, qui, ce jour-là, étaient dix-sept
cents sous les armes, répondirent tous à grands cris: «Oui, monsieur le
marquis; nous vous suivrons où vous voudrez.» Ces braves paysans et ceux
des paroisses voisines étaient les meilleurs soldats de son armée; on
les avait surnommés les grenadiers de la Vendée: ils étaient commandés
par Bourasseau, un de leurs camarades. Treize cents autres paysans se
réunirent à eux. Ce fut à la tête de ces trois mille braves que M. de
Lescure parvint à se maintenir pendant deux heures. Le pays, qui est
plus couvert et plus inégal que dans aucun endroit du Bocage, ne
permettait pas aux Mayençais de s'apercevoir combien était faible le
corps qui leur était opposé. M. de Bonchamps arriva avec sa division. M.
de Charette et les autres chefs réussirent à ramener les soldats et à
leur faire reprendre courage. Alors on commença à se répandre en foule
sur la gauche des républicains; les haies et la disposition du terrain
leur dérobaient les mouvemens de l'armée vendéenne; ils ne savaient sur
quel point porter leurs forces pour se défendre: enfin une fusillade
s'étant engagée tout-à-fait sur les derrières, près de leur artillerie,
ils craignirent de la perdre, et les dispositions qu'ils tentèrent pour
la défendre jetèrent tout-à-fait le désordre parmi eux; leurs colonnes
s'engagèrent dans les chemins tortueux et profonds, et furent exposées
aux coups de fusil des Vendéens; leurs canons même ne furent pas sauvés:
on tua les canonniers qui défendaient les pièces.

Le général Kléber, qui commandait les Mayençais, parvint, par son
sang-froid et son habileté, à rétablir un peu d'ordre dans son armée
et à prévenir une déroute complète; cependant, malgré le courage des
officiers républicains et la constance de leurs soldats, ils auraient
peut-être fini par être détruits; mais le général Kléber, voyant qu'au
bout d'une retraite d'une lieue, les Vendéens commençaient à jeter
encore le désordre dans sa troupe, plaça deux pièces sur le pont de
Boussay, et dit à un lieutenant-colonel: «Faites-vous tuer là avec votre
bataillon.--Oui, mon général,» répondit ce brave homme, et en effet,
il y périt. Pendant ce temps-là, Kléber avait rallié les Mayençais et
s'était mis en mesure d'arrêter les Vendéens qui n'allèrent pas plus
loin.

Le lendemain MM. de Charette et de Lescure allèrent attaquer de concert
le général Beysser à Montaigu, pour l'empêcher de faire sa jonction avec
l'année de Mayence; ils le surprirent à l'improviste. Les républicains
résistèrent d'abord; les gens de M. de Charette se débandèrent encore:
mais il mit tant de courage et de ténacité à les rallier, qu'il les
ramena au combat. Les soldats de la grande armée ne plièrent pas un
instant; jamais ils ne s'étaient montrés si braves et si ardens qu'en ce
moment: ils commençaient à s'aguerrir, et les officiers avaient acquis
de l'expérience. Le général Beysser fut complètement battu; ses troupes
ne valaient pas les Mayençais: la déroute fut entière; il perdit ses
canons et ses équipages; lui-même fut grièvement blessé, et sa division
ne put se rallier qu'à Nantes.

On était convenu que le lendemain toute l'armée vendéenne attaquerait
les Mayençais dans leur retraite. Ils avaient formé à Clisson des
magasins considérables de vivres; leurs blessés s'y trouvaient; ils
voulaient aussi emporter leur butin; ainsi leur marche devait être
gênée par un convoi de douze cents voitures environ. Cette circonstance
rendait l'attaque plus facile: elle devait avoir lieu de deux côtés; sur
la droite, par MM. d'Elbée et de Bonchamps, et sur la gauche par MM. de
Charette et de Lescure.

Après la prise de Montaigu, M. de Charette crut qu'il valait mieux se
porter tout de suite sur Saint-Fulgent et combattre la division des
Sables qui était venue par cette route: elle faisait des ravages
horribles, et les habitans demandaient instamment qu'on les délivrât: il
insista, et finit par gagner M. de Lescure. Ces messieurs pensèrent que
l'attaque de droite suffirait pour disperser le convoi des Mayençais;
ils envoyèrent un officier de l'armée de M. de Charette à M. de
Bonchamps, pour le prévenir qu'ils se dirigeaient sur Saint-Fulgent:
l'officier négligent n'arriva pas à temps: ce fut la cause d'un funeste
malentendu.

La victoire fut complète à Saint--Fulgent. L'armée de Charette se montra
de même un peu faible au commencement de l'action; le général et les
officiers avaient un sang-froid et une fermeté qui réparaient cet
inconvénient. Les bleus furent mis en fuite assez promptement, et la
cavalerie les poursuivit avec une grande ardeur. Avril, fameux paysan de
la paroisse du May, eut le bras cassé; un de nos Suisses, nommé Rynks,
tira un flageolet de sa poche et se mit à jouer par dérision, l'air _Çà
ira_; pendant qu'on chargeait l'ennemi, un boulet emporta la tête de son
cheval; Rynks se releva en continuant l'air. Beaucoup de paysans, qui
étaient dans la cavalerie, se distinguèrent ce jour-là.

M. de Lescure, le chevalier de Beauvolliers et le petit de Mondyon,
s'étaient tellement lancés à la poursuite des ennemis, qu'à dix
heures du soir ils se trouvèrent seuls tout-à-fait en avant. Quatre
républicains, cachés derrière une haie, tirèrent sur eux; M. de Lescure
crut que c'étaient des soldats à lui, et avança en leur disant: «Ne
tirez pas; ce sont vos généraux.» Ils tirèrent encore à bout portant;
heureusement leurs fusils n'étaient chargés que de plomb de chasse:
l'habit de M. de Lescure en fut criblé, et le chevalier de Mondyon fut
douloureusement blessé à la main.

L'artillerie et les bagages demeurèrent entre les mains des Vendéens, et
cette division des Sables ne s'arrêta qu'à Chantonnay. Les cavaliers
de M. de Royrand étaient arrivés par la route des Herbiers, et avaient
poursuivi les républicains plus loin encore que ceux de M. de Lescure.

Pendant ce temps-là, MM. d'Elbée, de Bonchamps et de Talmont, secondés
par les divisions de MM. de Lyrot et d'Isigny, attaquèrent le convoi de
Clisson: si toute l'armée avait été réunie, si le plan du combat n'avait
pas été entièrement dérangé par l'attente où l'on fut vainement des
divisions de la gauche, il est probable que les redoutables Mayençais
auraient éprouvé une entière destruction; mais le succès fut bien
incomplet. Trois fois M. de Bonchamps revint à la charge avec un courage
et une ardeur héroïques; il fut repoussé: cependant il perdit peu de
monde, et s'empara de cent chariots; mais l'expédition fut manquée,
et l'on ne doit pas se dissimuler qu'elle devait avoir un résultat
important. M. de Bonchamps fut fort affligé de n'avoir pas été secondé
dans une telle opération: cette circonstance commença à jeter un peu de
dissension entre les chefs des diverses armées vendéennes; les paysans
angevins en gardèrent un souvenir amer qui se montre encore, quand ils
viennent à se rappeler ces temps de malheur.

Ainsi, par un effort de courage et de constance, les Vendéens avaient
repoussé presque en même temps six armées qui étaient venues les
assaillir: malheureusement la plus redoutable était celle qui avait le
moins souffert. Il fallut quelques jours de repos avant d'entreprendre
rien de nouveau. MM. d'Elbée et de Bonchamps restèrent toujours postés
du côté de Tiffauges, pour faire face aux Mayençais; MM. de Talmont et
Stofflet gardaient l'Anjou; M. de Charette était aux Herbiers; M. de la
Ville-Baugé était, depuis l'affaire de Thouars, à Poussanges, pour
tenir en échec les troupes de la Châtaigneraie; M. de Lescure revint
à Châtillon: il fallait songer à la sûreté de ce canton. Le général
Westermann arrivait de Niort; la division républicaine de Luçon occupait
Chantonnay.

Les soldats revinrent dans leurs foyers, bien triomphans de tant de
victoires; on chanta des _Te Deum_ dans toutes les paroisses: j'assistai
à celui de Châtillon; M. le chevalier de *** le fit célébrer en grande
pompe: c'était un général parfait pour les processions; il mettait dans
les cérémonies une gravité et une dévotion qui charmaient tous les
paysans; d'ailleurs il en était fort aimé, à cause du soin qu'il prenait
des blessés. Il vint à la tête des habitans prendre l'évêque d'Agra, les
généraux et le conseil supérieur. M. de Lescure, qui venait de montrer
tant de courage et de mériter les louanges de toute l'armée, et que tout
le pays appelait son sauveur, était là à genoux derrière une colonne, se
dérobant aux hommages et aux regards, et remerciant Dieu avec sincérité
et ferveur.

Le soir, comme j'étais à me promener, j'entendis crier: «Aux armes, les
prisonniers se révoltent!» Il y en avait dix-huit cents dans une abbaye
mal close: deux pièces de canon chargées étaient en face de la porte;
mais le service était fait sans aucun soin. Je craignais qu'ils ne se
portassent à l'état-major qui était auprès, et qu'ils ne surprissent ces
messieurs; j'y courus tout éperdue. Ils sautèrent sur leurs sabres et
volèrent aux prisons: c'était une fausse alerte. Au reste, on avait
souvent des inquiétudes de ce genre-là; quelquefois il s'était trouvé
dans la ville infiniment plus de prisonniers que de soldats. Il y avait
déjà eu une révolte dans laquelle on avait été contraint de tirer sur
les mutins. Un autre jour, deux prisonniers avaient prêté serment au roi
en demandant à servir dans l'armée, puis avaient cherché à ouvrir les
prisons: ils avaient été fusillés. En apprenant les massacres que les
bleus faisaient de nos prisonniers, il avait été question plus d'une
fois d'user de représailles; mais cette cruelle proposition avait
toujours été repoussée avec horreur. Dans les premiers mois, les
républicains avaient épargné une partie de nos prisonniers et se
bornaient à les retenir. Ils faisaient périr les plus marquans sur
l'échafaud; mais il n'y avait pas eu encore de massacres, ni de
proscription générale comme à cette époque.

Deux jours après la séparation des armées, M. de Charette envoya, des
Herbiers, un officier à Châtillon pour réclamer le partage d'une caisse
de 7,000 francs en assignats qui avait été prise à Saint-Fulgent; cette
demande ne souffrait aucune difficulté. M. de Lescure était convenu avec
M. de Charette, avant de le quitter, qu'ils attaqueraient de concert,
après un peu de repos. La grande armée l'avait sauvé; il était bien
juste qu'il l'aidât à son tour. Chantonnay et la Châtaigneraie étaient
occupés par l'ennemi; ce dernier poste surtout, fort avancé dans le
Bocage, nous inquiétait beaucoup. M. de Lescure voulait que nos efforts
fussent dirigés sur ce point. Un de MM. de la Roberie, qui était venu
au nom de M. de Charette, dit de sa part que son opinion était qu'il
fallait d'abord se porter sur Chantonnay. M. de Lescure et ses officiers
écrivirent à M. de Charette qu'ils se faisaient un devoir de déférer
à son avis, et que, malgré les motifs qui semblaient commander de
préférence l'attaque de la Châtaigneraie, ils s'en rapportaient à ses
talens et à son expérience; en conséquence, ils lui promettaient qu'ils
seraient aux Herbiers le surlendemain avec leur armée. Je vis la lettre;
elle fut signée de MM. de Lescure, de Beauvolliers, Desessarts et de
Beaugé, les seuls chefs qui fussent à Châtillon.

Le lendemain, on fut bien surpris d'apprendre que M. de Charette avait
quitté les Herbiers et s'était rendu à Mortagne; il y demanda le partage
du butin pris à Saint-Fulgent. Mon père n'était pas à Mortagne; il était
auprès de Tiffauges, à l'armée de MM. de Bonchamps et d'Elbée; M. de
Charette ne trouva que M. de Marigny, qui, généreux et peu réfléchi,
avait déjà distribué aux soldats les souliers, les vestes et autres
effets; de manière que M. de Charette ne put en avoir sa part, qui du
reste eût été petite, car le butin était peu considérable.

M. de Charette se montra fort mécontent, et partit brusquement,
sans prévenir personne de ses projets: il rentra dans ses anciens
cantonnemens de Légé. Il aurait dû juger que son sort dépendait de celui
de notre armée.

Cette retraite changea tous les plans: aucun chef n'avait maintenant
assez de forces pour prendre l'offensive. M. de Lescure parut devant la
Châtaigneraie sans attaquer, se bornant à quelques escarmouches pour
contenir l'ennemi; puis, apprenant que le général Westermann marchait
sur Châtillon, il revint prendre la position de Saint-Sauveur. Cela ne
sauva pas Bressuire, que les bleus occupèrent; mais ils n'avancèrent pas
au-delà. Une ou deux fois il y eut de petites rencontres. M. de Lescure
attaqua Bressuire une nuit: il n'avait pas de succès marqués, mais il
arrêtait les républicains.

J'étais à cette époque bien inquiète; ma mère avait une fièvre maligne.
Pendant que je la soignais à la Boulaye, j'appris que M. de Lescure
venait d'arriver à Châtillon. Il envoyait un courrier pour remettre une
lettre à mon père; mais il était à Mortagne. Le courrier avait ordre
d'aller, sans s'arrêter, le joindre quelque part qu'il fût. Je ne pus
résister à mes inquiétudes; j'avoue que j'ouvris la lettre. M. de
Lescure demandait du secours et de la poudre; il s'attendait à être
attaqué par Westermann. Je recachetai cette dépêche et fis repartir le
courrier; puis j'allai précipitamment revoir M. de Lescure et lui dire
toutes mes alarmes. Je retournai la même nuit près de ma mère, et lui à
Saint-Sauveur.



                             CHAPITRE XIII.

Combat du Moulin-aux-Chèvres.--Reprise de Châtillon.--Batailles de la
Tremblaye et de Chollet.


Les armées républicaines pressaient chaque jour davantage les insurgés
et s'avançaient dans le Bocage; les divisions de Chantonnay, de la
Châtaigneraie et de Bressuire avaient fait leur jonction; Cérizais
était occupé; on avait brûlé tout auprès le château de Puyguyon qui
appartenait à M. de Lescure; Châtillon et la Boulaye n'étaient plus
une retraite sûre: nous partîmes pour Chollet. Ma mère était à peine
convalescente; ses jambes étaient enflées; on la mit à cheval: elle
n'y était pas montée depuis vingt ans. Nous avions avec nous ma tante
l'abbesse et ma petite fille qu'il avait fallu sevrer à neuf mois: le
chagrin et l'inquiétude avaient fait tarir le lait de sa nourrice. Nous
nous mimes en route pendant la nuit, au milieu du brouillard et de la
pluie.

Mon père était à Chollet, occupé à rassembler des soldats pour les
envoyer sur tous les points menacés; c'était du côté de M. de Lescure
que les secours étaient le plus nécessaires. MM. d'Elbée et de Bonchamps
étaient toujours à Clisson en face des Mayençais qui n'avaient point
repris l'offensive; M. de Lescure avait abandonné Saint-Sauveur pour se
replier devant Châtillon. Il n'avait que trois ou quatre mille hommes;
les bleus en avaient plus de vingt mille à Bressuire, et l'on voyait
qu'ils n'allaient pas tarder à attaquer. M. de La Rochejaquelein, tout
blessé qu'il était, vint rejoindre M. de Lescure; ils envoyaient sans
cesse demander des renforts à mon père. On ne pouvait, pour le moment,
compter sur les paysans de la Châtaigneraie, de Cérizais et de
Bressuire; ils étaient occupés à sauver de l'incendie leurs familles,
leurs bestiaux et leurs effets, et à les emmener plus avant dans le
pays.

M. de Talmont, retenu à Chollet par la goutte, crut, ainsi que quelques
autres, qu'il était plus pressant d'envoyer des secours à M. d'Elbée
qu'à M. de Lescure. Cette discussion, que mon père ne termina qu'en
usant de son autorité, mit du retard dans la marche des troupes qui
étaient envoyées vers Bressuire. M. des Sorinières, entre autres, qui
avait amené une fort bonne troupe de deux mille hommes, ne put arriver
qu'à la fin du combat.

Les républicains attaquèrent M. de Lescure au Moulin-aux-Chèvres; ils
avaient une telle supériorité de nombre, qu'ils s'emparèrent de cette
position et mirent les Vendéens en fuite. On aurait perdu beaucoup de
monde, si MM. de Lescure, de La Rochejaquelein et quelques officiers ne
s'étaient fait poursuivre pendant deux heures par les hussards en
se nommant à eux; les soldats s'échappaient pendant ce temps-là par
d'autres routes. M. Stofflet, qui était venu de l'Anjou secourir l'armée
de Châtillon, fut, ainsi que le chevalier de Beauvolliers, bien près
d'être atteint. Ils furent enveloppés dans un chemin creux; mais se
mettant debout sur la selle de leurs chevaux, ils sautèrent par-dessus
la haie: quelques soldats les suivirent; le chevalier de Beauvolliers
en tua deux à coups de pistolets; il mit le sabre à la main, les autres
s'enfuirent. M. Durivault fut grièvement blessé d'une balle qui lui
traversa les chairs près de la poitrine; M. de Lescure eut le pouce
effleuré d'une balle.

Un M. de S***, chevalier de Saint-Louis, qui avait proposé des plans,
qui avait voulu former un corps de maréchaussée et qui faisait
l'important, avait, jusqu'à ce moment, trouvé moyen de ne pas se battre.
Il venait de passer l'été aux eaux de Johannet, que les médecins lui
avaient, disait-il, ordonné de prendre pendant vingt-un ans; je ne sais
comment M. des Sorinières avait réussi à l'amener. Quand il vit nos
gens en fuite, il se sauva honteusement en criant: «Courage, mes amis,
ralliez-vous et laissez-moi passer.»

Châtillon fut pris le même jour: les braves paroisses des Aubiers, de
Saint-Aubin, de Nueil, de Rorthais, etc., furent saccagées et brûlées.

Les généraux vinrent nous retrouver à Chollet. Le paysan qui portait mon
drapeau vint me montrer que le bâton était entaillé de coups de sabre:
il s'était battu corps à corps avec un bleu, se défendant avec la lance
du drapeau.

MM. de Bonchamps et d'Elbée n'avaient pas quitté leur position. Ils
envoyaient sans cesse prier M. de Charette d'attaquer les Mayençais sur
leurs derrières; il ne répondit même pas à leurs lettres; nous devions
croire qu'il ne les recevait pas. Quelle que fût l'importance de leur
poste, on vit qu'il était encore plus pressant de réunir toutes les
forces pour reprendre Châtillon. On prit le parti d'évacuer, de Mortagne
à Beaupréau, les munitions, les blessés et les prisonniers. Je m'y
rendis aussi avec ma mère, ma tante, ma petite fille et M. Durivault que
M. de Lescure m'avait recommandé de soigner comme son frère: tout le
monde s'y réfugiait. Nous y trouvâmes madame d'Elbée; c'était son frère,
M. Duhoux d'Hautrive, qui commandait la ville.

Toute la grande armée se rassembla promptement, et revint sur Châtillon
deux jours après le combat du Moulin-aux-Chèvres. L'ardeur des soldats
était extrême. MM. de Bonchamps, de La Rochejaquelein, Duchaffault,
étaient là, le bras en écharpe; tous les officiers blessés qui pouvaient
monter à cheval s'y étaient rendus. La ville fut bientôt emportée, et
l'armée républicaine mise dans une déroute complète; elle perdit tous
ses canons et ses bagages; elle fut poursuivie avec acharnement: jamais
combat n'a été plus meurtrier pour nos ennemis. M. Duchaffault se fit
beaucoup remarquer dans cette bataille. Il était d'abord de l'armée de
Charette: venu de sa part, il se trouva au moment d'un combat de notre
armée, s'y distingua fort, fut blessé, et resta avec nous. Son jeune
frère, qui avait quinze ans, était aussi plein d'ardeur: leur père avait
émigré avec deux fils aînés.

La victoire était complète; on poursuivait l'ennemi de toutes parts. M.
de Lescure et la plupart des chefs suivaient la route de Saint-Aubin;
M. Girard de Beaurepaire, le brave Lejeay, paysan de la paroisse de
Chanzeau, capitaine de cavalerie, et quelques autres, s'étaient lancés
sur le chemin de Bressuire: c'était par-là que s'enfuyait le général
Westermann. Se voyant poursuivi par un si petit détachement, il
s'arrêta, repoussa vivement nos cavaliers, et conçut le hardi projet
de rentrer pour un instant dans Chàtillon. Il prit cent hussards, fit
monter cent grenadiers en croupe, et arriva à minuit aux portes de la
ville: il n'y avait ni sentinelles, ni gardes; les paysans avaient pillé
l'eau-de-vie dans les équipages qu'on venait de prendre: la plupart
étaient ivres. Les cavaliers, qui avaient d'abord poursuivi Westermann,
s'efforcèrent de l'arrêter, et se battirent courageusement; M. Girard
de Beaurepaire fut abattu par douze coups de sabre; Lejeay perdit son
cheval; alors il courut à l'hôpital où son frère était blessé; il le
prit dans ses bras, le plaça derrière un cavalier qui fuyait hors de la
ville, retourna dans la mêlée, tua un hussard, monta sur son cheval, et
continua à se battre. Mais Westermann était déjà entré dans la ville, et
c'était dans les rues qu'on combattait. Au milieu de tout ce désordre,
commença un épouvantable carnage; les hussards étaient ivres presque
autant que nos gens; dans l'obscurité on combattait pêle-mêle à coups de
sabre et de pistolet; les bleus massacraient les femmes et les enfans
dans les maisons; ils mettaient le feu partout. Pendant ce temps-là, des
officiers vendéens tuèrent un grand nombre de républicains qui étaient
si égarés qu'ils égorgeaient tous ceux qu'ils trouvaient, sans songer à
se défendre eux-mêmes. Le brave Loizeau reçut plusieurs coups de sabre,
mais il tua trois républicains. M. Allard se jeta au milieu de cette
mêlée, et tira plusieurs coups de pistolet à bout portant sur ces
furieux. Le prince de Talmont, en descendant un escalier, fut renversé
par les hussards qui montaient; ils ne lui firent aucun mal, et allèrent
assassiner la maîtresse de la maison et sa fille qui étaient cependant
connues pour opposées aux Vendéens; il y eut des femmes, dont les maris
étaient soldats républicains, qui furent massacrées par les gens de
Westermann. Après avoir passé quatre ou cinq heures à Châtillon,
Westermann se retira. Dans l'obscurité et le désordre, on ne se hasarda
plus à faire aucun mouvement; les chefs qui étaient hors de la ville,
attendirent le jour pour y rentrer, et ce fut alors qu'on put juger
des horreurs de la nuit: les maisons étaient en feu, les rues étaient
jonchées de cadavres, de blessés et de débris; on laissa cette
malheureuse ville. L'armée qui l'avait attaquée était en déroute, et il
fallait courir pour aller repousser d'un autre côté des agressions plus
redoutables encore.

Les Mayençais, après avoir fait leur jonction avec toutes les divisions
de l'ouest, avaient occupé Mortagne, le i4 octobre; la troupe de M. de
Royrand fuyait devant eux: ils marchaient sur Chollet. M. de Lescure
me fit dire de quitter Beaupréau, et de me rendre à Vezins; je ne pus
emmener M. Durivault qui était trop souffrant; nous nous égarâmes dans
les chemins de traverse, et le 15 au soir nous arrivâmes à Trémentine.

Ce jour-là même on devait attaquer les républicains à Chollet; on ne
doutait pas qu'ils n'eussent avancé jusque-là. Le 14, M. de Bonchamps
devait venir les surprendre par le chemin de Tiffauges, et la grande
armée par celui de Mortagne, en passant sur les derrières de l'armée.
Mais les bleus avaient marché plus lentement qu'on ne l'avait supposé;
M. de Lescure, qui commandait l'avant-garde, les rencontra dans les
avenues du château de la Tremblaye, à moitié chemin de Mortagne à
Chollet; et M. de Bonchamps, ne trouvant, personne à Chollet, ne put se
joindre assez tôt aux autres divisions.

M. de Lescure se porta en avant avec le jeune Beauvolliers; il monta sur
un tertre, et découvrit à vingt pas de lui un poste républicain: «Mes
amis, en avant!» cria-t-il. Au même instant une balle vint le frapper
auprès du sourcil gauche, et sortit derrière l'oreille; il tomba sans
connaissance. Des paysans s'étant élancés, passèrent sur le corps de
leur général sans le voir, et firent vivement reculer les républicains.
Le petit de Beauvolliers avait jeté son sabre, et criait en pleurant:
«Il est mort, il est mort!» L'alarme commença à se mettre parmi les
Vendéens; une réserve de Mayençais revint sur eux, et les mit en fuite.
Pendant ce temps-là, Bontemps, domestique de M. de Lescure, était
arrivé; il avait trouvé son maître respirant encore, mais baigné dans
son sang; M. Renou, exposé à une grêle de balles, cherchait à arrêter le
sang; il attacha M. de Lescure en croupe derrière Bontemps, et retourna
au combat: deux soldats à pied soutenaient le blessé, et de la sorte,
ils le conduisirent, comme par miracle, jusqu'à Beaupréau, au milieu de
la déroute. Les Vendéens se réfugièrent à Chollet; et comme on ne revit
plus M. de Lescure, tout le monde le crut mort.

Nous avions couché à Trémentine. Le 16 au matin je me rendis à l'église
où une foule de femmes priaient Dieu, pendant qu'on entendait le canon
du côté de Chollet. Tout d'un coup quelques fuyards arrivent; je vois
M. de Pérault qui vient à moi et me prend les mains en pleurant. Il
s'aperçut à ma figure que je ne savais rien; alors il me dit qu'il
pleurait sur la perte de la bataille. Je demandai où était M. de
Lescure: il me répondit qu'il était à Beaupréau; il ne pensait pas qu'il
fût vivant, et ne se sentait pas la force de m'apprendre l'affreuse
nouvelle de sa mort.

Il me conseilla aussi de retourner à Beaupréau: les hussards pouvaient à
chaque instant arriver à Trémentine. On ne pouvait pas trouver de boeufs
pour conduire ma pauvre vieille tante en voiture; je ne l'attendis pas;
j'étais mourante de frayeur; je montai à cheval; je pris ma fille dans
mes bras, et je partis avec ma mère. Nous nous arrêtâmes à Chemillé;
ma tante nous y rejoignit. A peine était-elle arrivée, qu'on nous fit
repartir pour aller plus loin; nous nous remîmes en route; je mis ma
fille dans la voiture. Un instant après on se mit à crier: «Voilà les
bleus! à la déroute!» La frayeur me saisit; je pris le galop; et comme
la route était embarrassée de voitures, je montai sur un petit sentier
qui était élevé de deux pieds au-dessus du chemin; mais ce sentier
allait toujours s'élevant au-dessus du vallon; alors je fis sauter mon
cheval entre les charrettes, et je grimpai de l'autre côté de la route,
dans un champ, pour pouvoir gagner la tête de la colonne. Un instant
après la raison me revint, et je rejoignis ma famille. Il n'y avait eu
aucun danger réel: c'étaient des canonniers vendéens qui, pour faire
déblayer les rues de Chemillé, pleines de femmes et de charrettes, et
faire passer leurs pièces, avaient imaginé de donner cette alarme. Nous
continuâmes à marcher; mais nous nous égarions sans cesse dans ces
chemins de traverse; et au lieu d'arriver à Beaupréau, nous nous
trouvâmes à la nuit dans le village de Beausse, à une lieue et demie de
la Loire, en face de Mont-Jean; nous nous jetâmes sur des lits dans
une chambre pleine de soldats qui allaient rejoindre l'armée de M. de
Bonchamps.

A trois heures du matin, le 17 octobre, nous fûmes réveillés par le
bruit du canon; on l'entendait à la fois du côté de Saint-Florent et
du côté de Mont-Jean, le long de la Loire. On se leva pour aller à la
grand'messe que le curé devait célébrer dans la nuit, pour que les
paysans eussent le temps de rejoindre l'armée: nous y allâmes; l'église
était pleine. Le prêtre, qui était un bon vieillard d'une figure
respectable, exhorta les soldats de la manière la plus touchante; il
les engagea à aller courageusement défendre leur Dieu, leur roi, leurs
femmes et leurs enfans que l'on massacrait. Les coups de canon se
faisaient entendre par intervalle pendant son discours; ce bruit, notre
position, l'incertitude où nous étions sur le sort de l'armée et
des personnes qui nous étaient chères, l'obscurité de la nuit, tout
contribuait à faire sur chacun une impression lugubre et affreuse. Le
prêtre finit par donner l'absolution aux pauvres gens qui allaient se
battre.

Après la messe, je voulus me confesser. On avait dit au prêtre que M.
de Lescure était mort, et qu'on était embarrassé pour m'annoncer cet
horrible malheur: on le pria de m'y préparer. Ce vieil ecclésiastique me
parla avec une bonté ingénieuse, évitant de porter de trop rudes coups.
Il me fit un grand éloge de M. de Lescure et de sa piété; il me dit que
je devais bien de la reconnaissance à Dieu pour m'avoir donné un tel
mari; que cela m'imposait de grands devoirs; que je ne devais pas me
contenter de remplir les obligations d'une simple chrétienne; que madame
de Lescure était appelée à une plus grande sainteté; que Dieu me ferait
sans doute la grâce de m'éprouver par de grands malheurs; que je
devais me résigner, et ne songer qu'au ciel et à la récompense qui m'y
attendait. Sa voix s'élevait et devenait comme prophétique: toute
glacée d'effroi, je le regardais, ne sachant que croire, et, pendant ce
temps-là, le bruit du canon redoublait; les coups se multipliaient et
semblaient s'approcher de nous. Il fallut sortir de l'église: je faillis
tomber évanouie; on me mit à cheval; nous continuâmes à fuir sans trop
savoir où nous trouverions un refuge. A une lieue de Beausse, l'abbé
Jagault trouva des personnes qui lui annoncèrent que M. de Lescure,
blessé, était à Chaudron. J'appris alors ce qu'on avait cru et ce qu'on
m'avait caché. Nous n'étions pas éloignés de Chaudron; j'y courus.
Je trouvai M. de Lescure dans un état affreux: sa tête était toute
fracassée; son visage était prodigieusement enflé; il pouvait à peine
parler. Mon arrivée le soulagea d'une horrible inquiétude; il avait
envoyé trois courriers qui n'avaient pu me rencontrer, ni savoir de
mes nouvelles: il s'imaginait que j'étais tombée entre les mains des
républicains. Le village de Chaudron était rempli de fugitifs et de
blessés: je retrouvai là M. Durivault.

La blessure de M. de Lescure, et le retard de l'arrivée de l'armée de
Bonchamps, avaient dans le moment ralenti l'ardeur de nos soldats et
même de nos officiers, et l'affaire de la Tremblaye fut plutôt une
retraite qu'une défaite. Les Vendéens étaient rentrés à Chollet, et
de-là ils avaient, pendant la nuit, marché vers Beaupréau pour s'y
rallier. Quelques chefs, entre autres M. de La Rochejaquelein, voulaient
qu'on défendît Chollet dont la position était bonne; mais on ne put y
retenir les soldats; on y laissa de la cavalerie et quelques petites
pièces de canon. Le 16 au matin, ces détachemens firent semblant de se
défendre pendant quelques momens, pour laisser à l'armée le temps de
se rallier à Beaupréau: c'était la cause des coups de canon que nous
entendions de Trémentine; et lorsque je vis M. de Pérault, il quittait
Chollet pour aller rejoindre l'armée. Les républicains entrèrent avec de
grandes précautions à Chollet, et n'avancèrent pas davantage ce jour-là.

Les généraux vendéens, assemblés à Beaupréau, résolurent de tenter un
dernier effort pour chasser les républicains. On pouvait encore espérer
le succès; l'armée était nombreuse et les soldats animés par la
vengeance et la nécessité de vaincre. Cependant M. de Bonchamps,
prévoyant qu'on pouvait être battu, et, dans ce cas, qu'il fallait avoir
une retraite, proposa de détacher un petit nombre d'hommes pour aller
surprendre Varades, sur la rive droite de la Loire, afin de passer le
fleuve en cas de défaite. Il avait toujours pensé qu'il y aurait de
grands avantages à faire la guerre sur la rive droite; il connaissait
la Bretagne; il était sûr qu'elle se joindrait aux Vendéens, et cette
opération ne lui paraissait pas aussi fâcheuse qu'aux autres chefs du
pays. S'il eût vécu, et qu'il eût pris le commandement de l'armée, les
insurgés auraient peut-être tiré un grand parti d'un événement qui
fit leur perte. Il mourut sans que personne connût ses projets, ses
relations, ni la direction qu'il comptait prendre; et cette entreprise
de Varades fit un mal sensible; elle éloigna de l'armée des officiers
qui eussent été bien utiles en un jour décisif; elle montra aux soldats
que l'on ne comptait pas absolument sur le gain de la bataille, et leur
fit entrevoir un moyen de retraite. Beaucoup de chefs ont pensé qu'il
aurait mieux valu, même après la défaite, ne point quitter la rive
gauche. On aurait pu reformer une armée nombreuse, car la plupart des
Poitevins n'avaient pu encore rejoindre, et se trouvaient dispersés
derrière les républicains; on aurait aussi fini par déterminer M. de
Charette à faire une diversion.

MM. de Talmont, d'Autichamp et Duhoux furent donc envoyés, à la tête de
quatre mille Bretons ou Angevins, presque tous de la rive droite, pour
passer la Loire à Saint-Florent et occuper Varades. Les coups de canon
que nous entendions à Beausse provenaient de cette attaque; ceux que
nous entendions en même temps du côté de Mont-Jean venaient d'une
tentative que les bleus y avaient faite; ils se rembarquèrent, voyant
que nous attaquions Varades.

Le 17 au matin, MM. d'Elbée, de Bonchamps, de La Rochejaquelein, de
Royrand, mon père et tous les autres chefs marchèrent sur Chollet à
la tête de quarante mille hommes. Les républicains avaient fait leur
jonction avec les divisions de Bressuire: ils étaient quarante-cinq
mille. Ce fut sur la lande en avant de Chollet, du côté de Beaupréau,
que les armées se rencontrèrent. M. de La Rochejaquelein et Stofflet
entamèrent l'attaque avec fureur; pour la première fois, les Vendéens
marchaient en colonne serrée comme la troupe de ligne; ils enfoncèrent
le centre de l'ennemi, le culbutèrent jusque dans les faubourgs de
Chollet, et furent un instant maîtres du grand parc de leur artillerie.
Le général Beaupuy, qui commandait les républicains, venait d'être
abattu de son cheval pour la seconde fois, en tâchant de rallier ses
soldats: peu s'en fallut qu'il ne fût pris; la déroute se mettait
parmi les bleus, lorsqu'arriva la réserve des Mayençais: les Vendéens
soutinrent leur premier choc et les repoussèrent; ils recommencèrent
d'autres charges qui eurent plus de succès. Nos gens plièrent, et le
désordre se mit parmi eux; alors tous les chefs firent des prodiges de
valeur pour les rallier; ils en ramenèrent quelques-uns, et on se battit
en furieux, faisant acheter bien cher la victoire. MM. d'Elbée et de
Bonchamps furent mortellement blessés, et enfin la déroute devint
complète. Cependant M. de Piron arriva avec une grande partie de la
division de M. de Lyrot, et protégea un peu la fuite des Vendéens;
on put relever les blessés; d'ailleurs les républicains avaient tant
souffert, qu'ils ne songèrent pas à poursuivre; ils rentrèrent à
Chollet, mirent le feu à la ville, et se livrèrent, pendant toute la
nuit, à leurs horreurs accoutumées.

MM. de Bonchamps et d'Elbée furent transportés d'abord à Beaupréau: M.
d'Elbée y demeura; M. de Bonchamps fut porté ensuite à Saint-Florent où
se rassemblaient tous les débris des armées de la Vendée. On laissa une
arrière-garde à Beaupréau: elle fit peu de défense. Westermann s'empara,
le 18, de la ville; il la brûla, ainsi que les villages voisins; mais il
n'avança pas au-delà.



                             CHAPITRE XIV.

Passage de la Loire.--Marche par Ingrande, Candé, Château-Gonthier et
Laval.


Je n'ai pu retrouver dans ma mémoire les récits que je vais faire;
j'avais trop de douleur pour voir distinctement ce qui se passait autour
de moi; on m'a raconté depuis des détails qui étaient confus dans mon
souvenir.

MM. de Talmont et d'Autichamp avaient réussi dans leur entreprise sur
Varades; ils en avaient chassé les bleus, et le passage de la Loire
était assuré. Dès le 17, une foule de soldats s'étaient enfuis, sans
s'arrêter, jusqu'à Saint-Florent; pendant toute la nuit, les Vendéens
s'étaient portés sur ce point; nos soldats bretons et les gens de la
rive droite avaient amené quelques bateaux; ils appelaient les fugitifs,
disant: «Venez, nos amis, venez dans notre pays; vous ne manquerez de
rien, nous vous secourrons; nous sommes tous aristocrates.» Les Vendéens
se précipitaient en foule dans les barques.

Ainsi, lorsque le 18 au matin les officiers arrivèrent, le passage était
commencé. Nous avions quitté Chaudron pendant la nuit; on portait M.
de Lescure dans un lit qu'on avait couvert du mieux qu'il avait été
possible: il souffrait horriblement. Je voyageais à côté de lui; j'étais
grosse de trois mois: tant de douleur et d'inquiétude rendaient mon état
affreux. Nous parvînmes de bonne heure à Saint-Florent; et alors parut
à mes yeux le spectacle le plus grand et le plus triste qu'on puisse
imaginer; spectacle qui ne sortira jamais de la mémoire des malheureux
Vendéens.

Les hauteurs de Saint-Florent forment une sorte d'enceinte
demi-circulaire, au bas de laquelle règne une vaste plage unie qui
s'étend jusqu'à la Loire, fort large en cet endroit; quatre-vingt mille
personnes se pressaient dans cette vallée; soldats, femmes, enfans,
vieillards, blessés, tous étaient pêle-mêle, fuyant le meurtre et
l'incendie; derrière eux, ils apercevaient la fumée s'élever des
villages que brûlaient les républicains; on n'entendait que des pleurs,
des gémissemens et des cris. Dans cette foule confuse, chacun cherchait
à retrouver ses parens, ses amis, ses défenseurs; on ne savait quel sort
on allait rencontrer sur l'autre rive; cependant on s'empressait pour y
passer, comme si au-delà du fleuve on avait dû trouver la fin de tous
les maux. Une vingtaine de mauvaises barques portaient successivement
les fugitifs qui s'y entassaient, d'autres cherchaient à traverser sur
des chevaux: tous tendaient les bras vers l'autre bord, suppliant
qu'on vînt les chercher. Au loin, du côté opposé, on voyait une autre
multitude dont on entendait le bruit plus sourd; enfin au milieu était
une petite île couverte de monde. Beaucoup d'entre nous comparaient
ce désordre, ce désespoir, cette terrible incertitude de l'avenir, ce
spectacle immense, cette foule égarée, cette vallée, ce fleuve qu'il
fallait traverser, aux images que l'on se fait du redoutable jour du
jugement dernier.

Quand les officiers poitevins virent cet empressement à quitter la rive
gauche, et le passage de la Loire devenu nécessaire par ce mouvement
désordonné de toute l'armée, ils se livrèrent au désespoir. M. de La
Rochejaquelein était comme un furieux; il voulait rester sur le rivage,
et s'y faire tuer par les bleus: on lui représentait vainement qu'il
fallait céder au torrent; que jamais on ne pourrait ranimer le courage
des soldats, et les ramener au combat; que c'était là le seul moyen de
sauver tout ce peuple; il n'écoutait rien. Il vint avec un grand nombre
d'officiers trouver M. de Lescure qu'on avait retiré dans une maison
à Saint-Florent, et il lui raconta, en pleurant de rage, ce qui se
passait. M. de Lescure se ranima pour protester qu'il voulait aussi
mourir, se faire achever dans la Vendée; mais on lui représenta son
état: il ne pouvait pas se soutenir; on lui dépeignit la situation de
l'armée dont une partie avait déjà passé, et que certainement on ne
pourrait engager à revenir; on lui parla de cette foule de blessés, de
femmes, d'enfans, de vieillards, de l'armée républicaine victorieuse qui
s'avançait de moment en moment, et des flammes qui se rapprochaient de
plus en plus; on lui fit observer qu'il n'y avait plus de munitions ni
aucun moyen de défense. Enfin il se rendit: il vit que se maintenir
était un effort au-dessus du génie et des forces humaines; il consentit
à être porté sur l'autre bord.

Un petit nombre d'officiers qui avaient ou qui croyaient avoir de
l'influence sur la rive droite, furent les seuls qui virent sans douleur
ce passage de la Loire. M. de Bonchamps, qui l'avait conseillé et
préparé, était sans connaissance: il expirait.

On avait amené à Saint-Florent, cinq mille prisonniers républicains. M.
Cesbrons d'Argogries, vieux chevalier de Saint-Louis et commandant de
Chollet, les avait conduits: c'était un homme fort dur; il en avait fait
fusiller en route neuf, qui avaient cherché à s'échapper. Cependant on
ne pouvait pas les traîner plus loin, ni leur faire passer la rivière;
les officiers délibérèrent sur le sort de ces prisonniers. J'étais
présente; M. de Lescure était couché sur un matelas et je le soignais:
chacun fut d'avis, dans le premier mouvement, de les faire fusiller
sur-le-champ. M. de Lescure me dit, d'une voix affaiblie et qui ne fut
point entendue: C'est une horreur! Mais quand il fallut aller donner
l'ordre et faire exécuter ces malheureux, personne ne voulut s'en
charger: l'un disait que cette affreuse boucherie était au-dessus de
ses forces; l'autre, qu'il ne voulait pas faire office de bourreau;
quelques-uns ajoutaient qu'il y avait de l'atrocité à exercer des
représailles sur de pauvres gens qui, prisonniers depuis quatre mois,
n'étaient pour rien dans les crimes des républicains: on disait aussi
que ce serait autoriser les massacres des bleus; que leur cruauté en
redoublerait, et qu'ils ne laisseraient pas une seule créature vivante
sur la rive gauche; enfin il fut décidé qu'on leur rendrait la
liberté. Depuis, quelques-uns ont trouvé le moyen de témoigner leur
reconnaissance en sauvant madame de Bonchamps à Nantes; ils ont signé un
certificat qui attestait que M. de Bonchamps, d'après la sollicitation
de sa femme, avait obtenu leur grâce de l'armée vendéenne. Madame de
Bonchamps n'a pas pu revoir son mari; on lui avait caché l'état où
il était. A la vérité, les prisonniers devaient avoir pour elle une
reconnaissance particulière; elle avait rencontré sur la place le vieux
M. d'Argognes, qui échauffait les soldats pour faire massacrer les
prisonniers; et par ses reproches, elle l'avait forcé à se retirer[15].

[Note 15: On voit dans la Vie de M. de Bonchamps, qui a paru après
mes Mémoires, une quantité de certificats qui assurent que ce général,
ayant appris sur son lit de mort que les prisonniers risquaient d'être
massacrés par une émeute, avait fait crier grâce en son nom. Je l'avais
ignoré; ce qui est simple, au milieu de l'affreux désordre de notre
armée dans ce moment.]

Nous nous préparâmes à passer sur l'autre bord; on enveloppa M. de
Lescure dans des couvertures, et on le posa sur un fauteuil de paille,
garni d'une espèce de matelas. Nous descendîmes de Saint-Florent sur la
plage, au milieu de la foule: beaucoup d'officiers nous accompagnaient;
ils tirèrent leurs sabres, se mirent en cercle autour de nous, et nous
arrivâmes au bord de l'eau. Nous trouvâmes la vieille madame de Meynard,
qui s'était cassé la jambe en arrivant à Saint-Florent; sa fille était
auprès d'elle, et me pria de les recevoir dans notre bateau. On embarqua
M. de Lescure; M. Durivault, ma petite fille, mon père et moi, ainsi que
nos domestiques, nous montâmes dans la barque. Le brancard de madame de
Meynard ne pouvant y tenir, sa fille ne voulut pas la quitter: elles
restèrent toutes deux. Nous ne trouvions plus ma mère; elle était à
cheval et avait passé à gué, jusque dans la petite île qui était non
loin de la rive gauche: elle courut de fort grands risques, et nous
causa d'affreuses inquiétudes pendant long-temps; car nous ne la revîmes
qu'à Varades.

Quand nous fûmes embarqués, mon père dit au matelot qui nous conduisait,
de faire le tour de la petite île et d'aller à Varades sans s'arrêter,
pour éviter à M. de Lescure la souffrance d'être débarqué et rembarqué
une fois de plus: cet homme s'y refusa absolument; ni prières, ni
menaces ne purent le décider; mon père s'emporta et tira son sabre:
«Hélas! Monsieur, lui dit le matelot, je suis un pauvre prêtre; je me
suis mis par charité à passer les Vendéens; voilà huit heures que je
conduis cette barque; je suis accablé de fatigue, et je ne suis pas
habile dans ce métier: je courrais risque de vous noyer si je voulais
traverser le grand bras de la rivière.» Il fallut donc descendre dans
l'île au milieu du désordre; nous trouvâmes un bateau, et nous arrivâmes
de l'autre côté.

Il y avait sur la plage une multitude de Vendéens assis sur l'herbe;
chacun, pour aller plus loin, attendait que ses amis eussent passé. Mon
père se mit à la recherche de ma mère. J'envoyai chercher du lait pour
ma fille dans un petit hameau tout brûlé qui était au bord delà Loire.

Varades est à un quart de lieue, sur le penchant d'un coteau; M. de
Lescure était impatient d'y arriver; le temps était serein, mais le vent
était froid. On passa deux piques sous le fauteuil, et les soldats se
mirent à le porter; ma femme de chambre et moi, nous soutenions ses
pieds enveloppés dans des serviettes; M. Durivault nous suivait avec
peine.

Nous avancions dans la plaine, lorsqu'un jeune homme à cheval passa près
de nous, et s'arrêta un instant: c'était M. d'Autichamp; je ne l'avais
pas vu depuis Paris. Il nous dit qu'il allait rassembler trois mille
hommes pour attaquer Ancenis et assurer un gué pour notre artillerie; il
chercha à calmer un peu le désespoir où il me voyait.

Un instant après, j'entendis que dans Varades on criait _aux armes;_ et
bientôt le bruit des tambours et de la mousqueterie commença: jamais je
ne m'étais trouvée si près d'un combat, et encore dans quel moment nous
attaquait-on! Je m'arrêtai tout effrayée: les coups de fusil ranimèrent
M. de Lescure qui était presque sans connaissance; il demanda ce que
c'était; je le suppliai de se laisser porter dans un bois voisin; il me
répondit que les bleus lui rendraient service en l'achevant, et que
les balles lui feraient moins de mal que le froid et le vent. Je ne
l'écoutai point; on le porta dans le bois: ma fille m'y rejoignit.
Beaucoup de personnes s'y réfugièrent.

Au bout d'une heure, nous sûmes que tout était tranquille; un
détachement de hussards s'était présenté devant Varades sans savoir
qu'il était occupé, et s'était retiré en toute hâte. Nous continuâmes
notre route et nous arrivâmes dans le bourg; comme j'y entrais, un
paysan que je ne connaissais pas vint à moi, et me serrant la main, me
dit: «Nous avons quitté notre pays; nous voilà à présent tous frères et
soeurs; nous ne nous quitterons pas: je vous défendrai jusqu'à la mort,
et nous périrons ensemble.» On me donna une petite chambre pour M. de
Lescure; mon père, ma mère et ma tante vinrent nous joindre. La maison,
comme toutes celles de Varades, était remplie de fugitifs qui ne
savaient que devenir; beaucoup souffraient de la faim; mais la plupart
de ces braves gens étaient si éloignés de se porter au désordre, que
dans notre maison il y en eut qui ne voulurent pas prendre des pommes de
terre dans le jardin, comme je le leur conseillais, avant que le maître
du logis le leur eût permis.

M. d'Autichamp trouva les Vendéens maîtres d'Ancenis. L'armée de M.
de Lyrot, après avoir passé la rivière à gué en face de cette ville,
l'avait courageusement attaquée et emportée. Ce fut là qu'on fît passer
les canons et les caissons; on emmena aussi des bestiaux.

Le passage s'acheva pendant la nuit. On se coucha sur des matelas, sur
de la paille, le plus grand nombre dehors.

M. de Bonchamps était mort lorsqu'on l'avait descendu de la barque
sur la plage: il fut enseveli le lendemain. Quelques jours après, les
républicains l'exhumèrent pour lui trancher la tête et l'envoyer à la
Convention. On ne savait ce qu'était devenu M. d'Elbée; l'armée était
sans général en chef. M. de Lescure envoya chercher les principaux
officiers des diverses divisions, et leur dit qu'il fallait élire un
chef; on lui répondit que c'était évidemment lui qui était général, et
qu'il commanderait quand il serait rétabli. «Messieurs, leur dit-il, je
suis blessé mortellement; et même, si je dois vivre, ce que je ne crois
pas, je serai long-temps hors d'état de servir. Il est nécessaire que
l'armée ait sur-le-champ un chef actif, aimé de tout le monde, connu des
paysans, ayant la confiance de tous, c'est le seul moyen de nous sauver.
M. de La Rochejaquelein est le seul qui se soit fait connaître des
soldats de toutes les divisions; M. de Donnissan, mon beau-père, n'est
pas du pays; on ne le suivrait pas si volontiers; de plus, il ne s'en
soucie pas. Le choix que je propose ranimera le courage des Vendéens; je
vous conseille et vous prie de nommer M. de La Rochejaquelein. Quant à
moi, si je vis, vous savez que je n'aurai pas de querelle avec Henri: je
serai son aide-de-camp.»

Ces messieurs se retirèrent et formèrent un conseil de guerre où fut élu
M. de La Rochejaquelein. On voulut nommer un général en second; M. de La
Rochejaquelein répondit que c'était lui qui l'était; qu'il prendrait les
avis de M. de Donnissan, et qu'il le regardait comme son supérieur.

M. de La Rochejaquelein, loin de désirer cet honneur, le craignait
beaucoup, et de bonne foi en fut très-affligé. Il avait représenté qu'à
vingt-un ans, il n'avait ni assez d'expérience, ni assez d'âge pour
en imposer: c'était là en effet son seul défaut. Au combat, sa valeur
subjuguait, animait toute l'armée, et on lui obéissait aveuglément; mais
il négligeait le conseil: n'attachant pas assez, d'importance à son
propre avis, il le disait sans le soutenir, et, par trop de modestie,
laissait gouverner l'armée par d'autres. Quand il ne pensait pas comme
eux, il disait aux officiers de ses amis: «Ils n'ont pas le sens commun;
mais quand viendra le combat, ce sera à notre tour à commander, et l'on
nous obéira.» Malgré cet inconvénient, on ne pouvait choisir que lui
pour gênerai. Les paysans aimaient tant à le suivre, il leur inspirait
tellement tout son courage et toute son activité, il avait si bien ce
qu'il faut pour entraîner une armée sur ses pas, qu'il n'eût pas été
raisonnable de penser à d'autres. Mon père ne désirait pas la charge
difficile de conduire une foule de paysans qui ne le connaissaient
point, et qui d'ailleurs aimaient mieux être conduits par des jeunes
gens que par des chefs âgés.

M. de La Rochejaquelein fut donc proclamé général, aux acclamations de
tous les Vendéens. M. de Lescure, qui les entendait, me pria d'aller
chercher Henri: il s'était caché dans un coin, et pleurait à chaudes
larmes. Je l'amenai: il se jeta au cou de M. de Lescure, répéta qu'il
n'était pas digne d'être général, qu'il ne savait que se battre, qu'il
était beaucoup trop jeune, et qu'il ne saurait jamais imposer silence
aux personnes qui viendraient traverser ses desseins. Il supplia M. de
Lescure de reprendre le commandement dès qu'il serait guéri. «Je ne
l'espère pas, lui répondit-il; mais si cela arrive, je serai ton
aide-de-camp; je t'aiderai à vaincre cette timidité qui t'empêche de te
livrer à la force de ton caractère et d'imposer silence aux brouillons
et aux ambitieux.»

On rassembla ensuite un conseil pour délibérer sur la marche de l'armée.
M. de Lescure fut d'avis de marcher sur Nantes. Il pensait qu'une
brusque attaque sur cette ville dont la garnison était entrée dans la
Vendée, pourrait avoir un heureux succès; outre l'importance de la
position, c'était un moyen de rentrer dans notre pays et de concerter
les opérations avec l'armée de M. de Charette. On n'avait pas de ses
nouvelles; mais il paraissait probable que notre perte avait dû le
sauver, en attirant l'ennemi sur nous. On parla aussi de marcher sur
Rennes: on était assuré que la Bretagne était prête à se révolter;
moins d'obstacles devaient nous arrêter sur cette route. Les paysans se
souvenaient de leur défaite sous les murs de Nantes, et cela pouvait les
décourager. Il fut décidé qu'on se dirigerait sur Rennes. Le chevalier
de Beauvolliers fut envoyé sur-le-champ avec une petite avant-garde pour
occuper Ingrande. Après le conseil, M. de Lescure, à qui l'occupation de
tant de choses importantes avait rendu une sorte de force, retomba dans
une espèce d'anéantissement d'autant plus grand, que son esprit avait
été plus tendu. Vers le soir, les prisonniers que nous avions laissés
libres à Saint-Florent, ramassèrent quelques canons, et tirèrent à toute
volée sur Varades: on leur riposta; mais il n'y eut pas de mal de part
ni d'autre.

L'armée devait, le lendemain, se rendre à Ingrande; on décida que M. de
Lescure partirait dès le soir. Un jeune homme des environs avait offert
de le cacher, ainsi que ma mère, ma tante et moi; il répondait de la
sûreté de l'asile qu'il nous donnait. M. de Lescure ne voulut pas
entendre parler de quitter l'armée. Je fus tentée de profiter de cette
offre pour ma fille; mais la crainte qu'on ne la portât aux enfans
trouvés, l'espérance qu'elle continuerait à se bien porter, me
décidèrent à la garder. On ne pouvait se résoudre à se séparer de ce
qu'on aimait; on éprouvait le besoin de courir les mêmes dangers et
d'avoir un sort commun.

Nous partîmes sur le soir: on ne put pas trouver de voiture pour M. de
Lescure; on le plaça dans une charrette dont les mouvemens trop durs le
faisaient souffrir si horriblement qu'il poussait des cris de douleur.
Quand il arriva à Ingrande, il était presque sans connaissance: nous
nous arrêtâmes dans la première maison; on donna un mauvais lit à M. de
Lescure; je couchai sur du foin, et nous eûmes à peine de quoi souper.
Il y avait un tel désordre, qu'on fut obligé de battre la caisse pour se
procurer un chirurgien qui vînt le panser. Le chevalier de Beauvolliers
vint nous voir; il avait appris, dans les lettres qu'il avait prises à
la poste, que Noirmoutier venait d'être surpris par M. de Charette. Le
lendemain matin, le gros de l'armée arriva et continua sa marche sur
Candé et Segré. Nous ne savions comment emporter M. de Lescure; il ne
pouvait supporter le mouvement de la charrette; la calèche où voyageait
ma tante était trop petite; j'allai dans le bourg avec MM. de Beaugé
et de Mondyon; nous fîmes faire une sorte de brancard avec un vieux
fauteuil; on mit des cerceaux par-dessus et l'on ajusta des draps pour
garantir de l'air le malheureux blessé. Je me décidai à aller à pied,
auprès du brancard, avec ma femme de chambre Agathe, et quelques-uns de
mes gens; ma mère, ma tante et ma fille étaient parties devant. On se
réunissait et l'on marchait par famille et par société d'amis; chacun
avait des protecteurs et des défenseurs parmi les officiers et les
soldats; on tâchait de ne pas se quitter. Les combattans, après avoir
fait leur devoir, songeaient à préparer des logemens et des vivres aux
femmes, aux enfans, aux vieillards, aux prêtres et aux blessés qui
s'étaient ainsi attachés à eux.

Nous nous mîmes en marche. M. de Lescure jetait des cris de souffrance
qui me déchiraient; j'étais accablée de fatigue et de malaise; mes
bottes me blessaient les pieds. Au bout d'une demi-heure, je priai Forêt
de me prêter son cheval; on l'avait chargé de commander l'escorte qui
gardait M. de Lescure; nous voyagions entre deux files de cavalerie, et
un assez gros corps d'infanterie était derrière nous.

Un moment après, M, de Beauvolliers arriva avec une berline qu'il était
parvenu à trouver; on avait démonté et brisé un canon pour avoir des
chevaux. On arrangea des matelas dans la berline, et nous portâmes le
blessé dans cette espèce de lit; M. Durivault se mit aussi dans la
voiture; Agathe se plaça auprès de M. de Lescure pour lui soutenir la
tête: la moindre secousse lui arrachait des gémissemens; il ressentait
de temps en temps les douleurs les plus aiguës. Un rhume assez fort
ajoutait beaucoup à son mal. Quelquefois l'humeur coulait de sa plaie
à gouttes pressées; alors il éprouvait quelque soulagement, et l'on
profitait de ces momens pour avancer; puis on s'arrêtait quand les
souffrances recommençaient; l'arrière-garde nous rejoignait et attendait
que la voiture reprît sa marche. M. de Lescure était comme mourant; il
semblait n'avoir que le sentiment de la douleur: son caractère était
changé; au lieu de ce sang-froid inaltérable, de cette angélique
douceur, il éprouvait des impatiences continuelles et s'emportait
souvent avec une sorte de violence. Agathe était adroite et patiente
dans les soins qu'elle avait de lui; ma vue basse et mon émotion trop
forte m'empêchaient de lui rendre les mêmes services.

Nous avancions sur Candé. A une lieue environ de cette ville, nous
entendîmes un bruit qui nous fit croire que l'on s'y battait. Nous
étions alors presque seuls sur la route; j'étais à cheval; nous avions
devancé l'avant-garde; un instant après j'entendis crier: Voilà les
hussards! Ma raison s'égara; mon premier mouvement fut de fuir; dans
le même clin-d'oil, je songeai que j'étais auprès de M. de Lescure; me
défiant de mon courage, craignant que l'approche des hussards ne me
frappât d'une terreur involontaire et invincible, j'entrai vite dans la
voiture sans en dire la raison, pour qu'il me devînt impossible de ne
pas périr avec mon mari. Les eris et le tumulte l'avaient rappelé à lui;
il s'était mis sur son séant, s'avançait par la portière, appelait les
cavaliers, demandait qu'on lui donnât un fusil; il voulait qu'on
le descendît à terre et qu'on le soutînt; il n'écoutait pas mes
représentations, et sa faiblesse seule l'empêchait de sortir de la
voiture. Plusieurs cavaliers arrivèrent au galop; il les appelait par
leur nom et les excitait à combattre; mais il n'y avait pas un seul
officier; ils étaient tous en avant; enfin il aperçut Forêt: «Te voilà!
lui dit-il; à présent je suis plus tranquille; il y a-quelqu'un pour
commander.» En effet il se calma, se mit à vanter la bravoure de Forêt,
et à s'indigner de la poltronerie de M. de S***, qu'il avait entrevu se
cacher derrière la voiture.

