Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Réflexions sur le sort des Noirs dans nos colonies
Author: Lescallier, Daniel
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Réflexions sur le sort des Noirs dans nos colonies" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



                             RÉFLEXIONS
                                SUR
                         LE SORT DES NOIRS
                                DANS
                           NOS COLONIES.

_Sic vos non vobis...._
                                1789.



                           AVERTISSEMENT.


La conservation des Colonies à Sucre est généralement regardée comme un
si grand intérêt politique, que tout ce qui peut donner quelque jour sur
la question agitée tant en Angleterre, qu'en France, sur ce sujet doit
être présenté au Public; on le doit sur-tout à la Nation assemblée pour
discuter & régler tous les objets d'Administration, parmi lesquels celui
des Colonies sera sans doute compris.

Après avoir long-tems vécu dans les Colonies de diverses Nations
Européennes, après avoir étudié le caractère des Nègres, examiné les
diverses manières de les régir & leurs effets, après avoir lu ce qui a
été écrit pour le maintien & pour l'abolition de l'esclavage, je crois
devoir à la Patrie le tribut de mes réflexions. Ce n'est pas que je me
flatte d'ajouter à ce que d'excellens Écrivains ont donné depuis peu sur
cette matière intéressante; mais instruit par eux, & profitant de leurs
lumières, j'exposerai dans ce court Mémoire le désir & la possibilité
de concilier dans la culture des Colonies la Morale avec la Politique,
d'allier sous la zone torride l'Industrie au bonheur; j'appaiserai
peut-être en même-tems les alarmes des Colons, lorsqu'ils entendent
déclamer contre l'esclavage des Nègres, ce qui, par l'institution
malheureuse des Colonies, semble être une attaque directe faite à leurs
propriétés.

C'est une tâche en apparence difficile à remplir; mais cette difficulté
s'applanit par le caractère de notre Nation: c'est elle qui jusqu'à
présent a mis plus d'humanité (disons, si on le veut, moins
d'inhumanité) dans la Régie des esclaves: outre la prévoyance de
quelques-unes des dispositions établies par nos loix pour modérer
l'esclavage des Noirs, les François feront par sentiment & par une
impulsion naturelle, ce que la force du raisonnement fera faire aux
autres.

S'il y a ici quelques moyens de faciliter cette tâche, on aura
bien mérité de l'humanité, on aura bien mérité de la Nation, &
particulièrement des Colons, en montrant qu'il est possible dans les
Colonies de s'enrichir des productions de la terre sans faire frémir
l'humanité, & qu'avec une ame bienfaisante on peut être sans remords
propriétaire d'habitation.



                          RÉFLEXIONS
                     SUR LE SORT DES NOIRS
                      DANS NOS COLONIES.


La question de l'esclavage des Noirs, qui occupe depuis quelque-tems
les esprits, ne peut laisser le Gouvernement dans l'indifférence: cette
question sérieusement agitée en Angleterre, ne peut manquer de l'être
dans l'Assemblée Nationale, puisqu'elle a admis dans son sein les
Députés de Saint-Domingue.

Les Nègres n'ignorent pas, ou du moins ils ne pourront ignorer
long-tems, les discussions qui ont lieu sur leur sort: quand on pourroit
les leur cacher (ce qui seroit peut-être encore pire) croit-on qu'ils
aient jamais ignoré leurs droits, & que la voix de la nature se soit
endormie chez eux au gré de leurs possesseurs?

Quelque stupides que leurs détracteurs les représentent, ils se sont
montrés capables d'une très grande énergie: ils ont, à la Jamaïque &
dans la Guiane Hollandoise, l'exemple d'un nombre d'hommes de leur race,
qui par leur courage se sont procuré la liberté malgré leurs Maîtres
qu'ils ont forcé de traiter avec eux de leur existence indépendante.
Plusieurs de nos Nègres, dans les Colonies où fréquentent les
Américains, sont à portée d'entendre parler des loix nouvelles qui ont
eu lieu dans les États-Unis, pour l'abolition de l'esclavage & de la
traite des Noirs.

On doit craindre les plus fâcheux évènemens, si on ne s'occupe pas
sérieusement de l'amélioration du sort de cette espèce d'hommes, si
précieuse à l'Etat par les riches productions que ses travaux lui
procurent, & en même-tems si peu protégée & si maltraitée; on auroit
bien tort de s'endormir dans une imprudente sécurité.

Pour soutenir l'esclavage, on met en avant l'antique usage des Colonies,
l'impossibilité prétendue de les cultiver sans Noirs & sans Esclaves, la
raison d'état qui veut que l'on aie des denrées coloniales; on s'appuie
du bonheur des Nègres dans leur état actuel, bien préférable, dit-on, au
sort de nos Païsans; on donne comme inhérens au caractère des Noirs la
paresse, la fourberie, & toutes les mauvaises qualités que leur trouvent
des Maîtres durs & égoïstes qui ne voient en eux que les instrumens
passifs de leur fortune: mais ces mauvaises qualités & ces vices sont,
ou relatifs à l'opinion & au préjugé sur leur état, ou occasionnés par
la maniere dont on les traite: communs à tous les hommes & dans toutes
les sociétés, ces vices s'évanouissent, ou du moins s'affoiblissent
considérablement, sous un régime humain & raisonnable, même parmi les
esclaves; c'est ce qu'une expérience suivie & attentive à bien démontré.

Les partisans de l'esclavage ne peuvent d'ailleurs faire entrer pour
rien dans leurs divers raisonnemens, la cause de l'humanité, ni la
justice, ni le droit naturel, imprescriptibles pour tous les hommes,
indépendamment de leur couleur & des circonstances plus ou moins
favorisées de leur naissance. «_Il nous faut des Colonies; on ne peut
les cultiver sans esclaves; donc il est nécessaire de faire la traite,
& d'avoir des_ esclaves_:» Voilà à quoi se réduiront toujours leurs
argumens.

D'un autre côté les personnes qui plaident pour l'abolition de
l'esclavage, inspirées par la raison, la justice, la bienfaisance, &
tout ce que l'humanité offre de motifs plus purs & plus respectables,
peuvent aller trop loin, & prêtent ainsi à la critique de leurs
adversaires intéressés, soit par excès de zèle, soit faute de connoître
suffisamment la localité & la circonstance des Colonies, soit encore
faute de respecter la raison politique des États, qu'il est devenu
impossible de ne pas ménager, à cause des cris d'un nombre de gens dont
la fortune dépend des cultures actuelles de nos Colonies: ils ont prêté
encore à la critique des Colons, en n'appercevant pas bien tous les
moyens d'opérer la révolution qu'ils désirent. De là, il résulte une
majorité immense dans les débats de cette question, en faveur des
partisans de l'esclavage, dont l'opinion est accréditée par un long
usage, & par une espèce de loi généralement établie dans toutes les
Colonies Européennes.

