Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La princesse de Monpensier
Author: Lafayette, Marie Madeleine Pioche de la Vergne comtesse de, 1634-1693
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La princesse de Monpensier" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



images generously made available by the Bibliothèque
nationale de France (BnF/Gallica)



LA PRINCESSE DE MONPENSIER.



LE LIBRAIRE AU LECTEUR.


_Le respect que l'on doit à l'illustre nom qui est à la teste de ce
Livre, & la consideration que l'on doit avoir pour les éminentes
personnes qui sont descendues de ceux qui l'ont porté, m'oblige de dire,
pour ne pas manquer envers les uns ni les autres en donnant cette
histoire au public, qu'elle n'a esté tirée d'aucun Manuscrit qui nous
soit demeuré du temps des personnes dont elle parle. L'Autheur ayant
voulu pour son divertissement escrire des avantures inventées à plaisir,
a jugé plus à propos de prendre des nom connus dans nos Histoires, que
de se servir de ceux que l'on trouve dans les Romans, croiant bien que
la reputation de Madame de Monpensier ne seroit pas blessée par un recit
effectivement fabuleux. S'il n'est pas de ce sentiment, j'y supplée par
cet avertissement: qui sera aussi avantageux à l'Autheur, que
respectueux pour moy envers les Morts qui y sont interessez, & envers
les Vivans qui pourroient y prendre part._



PRIVILEGE DU ROY


LOUIS PAR LA GRACE DE DIEU ROY DE FRANCE & DE NAVARRE, A nos amez &
feaux Conseillers les gens tenans nos Cours de Parlement, Maistres des
Requestes ordinaires de nostre Hostel, Baillifs, Seneschaux, Prevosts,
leurs Lieutenans, & à tous autres nos Justiciers & Officiers qu'il
appartiendra: Salut. Nostre amé AUGUSTIN COURBÉ, Marchand Libraire de
nostre bonne Ville de Paris, Nous a fait remonstrer qu'il auroit
recouvert un Livre, intitulé _La Princesse de Monpensier_, lequel il
desireroit faire imprimer; mais craignant que quelque Libraire, ou
autres envieux de son travail, ne voulussent luy contrefaire, &
l'imprimer, tant sur sa copie que sur d'autre; il nous a tres-humblement
supplié de luy accorder pour ce nos Lettres de permission & Privilege A
CES CAUSES, voulant favorablement traiter l'Exposant; Nous luy avons
permis & permettons d'imprimer, ou faire imprimer ledit Livre en tel
volume qu'il jugera bon estre durant l'espace de sept années, à compter
du jour qu'il sera achevé d'estre imprimé pour la premiere fois: Faisant
tres-expresses deffences à toutes personnes de quelque qualité &
condition qu'elles soient, de l'imprimer, vendre ny distribuer, sous
pretexte de correction, changement de titre, ou autrement, en quelque
sorte & maniere que ce soit, mesme d'en apporter, vendre & distribuer de
ceux qui pourroient estre contrefaits és païs estrangers, à peine de
confiscation des Exemplaires contre-faits, de tous dépens, dommages &
interests, & de quin-cens livres d'amande, applicable à l'Hospital
General de nostre bonne Ville de Paris; à condition qu'il sera mis deux
exemplaires dudit Livre dans nostre Bibliotheque publique, un dans
nostre Cabinet, & un en celle de nostre tres-cher & feal Chevalier,
Comte de Gyen, Chancellier de France, le Sieur Seguier, avant que
l'exposer en vente à peine de nullité des presentes; du contenu
desquels, Nous voulons & vous mandons que vous fassiez jouyr dans tous
les lieux de nostre obeyssance ledit COURBÉ, ou ceux qui auront droict
de luy, sans souffrir qu'il leur soit donné aucun empeschement; & qu'en
mettant au commencement ou à la fin dudit Livre un extrait des
presentes, elles soient tenuës pour bien & deuëment signifiées: Mandons
au premier nostre Huissier ou Sergent sur ce requis, faire tous
exploicts necessaires, sans demander autre permission: CAR tel est
nostre plaisir, nonobstant oppositions ou appellations quelconques; &
sans prejudice d'icelles, desquelles Nous Nous reservons la
connoissance, & à nostre Conseil, nonobstant clameur de Harro, Chartre
Normande, & autres Lettres à ce contraires. DONNÉ à Saint Germain, le
vingt-septiéme jour de Juillet, l'an de Grace mil six cens
soixante-deux: Et de nostre Regne le vingtiéme, Par le Roy en son
Conseil.

Signé,  JUSTEL.


Et ledit COURBÉ a cedé & transporté son droit de Privilege à THOMAS
JOLLY & LOUIS BILLAINE, Marchands Libraires à Paris, pour en jouyr le
temps porté par iceluy.


Et ledit JOLLY & BILLAINE ont associé avec eux CHARLES DE SERCY, aussi
Marchand Libraire à Paris.


_Registré sur le Livre de Communauté le 19. Aoust 1662. suivant l'Arrest
du Parlement du 8. Avril 1653._

Les Exemplaires ont esté fournis.

_Achevé d'Imprimer le 20. Aoust 1662._



LA PRINCESSE DE MONPENSIER.


