Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de la Nouvelle-France - (Version 1617)
Author: Lescarbot, Marc
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Nouvelle-France - (Version 1617)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                            MARC LESCARBOT


                              HISTOIRE DE
                          LA NOUVELLE-FRANCE

Contenant les navigations, découvertes, & habitations faites par les
François és Indes Occidentales & Nouvelle-France, par commission de noz
Roys Tres-Chrétiens, & les diverses fortunes d'iceux en l'execution de
ces choses depuis cent ans jusques à hui.

_En quoy est comprise l'histoire Morale, Naturele, & Geographique des
provinces cy décrites: avec les Tables & Figures necessaires._

Par MARC LESCARBOT, Advocat en Parlement Témoin oculaire d'une partie
des choses ici récitées.

_Troisiesme Edition enrichie de plusieurs choses singulieres, outre la
suite de l'Histoire._

[Illustration]

                               A PARIS


                    Chez ADRIAN PERIER, ruë saint
                       Jacques, au Compas d'or

                        ______________________

                             M. DC. XVII

[Illustration]

                                AU ROY
                            TRES-CHRÉTIEN
                           DE FRANCE ET DE
                            NAVARRE LOUYS
                                XIII
                            Duc de Milan,
                      Comte d'Ast, Seigneur de
                               Genes.

Sire,
_Il y a deux choses principales, qui coutumierement excitent les Roys à
faire des conquétes, le zele de la gloire de Dieu, & l'accroissement de
la leur propre. En ce double sujet noz Roys vos preddecesseurs ont eté
dés y a long temps invités à étendre leur domination outre l'Ocean, & y
former à peu de frais des Empires nouveaux par des voyes justes &
legitimes. Ils y ont fait quelques depenses en divers lieux & saisons.
Mais aprés avoir découvert le païs on s'est contenté de cela, & le nom
François est tombé à mépris, non par faute d'hommes vertueux, qui
pouvoient le porter sur les ailes, des vents les plus hautains: mais par
les menées, artifices, & pratiques des ennemis de vôtre Coronne, qui ont
sceu gouverner les esprits de ceux qu'ils ont reconu pouvoir quelque
chose à l'avancement d'un tel affaire. Cependant l'Espagnol auparavant
foible, par nôtre nonchalance s'est rendu puissant en l'Orient & en
l'Occident, sans que nous ayons eu cette honorable ambition non de le
devancer, mais de le seconder; non de le seconder, mais de venger les
injures par eux faites à noz François, qui souz l'avoeu de noz Roys ont
voulu avoir part en l'heritage de ces terres nouvelles & immenses que
Dieu a presenté aux hommes de deça depuis environ six-vints ans. C'étoit
chose digne du feu Roy de glorieuse memoire vôtre pere, SIRE, de reparer
ces choses: mais ayant de hauts desseins pour le bien de la republique
Chrétienne, il avoit laissé à vos jeunes ans ces exercices, &
l'établissement d'un Royaume nouveau au nouveau monde, tandis que
par-deça il travailleroit à réunir les diverses religions, & mettre en
bonne intelligence les Princes Chrétiens entre eux fort partialisés. Or
la jalousie de ses ennemis lui ayant envié cette gloire, & à nous un tel
bien, on pourroit dire Que le fardeau que vous avez pris de
l'administration des Royaumes qui vous sont écheuz vous pese assez, sans
rechercher des occupations à plaisir & non necessaire. Mais, SIRE, je
trouve au contraire, que comme le grand Alexandre commença préque à
vôtre âge la conquéte du premier Empire du monde; Ainsi, que les
entreprises extraordinaires sont bien-seantes à vôtre Majesté, laquelle
depuis six mois a donné tant de preuves de sa prudence & de son courage,
que les cieux, en ont eté ravis, & la terre tellement étonnée, qu'il n'y
a celui d'entre les hommes qui ne vous admire, ayme & redoute
aujourd'hui, & ne vous juge capable de regir non ce que vous possedés,
mais tout l'univers. Cela étant, SIRE, & Dieu vous ayant departi si
abondamment ses graces, il les faut reconoitre par quelque action digne
d'un Roy tres-Chrétien, qui est de faire des Chrétiens, & amener à la
bergerie de Jesus-Christ les peuples d'outre mer qui ne sont encore à
aucun Prince assujétis, ou effacer de noz livres & de la memoire des
hommes ce nom de NOUVELLE-FRANCE, duquel en vain nous nous glorifions.
Vous ne manquerez, SIRE, de bons Capitaines sur les lieux s'il vous
plait les ayder & soutenir, & bailler les charges à ceux-là seuls qui
veulent habiter le païs. Mais, SIRE, il faut vouloir & commander, & ne
permettre qu'on revoque ce qui aura eté une fois accordé, comme on a
fait ci-devant à la ruine d'une si belle entreprise, que promettoit bien
tot l'établissement d'un nouveau Royaume aux terres de dela, & seroit
l'oeuvre aujourd'hui bien avancé, si l'envie & l'avarice de certaines
gens qui ne donneront point un coup d'epée pour vôtre service, ne l'eût
empeché. Le feu sieur de Poutrincourt Gentilhomme d'immortelle memoire
bruloit d'un immuable desir de Christianiser (ce qu'il avoit bien
commencé) les terres échuës à son lot: Et à cela il a toujours eté
traversé, comme aussi son fils ainé, qui habite le païs il y a dix ans,
n'ayans jamais trouvé que bien peu de support en chose si haute, si
Chrétienne, & qui n'appartient qu'à des Hercules Chrétiens. Les sieurs
de Monts & de Razilli font méme plainte à leur égard. Je laisse les
entreprises plus reculées de nôtre memoire és voyages de Jacques
Quartier, Villegagnon, & Laudonniere, en Canada, au Bresil, & en la
Floride. Quoy donc, SIRE, l'Espagnol se vantera-il que par-tout où le
soleil luit depuis son reveil jusques à son sommeil il a commandement;
Et vous premier Roy de la terre, fils ainé de l'Eglise, ne pourrez pas
dire le méme? Quoy? les anciens Grecs & Romains en leur paganisme
auront-ils eu cette loüange d'avoir civilisé beaucoup de nations, & chés
elles envoyé des grandes colonies à cet effect; Et nous nais en la
conoissance du vray Dieu, & sous une loy toute de charité, n'aurons pas
le zele, non de civiliser seulement, mais d'amener au chemin de salut
tant de peuples errans capables de toutes choses bonnes, qui sont
au-dela de l'Ocean sans Dieu, sans loy, sans religion, vivans en une
pitoyable ignorance? Quoy, SIRE, noz Roys voz grans ayeuls auront-ils
epuisé la France d'hommes & de tresors, & exposé leurs vies à la mort
pour conserver la religion aux peuples d'Orientaux; Et nous n'aurons pas
le méme zele à rendre Chrétiens ceux de l'Occident, qui nous donnent
volontairement leurs terres, & nous tendent les bras il y a cent ans
passez? Pourrons-nous trouver aucune excuse valable devant le throne de
Dieu quand ilz nous accuseront du peu de pitié que nous aurons eu d'eux,
& nous attribueront le defaut de leur conversion? Si nous ne sçavions
l'état auquel ilz sont, nous serions hors de reproche. Mais nous le
voyons, nous le trouvons, nous le sentons, & n'en avons aucun souci. Si
quelques gens nouveaux nous viennent d'Italie ou d'Espagne avec un
habit, ou un chant nouveau, nous allons au-devant, nous les embrassons,
nous les admirons, nous les faisons en un moment regorger de richesses.
Je ne blame point cela, SIRE, puis que les largesses des Roys n'ont
autres bornes que leur bon plaisir, & puis qu'en vôtre Royaume chacun
est maitre de son bien. Mais à la mienne volonté que l'on fit autant
d'état de l'oeuvre dont je parle, oeuvre sans pareil, qui devance de
bien loin tut ce qui se peut imaginer de pieté entre les exercice des
hommes. Une seule confiscation, un seul bon benefice, une seule somme de
cent mille écus comptée & nombrée (en plusieurs) depuis la mort du sieur
Roy vôtre pere, SIRE, à une Compagnie qui n'en avoit que faire, pouvoit
fournir à cela, & vous faire commander puissamment dedans la Zone
torride, & dehors, à l'Occident. Mais chacun veut tirer à soi, & tant
s'en faut qu'on vous remontre cela, qu'au contraire les effects nous
font croire que l'on tache partout tous moyens d'enerver & faire perdre
courage à ceux qui s'employent à des actions si genereuses, sans se
prendre garde qu'aujourd'hui il y va de vôtre Etat en ces affaires ici:
Et si nous attendons encore un siecle la France ne sera plus France,
mais le proye de l'étranger, qui nous sappe tous les jours, nous
debauche vos alliés, & se rend puissant à nôtre ruine en un monde
nouveau qui sera tout à lui. Et pour nous eblouïr on demande des tresors
tout appareillés en ces terres là, comme si la voye n'étoit point
ouverte à votre Majesté pour y entrer d'un Tropique à l'autre quand il
lui plaira: Comme si la gloire & force des Roys consistoit en autre
chose qu'en la multitude des hommes: Et comme si vôtre antique France
n'avoit pas de beaux tresors en ses blez, vins, bestiaux, toiles,
laines, pastel, & autres denrées qui lui sont propres: Qui sont aussi
les tresors à esperer de vôtre NOUVELLE-FRANCE plus voisine de nus,
laquelle dés si long temps telle qu'elle est, sustente de ses poissons
toute l'Europe tant par mer que par terre, & lui communique ses
pelleteries, d'où noz Terre-neuviers & Marchans tirent de bons profits._

SIRE, _s'il y a Roy au monde qui puisse & doive dominer sur la mer, & sur
la terre, c'est vous qui avés des peuples innumerables dont une partie
languissent faute d'occupation; Et n'étoit deux ou trois manieres de
gens qui abondent dans vôtre Royaume, en auriez beaucoup d'avantage, qui
ne seroient moins puissans à vous faire redouter aux extremitez de la
terre, que les vieux Gaullois, qui conquirent l'Asie & l'Italie, & y
occuperent des provinces appellées de leur nom: Et plus recentement
encor noz peres les premiers François, qui possedoient autant delà que
deçà le Rhin. Mais qui (outre ce) avés les ports pour l'Orient &
l'Occident à vôtre commandement: Plus les bois pour les vaisseaux; les
vivres, toiles, & cordages pour les fretter, en telle abondance, que
vous en fournissés les nations voisines de vôtre Royaume. Il y a
beaucoup d'autres choses à dire sur ce sujet, SIRE, dont je m'abstiens
quant à cette heure pour les representer à vôtre Majesté quand elle aura
consideré l'importance de ce que dessus, & donnera des témoignages
qu'elle veut serieusement entendre à ce qui est du bien de son service &
de la gloire de Dieu és terres de l'Occident. Ainsi Dieu vous vueille
inspirer, SIRE: Ainsi Dieu vous ayde & fortifie vôtre bras pour r'entrer
dans vôtre ancien heritage, & domter vos ennemis: Ainsi Dieu nous doint
voir bien-tot vôtre grandeur servie & obéïe par toute la terre: A quoy
je me reputeray glorieux de contribuer tout ce que doit un homme tel que
je suis,_

SIRE,

De vôtre Majesté

Tres-Humble, tres-obeissant,
& tres-fidele sujet.
MARC LESCARBOT
de Vervin.

[Illustration]



                                A
                        MONSEIGNEUR MESSIRE
                     PIERRE JEANNIN Chevalier,
                   Baron de Montjeu, Chagni, et
                  Dracy, Conseiller du Roy en ses
                  Conseils d'Estat, & Conterolleur
                      general de ses Finances.


MONSEIGNEUR,

Comme l'âge de l'homme commence par l'ignorance, & peu à peu l'esprit se
formant, par une studieuse recherche, pratique & experience, acquiert la
cognoissance des choses belles & relevées: Ainsi l'âge du monde, en son
enfance croit rude, agreste, & incivil, ayant peu de conoissance des
choses celestes & terrestes, & des sciences que les siecles suivans ont
depuis trouvées, & communiquées à la posterité: & y reste encore
beaucoup de choses à decouvrir, dont l'âge futur se glorifiera, comme
nous nous glorifions des choses trouvées de nôtre temps. C'est ainsi que
le siecle dernier a trouvé la Zone torride habitable, & la curiosité des
hommes a osé chercher & franchir les antipodes que plusieurs anciens
n'avoient sceu comprendre. Tout de méme en noz jours, le desir de
sçavoir a fait découvrir à noz François des terres & orées maritimes qui
onques n'avoient eté vuës des peuples de deçà. Témoins de ceci soient
les Souriquois, Etechemins, Armouchiquois, Iroquois, Montagnais du
Saguenay, & ceux que habitent par-delà le Saut de la grande riviere de
Canada, decouverts depuis un an, au lieu déquels les Hespagnols, &
Flamens ont couché sur leurs Tables geographiques des noms inventés à
plaisir: & le premier menteur en a tiré plusieurs autres aprés soi.
_Nemo enim_ (dit Seneque) _sibi tantum errat; sed alieni erroris causa &
author est, versatque nos & præcipitat traditus per manies error,
alienisque perimus exemplis._ Mais rien ne sert de chercher & decouvrir
des païs nouveaux au peril de tant de vies, si on ne tire fruit de cela.
Rien ne sert de qualifier une NOUVELLE-FRANCE, pour estre un nom en
l'air & en peinture seulement. Vous sçavés, Monseigneur, que noz Roys
ont fait plusieurs découvertes outre l'Ocean depuis cent ans en-çà, sans
que la Religion Chrétienne en ait esté avancée, ni qu'aucune utilité
leur en soit reüssie. La cause en est, que les uns se sont contentez
d'avoir veu, d'autres d'en ouir parler, & que jamais on n'a embrassé
serieusement ces affaires. Or maintenant nous sommes en un siecle
d'autre humeur. Car plusieurs pardeçà s'occuperoient volontiers à
l'innocente culture de la terre, s'ils avoient dequoy l'employer: &
d'autres exposeroient volontiers leurs vies pour la conversion des
peuples de delà. Mais il y faut au prealable établir la Republique,
d'autant que (comme disoit un bon & ancien Eveque) _Ecclesia est in
Republica, non Republica in Ecclesia._ Il faut donc premierement fonder
la republique, si l'on veut faire quelque avancement par-delà (car sans
la Republique l'Eglise ne peut étre) & y envoyer des colonies Françoises
pour civiliser les peuples qui y sont, & les rendre Chrétiens par leur
doctrine & exemple. Et puis que Dieu, Monseigneur vous a mis en lieu
eminent sur le grand theatre de la France pour voir & considerer ces
choses, & y apporter du secours: Vous qui aymez les belles entreprises
des voyages & navigations, aprés tant de services rendus à noz Roys,
faites encore valoir ce talent, & obligez ces peuples errans, mais toute
la Chrétienté, à prier Dieu pour vous, & benir vostre Nom eternellement,
voire à le graver en tous lieux dans les rochers, les arbres, & les
coeurs des hommes: Ce qu'ilz feront, si vous daignés apporter ce qui est
de vôtre credit & pouvoir pour chasser l'ignorance arriere d'eux, leur
ouvrir le chemin de salut, & faire conoitre les choses belles, tant
naturelles que surnaturelles de la terre & des cieux. En quoy je
n'épargneray jamais mon travail, s'il vous plait en cela (comme en toute
autre chose) honorer de voz commandemens celuy qu'il vous a pleu aymer
sans l'avoir veu: C'est,

MONSEIGNEUR,

Vôtre tres-humble &
tres-obeissant serviteur
MARC LESCARBOT.

[Illustration]



                              A LA FRANCE

BEL oeil de l'Univers, Ancienne nourrice des lettres & des armes,
Recours des affligez, Ferme appui de la Religion Chrétienne, Tres-chere
Mere, ce seroit vous faire tort de publier ce mien travail (chose qui
vous époinçonnera) souz vôtre nom, sans parler à vous, & vous en
declarer le sujet. Vos enfans (tres-honorée Mere) noz peres & majeurs
ont jadis par plusieurs siecles eté les maitres de la mer lors qu'ilz
portaient le nom de Gaullois, & vos François n'étoient reputez legitimes
si dés la naissance ilz ne sçavoient nager, & comme naturellement
marcher sur les eaux. Ils ont avec grande puissance occupé l'Asie. Ils y
ont planté leur nom, qui y est encore. Ils en ont fait de méme és païs
des Lusitaniens & Iberiens en l'Europe. Et aux siecles plus recens,
poussez d'un zele religieux & enflammé de pieté, ils ont encore porté
leurs armes & le nom François en l'Orient & au Midi, si bien qu'en ces
parties là qui dit François il dit Chrétien: & au rebours, qui dit
Chrétien Occidental & Romain, il dit François. Le premier Cæsar Empereur
& Dictateur vous donne cette louange d'avoir civilisé & rendu plus
humaines & sociables les nations voz voisines, comme les Allemagnes,
léquelles aujourd'huy sont remplies de villes, de peuples, & de
richesses. Bref les grans Evéques & Papes de Rome s'étant mis souz vôtre
aile en la persecution, y ont trouvé du repos: & les Empereurs mémes en
affaires difficiles n'ont dedaigné se soubmettre à la justice de votre
premier Parlement. Toutes ces choses sont marques de votre grandeur.
Mais si és premiers siecles vous avez commandé sur les eaux, si vous
avés imposé votre nom aux nations éloignées, si vous avés eté zelée pour
la Religion Chrétienne, & bref si vous avés apprivoisé les moeurs
farouches des peuples rustiques; il faut aujourd'hui reprendre les vieux
erremens en ce qui a esté laissé, & dilater les bornes de vôtre pieté,
justice, & civilité, en enseignant ces choses aux nations de la
Nouvelle-France, puis que l'occasion se presente de ce faire, & que vos
enfans reprennent le courage & la devotion de leurs peres. Que diray-je
ici? (tres-chere Mere) Je crains vous offenser si je di pour la Verité
que c'est chose honteuse aux Princes, Prelats, Seigneurs & peuples
tres-Chrétiens de souffrir vivre en ignorance, & préque comme bétes,
tant de creatures raisonnables formées à l'image de Dieu, léquelles
chacun sçait étre és grandes terres Occidentales d'outre l'Ocean.
L'Hespagnol s'est montré plus zelé que nous en cela, & nous a ravi la
palme de la navigation qui nous étoit propre. Il y a eu du profit. Mais
pourquoy lui enviera-on ce qu'il a bien acquis? Il a esté cruel. C'est
ce qui souille sa gloire, laquelle autrement seroit digne d'immortalité.
Depuis cinq ans le Sieur de Monts meu d'un beau desir & d'un grand
courage, a essayé de commencer une habitation en la Nouvelle-France, & a
continué jusques à present à ses dépens. En quoy faisant lui & ses
lieutenans ont humainement traité les peuples de ladite province. Aussi
aiment-ils les François universellement, & ne desirent rien plus que de
se conformer à nous en civilité, bonnes moeurs, et religion. Quoy donc,
n'aurons nous point de pitié d'eux, qui sont noz semblables? Les
lairrons-nous toujours perir à nos yeux, c'est à dire, le sçachant, sans
y apporter aucun remede? Il faut, il faut reprendre l'ancien exercice de
la marine, &faire une alliance du Levant avec le Ponant, de la France
Orientale avec l'Occidentale, & convertir tant de milliers d'hommes à
Dieu avant que la consommation du monde vienne, laquelle s'avance fort,
si les conjectures de quelques anciens Chrétiens sont veritables,
léquels ont estimé que comme Dieu a fait ce grand Tout en six journées,
aussi qu'au bout de six mille ans viendroit le temps de repos, auquel
sera le diable enchainé, & ne seduira plus les hommes. Ce qui se
rapporte à l'opinion des disciples & sectateurs d'Elie, léquels, (selon
les Talmudiste) on tenu que le monde seroit

                      DEUX MILLE ANS VAGUE [1]
                      DEUX MILLE ANS LOY
                      DEUX MILLE ANS MESSIE,

[Note 1: C'est à dire ni Loy, ni Messie.]

& que pour nos iniquitez, qui sont grandes, seront diminuées dédites
années autant qu'il en sera diminué.

Il vous faut, di-je (ô chere Mere) faire une alliance imitant le cours
du Soleil, lequel comme il porte chasque jour sa lumiere d'ici en la
Nouvelle-France: Ainsi, que continuellement votre civilité, vôtre
justice, vôtre pieté, bref votre lumiere se transporte là-méme par vos
enfans, léquels d'orenavant par la frequente navigation qu'ilz feront en
ces parties Occidentales seront appellés Enfans de la mer, qui sont
interpretés Enfans de l'Occident, selon la phraze Hebraïque, en la
prophétie d'Osée. Que s'ilz n'y trouvent les thresors d'Atabalippa &
d'autres, qui ont affriandé les Hespagnols & iceux attirés aux Indes
Occidentales, on n'y sera pourtant pauvre, ainsi cette province sera
digne d'étre dite vôtre fille, la transmigration des hommes de courage,
l'Academie des arts, & la retraite de ceux de vos enfans qui ne se
contenteront de leur fortune: déquels plusieurs faute d'estre employés,
vont és païs étrangers, où desja ils-ont enseigné les metiers qui vous
estoient anciennement particuliers. Mais au lieu de ce faire prenans la
route de la Nouvelle-France, ilz ne se debaucheront plus de l'obeïssance
de leur Prince naturel, & feront des negociations grandes sur les eaux,
léquelles negociations sont si propres aux parties du Ponant, qu'és
écrits des Prophetes, le mot de negociation [Hébreux] se prent aussi
pour l'Occident: & l'Occident & la Mer sont volontiers conjoints avec
les discours des richesses.

Plusieurs de lache coeur qui s'épouvantent la veuë des ondes, étonnent
les simples gens, disans (comme le Poëte Horace) qu'il vaut mieux
contempler de loin la fureur de Neptune:

            _Neptunum proculè terra spectare furentem,_

& qu'en la Nouvelle France n'y a nul plaisir. Il n'y a point les
violons, les masquarades, les danses, les palais, les villes, & les
beaux batiments de France. Mais à telles gens j'ay parlé en plusieurs
lieux de mon histoire. Et leur diray d'abondant que ce n'est à eux
qu'appartient la gloire d'établir au nom de Dieu parmi des peuples
errans qui n'en ont la conoissance: ni de fonder des Republiques
Chrétiennes & Françoises en un monde nouveau: ni de faire aucune chose
de vertu, qui puisse servir & donner courage à la posterité. Tels
faineans mesurans chacun à leur aune, ne sçachans faire valoir la terre,
& n'ayans aucun zele de Dieu, trouvent toutes choses grandes
impossibles: & qui les en voudroit croire jamais on ne feroit rien.

Tacite parlant de l'Allemagne, disoit d'elle tout de méme que ceux-là de
la Nouvelle-France: _Qui est_ (dit-il) _Celui, qui outre le danger d'une
mer effroyable & inconnuë, voudroit laisser l'Italie, l'Asie, ou
l'Afrique, pour l'Allemagne, où est un sol rigoureux, une terre informe
& triste soit en son aspect, soit en sa culture, si ce n'est à celui qui
y est nay?_ Cestui-là parloit en Payen, & comme un homme de qui
l'esperance étoit en la jouïssance des choses d'ici bas. Mais le
Chrétien marche d'un autre pié & a son but à ce qui regarde l'honneur de
Dieu, pour lequel tout exil lui est doux, tout travail lui sont delices
tous perils ne lui sont que jouëts. Pour n'y avoir des violons & autres
recreations en la Nouvelle-France, il n'y a encore lieu de se plaindre:
car il est fait aisé d'y en mener.

Mais ceux qui ont accoutumé de voir de beaux chateaux, villes & palais,
& se contenter de l'esprit de cette veuë, estiment la vie peu agreable
parmi les foréts, & un peuple nud: Pour auquels repondre je diray pour
certain, que s'il y avoit des villes ja fondées de grande antiquité il
m'y auroit point un poulce de terre au commandement des François, &
d'ailleurs les entrepreneurs de l'affaire n'y voudroient point aller
pour batir sur l'edifice d'autrui. D'abondant, qui est celui (s'il n'est
bien sot) qui n'aime mieux voir une forét qui est à lui, qu'un palais où
il n'a rien?

Les timides mettent encore une difficulté digne d'eux, qui est la
crainte des Pyrates: A quoy j'ay répondu au Traité de la Guerre: & diray
encore qu'à ceux qui marchent souz l'aile du Tout-puissant, & pour un
tel sujet que celui ci, voici que dit notre Dieu: _Ne craint point, ô
vermisseau de Jacob, petit troupeau d'Israël: Je t'aideray, dit le
Seigneur, & ton defenseur c'est le sainct d'Israël._

Et comme les hommes scrupuleux font des difficultez par tout: J'en ay
quelquefois veu qui ont mis en doute si on pouvoit justement occuper les
terres de la Nouvelle-France, & en dépoüiller les habitans: auquels ma
reponse a esté en peu de mots, que ces peuples sont semblables à celui
duquel est parlé en l'Evangile, lequel avoit serré le talent qui lui
avoit esté donné, dans un linge, au lieu de le faire profiter, & partant
lui fut oté. Et comme ainsi soit que Dieu le Createur ait donné la terre
à l'homme pour la posseder, il est bien certain que le premier tiltre de
possession doit appartenir aux enfans qui obeïssent à leur pere & le
reconnoissent, & qui sont comme les ainez de la maison de Dieu, tels que
sont les Chrétiens, auquels apparient le partage de la terre premier
qu'aux enfans desobeïssans, qui ont eté chassez de la maison, comme
indignes de l'heritage, & de ce qui en depend.

Je ne voudroy pourtant exterminer ces peuples ici, comme a fait
l'Hespagnol ceux des Indes Occidentales prenant le pretexte des
commandemens faits jadis à Josué, Gedeon, Saul, & autres combattans pour
le peuple de Dieu. Car nous sommes en la loy de grace, loy de douceur,
de pieté, & de misericorde, en laquelle nôtre Sauveur a dit, _Apprenez
de moy que je suis doux, & humble de coeur:_ Item, _Venés à moy vous
tous qui estes travaillés & chargés, et je vous soulageray_: Et ne dit
point: Je vous extermineray. Et puis, ces pauvres peuples Indiens
estoient sans defense au pris de ceux qui les ont ruiné: & n'ont pas
resisté comme ces peuples déquels la Sainte Ecriture fait mention. Et
d'ailleurs, que s'il falloit ruiner les peuples de conquéte, ce seroit
en vain que le méme Sauveur auroit dit à ses Apôtres: _Allez vous-en par
tout le monde, & prêchez l'Evangile à toute creature_.

La terre donc appartenant de droit divin aux enfans de Dieu, il n'est
ici question de recevoir le droit des Gents, & politique, par lequel ne
seroit loisible d'usurper la terre d'autrui. Ce qu'étant ainsi, il la
faut posseder en conservant ses naturels habitans, & y planter
serieusement le nom de Jesus-Christ & le vôtre, puis qu'aujourd'hui
plusieurs de vos enfans ont cette resolution immuable de l'habiter, & y
conduire leurs propres familles. Les sujets y sont assez grans pour y
attraire les hommes de courage & de vertu qui sont aiguillonnez de
quelque belle & honorable ambition d'étre des premiers courans à
l'immortalité par cette action l'une des plus grandes que les hommes se
puissent proposer. Et comme les poissons de la mer salée passent tous
les ans par le détroit de Constantinople à la mer du Pont Euxin (qui est
la mer Major) pour y frayer, & faire leurs petits, d'autant que là ilz
trouvent l'eau plus douce, ç cause de plusieurs fleuves qui se
déchargent en icelle: Ainsi: (tres-chere Mere) ceux d'entre vos enfans
qui voudront quitter cette mer salée pour aller boire les douces eaux du
Port Royal en la Nouvelle-France, trouveront là bien-tot (Dieu aydant)
une retraite tant agreable, qu'il leur prendra envie d'y aller peupler
la province & la remplir de generation.

                                                     M. LESCARBOT

[Illustration]

[Illustration]



                              SOMMAIRES
                            DES CHAPITRES
                  pour servir de Table des matieres
                     contenües en cette Histoire.

                            LIVRE PREMIER

Auquel sont décrits les voyages & navigations faites par Commission, &
aux dépens de noz Rois tres-Chrétiens FRANÇOIS I & CHARLES IX, en la
Terre neuve de la Floride, & Virginie par les Capitaines Verazzan,
Ribaut, Laudonniere, & Gourgues.

CHAPITRE I

ORIGINE _de la navigation. Motifs des decouvertes, qui se sont faites
depuis six vints ans. Voyages de nos François sur l'Ocean. Cause du peu
de fruit qu'on y a fait. Fausseté des Tables geographiques. Que le sujet
de cette histoire n'est à mépriser. Qualités louables des peuples qu'on
appelle sauvages._

CHAP. II

_Du nom_ de GAULLE, _Réfutation des Autheurs Grecs sur ce sujet. Noé
premier Gaullois. Les anciens Gaullois peres des Umbres en Italie. Bodin
refuté. Conquétes & navigations des vieux Gaullois. Loix marines,
justice, & victoires des Marseillois. Portugal. Navire de Paris.
Navigations des anciens François. Refroidissement en la navigation d'où
est venu. Lacheté de nôtre siecle. Richesses des Terres neuves._

CHAP. III

_Conjectures sur le peuplement des Indes Occidentales, & consequemment
de la Nouvelle-France comprise sous icelles._

CHAP. IV

_Limites de la Nouvelle-France: & sommaire du voyage de Jean Verazzan
Capitaine Florentin, en la Terre-neuve aujourd'hui dite la Floride, & en
toute cette côte jusques au quarantième degré: avec une briéve
description des peuples qui habitent ces contrées._

CHAP. V

_Voyage du Capitaine Jean Ribaut en la Floride: Les découvertes qu'il y
a faites, & la premiere demeure des Chrétiens et François en cette
Province._

CHAP. VI

_Retour du Capitaine Ribaut en France: Confederations des François avec
les chefs des Indiens: Feste d'iceux Indiens: Necessité de vivres:
Courtoisie des Indiens: Division des François: Mort du Capitaine
Albert._

CHAP. VII

_Election d'un Capitaine au lieu du Capitaine Albert. Difficulté de
retourner en France faute de navire: Secours des Indiens la dessus:
Retour: Etrange et cruele famine: Abord en Angleterre._

CHAP. VIII

_Voyage du Capitaine Laudonniere en la Floride dite Nouvelle-France: Son
arrivée à l'ile Sainct Dominique: puis en ladite province de la Floride:
Grand âge des Floridiens: Honeteté d'iceux: Batiment de la forteresse
des François._

CHAP. IX

_Navigation dans la riviere de May: Recit des Capitaines &_ Paraoustis
_qui sont dans les terres: Amour de vengeance: Ceremonies étranges des
Indiens pour reduire en memoire la mort de leurs peres._

CHAP. X

_Guerre entre les Indiens: Ceremonies avant que d'y aller: Humanité
envers les femmes & petits enfans: Leurs triomphes: Laudonniere
demandant quelques prisonniers est refusé: Etrange accident de tonnerre:
Simplicité des Indiens._

CHAP. XI

_Renvoy des prisonniers Indiens à leur Capitaine: Guerre entre deux
Capitaine Indiens: Victoire à l'aide des François: Conspiration contre
le Capitaine Laudonniere: Retour du Capitaine Bourdet en France._

CHAP. XII

_Autre diverses conspirations contre le Capitaine Laudonniere: & ce qui
en avint._

CHAP. XIII

_Ce que fit Laudonniere estant delivré de ses seditieux: Deux Hespagnols
reduits à la vie des Sauvages: Les discours qu'ils tindrent tant d'eux
mémes, que des peuples Indiens: Habitans de Serropé ravisseurs de
filles: Indiens dissimulateurs._

CHAP. XIV

_Comme Laudonniere fait provision de vivre: Découverte d'un Lac que l'on
pense aboutir à la mer du Su: Montagne de la Mine: Avarice des Sauvages:
Guerre: Victoire à l'aide des François._

CHAP. XV

_Grandes necessité de vivres entre les François accruë jusques à une
extreme famine: Guerre pour avoir la vie: Prise_ d'Outina: _Combat des
François contre les Sauvages: Façon de combattre d'iceux Sauvages._

CHAP. XVI

_Provision de mil: Arrivée de quatre navires Angloises: Reception du
Capitaine & general Anglois: Humanité & courtoisie d'icelui envers les
François._

CHAP. XVII

_Preparation du Capitaine Laudonniere pour retourner en France: Arrivée
du Capitaine Jean Ribaut: Calomnies contre Laudonniere: Navires
Hespagnoles ennemies: Deliberation sur leur venuë._

CHAP. XVIII

_Opiniatreté du Capitaine Ribaut: Prise du Fort des François: Retour en
France: Mort dudit Ribaut & des siens: Bref recit de quelques cruautés
Hespagnoles. Impossible de reduire les hommes à méme opinion._

CHAP. XIX

_Entreprise haute & genereuse du Capitaine Gourgues pour relever
l'honneur des François en la Floride: Renouvellement d'alliance avec les
Sauvages: Prise des deux plus petits Forts des Hespagnols._

CHAP. XX

_Hespagnol déguisé en Sauvage: Grande resolution d'un Indien: Approches
& prise du grand Fort: Demolition d'icelui, & des deux autres: Execution
des Hespagnols prisonniers: Regrets des Sauvages au partir des François:
Retour de Gourgues France: Et ce qui avint depuis._


                           LIVRE DEUXIÈME

Contenant les Voyages faits souz le Capitaine Villegagnon en la France
Antarctique du Bresil.

CHAP. I

_Entreprise du Sieur de Villegagnon pour aller au Bresil: Discours de
tout son voyage jusques à son arrivée en ce païs là: Fièvre pestilente
à-cause des eaux puantes: Maladies des François, & mort de quelques uns:
Zone Torride temperée: Multitude de Poissons: Ile de l'Ascension:
Arrivée au Bresil: Riviere de Ganabara: Fort des François._

CHAP. II

_Renvoy de l'un des navires en France: Expedition des Genevois pour
envoyer au Bresil: Conjuration contre Villegagnon: Découverte d'icelle:
Punition de quelques uns: Description du lieu & retraite des François:
Partement de l'escouade Genevoise._

CHAP. III

_Seconde navigation faite au Bresil aux dépens du Roy: Accident d'une
vague de mer: Discours des iles Canaries: Barbarie, païs fort bas:
Poissons volans, & autres, pris en mer: Tortuës merveilleuses._

CHAP. IV

_Passage de le Zone Torride: où navigation difficile: & pourquoy: Et sur
ce; Refutation des raisons de quelques autheurs: Route des Hespagnols au
Perou: De l'origine du flot de la mer: Vent oriental perpetuel sous la
ligne æquinoctiale: Origine & causes d'icelui, & des vents d'abas, & de
midi: Pluies puantes souz la Zone Torride: Effects d'icelles: Ligne
æquinoctiale pourquoy ainsi dite: Pourquoy sous icelle ne se voit ne
l'un ne l'autre Pole._

CHAP. V

_Découverte de la terre du Bresil:_ Margajas _quels peuples: Façon de
troquer avec les_ Ou-etacas _peuple le plus barbare de tous les autres:
Haute roche appellée l'Emeraude de_ Max-hé: _Cap de Frie: Arrivée des
François à la riviere de_ Ganabara, _où étoit Villegagnon._

CHAP. VI

_Comment le sieur du Pont exposa au sieur de Villegagnon la cause de sa
venuë & de ses compagnons: Reponse dudit Villegagnon: Et ce qui fut fait
au Fort de Colligni aprés l'arrivée des François._

CHAP. VII

_Ordre pour le fait de la Religion: Pourquoy Villegagnon a dissimulé sa
Religion: Sauvages amenez en France: Mariages celebrés en la France
Antarctique: Debats pour la Religion: Conspirations contre Villegagnon:
Rigueur d'icelui: Les Genevois se retirent d'avec lui: Question touchant
la celebration dela Cene à faute de pain & de vin._

CHAP. VIII

_Description de la riviere, ou Fort de_ Ganabara: _Ensemble de l'ile où
est le Fort de Colligni Ville-Henri de Thevet. Baleine dans le Port de_
Ganabara: _Baleine échouée._

CHAP. IX

_Famine extreme, & les effects d'icelle: Pourquoy on dit Rage de faim:
Découverte de la terre de Bretagne: Recepte pour s'affermir le ventre:
Procez contre les Genevois envoyé en France: Retour de Villegagnon._


                           LIVRE TROISIÈME

Auquel sont décrits les voyages, navigations, & découvertes, des
François dans les Golfes & grande riviere de Canada.

CHAP. I

_Sommaire de deux voyages faits par le Capitaine Jacques Quartier en la
Terre-Neuve: Golfe, & grand fleuve de_ Canada: _Esclaircissement des
noms de Terre-neuve, Bacalos, Canada & Labrador: Erreur de
Belle-forest._

CHAP. II

_Relation du premier voyage fait par le Capitaine Jacques Quartier en la
Terre-Neuve du Nort jusques à l'embouchure du grand fleuve de_ Canada.
_Et premierement l'état de son equipage, avec les découvertes du mois de
May._

CHAP. III

_Les navigations & découvertes du mois de Juin._

CHAP. IIII

_Les navigations & découvertes du mois de Juillet._

CHAP. V

_Les navigations & découvertes du mois d'Aoust, & le retour en France._

CHAP. VI

_Que la conoissance des voyages du Capitaine Jacques Quartier est
necessaire principalement aux Terre-neuviers qui vont à la pecherie:
Quelle route il a prise en cette seconde navigation: Voyage de Champlein
jusques à l'entrée du grand fleuve de_ Canada: _Epitre presentée au Roy
par ledit Capitaine Jacques Quartier sur la relation de son deuxiéme
voyage._

CHAP. VII

_Preparation du Capitaine Jacques Quartier & des siens au voyage de la
Terre neuve: Embarquement: Ile aux oiseaux: Découvertes d'icelui jusques
au saut du grand fleuve de_ Canada, _par lui dit_ Hochelaga: _Largeur et
profondeur nompareille d'iceluy: Son commencement inconnu._

CHAP. VIII

_Retour du Capitaine Jacques Quartier vers Labaye sainct Laurent:
Hippopotames: Continuation du voyage dans la grande riviere de_ Canada,
_jusques à la riviere de_ Saguenay _qui sont cent lieues._

CHAP. IX

_Voyage de Champlein depuis_ Anticosti _jusques à_ Tadoussac:
_Description de_ Cachepé; _Riviere de_ Mantanne: _Port de_ Tadoussac;
_Baye des Morues, Ile percée, Baye de chaleur: Remarques des lieux,
iles, ports, bayes, sables, rocher, & rivieres qui sont à la bende du
Nort en allant à la riviere de_ Saguenay _Description du port de_
Tadoussac, _& de ladite riviere de_ Saguenay. _Contradiction de
Champlein._

CHAP. X

_Bonne reception faite aux François par le grand Sagamos des Sauvages
de_ Canada: _Leurs festins & danses: La guerre qu'ils ont avec les
Iroquois._

CHAP. XI

_La rejouïssance que font les Sauvages aprés qu'ils ont eu victoire sur
leur ennemis: Leurs humeurs: Sont malicieux: Leur croyance & faulses
opinions. Que leurs devins parlent visiblement aux diables._

CHAP. XII

_Comme le Capitaine Jacques Quartier par de la riviere de_ Saguenay
_pour chercher un port, & s'arrête à Saincte Crois: Poissons inconus:
Grandes Tortues: Ile aux Coudres: Ile d'Orleans: Rapport de la terre du
païs: Accueil des François par les Sauvages: Harangues des Capitaines
Sauvages._

CHAP. XIII

_Retour du Capitaine Jacques Quartier à l'ile d'Orleans, par lui nommée
l'Ile_ de Bachus, _& ce qu'il y trouva: Balizes fichées au port sainct
Croix: Forme d'alliance: Navire mis à sec pour hiverner: Sauvages ne
trouvent bon que le Capitaine aille en_ Hochelaga: _Etonnement d'iceux
au bourdonnement des Canons._

CHAP. XIV

_Ruse inepte des Sauvages pour detourner le Capitaine Jacques Quartier
du voyage en_ Hochelaga: _Comme ilz figurent le diable: Depart de
Champlein de_ Tadoussac _pour aller à Saincte Croix: Qualités & rapport
du païs: Ile d'Orleans:_ Kebec, _Diamants audit_ Kebec: _Riviere de_
Batiscan.

CHAP. XV

_Voyage du Capitaine Jacques Quartier à_ Hochelaga: _Qualités & fruits
du païs: Reception des François par les Sauvages: Abondance de vignes &
raisins. Grand lac: Rats musquets. Arrivée en_ Hochelaga. __Merveilleuse
rejouyssance desdits Sauvages.

CHAP. XVI

_Comme le Capitaine & les Gentils-hommes de sa compagnie, avec ses
mariniers allerent à la ville de_ Hochelaga: _Situation du lieu: Fruits
du païs; Batimens: & maniere de vivre des Sauvages._

CHAP. XVII

_Arrivée du Capitaine Quartier à_ Hochelaga _Accueil & caresses à lui
faites: Malades lui sont apportez pour les toucher: Mont-Royal: Saut de
la grande riviere de_ Canada: _Etat de la dite riviere et ledit Saut:
Mines: Armures de bois, dont usent certains peuples: Regrets pour son
depart._

CHAP. XVIII

_Retour de Jacques Quartier au Port de Saincte Croix aprés avoir esté à_
Hochelaga: _Sauvage gardent les tétes de leurs ennemis: Les_ Toudamans
_ennemis des_ Canadiens.

CHAP. XIX

_Voyage de Champlein depuis le port de Saincte Croix jusques au Saut de
la grande riviere, où sont remarqués les rivieres, iles, & autres choses
qu'il a découvertes audit voyage: & particulierement la riviere, le
peuple, & le païs des_ Iroquois.

CHAP. XX

_Arrivée au Saut: Sa description, & ce qui s'y void de remarquable. Avec
le rapport des Sauvages touchant la fin, ou plustot l'origine de la
grande riviere._

CHAP. XXI

_Retour du Saut à_ Tadoussac, _avec la confrontation du rapport de
plusieurs Sauvages, touchant la longueur, & commencement de la grande
riviere de_ Canada: _Du nombre de sauts & lacs qu'elle traverse._

CHAP. XXII

_Description de la grande riviere de_ Canada, _& autres qui s'y
dechargent: Des peuples qui habitent le long d'icelle: Des fruits de la
terre: Des bétes & oiseaux: & particulierement d'une béte à deux piez:
Des poissons abondans en ladite grande riviere._

CHAP. XXIII

_De la riviere du_ Saguenay: _Des peuples qui habitent vers son origine:
Autre riviere venant dudit_ Saguenay _au dessus du Saut de la grande
riviere: De la riviere des_ Iroquois _venant de vers la Floride, païs
sans neges, ni glaces: Singularités d'icelui païs: Soupçon sur les
Sauvages de_ Canada: _Guet nocturne: Reddition d'une fille échappée:
Reconciliation des Sauvages avec les François._

CHAP. XXIV

_Mortalité entre les Sauvages: Maladie étrange & inconnuë entre les
François: Devotions & voeux: Ouverture d'un corps mort: Dissimulation
envers les Sauvages sur lesdites maladies & mortalité: Guerison
merveilleuse d'icelle maladie._

CHAP. XXV

_Soupçon sur la longue absence du Capitaine des Sauvages: Retour
d'icelui avec multitude de gans: Debilité des François: Navire delaissé
pour n'avoir la force de le remener: Recit des singularités du_
Saguenay, _& autres recherches merveilleuses._

CHAP. XXVI

_Croix plantée par les François: Capture des principaux Sauvages, pour
les amener en France, & faire recit au Roy des singularités du_
Saguenay: _Lamentations des Sauvages: Presens reciproques du Capitaine
Quartier, & d'iceux Sauvages._

CHAP. XXVII

_Retour du Capitaine Jacques Quartier en France: Rencontre de certains
Sauvages qui avoient des couteaux de cuivre: Presens reciproques entre
lesdits Sauvage & ledit Capitaine: Descriptions des lieux où la route
s'est adressée._

CHAP. XXVIII

_Rencontre des Montaignais (sauvages de_ Tadoussac) _& Iroquois:
Privilege de celui qui est blessé à la guerre: Ceremonies des Sauvages
devant qu'aller à la guerre: Conte fabuleux de la monstruosité des_
Armouchiquois: _De la Mine reluisante au Soleil: & du_ Gougou: _Arrivée
au Havre de Grace._

CHAP. XXIX

_Discours sur le Chapitre precedent: Crédulité legere:_ Armouchiquois
_quels: Sauvages toujours en crainte: Causes des terreurs Paniques:
Fausses visions, & imaginations:_ Gougou _proprement que c'est: Autheur
d'icelui: Mine de cuivre: Hano Carthageois: Censures sur certains
Autheurs qui ont écrit de la Nouvelle-France. Conseil pour l'instruction
des Sauvages._

CHAP. XXX

_Entreprise du sieur de Roberval, pour la terre de_ Canada _Commission
du Capitaine Jacques Quartier. Fin de ladite entreprise._

CHAP. XXXI

_Plainte sur nôtre inconstante & lacheté. Nouvelle entreprise &
Commission pour_ Canada. _Envie des Marchans Maloins. Revocation de
ladite commission._

CHAP. XXXII

_Voyage du Marquis de la Roche aux Terres-neuves. Ile de Sable. Son
retour en France d'une incroyable façon. Ses gens cinq ans en ladite
ile. Leur retour. Commission dudit Marquis._


                          LIVRE QUATRIÈME

Auquel sont compris les voyages des Sieurs de Monts, & de Poutrincourt.

CHAP. I

_Intention de l'Autheur. Commission du Sieur de Monts. Defenses pour le
traffic des pelleteries._

CHAP. II

_Voyage du sieur de Monts en la Nouvelle-France: Des accidens survenus
audit voyage: Causes des bancs de glaces en la Terre-neuve: Imposition
de noms à certains ports: Perplexité pour le retardement de l'autre
navire._

CHAP. III

_Debarquement du Port au Mouton: Accident d'un homme perdu seze jours
dans les bois: Baye Françoise: Port Royal: Riviere de l'Equille: Mine de
cuivre: Malheur des mines d'or: Diamans: Turquoises._

CHAP. IIII

_Description de la riviere sainct Jean: & de l'ile saincte Croix: Homme
perdu dans les bois trouvé le seziéme jour: Exemples de quelques
abstinences étranges: Differens des Sauvages remis au jugement du sieur
de Monts: Authorité paternele entre lesdits sauvages: Quels marits
choisissent à leur filles._

CHAP. V

_Description de l'ile Saincte Croix: Entreprise du sieur de Monts
difficile, & genereuse: et persecutée d'envie: Retour du Sieur de
Poutrincourt en France: Perils du voyage._

CHAP. VI

_Batimens de l'ile Saincte Croix: Incommoditez des François audit lieu:
Maladies inconnuës: Ample discours sur icelles: De leur causes: Des
peuples qui y sont sujets: Des Viandes, mauvaises eaux, airs, vents,
lacs, pourriture des bois, saisons, disposition de corps des jeunes, des
vieux: Avis de l'Autheur sur le gouvernement de la santé & guerison
desdites maladies._

CHAP. VII

_Découverte de nouvelles terres par le sieur de Monts: Conte fabuleux de
la riviere & ville seinte de_ Norembega: _Refutation des Autheurs qui en
ont écrit: Bancs des Moruës en la Terre-neuve:_ Kinibeki: Choüakoet:
_Malebarre: Armouchiquois: Mort d'un François tué: Mortalité des Anglois
en la Virginie._

CHAP. VIII _Arrivée du Sieur de Pont à l'ile Saincte Croix: Habitation
transferée au Port Royal: Retour du Sieur de Monts en France: Difficulté
des moulins à bras: Equipage dudit sieur du Pont pour aller decouvrir
les Terres-neuves outre Malebarre: Naufrage: Prevoyance pour le retour
en France: Comparaison de ces voyages avec ceux de la Floride: Blame de
ceux qui méprisent la culture de la terre._

CHAP. IX

_Motif, & acceptation du voyage du sieur de Poutrincourt, ensemble de
l'autheur en la Nouvelle-France: Partement de la ville de Paris pour
aller à la Rochelle: Adieu à la France._

CHAP. X

_Jonas nom de nôtre navire: Mer basse à la rochelle cause de difficile
sortie: La Rochelle ville reformée: Menu peuple insolent: Croquans:
Accident de naufrage du Jonas: Nouvel equipage: Foibles soldats ne
doivent estre mis aux frontieres: Ministres prient pour la conversion
des Sauvages: Peu de zele des nôtres: Eucharistie portés par les anciens
Chrétiens en voyage: Diligence du sieur de Poutrincourt sur le point de
l'embarquement._

CHAP. XI

_Partement de la Rochelle: Rencontres divers de navires, & Forbans: Mer
tempetueuse à l'endroit des Essores, & pourquoy: Vents d'Ouest pourquoy
frequens en la mer du Ponant: D'où viennent les vents: Marsoins
prognostiques de tempétes: Façon de les prendre: Tempétes: Effects
d'icelles: Calmes: Gain de vent que c'est: comme il se forme: Ses
effects: Asseurance de Matelots: Reverence comme se rend au navire
Royal: Supputation de voyage: Mer chaude, puis froide: Raison de ce: &
des Bancs de glace en la Terre-neuve._

CHAP. XII

_Du grand Banc des Moruës: Arrivée audit Banc: Description d'icelui:
Pecherie de moruës & d'oiseaux; Gourmandise des Happe-foyes: Perils
divers: Causes des frequentes & longues brumes en la mer Occidentale:
Avertissemens de la terre: Veuë d'icelle: Odeurs merveilleuses: Abord de
deux chaloupes: Descente au Port du Mouton: Arrivée au port Royal._

CHAP. XIII

_Heureuse rencontre du Sieur du Pont. Son retour au Port Royal:
Rejouïssance: Description des environs dudit port: Conjecture sur
l'origine de la grande riviere de_ Canada _Semailles de blez. Retour du
sieur du Pont en France. Voyage du sieur de Poutrincourt au païs des
Armouchiquois. Beau segle provenu sans culture. Exercices & façon de
vivre au Port Royal: Cause des prairies de la riviere de l'Equille._

CHAP. XIV

_Partement de l'ile Saincte Croix. Baye de Marchim. Choüakoet. Vignes &
raisins, & largesse de Sauvages. Terre & peuples Armouchiquois: Cure
d'un Armouchiquois blessé: Simplicité & ignorance de peuples. Vices des
Armouchiquois. Soupçon. Peuple ne se souciant de vétement. Blé semé &
vignes plantées en la terre des Armouchiquois. Quantité de raisins:
Abondance de peuple. Mer perilleuse._

CHAP. XV

_Perils. Langage inconnu Structure d'une forge, & d'un four. Croix
plantée. Abondance. Conspiration. Desobeïssance. Assassinat. Fuite de
trois cens contre dix. Agilité des Armouchiquois. Mauvaise compagnie
dangereuse. Propheties de ce temps. Accident d'un mousquet crevé.
Insolence, timidité, impieté, & fuite de Sauvages. Port Fortuné. Mer
mauvaise. Vengeance. Conseil & resolution sur le retour. Nouveaux
perils. Faveur de Dieu. Arrivée du Sieur de Poutrincourt au Port Royal,
& la reception à lui faite._

CHAP. XVI

_Etat des semailles. Nôtre façon de vivre en la Nouvelle-France.
Comportement des Sauvages parmi nous. Etat de l'hiver: Pourquoy en ce
temps pluies & brumes rares: Pourquoy pluies frequentes entre les
Tropiques: Neges utiles à la terre: Conformité de temps en l'antique &
Nouvelle-France: Pourquoy printemps tardif: Culture de jardins: Rapport
d'iceux: Moulin à eau: Manne de harens: Preparation pour le retour:
Invention du sieur de Poutrincourt: Admiration des sauvages. Nouvelles
de France._

CHAP. XVII

_Arrivée de François: Societé du sieur de Monts rompuë: et pourquoy:
Avarice de ceux qui volent les Morts: Feuz de joye pour la naissance de
Monseigneur d'Orleans: Partement des Sauvages pour aller ç la guerre:
Sagamos Membertou: Voyages sur la côte de la Baye Françoise: Traffic
sordide: Ville_ d'Ouïgoudi: _Sauvages comme font de grans voyages:
Mauvaises intentions d'iceux: Mine d'acier: Voix de Loups-Marins: Etat
de l'ile Saincte Crois. Erreur de Champlein. Amour des Sauvages envers_
leurs enfans: Retour au Port Royal.

CHAP. XVIII

_Port de Campseau: Partement du Port Royal: Brumes de huit jours:
Arc-en-ciel paroissant dans l'eau: Port Savalet: Culture de la terre
exercice honorable: Regrets des Sauvages au partir du sieur de
Poutrincourt: Retour en France: Voyage au Mont sainct Michel: Fruits de
la Nouvelle-France presentez au Roy: Voyage en l Nouvelle-France depuis
le retour dudit sieur de Poutrincourt: Lettre missive dudit sieur au
Sainct Pere le Pape de Rome._


                            LIVRE CINQUIÈME

Contenant sommairement les navigations faites en la Nouvelle France
depuis nôtre retour en l'an mil six cens sept jusques à hui.

CHAP. I

_Mention de nôtre grand Roy Henri sur le sujet des grandes entreprises:
Ensemble des Sieurs de Monts et de Poutrincourt. Revocation du Privilege
de la traite des Castors. Reponse aux envieux pour le Sieur de Monts.
Dignité du charactere Chrétien. Perils dudit Sieur de Monts._

CHAP. II

_Equipage du Sieur de Monts. Kebec. Commission de Champlein.
Conspiration chatiée. Consideration sur le discours dudit Champlein.
Fruits naturels de la terre. Scorbut. Anneda. Defense pour Jacques
Quartier._

CHAP. III

_Voyage de Champlein contre les Iroquois. Riviere des Iroquois, & saut
d'icelle. Comme vivent les Sauvages allans à la guerre. Disposition de
leur gendarmerie. Ilz croyent aux songes. Lac des Iroquois. Alpes des
Iroquois._

CHAP. IV

_Rencontre des Iroquois. Barricades. Message à l'ennemi. Effect
d'arquebuse. Victoire. Butin. Retour des victorieux. Cruauté envers les
prisonniers. Ceremonies à l'arrivée des victorieux en leur païs._

CHAP. V

_Retour de Champlein en France, et de France en Canada. Riviere de
Canada quand ouverte. Triste accident. Etat de Kebec. Guerre contre les
Iroquois. Siege de leur Fort. Prise d'icelui à l'ayde de Champlein.
Avarice de Marchans. Cruauté de Sauvages sur leurs prisonniers de
guerre. Baleine touchée dormante en mer au retour en France._

CHAP. VI

_Retour de Champlein en Canada. Bancs de glace longs de cent lieuës.
Arrivée à la terre-neuve. Comment les Sauvages passent le Saut de la
grande riviere de Canada. Saut du Rhin. Mensonges d'un qui a écrit un
sien voyage en Mexique._

CHAP. VII

_Commission de Champlein portant reglement pour le traffic avec les
Sauvages. Etat de Kebec. Credulité de Champlein à un imposteur. Ses
travaux en suite de ce. Sauvages haïssent les menteurs. Imposteur
conveincu. Observations sur le voyage de Champlein aux Algumquins.
Ceremonies des Sauvages passans le saut du bassin. Quels peuples
voisinent les Algumquins. Variations de Champlein._

CHAP. VIII

_Qu'il ne se faut fier qu'à soy-méme. Embarquement du Sieur de
Poutrincourt. Longue navigation. Conspiration. Arrivée au Port Royal.
Baptemes des Sauvages, s'il faut contraindre en Religion. Maniere
d'attirer ces peuples. Mission pour l'Eglise de la Nouvelle-France._

CHAP. IX

_Peril du Sieur de Poutrincourt. Zele des Sauvages à la religion
Chrétienne. Remarques des faveurs de Dieu depuis l'entreprise de la
Nouv. Fr._

CHAP. X

_Sur la nouvelle des baptemes des Sauvages les Jesuites se presente pour
la Nou. Fr. Empechement. Retardement à la ruine de Poutrincourt.
Association des Jesuites pour le traffic. L'Eglise est en la Republique.
Bancs de glace d'eau douce en mer. Justice de Poutrincourt. Mauvaise
intelligence des Jesuites avec Poutrincourt, Polygamie._

CHAP. XI

_Retour de Poutrincourt en France. Deffiance sur les Jesuites. Biencourt
Vice-Admiral. Rebellion contre lui. Mort du grand Membertou. Un Jesuites
en vain essaye de vivre à la Sauvage. Plaisante precaution d'un Sauvage.
Association de la Dame de Guercheville avec Poutrincourt. A la suasion
des Jesuite elle se fait donner la terre, & les prend pour
administrateurs._

CHAP. XII

_Contentions entre les Jesuites & ceux de Poutrincourt. Jésuites
s'embarquent furtivement pour retourner en France. Sont empechés.
Excommunication. Exercices de la religion delaissez. Reconciliation
simulée. Saisie du navire de Poutrincourt. Lettre de lui-méme plaintive
contre les Jesuites._

CHAP. XIII

_Embarquement des Jesuites pour aller posseder la Nouvelle-France. Leur
arrivée. Contestations entre eux. Sont attaqués, pris, & emmenés par les
Anglois. Un Jesuite tué, avec deux autres. Lacheté du Capitaine. Charité
des Sauvages. Retour des Anglois en Virginia, avec leur butin, & retour
d'eux-mémes avec les Jesuites en la côte de la Nouvelle-France._

CHAP. XIV

_Brigandage des Anglois. Lettre du Sieur de Poutrincourt narrative de ce
qui s'est passé. Conjecture contre les Jesuites. Plainte de
Poutrincourt. Extraict d'une requéte contre les Jesuites par les
Chinois. Anglois retournans en Virginie écartez diversement. Le navire
Jesuite porté par les vents contraires en Europe._

CHAP. XV

_Pieté du sieur de Poutrincourt. Dernier exploit & mort d'icelui.
Epitaphes en sa memoire._


                           LIVRE SIXIEME

_Contenant les moeurs, coutumes, & façons de vivre des Indiens
Occidentaux, de la Nouvelle-France, comparées à celles des anciens
peuples de pardeça: & particulierement de ceux qui sont en méme
parallele & degré._

CHAP. I

DE LA NAISSANCE. _Coutume des Hebrieux, Cimbres, François, & Sauvages._

CHAP. II

DE L'IMPOSITION DES MONTS. _Abus de ceux qui imposent les noms des
Chrétiens aux infideles: Du changement de nom. Les noms n'ont point été
imposez sans sujet. Des soubriquets. De l'origine des surnoms. Des noms
des hommes imposés aux villes et provinces._

CHAP. III

DE LA NOURRITURE DES ENFANS, _de l'amour des peres & meres envers eux.
Femmes d'aujourd'hui: Anciennes Allemandes. Sauvages aiment leurs enfans
plus que pardeça: & pourquoy. Nouvelle-France en quoy utile à l'antique
France. Possession de la terre._

CHAP. IV

DE LA RELIGION. _Origine de l'idolatrie. Celui qui n'adore rien est plus
suceptible de la Religion Chrétienne qu'un idolatre. Religion des
canadiens. Peuple facile à convertir. Astorgie & impitié des Chrétiens
du jourd'hui. Donner du pain & enseigner les arts est le moyen de
convertir les peuples Sauvages. Du nom de Dieu. De certains Sauvages ja
Chrétiens de volonté. Religion de ceux de Virginia. Contes fabuleux de
la Resurrection. Simulacres des dieux. Religion des Floridiens. Erreur
de Belle-forest. Adoration du Soleil. Baise-main. Bresiliens tourmentez
du diable: Ont quelque obscure nouvelle du Deluge: & de quelque Chrétien
qui anciennement a esté vers eux._

CHAP. V

DES DEVINS, _& Autmoins. De la Pretrise. Idoles des Mexicains. Pretres
Indiens sont aussi Medecins. Pretexte de Religion. Ruse des Autmoins:
Comme ils invoquent les diables. Le diable égratigne ses sacrificateurs
negligens. Chansons à la loüange du diable. Sabat des Sauvages. Feuz de
la sainct Jehan._ Vrim & Tummin. _Sacerdoce successif. Caraïbes,
affronteurs semblables aux sacrificateurs de Bel._

CHAP. VI

DU LANGAGE. _Les indiens tous divisés en langage. Le temps apporte
changement aux langues. Conformité d'icelles. Du mot Sagamos. Sauvages
parlent en tutoyant. Causes du changement des langues. Traffic de
Castors depuis quand. Prononciation des Sauvages, anciens Hebrieux,
Grecs, Latins: & des Parisiens. Sauvages ont des langues particuliers
non entenduës des Terre-neuviers. Prier en langue entenduë. Maniere de
conter des Sauvages._

CHAP. VII

DES LETTRES. _Invention des lettres admirable. Anciens Allemans sans
lettres. Les lettres & sciences és Gaulles avant les Grecs & Latins.
Saronide des vieux Theologiens & Philosophes Gaullois. Poëte Bardes.
Reverence qu'on leur portoit. Reverence de Mars aux Muses. Fille ainée
du Roy. Basilic attaché au temple d'Apollon. Deploration de la mort du
Roy HENRI LE GRAND._

CHAP. VIII

DES VETEMENS ET CHEVELURES. _Vetemens à quelle fin. Nudité des anciens
Pictes, des modernes Æthiopiens. Des Bresiliens. Sauvages de la
Nouvelle-France plus honétes. Leurs manteaux de peluche. Vétement de
l'ancien Hercules, des anciens Allemans, des Gots. Chaussure des
Sauvages. Couverture de la téte. Chevelures des Hebrieux, Gaullois,
Gots. Ordonnance aux prétres de porter chappeaux. Hommes tondus._

CHAP. IX

DE LA FORME ET DEXTERITE. _Forme de l'homme la plus parfaite. Violence
fait à la Nature. Bresiliens camus. Le reste des Sauvages beaux hommes.
Demi nains. Patagons geans. Couleur des Sauvages. Description des
Mouches Occidentales. Ameriquains pourquoy ne sont noirs. D'où vient
l'ardeur de l'Afrique: & le rafraichissement de l'Armerique en méme
degré. Couleur des cheveux, & de la barbe. Romains quand ont porté
barbe, Sauvages ne sont velus. Femmes veluës. Anciens Gaullois &
Allemans à poil blond comme or. Leurs Regard, Voix, Yeux: Beauté des
Yeux quelle. Femmes à bonne tète. Yeux des hommes de la Taprobane, des
Sauvage, & Scythes. Des Levres. Corps monstrueux. Agilité corporele.
Comme font les Naires de Malabaris pour étre agiles. Quels peuples ont
l'agilité. D'exterité à nager des Indiens. Veuë aigüe. Odorat des
Sauvages. Leur haine contre les Hespagnols._

CHAP. X

DES ORNEMENS DU CORPS. _Du fard, & peintures, des Hebrieux, Romains,
Afriquains, &c. Anglois, Pictes, Gots, Scythes, &c. Indiens Occidentaux.
Des Marques des anciens Hebrieux, Tyrons, & Chrétiens. Blame des fard &
peintures corporeles._

CHAP. XI

DES ORNEMENS EXTERIEURS. _Deux tyrans de nôtre vie. Superfluité de
l'ancienne Rome. Exces des dames. Des Moules & Cages de téte. Peinture
des cheveux. Pendans d'oreilles. Perles aux mains, jarretieres,
bottines, & souliers. Perles que c'est._ Matachiaz. _Vignols._ Esurgni.
_Carquans de fer, & d'or._

CHAP. XII

DU MARIAGE. _Coutume des Juifs, Sauvages plus civils que maintes nations
anciennes. Femmes veuves se noircissent le visage. Prostitution de
filles. Continence des Souriquoises. Filles à l'épreuve avant le
mariage. Maniere de rechercher une fille en mariage. Prostitution de
filles au Bresil. Verole. Guerison. Continence des anciens Allemans.
Raison de la continence des Sauvages. Floridiens aiment les femmes.
Ithyphales. Degrez de consanguinité. Femmes Gaulloises secondes.
Polygamie sans jalousie. Repudiation. Secondes nopces apres la
separation. Homme ayant mauvaise femme que doit faire. Abstinences des
veuves. Coutume de préter les femmes pour avoir lignée. Paillardise est
abominable avec les infideles._

CHAP. XIII

LA TABAGIE. _Vie des Sauvages des premieres terres. Comme les
Armouchiquois usent de leur blé. Anciens Italiens de méme. Assemblée de
Sauvages faisans la Tabagie. Femmes separées. Honneur rendu aux femmes
entre les vieux Gaullois & Allemans. Mauvaise condition d'icelles entre
les Romains. Quels ont établi l'empire Romain. Façon de vivre des vieux
Romains, Tartares, Moscovites, Getuliens, Allemans, Æthiopiens, de
sainct Jean Baptiste, Scipion, Æmilian, Trajan, Adrian: & des Sauvages.
Sel non du tout necessaires. Sauvages patissent quelquefois.
Superstition d'iceux. Gourmandise d'eux & de Hercules. Viandes des
Bresiliens. Anthropophagie. Etrange prostitution de filles. Communauté
de vie. Hospitalité des Sauvages, Gaullois. Allemans & Turc, à la honte
des Chrétiens._ DU BOIRE. _Premiers Romains n'avoient vignes. Bierre des
vieux Gaullois, & Ægyptiens. Anciens Allemans haïssoient le vin. Vin
comment necessaire. Petun. Boire l'un à l'autre. Bruvage des Floridiens,
& Bresiliens. Hydromel._

CHAP. XIV

DES DANCES ET CHANSONS. _Origine des danses en l'honneur de Dieu. Danses
& Chansons en l'honneur d'Apollon, Neptune, Mars, du Soleil. Des
Saliens,_ Præsul. _Danse et Socrate. Danses tournées en mauvais usage.
Combien dangereuses. Tous Sauvages dansent. A quelle fin. Sotte chanson
d'Orphée. Pourquoy nous chantons à Dieu. Chansons des Souriquois: Des
peuples saincts, des Bardes Gaullois. Vaudevilles par le commandement de
Charlemagne. Chansons des Lacedæmoniens. Danses & Chansons des Sauvages.
Harangues de leurs Capitaines._

CHAP. XV

DE LA DISPOSITION DU CORPS. _Phthisie. Sueurs des Sauvages. Medecins &
Chirurgiens Floridiens, Bresiliens, Souriquois. Guerison par charmes.
Merveilleux recit du mépris de douleur. Epreuve de constance. Souffrance
de tourmens en l'honneur de Diane & du Soleil. Longue vie des Sauvages.
Causes d'icelle, & de l'abbregement de noz jours._

CHAP. XVI

EXERCICES DES HOMMES. _Fleches, arcs, masses, boucliers, lignes à
pecher, raquettes, Canots des Sauvages, & la forme d'iceux. Canots
d'oziers, de papier, de cuir, d'arbres creusez. Origine de la fable des
Syrenes. Longs voyages à-travers les bois. Poterie de terre. Labeur de
la terre. Allemans anciens n'ont eu champs propres. Sauvages non
laborieux. Comme cultivent la terre. Double semaille & moisson. Vie de
l'hiver. Villes des Sauvages. Origine des villes. Premier edificateur és
Gaulles. Du mot_ Magus. _Philosophie a commencé par les Barbares. Jeux
des Sauvages._

CHAP. XVII

EXERCICES DES FEMMES. _Femmes dite Percée. Femmes sauvées par la
generation des enfans. Purification. Dure condition des femmes entre les
Sauvages. Nattes, Conroyement de cuirs, Paniers, Bourses, Teinture,
Ecuelles._ Matachiaz, _Canots. Amour des femmes envers leurs maris.
Pudicité d'icelles. Belle observation sur les noms Hebrieux de l'homme &
de la femme._

CHAP. XVIII

DE LA CIVILITÉ. _Premiere civilité, obeïssance à Dieu, & aux peres et
meres. Sauvages sont sales en leur Tabagie, faute de linge. Repas des
vieux Gaullois & Allemans. Arrivés des Sauvages en quelque lieu. Leurs
salutations: ensemble des Grecs, Romains, & Hebrieux. Salutations en
éternuant: item és commencemens des Missives. De l'Adieu. Salutation des
Chinois. Du baisepié, baise-main, & baise-bouche. De l'adoration
humaine. Reverence des Sauvages à peres & meres, Malediction à qui
n'honore son pere et sa mere._

CHAP. XIX

DES VERTUS ET VICES DES SAUVAGES. _Les principes des Vertus sont en nous
dés la naissance. De la force & grandeur du courage. Anciens Gaullois
sans peur. Sauvages vindicatifs. Le Pape pere commun des Chrétiens pour
mettre la paix entre ses enfans. Temperance en quoy consiste. Si les
Sauvages en sont doüez. Liberalité en quoy consiste. Liberalité des
Sauvages. Ilz méprisent les mercadens avares. Magnificence. Hospitalité.
Pieté envers les peres & meres. Mansuetude. Clemence, Justice d'iceux.
Gratelle de nôtre France. Execution de justice. Evasion incroyable de
deux Sauvages prisonniers. Sauvages à quoy diligens & paresseux._

CHAP. XX

LA CAUSE _Origine d'icelle. A qui elle appartient. A quelle fin les Rois
cleuz. Chasse, image de la guerre. Premiere fin d'icelle. Interpretation
d'un verset du Psal. 132, Tolus Sauvages chassent. Quand & Comment.
Description & chasse de l'Ellan. Chiens de Sauvages. Raquettes aux piés.
Constance des Sauvages à la chasse. Belle invention d'iceux pour la
cuisine. Sauvages d'Ecosse cuisent la chair dans la peau. Devoir des
femmes apres la chasse. La pechirie du Castor. Description d'icelui. Son
batiment admirable. Comment se prent. Anciennement d'où venoient les
Castors. Ours. Leopars. Description de l'animal. Nibachens, Loups.
Lapins, etc. Bestial de France bien profitant en la Nouvelle-France.
Merveilleuse multiplication d'animaux. Animaux de la Floride, & du
Bresil. Vermine du Bresil. Sauvages sont vrayemens nobles._

CHAP. XXI

LA FAUCONNERIE. _Les muses se plaisent à la chasse. Fauconnerie exercice
noble. Sauvages comme prennent les oiseaux. Iles fourmillantes en
oiseaux. Gibier du Port Royal._ Niridau. _Mouches luisantes. Poules
d'inde. Oiseaux de la Floride, & du Bresil._

CHAP. XXII

LA PECHERIE. _Comparaison entre la Venerie, la Fauconnerie, & la
Pecherie. Empereur se delectant à la Pecherie. Absurdité de Platon.
Pecherie permise aux Ecclesiastics. Nourriture de poisson est la
meilleure & la plus saine. Tous poissons craignent l'hiver & se
retirent. Reviennent au printemps. Manne d'Eplans, Harens, Sardines,
Eturgeons, Saumons. Maniere de les prendre par les Sauvages. Abus &
superstition de Pythagore._ Sanctorum _Terre-neuviers. Coquillages du
Port Royal. Pecherie de la Moruë. Si la moruë dort. Poissons pourquoy ne
dorment. Poissons ayans pierres à la téte, (comme la Moruë) craignent
l'hiver. Huiles de poissons. Pecherie de la Baleine: en quoy est
admirable la hardiesse des Sauvages. Hippopotames. Multitude infinie de
Macquereaux. Faineantise du peuple d'aujourd'huy._

CHAP. XXIII

DE LA TERRE _Quelle est la bonne terre. Terre sigillée en la
Nouvelle-France. Rapport des semailles du sieur de Poutrincourt. Quel
est le bon fumier. Blé de Turquie dit_ Mahis. _Comme les Sauvages
amendent leurs terres. Comme ilz sement. Temperament de l'air sert à la
production. Greniers souz-terrains. Causes de la paresse des Sauvages
des premieres terres. Chanve. Vignes. Quand premierement plantées és
Gaulles. Arbres. Vertu de la gomme de sapin. Petun, & façon d'en user.
Folle avidité apres le Petun. Vertu d'icelui. Erreur de Belle-forest.
Racines. Culture de la terre exercice le plus innocent._ Gloria adora.
_Gueux & faineans. Arbres fruitiers, & autres, du Port Royal, de la
Floride, du Bresil, Vermine du Bresil. Mépris des Mines. Fruits à
esperer en la Nouvelle-France. Prieres faites à Dieu par le Pape pour la
prosperité des voyages en icelle._

CHAP. XXIV

DE LA GUERRE. _A quelle fin les Sauvages font la guerre. Harangues des
Capitaines sauvages. Surprises. Façon de presager l'evenement de la
guerre. Poser les armes en parlementant. Succession des Capitaines.
Armes des Sauvages. Excellens archers. D'où vient le mot_ Militia:
_Sujet de la crainte des Sauvages. Façon de marcher en guerre. Danse
guerriere. Comme les Sauvages usent de la victoire. Victime. Hostie.
Supplice. Les Sauvages ne veulent tomber és mains de leurs ennemis.
Prisonniers tondus. Humanité des Sauvages envers les captifs: Trophées
de tétes des veincus: Anciens Gaullois: Hongres modernes._

CHAP. XXV

DES FUNERAILLES. _Pleurer les morts. Les enterrer oeuvre d'humanité.
Coutumes des Sauvages en ce regard. De la conservation des morts. Du
dueil des Perses, Ægyptiens, Romains, Gascons, Basques, Bresiliens,
Floridiens, Souriquois, Hebrieux, Roynes de France, Thraces, Locrois,
anciens Chrétiens. Brulement des meubles des Sauvages decedez Belle
leçon aux avares. Coutumes des Phrygiens, Latins, Hebrieux, Gaullois,
Allemans, Sauvages, en ce regard, Inhumation des morts. Quels peuples
les enterrent, quels les brulent, & quels les gardent. Dons funeraux
enclos és sepulcres des morts. Iceux reprouvés. Avarice des violateurs
de sepulcres._

Aprés suivent LES MUSES DE LA NOUVELLE-FRANCE

[Illustration]



                             AU LECTEUR

AMI Lecteur, C'est chose humaine que de faiblir, & autre que Dieu ne se
peut dire parfait, lequel méme (ce dit le Proverbe) ne peut aggreer à un
chacun. Parent si tu trouves quelque chose ne ce livre qui ne vienne
bien à ton sens, ou quelque defaut d'elegance; je te prie supporter le
tout par ta prudence, ne m'estimant pas meilleur que l'un des autheurs
que l'on met parmi les livres sacrez, lequel à la fin de son oeuvre dit:
_Que s'il ne s'il ne s'est assez dignement acquitté de son histoire il
luy faut pardonner_: Me soubmettant en toutes choses à la correction des
plus sages que moy.

Il y a une imperfection en nôtre langue, que l'on y couche trop de
lettres superfluës. C'est pourquoy je les ay évitées tant que j'ay peu,
par une ortographe non vulgaire.

J'adjouteray pour l'intelligence des Relieurs, que le lieu de la grande
Charte geographique des Terres-neuves doit estre entre la page 224 &
225.

La figure de la terre de la Floride reconuë & habitée par les François,
en la page 65.

La figure du port de Ganabara au Bresil, entre la page 190 et 191.

La figure du Port Royal, en la page 440.

En ladite grande Charte les lettres B. C. G. I. P. signifient Baye, Cap,
Golfe, Ile, Port.

Pour les moins sçavans, je diray que les vents d'est, Ouest, Nort, & su
sont les vents d'Orient, Occident, Septentrion, & Midi. Suest, Surouest,
Nordest, Norouest, sont les vents moitoyens. Je laisse les quarts &
demi-quarts de vents.

Finalement je t'avise qu'és Tables de Chapitres ci-dessus couchées, tu
trouveras toute la moëlle & substance de cette presente Histoire.

[Illustration: losange]

[Illustration]



                           PREMIER LIVRE DE
                           L'HISTOIRE DE LA
                    NOUVELLE-FRANCE CONTENANT LES
             navigations & découvertes des François és
               terres neuves de l'Occident depuis le
             trentiéme degré jusques au quarantiéme: &
                leur habitation au païs aujourd'hui
                              LA FLORIDE


_ORIGINE DE LA NAVIGATION._

_Motif des decouvertes qui se sont faites depuis six-vint ans. Voyages de
noz François outre l'Ocean. Cause du peu de fruict qu'on y a fit.
Fausseté des Tables geographiques. Que le sujet de cette Histoire n'es à
mépriser. Qualités loüables des peules qu'on appelle Sauvages._



CHAPITRE PREMIER

L'AUTHEUR du livre de la Sapience attribué à Salomon, dit que la
convoitise du gain a meu l'esprit de l'homme à rechercher le moyen
d'aller sur les eaux, & bâtir des navires, par léquels on peût traverser
la mer, & y marcher comme par un chemin solide, nonobstant la profondeur
des flots & des abymes. Cette sentence me fait croire vray-semblablement
que le saint Patriarche Noé ne fut point le premier inventeur ou
fabricateur de vaisseaux de mer, n'ayant bati le sien à cette fin: &
qu'avant lui les hommes en avoient trouvé l'usage. Ce qui ne sera trouvé
étrange à qui considerera que le monde peu aprés sa creation fut
grandement peuplé, & y eut incontinent des filles fondées, & fournies
des choses necessaires à la vie humaine, & en outre des métiers de
beaucoup plus subtile invention que les navires, comme celle des metaux;
la recherche, la fonte le maniment, & l'employ d'iceux, & autres choses
que l'Ecriture ne nous dit point, s'étant contentée de nous indiquer
cela pour nous faire presumer le reste: sans parler des inventions de
musique & instrumens musicaux, comme orgues, harpes, & autres, qui
demontrent des Republiques pleines de magnificence plusieurs siecles
avant Noé: non moins qu'un peu aprés le deluge, & luy vivant encore,
voila fut pied cette grande & superbe ville de Babylone miracle du
monde, qui n'eut jamais sa semblable, au moins quant à ses murs et
defenses. Dés ce temps on traffiquoit par mer, & y avoit des villes le
long de ses rives comme nous en voyons des remarques & argument en
l'Histoire sacrée, là où il est écrit que le saint Patriarche Jacob dit
à son fils Zabulon que son partage seroit au long de la mer prés le port
des navires.

La méme convoitise a eté l'aiguillon qui depuis six-vints ans a poussé
les Portugais, Hespagnols, & autres peuples de l'Europe à se hazarder
sur l'Ocean, chercher des nouveaux mondes deçà & delà l'Equateur, & en
un mot environner la terre; laquelle aujourd'huy se trouve toute reconuë
par l'obstinée & infatigable avidité de l'homme, excepté quelques cotes
antarctiques, & quelques-unes à l'Occident outre d'Amerique, léquelles
ont eté negligées, parce qu'il n'y avoit rien à butiner.

Parmy tant de decouvertes noz Roys se sont aussi mis aux champs, mais
d'une autre façon, & à une autre fin que noz voisins meridionaux. Car je
voy par leurs Commissions qu'ils ne respirent que l'avancement de la
Religion Chrétienne, sans aucun profit present: & ne voy en aucun écrit
qu'en l'execution de leurs entreprises ils ayent, comme eux, cruellement
depeuplé les provinces qu'ils ont voulu faire habiter, ayans plus estimé
la conversion des ames à Dieu, & la loüange d'humanité, que la
possession de la terre.

A cette fin nôtre Roy François premier entre les difficultez de ses
affaires fit la premiere expedition outre mer en l'an mille cinq cens
vint, envoyant le Capitaine Jehan Verazzan Florentin découvrir des
terres neuves qui ne fussent occupées d'aucun Prince Chrétien, en
intention de les faire habiter, s'il en avoit bon rapport. Ce que fit
ledit Verazzan, & cotoya toute la terre depuis appellée la Floride, &
celle qui a pris le nom de Virginie, jusques au quarantiéme degré, dont
il fit sa relation, ainsi que nous dirons ci-apres. És années cinq cens
trente-trois & trente-quatre le Capitaine Jacques Quartier de Saint Malo
fut envoyé par le méme Roy à la découverte de la terre neuve des Moruës,
& du fleuve de Canada par luy dit Hochelaga. Et six ans apres Jean
François de la Roque sieur de Roberval, Gentil-homme Picard prit
commission avec ledit Quartier pour aller peupler ladite terre.

Au regne du Roy Henry second és années mille cinq cens cinquante-cinq &
cinquante-six furent faits nouveaux embarquemens pour l'habitation de la
terre du Bresil souz la conduite de Nicolas Durant, dit Chevalier de
Villegagnon. Et souz le Roy Charles IX, és années soixante-deux &
soixante-quatre furent fait les voyages pour l'habitation de la terre
qu'avoit découverte Jean Verazzan, déquels voyages furent conducteurs le
Capitaine Jehan Ribaut & le sieur de Laudonniere Gentil-homme Poitevin.

Que si le saint desir de ces bons Roys ne reüssi comme il seroit à
desirer, il en faut attribuer le defaut partie à nous-mémes, qui sommes
en trop bonne terre pour nous en éloigner, & nous donner de la peine
pour la commoditez de la vie, apres que la longueur de plusieurs
centaines d'années nous a (faute d'exercice) affaineantis: partie aux
guerres externes & civiles qui ont continuellement surfaissé la France,
& retenu noz François Dans leurs bornes, soit au siecle du Roy François
premier; soit depuis, lors que l'étranger fomentoit noz divisions & nous
liguoit les uns contre les autres, pour à nôtre ruine établir sa
grandeur.

En ces derniers temps la France commençant à respirer par la valeur
incomparable de nôtre grand Henri, quelques-uns se sont efforcés de
Reprendre les erremens delaissez, sçavoir les sieurs Marquis de la Roche
Gentil-homme Breton, de Monts Gentil-homme Xaintongeois, & de
Poutrincourt Gentil-homme Picard. De tous léquels je parleray chacun en
son ordre, selon ce que j'ay veu, ouï dire à eux-mémes, ou trouvé par
les écrits de ceux qui ont fait les premiers voyages, l'histoire déquels
m'a eté d'autant plus difficile, que la memoire en etoit ja perduë: De
sorte que j'ay eté contraint de la chercher partie en la bibliotheque du
Roy, partie dans les papiers moisis des Libraires, m'étant quelquefois
servi, au regard des derniers temps, de ce que Samuel Champlein en a
donné au public.

Et comme on dit de certains poissons consacrés à Venus, qui naissent de
l'écume de la mer, que pour se garentir de l'injure & gourmandise des
plus grans, ilz s'assemblent par milliers, & s'entrelacent en tant de
pelotons, qu'ils se rendent assez forts pour se defendre: Ainsi m'a
semblé bon mettre en un corps tant de relations & menus écrits qui
étoient comme ensevelis, afin de les faire revivre, & par cet assemblage
m'essayer de leur donner une meilleure trempe contre la lime sourde du
temps qui tout consomme: Et ce tant pour contenter l'honnete desir de
plusieurs qui dés long temps requierent cela de moy, que pour employer
utilement les heures que je puis avoir de loisir durant cette saison des
vacations en l'an mille six cens huit.

Or d'autant qu'en cette histoire est souvent fait mention de plusieurs
lieux auquels noz François int imposé les noms, léquels toutefois ceux
qui impriment les Tables geographiques ont jusques ici ingratement
supprimé, mettans en écrit des noms autant imaginaires que la
delineation qu'ils ont fait de nôtre Nouvelle France est fausse: J'ay
voulu particulierement tirer à la plume, & representer au vray selon les
Tables particulieres de noz mariniers, & mémes dudit Champlein (car je
n'ay pas tout veu) le fit de la premiere terre, pour montrer que les
Hespagnols, ny autres avant nous, ne l'ont jamais veuë, & qu'ils ont
donné des bourdes au peuple lors principalement qu'ils ont feint une
grande riviere au-deçà des Armouchiquois, & sur icelle une ville grande
& puissante qu'ils ont nommée (je ne sçay, ny eux-mémes, à quel sujet)
Norembegue, laquelle ils ont située par les quarante-cinq degrés: dequoy
nous parlerons plus amplement en son lieu.

Et jaçoit que mon sujet semble bas, n'étant ici traité d'un Royaume
rempli de belles villes & beaux palais, enrichi de longue main de
beaucoup d'ornemens domestics & publics, formillant en peuples instruits
et toutes sortes d'arts liberaux & mecaniques: & en un mot, n'ayant ici
à discourir sur les sept merveilles du monde. Toutesfois tel qu'il est,
j'espere que les Sages lui donneront sauf-conduit, si l'on considere que
ce grand vaisseau de sapience Salomon n'avoit dédaigné de traiter en son
Histoire naturele, des moindres choses d'ici bas _depuis le Cedre qui
est au Liban jusques à l'Hissope qui sort de la paroy: des bestes, des
oyseaux, des reptiles, & des poissons_. Et quand ce ne seroit qu'en
consideration de l'humanité, & que ces peuples déquels nous avons à
parler sont hommes comme nous, nous avons dequoy estre incités au desir
d'entendre leurs façons de vivre & moeurs, veu mémement que nous
recevons souvent avec beaucoup d'applaudissement les histoires et
rapports des choses qui ne sont si étranges, ny tant éloignées de nous:
afin que par la consideration de leur deplorable état & condition (car
ilz vivent nuds, vagabons, sans police, loy, ny religion) nous venions à
remercier Dieu de ce qu'il nous a gratifié par-dessus eux, & dire avec
le Prophete Roy son bien-aymé:

    _A Jacob il donne pour guide
    Son verbe & ses enseignemens,
    Et à la race Israëlide
    Ses statuts & ses jugemens._

    _Il n'a fait ainsi pour le reste
    Des peuples de tout l'univers
    Leur rendant sa loy manifeste,
    Et ses jugemens découvers._

Car outre la vie civile à laquelle nous sommes nés, il nous a par sa
grace illuminé de son saint Esprit, & fait voir les secrets de sa haute
sagesse, afin que le reconoissions, & l'adorions, & obtenions salut par
son fils Jesus-Christ nôtre mediateur & sauveur, qui est en un mot toute
la vie de l'homme, & la fin à laquelle nous devons aspirer.

Ainsi nous ne sçaurions moins faire que ce Philosophe Payen, lequel
remercioit ses Dieux entre autres choses, de ce qu'il étoit né à Athenes
plutot qu'allieurs, d'autant que là étoit le domicile de toute bonne
instruction, civilité, & police; le siege des sciences & des bonnes
loix.

Et neantmoins je ne veux tellement deprimer la condition des peuples que
nous avons à representer, que je n'avouë qu'il y a beaucoup de choses
bonnes en eux. Car pour dire brievement, ils ont de la valeur, fidelité,
liberalité, & humanité, & leur est l'hospitalité si naturele &
recommandable, qu'ilz reçoivent avec eux tout homme qui ne leur est
ennemi. Ilz ne sont point niais comme plusieurs de deça, ilz parlent
avec beaucoup de jugement & de raison: s'ils ont à entreprendre quelque
chose d'importance, le Capitaine sera attentivement écouté, haranguant
une, deux, & trois heures, & lui répondra-on de point en point, selon
que la matiere le requerra. De sorte que si nous les appellons
communement sauvages, c'est par un mot abusif, & qu'ilz ne meritent pas,
n'étant rien moins que cela, ainsi qu'il se verifiera par le discours de
cette histoire.

Un chose leur a manqué jusques ici, qui a causé, & cause encor leur
nudité, c'est de n'avoir eu l'usage du fer, sans lequel toutes nos
oeuvres manuelles cessent: Et croy que ne serions beaucoup plus relevez
qu'eux, si nous eussions eté dépourveus de cette admirable invention,
laquelle nous devons à Tubal-Cain specialement celebré au commencement
de l'histoire sacrée de la naissance du monde.



_Du nom Gaullois. Refutation des Autheurs Grecs sur ce sujet. Noé
premier Gaullois. Les Gaullois peres des Umbres en Italie. Bodin refuté.
Conquetes & navigations des anciens Gaullois. Loix marines, justice, &
victoires des Marseillois. Portugal. Navire de Paris. Navigations des
anciens François. Refroidissement en la navigation d'où est venu.
Lacheté de nôtre siecle. Richesses des Terres-neuves._

CHAP. II

PLUSIEURS anciens ayans voulu discourir de l'origine du nom Gaullois, se
sont escrimés en tenebres,& n'ont point touché au but, soit ou faute de
sçavoir l'histoire de la creation du monde, ou d'entendre les langues
des vieux siecles (auquelles il faut rapporter l'imposition des noms le
plus anciens) ou d'avoir des vrais memoires des premiers Gaullois. Ce
qu'aussi n'eussent-ilz peu, d'autant que toute la Theologie, &
Philosophie d'iceux Gaullois consistait en traditive, & sans écriture,
de laquelle ilz n'usoient qu'és choses privées, ce dit Cesar. Or ici
nous n'avons affaire qu'aux Latins & Grecs, qui seuls ont traité de
nôtre antiquité. Quant aux Latins, iceux ne voyans apparence de deriver
nôtre nom d'un Coq, signifié par le mot _Gallus_ en leur langue, ilz
n'en ont voulu rien dire. Mais les Grecs plus hardis, léquels ont
brouillé les origines de toutes choses, & icelles remplies de fables,
ont écrit qu'un Roy des Gaullois nommé _Celtes_, & par honneur Jupiter,
eut une fille dite Galathée, laquelle dedaignoit tous les Princes de son
temps, jusques à ce qu'ayant ouï les vertus nompareilles, du grand
Hercule de Lybie fils d'Osiris, qui guerroyoit les tyrans de la terre,
comme il passoit par le païs des Celtes pour aller d'Hespagne en Italie,
elle en devint amoureuse, & par la permission de ses parens eut de luy
un enfant, qui fut nommé _Galates_, lequel surpassa tous les Princes de
son âge en force de corps & grandeur de courage: & ayant conquis
beaucoup de provinces par armes, changea le nom de Celtes que son pere
avoit donné, & nomma ses sujets Galates. D'autres ont pensé qu'ils
avoient esté ainsi appellez du mot Grec [gala] qui signifie Laict,
pource que le peuple Gaullois est blanc & de couleur de laict. Or ces
derivations sont absurdes: Car pour ce qui est de la couleur blanche, il
y avoit plus de raison d'appeler ainsi ceux dela grande Bretagne, ou les
bas Allemans. Et puis c'est folie d'estimer que nous ayons pris nôtre
appellation des Grecs, déquels au contraire une partie est appellée de
nôtre nom. Pour le regard du mot Galates, c'est une invention de la méme
forge. Car je ne voy que contrarieté en tous ceux qui en ont parlé.
Pausanias en ses Attiques dit, que le nom de Galates n'est venu que sur
le tard, & que de grande antiquité les Gaullois auparavant s'appelloient
Celtes. Et toutefois _Galates_, selon Berose, a esté Roy des Gaullois
immediatement apres _Celtes_. Strabon au contraire, dit, que tous les
Galates ont esté appelez Celtes par les Grecs, à cause du noble estoc de
ceux de la province Narbonoise, où il donne à entendre qu'ils estoient
Galates devant qu'étre Celtes. Appian tient que les Celtes viennent d'un
_Celtes_, fils de _Polyphemus_, qui fut fils de Neptune: ce qui ne se
peut accorder avec ce que dit Berose, que _Jupiter Celtes_ fut le
neufieme Roy des Gaullois, plusieurs siecles apres Neptune.

Mais je voudroy demander pourquoy les Grecs, pour suivre leurs
fantasies, ont changé le nom de Gaullois en Galates, ce que n'ont fait
les Romains plus retenus et plus sobres à brouiller l'antiquité. Je croy
qu'ils ont eu crainte de se rendre ridicules en les apellant Gaullois
par une (ll) double, d'autant que [Gallos] en leur langue signifie
_Chatré_: & ils voyoient les Gaulles formiller en generation. Et de là
ont pris sujet d'imposer le nom de Galates aux Gaullois, à cause du Roy
_Galates_. Et neantmoins Strabon, non autrement scrupuleux, les appelle
indifferemment Gaullois & Galates, & ceux de l'Asie Gallo-grecs.

N'y ayant donc point d'apparence à ce nom de Galates, il est meilleur de
nous arreter à l'appellation de noz plus proches voisins les Romains,
qui nous cognoissent mieux, déquels saint Gregoire disoit que _Comme ilz
n'ont les pointes & subtilitez des Grecs, aussi n'en ont-ilz les
heresies_: Ilz ne sont si grans brouillons & menteurs. Et pour le nom
Gaullois, nous avons l'authorité de Xenophon, lequel en ses Æquivoques
dict, _que le premier Ogyges_ (qui fut Noé) _fut surnommé Le Gaullois,
pource qu'au deluge du monde s'étant garenti des eaux, il en garentis
aussi la race des hommes, & repeupla la terre: De là vient_ (dit-il)
_que les Sages_ (qui sont peuples de la Scythie Asiatique, c'est à dire
de l'Armenie, où l'Arche de Noé s'arreta) _appellent un vaisseau de mer
Gallerim, pource qu'il garentit du naufrage_. Et de ce mot nous avons
retenu les noms de Gallere & Galliote, qui ne viennent pas de _Galerus_,
comme a voulu dire Erasme. Caton au poëme de ses Origines, & autres
Autheurs, s'accordent à ce que dessus, disans que Janus (qui est Noé)
vint de Scythie en Italie avec les Gaullois peres des Umbres (peuples
aujourd'huy tenans le Duché de Spolette) ainsi appellez d'un autre nom
que leurs peres, mais revenant à méme signification. Car en langue
Hébraïque & Aramée _Gallim_ signifie Flot, Eau, Inondation: & en langue
antique Latine _Umber_, ou _Imber_ signifie Eau & Pluie.

Je sçay que Bodin n'approuve point ceci, & se mocque de Rabbi Samuel,
qui est de méme opinion que nous. Mais je trouve sa raison bien plus
ridicule de dire que comme les anciens Gaullois étoient vagabons, ne
sçachans où ils alloient, ilz commencerent à murmurer par ces mots, _où
allons-nous?_ & que de là est venu le mot de U uallon, ou Gallon par une
transposition de lettre.

Arrétons-nous donc à nôtre premier avis, & disons avec le méme Xenophon,
que Noé repeuplant le monde amena une trouppe de familles pardeça,
léquelles aimans la navigation trouverent bon de s'appeller du nom
attribué à ce grand Ogyges (c'est à dire Illustre, & Sacré) &
semblablement à Comerus Gallus (lequel en l'histoire sainte est appellé
Gomer) premier Roy des Gaullois, selon Jacques de Bergome en son
Supplement des Chroniques: quoy que Berose le face Roy d'Italie, à quoy
je ne puis accorder, puis qu'elle n'en a retenu le nom.

Ainsi ayans beaucoup multiplié (comme la nation Gaulloise est feconde)
ilz se rendirent maitres de la mer dés les premiers siecles pares le
Deluge: & devant les guerres de Troye le grand Capitaine Cambaules
ravagea toute la Grece & l'Asie, comme le confesse Pausanias en ses
Phociques & ailleurs. Long temps depuis les Gaullois affriandez de butin
firent trois armées, dont Brennus (l'un des chefs) avoit cent
cinquante-deux mille pietons, & vingt mille quatre cens maitres de
cheval à sa part, chacun déquels avoit deux chevaux de relais, & nombre
de Solduriers souz lui, cotoyant toute l'Asie par mer aussi bien que par
terre. Strabon fait mention d'autres grandes conquétes des Tectofages,
Toliftobogiens, & Trocmiens peuples Gaullois, léquels occuperent la
Bythinie, Phrigie, Cappadoce & Paphlagonie, sous un nommé Leonorius,
lequel y institua douze Tetrarches semblables à noz douze Pairs de
France. Et de ces conquétes parle aussi Pline, lequel dit qu'il avoient
cent nonante-cinq villes et principautés.

Au reste ils avoient leurs loix marines si bien ordonnées, que les
nations étrangeres se conformoient volontiers à icelles comme faisoient
les Rhodiens, au recit de Strabon, léquels avoient emprunté de noz
Marseillois les loix marines dont ils usoient. Ce qu'ils avaient fait
d'autant plus volontiers qu'ilz les voyoient se gouverner avec Justice,
& ne souffrir aucuns pyrates sur la mer, ayans (dit le méme Strabon) des
grans magazins bien fournis de toutes choses necessaires à la marine, &
pour battre les villes, ensemble infinie dépouilles des victoires par
eux obtenuës durant plusieurs siecles contre les pyrates susdits. Et
Jules Cesar parlant de la civilité des Gaullois, & de leur façon de
vivre, laquelle ils ont enseigné aux Allemans, dit que la cognoissance
des choses d'outre mer leur apporte beaucoup d'abondance & de commoditez
pour l'usage de la vie.

Et ne faut penser que cette ardeur de naviger ait esté enclose dans la
mer du Levant. Car le païs de Portugal portant le nom de Port des
Gaullois, témoigne assez qu'ils ont aussi couru sur l'Ocean. En memoire
dequoy la principale ville du Royaume des Gaullois porte encore
aujourd'huy la Navire pour sa marque. Voire, je pourray bien encore ici
mentionner la pointe d'Angleterre, qui s'appelle _Cornu Gallia_,
Cornuaille. Ce qui ne peut provenir que des navigations des Gaullois.

Mais comme par la vicissitude des choses tout se change icy bas, & les
siecles ont je ne sçay quelle necessité (pour n'user du mot de fatalité)
née avec eux de suivre le gouvernement des astres instrumens de la
providence de Dieu: les Gaullois ont quelquefois par occasion laissé
refroidir cette ardeur de voguer sur les eaux, comme lors que les
Romains semerent la division entre-eux, & s'emparerent par ce moyen de
leur Etat: & depuis quand les François, Gots, & autres nations
dechirerent ce grand empire ja cassé de vieillesse, & tout remply
d'humeurs vicieuses, & corrompuës de longue main. Mais par aprés aussi
selon les occurences, ils ont repris leurs premiers & anciens erremens,
comme lors qu'on a publié les Croisades pour le recouvrement de la terre
sainte; environ lequel temps, sçavoir en l'an mille deux cens
quatre-vingt, pour éviter la peine de creer tous les jours des Admiraux
extraordinaires, & par commission, pour envoyer sur la mer, & conduire
l'armée Francoise en l'Orient, fut l'Admirauté de France erigée en
tiltre d'office par le Roy Philippe surnommé le Hardi, fils de saint
Louis, & deferée au Sire Enguerran de Couci, troisieme du nom en cette
famille, premier Admiral de France en la qualité que j'ay dit.

Or comme un malade pressé de la douleur qui le violente oublie aisément
les exercices auquels il souloit s'occuper estant en pleine santé; Ainsi
les François par-aprés occupez sur la defensive aux longues guerres
qu'ils ont euës contre les Anglois dans leurs propres entrailles & au
milieu de la France, ils ont laissé derechef alentir cette ancienne
ardeur en la navigation, qui ne s'est pas aysément r'échauffée depuis,
n'étant à peine la France relevée de maladie, que voicy naitre d'autres
guerres par la gloutonne ambition d'un Prince sujet de nôtre Roy, lequel
ne se promettoit rien moins que de luy enlever la corone de dessus la
téte, comme nous témoignent assez amplement nos histoires. Quoy que ce
soit il en a tiré de bonnes pieces, léquelles jaçoit qu'elles se
puissent justement debattre, toutefois ce ne seroit sans beaucoup de
difficultez. Et depuis ce temps les differens pour la Religion, & les
troubles étans survenus, noz François parmy ces longues alarmes ont esté
tellement occupez, qu'en une division universelle il a esté bien
difficile de viser au dehors, faisant un chacun beaucoup de conserver ce
qui luy étoit acquis; & vivre chez soy-méme.

Neantmoins parmy toutes ces choses, noz Roys n'ont laissé de faire des
découvertes avec beaucoup de depense en diverses contrées, & en divers
temps, comme a esté veu au chapitre precedent: Et eussent fait davantage
s'ils eussent eu prés d'eux des hommes amateurs de la navigation, ou si
nos Admiraux se fussent pleu à la marine, ou n'eussent esté empechés
ailleurs & embrouillés en noz guerres civiles: Car encores que les Roys
bien souvent ne soient que trop poussez d'ambition pour commander à
toute la terre, & à des nouveaux mondes, s'il étoit possible, d'autant
que (comme dit le Sage) _La gloire & dignité des Rois git en la
multitude du peuple_: si ont-ils besoin de gens que les secondent, voire
qui les enflamment à un beau sujet, où principalement il y a apparence
de faire chose qui peut reüssir à la gloire de Dieu, & n'y va point du
detriment d'autrui. Et en cela nôtre siecle est en pire condition que
les precedens, d'autant que combien que par la grace de Dieu nous
jouïssions d'une bonne paix, que le Roy soit redouté, & ait des moyens
autant que pas un de ses predecesseurs, que l'établissement d'un Royaume
Chrétien & François soit facile és regions Occidentales d'outre-mer, &
qu'il y ait des hommes immuables en cette resolution d'habiter la
Nouvelle France, d'où ils ont rapporté les fruicts de leur culture,
comme sera dit en son lieu: neantmoins il ne se trouve quasi personne
(j'enten de ceux qui ont credit en Cour) qui favorise ce dessein, soit
en privé, soit envers sa Majesté. On est bien aise d'en ouïr parler,
mais d'y aider, on ne s'entend point à cela. On voudroit trouver les
thresors d'Atabalippa sans travail & sans peine, mais on y vient trop
tard, & pour en trouver il faut chercher, il faut faire de la dépense,
ce que les grans ne veulent pas. Les demandes ordinaires que l'on nous
fait, sont: Y a-il des thresors, y a-il des mines d'or & d'argent? &
personne ne demande: Ce peuple là est-il disposé à entendre la doctrine
Chrétienne? Et quant aux mines il y en a vrayment, mais il les faut
fouiller avec industrie, labeur, & patience. La plus belle mine que je
sçache c'est du blé & du vin, avec la nourriture du bestial. Qui a de
ceci il a de l'argent. Et de mines nous n'en vivons point, quant à leur
substance. Et tel bien-souvent a belle mine qui n'a pas bon jeu.

Au surplus, les mariniers qui vont de toute Europe chercher du poisson
aux Terres-neuves, & plus outre, à mille lieuës loin de leur païs, y
trouvent de belles mines sans rompre les rochers, éventrer la terre,
vivre en l'obscurité des enfers (car ainsi faut-il appeller les
minieres, où l'on condamnoit anciennement ceux que meritoient la mort)
ils s'y trouvent, di-je, de belles mines au profond des eaux, & au
traffic des pelleteries & fourrures d'Ellans, de Castors, de Loutres, de
Martres, & autres animaux dont ilz retirent de bon argent au retour de
leurs voyages, auquels ils ne se plairoient tant s'ilz n'y sentoient un
ample proffit. Ceci soit dit en passant pour ce qui regarde la
Terre-neuve, laquelle jaçoit qu'elle soit peu habitée, & en un climat
assez froid, neantmoins est recherchée d'un grand nombre de peuple qui
lui va tous les ans rendre hommage de plus loin qu'on ne fait les plus
grans Roys du monde, léquels on caresse & honore bien souvent plus
pource qu'ilz sont riches & peuvent enrichir les autres, que pour
devoir. Ainsi en fait-on à cette terre: de laquelle si on retire tant
d'utilité, il faut estimer que celles qui sont en plus haute élevation
du soleil sont beaucoup plus è priser & estimer, d'autant qu'avec
l'abondance de la mer elles ont ce que l'on peut esperer de leur
culture; sans qu'il soit besoin de se travailler pour des mines d'or &
d'argent déquelles nôtre France Orientale se passe bien & ne laisse
d'étre aussi florissante que les païs dont elle est environnée. Dequoy
nous parlerons plus amplement cy-aprés selon que le sujet se presentera.



_Conjectures sur le peuplement des indes Occidentales, & consequemment
de la Nouvelle France comprise sous icelles._

CHAP. III

Je sçay que plusieurs étonnez de la decouverte des terres de ce monde
nouveau que l'on appelle Indes Occidentales, ont exercé leur esprit à
rechercher le moyen, par lequel elles ont peu étre peuplées aprés le
Deluge: ce qui est d'autant plus difficile, que d'un pole à l'autre, ce
monde là est separé de cetui-cy d'une mer si large, que les hommes ne
l'ont jamais (ce semble) ni peu, ni osé traverser jusques à ces derniers
siecles, pour découvrir nouvelles terres: du moins n'en est il aucune
mention en tous les livres & memoires qui nous ont esté laissez par
l'Antiquité. Les uns se sont servi de quelques propheties & revelations
de l'Ecriture sainte tirees par les cheveux, pour dire les uns que les
Hespagnols, les autres que les Juifs devoient habiter ce nouveau monde.
D'autres ont pensé que c'étoit une race de Cham portée là par munition
de Dieu, lors que Josué commença d'entrer en la terre de Chanaan, & en
prendre possession, l'Ecriture sainte témoignant que les peuples qui y
habitoient furent tellement épouvantez, que le coeur leur faillit à
tous: & ainsi pourroit estre avenu que les majeurs & ancestres des
Ameriquains & autres de delà, chassez par les enfans d'Israël de
quelques contrees de ces païs de Chanaan, s'estans mis dans des
vaisseaux à la merci de la mer, auroient esté jettés & seroient abordés
en cette terre de l'Amerique. Chose qui semble estre confirmee par ce
qui est écrit en la Sapience dite de Salomon, à sçavoir que les
Chananéens avant l'entree des enfans d'Israël en leur terre estoient
anthropophages, c'est à dire mangeurs de chair humaine, comme sont
plusieurs en cette grande étenduë de païs. Et pour les aider encore à
dire, j'adjouteray que plusieurs des Ameriquains sautent par-dessus le
feu en faisant leurs invocations à leurs Demons, ainsi que faisoient les
Chananéens. Mais il y a des raisons encores plus probables que celle-ci:
entre léquelles je diray que ceux-là ne se sont point éloignez de la
verité, qui ont estimé que quelques mariniers, marchans, & passagers
surpris de quelque fortunal de vent en mer, à la violence duquel ilz
n'auroient peu resister, auroient esté portés en cette terre, & là
paraventure auroient fait naufrage, si bien que se trouvans nuds, ils
auroient esté contraints de vivre de chasse et de pecherie, & se couvrir
de peaux des animaux qu'ils auroient tués, & ainsi auroient multiplié &
rempli cette terre telement quelement (car il n'y a préque les rives de
mer & des grandes rivieres habitees, du moins aux premieres terres qui
regardent la France, & sont en méme parallele) si bien qu'ores
qu'auparavant ils eussent quelque conoissance de Dieu, cela peu à peu
s'est évanouï, faute d'instructeurs, comme nous voyons qu'il est arrivé
en tout le monde de deçà peu apres le Deluge. Et plusieurs accidens
echeuz de cette façon, tant de la partie de l'Orient, que du Midi, & du
Nort, & des païs y interposés, peuvent avoir causé le peuplement de
cette terre Occidentale en toutes parts.

Ce qui n'est sans exemple, méme qui nous est familier. Car en l'an mil
cinq cens quatre-vints dix-huict le sieur Marquis de la Roche
gentil-homme Breton pretendant habiter la Nouvelle France, & y asseoir
des colonies Françoises, suivant la permission qu'il en avoit du Roy, il
y mena quelque nombre de gans, léquels (pource qu'ils ne conoissoit
encore le païs) il dechargea en l'ile de Sable, qui est à vint lieuës de
terre ferme plus au Su que le Cap-Breton, c'est à sçavoir par les
quarante quatre degrez. Cependant il s'en alla reconoistre & le peuple &
le païs, & chercher quelque beau port pour se loger. Au retour il fut
pris d'un vent contraire qui le porta si avant en mer, que se voyant
plus prés de la France que de ses gens, il continua sa route pardeça, où
il fut peu apres prisonnier és mains de Sieur Duc de Mercure, &
demeurerent là ses hommes l'espace de cinq ans vivans de poissons, & du
laictage de quelques vaches qui y furent portées il y a environ
quatre-vints ans, au temps du Roy François I par le Sieur Baron de Leri,
& de saint Just, Vicomte de Gueu, lequel ayant le courage porté à choses
hautes, desiroit s'établir par-dela, & y donner commencement à une
habitation de François; mais la longueur du voyage l'ayant trop long
temps tenu sur mer, il fut contraint de décharger là son bestial,
vaches, & pourceaux, faute d'eau douces & de paturages: & des chairs de
ces animaux aujourd'hui grandement multipliés, ont vécu les gens dudict
Marquis, tout le temps qu'ils ont eté en cette ile. En fin, le Roy étant
à Rouën commanda à un pilote de les aller recuillir lors qu'il iroit à
la pecherie des Terres-neuves. Ce qu'il fit, & d'un nombre de quarante
ou cinquante, en ramena une douzaine, qui le presenterent à sa Majesté
vétuz de peaux de loup-marins. Voila comme les peuples Sauvages peuvent
avoir été multipliés. Et qui eût laissé là pertuellement ces hommes avec
nombre de femmes, ilz fussent (ou leurs enfans) devenuz semblables aux
peuples de la Nouvelle-France, & eussent peu à peu perdu la conoissance
de Dieu. Et sir cette consideration je pourrois m'écrier avec l'Apôtre
saint Paul: _O profondeur des richesse, & de la sapience, & de la
conoissance de Dieu, que ses jugemens sont incomprehensibles, & ses
voyes impossibles à trouver! Car qui est-ce qui a coneu la pensee du
Seigneur, ou qui a été son Conseiller?_

Si qu'un allegue que ce que je viens de dire n'a peu étre fait pource
que ce n'est la coutume de mener les femmes en mer. Je repliqueray que
cela est bon à dire en ce temps ici, mais que les premiers siecles ont
eté autres, auquels croient les femmes plus vigoureuses, & avoient un
courage du tout mâle: au lieu qu'aujourd'hui, les delices ont
appoltronni & l'un & l'autre sexe. Et neantmoins encore voyons-nous
quelquefois des femmes suivre leurs maris en mer. Et n'en faut qu'une
pour en peupler tout un païs: ainsi que le monde a multiplié par la
fecondité de nôtre premiere mere.

Or pour revenir à mon propos, j'ay un autre argument, qui pourroit
servir pour dire que ces peuples ont eté portez là de cette façon, c'est
à dire, par fortune de mer, & qu'ilz sont venuz de quelque race de gens
qui avoient eté instruits en la loy de Dieu. C'est qu'un jour comme le
sieur de Poutrincourt discouroit par truchement à un Capitaine Sauvage
nommé _Chkoudun_, de nôtre Foy & religion, il répondit sur le propos du
Deluge, qu'il avoit bien ouï dire dés long temps, qu'anciennement il y
avoit eu des hommes mechans léquels moururent tous, & y en vint de
meilleurs en leur place. Et cette opinion du Deluge n'est pas seulement
en la partie de la Nouvelle-France, où nous avons demeuré, mais elle est
encore entre les peuples du Perou, léquels (à ce que raconte Joseph
Acosta) parlent fort d'un déluge avenu en leur païs, auquel tous les
hommes furent noyés, & que du grand lac _Titicaca_ sortit un _Viracocha_
(qui est le plus grand de tous leurs Dieux, lequel ils adorent en
regardant au ciel, comme createur de toutes choses) & ce _Viracocha_,
s'arreta en _Tiaguanaco_, où l'on voit aujourd'hui des reines & vestiges
d'anciens edifices fort étranges: & de là à _Cusco_. Ainsi recommença le
genre humain à se multiplier.

Je ne veux nier pourtant que ces grans païs n'aient peu étre peuplez par
un autre voye, sçavoir que les homme se multiplians sur la terre, &
s'étendans toujours, comme ils ont fait pardeça, en fin il y a de
l'apparence que de proche en proche ils ont atteint ces grandes
provinces, soit par l'Orient, ou par le Nort, ou par tous les deux. Car
je tiens que toutes les parties de la terre ferme sont concatenées
ensemble, ou du moins s'il y a quelque détroit, comme ceux d'Anian & de
Magellan: c'est chose que les hommes peuvent aisément franchir. La
consideration du passage des animaux est ce qui plus nous peut arreter
l'esprit en ceci. Mais on peut dire qu'il a eté aisé d'y transporter les
petits, & les grands sont d'eux-mémes capables de passer les detroits de
mer, comme il est vray-semblable que les Ellans ont passé de l'Europe
Septentrionale en Labrador, en Canada, en la terre des Souriquois par le
Nort car nous sçavons de certaine science qu'ilz ne font pas difficulté
de passer des bayes de mer, pour accourcir le chemin d'une terre à vue
autre. Et nous lisons au premier voyage du Capitaine Jacques Quartier,
que les ours passent aisément quatorze lieuës de mer: En ayant lui-méme
rencontré un qui traversoit à nage la mer qui est entre la terre ferme &
l'ile aux oiseaux.

Mais quand je considere que les Sauvages ont de main en main par
tradition de leurs peres, une obscure conoissance du Deluge, il me vient
au devant une autre conjecture du peuplement des Indes Occidentales, qui
n'a point encore esté mise en avant. Car quel empéchement y a-il de
croire que Noé ayant vécu trois cens cinquante ans aprés le Deluge,
n'ait luy méme eut le soin & pris la peine de peupler, ou plustot
repeupler ces païs là? Est-il à croire qu'il soit demeuré un si long
espace de temps sans avoir fait & exploité beaucoup de grandes & hautes
entreprises? Luy qui étoit grand ouvrier, & grand pilote, sçavoit-il
point l'art de faire un autre vaisseau (car le sien croit demeuré arreté
aux montagnes d'Ararat, c'est à dire de la grande Armenie) pour reparer
la desolation de la terre? Luy qui avoit la conoissance de mille choses
que nous ne sçavons point, par la traditive des sciences infuses en
nôtre premier pere, duquel il peut avoir veu les enfans ignoroit-il ces
terres Occidentales, où par-aventure il avoit pris naissance? Certes en
tout cas il est à presumer qu'ayt l'esprit de Dieu, & à r'établir le
monde par une speciale election du ciel, il avoit (du moins par la
renommee) conoissance de ces terres là, auquelles il ne luy a point eté
plus difficile de faire voile, ayant peuplé l'Italie, que de venir du
bout de la mer Mediterranée sur le Tibre fonder son _Ianiculum_, si les
histoires prophanes sont veritables, & par mille raisons y a apparence
de le croire. Car en quelque part du monde qu'il se trouvat, il étoit
parmi ses enfans. Il ne lui a, di-je, point esté plus difficile d'aller
du détroit de Gibraltar en la Nouvelle-France, ou du Cap-Vert au Bresil,
qu'à ses enfans d'aller en Java, ou en Japan, planter leur nom: ou au Roy
Salomon de faire des navigations de trois ans: léquelles quelques uns
des plus sçavans de nôtre siecle dernier passé, & entre autres François
Vatable, disent avoir eté au Perou, d'où il faisoit apporter cette
grande quantité d'or d'Ophir tres-fin & pur tant celebré en la sainte
Ecriture.

Que si (la chose presupposée de cette sorte) ceux des Indes Occidentales
n'ont conservé le sacré depos de la conoissance de Dieu, & les beaux
enseignement qu'il leur pouvoit avoir laissés, il faut considerer que
ceux du monde de deça n'ont pas mieux fait. Somme cette conjecture me
semble fondee en aussi bonne & meilleure raison que les autres. Et de
telle chose ayans eu Platon quelque sourde nouvelle, il en a parlé en
son Timée comme un homme de son païs, là où il a discouru de cette
grande ile Atlantique laquelle comme il ne voyoit point, ny personne qui
y eût eté de son temps, il a feint que par un grand deluge elle avoit
esté submergée dans la mer. Et aprés lui Ælian au troisieme de son
histoire Des choses diverses, rapporte chose préque semblable, quoy
qu'il croye que ce soit fable, et soit selon Theopompus, que jadis il y
eut «fort grande familiarité entre Mydas Phrygien, & Silenus. Ce Silenus
croit fils d'une Nymphe, de condition inferieure aux Dieux, mais plus
noble que celle des mortels. Apres avoir tenu plusieurs propos ensemble,
Silenus adjouta que l'Europe, l'Asie & la Lybye estoient iles
environnées de l'Ocean, mais qu'il y avoit une terre ferme par-delà ce
monde ici de grandeur infinie, nourrissant de grans animaux, & des
hommes deux fois aussi grans, & vivans deux fois autant que nous: qu'il
y avoit de grandes cités, diverses façons de vivres, & des loix
contraires aux nôtres. Par aprés il dit encores que cette terre possede
grande quantité d'or & d'argent, si bien qu'entre les peuples de delà,
l'or est moins estimé que le fer entre nous, &c.»

Qui considerera ces paroles, il trouvera qu'elles ne sont du tout
fabuleuses: & conclura qu'és premier siecles les hommes ont eu
conoissance de l'Amerique, & autres terres y continentes, & que pour la
longueur du voyage les hommes cessans d'y aller, cette conoissance est
venuë à neant, & n'en est demeuré qu'une obscure renommée. Car Pline
méme se plaint que de son temps les hommes étoient appoltronnis & la
navigation tellement refroidie, qu'il ne se trouvoit plus de gens
entendus à la marine, de sorte que «les côtes des terres se
reconnoissent mieux par des écrits de ceux qui ne les avoient jamais
veuës, que par le dire de ceux qui les habitoient. On ne se soucie plus
(dit-il) de chercher de nouvelles terres, ni méme de conserver la
conoissance de celles qui sont des-ja trouvées, quoy que nous soyons en
bonne paix, & que la mer soit ouverte» & ouvre ses ports à un chacun
pour les recevoir. Ainsi les iles Fortunées (qui sont les Canaries)
ayans eté és plus prochains siecles apres le Deluge fort conuës, &
frequentees, cette conoissance s'est perdue par la nonchalance des
hommes, jusques à ce qu'un Gentil-homme de Picardie Guillaume de
Betancourt les decouvrit és derniers siecles, comme nous dirons
cy-apres.

Et pour une derniere preuve de ce que j'ay dit ci-dessus, par une
conjecture vray-semblable que les siecles plus reculés ont eu
conoissance de terres Occidentales d'outre l'Ocean, j'adjouteray ici ce
que les Poetes anciens ont tant chanté des Hesperides, léquelles ayans
mis au Soleil couchant, elle peuvent beaucoup mieux étre appropriées aux
iles des Indes Occidentales, qu'aux Canaries, ni Gorgones. En quoy
volontiers je m'arreteray à ce que le méme Pline, sur une chose pleine
d'obscurité, recite qu'un Stratius Sebofus employa quarante jours à
naviger depuis les Gorgones (qui sont les iles du Cap Verd) jusques aux
Hesperides. Or ne faut-il point quarante jour, ains seulement sept ou
huict, pour aller des gorgones aux iles Fortunées (où quelques uns
mettent les Hesperides) n'y ayant que deux cens lieuës de distance.
Surquoy je conclus que les Hesperides ne sont autres que les iles de
Cuba, l'Hespagnole, la Jamaïque, & autres voisines au golfe de Mexique.

Quant au dragon qu'on disoit garder les pommes d'or des Hesperides, &
aucun n'y entroit, les anciens vouloient signifier les détroits de mer
qui vont serpentant parmi ces iles, au courant déquels plusieurs
vaisseaux s'estoient perdus, & qu'on n'y alloit plus. Que si le grand
Hercule y a esté, & en a ravi des fruits, ce n'est pas chose éloignée de
sa vertu.

[Illustation]



_Limites de la Nouvelle-France, & sommaire du voyage de Jean Verazzan
Capitaine Florentin en la Terre-neuve, aujourd'hui dite La Floride, & en
toute cette côte jusque au quarantiéme degré. Avec une briéve
description des peuples qui habitent ces contrees._

CHAP. IV

AYANT parlé de l'origine du peuple de la Nouvelle-France, il est à
propos de dire quelle est l'étenduë & situation de la province, quel est
ce peuple, les moeurs, façons & coutumes d'icelui, & ce qu'il y a de
particulier en cette terre, suivant les memoires que nous ont laissé
ceux qui premiers y ont eté, & ce que nous y avons reconu & observé
durant le temps que nous y avons sejourné. Ce que je feray, Dieu aydant,
en six livres, au premier déquels seront décrits les voyages des
Capitaines Verazzan, Ribaut, & Laudonniere en la Floride: Au second ceux
qui ont eté faits souz le sieur de Villegagnon en la France antartique
du Bresil: Au troisiéme ceux du Capitaine Jacques Quartier & de Samuel
Champlein en la grande riviere de Canada: Au quatriéme ceux des sieurs
de Monts & de Poutrincourt sur la côte de la Terre neuve qui est baignee
du grand Ocean jusques au quarantiéme degré: Au cinquiéme ce qui s'est
fait en ce sujet depuis nôtre retour en l'an mille six cens sept; & au
sixiéme les moeurs, façons & coutumes des peuples déquels nous avons à
parler.

Je comprens donc souz la Nouvelle-France tout ce qui est au-deça du
Tropique du Cancer jusques au Nort, laissant la vendication de la France
Antarctique à qui la voudra & pourra debattre, & à l'Hespagnol la
jouïssance de ce qui est au-delà de notredit Tropique. En quoy je ne
veux m'arréter au partage fait autrefois par le Pape Alexandre sixiéme
entre les Rois de Portugal & de Castille, lequel ne doit prejudicier au
droit que noz Rois se sont justement acquis sur les terres de conquéte,
telle que sont celles dont nous avons à traiter, d'autant que ce qu'il
en a fait a esté comme arbitre de chose debattuë entre ces Rois: qui ne
leur appartenoit non plus qu'à un autre. Et quand en autre qualité ledit
Pape en auroit ainsi ordonné; outre que son pouvoir (hors son domaine)
est purement spirituel, il est à disputer s'il pouvoit, ou devoit
partager les enfans puisnéz de l'Eglise, sans y appeller l'ainé.

Ainsi nôtre Nouvelle-France aura pour limites du coté d'Ouest la terre
jusques à la mer dite Pacifique, au deça du Tropique du Cancer: Au midi
les iles & la mer Atlantique du côté de Cuba & l'ile Hespagnole: Au
levant la mer du Nort qui baigne la Nouvelle-France: & au Septentrion,
celle terre qui est dite inconuë vers la mer glacée jusques au pole
arctique. De ce côté quelques Portugais & Anglois ont fait des courses
jusques aux soixantieme & septantieme degrez pour trouver passage d'une
mer à l'autre par le Nort: mais apres beaucoup de travail ils ont perdu
leurs peines, soit pour les trop grandes froidures, soit par defaut des
choses necessaires à poursuivre leur route.

En l'an mille cinq cens vingt-quatre, Jean Verazzan Florentin fut envoyé
à la decouverte des terres par nôtre Roy Tres-Chrétien François premier,
& de son voyage il fit un rapport à sa Majesté, duquel je representeray
les choses principales sans m'arreter à suivre le fil de son discours.
Voici donc ce qu'il en écrit: Ayans outrepassé l'ile de Madere, nous
fumes poussez d'une horrible tempéte, qui nous guidant vers le Nort, au
Septentrion, apres que la mer fut accoisée nous ne laissames de courir
la méme route l'espace de vingt-cinq jours, faisans plus de quatre cens
lieuës de chemin par les ondes de l'Ocean: où nous découvrimes une
Terre-neuve, non jamais (que l'on sçache) conuë, ni découverte par les
anciens, ni par les modernes: & d'arrivée elle nous sembla fort basse:
mais approchans à un quart de lieuë, nous conumes par les grans feuz que
l'on faisoit le long des havres, & orées de la mer, qu'elle étoit
habitée, & qu'elle regardoit vers le Midy: & nous mettans en peine de
prendre port pour surgir & avoir conoissance du pays, nous navigames
plus de cinquante lieuës en vain: si que voyans que toujours la côte
tournoit au Midi, nous deliberames de rebrousser chemin vers le Nort,
suivant nôtre course premiere. Et fin voyant qu'il n'y avoit ordre de
prendre port, nous surgimes en la côte, & envoyames un esquif vers
terre, où furent veuz grand nombre des habitans du païs qui approcherent
du bord de la mer, mais dés qu'ilz virent les Chrétiens proches d'eux
ilz s'enfuirent, non toutefois en telle sorte qu'ils ne regardassent
souvent derriere eux, & ne prinssent plaisir avec admiration de voir ce
qu'ils n'avoient accoutumé en leur terre: & s'ébahissoient & des habits
des nôtres, & de leur blancheur & effigie, leur montrans où plus
commodément ilz pourroient prendre terre, &c. Puis adjoute: Ilz vont
tout nuds, sauf qu'ilz couvrent leurs parties honteuses, avec quelques
peaux de certains animaux qui se rapportent aux martres, & ces peaux
sont attachées à une ceinture d'herbe qu'ilz font propre à ceci, & fort
étroite, & tissuë gentillement, & accoutree avec plusieurs queuës
d'autres animaux qui leur environnent le corps, & les couvrent jusques
aux genoux: & sur la téte aucuns d'eux portent comme des chapeaux, &
guirlandes faites de beaux pennaches. Ce peuple est de couleur un peu
bazannée, comme quelques Mores de la Barbarie qui avoisinent le plus de
l'Europe: ont les cheveux noirs, touffus, & non gueres longs, & léquels
ilz lient tout unis & droits sur la téte, tous ainsi faits que si
c'étoit une queuë. Ils sont bien proportionnez de membres, de stature
moyenne, un plu plus grans que nous ne sommes, larges de poitrine, les
bras forts & dispos, comme aussi ils ont & pieds & jambes propres à la
course, n'ayant rien que ne soit bien proportionné, sauf qu'ils ont la
face large, quoyque non tous, les ïeux noirs & grans, le regard prompt &
arreté. Ils sont assez foibles de force, mais subtils & aigus d'esprit,
agiles & des plus grans & vites coureurs de la terre.

Or quant au plan & site de cette terre & de l'orée maritime, elle est
toute couverte de menu sablon qui va quelques quinze piés en montant, &
s'étend comme petites collines & côteaux ayans quelques cinquante pas de
large: & navigant plus outre on trouve quelques ruisseaux & bras de mer
qui entrent par aucunes fosses & canaux, déquels arrousent les deux
bords. Apres ce on voit la terre large, laquelle surmonte ces havres
areneux, ayant de tres-belles campagnes & plaines, qui sont couvertes de
bocages & forets tres-touffuës, si plaisantes à voir que c'est
merveille: et les arbres sont pour la pluspart lauriers, palmiers, &
hauts cyprés, & d'autres qui sont inconnue à notre Europe, & léquels
rendoient une odeur tres-suave, qui fit penser aux François que ce païs
participant en circonference avec l'Orient, ne peut étre qu'il ne soit
aussi abondant en drogues & liqueurs aromatiques, comme encore la terre
donne assez d'indices qu'elle n'est sans avoir des mines d'or, &
d'argent & autres metaux. Et est encore cette terre abondante en cerfs,
daims, & lievres. Il y a des lacs & étangs en grand nombre, et des
fleuves & ruisseaux d'eau vive, & des oyseaux de diverses especes, pour
ne laisser chose qui puisse servir à l'usage des hommes.

Cette terre est en elevation de trente-quatre degrez, ayant l'air pur,
serein, & fort sain, & temperé entre chaud & froid, & ne sent-on point
que les vens violens, & impetueux soufflent & respirent en cette region,
y regnant le vent d'Orient & d'Occident, & sur tout en Eté, y estant le
ciel clair & sans pluie, si ce n'est que quelquefois le vent Austral
souffle, lequel fait élever quelques nuages & brouillars, mais cela se
passe tout soudainement, & revient sa premiere clarté. La mer y est
quoye, & sans violence ni tourbillonnemens de flots, & quoy que la plage
soit basse & sans aucun port, si n'est-elle point facheuse aux navigans,
d'autant qu'il n'y a pas un écueil, & que jusques à rez de terre à cinq
ou six pas d'icelle, on trouve sans flux ny reflux vingts piés d'eau:
Quant à la haute mer on y peut facilement surgir, bien qu'une nef fust
combattue de la fortune, mais pres de la rade il y fait dangereux. Par
cette description peut-on recognoitre que ledit Verazzan est le premier
qui a découvert cette côte qui n'avoit point encore de nom, laquelle il
appelle Terre-neuve, & depuis a esté appellée la Floride par les
Hespagnols, soit ou pource qu'ils en eurent la veuë le jour de Pasques
flories, ou pource qu'elle est toute verte & florissante, & que méme les
eaux y sont couvertes d'herbes verdoyantes, estant auparavant nommée
_Jaquaza_ par ceux du païs.

Quant à ce qui est de la nature du peuple de cette contrée, noz François
en parlent tout autrement que les Hespagnols, aussi estans naturellement
plus humains, doux & courtois, ils y ont receu meilleur traitement. Car
Jean Poncey estant allé à la découverte, & ayant mis pied à terre: comme
il vouloit jetter les fondemens de quelque citadelle ou fort, il y fut
si furieusement attaqué par un soudain choc des habitans du païs,
qu'outre la perte d'un grand nombre de ses soldats, il receut une playe
mortelle, dont il mourut tôt apres, ce qui mit son entreprise à neant, &
ne recognuerent pour lors les Hespagnols que cet endroit où ils
pretendoient se percher.

Depuis encore Ferdinand Sotto riche des dépouilles du Peru, apres avoir
enlevé les thresors d'Atabalippa, desireux d'entreprendre choses
grandes, fut envoyé en ces parties-là par Charles V Empereur avec une
armee en l'an mil cinq cens trente-quatre. Mais comme l'avarice
insatiable le poussoit, recherchant les mines d'or premier que de se
fortifier, cependant qu'il erroit & esperoit, il mourut de vergogne & de
dueil, & ses soldats que deça, qui dela, qui furent assommés en grand
nombre par les Barbares. De rechef en l'an mil cinq cens quarante-huit,
furent envoyez d'autres gens par le mesme Charles V léquels furent
traitez de méme, & quelques-uns écorchéz, & leur peaux attachées aux
portes de leurs temples.

Notre Florentin Verazzan s'estant (comme il est à presumer) comporté
plus humainement envers ces peuples, n'en receut que toute courtoisie, &
pourtant dit qu'ils sont si gracieux & humains, qu'eux (c'est à dire les
François) voulans sçavoir quelle estoit la gent qui habitoit le long de
cette côte, envoyerent un jeune marinier, lequel sautant en l'eau &
pource qu'ils ne pouvoient prendre terre, à cause des flots & courans
afin de donner quelques petite denrees à ce peuple, & les leur ayant
jettées de loin (pource qu'il se meffioit d'eux) il fut poussé
violemment par les vagues sur la rive. Les Indiens (ainsi les appelle-il
tous) le voyans en cet état le prennent & le portent bien loin de la
marine, au grand étonnement du pauvre matelot, lequel s'attendoit qu'on
l'allat sacrifier, & pource crioit-il à l'ayde, & au secours, comme
aussi les Barbares crioient de leur part pensans l'asseurer. L'ayans mis
au pied d'un côtau à l'objet du Soleil ils le dépouillerent tout nud,
s'ébahissans de la blancheur de la chair, & allumans un grand feu le
firent revenir & reprendre sa force: & ce fut lors que tant ce pauvre
jeune homme que ceux qui étoient au bateau, estimoient que ces Indiens
le dussent massacrer & immoler, faisans rotir sa chair en ce grand
brazier, & puis en prendre leur curée, ainsi que font les Canibales.
Mais il en avint tout autrement. Car ayant repris ses esprits, & eté
quelque temps avec eux, il leur fit signe qu'il s'en vouloit retourner
au navire, où avec grande amitié ilz le reconduirent, l'accollans fort
amoureusement. Et pour lui donner plus d'asseurance, ils luy firent
largue entre eux, & s'arreterent jusques à tant qu'il fut à la mer.

Ayans traversé païs quelque centaine de lieuës en tirant vers la côte
qui est aujourd'hui appellée Virginia, ilz vindrent à une autre contree
plus belle & plaisante que l'autre, & où les habitans étoient plus
blancs, & qui se vétoient de certaines herbes pendantes aux rameaux des
arbres, & léquelles ilz tissent avec cordes de chanve sauvage, dont ils
ont grande abondance.

Ilz vivent de legumes, léquels ressemblent aux nôtres; de poissons, &
d'oiseaux qu'ilz prennent aux rets, & avec leurs arcs, les fléches
déquels sont faites de roseaux, & de cannes, & le bout armé d'arréte de
poisson, ou des os de quelque béte.

Ils usent des canoës & vaisseaux tout d'une piece, comme les Mexiquains,
& y est le païsage & terroir fort plaisant, fertil, & plantureux,
bocageux & chargé d'arbres, mais non si odoriferens, à cause que la côte
tire plus vers le Septentrion: & par ainsi étant plus froide, les fleurs
& fruits n'ont la vehemence en l'odeur que celles des contrées susdites.

La terre y porte des vignes & raisins sans culture, & ces vignes vont se
haussant sur les arbres, ainsi qu'il les voit accoutrées en Lombardie, &
en plusieurs endroits de la Gascogne: & est ce fruit bon, & de méme gout
que les nôtres, & bien qu'ils n'en facent point de vin, si est-ce qu'ils
en mangent, & s'ils ne cultivent cet arbrisseau, à tout le moins
otent-ils les feuillages qui lui peuvent nuire & empecher que le fruit
ne vienne à maturité.

On y voit aussi des roses sauvages, des lis, des violettes, & d'autres
herbes odoriferentes & qui sont differentes des nôtres.

Et quant à leurs maisons, elles sont faites de bois & sur les arbres, &
en d'aucuns endroits ilz n'ont autre gite que la terre, ni aucune
couverture que le ciel, & par ainsi ilz sont tretous logés à l'enseigne
du Croissant, comme aussi sont ceux qui se tiennent le long de ces
terres & rives de la mer.

Somme notre Verazzan decrit fort amplement toute cette côte, laquelle il
a universellement veue jusques aux Terres-neuves où se fait la pecherie
des moruës.

Mais d'autant qu'en nôtre navigation derniere souz la charge du sieur de
Poutrincourt, en l'an mil six cens six, nous n'avons decouvert que
jusques au quarantiéme degré, afin que le lecteur ait la piece entiere
de toute nôtre Nouvelle-France conuë je coucheray ici ce que le méme
nous a laissé d'un pays qu'il decrit, & lequel il fait en méme elevation
qu'est la ville de Rome à sçavoir à quarante degrez de la ligne, qui est
vue partie du païs des Armouchiquois (car il ne donne pas de nom à pas
un des lieux qu'il a veu). Il dit donc qu'il vit deux Rois (c'est à dire
Capitaines) & leur train, tous allans nuds, sauf que les parties
honteuses sont couvertes de peau, soit de cerf ou d'autre sauvagine:
hommes & femmes beaux & courtois sur tous autres de cette côte, ne se
soucians d'or, ni d'argent, comme aussi ils ne tenoient en admiration ni
les miroirs, ni la lueur des armes des Chrétiens: seulement
s'enqueroient comme on avoit mis ceci en oeuvre. Vit leur logis qui
étoient faits comme les chassis d'un lit, soutenu de quatre piliers, &
couvert de certaine paille, comme noz nates, pour les defendre de la
pluye: Et s'ils avoient l'industrie de bâtir comme par-deça, il leur
seroit fort aisé, à cause de l'abondance de pierres qu'ils ont de toutes
sortes: les bords de la mer en estans tout couvers, & de marbre & de
jaspe, & autres especes. Ils changent de place, & transportent leurs
cabanes toutes les fois que bon leur semble, ayans en un rien dressé un
logis semblable, & chacun pere de famille y demeurant avec les siens, si
bien qu'on verra en une loge vingt & trente personnes. Estans malades
ils se guerissent avec le feu, & meurent plus de grande vieillesse que
d'autre chose. Ilz vivent de legumes, comme les autres que nous avons
dit, & observent le cours de la Lune lors qu'il faut les semer. Ils sont
aussi fort pitoyable envers leurs parens lors qu'ilz meurent, ou sont en
adversité: car ilz les pleurent & plaignent: y estans morts ils chantent
je ne sçay quelz vers ramentevans leur vie passée.

