Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires de Marmontel (Volume 1 of 3) - Mémoires d'un Père pour servir à  l'Instruction de ses enfans
Author: Marmontel, Jean François, 1723-1799
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires de Marmontel (Volume 1 of 3) - Mémoires d'un Père pour servir à  l'Instruction de ses enfans" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES DE MARMONTEL

PUBLIÉS AVEC PRÉFACE, NOTES ET TABLES PAR MAURICE TOURNEUX

TOME PREMIER

PARIS

LIBRAIRIE DES BIBLIOPHILES

M DCCC XCI



PRÉFACE



I


Les Mémoires d'un Père pour servir à l'instruction de ses enfants _ont
été, comme le rappelle deux fois l'auteur, rédigés dans ce hameau
d'Abloville, dépendant de Saint-Aubin-sur-Gaillon (Eure), où il s'était
réfugié en 1792, et où il revint mourir après un court passage au
Conseil des Anciens. Marmontel a donc retracé, ses souvenirs tout à fait
au déclin de sa vie, loin de ses notes, s'il en avait pris, séparé de
ses amis survivants et dépouillé de ses pensions et de ses places. Aussi
n'est-il pas étonnant qu'il ait commis quelques inexactitudes plus ou
moins involontaires dans le récit de ses premières années, ou porté un
jugement prématuré sur les événements qui avaient bouleversé sa paisible
existence. La part faite à ces défaillances fort excusables, et à des
appréciations nécessairement partiales, l'auteur_ _s'est trop
complaisamment étendu sur les diverses phases de sa vie pour qu'il y ait
lieu de reprendre_ ab ovo _sa biographie, et il suffira d'en rappeler
ici les derniers traits.

Parti de Paris le 4 avril 1792, avec sa femme, ses trois enfants, une
servante et un domestique[1], Marmontel s'arrêta d'abord à
Saint-Germain, près d'Évreux, puis se fixa au hameau d'Abloville, où il
acheta une maison de paysan et deux arpents de terre. Il ne semble pas
d'ailleurs que, sauf pendant les quelques jours qu'il dut passer à
Aubevoie pour fuir la maladie contagieuse à laquelle avait succombé le
précepteur de ses enfants, il ait été inquiété ni dénoncé. Bien lui en
prit toutefois, suivant Morellet, de n'être pas resté à Paris, car le
commissaire qui arrêta Florian à Sceaux semblait tout disposé à lui
donner pour compagnon de captivité le secrétaire perpétuel de
l'Académie, dont il n'ignorait ni la fuite ni la résidence. Confiné dans
une solitude prudente, Marmontel trouva un apaisement à ses alarmes et à
ses regrets en écrivant de_ NOUVEAUX CONTES MORAUX _qui ne valaient pas
les premiers, de petits traités de grammaire, de logique, de
métaphysique et de morale, à l'usage de ses enfants, et enfin ses_
MÉMOIRES, _qui, si leur titre ne le disait expressément, ne semblaient
pas avoir la même destination.

Le 14 nivôse an III (3 janvier 1793), sur le rapport de M.-J. Chénier,
et sans qu'il paraisse l'avoir sollicité, il fut compris pour une somme
de 3,000 livres dans les encouragements accordés par la Convention aux
artistes et aux gens de lettres. Mais, lors de la création de
l'Institut, la même année, il n'y fut appelé qu'à titre d'associé non
résidant, pour la section de grammaire. Au mois de germinal an V (avril
1797), Marmontel fut, comme il nous l'apprend lui-même, convoqué à
l'assemblée électorale d'Evreux, et nommé représentant du département de
l'Eure, avec le mandat spécial de réclamer le rétablissement des
cérémonies catholiques. Fidèle à cet engagement, il rédigea une_ OPINION
SUR LE LIBRE EXERCICE DES CULTES, _qu'il n'eut pas l'occasion de lire à
la tribune, mais que ses héritiers imprimèrent à la suite de ses_
MÉMOIRES. _Par contre, ils n'ont (pas plus que ses autres éditeurs)
accordé le même honneur à un rapport qui, à tous égards, ne méritait
point un si injuste oubli.

À la fin de 1795, l'encombrement des «dépôts littéraires», où s'étaient
accumulées les bibliothèques des communautés religieuses supprimées en
1790, des émigrés et des condamnés, était devenu tel que le Directoire
invita l'Institut à lui présenter ses vues sur les moyens d'y remédier.
L'Institut, par l'organe de Langlès, rapporteur de la commission,
proposait d'accorder à la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques
de Paris un droit de prélibation, de répartir le surplus entre les
bibliothèques des départements et des écoles centrales, et de liquider
la masse énorme des livres de théologie et de jurisprudence tombés au
rebut, soit par voie d'échanges avec l'étranger, soit par des ventes aux
enchères. Tandis que Camus faisait passer, le 30 floréal, une motion
conforme au conseil des Cinq-Cents, Marmontel, en son nom et en celui
des deux collègues qui lui avaient été adjoints, Ysabeau et Portalis,
présentait des conclusions toutes différentes[2]. Il y insiste avec
raison sur la nécessité de distinguer quels livres conviennent à une
bibliothèque plutôt qu'à une autre, réclame un choix scrupuleux dans les
livres mis à la disposition des élèves des écoles centrales, et plaide
incidemment la cause des émigrés, dont la plupart réclamaient leur
radiation: «Eh! quoi, s'écriait-il, dans un naufrage où tant de
malheureux ont péri, où tant d'autres luttent contre les flots qui les
repoussent du rivage, tandis qu'il en aborde tous les jours quelques-uns
et que nous avons l'espérance d'en voir sauver un plus grand nombre, y
aurait-il de l'humanité à ériger en loi la dispersion de leurs débris?»
Combattu par Camus et par Creuzé-Latouche, l'ajournement proposé par
Marmontel fut écarté, et la loi du 26 fructidor an V, qui consacrait les
propositions de l'Institut, fut promulguée.

Dans l'intervalle, le coup d'État du 18 fructidor avait dépossédé
Marmontel de son mandat. Il abandonna aussitôt l'appartement de la place
de la Ville-l'Évêque, qu'il partageait avec la famille Chéron, alliée de
Morellet[3], et dut regagner Abloville. C'est là que, frappé d'une
attaque d'apoplexie, il s'éteignit le 9 nivôse an VIII (31 décembre
1799), à minuit. Conformément au désir qu'il avait eu encore la force
d'exprimer, il fut enterré dans son propre jardin, selon les rites
catholiques, en présence de sa femme, de ses deux plus jeunes fils et
des amis qui ont signé l'extrait mortuaire[4]. Son fils aîné, Albert,
employé dans la maison de banque de M. Hottinger, ne put être prévenu
assez tôt pour assister à la cérémonie. Morellet, qui l'excuse dans la
première de deux lettres communiquées par M. Jules Claretie à Albert de
la Fizelière[5], écrivait de nouveau à Mme Marmontel, le 15 nivôse (5
janvier 1800): «J'ai été sensiblement touché de l'offre des bons MM.
Pelou, pour recueillir ces précieux restes dans ce joli jardin de la
Rivette où notre ami a trouvé un asile ouvert par l'amitié et les
vertus, et qu'il était si digne d'habiter. C'est certainement là ce
qu'il y a de plus décent, de plus capable d'honorer sa mémoire; un
monument que les gens de bien et les gens de goût voudront visiter sera
bien mieux placé dans un lieu agréable, accessible, habité par ses amis
et les enfants et petits-enfants de ses amis, que dans votre chaumière,
que je désire d'ailleurs que vos enfants et vous conserviez
précieusement.» Mais, respectueuse des volontés suprêmes de son mari, la
veuve ne consentit pas à cette translation, et, jusqu'en 1866, l'humble
pierre fut un but de promenade pour les curieux de passage à Gaillon et
une source de profit pour les paysans qui en avaient organisé
l'exhibition. Elle était tout à fait délabrée et abandonnée lorsque, le
8 novembre 1866, les derniers représentants du nom de Marmontel,
l'éminent professeur au Conservatoire de musique et sa cousine, Mme Anne
Marmontel (née Beynaguel), procédèrent, non sans de longs pourparlers, à
une inhumation définitive dans un terrain concédé par la municipalité au
cimetière de Saint-Aubin-sur-Gaillon_.



II


_En annonçant dans un même paragraphe la mort de Marmontel, de Montucla
et de Daubenton, le MAGASIN ENCYCLOPÉDIQUE faisait observer que la
littérature, la géométrie et l'histoire naturelle perdaient à la fois
leurs doyens, et formait des voeux pour que la mémoire du premier, «bien
qu'il n'appartînt, plus à aucune association littéraire»,--ce qui
n'était pas tout à fait exact,--ne fût pas privée du juste hommage qui
lui était dû. L'Institut national à Paris, les Lycées, qui reprenaient
en province la succession des Académies jadis si nombreuses,
s'efforçaient alors de rattacher le passé au présent en évoquant
publiquement le souvenir des membres dont les noms brillaient sur leurs
anciennes listes. C'est ainsi que, dès le 30 germinal an VIII (20 avril
1800), le citoyen Taverne lut devant le Lycée de Toulouse un_ ÉLOGE _de
l'ancien lauréat des Jeux floraux, dont il n'y a guère à tirer qu'une
anecdote plus ou moins controuvée[6]. Elle ne souleva, il est vrai, pas
plus de protestations que l'invraisemblable affabulation imaginée sur
son nom même par Armand Gouffé, Tournay et Vieillard, pour glorifier
l'auteur de_ BÉLISAIRE, et représentée en fructidor an XI sur le théâtre
du Vaudeville. Les auteurs purent impunément montrer Mme de Pompadour
(morte en 1764) s'efforçant de détourner les foudres de la Sorbonne
prêtes à frapper_ BÉLISAIRE (1767), _Marmontel rimant au château de
Ménars l'opéra de_ DIDON (écrit en 1784), Marigny lui demandant
(toujours en 1767) quand on représenterait sa_ CLÉOPÂTRE _(jouée en
1750); l'indulgente critique n'eut d'oreilles que pour «de jolis
couplets sans calembours et tout à fait exempts de mauvais goût». Quant
à la donnée même du vaudeville, elle est inepte, et je renvoie les
curieux qui la voudraient connaître soit à l'analyse du_ MAGASIN
ENCYCLOPÉDIQUE, _soit au texte lui-même, car la pièce a été imprimée[7].

Ce nouvel «hommage» était depuis longtemps oublié quand les_ MÉMOIRES
D'UN PÈRE, publiés en 1804, étaient dans toutes les mains, et que
Morellet lut enfin devant ses confrères de la seconde classe de
l'Institut (12 thermidor an XIII--30 juillet 1805) un_ ÉLOGE _dont la
dernière partie est précisément consacrée à répondre aux critiques
provoquées par les testimonia posthumes de son neveu.

Depuis la révélation déjà lointaine des_ CONFESSIONS _de Rousseau, et
bien avant celle des_ LETTRES _de Mme du Deffand, ou de la_
CORRESPONDANCE LITTÉRAIRE _de Grimm, aucun livre n'avait remis en
circulation plus de noms célèbres, ni ranimé plus de polémiques tant sur
les hommes que sur les doctrines. Deux partis divisaient alors la
société renaissante: l'un, celui des «dévots», rendait responsable des
crimes de la Révolution tout le siècle qui l'avait précédée, et
volontiers en eût aboli jusqu'au souvenir; l'autre, bien moins nombreux,
celui des «idéologues», défendait pied à pied des conquêtes dont il
avait eu sa part, et s'y montrait d'autant plus attaché qu'il n'ignorait
pas ce qu'elles avaient coûté[8].

Ces querelles plus politiques que littéraires, dont la personnalité de
Marmontel fut bien moins le sujet que le prétexte, ont été parfaitement
résumées, et, si j'ose dire, compensées dans une étude intitulée
précisément:_ DES MÉMOIRES DE MARMONTEL ET DES CRITIQUES QU'ON EN A
FAITES. _Cette étude, signée E. H. (Mme Guizot, née Pauline de Meulan),
publiée dans les_ ARCHIVES LITTÉRAIRES DE L'EUROPE, _tome VIII (1805),
p. 124-141, n'a pas été recueillie par Mme de Witt dans les deux volumes
où elle a réuni sous ce titre:_ LE TEMPS PASSÉ, _les articles fournis
au_ PUBLICISTE _par des membres de sa famille, et cette omission a
d'autant plus lieu de surprendre que tout le début de l'article a été
reproduit dans ce journal à la date du 7 ventôse an XIII (26 février
1805). C'est assurément l'une des meilleures pages de Mme Guizot, et
l'on y retrouve en germe quelques-unes des remarques suggérées à
Sainte-Beuve par la lecture de ces mêmes_ MÉMOIRES, _notamment sur la
tendance de Marmontel à tout embellir, hommes et choses, d'un coloris
«bienveillant et amolli», et à refaire, vaille que vaille, les discours
tenus à lui ou par lui dans une circonstance mémorable.