Pendant que la Guerre Civile déchiroit la France sous le regne de
Charles IX. l'Amour ne laissoit pas de trouver sa place parmi tant de
desordres, & d'en causer beaucoup dans son Empire. La fille unique du
Marquis de Mezieres, Heritiere tres-considerable, & par ses grands
biens, & par l'illustre Maison d'Anjou dont elle estoit descenduë,
estoit promise au Duc du Maine, cadet du Duc de Guise, que l'on a depuis
appellé le Balafré. L'extréme jeunesse de cette grande Heritiere
retardoit son mariage. Et cependant le Duc de Guise qui la voioit
souvent, & qui voioit en elle les commencemens d'une grande beauté, en
devint amoureux, & en fut aimé. Ils cacherent leur amour avec beaucoup
de soin. Le Duc de Guise, qui n'avoit pas encore autant d'ambition qu'il
en a eu depuis, souhaittoit ardemment de l'épouser: mais la crainte du
Cardinal de Lorraine, qui luy tenoit lieu de pere, l'empéchoit de se
declarer. Les choses estoient en cet estat, lorsque la Maison de
Bourbon, qui ne pouvoit voir qu'avec envie l'élevation de celle de
Guise, s'apercevant de l'avantage qu'elle recevroit de ce mariage, se
resolut de le luy oster, & d'en profiter elle-mesme en faisant épouser
cette Heritiere au jeune Prince de Monpensier. On travailla à
l'execution de ce dessein avec tant de succez, que les parens de
Mademoiselle de Mezieres, contre les promesses qu'ils avoient faites au
Cardinal de Lorraine, se resolurent de la donner en mariage à ce jeune
Prince. Toute la Maison de Guise fut extrémement surprise de ce procedé:
mais le Duc en fut accablé de douleur; & l'interest de son amour luy fit
recevoir ce manquement de parole comme un affront insupportable. Son
ressentiment éclata bientost, malgré les reprimendes du Cardinal de
Lorraine & du Duc d'Aumale ses oncles, qui ne vouloient pas
s'opiniastrer à une chose qu'ils voioient ne pouvoir empécher: & il
s'emporta avec tant de violence, en presence mesme du jeune Prince de
Monpensier, qu'il en nâquit entre eux une haine qui ne finît qu'avec
leur vie. Mademoiselle de Mezieres tourmentée par ses parens d'épouser
ce Prince, voiant d'ailleurs qu'elle ne pouvoit épouser le Duc de Guise,
& connoissant par sa vertu qu'il estoit dangereux d'avoir pour
Beau-frere un homme qu'elle eust souhaitté pour Mari, se resolut enfin
de suivre le sentiment de ses proches, & conjura Monsieur de Guise de ne
plus apporter d'obstacle à son mariage. Elle épousa donc le Prince de
Monpensier, qui peu de temps apres l'emmena à Champigni, sejour
ordinaire des Princes de sa Maison, pour l'oster de Paris, où
apparemment tout l'effort de la Guerre alloit tomber. Cette grande Ville
estoit menacée d'un siege par l'Armée des Huguenots, dont le Prince de
Condé estoit le Chef, & qui venoit de declarer la Guerre au Roy pour la
seconde fois. Le Prince de Monpensier dans sa plus tendre jeunesse avoit
fait une amitié tres-particuliere avec le Comte de Chabanes, qui estoit
un homme d'un âge beaucoup plus avancé que luy, & d'un merite
extraordinaire. Ce Comte avoit esté si sensible à l'estime & à la
confiance de ce jeune Prince, que contre les engagemens qu'il avoit avec
le Prince de Condé, qui luy faisoit esperer des emplois considerables
dans le Parti des Huguenots, il se declara pour les Catholiques, ne
pouvant se resoudre à estre opposé en quelque chose à un homme qui luy
estoit si cher. Ce changement de Parti n'ayant point d'autre fondement,
l'on douta qu'il fust veritable; & la Reine Mere, Catherine de Medicis,
en eut de si grands soupçons, que la guerre estant declarée par les
Huguenots, elle eut dessein de le faire arrester: mais le Prince de
Monpensier l'en empescha, & emmena Chabanes à Champigni en s'y en allant
avec sa femme. Le Comte ayant l'esprit fort doux & fort agreable, gaigna
bientost l'estime de la Princesse de Monpensier, & en peu de temps elle
n'eut pas moins de confiance & d'amitié pour luy qu'en avoit le Prince
son Mari. Chabanes de son costé regardoit avec admiration tant de
beauté, d'esprit, & de vertu qui paroissoient en cette jeune Princesse:
& se servant de l'amitié qu'elle luy témoignoit, pour luy inspirer des
sentimens d'une vertu extraordinaire, & digne de la grandeur de sa
naissance, il la rendit en peu de temps une des personnes du monde la
plus achevée. Le Prince estant revenu à la Cour, où la continuation de
la guerre l'appelloit, le Comte demeura seul avec la Princesse, &
continua d'avoir pour elle un respect & une amitié proportionnée à sa
qualité & à son merite. La confiance s'augmenta de part & d'autre, & à
tel point du costé de la Princesse de Monpensier, qu'elle luy apprist
l'inclination qu'elle avoit euë pour Monsieur de Guise; mais elle luy
apprit aussi en mesme temps, qu'elle estoit presque éteinte, & qu'il ne
luy en restoit que ce qui estoit necessaire pour defendre l'entrée de
son coeur à une autre inclination; & que la vertu se joignant à ce reste
d'impression, elle n'estoit capable que d'avoir du mépris pour ceux qui
oseroient avoir de l'amour pour elle. Le Comte qui connoissoit la
sincerité de cette belle Princesse, & qui luy voioit d'ailleurs des
dispositions si opposées à la foiblesse de la Galanterie, ne douta point
de la verité de ses paroles: & neantmoins il ne pût se defendre de tant
de charmes qu'il voioit tous les jours de si prés. Il devint
passionnément amoureux de cette Princesse; & quelque honte qu'il
trouvast à se laisser surmonter, il falut ceder, & l'aimer de la plus
violente & de la plus sincere passion qui fut jamais. S'il ne fut pas
maistre de son coeur, il le fut de ses actions. Le changement de son ame
n'en apporta point dans sa conduite, & personne ne soupçonna son amour.
Il prît un soin exact pendant une année entiere de le cacher à la
Princesse: & il crut qu'il auroit toûjours le mesme desir de le luy
cacher. L'amour fit en luy ce qu'il fait en tous les autres: il luy
donna l'envie de parler; & apres tous les combats qui ont accoustumé de
se faire en pareilles occasions, il osa luy dire qu'il l'aimoit;
s'estant bien preparé à essuier les orages dont la fierté de cette
Princesse le menaçoit. Mais il trouva en elle une tranquillité & une
froideur pires mille fois que toutes les rigueurs à quoy il s'estoit
attendu. Elle ne prît pas la peine de se mettre en cholere contre luy.
Elle luy representa en peu de mots la difference de leurs qualitez & de
leur âge, la connoissance particuliere qu'il avoit de sa vertu, & de
l'inclination qu'elle avoit euë pour le Duc de Guise; & sur tout ce
qu'il devoit à l'amitié & à la confiance du Prince son Mari. Le Comte
pensa mourir à ses pieds de honte & de douleur. Elle tâcha de le
consoler, en l'asseurant qu'elle ne se souviendroit jamais de ce qu'il
venoit de luy dire; qu'elle ne se persuaderoit jamais une chose qui luy
estoit si desavantageuse; & qu'elle ne le regarderoit jamais que comme
son meilleur ami. Ces assurances consolerent le Comte comme on se le
peut imaginer. Il sentit le mépris des paroles de la Princesse dans
toute leur étendue, & le lendemain la revoiant avec un visage aussi
ouvert que de coustume, son affliction en redoubla de la moitié. Le
procedé de la Princesse ne la diminua pas. Elle vescut avec luy avec la
mesme bonté qu'elle avoit accoustumé. Elle luy reparla, quand l'occasion
en fit naistre le discours, de l'inclination qu'elle avoit euë pour le
Duc de Guise: & la Renommée commençant alors à publier les grandes
qualitez qui paroissoient en ce Prince, elle luy avoüa qu'elle en
sentoit de la joië, & qu'elle estoit bien aise de voir qu'il meritoit
les sentimens qu'elle avoit eus pour luy. Toutes ces marques de
confiance qui avoient esté si cheres au Comte, luy devinrent
insupportables. Il n'osoit pourtant le temoigner à la Princesse,
quoyqu'il osast bien la faire souvenir quelquefois de ce qu'il avoit eu
la hardiesse de luy dire. Apres deux années d'absence la Paix estant
faite, le Prince de Monpensier revint trouver la Princesse sa femme,
tout couvert de la gloire qu'il avoit acquise au siege de Paris, & à la
bataille de S. Denis. Il fut surpris de voir la beauté de cette
Princesse dans une si grande perfection; & par le sentiment d'une
jalousie qui luy estoit naturelle, il en eut quelque chagrin, prevoiant
bien qu'il ne seroit pas seul à la trouver belle. Il eut beaucoup de
joïe de revoir le Comte de Chabanes, pour qui son amitié n'estoit point
diminuée. Il luy demanda confidemment des nouvelles de l'esprit & de
l'humeur de sa femme, qui luy estoit quasi une personne inconnuë, par le
peu de temps qu'il avoit demeuré avec elle. Le Comte avec une sincerité
aussi exacte que s'il n'eust point esté amoureux, dit au Prince tout ce
qu'il connoissoit en cette Princesse capable de la luy faire aimer: & il
avertit aussi Madame de Monpensier de toutes les choses qu'elle devoit
faire pour achever de gaigner le coeur & l'estime de son Mari.