Dans toutes ces discussions, les Colons (qui sont presque tous pour le
maintien de l'esclavage) mettent beaucoup de chaleur & d'acharnement à
soutenir une cause qui leur semble personnelle; les autres (qui sont un
petit nombre de personnes n'ayant pour la plupart aucun intérêt dans les
Colonies) montrent le plus grand zèle pour le soulagement de l'humanité
souffrante.

Quel que soit l'effet de ces débats, à quelque époque que cet effet soit
retardé, il ne peut qu'en résulter un traitement plus humain pour
les Noirs: on voit déjà qu'il ne reste plus aucune autre excuse aux
possesseurs d'esclaves, qui plaident pour le maintien de l'esclavage,
que de citer la manière tempérante & heureuse dont leurs Nègres sont
traités, ou de convenir qu'il est à propos d'améliorer leur sort.

De ce choc d'opinions on peut déduire deux vérités incontestables:

La premiere de ces vérités est que l'habitation dont la régie est la
plus raisonnée, la moins arbitraire, où les Nègres sont catéchisés, où
on cherche à leur donner des moeurs, où ils ont quelques propriétés, &
une espece d'existence sociale, est aussi celle qui rapporte des revenus
plus constans à son propriétaire, & que moins les Nègres sont malheureux
plus leur Maître s'enrichit. Les partisans de l'esclavage en conviennent
eux-mêmes.

La seconde vérité, déduite comme l'autre des objections des Colons
qui soutiennent l'esclavage, est que les projets d'humanité que l'on
manifeste en faveur des Noirs ne peuvent s'exécuter en bonne politique
qu'avec du tems & des gradations; qu'un affranchissement illimité &
subit, sans exceptions ni conditions, rempliroit mal le but qu'on se
propose, & même offriroit des inconvéniens: en effet, on doit convenir
que les Nègres nouveaux, ceux non encore accoutumés à notre langue & à
nos usages, ne pourroient sans danger pour nos plantations, ni sans un
inconvénient pour eux-mêmes, être tous à la fois remis en liberté sans
intervalles ni précautions: c'est ainsi que des yeux affoiblis par une
longue obscurité ne pourroient revoir subitement la lumière sans en être
éblouis; il faut la leur rendre par degrés & avec attention.

Cette difficulté est même si forte qu'elle rendroit la destruction de
l'esclavage comme impossible, si on ne commençoit par faire finir la
traite des Noirs, qui vient sans cesse verser des Nègres nouveaux dans
nos Colonies; mais il n'est plus possible de se dissimuler, d'après les
faits exposés à la connoissance publique sur la traite des Noirs, que
ce commerce offre des actes de barbarie si atroces, si continuels &
si indispensables à son entretien, que les personnes honnêtes qui
desireroient conserver l'esclavage des Noirs dans nos Colonies, en le
rectifiant, ne peuvent plus raisonnablement soutenir la continuation de
ce commerce d'esclaves.

Connoissant le pour & le contre de cette question, & les Colonies par
une assez longue expérience, je crois pouvoir dire avec assurance qu'il
est nullement impossible, qu'il est même utile & politique de préparer
les voies pour l'abolition de l'esclavage; qu'on peut parvenir à ce but
en ménageant la raison d'état, la politique des Nations, en conservant
nos Colonies à Sucre, sans déranger en rien les propriétés foncières des
habitans, ni diminuer leurs revenus.

Le terme dans lequel on pourroit rendre par gradations la liberté aux
Nègres ne seroit point fort éloigné, & les bonnes dispositions de
plusieurs Colons François l'abrégeroient plus qu'on ne pense: car ce
seroit à tort que l'on regarderoit tous les propriétaires d'habitations
dans les Colonies comme des hommes barbares; plusieurs ont une
disposition humaine & bienfaisante, qui ne produit (il est vrai) que des
effets précaires & momentanés, toujours dérangés par leurs successeurs
ou par leurs gérans: mais la faute en est au Législateur qui a établi &
autorisé l'esclavage, qui en maintient sévèrement la police & la
durée, & non pas à la plupart des habitans qui le trouvant dans leurs
héritages, le trouvant dans tout ce qui les environne depuis des
siècles, suivent un usage avec lequel ils se sont familiarisés dès leur
enfance, & une loi qui les empêcheroit de suivre un autre système.
Plusieurs Colons ne demandent pour bien faire que d'être éclairés sur
leurs véritables intérêts; mais c'est ce qu'on n'obtiendra que par
l'expérience & avec le tems, & à mesure que la législation elle-même
reformera l'institution qu'elle a faite & consolidée.

Toutes les ames honnêtes, sensibles & désintéressées sont déjà
persuadées avant que j'aie parlé: mais il faut démontrer à
l'Administration, il faut prouver aux Colons qu'on peut opérer ces
changemens heureux par des moyens tranquilles & sûrs, en faisant
l'avantage des habitations. Il est nécessaire pour cela de se dégager de
toutes préventions, & de réfléchir avec impartialité sur les différens
points de vue qu'offre cette question importante.

Je vais exposer les moyens par lesquels je crois que l'on parviendroit
à rectifier graduellement l'institution vicieuse des Colonies, en
conservant leurs habitations & leurs cultures.

[Illustration:]


                        PREMIER MOYEN.

             L'Abolition de la Traite des Noirs.

La Traite des Noirs offre une question intimement liée avec celle de
l'esclavage, parce qu'elle lui sert d'aliment, parce qu'il semble aux
Colons que si la Traite cessoit la population des Colonies se réduiroit
bientôt à rien, & leurs cultures dépériroient à mesure, & que puisque
l'esclavage est autorisé la Traite doit l'être également; mais il n'y
a que le Machiavélisme le plus affreux qui puisse plaider pour la
continuation de cet odieux commerce[1].

[Footnote 1: On avoue que n'étant pas instruites de toutes les cruautés
par lesquelles s'opère cette Traite des Noirs, ne les soupçonnant pas
mêmes possibles, des personnes honnêtes & bien intentionnées ont pu,
entraînées par la législation & les circonstances, ne pas avoir de ce
trafic toute l'horreur qu'il doit inspirer; mais depuis la publication
des faits authentiques consignés dans les Ouvrages de Clarkson, de
Froissard, etc., on ne peut plus regarder la Traite des esclaves que
comme un tissu d'atrocités. Que le Lecteur qui n'en sera pas encore
convaincu, lise ces Ouvrages avant d'aller plus loin.]

_Qu'importe que nous soyons injustes & barbares, pourvu que nous nous
enrichissions?_ Voilà en peu de mots à quoi on peut ramener toutes les
raisons qu'on apporte pour soutenir ce commerce; mais si ce n'est pas
seulement une injustice, si c'est encore une erreur; si ce commerce loin
d'être profitable n'est que nuisible aux intérêts de la Nation, que
deviendra l'unique argument avec lequel on prétend en maintenir la
continuation?