Cette alarme était mal fondée: les hussards qu'on avait aperçus
n'étaient qu'au nombre de trois, et s'enfuyaient de Candé en toute hâte.
Nous arrivâmes vers le soir dans cette petite ville: on s'en était
emparé après un léger combat où M. Després de la Châtaigneraie avait été
grièvement blessé. Nous y fûmes assez bien; il s'y trouva des vivres.
Ces paysans vinrent encore me prier de demander au maître du logis la
permission d'arracher des pommes de terre dans son jardin; ils étaient
moins discrets pour les tas de pommes à cidre qui, en automne, sont
placés devant les portes de presque toutes les maisons en Bretagne.
La faim les faisait se jeter avec avidité sur cette nourriture qu'ils
trouvaient sous leurs mains: ce fut la cause de beaucoup de maladies et
d'une dyssenterie qui ravagea l'armée.

Le lendemain, de bonne heure, on se remit en route pour Segré et
Château-Gontier. Une dame de Candé avait proposé de cacher M. de Lescure
et sa famille; nous avions refusé cette offre, de même qu'à Varades.

C'était un singulier spectacle que cette marche de l'armée vendéenne:
on formait une avant-garde assez nombreuse, et on lui donnait quelques
canons; la foule venait après, sans aucun ordre, et remplissait tout le
chemin. On voyait là l'artillerie, les bagages, les femmes portant leurs
enfans, des vieillards soutenus par leurs fils, des blessés qui
se traînaient à peine, des soldats rassemblés pêle-mêle. Il était
impossible d'empêcher cette confusion; les commandans y perdaient tous
leurs soins. Souvent, traversant cette foule la nuit à cheval, j'ai été
obligée, pour me faire un passage, de nager pour ainsi dire, entre
les baïonnettes, les écartant de chaque main, et ne pouvant me faire
entendre pour prier que l'on me fit place. L'arrière-garde venait
ensuite: elle était spécialement chargée de garder M. de Lescure.

Cette triste procession occupait presque toujours quatre lieues de
longueur: c'était offrir une grande prise à l'ennemi; il aurait pu sans
cesse profiter du vice d'une pareille disposition. Les hussards auraient
pu facilement nous charger et massacrer le centre de la colonne; rien
ne protégeait les flancs de l'armée vendéenne; nous n'avions pas douze
cents hommes de cavalerie; il n'y avait d'autres éclaireurs que les
pauvres gens qui s'écartaient dans les villages à droite et à gauche
pour avoir du pain. Ce qui a préservé long-temps notre armée de la
destruction, c'est la faute qu'ont faite toujours les républicains
d'attaquer la tête ou la queue de la colonne.

Il y a neuf lieues de Candé à Château-Gonthier. Nous traversâmes Segré
où les paysans, suivant leur goût invariable, brûlèrent les papiers des
administrations et les arbres de la liberté. Après une forte journée
où la pluie nous avait très-incommodés, nous arrivâmes fort tard à
Château-Gonthier, que les républicains avaient essayé de défendre un
instant.

J'étais accablée de fatigue et de faim: j'étais partie sans déjeuner. En
route, j'avais donné mon pain à des blessés; dans tout le jour, jusqu'à
minuit, je n'avais mangé que deux pommes. Bien des fois, pendant ce
voyage, j'ai souffert de la faim. Les douleurs physiques venaient sans
cesse s'ajouter aux peines de l'ame.

On apprit à Château-Gonthier que les bleus, rentrés à Candé, avaient
massacré quelques malheureux blessés que nous avions été forcés
d'abandonner, ne pouvant les transporter. Depuis, ils eurent constamment
cette cruauté, chaque fois qu'ils trouvèrent nos blessés. Cette horrible
manière de faire la guerre excita au ressentiment. M. de Marigny fit
saisir dans une cave le juge de paix de Château-Gonthier, qui s'y était
caché, et qu'on lui avait dénoncé comme un républicain exalté et féroce:
il le tua de sa main sur la place publique, et fit quelques autres
exécutions semblables. Dans la suite de la route, M. de Marigny continua
quelquefois à se montrer cruel; aucun officier ne l'imitait, mais on
ne s'opposait plus à ses vengeances. C'est ainsi que la guerre civile
dénature le caractère! M. de Marigny, un des hommes les plus doux et les
meilleurs que j'aie connus, était devenu sanguinaire.

On fit aussi à Château-Gonthier un premier exemple de discipline. Un
soldat allemand avait voulu prendre l'argent d'une femme, et lui avait
donné un coup de sabre: il fut fusillé. Les Allemands se livrèrent à
beaucoup de désordres dans cette expédition; mais ils furent toujours
punis sévèrement, dès qu'on fut instruit de leurs délits. Le pillage ne
fut jamais permis; cependant on doit bien penser que la police d'une
pareille armée ne pouvait être très-stricte. Nous n'avions ni magasins,
ni convois, ni vivres; nulle part on ne trouvait de préparatifs pour
nous recevoir. Nous voyant passer sans nous arrêter, les habitans, même
les plus disposés en notre faveur, n'osaient s'employer pour nous, dans
la crainte d'être le lendemain en butte aux vengeances des républicains.
On était donc réduit à exiger les vivres; mais jamais on n'a mis une
contribution ni autorisé le pillage. On permit, par nécessité, aux
soldats de se faire donner du linge blanc et des vêtemens en échange de
ceux qu'ils portaient Il m'est arrivé quelquefois d'être réduite à en
agir ainsi, et à prier mes hôtes de me céder quelques hardes grossières,
mais propres.

Nous passâmes douze heures à Château-Gonthier; puis l'on partit pour
Laval. M. le chevalier Duhoux fut chargé de commander l'arrière-garde,
et vint prendre les ordres de M. de Lescure pour l'heure du départ.

Quinze mille gardes nationaux s'étaient rassemblés pour défendre Laval;
mais ils firent une faible résistance, et prirent la fuite. On perdit
dans ce combat deux officiers qui furent fort regrettés: M. de
la Guérivière et le garde-chasse de M. de Bonchamps. M. de La
Rochejaquelein courut un assez grand danger. Depuis le combat de
Martigné où il avait été blessé, il portait toujours le bras droit en
écharpe; il n'en était pas moins actif ni moins hardi. En poursuivant
les bleus devant Laval, il se trouva seul, dans un chemin creux, aux
prises avec un fantassin; il le saisit au collet de la main gauche, et
gouverna si bien son cheval avec les jambes, que cet homme ne put lui
faire aucun mal. Nos gens arrivèrent et voulaient tuer ce soldat; Henri
le leur défendit: «Retourne vers les républicains, lui dit-il; dis-leur
que tu t'es trouvé seul avec le général des brigands, qui n'a qu'une
main et point d'armes, et que tu n'as pu le tuer.»

Les Vendéens furent très-bien reçus à Laval: les habitans étaient
favorablement disposés. La ville est grande, et elle offrait plus de
ressources que les gîtes des jours précédens. Beaucoup de paysans
bretons vinrent se joindre à nous. J'en vis arriver une troupe qui
criait, _Vive le roi_! et qui portait un mouchoir blanc au bout d'un
bâton. En peu de temps il y en eut plus de six mille: on donnait à ce
rassemblement le nom de _Petite-Vendée_. Tous ces insurgés bretons
étaient reconnaissables à leurs longs cheveux et à leurs vêtemens, la
plupart de peaux de chèvre garnies de leur poil. Ils se battaient fort
bien; mais le pays ne se soulevait pas en entier. Cette division n'était
formée que de jeunes gens sortis d'un grand nombre de paroisses.



                             CHAPITRE XV.

Combats entre Laval et Château-Gonthier.--Route par Mayenne, Ernée et
Fougères.--Mort de M. de Lescure.


Il fut résolu que l'armée passerait quelques jours à Laval; il était
nécessaire de lui donner un peu de repos, d'y remettre l'ordre autant
que l'on pourrait, et de donner à tout le pays le temps et les moyens de
se soulever pour se joindre aux Vendéens.

Ce repos fît un grand bien à M. de Lescure; il reprit sensiblement
ses forces, et, dès le second jour, il était beaucoup mieux. Le soir,
plusieurs officiers étaient chez moi, quand tout-à-coup un bruit se
répandit que les Mayençais venaient nous attaquer. On nous dit d'abord
que ce n'était rien; cependant j'entendis bientôt les préparatifs du
combat. On rassembla les soldats; on les encouragea. Ce n'était pas sans
crainte qu'on se voyait assailli, de nuit, dans un pays de plaine, par
ces redoutables Mayençais qui nous avaient chassés de notre pays. Nous
étions logés à l'entrée de la ville, du côté de Château-Gonthier; je fis
transporter M. de Lescure dans une maison du faubourg opposé.

M. Forestier partit d'abord avec quelques officiers, pour s'assurer de
la marche de l'ennemi; il sut qu'en effet il s'avançait sur Laval, et
revint en avertir les généraux. M. de La Rochejaquelein envoya faire une
seconde reconnaissance par M. Martin, de l'armée de Bonchamps, à la tête
de quelques cavaliers: il s'en acquitta avec promptitude et précision.
On marcha alors à la rencontre des républicains qu'on trouva entre Laval
et Antrames. Ils soutinrent un instant le choc de notre armée qu'ils
croyaient peu nombreuse, et dont l'obscurité de la nuit leur dérobait
les mouvemens. Bientôt ils furent tournés. On les prit en queue, et le
désordre devint tel, que nos gens prenaient des cartouches dans leurs
caissons, et eux dans les nôtres; mais cette mêlée fut favorable aux
Vendéens: ils perdirent peu de monde, et en tuèrent beaucoup à l'ennemi.
L'obscurité était telle, que M. Keller donna la main à un républicain
pour sortir d'un fossé, croyant qu'il était des nôtres: la lueur du
canon lui fit tout-à-coup reconnaître l'uniforme, et il le tua.

Le lendemain se passa fort tranquillement. M. de Lescure était si bien,
qu'il revint à cheval à son premier logement. Le jour d'après, on sut,
dès le matin, que toute l'armée des républicains venait attaquer Laval.
La défaite de la division qui avait combattu, leur avait montré que les
Vendéens étaient encore nombreux et redoutables; ils avaient cette fois
réuni toutes leurs forces, qui se montaient bien à trente mille hommes
de bonnes troupes.

On sentit l'importance de l'affaire qui allait avoir lieu; toutes les
mesures furent prises avec soin, et on résolut de redoubler d'efforts et
de courage: M. de Lescure voulut profiter de la faible amélioration de
sa santé pour monter à cheval et aller au combat: nous eûmes bien de la
peine à l'arrêter par nos instances. Voyant que nous nous opposions tous
à ce projet insensé, il se mit à la fenêtre, et, du geste et de la
voix, il encourageait tous les soldats qui partaient pour combattre. La
fatigue et l'émotion de cette malheureuse matinée dissipèrent le fruit
de trois jours de repos et de soins; et, depuis ce moment, son état alla
toujours en empirant.

La bataille commença sur les onze heures du matin. Les Vendéens
attaquèrent vivement. Les républicains avaient deux pièces de canon sur
une hauteur en avant. M. Stofflet, qui se trouvait à côté d'un émigré
qui venait de rejoindre l'armée, lui dit: «Vous allez voir comme nous
prenons les canons.» En même temps il ordonna à M. Martin, chirurgien,
de charger sur les pièces avec une douzaine de cavaliers. M. Martin
partit au galop: les canonniers furent tués et les deux pièces
emportées. On les retourna sur-le-champ contre les républicains; on y
ajouta des pièces à nous, et M. de la Marsonnière fut chargé de les
diriger; une balle morte vint le frapper si rudement, qu'elle enfonça sa
chemise dans les chairs. Il voulut continuer; mais la douleur devenant
trop forte, il fut obligé de se retirer: M. de Beaugé le remplaça. Cette
batterie était importante; elle était exposée au feu le plus vif de
l'ennemi. MM. de La Rochejaquelein, de Royrand et d'Autichamp s'y
tinrent presque continuellement avec M. de Beaugé, faisant toujours
avancer les pièces en face des républicains qui reculaient. Les
conducteurs étaient si épouvantés, qu'on était obligé de les faire
marcher à coups de fouet. Un instant on manqua de gargousses; M. de
Royrand partit au galop pour en faire apporter: en revenant, une balle
l'atteignit à la tête; il mourut de cette blessure quelque temps après.
Le courage et la ténacité de cette attaque décidèrent le succès de la
bataille; il fut complet, lorsque M. Debargues, à la tête d'une colonne,
eut tourné l'ennemi et l'eut attaqué par derrière. Alors les bleus se
débandèrent et s'enfuirent en déroute jusqu'à Château-Gonthier; ils
voulurent se reformer dans la ville, et placèrent sur le pont deux
pièces pour le défendre. M. de La Rochejaquelein, qui les avait vivement
poursuivis, dit à ses soldats: «Hé bien! mes amis, est-ce que les
vainqueurs coucheront dehors, et les vaincus dans la ville?» Jamais les
Vendéens n'avaient eu autant d'ardeur et de courage; ils s'élancèrent
sur le pont: les canons furent pris. Les Mayençais essayèrent un
moment de résister: ils furent culbutés, et nos gens entrèrent dans
Château-Gonthier. M. de La Rochejaquelein continua la poursuite. Il vit
que les bleus tentaient encore de faire front; il fit courir tout de
suite à Château-Gonthier, pour qu'on lui amenât de l'artillerie.
On aperçut plusieurs cavaliers qui revenaient à bride abattue;
ils portaient l'ordre. Ceux de nos gens qui étaient dans la ville
s'imaginèrent que l'ennemi venait de reprendre l'avantage: une terreur
panique se répandit parmi eux; ils se précipitèrent en foule dans les
rues avec un tel désordre, qu'il y en eut une vingtaine d'écrasés; le
cheval de Stofflet fut étouffé entre ses jambes. Mais tout fut bientôt
éclairci: les républicains furent une dernière fois rompus et poursuivis
jusqu'à la séparation des routes de Segré et du Lion-d'Angers. La
bataille avait duré douze ou quatorze heures.

M. de La Rochejaquelein déploya, dans cette bataille, un talent et un
sang-froid qui firent l'admiration des officiers: on l'avait toujours
vu jusqu'alors téméraire et emporté, se précipitant sur l'ennemi sans
s'inquiéter si on le suivait; ce jour-là, il se tint constamment à la
tête des colonnes; mais il les dirigeait, les maintenait en ligne,
empêchait les plus braves de se porter seuls en avant, et de mettre
par-là dans l'armée un désordre qui nous avait souvent été funeste. Il
opposa toujours des masses aux républicains; et contre l'ordinaire, ils
ne purent jamais reprendre l'avantage en faisant volte-face dans leur
retraite, et repoussant le petit nombre d'officiers qui se lançaient à
leur poursuite. On voit quelle importance Henri attacha à remporter la
victoire aussi complètement qu'il fût possible.

C'est alors qu'il eût fallu changer de marche, et rentrer triomphans
dans notre pays, après nous être ainsi vengés de ces Mayençais qui nous
en avaient chassés. Il était facile de reprendre Angers et de repasser
la Loire: c'était bien l'avis de M. de La Rochejaquelein, mais il était
demeuré beaucoup de monde à Laval; plusieurs généraux et officiers
marquans y étaient revenus aussi, au moment où la bataille avait
été gagnée; la plupart des soldats les avaient suivis. M. de La
Rochejaquelein était à Château-Gonthier avec l'avant-garde et les jeunes
officiers; il n'osa pas prendre une résolution si importante: faire dire
à tout ce qui était à Laval de venir le joindre, lui parut un acte trop
absolu. Il se détermina à revenir à Laval, où l'on s'attendait cependant
à recevoir de lui l'ordre de se mettre en marche pour Château-Gonthier.
Un corps républicain s'était rassemblé à Craon; il prit cette route, et
remporta encore un avantage complet.

Ce fut après ce retour, pendant tous les conseils qui furent tenus pour
aviser à ce qu'on aurait à faire, que les cabales, les jalousies, les
manoeuvres secrètes commencèrent à diviser les chefs et les officiers de
l'armée.

Le grand sujet de discussion, outre les incidens journaliers qui
devenaient des occasions continuelles d'aigreur, était la marche de
l'armée et le parti qu'il était convenable de prendre. Ce n'était
plus le moment d'essayer de repasser la Loire; on avait laissé aux
républicains le temps d'y mettre obstacle: c'était là le grand regret
des Vendéens. M. de Talmont, qui se croyait sûr de toute la Bretagne,
voulait qu'on se dirigeât sur Paris. Beaucoup d'autres chefs demandaient
que l'on allât à Rennes qui était bien disposé pour nous; de-là, on
aurait pris des mesures pour faire soulever tout le pays.

Pendant la bataille, on avait apporté une lettre adressée à MM. les
généraux de l'armée royaliste. M. de Lescure était le seul chef qui se
trouvât en ce moment à Laval; on lui remit la lettre; je l'ouvris, et
je lui en fis la lecture. Elle était courte: après des complimens
emphatiques sur les succès et la bravoure de l'armée royale, on
annonçait qu'une armée de cinquante mille révoltés était prête à se
lever auprès de Rennes, et que les chefs désiraient un sauf-conduit pour
venir de l'endroit où ils étaient cachés, conférer avec nos généraux.
Cette lettre venait, je pense, de M. de Puisaye; elle fut trouvée fort
bizarre: je ne me rappelle pas les signataires; mais après chaque nom
il y avait un grade: c'étaient des généraux, des majors-généraux, des
commandans. On s'amusa beaucoup de ces généraux qui commandaient une
armée invisible de cinquante mille hommes, et qui demandaient si près de
nous un sauf-conduit. On fit venir l'homme qui avait apporté la lettre:
il ne voulut donner ni détails, ni explications, et refusa de faire
connaître l'exprès qui la lui avait remise. Alors on soupçonna que
ce pouvait bien être un espion, et que sa lettre était supposée. On
répondit verbalement que, puisque nous étions à douze lieues seulement
de Rennes, les cinquante mille hommes pouvaient commencer à agir, et que
nous étions prêts à les seconder; quant au sauf-conduit, qu'on pouvait
parler à nos généraux sans en être muni. Cette lettre ne pouvait
inspirer assez de confiance pour influer sur notre marche; mais comme
nous étions assurés par d'autres voix qu'il y avait de ce côté quelque
fermentation et un commencement de révolte, et Rennes étant d'ailleurs
la capitale de la Bretagne, sans doute le meilleur parti eût été de
suivre cette direction.

On parla aussi d'aller attaquer un port de mer. Un officier du génie,
nommé M. d'Oppenheim, qui avait pris part à la révolte du général
Wimpfen et des Girondins, et qui venait de se joindre à nous, parla de
Granville, dit qu'il en connaissait le côté faible, et qu'il s'offrait
à diriger l'attaque. M. de Talmont insistait toujours pour l'expédition
sur Paris; il assurait que si l'on ne pouvait y entrer, il serait
toujours facile d'aller rejoindre les Autrichiens en Flandre. Henri
combattait ce projet; il représentait combien une pareille marche était
impossible à une armée qui traînait avec elle des femmes, des enfans,
des blessés. La saison était aussi une grande objection, sans parler des
obstacles militaires que l'ennemi opposerait sûrement; il ajoutait que
jamais les paysans vendéens ne voudraient entreprendre un tel voyage.
Enfin, il fut à peu près résolu qu'on marcherait sur Fougères; de-là on
pouvait également se porter à Rennes ou vers la côte.

Vers la fin de notre séjour à Laval, je vis M. de Lescure souffrir de
plus en plus. Il avait d'abord été soulagé par le repos des premiers
jours; on avait retiré beaucoup d'esquilles de sa plaie; il avait été
pansé plus régulièrement: mais il était peu docile à ce qui lui était
ordonné; il ne voulait prendre aucun remède, et faisait toute sa
nourriture de riz au lait et de raisin. L'os du front était fendu
jusqu'à la partie postérieure du crâne, ce qui n'avait pas été aperçu
d'abord. Ses cheveux, collés par le sang, la sueur et l'humeur de sa
plaie, le gênaient beaucoup; il voulut qu'on l'en débarrassât. Agathe,
fort adroite à le panser, et qui suppléait très-bien le chirurgien
absent ce jour-là, se chargea de les couper. Je voulais qu'on ne lui
en ôtât qu'une petite partie, il insista pour qu'on les coupât tous,
assurant que cela le soulagerait: rien ne put le faire céder. J'ai
toujours pensé que c'étaient cette opération et la fatigue qu'il éprouva
le jour du second combat, qui lui avaient été funestes, et qui avaient
détruit les espérances que nous avions d'abord conçues. Les événemens
de la guerre, la mésintelligence des chefs, la situation de l'armée,
étaient aussi, pour lui, des motifs continuels de souffrance. Tout ce
dont il s'occupait, s'emparait fortement de son ame et lui donnait une
agitation extrême, qui tenait même un peu de l'égarement et qui me
pénétrait d'une frayeur affreuse; toute la journée il parlait de la
guerre, de ce qui s'était passé, de ce qui pouvait arriver. Un matin
le brave Bourasseau, des Échaubroignes, vint le voir, et lui raconta
qu'avant le passage de la Loire, cette paroisse avait déjà perdu cinq
cents hommes tués ou blessés. Pendant ce jour-là, M. de Lescure ne nous
entretint que du courage des gens des Échaubroignes, exaltant sans cesse
leur héroïque dévouement. Je m'efforçais en vain de le calmer. Le soir,
la fièvre le prit, et son état empira sensiblement. Je fis venir M.
Desormeaux, très-bon chirurgien, qui ne me quitta plus; car dans les
premiers momens du passage de la Loire, il y avait un tel désordre, que,
pour lui procurer un chirurgien pour le panser, on était souvent obligé
de battre la caisse. Je ne pouvais envisager l'horrible malheur qui me
menaçait.

Nous séjournâmes neuf jours à Laval. La sur-veille de notre départ,
j'étais le matin couchée sur un matelas, près du lit de M. de Lescure:
je le croyais assoupi; tout le monde était sorti de la chambre, même
M. Durivault; il m'appela et me dit avec sa douceur accoutumée, qu'il
reprit alors et qui ne le quitta plus: «Ma chère amie, ouvre les
rideaux.» Je me levai, je les ouvris. «Le jour est-il clair?
continua-t-il.--Oui, répondis-je.--J'ai donc comme un voile devant les
yeux; je ne vois plus distinctement. J'ai toujours cru que ma blessure
était mortelle: je n'en doute plus. Chère amie, je vais te quitter:
c'est mon seul regret, et aussi de n'avoir pu remettre mon roi sur le
trône. Je te laisse au milieu d'une guerre civile, grosse et avec un
enfant; voilà ce qui m'afflige: tâche de te sauver, déguise-toi, cherche
à passer en Angleterre.» Quand il me vit étouffant de larmes: «Oui,
continua-t-il, ta douleur seule me fait regretter la vie; pour moi, je
meurs tranquille. Assurément j'ai péché; mais cependant je n'ai rien
fait qui puisse me donner des remords et troubler ma conscience: j'ai
toujours servi Dieu avec piété; j'ai combattu et je meurs pour lui;
j'espère en sa miséricorde. J'ai souvent vu la mort de près, et je ne
la crains pas; je vais au ciel avec confiance. Je ne regrette que toi:
j'espérais faire ton bonheur. Si jamais je t'ai donné quelque sujet de
plainte, pardonne-moi.» Son visage était serein; il semblait qu'il fût
déjà dans le ciel; seulement, quand il me répétait: «Je ne regrette
que toi,» ses yeux se remplissaient de larmes; il me disait encore:
«Console-toi, en songeant que je serai au ciel: Dieu m'inspire cette
confiance. C'est sur toi que je pleure.» Enfin, ne pouvant soutenir tant
de douleur, je passai dans un cabinet voisin. M. Durivault revint; M.
de Lescure lui dit d'aller me chercher et de me ramener. Il me trouva
à genoux, suffoquée par les larmes; il chercha à me rendre quelque
courage, et me reconduisit dans la chambre.

M. de Lescure continua de me parler avec tendresse et piété; et voyant
ce que je souffrais, il ajouta avec complaisance, que peut-être il se
trompait sur son état, et qu'il fallait faire une assemblée de médecins.
Je les fis venir tout de suite. Il leur dit: «Messieurs, je ne crains
pas la mort; dites-moi la vérité: j'ai quelques préparatifs à faire.»

Il voulait, je pense, recevoir les sacremens et renouveler un testament
qu'il avait fait en ma faveur; mais je repoussai avec horreur tout ce
qui pouvait annoncer une mort prochaine. Les médecins donnèrent quelque
espoir. Il leur répondit tranquillement: «Je crois que vous vous
trompez; mais ayez soin de m'avertir quand le moment approchera.»

On quitta Laval le 2 novembre, sans avoir décidé bien formellement si
l'on marchait sur Rennes; la route de Vitré était plus courte pour y
aller. Stofflet, de sa propre autorité, prit le chemin de Fougères avec
les drapeaux et les tambours qui d'ordinaire étaient sous sa direction.

En route, M. de Lescure apprit une nouvelle que je lui avais cachée avec
soin, et qui lui fit bien du mal. La voiture étant arrêtée, quelqu'un
vint lui lire, dans une gazette, les détails de la mort de la reine;
il s'écria: «Ah! les monstres l'ont donc tuée! Je me battais pour la
délivrer! Si je vis, ce sera pour la venger: plus de grâce!» Cette idée
ne le quitta plus; il parla sans cesse de ce crime.

Le soir, nous nous arrêtâmes à Mayenne; le lendemain nous continuâmes
notre route. L'armée, après un léger combat où elle obtint un succès
complet, entra à Ernée; nous y couchâmes.

J'étais accablée de fatigue; je me jetai sur un matelas auprès de M.
de Lescure, et je m'endormis profondément. Pendant mon sommeil, on
s'aperçut tout-à-coup que le malade perdait ses forces et qu'il devenait
agonisant: on lui mit les vésicatoires. Il demanda le même confesseur
qu'il avait eu à Varades; mais un instant après il perdit la parole
et ne put lui parler; il reçut l'absolution et l'extrême-onction. On
n'avait pas fait de bruit pour ne pas me réveiller. A une heure du matin
le sommeil me quitta, et je vis l'état affreux où était tombé M. de
Lescure. Il avait encore sa connaissance, sans pouvoir parler; il me
regardait et levait les yeux au ciel en pleurant; il me serra même la
main plusieurs fois. Je passai douze heures dans un état de désespoir
et d'égarement impossible à dépeindre. On ne conçoit pas qu'on ait pu
supporter tant de douleur.

Vers midi il fallut quitter Ernée et continuer le voyage; cela me parut
impossible. Je voulus qu'on nous laissât, au risque de tomber entre les
mains des bleus. Le chevalier de Beauvolliers demandait à rester avec
nous. On me représenta que m'exposer à une mort affreuse, c'était
désobéir à M. de Lescure; on me dit que son corps tomberait au pouvoir
des républicains. Je m'étais déjà frappée de cette idée. Les indignités
auxquelles avait été livré le corps de M. de Bonchamps, m'avaient fait
une profonde impression d'horreur, et je ne pouvais soutenir l'image
d'une pareille profanation; on me décida à quitter Ernée. Quelle guerre
affreuse! quels ennemis nous avions! On était obligé de dérober à leur
fureur un mourant qui les avait si généreusement combattus, et qui tant
de fois les avait épargnés! Ainsi je fus condamnée à voir ses derniers
momens troublés et hâtés par l'agitation de ce funeste voyage. Je me mis
d'abord dans la voiture, sur un matelas, auprès de M. de Lescure; Agathe
était de l'autre côté. Il souffrait et gémissait. Tous nos amis me
représentèrent que le chirurgien était plus utile que moi, et que je
l'empêchais de donner les secours nécessaires. On me fit sortir de la
voiture; on me remit à cheval. Ma mère, le chevalier de Beauvolliers,
MM. Jagault, Durivault, le chevalier de Mondyon, m'entouraient et
prenaient soin de moi. Je ne voyais rien; j'étais anéantie; je ne
distinguais ni les objets, ni même ce que j'éprouvais intérieurement:
tout était enveloppé dans un nuage sombre, dans un vague affreux.

J'avouerai que ce jour-là, trouvant sur la route les corps de plusieurs
républicains, une sorte de rage secrète et involontaire me faisait, sans
rien dire, pousser mon cheval, de manière à fouler aux pieds ceux qui
avaient tué M. de Lescure.

Au bout d'une heure environ, j'entendis quelque bruit dans la voiture,
et des sanglots: je voulus m'y élancer. On me dit que M. de Lescure
était dans le même état; que le froid l'incommoderait si l'on ouvrait
la portière: on m'éloigna. Je me doutai de mon malheur, mais je n'osai
insister; je craignais la réponse qu'on me ferait; je repoussais et
n'osais envisager le triste soupçon qui avait traversé mon ame; j'étais
sans nulle force; je m'abandonnai à ce qu'on voulut faire de moi.

Je demeurai sept heures à cheval auprès de cette voiture. Le temps était
pluvieux. En approchant de Fougères, nous sûmes que la ville avait été
prise après un combat qui avait été meurtrier pour les républicains. Ils
avaient élevé quelques remparts en terre devant l'entrée, et nos gens
avaient fait dans ces fortifications une ouverture où un seul chariot
pouvait passer; ainsi il y avait beaucoup d'encombrement à notre
arrivée. On nous dit qu'il fallait bien deux heures avant que la voiture
pût entrer dans la ville; il était même presque impossible de passer à
cheval. On me supplia de m'en aller à pied. Je souffrais des douleurs
de reins insupportables. On me représenta que c'était un devoir de me
conserver pour l'enfant dont j'étais grosse, et dont j'avais tant
exposé l'existence. Je me laissai conduire, en exigeant du chevalier
de Beauvolliers sa parole d'honneur qu'il me mènerait auprès de M. de
Lescure, dès que la voilure serait arrivée. Ma mère s'y opposait; déjà
plus d'une fois elle avait voulu m'arracher de ce spectacle de douleur.

Quand je voulus marcher, j'éprouvai que cela m'était comme impossible;
la souffrance et la fatigue m'avaient courbée; je ne pouvais me relever.
Il était nuit close. La foule et l'obscurité furent cause que, séparée
de ma famille et de mes gens, le chevalier de Beauvolliers se trouva
seul par hasard près de moi; il voulut essayer de me porter; mais bien
qu'il fût très-robuste, il était lui-même tellement abattu, qu'il ne put
y réussir. Nous arrivâmes, en nous traînant, dans la première maison de
Fougères. De bons soldats qui y étaient logés, me firent chauffer, me
donnèrent un peu de vin, et prirent soin de moi jusqu'au moment où une
voiture, envoyée par ma mère, vint me prendre et me conduire au logement
qu'elle avait dans la ville. J'y trouvai un lit préparé: on voulut me
faire coucher. Je me mis auprès du feu, sans rien dire. Je demandais,
de temps en temps, si la voiture de M. de Lescure arrivait. Quand je
l'entendis, je fis sortir tout le monde, et je demandai au chevalier
de Beauvolliers de remplir sa promesse; lui seul alors et moi nous
ignorions que c'en était fait. Il sortit; un instant après il rentra
baigné de larmes, me prit les mains, et me dit qu'il fallait songer à
sauver mon enfant. Tout le monde rentra; on me mit au lit.

En effet, le moment où j'avais entendu du bruit dans la voiture, avait
été le dernier pour M. de Lescure. Le chirurgien était sorti; Agathe
avait voulu en faire autant; mais songeant ensuite qu'en la voyant, je
serais sûre de mon sort, elle avait eu le courage de passer sept heures
de suite, sans quitter cette malheureuse place: en descendant, elle
resta évanouie pendant plus de deux heures. Elle avait été élevée avec
M. de Lescure, dès son enfance.

La chambre où j'étais couchée, à Fougères, servait de passage. Les
allées et venues continuelles, la présence de nos gens qui traversaient,
bien qu'ils n'osassent me parler, étaient un supplice pour moi. Je crois
pourtant que si j'étais restée livrée à mon désespoir, sans contrainte,
je n'aurais pu y résister. Je commençais à sentir des douleurs qui
semblaient annoncer une fausse couche; mes souffrances redoublaient et
devenaient si violentes, qu'elles m'arrachaient des cris. On fit appeler
M. Putaud, médecin, chez lequel nous logions. Il déclara que je ferais
une fausse couche, si l'on ne me saignait à l'instant. M. Allard se
trouvait là; et ne sachant pas où les chirurgiens étaient logés, il
descendit dans la rue en criant: «Un chirurgien! au secours, c'est une
femme qui se meurt!» Un homme se présenta: il me l'amena sur-le-champ.
Je n'ai jamais su le nom de ce chirurgien; mais sa figure et la frayeur
qu'il me causa me sont encore présentes; il avait six pieds, un air
féroce, quatre pistolets à sa ceinture et un grand sabre. Je lui dis que
la saignée me faisait peur. «Hé bien! moi, je n'ai pas peur, dit-il;
j'ai tué plus de trois cents hommes à la guerre; encore ce matin j'ai
coupé le cou à un gendarme: je saurai bien saigner une femme. Allons,
donnez votre bras.» Je le tendis, il me piqua; le sang sortait avec
peine: je me trouvai mal. Cependant, à force de secours et de soins, on
me sauva. Toute la nuit, M. Putaud me donna des soins empressés.

Le lendemain, MM. de La Rochejaquelein, de Beaugé, Desessarts et le
chevalier de Beauvolliers, entrèrent dans ma chambre; ils s'assirent
loin de moi, sans proférer une parole, en pleurant amèrement. Au bout
d'un quart-d'heure, Henri se leva et vint m'embrasser. «Vous avez perdu
votre meilleur ami, lui dis-je; après moi, vous étiez ce qu'il avait de
plus cher en ce monde.» Il me répondit, avec un accent de douleur que
jamais je n'oublierai: «Ma vie peut-elle vous le rendre? prenez-la.» Le
vieux M. d'Auzon vint m'embrasser aussi. Tout le monde pleurait; pour
tous ceux qui l'avaient connu, la perte de M. de Lescure était un grand
et sensible malheur.

Bientôt ce fut pour moi une sorte de consolation que de parler sans
cesse de M. de Lescure, de rappeler tous les souvenirs qui avaient
rapport à lui, de me rapprocher de tous les objets qui lui étaient
chers, d'entendre dire combien il était regretté, et combien il méritait
d'admiration, et de douleur. Ce sentiment ne me quittera jamais; il sera
celui de ma vie entière: c'est lui qui m'a inspiré d'abord le besoin
d'écrire ces récits.

J'avais toujours une terreur affreuse de voir le corps de M. de Lescure
en proie aux outrages des républicains; je voulais le faire embaumer et
le porter avec moi dans la voiture: on s'y opposa, en me représentant
les dangers où j'exposais l'enfant que je portais. Je fis promettre à M.
l'abbé Jagault qu'il se chargerait de ce triste devoir. Il fit célébrer
un service solennel à Fougères, et il y fit inhumer les entrailles. Le
corps fut mis dans un cercueil et placé sur un chariot. On avait trouvé
sur ce corps les marques du cilice que M. de Lescure avait porté dans sa
jeunesse, à l'insu de tout le monde.

M. Jagault tomba malade quelques jours après à Avranches; on profita de
cette circonstance pour faire disparaître si secrètement le cercueil,
que, malgré mes recherches, je n'ai jamais pu savoir ni où ni comment.
Je crois que ce fut mon père qui l'ordonna ainsi; il avait toujours
fortement combattu mon dessein de ne pas m'en séparer, parce qu'il
voyait que notre position rendait la chose impossible. Quoi qu'il en
soit, c'est encore pour moi un sujet de regret d'ignorer où furent
déposés ses restes: j'ai du moins la certitude qu'ils ne sont pas tombés
entre les mains des républicains, ce qui ne pouvait guère manquer
d'arriver, sans les sages dispositions de mon père.

Les vives inquiétudes que l'on avait sur ma santé se calmèrent un peu;
il ne me resta plus qu'une fièvre lente et continue, qui dura plus de
six mois, et qui me réduisit à un état de faiblesse et d'étisie.



                             CHAPITRE XVI.

Arrivée de deux émigrés envoyés d'Angleterre.--Route par Pontorson et
Avranches.--Siège de Granville.--Retour par Avranches, Pontorson et Dol.


Je vais continuer mon triste récit. Mon malheur ne pouvait plus croître,
mais les souffrances des Vendéens devaient encore augmenter beaucoup.

On s'occupa à Fougères de ce qui avait déjà été tenté à Laval, de
remettre un peu d'ordre dans la conduite de l'armée. Il fut réglé que
le conseil de guerre serait composé de vingt-cinq personnes: M. de
Donnissan, mon père, gouverneur des pays conquis et président du
conseil; M. de La Rochejaquelein, général en chef; M. Stofflet,
major-général; M. de Talmont, général de la cavalerie; M. Debargues,
adjudant-général; M. le chevalier Duhoux, adjudant en second; M. de
Beauvolliers, trésorier-général; M. d'Oppenheim, commandant le génie;
M. de Marigny, commandant l'artillerie; M. de Péraults, commandant
en second; M. Desessarts, commandant la division poitevine de M. de
Lescure; M. le chevalier de Beauvolliers, commandant en second; M. de
Villeneuve de Cazeau, commandant la division de M. de La Rochejaquelein;
M. de la Ville de Beaugé, commandant en second; M. de Fleuriot,
commandant la division de M. de Bonchamps; M. d'Antichamp, commandant
en second; MM. de Lyrot, d'Isigny, de Piron, de Rostaing, le chevalier
Destouches, ancien chef d'escadre; de la Marsonnière, Berard, aide-major
de M. Stofflet, et M. de Lacroix. Le curé de Saint-Laud pouvait aussi
assister au conseil de guerre.

Tous les officiers qui entraient au conseil devaient porter, comme
marque distinctive, une ceinture blanche avec un noeud de couleur qui
devait marquer la différence de grade. M. de La Rochejaquelein avait un
noeud noir, M. Stofflet un noeud rouge, etc. Les officiers inférieurs
avaient pour signe une écharpe blanche autour du bras. Tout cela était
devenu nécessaire. Sur la rive gauche, chacun connaissait son chef;
on marchait par paroisses. Depuis le passage de la Loire, il en était
autrement; des paroisses entières avaient passé le fleuve, hommes,
femmes et enfans; dans quelques autres, pas un individu n'avait suivi
l'armée, des compagnies se trouvaient sans leurs commandans, et des
commandans sans leurs compagnies.

Pendant les trois jours que l'on passa à Fougères, deux émigrés
arrivèrent d'Angleterre. Je ne suis pas sûre de me rappeler précisément
leurs noms; cependant il me semble que c'étaient M. Fresloc, conseiller
au parlement de Rennes, et M. Bertin: tous deux étaient déguisés en
paysans; les dépêches étaient cachées dans un bâton creux. On lut
d'abord une lettre du roi d'Angleterre, flatteuse pour les Vendéens,
et où des secours leur étaient généreusement offerts. Une lettre de
M. Dundas entrait dans de bien plus grands détails. Il commençait par
redemander quels étaient notre but et notre opinion politique: il
ajoutait que le gouvernement anglais était tout disposé à nous secourir;
que des troupes de débarquement étaient prêtes à se porter sur le point
que nous désignerions; il indiquait Granville, comme lui paraissant
préférable à tout autre. Les deux envoyés étaient autorisés à
convenir, avec les généraux, des mesures nécessaires pour concerter le
débarquement, et l'on nous marquait que ce qu'ils nous promettraient
serait en effet accompli.

Lorsque les deux émigrés eurent remis les dépêches anglaises et donné
quelques explications, ils cassèrent le bâton plus bas, et en, tirèrent
une petite lettre de M. du Dresnay, un des principaux émigrés bretons,
qui avait eu beaucoup de rapports directs avec le ministère anglais, et
qui se trouvait pour lors à Jersey. M. du Dresnay mandait aux généraux
qu'il ne fallait pas avoir confiance entière aux promesses des Anglais;
qu'à la vérité, tous les préparatifs d'un débarquement étaient faits,
que tout semblait annoncer qu'on s'en occupait réellement; mais qu'il
voyait si peu de zèle et de véritable intérêt pour nous, qu'on ne devait
pas compter absolument sur ces apparences. Il ajoutait que les émigrés
continuaient à être traités comme avant par le gouvernement anglais;
que de tous ceux qui étaient à Jersey, aucun ne pouvait obtenir la
permission tant désirée de passer dans la Vendée, et que même on venait
d'en désarmer un grand nombre. Nous apprîmes aussi, par cette lettre,
que les princes n'étaient point encore en Angleterre.

Les deux émigrés dirent qu'ils partageaient entièrement l'opinion de M.
du Dresnay, et qu'il était impossible de ne pas avoir des doutes, sinon
sur la bonne foi, du moins sur l'activité des Anglais à nous servir. Ils
furent déchirés de la situation de l'armée, montrèrent peu d'espoir et
beaucoup de tristesse. Ainsi leur mission porta le même caractère que
celle de M. de Tinténiac.

Mais cependant il fallait bien accepter les offres des Anglais, tout en
n'y prenant pas une confiance entière. Dans la position désespérée où
se trouvait l'armée, on pensa que c'était encore la chance la plus
favorable qui pût être tentée. Ce qui détermina surtout les généraux,
ce fut l'espoir de prendre et de conserver, avec l'aide des Anglais, un
port où l'on pourrait déposer la foule nombreuse des femmes, des enfans,
des blessés, qui embarrassaient la marche de l'armée. On avait déjà
parlé de Granville; M. d'Oppenheim la disait facile à surprendre. On se
décida pour cette attaque: les signaux furent convenus avec les deux
envoyés; si la ville était prise avant l'arrivée des secours, tout de
suite un drapeau blanc, élevé entre deux drapeaux noirs, devait en
avertir les Anglais.

On répondit avec respect et reconnaissance au roi d'Angleterre. Un
mémoire pour M. Dundas fut rédigé avec détail; on l'assurait encore une
fois que les Vendéens n'avaient d'autre intention que de remettre le roi
sur le trône, sans s'occuper du mode de gouvernement qu'il lui plairait
d'établir pour le bonheur de son peuple; on demandait, plus que toute
chose, un prince de la maison royale pour commander l'armée, ou l'envoi
d'un maréchal de France qui fît cesser le conflit des prétentions
personnelles; on sollicitait ensuite des renforts en troupes de ligne,
ou du moins en artilleurs ou ingénieurs; enfin, l'on exposait à quel
point on était dénué de munitions, d'effets militaires et même d'argent,
et l'on disait que cinq cent mille francs seulement seraient une grande
ressource.

Les deux émigrés furent chargés de remercier verbalement M. du Dresnay.
Toutes ces dépêches furent rédigées par le chevalier Desessarts, dans un
conseil présidé par mon père, et signées de tous les membres du conseil.

Une autre mission moins importante avait précédé celle-là de quelques
jours. M. de Saint-Hilaire, officier de marine, était arrivé à
Saint-Florent, à la nage, pendant le passage de la Loire. Il n'était
point chargé, comme M. Bertin, de traiter entre les Anglais et les
Vendéens; il n'avait même aucune dépêche des ministres; mais il
apportait un bref du pape, adressé aux généraux. Ce bref portait que
le soi-disant évêque d'Agra, ce prétendu vicaire apostolique, était un
imposteur sacrilège. Le curé de Saint-Laud fut appelé pour lire ce bref,
qui était en latin, comme cela est d'usage. Les généraux demeurèrent
confondus d'étonnement, et furent embarrassés de ce qu'ils avaient à
faire: ils se résolurent à tenir la chose secrète, de peur de trop de
scandale, et de l'effet que produirait cette nouvelle dans l'armée. On
en parla si peu, que je ne le sus qu'à Pontorson, où M. de Beaugé
me confia le tout, en me disant que, si on prenait Granville, on
embarquerait secrètement l'évêque. On était indigné de ce qu'il avait
abusé toute l'armée dans une matière si sainte et si respectable.
D'ailleurs, on croyait que son mensonge était lié à quelque trahison
concertée avec les républicains.

Ainsi, depuis Saint-Florent, on commença à le traiter froidement, à lui
retirer toute confiance: cela ne fit pas un grand changement; car déjà
la nullité de ses talens et de son caractère, et les menées du curé de
Saint-Laud, avaient détruit peu à peu presque toute son influence. Il
avait fait un séjour à Beaupréau, qui lui avait nui aussi. Au lieu
de s'y contraindre, et d'être édifiant et régulier, comme il l'était
toujours à Châtillon, il s'était livré à la société, et avait passé
cinq semaines sans dire la messe. Madame d'Elbée m'avait raconté cela
confidemment quand je la vis à Beaupréau. Cependant on avait toujours
conservé de l'affection pour lui, parce qu'il était doux et bon homme:
même après l'arrivée du bref, quelques personnes le plaignaient
et savaient mauvais gré au curé de Saint-Laud, qui, à ce que l'on
supposait, se doutant de la fraude, parce que la jalousie l'avait rendu
meilleur observateur, avait trouvé moyen d'écrire secrètement en cour de
Rome pour solliciter le bref; ce qui, je crois, lui a été impossible.
L'évêque s'aperçut bientôt que l'on savait quelque chose, et il fut
encore bien plus sûr de sa perte, lorsqu'en passant à Dol, il y fut
reconnu: c'était là qu'étant vicaire, il avait prêté le serment que
depuis il avait rétracté. Alors il devint profondément triste, bien que
toujours calme en apparence.

Il y eut encore à Fougères une négociation d'un autre genre. M. Allard
avait fait prisonnier un avocat de Normandie, qu'on avait enrôlé par
force dans un bataillon: cet homme offrit de rendre un grand service
aux Vendéens; il raconta qu'il était fort lié avec un M. Bougon,
procureur-syndic du Calvados, qui avait pris une grande part à la
révolte de ce département, au mois de juin 1793; il dit que M. Bougon
serait heureux de rejoindre l'armée, et qu'il serait sûrement très-utile
par ses talens, son courage et son influence dans le Calvados; il
demandait un sauf-conduit pour aller le chercher: on hésita long-temps;
enfin on le lui accorda. M. de Bougon arriva; c'était en effet un homme
de beaucoup d'esprit; il parlait facilement, et semblait aussi propre à
l'exécution qu'au conseil, il proposa de marcher en Normandie, et assura
qu'on y exciterait facilement une insurrection. Son projet séduisit
plusieurs chefs. M. de Talmont surtout s'engoua beaucoup de M. Bougon;
mais on avait promis d'attaquer Granville, il n'y avait plus à revenir.

On partit de Fougères après un repos de trois jours, et l'armée fut
dirigée sur Granville. Elle arriva à Dol, et y séjourna un jour; ensuite
on passa à Pontorson, et de-là à Avranches. On trouva quelque résistance
dans cette dernière ville; cependant la garnison se retira avant que le
combat fût engagé. Les prisons de la ville étaient pleines de détenus
qui furent mis en liberté. Un détachement de cavalerie se porta au Mont
Saint-Michel, et délivra de malheureux prêtres qu'on avait entassés dans
cette forteresse: ils avaient eu tant à souffrir, que la plupart d'entre
eux se trouvèrent hors d'état de suivre leurs libérateurs.

Tout ce qui ne pouvait point combattre resta à Avranches avec les
bagages, et l'armée marcha sur Granville, au nombre de trente mille
hommes à peu près. L'attaque commença à neuf heures du soir: rien
n'avait pu être préparé; quelques échelles étaient le seul moyen qu'on
avait pour entrer dans une ville entourée de fortifications. Cependant
la première ardeur des soldats fut telle, que les faubourgs furent
emportés, et qu'ils escaladèrent les premiers ouvrages de la place, en
plantant des baïonnettes dans les murs; quelques-uns même parvinrent sur
le rempart avec M. Forestier; mais un déserteur, qui avait encore sa
veste blanche, ayant crié: «Nous sommes trahis! sauve qui peut!» nos
gens reculèrent; M. Forestier fut culbuté dans le fossé, et y resta
trois heures évanoui. En vain M. Allard brûla la cervelle à ce
déserteur; les Vendéens, qui avaient été d'abord emportés par un
mouvement rapide, eurent ainsi le temps de réfléchir sur leur témérité,
et s'arrêtèrent dans leur attaque. Les républicains se défendirent
obstinément; ils parvinrent à mettre le feu dans les faubourgs. Le
désordre commença alors dans l'armée vendéenne; les soldats, que leur
premier élan n'avait pas conduits à la victoire, se découragèrent
suivant leur coutume. L'attaque sur laquelle on comptait le plus, le
long d'une plage que la marée laissait découverte, fut manquée, parce
que deux petits bâtimens, arrivés de Saint-Malo, couvrirent ce point
de leur feu et démontèrent les batteries des Vendéens. On attendit
vainement le secours des Anglais: leur grande expédition ne pouvait être
arrivée; mais comme ils entendaient le canon à Jersey, il leur était
possible d'envoyer des vaisseaux et des renforts; l'apparence seule
d'un secours nous eût fait triompher. Peu à peu l'armée commença à se
débander: la longue portée des canons de rempart, auxquels nos gens
n'étaient pas accoutumés, les rebutait. Les chefs et les officiers
redoublèrent d'efforts et de courage pour maintenir les soldats.
L'évêque d'Agra parcourait les rangs en exhortant les soldats, et
cherchait une mort que sa position lui faisait désirer. Les Suisses
firent des prodiges de valeur; il y en eut vingt de tués. Cette
malheureuse attaque se continua pendant la journée du lendemain et
la nuit suivante, parce qu'on attendait les Anglais. MM. de Pérault,
Roger-Mouliniers, de Villeneuve, le chevalier de Beauvolliers, le
respectable M. le Maignan, furent blessés; le nombre des assiégeans
diminuait sans cesse par le combat ou la fuite. Enfin M. de La
Rochejaquelein fut forcé de consentir à la retraite; les soldats ne
voulaient plus continuer à se battre; l'attaque avait duré trente-six
heures; il n'y avait aucun moyen de les retenir. On n'avait pas de
vivres à leur distribuer; les munitions allaient manquer; on ne
pouvait compter sur un secours actuel des Anglais; il fallut revenir à
Avranches. Là on parla du projet de M. Bougon, et on voulait l'adopter.
M. de La Rochejaquelein partit sur-le-champ avec de la cavalerie pour
s'emparer de la Ville-Dieu, sur la route de Caen; mais bientôt une
sédition s'éleva dans l'armée. Dès qu'on vit qu'il était question de
prendre une route qui ne ramenait pas au bord de la Loire, les paysans
s'attroupèrent, et demandèrent à grands cris qu'on les conduisît dans
leur pays, en se répandant en murmures contre les généraux qui les en
avaient éloignés. Il fut impossible de songer à une autre marche qu'à
celle qu'ils exigeaient de la sorte, et que la plupart des officiers
préféraient aussi à toute autre. On fit de vains efforts; jamais on ne
put faire entendre raison aux soldats; ils se seraient révoltés contre
leurs chefs, plutôt que de les suivre en Normandie. Il fallut céder. On
annonça, à la grande satisfaction de tous, que l'on allait retourner
vers la Loire. Les soldats savaient qu'Angers était le poste le plus
important sur la route, auprès de ce fleuve; ils criaient qu'ils y
entreraient, même quand les murailles seraient de fer.

M. de La Rochejaquelein avait été jusqu'à la Ville-Dieu avec M.
Stofflet; il n'y avait pas de garnison: les habitans se défendirent avec
acharnement; ils prirent d'abord et massacrèrent quelques cavaliers
qui étaient venus en éclaireurs. Quand on fut entré dans les rues, les
femmes jetaient des pierres par les fenêtres. Henri leur cria
plusieurs fois de se retirer, puisqu'on ne tirait pas sur elles; elles
continuaient à s'obstiner. On fit tirer quelques coups de canon dans la
rue, et elles cessèrent. Le pillage fut permis dans cette ville; mais
nos gens ne firent aucun mal aux habitans. M. de La Rochejaquelein
apprit bientôt ce qui se passait à Avranches, et fut contraint de
revenir.

Le lendemain on prit la route qui mène à Pontorson. Six cents
républicains étaient venus, avant le jour, pour couper un pont qui est
à une lieue d'Avranches; mais Lejeay l'aîné, étant avec sa compagnie
de cavalerie couché près de-là, entendit du bruit, et, ayant rassemblé
quelque infanterie, courut sur l'ennemi arec M. Forestier. Ils
poursuivirent les bleus si vivement qu'il ne s'en sauva que dix; ils
allèrent jusqu'auprès de Pontorson, et étant tous deux seuls en avant,
ils se trouvèrent, au détour du chemin, en face de l'armée ennemie. Ils
voulurent revenir; mais Forestier avait un cheval rétif qu'il ne put
jamais faire retourner; il s'écria: «A moi, Lejeay, je suis perdu!»
Lejeay revint, prit la bride du cheval: ils se sauvèrent au milieu d'une
grêle de balles, et rejoignirent l'armée qui s'avançait.

Les républicains essayèrent de défendre Pontorson; ils furent battus et
perdirent beaucoup de monde; car ils furent chargés à la baïonnette dans
les rues. J'arrivai en voiture sur les neuf heures du soir, comme le
combat venait de finir. J'étais avec MM. Durivault et le chevalier de
Beauvolliers, tous deux blessés, et une femme de chambre qui portait
ma pauvre petite fille. La voiture passait à chaque instant sur
des cadavres; les secousses que nous éprouvions lorsque les roues
rencontraient ces corps, et le craquement des os qu'elles brisaient,
faisaient une impression affreuse. Quand il fallut descendre, un cadavre
était sous la portière; j'allais mettre le pied dessus lorsqu'on le
retira.

Forêt fut blessé à mort à Pontorson. On brisa un canon pour avoir des
chevaux à mettre à sa voiture.

Le matin du lendemain, on répandit le bruit que MM. de Talmont, de
Beauvolliers l'aîné et le curé de Saint-Laud, avaient quitté l'armée
pour s'embarquer dans un bateau de pêcheur et se faire conduire à
Jersey. Il n'y avait pas une heure qu'on s'était aperçu de leur absence,
que déjà Stofflet, resté seul pour commander l'arrière-garde, avait
envoyé M. Martin à leur poursuite; et que, sans autre explication, il
s'était emparé des chevaux de M. de Talmont, restés à Avranches; il
avait aussi forcé la caisse de M. de Beauvolliers, et se mettait en
devoir de prendre ou de distribuer tous les effets de ces messieurs,
en les traitant de déserteurs. Ils arrivèrent au bout de trois heures
d'absence, sans avoir été rencontrés par M. Martin, se plaignirent
hautement du mauvais procédé que l'on avait pour eux, et des propos que
l'on se permettait. Ils se firent restituer sur-le-champ ce qui leur
appartenait.

Ils racontèrent, pour se justifier, que madame de Cuissard, sa fille
madame de Fey et mademoiselle Sidonie de Fey, avaient voulu s'embarquer,
et s'étaient adressées à M. de Talmont pour qu'il leur en donnât les
moyens. Il avait fait marché avec un patron qui avait promis de passer
ces dames à Jersey; et le lendemain, dans la nuit, il les avait
conduites au rivage en priant M. de Beauvolliers et quelques cavaliers
de les accompagner. Le bateau n'avait pu s'approcher de terre à cause
de la marée. Le pêcheur avait crié qu'on pouvait, sans danger, venir à
cheval jusqu'auprès de la barque: ces dames n'avaient pas osé. Pendant
qu'elles hésitaient, on aperçut, de loin, les hussards républicains, et
il avait fallu revenir précipitamment.

Cette affaire fit d'abord un grand bruit dans l'armée. Beaucoup de
personnes ne voulurent pas croire à la justification de ces messieurs.
Cependant j'ai toujours été persuadée qu'ils avaient dit la vérité; leur
récit avait toute sorte de vraisemblance. M. de Talmont était fort lié
avec ces dames; il était tout-à-fait naturel qu'il n'eût pas songé, en
leur rendant service, à ce qu'on en pourrait dire ou penser. Pour M. de
Beauvolliers, il avait à l'armée deux frères qu'il aimait tendrement;
sa femme et sa fille étaient prisonnières à Angers, et il ne cessait
d'insister pour qu'on y marchât, afin de les délivrer. Il laissait la
caisse de l'armée; M. de Talmont et lui n'avaient pas même emporté un
porte-manteau. D'ailleurs, ces messieurs avaient tous les deux beaucoup
trop d'honneur pour être capables d'une pareille fuite. Il n'y avait
pas quatre jours que tous les officiers de l'armée s'étaient juré de ne
point s'abandonner, quelque chose qui pût arriver.

On fut surpris que Stofflet, qui était l'homme le plus dévoué à M. de
Talmont, se fût ainsi conduit envers lui; cependant tout reprit son
cours ordinaire, et il vint à bout de regagner ses bonnes grâces. Cette
caisse de l'armée, dont Stofflet avait pris ainsi possession, renfermait
quelques assignats endossés au nom du roi, le reste d'un million en
billets royaux que nous avions faits à Laval, et peut-être cinquante
mille livres en argent, offertes sur notre route par quelques personnes
zélées pour nous. Les billets royaux servaient à payer les vétemens des
soldats et les réquisitions; mais ni soldats, ni officiers n'avaient de
paie. Quand quelqu'un de l'armée n'avait rien, il le disait franchement,
et on lui donnait quelques secours modiques.

On passa un jour à Pontorson. Je me souviens que M. de La Rochejaquelein
vint me voir, et me donna un exemple de ces répugnances physiques
qu'aucun courage ne peut surmonter. On m'avait apporté un écureuil d'une
espèce étrangère, tout rayé de noir et de gris, qui avait été trouvé
dans la chambre de la femme d'un officier républicain; il était
apprivoisé, et je le tenais sur mes genoux. Sitôt que Henri entra et
qu'il vit ce petit animal, il devint pâle, et me raconta, en riant, que
la vue d'un écureuil lui inspirait une horreur invincible. Je voulus
lui faire passer la main sur son dos; il s'y résolut, mais il était
tremblant. Il convint, avec grâce et simplicité, de cette impression
involontaire, sans songer à rappeler, même indirectement, que cela était
plus singulier dans lui que dans un autre.

Le soir, je trouvai un vieux paysan angevin qui était à l'armée
avec cinq fils: l'un d'eux était blessé; les autres le portaient et
soutenaient aussi leur père: je cédai ma chambre à cette respectable
famille, et je m'en allai coucher dans une grande salle sur un matelas.