Enfin la passion du Comte le portoit si naturellement à ne songer qu'à
ce qui pouvoit augmenter le bonheur & la gloire de cette Princesse,
qu'il oublioit sans peine l'interest qu'ont les amants à empécher que
les personnes qu'ils aiment ne soient dans une parfaite intelligence
avec leurs Maris. La Paix ne fit que paroistre. La Guerre recommença
aussitost par le dessein qu'eut le Roy de faire arrester à Noiers le
Prince de Condé & l'Amiral de Chastillon: & ce dessein ayant esté
decouvert, l'on commença de nouveau les preparatifs de la Guerre; & le
Prince de Monpensier fut contraint de quitter sa femme pour se rendre où
son devoir l'appelloit. Chabanes le suivit à la Cour, s'estant
entierement justifié aupres de la Reine. Ce ne fut pas sans une douleur
extréme qu'il quitta la Princesse, qui de son costé demeura fort triste
des perils où la Guerre alloit exposer son Mari. Les Chefs des Huguenots
s'estoient retirez à La Rochelle. Le Poitou & la Xaintonge estant dans
leur Parti, la Guerre s'y alluma fortement, & le Roy y r'assembla toutes
ses Troupes. Le Duc d'Anjou son Frere, qui fut depuis Henri III. y
acquit beaucoup de gloire par plusieurs belles actions, & entre autres
par la bataille de Jarnac, où le Prince de Condé fut tué. Ce fut dans
cette Guerre que le Duc de Guise commença à avoir des emplois
considerables, & à faire connoistre qu'il passoit de beaucoup les
grandes esperances qu'on avoit conceües de luy. Le Prince de Monpensier
qui le haïssoit, & comme son ennemi particulier, & comme celuy de sa
Maison, ne voioit qu'avec peine la gloire de ce Duc, aussi bien que
l'amitié que luy temoignoit le Duc d'Anjou. Apres que les deux armées se
furent fatiguées par beaucoup de petits combats, d'un commun
consentement on licencia les Troupes pour quelque temps. Le Duc d'Anjou
demeura à Loches, pour donner ordre à toutes les Places qui eussent pû
estre attaquées. Le Duc de Guise y demeura avec luy; & le Prince de
Monpensier accompagné du Comte de Chabanes s'en retourna à Champigni,
qui n'estoit pas fort éloigné de là. Le Duc d'Anjou alloit souvent
visiter les places qu'il faisoit fortifier. Un jour qu'il revenoit à
Loches par un chemin peu connu de ceux de sa suite, le Duc de Guise qui
se vantoit de le savoir, se mit à la teste de la Troupe pour servir de
Guide: mais apres avoir marché quelque temps, il s'égara, & se trouva
sur le bord d'une petite Riviere, qu'il ne reconnut pas luy-mesme. Le
Duc d'Anjou luy fit la guerre de les avoir si mal conduits: & estant
arrestez en ce lieu, aussi disposez à la joïe qu'ont accoustumé de
l'estre de jeunes Princes, ils aperceurent un petit bateau qui estoit
arresté au milieu de la Riviere: & comme elle n'estoit pas large, ils
distinguerent aisement dans ce bateau trois ou quatre Femmes: & une
entre autres qui leur sembla fort belle, qui estoit habillée
magnifiquement, & qui regardoit avec attention deux Hommes qui
peschoient aupres d'elle. Cette avanture donna une nouvelle joïe à ces
jeunes Princes, & à tous ceux de leur suite. Elle leur parut une chose
de Roman. Les uns disoient au Duc de Guise, qu'il les avoit égarez
exprés pour leur faire voir cette belle personne; les autres, qu'il
faloit, apres ce qu'avoit fait le hazard, qu'il en devint amoureux: & le
Duc d'Anjou soustenoit que c'estoit luy qui devoit estre son Amant.
Enfin, voulant pousser l'avanture à bout, ils firent avancer dans la
Riviere de leurs Gens à cheval, le plus avant qu'il se pût, pour crier à
cette Dame que c'estoit monsieur d'Anjou, qui eut bien voulu passer de
l'autre costé de l'eau, & qui prioit qu'on le vint prendre. Cette Dame,
qui estoit la Princesse de Monpensier, entendant dire que le Duc d'Anjou
estoit là, & ne doutant point à la quantité des Gens qu'elle voioit au
bord de l'eau, que ce ne fust luy, fît avancer son bateau pour aller du
costé où il estoit. Sa bonne mine le luy fît bientost distinguer des
autres. Mais elle distingua encore plustost le Duc de Guise. Sa veuë luy
apporta un trouble qui la fit un peu rougir, & qui la fit paroistre aux
yeux de ces Princes dans une beauté qu'ils crurent surnaturelle. Le Duc
de Guise la reconnut d'abord, malgré le changement avantageux qui
s'estoit fait en elle depuis les trois années qu'il ne l'avoit veüe. Il
dit au Duc d'Anjou qui elle estoit, qui fut honteux d'abord de la
liberté qu'il avoit prise: mais voiant Madame de Monpensier si belle, &
cette avanture luy plaisant si fort, il se resolut de l'achever: & apres
mille excuses & mille complimens, il inventa une affaire considerable,
qu'il disoit avoir au delà de la Riviere, & accepta l'offre qu'elle luy
fît de le passer dans son bateau. Il y entra seul avec le Duc de Guise,
donnant ordre à tous ceux qui les suivoient d'aller passer la Riviere à
un autre endroit & de les venir joindre à Champigni, que Madame de
Monpensier leur dît qui n'estoit qu'à deux lieuës de là. Sitost qu'ils
furent dans le bateau, le Duc d'Anjou luy demanda à quoy ils devoient
une si agreable rencontre, & ce qu'elle faisoit au milieu de la Riviere.
Elle luy repondit, qu'estant partie de Champigni avec le Prince son
Mari, dans le dessein de le suivre à la Chasse, s'estant trouvée trop
lasse, elle estoit venuë sur le bord de la Riviere, où la curiosité de
voir prendre un Saumon qui avoit donné dans un filet, l'avoit fait
entrer dans ce bateau. Monsieur de Guise ne se méloit point dans la
conversation: mais sentant reveiller vivement dans son coeur tout ce que
cette Princesse y avoit autrefois fait naistre, il pensoit en luy-mesme
qu'il sortiroit difficilement de cette avanture sans rentrer dans ses
liens. Ils arriverent bientost au bord, où ils trouverent les chevaux &
les Escuiers de Madame de Monpensier, qui l'attendoient. Le Duc d'Anjou
& le Duc de Guise luy aiderent à monter à cheval, où elle se tenoit avec
une grace admirable. Pendant tout le chemin elle les entretint
agreablement de diverses choses. Ils ne furent pas moins surpris des
charmes de son esprit, qu'ils l'avoient esté de sa beauté; & ils ne
pûrent s'empécher de luy faire connoistre qu'ils en estoient
extraordinairement surpris. Elle répondit à leurs loüanges avec toute la
modestie imaginable: mais un peu plus froidement à celles du Duc de
Guise; voulant garder une fierté qui l'empéchast de fonder aucune
esperance sur l'inclination qu'elle avoit euë pour luy. En arrivant dans
la premiere cour de Champigni, ils trouverent le Prince de Monpensier,
qui ne faisoit que de revenir de la chasse. Son estonnement fut grand de
voir marcher deux Hommes à costé de sa femme: mais il fut extréme, quand
s'approchant de plus prés, il reconnut que c'estoit le Duc d'Anjou, & le
Duc de Guise. La haine qu'il avoit pour le dernier se joignant à sa
jalousie naturelle, luy fît trouver quelque chose de si desagreable à
voir ces Princes aveque sa femme, sans savoir comment ils s'y estoient
trouvez, ni ce qu'ils venoient faire en sa maison, qu'il ne pût cacher
le chagrin qu'il en avoit. Il en rejetta adroitement la cause sur la
crainte de ne pouvoir recevoir un si grand Prince selon sa qualité, &
comme il l'eust bien souhaitté. Le Comte de Chabanes avoit encore plus
de chagrin de voir Monsieur de Guise auprés de Madame de Monpensier, que
Monsieur de Monpensier n'en avoit luy-mesme. Ce que le hazard avoit fait
pour r'assembler ces deux personnes, luy sembloit de si mauvais augure,
qu'il pronostiquoit aisement que ce commencement de Roman ne seroit pas
sans suite. Madame de Monpensier fît le soir les honneurs de chez elle
avec le mesme agrément qu'elle faisoit toutes choses. Enfin elle ne plût
que trop à ses Hostes. Le Duc d'Anjou, qui estoit fort galand & fort
bien fait, ne pût voir une fortune si digne de luy sans la souhaitter
ardemment. Il fut touché du mesme mal que Monsieur de Guise: & feignant
toûjours des affaires extraordinaires, il demeura deux jours à
Champigni, sans estre obligé d'y demeurer que par les charmes de Madame
de Monpensier; le Prince son Mari ne faisant point de violence pour l'y
retenir. Le Duc de Guise ne partit pas sans faire entendre à Madame de
Monpensier qu'il estoit pour elle, ce qu'il avoit esté autrefois: &
comme sa passion n'avoit esté seuë de personne, il luy dît plusieurs
fois devant tout le monde, sans estre entendu que d'elle, que son coeur
n'estoit point changé. Et luy & le Duc d'Anjou partirent de Champigni
avec beaucoup de regret. Ils marcherent long temps tous deux dans un
profond silence. Mais enfin le Duc d'Anjou s'imaginant tout d'un coup
que ce qui faisoit sa resverie, pouvoit bien causer celle du Duc de
Guise, luy demanda brusquement s'il pensoit aux beautez de la Princesse
de Monpensier. Cette demande si brusque, jointe à ce qu'avoit déja
remarqué le Duc de Guise des sentimens du Duc d'Anjou, luy fît voir
qu'il seroit infailliblement son Rival; & qu'il luy estoit
tres-important de ne pas découvrir son amour à ce Prince. Pour luy en
oster tout soupçon, il luy respondit en riant, qu'il paroissoit
luy-mesme si occupé de la resverie dont il l'accusoit, qu'il n'avoit pas
jugé à propos de l'interrompre: que les beautez de la Princesse de
Monpensier n'estoient pas nouvelles pour luy; qu'il s'estoit accoustumé
à en supporter l'éclat du temps qu'elle estoit destinée à estre sa
Belle-soeur; mais qu'il voioit bien que tout le monde n'en estoit pas si
peu ébloüi. Le Duc d'Anjou luy avoüa qu'il n'avoit encore rien veu qui
luy parût comparable à cette jeune Princesse; & qu'il sentoit bien que
sa veuë luy pourroit estre dangereuse, s'il y estoit souvent exposé. Il
voulut faire convenir le Duc de Guise qu'il sentoit la mesme chose: mais
ce Duc, qui commençoit à se faire une affaire serieuse de son amour,
n'en voulut rien avoüer. Ces Princes s'en retournerent à Loches, faisant
souvent leur agreable conversation de l'avanture, qui leur avoit
découvert la Princesse de Monpensier. Ce ne fut pas un sujet de si grand
divertissement dans Champigni. Le Prince de Monpensier estoit mal
content de tout ce qui estoit arrivé, sans qu'il en pût dire le sujet.
Il trouvoit mauvais que sa femme se fust trouvée dans ce bateau. Il luy
sembloit qu'elle avoit receu trop agreablement ces Princes: & ce qui luy
déplaisoit le plus, estoit d'avoir remarqué que le Duc de Guise l'avoit
regardée attentivement. Il en conceut dés ce moment une jalousie
furieuse, qui le fît resouvenir de l'emportement qu'il avoit temoigné
lors de son mariage; & il eut quelque pensée que dés ce temps-là mesme
il en estoit amoureux. Le chagrin que tous ces soupçons luy causerent,
donnerent de mauvaises heures à la Princesse de Monpensier. Le Comte de
Chabanes, selon sa coustume, prît soin d'empescher qu'ils ne se
broüillassent tout à fait; afin de persuader par là à la Princesse,
combien la passion qu'il avoit pour elle estoit sincere &
des-interessée. Il ne pût s'empescher de luy demander l'effet qu'avoit
produit en elle la veuë du Duc de Guise. Elle luy apprît qu'elle en
avoit esté troublée, par la honte du souvenir de l'inclination qu'elle
luy avoit autrefois temoignée: qu'elle l'avoit trouvé beaucoup mieux
fait qu'il n'estoit en ce temps-là; & que mesme il luy avoit paru qu'il
vouloit luy persuader qu'il l'aimoit encore: mais elle l'assura en mesme
temps, que rien ne pouvoit esbranler la resolution qu'elle avoit prise
de ne s'engager jamais. Le Comte de Chabanes eut bien de la joïe
d'apprendre cette resolution: mais rien ne le pouvoit rassurer sur le
Duc de Guise. Il temoigna à la Princesse qu'il apprehendoit extrémement
que les premieres impressions ne revinssent bientost: & il luy fît
comprendre la mortelle douleur qu'il auroit pour leur interest commun,
s'il la voioit un jour changer de sentimens. La Princesse de Monpensier
continuant toûjours son procedé avec luy, ne respondoit presque pas à ce
qu'il luy disoit de sa passion; & ne consideroit toûjours en luy que la
qualité du meilleur Ami du monde, sans luy vouloir faire l'honneur de
prendre garde à celle d'Amant.