§. 1. _Cette Traite considérée politiquement n'offre que des
désavantages._

1°. Elle corrompt les moeurs d'une partie de notre Nation, en la
familiarisant avec des actions féroces, en y faisant concourir plusieurs
sujets à qui on finit par faire regarder ces actions comme légitimes;
en accoutumant un nombre de personnes à spéculer leur fortune sur la
destruction de l'espèce humaine.

2°. Elle ne procure des bras aux cultures des Colonies qu'en faisant
périr par les guerres, par les injustices, par les duretés des
traversées, par les mauvais traitemens, & par le désespoir, beaucoup
plus de Nègres que nous n'en acquérons.

3°. Ce commerce est plus nuisible que profitable à ses Armateurs; ce qui
s'explique en disant que si on voit quelques voyages lucratifs, le plus
grand nombre n'offre que des pertes; & ces pertes seroient bien plus
apparentes, si elles n'étoient souvent compensées par des profits
accessoires, sur les marchandises d'Europe, sur les achats de poudre
d'or, d'ivoire, etc., sur les achats & frets de denrées Coloniales en
retour.

4°. Ce commerce est ruineux à l'État par les primes & encouragemens
pécuniaires très-exorbitans que le Gouvernement a cru nécessaire de
donner à ses spéculateurs, primes dont la dépense s'éleveroit au moins à
4 millions par an, si elles obtenoient complettement leur effet desiré:
nouvelle preuve que ce commerce est plus onéreux que profitable.

5°. La Traite des Noirs est nuisible à la Marine & à la Navigation par
la perte qui en résulte d'un grand nombre de Matelots; puisqu'il est
démontré qu'il périt dix ou douze fois plus de Matelots à proportion
dans les Voyages de cette espèce, que dans les autres navigations,
pertes presque uniquement occasionnées par le mauvais air, la mauvaise
nourriture, & les autres circonstances destructives qui existent
nécessairement dans les Vaisseaux Négriers.

6°. Ce commerce est encore d'une mauvaise politique, parce qu'il nous
fait délaisser plusieurs branches de spéculations intéressantes sur
divers produits de l'Afrique; qu'il s'oppose à nous faire connoître
l'intérieur & les ressources de ce Continent, même la plus petite partie
de ses côtes que nous ne connoissons que sous un rapport infâme; que ce
commerce d'esclaves nous fait ainsi dédaigner & ignorer une des vastes
parties du monde, & la plus à notre portée.

7°. La Traite des Esclaves est une honte à l'humanité, une tache à
notre Nation, une contradiction ouverte avec nos principes & notre
constitution.

Il est remarquable que la loi abusive de commerce qui a autorisé
l'esclavage dans nos Colonies n'a permis de traiter des Noirs que depuis
tel Cap jusqu'à tel autre dans la côte d'Afrique; que ce qui est permis
dans tel parage & dans telle latitude, redevient un crime dans un
autre canton; que le Gouvernement a puni sévèrement des Capitaines qui
s'étoient permis de prendre des Noirs à cheveux longs, des teints moins
basanés, dans d'autres lieux que ceux ordinaires de la Traite. Quel
droit avoit-on de plus sur les uns que sur les autres?

Il est bien remarquable encore que (par une de ces contradictions trop
communes dans l'esprit humain) les Hollandois ont un mépris singulier
pour une espèce d'hommes qui en Hollande recrutent & engagent des Blancs
pour leurs Colonies, les appelant _vendeurs d'ames_; & on ne s'est pas
apperçu qu'ils eussent jamais témoigné une opinion fâcheuse des agens de
la Traite des Noirs.

Il n'est que trop prouvé que c'est les Européens qui ont presque par
tout excité & encouragé le commerce des Esclaves; on a su de M. Poivre,
cet Administrateur humain & éclairé, qu'au commencement de ce siècle, ce
commerce & toutes les horreurs qui en sont les compagnes nécessaires ont
été introduits pour la première fois dans l'Isle de Madagascar, & que
l'esclavage étoit absolument inconnu des naturels du pays avant la
fréquentation des Européens.

§.2. _La suppression de la Traite des Noirs ne fera aucun tort aux
propriétaires d'habitations dans les Colonies._

1°. Il est connu qu'un nombre d'habitans se ruinent, & rendent leurs
libération & liquidation impossibles par les pertes qu'ils font de
Nègres nouveaux.

2°. Les Colons perdant ce moyen de recruter leurs Atteliers,
soigneroient davantage cette population; elle s'accroîtroit par un
régime plus humain & plus attentif: on le fait par l'expérience de
plusieurs habitations qui ont maintenu, augmenté même leur population
par le seul effet d'un traitement plus raisonnable sans avoir recours à
des achats de nouveaux esclaves.

Il est reconnu que le régime trop dur de l'esclavage, ou l'insouciance &
le mépris de l'humanité qui l'accompagnent si souvent, causent une perte
constante à la population des Nègres dans toutes les Colonies prises en
masse, & dans chacune en particulier, même là où l'esclavage est plus
modéré par la loi; tandis que ceux des habitans qui ont mis l'attention
convenable à encourager & conserver la population de leurs esclaves &
à modérer autant qu'il étoit en eux la loi de l'esclavage, l'ont vu
s'augmenter ou au moins se soutenir au même nombre. On en cite un qui
a doublé le nombre de ses esclaves en quatorze ans par sa propre
population.

3°. Si l'État économisait par an quatre millions de livres, de primes &
encouragemens qu'il donne ou propose aujourd'hui à la Traite des Noirs
pour la porter à toute l'étendue nécessaire aux remplacemens des pertes
d'esclaves, & au maintien des Colonies sous le régime de l'esclavage,
les Colons de leur côté épargneroient en masse vingt ou vingt-cinq
millions qu'ils dépensent annuellement en achats de Nègres nouveaux.

4°. Les moeurs des Colons, & de toute la partie de la Nation qui a des
rapports avec eux, ainsi que les moeurs des Nègres de nos Colonies,
gagneroient très-sensiblement à ce changement.

5°. Les travaux des habitations, leur population, & les Colonies en
général s'amélioreroient à toute sorte d'égards, n'étant plus composées
que de Nègres Créoles.

6°. Les Colonies seroient plus en sûreté, & mieux policées; elles
deviendroient d'un entretien moins coûteux par une forte diminution,
sinon la suppression totale, des dépenses de police, de justice, de
détachemens, de la Caisse des Nègres suppliciés ou tués en marronage,
des frais de géole, etc.

Il est donc certain que la Traite des Nègres est une barbarie qu'une
Nation policée ne peut raisonnablement continuer; il est prouvé qu'elle
nuit à beaucoup d'égards, & que sa suppression bien loin d'être
contraire aux Colonies, y ameneroit un meilleur ordre de choses, & plus
de prospérité: ces vérités semblent être établies en Angleterre où cet
objet est traité publiquement avec toute la force du raisonnement & la
générosité qui caractérisent les hommes choisis de cette Nation.