Deux autres jugements dont il importe de tenir compte furent portés à la
même date sur les_ MÉMOIRES, _mais tous deux, et pour cause, restèrent
ignorés des contemporains: l'un est inédit, l'autre n'a vu le jour que
dans les oeuvres posthumes de son auteur.

Jacques-Henri Meister, retiré à Zurich, continuait, pour quelques
souscripteurs la correspondance littéraire dont Grimm lui avait, dès
1774, cédé la clientèle, et il demandait volontiers à ses amis de Paris
de quoi alimenter sa gazette manuscrite. Mme de Vandeul, fille unique de
Diderot, était du petit nombre de ses tributaires, et voici ce qu'elle
lui répondait au sujet du livre que chacun s'arrachait_[9]:

     J'ai lu les _Mémoires_ de Marmontel; le plaisir qu'ils m'ont fait a
     été de me reporter au temps de ma jeunesse, aux époques où j'ai vu
     et connu tous ceux dont il parle. Pour lui-même, il s'est peint, ce
     me semble, tel qu'il était: courant après la fortune, faisant la
     cour à ceux qui pouvaient le mener à son but d'ambition, de succès
     littéraires ou d'argent, aimant le plaisir de manière à n'aller que
     dans les sociétés où il se trouve, et changeant de société sans
     chagrin ni regret; aimant les femmes, et ne s'attachant à aucune
     assez pour l'empêcher d'en vouloir une autre. Il parle assurément
     très bien de mon père, mais pendant sa maladie, qui a duré dix-neuf
     mois, il n'a envoyé qu'une seule fois savoir de ses nouvelles, et
     n'est jamais venu le voir. Ce n'était pas par projet, c'est qu'il
     n'y a pas pensé, et sûrement il aura appris sa mort comme une
     nouvelle de gazette. Ce qui me déplaît fort, c'est que, pour
     l'instruction de ses enfants, il leur ait appris à recueillir de la
     façon la plus dangereuse tous les détails de la vie domestique où
     la confiance fait introduire. Mais est-il au monde une manière plus
     propre à réconcilier avec l'ignorance et la sottise, à faire fuir
     comme la peste les gens d'un esprit un peu supérieur? Je ne vois
     personne qui ne fasse cette réflexion. L'intérieur d'une société
     n'est-il pas sacré? Comment! des maîtres de maison, s'ils supposent
     qu'un individu peut être indiscret, avertiront leurs convives, ils
     tairont à leurs amis les défauts qu'ils observent, et pendant
     qu'ils dépensent ainsi leur estime, leur amitié, souvent leur
     admiration pour le talent et l'esprit, le fruit qu'ils ont à
     espérer de leur confiance est de se voir un beau jour peints,
     traduits au tribunal de la société qui leur succède, et cela sans
     considérer si l'on ne fait pas grande peine à leurs parents! Si
     j'avais de la richesse et de la jeunesse, je crois que je ne
     recevrais que des imbéciles, pour être à l'abri des éloges ou des
     critiques futures de beaux esprits qui semblent avoir renoncé à la
     sûreté du commerce, sans laquelle la société n'est qu'une ruche
     d'insectes très dangereux. Voilà, mon ami, tout ce que m'a fait
     penser l'ouvrage de Marmontel, et je suis sûrement une des
     personnes qui l'ont lu avec le plus d'intérêt et de plaisir.

_À cette appréciation sévère, où perce une pointe de ressentiment
personnel, il est juste et piquant d'opposer le jugement beaucoup plus
net et rassis d'un homme qui est et restera, disait Sainte-Beuve, «un
homme du XVIIIe siècle», de L.-P. Roederer. Sa lettre à M. de V..., du 23
frimaire an XIII (19 décembre 1805), montre très bien le fort et le
faible, des_ MÉMOIRES[10].

J'ai lu en entier les _Mémoires_ de Marmontel. Il n'y a guère que les
deux premiers volumes qui répondent à ce titre, car, quand l'auteur
raconte les commencements de la Révolution, il est historiographe de
France, et non historien de lui-même. Il n'est pas vrai, comme le disent
bien des gens, que cette partie soit absolument mauvaise: elle est
pleine de détails vrais et d'observations justes; mais l'auteur n'a pas
tout vu.

Il est évident pour moi que tout ce qui regarde les temps antérieurs à
la Convention a été rédigé dans la vue de remplir le devoir de la place
d'historiographe, et c'est le seul monument que Marmontel ait laissé de
l'existence qu'il avait sous ce titre. Sa _Lettre sur le Sacre de Reims_
est au-dessous du médiocre: ce n'est rien. Ce qu'il dit du commencement
de la Révolution est quelque chose. La politique était chose trop
compacte et trop profonde pour les yeux de Marmontel: il était accoutumé
à pénétrer dans les moeurs des boudoirs et des coulisses, aussi peint-il
très bien des caractères de femmes; et d'hommes du monde, ce qui diffère
très peu des femmes; mais, quand il veut nous représenter l'âme d'un
politique, d'un conspirateur ou d'un grand citoyen, d'un factieux ou
d'un homme d'État, le burin s'émousse dans ses mains, et nul trait ne
ressort.

Dans la partie qui concerne Marmontel, et qui, seule, constitue
proprement ses _Mémoires_, deux sentiments distincts m'ont frappé, et je
les ai conservés après la lecture: le premier, c'est que l'auteur a su
rendre la pauvreté aimable, intéressante, noble, en lui donnant de
l'esprit et de l'âme, et le second, c'est qu'il rend la grandeur
parfaitement ridicule et méprisable quand il la trouve sans moeurs, sans
raison, sans esprit. Je lui sais gré de ces deux effets; il est bon de
montrer par de doubles exemples que l'esprit et la raison sont les
maîtres du monde; que, partout où pénètre leur lumière, il y a de
l'intérêt, et que l'oripeau ni le pouvoir ne peuvent en tenir lieu.

J'ai remarqué avec plaisir que Marmontel, en parlant mal de la
Révolution, même en plaidant pour la liberté du culte catholique, avait
été conséquent; qu'il n'avait rétracté ni eu besoin de rétracter les
principes de sa philosophie pour se déchaîner contre les horreurs
commises par des scélérats qui n'avaient pas plus de rapport avec la
philosophie qu'avec l'Évangile, où la doctrine dite des _Sans-Culottes_
est expressément établie. Je conclus de là que, si tous les confrères de
Marmontel avaient, comme lui, poussé leur carrière jusqu'au delà de la
Révolution, comme lui, sans se démentir plus que lui et en se conformant
aux principes professés par eux durant toute leur vie, ils auraient eu
horreur de tout ce qui se passait en 92, en 93, même avant et depuis. Il
me paraît donc que ces _Mémoires_ sont un témoignage en faveur des
philosophes du XVIIIe siècle, et contre les crimes qui en ont déshonoré
la fin, et contre les calomniateurs qui veulent les en charger.

Il me paraît, au reste, que le prodigieux succès de ces _Mémoires_, que
tout le monde lit et dont tout le monde parle, est une forte preuve du
peu de succès qu'ont obtenu, _hors de leur parti_, les détracteurs jurés
de la raison humaine, gens bien plus odieux que ne sont ridicules les
chevaliers de la perfectibilité. L'intérêt qu'inspirent ces _Mémoires_
tient en très grande partie à celui que le XVIIIe siècle et les hommes
qui l'ont honoré continuent d'inspirer aux gens sensés du XIXe. Il y a
de quoi rire à voir tant d'efforts répétés tous les matins par tant de
fripons déguisés, sous tant de prétextes divers, pour nous faire rougir
du XVIIIe siècle; il y a de quoi, dis-je, rire de les voir si
parfaitement inutiles.



III


_Les_ MÉMOIRES D'UN PÈRE, _de même qu'un travail sur la_ RÉGENCE DU DUC
D'ORLÉANS _et les autres oeuvres posthumes de l'auteur, furent présentés
au public comme imprimés «sur le manuscrit autographe», et cette
spécification, que la_ DÉCADE _trouve oiseuse, ne me semble pas
absolument inutile. D'abord, il n'y aurait rien de surprenant à ce que
l'original même de Marmontel eût servi de copie aux compositeurs de
l'imprimerie Xhrouet, puis il parait certain que le texte ne subit aucun
retranchement. Cinq noms en tout (dont trois noms de femmes) furent
remplacés par des initiales. Si, grâce aux recherches de M. Ernest
Rupin, nous savons aujourd'hui que Mlle B***, objet des premiers soupirs
de Marmontel, s'appelait Mlle Broquin, il nous manque un Oedipe pour
deviner quelles furent Mlle Sau*** et Mme de L. P. L'une ne saurait être
Mlle Saugrain, à qui j'avais tout d'abord songé, et les initiales de
l'autre ne constituent pas une probabilité suffisante en faveur de la
seconde, Mme de La Popelinière, fille de M. de Mondran, président au
parlement de Toulouse. Quant à l'abbé M. (Maury) et M. de L. H. (La
Harpe), l'un encore vivant en 1804, l'autre mort à cette date depuis
quelques mois seulement, il n'était point difficile de deviner, et il
eût été puéril de respecter un incognito aussi transparent.

Au moment où il posait la plume pour ne plus la reprendre, Marmontel,
s'appliquant un mot de Mme de Staal-Delaunay qui avait fait fortune
auprès des lecteurs de ses charmants_ MÉMOIRES, _déclare qu'il ne s'est
peint qu'_en buste, _et cette réticence est assez extraordinaire de la
part d'un homme qui ne nous a rien dissimulé de ses amours avec la
facile Gaussin, l'altière Clairon, la voluptueuse et fantasque Navarre,
ni même de ses passades avec les nymphes folâtres chargées, à Passy, de
ranimer la sénilité précoce de La Popelinière. On peut s'étonner à bon
droit qu'il ait ainsi étalé aux yeux de ses enfants ce qu'un père garde
d'ordinaire pour lui, mais, comme l'a dit Sainte-Beuve, «cela forme un
trait de moeurs de plus, et le ton général de bonhomie et de naturel qui
règne dans l'ensemble fait tout passer». Si la morale en souffre,
l'histoire sociale y gagne, et l'on doit savoir gré aux dépositaires
des_ MÉMOIRES _de n'avoir point compris leur tâche comme l'auraient
pratiquée certains éditeurs de nos jours.

L'édition originale est précédée d'un avertissement de deux pages et
suivie d'une post-face non moins brève, d'une table des matières et de
l'_OPINION SUR LE LIBRE EXERCICE DES CULTES. _Ces adjonctions sont
remplacées ici par la présente Préface, par une annotation continue, par
une nouvelle table analytique et par un index des titres et des noms
cités.

Voici, au surplus, la nomenclature bibliographique des éditions
antérieures à celle-ci:_

OeUVRES POSTHUMES DE MARMONTEL, HISTORIOGRAPHE DE FRANCE, SECRÉTAIRE
PERPÉTUEL DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE, IMPRIMÉES SUR LE MANUSCRIT AUTOGRAPHE
DE L'AUTEUR. MÉMOIRES. _Paris, Xhrouet, Déterville, Lenormant, Petit, an
XIII-1804, 4 vol. in-8° ou in-12. Les exemplaires des deux tirages
déposés à la Bibliothèque nationale portent la signature autographe de
Xhrouet, imprimeur-éditeur.

Heinsius et Kayser mentionnent une édition française publiée l'année
suivante chez G. Fleischer, à Leipzig, 4 vol. in-12._

--MEMOIRS OF MARMONTEL, WRITTEN BY HIMSELF, CONTAINING HIS LITERACY AND
POLITICAL LIFE AND ANECDOTES OF THE PRINCIPAL CHARACTERS OF THE
EIGHTEENTH CENTURY. _London, Longman et Murray, 1805, 4 vol. in-12._

--MEMOIRS OF MARMONTEL, WRITTEN BY HIMSELF, INCLUDING ANECDOTES OF THE
MOST DISTINGUISHED LITERACY AND POLITICAL CHARACTERS WHO APPEARED IN
FRANCE DURING THE LAST CENTURY. _Edinburgh, 1808, 4 vol. in-12.

(D'après un catalogue; peut-être est-ce la précédente traduction dont on
a renouvelé le titre. Elle n'est pas mentionnée par Watt.)