Nous arrivâmes à Dol, d'autant plus fatigués, qu'il ne s'était pas
trouvé de vivres à Pontorson. J'entrai dans une chambre où était déjà
le chevalier de Beauvolliers, qui souffrait toujours de sa blessure. Un
instant après, Agathe arriva en pleurant; elle me dit qu'il y avait
dans la cuisine un pauvre jeune homme qu'on allait fusiller, et qui
paraissait n'être pas coupable; elle me pria de l'entendre. Il entra et
se jeta d'abord à mes pieds: sa figure était douce et intéressante. Il
raconta qu'il se nommait Montignac; qu'on l'avait forcé de s'enrôler
dans un bataillon à Dinan; que, pour pouvoir passer chez les Vendéens,
il s'était fait envoyer à Dol; qu'à l'arrivée de notre avant-garde, il
avait quitté les gendarmes avec lesquels il était, pour venir au-devant
de nos cavaliers; que le premier qu'il avait rencontré, était un grand
jeune homme, vêtu d'une redingote bleue et portant une écharpe blanche
et noire. Il avait déclaré à ce jeune homme qu'il voulait servir avec
les Vendéens. Alors M. de La Rochejaquelein, car je connus que c'était
lui, avait ordonné à un cavalier de prendre soin du nouveau venu. En
rentrant à Dol, Montignac perdit de vue son cavalier. Il avait voulu
changer de vêtement. Il avait vu une vingtaine de soldats chez un
marchand de draps, où ils prenaient ce qui leur convenait; encouragé par
eux, il avait emporté une pièce d'étoffe. Un officier l'avait rencontré,
et l'avait conduit au conseil comme pillard. Il avait encore un habit de
volontaire; on le prit pour un transfuge qui venait donner un mauvais
exemple à nos gens: il fut condamné.

Comme il achevait son récit, Agathe rentra en criant: «Madame, voilà
les Allemands qui viennent le chercher pour l'exécuter!» Il se jeta de
nouveau à mes pieds: je résolus de le sauver. Je montai chez mon père,
où se tenait le conseil. Quand je fus là, au milieu des généraux, on me
demanda ce que je voulais. Je n'osai pas m'expliquer, et je répondis
que je venais chercher un verre d'eau. Je redescendis; et, d'un ton
d'autorité, je dis aux Allemands: «Retirez-vous: le conseil met
le prisonnier sous la garde du chevalier de Beauvolliers.» Ils se
retirèrent. J'envoyai chercher M. Allard, et je le priai d'arranger avec
M. de La Rochejaquelein toute cette affaire. Je fus heureuse de sauver
ce pauvre homme. La veille, j'avais été fort touchée en voyant passer
devant mes fenêtres trois Mayençais qu'on menait au supplice, et qui s'y
rendaient avec une noble et fière résignation.



                            CHAPITRE XVII.

Batailles de Dol.--Marche par Antrain, Fougères et la Flèche.--Siège
d'Angers.


Sur les neuf heures du soir, l'alarme se répandit dans la ville.
Une patrouille de hussards républicains, profitant de la négligence
incorrigible avec laquelle nos soldats se gardaient, s'avança jusqu'à
l'entrée de la ville. On cria: _Aux armes!_ En un clin-d'oeil l'armée
fut sur pied, et les hussards s'enfuirent.

Les cris et le tumulte me réveillèrent: je m'étais endormie de fatigue,
bien que je souffrisse de la faim. Ma mère me dit qu'on avait soupé, et
que je trouverais à manger dans un seau de puits qui était là sur la
table: on avait fait cuire du mouton et des pommes de terre; et comme on
avait trouvé ce ragoût trop salé, on l'avait porté à la fontaine pour y
ajouter de l'eau. Je me mis à pêcher, avec mon couteau, quelques pommes
de terre; c'était là le souper que j'étais heureuse de trouver: souvent
j'avais à regretter de pareils repas.

L'alerte des hussards avait fait soupçonner que l'armée républicaine
s'avançait pour attaquer Dol. Quelques officiers avaient été envoyés
en reconnaissance; car il était impossible de faire faire ce genre
de service aux soldats; souvent un seul officier, presque toujours
l'infatigable M. Forestier, se portait en avant pour reconnaître
l'ennemi. La patrouille revint au galop vers minuit, en annonçant qu'il
fallait se préparer à soutenir l'attaque d'une armée nombreuse qui
s'approchait de Dol.

La ville est formée d'une seule rue, extrêmement large, qui est la
grande route de Dinan; du côté opposé, la route se divise, presque
à l'entrée de la ville, en deux branches: l'une va à Pontorson et
Avranches, l'autre à Antrain et Fougères.

On vit bien que l'affaire allait être terrible, et que nous étions tous
perdus si la victoire n'était pas à nous: toutes les mesures furent
prises avec soin. Comme on pouvait éprouver un revers, les femmes, les
blessés, tout ce qui ne combattait pas, sortit des maisons et se rangea
le long des murs. Les bagages, les chariots, l'artillerie de rechange,
formaient une file au milieu de la rue. La cavalerie, qui jamais ne se
mettait en ligne au commencement de l'action, parce qu'elle était mal
montée et peu formée aux manoeuvres, était placée sur deux rangs, de
chaque côté, entre les canons et les femmes. Les cavaliers avaient le
sabre à la main, et se tenaient prêts à déboucher dès que l'ennemi
aurait commencé à plier.

Pour animer tous les soldats, on fit parcourir la ville par vingt
tambours qui battaient la charge; enfin au moment où les Vendéens se
rangeaient à l'entrée de la ville, l'attaque commença au milieu d'une
nuit obscure.

Ce moment était terrible: les cris des soldats, le roulement des
tambours, le feu des obus, qui jetaient sur la ville une lueur sombre,
le bruit de la mousqueterie et du canon, l'odeur et la fumée de la
poudre, tout contribuait à l'impression que recevaient de ce combat ceux
qui attendaient de son issue la vie ou la mort. Au milieu du bruit nous
gardions un morne silence. Déjà nous avions passé une demi-heure dans
cette cruelle attente, lorsque nous entendîmes tout-à-coup crier à
l'entrée de la ville: «En avant la cavalerie! _Vive le Roi!_» Cent mille
voix, hommes, femmes, enfans, répétèrent sur-le-champ ce cri de _vive
le Roi_, qui nous apprenait que nos braves défenseurs venaient de nous
sauver du massacre. Les cavaliers partirent au grand galop, en criant
avec enthousiasme: _Vive le Roi!_ Ils agitaient leurs sabres, que la
lueur du feu faisait briller dans l'obscurité. Un rayon d'espérance
ranima tous les coeurs: les femmes rentrèrent dans les maisons. M.
Durivault vint me retrouver: «En voilà bien assez pour un blessé,» me
dit-il. C'était en effet un grand acte de dévouement, que d'aller se
battre dans l'état où il était. Il m'apprit que les bleus étaient en
pleine retraite.

Tout le reste de la nuit nous écoutâmes le canon dont le bruit,
s'éloignant lentement, nous faisait juger que les républicains se
défendaient pied à pied. Vers le matin ils avaient pourtant reculé de
deux lieues. Un brouillard épais se leva en ce moment, et, peu après, un
domestique de mon père arriva en toute hâte, et nous dit secrètement de
sa part qu'il fallait sur-le-champ monter à cheval et fuir, parce que
nos soldats étaient en déroute. On me plaça sur un cheval; et voyant
que ma mère et mon entourage habituel allaient me suivre, je sortis. La
fatale nouvelle s'était déjà répandue dans la ville: une foule immense
remplissait la rue et s'enfuyait. Je me trouvai bien vite entraînée par
tous ces fugitifs. Les soldats, les femmes, les blessés, tous étaient
pêle-mêle, et je fus poussée seule au milieu de trois ou quatre cents
cavaliers qui semblaient vouloir se rallier, et qui criaient d'une voix
lugubre: «Allons, les braves, à la mort!» Ce n'était point un cri de
guerre propre à encourager; aussi fuyaient-ils comme les autres.

J'étais vêtue en paysanne; j'avais adopté cet habit grossier pour
remplacer le deuil, et parce qu'il pouvait aussi aider à me sauver
en cas d'accident. Le chagrin et la fièvre lente qui me consumaient,
contribuaient, plus encore que mon vêtement, à me rendre méconnaissable.
J'étais là toute troublée parmi ces cavaliers, sans savoir à qui
m'adresser, sans reconnaître personne. Un cavalier leva son sabre
sur moi, en me disant: «Ah! poltronne de femme, tu ne passeras
pas.--Monsieur, je suis grosse et mourante: prenez pitié de moi.--Pauvre
malheureuse! je vous plains,» répondit-il, et il me laissa aller.

Je fus encore arrêtée et insultée plus d'une fois. Les soldats, tout en
s'enfuyant, reprochaient injustement aux femmes d'en faire autant, et
d'être cause de la déroute par leurs frayeurs. Enfin, je parvins au bas
de la ville, sur la route de Dinan. Il y a là un petit pont; j'y trouvai
M. de Pérault, qui, tout blessé qu'il était, faisait placer des pièces
pour protéger la retraite, dans le cas où les bleus parviendraient à
s'emparer de la ville; il commandait tous ses canonniers avec beaucoup
de sang-froid, et il exhortait les soldats à retourner au combat.

A quelques pas de-là, je vis M. de Denau-Duchesne, âgé de seize ans,
aide-de-camp de M. de Talmont, qui s'employait avec ardeur à rallier les
fuyards; il les menaçait, les encourageait, les poussait en avant, leur
donnait des coups de plat de sabre: il ne me reconnut pas. «Que les
femmes s'arrêtent aussi, disait-il, et qu'elles empêchent les hommes de
fuir!» Je me plaçai à côté de lui, et j'y restai trois quarts d'heure
sans rien dire, témoin de tous ses efforts. Il parvint à faire
rétrograder quelques soldats.

J'aperçus là Montignac; il se jeta à la bride de mon cheval, en disant:
«Vous êtes ma libératrice, je ne vous quitte pas: nous périrons
ensemble.» Je n'étais pas encore bien sûre de lui: «Ce n'est pas ici que
vous devez être, lui répondis-je; si vous n'êtes pas un traître, allez
vous battre.» Il n'avait pas d'armes; je lui dis que malheureusement nos
soldats jetaient assez de fusils pour qu'il en trouvât. En effet, il en
ramassa un, l'éleva d'un air content en passant auprès de moi, et courut
au combat où il se conduisit bravement: il tua deux cavaliers et prit
leurs chevaux.

C'était un affreux spectacle que cette déroute: les blessés qui ne
pouvaient se traîner, se couchaient sur le chemin; on les foulait aux
pieds; les femmes poussaient des cris, les enfans pleuraient, les
officiers frappaient les fuyards. Au milieu de tout ce désordre, ma mère
avait passé sans que je la reconnusse. Un enfant avait voulu l'arrêter
et la tuer, parce qu'elle fuyait; elle rencontra M. de Marigny qui lui
fit faire place; et comme son cheval était bon, elle se trouva bientôt à
la tête de la déroute. Quelle fut alors sa surprise de voir M. Stofflet,
toujours si brave, qui dans ce moment fuyait des premiers, tout égaré!
Elle lui témoigna son étonnement de le rencontrer en une telle place.
Il parut très-honteux, revint sur ses pas ainsi qu'elle, et se mit à
rallier les fuyards. On fit alors un dernier effort pour les ramener.
M. de Marigny, avec sa taille d'Hercule, était là, le sabre à la main,
comme un furieux: M. d'Autichamp et la plupart des chefs couraient après
les fuyards pour les rallier. On représentait aux soldats qu'ils étaient
sans asile; que Dinan était une place forte, qu'ils allaient être
acculés à la mer et massacrés par les bleus; on leur disait que c'était
abandonner une victoire déjà remportée; on les assurait que leur général
se défendait encore sans avoir reculé: enfin, ayant, à force de prières,
obtenu un moment de silence pour écouter le bruit du canon,
ils s'assurèrent par eux-mêmes qu'il ne s'était pas rapproché.
«Abandonnerez-vous votre brave général? leur dit-on.--Non, s'écrièrent
mille voix: _Vivent le roi et M. de La Rochejaquelein_!» Et l'espérance
rentra dans les cours. Sur toute la route, dans la ville, derrière
les combattans, on leur répétait les mêmes discours. Mon père était à
l'embranchement de deux routes, au-dessus de la ville, pour arrêter ceux
qui voulaient encore fuir.

Les femmes ne montraient pas moins d'ardeur à rappeler les soldats
à leur devoir: ma mère les exhortait sans se décourager; madame de
Bonchamps, qui était dans la ville, ralliait les gens de l'armée de son
mari. Malgré mon peu de bravoure, j'eus bien aussi le désir de m'opposer
à la déroute; mais j'étais si faible et si malade, que je ne pouvais me
soutenir. Je voyais de loin quelques personnes de ma connaissance;
je n'osais me remuer pour aller les joindre, de peur d'accroître le
désordre et d'avoir l'air de fuir. Un grand nombre de femmes firent des
prodiges de force et de caractère: elles arrêtaient les fuyards, les
battaient, s'opposaient à leur passage. Je vis la femme de chambre de
madame de la Chevalerie, prendre un fusil, mettre son cheval au galop,
en criant: «En avant! au feu les Poitevines!» Les prêtres exercèrent une
bien plus grande influence encore: c'est la seule fois que je les ai vus
mêlés aux combattans, employant tous les moyens de la religion pour
les animer; et je ne pense pas qu'on puisse leur faire le reproche
calomnieux d'avoir alors fanatisé l'armée, comme le disaient les bleus.
Pendant l'instant où l'on faisait un peu de silence pour écouter le
canon, le curé de Sainte-Marie-de-Ré monta sur un tertre auprès de moi;
il éleva un grand crucifix, et, d'une voix de Stentor, se mit à prêcher
les Vendéens. Il était hors de lui-même, et parlait à la fois en prêtre
et en militaire: il demanda aux soldats s'ils auraient bien l'infamie de
livrer leurs femmes et leurs enfans au couteau des bleus; il leur dit
que le seul moyen de les sauver était de retourner au combat. «Mes
enfans, disait-il, je marcherai à votre tête, le crucifix à la main;
que ceux qui veulent me suivre se mettent à genoux, je leur donnerai
l'absolution: s'ils meurent, ils iront en paradis; mais les poltrons
qui trahissent Dieu et qui abandonnent leurs familles, les bleus les
égorgeront, et ils iront en enfer.» Plus de deux mille hommes qui
l'entouraient, se jetèrent à genoux; il leur donna l'absolution à
haute voix, et ils partirent en criant: «_Vive le roi_! nous allons en
paradis!» Le curé était à leur tête, et continuait à les exciter.

Nous demeurâmes en tout pendant plus de six heures épars dans les
prairies qui bordent la route, en attendant notre sort. De temps en
temps on venait nous apprendre que nos gens conservaient toujours
l'avantage. Cependant nous n'osions pas rentrer dans la ville. Enfin on
sut que la victoire était complète, et que les républicains s'étaient
retirés. Nous revînmes à Dol. Les soldats, les officiers, les prêtres,
tout le monde se félicitait et s'embrassait: on remerciait les femmes
de la part qu'elles avaient eue à ce succès. Je vis revenir le curé de
Sainte-Marie, toujours le crucifix à la main, en tête de sa troupe; il
chantait le _Vexilla Régis_, et tout le monde se mettait à genoux sur
son passage.

Nous sûmes alors tout ce qui s'était passé dans le combat. L'attaque
avait commencé à minuit; les Vendéens s'étaient précipités avec fureur
sur les républicains et les avaient fait plier. L'obscurité de la nuit
et l'acharnement des deux partis étaient tels, qu'au milieu de la mêlée,
des combattans s'étaient saisis corps à corps, et se déchiraient avec
les mains. On avait pris des cartouches aux mêmes caissons. Des Vendéens
étaient arrivés sur une batterie; les canonniers, les prenant pour des
bleus, avaient crié: «Camarades, rangez-vous, que nous tirions!» Alors
nos soldats les ayant reconnus à la lueur du feu, les avaient massacrés
sur les pièces.

A sept heures du matin, les républicains avaient été repoussés
jusqu'à deux lieues et demie de Dol, sur les deux chemins. M. de La
Rochejaquelein était à l'aile gauche, sur la route de Pontorson.

Quand il vit les bleus en pleine retraite de ce côté, il voulut se
porter vers la droite, au chemin d'Antrain où il entendait encore un feu
très-vif. La poudre venait d'y manquer, les artilleurs avaient envoyé
des cavaliers au grand galop pour en rechercher. Le brouillard épais fît
imaginer aux soldats que c'était un mouvement de la cavalerie ennemie;
ils en furent épouvantés, et prirent la fuite. Les officiers coururent
pour les rallier; on crut qu'ils fuyaient; la frayeur devint plus
grande. La déroute commença: les plus braves s'y laissèrent entraîner.
Ce fut là le spectacle qui s'offrit à Henri, lorsque, accompagné de M.
Allard, du chevalier Desessarts, et de quelques autres officiers, il se
portait à la droite. Le désespoir s'empara de lui; il crut tout perdu,
et résolut de se faire tuer: il avança vers les bleus pour chercher la
mort, et demeura plusieurs minutes exposé en face d'une batterie,
les bras croisés. M. Allard essayait vainement de le retenir, et le
suppliait de ne pas se sacrifier. Cependant on entendait toujours un feu
soutenu à l'extrémité de la droite. M. de La Rochejaquelein y courut;
il y trouva M. de Talmont qui, à la tête de quatre cents hommes,
se maintenait avec une constance héroïque, faisant illusion aux
républicains sur ses forces, à la faveur du brouillard qui leur cachait
la fuite de nos gens. MM. de la Marsonnière et de Beaugé ne l'avaient
point abandonné, et à eux deux ils servaient une pièce dont les
canonniers s'étaient enfuis. Henri arriva au secours de M. de Talmont:
sa présence ramena quelques soldats. Un instant après, les fuyards,
ralliés par leurs officiers, commencèrent à revenir, et alors l'affaire
fut complètement décidée. S'il y avait eu moins de désordre, on aurait
troublé la retraite des républicains et obtenu un plus grand avantage;
mais on ne put les poursuivre.

Ce combat fit beaucoup d'honneur à M. de Talmont. M. de La
Rochejaquelein et toute l'armée se plurent à répéter cette vérité, qu'on
lui devait notre salut. La vigueur avec laquelle M. Stofflet avait
arrêté la déroute, fît oublier qu'il avait commencé par s'y laisser
entraîner. Quelques officiers ne parurent plus, soit qu'ils se fussent
enfuis trop loin pour rejoindre l'armée, soit que leur constance fût
épuisée. On fut surpris de ne plus voir M. Keller qui s'était toujours
montré si brave. Il parvint jusqu'à Paris, s'y cacha pendant un an; il
voulut ensuite aller rejoindre les Chouans en Bretagne, qui le prirent
pour un espion, et le fusillèrent. M. Putaut, médecin de Fougères, chez
qui j'avais logé, et qui commandait les Bretons, s'étant joint à l'armée
lors de notre passage en cette ville, ne revint pas non plus: il s'était
pourtant fort bien battu à Granville et à Pontorson. En 1792, il avait
été dans la garde du roi, et s'était fait une grande réputation de
duelliste contre les jacobins. Dans le peu de temps qu'il passa à
l'armée, il montra un courage plein de jactance: il fut pris peu de
temps après par les bleus, et périt à Rennes sur l'échafaud. On perdit
aussi beaucoup d'autres officiers peu connus, qui disparurent. M. de
S*** profita de l'occasion: on sut qu'il était parvenu sur la côte, et
qu'il avait réussi à passer en Angleterre où il se donna pour un des
généraux.

J'avais grande envie d'essayer aussi si je pourrais aller chercher un
asile en Angleterre; mais je ne connaissais personne dans le pays; je ne
savais à qui me confier. Je voyais que les bleus massacraient les femmes
et les enfans qui tombaient entre leurs mains; j'espérais que l'armée
pourrait rentrer en Poitou: je m'abandonnai au sort commun.

On passa une nuit assez tranquille. Le lendemain, les républicains
ayant su ce qui s'était passé la veille dans la ville, revinrent encore
attaquer sur les dix heures du matin, par les deux routes. Les Vendéens
combattirent avec courage, et le succès ne fut pas un instant douteux;
mais l'ennemi se défendit avec tant d'opiniâtreté que le combat dura
quinze heures: il se termina par la déroute complète des bleus qui
perdirent un monde prodigieux. On les poursuivit jusque dans Antrain, et
ce fut dans la ville même qu'eut lieu le plus grand massacre.

J'avais eu la faiblesse de ne pas rester dans la ville; j'étais allée,
avec ma mère et quelques autres femmes, attendre sur la route opposée le
résultat de la bataille. M. de Saint-Hilaire commandait une patrouille
sur cette route, pour observer si la garnison de Dinan se portait sur
nos derrières: elle ne sortit pas, et M. de Saint-Hilaire parvint à
ramasser quelques vivres et du pain pour les blessés. On perdit deux
braves officiers à ce combat. M. Dehargues, en poursuivant les hussards,
fut emporté par son cheval qui alla s'abattre au milieu de l'escadron
ennemi: on le saisit sans qu'il pût se défendre. MM. de La
Rochejaquelein et de La Roche-Saint-André furent aussi enveloppés par
les hussards; il se défendirent long-temps. Henri parvint à s'échapper,
son cheval blessé, et revint sur-le-champ avec quelques cavaliers,
délivrer M. de La Roche-Saint-André qui était mortellement blessé: mais
il fit en vain poursuivre les hussards à toute outrance jusqu'au-delà de
Pontorson; on ne put reprendre M. Dehargues. Son écharpe blanche l'avait
fait reconnaître pour un chef; et il avait été sur-le-champ emmené
au grand galop. Il périt à Rennes sur l'échafaud; il montra un grand
courage; et, en recevant le coup, il cria: _Vive le roi_! C'était un
bourgeois de la Châtaigneraie.

M. de La Rochejaquelein, après la victoire, ne ramena pas l'armée à Dol.
Les bagages, les femmes, et tout ce qui ne combattait pas, quittèrent
cette ville pour aller le rejoindre à Antrain. Les rues étaient encore
pleines de sang et de morts quand nous y entrâmes; on n'y trouva aucune
provision, et tout le monde souffrit beaucoup de la faim. Je vécus
de quelques oignons que j'arrachai dans un jardin. Neuf Mayençais
prisonniers furent condamnés à mort. Le curé de Sainte-Marie obtint
la grâce de plusieurs d'entre eux, qu'il avait demandée avec la même
chaleur qu'il avait mise à rallier l'armée.

Le lendemain, l'armée marcha sur Fougères, et l'occupa sans résistance;
on y séjourna un jour. Un _Te Deum_ fut chanté pour les victoires de
Dol: ce fut une cérémonie déchirante, par le contraste qu'elle offrait
avec notre situation désespérée.

De Fougères nous nous rendîmes, par Ernée, à Laval; on y passa deux
jours: de-là à Sablé, puis à la Flèche. Dans toute cette route, on
n'aperçut pas les bleus: les défaites de Dol les avaient consternés;
les restes de leur armée avaient couru s'enfermer à Angers, et le
fortifiaient à la hâte. Quelques abattis d'arbres allumés se trouvaient
sur plusieurs points de la route; mais pas un soldat ne les défendait.

Notre entrée dans toutes ces villes, que nous avions occupées peu de
jours auparavant était pour nous un spectacle d'horreur et de désespoir.
Partout nos blessés, nos malades, les enfans qui n'avaient pu nous
suivre, nos hôtes, ceux qui nous avaient montré quelque pitié, avaient
été massacrés par les républicains. Chacun de nous continuait sa route
avec la certitude de périr dans les combats, ou d'être égorgé plus tôt
ou plus tard.

On se rendit de la Flèche sous les murs d'Angers. Nous couchâmes dans
un village qui en était éloigné de deux lieues. Le lendemain, l'attaque
commença. Les républicains avaient barricadé toutes les entrées, et
protégé tous les endroits faibles par quelques fossés et des remparts en
terre; ils avaient des batteries fort bien placées, et se bornèrent à
se défendre sans tenter une seule sortie. Nos gens, qui s'attendaient à
combattre corps à corps, et qui n'avaient jamais su attaquer la moindre
fortification, se découragèrent dès qu'ils virent la bonne contenance
des bleus: le canon nous emportait beaucoup de monde, dès qu'on
s'approchait. Les chefs voulurent en vain tenter un assaut général;
jamais on ne put y déterminer les Vendéens: ces malheureux, qui depuis
Granville ne parlaient que de prendre Angers à tout prix, ne purent
retrouver leur ardeur accoutumée. Le malheur, la faim, les misères de
toute espèce, les avaient abattus; toutes les instances, toutes les
menaces furent inutiles; on alla jusqu'à leur promettre le pillage de
la ville; mais loin d'encourager les Vendéens, cette promesse, malgré
l'horreur de notre position et les cruautés des bleus, scandalisa
beaucoup. La plupart disaient que Dieu nous abandonnerait, s'il était
question de pillage.

Notre artillerie cependant faisait bien son devoir, et tâchait de faire
une brèche praticable. Les généraux, les officiers, la cavalerie qui
avait mis pied à terre, continuaient l'attaque avec obstination; on ne
pouvait pas entraîner les soldats en avant, mais on les maintenait.

Je m'étais avancée avec ma famille vers Angers, et toutes les personnes
qui suivaient l'armée en avaient fait autant. Comptant sur un prompt
et facile succès, nous étions tous entassés dans les faubourgs. Les
habitans n'y étaient plus; on les avait forcés à rentrer dans la ville;
leurs maisons étaient démeublées; beaucoup même étaient brûlées. Nous
portâmes de la paille dans une grande chambre; je me jetai dessus avec
ma mère et une foule d'autres personnes. J'étais tellement accablée que
je dormis pendant plusieurs heures au bruit du canon. Nous en étions
fort près; les boulets portaient près de nous.

Il y avait vingt heures que l'attaque durait, lorsque je me réveillai
le lendemain matin: je montai à cheval, sans rien dire à personne, pour
aller savoir quelques nouvelles. J'appris et je vis que nos soldats ne
voulaient pas tenter l'assaut, et qu'il restait bien peu d'espoir.
Ma tête s'égarait; j'avançais toujours. Je rencontrai le chevalier
Desessarts qui revenait blessé au pied. Il me raconta que nos batteries
ayant fait une petite brèche, MM. de La Rochejaquelein, Forestier, de
Boispréau, Rhines et lui s'y étaient jetés: personne n'avait osé les
suivre. MM. de Boispréau et Rhines avaient été tués, lui blessé; les
deux autres avaient eu bien de la peine à se retirer. Son récit, et ce
que je voyais, me donnèrent une sorte de désir d'aller au feu et de
risquer ma vie, tant je souffrais de la position où nous nous trouvions.
Je continuai à avancer: je n'avais pas plus de courage qu'à l'ordinaire,
car j'éprouvais une frayeur extrême; mais le désespoir me poussait en
avant, comme malgré moi, jusqu'au milieu du feu. Mon père, qui était
au fort de l'action, m'aperçut de loin, et me cria de retourner; je
m'arrêtai indécise. Il envoya un cavalier qui prit la bride de mon
cheval et me ramena. J'éprouvai un secret mouvement de satisfaction, me
voyant ainsi hors du danger que j'allais chercher.

Je retournai près de ma mère: elle était seule; sa voiture était restée
sur le grand chemin; ma tante avait voulu y remonter avec ma petite
fille. Un instant après, le postillon, qui était un lâche, vint et nous
dit que l'on voyait arriver, sur les derrières, les hussards ennemis
pour nous attaquer; qu'il avait coupé les traits des chevaux, et que
ma tante était descendue précipitamment pour venir nous retrouver. Je
courus vite du côté où elle devait être; je trouvai ma fille dans les
bras de sa bonne, qui venait la rapporter dans la maison; mais il me fut
impossible de savoir où ma tante avait passé. Les bagages, les voitures
étaient dételées; la foule se pressait autour pour échapper aux
hussards; cependant elle ne pouvait avancer de l'autre côté, parce que
les boulets de la ville arrivaient jusqu'aux premiers chariots de nos
équipages. Je voulus m'approcher de notre voiture qui était tout-à-fait
à la tête, un boulet et un biscaïen passèrent à côté de moi. Pendant que
j'étais occupée à la triste recherche de ma tante, M. Forestier arriva,
et me dit qu'il allait, avec la cavalerie, repousser les hussards; il
me parla avec un sang-froid et une confiance qui me firent une vive
impression: son chapeau et sa redingote étaient percés de balles.
«Voilà, me dit-il en me montrant deux trous, les balles qui ont tué
Boispréau et Rhines.»

La cavalerie chassa les hussards, bien qu'ils eussent de l'artillerie
légère. M. Richard, qui avait eu l'oil crevé à Châtillon, fut blessé
au bras et fait prisonnier dans ce combat. Le général Marigny, qui
commandait la cavalerie des bleus, fut si charmé de sa bravoure,
qu'il le renvoya sur-le-champ, mais à pied et sans armes. M. de La
Rochejaquelein rendit aussitôt au général Marigny deux dragons tout
équipés, les seuls qu'il venait de prendre, en le faisant remercier, et
lui offrant à l'avenir dix prisonniers pour un. Ce général républicain,
le seul qui, à ce moment, ait montré de l'humanité en combattant contre
nous, fut tué le jour même.

Après trente heures d'attaque, il fallut bien prendre le parti de lever
le siège d'Angers; la retraite commença vers les quatre heures du soir.
Nous restâmes long-temps à chercher ma pauvre tante, à l'appeler, à
fouiller dans toutes les maisons des environs, sans pouvoir en découvrir
la moindre trace. Ma mère était inconsolable; mon père envoya beaucoup
de gens de tous côtés, sans avoir plus de succès. Enfin, lorsqu'il ne
fut plus possible de demeurer en arrière, sans courir le risque d'être
pris, nous suivîmes l'armée, pensant que ma tante avait pris le parti de
se cacher, car elle avait de l'argent sur elle en assez grande quantité.
Nous n'avons jamais appris les détails de cette triste et surprenante
disparition; mais nous avons su qu'elle avait été prise et avait été
fusillée deux jours après.

J'arrivai à deux lieues d'Angers: le froid, la fatigue, le chagrin,
m'avaient comme anéantie; je me jetai sur un matelas avec ma mère,
pêle-mêle avec beaucoup de gens. Presque toute l'armée bivouaqua.

Nous n'avions plus d'espoir de salut; l'armée était livrée au
découragement le plus complet; on ne voyait plus aucun moyen de repasser
la Loire. Tous les projets qu'on avait formés reposaient sur la prise
d'Angers. On était mécontent des soldats qui n'avaient pas montré
l'ardeur qu'on en attendait. Les maladies se multipliaient chaque jour.
On entendait de toutes parts les cris des malheureux blessés que l'on
était forcé d'abandonner; la famine et le mauvais temps se joignaient à
toutes ces souffrances; les chefs étaient harassés de corps et d'ame;
ils ne savaient quel parti prendre. Telle était notre situation.



                             CHAPITRE XVIII.

Retour à la Flèche.--Déroute du Mans.


Avant d'avoir rien décidé sur la route qu'on devait tenir, on se porta
sur Beaugé qui fut occupé sans résistance. M. de Royrand mourut en
chemin des suites de sa blessure. Le lendemain, la cavalerie dès bleus
vint nous attaquer avec de l'artillerie légère. De ma fenêtre je voyais
le combat. Les boulets roulaient dans le jardin qui était au-dessous.
Nos gens se portèrent vivement sur les assaillans et les repoussèrent;
on les poursuivit pendant deux lieues sur la route d'Angers, jusqu'au
beau château de Jarzé, qui avait déjà été vendu nationalement. Les
républicains y avaient mis le feu: on chercha inutilement à l'éteindre.
Nous perdîmes un peu de monde dans cette affaire. M. Rouchen, commandant
de la paroisse du Pin, fut douloureusement blessé par son fusil qui
éclata dans ses mains, ce qui le mit hors d'état de combattre.

Il fallait cependant prendre un parti et déterminer la marche de
l'armée. On parla d'aller à Saumur et à Tours; mais ces deux villes sont
sur la rive gauche; d'ailleurs on ne pouvait y arriver que par la levée
qui borde la Loire, et il était dangereux de s'engager dans une telle
route. M. le chevalier Desessarts, à qui sa bravoure et sa facilité de
parler et d'écrire donnaient parfois trop de présomption, mit beaucoup
d'entêtement à soutenir ce plan. Il disait qu'en se mettant sur la
levée, et en la coupant, on détournerait une grande partie des eaux
de la Loire, et qu'elle deviendrait guéable. On ne pouvait le faire
convenir de l'absurdité de ce projet.

Il fut enfin résolu qu'on marcherait sur le Mans par la Flèche. Les
paysans du Maine passaient pour être royalistes; d'ailleurs, c'était se
rapprocher de la Bretagne où l'on pouvait encore espérer de se recruter
et de se défendre. On se mit donc en marche. J'étais en voiture avec
le chevalier de Beauvolliers: son frère aîné vint nous parler à la
portière. Il me remercia, les larmes aux yeux, des soins que j'avais
pour son frère, et me pria de les continuer. «Pour moi, dit-il, je suis
le plus malheureux des hommes; ma femme et ma fille sont prisonnières à
Angers; j'espérais les délivrer: elles vont périr sur l'échafaud, sans
que je puisse les sauver. Depuis Avranches, où l'on m'a si injustement
accusé, on me voit de mauvais oeil; on me montre des soupçons: c'est
aussi trop de malheur!» Il nous dit adieu, et se retourna encore en me
criant d'avoir soin de son frère. Depuis ce jour, il quitta l'armée pour
n'y plus revenir. Peut-être n'avait-il point formé le dessein arrêté
de se retirer. Il avait laissé son propre argent et ses effets dans le
chariot de la caisse militaire, et assurément il les eût donnés à son
frère, s'il avait cru ne pas le revoir. Il m'a raconté, quand je l'ai
retrouvé, qu'il s'était écarté de la route avec M. Langlois, son
beau-frère, pour aller chercher des vivres, qu'il se vit coupé par les
hussards, et prit décidément le parti qui roulait vaguement dans sa
tête; son beau-frère fut pris et a péri.

Notre retraite était protégée par une arrière-garde nombreuse que
commandait M. de Piron. Nous comptions être attaqués de ce côté-là; mais
nous pensions trouver peu de résistance devant nous. Quelle fut notre
surprise et notre douleur, lorsqu'en arrivant à la Flèche, on vit le
pont coupé et trois ou quatre mille hommes placés sur l'autre rive! nous
nous crûmes perdus, car, dans le moment même, on attaquait M. de Piron.
M. de La Rochejaquelein ordonna de tenir ferme en avant et en arrière,
et de continuer le feu: M. de Verteuil y fut tué. Henri prit trois
cents braves cavaliers, qui mirent trois cents fantassins en croupe; il
remonta la rivière à trois quarts de lieue, trouva un gué, arriva vers
le soir aux portes de la ville, fit mettre pied à terre aux fantassins,
et se précipita dans les rues à la tête de sa troupe, en criant: _Vive
le Roi!_ Les bleus, surpris et effrayés, prirent la fuite par la route
du Mans. Henri fit en hâte rétablir le pont, et courut à l'arrière-garde
où il repoussa les hussards ennemis[16]. Une partie de l'armée entra
dans la ville; les bagages restèrent sur la route jusqu'au jour; je
couchai dans ma voiture. Le lendemain, la cavalerie revint encore
attaquer. L'armée était épuisée de fatigue. M. de La Rochejaquelein,
accompagné de MM. de Beaugé et Allard, et d'un bien petit nombre
d'officiers, défit encore les détachemens ennemis; et quand les bagages
furent entrés, il fit de nouveau couper le pont, et procura vingt-quatre
heures de repos à l'armée. Il fut douloureusement mécontent de
l'insouciance des officiers qui étaient restés à la Flèche, le laissant
combattre presque seul. «Messieurs, leur dit-il avec amertume, ce n'est
donc pas assez de me contredire au conseil, vous m'abandonnerez au feu?»

[Note 16: Un paysan qui me parlait, il y a quelque temps, de cette
affaire, me dit: M. Henri, au moment de charger, fit son grand signe de
croix, à quoi il ne manquait jamais, quand le danger était fort; puis il
poussa son cheval en avant.]

Je cherchai, pendant le séjour de la Flèche, un asile pour ma pauvre
petite fille. Personne ne voulait s'en charger, malgré les récompenses
que j'offrais; elle était trop enfant pour qu'on put la cacher et
l'empêcher de crier. Madame Jagault parvint à trouver une personne qui
se chargea de sa fille; mais celle-là ayant quatre ans, pouvait fort
bien comprendre le danger, et ne pas compromettre ses hôtes.

L'armée se porta sur le Mans. Le pont n'était point coupé; mais on y
avait élevé un rempart et on l'avait garni de chevaux de frise, de
chausse-trapes et de planches percées par de gros clous, pour empêcher
le passage de la cavalerie. Cependant M. de La Rochejaquelein, après
un combat assez vif, pénétra promptement dans la ville. Ce fut à cette
affaire que M. de Talmont se distingua par un beau fait d'armes. Défié
par un hussard qui s'attacha à lui à cause de son écharpe de général,
il lui cria: «Je t'attends.» Il l'attendit en effet, et lui partagea la
tête d'un coup de sabre.

Tout le monde était accablé de fatigue; la journée avait été forte.
Les blessés et les malades, dont le nombre allait toujours croissant,
demandaient avec instance qu'un séjour plus long fût accordé dans
une grande ville où l'on ne manquait ni de vivres ni de ressources.
D'ailleurs on voulait essayer de remettre un peu d'ordre dans l'armée,
de concerter quelque dessein, de remonter un peu les courages: généraux,
officiers et soldats, tout le monde était abattu. On voyait clairement
qu'un jour ou l'autre nous allions être exterminés, et que les efforts
qu'on pouvait faire étaient les convulsions de l'agonie. Chacun voyait
souffrir autour de soi: le spectacle des femmes, des enfans, des
blessés, amollissait les âmes les plus fortes, au moment où il aurait
fallu avoir une constance miraculeuse. Le malheur avait aigri les
esprits; la haine, la jalousie, les reproches, les calomnies même,
avaient divisé tous les chefs; l'échec d'Angers, la perte de l'espérance
qu'on avait conçue de rentrer dans la Vendée, avaient porté le dernier
coup à l'opinion de l'armée; tout le monde désirait la mort; mais comme
on la voyait certaine, on aimait mieux l'attendre avec résignation, que
de combattre pour la retarder: le sort d'ailleurs le plus affreux était
celui d'être blessé. Tout présageait que c'était fini de nous.

Le Mans est situé sur la grande route d'Angers à Paris; c'est par-là
que nous arrivions: deux routes viennent se joindre avec celle-là à une
demi-lieue; l'une est celle de Tours à Alençon; un large pont, sur la
Sarthe, se trouve à moitié chemin, entre les routes et le faubourg. Le
grand chemin d'Alençon passe par une grande place dans la ville, puis
par une petite où aboutit une rue étroite, qui est le prolongement de la
route de traverse du Mans à Laval: j'étais logée sur cette petite place.

Le second jour, de grand matin, les républicains vinrent attaquer le
Mans: on ne les attendait pas sitôt. La veille, des levées en masse
s'étaient présentées, et avaient été bientôt dispersées. L'ennemi
s'avança, par trois colonnes, sur le point où les routes se croisent.
M. de La Rochejaquelein embusqua un corps considérable dans un bois de
sapins, sur la droite: ce fut là que la défense fut la plus opiniâtre;
les bleus même furent repoussés plus d'une fois; mais leurs généraux
ramenaient sans cesse les colonnes. Nos gens se décourageaient en voyant
leurs efforts inutiles. Peu à peu il en revenait beaucoup dans la ville;
des officiers même s'y laissaient entraîner; enfin, sur les deux heures
de l'après-midi, la gauche des Vendéens étant entièrement enfoncée, il
fallut abandonner le bois de sapins. Henri voulut poster la troupe qui
lui restait dans un champ défendu par des haies et des fossés, où elle
eût facilement arrêté la cavalerie; jamais il ne put la rallier: trois
fois, avec MM. Forestier et Allard, il s'élança au milieu des ennemis,
sans être suivi d'aucun soldat; les paysans ne voulaient même pas se
retourner pour tirer un coup de fusil. Henri tomba, en faisant sauter un
fossé à son cheval dont la selle tourna; il se releva: le désespoir et
la rage le saisirent. On n'avait pas décidé quelle route on prendrait en
cas de revers; il n'y avait aucun ordre donné, ni pour la défense de la
ville, ni pour la retraite. Il voulut y rentrer pour y pourvoir et pour
essayer de ramener du monde. Il mit son cheval au galop et culbuta ces
misérables Vendéens qui, pour la première fois, méconnaissaient sa voix.
Il rentra au Mans; tout y était déjà en désordre; il ne put pas trouver
un seul officier pour concerter ce qu'on avait à faire; ses domestiques
ne lui avaient pas même tenu un cheval prêt; il ne put en changer. Il
revint, et trouva les républicains qui arrivaient au pont; il y fit
placer de l'artillerie, et on se défendit encore long-temps. Enfin, au
soleil couchant, les bleus trouvèrent un gué, et passèrent: le pont fut
abandonné. On se battit ensuite à l'entrée de la ville, jusqu'au moment
où, renonçant à tout espoir, le général, les officiers, les soldats se
laissèrent presque tous entraîner dans la déroule, qui avait commencé
depuis long-temps; mais quelques centaines d'hommes, restèrent dans les
maisons, tirèrent par les fenêtres, et ne sachant pas au juste ce qui se
passait, arrêtèrent toute la nuit les républicains qui osaient à peine
avancer dans les rues, et qui ne se doutaient pas que notre défaite fût
aussi entière. Il y eut des officiers qui se retirèrent à quatre heures
du matin seulement; les derniers furent, je crois, MM. de Scépeaux et
Allard: de braves paysans eurent assez de constance pour ne quitter
la ville qu'à huit heures, s'échappant comme par miracle. C'est cette
circonstance qui protégea notre fuite désordonnée, et qui nous préserva
d'un massacre général.

Dès le commencement du combat, nous présagions que l'issue en serait
funeste. J'étais logée chez une madame T***, qui était fort riche, fort
bien élevée et très-républicaine: elle avait sept petits enfans qu'elle
aimait beaucoup et qu'elle soignait avec tendresse. Je résolus de lui
confier ma fille: c'était son admirable belle-soeur qui avait recueilli
la petite Jagault. M. T***, fort honnête homme, était absent. Je la
suppliai de s'en charger, de l'élever comme une pauvre petite paysanne,
de lui donner seulement des sentimens d'honneur et de vertus. Je lui
dis que si elle était destinée à retrouver une position heureuse, j'en
remercierais le ciel; mais que je me résignais à ce qu'elle fût
toujours misérable, pourvu qu'elle fût vertueuse. Madame T*** me refusa
absolument, et me dit honnêtement que si elle prenait ma fille, elle la
traiterait comme ses enfans. J'ai su depuis, et j'en ai été surprise,
que cette dame, qui appartenait à une famille distinguée et respectable,
s'était conduite avec férocité envers nos prisonniers, après notre
défaite, tant elle était exaltée contre nous. Pendant que je conjurais
madame T***, les cris de déroute commencèrent à se faire entendre, elle
me laissa. Alors, voyant que c'en était fait, n'espérant plus rien, je
voulus du moins sauver mon enfant; je la cachai, à l'insu de tout le
monde, dans le lit de madame T***; je comptais qu'elle n'aurait pas la
cruauté d'abandonner cette innocente créature. Je descendis; on me mit
à cheval, on ouvrit la porte; je vis alors la place remplie d'une foule
qui se pressait et se culbutait en fuyant, et dans l'instant je fus
séparée de toute personne de ma connaissance. J'aperçus M. Stofflet qui
s'en allait avec les porte-drapeaux. Cependant, le long du mur de la
maison, il y avait un espace libre; je me glissai par-là; mais quand je
voulus tourner dans la rue qui conduit au chemin de Laval, je ne pus
y pénétrer, c'était là que la presse était plus grande, et que l'on
s'étouffait. Des chariots étaient renversés; les boeufs couchés par
terre, ne pouvaient pas se relever et frappaient à coups de pieds ceux
qui étaient précipités sur eux; un nombre infini de personnes foulées
aux pieds criaient sans être entendues. Je mourais de faim, de frayeur;
je voyais à peine, le jour finissait. Au coin de la rue, deux chevaux
étaient attachés à une borne, et me barraient le chemin; la foule les
repoussait sans cesse vers moi, et alors j'étais serrée entre eux et le
mur; je m'efforçais de crier aux soldats de les prendre et de monter
dessus: ils ne m'entendaient pas. Je vis passer auprès de moi un jeune
homme à cheval, d'une figure douce; je lui pris la main: «Monsieur, ayez
pitié d'une pauvre femme grosse, et malade; je ne puis avancer.» Le
jeune homme se mit à pleurer, et me répondit: «Je suis une femme aussi;
nous allons périr ensemble, car je ne puis pas non plus pénétrer dans la
rue.» Nous restâmes toutes deux à attendre.

Cependant le fidèle Bontemps, domestique de M. de Lescure, ne voyant pas
qu'on s'occupait de ma fille, la chercha partout: il la trouva et la
prit dans ses bras. Au milieu de la foule il m'aperçut, et élevant
l'enfant, il me cria: «Je sauve l'enfant de mon maître.» Je baissai la
tête et je me résignai. Un instant après, je distinguai un autre de
mes domestiques: je l'appelai. Il prit mon cheval par la bride, et
me faisant faire place avec son sabre il me fit suivre la rue. Nous
arrivâmes à grande peine vers un petit pont, dans le faubourg sur la
route de Laval: un canon y était renversé et embarrassait le passage;
enfin je me trouvai dans le chemin, et je m'arrêtai avec beaucoup
d'autres. Quelques officiers étaient là, tâchant de ramener encore les
soldats; mais tous les efforts étaient inutiles.

Les républicains entendant beaucoup de bruit de notre côté, y pointèrent
des canons et tirèrent à toute volée par-dessus les maisons: un boulet
siffla à un pied au-dessus de ma tête. L'instant d'après, j'entendis une
nouvelle décharge, et je me baissai involontairement sur mon cheval. Un
officier qui était là, me reprocha, en jurant, ma poltronerie. «Hélas!
Monsieur, lui dis-je, il est bien permis à une malheureuse femme de
baisser la tête, quand toute l'armée fuit.» En effet, ces coups de canon
recommencèrent à faire courir nos gens qui s'étaient arrêtés: peut-être,
s'il eût fait jour, aurait-on pu les ramener.

Je suivis la déroute; je rencontrai M. de Sanglier. Il avait perdu sa
femme la veille; il était malade, et portait à cheval ses deux petites
filles qui étaient malades aussi; son cheval n'avait même pas de bride.
Il m'apprit que c'était vers Laval qu'on s'enfuyait. Successivement je
trouvai quelques personnes de ma connaissance, que je reconnus à la
faveur du clair de la lune. A quelques lieues du Mans, je vis arriver
mon père et M. de La Rochejaquelein; ils avaient long-temps essayé
de rallier les soldats. Henri vint à moi: «Ah! vous êtes sauvée, me
dit-il.--Je croyais que vous aviez péri, lui répondis-je, puisque nous
sommes battus.» Il me serra la main, en disant: «Je voudrais être mort.»
Il avait les larmes aux yeux.

J'étais dans un horrible état. Un domestique conduisait toujours mon
cheval par la bride et me soutenait pour me donner un peu de force. Des
soldats me firent boire de l'eau-de-vie à leur gourde: je n'en avais
jamais goûté; je voulais qu'on y mêlât de l'eau, on ne trouvait que
celle des ornières. Mon père ne me quitta plus; ma mère et ma fille
étaient sauvées; mais j'ignorais où elles étaient. A douze lieues du
Mans, je m'arrêtai dans un petit village. La nuit était devenue si
noire, qu'une femme, qui me suivait, passa avec son cheval sur une
chaussée de moulin; elle tomba dans l'eau, comme cela aurait bien pu
m'arriver: je ne sais si on put la sauver.

Madame de Bonchamps se réfugia dans la même maison que moi. Une grande
partie de l'armée s'arrêta à ce village. Il n'y avait que peu de place
dans les chaumières. La route était couverte de pauvres gens qui,
accablés de lassitude, s'endormaient dans la boue, sans songer même à se
garantir de la pluie.

Le lendemain matin on repartit. La faim, la fatigue, les souffrances,
avaient tellement épuisé tout le monde, qu'un régiment de hussards
aurait exterminé l'armée vendéenne. Peu à peu ceux qui étaient restés en
arrière et dans la ville pendant la nuit, nous rejoignirent. Un
paysan conta qu'il avait quitté le Mans à huit heures passées. Henri
l'embrassa. Il ne se consolait point de notre horrible défaite, lui seul
se faisait d'injustes reproches de n'être pas resté le dernier au Mans,
de n'y avoir pas péri. Il lui semblait, malgré tout ce qu'on pouvait,
lui dire, que c'était un devoir.

Nous arrivâmes à Laval; j'y retrouvai ma mère et ma fille: ce fut là
qu'on eut le loisir de s'apercevoir des pertes que l'on venait de faire.
La déroute du Mans coûta la vie à plus de quinze mille personnes. Ce ne
fut pas au combat qu'il en mourut le plus; beaucoup furent écrasées dans
les rues du Mans; d'autres, blessées et malades, restèrent dans les
maisons, et furent massacrées; il en mourut dans les fossés et dans les
champs voisins de la route; une assez grande quantité suivit le chemin
d'Alençon, et là elles furent, prises et conduites à l'échafaud.

Pendant la bataille, le chevalier Duhoux fut tué. M. Herbault, ce
vertueux et vaillant homme, fut blessé à mort. On voulut prendre soin
de lui: «Non, dit-il, que personne ne s'expose pour moi; qu'on me porte
seulement à côté de M. le Maignan.» Ils forcèrent tous deux leurs amis à
les abandonner après leur avoir distribué leurs armes et leurs effets,
et attendirent la mort avec une résignation toute chrétienne. Deux
braves officiers blessés à Angers, MM. l'Infernat et Couty, y périrent
aussi.

Un grand nombre d'officiers ne reparurent plus. M. de Solilhac fut pris
et déposé dans une église pour être fusillé le lendemain, il parvint à
se sauver en décidant treize Vendéens qui étaient avec lui à se jeter la
nuit sur le corps-de-garde; sept s'échappèrent. Au milieu des massacres
horribles auxquels se livrèrent les vainqueurs, il y eut des traits
courageux d'humanité, qui préservèrent plusieurs Vendéens; mais en
sortant du Mans, ils couraient de nouveaux périls; ils allaient se
faire prendre, et périr plus loin. MM. de La Roche-Courbon, Carrière,
Franchet, de la Bigotière, eurent ce triste sort. M. d'Autichamp fut
plus heureux, car ayant été pris, M. de Saint-Gervais, son parent,
officier républicain, le reconnut et l'habilla en hussard, ainsi que
M. de Bernès. Ces messieurs se trouvèrent donc enrôlés parmi les
républicains; ils firent la guerre comme soldats, pendant un an, à
l'armée du nord. Ils ont ensuite reparu dans la seconde insurrection.

M. d'Oppenheim disparut aussi au Mans. Depuis il a pris et conservé du
service dans l'armée républicaine. Cette circonstance, rapprochée
des conseils qu'il avait donnés pour l'attaque de Granville, a fait
concevoir d'étranges soupçons; on en avait eu déjà même auparavant.
Cependant on doit dire que M. d'Oppenheim s'est toujours battu
bravement; et que, spécialement à l'affaire de Granville, il montra
assez de courage et de dévouement, pour que les officiers qui se
trouvèrent près de lui ce jour-là aient toujours défendu sa bonne foi.

Telle fut la déplorable déroute du Mans où l'armée vendéenne reçut le
coup mortel. Il était inévitable: le jour que l'on quitta la rive gauche
de la Loire, avec un peuple de femmes, d'enfans et de vieillards, pour
aller chercher un asile dans un pays que l'on ne connaissait pas, sans
savoir la route qu'on devait tenir, et au commencement de l'hiver,
il était facile de prévoir que nous finirions par cette terrible
catastrophe. Le plus beau titre de gloire pour les généraux et pour les
soldats, c'est d'avoir pu la retarder si long-temps.



                              CHAPITRE XIX.

Tentative pour repasser la Loire.--Déroute de Savenay.--Dispersion de
l'armée.


Je logeai à Laval dans la même maison où j'avais déjà été; mais le
propriétaire, qui se nommait M. de Montfranc, n'y était plus. Après
le passage des Vendéens, il avait été arrêté avec sa famille; on lui
reprochait de nous avoir reçus: il représenta qu'il ne dépendait pas
d'un habitant de refuser le logement à des vainqueurs; on ne l'écouta
pas; il périt sur l'échafaud, ainsi que sa respectable mère. Il est
pourtant vrai que, bien qu'il fût disposé en notre faveur, il n'avait
rien fait qui pût le compromettre.

Le lendemain, à dix heures, comme nous partions pour Craon avec les
débris de l'armée, on annonça l'arrivée des hussards républicains, et
chacun pressa sa marche. En sortant de la ville, je trouvai M. de La
Rochejaquelein: il me dit que c'était une fausse alarme; qu'il venait de
rassurer les soldats, d'arrêter leur fuite, et qu'il retournait déjeuner
tranquillement à Laval; il me pria d'être sans inquiétude, et m'assura
que nous irions à Craon sans être troublés. C'est la dernière fois que
je vis Henri.

A Craon, nous lûmes des journaux; ils nous apprirent que ma pauvre
tante et sept cents fugitifs, hommes et femmes, avaient été trouvés aux
environs d'Angers, jugés et fusillés. Cette affreuse nouvelle plongea
ma mère dans le désespoir: nous étions bien tendrement attachés à cette
malheureuse tante; elle avait, à quatre-vingts ans, la piété la plus
douce et le caractère le plus aimable.

De Craon, l'armée passa à Saint-Marc, se dirigeant sur Ancenis. On
marchait jour et nuit afin de devancer assez les armées républicaines
pour pouvoir passer la Loire sans être inquiété. Les chemins étaient
affreux, le temps froid et pluvieux; on ne savait comment traîner avec
soi les blessés et les malades. Je vis un prêtre qui en portait un sur
ses épaules, et qui succombait sous le poids. Ma fille était mourante
de la dentition et surtout de fatigue; je me couchai avec elle dans le
chariot qui portait la caisse de l'armée; nous n'avions plus de voiture;
je voyageai ainsi pendant quelques lieues.

Nous arrivâmes à Ancenis le 16 décembre au matin. M. de La
Rochejaquelein y était entré le premier sans résistance, et se préparait
déjà au passage de la Loire. Au château de Saint-Marc, il avait fait
prendre une petite barque dans un étang, et l'avait fait charger sur
un chariot: il prévoyait bien que l'on ne trouverait aucun moyen de
passage, parce que les républicains auraient emmené les bateaux avant
notre arrivée. La rive opposée était au pouvoir des bleus qui
avaient des troupes à Saint-Florent. Cependant on assura à M. de La
Rochejaquelein qu'un petit corps d'insurgés avait paru en face d'Ancenis
quelques jours auparavant.

On trouva un seul petit bateau à Ancenis; mais sur l'autre bord on
aperçut quatre grandes barques chargées de foin. M. de La Rochejaquelein
voyant que personne n'osait tenter le passage, prit le parti de passer
le premier; il voulait faire débarrasser ces barques, s'en emparer de
vive force, s'il était nécessaire, protéger le passage en défendant le
point de débarquement contre les bleus; et surtout il comptait empêcher
les Vendéens de se débander à mesure qu'ils arriveraient sur cette rive
gauche qu'ils désiraient comme un asile: c'était en effet ce que tout le
monde craignait.

MM. de La Rochejaquelein, de Beaugé et Stofflet, se mirent dans le
batelet qu'on avait apporté sur une charrette, et M. de Langerie entra
dans l'autre avec dix-huit soldats: toute l'avant-garde de l'armée avait
les yeux sur ces deux petites barques auxquelles notre sort semblait
attaché. En même temps on rassemblait des planches, des tonneaux, des
bois de toute espèce pour construire des radeaux. Le curé de Saint-Land
prêchait les paysans pour les occuper et prévenir le désordre. M. de La
Rochejaquelein arriva sur l'autre bord. Pendant qu'il s'occupait à faire
débarrasser les bateaux de foin, une patrouille républicaine se porta
sur ce point: il y eut quelques coups de fusil tirés, et au bout de peu
de momens nos soldats se dispersèrent. M. de La Rochejaquelein et ses
deux compagnons furent poursuivis: en même temps une chaloupe canonnière
vint se placer en face d'Ancenis, et tirer sur les radeaux que l'on
mettait à flot: plusieurs furent submergés. La rivière était forte
et rapide; très-peu de soldats purent passer, malgré l'ardeur qu'ils
avaient de regagner la rive gauche.

Voilà donc l'armée vendéenne privée de son dernier espoir, séparée de
son général: il n'y avait plus qu'à attendre la mort. Au même instant,
les hussards et quelques pièces d'artillerie volante arrivèrent devant
Ancenis: les portes étaient barricadées. Les bleus n'osèrent pas
attaquer; ils jetèrent des boulets dans la ville; plusieurs même
tombèrent à la maison où nous étions; mais ils ne faisaient aucun effet.
Nous ne savions que devenir: M. de Beauvais, officier d'artillerie,
se jeta dans un petit bateau, et promit de revenir, dans vingt-quatre
heures, donner des nouvelles de ce qui se passait sur la rive gauche.
Les officiers se promettaient de ne pas se quitter; mais chacun ne
désirait que de traverser la Loire: quelques-uns y réussirent. M.
Allard, aide-de-camp de M. de La Rochejaquelein, y parvint le lendemain.
L'armée se débandait; les uns allaient se cacher dans la campagne; les
autres remontaient ou suivaient le fleuve pour chercher un passage.
Quelques-uns ayant entendu parler d'une amnistie pour ceux qui
s'engageraient, et dont les républicains semaient le bruit à dessein,
voulurent se rendre à Nantes. Nos domestiques nous demandèrent la
permission de suivre ce parti; nous leur dîmes qu'au point où l'on en
était, chacun devait chercher à sauver sa vie; mais que cette amnistie
paraissait peu probable. Ils persistaient à y croire, nous protestant,
ce qui était bien vrai, que leurs sentimens pour nous et pour notre
cause n'avaient pas changé, et qu'ils déserteraient à la première
occasion favorable. Deux jours après ils partirent pour Nantes. La
plupart de ces braves gens y ont péri. Les deux femmes de chambre de ma
mère restèrent avec nous.

Cependant il fallait quitter Ancenis; l'armée des bleus avançait et
allait nous entourer; on se dirigea sur Nort. Ce fut pendant cette
marche que je cachai ma fille: elle était l'objet de ma plus vive
inquiétude; la pauvre enfant était fort malade; il n'y avait pas
moyen de l'emporter, pendant une fuite qui, d'ailleurs, suivant toute
apparence, ne devait pas nous sauver. A force de chercher, je trouvai
quelqu'un qui m'offrit de la cacher chez de bons paysans, auprès
d'Ancenis: je m'y rendis; je leur donnai de l'argent; je leur promis une
forte pension, si jamais je pouvais la leur faire; j'habillai ma fille
en petite paysanne, et je partis la mort dans le cour. Je pense que nous
n'étions plus que dix mille environ. On s'arrêta à Nort, et l'on y passa
vingt-quatre heures. Le désordre continuait à régner parmi le peu de
Vendéens qui restaient encore; il fut tel, que, comme une dissolution
prochaine était inévitable, des officiers se partagèrent la caisse de
l'armée. J'étais avec mon père, ma mère, le chevalier de Beauvolliers,
lorsque M. de Marigny vint nous apprendre cette indignité: il était
furieux, et s'y était opposé vainement. Je serais bien fâchée de jeter
des soupçons sur qui que ce soit; j'ignore absolument qui en fut
coupable.