Mais l'intérêt & une politique mal entendue viennent leur opposer
diverses objections, dont une seule a besoin d'être combattue un moment.

«En supposant que la France & l'Angleterre abandonnassent ensemble le
commerce des esclaves, les autres Nations de l'Europe le continueroient
à notre détriment, les Espagnols qui ont ouvert leurs ports de
l'Amérique méridionale aux étrangers pour les engager à y porter des
esclaves, profiteroient de notre abandon pour peupler leurs Colonies:
les Américains y ont déjà porté plusieurs cargaisons de Nègres».

Sans admettre pour cela cette triste politique qui veut toujours ne
fonder notre prospérité que sur le dépérissement de nos voisins, on peut
répondre à cette objection:

Que si c'est bien fait d'abolir la Traite, si ce parti nous est
avantageux, les autres nous imiteront, ou ils auront tort de ne pas le
faire.

Que les Espagnols plus qu'aucune autre Nation, sont dans le cas de
perdre à cette mauvaise politique de peupler les Colonies de Nègres
nouveaux, tandis qu'ils négligeroient & opprimeroient cette immense
population d'indigènes dont ils pourroient tirer un parti avantageux par
la douceur & la modération, & par une sage administration;

Qu'il est très-raisonnable de penser que le parti pris à la fois par
l'Angleterre & par la France, de cesser la Traite des esclaves en
Afrique, & d'établir dans ces contrées d'autres moyens de commerce,
causera dans les idées de ces peuples une révolution qui rendra plus
difficile, ou même fera cesser la Traite des esclaves.--N'avons-nous pas
déjà vu un _Marabout_, Souverain Religieux de ces contrées, interdire
dans ses États, par esprit de morale & de religion, le commerce des
esclaves, en gréver le passage à travers ses terres par de forts droits
& péages. La raison peut être long-tems offusquée; mais quand elle
commence à se faire jour ses progrès sont rapides.



                       DEUXIÈME MOYEN.

           _Affranchissement des Esclaves Domestiques
                 & autres des Bourgs & Villes._

Puisque la politique & l'intérêt ne peuvent soutenir la nécessité
d'avoir des esclaves qu'en prétendant qu'ils sont indispensables aux
grandes cultures des Colonies, & à la fabrication du Sucre entr'autres,
on ne peut pas dire avec le moindre fondement que des Esclaves soient
nécessaires dans les Villes & Bourgs, au service domestique, au travail
des Boutiques & des Magasins, à assister les Ouvriers & Entrepreneurs.

Quel abus au contraire, qu'un Matelot parvenu, qu'un simple ouvrier, dès
qu'ils peuvent épargner 1000 à 1200 livres, soient à l'instant habiles à
posséder un autre homme ou femme en toute propriété, à les traiter avec
dédain, à s'en faire servir arbitrairement, à les accabler de coups au
moindre caprice, à les louer à d'autres pour en faire à leur gré? Quelle
indignité & quelle dégradation à la nature humaine, que cet usage, si
général dans les Villes & Bourgs des Colonies, pour la plupart
des Blancs, d'acheter des femmes, bien plus souvent dans des vues
méprisables, que pour le service domestique, de leur donner ensuite la
liberté pour récompense de leurs vices! ou (ce qui est encore pis) de
les revendre au moindre caprice ou mécontentement!

Loin que cette partie d'Esclaves serve au progrès & au maintien des
Colonies, il est aisé de voir qu'elle est infiniment nuisible à la
police, au bon ordre, & aux moeurs; qu'elle est destructive de la
population, & que ce sont autant de bras enlevés aux cultures.

Un premier pas très-essentiel à faire, après l'abolition de la Traite,
paroîtroit donc être celui de renvoyer à la culture, ou d'affranchir
sans exception quelconque, tous les Esclaves Domestiques, Journaliers,
Ouvriers & autres, des Villes & Bourgs.

Les Habitans gagneroient à cette disposition une augmentation de bras:
qu'arriveroit-il? des gens qui vivent uniquement dans les Villes, du
tribut qu'ils reçoivent de 2 ou 3 esclaves seroient obligés de les
revendre, ou de chercher avec eux dans la culture des moyens de
subsister. Quiconque connoît bien les Colonies, sait que la saine
Administration cherche toujours, mais sans succès, à diminuer le nombre
par-tout trop grand des Nègres de journées, comme très-nuisible à bien
des égards.

Les particuliers qui possèdent en propriété des domestiques loueroient
des affranchis: ils en seroient mieux servis; la plus grande cherté
en apparence de ce service, seroit qu'on auroit moins de serviteurs
inutiles, & ce seroit autant de bras rendus aux cultures. Mais,
dira-t-on, où trouver des domestiques libres? Il n'y a pas assez
d'affranchis à pouvoir prendre à gages.--Quand cette objection seroit
fondée, ce seroit un bien petit inconvénient du moment, auquel on
trouveroit bientôt le remede: & on entrevoit que cette disposition
procureroit des moyens honnêtes de substituer à la race des affranchis,
des Mulâtres & Métis libres des deux sexes, qui dans l'état actuel,
vivent pour la plupart d'une manière précaire & incertaine, dans la
nonchalance, l'oisiveté & le désordre.

Les Marchands qui, pour le transport de leurs ballots, bariques, &
effets, etc., louent des Nègres journaliers, ou en possèdent quelquefois
en propriété, ne perdroient rien à cette disposition: ils loueroient des
affranchis; & l'on ne peut douter que, puisque les Nègres esclaves se
louent pour rapporter l'argent qu'ils gagnent à leurs Maîtres, on ne les
louât encore bien plus facilement pour ces travaux & mouvemens, dans
l'état de liberté, & lorsque le profit leur appartiendroit en entier.
On n'auroit plus d'esclaves pour ces sortes de travaux; ceux qui en ont
actuellement les revendroient aux Colons cultivateurs; on réduiroit
le nombre des journaliers libres au strict nécessaire; & on ouvriroit
par-là une ressource honnête à la race des affranchis Mulâtres & Métis.

Ce Maçon, ce Charpentier, qui (parvenus par le travail de leurs mains
& leur industrie à posséder un, deux, ou plusieurs esclaves dont ils
forment leurs Atteliers) s'enrichissent & deviennent ensuite d'indolens
sybarites, & les égaux de ceux qui n'agueres les tenoient à leurs gages,
se retireroient s'ils se trouvoient assez riches, ou loueroient à titre
de journaliers des ouvriers pour les assister.

On ne verroit plus, comme par le passé, des ouvriers blancs devenir
aussi puissamment riches dans un petit nombre d'années; mais avec des
gains moins rapides ils conserveroient mieux leur activité & leur
industrie. Il se formeroit des ouvriers excellens parmi les Nègres &
gens de couleur; il s'établiroit dans les Villes plusieurs familles
aisées d'Artisans & gens de tous métiers; & la population ne pourroit
qu'y gagner.