Oettinger et Kayser signalent une traduction allemande par Wilhelm Becker
et Nicolaus-Peter Stampeel (Leipzig, 1805-1806, ou 1819, 4 vol. in-8°).
Le British Museum en possède une autre par Muller (Hamburg et Mainz
(Mayence), 1805, 4 vol. in-12), avec un mauvais portrait en tête du tome
II. Oettinger indique également une traduction italienne par Camillo
Ciabatta (Milan, 1822-1823, 4 vol. in-8°)._

--MÉMOIRES DE MARMONTEL. _Tomes I et II des_ Oeuvres complètes _publiées
par Saint-Surin (Verdière,_ 1818-1819, 18 _vol. in-_8°). _Cette
réimpression est précédée de l'_ÉLOGE _de Morellet et suivie de
l'_OPINION SUR LE LIBRE EXERCICE DES CULTES. _Un libraire, Étienne
Ledoux, acquéreur du solde de l'édition, fit réimprimer à son nom des
titres particuliers afin d'écouler séparément les divers ouvrages de la
collection._

--MÉMOIRES D'UN PÈRE. _Tomes I et II des_ Oeuvres complètes, _nouvelle
édition. Amable Costes et Ce_, 1819-1820 (_ou_ MAUMUS, 1826), 18 _vol.
in_-12. _Mêmes adjonctions qu'au tirage in_-8°.

--MÉMOIRES D'UN PÈRE. _Tomes I et II des_ Oeuvres complètes _publiées par
Villenave (A. Belin_, 1819-1820, 7 _vol. in_-8° _compacts_).

--MÉMOIRES D'UN PÈRE. _Paris, Étienne Ledoux,_ 1827, 2 _vol. in_-8°.
_Les faux-titres portent:_ Oeuvres choisies _et la rubrique typographique
de Gaultier-Laguionie. Ces deux volumes sont ornés d'un détestable
frontispice représentant la_ Cascade de Bort _et d'un non moins médiocre
portrait signé:_ CHOQUET del., 1818, gravé par Leroux, _dont un tirage
moins usé accompagnait déjà l'édition de_ 1818. _Il a néanmoins son
intérêt, car il a été visiblement copié sur l'original exposé par Roslin
au Salon de_ 1767. «_Il est ressemblant, écrivait Diderot, mais il a
l'air ivre, ivre de vin s'entend, et l'on jurerait qu'il lit quelques
chants de sa_ NEUVAINE (LA NEUVAINE DE CYTHÈRE) _à des filles_.»

--MÉMOIRES DE MARMONTEL, SECRÉTAIRE PERPÉTUEL DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE,
PRÉCÉDÉS D'UNE INTRODUCTION PAR M. FR. BARRIÈRE (_Firmin Didot_, 1846,
in-12). _Forme le tome V de la_ Bibliothèque des Mémoires relatifs à
l'histoire de France pendant le XVIIIe siècle.

_Dans l'introduction, où il est question de tout et accessoirement des_
MÉMOIRES, _Barrière allègue qu'il a supprimé les neuf derniers livres
parce que Marmontel n'avait pas le «burin de Tacite». L'éditeur n'a
corrigé aucune des fautes de lecture des premiers tirages, et, pour tout
commentaire, il a reproduit en appendice un fragment des_ MÉMOIRES _de
Mme d'Épinay_ (Un Souper chez Mlle Quinault) _et un passage des_
MÉMOIRES _de Morellet (sur la constitution de la maison de Sorbonne)_.

--MÉMOIRES DE MARMONTEL, NOUVELLE ÉDITION À l'USAGE DE LA JEUNESSE, AVEC
INTRODUCTION ET ÉCLAIRCISSEMENTS HISTORIQUES, PAR M. L'ABBÉ J.-A.
FOULON, LICENCIÉ ÈS-LETTRES, PROFESSEUR AU PETIT SÉMINAIRE DE PARIS.
_Paris, à la Librairie des livres illustrés de Plon frères_, 1850,
in-8°. _Le faux-titre porte:_ Bibliothèque des familles chrétiennes et
des maisons d'éducation, publiée sous le patronage de l'épiscopat.

_Ce n'était pas une mince besogne que de transformer les_ MÉMOIRES _en
un livre d'édification, et, à ce point de vue, cette édition, devenue
d'ailleurs très rare, parce qu'elle a dû être accaparée par la clientèle
spéciale à laquelle on la destinait, est une véritable curiosité
bibliographique. L'abbé Foulon n'y est pas allé, comme on dit, de main
morte. D'un trait de plume il biffe tout ce qui donnerait à penser que
jusqu'au jour de son mariage (à cinquante-quatre ans) Marmontel ne fut
pas tout à fait un petit saint: de Mlle Broquin, de ses diverses amours
de théâtre, pas un mot ne subsiste, non plus que des mésaventures
conjugales de La Popelinière. Rien ne trouve grâce devant l'austère
censeur, pas même cette phrase assez innocente sur Mme Necker: «Elle
dansait mal, mais de tout son coeur», ni, dans un autre ordre d'idées,
les confidences du supérieur des Jésuites de Clermont sur l'art de
s'agrandir, sans bourse délier, au détriment des voisins, ni le dialogue
du P. Nolhac et de l'auteur pour l'attirer au noviciat. Quant aux
retouches de détail, passe encore si «le plus crasseux et le plus cagot
des séminaires» devint «le plus pauvre»; mais l'abbé Foulon excède la
mesure quand il fait exprimer à Marmontel tout le contraire de sa
pensée. «J'eus aussi pour amusement, dit-il (durant son séjour à
Bordeaux), les facéties qu'on imprimait contre un homme qui méritait
d'être châtié de son insolence» (Le Franc de Pompignan); l'abbé imprime:
«... contre un homme_ qu'on ne ménagea pas assez», _et tout ce qui suit
est tronqué. Les démêlés de l'auteur de_ BÉLISAIRE _avec la Sorbonne,
avec Christophe de Beaumont, avec les évêques de Noyon et d'Autun, ne
sont pas escamotés avec moins de désinvolture, et remplacés par ces
lignes, qu'on chercherait inutilement dans l'original: «Tout le monde
connaît la censure qu'en fit la Sorbonne. Je ne rappellerai pas les
détails de cette affaire, qui occupa quelque temps Paris et la France
entière. On mit de l'aigreur de part et d'autre; tous eurent à se
reprocher des torts réciproques. Quant aux miens, je les rétracte avec
franchise.» Par contre, il a donné en entier les livres XII-XX, sauf les
toutes dernières lignes de celui-ci; la phrase fameuse sur laquelle il
s'arrête: «Je ne me suis peint qu'en buste», est, cette fois,
parfaitement justifiée.

Mes prédécesseurs m'avaient, on le voit, laissé tout à faire, et j'ai dû
procéder à l'égard de ce texte comme s'il était inédit. À défaut de la
collation du manuscrit, à laquelle je ne pouvais songer, j'ai pris à
tâche d'identifier les noms propres mal lus par les éditeurs de_ 1804
_et reproduits tels quels depuis lors; dans les notes je me suis efforcé
d'éclaircir les allusions, de rappeler les circonstances et de rétablir
les titres qui pouvaient embarrasser le lecteur. Ces vérifications, que
n'auraient pu accomplir les anciens éditeurs, alors même que la pensée
leur en serait venue, sont rendues aujourd'hui faciles par le nombre et
la valeur des documents que l'érudition moderne met à notre disposition;
toutefois, il est tel nom inconnu, tel point obscur, devant qui ma bonne
volonté eût échoué si je n'avais trouvé auprès de quelques-uns des
représentants de cette érudition soucieuse d'exactitude et de critique,
M. C. Port, membre de l'Institut, le P. Sommervogel, M. Jules
Flammermont, M. F, Bournon, des secours dont je tiens à les remercier
ici.

Loin d'étendre ce commentaire, je me suis efforcé d'ailleurs de le
restreindre à l'essentiel, en raison de la place dont je disposais et du
public auquel cette édition est présentée. Sans doute il eût été piquant
de rapprocher des témoignages de Marmontel ceux de ses contemporains, de
rappeler leurs jugements sur ses oeuvres, de le montrer, en un mot, tel
qu'il fut dans la société de son temps; mais il n'est point de lettré
qui n'ait aujourd'hui dans sa bibliothèque tous ces éléments de
comparaison, et ces lecteurs d'élite ne trouveront pas mauvais que j'aie
pris pour règle le vieil et flatteur adage:_ Intelligenti pauca.

MAURICE TOURNEUX.



MÉMOIRES D'UN PÈRE POUR SERVIR À L'INSTRUCTION DE SES ENFANS



LIVRE PREMIER


C'est pour mes enfans que j'écris l'histoire de ma vie; leur mère l'a
voulu. Si quelque autre y jette les yeux, qu'il me pardonne des détails
minutieux pour lui, mais que je crois intéressans pour eux. Mes enfans
ont besoin de recueillir les leçons que le temps, l'occasion, l'exemple,
les situations diverses par où j'ai passé, m'ont données. Je veux qu'ils
apprennent de moi à ne jamais désespérer d'eux-mêmes, mais à s'en défier
toujours; à craindre les écueils de la bonne fortune, et à passer avec
courage les détroits de l'adversité.

J'ai eu sur eux l'avantage de naître dans un lieu où l'inégalité de
condition et de fortune ne se faisoit presque pas sentir. Un peu de
bien, quelque industrie, ou un petit commerce, formoient l'état de
presque tous les habitans de Bort[11], petite ville de Limosin où j'ai
reçu le jour. La médiocrité y tenoit lieu de richesse; chacun y étoit
libre et utilement occupé. Ainsi la fierté, la franchise, la noblesse du
naturel, n'y étoient altérées par aucune sorte d'humiliation, et nulle
part le sot orgueil n'étoit plus mal reçu ni plus tôt corrigé. Je puis
donc dire que, durant mon enfance, quoique né dans l'obscurité[12], je
n'ai connu que mes égaux; de là peut-être un peu de roideur que j'ai eue
dans le caractère, et que la raison même et l'âge n'ont jamais assez
amollie.

Bort, situé sur la Dordogne, entre l'Auvergne et le Limosin, est
effrayant au premier aspect pour le voyageur, qui, de loin, du haut de
la montagne, le voit au fond d'un précipice, menacé d'être submergé par
les torrens que forment les orages, ou écrasé par une chaîne de rochers
volcaniques, les uns plantés comme des tours sur la hauteur qui domine
la ville, et les autres déjà pendans et à demi déracinés; mais Bort
devient un séjour riant lorsque l'oeil, rassuré, se promène dans le
vallon. Au-dessus de la ville, une île verdoyante que la rivière
embrasse, et qu'animent le mouvement et le bruit d'un moulin, est un
bocage peuplé d'oiseaux. Sur les deux bords de la rivière, des vergers,
des prairies et des champs cultivés par un peuple laborieux, forment des
tableaux variés. Au-dessous de la ville le vallon se déploie d'un côté
en un vaste pré que des sources d'eau vive arrosent, de l'autre en des
champs couronnés par une enceinte de collines dont la douce pente
contraste avec les rochers opposés. Plus loin, cette enceinte est rompue
par un torrent qui, des montagnes, roule et bondit à travers des forêts,
des rochers et des précipices, et vient tomber dans la Dordogne par une
des plus belles cataractes du continent, soit pour le volume des eaux,
soit pour la hauteur de leur chute; phénomène auquel il ne manque, pour
être renommé, que de plus fréquens spectateurs.

C'est près de là qu'est située cette petite métairie de Saint-Thomas, où
je lisois Virgile à l'ombre des arbres fleuris qui entouroient nos
ruches d'abeilles, et où je faisois de leur miel des goûters si
délicieux. C'est de l'autre côté de la ville, au-dessus du moulin et sur
la pente de la côte, qu'est cet enclos où, les beaux jours de fête, mon
père me menoit cueillir des raisins de la vigne que lui-même il avoit
plantée, ou des cerises, des prunes et des pommes des arbres qu'il avoit
greffés.

Mais ce qui, dans mon souvenir, fait le charme de ma patrie, c'est
l'impression qui me reste des premiers sentimens dont mon âme fut comme
imbue et pénétrée par l'inexprimable tendresse que ma famille avoit pour
moi. Si j'ai quelque bonté dans le caractère, c'est à ces douces
émotions, à ce bonheur habituel d'aimer et d'être aimé, que je crois le
devoir. Ah! quel présent nous fait le Ciel lorsqu'il nous donne de bons
parens!

Je dus aussi beaucoup à une certaine aménité de moeurs qui régnoit alors
dans ma ville; et il falloit bien que la vie simple et douce qu'on y
menoit eût de l'attrait, puisqu'il n'y avoit rien de plus rare que de
voir les enfans de Bort s'en éloigner. Leur jeunesse étoit cultivée, et,
dans les collèges voisins, leur colonie se distinguoit; mais ils
revenoient dans leur ville, comme un essaim d'abeilles à la ruche après
le butin.

J'avois appris à lire dans un petit couvent de religieuses, bonnes amies
de ma mère. Elles n'élevoient que des filles; mais, en ma faveur, elles
firent une exception à cette règle. Une demoiselle bien née, et qui,
depuis longtemps, vivoit retirée dans cet hospice, avoit eu la bonté d'y
prendre soin de moi. Je dois bien chérir sa mémoire et celle des
religieuses, qui m'aimoient comme leur enfant.