Voila en somme la substance de ce que notre Capitaine Florentin écrit
des peuples qu'il a découverts. Quelqu'un dit qu'estant parvenu au
Cap-Breton (qui est l'entrée pour cingler vers la grande riviere de
Canada) il fut pris & devoré des Sauvages. Ce que difficilement puis-je
croire, puis qu'il fit la relation susdite de son voyage au Roy, &
attendu que les Sauvages de cette terre-là ne sont point anthropophages,
& se contentent d'enlever la teste de leur ennemi. Bien est vray que
plus avant vers le Nort il y quelque nation farouche qui guerroye
perpetuellement noz marinier faisans leur pecherie. Mais j'entens que la
querele n'est pas si vieille, ains est depuis vingt ans seulement, que
les Maloins tuerent une femme d'un Capitaine, & n'en est point encor la
vengeance assouvie. Car tous ces peuples barbares generalement appetent
la vengeance, laquelle ilz n'oublient jamais, ains en laissent la
memoire à leurs enfans. Et la religion Chrétienne a cette perfection
entre autre choses, qu'elle modere ces passions effrenées, remettant
bien souvent l'injure, la justice, & l'execution d'icelle au jugement de
Dieu.



_Voyage du Capitaine Jean Ribaut en la Floride: Les découvertes qu'il y
a fait: & la premiere demeure des Chrétiens & François en cette
province._

CHAP. V

ENCORE que portez de la maree & du vent tout ensemble nous ayons passé
les bornes de la Floride, & soyons parvenuz jusques au quarantiéme
degré, toutefois il n'y aura point danger de tourner le Cap en arriere &
rentrer sur noz brisées, d'autant que si nous voulons passer outre nous
entrerons sur les battures de Malebarre, terre des Armouchiquois en
danger de nous perdre, si ce n'est que nous voulions tenir la mer: mais
ce faisans nous ne reconoitrons point les peuples sur le subjet déquels
nous nous sommes mis sur le grand Ocean. Retournons donc en la Floride,
car j'enten que depuis notre depart le Roy y a envoyé gens pour y
dresser des habitations & colonies Françoises.

Jaçoit donc que selon l'ordre du temps il seroit convenable de rapporter
ici les voyages du Capitaine Jacques Quartier, toutefois il me semble
meilleur de continuer ici tout d'une suite le discours de la Floride, &
montrer comme nos François y envoyez par le Roy l'ont premiers habitées,
& ont traité alliance & amitié avec les Capitaines & Chefs d'icelle.

En l'an mille cinq cens soixante deux l'Admiral de Charillon Seigneur de
louable memoire, mais qui s'enveloppa trop avant aux partialitez de la
Religion, desireux de l'honneur de la France fit en sorte envers le
jeune Roy Charles IX porté de lui-méme à choses hautes, qu'il trouva
fort bon d'envoyer nombre de gans à la Floride pour lors encores
inhabitée de Chrétiens, afin d'y établir le nom de Dieu souz son
authorité. De cette expedition fut ordonné chef Jean Ribaut, homme grave
& fort experimenté en l'art de la marine, lequel aprés avoir receu
commandement du Roy se mit en mer le 18 de Février accompagné de deux
Roberges qui lui avaient eté fournies, & d'un bon nombre de
gentilshommes, ouvriers & soldats. Ayant donc navigé deux mois il prit
port en la Nouvelle France terrissant pres un cap, ou promontoire, non
relevé de terre, pource que la côte est toute plate (ainsi que nous
avons veu ci dessus en la description du voyage je Jean Verazzan) &
appella ce cap _le Cap François_ en l'honneur de nôtre France. Ce cap
distant de l'Equateur d'environ trente degrez.

De ce lieu laissant la côte de la Floride qui se recourbe directement au
Midi vers l'ile de Cuba finissant comme en pointe triangulaire, il
cotoya vers le Septentrion, & dans peu de temps découvrit une fort belle
& grande riviere, laquelle il voulut reconoitre, & arrivé au bord
d'icelle le peuple le receut avec bon accueil, lui faisant presens de
peaux de chamois: & là non loin de l'embouchure de la dite riviere, il
fit planter dans la riviere méme une colonne de pierre de taille sur un
côtau de terre sablonneuse, en laquelle les armoiries de France étoient
empreintes & gravées. Et entrant plus avant pour reconnoitre le païs il
s'arreta en l'autre côté d'icelle riviere, où ayant mis pied à terre
pour prier Dieu & lui rendre graces, ce peuple cuidoit que les François
adorassent le Soleil, par-ce qu'en priant ilz dressoient la veuë vers le
ciel. Le Capitaine des Indiens de ce côté de la riviere (que l'historien
de ce voyage appelle Roy) fit present audit Ribaut d'un panache
d'aigrette teint en rouge, d'un panier fait avec des palmites, tissu
fort artificiellement, & d'une grande peau figurée par tout de divers
animaux sauvages si vivement representés & pourtraits que rien n'y
estoit que la vie. Le Capitaine François en reciproque lui bailla des
petits braselets d'étain argentez, une serpe, un miroir, & des couteaux,
dont il fut fort content. Et au contraire contristé du depart des
François, lesquel à l'adieu ils chargerent de grande quantité de
poissons. De-là traversans la riviere ces peuples se mettoient jusques
aux aisselles pour recevoir les nôtres avec presens de mil & meures
blanches & rouges, & pour les porter à terre. Là ils allerent voir le
Roy (que j'aime mieux nommer Capitaine) des ces Indiens, lequel ilz
trouverent assis sur une ramée de cedres & de lauriers, ayant pres de
soy ses deux fils beaux & puissans au possible, & environné d'une troupe
d'Indiens, qui tous avoient l'arc en main & la trousse pleine de fleches
sur le dos merveilleusement bien en conche. En cette terre il y a grande
quantité de vers à soye, à cause des meuriers. Et pour-ce que noz gans y
arriverent le premier jour de May, la riviere fut nommée du nom de ce
mois.

De là poursuivans leur route ilz trouverent une autre riviere laquelle
ilz nommerent Seine pour la ressemblance qu'elle a avec notre Seine. Et
passans outre vers le Nord-est trouverent encor une autre riviere qu'ilz
nommerent Somme là où il y avoit un Capitaine non moins affable que les
autres. Et plus outre encore une autre qu'ilz nommerent Loire. Et
consequemment cinq autres ausquelles ils imposerent les noms de noz
rivieres de Cherente, Garonne, & Gironde, & les deux autres ilz les
appellerent Belle, & Grande, toutes ces neuf rivieres en l'espace de
soixante lieuës, les noms déquelles les Hespagnols ont changés en leurs
Tables geographiques: & si quelques-unes se trouvent où ces noms soient
exprimés, nous devons cela aux Holandois.

Or d'autant que celui qui est en plein drap choisit où il veut, aussi
noz François trouvans toute cette côte inhabitée de Chrétiens ilz
desirerent se loger à plaisir, & passans outre toujours vers le Nord-est
trouverent une plus belle & grande riviere, laquelle ilz pensoient estre
celle de Jordan, dont ils estoient fort desireux & paraventure est
cette-ci méme, car elle est une des belles qui soit en toute cette
universelle côte. La profondité y est telle, nommément quand la mer
commence à fluer dedans, que les plus grans vaisseaux de France, voire
les caraques de Venise y pourroient entrer. Ainsi ilz mouillerent
l'ancre à dix brasses d'eau, & appelerent ce lieu & la riviere mme LE
PORT ROYAL. Pour la qualité de la terre il ne se peut rien voir de plus
beau, car elle étoit toute couverte de hauts chenes & cedres en
infinité, & au dessus d'iceux de lentisques de si suave odeur, que cela
seul rendoit le lieu desirable. Et cheminans à travers les ramées ilz ne
voyoient autre chose que poules d'Indes s'envoler par les forets, &
perdris grises & rouges quelque peu differentes des nôtres, mais
principalement en grandeur. Ils entendoient aussi des cerfs brosser
parmi les bois, des ours, loup-cerviers, leopars, et autres especes
d'animaux à nous inconus. Quant à la pecherie un coup de saine étoit
suffisant pour nourrie un jour entier tout l'equipage.

Cette riviere est à son embouchement large de cap en cap de trois lieuës
Françoises. Ilz y penetrerent fort avant dedans, & trouverent force
Indiens, qui de commencement fuioient à leur venuë, mais par aprés
furent bien-tot apprivoisez, se faisans des presens les uns aux autres,
& vouloient ces peuples les retenir avec eux, leur promettans
merveilles. En un des bras de cette riviere trouvans lieu propre ilz
planterent en une petite ile une borne où étoient gravées les armes de
France. Au reste ces peuples là sont si heureux en leur façon de vivre,
qu'ilz ne la voudroient pas quitter pour la nôtre. Et en cela est la
condition du menu peuple de deça bien miserable (je laisse à part le
point de la religion) qu'ils n'ont rien qu'avec une incroyable peine &
travail, & ceux-là ont abondance de tout ce qui leur est necessaire à
vivre. Que s'ilz ne sont habillez de velours & de satin la felicité ne
git point en cela, ains je diray que la cupidité de telles choses, &
autres superfluitez que nous voulons avoir, sont les bourreaux de nôtre
vie. Car pour parvenir à ces choses, celui qui n'a son diner pret, a
besoin de merveilleux artifices, léquels bien souvent la conscience
demeure intéressée. Mais encore chacun n'a-il point ces artifices: car
tel a envie de travailler qui ne trouve pas à quoy s'occuper: & tel
travaille, à qui son labeur est ingrat: & delà mille pauvretés entre
nous. Et entre ces peuples tous sont riches s'ils avoient la grace de
Dieu, car la vraye richesse du monde, c'est d'avoir contentement. La
terre & la mer leur donnent abondamment ce qu'il leur faut, ils en usent
sans rechercher les façons de deguiser les viandes, ni tant de saulses
qui bien-souvent coutent plus que le poisson. Et pour les avoir se faut
donner de la peine. Que s'ilz n'ont tant d'appareils que nous, ilz
peuvent dire d'autre part que nous n'avons point libre la chasse du cerf
& autres bétes des bois, comme eux: ni des eturgeons, saumons, & mille
autres poissons à foison.

Noz François caresserent fort long temps deux jeunes Indiens pour les
amener en France & les presenter à la Royne, suivant le commandement
qu'ils en avoient eu, mais il n'y eut moyen de les retenir, ains se
sauverent sans emporter les habits qui leur avoient eté donnés. Au temps
de Charles V Empereur, les Hespagnols habitans de sainct Domingue en
attirent cauteleusement quelques uns de cette côte, jusque au nombre de
quarante pour travailler à leurs mines, mais ilz n'en eurent point le
fruit qu'ils en attendoient, car ilz se laisserent mourir de faim
excepté un que fut mené à l'Empereur, lequel il fit peu apres baptizer,
& lui donna son nom. Et parce que cet Indien parloit toujours de son
Seigneur (ou Roy) _Chiquola_, il fut nomme Charles de _Chiquola_. Ce
_Chiquola_, estoit un des plus grans Capitaines de cette contrée,
habitant avant dans les terres en une ville, ou grand enclos, où il y
avoit de fort belles & hautes maisons.

Or le Capitaine Ribaut apres avoir bien reconnu cette riviere, desireux
de l'habiter il assembla ses gens, auquels il fit une longue harangue
Pour les encourager à se resoudre à cette demeure, leur remontrant
combien ce leur seroit chose honorable & tout jamais d'avoir entrepris
une chose si belle, quoy que difficile. Enquoy il n'oublia à leur
proposer les exemples de ceux qui de bas lieu estoient parvenus à des
choses grandes, comme de L'Empereur Ælie Pertinax, lequel estant fis
d'un cordonnier ne dedaigna de publier la bassesse de son extraction,
ains pour exciter les hommes de courage, quoy que pauvres, à bien
esperer, fit recouvrir la boutique de son pere d'un marbre bien elaboré.
Aussi du vaillant & redouté Agatocles, lequel estant fils d'un potier de
terre, fut depuis Roy de Sicile, & parmi les vaisselles d'or et d'argent
se faisoit aussi servir de poterie de terre en memoire de la condition
de son pere. De Rusten Bascha, de qui le pere estoit vacher, &
toutesfois par sa valeur & vertu parvint à tel degré qu'il épousa la
fille du grand Seigneur son Prince. A peine eut-il achevé son propos,
que la pluspart des soldats respondirent qu'un plus grand heur ne leur
pourroit avenir, que de faire chose, qui deust reussir au contentement
du Roy, & à l'accroissement de leur honneur. Supplians le Capitaine
avant que partir de ce lieu leur bâtir un fort, ou y donner
commencement, & leur laisser munitions necessaires pour leur defense. Et
ja leur tardoit que cela ne fût fait.

Le Capitaine les voyant en si bonne volonté, en fut fort rejouï, &
choisit un lieu au Septentrion de cette riviere le plus propre &
commode, & au contentement de ceux qui y devoient habiter, qu'il fut
possible de trouver. Ce fut une ile qui finit en pointe vers
l'embouchure d'icelle riviere, dans laquelle il entre une autre petite
riviere, neantmoins assez profonde pour y retirer galleres & galliotes
en assez bon nombre: & poursuivant plus avant au long de cette ile, il
trouva un lieu fort explané joignant le bord d'icelle, auquel il
descendit, & y bâtit la forteresse, qu'il garnit de vivres & munitions
de guerre pour la defense de la place. Puis les ayant accomodé de tout
ce qui leur estoit besoin, resolut de prendre congé d'eux. Mais avant
que partir, appelant le Capitaine Albert (lequel il laissoit chef en ce
lieu) _Capitaine Albert_ (dit-il) _j'ai à vous prier en presence de tous
que vous ayés à vous acquitter si sagement de votre devoir & si
modestement gouverner la petite troupe que je vous laisse_ (ils
n'étoient que quarante) _laquelle de si grande gayeté demeure souz vôtre
obeissance, que jamais je n'aye occasion de vous loüer, & ne taire
(comme j'en ay bonne envie) devant le Roy le fidele service qu'en la
presence de nous tous lui promettez faire en la Nouvelle France. Et vous
compagnons_ (dit-il aux soldats) _je vous supplie aussi reconoitre le
Capitaine Albert comme si c'étoit moy-méme qui demeurast, luy rendans
obeissance telle que le vray soldat doit faire à son chef & Capitaine,
vivans en fraternité les uns avec les autres, sans aucune dissension, &
ce faisant Dieu vous assistera & benira vos entreprises._



_Retour du Capitaine Jean Ribaut en France: Confederation des François
avec les chefs des Indiens: Fétes d'iceux Indiens: Nécessité de vivres.
Courtoisie des Indiens: Division des François: Mort du Capitaine
Albert._

CHAP. VI

LE Capitaine Ribaut ayant fini son propos, il imposa au Fort des
François le nom de CHARLE-FORT, en l'honneur du Roy Charles & à la
petite riviere celui de Chenonceau. Et prenant congé de tous il se
retira avec sa troupe dans ses vaisseaux. Le lendemain levant les
voiles, il salua les François Floridiens de maintes canonades pour leur
dire adieu, eux de leur part ne s'oublierent à rendre la pareille.

Les voila donc à la voile tirans vers le Nord-est pour découvrir
davantage la côte; & à quinze lieuës du Port Royal trouverent une
riviere, laquelle ayans reconu n'avoir que demie Brasse d'eau en son
plus profond, ilz l'appellerent la Riviere basse. Delà gaignans la
campagne salée, ilz se trouverent en peine, & ne sçavoient que faire
étans reduits à six, cinq, quatre, & trois brasses d'eau, encores qu'ilz
fussent six lieuës en mer. Mettans donc les voiles bas le Capitaine
print conseil de ce qu'ils auroient à faire, ou de poursuivre la
découverte, ou de se mettre en mer par le Levant, attendu qu'il avoit de
certain reconnu, méme laissé des François qui ja possedoient la terre.
Les uns lui dirent qu'il avoit occasion de se contenter veu qu'il ne
pouvoit faire davantage, luy remettans devant les ïeux qu'il avoit
découvert en six semaines plus que les Hespagnols n'avoient fait en deux
ans de conquetes de leur Nouvelle Hespagne: & que ce seroit un grand
service au Roy s'il lui portoit nouvelles en si peu de temps d'une si
heureuse navigation. D'autres lui proposerent la perte & degats de ses
vivres, & d'ailleurs l'inconvenient qui pourroit avenir pour le peu
d'eau qui se trouvoit de jour en jour le long de la côte. Ce que bien
debattu il se resolut de quitter cette route, & prendre la partie
Orientale pour retourner droit en France, en laquelle il arriva le
vintieme de Juillet, mil cinq cens soixante deux.

Cependant le Capitaine Albert s'étudia de faire des alliances &
confederations avec les _Paraoustis_ (ou Capitaines) du païs: entre
autres avec un nommé _Andusta_, par lequel il eut la conoissance &
amitié de quatre autres, sçavoir _Mayon, Hoya, Touppa, & Stalame_
léquels il visita & s'honorerent les uns les autres par mutuels presens.
La demeure dudit _Stalame_ estoit distante de Charle-fort de quinze
grandes lieuës à la partie Septentrionale de la riviere: & pour
confirmation d'amitié, il bailla audit Capitaine Albert son arc et ses
fleches & quelques peaux de chamois. Pour le regard _d'Audusta_ l'amitié
étoit si grande entre eux qu'il ne faisoit ny entreprenoit rien de grand
sans le conseil de noz François. Mémes il les invitoit aux fétes qu'ilz
celebrent par certaines saisons. Entre léquelles y en a une qu'ils
appellent _Toya_, où ilz font des ceremonies étranges. Le peuple
s'assemble en la maison (ou cabanne) du _Paraousti_, & apres qu'ilz se
sont peints & emplumez de diverses couleurs ilz s'acheminent au lieu du
_Toya_, qui est une grande place ronde, là où arrivés ilz se rangent en
ordonnance, puis trois autres surviennent peints d'autre façon, chacun
une tambourasse au poin, léquels entrent au milieu du rond dansans &
chantans lamentablement, suivis des autres qui leur répondent. Aprés
trois tournoyemens faits de cette façon ilz se prennent à courir comme
chevaux debridez parmi l'epais des forets. Là dessus les femmes
commencent à pleurer & continuent tout le long du jour si lamentablement
que rien plus: & en telle furie empoignent les bras des jeunes filles,
léquelles elles decoupent cruellement avec des écailles de moules bien
aigües, si bien que le sang en decoule, lequel elles jettent en l'air,
s'écrians: _He Toya_ par trois fois. Les trois qui commencent la féte
sont nommez _Joanas_: & sont comme les Prétres & sacrificateurs des
Floridiens, auquels ils adjoutent foy & creance, en partie pour autant
que de race ilz sont ordonnés aux sacrifices, & en parti aussi pour
autant qu'ilz sont si subtils magiciens, que toute chose egarée est
incontinent recouvrée par leur moyen. Or ne sont ilz reverez seulement
pour ces choses, mais aussi pour autant que par je ne sçay quel science
& conoissance qu'ils ont des herbes, ilz guerissent les maladies.

En toute nation du monde la Pretrise a toujours eté reverée, & ce
d'autant plus que ceux de cette qualité sont comme les mediateurs
d'entre Dieu (ou ce qu'on estime Dieu) & les hommes. Au moyen dequoy ils
ont souvent possedé le peuple & assujettis les ames à leur devotion, &
souz cette couleur se sont authorisé en beaucoup de lieux par dessus la
raison. Ce qui a emeu plusieurs Roys & Empereurs d'envier cette dignité,
reconoissans que cela pouvoit beaucoup servir à la manutention de leur
état. Celui aussi qui peut reveler les choses absentes pour léquelles
nous sommes en peine, non sans cause est honoré de nus, & principalement
quant avec ceci il a la conoissance des choses propres à la guerison de
noz maladies, choses merveilleusement puissante, pour acquerir du credit
& authorité entre les hommes: ce que l'Ecriture saincte a remarqué quand
elle a dit par la bouche du Sage fils de Sirach: _Honore le Medecin de
l'honneur qui lui appartient pour le besoin que tu en as: La science du
Medecin lui fait lever la tête, & le rend admirable entre les Princes._

Ces Prétres donc, ou plutot Devins, qui s'en sont ainsi fuis par les
bois, retournent deux jours aprés: puis étans arrivés, ilz commencent à
danser d'une gayeté de courage tout au beau milieu de la place, & à
rejouïr les bons peres Indiens qui pour leur vieillesse ou indisposition
ne sont appellés à la feste: puis se mettent à banqueter, mais c'est
d'une avidité si grande, qu'ilz semblent plutot devorer que manger. Or
ces _Joanas_ durant les deux jours qu'ilz font ainsi par les bois font
des invocations à _Toya_ (qui est le demon qu'ilz consultent) & par
characteres magiques le font venir pour parler à lui, & lui demander
plusieurs choses selon que leurs affaires le desirent. A cette féte
furent noz François invitez, comme aussi au banquet.

Mais aprés s'en étans retournés à Charlefort, je ne trouve point à quoy
ilz s'occupoient: & ose bien croire qu'ilz firent bonne chere tant que
leurs vivres durerent sans se soucier du lendemain; ny de cultiver &
ensemencer la terre, ce qu'ils ne devoient obmettre puis que c'étoit
l'intention du Roy de faire habiter la province, & qu'ilz y étoient
demeurez pour cet effect. Le sieur de Poutrincourt en fit tout autrement
en nôtre voyage. Car dés le lendemain que nous fumes arrivés au Port
Royal (Port qui ne cede à l'autre, duquel nous avons parlé, en tout ce
qui peut estre du contentement des ïeux) il employa ses ouvriers à cela,
comme nous dirons en son lieu, & print garde aux vivres de telle façon
que le pain ni le vin n'a jamais manqué à personne, ains avions dix
bariques de farines de reste, & du vin autant qu'il nous falloit, voire
encore plus: mais ceux qui nous vindrent querir (dont on avoit fait chef
un jeune fils de Saint-Malo nommé Chevalier) nous aiderent bien à le
boire, au lieu de nous apporter du soulagement.

Noz François donc de Charle-fort soit faute de prevoyance, ou autrement,
au bout de quelque temps se trouverent courts de vivres, & furent
contraints d'importuner leurs voisins, léquels se depouillerent pour
eux, se reservans seulement les grains necessaires pour ensemencer leurs
champs, ce qu'ilz font environ le mois de Mars. En quoy je conjecture
que dés le mois de Janvier ilz n'avoient plus rien. C'est pourquoy les
Indiens leur donnerent avis de se retirer par les bois & de vivre de
glans & de racines, en attendant la moisson. Ilz leur donnerent aussi
avis d'aller vers les terres d'un puissant & redouté Capitaine nommé
_Covecxis_, lequel demeuroit plus loin en la partie meridionale
abondance en toutes saisons en mil, farines, & féves: disans que par le
secours de cetui-ci & son frere _Ouadé_ aussi grand Capitaine, ilz
pourroient avoir des vivres pour un fort long temps, & seroient bien
aises de les voir & prendre conoissance à eux. Noz François pressez ja
de necessité accepterent l'avis, & avec un guide se mirent en mer, &
trouverent _Ouadé_ à vint-cinq lieuës de Charlefort en la riviere Belle,
lequel en son langage lui témoigna le grand plaisir qu'il avoit de les
voir là venuz, protestant leur estre si loyal amy à l'avenir, que contre
tous ceux qui leur voudroient étre ennemis il leur seroit fidele
defenseur. Sa maison étoit tapissée de plumasserie de diverses couleurs
de la hauteur d'une picque, & son lict couvert de blanches couvertures
tissuës en compartimens d'ingenieux artifice, & frangez tout à-lentour
d'une frange teinte en couleur d'écarlate. Là ils exposerent leur
necessité, à laquelle fut incontinent pourveu par le Capitaine Indien,
lequel aussi leur fit present six pieces de ses tapisseries telles que
nous avons dites. En recompense dequoy les François lui baillerent
quelques serpes & autres marchandises: & s'en retournerent. Mais comme
ils pensoient étre à leur aise, voici que de nuit le feu aidé du vent,
se print à leurs maisons d'une telle apreté, que tout y fut consommé
fors quelque peu de munitions. En cette extremité les Indiens ayans
pitié d'eux les ayderent de courage à rebatir une autre maison, & pour
les vivres ils eurent recours une autre fois au Capitaine _Ouadé_, &
encores à son frere _Covecxis_, vers léquels ils allerent & leur
raconterent le desastre qui les avoit ruiné, que pour cette cause ils
les supplioient de leur subvenir à ce besoin. Ils ne furent trompez de
leur attente. Car ces bonnes gens fort liberalement leur departirent de
ce qu'ils avoient, avec promesse de plus si ceci ne suffisoit. Presens
aussi ne manquerent d'une part & d'autre: mais _Ouadé_ bailla à noz
François nombre de perles belles au possible, de la mine d'argent &
d'eux pierres de fin cristal que ces peuples fouissent au pied de
certaines hautes montaignes qui sont à dix journées de là. A tant les
François se departent & retirent en leur Fort. Mais le mal-heur voulut
que ceux qui n'avoient peu étre domtez par les eaux, ni par le feu, le
fussent par eux-mémes. Car la division se mit entreux à l'occasion de la
rudesse ou cruauté de leur Capitaine, lequel pendit lui-méme un de ses
soldats sur un assez maigre sujet. Et comme il menaçoit les autres de
chatiment (qui paraventure ne luy obeïssoient, & il est bien à croire) &
mettoit quelquefois ses menaces à execution, la mutinerie s'enflamma si
avant entr-eux, qu'ilz le firent mourir. Et qui leur en donna la
principale occasion, ce fut le degradement d'armes qu'il fit à un autre
soldat qu'il avoit envoyé en exil, & lui avoit manqué de promesse. Car
il lui devoit envoyer des vivres de huit en huit jours, ce qu'il ne
faisoit pas, mais au contraire disoit qu'il seroit bien aise d'entendre
sa mort. Il disoit davantage qu'il en vouloit chatier encore d'autres, &
usoit de langage si malsonnant, que l'honneteté defent de le reciter.
Les soldats qui voyoient les furies s'augmenter de jour en jour, &
craignans de tomber aux dangers des premiers, se resolurent à ce que
nous avons dit, qui est de le faire mourir.

Un Capitaine qui a la conduite d'un nombre d'hommes, & principalement
volontaires, comme étoient ceux-ci, & en un païs tant eloigné, doit user
de beaucoup de discretion, & ne prendre au pié levé tout ce qui se passe
entre soldats, qui d'eux-mémes aiment la gloire & le point d'honneur. Et
ne doit aussi tellement se dévetir d'amis, qu'en une troupe il n'en ait
la meilleure partie à son commandement, & fut tout ceux qui sont de
mise. Il doit aussi considerer que la conservation de ses gens c'est sa
force, & le depeuplement sa ruine. Je puis dire du sieur de Poutrincourt
(& ce sans flatterie) qu'en tout nôtre voyage il n'a jamais frappé un
seul des siens, & si quelqu'un avoit failli il faisait tellement
semblant de le frapper qu'il lui donnoit loisir d'évader. Et neantmoins
la correction est quelquefois necessaire, mais nous ne voyons point que
par la multitude des supplices le monde se soit jamais amendé. C'est
pourquoy Seneque disoit que le plus beau & le plus digne ornement d'un
Prince estoit cette couronne, POUR AVOIR CONSERVÉ LES CITOYENS.



_Election d'un Capitaine au lieu du Capitaine Albert. Difficulté de
retourner en France faute de navires: Secours des Indiens là dessus:
Retour: Etrange & cruelle famine: Abord en Angleterre._

CHAP. VII

LE dessein de noz mutins executé ilz retournerent querir le soldat exilé
qui étoit en une petite ile distante de Charle-fort de trois lieuës, là
où ilz le treuverent à demi mort de faim. Or étans de retour ilz
s'assemblerent pour élire un Capitaine, enquoy l'election tomba sur
Nicolas Barré homme digne de commandement & qui véquit en bonne concorde
avec eux. Cependant ilz commencerent à batir un petit bergantin en
esperance de repasser en France, s'il ne leur venoit secours, comme ils
attendoient de jour en jour. Et encores qu'il n'y eut homme qui entendit
l'art, toutefois la necessité qui apprent toutes choses, leu en montra
les moyens. Mais c'est peu de chose d'avoir du bois assemblé en cas de
vaisseau de mer. Car il y faut un si grand attirail, que la structure de
bois ne semble qu'une petite partie. Ilz n'avoient ni cordages, ni
voiles, ni dequoy calfeutrer leur vaisseau, ni moyen d'en recouvrer.
Neantmoins en fin Dieu y proveut. Car comme ils estoient en cette
perplexité, voici, voici venir _Audusta & Macau_ Princes Indiens
accompagnés de cent hommes, qui sur la plainte des François promirent de
retourner dans deux jours, & apporter si bonne quantité de cordages,
qu'il y en auroit suffisamment pour en fournir le bergantin. Cependant
noz gens allerent par les bois recuillir tant qu'ils peurent de gommes
de sapins dont ilz brayerent leur vaisseau. Ilz se servirent aussi de
mousse d'arbre pour le calage ou calfeutrage. Quant aux voiles ils en
firent de leurs chemises & draps de lit. Les indiens ne manquerent à
leur promesse. Ce qui contenta tant nosdits François qu'il leur
laisserent à l'abandon ce qui leur restoit de marchandises. Le bergantin
achevé, ilz se mettent en mer assez mal pourveuz de vivres & partant
inconsiderément, attendu la longueur du voyage & les grans accidens qui
peuvent survenir en une si spacieuse mer. Car ayans tant seulement fait
le tiers de leur route, ilz furent surpris de calmes si ennuieux qu'en
trois semaines ilz n'avancerent pas de vingt-cinq lieuës. Pendant ce
temps les vivres se diminuerent & vindrent à telle petitesse, qu'ilz
furent contraints ne manger que chacun douze grains de mil par jour, qui
sont environ de la valeur de douze pois: encore tel heur ne leur dura-il
gueres: car tout à coup les vivres leur defaillirent, & n'eurent plus
asseuré recours qu'aux souliers & colets de cuir qu'ilz mangerent. Quant
au boire, les une se servoient de l'eau de la mer les autres de leur
urine: & demeurerent en telle necessité un fort long temps, durant
lequel une partie mourut de faim. D'ailleurs leur vaisseau faisoit eau,
& étoient bien empechés à l'etancher, mémement la mer étant emeuë, comme
elle fut beaucoup de fois, si bien que comme desesperés ilz laissoient
là tout, & quelquefois reprenoient un peu de courage. En fin au dernier
desespoir quelques-uns d'entr'eux proposerent qu'il étoit plus expedient
qu'un seul mourut, que tant de gens perissent: suivant quoy ils
arreterent que l'un mourroit pour sustenter les autres. Ce qui fut
executé en la personne de _Lachere_, celui qui avoit eté envoyé en exil
par le Capitaine Albert, la chair duquel fut departie également entr-eux
tous, chose si horrible à reciter, que la plume m'en tombe des mains.
Aprés tant de travaux en fin ilz decouvrirent la terre, dont ilz furent
tellement réjouïs, que le plaisir les fit demeurer un longtemps comme
insensez, laissans errer le bergantin ça & là sans conduite. Mais une
petite Roberge Anglesque aborda le vaisseau, en laquelle y avoit un
François qui étoit allé l'an précédent en la Nouvelle-France, avec le
Capitaine Ribaut. Ce François les reconut & parla à eux, puis leur fit
donner à manger & boire. Incontinent ilz reprindrent leurs naturels
esprits, & lui discoururent au long leur navigation. Les Anglois
consulterent long-temps de ce qu'ilz devoient faire. En fin ilz
resolurent de mettre les plus debiles en terre, & mener le reste vers la
Royne d'Angleterre.

Deux fautes sont à remarquer en ce que dessus, l'une de n'avoir cultivé
la terre, pour qu'on la vouloit habiter, l'autre de n'avoir reservé ou
fabriqué d'heure quelque vaisseau, pour en cas de necessité retourner
d'où l'on étoit venu. Il fait bon avoir un cheval à l'étable pour se
sauver quant on ne peut resister. Main je me doute que ceux que l'on
avoit envoyé là étoient gens ramassez de la lie des faineans, & qui
aymoient mieux besogne faite, que prendre plaisir à la faire.



_Voyage du Capitaine Laudonniere en la Floride dite Nouvelle France: Son
arrivée à l'ile de sainct Dominique: puis en ladite province de la
Floride: Grand âge des Floridiens: honnesteté d'iceux: Bastiment de la
forteresse des François._

CHAP. VIII.

QUAND le Capitaine Ribaut arriva en France il y trouva les guerres
civiles allumées, léquelles furent cause en partie que les François ne
furent secourus ainsi qu'il leur avoit eté promis; que le Capitaine
Albert fut tué, & le païs abandonné. La paix faite, l'Admiral de
Chatillon, qui ne s'étoit souvenu de ses gens tandis qu'il faisoit la
guerre à son Prince, en parla au Roy au bout de deux ans, lui remontrant
qu'on n'en avoit aucune nouvelle, & que ce seroit dommage de les laisser
perdre. A cause dequoy sa Majesté lui accorda de faire equipper trois
vaisseaux, l'un des six vingts tonneaux, l'autre de cent, l'autre de
soixante, pour les aller chercher & secourir, mais il en étoit bien
tard.

Le Capitaine Laudonniere Gentilhomme Poitevin eut la charge de ces trois
navires, & fit voiles du havre de Grace le vingt-deuxieme Avril mille
cinq cens soixante quatre, droit vers les iles Fortunées, dites
maintenant Canaries, en l'une déquelles appellée _Teneriffé_, autrement
le Pic, y a une chose emerveillable digne d'estre couchée ici par
escrit. C'est une montagne au milieu d'icelle si excessivement haute,
que plusieurs afferment l'avoir veuë de cinquante à soixante lieuës
loin. Elle est préque semblable à celle _d'Ætna_ jetant des flammes
comme mont Gibel en Sicile, & va droit comme un pic, & au haut d'icelle
on ne peut aller sinon depuis la mi-May jusques à la mi-Aoust à cause de
la trop vehemente froidure: chose d'autant plus émerveillable qu'elle
n'est distante de l'Equateur que de vint-sept degrez & demi. Mesme il y
a des neges encores au mois de May, à raison dequoy Solin l'a appelée
_Nivaria_, comme qui diroit l'ile Negeuse. Quelques-uns pensent que
cette montagne soit ce que les anciens ont appellé, le mont d'Atlas,
d'où la mer Atlantique a pris son nom.

Delà par un vent favorable en quinze jours nos François vindrent aux
Antilles, puis à sainct Dominique, qui est une des plus belles iles de
l'Occident, fort montagneuse, & d'assez bonne odeur. Sur la côte de
cette ile deux Indiens voulans aborder les François, l'un eut peur &
s'enfuit, l'autre fut arreté, & en cette sorte ne sçavoit quel geste
tenir tant il étoit epouvanté, cuidant étre entre les mains des
Hespagnols, qui autrefois lui avoient coupé les genetoires, comme il
montroit. En fin toutes fois il s'asseura, & lui bailla-on une chemise,
& quelques petits joyaux. Ce peuple jaloux ne veut qu'on approche de
leurs cabanes, & tuerent un François pour s'en estre trop avoisiné. La
vengeance n'en fut faite, pour trop de considerations, léquelles les
Hespagnols ne pouvans avoir, ont paraventure eté quelquefois induits aux
cruautez qu'ils ont commises. Vray est qu'elles ont eté excessive, &
d'autant plus abominables qu'elles ont parvenu jusques aux François, qui
possedoient une terre de leur juste & loyal conquét, sans leur faire
tore, comme nous dirons à la fin de ce livre. En cette ile de saint
Dominique il y a des serpens enormement grans. Noz François cherchans
par le bois certains fruits excellens appellés _Ananas_, tuerent un de
ces serpens long de neuf grans piés, & gros comme la jambe.

L'arrivée en la Nouvelle-France fut le vint-deuxiéme Juin à trente
degrez de l'Equateur, dix lieuës au dessus du Cap-François, & trente
lieuës au dessuz de la riviere de May, où les nôtres mouillerent l'ancre
en une petite riviere qu'ilz nommerent la riviere des Dauphins, où ilz
furent receuz fort courtoisement & humainement des peuples du païs & de
leur _Paraousti_ (qui veut dire Roy ou Capitaine) au grand regret
déquels ilz tirerent vers la riviere de May, à laquelle arrivez, le
_Paraousti_ appellé _Satouriona_ avec deux siens fils beaux, grans &
puissans, & grand nombre d'Indiens vindrent au-devant d'eux, ne sçachans
quelle contenance tenir pour la joye qu'il avoient de leur venuë. Ilz
leur montrerent la borne qu'y avoit plantée le Capitaine Ribaut deux ans
auparavant, laquelle par honneur ils avoient environnée de lauriers, &
au pied mis force petits panier de mil qu'ils appellent _tapaga,
tapola_. Ils la baiserent plusieurs fois, & inviterent les François à en
faire de méme. En quoy se reconoit combien la Nature est puissante
d'avoir mis une telle sympathie entre ces peuples-ci & les François, &
une totale antipathie entr'eux et les Hespagnols.

Je ne veux m'arréter à toutes les particularités de ce qui s'est passé
en ce voyage, craignant d'ennuyer le lecteur en la trop grandes
curiosité, mais seulement aux choses plus generales, & plus dignes
d'estre sceuës. Noz gens donc desireux de reconnoitre le païs, allerent
à-mont la riviere, en laquelle étans entré bien avant & recreuz du
chemin, ilz trouverent quelques Indiens, léquels voyans étre entré en
effroy, ilz les appelerent crians, _Antipola, Bonnason_, qui veut dire
Frere, ami (comme là où nous avons demeuré _Nigmach_), & en autres
endroits _Hirmo_. A cette parole ilz s'approcherent: & reconoissans noz
François que le premier étoit suivi de quatre qui tenoit la queuë de son
vetement de peau par derriere, ilz se douterent que c'étoit le
_Paraousti_, & qu'il falloit aller au devant de lui. Ce _Paraousti_ fit
une longue harangue tendant à ce que les nôtres allassent à sa cabane, &
en signe d'amitié bailla sa robbe, ou manteau de chamois, au conducteur
de la trouppe Françoise nommé le sieur d'Ottigni. Et passant quelque
marecage, les Indiens portoient les nôtres sur leurs épaules.

En fin arrivés ilz furent receus avec beaucoup d'amitié, & virent un
vieillard pere de cinq generations, de l'aage duquel s'étans informés,
ilz trouverent qu'il avoit environ trois cens ans. Au reste tout
decharné, auquel ne paraissoient que les os: mais son fils ainé avoit
mine de pouvoir vivre encore plus de trente ans. Pendant ces choses le
Capitaine Laudonniere visita quelques montagnes où il trouva des Cedres,
Palmiers, & Lauriers plus odorans que le baume: Item des vignes en telle
quantité qu'elle suffiroient pour habiter le païs: & outre ce, grande
quantité d'Esquine entortillee à l'entour des arbrisseaux: Item des
prairies entrecouppées en iles & ilettes le long de la riviere: chose
fort agreable. Cela fait il se partit delà pour aller à la riviere de
Seine distante de la riviere de Somme là où il mit pied à terre, & fut
fort humainement receu du _Paraousti_, homme haut, grave & bien formé
comme aussi sa femme, & cinq filles qu'elle avoit d'une tres-agreable
beauté. Cette femme lui fit present de cinq boulettes d'argent & le
_Paraousti_ lui bailla son arc & ses fleches, & qui est un signe
entr'eux de confederation, & alliance perpetuelle. Il voulut voir
l'effect de nos arquebuses; & comme il vit que cela faisoit un trop plus
grand effort que ses arcs & fleches, il en devint tout pensif, mais ne
voulut faire semblant que cela l'étonnat.

[Carte la Floride 30, 31 et 32 degrez.]

Apres avoir rodé la côte il fallut en fin penser de se loger. Conseil
pris, on voyoit qu'au Cap de la Floride c'est un païs tout noyé; au Port
Royal c'est un lieu fort agreable, mais non tant commode ni convenable
qu'il leur étoit de besoin, voulans planter une colonie nouvelle.
Partant trouverent meilleur de s'arreter en la riviere de May, où le
païs est abondant non seulement en mil (que nous appelons autrement blé
Sarazin, d'inde, ou de Turquie, ou du Mahis) mais aussi en or & argent.
Ainsi le vint-neufiéme de Juin tournans la prouë s'en allerent vers
ladite riviere, dans laquelle ilz choisirent un lieu le plus agreable
qu'ilz peurent, où ilz rendirent graces à Dieu, & se mirent à qui mieux
mieux à travailler pour dresser un Fort, & des habitations necessaires
pour leurs logemens, aidez du _Paraousti_ de cette riviere, dit
_Satouriona_, lequel employa ses gens à recouvrer des palmites pour
couvrir les granges & logis, chose qui fut faite en diligence. Mais est
notable qu'en cette contrée on ne peut bâtir à hauts étages, à-cause des
vens impetueux auquels elle est sujette. Je croy qu'elle participe
aucunnement de la violence du _Houragan_, duquel nous parlerons en autre
endroit. La Forteresse achevée, on lui donna le nom, LA CAROLINE, en
l'honneur du Roy Charles, l'endroit de laquelle se pourra remarquer par
la delineation que nous avons faite, & joindre ici du païs que les
François ont découvert en la Floride.

[Illustration]



_Navigation dans la riviere de May: Recit des capitaines &_ Paraoustis
_qui sont dans les terres: Amour de vengeance: Ceremonie étrange des
Indiens pour reduire en memoire la mort de leurs peres._

CHAP. IX

QUAND le Capitaine Laudonniere partit de la riviere de May, pour tirer
vers la riviere de Seine, il voulut sçavoir d'où procedoit un lingot
d'argent que le _Paraousti Satouriona_ lui avoit donné: & lui fut dit
que cela se conquetoit à force d'armes, quant les Floridiens alloient à
la guerre contre un certain _Paraousti_ nommé _Timogona_, qui demeuroit
bien avant dans les terres. Pourtant, la Caroline achevée, le Capitaine
Laudonniere ne voulut demeurer oisif, ains se ressouvenant dudit
_Timogona_ il envoya son Lieutenant à-mont la riviere de May avec deux
Indiens pour decouvrir le païs, & sçavoir sa demeure. Ayant cinglé
environ vint lieuës, les Indiens qui regardoient çà & là decouvrirent
trois _Almadie_ (ou bateaux legers) & aussi-tôt s'avancerent à crier
_Timogona, Timogona_, & ne parlerent que de s'avancer pour les aller
combattre jusques à se vouloir jetter dans l'eau pour cet effet, car le
Capitaine Laudonniere avoit promis à _Satouriona_ de ruiner ce
_Timogona_ son ennemi. Le dessein des François n'étant de guerroyer ces
peuples, ains plutôt de les reconcilier les uns avec les autres, le
Lieutenant dudit Laudonniere (dit le sieur d'Ottigni) asseura les
Indiens qui étoient dans lédites _almadies_, & s'approchans il leur
demanda s'ils avoient or, ou argent. A quoy ilz répondirent que non,
mais que s'il vouloit envoyer quelqu'un des siens avec eux ilz le
meneroient en lieu où ils en pourroient recouvrer. Ce qui fut fait. Et
cependant Ottigni s'en retourne. Quinze jours aprés un nommé le
Capitaine Vasseur accompagné d'un soldat fut depeché pour aller sçavoir
des nouvelles de celui que les Indiens avoient mené. Apres avoir monté
la riviere deux jours, ils apperceurent deux Indiens joignant le rivage,
qui étoient au guet pour surprendre quelqu'un de leurs ennemis. Ces
Indiens se doutans de ce qui étoit, dirent à noz François que leur
compagnon n'étoit point chés-eux, ains en la maison du _Paraousti
Molona_, vassal d'un autre grand _Paraousti_, nommé _Olata Ouaé Outina,_
où ilz leur donnerent addresse. Le _Paraousti Molona_ traitta noz
François honnetement à sa mode, & discourut de ses voisins & alliés &
amis, entre léquels il en nomma neuf, _Cadecha Chilili, Esclavou,
Evacappe, Calanay, Onataquara, Omittaqua, Acquere, Moquosa_, tous
léquels & autres avec lui jusques au nombre de plus de quarante, il
asseura estre vassaux du tres-redouté _Olata Ouaé Outina_. Cela fait, il
se mit semblablement à discourir des ennemis _d'Ouaé Outina_, du nombre
déquels il mit comme le premier le _Paraousti Satouriona_ Capitaine des
confins de la riviere de May, lequel a souz son obeissance trente
_Paraoustis_, dont il y en avoit dix qui tous étoient ses freres. Puis
il en nomma trois autres non moins puissans que _Satouriona_. Le premier
_Potavou_, homme cruel en guerre, mais pitoyable en l'execution de sa
furie. Car il prenoit les prisonniers à merci, content de les marquer
sur le bras gauche d'un signe grand comme celuy d'un cachet, lequel il
imprimoit comme si le fer chaud y avoit passé, puis les renvoyoit sans
leur faire autre mal. Les deux autres étoient nommés _Onathaqua &
Houstaqua_; abondans en richesses, & principalement _Ousthaqua_ habitant
prés les hautes montagnes fecondes en beaucoup de singularités. Qui plus
est _Molona_ recitait que ses alliés vassaux du grand _Olata_ s'armoient
l'estomach, bras, cuisses, jambes & front avec larges platines d'or &
d'argent, & que par ce moyen les fleches ne les pouvoient endommager.
Lors le Capitaine Vasseur lui dit que quelque jour les François iront en
ce païs & se joindroient avec son seigneur _Olata_ pour deffaire tous
ces gens là. Il fut fort réjouï de ce propos, & repondit que le moindre
des _Paraoustis_ qu'il avoit nommez, bailleroit au chef de ce secours la
hauteur de deux piez d'or & d'argent qu'ils avoient ja conquis sur
_Onathaqua & Housthaqua_. J'ai mis ces discours pour montrer que
generalement tous ces peuples n'ont autre but, autre pensée, autre souci
que la guerre, & ne leur sçauroit-on faire plus grand plaisir que de
leur promettre assistance contre leurs ennemis.

Et pour mieux entretenir le desir de la vengeance, ils ont des façons
étranges & dures pour en faire garder la memoire à leurs enfans, ainsi
que se peut voir par ce qui s'ensuit. Au retour du Capitaine Vasseur,
icelui ne pouvant (contrarié du flot) arriver au gite à la Caroline; il
se retira chés un _Paraousti_ qui demeuroit à Trois lieuës de
_Satouriona_, appellé _Molona_ comme l'autre duquel nous avons parlé. Ce
_Molona_ fut merveilleusement réjouï de la venuë de noz François,
cuidant qu'ils eussent leur barque pleine de tétes d'ennemis, & qu'ilz
ne fussent allés vers le païs de _Timogona_ que pour le guerroyer. Ce
que le Capitaine Vasseur entendant, lui fit à croire que de verité il
n'y étoit allé à autre intention, mais que son entreprise ayant esté
découverte, _Timogona_ avait gaigné les bois, & neantmoins que lui & ses
compagnons en avaient attrappé quelque nombre à la poursuite qui n'en
avoient point porté les nouvelles chés eux. La _Paraousti_ tout ravi de
joye pria le Vasseur de lui conter l'affaire tout au long. Et à
l'instant un des compagnons dudit Vasseur tirant son espee, lui montra
par signes ce qu'il ne pouvoit de paroles; c'est qu'ou trenchant
d'icelle il en avoit fait passer deux qui fuyoient par les foréts, & que
ses compagnons n'en avoient pas fait moins de leur côté. Que si leur
entreprise n'eût esté découverte par _Timogona_ ilz l'eussent enlevé
lui-méme & saccagé tout le reste. A ceste rodomontade le _Paraousti_ ne
sçavoit quelle contenance tenir de joye qu'il avoit. Et sur ce propos un
quidam print une javeline qui estoit fichée à la natte, & comme furieux
marchant à grand pas alla frapper un Indien qui étoit assis en un lieu à
l'écart, criant à haute voix _Hyou_, sans que le pauvre homme se remuat
aucunement pour le coup que patiemment il montroit endurer. A peine
avoir eté remise la javeline en son lieu, que le méme la reprenant il en
dechargea roidement un autre coup sur celui qu'il avoit ja frappé,
s'écriant de méme que devant _Hyou_, & peu de temps aprés le pauvre
homme se laissa tomber à la renverse roidissant les bras & jambes, comme
s'il eüt eté pret à rendre le dernier soupir. Et lors les plus jeunes
des enfans du _Paraousti_ se mit aux pieds du renversé, pleurant
amerement. Peu apres deux autres de ses freres firent le semblable: La
mere vint encore avec grans cris & lamentations pleurer avec ses enfans.
Et finalement arriva une troupe de jeunes filles qui ne cesserent de
pleurer un long espace de temps en la méme compagnie. Et prindrent
l'homme renversé & le porterent avec un triste geste en une autre
cabane, & pleurerent là deux heures: pendant quoy le _Paraousti & ses
camarades ne laisserent de_ boire de la casine, comme ils avoient
commencé, mais en grand silence: Dequoy le Vasseur etonné n'entendant
rien à ces ceremonies, il demanda au _Paraousti_ que vouloient signifier
ces choses, lequel lentement lui répondit, _Thimogona, Thimogona_, sans
autres propos lui tenir. Faché d'une si maigre réponse, il s'adresse à
un autre qui lui dit de méme, le suppliant de ne s'enquerir plus avant
de ces choses, & qu'il eût patience pour l'heure. A tant noz François
sortirent pour aller voir l'homme qu'on avoit transporté, lequel ilz
trouverent accompagné du train que nous avons dit, & les jeunes filles
chauffans force mousse au lieu de linge dont elles lui frottoient le
côté. Sur cela le _Paraousti_ fut derechef interrogé comme dessus. Il
fit réponse que cela n'étoit qu'une ceremonie par laquelle ilz
remettoient en memoire la port & persecution de leurs ancestre
_Paraoustis_, faite par leur ennemi _Thimogona_: Alleguant au surplus
que toutes & quantes fois que quelqu'un d'entre-eux retournoit de ce
païs-là sans rapporter les tétes de leurs ennemis, ou sans amener
quelque prisonnier, il faisoit en perpetuelle memoire de ses
predecesseurs, toucher le mieux aimé de tous ses enfans par les mémes
armes dont ils avoient été tués; afin que renouvellant la playe, la mort
d'iceux fust derechef pleurée.



_Guerre entre les Indiens: Ceremonies avant que d'y aller: Humanité
envers les femmes & petits enfans: Leur triomphes: Laudonniere demandant
quelques prisonniers est refusé: Etrange accident de tonnerre:
Simplicité des Indiens._

CHAP. X

APRES ces choses le _Paraousti Satouriona_ envoya vers le Capitaine
Laudonniere sçavoir s'il vouloit continuer en la promesse qu'il lui
avoit faite à son arrivée, d'étre ami de ses amis, & ennemi de ses
ennemis, & l'aider d'un bon nombre d'arquebusiers à l'execution d'une
entreprise qu'il faisoit contre _Timogona_. A quoy ledit Laudonniere fit
réponse qu'il ne vouloit pour son amitié encourir l'inimitié de l'autre:
et que quand bien il le voudroit, il n'avoit pour lors moyen de le
faire, d'autant qu'il étoit aprés à se munir de vivres & choses
necessaires pour la conservation de son Fort: joint que ses barques
n'étoient pas prétes, & que s'il vouloit attendre deux lunes, il
aviseroit de faire ce qu'il pourroit. Cette Réponse ne lui fut gueres
agreable, d'autant qu'il avoit ja ses vivres appareillés, & dix
_Paraoustis_ qui l'étoient venuz trouver, si bien qu'il ne pouvoit
differer. Ainsi il s'en alla. Mais avant que s'embarquer il commanda que
promptement on lui apportast de l'eau. Ce fait, jettant le veuë au ciel,
il se mit à discourir de plusieurs choses en gestes, ne montrant rien en
lui qu'une ardante colere. Il jettoit souvent son regard au Soleil, lui
requérant victoire de ses ennemis: puis versa avec la main sur tétes des
_Paraoustis_ partie de l'eau qu'il tenoit en un vaisseau, & le reste
comme par furie & dépit dans un feu préparé tout exprés, & lors il
s'écria par trois fois, _Hé Timogona_: voulant signifier par telles
ceremonies qu'il prioit le Soleil lui faire la grace de répandre le sang
de ses ennemis, & aux _Paraoustis_ de retourner avec ces tétes d'iceux,
qui est le seul & souverain triomphe de leurs victoires. Arrivé sur les
terres ennemies, il ordonna avec son Conseil que cinq des _Paraoustis_
iroient par la riviere avec la moitié des troupes, & se rendroient au
point du jour à la porte de son ennemi: quant à lui il s'achemineroit
avec le reste par les bois & forets le plus secretement qu'il pourroit:
& qu'étans là arrivés au point du jour, on donneroit dedans le village,
& tueroit-on tout, excepté les femmes & petits enfans. Ces choses furent
executées comme elles avoient eté arrétées, & enleverent les tétes des
morts. Quant aux prisonniers ils en prindrent vingt-quatre, léquels ils
emmenerent en leurs _almadies_, chantant des loüanges au Soleil, auquel
ilz rapportoient l'honneur de leur victoire. Puis mirent les peaux des
tétes au bout de javelots, & distribuerent les prisonniers à chacun des
_Paraoustis_, en sorte que _Satouriona_ en eut treze. Devant qu'arriver
il envoya annoncer cette bonne nouvelle à ceux qui étoient demeurés en
la maison, léquels incontinent se prindrent à pleurer, mais la nuit
venuë ilz se mirent à danser & faire la feste. Le lendemain _Satouriona_
arrivant, fit planter devant sa porte toutes les tétes (c'est la peau
enlevée avec les cheveux) de ses ennemis, & les fit environner de
banchages de laurier. Incontinent pleurs & gemissemens, léquels avenant
la nuit, furent changés en danses.

Le Capitaine Laudonniere averti de ceci pria le _Paraousti Satouriona_,
de lui envoyer deux de ses prisonniers: ce qu'il refusa. Occasion que
Laudonniere s'y en alla avec vingt soldats; & entre tint une mine
renfrongnée sans parler à _Satouriona_. En fin au bout de demie heure il
demanda où étoient les prisonniers que l'on avoit pris à _Timogona_, &
commanda qu'ilz fussent amenés. Le _Paraousti_ dépité & étonné tout
ensemble fut long temps sans repondre. En fin il dit qu'étans épouvantez
de la venuë des François ils avoient pris la fuite par les bois. Le
Capitaine Laudonniere faisant semblant de ne le point entendre, demanda
derechef les prisonniers. Lors _Satouriona_ commanda à son fils de les
chercher. Ce qu'il fit & les amena une heure aprés. Ces pauvres gens,
voulans se prosterner devant Laudonniere, il ne le souffrit, & les
emmena au Fort. Le _Paraousti_ ne fut gueres content de cette bravade, &
songeoit les moyens de s'en venger, mais dissimulant son mal-talent ne
laissoit de lui envoyer des messages & presens. Laudonniere homme accort
l'ayant remercié de ses courtoisies lui fit sçavoir qu'il desiroit
l'appointer avec _Timogona_, moyennant quoy il auroit passage ouvert
pour Aller contre _Onathaqua_ son ancien ennemi: & que ses forces
jointes avec celles d'_Olata Ouaé Outina_ haut et puissant _Paraousti_,
ilz pourroient ruiner tous leurs ennemis,& passer les confins des plus
lointaines rivieres meridionales. Ce que _Satouriona_ fit semblant de
trouver bon, suppliant ledit Laudonniere y tenir la main, & que de sa
part il garderoit tout ce qu'en son nom il passeroit avec _Timogona_.

Aprés ces choses il tomba à demie lieuë du fort des François un foudre
du Ciel tel qu'il n'en a jamais eté veu de pareil, & partant sera bon
d'en faire ici le recit pour clorre ce chapitre. Ce fut à la fin du mois
d'Aoust, auquel temps jaçoit que les prairies fussent toutes vertes &
arrousées d'eaux, si est-ce qu'en un instant ce foudre en consomma plus
de cinq cens arpens, & brula par sa chaleur ardante tous les oiseaux des
prairies chose qui dura trois jours en feu & éclairs continuels. Ce qui
donnoit bien à penser à nos François, non moins qu'aux Indiens, léquels
pensans que ces tonnerres fussent coups de canons tirez sur eux par les
nôtres, envoyerent au Capitaine Laudonniere des harangueurs pour lui
témoigner le desir que le _Paraousti Allicamani_ avoit d'entretenir
l'alliance qu'il avoit avec lui, & d'étre employé à son service: &
pour-ce, qu'il trouvoit fort étrange la canonnade qu'il avoit fait tirer
vers sa demeure, laquelle avoit fait bruler une infinité de verdes
prairies, & icelles consommées jusques dedans l'eau, approché méme si
prés de sa maison qu'il pensoit qu'elle deut bruler: pour ce, le
supplioit de cesser, autrement qu'il seroit contraint d'abandonner sa
terre. Laudonniere ayant entendu la folle opinion de cet homme,
dissimula ce qu'il en pensoit, & repondit joyeusement qu'il avoit fait
tirer ces canonnades pour la rebellion faite par _Allicamani_, quant il
l'envoya sommer de lui renvoyer les prisonniers qu'il detenoit du grand
_Olea Ouaé Outina_, non qu'il eût envie de lui mal faire, mais s'étoit
contenté de tirer jusques à mi-chemin, pour lui faire paroitre sa
puissance: l'asseurant au reste que tant, qu'il demeureroit en cette
volonté de lui rendre obeïssance, il lui seroit loyal defenseur contre
tous ses ennemis. Les Indiens contentez de cette reponse, retournerent
vers leur _Paraousti_, lequel nonobstant l'asseurance s'absenta de sa
demeure l'espace de deux mois, & s'en alla à vingt-cinq lieues de là.

Les trois jours expirés le tonnerre cessa & l'ardeur s'éteignit du tout.
Mais és deux jours suivans il survint en l'air une chaleur si excessive,
que la riviere préque ne bouilloit, & mourut une si grande quantité de
poissons & de tant d'especes, qu'en l'emboucheure de la riviere il s'en
trouva des morts pour charger plus de cinquante charriots; dont
s'ensuivit une si grande putrefaction en l'air qu'elle causa force
maladies contagieuses, & extremes maladies aux François, déquels
toutefois par la grace de Dieu, aucun ne mourut.



_Renvoy des prisonniers Indiens à leur Capitaine: Guerre entre deux
Capitaines Indiens: Victoire à l'aide des Francçois: Conspiration contre
Laudonniere: Retour du Capitaine Bourdet en France._

CHAP. XI

LA fin pour laquelle le Capitaine Laudonniere avoir demandé les
prisonniers à _Satouriona_ étoit pour les renvoyer à _Ouaé Outina_, &
par ce moyen pouvoir par son amitié, plus facilement penetrer dans les
terres. Ainsi le dixiéme Septembre, s'étant embarqué le sieur d'Arlac,
le Capitaine Vasseur, le Sergent, & dix soldats, ilz navigerent jusques
à quatre vints lieuës, bien receuz par tout, & en fin rendirent les
prisonniers à _Outina_, lequel aprés bonne chere pria le sieur d'Arlac
de l'assister à faire la guerre à un de ses ennemis, nommé _Potavou_. Ce
qu'il lui accorda, & renvoya le Vasseur avec cinq soldats. Or pource que
c'est la coutume des Indiens de guerroyer par surprise, _Outina_
delibera de prendre son ennemi à la Diane, & fit marcher ses gens toute
la nuit en nombre de deux cens, léquels ne furent si mal avisez qu'ils
ne priassent les arquebusiers François de se mettre en téte, afin
(disoient-ilz) que le bruit de leurs arquebuses étonnat leurs ennemis.
Toutefois ilz ne sceurent aller si subtilement que _Potavou_ n'en fût
averti, encores que distant de vint-cinq lieuës de la demeure
d'_Outina_. Ilz se mirent donc en bon devoir & sortirent en grande
compagnie; mais se voyans chargez d'arquebusades (qui leur étoit chose
nouvelle) et leur Capitaine du premier coup par terre d'un coup
d'arquebuse qu'il eut au front tiré par le sieur d'Arlac, ilz quitterent
la place: & les Indiens d'_Outina_ prindrent hommes, femmes, & enfans
prisonniers par le moyen de noz François, ayans toutefois perdu un
homme. Cela fait, le sieur d'Arlac s'en retourna, ayant receu d'_Outina_
quelque argent & or, des peaux peintes & autres hardes, avec mille
remercimens: & promit davantage fournir aux François trois cens hommes
quand ils auraient affaire de lui.

Pendant que Laudonniere travailloit ainsi à acquerir des amis, voici des
conspirations contre lui. Un perigourdin nommé la Roquette débaucha
quelques soldats, disant que par sa magie il avoit decouvert une mine
d'or ou d'argent à-mont la riviere, de laquelle ilz devoient tous
s'enrichir. Avec la Roquette y en avoit encore un autre nommé le Genre,
lequel pour mieux former la rebellion disoit que leur Capitaine les
entretenoit au travail pour les frustrer de ce gain, & partant falloit
élire un autre Capitaine, & se depecher de cetui-ci. Le Genre lui-méme
porta la parole à Laudonniere du sujet de leur plainte. Laudonniere fit
réponse qu'ilz ne pouvoient tous aller aux terres de la mine, & qu'avant
partir il falloyt rendre la Forteresse en defense contre les Indiens. Au
reste qu'il trouvoit fort étrange leur façon de proceder, & que s'il
leur sembloit que le Roy n'eût fait la depense du voyage à autre fin,
que pour les enrichir de pleine arrivée, ilz se trompoient. Sur cette
réponse ilz se mirent à travailler portans leurs armes quant & eux en
intention de tuer leur Capitaine s'il leur eût tenu quelques propos
facheux, méme aussi son Lieutenant.

Le Genre (que Laudonniere tenoit pour son plus fidele) voyant que par
voye de fait il ne pouvoit venir à bout de son mechant dessein, voulut
tenter une autre voye, & pria l'Apothicaire de mettre quelque poison
dans certaine medecine que Laudonniere devoit prendre, ou lui bailler de
l'arsenic ou sublimé, & que lui-méme le mettroit dans son breuvage. Mais
l'Apothicaire le renvoya éconduit de sa demande, comme aussi fit le
maitre des artifices. Se voyant frustré de ses mauvais desseins, il
resolut avec d'autres de cacher souz le lict dudit Laudonniere un
barillet de poudre à canon, & par une trainée, y mettre le feu. Sur ces
entreprises un Gentil-homme qu'iceluy Laudonniere avoit ja depeché pour
retourner en France, voulant prendre congé de lui, l'avertit que le
Genre l'avoit chargé d'un libelle farci de toutes sortes d'injures
contre lui, son Lieutenant, & tous les principaux de la compagnie. Au
moyen dequoy il fit assembler tous ses soldats, & le Gentil-homme nommé
le Capitaine Bourdet, avec tous les siens (léquels dés le quatriéme de
Septembre étoient arrivés à la rade de la riviere) & fit lire en leur
presence à haute voix le contenu au libelle diffamatoire, afin de faire
conoitre à tous la mechanceté du Genre, lequel s'étant evadé dans les
bois demanda pardon au sieur Laudonniere, confessant par ses lettres
qu'il avoit merité la mort, se soumettant à sa misericorde. Cependant le
Capitaine Bourdet se met à la voile le deuxiéme Novembre pour retourner
en France; s'étant chargé de ramener sept ou huit de ces seditieux, non
compris le Genre, lequel il ne voulut, quoy qu'il lui offrit grande
somme d'argent pour ce faire.



_Autres diverses conspirations contre le Capitaine Laudonniere: & ce qui
en avint._

CHAP. XII

TROIS jours apres le depart du Capitaine Bourdet, Laudonniere aprés
avoir evadé une conspiration retombe en une autre, voire en deux & en
trois: la premiere pratiquée par quelques matelots que le Capitaine
Bourdet lui avoit laissés, léquels debaucherent ceux dudit Laudonniere,
au moyen de la proposition qu'ilz leur firent d'aller aux _Entilles_
butiner quelque chose sur les Hespagnols, & que là y avoit moyen de se
faire riches. Ainsi le Capitaine les ayans envoyé querir de la pierre, &
de la terre pour faire briques à une lieuë & demie de Charle-fort, selon
qu'ils avoient accoutumé, ilz s'en allerent tout à fait, & prindrent une
barque passagere d'Hespagnols prés l'ile de Cuba, en laquelle ilz
trouverent quelque nombre d'or & d'argent qu'ilz saisirent: & avec ce
butin tindrent quelque temps la mer jusques à ce les vivres leur
vindrent à faillir; ce qui fut cause que veincuz de famine ilz se
rendirent à la Havane, ville principale de l'ile de Cuba, dont avint
l'inconvenient que nous dirons ci-apres.

Qui pis est deux Charpentiers Flamens que la méme Bourdet avoit laissés,
emmenerent une autre barque qui restoit, de sorte que Laudonniere
demeura sans barque ni bateau. Je laisse à penser s'il estoit à son
aise. La dessus il fait chercher ses larrons: il n'en a point de
nouvelles. Il fit donc batir deux grandes barques, & un petit bateau en
toute diligence, & étoit la besongne ja fort avancée, quand l'avarice &
l'ambition, mere de tous maux, s'enracinerent aux coeurs de quatre ou
cinq soldats auquels cet oeuvre & travail ne plaisoit point.

Ces maraux commencerent à pratiquer les meilleurs de la troupe, leur
donnans à entendre, que c'étoit chose vile & deshonnéte à hommes de
maison comme ils étoient de s'occuper ainsi à un travail abject &
mechanique, ettendu qu'ilz pouvoient se rendre galans-hommes & riches
s'ilz vouloient busquer fortune au Perou & aux _Entilles_, avec les deux
barques qui se batissoient. Que si le fait étoit trouvé mauvais en
France ils auroient moyen de se retirer en Italie ou ailleurs, attendant
que la colere se passeroit: puis il surviendroit quelque guerre que
feroit tout oublier. Ce mot de richesse sonna si bien aux oreilles de
ces soldats, qu'en fin aprés avoir bien consulté l'affaire ilz se
trouverent jusques au nombre de soixante-six, léquels prindrent pretexte
de remontrer à leur Capitaine le peu de vivres qui leur restoit pour se
maintenir jusques à ce que les navires vinssent de France. Pour à quoy
remedier leur sembloit necessaire de les envoyer à la Nouvelle-Hespagne,
au Perou, & à toutes les iles circonvoisines, ce qu'ilz le supplioient
leur vouloir permettre. Le Capitaine qui se doutoit de ce qui étoit, &
qui sçavoit le commandement de la Royne lui avoit fait de ne faire tort
aux sujets du Roy d'Hespagne, une chose dont il peût concevoir jalousie,
leur fit réponse que les barques achevées il donneroit si bon ordre à
tout qu'ilz ne manqueroient point de vivres, joint qu'il en avoient
encore pour quatre mois. De cette réponse ilz firent semblant d'étre
contens. Mais huit jours aprés voyans leur capitaine malade, oublians
tout honneur & devoir, ilz commencent de nouveau à rebattre le fer, &
protestent de se saisir du corps de garde & du Fort, voire de violenter
leur Capitaine s'ils ne vouloit condescendre à leur méchant desir.

Ainsi les cinq principaux autheurs de la sedition armez de corps de
cuirasse, la pistole au poing, & le chien abbattu entrerent en sa
chambre, disans qu'ilz vouloient aller à la nouvelle Hespagne chercher
leur aventure. Le Capitaine leur remontra qu'ilz regardassent bien à ce
qu'ilz vouloient faire. A quoy ilz répondirent que tout y étoit regardé,
& qu'il falloit leur accorder ce point, & ne restoit plus sinon de leur
bailler les armes qu'il avoit en son pouvoir, de peur que (si
vilainement outragé par eux) il ne s'en aidât à leur desavantage. Ce que
ne leur ayant voulu accorder, ilz prindrent tout de force, &
l'emporterent hors de sa maison: méme apres avoir offensé un
Gentil-homme qui s'en formalisoit. Puis se saisirent dudit Capitaine, &
l'envoyerent prisonnier en un navire qui étoit à l'ancre au milieu de la
riviere, où il fut quinze jours, assisté d'un homme seul, sans visite
d'aucun: & desarmerent tous ceux qui tenoient son parti. En fin ilz lui
envoyerent un congé pour signer, lequel ayant refusé ilz lui manderent
que s'il ne le signoit ilz lui iroient couper la gorge. Ainsi contraint
de signer leur congé, il leur bailla quelques mariniers avec un pilote
nommé Trenchant. Les barques parachevées, ilz les armerent des munitions
du Roy, de poudres, de balles & d'artillerie, & contraignirent le
Vasseur leur livrer l'enseigne de son navire: puis s'en allerent en
intention de faire voile en un lieu des _Entilles_ nommé _Leaugave_, & y
prendre terre la nuit de Noé, à fin de faire un massacre & pillage
pendant qu'on diroit la Messe de minuit. Mais comme Dieu n'est parmi
telles gens, ils eurent de la division avant que partir, de sorte qu'ilz
se separerent au sortir de la riviere, & ne se veirent qu'au bout de six
semaines: pendant lequel temps l'une des barques print un bergantin
chargé de quelque nombre de _Cassava_ espece de pain de racine blanc &
bon à manger, avec quelque peu de vin: & en cette conquéte perdirent
quatre hommes, sçavoir deux tués, & deux prisonniers: toutefois le
bergantin leur demeura, & y transporterent un bonne partie de leurs
hardes. De là ilz resolurent d'aller à _Baracou_ village de l'ile
Jamaïque, où arrivés ils trouverent une caravelle de cinquante à
soixante tonneaux qu'ils prindrent: & aprés avoir fait bonne chere au
village cinq ou six jours, ilz s'embarquerent dedans abandonnans leur
seconde barque, & tirerent vers le cap de _Thibron_, ou ilz
rencontrerent une patache qu'ilz prindrent de force aprés avoir
longuement combattu. En cette patache fut pris le Gouverneur de la
_Jamaïque_, avec beaucoup de richesses tant d'or & d'argent, que de
marchandises déquelles noz seditieux ne se contentans, delibererent en
chercher encore en leur caravelle, & tirerent vers la _Jamaïque_. Le
Gouverneur fin & accort se voyant conduit au lieu où il demandoit &
commandoit, fit tant par ses douces paroles, que ceux qui l'avoient
prins lui permirent mettre dans une barquette deux petits garçons pris
quant & lui, & les envoyer au village vers sa femme, à fin de l'avertir
qu'elle eût à faire provisions de vivres pour les lui envoyer. Mais au
lieu d'écrire à sa femme, il dit secrettement aux garçons qu'elle se mit
en tout devoir de faire venir les vaisseaux des ports circonvoisins à
son secours. Ce qu'elle fit si dextrement, qu'un matin à la pointe du
jour comme les seditieux se tenoient à l'embouchure du port ilz furent
pris n'ayans peu découvrir les vaisseaux Hespagnols, tant pour
l'obscurité du temps, que pour la longueur du port. Il est vray que les
vint cinq ou vint-six qui étoient au bergantin les apperceurent, mais ce
fut quand ilz furent prés, & n'ayans le loisir de lever les ancres,
couperent le cable & s'enfuirent, & vindrent passer à la veuë de la
_Havane_ en l'ile de Cuba. Or le pilote Trenchant, le trompette &
quelques autres mariniers qui avoient eté emmenez par force en ce voiage
ne desirans autre chose qu s'en retourner vers leur Capitaine
Laudonniere, s'accordernent ensemble de passer la traverse du canal de
_Gahame_, tandis que les seditieux dormiroient, s'ilz voyaient le vent à
propos: ce qu'ilz firent si bien que le matin au poinct du jour environ
le vint-cinquiéme de Mars, ilz se trouverent à la côte de la Floride, où
conoissant le mal par eux commis, ilz se firent par maniere de moquerie
à contrefaire les Juges (mais ce fut aprés vin boire) d'autres
contrefaisoient les Advocats, un autre concluoit disant, Vous serez
causes telles que bon vous semblera, mais si étans arrivés au Fort de la
Caroline le Capitaine ne vous fait tretous pendre je ne le tiendray
jamais pour homme de bien. Leur voile ne fut plutôt découverte en la
côte qu'un _Paraousti_, nommé _Patica_ en envoya avertir le Capitaine
Laudonniere. Sur ce le brigantin affamé vint surgir à l'embouchure de la
riviere de May, & par le commandement d'icelui Capitaine fut amené
devant le Fort de la Caroline. Trente soldats lui furent envoyez pour
prendre les quatre principaux autheurs de la sedition, auquels on mit
les fers aux piés, & à tous le Capitaine Laudonniere fit une remontrance
du service qu'ilz devoient au Roy, duquel ilz recevoient gages & de leur
trop grande oubliance: adjoutant à ceci qu'ayans échapé la justice des
hommes ilz n'avoient peu éviter celle de Dieu. Aprés quoy les quatre
enferrez furent condamnés à étre pendus & étranglez. Et voyans qu'il n'y
avoit point d'huis de derriere contre cet arret, ilz se mirent en devoir
de prier Dieu. Toutefois l'un des quatre pensant mutiner les soldats
leur dit ainsi: Comment mes freres & compagnons, souffrirez-vous que
nous mourions ainsi honteusement? A cela Laudonniere prenant la parole
respondit qu'ilz n'étoient point compagnons de seditieux & rebelles au
service du Roy. Neantmoins les soldats supplierent le Capitaine de les
faire passer par les armes, & que puis aprés si bon luy sembloit les
corps seroient penduz. Ce qui fut executé. Voila l'issuë de leur
mutinerie, laquelle je croy avoir eté cause de la ruine des affaires des
François ne la Floride, & que les Hespagnols irritez les allerent
par-aprés forcer, quoy qu'il leur en ait couté la vie. Ici est à
remarquer qu'en toutes conquétes nouvelles, soit en mer, soit en terre,
les entreprises sont ordinairement troublées, étans les rebellions
aisées à se lever, tant par l'audace que donne aux soldats l'éloignement
du secours, que par l'espoir qu'ils ont de faire leur profit, comme il
se voit assez par les histoires anciennes, & par les hurtades avenuës
dans notre siecle à Christophe Colomb, apres sa premiere découverte: à
_François Pezarre, à Diego d'Alimagre_ au Perou & à _Fernand Cortès_.



_Ce que fit le Capitaine Laudonniere étant delivré de ses seditieux:
Deux Hespagnols reduits à la vie des Sauvages. Les discours qu'ilz
tindrent tant d'eux-mémes, que des peuples Indiens: Habitans de Serropé
ravisseurs de filles: Indiens dissimulateurs._

CHAP. XIII

AYANT parlé de ces rebellions, il faut maintenant reprendre nos erres, &
aller titre de prison le Capitaine Laudonniere à l'ayde du sieur
d'Ottigni son Lieutenant & de son Sergent, qui aprés le depart des
mutins l'allerent querir & le remenerent au Fort, là où arrivé il
assembla ce qui restoit, & leur remontra les fautes commises par ceux
qui l'avoient abandonné, les priant leur en souvenir pour en témoigner
un jour en temps & lieu. Là dessus chacun promet bonne obeïssance, à
quoy ilz n'ont oncques depuis failli, & travaillerent de courage, qui
aux fortifications, qui aux barques, qui à autre chose. Les indiens le
visitoient souvent lui apportans des presens, comme poissons, cerfs,
poules d'Inde, leopars, petits ours, & autres vivres qu'il recompensoit
de quelques menuës marchandises. Un jour il eut avis qu'en la maison
d'un _Paraousti_, nommé _Onathaqua_ demeurant à quelque cinquante lieuës
loin de la Caroline vers le Su, y avait deux hommes d'autre nation que
la leur: par promesse de recompense il les fit chercher & amener.
C'étoient des Hespagnols nuds, portans cheveux longs jusques aux
jarrets, bref ne differans plus en rien des Sauvages. On leur coupa les
cheveux léquels ilz ne voulurent perdre, ains les envelopperent dans un
linge, disans qu'ilz les vouloient reporter en leur païs, pour temoigner
le mal qu'ils avoient enduré aux Indes. Aux cheveux de l'un fut trouvé
quelque peu d'or caché pour environ vint cinq escus, dont il fit present
au Capitaine. Enquis de leur venuë en ce païs-là, & des lieux où ilz
pouvoient avoir été: ilz répondirent qu'il y avoit dé-ja quinze ans
passez que trois navires dans l'un déquels ils étoient, se perdirent au
travers d'un lieu nommé _Calos_ sur des basses que l'on dit _Les
Martyres_, & que le _Paraousti_ de _Calos_ retira la plus grande part
des richesses qui y étoient, mais la pluspart des hommes se sauva, &
plusieurs femmes, entre léquelles y avoit trois ou quatre Damoiselles
mariées demeurantes encor', & leurs enfans aussi, avec ce _Paraousti_ de
_Calos_: qui étoit puissant & riche, ayant un fosse de la hauteur d'un
homme & large comme un tonneau, pleine d'or & d'argent, laquelle il
étoit fort aisé d'avoir avec quelque nombre d'arquebuziers. Disoient
aussi que les hommes & femmes és danses portoient à leurs ceintures des
platines d'or larges comme une assiette, la pesanteur déquelles leur
faisoit empechement à la danse. Ce qui provenoit la pluspart des navires
Hespagnoles qui ordinairement se perdoient en ce detroit. Au reste que
ce _Paraousti_ pour étre reveré de ses sujets leur faisoit à croire que
ses sorts & charmes étoient cause des biens que la terre produisoit: &
sacrifioit tous les ans un homme au temps dela moisson, pris au nombre
des Hespagnols qui par fortune s'étoient perdus en ce detroit.

L'un de ces Hespagnols contoit aussi qu'il avoit long temps servi de
messager à ce _Paraousti_ de _Calos_: & avoit de sa part visité un autre
_Paraousti_ nommé _Oatchaqua_, demeurant à cinq journées loin de
_Calos_: mais qu'au milieu du chemin y avoit une ile située dans un
grand lac d'eau douce, appelée _Serropé_, grande environ de cinq lieuës,
& fertile principalement en dates qui proviennent des palmes, dont ilz
font un merveilleux traffic, non toutefois si grand que d'une certaine
racine propre à faire du pain, dont quinze lieuës alentour tout le païs
est nourri. Ce qui apporte de grandes richesses aux habitans de l'ile;
léquelz d'ailleurs sont fort belliqueux, comme ils ont quelquefois
témoigné enlevans la fille d'_Oatchaqua_, et ses compagnes, laquelle
jeune fille il envoyoit au _Paraousti_ de _Calos_ pour la lui donner en
mariage. Ce qu'ilz reputent une glorieuse victoire, car ilz se marient
puis aprés à ces filles, & les aiment éperduëment.

Davantage comme le _Paraousti Satouriona_ sans cesse importunat le
Capitaine Laudonniere de se joindre avec lui pour parfaire la guerre à
_Ouaé Outina_, disant que sans son respect il l'eût plusieurs fois
deffait: & en fin eût accordé la paix: les deux Hespagnols qui
connoissoient le naturel des Indiens donnerent avis de ne se point fier
à eux, pource que quand ilz faisoient bon visage, c'étoit lors qu'ilz
machinoient quelque trahison: & estoient les plus grands dissimulateurs
du monde. Aussi ne s'y fioient noz François que bien à point.



_Comme Laudonniere fait provision de vivres: Découverte d'un Lac grand à
perte de veuë. Montagne de la Mine: Avarice des Sauvages: Guerre:
Victoire à l'aide des François._

CHAP. XIV

LE mois de Janvier venu, le Capitaine n'étoit sans souci à cause des
vivres qui tous les jours appetissoient: partant il envoyoit de tous
côtez vers les _Paraoustis_ ses amis, qui le secouroient. Entre autres
la veuve du _Paraousti Hiocaia_ demeurante à douze lieuës du Port des
François, lui envoya deux barques pleines de mil & de gland, avec
quelques hottes pleines de fueilles de _Cassine_, dequoy ilz font leur
breuvage. Cette veuve étoit tenuë pour la plus belle de toute les
Indiennes, tant honorée de ses sujets, que la pluspart du temps ilz la
portoient sur leurs épaules, ne voulans qu'elle allat à pied. Il survint
en ce temps-là une telle manne de ramiers par l'espace d'environ sept
semaines, que noz François en tuoient chacun jour plus de deux cens par
le bois. Ce qui ne leur venoit mal à point. Et comme il n'est pas bon de
tenir un peuple en oisiveté, le Capitaine employait ses gens à visiter
ses amis, & ce faisant découvrir le dedans des terres, & acquerir
toujours de nouveaux amis. Ainsi envoyant quelques-uns des siens à mont
la riviere, ils allerent si avant qu'ilz furent bien trente lieuës au
dessus d'un lieu nommé _Mathiaqua_, & là découvrirent l'entrée d'un lac,
à l'autre coté duquel ne se voyoit aucune terre, selon le rapport des
Indiens, qui méme bien souvent avoient monté sur les plus hauts arbres
du païs pour voir la terre, sans la pouvoir découvrir. Et quand je
considere ceci, & en fais un rapport avec ce qu'écrit Champlein au
voyage qu'il fit en la grande riviere de _Canada_ en l'an mille six cens
trois d'un grand lac qui est au commencement de cette riviere & d'où
elle sort, lequel a trente journées de long, & au bout l'eau y est
salée, étant douce au commencement; je suis préque induit à croire que
c'est ici le méme lac, & qui aboutit à la mer du Su. Toutefois le méme
dit au rapport des Sauvages qu'en la riviere des Iroquois (qui se
decharge en ladite riviere de _Canada_) y a deux lacs longs chacun de
cinquante lieuës, & que du dernier sort une riviere qui va descendre en
la Floride à cent ou sept-vints lieuës d'icelui lac. Mais ceci n'étant
encore bien averé, je m'arréte aussitôt à ma premiere conjecture.

Noz François ayans borné leur découverte à ce lac, ne pouvans passer
outre, revindrent par les villages _Edelano, Eneguape, Chilili, Patica,
& Caya,_ d'où ils allerent visiter le grand _Ouaé Outina_, lequel fit
tant qu'il retint six de noz François, bien aise de les avoir prés de
lui. Avec la barque s'en retourna un qui étoit demeuré là il y avoit
plus de six mois, lequel rapporta que jamais il n'avoit veu un plus beau
païs. Entre autre choses, qu'il avoit veu un lieu nommé _Hestaqua_ d'où
le _Paraousti_ était si puissant, qu'il pouvoit mettre trois ou quatre
mille Sauvages en campagne, avec lequel si les François se vouloient
entendre ils assujettiroient tout le païs en leur obeïssance: &
possederoient la montagne de _Palassi_, au pied de laquelle sort un
ruisseau, où les Sauvages puisent l'eau avec une cane de roseau creuse &
seche jusques à ce que la cane soit remplie, puis ils la secouent, &
trouvent que parmi le sable y a force grains de cuivre & d'argent.

En ces quartiers avoit demeuré fort long temps un François nommé Pierre
Gambie pour apprendre les langues, & trafiquer avec les Indiens, & comme
il retournoit à la Caroline conduit dans un _Canoa_ (petit bateau tout
d'une piece) par deux Sauvages ilz le tuerent pour avoir quelque
quantité d'or & d'argent qu'il avoit amassé.

Quelques jours aprés le _Paraousti Outina_ demanda des forces aux
François pour guerroyer son ennemi _Potavou_, afin d'aller aux montagnes
sans empechement. Sur-ce conseil pris, le Capitaine lui envoya trente
arquebuziers, quoy qu'_Outina_ n'en eut demandé que neuf ou dix (car il
se faut deffier de ce peuple) léquels arrivés, on charge de vivres
femmes, enfans, & hermaphrodites, dont y a quantité en ce païs-là. Ne
pouvans arriver en un jour vers _Potavou_, ilz campent dans les bois, &
se partissent six à six faisans des feux alentour du lieu où est couché
le _Paraousti_, pour la garde duquel sont ordonnez certains archers,
auquels il se fie le plus. Le jour venu ilz arrivent prés d'un lac, où
découvrans quelques pécheurs, ilz ne passèrent outre (car ilz ne font
point la pecherie sans avoir nombre de sentinelles au guet). En fin
pensans les surprendre ilz n'en peurent attraper qu'un, lequel fut tué à
coups de fleches, & tout mort les Sauvages le tirerent à bord, lui
enleverent la peau de la téte, & lui couperent les deux bras, reservans
les cheveux pour en faire des triomphes. _Outina_ se voyant découvert
consulta son _Jarva_, c'est à dire Magicien, lequel apres avoir fait
quelques signes hideux à voir, & prononcé quelques paroles, dit à
_Outina_, qu'il n'étoit pas bon de passer outre, & que _Potavou_
l'attendoit avec deux mille hommes, léquels étoient tous fournis de
cordes pour lier les prisonniers qu'ils s'asseuroit prendre. Cette
réponse ouïe, _Outina_ ne voulut passer outre. Dequoy le sieur d'Ottigni
faché, dit qu'on lui donnat un guide, & qu'il les vouloit aller attaquer
avec sa petite troupe. _Outina_ eut honte de ceci, & voyant ce bon
courage delibera de tenter la fortune. Ilz ne faillirent pas de trouver
l'ennemy au lieu ou le Magicien avoit dit, & là se fit l'ecarmouche, qui
dura bien trois grosse heures: en laquelle veritablement _Outina_ eût
eté deffait sans les arquebuziers François qui porterent tout le faix du
combat, & tuerent un grand nombre des soldats de _Potavou_, qui fut
cause de les mettre en route. _Outina_ se contentant de cela fit retires
ses gens, au grand mécontentement du sieur d'Ottigni, qui desiroit fort
de poursuivre la victoire. Apres qu'_Outina_ fut arrivé en sa maison il
envoya les messagers à dix-huict ou vint _Paraoustis_ de ses vassaux,
les avertir de se trouver aux fétes & danses qu'il entendoit celebrer à
cause de la victoire. Cela fait, Ottigni s'en retourne lui laissant
douze hommes pour son asseurance.



_Grande necessité de vivres entre les François accrue jusques à une
extreme famine: Guerre pour avoir la vie: Prise d'_Outina: _Combat des
François contre les Sauvages: Façon de combattre d'iceux Sauvages._

CHAP. XV

NOS François Floridiens avoient eu promesse de rafraichissement &
secours dans la fin du mois d'avril. Cet espoir fut cause qu'ilz ne se
donnoient gueres de peine de bien ménager leurs vivres, qui leur étoient
également distribué par l'ordonnance du Capitaine, autant au plus petit
qu'à lui-méme: Or n'en pouvoient ilz plus recouvrer du païs, par-ce que
durant les mois de Janvier Février, & Mars, les Indiens quittent leurs
maisons, & vont à la chasse par le vague des bois. Cela fut cause que le
mois de May venu sans qu'il arrivat rien de France. Ilz se trouverent en
necessité de vivres jusques à courir aux racines de la terre, & à
quelques ozeilles qu'ilz trouvoient par les bois & les champs. Car ores
que les Sauvages fussent de retour, ayans au paravant troqué leur mil,
féves, & fruits, pour de la marchandise, ilz ne donnoient aucun secours
que de poisson, sans quoy veritablement les nôtres fussent morts de
faim. Cette famine dura six semaines, pendant lequel temps ilz ne
pouvoient travailler, & s'en alloient tous les jours sur le haut d'une
montagne en sentinelle voir s'ilz découvriroient point quelque vaisseau
François. En fin frustrez de leur esperance, ilz s'assemblent & prient
le Capitaine de donner ordre au retour, & qu'il ne falloit laisser
passer la saison. Il n'y avoit point de navire capable de les recevoir
tous, si bien qu'il en falloit batir un. Les charpentiers appellez
promirent qu'en leur fournissant les choses necessaires ilz le
rendroient parfait dans le huitiéme d'Aoust. Là dessus chacun au
travail: il ne restoit qu'à trouver des vivres. Ce que le Capitaine
entreprit faire avec quelques-uns de ses gens & les matelots. Pour quoy
accomplir il s'embarque sur la riviere sans aucuns vivres pour en aller
chercher, se sustentant seulement de framboises, & d'une certaine graine
petite & ronde, & de racines de palmites qui étoient és côtes de cette
riviere, en laquelle aprés avoir navigé en vain, il fut contraint de
retourner au Fort, où les soldats commençans à s'ennuyer du travail, à
cause de l'extréme famine qui les pressoit, proposerent pour le remede
de leur vie, de se saisir d'un des _Paraoustis_. Ce que le Capitaine ne
voulut faire du commencement, ains les envoya avertir de leur necessité,
& les prier de leur bailler des vivres pour de la marchandise; ce qu'ilz
firent l'espace de quelques jours qu'ils apporterent du gland & du
poisson, mais les Indiens reconoissans la necessité des François, ilz
vendoient si cherement leurs denrées, qu'en moins de rien ilz leur
tirerent toute la marchandise qu'il avoient de reste. Qui pis est
craignans d'étre forcés, ilz n'approcherent plus du Fort que de la
portée d'une arquebuze. Là les soldats alloient tout extenués & le plus
souvent se depouilloient de leurs chemises pour avoir un poisson. Que si
quelquefois ilz remontroient le prix excessif, ces méchans repondoient
brusquement: Si tu fais si grand cas de ta marchandies, mange-la, & nous
mangerons nôtre poisson; puis ilz s'éclatoient de rire & se mocquoient
d'eux: Ce que les soldats ne pouvans souffrir, avoient envie de leur en
faire payer la folle enchere, mais le Capitaine les appaisoit au mieux
qu'il pouvoit. A la parfin il s'avisa d'envoyer vers _Outina_ le prier
de le secourir de grand & de mil. Ce qu'il fit assez petitement, & en
lui baillant deux fois autant que la marchandise valoit.

Sur ces entrefaites se presenta quelque occasion de respirer sur ce
qu'_Outina_ manda qu'il vouloit faire prendre & chatier un _Paraousti_
de ses sujets, lequel avoit des vivres: & que si on le vouloit aider de
quelques forces il conduiroit les François au village de cetui-là. Ce
que fit le Capitaine Laudonniere, mais arrivez vers _Outina_ il les fit
marcher contre ses autres ennemis. Ce qui depleut au sieur d'Ottigni
conducteur de l'oeuvre, & eut mis _Outina_ en pieces sans le respect de
son Capitaine. Cette mocquerie rapportee au Fort de la Caroline, les
soldats r'entrent en leur premiere deliberation de punir l'audace &
mechanceté des Sauvages, & prendre un de leurs _Paraoustis_ prisonnier.
Laudonniere comme forcé à ceci en voulut étre le conducteur, &
s'embarquerent cinquante des meilleurs soldats en deux barques cinglans
vers le païs d'_Outina_, lequel ilz prindrent prisonnier, ce qui ne fut
sans grands cris & lamentations des siens, mais on leur dit que ce
n'étoit pour lui faire mal, ains pour recouvrer des vivres par son
moyen. Le lendemain cinq ou six cens Archers Indiens vindrent annoncer
que leur ennemi _Potavou_ averti de la capture de leur _Paraousti_ étoit
entré en leur village, eloigné de six lieuës de la riviere, & avoit tout
brulé, & partant prioient les François de le secourir. Cependant ilz
voyoient des gens en embuscade en intention de les charger s'ilz fussent
descendus à terre. Se voyans découverts ilz envoyerent quelque peu de
vivres. Et mesurans les François à leur cruauté, qui est de faire mourir
tous les prisonniers qu'ilz tiennent & partant desesperans de la liberté
d'_Outina_, ilz procederent à l'élection d'un nouveau _Paraousti_, mais
le beau-pere d'_Outina_ eleve dessus le siege Royal (pour user de notre
mot) l'un des petits enfans d'icelui _Outina_, & fit tant que par la
pluralité des voix l'honneur lui fut rendu d'un chacun. Ce que fut
préque cause de grands troubles entre-eux. Car il y avoit le parent d'un
_Paraousti_ voisin de là qui pretendoit, & avoit beaucoup de voix entre
ce peuple. Ce-pendant _Outina_ demeuroit prisonnier avec un sien fils; &
entendu par ses sujets le bon traitement qu'on luy faisoit, ilz le
vindrent visiter avec quelques vivres. Les ennemis d'_Outina_ ne
dormoient point, & venoient de toutes parts pour le voir, s'efforçans de
persuader à Laudonniere qu'il le fist mourir, & qu'il ne manqueroit de
vivres, méme _Satouriona_, lequel envoya plusieurs fois des presens de
victuailles pour l'avoir en sa puissance, dont se voyant éconduit il se
desista d'y plus pretendre. La famine cependant pressoit de plus en
plus: car il ne se trouvoit ni mil, ni féves par tout, ayant eté employé
ce qui restoit aux semailles: & fut si grande la disette, qu'on faisoit
bouillir & piler dans un mortier des racines pour en faire du pain: méme
un soldat ramassa dans les balieures toutes les arrétes de poisson qu'il
peut trouver, & les mit secher pour les mieux briser, & en faire aussi
du pain, si bien qu'à la pluspart les os perçoient la peau, méme la
riviere étoit en sterilité de poissons: & en cette deffaillance il étoit
difficile de se deffendre si les Sauvages eussent fait quelque effort.

En ce desespoir vint sur le commencement de Juin un avis des Indiens
voisins, qu'au haut païs de la riviere y avoit du mil nouveau.
Laudonniere y alla avec quelques-uns des siens, & trouva qu'il étoit
vray. Mais d'un bien avint un mal: Car la pluspart de ses soldats pour
en avoir plus mangé que leur estomac n'en pouvoit cuire, en furent fort
malades. Et de verité il y avoit quatre jours qu'ilz n'avoient mangé que
de petits pinocs (fruits verds qui croissent parmi les herbes des
rivieres, & sont gros comme cerises) & quelque peu de poisson.

De là il s'achemina pour aller surprendre le _Paraousti d'Edelano_,
lequel avoit fait tuer un de ses hommes, pour avoir son or, mais le
_Paraousti_ en eut le vent, & gaigna aux piés avec tout son peuple. Les
soldats François brulérent le village, qui fut une maigre vengeance: car
en une heure ce peuple aura bati une nouvelle maison. Arrivé à la
Caroline, les pauvres soldats, & ouvriers affamez ne prindrent le loisir
d'egrener le mil qui lur fit distribué, ains le mangerent en épic. Et
est chose étrange qu'il faut garder les champs en ce païs-la, depuis que
les blés (ou mils) viennent à maturité, non seulement à cause des
mulots, mais aussi des larrons, ainsi qu'on fait pardeçà les raisins en
temps de vendange. Ce que ne sçachans deux Charpentiers François ilz
furent tuez pour en avoir cuilli un peu. La canne, ou tuyau de ce mil
est si douce & sucrée, que les petits animaux de la terre la mangent
bien souvent par le pied, comme il m'est avenu en ayant semé en nôtre
voyage fait avec le sieur de Poutrincourt.

Ainsi que ces chose se passoient deux des sujets _d'Outina_ & un
hermaphrodite apporterent nouvelles que dés-ja les mils étoient meurs en
leur terroir. Ce qui fut cause _qu'Outina_ en promit, & des féves à
foison si on le vouloit remener. Conseil pris, sa requéte lui fut
accordée, mais sans fruit, car étans prés de son village, on y envoya, &
ne s'y trouva personne, toutefois son beau-pere & sa femme en étans
avertis, vindrent aux barques Françoises avec du pain, & entretenans
d'esperance le Capitaine tachoient de le surprendre. En fin se voyans
découverts, dirent ouvertement que les grains n'étoient encores meurs.
De maniere qu'il fallut remener _Outina_, lequel pensa étre tué par les
soldats, voyans la méchanceté de ces Indiens.

Quinze joura aprés _Outina_ pria derechef le le Capitaine de le remener,
s'assurrant que ses sujets ne feraient difficulté de bailler des vivres,
& que le mil étoit meur: & en cas de refus, qu'on fit de lui tout ce
qu'on voudroit. Laudonniere ne personne le conduisit jusqu'à la petite
riviere, qui venoit de son village. On envoya _Outina_ avec quelques
soldats moyennant otages, qui furent mis à la chéne, craignant
l'evasion. Sur ces divers pourparlers, Ottigni avec sa troupe s'en alla
en la grande maison _d'Outina_, où les principaux du païs se trouverent:
& pendant qu'ilz faisoient couler le temps, ils amassoient des hommes,
puis se plaignoient que les François tenoient leurs meches allumées,
demandans qu'elles fussent éteintes, & qu'ilz quitteroient leurs arcs:
ce qui ne leur fut accordé. _Outina_ cependant demeuroit clos & couvert,
& ne se trouvoit point és assemblées. Et comme on se plaignoit à lui de
tant de longueurs, il répondit qu'il ne pouvoit empécher ses sujets de
guerroyer les François, qu'il avoit veu par les chemins des fleches
plantées, au bout déquelles y avoit des cheveux longs, signe certain de
guerre denoncée & ouverte: & que pour l'amitié qu'il portoit aux
François il les avertissoit que ses sujets avoient deliberé de mettre
des arbres au travers de la petite riviere, pour arréter là leurs
barques, & les combattre à l'aise. Là dessus on ouït la voix d'un
François qui avoit préque toujours eté parmi les Indiens, lequel crioit
pour autant qu'on le vouloit porter dans le bois pour l'égorger, dont il
fut secouru & delivré. Toutes ces choses considerées le Capitaine arréta
de se retirer le 27 de Juillet. Parquoy il fit mettre ses soldats en
ordre, & leur bailla à chacun un sac de mil: puis s'achemina vers les
barques, cuidant prevenir l'entreprise des Sauvages. Mais il rencontra
au bout d'une allée d'arbres de deux à trois cens Indiens, qui le
saluerent d'une infinité de traits bien furieusement. Cet effort fut
vaillamment soutenu par l'Enseigne de Laudonniere, si bien que ceux qui
tomberent morts modererent un peu la colere des survivans. Cela fait,
les nôtres poursuivirent leur chemin en bon ordre pour gaigner païs.
Mais au bout de quatre cens pas ilz furent rechargés d'une nouvelle
troupe de Sauvages en nombre de trois cens, qui les assaillirent en
front, ce pendant que le reste des precedens leur donnoient en queuë. Ce
second assaut fut soutenu avec tant de valeur qu'il est possible par le
sieur d'Ottigni. Et bien en fut besoin étans si petit nombre contre tant
de barbares qui n'autre étude que la guerre.

Leur façon de combattre étoit telle, que quand deux cens avoient tiré,
ilz se retiroient & faisoient place aux autres qui étoient derriere: &
avoient ce-pendant le pied & l'oeil si prompts, qu'aussi-tôt qu'ilz
voyoient coucher l'arquebuze en jouë, aussi tôt étoient-ils en terre, &
aussi-tôt relevez pour répondre de l'arc, & se détourner si d'aventure
ilz sentoient que l'on voulût venir aux prises: car il n'y a rien que
plus ilz craignent, à cause des dagues & des epées. Ce combat dura
depuis neuf heures du matin jusques à ce que la nuict les separa. Et
n'eüt été qu'Ottigni s'avisa de faire rompre les fléches tu'ilz
trouvoient par les chemins, il n'y a point de doute qu'il eût eu
beaucoup d'affaires: car les fléches par ce moien defaillirent aux
barbares, & furent contraints se retirer. La reveuë faite, se trouva
faute de deux hommes qui avoient été tués, & vint-deux y en avoit de
navrez, léquels, à peine peurent étre conduits jusques aux barques. Tout
ce qui se trouva de mil ne fut que la charge de deux hommes, qui fut
distribué également. Car lors que le combat avoit commencé, chacun fut
contraint de quitter son sac pour se deffendre..

Voila comme pour la vie on est contraint de rompre les plus étroites
amitiez. La pestilence (disoit un Ancien) est chose heureuse, le carnage
d'une bataille perdue chose heureuse, bref toute sorte de mort est
aisée: mais la cruele faim epuise la vie, saisit les entrailles,
tourment de l'esprit, dessechement du corps, maitresse de transgression,
la plus dure de toutes les necessitez, la plus difforme de tous les
maux, la peine la plus intolerable qui soit méme aux enfers. Ce fut une
pauvre providence aux François de porter des vivres si écharcement qu'il
n'y en eüt que pour une chetive année. Et puis qu'on vouloit habiter en
la province, & qu'on la tenoit pour bonne, & de bon rapport, il falloit
tout d'un coup se pourvoir de vivres pour deux ou trois ans, puis que le
Roy embrassoit cet affaire; & s'addonner courageusement à la culture de
la terre, ayans l'amitié du peuple. Les accidens de mer sont si
journaliers, qu'il est difficile d'executer les promesses à point nommé,
quand bien on auroit bonne volonté de ce faire. Noz voyages, graces à
Dieu, n'ont esté reduit à cette misere, ny en ont approché. Et quand
telle disgrace nous fût arrivéee en nôtre Port Royal, les rives d'icelui
sont en tout temps remplies de coquillages, comme de moules, coques, &
palourdes, qui ne manquent point au plus long & plus rigoureux hiver.

[Illustration]



_Provision de mil: Arrivée de quatre navires Angloises: Reception du
Capitaine & general Anglois: Humanité & courtoisie d'icelui envers les
François._

CHAP. XVI

APRES que Laudonniere eut rendu & fait rendre graces à Dieu de la
delivrance de ses gens, se voyant frustré de ce côté, il fit diligence
de trouver des vivres d'ailleurs. Et de fait en trouva quantité à
l'autre part de la riviere aux villages de _Saranaï_ & _d'Emoloa_. Il
envoya aussi vers la riviere de Somme, dite par les Sauvages _Ircana_,
où le Capitaine Vasseur & son Sergent allerent avec deux barques, & y
trouverent une grand assemblée des _Paraoustis_ du païs, entre léquels
étoit _Athore_ fils de _Satouriona, Apalote & Tacadoierou,_ assemblez là
pour se rejouïr, pource qu'il y a de belles femmes & filles. Noz
François leur firent des presens; en contre-change dequoy leurs barques
furent incontinent chargées de mil. Se voyans Honétement pourveuz de
vivres ilz dilegenterent au parachevement des vaisseaux pour retourner
en France, & commencerent à ruiner ce qu'avec beaucoup de peines ils
avoient bati. Ce pendant il n'y avoit celui qui n'eût un extreme regret
d'abandonner un païs de verité fort riche & de bel espoir, auquel il
avoit tant enduré pour découvrir ce que par la propre faute des nôtres
il falloit laisser. Car si en temps & lieu on leur eût tenu promesse, la
guerre ne se fût meuë alencontre _d'Outina_, lequel, & autres, ils
avoient entretenus en amitié avec beaucoup De peines, & n'avoient encore
perdu leur alliance, nonobstant ce qui s'étoit passé.

Comme un chacun discouroit de ces choses en son esprit, voici paroitre
quatre voiles en mer le troisiéme jour d'Aoust, dont ilz furent épris
d'excessive joye melée de crainte tout ensemble. Aprés que ces navires
eurent mouillé l'ancre ilz découvrirent comme ils envoyoient une de
leurs barques en terre, surquoy Laudonniere fit armer en diligence l'une
des siennes pour envoyer au-devant, & sçavoir quelles gens c'étoient.
Ce-pendant de crainte que ce ne fussent Hespagnols, il fit mettre ses
soldats en ordre & les tenir préts. La barque retournée, il eut avis que
c'étoient Anglois, & avec eux un Dieppois, lequel au nom du general
Anglois vint prier Laudonniere de permettre qu'ilz prinssent des eaux,
dont ils avoient grande necessité, faisans entendre qu'il y avoit plus
de quinze jours qu'ilz rodoient le long de la côte sans en pouvoir
trouver. Ce dieppois apporta deux flaccons de vin avec du pain de
froment, que furent departis à la pluspart de la compagnie. Chacun peut
penser si cela leur apporta de la rejouïssance. Car le Capitaine méme
n'avoit point beu de vin il y avoit plus de sept mois. La requeste de
l'Anglois accordée il vit trouver Laudonniere dans une grande barque
accompagné de ses gens honorablement vétuz, toutefois sans armes: & fit
apporter grande quantité de pain & de vin pour en donne à un chacun. Le
Capitaine ne s'oublia à lui faire la meilleure chere qu'il pouvoit. Et à
cette occasion fit tuer quelques moutons & poules qu'il avoit jusques
alors soigneusement gardez, esperant en peupler la terre. Car pour
toutes sortes de maladies & de necessitez qui lui fussent survenuës, il
n'avoit voulu qu'un seul poulet fut tué. Ce qui fut cause qu'en peu de
temps il en avoit amassé plus de cent chefs.

Or ce-pendant que le general Anglois étoit là trois jours se paserent,
pendant léquels les Indiens abordoient de tous côtez pour le voir,
demandans à Laudonniere si c'étoit pas son frere, ce qu'il leur
accordoit: & adjoutoit qu'il l'étoit venu secourir avec si grande
quantité de vivres, que delà en avant il se pourroit bien passer de
prendre aucune chose d'eux. Le bruit incontinent en fut épandu par toute
la terre, si bien que les ambassadeurs venoient de tous côtez pour
traiter alliance au nom de leurs maitres avec lui, & ceux hommes qui
par-avant avoient envie de lui faire la guerre, se declarent ses amis &
serviteurs: à quoy ilz furent receuz. Le general conut incontinent le
desir & la necessité qu'avoient les François de retourner en France: &
pource il offrit de les passer tous. Ce que Laudonniere ne voulut étant
en doute pour quelle raison il s'offroit si liberalement, & ne sçachant
en quel état étoient les affaires de France avec les Anglois: &
craignant encore qu'il ne voulut attenter quelque chose ne la Floride au
nom de sa maitresse, la Royne d'Angleterre. Parquoy il fut refusé tout à
plat: dont s'éleva un grand murmur entre les soldats, léquels disoient
que leur Capitaine avoit envie de les faire tous mourir. Ilz vindrent
donc trouver le Capitaine en sa chambre, & lui firent entendre leur
dessein, qui étoit de ne refuser l'occasion. Laudonniere ayant demandé
une heure de temps Pour leur répondre, amassa les principaux de la
compagnie, léquels (aprés communication) répondirent tous d'une voix
qu'il ne devoit refuser la commodité qui se presentoit, & qu'étans
delaissés il étoit loisible de se servir des moyens que Dieu avoit
envoyés.

Ils acheterent donc un des navires de l'Anglois & prix honneste pour la
somme de sept cens escus, & luy baillerent partie de leurs canons &
poudres en gage. Ce marché ainsi fait, il considera la necessité des
François qui n'avoient par toute nourriture, que du mil & de l'eau: dont
emeu de pitié il s'offrit de les aider de vint bariques de farine, six
pipes de féves, un poinson de sel, & un quintal de cire pour faire de la
chandelle. Or pour autant qu'il voyait les pauvres soldats piés nuds, il
offrit encores cinquante paires de souliers. Ce qui fut accepté, &
accordé de prix avec lui. Et particulierement encore il fit present au
Capitaine d'une jare d'huile, d'une jare de vinaigre, d'un baril
d'olives, d'une assez grande quantité de ris, & d'un baril de biscuit
blanc. Et fit encore plusieurs autres presens aux principaux officiers
de la compagnie selon leurs Qualitez. Somme, il ne se peut exprimer au
monde plus grande courtoisie que celle de cet Anglois, appelé maitre
Jean Hawkins, duquel si j'oubliois le nom je penserois avoir contre lui
commis ingratitude.

Incontinent qu'il fut parti, on fait diligence de se fournir de biscuit,
au moyen des farines que les Anglois avoient laissée, on relie les
futailles necessaires pour les provisions d'eau. Ce qui fut d'autant
plutôt expedié que le desir de retourner en France fournissoit à un
chacun de courage. Etans préts de faire voile il fut avisé de mener en
France quelques beaux Indiens & Indiennes, à fin que si derechef le
voyage s'entreprenoit ilz peussent raconter à leurs _Paraoustis_ la
grandeur de noz Rois, l'excellence de noz Princes, la bonté de nôtre
païs, & la façon de vivre des François. A quoy le Capitaine avoit fort
bien pourveu, si les affaires ne se fussent ruinées, comme il sera dit
aux chapitres prochainement suivans.



_Preparation du Capitaine Laudonniere pour retourner en France: Arrivée
du Capitaine Jean Ribaut: Calomnies contre Laudonniere: Navires
Hespagnoles ennemies: Deliberation sur leur venuë._

CHAP. XVII

ON n'attendoit plus que le vent & la marée, léquels se trouverent
propres le vint-huitiéme jour du mois d'Aoust, quand (sur le point de la
sortie) voici que les Capitaines Vasseur & Verdier commencerent à
découvrir des voiles en la mer, dont ils avertirent leur general
Laudonniere: surquoy il ordonna de bien armer une barque pour aller
découvrir & reconoitre quelles gens c'étoient, & ce-pendant fit mettre
les siens en ordre & en tel équipage que si c'eussent eté ennemis:
enquoy le temps apporta sujet de doute: car ses gens étoient arrivez
vers le vaisseau à deus heures apres midi, & n'avoient fait sçavoir
aucune nouvelles de tout le jour. Le lendemain au matin entrerent en la
riviere environ sept barques (entre léquelles étoit celle qu'avoit
envoyé Laudonniere) chargées de soldats, tous ayans l'arquebuse & le
morion en téte, & marchoient lédites barques toutes en bataille le long
des côteaux où étoient quelques sentinelles Françoises, auquelles ilz ne
voulurent donner aucune réponse, nonobstant toutes les demandes qu'on
leur fit: tellement que l'une dédites sentinelles fut contrainte de leur
tirer une arquebuzade, sans toutefois les assener à cause de la trop
grande distance. Laudonniere pensant que ce fussent ennemis fit dresser
deux pieces de campagne, qui lui étoient restées: De façon que si
approchans du Fort ilz n'eussent crié que c'étoit le Capitaine Ribaut,
il n'eût failli à leur faire tirer la volée. La cause pour laquelle
ledit Capitaine étoit venu de cette façon, étoit pource qu'on avoit fait
des rapports en France que Laudonniere trenchoit du grand, & du Roy, &
qu'à grand'peine pourroit-il endurer qu'un autre que lui entrat au
Chateau de la Caroline pour y commander. Ce qui étoit calomnieux. Etant
donc fait certain que c'étoit le Capitaine Ribaut, il sortit du Fort
pour aller au-devant de lui, & lui rendre tous les honneurs qu'il lui
étoit possible. Il le fit saluer par une gentille sclopeterie de ses
arquebuziers, à laquelle il répondit de méme. La rejouïssance fut telle
que chacun se peut facilement imaginer. Sur les faux rapports susdits,
le Capitaine Ribaut vouloit arréter Laudonniere pour demeurer là avec
lui, disant qu'il écriroit en France, & feroit évanouir tous ces bruits.
Laudonniere dit qu'il ne lu seroit point honorable de faire telle chose,
d'étre inferieur en un lieu où il auroit commandé en chef, & où il
auroit enduré tant de maux. Et que lui-méme Ribaut, mettant la mais à la
conscience, ne lui conseilleroit point cela. Plusieurs autres propos
furent tenuz tant avec ledit Ribaut, qu'autres de sa compagnie, &
répondu par Laudonniere aux calomnies qu'on lui avoit mis sus en Court,
mémement sur ce qu'on avoit fait trouver mauvais à monsieur l'Admiral
qu'il avoit mené une bonne femme pour subvenir aux necessitez du ménage,
& des malades, laquelle plusieurs là méme avoient demandée en mariage, &
de fait a eté mariée depuis son retour en France à un de ceux qui la
desiroient étans en la Floride: Au reste qu'il est necessaire en telles
entreprises se faire reconoitre & obeir suivant sa charge, de peur que
chacun ne veuille étre maitre se sentant éloigné de plus grandes forces.
Que si les rapporteurs avoient appellé cela rigueur, cette chose venoit
plutot de la desobeïssance des complaignans, que de sa nature moins
sujette à étre rigoureuse qu'ilz n'étoient à étre rebelles comme les
effets l'ont montré.

Le lendemain de cette arrivée voici venir Indiens de toutes parts pour
sçavoir quelles gens c'étoient. Aucuns reconnurent le Capitaine Ribaut à
sa grande barbe, & lui firent des presens, disans qu'en peu de jours ilz
le meneroient sur montagnes du _Valati_, où se trouvoit du cuivre rouge,
qu'ilz nomment en leur language _Pieroapira_, duquel le Capitaine Ribaut
ayant fait faire quelque essay par son Orfevre, il lui rapporta que
c'étoit vray or.

Pendant ces parlemens comme le Capitaine Ribaut eut fait décharger ses
vivres, voici que le quatriéme de Septembre six grandes navires
Hespagnoles arriverent en la rade où les quatres plus grandes des
François étoient demeurées, léquelles mouillerent l'ancre en asseurant
noz François de bonne amitié. Ilz demanderent comme se portoient les
chefs de cette entreprise, & les nommerent tous par noms & surnoms. Mais
le lendemain sur le point du jour ilz commencerent à canonner sur les
nôtre, léquelz reconoissans leur équipage étre trop petit pour leur
faire téte, à raison que la pluspart de leurs gens étoient en terre, ils
abandonnerent leurs ancres, & se mirent à la voile. Les Hespagnols se
voyans découverts leur lacherent encore quelques volées de canons, & les
pourchasserent tout le jour; & voyans les navires Françoises meilleures
de voiles que les leurs, & aussi qu'ilz ne se vouloient point depouiller
de la côte, ilz se retirerent en la riviere des Dauphins, que les
Indiens nomment _Seloy_, distante de huit ou dix lieuës de la Caroline.
Les nôtres donc se sentans forts de voiles les suivirent pour voir ce
qu'ilz feroient; puis revindrent en la riviere de May, là où le
Capitaine Ribaut étant allé dans une barque, on lui fit le recit de ce
qui se passoit, méme qu'il y étoit entré trois navires Hespagnoles dans
la riviere des Dauphins, & les trois autres étoient demeurés à la rade:
Aussi qu'ils avoient fait descendre leur infanterie, leurs vivres &
munitions. Ayant entendu ces nouvelles il revint vers la Forteresse, &
en presence des Capitaines & autres Gentils-hommes, il proposa qu'il
étoit necessaire pour le service du Roy de s'embarquer avec toutes les
forces, & aller trouver les trois navires Hespagnoles qui étoient en la
rade; surquoy il demanda avis. Le Capitaine Laudonniere malade au lit,
remontra les perilleux coups de vents qui surviennent en cette côte, &
que là où il aviendroit qu'il la dépouillast, il seroit mal-aisé de la
pouvoir reprendre: que cependant ceux qui demeureroient au Fort seroient
en peine & danger. Les autres Capitaines lui en remontrent encore
davantage, & qu'ilz n'étoient point d'avis que telle entreprise se fit,
mais étoit beaucoup meilleur de garder la terre, & faire diligence de se
fortifier. Ce nonobstant il se resolut de le faire, & persista en son
embarquement: print tous les soldats qu'il avoit souz sa charge, & les
meilleurs de la compagnie de Laudonniere, avec son Lieutenant, son
Enseigne, & son Sergent. Laudonniere lui dit qu'il avisat bien à ce
qu'il vouloit faire, puis qu'il étoit chef dedans le païs, de crainte
qu'il n'arrivat quelque chose de sinistre. A quoy il répondit qu'il ne
pouvoit moins faire que de continuer cette entreprise: & qu'en la lettre
qu'il avoit receuë de Monsieur l'admiral y avoit une apostille, laquelle
il montra écrite en ces termes: _Capitaine Jean Ribaut, en fermant cette
lettre, j'ay eu certain avis comme_ Dom Petro Melandes _se part
d'Hespagne pour aller à la côte de la Nouvelle-France. Vous regarderez
de n'endurer qu'il entreprenne sur nous, non plus qu'il veut que nous
entreprenions sur eux._ Vous voyez (ce dit-il) la charge que j'ay, &
vous laisse à juger à vous-méme si vous en feriez moins attendu le
certain avertissement que nous avons que desja ilz sont en terre, & nous
veulent courir sus. A cela Laudonniere ne sceut que repliquer.



_Opiniatreté du Capitaine Ribaut: Prise du Fort des François: Retour en
France: Mort dudit Ribaut & des siens: Brief recit de quelques cruautés
Hespagnoles._

CHAP. XVIII

LE Capitaine Ribaut opiniatré en sa premiere proposition, s'embarqua le
huitiéme de Septembre, & emmena avec lui trente-huit des gens du
Capitaine Laudonniere, ensemble son Enseigne. Ainsi ne lui demeura aucun
homme de commandement, car chacun suivit ledit Ribaut comme chef, au nom
duquel depuis son arrivée tous les cris & bans se faisoient. Le dixiéme
Septembre survint une tempéte si grande en mer, que jamais ne s'en étoit
veuë une pareille. Ce qui fut cause que Laudonniere remontra à ce qui
lui estot de gens le danger où ils étoient d'endurer beaucoup de maux,
s'il arrivoit inconvenient au Capitaine Ribaut & ceux qui étoient avec
lui: ayans les Hespagnols si prés d'eux, qui se fortifioient. Partant
qu'il falloit aviser à se remparer & racoutrer ce qui avoit été démoli.
Les vivres étoient petits; car méme le Capitaine Ribaut avoit emporté le
biscuit que Laudonniere avoit fait faire des farines Angloises, & ne
s'étoit ressenti d'aucune courtoisie dudit Ribaut, qui lui avoit
distribué son vivre comme à un simple soldat. Nonobstant toute leur
diligence ilz ne peurent achever leur cloture. En cette necessité donc
on fit la reveuë des hommes de defense, que se trouverent en bien petit
nombre. Car il y avait plus de quatre-vints que de goujats, que femmes,
& enfans, & bon nombre de ceux d'icelui Laudonniere encore estropiez de
la journée qu'ils eurent contre _Outina_. Cette reveuë faite le
Capitaine ordonne les gardes, déquelles il fit deux escouades pour se
soulager l'une l'autre.

La nuit d'entre le dix-neuf & vintiéme de Septembre un nommé la Vigne
étoit de garde avec son escouade, là où il fit tout le devoir, encore
qu'il pleût incessamment. Quand donc le jour fut venu, & qu'il vit la
pluie continuer mieux que devant, il eut pitié des sentinelles ainsi
mouillées: & pensant que les Hespagnols ne peussent venir en un si
étrange temps, il les fit retirer, & de fait lui-méme s'en alla en son
logis. Cependant quelqu'un qui avoit à faire hors le Fort, & le
trompette qui étoit allé sur le rempart, apperceurent une troupe
d'Hespagnols qui descendoient d'une montagnette, & commencerent à crier
alarmes, & méme le trompette. Ce qu'entendu, le Capitaine sort la
rondelle & l'épée au poing, & s'en va au milieu de la place cirant aprés
ses soldats. Aucuns de ceux qui avoient bonne volonté, allerent devers
la breche là où étoient les munitions de guerre, où ilz furent forcés et
tués. Par ce méme lieu deux Enseignes entrerent, léquelles furent
incontinent plantées. Deux autres Enseignes aussi entrerent du côté
d'ouest, où y avoit aussi une autre breche, à laquelle ceux qui se
presenterent furent tués & défaits. Le Capitaine allant pour secourir
une autre breche, trouva en téte une bonne troupe d'Hespagnols, qui ja
étoient entrés, & le repousserent jusques en la place, là où étant il
découvrit un nommé François Jean, l'un des mariniers qui deroberent les
barques dont a été parlé ci-dessus, lequel avoit amené & conduit les
Hespagnols. Et voyant Laudonniere il commença à dire, c'est le
Capitaine: & lui ruerent quelque coups de picques. Mais voyant la place
dé-ja prise & les enseignes plantées sur les rempars, & n'ayant qu'un
homme auprés de soy, il entra en la cour de son logis, dedans laquelle
il fut poursuivi; & n'eût été un pavillon qui étoit tendu, il eust été
pris: mais les Hespagnols qui le suivoient s'amuserent à couper les
cordes du pavillon, & cependant il se sauva par la breche du côté
d'Ouest, & s'en alla dans les bois, là où il trouva une quantité de ses
hommes qui s'étoient sauvés, du nombre déquels y en avoit trois ou
quatre fort blessés. Alors il leur dit: Enfans, puis que Dieu a voulu
que la fortune nous soit avenuë, il faut que nous mettions peine de
gagner à travers les marais jusques aux navires qui sont à l'embouchure
de la riviere. Les uns voulurent aller en un petit village qui étoit
dans les bois, les autres le suivirent au travers des roseaux dedans
l'eau, là où ne pouvant plus aller pour la maladie qui le renoit, il
envoya deux hommes sçachans vine nager, qui étoient auprés de lui, vers
les vaisseaux, pour les avertir de ce qui étoit avenu, & qu'ils le
vinssent secourir. Ilz ne sçeurent pour ce jour là gaigner les vaisseaux
pour les avertir, & fallut que toute la nuit il demeurât en l'eau
jusqu'aux épaules, avec un de ses hommes, qui jamais ne le voulut
abandonner. Le lendemain pensant mourir là, il se mit en devoir de prier
Dieu. Mais ceux des navires ayans sceu où il étoit, le vindrent trouver
en piteux état, & le porterent en la barque. Ils allerent aussi le long
de la riviere pour recuillir ceux qui s'étoient sauvez. Le Capitaine
ayant changé d'habits, dont on l'accommoda, ne voulut entrer dans les
navires, que premierement il n'allat avec la barque le long des roseaux
chercher les pauvres gens qui étoient épars, là où il en recuillit
dix-huit ou vint. Etant arrivé aux vaisseaux on lui conta comme le
Capitaine Jacques Ribaut neuveu de l'autre (qui étoit en son navire
distant du fort de deux arquebuzades) avoit parlementé avec les
Hespagnols, & que François Jean étoit allé en son navire, où il avoit
long-temps été, dont on s'emerveilla fort, veu que c'étoit l'autheur de
cette entreprise.

Aprés s'étre r'assemblés on parlementa de revenir en France, & des
moyens de s'accomoder. Ce que fait, le vint-cinquiéme de Septembre
Laudonniere & Jacques Ribaut firent voiles, & environ le vit-huitiéme
Octobre decouvrirent l'ile de Flores aux Açores, ayans assez
heureusement navigé, mais avec telle incommodité de vivres, qu'ilz
n'avoient que du biscuit & de l'eau. L'onziéme de Novembre ilz se
trouverent à soixante-quinze brasses d'eau, & s'étant trouvé le
Capitaine Laudonniere porté fut la côte de l'Angleterre ne Galles, il y
mit pied à terre, & renvoya le navire ne France, attendant qu'il se fût
un petit raffraichi, & peu aprés vint trouver le Roy pour lui rendre
compte de sa charge.

Voila l'issuë des affaires qui ne marchent par bonne conduite. Le
long-delay fait en l'embarquement du Capitaine Jean Ribaut: & les quinze
jours de temps qu'il employa à côtoyer la Floride avant que d'arriver à
la Caroline, ont été cause de la perte de tout. Car s'il fût arrivé
quand il pouvoit, sans s'amuser à aller de riviere en riviere, il eût eu
du temps pour décharger ses navires, & se mettre en bonne defense, & les
autres fussent revenuz paisiblement en France. Aussi lui a il fort mal
pris d'avoir voulu plutot suivre les conceptions de son esprit, que son
devoir. Car il n'eut point plutot laissé le Fort François pour se mettre
en mer aprés les navires Hespagnoles, que la tempéte le print, laquelle
à la fin le contraignit de faire naufrage contre la côte, là où tous ses
vaisseaux furent perdus, & lui à peine se peut-il sauver des ondes, pour
tomber entre les mains des Hespagnols qui le firent mourir & tous ceux
de sa troupe: je di mourir, mais d'une façon telle que les Canibales &
Lestrigons en auroient horreur. Car aprés plusieurs tourmens ilz
l'écorcherent cruelement (contre toutes les loix de guerre qui furent
jamais) & envoyerent sa peau en Europe. Exemple indigne de Chrétiens, &
d'une nation qui veut que l'on croye qu'elle marche d'un zele de
religion en la conquéte des terres Occidentales, ce que tout homme qui
sçait la verité de leurs histoires ne croira jamais. Je m'en rapporte à
ce qu'en écrit Dom Barthelemi de las Casas Moine Hespagnol, & Evéque de
Chiapa, qui a été present aux horribles massacres, boucheries, cruautés,
& inhumanités exercées sur les pauvres peuples qu'ils ont domtés en ces
parties-là, entre léquels il rapporte qu'en quarante cinq ans ils en ont
fait mourir & détruit vint millions: concluant que les Hespagnols ne
vont point és Indes y étans menez de l'honneur de Dieu, & du zele de sa
foy, ni pour secourir & avancer le salut à leurs prochains, ni aussi
pour servir à leur Roy, dequoy à faulses enseignes ilz se vantent: mais
l'avarice & l'ambition les y pousse, à fin de perpetuellement dominer
sur les Indiens en tyrans & diables. Ce sont les mots de l'Autheur;
lequel recite qu'on n'avoit (au temps qu'il y a été) non plus de soin
d'endoctriner & amener à salut ces pauvres peuples là, que s'ils eussent
été des bois, des pierres, des chiens, ou des chats: adjoutant qu'un
Jean Colmenero homme fantastique, ignorant & sot, à qui étoit donné une
grande ville ne commande, & lequel avoit charge d'ames, étant une fois
par lui examiné, ne sçavoit seulement faire le signe de la Croix: &
enquis quelle chose il enseignoit aux Indiens, il répondit qu'il les
donnoit aux diables, & que c'étoit assez qu'il leur disoit: _Per signin
sanctin cruces_. Cet autheur nous a laissé un Recueil, ou abbregé
intitulé, _Destruction des Indes par les Hespagnols_: meu à ce faire
voyant que tous ceux qui en écrivent les histoires, soit pour agréer,
soit par crainte, ou qu'ilz soient pensionnaires passent souz silence
leurs vices, cruautés, & tyrannies, afin qu'on les repute gens de bien.
Je mettrai ici seulement ce qu'il recite de ce qu'ils ont fait en l'ile
de _Cuba_, qui est la plus proche de la Floride.

En l'an mille cinq cens & onze (dit-il) passerent à l'ile de _Cuba_, où
il avint chose fort remarquable. Un _Cacique_ (c'est ce que les
Floridiens appellent _Paraousti_, Capitaine, ou Prince) grand seigneur
nommé _Hathues_, qui s'étoit transporté de l'ile Hespagnole & celle de
_Cuba_, avec beaucoup de ses gens pour fuir les cruautés & actes
inhumains des Hespagnols: Comme quelques Indiens lui disoient les
nouvelles que les Hespagnols venoient vers _Cuba_, il assembla son
peuple, & leur dit: Vous sçavez le bruit qui court que les Hespagnols
viennent par-deça, & sçavés aussi par experience comme ilz ont traité
tels & tels, & les gens de _Hayti_ (qui est l'ile Hespagnole voisine de
_Cuba_) ilz viennent faire le méme ici. Sçavez-vous pourquoy ilz le
font? Ilz répondirent que non, sinon (disoient-ilz) qu'ilz sont de leur
nature cruels & inhumains. Il leur dit: Ilz ne le font point seulement
pour cela, mais aussi parce qu'ils ont un Dieu lequel ils adorent& &
demande avoir beaucoup; & afin d'avoir de nous autres pour l'adorer, ilz
mettent peine à nous subjuguer, & ilz nous tuent. Il avoit auprés de soy
un coffret plein d'or & de joyaux, & dit: Voici le Dieu des Hespagnols.
Faisons luy s'il vous semble bon _Areytos_ (qui sont bals & danses); &
en ce faisant lui donnerons contentement, & commandera aux Hespagnols
qu'ilz ne nous facent point de deplaisir. Ilz répondirent tous à claire
voix: C'est bien dit, c'est bien dit. Et ainsi ilz danserent devant lui
jusques à se lasser. Et lors le seigneur _Hatuey_ dit: Regardez, quoy
qu'il en soit, si nous le garderons afin qu'il nous soit oté, car à la
fin ilz nous tuëront. Parquoy jettons le en la riviere. A quoy ilz
s'accorderent tous, & ainsi jetterent ce Dieu en une grande riviere qui
étoit là tout prés.

Ce seigneur & _Cacique_ alloit toujours fuyant les Hespagnols
incontinent, qu'ils arrivoient à l'ile de _Cube_, comme celui qui les
conoissoit trop, & il se defendoit quand il les rencontroit. A la fin il
fut pris, & brulé tout vif. Et comme il étoit attaché au pal, un
Religieux de sainct François homme saint lui dit quelques choses de
nôtre Dieu, & de nôtre Foy, léquelles il n'avoit jamais ouïes, & ne
pouvoient l'instruire en si peu de temps. Le Religieux adjouta que s'il
vouloit croire à ce qu'il lui disoit il iroit au ciel, où y a gloire &
repos eternel: s'il ne le croyoit point, il iroit en enfer pour y étre
tourmenté perpetuellement. Le _Cacique_ aprés y avoir un peu pensé,
demanda si les Hespagnols alloient au ciel. Le Religieux répondit
qu'ouï, quant aux bons. Le _Cacique_ à l'heure sans plus penser dit
qu'il ne vouloit point aller au ciel, mais en enfer, afin de ne se
trouver en la compagnie de telles gens. Et voici les louanges que Dieu &
nôtre Foy ont receu des Hespagnols qui sont allés aux Indes.

Une fois (poursuit l'Autheur) les Indiens venoient au devant de nous
nous recevoir avec des vivres & viandes delicates, & avec toute autre
caresse, de dix lieuës loin, & arrivés ilz nous donnerent grande
quantité de poisson, de pain, & autres viandes. Voila incontinent que le
diable se met és Hespagnols, & passent par l'épée en ma presence, sans
cause quelconque, plus de trois mille ames, qui étoient assis devant
nous, hommes, femmes, & enfans, je vis là si grandes cruautés, que
jamais hommes vivans n'en virent, ni n'en verront de semblables.

Une autre fois & quelques jours aprés, j'envoyay des messagers à tous
les Seigneurs de la province de _Havana_, les asseurant qu'ilz n'eussent
peur (car ils avoient ouï de mon credit) & que sans s'absenter ilz nous
vinssent voir, & qu'il ne leur seroit fait aucun déplaisir: car tout le
païs étoit effrayé des maux & tueries passées: & fis ceci par l'avis du
Capitaine méme. Quand nous fumes venu à la province, vint & un
_Caciques_ nous vindrent recevoir, léquels le Capitaine print
incontinent, rompant l'asseurance que je leur avoy donnée, & les voulut
le jour ensuivant bruler vifs, disant qu'il étoit expedient de faire
ainsi: qu'autrement ilz feroient quelque jour un mauvais tour. Je me
trouvay en une tres-grande peine pour les sauver du feu: toutefois à la
fin ils échapperent.

Apres que les Indiens de cette ile furent mis en la servitude & calamité
de ceux de l'ile Hespagnole: & qu'ilz virent qu'ilz mouroient &
perissoient tous sans aucun remede, les uns commencerent à s'enfuir aux
montagnes, les autres tous desesperez se pendirent, hommes, & femmes,
pendans quant & quant leurs enfans. Et par la cruauté d'un seul
Hespagnol que je conoy, il se pendit plus de deux cens Indiens, & est
mort de cette façon une infinité de gens.

Il y avoit en cette ile un officier du Roy, à qui ilz donnerent pour sa
part tris cens Indiens, dont au bout de tris mois il lui en étoit mort
au travail des minieres deux cens soixante: Apres ilz lui en donnerent
encore une fois autant, & plus, & les tua aussi bien: & autant qu'on lui
en donnoit, autant en tuoit-il, jusques à ce qu'il mourut, & que le
diable l'emporta.

En trois, ou quatre mois, moy present, il est mort plus de six mille
enfans, pour leur étre otez peres & meres qu'on avoit mis aux minieres.
Je vis aussi d'autres choses épouventables au depeuplement de cette ile,
laquelle c'est grand pitié de voir ainsi maintenant desolée.

Je n'ay voulu mettre que ceci des cruautez des Hespagnols en l'ile de
_Cuba_. Car qui voudroit écrire ce qu'ils ont fait en trois mille lieuës
de terre, on en pourroit faire un gros volume Tout de méme étoffe que ce
que dessus. Comme par exemple j'adjouteray ce que le méme dit des
cruautez faites és iles de Saint-Jean & de _Jamaïca_. Les Hespagnols
(dit-il) passerent à l'ile Saint-Jean & à celle de _Jamaïca_ (qui étoit
comme de jardins & ruches d'abeilles) ne l'an mille cinq cens neuf,
s'étans proposé la méme fin & but qu'ils avoient eu en l'ile Hespagnole,
faisans & commettans les brigandages & pechez susdits, & y adjoutans
davantage beaucoup de tres-grandes & notables cruautés, tuans, brulans,
rotissans, & jettans aux chiens, puis apres aussi opprimans,
tourmentans, & vexans en des minieres, & par autres travaux, jusques à
consumer & extirper tous ces pauvres innocens, qui étoient en ces deux
iles, jusques à six cens milles: voire je croy qu'ils étoient plus d'un
million: & il n'y a point aujourd'hui en chacune ile 200 personnes &
tous sont peris sans foy & sans sacremens.