La faculté laissée, à ceux qui ne seroient pas assez riches, de donner
la liberté à leurs esclaves domestiques & ouvriers, ou de les revendre
aux Habitans cultivateurs, ou de les appliquer eux-mêmes à la culture,
empêcheroit que personne ne pût rien perdre à cette disposition.



                           TROISIÈME MOYEN.

                   _Affranchissement des Mulâtres_.

Si (comme on l'a dit, au moyen précédent) il ne faut des esclaves que
dans les habitations, il est bien reconnu que les Mulâtres & Métis ne
sont jamais, ou presque jamais, des esclaves attachés à la culture: il
faudra non-seulement par cette raison, mais encore dans des vues d'une
saine politique & d'une juste administration, affranchir toute la race
(du moins celle à naître) des Mulâtres & Métis.

Une des causes qui s'opposent essentiellement à l'accroissement de la
population des Noirs dans nos Colonies, c'est le libertinage effréné
d'où naît cette race bâtarde & vicieuse, déclarée esclave par cet
axiome: _partus sequitur ventrem_.

C'est bien encore ici que la législation des Colonies offre une de ces
incohérences si nécessairement résultantes de leur institution: car le
Législateur n'ayant eu intention de vouer à l'esclavage que la race
noire à cheveux crépus, celle qui sort directement de la côte d'Afrique,
a déclaré libres les Nègres à cheveux longs, & autres Indiens, il a
affranchis tous les Mulâtres & sang-mêlés provenans de race Indienne; il
auroit du, en suivant les mêmes principes, reconnoître comme libres les
Mulâtres proprement dits qui sont démontrés physiquement être issus d'un
pere libre, quoique la mere soit esclave.

Il arrive, par les dispositions actuelles de cette loi, que l'enfant
bâtard d'une femme Indienne avec un Nègre esclave est déclaré libre,
tandis que celui d'un Blanc avec une Négresse est toujours esclave,
lorsque sa mère l'est. Il convient de faire cesser cette contradiction:
en le faisant on changeroit la maniere d'être toujours vicieuse des
Mulâtres & Métis dans leur état actuel: car cette caste (qui joint
presque généralement aux vices de son origine l'insolence & la paresse
occasionnés par une sotte vanité qu'ils tirent de leur issue d'un Blanc)
est par-tout peu propre à remplir les devoirs ordinaires des esclaves;
& sur-tout aux travaux d'habitations, étant mêlés avec les Noirs. Les
inconvéniens de leur institution, leur manque d'éducation, de principes
& de moeurs, leur abrutissement & leur libertinage presque sans
exception, font que bien rarement on y trouve des sujets utiles, même
lorsqu'ils sont parvenus à l'état de liberté.

En déclarant libres les Mulâtres à naître à l'avenir, le Législateur
préviendra par-là en grande partie, le libertinage dont on se plaint;
tout Habitant propriétaire d'esclaves, évitera par tous les moyens en
son pouvoir que ses femmes esclaves aient fréquentation avec des Blancs,
dans la crainte de voir naître des enfans qui ne devront plus lui
appartenir: il cherchera à encourager les mariages entre Noirs & à
augmenter & favoriser sa propre population. Plus de tranquillité & de
bon ordre dans les ménages Nègres concourra très-sensiblement à ce but
désirable; & si, par suite nécessaire des passions & de la foiblesse
humaine, il y a encore, après ce parti pris, des fréquentations de
Blancs avec des Négresses, les cas deviendront beaucoup plus rares, les
enfans qui en proviendront, devenant par leur état de bâtards libres,
les enfans de l'État, seront instruits & élevés par les soins de
l'Administration, à défaut de ceux de leurs pères naturels: ils
donneront pour la plupart des sujets aux divers métiers & talens utiles,
à la Culture, à la Navigation; on les verra s'établir convenablement
avec des femmes de même espèce, dont l'éducation auroit été plus soignée
dans ces vues.

Cette proposition étant le produit de mes propres réflexions, j'ai
trouvé qu'un ancien Administrateur des Colonies dont la mémoire est
considérée avoit eu cette même idée: je l'ai trouvée encore dans un
excellent Auteur Anglois, dont je rapporterai ici un passage.

«Je ne vois pas qu'il puisse résulter aucun inconvénient de
l'affranchissement de tout enfant mulâtre: on peut objecter à cette
proposition, qu'elle tendroit à encourager le commerce illégitime des
Blancs avec les Négresses, dont je viens de montrer les mauvais effets.
Je réponds que l'affranchissement des Mulâtres feroit bien plutôt dans
le cas de réprimer cette fréquentation, par la raison que, dans la
position actuelle, les Habitans voient avec indifférence naître des
Mulâtres sur leurs habitations, bien assurés que ce seront pour eux des
esclaves de plus pour leurs travaux, ou qu'ils en retireront un bon
prix, en les vendant à leurs pères naturels, qui le plus souvent
cherchent à les racheter. J'ajouterai qu'au contraire ces habitans
chercheront le plus qu'ils pourront à décourager les fréquentations des
Blancs avec leurs Négresses, dès qu'ils verront que leur intérêt ne
s'y trouve pas; & qu'alors ils emploieront tous leurs efforts pour
multiplier sur leurs possessions, la race noire sans mélange».



                             QUATRIEME MOYEN.

                   _Établissement d'une Régie humaine
                    & uniforme dans les Habitations._

L'adoption des trois Moyens précédens, tendant évidemment au bon ordre
des Colonies, à leur sûreté & à l'augmentation de leur population, ne
fera rien perdre à aucun de leurs propriétaires.

Laissant subsister toutes les habitations dans leurs travaux &
Manufactures actuelles, avec la police qui convient aux divers Atteliers
qui les composent; il faudroit que l'on s'occupât sérieusement d'y
établir par-tout avec uniformité, une législation bien réglée & bien
raisonnée qui n'auroit plus rien d'arbitraire, & par laquelle on
assureroit l'ordre des travaux & l'exactitude de la discipline.

On demandera par qui sera établie cette législation? Si les Colons
(affranchis des entraves dont ils se plaignent, jouissant des droits
de Citoyens & de propriétaires) avoient des Assemblées Coloniales bien
composées, le choix de chaque Colonie; si l'Administration qui est à
leur tête avoit toujours une marche assurée constante & éclairée,
il n'est point chimérique de penser que ces Assemblées elles-mêmes
proposeroient ces Règlemens de police & cette législation humaine &
uniforme qui conviendroit à toutes les habitations, & auxquels chacun
seroit tenu de se conformer; d'où résulteroit le plus grand bien de
chacun en particulier, & celui de chaque Colonie en général.