De là je passai à l'école d'un prêtre de la ville, qui, gratuitement et
par goût, s'étoit voué à l'instruction des enfans. Fils unique d'un
cordonnier, le plus honnête homme du monde, cet ecclésiastique étoit un
vrai modèle de la piété filiale. J'ai encore présent l'air de bienséance
et d'égards mutuels qu'avoient l'un avec l'autre le vieillard et son
fils, le premier n'oubliant jamais la dignité du sacerdoce, ni le second
la sainteté du caractère paternel. L'abbé Vaissière (c'étoit son nom),
après avoir rempli ses fonctions à l'église, partageoit le reste de son
temps entre la lecture et les leçons qu'il nous donnoit. Dans le beau
temps, un peu de promenade, et, quelquefois, pour exercice une partie de
mail dans la prairie, étoient ses seuls amusemens. Il étoit sérieux,
sévère, et d'une figure imposante. Pour toute société, il avoit deux
amis, gens estimés dans notre ville. Ils ont vécu ensemble dans la plus
paisible intimité, se réunissant tous les jours et tous les jours se
retrouvant les mêmes, sans altération, sans refroidissement dans le
plaisir de se revoir; et, pour complément de bonheur, ils sont morts à
peu d'intervalle. Je n'ai guère vu d'exemple d'une si douce et si
constante égalité dans le cours de la vie humaine.

À cette école, j'avois un camarade qui fut pour moi, dès mon enfance, un
objet d'émulation. Son air sage et posé, son application à l'étude, le
soin qu'il prenoit de ses livres, où je n'apercevois jamais aucune
tache, ses blonds cheveux toujours si bien peignés, son habit toujours
propre dans sa simplicité, son linge toujours blanc, étoient pour moi un
exemple sensible; et il est rare qu'un enfant inspire à un enfant
l'estime que j'avois pour lui. Il s'appeloit Durant. Son père, laboureur
d'un village voisin, étoit connu du mien; j'allois en promenade, avec
son fils, le voir dans son village. Comme il nous recevoit, ce bon
vieillard en cheveux blancs! la bonne crème, le bon lait, le bon pain
bis qu'il nous donnoit! et que d'heureux présages il se plaisoit à voir
dans mon respect pour sa vieillesse! Que ne puis-je aller sur sa tombe
semer des fleurs! Il doit reposer en paix, car de sa vie il ne fit que
du bien. Vingt ans après, nous nous sommes, son fils et moi, retrouvés à
Paris sur des routes bien différentes; mais je lui ai reconnu le même
caractère de sagesse et de bienséance qu'il avoit à l'école; et ce n'a
pas été pour moi une légère satisfaction que celle de nommer un de ses
enfans au baptême. Revenons à mes premiers ans.

Mes leçons de latin furent interrompues par un accident singulier.
J'avois un grand désir d'apprendre, mais la nature m'avoit refusé le don
de la mémoire. J'en avois assez pour retenir le sens de ce que je
lisois, mais les mots ne laissoient aucune trace dans ma tête; et, pour
les y fixer, c'étoit la même peine que si j'avois écrit sur un sable
mouvant. Je m'obstinois à suppléer, par mon application, à la foiblesse
de mon organe; ce travail excéda les forces de mon âge, mes nerfs en
furent affectés. Je devins comme somnambule: la nuit, tout endormi, je
me levois sur mon séant, et, les yeux entr'ouverts, je récitois à haute
voix les leçons que j'avois apprises. «Le voilà fou, dit mon père à ma
mère, si vous ne lui faites pas quitter ce malheureux latin»; et l'étude
en fut suspendue. Mais, au bout de huit ou dix mois, je la repris, et,
au sortir de ma onzième année, mon maître ayant jugé que j'étois en état
d'être reçu en quatrième, mon père consentit, quoiqu'à regret, à me
mener lui-même au collège de Mauriac, qui étoit le plus voisin de Bort.

Ce regret de mon père étoit d'un homme sage, et je dois le justifier.
J'étois l'aîné d'un grand nombre d'enfans; mon père, un peu rigide, mais
bon par excellence sous un air de rudesse et de sévérité, aimoit sa
femme avec idolâtrie. Il avoit bien raison: la plus digne des femmes, la
plus intéressante, la plus aimable dans son état, c'étoit ma tendre
mère. Je n'ai jamais conçu comment, avec la simple éducation de notre
petit couvent de Bort, elle s'étoit donné et tant d'agrément dans
l'esprit, et tant d'élévation dans l'âme, et singulièrement, dans le
langage et dans le style, ce sentiment des convenances si juste, si
délicat, si fin, qui sembloit être en elle le pur instinct du goût. Mon
bon évêque de Limoges, le vertueux Coëtlosquet[13], m'a parlé souvent à
Paris, avec le plus tendre intérêt, des lettres que lui avoit écrites ma
mère en me recommandant à lui.

Mon père avoit pour elle autant de vénération que d'amour. Il ne lui
reprochoit que son foible pour moi, et ce foible avoit une excuse:
j'étois le seul de ses enfans qu'elle avoit nourri de son lait; sa trop
frêle santé ne lui avoit plus permis de remplir un devoir si doux. Sa
mère ne m'aimoit pas moins. Je crois la voir encore, cette bonne petite
vieille: le charmant naturel! la douce et riante gaieté! Économe de la
maison, elle présidoit au ménage, et nous donnoit à tous l'exemple de la
tendresse filiale: car elle avoit aussi sa mère, et la mère de son mari,
dont elle avoit le plus grand soin. Je date d'un peu loin en parlant de
mes bisaïeules; mais je me souviens bien qu'à l'âge de quatre-vingts ans
elles vivoient encore, buvant au coin du feu le petit coup de vin et se
rappelant le vieux temps, dont elles nous faisoient des contes
merveilleux.

Ajoutez au ménage trois soeurs de mon aïeule, et la soeur de ma mère,
cette tante qui m'est restée; c'étoit au milieu de ces femmes et d'un
essaim d'enfans que mon père se trouvoit seul: avec très peu de bien
tout cela subsistoit. L'ordre, l'économie, le travail, un petit
commerce, et surtout la frugalité, nous entretenoient dans l'aisance. Le
petit jardin produisoit presque assez de légumes pour les besoins de la
maison: l'enclos nous donnoit des fruits; et nos coings, nos pommes, nos
poires, confits au miel de nos abeilles, étoient, durant l'hiver, pour
les enfans et pour les bonnes vieilles, les déjeuners les plus exquis.
Le troupeau de la bergerie de Saint-Thomas habilloit de sa laine tantôt
les femmes et tantôt les enfans; mes tantes la filoient; elles filoient
aussi le chanvre du champ qui nous donnoit du linge; et les soirées où,
à la lueur d'une lampe qu'alimentoit l'huile de nos noyers, la jeunesse
du voisinage venoit teiller avec nous ce beau chanvre, formoient un
tableau ravissant. La récolte des grains de la petite métairie assuroit
notre subsistance; la cire et le miel des abeilles, que l'une de mes
tantes cultivoit avec soin, étoient un revenu qui coûtoit peu de frais;
l'huile, exprimée de nos noix encore fraîches, avoit une saveur, une
odeur, que nous préférions au goût et au parfum de celle de l'olive. Nos
galettes de sarrasin, humectées, toutes brûlantes, de ce bon beurre du
Mont-Dore, étoient pour nous le plus friand régal. Je ne sais pas quel
mets nous eût paru meilleur que nos raves et nos châtaignes; et en
hiver, lorsque ces belles raves grilloient le soir à l'entour du foyer,
ou que nous entendions bouillonner l'eau du vase où cuisoient ces
châtaignes si savoureuses et si douces, le coeur nous palpitoit de joie.
Je me souviens aussi du parfum qu'exhaloit un beau coing rôti sous la
cendre, et du plaisir qu'avoit notre grand'mère à le partager entre
nous. La plus sobre des femmes nous rendoit tous gourmands. Ainsi, dans
un ménage où rien n'étoit perdu, de petits objets réunis entretenoient
une sorte d'aisance, et laissoient peu de dépense à faire pour suffire à
tous nos besoins. Le bois mort dans les forêts voisines étoit en
abondance et presque en non-valeur; il étoit permis à mon père d'en
tirer sa provision. L'excellent beurre de la montagne et les fromages
les plus délicats étoient communs et coûtoient peu; le vin n'étoit pas
cher, et mon père lui-même en usoit sobrement.

Mais enfin, quoique bien modique, la dépense de la maison ne laissoit
pas d'être à peu près la mesure de nos moyens; et, quand je serois au
collège, la prévoyance de mon père s'exagéroit les frais de mon
éducation. D'ailleurs, il regardoit comme un temps assez mal employé
celui qu'on donnoit aux études: le latin, disoit-il, ne faisoit que des
fainéans. Peut-être aussi avoit-il quelque pressentiment du malheur que
nous eûmes de nous le voir ravir par une mort prématurée; et, en me
faisant de bonne heure prendre un état d'une utilité moins tardive et
moins incertaine, pensoit-il à laisser un second père à ses enfans.
Cependant, pressé par ma mère, qui désiroit passionnément qu'au moins
son fils aîné fît ses études, il consentit à me mener au collège de
Mauriac.

Accablé de caresses, baigné de douces larmes et chargé de bénédictions,
je partis donc avec mon père; il me portoit en croupe, et le coeur me
battoit de joie; mais il me battit de frayeur quand mon père me dit ces
mots: «On m'a promis, mon fils, que vous seriez reçu en quatrième; si
vous ne l'êtes pas, je vous remmène, et tout sera fini.» Jugez avec quel
tremblement je parus devant le régent qui alloit décider de mon sort.
Heureusement c'étoit ce bon P. Malosse[14] dont j'ai eu tant à me louer:
il y avoit dans son regard, dans le son de sa voix, dans sa physionomie,
un caractère de bienveillance si naturel et si sensible que son premier
abord annonçoit un ami à l'inconnu qui lui parloit.

Après nous avoir accueillis avec cette grâce touchante, et invité mon
père à revenir savoir quel seroit le succès de l'examen que j'allois
subir, me voyant encore bien timide, il commença par me rassurer; il me
donna ensuite, pour épreuve, un thème: ce thème étoit rempli de
difficultés presque toutes insolubles pour moi. Je le fis mal, et après
l'avoir lu: «Mon enfant, me dit-il, vous êtes bien loin d'être en état
d'entrer dans cette classe; vous aurez même bien de la peine à être reçu
en cinquième.» Je me mis à pleurer. «Je suis perdu, lui dis-je; mon père
n'a aucune envie de me laisser continuer mes études; il ne m'amène ici
que par complaisance pour ma mère, et en chemin il m'a déclaré que, si
je n'étois pas reçu en quatrième, il me remmèneroit chez lui; cela me
fera bien du tort, et bien du chagrin à ma mère! Ah! par pitié,
recevez-moi; je vous promets, mon père, d'étudier tant que dans peu vous
aurez lieu d'être content de moi.» Le régent, touché de mes larmes et de
ma bonne volonté, me reçut, et dit à mon père de ne pas être inquiet de
moi, qu'il étoit sûr que je ferois bien.

Je fus logé, selon l'usage du collège, avec cinq autres écoliers, chez
un honnête artisan de la ville; et mon père, assez triste de s'en aller
sans moi, m'y laissa avec mon paquet, et des vivres pour la semaine; ces
vivres consistoient en un gros pain de seigle, un petit fromage, un
morceau de lard et deux ou trois livres de boeuf; ma mère y avoit ajouté
une douzaine de pommes. Voilà, pour le dire une fois, quelle étoit
toutes les semaines la provision des écoliers les mieux nourris du
collège. Notre bourgeoise nous faisoit la cuisine, et pour sa peine, son
feu, sa lampe, ses lits, son logement, et même les légumes de son petit
jardin qu'elle mettoit au pot, nous lui donnions par tête vingt-cinq
sous par mois; en sorte que, tout calculé, hormis mon vêtement, je
pouvois coûter à mon père de quatre à cinq louis par an. C'étoit
beaucoup pour lui, et il me tardoit de lui épargner cette dépense.

Le lendemain de mon arrivée, comme je me rendois le matin dans ma
classe, je vis à sa fenêtre mon régent, qui, du bout du doigt, me fit
signe de monter chez lui. «Mon enfant, me dit-il, vous avez besoin d'une
instruction particulière et de beaucoup d'étude pour atteindre vos
condisciples; commençons par les élémens, et venez ici, demi-heure avant
la classe, tous les matins, me réciter les règles que vous aurez
apprises; en vous les expliquant, je vous en marquerai l'usage.» Je
pleurai aussi ce jour-là, mais ce fut de reconnoissance. En lui rendant
grâces de ses bontés, je le priai d'y ajouter celle de m'épargner, pour
quelque temps, l'humiliation d'entendre lire à haute voix mes thèmes
dans la classe. Il me le promit, et j'allai me mettre à l'étude.