Toutes léquelles cruautés, & cent mille autres, ce bon Evesque ne
pouvant supporter, il en fit ses remontrance & plaintes au Roy
d'Hespagne, qui ont été rédigées par écrit, au bout desquelles est la
protestation qu'il en a fait, appellant Dieu è témoin, & toutes les
hierarchies des Anges, & tous les Saints de la Cour celeste, & tous les
hommes du monde de méme ceux-là qui vivront ci apres, de la
certification qu'il en donne, & de la décharge de la conscience; en
l'année mille cinq cens quarante deux. Chose certes au recit de laquelle
paravanture ceux qui ont l'Hespagne en l'ame ne me croiront: mais ce que
j'ay dit n'est qu'une petite parcelle du contenu au livre de cet
Autheur, lequel les Hespagnols méme ne se dédaignent de citer avec ce
que dessus és livres qu'ils ont intitulez: Histoire du grand royaume de
la Chine. Et pour mieux confirmer telz scrupuleux, je les r'envoye
encore à un autre qui a décrit l'histoire naturele & morale des Indes
tant Orientales qu'Occidentales, Joseph Acosta, lequel quoy qu'il couvre
ces horribles cruautez (comme étant de la nation) toutefois en
addoucissant la chose il n'a peu se tenir de dire: _Mais nous autres à
present ne considerans rien de cela_ (il parle de la bonne police, &
entendement des Mexiquains) _nous y entrons par l'épée, sans les ouïr ni
entendre, &c._ Et ailleurs rendant la raison pourquoy les iles qu'on
appelle de Barlouënte, c'est à sçavoir l'Hespagnole, Cube, Port-riche, &
autres en ces environs sont aujourd'hui si peu habitées & _Pource_, dit
il, _qu'il y est resté peu d'Indiens naturels par l'inconsideration &
desordre des premiers conquereurs & peupleurs_. Par ces paroles se
reconoit qu'ilz disent une méme chose, mais l'un parle par zele, &
l'autre comme un homme qui ne veut scandalizer son païs.

Que s'ils ont fait telles choses aux Indiens: étans des-ja accoutumés au
carnage, il ne se faut étonner de ce qu'ils ont fait au Capitaine
Ribaut, & aux siens: & s'ils eussent tenu Laudonniere, il n'en eût pas
eu meilleur marché Car les François demeurez avec lui qui tomberent
entre leurs mains furent tous pendus, avec cet écriteau: _Je ne fay ce
ceci comme à François, mais comme à Lutheriens._ Je ne veux defendre les
Lutheriens: mais je diray que ce n'étoit aux Hespagnols de conoitre de
la Religion de sujets du Roy, mémement n'étans sur les terres d'eux
Hespagnols, mais sur ce qui appartenoit au Roy de son propre conquest.
Et puis que les François s'étoient abstenuz de les troubler (car la
rebellion de laquelle nous avons parlé ci-dessus ne vient point ici en
consideration) ilz les devoient tout-de-méme laisser en leurs limites, &
n'empecher l'avancement du nom Chrétien. Car quoy qu'il y eût des
pretendus Reformés, il y avoit aussi des Catholiques, & y en eût eu plus
abondamment avec le temps: là où maintenant ces pauvres peuples-là sont
encore en leur ignorance premiere.

Quelques hommes sots & trop scrupuleux diront qu'il vaut mieux les
laisser tels qu'ilz sont, que de leur donner une mauvaise teinture: Mais
je repliqueray que l'Apostre sainct Paul _se rejouissoit de ce que (quoy
que par envie & contention, & non purement) en quelque maniere que ce
fust, ou par feintise, ou en verité, Christ étoit annoncé._ Il est
difficile, voire impossible aux mortels d'amener tous les hommes à une
méme opinion, & principalement où il y va de choses qui peuvent étre
sujette à interpretation. L'Empereur Charles V aprés la Diete
d'Ausbourg, voyant qu'en vain il s'étoit travaillé apres une telle
chose, se depleut au monde & se fit moine: auquel genre de vie voulant
parmi son loisir accorder les horloges, puis qu'il n'avoit sceu accorder
les hommes, il y y perdit aussi sa peine & ne sceut onques faire
quelques sonnassent toutes ensemble, quoy qu'elles fussent de pareille
grandeur, & faites de méme main. C'eust été beaucoup d'avoir donné à ce
peuple quelque conoissance de Dieu, & par sa bonté & l'assistance de son
sainct Esprit il eût fait le reste. L'Admiral de Colligni n'a pas
toujours vécu: un autre eût fait des colonies purement Catholiques, &
eût revoqué les autres: & ne trouve point quant à moy que les Hespagnols
soient plus excusables ne leurs cruautez que les Lutheriens en leur
religion. Au reste les Terres-neuves & Occidentales étans d'une si
grande étendue que toute l'Europe ne suffiroit à peupler ce qui est de
vague, c'est une envie bien maudite, un ambition damnable, & une avarice
cruele aux Hespagnols de ne pouvoir souffrir que personne y aborde pour
y habiter; & une folie de se dire seuls seigneurs de ce dequoy personne
y ayant droit ne les a fait heritiers. Or cette cruauté barbaresque
exercée alencontre des François fut vengée deux ans aprés par le gentil
courage du Capitaine Gourgues, comme sera veu au chapitre suivant.

[Illustration]



_Entreprise haute & genereuse du Capitaine Gourgues pour relever
l'honneur des François en la Floride: Renouvellement d'alliance avec les
sauvages: Prise des deux plus petits Forts des Hespagnols._

CHAP. XIX

L'AN mille cinq cens soixante-sept le Capitaine Gourgues Gentil-homme
Bourdelois poussé d'un courage vrayment François, & du desir de relever
l'honneur de sa nation, fit un emprunt à ses amis, & vendit une partie
de ses biens pour dresser & fournir de tout le besoin trois moyens
navires portans cent cinquante soldats, avec quatre-vints mariniers
choisis souz le Capitaine Cazenove son Lieutenant & François Bourdelois
maitre sur les matelots. Puis partit le vint deuxiéme d'Aoust an susdit,
& aprés avoir quelque temps combattu les vents & tempétes contraires, en
fin arriva & territ à l'ile de _Cuba_. De là fut au Cap saint Antoine au
bout de l'ile de Cuba éloignée de la Floride environ deux cens lieuës,
où ledit Gourgues declara à ses gens son dessein d'il leur avoit
toujours celé, les priant & admonétant de ne l'abandonner si prés de
l'ennemi, si bien pourvus, & pour une telle occasion. Ce qu'ils lui
jurerent tous, & ce de si bon courage qu'ils ne pouvoient attendre la
pleine lune à passer le détroit de _Baham_, ainsi découvrirent la
Floride assez tôt, du Fort de laquelle les Hespagnols les saluerent de
deux canonades, estimans qu'ilz fussent de leur nation, & Gourgues leur
fit pareille salutation pour les entretenir en cet erreur, afin de les
surprendre avec plus d'avantage, passant outre neantmoins, & feignant
aller ailleurs, jusques à ce qu'il eut perdu le lieu de veuë, si que la
nuit venuë il descend à quinze lieuës du fort devant la riviere
_Tacadacourou_, que les François ont nommée Seine, pource qu'elle lur
sembla telle que celle de France: Puis ayant découvert la rive toute
bordée de Sauvages pourveuz d'arcs & fleches, leur envoya son Trompette
pour les asseurer (outre le signe de paix & d'amitié qu'il leur faisoit
faire des navires) qu'ilz n'étoient là venuz que pour renouer l'amitié &
confederation des François avec eux. Ce que le Trompette executa si bien
(pour y avoir demeuré souz Laudonniere) qu'il rapporta du _Paraousti
Satouriona_ un chevreuil & autres viandes pour rafraichissement: puis se
retirerent les Sauvages dansans en signe de joye, pour avertir tous les
_Paraoustis_ d'y retourner le lendemain. A quoy ilz ne manquerent: &
entre autres y étoient le grand _Satouriona Cacadocorou, Halmacanir,
Athore, Harpaha, Helmatré, Helycopile, Molona_, et autres avec leurs
armes accoutumées, léquelles reciproquement ilz laisserent pour conferer
ensemble avec plus d'assurance. _Satouriona_ étant allé trouver le
Capitaine Gourgues sur la rive, le fit seoir à son côté droit: & comme
Gourgues voulut parler, _Satouriona_ l'interrompit, & commença à lui
deduire des maux incroyables & continuelles indignitez que tous les
Sauvages, leurs femmes & enfans avoient receu des Hespagnols depuis leur
venuë, & le bon desir qu'il avoit de s'en venger pourveu qu'on le voulût
aider. A quoy Gourgues prétant le serment, & la confederation entr'eux
jurée, il leur donna quelques dagues, couteaux, miroirs, haches, &
autres marchandises à eux propres. Ce qu'ayant fait ilz demanderent
encore chacun une chemise pour se vétir en leurs jours solennels, & étre
enterrées avec eux à leur mort. Eus en recompense firent presens au
Capitaine Gourgues de ce qu'ils avoient, & se retirerent dansans fort
joyeux avec promesse de tenir le tout secret, &d'amener au méme lieu
bonnes troupes de leurs sujets tous embatonez pour se bien venger des
Hespagnols. Cependant Gourgues ayant interrogé Pierre de Bré natif du
Havre de Grace, autrefois échappé du Fort à travers les bois, tandis que
les Hespagnols tuoient les autres François, & depuis nourri par
_Satouriona_, qui le donna audit Gourgues, il se servit fort de ses
avis, sur léquels il envoya recognoitre le Fort & l'état des ennemis par
quelques-uns des siens conduits par _Olotataes_ neveu de _Satouriona_.

La demarche conclue, & le rendez-vous donné aux Sauvages au-delà la
riviere _Salinacani_, autrement Somme, il burent tous en grande
solennité leur breuvage dit _Cassine_ fait de jus de certaines herbes,
lequel ils onc accoutumé prendre quant ilz vont en lieux hazardeux,
parce qu'il leur ote la soif & la faim par vingt-quatre heures: & fallut
que Gourgues fit semblant d'en boire puis leverent les mains, & jurerent
tous de ne l'abandonner jamais. Ils eurent des difficultez grandes pour
les pluies & lieux pleins d'eau qu'il fallut passer avec du retardement
qui leur accroissoit la faim. Or avoient-ilz sceu que les Hespagnols
étoient quatre cens hommes de defenses repartis en trois Forts dressée &
flanqués, & bien accommodés sur la riviere de May. Car outre la
Caroline, ils en avoient encore fait deux autres plus bas vers
l'embouchure de la riviere, aux deux côtez d'icelle. Etant donc arrivé
assez prés, Gourgues delibere d'assaillir le Fort à la diane du matin
suivant: ce qu'il ne peut faire pour l'injure du ciel & obscurité de la
nuit. Le _Paraousti Helycopile_ le voyant faché d'y avoir failly
l'asseure de le conduite par un plus aisé, bien que plus long chemin: si
que le guidant par les bois il le meine en veuë du Fort, où il reconut
un quartier qui n'avoit que certains commencemens de fossez, si bien
qu'aprés avoir fait sonder la petite riviere qui se rend là, ilz la
passerent & aussi-tôt s'appreterent au combat la veille de Quasimodo en
Avril mil cinq cens soixante-huit. Tellement que Gourgues pour employer
ce feu de bonne volonté, donne vint arquebuziers à son Lieutenant
Cazenove, avec dix mariniers chargez de pots & grenades à feu pour
bruler la porte: puis attaque le Fort par autre endroit, aprés avoir un
peu harangué ses gens sur l'étrange trahison que ces Hespagnols avoient
joué à leurs compagnons. Mais apperceuz venans à téte baissée, à deux
cens pas du fort, le canonier monté sur la terrasse d'icelui, ayant crié
Arme, Arme, ce sont François, leur envoya deux coups d'une coulevrine
portant les armes de France prinse sur Laudonniere. Et comme il vouloit
recharger pour le trosiéme coup, _Olotocara_ transporté de passion
sortant de son rang monta sur une plate-forme, & lui passa sa picque à
travers le corps. Surquoy Gourgues d'avançant, & ayant ouï crier par
Cazenove que les Hespagnols sortis armés au cri de l'alarme
s'enfuyoient, tire cette part, & les enferme de sorte entre lui & son
Lieutenant, que de soixante il n'en rechappa que quinze reservés à méme
peine qu'ils avoient fait porter aux François. Les Hespagnols de l'autre
Fort ce-pendant ne cessent de tirer des canonades, qui incommodoient
beaucoup les nôtres. Gourgues voyans cela, se jette (suivi de
quatre-vints arquebuziers) dans une barque qui se trouva là bien à point
pour passer dans le bois joignant le fort, duquel il jugeoit que les
assiegez sortiroient pour se sauver à la faveur dudit bois dedans le
grand Fort, qui n'en étoit éloigné que d'une lieuë à l'autre part de la
riviere. Les Sauvages impatiens d'attendre le retour de la barque se
jettent tous en l'eau tenans leurs arcs & fleches élevées en une main, &
nageans de l'autre; en sorte que les Hespagnols voyans les deux rives
couvertes de si grand nombre d'hommes penserent fuir vers les bois, mais
tirez par les François, puis repoussez par les Sauvages, vers léquels
ilz se vouloient ranger, on leur otoit la vie plutot qu'ilz ne l'avoient
demandée: Somme que tous y finirent leurs jours hors-mis les quinze
qu'on reservoit à punition exemplaire. Et fit le Capitaine Gourgues
transporter tout ce qu'il trouva du deuxiéme Fort au premier, où il
vouloit se fermer pour prendre resolution contre le grand Fort, duquel
il ne sçavoit l'état.



_Hespagnol déguisé en Sauvage: Grande resolution d'un Indien: Approches
& prise du grand Fort: Demolition d'icelui, & des deux autres: Execution
des Hespagnols prisonniers: Regret des Sauvages au partir des François:
Retour de Gourgues en France: Et ce qui lui avint depuis._

CHAP. XX

CE n'étoit peu avancé d'avoir fait l'execution que nous avons dit en la
prise des deux petits Forts, mais il en restoit encore une bien
imporatante & plus difficile que les deux autres ensemble, qui étoit de
gaigner le grand Fort nommé la Caroline par les François, où y avoit
trois cens hommes bien munis, sous un brave Gouverneur, qui étoit homme
pour se faire bien battre en attendant secours. Gourgues donc ayant eu
le plan, la hauteur, les fortifications & avenuës dudit Fort par un
Sergent de bande Hespagnol son prisonnier, il fait dresser huit bonnes
écheles, & soulever tout le païs contre l'Hespagnol, & delibere sortir
sans lui donner loisir de débaucher les peuples voisins pour le venir
secourir. Cependant le Gouverneur envoye un Hespagnol deguisé en Sauvage
pour reconoitre l'état des François. Et bien que découvert par
_Olotocara_ il subtiliza tout ce qu'il peut pour faire croire qu'il
étoit du second Fort, duquel échappé, & ne voyant que Sauvages de toutes
parts, il s'étoit ainsi deguisé pour mieux parvenir aux François, de la
misericorde déquels il esperoit plus que de ces barbares. Confronté
toutefois avec le Sergent de bandes, & conveincu étre du grand Fort, il
fut de la reserve, aprés qu'il eut asseuré Gourgues qu'on le disoit
accompagné de deux mille François, crainte déquels ce qui restoit
d'Hespagnols au grand Fort étoient assés étonnés. Surquoy Gourgues
resolut de les presser en telle épouvente, & laissant son Enseigne avec
quinze arquebuziers pour la garde du Fort, & de l'entrée de la riviere,
fait de nuit partir les Sauvages pour s'embusquer dans les bois deçà &
delà la la riviere: puis part au matin, menant liez le Sergent &
l'espion pour lui montrer à l'oeil ce qu'ilz n'avoient fait entendre
qu'en peinture. S'étans acheminez, _Olotocara_ determiné Sauvage, qui
n'abandonnoit jamais le Capitaine, lui dit qu'il l'avoit bien servi, &
fait tout ce qu'il lui avoit commandé: qu'il s'asseuroit de mourir au
combat du grand Fort. Partant le prioit de donner à sa femme aprés sa
mort ce qu'il lui donneroit s'il ne mouroit point, afin qu'elle
l'enterrat avec lui. Le Capitaine Gourgues aprés l'avoir loué de sa
fidele vaillance, amour conjugal & genereux courage digne d'un honneur
immortel, répond qu'il l'aimoit mieux honorer vif que mort, & que Dieu
aidant le remeneroit victorieux.

Dés la découverte du Fort, les Hespagnols ne furent chiches de
canonades, mémement de deux doubles coulevrines, léquelles montées sur
un boulevert commandoient le long de la riviere. Ce qui fit retirer
Gourgues dans le bois, où étant il eut assez de couverture pour
s'approcher du Fort sans offense: Et avoit bien deliberé de demeurer là
jusques au matin, qu'il étoit resolu d'assaillir les Hespagnols par
escalade du côté du mont où le fossé ne lui sembloit assez flanqué pour
la deffense de ses courtines; mais le Gouverneur avança son desastre,
faisant sortir soixante arquebuziers, léquels coulez le long des fossez
s'avancerent pour découvrir le nombre & valeur des François: vint
déquelz se mettans souz Cazenove entre le Fort & les Hespagnols ja
sortis, leur coupent la retraite, pendant que Gourgues commande au reste
de les charger en téte, mais ne tire que de prés & coups qui portassent,
pour puis aprés les sagmenter plus aisément à coups d'épée. Ce qui fut
fait, mais tournans le dos aussi-tôt que chargez, & resserrez d'ailleurs
par Cazenove, tous y demeurerent. Dont le reste des assiegez furent si
effrayez qu'ilz ne sceurent prendre autre resolution pour garentir leur
vie, que par la fuite dans les bois prochains, où neantmoins rencontrez
par les fléches des Sauvages qui les y attendoient, furent aucuns
contraints de tourner téte, aimans mieux mourir par les mains des
François qui les poursuivoient, s'asseurans de ne pouvoir trouver lieu
de misericorde en l'une ni en l'autre nation qu'ils avoient également &
si fort outragée.

Le Fort pris fut trouvé bien pourveu de toute chose necessaire,
nommément de cinq double coulevrines, & quatre moyennes, avec plusieurs
autres pieces de toutes sortes: & dix-huit gros caques de poudre, &
toutes sortes d'armes, que Gourgues fit soudain charger en la barque,
non les poudres & autres meubles, d'autant que le feu emporta tout par
l'inadvertance d'un Sauvage, lequel faisant cuire du poisson, mit le feu
à une trainée de poudre faite & cachée par les Hespagnols pour fétoyer
les François au premier assaut.

Les restes des Hespagnols menés avec les autres, aprés que Gourgues leur
eut remontré l'injure qu'ils avoient fait sans occasion à toute la
nation Françoise, furent tous penduz aux branches des mémes arbres
qu'avoient été les François, cinq déquels avoient été étranglez par un
Hespagnol, qui se trouvant à un tel desastre, confessa la faute, & la
juste punition que Dieu lui faisoit souffrir. Et comme ils avoient mis
des écriteaux aux François, on leur en mit tout de méme en ces mots: _Je
ne fay ceci comme à Hespagnols, ni comme à mariniers, mais comme à
traitres, voleurs, & meurtriers._ Puis se voyant foible de gens pour
garder ces Forts, moins encore pour les peupler, & crainte aussi que
l'Hespagnol n'y retournast, à l'aide des Sauvages les mit tous rez pied,
rez terre en un jour. Cela fait il renvoye l'artillerie par eau à la
riviere de Seine où étoient ses vaisseaux: & quant à lui retourne à
pied, accompagné de quatre-vints arquebusiers armez sur le dos & meches
allumées, suiviz de quarante mariniers portant picques, pour le peu
d'asseurance de tant de Sauvages, toujours marchans en bataille, &
trouvans le chemin tout couvert d'indiens qui le venoient honorer de
presens & de louanges, comme au liberateur de tous les pars voisins. Une
vieille entre autres lui dit qu'elle ne se soucioit plus de mourir, puis
que les Hespagnols chassez elle avoit une autre fois veu les François en
la Floride. En fin arrivé, & trouvant ses navires prets à faire voile,
il conseilla les _Paraoustis_ de persister en l'amitié & confederation
ancienne qu'ils ont euë avec les Rois de France, qui les defendra contre
toutes les nations. Ce que tous lui promirent, fondant en larmes pour
son départ, & sur tous _Olotocara_. Pour léquels appaiser il leur promit
estre de retour dans douze lunes (ainsi content-ils leurs années) & que
son Roy leur envoyeroit armée, & force presens de couteaux, haches &
toutes autres choses de besoin. Cela fait il rendit graces à Dieu, avec
tous les siens, faisant lever les ancres le troisiéme May, cinq cens
soixante huit, & cinglerent si heureusement qu'en dix-sept jours ilz
firent onze cens lieuës, d'où continuans le sixiéme Juin arriverent à la
Rochelle.

Aprés les caresses qu'il receut des Rochelois il fit voile vers
Bourdeaux: mais il l'échappa belle. Car le jour méme qu'il partit de la
Rochelle arriverent dix-huit pataches & une roberge de deux cent
tonneaux chargés d'Hespagnols, léquels asseurez du desastre de la
Floride, venoient pour l'enlever, & lui faire une merveilleuse féte, &
le suivirent jusques à Blaye, mais il étoit ja rendu à Bourdeau.

Depuis le Roy d'Hespagne averti qu'on ne l'avoit sçeu attraper, ordonna
une grande somme de deniers à qui lui pourroit apporter sa téte: priant
en outre le Roy Charles d'en faire justice, comme d'un infracteur de
leur bonne alliance & confederation, sans faire mention que les siens
premierement avoient été infracteurs de cette confederation. Tellement
que Gourgues venu à Paris pour se presenter au Roy, & lui faire entendre
avec le succés de son voyage le moyen de remettre tout ce païs en son
obeissance, à quoy il protestoit d'employer sa vie & ses moyens, il eut
un recueil & réponse tant diverse, qu'il fut en fin forcé de se celer
long temps en la ville de Roüen environ l'an mil cinq cens soixante-dix:
& sans l'assistance de ses amis il eût été en danger. Ce qui le facha
merveilleusement, considerant les service par lui renduz tant au Roy
Charles, qu'à ses predecesseurs Rois de France. Car il avoit été en
toutes les armées qui s'étoient levées l'espace de vint-cinq trente ans,
& avec trente soldats avoit soutenu en qualité de Capitaine les efforts
d'une partie de l'armée Hespagnole en une place prés Seine, en laquelle
ses gens furent taillés en pieces, & lui mis en galere pour temoignage
de bonne guerre & bien rare faveur Hespagnole. Enfin pris du Turc, &
depuis par le Commandeur de Malte, il retourna en sa maison, où il ne
demeura oisif: mais dressa un voyage au Bresil, & en la mer du Su, &
depuis en la Floride: si que la Royne d'Angleterre desira l'avoir pour
le merite des ses vertus. Somme qu'en l'an quatre-vints deux il fut
choisi par Dom Anthoine pour conduire en titre d'admiral la flotte qu'il
deliberoit envoyer contre le Roy d'Hespagne lors qu'il s'empara du
Royaume de Portugal. Mais arrivé à Tours Il fut saisi d'une maladie qui
l'enleva de ce monde, au grand regret de ceux qui le conoissoient.

[Illustration: Neptune]



[Illustration]

                               SECOND
                        LIVRE DE L'HISTOIRE
                       DE LE NOUVELLE-FRANCE
           Contenant les voyages faits souz le Sieur de
                     Villegagnon en la France
                       Antarctique du Bresil



AVANT-PROPOS

_TROIS choses volontiers induisent les hommes à rechercher les païs
lointains, & quitter leurs habitations natureles & le lieu de leur
naissance. La premiere est l'espoir de mieux: La seconde quant une
province est tellement inondée de peuple, qu'il faut qu'elle déborde, &
envoye ce qu'elle ne peut plus contenir sur les regions convoisines, ou
éloignées: ainsi qu'apres le deluge les hommes se disperserent selon
leurs langues & familles jusques aux dernieres parties du monde, comme
en Java, en Japan & autres lieux en l'Orient & en Italie & és gaulles: &
les parties Septentrionales se répandirent par tout l'Empire Romain,
jusques en Afrique, au temps des Empereurs Honorius & Theodose le Jeune,
& autres de leur siecle. Les Hespagnols qui ne sont si abondans en
generation, ont eu d'autres sujets qui les ont tiré hors de leurs
provinces pour courir la mer, ç'a été la pauvreté, n'étant leur terre
d'assez ample rapport pour leur fournir les necessitez de la vie. La
France n'est pas de méme. Chacun est d'accort que c'est l'oeil de
l'Europe, laquelle n'emprunte rien d'autrui si elle ne veut. Sa
fertilité se reconoit en la proximité des villes & villages, qui se
regardent de tous côtez: ce qu'ayant quelquefois observé, j'ay pris
plaisir étant en Picardie, à compter dix-huit & vint villages à l'entour
de moy, léquels reçoivent leur nourriture en un petit pourpris comme de
deux ou trois lieuës Françoises d'etenduë de toutes parts. Noz Rois
saoulez de cette félicité, & à leur exemple leurs vassaux & sujets qui
avoient moyen de faire quelque belle entreprise, pensans qu'ilz ne
pouvoient trouver mieux qu'en leur païs, ne se sont autrement souciez
des voyages d'outre l'Ocean, ni de la conquéte des Nouvelles terres.
Joint que (comme a eté dit ailleurs) depuis le découverte des Indes
Occidentales la France a toujours eté travaillée de guerres intestines &
externes, qui en ont retenu plusieurs de tenter la méme fortune qu'ont
fait les Hespagnols._

_La troisiéme chose qui fait sortir les peuples hors de leurs païs & s'y
déplaire, c'est la division, les quereles, les procés; sujet qui fit
jadis sortir les Gaullois de leurs terres,& les abandonner pour en aller
chercher d'autres en Italie (à ce que dit Justin l'Historien) là où ilz
chasserent les Toscans hors de leur païs, & bâtirent les villes de
Milan, Come, Bresse, Veronne, Bergame, Trente, Vincene, & autres._

_Quoy que ce soit qui ait poussé quelques François à traverser l'Ocean,
leurs entreprises n'ont encore bien reussi. Vray est qu'ilz sont
excusables en ce qu'ayans rendu des témoignages de leur bonne volonté &
courage, ilz n'ont point eté virilement soutenus, & n'a-on marché en ces
affaires ici que comme par maniere d'acquit. Nous en avons veu des
exemples és deux voyages de la Floride; & puis que nous sommes si avant,
passons du Tropique de Cancer & celui du Capricorne, & voyons s'il est
mieux arrivé au Capricorne, & voyons s'il est vieux arrivé au Chevalier
de Villegagnon en la France Antarctique du Bresil: puis nous viendrons
visiter le Capitaine Jacques Quartier, lequel est dés y a longtemps à la
découverte des Terres-neuves vers la grande riviere de Canada._



_Entreprise du Sieur de Villegagnon pour aller au Bresil: Discours de
tout son voyage jusques à son arrivée ne ce païs-là: Fiévre pestilente à
cause des eaux puantes: Maladies des François, & mort de quelques uns:
Zone torride temperée: Multitude de poissons: Ile de l'Ascension:
Arrivée au Bresil: Riviere de Ganabara: Fort des François._

CHAP. I

EN l'an mille cinq cens cinquante-cinq le sieur de Villegagnon Chevalier
de Malte, se fachant en France & méme ayant (à ce qu'on dit) receu
quelque mécontentement en Bretagne, où il se tenoit lors, fit sçavoir en
plusieurs endroits le desir qu'il avoit de se retirer de la France, &
habiter en quelque lieu à l'écart, eloigné des soucis qui rongent
ordinairement la vie à ceux qui se trouvent enveloppés aux affaires du
monde de deça. Partant il jette l'oeil & son desir sur les terres du
Bresil, qui n'étoient encores occupées par aucuns Chrétiens, en
intention d'y mener des colonies Françoises, sans troubler l'Hespagnol
en ce qu'il avoit découvert & possedoit. Et d'autant que telle
entreprise ne se pouvoit bonnement faire sans l'avoeu, entremise,
consentement & authorité de l'Admiral, qui étoit pour lors Messire
Gaspar de Colligni imbeu des opinions de la Religion pretenduë reformée,
il fit entendre (soit par feinte ou autrement) audit sieur Admiral, & à
plusieurs Gentils-hommes & autres pretenduz reformez, que dés long temps
il avoit non seulement un desir extréme de se ranger en quelque païs
lointain où peüt librement, & purement servir à Dieu selon la
reformation de l'Evangile: mais aussi qu'il desiroit y preparer lieu à
tous ceux qui s'y voudroient retirer pour éviter les persecutions:
léquelles de fait étoient telles en ce temps contre les protestans, que
plusieurs d'entr'eux & de tout sexe & qualité, étoient en tout lieu du
Royaume de France, par Edits du Roy, & par arrets de la Cour de
Parlement, brulez vifs, & leurs biens confisquez. L'Admiral ayant
entendu cette resolution en parla au Roy Henry II lors regnant, aupres
duquel lui étoit bien venu, & lui discourut de la consequence de
l'affaire, & combien cela pourroit à l'avenir étre utile à la France si
Villegagnon homme entendu en beaucoup de choses, étant en cette volonté,
entreprenoit le voyage. Le Roy facile à persuader, mémement en ce qui
étoit de son service, accorda volontiers ce que l'Admiral lui proposa, &
fit donner à Villegagnon deux beaux navires équippez & fourniz
d'artillerie, & dix mille francs pour faire sa navigation. De laquelle
j'avois omis les particularitez pour n'en avoir sceu recouvrer les
memoires, mais sur le point que l'Imprimeur achevoit ce qui est de la
Floride, un de mes amis m'en a fourni de bien amples, léquels en ce
temps-là ont eté envoyez par deça de la France Antarctique par un des
gens dudit sieur de Villegagnon, dont voici la teneur.

L'an du Seigneur mille cinq cens cinquante-cinq, le douziéme jour de
Juillet, Monsieur de Villegagnon ayant mis ordre, & appareillé tout ce
qu'il lui sembloit estre convenable à son entreprise: accompagné de
plusieurs Gentils-hommes, manouvriers, & mariniers, equippa en guerre &
marchandise deux beaux vaisseaux, léquels le Roy Henry second de ce nom
lui avoit fait delivrer, du port chacun de deux cens tonneaux, munis &
garnis d'artillerie, tant pour la defense dédits vaisseaux, que pour en
delaisser en terre avec un hourquin de cent tonneaux, lequel portoit les
vivres, & autres choses necessaires en telle faction. Ces choses ainsi
bien ordonnées, commanda qu'on fit voile ledit jour sur les trois heures
aprés midi, de la ville du Havre de Grace, auquel lieu s'étoit fait son
embarquement. Pour lors la mer étoit belle, afflorée du vent North-est,
qui est Grec levant, lequel (s'il eust duré) étoit propre pour nôtre
navigation, & d'icelui eussions gaigné la terre Occidentale. Mais le
lendemain, & jours suivans il se changea au Suroest, auquel avions
droitement affaire: & tellement nous tourmenta, que fumes contraints
relacher à la côte d'Angleterre nommée la Blanquet, auquel lieu
mouillame les ancres, ayant esperance que la fureur de cetui vent
cesseroit, mais ce fut pour rien, car il nous convint icelles lever en
la plus grande diligence qu'on sçauroit dire, pour relacher & retourner
en France au lieu de Dieppe. Avec laquelle tourment il survint au
vaisseau auquel s'étoit embarqué ledit Seigneur de Villegagnon un tel
lachement d'eau, qu'en moins de demie heure l'on tiroit par des sentines
le nombre de huit à neuf cens batonnées d'eau, c'est à dire quatre cens
seaux: Qui étoit chose étrange & encore non ouïe à navire qui sort d'un
port. Par toutes ces choses nous entrames dans le havre de Dieppe, à
grande difficulté, parce que ledit havre n'a que trois brassées d'eau, &
nos vaisseaux tiroient deux brassées d'eau. Avec cela il y avoit grande
levée pour le vent qui ventoit, mais les Dieppois (selon leur coutume
louable & honéte) se trouverent en si grand nombre pour haller les
ammares & cables, que nous entrames par leur moyen le dix-septiéme jour
dudit mois. De celle venuë plusieurs de noz Gentils-hommes se
contenterent d'avoir veu la mer, accomplissant le proverbe: _Mare vidit
& fugit_. Aussi plusieurs soldats, manouvriers & artisans furent
degoutez & se retirent. Nous demeurames là l'espace de trois semaines,
tant pour attendre le vent bon, & second, que pour le radoubement
desdits navires. Puis aprés le vent retourna au Northest, duquel nous
nous mimes encore en mer, esperans toujours sortir hors les côtes &
prendre la haute mer. Ce que ne peumes, ains nous convint relacher au
Havre d'où nous étions partis, par la violence du vent qui nous fut
autant contraire qu'auparavant. Et là demeurames jusques à la veille
notre Dame de la mi-Aoust. Entre lequel chacun s'efforça de prendre
nouveaux raffraichissemens pour r'entrer encor, & pour la troisiéme
fois, en mer. Auquel jour nous apparut la clemence & benignité de nôtre
bon Dieu: car il appaisa le courroux de la mer, & le ciel furieux contre
nous, & les changea selon que nous lui avions demandé par noz prieres.
Quoy voyant, & que le vent pourroit durer de la bande d'où il étoit,
derechef avec plus grand espoir que n'aions encor eu, pour la troisiéme
fois nous nous embarquames & fimes voile ledit jour quatorziéme Aoust.
Celui vent nous favorisa tant, qu'il fit passer la Manche (qui est un
détroit entre l'Angleterre & Bretagne) le gouffre de Guyenne & de
Biscaye, Hespagne, Portugal, Le Cap de Saint Vincent, le détroit de
Gibraltar appellé les Colomnes de Hercules, les iles de Madere, & les
sept iles Fortunées, dites les Canaries. L'une déquelles reconnumes,
appellée le Pic Tanariffé, des anciens le Mont Atlas: & de cetui selon
les Cosmographes est dite la mer Atlantique: Ce Mont est
merveilleusement haut: il se peut voir de vint cinq lieuës. Nous en
approchames à la portée de canon le Dimanche vintiéme jour de nôtre
troisiéme embarquement. Du Havre de Grace jusques audit lieu il y a
quinze cens lieuës. Cetui est par les vint & huit degrés au Nort de la
ligne Torride. Il y croit, à ce que je puis entendre, des succres en
grande quantité, & de bons vins. Cette ile est habitée des Hespagnols,
comme nous sceumes: car comme nous pensions mouiller l'ancre pour
demander de l'eau douce, & des raffraichissemens, d'une belle Forteresse
située au pied d'une montagne, ilz deployerent une enseigne rouge nous
tirans deux ou trois coups de coulevrine, l'un déquels perça le
Vice-Amiral de notre compagnie, c'étoit sur l'heure de onze ou douze du
jour, qu'il faisoit une chaleur merveilleuse sans aucun vent. Ainsi il
nous convint soutenir leurs coups. Mais aussi de nôtre part nous les
canonames tant qu'il y eut plusieurs maisons rompues & brisées; les
femmes & enfans fuyoient par les champs. Si noz barques & bateaux
eussent eté hors les navires, je croi que nous eussions fait le Bresil
en cette belle ile. Il n'y eut qu'un de noz canoniers que se blessa en
tirant d'un cardinac, dont il mourut dix jours aprés. A la fin l'on vit
que nous ne pouvions rien pratiquer là que des coups: & pource nous nous
retirames en mer, approchans la côte de Barbarie, qui est une partie
d'Afrique. Nôtre vent fecond nous continua & passames la riviere de
Loyre en Barbarie, le Promontoire blanc, qui est souz le Tropique du
Cancer: & vimmes le huitiéme jour dudit mois en la hauteur du
Promontoire d'Æthiopie, où nous commençames à sentir la chaleur. De
l'ile qu'avions conuë, jusques audit Promontoire, il y a trois cens
lieuës. Cette chaleur extréme causa une fiévre pestilentieuse dans le
vaisseau où étoit ledit Seigneur, pour raison que les eaux étoient
puantes & tant infectes que c'étoit pitié, & les gens dudit navire ne se
pouvoient garder d'en boire. Cette fiévre fut tant contagieuse &
pernicieuse, que de cent personnes elle n'en épargna que dix, qui ne
fussent malades: & des nonante qui étoient malades, cinq moururent, qui
étoit chose pitoyable & pleine de pleurs. Ledit seigneur de Villegagnon
fut contraint soi retirer dans le Vic'Admiral, où il m'avois fait
embarquer, dans lequel nous étions dispos & fraiz, bien faschés
toutefois de l'accident qui étoit dans nôtre compagnon. Ce promontoire
est quatorze degrez prés de la Zone torride: & est la terre habitée des
Mores. Là nous faillit nôtre bon vent & fumes persecutez six jours
entiers de bonasses & calmes, & les soirs sur le Soleil couchant, des
tourbillons & vents les plus impetueux & furieux, joints avec pluie tant
puante, que ceux qui étoient mouillez de ladite pluie, soudain étoient
couverts de grosses pustules de ces vents tant furieux. Nous n'osions
partir, que bien peu, de la grand'voile de Papefust: toutefois le
Seigneur nous secourut: car il nous envoya le vent Suroest, contraire
neantmoins, mais nos étions trop Occidentaux. Ce vent fut toujours
fraiz, qui nous recrea merveilleusement l'esprit & le corps, & d'icelui
nous côtoyames la Guinée, approchans peu à peu de la Zone Torride:
laquelle trouvames tellement temperée (contre l'opinion des Anciens) que
celui qui étoit vétu n'avoit besoin de se depouiller pour la chaleur.
Nous passames ledit centre du monde le dixiéme Octobre prés les iles
saint Thomas, qui sont droit souz l'Equinoctial, prochaines de la terre
de Manicongo. Combien que ce chemin ne nous étoit propre, si est-ce
qu'il convenoit faire cette route-là, obeissans au vent qui nous étoit
contraire: & tellement y obeïmes que pour trois cens lieuës qu'avions
seulement à faire de droit chemin, nous en fimes mille ou quatorze cens.
Voire que si nous eussions voulu Promontoire de Bonne esperance, qui est
trente sept degrez deça la ligne en l'Inde Orientale, nous y eussions
plutot été qu'au Bresil. Cinq degrez North dudit Equateur, & cinq degrez
Suroest du méme Equateur, nous trouvames si grand nombre de poissons &
de diverses especes, que quelquefois nous pensions étre assechez sur
lédits poissons. Les especes sont Marsouins, Dauphins, Baleines,
Stadins, Dorades, Albacorins, Pelamides, & le poisson volant, que nous
voyons voler en troupe comme les étournaux en nôtre païs. Là nous
faillirent nos eaux, sauf celle des ruisseaux, laquelle était tant
puante & infecte, que nulle infection c'est à y comparer. Quand nous en
beuvions il nous falloit boucher les ïeux, & étouper le nez. Etant en
ces grandes perplexités & préque hors d'espoir de venir au Bresil, pour
le long chemin qui nous restoit, qui de neuf cent à mille lieuës, le
Seigneur Dieu nous envoya le vent au Suroüest, qui étoit le lieu où nous
avions affaire. Et tant fumes portez de ce bon vent, qu'un Dimanche
matin vintiéme Octobre eumes conoissance d'une belle ile, appellée dans
la Charte marine, l'ascension. Nous fumes tous rejouis de la voir, car
elle nous montroit où nous estions, & quelle distance y pouvoit avoir
jusques à la terre de l'Amérique. Elle est elevée de huit degrez & demi.
Nous n'en peumes approcher plus prés que d'une grande lieuë. C'est une
chose merveilleuse que de voir cette ile étant loin de la terre ferme de
cinq cens lieuës. Nous poursuivimes nôtre chemin avec un vent second, &
fimes tant par jour & par nuit que le 3e jour de Novembre, un Dimanche
matin, nous eumes conoissance de l'Inde Occidentale, quarte partie du
monde, dite Amérique, du nom de celui qui la découvrit l'an mille quatre
cens nonante trois. Il ne faut demander si nous eumes grande joye, & si
chacun rendoit graces au Seigneur, veu la pauvreté, & le long-temps
qu'il y avoit que nous étions partis. Ce lieu que nous découvrimes est
par vint degrez, appellé des Sauvages _Pararbre_. Il est habité des
Portugais, & d'une nation qui ont guerre mortelle avec ceux auquels nous
avons alliance. De ce lieu nous avons encore trois degrez jusques au
Tropique de Capricorne, qui valent octante lieuës. Nous arrivames le
dixiéme de Novembre en la riviere de _Ganabara_. Elle est droitement
souz le Tropique de Capricorne. Là nous mimes pied en terre, chantans
loüanges & action de graces au Seigneur. Nous y trouvames de cinq à six
cens Sauvages tout nuds, avec leurs arcs & fleches, nous signifians en
leurs langages que nous étions les bien venuz, nous offrans de leurs
biens, & faisans les feuz de joye de ce que nous étions venuz pour les
defendre contre les Portugais, & autres leurs ennemis mortels &
capitaux. Le lieu est naturellement beau & facile à garder, à raison que
l'entrée en est étroite, close des deux côtez de deux hauts monts. Au
milieu de la dite entrée (qui est, possible, de demie lieuë de large) y
a une roche longue de cent pieds, & large de soixante, sur laquelle
Monsieur de Villegagnon a fait un Fort de bois, y mettant une partie de
son artillerie, pour empecher que les ennemis ne viennent les
endommager. Cette riviere est tant spacieuse, que toutes les navires du
monde y seroient seurement. Elle est semee de preaux & iles fort belles,
garnies de bois toujours verds: à l'une déquelles (étant à la portee du
canon du lieu qu'il a fortifié) il a mis le reste de son artillerie &
tous ses gens, craignant que s'il se fut mis en terre ferme, les
Sauvages ne nous eussent saccagez pour avoir sa marchandise.

Voila le discours du premier voyage fait en la terre du Bresil; où je
reconois un grand defaut, soit au Chevalier de Villegagnon, soit en ceux
que l'avoient envoyé. Car que sert de prendre tant de peine pour aller à
une terre de conquéte, si ce n'est pour la posseder entierement? Et pour
la posseder il faut se camper en la terre ferme & la bien cultiver: car
en vain habitera-on en un païs s'il n'y a dequoy vivre. Que si on n'est
assez fort pour s'en faire à-croire, & commander aux peuples qui
occupent le païs, c'est folie d'entreprendre & s'exposer à tant de
dangers. I y a assez de prisons par tout sans en aller chercher si loin.

Quant à ce qui est des moeurs & coutumes des Bresiliens, & du rapport de
la terre, nous recueillerons au dernier livre tant ce que l'autheur du
Memoire sus-écrit en a dit, que ce que d'autres nous en ont laissé.

[Illustration]



_Renvoy de l'un des navires en France: Expedition des Genevois pour
envoyer au Bresil: Conjuration contre Villegagnon: Découverte d'icelle:
Punition de quelques-uns: Description du lieu & retraite des François:
Partement de l'escouade Genevoise._

CHAP. II

APRES que le sieur de Villegagnon eut dechargé ses vaisseaux, il pensa
d'en r'envoyer un en France, & quant & quant donner avis au Roy, &
Monsieur l'Admiral & autres, de tout son voyage, & de l'esperance
qu'avoit de faire là quelque chose de bon qui reussiroit à l'honneur de
Dieu, au service du Roy, & au soulagement de plusieurs des ses sujets.
Et pour ne manquer de secours & rafraichissement l'an suivant, & ne
demeurer là comme degradé (ainsi que ceux qui étoient anciennement
relegués en des iles par maniere de punition) conoissant qu'il ne
pouvoit rien faire sans ledit Admiral, & qu'il se falloit conformer à
son humeur, ou quitter l'entreprise, il écrivit aussi particulierement à
l'Eglise de Geneve & aux Ministres dudit lieu, les requerant de l'aider
autant qu'il leur seroit possible à l'avancement de son dessein, & à
cette fin qu'on lui envoyat des Ministres & autres personnes bien
instruites en la Religion Chrétienne pour endoctriner les Sauvages, &
les attirer à la conoissance de leur salut.

Les lettres receuës & leuës, les Genevois desireux de l'amplification de
leur Religion (comme chacun naturellement est porté à ce qui est de sa
secte) rendirent solennellement graces à Dieu de ce qu'ilz voyoient le
chemin preparé pour établir par-delà leur doctrine, & faire reluire la
lumiere de l'Evangile parmi ces peuples barbares sans Dieu, sans loy,
sans religion. Ledit sieur Admiral sollicita par lettres Philippe de
Corguilleray dit le sieur du Pont son voisin en la terre de Chatillon
sur Loin (lequel avoit quitté sa maison pour aller demeurer auprés de
Geneve) d'entreprendre le voyage pour conduire ceux qui se voudroient
acheminer au Bresil vers Villegagnon. L'Eglise de Geneve aussi l'en
pria, & les Ministres encor: si bien que, zele & affection, il postposa
le soin de sa femme & de ses enfans à cette entreprise, pour laquelle il
accepta ce dont il étoit requis.

On lui trouva nombre de jeunes hommes ayans bien étudié, léquelz furent
par l'examen trouvés capables de pouvoir instruire ces peuples en la
Religion Chrétienne. On lui fournit aussi d'artisans & ouvriers, selon
que Villegagnon avoit mandé, léquels sans apprehender la dure façon de
vivre qui leur étoit proposée en ce païs-là par les lettres dudit
Villegagnon (car il n'y avoit ni pain ni vin, mais au lieu de pain il
falloit user de certaine farine faite d'une racine blanche de laquelle
usent les Bresiliens, comme sera dit en ce méme chapitre) de gayeté de
coeur suivirent ledit sieur du Pont en nombre de quatorze, sans les
manouvriers. D'autres apprehendans la façon de vivre delà aimoient mieux
flairer l'odeur des cuisines Françoises, ou de Geneve, que le boucan du
Bresil: & conoitre ce païs-là par theorique plutot que par pratique.
Mais avant que les laisser mettre en chemin, il est besoin de dire ce
qui se faisoit en la France Antarctique du Bresil parmi la troupe que
Villegagnon y avoit menée. Ce que je feray suivant le memoire d'une
seconde lettre envoyée en France au mois de May, l'an mil cinq cens
cinquante-six, conceuë en ces mots:

Mes freres & meilleurs amis, &c. Deux jours aprés le partement des
navires (qui fut le quatorziéme jour de Fevrier mil cinq cens
cinquante-six) nous découvrimes une conjuration faite par tous les
artisans & manouvriers qu'avions amenez, qui étoient au nombre d'une
trentaine contre monsieur de Villegagnon, & tous nous autres qui étions
avec lui, dont n'y en avoit que huit de defense. Nous avons sceu que ce
avoit été conduit par un Truchement, lequel avoit été donné audit
Seigneur par un Gentil-homme Normand, qui avoit accompagné ledit
Seigneur jusques en ce lieu. Ce truchement étoit marié avec une femme
Sauvage, laquelle il ne vouloit ni laisser, ni la tenir pour femme. Or
ledit seigneur de Villegagnon, en son commencement regla sa maison en
hommes de bien, & craignant Dieu: defendant que nul homme n'eût affaire
à ces chiennes Sauvages, si l'on ne les prenoit pour femmes, & sur peine
de la mort. Ce Truchement avoit vécu (comme tous les autres vivent) en
la plus grande abomination & vie Epicurienne qu'il est possible de
raconter: sans Dieu, sans Foy, ne Loy, l'espace de sept ans. Pourtant
lui faisoit mal de laisser sa putain, & vie superieure, pour vivre en
homme de bien, & en compagnie de Chrétiens. Premierement il proposa
d'empoisonner monsieur de Villegagnon, & nous aussi: mais un de ses
compagnons l'en détourna. Puis s'addressa à ceux des artisans &
manouvriers, léquels il conoissoit vivre en regret, en grand travail, &
à peu de nourriture. Car par ce que l'on n'avoit rapporté vivres de
France, pour vivre en terre, il convint du premier jour laisser le
cidre, & au lieu boire de l'eau creuë. Et pour le biscuit s'accommoder à
une certaine farine du païs faicte de racines d'arbres, qui ont la
feuille comme le _Paoniamas_; & croit plus haut en hauteur qu'un homme.
Laquelle soudaine & repentine mutation fut trouvée étrange, mémement des
artisans qui n'étoient venus que pour la lucrative & profit particulier.
Joint les eaux difficiles, les lieux âpres & deserts, & labeur
incroyable qu'on leur donnoit, pour la necessité de se loger où nous
estions: parquoy aisément les seduit, leur proposant la grande liberté
qu'ils auroient, & les richesses aussi par aprés, déquelles il en
donneroient aux Sauvages en abandon, pour vivre à leur desir. Volontiers
s'accorderent ces pauvres gens, & à la chaude voulurent mettre le feu
aux poudres, qui avoient été mises en un cellier fait legerement sur
lequel nous couchions tous: mais aucuns ne le trouverent pas bon, parce
que toute la marchandise, meubles & joyaux que nous avions eussent été
perdus & n'y eussent rien gaigné. Ilz conclurent donc entr'eux de nous
venir saccager, & couper la gorge durant que nous serions en nôtre
premier somme. Toutefois ils y trouverent une difficulté, pour trois
Ecossois qu'avoit ledit seigneur pour sa garde, léquels pareillement ilz
s'efforcerent de seduire. Mais eux, aprés avoir conu leur mauvais
vouloir, & la chose étre certaine, m'en vindrent avertir, & decelerent
tout le fait. Ce à l'heure méme je declaray audit seigneur, & à mes
compagnons, pour y remedier. Nous y remediames soudainement, en prenant
quatre des principaux, qui furent mis à la chaine & aux fers devant
tous: l'autheur n'y étoit pas. Le lendemain, l'un de ceux qui étoit aux
fers se sentant conveincu, se traina prés de l'eau, & se noya
miserablement: un autre fut étranglé. Les autres servent ores comme
esclaves: le reste vit sans murmure, travaillant beaucoup plus
diligemment qu'auparavant. L'autheur truchement (par-ce qu'il n'y étoit
pas) fut averti que son affaire avoit été découverte. Il n'est retourné
depuis à nous, & se tient maintenant avec les Sauvages, ayant débauché
tous les autres Truchements de ladite terre, qui sont au nombre de vint
ou vint-cinq: léquels font & disent tout du pis qu'ilz peuvent pour nous
étonner, & nous faire retirer en France. Et par-ce qu'il est avenu que
les Sauvages ont été persecuté d'une fiévre pestilentieuse depuis que
nous sommes en terre, dont il en est mort plus de huit cens: ilz leur
ont persuadé que c'étoit Monsieur de Villegagnon qui les faisoit mourir:
parquoy ilz conçoivent une opinion contre nous en telle sorte qu'ilz
voudroient faire la guerre, si nous étions en terre continente: mais le
lieu ou nous sommes les retient. Ce lieu est une ilette de six cens pas
de long, & de cent de large, environnée de tous côtez de la mer, large &
long d'un côté & d'autre par la portée d'une coulevrine, qui est cause
qu'eux n'y peuvent approcher, quand leur frenesie les prent. Le lieu est
fort naturellement, & par art nous l'avons flanqué & remparé, tellement
que quand ilz nous viennent voir dans leurs auges & _almadies_ ilz
tremblent de crainte. Il est vray qu'il y a une incommodité d'eau douce,
mais nous y saisons une citerne qui pourra garder & contenir de l'eau,
au nombre que nous sommes, pour six mois. Nous avons du depuis perdu un
grand bateau & une barque, contre les roches: qui nous on faite grande
faute, pour-ce que nous ne sçaurions recouvrer ni eau, ni bois, ni
vivres, que par bateaux. Avec ce, un maitre charpentier & deux autres
manouvriers se sont allez rendre aux Sauvages, pour vivre plus à leur
liberté. Nonobstant Dieu nous a fait la grace de resister constamment à
toutes ces entreprises, ne nous deffians de sa misericorde. Léquelles
choses il nous a voulu envoyer, pour montrer que sa parole prend
difficilement racine en un lieu, afin que la gloire lui en soit
rapportée: mais aussi quand elle est enracinée elle dure à jamais. Ces
troubles m'ont empeché, que je n'ay peu reconoitre le païs, s'il y avoit
mineraux, ou autres choses singulieres: qui sera pour une autre fois.
L'on nous menace fort que les Portugais nos viendront assieger, mais la
bonté divine nous en gardera. Je vous supplie tous deux de m'écrire
amplement de vos nouvelles, &c. De la riviere de _Ganabara_ au païs du
Bresil en la France Antarctique, souz le Tropique du Capricorne, ce
vingt-cinquiéme jour de May, mille cinq cens cinquante-six. Vôtre bon
amy N. B.

Or pour revenir aux termes de ce que nous avions commencé à dire
touchant le voyage du sieur du Pont, les volontaires qui se rangerent de
sa troupe partirent de Geneve le dixiéme de Septembre mille cinq cens
cinquante-six, & allerent trouver ledit sieur Admiral en sa maison de
Chatillon sur Loin, où il les encouragea à poursuivre leur entreprise,
avec promesse de les assister pour le fait de la marine. De là ilz
vindrent à Paris, où durant un mois qu'ils y sejournerent, plusieurs
Gentils-hommes & autres avertis de leur voyage se joignirent avec eux.
Puis s'en allerent à Honfleur, où ils attendirent que leurs navires
fussent prets & appareillez pour faire voiles.

[Illustration]



_Seconde navigation faite au Bresil au dépens du Roy: Accident d'une
vague de mer: Discours des iles de Canarie: Barbarie païs fort bas:
Poissons volans, & autres pris en mer: Tortuës merveilleuses._

CHAP. III

TANDIS que les Genevois disposoient les choses comme nous avons dit, le
sieur de Bois-le-Comte nevoeu du sieur de Villegagnon preparoit les
vaisseaux à Honfleur, léquels il fit equipper en guerre au nombre de
trois, aux dépens du Roy. Fourniz qu'ilz furent de vivres & autres
choses necessaires, les ancres furent levées, & se mirent en mer le
dix-neufiéme Novembre. Ledit sieur de Bois-le-Comte éleu Vice-Admiral de
cette flotte avoit quatre-vints personnes tant soldats que matelots dans
son vaisseau: dans le second y en avoit six-vints: dans le troisiéme il
y avoit environ quatre-vints-dix personnes, compris six jeunes garçons
qu'on y menoit pour apprendre le langage du païs: & cinq jeunes filles &
une femme pour les gouverner, afin de commencer à faire multiplier la
race des François par-dela.

Au partir les canonades ne manquerent, ni l'eclat des trompettes, ni le
son des tambours & fifres, selon la coutume des navires de guerre qui
vont en voyage. Au bout de quelques jours ils arriverent de bon vent aux
iles Fortunées, dites Canaries, où quelques matelots penserent mettre
pied à terre pour butiner quelque chose, mais ilz furent repoussez par
les Hespagnols qui les avoient apperceuz de loin. Le seziéme Decembre
ilz furent pris d'une forte tempéte qui mit à fonds une barque attachée
à un navire, en laquelle y avoit deux matelots pour la garde d'icelle,
qui penserent boire à tous leurs amis pour une derniere fois. Car il est
bien difficile en tel accident de sauver un homme parmi les fortes
vagues de la mer. Neantmoins aprés beaucoup de peine ilz furent sauvés
avec les cordages qu'on leur jeta. En cette tempéte arriva un hazard
fort remarquable & que je mettray volontiers ici (quoy que je ne me
vueille arréter à toutes les particularitez qu'a écrit Jean de Lery
autheur de l'histoire de ce voyage.) C'est que comme le cuisinier eut
mis un matin dessaler dans un cuvier du lard pour le repas, un coup de
mer sautant impetueusement sur le pont du navire, l'emporta plus de la
longueur d'une picque hors le bord (c'est à dire hors le navire) & une
autre vague venant à l'opposite, sans renverser ledit cuvier, de grand
roideur le rejetta au méme lieu dont il étoit party, avec ce qui étoit
dedans. Le méme autheur rapporte à propos un exemple de Valere le Grand
que j'ay dés y a long temps admiré: sçavoir d'un matelot qui vuidant
l'eau de la basse partie d'un navire (avec la pompe, comme il faut
presumer) fut jetté en mer par un coup de vague, & incontinent repoussé
dedans par une autre vague contraire.

Le dix-huitiéme dudit mois de Decembre noz François découvrirent la
grand'Canarie, ainsi appellée (je croy) à cause des Cannes de succre
qu'elle produit en abondance, & non pour-ce qu'elle produit grande
quantité de chiens, ainsi que disent Pline & Solin. A cette ile est
voisine celle qui est aujourd'hui appellée _Teneriffé_, de laquelle nous
avons parlé ci-dessus. Et puis que nous sommes sur le propos des iles
Canaries, il n'y a point danger de nous y arréter un petit, mémement veu
que la possession qu'en ont aujourd'hui les Hespagnols, ilz la doivent
aux François. Elles sont sept en nombre distantes de quarante &
cinquante lieuës les unes des autres, appellées par les Anciens d'un mot
general Fortunées, à cause de leur beauté, & pour le temperature de
l'air, n'y ayant jamais ni de froid, ni de chaud excessif, dont ne faut
s'étonner si plusieurs les ont pris pour les Hesperides, déquelles les
Poëtes ont chanté tant de fables. De ces sept il y en avoit ci-devant
quatre Chrétiennes, à sçavoir Lauzarette, Forteventure, la Gomere, &
l'ile de Fer. Les trois autres étoient peuplées d'Idolatres, qui sont
appellées la grand'Canarie, Teneriffé, & la Palme, mais aujourd'hui
j'entens qu'elles sont toutes Chrétiennes. Ces peuples avant le
Christianisme étoient barbares, toujours en guerre, & se tuoient l'un
l'autre comme bétes; & le plus fort, estoit celui qui emportoit la
seigneurie & domination d'entr'eux. Ils alloient nuds comme ceux de la
Nouvelle-France, & ne souffroient aucun approcher de leurs iles.
Neantmoins comme les Chrétiens se mettoient quelquefois aux aguets pour
les attraper, & envoyer vendre en Hespagne, il avenoit souvent
qu'eux-mémes étoient pris: mais les Barbares avoient cette humanité
qu'ilz ne tuoient point leurs prisonniers, ains leur faisoient faire le
plus vil exercice qu'ils estimoient étre possible, qui étoit d'écorcher
leurs chevres, & les depecer ainsi que font les Bouchers, jusques à ce
qu'ils eussent payé leur rançon: & lors ils étoient delivrez. Ç'a été
par le moyen de ces prisonniers que l'on a sceu ce qui est en leurs
iles, leurs coutumes & façons de vivre, que ne n'ay entrepris de
representer en ce lieu pour ne m'égarer de mon sujet. Mais je repeteray
ce que j'ay déja dit, que les Hespagnols doivent aux François la
possession qu'ils ont de ces iles, suivant le rapport qu'en fait Pierre
Martyr, celui qui a écrit l'histoire des Indes Occidentales, lequel en
parle en cette sorte. «Ces iles (dit-il) bien qu'elles fussent venuës à
la conoissance des anciens, si est-ce que la memoire en étoit effacée: &
en l'an mille quatre cens cinq il y eut un François de nation nommé
Guillaume de _Bentachor_, lequel ayant congé d'une Royne de Castille de
découvrir nouvelles terres, trouva les deux Canaries, qui ores se
nomment Lancelotte, & Forteventure, léquelles apres sa mort ses
heritiers vendirent aux Hespagnols, &c.» Ici peut-on remarquer que les
Hespagnols par envie, ou autrement, ont voulu obscurcir le nom, & la
gloire du premier qui a découvert ces iles, apres étre demeurées tant de
siecles comme ensevelies, & hors de la conoissance des hommes. Car ce
Guillaume de _Bentachor_ s'appelloit Betancourt, Gentil-homme de
Picardie, lequel par son testament supplia le Roy de Castille d'estre
protecteur des ses enfans: mais il aima mieux étre protecteur des iles
conquises par ledit Betancourt: comme il a fait, & y en a adjouté
d'autres, déquelles il a peu plus justement s'emparer.

Quant à la situation de ces iles tous sont aujourd'hui d'accord qu'elles
gisent par les vint-sept degrez & demi au-deça de l'Equateur. Et partant
les Geographes & historiens qui ont situé lédites iles par les dix-sept
degrés ou environ, en se trompant en ont trompé beaucoup d'autres,
s'étans en cela arretés au calcul de Ptolomée, lequel a marqué les iles
Fortunées au promontoire Arsinarie, qui sont les iles du Cap verd. Mais
il y a lieu d'excuser Ptolomée en cet endroit, & dire que ceux qui ont
transcrit ses livres ne pouvans discerner les nombres des Grecs, ont été
cause de l'erreur qui se trouve en cet autheur. Car il n'est point à
croire qu'un homme tel que lui, quine marche qu'avec une grande solidité
& doctrine, eût si lourdement choppé en ceci.

Noz François donc ayans passé les Canaries cotoyerent la Barbarie
habitée des Mores, qui est un païs fort bas, si bien qu'à perte de veuë
ilz découvroient des campagnes immenses, & leur sembloit qu'ilz deussent
aller fondre là dessus. Et comme ordinairement où est la force là est
l'insolence, noz gens se sentans forts d'hommes & d'armes, ne faisoient
difficulté d'attaquer quelque navire, ou caravelle si elle se
rencontroit à leur chemin, & prendre ce que bon leur sembloit. En quoy
je ne les veux louer; & valoit mieux faire des amis en s'établissant
paisiblement, que de proceder par ces voyes. Aussi Dieu n'a-il point
beni leurs entreprises. Es derniers voyages faits en la Nouvelle-France,
on y est allé honétement équippé, & y a eu moyen quelquefois (méme de ma
conoissance) de prendre le dessus du vent, & faire ammener les voiles à
plusieurs navires qui se sont rencontrez, mais on n'a jamais mis en
avant de leur faire tort. Aussi n'est-ce pas le dessein de ceux qui en
ce dernier temps veulent habiter la Nouvelle-France, léquelz ne
recherchent que ce que la mer & la terre par un juste exercice leur
acquerront, sans envier la fortune d'autrui.

[Illustration]



_Passage de la Zone Torride: où navigation difficile: & pourquoy: Et
source: Refutation des raisons de quelques autheurs: Route des
Hespagnols au Perou: De l'origine du flot de la mer: Vent Oriental
perpetuel souz la ligne æquinoctiale: Origine & causes d'icelui, des
vens d'abas, & de Midi: Pluies puantes sous la Zone Torride: Effets
d'icelles: Ligne æquinoctiale pourquoy ainsi dite: Pourquoy sous icelle
ne se vois ne l'un ne l'autre Pole._

CHAP. IV

NOZ François étans en ces parties de la Zone Torride à trois ou quatre
degrez au-deça de l'Æquateur, ilz trouverent la navigation fort
difficile par l'insonstance de plusieurs vens qui s'assemblent là, &
transportent les vaisseaux diversement, à l'est, au Nort, à l'ouest,
selon qu'ilz se rencontrent. Jean de Lery cherchant la raison de cela,
presuppose que la ligne æquinoctiale tirant de l'Orient à l'Occident
soit comme le doz & l'échine du monde à ceux qui voyagent du Nort au su:
tellement que pour y aborder d'une part ou d'autre, il faut comme monter
cette sommité du monde, ce qui est difficile. Il adjoute une seconde
raison, c'est que là est la source des vens, qui soufflans oppositement
l'un à l'autre assaillent les vaisseaux de toutes parts. Et pour un
troisiéme il dit que les Courans, de la mer prenans là leurs
commencement en rendent les approches difficiles. Or jaçoit que ces
raisons soient studieusement recherchées, si est-ce que je ne puis
bonnement m'y accorder. Car quant à la premiere il est certain que la
terre & la mer faisant un globe rond il n'y n'y a point d'ascendant plus
difficile aupres de la ligne æquinoctiale, qu'au 20, 40, & 60 degré.
Quant à la seconde, il est certain que le Nort ne prend point là sa
source: & l'experience journaliere fait conoitre que souz la ligne &
dedans la Torride, les vens de Levant y regnent toujours soufflans
continuellement, sans permettre leurs contraires y avoir aucun accez, ni
vent d'Ouest, ni de Midi qu'on appelle vents d'abas. Et c'est l'occasion
pourquoy les Hespagnols qui vont au Perou ont ordinairement plus de
peine gaigner les Canaries, qu'en tout le reste du voyage, à cause des
vents de Midi, qui commencent là à entrer en force: mais passé icelles
ilz cinglent aisément jusques à entrer en la Torride, où ilz trouvent
incontinent ce vent Oriental qui fuit le Soleil, & les chasse en poupe
de telle sorte, qu'à peine est-il plus besoin en tout le voyage de
toucher aux voiles. Pour cette raison il appellent ce grand trait de
mer, le Golphe des Dames, pour sa douceur & serenité. Et en fin arrivent
és iles de la Dominique, Guadelupe, Desirét, Marigualante, & les autres
qui sont en cette part comme les faux-bourgs des Indes. Mais au retour
ilz prennent un autre chemin, & viennent à la Havane chercher leur
hauteur hors le Tropique du Cancer, là où regnent les vents d'abas,
ainsi qu'entre les Tropiques le vent de Levant: léquels vens d'abas
leurs servent jusques à la veuë des Açores ou Tierceres, & de là à
Seville. Et pour le regard de la troisiéme raison, je di qu'en la grande
& pleine mer il n'y a point de Courans, ains les Courans se font quant
la mer resserrée entre deux terres ne trouve point son passage libre
pour continuer son flux, de maniere qu'elle est contrainte de roidir son
cours ainsi qu'un fleuve qui passe par un canal. Mais posons le cas que
son flux prenne là son origine; étant lent en cette haute & spacieuse
étenduë, il ne fait pas grand empechement aux navires d'aborder
l'Æquateur: & puis s'il y a six heures de flux contre les navigans, il y
en a autant pour eux au reflux, sans comprendre le chemin qu'il avancent
d'eux mémes sans l'aide du flot. Or ne suis-je point d'accord que le
principe du flot de la mer soit souz la ligne æquinoctiale, car il y a
plus d'apparence de croire qu'elle n'a qu'un flux qui va d'un Pole à
l'autre, en sorte que quand il est Ebe au Pole arctique il est flot au
Pole Antarctique; que de lui donner double flux: ce qu'il faudra faire
si on met le principe de ce flux, souz ladite ligne: si ce n'est qu'on
vueille dire que le flux de la mer est comme le bouillon d'un pot,
lequel s'étend de toutes parts, & tout à la fois egalement. Et si l'on
veut sçavoir la cause de ce vent Oriental qui est perpetuel souz cette
ligne, qui fait la ceinture du monde, je m'en arreteray volontiers au
jugement du docte naturaliste Joseph Acosta, lequel attribue ceci au
premier mobile dont le mouvement circulaire est si rapide qu'il meine à
la danse non seulement tous les autres cieux, mais aussi les elemens
plus legers, le feu & l'air, léquels tournent aussi quant & lui de
l'Orient en l'Occident en vint-quatre heures; la terre & l'eau demeurans
par leur trop grande pesanteur au centre du monde. Or ce mouvement est
d'autant plus grand, vehement & puissant, qu'il s'approche de la ligne
æquinoctiale, où est la plus grande circumference du tournoyement du
ciel, & diminuë cette vehemence à mesure qu'on s'approche de l'un & de
l'autre Tropique: si bien qu'és environs d'iceux, par je ne sçay quelle
repercussion du cours & mouvement de la Zone, les vapeurs que l'air
attire quant & soy (d'où procedent les vens qui courent d'Orient en
Occident) sont contraintes de retourner quasi au contraire; & de là
viennent les vens d'abas & Surouest communs & ordinaires hors les
Tropiques. Je di donc que la plus vray-semblable cause de la difficulté
qu'ont eu noz François de parvenir à la ligne æquinoctiale, a été qu'ilz
n'étoient pas encor eloignez de terre (témoins les pluies puantes, qui
ne venoient d'autre part que des vapeurs terrestres, qui sont grossieres
& malfaisantes) & ainsi se trouvoient enveloppez de certains vens
terrestres, d'autant plus divers que la terre est inegale, à cause des
montagnes & vallées, rivieres, lacs & situations de païs, & de quelques
vens maritimes, léquels rencontrans ce vent fort & Oriental conduit par
la force du Soleil, & le mouvement du premier mobile, ne pouvoient
passer outre du moins qu'avec un grand combat, qui arrétoit leurs
vaisseaux, & les dispersoit ça & là.

Quant aux pluies puantes déquelles je viens de parler, cela est tout
commun au long de la côte de la Guinée souz la Zone torride voisine de
la terre: voire est tellement contagieuse, que si elle tombe sur la
chair il s'y levera des pustules & grosses vessies, voire méme imprime
la tache de la puanteur és habillemens. D'ailleurs l'eau douce leur
faillit du moins elle se corrompit tellement par les ardantes chaleurs
du climat, qu'elle étoit remplie de vers, & falloit en la beuvant tenir
la tasse d'une main & se boucher le nez de l'autre, pour l'extréme
puanteur qui en sortoit. Le biscuit en fut de méme. Car les longues
pluies ayant penetré jusques dans la Soute, le gatèrent entierement si
bien qu'il falloit manger autant de vers que de pain. Ce qui eût eté
aucunement tolerable si étans en ce mauvais passage ils en fussent
bien-tôt sortis, mais ilz furent environ cinq semaines à tournoyer sans
pouvoir approcher de céte ligne equinoctiale, à laquelle en fin ils
arriverent avec un vent de Nort nord d'Est le 4e jour de Fevrier 1557.
Ici il est bon de dire pour les moins sçavans que cette partie du monde
est dite être souz la ligne æquinoctiale (autrement souz l'Æquateur)
pource que le Soleil venant à cette partie du ciel qui fait le milieu
entre les deux poles & ce qui arrive deux fois l'annee, sçavoir
l'onziéme de Mars, quand il s'approche de nous; & le treiziéme de
Septembre, quand il se recule pour porter l'Eté aux terres Antarctiques
les jours & les nuits sont égaux par tout le Et comme le Soleil ayant
passé cette ligne noz jours r'accourcissent, aussi venant au deça de la
méme ligne ilz diminuent aux regions Antarctiques. Or cette ligne n'est
qu'une chose imaginaire, mais il est necessaire user de ce mot pour
entendre la chose, & en sçavoir discourir. Et au surplus est à remarquer
que les peuples qui habitent souz cette ligne imaginaire ont en tout
temps les nuits & les jours égaux, pour raison dequoy aussi elle
pourroit bien étre dite æquinoctiale.

Or comme en beaucoup de choses on fait de ceremonies pour la souvenance,
aussi c'est la coutume des matelots (qui se rejouissent volontiers) de
faire la guerre à ceux qui n'ont encores passé la ligne æquinoctiale,
quand ils y arrivent. Ainsi ilz les plongent dans l'eau, ou leur donnent
la bascule, ou les attachent au grand mast pour en avoir memoire.
Toutefois il y a moyen de se racheter de cette condemnation en payant le
vin des compagnons.

Aydez de ce vent de Nor-nord'Est (comme nous avons dit) ilz franchirent
quatre degrés au delà de l'Equateur, d'où ilz commencerent à découvrir
le pole Antarctique, ayans demeuré long temps sans voir ni l'un ni
l'autre, tant à-cause de quelques calmes, que des vens divers que se
rencontrent environ le milieu du monde (que je prens souz ladite ligne
æquinoctiale) allans comme pour combattre & deposseder ce vent Oriental
que nous avons dit, lequel ne s'en étonne gueres. Et neantmoins encores
qu'on eût le vent à propos, si est-ce, qu'etant au milieu d'une si
grande circumference qu'est celle du ciel, il n'est pas possible de voir
l'un ou l'autre pole, moins les deux ensemble, si tôt qu'on est venu
souz ladite ligne, ains faut s'approcher de quelques degrez de l'un ou
de l'autre: d'autant que les deux poles sont comme deux points
imaginaires & immobiles, ainsi que le point milieu d'une roue à l'entour
duquel se fait le mouvement d'icelle, ou comme les deux points
invisibles qu'on se peut imaginer aux deux côtez d'une boule roulante,
par léquels voir tout ensemble il faudroit étre au centre de la dite
boule; aussi pour voir les deux poles ou essieux du monde, il faudroit
étre au centre de la terre. Mais y ayant grande distance de ce centre à
la superficie d'icelle, ou de la mer; de là vient que nonobstant la
rondeur de ces deux plus bas elemens, on ne peut si tôt appercevoir le
pole quand on est parvenu à la ligne æquinoctiale.



_Découverte de la terre du Bresil:_ Margaias _quels peuples: Façon de
troquer avec les_ Ou-etacas _peuple le plus barbare de tous les autres:
Haute roche apellée l'Emauraude de_ Mak-hé: _Cap de Frie: Arrivée des
François à la riviere de_ Ganabara, _où étoit le Sieur de Villegagnon._

CHAP. V.

LE treziéme Fevrier les maitres de noz navires Françoises ayans pris
hauteur à l'astrolabe, se trouverent avoir le Soleil droit pour Zenith:
& apres quelques tourmentes & calmes, par un bon vent d'est qui dura
quelques jours, ils eurent la veuë de la terre du Bresil le vint-sixiéme
de Fevrier mille cinq cens cinquante-sept, au grand contentement de
tous, comme on peut penser, pares avoir demeuré prés de quatre mois sur
la mer sans prendre port en aucun lieu.

La premiere terre qu'ilz découvrirent est montueuse, & s'appelle
_Huvassou_ par les sauvages de ce païs-là, à l'abord de laquelle (selon
la coutume) ilz tirerent quelques coups de canons pour avertir les
habitans, qui ne manquerent de se trouver en grande troupe sur la rive.
Mais les François ayans reconu que c'étoient _Margaias_ alliez des
Portugais, & par consequent leurs ennemis, ilz ne descendirent point
à-terre, sinon quelques matelots qui dans une barque allerent prés du
rivage à la portée de leurs fleches, leur montrans des couteaux,
miroirs, peignes & autres bagatelles, pour léquelles ilz leur
demanderent des vivres. Ce que les Sauvages firent en diligence, &
apporterent de leur farine de racine, des jambons, & de la chair d'une
certaine espece de sanglier qu'ils ont, avec autres victuailles & fruits
telz que le païs les porte: car en cette saison là, quoy que ce fût le
mois de Fevrier, les arbres étoient aussi verds qu'ilz sont ici en Juin.
Les Sauvages ne furent point tant scrupuleux d'aborder les navires
François. Car il y en vint six avec une femme entierement nuds, peints,
& noircis par tout le corps, ayans les lévres de dessouz percées, & en
chaque trou une pierre verte, bien polie & proprement appliquée, & de la
largeur d'un teston, pour étre coints & jolis. Mais quand le pierre est
levée, ilz sont effroyablement hideux, ayans comme deux bouches au
dessouz du nez. La femme avoir les oreilles de méme si hideusement
percées, que le doigt y pourroit entrer, auquelles elle portoit des
pendans d'os blancs qui lui battoient sur les épaules. Ces sauvages
eussent fort desiré qu'on se fût arrété là, mais on ne s'y voulut pas
fier, joint qu'il falloit tendre ailleurs. A neuf ou dix lieuës de là
les François se trouverent à l'endroit d'un Fort des Portugais dit par
eux _Spiritus Sanctus_, et par les Sauvages _Moab_, qui est par les
vints degrez audelà de l'Æquateur. Les gardes de ce Fort reconoissans à
l'equipage que ce n'étoient de leurs gens, tirerent trois coups de canon
sur les François, léquels firent de méme envers eux, mais n'un & l'autre
en vain. De là passerent auprés d'un lieu nommé _Tapemiri_, & plus avant
vindrent côtoyant les _Paraïbes_, outre léquels tirans vers le Cap de
Frie il y a des basses & écueils entremélez de pointes de rochers qu'il
faut soigneusement éviter. Et à cet endroit y a une terre plaine
d'environ quinze lieuës de longueur habitée par un certain peuple
farouche & étrange nommé _Ou-etacas_ dispos du pied autant & plus que
les cerfs & biches, léquels ils prennent à la course: portent les
cheveux longs jusques aux fesses, contre la coutume des autres
Bresiliens qui les rognent par derriere mangent la chair creuë: ont
langage particulier n'ont aucun trafic avec les nations de deça,
d'autant qu'ils ne veulent point que leur païs soit conu semblables aux
Hespagnols de l'Amerique, qui ne souffrent aucune nation étrangere vivre
parmi eux. Toutefois quand les voisins de ces _Ou-etacas_ ont quelques
marchandises dont ilz les veulent accommoder, voici leur façon & maniere
de permuter. Les _Margaia, Caraia_ ou _Tououpinambaouls_ (qui sont
peuples voisins d'iceux) ou autres Sauvages de ce païs-là sans se fier,
ni approcher de l'_Ou-etacas_, lui montrant de loin ce qu'il aura, soit
serpe, soit couteau, peigne, miroir, ou autre chose, il lui fera
entendre par signes s'il veut échanger quelque chose à cela. Que si
l'_Ou-etacas_ s'y acorde, lui montrant au reciproque de la plumasserie,
des pierres vertes, pour servir d'ornement à la lévre d'embas ou autre
chose provenant de leur terre, le premier mettra sa marchandise sur une
pierre, ou piece de bois, & se retirera, & lors l'_Ou-etacas_ apportera
ce qu'il aura & le lairra à la place, qui se retirant permettra que le
_Margaia_, ou autre le vienne querir: & jusques là se tiennent promesse
l'un à l'autre. Mais chacun ayant son change, si tôt que l'un & l'autre
est retourné en ses limites d'où il avoit parlementé, le tréves rompuës,
c'est à qui pourra attrapper son compagnon: ainsi que noz soldats és
dernieres guerres sortans de quelque ville neutre; celle qu'étoit la
petite ville de Vervin en Tierache lieu de ma naissance, appartenant à
la tres-illustre maison de Couci. Apres avoir laissé derriere ces
espiegles d'_Ou-etacas_, ilz passerent ç la veuë d'un autre païs voisin
nommé _Mak-hé_, d'où certes les habitans n'ont besoin de toujours
dormir, ayans de tels reveils-matin auprés d'eux. En cette terre, & sur
le bord de la mer se voit une grosse roche faite en forme de tour,
laquelle aux rayons du soleil reluit & brille si fort, qu'aucuns pensent
que ce soit une sorte d'Emeraude. Et de fait les mariniers tant
Portugais que François l'appellent l'Emeraude de _Mak-hé_. Mais le lieu
est inaccessible étant environné de mille pointes de rochers qui se
jettent fort avant en mer.

La prés y a trois petites iles dites les iles de _Mak-hé_, où ayans
mouillé l'ancre, une tempéte de nuit se leva si furieuse que le cable
d'un des navires fut rompu, tellement que porté à la merci des Sauvages
contre terre il vint jusques à deux brasses d'eau. Ce que voyans le
Maitre & le Pilote, comme au desespoir ilz crierent deux ou trois fois
nous sommes perdus. Toutefois en ce besoin les matelots ayans fait
diligence de jetter une autre ancre, Dieu voulut qu'elle tint, & par ce
moyen furent sauvez. C'est chose rude qu'une tempéte en pleine mer où
l'on ne voit que montagnes d'eau, & profondes vallées; mais encore n'est
ce que jeu au pris du peril où est reduit un vaisseau qui est sur une
côte en perpetuel danger de s'aller échouer sur la rive; ou briser
contre les rochers. Mais en pleine mer on ne craint point tout cela,
quand on a fait diligence d'ammener les voiles à temps. Vray est qu'on
est balotté de merveilleuse façon en telle occasion, mais le peril est
dehors, j'entens en un bon vaisseau: car un coup de mer emportera
quelquesfois un quartier d'un mauvais navire, comme j'ay ouï reciter n'a
pas long temps d'un Capitaine qui fut emporté étant dans sa chambre vers
le gouvernail. La tempéte passée le vent vint à souhait pour gaigner le
Cap de Frie, port & havre des plus renommé en ce païs-là pour la
navigation des François. Là apres avoir mouillé l'ancre & tiré quelques
coups de canons, ceux qui se mirent à terre trouverent d'abordée grand
nombre de Sauvages nommez _Tououpinambaouls_ alliez & confederer de
nôtre nation, léquels outre la caresse & bonne reception dirent à nos
François des nouvelles de _l'aycolas_ (ainsi nommoient-ilz le sieur de
Villegagnon). En ce lieu ilz virent nombre de perroquets, qui volent par
troupes, & fort haut, & volontier s'accouplent comme les tourterelles.
Partis de là ayans vent à propos ils arriverent au bras de mer & riviere
nommée _Ganabara_ par les Sauvages: & Genevre par les Portugais, le
septiéme Mars mil cinq cens cinquante-sept, où d'environ un quart de
lieuë loin ilz saluerent ledit sieur de Villegagnon à force de
canonades, & lui leur rendit la pareille en grande rejouissance.



_Comme le sieur du Pont exposa au sieur de Villegagnon la cause de sa
venuë, & de ses compagnons: Réponse dudit sieur de Villegagnon: Et ce
qui fut fait au Fort de Colligni apres l'arrivée des François._

CHAP. VI

ETANS descendus à terre en l'ile où le sieur de Villegagnon s'étoit
logé, la troupe rendit graces à Dieu, puis alla trouver ledit sieur de
Villegagnon qui les attendoit en une place; ou il les receut avec
beaucoup de demonstration de joye & contentement. Apres les accollades
faites le sieur du Pont commence à parler & lui exposer les causes de
leur voyage fait avec tant de perils, peines, & difficultez, qui étoient
en un mot pour dresser une Eglise, qu'il appelloit reformée selon la
parole de Dieu en ce païs-là, suivant ce qu'il avoit écrit à ceux qui
les avaient envoyés. A quoy il répondit (ce dit l'Autheur) qu'ayant
voirement dés long temps & de tout son coeur desiré telle chose il les
recevoit volontiers à ces conditions: méme par ce qu'il vouloit leur
Eglise étre la mieux reformée pardessus toutes les autres, il declara
qu'il entendoit déslors que les vices fussent reprimez, la sumptuosité
des accoutremens reformée (je ne puis croire qu'il en fût si tôt de
besoin) & en somme tout ce qui pourroit apporter de l'empéchement au pur
service de Dieu. Puis levant les yeux au ciel, & joignans les mains:
Seigneur Dieu (dit-il) je te rend graces de ce que tu m'as envoyé ce que
dés si long temps je t'ay si ardamment demandé. Et derechef s'addressant
à eux dit: Mes enfans (car je veux estre vôtre pere) comme Jesus-Christ
étant en ce monde n'a rien fait pour lui, ains tout ce qu'il a fait a
été pour nous: aussi ayant cette esperance que Dieu me preservera en vie
jusques à ce que nous soyons fortifiés en ce païs, & que vous vous
puissiez passer de moy, tout ce que je pretens faire ici, est tant pour
vous, que pour tous ceux qui y viendront à méme fin que vous étes venus.
Car je delibere de faire une retraite aux pauvres fideles que seront
persecutez en France, en Hespagne, & ailleurs outre mer, afin que sans
crainte ni du Roy, ni de l'Empereur, ou d'autres Potentats ils y
puissent purement servir à Dieu selon sa volonté.

Aprés cet accueil la compagnie entre dans une petite salle qui étoit au
milieu de l'ile, & chanterent le Psalme cinquiéme, qui commence selon la
traduction de Marot, _Aux paroles que je veux dire_ &c. lequel fut suivi
d'un préche, où le Ministre Richer print pour texte ces versets du
Psalme 26 & entre les Hebrieux 27 _Je demande une chose au Seigneur,
laquelle je requerray encore, c'est que j'habite en la maison du
Seigneur tous les jours de ma vie:_ durant l'exposition déquels
Villegagnon ne cessoit de joindre les mains, lever les ïeux au ciel,
faire des soupirs, & autres semblables contenances, si-bien que chacun
s'en emerveilloit. Aprés les prieres tous se retirerent horsmis les
nouveau venus, léquels dinerent en la méme salle, mais ce fut un diner
de Philosophe, sans excez. Car pour toutes viandes ilz n'eurent que de
la farine de racines, à la façon des Sauvages, du poisson boucané, c'est
à dire roti, & quelques autres sortes de racines cuites aux cendres. Et
pour breuvage (parce qu'en cette ile n'y a point d'eau douce) ilz
beurent de l'eau des égouts de l'ile, léquels on faisoit venir dans un
certain reservoir, ou citerne; en façon de ces fossés où barbottent les
grenouilles. Vray est qu'elle valoit mieux que celle qu'il falloit boire
sur la mer. Mais il n'est pas besoin d'étre toujours en souffrance.
C'est une des principales parties d'une habitation d'avoir les eaux
douces à commandement. La vie depend de là & la conservation du lieu
qu'on habite, lequel ayant ce defaut ne se peut soutenir un long siege.
Le sieur de Mons, ces années dernieres s'étant logé en une ile
semblable, fut incommodé pour les eaux, mais vis à vis en la terre ferme
y avoit de beaux ruisseaux gazouillans à-travers les bois, où ses gens
alloient faire la lécive & autres necessitéz de ménage. Ce qui me fait
dire que puis qu'il faut bâtir en une ile & s'y fortifier, il vaut
beaucoup mieux employer ce travail sur la rive d'une riviere qui servira
toujours de rempar en son endroit. Car ayant la terre ferme libre, on y
peut labourer & avoir les commoditez du païs plus à l'aise soit pour se
fortifier, soit pour preparer les moyens de vivre.

Je trouve un autre defaut en ceux qui ont fait tant les voyages du
Bresil que de la Floride, c'est de n'avoir porté grande quantité de blés
& farines, & chairs salées pour vivre au moins un an ou deux, puis que
le Roy fournissoit, honnétement aux fraiz de l'equipage, sans s'en aller
pardelà pour y mourir de faim, par maniere de dire. Ce qui étoit fort
aisé à faire, veu la fecondité de la France en toutes ces choses qui lui
sont propres, & ne les emprunte point ailleurs.

Le sieur de Villegagnon ayant ainsi traité ses nouveaux hôtes, s'avisa
de les embesogner à quelque chose, de peur que l'oisiveté ne leur
engourdît les membres. Il les employa donc à porter des pierres & de la
terre pour le Fort commun qu'ils avoient nommé Colligni. En quoy ils
eurent assés à souffrir, attendu le travail de la mer, duquel ilz se
ressentoient encor, le mauvais logement, la chaleur du païs, & l'écharse
nourriture, qui étoit en somme par chacun jour deux gobelets de farine
dure faite de racines, d'une partie de laquelle ilz faisoient de la
bouillie, avec de l'eau que nous avons dit des égouts de l'ile.
Toutefois le desir qu'ils avoient de s'établir & faire quelque chose de
bon en ce païs-là leur faisoit prendre le travail en patience, & en
oublier la peine. Méme le Ministre Richer pour les encourager davantage,
disoit qu'ils avoient trouvé un second Sainct Paul en la personne dudit
Villegagnon, comme de fait tous lui donnent cette louange de n'avoir
jamais ouï mieux parler de la Religion & reformation Chrétienne qu'à
lui. Ce qui leur augmentoit la force & le courage parmi la debilité où
ilz se trouvoient.



_Ordre pour le fait de la Religion: Pourquoy Villegagnon a dissimulé sa
Religion: Sauvages amenés en France: Mariage celebrés en la France
Antarctique: Debats pour la Religion: Conspiration contre Villegagnon:
Rigueur d'icelui: Les Genevois se retirent d'avec lui: Question touchant
la celebration de le Cene à faute de pain & de vin._

CHAP. VII

D'AUTANT que la Religion est le lien qui maintient les peuples en
concorde, & est comme le pivot de l'Etat, dés la premiere semaine que
les François furent arrivés auprés de Villegagnon, il établit un ordre
un ordre pour le service de Dieu, qu'outre les prieres publiques qui se
faisoient tous les soirs apres qu'on avoit laissé la besongne, les
Ministres precheroient deux fois le Dimanche, & tous les jours ouvriers
une heure durant: declarant aussi par exprés, qu'il vouloit & entendoit
que sans aucune addition humaine les Sacremens fussent administrez selon
la pure parole de Dieu, & qu'au reste la discipline Ecclesiastique fût
pratiquée contre les defaillans. Suivant quoy le Dimanche vint-uniéme de
Mars ilz firent la celebration de leur Cene, apres avoir catechizé tous
ceux qui y devoient communier. Et ce faisant firent sortir les matelots
& autres Catholiques, disans qu'ilz n'estoient pas capables d'un tel
mystere. Et lors Villegagnon s'étant mis à genoux sur un careau de
velours, lequel son page portoit ordinairement aprés lui, fit deux
prieres publiques & à haute voix, rapportées par Jean de Lery en son
histoire du Bresil, léquelles finies il se presenta le premier à la
Cene, & receut à genoux le pain & le vin de la main du Ministre. Et
neantmoins on tient qu'il y avoit de la simulation en son fait: car quoy
que lui & un certain Maitre Jean Cointa & qu'on dit avoir été Docteur de
la Sorbonne, eussent abjuré publiquement l'Eglise Catholique Romaine, si
est-ce qu'ilz ne demeurerent gueres à émouvoir des disputes touchant la
doctrine, & principalement sur le point de la Cene. Voire-méme il y a
apparence que Villegagnon ne fut jamais autre que Catholique, en ce
qu'il avoit ordinairement en main les oeuvres du subtil l'Escot pour se
tenir prét à la defense contre les Calvinistes sur toutes les disputes
susdites. Mais il luy sembloit étre necessaire de faire ainsi, ne
pouvant venir à chef d'une telle entreprise s'il n'eût eu apparence
d'étre des pretenduz reformez, du côté déquels d'ailleurs s'il se fût
voulu maintenir, il étoit en danger d'étre accusé envers le Roy (qui le
tenoit pour Catholique) par les Catholiques qui étoient avec lui, & de
perdre une pension de quelques milles livres que sa Majesté lui
bailloit. Toutefois faisant toujours bonne mine, & protestant de desirer
rien plus que d'étre droitement enseigné, il renvoya en France le
Ministre Chartier, dans l'un des navires, lequel (apres qu'il fut chargé
de Bresil, & autres marchandises du païs) partit le quatriéme de Juin
pour s'en revenir, afin que sur ce different de la Cene il rapportât les
opinions des Docteurs de sa secte. Dans ce navire furent apportés en
France dix jeunes garçons Bresiliens, âgez de neuf à dix ans & au
dessous, léquels ayans été pris en guerre par les Sauvages amis des
François, avoient été venduz pour esclaves audit Villegagnon. Le
Ministre Richer leur imposa les mains, & prieres furent faites pour eux
avant que partir, à ce qu'il pleût à Dieu en faire des gens de bien. Ilz
furent presentés au Roy Henry second, lequel en fit present à plusieurs
grans Seigneurs de sa Court.

Au surplus le troisiéme Avril precedent se celebrerent les premiers
mariages des François qui ayent jamais été faits en ce païs-là; ce fut
de deux jeunes hommes domestics de Villegagnon avec deux de ces jeunes
filles que nous avons dit avoir été menées au Bresil. Il y avoit des
Sauvages presens à telles solemnitez, léquels étoient tout étonnez de
voir des femmes Françoises vétuës & parées au jour des nopces. Le
dix-septiéme de May ensuivant se maria semblablement maitre Jean Cointa
(que l'on nommoit monsieur Hector) à une autre de ces jeunes filles.
Comme le feu fut mis aux étouppes deux autres filles qui restoient ne
demeurerent gueres à étre mariées, & s'il y en eût eu davantage c'en eût
été bien-tot fait. Car il y avoit là force gens deliberez qui ne
demandoient pas mieux que d'aider à remplir cette nouvelle terre. Et de
prendre en mariage des femmes infideles il n'étoit pas juste, la loy de
Dieu étant rigoureuse alencontre de ceux qui font telle chose, laquelle
méme en la loy Evangelique est aussi defenduë par l'Apôtre sainct Paul,
quand il dit: _Ne vous accouplez point avec les infideles_, là où jaçoit
qu'il discoure de la profession de la foy, toutefois cela se peut fort
commodement rapporter au fait des mariages. Et en l'ancien Testament il
étoit defendu d'accoupler à la charruë deux animaux de diverses especes.
Il est vray qu'il est aisé en ce païs-là de faire d'une infidele une
Chrétienne, & se fussent peu telz mariages contracter s'il y eût une
demeure bien solide & arretée pour les François.

Ce sujet de conjonction charnelle avec les femmes infideles fut cause
que sur l'avis qu'eut Villegagnon que certains Normans s'étans autrefois
dés y avoit long temps sauvés du naufrage, & devenus comme Sauvages,
paillardoient avec les femmes & filles, & en avoient des enfans; pour
obvier à ce que nul des siens n'en abusat de cette façon, par l'avis du
Conseil fit defenses à peine de la vie que nul ayant tiltre de Chrétien
n'habitât avec les femmes & filles des Sauvages, sinon qu'elles fussent
instruites en la connaissance de Dieu, & baptizées. Ce qui n'arriva
point en tous les voyages des François par-delà, car ce peuple est si
peu susceptible de le Religion Chrétienne (dit Jean de Lery) qu'il n'a
point été possible en trois ans d'en donner aucun asseuré fondement au
coeur de pas un d'eux. Ce qui n'est pas en nôtre Nouvelle-France. Car
toutes & quantes fois que l'on voudra (par la grace de Dieu & de son
sainct Esprit) ilz seront Chrétiens, & sans difficulté recevront la
doctrine du salut. Je le dy, pour ce que je le sçay par mon experience,
& en ay fait des plaintes en mon Adieu à la Nouvelle France.

Or pour revenir au different de la Cene, la Pentecoste venuë, nouveau
debat s'éleve encore tant pour ce sujet qu'autres points. Car jaçoit Que
Villegagnon eût au commencement declaré qu'il vouloit bannir de la
Religion toutes inventions humaines, toutefois il mit en avant qu'il
falloit mettre de l'eau au vin de la dite Cene, & vouloit que cela se
fit, disant que saint Cyprien & saint Clement l'avoient écrit: qu'il
falloit méler l'usage du sel & de l'huile avec l'eau du baptéme: qu'un
Ministre ne se pouvoit marier en secondes nopces; amenant pour preuve le
passage de S. Paul à Timothée: Que l'Evéque soit marit d'une seule
femme. Somme il s'en fit à croire: & fit faire des leçons publiques de
Theologie à Maitre Jean Cointa, lequel se mit à interpreter l'Evangile
selon saint Jean, qui est la Theologie la plus sublime & relevée. Le feu
de division ainsi allumé entre ce petit peuple; Villegagnon sans
attendre la resolution que le Ministre Chartier devoit apporter, dit
ouvertement qu'il avoit changé l'opinion qu'il disoit autrement avoir
euë de Calvin, & que c'étoit un heretique devoyé de la Foy. On tint que
le Cardinal de Lorraine par quelques lettres l'avoit fort âprement
repris de ce qu'il avoit quitté la Religion Catholique-Romaine, & que
cela lui donna sujet de faire ce qu'il fit, mais comme j'ay des-ja dit,
il ne pouvoit bonnement entreprendre les voyages du Bresil sans le
support de l'Admiral, pour quoy parvenir il fallut faire du reformé. Dés
lors il commença à devenir chagrin, & menacer par le corps de Saint
Jacques (c'étoit son serment ordinaire) qu'il romproit bras & jambes au
premier qui le facheroit. Ces rudesses, avec le mauvais traitement,
firent conspirer quelques-uns contre lui, léquels ayant découvert, il en
fit jette une partie en l'eau, & châtia le reste. Entre autres un nommé
François la Roche qu'il tenoit à la cadene: l'ayant fait venir il le fit
coucher tout à plat contre terre, & par un de ses satellites lui fit
battre le ventre à coups de batons, à la mode des Turcs, & au bout de là
il falloit aller travailler. Ce que quelques-uns ne pouvans supporter,
s'allerent rendre parmy les Sauvages. Jean de Lery qui n'aime gueres la
memoire de Villegagnon, rapporte d'autres actes de sa severité: &
remarque que par ses habits (qu'il prenoit à rechange tous les jours, &
de toutes couleurs) on jugeoit dés le matin s'il seroit de bonne humeur,
ou non, & quand on voyait le jaune, ou le vert en païs, on se pouvoit
asseurer qu'il n'y faisoit pas beau: mais sur tout quand il étoit paré
d'une robe de camelot jaune bendée de velours noir: ressemblant (ce
disoient aucuns) son enfant sans souci.

Finalement les François venus de Geneve, se voyans frustrez de leur
attente, lui firent dire par leur Capitaine le sieur du Pont, que puis
qu'il avoit rejetté l'Evangile ilz n'étoient plus à son service, & ne
vouloient plus travailler au Fort. Là dessus on leur retranche les deux
gobelets de farine de racines qu'on avoit accoutumé leur bailler par
chacun jour: de quoy ilz ne se tourmenterent gueres: car ils en avoient
plus que pour une serpe, ou deux ou trois couteaux qu'ils échangoient
aux Sauvages, qu'on ne leur en eût sceu bailler en demi an. Ainsi furent
bien aise d'étre delivrez de sa sujetion. Et neantmoins cela n'aggreoit
pas beaucoup à Villegagnon, lequel avoit bien envie de les domter, s'il
eût peu, & comme il est bien à presumer: mais il n'étoit pas le plus
fort. Et pour en faire preuve, certains d'entre eux ayans pris congé du
Lieutenant de Villegagnon, sortirent une fois de l'ile pour aller parmi
les Sauvages, où ilz demeurerent quinze jours. Villegagnon feignant ne
rien sçavoir dudit congé, & par ainsi pretendant qu'ils eussent enfraint
son ordonnance, portant defense de sortir de ladite ile, sans licence,
leur voulut mettre les fers aux piés, mais se sentans supportez d'un bon
nombre de leurs compagnons mal-contens & bien unis avec eux, lui dirent
tout à plat qu'ilz ne souffriroient pas cela, & qu'ils étoient
affranchis de son obeissance, puis qu'il ne les vouloit maintenir en
l'exercice & liberté de leur Religion. Cette audace fit que Villegagnon
appaisa sa colere. Sur cette rencontre il y en eût plusieurs & des
principaux de ses gens (pretendus reformez) qui desiroient fort d'en
voir une fin & le jetter en l'eau, à fin (disoient-ilz) que sa chair et
ses grosses espaules servissent de nourriture aux poissons. Mais le
respect de monsieur l'Admiral (qui souz l'authorité du Roy l'avoit
envoyé) les retint. Aussi qu'ils ne laissoient de faire leur preche sans
lui, horsmis que pour obvier à trouble ilz faisoient leur Cene de nuit,
& sans son sceu. Sur laquelle Cene comme le fin porté de France vint à
defaillir, & n'y en avoit plus qu'un verre, il y eût question entre-eux,
sçavoir si à faute de vin ilz pourroient servir d'autres bruvages
communs aux païs où ils étoient. Cette question ne fut pont resoluë,
mais seulement debattuë, les uns disans qu'il ne falloit point changer
la substance du Sacrement, & plutot que de ce faire il vaudroit mieux
s'en abstenir: Les autres au contraire disans que lors que Jesus-Christ
institua sa Cene, il avoit usé du bruvage ordinaire en la Province où il
étoit: & que s'il eût été en la terre du Bresil, il est vray-semblable
qu'il eût usé de leur farine de racine en lieu de pain, & de leur
breuvage au lieu de vin. Et partant faut qu'au defaut de nôtre pain &
nôtre vin ilz ne feroient point difficulté de s'accommoder à ce qui
tient lieu de pain & de vin. Et de ma part, quand je considere la
varieté du monde, & que la terre en tout endroit ne produit pas mémes
fruits & semences, ains que les païs meridionaux en rapportent d'une
autre sorte, & les Septentrionaux d'une autre, je trouve que la question
n'est pas petite, & eût bien merité que saint Thomas d'Aquin en eût dit
quelque chose. Car de reduire ceci tellement à l'étroit qu'il ne soit
loisible de communiquer la Sainte Eucharistie que souz l'espece de pain
de pur froment, souz ombre qu'il est écrit _Cibavit est ex adipe
frumenti_, cela est bien dur: & faut considerer qu'il y a plus des deux
parts du monde qui n'usent pas de nôtre froment, & toutefois à faute de
cela ne dévroient pas étre exclus du Sacrement, s'ilz se trouvoient
disposés à le recevoir dignement, ayans du pain de quelque autre sorte
de grain. Et si l'on considere bien le passage susdit du Psalme 81, on
trouvera qu'il ne donne point loy en cet endroit, d'autant que là, nôtre
Dieu dit à son peuple que s'il eût écouté sa voix, & cheminé en ses
voyes, il lui eût fait des biens exprimez audit lieu du Psalme, & l'eût
repeu de la graisse de froment, & saoulé de miel tiré de la roche. Pour
le vin il n'y en a point souz la ligne æquinoctiale non plus qu'au Nort.
Ceux-ci boivent de l'eau, & ceux-là font du vin des palmiers, & du fruit
d'iceux nommé Coccos. En somme l'Eglise qui sçait dispenser de beaucoup
de choses selon le temps, & lieux, & personnes, comme elle a dispensé
les laics de l'usage du Calice, & en certaines Eglises du pain sans
levain; aussi pourroit elle bien dispenser là dessus, étant une méme
chose: Car elle ne veut point que ses enfans meurent de faim non plus
souz le Pole qu'és autres lieux. Si quelqu'un dit qu'on y en peut porter
des païs lointains, je lui repliqueray qu'il y a plusieurs peuples qui
n'ont dequoy fournir à la dépense d'une navigation; & on ne va point en
païs étranger (nommément au Nort) pour plaisir, ains pour quelque
profit. Joint à ceci que les navigations sur l'Ocean sont, par maniere
de dire, encore recentes, & étoit bien difficile auparavant l'invention
de l'eguille marine, de trouver le chemin à de si lointaines terres.
Ceci soit dit souz la correction des plus sages que moy.

Or en fin Villegagnon se voulant depetrer des pretenduz reformez,
detestant publiquement leur doctrine, leur dit qu'il ne vouloit plus les
souffrir en son Fort, ni en son ile, & partant qu'ils en sortissent. Ce
qu'ilz firent (quoy qu'ils eussent peu remuer du ménage) aprés y avoir
demeuré environ huit mois, & se retirerent en la terre ferme, attendans
qu'un navire du Havre de grace là venu pour charger du bresil fût prét à
partir, où par l'espace de deux mois ils eurent des frequentes visites
des Sauvages circonvoisins.

[Illustration]



_Description de la riviere, ou Fort de_ Ganabara: _Ensemble De l'ile où
est le Fort de Colligni. Ville-Henry de Thevet: Baleine dans le Port de_
Ganabara: _Baleine échouée._

CHAP. VIII

DEVANT que remener noz Genevois en France, aprés avoir veu leurs
comportemens au Bresil, & ceux du sieur de Villegagnon, il est à propos
de contenter les plus curieux en décrivant un peu plus amplement qu'il
n'a eté fait ci-devant, l lieu où ils avoient jetté les premiers
fondemens de la France Antarctique. Car quant aux moeurs du peuple,
animaux quadrupedes, volatiles, reptiles, & aquatiques, bois, herbes,
fruits de ce païs-là, selon qu'il viendra à propos nous les toucherons
au sixiéme livre en parlant de ce qui est en nôtre Nouvelle-France
Arctique & Occidentale.

Nous avons dit que Villegagnon arrivant au Bresil ancra en la riviere
dite par les Sauvages _Ganabara_, & Genevre par les Portugais, parce
qu'ilz la découvrirent le premier de Janvier qu'ilz nomment ainsi. Cette
riviere demeure par les vint-trois degrez au-delà de la ligne
æquinoctiale, & droit souz le Tropique du Capricorne. Le port en est
beau & de facile defense, comme se peut voir par le pourtrait que j'en
ay ici representé, & d'une etenduë comme d'une mer.

[Illustration: Carte de Ganabara 012.png & 012-large.png]

Car il s'avance environ de douze lieuës dans les terres en longueur, &
en quelques endroits il a sept ou huit lieuës de large. Et quant au
reste il est environné de montagnes de toutes parts, si bien qu'il ne
ressembleroit pas mal au lac de Geneve, ou de Leman, si les montagnes
des environs étaient aussi hautes. Son embouchure est assez difficile, à
cause que pour y entrer il faut côtoyer trois petites iles inhabitables,
contre léquelles les navires sont en danger de heurter & se briser si
elles ne sont bien conduites. Apres cela il faut passer par un détroit,
lequel n'ayans pas demi quart de lieuë de large est limité du côté
gauche (en y entrant) d'une montagne & roche pyramidale, laquelle n'est
pas seulement d'émerveillable & excessive hauteur, mais aussi à la voir
de loin on diroit qu'elle est artificiele. Et de fait parce qu'elle est
ronde, & semblable à une grosse tour, noz François l'appelloient le pot
de beurre. Un peu plus avant dans la riviere y a un rocher assez plat,
qui peut avoir cent ou six-vints pas de tour, sur lequel Villegagnon à
son arrivée, ayant premierement déchargé ses meubles & son artillerie
s'y pensa fortifier, mais le flux & reflux de la mer l'en chassa. Une
lieuë plus outre est l'ile où demeuroient les François ayans seulement
une petite demie lieuë de circuit, & est beaucoup plus longue que large,
environnée de petits rochers à fleur d'eau, qui empéche que les
vaisseaux n'en puissent approcher plus prés que de la portée du canon,
ce qui la rend merveilleusement forte, et de fait il n'y a moyen
aborder; méme avec les petites barques, sinon du côté du Port, lequel
est encore à l'opposite de l'avenuë de la grand'mer. Or cette ile étant
rehaussée de deux montagnes aux deux bouts, Villegagnon fit faire sur
chacune d'icelles une maisonnette, comme aussi sur un rocher de
cinquante ou soixante piés de haut qui est au milieu de l'ile, il avoit
fait batir sa maison. De côté & d'autre de ce rocher on avoit applani
des petites places, équelles étoit batie tant la salle où l'on
s'assembloit pour faire les prieres publiques & pour manger, qu'autres
logis, équels (compris les gens de Villegagnon) environ quatre-vints
personnes qu'étoient noz François faisoient leur retraite. Mais faut
noter que (excepté la maison qui est sur la roche, où il y a un peu de
charpenterie, & quelques boulevers mal-batis, sur léquels l'artillerie
étoit placée) toutes ces demeures sont pas des Louvres, mais des loges
faites de la main des Sauvages, couvertes d'herbes & gazons, à leur
mode. Voila l'état du Fort que Villegagnon pour aggréer à l'Admiral,
nomma Colligni en la France Antarctique, nom de triste augure (dit un
certain Historien) duquel faute de bonne garde il s'est laissé chasser
par les Portugais, au grand des-honneur de lui & du nom François, aprés
tant de frais de peines, & de difficultés. Il vaudroit beaucoup mieux
demeurer en sa maison, que d'entreprendre pour étre moqué par aprés
principalement quant on a des-ja un pied bien ferme en la terre que l'on
veut habiter. Je ne sçay quand nous serons bien resolus en nos
irresolutions, mais il me semble que c'est trop prophaner le nom
François & la Majesté de noz Rois de parler tant de la Nouvelle-France,
& de la France Antarctique, pour avoir seulement un nom en l'air, une
possession imaginaire en la main d'autrui, sans faire aucun effort de le
redresser aprés une cheute. Dieu doint meilleur succés aux entreprises
qui se renouvellent aujourd'huy pour le méme sujet, léquelles sont
vrayment saintes, & sans autre ambition que d'accroitre le royaume
celeste. Je ne veux pas dire pourtant que les autres eussent un autre
desir & but que cetui-ci, mais on peut dire que leur zele n'étoit point
accompagné de science, ni d'une ferveur suffisante à telle entreprise.

Es chartes geographiques qu'André Thevet fit imprimer au retour de ce
païs-là, il y a à côté gauche de ce port de _Ganabara_ sur la terre
ferme une ville depeinte, qu'il a nommée VILLE-HENRY en l'honneur du Roy
Henri II. Ce que quelques-uns blament, attendu qu'il n'y eut jamais de
ville en ce lieu. Mais soit qu'il y en ait, ou non, je n'y trouve sujet
de reprendre si l'on a égard au temps que les François possedoient cette
terre, ayant fait cela, à fin d'inviter le Roy à avancer cette affaire.

Pour continuer donc ce qui reste à décrire tant de la riviere de
_Ganabara_, que de ce qui est situé en icelle, quoy que nous en ayons
touché quelque chose ci-devant en la relation du premier voyage,
toutefois nous adjouterons encore, que quatre ou cinq lieuës, outre le
Fort de Colligni il y a une autre ile belle & fertile contenant environ
six lieuës de tour fort habitée des Sauvages nommez _Tououpinambaouls_
alliez des François. Davantage il y a beaucoup d'autres petites ilettes
inhabitées, équelles se trouve de bonnes & grosses huitres. Quant aux
autres poissons il n'en manque point en ce port, ni en la riviere comme
mulets, requiens, rayes marsoins, & autres. Mais principalement est
admirable d'y voir des horribles & épouventables baleines montrans
journellement leurs grandes nageoires comme ailes de moulins à-vent hors
de l'eau, s'égayans dans le profond de ce port, & s'approchans souvent
si prés de l'ile, qu'à coups d'arquebuze on les pouvoit tirer: ce qu'on
faisait quelquefois par plaisir, mais cela ne les offensoit gueres, ou
point du tout. Il y en eut une qui se vint échouer à quelques lieuës
loin de ce Port en tirant vers le Cap de Frie (qui est à la partie
Orientale) mais nul n'en osa approcher tant qu'elle fût morte
d'elle-méme tant elle étoit effroyable. Car en se debattant (à faute
d'eau) elle faisoit trembler la terre tout autour d'elle, & en oyoit-on
le bruit & étonnement à plus de deux lieuës loin. On la mit en pieces, &
tant les François que grand nombre de Sauvages en prindrent ce qu'ilz
voulurent, & neantmoins il y en demeura plus des deux tiers. La chair
n'en est gueres bonne, mais du lart on en fait de l'huile en grande
quantité. La langue fut mise ne des barils, & envoyée au sieur Admiral,
comme la meilleure piece.

A l'extremité & au cul de sac de ce port il y a deux fleuves d'eau
douce, sur léquels nos François alloient souvent se rejouir en
découvrant païs.

A vint-huit, ou trente lieuës plus outre en allant vers la Plate, ou le
détroit de Magellan, il y a un autre grand bras de mer appellé par les
François _La riviere des Vases_, en laquelle ceux qui vont pardelà
prennent Port, comme ilz sont encore au havre du Cap de Frie qui est de
l'autre côté vers l'Orient.



_Que le division est mauvaise, principalement en Religion: Retour des
François venus de Geneve en France: Divers perils en leur voyage: Mer
barbuë._

CHAP. IX

COMME la Religion est le plus solide fondement d'un Etat, contenant en
foy la Justice, & consequemment toutes les vertus; Aussi faut-il bien
prendre garde qu'elle soit uniforme s'il est possible, & n'y ait point
de varieté en ce que chacun doit croire soit de Dieu, soit de ce qu'il a
ordonné. Plusieurs au moyen de la Religion vraye ou faulse ont domté des
peuples farouches, & les ont maintenus en concorde, là où ce point
venant à étre debattu, les esprits alterés ont fait des bandes à part, &
causé la ruine & desolation des royaumes & republiques. Car il n'y a
rien qui touche les hommes de si prés que ce qui regarde l'ame & le
salut d'icelle. Et si les grandes assemblées des hommes qui sont fondées
de longuemain, sont bien souvent ruinées par cette division, que pourra
faire une petite poignée de gens foible & imbecille de foy qui ne se
peut à peine soutenir? Certes elle deviendra en proye au premier qui la
viendra attaquer, ainsi qu'il est arrivé à cette petite troupe de
François, qui avec tant de peines & perils s'étoit transportée au
Bresil, & comme nous avons rapporté de ceux qui s'étoient divisés en la
Floride, encores qu'ilz ne fussent en discord pour la Religion.

Doncques tandis que les François venus de Geneve étoient logés en
quelques cabanes dressées en la terre ferme du port de _Ganabara_,&
qu'un navire étoit à l'ancre dans ledit port, attendant qu'il eût sa
charge parfaite, le sieur de Villegagnon envoya audits Genevois un congé
écrit de sa main, & une lettre au maitre dudit navire, par laquelle il
lui mandoit (car le marinier n'eût rien osé faire sans la volonté dudit
Villegagnon, lequel étoit comme Vice-Roy en ce païs-là) qu'il ne fit
difficulté de les repasser en France pour son égard; disant que comme il
Avoit été bien aise de leur venuë pensant avoir trouvé ce qu'il
cherchoit, aussi que puis qu'ilz ne s'accordoient pas avec lui il étoit
content qu'ilz s'en retournassent. Mais on se plaint que sous ces beaux
mots il leurs avoit brassé une étrange tragedie, ayant donné à ce maitre
de navire un petit coffret enveloppe de toile cirée (à la façon de la
mer) plein de lettres qu'il envoyoit pardeça à plusieurs personnes,
parmi léquelles y avoit aussi un procez qu'il avoit fait contr'eux à
leur desceu, avec mandement exprés au premier juge auquel on le
bailleroit en France, qu'en vertu d'icelui il les retint & fit bruler
comme heritiques: mais il en avint autrement: comme nous dirons aprés
que les aurons amenés en France.

Ce navire donc étant chargé de bresil, poivre Indic, cotons, guenons,
sagoins, perroquets, & autres choses, le quatriéme de Janvier mille cinq
cens cinquante-huit ilz s'embarquerent pour le retour quinze en nombre,
sans l'equipage du navire, non sans quelque apprehension, attendu les
difficultez qu'ils avoient euës en venant. Et se fussent volontiers
quelques-uns resolus de demeurer là perpetuellement, sans la revolte
(ainsi l'appellent-ils) de Villegagnon, reconoissans les traverses qu'il
faut souffrir pardeça durant la vie, laquelle ilz treuvoient aisée
pardela aprés un bon établissement, lequel étoit d'autant plus asseuré,
que sans cette division sept ou huit cens personnes avaient deliberé d'y
passer cette méme année dans des grandes hourques de Flandre, pour
commencer à peupler l'environ du port de _Ganabara_, & n'eussent manqué
les nouvelles peuplades és années ensuivantes, léquelles à-present
seroient accreuës infiniment, & auroient là planté le nom François souz
l'obeissance du Roy, si bien qu'aujourd'huy nôtre nation y auroit un
facile accez, & y feroient les voyages journaliers; pour la commodité &
retraitte de plusieurs pauvres gens dont la France n'abonde que trop,
léquelz pressés ici de necessité, ou autrement, s'en fussent allé
cultiver cette terre plutot que d'aller chercher leur vie en Hespagne
(comme font plusieurs) & ailleurs hors le Royaume.

Or (pour revenir à notre propos) le commencement de cette navigation ne
fut sans difficulté: car il falloit doubler des grandes basses, c'est
dire des sables & rochers entremelez, qui se jettent environ trente
lieuës en mer (ce qui est fort à craindre) & ayans vent mal propre, ilz
furent long-temps louvier sans guerres avancer: & parmi ceci un
inconvenient arrive qui les pensa tretous perdre. Car environ la minuit
les matelots tirant à la pompe pour vuider l'eau selon la coutume (ce
qu'ilz font par chacun quart) ilz ne la peurent epuiser. Ce que voyant
le Contremaitre il descendit en bas, & vit que non seulement le vaisseau
étoit entr'ouvert, mais aussi dés-ja si plein d'eau, que de la pesanteur
il ne gouvernoit plus, & se laissoit aller à fonds. S'il y en avoit des
étonnés je le laisse à penser: car si en un vaisseau bien entier on est
(comme on dit) à deux doits prés de la mort, je croy que ceux-ci n'en
étoient point éloignés de demi doit. Toutefois apres que les matelots
furent harasses, quelques uns prindrent tel courage, qu'ilz soutindrent
le travail de deux pompes jusques à midi, vuidans l'eau, qui étoit aussi
rouge que sang à cause du bois de Bresil duquel elle avoit pris la
teinture. Ce-pendant les charpentiers & mariniers ayans trouvé les plus
grandes ouvertures ilz les étouperent, tellement que n'en pouvant plus
ils eurent un peu plus de relache, & découvrirent la terre, vers
laquelle ilz tournerent le cap. Et sur ce fut dit par iceux charpentiers
que le vaisseau étoit trop vieil & tout mangé des vers, & ne pourroit
retourner en France. Partant valoit mieux en faire un neuf, ou attendre
qu'il y en vint quelqu'un de deça. Cela fut bien debattu. Neantmoins le
Maitre mettant en avant que s'il retournoit en terre ses matelots le
quitteroient, & qu'il aimoit mieux hazarder sa vie: que de perdre son
vaisseau & sa marchandise, il conclut, à tout peril, de poursuivre sa
route. Et pource que les vivres étoient courts, & la navigation se
prevoyoit devoir étre longue, on en mit cinq dans une barque, léquels à
la mal-heure on renvoya à terre, car ilz n'y firent pas de vieux os.

Ainsi se mit derechef le vaisseau en mer passant avec grand hazard par
dessus lédites basses; & ayans noz gens éloigné la terre d'environ deux
cens lieuës ilz découvrirent une ile inhabitée ronde comme une tour, de
demie lieuë de circuit, fort agreable à voir à cause des arbres y
verdoyans en nôtre froide saison. Plusieurs oyseaux en sortoient qui se
venoient reposer sur les mats du navire, & se laissoient prendre à la
main. Ils étoient gros en apparence, mais le plumage oté n'étoient quasi
que passereaux. En cinq mois que dura le voyage, on ne découvrit autre
terre que cette ile, & autres petites à l'environ, léquelles n'étoient
marquées sur la carte marine.

Sur la fin de Fevrier n'étant encore qu'à trois degrez de la ligne
æquinoctiale (qui n'étoit pas la troisieme partie de leur route) voyans
que leurs vivres defailloient ilz furent en deliberation de relacher au
Cap sainct Roch (qui est par les cinq degrez en la terre du Bresil) pour
y avoir quelques rafraichissement: toutefois la pluspart fut d'avis
qu'il valoit mieux passer outre, & en un besoin manger les guenons &
perroquets qu'ilz portoient. Et arrivez qu'ilz furent vers ladite ligne
ilz n'eurent moins d'empechement que devant & furent long temps à
tournoyer sans pouvoir franchir ce pas. J'en ay rendu la raison
ci-dessus au chapitre quatriéme, où j'ay aussi dit que les vapeurs qui
s'élevent de la mer és environs de l'Æquateur, attirées par l'air &
trainées quant & lui en la course qu'il fait suivant le mouvement du
premier mobile, venans à rencontrer le cours & mouvement de la Zone sont
contraintes par la repercussion de retourner quasi au contraire, d'où
viennent les vens d'abas, c'est à dire du Ponant, & du Suroest: aussi
fu-ce un vent du Suroest qui tira noz François hors de difficulté & les
porta outre l'Æquinoxe, lequel passé peu apres ilz commencerent à
découvrir nôtre pole arctique.

Or comme il y a souvent de la jalousie entre mariniers & conducteurs de
navires, il avint ici une querelle entre le Pilote & le Contre-maitre,
qui pensa les perdre tous. Car en dépit l'un de l'autre ne faisans pas
ce qui étoit de leurs charges, un grain de vent s'éleva la nuit, lequel
s'enveloppa tellement dans les voiles, que le vaisseau fut préque
renversé la quille en haut: & n'eut-on plus beau que de couper en grande
diligence les écoutes de la grand'voile: & en cet accident tomberent &
furent perduz dans l'eau les cables, cages d'oiseaux & toutes autres
hardes qui n'étoient pas bien attachées.

Quelques jours aprés rentrans en nouveau danger, un charpentier
cherchant au fonds du vaisseau les fentes par où l'eau y entroit,
s'éleva prés de la quille (or la quille est le fondement du navire,
comme l'eschine à l'homme & és animaux, sur laquelle sont entées &
arrrengées les côtes) une piece de bois large d'un pied en quarré,
laquelle fit ouverture à l'eau en si grande abondance, que les matelots
qui assistoient ledit charpentier montans en haut tout éperduz ne
sceurent dire autre chose sinon, Nous sommes perduz, nous sommes perduz.
Surquoy les Maitre & Pilote voyans le peril evident, firent jetter en
mer grand quantité de bois de bresil, & les panneaux qui couvroient le
navire, pour tirer la barque dehors, dans laquelle ilz se vouloient
sauver: Et craignans qu'elle ne fût trop chargée (parce que chacun y
vouloit entrer) le Pilote se tint dedans l'épée à la main, disant qu'il
coupperoit les bras au premier qui feroit semblant d'y entrer: de
maniere qu'il se falloit resoudre à la mort, comme quelques-uns
faisoient. En fin toutefois le charpentier petit homme courageux n'ayant
point abandonné la place avoit bouché le trou avec son caban ou cappot
de mer soutenant tant qu'il pouvoit la violence de l'eau qui par fois
l'emportoit: & apres qu'on lui eut fourni de plusieurs hardes & lits de
coton, à l'ayde d'aucuns il racoutra la piece qui avoit été levée, &
ainsi evaderent ce danger, l'ayans échappé belle. Mais il en falloit
encore bien souffrir d'autres, étans à plus de mille lieuës du port où
ilz pretendoient aller.

Aprés ce danger ilz trouverent force vens contraires, ce qui fut cause
que le Pilote (qui n'étoit pas des mieux entendus en son métier) perdit
sa route, & navigerent en incertitude jusques au Tropique de Cancer.
Pendant lequel temps ilz rencontrerent une mer si expessement herbue
qu'il falloit trencher les herbes avec une coignée, & comme ilz
pensoient étre entre des marais ilz jetterent la sonde & ne trouverent
point le fond. Aussi ces herbes n'avoient point de racines, ains
s'entretenoient l'une l'autre par longs filamens comme lierre terrestre,
ayans les feuilles assez semblables à celles de Ruë de jardins, la
graine ronde, & non plus grosse que celle de Genevre. Es navigations de
Cristophe Colomb se trouve qu'au premier voyage qu'il fit à la
découverte des Indes (qui fut l'an mille quatre cens nonante-deux) ayant
passé les iles Canaries, aprés plusieurs journées il rencontra tant
d'herbes qu'il sembloit que ce fût un pré. Ce qui leur donna la peur,
encore qu'il n'y eut point de danger.



_Famine extrême, & les effects d'icelle: Pourquoy on dit Rage de faim:
Découverte de la terre de Bretagne: Recepte pour r'affermir le ventre:
Procez contre les François Genevois envoyé en France: Retour de
Villegagnon._

CHAP. X

LE Tropique passé, & étans encore à plus de cinq cens lieuës de France,
il fallut retrencher les vivres de moitié, s'étant la provision
consommée par la longueur du voyage causée par les vens contraires, & le
defaut de bonne conduite. Car (comme nous avons dit) le Pilote ignorant
avoit perdu la conoissance de sa route: si bien que pensant étre vers le
Cap de Fine-terre en Hespagne, il n'étoit qu'à la hauteur des Açores,
qui en sont à plus de trois cens lieuës. Cet erreur fut cause qu'à la
fin d'Avril dépourveuz de tous vivres il se fallut mettre à balayer &
nettoyer la Soute & c'est le lieu ou se met la provision du biscuit; en
laquelle ayans trouvé plus de vers & de crottes de rats, que de mietttes
de pain: neantmoins cela se partissoit avec des culieres, & en faisoient
de la bouillie: & sur cela on fit apprendre aux guenons & perroquets des
gambades & langages qu'ils ne sçavoient pas: car ilz servirent de pature
à leurs maitres. Bref dés le commencement de May que tous vivres
ordinaires étoient faillis, deux mariniers moururent de malrage de faim,
& furent ensevelis dans les eaux. Outre plus durant cette famine la
tourmente continuant jour & nuict l'espace de trois semaines, ilz ne
furent pas seulement contraints de plier les voiles & amarrer
(_attacher_) le gouvernail, mais aussi durant trois semaines que dura
cette tourmente ilz ne peurent pécher un seul poisson: qui est chose
pitoyable, & sur toutes autres deplorable. Somme les voila à la famine
jusques aux dents (comme on dit) affaiblis d'un impitoyable element,&
par dedans & par dehors.

Or étans ja si maigres & affoiblis qu'à peine se pouvoient-ilz tenir
debout pour faire les manoeuvres du navire, quelques uns s'aviserent de
couper en pieces certaines rondelles faites de peaux, léquelles ilz
firent bouillir pour les manger, mais elles ne furent trouvées bonnes
ainsi, à cause dequoy quelques-uns les firent rotir, en forme de
carbonnades: & étoit heureux qui en pouvoit avoir. Apres ces rondelles
succederent les colets de cuir, souliers, & cornes de lanternes qui ne
furent point épargnées. Et nonobstant, sur peine de couler à fond, il
falloit perpetuellement étre à la pompe pour vuider l'eau.

En ces extremitez le douziéme May mourut encores de rage de faim le
canonnier, de qui le métier ne pouvoit guerres servir alors, car quand
ils eussent fait rencontre de quelques pyrates, ce leur eût eté grand
plaisir de se donner à eux: mais cela n'avint point: & en tout le voyage
ilz ne virent qu'un vaisseau, duquel à cause de leur trop grande
foiblesse ilz ne peurent approcher.

Tant qu'on eut des cuirs on ne s'avisa point de faire la guerre aux
rats, qui son ordinairement beaux & potelez dans les navires: mais se
ressentans de cette famine, & trottans continuellement pour chercher à
vivre, ilz donnerent avis qu'ilz pourroient bien servir de viande à qui
en pourroit avoir. Ainsi chacun va à la chasse, & dresse-on tant de
pieges, qu'on en prend quelques-uns. Ils étoient à si haut prix qu'un
fut vendu quatre écus. Un autre fit promesse d'un habit de pied en cap à
qui lui en voudroit bailler un. Et comme le Contre-maitre en eût appreté
un pour le faire cuire, ayant coupé & jetté sur le tillac les quatres
pattes blanches, elles furent soigneusement recuillies, & grillées sur
les charbons, disant celui qui les mangea n'avoir jamais trouvé ailes de
perdris si bonnes. Mais cette necessité n'étoit seulement des viandes,
ains aussi de toute sorte de boisson: car il n'y avoit ni vin, ni eau
douce. Seulement restoit un peu de cidre, duquel chacun n'avoit qu'un
petit verre par jour. A la fin fallut ronger du bresil pour en cirer
quelque substance: ce que fit le sieur du Pont, lequel desiroit avoir
donné bonne quittance d'une partie de quatre mille francs qui lui
étoient deuz, & avoir un pain d'un sol, & un verre de vin. Que si
cetui-ci étoit tellement pressé, il faut estimer que la misere étoit
venuë au dessus de tout ce que la langue, & la plume peuvent exprimer,
aussi mourut-il encores deux mariniers le quinziéme & seziéme de May, de
cette miserable pauvreté, laquelle non sans cause est appellée rage,
d'autant que la nature defaillant, les corps étans attenuez, les sens
alienez, & les esprits dissipez, cela rend les personnes non seulement
farouches, mais aussi engendre une colere telle qu'on ne se peut
regarder l'un l'autre qu'avec une mauvaise intention, comme faisoient
ceux-ci. Et de telle chose Moyse ayant conoissance il en menace entre
autres chatimens le peuple d'Israel quand il viendra à oublier &
mépriser la loy de son Dieu. _Alors_ (dit-il) _l'homme le plus tendre, &
plus délicat d'entre vous regardera d'un oeil malin son frere, & sa
femme bien-aimée, & le demeurant des ses enfans: Et la femme la plus
delicate, qui pour sa tendreté n'aura point essayé de mettre son pied en
terre, regardera d'un oeil malin son mari bien-aimé, son fils, & sa
fille,_ &c. Cette famine & miserable necessité étant si étrange, je n'ay
que faire de m'amuser à rapporter les exemples des sieges des villes, où
l'on trouve tousjours quelque suc, ni de ceux que l'on rapporte étre
morts en passant les deserts de l'Afrique: car il n'y auroit jamais de
fin. Cet exemple seul est suffisant pour émouvoir les plus endurcis à
commiseration. Et quoi que ceux-ci ne soient venus jusques à se tuer
l'un l'autre pour se repaitre de chair humaine, comme firent ceux qui
retournerent du premier voyage de la Floride (ainsi que nous avons veu
au chapitre septiesme du premier livre) toutefois ils ont eté reduits à
une pareille, voire plus grande necessité: car ceux-là n'attendirent
point une si extreme faim que d'en mourir: & ne fait point mention
l'histoire qu'ils ayent rongé le bois de bresil, ou grillé les cornes de
lanternes.

Or à la parfin Dieu eut pitié de ces pauvres affligés, & les amena à la
veuë de la basse Bretagne le vint-quatriéme jour de May, mille cinq cens
cinquante-huit, étans tellemens abbatus, qu'ilz gisoient sur le tillac
sans pouvoir remuer ni bras, ni jambes. Toutefois par-ce que plusieurs
fois ils avoient été trompés cuidans voir terre là où ce n'étoit que des
nuées, ilz pensoient que ce fut illusion, & quoy que le matelot qui
étoit à la hune criât par plusieurs fois Terre, terre, encore ne le
pouvoient-ilz croire; mais ayans vent propice, & mis le cap droit
dessus, tôt aprés ilz s'en asseurerent, & en rendirent graces à Dieu.
Aprés quoy le Maitre du navire dit tout haut que pour certains s'ilz
fussent demeurés encor vint-quatre heures en cet état, il avoit deliberé
& resolu de tuer quelqu'un sans dire mot, pour servir de pature aux
autres.

Approchez qu'ilz furent de terre ilz mouillerent l'ancre, & dans une
chalouppe quelques uns s'en allerent au lieu plus proche dit Hodierne,
acheter des vivres: mais il y en eut qui ayans pris de l'argent de leur
compagnons, ne retournerent point au navire, & laisserent là leurs
coffres & hardes protestans de jamais n'y retourner, tant ils avoient
peur de r'entrer au païs de famine. Tandis il y eut quelques pécheurs
qui s'étans approchez du navire, comme on leur demandoit des vivres ilz
se voulurent reculer, pensans que ce fût mocquerie, & que souz ce
pretexte on leur voulût faire tort: mais nos affamez se saisirent d'eux
& se jetterent si impetueusement dans leur barque, que les pauvres
pécheurs pensoient tous étre saccagéz: toutefois on ne prit rien d'eux
que de gré à gré: & y eut un vilain qui print deux reales d'un quartier
de pain bis qui ne valoit pas un liart au païs.

Or ceux qui étoient descendus à terre étans retournés avec pain, vin, &
viandes, il faut croire qu'on le les laissa point moisir, ni aigrir. Ilz
leverent donc l'ancre pour aller à la Rochelle, mais avertis qu'il y
avoit des pyrates qui rodoient la côte, ilz cinglerent droit au grand,
beau & spacieux havre de Blaver païs de Bretagne, là où pour lors
arrivoient grand nombre de vaisseaux de guerre tirans force coups
d'artillerie, & faisans les bravades accoutumées en entrant victorieux
dans un port de mer. Il y avoit des spectateurs en grand nombre, dont
quelques-uns vindrent à propos pour soutenir noz Bresiliens par dessouz
les bras, n'ayans aucune force pour se porter. Ils eurent avis de se
grader de trop manger, mais d'user peu à peu de bouillons pour le
commencement, de vieilles poullailles bien consomméees, de lait de
chevre, & autres choses propres pour leur élargir les Boyaux, léquelz
par le long jeune étoient tout retirez. Ce qu'ilz firent: mais quant aux
matelots la pluspart gens goulus & indiscrets, il en mourut plus de la
moitié, qui furent crevez subitement pour s'étre voulu remplir le ventre
du premier coup. Aprés cette famine s'ensuivit un degoutement si grand,
que plusieurs abhorroient toutes viandes & méme le vin, lequel sentant
ilz tomboient en defaillance: outre ce le pluspart devindrent enflés
depuis la plante des piés jusques au sommet de la téte, d'autre tant
seulement depuis la ceinture en bas. Davantage il survint à tous un
cours de ventre & tel devoyement d'estomach, qu'ilz ne pouvoient rien
retenir dans le corps. Mais on leur enseigna une recepte: à sçavoir du
jus de lierre terrestre, du ris bien cuit, lequel oté de dessus le feu
il faut faire étouffer dans le pot, avec force vieux drappeaux à
l'entour, puis prendre des moyeux d'oeufs; & méler le tout ensemble dans
un plat sur un rechaut. Ayant di-je mangé cela avec des culleres en
forme de bouillie ilz furent soudain r'affermis.

Neantmoins ce ne fut ici tout, ni la fin des perils. Car aprés tant de
maux, ces gens ici auquels les flots enragez, & l'horrible famine avoit
pardonné, portoient quant & eux les outils de leur mort, si la chose fut
arrivée au desir de Villegagnon. Nous avons dit au chapitre precedent
qu'icelui Villegagnon avoit baillé au Maitre de navire un coffret plein
de lettres qu'il envoyoit à diverses personnes, parmi léquelles y avoit
aussi un procez par lui fait contre-eux à leur desceu, avec mandement au
premier juge auquel on le bailleroit en France qu'en vertu d'icelui il
les retint & fit bruler comme heretiques. Avint que le sieur du Pont
chef de la troupe Genevoise, ayant pris conoissance à quelques gens de
justice de ce païs-là, qui avoient sentiment de la Religion de Geneve,
le coffret avec les lettres & le procez leur fut baillé & delivré,
lequel ayans veu tant s'en faut qu'ilz leur fissent aucun mal ni injure,
qu'au contraire ilz leur firent la meilleure chere qu'il leur fut
possible, offrans de l'argent à ceux qui en avoient à faire: ce qui fut
accepté par quelques-uns, auquels ilz baillerent ce qui leur fut
necessaire.

Ils vindrent puis apres à Nantes là où comme si leurs sens eussent été
entierement renversés: ilz furent environ huit jours oyans si dur &
ayans la veuë si offusquée qu'ilz pensoient devenir sourds & aveugles;
ceci causé, à mon avis, par la perception des nouvelles viandes, que qui
la force s'étendant par les veines & conduits du corps chassoit les
mauvaises vapeurs, léquelles cherchans une sortie par les yeux, ou les
oreilles, & n'en trouvans point étoient contraintes de s'arréter là. Ilz
furent visitez par le soin de quelques doctes Medecins qui apporterent
envers eux ce qui étoit de leur art & science: puis chacun prit parti où
il avoit affaire.

Quant aux cinq léquels nous avons dit avoir eté au debarquement du
Bresil r'envoyés à terre, Villegagnon en fit noyer trois comme seditieux
& heretiques, léquelz ceux de Geneve ont mis au catalogue de leurs
martyrs.

Pour le regard dudit Villegagnon Jean de Lery dit qu'il abandonna
quelque temps aprés le Fort de Colligni pour revenir en France, y
laissant quelques gens pour la garde, qui mal conduits, & foibles, soit
de vivres soit de nombre furent surpris par les Portugais, qui en firent
cruelle boucherie. J'ose croire que les comportemens de Villegagnon
envers ceux de la Religion pretenduë reformée le disgracierent du sieur
Admiral, & n'ayant plus le rafraichissement & secours ordinaire il jugea
qu'il ne faisoit plus bon là pour lui, & valoit mieux s'en retirer. En
quoy faisant il eût eu plus d'honneur de r'amener son petit peuple,
étant bien certain que les Portugais ne les lairroient gueres en repos,
& de vivre toujours en apprehension, c'est perpetuellement mourir. Et
davantage, si un homme d'authorité a assez de peine à se faire obeir,
méme en un païs éloigné de secours: beaucoup moins obeira on à un
Lieutenant, de qui la crainte n'est si bien enracinée és coeurs des
sujets qu'est celle d'un gouverneur en chef. Telles choses considerées,
ne se faut emerveiller si cette entreprise a si mal reussi. Mais elle
n'avoit garde de subsister, veu que Villegagnon n'avoit point envie de
resider là. Qu'il n'en ait point eu d'envie je le conjecture, parce
qu'il ne s'est addonné à la culture de la terre. Ce qu'il falloit faire
dés l'entrée, & ayant païs découvert semer abondamment, & avoir des
grans de reste sans en attendre de France. Ce qu'il a peu & deu faire en
quatre ans ou environ qu'il y a été, puis que c'étoit pour posseder la
terre. Ce qui lui a été d'autant plus facile, que cette terre produit en
toute saison. Et puis qu'il s'étoit voulu méler de dissimuler il devoit
attendre qu'il fût bien fondé pour découvrir son intention: & en cela
git la prudence. Il n'appartient pas à tout le monde de conduire des
peuplades & colonies. Qui veut faire cela, faut qu'il soit populaire &
de tous métiers, & qu'il ne se dedaigne de rien: & sur tout qu'il soit
doux & affable, & éloigné de cruauté.