Avant nous, les Anglois ont agité ces projets de Règlement dans leurs
Colonies: dès l'année dernière, un de leurs respectables habitans a
dit à la Jamaïque sur ce sujet, ces paroles mémorables: «Nous avons le
pouvoir d'augmenter le bonheur de 250 mille hommes dont le travail nous
procure notre subsistance journalière; nous avons la faculté de former
pour ainsi dire une nouvelle création: quel objet plus noble pourra
jamais échauffer notre zèle, & l'inclination naturelle qui nous porte
vers la bienfaisance? En considérant même les choses relativement à
notre intérêt personnel, il est bien certain que l'homme humain est
encore le meilleur politique: ainsi en cédant à l'impulsion de notre
coeur, nous ajouterons à la prospérité de nos possessions, l'approbation
des hommes, & les bénédictions du Ciel».

C'est aussi l'année dernière que les Habitans de la Grenade ont établi
dans leur Assemblée Coloniale, des Règlemens de police intérieure, & une
législation en faveur des Esclaves, avec ce préambule bien sage de leur
acte du 4 Novembre 1788. «Que la nécessité de l'importation des Nègres
cessera du moment où ils seront traités avec humanité, où ils ne seront
plus accablés par les travaux excessifs, & où on aura égard aux loix de
la nature dans l'union des sexes.

«Comme les loix qui ont été jusqu'à présent promulguées pour la
protection des Esclaves, ont été trouvées insuffisantes; & comme
l'humanité, ainsi que l'intérêt de la Colonie, exigent de rendre
l'esclavage supportable, autant qu'il sera possible; afin de contribuer
à la population des Nègres, seul moyen de supprimer avec le tems la
nécessité de leur importation des côtes d'Afrique.

«Et vu qu'on ne sauroit atteindre un but aussi désirable qu'en fixant
des bornes raisonnables au pouvoir des Maîtres, & des personnes chargées
de surveiller les esclaves, soit en les obligeant à leur fournir le
logement, la nourriture & le vêtement d'une maniere convenable, soit
en leur procurant la connoissance & l'instruction de la Religion
Chrétienne, en s'occupant essentiellement de la perfection des moeurs,
en les engageant à contracter des mariages légitimes, & en les y
protégeant, & en respectant les droits de cet Etat. Pour les raisons
ci-dessus spécifiées, etc.»

Sans donner le détail des Règlemens, qui sont la suite de cet acte
colonial, ni exposer ici de ce qu'on pourroit faire de mieux à cet
égard, en cherchant avec raison & humanité l'exécution des vues
exprimées ci-dessus, il suffit de montrer par ces deux exemples: que les
Colons ont senti en corps législatif que l'intérêt des habitans exigeoit
une pareille législation; que cette législation étoit nécessaire
pour maintenir & accroître la population, & pour supprimer par-là
l'importation des Noirs de la côte d'Afrique, aussi pour le plus grand
avantage des habitans.

La législation ou police de l'habitation ainsi arrêtée & écrite, seroit
lue & publiée parmi les Atteliers, & renouvellée de tems en tems. Il y
seroit pourvu avec certitude à la nourriture des Nègres (substantielle &
en nature, au moins suivant le voeu du Code noir qui n'est presque nulle
part bien suivi); à leur habillement, à leur logement: on assureroit la
propriété de leurs jardins, volailles & basse-cour; on pourvoiroit à
leur traitement en maladie, au soulagement des vieillards & infirmes,
aux soins nécessaires aux femmes enceintes, aux nourrices & aux enfans,
au maintien des bonnes moeurs, à l'instruction de la jeunesse, au bon
ordre dans les familles, etc.

En même-tems, l'ordre, la police & les heures des travaux y seroient
fixés, de même que la subordination: les fautes légères seroient punies,
après que le coupable auroit été entendu, en présence des plus sages &
des anciens de l'habitation; mais par d'autres moyens que le fouet de
poste dont on ne peut se dissimuler la barbarie. Les crimes seroient
renvoyés aux Juges ordinaires, & punis par la loi: il y auroit aussi des
récompenses pour les actions vertueuses & distinguées.

Certainement bien loin qu'aucune habitation fût dérangée par ces
dispositions, il n'est pas une personne sensée qui puisse dire que les
Colons ne gagnassent infiniment à cette amélioration dans le Régime des
Noirs, par leur attachement & leur bonne volonté au travail.

Ce parti pris & consolidé, on ajoutera ici qu'il conviendroit de changer
dès-lors la dénomination d'esclaves, & d'esclavage, ce seroit en vain
qu'on auroit réformé la chose; elle paroîtroit toujours odieuse, elle
tendroit à le redevenir, si on laissoit subsister un nom réprouvé.

En effet dans l'état raisonnable & modéré, préparé pour les Cultivateurs
noirs, par de sages Règlemens, rien d'arbitraire, ni de barbare
n'existant plus dans leur traitement, connoissant par ces loix écrites,
leurs droits & leurs obligations, ils ne seroient déjà plus esclaves
proprement dits; ce seroit des vassaux attachés à la glèbe, assujettis à
travailler comme auparavant pour leur Propriétaire.



                            CINQUIÈME MOYEN.

               _Gratification d'un dixième des produits._


Après avoir ainsi réglé d'une manière qui cesseroit d'être arbitraire,
la discipline des Atteliers, on promettroit à ces vassaux, un
encouragement à bien faire & à travailler avec zèle, qui seroit une part
dans les revenus de l'habitation, part d'abord petite, & seulement d'un
dixième des produits nets.

Il est plus que probable que ce sacrifice apparent de l'abandon d'une
partie des revenus par le propriétaire les soutiendra au moins au
même taux, parce que l'intérêt que les Noirs y auront, les excitera à
travailler avec la meilleure volonté, à concourir avec zèle aux progrès
des plantations, & à l'exploitation des denrées, à empêcher les vols,
les pertes de tems, & les divers abus que le régime dur de l'esclavage
multiplie.

Quel être tant soit peu dégagé des préjugés qui aveuglent la plupart des
Colons, pourra croire que les habitations en particulier & les Colonies
en général, puissent obtenir un degré de prospérité proportionné au
nombre de leur population, jusqu'à ce que leurs Cultivateurs, intéressés
au produit de leurs propres travaux & à l'augmentation des récoltes, y
portent un zèle qu'il seroit absurde d'attendre d'une sorte de troupeaux
gouvernés à coups de fouets, & dont le seul espoir consiste en quelques
heures de repos, & à éviter les châtimens.

Si on pouvoit douter de l'effet de cette gratification, je dirois que
j'en ai fait l'épreuve avec le plus grand succès.



                           SIXIEME MOYEN.

              _Augmentation successive de gratification,
                  ou part dans les revenus, accordée
                       aux Nègres cultivateurs_.