Quelques momens après, on cria: _Aux armes! voici les bleus!_ Nous
prîmes la fuite, et toute l'armée en fit autant; les plus braves
ne songeaient plus à se défendre. M. Forestier et plusieurs autres
montèrent à cheval, s'enfoncèrent dans la campagne et traversèrent la
Vilaine. Ce fut dans ce moment que nos gens et cent cinquante cavaliers
se rendirent à la fausse amnistie.

Pendant ce temps-là, mon père, le chevalier Desessarts, un brave
cavalier nommé Moulin, qui n'avait que dix-sept ans, et quelques autres,
se portèrent du côté des républicains avec une pièce de canon; ils
attendirent les hussards, leur tirèrent un coup à mitraille qui en tua
sept ou huit, et les firent ainsi rétrograder. Nous passâmes le reste du
jour tranquillement à Nort.

Le lendemain on alla à Blain: M. de Fleuriot y fut nommé général. Il
paraît que M. de Talmont fut blessé de cette préférence. Dans l'horrible
position où se trouvait l'armée, le désir de la commander était
assurément un excès de dévouement: M. de Talmont se retira; chaque
instant nous privait de quelques-uns des officiers. M. de Fleuriot fit
quelques préparatifs de défense: on mit des pièces en batterie sur la
route; on crénela les murailles. Les troupes légères des bleus furent
repoussées, et l'on parvint à passer deux jours à Blain. Il fallait
pourtant en partir avant l'arrivée de l'armée républicaine. On avait
envie d'aller à Redon; mais on craignit de s'engager sur la chaussée
étroite et fort longue qui y conduit: cependant les républicains n'y
avaient préparé aucun moyen de résistance, et c'eût été le meilleur
parti; mais on l'ignorait. On marcha sur Savenay. Nous partîmes au
milieu de la nuit; une pluie froide tombait abondamment. Rien ne peut
exprimer l'idée de notre désespoir et de notre abattement: la faim, la
fatigue, le chagrin, nous avaient tous défigurés. Pour se garantir du
froid, pour se déguiser, ou pour remplacer les vêtemens qu'on avait
usés, chacun était couvert de haillons: en se regardant les uns les
autres, on avait peine à se reconnaître sous toutes ces apparences de la
plus profonde misère.

J'étais vêtue en paysanne; j'avais sur la tête un capuchon de laine
violet; j'étais enveloppée d'une vieille couverture de laine, et d'un
grand morceau de drap bleu rattaché à mon cou par des ficelles; je
portais trois paires de bas en laine jaune et des pantoufles vertes
retenues à mes pieds par de petites cordes; j'étais sans gants; mon
cheval avait une selle à la hussarde, avec une schabrack de peau de
mouton. M. Roger-Mouliniers avait un turban et un doliman qu'il avait
pris au théâtre de la Flèche; le chevalier de Beauvolliers s'était
enveloppé d'une robe de procureur, et avait un chapeau de femme
par-dessus un bonnet de laine; madame d'Armaillé et ses enfans s'étaient
couverts d'une tenture de damas jaune.

Quelques jours avant, M. de Verteuil avait été tué au combat, ayant deux
cotillons, l'un attaché au cou, et l'autre à la ceinture; il se battait
en cet équipage.

Les républicains suivaient de près l'armée vendéenne. Je m'arrêtai
un instant dans une ferme avec ma mère, pour demander à manger: nous
aperçûmes les hussards; il fallut rejoindre l'armée au grand galop. On
entra à Savenay; les portes furent fermées, et sur-le-champ les coups de
fusil commencèrent. Cependant le reste de la journée se passa sans que
l'attaque devînt sérieuse; il n'y avait qu'une avant-garde que nos gens
repoussèrent. Nous nous doutâmes que les républicains voulaient engager
le combat avec toutes leurs forces, et nous vîmes que notre perte serait
alors consommée. Sur les neuf heures du soir on me fit lever; je m'étais
jetée tout habillée sur un lit; on me mit à cheval sans que je susse
pourquoi; j'allais en redescendre, ne sachant pas où je devais aller,
lorsque j'entendis la voix de M. de Marigny. Je l'appelai et lui
demandai des nouvelles: il prit la bride de mon cheval, et, sans
proférer une parole, il me mena dans un coin de la place; là, il me dit
à voix basse: «C'en est fait, nous sommes perdus; il est impossible
de résister à l'attaque de demain; dans douze heures, l'armée sera
exterminée. J'espère mourir en défendant votre drapeau: tâchez de fuir;
sauvez-vous pendant cette nuit; adieu! adieu!» Il me quitta brusquement
sans attendre ma réponse, et je l'entendis qui encourageait les soldats,
et s'efforçait de les ranimer. Je retournai auprès de ma mère; elle
était avec mon père. M. l'abbé Jagault lui proposait de prendre pour
guide un homme de la ville, qui paraissait sûr, et qui nous cacherait
chez de bons paysans. Je racontai à ma mère ce que m'avait dit M. de
Marigny; elle consentit alors à ce qu'on lui proposait. Mon père, la
tête appuyée sur ses mains, ne pouvait parler; enfin il nous engagea à
prendre ce parti. «Pour moi, dit-il, mon devoir est de rester à l'armée
tant qu'elle existera.» Il nous confia aux soins de M. Jagault, le
conjura de ne point nous abandonner; seulement il le pria de tâcher de
lui faire savoir où nous serions cachées. M. Jagault promit de revenir
le lendemain le lui dire. Nous prîmes des habits de paysannes bretonnes;
nous embrassâmes mon père. Nous ne pouvions parler; les larmes nous
étouffaient; il me dit seulement: «Ne quitte jamais ta malheureuse
mère.» Telles furent les dernières paroles que j'ai entendues de lui.

Nous partîmes vers minuit avec M. l'abbé Jagault et mademoiselle Mamet,
femme de chambre de ma mère, qui n'avait pas voulu se séparer de nous.
Dans le désordre de la retraite, et pendant que je soignais M. de
Lescure, mes diamans et une forte somme d'argent avaient été pris
ou perdus; il ne nous restait plus qu'environ soixante louis et des
assignats au nom du roi. Nous sortîmes par une petite porte, et nous
prîmes le chemin de Guérande. Nous entendions de loin les coups de
fusil et le galop des chevaux; à chaque instant nous tremblions d'être
rencontrés par une patrouille. Cependant nous fîmes un quart de lieue
sans trouver personne; notre conducteur s'arrêtait à chaque instant,
et disait: «Écoutez! écoutez!» puis il continuait, en répétant: «On
se bat.» Cet homme ne voulait pas quitter la grande route; malgré nos
instances, il voulut nous faire entrer dans une maison; ma mère lui
donna sa montre pour l'engager à aller plus loin. Nous nous aperçûmes
qu'il était ivre; enfin nous le déterminâmes à laisser le grand chemin,
et il nous conduisit à travers les champs. A chaque pas nous tombions
dans des fossés pleins d'eau; nous avions des sabots pour la première
fois de notre vie, et nous ne pouvions marcher. A trois quarts de lieue
de Savenay, il fallut s'arrêter; nous ne pouvions plus aller, et notre
guide tombait d'ivresse et de sommeil: nous entrâmes chez des paysans;
le guide s'endormit sur-le-champ, en nous disant que nous étions bien
là. Nous aperçûmes bientôt que nous nous étions fort peu écartés de
la grande route; nos hôtes ne se croyaient pas en sûreté; ils nous
offrirent de nous faire conduire au château de l'Écuraye, dont le maître
était émigré. Un paysan, régisseur de la terre, y habitait avec sa
famille; on nous dit que c'était un brave homme. Une jeune fille nous
servit de guide. Mademoiselle Mamet resta dans la maison.

Nous partîmes, et, à deux heures du matin, nous arrivâmes devant la
porte du château. On nous fit attendre. Ma mère me dit: «Je mourrai ici,
si l'on ne veut pas nous recevoir.» Je me jetai à genoux pour prier Dieu
qu'on ne nous refusât pas. Enfin, on nous ouvrit. «Tenez, dit la jeune
fille, voilà des brigands qui se sont sauvés chez nous, mais nous sommes
trop près de la route.--Ah! pauvres gens, s'écrièrent le régisseur et sa
femme, entrez! tout ce qui est ici est à votre service.» Ils nous firent
chauffer, séchèrent nos habits, qui étaient tout trempés, nous donnèrent
à manger; ils voulaient nous faire coucher; mais nous craignions trop
d'être poursuivis.

Ce brave homme se nommait Ferret; il était ivre de joie d'avoir chez
lui des Vendéens; il nous dit que tout le pays allait se révolter; que
beaucoup de jeunes gens étaient déjà allés à Savenay, avec des fusils,
pour se joindre aux Vendéens; il ne concevait pas pourquoi nous nous
sauvions. Nous n'osâmes pas lui dire que tout était perdu; nous avions
peur que cela ne changeât sa bonne volonté; nous dîmes seulement que
nous étions malades.

Au bout de quelques momens nous allâmes nous jeter sur des lits où la
fatigue nous endormit. Sur les huit heures du matin, le bruit du canon
nous réveilla. En même temps, Ferret entra dans la chambre en criant:
«Ah! mon Dieu, qu'est-ce qui arrive? Voilà le canon qui tire sur le
chemin de Guérande, et des gens vêtus de toutes couleurs qui s'enfuient
sur la lande.--Au nom de Dieu! sauvez-nous, lui dîmes-nous sur-le-champ;
nos gens sont perdus.» C'était en effet la déroute des Vendéens. Bientôt
les bleus à cheval se dirigèrent vers le château. «Sauvez-vous, dit la
Ferret; mon mari va vous conduire dans une métairie dans les bois; vous
serez moins en danger qu'ici.» Les hussards frappaient déjà pour entrer
dans la cour; nous sortîmes par une porte dérobée, et en trois quarts
d'heure nous arrivâmes à la métairie de Lagrée, dans un lieu fort
écarté. «Je vous amène, dit Ferret aux métayers, de pauvres gens que
j'ai sauvés.» Il y avait là des paysans qui pleuraient notre défaite, et
qui avaient déjà pris leurs fusils pour aller joindre les Vendéens; ils
s'apitoyèrent sur notre sort, et nous montrèrent beaucoup de bonté d'ame
et des sentimens conformes aux nôtres.

Cependant les hussards se répandaient partout. La métayère décida que,
pour prévenir tout soupçon, il fallait nous séparer. Elle envoya le
pauvre M. Jagault travailler avec les hommes: il était malade; et comme
il avait beaucoup marché nu pieds, ils étaient tout en sang; elle
établit ma mère à tricoter auprès du feu, dans un coin obscur; elle me
conduisit à un moulin à vent isolé de la maison; elle dit au garçon
meunier: «Renaud, voici une pauvre brigande que je te donne à garder;
si les bleus viennent, tu diras qu'elle est venue pour faire moudre son
grain.» Je m'assis sur un sac, et j'y passai quatre heures. A chaque
instant j'entendais le bruit des chevaux, les coups de fusil et les
cris: Arrêtez les brigands! tue! tue! Toute la campagne était couverte
de fugitifs qu'on massacrait. Les bleus venaient heurter à la porte du
moulin pour demander à boire ou à manger; Renaud répondait qu'il n'avait
rien. Je causai un peu avec cet honnête garçon; il me rassurait et
cherchait à me consoler. Il me parla beaucoup de notre armée, me demanda
qui j'étais: je lui dis que j'étais la fille d'une petite marchande
de Châtillon: nous n'avions confié notre secret qu'à Ferret. Le soir,
Renaud arrêta son moulin et me reconduisit à Lagrée; je m'y couchai tout
habillée avec ma mère.

Cette métairie, comme toutes celles de la Basse-Bretagne, est une
chaumière basse et obscure. Au fond est une grande cheminée où l'on
brûle de la tourbe, dont la flamme verdâtre jetait un reflet lugubre
sur nos visages pâles. Il y a deux ou trois lits très-élevés, garnis de
paille, d'un matelas de balle d'avoine, de deux draps courts et étroits,
d'une couverture de filasse piquée, et quelquefois de mauvais rideaux
verts. Au pied des lits, sont des coffres empilés l'un sur l'autre, où
les paysans mettent leur grain. L'étable tient à la maison, et n'en est
séparée que par une cloison en planches; le râtelier se trouve en dedans
de la chaumière, et les boeufs, pour manger, passent leur tête par de
grands trous pratiqués dans la cloison; leurs mugissemens, et le bruit
de leurs cornes frappant contre les planches, nous réveillaient toujours
en sursaut: nous pensions qu'on venait nous prendre. Le grenier à foin
est toujours au-dessus de la maison; les soliveaux sont peints en noir
par la fumée; il n'y a point de fenêtres. Outre la porte d'entrée, il y
en a une en face qui va dans le jardin, et une autre dans l'écurie.

Les pauvres Bretons sont fort sales. Ils fument du tabac; ils boivent
à la cruche, mangent dans des écuelles, n'ont ni assiettes, ni
fourchettes; la soupe aux choux et la bouillie de blé noir au lait aigre
font leur unique nourriture. Heureusement leur beurre est fort bon:
c'était notre ressource.

Le lendemain il fallut encore nous disperser. La métayère me conduisit,
le matin, chez le maire. En revenant, je trouvai deux cavaliers qui
passaient au galop; ils nous firent crier: _Vive la république_! D'abord
j'eus bien peur; puis je m'aperçus que c'étaient deux malheureux
Vendéens qui cherchaient à se sauver. L'après-dîner, on me mena chez le
procureur de la commune, et sa femme dit qu'elle allait m'envoyer garder
les moutons, avec sa fille. Je craignais que ce ne fût un enfant; mais
un instant après elle vint, et je vis une fille de vingt ans, avec un
bâton à la main, suivant l'usage de la Bretagne, où les hommes et les
femmes ne sortent jamais sans en porter un. «Tiens, Marianne, voilà la
brigande, lui dit Perrine.--Ne craignez, pas, ma mère, répondit-elle, je
mourrai à côté d'elle; s'il n'en vient qu'un, je l'assommerai avec mon
bâton.» Je m'en allai avec la bonne Marianne qui nous a toujours montré
un grand dévouement.

Le soir, je retournai à Lagrée. Après quelques jours, nous allâmes
nous établir tout-à-fait chez Billy, père de Marianne, procureur de la
commune. Il y avait moins de monde dans sa cabane; mais il n'était pas
mieux logé. Nous ne faisions aucune attention à ce malaise; nous étions
devenues comme insensibles, à force de chagrins et de souffrances.

Nous continuâmes à mener la même vie. M. l'abbé Jagault allait
travailler avec les paysans; on l'appelait Pierrot: ma mère se nommait
Marion; moi, Jeannette. Je gardais habituellement les moutons avec la
fidèle Marianne. Nous étions dans une petite paroisse de quatre cents
ames, que l'on nomme Prinquiaux. Tous les habitans étaient royalistes
et hospitaliers; aucun n'était capable de nous trahir. Les jeunes gens
avaient refusé de marcher aux armées; ils se cachaient aussi. Les
paroisses d'alentour étaient absolument de la même opinion; mais, à la
gauche du grand chemin de Guérande, à Donges, à Montoire, etc., les
paysans étaient républicains. Ceux des nôtres qui y cherchèrent asile, y
ont péri. Il en fut de même dans les bourgs où, en général, on trouvait
des gens très-révolutionnaires.

Peu de jours après nous retrouvâmes mademoiselle Mamet: elle avait couru
de très-grands dangers. Les personnes chez qui nous l'avions laissée,
voyant la déroute des Vendéens, n'avaient pas osé la garder; elle
sortit, et se trouva sur le grand chemin, au milieu des fuyards que les
bleus poursuivaient en leur tirant des coups de fusil. Elle arriva
hors d'haleine chez un paysan, en lui criant: «Ayez pitié de moi!» Il
l'accueillit, et la cacha sur-le-champ dans une niche recouverte en
paille, où il mettait des navets. Les républicains vinrent un instant
après; ils fouillèrent partout; ils enfoncèrent leurs sabres et leurs
baïonnettes dans la paille; mademoiselle Mamet en voyait arriver les
pointes jusqu'à elle, mais elle ne fut point blessée. Elle s'habilla
ensuite en bretonne; et ce brave homme, qui se nommait Laurent Cochard,
consentit à la garder. Elle passa l'hiver chez lui, dans la paroisse
de la Chapelle, et de temps en temps elle venait nous voir. Elle était
petite, jeune, et semblait un enfant, ce qui la mettait plus à l'abri
des soupçons.

Quelques jours après, l'autre femme de chambre de ma mère, mademoiselle
Carria, restée à Savenay, trouva aussi moyen de nous rejoindre. Elle
avait, dans le dernier moment de la déroute, fui à bride abattue, sans
savoir où elle allait. Elle entendit tuer du monde derrière elle; et
après avoir traversé, par miracle, des villages révolutionnaires, elle
arriva chez des paysans royalistes, qui la cachèrent. Peu à peu elle
s'était rapprochée de nous, et nous avait découvertes.

Elle nous donna quelques détails sur cette malheureuse bataille de
Savenay, dont elle avait été témoin, et qui avait achevé de détruire
notre armée. Elle put nous parler de mon père qu'elle avait quitté
plusieurs heures après nous. Elle lui avait entendu dire, avant le
combat, que si les Vendéens étaient vaincus, ce qui était fort assuré,
il se retirerait avec les officiers dans la forêt de Gâvre, avec les
derniers débris de l'armée; que de-là, furtivement ou de vive force, ils
repasseraient sur la rive gauche de la Loire; mais que, dans tous les
cas, ils combattraient et périraient jusqu'au dernier. Mon père fit
promettre alors à mademoiselle Carria de ne le point quitter, de le
suivre dans sa retraite après la dispersion de l'armée, afin de pouvoir
ensuite aller nous chercher pour nous porter de ses nouvelles, ce qui
serait probablement possible à une femme; puis il brûla ses papiers.
Faisant ainsi ses dernières dispositions, l'idée de ne plus nous revoir
lui faisait répandre un torrent de larmes. Son parti pris, il retourna
sur la place; et pendant toute la nuit, avec M. de Marigny et les autres
chefs, il ne cessa d'exhorter les soldats à se battre en désespérés.
Tous les blessés, qui pouvaient encore se tenir à cheval, prirent les
armes. M. de Marigny songea encore à protéger la fuite des femmes et
des autres blessés; il mit en réserve une pièce de canon, pour pouvoir
retarder l'ennemi sur la route de Guérande, après que la ville aurait
été emportée.

Au point du jour, les républicains attaquèrent, et le combat s'engagea
avec fureur. M. de Marigny, trois fois à la tête des plus braves, se
précipita sur les bleus, tenant mon drapeau et pleurant de rage. Un
enfant de quatorze ans, M. de la Voyerie, ne le quitta pas un instant.
Mon père, MM. de Lyrol, Desessarts, de Piron, etc., et tous nos soldats
firent des prodiges de valeur; mais ils ne purent se maintenir. M. de
Lyrot fut tué. Les républicains avaient vu tomber M. de Piron, qu'ils
reconnaissaient bien à son cheval blanc, et qu'ils avaient appris à
redouter depuis sa victoire de Coron. Alors M. de Marigny fit sortir les
femmes de la ville, par la route de Guérande, et plaça deux canons pour
protéger la retraite. Deux fois il rentra dans Savenay pour y chercher
mon père, et dit à mademoiselle Carria qu'il n'avait pu le trouver. Il y
retourna une troisième, et revint en s'écriant de loin: Femmes, tout est
perdu, sauvez-vous!

Il arrêta ses canons au petit bois près de Savenay, et là recommença
un combat qui donna aux fugitifs le temps de s'échapper. Un brave
canonnier, nommé Chollet, servit sa pièce jusqu'au dernier moment; et
enfin, après une heure de résistance près de ce bois, environ deux
cents cavaliers purent regagner la forêt de Gavre. Au milieu de cette
détresse, mademoiselle Carria n'avait pas revu mon père; mais elle
espérait qu'il était avec ces deux cents cavaliers.

Il faut que cette dernière résistance des Vendéens ait été bien
héroïque. Long-temps après ce triste moment, j'ai lu dans les gazettes
du temps, et avec une sorte d'orgueil, le passage suivant d'une lettre
qu'un des généraux républicains écrivait à Merlin de Thionville, le
lendemain du combat de Savenay:

«.....Je les ai bien vus, bien examinés; j'ai reconnu ces mêmes figures
de Chollet et de Laval. A leur contenance et à leur mine, je te jure
qu'il ne leur manquait du soldat que l'habit. Des troupes qui ont battu
de tels Français, peuvent bien se flatter de vaincre tous les autres
peuples. Enfin, je ne sais si je me trompe, mais cette guerre de
brigands et de paysans, sur laquelle on a jeté tant de ridicule, que
l'on affectait de regarder comme méprisable, m'a toujours paru, pour
la république, la grande partie, et il me semble à présent qu'avec les
autres ennemis nous ne ferons que peloter.»



                             CHAPITRE XX.

Hospitalité courageuse des Bretons.--Hiver de 1793 et 1794.


Nous vivions dans des alarmes continuelles. Chaque jour les bleus
faisaient des visites et des recherches dans la paroisse et dans les
lieux circonvoisins. Les fugitifs et les habitans du pays étaient
absolument livrés à la cruauté et à la fantaisie du moindre soldat.
Quand un paysan déplaisait à un bleu, qu'il lui refusait quelque chose,
ou qu'il fuyait devant lui au lieu de lui répondre, le soldat lui tirait
un coup de fusil, allait lui couper les oreilles, et les portait à ses
supérieurs, en disant que c'étaient celles d'un brigand; et ils lui
donnaient des éloges ou même des récompenses. Un détachement surprit
un jour les habitans de Prinquiaux à genoux dans l'église; il fit une
décharge sur eux: heureusement il n'y eut qu'un homme tué.

Mais rien ne décourageait la généreuse hospitalité des Bretons.
L'habitude qu'ils avaient de cacher les prêtres et les jeunes gens
réquisitionnaires, les avait rendus industrieux, et ils avaient beaucoup
d'adresse et de sang-froid pour dérober les fugitifs aux recherches des
républicains. Plusieurs ont été fusillés pour avoir donné asile aux
Vendéens. Le dévouement des autres n'en était pas diminué: hommes,
femmes, enfans, avaient pour nous la bonté et les précautions les plus
actives. Une pauvre petite fille, sourde et muette, avait compris les
dangers des fugitifs, et allait sans cesse les avertir, par ses gestes,
du péril qu'ils couraient. Les menaces de la mort, l'argent, rien
n'ébranlait la discrétion des plus jeunes enfans. Les chiens mêmes
avaient pris en aversion les soldats qui les battaient toujours; ils
annonçaient leur approche en aboyant, et ont sauvé ainsi bien du monde.
Au contraire, ils ne faisaient jamais de bruit quand ils voyaient
les pauvres brigands; leurs maîtres leur avaient appris à ne pas les
déceler. Il n'y avait pas une chaumière où un fugitif ne pût à toute
heure se présenter avec confiance. Si l'on ne pouvait le cacher, on lui
donnait au moins à manger, et on le guidait dans sa marche. Aucun de ces
services ne s'achetait à prix d'argent; les bonnes gens étaient même
offensées quand on leur en offrait.

Vers le 1er janvier, nous eûmes une grande frayeur. Trois hommes armés
vinrent demander Marion et Jeannette: c'étaient un Vendéen et deux
Bretons qui venaient nous proposer de passer la Loire. Il y avait tant
de risques à courir, et une telle incertitude sur ce qui se passait de
l'autre côté, que nous refusâmes. Le Vendéen réussit cependant; après
mille périls, il parvint à l'armée de M. de Charette.

M. Destouches, ancien chef d'escadre, qui avait suivi l'armée,
était caché près de nous: c'était un respectable vieillard, âgé de
quatre-vingt-dix ans; il devint malade d'une manière désespérée. M.
l'abbé Jagault adoucit ses derniers momens en le faisant administrer par
un prêtre qu'il alla chercher dans quelque cache. M. Destouches avait un
fidèle domestique; il lui laissa beaucoup d'argent, et lui confia cent
louis d'or pour remettre à son fils, qui était émigré. Le domestique,
qui voulait repasser la Loire pour se battre, ne savait que faire de
ce dépôt, et allait l'enterrer avec son maître; nous lui offrîmes de
prendre les cent louis, et de nous charger de les rendre à M. Destouches
le fils. Nous écrivîmes notre reconnaissance sur une feuille de plomb
qu'on enterra devant témoins. Le domestique trouva moyen d'aller joindre
M. de Charette: il périt les armes à la main un an après. J'ai eu depuis
la satisfaction de rendre les cent louis à M. Destouches.

M. Jagault était toujours souffrant. Il était plus difficile de cacher
les hommes que les femmes; souvent il lui fallait coucher dehors. Ses
habits de paysan le déguisaient mal, il craignait d'être reconnu et de
nous perdre; il prit enfin le parti d'essayer de pénétrer à Nantes, où
l'on disait qu'il y avait beaucoup de gens cachés, malgré l'affreuse
terreur qui y régnait. On fit partir dix charrettes de réquisitions, de
Prinquiaux pour Nantes; il eut le courage de se mettre dans le convoi
sans passeport; il conduisit les boeufs de la Ferret, qui se plaça
bravement dans la charrette, et qui le faisait passer pour un métayer;
il entra dans la ville, et eut grand'peine à trouver son asile.
Cependant madame de la Ville-Guevray parvint à lui en trouver un, et
depuis il a toujours échappé aux recherches.

Nous continuâmes à habiter Prinquiaux, sans changer notre manière de
vivre: j'étais toujours abattue par la souffrance et la douleur; toutes
mes facultés étaient comme engourdies. Ma mère veillait sur moi avec une
tendresse vigilante, et n'avait pas une autre pensée: ses soins et
sa prudence écartaient de moi les dangers que j'aurais été incapable
d'éviter; sa force d'ame et sa présence d'esprit m'ont vingt fois sauvé
la vie.

Nous étions habituellement chez Billy; quelquefois nous délogions, à
cause des alarmes où nous jetaient les recherches des républicains: nous
étions fort malheureuses par ces inquiétudes continuelles; nous n'osions
ni nous déshabiller pour dormir, ni nous asseoir pour manger; c'était
une bien petite privation, car nos repas étaient d'une grande frugalité.
Nous tâchions d'éviter un peu la saleté de ces bons Bretons, en vivant
d'oeufs, de beurre et de légumes: nous en achetions quelquefois à un
jardinier des environs; il nous croyait si pauvres, que, non-seulement
il ne voulut pas d'argent la première fois, mais qu'il offrit à ma mère
une aumône d'un écu. Un prêtre voulut aussi lui donner un jour douze
francs, tant nous avions l'air misérables.

J'étais dans un tel état de marasme et d'abattement, que je m'endormais
sans cesse; mais ma mère sentait toutes ces choses plus vivement. Il ne
se passait pas deux jours sans que nous eussions quelque alerte. On nous
cachait dans les champs, dans les greniers, jusqu'à ce que les bleus
fussent repartis. Notre bon procureur de la commune mourut pendant que
nous étions chez lui, en nous recommandant à ses enfans.

J'avais grande envie de savoir des nouvelles de ma fille; je déterminai
Laurent Cochard, l'hôte de mademoiselle Mamet, à aller auprès d'Ancenis,
à l'endroit où je l'avais déposée; nous espérions que mon père y aurait
peut-être envoyé depuis la déroute. Cochard revint et m'apprit que ma
pauvre enfant était morte six jours après notre départ d'Ancenis, malgré
les soins des bonnes gens à qui je l'avais confiée. Je pleurai beaucoup
en apprenant cette nouvelle: j'étais loin cependant de regarder la vie
comme un bonheur.

M. de Marigny avait pris sous sa protection, à l'armée, une petite
demoiselle de Rechignevoisin, dont la mère était morte pendant
l'expédition d'outre-Loire; il servait de père à cette enfant
abandonnée, et ne la quittait presque jamais. La nuit, il l'enveloppait
dans son manteau et la faisait coucher sur l'affût d'un canon. Après le
désastre de Savenay, M. de Marigny entra chez un homme de la paroisse
de Donges; il le chargea de cacher et de soigner mademoiselle de
Rechignevoisin, il lui donna de l'argent, et lui annonça que s'il
arrivait malheur à cette jeune personne, il reviendrait le tuer: cet
homme était un républicain dont le fils était soldat. Soit crainte des
menaces de M. de Marigny, soit plutôt humanité, il tint parole; et si
bien que son fils étant arrivé dans la maison peu de momens après, avec
un détachement de ses camarades, le père lui prit la main en disant: «Ta
soeur est malade; elle est couchée là.» Le fils comprit qu'il y avait
du mystère, et mademoiselle de Rechignevoisin fut sauvée. Cependant cet
homme ne voulut pas la garder plus long-temps; il l'envoya à Prinquiaux,
en lui disant de frapper où elle voudrait; que toute la paroisse était
aristocrate. Elle nous y retrouva; elle prit le nom de Rosette, et se
mit aussi à garder les moutons. Nous l'évitions, parce que son âge et
son caractère la rendaient fort imprudente.

M. de Marigny tint parole: au bout de deux mois, il arriva chez l'homme
de Donges pour lui demander des nouvelles de sa pupille. Quand il sut
qu'elle était à Prinquiaux, il y vint. Nous eûmes la consolation de le
voir et de causer pendant deux heures avec lui. Il n'avait pas quitté
les environs de Nantes. Bien qu'il fut connu dans le pays, et que sa
grande taille et sa tournure fussent très-remarquables, il allait
partout audacieusement; il savait parler les patois de tous les
villages; il prenait le costume et les outils de toutes les professions;
le jour qu'il vint à Prinquiaux, il était travesti en marchand de
volailles. Son courage, son sang-froid, sa force physique, le tiraient
de tous les dangers; il entrait souvent à Nantes; il allait à Savenay,
à Pont-Château, à Donges. Il avait tout préparé pour faire révolter le
pays: il avait reconnu la force des républicains; tout son plan était
réglé. Nous ne le détournâmes pas de son projet. Un coup de désespoir,
quel qu'il fût, nous semblait raisonnable: aucune circonstance ne
pouvait ajouter aux malheurs des Vendéens. M. de Marigny ne put rien
nous apprendre sur le sort de mon père; nous sûmes par lui des détails
sur les noyades de Nantes, où l'on faisait également périr ceux qui
étaient pris ou qui s'étaient rendus à l'amnistie prétendue. Notre
fidèle Bontemps et Herlobig, autre domestique à nous, avaient été noyés,
attachés ensemble; mais au moment où on les jetait, ils s'étaient
cramponnés à deux soldats bleus, et les avaient entraînés avec eux.

L'entreprise de M. de Marigny n'eut aucun succès. Il avait voulu
surprendre Savenay pendant la nuit: six cents paysans bretons vinrent
auprès du rendez-vous, mais l'un après l'autre; et, par un malentendu,
ils se dispersèrent sans s'être réunis. Les Bretons n'ont pas un
caractère qui puisse se prêter à une guerre pareille à celle que nous
avions faite: ils sont fort dévoués et d'un grand courage; mais ils ont
peu d'ardeur à se décider; ils vivent plus isolés les uns des autres que
les Poitevins; ils obéissent bien plus difficilement encore à des chefs;
chacun veut faire sa propre volonté, soigner ses petits intérêts comme
il l'entend; ils sont bien plus casaniers que nos Vendéens; ils ne
veulent pas s'éloigner de leur manoir; la crainte des incendies et du
pillage les retient beaucoup. Ce sont ces diversités de moeurs qui ont
donné à la guerre de Bretagne un caractère tout différent de celui qui a
distingué l'insurrection du Poitou.

La tentative de M. de Marigny rendit plus actives les recherches et la
surveillance des républicains, surtout à Prinquiaux où le maire, qui
avait été le plus ardent à prêcher la révolte, était obligé de se
cacher. Il nous fallait quitter cette paroisse. Nous passâmes dans celle
de Pont-Château, au hameau de la Minaye, chez Julien Rialleau; nous y
trouvâmes Rosette qui s'y était aussi réfugiée. Nous étions couchées
dans le grenier, lorsque les chiens se mirent à aboyer. Julien
entrouvrit sa porte, et vit les bleus qui traversaient le village pour
visiter une maison qui leur était dénoncée. Il nous appela, et nous dit
qu'il avait trop de monde chez lui; que cela donnerait des soupçons,
et qu'il fallait nous sauver. Nous sortîmes avec Rosette, et il nous
conduisit dans un petit bois du château de Besné. Là, ma mère dit à
Rosette qu'il était nécessaire de se séparer, et que, si elle voulait
rester à la Minaye, nous allions retourner à Prinquiaux: elle préféra
s'en aller; Julien la reconduisit. Nous restâmes dans le bois: je mis ma
tête sur les genoux de ma mère, et je m'endormis, suivant ma coutume.

Les bleus passèrent la nuit à fouiller le village: ils y trouvèrent
trois Vendéens, entre autres un déserteur allemand blessé. J'avais voulu
aller le panser, ce que ma mère avait empêché, de peur que cet homme
ne nous trahit: en effet, cette imprudence nous eût perdues, car, pour
racheter sa vie, il se fit conducteur des bleus. C'est ainsi que, dans
mille occasions, ma mère, par sa sagesse, m'avait sauvé la vie; elle ne
pensait qu'à ma conservation, y réfléchissait sans cesse, tandis que
j'en étais incapable. Quand le jour parut, les soldats étaient encore à
la Minaye, furieux de n'avoir pu saisir un prêtre qui avait eu le temps
de se sauver. Notre cache n'était pas à deux cents pas du hameau; il n'y
avait pas de feuilles; le bois était peu fourré. Julien vint nous voir;
ma mère lui dit: «La place est trop dangereuse, conduisez-nous plus
loin.» Il ne le voulut pas; il allégua ses six enfans qui n'avaient que
lui pour ressource. «Hé bien! mon enfant, dit ma mère, à la garde de
Dieu!» Elle fit un bouquet de jonquilles sauvages, le mit à mon corset.
«Tiens, dit-elle, ce sera un jour de fête; j'ai idée que la Providence
nous sauvera aujourd'hui.» L'impression que produisirent sur moi ces
jonquilles, me fait encore tressaillir chaque fois que j'en vois. Nous
reprîmes courage, et nous nous mîmes à marcher à travers les champs,
fuyant les chemins battus, traversant les haies d'épines et les fossés
pleins d'eau: nous entendions les cris des bleus et les coups de fusil,
on fouillait le bois que nous venions de quitter. Quand nos forces
furent épuisées, nous nous arrêtâmes dans un champ d'ajoncs: nous nous
assîmes dos à dos pour nous soutenir, et restâmes là plusieurs heures,
sans savoir que devenir, mourant de faim et de froid. Enfin nous vîmes
paraître Marianne, qui nous apportait la soupe dans un pot. Elle avait
su ce qui se passait à la Minaye; elle y avait couru; et après avoir
parlé à Julien, elle avait suivi notre trace: elle nous ramena chez
elle; nous en étions assez loin. En y arrivant je me jetai sur un lit
où je m'endormis; et dans ce moment il parut dans le village deux cents
volontaires. Ma mère n'eut que le temps de s'écrier: «Sauvez ma fille!
dites que c'est la vôtre!» et sortit dans le jardin, croyant bien y
être prise. Les bleus heureusement n'eurent pas l'idée de fouiller;
ils faisaient une promenade; quelques-uns burent du lait, et tous s'en
allèrent sans que je fusse réveillée.

Quelques jours après, M. de Marigny vint nous dire adieu. Voyant qu'il
ne pouvait soulever le pays, il s'était déterminé à passer la Loire.

Nos dangers croissaient chaque jour. L'Allemand qu'on avait pris à la
Minaye avait dénoncé tous les réfugiés dont il savait la retraite:
heureusement qu'il ignorait qui nous étions. Il dit que la fille de M.
de Marigny était cachée à Prinquiaux. On y fit beaucoup de recherches;
mais Rosette était si petite et si brave, que jamais elle n'inspirait
de soupçons aux bleus, même quand ils la rencontraient. Un jour ils
voulurent tuer son chien, elle se mit entre eux et lui, et le défendit.

Cependant elle prit, peu de jours après, le parti de passer la Loire
avec quelques réfugiés qui s'étaient concertés pour cette périlleuse
tentative: c'étaient M. d'Argens, médecin de M. de Charette, sa femme,
ses filles et trois soldats. J'avais grande envie de m'associer à eux;
mais ma mère s'y refusa. En effet, j'étais trop faible et trop malade
pour supporter tant de fatigues. Ils partirent, passèrent la Loire;
mais, arrivés sur l'autre bord, ils furent pris pour des espions par
les soldats de M. de Charette, qui fusillèrent les trois paysans. M.
d'Argens fut épargné, grâce à son âge, aux larmes et aux supplications
de sa famille, et on le conduisit vers M. de Charette. Ce genre de
méprise était encore un des dangers qui menaçaient les Vendéens
fugitifs. On croit que c'est ainsi qu'ont péri les deux jeunes MM.
Duchaffault, qui s'étaient beaucoup distingués dans notre armée.

Cependant j'avançais dans ma grossesse; nous étions un peu plus
tranquilles. Les bleus avaient mis garnison dans toutes les paroisses;
et cette précaution, qu'ils croyaient plus sûre, avait été au contraire
un changement heureux pour nous. Les soldats républicains restaient dans
leurs logemens, sans s'imaginer qu'on pût se cacher tout auprès d'eux.
D'ailleurs, étant ainsi dispersés et établis dans les maisons, ils
étaient moins turbulens et moins féroces. Les Bretons les adoucissaient
en buvant avec eux. Pierre Rialleau, secrétaire de la commune, frère
de Julien, était surtout devenu leur meilleur ami; tous les jours
régulièrement il allait dîner avec les bleus; il les faisait parler,
et savait d'avance toutes leurs démarches, sans que jamais, dans son
ivresse, rien lui échappât qui pût les instruire. Lui, les autres
municipaux, leur servaient de guides dans leurs patrouilles, et les
conduisaient toujours loin des réfugiés.

Malgré cette légère amélioration de notre sort, ma mère voulut, pour
plus de précautions, user d'une ressource fort singulière. Deux
paysannes vendéennes avaient épousé des Bretons, et depuis ce temps-là
on ne les inquiétait plus. Ma mère, qui cherchait à m'assurer un repos
complet pendant mes couches, ne trouva pas de meilleur moyen. Elle jeta
les yeux sur Pierre Rialleau: c'était un vieux homme veuf, qui avait
cinq enfans. Mais il fallait avoir un acte de naissance. La Ferret avait
une soeur qui était allée autrefois s'établir de l'autre côté de la
Loire avec sa fille; on envoya Rialleau chercher les actes de naissance
dans le pays de la Ferret, auprès de la Roche-Bernard: tout allait
s'arranger, l'officier municipal était prévenu, et nous avait promis
d'ôter la feuille du registre quand nous le voudrions: ce qui était
facile, car les registres n'étaient ni cotés ni cousus. On devait
prier les bleus au repas de la noce; mais l'exécution de ce projet fut
suspendue par des alarmes très-vives qu'on nous donna. On nous dit
que nous avions été dénoncées, et que nous étions particulièrement
recherchées. Nous changeâmes de demeure, et même nous nous séparâmes; ma
mère alla se réfugier chez Laurent Cochard, avec mademoiselle Mamet, et
l'on me conduisit chez, un charron, nommé Cyprien, dans le hameau de
Bois-Divet, paroisse de Besné. Le lendemain, comme j'étais sur un lit,
un patriote de Donges vint frapper à la porte; Cyprien me dit de sortir
par la porte du jardin. Je ne me levai pas assez vite: le patriote
entra. Je restai immobile, assise sur mes talons au pied du lit,
derrière les rideaux à moitié ouverts; je passai ainsi une demi-heure
sans oser respirer; une sueur froide m'inondait, et je souffrais
bien cruellement. Cyprien, qui ne s'en doutait pas, prolongeait la
conversation. Ma mère vint me rejoindre deux jours après.

Le 19 avril, on vint nous avertir que les bleus allaient faire la
fouille au Bois-Divet. Cyprien nous conduisit aussitôt au hameau de
la Bournelière, paroisse de Prinquiaux, chez Gouret, son beau-père,
officier municipal. Je pouvais à peine marcher; j'étais bien près
d'accoucher. En arrivant, Gouret nous dit que l'on ferait aussi la
fouille dans toute la paroisse de Prinquiaux, pendant la nuit; il nous
conseilla d'aller chez Laurent Cochard. Il fallait faire une lieue, cela
m'était impossible. Nous prîmes le parti de coucher dehors. Gouret nous
conduisit dans un champ de blé, et nous quitta en pleurant. Nous nous
mîmes dans un sillon; il pleuvait; cependant je m'endormis. Ma mère se
réveilla vers une heure du matin; elle entendit la patrouille des bleus
passer dans un sentier à cinquante pas de nous: s'ils avaient eu un
chien, comme cela leur arrivait quelquefois, nous étions perdues.

Gouret vint nous chercher à deux heures du matin, et nous ramena dans
une cabane, près de chez lui. Je commençai à sentir de vives douleurs;
je ne me croyais pas à terme, et surtout je ne voulais pas qu'on allât
avertir la sage-femme; elle était bavarde, ce qui faisait qu'on s'en
défiait. Il n'y avait personne dans le hameau qui pût me secourir.
Gouret avait deux filles qui n'étaient point mariées. Enfin, vers les
neuf heures, les douleurs devinrent si violentes, qu'il n'y eut plus de
doute. Ma mère sortit en criant: Au secours! et tomba sans connaissance
dans un champ. Les filles de Gouret étaient auprès de moi, pleurant
et ne sachant que faire. Pour moi, je souffrais avec courage et
résignation; la vie m'était à charge; je ne demandais pas mieux que
de mourir. Enfin j'accouchai d'une fille, sans aucun secours, et, un
instant après, d'une seconde. Une femme mariée, que l'on était allé
chercher dans un autre village, arriva dans ce temps-là, et prit soin
des enfans et de moi. La sage-femme vint comme on n'avait plus besoin
d'elle.

Je n'avais fait aucun préparatif; je me croyais encore un peu plus loin
de mon terme. On habilla mes petites avec quelques haillons. Je
voulais les nourrir; ma mère me représenta que ce projet n'était pas
raisonnable. Nous ne savions où trouver des nourrices. On s'avisa d'une
vieille femme du Bois-Divet. On porta successivement l'autre enfant chez
deux ou trois femmes, qui refusèrent ou qui ne convenaient pas. Enfin
une cousine de Marianne, Marie Morand, s'en chargea. Trois jours après,
un prêtre vint baptiser mes enfans dans ma chambre. Je les nommai
Joséphine et Louise: nous prîmes quatre témoins; on écrivit les actes de
baptême sur quatre assiettes d'étain avec un clou, puis on enterra les
assiettes. Je me trouvai heureuse que tout pût se passer ainsi, et qu'il
restât quelque trace du sort et du vrai nom de ces malheureux enfans.

Je me rétablis assez promptement. La vie active de paysanne que j'avais
menée si entièrement, fit que je ne fus guère plus malade que ne le sont
ces pauvres gens en pareille occasion.

Nous passâmes un mois fort tranquillement, parce que la cabane où
j'étais accouchée n'étant pas habitée depuis sept ans, on la croyait
abandonnée. On nous recommanda même bien de tenir les portes fermées,
tandis que jusque-là, à la moindre alerte, on trouvait plus prudent de
nous cacher en plein air. La Providence m'avait véritablement conduite
dans cet asile pour mes couches. On s'aperçut, après quelques jours,
que la petite Joséphine avait le poignet démis: cela me fit une grande
peine, et je résolus, quand elle serait plus grande, de m'en aller, en
mendiant mon pain, la porter à mon cou jusqu'à Baréges; ce projet ne me
paraissait pas du tout extraordinaire. Je n'avais ni espoir, ni idée de
l'avenir, je ne savais rien de ce qui se passait au monde; je me voyais
proscrite et misérable, et j'avais l'ame trop abattue pour songer que
ma position pourrait changer. Mais la pauvre enfant mourut douze jours
après sa naissance. On m'apprit cette nouvelle sans préparation, à la
façon des paysans. La fille de Gouret, en entrant dans la chambre, me
cria: «Votre fille du Bois-Divet est morte.» Je répondis: «Elle est plus
heureuse que moi;» et cependant je me mis à pleurer.



                              CHAPITRE XXI.

Séjour au château du Dréneuf.


Pendant mes couches, ma mère reçut une lettre anonyme; elle venait par
des paysans sûrs. On témoignait un grand désir de nous être utile, et
l'on nous offrait un meilleur asile; elle espéra que cette lettre venait
de quelque ami qui nous cherchait, peut-être de personnes qui pouvaient
avoir donné refuge à mon père; elle répondit en témoignant de la
reconnaissance. Dans une seconde lettre, on offrit de nous venir
chercher: ma mère accepta; et le 10 mai, nous vîmes arriver une
demoiselle de vingt-trois ans; elle se nommait Félicité des Ressources:
c'était la cinquième fille d'un vieux habitant du bourg de Guenrouet, à
cinq lieues de Prinquiaux. Sa famille était ruinée et fort estimable.
Félicité s'était prise d'affection pour le sort des pauvres Vendéens, et
ne s'occupait qu'à leur rendre service, presque toujours à l'insu de ses
parens, qui étaient fort craintifs. Elle avait entendu parler de nous
par beaucoup de brigands qu'elle avait secourus, et, depuis, elle
n'avait pas eu de cesse qu'elle n'eût appris où nous étions; mais elle
avait tardé à réussir, parce qu'il fallait mettre beaucoup de prudence
dans ses recherches, de peur de nous compromettre. Enfin une vieille
fille, de la paroisse de Cambon, était parvenue à nous découvrir; elle
avait fait passer les lettres de mademoiselle Félicité, et lui avait
servi de guide pour venir jusqu'à nous.

Elle nous offrit un asile chez madame Dumoustiers, une de ses amies, qui
habitait la paroisse de Feygréac; elle nous fit un grand éloge de cette
personne, et nous assura qu'elle serait dévouée complètement à notre
salut. Nous prîmes confiance dans ce que nous disait mademoiselle des
Ressources; elle avait un air d'affection et de sincérité qui nous
toucha. Il y avait long-temps que nous étions dans Prinquiaux; nous nous
y trouvions trop connues; et puis, c'était une grande privation pour
nous de n'avoir aucune notion de ce qui se passait en France, et de
vivre absolument dans la même ignorance que les paysans bretons. Nous
acceptâmes; mais nos bons hôtes ne voulaient pas nous laisser partir;
ils dirent à ma mère qu'il y avait cent cinquante bleus en garnison à
Guenrouet, que des officiers logeaient chez M. des Ressources, et qu'on
voulait nous livrer. Félicité devina ce qu'on disait à ma mère; elle se
mit à pleurer: elle convint qu'il y avait des officiers logés chez son
père; mais elle assura que toutes ses mesures étaient prises pour que
cette circonstance ne nuisît pas à notre sûreté. Ses larmes, l'heureuse
expression de sa figure, déterminèrent ma mère. D'ailleurs, madame
Dumoustiers était bien connue dans le pays pour une personne
respectable, et la vieille fille de Cambon était incapable d'une
mauvaise action. Enfin il était clair que mademoiselle des Ressources
pouvait, si elle l'avait voulu, nous faire prendre depuis long-temps,
puisqu'elle connaissait notre asile.

La municipalité de Prinquiaux nous donna des passe-ports sous les noms
de Jeanne et Marie Jagu; nous étions munies de nos actes de naissance
de la Roche-Bernard, et la Ferret nous promit de nous réclamer si nous
étions arrêtées. Nous partîmes: mademoiselle des Ressources était à
cheval; ma mère et moi, vêtues toujours en pauvres paysannes, nous
étions toutes deux sur un cheval sans selle; la fille de Cambon était
à pied; et Pierre Rialleau nous conduisait. Je me détournai pour aller
embrasser ma fille chez sa nourrice. Nous fîmes d'abord une lieue sans
aucune inquiétude; mais en approchant d'un village de la paroisse de
Cambon, nous aperçûmes dix bleus dans un chemin creux: nous continuâmes.
Ils se rangèrent pour nous voir passer. Mademoiselle des Ressources
leva son voile, Rialleau salua les soldats, et ma mère fit un signe de
connaissance à deux jeunes paysannes qui étaient dans le chemin. Les
bleus ne se doutèrent de rien.

A peine étions-nous échappées à ce danger, qu'un petit garçon de douze
ans, neveu de la vieille fille de Cambon, passa auprès de nous sans
s'arrêter, en nous disant que les bleus faisaient la fouille dans le
village que nous allions traverser. Félicité se retourna, et regarda
ma mère d'un air troublé. «Allons, Mademoiselle, dit ma mère, il faut
avancer; nous sommes perdues, si nous revenons sur nos pas.» En effet,
les autres soldats auraient bien vu alors que nous étions des fugitives.
Nous renvoyâmes Rialleau, qu'il était inutile d'exposer, d'autant que
nos passe-ports étaient signés de lui. Cet excellent homme nous quitta
en pleurant; il ôta de son doigt une bague d'argent, comme en portent
les paysannes bretonnes, et me la donna: jamais je n'ai cessé de la
porter depuis.

Nous avançâmes: Félicité chantait pour se donner de l'assurance; ma mère
se retourna et me dit: Elle a peur. Une sentinelle était à l'entrée du
village; Félicité lui dit: «Voilà un beau temps pour la fouille.--Oui,
citoyenne,» répondit cet homme; et nous passâmes. Les bleus étaient
répandus dans les maisons: nous traversâmes le village sans mésaventure.
A une lieue de Guenrouet, nous trouvâmes un officier républicain qui
était venu au-devant de Félicité dont il était très-amoureux: elle nous
en avait prévenues; cependant cette rencontre me fit grande peur. Je
pâlis; mais Félicité n'oublia rien pour me rassurer. Nous mîmes pied à
terre. «Hé bien! Mademoiselle, dit cet officier, me voilà sans armes,
puisque vous m'avez ordonné de ne pas prendre même une épée quand je me
promène avec vous; quelque jour les brigands m'assassineront, et cela
vous sera bien égal.--Vous savez bien, répondit-elle, que les brigands
sont mes amis: je vous sauverai.--J'ai grande peur, continua-t-il, de
me trouver ici entre quatre brigandes.--Non, dit-elle, mais avec quatre
aristocrates.» Il était si amoureux, qu'il faisait semblant de ne pas
entendre. Félicité me voyant fatiguée, me dit un peu imprudemment:
«Marie, prenez le bras du citoyen.» Depuis que je me cachais, je
m'efforçais de donner à mes mains une couleur moins blanche, de peur
qu'elles ne me fissent reconnaître; je les frottais souvent avec de la
terre; et quelques jours auparavant, pour mieux réussir, j'avais essayé
d'une teinture, qui les avait noircies d'une façon bizarre, plus
capable de me trahir que leur couleur naturelle: je me gardai donc bien
d'accepter le bras de l'officier, et je remerciai en patois. Il me
regarda un peu, et ne dit rien. L'instant d'après, il alla prendre
la bride du cheval de maman, la regarda aussi, et revint à Félicité,
disant: «Voilà un mauvais cheval.» Il est probable qu'il soupçonna que
nous n'étions pas des paysannes; mais à cause d'elle, il n'osa rien
dire.

Nous quittâmes Félicité, et la fille de Cambon nous conduisit dans la
maison d'un paysan qui nous attendait à Guenrouet: on venait, dès ce
soir même, de placer quatre dragons chez lui. Ma mère, qui croyait
être parfaitement déguisée, et qui avait beaucoup de courage, voulait
audacieusement souper avec eux. Je n'osai jamais, et l'on nous plaça
dans une chambre séparée de la leur par une mauvaise cloison sans porte.
On leur dit qu'il venait d'arriver deux cousines de la maison; ils
demandèrent si elles étaient jolies et montrèrent quelque envie de les
voir. On répondit que nous étions fatiguées et malades, mais qu'ils nous
verraient au déjeuner; on leur donna du vin, et ils n'y pensèrent plus.

Le lendemain, Félicité et une de ses soeurs nous apportèrent leurs
propres habillemens. Nous sortîmes ensuite de la maison pendant que
les dragons pansaient leurs chevaux, pour nous rendre chez, madame
Dumoustiers. Félicité resta à cause de ses parens; sa soeur devait nous
servir de guide; nous n'avions qu'un petit cheval pour nous trois.

Madame Dumoustiers habitait à trois lieues de Guenrouet dans le château
du Dréneuf, dont elle était fermière; elle nous reçut à bras ouverts:
c'était une femme de quarante ans, d'une figure douce et délicate; elle
avait un air de faiblesse, qui cachait une ame forte et passionnée; son
opinion, ou plutôt son affection pour la cause que nous avions défendue,
était exaltée, et ce sentiment, joint à une grande bonté naturelle, lui
avait inspiré une ardeur et un courage sans bornes, pour secourir les
Vendéens. Elle était pauvre, mais d'un désintéressement élevé; toute sa
fortune consistait dans la ferme de la petite terre du Dréneuf dont le
maître était émigré. Le château était fort vilain et mal commode; mais
il était entouré de grandes avenues et de bois magnifiques.

Madame Dumoustiers était veuve; elle avait trois fils qui ne
s'entretenaient que de l'espoir de se jeter dans quelque troupe
d'insurgés, et d'y combattre avec honneur: leur mère les approuvait.
Elle avait une fille de quinze ans, parfaitement belle, qui s'est mariée
depuis avec M. Coué.

Quand nous arrivâmes au Dréneuf, plusieurs personnes y étaient déjà
cachées: un prêtre, un enfant vendéen et trois déserteurs; beaucoup
d'autres étaient réfugiés dans les bois aux environs; et les enfans de
madame Dumoustiers passaient leur vie à leur porter des secours: la
charmante Marie-Louise était surtout d'un courage merveilleux dans ce
charitable emploi.

Madame Dumoustiers nous raconta que le curé de Saint-Laud avait été
pendant quelque temps caché chez elle, après avoir miraculeusement
échappé aux bleus, en tournant autour d'un rocher dont un soldat faisait
aussi le tour. Il avait voulu essayer de faire soulever les Bretons, et
même il avait composé, dans cette intention, un discours bien énergique
et bien touchant, que madame Dumoustiers avait gardé: mais voyant que ce
projet ne réussissait pas, il était parti pour repasser la Loire, avec
les braves MM. Cadi.

Madame Dumoustiers vit que nous ignorions toute espèce de nouvelles:
elle en savait de bien tristes pour nous, qu'elle nous cacha avec soin;
elle fit croire qu'elle ne recevait aucune gazette; nous ne savions
même rien de l'affreuse terreur qui régnait dans toute la France; nous
pensions que tant d'horreurs n'avaient lieu qu'en Bretagne et en Poitou,
à cause de la guerre civile.

Le Dréneuf est situé dans la paroisse de Feygréac, qui est fort étendue,
et renferme bien trois mille ames. Il n'y avait cependant pas, parmi
tant de gens, un seul individu qui fût douteux, et dont nous eussions à
nous méfier. Quelque temps avant notre arrivée, il y en eut une preuve
bien étonnante.

Une fouille fut ordonnée dans toute la paroisse; quinze cents hommes s'y
rendirent de différens points; et, pour que personne ne pût échapper,
les soldats avaient ordre d'arrêter tous les hommes indistinctement, et
de les enfermer dans l'église. Heureusement on fut prévenu à temps: tous
les Vendéens et les réquisitionnaires purent se sauver. Cependant
le vieux M. Desessarts, qui était à faire sa prière dans une petite
chapelle, ne fut pas prévenu; on le prit, et il avoua sur-le-champ qui
il était. Je ne sais par quel accident M. Dumagny fut aussi arrêté: mais
il était bien déguisé; on ne l'interrogea pas, et on l'emmena avec les
autres dans l'église. Quand tous les habitans y furent rassemblés, le
commandant des bleus se fit apporter le registre, et fit faire l'appel,
ordonnant à chacun de se présenter quand on lirait son nom. M. Dumagny
se crut perdu; il voulut essayer de sortir; Joseph, fils aîné de madame
Dumoustiers, le retint; et dès qu'on prononça le nom d'un habitant
absent, il poussa M. Dumagny en avant, lui disant: «Es-tu sourd?
on t'appelle.» Le général lui voyant un air décontenancé, dit à la
municipalité et à toute l'assemblée: «Est-ce bien le même qui est
inscrit?» Tous répondirent oui. Le moindre signe de doute d'un des
paysans l'eût perdu, et M. Dumagny fut ainsi sauvé. M. Desessarts fut
fusillé; sa mort fut très-pieuse: c'est la seule personne cachée qui ait
péri à Feygréac; cependant il y en avait habituellement quatre cents
dans la paroisse. L'accord de ces braves gens était si complet, que le
vicaire, l'abbé Orain, ne s'est jamais éloigné; il ne s'est pas passé de
jour sans qu'il ne célébrât la messe, tantôt dans un lieu, tantôt dans
l'autre; il administrait les mourans; et, tout résigné qu'il était au
martyre où il s'exposait chaque jour, il ne lui est rien arrivé.

Madame Dumoustiers était parfaitement aimable; elle cherchait tous les
moyens de nous distraire et de nous consoler. Les visites des bleus nous
donnaient moins d'inquiétude: dès qu'on les voyait arriver, les enfans
de madame Dumoustiers allaient au-devant, causaient avec eux, leur
offraient à boire, et leur faisaient ainsi oublier de fouiller la
maison. Nous avions repris nos habits de paysannes.

Mesdemoiselles Carria et Mamet vinrent nous rejoindre; elles avaient
couru de grands risques depuis notre séparation. Les patriotes de
Savenay avaient fini par savoir que j'étais accouchée à Prinquiaux,
et alors les perquisitions avaient redoublé; on avait poursuivi ces
demoiselles, les prenant pour nous, et elles avaient été forcées de
coucher quinze nuits de suite dans les bois.

Dans le courant de juillet, une gazette échappa à la surveillance de
madame Dumoustiers, et tomba entre les mains de ma mère; elle y lut
le supplice de soixante et six personnes exécutées à Paris: plusieurs
étaient de notre connaissance. Ce fut pour nous un bien douloureux
étonnement d'apprendre que toute la France était, comme nos provinces,
livrée à la tyrannie la plus sanglante. Quelques jours après, nous sûmes
que la mort de Robespierre avait fait cesser les supplices à Paris; mais
la terreur continuait toujours pour nous; nous ne cessions pas d'être
proscrites; et ce fut dans ce temps-là même que nous courûmes le plus
grand danger.