[Illustration: Neptune.]



[Illustration]

                           TROISIÉME LIVRE
                         DE L'HISTOIRE DE LA
                           NOUVELLE-FRANCE

             Contenant les navigations & découvertes des
                  François faites dans les Golfe &
                      grande riviere de Canada.



AVANT-PROPOS

L'HISTOIRE _bien décrite est chose qui donne beaucoup de contentement à
celui qui prent plaisir à la lecture d'icelle, mais principalement cela
avient quand l'imagination qu'il a conceuë des choses y deduites, est
aidée par la representation de la peinture: C'est pourquoy en lisant les
écrits des Cosmogaphes il est difficile d'y avoir de la delectation ou
de l'utilité sans les Tables geographiques. Or ayans en ce livre ici à
recueillir les voyages faits en la Terre-neuve & grande riviere de_
Canada _tant par le Capitaine Jacques Quartier, que de freche memoire
par Samuel Champlein (qui est une méme chose) & les découvertes &
navigations faites souz le gouvernement du sieur de Monta: considerant
que les descriptions dédits Capitaine Quartier & Champlein sont des
iles, ports, caps, rivieres, & lieux qu'ilz ont veu, léquels estans en
grand nombre apporteroient plutot un degout au lecteur, qu'un appetit de
lire, ayant moy-méme quelquefois en semblable sujet passé par dessus les
descriptions des provinces que Pline fait és livres III, IV, V, & VI, de
son Histoire naturelle: ce que je n'eusse fait si j'eusse eu la Charte
geographique presente: J'ay pensé étre à propos de representer avec le
discours, le pourtrait tant desdites Terres-neuves, que de ladite
riviere de_ Canada _jusques à son premier saut, qui sont de quatre &
cinq cens lieuës de païs, avec les noms des lieux plus remarquables,
afin qu'en lisant le lecteur voye la route suivie par noz François en
leurs découvertes. Ce que j'ai fait au mieux qu'il m'a été possible,
aiant rapporté chacun lieu à sa propre élevation & hauteur: enquoy se
sont equivoqué tous ceux qui s'en sont mélez jusques à present._

_Quant à ce qui est de l'Histoire j'avois en volonté de l'abbreger, mais
j'ay consideré que ce seroit faire tort aux plus curieux, voire méme aux
mariniers, qui par le discours entier peuvent reconoitre les lieux
dangereux, & se prendre garde de toucher. Joint que Pline & autres
geographes n'estiment point étre hors de leur sujet d'écrire de cette
façon, jusques à particulariser les distances des lieux & provinces.
Ainsi j'ay laissé en leur entier les deux voyages dudit Capitaine
Jacques Quartier: le premier déquels étoit imprimé: mais le second je
l'ai pris sur l'original presenté au Roy écrit à la main, couvert en
satin bleu. Et en ces deux je trouve de la discordance en une chose,
c'est qu'au premier voyage il est mentionné que ledit Quartier ne passa
point plus de quinze lieuës par delà le cap Mont-morency: & en la
relation du second il dit qu'il remena en la terre de_ Canada _qui est
au Nort de l'ile d'Orleans (à plus de six vints lieuës dudit cap de
Mont-morenci) les deux Sauvages qu'il y avoit pris l'an precedent. J'ay
donc mis au front de ce troisiéme livres la charte de ladite grande
riviere, & du Golfe de_ Canada _tout environné de terres & iles, sur
léquelles le lecteur semblera étre porté quant il y verra les lieux
désignéz par leurs noms._

_Au surplus ayant trouvé en téte du premier voyage du Capitaine Jacques
Quartier quelques vers François qui me semblent de bonne grace, je n'en
ay voulu frustrer l'autheur, duquel j'eusse mis le nom, s'il se fût
donné à conoitre._



SUR LE VOYAGE DE
DE CANADA.

QUOY? _serons-nous toujours esclaves des fureurs?
Gemirons-nous sans fin nos eternels mal-heurs?
Le Soleil a roulé quarante entiers voyages,
Faisant sourdre pour nous moins de jours que d'orages:
D'un desastre mourant un autre pire est né,
Et n'appercevons pas le destin obstiné
(Chetifs) qui noz conseils ravage comme l'onde
Qui és humides mois culbutant vagabonde
Du negeux Pyrené, ou des Alpes fourchus,
Entreine les rochers, & les chénes branchus:
Ou comme puissamment une tempéte brise,
Cedons, sages, cedons au ciel qui dépité
Contre nôtre terroir, prophane, ensanglanté
De meurtres fraternels, & tout puant de crimes,
Crimes qui font horreur aux infernaux abymes,
Nous chasse à coups de fouet à des bords plus heureux:
Afin de r'aviver aux actes valeureux
Des renommez François la race abatardie:
Comme on voit la vigueur d'une plante engourdie,
Au changement de place alaigre s'éveiller,
Et de plus riches fleurs le parterre émailler.
Ainsi France Alemande en Gaule replantée:
Ainsi l'antique Saxe en l'Angleterre entée:
Bref, les peuples ainsi nouveaux sieges traçans,
Ont redoublé gaillars leurs sceptres florissans:
Faisans voir que la mer qui les astres menace,
Et les plus aspres mons à la vertu font place.
Sus, sus donc compagnons qui bouillez d'un beau sang,
Et auquels la vertu esperonne le flanc,
Allois où le bonheur & le ciel nous appelle;
Et provignons au loin une France plus belle.
Quittons aux faineans, à ces masses sans coeur,
A la peste, à la faim, aux ebats du vainqueur,
Au vice, au desespoir, cette campagne usee,
Haine des gens de bien, du monde la risee.
C'est pour vous que reluit cette riche toison
Deuë aux braves exploits de ce François Jason,
Auquelle le Dieu marin favorable fait féte,
D'un rude cameçon arrétant la tempéte.
Les filles de Nerée attendent vous vaisseaux;
Jà caressent leur prouë, & balient les eaux
De leurs paumes d'y voire en double rang fendues,
Comme percens les airs les voyageres Grues,
Quand la saison severe & la gaye à son tour
Les convie à changer en troupes de sejour.
C'est pour vous que de laict gazouillent les rivieres;
Que maçonnent és troncs les mouches menageres:
Que le champ volontaire en drus épics jaunit:
Que le fidele sep sans peine se fournit
D'un fruit qui sous le miel ne couve la tristesse,
Ains enclot innocent la vermeille liesse.
La marâtre n'y sçait l'aconite tremper:
Ni la fievre altérées És entrailles camper:
Le favorable trait de Proserpine envoye
Aux champs Elysiens l'ame soule de joye:
Et mille autres souhaits que vous irez cueillans,
Que reserve le ciel aux estomachs vaillans.
Mais tous au demarer sermons cette promesse:
Disons, plustot la terre usurpe la vitesse
Des flambeaux immortels: les immortels flambeaux
Echangent leur lumiere aux ombres des tombeaux:
Les prez hument plustot les montagnes fondues:
Sans montagnes les vaux foulent les basses nues:
L'Aigle soit veu nageant dans la glace de l'air:
Dans les flots allumez la Baleine voler
Plustot qu'en nôtre esprit le retour se figure:
Et si nous parjurons, la mer nous soit parjure.
O quels rempars je voy! quelles tours se lever!
Quels fleuves à fonds d'or de nouveaux murs laver!
Quels Royaumes s'enfler d'honnorables conquétes!
Quels lauriers s'ombrager de genereuses tétes!
Quelle ardeur me soulève! Ouvrez-vous larges airs,
Faites voye à mon aile: és bords de l'Univers,
De mon cor haut-sonnant les victoires j'entonne
D'un essaim belliqueux, dont la terre frissone._

[Illustration:]



[Illustration]

AU LECTEUR

AMI Lecteur, n'ayant peu bonnement arrenger en peu d'espace tant de
ports, iles, caps, golfes, ou bayes, detroits, & rivieres déquels est
fait mention és voyages que j'ay d'orenavant à te representer en ce
troisiéme livre, j'ay estimé meilleur & plus commode de te les indiquer
par chiffres, ayant seulement chargé la Charte que je te donne des noms
les plus celebres qui soyent en la Terre-neuve & grande riviere de
Canada.

_Lieux de la terre-neuve._

1 _Cap de Bonne-veuë_ premier abord du Capitaine Jacques Quartier.
2 _Port de sainte Catherine._
3 _Ils aux Oyseaux._ en cette ile y a telle quantité d'oyseaux, que tous
les navires de France s'en pourroient charger sans qu'on s'en apperceût:
ce dit le Capitaine Jacques Quartier. Et je le croy bien pour en avoir
veu préque de semblables.
4 _Golfe des Chateaux._
5 _Port de Carpunt_.
6 _Cap Razé_, où il y a un port dit _Rougueusi_.
7 _Cap & Port de Degrad_.
8 _Ile sainte Catherine_, & là méme le _Port des Chateaux_.
9 _Port des Gouttes_.
10 _Port des Balances_.
11 _Port de Blanc-sablon._
12 _Ile de Brest_.
13 _Port des ilettes._
14 _Port de Brest._
15 _Port saint Antoine._
16 _Port saint Servain._
17 _Fleuve saint Jacques, & Port de Jacques Cartier._
18 _Cap Tiennot._
19 _Port saint Nicolas._
20 _Cap de Rabast._
21 _Baye de saint Laurent._
22 _Iles saint Guillaume._
23 _Ile sainte Marthe._
24 _Ile saint Germain._
25 _Les sept iles._
26 _Riviere dite Chischedec,_ où y a grande quantité de chevaux
aquatiques dits hippopotames.
27 _Ile de l'Assumption,_ autrement dite _Anticosti_, laquelle a environ
trente lieuës de longueur: & est à l'entrée de la grande riviere de
_Canada_.
28 _Détroit saint Pierre_.

Ayant indiqué les lieux de la Terre-neuve qui regardent à l'Est, & ceux
qui sont le long de la terre ferme du Nort, retournons à ladite
Terre-neuve, & faisons le tour entier. Mais faut sçavoir qu'il y a deux
passages principaux pour entrer au grand Golfe de _Canada_. Jacques
Quartier en ses deux voyages alla par le passage du Nort. Aujourd'huy
pour eviter les glaces & pour le plus court plusieurs prennent celuy du
Su par le détroit qui est entre le Cap Breton & le Cap de Raye. Et cette
route ayant eté suivie par Champlein, la premiere terre en son voyage
fut:

29 _Le Cap sainte Marie._
30 _Iles saint Pierre_
31 _Port du saint Esprit._
32 _Cap de Lorraine._
33 _Cap saint Paul._
34 _Cap de Raye_, que je pense étre le _Cap pointu_ de Jacques Quartier.
35 _Le mons des Cabanes._
36 _Cap double._

Maintenant passons à l'autre terre vers le Cap sainct Laurent, laquelle
j'appellerois volontiers l'ile de _Bacaillos_, c'est à dire de Moruës
(ainsi qu'à peu pres l'a marquée Postel) pour lui donner un propre nom,
quoy que tout l'environ du Golphe de _Canada_ se puisse ainsi nommer:
car jusques à _Gachepé_, tous les ports sont propres à la pécherie
desdits poissons, voire méme encore les ports qui sont au dehors &
regardent vers le Su, comme le port aux Anglois, de _Campseau_, & de
Savalet. Or en commençant au détroit d'entre le Cap de Raye & le Cap
sainct Laurent (lequel a dix-huit lieuës de large) on trouve:

37 _Les iles saint Paul._
38 _Cap saint Laurent._
39 _Cap saint Pierre._
40 _Cap Dauphin._
41 _Cap saint Jean._
42 _Cap Royal._
43 _Golfe saint Julien_
44 _Passage_, ou _Détroit_ de la baye de _Campseau_, qui separe l'ile de
_Bacaillos_ de la terre ferme.

Depuis tant d'années ce détroit n'est point à peine reconu, & toutesfois
il sert de beaucoup pour abbreger chemin ou du moins servira à l'avenir,
quant la Nouvelle-France sera habitée pour aller à la grande riviere de
_Canada_. Nus le vimes l'année passée étant au port de _Campseau_,
allans chercher quelque ruisseau pour nous pourvoir d'eau douce avant
nôtre retour. Nous en trouvames un petit que j'ay marqué vers le fond de
la baye dudit _Campseau_, auquel lieu se fait grande pécherie de moruës.
Or quant je considere la route de Jacques Quartier en son premier
voyage, je la trouve si obscure que rien plus, faute d'avoir remarqué ce
passage. Car nos mariniers se servent le plus souvent des noms de
l'imposition des Sauvages, comme _Tadoussac, Anticosti, Gachepé,
Tregate, Misamichis, Campseau, Kebec, Batiscan, Saguenay, Chischedec,
Mantanne_, & autres. En cette obscurité j'ay pensé que ce qu'il appelle
les Iles Colombaires sont les iles dites Ramées qui sont plusieurs en
nombre, ayant dit en son discours qu'une tempéte les avoit portez du Cap
pointu à trente sept lieuës loin: car il étoit ja passé de la bende du
Nort vers le Su.

45 _Iles Colombaires,_ alias _Iles Ramées._
46 _Iles des margaux._ Il y a trois iles remplies de ces oiseaux comme
un pré d'herbes, ainsi que dit Jacques Quartier.
47 _Ile de Brion_, où y a des Hippopotames, ou Chevaux marins.
48 _Ile d'Alezay_. De là il dit qu'ils firent quelques quarante
lieuës, et trouverent:
49 _Le Cap d'Orleans._
50 _Fleuve des Barques_, que je prens pour _Misamichis_.
51 _Cap des Sauvages._
52 _Golfe saint Lunaire_, que je prens pour _Tregate_.
53 _Cap d'Esperance._
54 _Baye_, ou _Golfe de Chaleur_, auquel Jacques Quartier dit qu'il fait
plus chaut qu'en Hespagne: En quoy je ne le croiray volontiers jusques à
ce qu'il y ait fait un autre voyage, attendu le climat. Mais il se peut
faire que par accident il y faisoit fort chaud quand il y fut, qui étoit
au mois de Juillet.
55 _Cap du Pré._
56 _Saint Martin._
57 _Baye des Morues._
58 _Cap saint Louis._
59 _Cap de Montmorency._
60 _Gachepé._
61 _Ile percée._
62 _Ile de Bonnaventure._

Entrons maintenant en la grande riviere de _Canada_, en laquelle nous
trouverons peu de ports en l'espace de plus de trois cens cinquante
lieuës: car elle est fort pleine de rochers & battures. A la bende du Su
passé _Gachepé_ il y a:

63 _Le Cap de l'Evesque._
64 _Riviere de Mantane._
65 _Les ileaux saint Jean_, que je prens pour _Le Pic_.
66 _Riviere des Iroquois._

A la bende du Nort, apres _Chischedec_ mis ci-dessus au numero 27.

67 _Riviere sainte Marguerite._
68 _Port de Lesquemin_, où les Basques vont à la pécherie des Baleines.
69 _Port de Tadoussac_, à l'emboucheure de la riviere De _Saguenay_, où
se fait le plus grand traffic de pelleterie qui soit en tout le païs.
70 _Riviere de Saguenay_ à cent lieuës de l'emboucheure de la riviere de
_Canada_. Cette riviere est si creuse qu'on n'en trouve quasi point le
fond. Ici la grande riviere de _Canada_ n'a plus que sept lieuës de
large.
71 _Ile du Liévre._
72 _Ile aux Coudres_. Ces deux iles ainsi appellées par Jacques
Quartier.
73 _Ile d'Orleans_, laquelle Jacques Quartier nomma _l'ile de Bacchus_,
à-cause de la grande quantité de vignes qui y sont. Ici l'eau de la
grande riviere est douce, & monte le flot plus de quarante lieuës
par-dela.
74 _Kebec_. C'est un détroit de la grande riviere de Canada, que Jacques
Quartier nomme _Achelaci_, où le sieur De Monts a fait un Fort &
habitation de François, auprés duquel lieu y a un ruisseau qui tombe
d'un rocher fort haut & droit.
75 _Port de sainte Croix_ où hiverna Jacques Quartier, & dit Champlein
qu'il ne passa point plus outre, mais il se trompe: & faut conserver la
memoire de ceux qui ont bien fait.
76 _Riviere de Batiscan._
77 _Ile saint Eloy._
78 _La riviere de Foix_, nommée par Champlein _Les trois rivieres._
79 _Hochelaga_, ville des Sauvages, du nom de laquelle Jacques Quartier
a appellé la grande riviere que nous disons _Canada_.
80 _Mont Royal_, montagne voisine de _Hochelaga_, d'où l'on découvre la
grande riviere de _Canada_ à perte de veue au dessus du grand Saut.
81 _Saut_ de la grande riviere de _Canada_, qui dure une lieue, tombant
icelle riviere parmi des rochers en bas avec un bruit étrange.
82 _La grande riviere de Canada_, de laquelle on ne sçait encore
l'origine, & a plus de huit cens lieues de conoissance, soit pour avoir
veu, soit par le rapport des Sauvages. Je trouve au second voyage de
Jacques Quartier qu'elle a trente lieues de large à son entrée, & plus
de deux cens brasses de profond. Cette riviere a esté appellée par le
méme Jacques Quartier _Hochelaga_, du nom du peuple qui de son temps
habitoit vers le Saut d'icelle.

[Illustration: 008-small et 008-large]



_Sommaire de deux voyages faits par le Capitaine Jacques Quartier en la
Terre-neuve: Golfe & grande riviere de Canada: Eclaircissement des noms
de Terre-neuve, Bacalos, Canada: & Labrador: Erreur du sieur de
Belle-foret._

CHAP. I

EN l'année mille cinq cens trente-trois Jacques Quartier excellent
pilote Maloin, desireux de perpetuer son nom par quelque action
signalée, fit sçavoir à Monsieur l'admiral (qui étoit pour lors Messire
Philippe Chabot Comte de Burensais, & de Chargni Seigneur de Brion) la
bonne volonté qu'il avoit de découvrir des terres ainsi que les
Hespagnols avoient fait aux Indes Occidentales, & méme douze ans
auparavant Jean Verazzan par commission du Roy François I, lequel
Verazzan prevenu de mort n'avoit conduit aucunes colonies és terres
qu'il avoit découvertes, ains seulement remarqué la côte depuis environ
le trentiéme degré de la Terre-neuve qu'on appelle aujourd'huy la
Floride jusques au quarantiéme. Pour lequel dessein continuer il offroit
ce qui étoit de son industrie s'il plaisoit au Roy luy fournir les
moyens à ce necessaires. Ledit sieur Admiral ayant pris de bonne part
ces paroles, il les representa à sa Majesté, et fit en sorte que ledit
Quartier eut la charge de deux vaisseaux de chacun soixante tonneaux
garnis de soixante & un hommes pour l'execution de ce qu'il avoit
proposé. Et moyennant ce il fit un voyage à la Terre-neuve du Nort, là
où il découvrit les iles de ladite Terre-neuve, qui sont comme un
Archipelague, en nombre infini, & les côtes jusques à l'embouchure de la
grande riviere de _Canada_ tant à la bende du Nort, que du su, & ne
cessa de rechercher les ports & havres dédites terres, & reconoitre leur
assiette, utilité, & nature, jusques à ce que la saison se passant, &
les vens contraires à la route de France venans à s'élever, il print
avis de retourner, & attendre à une autre année à faire plus ample
découverte, comme il fit incontinent aprés, & penetra en son second
voyage jusques au grand saut de ladite riviere de _Canada_, en laquelle
il avoit deliberé de donner commencement à une habitation Françoise au
lieu dit Sainte Croix décrit en la relation qu'il a fait de son second
voyage: auquel lieu il hiverna, & y a encore presentement des meules à
moulin qu'il y avoit portées comme instrumens principalement necessaires
à la nourriture d'un peuple. Mais comme les plantes hors de leur
province & en leur propre province souvent transplantées ne profitent
point tant qu'en leur lieu natures: Et comme il y a des païs en la
France méme où plusieurs forains & étrangers ne peuvent vivre (du moins
en bonne santé) comme Narbonne en Languedoc, & à Yres en Provence, d'où
j'entens que les habitans sont contraints de rebatir leur ville en un
autre endroit, pource qu'ilz n'y peuvent devenir vieux: Et pour l'effect
de ce ont presenté requéte au Roy: surquoy y a des oppositions par les
Marseillois & les habitans de Tolon: Ainsi durant cet hiver plusieurs
des gens dudit Quartier n'ayans la disposition du corps bien
sympathisante avec la temperature de l'air de ce païs là, furent saisis
de maladies inconuës qui en emporterent un bon nombre, y eussent pis
fait sans le secours du remede que Dieu leur envoya, duquel nous
r'apporterons en son lieu ce que ledit Quartier en a écrit.

Apres que l'hiver fut passé les gens dudit Quartier se facherent de
cette demeure & voulurent retourner en France, méme d'autant que les
vivres commençoient à leur defaillir: de maniere qu'ilz donnerent de
cette étrange maladie, l'ardeur d'habiter cette Terre-neuve fut
refroidie jusques à ce qu'en l'an mille cinq cens quarante, se presenta
le sieur de Roberval Gentil-homme Picard pour étre conducteur de
l'oeuvre delaissé, & souz luy ledit Quartier fut constitué capitaine
general sur tous les vaisseaux de mer qui seroient employés à cette
entreprise: pour laquelle je trouve que grande depense fut faite sans
que nous en voyons étre reussi aucun fruit: ainsi que plus
particulierement se reconoitra par le contenu au trentiéme chapitre
ci-dessous.

Or ayans dorenavant à parler des païs de la Terre-neuve, de _Bacalos_, &
de _Canada_, il est bon avant qu'y entrer d'éclaircir le lecteur de ces
trois mots, déquels tous les Geographes ne conviennent entr'eux. Quant
au premier il est certain que tout ce païs que nous avons dit se peut
appeller Terre-neuve, & le mot n'en est pas nouveau: car de toute
memoire, & dés plusieurs siecles noz Dieppois, Maloins, Rochelois, &
autres mariniers du Havre de Grace, de Honfleur & autres lieux, ont les
voyages ordinaires en ces païs-là pour la pécherie des Moruës dont ilz
nourrissent préque toute l'Europe, & pourvoyent tous vaisseaux de mer.
Et quoy que tout païs de nouveau découvert se puisse appeller
Terre-neuve, comme nous avons rapporté au quatriéme chapitre du premier
livre que Jean Verazzan appela la Floride Terre-neuve, pource qu'avant
lui aucun n'y avoit encore mis le pied: toutefois ce mot est particulier
aux terres plus voisines de la France és Indes Occidentales, léquelles
sont depuis les quarante jusques au cinquantiéme degré. Et par un mot
plus general on peut appeller Terre-neuve tout ce qui environne le Golfe
de Canada, où les Terre-neuviers indifferemment vont tous les ans faire
leur pécherie: ce que j'ay dit étre dés plusieurs siecles; & partant ne
faut qu'aucune autre nation se glorifie d'en avoir fait la découverte.
Outre que cela est tres-certain entre noz mariniers Normans, Bretons, &
Basques, léquels avoient imposé nom à plusieurs ports de ces terres
avant que le Capitaine Jacques Quartier y allat; Je mettray encore ici
le témoignage de Postel que J'ay extrait de sa Charte geographique en
ces mots: _Terra hacob lucrosissimam piscationis utilitatem summa
litterarum memoria à Gallis adiri solita, & ante mille sexentos annos
frequentari solita est sed eo quod sit urbibus inculta & vasta spreta
est._ De maniere que nôtre Terre-neuve étant du continent de l'Amerique,
c'est aux François qu'appartient l'honneur de la premiere découverte des
Indes Occidentales, & non aux Hespagnols.

Quant au nom de _Bacalos_ il est de l'imposition de noz Basques, léquels
appellent une Moruë _Bacaillos_, & à leur imitation nos peuples de la
Nouvelle-France ont appris à nommer aussi la Moruë _Bacaillos_, quoy
qu'en leur langage le nom propre de la moruë soit _Apegé_. Et ont dés si
long-temps la frequentation dédits Basques, que le langage des premieres
terres est à moitié de Basque. Or d'autant que toute le pécherie des
Moruës (passé le Banc) se fait au Golfe de Canada, ou en la côte y
adjacente que est au Su hors ledit Golfe, és Ports des Anglois, & de
_Campseau_: pour cette cause toute cette premiere terre que nous avons
dite Terre-neuve en general, se peut dire Terre de _Bacaillos_, c'est à
dire Terre de Moruës.

Et pour le regard du nom de _Canada_ tant celebré en l'Europe, c'est
proprement l'appellation de l'une & de l'autre rive de cette grande
riviere, à laquelle on a donné le nom de _Canada_, comme au fleuve de
l'Inde, le nom du peuple & de la province qu'il arrouse. D'autres ont
appellé cette riviere _Hochelaga_ du nom d'une autre terre que cette
riviere baigne au dessus de sainct Croix, où Jacques Quartier hiverna.
Or jaçoit que la partie du Nort au dessus de la riviere de _Saguenay_,
soit le Canada dudit Quartier; toutefois les peuples de _Gachepé_, & de
la baye des Chaleur qui sont environ le quarante-huitiéme degré de
latitude au Su de ladite grande riviere se disent _Canadoquea_ (ilz
prononcent ainsi) c'est à dire Canadaquois, comme nous disons
Souriquois, & Iroquois, autres peules de cette terre. Cette diversité a
fait que les Geographes ont varié en l'assiette de la province de
_Canada_, les uns l'ayant située par les cinquante, les autres par les
soixante degrez. Cela presupposé, je dy que l'un & l'autre côté de
ladite riviere est _Canada_, & par ainsi justement icelle riviere en
porte le nom, plutot que de _Hochelaga_, ou de saint Laurent.

Ce mot donc de _Canada_ étant proprement le nom d'une province, je ne me
puis accorder avec le sieur de Belle-foret, lequel dit qu'il signifie
Terre; ni à peine avec le Capitaine Jacques Quartier, lequel écrit que
_Canada_ signifie ville. Je croy que l'un & l'autre s'est abusé, & est
venuë la deception de ce que (comme il falloit parler par signes avec
ces peuples) quelqu'un des François interrogeant les Sauvages comment
s'appelloit leur païs, lui montrans leurs villages & cabanes, ou un
circuit de terre, ils ont répondu que c'étoit _Canada_, non pour
signifier que leurs villages ou la terre s'appellassent ainsi, mois
toute l'étenduë de la province.

Le méme Belle-foret parlant des peuples qui habitent environ la baye (ou
Golfe) de Chaleur, les appelle peuples de _Labrador_, contre tous les
Geographes universelement. En quoy il s'est equivoqué, veu que le païs
de _Labrador_ est par les soixante degrez, & ledit Golfe de Chaleur
n'est que par les quarante-huit & demi. Je ne sçay quel est son autheur.
Mais quant au Capitaine Jacques Quartier il ne fait nulle mention de
_Labrador_ en ses relations. Et vaudroit mieux que ledit Bell-foret eût
situé le païs de _Bacalos_ là où il a mis _Labrador_, que de l'avoir mis
par les soixante degrez. Car de verité la plus grande pécherie des
Moruës (ce que nous avons dit étre appellées _Bacaillos_) se fait és
environs de la baye de Chaleur, comme à _Tregat, Misamichi_, & la baye
qu'on appelle des Moruës.



_Relation du premier voyage fait par le Capitaine Jacques Quartier en la
Terre-neuve du Nort jusques à l'embouchure de la grande riviere de_
Canada. _Et premierement l'état de son equipage, avec les découvertes du
mois de May._

CHAP. II

APRES que Messire Charles de Moüy, sieur de la Milleraye, & Vic'admiral
de France eut fait jurer les Capitaines, Maitres & Compagnons des
navires, de bien & fidelement se comporter au Service du Roy
Tres-Chrétien, souz la charge du Capitaine Jacques Quartier; Nous
partimes le vintiéme d'Avril en l'an mille cinq cens trente-quatre du
port de saint Malo avec deux navires de charge chacun d'environ soixante
tonneaux, & armé de soixante & un hommes: Et navigames avec tel heur que
le dixiéme de May nous arrivames à la Terre-neuve, en laquelle nous
entrames par le Cap de _Bonne-veuë_, lequel est au quarante-huitiéme
degré & demi de latitude. Mais pour la grande quantité de glaces qui
étoit le long de cette terre, il nous fut besoin d'entrer en un port que
nous nommames de _Saincte Catherine_, distant cinq lieuës du port susdit
vers le Su-Suest, là nous arretames dix jours attendans le commodité du
temps, & ce-pendant nous equippames & appareillames noz barques.

Le vint-uniéme de May fimes voile ayant vend d'Ouest, & tirames vers le
Nort depuis le _Cap de Bonne-veuë_ jusques à _l'ile des oyseaux_,
laquelle étoit entierement environée de glace, qui toutefois étoit
rompuë & divisée en pieces, mais nonobstant cette glace noz barques ne
laisserent d'y aller pour avoir des oyseaux, déquels y a si grand nombre
que c'est chose incroyable à qui ne le void, par-ce que combien que
cette ile (laquelle peut avoir une lieuë de circuit) en soit si pleine
qu'il semble qu'ils y soient expressement apportés & préque comme semez:
Neantmoins il y en a cent fois plus à l'entour d'icelle, & en l'air que
dedans, déquels les uns sont grands comme Pies, noirs & blancs, ayans le
bec de Corbeau: ilz sont toujours en mer, & ne peuvent voler haut,
d'autant que leurs ailes sont petites, point plus grandes que la moitié
de la main, avec léquelles toutefois ilz volent de telle vitesse à fleur
d'eau, que les autres oyseaux en l'air. Ilz sont excessivement grans, &
étoient appellez par ceux du païs _Appenath_, déquelz noz deux barques
se chargerent en moins de demie heure, comme l'on auroit peu faire de
cailloux, de sorte qu'en chaque navire nous en fimes saler quatre ou
cinq tonneaux, sans ceux que nous mangeames frais.

En outre il y a une autre espece d'oyseau qui volent haut en l'air, & à
fleur d'eau, léquels sont plus petits que les autres, & sont appellez
_Godets._ Ilz s'assemblent ordinairement en cette Ile, & se cachent souz
les ailes des grans. Il y en a aussi d'une autre sorte (mais plus grans
& blancs) separez des autres en un canton de l'Ile, & sont
tres-difficiles à prendre, par-ce qu'ilz mordent comme chiens, & les
appelloient _Margaux_: Et bien que cette Ile soit distante de quatorze
lieuës De la grande terre, neantmoins les Ours y viennent à nage, pour y
manger ces oyseaux, & les nôtres y en trouverent un grand comme une
vache, blanc comme un cigne, lequel sauta en mer devant eux, & le
lendemain de Pâques qui étoit en May, voyageans vers la terre, nous le
trouvames à moitié chemin nageant vers icelle aussi vite que nous qui
allions à la voile; mais l'ayans apperceu luy donnames la chasse par le
moyen de noz barques, & le primmes par force. Sa chair étoit aussi bonne
& delicate à manger que celle d'un bouveau. Le Mercredy ensuivant qui
étoit le vint-septiéme dudit mois de May, nous arrivames à la bouche du
_Golfe des Chateaux_, mais pour la contrarieté du temps, & à cause de la
grande quantité de glaces, il nous fallut entrer en un port qui étoit
aux environs de cette emboucheure, nommé _Carpunt_, auquel nous
demeurames sans pouvoir sortir, jusques au neufiéme de Juin, que nous
partimes de là pour passer outre ce lieu de _Carpunt_, lequel est au
cinquante uniéme degré de latitude.

La terre de puis le _Cap Razé_ jusques à celui de _Degrad_ fait la
pointe de l'entrée de ce Golfe qui regarde de cap à cap vers l'Est,
Nort, & Su. Toutefois cette partie de terre est faite d'Iles situées
l'une aupres de l'autre, si qu'entre icelles n'y a que comme de petits
fleuves, par léquels l'on peut aller & passer avec petits bateaux, & là
y a beaucoup de bons ports, entre léquels sont ceux de _Carpunt &
Degrad_, en l'une de ces iles la plus haute de toutes, l'on peut étant
debout clairement voir les deux iles basses pres le _Cap Razé_, duquel
lieu l'on conte vint-cinq lieuës jusques au port de _Carpunt_, & là y a
deux entrées, l'une du côté d'Est, l'autre du Su, mais il faut prendre
garde du côté d'Est, parce qu'on n'y void que bancs & eaux basses, &
faut aller à l'entour de l'Ile vers Ouest, la longueur d'un demi cable
ou peu moins qui veut, puis tirer vers le Su, pour aller au susdit
_Carpunt_, & aussi l'on se doit garder de trois bancs qui sont sous
l'eau, & dans le canal, & vers l'Ile du côté d'Est y a fond au canal de
trois ou quatre brasses, l'autre entrée regarde l'Est, & vers l'Ouest
l'on peut mettre pied à terre.

Quittant la pointe de _Degrad_, à l'entrée du Golfe susdit, à la volte
d'Ouest, l'on doute de deux Iles qui restent au côté droit, déquelle
l'une est distante trois lieuës de la pointe susdite, & l'autre sept, ou
plus ou moins, de la premiere, laquelle soit de la grande terre.
J'appellay cette ile du nom de _saincte Catherine_, en laquelle vers
Est, y a un païs sec & mauvais terroir environ un quart de lieuë, pource
est-il besoin de faire un peu de circuit. En cette ile est le _Port des
Châteaux_ qui regarde vers le Nord-Nordest & le Su-Suroest, & y a
distance de l'un à l'autre environ quinze lieuës. Du susdit port des
Chasteaux, jusques au _Port des Gouttes_, qui est la terre du Nort du
Golfe susdit qui regarde l'Est-Nordest & l'Ouest-Surouest, y a distance
douze lieues & demie, & est à deux lieuës du _Port des Balances_, & se
trouve qu'en la tierce partie du travers de ce Golfe y a trente brasses
de fond à plomb. Et de ce _Port des Balances_ jusques au _Blanc-sablon_
l'on void par trois lieues un banc qui paroit dessus l'eau ressemblant à
un bateau.

Blanc-sablon est un lieu où n'y a aucun abry du Su, ni du Suest, mais
vers le Su-Surouest de ce lieu y a deux iles, l'une déquelles est
appellée _l'ile de Brest_, & l'autre _l'Ile des Oyseaux_, en laquelle y
a grande quantité de _Godets & Corbeaux_ qui ont le bec & les piés
rouges, & font leurs nids en des trous sous terre comme connils. Passé
un Cap de terre distant une lieue de Blanc-sablon, l'on trouve un port &
passage appellé les Ilettes, qui est le meilleur lieu de Blanc-sablon, &
où la pécherie est fort grande. De ce lieu des Ilettes jusques au _Port
de Brest_ y a dix-huit lieuës de circuit: & ce Port est au
cinquante-uniéme degré cinquante-cinq minutes de latitude. Depuis les
Ilettes jusques à ce lieu y a plusieurs iles, & le _Port de Brest_ est
méme entre les iles, léquelles l'environnent de plus de trois lieuës, &
les iles sont basses, tellement que l'on Peut voir pardessus icelles les
terres susdites.



_La navigation & découverte du mois de Juin._

CHAP. III

LE dixiéme du susdit mois de Juin, entrames dans le _Port de Brest_ pour
avoir de l'eau & du bois, & pour nous apréter de passer outre ce Golfe:
Le jour de sainct Barnabé aprés avoir ouï la Messe, nous tirames outre
ce port vers Ouest, pour découvrir les ports qui y pouvoient étre: Nous
passames par le milieu des iles, léquelles sont en si grand nombre qu'il
n'est possible de les compter, par-ce qu'elles continuent dix lieues
outre ce port: Nous demeurames en l'une d'icelle pour y passer la nuit,
& y trouvames grande quantité d'oeufs de Canes, & d'autres Oyseaux qui y
font leurs nids, & les appellames toutes en general, _les iles_.

Le lendemain nous passames outre ces Iles, & au bout d'icelles trouvames
un bon port, que nous appellames de _saint Antoine_, & une ou deux
lieues plus outre découvrimes un petit fleuve fort profond vers le
Surouest, lequel est entre deux autres terres, & y a là un bon port.
Nous y plantames une croix, & l'appellames _le Port saint Servain_: & du
côté du Surouest de ce port & fleuve se trouve à environ une lieuë une
petite ile ronde comme un fourneau, environnée de beaucoup d'autres
petites, léquelles donnent la conoissance de ces ports. Plus outre à
deux lieuës, y a un autre bon fleuve plus grand auquel nos péchames
beaucoup de Saumons, & l'appellames le _fleuve de saint Jacques_. Etans
en ce fleuve nous avisames une grande nave qui étoit de la Rochelle,
laquelle avoit la nuit precedente passé outre le port de Brest, où ils
pensoient aller pour pécher, mais les mariniers ne sçavoient où était le
lieu. Nous nous accostames d'eux, & nos mimes ensemble en un autre port,
qui est plus vers Ouest, environ une lieuë plus outre que le susdit
fleuve de saint Jacques, lequel j'estime estre un des meilleurs ports du
monde, & fut appellé le _Port de Jacques Quartier_. Si la terre
correspondoit à la bonté des ports, ce seroit un grand bien, mais on ne
la doit point appeller terre, ains plustot cailloux & rochers sauvages,
& lieux propres aux bétes farouches, d'autant qu'en toute la terre
devers le Nort, je n'y vis pas tant de terre, qu'il en pourroit en un
benneau: & là toutefois je descendi en plusieurs lieux: & en l'ile de
Blanc-sablon n'y a autre chose que mousse, & petites épines & buissons
ça & là sechez & demi-morts. Et en somme je pense que cette terre est
celle que Dieu donna à Cain. Là on y void des hommes de belle taille &
grandeur, mais indomtés & sauvages. Ilz portent les cheveux liés au
sommet de la téte, & étreints comme une poignée de foin, y mettans au
travers un petit bois, ou autre chose au lieu de clou: & y tient
ensemble quelques plumes d'oyseaux. Ilz vont vétus de peaux d'animaux,
aussi bien les hommes que les femmes, léquelles sont toutes fois
percluses & renfermées en leurs habits, & ceintes par le milieu du
corps, ce que ne font pas les hommes: ilz se peindent avec certaines
couleurs rouges. Ils ont leurs Barques faites d'écorce d'arbre de Boul,
qui est un arbre ainsi appellé au païs, semblable à noz chénes, avec
léquelles ilz péchent grande quantité de Loups-marins: Et depuis mon
retour, j'ay entendu qu'ilz ne faisoient pas là leur demeure, mais
qu'ilz y viennent des païs plus chauds par terre, pour prendre de ces
Loups, & autres choses pour vivre.

Le treiziéme jour dudit mois, nous retournames à nos navires, pour faire
voile, pource que le temps étoit beau, & le Dimanche fimes dire la
Messe: Le Lundy suivant qui étoit le quinziéme, partimes outre le port
de _Brest_, & primmes nôtre chemin vers le Su, pour avoir conoissance
des terres que nous avions apperceuës, qui sembloient faire deux Iles.
Mais quand nous fumes environ le milieu du Golfe, conumes que d'étoit
terre ferme, où étoit un gros cap double l'un dessus l'autre, & à cette
occasion l'appellames _Cap double_. Au commencement du Golfe nous
sondames aussi le font, & le trouvames de cent brasses de tous côtez. De
Brest au Cap-double y a distance d'environ vint lieuës, & à cinq lieues
de là, nous sondames aussi le fonds & le trouvames de quarante brasses.
Cette terre regarde le Nord-est-Surouest. Le jour ensuivant qui étoit le
seiziéme de ce mois, nous navigames le long de la côte par surouest &
quart du Su, environ trente cinq lieues loin de Cap-double, & trouvames
des montagnes tres-hautes & sauvages, entre léquelles l'on voyoit je ne
sçay quelles petites cabannes, & pour-ce les appellames _Les montagnes
des Cabannes_: les autres terres & montagnes sont taillées, rompues, &
entre-coupées, & entre icelles & la mer, y en a d'autres basses. Le jour
precedent pour la grand brouillas & obscurité du temps, nous ne peumes
avoir conoissance d'aucune terre, mais le soir il nous apparut une
ouverture de terre ressemblante à une emboucheure de riviere, qui étoit
entre ces monts des Cabannes. Et y avoit là un Cap vers Surouest éloigné
de nous environ trois lieues, & ce Cap en son sommet estans pointe tout
à l'entour, & en bas vers la mer il finit en pointe, & pour ce il fut
appellé le _Cap pointu_. Du côté du Nort de ce Cap, y a une ile plate.
Et d'autant que nous desirions avoir conoissance de cette embouchure
pour voir s'il y avoit quelque bon port; nous mimes la voile bas pour y
passer la nuit. Le jour suivant qui étoit le dix-septiéme dudit mois,
nous courumes fortune à cause du vent de Nordest, & fumes contraints
mettre la cauque souris & la cappe, & cheminames vers Surouest jusques
au Jeudy matin, &fimes environ trente lieuës & nous nous trouvames au
travers de plusieurs Iles rondes comme Colombiers, & pource leur
donnames le nom de _Colombaires_.

Le _Golfe saint Julien_ est distant sept lieuës d'un _Cap_ nommé
_Royal_, qui reste vers le Su & un quart de Surouest. Et vers
l'Ouest-Surouest de ce Cap, y en a un autre, lequel au dessous est tout
entre-rompu, & est rond dessus. Du côté du Nort y a une ile basse à
environ demi-lieuë: en ce Cap y a de certaines terres basses, sur
lesquelles y en a encores d'autres, qui demontre bien qu'il y doit avoir
des fleuves. A deux lieuës du Cap Royal, l'on y trouve fonds de vint
brasses, & y a la plus grande pécherie de grosses Moruës qu'il est
possible de voir, déquelles nous en primes plus de cent en moins d'une
heure, en attendant la compagnie.

Le lendemain qui étoit le dix-huictiéme du mois, le vent devint
contraire & fort impetueux en sorte qu'il nous fallut retourner vers le
Cap Royal, pensans y trouver port: & avec noz barques allames découvrir
ce qui étoit entre le Cap Royal, & le Cap de Lait: & trouvames que sur
les terres basses y a un grand Golfe tres-profond, dans lequel y a
quelques iles, & ce Golfe est clos & fermé du côté du Su. Ces terres
basses font un des côté de l'entrée, & le Cap Royal est de l'autre
côtez, & s'avancent lédites terres basses plus de demie lieuë dans la
mer. Le païs est plat, & consiste ne mauvaise terre: & par le milieu de
l'entrée y a une ile: & en ce jour ne trouvames point de port: &
pour-cela la nuit nous retirames en mer, aprés avoir tourné le Cap à
l'Ouest.

Depuis ledit jour jusques au vint-quatriéme du mois qui étoit la féte de
saint Jean, fumes battus de la tempéte & du vent contraire: & survint
telle obscurité que nous ne peumes avoir conoissance d'aucune terre
jusques audit jour saint Jean, que nous découvrimes un Cap qui restoit
vers Surouest, distant du Cap Royal environ trente cinq lieuës: mais en
ce jour le brouillas fut si épais, & le temps si mauvais, que nous ne
peumes approcher de terre. Et d'autant qu'en ce jour l'on celebroit la
féte de saint Jean Baptiste, nous le nommames _Cap de sainct Jean_.

Le lendemain qui étoit le vint-cinquiéme le temps fut encores facheux,
obscur, & venteux, & navigames une partie du jour vers Ouest, &
Nort-Ouest, & le soir nous rimes le travers jusques au second quart que
nous partimes de là, & pour lors nous conumes par le moyen de nôtre
quadran que nous étions vers Nort-ouest, & un quart d'Ouest, éloignez de
sept lieuës & demie du Cap sainct Jean, & comme nous voulumes faire
voile, le vent commença à souffler du Nort-Ouest, & pour-ce tirames vers
Suest quinze lieuës, & approchames de trois iles, déquelles y en avoit
deux petites droites comme un mur, en sorte qu'il étoit impossible d'y
monter dessus, & entre icelles y a un petit écueil. Ces iles étoient
plus remplies d'oiseaux que ne seroit un pré d'herbes, léquels faisoient
là leurs nids, & en la plus grande de ces iles y en avoit un monde de
ceux que nous appellons _Margaux_ qui sont blancs & plus grands
qu'Oysons, & étoient separez en un canton, & en l'autre part y avoit des
_Godets_, mais sur le rivage y avoit de ces Godets & grands _Apponat_
semblables à ceux de cette ile dont nous avons fait mention. Nous
descendimes au plus bas de la plus petite, & tuames plus de mille Godets
& Apponats, & en mimes tant que volumes en noz barques, & en eussions
peu en moins d'une heure remplir trente semblables barques. Ces iles
furent appellées du nom de _Margaux. A cinq lieuës de ces iles y avoit
une autre ile du côté d'Ouest qui a_ environ deux lieuës de longueur &
autant de largeur, là nous passames la nuit pour avoir de l'eau & du
bois. Cette ile est environnée de sablon, & autour d'icelle y a une
bonne source de six ou sept brasses de fond. Ces iles sont de meilleure
terre que nous eussions oncques veuës, en sorte qu'un champ d'icelles
vaut plus que toute la Terre-neuve. Nous la trouvames pleine de grands
arbres, de prairies, de campagnes pleines de froment sauvage, & de pois
qui étoient floris aussi épais & beaux comme l'on eût peu voir en
Bretagne, qui sembloient avoir été semez par des laboureurs. L'on y
voyoit aussi grande quantité de raisin ayans la fleur blanche dessus des
fraises, roses incarnates, persil, & d'autres herbes de bonne & forte
odeur. A l'entour de cette ile y a plusieurs grandes bestes comme grand
boeufs, qui ont deux dents en la bouche comme d'un Elephant, & vivent
mémé en la mer. Nous en vimes une qui dormoit sur le rivage & allames
vers elle avec noz barques pensans la prendre, mais aussi-tôt qu'elle
nous ouït elle se jetta en mer. Nous y vimes semblablement des Ours &
des Loups. Cette ile fut appellée l'ile de Brion. En son contour y a de
grands marais vers Suest & Norouest. Je croy par ce que j'ay peu
comprendre, qu'il y ait quelque passage entre le Terrre-neuve & la terre
de Brion. S'il étoit ainsi ce seroit pour racourcir le temps & le chemin
_pourveu que l'on peût trouver quelque perfection en ce voyage_: A
quatre lieuës de cette ile est la terre ferme vers Ouest-Surouest,
laquelle semble étre comme une ile environnée d'ilettes de sable noir.
Là y a un beau Cap que nous appellames le _Cap Dauphin_, pource que là
est le commencement des bonnes terres.

Le vint-septiéme de Juin nous circuimes ces ilettes qui regardent vers
Ouest-Surouest, & paroissent de loin comme collines ou montagnes de
sablon, bien que ce soient terres basses & de peu de fond. Nous n'y
peumes aller, & moins y descendre, d'autant que le vent nous étoit
contraire, & ce jour nous fimes quinze lieuës.

Le lendemain allames le long dédites terres environ dix lieues jusques à
un Cap de terre rouge qui est roide & coupé comme un ric, dans lequel on
void un entre-deux qui est vers le Nort, & est un païs fort bas, & y a
aussi comme une petite plaine entre la mer & un étang, & de ce cap de
terre & étang, jusques à un autre cap qui paroissoit, y a environ
quatorze lieues, & la terre est fait en façon d'un demi cercle tout
environné de sablon comme une fosse sur laquelle l'on void des marais &
étangs aussi loin que se peut étendre l'oeil. Et avant qu'arriver au
premier cap l'on trouve deux petites iles assez pres de terre. A cinq
lieuës du second cap y a une ile vers Surouest, qui est tres-haute &
pointue, laquelle fut nommée _Alezay_, le premier _Cap_ fur appellé _de
sainct Pierre_, par ce que nous y arrivames au jour & téte dudit Saint.

Depuis _l'ile de Brion_ jusques en ce lieu y a bon fond de sablon, &
ayans sondé egalement vers Surouest jusques à en approcher de cinq
lieuës de terre nous trouvames vint-cinq brasses; & une lieuë prés douze
brasses, & prés du bord sur plus que moins, & bon fond. Mais par ce que
nous voulions avoir plus grande conoissance de ces fonds pierreux pleins
de roches, mimes les voiles bas & de travers. Et le lendemain penultiéme
du mois le vent vint du Su & quart de Sur-ouest, allames vers Ouest
jusques au Mardy matin dernier jour du mois, sans conoitre, du moins
découvrir aucune terre, excepté que vers le soir, nous apperceumes une
terre qui sembloit faire deux iles qui demeuroit derriere nous vers
Ouest & Sur-ouest à environ neuf ou dix lieuës. Et ce jour allames vers
Ouest jusques au lendemain lever du Soleil quelques quarante lieuës. Et
faisant ce chemin conumes que cette terre qui nous étoit apparue comme
deux iles étoit terre ferme située au Sur-ouest & Nort-Nort-ouest
jusques à un tres-beau Cap de terre nommé le _Cap d'Orleans_. Toute
cette terre est basse & plate, & la plus belle qu'il est possible de
voir pleine de beaux arbres & prairies, il est vray qu'elle est
entierement pleine de bancs & sables. Nous descendimes en plusieurs
lieux avec noz barques, & entr'autres nous entrames dans un beau fleuve
de peu de fond, & pource fut appellé le _Fleuve des Barques_: d'autant
que nous vimes quelques barques d'hommes Sauvages qui traversoient le
fleuve, & n'eumes autre conoissance de ces Sauvages, parce que le vent
venoit de mer & chargeoit la côte, si bien qu'il nous fallut retirer
vers noz navires. Nous allames vers Nord-est jusques au lever du Soleil
du lendemain premier de Juillet, auquel temps s'éleva un brouillas &
tempéte, à-cause dequoy nous abbaissames les voiles jusques à environ
deux heures avant midi, que le temps se fit clair, & que nous
apperceumes le Cap d'Orleans, avec un autre qui en étoit éloigné de sept
lieuës vers le Nort un quart de Nordest, qui fut appellé _Cap des
Sauvages_: du côté du Nordest de ce Cap à environ demi-lieuë, y a un
banc de pierre tres-perilleux. Pendant que nous étions prés de ce cap,
nous apperceumes un homme qui couroit derriere noz barques qui alloit le
long de la côte, & nous faisoit plusieurs signes que devions retourner
vers ce Cap. Nous voyant sels signes commençames à tirer vers lui, mais
nous voyant venir se mit à fuir. Etans descendus en terre mimes devant
lui un couteau, & une ceinture de laine sur un baton, ce fait nous
retournames à noz navires. Ce jour nous allames tournoyans cette terre,
neuf ou dix lieues cuidans trouver quelque bon port, ce qui ne fut
possible, d'autant que comme j'ay dé-ja dit toute cette terre est basse
& est un païs environné de bancs & sablons. Neantmoins nous descendimes
ce jour en quatre lieux pour voir les arbres qui y étoient tres-beaux, &
de grande odeur, & trouvames que c'étoient Cedres, Yfs, Pins, Ormeaux,
Frenes, Saulx, & plusieurs autres à nous inconus, tous neantmoins sans
fruit. Les terres où n'y a point de bois sont tres-belles & toutes
pleines de pois, de raisin blanc & rouge ayant la fleur blanche dessus,
de frezes, meures, froment sauvage comme segle qui semble y avoir été
semé, & labouré, & cette terre est de meilleure temperature qu'aucune
qui se puisse voir & de grande chaleur, l'on y voit une infinité de
Grives, Ramiers, & autres oiseaux, en somme il n'y a faute d'autre chose
que de bons ports.



_Les navigations & découvertes du mois de Juillet._

CHAP. IV

LE lendemain second de Juillet nous découvrimes & apperceumes la terre
du côté du Nort à notre opposite, laquelle se joignoit avec celle ci
devant dite. Aprés que nous l'eumes circuit tout autour, trouvames
qu'elle contenoit en rondeur de profond & & autant de diametre. Nous
l'appellames _Le Golfe sainct Lunaire_, & allames au Cap avec noz
barques vers le Nort, & trouvames le païs si bas, que par l'espace d'une
lieue il n'y avoit qu'une brasse d'eau. Du côté vers Nordest du cap
susdit environ sept ou huit lieues y avoit un autre cap de terre, au
milieu déquels est un Golfe en forme de triangle qui a tres-grand fond
de tant que pouvions étendre la veuë d'icelui: il estoit vers Nordest.
Ce Golfe est environné de sablons & lieux bas par dix lieuës, & n'y a
plus de deux brasses de fond. Depuis ce cap jusques à la rive de l'autre
cap de terre y a quinze lieuës. Etans au travers de ces caps,
découvrimes une autre terre & cap qui restoit au Nort un quart de
Nordest pour tant que nous pouvions voir. Toute la nuit le temps fut
fort mauvais, & venteux, si bien qu'il nous fut besoin mettre la Cappe
de la voile jusques au lendemain matin troisiéme de Juillet que le vent
vint d'Ouest, & fumes portez vers le Nort pour conoitre cette terre qui
nous restoit du côté du Nort & Nordest sur les terres basses, entre
léquelles basses & hautes terres étoit un golfe & ouverture de
cinquante-cinq brasses de font en quelques lieux, & large environ quinze
lieuës. Pour la grande profondité & largeur & changement des terres
eumes esperance de pouvoir trouver passage comme le passage des
Chateaux. Ce golfe regarde vers l'Est-Nordest, Ouest, Surouest. Le
terroir qui est du côté du Su de ce golfe est aussi bon & beau à
cultiver & plein de belles campagnes & prairies que nous ayons veu, tout
plat comme seroit un lac, & celuy qui est vers Nort est un païs haut
avec montagnes hautes pleines de forests, & de bois tres-hauts & gros de
diverses sortes. Entre autres y a de tres-beaux Cedres, & Sapins autant
qu'il est possible de voir, & bons à faire mats de navires de plus de
trois cens tonneaux, & ne vimes aucun lieu qui ne fût plein de ces bois,
excepté en deux places que le païs étoit bas, plein de prairies, avec
deux tres-beaux lacs. Le mitan de ce golfe est au quarante-huitiéme
degré & demi de latitude.

Le Cap de cette terre du Su fut appellée _Cap d'Esperance_, pour
l'esperance que nous avions d'y trouver passage. Le quatriéme jour de
Juillet allames le long de cette terre du côté du Nort pour trouver
port, & entrames en un petit port & lieu tout ouvert vers le Su, où n'y
a aucun abry pour ce vent, & trouvames bon d'apppeller le lieu _Sainct
Martin_, & demeurames là depuis le quatriéme de Juillet jusques au
douziéme. Et pendant le temps que nous étions en ce lieu, allames le
Lundi sixiéme de ce mois apres avoir ouy la Messe avec une de noz
barques pour découvrir un cap & pointe de terre, qui en est éloigné sept
ou huit lieues du côté d'ouest, pour voir de quel côté se tournoit cette
terre, & étans à demi-lieue de la pointe apperceumes deux bandes de
barques d'hommes Sauvages qui passoient d'une terre à l'autre, & étoient
plus de quarante ou cinquante barques, déquelles une partie approcha de
cette pointe, & sauta en terre un grand nombre de ces gens faisans grand
bruit, & nous faisoient signe qu'allassions à terre, montrans des peaux
sur quelques bois, mais d'autant que n'avions qu'une seule barque nous
n'y voulumes aller, & navigames vers l'autre bande qui étoit en mer. Eux
nous voyans fuir, ordonnerent deux de leurs barques les plus grandes
pour nous suivre, avec léquelles se joignirent ensemble cinq autres de
celles qui venoient du côté de mer, & tous s'approcherent de nôtre
barque sautans & faisans signes d'allegresse & de vouloir amitié, disans
en leur langue, _Napeu ton damen assur tah_, & autres paroles que nous
n'entendions. Mais parce que, comme nous avons dit, nous n'avions qu'une
seule barque, nous ne voulumes nous fier en leurs signes, & leur
donnames à entendre qu'ilz se retirassent, ce qu'ilz ne voulurent faire,
ains venoient avec si grande furie vers nous, qu'aussitot ils
environnent nôtre barque avec les sept qu'ils avoient. Et parce que pour
signes que nous fissions ils ne se vouloient retirer, lachames deux
passe-volans sur eux, dont espouvantez retournerent vers la susdite
pointe faisans tres-grand bruit, & demeurez là quelque peu, commencerent
derechef à venir vers nous comme devant, en sorte qu'étans approchez de
la barque, decochames deux de nos darts au milieu d'eux, ce qui les
épouvanta tellement, qu'ilz commencerent à fuir en grand-hate, & n'y
voulurent onc plus revenir.

Le lendemain partie de ces Sauvages vindrent avec neuf de leurs barques
à la pointe & entrée du lieu d'où noz navires étoient partis. Et étans
avertis de leur venuë, allames avec noz barques à la pointe où ils
étoient, mais si tôt qu'ils nous virent ilz se mirent en fuite, faisans
signe qu'ils étoient venuz pour trafiquer avec nous, montrans des peaux
de peu de valeur, dont ils se vétent. Semblablement nous leur faisons
signe que ne leur voulions point de mal; & en signe de ce, deux des
nôtres descendirent en terre pour aller vers eux, & leur porter couteaux
& autres ferremens avec un chappeau rouge pour donner à leur Capitaine.
Quoy voyans descendirent aussi à terre portans de ces peaux, &
commencerent à traffiquer avec nous, montrans une grande & merveilleuse
allegresse d'avoir de ces ferremens & autres choses, dansans tousjours &
faisans plusieurs ceremonies, & entre autres ilz se jettoient de l'eau
de mer sur leur téte avec les mains: Si bien qu'ilz nous donnerent tout
ce qu'ils avoient, ne retenans rien; de sorte qu'il leur fallut s'en
retourner tout nuds, & nous firent signe qu'ilz retourneroient le
lendemain & qu'ils apporteroient d'autres peaux.

Le Jeudi huictiéme du mois par ce que le vent n'étoit bon pour sortir
hors avec noz navires, appareillames noz barques pour aller découvrir ce
golfe, & courumes en ce jour vint-cinq lieuës dans icelui. Le lendemain
ayans bon temps navigames jusques à midy, auquel temps nous eumes
conoissance d'une grande partie de ce golfe, & comme sur les terres
basses il y avoit d'autres terres avec hautes montagnes. Mais voyans
qu'il n'y avoit point de passage commençames à retourner faisans notre
chemin le long de cette côte, & navigans vimes des Sauvages qui étoient
sur le bord d'un lac qui est sur les terres basses, léquelz Sauvages
faisoient plusieurs feuz. Nous allames là & trouvames qu'il y avoit un
canal de mer qui entroit en ce lac, & mimes noz barques en l'un des
bords de ce canal. Les Sauvages s'approcherent de nous avec une de leurs
barques & nous apporterent des pieces de Loups-marins cuites, léquelles
ilz mirent sur des boisés, & puis se retirerent nous donnans à entendre
qu'ilz nous les donnoient. Nous envoyames des hommes en terre avec des
mitaines, couteaux, chapelets, & autres marchandises, déquelles choses
ilz se rejouirent infiniment, & aussi tôt vindrent tout à coup au rivage
où nous étions avec leurs barques aportans peaux & autres choses qu'ils
avoient pour avoir noz marchandises, & étoient plus de trois cens tant
hommes que femmes & enfans. Et voions une partie des femmes qui ne
passerent, léquelles étoient jusques aux genoux dans la mer, sautans &
chantans. Les autres qui avoient passé là où nous étions venoient
privément à nous frottans leurs bras avec leurs mains & apres les
haussoient vers le ciel sautans & rendans plusieurs signes de
rejouissance, & tellement s'asseurerent avec nous qu'en fin ilz
trafiquoient de main à main de tout ce qu'ils avoient, en sorte qu'il ne
leur resta autre chose que le corps tout nud, par ce qu'ilz donnerent
tout ce qu'ils avoient qui étoit chose de peu de valeur. Nous conumes
que cette gent se pourroit aisément convertir à notre Foy. Ilz vont de
lieu en autre, vivans de la péche. Luer païs est plus chaud que n'est
l'Hespagne, & le plus beau qu'il est possible de voir, tout égal & uni,
& n'y a lieu si petit où n'y ait des arbres, combien que ce soient
sablons, & où il n'y ait du froment sauvage, qui a l'epic comme le
segle, & le grain comme de l'avoine, & des pois aussi épais comme s'ils
y avoient eté semez & cultivez, du raisin blanc & rouge avec la fleur
blanche dessus, des fraises meures, roses rouges & blanches, & autres
fleurs de plaisante, douce & aggreable odeur. Aussi il y a là beaucoup
de belles prairies, & bonnes herbes & lacs où il y a grande abondance de
Saumons. Ils appellent une mitaine en leur langue _Cochi_, & un couteau
_Bacon_. Nous appellames ce Golfe, _Golfe de la chaleur_.

Etans certains qu'il n'y avoit aucun passage par ce golfe, fimes voile,
& partimes de ce lieu de saint Martin le Dimanche douziéme de Juillet
pour découvrir outre ce golfe, & allames vers Est le long de cette côte
environ dix-huit lieuës jusques au _Cap de Pré_ où nous trouvames le
flot tres-grand & fort peu de fond, la mer courroucée & tempétueuse, &
pour ce il nous fallut retirer à terre entre le Cap susdit & une ile
vers Est à environ une lieuë de ce Cap, & là nous mouillames l'ancre
pour icelle nuit. Le lendemain matin fimes voile en intention de circuit
cette côte, laquelle est située vers le Nord & Nord-est, mais un vent
survint si contraire & impetueux qu'il nous fut necessaire retourner au
lieu d'où nous étions partis, & là demeurames tout ce jour jusques au
lendemain que nous fimes voile, & vimmes au milieu d'un fleuve éloigné
cinq ou six lieuës du _Cap du Pré_, & étans au travers du fleuve eumes
de rechef le vent contraire avec un grand brouillas & obscurité,
tellement qu'il nous fallut entrer en ce fleuve le Mardy quatorziesme du
mois, & nous y entrames à l'entrée jusques au seiziéme attendans le bon
temps pour pouvoir sortir. Mais en ce seiziéme jour qui étoit le Jeudy,
le vent creut en telle sorte qu'un de noz navires perdit une ancre, &
pouce fut besoin passer plus outre en ce fleuve quelques sept ou huit
lieuës pour gaigner un bon port où il y eût bon fond, lequel nous avions
eté découvrir avec noz barques, & pour le mauvais temps, tempéte &
obscurité qu'il fit demeurames en ce port jusques au vint-cinquiéme sans
pouvoir sortir. Ce-pendant nous vimes une grande multitude d'hommes
Sauvages qui péchoient des tombes, déquels il y a grande quantité, ils
étoient environ quelques quarante barques, & tant en hommes, femmes,
qu'enfans, plus de deux cens, léquels aprés qu'ils eurent quelque peu
conversé en terre avec nous, venoient privément au bord de noz navires
avec leurs barques. Nous leur donnions des couteaux, chappelets de
verre, peignes, & autres choses de peu de valeur dont ilz se
rejouissoient infiniment levant les mains au ciel, chantans & dansans
dans leurs barques. Ceux-ci peuvent étre vrayement appellez Sauvages;
d'autant qu'il ne se peut trouver gens plus pauvres au monde, & croy que
tous ensemble n'eussent peu avoir la valeur de cinq sols excepté leurs
barques et rets. Ilz n'ont qu'une petite peau pour tout vétement, avec
laquelle ilz couvrent les Parties honteuses du corps, avec quelques
autres vieille peaux dont ils se vétent à la mode des Ægyptiens. Ilz
n'ont ni la nature, ni le langage des premiers que nous avions trouvez.
Ils portent la téte entierement raze hors-mis un floquet de cheveux au
plus haut de la téte, lequel ilz laissent croitre long comme une queuë
de cheval qu'ilz lient sur la téte avec des éguillettes de cuir. Ils
n'ont autre demeure que dessouz ces barques, léquelles ilz renversent, &
s'étendent sous icelles sur la terre sans aucune couverture. Ils mangent
la chair préque creuë & la chauffent seulement de moins du monde sur les
charbons, le méme est du poisson. Nous allames le jour de la Magedlaine
avec noz barques au lieu où ils étoient sur le bord du fleuve, &
descendimes librement au milieu d'eux, dont ilz se rejouirent beaucoup,
& tous les hommes se mirent à chanter & danser en deux ou trois bandes &
faisans grans signes de joye pour nôtre venuë. Ilz avoient fait fuir les
jeunes femmes dans les bois hors-mis deux ou trois qui étoient restées
avec eux, à chacune déquelles donnames un peigne, & clochette d'estain,
dont elles se rejouirent beaucoup, remercians le Capitaine & lui
frottans les bras & la poictrine avec leurs propres mains. Les hommes
voyans que nous Avions fait quelques presens à celles qui étoient
restées, firent venir celles qui s'étoient refugiés au bois, afin
qu'elles eussent quelque chose comme les autres; elles étoient environ
vint femmes léquelles toute en monceau se mirent sur ce Capitaine, le
touchans & frottans avec les mains selon leur coutume de caresser, &
donna à chacune d'icelles une clochette d'étain de peu de valeur, &
incontinent commencerent à danser ensemble disans plusieurs chansons.
Nous trouvames là grande quantité de Tombes qu'ils avoient prises sur le
rivage avec certains rets faits exprez pour pécher, d'un fil de chanve
qui croit en ce païs où ils font leur demeure ordinaire, pour ce qu'ils
ne se mettent en mer qu'au temps qui est bon pour pécher, comme j'ay
entendu. Semblablement croit aussi en ce païs du mil gros comme pois,
pareil à celui qui croit au Bresil dont ilz mangent au lieu de pain, &
en avoient abondance, & l'appellent en leur langue _Kapaige_; Ils ont
aussi des prunes qu'ilz sechent comme nous faisons pour l'hiver, & les
appellent _Honésta_, méme ont des figues, noix, pommes, & autres fruits,
& des féves qu'ilz nomment _Sahu_, Les nois, _Cahéhya_, Les figues, _*_,
Les pommes, _*_, si on leur montroit quelque chose qu'ilz n'ont point &
ne pouvoient sçavoir que c'étoit, branlans la téte, ilz disoient _Nohda_
qui est à dire qu'ilz n'en ont point & ne sçavent que c'est. Ilz nous
montroient par signes le moyen d'accoutrer les choses qu'ils ont, &
comme elles ont coutume de croitre. Ils ne mangent aucune chose qui soit
salée, & sont grands larrons, & dérobent tout ce qu'ilz peuvent.

[Illustration: Neptune]



_S'ensuivent les navigations & découvertes du mois d'Aoust, & le retour
en France._

CHAP. V

LE premier jour d'Aoust nous fimes faire une croix haute de trente piés,
& fut faite en la presence de plusieurs d'iceux sur la pointe de
l'entrée de ce port, au milieu de laquelle mimes un ecusson relevé avec
trois fleurs-de-Lis, & dessus étoit écrit en grosses lettres entaillées
en du bois, VIVE LE ROY DE FRANCE. En apres la plantames en leur
presence sur ladite pointe, & la regardoient fort, tant lors qu'on la
faisoit que quand on la plantoit. Et l'ayans levée en haut, nous nous
agenouillions tous ayans les mains jointes, l'adorans à leur veuë, &
leur faisions signe, regardans & montrans le ciel, que d'icelle
dependoit nôtre redemption: de laquelle chose ilz s'émerveillerent
beaucoup se tournans entr'eux, puis regardans cette croix. Mais étans
retournez en noz navires, leur Capitaine vint avec une barque à nous,
vétu d'une vieille peau d'Ours noir, avec ses trois fils & un sien
frere, léquels ne s'approcherent si prés du bord comme ils avoient
accoutumé, & y fit une longue harangue montrans cette croix, & faisans
le signe d'icelle avec ceux doits. Puis il montroit toute la terre des
environs, comme s'il eût voulu dire qu'elle étoit toute à lui, & que n'y
devions planter cette croix sans son congé. Sa harangue finie nous lui
montrames une mitaine feignans de lui vouloir donner en échange de sa
peau, à quoy il prit garde, & ainsi peu à peu s'accosta du bord de noz
navires: mais un de noz compagnons qui étoit dans le bateau mit la main
sur sa barque & à l'instant sauta dedans avec deux ou trois, & le
contraignirent aussi-tôt d'entrer en nos navires, dont ilz furent tout
étonnez. Mais le Capitaine les asseura qu'ils n'auroient aucun mal, leur
montrant grand signe d'amitié, les faisant boire & manger avec accueil.
En aprés leur donna on à entendre par signes, que cette croix étoit là
plantée, pour donner quelque marque & conoissance pour pouvoir entrer en
ce port, & que nous y voulions retourner en bref, & qu'apporterions des
ferremens & autres choses, & que desirions mener avec nous deux de ses
fils & qu'en apres nous retournerions en ce port. Et ainsi nous fimes
vétir à ses fils à chacun une chemise, un sayon de couleur, & une toque
rouge, leur mettant aussi à chacun une chaine de laiton au col dont ils
se contenterent fort, & donnerent Leurs vieux habits à ceux qui s'en
retournoient. Puis fimes present d'une mitaine à chacun des trois que
nous renvoyames & de quelques couteaux; ce qui leur apporta grande joye:
Iceux étans retournez à terre, & ayans raconté les nouvelles aux autres
environ sur le midi vindrent à noz navires six de leurs Barques ayans à
chacune cinq ou six hommes qui venoient dire Adieu à ceux que nous
avions retenus, & leur apporterent du poisson & leur tenoit plusieurs
paroles que nous n'entendions point, faisans signe qu'ilz n'oteroient
point cette croix.

Le lendemain se leva un bon vent & nous mimes hors du port. Etans hors
du fleuve susdit tirames vers Est-Nordest, d'autant que pres de
l'emboucheure de ce fleuve, la terre fait un circuit, & fait un Golfe en
forme d'un demi-cercle, en sorte que de noz navires nous voyons toute la
côte, derriere laquelle nous cheminames, & nous mimes à chercher la
terre située vers Ouest & Norouest, & y avoit un autre pareil golfe
distant vint lieuës dudit fleuve.

Nous allames donc le long de cette terre qui est comme nous avons dit,
située au Suest & Norouest, & deux jours apres nous vimes un autre Cap
où la terre commence à se tourner vers l'Est, & allames le long d'icelle
quelque seize lieuës, & de là cette terre commence à tourner vers le
Nort, & à trois lieuës de ce cap y a fond de vint-quatre brasses de
plomb. Ces terres sont plates & les plus découvertes de bois que nus
ayons encores peu voir. Il y a de belles prairies, & campagnes
tres-vertes. Ce _Cap_ fut nommé _de sainct Louis_, pour ce qu'en ce jour
l'on celebroit sa féte, & est au quarante-neufiéme degré & demi de
latitude & de longitude. Ce jour au matin, nous étions vers l'Est de ce
cap & allames vers Norouest pour approcher de cette terre, étant préque
nuit & trouvames qu'elle regardoit le Nort & le Su. Depuis ce Cap de
saint Louys jusques à un autre nommé _le Cap de Montmorenci_ y a
quelques quinze lieuës, la terre commence à tourner vers Norouest. Nous
voulumes sonder le font à trois lieuës prés de ce cap: mais nous ne le
pumes trouver avec cent cinquante brasses, & pour ce allames le long de
cette terre environ dix lieuës jusques à la latitude de cinquante
degrez.

Le Samedy ensuivant au lever du Soleil conumes & vimes d'autres terres
qui nous restoient du côté du Nort & Nordest, léquelles étoient
tres-hautes & coupées, & sembloient estre montagnes, entre léquelles y
avoit d'autres terres basses ayans bois & rivieres. Nous passames autour
de ces terres tant d'un côté que d'autre tirans vers Noroest, pour voir
s'il y avoit quelque golfe ou bien quelque passage. D'une terre à
l'autre il y a environ quinze lieuës, & le mitan est au cinquante & un
tiers degré de latitude, & nous fut tres-difficile de pouvoir faire plus
de cinq lieuës à cause de la marée qui nous étoit contraire & des grands
vens qui y sont ordinairement. Nous ne passames outre les cinq lieuës
d'où l'on voyoit aisément la terre de part en part, laquelle commence là
à s'elargir. Mais d'autant que nous ne faisions autre chose qu'aller &
venir selon le vent, nous tirames pour cette raison vers la terre pour
tâcher de gaigner un Cap vers le Su, qui étoit le plus loin & le plus
avancé en mer que nous peussions découvrir, & étoit distant de nous
environ quinze lieuës: Mais étans proches de là trouvames que c'étoient
rochers, pierres & écueils, ce que nous n'avions encores point trouvé
aux lieux où nous avions été auparavant vers le Su depuis le Cap sainct
Jean, & pour lors étoit la marée qui nous portoit contre le vent vers
l'Ouest. De maniere que navigans le long de cette côte une de noz
barques heurta contre un écueil, 7 ne laissa passer outre, mais il nous
fallut tous sortir hors pour la mettre à la marée.

Ayans navigé le long de cette côte environ Deux heures, la marée survint
avec telle impetuosité qu'il nous ne nous fut jamais possible de passer
avec treize avirons outre la longueur d'un jet de pierre. Si bien qu'il
nous fallut quitter les Barques & y laisser partie de noz gens pour la
garde, & marcher par terre quelque dix ou douze hommes jusques à ce Cap,
où nous trouvames que cette terre commence là à s'abbaisser vers
Surouest. Ce qu'ayans veu & étans retournés à nos barques, revimmes à
nos navires qui étoient ja à la voile qui pensoient toujours pouvoir
passer outre: mais ils étoient avallez à-cause du vent de plus de quatre
lieuës du lieu où nous les avions laissez, où étans arrivez fimes
assembler tous les Capitaines, mariniers, maitres & compagnons pour
avoir l'avis & conseil de ce qui étoit le plus expedient à faire. Mais
apres qu'un chacun eut parlé, l'on considera que les grands vents d'Est
commençoient à regner & devenir violens, & que le flot étoit si grand
que nous ne faisions plus que ravaller, & qu'il n'étoit possible pour
lors de gaigner aucune chose: mémes que les tempétes commençoient à
s'élever en cette saison en la Terre-neuve, que nous étions de lointain
païs, & ne sçavions les hazars & dangers du retour, & pource qu'il étoit
temps de se retirer, ou bien s'arréter là pour tout le reste de l'année.
Outre cela nous discourions en cette sorte, que si un changement de vent
de Nort nous surprenoit il ne seroit possible de partir. Léquels avis
ouïs & bien considerez nous firent entrer en deliberation certaine de
nous en retourner. Et pource que le jour de la féte de sainct Pierre
nous entrames en ce détroit, nous l'appellames à cette occasion _Détroit
de sainct Pierre_ où ayans jetté la sonde en plusieurs lieux, trouvames
en aucuns cent cinquante brasses, autres cent, & pres de terre soixante
avec bon fond. Depuis ce jour jusques au Mercredy nous eumes vent à
souhait & circuimes ladite terre du côté du Nort, Est-Suest, Ouest, &
Norouest: car telle est son assiete, horsmis la longueur d'un cap de
terres basses qui est plus tourné vers Suest, eloigné à environ
vint-cinq lieuës dudit détroit. En ce lieu nous vimes de la fumée qui
étoit faite par les gens de ce païs au dessus de ce Cap, mais pource que
le vent ne cingloit vers la côte nous ne les accostames point, & eux
voyans que nous n'approchions d'eux, douze de leurs hommes vindrent à
nous avec deux barques, léquels s'accosterent aussi librement de nous
comme si ce fussent eté François, & nous donnerent à entendre qu'ilz
venoient du grand Golfe, & que leur Capitaine étoit un nommé Tiennot,
lequel étoit sur ce Cap, faisant signe qu'ilz se retiroient en leur
païs, d'où nous étions partis, & étoient chargez de poisson. Nous
appelames ce Cap _Cap de Tiennot_. Passé ce Cap toute la terre est posée
vers l'Est-Suest, Ouest, Norouest, & toutes ces terres sont basses,
belles & environnées de sablons, prés de mer, & y a plusieurs marais &
bancs par l'espace de vint lieuës, & aprés la terre commence à se
tourner d'Ouest à l'Est, & Nordest, & est entierement environnée d'iles
eloignées de terre deux ou trois lieuës. Et ainsi comme il nous semble y
a plusieurs bancs perilleux plus de quatre ou cinq lieuës loin de la
terre.

Depuis le Mercredi susdit jusques au Samedi nous eumes un grand vent de
Surouest qui nous fit tirer vers l'Est-Nordest, & arrivames ce jour là à
la terre d'Est en la Terre-neuve entre les Cabannes & le Cap-double. Ici
commença le vent d'Est avec tempéte & grande impetuosité; & pource nous
tournames le Cap au Noroest & au Nort, pour aller voir le côté du Nort,
qui est comme nous avons dit, entierement environné d'Iles, & étans prés
d'icelles le vent se changea & vint du Su, lequel nous conduit dans le
golfe, si bien que par la grace de Dieu nous entrames le lendemain qui
étoit le neufiéme d'Aoust dans Blanc-sablon, & voila tout ce que nous
avons découvert.

En apres le quinziéme Aoust jour de l'Assumption de nôtre Dame nous
partimes de Blanc-sablon apres avoir ouï la Messe, & vimmes heureusement
jusques au mitan de la mer qui est entre la Terre-neuve & la Bretaigne,
auquel lieu nous courumes grande fortune pour les vens d'est, laquelle
nous supportames par l'aide de Dieu, & du depuis eumes fort bon temps,
en sorte que le cinquiéme jour de Septembre de l'année susdite nous
arrivames au port de sainct Malo d'où nous étions partis.



_Que la conoissance des voyages du Capitaine Jacques Quartier est
necessaire principalement aux Terre-neuviers qui vont à la pécherie:
Quelle route il a pris en cette seconde navigation: Voyage de Champlein
jusques è l'entrée de la grande riviere de_ Canada: _Epitre presentée au
Roy par ledit Jacques Quartier sur la relation de son deuxiéme voyage._

CHAP. VI

PLUSIEURS sedentaires, & autres gens qui ont leur vie arretée és villes,
trouveront paravanture cette curiosité superflue de mettre ici tant
d'iles, passages, ports, bancs & autres particularitez, comme si en la
côte d'une terre git Est-Nordest, & Ouest-Surouest, ou autrement. Ce que
j'avois promis d'abbreger au commencement du premier livre de cette
histoire. Mais ayant depuis consideré que ce seroit frustrer les
mariniers & Terre-neuviers de ce qui leurs plus necessaire, le voyage
des Terres-neuves étant en la relation precedente & en celle-ci si bien
décrit & par un grand Pilote, qu'ilz ne sçauroient faillir de se bien
conduire souz cette guide: j'ay pensé qu'il valoit mieux en cet endroit
changer d'avis' & renouveler entierement la memoire de ce personnage,
duquel aussi j'ay voulu mettre l'Epitre liminaire qu'il addresse au Roy
en téte de sadite Relation, laquelle je croy n'avoit point encore eté
mise au jour, puis qu'elle est écrite à la main au livre d'où je l'ay
prise, comme aussi tout le discours de cette seconde navigation, lequel
a eté extrait par le sieur de Belleforet, mais non entierement, ni avec
la grace & naïveté que je trouve au propre écrit de l'autheur: & s'est
quelque fois equivoqué en voulant apporter son jugement sur des choses
particulieres ici recitées, léquelles nous remarquerons comme il viendra
à propos. Et d'autant que le voyage de Samuel Champlein fait depuis six
ans est une méme chose avec cetui-ci, je les conjoindray ensemble tant
qu'il me sera possible, pour ne remplir inutilement le papier des vaines
repetitions. Et neantmoins le lecteur sera averti qu'au temps du
Capitaine Jacques Quartier les Terres-neuves n'étans pas si bien
découvertes comme elles sont aujourd'hui, il print sa route plus au Nort
que ne font à present les Terre-neuviers, pour entrer au golfe de
Canada, qui est comme l'entree de la grande riviere, ne sçachant pas au
vray qu'il y eût passage par le Cap-Breton, comme nous avons veu au
troisiéme chapitre de ce livre, là où il dit que _s'il y avoit passage
entre la Terre-neuve & celle de Brion ce seroit pour racourcir & le
temps & le chemin._ Ainsi en ce second voyage il prit sa route droit au
passage qui est entre la Terre-neuve & la terre ferme du Nort par les
cinquante un degrez. Vray est qu'au retour je trouve qu'il passa entre
dédites Terres-neuves & Brion, qui est aujourd'hui le passage plus
ordinaire de noz mariniers, d'autant que prenant cette route en
l'elevation de quarante-quatre, quarante-cinq & quarante-six degrez, ilz
ne rencontrent point tant de grands bancs de glaces (où quelquefois les
navires s'ahurtent à leur ruine) comme font ceux qui tirent plus au
Nort. C'est pourquoy ledit Champlein en la description de son voyage,
dit qu'apres une tourmente de dix-sept jours, durant laquelle ils eurent
plus de dechet que d'avancement, ilz rencontrerent des bancs de glaces
de huit lieuës de long, & autres moindres, haut élevez, ce qui les fit
aller plus au Su chercher passage hors ces glaces par les
quarante-quatre degrez, & en fin découvrirent le _Cap saincte Marie_ en
la Terre-neuve, puis trois jours apres eurent conoissance des _Iles
sainct Pierre_: & derechef apres autres trois jours vindrent au Cap de
Raye (où il y avoit encor des bancs de glace de six ou huit lieuës de
long) & de là aux iles saint Paul & Cap saint Laurent, lequel il dit
étre en la terre ferme du Su, & toutefois tout le trait de terre jusques
à la bay de _Campseau_ est une ile, d'autant qu'au fonds de ladite baye
il y a un passage (que Jacques Quartier n'a point conu, ni beaucoup
d'autres apres lui) par où l'on va audit golfe de _Canada_. Deux jours
apres ilz découvrirent une ile de vint-cinq à trente lieuës de longueur,
qui est l'entrée de la grande riviere. Cette ile est appellée par les
Sauvages du païs _Anticosti_, qui est celle que Jacques Quartier a
nommée l'ile de l'Assumption, parce qu'il y arriva le quinziéme d'Aoust
jour de l'Assumption de nôtre Dame, comme nous verrons quand il nous
aura conduit jusques là, ce qui est à peu prés la borne du premier
voyage representé ci-dessus.

Voici donc l'inscription du recit qu'il presenta au Roy de sa seconde
navigation & découverte en la Terre-neuve & grande riviere de _Canada_,
autrement par lui dite _Hochelaga_ du nom du païs qui est au Nort vers
le saut de la dite riviere.

_Seconde navigation faite par le commandement & vouloir du tres-Chrétien
Roy François premier de ce nom au parachevement de la découverture des
terres Occidentales estantes souz le climat & paralleles des terres &
Royaume dudit Seigneur, & par lui precedentement ja commencées à faire
découvrir: icelle navigation par Jacques Quartier natif de sainct Malo
de l'ile en Bretagne, pilote dudit seigneur en l'an mil cinq cens trente
cinq._

AU ROY TRES-CHRETIEN.

Considerant, ô mon tres-redouté Prince, les grands biens & dons de grace
qu'il a pleu à Dieu le Createur faire à ses creatures, & entre les
autres de mettre & asseoir le Soleil, qui est la vie & conoissance de
toutes icelles, & sans lequel nul ne peut fructifier ni generer en lieu
& place là où il a son mouvement & declinaison contraire & non semblable
aux autres planetes, par léquels mouvement & declinaison toutes
creatures étantes sur la terre en quelque lieu & place qu'elles puissent
étre en ont ou en peuvent avoir en l'an dudit Soleil, qui est trois cens
soixante-cinq jours & six heures autant de veuë oculaire, les uns que
les autres par ses rais & reverberations, ni la division des jours &
nuits en pareille egalité, mais suffit qu'il est de telle sorte & tant
temperamment, que toute la terre est, ou peut estre habitée ne quelque
zone, climat ou parallele que ce soit; & icelle avec les eauës, arbres,
herbes & toutes autres creatures de quelque genre ou espece qu'elles
soient, par l'influence d'icelui Soleil donner fruits & generations
selon leurs natures pour la vie & nourriture des creatures humaines. Et
si aucuns vouloient dire le contraire de ce que dessus en allegant le
dit des sages Philosophes du temps passé, qui ont écrit & fait division
de la terre par cinq zones, dont ils ont dit & affermé trois
inhabitable; c'est à sçavoir la zone Torride, qui est entre les deux
Tropiques, ou solstices, pour la grande chaleur & reverberation du
Soleil, qui passe par le zenit de ladite zone; & les deux zones Arctique
& Antarctique, pour la grande froideur qui est en icelles, à-cause du
peu d'elevation qu'elles ont dudit Soleil, & autres raisons, je confesse
qu'ils ont écrit à la maniere, & croy fermement qu'ilz pensoient ainsi,
& qu'ilz le trouvoient par aucunes raisons naturelles là où ilz
prenoient leur fondement, & d'icelles se contentoient seulement, sans
aventurer, ni mettre leurs personnes aux dangers équels ils eussent peu
enchoir à chercher l'experience de leur dire. Mais je diray pour ma
replique que le Prince d'iceux Philosophes a laissé parmi ses écritures
un bref mot de grande consequence, qui dit que _Experientia est rereum
magistra_: par l'enseignement duquel j'ay osé entreprendre d'addresser à
la veuë de vôtre Majesté Royale cetui propos, & maniere de prologue de
ce mine petit labeur. Car suivant vôtre Royal commandement les simples
mariniers de present non ayans eu tant de crainte d'eux mettre en
l'aventure d'iceux perils & dangers qu'ils ont eu, & ont de vous faire
tres-humble service à l'augmentation de la tres-saincte Foy Chrétienne,
ont conu le contraire de cette opinion dédits Philosophes par vray
experience. J'ay allegué ce que devant, pource que je regarde que le
Soleil qui chacun jour se leve à l'Orient & se reconse à l'Occident
faisant le tour & circuit de la terre, donnant lumiere & chaleur à tout
le monde en vint-quatre heures, qui est un jour naturel. A l'exemple
dequoy je pense en mon simple entendement, & sans aucune raison y
alleguer, qu'il pleut à Dieu par sa divine bonté que toutes humaines
creatures étantes & habitantes sur le globe de la terre, ainsi qu'elles
ont veuë & conoissance d'icelui Soleil, ayent eu, & ayent pour le temps
avenir conoissance & creance de nôtre sainte Foy. Car premierement
icelle nôtre tres-sainte Foy a été semée & plantée en la Terre-saincte
qui est en l'Asie & l'Orient de nôtre Europe: & depuis par succession de
temps apportée & divulguée jusques à nous. Et finalement en l'Occident
de nôtre dite Europe à l'exemple dudit Soleil portant sa clarté &
chaleur d'Orien en Occident, comme dit est. Et maintenant le temps
semble se preparer, auquel nous la verrons portée de nôtre France
Orientale en l'Occidentale d'outre-mer. A l'effect dequoy a été faite la
presente navigation par vôtre Royal commandement és terres non
auparavant à nous conuës, par le recit de laquelle pourrez voir &
sçavoir la bonté & fertilité d'icelle, l'innumerable quantité des
peuples y habitans, la bonté & paisibleté d'iceux & pareillement la
fecondité du grand fleuve qui decourt & arrouse le parmi d'icelles voz
terres, qui est le plus grand sans comparaison, qu'on sçache jamais
avoir veu. Quelles choses donnent à ceux qui les ont veuës certaine
esperance de l'augmentation future de nôtre tres-saincte Foy, de voz
Seigneuries & nom tres-Chrétien, ainsi qu'il vous plaira voir par ce
present petit livre, auquel sont amplement contenuës toutes les choses
dignes de memoire qu'avons veuës, & qui nous sont avenuës tant en
faisant ladite navigation, qu'étans & faisans sejour en vosdits païs &
terres, les routes, dangers, & gisemens d'icelles terres. Dieu vueille
par sa grace vous inspirer, Sire, à embrasser serieusement cette sainte
entreprise, &c.

[Illustration]



_Preparation du Capitaine Jacques Quartier & des siens au voyage de la
Terre-neuve: Embarquement: Ile aux oyseaux: Découverte d'icelui jusque
au commencement de la grande riviere de_ Canada, _par lui dite_
Hochelaga: _Largeur & profondeur nompareille d'icelle: Son commencement
inconnu._

CHAP. VII

LE Dimanche jour & féte de Pentecôte seziéme de May audit an Mille cinq
cens trente-cinq, du commandement du Capitaine & bon vouloir de tous,
chacun se confessa, & receumes tous ensemblement nôtre Createur en
l'Eglise cathedrale dudit sainct Malo: apres lequel avoir receu, fumes
nous presenter au choeur de ladite Eglise devant reverend Pere en Dieu
Monsieur de sainct Malo, lequel en son état Episcopal nous donna sa
benediction.

Et le Mercredy ensuivant dix-neufiéme jour de May, le vent vint bon &
convenable, & appareillames avec lédits trois navires, sçavoir, _La
grande Hermine_ du port d'environ à cent ou six-vints tonneaux, où étoit
ledit Capitaine general, & pour Maitre Thomas Froment, Claude du
Pont-Briant filz du sieur de Mon-real, & Eschanson de Monseigneur le
Dauphin, Charles de la Pommeraye, & autres Gentils-hommes. Au second
navire nommé _La petite Hermine_ du port d'environ soixante tonneaux
étoit Capitaine sous ledit Quartier Macé Jalobert, & maitre Guillaume le
Marié. Et au tiers navire & plus petit nommé _l'Emerillon_ du port
d'environ quarante tonneaux, en étoit Capitaine Guillaume le Breton, &
maitre Jacques Mingard. Et navigames avec bon temps jusques au
vint-sixiéme dudit mois de May que le temps se trouva en ire &
tourmente, qui nous a duré en vens contraires & serraisons autant que
jamais navires qui passassent ladite mer eussent sans aucun amendement.
Tellement que le vint-cinquiéme jour de Juin par ledit mauvais temps &
serraison, nous entre-perdimes tous trois, sans que nous ayons eu
nouvelles les uns des autres jusques à la Terre-neuve, là où nous avions
limité nous trouver ensemble.

Et depuis nous étre entre-perdus avons été avec la nef generale par la
mer de tous vents contraires jusques au septiéme jour de Juillet que
nous arrivames à ladite Terre-neuve, & primmes terre à _l'Ile des
Oyseaux_, laquelle est à quatorze lieuës de la grande terre: & si
trespleine d'oiseaux, que tous les navires de France y pourroient
facilement charger sans qu'on s'apperceut qu'on en eut tiré; & là en
primmes deux barquées pour parties de noz victuailles. Icelle ile est en
l'elevation du pole en quarante-neuf degrez quarante minutes.

Et le huitiéme jour dudit mois nous appareillames de ladite Ile, & avec
bon temps vimmes au hable (l'Autheur écrit ainsi ce que nous disons
havre) de Blanc-sablon étant en la bay des Chateaux, le quinziéme jour
dudit mois, qui est le lieu où nous devions rendre: auquel lieu fumes
attendans nos compagnons jusques au vint-sixiéme jour dudit mois qu'ils
arriverent tous deux ensemble: & là nous accoutrames & primmes eaux,
bois, & autres choses necessaires & appareillames & fimes voiles pour
passer outre le 26 jour dudit mois à l'aube du jour & fimes porter le
long de la côte du Nort gisant Est-Nordest, & Ouest-Surouest jusques
environ les huit heures du soir que mimes les voiles bas le travers de
deux iles que nous nommames les iles sainct Guillaume, léquelles sont
environ vint lieuës outre le hable de Brest. Le tout de ladite côte
depuis les Chateaux jusques ici git Est-Nordest, & Ouest-Surouest,
rangée de plusieurs iles & terres toutes hachées & pierreuses, sans
aucunes terres, ni bois, fors en aucunes vallées.

Le lendemain, penultiéme jour dudit mois nous fimes courir à Ouest pour
avoir conoissance d'autres iles qui nous demouroient environ douze
lieuës & demie: entre léquelles iles se faict une couche vers le Nort,
toutes iles & grandes bayes apparoissantes y avoir plusieurs bons
hables. Nous les nommames les Iles saincte Marte, hors léquelles environ
une lieuë & demie à la mer y a une basse bien dangereuse, où il y a
quatre ou cinq téte qui demeurent le travers dédites bayes en la route
d'Est & Ouest dédites Iles sainct Guillaume, & autres iles qui demeurent
à Ouest-Surouest des iles saincte Marte environ sept lieuës: léquelles
iles nous vimmes querir ledit jour environ une heure apres midi. Et
depuis ledit jour jusques à l'orloge virante fimes courir environ quinze
lieuës jusques le travers du Cap d'iles basses que nous nommames Les
iles sainct Germain: Au Suest duquel Cap environ trois lieuës y a une
autre basse fort dangereuse: & pareillement entre lédits Cap sainct
Germain & saincte Marte y a un banc hors dédites iles environ deux
lieuës, sur lequel n'y a que quatre brasses: & pour le danger de ladite
côte mimmes les voiles bas, & ne fimes porter ladite nuit.

Le lendemain dernier jour de Juillet fimes courir le long de ladite
côte, qui git Est & Ouest quart de Suest, laquelle est toute rangée
d'iles & basses, & côte fort dangereuse: laquelle contient d'empuis
ledit Cap des iles sainct Germain jusques à la fin des iles environ
dix-sept lieuës & demie: & à la fin dédites iles y a une moult belle
terre basse pleine de grands arbres & hauts: & est icelle côte toute
rangée de sablons sans y avoir aucune apparoissance de hable jusques au
Cap de Tiennot, qui se rabbat au Nor-Ouest, qui est à environ sept
lieuës dédites iles: lequel Cap conoissions du voyage precedent: pource
fimes porter toute la nuit à Ouest-Norouest jusques au jour que le vent
vint contraire, & allames chercher un havre où mimes nos navires, qui
est un bon petit havre outre ledit Cap Tiennot environ sept lieuës &
demie, & est entre quatre iles sortantes à la mer, nous le nommames _Le
havre sainct Nicolas_, & sur la plus prochaine ile plantames une grande
Croix de bois pour merche (_il veut dire_, marque) il faut amener ladite
Croix au Nordest, puis l'aller querir & la laisser de tribort (_mot de
marine signifiant_, à droite) & trouverez de profond six brasses, posez
dedans ledit hable à quatre brasses: & se faut donner de garde de quatre
basses qui demeurent des deux côtez à demie lieue hors. Toute cette-dite
côte est fort dangereuse, & pleine de basses. Nonobstant qu'il semble y
avoir plusieurs hables, n'y a que basses & plateis. Nous fumes audit
hable d'empuis ledit jour jusques au Dimanche huictiéme d'Aoust, auquel
nous appareillames, & vimmes querir la terre de Su vers le Cap de
Rabast, qui est distant dudit hable environ vint lieues, gisant
Nort-nordest, & su-Surouest. Et le lendemain le vent vint contraire: &
pource que ne trouvames nuls hables à la dite terre du Su, fimes porter
vers le Nort outre le precedent hable d'environ dix lieuës, où trouvames
une fort belle & grande baye pleine d'iles & bonnes entrées & posage de
tous les temps qu'il pourroit faire, & pour conoissance d'icelle bay y a
une grande ile comme un cap de terre, qui s'avance dehors plus que les
autres, & sur la terre environ deux lieues y a une montagne faite comme
un tas de blé. Nous nommames ladite bay _La baye saint Laurent._

Le quatroziéme dudit mois nous partimes de ladite bay saint Laurent, &
fimes porter à Ouest, & vimmes querir un cap de terre devers le Su qui
gist environ l'Ouest un quart de Surouest dudit hable saint Laurent
environ vint-cinq lieues. Et par les deux Sauvages qu'avions prins le
premier voyage, nous fut dit que c'étoit de la terre devers le Su, & que
c'étoit une ile, & que parle Su d'icelle étoit le chemin à aller de
_Hongnedo_ où nous les avions prins le premier voyage, à _Canada_: &
qu'à deux journées de là dudit Cap & ile commençoit le _Saguenay_ à la
terre de vers le Nort allant vers ledit _Canada_. Le travers dudit Cap
environ trois lieuës y a de profond cent brasses & plus, & n'est memoire
de jamais avoir veu tant de Baillames que nous vimes celle journée le
travers dudit Cap.

Le lendemain jour nôtre Dame d'Aoust quinziéme dudit mois nous passames
le détroit: la nuit devant, & le lendemain eumes conoissance des terres
qui nous demeuroient vers le Su, qui est une terre à hautes montagnes à
merveilles, dont le cap susdit de ladite ile que nous avons nommée
_l'Ile de l'Assumption_, & un cap dédites hautes terres, gisent
Est-nordEst, & Ouest Surouest, & y a entre eux vint-cinq lieuës, &
voit-on les terres du Nort encore plus hautes que celle du Su à plus de
trente lieuës. Nous rangeames lédites terres du Su d'empuis ledit jour
jusques au Mardi midi que le vent vint Ouest, & mimes le cap au Nort
pour aller querir lédites hautes terres que voyions: & nous étans là
trouvames lédites terres unies & basses vers la mer & les montagnes de
devers le Nort par-sus lédites basses terres, gisantes icelles Est &
Ouest un quart de Surouest: & par les Sauvages qu'avions, nous a eté dit
que c'étoit le commencement du _Saguenay_, & terre habitée, & que de là
Venoit le cuivre rouge, qu'ilz appellent _Caquetdazé_. Il y a entre les
terres du Su & celles du Nort environ trente lieues, & plus de deux cens
brasses de parfond. Et nous ont lédits Sauvages certifié étre le chemin
& commencement du grand fleuve de _Hochelaga_ & chemin de _Canada_,
lequel alloit toujours en étroicissant jusques à _Canada_: & puis, que
l'on trouve l'eau douce audit fleuve, qui va si long que jamais hommes
n'avoit été au bout, qu'ils eussent ouï, & qu'autre passage n'y avoit
que par bateaux. Et voyans leur dire, & qu'ils affermoient n'y avoir
autre passage, ne voulut ledit Capitaine passer outre jusques à avoir
veule reste & côte de vers le Nort, qu'il avoit obmis à voir depuis la
baye saint Laurent pour aller voir la terre du Su, pour voir s'il y
avoit aucun passage.



_Retour du Capitaine Jacques Quartier vers la Bay sainct Laurent:
Hippopotames: Continuation du voyage dans la grande riviere de_ Canada,
_jusques à la riviere de_ Saguenay, _qui sont cent lieuës._

CHAP. VIII

LE Mercredy dix-huictiéme jour d'Aoust ledit Capitaine fit retourner les
navires en arriere, & mettre le cap à l'autre bord, & rangeames ladite
côte du Nort, qui gist Nordest & Surouest, faisant un demi arc, qui est
une terre fort haute, non tant comme celle du Su, & arrivames le Jeudy
en sept iles moult hautes, que nommames _Les iles rondes_, qui sont
environ quarante lieuës des terres du Su, & s'avancent hors en la mer
trois ou quatre lieuës: le travers déquelles y a un commencement de
basses terres pleines de beaux arbres, léquelles terres nous rangeames
le Vendredy avec noz barques, le travers déquelles y a plusieurs bancs
de sablon plus de deux lieues à la mer fort dangereux, léquels demeurent
de basse mer: & au bout d'icelle basses terres (qui contiennent environ
dix lieues) y a une riviere d'eau douce sortante à la mer, tellement
qu'à plus d'une lieue de terre elle est aussi douce que eau de fontaine.
Nous entrames en ladite riviere avec noz barques, & ne trouvames à
l'entrée que brasse & demie. Il y a dedans ladite riviere plusieurs
poissons qui ont forme de chevaux léquels vont à la terre de nuit, 7 de
jour à la mer ainsi qu'il nous fut dit par noz deux Sauvages: & de
cesdits poissons vimmes grand nombre dedans ladite riviere.

Le lendemain vint-uniéme jour dudit mois au matin à l'aube du jour fimes
voile, & porter le long de ladite côte tant que nous eumes conoissance
de la reste d'icelle côte du Nort que n'avions veu, & de l'ile de
l'Assumption que nous avions eté querir au partir de ladite terre: &
lors que nous fumes certains que ladite côte étoit rangée, & qu'il n'y
avoit nul passage, retournames à nos navires qui étoient édites sept
iles, où il y a bonnes rades à dix-huit & vint brasses, & sablon: auquel
lieu avons eté sans pouvoir sortir, ni faire voiles pour la cause des
bruines & vens contraires, jusques au vint-quatriéme dudit mois, que
nous appareillames, & avons eté par la mer chemin faisans jusques au
vint-neufiéme dudit mois, que sommes arrivés à un hable de la côte du
Su, qui est environ quatre-vint lieuës dédites sept Iles, lequel est le
travers de trois iles petites, qui sont par le parmi du fleuve, &
environ le mi-chemin dédites iles, & ledit hable devers le Nort, y a une
fort grande riviere, qui est entre les hautes & basses terres, laquelle
fait plusieurs bancs à la mer à plus de trois lieuës, qui est un païs
fort dangereux, & sonne de deux brasses & moins, & à la choiste d'iceux
bancs trouverez vint-cinq & trente brasses bort à bort. Toute cette côte
du Nort git Nor-nordest, & Su-Surouest.

Le hable devant-dit où posames, qui est à la terre du Su est hable de
marée, & de peu de valeur. Nous le nommames _Les ileaux saint Jean_,
parce que nous y entrames le jour de la Decollation dudit saint. Et
auparavant qu'arriver audit hable y a une ile à l'Est d'icelui, environ
cinq lieuës, où il n'y a point de passage entre terre & elle que par
bateaux. Ledit hable des ileaux saint Jean asseche toutes les marées, &
y marine l'eau de deux brasses. Le meilleur lieu à mettre navires est
vers le Su d'un petit ilot qui est au parmi dudit hable bord audit ilot.

Nous appareillames dudit hable le premier jour de Septembre pour aller
vers _Canada_. Et environ quinze lieuës dudit hable à l'Ouest-Surouest y
a trois iles au parmi dudit fleuve, le travers déquelles y a une riviere
fort profonde & courante, qui est le riviere & chemin du Royaume & terre
de _Saguenay_, ainsi que nous a eté dit par nos hommes du païs de
_Canada_: & est icelle riviere entre hautes montagnes de pierre nuë, &
sans y avoir que peu de terre, & nonobstant y croit grande quantité
d'arbres, & de plusieurs sortes, qui croissent sur ladite pierre nuë,
comme sur bonne terre. De sorte que nous y avons veu tel arbre suffisant
à master navire de trente tonneaux aussi vert qu'il est possible, lequel
étoit sus un roc, sans y avoir aucune saveur de terre.

A l'entrée d'icelle riviere, trouvames quatre barques de _Canada_, qui
étoient là venuës pour faire pécheries de Loups-marins, & autres
poissons. Et nous étans posez dedans ladite riviere, vindrent deux
dédites barques vers noz navires, léquelles venoient en une peur &
crainte, de sorte qu'il en ressortit une, & l'autre approcha si prés,
qu'ilz peurent entendre l'un de noz Sauvages, qui se nomma & fit sa
conoissance, & les fit venir seurement à bord.

Or maintenant laissons le Capitaine Jacques Quartier deviser avec ses
sauvages au port de la riviere de _Saguenay_, qui est _Tadoussac_, &
allons au devant de Champlein, lequel nous avons cy-dessus laissé à
_Anticosti_ (qui est l'ile de l'Assumption) car il nous décrira
_Tadoussac, & Saguenay_, selon le rapport des hommes du païs, au
pardessus de ce qu'il a veu: voire encore nous dira-il la reception que
leur auront fait les Sauvages à leur arrivée. En quoy si, rapportant les
mots de l'Autheur, on trouve quelquefois un langage moins orné & poli,
le Lecteur se souviendra que je n'y ay rien voulu changer: bien ay-je
retrenché quelque chose de moins necessaire. Voici donc comme il
continue le discours que nous avons laissé au chapitre sixiéme.



_Voyage de Champlein depuis_ Anticosti, _jusques à_ Tadoussac:
_Description de Gachepé, riviere de_ Mantane, _port de_ Tadoussac,
_bayes des Moruës, Ile percée, Bay de Chaleur: Remarques des lieux, iles
ports, bayes, sables, rocher, & rivieres qui sont à la bende du Nort en
allant à la riviere de_ Saguenay _Description du port de_ Tadoussac, _&
de ladite riviere de_ Saguenay. _Contradiction de Champlein._

CHAP. IX

APRES avoir découvert _Anticosti_, le lendemain nous eumes conoissance
de _Gachepé_, terre fort haute. C'est une baye du coté du Su, laquelle
contient quelque sept ou huit lieuës de long & à son entrée quatre
lieuës de large. Là y a une riviere qui va quelques trente lieues dans
les terres. Ici est le commencement de la grande riviere de _Canada_,
sur laquelle à la bande du Su y a la riviere _Mantanne_, laquelle va
quelques dix-huit lieues dans les terres. Elle est petite & à soixante
lieuës dudit _Gachepé_. Mais les Sauvages étans au bout d'icelle portent
leurs canots (qui sont petits bateaux d'écorce) environ une lieuë par
terre, & se viennent rendre en la Baye de Chaleur: par où ilz font des
grans voyages. De ladite riviere de _Mantanne_ on vient vers le Pic où
il y a vint-lieuës: & delà en traversant la riviere on vient à
_Tadoussac_, d'où il y a quinze lieuës. C'est le chemin que nous
suivimes en allant. Mais comme nous eumes là sejourné quelque temps, &
aprés que nous fumes allé au saut de ladite grande riviere de _Canada_,
nous retournames quelque nombre de _Tadoussac_ à _Gachepé_, & de là nous
allames à la _Baye des Moruës_, laquelle peut tenir quelque trois lieuës
de long, & autant de large à son entree: Puis vimmes à _l'ile percée_,
qui est comme un rocher fort haut élevé des deux côtez, où il y a un
trou par où les chaloupes & bateaux peuvent passer de haute mer, & de
basse mer on peut aller de la grande terre à à ladite ile, qui n'en est
qu'à quatre ou cinq cent pas. Et à l'environ d'icelle y a une autre ile
dite _l'ile de Bonaventure_, & peut tenir de long demie lieuë: En tous
léquels lieux se fait gran'pécherie de poisson sec & verd. Et passé
ladite ile percée on vient à ladite Baye de Chaleur, qui va comme à
l'Ouest-Sur-ouest quelques quatre-vint lieuës dans les terres, contenant
au large en son entrée quelque quinze lieuës. Et disent les Sauvages
qu'en icelle baye il y a une riviere qui va quelque vint lieuës dans les
terres, au bout dequoy est un lac qui peut tenir quelques vint lieuës,
auquel il y a fort peu d'eau, & qu'en Eté il asseche: auquel ilz
trouvent (environ un pié dans la terre) une maniere de metal, qui
ressemble à l'argent, & qu'en un autre lieu proche dudit lac il y a une
autre mine de cuivre. Ayans trouvé ceux que nous cherchions à l'ile
percée, nous retournames derechef à _Tadoussac_. Mais comme nous fumes à
quelques trois lieuës du cap l'Evesque nous fumes contrairez d'une
tourmente laquelle dura deux jours, qui nous fit relacher dedans une
grande ance en attendant le beau temps. Le lendemain nous en partimes &
fumes encores contrariez d'une autre tourmente: Ne voulans relacher, &
pensans gaigner chemin nous fumes à la côte Nort le vint-huitiéme jour
de Juillet mouiller l'ancre à une ance qui est fort mauvaise, &-cause
des bancs de rochers qu'il y a. Cette ance est par les cinquante-uniéme
degrés & quelques minutes. Le lendemain nous vimmes mouiller l'ancre
proche d'une riviere qui s'appelle _Saincte Marguerite_, où il y a de
pleine mer quelques trois brasses d'eau, & brasse & demie de basse mer;
elle va assez avant. A ce que j'ay veu, dans terre du côté de l'Est il y
a un saut d'eau qui entre dans ladite riviere, & vient de quelques
cinquante ou soixante brasses de haut, d'où procede la plus grande part
de l'eau qui descend dedans: A son entrée il y a un banc de sable, où il
peut avoir de basse eau demie brasse. Toute la côte du côté de l'Est est
sable mouvant, où il y a une pointe à quelque demie lieuë de ladite
riviere, qui avance une demie lieuë en la mer: & du côté de l'Ouest il y
a une petite ile: cedit lieu est par les cinquante degrez. Toutes ces
terres sont tres-mauvaises remplies de sapins: la terre est quelque peu
haute, mais non tant que celle du Su. A quelques trois lieuës de là nous
passames proche d'une autre riviere laquelle sembloit estre fort grande,
barrée neantmoins la pluspart de rochers. A quelques huit lieuës de là
il y a une pointe qui avance une lieuë & demie à la mer, où il n'y a que
brasse & demie d'eau. Passé cette pointe il s'en trouve une autre à
quelque quatre lieues où il y a assez d'eau: Toute cette côte terre
basse & sablonneuse. A quelques quatre lieues de là il y a une ance où
entre une riviere, il y peut aller beaucoup de vaisseaux du côté de
l'Ouest, c'est une pointe basse qui avance environ une lieuë en la mer.
Il faut ranger la terre de l'Est comme de trois cens pas, pour pouvoir
entrer dedans: Voila le meilleur port qui est en toute la côte du Nort,
mais il fait fort dangereux y aller pour les basses, & bancs de sable
qu'il y a en la pluspart De la côte pres de deux lieuës à la mer. On
trouve à quelque six lieuës de là une bay, où il y a une ile de sable.
Toute la dite bay est fort baturiere dans ladite baye & quelque quatre
lieuës de là, il y a une belle ance où entre une riviere: Toute cette
côte est basse & sabloneuse, il y descend un saut d'eau qui est grand. A
quelques cinq lieuës de là il y a une pointe qui avance environ demie
lieuë en la mer où il y a une ance, & d'une pointe à l'autre y a trois
lieuës; mais ce n'est que batures où il y a peu d'eau. A quelque deux
lieues il y a une plage où il y a un bon port, & une petite riviere, où
il y a trois iles, & où des vaisseaux se pourroient mettre à l'abry. A
quelques trois lieues de là il y a une pointe de sable qui avance
environ une lieue, où au bout il y a un petit ilet. Puis allant à
Lesquemin vous rencontrez deux petites iles basses, & un petit rocher à
terre. Cesdites iles sont environ à demi lieuë de Lesquemin qui est un
fort mauvais port, entourné de rochers, & asseché de basse mer, & faut
variser pour entrer dedans au derriere d'une petite pointe de rocher, où
il n'y peut qu'un vaisseau. Un peu plus haut, il y a une riviere qui va
quelque peu dans les terres: c'est le lieu où les Basques font la péche
des baleines. Pour dire verité le port ne vaut du tout rien. Nous vimmes
de là audit port de _Tadoussac_. Toutes cédites terres ci-dessus sont
basses à la côte, & dans les terres fort hautes. Elle ne sont si
plaisantes ni fertiles que celles du Su, bien qu'elles soient plus
basses.

Ayans mouillé l'ancre devant le port de _Tadoussac_ à notre premiere
arrivée, nous entrames dedans ledit port le vint-sixiéme jour de May. Il
est fait comme une ance, gisant à l'entrée de la riviere de _Saguenay_,
en laquelle il y a un courant d'eau & marée fort étrange, pour sa
vitesse & profondité, où quelque fois il vient des vents impetueux
léquels amenent avec eux de grandes froidures. L'on tient que ladite
riviere a quelque quarante-cinq ou cinquante lieuës jusques au premier
saut, & vient du côté de Nor-norouest. Ledit port de _Tadoussac_ est
petit, où il ne pourroit que dix ou douze vaisseaux: mais il y a de
l'eau assez à Est à l'abry de ladite riviere de _Saguenay_ le long d'une
petite montagne, qui est préque coupée de la mer: le reste ce sont
montagnes hautes élevées, où il y a peu de terre, sinon rochers & sables
remplis de bois, de pins, ciprez, sapins, boulles, & quelques manieres
d'arbres de peu: il y a un petit étang proche dudit port renfermé de
montagnes couvertes de bois. A l'entrée dudit port il y a deux pointes,
l'une du côté d'Ouest contenant une lieue en mer, qui s'appelle la
poincte de sainct Matthieu; & l'autres du côté de Suest, contenant un
quart de lieue, qui s'appelle la pointe de tous les diables, les vens du
Su & Su-suest, & Su-surouest, frappent dedans ledit port. Mais de la
pointe de sainct Matthieu jusques à ladite pointe de tous les diables,
il y a prés d'une lieue: l'une & l'autre pointe asseche de basse mer.

Quant à la riviere de Saguenay elle est tres-belle, & a une profondeur
incroyable. Elle procede selon que j'ay entendu, d'un lieu fort haut,
d'où descent un torrent d'eau d'une grande impetuosité; mais l'eau qui
en vient, n'est point capable de faire un tel fleuve comme cetui-là, &
faut qu'il y ait d'autres rivieres qui s'y dechargent: & y a depuis le
premier saut, jusques au port de Tadoussac (qui est l'entrée de la dite
riviere de Saguenay) quelques 40 ou 50 lieues, & une bonne lieue & demie
de large au plus & un quart au plus étroit, qui fait qu'il y a grand
courant d'eau. Toute la terre que j'ay veu ne sont que montagnes de
rochers la pluspart, couvertes de bois de sapins, cyprez, & boulles,
terre fort mal plaisante, où je n'ay point trouvé une lieuë de terre
pleine, tant d'un côté que d'autre. Il y a quelques montagnes de sable &
iles en ladite riviere, qui sont hautes élevées. En fin ce sont de vrays
desert habitables tant seulement aux animaux & oyseaux; car je vous
asseure qu'allant chasser par les lieux que me sembloient les plus
plaisans, je ne trouvay rien qui soit, sinon de petits oyseaux qui sont
comme rossignols & hirondelles, léquels y viennent en Eté; car autrement
je croy qu'il n'y en a point, à cause de l'excessif froid qu'il y fait,
cette riviere venant de devers le Nor-ouest. Les Sauvages me firent
rapport, qu'ayant passé le premier saut d'où vient ce torrent d'eau, ilz
passent huit autres sauts, & puis vont une journée sans en trouver
aucun, puis passent autres six sauts, & viennent dedans un lac, où ilz
peuvent faire à leur aise quelques douze à quinze lieuës. Audit bout du
lac il y a des peuples qui sont cabannez: puis on entre dans trois
autres rivieres, quelques trois ou quatre journées dans chacune, où au
bout dédites riviere, il y a deux ou trois manieres de lacs, d'où prend
sa source le _Saguenay_, de laquelle source jusques audit port de
_Tadoussac_, il y a dix journées de leurs Canots. Au bord dédites
rivieres, il y a quantité de cabanes, où il vient d'autres nations du
côté du Nort troquer avec les Montagnais qui vont là, des peaux de
castor & martre, avec autres marchandises que donnent les vaisseaux
François audits Montagnés. Lédits Sauvages du Nort disent, qu'ilz voient
une mer qui est salée.

Voila ce qu'a écrit Champlein dés l'an six cens cinq, de la riviere de
Saguenay. Mais depuis il dit en sa derniere relation que le port de
_Tadoussac_, jusques à lamer que les Sauvages de _Saguenay_ decouvrent
au Nort, il y a de quarante à cinquante journées; ce qui est bien
éloigné des dix que maintenant il a dit. Or s'ilz font de douze à quinze
lieuës par jour, voila plus de six cens lieuës tirant au nort: D'où je
collige qu'il a eu tort de nous bailler une charte geographique de la
Nouvelle-France, en laquelle ayant voulu suivre celle que les Anglois
ont publiée de leur derniere découverte de l'an mille six cens onze, il
s'est tout contrarié à ce qu'il écrit. Car depuis _Tadoussac_ jusques à
cette mer (qui n'est point au Nort, mais à l'ouest du _Saguenay_) il n'y
a pas deux cens lieuës. Et si on y veut aller par la riviere dite _Les
trois rivieres_ en sa charte, il ne s'en trouve que six-vints. Et
toutefois je ne voudrois aisement croire lédits Anglois, disans qu'il se
trouve une mer dans les terres au cinquantiéme. Car il y a long temps
qu'elle seroit découverte étant si voisine de _Tadoussac_, & en méme
élevation.

[Illustration]



_Bonne reception faite aux François par le grand Sagamo des Sauvages de
Canada: Leurs festins & danses: La guerre qu'ils ont avec les Iroquois._

CHAP. X

LE vint-septiéme d'Avril nous fumes trouver les Sauvages à la pointe de
sainct Matthieu, qui est à une lieue de _Tadoussac_, avec les deux
Sauvages que mena le sieur du Pont de Honfleur, pour faire le rapport de
ce qu'ils avoient veu en France, & de la bonne reception que leur avoit
fait le Roy. Ayans mis pied à terre nous fumes à la cabanne de leur
grand _Sagamo_, qui s'appelle _Anadabijou_, où nous le trouvames avec
quelques quatre-vints ou cent de ses compagnons qui faisoient _Tabagie_
(qui veut dire festin) lequel nous receut fort bien selon la coutume du
païs, & nous fit assoir aprés lui, & tous les Sauvages arangez les uns
auprés des autres des deux côtez de la dite cabane. L'un des Sauvages
que nous avions amené commença à faire sa harangue, de la bonne
reception que leur avoit fait le Roy, & le bon traitement qu'ils avoient
receu en France, & qu'ils s'asseurassent que sadite Majesté leur vouloit
du bien, & desiroit peupler leur terre, & faire paix avec leurs ennemis
(qui sont les Iroquois) ou leur envoyer des forces pour les veincre: en
leur contant aussi les beaux chateaux, palais, maisons, & peuples qu'ils
avoient veu, & nôtre façon de vivre. Il fut entendu avec un silence si
grand, qu'il ne se peut dire de plus. Or aprés qu'il eut achevé sa
harangue, ledit grand _Sagamo Anadabijou_ l'ayant attentivement ouï, il
commença à prendre du petun, & en donner audit sieur du Pont, & à moy, &
à quelques autres _Sagamos_ qui étoient auprés de lui. Ayant bien
petuné, il commença à faire sa harangue à tous, parlant posément,
s'arrétant quelquefois un peu, & puis reprenant sa parole, en leur
disant: Que veritablement ilz devoient estre fort contens d'avoir sadite
Majesté pour grand ami. Ilz répondirent, tous d'une voix, _ho, ho, ho_,
qui est à dire, _oui, oui_. Lui continuant toujours sadite harangue,
dit: Qu'il estoit fort aise que sadite Majesté peuplat leur terre, & fit
la guerre à leurs ennemis, qu'il n'y avoit nation au monde à qui ilz
voulussent plus de bien qu'aux François. En fin il leur fit entendre à
tous le bien & utilité qu'ilz pourroient recevoir de sadite Majesté.
Aprés qu'il eut achevé sa harangue, nous sortimes de sa cabanne, & eux
commencerent à faire leur _Tabagie_ qu'ilz font avec des chairs
d'Orignac (qui est comme Boeuf) d'Ours, de Loups-marins, & Castors, qui
sont les viandes les plus ordinaires qu'ils ont & du gibier en quantité.
Ils avoient huit ou dix chaudieres pleines de viandes au milieu de
ladite cabanne, & étoient éloignez les uns des autres six pas & chacune
a son feu. Ilz sont assis des deux côtez (comme j'ay dit cy-dessus) avec
chacun son écuelle d'écorce d'arbre: & lors que la viande est cuite, il
y en a un qui fait les partages à chacun dans lédites écuelles, où ilz
mangent fort salement: car quand ils ont les mains grasses, ils les
frottent à leurs cheveux faute de serviettes, ou bien au pois de leurs
chiens dont ils ont quantité pour la chasse. Premier que leur viande fût
cuite, il y en eut un qui se leva, & print un chien, & s'en alla sauter
autour dédites chaudieres d'un bout de la cabanne à l'autre: Etant
devant le grand _Sagamo_, il jetta son chien à terre de force, & puis
tous d'une voix s'écrierent _ho, ho, ho_: ce qu'ayant fait s'en alla
asseoir à sa place. En méme instant un autre se leva, & fit le
semblable, continuant toujours jusques à ce que la viande fût cuite. Or
aprés avoir achevé leur _Tabagie_, ilz commencerent à danser, en prenant
les tétes de leurs ennemis, qui leur pendoient par derriere. En signe de
rejouissance il y en a un ou deux qui chantent en accordant leurs voix
par la mesure de leurs mains qu'ilz frappent sur leurs genoux, puis ilz
s'arrétent quelquefois en s'écrians, _ho, ho, ho_, & recommencent à
danser en soufflant, comme un homme qui est hors d'haleine. Ilz
faisoient cette rejouissance pour la victoire par eux obtenuë sur les
Iroquois, dont ilz en avoient tué quelques cent, auquels ilz coupperent
les tétes, qu'ils avoient avec eux pour leur ceremonie. Ils estoient
trois nations quand ilz furent à la guerre, les Etechemins,
Algoumequins, & Montagnais au nombre de mille, qui allerent faire la
guerre audits Iroquois qu'ilz rencontrerent à l'entrée de la riviere
dédits Iroquois, & en assomerent une centaine. La guerre qu'ilz font
n'est que par surprise, car autrement ils auraient peur, & craignent
trop lédits Iroquois, qui sont en plus grand nombre que lédits
Montagnais, Etechemins, & Algoumequins. Le vint-huitiéme jour dudit mois
ilz se vindrent cabanner audit port de _Tadoussac_ où étoit nôtre
vaisseau. A la pointe du jour leurdit grand _Sagamo_ sortit de sa
cabanne, allant autour de toutes les autres cabannes, en criant à haute
voix, qu'ils eussent à déloger pour aller à _Tadoussac_, où étoient
leurs bons amis. Tout aussi-tôt un chacun d'eux deffit sa cabanne en
moins d'un rien, & ledit grand Capitaine le premier commença à prendre
son canot, & le porter à la mer où il embarqua sa femme & ses enfans, &
quantité de fourrures, & se mirent ainsi prés de deux cens canots, qui
vont étrangement, car encore que nôtre chalouppe fût bien armée, si
alloient-ilz plus vite que nous. Ils étoient au nombre de mille
personnes tant d'hommes que femmes & enfans.

[Illustration]



_La rejouissance que font les Sauvages aprés qu'ils ont eü victoire sur
leurs ennemis; Leurs humeurs: Sont malicieux; Leur croyances & faulse
opinions. Que leurs devins parlent visiblement aux Diables._

CHAP. XI

LE neufiéme jour de Juin les Sauvages commencerent à se réjouir tous
ensemble & faire leur _Tagagie_, comme j'ay dit ci-dessus' & danser,
pour ladite victoire qu'ils avoient obtenue contre leurs ennemis. Or
apres avoir fait bonne chere, les Algoumequins, une des trois nations,
sortirent de leurs Cabannes, & se retirerent à part dans une place
publicque, firent arrenger toutes leurs femmes & filles les unes prés
des autres, & eux se mirent derriere chantans tous d'une voix comme j'ay
dit ci-devant. Aussi-tôt toutes les femmes & filles commencerent à
quitter leurs robbes & peaux, & se mirent toutes nues montrans leur
nature, neantmoins parées de _Matachia_ qui sont patenôtres & cordons
entre-lassez faits de poil de Por-épic, qu'ils teindent de diverses
couleurs. Aprés avoir achevé leurs chants, ilz dirent tous d'une vois,
_ho, ho, ho_. A méme instant toutes les femmes & filles se couvrirent de
leurs robbes (car elles les jettent à leurs piés) & s'arréterent quelque
peu: & puis aussi tôt recommençans à chanter elles laisserent aller
leurs robbes comme auparavant.

Or en faisant cette danse, le _Sagamo_ des Algoumequins qui s'appelle
_Besouat_, étoit assis devant lédites femmes & filles, au milieu de deux
batons où étoient les tétes de leurs ennemis pendues: quelquefois il se
levoit & s'en alloit haranguant & disant aux Montagnés & Etechemins,
voyez comme nous nous rejouissons de la victoire que nous avons obtenue
de nos ennemis, il faut que vous en faciés autant, afin que nous soyons
contens: puis tous ensemble disoient _ho, ho, ho_. Retourné qu'il fut en
sa place, le grand _Sagamo_ avec tous ses compagnons dépouillerent leurs
robbes estans tout nuds (hors-mis leur nature qui est couverte d'une
petite peau) & prindrent chacun ce que bon leur sembla, comme
_Matachia_, haches, épées, chauderons, graisses, chair d'Orignac,
Loup-main: bref chacun avoit un present qu'ils allerent donner aux
Algoumequins. Aprés toutes ces ceremonies la danse cessa, & lédits
Algoumequins hommes & femmes emporterent leurs presens & leurs cabannes.
Ilz firent encore mettre deux hommes de chacune nation des plus dispos
qu'ilz firent courir & celui qui fut le plus vite à la course eut un
present.

Tous ces peuples sont tous d'une humeur assez joyeux, ilz rient le plus
souvent, toutefois ilz sont quelque peu Saturniens; Ilz parlent fort
posément, comme se voulans bien faire entendre, & s'arrétent aussi-tôt
en songeant une grande espace de temps, puis reprennent leur parole. Ils
usent bien souvent de cette façon de faire parmi leurs harangues au
conseil, où il n'y a que les plus principaux, qui sont les anciens; Les
femmes & enfans n'y assistent point.

Ce sont la pluspart gens qui n'ont point de loy, selon que j'ay peu voir
& m'informer audit grand _Sagamo_, lequel me dit: Qu'ilz croyent
veritablement qu'il y a un Dieu qui a creé toutes choses. Et lors je lui
dis, Puis qu'ilz croyent à un seul Dieu: Comment est-ce qu'il les avoit
mis au monde, & d'où ils étoient venus? Il me répondit. Apres que Dieu
eut fait toutes choses, il print quantité de fleches, & les mit en
terre, d'où sortit hommes & femmes; qui ont multiplié au monde jusques à
present, & sont venus de cette façon. Je lui répondis que ce qu'il
disoit étoit faux: mais que veritablement il y avoit un seul Dieu, qui
avoit creé toutes choses en la terre & aux cieux. Voyant toutes ces
choses si parfaites, sans qu'il y eût personne qui gouvernât en ce
monde, il print du limon de la terre, & en crea Adam nôtre premier Pere,
& comme il sommeilloit, Dieu print une de ses côtes, & en forma Eve,
qu'il lui donna pour compagne, & que c'étoit la verité qu'eux & nous
étions venus de cette façon, & non de fleches comme ilz croyoient. Il ne
me dit rien, sinon: Qu'il avouoit plutôt ce que je lui disois, que ce
qu'il me disoit. Je luy demanday aussi s'il ne croyoit point qu'il y eût
un autre qu'un seul Dieu. Il me dit que leur croyance étoit: Qu'il y
avoit un seul Dieu, un Fils, une Mere & le Soleil, qui étoient quatre.
Neantmoins que Dieu étoit pardessus tous; mais que le Fils étoit bon. Je
luy remontray son erreur selon nôtre Foy, enquoy il adjouta quelque peu
de creance. Je lui demanday s'ilz n'avoient point veu, ni ouï dire à
leurs ancestres que Dieu fût venu au monde: Il me dit, Qu'il ne l'avoit
point veu: mais qu'anciennement il y eut cinq hommes qui s'en allerent
vers le Soleil couchant, léquels rencontrerent Dieu, qui leur demanda,
Où allez-vous? Ils disent, Nous allons chercher nôtre vie: Dieu leur
répondit, Vous la trouverés ici. Ilz passerent plus outre, sans faire
état de ce que Dieu leur avoit dit, lequel print une pierre & en toucha
deux, & furent transmués en pierre, & dit derechef aux trois autres, Où
allez-vous; & ilz respondirent comme à la premiere fois: & Dieu leur dit
derechef, Ne passez plus outre, vous la trouveréz ici: Et voyans qu'il
ne leur venoit rien, ilz passerent outre; & Dieu print deux batons & il
en toucha les deux premiers, qui furent transmués en batons, & le
cinquiéme s'arréta, ne voulant passer plus outre. Et Dieu lui demanda
derechef, Où vas tu? Je vois chercher ma vie: Demeure, & tu la
trouveras: Il demeura sans passer plus outre, & Dieu lui donna de la
viande, & en mangea: Aprés avoir fait bonne chere, il retourna avec les
autres Sauvages, & leur raconta tout ce que dessus. Il me dit aussi,
Qu'une autre fois il y avoit un homme qui avoit quantité de _Tabac_ (qui
est une herbe dequoy ilz prennent la fumée) & Dieu vint à cet homme, &
lui demanda où étoit son petunoir: l'homme print son petunoir, & le
donna à Dieu, qui petuna beaucoup. Aprés avoir bien petuné, Dieu rompit
ledit petunoir en plusieurs pieces & l'homme lui demanda, Pourquoy as-tu
rompu mon petunoir, & tu vois bien que je n'en ay point d'autre; & Dieu
en print un qu'il avoit & le lui donne, lui disant: en voila un que je
te donne, porte-le à ton grand _Sagamo_, qu'il le garde & s'il le garde
bien, il ne manquera point de chose quelconque, ni tous ses compagnons:
ledit homme print le petunoir, qu'il donna à son grand _Sagamo_, lequel
tandis qu'il l'eut, les Sauvages ne manquerent de rien de monde: Mais
que du depuis ledit _Sagamo_ avoit perdu ce petunoir, qui est l'occasion
de la grande famine qu'ils ont quelquefois parmi eux. Je lui demanday
s'il croyoit tout cela. Il me dit qu'ouï, & que c'étoit verité. Or je
croy que voila pourquoy ilz disent que Dieu n'est pas trop bon. Mais je
luy repliquay & lui dis, Que Dieu étoit tout bon, & que sans doute
c'étoit le diable qui s'étoit montré à ces hommes là, & que s'ils
croyoient comme nous en Dieu, ilz ne manqueroient de ce qu'ils auroient
besoin. Que le Soleil qu'ilz voyent, la Lune & les Etoiles avoient eté
creés de ce grand Dieu, qui a fait le ciel & la terre, & n'ont nulle
puissance que celle que Dieu leur a donnée: Que nous croyons en ce grand
Dieu, qui par sa bonté nous voit envoyé son cher Fils, lequel conceu du
sainct Esprit, print chair humaine dans le ventre virginal de la Vierge
Marie, ayant été trente-trois ans en terre, faisans une infinité de
miracles, ressuscitant les morts, guerissant les malades, chassant les
diable, illuminant les aveugles enseignat aux hommes la volonté de Dieu
son Pere, pour le servir, honorer, & adorer, a épandu son sang, &
souffert mort & passion pour nous & pour noz pechez, & racheté le genre
humain, étant enseveli & ressuscité, descendu aux enfers, & monté au
ciel, où il est assis à la dextre de Dieu son Pere, Que c'étoit la
croyance de tous les Chrétiens, qui croyoient au Pere, au Fils, & au
sainct Esprit, qui ne sont pourtant trois Dieux, mais un méme, & un seul
Dieu en une Trinité en laquelle il n'y a point de plutôt, ou d'aprés,
rien de plus grand ne de plus petit. Que la Vierge Marie mere du Fils de
Dieu, & tous les hommes & femmes qui ont vécu en ce monde, faisans les
commandemens de Dieu, & ont enduré martyre pour son nom, & qui par la
permission de Dieu ont fait des miracles, & sont saints au ciel en son
Paradis, prient tous pour nous cette grande Majesté divine, de nous
pardonner noz fautes & noz pechez que nous faisons contre sa loy & ses
commandemens, & par noz prieres que nous saisons à la divine Majesté, il
nous donne ce que nous avons besoin, & le diable n'a nulle puissance sur
nous: & ne nous peut faire de mal. Que s'ils avoient cette croyance, ilz
seroient comme nous, que le diable ne leur pourroit plus faire de mal, &
ne manqueroient de ce qu'ils auroient besoin. Alors ledit _Sagamo_ me
dit, qu'il vouloit ce que je disois. Je lui demanday de quelle ceremonie
ils usoient à prier leur Dieu: Il me dit, Qu'ilz n'usoient point
autrement de ceremonies, sinon qu'un chacun prioit en son coeur comme il
vouloit: Voila pourquoy je croy qu'il n'y a aucune loy parmi eux, &
vivent la pluspart comme bétes brutes, & croy que promptement ilz
seroient reduits bons Chrétiens si l'on habitoit leurs terres, ce qu'ilz
désiroient la pluspart. Ils ont parmi eux quelques Sauvages qu'ils
appellent _Pilotoua_, qui parlent au Diable visiblement, & leur dit ce
qu'il faut qu'ilz facent, tant pour la guerre que pour autres choses, &
que s'il leur commandoit qu'ils allassent mettre en execution quelque
entreprise, ou tuer un François, ou un autre de leur nation, ils
obeiroient aussi-tôt à son commandement. Aussi ilz croyent que tous les
songes qu'ilz sont veritable; & de fait, il y en a beaucoup qui disent
avoir veu & songé choses qui aviennent ou aviendront: Mais pour en
parler avec verité, ce sont visions du diable, qui les trompe & seduit.



_Comme le Capitaine Jacques Quartier par de la riviere de_ Saguenay
_pour chercher un port, & s'arrete à Sainte-Croix: Poissons inconnus:
Grandes Tortues: Ile aux Coudres: Ile d'Orleans: Rapport de la terre du
païs: Accueil des François par les Sauvages: Harangue des Capitaines
Sauvages._

CHAP. XII

LAISSONS maintenant Champlein faire la _Tabagie_, & discourir avec les
_Sagamos Anadabijou & Bezouat_, & allons reprendre le Capitaine Jacques
Quartier, lequel nous veut mener à mont la riviere de _Canada_ jusques à
Sainte-Croix lieu de sa retraite, où nous verrons quelle chere on lui
fit, & ce qui lui avint parmi ces peuples nouveaux (j'entens nouveaux,
parce qu'avant lui jamais aucun n'étoit entré seulement en cette
riviere). Voici donc comme il poursuit.