Je ne puis dire assez avec quel tendre zèle il prit soin de m'instruire
et quel attrait il sut donner à ses leçons. Au seul nom de ma mère, dont
je lui parlois quelquefois, il sembloit en respirer l'âme; et, quand je
lui communiquois les lettres où l'amour maternel lui exprimoit sa
reconnoissance, les larmes lui couloient des yeux.

Du mois d'octobre, où nous étions, jusqu'aux fêtes de Pâques, il n'y eut
point pour moi ni amusement, ni dissipation; mais, après cette
demi-année, familiarisé avec toutes mes règles, ferme dans leur
application, et comme dégagé des épines de la syntaxe, je cheminai plus
librement. Dès lors je fus l'un des meilleurs écoliers de la classe, et
peut-être le plus heureux: car j'aimois mon devoir, et, presque sûr de
le faire assez bien, ce n'étoit pour moi qu'un plaisir. Le choix des
mots et leur emploi, en traduisant de l'une en l'autre langue, même déjà
quelque élégance dans la construction des phrases, commencèrent à
m'occuper; et ce travail, qui ne va point sans l'analyse des idées, me
fortifia la mémoire. Je m'aperçus que c'étoit l'idée attachée au mot qui
lui faisoit prendre racine; et la réflexion me fit bientôt sentir que
l'étude des langues étoit aussi l'art de démêler les nuances de la
pensée, de la décomposer, d'en former le tissu, d'en saisir avec
précision les caractères et les rapports; qu'avec les mots autant de
nouvelles idées s'introduisoient et se développoient dans la tête des
jeunes gens; et qu'ainsi les premières classes étoient un cours de
philosophie élémentaire bien plus riche, plus étendu et plus réellement
utile qu'on ne pense, lorsqu'on se plaint que, dans les collèges, on
n'apprenne que du latin.

Ce fut ce travail de l'esprit que me fit observer, dans l'étude des
langues, un vieillard à qui mon régent m'avoit recommandé. Ce vieux
jésuite, le P. Bourzes[15], étoit l'un des hommes les plus versés dans
la connoissance de la bonne latinité. Chargé de suivre et d'achever le
travail du P. Vanière, dans son dictionnaire poétique latin[16], il
avoit humblement demandé à faire en même temps la classe de cinquième
dans ce petit collège des montagnes d'Auvergne. Il se prit d'intérêt
pour moi, et m'invita à l'aller voir les matins des jours de congé. Vous
croyez bien que je n'y manquois pas, et il avoit la bonté de donner à
mon instruction quelquefois des heures entières. Hélas! le seul office
que je pouvois lui rendre étoit de lui servir la messe; mais c'étoit un
mérite à ses yeux, et voici pourquoi.

Ce bon vieillard étoit, dans ses prières, tourmenté de scrupules pour
des distractions dont il se défendoit avec la plus pénible contention
d'esprit: c'étoit surtout en disant la messe qu'il redoubloit d'efforts
pour fixer sa pensée à chaque mot qu'il prononçoit; et, lorsqu'il en
venoit aux paroles du sacrifice, les gouttes de sueur tomboient de son
front chauve et prosterné. Je voyois tout son corps frémir de respect et
d'effroi, comme s'il avoit vu les voûtes du ciel s'entr'ouvrir sur
l'autel et le Dieu vivant y descendre. Il n'y eut jamais d'exemple d'une
foi plus vive et plus profonde: aussi, après avoir rempli ce saint
devoir, en étoit-il comme épuisé.

Il se délassoit avec moi par le plaisir qu'il avoit à m'instruire, et
par celui que j'avois moi-même à recevoir ses instructions. Ce fut lui
qui m'apprit que l'ancienne littérature étoit une source intarissable de
richesses et de beautés, et qui m'en donna cette soif que soixante ans
d'étude n'ont pas encore éteinte. Ainsi, dans un collège obscur, je me
trouvois avoir pour maître un des hommes les plus lettrés qui fussent
peut-être au monde; mais je n'eus pas longtemps à jouir de cet avantage:
le P. Bourzes fut transféré, et, six ans après, je le retrouvai dans la
maison professe de Toulouse, infirme et presque délaissé. C'étoit un
vice bien odieux, dans le régime et les moeurs des jésuites, que cet
abandon des vieillards! L'homme le plus laborieux, le plus longtemps
utile, dès qu'il cessoit de l'être, étoit mis au rebut; dureté insensée
autant qu'elle étoit inhumaine, parmi des êtres vieillissans, et dont
chacun seroit rebuté à son tour.

À l'égard de notre collège, son caractère distinctif étoit une police
exercée par les écoliers sur eux-mêmes. Les chambrées réunissoient des
écoliers de différentes classes, et parmi eux l'autorité de l'âge ou
celle du talent, naturellement établie, mettoit l'ordre et la règle dans
les études et dans les moeurs.. Ainsi l'enfant qui, loin de sa famille,
sembloit hors de la classe être abandonné à lui-même, ne laissoit pas
d'avoir parmi ses camarades des surveillans et des censeurs. On
travailloit ensemble et autour de la même table; c'étoit un cercle de
témoins qui, sous les yeux des uns et des autres, s'imposoient
réciproquement le silence et l'attention. L'écolier oisif s'ennuyoit
d'une immobilité muette et se lassoit bientôt de son oisiveté; l'écolier
inhabile, mais appliqué, se faisoit plaindre; on l'aidoit, on
l'encourageoit; si ce n'étoit pas le talent, c'étoit la volonté qu'on
estimoit en lui; mais il n'y avoit ni indulgence ni pitié pour le
paresseux incurable; et, lorsqu'une chambrée entière étoit atteinte de
ce vice, elle étoit comme déshonorée: tout le collège la méprisoit, et
les parens étoient avertis de n'y pas mettre leurs enfans. Nos bourgeois
avoient donc eux-mêmes un grand intérêt à ne loger que des écoliers
studieux. J'en ai vu renvoyer uniquement pour cause de paresse et
d'indiscipline. Ainsi, dans presque aucun de ces groupes d'enfans,
l'oisiveté n'étoit soufferte; jamais l'amusement et la dissipation ne
venoient qu'après le travail.

Un usage, que je n'ai vu établi que dans ce collège, y donnoit aux
études, vers la fin de l'année, un redoublement de ferveur. Pour monter
d'une classe à une autre, il y avoit un sévère examen à subir, et l'une
des tâches que nous avions à remplir pour cet examen étoit un travail de
mémoire. Selon la classe, c'étoit, pour la poésie, du Phèdre ou de
l'Ovide, ou du Virgile ou de l'Horace, et, pour la prose, du Cicéron, du
Tite-Live, du Quinte-Curce ou du Salluste; le tout ensemble, à retenir
par coeur, formoit une masse d'études assez considérable. On s'y prenoit
de loin; et ce travail, pour ne pas empiéter sur nos études accoutumées,
se faisoit dès le point du jour jusqu'à la classe du matin. Il se
faisoit dans la campagne, où, divisés par bandes, et, chacun son livre à
la main, nous allions bourdonnant comme de vrais essaims d'abeilles.
Dans la jeunesse, il est pénible de s'arracher au sommeil du matin; mais
les plus diligens de la bande faisoient violence aux plus tardifs;
moi-même bien souvent je me sentois tirer de mon lit encore endormi; et,
si depuis j'ai eu dans l'organe de la mémoire un peu plus de souplesse
et de docilité, je le dois à cet exercice.

L'esprit d'ordre et d'économie ne distinguoit pas moins que le goût du
travail notre police scolastique. Les nouveaux venus, les plus jeunes,
apprenoient des anciens à soigner leurs habits, leur linge, à conserver
leurs livres, à ménager leurs provisions. Tous les morceaux de lard, de
boeuf ou de mouton que l'on mettoit dans la marmite, étoient proprement
enfilés comme des grains de chapelet; et, si dans le ménage il survenoit
quelques débats, la bourgeoise en étoit l'arbitre. Quant aux morceaux
friands qu'à certains jours de fêtes nos familles nous envoyoient, le
régal en étoit commun, et ceux qui ne recevoient rien n'en étoient pas
moins conviés. Je me souviens avec plaisir de l'attention délicate
qu'avoient les plus fortunés de la troupe à ne pas faire sentir aux
autres cette affligeante inégalité. Lorsqu'il nous arrivoit quelqu'un de
ces présens, la bourgeoise nous l'annonçoit; mais il lui étoit défendu
de nommer celui de nous qui l'avoit reçu, et lui-même il auroit rougi de
s'en vanter. Cette discrétion faisoit, dans mes récits, l'admiration de
ma mère.

Nos récréations se passoient en exercices à l'antique: en hiver, sur la
glace, au milieu de la neige; dans le beau temps, au loin dans la
campagne, à l'ardeur du soleil; et ni la course, ni la lutte, ni le
pugilat, ni le jeu de disque et de la fronde, ni l'art de la natation,
n'étoient étrangers pour nous. Dans les chaleurs, nous allions nous
baigner à plus d'une lieue de la ville; pour les petits, la pêche des
écrevisses dans les ruisseaux; pour les grands, celles des anguilles et
des truites dans les rivières, ou la chasse des cailles au filet après
la moisson, étoient nos plaisirs les plus vifs; et, au retour d'une
longue course, malheur aux champs d'où les pois verts n'étoient pas
encore enlevés! Aucun de nous n'auroit été capable de voler une épingle;
mais dans notre morale il avoit passé en maxime que ce qui se mangeoit
n'étoit pas un larcin. Je m'abstenois tant qu'il m'étoit possible de
cette espèce de pillage; mais, sans y avoir coopéré, il est vrai
cependant que j'y participois, d'abord en fournissant mon contingent de
lard pour l'assaisonnement des pois, et puis en les mangeant avec tous
les complices. Faire comme les autres me sembloit un devoir d'état dont
je n'osois me dispenser; sauf à capituler ensuite avec mon confesseur,
en restituant ma part du larcin en aumônes.

Cependant je voyois dans une classe au-dessus de la mienne un écolier
dont la sagesse et la vertu se conservoient inaltérables, et je me
disois à moi-même que le seul bon exemple à suivre étoit le sien; mais,
en le regardant avec des yeux d'envie, je n'osois croire avoir le droit
de me distinguer comme lui. Amalvy étoit considéré dans le collège à
tant de titres, et tellement hors de pair au milieu de nous, qu'on
trouvoit naturel et juste l'espèce d'intervalle qu'il laissoit entre
nous et lui. Dans ce rare jeune homme, toutes les qualités de l'esprit
et de l'âme sembloient s'être accordées pour le rendre accompli. La
nature l'avait doué de cet extérieur que l'on croiroit devoir être
réservé au mérite. Sa figure étoit noble et douce, sa taille haute, son
maintien grave, son air sérieux, mais serein. Je le voyois arriver au
collège ayant toujours à ses côtés quelques-uns de ses condisciples, qui
étoient fiers de l'accompagner. Social avec eux, sans être familier, il
ne se dépouilloit jamais de cette dignité que donne l'habitude de primer
entre ses semblables. La croix, qui étoit l'empreinte de cette primauté,
ne quittoit point sa boutonnière; pas un même n'osoit prétendre à la lui
enlever. Je l'admirois, j'avois du plaisir à le voir, et, toutes les
fois que je l'avois vu, je m'en allois mécontent de moi-même. Ce n'étoit
pas qu'à force de travail je ne fusse, dès la troisième, assez distingué
dans ma classe; mais j'avois deux ou trois rivaux; Amalvy n'en avoit
aucun. Je n'avois point acquis dans mes compositions cette constance de
succès qui nous étonnoit dans les siennes, et j'avois encore moins cette
mémoire facile et sûre dont Amalvy étoit doué. Il étoit plus âgé que
moi; c'étoit ma seule consolation, et mon ambition étoit de l'égaler
lorsque je serois à son âge. En démêlant, autant qu'il m'est possible,
ce qui se passoit dans mon âme, je puis dire avec vérité que dans ce
sentiment d'émulation ne se glissa jamais le malin vouloir de l'envie:
je ne m'affligeois pas qu'il y eût au monde un Amalvy, mais j'aurois
demandé au Ciel qu'il y en eût deux, et que je fusse le second.

Un avantage, plus précieux encore que l'émulation, étoit dans ce collège
l'esprit de religion qu'on avoit soin d'y entretenir. Quel préservatif
salutaire, pour les moeurs de l'adolescence, que l'usage et l'obligation
d'aller tous les mois à confesse! La pudeur de cet humble aveu de ses
fautes les plus cachées en épargnoit peut-être un plus grand nombre que
tous les motifs les plus saints.