Un jour que j'étais allée, avec mademoiselle Dumoustiers, une petite
cousine à elle et une jeune religieuse du pays, cueillir des prunes dans
le jardin du petit château du Broussay, un jeune homme déguisé en paysan
aborda ces deux dames. Marie-Louise me dit tout bas que c'était un
habitant de Vay, nommé M. Barbier du Fonteny, qui avait eu part à une
insurrection de tous les environs de Nantes, commencée en même temps
que la nôtre, et qui fut calmée sur-le-champ; il vivait caché depuis ce
temps-là. Je le laissai causer avec ces dames; je fis semblant d'être
une servante, et je m'en allai, avec l'enfant, cueillir des prunes.
Quinze jours après, ce malheureux jeune homme fut pris caché sous le lit
de sa mère, devant qui on le massacra; on fouilla dans ses poches, et
l'on y trouva une lettre de sa soeur, qui lui mandait: «La personne que
tu as vue au château du Broussay avec mademoiselle Dumoustiers est la
soeur Saint-Xavier, et que tu as prise pour une paysanne, est madame de
Lescure; elle est blonde, âgée de vingt-un ans; elle est cachée avec sa
mère dans la paroisse de Feygréac.» Jamais je n'ai pu savoir comment
mademoiselle Barbier avait pu apprendre tout ce détail; j'ai supposé
qu'elle le tenait d'un paysan de Feygréac, soldat de l'armée de
Bonchamps, qui m'avait reconnue, et qui avait été arrêté et mis à Blain
dans la prison où elle était.

Aussitôt on envoya trois cents hommes cerner le Broussay et le Dréneuf.
Heureusement nous ignorions toutes ces circonstances, sans quoi la
frayeur nous eût troublées et perdues. Nous crûmes que c'était une
visite qui, comme à l'ordinaire, n'avait aucun objet particulier.
J'étais couchée avec ma mère; madame Dumoustiers avec sa fille;
mademoiselle des Ressources, qui était venue nous voir, était aussi dans
la chambre: on nous avertit que les bleus entouraient la maison. Ma mère
se leva, prit sa robe de paysanne, et se mit à peigner Marie-Louise;
Félicité vint se coucher dans le même lit que moi, et madame Dumoustiers
alla ouvrir. Les bleus demandèrent d'abord le nombre et la qualité des
personnes qui étaient dans la maison. Madame Dumoustiers nomma ses
enfans, deux nièces et trois servantes; elle sut aussi trouver un emploi
aux deux déserteurs et au petit Vendéen; elle répondait avec simplicité
et sang-froid. Les soldats entrèrent dans notre chambre; Félicité se
plaignait de ce qu'on la réveillait; Marie-Louise grondait ma mère de sa
maladresse. Ils ne se doutèrent de rien; mais ils répétaient en jurant:
«Il y a bien des femmes dans cette maison.» Ils sortirent, et alors nous
respirâmes. Félicité tenait ma main dans la sienne, et s'aperçut que
j'étais baignée de sueur. Nous nous levâmes; on m'habilla en dame, comme
nièce de la maison. Les bleus passèrent encore quatre heures à fouiller
dans tout le château et dans le bois; ils cherchaient des fausses
portes, des trappes, des souterrains. Pendant le même temps ou faisait
des recherches au château du Broussay. Enfin la colère de ne rien
trouver fit qu'on emmena à Blain toute la municipalité de Feygréac et
Jean Thomas, régisseur du Broussay, qui en était membre.

Le lendemain Thomas fut relâché et courut sur-le-champ au Dréneuf. La
première personne qu'il rencontra fut ma mère; son étonnement fut tel,
qu'il se trouva mal. Il nous apprit que toutes les recherches de la
veille avaient été dirigées contre nous; qu'à Blain il avait été
interrogé pendant quatre heures, ainsi que les municipaux, pour
découvrir notre retraite. Les bonnes gens s'étaient bien doutés que nous
étions des Vendéennes, cachées, mais ils ignoraient nos noms; ce fut
l'interrogatoire seulement qui leur fit deviner notre secret. Ils n'en
furent pas pour cela moins courageux dans leur discrétion; ni promesses,
ni menaces, ne purent leur arracher un mot. Cependant ils regardaient
comme infaillible que nous allions être prises, et alors ils étaient
perdus, car ils avaient visé nos passe-ports de Prinquiaux. On les mit
en prison; ils s'attendaient à chaque instant à nous voir arriver, et
restaient aux grilles de la prison, cherchant à voir passer quelqu'un
qu'ils auraient chargé de nous prévenir. Au bout de vingt-quatre heures,
on les mit en liberté. Nous déchirâmes devant eux nos passe-ports; c'eût
été l'arrêt de leur mort, si nous avions été prises.

Notre frayeur fut grande quand nous sûmes le danger que nous avions
couru. Nous quittâmes le Dréneuf, pour aller habiter le hameau de la
Rochelle, au bord de la Vilaine. Cependant, au bout de huit jours, nous
revînmes chez madame Dumoustiers. Les mesures devenaient peu à peu moins
rigoureuses, et nous sûmes d'ailleurs qu'on nous croyait en fuite loin
du canton; mais elle ne jugea pas prudent de me laisser avec ma mère,
parce que les dénonciations avaient indiqué que nous étions toujours
ensemble. Je ne couchai donc plus au château, de peur d'être surprise
par quelque visite de nuit; je me logeai dans une petite métairie
voisine. Tous les matins je prenais une vache par la corde et m'en
allais au Dréneuf où j'entrais par la fenêtre; j'y restais jusqu'au
soir.

Nous vîmes plusieurs fois, à celle époque, un habitant de Nantes,
qui était hors la loi et réduit à se cacher; il se nommait M. de la
Bréjolière: c'était un fort aimable vieillard. Il avait voulu se
déguiser en paysan; mais il portait sous cet habit du linge fin, des
manchettes, une montre et des odeurs. Il faisait de jolis vers de
société, et y attachait tant d'importance, qu'un jour qu'il répétait une
épître à ma mère, on vint avertir que les bleus arrivaient; le pauvre
M. de la Bréjolière ne pouvait se décider à s'en aller sans finir son
épître, et il continuait à la réciter en se retirant.

Il nous arriva une autre aventure assez plaisante. Un des déserteurs
cachés au Dréneuf, ne se doutant pas qui j'étais, devint amoureux de
moi. Il était riche paysan, et voulait faire la fortune d'une pauvre
brigande. J'écoutais fort tranquillement ses déclarations, et
j'observais la singulière façon dont les gens de la campagne parlent
d'amour. Un jour, pourtant, il voulut m'embrasser. J'oubliai mon rôle,
et lui dis, comme j'aurais pu faire une autre fois: «Jacques, vous êtes
ivre.» Le pauvre garçon fut tout interdit de l'air que je pris, et il
fut deux jours sans oser me regarder. Enfin il me dit que j'étais bien
dure au pauvre monde, et, qu'on ne l'avait jamais traité comme çà. Nous
nous raccommodâmes, et je lui promis de l'écouter tant qu'il voudrait,
pourvu qu'il n'essayât pas de m'embrasser. Il m'assura qu'il n'y avait
pas de risque; que je lui avais fait trop peur, et que j'étais une
méchante fille. Pendant que j'étais à Prinquiaux, j'avais plu aussi à
Renaud, ce garde-moulin qui m'avait cachée le jour de mon arrivée. Au
bout de quelques jours, il apprit qui j'étais; alors il s'éloigna et
cessa de me voir. Quand je quittai la paroisse, il chargea quelqu'un
d'assurer madame de Lescure de ses respects, et de lui dire qu'il savait
son secret depuis long-temps; que c'était pour cela qu'il s'était
éloigné, craignant que je n'aperçusse, au changement de ses manières,
qu'il était instruit, et ne voulant pas me donner par-là un sujet
d'inquiétude.

Nous arrivâmes de la sorte jusqu'au mois d'octobre; nous avions chaque
jour moins d'inquiétude; tout s'adoucissait successivement autour de
nous. Cependant, ne sachant aucune nouvelle de ce qui se passait au
loin, nous n'avions ni projets ni espérances. La famine régnait à
Nantes, et, par je ne sais quel motif ou quelle sottise, la surveillance
des bleus s'était entièrement tournée à empêcher les blés d'arriver dans
les villes. Le second régiment de chasseurs, qui avait été le régiment
de Lescure, était employé à cette police. Le fils aîné de madame
Dumoustiers avait été forcé d'y entrer; il nous amenait souvent
plusieurs de ses camarades, et souvent aussi je les ai entendus discuter
sur ce qu'était devenue la belle-fille de leur ancien colonel. Les uns
disaient que j'avais été sabrée; d'autres que j'avais été noyée; mais
tous me croyaient, morte, ce qui me rassurait beaucoup.

Enfin ma mère se hasarda à écrire à Bordeaux. Elle eut une réponse où
elle sut que M. de Courcy et sa femme, soeur de mon père, étaient vivans
et habitaient Citran; mais cette lettre était tellement écrite en mots
à double sens et en phrases obscures, qu'elle nous laissa dans
l'inquiétude. Ce fut pourtant une circonstance bien heureuse que ce
commencement de communication.

On parla peu après d'amnistie pour les Vendéens: on l'avait d'abord
publiée pour les simples soldats; mais, au moment où ces bruits nous
donnaient quelque espoir de tranquillité, nous sûmes qu'un homme venu de
Nantes, s'étant informé de nous dans le pays, avait été saisi, mis au
cachot à Blain, et chargé de fers. Nos alarmes recommencèrent; madame
Dumoustiers nous força, ma mère et moi, de nous séparer pendant six
jours, les plus cruels de notre existence. Je fus cachée dans la
paroisse d'Avessac, et ma mère à deux lieues de moi. Nous revînmes
ensuite au Dréneuf: nous imaginions que cet homme nous cherchait de la
part de mon père. Ce fut alors que madame Dumoustiers m'avoua la triste
vérité, et que j'appris qu'il avait été fusillé à Angers. Je cachai à ma
mère cette affreuse nouvelle; elle ne la sut positivement que trois ans
après. Tout ce temps-là, elle est demeurée dans un doute, ou plutôt dans
un silence cruel, qu'elle ni personne n'osait rompre.

Comme tout s'adoucissait autour de nous, madame Dumoustiers parvint à
placer à Nantes mesdemoiselles Carriat et Mamet. Elles nous firent dire,
peu de temps après, qu'Agathe et plusieurs Vendéens étaient encore
en prison; que Cottet, un de nos gens, avait été mis en liberté; que
c'était lui qui nous avait cherchées, et qu'il avait été de nouveau
arrêté à Blain, et ramené à Nantes; non pas qu'il eût parlé de nous,
mais parce qu'on avait trouvé sur lui une lettre de recommandation pour
quelqu'un qui devait l'aider à nous trouver.

De jour en jour nous apprîmes que les rigueurs finissaient. On ouvrait
les prisons; on proclamait l'amnistie; on la rendait générale. M. de la
Bréjolière en profita; plusieurs Vendéens l'imitèrent. Enfin ma mère
parla d'en faire autant: cette idée me parut d'abord révoltante; je ne
me fiais pas à l'amnistie; je ne pouvais souffrir de rien tenir des
républicains; je ne voulais que repasser la Loire pour rejoindre
l'armée, s'il y en avait une. Il me semblait que la veuve de M. de
Lescure ne devait avoir aucune faiblesse, et qu'il y aurait de la
lâcheté à abandonner le moindre reste de la Vendée. Ma mère me
représentait que cette exaltation ne convenait point; que de faibles
femmes n'avaient rien de mieux à faire que de supporter le sort qu'elles
ne pouvaient éviter: je m'indignais et je pleurais; et cependant
j'avoue que, dans le fait, je suis bien moins brave que ma mère. Ce fut
justement alors que M. Dumoustiers l'aîné résolut d'accomplir le projet
qu'il avait depuis long-temps formé de passer chez les insurgés. Tant
que son régiment avait été cantonné dans le pays, il s'était résigné;
dès qu'il y eut ordre de partir, il n'hésita plus. Il s'était lié avec
un camarade qui se nommait Toupil Lavalette; ils désertèrent et
vinrent nous dire adieu. Madame Dumoustiers était sans faiblesse; elle
approuvait entièrement son fils. Je souffrais, j'étais humiliée de voir
cette famille si dévouée, ce jeune homme qui, après nous avoir sauvées,
embrassait notre cause, tandis que nous étions près de l'abandonner, et
allait chercher la mort avec ardeur, lorsqu'il n'y avait même plus
de succès à espérer. L'opposition de son sacrifice et de notre
découragement m'arrachait des larmes amères. Je donnai à ces messieurs
des lettres pour MM. de La Rochejaquelein et Marigny que je croyais
encore vivans, malgré les bruits qui couraient de leur mort. M.
Dumoustiers et son camarade se joignirent à une soixantaine de Vendéens
et de réquisitionnaires du pays, et passèrent la Loire avec des guides
que M. de Charette avait envoyés sur la rive droite. Ils furent
fort bien reçus à l'armée, et sur-le-champ M. de Charette les nomma
officiers.



                              CHAPITRE XXII.

L'amnistie.--Détails sur les Vendéens fugitifs.


Ma mère insistait toujours pour l'amnistie. Madame Dumoustiers fit venir
le maire de Redon, qui était de ses amis, pour avoir quelques détails.
Il nous confirma tout ce que l'on disait des mesures de douceur qu'on
avait adoptées envers les Vendéens. Je ne me décidai point encore. Je
voulus aller à Nantes, pour voir comment tout s'y passait. J'étais
malade d'un dépôt de lait; mais rien ne put m'arrêter; j'étais animée,
et ne sentais rien que l'agitation où jette une grande résolution à
prendre; je me débattais contre elle sans vouloir me dire qu'elle était
inévitable. Je montai à cheval; je pris un paysan pour guide; je fis
douze lieues sans m'arrêter, et j'entrai à Nantes, en habit de paysanne,
un bissac sur le dos et des poulets à la main. J'arrivai chez une amie
de madame Dumoustiers; j'y trouvai mesdemoiselles Carria et Agathe, qui
venaient de sortir de prison: madame de Bonchamps était encore détenue;
j'allai la voir. Les prisons étaient presque vides; madame de Bonchamps
elle-même allait bientôt être libre; elle m'engagea à profiter de
l'amnistie, et à m'adresser à M. Haudaudine, un des prisonniers épargnés
à Saint-Florent, et qui était le grand protecteur des Vendéens. J'appris
aussi que M. de Charette était en pourparler pour la paix.

En effet, il n'y avait rien d'humiliant dans les relations qui
s'établissaient entre les républicains et les insurgés. Les officiers
vendéens venaient à Nantes armés et portant la cocarde blanche;
plusieurs même étaient assez imprudens pour insulter publiquement
à toutes les choses qui tenaient aux opinions et aux habitudes
républicaines; ils avaient craché sur la cocarde tricolore, et avaient
fait des provocations fort déplacées. M. de Charette, qui voulait la
paix, désapprouvait hautement ces procédés. Les représentans du peuple,
qui étaient venus à Nantes pour traiter, ne s'offensaient que faiblement
de tout cela; ils craignaient seulement que cette conduite ne causât du
trouble et ne retardât la pacification. Cependant un jour, impatientés
du ton de M. Dupérat, que M. de Charette leur avait envoyé, ils lui
dirent: «Mais, Monsieur, il est bien extraordinaire que vous répugniez
à traiter avec la république; les rois de l'Europe négocient bien avec
elle.--Est-ce que ces gens-là sont Français?» répondit M. Dupérat.

Il n'y avait sorte d'accueil qu'on ne fît aux Vendéens qui sortaient des
prisons, ou que ramenait l'amnistie; on les traitait avec distinction,
et même il fut interdit, sous peine de trois jours de prison, de les
nommer brigands. Dans le langage pompeux d'alors, les représentans
ordonnèrent de nous donner le nom de frères et soeurs égarés[17].

[Note 17: Le nom de Vendéens n'était pas encore usité.]

Enfin je me déterminai, non sans peine, à imiter tout le inonde, et à
suivre le parti que chacun disait le seul raisonnable. Je repartis pour
le Dréneuf. Le froid était très-rigoureux: c'était le soir; je voyageai
toute la nuit. Ma mère fut satisfaite de ce que je lui racontai et de
ma résolution. Il fut convenu que nous partirions dès le lendemain pour
Nantes. J'avais un grand regret de ne point emmener ma petite fille;
mais elle était trop jeune pour l'exposer à voyager dans un hiver si
rigoureux. Mademoiselle Carria devait rester auprès d'elle pour la
soigner.

Ma mère monta en voiture avec madame Dumoustiers. Je pris un cheval pour
aller à Prinquiaux dire adieu à mon enfant, que je n'avais pas vu depuis
sept mois. Je m'égarai dans la campagne, je souffris horriblement du
froid. Je trouvai ma fille belle et bien portante, mais fort délicate:
je la recommandai bien à sa nourrice; puis j'allai rejoindre ma mère à
Nantes. Il n'y avait plus personne en prison. Nous revîmes plusieurs
Vendéennes. On nous recommanda à M. Mac-Curtin, bon royaliste, qui
sortait lui-même de prison, et que le représentant Ruelle avait pris
pour son secrétaire, afin de bien montrer un esprit de conciliation. Il
promit de nous faire signer notre amnistie sans éclat et sans retard.
Nous nous rendîmes dans le cabinet du représentant: il n'y était pas. Je
trouvai là M. Bureau de la Batarderie, ancien membre de la Chambre des
comptes, dont l'esprit actif et conciliant a été la principale cause de
cette paix; il en conçut le premier la possibilité, et en vint à bout en
donnant de bons conseils aux deux partis, et prenant soin d'adoucir à
chacun les paroles de l'autre. Il allait et venait sans cesse de l'armée
à Nantes, pour travailler à la pacification. Il nous dit qu'elle était
convenable, qu'on devait la désirer vivement, et que cela tournerait
bien. Il mettait beaucoup de chaleur et de persuasion dans ses démarches
et ses discours.

Le représentant arriva avec un air empressé, et nous dit: «Mesdames,
vous venez jouir de la paix.» Il s'approcha pour m'embrasser; je reculai
d'un air de mauvaise humeur: il n'insista pas. J'étais toujours habillée
en paysanne. Il signa l'amnistie. Nous passâmes ensuite dans un bureau,
on nous demanda où nous étions cachées; nous répondîmes: «Aux environs
de Blain,» et on nous remit cet acte d'amnistie; il était ainsi conçu:
«Liberté, égalité, paix aux bons, guerre aux méchans, justice à tous.
Les représentans ont admis à l'amnistie telle personne, qui a déclaré
s'être cachée pour sa sûreté personnelle.» Nous ne voulions pas rester
long-temps à Nantes, et surtout nous voulions y être obscurément; mais
il nous fut doux de revoir nos compagnons de misère, d'apprendre comment
ils étaient échappés à tant de dangers; nous attachions aussi un
douloureux intérét à savoir comment avaient péri ceux que nous avions
perdus.

Madame de Bonchamps, lors de notre séjour à Ancenis, s'était procuré un
batelet, et avait essayé de passer la Loire avec ses deux enfans: les
barques canonnières avaient tiré sur elle; un boulet avait percé le
batelet; cependant elle eut le temps de regagner la rive droite: des
paysans l'avaient sauvée à la nage, et elle s'était alors cachée dans
une métairie des environs, où, le plus souvent, elle habitait le creux
d'un vieux arbre. La petite vérole l'avait attaquée, ainsi que ses
enfans, pendant cet état de misère; son fils en était mort. Au bout de
trois mois, elle fut prise, conduite à Nantes et condamnée à mort: elle
était résignée à périr, lorsqu'elle lut sur un billet qu'on lui faisait
passer à travers la grille de son cachot: «Dites-vous grosse.» Elle fit
en effet cette déclaration, qui fît suspendre le supplice. Son mari
était mort depuis long-temps; elle fut obligée de dire que ce prétendu
enfant était d'un soldat républicain: elle resta enfermée, et chaque
jour elle voyait sortir les malheureuses femmes qui allaient mourir sur
l'échafaud, et qu'on déposait toujours la veille dans son cachot, après
le jugement. Au bout de trois mois, on vit bien qu'elle n'était pas
grosse, et l'on voulut l'exécuter: elle obtint encore deux mois et demi
pour dernier terme. La mort de Robespierre arriva et la sauva; ensuite
on essaya de lui faire obtenir sa liberté, ce fut M. Haudaudine qui mit
le plus d'ardeur à lui rendre ce service.

M. Haudaudine était un honnête négociant de Nantes, zélé républicain,
mais vertueux et de bonne foi; il avait renouvelé le trait de Régulus.
M. de Charette l'avait fait prisonnier; il obtint de retourner chez
les républicains, avec un autre Nantais, pour leur proposer de ne plus
fusiller les prisonniers, et de consentir à un cartel d'échange. M.
Haudaudine fut fort mal reçu à Nantes; on s'emporta beaucoup contre la
_lâcheté_ de sa proposition, et on lui signifia qu'il était dégagé de
la parole qu'il avait donnée aux brigands. Au risque d'être victime des
deux partis, M. Haudandine vint retrouver M. de Charette qui le fît
remettre en prison. L'autre Nantais ne revint point. Lorsque M, de
Charente fut repoussé jusqu'à Tiffauges, M. Haudaudine fut mêlé avec
nos prisonniers, et épargné comme eux à Saint-Florent. Cette générosité
excita sa reconnaissance; et dès qu'il put rendre service aux Vendéens,
il s'y employa avec zèle. Pour sauver madame de Bonchamps, il fit
certifier par plusieurs prisonniers de Saint-Florent, qu'elle avait
obtenu de son mari mourant la grâce de cinq mille républicains.

Madame de Bonchamps s'excusa de fort bonne grâce d'avoir pris pour elle
une gloire qui appartenait à toute l'armée, et me dit que, si j'avais
été en prison avec elle, le certificat eût été pour toutes deux. Elle y
avait acquis plus de droits qu'aucune autre, en apaisant M. d'Argognes
et les soldats ameutés contre les républicains prisonniers.

Madame d'Autichamp, mère de M. Charles d'Autichamp, parvint à se
déguiser si bien, qu'elle entra au service d'un administrateur de
district, pour garder les vaches par charité; elle fit un métier aussi
pénible pour elle, tout comme aurait pu le faire une paysanne, ne
confiant à personne un secret qui ne fut jamais soupçonné. Au bout d'un
an, elle entendit parler d'amnistie; mais elle n'osa de long-temps faire
des questions à ce sujet, ni chercher à savoir précisément ce qui en
était; enfin un jour elle se détermina à demander à son maître s'il
était vrai qu'il y eût une amnistie. «Et qu'est-ce que cela vous fait,
bonne femme? lui dit-il.--Monsieur, répondit-elle, c'est que j'ai connu
des brigands. Comment les reçoit-on?--A bras ouverts.--Mais, Monsieur,
les personnes marquantes sont-elles aussi bien reçues?--Encore mieux.»
Alors madame d'Autichamp lui dit qui elle était. Cet homme, qui avait
véritablement beaucoup de bonté, fut saisi de surprise et de chagrin, et
lui reprocha, les larmes aux yeux, un si long mystère et une défiance si
complète. Plusieurs dames vendéennes eurent des aventures semblables, et
devinrent, pendant leur proscription, de véritables paysannes, cultivant
la terre, gardant les troupeaux, et remplissant en réalité tous les
devoirs de leur nouvelle condition. Une demoiselle de la Voyerie se
coupa un doigt avec sa faucille, en faisant la moisson. Cette manière
d'être caché était bien pénible; mais c'était aussi la seule qui pût
donner quelque sécurité[18]. Il y eut aussi beaucoup de personnes
sauvées dans la ville de Nantes, malgré l'horrible terreur qui y
régnait. Le petit peuple y était fort bon, et l'on pourrait citer les
plus beaux traits de courage et de dévouement envers les proscrits. Tous
les riches négocians se montraient aussi pleins d'humanité: ils avaient
adopté les opinions du commencement de la révolution; mais ils en
détestaient les crimes; aussi étaient-ils persécutés autant que les
royalistes: cent neuf d'entre eux furent conduits à Paris pour y être
guillotinés; mais ils arrivèrent après la mort de Robespierre; ce qui
les sauva. La classe féroce, qui s'empressait aux massacres et aux
noyades, était composée de petits bourgeois et d'artisans aisés, dont
beaucoup n'étaient pas Nantais.

[Note 18: M. et madame Morisset de Chollet ont eu plusieurs
aventures des plus intéressantes et des plus terribles. Je n'en citerai
qu'une, que j'ai apprise dernièrement de madame Morisset: elle est trop
admirable pour être passée sous silence.

Ils se tinrent tous deux cachés dans un arbre du côté d'Ancenis pendant
cinq semaines; ils ne pouvaient s'asseoir que l'un après l'autre: elle
était grosse. Un jour qu'une vieille métayère, veuve, l'avait envoyé
chercher pour se chauffer, les bleus entrèrent. Ils sommèrent cette
femme de déclarer le nom et l'état de tous ceux qui étaient dans sa
maison, et la prévinrent que si elle avouait qu'il y eût quelqu'un de
suspect, elle ne serait pas punie; mais que si l'on en découvrait sans
qu'elle l'eût déclaré, sa maison serait brûlée et tout le monde passé
au fil de l'épée. Elle pâlit, passa dans une autre chambre, puis revint
dire aux bleus, avec le plus grand sang-froid, le nom de chacun, et
ajouta que madame Morisset était une de ses filles. Quand les bleus
furent partis, cette dame lui dit: «J'ai eu bien peur; en vous voyant si
troublée, je me suis crue perdue, et j'ai été bien surprise du courage
que vous avez montré après.--C'est vrai, mon enfant, répondit la bonne
femme, j'ai ouvert la bouche pour vous dénoncer, mais j'ai couru me
jeter à genoux, j'ai dit un _Veni Craetor_, et ma peur s'est passée.»]

D'autres dames furent oubliées, comme par miracle, dans les prisons:
on y trouva madame de Beauvolliers, madame et mademoiselle de la
Marsonnière, mademoiselle de Mondyon, etc.; mais la plupart de celles
qui furent prises, périrent sur l'échafaud ou furent noyées: elles
montrèrent toutes en mourant un noble courage, ne désavouant en rien
leur conduite et leurs opinions. Les paysans et les paysannes n'avaient
pas moins de dévouement et d'enthousiasme; ils répétaient en mourant,
«_Vive le roi!_ nous allons en paradis!» et périssaient avec un calme
extraordinaire.

Je n'oublierai point de rapporter deux histoires plus touchantes encore
que les autres. Madame de Jourdain fut menée sur la Loire pour être
noyée avec ses trois filles: un soldat voulut sauver la plus jeune, qui
était fort belle; elle se jeta à l'eau pour partager le sort de sa mère:
la malheureuse enfant tomba sur des cadavres, et n'enfonça point; elle
criait: «Poussez-moi! je n'ai pas assez d'eau!» et elle périt.

Mademoiselle de Cuissard, âgée de seize ans, qui était plus belle
encore, s'attira aussi le même intérêt d'un officier qui passa trois
heures à ses pieds, la suppliant de se laisser sauver; elle était avec
une vieille parente que cet homme ne voulait pas se risquer à dérober au
supplice: mademoiselle de Cuissard se précipita dans la Loire avec elle.

Une mort affreuse fut celle de madame de la Roche-Saint-André. Elle
était grosse: on l'épargna; on lui laissa nourrir son enfant; mais il
mourut, et on la fit périr le lendemain. Au reste, il ne faut pas croire
que toutes les femmes enceintes fussent respectées; cela était même
fort rare; plus communément les soldats massacraient femmes et
enfans: c'était seulement devant les tribunaux que l'on observait ces
exceptions; on y laissait aux femmes le temps de nourrir leurs enfans,
comme étant une obligation républicaine. C'est en quoi consistait toute
l'humanité des gens d'alors.

Ma pauvre Agathe avait couru de bien grands dangers. Elle m'avait
quittée à Nort pour profiter de l'amnistie prétendue dont on avait parlé
dans ce moment; elle vint à Nantes, et fut conduite devant le général
Lamberty, le plus féroce des amis de Carrier. La figure d'Agathe
lui plut: «As-tu peur, brigande? lui dit-il.--Non, général,
répondit-elle.--Eh bien! quand tu auras peur, souviens-toi de Lamberty,
ajouta-t-il.» Elle fut conduite à l'entrepôt: c'est la trop fameuse
prison où l'on entassait les victimes destinées à être noyées. Chaque
nuit on venait en prendre par centaines pour les mettre sur les bateaux;
là, on liait les malheureux deux à deux, et on les poussait à coups de
baïonnettes. On saisissait indistinctement tout ce qui se trouvait à
l'entrepôt, tellement qu'on noya un jour l'état-major d'une corvette
anglaise, qui était prisonnier de guerre. Une autre fois Carrier,
voulant donner un exemple de l'austérité des moeurs républicaines, fit
enfermer trois cents filles publiques de la ville, et les malheureuses
créatures furent noyées. Enfin on estime qu'il a péri à l'entrepôt
quinze mille personnes en un mois. Il est vrai qu'outre les supplices,
la misère et les maladies ravageaient les prisonniers qui étaient
pressés sur la paille, et qui ne recevaient aucun soin; à peine les
nourrissait-on. Les cadavres restaient quelquefois plus d'un jour sans
qu'on vint les emporter. Agathe, ne doutant plus d'une mort prochaine,
envoya chercher Lamberty. Il la conduisit dans un petit bâtiment à
soupape, dans lequel on avait noyé les prêtres, et que Carrier lui avait
donné; il était seul avec elle, et voulut en profiter: elle résista.
Lamberty menaça de la noyer: elle courut pour se jeter elle-même à
l'eau. Alors cet homme lui dit: «Allons, tu es une brave fille; je te
sauverai.» Il la laissa huit jours seule dans le bâtiment, où elle
entendait les noyades qui se faisaient la nuit; ensuite il la cacha chez
un nommé Sullivan, qui était, comme lui, un fidèle exécuteur des ordres
de Carrier.

Sullivan avait eu un frère Vendéen. Dans les commencemens de la guerre,
ayant été fait prisonnier par les insurgés, ce frère lui sauva la vie et
le fit mettre en liberté. Après la déroute de Savenay, le Vendéen vint à
Nantes, et demanda un asile à son frère: Sullivan le dénonça et le fit
périr. Cependant les remords s'emparèrent bientôt de lui; il croyait
sans cesse être poursuivi par l'ombre de son frère, et s'étourdissait en
commettant de nouveaux crimes. Sa femme était belle et vertueuse; elle
le prit dans une horreur facile à concevoir: elle lui reprochait sans
cesse son abominable crime; et ce fut dans l'espoir d'adoucir un peu
sa femme, que Sullivan eut l'idée de sauver une Vendéenne et de la lui
amener.

Quelque temps après, la discorde divisa les républicains de Nantes;
on prit le prétexte d'accuser Lamberty d'avoir dérobé des femmes aux
noyades, et d'en avoir noyé qui ne devaient pas l'être. Un jeune homme,
nommé Robin, qui était fort dévoué à Lamberty, vint saisir Agathe chez
madame Sullivan, la traîna dans un bateau, et voulut la poignarder pour
faire disparaître une preuve du prétendu crime qu'on reprochait à son
patron. Agathe se jeta à ses pieds, parvint à l'attendrir, et il la
cacha chez un de ses amis, nommé Lavaux, qui était honnête homme, et qui
avait déjà recueilli madame de l'Épinay: mais on sut dès le lendemain
l'asile d'Agathe, et on vint l'arrêter.

Cependant le parti ennemi de Lamberty continuait à vouloir le détruire.
Il résulta de cette circonstance, qu'on jeta de l'intérêt sur Agathe; on
loua Sullivan et Lavaux de leur humanité, et l'on parvint à faire périr
Lamberty. Peu après, arriva la mort de Robespierre. Agathe resta encore
quelques mois en prison, puis obtint sa liberté. Dans les derniers
temps, elle eut, à notre insu, fort souvent de nos nouvelles par des
paysans qui venaient à Nantes voir leurs parens prisonniers. Le bon
Cottet, qui avait aussi échappé par miracle, et qui s'était fait mettre
en liberté de bonne heure comme républicain suisse, eut alors la
généreuse idée de nous chercher dans notre retraite pour nous emmener en
Suisse, comme ses parentes. J'ai raconté comment son zèle avait été pour
nous l'occasion de vives inquiétudes, et avait pensé aussi lui coûter la
vie.



                              CHAPITRE XXIII.

Détails sur les Vendéens qui avaient continué la guerre.--Retour à
Bordeaux.


Ce fut ainsi que j'appris à Nantes le sort des fugitifs; je sus aussi
comment avaient fini ceux qui avaient continué de combattre. On ignorait
encore beaucoup de détails sur la fin glorieuse de la plupart d'entre
eux; mais j'en ai entendu raconter depuis toutes les circonstances.

Mon père, le chevalier de Beauvolliers, MM. Desessarts, de Mondyon, de
Tinguy et quelques autres, se retirèrent, après la déroute de Savenay,
dans la forêt du Gâvre; ils y rencontrèrent M. Canelle, négociant
nantais, qui, étant hors de la loi, se cachait aussi. Il voulut
faciliter à ces messieurs les moyens de trouver des asiles. Mon père et
ses compagnons refusèrent, et préférèrent de tenter quelque entreprise à
main armée; ils rassemblèrent environ deux cents Vendéens, et surprirent
Ancenis; mais comme ils cherchaient à passer la Loire, les républicains,
qui avaient emmené les bateaux, s'apercevant du petit nombre des
assaillans, revinrent et les entourèrent. Il se passa dans ce combat des
prodiges de valeur. Ces messieurs parvinrent à se faire jour le sabre à
la main; mais blessés, harassés, ils furent atteints sur la lande par
des cavaliers: on les conduisit à Angers, où ils furent fusillés.
Mademoiselle Desessarts, qui était avec eux, partagea leur sort.

Le nom de Donnissan s'éteignit avec mon père. M. de Lescure était aussi
le dernier de sa famille, dont le vrai nom était Salgues, auquel celui
de Lescure avait été substitué par mariage depuis plus de trois cents
ans. Le nom de Salgues ne se prenait même plus dans les actes. Ce nom
de Salgues, ou celui de Lescure, est porté par plusieurs familles
recommandables; mais aucune n'a jamais prouvé tenir à celle de M. de
Lescure.

Le prince de Talmont fut pris avec M. Bougon aux environs de Laval; on
différa cruellement sa mort; on le promena de ville en ville, de prison
en prison; il déploya toujours une noblesse et une fermeté dignes de sa
race, et se montra fort grand au milieu des insultes des républicains.
On assure qu'il répondit à ses juges: «Faites votre métier, j'ai fait
mon devoir.» Il finit par être exécuté dans la cour de son château de
Laval.

MM. Dupérat, Forestier, Renou, Duchesnier, Jarry, Cacquerey, le
chevalier de Chantreau, et quelques autres, pénétrèrent en Bretagne, se
cachèrent d'abord, puis allèrent joindre les Chouans de M. de Puysaye
aussitôt qu'ils se montrèrent, et combattirent avec eux. M. de Cacquerey
fut surpris seul et tué. Au bout de quelques mois, les autres s'ennuyant
d'une guerre qui se faisait obscurément, et qui se passait, à cette
époque, plus en projets et en intrigues qu'en combats, revinrent chez
les Chouans des bords de la Loire, commandés par M. de Scépeaux, et
de-là dans la Vendée.

Le chevalier de Beaurepaire, les trois MM. Soyer, MM. de Bejarry, MM.
Cadi, Grelier, officier d'artillerie aussi modeste que brave, les
trois beaux-frères MM. Palierme, Chetou, Barbot[19], MM. Vannier,
Tonnelay-Duchesne, Tranquille, de la Salmonière, Lejeay, etc., etc.,
repassèrent peu à peu sur la rive gauche. Ces messieurs, ainsi que
ceux qui avaient été avec M. de Puysaye, n'ont cessé d'augmenter la
réputation qu'ils avaient déjà acquise.

[Note 19: L'article de la _Biographie des hommes vivans_, relatif
à M. Barbot (Jean-Jacques), est tout-à-fait controuvé. J'ai pris à cet
égard les informations les plus exactes, et je certifie que ce brave
officier n'a jamais varié un instant dans sa conduite, qui est sans
tache. Il jouit de l'estime la mieux méritée sous tous les rapports.
Il est aujourd'hui chevalier de Saint-Louis, et receveur particulier à
Champtoceaux, département de Maine-et-Loire.]

Beaucoup d'autres furent moins heureux, et ont péri, soit sur
l'échafaud, soit dans la retraite, sans que j'aie pu savoir les
circonstances de leur mort. MM. de la Marsonnière, Durivault, de
Pérault, d'Isigny, de Marsanges, de Villeneuve, Lamothe, Desnoues, le
dernier frère Beauvolliers, etc., finirent ainsi.

Le vieux M. d'Auzon fut pris à Blain avec son domestique; il voulut
obtenir la vie de ce brave garçon qui était resté pour le soigner.
Quand on vit l'intérêt qu'il y prenait, on commença par fusiller le
domestique, pour rendre plus amère la mort de ce bon vieillard.

M. de Sanglier mourut de fatigue et de maladie, à cheval, entre ses deux
petites filles, qui avaient la petite vérole; depuis on en a retrouvé
une[20]. M. de Laugrenière périt sur l'échafaud à Nantes.

[Note 20: Aujourd'hui madame de Gréauline.]

M. de Scépeaux se cacha, et devint par la suite général d'une troupe de
Chouans, aux environs de Candé et d'Ancenis.

M. de Lacroix fut dénoncé par quatre déserteurs qui demandèrent une
récompense. Carrier, après avoir fait exécuter M. de Lacroix, les envoya
à Angers avec une prétendue lettre de recommandation, qui contenait
l'ordre de les faire fusiller.

Le jeune M. de Beaucorps fut pris: une multitude de coups de sabre au
visage le rendaient méconnaissable; il répondit de manière à laisser
croire que ses blessures avaient troublé sa raison. On ne put deviner
s'il était Vendéen ou bleu, et on le garda en prison: il en sortit à
l'amnistie.

Deux de nos bons officiers, MM. Odaly et Brunet son cousin, étaient
couchés ensemble quand on les vint chercher pour être fusillés; on
appela M. Odaly et son cousin, qui n'eut pas l'air de croire que cela le
regardait, et qui fut ainsi oublié.

M. de Solilhac, après s'être échappé du Mans où il avait été fait
prisonnier, trouva moyen de se procurer une feuille de route et un habit
de soldat; il traversa toute la France, en passant même par Paris; il
arriva aux avant-postes de l'armée du nord, et de-là passa dans le camp
des Anglais. Le duc d'York accueillit avec empressement un Vendéen qui
pouvait donner des détails précis sur une guerre encore fort mal connue
par les étrangers; il envoya ensuite M. de Solilhac à Londres. Les
ministres le reçurent fort bien, et lui demandèrent beaucoup de
renseignemens pour diriger les expéditions qu'ils parlaient sans cesse
d'envoyer dans l'ouest. Au bout de quelques mois, M. de Solilhac se
lassa de tant de projets sans exécution; il se jeta dans une barque,
arriva sur la côte de Bretagne, se fit garçon meunier, souleva quelques
paroisses, et devint chef d'une division de chouans.

M. Allard avait passé la Loire. Il fut pris sur l'autre bord, après
avoir erré plusieurs jours. Une commission le condamna; il allait être
fusillé, lorsqu'on cria _aux armes!_ Le supplice fut suspendu. Pendant
cet instant de répit, son air de jeunesse et de candeur intéressa; on
rétracta le jugement; il fut enrôlé dans un bataillon et envoyé en
garnison dans l'île de Noirmoutier. Au bout de quelque temps, il
s'échappa et revint sur le continent, en traversant témérairement le
bras de mer qui sépare Noirmoutier de la terre. Il alla se présenter à
M. de Charette, qui le reçut d'abord assez mal. M. Allard fit bientôt
connaître son courage et son mérite. M. de Charette lui donna une
division à commander. C'est lui qui fut le prétexte de la seconde
guerre: des soldats qui étaient sous ses ordres violèrent l'armistice;
les républicains le prirent par ruse et le mirent en prison. M. de
Charette le réclama, fut refusé, et l'on reprit les armes.

L'évêque d'Agra fut découvert et pris aux environs d'Angers. On lui
demanda s'il était l'évêque d'Agra: «Oui, dit-il, je suis celui qu'on
appelait ainsi.» Il ne voulut point donner d'autre réponse, et mourut
sur l'échafaud avec un grand courage: ses soeurs y ont péri à cause de
lui!

MM. d'Elbée, d'Hauterive, de Boisy, madame d'Elbée et plusieurs
autres dames, furent conduits à l'armée de M. de Charette, par Pierre
Cathelineau, frère du général, et un officier nommé M. Biret, qui se
mirent à la tête de quinze cents Angevins, et traversèrent tous les
postes républicains. M. de Charette envoya les femmes et les blessés
dans l'ile de Noirmoutier qu'il venait de surprendre. Cathelineau ramena
les Angevins dans leur canton.

Trois mois après, les républicains attaquèrent Noirmoutier, et le
prirent. Ils y trouvèrent M. d'Elbée, que ses blessures tenaient encore
entre la vie et la mort; sa femme aurait pu se sauver; elle ne voulut
pas le quitter. Quand les bleus entrèrent dans la chambre, ils dirent:
«Voilà donc d'Elbée!--Oui, répondit-il, voilà votre plus grand ennemi.
Si j'avais eu assez, de force pour me battre, vous n'auriez pas pris
Noirmoutier, ou vous l'eussiez du moins chèrement acheté.» Ils gardèrent
cinq jours M. d'Elbée, l'accablant d'outrages et de questions. Il subit
un interrogatoire où il montra beaucoup de modération et de bonne foi.
Enfin, excédé de cette agonie, il leur dit: «Messieurs, il est temps que
cela finisse; faites-moi mourir.» On plaça dans un fauteuil ce brave et
vertueux général, et on le fusilla. Sa femme, en le voyant porter au
supplice, s'évanouit. Un officier républicain la soutint, et montra de
l'attendrissement. Ses supérieurs menacèrent de faire tirer sur lui s'il
ne la laissait tomber; elle fut fusillée le lendemain. MM. de Boisy
et d'Hautrive furent aussi fusillés. On remplit une rue des Vendéens
fugitifs et d'habitans de l'île qu'on leur soupçonnait favorables, et
on les massacra tous. De ce nombre furent les deux petits le Maignan de
l'Écorce qui, malgré leur jeune âge, allaient toujours au feu, à toutes
les batailles, avec leur gouverneur M. Biré, qu'on fusilla aussi.

J'ai raconté comment MM. de La Rochejaquelein, de Beaugé, Stofflet, de
Langerie, et une vingtaine de soldats, avaient été séparés de l'armée
devant Ancenis. Une patrouille républicaine les avait chassés du bord
de la rivière; les soldats se dispersèrent; les quatre chefs ne se
quittèrent point, et s'échappèrent à travers les champs. Toute la
journée ils errèrent dans la campagne, sans trouver un seul habitant;
toutes les maisons étaient brûlées, et ce qui restait de paysans était
caché dans les bois. La troupe d'insurgés dont on avait parlé, et qui
avait paru en face d'Ancenis, était commandée par Pierre Cathelineau;
mais elle n'était pas habituellement rassemblée, et se bornait à faire
de temps en temps quelques excursions. Enfin, après vingt-quatre heures
de fatigue, Henri et ses trois compagnons parvinrent à une métairie
habitée; ils se jetèrent sur la paille pour dormir. Un instant après,
le métayer vint leur dire que les bleus arrivaient; mais ces messieurs
avaient un besoin si absolu de repos et de sommeil, qu'au prix de la vie
ils ne voulurent pas se déranger, et attendirent leur sort. Les bleus
étaient en petit nombre; ils étaient aussi fatigués, et s'endormirent
auprès des quatre Vendéens, de l'autre côté de la meule de paille. Avant
le jour, M. de Beaugé réveilla ses camarades, et ils recommencèrent à
errer dans ce pays où l'on faisait des lieues entières sans trouver une
créature vivante; ils y seraient morts de faim, s'ils n'avaient attaqué
en route quelques bleus isolés, auxquels ils prenaient leur pain.

Ils pénétrèrent jusqu'à Châtillon, et même y entrèrent pendant la
nuit: la sentinelle leur cria _qui vive!_ ils ne répondirent point, et
s'échappèrent. De-là ils allèrent à Saint-Aubin, chez mademoiselle de La
Rochejaquelein qui y était cachée, et passèrent trois jours avec elle.
Henri était abîmé de douleur; il était accablé de son sort, et semblait
ne plus chercher que l'occasion de mourir les armes à la main. L'affaire
du Mans, le chagrin d'avoir été séparé de son armée d'une manière si
funeste, l'avaient frappé de désespoir. Ayant pris des informations sur
l'état du pays, il se résolut à se montrer à ses anciens Poitevins, à en
rassembler les débris, et à combattre encore à leur tête.

Il apprit en ce moment que M. de Charette s'était porté sur Maulévrier;
il s'y rendit pendant la nuit avec ses compagnons. Il en fut reçu
froidement; le général, qui allait déjeuner, ne lui offrit pas même de
se mettre à table. Ils causèrent de la campagne d'outre-Loire. M. de
Charette demanda quelques détails, mais vaguement: ils se séparèrent. M.
de La Rochejaquelein alla manger chez un paysan. Quelques heures après,
on battit l'appel pour le départ de l'armée; Henri vint retrouver M. de
Charette qui lui dit: «Vous allez me suivre.--Je ne suis pas accoutumé à
suivre, mais à être suivi, Monsieur,» répondit-il, et il lui tourna
le dos. Les deux généraux se quittèrent ainsi. Tous les paysans des
environs de Châtillon et de Chollet, qui venaient de se joindre à
l'armée de M. de Charette, le laissèrent, et vinrent se ranger autour de
Henri, dès qu'ils le virent, sans qu'il leur eût même adressé la parole.

M. de La Rochejaquelein commença alors à attaquer les bleus. Son premier
rassemblement se fit dans la paroisse de Néry. Il marcha toute la nuit,
et enleva un poste républicain à huit lieues de-là. Pendant quatre nuits
de suite, il fit une expédition semblable, mais toujours à de grandes
distances; de sorte qu'il jeta beaucoup d'incertitude sur sa marche. Les
républicains imaginèrent qu'il y avait plusieurs troupes, et envoyèrent
beaucoup de monde dans le pays. Henri s'établit alors dans la forêt
de Vesins. De-là, il faisait des excursions, surprenait des postes,
enlevait des convois et de petits détachemens. Un jour, on lui amena un
adjudant--général qu'on venait de prendre; cet officier fut bien surpris
de voir M. de La Rochejaquelein, le général de l'armée vendéenne,
habitant une cahute de branchages, vêtu presque en paysan, un gros
bonnet de laine sur la tête, et le bras en écharpe; car le manque
de repos empêchait sa blessure de guérir. M. de La Rochejaquelein
l'interrogea et lui dit: «Le conseil de l'armée royale vous condamne;»
puis on le fusilla. Il avait dans sa poche un ordre de promettre
l'amnistie aux paysans, et de les faire massacrer à mesure qu'ils se
rendraient. Henri fit connaître cet ordre dans toutes les campagnes.

Sa petite troupe prenait peu à peu de l'accroissement, et devenait
successivement maîtresse de tout le pays; mais les garnisons de Mortagne
et de Châtillon étaient trop fortes pour qu'il songeât à les attaquer.
Enfin le mercredi des Cendres[21], 4 mars 1794, en se portant de
Trémentine sur Nouaille, où il avait remporté un léger avantage, il
aperçut deux grenadiers républicains; on voulut tomber sur eux. «Non,
dit-il, je veux les faire parler.» Il courut en criant: «Rendez-vous, je
vous fais grâce.» L'un des grenadiers se retourna, tira sur lui à bout
portant: la balle le frappa au front; il tomba mort; le grenadier se mit
en devoir de lui arracher sa carabine, pour tirer un second coup sur
M. de Beaugé et quelques autres qui arrivaient précipitamment; ils
sabrèrent le grenadier, et, pénétrés de douleur, ils creusèrent une
fosse où l'on ensevelit à la hâte Henri et son meurtrier, parce qu'une
colonne ennemie arrivait.

[Note 21: J'ai donné pour date le mercredi des Cendres, parce que
plusieurs Vendéens qui étaient à ce combat m'ont d'abord indiqué ce
jour. Depuis, beaucoup d'autres m'ont assuré que Henri avait été tué
vers la fin de février, sans pouvoir assigner un jour précis. Enfin, il
y a peu de temps, on a trouvé dans les papiers de mademoiselle de La
Rochejaquelein une note qui indique la date du 6 février. Je crois
celle-ci trop avancée. Cette incertitude est une preuve bien frappante
de la séparation absolue qui existait alors entre les Vendéens et le
reste des hommes.]

Ainsi finit, à vingt-un ans, celui des chefs de la Vendée dont la
carrière a été la plus brillante. Il était l'idole de son armée: encore
à présent, quand les anciens Vendéens se rappellent l'ardeur et l'éclat
de son courage, sa modestie, sa facilité, et ce caractère de héros et de
bon enfant, ils parlent de lui avec fierté et avec amour; il n'est pas
un paysan dont on ne voie le regard s'animer quand il raconte comment il
a servi sous _monsieur Henri_.

Après avoir pris le commandement, M. Stofflet continua à faire une
guerre de partisan aux républicains, et eut plusieurs succès. Il réussit
même à emporter le poste important de Chollet.

Ce fut à cette époque que M. de Marigny traversa la Loire. Il s'en alla
dans le canton qu'il connaissait le mieux, du côté de Bressuire; il
rassembla les restes de la division de M. de Lescure, et en peu de temps
il se forma une armée nombreuse dont il était adoré; car, malgré la
dureté qu'il montrait contre les bleus, personne n'avait habituellement
un caractère aussi bon et aussi aimable. L'insurrection se trouva alors
divisée en trois armées indépendantes: l'armée du Bas-Poitou, commandée
par M. de Charette; l'armée d'Anjou, par M. Stofflet; et l'armée du
Poitou, par M. de Marigny.

M. de Marigny débuta par un combat brillant et heureux. Le
vendredi-saint, 18 avril, il attaqua les bleus dans les allées de mon
château de Clisson, les battit complètement, et leur tua douze cents
hommes. Ce succès leur inspira une grande crainte; ils évacuèrent
Bressuire, et se renfermèrent dans le camp qu'ils avaient établi à
Chiché. M. de Marigny fit de Cérizais le centre de ses expéditions;
elles lui réussirent presque toutes; et des trois généraux, aucun alors
ne préservait aussi bien son canton des incursions des bleus. M. de
Marigny poussa même jusqu'à Mortagne: il ne conserva pas ce poste;
mais il y battit les républicains. Plusieurs de nos anciens officiers
abandonnèrent les autres armées pour venir le joindre; M. de Beaugé
et le chevalier de Beaurepaire, entre autres, quittèrent l'Anjou pour
combattre avec lui.

MM. de Charette et Stofflet devinrent bientôt jaloux des succès et de
l'influence qu'acquérait chaque jour M. de Marigny. Il y eut entre eux
une sorte de correspondance et de concert fondés sur cet indigne motif;
ils firent proposer à M. de Marigny une conférence, pour convenir d'un
plan commun d'opérations. Il se rendit avec eux à Jallais. Il fut
arrêté qu'on rassemblerait les trois armées pour attaquer les postes
républicains qui garnissaient toute la rive gauche de la Loire.

Au jour indiqué, M. de Marigny arrive au rendez-vous après une longue
marche. On venait de distribuer des vivres aux soldats de MM. Stofflet
et de Charette: il en demanda pour les siens; on ne lui en donna pas
assez. Les gens de M. de Marigny, déjà mécontens d'être entraînés à
une expédition si éloignée de leurs cantonnemens, se mutinèrent et
retournèrent sur leurs pas. M. de Marigny, voyant que le conseil ne
voulait pas écouter ses justes plaintes, s'emporta avec véhémence,
suivit ses soldats et revint à Cérizais. Peu de jours auparavant, ces
messieurs avaient pu lui proposer de se démettre de son commandement, et
de n'être plus que général d'artillerie, comme auparavant.

L'expédition de MM. de Charette et Stofflet n'eut point lieu; ils
coururent après M. de Marigny jusqu'à Cernais: il n'y était plus, et
son armée était dissoute. Alors ils convoquèrent un conseil de guerre,
firent le procès à M. de Marigny, et le condamnèrent à mort par
contumace. M. de Charette fit fonction de rapporteur, et conclut à la
mort.

Les paysans de M. de Marigny montrèrent un vif ressentiment de cet
inique jugement, et jurèrent de défendre leur général. Il apprit
cette condamnation assez tranquillement; il ne pouvait croire que ses
camarades voulussent réellement le faire périr; cela lui paraissait plus
absurde encore que cruel. Il était fort malade, et se retira dans une
petite maison de campagne, à une lieue de Cérizais, il passa là quelque
temps, d'autant moins inquiet que Stofflet avait répété plusieurs fois
qu'il lui était tout dévoué: il croyait donc que, par jalousie, on
cherchait seulement à le mettre à l'écart. Aussi Stofflet s'étant
rapproché de Cérizais, M. de Marigny ne profita pas de l'offre que lui
fit alors M. de Charette de venir dans ses cantonnemens. Il y avait
dans ce moment environ neuf cents soldats de M. de Marigny rassemblés à
Cérizais. Ils le firent supplier de venir parmi eux, prêts à se battre
contre Stofflet. Il ne le voulut pas, de peur d'exposer les Vendéens à
une double guerre civile. Il refusa aussi de se cacher, ayant trop de
grandeur d'ame et de mépris de la vie pour prendre aucune précaution.

Cependant le curé de Saint-Laud arriva de l'armée de Charette, où il
avait passé quelque temps. Il avait pris depuis long-temps sur Stofflet
une influence absolue; le lendemain de son arrivée, ce général partit du
château de la Morosière où il avait couché; en même temps il donna ordre
à quelques Allemands d'aller fusiller M. de Marigny. Ces misérables
obéirent. Il n'avait que ses domestiques avec lui, et ne pouvait croire
à une telle horreur: enfin, quand il vit qu'on voulait réellement sa
mort, il demanda un confesseur; on le lui refusa durement; alors il
passa dans le jardin, et dit aux soldats: «C'est à moi à vous commander;
à vos rangs, chasseurs;» puis il leur cria: «En joue, feu;» et tomba
mort. De tous les Vendéens aucun assurément n'a péri d'une mort plus
déplorable et plus révoltante.

M. Stofflet vint à Cerizais; il entra à l'état-major de M. de Marigny
avec un air sombre et embarrassé; après un instant: «Messieurs, dit-il,
M. de Marigny était condamné à mort, il vient d'être exécuté.» On garda
un morne silence: il sortit. Le curé de Saint-Laud entra dans le même
moment, montra ou feignit de montrer de la surprise, mais aucune
indignation. Comme il n'avait pas encore paru en public, il prétendit
tout ignorer et arriver d'outre-Loire: il paraît certain qu'il avait eu,
la veille, une conférence avec Stofflet; on le croit généralement, et
l'on suppose que, de lui-même, celui-ci n'eût jamais pris un tel parti.
Un instant avant de donner l'ordre aux chasseurs, il avait promis à M.
Soyer l'aîné, le plus habile officier de son armée et plein de loyauté,
qu'il ne serait fait aucun mal à M. de Marigny.

Dès que la nouvelle de cette mort fut répandue, il y eut une sorte
d'émeute. Les domestiques de M. de Marigny avaient été mis en prison; on
fut forcé de les relâcher. L'armée se débanda, et refusa de marcher
sous les ordres de celui qui avait assassiné son général; les officiers
passèrent, les uns dans l'armée de M. de Charette, les autres dans celle
de M. Stofflet.

Peu de chefs vendéens ont laissé une mémoire aussi chérie que M. de
Marigny. Il avait pour le pays tant de ménagemens, et s'occupait
tellement des moyens de le mettre à l'abri des dévastations des
républicains, que les paysans poitevins du département des Deux--Sèvres
étaient remplis de reconnaissance et d'attachement pour lui. Aussi leur
haine pour Stofflet dure-t-elle encore, et ils ne parlent jamais sans un
vif ressentiment du supplice de leur ancien général.

M. de Beaugé, qui était fort attaché à M. de Marigny, déclara hautement
qu'il continuerait à se battre, parce que cela était nécessaire, mais
comme simple soldat: Stofflet le fit mettre en prison. M. de Beaurepaire
vint alors se dénoncer comme coupable de la même opinion et des mêmes
dispositions: sa fermeté imposa à Stofflet. Le lendemain il y eut un
combat; les gardes de M. de Beaugé le laissèrent libre: il prit un fusil
et alla se battre. Après l'affaire, il alla se remettre en prison; mais
les soldats dirent qu'ils ne voulaient plus le garder. Il continua de
suivre l'armée comme soldat, n'approchant jamais de Stofflet qui n'avait
aucun rapport avec lui. Dès que M. de Charette eut accepté l'amnistie,
il en profita; et quand il vit les intrigans qui entouraient Stofflet
retarder la pacification pour des intérêts particuliers, il aida de tout
son pouvoir les républicains à ramener, par des moyens de douceur et de
persuasion, les paysans de M. de Marigny, qui étaient restés dans les
bois depuis sa mort, sans vouloir reconnaître aucun chef ni suivre
aucune armée, et se bornaient à tirer sur les patrouilles républicaines
qui venaient les inquiéter.

Après la mort de M. de Marigny, il ne resta plus, à proprement parler,
que deux armées: cependant une troisième existait dans le canton où
avait commandé M. de Royrand; mais elle était peu considérable. M. de
Sapinaud, qui l'avait formée à son retour d'outre-Loire, était d'un
caractère fort doux, et fut toujours plein d'une condescendance absolue
pour les deux autres chefs: son armée s'appelait l'armée du centre.

Ainsi toute l'insurrection se trouva dans les mains de MM. de Charette
et Stofflet: ils ne s'accordèrent jamais entre eux; ils étaient l'un et
l'autre dévorés d'ambition et d'une mutuelle jalousie. La guerre perdit
le caractère qu'elle avait eu d'abord; on ne vit plus cette union des
chefs, cette abnégation de soi-même, cette pureté de motifs, cette
élévation d'âme, qui avaient distingué les premiers temps de la Vendée.
Les paysans étaient découragés; il fallait, pour les contenir, une force
et une dureté qui ne ressemblaient en rien à la manière avec laquelle on
avait pu les conduire d'abord. Il n'y avait plus de grandes batailles.
La guerre s'était mêlée de brigandages et de mille désordres; la
férocité des républicains avait endurci les âmes les plus douces, et des
représailles vengeaient les massacres des prisonniers, les noyades de
Nantes, les promesses violées, les villages brûlés avec leurs habitans,
et toutes les horreurs que la postérité aura peine à croire. Des
colonnes républicaines, qui s'intitulaient _infernales_, avaient
parcouru le pays dans tous les sens, massacrant hommes, femmes et
enfans. Il est arrivé plus d'une fois que le général républicain, après
avoir écrit au maire qu'il épargnerait les habitans d'une commune s'ils
voulaient se rassembler sans crainte, les faisait cerner et égorger
jusqu'au dernier. On ne saurait croire comment, à chaque instant, on
manquait de foi à ces malheureux paysans.