Les Armées estant remises sur pied, tous les Princes y retournerent: &
le Prince de Monpensier trouva bon que sa femme s'en vint à Paris, pour
n'estre plus si proche des lieux où se faisoit la Guerre. Les huguenots
assiegerent la Ville de Poitiers. Le Duc de Guise s'y jetta pour la
deffendre; & il y fît des actions qui suffiroient seules pour rendre
glorieuse une autre vie que la sienne. En suite la Bataille de
Moncontour se donna. Le Duc d'Anjou, apres avoir pris Saint Jean
d'Angély, tomba malade, & quitta en mesme temps l'Armée; soit par la
violence de son mal, soit par l'envie qu'il avoit de revenir goûter le
repos & les douceurs de Paris, où la presence de la Princesse de
Monpensier n'estoit pas la moindre raison qui luy attirast. L'Armée
demeura sous le commandement du Prince de Monpensier: & peu de temps
apres la Paix estant faite, toute la Cour se trouva à Paris. La beauté
de la Princesse effaça toutes celles qu'on avoit admirées jusques alors.
Elle attira les yeux de tout le monde, par les charmes de son esprit &
de sa personne. Le Duc d'Anjou ne changea pas à Paris les sentimens
qu'il avoit conceus pour elle à Champigni. Il prit un soin extréme de le
luy faire connoistre par toutes sortes de soins: prenant garde toutefois
à ne luy en pas rendre des temoignages trop éclatans, de peur de donner
de la jalousie au Prince son Mari. Le Duc de Guise acheva d'en devenir
violamment amoureux: & voulant par plusieurs raisons tenir sa passion
cachée, il se resolut de la luy declarer d'abord, afin de s'espargner
tous ces commencemens, qui font toûjours naistre le bruit & l'éclat.
Estant un jour chez la Reine à une heure où il y avoit tres-peu de
monde, la Reine s'estant retirée pour parler d'affaires avec le Cardinal
de Lorraine, la Princesse de Monpensier y arriva. Il se resolut de
prendre ce moment pour luy parler: & s'approchant d'elle; Je vais vous
surprendre, Madame, luy-dit-il, & vous déplaire, en vous apprenant que
j'ay toûjours conservé cette passion qui vous a esté connuë autrefois;
mais qui s'est si fort augmentée en vous revoiant, que ni vostre
severité, ni la haine de Monsieur le Prince de Monpensier, ni la
concurrence du premier Prince du Royaume, ne sauroient luy oster un
moment de sa violence. Il auroit esté plus respectueux de vous la faire
connoistre par mes actions, que par mes paroles: mais, Madame, mes
actions l'auroient apprise à d'autres aussi bien qu'à vous; & je
souhaitte que vous sachiez seule que je suis assez hardi pour vous
adorer. La Princesse fut d'abord si surprise & si troublée de ce
discours, qu'elle ne songea pas à l'interrompre: mais en suite estant
revenuë à elle, & commençant à luy repondre, le Prince de Monpensier
entra. Le trouble & l'agitation estoient peints sur le visage de la
Princesse. La veuë de son Mari acheva de l'embarrasser: de sorte qu'elle
luy en laissa plus entendre, que le Duc de Guise ne luy en venoit de
dire. La Reine sortit de son cabinet; & le Duc se retira pour guerir la
jalousie de ce Prince. La Princesse de Monpensier trouva le soir dans
l'esprit de son Mari tout le chagrin imaginable. Il s'emporta contre
elle avec des violences épouvantables; & luy deffendit de parler jamais
au Duc de Guise. Elle se retira bien triste dans son appartement, & bien
occupée des avantures qui luy estoient arrivées ce jour-là. Le jour
suivant elle revit le Duc de Guise chez la Reine: mais il ne l'aborda
pas; & se contenta de sortir un peu apres elle, pour luy faire voir
qu'il n'y avoit que faire quand elle n'y estoit pas. Il ne se passoit
point de jour qu'elle ne receust mille marques cachées de la passion de
ce Duc, sans qu'il essayast de luy en parler, que lors qu'il ne pouvoit
estre veu de personne. Comme elle estoit bien persuadée de cette
passion, elle commença, nonobstant toutes les resolutions qu'elle avoit
faites à Champigni, à sentir dans le fonds de son coeur quelque chose de
ce qui y avoit esté autrefois. Le Duc d'Anjou de son costé n'oublioit
rien pour luy temoigner son amour en tous les lieux où il la pouvoit
voir, & il la suivoit continuellement chez la Reine sa Mere. La
Princesse sa soeur, de qui il estoit aimé, en estoit traitée avec une
rigueur capable de guerir toute autre passion que la sienne. On
découvrit en ce temps là que cette Princesse, qui fut depuis la Reine de
Navarre, eut quelque attachement pour le Duc de Guise: & ce qui le fît
découvrir davantage, fut le refroidissement qui parut du Duc d'Anjou
pour le Duc de Guise. La Princesse de Monpensier apprît cette nouvelle,
qui ne luy fut pas indifferente; & qui luy fît sentir qu'elle prenoit
plus d'interest au Duc de Guise qu'elle ne pensoit. Monsieur de
Monpensier son Beau-pere, épousant alors Madamoiselle de Guise, soeur de
ce Duc, elle estoit contrainte de le voir souvent, dans les lieux où les
ceremonies des Nopces les appelloient l'un & l'autre. La Princesse de
Monpensier ne pouvant plus souffrir qu'un homme que toute la France
croioit amoureux de Madame, osast luy dire qu'il l'estoit d'elle: & se
sentant offensée, & quasi affligée de s'estre trompée elle-mesme; un
jour que le Duc de Guise la rencontra chez sa soeur un peu éloignée des
autres, & qu'il luy voulut parler de sa passion, elle l'interrompit
brusquement, & luy dît d'un ton de voix qui marquoit sa colere: Je ne
comprens pas qu'il faille sur le fondement d'une foiblesse, dont on a
esté capable à treize ans, avoir l'audace de faire l'amoureux d'une
personne comme moi; & sur tout quand on l'est d'une autre à la veuë de
toute la Cour. Le Duc de Guise qui avoit beaucoup d'esprit, & qui estoit
fort amoureux, n'eut besoin de consulter personne, pour entendre tout ce
que signifioient les paroles de la Princesse. Il luy respondit avec
beaucoup de respect: J'avoüe, Madame, que j'ay eu tort de ne pas
mépriser l'honneur d'estre Beau-frere de mon Roy, plutost que de vous
laisser soupçonner un moment, que je pouvois desirer un autre coeur que
le vostre: mais si vous voulez me faire la grace de m'écouter, je suis
asseuré de me justifier auprés de vous. La Princesse de Monpensier ne
repondit point; mais elle ne s'éloigna pas: & le Duc de Guise voiant
qu'elle luy donnoit l'audiance qu'il souhaittoit, luy apprît que sans
s'estre attiré les bonnes graces de Madame par aucun soin, elle l'en
avoit honoré: que n'ayant nulle passion pour elle, il avoit tres-mal
repondu à l'honneur qu'elle luy faisoit, jusques à ce qu'elle luy eust
donné quelque esperance de l'épouser. Qu'à la verité la grandeur où ce
mariage pouvoit l'élever, l'avoit obligé de luy rendre plus de devoirs:
& que c'estoit ce qui avoit donné lieu au soupçon qu'en avoit eu le Roy
& le Duc d'Anjou: que l'opposition de l'un ni de l'autre ne le
dissuadoient pas de son dessein; mais que si ce dessein luy deplaisoit,
il l'abandonnoit dés l'heure mesme, pour n'y penser de sa vie. Le
sacrifice que le Duc de Guise faisoit à la Princesse, luy fît oublier
toute la rigueur & toute la colere avec laquelle elle avoit commencé de
luy parler. Elle changea de discours, & se mit à l'entretenir de la
foiblesse qu'avoit euë Madame de l'aimer la premiere, & de l'avantage
considerable qu'il recevroit en l'épousant. Enfin, sans rien dire
d'obligeant au Duc de Guise, elle luy fît revoir mille choses agreables,
qu'il avoit trouvées autrefois en Mademoiselle de Meziere. Quoy qu'ils
ne se fussent point parlé depuis long-temps, ils se trouverent
accoustumez l'un à l'autre: & leurs coeurs se remirent aisement dans un
chemin qui ne leur estoit pas inconnu. Ils finirent cette agreable
conversation, qui laissa une sensible joïe dans l'esprit du Duc de
Guise. La Princesse n'en eut pas une petite de connoistre qu'il l'aimoit
veritablement. Mais quand elle fut dans son cabinet, quelles reflexions
ne fît-elle point sur la honte de s'estre laissée fléchir si aisement
aux excuses du Duc de Guise? sur l'embarras où elle s'alloit plonger en
s'engageant dans une chose qu'elle avoit regardée avec tant d'horreur, &
sur les effroiables malheurs, où la jalousie de son Mari la pouvoit
jetter? Ces pensées luy firent faire de nouvelles resolutions, mais qui
se dissiperent dés le lendemain par la veuë du Duc de Guise. Il ne
manquoit point de luy rendre un compte exact de ce qui se passoit entre
Madame & luy. La nouvelle alliance de leurs Maisons luy donnoit occasion
de luy parler souvent. Mais il n'avoit pas peu de peine à la guerir de
la jalousie que luy donnoit la beauté de Madame, contre laquelle il n'y
avoit point de serment qui la pust rassurer. Cette jalousie servoit à la
Princesse de Monpensier à deffendre le reste de son coeur contre les