Ce fut donc à Mauriac, depuis onze ans jusqu'à quinze, que je fis mes
humanités, et en rhétorique je me soutins presque habituellement le
premier de ma classe. Ma bonne mère en étoit ravie. Lorsque mes vestes
de basin lui étoient renvoyées, elle regardoit vite si la chaîne
d'argent qui suspendoit la croix avoit noirci ma boutonnière; et,
lorsqu'elle y voyoit cette marque de mon triomphe, toutes les mères du
voisinage étoient instruites de sa joie; nos bonnes religieuses en
rendoient grâces au Ciel; mon cher abbé Vaissière en étoit rayonnant de
gloire. Le plus doux de mes souvenirs est encore celui du bonheur dont
je faisois jouir ma mère; mais autant j'avois de plaisir à l'instruire
de mes succès, autant je prenois soin de lui dissimuler mes peines: car
j'en éprouvois quelquefois d'assez vives pour l'affliger, s'il m'en fût
échappé la plus légère plainte. Telle fut, en troisième, la querelle que
je me fis avec le P. By[17], le préfet du collège, pour la bourrée
d'Auvergne; et tel fut le danger que je courus d'avoir le fouet, en
seconde et en rhétorique, une fois pour avoir dicté une bonne
amplification, une autre fois pour être allé voir la machine d'une
horloge. Heureusement je me tirai de tous ces mauvais pas sans accident,
et même avec un peu de gloire.

On sait quelle est à la cour des rois l'envieuse malignité que
s'attirent les favoris; il en est de même au collège. Les soins
particuliers qu'avoit pris de moi mon régent de quatrième, et mon
assiduité à l'aller voir tous les matins, m'ayant fait regarder d'abord
d'un oeil jaloux et méfiant, je me piquai dès lors de me montrer meilleur
et plus fidèle camarade qu'aucun de ceux qui m'accusoient de ne pas
l'être et qui se défioient de moi. Lors donc que je parvins à être
fréquemment le premier de ma classe, grade auquel étoit attaché le
triste office de censeur, je me fis une loi de mitiger cette censure; et
en l'absence du régent, pendant la demi-heure où je présidois seul, je
commençai par accorder une liberté raisonnable: on causoit, on rioit, on
s'amusoit à petit bruit, et ma note n'en disoit rien. Cette indulgence,
qui me faisoit aimer, devint tous les jours plus facile. À la liberté
succéda la licence, et je la souffris; je fis plus, je l'encourageai,
tant la faveur publique avoit pour moi d'attraits! J'avois ouï dire qu'à
Rome les hommes puissans qui vouloient gagner la multitude lui donnoient
des spectacles: il me prit fantaisie d'imiter ces gens-là. On me citoit
l'un de nos camarades, appelé Toury, comme le plus fort danseur de la
bourrée d'Auvergne qui fût dans les montagnes; je lui permis de la
danser, et il est vrai qu'en la dansant il faisoit des sauts
merveilleux. Lorsqu'une fois on eut goûté le plaisir de le voir bondir
au milieu de la classe, on ne put s'en passer; et moi, toujours plus
complaisant, je redemandois la bourrée. Il faut savoir que les sabots du
danseur étoient armés de fer, et que la classe étoit pavée de dalles
d'une pierre retentissante comme l'airain. Le préfet, qui faisoit sa
ronde, entendoit ce bruit effroyable; il accouroit, mais dans l'instant
le bruit cessoit, tout le monde étoit à sa place; Toury lui-même, dans
son coin, les yeux attachés sur son livre, ne présentoit plus que
l'image d'une lourde immobilité. Le préfet, bouillant de colère, venoit
à moi, me demandoit la note: la note étoit en blanc. Jugez de son
impatience; ne trouvant personne à punir, il me faisoit porter la peine
des coupables par les _pensum_ qu'il me donnoit. Je la subissois sans me
plaindre; mais autant il me trouvoit docile et patient pour ce qui
m'étoit personnel, autant il me trouvoit rebelle et résolu à ne faire
jamais de la peine à mes camarades. Mon courage étoit soutenu par
l'honneur de m'entendre appeler le martyr, et même quelquefois le héros
de ma classe. Il est vrai qu'en seconde la liberté fut moins bruyante,
et le ressentiment du préfet parut s'adoucir; mais, au milieu du calme,
je me vis assailli par un nouvel orage.

Mon régent de seconde n'étoit plus ce P. Malosse qui m'avoit tant aimé:
c'étoit un P. Decebié[18], aussi sec, aussi aigre que l'autre étoit
liant et doux. Sans beaucoup d'esprit, ni, je crois, beaucoup de savoir,
Decebié ne laissoit pas de mener assez bien sa classe. Il avoit
singulièrement l'art d'exciter notre émulation en nous piquant de
jalousie. Pour peu qu'un écolier inférieur eût moins mal fait que de
coutume, il l'exaltoit d'un air qui sembloit faire craindre aux
meilleurs un nouveau rival. Ce fut dans cet esprit que, rappelant un
jour certaine amplification qu'un écolier médiocre passoit pour avoir
faite, il nous défia tous de faire jamais aussi bien. Or, on savoit de
quelle main étoit cette amplification si excessivement vantée. Le secret
en étoit gardé, car il étoit sévèrement défendu dans la classe de faire
le devoir d'autrui. Mais l'impatience d'entendre louer à l'excès un
mérite emprunté ne put se contenir: «Elle n'est pas de lui, mon père,
cette amplification que vous nous vantez tant, s'écria-t-on.--Et de qui
donc est-elle?» demanda-t-il avec colère. On garda le silence. «C'est
donc à vous à me le dire», poursuivit-il en s'adressant à l'écolier qui
étoit en scène; et celui-ci, en pleurant, me nomma. Il fallut avouer ma
faute; mais je priai le régent de m'entendre, et il m'écouta. «Ce fut,
lui dis-je, le jour de saint Pierre, sa fête, que Durif, notre camarade,
nous donnoit à dîner: tout occupé à bien régaler ses amis, il n'avoit pu
finir les devoirs de la classe, et l'amplification étoit ce qui
l'inquiétoit le plus. Je crus permis et juste de lui en éviter la peine;
et je m'offris à travailler pour lui, tandis qu'il travailloit pour
nous.»

Il y avoit au moins deux coupables; le régent n'en voulut voir qu'un, et
son dépit tomba sur moi. Confus, étourdi de colère, il fit appeler le
correcteur pour me châtier, disoit-il, comme je l'avois mérité: au nom
du correcteur, je faisois mon paquet de livres et j'allois quitter le
collège. Dès lors plus d'études pour moi, et mon destin changeoit de
face; mais ce sentiment d'équité naturelle qui, dans le premier âge, est
si vif et si prompt, ne permit pas à mes condisciples de me laisser
abandonné. «Non, s'écria toute la classe, ce châtiment seroit injuste,
et, si on l'oblige à s'en aller, nous nous en allons tous.» Le régent
s'apaisa, et il m'accorda mon pardon, mais au nom de la classe, en
s'autorisant de l'exemple du dictateur Papirius.

Tout le collège approuva sa clémence, à l'exception du préfet, qui
soutint que c'étoit un acte de foiblesse, et que contre la rébellion
jamais il ne falloit mollir. Lui-même, un an après, il voulut exercer
sur moi cette rigueur dont il faisoit une maxime; mais il apprit qu'au
moins falloit-il être juste avant que d'être rigoureux.

Nous n'avions plus qu'un mois de rhétorique à faire pour n'être plus
sous sa puissance, lorsqu'il me trouva dans la liste des écoliers qu'il
vouloit punir d'une faute sans vraisemblance, et dont j'étois pleinement
innocent. Dans le clocher des Bénédictins, à deux pas du collège, on
réparoit l'horloge; curieux d'en voir le mécanisme, des écoliers de
différentes classes étoient montés dans ce clocher. Soit maladresse de
l'ouvrier, soit quelque accident que j'ignore, l'horloge n'alloit point;
il étoit aussi difficile que d'épaisses roues de fer eussent été
dérangées par des enfans que rongées par des souris; mais l'horloger les
en accusa, et le préfet reçut sa plainte. Le lendemain, à l'heure de la
classe du soir, il me fait appeler; je me rends dans sa chambre; j'y
trouve dix à douze écoliers rangés en haie autour du mur, et au milieu
le correcteur, et ce préfet terrible qui successivement les faisoit
fustiger. En me voyant, il me demanda si j'étois du nombre de ceux qui
étoient montés à l'horloge; et, lui ayant répondu que j'y étois monté,
il me marqua du doigt ma place dans le cercle de mes complices, et se
mit à poursuivre son exécution. Vous croyez bien que ma résolution de
lui échapper fut bientôt prise. Je saisis le moment où il tenoit une de
ses victimes qui se débattoit sous sa main, et tout d'un temps j'ouvris
la porte et je m'enfuis. Il s'élança pour m'attraper; mais il manqua sa
proie, et j'en fus quitte pour un pan d'habit déchiré.

Je me réfugiai dans ma classe, où le régent n'étoit pas encore. Mon
habit déchiré, mon trouble, la frayeur, ou plutôt l'indignation dont
j'étois rempli, me tinrent lieu d'exorde pour m'attirer l'attention.
«Mes amis, m'écriai-je, sauvez-moi, sauvez-vous des mains d'un furieux
qui nous poursuit. C'est mon honneur et c'est le vôtre que je vous
recommande et que je vous donne à garder: peu s'en est fallu que cet
homme injuste et violent, ce P. By, ne vous ait fait en moi le plus
indigne outrage en flétrissant du fouet un rhétoricien; il n'a pas même
daigné me dire de quoi il vouloit me punir; mais, aux cris des enfans
qu'il faisoit écorcher, j'ai entendu qu'il s'agissoit d'avoir détraqué
une horloge, accusation absurde et dont il sent la fausseté; mais il
aime à punir, il aime à s'abreuver de larmes; et l'innocent et le
coupable, tout lui est égal, pourvu qu'il exerce sa tyrannie. Mon crime,
à moi, mon crime ineffaçable, et qu'il ne peut me pardonner, est de
n'avoir jamais voulu vous trahir pour lui plaire, et d'avoir mieux aimé
endurer ses rigueurs que d'y exposer mes amis. Vous avez vu avec quelle
obstination il s'est efforcé, depuis trois ans, à faire de moi l'espion
et le délateur de ma classe. Vous seriez effrayés de l'énormité du
travail dont il m'a accablé pour arracher de moi des notes qui lui
donnassent tous les jours le plaisir de vous molester. Ma constance a
vaincu la sienne, sa haine a paru s'assoupir; mais il épioit le moment
de se venger sur moi, de se venger sur vous, de la fidélité que je vous
ai gardée. Oui, mes amis, si j'avois été assez craintif ou assez foible
pour lui laisser porter les mains sur moi, c'en étoit fait, la
rhétorique étoit déshonorée, et déshonorée à jamais. C'est là ce qu'il
s'étoit promis. Il vouloit qu'il fût dit que, sous sa préfecture et sous
sa verge humiliante, la rhétorique avoit fléchi. Grâce au Ciel, nous
voilà sauvés. Il va venir sans doute pour vous demander de me livrer à
lui, et d'avance je suis bien sûr du ton dont vous lui répondrez; mais,
quand j'aurois pour camarades des hommes assez lâches pour ne pas me
défendre, seul je lui vendrois cher mon honneur et ma vie, et je
mourrois libre plutôt que de vivre déshonoré. Mais loin de moi cette
pensée! je vous vois tous aussi déterminés que moi à ne pas rester sous
le joug: aussi bien, dans un mois d'ici la rhétorique alloit finir, nous
allions entrer en vacances, et un mois retranché du cours de nos études
n'est pas digne de nos regrets. Que ce soit donc aujourd'hui la fin, la
clôture de notre classe. Dès ce moment nous sommes libres, et l'homme
altier, l'homme cruel, l'homme féroce, est confondu.»

Ma harangue avoit excité de grands mouvemens d'indignation; mais la
conclusion fit plus d'effet que tout le reste. Jamais péroraison
n'entraîna les esprits avec tant de rapidité. «Oui, clôture! vacance! me
répondit par acclamation la très grande pluralité, et jurons tous, avant
de sortir de la classe, jurons sur cet autel (car il y en avoit un) de
n'y plus remettre les pieds.»

Après que le serment eut été prononcé, je repris la parole. «Mes amis,
ce n'est point, leur dis-je, en libertins ni en esclaves fugitifs que
nous devons sortir de cette classe; que le préfet ne dise pas que nous
nous sommes échappés: notre retraite doit se faire paisiblement et
décemment; et, pour la rendre plus honorable, je propose de la marquer
par un acte religieux. Cette classe est une chapelle; rendons-y grâce à
Dieu, par un _Te Deum_ solennel, d'avoir acquis et conservé, durant le
cours de nos études, la bienveillance du collège et l'estime de nos
régens.»