Tel était devenu le théâtre de la guerre. M. de Charette y acquit une
gloire incontestable: la ténacité de ses résolutions, la constance
inébranlable qu'il conservait dans une situation presque désespérée, son
esprit de ressource, incapable de découragement, font de lui un homme
bien remarquable. Il avait un mélange de vertus et de défauts qui le
rendaient éminemment propre à la situation, et en taisaient un vrai chef
de guerre civile. Il n'avait peut-être pas une de ces âmes pures et
chevaleresques dont la mémoire pénètre à la fois d'attendrissement
et d'admiration; mais l'imagination est subjuguée en songeant à ces
caractères, tout composés de force, sur lesquels aucun sentiment ne peut
avoir de prise, qui vont à leur but sans que rien les arrête, qu'une
sorte d'insouciance soldatesque rend inaccessibles à l'abattement, aussi
insensibles à leurs propres souffrances qu'à celles d'autrui. M. de
Charette était d'une fermeté d'ame inaltérable. Au plus fort de la
détresse, quand tout semblait perdu sans ressource, on le voyait, le
sourire sur les lèvres, relever le courage de ceux qui l'entouraient,
les mener au combat, les pousser sur l'ennemi, et les maintenir devant
lui jusqu'à la dernière extrémité. On n'oubliera jamais que ce général,
blessé, poursuivi d'asile en asile, n'ayant pas douze compagnons avec
lui, a inspiré encore assez de crainte aux républicains, pour qu'on lui
ait fait offrir un million et le libre passage en Angleterre, et qu'il
a préféré combattre jusqu'au jour où il a été saisi pour être traîné au
supplice.

Stofflet avait quelques qualités du même genre; peut-être même avait-il
plus de talens militaires: mais il était dur et brutal dans sa manière
de commander. Cependant il était facile de le gouverner: le curé de
Saint-Laud s'était emparé entièrement de son esprit, et avait fini par
dicter toutes ses démarches et toutes ses paroles. C'est à l'état-major
de Stofflet, dont il était l'absolu dominateur, que l'abbé Bernier a
acquis la réputation d'ambition, d'égoïsme et de vanité, qu'il a laissée
dans la Vendée. Pour parvenir à cette position, pour arriver au pouvoir
et à la renommée, il avait montré un esprit, une prudence et des talens
qui l'abandonnèrent dès qu'ayant atteint son but, il ne fut plus
obligé de soigner sa conduite. Tout le monde sait avec quel courage
inébranlable MM. de Charette et Stofflet ont subi leur supplice.

Beaucoup d'officiers se distinguèrent dans les trois armées, et il s'y
passa de fort beaux faits d'armes, qui furent peu connus, parce que
cette guerre n'avait aucun grand résultat. Pierre Cathelineau, qui avait
formé un rassemblement après le passage de la Loire, se montra digne de
son nom, et périt glorieusement. Deux autres frères, quatre beaux-frères
et seize cousins-germains du général Cathelineau, sont morts les armes
à la main. Ce général a laissé un fils que le roi a nommé porte-drapeau
dans un régiment de sa garde, et quatre filles dont l'une a épousé
Lunel, paysan si fameux par sa bravoure.

La santé de ma mère nous retint deux jours à Nantes. Le peu de personnes
qui me virent et qui ne me connaissaient point auparavant, furent bien
surprises. On avait fait aux dames vendéennes, et surtout à moi, une
telle réputation militaire, qu'on se figurait madame de Lescure comme
une femme grande et forte, qui s'était battue à coups de sabre, et qui
ne craignait rien. J'étais obligée de désavouer tous mes hauts faits, et
de raconter tout bonnement combien le moindre danger me trouvait faible
et effrayée.

Nous nous hâtâmes de partir pour le Médoc: il fallait un passe-port.
M. Mac-Curtin me donna un ordre des représentans, qui enjoignait à la
municipalité de donner des passe-ports à Victoire Salgues et à Marie
Citran. J'avais pensé qu'il valait mieux, sur la route, cacher nos noms.
Je me rendis à la municipalité, toujours vêtue en paysanne: beaucoup
de personnes attendaient, et, en les expédiant, on les rudoyait
désagréablement. Une religieuse était avant moi; la municipalité, qui,
comme les représentans, ménageait beaucoup ceux qu'on égorgeait quelque
temps auparavant, traita fort bien cette religieuse: cela m'encouragea.
Je m'avançai, et ce fut encore plus fort. Au nom d'_amnistiée_, tout le
monde se leva, me fit des révérences, m'appela madame; on me fit mille
politesses, même des offres de service; et ce bon accueil n'était
pourtant que pour la pauvre Victoire, à qui son titre de Vendéenne
valait tout cela. Tandis qu'on venait de traiter si brusquement de bons
républicains que l'on tutoyait, on me parlait toujours à la troisième
personne.

Nous partîmes avec nos femmes dans une voiture que nous achetâmes: nous
emmenions Mademoiselle de Concise dont la mère avait péri à Nantes,
et qui ne savait en ce moment que devenir. Tous nos paquets étaient
renfermés dans deux petits paniers: ce qui étonnait beaucoup les
postillons. Avant Ancenis, je m'arrêtai pour aller voir les gens à qui
j'avais confié ma fille aînée: je voulais toujours douter de sa mort; je
m'imaginais que c'était peut-être pour la mieux cacher qu'ils avaient
dit qu'elle avait péri; j'en étais si persuadée, que je leur offris
imprudemment trois mille francs comptant et douze cents francs de
pension s'ils me rendaient ma fille: ils auraient pu supposer un autre
enfant; mais ils me répétèrent, en fondant en larmes, qu'elle était
morte, et qu'avec elle ils avaient perdu leur fortune; ils eurent même
la probité de vouloir me rendre l'argent que je leur avais laissé en la
cachant.

A Ancenis, comme les Chouans se montraient souvent en force sur la route
d'Angers, le district ne voulut pas nous laisser aller plus loin sans
escorte; et il y avait cependant des postes républicains toutes les
demi-lieues. Nous n'osâmes point dire que nous n'avions nulle peur des
brigands; nous fûmes deux jours à attendre l'arrivée d'un aide-de-camp
du général Canclaux, qui devait passer, parce qu'on voulait faire un
seul convoi: il sut qui nous étions, et eut alors la politesse de faire
passer notre voiture la première; pensant, j'imagine, que nous le
défendrions mieux contre les Chouans, que les seize hussards qui nous
escortaient.

Ainsi nous étions défendues par les bleus contre les brigands. Cette
bizarrerie m'affligeait; mais, après Angers, il n'y eut plus besoin
d'escorte. Nous continuâmes notre route pour Bordeaux, sans autres
obstacles que ceux d'une saison très-rigoureuse; nous vîmes sur la route
beaucoup de misère et de famine; nous fûmes arrêtées onze jours par
les glaces au passage de Saint-André-de-Cubzac; enfin nous arrivâmes à
Bordeaux le 8 février. Mon oncle de Courcy avait été dangereusement
et long-temps malade, et cette circonstance l'avait préservé de la
persécution. Citran n'était pas vendu.

Tous nos amis, au milieu du plaisir de nous revoir, en éprouvaient une
sorte de frayeur; ils ne pouvaient croire à l'amnistie, dont on ignorait
les détails à Bordeaux; chacun s'empressait autour de nous, et nous
regardait, comme des personnes extraordinaires. Nous allâmes au
département pour faire enregistrer notre amnistie; nous étions toujours
vêtues en paysannes. On nous reçut froidement, mais honnêtement. Le
commissaire du département voulut nous faire une petite exhortation, et
dit qu'on devait compter sur notre repentir. Je me sentis offensée de
cette phrase; je rougis, et le regardai d'une façon qui inquiéta mes
amis; mais il n'en arriva rien. Nous rentrâmes tranquillement à Citran.

Je perdis ma petite fille au moment où l'on venait de la sevrer, à seize
mois, et lorsque j'espérais la revoir. Les lois nouvelles me faisaient
son héritière, et me donnaient tous les biens de M. de Lescure; telles
avaient été aussi ses intentions; il les avait consignées dans un
testament; sans cela, j'aurais laissé des collatéraux fort éloignés se
partager une succession qui ne leur était pas destinée.

Lorsque la crise du 18 fructidor arriva, on s'aperçut que j'étais sur la
liste des émigrés, et il me fallut sortir de France, sous peine de mort,
comme les autres émigrés non rayés. Il était cependant bien clair que
je n'avais pas quitté la France! Je m'en allai en Espagne avec M. de
Courcy, inscrit aussi sur la liste: ma mère ne s'y trouvait pas. Je
passai huit mois sur la frontière d'Espagne; je trouvai, dans les
habitans de ce pays, des sentimens nobles et élevés, qui m'y attachèrent
sincèrement; depuis, je n'ai point été surprise de leur héroïque
résistance contre Bonaparte.

Cependant ma mère obtint que je serais rappelée: elle avait représenté
que mon exil était une violation de l'amnistie et de la paix signée avec
les Vendéens, qui déclaraient non émigrés tous ceux qui avaient pris
part à la guerre. Quelques protections firent écouter cette juste
réclamation. Ma mère obtint qu'on enverrait au département de la Gironde
la lettre que le ministre avait adressée secrètement, le 18 fructidor,
aux départemens de l'ouest, pour faire rester en France les amnistiés;
cette lettre avait été ignorée à Bordeaux: ainsi, je suis la seule
vendéenne qui ait été obligée de sortir; je revins, même sans être mise
en surveillance, car on reconnaissait que j'avais été mal à propos
exilée. Ensuite le département de la Gironde me raya de la liste des
émigrés. Il fallait que cette décision fût confirmée à Paris; il
paraissait qu'elle le serait sans difficulté: mais des ennemis inconnus,
ou de zélés républicains, dérobèrent dans les bureaux la moitié des
pièces, et je fus maintenue sur la liste. Aussitôt je reçus un nouvel
ordre de sortir de France dans le délai de vingt jours, sous peine
d'être fusillée: tous mes biens furent mis en vente. Je retournai chez
les bons Espagnols qui m'avaient déjà donné asile; j'y passai dix mois,
et c'est là que j'ai commencé à écrire ces Mémoires. Je revins en France
au mois de mai; toutes les choses avaient changé de face depuis le 18
brumaire.

Je retrouvai, contre toute attente, les biens que j'avais laissés en
partant. Beaucoup avaient été vendus pendant la guerre de la Vendée;
mais ce qui me restait ne le fut pas pendant mon exil. En Poitou, la
mémoire de M. de Lescure m'avait protégée; des personnes que je ne
connaissais pas, qui n'avaient pas les mêmes opinions que moi, mirent
par reconnaissance pour lui, à mon insu, une chaleur et un dévouement
extrêmes pour me conserver les biens qu'il était ordonné de vendre.
En Gascogne, je dus tout à MM. Duchâtel, Deynaut, Magnan, et
Descressonière.

Ma mère me pressait de me remarier. J'avais toujours pensé que je ne
devais vivre que pour regretter ceux que j'avais perdus, et qu'après
tant de malheurs, c'était là mon devoir; j'avais souvent projeté de
fonder quelque hospice et de consacrer ma fortune et mes soins à
secourir les pauvres blesses vendéens qui avaient combattu près de moi,
et dont j'avais partagé la misère. Mais le monde réduit de tels desseins
à n'être que des rêves de l'imagination; dans notre siècle, on les
traite de folie et d'exaltation: je finis par écouter les conseils de ma
mère. Cependant je regrettais de perdre un nom qui m'était si cher et si
glorieux; je ne voulais pas renoncer à tous les souvenirs de la Vendée,
pour recommencer une nouvelle existence. Il y a des circonstances
auxquelles la vie entière doit toujours se rattacher.

Ainsi je ne pus songer à obéir à ma mère, que lorsque j'eus vu en Poitou
M. Louis de La Rochejaquelein, frère de Henri. Il me sembla qu'en
l'épousant, c'était m'attacher encore plus à la Vendée, unir deux noms
qui ne devaient point se séparer, et que j'étais loin d'offenser la
mémoire de celui que j'avais tant aimé. J'épousai M. Louis de La
Rochejaquelein le 1er mars 1802.

FIN DES MÉMOIRES.



                               SUPPLÉMENT.



Lorsque j'écrivais ces Mémoires, qui vous étaient destinés, mes chers
enfans, nous vivions à la campagne, évitant avec soin l'éclat et le
bruit, ne venant jamais à Paris, conservant nos opinions, nos sentimens,
et surtout l'espérance que Dieu nous rendrait un jour notre légitime
souverain. M. de La Rochejaquelein se livrait à l'agriculture et à la
chasse. Cette vie paisible et obscure ne pouvait nous dérober à l'action
inquiète d'un gouvernement qui ne se contentait pas de notre soumission,
et semblait s'irriter de ne pas avoir nos hommages et nos services.

Nous vivions en butte à une tyrannie qui ne nous laissait ni calme ni
bonheur: tantôt on plaçait un espion parmi nos domestiques; tantôt
on exilait loin de leur demeure quelques-uns de nos parens, en leur
reprochant une charité qui leur attirait trop l'affection de leurs
voisins; tantôt mon mari était obligé d'aller rendre compte de sa
conduite à Paris; tantôt une partie de chasse était représentée comme
une réunion de Vendéens; quelquefois on nous blâmait d'aller en Poitou,
parce qu'on trouvait que notre influence y était trop dangereuse;
d'autres fois on nous reprochait de ne pas y habiter, et de ne pas
employer cette influence au profit de la conscription. Les gens en place
croyaient se faire un mérite en nous inquiétant de mille manières. On
voulait, soit par promesses, soit par menaces, attacher par quelque
emploi notre famille au gouvernement. En 1805, on vint offrir à M. de La
Rochejaquelein une place à la cour, en lui disant de _se mettre à prix;_
on alla jusqu'à lui promettre qu'il n'en exercerait pas les fonctions.
On finit par employer, mais inutilement, les menaces. La considération
attachée à des opinions fidèles et pures, et à une position
indépendante, fatiguait le gouvernement: aussi notre existence était
sans cesse troublée.

Ce fut dans ce temps, à peu près, que nous fîmes connaissance avec M. de
Barante, alors sous-préfet de Bressuire.

Les souvenirs de la guerre de la Vendée lui avaient inspiré une grande
admiration; il s'était fort attaché au caractère simple et loyal des
habitans de ce pays; il montra franchement de l'estime pour notre
constance dans nos sentimens; une confiance parfaite s'établit entre lui
et nous. Autant qu'il fut en lui, il tâcha de rendre notre situation
moins pénible; il disait hautement qu'il était hors de la justice et
de la dignité d'exiger de nous autre chose que l'obéissance aux lois
établies. Il savait que M. de La Rochejaquelein avait trop d'honneur
et de raison pour exciter des troubles et faire répandre le sang
inutilement, et qu'il n'entreprendrait rien, à moins que ce ne fût avec
l'espérance de sauver son pays.

En 1809, la persécution devint plus avouée et plus directe; on
voulut forcer M. de La Rochejaquelein à entrer dans l'armée comme
adjudant-commandant, avec le grade de colonel. On savait qu'il avait
fait, comme capitaine de grenadiers, cinq campagnes contre les nègres de
Saint-Domingue. La lettre du ministre était aussi pressante que polie;
il disait à M. de La Rochejaquelein que son frère s'étant illustré dans
les armes, il devait désirer de suivre la même carrière. Il refusa: sa
santé, cinq enfans que nous avions déjà, étaient des motifs à alléguer,
mais que l'on n'eût peut-être pas admis sans le zèle et les bons offices
de M. de Monbadon, notre parent.

Mon beau-frère, Auguste de La Rochejaquelein, fut aussi _invité_ à
prendre du service, en même temps que MM. de Talmont, de Castries, et
d'autres jeunes gens marquans; il alla à Paris et refusa. Dès qu'on vit
qu'il avait des objections à faire, au lieu de les écouter, on le fit
arrêter; il ne céda pas encore, demanda de quoi il était coupable, et
ne voulut point comprendre pourquoi on le mettait en prison; de sorte
qu'après plus de deux mois, il força du moins le ministre de s'expliquer
sans détour, et de lui signifier qu'il serait prisonnier tant qu'il ne
serait pas sous-lieutenant. On le plaça dans un régiment de carabiniers:
il y passa trois ans. A la bataille de la Moskwa, il fut couvert de
blessures, fait prisonnier et conduit à Saratow; il y fut bien traité,
et son sort fut tout-à-fait adouci à la recommandation du roi qui eut
l'extrême bonté de faire écrire en sa faveur.

Vers la fin de 1811, ma santé et le désir de revoir nos parens, nous
conduisirent, ma mère et moi, à Paris, où je n'étais pas venue depuis
1792. M. de La Rochejaquelein vint m'y joindre. L'expédition de Russie
était alors décidée. Les personnes qui, comme nous, étaient restées
invariablement attachées à la maison de Bourbon, ne voyaient jamais
Bonaparte entreprendre une guerre, sans concevoir une secrète espérance
que quelqu'une des chances qu'il bravait avec tant de folie, le
renverserait. Cette fois surtout, le caractère gigantesque et
extravagant de cette expédition, la distance des armées, la nature du
pays où elles allaient combattre, et l'inutilité, si claire pour les
yeux les plus fascinés, d'une entreprise ainsi conçue, donnaient l'idée
qu'il courait vers la fin de sa prospérité. Nous nous entretînmes de cet
espoir avec ceux qui partageaient nos sentimens. M. de La Rochejaquelein
vit et rechercha les hommes les plus marquans par leur nom et leur
constance, entre autres MM. de Polignac, malgré la surveillance de leur
prison.

Nous revînmes en Poitou, et de-là en Médoc, où nous passâmes l'hiver de
1813. Les désastres de Russie, la destruction de l'armée, les mesures
qu'il fallait prendre pour réparer ces pertes, les levées multipliées,
les sacrifices de toute espèce que le gouvernement imposait, l'odieuse
formation des régimens de gardes-d'honneur, tout semblait devoir
précipiter le dénoûment et amener une révolution à laquelle il fallait
se préparer.

Ce fut au mois de mars de la même année, que M. Latour arriva à
Bordeaux, portant les ordres du roi. Avant de parler de sa mission, il
est nécessaire de rendre compte de ce qui s'était passé dans cette ville
depuis 1795. Le parti royaliste y avait toujours été nombreux; les
jeunes gens y étaient zélés et entreprenans, la masse du peuple
excellente; les émigrés que l'on y emprisonnait avaient souvent été
délivrés par adresse ou à main armée; une multitude de réquisitionnaires
y avaient trouvé un asile; les prisonniers espagnols y avaient reçu
l'accueil le plus favorable; mille autres circonstances avaient assez
prouvé quelle était l'opinion des Bordelais: mais, outre cela, l'élite
des royalistes était secrètement formée en compagnies armées, la plupart
composées d'artisans qui n'ont jamais reçu aucune paie. La discrétion de
tant de personnes est encore plus remarquable que leur fidélité. Je vais
expliquer l'origine de cette organisation.

L'époque qui a suivi la seconde guerre de la Vendée, c'est-à-dire 1796,
est celle où les royalistes ont eu le plus d'espérances et concerté
le plus d'entreprises. Le directoire n'avait, pour ainsi dire, aucune
puissance; on jouissait d'une grande liberté, et jamais les opinions
n'ont eu un cours aussi peu contraint. Le roi avait des intelligences
dans presque toutes les provinces; partout il y avait une sorte
d'organisation, à peine secrète, du parti royaliste. Des commissaires
nommés par le roi, alors à Véronne, travaillaient à servir sa cause:
c'était M. Dupont-Constant qui était commissaire à Bordeaux; il
présidait un conseil nombreux; ses principaux agens étaient MM.
Archbold, Dupouy, Cosse, Estebenet, etc.

Quelques mois auparavant (après la seconde guerre de la Vendée), MM.
Forestier et de Céris vinrent passer quelques jours à Bordeaux: ces
messieurs se rendaient à Baréges pour leur santé. Nous ne connaissions
pas ce dernier, parce qu'étant émigré, il n'était arrivé dans la Vendée
qu'en 1794. M. de Céris revint, de la part de M. de Forestier, nous dire
qu'ils avaient résolu de passer en Espagne et en Angleterre; il demanda
à ma mère des lettres de recommandation; elle lui en donna de fort
pressantes pour M. le duc d'Havré, son ami intime, et pour mon oncle
le duc de Lorge. Elle n'avait pas l'idée que MM. Forestier et de
Céris travaillassent à l'exécution de quelque entreprise; peut-être
qu'eux-mêmes n'avaient pas de pensées bien arrêtées à cet égard.
L'accueil flatteur qu'ils reçurent, les entretiens qu'on eut avec eux,
l'état de la France, qui semblait de plus en plus présenter des chances
favorables, redoublèrent leur zèle. Au mois de mai 1797, ils revinrent,
apportant à ma mère une lettre de la main de MONSIEUR, qui la chargeait
de réunir le parti du roi à Bordeaux. Il y avait des instructions du duc
d'Havré, et aussi du prince de la Paix. Elle vit bien que MM. Forestier
et de Céris avaient tout exagéré dans leur discours, et présenté les
choses sous un aspect beaucoup trop favorable; cependant elle regarda
comme un devoir sacré de répondre à la confiance dont les princes
l'honoraient. Elle confia le tout à M. Dudon, ancien procureur-général,
et à son fils; elle conféra avec eux de ce qu'il y avait à faire.
Ce digne magistrat, malgré son grand âge, était plein d'énergie; il
découvrit tout de suite que M. Dupont-Constant était commissaire du roi,
et ces messieurs formèrent un conseil secret, composé seulement de MM.
Dupont-Constant, Dudon, Deynaut, et de l'abbé Jagault, ancien secrétaire
du conseil supérieur de la Vendée. On jugea qu'il importait, avant tout,
d'éclairer les princes sur la véritable situation de la France, qu'on
leur avait présentée d'une manière trop flatteuse et inexacte.

M. Jagault partit pour Edimbourg; il rédigea et remit à MONSIEUR un
Mémoire où il exposait la vérité.

La journée du 18 fructidor vint bientôt confirmer ses sincères
observations: les espérances des royalistes furent détruites, et leurs
projets renversés par cet événement.

Quand, un an après, le gouvernement du directoire commença à être
ébranlé; quand les Autrichiens et les Russes obtinrent en Italie de
grands succès, que tout sembla présager un changement en France, on
reprit avec plus d'ardeur le dessein d'agir. Ma mère avait gagné depuis
long-temps au parti du roi M. Papin, négociant. Ce jeune homme était
parti, quelques années auparavant, à la tête des volontaires de
Bordeaux; il avait fait la guerre d'Espagne avec une grande distinction,
avait obtenu le grade de général de brigade sur le champ de bataille; il
avait aimé la révolution, et c'était dans cette disposition qu'il était
parti pour les armées. A son retour, apprenant quels excès s'étaient
commis en son absence, il ne voulut point être mêlé aux hommes qui s'en
étaient rendus coupables, et se plaignit à M. Deynaut de ce qu'on avait
voulu le mettre sur la liste d'un club de jacobins.

Ma mère voulut connaître M. Papin; elle exalta en lui l'horreur qu'il
avait conçue pour la révolution, et parvint à vaincre l'hésitation qui
l'empêchait de se ranger dans un autre parti, en lui disant qu'il n'y
avait de honte qu'à rester fidèle à une mauvaise cause.

Ma mère le présenta à MM. Dudon et Dupont, arec une confiance
qu'il méritait bien. Il les voyait rarement; M. Queyriaux était
l'intermédiaire entre eux et lui. Ces messieurs l'ayant nommé général,
pour le roi, de tout le département, il s'occupa aussitôt à former un
corps qui s'intitula _Garde royale_, qui, depuis, n'a cessé d'exister.
M. Papin fut surtout secondé par MM. de Maillan, Sabès, Labarte,
Gautier, Latour-Olanier, Roger, Aquart, Marmajour, Rollac, Dumas,
Delpech, etc.

Jamais on ne s'était cru si près du succès: la loi des otages avait
allumé la troisième guerre de la Vendée, renouvelé et étendu celle des
chouans; à Bordeaux, on en vint aux mains; les jacobins, aidés par un
régiment, attaquèrent ouvertement les jeunes gens.

M. Eugène de Saluces fut grièvement blessé, et mis en prison avec plus
de quarante autres, qui sortirent successivement; mais il y resta
quatre mois avec un brave menuisier nommé Louis Hagry, homme d'un zèle
extraordinaire. Ceci se passa pendant l'été de 1799: nous étions alors
en Espagne où ma mère avait eu la permission de m'accompagner dans mon
second exil, et de passer quelque temps avec moi. Nous rencontrâmes à
Oyarsun M. Richer-Serisy, que son esprit et son zèle avaient rendu fort
célèbre à cette époque. Après avoir long-temps conféré avec ma mère, il
partit pour Madrid avec M. Alexandre de Saluces; il voulait essayer si
l'on pourrait décider la cour d'Espagne à prendre les armes pour la
maison de Bourbon, et à seconder les efforts victorieux des Autrichiens
et des Russes.

Le retour du général Bonaparte, le 18 brumaire, et enfin la bataille de
Marengo, arrêtèrent encore une fois les projets des royalistes; tout fut
suspendu, hormis les désirs et les liens mutuels qui existaient parmi
les nombreux serviteurs du roi.

MM. Dudon moururent, ainsi que l'excellent M. Latour-Olanier; on arrêta
un grand nombre de royalistes qui restèrent dix-huit mois en prison,
entre autres MM. Dupont, Dupouy, Dumas. M. Papin échappa par la fuite,
et trouva le moyen de se justifier par la protection des maréchaux
Moncey et Augereau, ses amis. Lors de l'affaire de Pichegru, il était
de retour à Bordeaux; on y fit de nouvelles arrestations; il s'échappa
encore, et retourna auprès du général Moncey. On eut l'air de le croire
innocent à cause de ses protecteurs; mais à peine fut-il de retour
à Bordeaux, avec la promesse de n'être pas inquiété qu'on vint pour
l'arrêter: il se cacha; mais voyant que les renseignemens contre lui
étaient positifs, il quitta la France. Il fut jugé par une commission
militaire, qui le condamna à mort par contumace; sa femme et ses enfans
se jetèrent vainement aux pieds de Bonaparte pour obtenir sa grâce:
depuis ce temps il resta en Amérique jusqu'en 1816; MM. Forestier, de
Céris, du Chenier, furent aussi condamnés par contumace; M. Goguet fut
exécuté en Bretagne; l'intrépide M. Dupérat enfermé pour le reste de
ses jours[22]. Tout rentra dans le silence, et l'on n'eut plus de
communications avec le roi.

[Note 22: Il n'est sorti qu'à la restauration.]

Ma mère avait été très-compromise, après la bataille de Marengo, sur ce
qui s'était passé à Bordeaux; elle pensa être mise en prison et jugée;
elle en eut toute la peur: mais elle fut bien servie, et l'on put
heureusement la défendre, parce qu'elle vivait tranquillement à la
campagne, sans se mettre en évidence, et sans se vanter de la confiance
des princes. Après avoir montré sa lettre à M. Dudon, elle l'avait
brûlée devant lui, et n'en avait plus parlé. M. Queyriaux, notre ami,
plein d'un zèle sans bornes, était presque toujours le seul qui la mît
en communication avec tous les royalistes: elle était souvent consultée;
mais loin de s'en prévaloir, elle ne s'en mêlait que pour entretenir
l'union. Cette conduite tenait à son caractère, et non à un sentiment de
crainte; ma mère ne cachait pas son opinion, et peut-être même que sa
franchise et sa simplicité à cet égard l'ont sauvée, en bannissant toute
méfiance; on ne pouvait croire qu'il y eut quelque chose à deviner chez
des personnes qui parlaient si ouvertement et qui avaient une conduite
si calme[23].

[Note 23: C'est au point qu'étant parvenu à introduire chez nous un
espion pour domestique, il s'en alla au bout de quinze jours, disant
qu'il n'y avait rien à examiner dans une maison où les maîtres et les
domestiques criaient jusque sur les toits qu'ils étaient royalistes.]

En 1808, l'enlèvement des princes d'Espagne excita une vive indignation
à Bordeaux. M. de Rollac organisa un plan avec MM. Pedesclaux, consul
d'Espagne, Taffard de Saint-Germain, Roger et quelques autres, pour
enlever Ferdinand VII et le conduire à la station anglaise. Ils
envoyèrent M. Dias, maître de langue espagnole à Bordeaux, pour l'en
prévenir, et il vint à bout de s'introduire quelques instans dans sa
chambre et de lui parler: mais le prince ne prit aucune confiance dans
une personne inconnue; ces messieurs attendirent en vain ses ordres, et
le projet manqua.

M. de Rollac fit, peu de temps après, un complot pour livrer Pampelune
aux Espagnols: il fut sur le point de réussir; mais, étant découvert,
il fut obligé de fuir. M. Taffard, son ami, le fit embarquer pour
l'Angleterre; il emporta un mot de ma mère pour mon oncle de Lorge, et,
par ce moyen, fut accrédité du roi, parla du dévouement des Bordelais,
et surtout du courage et du zèle de M. Taffard auquel il devait la vie.
Les relations avec Bordeaux se trouvèrent ainsi rétablies. Il n'en
résulta rien pendant quelques années; mais lorsqu'en 1813 la retraite
de Moscou eut fait renaître l'espérance, M. Latour arriva à Bordeaux,
apportant à M. Taffard une lettre de son ami, pour l'inviter à rallier
le parti royaliste: M. Latour l'en chargea de la part du roi. Il
était loin de s'attendre à cet honneur; peu riche, ayant une famille
nombreuse, sans ambition, M. Taffard n'avait songé, en servant M.
Rollac, qu'à remplir les devoirs de l'amitié; et tout attaché qu'il
était à la maison de Bourbon, il n'avait pas eu l'idée de former un
parti: les ordres du roi lui parurent sacrés.

M. Latour était chargé par S.M. de voir aussi M. de La Rochejaquelein,
et de lui dire qu'elle comptait sur lui pour la Vendée. Mon mari se
rendit à Bordeaux, et eut, dès le soir, une conférence de quatre heures
avec MM. Latour et Taffard.

Dès-lors, M. Taffard reprit avec MM. Queyriaux, Marmajour et autres, les
anciens plans de la garde royale. M. de La Rochejaquelein partit pour
le Poitou: il parcourut l'Anjou et la Touraine, avec M. de la Ville de
Beaugé, celui des anciens chefs qui lui avait toujours montré le plus
d'attachement; allant partout voir leurs amis et les anciens Vendéens;
sondant tous les esprits.

A Tours, il trouva tous les jeunes gens de la Vendée qui avaient été
forcés d'entrer dans les gardes-d'honneur; leur ressentiment était
extrême. Il ne leur cacha point ses désirs et ses espérances, et leur
recommanda de se réserver avec prudence pour le moment décisif. Il
fut question d'enlever à Valençay, Ferdinand VII. M. Thomas de Poix,
gentilhomme de Berry, un des meilleurs amis de M. de La Rochejaquelein,
devait être le chef de cette entreprise; il est mort au moment où il eût
pu agir. Mon mari continua son voyage, passa quinze jours à Nantes chez
M. de Barante, son ami, alors préfet; il vit, dans ses courses, le
prince de Laval, venu de Paris dans les mêmes vues que lui; MM. de
Sesmaisons, M. de Suzannet, etc.

Cependant les jeunes gardes d'honneur de Tours ne furent pas aussi
discrets qu'on le leur avait recommandé; ils firent plusieurs coups de
tête: quelques-uns furent arrêtés, entre autres M. de Charette, brave
jeune homme, digne de son nom[24].

[Note 24: Il a été tué en 1815, emportant les regrets éternels des
Vendéens.]

M. de La Rochejaquelein revint en Médoc; j'accouchai le 30 octobre. Le 6
novembre, M. Lynch, maire de Bordeaux, ancien et respectable ami de ma
mère, envoya un exprès à mon mari pour lui apprendre qu'on partait pour
l'arrêter. M. Lynch allait en députation à Paris; il ne se mit en route
qu'après avoir eu la certitude que M. de La Rochejaquelein était sauvé.
Mon mari me laissa ignorer tout ce qui se passait, et s'en alla à
Bordeaux avec MM. Queyriaux; il avait dîné à Castelnau, et y avait vu
arriver les gendarmes qui venaient pour le prendre. M. Bertrand les
commandait; il savait bien ce qu'il venait faire; mais comme il n'était
pas porteur de l'ordre, et qu'il était seulement chargé de prêter
main-forte à un commissaire de police, il laissa passer M. de La
Rochejaquelein qu'il reconnut parfaitement. Le commissaire de police,
qui venait en voiture, s'embourba et fut retardé dans sa marche. Dès la
pointe du jour, le château fut investi; les domestiques, ne sachant pas
le départ de leur maître, répondirent qu'il était dans la maison; eux et
les paysans, qui arrivaient en foule pour la messe, étaient plongés dans
l'affliction et voulaient tomber sur les gendarmes pour le délivrer,
s'il venait à être saisi; plusieurs de nos voisins, que nous
connaissions peu, montèrent à cheval dans la même intention. La visite
fut longue, brutale et ridiculement minutieuse. Le commissaire de police
était furieux d'avoir manqué sa proie. Nous avons su depuis que l'ordre
portait, en secret, de prendre M. de La Rochejaquelein mort ou vif; on
devait le conduire en poste jour et nuit, et, à quelque heure que ce
fût, l'amener au ministre.

Tandis que M. de La Rochejaquelein était caché à Bordeaux, MM. de Tauzia
et de Mondenard, attachés à la municipalité, et qui étaient du complot,
veillaient à sa sûreté. Pendant ce temps-là, MM. de Monbadon et de
Barante faisaient, avec un zèle extrême, des démarches pour faire
révoquer cet ordre. Le ministre, après quelques difficultés, répondit
que M. de La Rochejaquelein n'avait qu'à venir à Paris pour lui donner
des explications nécessaires. Je n'ajoutais pas une foi entière à ces
assurances; cependant elles furent répétées si fortement, les moyens
d'agir semblaient tellement rendus impossibles par les négociations des
alliés avec Bonaparte, et par l'attente journalière de la paix, que
je penchais quelquefois, je l'avoue, pour le parti d'aller trouver le
ministre; j'avais d'ailleurs la certitude qu'il n'existait pas une ligne
d'écriture de mon mari qui déposât contre lui; je m'effrayais d'une
longue séparation et d'un avenir de persécution. Pour lui, au contraire,
il n'hésitait nullement: il prévoyait avec raison que, lors même que le
ministre tiendrait sa parole et ne le mettrait point en prison, il
se trouverait gêné, soit par un exil, soit par l'offre impérative de
quelque place dans l'armée; il voulait conserver la liberté d'agir; sa
pensée se portait toujours vers le projet de faire soulever la Vendée,
quand le moment serait venu. M. de La Rochejaquelein tournait ses
regards de ce côté, et il y était appelé naturellement par son nom, par
son influence sur les habitans de ce pays dont il avait une connaissance
parfaite; d'ailleurs l'intention du roi le fixait d'une manière
invariable à ce projet.

Dès qu'une fois il fut caché à Bordeaux, il devint le moyen de réunion
de plusieurs associations secrètes, qui jusqu'alors s'étaient occupées
séparément du même but. En effet, la persécution dirigée contre lui
l'avait désigné pour chef du parti, et tous les gens dévoués cherchaient
à se mettre en relation avec lui; il en avertissait M. Taffard qui ne
pouvait prudemment laisser connaître qu'il fût commissaire du roi[25].

[Note 25: MM. de Gombauld, Ligier, vitrier; Chabaud, instituteur;
Radin, l'abbé Rousseau, Dupouy, etc., avaient des réunions
particulières. MM. Ligier et Chabaud, hommes dévoués et entreprenans,
avaient déjà organisé huit compagnies: ils y avaient travaillé dès
1809.]

Dans le mois de décembre, un des capitaines de la garde royale, M.
Gipoulon, maître d'armes, fut arrêté, conduit à Paris, mis aux fers, et
resta inébranlable dans quinze interrogatoires: rien ne fut découvert.

Vers le 1er de janvier 1814, M. de La Rochejaquelein vint passer trois
jours avec moi à Citran; il parcourut ensuite pendant quelque temps le
Bas-Médoc, avec son ami M. Luetkens, l'homme le plus dévoué au roi, et
remarquable par sa hardiesse froide et calme. Ils communiquèrent à ceux
sur lesquels on pouvait compter, ce que l'on concertait à Bordeaux; ils
les mirent en intelligence avec cette ville. Mais l'ardeur de tous
avait beau croître chaque jour, la position de l'armée française entre
Bordeaux et les Anglais arrêtait toute tentative.

M. de La Rochejaquelein revint s'établir à Citran; nos enfans et tous
nos domestiques le voyaient; sans cesse des personnes que nous ne
connaissions pas auparavant, venaient conférer avec lui; et cependant
jamais sa retraite n'a été troublée, tant il y a eu de discrétion.

La police n'avait point cessé ses recherches; mais elles étaient plus
vivement continuées en Poitou et à Nantes, à cause de l'amitié de M. de
Barante.

Depuis le mois de décembre, quelques mouvemens avaient eu lieu dans la
Vendée; des conscrits refusaient d'obéir et se battaient contre les
gendarmes: mais le gouvernement, qui craignait la guerre civile, et qui
n'aurait pas eu la force de la réprimer, consentait à montrer quelque
indulgence, exigeait beaucoup moins de sacrifices du pays, y demandait
moins de levées que partout ailleurs, et n'imposait pas ces énormes
réquisitions qui accablaient le reste des Français[26]. Ce système de
prudence, combiné avec la présence d'environ deux mille gendarmes,
empêcha la guerre d'éclater pendant l'hiver, bien qu'il y eût des bandes
de conscrits insoumis qui se défendaient les armes à la main, et qu'une
résistance générale se manifestât de toutes parts[27]. D'ailleurs les
chefs ne voulaient rien faire d'incomplet, et attendaient, pour
se déclarer, le moment où l'insurrection pourrait être générale:
l'apparence continuelle de la paix paralysait les plus hardis.

[Note 26: La Vendée insurgée étant composée de parties de quatre
départemens, il y eut dans chacune des adoucissemens de différens
genres.]

[Note 27: Dans le département des Deux-Sèvres, c'était Guyot, paysan
de Gourlay, qui les commandait.]

Cependant M. de La Rochejaquelein revenait sans cesse au dessein d'aller
se jeter parmi les braves Vendéens: mais c'était se précipiter dans un
péril certain; il y était plus exactement recherché qu'à Bordeaux; il
ne pouvait entreprendre de suivre les grandes routes où il était
trop connu; les chemins de traverse, cette année, étaient devenus
impraticables par des débordemens extraordinaires. Enfin nous le fîmes,
à grand'peine, consentir à ne se décider qu'après que M. Jagault aurait
fait une tournée dans l'ouest, pour s'assurer de la position des choses
et lui préparer les moyens d'arriver dans la Vendée. Il partit le 26
janvier; il devait parcourir la Saintonge, prévenir M. de Beaucorps,
mon beau-frère, conférer avec M. de la Ville de Beaugé, chercher à
communiquer avec les anciens chefs, se rendre à Paris, se concerter avec
M. de Duras et mes cousins de Lorge, tout mettre d'accord pour un plan
vaste et général, et finir par Nantes où il aurait confié le tout à M.
de Barante.

C'étaient précisément ces mêmes provinces et ce même ensemble
d'insurrection, que MONSIEUR avait indiqués quinze ans auparavant,
lorsqu'il avait donné des instructions à M. Jagault.

Arrivé à Thouars, il écrivit, le 5 février, qu'il était impossible à M.
de La Rochejaquelein de pénétrer sur-le-champ dans la Vendée, et d'y
rien commencer d'important; qu'il allait continuer sa route vers Paris,
et qu'à son retour il espérait que tout serait mieux disposé pour
l'entreprise. De tels délais ne pouvaient s'accorder avec l'impatience
de mon mari.

Depuis quelque temps, la nouvelle de l'arrivée de monseigneur le duc
d'Angoulême à l'armée anglaise s'était répandue; et, dans les derniers
jours, ce bruit s'étant accrédité, M. de La Rochejaquelein se décida
sur-le-champ à se rendre auprès de lui pour recevoir ses ordres et lui
rendre compte de ce qui se passait. M. Armand d'Armailhac était venu,
trois jours auparavant, lui offrir un bâtiment qui partait pour
Saint-Sébastien. Il quitta Citran pour se concerter avec MM. Taffard et
de Gombauld.

En rentrant à Bordeaux, M. de La Rochejaquelein pria M. de Mondenard de
dire à M. Lynch, revenu depuis deux jours de Paris, qu'il souhaitait lui
témoigner sa reconnaissance et lui ouvrir son coeur. Celui-ci vint le
trouver. M. de La Rochejaquelein lui dit qu'il croyait ne pouvoir mieux
reconnaître le service si grand qu'il en avait reçu, qu'en lui apprenant
ce qui avait été préparé à Bordeaux en son absence, les secrets des
royalistes, et son départ pour Saint-Jean-de-Luz. M. Lynch, saisi de
joie et de surprise, lui dit sans hésiter: «Assurez monseigneur le duc
d'Angoulême de tout mon dévouement; dites-lui que je serai le premier à
crier _vive le roi_, et à lui rendre les clefs de la ville.» M. Lynch
étant à Paris, et prévoyant la chute de Bonaparte, avait trouvé un
prétexte pour entrer dans la maison de santé où étaient détenus MM. de
Polignac; et, après une longue conférence, leur avait donné sa parole
d'honneur, que si Bordeaux se soulevait un jour pour le roi,
il prendrait le premier la cocarde blanche. Ces messieurs lui
recommandèrent de s'entendre avec MM. de La Rochejaquelein et de
Gombauld, avec lesquels ils avaient eu des relations depuis long-temps.
M. de Gombauld avait déjà prévenu M. le comte Maxime de Puységur,
adjoint municipal, tout dévoué au roi.

C'était sur un bâtiment commandé par le capitaine Moreau, qui avait une
licence pour l'Espagne, que M. d'Armailhac avait préparé le passage de
M. de La Rochejaquelein; mais il était bien difficile d'arriver jusqu'à
ce bâtiment. Outre toutes les visites qu'il devait subir avant de sortir
de la rivière, des douaniers devaient monter à bord, y rester jusqu'à
quatre lieues en mer, et revenir dans un canot.

Je venais de recevoir de M. le sénateur Boissy-d'Anglas, commissaire
extraordinaire dans la douzième division, une lettre très-rassurante sur
la persécution que nous éprouvions; M. de La Rochejaquelein l'emporta,
pour prouver à monseigneur que ce n'était pas la nécessité de fuir qui
l'amenait à ses pieds; il nous quitta le 15 février au soir; je n'eus de
force que pour demander à Dieu le dernier sacrifice que nous pouvions
faire au roi.

M. de La Rochejaquelein et M. François Queyriaux, qui voulut absolument
courir les mêmes périls, s'embarquèrent, la nuit du 17, dans la chaloupe
de Taudin, pilote côtier de Royan, pour aller joindre le bâtiment du
capitaine Moreau; ils se couchèrent dans la tille sans pouvoir changer
de position durant quarante-deux heures. On réussit à passer devant _le
Régulus_, vaisseau stationnaire, qui visitait la moindre embarcation.
Une tempête affreuse se déclara, et fit courir les plus grands dangers à
la barque. Le bâtiment du capitaine Moreau perdit son ancre; on crut un
instant qu'il serait forcé de retourner à Bordeaux: on trouva une ancre
à Royan. Pendant ce retard, la chaloupe de Taudin était mouillée au
milieu de tous les bateaux de ce port, et mille hasards pouvaient, à
chaque minute, trahir les deux fugitifs. Le capitaine Moreau mit en mer;
il fallait un prétexte pour aller le joindre: Taudin s'avise de demander
à un de ses fils, à haute voix et devant tous ceux qui étaient sur le
quai, s'il a remis à Moreau les pains qu'il devait lui donner: le fils
répond que non; le père s'emporte, lui reproche son oubli; sa colère
éloigne toute méfiance; il va chercher les pains dans sa maison à Royan,
et en même temps il confie son secret au pilote qui allait rechercher
les douaniers; ils conviennent tous deux qu'ils aborderont au même
instant le vaisseau par le travers, Taudin du côté de la mer, l'autre
du côté de la terre; ainsi, tandis que les douaniers descendent dans
la chaloupe, MM. de La Rochejaquelein et Queyriaux se glissent à plat
ventre dans le bâtiment, par le bord opposé.

La traversée fut rapide; en vingt-deux heures on arriva devant le port
du Passage. Une violente tempête venait de s'élever; elle fit périr,
quelques heures après, plusieurs navires à la vue de terre; cependant
M. Moreau parvint à aborder. M. de La Rochejaquelein et son compagnon
trouvèrent à Renteria lord Dalhousie, et lui confièrent le motif de leur
voyage; il les accueillit avec empressement, leur fit les offres les
plus obligeantes, les pressa même d'accepter de l'argent. M. de La
Rochejaquelein ne lui demanda qu'à être conduit vers monseigneur le
duc d'Angoulême qui était à Saint-Jean-de-Luz. Dans ce moment, lord
Dalhousie n'avait point là de chevaux; il donna deux soldats pour guides
à ces messieurs qui marchèrent toute la nuit. Ils se rendirent chez le
prince: il était arrivé depuis quinze jours seulement, sous le nom
de comte de Pradelles, accompagné du comte Etienne de Damas. Lord
Wellington lui avait rendu ses hommages. Le maire de Saint-Jean-de-Luz,
les habitans de quelques petites paroisses voisines, étaient,
jusqu'alors, les seuls Français qui lui eussent secrètement fait
connaître leurs sentimens et leurs voeux. Sitôt qu'il sut les plans de
Bordeaux, la situation de la Vendée et l'opinion générale, son coeur se
rouvrit à l'espérance, et il déclara que rien ne lui ferait quitter le
sol de cette France où il retrouvait encore des sujets fidèles, et
qu'il y périrait plutôt que de jamais se séparer d'eux. Il apprit à ces
messieurs que MONSIEUR était en Suisse, monseigneur le duc de Berry à
l'île de Jersey, et qu'ils cherchaient, comme lui, à se jeter en France.

M. le duc de Guiche fut chargé de conduire les voyageurs au
quartier-général de lord Wellington, alors à Garitz. Cet illustre
général les reçut fort bien; il avait, dès le premier instant, montré un
grand attachement à la cause de la maison de Bourbon; mais lorsque les
alliés et l'Angleterre consentaient ou semblaient consentir encore à
négocier avec Bonaparte, lord Wellington ne pouvait pas se porter à une
démarche éclatante en faveur de nos princes; d'ailleurs, il tombait dans
l'erreur commune aux étrangers, et ne croyait pas les esprits en France
aussi bien disposés qu'ils l'étaient: il avait devant lui un général
habile et l'armée française à combattre; tout devait se rapporter à ce
but. Telles étaient les objections que M. de La Rochejaquelein avait à
vaincre; quoique présentées avec de grands égards pour nos princes, et
même avec regret, elles n'étaient ni moins fortes ni moins raisonnables.
M. de La Rochejaquelein demanda d'abord l'occupation de Bordeaux,
promettant que la ville se déclarerait pour le roi; puis, afin d'opérer
en même temps une puissante diversion qui préservât Bordeaux, il
insista pour obtenir un ou deux bâtimens et quelques centaines d'hommes
seulement, pour débarquer de nuit sur les côtes du Poitou, l'escorter à
deux lieues dans les terres, et l'y laisser; qu'ils se retireraient pour
se rembarquer tout de suite et attirer sur eux l'attention des
troupes, pendant qu'il poursuivrait sa route. Lord Wellington lui
dit positivement qu'il ne pouvait disposer d'aucune troupe pour une
expédition que son gouvernement ne lui avait pas désignée. M. de La
Rochejaquelein fut donc obligé de renoncer, pour le moment, à se rendre
dans la Vendée, dont toutes les côtes étaient gardées avec la plus
scrupuleuse exactitude par les douaniers.

Lord Wellington se décida à marcher en avant. M. de La Rochejaquelein
le suivit le lendemain au passage du Gave d'Oléron; il retourna ensuite
auprès de monseigneur; il y arriva en même temps que MM. Okeli et de
Beausset, députés de Toulouse, qui venaient offrir au prince les voeux
et les services de cette ville. On apprit au même moment la fameuse
bataille d'Orthez. Monseigneur partit pour le quartier-général; M. de
La Rochejaquelein le suivit, et M. Queyriaux prit le chemin de Bordeaux
pour aller instruire le conseil[28] du succès de leur voyage, et porter
la proclamation du prince; il fit sa route au milieu des conscrits et
des habitans que la bataille d'Orthez, avait mis en fuite.

[Note 28: Le conseil royal était composé de MM. Taffard, Lynch, de
Gombauld, de Budos, Alexandre de Saluces, de Pommiers, Queyriaux aîné et
Luetkens.]

Il arriva le soir. M. Bontemps-Dubarry était parti le matin, envoyé par
M. Taffard, sous prétexte de commerce, pour avertir lord Wellington que
la ville de Bordeaux était sans défense, que l'on désirait vivement la
présence de monseigneur le duc d'Angoulême. Ce rapport acheva de décider
lord Wellington; il ordonna au maréchal Beresford de se diriger, avec
trois divisions, sur Bordeaux. M. Bontemps revint sur-le-champ rendre
compte de sa mission; il courut de grands risques de Saint-Sever à
Bordeaux, et ne s'en tira que par beaucoup de courage et de sang-froid.
Le lendemain de son départ, l'armée anglaise se mit en marche, et M.
de La Rochejaquelein, qui partait avec l'avant-garde, alla prendre les
derniers ordres de S.A.R.: monseigneur lui dit que lord Wellington,
qu'il venait de quitter, était toujours persuadé que Bordeaux n'oserait
pas se déclarer. Alors M. de La Rochejaquelein affirma que Bordeaux
ferait le mouvement; qu'il en répondait sur sa tête; qu'il lui demandait
seulement la permission de précéder les Anglais de trente-six heures.
«Vous êtes donc bien sûr de votre fait?--Autant qu'on peut l'être d'une
chose humaine.» Monseigneur reprit vivement: «J'ai confiance en vous;
partez.»

M. de La Rochejaquelein se tint avec les troupes légères jusqu'à Langon
d'où il alla chez M. Alexandre de Saluces, à Preignac; de-là, M. de
Valens[29] lui servit de guide pour entrer dans la ville, à travers des
détachemens de troupes françaises et de gendarmerie, et il arriva à
Bordeaux, le 10 mars, à dix heures du soir. Il apprit que le conseil
venait d'envoyer prier le maréchal Beresford de retarder son mouvement,
afin qu'on eût le temps de mieux préparer les esprits, de prendre des
mesures, de réunir les royalistes des environs à ceux de la ville, etc.
M. de La Rochejaquelein représenta vivement l'inconvénient de ce délai;
qu'il ne fallait pas laisser le temps de la réflexion aux esprits
timides; qu'on devait profiter de l'élan des royalistes; que c'était par
un mouvement spontané que l'opinion de la ville se manifesterait. On
revint à son avis, et successivement MM. Luetkens, François Queyriaux,
Valens, d'Estienne et de Canolle, furent envoyés à la rencontre du
prince et des Anglais, pour les supplier de hâter leur marche.

[Note 29: Aujourd'hui garde-du-corps de la compagnie du duc de
Luxembourg.]

Pendant ce temps, toutes les autorités supérieures avaient quitté
Bordeaux, ainsi que le peu de troupes qui y étaient. Cette ville n'avait
aucune défense du côté des landes. Le gouvernement avait cependant
envoyé M. Auguste Baron pour fortifier la rivière de Leyre; mais,
tout dévoué au roi, il ne s'occupa qu'à rejoindre Monseigneur le duc
d'Angoulême.

Enfin le 12, à huit heures du matin, tout fut prêt pour recevoir
Monseigneur le duc d'Angoulême; on se réunit à l'hôtel-de-ville. Les
hussards anglais commençaient à entrer dans la ville; on craignit
qu'arrivant ainsi, avant que les habitans fussent prévenus de ce qui
allait se passer, il n'en résultât quelque inconvénient; M. de La
Rochejaquelein monta vite à cheval avec M. de Pontac, et se rendit
auprès du maréchal Beresford, pour le prier de faire sortir les
hussards, afin que le mouvement royaliste fût fait avant l'entrée des
Anglais. Il l'obtint, et demeura avec le maréchal. M. de Puységur resta
à l'hôtel-de-ville pour y proclamer le roi en même temps qu'il le serait
hors des portes.

La garde royale avait eu ordre de se rendre sur la route avec des
armes cachées; les chefs suivaient, sans affectation, le cortége de la
municipalité. M. Lynch était en voiture; il descendit hors la ville,
et dit en substance au maréchal, que s'il entrait à Bordeaux comme
vainqueur, il lui laissait prendre les clefs, n'ayant nul moyen de les
défendre; mais que si c'était au nom du roi de France et de son allié le
roi d'Angleterre, il les lui remettrait avec joie. Le maréchal répondit
qu'il avait l'ordre d'occuper et de protéger la ville; qu'elle était
libre de prendre le parti qu'elle voudrait. Aussitôt M. Lynch cria _vive
le roi!_ et mit la cocarde blanche; toutes les personnes de la garde
royale en firent autant: on vit au même instant le drapeau blanc arboré
sur le clocher de Saint-Michel par plusieurs royalistes qui l'y avaient
apporté la veille et s'y étaient enfermés. Aussitôt on répandit
parmi les royalistes et les curieux qui avaient suivi M. Lynch, que
Monseigneur le duc d'Angoulême arriverait dans la journée. Alors les
cris de _vive le roi!_ furent universels; chacun se faisait des cocardes
de papier blanc, et courait dans les rues en annonçant cette nouvelle
imprévue. Quand, une heure après, M. le duc de Guiche annonça
Monseigneur le duc d'Angoulême, la joie anima tous les cours; et
oubliant tout danger, on peut dire que la ville entière sortit avec M.
Lynch et son cortège. Presque tout le monde se jetait à genoux; des gens
du peuple criaient: «Celui-là est de notre sang!» Tous voulaient
toucher ses habits et son cheval; on le porta, pour ainsi dire, dans
la cathédrale où l'attendait Monseigneur l'archevêque; il fut pendant
quelques momens séparé de sa suite, et pensa être étouffé par la foule.

Cependant, le premier des voeux, comme le premier des besoins, était
de faire parvenir, en Angleterre, au roi de France, une si importante
nouvelle. Cette honorable mission fut confiée, au nom de la ville, à M.
Both de Tauzia, adjoint du maire, qui, ami de M. Luetkens, et confident
des projets des chefs royalistes, avait, par son zèle et ses soins
vigilans, si utilement contribué à préparer le 12 mars. Monseigneur le
duc d'Angoulême lui adjoignit M. de la Barthe, qui l'avait accompagné à
Bordeaux.

Leur traversée fut si heureuse, que, partis de cette ville le 14 mars,
et, obligés d'aller s'embarquer au port du Passage en Espagne, ils
arrivèrent à Hartwell le 25 [30].

[Note 30: C'était le jour de l'Annonciation. On célébrait la messe.
Le roi et _Madame_ n'interrompirent pas leurs prières, malgré les cris
de _vive le roi!_ qui retentissaient dans les cours, et la vue de la
cocarde blanche. La piété de _Madame_, duchesse d'Angoulême, ne
manqua pas d'observer une si remarquable époque. Ainsi, par un de ces
singuliers rapprochemens que la Providence semble quelquefois se plaire
à ménager pour manifester sa protection, surtout dans les événemens
extraordinaires, le même jour de l'Annonciation, on annonça à Bordeaux
la nouvelle importante de l'heureuse entrée de MONSIEUR en France par
la Franche-Comté; à Paris, celle de la rupture des négociations de
Châtillon; et au roi de France, à Hartwell, avec quel courage et quels
transports de joie son neveu avait été reçu à Bordeaux.]

Je n'avais pas le bonheur de jouir de ce spectacle; j'étais restée à
la campagne. Le souvenir de la guerre de la Vendée, qui avait commencé
vingt-un ans auparavant le 12 mars, remplissait mon ame de tant
d'émotions, que je restai plus de trente heures anéantie et dans un état
de stupeur.

Dès la veille, la petite ville de Bazas cria _vive le roi!_ sans savoir
si Bordeaux en ferait autant, et cela, dès que le prince y arriva, et
malgré lui, car sa bonté lui faisait craindre que les royalistes ne se
compromissent par un mouvement partiel.

M. de La Rochejaquelein demanda sur-le-champ à Monseigneur le duc
d'Angoulème la permission de lever un corps de cavalerie. Le prince,
qui arrivait dans un pays ruiné et accablé de tant de sacrifices, d'où
toutes les caisses publiques avaient été emportées, et ne voulant rien
demander aux habitans, ne pouvait avoir des fonds pour former des corps
soldés; cette cavalerie se composa donc de volontaires équipés à leurs
frais. MM. Roger, François de Gombauld et de la Marthonie obtinrent
aussi la permission de former des compagnies; mais M. de La
Rochejaquelein, se regardant toujours comme destiné à combattre dans la
Vendée, ne se chargeait que provisoirement de ce commandement.

Un des premiers soins des Anglais devait être de forcer l'entrée de
la rivière, pour établir la communication des deux rives, et pour se
préserver des attaques d'une flotille assez nombreuse que l'on avait
équipée à la hâte, et qui menaçait sans cesse le Médoc et même Bordeaux.
On expédia un courrier pour Saint-Jean-de-Luz, afin que de là on
envoyât des ordres à l'escadre anglaise; mais on pensa que ces ordres
arriveraient plus tôt en faisant partir un aviso du petit port de la
Teste. Lord Dalhousie confia ses dépêches à MM. Eugène de Saluces,
Paillès et Moreau. La Teste était le 12 mars, occupée par un poste
d'infanterie et trois cents gardes nationaux d'élite. MM. de Mauléon
et de Mallet de Roquefort, qui commandaient ces derniers, leur firent
prendre la cocarde blanche; ils trouvèrent de la résistance dans les
habitans et les soldats de ligne; ils coururent de grands dangers: leur
fermeté seule les sauva. Ils arrivèrent à Bordeaux, amenant une grande
partie de leurs gardes nationaux et du détachement d'infanterie; le
reste alla, de son côté, rejoindre les troupes françaises qui étaient à
Blaye. Cependant M. de Saluces et ses compagnons ne purent, s'embarquer
à la Teste, comme ils l'avaient cru; le maire et quelques habitans
s'opposèrent à leur départ: il fallut revenir à Bordeaux. S. A. R.
chargea alors M. de La Rochejaquelein de se porter sur la Teste avec
deux cent cinquante Anglais, une partie des gardes nationaux de M.
de Mallet, et quelques volontaires. Les habitans furent d'abord
très-effrayés; mais comme ils connaissaient M. de La Rochejaquelein, et
qu'il était chargé par le prince de leur porter des paroles de bonté et
d'indulgence, tout se passa à l'amiable; les trois plus mutins furent
seulement mis en prison pour quelques jours. Mon mari en passa huit à
la Teste, s'occupant à faire reconnaître l'autorité du roi sur toute la
côte, à dissiper les préventions des habitans, et à réunir la poudre et
les canons des batteries pour les envoyer à Bordeaux.