soins du Duc de Guise, qui en avoit déja gaigné la plus grande partie.
Le mariage du Roy avec la fille de l'Empereur Maximilien remplit la Cour
de festes & de réjoüissances. Le Roy fît un Ballet, où dansoit Madame, &
toutes les Princesses. La Princesse de Monpensier pouvoit seule luy
disputer le prix de la beauté. Le Duc d'Anjou dansoit une Entrée de
Maures; & le Duc de Guise, avec quatre autres, estoit de son Entrée.
Leurs habits estoient tous pareils, comme le sont d'ordinaire les habits
de ceux qui dansent une mesme Entrée. La premiere fois que le Ballet se
dansa, le Duc de Guise devant que de danser, n'ayant pas encore son
masque, dît quelques mots en passant à la Princesse de Monpensier. Elle
s'aperceut bien que le Prince son Mari y avoit pris garde: ce qui la mit
en inquietude. Quelque temps apres voiant le Duc d'Anjou avec son masque
& son habit de Maure, qui venoit pour luy parler, troublée de son
inquietude, elle crut que c'estoit encore le Duc de Guise: &
s'approchant de luy, N'ayez des yeux ce soir que pour Madame, luy
dit-elle: Je n'en serez point jalouse: Je vous l'ordonne: On m'observe
Ne m'approchez plus. Elle se retira sitost qu'elle eut achevé ces
paroles. Le Duc d'Anjou en demeura accablé comme d'un coup de tonnerre.
Il vit dans ce moment qu'il avoit un Rival aimé. Il comprît par le nom
de Madame, que ce Rival estoit le Duc de Guise: & il ne put douter que
la Princesse sa Soeur ne fust le sacrifice qui avoit rendu la Princesse
de Monpensier favorable aux voeux de son Rival. La jalousie, le depit, &
la rage se joignant à la haine qu'il avoit déja pour luy, firent dans
son ame tout ce qu'on peut imaginer de plus violent; & il eut donné sur
l'heure quelque marque sanglante de son desespoir, si la dissimulation
qui luy estoit naturelle, ne fût venue à son secours, & ne l'eust obligé
par des raisons puissantes, en l'estat qu'estoient les choses, à ne rien
entreprendre contre le Duc de Guise. Il ne put toutefois se refuser le
plaisir de luy apprendre, qu'il savoit le secret de son amour: &
l'abordant en sortant de la salle, où l'on avoit dansé: C'est trop, luy
dît-il, d'oser lever les yeux jusques à ma Soeur, & de m'oster ma
Maistresse. La consideration du Roy m'empesche d'éclater: mais
souvenez-vous que la perte de vostre vie sera peut-estre la moindre
chose dont je puniray quelque jour vostre temerité. La fierté du Duc de
Guise n'estoit pas accoustumée à de telles menaces. Il ne put neanmoins
y répondre, parceque le Roy, qui sortoit en ce moment, les appella tous
deux: mais elles graverent dans son coeur un desir de vangeance, qu'il
travailla toute sa vie à satisfaire. Dés le mesme soir le Duc d'Anjou
luy rendit toutes sortes de mauvais offices auprés du Roy. Il luy
persuada que jamais Madame ne consentiroit d'estre mariée avec le Roy de
Navarre, avec qui on proposoit de la marier, tant que l'on souffriroit
que le Duc de Guise l'approchast: & qu'il estoit honteux de souffrir
qu'un de ses Sujets, pour satisfaire à sa vanité, apportast de
l'obstacle à une chose qui devoit donner la Paix à la France. Le Roy
avoit déja assez d'aigreur contre le Duc de Guise. Ce discours
l'augmenta si fort, que le voiant le lendemain comme il se presentoit
pour entrer au Bal chez la Reine, paré d'un nombre infini de pierreries,
mais plus paré encore de sa bonne mine, il se mît à l'entrée de la
porte, & luy demanda brusquement où il alloit. Le Duc, sans s'estonner,
luy dît, qu'il venoit pour luy rendre ses tres-humbles services: à quoy
le Roy repliqua qu'il n'avoit pas besoin de ceux qu'il luy rendoit; & se
tourna, sans le regarder. Le Duc de Guise ne laissa pas d'entrer dans la
Salle, outré dans le coeur, & contre le Roy, & contre le Duc d'Anjou.
Mais sa douleur augmenta sa fierté naturelle; & par une maniere de depit
il s'approcha beaucoup plus de Madame qu'il n'avoit accoustumé: joint
que ce que luy avoit dit le Duc d'Anjou de la Princesse de Monpensier,
l'empeschoit de jetter les yeux sur elle. Le Duc d'Anjou les observoit
soigneusement l'un & l'autre. Les yeux de cette Princesse laissoient
voir malgré elle quelque chagrin, lors que le Duc de Guise parloit à
Madame. Le Duc d'Anjou, qui avoit compris par ce qu'elle luy avoit dit
en le prenant pour M^r. de Guise, qu'elle avoit de la jalousie, espera
de les broüiller; & se mettant auprés d'elle, C'est pour vostre
interest, Madame, plutost que pour le mien, luy dît-il, que je m'en vais
vous apprendre que le Duc de Guise ne merite pas que vous l'ayez choisi
à mon prejudice. Ne m'interrompez point, je vous prie, pour me dire le
contraire d'une verité que je ne say que trop. Il vous trompe, Madame, &
vous sacrifie à ma Soeur, comme il vous l'a sacrifiée. C'est un homme
qui n'est capable que d'ambition: mais puis qu'il a eu le bonheur de
vous plaire, c'est assez. Je ne m'opposeray point à une fortune que je
meritois sans doute mieux que luy. Je m'en rendrois indigne, si je
m'opiniâtrois davantage à la conqueste d'un coeur qu'un autre possede.
C'est trop de n'avoir pû attirer que vostre indifference. Je ne veux pas
y faire succeder la haine, en vous importunant plus long temps de la
plus fidelle passion qui fut jamais. Le Duc d'Anjou, qui estoit
effectivement touché d'amour & de douleur, put à peine achever ces
paroles: & quoy qu'il eust commencé son discours dans un esprit de depit
& de vangeance, il s'attendrit, en considerant la beauté de la
Princesse, & la perte qu'il faisoit en perdant l'esperance d'en estre
aimé. De sorte que sans attendre sa reponse, il sortit du Bal, feignant
de se trouver mal, & s'en alla chez luy resver à son malheur. La
Princesse de Monpensier demeura affligée & troublée, comme on se le peut
imaginer. Voir sa reputation & le secret de sa vie entre les mains d'un
Prince qu'elle avoit maltraité, & apprendre par luy, sans pouvoir en
douter, qu'elle estoit trompée par son Amant, estoient des choses peu
capables de luy laisser la liberté d'esprit que demandoit un lieu
destiné à la joïe. Il falut pourtant demeurer en ce lieu, & aller souper
en suite chez la Duchesse de Monpensier sa Belle-mere, qui l'emmena avec
elle. Le Duc de Guise, qui mouroit d'impatience de luy conter ce que luy
avoit dit le Duc d'Anjou le jour precedent, la suivit chez sa Soeur.
Mais quel fut son estonnement, lors que voulant entretenir cette belle
Princesse, il trouva qu'elle ne luy parloit que pour luy faire des
reproches épouvantables: & le depit luy faisoit faire ces reproches si
confusément, qu'il n'y pouvoit rien comprendre, sinon qu'elle l'accusoit
d'infidelité & de trahison. Accablé de desespoir de trouver une si
grande augmentation de douleur, où il avoit esperé de se consoler de
tous ses ennuis; & aimant cette Princesse avec une passion qui ne
pouvoit plus le laisser vivre dans l'incertitude d'en estre aimé, il se
determina tout d'un coup. Vous serez satisfaite, Madame, luy dît-il. Je
m'en vais faire pour vous ce que toute la puissance Royalle n'auroit pû
obtenir de moy. Il m'en coustera ma fortune: mais c'est peu de chose
pour vous satisfaire. Sans demeurer davantage chez la Duchesse sa Soeur,
il s'en alla trouver à l'heure mesme les Cardinaux, ses Oncles; & sur le
pretexte du mauvais traitement qu'il avoit receu du Roy, il leur fît
voir une si grande necessité pour sa fortune à faire paroistre qu'il
n'avoit aucune pensée d'espouser Madame, qu'il les obligea à conclure
son mariage avec la Princesse de Portien, duquel on avoit déja parlé. La
nouvelle de ce mariage fut aussi tost seuë par tout Paris. Tout le monde
fut surpris, & la Princesse de Monpensier en fut touchée de joïe & de
douleur. Elle fut bien aise de voir par là le pouvoir qu'elle avoit sur
le Duc de Guise: & elle fut fachée en mesme temps de luy avoir fait
abandonner une chose aussi avantageuse que le mariage de Madame. Le Duc
de Guise, qui vouloit au moins que l'Amour le recompensast de ce qu'il
perdoit du costé de la Fortune, pressa la Princesse de luy donner une
audiance particuliere, pour s'éclaircir des reproches injustes qu'elle
luy avoit faits. Il obtint qu'elle se trouveroit chez la Duchesse de
Monpensier sa Soeur à une heure que cette Duchesse n'y seroit pas, &
qu'il pourroit l'entretenir en particulier. Le Duc de Guise eut la joïe
de se pouvoir jetter à ses pieds, de luy parler en liberté de sa
passion, & de luy dire ce qu'il avoit souffert de ses soupçons. La
Princesse ne pouvoit s'oster de l'esprit ce que luy avoit dit le Duc
d'Anjou, quoy que le procedé du Duc de Guise la dust absolument
rassurer. Elle luy apprît le juste sujet qu'elle avoit de croire qu'il