Au même instant je les vis tous se ranger autour de l'autel; et, au
milieu d'un profond silence, l'un de nos camarades, Valarché, dont la
voix le disputoit à celle des taureaux du Cantal, où il étoit né,
entonna l'hymne de louanges; cinquante voix lui répondirent, et l'on
imagine sans peine quel fut l'étonnement de tout le collège au bruit
imprévu et soudain de ce concert de voix. Notre régent accourut le
premier, le préfet descendit, le principal lui-même s'avança gravement
jusqu'à la porte de la classe. La porte étoit fermée, et ne s'ouvrit
qu'après que le _Te Deum_ fut chanté; alors, rangés en demi-cercle, les
petits à côté des grands, nous nous laissâmes aborder. «Quel est donc ce
tapage? nous demanda le violent préfet en s'avançant au milieu de
nous.--Ce que vous appelez un tapage n'est, lui dis-je, mon père, qu'une
action de grâce que nous rendons au Ciel d'avoir permis que, sans tomber
entre vos mains, nous ayons achevé nos premières études.» Il nous menaça
d'informer nos familles de cette coupable révolte; et, en me regardant
d'un oeil menaçant et terrible, il me prédit que je serois un chef de
faction. Il me connoissoit mal: aussi sa prédiction ne s'est-elle pas
accomplie. Le principal, avec plus de douceur, voulut nous ramener; mais
nous le suppliâmes de ne pas insister contre une résolution qu'un
serment avoit consacrée, et notre bon régent resta seul avec nous: oui,
bon, je lui dois cet éloge; et, quoique d'une trempe d'âme moins
flexible et moins douce que celle du P. Malosse, il lui étoit comparable
au moins par la bonté. Selon l'idée que l'on s'est faite du caractère
politique de cette société si légèrement condamnée et si durement
abolie, jamais jésuite ne le fut moins dans le coeur que le P. Balme[19]
(c'étoit le nom de ce régent). Un caractère ferme et franc étoit le
sien; l'impartialité, la droiture, l'inflexible équité qu'il portoit
dans sa classe, et une estime noble et tendre qu'il marquoit à ses
écoliers, lui avoient gagné notre respect et concilié notre amour.

À travers les austères bienséances de son état, sa sincérité naturelle
laissoit percer des traits de force et de fierté qui auroient mieux
convenu au courage d'un militaire qu'à l'esprit d'un religieux. Je me
souviens qu'un jour l'un de nos condisciples, tête rustique et dure, lui
ayant mal répondu, il s'élança brusquement de sa chaire, et, arrachant
avec éclat un ais de chêne du plancher de la classe: «Malheureux, lui
dit-il en le levant sur lui, je ne fais point donner le fouet en
rhétorique; mais j'assomme l'audacieux qui m'ose manquer de respect.» Ce
genre de correction nous plut infiniment; nous lui sûmes gré de l'effroi
dont nous avoit frappés le bruit de la planche brisée, et nous vîmes
avec plaisir l'insolent, à genoux sous cette espèce de massue, demander
humblement pardon.

Tel étoit l'homme à qui j'avois à rendre compte de ce qui venoit de se
passer. Je l'observois en le lui racontant; et, au moment où je lui
montrai l'un de ses écoliers prêt à être forcé de subir la peine du
fouet, je vis son visage et ses yeux s'enflammer d'indignation; mais,
après en avoir frémi, tâchant de déguiser sa colère par un sourire: «Que
ne lui criois-tu, me dit-il, _sum civis romanus!_--Je m'en suis bien
gardé, lui répondis-je; j'avois affaire à un Verrès.»

Cependant, pour n'avoir aucun reproche à essuyer, le P. Balme fit pour
nous retenir tout ce qu'exigeoit son devoir; raisons et sentimens, il
mit tout en usage. Ses efforts furent inutiles: il ne nous en estima pas
moins, et il m'en aima davantage. «Mon enfant, me dit-il tout bas, dans
quelque collège que vous alliez, mon attestation peut vous être de
quelque utilité; ce n'est pas ici le moment de vous l'offrir; mais, dans
un mois, venez la prendre; je vous la donnerai sincère et de bon coeur.»
Ainsi finit ma rhétorique.

J'eus donc, cette année-là, d'assez longues vacances; mais, bien
heureusement, je trouvai dans ma ville un ancien curé de campagne, mon
parent quoique d'un peu loin, homme instruit, qui me fit connoître la
_Logique de Port-Royal_, et qui de plus se donna la peine de m'exercer à
parler latin, ne voulant dans nos promenades employer avec moi que cette
langue-là, qu'il parloit lui-même aisément. Cet exercice fut pour moi un
avantage inestimable, lorsqu'en philosophie, dont le latin étoit la
langue, je me trouvai comme dans un pays où j'étois naturalisé. Mais,
avant d'y passer, je veux jeter encore quelques regards sur les années
que je viens de voir s'écouler; je veux parler de ces vacances qui, tous
les ans, me ramenoient chez moi, et qui, par des repos si doux, payoient
mes travaux et mes peines.

Mes petites vacances de Noël se passoient à jouir, mes parens et moi, de
notre tendresse mutuelle, sans d'autre diversion que celle des devoirs
de bienséance et d'amitié. Comme la saison étoit rude, ma volupté la
plus sensible étoit de me trouver à mon aise auprès d'un bon feu: car à
Mauriac, dans le temps même du froid le plus aigu, quand les glaces nous
assiégeoient, et lorsque, pour aller en classe, il falloit nous tracer
nous-mêmes, tous les matins, un chemin dans la neige, nous ne
retrouvions au logis que le feu de quelques tisons qui se baisoient sous
la marmite, et auxquels à peine tour à tour nous étoit-il permis de
dégeler nos doigts; encore le plus souvent, nos hôtes assiégeant la
cheminée, étoit-ce une faveur de nous en laisser approcher, et le soir,
durant le travail, quand nos doigts engourdis de froid ne pouvoient plus
tenir la plume, la flamme de la lampe étoit le seul foyer où nous
pouvions les dégourdir. Quelques-uns de mes camarades, qui, nés sur la
montagne et endurcis au froid, l'enduroient mieux que moi, m'accusoient
de délicatesse; et, dans une chambre où la bise siffloit par les fentes
des vitres, ils trouvoient ridicule que je fusse transi, et se moquoient
de mes frissons. Je me reprochois à moi-même d'être si frileux et si
foible, et j'allois avec eux sur la glace, au milieu des neiges,
m'accoutumer, s'il étoit possible, aux rigueurs de l'hiver; je domptois
la nature, je ne la changeois pas, et je n'apprenois qu'à souffrir.
Ainsi, quand j'arrivois chez moi, et que, dans un bon lit ou au coin
d'un bon feu, je me sentois tout ranimé, c'étoit pour moi l'un des
momens les plus délicieux de la vie; jouissance que la mollesse ne
m'auroit jamais fait connoître.

Dans ces vacances de Noël, ma bonne aïeule, en grand mystère, me
confioit les secrets du ménage. Elle me faisoit voir, comme autant de
trésors, les provisions qu'elle avoit faites pour l'hiver: son lard, ses
jambons, ses saucisses, ses pots de miel, ses urnes d'huile, ses amas de
blé noir, de seigle, de pois et de fèves, ses tas de raves et de
châtaignes, ses lits de paille couverts de fruits. «Tiens, mon enfant,
me disoit-elle, voilà les dons que nous a faits la Providence: combien
d'honnêtes gens n'en ont pas reçu autant que nous! et quelles grâces
n'avons-nous pas à lui rendre de ses faveurs!»

Pour elle-même, rien de plus sobre que cette sage ménagère; mais son
bonheur étoit de voir régner l'abondance dans la maison. Un régal
qu'elle nous donnoit avec la plus sensible joie étoit le réveillon de la
nuit de Noël. Comme il étoit tous les ans le même, on s'y attendoit,
mais on se gardoit bien de paroître s'y être attendu: car tous les ans
elle se flattoit que la surprise en seroit nouvelle, et c'étoit un
plaisir qu'on avoit soin de lui laisser. Pendant qu'on étoit à la messe,
la soupe aux choux verts, le boudin, la saucisse, l'andouille, le
morceau de petit-salé le plus vermeil, les gâteaux, les beignets de
pommes au saindoux, tout étoit préparé mystérieusement par elle et une
de ses soeurs; et moi, seul confident de tout cet appareil, je n'en
disois mot à personne. Après la messe on arrivoit; on trouvoit ce beau
déjeuner sur la table; on se récrioit sur la magnificence de la bonne
grand'mère, et cette acclamation de surprise et de joie étoit pour elle
un plein succès. Le jour des Rois, la fève étoit chez nous encore un
sujet de réjouissance; et, quand venoit la nouvelle année, c'étoit dans
toute la famille un enchaînement d'embrassades et un concert de voeux si
tendres qu'il eût été, je crois, impossible d'en être le témoin sans en
être ému. Figurez-vous un père de famille au milieu d'une foule de
femmes et d'enfans qui, tous levant les yeux et les mains vers le ciel,
en appeloient sur lui les bénédictions; et lui, répondant à leurs voeux
par des larmes d'amour qui présageoient peut-être le malheur qui nous
menaçoit: telles étoient les scènes que me présentoient ces vacances.

Celles de Pâques étoient un peu plus longues; et, lorsque le temps étoit
beau, elles me permettoient quelques dissipations. J'ai déjà dit que,
dans ma ville, l'éducation des jeunes gens étoit soignée; leur exemple
étoit pour les filles un objet d'émulation. L'instruction des uns
influoit sur l'esprit des autres, et donnoit à leur air, à leur langage,
à leurs manières, une teinte de politesse, de bienséance et d'agrément
que rien ne m'a fait oublier. Une liberté innocente régnoit parmi cette
jeunesse. Les filles, les garçons, se promenoient ensemble, le soir
même, au clair de la lune. Leur amusement ordinaire étoit le chant, et
il me semble que ces jeunes voix réunies formoient de doux accords et de
jolis concerts. Je fus d'assez bonne heure admis dans cette société;
mais, jusqu'à l'âge de quinze ans, elle ne prit rien sur mes goûts pour
l'étude et la solitude. Je n'étois jamais plus content que lorsque, dans
le jardin d'abeilles de Saint-Thomas, je passois un beau jour à lire les
vers de Virgile sur l'industrie et la police de ces républiques
laborieuses que faisoit prospérer l'une des tantes de ma mère, et dont,
mieux que Virgile encore, elle avoit observé les travaux et les moeurs.
Mieux que Virgile aussi elle m'en instruisoit, en me faisant voir de mes
yeux, dans les merveilles de leur instinct, des traits d'intelligence et
de sagesse qui avoient échappé à ce divin poète, et dont j'étois ravi.
Peut-être, dans l'amour de ma tante pour ses abeilles, y avoit-il
quelque illusion, comme il y en a dans tous les amours, et l'intérêt
qu'elle prenoit à leurs jeunes essaims ressembloit beaucoup à celui
d'une mère pour ses enfans; mais je dois dire aussi qu'elle sembloit en
être aimée autant qu'elle les aimoit. Je croyois moi-même les voir se
plaire à voler autour d'elle, la connoître, l'entendre, obéir à sa voix;
elles n'avoient point d'aiguillon pour leur bienfaisante maîtresse, et
lorsque, dans l'orage, elle les recueilloit, les essuyoit, les
réchauffoit de son haleine et dans ses mains, on eût dit qu'en se
ranimant elles lui bourdonnoient doucement leur reconnoissance. Nul
effroi dans la ruche quand leur amie la visitoit; et si, en les voyant
moins diligentes que de coutume, et malades ou languissantes, soit de
fatigue ou de vieillesse, sa main, sur le sol de leur ruche, versoit un
peu de vin pour leur rendre la force et la santé, ce même doux murmure
sembloit lui rendre grâces. Elle avoit entouré leur domaine d'arbres à
fruits, et de ceux qui fleurissent dans la naissance du printemps; elle
y avoit introduit et fait rouler sur un lit de cailloux un petit
ruisseau d'eau limpide, et, sur les bords, le thym, la lavande, la
marjolaine, le serpolet, enfin les plantes dont la fleur avoit le plus
d'attraits pour elles, leur offroient les prémices de la belle saison.
Mais, lorsque la montagne commençoit à fleurir, et que ses aromates
répandoient leurs parfums, nos abeilles, ne daignant plus s'amuser au
butin de leur petit verger, alloient chercher au loin de plus amples
richesses; et, en les voyant revenir chargées d'étamines de diverses
couleurs, comme de pourpre, d'azur et d'or, ma tante me nommoit les
fleurs dont c'étoit la dépouille.

Ce qui se passoit sous mes yeux, ce que ma tante me racontoit, ce que je
lisois dans Virgile, m'inspiroit pour ce petit peuple un intérêt si vif
que je m'oubliois avec lui, et ne m'en éloignois jamais sans un regret
sensible. Depuis, et encore à présent, j'ai tant d'amour pour les
abeilles que sans douleur je ne puis penser au cruel usage où l'on est,
dans certains pays, de les faire mourir en recueillant leur miel. Ah!
quand la ruche en étoit pleine, chez nous c'étoit les soulager que d'en
ôter le superflu; mais nous leur en laissions abondamment pour se
nourrir jusqu'à la floraison nouvelle, et l'on savoit, sans en blesser
aucune, enlever les rayons qui excédoient leur besoin.