Le deuxiéme jour de Septembre nous sortimes hors de ladite riviere pour
faire le chemin vers _Canada_, & trouvames la marée fort courante &
dangereuse, pour ce que devers le su de ladite riviere y a deux iles à
l'entour déquelles à plus de trois lieuës n'y a que deux ou trois
brasses semées de groz perrons comme tonneaux & pippes, & les marées
decevantes par entre lédites iles: de sorte que cuidames y perdre nôtre
gallion, sinon le secours de noz barques, & à la choiste dédits plateis
(_c'est à dire, à la cheute dédits rochers_) y a de profond trente
brasses & plus. Passé ladite riviere de _Saguenay_, & lédites iles
environ cinq lieuës vers le Sur-ouest y a une autre ile vers le Nort,
aux côtez de laquelle y a de moult hautes terres, le travers déquelles
cuidames poser l'ancre pour étaller l'Ebe, & n'y peumes trouver le fond
à six-vints brasses & un trait d'arc de terre, de sorte que fumes
contraints de retourner vers ladite ile, où passames trente-cinq brasses
& beau fond.

Le lendemain au matin fimes voiles, & appareillames pour passer outre, &
eumes conoissance d'une sorte de poissons, déquels il n'est memoire
d'homme avoir veu, ni ouï Lédits poissons sont aussi gros comme Moroux,
sans avoir aucun estoc, & sont assez faits par corps, & téte de la façon
d'un levrier, aussi blancs comme neige, sans aucune tache, & y en a
moult grand nombre dedans ledit fleuve, qui vivent entre la mer & l'eau
douce. Les gens du païs les nomment _Adhothuis_, & nous ont dit qu'ilz
sont fort bons à manger, & si nous ont affermé n'y en avoir en tout
ledit fleuve ni païs qu'en cet endroit.

Le sixiéme jour dudit mois avec bon vent fimes courir à-mont ledit
fleuve environ quinze lieuës, & vimmes poser à une ile qui est bort à la
terre du Nort, laquelle fait une petite baye & couche de terre, à
laquelle y a un nombre inestimable de grandes tortuës, qui sont les
environs d'icelle ile. Pareillement par ceux du païs se fait és environs
d'icelle ile grande pécherie de _Adhothuis_ ci-devant écrits. Il y a
aussi grand courant és environs de ladite ile, comme devant Bourdeaux,
de flot & ebe. Icelle ile contient environ trois lieuës de long,& deux
de large, & est une fort bonne terre & grasse, pleine de beaux & grands
arbres de plusieurs sortes; & entre autres y a plusieurs Coudres
franches que touvames fort chargez de noizilles aussi grosses & de
meilleur saveur que les nôtres, mais un peu plus dures. Et par-ce la
nommames _l'ile és Coudres._

Le septiéme jour dudit mois jour de nôtre Dame, apres avoir oui la
Messe, nous partimes de ladite ile pour aller à-mont ledit fleuve, &
vimmes à quatre iles qui étoient distantes de ladite ile és Coudres de
sept à huit lieues, qui est le commencement de la terre & province de
_Canada_: déquelles y en a une grande environ dix lieues de long, & cinq
de large, où il y a gens demourans qui font grande pécherie de tous les
poissons qui sont dans ledit fleuve selon les saisons, dequoy sera fait
ci-apres mention. Nous étans posez à l'ancre entre icelle grande ile &
la terre du Nort, fumes à terre & portames les deux hommes que nous
avions prins le precedent voyage & trouvames plusieurs gens du païs,
léquels commencerent à fuir, & ne voulurent approcher jusques à ce que
dédits deux hommes commencerent à parler & leur dire qu'ils étoient
_Taiguragni, & Domagaya_, & lors qu'ils eurent conoissance d'eux
commencerent à faire grand'chere dansans & faisans plusieurs ceremonies,
& vindrent partie des principaux à noz bateaux, léquels nous apporterent
force anguilles, & autres poissons, avec deux ou trois charges de gros
mil, qui est le pain duquel ilz vivent en ladite terre, & plusieurs gros
melons. Et icelle journée vindrent à noz navires plusieurs barques dudit
païs chargées de gens tant hommes que femmes pour faire chere à noz deux
hommes, léquels furent tous bien receuz par ledit Capitaine qui les
fétoya de ce qu'il peut. Et pour faire sa conoissance leur donna aucuns
petits presens de peu de valeur, déquels se contenterent fort.

Le lendemain le Seigneur de _Canada_ nommé _Donnacona_ en nom, &
l'appellant pour Seigneur _Agouhanna_, vint avec deux barques accompagné
de plusieurs gens devant noz navires, puis en fit retirer en arriere
dix, & vint seulement avec deux à bord dédits navires accompagné de
seize hommes & commença ledit _Agouhanna_ le travers du plus petit de
noz navires à faire une predication & prechement à leur mode en demenant
son corps & membres d'une merveilleuse sorte, qui est une ceremonie de
joye & asseurance. Et lors qu'il fut arrivé à la nef generale où étoient
lédits _Taiguragni, & Domagaya_, parla ledit seigneur à eux, & eux à
lui, & lui commencerent à conter ce qu'ils avoient veu en France, &le
bon traitement qui leur avoit eté fait, dequoy fut ledit seigneur fort
joyeux, & pria le Capitaine de lui bailler ses bras pour les baisers &
accoller, qui est leur mode de faire chere en ladite terre. Et lors le
Capitaine entra dedans la barque dudit _Agouhanna_, & commanda qu'on
apportât pain & vin pour faire boire & manger ledit Seigneur & sa bende.
Ce qui fut fait. Dequoy furent fort contens: & pour lors ne fut autre
present fait audit Seigneur, attendant lieu & temps. Aprés léquelles
choses faites se departirent les uns des autres, & prindrent congé, & se
retira ledit _Agouhanna_ à ses barques, pour soy retirer & aller en son
lieu. Et pareillement ledit Capitaine fit apporter noz barques pour
passer outre, & aller à-mont ledit fleuve avec le flot pour chercher
hable & lieu de sauveté, pour mettre les navires, & fumes outre ledit
fleuve environ dix lieuës côtoyant ladite ile, & au bout d'icelle
trouvames un affourc d'eau fort beau & plaisant, auquel lieu y a une
petite riviere, & hable de basse marinant de deux à trois brasses, que
trouvames lieu à nous propice pour mettre nosdites navires à sauveté.
Nous nommames ledit lieu SAINTE-CROIX, par ce que ledit jour y
arrivames. Auprés d'icelui lieu y a un peuple dont est Seigneur ledit
_Donnacona_ & y est sa demeure, laquelle se nomme _Stadaconé_, qui est
aussi bonne terre qu'il soit possible de voir & bien fructiferante,
pleine de moult beaux arbres de la nature & sorte de France, comme
Chénes, Ormes, Fraines, Noyers, Pruniers, Ifs, Cedres, Vignes,
Aubépines, qui portent fruit aussi gros que prunes de Damas, & autres
arbres, souz léquels croit aussi bon Chanve que celui de France, lequel
vient sans semence ni labeur. Aprés avoir visité ledit lieu, & trouvé
étre convenable, se retira ledit Capitaine & les autres dedans les
barques pour retourner aux navires. Et ainsi que sortimes hors ladite
riviere, trouvames au devant de nous l'un des Seigneurs dudit peuple de
_Stadaconé_ accompagné de plusieurs gens tant hommes que femmes, lequel
Seigneur commença à faire un prechement à la façon & mode du païs, qui
est joye & asseurance, &les femmes dansoient & chantoient sans cesse
étans en l'eau jusques aux genoux. Le capitaine voyant leur mon amour &
bon vouloir, fit approcher la barque où il étoit & leur donna des
couteaux & petites patenotres de verre, dequoy menerent une merveilleuse
joye: de sorte que nous étans départis d'avec eux distans d'une lieuë ou
environ, les oyions chanter, danser, & mener féte de nôtre venuë.



_Retour du Capitaine Jacques Quartier à l'ile d'Orleans, par lui nommée_
l'ile de Bacchus, & _ce qu'il y trouva: Balises fichées au port Sainte
Croix. Forme d'alliance: Navire mis à sec pour hiverner: Sauvages ne
trouvent bon que le Capitaine aille en_ Hochelaga: _Etonnement d'iceux
au bourdonnement des Canons._

CHAP. XIII

LA saison s'avançoit des-ja fort & pressoit le Capitaine Jacques
Quartier de chercher une retraite pour l'hiver, ce qui le faisoit hâter,
se trouvant en païs inconnu, où jamais aucun Chrétien n'avoit été: puis
il vouloit voir une fin à la découverte de cette grande riviere de
_Canada_, dans laquelle jamais nos mariniers n'étoient entrez, cuidans
(à cause de son incroyable largeur) que ce fust un golfe & pour ce ledit
Capitaine Quartier ne s'arréta gueres ni en la riviere de _Saguenay_, ni
és iles aux Coudres & d'Orleans (ainsi s'appelle aujourd'hui celle où il
mit en terre les deux sauvages qu'il avoit r'amené de France) il passa
donc chemin sans perdre temps, & ayant rencontré un lieu assez commode
pour loger ses navires (ainsi que nous avons n'agueres veu) il delibere
de s'y arréter. Et pour-ce retourna querir les navires qu'il avoit
laissés en ladite ile d'Orleans, comme nous verrons par la suite de son
histoire, laquelle il continuë ainsi:

Aprés que nous fumes arrivez avec les barques ausditz navires, &
retournez de la riviere Sainte-Croix, le Capitaine commanda appréter
lédites barques pour aller à terre à ladite ile voir les arbres (qui
sembloient à voir fort beaux & la nature de la terre d'icelle), ce qui
fut fait. Et etans à la dite ile, la trouvames pleine de fort beaux
arbres, comme Chénes, Ormes, Pins, Cedres, & autres bois de la sorte des
nôtres, & pareillement y trouvames force vignes, ce que n'avions veu par
ci-devant en toute la terre. Et pour ce la nommames _l'ile de Bacchus_:
Icelle ile tient de longueur environ douze lieuës, & est moult belle
terre & unie, pleine de bois, sans y avoir aucun labourage, sors qu'y a
petites maisons, où ilz font pécherie, comme par ci-devant est fait
mention.

Le lendemain partimes avec nosditz navires pour les mener audit lieu de
Sainte-Croix, & y arrivames le lendemain quatorziéme dudit mois, &
vindrent au-devant de nous léditz _Donnacona, Taiguragni, & Domagaya_,
avec vint-cinq barques chargées de gens, & alloient audit _Stadaconé_ où
est leur demeurance: & vindrent tous à noz navires faisans plusieurs
signes de joye, fors les deux homme qu'avions apporté, sçavoir
_Taiguragni & Domagaya_, léquels étoient tout changez de propos & de
courage, & ne voulurent entrer dans nodits navires, nonobstant qu'ils en
fussent plusieurs fois priez: dequoy eumes aucune deffiance. Le
Capitaine leur demanda s'ilz vouloient aller (comme ilz lui avoient
promis) avec lui à _Hochelaga_: & ilz répondirent qu'ouy, & qu'ils
étoient deliberez d'y aller: & alors chacun se retira.

Et le lendemain quinziéme dudit mois le Capitaine accompagné de
plusieurs de ses gens fut à terre pour faire planter balises & merches,
pour plus seurement mettre les navires à seureté. Auquel lieu trouvames
& se rendirent audevant de nous grand nombre de gens du païs: & entre
autres lédits _Donnacona_, noz deux hommes & leur bende, léquels se
tindrent à part sous une pointe de terre, qui est sur le bord dudit
fleuve, sans qu'aucun d'eux vint environs nous, comme les autres qui
n'étoient de leur bende faisoient. Et apres que ledit Capitaine fut
averti qu'ils y étoient, commanda à partie de ses gens aller avec lui, &
furent vers eux souz ladite pointe, & trouverent Lédits _Donnacona,
Taiguragni, Domagaya,_ & autres. Et apres s'étre entresaluez, s'avança
ledit _Taiguragni_ de parler, & dit au Capitaine que ledit seigneur
_Donnacona_ etoit marri dont ledit Capitaine & ses gens, portoient tant
de battons de guerre, parce que de leur part n'en portoient nuls. Aquoy
répondit le Capitaine que pour sa marrison ne laisseroit à les porter, &
que c'étoit la coutume de France, & qu'il le sçavoit bien. Mais pour
toutes ces paroles ne laisserent lédits Capitaine & _Donnacona_ de faire
grand'chere ensemble. Et lors apperceumes que tout ce que disoit ledit
_Taiguragni_ ne venoit que de lui & son compagnon. Car avant que partir
dudit lieu firent une asseurance ledit Capitaine & Seigneur de sorte
merveilleuse. Car tout le peuple dudit _Donnacona_ ensemblement
jetterent & firent trois cris à pleine voix, que c'étoit chose horrible
à ouir. Et à tant prindrent congé les uns des autres.

Le lendemain seziéme dudit mois nous mimes noz deux plus grandes navires
dedans ledit hable & riviere, où il y de pleine mer trois brasses, 7 de
basse eau demie-brasse, & fut laissé le gallion dedans la rade pour
mener à _Hochelaga_. Et tout incontinent que lédits navires furent audit
hable à sec se trouverent devant lédits navires lédits _Donnacona,
Taiguragni & Domagaya_, avec plus de cinq cens personnes tant hommes,
femmes, qu'enfans. Et entra ledit Seigneur avec dix ou douze autres des
plus grands personnages, léquels furent par ledit Capitaine & autres,
fétoyez & receuz selon leur état, & leur furent donnez aucuns petits
presens: & fut par _Taiguragni_ dit audit Capitaine que ledit seigneur
étoit marri dont il alloit à _Hochelaga_, & que ledit seigneur ne
vouloit point que lui qui parloit allant avec lui, comme il avoit
promis, parceque la riviere ne valoit rien (_c'est une façon de parler
des Sauvages, pour dire qu'elle est dangereuse, comme de verité elle
est, passé le lieu de Sainte-Croix._) Aquoy fit réponse ledit Capitaine,
que pour tout ce ne laisseroit d'y aller s'il luy estoit possible, parce
qu'il avoit commandement du Roy son maitre d'aller au plus avant qu'il
lui seroit possible: mais si ledit _Taiguragni_ y vouloit aller, comme
il avoit promis, qu'on lui feroit present dequoy il seroit content, &
grand'chere, & & qu'ilz ne feroit seulement qu'aller voir _Hochelaga_,
puis retourner. A quoy répondit ledit _Taiguragni_ qu'il n'iroit point.
Lors se retirerent en leurs maisons.

Le lendemain dix-septiéme dudit mois ledit _Donnacona_ & les autres
revindrent comme devant, & apporterent force anguilles & autres
poissons, duquel se fait grande pécherie audit fleuve, comme sera
ci-apres dit. Et lors qu'ilz furent arrivez devant nodits navires, ilz
commencerent à danser & chanter comme ils avoient de coutume, & aprés
qu'ils eurent ce fait, fit ledit _Donnacona_ mettre tous ses gens d'un
côté, & fit un cerne sur le sablon, & y fit mettre ledit Capitaine, &
ses gens, puis commença une grande harangue tenant une fille d'environ
de l'aage de dix ans en l'une de ses mains, puis la vint presenter,
audit Capitaine, & lors tous les gens dudit seigneur se prindrent à
faire trois cris en signe de joye & alliance, puis derechef presenta
deux petits garçons de moindre aage l'un aprés l'autre, déquels firent
telz cris & ceremonies que devant. Duquel present fut ledit Seigneur par
ledit Capitaine remercié. Et lors _Taiguragni_ dit audit Capitaine que
la fille étoit la propre fille de la soeur dudit Seigneur, & l'un des
garçons frere de lui qui parloit: & qu'on les lui donnoit sur
l'intention qu'il n'allat point à _Hochelaga_. Lequel Capitaine répondit
que si on les lui avoit donné sur cette intention, qu'on les reprint, &
que pour rien il ne laisseroit à aller audit _Hochelaga_, par-ce qu'il
avoit commandement de ce faire. Sur léquelles paroles _Domagaya_
compagnon dudit _Taiguragni_ dit audit Capitaine que ledit sieur luy
avoit donné lédits enfans pour bon amour, & en signe d'asseurance, &
qu'il étoit content d'aller avec ledit Capitaine à _Hochelaga_: dequoy
eurent grosses paroles dédits _Taiguragni, & Domagaya_. Dont apperceumes
que ledit _Taiguragni_ ne valoit rien, & qu'il ne songeoit que trahison,
tant par ce, qu'autres mauvais tours que lui avions veu faire. Et fit ce
ledit Capitaine fit mettre lédits enfans dedans les navires, & apporter
deux épées, un grand bassin d'airain, plain, & un ouvré à laver les
mains, & en fit present audit _Donnacona_, qui fort s'en contenta, &
remercia ledit Capitaine, & commanda à tous ses gens chanter & danser: &
pria le Capitaine faire tirer une piece d'artillerie, par ce que
_Taiguragni & Domagaya_ lui en avoient fait féte, & aussi que jamais
n'en avoient veu ni ouï. Lequel Capitaine répondit qu'il en étoit
content, & commanda tirer une douzaine de barges avec leurs boulets le
travers du bois qui croit joignant lédits navires & hommes Sauvages;
dequoy furent tous si étonnez qu'ils pensoient que le ciel fût cheu sur
eux, & se prindrent à hurler & hucher si tresfort, qu'il sembloit
qu'enfer y fût vuidé. Et auparavant qu'ilz se retirassent ledit
_Taiguragni_ fit dire par interposées personnea que les compagnons du
gallion léquels étoient en la rade, avoient tué deux de leurs gens de
coups d'artillerie, dont se retirerent tous si à grand hâte qu'il
sembloit que les voulussions tuer. Ce qui ni se trouva verité: car
durant ledit jour ne fut dudit gallion tirée artillerie.



_Ruse inepte des Sauvages pour détourner le Capitaine Jacques Quartier
du voyage en_ Hochelaga: _Comme ilz figurent le diable: Depart de
Champlein de Tadoussac pour aller à Sainte-Croix: Nature & rapport du
païs: Ile d'Orleans._ Kebec: _Diamans audit_ Kebec: _Riviere de_
Batiscan.

CHAP. XIV

JE ne trouve en tout ce discours le sujet pourquoy les Sauvages de
_Canada_ habituez prés saincte Croix ne vouloient que le Capitaine
Quartier allât en _Hochelaga_ qui est vers le saut de la grande riviere.
Neantmoins je pense que c'étoient leurs ennemis, & pour ce n'avoient
point ce voyage agreable: ou bien ilz craignoient que ledit Capitaine ne
les abandonnât, & allât demeurer en _Hochelaga_. Et pour ce voyans que
pour leurs beaux ïeux icelui Capitaine ne vouloit differer son
entreprise, ilz s'aviserent d'une ruse grossiere (de verité) envers
nous, qui sommes armez de bouclier de la foy, mais qui n'est
impertinente entre eux & leurs semblables. Voici donc ce que l'Autheur
en dit:

Le dix-huitiéme jour dudit mois de Septembre pour nous cuider toujours
empecher d'aller à _Hochelaga_, songerent un grande finesse, qui fut
telle: ilz firent habiller trois hommes en la façon de trois diables,
léquelz étoient vétus de peaux de chiens noirs & blancs, & avoient
cornes aussi longues que le bras, & étoient peints par le visage de noir
comme charbon: & les firent mettre dans une de leurs barques à nôtre non
sceu. Puis vindrent avec leur bende comme avoient de coutume, auprés de
noz navires, & se tindrent dedans le bois sans apparoitre environ deux
heures attendans que l'heure & marée fût venue pour l'arrivée de ladite
barque: à laquelle heure sortirent tous, & se presenterent ainsi qu'ilz
vouloient faire. Et commença _Taiguragni_ à saluer le Capitaine, lequel
luy demanda s'il vouloit avoir le bateau. A quoy lui répondit ledit
_Taiguragni_ que non pour l'heure, mais que tantôt il entreroit dedans
lédits navires. Et incontinent arriva ladite barque, où étoient léditz
trois hommes apparoissans étre trois diables, ayans de grande cornes sur
leurs tétes, & faisoit celui du milieu, en venant, un merveilleux
sermon, & passérent le long de noz navires avec leurdite barque, sans
aucunement tourner leur veuë vers nous, & allerent assener & donner en
terre avec leurdite barque, & tout incontinent ledit _Donnacona_ & ses
gens prindrent ladite barque & lédits hommes léquelz s'étoient laissé
choir au fond d'icelle, comme gens morts, & porterent le tout ensemble
dans le bois, qui estoit distant dédites navires d'un jet de pierre, &
ne demeura une seule personne que tous ne se retirassent dedans ledit
bois. Et eux étans retirez commencerent une predication & prechement que
nous oyions de noz navires, qui dura environ demie heure. Aprés laquelle
sortirent lédits _Taiguragni & Domagaya_ dudit bois marchans vers nous
ayans les mains jointes & leurs chappeaux souz leurs coudes, faisans une
grande admiration. Et commença le dit _Taiguragni_ à dire, Jesus Maria,
Jacques Quartier regardant le ciel comme l'autre. Et le Capitaine voyant
leurs mines & ceremonies leur commença à demander qu'il y avoit, & que
c'étoit qui étoit survenu de nouveau, léquelz répondirent qu'il y avoit
de piteuses nouvelles, en disant, Nenni est-il bon (c'est à dire
qu'elles ne sont pas bonnes). Et le Capitaine leur demanda derechef que
c'étoit. Et ilz lui dirent que leur dieu nommé _Cudouagni_ avoit parlé à
_Hochelaga_, & que les trois hommes devant dits étoient venus de par lui
leur annoncer les nouvelles, & qu'il y avoit tant de glaces, & neges
qu'ilz mourroient tous. Déquelles paroles nous primmes tous à rire, &
leur dire que _Cudouagni_ n'étoit qu'un sot, & qu'il ne sçavoit ce qu'il
disoit, & qu'ilz le dissent à ses messagers, & que le sus les garderoit
bien de froid s'ils lui vouloient croire. Et lors ledit _Taiguragni_ &
son compagnon demanderent audit Capitaine s'il avoit parlé à Jesus. Et
il répondit que ses Pretres y avoient parlé, & qu'il feroit beau temps.
Dequoy remercierent fort ledit Capitaine, & s'en retournerent dedans le
bois dire les nouvelles aux autres, léquels à l'instant sortirent dudit
bois feignans étre joyeux dédites paroles. Et pour montrer qu'ils en
étoient joyeux, tout incontinent qu'ilz furent devant les navires
commencerent d'une commune voix à faire trois cris & hurlemens, qui est
leur signe de joye, & se prindrent à danser & chanter comme avoient de
coutume. Mais par resolution lédits _Taiguragni & Domagaya_ dirent au
Capitaine que ledit _Donnacona_ ne vouloit point que nul d'eux allât à
_Hochelaga_ avec lui s'il ne s'il ne bailloit plege qui demeurât à terre
avec ledit _Donnacona_. A quoy leur répondit le Capitaine que s'ilz
n'étoient deliberez y aller de bon courage, qu'ilz demeurassent, & que
pour eux ne lairroient mettre peine à y aller.

Or devant que nôtre Capitaine Jacques Quartier s'embarque pour faire son
voyage, allons querir Champlein, lequel nous avons laissé à _Tadoussac_
entretenant les Sauvages de discours Theologiques, & le conduisons
jusques à Sainte-Croix, où l'ayans laissé, nous reprendrons ledit
Capitaine pour nous conduire à _Hochelaga_ & au haut de la grande
riviere: en quoy faisans nous remarquerons paraventure avec ledit
Champlein quelques particularitez que n'avons veuës. Car je n'estime pas
qu'il y ait peu fait d'avoir remarqué, & comme pontillé jusques aux
petites roches & battures qui sont dans icelle riviere pour la seureté
des navigans, & à fin qu'en moins de temps ilz puissent penetrer par
tout, marchans souz cette conduite comme sur un chemin tout frayé. Il
dit donc:

Le Mercredy dix-huictieme jour de Juin nous partimes de _Tadoussac_ pour
aller au Saut. Nous passames prés d'une ile qui s'appelle l'ile du
Liévre qui peut étre à deux lieuës de la terre & bende du Nort, à
quelque sept lieuës dudit _Tadoussac_, & à cinq lieuës de la terre du
Su. De l'ile au Liévre nous rengeames la côte du Nort environ demie
lieuë, jusques à une pointe qui avance à la mer, où il faut prendre plus
au large. Ladite pointe est à une lieuë d'une ile qui s'appelle l'ile
aux Coudre qui peut tenir environ deux lieuës de large, & de ladite ile
à la terre du Nort, il y a une lieuë. Cette ile est quelque peu unie,
venant en amoindrissant par les deux bouts. Au bout de l'Ouest il y a
des prairies & pointes de rochers qui avancent quelque peu dans la
riviere. Elle est quelque peu agreable pour les bois qui l'environnent.
Il y a force ardoise, & y est la terre quelque peu graveleuse; au bout
de laquelle il y a un rocher qui avance à la mer environ demi lieuë.
Nous passames au Nort de ladite ile, distante de l'ile au Liévre de
douze lieuës.

Le Jeudy ensuivant nous en partimes & vimmes mouiller l'ancre à une ance
dangereuse du côté du Nort, où il y a quelques prairies, & une petite
riviere, où les Sauvages cabannent quelquefois. Cedit jour rengeans
toujours ladite côte du Nort, jusques à un lieu où nous relachames pour
les vens qui nous étoient contraires, où il y avoit force rochers &
lieux fort dangereux, nous fumes trois jours en attendant le beau temps.
Toute cette côte n'est que montagnes tant du côté du Su, que du côté du
Nort, la pluspart ressemblant à celle du Saguenay.

Le Dimanche vint-deuxiéme jour dudit mois nous en partimes pour aller à
l'ile d'Orleans, où il y a quantité d'iles à la bende du su, léquelles
sont basses, & couvertes d'arbres, semblans estre fort agreables,
contenans (selon que j'ay peu juger) les unes deux lieuës, & une lieuë,
& autres demie: Autour de ces iles ce ne sont que rochers & basses, fort
dangereux à passer, & sont éloignez quelques deux lieuës, & une lieuë de
la grand'terre du Su. Et delà vimmes renger à l'ile d'Orleans du côté du
su. Elle est à une lieuë de la terre du Nort, fort plaisante & unie,
contenant de long huit lieuës. Le côté de la terre du Su est basse,
quelques deux lieues avant en terre; lédites terres commencent à étre
basse à l'endroit de ladite ile, qui peut étre à deux lieues de la terre
du Su. A passer du côté du Nort, il y fait fort dangereux pour les bancs
de sable & rochers, qui sont entre ladite ile & la grand'terre, &
asseche préque toute de basse mer. Au bout de ladite ile je vis un
torrent d'eau qui débordoit de dessus une grande montagne de ladite
riviere de Canada, & dessus ladite montagne est terre unie & plaisante à
voir, bien que dedans lédites terres l'on voit de hautes montagnes qui
peuvent estre à quelques vint ou vint-cinq lieues dans les terres, qui
sont proches du premier Saut de _Saguenay_. Nous vimmes mouiller l'ancre
à _Kebec_ qui est un détroit de ladite riviere de Canada, qui a quelque
trois cens pas de large. Il y a à ce détroit de côté du Nort une
montagne assez hautes qui va en abbaissant des deux côtez. Tout le reste
est païs uni & beau, où il y a de bonnes terres pleines d'arbres comme
chénes, cyprez, boulles, sapins, & trembles, & autres arbres fruitiers
sauvages, & vignes: qui fait qu'à mon opinion si elles étoient cultivées
elles seroient bonnes comme les nôtres. Il y a le long de la côte dudit
_Kebec_ des diamans dans des rochers d'ardoise, qui sont meilleurs que
ceux d'Alençon. Dudit _Kebec_ jusques à l'ile au Couder il y a vint-neuf
lieuës.

Le Lundi vint-troisiéme dudit mois nous partimes de _Kebec_ où la
riviere commence à s'élargir quelquefois d'une lieuë, puis de lieuë &
demie, ou deux lieuës au plus. Le païs va de plus en plus en
embellissant. Ce sont toutes terres basses, sans rochers, que fort peu.
Le côté du Nort est rempli de rochers & bancs de sable, il faut prendre
celui du Su, comme d'une demie lieuë loin de terre. Il y a quelques
petites rivieres qui ne sont point navigables, si ce n'est pour les
canots des Sauvages, auquelles y a grande quantité de sauts. Nous vimmes
mouiller l'ancre jusques à Sainte-Croix, distante de _Kebec_ de quinze
lieuës. C'est une pointe basse qui va en haussant des deux côtez: Le
païs est beau & uni, & les terres meilleures qu'en lieu que j'eusse veu,
avec quantité de bois: mais fort peu de sapins & cyprés. Il s'y trouve
en quantité de vignes, poires, noisettes, cerises, grozelles rouges &
vertes, & de certaines petites racines de la grosseur d'une petite noix,
ressemblant au goust comme truffes, qui sont tres-bonnes roties &
bouillies; Toute cette terre est noire, sans aucuns rochers, sinon qu'il
y a grande quantité d'ardoise: elle est fort tendre, & si elle étoit
bien cultivée, elle seroit de bon rapport. Du côté du Nort il y a une
autre riviere qui s'appelle _Batiscan_, qui va fort avant en terre, par
où quelquefois les Algoumequins viennent: & une autre du méme côté à
trois lieuës de Sainte-Croix sur le chemin de _Kebec_, qui est celle où
fut Jacques Quartier au commencement de la découverture qu'il en fit, &
ne passa point plus outre.



_Voyage du Capitaine Jacques Quartier à_ Hochelaga: _Nature & fruits du
païs: Reception des François par les Sauvages: Abondance de vignes &
raisins: Grand lac: Rats musquez: Arrivée en_ Hochelaga: _Merveilleuse
rejouissance dédits Sauvages._

CHAP. XV

UN Poëte Latin parlant des langues & dictions qui perissent bien
souvent, & se remettent sus selon les humeurs & usages des temps, dit
fort bien:

_Multa renascentur quæ jam cecidere, cadentque._ Ainsi est-il des faits
de plusieurs personnages, déquels la memoire se pert bien souvent avec
les hommes & sont frustrez de la louange qui leur appartient. Et pour
n'aller chercher des exemples externes, le voyage de nôtre Capitaine
Jacques Quartier depuis Sainte-Croix jusques au saut de la grande
riviere, étoit inconu en ce temps ici, les ans & les hommes (car
Belleforet n'en parle point) lui en avoient ravi la louange, si bien que
Champlein pensoit étre le premier qui en avoit gaigné le pris. Mais il
faut rendre à chacun ce qui lui appartient, & suivant ce, dire que ledit
Champlein a ignoré l'histoire du voyage dudit Quartier: Et neantmoins ne
laisse d'estre louable en ce qu'il a fait. Mais je m'étonne que le sieur
du Port Gravé Capitaine hantant dés long temps les Terres-neuves, &
conducteur de la navigation dudit Champlein pour le sieur de Monts, ait
ignoré cela. Or pour ne nous amuser, voila la description du voyage
d'icelui Quartier au dessus du port de Sainte-Croix.

Le dix-neufiéme jour de Septembre nous appareillames & fimes voile avec
le gallion & les deux barques pour aller avec la marée amont ledit
fleuve, où trouvames à voir des deux côtez d'icelui les plus belles &
meilleures terres qu'il soit possible de voir, aussi unies que l'eau,
pleines des plus beaux arbres du monde, & tant de vignes chargées de
raisins le long du fleuve, qu'il semble mieux qu'elles y ayent été
plantées de main d'homme, qu'autrement. Mais pource qu'elles ne sont
cultivées, ni taillées, ne sont lédits rasions si doux, ne si gros comme
les nôtres. Pareillement nous trouvames grand nombre de maisons sur la
rive dudit fleuve, léquelles sont habitées de gens qui font grande
pécherie de tous bons poissons selon les saisons, & venoient en noz
navires en aussi grand amour & privauté que si eussions été du païs,
nous apportans force poisson & de ce qu'ils avoient, pour avoir de notre
marchandise, tendans les mains au ciel, faisans plusieurs ceremonies &
signes de joye. Et nous étans posés environ à vint-cinq lieues de
_Canada_ en un lieu nommé _Achelaci_, qui est un détroit dudit fleuve
fort courant & dangereux tant de pierres, que d'autres choses, là
vindrent plusieurs barques à bord, & entre autres vint un grand seigneur
du païs, lequel fit un grand sermon en venant & arrivant à bord,
montrant par signes evidens avec les mains & autres ceremonies, que
ledit fleuve étoit un peu plus à-mont fort dangereux, nous avertissant
de nous en donner garde. Et presenta celui Seigneur au Capitaine deux de
ses enfans à don, lequel print une fille de l'aage d'environ huit à neuf
ans, & refusa un petit garçon de deux ou trois ans, parce qu'il étoit
trop petit. Ledit Capitaine festiva ledit Seigneur & sa bende de ce
qu'il peut, & lui donna aucun petit present, duquel remercia ledit
Seigneur le Capitaine, puis s'en allerent à terre. Dempuis sont venus
celui Seigneur & sa femme voir leur fille jusques à _Canada_, & apporter
aucun petit present au Capitaine.

Dempuis ledit jour dix-neufiéme jusques au vint-huitiéme dudit mois nous
avons été navigans à-mont ledit fleuve sans perdre heure ni jour, durant
lequel temps avons veu & trouvé aussi beaucoup de païs & terres aussi
unies que l'on sçauroit desirer, pleines de plus beaux arbres du monde,
sçavoir chénes, ormes, noyer, pins, cedres, pruches, fraines, boulles,
sauls, oziers, & force vignes (qui est le meilleur) léquelles avoient si
grande abondance de raisins, que les compagnons (_c'est à dire les
matelots_) en venoient tout chargés à bord. Il y a pareillement force
gruës, cygnes, outardes, oyes, cannes, alouettes, faisans, perdris,
merles, mauvis, tourtres, chardonnerets, serins, linottes, rossignols, &
autres oyseaux, comme en France, & en grande abondance.

Ledit vint-huitiéme de Septembre nous arrivames à un grand lac & plaine
dudit fleuve large d'environ cinq ou six lieuës, & douze de long. Et
navigames ce jour à-mont ledit lac sans trouver par tout icelui que deux
brasses de parfond également sans hausser ni baisser. Et nous arrivans à
l'un des bouts dudit lac ne nous apparoissoit aucun passage, ni sortie,
ains nous sembloit icelui étre tout clos, sans aucune riviere, & ne
trouvames audit bout que brasse & demie, dont nous convint poser &
mettre l'ancre hors, & aller chercher passage avec noz barques, &
trouvames qu'il y a quatre ou cinq rivieres toutes sortantes dudit
fleuve en icelui lac, & venantes dudit _Hochelaga_. Mais en icelles
ainsi sortantes y a basses & traverses faites par le cours de l'eau où
il n'y avoit pour lors qu'une brasse de parfond, & lédites basses
passées y a quatre ou cinq brasses, qui étoit le temps des plus petites
eaux de l'année, ainsi que vimes par les flots dédites eaux qu'elle
croissent de plus de deux brasses de pic.

Toutes icelles rivieres circuissent & environnent cinq ou six belles
iles qui sont le bout d'icelui lac, pour se rassemblent environ quinze
lieues à-mont toutes en une. Celui jour nous fumes à l'une d'icelles ou
trouvames cinq hommes qui prenoient des bétes sauvages, léquelz vindrent
aussi privément à noz barques que s'ilz nous eussent veuz toute leur
vie, sans avoir peur ni crainte. Et nodites barques arrivées à terre,
l'un d'iceux hommes print ledit Capitaine entre ses bras, & le porta à
terre ainsi qu'il eust fait un enfant de six ans, tant estoit icelui
homme fort & grand. Nous leur trouvames un grand monceau de Rats
sauvages qui vont en l'eau, & sont gros comme Connils, & bons à
merveilles à manger, déquelz firent present audit Capitaine, qui leur
donna des couteaux & patenotres pour recompense. Nous leur demandames
par signes si c'étoit le chemin de _Hochelaga_; & ilz nous répondirent
qu'oui: & qu'il y avoit encore trois journées à y aller.

Le lendemain vint-neufiéme de Septembre le Capitaine voyant qu'il
n'étoit possible de pouvoir pour lors passer ledit gallion, fit
avictuailler & accoutrer les barques, & mettre victuailles pour le plus
de temps qu'il fût possible, & que lédites barques en peurent accuillir,
& se partant avec icelles accompagné de partie des Gentils-hommes,
sçavoir de Claude du Pont-briant Echanson de monseigneur le Dauphin,
Charles de la Pommeraye, Jean Govion & vint-huit mariniers y compris
Mace Jalouber, & Guillaume le Breton, ayant la charge souz ledit
Quartier des deux autres navires, pour aller à-mont ledit fleuve au plus
loin qu'il nous seroit possible. Et navigames de temps à gré jusques au
deuxiéme jour d'Octobre, que nous arrivames à _Hochelaga_, qui est
distant du lieu où étoit demeuré le gallion d'environ quarante-cinq
lieuës.

Durant lequel temps & chemin faisans, trouvames plusieurs gens du païs
qui nous apporterent du poisson & autres victuailles, dansans & menans
grand'joye de notre venue. Et pour les attraire & tenir en amitié avec
nous leur donnoit ledit Capitaine pour recompense des couteaux,
patenotres, & autres menues hardes, dequoy se contentoient fort. Et nous
arrivez audit _Hochelaga_, se rendirent audevant de nous plus de mille
personnes tant hommes, femmes, qu'enfans, léquelz nous firent aussi bon
recueil que jamais pere fit à enfant, menans une joye merveilleuse. Car
les hommes en une bende dansoient, & les femmes de leur part, & leurs
enfans d'autre, léquels nous apportoient force poisson & de leur pain
fait de gros mil, lequel ilz jettoient dedans nodites barques, en sorte
qu'il sembloit qu'il tombât de l'air. Voyant ce le Capitaine descendit à
terre accompagné de plusieurs de ses gens, & si tôt qu'il fut descendu,
s'assemblerent tous sur lui, & sur les autres, en faisans une chere
inestimable: & apportoient les femmes leurs enfans à brassées pour les
faire toucher audit Capitaine, & és autres qui étoient en sa compagnie,
en faisant une féte qui dura plus de demie heure. Et voyant ledit
Capitaine leur largesse, & bon vouloir, fit asseoir & ranger toutes les
femmes, & leur donna certaines patenotres d'étain, & autres menues
besongnes; & à partie des hommes des couteaux. Puis se retira à bord
dédites barques pour soupper & passer la nuit: durant laquelle demeura
Icelui peuple sur le bord dudit fleuve, au plus prés dédites barques,
faisans toute la nuit plusieurs feuz & danses, en disant à toutes heures
_Aguiazé_ qui est leur dire du salut & joye.



_Comment les Capitaines & les Gentils-hommes de sa compagnie, avec ses
mariniers bien armez & en bon ordre allerent à la ville de_ Hochelaga.
_Situation du lieu. Fruits du païs: Batimens: & maniere de vivre des
Sauvages._

CHAP. XVI

LE lendemain au plus matin le Capitaine accoutra, & fit mettre ses gens
en ordre pour aller voir la ville & demeurance dudit peuple, & une
montagne qui est jacente à ladite ville, où allerent avec ledit
Capitaine les Gentils-hommes, & vint mariniers, & laissa le par-sus pour
la garde des barques, & print trois hommes de ladite ville de
_Hochelaga_ pour les mener & conduire audit lieu. Et nous étans en
chemin, le trouvames aussi battu qu'il soit possible de voir en la plus
belle terre & meilleure plaine: des chénes aussi beaux qu'il y en ait en
forest de France, souz léquels estoit toute la terre couverte de glans.
Et nous ayans fait environ lieuë & demie trouvames sur le chemin l'un
des principaux seigneurs de ladite ville de _Hochelaga_, avec plusieurs
personnes, lequel nous fit signe qu'il se falloit reposer audit lieu
prés un feu qu'ils avoient fait audit chemin. Et lors commença ledit
seigneur à faire un sermon & prechement, comme ci-devant est dit étre
leur coutume de faire joy & conoissance, en faisant celui seigneur chere
audit Capitaine & sa compagnie, lequel Capitaine lui donna une couple de
haches & une couple de couteaux, avec une Croix & remembrance du
Crucifix qu'il lui fit baiser, & le lui pendit au col. Dequoy il rendit
grace audit Capitaine. Ce fait marchames plus outre, & environ demie
lieuë de là commençames à trouver les terres labourées, & belles grandes
campagnes pleines de blé de leurs terres, qui est comme mil de Bresil,
aussi gros ou plus que poins, duquel ilz vivent ainsi que nous faisons
de froment. Et au parmi d'icelles campagnes est située & assise ladite
ville de _Hochelaga_, prés & joignant une montagne qui est à-lentour
d'icelle, bien labourée & fort fertile, de dessus laquelle on voit fort
loin. Nous nommames icelle montagne _Le Mont Royal_. Ladite ville est
toute ronde, & close de bois à trois rangs, en façon d'une Pyramide
croisée par le haut, ayant la rengée du parmi en façon de ligne
perpendiculaire, puis rengée de bois couchez le long bien joints &
cousus à leur mode, & est de la hauteur d'environ deux lances. Et n'y a
en icelle ville qu'une porte & entrée qui ferme à barres, sur laquelle &
en plusieurs endroits de ladite cloture y a manieres de galleries &
echelles à y monter, léquelles sont garnies de rochers & cailloux pour
la garde & defense d'icelle. Il y a dans icelle ville environ cinquante
maison longues d'environ cinquante pas ou plus chacune, & douze ou
quinze pas de large, toutes faites de bois couvertes & garnies de
Grandes écorces, & pelures dédits bois, aussi large que tables, bien
cousues artificiellement selon leur mode: par dedans icelles y a
plusieurs aire & chambres: & au milieu d'icelles maisons y a une grande
salle par terre où font leur feu, & vivent en communauté, puis se
retirent en leurdites chambres les hommes avec leurs femmes & enfans, &
pareillement ont greniers au haut de leurs maisons où mettent leur blé,
duquel ilz font leur pain qu'ils appellent _Caraconi_, & le font en la
maniere ci-apres. Ils ont des piles de bois, comme à piler chanve, &
battent avec pilons de bois ledit blé en poudre, puis l'amassent en
pâte, & en font des tourteaux, qu'ilz mettent sur une pierre chaude,
puis le couvrent de cailloux chauds, & ainsi cuisent leur pain en lieu
de four. Ils font pareillement force potages dudit blé & de féves &
pois, déquels ils ont assez: & aussi de gros concombres, & autres
fruits. Ils ont aussi de grands vaisseaux comme tonnes en leurs maisons,
où ilz mettent leur poisson, sçavoir anguilles & autres qui seichent &
la fumée durant l'Eté, & vivent en Hiver, & de ce font un grand amas,
comme avons veu par experience. Tout leur vivre est sans aucun goût de
sel, & couchent sur écorces de bois étenduës sur la terre, avec
méchantes couvertures de peaux, dequoy font leurs vétemens, sçavoir
Loire, Biévres, Martes, Renars, Chats sauvages, Daims, Cerfs, & autres
sauvagines; mais la plus grande part d'eux sont quasi tout nuds.

La plus precieuse chose qu'ils ayent en ce monde est _Esurgni_, lequel
est blanc, & le prennent audit fleuve en Cornibots en la maniere qui
ensuit. Quant un homme a deservi la mort ou qu'ilz ont prins aucuns
ennemis à la guerre ilz le tuent, puis l'incisent par les fesses &
cuisses, & par les jambes, bras, & épaules à grandes taillades. Puis és
lieux où est ledit _Esurgni_ étalent ledit corps au fond de l'eau, & le
laissent dix ou douze heures, puis le retirent et trouvent dedans
lédites taillades & incisions lédits Cornibots, déquelz ilz font des
patenotres, & de ce usent comme nous faisons d'or & d'argent, & le
tiennent la plus precieuse chose du monde. Il a la vertu d'étancher le
sang des nazilles: car nous l'avons experimenté. Cedit peuple ne
s'addonne qu'à labourage & pécherie pour vivre. Car des biens de ce
monde ne font compte, parce qu'ilz n'en ont conoissance, & qu'ils ne
bougent de leur païs, & ne sont ambulatoires comme ceux de _Canada_, &
du _Saguenay_: nonobstant que lédits Canadiens leur soient sujets, avec
huit ou neuf autres peuples qui sont sur ledit fleuve.



_Arrivée du Capitaine Quartier à_ Hochelaga: _Accueil & caresses à lui
faites: Malades lui sont apportez pour les toucher: Mont-Royal: Saut de
la grande riviere de_ Canada: _Etat de ladite riviere outre ledit Saut:
Mines: Armures de bois, duquel usent certains peuples: Regret de sa
départie._

CHAP. XVII

AINSI comme fumes arrivés auprés d'icelle ville se rendirent au-devant
de nous grand nombre des habitans d'icelle, léquels à leur façon de
faire nous firent bon recueil, & par noz guides & conducteurs fumes
remenez au milieu d'icelle ville, où y a une place entre les maisons
spacieuse d'un jet de pierre en quarré, ou environ, léquelz nous firent
signe que nous arrétassions audit lieu: ce que nous fimes: & tout
soudain s'assmblerent toutes les femmes & filles de ladite ville, dont
l'une partie étoient chargez d'enfans entre leurs bras, qui vindrent
baiser le visage, bras, & autres endroits de dessus le corps où ilz
pouvoient toucher, pleurans de joye de nous voir, nous faisans la
meilleure chere qu'il leur étoit possible en nous faisans signe qu'il
nous peût toucher leurdits enfans. Apres ces choses faites les hommes
firent retirer les femmes, & s'assirent sur la terre à-l'entour de nous
comme si eussions voulu jouer un mystere. Et tout incontinent revindrent
plusieurs femmes qui aporterent chacun une natte quarrée en façon de
tapisserie, & les étendirent sur la terre au milieu de ladite place, &
nous firent mettre sur icelles. Apres léquelles choses ainsi faites, fut
aporté par neuf ou dix hommes le Roy & Seigneur du païs, qu'ilz
appellent en leur langur _Agouhanna_, lequel estoit assis sus une grande
peau de cerf & le vindrent poser dans ladite place sur lédites nattes
prés du Capitaine, en faisans signe que c'étoit leur Seigneur. Celui
_Agouhanna_ étoit de l'aage d'environ cinquante ans, & 'étoit point
mieux accoutré que les autres, fort qu'il avoit à l'entour de sa téte
une maniere de liziere rouge pour sa Corone, faite de poil d'herissons,
& étoit celui Seigneur tout perclus & malade de ses membres. Apres qu'il
eut fait son signe de salut audit Capitaine & à ses gens, en leur
faisant signes evident qu'ilz fussent les bien venus, il montra ses bras
& jambes audit Capitaine, le priant les vouloir toucher, comme s'il lui
eût demandé guerison & santé. Et lors le Capitaine commença à lui
frotter les bras & jambes avec les mains: & print ledit _Agouhanna_ la
liziere & Corone qu'il avoit sur sa téte, & la donna audit Capitaine. Et
tout incontinent furent amenés audit Capitaine plusieurs malades, comme
aveugles, borgnes, boiteux, impotens, & gens si tres-vieux, que les
paupieres des yeux leur pendoient sur les joues: & seoient & couchoient
prés ledit Capitaine pour les toucher: tellement qu'il sembloit que Dieu
fût là descendu pour les guerir. Ledit Capitaine voyant la pitié && foy
de cedit peuple, dit l'Evangile sainct Jean, sçavoir _l'In principio_,
faisant le signe de la Croix sur les pauvres malades, priant Dieu qu'il
leur donnât conoissance de nôtre saincte Foy, & de la passion de nôtre
Sauveur, & grace de recouvrer Chrétienté & Baptéme. Puis print ledit
Capitaine une paire d'Heures, & tout hautement leut mot à mot la Passion
de nôtre Seigneur, si que tous les assistans la peuvent ouïr, où tout ce
pauvre peuple fit un grand silence, & furent merveilleusement bien
entendibles, regardans le ciel & faisans pareilles ceremonies qu'ilz
nous voyoient faire. Apres laquelle fit ledit Capitaine ranger tous les
hommes d'un côté, les femmes d'un autre, & les enfans d'autre, & donna
és principaux & autres des couteaux & des hachots: & és femmes des
patenotres, & autre menuës choses: puis jetta parmi la place entre
lédits enfans des petites bagues, & _Agnus Dei_ d'étain, dequoy menerent
une merveilleuse joye. Ce fait, le Capitaine commanda sonner les
trompettes & autres instrumens de Musique, dequoy ledit peuple fut fort
rejouï. Apres léquelles choses nous primmes congé d'eux, & nous
retirames. Voyans ce, le femmes se mirent au devant de nous pour nous
arréter & nous apporterent de leurs vivres, léquels ilz nous avoient
apprétez, sçavoir poisson, potages, féves, pain, & autres choses, pour
nous cuider faire repaitre, & diner audit lieu. Et pource que lédits
vivres n'étoient à nôtre gout, & qu'il n'y avoit gout de sel, les
remerciames, leur faisans signe que n'avions besoin de repaitre.

Aprés que nous fumes sortis de ladite ville, fumes conduits par
plusieurs hommes & femmes d'icelle sur la montagne devant dite, qui est
par nous nommée Mont-Royal, distant dudit lieu d'un quart de lieuë. Et
nous étans sur ladite montagne eumes cognoissance de plus de trente
lieuës à l'environ d'icelle, dont y a vers le Nort une rangée de
montagnes, qui sont Est & Ouest gisantes, & autant vers le Su: entre
léquelles montagnes est la terre la plus belle qu'il soit possible de
voir, labourable, unie, & plaine: & par le milieu dédites terres voyions
ledit fleuve outre le lieu où étoient demeurées nodites barques, où il y
a un Saut d'eau le plus impetueux qu'il soit possible de voir, lequel ne
nous fut possible de passer, & voyions ledit fleuve tant que l'on
pouvoit regarder grand, large, & spacieux, qui alloit au Surouest, &
passoit par auprés de trois belles montagnes rondes que nous voyions, &
estimions qu'elles étoient à environ quinze lieuës de nous: & nous fut
dit & montré par signes par les trois hommes qui nous avoient conduit,
qu'il y avoit trois iceux Sauts d'eau audit fleuve, comme celui où
étoient nodites barques: mais nous ne peumes entendre quelle distance il
y avoit entre l'un & l'autre. Puis nous montroient que lédits Sauts
passez l'on pouvoit naviger plus de trois lunes (_c'est à dire trois
mois_) par ledit fleuve. Et là-dessus me souvient que _Donnacona_
seigneur des Canadiens nous a dit quelquefois avoir été à une terre, où
ilz sont une lune à aller avec leurs barques depuis _Canada_, jusques à
ladite terre, en laquelle il y croit force canelle & girofle. Et
appellent ladite canelle _Adotathui_, le girofle _Cananotha_. Et outre
nous montroient que le long dédites montaignes estant vers le Nort y a
une grande riviere qui descend de l'Occident comme ledit fleuve. Nous
estimons que c'est la riviere qui passe par le royaume & province du
_Saguenay_. Et sans que leur fissions aucune demande & signe prindrent
la chaine du sifflet du Capitaine qui est d'argent, & un manche de
poignard qui étoit de laiton jaune comme or, lequel étoit au côté de
l'un de noz mariniers, & montrerent que cela venoit d'amont ledit
fleuve, & qu'il y avoit des _Agojuda_, qui est à dire mauvaises gens,
qui étoient armez jusques sur les doigts, nous montrans la façon de
leurs armures, qui sont de cordes & bois lassez & tissus ensemble, nous
donnans à entendre que lédits _Agojuda_ menoient la guerre continuelle
les uns és autres: mais par defaut de langue ne peumes avoir conoissance
combien il y avoit jusques audit païs. Ledit Capitaine leur montra du
cuivre rouge, qu'ils appellent _Caigedazé_, leur montrant vers ledit
lieu, & demandant par signe s'il venoit de là. Ilz commencerent à
secouer le téte disans que non, & montrans qu'il venoit du _Saguenay_,
qui est au contraire du precedent. Aprés léquelles choses ainsi veuës &
entenduës nous retirames à noz barques, qui ne fut sans avoir conduite
de grand nombre dudit peuple, dont partie d'eux quand venoient noz gens
las les chargeoient sur eux comme sur chevaux, & les portoient. Et nous
arrivez à noz barques fimes voiles pour retourner à nôtre gallion pour
doute qu'il n'eût aucun encombrier. Lequel partement ne fut sans grand
regret dudit peuple. Car tant qu'ilz nous peurent suivir à-val ledit
fleuve, ilz nous suivirent. Et tant fumes que nous arrivames à notredit
gallion le Lundi quatriéme jour d'Octobre.



_Retour de Jacques Quartier au port de Sainte-Croix aprés avoir été à_
Hochelaga: _Sauvages gardent les tétes de leurs ennemis: Les_ Toudamans
_ennemis des_ Canadiens.

CHAP. XVIII

LE Mardi cinquiéme jour dudit mois d'Octobre nous fimes voiles, &
appareillames avec nôtre dit gallion & barques pour retourner à la
province de Canada, au port de Sainte-Croix où étoient demeurez noditz
navires: & le septiéme jour nous vimmes poser le travers d'une riviere,
qui vient devers le Nort sortant audit fleuve, à l'entour de laquelle y
a quatre petites iles, & pleines d'arbres. Nous nommames icelle riviere,
_La riviere de Fouez (je croy qu'il veut dire Foix)_. Et pource que
l'une d'icelles iles s'avance audit fleuve, & la voit-on de loin, ledit
Capitaine fit planter une belle Croix sur la pointe d'icelle, & commanda
apporter les barques, pour aller avec marée dedans icelle riviere, pour
voir le parfond & nature d'icelle. Et nagerent celui jour à-mont ledit
fleuve. Mais parce qu'elle fut trouvée de nulle experience, ni profonde,
retournerent, & appareillames pour aller à-val.

Le Lundy unziéme jour d'Octobre nous arrivames au hable de Sainte-Croix
où étoient noz navires, & trouvames que les Maitres & marinier qui
étoient demeurés avoient fait un Fort devant lédits navires tout clos de
grosse pieces de bois plantées debout joignant les unes aux autres, &
tout à l'entour garni d'artillerie, & bien en ordre pour se defendre
contre tout le païs. Et tout incontinent que le Seigneur du païs fut
averti de nôtre venuë, vint le lendemain accompagné de _Taiguragni &
Domagaya_, & plusieurs autres pour voir ledit Capitaine, & lui firent
une merveilleuse féte, feignans avoir grand joye de sa venuë, lequel
pareillement leur fit assez bon recueil, toutefois qu'ilz ne l'avoient
pas desservi. Le Seigneur _Donnacona_ pria le Capitaine d'aller le
lendemain voir à _Canada_. Ce que lui promit ledit Capitaine. Et le
lendemain treziéme dudit mois le dit Capitaine accompagné des
Gentils-hommes & de cinquante compagnons bien en en ordre allerent voir
ledit _Donnacona_ & son peuple, qui est distant du lieu où étoient noz
navires de demie lieuë, & se nomme leur demeurance _Stadaconé_. Et nous
arrivés audit lieu, vindrent les habitans au devant de nous loin de
leurs maisons d'un jet de pierre, ou mieux; & là se rangerent & assirent
à leur mode & façon de faire, les hommes d'une part & les femmes de
l'autre debout, chantans & dansans sans cesse. Et apres qu'ilz
s'entrefurent saluez & fait chere les uns aux autres, le Capitaine donna
és hommes des couteaux & autre chose de peu de valeur, & fit passer
toutes les femmes & filles pardevant lui, & leur donna à chacune une
bague d'étain, dequoy ilz remercierent ledit Capitaine qui fut par ledit
_Donnacona & Taiguragni_ mené voir leurs maisons, léquelles étoient bien
étotées de vivres selon leur sorte pour passer leur hiver. Et fut par
ledit _Donnacona_ montré audit Capitaine les peaux de cinq tétes
d'hommes étenduës fur des bois, comme peaux de parchemin: & nous dit que
c'étoit des _Toudamans_ de devers le Su, qui leur menoient
continuellement la guerre. Outre nous fut dit qu'il y a deux ans passez
que lédits _Toudamans_ les vindrent assaillir jusques dedans ledit
fleuve à une ile qui est le travers du _Saguenay_, où ils étoient à
passer la nuit tendans aller à _Hongnedo_ leur mener guerre avec environ
deux cens personnes tant hommes, femmes qu'enfans, léquels furent
surpris en dormant dedans un Fort qu'ils avoient fait: où mirent léditz
_Todamans_ le feu tout à l'entour, & comme Ilz sortoient les tuerent
tous reservez cinq, qui échapperent. De laquelle détrousse se plaignent
encore fort, nous montrans qu'ils en auroient vengeance. Apres léquelles
choses veuës nous retirames en noz navires.



_Voyage de Champlein depuis le Port de Sainte-Croix jusques au Saut de
la grande riviere, où sont remarquées les rivieres, iles, & autres
choses qu'il a découvertes audit voyage: & particulierement la riviere,
le peuple, & le pays des_ Iroquois.

CHAP. XIX

PAR le rapport des quatre derniers chapitres nous avons veu que (contre
l'opinion de Champlein) le Capitaine Jacques Quartier a penetré dans la
grande riviere jusques où il est possible d'aller. Car de gaigner le
dessus du Saut, qui dure une lieuë, tombant toujours ladite riviere en
precipices & parmi les roches, il n'y a pas de moyen avec bateaux. Aussi
le méme Champlein ne l'a point fait: & ne recite point de plus grandes
merveilles de cette riviere que ce que nous avons entendu par le recit
dudit Quartier. Mais il ne nous faut pourtant negliger ce qu'il nous en
a laissé par écrit. Car on pourroit paraventure accuser iceluy Quartier
d'avoir fait à croire ce qu'auroit voulu, & par le temoignage & rapport
d'un qui ne sçavoit point la verité de ses découvertes la chose sera
mieux confirmée. Car _En la bouche de deux ou trois témoins toute parole
sera resolue & arretée_. Joint qu'en un voyage de quelques deux cens
lieuës qu'il y a depuis Sainte-Croix jusques audit Saut, ledit Champlein
a remarqué des choses à quoy ledit Quartier n'a pas pris garde. Oyons
donc ce qu'il dit en la relation de son voyage.

Le Mercredy vint-quatriéme jour du mois de Juin, nous partimes dudit
Sainte-Croix, où nous retardames une marée & demie, pour le lendemain
pouvoir passer de jour, à cause de la grande quantité de rochers qui
sont au travers de ladite riviere (chose étrange à voir) qui asseche
préque toute la basse mer: Mais à demi flot, l'on peut commencer à
passer librement, toutefois il faut y prendre bien garde avec la sonde à
la main. La mer y croit prés de trois brasses & demie. Plus nous allions
en avant & plus le païs est beau: nous fumes à quelque cinq lieues &
demie mouiller l'ancre à la bende du Nort. Le Mercredi ensuivant nous
partimes de cedit lieu, qui est païs plus plat que celui de devant,
plein de grande quantité d'arbres comme à Sainte-Croix: Nous passames
prés d'une petite ile qui étoit remplie de vignes, & vimmes mouiller
l'ancre à la bende du Su, prés d'un petit côteau: mais étant dessus ce
sont terres unies. Il y a une autre petite ile à trois lieuës de
Sainte-Croix, proche de la terre du Su. Nous partimes le Jeudi ensuivant
dudit côteau, & passames prés d'une petite ile, qui est proche de la
bende du Nort, où je fus à quelques six petites rivieres, dont il y en a
deux qui peuvent porter batteaux assez avant, & une autre qui a quelque
trois cens pas de large: à son entrée il y a quelques iles, & va fort
avant dans terre: C'est la plus creuse de toutes les autres, léquelles
sont fort plaisantes à voir, les terres étans pleines d'arbres qui
ressemblent à des noyers, & en ont la méme odeur, mais je n'y ay point
veu de fruit, ce qui me met en doute. Les Sauvages m'ont dit qu'il porte
son fruit comme les nôtres. Passant plus outre, nous rencontrames une
ile, qui s'appelle _Saint Eloy_, & une autre petite ile, laquelle est
tout proche de la terre du Nort. Nous passames entre ladite ile & ladite
terre du Nort, où il y a de l'une à l'autre quelques cent cinquante pas.
De ladite ile jusques à la bande du Su une lieue & demie passames proche
d'une riviere, où peuvent aller les Canots. Toute cette côte du Nort est
assez bonne. L'on y peut aller librement, neantmoins la sonde à la main,
pour eviter certaines pointes. Toute cette côte que nous rangeames est
sable mouvant, mais entrant quelque peu dans les bois la terre est
bonne. Le Vendredi ensuivant nous partimes de cette ile, côtoyans
toujours la bende du Nort tout proche terre, qui est basse, & pleine de
tous bons arbres & en quantité jusques aux trois rivieres, où il
commence d'y avoir temperature de temps, quelque peu dissemblable à
celuy de Saincte-Croix, d'autant que les arbres y sont plus avancez
qu'en aucun lieu que j'eusse encore veu. Des trois rivieres jusques à
Sainte-Croix il y a quinze lieuës. En cette riviere il y a six iles,
trois déquelles sont fort petites, & les autres de quelque cinq à six
cens pas de long, fort plaisantes & fertiles pour le peu qu'elles
contiennent. Il y en a une au milieu de ladite riviere qui regarde le
passage de celle de _Canada_, & commande aux autres éloignées de la
terre, tant d'un côté que d'autre de quatre à cinq cens pas. Elle est
élevée du côté du su, & va quelque peu en baissant du côté du Nort: Ce
seroit à mon jugement un lieu propre pour habiter, 7 pourroit-on le
fortifier promptement, car sa situation est forte de foy, & proche d'un
grand lac qui n'en est qu'à quelques quatre lieuës, lequel préque joint
la riviere du _Saguenay_, selon le rapport des Sauvages qui vont prés de
cent lieuës au Nort, & passent nombre de Sauts, puis vont par terre
quelques cinq ou six lieuës, & entrent dedans un lac, d'où ledit
_Saguenay_ prend la meilleure part de sa source, & lédits Sauvages
viennent dudit lac à _Tadoussac_. Aussi que l'habitation des trois
rivieres seroit un bien pour la liberté de quelques nations qui n'osent
venir par là, à-cause dédits _Iroquois_ leurs ennemis, qui tiennent
toute ladite riviere de _Canada_ bordée: mais étant habité, on pourroit
rendre lédits _Iroquois_ & autres Sauvages amis, ou à tout le moins souz
la faveur de ladite habituation lédits Sauvages viendroient librement
sans crainte & danger, d'autant que ledit lieu des trois rivieres est un
passage. Toute la terre que je veis à la terre du Nort est sablonneuse.
Nous entrames environ une lieuë dans ladite riviere, 8 ne peumes passer
plus outre, à-cause du grand courant d'eau. Avec un esquif nous fumes
pour voir plus avant, mais nous ne fimes pas plus d'une lieuë que nous
rencontrames un Saut d'eau fort étroit, comme de douze pas; ce qui fut
occasion que nous ne peumes passer plus outre. Toute la terre que je vis
aux bords de ladite riviere va en haussant de plus en plus, qui est
remplie de quantité de sapins, & cyprez, & fort peu d'autres arbres.

Le Samedi ensuivant nous partimes des trois rivieres & vimmes mouiller
l'ancre à un lac où il y a quatre lieuës. Tout ce païs depuis les trois
rivieres jusques à l'entrée dudit lac, est terre à fleur d'eau, & du
côté du Su quelque peu plus haute. Ladite terre est tres-bonne & la plus
plaisante que nous eussions encores veuë, les bois y sont assez clairs,
qui fait que l'on les pourroit traverser aisément. Le lendemain
vint-neufiéme de Juin nous entrames dans le lac, qui à quelque quinze
lieuë de long, & quelques sept ou huit lieuës de large. A son entré du
côté du Su environ une lieuë il y a une riviere qui est assez grande, &
va dans les terres quelques soixante ou quatre-vints lieuës, &
continuant du méme côté il y a une autre petite riviere qui entre
environ deux lieues en terre, & sort de dedans un autre petit lac qui
peut contenir quelques trois ou quatre lieues du côté du Nort, où la
terre y est parfois fort haute, on voit jusques à quelques vint lieues,
mais peu à peu les montagnes viennent en diminuant vers l'Ouest comme
païs plat. Les Sauvages disent que la pluspart de ces montagnes sont
mauvaises terres. Ledit lac a quelques trois brasses d'eau par où nous
passames, qui fut préque au milieu. La longueur git d'Est & Ouest, & la
largeur du Nort au Su. Je croy qu'il ne laisseroit d'y avoir de bons
poissons, comme les especes que nous avons pardeça. Nous le traversames
en ce méme jour & vimmes mouiller l'ancre environ deux lieuës dans la
riviere qui va au haut, à l'entrée de laquelle il y a trente petites
iles, selon ce que j'ay peu voir, les unes sont de deux lieuës, d'autres
de lieuë & demie, &U quelques unes moindres, léquelles sont remplies de
quantité de Noyers, qui ne sont gueres differens de nôtres, & croy que
les noix en sont bonnes en leur saison. J'en vis en quantité souz les
arbres, qui étoient de deux façons, les unes petites & les autres
longues, comme d'un pouce, mais elles étoient pourries. Il y a aussi
quantité de vignes sur le bord dédites iles; mais quand les eaux sont
grandes, la plupart d'icelles sont couvertes d'eau, & ce païs est
encores meilleur qu'aucun autre que j'eusse veu. Le dernier de Juin nous
en partimes, & vimmes passer à l'entree de la riviere des _Iroquois_, où
étoient cabannez & fortifiez les Sauvages qui leur alloient faire la
guerre. Leur forteresse est faite de quantité de battons fort pressez
les uns contre les autres, laquelle vient joindre d'un côté sur le bord
de la grande riviere, & l'autre sur le bord de la riviere des
_Iroquois_, & leurs canots arrengez les uns contre les autres sur le
bord, pour pouvoir promptement fuir, si d'aventure ils sont surprins des
_Iroquois_: car leur forteresse est couverte d'écorces de chénes, & ne
leur sert que pour avoir le temps de s'embarquer: Nous fumes dans la
riviere des _Iroquois_ quelques cinq ou six lieuës, & ne peumes passer
plus outre avec notre barque, à-cause du grand cours d'eau qui descend,
& aussi que l'on ne peut aller par terre & tirer la barque pour la
quantité d'arbres qui sont sur le bord. Voyans ne pouvoir avancer
davantage, nous primmes nôtre équif pour voir si le courant étoit plus
addoucy, mais allant à quelques deux lieuës il étoit encores plus fort,
& ne peumes avancer plus avant. Ne pouvans faire autre chose nous nous
en retournames en notre barque. Toute cette riviere est large de
quelques trois à quatre cens pas, fort saine. Nous y vimmes cinq iles,
distantes les unes des autres d'un quart ou demie lieuës, ou d'une lieuë
au plus: une déquelles contient une lieuë, qui est la plus proche; & les
autres sont fort petites. Toutes ces terres sont couvertes d'arbres, &
terres basses, comme celles que j'avois veu auparavant, mais il y a plus
de sapins & cyprez qu'aux autres lieux. La terre ne laisse d'y estre
bonne bien qu'elle soit quelque peu sablonneuse. Cette riviere va comme
au Surouest. Les Sauvages disent, qu'à quelques quinze lieuës d'où nous
avons esté, il y a un saut qui vient de fort haut, où ils portent leurs
Canots pour le passer environ un quart de lieuë, & entrent dedans un
lac, où à l'entrée il y a trois iles; & étans dedans ils en rencontrent
encores quelques-unes. Il peut contenir quelques quarante ou cinquante
lieuës de long, & de large quelques vint-cinq lieuës, dans lequel
descendent quantité de rivieres jusques au nombre de dix, léquelles
portent canots assés avant. Puis venant à la fin dudit lac, il y a un
autre saut, & rentrent dedans un autre lac, qui est de la grandeur du
premier, au bout duquel sont cabannez les _Iroquois_. Ils disent aussi
qu'il y a une riviere que va rendre à la côte de la Floride, d'où il
peut avoir dudit dernier lac quelques cent lieues. Tout le païs des
_Iroquois_ est quelque peu montagneux, neantmoins tres bon, temperé,
sans beaucoup d'hiver, que fort peu.



_Arrivée au saut: Sa description, & ce qui s'y void de remarquable: Avec
le rapport des Sauvages touchant la fin ou plustot l'origine de la
grande riviere._

CHAP. XX

AU partir de la riviere des _Iroquois_, nous fumes mouiller l'ancre à
trois lieues de là, à la bende du Nort. Tout ce païs est une terre
basse, remplie de toutes les sortes d'arbres que j'ay dit ci-dessus. Le
premier jour de Juillet, nous côtoyames la bende du Nort où le bois y
est fort clair plus qu'en aucun lieu que nous eussions encores veu
auparavant, & toute bonne terre pour cultiver. Je me mis dans un canot à
la bende du Su, ou je veis quantité d'elles, léquelles sont fort
fertiles en fruits comme Vignes, Noix, Noizettes, & une maniere de fruit
qui semble à Chataignes, Cerises, Chénes, Trembles, Pible, Houblon,
Frene, Erable, Hetre, Cyprez, fort peu de Pins & Sapins: il y a aussi
d'autres arbres que je ne conois point, léquels sont fort aggreables. Il
s'y trouve quantité de Fraizes, Framboises, Grozelles rouges vertes &
bleuës, avec force petits fruits qui y croissent parmi grande quantité
d'herbages. Il y a aussi plusieurs bétes sauvages, comme Orignacs,
Cerfs, Biches, Daims, Ours, Porc-epics, Lapins, Renards, Castors,
Loutres, Rats musquets, & quelques autre sortes d'animaux que je ne
conois point, léquels sont bons à manger, & dequoy vivent les Sauvages.
Nous passames contre une ile qui est fort aggreable, & contient quelques
quatre lieues de long, & environ demie de large. Je veis à la bende du
Su deux hautes montagnes, qui paroissoient comme à quelques vint lieues
dans les terres. Les Sauvages me dirent que c'étoit le premier saut de
ladite riviere des _Iroquois_. Le Mercredi ensuivant nous partimes de ce
lieu, & fimes quelques cinq ou six lieues, nous vimes quantité d'iles.
La terre y est fort basse, & sont couvertes de bois, ainsi que celles de
la riviere des _Iroquois._ Le jour ensuivant nous fimes quelques lieues,
& passames aussi par quantité d'autres iles qui sont tres-bonnes &
plaisantes, pour la quantité des prairies qu'il y a tant du côté de
terre ferme, que des autres iles: & tous les bois y sont fort petits, au
regard de ceux que nous avions passé. En fin nous arrivames cedit jour à
l'entrée du saut, avec vent en poupe, & rencontrames une ile qui est
préque au milieu de ladite entrée, laquelle contient un quart de lieuë
de long, & passames à la bende du Su de ladite ile, où il n'y avoit que
de trois à quatre ou cinq pieds d'eau, & aucunes fois une brasse ou
deux, & puis tout à un coup n'en trouvions que trois ou quatre pieds. Il
y a force rochers, & petites iles, où il n'y a point de bois, & sont à
fleur d'eau. Du commencement de la susdite ile, qui est au milieu de
ladite entrée, l'eau commence à venir de grande force: bien que nous
eussions le vent fort bon, si ne peumes nous en toute nôtre puissance
beaucoup avancer; toutefois nous passames ladite ile qui est à l'entrée
dudit saut. Voyans que nous ne pouvions avancer, nous vimmes mouiller
l'ancre à la bende du Nort, contre une petite ile qui est fertile en la
pluspart des fruits que j'ay dit ci-dessus: Nous appareillames aussitôt
nôtre esquif, que l'on avoit fait faire exprés pour passer ledit saut:
dans lequel nous entrames ledit sieur du Pont & moy; avec quelques
autres Sauvages que nous avions menez pour nous montrer le chemin.
Partans de notre barque, nous ne fumes pas trois cens pas qu'il nous
fallut descendre, & quelques Matelots se mettre à l'eau pour passer
nôtre esquif. Le canot des Sauvages passoit aisément. Nous rencontrames
une infinité de petits rochers, qui étoient à fleur d'eau, où nous
touchions souventefois, & des iles en grand nombre grandes & petites,
voire si grande, qu'on ne les peut à peine conter, léquelles passées il
y a une maniere de lac, où sont toutes ces iles, lequel peut contenir
quelques cinq lieuës de long, & préque autant de large, où il y a
quantité de petites iles qui sont rochers. Il y a proche dudit saut une
montagne qui découvre assez loin dans lédites terres, & une petite
riviere qui vient de ladite montagne tomber dans le lac. L'on voit du
côté du Su quelques trois ou quatre montagnes qui paroissent comme à
quelque quinze ou seize lieuës dans les terres. Il y a aussi deux
rivieres, l'une qui va au premier lac de la riviere des _Iroquois_, par
où quelquefois les _Algoumequins_ leur vont faire la guerre, & l'autre
qui est proche du saut qui va quelque peu dans les terres. Venans à
approcher dudit saut avec nôtre petit esquif, & le canot, je vous
asseure que jamais je ne vis un torrent d'eau déborder avec une telle
impetuosité comme il fait, bien qu'il ne soit pas beaucoup haut, n'étant
en d'aucuns lieux que d'une brasse ou deux, & au plus de trois: il
descend comme de degré en degré & en chaque lieu où il y a quelque chose
de hauteur il s'y fait un ébouillonnement étrange de la force & roideur
que va l'eau en traversant ledit saut, qui peut contenir une lieuë: il y
a force rochers de large, & environ le milieu il y a des iles qui sont
fort étroites & fort longues, où il y a saut tant du côté dédites iles
qui sont au Su, comme du côté du Nort, où il fait si dangereux, qu'il
est hors de la puissance d'hommes d'y passer un bateau, pour petit qu'il
soit. Nous fumes par terre dans les bois pour en voir la fin, où il y a
une lieuë, & où l'on ne voit plus de rochers ni de sauts, mais l'eau y
va si vite qu'il est impossible de plus; & ce courant contient quelques
trois ou quatre lieuës. Outre ce saut premier il y en a dix autres, la
pluspart difficiles à passer de façon que ce seroit de grandes peines &
travaux pour pouvoir voir, & faire ce que l'on pourroit se promettre par
bateau, si ce n'étoit À grands fraiz & dépens, & encores en danger de
travailler en vain: mais avec les canots des Sauvages l'on peut aller
librement & promptement en toutes les terres, tant aux petites rivieres
comme aux grandes: Si bien qu'en se gouvernant par le moyen dédits
Sauvages & de leurs canots, l'on pourra voir tout ce qui se peut, bon &
mauvais, dans un an ou deux. Tout ce peu de païs du côté dudit saut que
nous traversames par terre, est bois fort clair, où l'on peut aller
aisément avec armes sans beaucoup de peine: l'air y est plus doux &
temperé, & de meilleure terre qu'en lieu que j'eusse veu, où il y a
quantité de bois & fruits, comme en tous les autres lieux ci-dessus, &
est par les quarante-cinq degrés & quelques minutes. Voyans que nous ne
pouvions faire davantage, nous en retournames en nôtre barque, où nous
interrogeames les Sauvages que nous avions, de la fin de la riviere, que
je leur fis figurer de la main, & de quelle partie procedoit sa source.
Ilz nous dirent que passé le premier saut que nous avions veu, ilz
faisoient quelques dix ou quinze lieuës avec leurs canots dedans la
riviere, où il y a une riviere qui va en la demeure des _Algoumequins_;
qui sont à quelques soixante lieues éloignez de la grande riviere; &
puis ilz venoient à passer cinq sauts, léquels peuvent contenir du
premier au dernier huit lieues, déquels il y en a deux où ilz portent
leurs canots Pour les passer, chaque saut peut tenir quelque demi quart
de lieue, ou un quart au plus. Et puis ilz viennent dedans un lac, qui
peut tenir quelques quinze ou seize lieues de long. Delà ilz rentrent
dedans une riviere, qui peut contenir une lieue de large, & font quelque
deux lieues dedans, & puis r'entrent dans un autre lac de quelques
quatre ou cinq lieues de long; venant au bout duquel ilz passent cinq
autres sauts, distans de premier au dernier quelques vint-cinq ou trente
lieues, dont il y en a trois où ilz portent leurs canots pour les
passer, & les autres deux ilz ne les font que trainer dedans l'eau,
d'autant que le cours n'y est si fort ne mauvais comme aux autres. De
tous ces sauts aucun n'est si difficile à passer comme celui que nous
avons veu. Et puis ilz viennent dedans un lac qui peut tenir quelques
quatre-vints lieues de long, où il y a quantité d'iles, & qu'au bout
d'icelui l'eau y est salubre, & l'hiver doux. A la fin dudit lac, ilz
passent un saut, qui est quelque peu élevé, où il y a peu d'eau,
laquelle descend: là ilz portent leurs canots par terre environ un quart
de lieuë pour passer ce saut. De là entrent dans un autre lac qui peut
tenir quelques soixante lieuës de long, & que l'eau en est fort salubre.
Etans à la fin ilz viennent à un détroit qui contient deux lieuës de
large, 7 va assez avant dans les terres: Qu'ilz n'avoient point passé
plus outre, & n'avoient veu la fin d'un lac qui est à quelque quinze ou
seize lieuës d'où ils ont été, ni que ceux qui leur avoient dit eussent
veu homme qui l'eust veu, d'autant qu'il est si grand, qu'ilz ne se
hazarderont pas de se mettre au large, de peur que quelque tourmente, ou
coup de vent, ne les surprint: Disent qu'en été le Soleil se couche au
Nort dudit lac, & en l'hiver il se couche comme au milieu: que l'eau y
est tres-mauvaise, comme celle de cette mer. Je leur demanday, si depuis
cedit lac dernier qu'ils avoient veu, l'eau descendoit toujours dans la
riviere venant à _Gachepé_: ilz me dirent que non, que depuis le
troisiéme lac, elle descendoit seulement venant audit _Gachepé_, mais
que depuis le dernier saut, qui est quelque peu haut, comme j'ay dit,
que l'eau étoit préque pacifique, & que ledit lac pouvoit prendre cours
par autres rivieres, léquelles vont dedans les terres, soit au Su ou au
NOrt, dont il y en a quantité qui y refluent, & dont ilz ne voyent point
la fin.



_Retour du Saut à_ Tadoussac, _avec la confrontation du rapport de
plusieurs Sauvages, touchant la longueur, & commencement de la grande
riviere de_ Canada: _Du nombre des Sauts & Lacs qu'elle traverse._

CHAP. XXI

NOUS partimes dudit lac le Vendredi quatriéme jour de juillet, &
revimmes cedit jour à la riviere des _Iroquois_. Le Dimanche ensuivant
nous en partimes, & vimmes mouiller l'ancre au lac. Le Lundi ensuivant
nous fumes mouiller l'ancre aux trois rivieres. Cedit jour nous fimes
quelques quatre lieuës pardela lesdites trois rivieres. Le Mardi
ensuivant nous vimmes à _Kebec_, & le lendemain nous fumes au bout de
l'ile d'Orléans, où les Sauvages vindrent à nous, qui étoient cabannez à
la gran'terre du Nort. Nous interrogeames deux ou trois _Algoumequins_,
pour sçavoir s'ilz se conformeroient avec ceux que nous avions
interrogez, touchant la fin & le commencement de Ladite riviere de
_Canada_. Ilz dirent, comme ilz l'ont figuré, que passé le saut que nous
avions veu, environ deux ou trois lieues, il y a une riviere en leur
demeure, qui est à la bende du Nort, continuant le chemin dans ladite
grande riviere, ilz passent un saut, où ilz portent leurs canots, &
viennent à passer cinq autres sauts, léquels peuvent contenir du premier
au dernier quelques neuf ou dix lieues, & que lédits sauts ne sont point
difficiles à passer, & ne font que trainer leurs canots en la pluspart
dédits sauts horsmis à deux où ilz les portent. De-là viennent à entrer
dedans une riviere, qui est comme une maniere de lac, laquelle peut
contenir quelque six ou sept lieuës, & puis passent cinq autres sauts,
où ilz trainent leurs canots comme ausdits premiers, horsmis à deux, où
ilz les portent comme aux premiers, & que du premier au dernier il y a
quelques vint ou vint-cinq lieuës: puis viennent dedans un lac qui
contient quelques cent cinquante lieuës de long, & quelques quatre ou
cinq lieues à l'entrée dudit lac il y a une riviere qui va aux
_Algoumequins_ vers le Nort: Et une autre qui va aux _Iroquois_ par où
lédits _Algoumequins & Iroquois_ se font la guerre. Et un peu plus haut
à la bende du Su dudit lac, il y a une autre riviere qui va aux
_Iroquois_: puis venant à la fin dudit lac, ilz rencontrent un autre
saut, où ils portent leurs canots: de là ils entrent dedans un autre
tres-grand lac, qui peut contenir autant comme le premier. Ilz n'ont été
que fort peu dans ce dernier; & ont ouï dire qu'à la fin dudit lac il y
a une mer, dont ilz n'ont veu la fin, ne ouï dire qu'aucun l'ait veuë.
Mais que là où ils ont été, l'eau n'est point mauvaise, d'autant qu'ilz
n'ont point avancé plus haut, & que le cours de l'eau vient du côté du
Soleil couchant venant à l'orient, & ne sçavent si passé ledit lac
qu'ils ont veu, il y a autre cours d'eau qui aille du côté de
l'Occident: que le Soleil se couche à main droite dudit lac, qui est
selon mon jugement au Norouest, peu plus ou moins, & qu'au premier l'eau
ne gele point, ce qui fait juger que le temps y est temperé, & que
toutes les terres des _Algoumequins_ est terre basse, remplie de fort
peu de bois, & du côté des _Iroquois_ est terre montagneuse, neantmoins
elles sont tres-bonnes & fertiles, & meilleures qu'en aucun endroit
qu'ils ayent veu. Lédits _Iroquois_ se tiennent à quelques cinquante ou
soixante lieuës dudit grand lac. Voilà au certain ce qu'ilz m'ont dit
avoir veu, qui ne differe que bien peu au rapport des premiers.

Cedit jour nous fumes proches de l'ile au Coudre, comme environ trois
lieuës. Le Jeudi dixiéme dudit mois, nous vimmes à quelque lieuë & demie
de l'ile au Liévre, du côté du Nort, ou il vint d'autres Sauvages en
nôtre barque, entre léquels il y avoit un jeune homme _Algoumequin_, qui
avoit fort voyagé dedans ledit grand lac. Nous l'interrogeames fort
particulierement comme nous avions fait les autres Sauvages. Il nous
dit, que passé ledit saut que nous avions veu, à quelques deux ou trois
lieuës, il y a une riviere qui va ausdits _Algoumequins_, où ilz sont
cabannez, & qu'allant en ladite grande riviere il y a cinq sauts, qui
peuvent contenir du premier au dernier quelques huit ou neuf lieues,
dont il y en a trois où ilz portent leurs canots, & deux autres où ilz
les trainent: que chacun dédits sauts peut tenir un quart de lieuë De
long, puis viennent dedans un lac qui peut contenir quelque quinze
lieuës. Puis ilz passent cinq autres sauts, qui peuvent contenir du
premier au dernier quelques vint à vint-cinq lieuës, où il n'y a que
dessus des dits sauts qu'ils passent avec leurs canots. Aux autres trois
ilz ne les font que trainer. De-là ils entrent dedans un grandissime
lac, qui peut contenir quelques trois cens lieuës de long. Avançant
quelques cent lieuës dans ledit lac, ilz rencontrent une ile qui est
fort grande, où au delà de ladite ile, l'eau est salubre; mais que
passant quelques cent lieuës plus avant, l'eau est encore plus mauvaise:
Arrivant à la fin dudit lac, l'eau est du tout salée: Qu'il y a un saut
qui peut contenir une lieue de large, d'ou il descend un grandissime
courant d'eau dans ledit lac. Que passé ce saut, on ne voit plus la
terre, ni d'un côté ni d'autre, sinon une mer si grande qu'ilz n'en ont
point veu la fin, ni ouï dire qu'aucun l'ait veuë: Que le Soleil se
couche à main droite dudit lac, & qu'à son entrée il y a une riviere qui
va aux _Algoumequins_, & l'autre aux _Iroquois_, par où ilz se font la
guerre. Que la terre des _Iroquois_ est quelque peu montagneuse,
neantmoins fort fertile, où il y a quantité de blé d'Inde, & autres
fruits qu'ilz n'ont point en leur terre. Que la terre des _Algoumequins_
est basse & fertile. Je leur demanday s'ilz n'avoient point conoissance
de quelque mine. Ilz nous dirent, qu'il y a une nation qu'on appelle les
bons _Iroquois_, qui viennent pour troquer des marchandises que les
vaisseaux François donnent aux _Algoumequins_, léquelz disent qu'il y a
à la partie du Nort une mine de franc cuivre, dont ilz nous en ont
montré quelques brasselets qu'ils avoient eu dédits bons _Iroquois_: Que
si l'on y vouloit aller ils y meneroient ceux qui seroient deputez pour
cet effet. Voila tout ce j'ay peu apprendre des uns & des autres, ne se
differans que bien peu, sinon que les seconds qui furent interrogez
dirent n'avoir point beu de l'eau salée, aussi ilz n'ont pas été si loin
dans ledit lac comme les autres: & different quelque peu de chemin, les
uns le faisans plus court, & les autres plus long: De façon que selon
leur rapport, du saut où nous avons été, il y a jusques à la mer salée,
qui peut étre celle du Su, quelques quatre cens lieuës. Le Vendredi
onziéme dudit mois nous fumes de retour à _Tadoussac_ ou étoit nôtre
vaisseau, le 16e jour apres la departie.



_Description de la grande riviere de_ Canada, & _autres qui s'y
deschargent: Des peuples qui habitent le long d'icelle: Des fruits de la
terre: Des bétes & oyseaux: & particulierement d'une béte à deux piez:
Des poissons abondant en ladite grande grande riviere._

CHAP. XXII

APRES avoir parcouru la grande riviere de _Canada_ jusques au premier &
grand saut, & r'amené noz voyageurs un chacun en son lieu, sçavoir le
Capitaine Jacques Quartier au port Sainte-Croix, & Champlein à
_Tadoussac_, il est besoin, utile, & necessaire de sçavoir le
comportement de noz François, ce qui leur arriva, & leurs diverses
fortunes, durant un hiver & un printemps ensuivant qu'ilz passerent
audit port Sainte-Croix. Et quant audit Champlein nous nous contenterons
de le r'amener de _Tadoussac_ en France (par-ce qu'il n'a point hiverné
en ladite riviere de _Canada_) apres que nous aurons combattu le
_Gougou_, é dissipé les Chimeres des Armouchiquois.

Mais avant que ce faire nous reciterons ce que ledit Capitaine Quartier
rapporte en general des merveilles du grand fleuve de _Canada_ ensemble
de la riviere de _Saguenay_, & de celle des Iroquois, afin de confronter
le dis cours qu'il en a fait avec ce qu'en a écrit ledit Champlein
duquel nous avons rapporté les paroles ci-dessus.

Ledit fleuve donc (ce dit-il) commence (passée l'ile de l'Assumption) le
travers des hautes montagnes de _Hongnedo_ & des sept iles: & y a de
distance en travers trente-cinq ou quarante lieuës, & y a au parmi plus
de deux cens brasses de parfond. Le plus parfond, & le plus seur à
naviger est du côté devers le Su, & devers le Nort, sçavoir es dites
sept iles y a d'un côté & d'autre environ sept lieuës loin dédites iles
des grosses rivieres qui descendent des monts du _Saguenay_, léquelles
font plusieurs bancs à la mer fort dangereux. A l'entrée dédites
rivieres avons veu grand nombre de Baillames, & Chevaux de mer.

Le travers dédites iles y a une petite riviere qui va trois ou quatre
lieuës en la terre pardessus les marais, en laquelle y a un merveilleux
nombre de tous oyseaux de riviere. Depuis le commencement dudit fleuve
jusques à _Hochelaga_ y a trois cens lieuës & plus: & le commencement
d'icelui à la riviere qui vient du _Saguenay_, laquelle sort d'entre
hautes montagnes, & entre dedans ledit fleuve auparavant qu'arriver à la
province de _Canada_, de la bende de vers le Nort. Et est icelle riviere
fort profonde, étroite & dangereuse à naviger.

Apres ladite riviere est la province de _Canada_ où il y a plusieurs
peuples par villages non clos. Il y a aussi és environs dudit _Canada_
dedans ledit fleuve plusieurs iles tant grandes que petites. Et entre
autres y en a une qui contient plus de dix lieuës de long, laquelle est
pleine de beaux & grans arbres, & force vignes. Il y a passage des ceux
côtez d'icelle. Le meilleur & le plus seur est du côté devers le Su. Et
au bout d'icelle ile vers l'Ouest y a un affourq d'eau bel & delectable
pour mettre navires: auquel il y a un détroit dudit fleuve fort courant
& profond, mais il n'a de large qu'environ un tiers de lieuë: le travers
duquel y a une terre double de bonne hauteur toute labourée, aussi bonne
terre qu'il soit possible de voir. Et là est la ville & demeurance du
seigneur _Donnacona_ & de nos hommes qu'avions prins le premier voyage:
laquelle demeurance se nomme _Stadaconé_. Et auparavant qu'arriver audit
lieu y a quatre peuples & demeurances, sçavoir _Ajoasté, Starnatam,
Taisla_, qui est sur une montagne, & _Stadin_, puis ledit lieu de
_Stadaconé_, souz laquelle haute terre vers le Nort est la riviere &
hable de Sainte-Croix: auquel lieu avons eté depuis le quinziéme jour de
Septembre jusques au sixiéme jour de May mil cinq cens trente six:
auquel lieu les navires demeurerent à sec, comme cy-devant est dit:
Passé ledit lieu est la demeurance du peuple de _Tequenouday_, & de
_Hochelay_: lequel _Tequenouday_ est une montagne, & l'autre un plain
païs.

Toute la terre des deux côtez dudit fleuve jusques à _Hochelaga_, outre,
est aussi belle & unie que jamais homme regarda. Il y a aucunes
montagnes assez loin dudit fleuve qu'on voit par sus lédites terre,
déquelles il descend plusieurs rivieres qui entrent dans ledit fleuve.
Toute cette dite terre est couverte & pleine de bois de plusieurs
sortes, & force vignes, excepté à-l'entour des peuples, laquelle ilz ont
désertée pour faire leur demeurance & labeur. Il y a grand nombre de
grands cerfs, daims, ours, & autres bétes. Nous y avons veu les pas
d'une béte qui n'a que deux piez, laquelle nous avons suivie longuement
pardessus le sable & vaze, laquelle a les piez en cette façon, grans
d'une paume & plus. Il y a force Louëres, Biévres, Martres, Renars,
Chats sauvages, Liévres, Connins, Escurieux, Rats, léquels sont gros à
merveilles, & autres sauvagines. Ilz s'accoutrent des peaux d'icelles
bétes, parce qu'ilz n'ont nuls autres accoutremens. Il y a grand nombre
d'oiseau: sçavoir Gruës, Outardes, Cygnes, Oyes sauvages blanches &
grises, Cannes, Cannars, Merles, Mauvis, Tourtres, Ramiers,
Chardonnerets, Tarins, Serins, Linottes, Rossignols, Passes solitaires,
& autres oyseaux comme en France.

Aussi, comme par ci-devant est fait mention és chapitres precedens,
cedit fleuve est le plus abondant de toutes sortes de poissons qu'il
soit memoire d'homme d'avoir jamais veu, ni ouï. Car depuis le
commencement jusques à la fin y trouverez selon les saisons la pluspart
des sortes & especes de poisson de la mer & eau douce. Vous trouverez
jusques audit _Canada_ force Baillames, Marsoins, Chevaux de mer,
_Adhothuis_, qui est une sorte de poisson duquel nous n'avions jamais
veu, ni ouï parler. Ilz sont blancs comme nege,& grands comme marsoins,
& ont le cors & la téte comme liévres, léquels se tiennent entre la mer
& l'eau douce, qui commence entre la riviere du _Saguenay & Canada_.
Item y trouverés en Juin, Juillet, & Aoust force maquereaux, Mulets,
Bars, Sartres, grosses Anguilles, & autres poissons. Ayans leur saison
passée y tourverez l'Eplan aussi bon qu'en la riviere de Seine. Puis au
renouveau y a force Lamproyes & Saumons. Passé ledit _Canada_ y a force
Brochets, Truites, Carpes, Brames, & autres poissons d'eau douce, & de
toutes ces sortes de poissons fait ledit peuple de chacun selon leur
saison grosse pécherie pour leur substance &victuaille.



_De la riviere de_ Saguenay: _Des peuples qui habitent vers son origine:
Autre riviere venant dudit_ Saguenay _au-dessus du saut de la grande
riviere: De la riviere des_ Iroquois _venant de vers la Floride, païs
sans neges ni glaces: Singularitez d'icelui païs: Soupçon sur les
Sauvages de_ Canada: _Guet nocturne: Reddition d'une fille échappée:
Reconciliation des Sauvages avec les François._

CHAP. XXIII

DEPUIS estre arrivez à _Hochelaga_ avec le gallion & les barques, avons
conversé, allé & venu avec les peuples les plus prochains de noz navires
en douceur & amitié, fors que par fois avons eu aucuns differens avec
aucuns mauvais garçons, dont les autre étoient fort marris & courroucéz.
Et avons entendu par le Seigneur _Donnacona, Taiguragni, Domagaya_, &
autres, que la riviere devant-dite' & nommée la riviere du _Saguenay_,
va jusques audit _Saguenay_, qui est loin du commencement de plus d'une
lune de chemin vers l'Ouest-Norouest: & que passé huit ou neuf journées,
elle n'est plus parfonde que par bateaux: mais le droit & bon chemin &
plus seur est par ledit fleuve jusques au-dessus de _Hochelaga_ à une
riviere qui descend dudit _Saguenay_, & entre audit fleuve (ce qu'avons
veu) & que de là sont une lune à y aller. Et nous ont fait entendre
qu'audit lieu les gens sont habillez de draps, comme nous, & y a force
villes & peuples, & bonnes gens, & qu'ils ont quantité d'or & cuivre
rouge. Et nous ont dit que le tour de la terre d'empuis ladite premiere
riviere jusques audit _Hochelaga & Saguenay_ est une ile, laquelle est
circuite & environnée de rivieres & dudit fleuve: & que passé ledit
_Saguenay_ va ladite riviere entrant en deux ou trois grans lacs d'eau
fort larges: puis, que l'on trouve une mer douce, laquelle n'est mention
avoir veu le bout ainsi qu'ils ont ouï par ceux du _Saguenay_: car ilz
nous ont dit n'y avoir été. Outre nous ont donné à entendre qu'au lieu
où avions laissé notre gallion quand fumes à _Hochelaga_ y a une riviere
qui va vers le Surouest, où semblablement sont une lune à aller avec
leurs barques depuis Saincte-Croix jusques à une terre où il n'y a
jamais glaces ni neges, mais qu'en cette dite terre y a guerre
continuelle des uns contre les autres, & qu'en icelle y a Orenges,
Amandes, Noix, Prunes,& autres sortes de fruits & en grande abondance.
Et nous ont dit les hommes & habitans d'icelle terre étre vétus &
accoutrez de peaux comme eux. Apres leur avoir demandé s'il y a de l'or
& du cuivre, nous ont dit que non. J'estime à leur dire, ledit lieu étre
vers le Terre-neuve où sur le Capitaine Jean Verrazan à ce qu'ilz
montrent par leurs signes & merches.

Et dempuis de jour en autre venoit ledit peuple à noz navires &
apportoient force Anguilles & autres poissons pour avoir de notre
marchandise, dequoy leur étoient baillez couteaux, alenes, patenôtres, &
autres mémes choses, dont se contentoient fort. Mais nous apperceumes
que les deux méchans qu'avions apporté leur disoient & donnoient à
entendre que ce que nous baillions ne valoit rien, & qu'ils auroient
aussitôt des hachots comme des couteaux pour ce qu'ilz nous bailloient,
nonobstant que le Capitaine leur reçut fait beaucoup de presens, & si ne
cessoient à toutes heures de demander audit Capitaine, lequel fut averti
par un Seigneur de la ville de _Hagouchouda_ qu'il se donnât garde de
_Donnacona_, & dédits deux méchans, & qu'ils étoient _Agojuda_ qui est à
dire traitres, & aussi en fut averti par aucuns dudit _Canada_, & aussi
que nous apperceumes de leur malice, par ce qu'ilz vouloient retirer les
trois enfans que ledit _Donnacona_ avoit donné audit Capitaine. Et de ce
fait firent fuir la plus grande des filles, du navire. Apres laquelle
ainsi fuie, fit le Capitaine prendre garde aux autres: & par
l'avertissement dédits _Taiguragni & Domagaya_ s'abstindrent &
deporterent de venir avec nous quatre ou cinq jours, sinon aucuns qui
venoient en grande peur & crainte.

Mais voyans la malice d'eux, doutans qu'ilz ne songeassent aucune
trahison, & venir avec un amas de gens sur nous, le Capitaine fit
renforcer le Fort tout à l'entour de gros fossez, larges, & parfons,
avec porte à pont-levis & renfort de paux de bois au contraire des
premiers. Et fut ordonné pour le guet de la nuit pour le temps à venir
cinquante hommes à quatre quarts & à chacun changement dédits quarts les
trompettes sonantes. Ce qui fut fait selon ladite ordonnance. Et lédits
_Donnacona, Taiguragni, & Domagaya_ estans avertis dudit renfort, & de
la bonne garde & guet que l'on faisoit, furent courroucez d'étre en la
malgrace du Capitaine, & envoyerent par plusieurs fois de leurs gens:
feignans qu'ils fussent d'ailleurs, pour voir si on leur feroit
déplaisir, déquels on ne tint conte, & n'en fut fait ny montré aucun
semblant. Et y vindrent lédits _Donnacona, Taiguragni, Domagaya_, &
autres plusieurs fois parler audit Capitaine, une riviere entre-deux,
lui demandans s'il étoit marri, & pourquoi il n'alloit les voir. Et le
Capitaine leur répondit qu'ilz n'étoient que traitres, & méchans, ainsi
qu'on lui avoit rapporté: & aussi qu'il l'avoit apperceu en plusieurs
sortes, comme de n'avoir tins promesse d'aller à _Hochelaga_, & d'avoir
retiré la fille qu'on lui avoit donnée, & autres mauvais tours qu'il lui
nomma. Mais pour tout ce, que s'ilz vouloient étre gens de bien, &
oublier leur mal-volonté, il leur pardonnoit, & qu'ilz vinssent
seurement à bord faire bonne chere comme pardevant. Déquelles paroles
remercierent ledit Capitaine, & lui promirent qu'ilz lui rendroient la
fille qui s'en étoit fuie, dans trois jours. Et le quatriéme jour de
Novembre _Domagaya_ accompagné de six autres hommes, vindrent à noz
navires pour dire au Capitaine que le Seigneur _Donnacona_ étoit allé
par le païs chercher ladite fille, & que le le lendemain elle lui seroit
par lui menée. Et outre dit que _Taiguragni_ étoit fort malade, & qu'il
prioit le Capitaine lui envoyer un peu de sel & de pain. Ce que fit
ledit Capitaine, lequel lui manda que c'étoit Jesus qui étoit marri
contre lui pour les mauvais tours qu'il avoit cuidé jouer.

Et le lendemain ledit _Donnacona, Taiguragni, Domagaya_, & plusieurs
autres vindrent & amenerent ladite fille, la representente audit
Capitaine, lequel n'en tint conte, & dit qu'il n'en vouloit point, &
qu'ilz la remenassent. A quoy répondirent faisans leur excuse, qu'ilz ne
lui avoient pas conseillé s'en aller, ains qu'elle s'en étoit allée
parce que les pages l'avoient battue, ainsi qu'elle leur avoit dit: &
prierent derechef ledit Capitaine de la reprendre, & eux-mémes la
menerent jusques aux navires. Apres léquelles choses le Capitaine
commanda apporter pain & vin, & les fétoya. Puis prindrent congé les uns
des autres. Et depuis sont allé & venu à noz navires, & nous à leur
demeurance en aussi grand amour que par devant.



_Mortalité entre les Sauvages: Maladie étrange & inconuë entre les
François: Devotions & voeuz: Ouverture d'un corps mort: Dissimulation
envers les Sauvages sur lédites maladies & mortalité: Guerison
merveilleuse d'icelle maladie._

CHAP. XXIV

AU mois de Decembre fumes avertis que la mortalité s'étoit mise audit
peuple de _Stadaconé_, tellement que ja en étoient morts par leur
confession plus de cinquante. Au moyen dequoy leur fimes defense de non
venir à nôtre Fort, ni entour nous. Mais nonobstant les avoir chassé
commença la mortalité entour nous d'une merveilleuse sorte, & la plus
inconuë. Car les uns perdoient la soutenue, & leur devenoient les jambes
grosses & enflées, & les nerfs retirez, & noircis comme charbons, &
aucune toutes semées de gouttes de sang, comme pourpre. Puis montoit
ladite maladie aux hanches, cuisses, épaules, aux bras, & au col. Et à
tous venoit la bouche si infecte & pourrie par les gencives, que tout la
chair en tomboit jusques à la racine des dents, léquelles tomboit préque
toutes. Et tellement s'éprint ladite maladie en noz trois navires, qu'à
la mi-Fevrier de cent dix hommes que nous étions il n'y en avoit pas dix
de sains, tellement que l'un ne pouvoit secourir l'autre. Qui étoit
chose piteuse à voir, consideré le lieu où nous étions. Car les gens du
païs venoient tous les jours devant nôtre Fort qui peu de gens voyoient
debout, & ja y en avoit huit de morts, & plus de cinquante où on
n'esperoit plus de vie. Notre Capitaine voyant la pitié & maladie ainsi
emeuë fait mettre le monde en prieres & oraisons, & fit porter une image
& remembrance de la Vierge Marie contre un arbre distant de nôtre Fort
d'un trait d'arc le travers les neges & glaces, & ordonna que le
Dimanche ensuivant l'on diroit audit lieu la Messe & que tous ceux qui
pourroient cheminer tant sains que malades iroient à la procession
chantans les sept Pseaumes de David, avec la Litanie en priant ladite
Vierge qu'il lui pleût prier son cher enfant qu'il eût pitié de nous. Et
la Messe dite & chantée devant ladite image, se fit le Capitaine pelerin
à nôtre Dame, qui se fait de prier à Roquemadou (_ou pour mieux dire, à
Roqu'amadou, c'est à dire des amans. C'est un bour en Querci, où vont
force pelerins_) promettant y aller si Dieu lui donnoit grace de
retourner en France. Celui jour trespassa Philippe Rougemont natif
d'Amboise, de l'aage d'environ vint ans.

Et pource que ladite maladie étoit inconnue fit le dit Capitaine ouvrir
le cors pour voir si aurions aucune conoissance d'icelle, pour preserver
si possible étoit le parsus. Et fut trouvé qu'il avoit le coeur tout
blanc, & flétri, environné de plus d'un pot d'eau rousse comme datte. Le
foye beau, mais avoit le poulmon tout noirci & mortifié, & s'étoit
retiré tout son sang au dessus de son coeur. Car quand il fut ouvert,
sortit au dessus du coeur une grande abondance de sang noir & infect.
Pareillement avoit la rate vers l'échine un peu entamée environ deux
doits, comme si elle eût été frottée sus une pierre rude. Apres cela veu
lui fut ouvert & incisé une cuisse, laquelle étoit fort noire par
dehors, mais pardedans la chair fut trouvée assez belle. Ce fait fut
inhumé au moins mal que l'on peût. Dieu par sa saincte grace pardoint à
son ame, & à tous trépassez, _Amen_.

Et depuis, de jour en autre s'est tellement continuée ladite maladie,
que telle heure a été que par tout lédits trois navires n'y avoit pas
trois hommes sains. De sorte qu'en l'un d'iceux navires n'y avoit homme
qui eût peu descendre souz le tillac pour tirer à boire tant pour lui
que pour les autres. Et pour l'heure y en avoit ja plusieurs de morts,
léquels il nous convint de mettre par foiblesse sous les neges. Car il
ne nous étoit possible de pouvoir pour lors ouvrir la terre qui étoit
gelée, tant étions foibles, & avions peu de puissance. Et si étions en
une crainte merveilleuse des gens du païs qu'ilz ne s'apperceussent de
nôtre pitié & foiblesse. Et pour couvrir ladite maladie, lors qu'ilz
venoient prés de notre Fort, notre Capitaine, que Dieu a tousjours
preservé debout, sortoit au devant d'eux avec deux ou trois hommes, tant
sains, que malades, léquels il faisoit sortir apres lui. Et lors qu'il
les voyoit hors du parc, faisoit semblant les vouloir battre, & criant,
& leur jettant batons aprés eux les envoyant à bord, montrant par signes
ésdits Sauvages qu'il faisoit besongner ses gens dedans les navires: les
uns à gallifester, les autres à faire du pain & autres besongnes, &
qu'il n'étoit pas bon qu'ilz vinssent chommer dehors: ce qu'ilz
croyoient. Et faisoit ledit Capitaine battre & mener bruit ésdits
malades dedans les navires avec batons & cailloux feignans gallifester:
& pour lors étions si épris de ladite maladie qu'avions quasi perdu
l'esperance de jamais retourner en France, si Dieu par sa bonté infinie
& misericorde ne nous eût regardé en pitié,& donné conoissance d'un
remede contre toutes maladies le plus excellent qui fut jamais veu ni
trouvé sur la terre, ainsi que nous dirons maintenant. Mais premierement
faut entendre que depuis la mi-Novembre jusques au dix-huitiéme jour
d'Avril avons été continuellement enfermez dedans les glaces, léquelles
avoient plus de deux brasses d'épesseur: & dessus la terre y avoit la
hauteur de quatre piez de neige & plus de deux brasses d'épaisseur:
tellement qu'elle étoit plus haute que les bors de noz navires,
léquelles ont duré jusques audit temps: en sorte que noz bruvages
étoient tout gelez dedans les futailles, & par dedans lédits navires
tant bas que haut étoit la glace contre les bois à quatre doits
d'épesseur: & étoit tout ledit fleuve par autant que l'eau douce en
contient jusques au dessus de _Hochelaga_, gelé. Auquel temps nous
deceda jusques au nombre de vint-cinq personnes des principaus & bons
compagnons qu'eussions, léquels moururent de la maladie susdite: & pour
l'heure y en avoit plus de quarante en qui on n'esperoit plus de vie, &
le parsus tous malades, que nul n'en étoit exempté, excepté trois ou
quatre. Mais Dieu par la sainte grace nous regarda en pitié, & nous
envoya un remede de notre guerison & santé de la sorte & maniere que
nous allons dire.

Un jour nôtre Capitaine voyant la maladie si emue & ses gens si fort
épris d'icelle, étant sorti hors du Fort, soy promenant sur la glace,
apperceut venir une bende de gans de _Stadaconé_, en laquelle étoit
_Domagaya_, lequel le Capitaine avoit veu depuis dix ou douze jours fort
malade le la propre maladie qu'avoient ses gens: Car il avoit une de ses
jambes aussi grosse qu'un enfant de deux ans, & tous les nerfs d'icelle
retirez, les dents perdues & gatées, & les gencives pourries & infectes.
Le Capitaine voyant ledit _Domagaya_ sain & gueri fut fort joyeux
esperant par lui sçavoir comme il s'étoit guere, afin de donner ayde &
secours à ses gens. Et lors qu'ilz furent arrivez prés le Fort, le
Capitaine lui demanda comme il s'étoit gueri de sa maladie: lequel
_Domagaya_ répondit qu'avec le jus des feuilles d'un arbre & le marq il
s'étoit gueri, & que c'étoit le singulier remede pour cette maladie.
Lors le Capitaine demanda s'il y en avoit point là entour, & qu'il lui
en montre, pour guerir son serviteur qui avoit ladite maladie ne la
maison du seigneur _Donnacona_; ne lui voulut declarer le nombre des
compagnons qui étoient malades. Lors ledit _Domagaya_ envoya deux femmes
avec nôtre Capitaine pour en querir, léquelles en apporterent neuf ou
dix rameaux, & nous montrerent qu'il falloit piler l'écorce & les
fueilles dudit bois, & mettre le tout bouillir en eau, puis boire de
ladite eauë de deux jours l'un, & mettre le marq sur les jambes enflées
& malades & que de toutes maladies ledit arbre guerissoit. Et s'appelle
ledit arbre en leur langage _Annedda_.

Tôt-aprés le Capitaine fit faire du breuvage pour faire boire és
malades, déquels n'y avoit nul d'eux qui voulut icelui essayer, sinon un
ou deux que se mirent en aventure d'icelui essayer. Tôt aprés qu'ils en
eurent beu ils eurent l'avantage, qui se trouva étre un vray & evident
miracle. Car de toutes maladies dequoy ils étoient entachés, apres en
avoir beu deux ou trois fois, recouvrerent santé & guerison; tellement
que tel des compagnons qui avoit la verole depuis cinq ou six ans
auparavant la maladie, a été par icelle médecine curé nettement. Apres
ce avoir veu y a eu telle presse qu'on se vouloit tuer sur ladite
medecine à qui premier en auroit: de sorte qu'un arbre aussi gros &
aussi grand que je vis jamais arbre, a été employé en moins de huit
jours; lequel a fait telle operation, que si tous les medecins de
Louvain & Montpellier y eussent été avec toutes les drogues
d'Alexandrie, ilz n'en eussent pas tant fait en un an, que ledit arbre
en a fait en huit jours. Car il nous a tellement profité, que tous ceux
qui en ont voulu user ont recouvert santé & guerison, la grace à Dieu.



_Soupçon sur la longue absence du Capitaine des Sauvages: Retour
d'icelui avec multitude de gens: Debilité des François: Navire delaissé
pour n'avoir la force de le remener: Recit des richesses du_ Saguenay, &
_autres choses merveilleuses._

CHAP. XXV

DURANT le temps que la maladie & mortalité regnoit en Noz navires, se
partirent _Donnacona, Taiguragni_, et plusieurs autres feignans aller
prendre des cerfs & autres bétes, léquels ils nomment en leur langage
_Aionnesta, & Aiquenoudo_, par ce que les neges étoient grandes & que
les glaces étoient ja rompuës dedans le cours du fleuve: tellement
qu'ilz pourroient naviger par icelui. Et nous fut par _Domagaya_, &
autres, dit, qu'ilz ne seroient que quinze jours: ce que croyions: mais
ilz furent deux mois sans retourner. Au moyen dequoy eumes suspection
qu'ilz ne se fussent allé amasser grand nombre de gens pour nous faire
déplaisir, par ce qu'ilz nous voyoient si affoiblis. Nonobstant
qu'avions mis si bon ordre en nôtre fait, que si toute la puissance de
leur terre y eût été, ilz n'eussent sçeu faire autre chose que nous
regarder. Et pendant le temps qu'ils étoient dehors venoient tous les
jours force gens à noz navires, comme ils avoient de coutume, nous
apportans de la chair fréche de cerfs, daims, & poissons fraiz de toutes
sortes qu'ils nous vendoient assez cher, ou mieux l'aimoient remporter,
parce qu'ils avoient necessité de vivres pour lors, à cause de l'hiver
qui avoit été long, & qu'ilz avoient mangé leurs vivres & étouremens.

Et le vint-uniéme jour du mois d'Avril _Domagaya_ vint à bord de noz
navires accompagné de plusieurs gens, léquels étoient beaux & puissans,
& n'avions accoutumé de les voir, qui nous dirent que le seigneur
_Donnacona_ seroit le lendemain venu, & qu'il apporteroit force chair de
cerf, & autre venaison. Et le lendemain arriva ledit _Donnacona_, lequel
amena en sa compagnie grand nombre de gens audit _Stadaconé_. Ne
sçavions à quelle occasion, ni pourquoy. Mais comme on dit en un
proverbe, _qui de tout se garde & d'aucuns échappe._ Ce que nous étoit
de nécessité: car nous étions si affoiblis, tant de maladies, que de noz
gens morts, qu'il nous fallut laisser un de noz navires audit lieu de
Sainte-Croix.

Le Capitaine étant averti de leur venue, & qu'ils avoient ramené tant de
peuple, & aussi que _Domagaya_ le vint dire audit Capitaine, sans
vouloir passer la riviere qui étoit entre nous & ledit _Stadaconé_, ains
fit difficulté de passer. Ce que n'avoit accoutumé de faire, au moyen
dequoy eumes suspection de trahison. Voyant ce ledit Capitaine envoia
son serviteur nommé Charles Guyot, lequel étoit plus que nul autre aimé
du peuple de tout le païs, pour voir qui étoit audit lieu, & ce qu'ilz
faisoient, ledit serviteur feignant étre allé voir ledit seigneur
_Donnacona_, par ce qu'il avoit demeuré long tans avec lui, lequel lui
porta aucun present. Et lors que ledit _Donnacona_ fut averti de sa
venue, fit le malade, & se coucha, disant audit serviteur qu'il étoit
fort malade, apres alla ledit serviteur en la maison de _Taiguragni_
pour le voir, où partout il trouva les maisons si pleines de gens qu'on
ne se pouvoit tourner, léquels on n'avoit accoutumé de voir: & ne voulut
permettre ledit _Taiguragni_ que le serviteur allât és autres maisons,
ains le convoya vers les navires environ la moitié du chemin: & lui dit
que si le Capitaine lui vouloit faire plaisir de prendre un seigneur du
païs nommé _Agona_, lequel lui avoit fait déplaisir, & l'emmener en
France, il feroit tout ce que voudroit ledit Capitaine, & qu'il
retournât le lendemain dire la réponse.

Quand le Capitaine fut averti du grand nombre de gens qui étoient audit
_Stadaconé_, ne sçachant à quelle fin, se delibera leur jouer une
finesse, & prendre leur Seigneur, avec _Taiguragni, Domagaya_, & des
principaux: & aussi qu'il étoit bien deliberé de mener ledit Seigneur
_Donnacona_ en France, pour conter & dire au Roy ce qu'il avoit veu és
païs Occidentaux des merveilles du monde. Car il nous a certifié avoir
été à la terre du _Saguenay_, où y a infini Or, Rubis, & autres
richesses: & y sont les hommes blancs comme en France, & accoutrez de
draps de laine. Plus dit avoir veu autre païs où les gens ne mangent
point, & n'ont point de fondement, & ne digerent point, ains font
seulement eau par la verge:

Plus dit avoir été en autre païs de _Pecqueniaus_, & autres païs où les
gens n'ont qu'une jambe & autres merveilles longues à raconter. Ledit
Seigneur est homme ancien, & ne cessa jamais d'aller par païs depuis sa
conoissance, tant par fleuves, rivieres que par terre.

Apres que ledit serviteur eut fait son message, & dit à son maitre ce
que ledit _Taiguragni_ lui mandoit, renvoya le Capitaine son dit
serviteur le lendemain dire audit _Taiguragni_ qu'il le vint voir, & lui
dire ce qu'il voudroit, & qu'il lui feroit bonne chere, & partie de son
vouloir. Ledit _Taiguragni_ lui manda qu'il viendroit le lendemain, &
qu'il meneroit _Donnacona_, & ledit homme qui lui avoit fait déplaisir.
Ce que ne fit; ains fut deux jours sans venir, pendant lequel temps ne
vint personne és navires dudit _Stadaconé_, comme avoient de coutume,
mais nous fuioient comme si les eussions voulu tuer. Lors apperceumes
leur mauvaitié. Et pour ce qu'ilz furent avertis que ceux de _Stadim_
alloient & venoient entour nous, & que leur avions abandonné le fond du
navire que laissions pour avoir les vieux cloux, vindrent tous le tiers
jour dudit _Stadaconé_ de l'autre bord de la riviere, & passerent la
plus grande partie d'eux en petits bateaux sans difficulté. Mais ledit
_Donnacona_ n'y voulut passer; & furent _Taiguragni & Domagaya_ plus
d'une heure à parlementer ensemble avant que vouloir passer: mais en fin
passerent & vindrent parler audit Capitaine. Et pria ledit _Taiguragni_
le Capitaine vouloir prendre & emmener ledit homme en France. Ce que
refusa ledit Capitaine, disant que le Roy son maitre lui avoit defendu
de non amener homme ni femme en France, mais bien deux ou trois petits
garçons, pour apprendre le langage. Mais que volontiers l'emmeneroit en
Terre-neuve, & qu'il le mettroit en une ile. Ces paroles disoit le
Capitaine pour les asseurer, & à celle fin d'amener ledit _Donnacona_,
lequel étoit demeuré de-là l'eau. Déquelles paroles fut fort joyeux
ledit _Taiguragni_, & promit audit Capitaine de retourner le lendemain,
qui étoit le jour de Sainte-Croix, & amener ledit seigneur _Donnacona_,
& tout le peuple audit _Stadaconé_.



_Croix plantée par les François: Capture des principaux Sauvages, pour
les amener en France, & faire recit au Roy des merveilles du Saguenay:
Lamentations des Sauvages: Presens reciproque du Capitaine Quartier, &
d'iceux Sauvages._

CHAP. XXVI

LE troisiéme jour de May jour & féte sainte Croix, pour la solemnité &
féte le Capitaine fit planter une belle Croix de la hauteur d'environ
trente cinq piez de longueur, souz le croizillon de laquelle y avoit un
écusson en bosse des armes de France: & sur iceluy étoit écrit en
lettres Attiques FRANCISCUS PRIMUS DEI GRATIA FRANCORUM REX REGNAT. Et
celui jour environ midi vindrent plusieurs gens de _Stadaconé_ tant
hommes, femmes, qu'enfans qui nous dirent que leur Seigneur _Donnacona,
Taiguragni, Domagaya_, & autres qui étoient en sa compagnie, venoient;
dequoy fumes joyeux, esperans nous en saisir, léquels vindrent environ
deux heures apres midi. Et lors qu'ilz furent arrivez devant noz navires
nôtre Capitaine alla saluer le Seigneur _Donnacona_, lequel pareillement
lui fit grand'chere, mais toutefois avoit l'oeil au bois & une crainte
merveilleuse. Tôt-apres arriva _Taiguragni_, lequel dit audit seigneur
_Donnacona_ qu'il n'entrât point dedans le Fort. Et lors fut par l'un de
leurs gens apporté du feu hors dudit Fort, & allumé pour ledit seigneur.
Nôtre Capitaine le pria de venir boire & manger dedans les navires,
comme avoit de coutume, & semblablement ledit _Taiguragni_, lequel dit
que tantôt ils iroient. Ce qu'ilz firent, & entrerent dedans ledit Fort.
Mais auparavant avoit été nôtre capitaine averti par _Domagaya_ que
ledit _Taiguragni_ avoit mal parlé, & qu'il avoit dit au seigneur
_Donnacona_ qu'il n'entrât point dedans les navires. Et nôtre Capitaine
voyant ce sortit hors du parc, où il étoit, & vit que les femmes
s'enfuioient par l'avertissement dudit _Taiguragni_, & qu'il ne
demeuroit que les hommes léquels étoient en grand nombre. Et commanda le
Capitaine à ses gens prendre ledit seigneur _Donnacona, Taiguragni,
Domagaya_, & deux autres des principaux qu'il montra: puis qu'on fit
retirer les autres. Tôt-aprés ledit Seigneur entra dedans avec ledit
Capitaine. Mais tout soudain ledit _Taiguragni_ vint pour le faire
sortir. Nôtre Capitaine voyant qu'il n'y avoit autre ordre se print à
cirer qu'on les print. Auquel cri sortirent les gens dudit Capitaine,
léquels prindrent ledit seigneur, & ceux qu'on avoit déliberé prendre.
Lédits Canadiens voyans ladite prise, commencerent à fuir & courir comme
brebis devant le loup, les uns le travers la riviere, les autres parmi
les bois, cherchant chacun son avantage. Ladite prise ainsi faite des
dessusdits, & que les autres se furent tous retirez, furent mis en seure
garde ledit seigneur, & ses compagnons.

La nuit venue vindrent devant noz navires (la riviere entre-deux) grand
nombre de peuple dudit _Donnacona_ huchans, & hurlans toute la nuit
comme loups, crians sans cesse _Agohanna, Agohanna_, pensans parler à
lui. Ce que ne permit ledit Capitaine pour l'heure, ni le matin jusques
environ midi. Parquoy nous faisoient signe que les avions tué & pendu.
Et environ l'heure de midi retournerent de rechef, & aussi grand nombre
qu'avions veu de nôtre voyage pour un coup, eux tenans cachez dedans le
bois, fors aucuns d'eux qui crioient & appelloient à haute voix ledit
_Donnacona_. Et lors commanda le Capitaine faire monter ledit
_Donnacona_ haut pour parler à eux. Et lui dit ledit Capitaine qu'il fit
bonne chere, & qu'apres avoir parlé au Roy de France son maitre, & conté
ce qu'il avoit veu au _Saguenay_, & autres lieux, il reviendroit dans
dix ou douze lunes, & que le Roy lui feroit un grand present. Dequoy fut
fort joyeux ledit _Donnacona_, lequel le dit es autres en parlant à eux,
léquels en firent trois merveilleux cris en signe de joye. Et à l'heure
firent lédits peuples & _Donnacona_ entre eux plusieurs predications &
ceremonies, léquelles il n'est possible d'écrire par faute de
l'entendre. Nôtre Capitaine dit audit _Donnacona_ qu'ilz vinssent
seurement de l'autre bord pour mieux parler ensemble, & qu'il les
asseuroit. Ce que leur dit ledit _Donnacona_. Et sur ce vindrent une
barque des principaux à bord dédits navires, léquels de rechef
commencerent à faire plusieurs prechemens en donnant louange à notre
Capitaine, & lui firent presens de vint-quatre colliers d'_Esurgni_, qui
est la plus grande richesse qu'ils ayent en ce monde. Car ils l'estiment
mieux qu'or ni argent.

Apres qu'ils eurent assez parlementé, & devisé les uns avec les autres,
& qu'il n'y avoit remede audit seigneur d'échapper, & qu'il falloit
qu'il vint en France, il leur commanda qu'on lui apportât vivres pour
manger par la mer, & qu'on les lui apportât le lendemain. Nôtre
Capitaine fit present audit _Donnacona_ de deux pailles d'airain, & de
huit hachots, & autres menues besongnes, comme couteaux & patenotres:
dequoy fut fort joyeux, & son semblant, & les envoya à ses femmes &
enfans. Pareillement donna ledit Capitaine à ceux qui étoient venus
parler audit _Donnacona_ aucuns petits presens, déquelz remercierent
fort ledit Capitaine A tant se retirerent, & s'en allerent à leurs
logis.

Le lendemain cinquiéme jour dudit mois au plus patin ledit peuple
retourna en grand nombre pour parler à leur seigneur, & envoyerent une
barque qu'ils appellent _Casurni_, en laquelle étoient quatre femmes,
sans y avoir aucuns hommes, pour le doute qu'ils avoient qu'on ne les
retint, léquelles apporterent force vivres sçavoir gros mil, qui est blé
duquel ils vivent, chair, poisson, & autres provisions à leur mode:
équelles apres étre arrivées és navires fit le Capitaine bon recueil. Et
pria _Donnacona_ le Capitaine qui leur dit que dedans douze lunes il
retourneroit, & qu'il ameneroit ledit _Donnacona_ à _Canada_: & ce
disoit pour les contenter. Ce que fit ledit Capitaine: dont lédites
femmes firent un grand semblant de joye, & montrans par figures &
paroles audit Capitaine que mais qu'il retournât & amenât ledit
_Donnacona_, & autres, ilz lui feroient plusieurs presens. Et lors
chacune d'elles donna audit Capitaine un collier d'_Esurgni_, puis s'en
allerent de l'autre bord de la riviere, où étoit tout le peuple dudit
_Stadaconé_: puis se retirerent, & prindrent congé dudit seigneur
_Donnacona_.

[Illustration]



_Retour du Capitaine Jacques Quartier en France: Rencontre de certains
Sauvages qui avoient des couteaux de cuivre: Presens reciproques entre
lédits Sauvages & ledit Capitaine: Descriptions des lieux où la route
s'est addressée._

CHAP. XXVII

LE Samedy sixieme jour de May nous appareillames du havre Sainte-Croix,
& vimmes poser au bas de l'ile d'Orleans environ douze lieuës dudit
Sainte-Croix. Et le Dimanche vimmes à l'ile és Coudres, où avons été
jusques au Lundi seiziéme jour dudit mois laissans amortir les eaux,
léquelles étoient trop courantes & dangereuses pour avaller ledit
fleuve. Pendant lequel temps vindrent plusieurs barques des peuples
sujets de _Donnacona_, léquels venoient de la riviere de _Saguenay_. Et
lors que par _Domagaya_ furent avertis de la prinse d'eux, & la façon &
maniere, comme on menoit ledit _Donnacona_ en France, furent bien
étonnez. Mais ne laisserent à venir le long des navires parler audit
_Donnacona_, qui leur dit que dans douze lunes il retourneroit, & qu'il
avoit bon traitement avec le Capitaine & compagnons. Dequoy tous à une
voix remercierent ledit Capitaine, & donnerent audit _Donnacona_ trois
pacquets de peaux de Biévres,& loups marins, avec un grand couteau de
cuivre rouge, qui vient dudit _Saguenay, & autres choses_. Ilz donnerent
aussi au Capitaine un collier d'_Esurgni_. Pour léquels presens leur fit
le Capitaine donner dix ou douze hachotz, déquels furent fort contens &
joyeux, remercians ledit Capitaine: puis s'en retournerent.

Le passage est plus seur & meilleur entre le Nort & ladite ile, que vers
le Su, pour le grand nombre de basses, bancs, & rochers qui y sont, &
aussi qu'il y a petit fond.

Le lendemain seziéme de May nous appareillames de ladite _Ile és
Coudres_, & vimmes poser à une ile qui est à environ quinze lieuës
d'icelle _Ile és Coudres_, laquelle est grande d'environ cinq lieuës de
long: & là posames celui jour pour passer la nuit esperans le lendemain
passer les dangers du _Saguenay_, léquels sont fort grans. Le soir fumes
à ladite ile, où trouvames grand nombre de lièvres, déquels nous eumes
quantité. Et pource la nommames _l'ile és liévres_. Et la nuict le vent
vint contraire, & en tourmente, tellement qu'il nous fallut relacher à
l'ile és Coudres d'où nous étions partis, par-ce qu'il n'y a autre
passage entre lédites iles, & y fumes jusques au... jour dudit mois, que
le vent vint bon, & tant fimes par nos journées que nous passames
jusques à _Hongnedo_, entre l'ile de l'Assumption & ledit _Hongnedo_:
lequel passage n'avoit pardevant été découvert: & fimes courir jusques
le travers du _Cap de prato_, qui est le commencement de la _Baye de
Chaleur_. Et parce que le vent étoit convenable & bon à plaisir, fimes
poser le jour & la nuit. Et le lendemain vimmes querir au corps _l'ile
de Brion_, ce que voulions faire pour la barge de nôtre chemin, gisantes
les deux terres Suest & Noroest un quart de l'Est & de l'ouest: & y a
entre eux cinquante lieuës. Ladite ile est en quarante sept degrez &
demi de latitude.

Le Jeudy vint-cinquiéme jour dudit mois jour & féte de l'ascension nôtre
Seigneur, nous trouvames à une terre & sillon de basses araines, qui
demeurent au Suroest de ladite _ile de Brion_ environ huit lieuës, par
sus léquelles y a de grosses terres pleines d'arbres, & y a une mer
enclose, dont n'avions veu aucune entrée ni ouverture par où entre
icelle mer.

Et le Vendredi vint-sixiéme, parce que le vent changeoit à la côte,
retournames à ladite _ile de Brion_, où fumes jusques au premier jour de
Juin, & vimmes querir une terre haute qui demeure au Suest de ladite
ile, qui nous apparoissoit étre une ile, & là rangeames environ
vint-deux lieuës & demie, faisans lequel chemin eumes conoissance de
trois autres iles qui demeuroient vers les araines: & pareillement
lédites araines étre ile; & ladite terre, qui est terre haute & unie
étre terre certaine se rabattant au Noroest. Apres léquelles choses
conues retournames au cap de ladite terre qui se fait à deux ou trois
caps hauts à merveilles, & grand profond. L'eau, & la marée si courante
qu'il n'est possible Nous nommames celui cap _Le cap de Lorraine_, qui
est en quarante-six degrez & demi: au Su duquel cap y a une basse terre,
& semblant d'entrée de riviere: mais il n'y a hable qui vaille, parsus
léquelles vers le Su demeure un cap que nous nommames _Le Cap sainct
Paul_, qui est au quarante-sept degrez un quart.

Le Dimanche troisiéme jour dudit mois jour & féte de la Pentecôte eumes
conoissance de la côte d'Est-suest de Terre-neuve, étant à environ
vint-deux lieuës dudit cap. Et pource que le vent étoit contraire, fumes
à un hable que nous nommames _Le hable du sainct Esprit_, jusques au
Mardi qu'appareillames dudit hable & reconumes ladite côte jusques aux
_iles de sainct Pierre_. Lequel chemin faisans tournames le long de
ladite côte plusieurs iles & basses fort dangereuses étans en la route
d'Est-Suest, & Oest-Norest à deux, trois, & quatre lieuës à la mer. Nous
fumes audites _iles sainct Pierre_, & trouvames plusieurs navires tant
de France que de Bretagne.

Depuis le jour sainct Barnabé unziéme de Juin jusques au seziéme dudit
mois qu'appareillames dédites _Iles sainct Pierre_, & vimmes au _Cap de
Raz._, & entrames dedans un hable nommé _Rongnousi_, où primmes eau &
bois pour traverser la mer, & là laissames une de noz barques: &
appareillames dudit hable le Lundi dix-neufiéme jour dudit mois: & avec
bon temps avons navigé par la mer: tellement que le seziéme jour de
Juillet sommes arrivés au hable de Saint Malo, la grace au Createur: le
priant, faisant fin à nôtre navigation, nous donner sa grace, & Paradis
à la fin. Amen.



_Rencontre des Montagnais (Sauvages de_ Tadoussac) _& Iroquois:
Privilege de celui qui est blessé à la guerre: Ceremonies des Sauvages
devant qu'aller à la guerre: Contes fabuleux de la monstruosité des
Armouchiquois: & de la Mine reluisante au Soleil: & du_ Gougou: _Arrivée
au Havre de Grace._

CHAP. XXVIII

AYANS r'amené le Capitaine Jacques Quartier en France, il nous faut
retourner querir Samuel Champlein, lequel nous avons laissé à
_Tadoussac_, à fin qu'il nous dise quelque nouvelles de ce qu'il aura
veu & ouï parmi les Sauvages depuis que nous l'avons quitté Et afin
qu'il ait un plus beau champ pour rejouir ses auditeurs, je voy le sieur
Prevert de Sainct Malo qui l'attend à l'ile Percée en intention de lui
en bailler d'une: & s'il ne se contente de cela, lui bailler encore avec
la fable des Armouchiquois la plaisante histoire du _Gougou_ qui fait
peur aux petits enfans, afin que par apres l'Historiographe Cayet soit
aussi de la partie en prenant cette monnoye pour bon aloy. Voici donc ce
que ledit Champlein en rapporte en la conclusion de son voyage.

Etans arrivés à Tadoussac nous trouvames les Sauvages que nous avions
rencontrez en la riviere des Iroquois, qui avoient fait rencontre au
premier lac de trois canots Iroquois, léquels ilz attirent & apporterent
les tétes des Iroquois à Tadoussac, & n'y eut qu'un Montagnais blessé au
bras d'un coup de fléche, lequel songeant quelque chose, il falloit que
tous les dix autres le missent en execution pour le rendre content,
croyant aussi que sa playe s'en doit mieux porter. Ce cedit Sauvage
meurt, ses parens vengeront sa mort, soit sur leur nation ou sur
d'autres, ou bien il faut que les Capitaines facent des presens aux
parens du defunct, afin qu'ilz soient contens, ou autrement, (comme j'ay
dit) ils useroient de vengeance: qui est une grande méchanceté entr'eux.
Premier que lédits Montagnais partissent pour aller à la guerre, ilz
s'assmblerent tous avec leurs plus riches habits de fourrures, castors,
& autres peaux, parez de patenôtres & cordons de diverses couleurs, &
s'assemblerent dedans une grande place publique, où il y avoit au devant
d'eux un _Sagamo_ qui s'appelloit _Begourat_ qui les menoit à la guerre,
& étoit les uns derriere les autres, avec leurs arcs & fleches, massues,
& rondelles, dequoy ils se parent pour se battre: & alloient sautans les
uns apres les autres, en faisans plusieurs gestes de leurs corps, ilz
faisoient maints tours de limaçon: apres ilz commencerent à danser à la
façon accoutumée, comme j'ay dit ci-dessus, puis ilz firent leur
Tabagie, & aprés l'avoir fait, les femme se despouillerent toutes nues,
parées de leurs plus beaux _Matachiaz_, & se mirent dedans leurs canots
ainsi nues &n dansant, & puis elles se vindrent mettre à l'eau en se
battans à coups de leurs avirons, se jettans quantité d'eau les unes sur
les autres: toutefois elles ne se faisoient point de mal, car elles se
paroient es coups qu'elles s'entreruoient. Aprés avoir fait toutes ces
ceremonies elle se retirerent en leurs cabanes, & les Sauvages s'en
allerent à la guerre contre les Iroquois. Le seziéme jour d'Aoust nous
partimes de _Tadoussac_, & le dix-huictiéme dudit mois arrivames à l'ile
percée, où trouvames le sieur Prevert de Sainct Malo, qui venoit de la
mine où il avoit été avec beaucoup de peine pour la crainte que les
Sauvages avoient de faire rencontre de leurs ennemis, qui sont les
Armouchiquois, léquels sont hommes sauvages du tout monstrueux, pour la
forme qu'ils ont: car leur téte est petite, & le corps court, les bras
menus comme d'une eschelet, & les cuisses semblablement: les jambes
grosses & longues, qui sont toutes d'une venue, & quant ilz sont assis
sur leurs talons, les genoux leur passent plus d'un demi pied par dessus
la téte, que est chose étrange, & semblent estre hors de nature: Ilz
sont neantmoins fort dispos, & determinez: & sont aux meilleures terres
de toute la côte de la Cadie. Aussi les Souriquois les craignent fort.
Mais avec l'asseurance que ledit sieur de Prevert leur donna, il les
mena jusques à ladite mine, où les Sauvages le guiderent. C'est une fort
haute montagne, avançant quelque peur sur la mer, qui est fort
reluisante au Soleil, où il y a quantité de verd de gris qui procede de
ladite mine de cuivre. Au pié de ladite montagne, il dit que de basse
mer y avoit en quantité de morceaux de cuivre, comme il nous a été
montré, lequel tombe du haut de la montagne. Cedit lieu où est la mine
git par les quarante-cinq degrez & quelques minutes.