Peu de jours après, lord Dalhousie partit pour attaquer
Saint-André-de-Cubzac et Blaye: il proposa à M. de La Rochejaquelein de
venir avec lui, à cause de la connaissance qu'il avait du pays, et de
l'espoir d'établir des relations avec l'intérieur, surtout avec la
Vendée; sa compagnie de volontaires voulait le suivre; lord Dalhousie la
refusa, et voulut qu'il vînt seul. On rencontra les troupes françaises à
Etauliers: elles étaient inférieures en nombre, et furent repoussées. M.
de La Rochejaquelein courut là de grands dangers, ayant chargé avec le
panache et l'uniforme bordelais, au milieu des troupes anglaises.

Mon mari profita du passage des rivières pour faire repartir M. de
Ménard, gentilhomme des environs de Luçon, qui était venu, à travers
mille périls, prendre les ordres du prince pour la Vendée. M. de Ménard
fut arrêté à Saintes, et sauvé par le général Rivaux, qui, au milieu
de toutes ces circonstances, fermait les yeux sur les démarches des
royalistes, et voulait empêcher d'inutiles rigueurs: il arriva dans la
Vendée; il courut sur-le-champ pour faire insurger ce pays; mais
les nouvelles de Paris ne lui en donnèrent pas le temps. M. de La
Rochejaquelein n'avait pu réussir, jusque-là, à faire parvenir l'ordre
de soulèvement.

Tout de suite après le combat d'Étauliers, M. de La Rochejaquelein
vit arriver M. Louis d'Isle. Celui-ci, depuis long-temps dans la
conspiration, était venu sur-le-champ près de Monseigneur le
duc d'Angoulême, et avait porté ses ordres à M. de Beaucorps, à
Saint-Jean-d'Angely, pour faire soulever la Vendée. Il était revenu en
traversant les troupes françaises pendant le combat, et avait couru
des risques inouis pendant toute sa mission. Il venait annoncer que le
soulèvement aurait lieu le lundi de Pâques. Presque en même temps,
M. Bascher arriva à Etauliers. Mon mari l'avait vu dans les gardes
d'honneur; il avait déserté de Troyes, et s'était caché chez un de
ses parens, près de Nantes, où il avait trouvé M. de Suzannet, qui
l'envoyait à M. de La Rochejaquelein. Il venait annoncer que tout était
prêt dans l'Ouest, que l'ardeur des paysans était de plus en plus
vive; que le tocsin sonnerait dans la semaine après Pâques, et que les
paroisses de notre ancienne armée désiraient M. de La Rochejaquelein
pour les commander. On demandait quinze mille fusils, et surtout de la
poudre dont on manquait absolument: il n'y avait besoin d'aucune troupe
pour débarquer ces objets puisque le pays devait se soulever auparavant.

Cette mission de M. Bascher lui avait fait courir beaucoup de risques:
il avait été poursuivi. Enfin, à travers le désordre des troupes
françaises, il était parvenu jusqu'à Étauliers. Mon mari l'envoya
sur-le-champ au prince, que M. d'Isle était allé retrouver.

Lord Dalhousie revint à Bordeaux pour préparer l'attaque de la citadelle
de Blaye; l'amiral Penrose la bombardait déjà du côté de la rivière dont
il avait forcé le passage. M. Deluc, maître de la ville, avait, dès le
13 mars, fait assurer S. A. R. de son dévouement, et avait fait de vains
efforts pour décider la garnison à se rendre.

Cependant on n'était pas sans inquiétude à Bordeaux: une forte division
française arrivait par Périgueux; les Anglais n'étaient pas nombreux. On
ignorait que le marquis de Buckingham, avec cinq mille hommes de milice
anglaise, avait demandé et obtenu de s'embarquer pour défendre Bordeaux,
dès qu'on avait su l'insurrection de cette ville; le vent contraire les
empêchait d'entrer dans la Gironde. On n'avait pas eu le temps de former
assez de corps français; mais les royalistes redoublaient d'ardeur:
l'amour pour le prince s'augmentait de la manière la plus vive. Il
sortait tous les jours pour visiter les postes militaires, accompagné
seulement de deux ou trois personnes, allant au pas dans les rues, et
au milieu d'une foule qui, de plus en plus charmée de sa bonté et de sa
confiance, ne cessait de crier: _Vive le roi! vive Monseigneur le duc
d'Angouléme!_ On était électrisé par l'idée qu'il affrontait tous les
dangers pour le salut de la France, et chacun aurait donné sa vie pour
lui. Le comte Etienne de Damas donnait l'exemple du dévouement: chargé
de toutes les affaires de Monseigneur, il sera à jamais cher aux
Bordelais, par l'affabilité et le zèle infatigable avec lesquels il
y travaillait jour et nuit. On se rassurait aussi en pensant que
l'insurrection de l'Ouest allait enfin éclater. Lord Dalhousie, qui
montrait autant d'habileté que d'attachement au prince, avait consenti
à tout ce qui pouvait faciliter ce mouvement. Le jour était fixé au
13 avril, pour le départ de M. de La Rochejaquelein; sa compagnie de
volontaires voulait le suivre; on lui donnait la poudre et les armes
demandées, on expédiait un aviso à Jersey pour Monseigneur le duc de
Berry qui ne demandait qu'à se jeter dans la Vendée. Nous étions dans
toutes ces agitations si vives de crainte et d'espérance, le 10 avril
jour de Pâques, quand le courrier arriva à quatre heures. Apprenant
que Paris avait reconnu le roi, et que tout était fini, l'ivresse
fut générale et impossible à décrire; toute la ville se livra à
l'enthousiasme du bonheur. Monseigneur le duc d'Angoulême donna à M.
de La Rochejaquelein la récompense la plus flatteuse, en daignant le
charger de porter à Paris ses dépêches pour Monsieur, et d'aller prendre
les ordres du roi. Il arriva un instant avant Sa Majesté à Calais.
Quand le duc de Duras le nomma, le roi dit: «C'est à lui que je dois le
mouvement de ma bonne ville de Bordeaux,» et tendit la main à M. de La
Rochejaquelein qui se jeta à ses pieds.

FIN DU SUPPLÉMENT



                          PIÈCES OFFICIELLES.


PROCLAMATION

_Imprimée en Angleterre et distribuée le 16 mai 1815, en débarquant_.

DE PAR LE ROI.

Vendéens, honneur de la France! rappelez-vous la gloire que vous
avez acquise dans la guerre généreuse que vous avez soutenue pendant
plusieurs années; vous êtes destinés à renverser pour jamais l'empire du
crime et du mensonge, pour mettre la vertu sur le trône légitime. Le
roi vous aime; il n'a pas dépendu de lui de vous mieux traiter: vous le
croirez, puisque je vous le dis.

Le roi cherchait à calmer tous les partis; mais il ne vous a jamais
oubliés.

Je vous apporte des armes et des munitions en abondance; les nations
de l'Europe, pleines d'admiration pour votre courage, vous donnent les
moyens nécessaires pour coopérer au rétablissement de l'autel et du
trône.

Rappelez-vous combien de fois mon frère vous a conduits à la victoire!
Essayant de marcher sur ses traces, je ne ferai que vous répéter ses
paroles, qui surent si bien enflammer vos coeurs généreux: _Si j'avance,
suivez-moi; si je recule, tuez-moi; si je meurs, vengez-moi._

Je ne viens point ici pour allumer le flambeau de la guerre civile et
attirer sur ma noble patrie les maux qui l'ont rendue si célèbre; je
viens par ordre du roi, pour détruire les factieux.

Sachez que Buonaparte affecte de ne pas vous craindre; le monstre
n'ignore pas que votre réveil sera le signal de sa destruction.
Vendéens! rappelez-vous votre antique valeur; ne perdez pas de vue le
titre de peuple de géans: l'usurpateur lui-même vous l'a donné. L'Europe
a les yeux fixés sur vous; elle marche pour vous soutenir. Déjà le crime
frissonne, et sa chute est prochaine. Souvenez-vous de ces paroles
mémorables du roi: _Je devrai ma couronne aux Vendéens!_

Marchons, et que ce cri de l'honneur français nous guide à la victoire;

Vive le roi!

_Signé_
le marquis DE LA ROCHEJAQUELEIN,
_Maréchal-de-camp_.



_Extrait des délibérations du Conseil d'administration de l'ancienne
compagnie des Grenadiers à cheval de la maison du Roi_.

_Séance du 1er août 1816._

Le conseil d'administration assemblé, cejourd'hui 1er août 1816, dans
le lieu ordinaire de ses séances, pour procéder à la liquidation de ses
comptes;

Présens: M. le comte de Gibon-Kérisouet, président; M. le baron Perrot,
M. le comte de Termes et M. le comte de Reynaud;

Considérant que son travail va bientôt être terminé, et que par
conséquent les registres de ses délibérations vont cesser d'être à sa
disposition;

Arrête:

Que la résolution prise par les officiers de la compagnie, la veille
de son licenciement, et dont la teneur suit, sera consignée sur les
registres de ses délibérations.

«Les officiers de la compagnie, profondément affectés de toucher au
terme où ils vont cesser de faire partie de la maison de Sa Majesté:

Plusieurs d'entre eux ayant de plus la douleur de ne pouvoir même faire
partie du 1er régiment de grenadiers à cheval de la garde royale, où va
être incorporée la compagnie; Et tous joignant aux bien vifs regrets de
se voir ainsi séparés de leurs compagnons d'armes, ceux inexprimables
d'avoir perdu leur intrépide chef, qui, comme feu son frère, de si
héroïque mémoire, est allé combattre et mourir pour son roi à la tête de
ses braves compatriotes de la Vendée;

Voulant consacrer à la fois les sentimens de fidélité, d'amour et de
vénération dont ils ne cesseront jamais d'être animés pour Sa Majesté,
et les souvenirs douloureux qu'ils conserveront aussi toujours de la
perte de leur ancien capitaine-lieutenant;

Ont unanimement résolu,

Qu'il sera fait des anneaux portant en dessus, en conformité des
anciens étendards de la compagnie des grenadiers à cheval, une grenade
éclatante, avec la devise: _Undiquè térror, undiquè lethum_; d'un côté
de cette grenade, le mot _Honneur_, et de l'autre celui de _Fidélité_;
en dedans, deux mains réunies, et d'un côté écrit, _le marquis de La
Rochejaquelein_; de l'autre, le nom de l'officier, sous-officier ou
grenadier qui devra porter ledit anneau; et que ces anneaux seront
distribués par le digne frère de feu leur brave capitaine-lieutenant, M.
le comte Auguste de La Rochejaquelein, colonel du premier régiment des
grenadiers à cheval de la garde royale.»

Le conseil, considérant ensuite que les anneaux adoptés ont été
distribués, conformément à la résolution ci-dessus, aux officiers,
sous-officiers et grenadiers de l'ancienne compagnie, et que tous ont de
nouveau juré, en les recevant, de verser tout leur sang pour le service
du roi, à l'exemple de leur valeureux chef, dont les hautes qualités et
le religieux dévouement ne s'effaceront jamais de leur mémoire;

Arrête de plus,

Que son président, M. le général comte de Gibon, sera chargé de faire
parvenir au pied du trône copie de la présente délibération, comme
un nouvel hommage de l'entier dévouement de toute la compagnie des
grenadiers pour le service de Sa Majesté et son auguste dynastie.

Fait et clos en séance, les jour, mois et au susdits, et ont signé:
le comte de Gibon, le baron Perrot, le comte de Termes, le comte de
Reynaud.



Séance du 29 août 1816.

Le conseil d'administration assemblé, cejourd'hui 29 août 1816;

Présens: M. le comte de Gibon, président; M. le baron Perrot, M. le
comte de Termes et M. le comte de Reynaud.

M. le président a déposé sur le bureau la lettre du 28 de ce mois, que
M. le duc de Gramont, capitaine des gardes, lui a adressée, et relative
à la délibération précédente.

Le conseil, considérant que cette lettre est la preuve que son président
a fait toutes les diligences nécessaires pour que la délibération du
conseil soit mise sous les yeux du roi;

Arrête:

Que la lettre de M. le duc de Gramont sera entièrement et littéralement
transcrite ci-après:

Paris, le 28 août 1816.

«Monsieur le Comte,

«J'ai eu l'honneur de mettre sous les yeux du roi la délibération du
conseil d'administration de l'ex-compagnie des grenadiers à cheval de sa
maison militaire, que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser.

«Sa Majesté a lu cette délibération avec intérêt; elle m'a chargé de
témoigner au conseil que vous présidez, combien elle est satisfaite
des sentimens qui y sont exprimés, et qu'elle compte toujours sur le
dévouement et la fidélité de ses braves grenadiers à cheval.

«Je me félicite, Monsieur le Comte, d'avoir à vous communiquer les
sentimens du roi pour l'objet de la délibération dont il s'agit; je
saisis avec empressement cette occasion de vous témoigner l'assurance
delà haute considération avec laquelle j'ai l'honneur d'être,

«Monsieur le comte,

«Votre très-humble et très-obéissant serviteur,
Le capitaine des gardes de service,
Signé le duc de Gramont.»

Le conseil, considérant de plus que sa délibération de 1er août, qui
a été mise sous les yeux de Sa Majesté, et la réponse de M. le duc de
Gramont, en date du 28 dudit, contiennent l'expression des sentimens
dont il est pénétré pour la mémoire de feu son capitaine-lieutenant, et
l'approbation flatteuse que le roi a bien voulu y donner;

Arrête;

Que les copies de la délibération et de la lettre de M. le duc de
Gramont seront adressées, par son président, à madame la marquise de La
Rochejaquelein.

Fait et clos les jours, mois et au susdits, et ont signé: le comte de
Gibon, le baron Perrot, le comte de Termes, le comte de Reynaud.


«Madame la Marquise,

Le conseil d'administration de l'ancienne compagnie des grenadiers
à cheval, qui a subsisté jusqu'à ce jour pour la liquidation de ses
comptes, a cru devoir consigner sur ses registres les témoignages de ses
éternels regrets pour le héros que nous pleurons avec vous, et désirer
qu'il fussent mis sous les yeux de Sa Majesté.

M, le duc de Gramont, capitaine des gardes de service, par lequel j'ai
dû lui faire présenter la délibération qui les contient, m'a fait, de
sa part, une réponse si flatteuse, que le conseil d'administration a
pareillement jugé la devoir consigner sur ses registres; mais, de plus,
Madame, il m'a chargé de vous adresser des copies de cette délibération
et de cette réponse.

Quoiqu'il nous en coûte sûrement beaucoup de vous rappeler des souvenirs
si déchirans, et qui feront de nouveau couler vos larmes, nous n'avons
pu résister au désir de vous témoigner que nous ne cesserons jamais
d'y mêler aussi les nôtres, et que tous ceux qui ont fait partie de la
compagnie des grenadiers à cheval, ne cesseront jamais d'être animés des
sentimens de la plus grande vénération et du plus vif attachement pour
tout ce qui porte le nom de La Rochejaquelein.

«Veuillez être persuadée qu'aucun ne peut être plus pénétré que moi de
ces sentimens.

Je suis avec respect,
Madame la Marquise,
Votre très-humble et très-obéissant serviteur,
_Signé_ le comte de Gibon.»


Paris, le 1er août 1816.

«Sire,

Le conseil d'administration de l'ancienne compagnie des grenadiers
à cheval, que j'ai eu l'honneur de présider jusqu'à ce jour,
en remplacement de notre si digne chef feu M. le marquis de La
Rochejaquelein, vient de terminer la liquidation de ses comptes; et
comme il n'aurait plus à se rassembler que dans le cas où, par suite
de leur examen, il lui serait demandé quelques éclaircissemens, c'est
probablement pour la dernière fois que je serai chargé par lui de
solliciter une grâce de Votre Majesté, en mettant à ses pieds l'hommage
de nos respects, de notre fidélité et de notre dévouement.

La compagnie des grenadiers à cheval, conformément à l'ordonnance de son
rétablissement, du 15 juillet 1814, avait deux étendards semblables à
celui de l'ancienne compagnie: ils portaient, d'un côté, les armes
de Votre Majesté; de l'autre, une grenade éclatante, avec la devise,
_Undiquè terror, undiquè lethum_.

Ils nous rappelaient à la fois et notre amour et nos devoirs. Si ces
étendards avaient été bénis, sans doute ils devraient être déposés dans
un des temples de la religion; mais comme ils ne l'avaient point encore
été, nous osons demander à Votre Majesté qu'ils soient déposés dans un
temple de l'honneur, en étant, par ses ordres, confiés à l'illustre
famille de La Rochejaquelein. Nous disons confiés, car ne nous serait-il
pas permis encore d'espérer qu'il pourrait, par la suite, convenir à
Votre Majesté, qui a conservé ses fidèles gardes-du-corps, de rétablir
de nouveau sa compagnie de grenadiers à cheval, qui lui a donné aussi de
si grandes preuves de dévouement et de fidélité, et dont la principale
destination avait toujours été de leur servir d'avant-garde?

Alors quel serait le bonheur de tous ceux qui auraient celui d'être
rappelés pour en faire partie, de retrouver à la fois dans la maison
du héros qui les avait commandés, et leurs étendards, et un autre
La Rochejaquelein pour les guider dans le chemin de la gloire et de
l'honneur!

Je suis, etc.
_Signé le comte de Gibon,

_Maréchal-de-camp,
Commandeur de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis,
Chef d'escadron de l'ancienne compagnie des Grenadiers à cheval.»

Paris, le 25 octobre 1816.



MINISTÈRE DE LA MAISON DU ROI.

_Paris, le 12 novembre 1816.

«Le Roi, Monsieur le Comte, vous autorise à remettre les étendards de
l'ancienne compagnie des grenadiers à cheval à la famille de feu M. le
marquis de La Rochejaquelein. Ils ne peuvent être confiés à des mains
plus dignes de garder les enseignes qui devaient servir de guides au
courage et à la fidélité.

Recevez, Monsieur le Comte, l'assurance de ma considération distinguée,
etc.

_Signé_ comte de Pradel.»



Paris, le 10 mars 1816.

Madame la Marquise,

J'attendais votre arrivée avec impatience, pour avoir l'honneur de vous
adresser la lettre que j'ai reçue de M. le comte de Pradel, et qu'il m'a
écrite en réponse à celle que je l'avais prié de mettre sous les yeux de
Sa Majesté.

J'en joins ici la copie.

Vous verrez que le roi a daigné favorablement accueillir ma demande,
dictée par le voeu de tous ceux qui ont eu l'honneur de faire partie de
la compagnie des grenadiers à cheval.

Je ne saurais assez vous exprimer combien je me trouve heureux d'avoir à
vous transmettre cette grâce de Sa Majesté.

Je remettrai donc à votre volonté, Madame, les étendards de ce corps,
et nous verrons tous avec une vive satisfaction la famille de
l'incomparable chef qui nous était si cher, en devenir dépositaire.

Vous ne les trouverez pas tout-à-fait semblables à la description que
j'en avais faite dans ma lettre au roi.

Comme ils n'avaient encore été ni bénis, ni reçus; comme ce n'était pas
d'ailleurs la compagnie qui avait été chargée de leur confection, nous
ne les avions pas encore vus, et nous les croyions, d'après des rapports
un peu inexacts, tels que je les avais dépeints.

Mais quand ils nous ont été remis, nous avons remarqué que les deux
côtés représentaient une explosion de grenades avec la devise: _Undiquè
terror, undiquè lethum_, et que les armes du roi étaient seulement
rappelées par des fleurs de lis d'or brodées sur les cravates.

Nous nous sommes de plus assurés, par des recherches positives au dépôt
de la guerre, qu'ils étaient absolument conformes à celui qui fut donné
par Louis XIV à l'ancienne compagnie des grenadiers à cheval, qui a été
supprimée le 1er janvier 1776. J'ai l'honneur, etc.



_Lettre à M. le comte de Gibon, lieutenant-commandant d'escadron de
l'ancienne compagnie des Grenadiers à cheval de la garde-du-corps du
roi, maréchal-de-camp, commandeur de l'ordre royal et militaire de
Saint-Louis._

18 décembre 1816.

Nous avons reçu, Monsieur le Comte, avec une bien vive reconnaissance,
les étendards de l'ancienne compagnie des grenadiers à cheval de la
garde du roi, dont Sa Majesté daigne nous confier la conservation. C'est
et ce sera à jamais pour nous un témoignage bien honorable et une
preuve touchante que Sa Majesté apprécie les services de celui que nous
pleurons.

La France a vu avec admiration un corps si nouvellement formé et composé
des vétérans de l'usurpateur, conserver une fidélité inébranlable au
roi. Combien il a fallu que celui qui en avait le commandement fût bien
secondé par ceux qui lui étaient associés! Nous savons, Monsieur le
Comte, tout le zèle que vous avez montré; M. de La Rochejaquelein vous
regardait comme un autre lui-même. Nous n'oublierons jamais que c'est à
votre demande que nous devons l'honorable dépôt de ces étendards. Puisse
ce corps, qui a fini au moment où il venait de se couvrir de gloire,
être rétabli et confié encore à ses anciens chefs! avec quel
empressement nous remettrions ces étendards en leurs mains!

Agréez, Monsieur le Comte, l'assurance de notre vive reconnaissance, et
les sentimens de la considération avec laquelle nous avons l'honneur
d'être, etc.

Donnissan, marquise de La Rochejaquelein.
Auguste, comte de La Rochejaquelein.



_Lettre à M. le comte de Pradel, directeur-général du ministère de la
maison du roi, ayant le portefeuille_.

19 décembre 1816.

Il m'est impossible de vous dire, Monsieur le Comte, tous les sentimens
dont je suis pénétrée. Je viens de recevoir une lettre de M. le comte
de Gibon qui me transmet celle par laquelle vous lui annoncez que Sa
Majesté daigne confier à la famille de La Rochejaquelein la conservation
des étendards de l'ancienne compagnie des grenadiers à cheval de sa
garde.

Hélas! dans ma douleur profonde, je ne me croyais susceptible d'aucune
consolation. J'ai perdu, pour la cause du roi, tant d'êtres qui
m'étaient chers, que je me trouve, pour ainsi dire, isolée dans le monde
avec mes huit enfans; mais cette marque de bonté de Sa Majesté remet
quelque sentiment de calme dans mon ame flétrie par tant de perles
cruelles, et je sens que je puis jouir encore des témoignages d'estime
et de confiance que Sa Majesté veut bien accorder à la famille de mon
mari.

Ces étendards, nous les conserverons avec orgueil. Veuillez donc,
Monsieur le Comte, déposer aux pieds de Sa Majesté l'hommage de notre
profonde reconnaissance. Je voudrais même, s'il était possible, la
consacrer en quelque sorte, en changeant le support de nos armes, et en
prenant les deux étendards à la place des deux lions; on les réunirait
par une bande, sur laquelle seraient ces mots: _Vendée, Bordeaux,
Vendée_. Cela indiquerait à la fois les différens temps et les différens
théâtres sur lesquels la famille a versé son sang pour son roi. Je vous
prie, Monsieur le Comte, de vouloir bien demander l'autorisation de Sa
Majesté, et lui dire en même temps que tout ce qui peut rappeler à
mes enfans les nobles exemples du dévouement de leur père et de leur
famille, m'occupera jusqu'à mes derniers momens.

J'ai l'honneur d'être, etc.
DONNISSAN DE La ROCHEJAQUELEIN.



MINISTÈRE DE LA MAISON DU ROI.

Paris, le 17 avril 1817.

Madame la Marquise,

Vous avez désiré obtenir du Roi de pouvoir joindre aux armes de la
famille de La Rochejaquelein des supports représentant les deux
étendards de l'ancienne compagnie des grenadiers à cheval de sa garde,
en les réunissant par une bande portant ces mots: _Vendée, Bordeaux,
Vendée_. Sa Majesté veut bien me permettre de vous annoncer que s'il
était besoin d'une autorisation pour cet objet, elle la donnerait
volontiers comme une marque du souvenir qu'elle conserve des actes de
dévouement et de fidélité que ces supports et cette devise sont destinés
à rappeler. Vous pouvez donc, Madame la Marquise, profiter, dès qu'il
vous conviendra, du droit que vous donnent les intentions du roi, dans
une circonstance où je me félicite d'en être l'organe auprès de vous.

Agréez, je vous prie, la nouvelle assurance des sentimens respectueux
avec lesquels j'ai l'honneur d'être, Madame la Marquise, votre
très-humble et très-obéissant serviteur,

_Le Directeur général du Ministère, ayant le porte-feuille_,

Comte de Pradel.



_Extraits des lettres de pairie délivrées, le 18 février 1818, en faveur
de Henri-Auguste-George, marquis de La Rochejaquelein, créé pair le 17
août 1815.

...........................................................
.........Prenant, en considération les services signalés de feu le
marquis de La Rochejaquelein, la fidélité et le dévouement à notre
personne de sa famille, à laquelle il nous a plu de confier la garde
des étendards de l'ancienne compagnie des grenadiers à cheval de notre
garde, nous autorisons notredit très-cher, amé et féal marquis de La
Rochejaquelein, son fils, à joindre à ses armoiries, qui sont, savoir,
de sinople, à la croix d'argent, chargée en abyme d'une coquille
de gueule et cantonnée de quatre coquilles d'argent, les supports
représentant lesdits étendards réunis par une bande portant ces mots:
_Vendée, Bordeaux, Vendée._ Et nous concédons à lui et à ses successeurs
le droit de placer ces armoiries et ces supports sur un manteau
d'azur, doublé d'hermine, etc........................
.....................................................



_Lettre de Son Exc. M. le général comte de Goltz, ambassadeur de Sa
Majesté le roi de Prusse, à madame la marquise de La Rochejaquelein._

Paris, le 8 novembre 1817.

Madame,

Les officiers de l'armée prussienne, qui, en 1815, ont contribué Pour la
seconde fois au rétablissement du trône légitime en France, éprouvèrent,
après la lecture des Mémoires intéressans que vous avez publiés, Madame,
sur la guerre de la Vendée, le besoin de rendre un hommage public à la
vertu malheureuse, et d'exprimer par un monument durable l'admiration
dont les avait pénétrés le caractère éminemment loyal et chevaleresque
que MM. de Lescure et de La Rochejaquelein ont déployé dans cette lutte
sanglante. Ils résolurent d'offrir un présent au fils du général de ce
nom qui, ainsi que son frère, trouva une mort glorieuse sur le champ de
bataille, et un second à vous, Madame, l'inséparable compagne de deux
chefs qui se sont illustrés par leurs sentimens et leurs exploits. Mais,
sentant que ce n'était pas le prix de la matière qui devait faire celui
d'un pareil présent; que ce n'était ni de l'or, ni des diamans, dont des
soldats devaient faire hommage au descendant et à la veuve des
guerriers de la Vendée, ils conçurent l'idée d'offrir à M. Henri de La
Rochejaquelein une épée dont les emblèmes feraient tout le prix, et de
vous faire remettre, Madame la marquise, deux candélabres de marbre,
dans le genre de ceux qui ornent le tombeau que la piété conjugale a
érigé, à Charlottenbourg, à celle qui fut à la fois la plus parfaite des
épouses et des mères, et la plus chérie des reines: monument de deuil
sur cette terre et de triomphe dans le ciel.

Je m'estime heureux, Madame, que mes camarades m'aient choisi pour leur
organe, en me chargeant de remettre à M. de La Rochejaquelein l'épée qui
atteste à la fois leur respect pour les vertus guerrières, et la loyauté
des sentimens dont ils sont pénétrés. Je vous prie, Madame, de vouloir
bien me fixer le jour et l'heure où je pourrai remettre cette épée entre
les mains de M. votre fils, en présence des membres de votre famille et
de vos amis.

Les deux candélabres, qui ont été sculptés à Carare, doivent arriver
incessamment à Paris, et je vous demanderai alors la permission, Madame
la Marquise, de vous en faire également hommage.

Veuillez agréer,
Madame la Marquise,
l'assurance de la haute considération avec laquelle j'ai l'honneur d'être,
Madame la Marquise,
Votre très-humble et très-obéissant serviteur,
_Signé le comte de Goltz.



_Réponse de madame la marquise de La Rochejaquelein à M. le général
comte de Goltz, ambassadeur de Sa Majesté le roi de Prusse_.

Paris, le 10 novembre 1817.

Monsieur le Comte,

C'est avec un profond attendrissement, et j'ose ajouter avec un noble et
juste orgueil, que mon fils et moi recevrons les glorieux présens par
lesquels l'armée prussienne se plaît à signaler son estime pour le
généreux dévouement de MM. de Lescure et de La Rochejaquelein à la cause
de leur roi. Certes, il doit être permis à des coeurs français qui n'ont
jamais battu que pour l'honneur et la gloire, de tressaillir en recevant
de tels témoignages de la part de tels guerriers.

Quand vous m'avez annoncé, Monsieur le Comte, les dons que l'armée
prussienne daigne me faire, j'ai cru ma reconnaissance à son comble;
il me semblait que cette marque de bienveillance épuisait toute ma
sensibilité: mais vous m'avez appris que de plus vives émotions
pouvaient encore s'élever dans mon ame, en ajoutant que les candélabres
dont je vais être honorée ont quelque rapport avec ceux qui ornent la
tombe auguste d'une reine dont le monde gardera l'héroïque souvenir,
dont la Prusse pleurera à jamais la perte.

L'histoire, qui racontera tout ce qu'a fait de grand l'armée prussienne
pour affranchir la Prusse, la France et l'Europe, dira aussi que
cette armée, juste appréciatrice de la loyauté, de l'honneur et de la
fidélité, a voulu honorer ces vertus dans la mémoire de ceux qui en
furent les victimes. Il appartenait à des guerriers qui ont fait
triompher la cause sacrée pour laquelle MM. de Lescure et de La
Rochejaquelein ont combattu jusqu'à la mort, d'enrichir leur famille
d'un monument de gloire qui s'y conservera de génération en génération.
Tout le sang des miens est consacré à leur roi; l'épée que vous allez
confier aux mains de mou fils, encore enfant, en lui rappelant vos
exploits et les actions de son père, m'est un sûr garant qu'il se rendra
digne de la porter.

Ces nobles dons, Monsieur le Comte, reçoivent encore plus de prix de la
main qui a bien voulu se charger de nous les offrir: ce sera un nouvel
honneur pour nous de les tenir de votre excellence même. Je voudrais
pouvoir hâter un si beau moment; mais vous avez la bonté de me demander
le jour où je pourrai avoir l'honneur de vous recevoir: c'est avec un
grand regret que je me vois forcée de vous prier d'attendre jusqu'au
jeudi 20 novembre, à cause de l'éloignement de mon fils que je vais
faire venir.

Les hautes leçons que lui donnent de tels gages d'une estime qu'il n'a
pu encore mériter, se joindront aux grands exemples que lui ont laissés
ses parens. Hélas! pourquoi faut-il que sa mère infortunée ait acheté
tant de gloire par d'inconcevables douleurs!

J'ai l'honneur d'être,
avec la plus haute considération,
Monsieur le Comte,
Votre très-humble et très-obéissante servante,
_Signé_ Donnissan, marquise de La Rochejaquelein.



MAIRIE DE LA VILLE DE BORDEAUX.

_Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la ville
de Bordeaux.

Séance du 27 avril_ 1821.

Le 27 avril 1821, à sept heures du soir, le conseil municipal de la
ville de Bordeaux s'est réuni sous la présidence de M. E. Labroue,
premier adjoint, remplissant les fonctions de maire de Bordeaux.

Étaient présens: MM. Balguerie junior, Nairac, Albespy, Mathieu, de
Marbotin, Billate de Faugère, Maillères fils, Desfourniel, de Ganduque,
de Villeneuve Durfort, Chalu, Courau et Balguerie Stuttemberg, membres
du conseil municipal.

La séance ouverte,
......................................................... M. Labroue,
premier adjoint, remplissant les fonctions de maire, fait le rapport
suivant:

Messieurs,

«Par votre délibération du 11 septembre 1818, approuvée par la lettre de
M. le préfet en date du 26 septembre 1818, vous avez nommé les rues, les
cours et les places indiquées dans le plan de distribution des terrains
du Château-Trompette, approuvé, le 8 septembre 1817, par M. le
sous-secrétaire d'Etat au département de l'intérieur.

Après avoir décoré ces principales voies publiques des nobles noms
fournis par l'auguste famille de nos rois, vous avez placé en seconde
ligne les noms de quelques-uns de nos habitans qui se sont illustrés par
de notables services rendus à la monarchie ou à la ville; mais qu'il
s'en faut, Messieurs, que nous ayons épuisé tous les noms auxquels notre
reconnaissante mémoire voudrait pouvoir réserver un pareil hommage.

Toutefois, parmi ces noms brille du plus grand éclat celui de de _La
Rochejaquelein_, à jamais consacré dans les fastes de la fidélité, et
dont l'illustration s'est si bien montrée dans notre heureuse journée du
12 mars.

C'est de ce nom, révéré dans toute la France, et plus particulièrement
dans la Vendée et dans nos contrées, que j'ai l'honneur de vous proposer
d'enrichir la nouvelle rue autorisée dans l'îlot n° 1 du plan précité,
par l'ordonnance du roi, en date du 19 janvier 1820.

Cette nouvelle rue, vous le savez, doit être ouverte dans le
prolongement de la ligne formée par les façades des maisons situées sur
la place Richelieu, depuis l'hôtel de Fumel jusqu'à la Bourse.

J'ajouterai, Messieurs, que cette rue, déjà pratiquée, mais d'une
manière informe, reçut dans nos temps de troubles et de malheurs
l'abominable nom de _Quiberon_. Hé! quel autre nom que celui de _de La
Rochejaquelein_, pourrait mieux effacer les impressions de honte et de
douleur que ce nom de Quiberon, si marquant dans nos sanglantes annales,
rappelle à tous les Français généreux et fidèles!»

Sur quoi;

Le conseil municipal, accueillant avec enthousiasme le voeu que vient
d'exprimer son honorable président, et désirant transmettre à la
postérité, par une inscription publique, le nom si cher à la religion et
aux vertus monarchiques des de La Rochejaquelein,

Délibère à l'unanimité:

Art. 1er. La rue ouverte dans l'îlot n° 1 au plan général de la
distribution des terrains du Château-Trompette, en exécution de
l'ordonnance royale du 19 janvier 1820, et perpendiculaire à la rue
_Esprit des lois_, portera le nom des _de La Rochejaquelein_.

2. Expédition de la présente délibération sera adressée à madame la
marquise veuve de La Rochejaquelein et à M. le préfet.

Fait et délibéré à Bordeaux, les jour, mois et an que dessus. Signé par
le président et les membres du conseil municipal ci-dessus dénommés.

Pour extrait:

En l'absence du maire de Bordeaux,

_Le premier adjoint,
chevalier de l'ordre royal de la Légion-d'Honneur_,
Labroue.



AVERTISSEMENT
DES ÉDITEURS.

Charette, qui commandait dans le Bas-Poitou, prit rarement part aux
opérations des grandes armées vendéennes. Madame la marquise de La
Rochejaquelein n'a pu donner que des renseignemens peu détaillés sur ses
troupes, sur sa conduite, sur ses faits d'armes et son caractère. Les
Mémoires qu'on vient de lire, et qui sont si remplis d'intérêt, se
terminent avant l'époque où ce chef habile, resté seul de tant de
guerriers, fut encore long-temps l'appui et l'espérance des royalistes.
On nous a remis des notes fort précieuses qui furent écrites par une
personne attachée à son armée. L'auteur de ces notes ne les a point
tracées de suite et dans un ordre méthodique; ce sont de simples
fragmens, mais qui, rapprochés des faits que rapporte madame de La
Rochejaquelein dans ses Mémoires, complètent l'histoire de Charette par
le récit de ses derniers exploits, de sa détresse, de ses périls et de
sa mort courageuse.



ÉCLAIRCISSEMENS HISTORIQUES.


I.

La troupe d'insurgés, que M. Charette commanda dans le principe,
appartenait à un territoire peu étendu. Ce ne fut que successivement et
à l'aide de circonstances, ou fortuites ou amenées par son habileté,
qu'il parvint à réunir une armée assez nombreuse. Son rôle ne devint
brillant que lorsque les armées d'Anjou et du centre eurent effectué le
passage de la Loire.

Le pays, dans lequel il organisa sa première bande, ne comprenait que le
district de Machecoul et une très-faible partie de celui de Challans.
On ne pense pas que sa population guerrière, en la formant de tous les
individus, depuis vingt ans jusqu'à cinquante, fournît au-delà de 4,000
hommes, et encore étaient-ce de bien mauvais soldats. Lorsque, dans
la suite, ce pays ne fit plus qu'une division de l'armée de Charette,
c'était celle sur laquelle il comptait le moins.

Le surplus du district de Machecoul et la partie insurgée de celui de
Paimboeuf, connu sous le nom de _Pays de Retz_, obéissaient à M. le
chevalier de La Cathelinière qui, pendant toute sa vie, entretint plutôt
des relations d'amitié que de dépendance avec M. Charette. Ce dernier
canton, découvert, accessible et entouré de villes et de postes qui
étaient restés fidèles au parti républicain, ne tarda pas à être
accablé; le chevalier de La Cathelinière, poursuivi à outrance, malade,
fut pris à la fin de 1793, et les soldats de sa bande, commandés par
Guérin l'aîné, ne pouvant plus tenir dans un pays que traversaient
journellement les colonnes ennemies, vinrent se joindre à l'armée de
M. Charette dont elle composait l'avant-garde. C'était là son meilleur
corps, celui à qui il a dû la meilleure partie de ses succès dans la
campagne de 1794. On pouvait envisager les paysans qui le composaient
comme des soldats enrégimentés. Chassés par la force de leurs foyers, et
n'y pouvant rentrer qu'à travers les plus grands périls, ils n'avaient
d'asile et de ressource que dans les camps; et si cette position
désespérée dut enflammer leur courage, il était encore exalté par le
désir de venger le massacre de leurs familles et l'incendie de leurs
maisons.

L'autre portion du district de Paimboeuf, les cantons actuels de
Saint-Jean-Demont, Beauvoir, Saint-Gilles (le chef-lieu excepté),
donnèrent naissance à une autre bande que commanda M. Guerres de la
Fortinière, demeurant aujourd'hui à Chavane. Cette troupe, appelée
_Troupe du Marais_, prit Noirmoutier dès le commencement de
l'insurrection et ne la garda pas long-temps. La reprise de cette
place indisposa les soldats de M. Guerres, comme celle de Pornic avait
exaspéré ceux de M. de La Roche-Saint-André. La fuite du chef amena
encore ce territoire sous l'obéissance de M. Charette.

Les sieurs Jolly et Savin furent deux autres chefs indépendans qui
commandaient le territoire situé entre la route de Legé aux Sables
et celle de La Roche-sur-Yon au même endroit, du moins leur pouvoir
s'étendait peu au-delà de ces limites. Leurs troupes étaient séparées,
mais agirent souvent de concert. Elles tentèrent deux fois le siège des
Sables et furent repoussées.

Savin se plia de bonne heure aux volontés de M. Charette, aussitôt que
celui-ci, chassé de Machecoul par le général Beysser, eut établi son
quartier à Legé: il était d un caractère assez flexible. Jolly, ancien
soldat, homme emporté et sans éducation, doué d'une valeur qui allait à
la témérité, n'avait pas une aine aussi docile que Savin. Aussi cette
humeur impétueuse engendra-t-elle avec M. Charette des démêlés violens
qui se terminèrent par la catastrophe sanglante du rival imprudent. La
mort de cet homme courageux a été imputée au général Charette qui devint
ensuite maître absolu de la bande qu'il commandait.

Vieillevigne et les communes environnantes avaient levé un autre corps
qui ne reconnut l'autorité immédiate de M. Charette qu'à la reprise de
Machecoul, où le commandant Vrignaud fut tué. La Roche-sur-Yon et tout
le pays qui existe entre cette ville et le Lay, avaient pour chefs
MM. de Bukley et de Saint-Pol, qui ne coopérèrent activement avec M.
Charette, qu'au moment où l'armée de Mayenne entra dans la Vendée et
poussa devant elle les bandes de ce département sur l'armée d'Anjou.
M. de Bukley passa la Loire, et M. de Saint-Pol, chef peu brave et peu
considéré, céda à l'influence et à l'ascendant de M. Charette.

L'armée de Royrand suivit l'impulsion de l'armée d'Anjou et passa la
Loire; le pays qu'elle occupa resta donc sans chef, et une partie se
rangea alors sous les drapeaux de M. Charette; aussi, dès les premiers
mois de 1793, l'autorité de ce chef embrassait tout le territoire
compris entre la mer et la grande route de Nantes à Luçon.

Elle s'étendit encore plus loin en 1794. Par la mort de M. Lyrot de la
Pasouillère, M. Charette acquit le pays situé entre la grande route de
Nantes et la Sèvre, et celui renfermé entre cette rivière et la Loire,
depuis Nantes jusqu'aux confins de l'Anjou. Ce territoire nourrissait
trois divisions ou bandes qui ne se réunirent, il est vrai, à l'armée de
Charette, que dans une ou deux occasions. Leur position difficile les
obligeait constamment de se tenir sur la défensive.

L'on voit, dans les détails qui précèdent, combien les commencemens de
M. Charette ont été faibles; le pays, qu'il a fini par commander seul,
était donc, dans l'origine, partagé entre plusieurs chefs indépendans et
jaloux les uns des autres. Aucun d'eux n'était assez marquant, n'avait
occupé dans l'armée des emplois assez considérables pour faire taire
l'envie, réunir tous les suffrages et couper court à ces rivalités
dangereuses. Deux ou trois gentilshommes, dont le plus élevé n'avait pas
dépassé le grade de capitaine, quelques hommes du peuple qui n'avaient
d'autre recommandation que d'avoir vieilli dans l'emploi de caporal
ou de sergent: tels furent les chefs de l'insurrection dans tout le
territoire qui formait à la fin l'armée du général Charette.

Aussi est-ce à ce défaut de talens et surtout d'ensemble que l'on
doit attribuer tous les mauvais succès que ces chefs éprouvèrent
partiellement, et l'inaction désastreuse dans laquelle ils se tinrent
quand ils n'étaient pas attaqués. Si toutes ces bandes eussent
été organisées sous un seul chef dans les deux premiers mois de
l'insurrection, la côte, depuis Luçon jusqu'à Paimboeuf, qui n'était pas
défendue, dans cet intervalle de temps, par plus de trois à quatre mille
hommes, aurait été entièrement balayée. Alors, n'ayant plus d'ennemis
derrière eux, n'étant plus obligés de garder la défensive, état qui ne
pouvait que décréditer les affaires du parti, les Vendéens auraient pu
faire de gros détachemens et prêter la main aux armées d'Anjou qui se
seraient alors avancées dans l'intérieur, seul plan militaire qui fût
capable de mettre la république en danger.


II.

Les nuances que l'insurrection établit entre les paysans de l'armée de
Charette et ceux des armées d'Anjou et du centre, étaient moins dues à
des causes naturelles et locales qu'à des causes accidentelles. L'on ne
peut disconvenir que les insurgés, quoique poussés à la révolte par des
vexations de plus d'un genre, ne se seraient pas spontanément levés
en masse; ils y ont été entraînés par des suggestions; ce sont des
mécontens appartenant aux classes élevées, des émissaires cachés qui
soufflaient dans la Vendée le feu de la sédition, et quoiqu'une populace
déchaînée soit assez difficile à contenir dans les premiers momens
d'effervescence, celle-ci connut des chefs immédiatement dans le
Bas-Poitou, comme ailleurs, et ces chefs auraient eu assez de pouvoir
pour empêcher les massacres dans tous les lieux, s'ils l'avaient
fortement voulu. Cette vérité serait appuyée au besoin sur des exemples
frappans.

Il est encore certain que les paysans qui composaient l'armée de Royrand
n'étaient pas moins grossiers que ceux de l'armée de Charette. Le
premier corps s'était recruté en partie dans l'ancien district de
Montaigu.

Ainsi ce furent ces massacres eux-mêmes, ces assassinats réfléchis qui
ensanglantèrent les communes de Machecoul, de Legé et de Rochecervières,
qui altérèrent les ames des paysans qui les commirent; qui les
changèrent en bêtes féroces; qui les enivrèrent, pour ainsi dire,
de fureur et de vengeance. Il faut avoir été témoin oculaire de ces
horribles scènes pour savoir jusqu'à quel degré elles portèrent dans
les esprits des campagnards le fanatisme et la cruauté; et ce qui
justifierait la justesse de l'observation, c'est que ces impressions
atroces furent privatives aux communes qui avaient pris part à ces actes
de barbarie, ou du moins elles y étaient infiniment plus sensibles.

Ces affreux événemens firent un tort incalculable au parti royaliste;
ils glacèrent d'effroi les villes voisines, et surtout celle de Nantes
dont la défection eût peut-être été décisive; et les circonstances
étaient bien propres à l'attirer dans le système des insurgés.
Nantes, soumise alors à un gouvernement aussi absurde que tyrannique;
administrée par des énergumènes tirés pour la plupart des classes
inférieures; Nantes, si florissante par le commerce des colonies, et qui
voyait ce commerce près d'être anéanti, et par les excès d'une liberté
insensée proclamée au sein des noirs, et par la guerre maritime que la
mort de Louis XVI venait d'allumer; Nantes, détrompée de ses illusions,
voyait chaque jour refroidir la chaleur révolutionnaire de ses citoyens:
nul doute donc qu'un grand nombre de ceux-ci ne fussent entrés dans les
rangs des royalistes, si leur ville eût hésité à embrasser ouvertement
leur parti. C'est là un fait qu'on a vu attester par des témoignages
nombreux.

De-là vint aussi la différente composition des armées, et que celles
d'Anjou montrèrent toujours plus de tactique et de résistance; les
désertions y affluèrent; ce qui provient d'avoir des corps mieux
disciplinés, ce qui fournit des soldats plus intrépides, parce qu'ils
étaient dégagés des affections et des soins domestiques, et que leur
salut, leurs espérances étaient désormais attachés aux succès du parti
qu'ils avaient embrassé; tandis que cette précieuse ressource fut ôtée
à l'armée de Charette par les actes sanguinaires de Machecoul et autres
endroits. Celui qui aurait tenté de déserter n'avait que la mort en
perspective, et il eût fallu une force d'ame bien prononcée pour braver
ainsi les dangers des deux partis: aussi le nombre des transfuges ne
s'éleva pas peut-être à dix, et encore ceux-ci tenaient ou à une caste
proscrite dans les temps malheureux, ou s'étaient fait remarquer par des
étourderies qui alors étaient réputées pour des crimes.

Les massacres de Machecoul durèrent pendant plus de cinq semaines;
chaque soir on égorgeait un certain nombre de prisonniers, après les
avoir attachés, en avoir formé une espèce de chaîne. Les assassins, ne
rougissant point d'attacher une idée de religion à ces épouvantables
forfaits, appelaient cette tragédie _le Chapelet_; et dans le fait
on récitait cette prière au moment où l'on répandait le sang de ces
malheureux. L'imagination frémit en rappelant des horreurs aussi
long-temps prolongées; près de six cents victimes furent ainsi
massacrées de sang-froid, et c'étaient des hommes de toutes les classes
qui avaient été gagnés par les opinions nouvelles, et que les insurgés
avaient ramassés dans la ville de Machecoul et autres communes
environnantes.


III.

Les premières défaites donnent une idée du genre de courage qui signala
ensuite l'armée Charette, et du terrain convenable pour s'y déployer.
Jamais cette armée n'a eu de succès en plaine et dans un pays découvert,
à moins d'offrir un nombre infiniment supérieur à celui de l'ennemi.
Pour être redoutable, il fallait qu'elle pût se retrancher derrière des
buissons ou des fossés, c'est-à-dire dans des endroits où la cavalerie
et le canon de l'ennemi étaient sans effet.

Le mécontentement qui éclata pendant quelque temps entre la bande de
Vrignaud et celle de M. Charette, ne fut point produit par le désir
de supplanter ce dernier, mais par son insouciance habituelle. Cette
première troupe, réunie aux insurgés des communes qui avoisinent
Nantes, formait un corps avancé qu'on avait porté aux Sorrinières, à
l'embranchement des deux routes qui conduisent de cette dernière à Legé
et Montaigu. Elle avait à soutenir des combats fréquens, parce que les
Nantais, assiégés pour ainsi dire sur ce point, faisaient des sorties
journalières. Il était donc fort intéressant de maintenir ce camp qui
couvrait ceux de Legé et de Chantonnay, et de fournir au moins des
vivres à ceux qui le composaient. Et sous le rapport des subsistances,
le canton de Vieillevigne, alors fort peuplé, et principalement de
fabricans, à une époque peu éloignée de la récolte, se trouvait dans une
position difficile; il lui était impossible de nourrir des soldats;
et M. Charette, pour qui ceux-ci étaient un rempart précieux, s'était
engagé à le faire.

Mais jamais obligation ne fut plus mal remplie. Cette malheureuse
division manquait de tout; elle passait des journées entières sans pain;
les officiers, qu'on envoyait au quartier-général de Charette pour en
demander et se plaindre de cet affreux dénuement, trouvaient ce général
entouré de femmes et de jeunes gens, ou mollement assis sur un sopha,
prenant part à des conversations frivoles, ou se livrant à des danses
folâtres avec cette cour efféminée. Un pareil spectacle n'était pas fait
pour concilier l'affection et l'estime de jeunes officiers bouillans,
d'une humeur altière et indépendante, qui venaient de laisser leurs
soldats en proie à la faim, murmurant contre leurs chefs, et menaçant
de regagner leurs foyers. Des propos violens se tenaient de part et
d'autre; ils circulaient ensuite dans les rangs de la division avec
les détails de la vie riante et commode qu'on menait à Légé, et le
mécontentement était porté à son comble.

Voilà exactement les causes des dissensions et de l'aigreur qui
régnaient à cette époque entre les deux bandes. Celle de Vrignaud se
regardait comme indépendante, et ne devant conserver avec Charette
qu'une harmonie d'opinion et de mesures; mais son chef n'a point
prétendu au commandement général.

Charette n'éprouva point de sédition dans sa propre armée, quoique
sa conduite dissipée, son existence oisive et ses deux promenades de
Montaigu le décréditassent beaucoup dans le parti. Il ne fut entièrement
rétabli dans l'opinion que par la reprise de Mâchecoul qui fut emporté
de vive force, quoique défendu par une garnison de quinze cents hommes
et dix-huit pièces de canon.

Il serait néanmoins possible que la marquise de Joulami, femme d'un
esprit très-délié et très-intrigant, ait eu le projet de faire ôter le
commandement à Charette: elle avait beaucoup d'influence à Vieillevigne,
et si elle avait pu porter l'une de ses créatures à la place de
celui-ci, elle eût été l'ame des opérations militaires, ou du moins elle
a pu se l'imaginer. Charette et cette femme ont eu des démêlés, et l'on
assure que, dans une réponse que lui fit le général, pour la rappeler
ironiquement à un genre d'occupations plus convenable à son sexe, il
joignit une quenouille à sa lettre. On doit penser qu'un pareil cadeau
aura été mal reçu.


IV.

Charette vint se réfugier deux fois à Montaigu. Sa première fuite fut
causée par une terreur panique, parce que les républicains, sortis des
Sables, s'étaient avancés jusqu'à Palluau, et que l'armée de Beysser
occupait en même temps Machecoul. M. de Royrand le reçut très-mal, et
lui observa assez rudement que du moins il fallait voir l'ennemi avant
de décamper.

Le courroux de M. de Royrand tenait aussi à des causes personnelles; le
poste de Légé évacué, il se trouvait à découvert de sa droite, et il
pouvait être pris entre deux feux.

D'un autre côté, et c'était là le principal motif, l'armée de Charette,
si elle fût demeurée sur son territoire (celui de l'armée Royrand),
pouvait l'affamer dans quelques jours. Ce dernier chef, homme délicat
et probe, était très-avare de réquisitions et nourrissait son armée
au moyen des excursions qu'il faisait sur le pays ennemi, ou avec des
grains qu'on payait en partie avec la caisse prise sur le district
de Montaigu. L'armée Charette eût donc dérangé le système d'ordre et
d'économie, et elle eût même pu amener la disette dans les communes ou
elle se serait répandue. D'ailleurs, stationnée à Montaigu, quel
service pouvait-elle rendre au parti? Et elle laissait à la merci
des républicains les bandes de Savin et de Jolly, qui pouvaient être
facilement coupées.

Le poste de Saint-Colombin était gardé par quatre cents hommes environ,
tirés d'anciens régimens de ligne; celui de Rohan en avait fourni la
meilleure partie. Ce poste fut surpris et fit peu de résistance. La
moitié fut faite prisonnière.

Charette soutint vers ce temps-là un autre combat contre une colonne
sortie de Machecoul, forte de cinq à six cents hommes, et qui vint
l'attaquer à Légé; il la battit complètement et prit les deux pièces de
canon qu'elle avait amenées avec elle. Ce détachement était en partie
composé de Nantais.


V.

L'attaque de Nantes ne fut faite activement que par la grande armée.
Celle de Charette n'y pouvait faire qu'une parade inutile. Comment en
effet aurait-elle tenté avec succès de pénétrer à travers une demi-lieue
d'une espèce de défilé, d'une gorge étroite, formée par les ponts de
la Loire et de la Sèvre, sans pontons et sans bateaux? Aussi ne
s'avança-t-elle que jusqu'au pont Rousseau, et elle dressa en cet
endroit des batteries avec lesquelles on tira sur la ville à boulets
rouges; une batterie voisine des républicains ripostait et tua une
cinquantaine d'hommes. Les patriotes ne pouvaient, rien craindre de ce
côté; ils le défendirent avec un faible poste et quelques canonniers.

Les paysans accourus à ce siège s'élevaient, à ce que l'on prétend, au
moins à vingt mille. On remarquait dans cette armée des vieillards
et des femmes qui s'étaient pourvus de sacs, afin de profiler plus
amplement du butin qu'aurait procuré une ville aussi opulente; on
annonçait hautement l'intention de la piller; et si toute cette
populace eût réussi à s'y introduire, il eût été malaisé d'empêcher ce
brigandage. De pareilles dispositions, connues des assiégés, étaient
bien propres à enflammer leur courage et à augmenter la résistance.

On a dit dans le temps que si l'armée d'Anjou eût forcé la ville, le
dessein des chefs qui la commandaient était de garder aussitôt les
ponts, afin de s'opposer à l'entrée de l'armée Charette dont les
principaux officiers seuls eussent été exceptés de cette défense.

Il n'est pas présumable que Charette ait montré des prétentions ouvertes
au poste de généralissime. Il ne pouvait pas raisonnablement conserver
le moindre espoir d'être nommé; il était peu connu dans les armées
d'Anjou et du centre; il n'avait eu aucune relation directe avec elles,
à l'exception de M. Royrand; l'on ne pense pas qu'il eût envisagé
les autres chefs à cette époque; il députa deux ou trois officiers à
l'assemblée qui devait faire l'élection, et il aura été mécontent, comme
beaucoup d'autres, de la promotion de M. d'Elbée qui, à la vérité, ne
méritait pas la préférence. On aura peut-être envisagé les réflexions
qu'il aura faites sur ce choix, comme le dépit de l'amour-propre
offensé.

Il serait plus exact de croire que Charette s'imaginait qu'on devait,
dans cette assemblée de chefs, s'occuper non-seulement du chef principal
mais de l'organisation de toutes les armées, opération qui, dans le
fait, aurait été bien sage. Charette eût voulu, dans ce cas, être élevé
au commandement de l'armée du Bas-Poitou, c'est-à-dire de tout le
territoire insurgé qu'il gouverna après le passage de la Loire. Tout le
pays eût ainsi été divisé en trois armées principales, et relativement
au nombre, à l'importance et aux ressources territoriales, Charette eût
commandé incontestablement la seconde.

Il aura donc été très-piqué d'une omission qui le laissait à la tête
d'une bande assez médiocre, et toujours en butte aux tiraillemens, aux
intrigues et l'insubordination des autres chefs. Si son projet eût
réussi, la nomination d'un généralissime l'eût peu gêné, tant parce que
le commandement du centre de celui-ci eût été éloigné, que parce que
l'obéissance de chef à chef était dans ce temps-là très-imparfaite.


VI.

Charette avait commis une faute grossière dans l'établissement de son
camp de Légé, et qui lui ôtait absolument toute facilité de résister à
l'invasion des républicains et aux attaques qu'ils auraient dirigées
contre lui dans cet endroit. Légé était couvert de tous côtés par des
arbres et des haies touffues, retranchemens naturels qui s'adaptaient
merveilleusement au génie militaire des insurgés. Charette détruisit cet
avantage de fond en comble; il fit abattre tous les arbres, raser les
buissons, et convertit Légé en une vaste plaine. Son aimée travailla
pendant tout l'été de 1793 à cette imprudente opération. Dès ce moment
le poste ne fut plus tenable pour des paysans qui l'abandonnaient
aussitôt qu'ils apercevaient l'ennemi; et il devint pour celui-ci un
poste de prédilection qu'il occupa constamment dans la suite, et qui
le plaçait au centre du pays insurgé. On ne conçoit pas comment les
expériences malheureuses, faites par Charette dans les endroits trop
découverts, ne lui avaient pas fait rejeter ce projet insensé; mais
c'est encore dans cette occasion qu'on remarque une des principales
nuances de son caractère, la suffisance et la présomption. En traçant à
Légé un camp retranché, il singeait le général d'une armée régulière.


VII.

Charette montra dans sa première lutte contre le général Haxo une autre
nuance de son caractère, la légèreté et l'imprévoyance unies à beaucoup
de bravoure et de fermeté. C'est bien dans cette occasion qu'on remarque
qu'il n'adoptait aucun plan militaire, mais qu'il vivait au jour le
jour, bravant le danger lorsqu'il se présentait, mais ne sachant ni le
calculer, ni faire naître ou préparer des circonstances avantageuses.
Après la prise de Noirmoutier, Charette n'y demeura que quelques jours;
il les employa à faire entrer quelques vivres dans la place et à
expédier un aviso en Angleterre. Ce fut La Roberie aîné, officier de
mérite, qu'il y envoya. La garnison qu'il laissa à Noirmoutier était
d'environ huit cents hommes, et ce poste fut médiocrement envié par les
soldats de son armée, qui avaient une répugnance invincible pour toute
position où l'on n'avait point de retraite. Le gouverneur était un M.
de Tinguy, officier peu connu, et qui, parmi plusieurs autres officiers
restés aussi dans la place, ne devait pas jouir d'une grande autorité.