Quand on auroit vu, par l'expérience d'une année ou deux, que l'Attelier
se seroit bien comporté sous ce nouveau plan de conduite; que ce dixième
des produits donnés aux Noirs en gratification auroit obtenu l'effet
qu'on s'en étoit promis; que les Habitations n'en auroient pas dépéri,
bien au contraire; on augmenteroit cette gratification que l'on
porteroit l'année suivante à un neuvieme des produits nets, pour
éprouver encore si par ce sacrifice les revenus se soutiendroient au
même taux pour le propriétaire.

Comme on ne doute pas de l'effet, on assure ici que cette gratification
ou part dans les revenus accordée aux Nègres pourra être augmentée
d'année en année, & portée successivement à un huitième, à un septième,
à un sixième, à un cinquième, à un quart & enfin à un tiers des revenus
nets, & que ce sera sans que le propriétaire lui-même éprouve une
diminution. Ce tiers accordé aux vassaux ne feroit qu'assurer davantage
ses propres revenus, & les exportations de la Colonie augmenteroient de
ce tiers au moins qui seroit mis de plus dans la masse du commerce.
Le commerce d'importation augmenteroit en même proportion par les
consommations que seroient les Nègres jouissant alors d'une petite
aisance: & cette population si mal traitée jusqu'à présent commenceroit
à voir le bonheur à sa portée, & à aimer ses Maîtres.



                            SEPTIÈME MOYEN.

                        _Nouveau Code Colonial._

On juge que les diverses gradations indiquées dans les moyens
précédemment donnés, pourront exiger un espace au moins de neuf ans.

La dixième année, (ou aussi-tôt que cette expérience auroit été bien
constatée, & que les bons effets de ce régime seroient reconnus) on
consolideroit cet arrangement par une législation ou contrat qui
regleroit avec équité les droits des propriétaires & ceux des vassaux,
par un nouveau code colonial substitué au code noir, loi de dureté &
fondée sur un principe barbare qui ne peut plus subsister. Ce n'est pas
ici le lieu de donner là dessus un plus grand détail: il suffit que
les âmes honnêtes (& il y en a sans doute parmi les Colons) soient
convaincues que ce qu'on leur propose n'est ni impossible, ni nuisible à
leurs intérêts.



                          HUITIÈME MOYEN.

                Affranchissement successif & entier
                     des Familles de Noirs, &
              formation de propriétés particulières._

Il est aisé de concevoir qu'en adoptant successivement les moyens qu'on
vient d'exposer rapidement, aucune grande propriété ne seroit dérangée;
que la population augmenteroit sous un régime plus humain; que des
familles créoles & anciennes des vassaux, se racheteroient de tems en
tems de cette espèce de servitude de la glèbe, substituée dans les
premiers tems à l'esclavage. Cet heureux changement se seroit opéré sans
causer de choc ni de commotion; ces vassaux se seroient accoutumés
petit à petit, & comme insensiblement, à une certaine aisance & à une
existence meilleure fondées sur leur bonne conduite, leur activité &
leur industrie: il ne se seroit fait aucune révolution trop subite dans
leurs idées qui pût faire craindre aucuns mauvais effets, puisque les
premiers moyens ne sont que des grâces accordées conditionnellement &
que le Maître auroit toujours pu retirer, dans le cas où les Nègres s'en
fussent rendus indignes.

Les familles qui de bon accord auroient fait sur leurs profits les
épargnes suffisantes pour se racheter, auroient par-là fait preuve de
leur capacité & de la bonne conduite dont ils seroient capables dans
l'état de liberté: Elles se racheteroient, soit par une somme une fois
payée, soit par une redevance annuelle.

Ces émigrations successives de vassaux affranchis, qui sortiroient ainsi
des grandes habitations pour former de petites propriétés par familles,
seroient amplement remplacées dans les habitations par l'accroissement
immanquable de leur population. Les revenus de ces grands établissemens
augmenteroient même à mesure de ces affranchissemens par les cens
ou redevances modérées dont le propriétaire conviendroit avec eux,
sanctionné par la loi, ou par le remboursement d'argent.

Ces familles affranchies établiroient, sur les terreins que leur
auroit concédés le propriétaire, ou le Gouvernement, des _huttes_
(ou ménageries de gros & de menu bétail) des places à vivres, des
plantations de coton, de café, de cacao, d'indigo, de tabac; ils
exerceroient des arts & métiers dans la Colonie, etc.; & on ne voit
point impossible, quand ces affranchissemens auroient assez augmenté,
qu'il s'établît de nouvelles Sucreries par des associations faites
entr'eux.

Il semble qu'un régime si évidemment prospère pour le Colon & pour le
Cultivateur Nègre, tendant à l'avancement des Colonies, devroit être
saisi avec empressement par tous les Colons. On a lieu de croire qu'il
le seroit en effet par quelques-uns; mais le plus grand nombre des
personnes qui possèdent des biens dans les Colonies n'est pas de cette
trempe, & se laisse entraîner par une routine établie & un usage
héréditaire. S'il n'y avoit dans les Colonies que de grands
propriétaires, que des gens raisonnables & humains pour posséder les
esclaves & les diriger, le sort des Noirs étant par-tout semblable
à celui qu'on cite par exception sur quelques habitations sagement
conduites, il seroit facile de persuader à ces personnes choisies de
faire un pas de plus vers l'amélioration du sort de leurs Cultivateurs;
elles sentiroient aisément que ce n'est pas tout faire que de les
nourrir & de les soigner, que l'activité, le bon ordre & les revenus
augmenteroient infailliblement en les y intéressant; ces personnes
tenteroient volontiers l'expérience que je viens d'indiquer, & je suis
plus que persuadé que la tentative suffiroit pour obtenir une réussite
complette. Mais les Colonies sont en grande partie composées (quant
à leur population blanche) de gens étrangers à la terre, qui y sont
impatiemment, affectant même du dégoût pour ce séjour & le desir de
le quitter, gens le plus souvent sans éducation, sans moeurs, sans
instruction: tous sont habiles à posséder des esclaves; mais il s'en
faut de beaucoup que tous aient les idées par lesquelles des hommes
doivent être gouvernés: n'étant là qu'avec le projet de faire une
fortune rapide & de s'en aller le plutôt possible en jouir en Europe,
tout ce qui peut accélérer leur fortune, ou y concourir, leur paroît bon
& légitime, & tout ce qui retarde ou empêche leurs profits, leur semble
un crime: les esclaves sont leur principal, presque leur unique moyen de
fortune, prêts à les revendre, ils ne s'attachent jamais à eux, ni ne
s'inquiettent d'autre chose que de tirer d'eux tout le travail possible.
Ce n'est pas de cette espèce inférieure, qui forme le plus grand nombre,
que l'on doit attendre aucune amélioration. On ne doit pas se dissimuler
d'ailleurs que le préjugé généralement répandu dans les grandes Colonies
résistera long-tems à cette révolution, que l'intérêt particulier & mal
raisonné du moment se trouvera sans cesse en opposition avec l'intérêt
général & plus solide de l'avenir.