Il y a encore une chose étrange digne de reciter que plusieurs Sauvages
m'ont asseuré étre vraye; C'est que proche de la baye de Chaleur tirant
au Su, est une ile, où fait residence un monstre épouventable, que les
Sauvages appellent _Gougou_, & m'ont dit qu'il avoit la forme d'une
femme; mais fort effroyable, & d'une telle grandeur, qu'ilz me disoient
que le bout des mats de nôtre vaisseau ne lui fût pas venu jusques à la
ceinture, tant ilz le peignent grand: & que souvent il a devoré & devore
beaucoup de Sauvages, léquels il met dedans une grande poche quand il
les peut attrapper & puis les mange: & disoient ceux qui avoient évité
le peril de cette mal-heureuse béte, que sa poche étoit si grande, qu'il
y eût peu mettre nôtre vaisseau. Ce monstre fait des bruits horribles
dedans cette ile, que les Sauvages appellent _Gougou_: & quand ilz en
parlent, ce n'est qu'avec une peur si étrange qu'il ne se peut dire de
plus, & mont asseuré plusieurs l'avoir veu: Méme ledit Prevert de
Saint-Malo en allant à la découverture des mines, m'a dit avoir passé si
proche de la demeure de cette effroyable béte, que lui & tous ceux de
son vaisseau entendoient des sifflemens étranges du bruit qu'elle
faisoit: & que les Sauvages qu'il avoit avec lui, lui dirent, que
c'étoit la méme béte, & avoient une telle peur, qu'ilz se cachoient de
toutes parts, craignans qu'elle fût venue ce qu'ilz disent, c'est que
tous les Sauvage en general la craignent, & en parlent si étrangement,
que si je mettois tout ce qu'ilz en disent, l'on le tiendroit pour
fables: mais je tiens que ce soit la residence de quelque diable Qui les
tourmente de la façon. Voilà ce que j'ay apprins de ce _Gougou_.

Le vint-quatriéme jour d'Aoust, nous partimes de _Gachepé_. Le deuxiéme
jour de Septembre, nous faisions état d'étre aussi avant que le Cap de
_Razé_. Le cinquiéme jour dudit mois nous entrames sur le Banc où se
fait la pécherie du poisson. Le seziéme dudit mois nous étions é la
sonde, qui peut étre à quelques cinquante lieuës d'Ouessant. Le vintiéme
dudit mois nous arrivames par la grace de Dieu avec contentement d'un
chacun, & toujours le vent favorable, au port du Havre de Grace.



_Discours sur le Chapitre precedent: Credulité legere: Armouchiquois
quels: Sauvages toujours en crainte: Causes des terreurs Paniques,
faulses visions, & imagination:_: Gougou _proprement que c'est: Autheur
d'icelui: Mine de cuivre: Hanno Carthaginois: Censures sur certains
autheurs qui ont écrit de la Nouvelle-France. Conseil pour l'instruction
des Sauvages._

CHAP. XXIX

OR pour revenir aux Armouchiquois, & à la male-béte du _Gougou_, il est
arrivé en cet endroit à Champlein ce qu'écrit Pline de Cornelius Nepos,
léquel dit avoir creu tres-avidement (c'est à dire comme s'y portant de
soy-méme) les prodigieux mensonges des Grecs, quand il a parlé de la
ville de Larah (_Lissa_) laquelle (souz la foy & parole d'autrui) il a
écrit étre forte, & beaucoup plus grande que la grande Carthage, &
autres choses de méme étoffe. Ainsi ledit Champlein s'étant fié au recit
du sieur Prevert de Saint-Malo, qui se donnoit carriere, a écrit ce que
nous venons de rapporter touchant les Armouchiquois, & le _Gougou_,
comme semblablement ce qui est de la lueur de la mine de cuivre. Toutes
léquelles choses iceluy Champlein a depuis reconu étre fabuleuses. Car
quant aux Armouchiquois ils sont aussi beaux-hommes (souz ce mot je
comprens aussi les femmes) que nous, bien composés & dispos; comme
verrons ci-apres. Et pour le regard du _Gougou_, je laisse à penser à
chacun quelle apparence il y a, encores que quelques Sauvages en
parlent, & en ayent de l'apprehension, mais c'est à la façon qu'entre
nous plusieurs esprits foibles craignent le Moine bouru de Paris. Et
d'ailleurs ces peuples qui vivent en perpetuelle guerre, & ne sont
jamais en asseurance (portans avec eux cette malediction pour-ce qu'ilz
sont delaissez de Dieu) ont souvent des songes & vaines persuasions que
l'ennemi est à leur porte, & ce qui les rend ainsi pleins
d'apprehensions, est parce qu'ilz n'ont point de villes fermées au moyen
dequoy ilz se trouvent quelquefois & le plus souvent surpris & deffaits:
ce qu'étant ne se faut émerveiller s'ils ont aucunefois des terreurs
Paniques & des imaginations semblables à celles des hypochondriaques,
leur étant avis qu'ilz voyent & oyent des choses qui ne sont point:
hommes bien resolus, & qui le cas avenant fussent allez courageusement à
une breche, neantmoins par vue je ne sçay quelle maladie d'esprit, bien
beuvans & bien mangeans, étoient tourmentez de l'apprehension
continuelle qu'ils avoient qu'un mauvais demon les suivoit incessamment,
les frappoit & se reposoit sur eux. Ainsi en voyons-nous qui s'imaginent
étre des loups-garous. Ainsi plusieurs graus & petis ont peur des
esprits (quand ilz sont seulets) au mouvement d'une souris. Ainsi les
malades ayans l'imagination troublée disent quelquefois qu'ils voyent
tantôt une vierge Marie, tantôt un diable, & autres fantasies qui leur
viennent au devant: ceci causé par le defaut de nourriture, ce qui fait
que le cerveau se remplit de vapeurs melancholiques, qui apportent ces
imaginations. Et ne sçay si je doy point mettre en ce rang plusieurs
anciens que par les longs jeûnes (que saint Basile n'approuve point)
avoient des visions qu'ils nous ont données pour chose certaine, & y en
a des livres pleins. Mais telle chose peut aussi arriver à ceux qui sont
sains de corps, comme nous avons dit. Et les causes en sont partie
exterieures, partie interieures. Les extérieures sont les facheries &
ennuis; les interieures sont l'usage des viandes melancholiques &
corrompues, d'où s'élevent des vapeurs malignes & pernicieuses au
cerveau, qui pervertissent les sens, troublent la memoire, & égarent
l'entendement. Item ces causes interieures proviennent d'un sang
melancholic & brulé, contenu dans un cerveau trop chaud, ou dispersé par
toutes les veines, & toute l'habitude du corps, ou qui abonde dans les
hippochondres, dans la rate, & mesantere: d'où sont suscitées des fumées
& noires exhalaisons, qui rendent le cerveau obscur, tenebreux,
offusqué, & le noircissent & couvrent ni plus ni moins que les tenebres
font la face du ciel: d'où s'ensuit immediatement que ces noires fumées
ne peuvent apporter aux hommes qui en sont couverts, que frayeurs &
craintes. Or selon la diversité de ces exhalaisons provenantes d'une
diversité & varieté de sang, duquel sont produites ces fumées & suyes,
il y a diverses sortes d'apprehensions & melancholies qui attaquent
diversement, & depravent sur tout les functions de la faculté
imaginatrice. Car comme la varieté du sang diversifie l'entendement,
ainsi l'action de l'ame changée, change les humeurs du corps.

De cette mutation & depravation d'humeurs, mémement aux temperamens
melancholiques surviennent des bigearres & étranges imaginations causées
par ces fumées ou suyes noires engeance de cette humeur melancholique.

Telle est la nature & l'humeur de quelques Sauvages, de qui toute la vie
souillé de meurtres qu'ilz commettent les uns sur les autres, &
particulierement sur leurs ennemis, ils ont des apprehensions grandes, &
s'imaginent un _Gougou_, qui est le bourreau de leurs consciences: ainsi
que Cain aprés l'assassinat de son frere Abel avoit l'ire de Dieu qui le
talonnoit, & n'avoit en nulle part asseurance, pensant toujours avoir ce
_Gougou_ devant les ïeux: de sorte qu'il fut le premier qui domta le
cheval pour prendre la fuite: & qui se renferma de murailles dans la
ville qu'il bâtit: Et encores ainsi qu'Orestes, lequel on dit avoir été
agité des furies pour le parricide par lui commis en la personne de sa
mere. Et n'est pas incroyable que le diable possedant ces peuples ne
leur donne beaucoup d'illusions. Mais proprement, & à dire la verité, ce
qui a fortifié l'opinion du _Gougou_ a été le rapport dudit Prevert,
lequel contoit un jour au sieur de Poutrincourt une fable de méme aloy,
disant qu'il avoit veu un Sauvage jouer à la croce contre un diable, &
qu'il voyoit bien la croce du diable jouer, mais quant à Monsieur le
Diable il ne le voyoit point. Le sieur de Poutrincourt qui prenoit
plaisir à l'entendre, faisoit semblant de le croire pour lui en faire
dire d'autres.

Et quant à la mine de cuivre reluisante au Soleil, il s'en faut beaucoup
qu'elle soit comme l'Emeraude de _Makhé_; de laquelle nous avons parlé
au discours du second voyage fait au Bresil. Car on n'y voit que de la
roche, au bas de laquelle se trouve des morceaux de franc cuivre, tels
que nous avons rapporté en France: & parmi ladite roche y a quelquefois
du cuivre, mais il n'est pas si luisant qu'il éblouisse les ïeux.

Or si ledit Champlein a été credule, un sçavant personnage que j'honore
beaucoup pour sa grande literature, est encore en plus grande faute,
ayant mis en sa Chronologie septenaire de l'histoire de la paix imprimée
l'an mille six cens cinq, tout le discours dudit Champlein, sans nommer
son autheur, & ayant baillé les fables des Armouchiquois & du _Gougou_
pour Bonne monnoye. Je croy que si le conte du diable houant à la croce
eût aussi été imprimé il l'eût creu, & mis par éscrit, comme le reste.

Pline recite que Hanno Capitaine Carthaginois ayant eu la commission de
découvrir toute l'Affrique, & le circuit d'icelle, avoit laissé des
amples commentaires de ses voyages, mais ils étoient trop amples, car
ilz contenoient plus que la verité: & étoient vrayement commentaires.
Plusieurs Grecs & Latins l'ayans suivi, & s'asseurans sur iceux, en ont
fait à-croire à beaucoup de gens par aprés, ce dit l'autheur. Il faut
croire, mais non pas toutes choses. Et faut considerer premierement si
cela est vray-semblable, ou non. Du moins quand on a cotté son autheur
on est hors de reproche.

Il y en a qui sont touchez de cette maladie (& peut étre moi-méme en cet
endroit que n'ay eut le loisir de relire ce que j'écris) que le Poëte
Juvenal appelle _Insanabile scribendis cacoethes_, léquels écrivent
beaucoup sans rien digerer; dequoy j'accuserois ici aucunement le sieur
de Belle-foret, n'étoit la reverence que je porte à Sa memoire. Car
ayans eu des avis du Capitaine Jacques Quartier, & paraventure exrait
par lambeaux, ceux que j'ay rapporté ci dessus, il n'a pas quelquefois
bien pris les choses, étant precipité d'écrire: comme quand au premier
dédits voyages il dit que les iles de la Terre-neuve sont separées par
petits fleuves: Que la riviere des Barques est par les cinquante degrez
de latitude: Quand il appelle _Labrador_ le païs de la Baye de Chaleur,
laquelle il a premierement mise ne la terre de Norumbega, & là où il dit
qu'il fait plus chaud qu'en Hespagne, & toutefois on sçait que
_Labrador_ est par les soixante degrez. Item quand en la relation du
second voyage dudit Quartier, il dit par conjecture que les Canadiens
sacrifient des hommes, parce qu'icelui Quartier allant voir un Capitaine
sauvage (Que Belle-foret appelle Roy) il vit des tétes de ses ennemis
étendues sur du bois comme des peaux de parchemin. Item que les
Canadiens (qui ont quantité de vignes, & au païs déquels est assise
l'ile d'Orleans, autrement dite de Bacchus) sont à l'egal du païs du
Dannemark & Norvege: Que le petun duquel ils usent ordinairement tient
du poivre & gingembre, & n'est point petun: Qu'ilz mangent leur viandes
cruës. Et là dessus je diray, qu'ores qu'ilz le fissent (ce qui peur
arriver quelque-fois) ce n'est chose éloignée de nous car j'ay veu
maintes fois noz matelots prendre une moruë seche, & mordre dedans de
bon appetit. Item quant il met en une ile le village _Stadaconé_, où il
dit qu'est la maison Royale (notez que ce n'étoient que cabannes
couvertes d'écorce) du seigneur Canadien: Item quant il met la terre de
_Bacalos_ (c'est à dire Moruës) vis-à-vis de saincte Croix, où hiverna
Jacques Quartier & _Labrador_ au Nort de la grande riviere; lequel païs
auparavant il avoit aussi au Su d'icelle: Item; quand il dit que la
riviere de _Saguenay_ fait des iles où il y a quantité de vignes: ce que
son autheur n'a point dit. Item que les Sauvages de la riviere
_Saguenay_ s'approcherent familierement des François, & leur montrerent
le chemin à _Hochelaga_; Item que les Canadiens estimaient les François
fils du Soleil: Item est plaisant quand au village de _Hochelaga_ il
figure cinquante Palais; outre la maison Royale, avec trois étages. Item
que les Chrétiens appellerent la ville de _Hochelaga_ Mont-Royal: Item
que le village _Hochelaga_ est à la pointe & embouchure de la riviere de
_Saguenay_: par les degrez de cinquante-cinq à soixante: Item quand il
dit que les Sauvages adorent un Dieu qu'ils appellent _Cudouagni_: car
de verité ilz ne font aucune adoration: Item quand il represente que dix
hommes apporterent par honneur le Roy de _Hochelaga_ dans une peau
devant le Capitaine François, sans dire qu'il étoit paralytique. Item
qu'il se faisoit entendre par truchement & Jacques Quartier dit le
contraire: c'est à dire qu'à faute de truchement il ne pouvoit entendre
ceux de _Hochelaga_. Item que le Roy de _Hochelaga_ pria ledit Capitaine
de lui bailler secours contre ses ennemis, &c.

Or quand je considere ces precipitations étre arrivées à un personnage
tel que ledit Belle-foret homme de grand jugement, je ne m'étonne pas
s'il y en quelquefois és anciens autheurs, & s'il s'y trouve des choses
déquelles on n'a encore eu nulle experience. Il me semble qu'on se doit
contenter de faillir apres les autheurs originaires, léquels on est
contraint de suivre, sans extravaguer à des choses qui ne sont point, &
sortir hors les limites de ce qu'iceux autheurs ont écrit:
principalement quand cela est sans dessein, & ne revient à aucune
utilité.

Quelqu'un pourroit accuser le Capitaine Quartier d'avoir fait des contes
à plaisir, quand il dit que tous les navires de France pourroient se
charger d'oyseaux en l'ile qu'il a nommée _Des oyseaux_: & de verité je
croy que cela est un peu hyperbolique. Mais il est certain qu'en cette
ile il y en a tant que c'est chose incroyable. Nous en avons veu de
semblables en notre voyage où il ne falloit qu'assommer, recuillir, &
charger notre vaisseau. Item quand il a raconté avoué avoir poursuivi
une béte à deux piez, & qu'és païs du _Saguenay_ il y a des hommes
accoutrez de draps de laine comme nous, d'autres qui ne mangent point, &
n'ont point de fondement; d'autres qui n'ont qu'une jambe: Item qu'il y
a pardela un païs de Pygmées, & une mer douce. Quant à la béte à deux
pieds je ne sçay que j'en doy croire, car il y a des merveilles plus
étranges en la Nature que cela: puis ces terres là ne sont si bien
découvertes qu'on puisse sçavoir tout ce qui y est. Mais pour le reste
il a son autheur qui lui en a fait le recit homme vieillart, lequel
avoit couru des grandes contrées toute sa vie. Et cet autheur il l'amena
par force au Roy pour lui faire recit de ces choses par sa propre
bouche, afin qu'on y adjoutât telle foy qu'on voudroit. Quant à la mer
douce c'est le grand lac qui est au bout de la grande riviere de
_Canada_, duquel nul des Sauvages de deça n'a veu l'extremité
Occidentale, & avons veu par le rapport fait audit Champlein qu'il a
trente journées de long, qui sont trois cens lieuës à dix lieuës par
jour. Cela peut bien étre appellé mer par ces peuples, prenant la mer
pour une grande étendue d'eau. Pour le regard des _Pygmées_, je sçay par
le rapport de plusieurs que les Sauvages de ladite grande riviere disent
qu'és montagnes des Iroquois il y a des petits hommes fort vaillans, que
les Sauvages plus Orientaux redoutent & ne leur osent faire la guerre.
Quant aux hommes armez jusque au bout des doits, les mémes m'ont recité
avoir veu des armures semblables à celles que décrit ledit Quartier,
léquelles resistent aux coups de fleches. Tout ce que je doute en
l'histoire des voyages d'icelui Quartier, est quand il parle de la Baye
de Chaleur, & dit qu'y fait plus chaud qu'en Hespagne. A quoy je répons
que comme une seule hirondele ne fait pas le Printemps: aussi que pour
avoir fait chaud une fois en cette Baye, ce n'est pas coutume. Je doute
aussi de ce que dit le méme Quartier qu'il y a des assemblées, & comme
des colleges, où les filles sont prostituées, jusques à ce qu'elles
soient mariées & que les femmes veuves ne se remarient point: ce que
nous avons reservé à dire en son lieu. Mais pour retourner audit
Champlein, je voudrois qu'avec le _Gougou_ il n'eust point mis par écrit
que les Sauvages de la Nouvelle-France pressez quelquefois de faim se
mangent l'un l'autre: ni tant de discours de notre sainte Foy, léquels
ne se peuvent exprimer en la langue de Sauvages, ni par truchement, ni
autrement. Car ilz n'ont point de mots qui puissent representer les
mysteres de notre Religion: & seroit impossible de traduire seulement
l'Oraison Dominicale en leur langue, sinon, par periphrases. Car entre
eux ilz ne sçavent que c'est de sanctification, de regne celeste, de
pain super substantiel (que nous disons quotidien) ni d'induire en
tentation. Les mots de gloire, vertu, raison beatitude, Trinité, Saint
Esprit, Anges, Archanges, Resurrection Paradis, Enfer, Eglise, Baptéme,
Foy, Esperance, Charité, & autres infinis ne sont point en usage chés
eux. De sorte qu'il n'y sera pas besoin de grans Docteurs pour le
commencement. Car par necessité il faudra qu'ils apprennent la langue
des peuples qu'ils voudront conduire à la Foy Chrétienne: & à prier en
nôtre langue vulgaire, sans leur penser imposer le dur fardeau des
langues inconues. Ce qu'étant de coutume & de droit positif, & non
d'aucune loy divine, ce sera de la prudence des Pasteurs de les
enseigner utilement & non par fantasies; & chercher le chemin plus court
pour parvenir à leur conversion. Dieu veuille en donner les moyens à
ceux qui en ont la volonté.



_Entreprise du Sieur de Roberval pour l'habitation de la terre de
Canada, aux despens du Roy. Commission du Capitaine Jacques Quartier.
Fin de ladite Entreprise._

CHAP. XXX

APRES la découverte de la grande riviere de Canada faite par le
Capitaine Quartier en la maniere que nous avons recité ci-dessus, le Roy
en l'an mille cinq cens quarante fit son Lieutenant general és terres
neuves de _Canada, Hochelaga, Saguenay_, & autres circonvoisines messire
Jean François de la Roque dit le Sieur de Roberval Gentil-homme du païs
de Vimeu en Picardie, auquel il fit delivrer sa Commission le quinziéme
de Janvier audit an, à l'effect d'aller habiter lédites terres, y batir
des Forts, & conduire des familles. Et pour ce faire sa Majesté fit
delivrer quarante cinq mille livres par les mains de Maitre Jean du Val
Thresorier de son Epargne.

Jacques Quartier fut nommé par sadite Majesté Capitaine general & maitre
Pilote sur tous les vaisseaux de mer qui seroient employés à cette
entreprise, qui furent cinq en nombre du pois de quatre cens tonneaux de
charge ainsi que je trouve par les compte rendu dédits deniers par ledit
Quartier, qui m'a esté communiqué par le sieur Samuel Georges bourgeois
de la Rochelle.

Or n'ayant peu jusques ici recouvrer ladite Commission de Roberval, je
me contenteray de donner aux lecteurs celle qui peu aprés fut donnée
audit Quartier, dont voici la teneur.

_Commission pour le Capitaine Jacques Quartier sur le voyage &
habitation des terres neuves de Canada Hochelaga &c._

François par la grace de Dieu Roy de France, A tous ceux qui ces
presentes lettres verront, Salut. Comme pour le desir d'entendre & avoir
conoissance de plusieurs païs qu'on dit inhabités, & autres étre
possedez par gens Sauvages sans conoissance de Dieu, & sans usage de
raison, eussions dés peiça, à grans frais & mises envoyé découvrir
esditz païs par plusieurs bons pilotes; & autres noz sujetz de bon
entendement, sçavoir, & experience, qui d'iceux païs nous auroient amené
divers hommes que nous avons par long temps tenus en nôtre Royaume, les
faisans instruire en l'amour & crainte de Dieu & de sa sainte Loy &
doctrine Chrétienne ne intention de les faire remener ésdits païs en
compagnie de bon nombre de noz sujets de bonne volonté, afin de plus
facilement induire les autres peuples d'iceux païs à croire en nôtre
sainte Foy: & entre autres y eussions envoyé nôtre cher & bien amé
Jacques Quartier, lequel auroit découvert grand païs des terres de
_Canada & Hochelaga_ faisant un bout de l'Asie du côté de l'Occident:
léquels païs il a trouvé (ainsi qu'il nous a rapporté) garnis de
plusieurs bonnes commodités, & les peuples d'iceux bien fournis de corps
& de membres & bien disposez d'esprit & entendement, déquels il nous a
semblablement amené aucun nombre, que nous avons par long temps fait
voir & instruire en notredite sainte Foy avec nodits sujets. En
consideration dequoy, & de leur bonne inclination que avons avisé &
deliberé de renvoyer ledit Quartier esdits païs de _Canada & Hochelaga_,
& jusques en la terre de _Saguenay_ (s'il peut y aborder) avec bon
nombre de navires & de toutes qualités, arts, & industrie, pour plus
avant entrer esdits païs, converser avec les peuples d'iceux, & avec eux
habiter (si besoin est) afin de mieux parvenir à nôtredite intention, &
à faire chose agreable à Dieu nôtre createur, & redempteur, & que soit à
l'augmentation de son saint & sacré Nom, & de nôtre mere sainte Eglise
Catholique, de laquelle nous sommes dits & nommez le premier fils:
Parquoy soit besoin pour meilleur ordre & expedition de ladite
entreprise deputer & établir un Capitaine general & maistre Pilote
dédits navires, qui ait regard à la conduite d'iceux, & sur les gens,
officiers, & soldats y ordonnés & établis: SÇAVOIR FAISONS que nous à
plein confians de la personne dudit Jacques Quartier, & se ses sens,
suffisance, loyauté, preud'homme, hardiesse, grande diligence, & bonne
experience; icelui pour les causes & autres à ce nous mouvans, Avons
fait, constitué, & ordonné, faisons, constituons, ordonnons &
établissons par ces presentes, Capitaine general & maitre Pilote de tous
les navires, & autres vaisseaux de mer par nous ordonnés étre menez pour
ladite entreprise & expedition, pour ledit état & charge de Capitaine
general & maitre Pilote d'iceux navires & vaisseaux avoir, tenir, &
exercer par ledit Jacques Quartier aux honneurs, prerogatives,
preéminences, franchises, libertez, gages, & bien-faitz, telz que par
nous lui seront pour ce ordonnez, tant qu'il nous plaira. Et lui avons
donné & donnons puissance & authorité de mettre, établir, & instituer
ausdits navires tels Lieutenans, patrons, pilotes & autres ministres
necessaires pour le fait & conduite d'iceux, & en tel nombre qu'il verra
& conoitra étre besoin & necessaire, pour le bien de ladite expedition.
Si donnons en mandement par cesdites presentes à nôtre Admiral, ou
Vic'Admiral, que prins & receu dudit Quartier le serment pour de deub &
accoutumé, icelui mettent & instituent, ou facent mettre & instituer de
par nous en possession & saisine dudit Etat de Capitaine general &
maitre Pilote: & d'icelui, ensemble des honneurs prerogatives &
préeminences, franchises, libertez, gages, & bien-faicts telz que par
nous lui seront pource ordonnez, le facent souffrent & laissent jouir &
user pleinement & paisiblement, & à lui obeir & entendre de tous ceux' &
ainsi qu'il appartiendra és choses touchant & concernant ledit Etat &
charge. En outre lui face souffre, & permettre prendre le petit Gallion
appellé l'Emerillon que de present il de nous, lequel est ja vieil &
caduc, pour servir à l'adoub de ceux ces navires qui en auront besoin, &
lequel nous voulons étre prins & appliqué par ledit Quartier pour
l'effect dessus dit sans qu'il soit tenu en rendre aucun autre compte ne
reliqua: Et duquel compte & reliqua nous l'avons déchargé & déchargeons
par icelles presentes: par léquelles nous mandons aussi à noz Prevostz
de Paris, Baillifs de Rouën, de Can, d'Orleans, de Blois, & de Tours,
Senechaux du Maine, d'Anjou, & Guienne, & à tous nos autres Baillifs,
Senechaux, Prevosts, Alloués, & autres noz Justiciers, & Officiers, tant
de nôtre Royaume, que de nôtre païs de Bretagne uni à icelui, pardevers
léquels sont aucuns prisonniers, accusés ou prevenuz d'aucuns crimes
quelz qu'ilz soient, fors de crimes de lese Majesté divine & humaine
envers nous & de faux monnoyeurs qu'ils ayent incontinent à delivrer,
rendre & bailler és mains dudit Quartier, ou ses commis & deputez
portans ces presentes, ou le _duplicata_ d'icelle pour notre service en
ladite entreprise & expedition ceux dédits prisonniers qu'il conoitra
estre propres, suffisans, & capables pour servir en icelle expedition,
jusqu'au nombre de cinquante personnes & selon le choix que ledit
Quartier en fera, iceux premierement jugés & condamnez selon leurs
demerites, & la gravité de leurs mesfaits, si jugés & condemnés ne sont:
& satisfaction aussi prealablement ordonnée aux parties civiles &
interessées, si faite n'avoir eté: pour laquelle toutefois nous ne
voulons la delivrance de leurs personnes édites mains dudit Quartier
(s'il les trouve de service) étre retardée ne retenue: Mais se prendra
ladite satisfaction sur leurs biens seulement. Et laquelle délivrance
dédits prisonniers, accusés ou prevenuz, nous voulons étre faite édites
mains dudit Quartier pour l'effect dessusdit par nosditz Justiciers &
Officiers respectivement, & par chacun d'eux en leur regard, pouvoir &
jurisdiction, nonobstant oppositions ou appellations quelconques faites,
ou à faire, relevées, ou à relever, & sans que par le moyen d'icelles,
icelle delivrance en la maniere dessusdite soit aucunement differée. Et
afin que plus grand nombre n'en soit tiré, outre léditz cinquante, Nous
voulons que la delivrance que chacun de nosditz Officiers en sera audit
Quartier soit écrite & certifiée en la marge de ces presentes, & que
neantmoins regitre en soit par eux fait & envoyé incontinent par devers
nôtre amé & feal Chancellier pour conoitre le nombre & la qualité de
ceux qui auront été baillés & delivrés. Car tel est notre plaisir. Et
témoin de ce nous avons fait mettre nôtre seel à cesdites presentes.
Donné à Saint-Pris le dix-septieme jour d'Octobre, l'an de grace mille
cinq cens quarante, & de nôtre regne le vint-sixieme. Ainsi signé sur le
repli, Par le Roy, vous Monseigneur le Chancellier, & autres presens. De
la Chesnaye. Et scellées sur le repli à simple queuë de cire jaune.

Les affaires expédiées ainsi que dessus, léditz De Roberval & Quartier
firent voiles aux Terres-neuves, & se fortifierent au Cap Breton, où il
reste encores des vestiges de leur edifice. Mais s'appuyans trop sur le
benefice du Roy, sans chercher le moyen de vivre du païs méme: & le Roy
occupé de grandes affaires qui pressoient la France pour lors, il n'y
eut moyen d'envoyer nouveau rafraichissement de vivres à ceux qui
devoient avoir rendu le païs capable de les nourrir, ayans eu un si bel
avancement de sa Majesté, & paraventure que ledit De Roberval fut mandé
pour servir le Roy pardeça: car je trouve par le compte dudit Quartier
qu'il employa huit mois à l'aller querir aprés y avoir demeuré dix-sept
mois. Et ose bien penser que l'habitation du Cap Breton ne fut moins
funeste qu'avoit été six ans auparavant celle de Sainte-Croix en la
grande riviere de Canada, où avoit hiverné ledit Quartier. Car ce païs
étant assis sur les premieres terres, & sur le Golfe de _Canada_, qui
est glacé tous les ans jusques sur la fin de May, il n'y a point de
doute qu'il ne soit merveilleusement âpre & rude, & sous un ciel tout
plein d'inclemence. De maniere que cette entreprise reussit point, faute
de s'étre logé en un climat temperé. Ce qui se pouvoit aisément faire,
étant la province de telle étendue qu'il y avoit à choisir vers le Midi
autant que vers le Nort.

[Illustration]



_Plainte sur notre inconstance & lacheté: Nouvelle entreprise &
Commission pour_ Canada: _Envie des Marchans Maloins. Revocation de la
dicte commission._

CHAP. XXXI

SI le dessein d'habiter la terre de Canada n'a ci devant reussi, il n'en
faut ja blamer la terre, mais accuser nôtre inconstance & lacheté. Car
voici qu'apres la mort du Roy François premier on entreprent des voyages
au Bresil & à la Floride, léquels n'ont pas eu meilleur succés, quoy que
ces province soyent sans hiver, & jouissent d'une verdure perpetuelle.
Il est vray que l'ennemi public des hommes a forcé les nôtres de quitter
le païs par-delà, mais cela ne nous excuse point, & ne peut nous
garentir de faute. Tandis qu'on a eu esperance en ces entreprises plus
meridionales, & outre l'Æquateur, on a oublié les découvertes de Jacques
Quartier: de sorte que plusieurs années se sont écoulées, auquelles noz
François ont été endormis, & n'ont rien faire de memorable par mer; Non
qu'il ne se trouve des hommes aventureux, qui pourroient faire quelque
chose de bon: mais ilz ne sont ni soulagez: ni soutenuz de ceux sans
léquelz toute entreprise est vaine. Ainsi en l'an mille cinq cens quatre
vints huit le sieur de la Jaunaye Chaton, & Jacques Noel nevoeux &
heritiers dudit Quartier, s'étans efforcez de continuer à leurs dépens
les erremens de leur dit oncle, souffrirent des pertes notables par le
brulement qui leur fut fait de trois ou quatre pataches par les hommes
de deça. De sorte qu'ilz furent contraints d'avoir recours au Roy auquel
ilz presenterent requéte aux fins d'obtenir Commission pareille à celle
dudit Quartier rapportée ci-dessus, en consideration de ses services, &
qu'au voyage de l'an mille cinq cens quarante, il avoit employé la somme
de seze cens trente-huit livres pardessus l'argent qu'il avoit receu,
dont il n'avoit été remboursé; Requerant en titre pour ayder à former
une habitation Françoise, un privilege pour douze ans de traffiquer
seuls avec les peuples sauvages dédites terres, & principalement au
regard des pelleteries qu'ils amassent tous les ans: & defense étre
faites à tous les sujets du Roy de s'entremettre dudit traffic, ni les
troubler en la jouissance dudit privilege & de quelques mines qu'il
avoient découvertes, pendant ledit temps. Ce qui leur fut accordé par
lettres patentes & commission qu'ils en eurent du quatorzieme de
Janvier, mille cinq cens octante huit. Mais apres s'étre bien donné de
la peine & obtenir cela, ile en eurent peu, ou plutot rien de
contentement. Car incontinent voici l'envie des marchans de Saint-Malo
qui prend les armes pour ruiner tout ce qu'ils avoient fait, & empecher
l'avancement & du Christianisme & du nom François en ces terres-là:
comme ils ont sceu fort bien pratiquer depuis en méme sujet à l'endroit
du sieur de Monts. Si-tôt donc qu'ils eurent la nouvelle de ladite
Commission portant le privilege susdit, incontinent ilz presenterent
leur requéte au Conseil privé du Roy pour la faire revoquer. Sur quoy
ils eurent arrest à leur desir du cinquéme de May ensuivant.

On dit qu'il ne faut point empécher la liberté naturellement acquise à
toute personne de traffiquer avec les peuples de dela. Mais je
demanderoy volontiers qui est plus à preferer ou la Religion Chrétienne,
& l'amplification du nom François, ou le profit particulier d'un
marchant qui ne fait rien pour le service de Dieu, ni du Roy? Et
ce-pendant cette belle dame Liberté a seule empeché jusques ici que ces
pauvres peuples errans n'ayent été faicts Chrétiens, & que les François
n'ayent parmi eux planté des colonies, qui eussent receu plusieurs des
nôtres, léquels depuis ont enseigné nos arts & métiers aux Allemans,
Flamens, Anglois, & autres nations. Et cette méme Liberté a fait que par
l'envie des marchans les Castors se vendent aujourd'hui dix livres
piece, léquels au temps de ladite Commission ne se vendoient qu'environ
cinquante sols. Certes la consideration de la Foy & Religion Chrétienne
merite bien que l'on octroye quelque chose à ceux qui employent leur
vies & fortunes pour l'accroissement d'icelle, & en un mot, pour le
public. Et n'y a rien plus juste que celui qui habite une terre jouisse
du fruit d'icelle.



_Voyage du Marquis de la Roche aux Terres neuves. Ile de Sable. Son
retour en France d'une incroyable façon. Ses gens cinq ans en ladite
ile. Leur retour. Commission dudit Marquis._

CHAP. XXXII

D'AUTANT que jusques ici nous n'avions parlé que d'entreprises vaines,
léquelles n'ont été secondées comme il falloit, j'en adjouteray encor
ici une pour le parachevement de ce livre, qui est du sieur Marquis de
la Roche Gentil-homme Breton tout rempli de bonne volonté, mais auquel
on n'a tenu les promesses qu'on lui avoit faites pour l'execution de son
dessein.

En l'an mille cinq cens nonante huit le Roy ayant audit Marquis confirmé
le don de Lieutenance generale és terres dont nous parlons, à luy fait
par le Roy Henry III & octroyé sa Commission, il s'embarqua avec environ
soixante hommes, & n'ayant encore reconu le païs il fit descente en
l'ile de Sable, que est à vint-cinq ou trente lieuës de Campseau: ile
étroite, mais longue d'environ vint lieuës, gisante par les quarante
quatre degrez: assez sterile, mais où y a quantité de vaches &
pourceaux, ainsi que nous avons touché ailleurs. Ayant là dechargé ses
gens & bagage, il fût question de chercher quelque bon port en la terre
ferme: & à cette fin il s'y en alla dans une petite barque: mais au
retour il fut surpris d'un vent si fort & violent, que contraint d'aller
au gré d'icelui, il se trouva en dix ou douze jours en France. Et pour
montrer la petitesse de la barque, & qu'il falloit ceder à la fureur du
vent j'ay plusieurs fois ouï dire au Sieur de Poutrincourt, que du bord
d'icelle il lavoit ses mains dans la mer. Etant en France le voila
prisonnier du Duc de Mercoeur! & celui à qui les dieux les plus
inhumains Æole & Neptune avoient pardonné ne trouve point d'humanité en
guerre. Cependant ses gens demeurent cinq ans degradés en ladite ile, se
mutinent, & coupent la gorge l'un à l'autre, tant que le nombre se
racourcit de jour en jour. Pendant lédits cinq ans ils ont là vécu de
pecherie, & des chairs des animaux que nous avons dit, dont ils en
avoient apprivoisez quelques uns qui leur fournissoient de laictage, &
autres petites commoditez. Ledit Marquis étant delivré fit recit au Roy
à Rouen de ce qui lui étoit survenu. Le Roy commanda à Chef-d'hotel
Pilote d'aller recuillir ces pauvres hommes quand il iroit aux
Terres-neuves. Ce qu'il fit; & en trouva douze de reste, auquels il ne
dit point le commandement qu'il avoit du Roy, afin d'attrapper bon
nombre de cuirs, & peaux de loups marins dont ils avoient fait reserve
durant lédites cinq années. Somme, revenus en France ilz se presentent à
sa Majesté vétus dédites peaux de Loups-marins. Le Roy leur fit bailler
quelque argent & se retirerent mais il y eut procés entre eux & ledit
Pilote, pour les cuirs & pelleteries qu'il avoit extorquées d'eux; dont
par apres ilz composerent amiablement. Et d'autant que ledit Marquis
faute de moyens ne continua ses voyages, & peu apres deceda, je veux ici
adjouter seulement l'extrait de sadite Commission, ainsi que s'ensuit.

_Edit du Roy contenant le pouvoir & Commission donnée par sa Majesté au
Marquis de Cottenmed & de la Roche, pour la conquéte des terres de
Canada, Labrador, Ile de Sable, Norembergue, & païs adjacens._

HENRI par la grace de Dieu Roy de France & de Navarre, A tous ceux qui
ces presentes lettres verront, Salut. Le feu Roy François premier, sur
les avis qui lui auroient été donnez, qu'aux iles & païs de Canada, ile
de Sable, Terres-neuves & autres adjacentes, païs tres-fertiles &
abondans en toutes sortes de commoditez, il y avoit plusieurs sortes de
peuple bien formez de corps & de membres, & bine disposez d'esprit &
d'entendement, qui vivent sans aucune conoissance de Dieu: auroit (pour
en avoir plus ample conoissance) iceux païs fait découvrir par aucuns
bons pilotes & gent à ce conoissans. Ce qu'ayant reconu veritable, il
auroit (poussé d'un zele & affection de l'exaltation du nom Chrétien)
dés le quinzieme Janvier mille cinq cens quarante, donné pouvoir à Jean
François de la Roque sieur de Roberval, pour la conquéte dédits païs. Ce
que n'ayant été executé dés lors, pour les grandes affaires qui seroient
survenues à cette Couronne: Nous avons resolu pour perfection d'un si
bel oeuvre & de si sainte & louable entreprise, au lieu dudit feu sieur
de Roberval: de donner la charge de cette conquéte à quelque vaillant &
experimenté personage, dont la fidelité & affection à notre service nous
soit conue, avec les mémes pouvoirs, authoritez, prerogatives &
preeminences qui étoient accordées audit feu sieur de Roberval par
ledites lettres patentes dudit feu Roy François premier.


SÇAVOIR FAISONS, que pour la bonne & entiere confiance que nous avons de
la personne de notre aimé & feal Troillus du Mesguets Chevalier de notre
Ordre, Conseiller en notre Conseil d'Etat, & Capitaine de cinquante
hommes d'armes de nos ordonnances, le sieur de la Roche Marquis
Cottenmeal, Baron de Las, Vicomte de Carenten & saint Lo en Normandie,
Vicomte de Trevallot, sieur de la Roche, Gommard & Quermoalec, de
Gronac, Bontéguigno, & Liscuit, & de ses louables vertus, qualitez &
merites; aussi de l'entiere affection qu'il a au bien de notre service &
avancement de nos affaires. Iceluy pour ces causes & autre à ce nous
mouvans, Nous avons conformément à la volonté du feu Roy dernier deceda
notre tres-honoré sieur & frere qu ja avoit fait election de sa persone
pour l'execution de ladite entreprise, icelui fait, faisons creons,
ordonnons, établissons par ces presentes signées de nôtre main, nôtre
Lieutenant general édits païs de _Canada, Hochelaga, Terres-neuves,
Labrador_, riviere de la gran' Baye, de Norembegue & terres adjacentes
dédites provinces & étendue de païs, sans icelles étre habitées par
sujets de nul Prince Chrétien, & pour cette sainte oeuvre &
aggrandissement de la foy Catholique, établissons pour conducteur, chef,
Gouverneur & Capitaine de ladite entreprise: Ensemble de tous les
navires, vaisseaux de mer, & pareillement de toutes persones, tant gens
de guerre, mer que autres par nous ordonnez & qui seront par lui choisis
pour ladite entreprise & execution: avec pouvoir & mandement special
d'élire, choisir les Capitaines, Maitres de navires & Pilotes:
commander, ordonner & disposer souz notre authorité; prendre, emmener &
faire partir des profits & havres de nôtre Royaume les nefs, vaisseaux
mis en appareil, equippez & munis de gens, vivres & artilleries & autres
choses necessaires pour ladite entreprise, avec pouvoir en vertu de noz
commissions de fair la levée de gens de guerre qui seront necessaires
pour ladite entreprise et iceux faire conduire par ses Capitaines au
lieu de son embarquement, & aller, venir, passer & repasser édits ports
étrangers, descendre & entrer en iceux & mettre en nôtre main tant par
voyes d'amitié ou amiable composition si faire se peut, que par force
d'armes, main forte, & toutes autres voyes d'hostilitez assaillir villes
chateaux, forts & habitations, iceux mettre en nôtre obeissance, en
constituer & edifier d'autres; faire loix, statuts & ordonnances
politiques, iceux faire garder, observer & entretenir, faire punir les
deliquans, leur pardonner & remettre selon qu'il verra bon étre, pourveu
toutefois que ce ne soient païs occupez ou étans souz la sujection &
obeissance d'aucuns Princes & Potentats nos amis, alliez & confederez.
Et à fin d'augmenter & accroitre le bon vouloir, courage & affection de
ceux qui serviront à l'execution & expedition de ladite entreprise, &
méme de ceux qui demeureront ésdites terres, nous lui avons donné
pouvoir d'icelles terres qu'il nous pourroit avoir acquises audit
voyage, faire bail pour en jour par ceux à qui elles seront affectées &
leurs successeurs en tous droits de proprieté. A sçavoir aux Gentils
hommes & ceux qu'il jugera gens de merite, en Fiefs, Seigneuries,
Chastelenies, Comtez, Vicomtez, Baronnies & autres dignitez relevans de
nous, telles qu'il jugera convenir à leur services: à la charge qu'ilz
serviront à la tuition & defense dédits païs. Et aux autres de moindre
condition, à telles charges & redevances annuelles qu'il avisera, dont
nous consentons qu'ils en demeurent quittes pour les six premieres
années ou tel autre temps que nôtredit Lieutenant avisera bon étre &
conoitra leur étre necessaire: excepté toutefois du devoir & service
pour la guerre. Aussi qu'au retour de nôtre Lieutenant il puisse
departir à ceux qui auront fait le voyage avec lui les gaignages &
profits mobiliaires provenus de ladite entreprise, & avantager du tiers
ceux qui auront fait ledit voyage: retenir un autre tiers pour lui pour
ses frais & depens, & l'autre tiers pour étre employé aux oeuvres
communes, fortifications du païs & fraiz de guerre. Et afin que nôtredit
Lieutenant soit mieux assisté & accompagné en ladite entreprise, nous
lui avons donné pouvoir de se faire assister en ladite armée de tous
Gentils-hommes, Marchans, & autres noz sujets qui voudront aller ou
envoyer audit voyage, payer gens & équipages & munir nefs à leurs
despens. Ce que nous leur defendons tres-expressement faire, ni
traffiquer sans le sceu & consentement de nôtredit Lieutenant, sur peine
à ceux que seront trouvez, de perdition de tous leurs vaisseaux, &
marchandises. Prions aussi & requerons tous Potentats, Princes noz
alliés & confederez, leurs Lieutenans & sujets, en cas que nôtredit
Lieutenant ait quelque besoin ou necessité, lui donner aide, secours &
confort, favoriser son entreprise. Enjoignons & commandons à tous nos
sujets en cas de rencontre par mer ou par terre, de lui étre en ce
secourables & se joindre avec lui: revoquans dés à present tous pouvoirs
qui pourroient avoir eté donnez tant par nos predecesseurs Roys, que
nous, à quelques persones & pour quelque cause & occasion que ce soit,
au prejudice dudit Marquis nôtredit Lieutenant general. Et d'autant que
pour l'effet dudit voyage il sera besoin passer plusieurs contracts &
lettres, nous les avons dés à present validé & approuvé, validons &
aprouvons, ensemble les seings & seaux de nôtre Lieutenant & d'autres
par lui commis pour ce regard. Et d'autant qu'il pourroit survenir à
nôtredit Lieutenant quelque inconvenient de maladie, ou arriver faute
d'icelui, aussi qu'a son retour il sera besoin laisser un ou plusieurs
Lieutenans: Voulons & entendons qu'il en puisse nommer & constituer par
testament & autrement comme bon lui semblera, avec pareil pouvoir ou
partie d'icelui qui lui avons donné. Et afin que nôtredit Lieutenant
puisse plus facilement mettre ensemble le nombre de gans qui lui est
necessaire pour ledit voyage, & entreprise, tant de l'un que de l'autre
sexe: Nous lui avons donné pouvoir de prendre, élire & choisir & lever
telles persones en nôtredit Royaume, païs, terres & Seigneuries qu'il
conoitra étre propres, utiles & necessaires pour ladite entreprise, qui
conviendront avec lui aller, léquels il fera conduire & acheminer des
lieux où ilz se seront par lui levez jusques au lieu de l'embarquement.
Et pource que nous ne pouvons avoir particuliere conoissance dédits païs
& gens étrangers pour plus avant specifier le pouvoir qu'entendons
donner à nôtredit Lieutenant general; voulons & nous plait qu'il ait le
méme pouvoir, puissance & authorité qu'il étoit accordé par ledit feu
Roy François audit sieur de Roberval, encores qu'il n'y soit si
particulierement specifié: & qu'il puisse en cette charge faire,
disposer, & ordonner de toutes chose opinées & inopinées concernant
ladite entreprise, comme il jugera à propos pour nôtre service les
affaires & necessitez le requerir, & tout ainsi & comme nous-méme
ferions & faire pourrions si presens en personne y étions, jaçoit que le
cas requit mandement plus special: validans dés à present comme pour
lors tout ce que par nôtredit Lieutenant sera fait, dit, constitué,
ordonné & établi, contracté, chevi & composé, tant par armes, amitié,
confederation & autrement en quelque sorte & maniere que ce soit ou
puisse étre pour raison de ladite entreprise, tant par mer que par
terre: & avons le tout approuvé, aggreé & ratifié: aggreons, approuvons
& ratifions par ces presentes & l'avouons & tenons, & voulons étre tenu
bon & valable, comme s'il avoit par nous fait.

SI DONNONS en mandement, à notre amé & feal le Sieur Comte de Cheverny
Chancellier de France, & à nos amez & feaux Conseillers, les gens tenans
noz Cours de Parlement, grand Conseil, Baillifs, Senechaux, Prevots,
Juges & leurs Lieutenans & tous autre noz Justiciers, & Officiers chacun
endroit loy comme il appartiendra, que nôtredit Lieutenant duquel nous
avons ce jourd'hui prins & receu le serment en tel cas accoutumé, ilz
facent & laissent, souffrent jouir & user pleinement & paisiblement, à
icelui obeir & entendre, & à tous ceux qu'il appartiendra és chose
touchans & concernans notredite Lieutenance.

MANDONS en outre à tous nos Lieutenans generaux, Gouverneurs de noz
Provinces, Admiraux, Vic'Admiraux, Maitres de ports havres & passages,
lui bailler chacun en l'étendue de son pouvoir, aide, confort, passage,
secours & assistance, & à ses gens avouez de lui, dont il aura besoin.
Et d'autant que de ces presentes l'on pourra voir affaire en plusieurs &
divers lieux: Nous voulons qu'au _Vidimus_ d'icelles deuement collationé
par un de nos amez & feaux Conseillers, Notaires Royaux, foy soit
adjoutée comme au present original: Car tel est nôtre plaisir. En témoin
dequoy nous avons fait mettre nôtre seel esdites presentes. Donné à
Paris le douziéme jour de Janvier l'an de grace mille cinq cens quatre
vints dix-huit. Et de notre regne le neuviéme.

Signé,                                 HENRI.

[Illustration 014.png]



[Illustration]

                             QUATRIEME
                        LIVRE DE L'HISTOIRE
                       DE LA NOUVELLE-FRANCE
                       CONTENANT LES VOYAGES
                       des Sieurs de Monts et
                          de Poutrincourt.



_Intention de l'Autheur. Avis au Roy sur l'habitation de la
Nouvelle-France. Commission au Sieur de Monts. Defenses pour le traffic
des pelleteries._

CHAP. I

J'AY à reciter en ce livre la plus courageuse de toutes les entreprises
que noz François ont faites pour l'habitation des Terres-neuves d'outre
l'Ocean, & la moins aydée & secourue. Le sieur de Monts dit en son nom
PIERRE DU GUA, Gentilhomme Xaintongeois en est le premier motif, lequel
voyant la France en repos par la paix heureusement traitée à Vervin lieu
de ma naissance, proposa au Roy un expedient pour faire une habitation
solide édites terres d'outre mer sans rien tirer des coffres de sa
Majesté, qui étoit la méme (à peu prés) que nous avons veu ci-dessus
avoir été octroyée & Estienne Chaton Sieur de la Launaye, & Jacques Noel
Capitaine de la marine, neveux & heritiers de feu Jacques Quartier, sans
que toutefois ledit sieur de Monts eût eu avis telle chose avoir été
auparavant par eux impetrée. Ce conseil trouvé bon & utile, lettres
incontinent furent expediées audit sieur pour la Lieutenance generale du
Roy és terres comprises souz le nom de la Nouvelle-France, jusques à
certains degrez: & consequemment autres lettres portans defenses à tous
sujets de sa Majesté autres qu'icelui sieur de Monts & ses associez, de
traffiquer de pelleterie, & autres choses, avec les peuples habitans
lesdites terres, sur grandes peines: en la maniere qui s'ensuit.

_Comission du Roy au sieur de Monts, pour l'habitation és terres de la
Cadie, Canada, & autres endroits en la Nouvelle-France._

_Ensemble les defenses à tous autres de traffiquer avec les sauvages
dédites terres._

HENRY par la grace de Dieu Roy de France & de Navarre, A nôtre cher &
bien âmé le sieur de Monts Gentilhomme ordinaire de nôtre Chambre,
Salut. Comme nôtre plus grand soin & travail soit & ait toujours été
depuis nôtre avenement à cette Couronne, de la maintenir & conserver en
son ancienne dignité, grandeur & splendeur, d'étendre & amplifier autant
que legitimement se peut faire, les bornes & limites d'icelle: Nous
étant dés long temps à, informez de la situation & condition des païs &
territoires de la Cadie, Meuz sur toutes choses d'un zele singulier &
devote & ferme resolution & protecteur de tous Royaumes & Etats; de
faire convertir, amener & instruire les peuples qui habitent en cette
contrée, de present gens barbares, athées, sans foy ne religion, au
Christianisme, & en la créance & profession de nôtre foy & religion: &
les retirer de l'ignorante & infidelité où ilz sont. Ayant aussi dés
long temps reconnu sur le rapport des Capitaines de navires, pilotes,
marchans & autres qui de longue main ont hanté, frequenté & traffiqué
avec ce qui se trouve de peuples édits lieux, combien peut étre
fructueuse, commode & utile à nous, à nos Etats & sujets, la demeure,
possession & habitation d'iceux pour le grand & apparent profit que se
retirera par la grande frequentation & habitude que l'on aura avec les
peuples qui s'y trouvent, & le trafic & commerce qui se pourra par ce
moyen seurement traiter & negocier. Nous pour ces causes à plein
confians de vôtre grande prudence, & en la conoissance & experience que
vous avez de la qualité, condition & situation dudit païs de la Cadie:
pour les navigations, voyages, & frequentations que vous avez faits en
ces terres, & autres porches & circonvoisines: nous asseurans que cette
nôtre resolution & intention, vous étans commise, vous la sçaurés
attentivement, diligemment, & non moins courageusement, & valeureusement
executer & conduire à la perfection que nous desirons, Vous avons
expressement commis & établis, & par ces presentes signées de nôtre
main, Vous commettons, ordonnons, faisons, constituons & établissons
nôtre Lieutenant general, pour representer nôtre personne aux païs,
territoires, côtes & confins de la Cadie: A commencer dés le quarantiéme
degré, jusques au quarante-sixiéme. Et en icelle étenduë ou partie
d'icelle, tant & si avant que faire se pourra, établir, étendre & faire
conoitre nôtre nom, puissance & authorité. Et ç icelle assujetir,
submettre & faire obeïr tous les peuples de ladite terre, & les
circonvoisins: Et par le moyen d'icelles & toutes autres voyes licites,
les appeller, faire instruire, provoquer & émouvoir à la conoissance de
Dieu; & à la lumiere de la Foy & Religion Chrétienne, là y établir: & en
l'exercice & profession d'icelle maintenir, garder, & conserver lédits
peuples, & tous autres habituez édits lieux; & en paix, repos &
tranquilité y commander tant par mer que par terre: Ordonner, decider, &
faire executer tout ce que vous jugerez se devoir & pouvoir faire, pour
maintenir, garder & conserver lédits lieux souz nôtre puissance &
authorité, par les formes, voyes, & moyens prescrits par nos
ordonnances. Et pour y avoir égard avec vous, commettre, établir &
constituer tous Officiers, tant és affaires de la guerre que de Justice
& police pour la premiere fois, & de là en avant nous les nommer &
presenter, pour en estre par nous disposé & donner les lettres, tiltres
& provisions tels qu'ilz seront necessaires. Et selon les occurences des
affaires, vous mémes avec l'avis de gens prudens & capable prescrire
souz nôtre bon plaisir, des loix, statuts, & ordonnances autant qu'il se
pourra conformes aux nôtres, notamment és choses & matieres, auquelles
n'est pourveu par icelles: traiter & contracter à méme effet paix,
alliance & confederation, bonne amitié, correspondance & communication
avec lédits peuples & leurs Princes, ou autres ayant pouvoir &
commandement sur eux: Entretenir, garder & soigneusement observer les
traités & alliances dont vous conviendrés avec eux: pourveu qu'ils y
satisfacent de leur part. Et à ce defaut, leur faire guerre ouverte pour
les contraindre & amener à telle raison que vous jugerez necessaire pour
l'honneur, obeïssance & service de Dieu, & l'établissement, manutention
& conservation de notredite authorité parmi eux: du moins pour hanter &
frequenter par vous, & tous noz sujets avec eux en toute asseurance,
liberté, frequentation & communication, y negocier & trafiquer
amiablement & paisiblement. Leur donner & octroyer graces & privileges,
charges & honneurs. Lequel entier pouvoir susdit voulons aussi &
ordonnons que vous ayez sur tous nosdits sujets & autres qui se
transporteront & voudront s'habituer, trafiquer, negocier & resider
édits lieux; tenir, prendre, reserver & vous approprier ce que vous
voudrez & verrez vous étre plus commode & propre à vôtre charge, qualité
& usage dédites terres, en departir telles parts & portions, leur donner
& attribuer tels tiltres, honneurs, droits, pouvoirs & facultez que vous
verrez besoin étre, selon les qualitez, conditions, & merites des
personnes du païs ou autres. Sur tout peupler, cultiver & faire habituer
lédites terres le plus promptement, soigneusement & dextrement, que le
temps, les lieux, & commoditez le pourront permettre: en faire ou faire
faire à cette fin la découverte & reconoissance en l'étenduë des côtes
maritimes & autres contrées de la terre ferme, que vous ordonnerez &
prescrirez en l'espace susdite du quarantiéme degré jusques au
quarante-sixiéme, ou autrement tant & si avant qu'il se pourra le long
dédites côtes, & en la terre ferme. Faire soigneusement rechercher &
reconoitre toutes sortes de mines d'or & d'argent, cuivre & autres
metaux & mineraux, les faire fouiller, tirer, purger & affiner, pour
étre convertis en usage, disposer suivant que nous avons faits en ce
Royaume du profit & emolument d'icelles, par vous ou ceux que vous aurés
établis à cet effet, NOUS RESERANS seulement le dixiéme denier de ce qui
proviendra de celles d'or, d'argent & cuivre, vous affectans ce que nous
pourrions prendre ausdits autres metaux & mineraux, pour vous aider &
soulager aux grandes dépenses que la charge susdite vous pourra
apporter. Voulans cependant; que pour vôtre seureté & commodité, & de
tous ceux de noz sujets qui s'en iront, habituëront & trafiqueront
édites terres: comme generalement de tous autres qui s'y accommmoderont,
souz nôtre puissance & authorité, Vous puissiez faire batir & construire
un ou plusieurs forts, places, villes & toutes autres maisons, demeures
& habitations, ports, havres, retraites, & logemens que vous conoitrez
propres, utiles & necessaires à l'execution de ladite entreprise.
Etablir garnisons & gens de guerre à la garde d'iceux. Vous ayder &
prevaloir aux effets susdits des vagabons, personnes oyseuses & sans
avoeu, tant és villes qu'aux champs, & des condamnez à banissement
perpetuels ou à trois ans au moins hors nôtre Royaume, pourveu que ce
soit par avis & consentement & l'authorité de nos Officiers. Outre ce
que dessus, & qui vous est d'ailleurs prescrit, mandé & ordonné par les
commissions & pouvoirs que vous a donnez nôtre tres-cher cousin le sieur
d'Anville Admiral de France, pour ce qui concerne le fait & la charge de
l'Admirauté, en l'exploit, expedition & execution des choses susdites,
faire generalement pour la conquéte, peuplement, habituation &
conservation de ladite terre de la Cadie, & des côtes, territoires
circonvoisins souz nôtre nom & authorité, ce que nous-mémes ferions &
faire pourrions si presens en persone y étions, jaçoit que le cas requit
mandement plus special que nous ne le vous prescrivons par cesdites
presentes: Au contenu déquelles, Mandons, ordonnons & tres-expressement
enjoignons à tous nos justiciers, officiers & sujets, de se conformer:
Et à vous obeïr & entendre en toutes & chacunes les choses susdites,
leurs circonstances & dependances. Vous donner aussi en l'execution
d'icelles tout ayde & confort, main-forte & assistance dont vous aurez
besoin, & seront par vous requis, le tout à peine de rebellion &
desobeïssance. Et à fin que persone ne pretende de cause d'ignorance de
cette nôtre intention, & se vueille immiscer en tout ou en partie, de la
charge, dignité & authorité que nous vous donnons par ces presentes:
Nous avons de noz certaine science, pleine puissance & authorité Royale,
revoqué, supprimé, declaré nuls & de nul effet ci-apres & des à present,
tous autres pouvoirs & Commissions, Lettres & expeditions donnez &
delivrez à quelque persone que ce soit, pour découvrir, conquérir,
peupler & habiter en l'étenduë susdite dédites terres situées depuis
ledit quarantiéme degré, jusques au quarante-sixiéme, quelles qu'elles
soient. Et outre ce mandons & ordonnons à tous nosdits Officiers de
quelque qualité & condition qu'ilz soient, que ces presentes, ou
_Vidimus_ deuëment collationné d'icelles par l'un de noz amez & feaux
conseillers, Notaires & Secretaires, ou autre Notaire Royal, ilz facent
à vôtre requéte, poursuite & diligence, ou de noz Procureurs, lire,
publier & registrer és regitres de leurs jurisdictions, pouvoirs &
détroits, cessans en tant qu'à eux appartiendra, tous troubles &
empéchemens à ce contraires. Car tel est nôtre bon plaisir. Donné à
Fontaine bleau le huitiéme jour de Novembre: l'an de grace mille six
cens trois: Et de nôtre regne le quinziéme. Signé, HENRI, Et plus bas,
par le Roy, POTIER. Et scellé sur simple queuë de cire jaune.

_Defenses du Roy à tous ses sujets, autres que le sieur de Monts & ses
associez, de trafiquer de pelleteries & autres choses avec les Sauvages
de l'etendue du pouvoir par luy donné audit sieur de Monts, & ses
associez: sur grandes peines._

HENRI par la grace de Dieu Roy de France& de Navarre. A nos amez & feaux
conseillers, les officiers de nôtre Admirauté de Normandie, Bretagne,
Picardie & Guienne, & à chacun d'eux endroit soy, & en l'étendue de
leurs ressorts & jurisdictions, Salut. Nous avons pour beaucoup
d'importantes occasions, ordonné, commis & établi le sieur de Monts
gentilhomme ordinaire de nôtre chambre, nôtre Lieutenant general, pour
peupler & habituer les terres, côtes, & païs de la Cadie, & autres
circonvoisins, en l'étendue du quarantiéme degré jusques au
quarante-sixiéme & là établir nôtre authorité, & autrement s'y loger &
et asseurer: en sorte que noz sujets désormais puissent étre receuz, y
hanter, resider & traffiquer avec les Sauvages habitans dédits lieux:
comme plus expressement nous l'avons déclaré par noz lettres patentes
expediées & delivrées pour cet effet audit sieur de Monts le huitiéme
jour de Novembre dernier: suivant les conditions & articles moyennant
léquels il s'est chargé de la conduite & execution de cette entreprise.
Pur faciliter laquelle & à ceux qui 'sy sont joints avec lui, & leur
donner quelque moyen & commodité d'en supporter la depense: Nous avons
eu agreable de leur permettre, & asseurer; Qu'il ne seroit permis à
aucuns autres noz sujets, qu'à ceux qui entreroient en association avec
lui, pour faire ladite dépense, de traffiquer de pelleterie, & autres
marchandises, durant dix années, és terres, païs, ports, rivieres &
avenuës de l'étenduë de sa charge. Ce que nous voulons avoir lieu. NOUS
pour ces causes, & autres considerations à ce que mouvans, Vous mandons
& ordonnons Que vous ayez chacun de vous en l'étendue de voz pouvoirs,
jurisdictions & détroits (à faire de nôtre part) comme de nôtre pleine
puissance & authorité Royal, nous faisons tres-expresse inhibitions &
defenses à tous marchans, maitres, & Capitaines de navires, matelots, &
autres noz sujets de quelque état, qualité & condition qu'ilz soient,
autres neantmoins avec ledit sieur de Monts, pour ladite entreprise,
selon les articles & conventions d'icelles par nous arretez ainsi que
dit est: D'equipper aucuns vaisseaux, & en iceux aller ou envoyer faire
traffic & troque de pelleterie, & autres choses avec les Sauvages:
Frequenter, negocier, & communiquer durant ledit temps de dix ans,
depuis le Cap de Raze, jusques au quarantiéme degré, comprenant toute la
côte de la Cadie, terre & Cap Breton, Bayes de sainct Cler, de Chaleur,
Ile percée, Gachepé, Chichedec, Mesamichi, Lesquemin, Tadoussac, & la
riviere de Canada, tant d'un côté que d'autre, & toutes les Bayes &
rivieres qui entrent dedans dédites côtes: A peine de desobeïssance, &
confiscation entiere de leurs vaisseaux, vivres, armes & marchandises,
au profit dudit sieur de Monts & de ses associez, & de trente mille
livres d'amende. Pour l'asseurance & acquit de laquelle & de la coërtion
& punition de leur desobeïssance Vouz permettrez (comme nous avons aussi
permis & permettons) audit sieur de Monts & associéz, de saisir,
apprehender, & arréter tous les contrevenans à nôtre presente defense &
ordonnance, & leurs vaisseaux, marchandises, armes, & victuailles, pour
les amener & remettre és mains de la Justice, & étre procedé tant contre
les personnes, que contre les biens desditz desobeïssans, ainsi qu'il
appartiendra. Ce que nous voulons & vous mandons & ordonnons de faire
incontinent publier & lire par tous les lieux & endroits public de
vosdits pouvoirs & jurisdictions, où vous jugerez besoin étre: à ce
qu'aucun de nosdits sujets n'en puisse pretendre cause d'ignorance: Ains
que chacun obeïsse & se conforme surce à nôtre volonté. De ce faire nous
vous avons donné, & donnons pouvoir & commission & mandement special.
Car tel est nôtre bon plaisir. Donné à Paris le dix-huitiéme Décembre,
l'an de grace mille six cens trois, Et de nôtre regne le quinziéme.
Ainsi signé HENRI. Et plus bas, Par le ROY, POTIER. Et seelé du grand
seel de cire jaune.

Ces lettres ont eté confirmées par autres secondes defences du
vint-deuxiéme Janvier mille six cens cinq.

Et quant aux marchandises venans de la Nouvelle-France, voici la teneur
des lettres patentes du Roy portantes exemptions de subsides pour
icelles.

_Declaration du Roy_

HENRY par la grace de Dieu Roy de France & de Navarre, A nos amez &
feaux Conseillers les gens tenans nôtre Cour des Aydes à Rouën, Maitres
de noz ports, Lieutenans, Juges & Officiers de nôtre Admirauté, & de noz
traites foraines établis en nôtre province de Normandie, & chacun de
vous endroit soy, Salut. Nous avons ci-devant par noz lettres patentes
du huitiéme jour de Novembre mille six cens trois, dont copie est ci
jointe souz le contreseel de notre Chancellerie, ordonné & establi
nostre cher & bien amé le sieur de Monts nôtre Lieutenant general
representant notre persone és côtes, terres & confins de la Cadie,
Canada, & autres endroits en la Nouvelle-France, pour habiter lédites
terres: Et par ce moyen amener à la conoissance de Dieu, les peuples y
étans, & là établir nôtre authorité. Et pour subvenir aux fraiz qu'il
conviendroit faire, par nos autres lettres patentes du dix-huitiéme
Decembre ensuivant nous aurions donné, permis & accordé audit sieur de
Monts, & à ceux qui s'associeroient avec lui en cette entreprise, la
traite des pelleteries & autres choses qui se troquent avec les Sauvages
dédites terres à plein specifiées par lédites patentes: ayans par le
moyen de ce que dit est assez donné à entendre que lédits païs étoient
par nous reconuz de nôtre obeïssance, & les tenir & avouer comme
dependances de nôtre Royaume & Coronne de France. Neantmoins nos
Officiers des traites foraines, ignorans pour estre jusques à cette
heure nôtre volonté, veulent au prejudice d'icelle contraindre ledit
sieur de Monts & ses associez de payer les mémes droits d'entrée des
marchandises venans dédits païs, qui sont deuz par celles qui viennent
d'Hespagne, & autres contrées étrangeres, ne se contentans que pour
icelles l'on ait payé noz droits d'entrée deuz aux lieux où elles ont
déchargées, & aux autres endroits où elles ont depuis passé par nôtre
Royaume, que doivent les marchandises y venans de nos autres provinces &
terres de nôtre obeïssance étans du cru d'icelles. Et de fait un nommé
François le Buffe, l'un des gardes à cheval du bureau de noz traites
foraines à Caën, auroit arreté souz ce pretexte dés l'unziéme jour de
Novembre dernier au lieu dit Condé sur Narreau, vint-deux balles de
Castors appartenans audit sieur de Monts & ses associez, venans dédites
terres de la Cadie & Canada, pretendant pour le fermier general dédites
traites foraines de Normandie, nôtre Procureur joint, la confiscation
dédites marchandises. Ce qui est & seroit grandement prejudiciable audit
sieur de Monts & ses associez, frustrez de l'esperance qu'ils avoient de
faire promptement argent d'icelles marchandises, pour subvenir &
emploier à l'achapt des vivres, munitions & autres choses necessaires
qu'il convient envoyer cette année avec nombre d'hommes pour l'execution
de ladite entreprise. L'effect de laquelle demeurant par ce moyen
traversé & interrompu au prejudice de nôtre service, & voulans remedier
& sur ce faire conoitre à chacun nôtre intention, à fin que l'on n'en
puisse pretendre à l'avenir cause d'ignorance. POUR CES CAUSES, & pour
la consideration & merite particulier de cet affaire, du bon succez
duquel par la prudente conduite dudit sieur de Monts, nous esperons un
grand bien devoir reussir à la gloire de Dieu, salut des Barbares,
honneur & grandeur de nos Etats & seigneuries. Nous avons declaré &
declarons par ces presentes, Que toutes marchandises qui à l'avenir
viendront dédits païs de la Cadie, Canada & autres endroits qui sont de
l'étendue du pouvoir par nous donné audit sieur de Monts, & specifiez
par nôdites lettres, des huitiéme Novembre & dix-huitiéme Decembre mil
six cens trois, léquelles ledit sieur de Monts & sesdits associez feront
amener dédits lieux en nôtre Royaume, suivant la permission qu'ils en
ont, ou autres de leur gré, congé & exprés consentement, ne payeront
autres ne plus grands subsides, que les droits d'entrée, & ceux qui se
payent d'ordinaire pour les marchandises, qui passent de l'une de noz
province en l'autre, & qui sont du cru d'icelles. Et pour le regard des
vint-deux balles de castors saisis & arrétez, comme dit est, par ledit
François le Buffe audit lieu de Condé sur Narraau. Pour les mémes
raisons & considerations susdites: Nous avons fait & faisons audit sieur
de Monts & ses associez pleine & entiere main-levée d'icelles vint-deux
balles de castors. Voulons & nous plait prompte & entiere restitution &
delivrance leur en étre faite, en payant toutefois pour icelles les
droits d'entrée en notre province de Normandie, que doivent lédites
marchandises, selon qu'ilz se payent au bureau étably au lieu de la
Barre, entre les mains de nôtre fermier general dédites traites
foraines, ou son commis audit Bureau de Caën, sans autres fraiz ny
dépens. Et en ce faisant, voulons & ordonnons, que chacun de vous
endroit foy, vous faites, souffrez & laissez jouir ledit sieur de Monts
& sédits associez, pleinement & paisiblement de l'entiere & prompt effet
de nôtre presente declaration, vouloir & intention. SI VOUS MANDONS
publier, lire & registrer ces presentes, chacun en l'étendue de vos
ressorts que besoin sera, à la diligence dudit sieur de Monts & de
sesdits associez: Cessans & faisans cesser tous troubles & empechemens à
ce contraire: Contraignans & faisans contraindre à ce faire, souffrir &
obeir tous ceux qu'il appartiendra, mémes ledit le Buffe, ensemble
nôtredit fermier du bureau de Caën & ses commis à la delivrance &
restitution dédites vint-deux balles de castors, & de mémes à la
décharge des pleiges & cautions, si aucuns sont baillez pour asseurance
dédits castors & generalement tous autres, qui pource seront à
contraindre par toutes voyes deuës & raisonnables, Nonobstant
oppositions ou appellations quelconques, pour léquelles, & sans
prejudice d'icelles, ne sera par vous differé. De ce faire nous avons
donné & donnons pouvoir, authorité, commission et mandement special. Et
par ce que de ces presentes, l'on aura affaire en plusieurs lieux, nous
voulons qu'au _Vidimus_ d'icelles deuëment collationné par l'un de nos
amez & feaux Conseillers, Notaires & secretaires, ou autre Notaire
Royal, foy soit adjoutée comme au present original. Car tel est nôtre
plaisir. Donné à Paris le huitiéme jour de Février, l'an de grace mille
six cens cinq, Et de nôtre regne le seziéme. Ainsi signé HENRI. Et plus
bas, Par le Roy, Potier. Et sellée en simple queuë du grand sceau, de
cire jaune.

Lédites lettres patentes du dix-huitiéme Novembre & dix-huitiéme
Decembre mille six cens trois, & autres du dix-neufiéme Janvier mille
six cens cinq, ont eté verifiees en la Cour de Parlement de Paris le
seziéme Mars mille six cens cinq.



_Voyage du sieur de Monts en la Nouvelle-France: Des accidens survenus
audit voyage: Causes des bancs de glaces en la Terre-neuve: Impositions
de noms à certains ports: Perplexité pour le retardement de l'autre
navire._

CHAP. II

LE sieur de Monts ayant fait publier les Commissions & defenses susdites
par la France, & particulierement par les villes maritimes de ce
Royaume, fit equipper deux navires, l'un souz la conduite du Capitaine
Thimothée Havre de Grace, l'autre du Capitaine Morel de Honfleur. Dans
le premier il se mit avec bon nombre de gens de qualité tant
Gentils-hommes, qu'autres. Et d'autant que le sieur de Poutrincourt
étoit desireux dés y avoit long temps, de voir ces terres de la
Nouvelle-France, & y choisir quelque lieu propre pour s'y retirer, avec
sa famille, femme & enfans, pour n'étre des derniers que courront &
participeront à la gloire d'une si belle & genereuse entreprise: Il lui
print aussi envie d'y aller. Et de fait il s'embarqua avec ledit sieur
de Monts, & quant & lui fit porter quantité d'armes & munitions de
guerre, & leverent les ancres du Havre de Grace le septiéme jour de Mars
l'an mille six cens quatre. Mais étans parti de bonne heure avant que
l'hiver eût encor quitté sa robbe fourrée de neige, ilz ne manquerent de
trouver des bancs de glaces, contre léquels ilz penserent heurter, & se
perdre: mais Dieu qui jusques à present a favorisé la navigation de ces
voyages, les preserva.

On se pourroit étonner, & non sans cause, pourquoy en méme parallele il
y a plus de glaces en cette mer qu'en celle de France. A quoy je répont
que les glaces que l'on rencontre en cette dite mer ne sont pas toutes
originaires du climat, c'est à dire de la grand'baye de Canada, mais
viennent des parties Septentrionales, poussées sans empéchement parmi
les plaines de cette grande mer, par les ondées, bourrasques & flots
impetueux que les vents d'Est & du Nort élevent en hiver & au printemps,
& les chassent vers le Su, & l'Ouest. Mais la mer de France est couverte
de l'Ecosse, Angleterre & Irlande: qui est cause que les glaces ne s'y
peuvent décharger. Il y pourroit aussi avoir une autre raison prise du
mouvement de la mer, lequel se porte davantage vers ces parties là, à
cause de la course plus grande qu'il a à faire vers l'Amerique que vers
les terres de deça. Or le peril de ce voyage ne fut seulement à la
rencontre dédits bancs de glaces, mais aussi aux tempétes qu'ils eurent
à souffrir, dont y en eût une qui rompit les galleries du navire. Et en
ces affaires y eut un menuisier qui d'un coup de vague fut porté au
chemin de perdition, hors le bord, mais il se retint à un cordage qui
d'aventure pendoit hors icelui navire.

Ce voyage fut long à-cause des vens contraires: ce qui toutefois arrive
peu souvent à ceux qui partent au mois susdit pour aller aux
Terres-neuves, léquels sont ordinairement poussez de vent d'Est ou de
Nort propres à la route d'icelles terres. Et ayant pris leur brisée au
Su de l'ile de Sable pour eviter les glaces susdites, ilz penserent
tomber de Carybe en Scylle, & s'aller échouër vers ladite ile durant les
brumes épesses qui sont ordinaires en cette mer.

En fin le sixiéme de May ilz terrirent à un certain port, qui est par
les quarante-quatre degrez & un quart de latitude, où ilz trouverent le
Capitaine Rossignol du HAVRE DE GRACE, lequel troquoit en pelleterie
avec les Sauvages, contre les defenses du RoY. Occasion qu'on lui
confisqua son navire, & fut appellé ce port, _Le port du Rossignol_:
ayant eu en ce desastre un bien, que'un port bon & commode en ces côtes
là est appellé de son nom.

De là côtoyant & découvrans les terres ils arriverent à un autre port,
qui est tres-beau, lequel ils appellerent _Le port du mouton_, à
l'occasion d'un mouton qui s'estant noyé revint à bord, & fut mangé de
bonne guerre. C'est ainsi que beaucoup de noms anciennement ont esté
donnez brusquement, & sans grande deliberation. Ainsi le Capitole de
Rome eut son nom parce qu'en y fouissant on trouva une téte de mort.
Ainsi la ville de Milan a été appellée _Mediolanum_ c'est à dire
demi-laine, parce que les Gaulois jettans les fondemens d'icelle
trouverent une truye qui étoit à moitié couverte de laine: ainsi
consequemment de plusieurs autres.

Etans au Port du Mouton ilz se cabanerent là à la mode des Sauvages,
attendans des nouvelles de l'autre navire, dans lequel on avoit mis les
vivres, & autres choses necessaires pour la nourriture & entretenement
de ceux qui étoient de la reserve pour hiverner en nombre d'environ cent
hommes. En ce Port ilz attendirent un mois en grande perplexité, de
crainte qu'ils avoient que quelque sinistre accident fût arrivé à
l'autre navire parti dés le dixiéme de Mars, où étoient le Capitaine du
Pont de Honfleur, & ledit Capitaine Morel. Et ceci étoit d'autant plus
important, que de la venuë de ce navire dependoit tout le succez de
l'affaire. Car méme sur cette longue attente il fut mis en delibaration
sçavoir si l'on retourneroit en France, ou non. Le sieur de Poutrincourt
fut d'avis qu'il valoit mieux là mourir. A quoy se conforma ledit sieur
de Monts. Cependant plusieurs alloient à la chasse, & plusieurs à la
pecherie, pour faire valoir la cuisine. Prés ledit Port du Mouton il y a
un endroit si rempli de lapins, qu'on ne mangeoit préque autre chose.
Tandis on envoya Champlein avec une chaloupe plus avant chercher un lieu
propre pour la retraite, & tant demeura en cette expedition, que sur la
deliberation du retour on le pensa abandonner: car il n'y avoit plus de
vivres, & se servoit-on de ceux qu'on avoit trouvé au navire de
Rossignol, sans léquels il eust fallu quitter le lieu, & rompre une
belle entreprise à sa naissance, ou mourir là de faim aprés avoir fait
la chasse aux lapins ce retardement de la venuë, dédits sieurs du Pont &
Capitaine Morel, furent deux occasions, l'une que manquans de batteau,
ilz s'amuserent à en batir un en la terre où ils arriverent
premierement, qui fut le _Port aux Anglois_: l'autre qu'étans venu au
_Port de Campseau_ ils trouverent quatre navires de Basques qui
troquoient avec les Sauvages contre les defenses susdites, léquels ilz
depouillerent, & en amenerent les maitres audit sieur de Monts, qui les
traitta fort humainement.

Trois semaines passées icelui sieur de Monts n'ayant aucunes nouvelles
dudit navire qu'il attendoit, delibera d'envoyer le long de la côte les
chercher, & pour cet effect depecha quelques Sauvages, auquels il bailla
un François pour les accompagner avec lettres. Lédits Sauvages promirent
de revenir à point-nommé dans huit jours: à quoy ils ne manquerent. Mais
comme la societé de l'homme avec la famine bien d'accors est une chose
puissante, ces Sauvages devant que partir eurent soin de leurs femmes &
enfans, & demanderent qu'on leur baillât des vivres pour eux. Ce qui fut
fait. En s'étans mis à la voile, trouverent au bout de quelques jours
ceux qu'ilz cherchoient en un lieu dit _La bay des iles_, léquels
n'étoient moins en peine dudit sieur de Monts, que lui d'eux n'ayans en
leur voyage trouvé les marques & enseignes qui avoient été dites, c'est
que le sieur de Monts passant à _Campseau_ devoit laisser quelque Croix
à un arbre, ou missive y attachée. Ce qu'il ne fit point, ayant
outre-passé ledit lieu de _Campseau_ de beaucoup pour avoir pris sa
route trop au Su à-cause des bancs de glaces, comme nous avons dit.
Ainsi apres avoir leu les lettres, lédits Capitaines du Pont & Morel se
dechargerent des vivres qu'ils avoient apportés pour la provision de
ceux qui devoient hiverner, & s'en retournerent en arriere vers la
grande riviere de _Canada_ pour la traite des pelleteries.



_Debarquement du Port au Mouton: Accident d'un homme perdu seze jours
dans les bois: Baye Françoise: Port-Royal: Riviere de l'Equille: Mine de
cuivre: Mal-heur des mines d'or: Diamans: Turquoises._

CHAP. III

TOUTE la Nouvelle-France enfin assemblée en deux vaisseaux, on leve les
ancres du _Port au Mouton_ pour employer le temps & découvrir les terres
tant qu'on pourroit avant l'hiver. On va gaigner le _Cap de Sable_ & de
là on fait voile à la _Baye Saincte Marie_, où noz gens furent quinze
jours à l'ancre, tandis qu'on reconoissoit les terres & passages de mer
& de rivieres: Cette Baye est un fort beau lieu pour habiter, d'autant
qu'on est là tout porté à la mer sans varier. Il y a de la mine de fer &
d'argent mais elle n'est point abondante selon l'épreuve qu'on en a fait
pardelà & en France. Aprés avoir là sejourné douze ou treze jours, il
arriva un accident étrange tel que je vay dire. Il avoit pris envie à un
jeune homme d'Eglise Parisien de bonne famille, de faire le voyage avec
le sieur de Monts, & ce (dit-on) contre le gré de ses parens, léquels
envoyerent exprés a Honfleur pour le divertir & r'amener à Paris. Mais
le zele n'en étoit que louable. Car si en beaucoup de choses on suivoit
l'avis des gens sedentaires, on perdroit maintes belles occasions de
bien faire. Or les navires étans à l'ancre en ladite Baye sainte Marie,
il se mit en la troupe de quelques uns qui s'alloient égayer par les
bois. Avint que s'étant arreté pour boire à un ruisseau il y oublia son
epée, & poursuivoit son chemin avec les autres quand il s'en apperceut.
Lors il retourna en arriere pour l'aller chercher: mais l'ayant trouvée,
oublieux de la part d'où il étoit venu, sans regarder s'il falloit aller
vers le Levant, ou le Ponant, ou autrement (car il n'y avoit point de
sentier) il prent sa voye à contre-pas, tournant le dos à ceux qu'il
avoit laissé, & tant fait par ses allées & venuës, qu'il se trouve au
rivage de lamer, là où ne voyant point de vaisseaux (car ils étoient en
l'autre part d'une langue de terre qui s'avance à la mer, & s'appelle
_l'ile Longue_) il s'imagina qu'on l'avoit delaissé, & se mit à lamenter
sa fortune sur un roc. La nuit venuë chacun étant retiré, on le trouve
manquer: on le demande à ceux qui avoient été és bois, ilz disent en
quelle façon il étoit parti d'avec eux, & que depuis ils n'en avoient eu
nouvelles. Dé-ja on accusoit un certain de la religion pretendue
reformée de l'avoir tué, pource qu'ilz se picquoient quelquefois de
propos pur le fait de ladite religion. Somme on fait sonner la trompete
parmi la foret, on tire le canon plusieurs fois. Mais en vain. Car le
fray de la mer plus fort que tout cela rechassoit en arriere le son des
canons & trompetes. Deux, trois, & quatre jours se passerent. Il ne
comparoit point. Ce pendant le temps pressoit de partir, de maniere
qu'apres avoir attendu jusques à ce qu'on le tenoit pour mort, on leva
les ancres pour aller plus loin, & voir le fond d'une baye qui a
quelques quarante lieuës de longueur, & quatorze, puis dix-huit de
largeur, laquelle a été appellée la _Baye Françoise._

En cette Baye est au quarante-cinquiéme degré, le passage pour entrer en
un port, lequel noz gens furent desireux de voir, & y firent quelque
sejour, durant lequel ils eurent le plaisir de chasser un Ellan, lequel
traversa à nage un grand lac de mer qui fait ce Port, sans se forcer.
Cedit port est couvert de montagnes du côté du Nort, qui durent plus de
quinze lieuës Nordest & Surouest. Vers le Su sont coteaux, léquels (avec
lédites montagnes) versent mille ruisseaux, qui rendent le lieu agreable
plus que nul autre du monde, & y a de fort belles cheutes pour faire des
moulins de toutes forces. A l'Est est une riviere entre lédits côtaux &
montagnes, dans laquelle les navires peuvent faire voile jusques à
quinze lieuës ou plus: & durant cet espace ce ne sont que prairies d'une
part & d'autre de ladite riviere, laquelle fut appellée _L'Equille_,
parce que le premier poisson qu'on y print fut une Equille. Mais ledit
Port pour sa beauté fut appellé LE PORT-ROYAL, non par le choix de
Champlein, comme il se vante en la relation de ses voyages: mais par le
sieur de Monts Lieutenant du Roy. Le sieur de Poutrincourt ayant trouvé
ce lieu à son gré, il le demanda, avec les terres y continentes, audit
sieur de Monts, auquel sa Majesté avoit par la commission inferée ci
dessus baillé la distribution des terres de la Nouvelle-France depuis le
quarantiéme degré jusques au quarante-sixiéme. Ce qui lui fut octroyé, &
depuis en a pris lettres de confirmation de sadite Majesté, en intention
de s'y retirer avec sa famille, pour y établir le nom Chrétien &
François tant que son pouvoir s'étendra, & Dieu lui en doint le moyen.
Ledit Port a huit lieuës de circuit sans comprendre la riviere de
l'Equille dite maintenant la riviere du Dauphin, Il y a deux iles dedans
fort belles & agreables; l'une à l'entrée de ladite riviere, que je fay
d'une lieuë Françoise de circuit: l'autre à côté de l'embouchure d'une
autre riviere large à peu prés comme la riviere d'Oise, ou Marne,
entrant dans ledit Port: ladite ile préque de la grandeur de l'autre: &
toutes deux foretieres. C'est en ce Port & vis à vis de la premiere ile,
que nous avons demeuré deux ans aprés ce voyage. Nous en parlerons plus
amplement en autre lieu.

[Carte: Port Royal]

A partir du Port Royal ilz firent voile à la mine de cuivre de laquelle
nous avons parlé ci-dessus. C'est un haut rocher entre deux bayes de mer
où le cuivre est enchassé dans la pierre fort beau & fort pur, tel que
celui qu'on dit cuivre de rozette. Plusieurs orfévres en ont veu en
France, léquels disent qu'au dessous du cuivre il y pourroit avoir de la
mine d'or. Mais de s'amuser à la rechercher, ce n'est chose encore de
saison. La premiere mine c'est d'avoir du pain & du vin, & du bestial,
comme nous disons au commencement de notre histoire. Nôtre felicité ne
git point és mines, principalement d'or & d'argent léquelles ne servent
qu labourage de la terre, ni à l'usage des métiers. Au contraire
l'abondance d'icelles n'est qu'une sarcine, un fardeau, qui tient
l'homme en perpetuelle inquietude, & tant plus il en a, moins a-il de
repos, & moins lui est sa vie asseurée.

Avant les voyages du Perou on pouvoit serrer beaucoup de riches en peu
de place, au lieu qu'aujourd'hui: l'or & l'argent étans avilis par
l'abondance, il faut des grandz coffres pour retirer ce qui se pouvoit
mettre en une petite bouge. On pouvoit faire un long trait de chemin
avec une bourse dans la manche aujourd'hui il faut une valize, & un
cheval exprés. A ce propos Bodin en sa Republique dit avoir verifié en
la Chambre des comptes qu'au temps de saint Louis le Chancelier de
France n'avoit pour soy, ses chevaux & valets à cheval, & pour avoine &
toute chose que sept sols parisis par jours. Ce que consideré, nous
pouvons à bon-droit maudire l'heure quand jamais l'avarice a porté
l'Hespagnol en l'Occident, pour les mal-heurs qui s'en sont ensuivis.
Car quand je me represente que par son avarice il a allumé & entretenu
la guerre en toute la Chrétienté, & s'est étudié à ruiner ses voisins, &
non point le Turc, je ne puis penser qu'autre que le diable ait eté
autheur de ses voyages. Et ne faut m'alleguer ici le pretexte de la
Religion. Car (comme nous avons dit allieurs) ils ont tout tuez les
originaires du païs avec des supplices les plus inhumains que le diable
a peu leur suggerer: Et par leurs cruautés ont rendu le nom de Dieu un
nom de scandale & ces pauvres peuples, & l'ont blasphemé continuellement
par chacun jour au milieu des Gentils, ainsi que le prophete le reproche
au peuple d'Israël. Temoin celui qui aima mieux estre damné que d'aller
au Paradis des Hespagnols.

Les Romains (de qui l'avarice a toujours eté insatiable) ont bien
guerroyé les nations de la terre pour avoir leurs richesses, mais les
cruautés Hespagnoles ne se trouvent point dans leurs histoires. Ilz se
sont contentez de dépouiller les peuples qu'ils ont veincus, sans leur
ôter la vie. Un ancien autheur Payen faisant un essay de sa veine
Poëtique ne trouve plus grand crime en eux, sinon que s'ilz découvroient
quelque peuple qui eût de l'or, il estoit leur ennemi. Les vers de cet
Autheur ont si bonne grace que je ne me puis tenir de les coucher ici,
quoy que ce ne soit mon intention d'alleguer gueres de Latin:

_Orbem jam totum Romanus victor hebebat,_
_Quà mare, quà terra, quà sidus currit utrumque,_
_Nec satiatus erat: gravidis freta pulsa carinis_
_Jam peragrabantur: si quis sinus abditus ultra,_
_Si qua foret tellus quae fulvum mitteret aurum_
_Hostis erat: fatisque in tristia bella paratis._
_Quaerebantur opes._

Mais la doctrine du sage fils de Sirach, nous enseigne toute autre
chose. Car reconoissant que les richesses qu'on fouille jusques aux
antres de Pluton sont ce que quelqu'un a dit, _irritamenta malorum_, il
a prononcée celui-là _heureux que n'a point couru aprés l'or & n'a mis
son esperance en argent & thresors_, adjoutant qu'il _doit étre estimé
avoir fait choses merveilleuses, entre tous ceux de son peuple & étre
l'exemple de gloire, lequel a eté tempté par l'or, est demeuré parfait._
Et par un sens contraire celui-là malheureux que fait autrement.

Or pour en revenir à noz mines, parmi ces roches de cuivre se trouvent
quelque fois des petits rochers couverts de Diamans y attachés, Je ne
veux asseurer qu'ilz soient fins, mais cela est agreable à voir. Il y a
aussi de certaines pierres bleuës transparentes, léquelles ne valent
moins que les Turquoises. Ledit Champ-doré nôtre conducteur és
navigations de ce païs-là, ayant taillé dans le roc une de ces pierres,
au retour de la Nouvelle-France il la rompit en deux, & en bailla l'une
au sieur de Monts, l'autre au sieur de Poutrincourt, léquelles ilz
firent mettre en oeuvre & furent trouvées dignes d'estre presentées,
l'une au Roy par ledit sieur de Poutrincourt, l'autre à la Royne par
ledit sieur de Monts, & furent fort bien receuës. J'ay memoire qu'un
orfévre offrit quinze escus audit de Poutrincourt de celle qu'il
presenta à sa Majesté. Il y a beaucoup d'autres secrets & belles choses
dans les terres, dont la conoissance n'est encore venuë jusques à nous,
& se découvriront à mesure que la province s'habitera.



_Description de la riviere Saint Jean & de l'ile Sainte Croix: Homme
perdu dans les bois trouvé le seziéme jour: Exemples de quelques
abstinences étranges: Differens des Sauvages remis au jugement du sieur
de Monts: Authorité paternelle entre lédits Sauvages: Quels maris
choisissent à leurs filles._

CHAP. IV

APRES avoir reconu ladite mine, la troupe passa à l'autre de la Baye
Françoise, & allerent vers le profond d'icelle: puis en tournant le Cap
vindrent à la _riviere Saint Jean_, ainsi appellée (à mon avis) pource
qu'ils y arriverent le vint-quatriéme Juin, qui est le jour & féte de S.
Jean Baptiste. Là est un beau port d'environ une lieuë de longueur; mais
l'entrée en est dangereuse à qui ne sçait les addresses, & au bout
d'icelui se presente un saut impetueux de ladite riviere, laquelle se
precipite en bas des rochers, lors que la mer baisse, avec un bruit
merveilleux: car étans quelquefois à l'ancre en mer nous l'avons ouï de
plus de deux lieuës loin. Mais de haute mer on y peut passer avec de
grans vaisseaux. Cette riviere est une des plus belles qu'on puisse
voir, ayant quantité d'iles, & fourmillant en poissons. Cette année
derniere mille six cens huit Champ-doré avec un des gens dudit sieur de
Monts, a eté quelques cinquante lieuës à mont icelle, & temoignent qu'il
y a grande quantité de vignes le long du rivage, mais les raisins n'en
sont si gros qu'au païs des Armouchiquois: il y a aussi des oignons, &
beaucoup d'autres sortes de bonnes herbes. Quant aux arbres ce sont les
plus beaux qu'il possible de voir. Lors que nous y étions nous y
reconeumes des Cedres en grand nombre. Au regard des poissons le méme
Champ-doré nous a rapporté qu'en mettant la chaudiere sur le feu ils en
avoient pris suffisamment pour eux disner avant que l'eau fût chaude. Au
reste cette riviere s'étendant avant dans les terres, les Sauvage
abbregent merveilleusement de grans voyages par le moyen d'icelle. Car
en six jours ilz vont à _Gachepé_ gaignans la baye ou golfe de Chaleur
quant ils sont au bout, en portant leurs canots par quelques lieuës. Et
par la méme riviere en huit jours ilz vont à _Tadoussac_ par un bras
d'icelle qui vient de vers le Nort-ouest. De sorte qu'au Port Royal on
peut avoir en quinze ou dix-huit jours des nouvelles des François
habituez en la grande riviere de _Canada_ telles voyes: ce qui ne se
pourroit faire par mer en un mois, ni sans hazard.

Quittans la riviere Saint-Jean, ilz vindrent suivant la côte à vint
lieuës de là en une grande riviere (qui est proprement mer) où ilz se
camperent en une petite ile size au milieu d'icelle, laquelle ayant
reconu forte de nature & de facile garde, joint que la saison commençoit
à se passer, & partant falloit penser de se loger, sans plus courir, ilz
resolurent de s'y arréter. Je ne veux rechercher curieusement les
raisons des uns & des autres sur la resolution de cette demeure: mais je
seray toujours d'avis que quiconque va en un païs pour le posseder, ne
s'arréte point aux iles pour y estre prisonnier. Car avant toutes choses
il faut se proposer la culture de la terre. Et je demanderois volontiers
comme on la cultivera s'il faut à toute heure, matin, midi, & soir
passer avec grand'peine un large trajet d'eau pour aller aux choses
qu'on requiert de la terre ferme; et si on craint l'ennemi, comment se
sauvera celui qui sera au labourage ou ailleurs en affaire necessaires,
étant poursuivi? car on ne trouve pas toujours des bateaux à point
nommé, ni deux hommes pour les conduire. D'ailleurs nôtre vie ayant
besoin de plusieurs commodités une ile n'est pas propre pour commencer
l'établissement d'une colonie s'il n'y a des courans d'eau douce pour le
boire, & le menage; ce qui n'est point en des petites iles. Il faut du
bois pour le chauffage: ce qui n'y est semblablement. Mais sur tout il
faut avoir les abris des mauvais vents, & des froidures: ce qui est
difficile en un petit espace environné d'eau de toutes parts. Neantmoins
la compagnie s'arréta là au milieu d'une riviere large où le vent du
Nort & Norouest bat à plaisir. Et d'autant qu'à deux lieuës au dessus il
y a des ruisseaux qui viennent comme en croix se décharger dans ce large
bras de mer, cette ile de la retraite des François fut appellée SAINTE
CROIX, à vint-cinq lieuës plus loin que le Port Royal. Or ce pendant
qu'on commencera à couper & abbattre les Cedres & autres arbres de
ladite ile pour faire les batimens necessaires, retournons chercher
Maitre Nicolas Aubri perdu dans les bois, lequel on tient pour mort il y
a long temps.

Comme on étoit aprés à deserter l'ile Champ-doré fut r'envoyé à la Baye
Sainte-Marie avec un maitre de mines qu'on y avoit mené pour tirer de la
mine d'argent & de fer: ce qu'ilz firent. Et comme ils eurent traversé
la Baye Françoise, ils entrerent en ladite baye Sainte-Marie par un
passage étroit qui est entre la terre du Port Royal, & une ile dite
_l'ile longue_: là où aprés quelque sejour, allans pécher, ledit Aubri
les apperceut, & commença d'une foible voix à crier le plus hautement
qu'il peut. Et pour seconder sa voix il s'avisa de faire ainsi que jadis
Adriadné & Thesée, comme le recite Ovide en ces vers:

_Je mis un linge blanc sur le bout d'une lance_
_Pour leur donner de moy nouvelle souvenance._

Mettant son mouchoir à son chapeau au bout d'un baton. Ce qui le donna
mieux à conoitre. Car comme quelqu'un eut ouï la voix, & dit à la
compagnie si ce pourroit point étre ledit Aubri, on s'en mocquoit. Mais
quand on eut veu le mouvement du drappeau, & du chapeau, on creut qu'il
en pouvoit étre quelque chose. Et s'étans rapprochés ilz reconnurent
parfaitement que c'étoit lui méme, & le recueillirent dans leur barque
avec grande joye & contentement, le seziéme jour aprés son égarement.

Plusieurs en ces derniers temps se flattans plus que de raison, ont
farci leurs livres & histoires des maints miracles où n'y a pas si grand
sujet d'admiration qu'ici, Car durant ce seze jours il ne véquit que de
je ne sçay quels petitz fruits semblables à des cerises sans noyau, qui
se trouvent assez rarement dans ces bois. Je croy que ce sont ceux que
les Latins appellent _Myrtillos_ & les Bourguignous _du Pouriau_. Mais
il ne faut penser que cela fût capable de sustenter un homme bien
mangeant & bien buvant, ains confesser que Dieu en ceci a operé par
dessus la Nature. Et de verité en ces derniers voyages s'est reconue
speciale grace & faveur en plusieurs occurences léquelles nous
remarquerons selon que l'occasion se presentera. La pauvre Aubri (je
l'appelle ainsi à cause de son affliction) étoit merveilleusement
extenué, comme on peut penser. On lui bailla à manger par mesure & le
remena-on vers la troupe à l'ile Sainte Croix, dont chacun receut une
incroyable joye & consolation, & particulierement le sieur de Monts, à
qui cela touchoit plus qu'à tout autre. Il ne faut ici m'alleguer les
histoires de la fille de Confolans en Poitou, que fut deux ans sans
manger, il y a environ six ans: ni d'une autre d'aupres de Berne en
Suisse, laquelle perdit l'appetit pour toute sa vie en l'an mille six
cens un, & autres semblables. Car ce sont accidens avenus par un
debauchement de la nature. Et quant à ce que recite Pline qu'aux
dernieres extremitez de l'Indie, és parties basses de l'Orient, autour
de la fontaine & source du Gange, il y a une nation d'Astomes, c'est à
dire sans bouche, qui ne vit que de la seule odeur & exhalation de
certaines racines, fleurs, & fruicts, qu'ilz tirent par le nez, je ne
l'en voudois aisément croire: ni pareillement le Capitaine Jacques
Quartier quant il parle de certains peuples du _Saguenay_ qu'il dit
n'avoir point aussi de bouche, & ne manger point (par le rapport du
Sauvage _Donnacona_, lequel il amena en France pour en faire recit au
Roy) avec d'autres choses éloignées de commune croyance. Mais quand bien
cela seroit, telles gens ont la nature disposée à cette façon de vivre.
Et ici ce n'est pas de méme. Car ledit Aubri ne manquoit d'appetit: & a
vécu seze jours nourri en partie de quelque force nutritive qui est en
l'air de ce païs-là, & en partie de ces petits fruits que j'ay dit: Dieu
lui ayant donné la force de soutenir cette longue disette de vivres sans
franchir le pas de la mort. Ce que je trouve étrange, & l'est vrayement:
mais és histoires de nôtre temps recuillies par le sieur Goulart
Senlisien, sont recitées des choses qui semblent dignes de plus grand
étonnement. Entre autres d'un Henri de Hasseld marchant trafiquant des
païs bas à Berg en Norwege: lequel ayant ouï un gourmand de Precheur
parler mas des jeûnes miraculeux, comme s'il n'étoit plus en la
puissance de Dieu de faire ce qu'il a fait par le passé; indigné de
cela, essaya de jeuner, & s'abstint par trois jours: au bout déquelz
pressé de faim il print un morceau de pain en intention de l'avaler avec
un verre de biere: mais tout cela lui demeura tellement en la gorge
qu'il fut quarante jours & quarante nuits sans boire ni manger. Au bout
de ce temps il rejeta par la bouche la viande & le breuvage qui lui
étoit demeurez en la gorge. Une si longue abstinence l'affoiblit de
telle sorte, qu'il fallut le sustenter & remettre avec du laict. Le
Gouverneur du païs ayant entendu cette merveille, le fit venir, &
s'enquit de la verité du fait: à quoy ne pouvans ajouter de foy, il en
voulut faire un nouvel essay, & l'ayant fait soigneusement garder en une
chambre, trouva la chose veritable. Cet homme est recommandé de grande
pieté, principalement envers les pauvres. Quelque temps apres étant venu
pour ses affaires à Bruxelles en Brabant, un sien debiteur pour gaigner
ce qu'il lui devoit l'accusa d'heresie, & le fit bruler en l'an mil cinq
cens quarante-cinq.

Et depuis encore un Chanoine de Liege voulant faire effay de ses forces
à jeuner, ayant continué jusques au dix-septiéme jour, se sentit
tellement abbatu, que si soudain on ne l'eût soutenu d'un bon
restaurent, il defailloit du tout.

Une jeune fille de Buchold en territoire de Munstre en Westphalie
affligée de tristesse, & ne voulant bouger de la maison, fut battue à
cause de cela par sa mere. Ce qui redoubla tellement son angoisse,
qu'ayant perdu le repos elle fut quatre mois sans boire ni manger, fors
que parfois elle machoit quelque pomme cuite, & se lavoit la bouche avec
un peu de tisane.

Les histoires Ecclesiastiques entre un grand nombre de jeûneurs, font
mention de trois saints hermites nommez Simeon, léquelz vivoient en
austérité étrange, & longs jeûnes, comme de huit & quinze jours, voire
plus & n'ayans pour toute demeure qu'une colomne où ils habitoient &
passoient leur vie: à raison dequoy ilz furent surnommez Stelites, c'est
à dire Colomnaires, comme habitans en des Colomnes.

Mais tous ces gens ici s'étoient partie resolus à telz jeûnes, partie
s'y étoient peu à peu accoutumés & ne leur étoit plus étrange de tant
jeuner. Ce qui n'a pas été en celui duquel nos parlons, et pource son
jeûne est d'autant plus admirable, qu'il n'étoit nullement disposé, &
n'avoit accoutumé ces longues austerités.

Or aprés qu'on l'eut fétoyé, & sejourné encore par quelque temps à
ordonner les affaires, & reconoitre la terre des environs l'ile
Sainte-Croix, ou parla de r'envoyer les navires en France avant l'hiver,
& à tant se disposerent au retour ceux qui n'étoient allez là pour
hiverner. Cependant les Sauvages de tous les environs venoient pour voir
le train des François, & se rengeoient volontiers aupres d'eux: mémes en
certains differens faisoient le sieur de Monts juge de leurs debats, qui
est un commencement de sujection volontaire, d'où l'on peut concevoir
une esperance que ces peuples s'accoutumeront bien-tôt à nôtre façon de
vivre.

Entre autres choses survenues avant le partement dédits navires, avint
un jour qu'un Sauvage nommé _Bituani_ trouvant bonne la cuisine dudit
sieur de Monts, s'y étoit arrété, & y rendoit quelque service: &
neantmoins faisoit l'amour à une fille pour l'avoir en mariage, laquelle
ne pouvant avoir de gré & du consentement du pere, il la ravit, & la
print pour femme. Là dessus grosse querele: lui est la fille enlevée, &
remenée à son pere. Un grand debat se preparoit, n'eust été que
_Bituani_ s'étant plaint de cette injure audit sieur de Monts, les
autres vindrent defendre leur cause, disans, à sçavoir le pere assisté
de ses amis, qu'il ne vouloit bailler sa fille à un homme qui n'eût
quelque industrie pour nourrir elle & les enfans qui proviendroient du
mariage: Que quant à lui il ne voyoit point qu'il sceut rien faire:
Qu'il s'amusoit à la cuisine de lui sieur de Monts, & ne s'exerçoit
point à chasser. Somme qu'il n'auroit point la fille, & devoit se
contenter de ce qui s'étoit passé. Ledit sieur de Monts les ayant ouys
il leur remontra qu'il ne le detenoit point, qu'il étoit gentil garçon,
& iroit à la chasse pour donner preuve de ce qu'il sçavoit faire. Mais
pour tout cela, si ne voulurent-ilz point lui rendre la fille qu'il
n'eût montré par effet ce que ledit sieur de Monts promettoit. Bref il
va à la chasse (du poisson) prent force saumons: La fille lui est
rendue, & le lendemain il vint revétu d'un beau manteau de castor tout
neuf bien orné de _Matachias_, au Fort qu'on commençoit à batir pour les
François, amenant la femme quant & lui, comme triomphant & victorieux,
l'ayant gaignée de bonne guerre: laquelle il a toujours depuis fort
aymée pardessus la coutume des autres Sauvages: donnant à entendre que
ce qu'on acquiert avec peine on le doit bien cherir.

Par cet acte nous reconoissons les deux points les plus considerables en
affaires de mariage étre observés entre ces peuples conduits seulement
par la loy de Nature: c'est à sçavoir l'authorité paternelle, &
l'industrie du mari. Chose que j'ay plusieurs fois admirée: voyant qu'en
nôtre Eglise Chrétienne, par je ne sçay quels abus, on a vécu plusieurs
siecles, dutant léquels l'authorité paternelle a eté baffouée &
vilipendée, jusques à ce que les assemblées Ecclesiastiques on debendé
les ïeux; & reconu que cela étoit contre la nature méme: & que noz Rois
par Edits ont remise en son entier cette paternelle authorité: laquelle
neantmoins és mariages spirituels & voeuz de Religion n'est point encore
r'entrée en son lustre, & n'a en ce regard son appui que sur les Arrets
des Parlement, léquels souventefois ont contraint les detenteurs des
enfans de les rendre à leurs peres.

[Illustration]



_Description de l'ile de Sainte-Croix: Entreprise du sieur de Monts
difficile, genereuse: & persecutée d'envier: Retour du sieur de
Poutrincourt en France: Perils du voyage._

CHAP. V

DEVANT que parler du retour des navires en France, il nous faut dire que
l'ile de Sainte-Croix est difficile à trouver à qui n'y a été, car il y
a tant d'iles & de grandes bayes à passer devant qu'y parvenir, que je
m'étonne comme on avoit eu la patience de penetrer si avant pour l'aller
trouver. Il y a trois ou quatre montagnes eminentes pardessus les autres
aux côtez: mais de la part du Nort d'où descend la riviere, il n'y en
sinon une pointue eloignée de plus de deux lieuës. Les bois de la terre
ferme sont beaux & relevez par admiration & les herbages semblablement.
Il y a des ruisseaux d'eau douce tres-agreables vis à vis de l'ile, où
plusieurs des gens du sieur de Monts faisoient leur menage, & y avoient
cabanné. Quant à la nature de la terre, elle est tres bonne &
heureusement abondante. Car ledit sieur de Monts y ayant fait cultiver
quelque quartier de terre, & icelui ensemencé de segle (je n'y ay point
vu de froment) il n'eut moyen d'attendre la maturité d'icelui, pour le
recuillir: & neantmoins le grain tombé à surcreu & rejetté si
merveilleusement, que deux ans aprés nous en recuillimes d'aussi beau,
gros, & pesant, qu'il y en ait point en France, que la terre avoit
produit sans culture: & de present il continue à repulluler tous les
ans. Ladite ile a environ demie lieuë Françoise de tour, & au bout du
côté de la mer il y a un tertre, & comme un ilot separé où étoit placé
le canon dudit sieur de Monts, & là aussi est la petite chappelle batie
à la Sauvage. Au pied d'icelle il y a des moules tant que c'est
merveilles, léquelles on peut amasser de basse mer, mais elles sont
petites. Je croy que les gens dudit sieur de Monts ne s'oublierent à
prendre les plus grosses, & n'y laisserent que la semence & menue
generation. Or quant à ce qui est de l'exercice & occupation de noz
François durant le temps qu'ils ont été là, nous le toucherons
sommairement aprés que nous aurons reconduit les navires en France.

Les frais de la marine en telles entreprises que celle du sieur de Monts
sont si grands que qui n'a les reins fors succumbera facilement: & pour
eviter aucunement ces frais il convient s'incommoder beaucoup, & se
mettre au peril de demeurer degradé parmi des peuples qu'on ne conoit
point; & qui pis est, en une terre inculte & toute forétiere. C'est en
quoy cette action est d'autant plus genereuse, qu'on y voit le peril
eminent, & neantmoins on ne laisse de braver la Fortune, & sauter par
dessus tant d'épines qui s'y presentent. Les navires du sieur de Monts
retournans en France, le voila demeuré en un triste lieu avec un bateau
& une barque tant seulement. Et ores qu'on lui promette de l'envoier
querir à la revolution de l'an, que est-ce que se peut asseurer de la
fidelité d'Æole & de Neptune deux mauvais maitres, furieux, inconstans,
& impitoyables? Voila l'état auquel ledit sieur de Monts se reduisoit
n'ayant point d'avancement du Roy comme ont eu ceux déquels (hors-mis le
feu sieur Marquis de la Roche) nous avons ci-devant rapporté les
voyages. Et toutefois c'est celui qui a plus fait que tous les autres,
n'ayant point jusques ici laché prise. Mais en fin je crains qu'il ne
faille là tout quitter, au grand vitupere & reproche du nom François,
qui par ce moyen est rendu ridicule & la fable des autres nations. Car
comme si on se vouloit opposer à la conversion de ces pauvres peuples
Occidentaux, & à l'avancement de la gloire de Dieu, & du Roy, il se
trouve des gens pleins d'avarice & d'envie, gens qui ne voudroient avoir
donné un coup d'épée pour le service de sa Majesté, ni souffert la
moindre peine du monde pour l'honneur de Dieu, léquels empéchent qu'on
ne tire quelque profit de la province méme pour fournir à ce qui est
necessaire à l'établissement d'un tel oeuvre, aimans mieux que les
Anglois & Hollandois s'en prevaillent que les François, & voulans faire
que le nom de Dieu demeure inconu en ces parties là. Et telles gens, qui
n'ont point de Dieu (car s'ils en avoient ilz seroient zelateurs de son
nom) on les écoute, on les croit, on leur donne gain de cause.

Or sus appareillons & nous mettons bientôt à la voile. Le sieur de
Poutrincourt avoit fait le voyage par-dela avec quelques hommes de mise,
non pour y hiverner, mais comme pour y aller marquer son logis, &
reconoitre une terre qui lui fût agreable. Ce qu'ayant fait, il n'avoit
besoin d'y sejourner plus long temps. Par ainsi les navires étans préts
à partir pour le retour, il se mit & ceux de sa compagnie dedans l'un
d'iceux. Ce-pendant le bruit étoit par-deça de toute parts qu'il faisoit
merveilles dedans Ostende pour lors assiegée dés y avoir trois ans
passez par les Altesses de Flandres. Le voyage ne fut sans tourmente &
grans perils. Car entre autres j'en reciteray deux ou trois que l'on
pourroit mettre parmi les miracles, n'étoit que les accidens de mer sont
assez journaliers: sans toutefois que je vueille obscurcir la faveur
speciale que Dieu a toujours montrée en ces voyages.

Le premier est d'un grain de vent qui sur le milieu de leur navigation
vint de nuit en un instant donner dans les voiles avec une impetuosité
si violente, qu'il renversa le navire en sorte que d'une part la quille
étoit préque à fleur d'eau, & la voile nageant dessus, sans qu'il y eût
moyen, ni loisir de l'ammener, ou desamarer les écoutes. Incontinent
voila la mer comme en feu (les mariniers appellent ceci Le feu de saint
Goudran.). Et de mal-heur, en cette surprise ne se trouvoit un seul
couteau pour couper les cables, ou le voile. Le pauvre vaisseau
cependant en ce fortunal demeuroit en l'état que nous avons dit, porté
haut & bas. Bref plusieurs s'attendoient d'aller boire à leurs amis,
quand voici un nouveau renfort de vent qui brisa la voile en mille
pieces inutiles par apres & à toutes choses. Voile heureux d'avoir par
sa ruine sauvé tout ce peuple. Car s'il eût eté neuf le peril s'y fût
rencontré beaucoup plus grand. Mais Dieu tente souvent les siens, & les
conduit jusques au pas de la mort, à fin qu'ilz reconoissent sa
puissance & le craignent. Ainsi le navire commença à se relever peu à
peu, & se remettre en état d'asseurance.

Le deuxiéme fut au Casquet (ile, ou rocher en forme de casque entre
France & Angleterre où il n'y a aucune habitation) à trois lieuës duquel
étans parvenus il y eut de la jalousie entre les maitres du navire (mal
qui ruine souvent les hommes & les affaires) l'un disant qu'on
doubleroit bien ledit Casquet, l'autre que non, & qu'il falloit deriver
un petit de la droite route pour passer au dessus de l'ile. En ce fait
le mal étoit qu'on ne sçavoit l'heure du jour, parce qu'il faisoit
obscur, à cause des brumes, & par consequent on ne sçavoit s'il étoit
ebe ou flot. Or s'il eût eté flot ils eussent aisément doublé: mais il
se trouva que la mer se retiroit, & par ce moyen l'ebe avoit retardé &
empeché de gaigner le dessus. Si bien qu'approchans dudit roc ilz se
virent au desespoir de se pouvoir sauver, & falloit necessairement aller
choquer alencontre. Lors chacun de prier Dieu, & demander pour le
dernier reconfort. Sur ce point le Capitaine Rossignol (de qui on avoit
pris le navire en la Nouvelle-France comme nous avons dit) tira un grand
couteau pour tuer le Capitaine Timothée gouverneur du present voyage,
lui disant, Tu ne te contentes point de m'avoir ruiné, y tu me veux
encore ici faire perdre! Mais il fut retenu & empeché de faire ce qu'il
vouloit. Et de verité c'étoit en lui une grande folie, ou plutot rage,
d'aller tuer un homme qui s'en va mourir, & que celui qui veut faire le
coup soit en méme peril. En fin comme on alloit donner dessus le roc le
sieur de Poutrincourt demanda à celui qui étoit à la hune s'il n'y avoit
plus d'esperance: lequel respondit que non. Lors il dit à quelques uns
qu'ilz l'aidassent à changer les voiles. Ce que firent deux ou trois
seulement, & ja n'y avoit plus d'eau que pour tourner le navire, quand
la faveur de Dieu les vint aider, & détourner le vaisseau du peril sur
lequel ils étoient ja portés. Quelques uns avoient mis le pourpoint bas
pour essayer de se sauver en grimpant sur le rocher. Mais ilz n'en
eurent que la peur pour ce coup: fors que quelques heures aprés étans
arrivez prés un rocher qu'on appelle Le nid de l'Aigle, ilz cuiderent
l'aller aborder pensans que ce fut un navire, parmi l'obscurité des
brumes: d'où étans derechef échapés, ils arriverent en fin au lieu d'où
ils étoient partis; ayant ledit sieur de Poutrincourt laissé ses arms &
munitions de guerre en l'ile Sainte-Croix en la garde dudit sieur de
Monts, comme un arre & gage de la bonne volonté qu'il avoit d'y
retourner.

Mais je pourray bien mettre ici encore un merveilleux danger, duquel ce
méme vaisseau fut garent peu aprés le depart de sainte-Croix, & ce par
l'accident d'un mal duquel Dieu sceut tirer un bien. Car un certain
alteré étant de nuit furtivement descendu par la coutille au fond du
navire pour boire son saoul & remplir de vin sa bouteille, il trouva
qu'il n'y avoit que trop à boire, & que ledit navire étoit dés-ja à
moitié plein d'eau. En ce peril chacun se leve, & travaille à la pompe,
tant qu'à toute peine s'étans garentis, ilz trouverent qu'il y avoit une
grand'voye d'eau par la quille, laquelle ils étouperent en diligence.



_Batimens de l'ile Sainte-Croix: Incommoditez des François audit lieu:
Maladies inconues: Ample discours sur icelles: De leurs causes: Des
peuples qui y sont sujets: Des viandes, mauvaises eaux, air, vent, lacs,
pouriture des bois, saisons, disposition de corps des jeunes, des vieux:
Avis de l'Autheur sur le gouvernement de la santé & guerison dédite
maladies._

CHAP. VI

PENDANT la navigation susdite le sieur de Monts faisoit travailler à son
Fort lequel il avoit assis au bout de l'ile à l'opposite du lieu où nous
avons dit qu'il avoit logé son canon. Ce qui étoit prudemment consideré,
à-fin de tenir toute la riviere sujete en haut & en bas. Mais il y avoit
un mal que ledit Fort étoit du côté du Nort, & sans aucun abri, fors que
des arbres qui étoient sur la rive de l'ile léquels tout à l'environ il
avoit defendu d'abattre. Et hors icelui Fort y avoit le logis des
Suisses grand & ample, & autres petits representans comme un faux-bourg.
Quelques-uns s'étoient cabannés en la terre ferme pres le ruisseau. Mais
dans le Fort étoient le logis dudit sieur de Monts fait d'une belle &
artificielle charpenterie, avec la banniere de France au dessus. D'une
autre part le magazin où reposoit le salut & la vie d'un chacun, fait
semblablement de belle charpenterie, & couvert de bardeaux. Et vis à vis
du magazin étoient les logis & maisons du sieur d'Orville, de Champlein,
Champ-doré, & autres notables personages. A l'opposite du logis dudit
sieur de Monts étoit une gallerie couverte pour l'exercice soit du jeu
ou des ouvriers en temps de pluie. Et entre ledit Fort & la Plateforme
du canon, tout étoit rempli de jardinages, à quoi chacun s'exerçoit de
gaieté de coeur. Tout l'Automne se passa à ceci: & ne fut pas mal allé
de s'étre logé & avoir defriché l'ile avant l'hiver, tandis que pardeça
in faisoit courir les livrets souz le nom de maitre Guillaume, farcis de
toutes sortes de nouvelles: par léquels entre autres choses se
prognostiqueur disoit que le sieur de Monts arrachoit des épines en
_Canada_. Et quand tut est bien consideré, c'est bien vrayement arracher
des épines que de faire de telles entreprises remplies de fatigues &
perils continuels, de soins, d'angoisses & d'incommodités. Mais la vertu
& le courage qui domte toutes ces choses, fait que ces épines ne sont
qu'oeillets & roses à ceux que se resolvent à ces actions heroïques pour
se rendre recommandables à la memoire des hommes, & ferment les yeux aux
plaisirs des douillets qui ne sont bons qu'à garder la chambre.

Les choses plus necessaires faites, & le pere grisart, c'est à dire
l'hiver étant venu force fut de garder la maison, & vivre chacun chez
soy. Durant lequel temps nos gens eurent trois incommoditez principales
en cette ile, à sçavoir faute de bois (car ce qui étoit en ladite ile
avoit servi aux batimens) faute d'eau douce, & le guet qu'on faisoit de
nuit craignant quelque surprise des Sauvages qui étoient cabanés au pied
de ladite ile, ou autre ennemi. Car la malediction & rage de beaucoup de
Chrétiens est telle, qu'il se faut plus donner garde d'eux, que des
peuples infideles. Chose que je dis à regret: mais à la mienne volonté
que je fusse menteur en ce regard, & que le sujet de le dire fût ôté. Or
quand il falloit avoir de l'eau ou du bois on étoit contraint de passer
la riviere qui est plus de trois fois aussi large que la Seine à paris
de chacun côté. C'étoit chose penible & de longue haleine. De sorte
qu'il falloit retenir le bateau bien souvent un jour devant que le
pouvoir obtenir. Là dessus les froidures & néges arrivent & la gelée si
forte que le cidre étoit glacé dans les tonneaux, & falloit à chacun
bailler sa mesure au poids. Quant au vin il n'étoit distribué que par
certains jours de la semaine. Plusieurs paresseux buvoient de l'eau de
nege, sans prendre la peine de passer la riviere. Bref voici des
maladies inconues semblables à celles que le Capitaine Jacques Quartier
nous à representées ci-dessus, léquelles pour cette cause je ne
descriray pas, pour ne faire une repetition vaine. De remede il ne s'en
trouvoit point. Tandis les pauvres malades languissoient se consommans
peu à peu, n'ayans aucune douceur comme de laictage, ou bouillie, pour
sustenter cet estomac qui ne pouvoit recevoir les viandes solides,
à-cause de l'empechement d'une chair mauvaise qui croissoit &
surabondoit dans la bouche, & quant on la pensoit enlever elle
renaissoit du jour au lendemain plus abondamment que devant. Quant à
l'arbre _Annedda_ duquel ledit Quartier fait mention, les Sauvages de
ces terres ne le conoissent point. Si bien que c'étoit grande pitié de
voir tout le monde en langueur, excepté bien peu, les pauvres malades
mourir tous vifs sans pouvoir étre secourus. De cette maladie il y en
passa trente-six, & autres trente-six ou quarante, qui en étoient
touchez guerirent à l'aide du Printemps si-tôt qu'il fut venu. Mais la
saison de mortalité en icelle maladie sont la fin de Janvier, les mois
de Fevrier & Mars auquels meurent ordinairement les malades chacun à son
rang selon qu'ils ont commencé de bonne heure à étre indisposez: de
maniere que celui qui commencera sa maladie en Fevrier & Mars pourra
échapper: mais qui se hatera trop, & voudra se mettre au lict en
Decembre & Janvier il sera en danger de mourir en Fevrier, Mars ou au
commencement d'Avril, lequel temps passé il est en esperance & comme en
asseurance de salut.

Le sieur de Monts étant de retour en France consulta noz medecins sur le
sujet de cette maladie, laquelle ilz trouverent fort nouvelle, à mon
avis, car je ne voy point qu'à nôtre voyage, qui fut posterieur à
celui-là, nôtre Apothicaire fut chargé d'aucune ordonnance pour la
guerison d'icelle. Et toutefois il semble que Hippocrate en a eu
conoissance, ou du moins quelqu'une qui en approchoit. Car au livre _De
internis affect._ il parle de certaine maladie où le ventre, & puis
apres la rate s'enfle & endurcit, & y ressent des pointures
douleureuses, la peau devient noire & palle, rapportant la couleur d'une
grenade verte: les aureilles & gencives rendent des mauvaises odeurs, &
se separent icelles gencives d'avec les dents: des pustules viennent aux
jambes: les membres sont attenuez &c.

Mais particulierement les Septentrionnaux y sont sujets plus que les
autres nations plus meridionales. Témoins les Holandois, Frisons &
autres leurs voisins, entre léquels iceux Holandois écrivent en leurs
navigations qu'allans aux indes Orientales plusieurs d'entre eux fussent
pris de ladite maladie, étans sur la côte de la Guinée: côte dangereuse,
& portant un air pestilent plus de cent lieuës avant en mer. Et les
mémes estans allez en l'an mille six cens six sur la côte d'Hespagne
pour la garder & empecher l'armée Hespagnole, furent contraints de se
retirer à cause de ce mal, ayans jetté vingt-deux de leurs morts en la
mer. Et si on veut encore ouïr le témoignage d'_Olæus Magnus_ traitant
des nations Septentrionales d'où il estoit, voici ce qu'il en rapporte:

«Il y a (dit-il) encore une maladie militaire qui tourmente & afflige les
assiegez, telle que les membres epessis par une certaine stupidité
charneuse, & par un sang corrompu, qui est entre chair & cuir,
s'écoulans comme cire: ils obeissent à la moindre impression qu'on fait
dessus avec le doit: & étourdit les dents comme prés à cheoir: change la
couleur blanche de la peau en bleu: & apporte un engourdissement, avec
un dégout de pourvoir rendre medecine: & s'appelle vulgairement en la
langue du païs _Scorbut_, en Grec [kachexia], paraventure à-cause de
cette mollesse putride qui est souz le cuir, laquelle semble provenir de
l'usage des viandes sallées & indigestes, & s'entretenir par la froide
exhalaison des murailles. Mais elle n'aura pas tant de force là où on
garnira de planches le dedans des maisons. Que si elle continue
davantage, il la faut chasser en prenant tous les jours du bruvage
d'absinthe, ainsi qu'on pousse dehors la racine du calcul par une
decoction de vieille cervoise beuë avec du beurre.»

Le méme Autheur dit encore en un autre lieu une autre chose fort
remarquable:

«Au commencement (dit-il) ilz soutiennent le siege avec la force, mais en
fin le soldat étant par la continue affoibli, ils enlevent les
provisions des assiegeans par artifices, finesses & embuscades,
principalement les brebis, léquelles ils emmenent, & les font paitre és
lieux herbus de leurs maisons, de peur que par defaut de chairs freches
ilz ne tombent en une maladie plus triste de toutes les maladies,
appellée en la langue du païs _scorbut_, c'est à dire un estomac navré,
desseché par cruels tourmens, & longues douleurs. Car les viandes
froides & indigestes prises gloutonnement semblent étre la vraye cause
de cette maladie.»

J'ay pris plaisir à rapporter ici les mots de cet Autheur, pource qu'il
en parle comme sçavant, & represente assés le mal qui a assailli les
nôtres en la Nouvelle-France, sinon qu'il ne fait mention que les nerfs
des jarrets se roidissent, ni q'une abondance de chair, comme livide qui
croit & abonde dans la bouche, & si on la pense ôter elle repullule
toujours. Mais il dit bien de l'estomac navré. Car le sieur de
Poutrincourt fit ouvrir un Negre qui mourut de cette maladie en nôtre
voyage, lequel se trouva avoir les parties bien saines, hors-mis
l'estomac, lequel avoit des rides comme ulcerées.

Et quant à la cause des chairs salées, ceci est bien veritable, mais il
y en a encore plusieurs autres concurrentes, que fomentent &
entretiennent cette maladie: entre léquelles je mettray en general les
mauvais vivres, comprenant souz ce nom les boissons; puis le vice de
l'air du païs, & aprés la mauvaise disposition du corps: laissant aux
Medecins à rechercher ceci plus curieusement. A quoy Hippocrate dit que
le Medecin doit prendre garde soigneusement, en considerant aussi les
saisons, les vents, les aspects du Soleil, les eaux, la terre méme, si
nature & situation, le naturel des hommes, leurs façons de vivres &
exercices.

Quant à la nourriture, cette maladie est causée des viandes froides,
sans suc, grossieres, & corrompues. Il faut donc se garder des viandes
salées, enfumées, rances, moisies, cruës, & qui sentent mauvais, &
semblablement de poissons sechez, comme moruës & rayes empunaisies, bref
de toutes viandes melancholiques léquelles se cuisent difficilement en
l'escomac, le corrompent bien-tôt, & engendrent un sang grossier &
melancholique. Je ne voudroy pourtant étre si scrupuleux que les
Medecins, qui mettent les chairs de boeufs, d'ours, de sangliers, de
pourceaux (ilz pourroient bien aussi adjouter les Castors, léquels
neantmoins nous avons trouvé fort bons) entre les melancholiques &
grossieres: comme ilz font entre les poissons, les tons, dauphins, &
tous ceux qui portent lard: entre les oiseaux les herons, canars, & tous
autres de riviere: car pour étre trop religieux observateur de ces
choses on tomberoit en atrophie, en danger de mourir de faim. Ilz
mettent encore entre les viandes qu'il faut fuir le biscuit, les féves,
& lentilles, le fréquent usage du laict, le fromage, le gros vin & celui
qui est trop delié, le vin blanc, & l'usage du vinaigre, la biere qui
n'est pas bien cuite, ni bien ecumée, & où n'y a point assez de houblon:
item les eaux qui passent par les pourritures des bois, & celles des
lacs & marais dormantes & corrompues, telles qu'il y en a beaucoup en
Hollande & Frise, là où on a observé que ceux d'Amsterdam sont plus
sujets aux paralysies & roidissemens de nerfs, que ceux de Roterdam,
pour la cause susdite des eaux dormantes; léquelles outre-plus
engendrent des hydropisies, dysenteries, flux de ventre, fiévres
quartes, & ardantes, enflures, ulceres de poulmons, difficultez
d'haleine, hergnes aux enfans, enflure de veines & ulceres aux jambes,
somme elles sont du tout propres à la maladie de laquelle nous parlons,
étant attirées par la rate où elles laissent toute leur corruption.

Quelquefois aussi ce mal arrive par un vice qui est méme és eaux de
fonteines coulantes, comme si elles sont parmi ou prés des marais, ou
sortent d'une terre boueuse, ou d'un lieu qui n'a point l'aspect du
Soleil. Ainsi Pline recite qu'au voyage que fit le Prince Cesar
Germanicus en Allemagne, ayant donné ordre de faire passer le Rhin à son
armée, afin de gaigner toujours païs, il la fit camper le long de la
marine és côtes de Frise en un lieu où ne se trouva qu'une seule
fontaine d'eau douce, laquelle neantmoins fut si pernicieuse, que tous
ceux qui en beurent perdirent les dents en moins de deux ans: & eurent
les genoux si lâches & dénouez, qu'ilz ne se pouvoient soutenir. Ce qui
est proprement la maladie de laquelle nous parlons, que les Medecins
appelloient [Grec: somachakiô], c'est à dire Mal de bouche, & [Grec:
skelotyeziô], qui veut dire Tremblement de cuisses, & de jambes. Et ne
fut possible d'y trouver remede sinon par le moyen d'une herbe dite
_Britannica_, qui d'ailleurs est fort bonne aux nerfs, aux maladies &
accidens de la bouche, à la squinancie, & aux morsures de serpens. Elle
a les fueilles longues; tirans sur le verd-brun, & produit une racine
noire, de laquelle on tire le jus, comme on fait des fueilles. Strabon
dit qu'il en print autant à l'armée qu'Ælius Gallus mena en Arabie par
la commission de l'Empereur Auguste. Et autant encore à l'armée de
sainct Loys en Ægypte, selon le rapport du sieur de Joinville. On voit
d'autres effets des mauvaises eaux assez prés de nous, sçavoir en la
Savoye, où les femmes (plus que les hommes, à cause qu'elles sont plus
froides) ont ordinairement des enflures à la gorge grosses comme des
bouteilles.

Aprés les eaux, l'air aussi est une des causes effectuelles de cette
maladie es lieux marécageux & humides, & oppposés au Midi, où volontiers
il est plus pluvieux. Main en la Nouvelle-France il y a encore une autre
mauvaise qualité d'air, à-cause des lacs qui y sont frequens, & des
pourritures qui sont grandes dans les bois, l'odeur déquelles les corps
ayans humé és pluies de l'Automne & de l'Hyver, ils accueillent aisement
les corruptions de bouche & enflures de jambes dont nous avons parlé, &
un froid insensiblement s'insinue là dedans, qui engourdit les membres,
roidit les nerfs, contraint d'aller à quatre piés avec deux potences &
en fin tenir le lict.

Et d'autant que les vents participent de l'air, voire sont un air
coulant d'une force plus vehemente que l'ordinaire, & en cette qualité
ont une grande puissance sur la santé & les maladies des hommes,
disons-en quelque chose, sans nous éloigner neantmoins du fil de nôtre
histoire.

On tient le vent du Levant (appellé par les Latins _Subsolanus_, qui est
le vent d'Est) pour le plus sain de tus, & pour cette cause les sages
architectes donnent avis de dresser leurs batimens ç l'aspect de
l'Aurore. Son opposite est le vent qu'on appelle _Favoniu_ ou Zephyre,
que noz mariniers nomment Ouest, ou Ponant, lequel est doux & germeux
pardeça. Le vent de Midi, qui est le Su (appellé _Auster_ par les
latins) est chaud & sec en Afrique: mais en traversant la mer
Mediterrannée, il acquiert une grande humidité, qui le rend tempetueux &
putrefactif en Provence & Languedoc. Son opposite est le vent de Nort,
autrement dit _Boreas_, Bize, Tramontane, lequel est froid & sec, chasse
les nuages & balaye la region aërée. On le tient pour le plus sain apres
le vent de Levant. Or ces qualitez de vents reconnues par deça ne sont
point une reigle generale par toute la terre. Car le vent du Nort au
delà de la ligne equinoctiale n'est point froid comme pardeça, ni le
vent du Su chaud, pour ce qu'en une longue traverse ils empruntent les
qualitez des regions par où ilz passent: joint que le vent du Su en son
origine est refraischissant, à ce que rapportent ceux qui ont fait des
voyages en Afrique. Ainsi il y a des regions au Perou (comme en Lima, &
aux plaines) où le vent du Nort est maladif & ennuyeux: & par toute
cette côte, qui dure plus de cinq cens lieuës, ilz tiennent le Su pour
un vent sain & frais, & qui plus est tres-serein & gracieux: mémes que
jamais il n'en pleut (à ce que recite le curieux Joseph Acosta) tout au
contraire de ce que nous voyons en nôtre Europe. Et en Hespagne le vent
du Levant que nous avons dit estre sain, le méme Acosta rapporte qu'il
est ennuyeux & mal-sain. Le vent _Circius_, qui est le Nordest, est si
impetueux & bruyant & nuisible aux rives Occidentales de Norwege, que
s'il y a quelqu'un qui entreprenne de voyager par là quant il souffle,
il faut qu'il face état de sa perte, & qu'il soit suffoqué: & est ce
vent si froid en cette region qu'il ne souffre qu'aucun arbre ni
arbrisseau y naisse: tellement qu'à faute de bois il faut qu'ilz se
servent de grands poissons pour cuire leurs viandes. Ce qui n'est
pardeça. De méme avons nous experimenté en la Nouvelle-France que les
vents du Nort ne sont pas bons à la santé: & ceux du Norouest (qui sont
les Aquilons roides, âpres, & tempétueux) encores pires: léquels noz
malades & ceux qui avoient là hiverné l'an precedent, redoutoient fort,
pource qu'il y tomboit volontiers quelqu'un lors que ce vent souffloit,
aussi en avoient-ilz quelque ressentiment: ainsi que nous voyons ceux
qui sont sujets aux hernies, & enteroceles supporter de grandes douleurs
lors que le vent du Midi est en campagne: & comme nous voyons les
animaux mémes par quelques signes prognostiquer les changemens des
temps. Cette mauvaise qualité de vent (par mon avis) vient de la nature
de la terre par où il passe, laquelle (comme nous avons dit) est fort
remplie de lacs, & iceux tres-grands, qui sont eaux dormantes, par
maniere de dire. A quoy j'adjoute les exhalaisons des pourritures des
bois, que ce vent apporte, & ce en quantité d'autant plus grande que la
partie du Noroest est grande, spacieuse, & immense en cette terre.

Les saisons aussi sont à remarquer en cette maladie, laquelle je n'ay
point veu, ni ouï dire qu'elle commence sa batterie au Prin-temps, ni en
l'Eté, ni en l'Automne, si ce n'est à la fin; mais en l'Hiver. Et la
cause de ceci est que comme la chaleur renaissante du Printemps fait que
les humeurs resserrrées durant l'Hiver se dispersent jusques aux
extremitez du corps, & le dechargent de la melancholie, & des sucs
exhorbitants qui se sont amassés durant l'Hiver: ainsi l'Automne à
mesure que l'Hiver approche les fait retirer au dedans & nourrit cette
humeur melancholique & noire, laquelle abonde principalement en cette
saison, & l'hiver venu fait paroitre ses effets aux dépens des patiens.
Et Galien en rend raison, disant que les sucs du corps ayans été rotis
par les ardeurs de l'Eté, ce qu'il y en peut rester apres que le chaud a
été expulsé, devient incontinent froid & sec: c'est à sçavoir froid par
la privation de la chaleur, & sec entant que dessechement de ces sucs
tout l'humide qui y étoit a été consommé. Et de là vient que les
maladies se fomentent en cette saison, & plus on va avant plus la nature
est foible, & les intemperies froides de l'air s'étans insinuées dans un
corps ja disposé, elles le manient à baguette, comme on dit, & n'en ont
point de pitié.