l'avoit trahie; puis que le Duc d'Anjou savoit ce qu'il ne pouvoit avoir
appris que de luy. Le Duc de Guise ne savoit par où se deffendre, &
estoit aussi embarrassé que la Princesse de Monpensier à deviner ce qui
avoit pû découvrir leur intelligence. Enfin dans la suite de leur
conversation, comme elle luy remontroit, qu'il avoit eu tort de
precipiter son mariage avec la Princesse de Portien, & d'abandonner
celuy de Madame, qui luy estoit si avantageux, elle luy dît qu'il
pouvoit bien juger qu'elle n'en eust eu aucune jalousie, puis que le
jour du Ballet elle-mesme l'avoit conjuré de n'avoir des yeux que pour
Madame. Le Duc de Guise luy dît qu'elle avoit eu l'intention de luy
faire ce commandement; mais qu'assurement elle ne luy avoit pas fait. La
Princesse luy soustint le contraire. Enfin à force de disputer &
d'aprofondir, ils trouverent qu'il falloit qu'elle se fust trompée dans
la ressemblence des habits, & qu'elle mesme eust appris au Duc d'Anjou
ce qu'elle accusoit le Duc de Guise de luy avoir appris. Le Duc de Guise
qui estoit presque justifié dans son esprit par son mariage, le fut
entierement par cette conversation. Cette belle Princesse ne put refuser
son coeur à un homme qui l'avoit possedé autrefois, & qui venoit de tout
abandonner pour elle. Elle consentit donc à recevoir ses voeux, & luy
permit de croire qu'elle n'estoit pas insensible à sa passion. L'arrivée
de la Duchesse de Monpensier sa Belle-Mere finit cette conversation, &
empécha le Duc de Guise de luy faire voir les transports de sa joïe.
Quelque temps apres la Cour s'en allant à Blois, où la Princesse de
Monpensier la suivit, le mariage de Madame avec le Roy de Navarre y fut
conclu. Le Duc de Guise ne connoissant plus de grandeur ni de bonne
fortune que celle d'estre aimé de la Princesse, vit avec joïe la
conclusion de ce mariage, qui l'auroit comblé de douleur dans un autre
temps. Il ne pouvoit si bien cacher son amour, que le Prince de
Monpensier n'en entrevist quelque chose, lequel n'estant plus maistre de
sa jalousie, ordonna à la Princesse sa femme de s'en aller à Champigni.
Ce commandement luy fut bien rude: il falut pourtant obeir. Elle trouva
moyen de dire adieu en particulier au Duc de Guise: mais elle se trouva
bien embarrassée à luy donner des moyens seurs pour luy escrire. Enfin
apres avoir bien cherché, elle jetta les yeux sur le Comte de Chabanes,
qu'elle contoit toûjours pour son Ami, sans considerer qu'il estoit son
Amant. Le Duc de Guise, qui savoit à quel point ce Comte estoit Ami du
Prince de Monpensier, fut espouvanté qu'elle le choisist pour son
Confident, mais elle luy répondit si bien de sa fidelité, qu'elle le
rasseura. Il se separa d'elle avec toute la douleur que peut causer
l'absence d'une personne que l'on aime passionnement. Le Comte de
Chabanes qui avoit toûjours esté malade à Paris pendant le sejour de la
Princesse de Monpensier à Blois, sachant qu'elle s'en alloit à
Champigni, la fut trouver sur le chemin pour s'en aller avec elle. Elle
luy fît mille caresses & mille amitiez; & luy temoigna une impatiance
extraordinaire de s'entretenir en particulier, dont il fut d'abord
charmé. Mais quelle fut son estonnement & sa douleur, quand il trouva
que cette impatiance n'alloit qu'à luy conter qu'elle estoit
passionnement aimée du Duc de Guise, & qu'elle l'aimoit de la mesme
sorte? Son estonnement & sa douleur ne luy permirent pas de répondre. La
Princesse, qui estoit pleine de sa passion, & qui trouvoit un
soulagement extréme à luy en parler, ne prît pas garde à son silence; &
se mit à luy conter jusques aux plus petites circonstances de son
avanture. Elle luy dît comme le Duc de Guise & elle estoient convenus de
recevoir par son moyen les lettres qu'ils devoient s'écrire. Ce fut le
dernier coup pour le Comte de Chabanes, de voir que sa maistresse
vouloit qu'il servit son Rival, & qu'elle luy en faisoit la proposition
comme d'une chose qui luy devoit estre agreable. Il estoit si absolument
maistre de luy mesme, qu'il luy cacha tous ses sentimens. Il luy
temoigna seulement la surprise où il estoit de voir en elle un si grand
changement. Il espera d'abord que ce changement qui luy ostoit toutes
ses esperances, luy osteroit aussi toute sa passion: mais il trouva
cette Princesse si charmante, sa beauté naturelle estant encore de
beaucoup augmentée par une certaine grace que luy avoit donnée l'air de
la Cour, qu'il sentit qu'il l'aimoit plus que jamais. Toutes les
confidences qu'elle luy faisoit sur la tendresse & sur la delicatesse de
ses sentimens pour le Duc de Guise, luy faisoient voir le prix du coeur
de cette Princesse, & luy donnoient un desir de le posseder. Comme sa
passion estoit la plus extraordinaire du monde, elle produisit l'effet
du monde le plus extraordinaire: car elle le fît resoudre de porter à sa
Maistresse les Lettres de son Rival. L'absence du Duc de Guise donnoit
un chagrin mortel à la Princesse de Monpensier. Et n'esperant de
soulagement que par ses Lettres, elle tourmentoit incessamment le Comte
de Chabanes pour savoir s'il n'en recevoit point, & se prenoit quasi à
luy de n'en avoir pas assez-tost. Enfin, il en receut par un Gentilhomme
du Duc de Guise: & il les luy apporta à l'heure mesme, pour ne luy
retarder pas sa joïe d'un moment. Celle qu'elle eut de les recevoir fut
extréme. Elle ne prit pas le soin de la luy cacher, & luy fît avaller à
longs traits tout le poison imaginable, en luy lisant ces lettres, & la
response tendre & galante qu'elle y faisoit. Il porta cette response au
Gentilhomme avec la mesme fidelité avec laquelle il avoit rendu la
lettre à la Princesse: mais avec plus de douleur. Il se consola pourtant
un peu dans la pensée que cette Princesse feroit quelque reflexion sur
ce qu'il faisoit pour elle, & qu'elle luy en temoigneroit de la
reconnaissance. La trouvant de jour en jour plus rude pour luy, par le
chagrin qu'elle avoit d'ailleurs, il prît la liberté de la supplier de
penser un peu à ce qu'elle luy faisoit souffrir. La Princesse qui
n'avoit dans la teste que le Duc de Guise, & qui ne trouvoit que luy
seul digne de l'adorer, trouva si mauvais qu'un autre que luy osast
penser à elle, qu'elle maltraita bien plus le Comte de Chabanes en cette
occasion, qu'elle n'avoit fait la premiere fois qu'il luy avoit parlé de
son amour. Quoy que sa passion, aussi bien que sa patience, fust
extréme, & à toutes espreuves, il quitta la Princesse, & s'en alla chez
un de ses Amis dans le voisinage de Champigni, d'où il luy escrivit avec
toute la rage que pouvoit causer un si estrange procedé: mais neantmoins
avec tout le respect qui estoit deu à sa qualité: & par sa lettre il luy
disoit un eternel adieu. La Princesse commença à se repentir d'avoir si
peu ménagé un homme sur qui elle avoit tant de pouvoir; & ne pouvant se
resoudre à le perdre, non seulement à cause de l'amitié qu'elle avoit
pour luy, mais aussi par l'interest de son amour, pour lequel il luy
estoit tout à fait necessaire, elle luy manda qu'elle vouloit absolument
luy parler encore une fois, & apres cela qu'elle le laissoit libre de
faire ce qu'il luy plairoit. L'on est bien foible quand on est amoureux.
Le Comte revint, & en moins d'une heure la beauté de la Princesse de
Monpensier, son esprit, & quelques paroles obligeantes le rendirent plus
soumis qu'il n'avoit jamais esté: & il luy donna mesme des lettres du
Duc de Guise, qu'il venoit de recevoir. Pendant ce temps, l'envie qu'on
eut à la Cour d'y faire venir les Chefs du Parti Huguenot, pour cét
horrible dessein qu'on executa le jour de la S. Barthelemy, fît que le
Roy, pour les mieux tromper, esloigna de luy tous les Princes de la
Maison de Bourbon, & tous ceux de la Maison de Guise. Le Prince de
Monpensier s'en retourna à Champigni, pour achever d'accabler la
Princesse sa Femme par sa presence. Le Duc de Guise s'en alla à la
campagne, chez le Cardinal de Lorraine son Oncle. L'amour & l'oisiveté
mirent dans son esprit un si violent desir de voir la Princesse de
Monpensier, que sans considerer ce qu'il hazardoit pour elle, & pour
luy, il feignit un voiage, & laissant tout son train dans une petite
Ville, il prit avec luy ce seul Gentilhomme qui avoit déja fait
plusieurs voyages à Champigni, & il s'y en alla en poste. Comme il
n'avoit point d'autre adresse que celle du Comte de Chabanes, il luy fît
escrire un billet par ce mesme Gentilhomme, par lequel ce Gentilhomme le
prioit de le venir trouver en un lieu qu'il luy marquoit. Le Comte de
Chabanes croyant que c'estoit seulement pour recevoir des lettres du Duc
de Guise, l'alla trouver: mais il fut extrémement surpris quand il vit