On aura encore à vaincre le préjugé de la plupart des personnes qui ont
influence dans cette administration, parmi lesquelles il existe une
persuasion assez générale que l'esclavage est essentiellement nécessaire
à l'existence & à la prospérité des Colonies, & que la Traite des Noirs
est indispensable au maintien & à l'accroissement de leur population.

En supposant que quelques personnes plus éclairées & plus sensibles
tentent, en adoptant ces idées, de faire quelques essais particuliers
d'amélioration au sort des Noirs, & d'accroissement à leur population,
il en résultera pour eux-mêmes & pour le Gouvernement beaucoup de bien:
mais ces exemples, partiels & bornés au plus petit nombre, ne pourront
obtenir complettement leur effet, tant qu'ils seront en opposition
directe & en exception au régime établi par la loi; & le système actuel
de l'Administration & de la législation Coloniale, résisteroit à
l'entier développement de ce régime de liberté, jusqu'à ce qu'il fût
adopté par tous; ce dont on peut difficilement se flatter.

D'après toutes ces considérations, on pense qu'il seroit beau &
intéressant de voir les Nations qui possèdent des isles à Sucre (&
sur-tout la France l'Angleterre qui ont des terreins à leur disposition,
lesquels n'ont pas encore été établis) faire de nouveaux établissemens
dans des contrées où l'esclavage n'a point encore été introduit, dans
les vues de prouver aux Colons qu'il est possible de faire du Sucre &
toutes les autres denrées coloniales, sans tenir les hommes sous le joug
arbitraire de l'esclavage.

Qui peut douter en effet que si, dans le quinzième siècle, on eût
ménagé, civilisé & instruit ce million d'hommes que l'on dit avoir
été trouvés dans l'Isle d'Haiti (à présent Saint-Domingue) lors de sa
découverte; si on se fût attaché ce peuple doux & hospitalier au lieu de
le détruire, si on lui eût joint avec précautions, mesure & politique,
des émigrations de gens de métiers & de talens; si on en eût agi de même
à l'égard des Caraïbes des Antilles & autres pays de l'Amérique, si on
eût établi dans nos Colonies une législation sage & humaine, sans jamais
songer à ce moyen odieux de l'esclavage; qui peut douter, dis-je, que
Saint-Domingue n'eût pu être, sous cette forme différente, bien plus
peuplée & plus productive qu'elle ne l'est avec ses 500 mille Noirs
esclaves? & les autres Colonies n'auroient-elles pas pu prospérer de
même par les mêmes moyens.

Qu'il me soit permis de citer ici un passage d'un ouvrage estimé sur les
affaires actuelles, attribué à un Prélat du premier mérite, où cette
même idée est exposée, à la suite d'un raisonnement court & concluant
sur l'esclavage.

«Dans nos possessions d'Amérique, on pourroit dès ce moment choisir
quelque Canton, ou une isle, pour y établir des propriétés & des
Cultivateurs libres: il ne faudroit pas trop écouter les Colons, car
ils raisonnent sûrement comme raisonnoient nos ancêtres dans le dixième
siècle».



                           _CONCLUSION._

L'Esclavage est une institution vicieuse & injuste; la Traite des Noirs
est une barbarie encore plus condamnable.

Que les Colonies se maintiennent & que l'esclavage s'y conserve encore
quelque-tems, puisqu'il n'est que trop vrai qu'il ne peut disparoître
que par gradations, à moins de causer des pertes aux Colons & du danger
à nos établissemens; mais il faut proscrire dans l'instant la Traite.

Il eût été possible aux Fondateurs de nos Colonies de les cultiver sans
réduire leurs Cultivateurs en esclavage: ils surprirent un loi odieuse à
la Religion des Souverains pour autoriser l'esclavage dans nos Colonies,
en donnant une fonction à la Traite des esclaves qui est un tissu de
brigandages: nous jouissons de leur ouvrage; mais si nous voulons en
jouir sans remords, améliorons le sort de ces victimes de la cupidité, &
cessons désormais d'en augmenter le nombre.

A mesure que les Colons se prêteront à ces vues d'ordre de d'humanité,
en paroissant faire le plus noble des sacrifices, ils feront leur
propre avantage; on verra résulter plus de prospérité aux Colonies & au
Commerce National; on y éprouvera plus de tranquillité, plus de sûreté,
une augmentation constante à la population de ces établissemens, sans
employer aucuns moyens forcés, ni contraires à nos principes: il ne faut
pour s'en convaincre que se représenter cette vérité si reconnue, que la
population croît sensiblement par-tout où se trouvent le bonheur & les
subsistances.



_Envoi à MM. les Députés de la Nation._

O! vous, l'élite de la plus belle Nation & de la plus généreuse,
assemblés en présence de l'univers pour réparer les maux de l'humanité
souffrante, pour soutenir le foible contre l'opression du fort, pour
faire jouir les pauvres du sacrifice des riches! daignez vous occuper un
instant du sort de 500 mille Cultivateurs qui font partie des sujets
de ce vaste empire, qui vous procurent par leurs travaux des denrées
agréables & utiles, qui fournissent des moyens considérables au Commerce
& l'activité Nationale, qui en donneront encore bien davantage, si leur
industrie est encouragée & leur population soignée & ménagée; ils vivent
sous le Gouvernement François, & cependant, par un abus injustifiable,
ils sont soumis à une loi qui est en contradiction avec vos moeurs,
votre Religion, vos principes constitutionnels; ils sont assujettis à
un régime arbitraire duquel rien ne peut les délivrer que l'autorité
souveraine qui les y a condamnés: sans amis, sans défenseurs, sans
magistrats[2], n'ont-ils pas quelques droits à votre protection? Et
n'est-il pas bien certain que le Roi le plus humain & le mieux disposé
à bien faire sanctionnera avec empressement, ce que vous ferez en leur
faveur. Croyez que nul objet n'est plus digne de vos glorieux travaux
que la suppression de la Traite des Noirs, & la résolution prise
dès-à-présent de préparer les voies à celle de l'esclavage, par tous les
moyens graduels indiqués ici rapidement, ou tels autres, que la propre
disposition des propriétaires fera éclore successivement, encouragée par
l'autorité souveraine.

[Footnote 2: On peut dire avec vérité que les Nègres sont sans
défenseurs & sans magistrats, quoiqu'il y ait une forme de justice en
leur faveur; puisque ces Magistrats sont toujours à leur égard juges &
parties, puisque (dans les cas très-rares & qu'on évite le plus que l'on
peut, où les barbaries des Maîtres occasionnent des procédures en faveur
des esclaves) le témoignage des esclaves est sans valeur, & les jugemens
sont toujours guidés par le préjugé qui veut que les Blancs ne soient
pas compromis; & par conséquent le Blanc coupable est toujours ménagé.]



FIN





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Réflexions sur le sort des Noirs dans nos colonies" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home