J'adjouteray volontiers à tout ce que dessus les mauvaises nourritures
de la mer, léquelles apportent beaucoup de corruptions au corps humains
en un long voyage. Car il faut par necessité apres quatre ou cinq jours
vivre de salé: ou mener des moutons vifs, & force poullailles, mais ceci
n'est que pour les maitres & gouverneurs des navires: & nous n'en avions
point en nôtre voyage sinon par la reserve & multiplication de la terre
où nous allions. Les matelots donc & gens passagers souffrent de
l'incommodité tant au pain qu'aux viandes, & boissons. Le biscuit
devient rance & pourri, les moruës qu'on leur baille sont de méme: & les
eaux empunaisies. Ceux qui portent des douceurs soit de chairs, ou de
fruit, & qui usent de bon pain & bon vin & bon potages, evitent aisément
ces maladies, & oserois par maniere de dire, répondre de leur santé,
s'ilz ne sont bien mal-sains de nature. Et quant je considere que ce mal
se prent aussi bien en Holande, en Frize, en Hespagne, & en la Guinée,
qu'en Canada: Bref que tous ceux de deça qui vont au Levant y sont
sujets, je suis induit à croire que la principale cause d'icelui est ce
que je vien de dire, & qu'il n'est particulier à la Nouvelle-France.

Or aprés tout ceci il fait bon en tout lieu étre bien composé de corps
pour se bien porter, & vivre longuement. Car ceux qui naturellement
accueillent des sucs froids & grossiers, & ont la masse du corps
poreuse, item ceux qui sont sujets aux oppilations de la rate, & ceux
qui menent une vie sedentaire, ont une aptitude plus grande à recevoir
ces maladies. Par ainsi un Medecin dira qu'un homme d'étude ne vaudra
rien en ce païs là, c'est à dire qu'il n'y vivra point sainement: ni
ceux qui ahannent au travail, ni les songe-creux, hommes qui ont des
ravassemens d'esprit, ni ceux qui sont souvent assaillis de fiévres, &
autres telles sortes de gens. Ce que je croiroy bien, d'autant que ces
choses accumulent beaucoup de melancholie, & d'humeurs froides &
superflues. Mais toutefois j'ay éprouvé par moy-méme, & par autres, le
contraire, contre l'opinion de quelques uns des nôtres, voire méme du
_Sagamos Membertou_, qui fait le devin entre les Sauvages, léquels
(arrivant en ce païs là) disoient que je ne retournerois jamais en
France, ni le sieur Boullet (jadis Capitaine du regiment du sieur de
Poutrincourt) lequel la pluspart du temps y a eté en fiévre (mais il se
traitoit bien) & ceux-là mémes conseilloient nos ouvrier de ne gueres se
pener au travail (ce qu'ils ont fort bien retenu). Car je puis dire sas
mentir que jamais je n'ay tant travaillé du corps, pour le plaisir que
je prenois à dresser & cultiver mes jardins, les fermer contre la
gourmandise des pourceaus, y faire des parterres, aligner les allées,
batir des cabinets, semer froment, segle, orge, avoine, féves, pois,
herbes de jardin, & les arrouser, tant j'avoy desir de reconoitre la
terre par ma propre experience. Si bien que les jours d'Eté m'étoient
trop courts: & bien souvent au Printemps j'y étois encore à la lune.
Quant est du travail de l'esprit j'en avois honnetement. Car chacun
étant retiré au soir, parmi les cacquets, bruits, & tintamares, j'étoit
enclos en mon étude lisant ou écrivant quelque chose. Méme je ne seray
honteux de dire qu'ayant eté prié par le sieur de Poutrincourt nôtre
chef de donner quelques heures de mon industrie à enseigner
Chrétiennement nôtre petit peuple, pour ne vivre en bétes, & pour donner
exemple nôtre façon de vivre aux Sauvages, je l'ay fait en la necessité,
& en étant requis, par chacun Dimanche, & quelquefois
extraordinairement, préque tout le temps que nous y avons eté. Et vint
bien a point que j'avoy porté ma Bible & quelques livres, sans y penser:
Car autrement une telle charge m'eût for fatigué, & eût eté cause que je
m'en fusse excusé. Or cela ne fut du tout sans fruit, plusieurs m'ayans
rendu témoignage que jamais ilz n'avoient tant ouï parler de Dieu en
bonne part, & ne sçachans auparavant aucun principe de ce qui est de la
doctrine Chrétienne: qui est l'état auquel vit la pluspart de la
Chrétienté. Et s'il y eut de l'edification d'un côté, il y eut aussi de
la médisance de l'autre, par ce que d'une liberté Gallicane je disoy
volontiers la verité. A propos dequoy il me souvient de ce que dit le
prophete Amos: _Ils ont haï celui qui les argüoit à la porte, & ont eu
en abomination celui qui parloit en integrité._ Mais en fin nous avons
tous eté bons amis. Et parmi ces choses Dieu m'a toujours donné bonne &
entiere santé, toujours le gout genereux, toujours gay & dispos, sinon
qu'ayant une fois couché dans les pois prés d'un ruisseau en temps de
nege, j'eu comme une crampe ou sciatique à la cuisse l'espace de quinze
jours, sans toutefois manquer d'appetit. Aussi prenoy-je plaisir à ce
que je faisoy, desireux de confiner là ma vie, si Dieu benissoit les
voyages.

Je seroy trop long si je vouloy ici rapporter ce qui est du naturel de
toutes persones, & dire quant aux enfans qu'ils sont plus sujets que les
autres à cette maladie, d'autant qu'ils ont bien souvent des ulceres à
la bouche & aux gencives, à-cause de la sustance aigueuse dont leurs
corps abondent: & aussi qu'ils amassent beaucoup d'humeurs cruës par
leur dereglement de vivre & par les fruits qu'ilz mangent en quantité &
ne s'en saoulent jamais, au moyen dequoy ils accueillent grande quantité
de sang sereux, & ne peut la rate oppilée absorber ces serosités.
Vieillars: Et quant aux vieux, qu'ils ont la chaleur enervée, & ne
peuvent resister à la maladie, étans remplis de crudités, & d'une
temperature froide & humide, qui est la qualité propre à la promouvoir,
susciter & nourrir. Je ne veux entreprendre sur l'office des Medecins
craignant la verge censoriale. Et toutefois avec leur permission, sans
toucher à leurs ordonnances d'agaric, aloes, reubarbe, & autres
ingrediens, je diray ici ce qui me semble étre plus prompt aux pauvres
gens qui n'ont moyen d'envoyer en Alexandrie, tant pour la conservation
de leur santé que pour le remede de la maladie.

C'est un axiome certain qu'il faut guerir un contraire par son
contraire. Cette maladie donc provenant d'une indigestion de viandes
rudes, grossieres, froides & melancholiques qui offensent l'estomac, je
trouve bon (sauf meilleur avis) de les accompagner de bonnes saulses
soit de beurre, d'huile, ou de graisse, le tout fort bien épicé, pour
corriger tant la qualité des viandes, que du corps interieurement
refroidi. Ceci est dit pour les viandes rudes & grossieres, comme féves,
pois: & pour le poisson. Car qui mangera de bons chappons, bonnes
perdris, bons canars & bons lapins, il est asseuré de sa santé, ou il
aura le corps bien mal-fait. Nous avons eu des malades qui sont
ressuscitez de mort à vie, ou peu s'en faut, pour avoir mangé deux ou
trois fois du consommé d'un coq. Le bon vin pris selon la necessité de
la nature, est un souverain preservatif pour toutes maladies &
particulierement pour celle-ci. Les sieurs Macquin & Georges honorables
marchans de la Rochelle comme associez de sieur de Monts, nous en
avoient fourni quarante-cinq tonneaux en nôtre voyage, dont nous nous
sommes fort bien trouvez. Et noz malades mémes ayans la bouche gatée, &
ne pouvans manger, n'ont jamais perdu le gout du vin, lequel ils
prenoient avec un tuïau. Ce qui en a garenti plusieurs de la mort. Les
herbes tendres au printemps sont aussi fort souveraines. Et outre ce que
la raison veut qu'on le croye, je l'ay experimenté en étant moy-méme
allé cuillir plusieurs fois par les bois pour noz malades avant que
celles de noz jardins fussent en usage. Ce qui les remmettoit en gout, &
leur confortoit l'estomac debilité. Depuis quelques jours j'ay eu avis
que l'essence de Vitriol y seroit bonne la gargarisant dans la bouche,
ou frottant d'icelle cette chair surcroissante à l'entour des dents. Je
croy que l'eau seconde des Chirurgiens n'est point mauvaise, & que
macher souvent de la Sauge serviroit beaucoup à prevenir ce mal.
Quelques uns trouvent bon aussi le frequent gargarisme de jus de citron.
Mais il me semble que seigner sous la langue ne seroit as mauvais, ou
scarifier cette vilaine chair surcroissante, & la frotter de quelque
liqueur mordicante: pour ventouser le malade à petits cornets à la façon
de Suisse & d'Allemagne.

Et pour ce qui regarde l'exterieur du corps, nous nous sommes fort bien
trouvés de porter des galoches avec noz souliers pour eviter les
humidités. Ne faut avoir aucune ouverture au logis du côté d'Oest, ou
Noroest, vents dangereux: ains du côté de l'Est ou du Su. Fait bon estre
bien couché (& m'en a bien pris d'avoir porté les choses à ce
necessaires) & sur tout se tenir nettement. Mais je trouveroy bon
l'usage des bains chauds, ou des poëles tels qu'ils ont en Allemagne, au
moyen déquels ilz ne sentent point l'hiver, sinon entant qu'il leur
plait étans en la maison. Voire méme és jardins ils en ont en plusieurs
lieux qui temperent tellement la froidure de l'hiver, qu'en cette saison
âpre & rude on y voit des orengers, limoniers, figuiers, granadiers, &
toutes telles sortes d'arbres, produire des fruits tels qu'en Provence:
Ainsi que j'ay veu à Bale chez le sçavant Docteur Medecin Felix
Platerus. Ce qui est d'autant plus facile à faire en cette nouvelle
terre, qu'elle est toute couverte de bois (hors-mis quand on vient au
païs des Armouchiquois, à cent lieuës plus loin que le Port-Royal) & en
faisant de l'hiver un eté on découvrira la terre: laquelle n'ayant plus
ces grans obstacles, qui empechent que le Soleil lui face l'amour &
l'echauffe de sa chaleur, il n'y a point de doute qu'elle ne devienne
temperée, & ne rende un air tres-doux: & bien sympatisant à nôtre
humeur, n'y ayant (méme à present) ni froid ni chaud excessif.

Or les Sauvages qui ne sçavent que c'est d'Allemagne, ni de leurs
coutumes, nous enseignent cette méme leçon, léquels, à-cause des
mauvaises nourritures & entretenements, étans sujets à ces maladies
(comme nous avons veu au voyage de Jacques Quartier) usent souvent de
sueurs, comme de mois en mois, & par ce moyen se garentissent, chassans
par la sueur toutes les humeurs froides & mauvaises qu'ilz pourroient
avoir amassées. Mais un singulier preservatif, contre cette maladie
coquine & traitresse, qui vient insensiblement, & depuis qu'elle s'est
logée ne veut point sortir, c'est de suivre le conseil du sage des
Sages, lequel aprés avoir consideré toutes les afflictions que l'homme
se donne durant sa vie, n'a rien trouvé de meilleur que de _se rejouir &
bien faire, & prendre plaisir à ce que l'on fait._ Ceux qui ont fait
ainsi en nôtre compagnie se sont bien trouvés: au contraire quelques uns
toujours grondans, grongnans: mal-contens, faineans, ont esté attrapez.
Vray-est que pour se rejouïr il fait bon avoir les douceurs des viandes
fréches, chairs, poissons, laictages, beurres, huiles, fruits, &
semblables: ce que nous n'avions pas à souhait (j'enten le commun: car
en la table du sieur de Poutrincourt quelqu'un de la troupe apportoit
toujours quelque gibier, ou venaison, ou poisson fraiz.) Et si nous
eussions eu demie douzaine de vaches, je croy qu'il n'y fût mort
persone.

Reste un preservatif necessaire pour l'accomplissement de rejouissance,
& afin de prendre plaisir à ce que l'on fait, c'est d'avoir l'honnéte
compagnie un chacun de sa femme legitime: car sans cela la chere n'est
pas entiere, on a toujours la pensée tenduë à ce que l'on aime & desire,
il y a du regret, le corps devient cacochyme, & la maladie se forme.

Et pour un dernier & souverain remede, je renvoye le patient à l'arbre
de vie (car ainsi le peut-on bien qualifier) lequel Jacques Quartier
ci-dessus, appelle _Annedda_, non encores conu en la côte du Port Royal,
si ce n'est d'aventure le Sassafras, dont y a quantité en la terre des
Armouchiquois à cent lieuës dudit Port: E est dit certain que ledit
arbre y est fort singulier, ainsi que nous remarquerons encore ci-après
au livre dernier chap. 24.

[Illustration]



_Découverte de nouvelles terres par le sieur de Monts: Contes fabuleus
de la riviere & ville seinte de_ Norombega: _Refutation des Autheurs qui
en ont écrit: Bancs de Moruës en la Terre-neuve:_ Kinibeki: Chouakoet:
_Malebare: Armouchiquois: Mort d'un François tué: Mortalité des Anglois
en la Virginie._

CHAP. VII

LA saison dure étant passée, le sieur de Monts ennuié de cette triste
demeure de Sainte-Croix delibera de chercher un autre port en païs plus
chaud, & plus au Su: & à cet effet fit armer & garnir de vivres une
barque pour suivre la côte & aller découvrant païs nouveaux, chercher un
plus heureux port en un air plus temperé. Et d'autant qu'en cherchant on
ne peut pas tant avancer comme lors qu'on va à pleins voiles en la haute
mer, & que trouvant des bayes & golfes gisans entre deux terres il faut
penetrer dedans, pour ce que là on peut aussi-tôt trouver ce que l'on
cherche comme ailleurs, il ne fit en son voyage qu'environ cent lieuës,
comme dirons à cette heure. Depuis Sainte-Croix jusques à cinquante
lieuës, de là en avant la côte git Est & Oest, & par les quarante-cinq
degrez: au bout déquelles cinquante lieuës est la riviere dite par les
Sauvages _Kinibeki_, depuis lequel lieu jusques à Malebarre elle git
Nort & Su, & y a de l'un à l'autre encore soixante lieuës à droite
ligne, sans suivre les bayes. C'est où se termina le voyage dudit sieur
de Monts, auquel il avoit pour conducteur de sa barque le pilote
Champ-doré. En toute cette côte jusques & _Kinibeki_ il y a beaucoup de
lieux où les navires peuvent étre éa couvert parmi les iles, mais le
peuple n'y est frequent comme il est au-dela: & n'y a rien de
remarquable (du moins qu'on ait veu au dehors des terres) qu'une riviere
de laquelle plusieurs ont écrit des fables à la suite l'un de l'autre,
de mémes que ceux qui sur la foy des Commentaires de Hanno Capitaine
Carthaginois avoient feint des villes en grand nombre par lui baties sur
la côte de l'Afrique qui est arrousée de l'Ocean, parce qu'il fit un
coup heroïque de naviger jusques aux iles du Cap Vert, & long temps
depuis lui personne n'y avoit été, la navigation n'étant alors tant
asseurée sur cette grande mer qu'elle est aujourd'hui par le benefice de
l'aiguille marine.

Sans donc amener ce qu'ont dit les premiers Hespagnols & Portugais, je
reciteray ce qui est au dernier livre intitulé, _Histoire universele des
Indes Occidentales_, imprimé à Doüay l'an dernier mille six cens sept,
lors qu'il parle de _Norumbega_, Car en rapportant ceci, j'auray aussi
dit ce qu'ont écrit les precedents, de qui les derniers sont tenanciers.

«Plus outre vers le Septentrion (dit l'Autheur, apres avoir parlé de la
Virginie) _Norumbega_, laquelle d'une belle ville, & d'un grand fleuve
est assez conue, encore que l'on ne trouve point d'où elle tire ce nom:
car les Barbares l'appellent _Agguntia_. Sur l'entrée de ce fleuve y a
une ile fort propre pour la pecherie. La region qui va le long de la mer
est abondante en poisson, & vers la Nouvelle-France a grand nombre de
ces sauvages, & est fort commode pour la chasse, & les habitans vivent
de méme façon que ceux de la Nouvelle-France.»

Si cette belle ville a onques été en nature, je voudroy bien sçavoir qui
l'a demolie depuis octante ans: car il n'y a que des cabanes par ci par
là faites de perches & couvertes d'écorces d'arbres, ou de peaux, &
s'appellent l'habitation & la riviere tout ensemble _Pemptegoet_, & non
_Agguncia_. La riviere hors le flux de la mer ne vaut pas nôtre riviere
d'Oise. Et ne pourroit en cette côte là y avoir de grandes rivieres,
pource qu'il n'y a point assez de terres pour les produire, à cause de
la grande riviere de _Canada_, qui va comme cette côte à peu prés, Est &
Oest, & n'est point à soixante lieuës loin de là, en traversant les
terres; & d'ailleurs cette riviere en reçoit beaucoup d'autres qui
prennent leurs sources de vers _Norumbega_: à l'entrée de laquelle tant
s'en faut qu'il n'y ait qu'une ile, que plutot le nombre est (par
maniere de dire) infini, d'autant que cette riviere s'elargissant comme
un _Lambda_ (lettre Grecque), la sortie d'icelle est toute pleine
d'iles; déquelles y en a une bien avant (& la premiere) en mer, qui est
haute & remarquable sur les autres.

Mais quelqu'un dira que je m'equivoque en la situation de _Norumbega_, &
qu'elle n'est pas là où je la prens. A cela je répons que l'Auteur de
qui j'ay n'agueres rapporté les paroles, m'est suffisante caution en
ceci, lequel en sa Charte geographique a situé l'entrée de cette riviere
par les quarante-quatre degrez, & sa prétendue ville par les
quarante-cinq. Ce que luy ayant accordé, il faudra necessairement qu'il
me confesse que c'est celle-ci par ce qu'icelle passée, & celle de
_Kinibeki_ (qui est en méme hauteur) il n'y a point d'autre riviere plus
avant dont on doive faire cas jusques à la Virginie.

Et comme de main en main un abus suit un autre, un Capitaine de marine
nommé Jean Alfonse Xainctongeois en la relation de ses voyages
aventureux, s'est aventuré d'écrire chose de méme foy, disant que:

«Passé l'ile de Saint Jean (laquelle je prens pour celle que j'ay
appellée ci-dessus l'ile de Bacaillos) la côte tourne à l'Oest &
Oest-Sur-Oest, jusques à la riviere de _Norembergue_ nouvellement
découverte (ce dit-il) par les Portugalois & Hespagnols, laquelle est à
trente degrez: adjoutant que cette riviere a en son entrée beaucoup
d'iles bancs, & rochers: & que dedans bien quinze, ou vint lieuës est
batie une grande ville, où les gens sont petits & noiratres, comme ceux
des Indes, & sont vétus de peaux dont ils ont abondance de toutes
sortes, Item que là vient mourir le banc de Terre-neuve: & que passé
cette riviere la côte tourne à l'Oest & Oest-Norest plus de deux cens
cinquante lieuës vers un païs où y a des villes & chateaux.»

Mais je ne reconoy rien, ou bien peu de verité en tous les discours de
cet homme ici: & peut il bien appeller ses voyages aventureux, non pour
lui, qui jamais ne fut en la centiéme partie des lieux qu'il décrit (au
moins il est aisé à le conjecturer) mais pour ceux qui voudront suivre
les routes qu'il ordonne de suivre aux mariniers. Car si ladite riviere
de _Noremberge_ est à trente degrez, il faut que ce soit en la Floride:
qui est contredire à tus ceux qui en ont jamais écrit, & è la verité
méme. Quant à ce qu'il dit du _Banc de Terre-neuve_, il finit (par le
rapport des mariniers) environ l'ile de Sable, à l'endroit du
Cap-Breton. Bien est vray qu'il y a quelques autres bancs, qu'on appelle
_Le Banquereau, & le Banc Jacquet_, mais ilz ne sont que de cinq, ou
six, ou dix lieuës, & sont separez du _Grand Banc de Terre-neuve._ Et
quant aux hommes ilz sont de belle & haute stature en la terre de
_Norumbega_, dire que passé cette riviere la côte git Oest &
Oest-Noroest, cela n'a aucune preuve. Car depuis le cap-breton jusques à
la pointe de la Floride qui regarde l'ile de _Cuba_, il n'y a aucune
côte qui gise Oest-Norest, seulement y a un la partie de la vraye
riviere dite _Norumbega_ quelque cinquante lieuës de côte qui git Est &
Oest. Somme, de toute le recit dudit Jean Alfonse je ne reçoy sinon ce
qu'il dit que cette riviere dont nous parlons a en son entrée beaucoup
d'iles, bancs & rochers.

Passé la riviere de _Norumbega_ le sieur de Monta alla toujours cotoyans
jusques à ce qu'il vint à _Kinibeki_, où y a une riviere qui peut
accourcir le chemin pour aller à la grande riviere de Canada. Il y a là
nombre de Sauvages cabannez, & y commence la terre à étre mieux peuplée.
De _Kinibeki_ en allant plus outre on trouve la Baye de _Marchin_ nommée
du nom du Capitaine qui y commande. Ce _Marchin_ fut tué l'année que
nous partimes de la Nouvelle-France mille six cens sept. Plus loin est
une autre Baye dite _Chouakoet_, où y a grand peuple au regard des païs
precedens. Aussi cultivent-ils la terre, & commence la region à étre
plus temperée s'elevant pardessus le quarante-quatriéme degré: & pour
temoignage de ceci il y a quantité de vignes en cette terre. Voire méme
il y en a des iles pleines (bien qu plus exposées aux injures du vent &
du froid) ainsi que nous dirons ci-aprés. Entre _Chouakoet & Malebarre_
y a plusieurs bayes & iles, & est la côte sablonneuse, avec peu de fond
approchant dudit _Malebarre_, si qu'à peine y peut-on aborder avec les
barques.

Les peuples qui sont depuis la riviere Saint Jean jusques à _Kinibeki_
(en quoy sont comprises les rivieres de Sainte-Croix & _Norumbega_)
s'appellent _Etechemins_: et depuis _Kinibeki_, jusques à _Malebarre_, &
plus outre ilz s'appellent Armouchiquois. Ils sont traitres & larrons, &
s'en faut donner de garde. Le sieur de Monts s'étant arreté quelque peu
à Malebarre les vivres commencerent à lui defaillir, & fallut penser du
retour, mémement voyant toute la côte si facheuse qu'on ne pouvoit
passer outre sans peril, pour les basses qui se jettent fort avant en
mer, & de telle façon que plus on s'éloigne de terre, moins il y a de
fond. Mais avant que partir il avint un accident de mort à un
charpentier Maloin, lequel allant querir de l'eau avec quelques
chauderons, un Armouchiquois voyant l'occasion propre à dérober l'un de
ces chauderons lors que le Maloin n'y prenoit pas garde, le print &
s'enfuit hativement avec sa proye. Le Maloin voulant courir aprés fut
tué par cette mauvaise gent: & ores que cela ne lui fût arrivé, c'étoit
en vain poursuivre son larron: car tous ces peuples Armouchiquois sont
legers à la course comme levriers, ainsi que nous dirons encore ci-aprés
en parlant du voyage que fit là méme le sieur de Poutrincourt en l'an
mille six cent six. Le sieur de Monts eut un grand regret de voir telle
chose, & étoient ses gens en bonne volonté d'en prendre vengeance (ce
qu'ilz pouvoient faire, attendu que les autres Barbares ne s'éloignerent
tant des François qu'un coup de mousquet ne les eût peu gâter: & de ce
fait ils avoient ja chacun si bien couché en jouë, pour mirer chacun son
homme) mais icelui sieur de Monts sur quelques considerations que
plusieurs autres étans en sa qualité n'eussent euës, & pour ce que les
meurtriers s'étoient évadés, fit baisser à chacun le serpentin, & les
laisserent, n'ayans jusques là trouvé lieu agreable pour y former une
demeure arretée. Et à-tant ledit sieur fit appareiller pour retourner à
Sainte Croix, où il avoit laissé un bon nombre de ses gens encore
infirmes de la secousse des maladies hivernales, de la santé déquels il
étoit soucieux.

Plusieurs qui ne sçavent que c'est de la marine pensent que
l'établissement d'une habitation en terre inconue soit chose facile,
mais par le discours de ce voyage, & autres suivans ilz trouveront qu'il
est beaucoup plus aisé de dire que de faire, & que le sieur de Monts a
beaucoup exploité de choses en cette premiere année d'avoir veu toute la
côte de cette terre jusques à Malebarre qui sont plus de quatre cens
lieuës en rengeant icelle côte, & visitant jusques au fond des bayes:
outre le travail des logemens qu'il lui convint faire edifier & dresser,
le soin de ceux qu'il avoit là menés, & du retour en France, le cas
avenant de quelque peril ou naufrage à ceux qui lui avoient promis de
l'aller querir aprés l'an revolu. Mais on a beau courir, & se donner de
la peine pour rechercher des ports où la Parque soit pitoyable. Elle est
toujours semblable à elle-méme. Il est bon de se loger en un doux
climat, puis qu'on est en plein drap, & qu'on a à choisir mais la mort
nous suit par tout. J'ay entendu d'un pilote du Havre de Grace qui fut
avec les Anglois en la Virginie il y a vint-quatre ans, qu'étans arrivez
là il y en mourut trente-six en trois mois. Et toutefois on tient la
Virginie étre par les trente-six, trente-sept, & trente huitiéme degrez
de latitude, qui est bon temperament de païs. Ce que considerant, je
croy encore un coup (car je l'ay des-ja ci-devant dit) que telle
mortalité vient du mauvais traitement: & est du tout besoin en tel païs
d'y avoir dés le commencement du bestial domestic & privé de toute
sorte: & porter force arbres fruitiers & entes, pour avoir bien-tôt la
recreation necessaaire à la santé de ceux qui desirent y peupler la
terre. Que si les Sauvages mémes sont sujets aux maladies dont nous
avons parlé, c'est rarement, & cela arrivant, je l'attribue à la méme
cause du mauvais traitement. Car ilz n'ont rien qui puisse corriger le
vice des viandes qu'ils prennent: & toujours sont nuds parmi les
humidités de la terre; ce qui est le vray moyen d'accuillir quantité
d'humeurs corrompues qui leur causent ces maladies aussi bien qu'aux
étrangers qui vont par dela, quoy qu'ils soient nais à cette façon de
vivre.

La nouvelle habitation y ayde aussi beaucoup, comme on a observé par
experience ordinaire. Car où il faut arracher les arbres les ouvriers
sont contraints de humer les vapeurs qui s'exhalent de la terre, qui
leur corrompent le sang & pervertissent l'estomac (ainsi qu'à ceux qui
travaillent aux mines) & causent lédites maladies: là où la méme
experience nous à montré qu'aprés l'habitation faicte, elles n'ont plus
eu tant de prise sur les hommes.

[Illustration: Neptune]



_Arrivée du sieur du Pont à l'ile Sainte-Croix: Habitation transferée au
Port Royal: Retour du sieur de Monts en France: Difficulté des moulins à
bras: Equipage dudit sieur du Pont pour aller découvrir les
Terres-neuves outre Malebarre: Naufrage: Prevoyance pour le retour en
France: Comparaison de ces voyages avec ceux de la Floride: Blame de
ceux qui méprisent la culture de la terre._

CHAP. VIII

LA saison du printemps passée au voyage des Armouchiquois, le sieur de
Monts attendit à Sainte-Croix le temps qu'il avoit convenu: dans lequel
s'il n'avoit nouvelles de France il pourroit partir & venir chercher
quelque vaisseau de ceux qui viennent à la Terre-neuve pour la pecherie
du poisson, à fin de repasser en France dans icelui avec sa trouppe,
s'il étoit possible. Ce temps des-ja étoit expiré, & étoient préts à
faire voile, n'attendans plus aucun secours ni rafraichissemens, quand
voici le quinziéme de Juin mis six cens cinq arriver le sieur du Pont
surnommé Gravé, demeurant à Honfleur, avec une compagnie de quelques
quarante hommes, pour relever de sentinelle ledit sieur de Monts & sa
troupe. Ce fut au grand contentement d'un chacun, comme l'on peut
penser: & canonnades ne manquerent à l'abord, selon la coutume, ni
l'éclat des trompetes. Ledit sieur du Pont ne sçachant encore l'état de
noz François, pensoit trouver là une demeure bien asseurée, & ses
logemens préts: mais attendu les accidens de la maladie étrange dont
nous avons parlé, il fut avisé par Conseil de changer de lieu. Le sieur
de Monts eût bien desiré que l'habitation nouvelle eût eté comme par les
quarante degrez, sçavoir six degrez plus au Midi que le lieu de
Sainte-Croix: mais aprés avoir veu la côte jusques à Malebarre, & avec
beaucoup de peines sans trouver ce qu'il desiroit, on delibera d'aller
au Port Royal faire la demeure, attendant qu'il y eût moyen de faire
plus ample découverte. Ainsi voila chacun embesoigné à trousser son
paquet: on demolit ce qu'on avoit bati avec mille travaux, hors-mis le
magazin, qui étoit une espece trop grande à transporter, & en execution
de ceci plusieurs voyages se font. Tout étant arrivé au Port Royal voici
nouveau travail: on choisit la demeure vis à vis de l'ile qui est à
l'entrée de la riviere de l'Equille dite aujourd'hui la riviere du
Dauphin, là où tout étoit couvert de bois si épais qu'il n'est possible
davantage. Ja le mois de Septembre arrivoit, & falloit penser de
décharger le navire du sieur du Pont pour faire place à ceux qui
devoient retourner en France. Somme il y avoit de l'exercice pour tous.
Quand le navire fut en état d'étre mis à la voile, le sieur de Monts
ayant veu le commencement de la nouvelle habitation, s'embarqua pour le
retour & avec lui ceux qui voulurent le suivre. Neantmoins plusieurs de
bon courage demeurerent sans apprehender le mal passé. Autant on met la
voile au vent & demeure ledit sieur du Pont pour Lieutenant par dela,
lequel ne manque de promptitude (selon son naturel) à faire & parfaire
ce qui estoit requis pour loger soy & les siens: qui est tout ce qui se
peut faire pour cette année en ce païs là. Car de s'éloigner du parc
durant l'hiver, mémes apres un si long harassement: il n'y avoit point
d'apparence. Et quant au labourage de la terre, je croy qu'ils n'eurent
le temps commode pour y vacquer: car ledit sieur du Pont n'étoit pas
homme pour demeurer en repos, ni pour laisser ses gens oisifs, s'il y
eût moyen de ce faire.

L'hiver venu les Sauvages du païs s'assembloient de bien loin au Port
Royal pour troquer de ce qu'ils avoient avec les François, les uns
apportans des pelleteries de Castors, & de Loutres (qui sont celles dont
on peut faire plus d'état en ce lieu là) & aussi d'Ellans, déquelles on
peut faire de bons buffles: les autres apportans des chairs freches,
dont ilz firent maintes tabagies, vivans joyeusement tant qu'ils eurent
dequoy. Le pain oncques ne leur manqua, mais le vin ne leur dura point
jusques à la fin de la saison. Car quant nous y arrivames l'an suivant
il y avoit plus de trois mois qu'ilz n'en avoient plus, & furent fort
rejouïs de nôtre venue, qui leur fit en reprendre le gout.

La plus grande peine qu'ilz avoient c'étoit de Moudre le bled pour avoir
du pain. Ce qui est chose fort penible en moulins à bras, où il faut
employer toute la force du corps. Et pour ce non sans cause anciennement
on menaçoit les mauvaises gens de les envoyer au moulin, comme à la
chose la plus penibles qui soit: auquel métier on emploioit les pauvres
esclaves avant l'usage des moulins à vent & à eau, comme nous témoignent
les histoires prophanes: & celles de la sortie du peuple d'Israël hors
du païs d'Egypte, là où pour la derniere playe que Dieu veut envoyer à
Pharao, il denonce par la bouche de Moyse, _qu'environ la minuit il
passera au travers de l'Egypte, & tout premier-né y mourra jusques au
premier-né de Pharao qui devoit étre assis sur son throne, jusques au
premier-né de la servante qui est employée à moudre._ Et ce travail
étant si grand, les Sauvages, quoy que bien pauvres, ne le sçauroient
supporter, & aymeroient mieux se passer de pain que de prendre tant de
peine, comme il a été experimenté De nôtre temps, que leur voulant
bailler la moitié de la moulture qu'ilz feroient, ils aimoient mieux
n'avoir point de blé. Et croiroy bien que cela, avec d'autres choses, a
aidé à fomenter la maladie de laquelle nous avons parlé, en quelques uns
des gens du sieur du Pont: car il y en mourut une douzaine durant cet
hiver en sa compagnie. Vray est que je trouve un defaut és batimens de
noz François, c'est qu'il n'y avoit point de fossez à lentour, &
s'écouloient les eaux de la terre prochaine par dessous leurs chambres
basses: ce qui étoit fort contraire à la santé. A quoy j'adjoute encore
les eaux mauvaises déquelles ilz se servoient, qui n'issoient point
d'une source vive, comme celle que nous trouvames assez prez de nôtre
Fort, ains du plus prochain ruisseau.

Apres que l'hiver fut passé, & la mer propre à naviguer, le sieur du
Pont voulut parachever l'entreprise commencée l'an precedent par le
sieur de Monts, & aller rechercher un port plus au Su, où la temperature
de l'air fût plus douce selon qu'il en avoit eu charge dudit sieur. Et
de fait il equippa la barque qui lui étoit restée pour cet effect: Mais
étant sorti du port, & ja à la voile pour tirer vers Malebarre, il fut
contraint par le vent contraire de relacher deux fois, & à la troisiéme
ladite barque se vint perdre contre les rochers à l'entrée du passage
dudit port. En cette disgrace de Neptune les hommes furent sauvés, & la
meilleure partie des provisions & marchandises. Mais quant à la barque
elle fut mise en pieces. Et par ce desastre fut rompu le voyage, &
intermis ce que tant l'on desiroit. Car encore ne jugeoit-on point bonne
l'habitation du Port Royal; & toutefois il est hautement abrié de la
part du Nort & Noroest, de montagnes éloignées tantôt d'une lieuë,
tantôt de demie du Port & de la riviere de l'Equille. Voila comme les
entreprises ne se manient pas au desir des hommes, & sont accompagnées
de beaucoup de perils.. Si bien qu'il ne se faut emerveiller s'il y a de
la longueur en l'établissement des colonies, principalement en des
terres si lointaines déquelles on ne sçait la nature, ni le temperament
de l'air, & où il faut combattre & abbattre les foréts, & étre
contraints de se donner de garde, non des peuples que nous disons
Sauvages, mais de ceux qui se disent Chrétiens & n'en ont que le nom,
gent maudite & abominable, pire que des loups, ennemis de Dieu, & de la
nature humaine.

Ce coup donc étant rompu, le sieur du Pont ayant fait emmennoter
Champ-doré, & informer contre luy, ne sceut que faire, sinon d'attendre
la venue du secours & rafraichissement que le sieur de Monts lui avoit
promis envoyer l'année suivante, lors qu'il partit du Port Royal pour
revenir en France. Et neantmoins à tout évenement, ne laissa de preparer
une autre barque, & une patache, pour venir chercher des vaisseaux
François és lieux où ils font la secherie de morues (comme les Ports
_Campseau_ des Anglois, de _Misamichis_, Baye de Chaleur, & des Morues,
& autres en grand nombre) ainsi qu'avoit fait le sieur de Monts l'an
precedent, à fin de se mettre dedans & retourner en France, le cas
advenant qu'aucun navire ne vinst le secourir. En quoy il fit sagement:
car il fut en danger de n'avoir aucunes nouvelles de nous, qui étions
destinez pour lui succéder, ains que se verra par le discours de ce qui
suit. Mais ce-pendant ici faut considerer que ceux qui se sont
transportez pardelà en ces derniers voyages ont eu un avantage
par-dessus ceux qui ont voulu habiter la Floride: c'est d'avoir ce
recours que nous avons dit aux navires de France qui frequentent les
Terres-neuves, sans avoir la peine de façonner des grands vaisseaux, ni
attendre des famines extremes, comme ont fait ceux-là de qui les voyages
ont eté à déplorer en ce regard, & ceux-ci au sujet des maladies qui les
ont persecuté. Mais aussi ceux de la Floride ont ils eu de l'heur en ce
qu'ils étoient en un païs doux, fertile, & plus ami de la santé humaine
que la Nouvelle-France Septentrionale, de laquelle nous avons parlé en
ce livre. Que s'ils ont eu de la famine, il y a eu de la grande faute de
leur part de n'avoir nullement cultivé la terre, laquelle ils avoient
trouvée découverte: Ce qui est un prealable de faire avant toute chose à
qui veut s'aller habituer si loin de secours. Mais les François, &
préque toutes les nations du jourd'hui (j'enten de ceux qui ne sont nais
au labourage) ont cette mauvaise nature, qu'ils estiment deroger
beaucoup à leur qualité de s'addonner a la culture de la terre, qui
neantmoins est à peu prés la seule vocation où reside l'innocence. Et de
là vient que chacun fuiant ce noble travail, exercice de noz premiers
peres, des Rois anciens, & des plus grands Capitaines du monde, &
cherchant de se faire Gentil-homme aux dépens d'autrui, ou voulant
apprendre tant seulement le metier de tromper les hommes, ou se gratter
au soleil, Dieu ôte sa benediction de nous, & nous bat aujourd'hui, &
dés long temps, en verge de fer, si bien que le peuple languit
miserablement souz son toict, & n'ose faire paroitre sa pauvreté.

[Illustration]



_Motif, & acceptation du voyage du sieur de Poutrincourt, ensemble de
l'Autheur, en la Nouvelle-France: Partement de la ville de Paris pour
aller à la Rochelle: Adieu à la France._

CHAP. IX

ENVIRON le temps du naufrage mentionné ci-dessus, le sieur de Monts
songeoit par deçà aux moyens de dresser nouvel équipage pour la
Nouvelle-France. Ce qui lui sembloit difficile tant pour les grans frais
que cela apportoit, que pour ce que cette province avoit été tellement
décriée à son retour, que ce sembloit étre chose vaine & infructueuse de
plus continuer ces voyages à l'avenir. Joint qu'il y avoit grande
occasion de croire qu'on ne trouveroit persone qui s'y voulût aller
hazarder. Neantmoins sachant le desir du sieur de Poutrincourt (auquel
auparavant il avoit fait partage de la terre, suivant le pouvoir que le
Roy luy avoit donné) qui étoit d'habiter pardelà, & y établir sa famille
& sa fortune, & le nom de Dieu tout ensemble; il lui écrivit, & envoya
homme exprés, pour lui faire ouverture du voyage qui se presentoit. Ce
que ledit sieur de Poutrincourt accepta quittant toutes affaires pource
sujet: quoy qu'il eût des procés de consequence, à la poursuite de
defense déquels sa presence étoit bien requise, & qu'à son premier
voyage il eût éprouvé la malice de certains qui le poursuivoient
rigoureusement absent, & devindrent souples & muets à son retour. Il ne
fut plutot rendu à Paris, qu'il fallut partir, sans avoir à-peine le
loisir de pourvoir à ce qui lui étoit necessaire. Et ayant eu l'honneur
de le conoitre quelques années auparavant, il me demanda si je voulois
étre de la partie. A quoy je demandai un jour de terme pour lui
repondre. Apres avoir bien consulté en moy-méme, desireux non tant de
voir le païs que de reconoitre la terre oculairement, à laquelle j'avoy
ma volonté portée, & fuir un monde corrompu, je lui donnay parole: étant
méme induit par quelque injustice qui m'avoit été peu au-paravant faite,
laquelle fut reparée à mon retour par Arret de la Cour, dont j'en ay
particulierement obligation à Monsieur Servin Advocat general du Roy,
auquel proprement appartient cet eloge attribué selon la lettre au plus
sage & plus magnifique de tous les Rois: TU AS AIMÉ JUSTICE ET AS EN
HAINE INIQUITÉ.

C'est ainsi que Dieu nous reveille quelquefois pour nous exciter à des
actions genereuses telles que ces voyages, léquelles (comme le monde est
divers) les uns blameront, les autres approuveront. Mais n'ayant à
repondre à personne en ce regard, je ne me soucie des discours que les
gens oisifs, ou ceux qui ne me peuvent ou veulent ayder, pourroient
faire, ayant mon contentement en moy-méme, & étant prét de rendre
service à Dieu & au Roy és terres d'outre mer qui porteront le nom de
France, si ma fortune, ou condition m'y pouvoit appeller pour y vivre en
repos par un travail agreable, & fuir la dure vie à laquelle je voy
pardeça la pluspart des hommes reduits.

Pour revenir donc au sieur de Poutrincourt comme il eut fait quelques
affaires, il s'informa en quelques Eglises s'il se pourroit point
trouver quelque Prétre qui eut du sçavoir pour le mener avec lui, &
soulager celui que le sieur de Monts y avoit laissé à son voyage, lequel
nous pensions étre encore vivant. Mais d'autant que c'étoit la semaine
sainte, temps auquel ilz sont occupés aux confessions, il ne s'en
presenta aucun, les uns s'excusans sur les incommoditez de la mer & du
long voyage, les autres remettans l'affaire apres Pasques. Occasion
qu'il n'y eut moyen d'en tirer quelqu'un hors de Paris, parce que le
temps pressoit, & la mer n'attend personne: par ainsi falloit partir.

Restoit de trouver les ouvriers necessaires au voyage de la
Nouvelle-France. A quoy fut pourvu en bref (car souz le nom de
Poutrincourt il se trouvoit plus de gens qu'on ne vouloit) pour fait de
leurs gages, & argent donné à chacun par avance d'iceux gages, & pour se
trouver à la Rochelle, où étoit le Rendez-vous, chez les sieurs Macquin
& Georges honorables marchants de ladite ville associez du sieur de
Monts, léquels fournissoient nôtre equipage.

Ce menu peuple étant parti, nous nous acheminames à Orleans trois ou
quatre jours aprés, qui fut le Vendredy saint, pour aller faire noz
Pasques en ladite ville d'Orleans, où chacun fist le devoir accoutumé à
tous bons Chrétiens de prendre le Viatique spirituel de la divine
Communion, mémement puis que nous allions en voyage.

Devant qu'arriver à la Rochelle, me tenant quelquefois à quartier de la
compagnie, il me print envie de mettre sur mes tablettes un adieu à la
France, lequel je fis imprimer en ladite ville de la Rochelle le
lendemain de nôtre arrivee, qui fut le troisiéme jour d'Avril mil six
cens six: & fut receu avec tant d'applaudissemens du peuple, que je ne
dedaigneray de le coucher ici.



ADIEU À LA FRANCE

ORES _que la saison du printemps nous invite_
_A seillonner le dos de la vague Amphitrite,_
_Et cinglez vers les lieux où Phoebus chaque jour_
_Va faire tout lassé son humide sejour,_
_Je veux ains que partir dire Adieu à la France_
_Celle qui m'a produit, & nourri dés l'enfance;_
_Adieu non pour toujours, mais bien souz cet espoir_
_Qu'encores quelque jour je la pourray revoir._

_Adieu donc douce mere, Adieu France amiable:_
_Adieu de tous humains le sejour delectable:_
_Adieu celle qui m'a en son ventre porté,_
_Et du fruit de son sein doucement alaité._
_Adieu, Muses aussi qui a vôtre cadence_
_Avez conduit mes pas dés mon adolescence:_

_Adieu riches palais, Adieu noble cités_
_Dont l'aspect a mes yeux mille fois contentés:_
_Adieu lambris doré, sainct temple de Justice,_
_Où Themis aux humains d'un penible exercice_
_Rend le Droit, & Python d'un parler eloquent,_
_Contre l'oppression defend l'homme innocent._
_Adieu tours & clochers dont les pointes cornues_
_Avoisinans les cieux s'elevent sur les nues:_
_Adieu prez emaillez d'un million de fleurs_
_Ravissans mes esprits de leurs soüaves odeurs:_
_Adieu belle forets, Adieu larges campagnes,_
_Adieu pareillement sourcilleuses montagnes:_
_Adieu côtaux vineux, & superbes chateaux:_
_Adieu l'honneur des champs, & gras troupeaux_
_Et vous, ô ruisselets, fontaines, & rivieres,_
_Qui m'avez delecté en cent mille manieres,_
_Et mille fois charmé au doux gazouillement_
_De vos bruyantes eaux, Adieu semblablement:_
_Nous allons recherchans dessus l'onde azurée_
_Les journaliers hazars du tempeteux Nerée,_
_Pour parvenir aux lieux où d'une ample moisson_
_Se presente aux Chrétiens une belle saison._

_O combien se prepare & d'honneur & de gloire,_
_Et sans cesse sera louable la memoire_
_A ceux-là qui poussez la sainte intention_
_Auront le bel objet de cette ambition!_
_Les peuples à jamais beniront l'entreprise_
_Des Autheurs d'un tel bien: & d'une plume apprise,_
_A graver dans l'airain de l'immortalité_
_J'en laisseray memoire à la posterité._

_Prelats que Christ a mis pasteurs de son Eglise_
_A qui partant il a sa parole commise,_
_A fin de l'annoncer par tout cet Univers,_
_Et à la loy ranger par elle les pervers,_
_Someillez vous, helas! Pourquoy de vôtre zele_
_Ne faites-vous paroitre une vive étincelle_
_Sur ces peuples errans qui sont proye à l'enfer,_
_Du sauvement déquels vous devriez triompher?_
_Pourquoy n'employez vous à ce saint ministere_
_Que vous employez seulement à vous plaire?_
_Cependant le troupeau que Christ a racheté_
_Accuse devant lui vôtre tardiveté._
_Quoy donc souffirez vous l'ordre du mariage_
_Sur vôtre ordre sacré avoir cet avantage_
_D'avoir eu devant vous le desir, le vouloir,_
_Le travail, & le soin de ce Chrétien devoir?_

DE MONTS _tu es celui de qui le haut courage_
_A tracé le chemin à un si grand ouvrage:_
_Et pource de ton nom malgré l'effort des ans_
_Le fueille verdoya d'un éternel printemps._
_Que si en ce devoir que j'ay des-ja tracé_
_Ambitieusement je ne suis devancé,_
_Je veux de ton merite exalter la louange_
_Sur l'Equille, & le Nil, & la Seine, & le Gange._
_Et faire l'Univers bruire de ton renom,_
_Si bien qu'en tout endroit on revere ton nom_
_Qu'a la suite de ce je ne couche en l'histoire_
_Celui duquel ayant conu la probité,_
_Les sens & la valeur & la fidelité,_
_Tu l'as digne trouvé à qui ta lieutenance_
_Fût surement commise en la Nouvelle-France._
_Pour te servir d'Hercule, & soulager le fais_
_Que te surchargeroit au dessein que tu fais._

POUTRINCOURT, _c'est donc toy qui a touché mon ame,_
_Et lui as inspiré une devote flamme_
_A celebrer ton lot, & faire par mes vers_
_Qu'à l'avenir ton nom vole par l'Univers:_
_Ta valeur dés long temps en la France conue_
_Cherche une nation aux hommes inconue_
_Pour la rendre sujette à l'empire François,_
_Et encore y assoir le thrône de noz Rois:_
_Ains plutot (car en toy la sagesse eternelle_
_A mis je ne sçay quoy digne d'une ame belle)_
_Le motif qui premier a suscité ton coeur_
_A si loin rechercher un immortel honneur,_
_Est le zele devoit & l'affection grande_
_De rendre à l'Eternel une agreable offrande,_
_Lui vouant toy, tes biens, ta vie, & tes enfans,_
_Que tu vas exposer à la merci des vents,_
_Et voguant incertain comme à un autre pole_
_Pour son nom exalter & sa sainte parole._

_Ainsi tous-deux portés de méme affection:_
_Ainsi l'un secondans l'autre en intention,_
_Heureux, vous acquerrés une immortele vie,_
_Que de felicité toujours sera suivie:_
_Vie non point semblable à celle de ces dieux_
_Que l'antique ignorante a feinte dans le cieux_
_Pour avoir (comme vous) reformé la nature,_
_Les moeurs & la raison des hommes sans culture,_
_Mais une vie où git cette felicité_
_Que les oracles saints de la Divinité_
_Ont liberalement promis aux saintes ames_
_Que le ciel a formé de ses plus pures flammes._
_Tel est vôtre destin & cependant ça bas_
_Vôtre nom glorieux ne craindra le trépas,_
_Et la posterité de vôtre gloire éprise,_
_Sera emeuë à suivre une méme entreprise,_
_Mais vous serés le centre où se rapportera_
_Ce que l'âge futur en vous suivant fera._

_Toy qui par la terreur de ta sainte parole_
_Regis à ton vouloir les postillons d'Æole,_
_Qui des flots irritez peux l'orgueil abbaisser,_
_Et les vallons des eaux en un moment hausser,_
_Grand Dieu sois nôtre guide en ce douteux voyage._
_Puis que tu nous y as enflammé le courage:_
_Lache de tes thresors un favorable vent_
_Qui pousse nôtre nef en peu d'heure du Ponant_
_Et fay que là poussions arriver par ta grace_
_Jetter le fondement d'une Chrétienne race._

   Pour m'egayer l'esprit ces vers je composois
   Au premier que je vi les murs des Rochelois



_Jonas nom de nôtre navire: Mer basse à la Rochelle cause de difficile
sortie: La Rochelle ville refermée: Menu peuple insolent: Croquans:
Accident de naufrage du Jonas: Nouvel equippage: Faibles soldats ne
doivent estre mis aux frontieres: Ministres prient pour la conversion
des Sauvages: Pue de zele des nôtres: Eucharistie portée par les anciens
Chrétiens en voyage: Diligence de Poutrincourt sur le point de
l'embarquement._

CHAP. X

ARRIVEZ que nous fumes à la Rochelle nous y trouvames les Sieurs de
Monts & de Poutrincourt qui y étoient venu en poste, & nôtre navire
appellé LE JONAS du port de cent cinquante tonneaux, prét à sortir hors
les chaines de la ville pour attendre le vent. Cependant nus faisions
bonne chere, voire si bonne, qu'il nous tardoit que ne fussions sur mer
pour faire diete. Ce que ne fimes que trop quand nous y fumes une fois:
car deux mois se passerent avant que nous vissions terre, comme nous
dirons tantot. Mais les ouvriers parmi la bonne chere (car ils avoient
chacun vint sols par jour) faisoient de merveilleux tintamarres au
quartier de Saint Nicolas, où ils étoient logez. Ce qu'on trouvoit fort
étrange en une ville si reformée que la Rochelle, en laquelle ne se fait
aucune dissolution apparente, & faut que chacun marche l'oeil droit s'il
ne veut encourir la censure soit du Maire, soit des Ministres de la
ville. De fait il y en eut quelques uns prisonniers, léquels on garda à
l'hôtel de ville jusques à ce qu'il fallut partir; & eussent eté chatiez
sans la consideration du voyage, auquel on sçavoit bien qu'ils
n'auroient pas toutes leurs aises: car ilz payerent assez par apres la
folle enchere de la peint qu'ils avoient baillée aux sieurs Macquin &
Georges bourgeois de ladite ville, pour les tenir en devoir. Je ne les
veux toutefois mettre tous en ce rang, d'autant qu'il y en avoit
quelques uns respectueux & modestes. Mais je puis dire que c'est un
étrange animal qu'un menu peuple. Et me souvient à ce propos de la
guerre des Croquans, entre léquels je me suis trouvé une fois étant en
Querci. C'étoit la chose la plus bigearre du bonde que cette confusion
de porteurs de sabots, d'où ils avoient pris le noms de Croquans, par ce
que leurs sabots clouez devant & derriere faisoient Croc à chaque pas.
Cette sorte de gens confuse n'entendoit ni rime, ni raison, chacun y
étoit maitre, armés les uns d'une serpe au bout d'un baton, les autres
de quelque epée enrouillée, & ainsi consequemment.

Nôtre Jonas ayant sa charge entiere, est en fin tiré hors la ville à la
rade, & pensions partir le huitiéme ou neufiéme d'Avril. Le Capitaine
Foulques s'étoit chargé de la conduite du voyage. Mais comme il y a
ordinairement de la negligence aux affaires des hommes, avint que ce
Capitaine (homme neantmoins que j'ay reconu fort vigilant à la mer)
ayant laissé le navire mal garni d'hommes, n'y étant pas lui-méme, ni le
Pilote, ains seulement six ou sept matelots tant bons que mauvais, un
grand vent de Suest s'éleve la nuit, qui romp le cable du Jonas retenu
d'une ancre tant seulement, & le chasse contre un avant-mur qui est hors
la ville adossant la tour de la chaine, contre lequel il choque tant de
fois qu'il se creve & coule à fonds. Et bien vint que la mer pour lors
se retiroit. Car si ce desastre fût arrivé du flot, le navire étoit en
danger d'étre renversé, avec un perte beaucoup plus grande qu'elle ne
fut, mais il se soutint debout, & y eut moyen de le radouber: ce qui fut
fait en diligence. On avertit nos ouvriers de venir ayder à cette
necessité, soit à tirer à la pompe, ou pousser au capestan, ou à autre
chose, mais il y en eut peu qui se missent en devoir, & s'en rioient la
pluspart. Quelques uns s'étans acheminez jusques là parmi la vaze, s'en
retournerent, se plaignans qu'on leur avoit jetté de l'eau, ne
condiderans pas qu'ilz s'étoient mis du côté par où sortoit l'eau de la
pompe que le vent éparpillait sur eux. J'y allay avec le sieur de
Poutrincourt & quelques autres de bonne volonté, où nous ne fumes
inutiles. A ce spectacle étoit préque toute la ville de la Rochelle sur
le rempar. La mer étoit encore irritée, & pensames aller choquer
plusieurs fois contre les grosses tours de la ville. En fin nous
entrames dedans bagues sauves. Le vaisseau fut vuidé entierement, &
fallut faire nouvel equippage. La perte fut grande & les voyages préque
rompus pour jamais. Car aprés tant de coups d'essais, je croy qu'à
l'avenir nul se fût hazardé d'aller planter des colonies pardela: ce
païs étant tellement décrié, que chacun nous plaignoit sur les accidens
de ceux qui y avoient eté par le passé. Neantmoins le sieur de Monts et
ses associez soutindrent virilement cette perte. Et faut que je die en
cette occurence, que si jamais ce païs là est habité de Chrétiens &
peuples civilisés, c'est (aprés ce qui est deu au Roy) aux autheurs de
ce voyage qu'en appartiendra à juste tiltre la premiere louange.

Cet esclandre nous retarda de plus d'un mois, qui fut employé tant à
décharger qu'à recharger nôtre navire. Pendant ce temps nous allions
quelquefois proumener és voisinages de la ville, & particulierement aux
Cordeliers, qui n'en sont qu'a demie lieuë, là où étant un jour au
sermon par un Dimanche, je m'émerveillay comme en ces places frontieres
on ne mettoit meilleure garnison, ayans de si forts ennemis aupres
d'eux. Et puis que j'entreprens une histoire narrative des choses en la
façon qu'elles se sont passées, je diray que ce nous est chose honteuse
que les Ministres de la Rochelle priassent Dieu chaque jour en leurs
assemblées pour la conversion des pauvres peuples Sauvages, & méme pour
nôtre conduite, & que nos Ecclesiastiques ne fissent pas le semblable.
De verité nous n'avions prié ni les une ni les autres de ce faire, mais
en cela se reconoit le zele d'un chacun. En fin peu auparavant nôtre
depart il me souvient de demander sieur Curé ou Vicaire de l'Eglise de
la Rochelle s'il se pourroit point trouver quelque sien confrere qui
voulût benir avec nous: ce que j'esperoy se pouvoir aisément faire,
pource qu'ils étoient là en assez bon nombre, & joint qu'étans en une
ville maritime, je cuidoy qu'ilz prinssent plaisir de voguer sur les
flots: mais je ne peu rien obtenir: Et me fut dit pour excuse qu'il
faudroit des gens qui fussent poussez de grand zele & pieté pour aller
en tels voyages: & seroit bon de s'addresser aux Peres Jesuites. Ce que
nous ne pouvions faire alors, nôtre vaisseau ayant préque sa charge. A
propos dequoy il me souvient avoir plusieurs fois ouï dire au sieur de
Poutrincourt qu'aprés son premier voyage étant en Court, un Jesuite de
Court lui demande qu se pourroit esperer de la conversion des peuples de
la Nouvelle-France, & s'ils étoient en grand nombre. A quoy il répondit
qu'il y avoit moyen d'acquerir cent mille ames à Jesus-Christ, mettant
un nombre certain pour un incertain. Ce bon Pere faisant peu de cas de
ce nombre, dit là dessus par admiration, N'y a il que cela! comme si ce
n'était pas un sujet assez grand pour employer un homme. Certes quand il
n'y en auroit que la centiéme partie, voire encore moins, on ne devroit
la laisser perdre. Le bon Pasteur ayant d'étre cent brebis une égarée,
lairra les nonante-neuf pour aller chercher la centiéme. On nous
enseigne (& je le croy ainsi) que quant il n'y eût eu qu'un homme à
sauver, nôtre Seigneur Jesus-Christ n'eût dedaigné de venir pour lui,
comme il a fait pour tout le monde. Ainsi ne faut faire si peu de cas de
ces pauvres peuples, quoy qu'ilz ne fourmillent en nombre comme dans
Paris, ou Constantinople.

Voyant que je n'avoy rien avancé à demander un homme d'Eglise pour nous
administrer les Sacremens, soit durant nôtre route, soit sur la terre:
il me vint en memoire l'ancienne coutume des Chrétiens, léquels allans
en voyage portoient avec eux le sacré pain de l'Eucharistie & ce
faisoient-ils pour ce qu'en tous lieux ilz ne rencontroient point des
Prétres pour leur administrer ce Sacrement, le monde étant lors encore
plein de paganisme, ou d'heresies. Si bien que nom mal à propos il étoit
appelé Viatic, lequel ilz portoient avec eux allans par voyes: &
neantmoins je suis d'accord que cela s'entend spirituelement. Et
considerant que nous pourrions étre reduits à cette necessité, n'y étant
demeuré qu'un Prétre en la demeure de la Nouvelle-France (lequel on nous
dit étre mort quand nous arrivames là) je demanday si on nous voudroit
faire de méme qu'aux anciens Chrétiens, léquels n'étoient moins sages
que nous. On me dit que cela se faisoit en ce temps-là pour des
considerations qui ne sont plus aujourd'hui. Je remontray que le frere
de saint Ambroise _Satyrus_ allant en voyage sur mer se servoit de cette
medecine spirituelle (ainsi que nous lisons en sa harangue funebre faite
par ledit Saint Ambroise) laquelle il portoit _in orario_, ce que je
prens pour un linge, ou taffetas: & bien lui en print: car ayant fait
naufrage il se sauva sur un ais du bris de son vaisseau. Mais en ceci je
fus éconduit comme au reste. Ce qui me donna sujet d'étonnement: & me
sembloit chose bien rigoureuse d'étre en pire condition que les premiers
Chrétiens: Car l'Eucharistie n'est pas aujourd'hui autre chose qu'elle
étoit alors: & s'ilz la tenoient precieuse, nous ne la demandions pas
pour en faire moins de compte.

Revenons à nôtre Jonas. Le voila chargé & mis à la rade hors de la
ville: il ne reste plus que le temps & la marée à point: c'est le plus
difficile de l'oeuvre. Car és lieux où il n'y a gueres de fonds, comme à
la Rochelle, il faut attendre les hautes marées de pleine & nouvelle
lune, & lors paraventure n'aura-on pas vent à propos, & faudra remettre
la partie à quinzaine. Cependant la saison se passe, & l'occasion de
faire voyage: ainsi qu'il nous pensa arriver. Car nous vimes l'heure
qu'aprés tant de fatigues & de dépenses nous étions demeurez faute de
vent, & pource que la lune venoit en decours, & consequemment la marée,
le capitaine Foulques sembloit ne se point affectionner à sa charge, &
ne demeuroit point au navire, & disoit-on qu'il étoit secretement
sollicité des marchans autres que de la societé du sieur de Monts, de
faire rompre le voyage: & paraventure n'étoit-il encore d'accord avec
ceus qui le mettoient en oeuvre. Quoy voyant ledit sieur de
Poutrincourt, il fit la charge de Capitaine de navire, & s'y en alla
coucher l'espace de cinq ou six jours pour sortir au premier vent, & ne
laisser perdre l'occasion. En fin à toute force l'onziéme de May mille
six cens six à la faveur d'un petit vent d'Est il gaigna la mer, & fit
conduire nôtre Jonas à la Palisse, & le lendemain douziéme revint à
Chef-de-bois (qui sont les endroits où les navires se mettent à l'abri
des vents) là où l'espoir de la Nouvelle-France s'assembla. Je di
l'espoir, pour ce que de ce voyage dependoit l'entretenement, ou la
rupture de l'entreprise.

[Illustration: Neptune]



_Partement de la Rochelle: Rencontre divers de navires & Forbans: Mer
tempestueuse à l'endroit des Essores, & pourquoy: Vent d'Ouest pourquoy
frequent en la mer du Ponant: D'où viennent les vents: Marsoin
prognostiques de tempétes: Façons de les prendre: Tempétes: Effets
d'icelles: Calmes: Grains de vent que c'est: comme il se forme: ses
effects: Asseurance de Matelots: Reverence comme se rend au navire
Royal: Supputation de voyage: Mer chaude, puis froide: Raison de ce: &
des Bancs de glaces en la Terre-neuve_.

CHAP. XI

LE Samedi veille de Pentecôte treziéme de May nous levames les ancres &
fimes voiles en pleine mer tant que peu à peu nous perdimes de veue les
grosses tours & la ville de la Rochelle, puis les iles de Rez &
d'Oleron, disans Adieu à la France. C'étoit une chose apprehensive à
ceux qui n'avoient accoustumé une telle danse, de se voir portez sur un
elements si peu solide, & étre à tout moment (comme on dit) à deux doitz
de la mort. Nous n'eumes fait long voyage que plusieurs firent le devoir
de rendre le tribut à Neptune. Ce-pendant nous allions toujours avant, &
n'étoit plus question de reculer en arriere depuis que la planche fut
levée. Le seziéme jour de May nous eumes en rencontre treze navires
Flamendes allans en Hespagne, qui s'enquirent de nôtre voyage, &
passerent outre. Depuis ce temps nous fumes un mois entier sans voir
autre chose que ciel & eau hors nôtre ville flotante, sinon un navire
environ l'endroit des Essores (ou Açores) bien garni de gens mélez de
Flamens & Anglois. Ilz nous vindrent couper chemin, & joindre d'assez
prés. Et selon la coutume nous leur demandames d'où étoit le navire. Ilz
nous dirent qu'ils étoient Terre-neuviers, c'est à dire qu'ils alloient
à la pecherie des Morues aux Terres-neuves, & demanderent si nous
voulions qu'ilz vinssent avec nous de Compagnie: dequoy nous les
remerciames. Là dessus ilz beurent à nous & nous à eux, & prindrent une
autre route. Mais aprés avoir consideré leur vaisseau, qui étoit tout
chargé de mousse verte par le ventre & les côtez: nous jugeames que
c'étoient des Forbans, & qu'il y avoit long temps qu'ilz battoient la
mer en esperance de faire quelque prise. Ce fut lors plus que devant que
nous commencames à voir sauter les moutons de Neptune (ainsi appelle-on
les flots blanchissans quand la mer se veut emouvoir) & ressentir les
rudes estocades de son Trident. Car ordinairement la mer est tempetueuse
en l'endroit que j'ay dit. Que si on m'en demande la cause, je diray que
j'estime cela provenir de certain conflit des vents Orientaux &
occidentaux qui se rencontrent en cette partie de la mer, &
principalement en Eté quand ceux d'Oest s'elevent, & d'une grande force
penetrent un grand espace de mer jusques à ce qu'ilz trouvent les vents
de deçà qui leur font resistance: & à ces rencontres il fait mauvais se
trouver. Or cette raison me semble d'autant plus probable, que jusques
environ les Essores nous avions eu vent assés à propos, & depuis préque
toujours vent debout, ou Suroest, ou Noroest, peu de Nort & du Su, qui
ne nous étoient que bons pour aller à la bouline. De vent d'Est rien du
tout, sinon une ou deux fois, lequel ne nous dura pour en faire cas. Il
es bien certain que les vents d'Oest regnent fort au long & au large de
cette mer, soit par une certaine repercussion du vent Oriental qui est
rapide souz la ligne æquinoctiale, duquel nous avons parlé ci-dessus; ou
par ce que cette terre Occidentale étant grande, le vent aussi qui en
sort abonde davantage. Ce qui arrive principalement en été quant le
soleil a la force d'attirer les vapeurs de la terre. Car les vents en
viennent & volontiers sortent des baumes & cavernes d'icelle. Et pource
les Poëtes feignent qu'Æole les tient en des prisons d'où il les tire, &
les fait marcher en campagne quand il lui plait. Mais l'esprit de Dieu
nous le confirme encore mieux, quant il dit par la bouche du Prophete,
que Dieu tout puissant entre autres merveilles tire les vents de ses
thresors, qui sont ces cavernes dont je parle. Car le mot de thresor
signifie en Hebrieu lieu secret & caché.

_Des recoins de la terre, où ses limites sont,_
_Les pesantes vapeurs il souleve en amont,_
_Il change les eclairs en pluvieux ravages,_
_Tirant de ses thresors les vents & les orages._

Et sur cette consideration Christophe Colomb Genois premier navigateur
en ces derniers siecles aux iles de l'Amerique, jugea qu'il y avoit
quelque que grande terre en l'Occident, s'estant pris garde en allant
sur mer qu'il y en venoit des vents continuels.

Poursuivans donc nôtre route nous eumes quelques autres tempétes &
difficultés causées par les vents que nous avions préque toujours
contraires pour estre partis trop tard: Mais ceux qui partent en Mars
ont ordinairement bon temps, pour ce qu'alors sont en vogue les vents
d'Est, & Nordest, & Nort, propres à ces voyages. Or ces tempétes bien
souvent nous étoient présagées par les Marsoins qui environnoient nôtre
vaisseau par milliers se jouans d'une façon fort plaisante. Il y en eut
quelques uns à qui mal print de s'étre trop approchés. Car il y avoit
des gens au guet souz le Beau-pré (à la proue du navire) avec des
harpons en main qui les dardoient quelquefois, & les faisoient venir à
bord à l'aide des autres matelots, léquels avec des gaffes les tiroient
en haut. Nous en avons pris plusieurs de cette façon allant & venant,
qui ne nous ont point fait de mal. Cet animal a deux doits de lart sur
le dos tout au plus. Quand il étoit fendu nous lavions noz mais en son
sang tout chaud, ce qu'on disoit étre bon à conforter les nerfs. Il a
merveilleuse quantité de dents le long du museau, & pense qu'il tient
bien ce qu'il attrape une fois.

[La page 520 du document de reference, qui devrait se trouver ici est
remplacée par une reproduction de la page 500. La page suivante est la
page 521.]

vaisseau pour soutenir les vagues. Quelquefois aussi nous avions des
calmes bien importuns durant léquels on se baignoit en la mer, on
dansoit sur le tillac on grimpoit à la hune, nous chantions en Musique.
Puis quand on voyoit sortir de dessouz l'orizon un petit nuage, c'étoit
lors qu'il falloit quitte ces exercices, & se prendre garde d'un grain
de vent enveloppé là dedans, lequel se desserrant, grondant, ronflant,
sifflant, bruiant, tempetant, bourdonnant, étoit capable de renverser
nôtre vaisseau c'en dessus dessous, s'il n'y eût eu des gens préts à
executer ce que le maitre du navire (qui étoit le Capitaine Foulques
homme fort vigilant) leur commandoit. Or ces grains de vents léquels
autrement on appelle orages, il n'y a danger de dire comme ilz se
forment, & d'où ilz prennent origine. Pline en parle en son Histoire
naturele, & dit en somme que ce sont exhalations & vapeurs légeres
elevées dela terre jusques à la froide region de l'air: & ne pouvans
passer outre, ains plutot contraintes de retourner en arriere elles
rencontrent quelquefois des exhalations sulfurées & ignées, qui les
environnent & resserrent de si prés, qu'il en furvient un grand combat,
émotion & agitation entre le chaud sulfureux & l'aëreux humide, lequel
forcé par son plus fort ennemi, de fuir; il s'élargit, se fait faire
jour, & siffle, bruit, tempéte, bref se fait vent, lequel est grand, ou
petit, selon que l'exhalaison sulfurée qui l'enveloppe se romp & lui
fait ouverture, tantot tout à coup, ainsi que nous avons posé le fait ci
dessus, tantot avec plus de temps, selon la quantité de la matiere de
laquelle est composée, & selon que plus ou moins elle est agitée par
contraires qualitez.

Mais je ne puis laisser en arriere l'asseurance merveilleuse qu'ont les
bons matelots en ces conflicts de vents, orages & tempétes, lors qu'un
navire étant porté sur des montagnes d'eaux, & de la glisse comme aux
profonds abymes du monde, ilz grimpent parmi les cordages non seulement
à la hune, & au bout du grand mast, mais aussi sans degrez, eu sommet
d'un autre mast qui est enté sur le premier, soutenus seulement de la
force de leurs bras & piés entortillés à-l'entour des plus hauts
cordages. Voire je diray plus, qu'en ce grand branlement s'il arrive que
la grand voile (qu'ils appellent Phaphil, ou Papefust) soit denoué par
les extremitez d'enhaut, le premier à qui il sera commandé se mettra à
chevalon sur la Vergue (c'est l'arbre qui traverse le grand mast) & avec
un marteau à sa ceinture & demi douzaine de clous à la bouche ira
r'attacher au peril de mille vies ce qui étoit decousu. J'ay autrefois
ouï faire grand cas de la hardiesse d'un Suisse, qui (apres le siege de
Laon, & la ville rendue à l'obeissance du Roy) grimpa, & se mie à
chevalon sur le travers de la Croix du clocher de l'Eglise nôtre Dame
dudit lieu, & y fit l'arbre fourchu, les piés en haut: qui fut une
action bien hardie: On en dit autant d'un qui une fois l'an fait le méme
sur la pointe du clocher de Strasbourg, qui est encore plus haut que
celuy de Laon: mais cela ne me semble rien au pris de ceci, étant ledit
Suisse & l'autre, sur un corps solide & sans mouvement; & cetui-ci (au
contraire), pendant sur une mer agitée de vents impetueux, comme nous
avons quelquefois veu.

Depuis que nous eumes quitté ces Froans, déquels nous avons parlé
ci-dessus, nous fumes jusques au six huitiéme de Juin agitez de vents
divers & préque tous contraires sans rien découvrir qu'un navire fort
éloigné, lequel nous n'abordames, & neantmoins cela nous consoloit. Et
ledit jour nous rencontrames un navire de Honfleur ou commandoit le
Capitaine la Roche allant aux Terres-neuves, lequel n'avoit eu sur mer
meilleure fortune que nous. C'est la coutume en mer que quand quelque
navire particulier rencontre un navire Royal (comme étoit le nôtre) de
se mettre au dessouz du vent, & se presenter non point côte à côte, mais
en biaisant: méme d'abattre son enseigne: ainsi que fit ce Capitaine la
Roche, hors-mis l'enseigne qu'il n'avoit point non plus que nous: n'en
étant besoin en si grand voyage sinon quand on approche la terre, ou
quand il se faut battre. Noz mariniers firent alors leur estime sur la
route que nous avions faite. Car en tout navire les Maitre Pilotes, &
Contremaitre, font registre chaque jour des routes, & airs de vents
qu'ils ont suivi, par combien d'heures, & l'estimation des lieuës. Ledit
la Roche donc estimoit étre par les quarante-cinq degrés & à cent lieuës
du Banc: Nôtre Pilote nommé Maitre Olivier Fleuriot de Saint-Malo, par
sa supputation disoit que nous n'en étions qu'à soixante lieuës: & le
Capitaine Foulques à six vints & je croy qu'il jugeoit le mieux. Nous
eumes beaucoup de contentement de ce rencontre, & primmes bon courage
puis que nous commencions à rencontrer des vaisseaux, nous étant avis
que nous entrions en lieu de conoissance.

Mais il faut remarquer une chose en passant que j'ay trouvée admirable,
& où il y a à philosopher. Car environ cedit jour dix-huitiéme de Juin
nous trouvames l'eau de la mer l'espace de trois jours fort tiede, & en
étoit nôtre vin de méme au fond du navire, sans que l'air fut plus
échauffé qu'auparavant. Et le vint-uniéme dudit mois tout au rebours
nous fumes deux ou trois jours tant environnez de brouillas & froidures,
que nous pensions étre au mois de Janvier: & étoit l'eau de la mer
extremement froide. Ce qui nous dura jusques à ce que nous vimmes sur le
Banc, pour le regard desdits brouillas qui nous causoient cette froidure
au dehors. Quand je recherche la cause de cette antiperistase, je
l'attribue aux glaces du Nort qui se dechargent sur la côte & la mer
voisine de la Terre-neuve, & de Labrador, léquelles nous avons dit
ailleurs étre là portées par le mouvement naturel de la mer, lequel se
fait plus grand là qu'ailleurs, à cause du grand espace qu'elle a à
courir comme dans un golfe au profond de l'Amerique, où la nature & lit
de la terre universele la Porte aisément. Or ces glaces (qui quelquefois
se voient en bancs longs de huit, ou dix lieuës, & hautes comme monts &
côtaus, & trois fois autant profondes dans les eaux) tenans comme un
empire en cette mer, chassent loin d'elles ce qui est contraire à leur
froideur, & consequemment font reserrer pardeça ce peu que l'esté peut
apporter de doux temperament en la partie où elles se viennent camper.
Sans toutefois que je vueille nier que cette region là en méme parallele
ne soit quelque peu plus froide que celles de nôtre Europe, pour les
raisons que nous dirons ci-aprés, quand nous parlerons de la tardiveté
des saisons. Telle est mon opinion: n'empechant qu'un autre ne dise la
sienne. Et de cette chose memoratif, j'y voulu prendre garde au retour
de la Nouvelle-France, & trouvay là méme tiedeur d'eau (ou peu s'en
falloit) quoy qu'au mois de Septembre, à cinq ou six journées au deça
dudit Banc duquel nous allons parler.



_Du grand Banc des Morues: Arrivée audit Banc. Description d'icelui:
Pécheries de Morues & d'oiseaux: Gourmandise des Happe-foyes: Perils
divers: Faveurs de Dieu: Causes des frequentes & longues brumes en la
mer Occidentale: Avertissement de la terre: Venuë d'icelle: Odeurs
merveilleuses: Abord de deux chaloupes: Descente au port du Mouton:
Arrivée au Port Royal: De deux François y demeurez seuls parmi les
Sauvages._

CHAP. XII

DEVANT que parvenir au Banc duquel nous avons parlé ci-dessus, qui est
le grand Banc où se fait la pescherie des Morues vertes (ainsi les
appelle-on, quand elles ne sont seches: car pour les secher il faut
aller à terre) les Mariniers, outre la supputation qu'ilz font de leurs
routes, ont des avertissemens qu'ils en approchent, par les oiseaux,
tout ainsi qu'on fait en revenant en France, quand on en est à quelques
cent ou six vintz lieuës prés. De ces oiseaux les plus frequens vers
ledit Banc sont des Godes, Fouquets, & autres qu'on appelle Happe-foyes,
pur la raison que nous dirons tantot. Quand donc on eut reconu de ces
oiseaux qui n'étoient pas semblables à ceux que nous avions veu au
milieu de la pleine mer, on jugea que nous n'étions pas loin d'icelui
Banc. Ce qui occasionna de jetter la sonde par un Jeudi vint-deuxiéme de
Juin, & lors ne fut trouvé fond. Mais le méme jour sur le soir on la
jetta derechef avec meilleur succés. Car on trouva font à trente six
brasses. Je ne sçaurois exprimer la joye que nous eumes de nous voir là
où nous avions tant desiré d'étre parvenus. Il n'y avoit plus de
malades, chacun sautoit de liesse, & nous sembloit étre en nôtre païs,
quoy que ne fussions qu'à moitié de nôtre voyage, du moins pour le temps
que nous y employames devant qu'arriver au Port Royal, où nous tendions.

Ici devant que passer outre je veux éclaircir ce mot de Banc: qui
paraventure tient quelqu'un en peine de sçavoir que c'est. On appelle
Bancs quelquefois un font areneux où n'y a gueres d'eau, ou qui asseche
de basse mer. Et tels endroits sont funestes aux navires qui les
rencontrent. Mais le Banc duquel nous parlons ce sont montagnes assises
sur le profond des abymes s'élevent jusques à trente, trente-six, &
quarante brasses prés de le surface de la mer. Ce banc on le tient de
deux cens lieuës de long, & dix-huit, vint, & vint quatre de large:
passé lequel on ne trouve plus de font non plus que pardeça, jusques à
ce qu'on aborde la terre. Là dessus les navires étans arrivés, on plie
les voiles, & fait-on la pécherie de la Morue verte, comme j'ay dit, de
laquelle nous parlerons au dernier livre. Pour le contentement de mon
lecteur je l'ay figuré en ma Charte geographique de la Terre-neuve avec
des points, qui est tout ce qu'on peut faire pour le representer. Au
milieu du lac de Neuf-chastel en Suisse se rencontre chose semblable.
Car les pécheurs y pechent à six brasses de profond, & hors de là ne
trouvent point de fond. Plus loin que le grand banc des morues s'en
trouve d'autres, ainsi que j'ay remarqué en ladite charte, sur léquels
on ne laisse de faire bonne pécherie: & plusieurs y vont qui sçavent les
endroits. Lors que nous partimes de la Rochelle il y avoit comme une
foret de navires à Chef-de-bois (d'où aussi ce lieu a pris son nom) que
s'en allerent en ce païs là tout d'une volte, nous ayans devancé de deux
jours.

Aprés avoir reconu le Banc nous nous remimes à la voile & fimes porter
toute la nuit, suivans toujours nôtre route à l'Oest. Mais le point du
jour venu qui étoit la veille saint Baptiste, à bon jour bonne oeuvre,
ayans mis les voiles bas, nous passames la journée à la pécherie des
Morues avec mille rejouissances & contentemens, à cause des viandes
freches que nous eumes tant qu'il nous pleut, aprés les avoir long temps
desirées. Parmi la pecherie nous eumes aussi le plaisir de voir prendre
de ces oiseaux que les mariniers appellent Happe-foyes, à cause de leur
aviduité à recuillir les foyes des Morues que l'on jette en mer, aprés
qu'on leur a ouvert le ventre, déquels ilz sont si frians, que quoy
qu'ils voient une grande perche ou gaffe dessus leur téte préte à les
assommer ilz se hazardent d'approcher du vaisseau pour en attraper à
quelque pris que ce soit. Et à cela passoient leur temps ceux qui
n'étoient occupés à ladite pecherie: & firent tant par leur industrie &
diligence, que nous en eumes environ une trentaine. Mais en cette action
un de noz charpentiers de navire se laissa tomber dans la mer: & bien
vint que le navire ne derivoit gueres. Ce qui lui donna moyen de se
sauver & gaigner le gouvernail, par où on le tira en haut, & au bout fut
chatié de sa faute par le Capitaine Foulques.

En cette pecherie nous prenions aussi quelquefois des chiens de mer; les
peaux déquelz noz Menuisiers gardoient soigneusement pour addoucir leurs
bois de menuiserie: item des Merlus qui sont meilleurs que les Morues: &
quelquefois des Bars: laquelle diversité augmentoit nôtre contentement.
Ceux qui ne tendoient ni aux morues ni aux oiseaux, passoient le temps à
recuillir les coeurs, tripes, & parties interieures plus delicates
dédites Morues qu'ilz mettoient en hachis avec du lart, des epices & de
la chair d'icelles Moruës, dont ilz faisoient d'aussi bons cervelats
qu'on sçauroit dans Paris. Et en mangeames de fort bon appetit.

Sur le soir nous appareillames pour nôtre route poursuivre, aprés avoir
fait bourdonner noz canons tant à-cause de la féte de saint Jean, que
pour l'amour du Sieur de Poutrincourt qui porte le nom de ce sainct. Le
lendemain quelques uns des nôtres nous dirent qu'ils avoient veu un banc
de glaces. Et là dessus nous fut recité que l'an precedent un navire
Olonois s'étoit perdu pour en étre approché trop prés, & que deux hommes
s'étans sauvez sur les glaces avoient en ce bon heur qu'un autre navire
passant les avoit recuillis.

Faut remarquer que depuis le dix-huitiéme de Juin jusques à nôtre
arrivée au Port Royal nous avons trouvé temps tout divers de celui que
nous avions eu auparavant. Car (comme nous avons dit ci-dessus) nous
eumes des froidures & brouillas (ou brumes) devant qu'arriver au Banc
(où nous fumes de beau soleil) mais le lendemain nous retournames aux
brumes, léquelles nous voyions venir de loin nous envelopper & tenir
prisonniers ordinairement trois jours durant pour deux jours de beau
temps qu'elles nous permettoient. Ce qui étoit toujours accompagné de
froidures par l'absence du soleil. Voire méme en diverses saisons nous
nous sommes veus huit jours continuels en brumes épesses par deux fois
sans apparence du soleil que bien peu, comme nous reciterons ci-aprés.
Et de tels effects j'ameneray une raison qui me semble probable. Comme
nous voyons que le feu attire l'humidité d'un linge mouillé qui lui est
opposé, ainsi le soleil attire des humiditez & vapeurs de la terre & de
la mer. Mais pour la resolution d'icelles il a ici une vertu, & par de
la une autre, selon les accidens & circonstances qui se presentent. Es
païs de deça il nous enleve seulement les vapeurs de la terre & de noz
rivieres, léquelles étans pesantes & grossieres, & tenans moins de
l'element humide, nous causent un air chaud: & la terre dépouillée de
ces vapeurs en est plus chaude & plus roties. De là vient que cesdites
vapeurs ayans la terre d'une part & le soleil de l'autre qui les
échauffent, elles se resoudent aisément, & ne demeurent guere en l'air,
si ce n'est en hiver, quand la terre est refroidie, & le soleil au-dela
de la ligne equinoctiale éloignée de nous. De cette raison vient aussi
la cause pourquoy en la mer de France les brumes ne sont si frequentes
ne si longues qu'en la Terre-neuve, par-ce que le soleil passant de son
Orient par dessus les terres, cette mer à la venue d'icelui ne reçoit
quasi que des vapeurs terrestres, & par un long espace il ne conserve
cette vertu de bien-tôt resoudre les exhalations qu'il a attirées à soy,
Mais quand il vient au milieu de la mer Oceane, & à ladite Terre-neuve,
ayant elevé & attiré à soy en un si long voyage une grande abondance de
vapeurs de toutes cette plaine humide, il ne les resout pas aisément,
tant pource que ces vapeurs sont froides d'elles-mémes & de leur nature,
que pource que le dessouz sympathize avec elle & les conserve, & ne sont
point les rayons du soleil secondés à la resolution d'icelles, comme ilz
sont sur la terre. Ce qui se reconoit méme en la terre de ce païs-là:
laquelle encores qu'elle ne soit gueres échauffée, à-cause de
l'abondance des bois, toutefois elle aide à dissiper les brumes &
brouillas qui y sont ordinairement au matin durant l'été, mais non pas
comme à la mer, car étans élevées apres la minuit sur les huit heures
elles commencent à s'évanouir, & lui servent de rousée.

J'espere que ces petites digressions ne seront desagreables au Lecteur,
puis qu'elles viennent à nôtre propos. Le vint-huitiéme de Juin nous
nous trouvames sur un Banquereau (autre que le grand Banc duquel nous
avons parlé) à quarante brasses: & le lendemain un de noz matelots tomba
de nuit en la mer, & étoit fait de lui s'il n'eut rencontré un cordage
pendant en l'eau. De là en avant nus commençames à avoir des
avertissemens de la terre (c'étoit la Terre-neuve) par des herbes,
mousses, fleurs, & bois que nous rencontrions toujours plus abondamment
plus nous en approchions. Le quatriéme de Juillet noz matelots qui
étoient du dernier quart apperceurent dés le grand matin les iles saint
Pierre, chacun étant encore au lit. Et le Vendredi septiéme dudit mois
nous découvrimes à estribort une côte de terre relevée longue à perte de
veuë, qui nous remplit de rejouissance plus qu'auparavant. En quoy nous
eumes une grande faveur de Dieu d'avoir fait cette découverte de beau
temps. Et étans encore loin les plus hardis montoient à la hune pour
mieux voir tant nous étions tous desireux de cette terre vraye
habitation de l'homme. Le sieur de Poutrincourt y monta & moy aussi, ce
que n'avions onques fait. Nos chiens mettoient le museau hors le bord
pour mieux flairer l'air terrestre, & ne se pouvoient tenir de témoigner
par leurs gestes l'aise qu'ils avoient. Nous en approchames à une lieuë
prés & (voiles bas) fimes pecherie de morues celle qu'avions faite au
banc commençant à faillir. Ceux qui pararavant nous avoient fait des
voyages pardela jugerent que nous étions au Cap Breton. La nuit venant
nous dressames le Cap à la mer: Et le lendemain huitiéme dudit mois,
comme nous approchions de la Baye de _Campseau_ vindrent les brumes sur
le vépre, qui durerent huit jours entiers, pendant léquelz nous nous
soutimme en mer louvians toujours, sans avancer, contrariés des vents
d'Oest & Surouest. Pendant ces huit jours, qui furent d'un Samedi à un
autre Dieu (qui a toujours conduit ces voyages, auquels ne s'est perdu
un seul homme par mer) nous fit paroitre une speciale faveur, de nous
avoir envoyé parmi les brumes épesses un eclaircissement de soleil, qui
ne dura que demi heure: & lors nous eumes la veuë de la terre ferme, &
coutume que nous nous allions perdre sur les brisans si nous n'eussions
vitement tourné le cap en mer. C'est ainsi qu'on recherche la terre
comme une bien-aimée, laquelle quelquefois rebute bien rudement son
amant. En fi le Samedi quinziéme de Juillet, sur les deux heures apres
midi le ciel commença de nous saluer à coups de canonades, pleurant
comme faché de nous avoir si long temps tenu en peine. Si bien que le
beau temps revenu, voici droit à nous (qui estions à quatre lieuës de
terre) deux chaloupes à voile deployée parmi une mer encore emeuë. Cela
nous donna beaucoup de contentement. Mais tandis que nous nous
poursuivions nôtre route, voici de la terre des odeurs en suavité
nompareilles apportées d'un vent chaut si abondamment, que tout l'Orient
n'en sçauroit produire davantage. Nous tendions noz mains, comme pour
les prendre, tant elles étoient palpables: ainsi qu'il avint à l'abord
de la Floride à ceux qui y furent avec Laudonniere. A tant s'approchent
les deux chaloupes, l'une chargée de Sauvages, qui avoient un Ellan
peint à leur voile, l'autre de François Maloins, qui faisoient leur
pecherie au port de _Campseau_. Mais les Sauvages furent plus diligens,
car ils arriverent les premiers. N'en ayant jamais veu j'admiray du
premier coup leur belle corpulence & forme de visage. Il y en eut un que
s'excusa de n'avoir apporté sa belle robbe de Castors, par-ce que le
temps avoit été difficile. Il n'avoit qu'une piece de frize rouge sur
son dos: & des _Matachiaz_ au col, aux poignets & au dessus du coude, &
à la ceinture. On les fit manger & boire, & ce faisant Ilz nous dirent
tout ce qui s'étoit passé depuis un an au Port Royal, où nous allions.
Cependant les Maloins arriverent, & nous en dirent tout Autant que les
Sauvages: Adjoutans que le Mercredi auquel nous evitames les brisans,
ilz nous avoient veu, & vouloient venir à nous avec lédits Sauvages,
mais que nous étans retournez en mer ilz s'en étoient desistez: &
davantege, qu'à terre il avoit toujours fait beau temps: ce que nous
admirames fort: mais la cause en a été renduë ci-dessus. De cette
incommodité se peut tirer à l'advenir un bien, que ces brumes serviront
de rempar au païs, & sçaura-on toujours en diligence ce qui se passera
en mer. Ilz nous dirent aussi qu'ils avoient eu avis quelques jours
auparavant, par d'autres Sauvages, qu'on avoit veu un navire au Cap
Breton. Ces François de saint Malo étoient gens qui faisoient pour les
associez du sieur de Monts, & se plaignirent que les Basques contre les
defenses du Roy, avoient enlevé & troqué avec les Sauvages plus de six
mille Castors. Ilz nous donnerent de leurs poissons, comme Bars, Merlus,
& grans Fletans. Quant aux Sauvages, avant partir ilz nous demanderent
du pain pour porter à leurs femmes: Ce qu'on leur accorda. Et le
meritoient bien, d'estre venus de si bon courage pour nous dire en
quelle part nous étions. Car depuis nous allames toujours asseurément.

A l'Adieu quelque nombre de ceux de nôtre compagnie s'en allerent à
terre au Port de _Campseau_, tant pour nous faire venir du bois & de
l'eau douce, que pour de là suivre la côte jusques au Port Royal dans
une chaloupe: car nous avions crainte que le Capitaine du Pont n'en fust
dé-ja parti lors que nous arriverions. Les Sauvages s'offirent d'aller
vers lui à travers les bois, avec promesse qu'ils y seroient dans six
jours, pour l'avertir de nôtre venuë afin de l'arréter, d'autant qu'il
avoit le mot de partir si dans le seziéme du mois il n'avoit secours: à
quoy il ne faillit point: toutefois noz gens desireux de voir la terre
de prés, empécherent cela, & nous promirent nous apporter le lendemain
l'eau & le bois susdit si nous nous trouvions prés ladite terre. Ce que
nous ne fimes point, & poursuivimes nôtre route.

Le Mardi dix-septiéme de Juillet nous fumes à l'accoutumée pris de
brumes & de vent contraire. Mais le Jeudi nous eumes du calme, si bien
que nous n'avancions rien ni de brumes, ni de beau temps. Durant ce
calme fut le soir un charpentier de navire se baignant en la mer apres
avoir trop beu d'eau de vie, se trouva surpris, le froid de la marine
combattant contre l'échauffement de cet esprit de vin. Quelques matelots
voyans leur compagnon en peril, se jetterent dans l'eau pour le
secourir, mais ayant l'esprit troublé, il se mocquoit d'eux, & n'en
pouvoit-on jouir. Ce qui occasionna encore d'autres matelots d'aller au
secours & s'empecherent tellement l'un l'autre que tous se virent en
peril. En fin il y en eut un qui parmi cette confusion ouït la voix du
sieur de Poutrincourt qui lui disoit, Jean Hay (c'étoit son nom)
regardez-moy, & print le cordage qu'on lui presentoit. On le tira en
haut, & le reste quant & quant fut sauvé. Mais l'autheur de la noise
tomba en une maladie dont il pensa mourir.

Apres ce calme nous retournames pour deux jours au païs de brumes. Et le
Dimanche vint-troisiéme dudit mois eumes conoissance du Port du
Rossignol, & le méme jour apres midi de beau soleil nous mouillames
l'ancre en mer à l'entrée du Port au Mouton, & pensames toucher, étans
venus jusques à deux brasses & demie de profond. Nous allames en nombre
de dix-sept à terre pour querir de l'eau & du bois qui nous
defailloient. Là nous trouvames encore entieres les cabannes & logemens
du Sieur de Monts qui y avoit séjourné l'espace d'un mois deux ans
auparavant, comme nous avons dit en son lieu. Nous y remarquames parmi
une terre sablonneuse force chénes porte-glans, cyprés, sapins,
lauriers, roses muscades grozelles, pourpier, framboises, fougeres,
lysimachia, espece de scammonée, Calamus odoratus, Angelique, & autres
Simples en deux heures que nous y fumes: Et reportames en nôtre navire
quantité de pois sauvages que nous trouvames bons. Ilz croissent sur les
rives de la mer, qui les couvre deux fois le jour. Nous n'eumes le
loisir d'aller à la chasse des lapins qui sont en grand nombre non loin
dudit Port: ains nous en retournams sitôt que nôtre charge d'eau & de
bois fut faite: & nous mimes à la voile.

Le Mardi vint-cinquiéme étions à l'endroit du Cap de Sable de
beau-temps, & fimes bonne journée, car sur le soir nous eumes en veuë
l'ile longue & la baye sainte Marie, mais à cause de la nuit nous
reculames à la mer. Et le lendemain vimmes mouiller l'ancre à l'entrée
du Port Royal, où ne peumes entrer pource qu'il étoit ebe. Mais deux
coups de canons furent tirez de nôtre navire pour saluer ledit Port &
avertir les François qui y étoient.

Le Jeudi vint-septiéme de Juillet nous entrames dedans avec le flot, qui
ne fut sans beaucoup de difficultez, pource que nous avions le vent
opposite, & des revolins entre les montagnes, qui nous penserent porter
sur les rochers. Et en ces affaires nôtre navire alloit à rebours la
poupe-devant, & quelquefois tournoit, sans qu'on y peust faire autre
chose. En fin étans dedans le port, ce nous étoit chose emerveillable de
voir la belle étendue d'icelui, & les montagnes & côtaux qui
l'environnent; & m'étonnois comme un si beau lieu demeuroit desert &
tout rempli de bois, veu que tant de gens languissent au monde qui
pourroient faire proufit de cette terre s'ils avoient seulement un chef
pour les y conduire. Peu à peu nous approchames de l'ile qui est
vis-à-vis du Fort où nous avons depuis demeuré: ile di-je, la plus
agreable qui se puisse voir, desirans en nous-mémes y voir portez de ces
beaux batimens qui sont inutiles pardeça, & ne servent que de retraite
aux hibous & cercerelles. Nous ne sçavions encore si le sieur du Pont
étoit parti, & partant nous nous attendions qu'il nous deust envoyer
quelques gens au devant. Mais en vain: car il n'y étoit plus dés y avoit
douze jours. Et cependant que nos voguions par le milieu du port, voici
que _Membertou_ le plus grand _Sagamos_ des Souriquois (ainsi
s'appellent les peuples chez léquels nous étions) vient au Fort François
vers ceux qui étoient demeurez en nombre de deux tant seulement, crier
comme un homme insensé, disant en Son langage. Quoy? vous vous amusés
ici à diner (il étoit environ midi) & ne voyez point un grand navire qui
vient ici, & ne sçavons quels gens ce sont? Soudain ces deux hommes
courent sur le boulevert, & appretent les canons en diligence, léquels
ilz garnissent de boulets & d'amorces. _Membertou_ sans dilayer vient
dans son canot fait d'écorces, avec une sienne fille, nous reconoitre: &
n'ayant trouvé qu'amitié, & nous reconoissant François, il ne fit point
d'alarme. Neantmoins l'un de ces deux hommes là demeurez, dit La Taille,
vint sur la rive du port la meche sur le serpentin pour sçavoir qui nous
étions (quoy qu'il le sçeust bien, car nous avions la banniere blanche
deployée à la pointe du mast) & si tôt voila quatre volées de canons qui
font de Echoz inumerables: & de nôtre part le Fort fut salué de trois
canonades, & plusieurs mousquetades: en quoy ne manquoit nôtre Trompete
a son devoir. A tant nous descendons à terre, visitons la maison &
passons la journée à rendre graces à Dieu, voir les cabanes des
Sauvages, & nous aller pourmener par les prairies. Mais je ne puis que
je ne loue beaucoup le gentil courage de ces deux hommes, déquels j'ay
nommé l'un, l'autre s'appelle Miquelet: & meritent bien d'étre ici
enchassés, pour avoir exposé si librement leurs vies à la conservation
du bien de la Nouvelle-France. Car le sieur du Pont n'ayant qu'une
barque & une patache, pour venir cher vers la Terre-neuve des navires de
France, ne pouvoit se charger de tant de meubles, blez, farine, &
marchandises qui étoient par-dela léquels il eût fallu jetter dans la
mer (ce qui eût été à nôtre grand prejudice, & en avions bien peur) si
ces deux homme n'eussent pris le hazard de demeurer là pour la
conservation de ces choses. Ce qu'ilz firent volontairement, & de gayeté
de coeur.



_Heureuse rencontre du sieur du Pont: Son retour au Port-Royal:
Rejouyssance: Description des environs dudit Port: Conjecture sur
l'origine de la grande riviere de Canada: Semailles des blez: Retour du
sieur du Pont en France: Voyage du sieur de Poutrincourt au païs des
Armouchiquois: Beau segle provenu sans culture: Exercices & façon de
vivre au Port-Royal: Cause des prairies de la riviere de l'Equille._

CHAP. XIII

LE Vendredi lendemain de nôtre arrivée le sieur de Poutrincourt
affectionné à cette entreprise comme pour soy-méme, mit une partie de
ses gens en besongne au labourage & culture de la terre, tandis que les
autre s'occupoient à nettoyer les chambres & chacun appareiller ce qui
étoit de son métier. Le desir que j'avois de sçavoir ce qui se pouvoit
esperer de cette terre me rendit avide audit labourage plus que les
autres. Cependant ceux des nôtre qui nous avoient quittez à _Campseau_
pour venir le long de la côte, rencontrerent comme miraculeusement le
sieur du Pont parmi des iles, qui sont frequentes en ces parties là.

De dire combien fut grande la joye d'une part & d'autre, c'est chose que
ne se peut exprimer. Ledit sieur du Pont à cette heureuse rencontre
retourna en arriere pour nous venir voir au Port-Royal, & se mettre dans
le Jonas pour repasser en France. Si ce hazard lui fut utile, il nous le
fut aussi par le moyen de ses vaisseaux qu'il nous laissa. Et sans cela
nous étions en une telle peine, que nous n'eussions sceu aller ni venir
par eau apres que nôtre navire eust été de retour en France. Il arriva
le Lundi dernier jour de Juillet, & demeura encore au Port-Royal jusques
au vint-huitiéme d'Aoust. Et pendant ce mois grande rejouissance. Le
sieur de Poutrincourt fit mettre sur cul un mui de vin l'un de ceux
qu'on lui avoit baillé pour sa bouche, & permission de boire à tous
venans tant qu'il dura: si bien qu'il y en eut qui se firent beaux
enfans.

Dés le commencement nous fumes desireux de voir le païs à-mont la
riviere, où nous trouvames des prairies préque continuellement jusques à
plus de douze lieuës, parmi léquelles decoulent des ruisseaux sans
nombre qui viennent des collines & montagnes voisines. Les bois y sont
fort épais sur les rives des eaux, & tant que quelquefois on ne les peut
traverser. Je ne voudroy toutefois les faire tels que Joseph Acosta
recite étre ceux du Perou, quand il dit:

«Un de noz freres homme digne de foy nous contoit qu'étant egaré & perdu
dans les montagnes sans sçavoir quelle part, ni par où il devoit aller,
il se trouva dans des buissons si épais: qu'il fut contraint de cheminer
sur iceux sans mettre les pieds en terre par l'espace de quinze jours
entiers.»

Je laisse à chacun d'en croire ce qu'il voudra, mais cette croyance ne
peut venir jusques à moi.

Or en la terre de laquelle nous parlons les bois sont plus clairs loin
des rives, & des lieux humides: & en est la felicité d'autant plus
grande à esperer, qu'elle est semblable à la terre que Dieu promettoit à
son peuple par la bouche de Moyse, disant: _Le Seigneur ton Dieu te va
faire entrer en un bon païs de torrens d'eaux, de fonteines, & abymes,
qui sourdent par campagnes, &c. Païs où tu ne manges point le pain en
disette, auquel rien ne te defaudra, païs duquelles pierres sont fer, &
des montagnes duquel tu tailleras l'airain._ Et plus outre confirmant
les promesses de la bonté & situation de la terre qu'il lui devoit
donner. _Le païs_ (dit-il) _auquel vous allez passer pour le posseder
n'est pas comme le païs d'Egypte, duquel vous estes sortis, là où tu
semois ta semence, & l'arrousois avec le travail de ton pied, comme un
jardin à herbes. Mais le païs auquel vous allez passer pour le possseder
est un païs de montagnes & campagnes, & est abbreuvé d'eaux selon qu'il
pleut des cieux._ Or selon la description que nous avons fait ci-devant
du Port Royal & de ses environs, en décrivant le premier voyage du sieur
de Monts, & comme nous le disons ici, les ruisseaux y abondent à souhait
par toute cette terre, dont rendent témoignage les frequentes & grandes
rivieres qui l'arrousent. En consideration dequoy elle ne doit étre
estimée moins heureuse que les Gaulles (qui ont une felicité
particuliere en ce regard) si jamais elle vient à étre habitée d'hommes
industrieux, & qui la sachent faire valoir. Quant aux pierres que nôtre
Dieu promet devoir étre fer, & le montagnes d'airain, cela ne signifie
autre chose que les mines de cuivre & de fer, & d'acier déquelles nous
avons des-ja parlé ci-dessus, & parlerons encores ci-aprés. Et au regard
des campagnes (dont nous n'avons encore parlé) il y en a préques tout à
l'environ du Port Royal. Et au dessus des montagnes y a de belles
campagnes où j'au veu des lacs & des ruisseaux ne plus ne moins qu'aux
vallées. Mémes au passage pour sortir d'icelui Port & se mettre en mer,
il y a un qui tombe des hauts rochers en bas, & en tombant s'éparpille
en pluie menue, qui est chose delectable en Eté, par ce qu'au bas du roc
il y a des grottes où l'on est couvert tandis que cette pluie tombe si
agreablement: & se fait comme un arc en ciel dedans la grotte où tombe
la pluie du ruisseau, lors que le soleil luit: ce qui m'a causé beaucoup
d'admiration. Une fois nous allames depuis nôtre Fort jusques à la mer à
travers les bois, l'espace de trois lieuës, mais au retour nous fumes
plaisamment trompés. Car au bout de nôtre carriere pensans étre en plat
païs nous nous trouvames au sommet d'une haute montagne, & nous fallut
descendre avec assez de peine à-cause des neges. Mais les montagnes en
une contrée ne sont point perpetuelles. A dix lieuës de nôtre demeure,
le païs où passe la riviere de l'Equille est tout plat. J'ay veu par
dela plusieurs contrées où le païs est tout uni, & le plus beau du
monde. Mais la perfection est qu'il est bien arrousé. E pour témoignage
de ce, non seulement au Port Royal, mais aussi en toute la
Nouvelle-France, la grande riviere de _Canada_ en fait foy, laquelle au
bout de quatre cens lieuës est aussi large quel les plus grandes
rivieres du monde, remplies d'iles & de rochers innumerables: prenant
son origine de l'un des lacs qui se rencontrent au fil de son cours (&
je le pense ainsi) si bien qu'elle a deux cours, l'un en l'Orient vers
la France: l'autre en Occident vers la mer du Su. Ce qui est admirable,
mais non sans exemple qui se trouve en nôtre Europe. Car j'apprens que
la riviere qui descend à Trente & à Verone procede d'un lac qui produit
une autre riviere dont le cours tend oppositement à la riviere du lins,
lequel se décharge au Danube. Ainsi noz Geographes nous font croire que
le Nil procéde d'un lac qui produit d'autres rivieres, léquelles se
déchargent au grand Ocean.

Revenons à nôtre labourage: car c'est là où il nous faut tendre, c'est
la premiere mine qu'il nous faut chercher, laquelle vaut mieux que les
thresors d'Atabalippa: & qui aura du blé, du min, du bestial, des
toiles, du drap, du cuir, du fer, & au bout des Morues, il n'aura que
faire d'autres thresors, quant à la necessité de la vie. Or tout celà
est, ou peut étre, en la terre que nous décrivons: sur laquelle ayant le
sieur de Poutrincourt fait faire à la quinzaine un second labourage: &
moy de méme, nous les ensemençames de nôtre blé François tant froment
que segle: & à la huitaine suivant vit son travail n'avoir eté vain,
ains une belle esperance par la production que la terre avoit des-ja
fait des semences qu'elle avoit receu. Ce qu'ayant été montré au sieur
du Pont ce lui fut un sujet de faire son rapport en France de chose
toute nouvelle en ce lieu là.

Il étoit des-ja le vintiéme d'Aoust quand ces belles montres se firent,
& admonestoit le temps ceux qui étoient du voyage, de trousser bagage: à
quoy on commença de donner ordre, tellement que le vint-cinquiéme dudit
mois, apres maintes canonades, l'ancre fut levée pour venir à
l'emboucheure de Port, qui est ordinairement la premiere journée.

Le sieur de monts ayant desiré de s'élever au Su tant qu'il pourroit y
chercher un lieu bien habitable pardelà Malebarre, avoit prié le sieur
de Poutrincourt de passer plus loin qu'il n'avoit été, & chercher un
Port convenable en bonne temperature d'air, ne faisant plus de cas du
Port Royal que de sainte Croix, pour ce qui regarde la Santé. A quoy
voulant obtemperer ledit sieur de Poutrincourt, il ne voulut attendre le
printemps, sachant qu'il auroit d'autre exercices à s'occuper. Mais
voyant ses semailles faites, & la verdure sur son champ, il resolut de
faire ce voyage & découverte avant l'hiver. Ainsi il disposa toutes
choses à cette fin, & avec sa barque vint mouiller l'ancre prés du
Jonas, afin de sortir sa compagnie. Tandis qu'ilz furent là attendans le
vent propre l'espace de trois jour il y avoit une moyenne balaine (que
les Sauvages appellent _Maria_) laquelle venoit tous les jours au matin
dans le Port avec le flot, nouant là dedans tout à son aise, & s'en
retournoit d'ebe. Et lors prenant un peu de loisir, je fis en rhime
Françoise un Adieu audit sieur du Pont & sa troupe, lequel est ci-aprés
couché parmi LES MUSES DE LA NOUVELLE-FRANCE.

Le vint-huitiéme dudit mois chacun print sa route qui deçà, qui delà,
diversement à la garde de Dieu. Quant au sieur du Pont il deliberoit en
passant d'attaquer un marchant de Rouën nommé Boyer (lequel contre les
deffenses du Roy étoit allé pardela troquer avec les Sauvages apres
avoir eté delivré des prisons de la Rochelle par le consentement du
sieur de Poutrincourt, & souz promesse qu'il n'iroit point) mais il
étoit ja parti. Et quant audit sieur de Poutrincourt il print la volte
de l'ile sainte Croix premiere demeure des François, ayant Champ-doré
pour maitre & conducteur de sa barque, mais contrarié du vent, & pource
que sa barque faisoit eau, il fut contraint de relacher par deux fois.
En fin il franchit la Baye Françoise, & visita ladite ile, là où trouva
d blé meur de celui que deux ans auparavant le sieur de Monts avoit
semé, lequel étoit beau, gros, pesant, & bien nourri. Il nous en envoya
au Port Royal, où j'étois demeuré, ayant eté de ce prié pour avoir
l'oeil à la maison, & maintenir ce qui y restoit de gens en concorde. A
quoy j'avoy condescendu (encore que cela eust eté laissé à ma volonté)
pour l'asseurance que nous nous donnions que l'an suivant l'habitation
se feroit en païs plus chaut pardela Malebarre, & que nous irions tous
de compagnie avec ceux qu'on nous envoyeroit de France. Pendant ce temps
je me mis à preparer de la terre, & faire des clotures & compartimens de
jardins pour y semer des legumes, & herbes de menage. Nous fimes aussi
faire un fossé tout à l'entour du Fort, lequel étoit bien necessaire
pour recevoir les eaux & humidités qui paravant decouloient par dessouz
les logemens parmi les racines des arbres qu'on y avoit defrichez: ce
qui paraventure rendoit le lieu mal sain.

Je ne veux m'arreter à décrire ici ce que nos autres ouvriers faisoient
chacun en particulier. Il suffit que nous avions nombre de menuisiers,
charpentiers, massons, tailleurs de pierres, serruriers, tailandiers,
couturiers, scieurs d'ais, matelots, &c, qui faisoient leur exercices,
en quoy ils étoient fort humainement traitez. Car on les quittoit pour
trois heures de travail par jour. Le surplus du temps ilz l'emploioient
à recuillir des Moules qui sont de basse mer en grande quantité devant
le Fort, ou des Houmars (especes de Langoustes) ou des Crappes, qui sont
abondamment sous les roches au Port-Royal, ou des Cocques qui sont souz
la vaze de toutes parts és rives dudit port. Tout cela se prent sans
filets & sans batteaux. Il y en avoit qui prenoient quelquefois du
gibier, mais 'étant dressez à cela ilz gatoient la chasse. Et pour nôtre
regard, nous avions à nôtre table un des gens du sieur de Monts, qui
nous pourvoyoit en sorte que n'en manquions point, nous apportant
quelquefois demi douzaine d'Outardes, quelquefois autant de canars, ou
oyes sauvages grises & blanches, bien souvent deux & trois douzaines
d'alouettes, & autres sortes d'oiseaux. De pain nul n'en manquoit: &
avoit chacun trois chopines de vin pur & bon. Ce qui a duré tant que
nous avons été par dela, sinon que quand ceux qui nous vindrent querir,
au lieu de nous apporter des commodités nous eurent aidé à en faire
vuidange (comme nous le pourrons repeter ci-aprés) il fallut reduire la
portion à une pinte. Et neantmoins bien souvent il y a eu de
l'extraordinaire. Ce voyage en ce regard a eté le meilleur de tous dont
nous en devons beaucoup de louange audit sieur de Monts & à ses associez
les sieurs Macquin & Georges Rochelois, qui nous en pourveurent tant
honnétement. Car certes je trouve que cette liqueur Septembrale est
entre autres choses un souverain preservatif contre la maladie du
Scorbut: & les epiceries, pour corriger le vice qui pourroit étre en
l'air de cette region, lequel neantmoins j'ay toujours reconu bien pur &
subtil, nonobstant les raisons que j'en pourrois avoir touchées parlant
ci-dessus d'icelle maladie. Pour la pitance nous avions pois, féves,
ris, pruneaux, raisins, morues seches & chairs salées, sans comprendre
les huiles & le beurre. Mais toutes & quantes fois que les Sauvages
habituez pres de nous avoient pris quelque quantité d'Eturgeons,
Castors, Ellans, Caribous, ou autres animaux mentionnez en mon Adieu en
la Nouvelle-France, ils nous en apportoient la moitié: & ce qui restoit
ilz l'exposoient quelquefois en vente en place publique, & ceux qui en
vouloient troquoient du pain alencontre. Voila en partie nôtre façon de
vivre par dela. Mais jaçoit que chacun de nosdits ouvriers eût son
métier particulier, neantmoins il falloit s'employer à tous usages,
comme plusieurs faisoient. Quelques massons & tailleurs de pierre se
mirent à la boulengerie, Léquels nous faisoient d'aussi bon pain que
celui de Paris. Ainsi un de noz scieurs d'ais nous fit plusieurs fois du
charbon en grande quantité.

En quoy est à noter une chose dont ici je me souvien. C'est que comme il
fut necessaire de lever des gazons pour couvrir la pile de bois
assemblée pour faire ledit charbon, il se trouva dans les prez plus de
deux pieds de terre, non terre, mais herbes melées de limon qui se sont
entassées les unes sur les autres annuellement depuis le commencement du
mande, sans avoir été fauchées. Neantmoins la verdure en est belle
servant de pasture aux Ellans, léquels nous avons plusieurs fois veu en
noz prairies de delà en troupe de trois ou quatre, grands & petits se
laissans aucunement approcher, puis gaignans les bois. Mais je puis dire
davantage avoir veu en traversant deux lieuës de nosdites prairies,
icelles toutes foullées de vestiges d'Ellans, car je n'y sçay point
d'autres animaux à pié fourchu. Et en fut tué un non loin de nôtre Fort,
en un endroit là où le sieur de Monts ayant fait faucher l'herbe deux
ans devant, elle estoit revenue la plus belle du monde. Quelqu'un pourra
s'étonner comment se font ces prairies, veu que toute la terre en ces
lieux-là est couverte de bois. Pour à quoy satisfaire, le curieux sçaura
qu'és hautes marées, principalement en celles de Mars & de Septembre, le
flot couvre ces rives là: ce qui empeche les arbres d'y prendre racine.
Mais par tout où l'eau ne surnage point, s'il y a de la terre il y a des
bois.



_Partement de l'ile Sainte-Croix: Baye de Marchin: Chouakoet: Vignes &
raisins: & largesse de Sauvages: Terre & peuple Armouchiquois: Cure d'un
armouchiquois blessé: Simplicité & ignorance de peuple: Vice des
Armouchiquois: Soupçon: Peuple ne se souciant de vétement: Blé semé &
vignes plantées en la terre des Armouchiquois: Quantité de raisins:
Abondance de peuple: Mer perilleuse._

CHAP. XIV

REVENONS au sieur de Poutrincourt, lequel nous avons laissé en l'ile
Sainte-Croix. Apres avoir là fait une reveuë, & caressé les Sauvages qui
y étoient, il s'en alla en quatre jours à _Pemptegoet_, qui est ce lieu
tant renommé souz le nom de _Norembega_. Et ne falloit un si long temps
pour y parvenir, mais il s'arreta sur la route à faire racoutrer sa
barque car à cette fin il avoit mené un serrurier & un charpentier, &
quantité d'ais. Il traversa les iles qui sont à l'embouchure de la
riviere, & vint à _Kinibeki_, là où sa barque fut en peril à-cause des
grans courans d'eaux que la nature du lieu y fait. C'est pourquoy il ne
s'y arreta point, ains passa outre à la Baye de _Marchin_, qui est le
nom d'un Capitaine Sauvage, lequel à l'arrivée dudit sieur commença à
cirer hautement _Hé hé_, à quoy on lui répondit de méme. Il repliqua
demandant en son langage: Qui étes-vous? On lui dit que c'étoient amis.
Et là dessus à l'approcher le sieur de Poutrincourt traita amitié avec
lui, & lui fit presens de couteaux, haches, & _Matachiaz_, c'est à dire
écharpes, carquans, & brasselets fait de patenôtres, ou de tuyaux de
verre blanc & bleu, dont il fut fort aise, méme de la consideration que
ledit sieur de Poutrincourt faisoit avec lui, reconoissant bien que cela
lui seroit beaucoup de support. Il distribua à quelques uns d'un grand
nombre de peuple qu'il avoit autour de soy, les presens dudit sieur de
Poutrincourt, auquel il apporta force chairs d'Orignac, ou Ellan (car
les Basques appellent un Cerf, ou Ellan, Orignac) pour refraichir de
vivres la compagnie. Cela fait on tendit les voiles vers _Chouakoet_, où
est la riviere du Capitaine _Olmechin_, & où se fit l'année suivante la
guerre des _Souriquois & Etechemins_ souz la conduite du _Sagamos
Membertou_, laquelle j'ay décrite en vers rapportez és Muses de la
Nouvelle-France. A l'entrée de la Baye dudit lieu de _Chouakoet_ est uni
ile grande comme de demie lieuë de tour, en laquelle noz gens
découvrirent premierement la vigne (car encores qu'il y en ait aux
terres plus voisines du Port-Royal comme le long de la riviere saint
Jean, toutefois on n'en avoit encore eu conoissance) laquelle ilz
trouverent en grande quantité, ayant le tronc haut de trois à quatre
piez, & par bas gros comme le poin, les raisins beaux, & gros, les uns
comme prunes, les autres moindres: au reste si noirs qu'ilz laissoient
la teinture où se repandoit leur liqueur: Ils étoient couchez sur les
buissons & ronces qui sont parmi cette ile, en laquelle les arbres ne
sont si pressez qu'ailleurs, ains éloignez comme de six à six toises. Ce
qui fait que le raisin meurit plus aisément; ayant d'ailleurs une terre
fort propre à cela sabloneuse & graveleuse. Ilz n'y furent que deux
heures; mais fut remarqué que du côté du Nort n'y avoit point de vignes,
ainsi qu'en l'ile Sainte-Croix n'y a de Cedres que du côté d'Oest.

De cette ile ils allerent à la riviere _d'Olmechin_ port de _Chouakoet_,
là où _Marchin_ & ledit _Olmechin_ amenerent un prisonnier Souriquois (&
partant leur ennemi) au sieur de Poutrincourt, lequel ilz lui donnerent
liberalement. Deux heures aprés arrivent deux Sauvages l'un Etechemin
nommé _Chkoudun_, Capitaine de la riviere Saint Jean dite par les
Sauvages _Oigoudi_: l'autre Souriquois nommé _Messamoet_ Capitaine ou
_Sagamos_ en la riviere du Port de la Heve, sur lequel on avoit pris ce
prisonnier. Ils avoient force marchandises troquées avec les François,
léquelles ilz venoient là debiter, sçavoir chaudieres grandes, moyennes,
& petites, haches, couteaux, robbes, capots, camisoles rouges, pois,
féves, biscuit, & autres choses. Sur ce voici arriver douze ou quinze
batteaux pleins de Sauvages de la sujetion _d'Olmechin_, iceux en bon
ordre, tous peinturés à la face, selon leur coutume, quand ilz veulent
étre beaux, ayant l'arc, & la fleche en main, & le carquois auprés
d'eux, léquels ilz mirent bas à bord. A l'heure _Messamoet_ commence à
haranguer devant les Sauvages leur remontrant comme par le passé ils
avoient eu souvent de l'amitié ensemble: & qu'ilz pourroient facilement
domter leurs ennemis s'ils se vouloient entendre, & se servir de
l'amitié des François, lequels ilz voyoient là presens pour reconoitre
leur païs, à fin de leur porter des commodités à l'avenir, & les
secourir de leurs forces, léquelles il sçavoit, & les leur representoit
d'autant mieux, que lui qui parloit étoit autrefois venu en France, & y
avoit demeuré en la maison du sieur de Grandmont Gouverneur de Bayonne.
Somme, il fut prés d'une heure à parler avec beaucoup de vehemence &
d'affection, & avec un contournement de corps & de bras tes qu'il est
requis en un bon Orateur. Et à la fin jetta toutes ses marchandises (qui
valoient plus de trois cens escus renduës en ce païs-là) dans le bateau
_d'Olmechin_ comme lui faisant present de cela en asseurance de l'amitié
qu'il lui vouloit témoigner. Cela fait la nuit s'approchoit, & chacun se
retira. Mais _Messamoet_ n'étoit pas content de ce _qu'Olmechin_ ne lui
avoit fait pareille harangue, ni retaliation de son present: car les
Sauvages ont cela de noble qu'ilz donnent liberalement jettans aux piez
de celui qu'ilz veulent honorer le present qu'ilz lui font; mais c'est
en esperant de recevoir quelque honnéteté reciproque, qui est une façon
de contract que nous appellons sans nom, _Je te donne à fin que tu me
donnes_. Et cela se fait par tout le monde. Partant _Messamoet_ dés ce
jour là songea de faire la guerre à _Olmechin_. Neantmoins le lendemain
matin lui & ses gens retournerent avec un bateau chargé de ce qu'ils
avoient, sçavoir blé, petun, féves, & courges, qu'ilz distribuerent deça
& dela. Ces deux Capitaines _Olmechin & Marchin_ ont depuis été tués à
la guerre. A la place déquels avoit été éleu par les Sauvages un nommé
_Bessabés_: lequel depuis nôtre retour a été tué par les Anglois: & au
lieu d'icelui ont fait venir un Capitaine de dedans les terres nommé
_Asticou_, homme grave, vaillant, & redouté, lequel d'un clin d'oeil
amassera mille Sauvages, ce que faisoient aussi _Olmechin & Marchin_.
Car noz barques y étans, incontinent la mer se voyoit toute couverte de
leurs bateaux chargez d'hommes dispos, se tenant droits là dedans: ce
que ne sçaurions faire sans peril, n'étant iceux bateaux que des arbres
creusez à la façon que nous dirons au dernier livre. De là donc le sieur
de Poutrincourt poursuivant sa route, trouva un certain port bien
agreable, lequel n'avoit été veu par le sieur de Monts: & durant le
voyage ils virent force fumées, & gens à la rive, qui les invitoient à
s'approcher d'eux: & voyans qu'on n'en tenoit conte, ilz suivoient la
barque le long de la gréve sablonneuse, voire la devançoient le plus
souvent, tant ilz sont agiles, ayans l'arc en main, & le carquois sur le
dos, dansans toujours & chantans, sans se soucier dequoy ils vivront par
les chemins. Peuple heureux, voire mille fois plus que ceux qui se font
adorer pardeça, s'il avoit la conoissance de Dieu & de son salut.

Le sieur de Poutrincourt ayant pris terre à ce port, voici parmi une
multitude de Sauvages des fiffres en bon nombre, qui jouoyent de
certains flageollets longs, faits comme des cannes de roseaux, peinturés
par dessus, mais non avec telle harmonie que pourroient faire nos
bergers: & pour montrer l'excellence de leur arc, ilz siffloient avec le
nez en gambadant selon leur coutume.

Et comme ces peuples accouroient precipitamment pour venir à la barque,
il y eut un Sauvage qui se blessa griévement au talon contre le
trenchant d'une roche, dont il fut contraint de demeurer sur la place.
Le Chirurgien du sieur de Poutrincourt à l'instant voulut apporter à ce
mal ce qui étoit de son art, mais ilz ne le voulurent permettre que
premierement ilz n'eussent fait à l'entour de l'homme blessé leurs
chimagrées. Ils le coucherent donc par terre, l'un d'eux lui tenant la
téte en son giron, & firent plusieurs criaillemens, danses & chansons, à
quoy le malade ne répondoit sinon Ho, d'une voix plaintive. Ce qu'ayant
faiz ilz le permirent à la cure dudit Chirurgien, & s'en allerent, comme
aussi le patient aprés qu'il fut pensé, mais deux heures passées il
retourna le plus gaillart du monde ayant mis à l'entour de sa téte le
bandeau dont étoit enveloppé son talon, pour étre plus beau fils.

Le lendemain les nôtres entrerent plus avant dans le port, là où étans
allé voir les cabannes des Sauvages, une vieille de cent ou six-vints
ans vint jetter aux piez du sieur de Poutrincourt un pain de blé qu'on
appelle Mahis, & pardeça blé de Turquie, ou Sarrazin, puis de la chanve
fort belle & haute, item des féves, & raisins frais cuillis, pour ce
qu'ils en avoient veu manger aux François à _Chouakoet_. Ce que voyans
les autres Sauvages qui n'en sçavoient rien, ils en apportoient plus
qu'on ne vouloit à l'envi l'un de l'autre, & en recompense on leur
attachoit au front une bende de papier mouillée de crachat, dont ils
étoient fort glorieux. On leur montra en pressant le raisin dans le
verre, que de cela nous faisions le vin que nous beuvions. On les voulut
faire manger du raisin, mais l'ayans en la bouche ilz le crachoient, &
pensoient (ainsi qu'Ammian Marcellin recite de noz vieux Gaullois) que
ce fût poison, tant ce peuple est ignorans de la meilleure chose que
Dieu ait donnée à l'homme, apres le pain. Neantmoins si ne manquent-ilz
point d'esprit, & feroient quelque chose de bon s'ils étoient civilisés,
& avoient l'usage des métiers. Mais ilz sont cauteleux, larrons &
traitres, & quoy qu'ilz soyent nuds on ne se peut garder de leurs mains:
car si on detourne tant soit peu l'oeil, & voyent l'occasion de derober
quelque couteau, hache, ou autre chose, ilz n'y manqueront point, &
mettront le larecin entre leurs fesses, ou le cacheront souz le sable
avec le pied si dextrement qu'on ne s'en appercevra point. J'ay leu en
quelque voyage de la Floride, que ceux de cette province sont de méme
naturel, & ont la méme industrie de derober. De vérité je ne m'étonne
pas si un peuple pauvre & nud est larron, mais quant il y a de la malice
au coeur, cela n'est plus excusable. Ce peuple est tel qu'il faut
traiter avec terreur: car par amitié si on leur donne trop d'accés ils
machineront quelque surprise, comme s'est reconnu en plusieurs
occasions, ainsi que nous avons veu ci-dessus & verrons encor ci-aprés.
Et sans aller plus loin, le deuxiéme jour aprés étre là arrivez, comme
ils voyoient noz gens occupez sur la rive du ruisseau qui est là, à
faire la lescive, ilz vindrent quelques cinquante à la file, avec arcs,
fleches, & carquois, en intention de faire quelque mauvais tour, comme
on en a eu conjecture sur la maniere de proceder. Mais on le s prevint,
& alla-on au devant d'eux avec mousquets & la méche sur le serpentin. Ce
qui fit les uns fuir, & les autres étans enveloppés aprés avoir mis les
armes bas, vindrent à une peninsule où étoient nos gens, et faisans beau
semblant, demanderent à troquer du petun qu'ils avoient, contre noz
marchandises.

Le lendemain le Capitaine dudit lieu & port vint voir le sieur de
Poutrincourt en sa barque. On fut étonné de le voir accompagné
_d'Olmechin_, veu que la traite étoit merveilleusement longue de venir
là par terre, & beaucoup plus brieve par la mer. Cela donnoit sujet de
mauvais soupçon, encores qu'il eût promis amitié avec François.
Neantmoins ilz furent humainement receuz, & bailla le sieur de
Poutrincourt un habit complet audit _Olmechin_, duquel étant vétu, il se
regardoit en un miroir, & rioit de se voir ainsi. Mais peu aprés sentant
que cela l'empechoit, quoy qu'au mois d'Octobre, quand il fut retourné
aux cabannes il le distribua à plusieurs de ses gens, afin qu'un seul
n'en fût trop empeché. Ceci devroit servir de leçon à tant de mignons &
migones de deça, à qui il faut faire des habits & corselets durs comme
bois, où le corps est si miserablement gehenné, qu'ilz sont dans leurs
vétemens inhabiles à touts bonnes choses: Et s'il fait trop chaut ilz
souffrent dans leurs groz culs à mile replis, des chaleurs
insupportables, qui surpassent les douleurs que l'on fait quelquefois
sentir aux criminels.

Or durant le temps que ledit sieur de Poutrincourt fut là, étant en
doute si le sieur de Monts viendroit point faire une habitation en cette
côte, comme il en avoit desir, il y fit cultiver un parc de terre pour y
semer du blé, & planter la vigne, comme il fit à l'aide de nôtre
Apoticaire M. Louis Hebert, homme qui outre l'experience qu'il a en son
art, prent grand plaisir au labourage de la terre. Et peut-on ici
comparer ledit sieur de Poutrincourt au bon pere Noé, lequel aprés avoir
fait la culture la plus necessaire regarde la semaille des blez, se mit
à planter à la vigne, de laquelle il ressentit les effects par aprés.

Sur le point qu'on deliberoit de passer outre, _Olmechin_ vint à la
barque pour voir le sieur de Poutrincourt, là où aprés s'étre arreté par
quelques heures soit à deviser, soit à manger, il dit que le lendemain
devoient arriver cent bateaux contenans chacun six hommes: mais la venuë
de telles gens n'étant qu'une reuse, le sieur de Poutrincourt ne les
voulut attendre: ains s'en alla le jour méme à Malebarre, non sans
beaucoup de difficultés a cause des grans courans & du peu de font qu'il
y a. De maniere que la barque ayant touché à trois piez d'eau seulement
on pensoit étre perdu, & commença-on à la décharger & mettre les vivres
dans la chaloupe qui étoit derriere, pour se sauver en terre: mais la
mer n'étant en son plein, la barque fut relevée au bout d'une heure.
Toute cette mer est une terre usurpée comme celle du Mont saint Michel,
terre sablonneuse, en laquelle ce qui reste est tout plat païs jusques
aux montagnes que l'on voit à quinze lieuës de là. Et ay opinion que
jusques à la Virginie c'est tout de méme. Au surplus ici grande quantité
de raisins comme devant, & païs fort peuplé. Le sieur de Monts étant
venu à Malebarre en autre saison recuillit seulement du raisin vert,
lequel il fit confire, & en apporta au Roy. Mais ç'a eté un heur d'y
étre venu en Octobre pour en voir la parfaite maturité. J'ay dit
ci-devant la difficulté qu'il y a d'entrer au port de Malebarre, C'est
pourquoy le sieur de Poutrincourt n'y entra point avec sa barque, ains y
alla seulement avec une chaloupe, laquelle trente ou quarante Sauvages
aiderent à mettre dedans, & comme la marée fut haute (or ici la mer ne
hausse que de deux brasses, ce qui est rare à voir) il en sortit & se
retira en ladite barque, pour dés le lendemain, si töt qu'il
ajourneroit, passer outre.



_Perils: Langage inconu: Structure d'une forge, & d'un four: Croix
plantée: Abondance: Conspiration: Desobeissance Assassinat: Fuite de
trois cent contre dix: Agilité des Armouchiquois: Propheties de nôtre
temps. Barbin. Marquis d'Ancre: Accident d'un mousquet crevé: Insolence,
timidité, impieté, & fuite des Sauvages: Port fortuné: Mer mauvaise,
Vengeance: Conseil & resolution sur le retour: Nouveaux perils: Faveurs
de Dieu: Arrivée du sieur de Poutrincourt au Port Royal: & la reception
à lui faite._

CHAP. XV

LA nuit commençant à plier bagage pour faire place à l'aurore on mit la
voile au vent, mais ce fut avec une navigation fort perilleuse. Car avec
ce petit vaisseau, qui n'étoit que de dix-huit tonneaux, il étoit force
de côtoyer la terre, où noz gens ne trouvoient point de fond: reculans à
la mer c'étoit encore pis: de maniere qu'ilz toucherent deux ou trois
fois, étans relevez seulement par les vagues; & sur le gouvernail rompu,
qui étoit chose effroyable. En cette extremité furent contraints de
mouiller l'ancre en mer à deux brasses d'eau & à trois lieuës loin de la
terre. Ce que fait, le sieur de Poutrincourt envoye Daniel Hay (homme
qui se plait de montrer sa vertu aux perils de la mer) vers la côte,
pour la reconoitre, & voir s'il y avoit point de port. Et comme il fut
prés de terre il vit un Sauvage qui dansoit chantant _yo, yo, yo_, le
fit approcher, & par signes lui demanda s'il y avoit point de lieu
propre à retirer navires, & où il y eût de l'eau douce. Le Sauvage ayant
fait signe qu'ouï, il le receut en sa chaloupe, & le mena à la barque,
dans laquelle étoit _Chkoudun_, Capitaine de la riviere _Oigoudi_,
autrement Saint Jean, lequel confronté à ce Sauvage, il ne l'entendoit
non plus que les nôtres. Vray est que par signes il comprenoit mieux
qu'eux ce qu'il vouloit dire. Ce Sauvage montra les endroits où il y
avoit des basses, & où il n'y en avoit point. Et fit si bien en
serpentant, toujours la sonde à la main qu'en fin on parvint au port
qu'il avoit dit, auquel y a peu de profond là où étant la barque
arrivée, on fit diligence de faire une forge pour la racoutrer avec son
gouvernail; & un four pour cuire du pain, parce que le biscuit étoit
failli.

Quinze jours se passerent à ceci, pendant léquels le sieur de
Poutrincourt selon la louable coutume des Chrétiens, fit charpenter &
planter une Croix sur un tertre, ainsi qu'avoit fait deux ans auparavant
le sieur de Monts à _Kinibeki_, & Malebarre. Or parmi ces laborieux
exercices on ne laissoit de faire bonne chere de ce que la mer & la
terre peut en cette part fournir. Car en ce port il y a quantité de
gibier, à la chasse duquel plusieurs de noz gens s'employoient:
principalement les Alouettes de mer y sont en si grandes troupes que
d'un coup d'arquebuze le sieur de Poutrincourt en tua vint-huit. Pour le
regard des poissons il y a des marsoins & souffleurs en telle abondance,
que la mer en semble toute couverte. Main on n'avoit les choses
necessaires à faire cette pécherie, ains on s'arrétoit seulement aux
coquillages, comme huitres, palourdes, ciguenaux, & autres dequoy il y
avoit moyen de se contenter. Les Sauvages d'autre par apportoient du
poisson & des raisins pleins des paniers de jonc, pour avoir en échange
quelque chose de noz denrées. Ledit sieur de Poutrincourt voyant là les
raisins beaux à merveilles avoit commandé à son homme de chambre de
serrer dans la barque un fais des vignes où ils avoient eté pris. Maitre
Loys Hebert nôtre Apoticaire desireux d'habiter ce païs-là, en avoit
arraché une bonne quantité, afin de les planter au Port-Royal, où il n'y
en a point, quoy que la terre y soit fort propre au vignoble. Ce qui
toutefois (par une stupide oubliance) ne fut fait, au grand déplaisir
dudit sieur & de nous tous.

Aprés quelques jours, voyant la grande assemblée de Sauvages, en nombre
de cinq à six cens, icelui sieur descendit à terre, & pour leur donner
quelque terreur, fit marcher devant lui un de ses gens jouant de deux
épées, & faisant avec icelles maints moulinets. Dequoy ils étoient
étonnez. Mais bien encore plus quand ilz virent que noz mousquets
perçoient des pieces de bois épesses, où leurs fleches n'eussent sçeu
tant seulement mordre. Et pour ce ne s'attaquerent-ilz jamais à noz gens
tant qu'ilz se tindrent en garde. Et eût eté bon de faire sonner la
trompette au bout de chacune heure, comme faisoit le Capitaine Jacques
Quartier. Car comme dit bien souvent ledit sieur de Poutrincourt: _Il ne
faut jamais tendre aux larrons_, c'est qu'il ne faut donner sujet à un
ennemi de penser qu'il puisse avoir prise sur vous: ains toujours
montrer qu'on se deffie de lui, & qu'on ne dort point: & principalement
quand on a affaire à des Sauvages, léquels n'attaqueront jamais celui
qui les attendra de pié ferme. Ce qui ne fut fait en ce lieu par ceux
qui porterent la folle enchere de leur negligence, comme nous allons
dire.