le Duc de Guise; & il n'en fut pas moins affligé. Ce Duc, occupé de son
dessein, ne prit non plus garde à l'embarras du Comte, que la Princesse
de Monpensier avoit fait à son silence, lors qu'elle luy avoit conté son
amour. Il se mit à luy exagerer sa passion, & à luy faire comprendre
qu'il mourroit infailliblement, s'il ne luy faisoit obtenir de la
Princesse la permission de la voir. Le Comte de Chabanes luy repondit
froidement qu'il diroit à cette Princesse tout ce qu'il souhaittoit
qu'il luy dist, & qu'il viendroit luy en rendre réponse. Il s'en
retourna à Champigni, combatu de ses propres sentimens, mais avec une
violence qui luy ostoit quelquefois toute sorte de connoissance. Souvent
il prenoit resolution de renvoier le Duc de Guise sans le dire à la
Princesse de Monpensier: mais la fidelité exacte qu'il luy avoit
promise, changeoit aussitost sa resolution. Il arriva auprés d'elle sans
savoir ce qu'il devoit faire; & apprenant que le Prince de Monpensier
estoit à la chasse, il alla droit à l'appartement de la Princesse, qui
le voiant troublé, fit retirer aussitost ses Femmes pour savoir le sujet
de ce trouble. Il luy dît, en se moderant le plus qu'il luy fut
possible, que le Duc de Guise estoit à une lieuë de Champigni, & qu'il
souhaittoit passionément de la voir. La Princesse fit un grand cri à
cette nouvelle, & son embarras ne fut guere moindre que celuy du Comte.
Son amour luy presenta d'abord la joïe qu'elle auroit de voir un homme
qu'elle aimoit si tendrement. Mais quand elle pensa combien cette action
estoit contraire à sa vertu, & qu'elle ne pouvoit voir son amant qu'en
le faisant entrer la nuit chez elle à l'insu de son Mari, elle se trouva
dans une extrémité épouvantable. Le Comte de Chabanes attendoit sa
réponse comme une chose qui alloit decider de sa vie ou de sa mort.
Jugeant de l'incertitude de la Princesse par son silence, il prît la
parole, pour luy representer tous les perils où elle s'exposeroit par
cette entreveuë. Et voulant luy faire voir qu'il ne luy tenoit pas ce
discours pour ses interests, il luy dît: Si apres tout ce que je viens
de vous representer, Madame, vostre passion est la plus forte, & que
vous desiriez voir le Duc de Guise, que ma consideration ne vous en
empesche point, si celle de vostre interest ne le fait pas. Je ne veux
point priver d'une si grande satisfaction une personne que j'adore, ni
estre cause qu'elle cherche des personnes moins fidelles que moy pour se
la procurer. Oüy, Madame, si vous le voulez, j'iray querir le Duc de
Guise dés ce soir, car il est trop perilleux de le laisser plus long
temps où il est, & je l'ammeneray dans vostre appartement. Mais par où &
comment? interrompit la Princesse. Ha! Madame s'écria le Comte, c'en est
fait, puis que vous ne deliberez plus que sur les moyens. Il viendra,
Madame, ce bien-heureux Amant. Je l'ammeneray par le Parc: donnez ordre
seulement à celle de vos Femmes à qui vous vous fiez le plus, qu'elle
baisse, précisement à minuit, le petit Pont-Levis qui donne de vostre
Anti-chambre dans le Parterre; & ne vous inquietez pas du reste. En
achevant ces paroles, il se leva; & sans attendre d'autre consentement
de la Princesse de Monpensier, il remonta à cheval, & vint trouver le
Duc de Guise qui l'attendoit avec une impatiance extréme. La Princesse
de Monpensier demeura si troublée, qu'elle fût quelque temps sans
revenir à elle. Son premier mouvement fut de faire rapeller le Comte de
Chabanes, pour luy deffendre d'ammener le Duc de Guise: mais elle n'en
eut pas la force. Elle pensa que sans le rappeller, elle n'avoit qu'à ne
point faire abaisser le Pont. Elle crût qu'elle continueroit dans cette
resolution. Quand l'heure de l'assignation approcha, elle ne pût
resister davantage à l'envie de voir un Amant qu'elle croioit si digne
d'elle; & elle instruisit une de ses femmes de tout ce qu'il falloit
faire pour introduire le Duc de Guise dans son appartement. Cependant &
ce Duc & le Comte de Chabanes approchoient de Champigni, mais dans un
estat bien different. Le Duc abandonnoit son ame à la joïe, & à tout ce
que l'esperance inspire de plus agreable: & le Comte s'abandonnoit à un
desespoir, & à une rage, qui le pousserent mille fois à donner de son
épée au travers du corps de son Rival. Enfin ils arriverent au Parc de
Champigni, où ils laisserent leurs chevaux à l'Escuier du Duc de Guise;
& passant par des breches qui estoient aux murailles, ils vinrent dans
le Parterre. Le Comte de Chabanes, au milieu de son desespoir, avoit
toûjours quelque esperance que la raison reviendroit à la Princesse de
Monpensier, & qu'elle prendroit enfin la resolution de ne point voir le
Duc de Guise. Quand il vit ce petit Pont abaissé, ce fut alors qu'il ne
pût douter du contraire: & ce fut aussi alors qu'il fut tout prest à se
porter aux dernieres extrémitez. Mais venant à penser que s'il faisoit
du bruit, il seroit oüi apparamment du Prince de Monpensier, dont
l'appartement donnoit sur le mesme Parterre; & que tout ce desordre
tomberoit en suite sur la personne qu'il aimoit le plus, sa rage se
calma à l'heure méme; & il acheva de conduire le Duc de Guise aux pieds
de sa Princesse. Il ne pût se resoudre à estre temoin de leur
conversation, quoy que la Princesse luy temoignast le souhaitter, &
qu'il l'eust bien souhaitté luy-mesme. Il se retira dans un petit
passage qui estoit du costé de l'appartement du Prince de Monpensier,
ayant dans l'esprit les plus tristes pensées qui ayent jamais occupé
l'esprit d'un Amant. Cependant quelque peu de bruit qu'ils eussent fait
en passant sur le Pont, le Prince de Monpensier, qui par malheur estoit
éveillé dans ce moment, l'entendit, & fit lever un de ses Valets de
Chambre, pour voir ce que c'estoit. Le Vallet de Chambre mit la teste à
la fenestre, & au travers de l'obscurité de la nuit, il aperceut que le
Pont estoit abaissé. Il en avertit son Maistre, qui luy commanda en
mesme temps d'aller dans le Parc voir ce que se pouvoit estre. Un moment
apres il se leva luy-mesme, estant inquieté de ce qu'il luy sembloit
avoir oüi marcher quelqu'un, & il s'en vint droit à l'appartement de la
Princesse sa Femme, qui respondoit sur le Pont. Dans le moment qu'il
approchoit de ce petit passage, où estoit le Comte de Chabanes, la
Princesse de Monpensier, qui avoit quelque honte de se trouver seule
avec le Duc de Guise, pria plusieurs fois le Comte d'entrer dans sa
chambre. Il s'en excusa toûjours; & comme elle l'en pressoit davantage,
possedé de rage & de fureur, il luy repondit si haut qu'il fût oüi du
Prince de Monpensier; mais si confusément que ce Prince entendit
seulement la voix d'un homme, sans distinguer celle du Comte. Une
pareille avanture eust donné de l'emportement à un esprit & plus
tranquille, & moins jaloux. Aussi mit-elle d'abord l'excez de la rage &
de la fureur dans celuy du Prince. Il heurta aussitost à la porte avec
impetuosité; & criant pour se faire ouvrir, il donna la plus cruelle
surprise du monde à la Princesse, au Duc de Guise & au Comte de
Chabanes. Le dernier entendant la voix du Prince comprit d'abord qu'il
estoit impossible de l'empescher de croire qu'il n'y eust quelqu'un dans
la chambre de la Princesse sa Femme: & la grandeur de sa passion luy
montrant en ce moment, que s'il y trouvoit le Duc de Guise, Madame de
Monpensier auroit la douleur de le voir tuer à ses yeux, & que la vie
mesme de cette Princesse ne seroit pas en seureté, il se resolut par une
generosité sans exemple, de s'exposer pour sauver une Maistresse
ingrate, & un Rival aimé. Pendant que le Prince de Monpensier donnoit
mille coups à la porte, il vint au Duc de Guise, qui ne savoit quelle
resolution prendre, & il le mit entre les mains de cette femme de Madame
de Monpensier qui l'avoit fait entrer par le Pont, pour le faire sortir
par le mesme lieu, pendant qu'il s'exposeroit à la fureur du Prince. A
peine le Duc estoit hors l'Antichambre, que le Prince ayant enfoncé la
porte du passage, entra dans la chambre comme un homme possedé de
fureur, & qui cherchoit sur qui la faire éclater. Mais quand il ne vit
que le Comte de Chabanes, & qu'il le vit immobile, appuyé sur la table,
avec un visage où la tristesse estoit peinte, il demeura immobile
luy-mesme: & la surprise de trouver & seul & la nuit dans la chambre de
sa Femme l'Homme du monde qu'il aimoit le mieux, le mit hors d'estat de
pouvoir parler. La Princesse estoit à demi évanoüie sur des carreaux, &
jamais peut-estre la Fortune n'a mis trois personnes en des estats si
pitoiables. Enfin le Prince de Monpensier qui ne croioit pas voir ce