Charette ramena donc incontinent son armée à Touvois, à une lieue de
Légé, apparemment parce que cela le rapprochait de sa nouvelle conquête,
et qu'il avait éprouvé devant une division de l'armée de Mayence,
qu'il n'y avait aucune résistance à tenter dans son ancien poste qui
équivalait à une rase campagne: il y campa pendant plus de trois
semaines. Enfin, vers le milieu de novembre 1793, Haxo sortit de Nantes
et entra par plusieurs points sur le pays insurgé. La division des
Sables pénétra aussi, et Charette vit qu'il allait être enveloppé à
Touvois, pendant que la division de l'armée de Haxo, qui avait débouché
par Machecoul, lui couperait la retraite de Noirmoutiers. Dans une
position aussi épineuse, Charette devait prendre un parti décisif, et
il n'en prit point; il décampa de Touvois, s'avança vers la Garnache et
Saint-Gervais: Haxo le suivait rapidement à la tête de quatre à cinq
mille hommes et de l'artillerie.

Charette essaya un instant de lui résister dans ce dernier endroit, mais
il fut chassé à coups de canon et acculé dans Bouin, dont il ne se tira
avec sa troupe qu'en franchissant ou traversant les fossés. Il laissa là
une belle artillerie, ses caissons, ses équipages. Son armée ne sauva
qu'un seul cheval, celui de La Roberie; mais l'on ne sache pas qu'elle
ait tué les autres ni encloué ses canons. Elle effectuait une retraite
ou plutôt une déroute précipitée, accompagnée du plus grand désordre,
et, certainement, elle n'eut pas le temps, ni peut-être la pensée de
détruire les ressources qu'elle était forcée d'abandonner à l'ennemi. Ce
désastre n'avait point été prévu, et il était bien facile de l'éviter.
Charette devait examiner, en sortant de Touvois, s'il avait une force
suffisante pour défendre Noirmoutiers et pour en empêcher le siège; il
ne pouvait s'agir de s'y enterrer, car alors tout le parti se serait
trouvé concentré dans un seul point, et il était irrévocablement abattu
par la chute de ce lieu de refuge. Pour prendre une pareille résolution,
il eût fallu attendre à une époque déterminée un secours que
l'Angleterre aurait envoyé, et qui eût été capable de faire lever le
siège. Ce plan était donc impraticable, quand même on admettrait, ce
qui eût éprouvé une grande difficulté, que l'armée eût consenti à
l'exécuter.

Et si l'armée de Charette était trop faible pour tenir tête à l'ennemi,
il fallait donc se garder soigneusement de se laisser engager avec tous
ses moyens militaires sur un terrain désavantageux, et qui ne laissait
aux insurgés, en cas de défaite, que la perspective d'une destruction
totale.

Bien plus, un semblable échec devait décourager entièrement la garnison
de Noirmoutiers: il était propre à lui enlever l'espoir d'être jamais
secourue, et par suite celle énergie morale et ces illusions du courage,
qui sont toujours les meilleurs garans d'une défense opiniâtre. La
facilité avec laquelle elle se rendit atteste assez l'abattement et la
consternation que produisit la victoire de Haxo dans l'ame des assiégés.

Ce malheureux événement prouve donc l'hésitation, l'incertitude et
l'absence de tout plan fixe de la part de Charette. C'était plutôt un
sentiment confus que des réflexions éclairées qui le portait ainsi dans
la direction de Noirmoutiers. Peut-être avait-il l'idée vague de s'y
jeter et d'y cantonner une partie de son armée, sauf à la rejeter, si
d'autres motifs paraissaient ensuite peu favorables. C'était toujours
l'événement actuel qui déterminait sa conduite, et la mobilité des
circonstances n'était pas plus rapide et plus variée que celle de ses
pensées et de ses résolutions. Si celle que l'on analyse ici eût reçu le
moindre degré de maturité, s'il eût pesé un seul moment les résultats
que pouvait amener, au milieu d'un marais, une lutte inégale, il aurait
porté son armée dans le sein du Bocage, sur un terrain où il devait
bientôt recueillir tant de succès: et, comme Haxo voulait reprendre
Noirmoutiers, et comme, pour achever ce dessein, il avait besoin de
protéger ses derrière; par un corps d'observation, que les munitions et
les subsistances nécessaires à sa troupe devaient arriver librement, et
que, pour assurer ces approvisionnemens, il lui fallait tenir une chaîne
de postes depuis Noirmoutiers jusqu'à Nantes, les événemens de la mer
étant trop hasardeux; il eût été bien difficile que Charette n'eût pas
trouvé jour à entraver des dispositions si multipliées, et à gagner
peut-être sur son ennemi des avantages importans.

Aussi faut-il dire que cette défaite de Bouin terrassa le parti. Elle
fut à l'armée de Charette ce que la défaite de Luçon avait été aux
armées réunies. Dans les deux endroits on perdit son artillerie et ses
munitions, et cette dernière perte surtout était incalculable pour des
gens qui n'avaient point de postes fortifiés, qui étaient obligés de
traîner tous leurs moyens après eux. Charette n'était plus, à proprement
parler, un général d'armée, parce que tout ce qui constitue une armée
avait échappé de ses mains; il devenait un simple partisan, occupé
à fuir habituellement devant l'ennemi lorsqu'il déployait une force
supérieure, et à épier les occasions dans lesquelles ce même ennemi se
serait négligé ou affaibli par excès de confiance.

Charette essaya ce genre de combattre en sortant de Bouin. Il surpris
à Bois-de-Cene un détachement républicain de quatre cents hommes à peu
près, qui fut presque entièrement égorgé. Cet avantage lui procura
quarante chevaux. Il se porta le lendemain sur Légé que gardait une
troupe plus nombreuse et pourvue de canons; il l'attaqua valeureusement,
et il fut repoussé après un combat de quelques heures.

C'est de cette époque que date toute la campagne faite par Charette,
pendant l'hiver de 1794, et dans laquelle les revers de ce chef
restèrent bien au-dessous de ses avantages. Plusieurs causes
contribuèrent à ses succès.

La première et la plus considérable fut la proscription générale des
Vendéens, l'interdit qui fut jeté sur leur malheureuse contrée, et les
horreurs inouies dont elle devint le théâtre journalier; une soldatesque
effrénée n'y connaissait ni amis ni neutres: les femmes et les enfans
furent enveloppés dans ce carnage impitoyable; des communes qui avaient
livré les armes furent ensuite livrées à la dévastation, au fer et à la
flamme; des hommes revêtus des fonctions et des livrées républicaines
furent fusillés; il n'y eut donc alors d'asile que dans les camps et
les forêts, de sûreté et de garantie que sous les armes, de protection
efficace que dans des réunions nombreuses. La crainte du péril et le
sentiment de sa conservation formèrent l'armée, et la terreur générale
produisit le courage le plus exalté, le courage du désespoir.

A ce mobile aussi puissant que les républicains avaient exercé contre
eux, il faut ajouter le défaut absolu de renseignemens et de lumières
dont ils auraient eu besoin pour guider leurs opérations, et dont ils
étaient privés. Ils avaient, par leur conduite atroce et cruelle, élevé
un mur d'airain entre les Vendéens et leurs soldats. Les deux partis
n'étaient plus composés que d'ennemis acharnés: ainsi les armées
patriotes n'ayant aucune espèce de relation dans le pays où elles
combattaient, ne pouvaient marcher qu'à l'aventure; leurs généraux ne
pouvaient former, pour ainsi dire, que des combinaisons divinatoires.
Ils poursuivaient les insurgés à la piste; ils ne reconnaissaient que
par la trace des lieux, par les routes qu'ils tenaient, semblables au
chasseur qui rembuche des bêtes féroces; et comme cette manière de
découvrir n'était praticable que pendant le jour, il s'ensuivait que les
Vendéens étaient toujours en sûreté pendant la nuit, et qu'ils avaient
une grande facilité pour cacher leur marche et échapper à l'ennemi.
Cette considération explique pourquoi, dans cet hiver, ils furent
si rarement surpris, et ils ne l'auraient même jamais été, si cette
sécurité habituelle ne les eût fait relâcher quelquefois de toute espèce
de précaution.

Ensuite la nature du terrain du Bocage de la Vendée était inestimable
pour des révoltés pendant le cours de l'hiver. Couvert de bois et de
buissons, n'ayant que peu de chemins et des chemins impraticables, il
était presque impossible à une troupe d'y conduire de l'artillerie; le
transport des vivres et des bagages y était de la dernière difficulté.
La cavalerie la mieux montée y était ruinée eu quinze jours; tous les
obstacles enfin se pressaient autour des opérations militaires, et si
les colonnes républicaines n'eussent été éclairées par des réfugiés du
pays, elles auraient probablement été réduites à une inaction complète.
Une attitude active ne leur était pas plus favorable, puisqu'en agissant
avec des corps nombreux, les républicains étaient affamés, et ils
couraient risque d'être écrasés dès qu'ils se montraient en petites
masses. Ils en firent une rude épreuve dans la campagne que l'on
rappelle. Rassemblés en grande force, ils ne trouvaient personne et ils
étaient assaillis de privations. Éparpillés en petits détachemens, ils
étaient battus. L'on fera remarquer dans la suite que le général Hoche
termina facilement la guerre civile, parce qu'il sut prévoir et parer
à tous ces inconvéniens. La Vendée eût été pacifiée dix fois avant la
dernière, si l'on eût remplacé les trois quarts des soldats républicains
qui y sont péris, par de la modération et du bon sens.


VIII.

Le pays insurgé se trouva le plus souvent débarrassé des troupes
républicaines pendant l'été de 1794. Des colonnes le traversèrent trois
ou quatre fois, mais sans s'y arrêter. Ce plan de l'ennemi était motivé,
ou sur les courses infructueuses faites pendant l'hiver et qui leur
avaient coûté tant de monde et tant de fatigues, ou sur la nécessité de
renforcer les armées des frontières moins exposées pendant les mauvaises
saisons, ou principalement pour border et défendre les côtes sur
lesquelles on craignait toujours quelques débarquemens d'Anglais qui
auraient coopéré avec les insurgés. Charette eut donc le temps de
respirer à son aise et d'entreprendre lui-même des attaques, au lieu de
repousser ou d'esquiver celles des républicains. Sans doute ce repos
qu'il aura présenté à ses soldats sous des couleurs adroites, comme
étant la suite de l'abattement ou de l'impuissance de l'ennemi, releva
le courage des siens, leur donna une haute idée de leur force, et
augmentait leur confiance dans le général qui les avait guidés à travers
tant de dangers. En envisageant dans leur ensemble tous ceux qui les
avaient assaillis, les Vendéens le regardaient comme le libérateur de
leur pays, le sauveur de leur existence, et la guerre qu'ils avaient
soutenue sous ses ordres, comme ayant été le seul moyen d'échapper
à cette terrible catastrophe; les esprits reçurent donc de ces
considérations des impressions d'enthousiasme et d'énergie, qui
préparèrent les succès que les Vendéens obtinrent contre les camps
retranchés des patriotes.

Le camp dont l'attaque, est sans contredit, un des plus beaux faits
d'armes du général vendéen, n'était point assis à Saint-Christophe, mais
à Freligné, auprès d'une chapelle de ce nom, à un quart de lieue de
Touvois. Les républicains avaient un détachement dans le premier
endroit, et c'est sur ce point que la troupe battue effectua une
retraite bien difficile; la garnison de ce camp était de quinze cents
hommes, et plus de la moitié fut tuée. Les Vendéens montrèrent dans
cette occasion une valeur et une fermeté que l'on ne pouvait pas
raisonnablement attendre; l'événement seul justifia l'attaque d'un poste
que l'on regardait comme imprenable par des troupes irrégulières.

Le camp des Chrimières, que Charette força quelques jours après, n'était
pas aussi fort et aussi nombreux: celui-ci fut surpris dans un moment où
l'ennemi était mal préparé. Les soldats avaient lavé et nettoyé leurs
armes ce jour-là, et un grand nombre était répandu dans les vignes dont
la maturité approchait. Cette attaque imprévue était la suite de la
défaveur qui entourait les républicains et de l'impossibilité dans
laquelle ils s'étaient placés, par leurs cruautés, de recevoir aucun
renseignement. Les localistes, avec qui ils vivaient sans défiance,
étaient les premiers à les trahir; ainsi les Vendéens étaient prévenus
à temps de toutes les occasions favorables qui se présentaient, et les
républicains ne l'étaient jamais. On ne peut se faire une idée de la
haine profonde, de l'horreur que ceux-ci avaient excitées dans le pays
insurgé; les femmes, les enfans en étaient envenimés; ces sentimens
étaient comme mêlés dans leur substance, et portés au dernier degré
d'exaltation.


IX.

On ne peut néanmoins dissimuler que la fureur des soldats républicains
s'était grandement ralentie pendant cet été de 1794, et avant
l'événement du 9 thermidor qui l'adoucit encore bien davantage. Le
retour aux maximes de modération qui fit sourire l'humanité désolée,
commença d'affaiblir le parti des insurgés; il brisait ou du moins
relâchait son principal ressort, le désespoir du malheur, la nécessité
toujours présente de vaincre ou de périr: aussi peut-on remarquer que,
depuis cette amélioration dans l'opinion, les Vendées ne donnèrent plus
le spectacle d'actions aussi brillantes et aussi courageuses que pendant
la période de la terreur.

Ce camp de Freligné, dont on parlait à l'instant, et qui resta plusieurs
semaines sans être menacé, déploya constamment une manière opposée à la
marche dévastatrice des colonnes qui avaient fait les campagnes d'hiver:
il avait été établi en cet endroit, quelque temps avant la récolte, et
couvrant un pays fertile et découvert, entretenant des communications
journalières avec Machecoul et Challains, il inspirait des craintes bien
vives à tous les cultivateurs qui voyaient mûrir leurs moissons sur
cette partie du territoire. Ces malheureux n'avaient d'autre perspective
que la mort donnée par l'ennemi ou par la famine plus cruelle encore;
une position aussi critique enhardit quelques-uns d'entre eux; ils
se hasardèrent à couper leurs grains, quelque chose qui leur en
pût arriver. Les cavaliers républicains les aperçurent et ne les
inquiétèrent point; ils rassurèrent même les fuyards, et cette épreuve,
bientôt connue, rappela de toutes parts les moissonneurs effrayés, en ne
guérissant partout qu'une bien faible partie de leur défiance.

La position de ces pauvres laboureurs était difficile; une expérience
affreuse leur avait prouvé que ces intervalles d'une douceur apparente
n'avaient été précédemment que le sommeil du tigre; que l'ennemi avait
quelquefois endormi leur vigilance et leur précaution, et recommencé
tout-à-coup ses actes de barbarie. Freligné était précisément situé
dans cette paroisse de Falleron, dont la plupart des hommes avaient été
égorgés, l'hiver passé, au camp de Légé où les républicains les avaient
attirés sous l'espoir de la paix après la leur avoir jurée dans un
banquet, après leur avoir présenté la coupe de la réconciliation:
une catastrophe aussi récente avait gravé dans les âmes de terribles
souvenirs.

Les paysans de ce canton, pressés de ramasser leur subsistance et celle
de leurs enfans, devaient éprouver de grandes craintes; d'un autre côté,
ils devaient la cacher aux républicains qui les environnaient à tout
instant; et il leur fallait encore, par la démonstration l'un dévouement
bien prononcé, empêcher que les chefs vendéens ne prissent ombrage de
ces relations équivoques, toute communication prétendue volontaire avec
les républicains étant punie de la peine de mort; et les délateurs ne
manquaient pas plus dans ce parti que dans le parti patriote: la même
espèce d'hommes jouait ce rôle infâme; les mômes motifs les animaient;
c'était également des sans-culottes royalistes que peignaient la
prospérité de leurs voisins et la soif de leurs dépouilles; et la
crédulité, exagérée par la peur, assassinait, sur ces rapports, des
hommes qui n'avaient d'autres torts que d'avoir allumé les désirs de
quelques misérables.

Ainsi le même mobile tyrannisait pareillement les deux partis les
plus opposés; la terreur avait peuplé les armées républicaines, elle
entretint aussi les réunions des insurgés. Ces bandes s'affaiblirent en
nombre et en audace dès que le paysan, lassé de cette lutte sanglante,
et désespérant d'atteindre le but de ses premiers efforts, acquit la
certitude qu'il pourrait désormais respirer sous son toit, et cultiver
en paix le champ de ses pères: sa répugnance à combattre de nouveau
éclata d'une manière bien sensible, lorsque Charette rompit la paix de
Jacmaye.

Lorsqu'on fit à Charette les premières ouvertures de paix, et que l'on
fit entrevoir à ses officiers que l'état critique des insurgés pourrait
se terminer par un dénoûment qu'on n'eût jamais dû prévoir, ces
propositions conciliatrices arrivèrent dans un moment très-propre à
les faire accueillir; la résistance était devenue, pour ainsi dire,
impossible.

Les Vendéens étaient alors à peu près sans munitions. Je vis poser en
fait, dans un conseil de guerre où la plupart des chefs étaient réunis
pour réfuter l'opiniâtreté de quelques-uns d'entre eux qui votaient pour
la continuation de la guerre, qu'en exceptant les cartouches que chaque
soldat pouvait avoir à sa disposition, l'on n'avait pas en magasin
trente livres de poudre. Ce fait était précisé devant Charette, les
généraux de l'armée du centre, et les principaux officiers des deux
corps, et il ne fut démenti par personne.

En effet, depuis bien du temps l'on n'avait emporté aucune place qui
eût servi d'entrepôt pour des munitions de guerre. Les républicains
ne menaient plus d'artillerie avec eux. Le soldat portait toutes ses
cartouches avec lui. Les insurgés ne profitaient donc que de celles
trouvées sur les ennemis morts ou prisonniers. Les camps retranchés dont
ils s'étaient emparés étaient dépourvus de caissons; les cartouches
manquaient, assure-t-on, aux républicains de Freligné: ainsi il devait
arriver un instant, et cet instant était tout proche, où les insurgés
auraient été dans l'impossibilité de brûler une seule amorce.

Aussi, pendant l'intervalle de la pacification, tous les soins des chefs
se portèrent sur cet objet intéressant. Les communications les plus
actives furent entretenues avec Nantes par des Vendéens affidés qui s'y
procuraient de la poudre, et reformaient peu à peu le matériel de chaque
division: ces approvisionnemens n'étaient pas difficiles. Nantes était
alors peuplée de mécontens, d'hommes qui soupiraient après le retour de
la royauté et qui favorisèrent de tout leur pouvoir les manoeuvres des
insurgés.

Mais, en définitive, on ne pense pas que ces manoeuvres eussent
été favorables au parti vendéen: si elles lui procurèrent quelques
munitions, elles livrèrent aussi à l'ennemi le secret de ses forces et
du mode sous lequel elles avaient été employées, parce que, de la part
de ces hommes simples et grossiers, le récit détaillé de leurs succès
passés était toujours le langage de l'indiscrétion. Ainsi la Vendée
se vit enlever son rempart principal, le prestige qui avait couvert
jusque-là ses opérations militaires et avait fasciné les yeux de ses
ennemis sur sa puissance réelle: le mystère d'illusion fut dévoilé, et
les patriotes purent appliquer à ce pays l'apologue des bâtons flottans
sur l'onde.

En second lieu, depuis que les moeurs des soldats républicains s'étaient
adoucies, les habitans qui environnaient leurs postes avaient pu se
procurer les papiers publics; les patriotes cherchaient même à répandre
ceux qui contenaient des nouvelles avantageuses à leur cause; et à
l'époque que l'on rappelle, quelques-unes des puissances coalisées
avaient ou subi le joug de la république, ou fait la paix avec elle.
Cette circonstance était connue des chefs qui la cachaient sans doute à
leurs soldats, mais qui ne pouvaient se dissimuler combien les chances
étaient inégales à combattre un parti que l'Europe entière désespérait
d'abattre: ils devaient donc pencher vers la pacification offerte.

En troisième lieu, le parti vendéen, malgré ses succès de 1794, avait
été cruellement affaibli. Toute la partie du marais de Beauvoir et
Soullones avait été soumise dans l'été de cette dernière année; ses
canaux, pendant les inondations, rendaient le pays impénétrable; mais
les chaleurs, le retour de la belle saison, lui ôtaient ce moyen de
défense, et alors des républicains y entrèrent sans peine. Le parti
vendéen ne perdait pas sans doute des auxiliaires bien courageux, mais
il perdait la portion la plus intéressante de son territoire, sous le
rapport des subsistances.

Enfin, le repos laissé aux insurgés depuis la récolte, pendant trois
ou quatre mois; le loisir de calculer et d'apprécier l'étendue des
calamités passées; le souvenir des privations, des besoins en tout genre
qu'ils avaient éprouvés; la crainte de voir ou brûler ou ravir encore
les fruits de la récolte qu'on avait été si heureux de ramasser, et
l'idée si pénible que tant de périls et de désastres n'avaient point
changé la face des choses: toutes ces considérations réunies glaçaient
l'ame du soldat, et il eût désiré hautement la paix, si les craintes
dont on l'entourait lui avaient permis de croire à une paix solide.

Il est certain toutefois que cette pacification fut accompagnée de
grandes précautions et d'un appareil extraordinaire: Charette avait été
logé avec les autres généraux vendéens et huit principaux officiers au
château de la Jaunaye; la cavalerie qui leur servait d'escorte était
stationnée dans un château voisin.

Le local des conférences avait été établi, au milieu d'une lande située
à quelque distance du premier château, sous une tente ou pavillon dressé
à cette fin; chaque jour, à une heure convenue, les représentans du
peuple et les chefs insurgés s'y rendaient respectivement avec une
escorte déterminée qui se rangeait en bataille des deux côtés du
pavillon, à la distance de quelques centaines de pas.

Les négociations durèrent plusieurs jours: les négociateurs de chaque
parti étaient en nombre égal; d'un côté figuraient neuf représentans
membres de la Convention; les insurgés étaient représentés par trois
généraux, un chef de division, et quatre employés civils.

La manie de la déclamation et l'enthousiasme de la tribune étaient
tellement épidémiques dans ces temps de délire, que la tente de la
Jaunaye ne put être à l'abri de cette fureur oratoire; les représentans
y prononçaient de longs discours avec l'accent et le geste le plus
animés; très-souvent ils ne s'entendaient pas entre eux, et cette
contrariété donnait à la discussion un nouveau degré de véhémence.

Les négociateurs vendéens éprouvaient dans cette lutte une grande
infériorité. Retranchés dans leurs forêts, au milieu d'un peuple
grossier, demeurés étrangers pendant près de deux ans à toutes les
discussions politiques qui avaient ébranlé l'État, et amené tant
d'événemens et de catastrophes, ils étaient peu capables d'improviser et
d'imiter le langage de leurs adversaires: aussi, pour ne pas rester au
dépourvu, rédigeaient-ils, dans l'intervalle de chaque conférence, des
_factum_ en réponse aux objections de la veille; et comme leur opinion
était toujours énoncée avec franchise et une certaine rudesse, ces notes
ouvraient un vaste champ à l'éloquence révolutionnaire des députés, et
devenaient pour eux une source intarissable de babil.

Du reste, ce qui prouve à quel degré de barbarie cette guerre civile
avait amené le peuple, et que le droit des gens n'y était pas plus
respecté qu'au milieu des nations les plus sauvages, c'est que
M. Ruteau, qui fut le premier et le principal entremetteur de la
négociation, courut les plus grands dangers en abordant dans la Vendée,
quoiqu'il s'annonçât comme porteur de paroles de paix; il eut toutes
les peines imaginables à désarmer la défiance des paysans qui le
rencontrèrent, et à se faire conduire au quartier-général le plus
voisin, celui de La Roberie qui occupait Saint-Philibert de Grand-Lieu;
celui-ci le mena sur-le-champ à l'armée de Charette, qui était alors
rassemblée dans l'intérieur du Bocage.


X.

Charette ne témoigna point de répugnance à faire la paix: il en démontra
lui-même la nécessité dans tous les conseils de guerre qui furent tenus
pendant les conférences. La rébellion de Delaunay le refroidit, parce
qu'il craignit que les intrigues de ce chef audacieux et de quelques
autres officiers ne tournassent contre lui l'esprit du peuple, et ne lui
fissent perdre son ascendant, peut-être même son autorité: il avait le
premier frayé le chemin à cette fatale défection par les catastrophes
assez récentes de Jolly et de Marigny. L'on pouvait donc rétorquer
contre lui les motifs et les examples qu'il avait donnés dans ces deux
occasions.

Mais il est vrai de dire que la paix était désirée par l'immense
majorité de tous les insurgés qui avaient des propriétés et reçu quelque
éducation. Parmi les généraux qui avaient assisté aux négociations (ils
étaient quatre en y comprenant Charette), trois en étaient les partisans
zélés, MM. de Couëtier, Fleuriot et Sapinaud: leur ame honnête et
sensible ne pouvait supporter la pensée des malheurs que l'on pouvait
finir, et cette manière de voir était partagée par le plus grand nombre
de leurs officiers.

Les antagonistes de la pacification n'étaient que des déserteurs, des
transfuges, et ceux qui s'étaient élevés à un commandement quelconque
des derniers rangs de la société. La paix remettait ceux-ci dans leur
ancienne condition, et les autres n'avaient en perspective que le mépris
d'un parti qu'ils avaient trahi, et peut-être des dangers réels: et il
faut le dire ici; par suite d'une politique qui dévoilait bien la sombre
défiance et le despotisme de Charette, ses principaux officiers, ses
chefs de division avaient tous été choisis dans la classe populaire
ou parmi les déserteurs. La Roberie faisait seul exception dans ces
nominations indiscrètes. Charette ne craignait point d'en exprimer le
motif qui était d'obtenir une obéissance aveugle et d'écarter jusqu'à
l'idée de la résistance: il a dit qu'un chef ne devait pas se croire à
l'abri du bâton: on l'a vu poursuivre à grands coups de pied, autour
d'une troupe rangée en bataille et faisant l'exercice, des officiers qui
lui paraissaient commettre quelques fautes dans les manoeuvres.

Bien plus, ce que l'on ne croirait pas, si dix mille témoins ne
rendaient hommage à la vérité du fait, Charette, en introduisant le
châtiment du bâton parmi ses soldats, était lui-même l'exécuteur de la
punition des coupables. Le _minimum_ était vingt-cinq coups qu'il leur
appliquait sur les épaules avec la plus grande vigueur. Le battu
était ordinairement si maltraité, qu'il lui était malaisé de finir la
campagne, et qu'il lui fallait des soins et du repos pour le rétablir de
ses blessures. Cet exemple odieux était suivi par les chefs de division;
ils réprimaient les écarts de leur troupe de la même manière, et
toujours de leur propre main. Il semblait même que cette indécente
brutalité fût une prérogative, puisqu'elle n'était pas exercée par les
officiers subalternes. Le droit de bastonnade n'était attaché qu'aux
grades élevés: c'étaient les droits de _haute justice_.


XI.

L'on ne saurait dire si Charette entra à Nantes de plein gré, ou s'il ne
fut amené à cette démarche que par une condescendance pénible; mais ses
partisans blâmèrent le séjour qu'il y fit, et surtout le plus
grand nombre de ceux qui l'accompagnaient: il ne devait y rester,
disaient-ils, que pendant quelques heures, et faire, avec discernement,
le choix de ceux qui auraient composé son escorte. Cette opinion était
assez réfléchie; et sous le dernier rapport, l'on peut assurer qu'il
découvrait, aux yeux d'une grande cité, la faiblesse de ses moyens,
ainsi que l'ineptie et la nullité de la plupart de ses officiers.
Ceux-ci se répandirent partout, dans les cercles du bon ton comme dans
les cabarets; ils y étalèrent autant d'ignorance que de forfanterie, y
débitèrent les histoires les plus ridicules et les plus maladroites;
quelques-uns donnaient le spectacle public de la crapule et de
l'ivrognerie; d'autres y prirent des querelles sérieuses avec les
militaires de la garnison; le plus grand nombre enfin n'y montra que
des moeurs grossières et y porta l'oubli de toutes les convenances.
L'illusion du parti perdit donc de sa force, dans cette rencontre, et
c'était celle où il fallait la maintenir et même y ajouter de nouveaux
prestiges: on cherchait dans cette troupe indisciplinée ce qui avait pu
exciter tant de terreurs et nourrir tant d'espérances, et l'or pourrait
assurer que, dans le calme de la réflexion, les républicains et les
royalistes ne regrettèrent point leurs hôtes.

Charette, en rentrant dans son quartier de Belleville, y annonça par des
signes bien évidens qu'il n'avait signé qu'une paix plâtrée. La cocarde
blanche fut arborée, comme auparavant, dès qu'on rentra dans le pays
insurgé; le drapeau blanc fut promené aux exercices et aux cérémonies;
l'ancien état de choses subsista dans son entier; les insurgés acquirent
de plus, par leur prétendue soumission, la sécurité qu'ils n'avaient pas
avant la trêve.

Leur départ du château voisin, de celui de la Jaunaye, où l'on a dit que
l'escorte de Charette avait été casernée, fut marqué par des actes qui
ne laissaient que trop de prise aux récriminations des patriotes. Le
pillage y fut commis par les cavaliers de l'armée, gens avides de butin
comme les Cosaques. Ils emportèrent les rideaux des lits qu'on avait eu
l'attention de leur fournir.

Quelques-uns des chefs ne furent pas plus délicats; ils profitèrent
de leur séjour à Nantes, et de la liberté des communications qui s'en
suivit, pour se procurer des habillemens et des harnais de toute espèce;
ils leur furent fournis à crédit, et sur la garantie de personnes qui
professaient leurs principes. Le renouvellement des hostilités eut lieu
avant que les engagemens eussent été remplis, et l'on ne saurait dire
lesquels ont perdu des fournisseurs ou des cautions. Les insurgés
suivirent l'exemple des Hébreux, lorsqu'ils empruntèrent les vases de
l'Égypte.


XII.

Le repos, l'insouciance de Charette, dans son camp de Belleville,
pendant la pacification, n'étaient troublés que par la correspondance
qu'il lui fallait entretenir avec les princes ou les émigrés, et
les généraux et représentans républicains. Ceux-ci se plaignaient
journellement de quelques infractions faites à l'amnistie; et les autres
n'épiaient que l'occasion favorable pour lui faire reprendre les armes;
mais le nombre des émigrés qui vinrent le joindre fut assez petit. On ne
croit pas qu'on pût en compter plus d'une douzaine, et Charette ne se
souciait pas qu'il fût plus multiplié.


XIII.

Ce chef présomptueux et défiant, craignant toujours que quelques
officiers-généraux de l'ancien régime ne vinssent lui ravir, ou même
partager son autorité, s'il désirait des auxiliaires, ne voulait que des
subalternes, des sous-officiers incapables de lui porter aucun ombrage.
Ils auraient discipliné les bandes, ils leur auraient donné de la
consistance et de l'à-plomb, et la gloire de ses succès lui serait
demeurée à lui seul. Aussi manifesta-t-il cette impolitique jalousie, en
communiquant une lettre que lui écrivait un royaliste d'un rang élevé,
pour lui offrir un certain nombre d'officiers émigrés: il observa que
cette recrue pourrait semer la division dans l'armée par les sentimens
d'ambition qu'elle ne manquerait pas de manifester; et qu'il valait bien
mieux recevoir un secours de sergens et de caporaux.

S'il faut parler avec impartialité des infractions que commirent les
deux partis relativement à la pacification, l'on peut affirmer hardiment
que les insurgés furent les moins scrupuleux. Cette affligeante version
va reposer sur des éclaircissemens et des faits positifs.

L'on a déjà remarqué que Charette ne s'inquiéta même pas de sauver les
apparences, en supprimant du moins les signes publics du royalisme,
puisque cette feinte momentanée n'eût point changé le dévouement et les
principes de ses soldats, et les communications étant libres avec les
villes républicaines, les insurgés y allant tous les jours, et
des patriotes traversant aussi quelquefois le pays insurgé, ces
démonstrations maladroites étaient notoires; les républicains en étaient
informés avec exactitude, et ils étaient en droit de penser que les
négociations de paix n'avaient été entrées que sur l'hypocrisie et la
mauvaise foi.

En second lieu les républicains ne témoignèrent point l'intention de
resserrer davantage le général royaliste, ni de menacer ses positions;
et, si quelques postes furent établis sur les grandes routes, à Palluau,
par exemple, c'est que les villes étaient dépourvues de subsistances,
qu'on y mourait de faim, que la ration même du soldat était extrêmement
réduite, et que la Vendée avait été représentée comme renfermant encore
beaucoup de ressources dont l'excédent pouvait être reversé sur des
militaires qui manquaient de pain, et avec qui l'on venait de se
réconcilier. Aussi les chefs de ces postes s'efforcèrent-ils de vivre
dans la meilleure intelligence avec les commandans royalistes dont ils
suspectèrent probablement la sincérité, lorsqu'ils virent qu'on ne
subviendrait eu aucune manière à leurs besoins.

Les patriotes n'envoyèrent point un détachement à Belleville pour
enlever Charette; ce fut tout simplement un mouvement ordonné par le
général Canclaux, pour faire passer huit cents hommes de Chantonnay, ou
endroit voisin, à Palluau, et pour écarter de Charette tout soupçon de
surprise et de perfidie, le général Canclaux lui-même se trouvait à la
tête du détachement. Charette, informé subitement de ce passage, en
conçut de vives inquiétudes, et entra dans une étrange colère: il prit
néanmoins une résolution courageuse et digne de sa fermeté; il monta
à cheval, accompagné seulement de quelques officiers, et il s'avança
au-devant de la troupe républicaine. Les deux généraux se rencontrèrent
à une médiocre distance de Belleville, au milieu d'une lande. Charette
témoigna son étonnement au général Canclaux, et celui-ci lui prouva
l'innocence de sa démarche. Il la justifia sur le bien-être du soldat
qui ne pouvait gagner le point sur lequel il le portait, que par une
route quatre fois plus longue et trop pénible pour des hommes exténués
de besoin. Il représentait en outre que ce n'était pas violer la paix
que de traverser paisiblement un pays rentré au sein de la patrie, et
qui venait de se soumettre à la République.

Les généraux se séparèrent après cette explication, et le détachement
continua sa marche; mais ce corps était tellement affaibli par le besoin
de nourriture, qu'il laissa derrière lui plus de cent traînards qui
furent impitoyablement massacrés en détail dans les endroits écartés
et pendant la nuit qui survint. Des relations de ces horreurs furent
envoyées au quartier-général et n'y furent pas désapprouvées.

M. Allard avait succédé à M. Delaunay dont il était le major; c'était
un homme honnête, mais dont l'autorité était contrebalancée par
quelques-uns de ses officiers beaucoup moins humains que lui. Son
arrestation fut causée par la découverte d'un crime dont il était
innocent. Deux hussards républicains avaient été égorgés sur la grande
route de Palluau à Lamotte par des cavaliers de sa division; les harnais
avaient été déposés à son quartier-général; ils y furent trouvés par
les camarades des victimes qui s'étaient mis à leur recherche; les
apparences étaient contre le chef royaliste; il avait armé les
assassins, ou du moins il approuvait cette atrocité: ils l'emmenèrent
aux Sables, où sans doute il se lava de cette odieuse imputation,
puisqu'il n'a pas été mis en jugement. M. Allard est plein de vie, il
attesterait ce fait.

Toujours est-il vrai qu'on ne réclama point la liberté du détenu qui fut
remplacé dans le commandement par le frère aîné de M. Charette.

Des assassinats furent commis sur différens points du territoire insurgé
sur des militaires isolés et principalement sur des réfugiés. Des
plaintes journalières et très-vives en étaient faites par les
représentans du peuple et par les commandans républicains; des
informations juridiques, des procédures criminelles furent adressées à
M. Charette pour lui signaler les coupables et provoquer leur punition.
Quelques hommes de son parti osèrent lui représenter combien ces
réclamations étaient justes; qu'il était même politique pour lui de ne
pas tolérer de pareils crimes, et que les scélérats qui les commettaient
n'étaient pas dignes de combattre pour une bonne cause: ces remontrances
restèrent sans effet, et n'étaient même accueillies que par le silence.

Enfin, l'on ne pourrait pas citer un Vendéen estimable et circonspect
qui, pendant cette période de paix, ait été dupe de sa confiance et
menacé dans sa liberté. L'on entrait en toute sécurité dans les villes
qu'occupaient les républicains; l'on y revoyait ses parens et ses amis;
l'on y faisait tranquillement ses affaires, et l'on ne pouvait se
plaindre que des manières rébarbatives des réfugiés, dont la plupart,
délirant d'un faux patriotisme, haineux, exaspérés, sanguinaires, ont
précédemment ajouté aux calamités qui ont désolé le pays: ceux-ci
désiraient la continuation de la guerre civile aussi vivement que les
fanatiques de l'autre parti, et des deux côtés leurs vues étaient bien
moins pures qu'intéressées.

Les républicains se plaignaient de toutes ces infractions; les
royalistes se plaignaient aussi et alléguaient des représailles; les
murmures réciproques exigeaient une explication; et, ils donnèrent
matière à de nouvelles conférences qui furent tenues dans les environs
de la Jaunaye. Les représentans du peuple n'y vinrent point. L'horizon
politique s'obscurcissait; des deux parts on était en défiance et sur
ses gardes. Les généraux républicains et royalistes s'entrevirent, mais
d'une manière peu franche et très-fugitive. Stofflet était pour lors
rallié à Charette; cependant ces deux chefs se haïssaient mutuellement;
mais Stofflet ne recommença sa levée de boucliers que lorsque son rival
fut accablé. Le fameux Bernier était présent à cette entrevue: il fut
chargé de la rédaction de la note que les Vendéens opposaient aux
demandes des patriotes. C'était une espèce de déclaration ambiguë
et équivoque, témoignage d'un mécontentement caché et d'une rupture
prochaine. On se sépara le jour même fort peu contens les uns des
autres.


XIV.

La pacification fut rompue par Charette sans dénoncer la trêve, et de
la manière la plus brusque. Il tomba à l'improviste sur le poste des
Essarts qui était dans une telle confiance, qu'un grand nombre fut
surpris jouant à la boule. Ce détachement n'eut pas le temps de se
mettre en défense; il fut taillé en pièces avant d'avoir le temps de se
reconnaître. Charette y fit des prisonniers, ainsi que dans un autre
poste qui fut attaqué le lendemain avec la même brusquerie sur la route
de Palluau à la Motte-Achard: ces prisonniers dépassaient le nombre de
deux cents.

On arrêta à la même époque une escouade de cavalerie qui passait près de
Belleville et se rendait à Palluau. Elle était composée d'une trentaine
d'hommes et d'un officier.

Cette reprise des hostilités était évidemment concertée avec la descente
de Quiberon. Les instigations pressantes des princes avaient rejeté
Charette dans les chances de la guerre; la trahison exercée sur les
prisonniers émigrés faits dans cette fatale expédition détermina sans
doute l'affreuse représaille qu'il exerça sur les siens. Ces malheureux,
au nombre de plus de cent, furent emmenés dans un bois peu distant de
Belleville et assommés à coups de bâtons et de pieux par les soldats
qui formaient la garde de Charette. Ces cannibales revinrent de
cette sanglante exécution en portant comme un trophée les dépouilles
sanglantes de leurs victimes: le reste fut fusillé dans la cour de la
prison, et ces deux horribles scènes se passèrent un dimanche, au moment
où Charette, accompagné d'une partie de sa troupe, entendait la messe.
La fusillade avait lieu dans le château de Belleville, et ainsi les cris
des mourans et des assassins se mêlaient aux chants que l'on entonnait à
la louange de la Divinité.

Depuis ce moment, la guerre civile reprit son ancien caractère de fureur
et d'acharnement; mais elle se fit sans succès par les insurgés. Ceux-ci
allèrent chercher les munitions et les effets d'équipement que les
Anglais débarquèrent sur la côte de Saint-Jean-de-Mont; Ce secours était
peu considérable; le présent, de la part d'une puissance, était plus
que mesquin; l'on disait que c'étaient quelques débris sauvés de la
catastrophe de Quiberon; les munitions et objets débarqués ne valaient
peut-être pas vingt mille écus.

Cette expédition eut lieu vers la fin de l'été; et loin que quelques
mois s'écoulassent entre cet événement et la reprise des opérations
militaires, Charette ne jouit que d'un repos fort court: dès la
mi-septembre, les colonnes républicaines, conduites par le général Hoche
en personne, s'avançaient de plusieurs points sur Belleville; il voulut
dissiper les illusions de son armée, en lui faisant toucher, pour ainsi
dire, ce boulevard du royalisme, qu'elle s'imaginait être un lieu
fortifié par l'art et la nature. Peut-être croyait-il lui-même que
Charette l'y attendrait, et terminer la guerre dans une seule bataille.
Il ne se présentait point avec des forces considérables; il n'avait avec
lui que cinq à six mille hommes; mais Charette décampa à son approche;
et il n'eût point accepté le combat, quand même son ennemi eût été deux
fois moins nombreux.

L'armée insurgée avait perdu tout son ressort, l'enthousiasme que lui
avaient donné ses succès inespérés, et le sentiment de désespoir qui
les lui avait fait obtenir. Les propriétaires, les simples cultivateurs
avaient goûté les douceurs de la paix; ils avaient repris pendant
quelque temps leurs travaux et leurs paisibles habitudes; cet état
de tranquillité leur avait offert de nouveaux charmes, lorsqu'ils
songeaient aux périls de leur condition passée; leur répugnance et leur
chagrin à se voir engagés dans une lutte aussi périlleuse, avaient
éclaté dès les premiers momens qu'ils avaient été contraints de
rejoindre leurs drapeaux: ces sentimens étaient fortement gravés sur
leurs visages, et la terreur seule en avait comprimé l'essor.


XV.

Le général Hoche ne fit qu'une promenade militaire. Ayant manqué son
ennemi à Belleville, il revint précipitamment sur ses pas, et il mit
aussitôt à exécution le plan de campagne qu'il avait médité, et dont le
succès était infaillible pour soumettre la Vendée sans résistance
et sans effusion de sang. Il revint à la limite du pays insurgé, en
débouchant de Nantes, et il établit une ligne le postes assez serrés
pour contenir le canton qu'ils occupaient, et empêcher que Charette
n'inquiétât ses derrières assez nombreux, en même temps pour ne pas
craindre qu'ils fussent délogés à force ouverte. Des ouvertures
pacifiques étaient faites à tous les habitans indistinctement; des
proclamations conciliantes étaient répandues avec provision; les
principaux propriétaires étaient reçus avec cordialité par les
commandans; on leur donnait toutes les sauve-gardes qu'ils pouvaient
désirer; les prêtres témoignaient-ils quelque méfiance sur la sincérité
de nos promesses et sur le maintien de la liberté du culte, le général
Hoche répondait _qu'ils pouvaient venir célébrer la messe dans sa
chambre_.

Chaque poste procédait ensuite, dans le rayon qu'il occupait, au
désarmement des gens suspects ou qui ne présentaient pas une
garantie suffisante; des permis de port-d'armes étaient délivrés aux
propriétaires honnêtes et sur lesquels on pouvait compter. Cette
opération achevée sur toute la ligne, les postes étaient établis
en avant sur une autre ligne, et à une distance de la première qui
permettait l'exécution des mêmes mesures. Par ce moyen Charette
était resserré chaque jour de plus en plus, le nombre de ses soldats
diminuait, et sa faiblesse réelle sautait aux yeux de ses partisans.

Le général républicain avait surtout recommandé à ses généraux de ne pas
risquer le moindre engagement où l'avantage pût être balancé; il voulait
prévenir l'engouement et les reviremens qu'auraient entraînés quelques
succès. Ces incidens pouvaient encore séduire les esprits, et retarder
l'oeuvre de la pacification. Aussi le général Gratien fut-il fortement
blâmé pour avoir exposé à quelque distance de Rochesaviré un détachement
qui fut défait une première fois, et qu'il rétablit au même endroit,
en bravant un second échec. Ce fut là le dernier avantage que Charette
remporta sur une poignée d hommes, et il y perdit un de ses meilleurs
officiers, le jeune La Roberie, dont la bravoure téméraire était
merveilleuse pour ranimer les courages refroidis et rebutés à cette
époque.

Quelque temps auparavant, immédiatement après sa sortie de Belleville
devant Hoche, au combat de Saint-Cyr, et en voulant forcer un faible
détachement retranché dans une église, Charette avait perdu Guérin
l'aîné, son meilleur chef de division, celui qui connaissait le mieux
la tactique de cette nature de guerre. Les républicains suivirent sans
interruption celle prescrite par le général Hoche qui dirigeait toutes
les opérations de son quartier-général de Nantes ou de Montaigne où il
se trouvait quelquefois.

On ne poursuivait point Charette avec vivacité, le pays était seulement
traversé par de petits corps de cavalerie pour empêcher la réunion des
Vendéens. On pacifiait successivement; on enlevait les armes, et chaque
jour le cercle où Charette végétait était resserré. Ce ne fut que
lorsqu'il fut très-étroit, même lorsque presque toutes les communes
furent soumises, que ce chef royaliste fut suivi sans relâche et à la
piste; et encore eût-il facilement échappé à ces recherches, si son
grand coeur eût pu le résoudre à se cacher.


XVI.

Il y eut réellement une négociation entamée entre Charette et le général
Gratien, pour qu'il fût permis au premier de sortir de France et de se
retirer chez l'étranger. L'entremetteur de cette affaire était le
sieur Guesdon, curé de la Rabatelière. On ne dira point si le général
républicain lui offrait, avec la liberté de ce passage, une somme
considérable; mais il lui était accordé d'emmener avec lui tous les
officiers de son parti qui auraient suspecté la sincérité de la
pacification, et préféré de partager sa fortune; la défiance empêcha
que cette négociation fût conduite à sa fin; on appréhenda que ces
propositions ne fussent qu'un leurre employé pour saisir les restes du
parti insurgé. Charette était d'un caractère fort soupçonneux, et dans
un moment aussi critique les individus qui l'entouraient n'étaient pas
moins ombrageux que lui; on croit même que cette liberté de sortir
n'était pas illimitée, et qu'on refusait d'y comprendre les déserteurs
républicains qui faisaient la principale force du dernier noyau
royaliste. Cette restriction eût donc été suffisante pour faire rompre
la négociation et ne laisser à Charette que des résolutions désespérées.

Cette affaire délicate fut terminée d'une manière atroce, et peut-être
ce dénoûment affreux contribua à aggraver les périls de Charette, et
à augmenter autour de sa personne le nombre de ceux qui le trahirent.
Quelques jours après la rupture de la négociation, le malheureux curé de
la Rabatelière et ses deux domestiques furent arrachés, au milieu de la
nuit, de leurs lits, et égorgés à quelque distance du presbytère: cette
catastrophe glaça tous les esprits que la pacification, qui s'avançait,
ramenait insensiblement aux principes d'humanité; elle fut uniquement
imputée aux royalistes: on y reconnut les traits d'une horrible
vengeance dans la supposition ombrageuse que les patriotes voulaient
tromper les chefs insurgés par la promesse d'un passage en Angleterre,
et que le bon curé n'était que l'instrument odieux de cette supercherie.

Ce crime fut le prélude de quelques autres plus obscurs, mais non moins
détestables. Charette poursuivi à outrance, ne pouvant plus dérober le
secret de sa fuite, s'imaginait être trahi à chaque pas; ses soupçons
n'étaient pas chimériques, mais il était malaisé de les fixer avec
raison sur tel ou tel individu; cette obscurité qu'un homme équitable
devait percer, n'empêcha pas que quelques victimes fussent sacrifiées à
la fureur de son escorte; dès-lors il n'y eut plus de sûreté pour lui,
et de véritables traîtres naquirent du danger imminent qu'il y avait
d'être désigné pour tel.

D'un autre côté, les patriotes purent recourir à des travestissemens
impraticables, lorsque le pays était franchement insurgé. Quelques-uns
se déguisèrent à cette époque sous des habits de paysan, et parcourant
le canton où l'on était persuadé que Charette rodait, ils s'informaient
des enfans qui gardaient les troupeaux et même des cultivateurs qui
travaillaient dans leurs champs, de l'endroit où ce général pouvait
s'être réfugié; ils feignaient le plus grand dévouement pour lui
et annonçaient qu'ils allaient le rejoindre; ces sentimens avaient
l'apparence de la bonne foi, le vêtement de ces espions le confirmait,
et ils parvenaient ainsi à connaître la retraite de leur ennemi: c'est
de cette manière perfide, dit-on, qu'on découvrit son dernier gîte et
qu'il tomba aux mains des patriotes.

Mais il est certain qu'aucun de ses officiers n'accompagnait le général
Travot, lorsqu'il se saisit du chef royaliste. Il n'y eut que la Roberie
qui a eu la faiblesse, pour ne pas dire l'indignité de se rendre aux
instances des républicains et de marcher _une fois_ avec eux, en
arborant un panache tricolore; mais ce fut aussitôt après sa soumission,
quelques mois avant la prise de Charette, qu'il se souilla de cette
action qui excita l'indignation des royalistes pacifiés et le mépris
des républicains même qui la provoquèrent. Travot était simplement
accompagné et guidé par un certain nombre de réfugiés, et ce furent
ceux-ci qui employèrent la ressource peu noble des travestissemens et de
l'espionnage.


XVII.

Charette fut admirable dans ses derniers momens et dans les
circonstances difficiles qui précédèrent sa dernière défaite: ceux de
ses officiers qui échappèrent à cette catastrophe et qui l'avaient
accompagné au milieu de tous les périls, n'en parlaient que dans les
termes les plus pompeux et les plus touchans. Calme dans le danger,
résigné dans la mauvaise fortune, il savait dans les situations les plus
critiques relever les espérances de son parti, soutenir le courage de
ses soldats, et leur faire supporter gaiement toutes les privations
auxquelles il se soumettait le premier; il était sobre et tempérant;
on ne pouvait que lui reprocher son amour pour les femmes, et encore
n'avaient-elles pas su triompher pleinement de son insouciance
habituelle; c'était plutôt chez lui un penchant qu'une passion: il
déploya dans les derniers instans de sa vie, comme dans le cours de ses
revers, une constance, une fermeté et une patience à toute épreuve; et
sans doute il mériterait de s'asseoir à côté des preux chevaliers qui
ont ennobli nos annales, si une arrogante fatuité dans la prospérité,
une légèreté et une insouciance qui lui firent manquer de belles
occasions, et surtout un penchant à la vengeance et à la cruauté,
n'avaient terni d'aussi belles qualités.

Charette était d'une haute stature, mais un peu grêle; il avait les
traits et la physionomie délicats et peut-être même efféminés, le son de
sa voix n'était pas mâle, et sa prononciation était maniérée; mais
un regard vif et perçant et une expression de noblesse et de fierté
répandue sur sa figure témoignaient qu'il était né pour commander.

Son insouciance parut dans tout son jour pendant l'armistice. On ne le
voyait plus alors avec le prestige de ses opérations militaires; il
pouvait profiter de la liberté des communications que cet événement
avait rouvertes pour ménager des intelligences avec les chefs royalistes
de la Bretagne et de la Normandie, et combiner des plans qui eussent
embrassé une grande étendue de territoire; il devait sur tout former un
parti au sein de la capitale, afin de seconder et tourner à l'avantage
de son parti les événemens importans qui se passèrent depuis la
pacification jusqu'au 13 vendémiaire. La faiblesse et l'ineptie du
gouvernement d'alors laissaient une vaste carrière à ses projets et à
son ambition, et l'on ne saurait calculer à quel degré il lui était
permis de les élever, lorsqu'on songe qu'il avait paru assez redoutable
pour qu'on traitât avec lui de puissance à puissance. C'est cette
considération et cet ascendant inconcevable qu'il lui aurait fallu
soutenir, et qui étaient de nature à lui préparer le rôle le plus
brillant dans les destinées de sa patrie.

FIN DES ÉCLAIRCISSEMENS HISTORIQUES



                                TABLE.



Chapitre Ier.--Ma naissance.--Coalition du Poitou.--Mon mariage.--Ordre
de rester à Paris.--Époque qui précéda le 10 août 1792.

Chap. II.--Le 10 août.--Fuite de Paris.

Chap. III.--Description du Bocage.--Moeurs des habitans--Premiers effets
de la révolution.--Insurrection du mois d'août 1792.--Époque qui précéda
la guerre de la Vendée.

Chap. IV.--Commencement de la guerre.--Départ de.

Chap. V.--Retraite de l'armée d'Anjou.--Avantage remporté aux Aubiers
par M. de La Rochejaquelein.--L'armée d'Anjou répare ses
pertes.--Massacres à Bressuire--Les républicains abandonnent la
ville.--Arrivée de M. de La Rochejaquelein à Clisson.

Chap. VI.--Les Vendéens occupent Bressuire.--Tableau de l'armée
royaliste.

Chap. VII.--Prise de Thouars, de Parthenay et de la
Châtaigneraye.--Défaite de Fontenay.--Prise de Fontenay.

Chap. VIII.--Formation du conseil supérieur.--Victoires de Vihiers, de
Doué, de Montreuil.--Prise de Saumur.

Chap. IX.--Occupation d'Angers.--Attaque de Nantes.--Retraite de
Parthenay.--Combat du bois du Moulin-aux-Chèvres.

Chap. X.--Reprise de Châtillon.--Combats de Martigné et de
Vihiers.--Élection de M. d'Elbée.--Attaque de.

Chap XI.--Arrivée de M. Tinténiac.--Seconde bataille.

Chap. XII.--Combats de la Roche-d'Érigné, de Martigné, de Doué,
de Thouars, de Coron, de Beaulieu, de Torfou. de Montaigu, de
Saint-Fulgent.--Attaque du convoi de Clisson.

Chap. XIII.--Combat du Moulin-aux-Chèvres.--Reprise de
Châtillon.--Batailles de la Tremblaye et de Chollet.

Chap. XIV.--Passage de la Loire.--Marche par Ingrande, Candé,
Château-Gonthier et Laval.

Chap. XV.--Combats entre Laval et Château-Gonthier.--Route par Mayenne,
Ernée et Fougères.--Mort de M. de Lescure.

Chap. XVI.--Arrivée de deux émigrés envoyés d'Angleterre.--Route par
Pontorson et Avranches.--Siège de Granville.--Retour par Avranches,
Pontorson et Dol.

Chap. XVII.--Bataille de Dol.--Marche par Antrain, Fougères et la
Flèche.--Siège d'Angers.

Chap. XVIII.--Retour à la Flèche.--Déroute du Mans.

Chap. XIX.--Tentative pour repasser la Loire.--Déroute de
Savenay.--Dispersion de l'armée.

Chap. XX.--Hospitalité courageuse des Bretons.--Hiver de 1793 et 1794.

Chap. XXI.--Séjour au château du Dréneuf.

Chap. XXII.--L'amnistie.--Détails sur les Vendéens fugitifs.

Chap. XXIII.--Détails sur les Vendéens qui avaient continué la
guerre.--Retour à Bordeaux.

Supplément.

Pièces officielles.

Avertissement de l'éditeur.

Éclaircissemens historiques.

FIN DE LA TABLE.



[Note du transcripteur: Information non pertinente reportée du début du
document source.]

COLLECTION
DES MÉMOIRES
RELATIFS
A LA RÉVOLUTION FRANÇAISE.
IMPRIMERIE DE J. TASTU, RUE DE VAUGIRARD, N° 36.

PARIS.
BAUDOUIN FRÈRES, LIBRAIRES-ÉDITEURS.
RUE DE VAUGIRARD, N° 36.

1823.



                              MÉMOIRES
                                DE
                    Mme LA MARQUISE DE BONCHAMPS,
                               ET DE
               Mme LA MARQUISE DE LA ROCHEJAQUELEIN.



MÉMOIRES
DE MADAME
LA MARQUISE DE BONCHAMPS,
RÉDIGÉS
PAR Mme LA COMTESSE DE GENLIS;
SUIVIS
DES PIECES JUSTIFICATIVES.


Quiconque est zélé pour la loi, et veut demeurer
ferme dans l'alliance du Seigneur, me suive.
                     (_Machabées_, L. I, c. 2, v. 27)

Souvenez-vous des oeuvres qu'ont faites vos ancêtres
chacun dans leur temps, et vous recevrez une
grande gloire et un nom éternel.
                     (_Machabées_, L I. c. 2. v. 51.)



AVIS IMPORTANT
DES LIBRAIRES-ÉDITEURS.

Nous publions à la fois dans ce volume et les Mémoires _inédits_ de
madame la marquise de Bonchamps, veuve de l'un des guerriers qui ont le
plus illustré la cause royale, et les Mémoires de madame la marquise de
La Roche-jaquelein, dont le premier mari, M. de Lescure, combattit avec
tant d'éclat pour la même cause. Cette double publication répond
aux hommes qui voudraient nous contester le mérite d'une exacte
impartialité, ainsi qu'à ceux qui semblaient s'annoncer comme seuls
propriétaires de plusieurs écrits précédemment, publiés sur la
révolution. Nous concevons fort, bien que le succès toujours croissant
d'une Collection qui compte déjà plus de deux mille souscripteurs,
puisse-exciter quelque rivalité: quant à la concurrence, nous n'en
redoutons aucune; mais pour prémunir nos souscripteurs contre
l'inconvénient d'acheter des ouvrages qui, depuis long-temps imprimés,
ne sont ni du même format, ni du même caractère que le nôtre, nous les
prévenons que nos mesures sont prises pour donner dans cette Collection
tous les Mémoires, soit déjà connus, soit inédits, qui peuvent avoir un
véritable intérêt pour l'Histoire. A quelques sacrifices que nous soyons
entraînés dans cette vue, nous croyons les devoir à l'importance de
l'entreprise dont nous nous occupons, ainsi qu'à l'accueil bienveillant
qu'elle a reçu du public.



AVERTISSEMENT
DE
MADAME LA COMTESSE DE GENLIS.

Ces Mémoires furent entièrement terminés et donnés à M. le comte Arthur
de Bouillé sur la fin du mois d'octobre 1821. Je croyois qu'ils seroient
livrés sur-le-champ à l'impression, et j'avois quitté, pour les finir
promptement, l'ouvrage intitulé _les Dîners du Baron d'Holbach_. M. de
Bouillé eut en effet l'intention, comme il me l'avoit dit, de faire
paraître ces Mémoires au mois de décembre prochain de cette même année
1821; mais il fut obligé de partir pour l'Auvergne; il comptait n'y
rester que trois semaines; des affaires importantes le forcèrent d'y
passer dix-huit mois, et les Mémoires restèrent dans son porte-feuille;
leur rédaction précipitée m'avoit extrêmement fatiguée, car elle
exigeoit un travail sans relâche, et j'avois cru devoir lire tous les
ouvrages historiques relatifs à la Vendée. J'eus une fièvre cérébrale: à
peine convalescente, j'achevai _les Dîners du Baron d'Holbach_. J'avais
conservé un double de ma préface, que je lus à quelques amis; et
comme il n'était plus question de l'impression des Mémoires, ils me
conseillèrent, d'insérer le petit morceau sur le royalisme dans _les
Dîners du Baron_, ce que j'ai fait, et ce qui tient tout au plus deux
pages[1]. J'ai pensé qu'en faveur du sujet, on pouvoit se permettre
cette petite et seule répétition.

[Note 1: Ces deux pages se trouvent sous une autre forme (en
dialogue) dans _les Dîners_.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires de Mme la marquise de La Rochejaquelein - écrits par elle-même" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home