Au bout de quinze jours ledit sieur de Poutrincourt voyant sa barque
racoutrée, & ne rester plus qu'une fournée de pain à achever, il s'en
alla environ trois lieuës dans les terres pour voir s'il découvriroit
quelque singularité. Mais au retour lui & ses gens apperceurent les
Sauvages fuyans par les bois en diverses troupes de vint, trente, &
plus, les uns se baissans comme gens qui ne veulent étre veuz: d'autres
bloutissans dans les herbes pour n'étre aperceuz: d'autres transportans
leurs bagages, & canots pleins de blé, comme pour deguerpir: Les femmes
d'ailleurs transportans leurs enfans, & ce qu'elles pouvoient de bagage
avec elles. Ces façons de faire donnerent opinion au sieur de
Poutrincourt que ses gens ici machinoient quelque chose de mauvais:
Partant quand il fut arrivé il commanda à ses gens qui faisoient le pain
de se retirer en la barque. Mais comme jeunes gens sont bien souvent
oublieux de leur devoir, ceux-ci ayans quelque gateau ou tarte à faire
aimerent mieux suivre leur appetit que ce qui leur étoit commandé, &
laisserent venir la nuit sans se retirer. Sur la minuit le sieur de
Poutrincourt ruminant sur ce qui s'étoit passé la journée precedente,
demanda s'ils étoient dedans la barque. Et ayant entendu que non, il
leur envoya la chaloupe pour les prendre & amener à bord à quoy ils ne
voulurent entendre, fors son homme de chambre, qui craignoit d'étre
battu, ils étoient cinq armez de mousquets & épées léquels on avoit
averty d'étre toujours sur leurs gardes, & neantmoins ne faisoient aucun
guet; tant ils étoient amateurs de leurs volontés. Il étoit bruit
qu'auparavant ils avoient tiré deus coups de mousquets sur les Sauvages
pource que quelqu'un d'eux avoit derobé une hache. Somme iceux Sauvages
ou indignés de cela, ou par un mauvais naturel; sur le point du jour
vindrent sans bruit (ce qui leur est aisé à faire, n'ayans ni chevaux,
ni charettes, ni sabots) jusques sur le lieu où ilz dormoient: & voyans
l'occasion belle à faire un mauvais coup, ilz donnent dessus à traits de
fléches & coups de masses, & en tuent deux, le reste demeurant blessé
commencerent à crier fuians vers la rive de la mer. Lors celui qui
faisoit la sentinelle dans la barque, s'écrie tout effrayé, Aux armes,
on tue noz gens, on tue noz gens. A cette voix chacun se leve, &
hativement sans prendre le loisir de s'habiller, ni d'allumer sa méche,
se mirent dix dans la chaloupe, des noms déquels je ne me souvient,
sinon de Champlein, Robert Gravé fils du sieur du Pont, Daniel Hay, les
Chirurgien & Apothicaires, & le Trompette tous léquels suivans ledit
sieur de Poutrincourt, qui avoit son fils avec lui descendirent à terre
en pur corps.

Mais les Sauvages s'enfuirent belle erre, encores qu'ils fussent plus de
trois cens, sans ceux qui pouvoient étre tapis dans des herbes (selon
leur coutume) qui ne se montroient point. En quoy se reconoit comme Dieu
imprime je ne sçay quelle terreur en la face des fideles à l'encontre
des mécreans, suivant la parole, quand il dit à son peuple eleu: _Nul ne
pour substituer devant vous, Le Seigneur vôtre Dieu mettra une frayeur &
terreur de vous sur toute la terre sur lesquelles vous marcherés_. Ainsi
nous voyons que cent trente-cinq milles combatans Madianites s'enfuirent
& s'entretuerent eux-mémes au-devant de Gedeon qui n'avoit que trois
cens hommes. Or de penser poursuivre ceux-ci c'eût peine perdue, car ils
sont trop legers à la couse: Mais qui auroit des chevaux il les gateroit
bien: car ils ont force petits sentiers pour aller d'un lieu à autre (ce
qui n'est au Port Royal) & ne sont leurs bois épais, & outre ce encor on
force terre découverte, où sont leurs maisons, ou cabannes au milieu de
leur labourage.

Pendant que le sieur de Poutrincourt venoit à terre, on tira la barque
quelques coups de petites pieces de fonte sur certains Sauvages qui
étoient sur un tertre, & en vit-on quelques-uns tomber, mais ilz sont si
habiles à sauver leurs morts qu'on ne sait qu'en penser. Ledit sieur
voyant qu'il ne profiteroit rien de les poursuivre, fit faire des fosses
pour enterrer ceux qui étoient decedez, léquels j'ay dit étre deux, mais
il y en eut un qui mourut sur le bord de l'eau pensant se sauver, & un
quatriéme qui fut si fort navré de fleches qu'il mourut étant rendu au
Port Royal. Le cinquiéme avoit une fleche dans la poitrine, mais il
échappa pour cette fois là: & vaudroit mieux qu'il y fût mort: car on
nous a frechement rapporté qu'il s'est fait pendre en l'habitation que
le sieur de Monts entretient à _Kebec_ sur la grande riviere de
_Canada_, ayant été autheur d'une conspiration faite contre Champlein.
Et quant à ce desastre il a été causé par la folie & desobeissance d'un
que je ne veux nommer, puis qu'il est mort, lequel faisoit le coq entre
des jeunes gens à lui trop credules, qui autrement étoient d'assez bonne
nature; & pource qu'on ne le vouloit enivrer, avoit juré (selon sa
coutume) qu'il ne retourneroit point dans la barque, ce qui avint aussi.
Car il fut trouvé mort la face en terre ayant un petit chien sur son
doz, tous-deux cousus ensemble & transpercez d'une méme fleche.

Sur l'occurence de cette prophetie il me plait d'en rapporter deux de
méme étoffe & tres-veritables avenues à la conservation de la France, la
veille Saint-Marc en cette année mille six cens dix-sept, léquelles
n'ont point eté remarquées par tous ceux qui ont fait des libelles sur
la mort du Marquis d'Ancre. La premiere est de Barbin, qui fut fait
Conterolleur general des finances en la place de Monsieur le President
Jeannin, lequel n'étoit aggreable, par-ce qu'il étoit trop bon François.
Cet homme voyant trois ou quatre Princes & quelques Seigneurs seuls &
foibles, s'opposer à la tyrannie que ledit Marquis avoit occupée souz le
nom du Roy, disoit ordinairement que ces affaires ne dureroient point
jusques à la fin de May, & que dans ce temps ces Princes & Seigneurs
(qui se sacrifioient pour leur patrie) seroient réduits à la necessité
de se rendre. Ce qui en apparence étoit veritable. Mais Dieu juste juge
y pourveut, ayant contre l'esperance commune fortifié l'esprit & le
courage de ce jeune Prince Roy, en sorte qu'en moins d'un tourbillon
cette haute puissance qui vouloit éprouver jusques où à quel point &
degré la Fortune pouvoit elever un homme, fut tout à plat abbattue, &
entierement ruinée par la mort de cet ambitieux trop enivré des faveurs
qu'il ne méritoit point.

L'autre Prophete que je eux dire a eté cetui-ci méme, lequel en son
dernier voyage fait à Paris, passant par Ecouï à sept lieuës de Roüen
eut plainte d'une servante de l'epée Royale, où il étoit logé, que la
guerre leur coutoit beaucoup, & ne leur venoit plus d'hostes: Surquoy il
repartit, disant: Ma fille je m'en vay à Paris; Si je retourne nous
aurons la guerre; Sinon, nous aurons la paix. Ce qui est arrivé, mais en
un autre sens qu'il ne l'entendoit. Car certes il s'attendoit pas de
mourir si tôt; & sa mort tant desirée & necessaire nous a en un moment
ramené la paix, a garenti ces bons & genereux Princes d'une entiere
ruine, & a sauvé le Roy & la maison Royale, de qui l'Etat & la vie ne
pendoit qu'à un filet que pretendoit bien-tôt couper ce mal-heureux
Pisandre.

Ainsi plusieurs prophetizent quelquefois contre leur sens & entente,
dont l'exemple nous est assez notoire en l'histoire sainte par la
prophetie de Balaam. Main revenons à nos Armouchiquois.

En cette mauvaise occurence le fils du sieur du Pont susnommé eut trois
doits de la main emportez de l'éclat d'un mousquets qui se creva pour
étre trop chargé. Ce qui trouble fort la compagnie laquelle étoit assez
affligée d'ailleurs. Neantmoins on ne laissa de rendre le dernier devoir
aux morts, léquels on enterra au pié de la Croix qu'on avoit là plantée,
comme a été dit. Mais l'insolence de ce peuple barbare fut grande aprés
les meurtres par eux commis, en ce que comme noz gens chantoient sur nos
morts les oraisons & prieres funebres accoutumées en l'Eglise, ces
maraux; id-je, dansoyent & hurloyent loin de là se rejouissans de leur
trahison: & pourtant, quoy qu'ilz fussent grand nombre, ne se
hazardoyent pas de venir attaquer les nôtres, léquels ayans à leur
loisir fait ce que dessus, pource que la mer baissait fore, se
retirerent en la barque, dans laquelle étoit demeuré Champ-doré pour la
garde d'icelle. Mais comme la mer fut basse, & n'y avoit moyen de venir
à terre, cette méchante gent vint derechef au lieu où ils avoient fait
le meurtre; arracherent la Croix, deterrerent l'un des morts, prindrent
sa chemise, & la vétirent, montrans leurs depouilles qu'ils avoient
emportées: & parmi ceci encore tournans le dos à la barque jettoient du
sable à deux mains par entre les fesses en derision, hurlans comme des
loups: ce qui facha merveilleusement les nôtres, léquels ne manquoient
de tirer sur eux leurs pieces de fonte, mais la distance étoit fort
grande, & avoient des-ja cette ruse de se jetter par terre quand ils
voyoient mettre le feu, de sorte qu'on ne sçavoit s'ils avoient été
blessés ou autrement: & fallut par necessité boire ce calice, attendant
la marée, laquelle venue & suffisante pour porter à terre, comme ilz
virent nos gens s'embarquer en la chaloupe, ilz s'enfuirent comme
levriers, se fians en leur agilité. Il y avoit avec les nôtres un
Sagamos nommé _Chkoudun_, duquel nous avons parlé ci devant, lequel
avoit grand déplaisir de tout ceci: & vouloit seul aller combattre cette
multitude, mais on ne le voulut permettre. Et à tant on releva la Croix
avec reverence, & enterra-on de rechef le corps qu'ils avoient déterrés.
Et fut ce port appellé le _Port Fortuné_.

Le lendemain on mit la voile au vent pour passer outre & découvrir
nouvelles terres: mais on fut contraint par le vent contraire de
relacher & r'entrer dans ledit Port. L'autre lendemain on tenta derechef
d'aller plus loin, mais ce fut en vain, & fallut encores relacher
jusques à ce que le vent fût propre. Durant cette attente les Sauvages
(pensans, je croy que ce ne fût que jeu ce qui s'étoit passé) voulurent
se r'apprivoiser, & demanderent à troquer, faisant semblant que ce
n'étoient pas eux qui avoient fait le mal mais d'autres, qu'ilz
montroient s'en étre allez. Mais ilz n'avoient pas l'avisement de ce qui
est en une fable, que la Cigogne ayant été prise parmi les Grues qui
furent trouvées en dommage, fut punie comme les autres, nonobstant
qu'elle dist que tant s'en fallût qu'elle fit mal qu'elle purgeoit la
terre des serpens qu'elle mangeoit. Le sieur de Poutrincourt donc les
laissa approcher, & fit semblant de vouloir prendre leurs denrées, qui
étoient du petun, quelques chaines, colliers, & brasselets faits de
coquilles de Vignaux (appelés _Esurgni_, au discours du second voyage de
Jacques Quartier) fort estimés entre eux: item de leurs blé, féves,
arcs, fleches, carquois, & autres menues bagatelles. Et comme la societé
fut renouée, ledit sieur commanda à neuf ou dix qu'il avoit avec lui de
mettre les meches de leurs mousquets en façon de laqs, & qu'au signal
qu'il feroit chacun jettât son cordeau sur la téte de celui des Sauvages
qu'ils auroient accosté, & s'en saisist, comme le maitre des hautes
oeuvres fait de sa proye: & pour l'effect de ce, que la moitié s'en
allassent à terre, tandis qu'on les amuserait à troquer dans la
chaloupe. Ce qui fut fait: mais l'execution ne fut pas du tout selon son
desir. Car il pretendoit se servir de ceux que l'on prendroit comme de
forçats au moulin à bras & à couper dus bois. A quoy par trop grande
precipitation on manqua. Neantmoins il y en eut six ou sept charpentés &
taillés en pieces léquels ne peurent point si bien courir dans l'eau
comme en la campagne, & furent attendus au passage par ceux des nôtres
qui étoient demeurés à terre. Le Sauvage _Chkoudun_ mentionné ci-devant,
rapportoit une des tétes de ceux-là, mais par fortune elle tomba dans la
mer, dont il eut tant de regret, qu'il en pleuroit à chaudes larmes.

Cela fait, le lendemain on s'efforça d'aller plus avant, nonobstant que
le vent ne fût à propos, mais on avança peu, & vit-on tant seulement une
ile à six ou sept lieuës loing, à laquelle il n'y eut moyen de parvenir,
& fut appellée _l'ile Douteuse_. Ce que consideré, & que d'une part on
craignoit manquer de vivres, & d'autres que l'hiver n'empechât la
course; & d'ailleurs encores, qu'il y avoit deux malades, auquels on
n'esperoit point de salut: Conseil pris, fut resolu de retourner au
Port-Royal, étant, outre ce que dessus, encore le sieur de Poutrincourt
en souci pour ceux qu'il avoit laissé. Ainsi on vint pour la troisiéme
fois au Port Fortuné, là où ne fut veu aucun Sauvage.

Au premier vent propre ledit sieur fit lever l'ancre pour le retour, &
memoratif des dangers passez, fit cingler en pleine mer: ce qui abbregea
sa route. Mais non sans un grand desastre du gouvernail qui fut derechef
rompu de maniere qu'étant à l'abandon des vagues, ils arriverent en fin
au mieux qu'ilz peurent aux iles de _Norembega_, où ilz la racoutrerent.
Et au sortir d'icelles vindrent à _Menane_ ile d'environ six lieuës de
long entre Sainte-Croix, & le Port-Royal, où ils attendirent le vent,
lequel étant venu aucunement à souhait, au partir de là nouveaux
desastres. Car la chaloupe qui étoit attachée à la barque fut poussée
d'un coup de mer rudement, rudement, que de sa pointe elle rompit tout
le derriere d'icelle, où étoit ledit sieur de Poutrincourt, & autres. Et
d'ailleurs n'ayans peu gaigner le passage dudit Port-Royal, la marée
(qui vole en cet endroit) les porta vers le fond de la Baye Françoise,
d'où ilz ne sortirent point à leur aise, & se trouverent en aussi grand
danger qu'ils eussent été oncques auparavant: d'autant que voulans
retourner d'où ils étoient venus ilz se virent portez de la marée & du
vent vers la côte, qui est de hauts rochers & precipices: là où s'ilz
n'eussent doublé une pointe qui les menaçoit de ruine, c'eût été fait
d'eux. Mais en des hautes entreprises Dieu veut éprouver la confiance de
ceus qui combattent pour son nom, & de voir s'ilz ne branleront point:
il les meine jusques à la porte de l'enfer, c'est à dire du sepulchre, &
neantmoins les tient par la main, afin qu'ilz ne tombent dans la fosse,
ainsi qu'il est écrit: _Ce suis-je, ce suis-je moy, & n'y a point de
Dieu avec moy. Je fay mourir, & fay vivre: je navre, & je gueri: & n'y a
personne qui puisse delivrer aucun de ma main._ Ainsi avons-nous dit
quelquefois ci-devant, & veu par effet, que combien qu'en ces
navigations se soient presentez mille dangers, toutefois il ne s'est
jamais perdu un seul homme par mer, jaçoit que de ceux qui vont tant
seulement Pour les Morues, & le traffic des pelleteries, il y en demeure
assez souvent: témoins quatre pécheurs Maloins qui furent engloutis des
eaux étans allés à la pécherie; lors que nous étions sur le retour en
France: Dieu voulant que nous reconoissions tenir ce benefice de lui, &
manifester sa gloire de cette façon, afin que sensiblement on voye que
c'est lui qui est autheur de ces saintes entreprises, léquelles ne se
font par avarice, ni par l'injuste effusion du sang, mais par un zele
d'établir son nom, & sa grandeur parmi les peuples qui ne le conoissent
point. Or aprés tant de faveurs du ciel, c'est à faire à ceux qui les
ont receues à dire comme le Psalmiste-Roy bien aimé de Dieu:

_Tu m'as tenu la dextre, & ton sage vouloir_
_M'a seurement guidé, jusqu'à me faire voir_
      _Mainte honorable grace_
      _En cette terre basse._

Aprés beaucoup de perils (que je ne veux comparer à ceux d'Ulisse, ni
d'Ænée, pour ne souiller noz voyages saints parmi l'impureté) le sieur
de Poutrincourt arriva au Port-Royal le quatorziéme de Novembre, où nous
le receumes joyeusement & avec une solennité toute nouvelle pardela. Car
sur le point que nous attendions son retour avec grand desir, (& ce
d'autant plus, que si mal lui fût arrivé nous eussions été en danger
d'avoir de la confusion) je m'avisay de representer quelque gaillardise
en allant au-devant de lui, comme nous fimes. Et d'autant que cela fut
en rhimes Françoises faites à la hâte, je l'ay mis avec _Les Muses de la
Nouvelle-France_ souz le tiltre de THEATRE DE NEPTUNE, où je renvoye mon
Lecteur. Au surplus pour honorer davantage le retour de nôtre action,
nous avions mis au dessus de la porte de nôtre Fort les armes de France,
environnées de couronnes de lauriers (dont il y a là grande quantité au
long des rives des bois) avec la devise du Roy, DVO PROTEGIT VNVS. Et au
dessous celles du sieur de Monts avec cette inscription, DABIT DEVS HIS
QVOQVE FINEM: et celle du sieur de Poutrincourt avec cette autre
inscription, INVIA VIRTVTI NVLLA EST VIA, toutes deux aussi ceintes de
chapeaux de lauriers.



_Etat de semailles: Institution de l'ordre de Bon-temps: Comportement
des Sauvages parmi les François: Etat de l'hiver: Pourquoy en ce temps
pluies & brumes rares: Pourquoy pluies frequentes entre les tropiques:
Neges utiles la terre: Etat de Janvier: Conformité de temps en l'antique
& Nouvelle-France: Pourquoy Printemps tardif: Culture de jardins:
Rapport d'iceux: Moulin à eau: Manne de harens: Preparation pour le
retour: Invention du sieur de Poutrincourt: Admiration des Sauvages:
Nouvelles de France._

CHAP. XVI

APRES la rejouissance publique cessée, le sieur de Poutrincourt eut soin
de voir ses blés, dont il avoit semé la plus grande partie à deux lieuës
loin de nôtre Fort en amont de la riviere de l'Equille, dite du Dauphin:
& l'autre à-l'entour de nôtredit Fort: & trouva les premiers semez bien
avancés, & non les derniers qui avoient eté semez les sixiéme & dixiéme
de Novembre, léquels toutefois ne laisserent de croitre souz la nege
durant l'hiver, comme je l'ay remarqué Ce seroit chose longue de vouloir
minuter tout ce qui se faisoit durand l'hiver entre nous: comme de dire
que ledit sieur fit faire plusieurs fois du charbon, celui de forge
étant failli: qu'il fit ouvrir des chemins parmi les bois: que nous
allions à travers les forets souz la guide du Kadran, & autres choses
selon les occurrences. Mais je diray que pour nous tenir joyeusement &
nettement, quant aux vivres, fut établi un Ordre en la Table dudit sieur
de Poutrincourt, qui fut nommé L'ORDRE DE BON-TEMPS, mis premierement en
avant par Champlein, suivant lequel ceux d'icelle table étoient
Maitres-d'hotel chacun à son tour, qui étoit en quinze jours une fois.
Or avoit-il le soin de faire que nous fussions bien & honorablement
traités. Ce qui fut si bien observé, que (quoy que les gourmans de deça
nous disent souvent que là nous n'avions point la rue aux Ours de Paris)
nous y avons fait ordinairement aussi bonne chere que nous sçaurions
fair en cette rue aux Ours, & à moins de frais. Car il n'y avoit celui
qui deux jours devant que son tour vint ne fût soigneus d'aller à la
chasse, ou la pecherie, & n'apportat quelque chose de rare, outre ce qui
étoit de nôtre ordinaire. Si bien que jamais au déjeuner nous n'avons
manqué de saupiquets de chair ou de poissons: & au repas du midi & du
soir encor moins: car c'étoit le grand festin, là où l'Architriclin, ou
Maitre-d'hotel (que les Sauvages appellent _Atoctegie_) ayant fait
preparer toutes choses au cuisinier, marchoit la serviete sur l'épaule,
le baton d'office en main, le collier de l'Ordre au col, & tous ceux
d'icelui Ordre aprés lui portans chacun son plat. Le méme étoit au
dessert, non toutefois avec tant de suite. Et au soir avant rendre
graces à Dieu, il resignoit le collier de l'Ordre avec un verre de vin à
son successeur en la charge, & buvoient l'un à l'autre. J'ay dit
ci-devant que nous avions du gibier abondamment, Canars, Outardes, Oyes
grises & blanches, perdris, alouettes, & autres oiseaux: Plus des chairs
d'Ellans, de Caribous, de Castors, de Loutres, d'Ours, de Lapins, de
Chats-Sauvages, ou Leopars, de _Nibachés_, & autres telles que les
Sauvages prenoient, dont nous faisions chose qui valoit bien ce qui est
en la rotisserie de la rue aux Ours: & plus encor: car entre toutes les
viandes il n'y a rien de si tendre que la chair d'Ellan (dont nous
faisions aussi de bonne patisserie) ni de si delicieux que la queue du
Castor. Mais nous avons eu quelquefois demie douzaine d'Eturgeons tout à
coup que les Sauvages nous ont apportez, déquels nous prenions une
partie en payant, & le reste on leur permettoit vendre publiquement &
troquer contre du pain, dont nôtre peuple abondoit, & quant à la viande
ordinaire portée de France cela étoit distribué egalement autant au plus
petit qu'au plus grand. Et ainsi étoit du vin, comme a été dit.

En telles actions nous avions toujours vint ou trente Sauvages, hommes,
femmes, filles, & enfans, qui nous regardoient officier. On leur
baillait du pain gratuitement comme on feroit à des pauvres. Mais quant
au _Sagamos Membertou_, & autres _Sagamos_ (quand il en arrivoit
quelqu'un) ils étoient à la table mangeans & buvans comme nous: & avions
plaisir de les voir, comme au contraire leur absence nos étoit triste:
ainsi qu'il arriva trois ou quatre fois que tous s'en allerent és
endroits où ilz sçavoient y avoir de la chasse, & emmenerent un des
nôtres lequel véquit quelques Six semaines comme eux sans sel, sans
pain, & sans vin, couché à terre sur des peaus, & en temps de neges. Au
surplus ils avoient soin de lui (comme d'autres qui sont souvent allés
avec eux plus que d'eux-mémes), disans que s'ils mouroient on leur
imposeroit qu'ilz les auroient tués: & par ce se conoit que nous
n'étions comme degradés en une ile ainsi que le sieur de Villegagnon au
Bresil. Car ce peuple aime les François, & en un besoin s'armeront tous
pour les soutenir.

Or, pour ne nous égarer, tels regimes dont nous avons parlé, nous
servoient de preservatifs contre la maladie du païs. Et toutefois il
nous en deceda quatre en Fevrier & Mars de ceux qui étoient ou chagrins,
ou paresseux: & me souvient de remarquer que tous ils avoient leurs
chambres du côté d'Oest, & regardant sur l'étendue du Port, qui est de
quatre lieuës préque en ovale. D'ailleurs ils étoient mal couchés, comme
tous. Car les maladies precedentes, & le depart du Sieur du Pont en la
façon que nous avons dit, avoient fait que l'on avoit jetté dehors les
matelats, & étoient pourris, & ceux qui s'en allerent avec ledit sieur
du Pont emporterent ce qui restoit de draps de licts disans qu'ils
étoient à eus. De maniere que quelques uns des nôtres eurent le mal de
bouche, & l'enflure de jambes, à la façon des phthisiques: qui est la
maladie que Dieu envoya à son peuple au desert en punition de ce qu'ilz
s'étoient voulu engraisser de chair, ne se contentans de ce que le
desert leur fournissoit par la volonté divine.

Nous eumes beau temps préque tout l'hiver. Car les pluies, ni les
brumes, n'y sont si frequentes qu'ici, soit en lamer, soit en la terre:
& ce pour autant que les rayons du soleil en cette saison n'ont pas la
force d'élever les vapeurs d'ici bas, mémement en un païs tout forétier.
Mais en Eté cela se fait sur tous les deux, lors que leur force est
augmentée, 7 se resoudent ces vapeurs subitement ou tardivement selon
qu'on approche de la ligne æquinoctiale. Car nous voyons qu'entre les
deux tropiques les pluies sont abondantes en mer & en terre, &
specialement au Peru, & en Mexique plus qu'en l'Afrique, pource que le
soleil par un si long espace de mer ayant humé beaucoup d'humidités de
tout l'Ocean, il les resout en un moment par la grande force de sa
chaleur, là où vers la Terre-neuve ces vapeurs s'entretiennent long
temps en l'air devant que se condenser en pluie, ou étre dissipées: ce
qui est en Eté (comme nous avons dit) & non en hiver: & en la mer plus
qu'en la terre. Car en la terre les brouillas du matin servent de
rousée, & tombent sur les huit heures: & en la mer ilz durent deux,
trois, & huit jours, comme nous avons souvent experimenté.

Or puis que nous sommes sur l'hiver disons que les pluies en tel temps
étans rares par-dela aussi y fait-il beau soleil aprés que la nege est
tombée, laquelle nous avons eue sept ou huit fois, mais elle se fondoit
facilement és lieux découverts, & la plus constante a été en Février.
Quoy que ce soit, la nege moderée est fort utile aux fruits de la terre,
pour les conserver contre la gelée, & leur servir comme d'une robbe
fourrée. Ce que Dieu fait par une admirable providence, pour ne ruiner
les hommes, & comme dit le Psalmiste.

_Il donne la nege chenue_
_Comme laine à tas blanchissant,_
_Et comme la cendre menue_
_Repand les frimas brouissans._

Et comme le ciel n'est gueres souvent couvert de nuées vers la
Terre-neuve en temps d'hiver, aussi y a il des gelées matinales,
léquelles se renforcent sur la fin de Janvier, en Février, & au
commencement de Mars: car jusques audit temps de Janvier nous y avons
toujours été en pourpoint: & me souvient que le quatorziéme de ce mois
par un Dimanche aprés midi nous nous rejouissions chantans Musique sur
la riviere de l'Equille: & qu'en ce méme mois nous allames voir les blez
à deux lieuës de nôtre Fort, & dinames joyeusement au soleil. Je ne
voudroy toutefois dire que toutes les années fussent semblables à
celle-ci. Car comme cet hiver là fut semblablement doux pardeçà, le
dernier hiver de l'an mil six cens sept, le plus rigoureux qu'on vit
jamais, a aussi été de méme par-delà, en sorte que beaucoup de Sauvages
sont morts par la rigueur du temps ainsi qu'en France beaucoup de
pauvres, & de voyagers. Mais je diray que l'année de devant que nous
fussions en la Nouvelle-France, l'hiver n'avoit point eté rude, ainsi
que m'ont testifié ceux qui y avoient demeuré avant nous.

Voila ce qui regarde la saison de l'hiver. Mais je ne suis point encore
bien satisfait en la recherche de la cause pourquoy en méme parallele la
saison est par-dela plus tardive d'un mois qu'ici, & n'apparoissent les
fueilles aux arbres que sur le declin du mois de May: si ce n'est que
nous disions que l'epesseur des bois & grandeur des foréts empéche le
soleil d'échauffer la terre: item que le païs où nous étions est voisin
de la mer, & plus sujet au froid comme participant du Perou païs
semblablement froid à l'égard de l'Afrique; & d'ailleurs que cette terre
n'ayant jamais été cultivée, est plus condense, & ne peuvent les arbres
& plantes aisément tirer le suc de leur mere. En recompense dequoy aussi
l'hiver y est plus tardif, comme nous avons n'agueres dit.

Les froidures étans passées, sur la fin de Mars tous les volontaires
d'entre nous se mirent à l'envi l'un de l'autre à cultiver la terre, &
faire des jardins pour y semer, & en recueillir des fruits. Ce qui vint
bien à propos. Car nous fumes fort incommodez l'hiver faute d'herbes de
jardins. Quand chacun eut fait ses semailles, c'étoit un merveilleux
plaisir de les voir croitre & profiter chacun jour, & encore plus grand
contentement d'en user si abondamment que nous fimes: si bien que ce
commencement de bonne esperance nous faisoit préque oublier nôtre païs
originaire, & principalement quand le poisson commença à rechercher
l'eau douce & venir à foison dans noz ruisseaux, tant que nous n'en
sçavions que faire. Ce que quant je considere, je ne me sçaurois assés
étonner comme il est possible que ceux qui ont eté en la Floride ayent
souffert de si grandes famines, veu la temperature de l'air qui est
préque sans hiver, & que leur famine vint és mois d'Avril, May, Juin,
auquels ilz ne devoient manquer de poissons.

Tandis que les uns travailloient à la terre, le sieur de Poutrincourt
fit preparer quelques batimens pour loger ceux qu'il esperoit nous
devoir succeder. En considerant combien le moulin à bras apportoit de
travail, il fit faire un moulin à eau, qui fut fort admiré des Sauvages.
Aussi est-ce une invention qui n'est pas venue és esprits des hommes dés
les premiers siecles. Depuis cela nos ouvriers eurent beaucoup de repos:
car ilz ne faisoient préque rien pour la pluspart. Mais je puis dire que
ce moulin nous fournissoit de Harens trois fois plus qu'il ne nous en
eût fallu pour vivre, à la diligence de noz Meuniers: car la mer étant
haute venoit jusqu'au moulin, au moyen dequoy le haren allant s'égayer
par deux heures en l'eau douce, étoit pris de bonne guerre au retour. Le
sieur de Poutrincourt en fit saller deux bariques, & une barique de
Sardines pour en faire montre en France.

Parmi toutes ces choses ledit sieur de Poutrincourt ne laissoit de
penser au retour. Ce qui étoit un fait d'homme sage. Car il ne se faut
jamais tant fier aux promesses des hommes que l'on ne considere qu'il y
arrive bien souvent beaucoup de desastre en peu d'heure. Et partant dés
le mois d'Avril il fit accommoder deux barques, une grande, & une
petite, pour venir chercher les navires de France vers _Campseau_, ou la
Terre-neuve, cas avenant que n'eussions point de secours. Mais la
charpenterie faite, un seul mal nous pouvoit arréter, c'est que nous
n'avions point de bray pour calfester noz vaisseaux. Cela (qui étoit la
chose principale) avoit eté oublié au partir de la Rochelle. En ceste
necessité importante, ledit sieur de Poutrincourt s'avisa de recuillir
par les bois quantité de gommes de sapins. Ce qu'il fit avec beaucoup de
travail, y allant lui-méme avec un garson ou deux le plus souvent: si
bien qu'en fin il eut quelques cent litres. Or apres ces fatigues ce ne
fut encore tout. Car il falloit fondre & purifier cela, qui étoit un
point necessaire, & inconu à nôtre Maitre de marine, Champ-doré, & à ses
matelots, d'autant que le bray que nous avons vient de Norwege, Suede, &
Danzic. Neantmoins ledit sieur de Poutrincourt inventa le moyen de tirer
la quintessence de ces gommes & écorces de sapins: & fit faire quantité
de briques, déquelles il façonna un fourneau tout à jour, dans lequel il
mit une alembic fait de plusieurs chaudrons enchassez l'un dans l'autre,
lequel il emplissoit de ces gommes & écorces: puis étant bien couvert on
mettait le feu tout à l'entour, par la violence duquel fondoit la gomme
enclose dans ledit alembic, tomboit par embas dans un bassin. Mais il ne
falloit pas dormir à l'entour, d'autant que le feu prenant à la matiere
tout étoit perdu. Cela étoit admirable pour un personage qui n'en avoit
jamais veu faire: dont les Sauvages étonnés disoient en mots empruntez
des Basques _Endia chavé Normandia_, c'est à dire, que les Normans
sçavent beaucoup de choses. Or appellent-ils tous les François Normans
(exceptez les Basques) par ce que la pluspart des pécheurs qui vont aux
Morues sont de cette nation. Ce remede nous vint bien à point: car ceux
qui nous vindrent querir étoient tombez en méme faute que nous.

Or comme celui qui est en attente n'a point de bien ni de repos jusques
à ce qu'il tienne ce qu'il desire: Ainsi en cette saison noz gens
jettoient souvent l'oeil sur la grande étendue du Port Royal pour voir
s'ilz découvriroient point quelque vaisseau arriver. En quoy ils furent
plusieurs fois trompez, se figurans tantot avoir ouï un coup de canon,
tantot appercevoir les voiles d'un vaisseau: & prenans bien souvent les
chaloupes des Sauvages qui nous venoient voir pour les chaloupes
Françoises. Car alors grande quantité de Sauvages s'assemblerent au
passage dudit Port pour aller à la guerre contre les Armouchiquois,
comme nous dirons au livre suivant. En fin on cria tant Noé qu'il vint,
& eumes nouvelles de France le jour de l'Ascension avant midi.

[Illustration]



_Arrivée des François: Societé du sieur de Monts rompue, & pourquoy:
Avarice de ceux qui volent les morts: Feux de joye pour la naissance de
Monseigneur d'Orleans: Partement des Sauvages pour aller à la guerre:
Sagamos Membertou: Voyages sur la côte de la Baye Françoise: Trafic
sordide: Ville_ d'Ouigoudi: _Sauvages comme font de grands voyages:
Mauvaise intention d'iceux: Mine d'acier: Voix de Loups-marins: Etat de
l'ile Sainte-Croix: Erreur de Champlein: Amour des Sauvages envers leurs
enfans: Retour au Port Royal._

CHAP. XVII

LE Soleil commençoit à échauffer la terre, &oeillader sa maitresse d'un
regard amoureux, quand le _Sagamos Membertou_ (apres noz prieres
solennellement faites & Dieu, & le desjeuner distribué au peuple selon
la coutume) nous vint avertir qu'il avoit veu une voile sur le lac,
c'est à dire dans le port, que venoit vers notre Fort. A cette joyeuse
nouvelle chacun va voir, mais encore ne se trouvoit-il persone qui si
bonne veuë qu lui' quoy qu'il soit âgé de plus de cent ans. Neantmoins
on découvrit bientôt ce qui en étoit. Le sieur de Poutrincourt fit en
diligence appreter la petite barque pour aller reconoitre. Champ-doré &
Daniel Hay y allerent & par le signal qu'ils nous donnerent étans
certains que c'étoient amis, incontinent fimes charger quatre canons, &
une douzaine de fauconneaux, pour saluer ceux qui nous venoient voir de
si loin. Eux de leur part ne manquerent à commencer la féte, & décharger
leurs pieces, auquels fut rendu le reciproque avec usure. C'étoit tant
seulement une petite barque marchant souz la charge d'un jeune homme de
saint-Malo nommé Chevalier, lequel arrivé au Fort bailla ses lettres au
sieur de Poutrincourt, léquelles furent leuës publiquement. On lui
mandoit que pour ayder à sauver les frais du voyage, le navire (qui
étoit encor le JONAS) s'arreteroit au port de _Campseau_ pour y faire
pecherie de Morue, les marchans associez du sieur de Monts ne sachans
pas qu'il y eût pecherie plus loin que ce lieu: toutefois que s'il étoit
necessaire il fit venir ledit navire au Port Royal. Au reste, que la
societé étoit rompue, d'autant que contre l'honneteté & devoir les
Holandois (qui ont tant d'obligation à la France) conduits par un
traitre François nommé La Jeunesse, avoient l'an precedent enlevé les
Castors & autres pelleteries de la grande riviere de _Canada_: chose qui
tournoit au grand detritement de la societé, laquelle partant ne pouvoit
plus fournir aux frais de l'habitation de dela, comme elle avoit fait
par le passé. Joint qu'au Conseil du Roy (pour ruiner cet affaire) on
avoit nouvellement revoqué le privilege octroyé pour dix ans au sieur de
Monts, pour la traicte des Castors, chose que l'on n'eût jamais esperé.
Et pour cette cause n'envoyoient personne pour demeurer là apres nous.
Si nous eumes aussi une grande tristesse de voir une si belle & si
sainte entreprise rompuë: que tant de travaux & de perils passez ne
servissent de rien: & que l'esperance de planter là le nom de Dieu, & la
Foy Catholique s'en allât evanouie. Neantmoins apres que le sieur de
Poutrincourt eut long temps songé sur ceci, il dit que quant il y
devroit venir tout seul avec sa famille il ne quitteroit point la
partie.

Ce nous estoit, di-je, grand deuil d'abandonner ainsi une terre qui nous
avoit produit de si beaux blez, & tant de beaux ornemens de jardins.
Tout ce qu'on avoit peu faire jusques là ç'avoit été de trouver lieu
propre à faire une demeure arretée, & une terre qui fût de bon rapport.
Et cela étant fait, de quitter l'entreprise, c'étoit bien manquer de
courage. Car passée une autre année il ne falloit plus entretenir
d'habitation. La terre étoit suffisante de rendre les necessitez de la
vie. C'est le sujet de la douleur qui poignoit ceux qui étoient amateur
de voir la Religion Chrétienne établie en ce païs là. Mais d'ailleurs le
sieur de Monts, & ses associés étant en perte, & n'ayans point
d'avancement du Roy, c'étoit chose qu'ilz ne pouvoient faire sans
beaucoup de difficulté, que d'entretenir une habitation pardela.

Voila les effects de l'envie, qui ne s'est pas glissée seulement és
coeurs des Hollandois pour ruiner une si sainte entreprise, mais aussi
des nôtres propres, tant s'est montrée grande & insatiable l'avarice des
Marchans qui n'avoient part à l'association du sieur de Monts. Et sur ce
je diray l'abondant, que de ceux qui nous sont venu querir en ce païs là
il y en a eu qui ont osé méchamment aller dépouiller les morts,& voler
les Castors que ces pauvres peuples mettent pour le dernier bien-fait
sur ceux qu'ils enterrent, ainsi que nous dirons plus amplement au
dernier livre. Chose qui rend le nom François odieux & digne de mépris
parmi eux, qui n'ont rien de semblable, ains le coeur vrayement noble &
genereux, ayans rien de particulier ains toutes choses communes, & qui
font ordinairement des presens (& ce fort liberalement, selon leur
moyen) à ceux qu'ils aiment & honorent. Et outre ce mal, est arrivé que
les Sauvages, lors que nous étions à _Campseau_, tuerent celui qui avoit
montré à noz gens les sepulcres de leurs morts. Je n'ay que faire
d'alleguer ici ce que récite Herodote de la vilenie du Roy Darius,
lequel pensant avoir trouvé la mere au nid (comme on dit) c'est à dire
des grands thresors au tombeau de Semiramis Royne des Babyloniens, eut
un pié de nez, ayant au dedans trouvé un écriteau contraire au premier,
tensoit aigrement de son avarice & méchanceté.

Revenons à noz tristes nouvelles & aux regrets sur icelles. Le sieur de
Poutrincourt ayant fait proposer à quelques uns de nôtre compagnie s'ilz
vouloient là demeurer pour un an, il s'en presenta huit, bons
compagnons, auquels on promettoit chacun une barique de vin, de celui
qui nous restoit, & du blé suffisamment pour une année: mais ilz
demanderent si hauts gages qu'il ne peût pas s'accomoder avec eux. Ainsi
se fallut resoudre au retour. Le jour declinant nous fimes les feuz de
joye de la naissance de Monseigneur le Duc d'Orleans, & recommençames à
faire bourdonner les canons & fauconneaux, accompagnez de force
mousquetades, le tout aprés avoir sur ce sujet chanté le _Te Deum_.

Ledit Chevalier apporteur de nouvelles avoit en charge de Capitaine au
navire qui étoit demeuré à _Campseau_, & en cette qualité on lui avoit
baillé pour nous amener six moutons, vint-quatre poules, une livre de
poivre, vint livres de ris, autant de raisins & de pruneaux, un millier
d'amandes, une livre de muscades, un quarteron de canelle, demi livre de
giroffles, deux livres d'ecorces de citrons, deux douzaines de citrons,
autant d'orenges, un jambon de Maience, & six autres jambons, une
barique de vin de Gascogne, & autant de vin d'Hespagne, une barique de
boeuf salé, quatre pots & demie d'huile d'olive, une jarre d'olives, un
baril de vinaigre, & deux pains de sucre: Mais tout cela fut perdu par
les chemins par fortune de gueule, & n'en vimes pas grand cas:
neantmoins j'ay mis ici ces denrées afin que ceux qui voudront aller sur
mer s'en pourvoient. Quant aux poules & moutons on nous dit qu'ils
étoient morts durant le voyage: ce que nous crumes facilement mais nous
desirions au moins qu'on nous en eût apporté les os. On nous dit encore
pour plus ample resolution, que l'on pensoit que nous fussions tous
morts. Voila sur quoy fut fondée la mangeaille. Nous ne laissames
toutefois de faire bonne chere audit Chevalier & aux siens, qui
n'étoient pas petit nombre, ni buveurs semblables à feu Monsieur le
Marquis de Pisani. Occasion qu'ilz ne se deplaisoient point avec nous:
car il n'y avoit que du cidre bien arrousé d'eau dans le navire où ils
étoient venus pour la portion ordinaire. Mais quant audit Chevalier, dés
le premier jour il parla du retour. Le sieur de Poutrincourt le tint
quelque huit jours en esperance: au bout déquels voulant s'en aller,
ledit sieur mit des gens dans sa barque, & le retint sur quelque rapport
que ledit Chevalier avoit dit qu'étant à _Campseau_ il mettroit le
navire à la voile, & nous lairroit là.

A la quinzaine ledit sieur envoya une barque audit _Campseau_ chargée
d'une partie de nos ouvriers, pour commencer à detrapper la maison.

Au commencement de Juin les sauvages en nombre d'environ quatre cens
partirent de la cabanne que le _Sagamos Membertou_ avoit façonnée de
nouveau en forme de ville environnée de hautes pallissades, pour aller à
la guerre contre les Armouchiquois, qui fut à _Chouakoet_, à environ
quatre-vints lieuës loin du Port Royal, d'où ilz retournerent
victorieux, par les stratagemes que je diray en la description que j'ay
faite de cette guerre en vers François. Les Sauvages furent prés de deux
mois à s'assembler là. _Membertou_ le grand _Sagamos_ les avoit fait
avertir durant & avant l'hiver, leur ayant envoyé des hommes exprés, qui
étoient ses deux fils _Actaudin & Actaudinech_, pour leur donner là le
Rendez-vous. Ce _Sagamos_ est homme des-ja fort vieil, & a veu le
Capitaine Jacques Quartier en ce païs là auquel temps il étoit des-ja
marié, & avoit enfans, & neantmoins ne paroit point avoir plus de
cinquante ans. Il a eté fort grand guerrier & sanguinaire en son jeune
âge & durant sa vie. C'est pourquoy on dit qu'il a beaucoup d'ennemis, &
est bien aise de se tenir aupres des François pour vivre en seureté.
Durant cette assemblée il fallut lui faire des presens & dons de blé, &
féves, méme de quelque baril de vin, pour fétoyer ses amis. Car il
remontroit au sieur de Poutrincourt: «Je suis le _Sagamos_ de ce païs
ici, j'ay le bruit d'étre ton ami, & de tous les Normans (car ainsi
appellent-ils les François, ainsi que j'ay dit) & que vous faites cas de
moy: ce me seroit un reproche si je ne montrois les effects de telle
chose.» Et neantmoins soit par envie ou autrement, un autre _Sagamos_
nommé _Chkoudun_, lequel est bon ami des François nous fit rapport que
_Membertou_ machinoit quelque chose contre nous, & avoit harangué sur ce
sujet. Ce qu'entendu par le sieur de Poutrincourt, soudain il l'envoya
querir pour l'étonner,& voir s'il obeiroit. Au premier mandement, il
vint seul avec noz gens, & ne fit aucun refus. Occasion qu'on le laissa
retourner en paix apres avoir receu bon traitement, & quelque bouteille
de vin, lequel il aime parce (dit-il) que quand il en a beu il dort
bien, et n'a plus de soin, ni d'apprehension. Ce _Membertou_ nous dit au
commencement que nous vimmes là qu'il vouloit faire un present au Roy de
sa mine de cuivre, par ce qu'il voyoit que nous faisions cas des
metaux,& qu'il faut que les _Sagamos_ soient honétes & liberaux les uns
envers les autres. Car lui étant _Sagamos_ il s'estime pareil au Roy, &
à tous ses Lieutenans: & disoit souvent au sieur de Poutrincourt qu'il
lui étoit grand ami, frere compagnon, & égal, montrant cette égalité par
la jonction des deux doits de la main que l'on appelle _index_ ou le
doit demonstratif. Or jaçoit que le present qu'il vouloit faire à sa
Majesté fût chose dont elle ne se soucie, neantmoins cela lui partoit de
bon courage, lequel doit étre prisé comme si la chose étoit plus grande,
ainsi que fit ce Roy des Perses qui receut d'aussi bonne volonté une
pleine main d'eau d'un païsan comme les plus grands presens qu'on lui
avoit fait. Car si _Membertou_ eût eu davantage il l'eût offert
liberalement.

Le sieur de Poutrincourt n'ayant point envie de partir delà qu'il n'eût
veu l'issue de son attente, c'est à dire la maturité des blés, il
delibera apres que les Sauvages furent allés à la guerre, de faire
voyages le long de la côte. Et pource que Chevalier desiroit amasser
quelques Castors, il envoya dans une petite barque à la riviere
Saint-Jean, dite par les Sauvages _Oigoudi_, & l'ile Sainte-Croix: & lui
Poutrincourt s'en alla dans une chaloupe à ladite mine de cuivre. Je fus
du voyage dudit Chevalier: & traversames la Bay Françoise pour aller à
ladite riviere: là où sitôt que fumes arrivez nous fut apportée demie
douzaine de Saumons frechement pris: & y sejournames quatre jours,
pendant léquels nous allames és cabanes du Sagamos _Chkoudun_, là où nos
vimes quelques quatre-vints ou cent Sauvages tout nuds, hors-mis le
brayet, qui faisoient Tabagie des farines que ledit Chevalier avoit
troqué contre leurs vieilles pannes pleines de pous (car ilz ne lui
baillerent que ce qu'ilz ne vouloient point.) Ainsi fit-il là un trafic
sordide que je prise peu. Mais il peut dire que l'odeur du lucre est
suave & douce de quelque chose que ce soit, & ne dedaignoit pas
l'Empereur Vespasien de recevoir par sa main le tribut qui lui venoit
des pissotieres de Rome.

Etans parmi ces Sauvages le _Sagamos Chkoudun_ nous voulut donner le
plaisir de voir l'ordre & geste qu'ilz tiennent allans à la guerre, &
les fit tous passer devant nous, ce que je reserve à dire au dernier
livre. La ville d'_Ouigoudi_ (ainsi j'appelle la demeure dudit
_Chkoudun)_ étoit un grand enclos sur un tertre fermé de hauts & menus
arbres attachez l'un contre l'autre, & au dedans plusieurs cabannes
grandes & petites, l'une déquelles étoit aussi grande qu'une halle, où
se retiroient beaucoup de menages: & quant à celle où ilz faisoient la
Tabagie elle étoit un peu moindre. Une bonne partie dédits sauvages
étoient de _Gachepé_ qui est le commencement de la grande riviere de
_Canada_, & nous disent que de leur demeure ils venoient là en six
jours, dont je fus fort étonné, veu la distance qu'il y a par mer: mais
il abbregent fort leurs chemins, & font des grans voyages par le moyen
des lacs & rivieres, au bout déquelles quant ils sont parvenus, en
portant leurs canots trois ou quatre lieuës ils gaignent d'autres
rivieres qui ont un contraire cours. Tous ces Sauvages étoient là venus
pour aller à la guerre avec _Membertou_ contre les Armouchiquois.

Or d'autant que j'ay parlé de cette riviere _d'Ouigoudi_ au voyage du
sieur de Monts, je n'en diray ici autre chose. Quand nous retournames à
nôtre barque qui étoit à demie lieuë de là à l'entrée du Port à l'abri
d'une chaussée que la mer y a fait, noz gens & (particulierement
Champ-doré, qui nous conduisoit) étoient en peine de nous, & ayans veu
de loin les Sauvages en armes pensoient que c'étoit pour nous mal faire;
ce qui eût eté aisé, pource que nous n'étions que deux: Et pour ainsi
furent bien aises de nôtre retour. Apres que le lendemain vint le Devin
du quartier crier comme un desesperé à-l'endroit de nôtre barque. Ne
sachans ce qu'il vouloit dire on l'envoya querir dans un petit bateau, &
nous vint haranguer, & dire que les Armouchiquois étoient dans les bois,
& les venoient attaquer, & qu'ils avoient tué de leurs gens qui étoient
à la chasse: & partant que nous descendissions à terre pour les
assister. Ayans ouï ce discours qui ne tendoit à rien de bon selon nôtre
jugement, nous lui dimes que noz journées étoient limitées, & noz vivres
aussi, & qu'il nous convenoit de gaigner païs. Se voyant éconduit il dit
que devant qu'il fût deux ans il faudroit qu'ilz tuassent tous les
Normans, ou que les Normans les tuassent. Nous nous mocquames de lui, &
lui dimes que nous allions mettre nôtre barque devant leur Fort pour les
aller tous saccages. Mais nous ne le fimes pas. Car nous partimes ce
jour là: & ayans vent contraire, nous nous mimes à l'abri d'une petite
ile, où nous fumes deux jours: pendant léquels l'un alloit tirer aux
Canars pour la provision: l'autre faisoit la cuisine: Champ-doré & moy
allions le long des rochers avec marteaux & ciseaux cherchans s'il y
auroit point quelques mines. Ce que faisans nous trouvames de l'acier en
quantité entre les roches, dont nous fimes provision pour en faire
montre au sieur de Poutrincourt.

De là nous allames en trois journées à l'ile Sainte-Croix étans souvent
contrariez des vents. Et pource que nous avions mauvaise conjecture sur
les Sauvages que nous avions veu en grand nombre à la riviere de
Saint-Jean, & que la troupe partie du Port Royal étoit encore à _Menane_
(ile entre ledit Port Royal & sainte-Croix) déquelz nous ne voulions pas
fier, nous faisions bon guet la nuit: pendant lequel nous oyions souvent
les voix des Loups-marins, qui ressembloient préque celles des
Chat-huans: Chose contraire à l'opinion de ceux qui ont dit & écrit que
les poissons n'ont point de voix.

Arrivez que fumes en ladite ile de Sainte-Croix, nous y trouvames les
batimens y laissez tout entiers, fors que le magazin étoit découvert
d'un côté. Nous y trouvames encore du vin d'Hespagne au fond d'un mui,
duquel nous beumes & n'étoit guere gaté. Quand aux jardins nous y
trouvames des choux, ozeilles, & laictues, dont nous fimes cuisine. Nous
y fimes aussi de bons patez de tourtres qui sont là frequentes dans les
bois. Mais les herbes y sont si hautes, qu'on ne pouvoit les trouver
quand elles étoient tuées & tombées à terre. La cour y étoit pleine de
tonneaux entiers, léquels quelques matelots mal disciplinez brulerent
pour leur plaisir, dont j'eu horreur quand je le vi, & jugeay mieux que
devant que les Sauvages étoient (du moins civilement) plus humains &
plus gens de bien que beaucoup de ceux qui portent le nom de Chrétien,
ayans depuis trois ans pardonné à ce lieu, auquel ilz n'avoient
seulement pris un morceau de bois, ni de sel qui y étoit en grande
quantité dur comme roche.

Je ne sçay à quel propos Champlein en la relation de ses voyages
imprimée l'an mille six cens treize, s'amuse à écrire que je n'ay point
eté plus loin que Sainte-Croix, veu que je ne di pas le contraire. Mais
il est peu memoratif de ce qu'il fait, disant là méme (pag. 151) que
dudit Sainte-Croix au port Royal, n'y a que quatorze lieuës, & en la pa.
95, il avoit dit qu'il y en 25. Et si on regarde sa charte geographique
il s'en trouvera pour le moins quarante.

Au partir de là nous vimmes mouiller l'ancre parmi un grand nombre
d'iles confuses, où nous ouïmes quelques Sauvages, & criames pour les
faire venir. Ilz nous r'envoyerent le méme cri. A quoy un des nôtres
repliqua _Ouen Kirau_, c'est à dire, qui étes-vous? Ilz ne voulurent se
declarer. Mais le lendemain _Oagimont_ Sagamos de cette riviere nous
vint trouver, & conumes que c'étoit lui que nous avions ouï. Il se
disposoit à suivre _Membertou_ & sa troupe à la guerre, en laquelle il
fut griévement blessé, comme j'ay dit en mes vers sur ce sujet. Ce
_Oagimont_ a une fille âgée d'environ onze ans bien agreable, laquelle
le sieur de Poutrincourt desiroit avoir, & la lui a plusieurs fois
demandée pour la bailler à la Roye, lui promettant que jamais il
n'auroit faute de blé, ni d'autre chose: mais onques il ne s'y est voulu
accorder.

Etant entré en nôtre barque, il nous accompagna jusques à la pleine mer,
là où il se mien en sa chaloupe pour s'en retourner, & de nôtre part
tendimes au Port Royal, à l'entrée duquel nos arrivames avant le jour,
mais fumes devant nôtre Fort injustement sur le point que le belle
Aurore commençoit à montrer sa face vermeille sur le sommet des côtaux
chevelus. Le monde étoit encore endormi, & n'y en eut qu'un qui se leva
au continuel abbayement des chiens; mais nous fimes bien reveiller le
reste à force de mousquetades,& d'éclats de trompettes. Le sieur
Poutrincourt étoit arrivé le jour de devans de son voyage des mines, où
nous avons dit qu'il devoit aller: & l'autre jour precedant étoit arrivé
la barque qui avoit porté partie de nos ouvriers à _Campseau_. Si bien
que tout assemblé il ne restoit plus que de preparer les choses
necessaires à notre embarquement. Et en cette affaire nous vint bien à
point le moulin à eau. Car autrement il n'y eût eu aucun moyen de
preparer assez de farines pour le voyage. Mais en fin nous eumes de
reste, que l'on bailla aux Sauvages pour se souvenir de nous.

[Illustration]



_Port de Campseau: Partement du Port Royal: Bruines de huit jours:
Arc-en-ciel paroissant dans l'eau: Port Savalet: Culture de la terre
exercice honorable: Regrets des Sauvages au partir du sieur de
Poutrincourt: Retour en France: Voyage au Mont Saint-Michel; Fruits de
la Nouvelle-France presentez au Roy: Voyage en la Nouvelle-France depuis
le retour dudit sieur de Poutrincourt: Lettre missive dudit sieur au
Sainct Pere à Rome._

CHAP. XVIII

SUR le point qu'il falut dire Adieu au Port Royal le sieur de
Poutrincourt envoya son peuple les uns apres les autres trouver le
navire à _Campseau_, qui est un Port entre sept ou huit iles où les
navires peuvent étre à l'abris des vents: & là y a une baye profonde de
plus de dix lieuës, & large de trois: ledit lieu distant dudit Port
Royal de plus de cent cinquante lieuës. Nous avions une grande barque,
Deux petites & une chaloupe. Dans l'une des petites barques on mit
quelques gens que l'on envoya devant. Et le trentiéme de Juillet
partirent les deux autres. J'étois dans la grande conduite par
Champ-doré. Mais le sieur de Poutrincourt voulant voir une fin de noz
blés semez, attendit la maturité d'iceux, & demeura encore onze jours
apres nous. Cependant nôtre premiere journée ayant été au Passage du
Port-Royal, le lendemain les brumes vindrent s'étendre sur la mer, qui
nous tindrent huit jours entiers, durant léquels c'est tout ce que nous
sceumes faire que de gaigner le cap de Sable, lequel ne vimes point.

En ces obscuritez Cymmeriennes ayans un jour ancré en mer à-cause de la
nuit, nôtre ancre ruza tellement qu'au matin la marée nous avoit porté
parmi des iles, & m'étonne que ne nous perdimes au choc de quelque
rocher. Au reste pour le vivre le poisson ne nous manquoit point. Car en
une demie heure nus pouvions prendre des Morues pour quinze jours, & des
plus belles & grasses que j'aye jamais veu, icelles de couleur de
carpes: ce que je n'ay oncques apperceu qu'en cet environ dudit cap de
Sable: lequel aprés avoir passé la marée (qui vole en cet endroit) nous
porta en peu de temps jusques à la Hêve, ne pensans étre qu'au port au
Mouton. Là nous demeurames deux jours, & dans le port méme nous voyions
mordre la Morue à l'ameçon. Nous y trouvames force grozelles rouges, &
de la marcassite de mine de cuivre. On y fit aussi quelque troquement de
pelleteries avec les Sauvages.

De là en avant nous eumes vent à souhait, & durant ce temps avint une
fois qu'étant sur la proue je criay à nôtre conducteur Champ-doré que
nous allions toucher, pensant voir le fond de la mer: mais je fus deceu
par l'Arc-en-ciel qui paroissoit avec toutes ses couleurs dedans l'eau,
causé par l'ombrage que faisoit sur icelle nôtre voile de Beau-pré
opposé au Soleil, lequel assemblant ses rayons dans le font dudit voile,
ainsi qu'il fait dans la nue, iceux rayons étoient contraints de
reverberer dans l'eau, & faire cette merveille. En fin nous arrivames à
quatre lieuës de _Campseau_ à un Port où faisoit sa pécherie un bon
vieillart de Saint-Jean de Lus nommé le Capitaine Savalet, lequel nos
receut avec toutes les courtoisies du monde. Et pour autant que ce Port
(qui est petit, mais tres-beau) n'a point de nom, je l'ay qualifié sur
ma Charge geographique du nom de Savalet. Ce bon personage nous dit que
ce voyage étoit le quarante-deuxiéme qu'il faisoit pardela, & toutefois
les Terreneuviers n'en font tout les ans qu'un. Il étoit
merveilleusement content de sa pécherie, & nous disoit qu'il faisoit
tous les jours pour cinquante escus de Morues & qu son voyage vaudroit
dix-mille francs. Il avoit seze homme à ses gages: & son vaisseau étoit
de quatre vints tonneaux, qui pouvoit porter cent milliers de morues
seches. Il étoit quelquefois inquieté des Sauvages là cabannez léquelz
trop privément & imprudemment alloient dans son navire, & lui
emportoient ce qu'ilz vouloient. Et pour eviter cela il les menaçoit que
nous viendrions & les mettrions tous au fil de l'épée s'ilz lui
faisoient tort. Cele les intimidoit; & ne lui faisoient pas tout le mal
qu'autrement ils eussent fait. Neantmoins toutes les fois que les
pécheurs arrivoient avec leurs chaloupes pleines de poissons, ces
Sauvages choisissoient ce que bon leur sembloit, & ne s'amusoient point
aux Morues, ains prenoient des Merlus, Bars, Fletans qui voudroient ici
à Paris quatre écus, ou plus. Car c'es un merveilleusement bon manger,
quand principalement ilz sont grands & épais de six doits, comme ceux
qui se péchoient là. Et eût été difficile de les empécher en cette
insolence, d'autant qu'il eut toujours fallu avoir les armes en main, &
la besogne fût demeurée. Or l'honneteté de cet homme ne s'étendit pas
seulement envers nous, mais aussi envers tous les nôtres qui passerent à
son port, car c'étoit le passage pour aller & venir au Port Royal. Mais
il y en eut quelques uns de ceux qui nous vindrent querir, qui faisoient
pis que les Sauvages, & se gouvernoient envers lui comme fait ici le
gen-d'arme chez le bon homme: chose que j'ouy fort à regret.

Nous fumes là quatre jours à-cause du vent contraire. Puis vimmes à
_Campseau_, où nous attendimes l'autre barque, qui vint dix jours aprés
nous. Et quant au sieur de Poutrincourt si-tôt qu'il vit que le blé se
pouvoit cuillir, il arracha du segle avec la racine pour en montrer
pardela la beauté, bonté & demesurée hauteur. Il fit aussi des glannes
des autres semences, froment, orge, avoine, chanvre, & autres, à méme
fin: ce que ceux qui sont allez ci-devant au Bresio, & à la Floride
n'ont point fait. En quoy j'ay à me rejouir d'avoir été de la partie, &
des premiers culteurs de cette terre. Et à ce je me suis pleu
d'autant-plus que je me remettoy devant les yeux nôtre Ancien pere Noé
grand Roy, grand Prétre, & grand Prophete, de qui le métier étoit
d'estre laboureur & vigneron: & les anciens Capitaines Romains
_Serranus_, qui fut mandé pour conduire l'armée Romaine: & _Quintus
Cincinnatus_, lequel tout poudreux labouroit quatre arpens de terre à
téte nue & estomach découvert, quand l'huissier du Senat lui apporta les
lettres de Dictature: de sorte que cet huissier fut contraint le prier
de vouloir se couvrir avant que lui declarer sa charge. M'étant pleu à
cet exercice, Dieu à beni mon petit travail, & ay eu en mon jardin
d'aussi beau froment qu'il y sçauroit avoir en France, duquel ledit
sieur de Poutrincourt me donna une glanne quand il fut arrivé audit Port
de _Campseau_, laquelle (avec une de segle) je garde avec son grain dés
il y a dix ans.

Il étoit prét de dire Adieu au Port Royal, quand voici arriver
_Membertou_, & sa compagnie, victorieux des Armouchiquois. Et pource que
j'ay fait une description de cette guerre en vers François, je n'en veux
d'ici remplir mon papier, étant desireux d'abbreger plutôt que de
chercher nouvelle matiere. A la priere dudit Membertou il demeura encore
un jour. Mais ce fut la pitié au partir, de voir pleurer ces pauvres
gens, léquels on avoit toujours tenu en esperance que quelques uns des
nôtres demeureroient auprés d'eux. En fin il leur fallut promettre que
l'an suivant on y envoyeroit des ménages & familles pour habiter
totalement leur terre, & leur enseigner des metiers pour les faire vivre
comme nous. En quoy, ilz se consolerent aucunement. Il y restoit dix
bariques de farines qui leur furent baillées avec les blez de nôtre
culture, & la passession du manoir, s'ilz vouloient en user. Ce qu'ilz
n'ont pas fait. Car ils ne peuvent étre constans en une place vivans
comme ilz font.

L'onziéme d'Aoust ledit sieur de Poutrincourt partit lui neufiéme dudit
Port-Royal dans une chaloupe pour venir à _Campseau_: Chose
merveilleusement hazardeuse de traverser tant de bayes & mers en un si
petit vaisseau chargé de neuf persones, de vivres necessaires au voyage,
& assez d'autres bagages. Etans arrivés audit port de ce bon homme
Savalet, leur fit tout le bon accueil qu'il lui fut possible: & de là
nous vindrent voir audit _Campseau_, où nous demeurames encore huit
jours.

Le troisiéme de Septembre nous levames les ancres, & avec beaucoup de
difficultez sortimes hors les brisans qui sont aux environs dudit
_Campseau_. Ce que noz mariniers firent avec deux chaloupes qui
portoient les ancres bien avant en mer pour soutenir nôtre vaisseau, à
fin qu'il n'allât donner contre les rochers. En fin étans en mer on
laisse à l'abandon l'une dédites chaloupes, & l'autre fut tirée dans le
Jonas, lequel outre nôtre charge portoit cent milliers de Morues, que
seches que vertes. Nous eumes assez bon vent jusques à ce que nous
approchames les terres de l'Europe. Mais nous n'avions pas tout le bon
traitement du monde, par ce que, comme j'ay dit, ceux qui nous vindrent
querir presumans que nous fussions morts, s'étoient accommodez de noz
rafraichissemens. Nos ouvriers ne beurent plus de vin depuis qu'ilz nous
eurent quittés au Port-Royal: Et nous n'en avions gueres, par ce que ce
qui nos abondoit fut beu joyeusement en la compagnie de ceux qui nous
apporterent nouvelles de France.

Le vint-sixiéme Septembre nous eumes en veuë les iles de Sorlingues, qui
sont à la pointe de Cornuaille en Angleterre. Et le vint-huitiéme
pensans venir à Saint-Malo, fumes contraints de relacher à Roscoff en la
Basse Bretagne, où nous demeurâmes deux jours & demi à nous rafraichir:
Nous avions un Sauvage que se trouvoit assez étonné de voir les
batimens, clochers, & moulins à vent de France: mémes les femmes qu'il
n'avoit onques veu vétues à nôtre mode. De Roscoff nous vimmes avec bon
vent rendre graces à Dieu audit Saint-Malo. En quoy je ne puis que je ne
loue la prevoyante vigilance de nôtre Maitre de navire Nicolas Martin,
de nous avoir si dextrement conduit, en une telle navigation, & parmi
tant d'écueils & caphatées rochers dont est remplie la côte d'entre le
Cap d'Ouessans & ledit Saint-Malo. Que si cetui ci est louable en ce
qu'il a fait, le Capitaine Foulques ne l'est moins de nous avoir mené
parmi tant de vents contraires en des terres inconues où nous nous
sommes efforcés de jette les premiers fondemens de la Nouvelle-France.

Ayant demeuré trois ou quatre jours à Saint-Malo, nous allames le sieur
de Poutrincourt, son fils, & moy, au Mont saint-Michel, où nous vimes
les Reliques dudit lieu, fors le Bouclier de ce saint Archange. Il nous
fut dit que le sieur Evéque d'Avranches depuis quatre ans avoit deffendu
de le plus montrer. Quant au batiment il merite d'étre appellé la
huitiéme merveille du monde, tant il est beau & grand sur la pointe
d'une roche seule au milieu des ondes, la mer étant en son plein. Vray
est qu'on peut dire que la mer n'y venoit point quand ledit batiment fut
fait. Mais je repliqueray, qu'en quelque façon que ce soit il est
admirable. La plainte qu'il y peut avoir en ce regard est, que tant de
superbe edifices sont inutils pour le jourd'hui, ainsi qu'en la pluspart
des Abbaïes de France. Et à la mienne volonté que par les engins de
quelque Archimede ilz peussent étre transportés en la Nouvelle-France
pour y étre mieux employés au service de Dieu & du Roy. Au retour nous
allames voir la pécherie des huitres à Cancale; & delà à Saint-Malo: où
aprés avoir encore sejourné huit jours, nous vimmes dans une barque à
Honfleur: & en cette navigation nous servit de beaucoup l'experience du
sieur de Poutrincourt, lequel voyant que noz conducteurs étoient au bout
de leur Latin, quand ilz se virent entre les iles de Jerzey & Sart
(n'ayans accoutumé de prendre cette route, où nous avions été poussez
par un grand vent d'Est-Suest, accompagné de brumes & pluyes) il print
sa Charte marine en main, & fit le maitre de navire, de maniere que nous
passames le Raz-Blanchart (passage dangereux à des petites barques) &
vimmes à l'aise suivant la côte de Normandie audit Honfleur. Dont Dieu
soit loué eternellement. _Amen._

Estans à Paris ledit sieur de Poutrincourt presenta au Roy les fruits de
la terre d'où il venoit & specialement le blé, froment, segle, orge &
avoine, comme étant la chose la plus precieuse qu'on puisse rapporter de
quelque païs que ce soit. Il eût été bien-seant de vouer ces premiers
fruits à Dieu, & les mettre entre les enseignes de triomphe en quelque
Eglise, à trop meilleure raison que les premiers Romains, léquels
prsentoient à leurs dieux & déesses champestres _Terminus, Seia, &
Segesta_ les premiers fruits de leur culture par les mains de leurs
sacrificateurs des champs institués par _Romulus_, qui fut le premier
ordre de la Nouvelle-Rome, lequel avoit pour blason un chapeau d'épics
de blé.

Le méme sieur de Poutrincourt avoit nourri une douzaine d'Outardes
prises au sortir de la coquille, léquelles il pensoit faire toutes
apporter en France, mais il y en eu cinq de perdues, & les autres cinq
il les a baillées au Roy, qui en a eu beaucoup de contentement, & sont à
Fontaine-bleau.

Et d'autant que son premier but est d'établir la Religion Chrétienne en
la terre qu'il a pleu à sa Majesté lui octroyer, & à icelle amener les
pauvres peuples Sauvages, léquels ne desirent autre chose que de se
conformer à nous en tout bien, il a été d'avis de demander la
benediction du Pape de Rome premier Evéque en l'Eglise par une missive
faite de ma main au temps que j'ay commencé cette histoire, laquelle a
esté envoyée à sa Saincteté avec lettres de sadite Majesté, en Octobre,
mille six cens huit, laquelle comme Servant à nôtre sujet, j'ay bien
voulu coucher ici.



BEATISSIMO DOMINO NOSTRO PAPÆ PAVLO V. Pontifici Maximo.

BEATISSIME Pater, divina Veritatis, & vera Divinitatis oraculo scimus
Evangelium regni coelorum prædicandum fore in universo orbe in
testimonium omnibus gentibus, antequam veniat consummatio. _Unde
(quoniam in suum occasum ruit mundus) Deus his postremis temporibus
recordatus misericordiæ suæ suscitavit homines fidei Christiana athletas
fortissimos utriusque militia duces, qui zelo propangandæ Religionis
inflammati per multa pericula Christiani nominis gloriam non solum in
ultimas terras, sed in mundos no vos (ut ita loquar) deportaverunt. Res
ardua quidem: sed_:

Invia virtuti lulla est via...

_inquit Poëta quidam vetus. Ego_ JOANNES DE BIENCOUR, _vulgo_ DE
POUTRINCOUR _à vita religionis amator & assertor perpetuus, vestra
Beatitudinis servus minimus,_ pari (ni fallor) animo ductus, unus ex
multis devovi me pro Christo & salute populorum ac silvestrium (ut
vocant) hominum qui Nova Francia novas terras incolunt: eoque nomine iam
relinquo populum meum, & domum patris mei, uxoremque & liberos
periculorum meorum consortes facio, memor scilicet quod Abrahamus pater
credentium idem fecerit, ignotamque sibi regionem Deo duce peragrarit,
qui possessurus esset populus de femore eius veri Dei, veraque
religionis cultor. Non equidem peto terram auro argentoque beatam, non
exteras spoliare gentes mihi est in animo: Sat mihi gratia Dei (si hanc
aliquo modo consequi possim) terra que mihi Regio dono concessa, & maris
annuus proventus, dummodo populos lucrifaciam Christo._ Messis quidem
multa, operarii pauci. _Qui enim splendide vivunt, aurumque sibi
congerere curant hoc opue negligunt, scilicet hoc sæculum plus æquo
diligentes. Quibus vero res est angusta domitanta rei molem suscipere
nequeunt, & huic oneri ferendo certè sunt impares. Quid igitur? An
deferendum negotium vere Christianum & plané divinum. Ergo frustra sex
iam ab annus tot sustinuimus (dum ista meditamur) animi pertubationes?
Minivé vero. Cum enim_ timentibus Deum opmnia cooperentur in bonum, non
est dubium quin Deus, pro cuius gloria Herculeaum istud opus aggredimur,
adspiret votis nostris, qui quondam populum suum Israelem_ portavit
super alas aquilarum, & _perduxit in terram melle & lacte fluentem. Hac
spe fretus, quicquid est mihi seu facultatum, seu corporis vel animi
virium in re tam nobili libenter & alacri animo expendere non vereor,
hoc praefertim tempore quo silent arma, nec datur virtuti suo fungi
munere, nisi si in Turcas mucrones nostros convertiremus. Sed est quod
utilius pro re Christiana faciamus, si populos istos latissimé patentes
in Occidentali plaga ad Dei cognitionem adducere conemur. Non enim
armorum vi sunt ad religionem cogendi. Verbo tantum & doctrina est opus,
juncta bonorum morum disciplina: quibus artibus olim Apostoli,
sequentibus signis, maximam hominum partem sibi, Deoque, & Christo eius
concilia verunt: itaque verum extitit illud quod scriptum est:_ Populus
quem non cognovi servivit mihi, in auditu auris obedivit mihi, &c. Filii
alieni mentiti sunt mihi, &c. _Filii quidem alieni sunt populi
Orientales iam à fide Christiana alieni, in quos propterea torqueri
potest illud Evangelii quod iam adimpletum videmus:_ Auferetur vobis
regnum Dei & dabitur genti facienti fructus eius. _Nunc autem ecce
tempus acceptabile, ecce nunc dies salutis, qua Deus visitabit & faciet
redemptionem plebis sua, & populus qui eum non cognovit serviet ipsi,
sed & in auditu auris obediet, si me indignum servum tanti nuneris ducem
esse patiatur. Qua in re Beatitudinis vestra charitatem per viscera
misericordia Dei nostri deprecor, auctoritatem imploro, adjuro
sanctitatem ut mihi ad illud opus iam jam properanti, uxori charissima,
ac liberis; nec non domesticis, socusque veis vestra benedictionem
impertiri dignemini, qua certa fide credo nobis plurimum ad salutem non
solum corporis, sed etiam anima, addo & ad terræ nostræ ubertatem &
propositi nostri felicitatem, profuturum. Faxit Deus Optimus Maximus,
Faxit Dominues noster & Salvator Jesus Christus, Faxit una & Spiritus
sanctus, ut in altissima Principis Apostolorum puppi sedentes per multa
sæcula Ecclesia sancta. Et a clavum tenere possitis, & in diebus vestris
(qua vestra sanè maxima gloria est) illud adimpletum videre quod de
Christo à sancto Propheta a vaticinatum est:_ Adorabunt eum omnes Reges
terræ: omnes gentes servient ei.

Vestræ Beatitudinis filius humillimus ac devotissimus
IOANNIS DE BIENCOUR.



[Illustration: 010.png]

                              CINQUIEME
                         LIVRE DE L'HISTOIRE
                        DE LA NOUVELLE-FRANCE.
                  Contenant ce qui s'y est exploité
                  depuis nôtre retour en l'an 1607.



_Mention de nôtre grand Roy HENRI sur le sujet des grandes entreprises:
Ensemble des Sieurs de Monts & de Poutrincourt. Revocation du privilege
de la traite des Castors. Reponse aux envieux. Dignité du caractere
Chrétien. Perils du sieur de Monts._

CHAP. I

Les grandes entreprises sont bien-seantes aux grans, & nul ne peut
s'acquerir un renom honorable envers la posterité que par des actions
extraordinairement belles & de difficile execution. Ce qui devroit
d'autant plus emouvoir noz François au sujet duquel nous traitons, que
la gloire y est certaine, & la recompense inestimable, telle que Dieu
l'a preparée à ceux qui gayement s'employent pour l'exaltation de son
nom. Si nôtre grand Roy HENRI III de glorieuse memoire n'est eu des
desseins plus relevés tendans à assembler & rendre uniformes tous les
coeurs de la Chrétienté, voire de tout l'univers, il étoit assez porté à
cette affaire ici. Mais l'envie lui a retranché ses jours au grand
malheur non de nous seulement, mais de ces pauvres peuples Sauvages,
pour léquels nous esperions un prompt expedient pour parvenir à leur
entiere conversion. Il ne faut pourtant perdre courage. Car aux affaires
les plus desesperées Dieu souvent intervient & se montre secourable.

Jusques icy il n'y a eu que les Sieurs de Monts & de Poutrincourt que
ayent pris le hazard de cette entreprise, & ayent montré par effect le
desir qu'ils avoient de voir cette terre Christianisée. Tous deux se
sont (par maniere de dire) enervés pour ce sujet; & neantmoins tant
qu'ilz pourront respirer & tant soit peu se soutenir, si ne veulent-ilz
quitter la partie pour ne decourager ceux qui ja se trouvent disposés à
ensuivre leur trace. Ces deux ici donc ayans fait la planche aux autres,
& jusques à present étans seuls qui (comme chefs) ont fait de la
despense pour avancer cet oeuvre: c'est deux & de ce qu'ils ont fait,
que le discours de ce livre doit être pris. Et pour commencer par
l'ordre des choses. Aprés que nous eumes representé au feu Roy, à
Monseigneur le Chancellier, & autres personages de qualité les fruits de
nôtre culture, le sieur de Mons presenta requéte à sa Majesté pour avoir
confirmation & renouvellement du privilege de la traite des Castors, qui
lui avoit eté cette année là revoqué à la poursuite des marchans de
Saint Malo, qui cherchent leur profit, & non l'avancement de l'honneur
de Dieu, & de la France. Sa requéte lui fut accordée au Conseil, mais
pour un an seulement. Ce n'étoit pour faire de grands projets sur un
fondement si foible, & de si peu de durée. Et toutefois il n'y a rien de
si naturel que de laisser à un chacun (privativement aux forains) la
jouissance des biens qui sont en la terre qu'il habite: &
particulierement ici, où la cause est d'elle même si favorable, qu'elle
ne devroit avoir besoin d'intercesseurs. Les causes principales de la
revocation susdite, étoient la cherté des Castors, que l'on attribuoit
audit sieur de Monts: item la liberté du commerce otée au sujets du Roy
en une terre qu'ilz frequentent de temps immemorial: joint à ceci que
ledit sieur ayant par trois ans jouï dudit privilege, il n'avoit encore
fait aucuns Chrétiens. Je ne suis point aux gages d'icelui pour defendre
sa cause. Mais je sçay qu'aujourd'hui depuis la liberté remise lédits
Castors se vendent au double de ce qu'il en retiroit. Car l'avidité y a
eté si grande qu'à l'envi l'un de l'autre les marchans en ont gaté le
commerce. Il y a huit ans que pour deux gateaux, ou deux couteaux on eût
eu un Castor, & aujourd'hui il en faut quinze ou vint: & y en a cette
année mille six cens dix qui ont donné gratuitement toute leur
marchandise aux Sauvages, afin d'empecher l'entreprise sainte du Sieur
de Poutrincourt, tant est grande l'avarice des hommes: Tant s'en faut
donc que cette liberté de commerce soit utile à la France, qu'au
contraire elle y est extremement prejudiciable. C'est une chose fort
favorable que la liberté du traffic, puis que le Roy ayme ses sujets
d'un amour paternel: mais la cause de la religion, & des nouveaux
habitans d'une province est encore plus digne de faveur. Tous ces
Marchans ne donneront point un coup d'epée pour le service du Roy, & à
l'avenir sa Majesté pourra trouver là de bons hommes pour executer ses
commandemens. Le public ne se ressent point du profit de ces
particuliers, mais d'une Nouvelle-France toute l'antique France se
pourra un jour ressentir avec utilité, gloire, & honneur. Et quant à
l'ancienneté de la navigation je diray qu'avant l'entreprise du sieur de
Monts nul de noz mariniers n'avoit passé Tadoussac, fors le Capitaine
Jacques Quartier. Et sur la côte de l'Ocean nul Terreneuvier n'avoit
passé la bay de _Campseau_ avant nôtre voyage pour faire pécherie. Pour
n'avoir fait des Chrétiens il n'y a sujet de blame. Le caractere
Chrétien est trop digne pour l'appliquer de premier abord en une contrée
inconuë, à des barbares qui n'ont aucun sentiment de religion. Et si
cela eût été fait, quel blame & regret eût-ce été de laisser ces pauvres
gens sans pasteur, ni autre secours, lors que par la revocation dudit
privilege nous fumes contrains de quitter tout, & reprendre la route de
France; le nom Chrétien ne doit estre profané, & ne faut donner occasion
aux infideles de blasphemer contre Dieu. Ainsi ledit sieur de Monts n'a
peu mieux faire, & tout autre homme s'y fût trouvé bien empeché. Trois
ans se sont passez devant qu'avoir trouvé une habitation certaine où
l'air fût sain, & la terre plantureuse. Il s'est veu en l'ile
Sainte-Croix environné de malades de toutes pars parmi la rigueur de
l'hiver, avec peu de vivres: chose qui n'étoit que trop suffisante pour
étonner les plus resolus du monde. Et le printemps venu son courage le
porta parmi cent perils à cent lieuës plus loin chercher un pour plus
salutaire: ce qu'il ne trouva point, ainsi que nous avons dit ailleurs.
En un mot je coucheray ici ce demi quatrain du Prince de noz Poëtes:

                    _Il est bien aysé de reprendre,_
                    _Et mal-aysé de faire mieux._



_Equipage du sieur de Monts. Kebec. Commission de Champlein.
Conspiration chatiée. Fruits naturels de la terre. Scorbut. Annedda.
Defense pour Jacques Quartier._

CHAP. II

LE Sieur de Monts ayant obtenu prorogation du privilege sus-mentionné
pour un an, quoy que ce fût une maigre esperance, toutefois pour les
causes que j'ay dites au chapitre precedent, il resolut de faire encore
un equipage, & avec quelques associés envoya trois vaisseaux garnis
d'hommes & de vivres en son gouvernement. Et d'autant que le sieur de
Poutrincourt a pris son partage sur la côte de l'Ocean: pour ne
l'empecher, & pour le desir qu'a ledit Sieur de Monts de penetrer dans
les terres jusques à la mer Occidentale, & par là parvenir quelque jour
à la Chine, il delibera de se fortifier en un endroit de la riviere de
_Canada_ que les Sauvages nomment _Kebec_, à quarante lieuës au dessus
de la riviere de Saguenay. Là elle est reduite à l'étroit, & n'a que la
portée d'un canon de large: & par ainsi est le lieu fort commode pour
commander par toute cette grande riviere. Champlein print la charge de
conduire & gouverner cette premiere colonie envoyée à _Kebec_: où état
arrivé il fallut faire les logemens pour lui & sa troupe. Enquoy il y
eut de la fatigue à bon escient, telle que nous nous pouvons imaginer à
l'arrivée du Capitaine Jacques Quartier au lieu de la dite riviere où il
hiverna: & du sieur de Monts en l'ile Sainte-Croix: d'où s'ensuivirent
des maladies qui en emporterent plusieurs au dela de fleuve Acheron. Car
on ne trouva point de bois prét à mettre en oeuvre, ni aucuns batimens
pour retirer les ouvriers; Il falut couper le bois à son tronc,
defricher le païs, & jetter les premiers fondements de l'oeuvre.

Or comme noz François se sont préque toujours trouvez mutins en telles
actions, ainsi y en eut-il entre ceux-ci qui conspirerent contre ledit
Champlein leur Capitaine.

Le chef de cette conspiration fut un serrurier Norman, dit Jehan du Val,
qui avoit eté blessé par les Armouchiquois au voyage du sieur de
Poutrincourt. Il s'étoit asseuré de trois qui ne valoient pas mieux que
lui, & ceux-ci de plusieurs autres, pour faire mourir Champlein, leur
suggerans des mécontentemens sur la nourriture, & le trop grand travail,
& disans que Champlein mort ilz pourroient faire une bonne main par le
pillage des provisions, & marchandises apportées de France, léquelles
ayans partagées ilz se retireroient en Espagne dans des vaisseaux
Basques & Hespagnols qui étoient à Tadoussac, pour y vivre heureusement.
Cette entreprise fut découverte par un autre Serrurier dit Anthoine
Natel plus timoré & conscientieux que les autres: lequel declara audit
Champlein qu'ils avoient arreté de le prendre au dépourveu, &
l'étouffer; ou luy donner de nuit une faulse alarme, & comme il
sortiroit luy tirer un coup de mousquet, ce qui se devoit faire dans
quatre jours: & ce pendant, que le premier qui en ouvriroit la bouche
seroit poignardé. Ces choses venuës en evidence, les quatre chefs furent
pris, & envoyés à Tadoussac à la garde du sieur du Pont de Honfleur.
Tandis on informe, & cela fait on remene les prisonniers à Kebec pour
étre confrontés. Pas un d'eux ne nie, ains implorent misericorde.
Surquoy le Conseil assemblé, lédits complices furent condamnés à étre
penduz & étranglés. Ce qui fut reelement executé en la personne dudit Du
Val, & les trois autres envoyés en France avec leurs informations au
Sieur de Monts pour en conoitre plus amplement: auquels il a fait grace.
Champlein racontant ce fait se met au nombre des Juges, & dit que du Val
en débaucha quatre, comme ainsi soit que par son discours il ne s'en
trouve que trois. Plus dit que les conspirateurs (qui devoient executer
leur entreprise dans quatre jour) avoient proposé de livrer la place aux
Hespagnols, laquelle toutefois n'étoit à peine commencée à batir.

Les autres manouvriers mélés en ladite conspiration aprés s'étre
reconus, & avoir eu pardon, se trouverent en grand repos d'esprit, & de
là en avant se comporterent fidelement, travaillans de courage aux
logemens, & premierement au magazin pour y retirer les vivres, &
decharger les barques. Ce pendant d'autres s'occupoient au labourage &
semailles de blés & graines de jardin, & à replanter en ordre des vignes
du païs. Pour la rapport de cette terre il a eté fort particulierement
declaré ci-dessus par le Capitaine Jacques Quartier là où il parle de
son arrivée au lieu qu'il nomma sainte-Croix prés Stadaconé, qui est
aujourd'hui Kebec. Les animaux de cette terre sont tels que ceux du port
Royal. Toutefois j'ay veu des peaux de renards de ce quartier à longs
poils noirs meslez de quelque blancs, de si excellente beauté, qu'elles
semblent faire honte à la Martre. Ainsi se continuerent les affaires
jusques à la venuë de l'hiver, auquel commença à neger assez bonnement
le dix-huitiéme Novembre, mais la nege se fondit en deux jours. La plus
forte nege tomba le cinquiéme Fevrier, & dura jusques au commencement
d'Avril, pendant lequel temps plusieurs furent saisis & affligez de
cette maladie qu'on appelle Scorbut dont j'ay parlé ci-dessus. Quelques
uns en moururent faute de remede prompt, quand à l'arbre _Annedda_ tant
celebré par Jacques Quartier, il ne se trouve plus aujourd'hui. Ledit
Champlein en a fait diligente perquisition, & n'en a sçeu avoir
nouvelle. Et toutefois sa demeure est à Kebec voisine du lieu où hiverna
ledit Quartier. Surquoy je ne puis penser autre chose, sinon que les
peuples d'alors ont été exterminés par les Iroquois, ou autres leurs
ennemis. Car de démentir icelui Quartier, comme quelques uns font, ce
n'est point de mon humeur: n'étant pas croyable qu'il eût eu cette
impudence de presenter le rapport de son voyage au Roy autrement que
veritable, ayant beaucoup de gans notables compagnons de son voyage pour
le relever s'il eut allegué faussement une chose si remarquable. Somme
de vint-huit il en mourut vint, soit de cette maladie, soit de la
dysenterie causée (à ce que l'on presumoit) pour avoir trop mangé
d'anguilles.



_Voyage de Champlein contre les Iroquois, Riviere des Iroquois, Saut
d'icelle. Comme vivent les sauvages allans à la guerre. Disposition de
leur gendarmerie. Croyent aux songes. Lac des Iroquois. Alpes és
Iroquois._

CHAP. III

LE Printemps venu, Champlein dés long temps desireux de découvrir
nouveaux païs delibera ou de tendre aux Iroquois, ou de penetrer outre
saut du grand fleuve de Canada: sur ce considerant que les païs
meridionaux sont toujours les plus agreables pour leur douce
temperature, il se resolut de voir lédits _Iroquois_ (qui sont par les
quarante trois degrez) la premiere année. Mais la difficulté gisoit à y
aller. Car de nous mémes ne sommes capables de faire ces voyages sans
l'ayde des Sauvages. Ce ne sont pas les plaines de nôtre Champagne, ou
de Vatan: ny les Landes de Bretagne, ou de Bayonne. Tout y est couvert
de hautes forets que menacent les nues. Comme il étoit sur ce discours
voici arriver à _Kebec_ quelques deux ou trois cens Sauvages d'amont la
riviere, partie _Algumquins_, partie _Ouchategins_ ennemis dédits
Iroquois. Les premiers ont leur demeure au Nort dudit fleuve au dessus
du grand saut. Ceux-ci en l'autre part vis à vis d'eux, _Iroquois_, mais
ennemis des autres de méme nom: & partant sont appellés _Bons Iroquois_.
Ils venoient partie pour troquer leurs pelleteries &s navires de
Tadoussac, partie pour faire la guerre aux mauvais Iroquois s'ils
étoient assistez des François, ainsi que Champlein leur avoit promis
l'an precedent. Donc les voyant deliberés il print ceux qui étoient pour
la guerre, avec quelques Montagnais (qui sont ceux que Jacques Quartier
nomme Canadiens) & dix ou douze François, & partirent de Kebec le
dix-huitiéme Juin mil six cens neuf. Je ne veux m'arreter ineptement à
conter par le menu toutes les occurences du voyage, suffise de dire,
qu'estans parvenus au premier saut de la riviere des Iroquois, la barque
dudit Champlein ne peût passer outre, ains seulement les canots des
Sauvages. Occasion qu'il retint seulement deux François avec lui, &
renvoya les autres. Ce saut est large de six cens pas, & long de trois
lieuës, la riviere tombant toujours là parmi les rochers. Ayans gaigné
le dessus le deuxiéme Juillet ont fait reveuë des gens, & se trouverent
seulement soixante hommes en vint quatre canots, à ce que dit Champlein,
que ne seroit pas trois en chacun, ce qui ne semble croyable. Montants
la riviere ils rencontrent plusieurs iles grandes & moyennes fort
agreables à voir. Le païs neantmoins n'est aucunement habité à cause des
guerres. Ce-pendant faut que le Sauvage vive. Et sur ce je voy mon
lecteur en peine de sçavoir comment: ce que je vay dire en un mot. Etans
loin de l'ennemi ils se divisent en trois bandes: en avant coureurs,
corps d'armée, & chasseurs. Les premiers devancent de trois lieuës &
font la découverte sans bruit: tandis les autres reposent. Mais les
Chasseurs demeurent derriere pour ne donner avis de leur venue à
l'ennemi par le cri de la chasse. A deux ou journées du lieu où l'on
veut aller ils ne chassent plus ains se joignent au corps, & tous vivent
de la chasse prise & des farines de masis qu'ilz portent pour la
necessité, dont ilz font de la bouillie.

D'ailleurs ilz ne vont plus lors que de nuit, & le jour se retirent dans
l'épais des bois, où ilz se reposent sans faire de bruit, ni feu, pour
n'étre découvers. Ilz sont fort credules aux songes, & aprés le sommeil
chacun s'enquiert de ce que son camarade a songé: de sorte que si le
songe presage victoire, ilz la tiendront pour asseurée: si au contraire,
ilz se retireront. Aussi leurs devins interrogent leurs demons sur
l'avenement de l'entreprise, & s'ils promettent bien, & qu'il faille
marcher: les Capitaines ficheront en terre autant de batons qu'il y a de
soldats, & en l'ordre qu'ilz veulent qu'on tienne à la guerre: puis les
appellant l'un aprés l'autre, les soldats garderont sans varier le rang
qui leur aura eté donné selon la disposition dédits batons: & pour ne
tomber en desordre à l'abord de l'ennemi ilz font plusieurs fois la
faction militaire, se mélans confusément comme les danseurs d'un balet,
& se trouvans au bout au méme lieu & rang qui leur a eté ordonné.

Les Sauvages dont nous parlons ayans fait ces exercices enfin arrivent
au lac qu'ilz cherchoient, lequel Champlein dit étre long d'octante ou
cent lieuës, & toutefois il ne l'a depeint, que de la longueur de
trente-cinq lieuës. Ce lac est embelli de quatre grandes iles
foretieres, & environné d'arbres de toutes parts, parmi léquels y a
force chataigners & quantité de fort belles vignes que la nature y a
plantées. Non loin du bord: à l'Orient y a des Alpes couvertes d'un
manteau de neges au plus chaud de l'Eté: & au Midi d'autres qui les
semblent égaler en hauteur, mais toutefois sans neges. Au dessouz sont
de belles vallées fertiles en peuples, blés, & fruits, mais ce blé est
celui qu'aucuns appellent blé sarazin, ou masis, & non blé de nôtre
Europe.



_Rencontre des Iroquois. Barricades. Message à l'ennemi. Combat. Effect
d'arquebuse. Victoire. Butin. Retour des victorieux. Traitement des
prisonniers. Ceremonies à l'arrivée des victorieux en leur païs._

CHAP. IV.

LE vint-neufiéme Juillet la troupe guerriere des Sauvages cotoyant le
lac à la faveur de la nuit, sur les dix heures eut en rencontre les
Iroquois plustot qu'elle n'avoit pensé. Lors grans cris & huées d'une
part & d'autre: chacun met pied à terre & arrenge ses canots le long de
la rive: Les Iroquois pris à l'impourveu se barricadent, coupans de bois
avec de mechantes haches qu'ilz gaignent quelquefois à la guerre, & de
pierres aiguës qui leur servent à méme effect. Les autres se parent
aussi de leur côté, & s'avançans à la portée d'une fleche de l'ennemi en
l'ordre qui avoit été dit, ils leur envoyent deux canots, sçavoir s'ils
ont envie de combattre. Les Iroquois repondent qu'ilz ne sont venus que
pour cela, mais que l'heure n'est propre, & sont d'avis d'attendre le
jour. Ceci est trouvé bon par les autres. Cependant la nuit se passe en
danses & chansons avec injures, deffis, & reproches de part & d'autre.

L'avant-courriere du jour n'eut plutot montré sa face vermeille sur
l'horizon oriental, que chacun s'appréte, & se range en bataille. Les
Iroquois en nombre d'environ deux cens hommes sortent de leur barricade
d'une gravité Lacedemonienne. Les autres s'avancent aussi en méme ordre,
léquels indiquent à Champlein que les trois premiers de la troupe
Iroquoise paroissans avec des plumes beaucoup plus grandes que celles
des autres, étoient les Capitaines, & qu'il devoit viser à ceux-là. Là
dessus luy font ouverture (car il demeuroit caché parmi la troupe) &
s'avance de quelques vint pas de l'ennemi, lequel voyant cet homme
nouveau armé d'un corselet, d'un morion, & d'une arquebuse, s'arréta
tout coure, & Champlein aussi, se contemplans l'un l'autre. Et comme les
Iroquois branloient pour le tirer, il coucha son arquebuse (chargée de
quatre bales) en jouë, sur l'un des trois chefs, deux déquels tomberent
par terre de ce coup, & un autre fut blessé, qui mourut peu aprés. Cet
effect excita de grans cris de joye en la troupe de Champlein, & donna
grand étonnement aux Iroquois, voyans que ni les armes tisser de fil de
coton, ni les pavois de leurs Capitaines ne les avoient garentis d'une
si prompte mort. Cependant une grele de fleches tombe sur les uns & les
autres, & tiennent bon les Iroquois, jusques à ce que l'un des
compagnons de Champlein ayant tiré un autre coup, ilz prindrent
l'épouvante, & quitterent la partie, s'enfuians par les bois, où ilz
furent poursuivis & mal menés en sorte qu'outre les tués il y en eut dix
ou douze prisonniers. Le butin fut du blé masis, des farines, & des
armes des ennemis. Et apres avoir dansé & chanté on parla du retour.
Mais il fut triste pour les prisonniers de guerre. Car dés le jour méme
la troupe étant allée jusques à huit lieues de là, au soir l'on commença
à haranguer l'un d'iceux sur les cruautés qu'ils avoient autrefois
exercée contre ceux de leur nations, sans penser que le hazard de la
guerre est incertain, & leur pouvoir un jour arriver la calamité en
laquelle ilz se voyoient. Et là dessus le font chanter, mais c'étoit un
chant plein d'amertume & fort melancholique. Puis ayans allumé du feu
chacun print un tison & le bruloit sans pitié, & par intervalles lui
jettoit de l'eau pour allonger son tourment. Aprés lui arracherent les
ongles, mettans des charbons aux lieux d'icelles, & sur le bout du
membre viril. Puis lui écorcherent la téte, sur laquelle ilz firent
degoutter de la gomme fondue, ce qui arrachoit des cris pitoyables à ce
pauvre malheureux. D'ailleurs lui perçans les bras prés les poignets,
lui tiroient par force les nerfs avec des batons fichez dedans. C'estoit
là un miserable spectacle à Champlein & ses compagnons, qui étans
invités de faire le semblable, Champlein repondit que s'ilz vouloient il
lui tireroit un coup d'arquebuse, mais ne pouvoit pas souffrir de voir
une telle cruauté. La troupe barbare ne vouloit s'y accorder, disant
qu'il mourroit tout d'un coup sans sentir mal. En fin toutefois voyans
qu'il se retiroit d'eux tout indigné, ilz le rappellerent pour faire ce
qu'il avoit dit; ce qu'il eut à gré, & delivra en un moment ce pauvre
corps des tourmens qui lui restoient à souffrir. Ce peuple brutal non
content de ce qui s'étoit passé ouvrit encore le ventre du mort, & jetta
ses entrailles dans le lac: lui arrache le coeur qu'ilz couperent en
morceaux & le baillerent à manger à un sien frere aussi prisonnier &
autres ses compagnons, qui ne le voulurent avaller. En fin coupans la
téte, les bras, & les jambes à ce pauvre mort, ils en jetterent les
pieces deça & dela ne pouvans plus faire davantage. Il vaudroit beaucoup
mieux mourir au combat, ou se tuer soy-méme à faute de ce (pour que ce
peuple n'a point de Dieu) que de se reserver à de si horribles tourmens.
Et croy que nous n'en ferions pas moins si nôtre guerre se traitoit
ainsi: n'estant sans exemple loüé en la sainte Ecriture qu'un homme ait
mieux aymé se donner la mort, que de tomber és mains de ses ennemis, de
qui en tout cas il est à presumer qu'il n'eust receu qu'une mort commune
& ordinaire aux prisonniers de guerre. Je n'ay point leu, ni ouï dire
qu'aucun autre peuple Sauvage se comporte ainsi alendroit de ses
ennemis. Mais on repliquera que ceux-ci rendent la pareille aux
Iroquois, qui par actes semblables ont donné sujet à cette tragedie.
Cela fait, les autres prisonniers spectateurs de ces tourmens ne
laisserent de s'en aller toujours chantans avec la troupe victorieuse,
quoy que sans esperance de meilleur traitement. Au saut de la riviere
des Iroquois la troupe se divisa, & chacun print la route de son païs.
Un Sauvage des Montagnais ayant songé que l'ennemi les poursuivoit, ilz
partirent à l'instant, quoy qu'il fit une nuit fort facheuse pour les
pluies & grans vens, & ayans trouvé des grans roseaux au lac saint
Pierre, ilz s'y mirent à couvert jusques au jour, & delà en quatre
journées arriverent à Tadoussac, ayans mis chacun au bout d'un baton
attaché à la prouë de leurs canots les tétes de leurs ennemis, &
chantans pour leur victoire à l'abord de la terre. Ce que voyans leurs
femmes, elles se jetterent nuës dans l'eau allans au devant d'eux pour
prendre lédites tétes, léquelles elles se pendirent au col comme un
joyau precieux, & passserent plusieurs jours de cette façon en danses &
chansons.

[Illustration]



_Retour de Champlein en France: & de France en Canada. Riviere de Canada
quand navigable. Triste accident. Etat de Kebec. Guerre contre les
Iroquois. Siege. Fort d'iceux pris à l'ayde de Champlein. Avarice de
Marchans. Cruauté de Sauvages sur leurs prisonniers de guerre. Garson
François laissé parmi les Sauvages. Baleine dormante sur mer au retour
en France._

CHAP. V

CES choses ainsi passées, le Capitaine du Pont & Champlein prennent
conseil de retourner en France, laissans le gouvernement de Kebec au
Capitaine Pierre Chauvin. Et d'autant que l'on craignoit au prochain
Hiver les accidens des maladies passées, ledit du Pont fut d'avis de
faire couper du bois pour la provision de cinq ou six mois à fin de
delivrer de cette fatigue ceux qui resteroient pour la demeure. Ce qu'il
fit en telle sorte que les autres s'en fachoient prevoyans qu'ilz ne
sçauroient à quoy s'occuper durant la froide saison. Neantmoins cela se
passa ainsi, & en consequence cet Hiver ne leur apporta aucune
mortalité, ayans aussi eu souvent de la viande fréche durant cet Hiver.

Cela expedié, les susdits se mettent à la voile le premier de Septembre,
se trouvent sur le grand Banc des Moruës le quinziéme, & le treziéme
Octobre arrivent à Honfleur. Le sieur de Monts fit ses efforts pour
obtenir nouvelle commission & privilege pour la traite des Castors és
terres par lui découvertes: ce qu'il ne peût, quoy qu'il semble cela lui
être bien deu. Neantmoins aprés ce rebut il ne laissa de tenter fortune,
& faire encore un nouvel embarquement à ses despens, tant il est
desireux de belles entreprises & de penetrer dans le profond de ces
terres.

De cet embarquement furent gouverneurs les susdits Capitaine du Pont &
Champlein, le premier pour la traite des pelleteries, & l'autre pour la
découverte des terres.

Ayans donc pris quelque nombre de manouvriers avec eux, pour renforcer
l'habitation de Kebec, ilz partirent de Honfleur le 18 Avril mille six
cens dix, & arriverent à Tadoussac le vint-sixiesme May. Là ilz
trouverent des vaisseaux arrivez dés huit jours auparavant, chose qui ne
s'étoit veuë il y avoit plus de soixante ans, à ce que disoient les
vieux mariniers. Car d'ordinaire les entrées du golfe de Canada sont
cellées de glaces jusques à la fin de May. Etans emmanchez dans la
grande riviere, un malheur arriva que rencontrans un vaisseau de
Saint-Malo, un jeune homme qui étoit en icelui voulant boire à la santé
dudit Capitaine du Pont se laissa glisser hors le bord, & alla boire
plus qu'il ne vouloit dans l'eau salée, sans qu'il y eût moyen de le
secourir, les vagues étans trop hautes.

Les Sauvages qui étoient ja arrivés à Tadoussac furent fort aises de la
venue de Champlein desirans faire avec lui quelque exploit de guerre,
suivant la promesse qu'il leur avoit fait l'an precedent. Les Basques &
Mistigoches (ainsi appellent-ils les Normans & Maloins) leur avoïent
aussi promis d'aller à la guerre avec eux, dont se deffians ilz
demanderent à Champlein s'il estimoit qu'ilz fussent hommes de promesse,
lequel ayant repondu que non, & que ce n'étoit que pour attrapper leurs
pelleteries: Tu as dit vray (repliquerent-ils) ilz ne veulent faire la
guerre qu'à noz castors; mais en effect ce ne sont que des femmes.

Quittant Tadoussac ledit Champlein trouve à _Kebec_ tous ceux qu'il y
avoit laissé en bonne santé, & quelque nombre de Sauvages qui
l'attendoient, auquels il fit la Tabagie, & eux à luy & huit de ses
compagnons, qui furent traités à la mode du païs.

Le rendez-vous ayant eté donné à l'entrée de la riviere des Iroquois,
Champlein partit de Kebec le quatorziéme de Juin, pour y aller trouver
les Sauvages des trois nations denommées au chapitre precedent. Il ne
manqua d'avant-coureurs Pour le presser de s'avancer, & sans que dans
deux jours les Algumquins & Ochategoins se devoient trouver au dit
rendez-vous avec quatre cens hommes, la pluspart sous la conduite du
Capitaine Iroquer, qui étoit de l'écarmouche de l'an passé. L'un dédits
avant-coureurs, qui étoit aussi Capitaine, donna à Champlein une lame de
cuivre de la longueur d'un pied qu'il avoit pris en son païs, où s'en
trouvoit prés un grand lac quantité de morceaux qu'ilz fondoient, le
mettoient en lingots, & l'unissoient avec des pierres.

Champlein arrivé à la riviere de Foix, par lui nommée (je ne sçay à quel
sujet) les trois rivieres, quoy qu'elle se décharge en un seul canal
dans le fleuve de Canada, il y rencontra les Montagnais, avec léquels il
arriva le dix-neuviéme dudit mois à une ile proche l'entrée de la
riviere des Iroquois, où nouvelles vindrent en diligence que les
Algumequins avoit fait rencontre des Iroquois, qui étoient en nombre de
cent fortement barricadés de hauts arbres couchés & enlassés l'un parmi
l'autre, & n'y avoit moyen de les emporter sans le secours des
Mistigoches. Aussi-tot l'alarme au camp, chacun confusément prent ses
armes & s'embarque, & Champlein avec eux assisté de quatre des siens,
ayant baillé charge au pilote la Routte (qu'il laissoit à la garde de sa
barque) de lui envoyer encore quelques gens de secours, n'ayant loisir
de les appeller. Là y avoit quelques barques de Mastigoches, déquels
aucun n'eut le courage ni la hardiesse d'aller acquerir de l'honneur à
une telle rencontre, ni d'assister leurs compatriotes, hors-mis un nommé
le Capitaine Thibaut. Et pour ce les Sauvages se mocquoient d'eux, &
crioient que c'étoient des femmes, qui ne sçavoient que guerroyer leurs
Castors, & emporter leurs pouilleries. Ilz ne laisserent de se hater à
force de rames, & s'efforcer de gaigner la terre, là où étans chacun
prend les armes, & sans se souvenir de Champlein courent à travers ls
bois d'une telle legereté, qu'incontinent il les perdit de veuë, &
demeura sans guide, suivant tant qu'il peût avec ses compagnons leur
brisée avec beaucoup de difficultés, tant pour la pesanteur de leurs
armes & corps de cuirace, que pour la nature des bois pleins d'eaux &
palus: & l'importunité étrange des mouches bocageres qui sont par tout
ce païs-là, comme nous dirons ailleurs. Ilz n'eurent pas fait long
chemin qu'ilz perdirent toute cognoissance, & ne sçavoient à quoy se
resoudre: mais ilz apperceurent deux Sauvages qu'ils appellerent pour
les conduire: aprés quoy en survint un autre accourant pour les faire
avancer, disant que les Algumquins & Montagnais, ayans voulu forcer la
barricade des Iroquois, avoient été repoussés avec perte de leurs
meilleurs hommes, sans les blessez: & s'étoient retirés en attendant
secours. Ilz n'eurent pas beaucoup cheminé qu'ils ouïrent les
exclamations des uns & des autres étans toujours sur l'écarmouche. Mais
les assaillans s'écrierent bien d'autre façon à l'arrivée des nôtres,
qui à l'instant s'approcherent de la barricade pour la reconoitre, comme
firent aussi les Sauvages nos amis, lors nos arquebusiers de faire leur
devoir, & les Iroquois de s'étonner voyant l'effect des arquebuses qui
n'épargonient leurs boucliers, & faisoient tomber plusieurs de leurs
gens, léquels étoient d'autant plus aisés à mirer que lédites arquebuses
se reposoient sur la barricade méme. Champlein y fut blessé d'un trait
de fleche, & un sien compagnon aussi. Et voyant que la munition
commençoit à leur faillir il cria aux Sauvages qu'il falloit emporter
l'ennemi de force & rompre la barricade, & pour ce faire se targuer de
leurs pavois, & attacher des cordes aux arbres plantez debout soutenans
les autres, & les renverser afin de faire ouverture. D'ailleurs qu'il
falloit abattre quelques arbres à l'environ & les faire tomber dans le
clos pour les accabler: & que de sa part avec ses compagnons il
empecheroit l'ennemi à coups d'arquebuses de les endommager. Ce qui fut
promptement executé. Depuis que l'arquebuserie commença à jouer ceux qui
étoient demeurés aux barques à une lieuë & demie de là entendoient tout
le tintamarre, ce qui émeut un jeune homme de Saint-Malo nommé des
Prairies, de reprocher à ses compagnons leur couardise & ignominie, de
laisser ainsi leurs compatriotes parmi des Sauvages en une telle affaire
sans s'en émouvoir, ni les secourir, disant que pour son regard il y
vouloit aller, & n'attendroit point le reproche de n'y avoir été, sinon
des premiers, au moins encore assez à temps pour faire quelque chose de
bon. Ce courage enflamma d'autres, qui y furent avec lui dans sa
chalouppe, & ayant mis pied à terre prés le Fort des Iroquois, va
trouver Champlein, lequel à leur venue fit cesser les Sauvages, afin que
ledit Fort ne fût pris sans qu'ils eussent eu part à la gloire du
combat. Ainsi se mirent en devoir de tirer sur l'ennemi, & en diminuer
le nombre, de sorte que n'étant plus capables de resistance, ouverture
fut faite à la faveur des arquebusaqdes qui donnoient par dedans,
restant neantmoins la hauteur d'un homme d'arbres couchez l'un sur
l'autre, qui n'empecherent de donner vivement l'assaut, où ce qui
restoit d'Iroquois perdant coeur commença à prendre la fuite, se noyans
les uns au courant de la riviere, les autres passans par le fil de
l'épée, ou par les armes des Sauvages: de sorte que de tout le nombre
qu'ils étoient il n'en demeura que quinze vivans reservés aux tourmens
tels qu'au chapitre precedent. Des assiegeans trois furent tués, &
cinquante blessés. Aprés cette victoire arriva encore une chalouppe tout
à point pour avoir part au butin, lequel on laissa à cet gent rapace &
avare de mercadens, n'y ayant que de la pouillerie de ces pauvres
miserables Iroquois, qui étoient pleine de sang: & de cette vilaine
avidité, les Sauvages se mocquoient avec mille reproches.

Ilz leverent selon leur coutume, les cuirs des tétes des morts pour en
faire des trophées au retour en la façon qu'a été dit ci-dessus. Puis
demembrent un corps en quatre quartiers pour le manger, ce disoient ils,
tant cette nation barbare est enragée contre ses ennemis. Noz Sauvages
de la côte marine sont plus humains, & se contentent de la mort commune
de leurs ennemis, ou de les retenir pour esclaves.

Le reste du jour se passa entre ceux-ci en danses & chansons, n'ayans
que trois sortes d'occupation en toute leur vie, ou ce que je viens de
dire, ou la chasse, ou la guerre. Le lendemain étant arrivés hors la
riviere des Iroquois, il attacherent trois de leurs prisonniers à un
arbre prés de l'eau, & ne cesserent de les bruler & leur jetter eau par
intervalle jusques à ce que ces pauvres corps tomberent en pieces, &
lors étans morts chacun en coupoit un morceau & le bailloit à son chien.
Les autres prisonniers furent reservés pour contenter les femmes,
léquelles adjoutent encore à ces horribles supplices sans pitié ni
misericorde. Champlein en sauva un qui lui fut donné, mais il se sauva,
quoy qu'il eût asseurance qu'il n'auroit point de mal.

Pendant ces executions les Mercadens ne laissoient de traiter des
pelleteries que les Sauvages avoient amenées, & emportoient le profit
qui se pouvoit attendre de cette nation que Champlein avoit assistée
avec tant de travaux.

Le lendemain arriva le Capitaine Iroquet mentionné ci-dessus avec deux
cens hommes bien marri de n'avoir été de la partie, la pluspart des
Sauvages qui se trouverent là n'ayans jamais veu de Chrétiens
demeuroient fort étonnés considerans noz façons, noz vetemens, nos
armes, nos equippages.

Comme les troupes étoient prétes de se retirer chacune en son païs,
Champlein trouva bon de laisser aller un jeune garson volontaire avec
ledit Iroquet, pour apprendre le langage des Algumequins, & remarquer
les lacs, rivieres, mines, & autres choses necessaires tandis qu'il
retourneroit en France. Ce qui fut accordé; mais les autres Sauvages en
firent difficulté, craignans que mal ne lui avint, n'ayant accoutumé de
vivre à leur mode, qui est dure en toute façon, & qu'arrivant quelque
accident audit garson ilz n'eussent les François pour ennemis. Champlein
s'en formalisa, & dit que s'ilz lui refusoient cela il ne les tenoit pas
pour amis. Et pour répondre à leur difficulté, que s'il arrivoit
accident de maladie ou de mort au jeune garson sans leur faute il ne
leur en voudroit point de mal, sçachant que nous tous infirmes & sujets
à mourir. A tant ils s'accorderent que Champlein prendroit un des leurs
en change, lequel il remeneroit l'Eté suivant, & reprendroit le sien,
lequel ilz traiteroient comme leur enfant. J'ay veu souvent ce Sauvage
de Champlein nommé Savignon, à Paris, gros garson & robuste, lequel se
mocquoit voyant quelquefois deux hommes se quereler sans se battre, ou
tuer, disant que ce n'étoient que des femmes & n'avoient point de
courage.

Cette année le refus fait au sieur de Monts de lui continuer son
privilege, ayant été divulgué par les ports de mer, l'avidité des
Mercadens pour les Castors fut si grande que les trois parts cuidans
aller conquerir la toison d'or sans coup ferir, ne conquirent pas
seulement des toisons de laines, tant étoit grand le nombre de
conquerans.

La triste nouvelle de la mort du Roy ayant eté portée jusques là par les
derniers venus, fut cause de hater le depart des vaisseaux su sieur de
Monts, & de donner ordre à l'habitation de _Kebec_, où fut laissé pour
chef de la compagnie un nommé du Parc. Ains partirent le Capitaine du
Pont & Champlein de Tadoussac le treziéme Aoust, & le vint-septiéme
Septembre arriverent à Honfleur. Mais il ne faut omettre un cas fort
nouveau & rare avenu en ce voyage, que leur vaisseau ait passé
par-dessus une Baleine endormie en pleine mer, & lui ait tellement
endommagé le train de derriere, qu'elle jetta grande abondance de sang,
sans peril dudit vaisseau. Et neantmoins quelques autheurs écrivans de
la nature des poissons, disent qu'entre iceux le seul Sargot est capable
du dormir, comme nous dirons plus amplement au chapitre de la pecherie
livre sixiéme.



_Retour de Champlein en Canada. Bancs de glaces longs de cent lieuës.
Arrivée à la Terre-neuve. Comment les Sauvages passent le Saut de la
grande riviere. Saut du Rhin. Mensonges de quelqu'un qui a écrit un sien
voyage ne Mexique._

CHAP. VI

DEPUIS le voyage sus-écrit, Champlein en a fait quelques autres qui ne
sont pas venus à ma conoissance, ains seulement ceux des années six cens
unze, & six cens treze équels il a découvert quelque terres & lacs outre
le grand saut du fleuve de Canada és païs des Algumquins, qui sont à
l'opposite des Iroquois separés par un grand lac de quinze journées de
longueur. Le premier dédits voyages fut accompagné de beaucoup de
difficultés & perils, non pour la terre, mais pour la navigation. Car
cette année les vens & la saison furent fort contraires, de sorte que
n'ayant peu s'élever au Su, ains toujours jetté au Nort jusques à la
hauteur de 48 degrez de latitude, il rencontra devant qu'arriver au Banc
des Morues plus de cent lieues de glaces elevées de trente & quarante
brasses hors de l'eau, dans léquelles se trouvant souvent enveloppé, on
peut penser si le vaisseau étoit en seureté la glace obeissant au vent,
& pouvant au moindre choc mettre ledit vaisseau en piece. Souvent aprés
avoir long temps vogué tout un jour, ou une nuit entre les bancs de
glaces, pensant trouver une sortie, on les trouvoit scellées, & falloit
retourner en arriere chercher passage. Un autre mal augmentoit le peril,
que durant ces travaux les brumes épesses empechoient de voir plus loin
que la longueur du vaisseau. Puis les plus pluies, les neges, le froid
incommodoient & engourdissoient tellement les matelots, qu'ilz ne
pouvoient manouvrer, ni à peine se tenir sur le tillac. En fin aprés
avoir été plusieurs fois deceu cuidans voir la terre au lieu des glaces,
ilz se trouverent à _Campseau_, d'où mettans le cap au Nort, ils tirent
au cap Breton, avec pareille fortune que devant, jusques à ce qu'un
grand vent s'éleva, qui balaya l'air, & leur fit reconoitre l'ile dudit
Cap-Breton à quatre lieuës au Nort d'eux. Mais n'étoient encore pourtant
hors les glaces, & doutoient que le passage pour entrer au golfe de
Canada fût ouvert. Et comme ilz cotoyoient lédites glaces ils
apperceurent le premier de May un vaisseau autant en peine qu'eux, où
commandoit le fils du sieur de Poutrincourt, qui étoit parti de France
il y avoit trois mois, & alloit trouver son pere au Port-Royal. Cette
rencontre lui fut favorable d'autant qu'il n'avoit encore eu la veuë
d'aucune terre, & s'en alloit engouffrer entre le Cap saint Saurent & le
Chap de Raye, qui toit le chemin de Canada, & non dudit Port-Royal: & en
cette route entra le lendemain ledit Champlein, qui de là en avant eut
meilleur temps & arriva à Tadoussac le treiziéme dudit mois de May étant
parti de Honfleur avec le sieur du Pont le premier de Mars mille six
cens unze.

Tout étoit encor plein de neges à cette arrivée. Et neantmoins quelques
Sauvages n'avoient laissé de venir du païs d'en haut outre le Saut,
jusques audit lieu de Tadoussac pour troquer quelques pelleteries, qui
étoit peu de chose: & ce peu encore le vouloient-ils bien employer
attendans qu'il y eût nombre de vaisseaux (or y en avoit-il des-ja
trois, outre Champlein) pour avoir meilleur marché de noz denrées: à
quoy ils sont fort bien instruits depuis que l'avarice de noz Marchans
s'est fait reconoitre pardela. Car avant les entreprises du sieur de
Monts à peine avoit-on ouï parler de Tadoussac, ains les Sauvages par
maniere d'acquit, voire seulement ceux des premieres terres venoient
trouver les pecheurs de Moruës vers Bacaillos, & là troquoient ce qu'ils
avoient, préque pour neant. Mais l'envie & rapacité les a aujourd'hui
porté jusques au Saut de la riviere de Canada, & ne sçauroit Champlein y
aller qu'il n'ait une douzaine de Barques à sa queuë pour lui ravir ce
que son travail & industrie lui devroit avoir acquis, ainsi qu'il a eté
pratiqué au voyage precedent, & en cetui-cy.

Cela, & le desir de découvrir des terres nouvelles, a fait resoudre
ledit Champlein de faire un fort prés ledit Saut, étant le lieu fort
commode, d'autant que deça & delà le grand fleuve, tombent des rivieres
qui vont assez avant dans les terres, & ya a beaucoup d'espace découvert
au lieu où étoit cy-devant la ville de Hochelaga décrite par Jacques
Quartier, laquelle par les guerres a eté ruinée, & ses habitans
exterminés, ou chassés.

Jusques ici on a estimé que ledit Saut étoit impenetrable, mais les
Sauvages y passent (en se mettans tout nuds) pardessus les bouillons
d'eau, avec leurs canots d'écorce, sçavoir du coté du Nort, car en
l'autre part un garson du sieur de Monts nommé Louis (auquel j'ay grand
regret) y a eté noyé cette année avec un Sauvage, qui temerairement y
voulut passer contre l'avis d'un autre qui se sauvan ayant toujours
empoigné le canot & dessus & dessous l'eau. Si le païs étoit habité on
pourroit trouver moyen de faciliter ce passage par engins pour les
barques, comme on a fait celui du Saut du Rhin un peu au dessous de
Schaffouse, qui est beaucoup plus haut que chacun de ceux dont est
composé cetui-ci.

Cette année devoient venir trois cens Algumquins Charioquois, &
Ochataguins faire la guerre aux Iroquois, & furent long-temps attendus.
Mais la mort d'un des Capitaines rompit cette entreprise. De sorte que
ce voyage n'a eté utile qu'à la marchandise, n'ayant Champlein fait
autre découverte que de voir un grand lac qui est à huit lieuës du Saut
de la grande riviere, où les Sauvages l'inviterent d'aller, se fachans
de voir tant de barques de gens avides, avares, envieux, sans chef, &
sans accord. Là ils confererent avec luy des affaires de l'étant present
du païs, & de l'avenir, par le truchement du jeune garson qu'il y avoit
laissé l'an precedent, lequel avoit fort bien appris la langue: & de
Savignon Sauvage qu'il avoit remené de France, lequel quelques marchans
envieux avoient fait croire être mort. L'un & l'autre se loua fort du
traitement qu'il avoit receu; & se fachoit ledit Savignon d'aller
reprendre sa dure vie du temps passé. Il avoit un frere nommé
_Tregoüaroti_ Capitaine au païs des Ouchateguins à cent cinquante lieuës
dudit Saut. Parmi les discours qu'eut ledit Champlein avec eux, il
apprit de quatre voyageurs, que bien loin ils avoient veu une mer, mais
qu'il y avoit des deserts & lieux facheux à passer. Et que vers eux
venoient quelquefois des hommes d'entre le païs des Iroquois, qui
avoisinent la mer du midi (qui sont les Floridiens). Mais il n'est
aucune nouvelle qu'il y ait des villes fermées, ny des maisons à trois &
quatre etages, ni du bestial domestic, comme recite y avoit au profond
des terres en tirant de Mexique au Nort, celui qui a fait l'histoire de
la Chine, où incidemment, il parle aussi d'un voyage audit Mexique qui
me fait croire que ce sont pures fables.

Apres ces choses Champlein ayant laissé deux garsons parmi les Sauvages
pour s'enquerir du païs, & le recognoitre, & donné ordre à l'habitation
de Kebec, il s'en revint en France avant l'hyver.



_Commission de Champlein portant reglement pour le traffic avec les
Sauvages. Etat de Kebec. Credulité de Champlein à un imposteur. Ses
travaux en suite de ce. Sauvages haïssent le mensonge. Imposteur
conveincu. Observations sur le voyage de Champlein aux Algumequins.
Ceremonies des Sauvages passans le saut du Bassin. Peuples divers.
Variations de Champlein._

CHAP. VII

L'AN six cens douze Champlein voyant ses entreprises ruinées par
l'avarice des Marchans si l'on n'apportoit quelque reglement au traffic
des Castors & pelleteries avec les Sauvages, delibera de se mettre en la
protection de quelque Prince, qui print son affaire en affection; &
suivant ce, à la faveur de Monseigneur le Prince de Condé obtint
commission du Roy l'an six cens treze, par laquelle ne seroit loisible à
aucun des sujets de sa Majesté de troquer dans la grande riviere avec
les Sauvages, qu'à ceux qui seroient de l'association par lui proposée,
à laquelle chacun pourroit étre receu. Ce qu'ayant fait publier par les
postes de France, il s'embarque avec quatre vaisseaux associés qui lui
devoient fournir chacun quatre hommes tant pour faire ses découvertes,
que pour guerroyer avec les Sauvages où besoin seroit: & à l'arrivée à
Tadoussac trouve les Montagnais reduits à une extréme faim à cause que
l'hiver avoit eté doux, & par consequent la chasse mauvaise. Quant à
ceux de Kebec il les trouva tous en bonne santé sans avoir eté atteints
d'aucune maladie. Puis devant qu'aller au saut de ladite riviere, il fit
signifier sadite commission aux vaisseaux là arrivés, qui étoient partis
de France devant lui.

Le profit n'y fut pas si grand que les Marchans associez s'étoient
proposé, parce que les Sauvages ayans eté mal-traités d'aucuns François
l'année precedente que Champlein étoit en France, ilz s'étoient resolus
de ne plus venir: & de fait, peu de gans se trouverent là pour lors,
ains étoient tous allés à la guerre, ou demeurés, sinon que trois canots
arriverent audit Saut avec peu de pelleteries, léquelles ayans troquées,
Champlein obtint (quoy qu'avec difficulté) deux dédits canots pour
reconoitre par les rivieres & lacs le païs des _Algumequins_, ayant
seulement pris quatre hommes avec soy, déquels y en avoit un nommé
Nicolas Vignan, qui reconoissant son desir principal étre de trouver
quelque passage pour aller à la Chine, luy fit à croire avoir veu une
mer en la part du Nort à dix-sept journées dudit Saut, ce qu'il afferma
étant en France, & conferma étant porté pardela, avec tant de sermens
(dit Champlein) que fors lui fut de s'engager au voyage qu'il alloit
entreprendre, joint que ce discours amenoit des circonstances qui
rendoient son mensonge fort vraysemblable, sçavoir que sur le bord de
cette mer imaginaire, il avoit veu le bris d'un vaisseau Anglois qui
s'étoit là perdu, & les tétes de quatre-vints Anglois echappés de ce
naufrage, que les Sauvages avoient tués, pour ce qu'ilz leur vouloient
ravir leurs blés; Adjoutant que dédits Anglois avoit eté reservé un
jeune garson que les Sauvages lui vouloient donner. Ce qui se rapportoit
aucunement à ce qu'avoient publié les Anglois peu auparavant, du voyage
de Henry Hudson, lequel en l'an six cens unze trouva (disent-ils) un
détroit au dessus de Labrador par les soixantes & soixante un degrés,
dans lequel ayant vogué quelques cent lieuës, la mer s'étendoit au Su
jusques au cinquantiéme degré. Ce que toutefois il ne croy point, car si
cela étoit, il y vient des Sauvages tous les ans à Tadoussac de beaucoup
plus loin qui en diroient quelques nouvelles. Champlein toutefois s'est
laissé porter au dire de ce bourdeur, qui lui a baillé autant de fatigue
que l'homme en put supporter. Car je trouve par son discours que bien
souvent il luy falloit tirer son canot à-mont les rivieres avec une
corde, & ce quelquefois dans l'eau où il etoit contraint de se mettre
bien avant, ny ayant aucun chemin sur les rives de la terre. Il a fallu
passer des Sauts en nombre de plus de dix, à chacun déquels il falloit
decharger & porter par terre sur les épaules tout le bagage une lieue
durant, plus ou moins. Adjoutons à ceci l'incommodité, ou plustot
cruauté des mouches bocageres, qui comme essains d'abeilles environnent
& picquent par milliers incessamment la chair humaine, dont elles sont
friandes. Et apres tout representons nous encore la façon de vivre qu'il
étoit contraint de suivre en cet exploit, neantmoins son courage passa
pardessus toutes ces difficultés. Si bien que le douziéme jour il arriva
chés un Capitaine nommé _Nibashis_, qui fut plus que ravi de le voir,
disant qu'il falloit qu'il fût tombé des nues, d'estre venu là parmi de
si mauvais païs. Ce Capitaine apres l'avoir traicté au mieux qu'il peût,
fit equipper deux canots pour le conduire à huit lieues de là vers un
autre ancien Capitaine nommé _Tessouat_; lequel ne fut moins étonné que
l'autre de chose tant inesperée. Ce _Tessouat_ est logé sur le bord d'un
grand lac par les quarante sept degrez, en lieux âpres, & du tout
sauvages, quoy qu'il y ait de belles & bonnes terres ailleurs. Mais pour
eviter les surprises des ennemis ces pauvres peuples sont contraincts de
se loger ainsi à l'avantage. Et voudroient bien vivre en Republique
s'ils avoient quelque Fort ou ville pour se retirer, & un Gouverneur
pour les defendre. Telles incommodités ont aux premiers siecles
contraint les hommes de batir hautement; & se remparer contre les
invasions des voleurs, qui veulent vivre du travail d'autrui.

Le lendemain _Tessouat_ fit la Tabagie à Champlein, à laquelle il avoit
convoqué tous ses voisins. Les mets exquis furent une bouillie faite de
Mahis écrasé entre deux pierres, item de chair & poisson bouilli, & de
chair grillée sur les charbons, le tout sans sel.

De vin il ne s'en parle point pardela. _Tessouat_ entretenoit la
compagnie sans manger, selon la coutume: & les jeunes hommes gardoient
les portes des cabannes. Il n'y a en tels festins ny tables ni bancs,
ains chacun apporte son écuelle & sa culiere, il s'asseoit où il trouve
bon le cul sur les talons, ou contre terre.

Quand chacun fut bien repeu, la jeunesse sortit, & petuna-on à la
rengette une bonne demie heure sans dire mot: puis on entra en Conseil,
où Champlein leur dit qu'il avoit grandement desiré de les voir pour
leur témoigner son affection, & le desir qu'il a de les assister en
leurs guerres, & vouloit faire alliance avec les _Nebicerini_ qui sont à
six journées plus outre qu'eux, afin de les mener aussi à la guerre. Et
d'autant qu'outre leur païs il a entendu y avoir une mer qu'il
desireroit bien voir, il les prie de l'assister en cette entreprise. Les
Sauvages aprés plusieurs paroles de compliment representerent qu'outre
les experiences d'amitié passées, s'en étoit encore icy un grand
temoignage à Champlein d'avoir tant pris de peine à les venir voir. Que
l'an precedent deux mille hommes s'étoient trouvés au saut de la grande
riviere pour aller à la guerre. Mais qu'il leur avoit manqué; & cuidans
qu'il fût mort n'y avoient eté cette année. Joint qu'ilz avoient eté mal
traités de quelques François: Que pour les _Nebicerini_ ilz ne lui
conseilloient ce voyage qui étoit trop difficile, & n'en pourroit venir
à bout, que le peuple de là étoit méchant, sorciers, & empoisonneurs, &
ne leur étoient amis: Au reste gens sans coeur, qui ne valent rien à la
guerre. Je laisse beaucoup d'autres discours tenus en cette assemblée.
En fin par importunité ils avoient promis quatre canots à Champlein;
mais un d'entr'eux songea que s'il alloit là il mourroit, & eux tous
aussi: occasion que personne ne voulut entreprendre la conduite le
prians d'attendre jusques à l'année suivante, & que lors on le meneroit
avec bonne escorte. Champlein se fachant de telles reposes, dit que son
homme avoit eté en ce païs là, & n'avoit rien trouvé de ce qu'ilz
disoient. Lors chacun de le regarder de mauvais oeil, & specialement
_Tessouat_, chez lequel il avoit hiverné, qui le rendit confus sur ses
mensonges, & l'eussent déchiré en pieces sans la presence de Champlein,
car ilz haissent mortellement les menteurs & les hommes doubles de coeur
et de bouche. Son excuse fut qu'il esperoit par cette invention quelque
recompense du Roy, & que veu les difficultés du voyage il ne pensoit
point que Champlein deüt aller si avant. Il se mit à genoux devant lui,
& demanda pardon; promettant que si on le vouloit laisser là il feroit
tant que dans un an il en sçauroit toute la verité. A tant Champlein se
desista de passer outre, & s'en revint avec quarante canots, & sur le
chemin en rencontrerent encor quarante autres assez fournis de
marchandises. Et comme ces pauvres miserables sont en perpetuelle
apprehension, & credules aux songes, avint qu'un Sauvage songea qu'on
l'assommoit, & là dessus se levant en sursaut, & criant on me tuë; il
mit en alarme toute la compagnie, qui croyant avoir l'ennemi sur le dos,
se jetta qui çà qui là en l'eau pour se sauver. A ce bruit Champlein &
les siens réveillés furent tout ébahis de voir ces gens en cet état sans
qu'aucun les poursuivit. Et s'étant enquis du fait, tout se tourna en
risée.

Ce qui est à remarquer en tut ce voyage sont le nombre des lacs que
Champlein a passé en nombre de six, & de sauts ordinaires des rivieres
de ce pais, entre léquels y en a deux notables, l'un large de quatre
cens pas, & haut de vint-cinq brasses, ou environ, auquel l'eau tombant
fait une arcade souz laquelle passent les Sauvages sans se mouiller.
L'autre est large de demie lieuë, & haut de six à sept brasses sous
lequel l'eau par la longue continuation de sa cheute a fait un bassin de
merveilleuse grandeur dans le rocher. Quand les _Algumquins_ passent par
là pour venir en Canada, ilz font une ceremonie digne de remarque. Apres
avoir porté leurs canots au bas du saut un de la compagnie va faire la
quéte un plat en la main, auquel chacun met un morceau de petum. La
quéte achevée tous dansent alentour du plat chantans à leur mode, &
aprés la danse un des Capitaines fait une harangue remontrant aux jeunes
que depuis le temps de leur ayeuls ilz font là une offrande, qui les
garentit de leurs ennemis, laquelle s'ils omettoient malheur leur
aviendroit. Puis le harangueur jette le petum dans ledit bassin, & tous
ensemble font une grande exclamation, & ne croiroient pas le voyage
devoir étre heureux sans cette offrande: car ordinairement leurs ennemis
les attendent là, & ne passent plus outre pour la difficulté du païs &
des passages d'icelui. Et appellent ledit saut _Asticou_, que signifie
en leur langage un bassin, ou chaudiere.

Cette terre produit des raisins naturels, & des cèdres blancs, dont
Champlein a fait des croix en plusieurs lieux où il a passé, & en
icelles gravé les rmes de France.

Les peuples voisins des Algumquins au Nort s'appellent Nebicerini, &
Ouescarini; au Su Maton-ouescarini: à l'Occident sont les Charioquois, &
Ouchateguins: à l'Orient sont les Sauvages du Canada.

Les particularités de ce dernier voyage m'ayans été recités par un
Gentil-homme Norman qui alloit en Italie, je les ay depuis trouvées
verifiées par la relation qu'en a fait trop au long ledit Champlein,
lequel je ne trouve toujours constant en ses discours. Car en trois
endroits il dit que le lac au dessus du saut de la grande riviere de
Canada est à huit lieuës de là, & par apres il dit qu'il n'y a que deux
lieuës, & ne fait que de douze lieuës de circuit, comme ainsi soit que
sur sa charte il le place de quinze journées de long, & distant dudit
saut de plus de cinquante lieuës, sans qu'il y en ait aucun autre plus
prés. En quoy il faut necessairement qu'il y ait de l'erreur, veu que
Jacques Quartier étant sur le Mont-Royal voisin dudit saut, dit que delà
il voyoit au dessus ce grand fleuve tant que l'on pouvoit regarder large
& spacieux, qui passoit auprés de trois belles montagnes rondes
éloignées de quinze lieuës, sans qu'il soit parlé d'aucun lac. Bien
voy-je qu'il s'accorde avec ledit Champlein en ce que découvrant de
cette montagne trente lieuës de païs à la ronde, il dit que vers le Nort
y a une rangée de montagnes gisantes Est & Ouest (qui sont les
Algumquins), & autant vers le Su, qui sont celles des Iroquois
mentionnées ci-dessus: & qu'entre icelle est la terre la plus belle
qu'il soit possible de voir, labourable, unie, & plaine: & par le milieu
le cours de ce grand fleuve. Dit en outre que dédites montagnes du Nort
sortoit une grande riviere, qui est (à mon avis) celle par laquelle
ledit Champlein est allé aux Algumquins, laquelle il dit avoir lieuë &
demie de large, après l'avoir montée l'espace de huit jours. Item que là
y avoit du metal jaune comme or, ce qui se rapporte à ce qui a eté dit
qu'un Sauvage Algumquin donna audit Champlein une lame de cuivre prise &
applanie en son païs.

[Illustration]



_Qu'il ne se faut fier qu'à soy-méme. Embarquement du sieur de
Poutrincourt. Longue navigation. Conspiration. Arrivée au Port Royal.
Baptéme des Sauvages. S'il faut contraindre en Religion. Moyen d'attirer
ces peuples. Mission pour l'Eglise de la Nouvelle-France._

CHAP. VIII

IL est maintenant à propos de parler du sieur de Poutrincourt,
Gentil-homme dés long temps resolu à ces choses, lequel depuis nôtre
retour de la Nouvelle-France s'étans rendu trop credule aux paroles de
deux Seigneurs qu'il desiroit contenter entant qu'ilz faisoient semblant
de vouloir faire un grand appareil pour ces Terres-neuves, est tombé en
grand interét, ayant perdu deux années de temps, & fait de grandes
dépenses à cette occasion, méme perdu son equipage, lequel étoit prét
dés l'an mille six cens neuf. A cause dequoy voyant par une mauvaise
experience que les hommes sont trompeurs, il se resolut de ne s'attendre
plus à persone, & ne se fier qu'à soy-méme, ainsi que le laboureur prét
à moissonner dont la fable est recitée par Aule Gelle. A