qu'il voioit, & qui vouloit démesler ce cahos où il venoit de tomber,
adressant la parole au Comte, d'un ton qui faisoit voir qu'il avoit
encore de l'amitié pour luy, Que vois-je, luy dît-il? Est-ce une
illusion ou une verité? Est-il possible qu'un Homme que j'ay aimé si
cherement choisisse ma Femme entre toutes les autres Femmes pour la
seduire? Et vous, Madame, dît-il à la Princesse, en se tournant de son
costé, n'estoit-ce point assez de m'oster vostre coeur, & mon honneur,
sans m'oster le seul Homme qui me pouvoit consoler de ces malheurs.
Répondez-moy l'un ou l'autre, leur dit-il, & éclaircissez-moy d'une
avanture que je ne puis croire telle qu'elle me paroist. La Princesse
n'estoit pas capable de répondre, & le Comte de Chabanes ouvrit
plusieurs fois la bouche sans pouvoir parler. Je suis criminel à vostre
égard, luy dit-il enfin, & indigne de l'amitié que vous avez euë pour
moi: mais ce n'est pas de la maniere que vous pouvez vous l'imaginer. Je
suis plus malheureux que vous, & plus desesperé. Je ne saurois vous en
dire davantage. Ma mort vous vangera, & si vous voulez me la donner tout
à l'heure, vous me donnerez la seule chose qui peut m'estre agreable.
Ces paroles, prononcées avec une douleur mortelle, & avec un air qui
marquoit son innocence, au lieu d'éclaircir le Prince de Monpensier, luy
persuadoient de plus en plus qu'il y avoit quelque mistere dans cette
avanture qu'il ne pouvoit deviner: & son desespoir s'augmentant par
cette incertitude, Ostez-moy la vie vous-mesme, luy dit-il, ou
donnez-moy l'éclaircissement de vos paroles: Je n'y comprends rien. Vous
devez cet éclaircissement à mon amitié. Vous le devez à ma moderation;
car tout autre que moy auroit déja vangé sur vostre vie un affront si
sensible. Les apparances sont bien fausses, interrompit le Comte. Ah
c'est trop, replica le Prince: il faut que je me vange, & puis je
m'éclairciray à loisir. En disant ces paroles, il s'approcha du Comte de
Chabanes avec l'action d'un homme emporté de rage. La Princesse
craignant quelque malheur (ce qui ne pouvoit pourtant pas arriver, son
Mari n'ayant point d'espée) se leva pour se mettre entre-deux. La
foiblesse où elle estoit, la fît succomber à cet effort; & comme elle
approchoit de son Mari, elle tomba évanoüie à ses pieds. Le Prince fut
encore plus touché de cet évanoüissement, qu'il n'avoit esté de la
tranquillité où il avoit trouvé le Comte, lors qu'il s'estoit approché
de luy; & ne pouvant plus soustenir la veuë de deux personnes qui luy
donnoient des mouvemens si tristes, il tourna la teste de l'autre costé,
& se laissa tomber sur le lit de sa Femme, accablé d'une douleur
incroiable. Le Comte de Chabanes penetré de repentir d'avoir abusé d'une
amitié dont il recevoit tant de marques, & ne trouvant pas qu'il pust
jamais reparer ce qu'il venoit de faire, sortit brusquement de la
chambre; & passant par l'appartement du Prince, dont il trouva les
portes ouvertes, il descendit dans la Cour. Il se fît donner des
chevaux, & s'en alla dans la campagne, guidé par son seul desespoir.
Cependant le Prince de Monpensier qui voioit que la Princesse ne
revenoit point de son évanoüissement, la laissa entre les mains de ses
Femmes, & se retira dans sa chambre avec une douleur mortelle. Le Duc de
Guise qui estoit sorti heureusement du Parc, sans savoir quasi ce qu'il
faisoit, tant il estoit troublé, s'éloigna de Champigni de quelques
lieuës: mais il ne put s'éloigner davantage, sans savoir des nouvelles
de la Princesse. Il s'arresta dans une forest, & envoya son Escuier pour
apprendre du Comte de Chabanes ce qui estoit arrivé de cette terrible
avanture. L'Escuier ne trouva point le Comte de Chabanes, mais il apprit
d'autres personnes que la Princesse de Monpensier estoit
extraordinairement malade. L'inquietude du Duc de Guise fut augmentée
par ce que luy dît son Escuier: & sans la pouvoir soulager, il fut
contraint de s'en retourner trouver ses Oncles, pour ne pas donner de
soupçon par un plus long voiage. L'Escuier du Duc de Guise luy avoit
raporté la verité, en luy disant que Madame de Monpensier estoit
extrémement malade; car il estoit vray que sitost que ses Femmes
l'eurent mise dans son lit, la fievre luy prit si violemment, & avec des
réveries si horribles, que dés le second jour l'on craignit pour sa vie.
Le Prince feignit d'estre malade, afin qu'on ne s'estonnast de ce qu'il
n'entroit pas dans la chambre de sa Femme. L'ordre qu'il receut de s'en
retourner à la Cour, où l'on rappeloit tous les Princes Catholiques pour
exterminer les Huguenots, le tira de l'embarras où il estoit. Il s'en
alla à Paris, ne sachant ce qu'il avoit à esperer ou à craindre du mal
de la Princesse sa Femme. Il n'y fut pas sitost arrivé, qu'on commença
d'attaquer les Huguenots en la personne d'un de leurs Chefs, l'Amiral de
Chastillon: & deux jours apres l'on fît cet horrible massacre, si
renommé par toute l'Europe. Le pauvre Comte de Chabanes, qui s'estoit
venu cacher dans l'extrémité de l'un des Faux-bourgs de Paris, pour
s'abandonner entierement à sa douleur, fut enveloppé dans la ruine des
Huguenots. Les personnes chez qui il s'estoit retiré l'ayant reconnu, &
s'estant souvenuës qu'on l'avoit soupçonné d'estre de ce Parti, le
massacrerent cette mesme nuit qui fut si funeste à tant de gens. Le
matin le Prince de Monpensier allant donner quelques ordres hors la
Ville, passa dans la ruë où estoit le corps de Chabanes. Il fut d'abord
saisi d'étonnement à ce pitoiable spectacle; en suite son amitié se
réveillant, elle luy donna de la douleur: mais le souvenir de l'offense
qu'il croioit avoir receuë du Comte, luy donna enfin de la joïe: & il
fut bien aise de se voir vangé par les mains de la Fortune. Le Duc de
Guise occupé du desir de vanger la mort de son Pere, & peu apres rempli
de la joïe de l'avoir vangée, laissa peu à peu éloigner de son ame le
soin d'apprendre des nouvelles de la Princesse de Monpensier; & trouvant
la Marquise de Noirmoustier, personne de beaucoup d'esprit & de beauté,
& qui donnoit plus d'esperance que cette Princesse, il s'y attacha
entiérement, & l'aima avec une passion demesurée, & qui luy dura jusques
à la mort. Cependant apres que le mal de Madame de Monpensier fut venu
au dernier point, il commença à diminuer. La raison luy revint, & se
trouvant un peu soulagée par l'absence du Prince son Mari, elle donna
quelque esperance de sa vie. Sa santé revenoit pourtant avec grande
peine, par le mauvais estat de son esprit: & son esprit fut travaillé de
nouveau, quand elle se souvint qu'elle n'avoit eu aucune nouvelle du Duc
de Guise pendant toute sa maladie. Elle s'enquit de ses Femmes, si elles
n'avoient vu personne, si elles n'avoient point de lettres; & ne
trouvant rien de ce qu'elle eust souhaitté, elle se trouva la plus
malheureuse du monde, d'avoir tout hazardé pour un homme qui
l'abandonnoit. Ce luy fut encore un nouvel accablement d'apprendre la
mort du Comte de Chabanes, qu'elle seut bientost par les soins du Prince
son Mari. L'ingratitude du Duc de Guise luy fît sentir plus vivement la
perte d'un homme dont elle connoissoit si bien la fidelité. Tant de
deplaisirs si pressans la remirent bientost dans un estat aussi
dangereux que celuy dont elle estoit sortie. Et comme Madame de
Noirmoustier estoit une personne qui prenoit autant de soin de faire
éclater ses galanteries, que les autres en prennent de les cacher,
celles de Monsieur de Guise & d'elle estoient si publiques, que toute
éloignée & toute malade qu'estoit la Princesse de Monpensier, elle les
apprit de tant de costez, qu'elle n'en pût douter. Ce fut le coup mortel
pour sa vie. Elle ne put resister à la douleur d'avoir perdu l'estime de
son Mari, le coeur de son Amant, & le plus parfait Ami qui fut jamais.
Elle mourut en peu de jours, dans la fleur de son âge, une des plus
belles Princesses du monde, & qui auroit esté sans doute la plus
heureuse, si la vertu & la prudence eussent conduit toutes ses actions.

FIN.



----------------------
NOTES DU TRANSCRIPTEUR

Dans la présentation de cette version électronique on a rendu
plus systématique la distinction, imparfaitement achevée dans
l'original, entre les lettres i/j, u/v.

On a conservé l'orthographe de l'original avec ses bizarreries,
mais on a corrigé les coquilles les plus manifestes:
- pouvoir en pouvoit (rien ne pouvoit esbranler)
- le en la (la Ville de Poitiers)
- interrrompre (ne songea pas à l'interrompre)
- reppeller en rappeller (sans le rappeller)





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La princesse de Monpensier" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home