Dans les longues vacances de la fin de l'année, tous mes devoirs
remplis, tous mes goûts satisfaits, j'avois encore du temps à donner à
la société, et je conviens que, tous les ans, celle de la jeunesse me
plaisoit davantage; mais, comme je l'ai dit, ce ne fut qu'à quinze ans
qu'elle eut pour moi tout son attrait. Les liaisons qu'on y formoit
n'inquiétoient point les familles: il y avoit si peu d'inégalité d'état
et de fortune que les pères et mères étoient presque aussitôt d'accord
que les enfans, et rarement l'hymen faisoit languir l'amour; mais ce qui
pour mes camarades n'étoit d'aucun danger avoit pour moi celui
d'éteindre mon émulation et de faire avorter le fruit de mes études.

Je voyois les coeurs se choisir et former entre eux des liens: l'exemple
m'en donna l'envie. L'une de nos jeunes compagnes, et la plus jolie à
mon gré, me parut libre encore et n'avoir, comme moi, que le vague désir
de plaire. Dans sa fraîcheur, elle n'avoit pas ce tendre et doux éclat
que l'on nous peint dans la beauté lorsqu'on la compare à la rose; mais
le vermillon, le duvet, la rondeur de la pêche, vous offrent une image
qui lui ressemble assez. Pour de l'esprit, avec une si jolie bouche
pouvoit-elle ne pas en avoir? Ses yeux et son sourire en auroient donné
seuls à son langage le plus simple; et, sur ses lèvres, le bonjour, le
bonsoir, me sembloient délicats et fins. Elle pouvoit avoir un ou deux
ans de plus que moi, et cette inégalité d'âge, qu'un air de raison, de
sagesse, rendoit encore plus imposante, intimidoit mon amour naissant;
mais peu à peu, en essayant de lui faire agréer mes soins, je m'aperçus
qu'elle y étoit sensible, et, dès que je pus croire que j'en serois
aimé, j'en fus amoureux tout de bon. Je lui en fis l'aveu sans détour,
et, sans détour aussi, elle me répondit que son inclination
s'accorderoit avec la mienne. «Mais vous savez bien, me dit-elle, qu'il
faut au moins, pour être amans, pouvoir espérer d'être époux; et comment
pouvons-nous l'espérer à notre âge? Vous avez à peine quinze ans: vous
allez suivre vos études?--Oui, lui dis-je, telle est ma résolution et la
volonté de ma mère.--Eh bien! voilà cinq ans d'absence avant que vous
ayez pris un état, et moi j'aurai plus de vingt ans lorsque nous ne
saurons encore à quoi vous êtes destiné.--Hélas! il est trop vrai, lui
dis-je, que je ne puis savoir ce que je deviendrai; mais au moins
jurez-moi de ne vous marier jamais sans prendre conseil de ma mère et
sans lui demander si je n'ai pas moi-même quelque espérance à vous
offrir.» Elle me le promit avec un sourire charmant, et, tout le reste
du temps de nos vacances, nous nous livrâmes au plaisir de nous aimer
avec l'ingénuité et l'innocence de notre âge. Nos promenades tête à
tête, nos entretiens les plus intéressans, se passoient à imaginer pour
moi dans l'avenir des possibilités de succès, de fortune, favorables à
nos désirs; mais, ces douces illusions se succédant comme des songes,
l'une détruisoit l'autre, et, après nous en être réjouis un moment, nous
finissions par en pleurer, comme les enfans pleurent lorsqu'un souffle
renverse le château qu'ils ont élevé.

Pendant l'un de ces entretiens, et comme nous étions assis sur la pente
de la prairie, au bord de la rivière, un incident survint qui faillit me
coûter la vie. Ma mère étoit instruite de mes assiduités auprès de Mlle
B***[20]. Elle en fut inquiète, et craignit que l'amour ne ralentît en
moi le goût et l'ardeur de l'étude. Ses tantes s'aperçurent qu'elle
avoit du chagrin, et firent tant qu'elle ne put leur en dissimuler la
cause. Dès lors ces bonnes femmes, présageant mon malheur, s'aigrirent à
l'envi contre cette jeune innocente, l'accusant de coquetterie et lui
faisant un crime d'être aimable à mes yeux. Un jour donc que ma mère me
demandoit, l'une d'elles se détacha, vint me chercher dans la prairie,
et, m'y ayant trouvé tête à tête avec l'objet de leur ressentiment, elle
accabla cette fille aimable des reproches les plus injustes, sans y
épargner les mots d'indécence et de séduction. Après cet imprudent éclat
elle partit, et nous laissa, moi furieux, et mon amante désolée,
étouffant de sanglots et les yeux pleins de larmes. Jugez quelle fut sur
mon âme l'impression de sa douleur! J'eus beau lui demander pardon,
pleurer à ses genoux, la supplier de mépriser, d'oublier cette injure:
«Malheureuse! s'écrioit-elle, c'est moi que l'on accuse de vous avoir
séduit et de vouloir vous déranger! Fuyez-moi, ne me voyez plus; non, je
ne veux plus vous revoir!» À ces mots, elle s'en alla, et me défendit de
la suivre.

Je retournai chez moi, l'air égaré, les yeux en feu, la tête absolument
perdue. Heureusement mon père étoit absent, et je n'eus pour témoin de
mon délire que ma mère. En me voyant passer et monter dans ma chambre,
elle fut effrayée de mon trouble; elle me suivit; je m'étois enfermé;
elle me commanda d'ouvrir: «Ô ma mère! lui dis-je, dans quel état vous
me voyez! Pardon! je suis au désespoir, je ne me connois plus, je me
possède à peine. Épargnez-moi la honte de paroître ainsi devant vous.»
J'avois le front meurtri des coups que je m'étois donnés de la tête
contre le mûr. Quelle passion que la colère! J'en éprouvois pour la
première fois la violence et le transport. Ma mère, éperdue elle-même,
me serrant dans ses bras et me baignant de larmes, jeta des cris si
douloureux que toutes les femmes de la maison, hormis une seule,
accoururent; et celle qui n'osoit paroître, et qui venoit d'avouer sa
faute, s'arrachoit les cheveux du malheur qu'elle avoit causé.

Leur désolation, le déluge de pleurs que je voyois pleuvoir autour de
moi, ces tendres et timides gémissemens que j'entendois, m'amollirent le
coeur et firent tomber ma colère; mais j'étouffois, le sang avoit enflé
toutes mes veines: il fallut me saigner. Ma mère trembloit pour mes
jours. Sa mère, pendant la saignée, lui dit tout bas ce qui s'étoit
passé, car inutilement me l'avoit-elle demandé à moi-même: «Une horreur!
une barbarie!» étoient les seuls mots de réponse que j'avois pu lui
faire entendre; lui en dire davantage eût été trop affreux pour moi dans
ce moment. Mais, lorsque la saignée m'eut donné du relâche, et qu'un peu
de calme eut changé ma furie en douleur, je fis à ma mère un récit
fidèle et simple de mon amour, de la manière honnête et sage dont Mlle
B*** y avoit répondu, enfin de la promesse qu'elle avoit bien voulu me
faire de ne jamais se marier sans que ma mère y consentit. «Après cela,
lui dis-je, quelle blessure pour son coeur, quel déchirement pour le
mien, que l'injuste et sanglant reproche qu'elle vient d'essuyer pour
moi! Ah! ma mère, c'est un affront que rien ne sauroit effacer.--Hélas!
c'est moi qui en suis la cause, me dit-elle en pleurant; c'est mon
inquiétude sur cette liaison qui a troublé la tête à nos tantes; si tu
ne leur pardonnes pas, il faut aussi ne point pardonner à ta mère.» À
ces mots, mes bras l'enveloppent et la serrent contre mon coeur.

Pour lui obéir, je m'étois couché. L'effervescence de mon sang, quoique
bien affoiblie, n'étoit point apaisée; tous mes nerfs étoient ébranlés,
et l'image de cette fille intéressante et malheureuse, que je croyois
inconsolable, étoit présente à ma pensée, avec les traits de la douleur
les plus vifs et les plus perçans. Ma mère me voyoit frappé de cette
idée, et mon coeur, encore plus ému que mon cerveau, tenoit mon sang et
mes esprits dans un mouvement déréglé semblable à une ardente fièvre. Le
médecin, à qui la cause en étoit inconnue, présageoit une maladie, et
parloit de la prévenir par une seconde saignée. «Croyez-vous, lui
demanda ma mère, que ce soir il soit temps encore?» Il répondit qu'il
seroit temps. «Revenez donc ce soir, Monsieur; jusque-là j'aurai soin de
lui.»

Ma mère, en m'invitant à essayer de prendre quelque repos, me laissa
seul, et, un quart d'heure après, elle revint accompagnée... de qui?
Vous devez le prévoir, vous qui connoissez la nature. «Sauvez mon fils,
rendez-le-moi, dit-elle à ma jeune maîtresse en l'amenant près de mon
lit. Cet enfant vous croit offensée, apprenez-lui que vous ne l'êtes
plus, qu'on vous a demandé pardon, et que vous avez pardonné.--Oui,
Monsieur, je n'ai plus que des grâces à rendre à votre digne mère, me
dit cette fille charmante, et il n'est point de déplaisir que ne me
fissent oublier les bontés dont elle m'accable.--Ah! c'est à moi,
Mademoiselle, d'être reconnoissant des soins de son amour, c'est à moi
qu'elle rend la vie.» Ma mère fit asseoir au chevet de mon lit celle
dont la vue et la voix répandoient dans mon âme un calmant si pur et si
doux. Elle eut aussi la complaisance de paroître donner dans nos
illusions, et, en nous recommandant à tous les deux la sagesse et la
piété: «Qui sait, dit-elle, ce que le Ciel vous destine? il est juste;
vous êtes bien nés l'un et l'autre, et l'amour même peut vous rendre
plus dignes encore d'être heureux.--Voilà, me dit Mlle B***, des paroles
bien consolantes et bien propres à vous calmer. Pour moi, vous le voyez,
je n'ai plus aucune colère, aucun ressentiment dans l'âme. Celle de vos
tantes dont la vivacité m'avoit blessée m'en a témoigné ses regrets; je
viens de l'embrasser, mais elle pleure encore; et vous, qui êtes si bon,
ne l'embrasserez-vous pas?--Oui, de tout mon coeur», répondis-je; et,
dans l'instant, la bonne tante vint baigner mon lit de ses larmes. Le
soir, le médecin trouva mon pouls encore un peu ému, mais parfaitement
bien réglé.

Mon père, à son retour du petit voyage qu'il venoit de faire à Clermont,
nous annonça qu'il alloit m'y mener, non pas, comme l'auroit voulu ma
mère, pour continuer mes études et faire ma philosophie, mais pour
apprendre le commerce. «C'est, lui dit-il, assez d'études et de latin:
il est temps que je pense à lui donner un état solide. J'ai pour lui une
place chez un riche marchand; le comptoir sera son école.» Ma mère
combattit cette résolution de toute la force de son amour, de sa douleur
et de ses larmes; mais moi, voyant qu'elle affligeoit mon père sans le
dissuader, j'obtins qu'elle cédât. «Laissez-moi seulement arriver à
Clermont, j'y trouverai, lui dis-je, le moyen de vous accorder.»

Si je n'avois suivi que ma nouvelle inclination, j'aurois été de l'avis
de mon père, car le commerce, en peu d'années, pouvoit me faire un sort
assez heureux; mais ni ma passion pour l'étude, ni la volonté de ma
mère, qui, tant qu'elle a vécu, a été ma suprême loi, ne me permirent de
prendre conseil de mon amour. Je partis donc, avec l'intention de me
réserver, matin et soir, une heure et demie de mon temps pour aller en
classe; et, en assurant mon patron que tout le reste de mes momens
seroit à lui, je me flattois qu'il seroit content. Mais il ne voulut
point entendre à cette composition, et il fallut opter entre le commerce
et l'étude. «Eh quoi! Monsieur, lui dis-je, huit heures par jour d'un
travail assidu dans votre comptoir ne vous suffisent pas?
Qu'exigeriez-vous d'un esclave?» Il me répondit qu'il dépendoit de moi
d'aller être plus libre ailleurs. Je ne me le fis pas redire, et, dans
le moment même, je pris congé de lui.

Je n'avois pour toute richesse que deux petits écus que mon père m'avoit
donnés pour mes menus plaisirs, et quelques pièces de douze sous que ma
grand'mère, en me disant adieu, m'avoit glissées dans la main; mais la
détresse où j'allois tomber étoit la moindre de mes peines. En quittant
l'état que mon père me destinoit, j'allois contre sa volonté, je
semblois me soustraire à son obéissance: me pardonneroit-il? ne
viendroit-il pas me réduire et me ranger à mon devoir? et quand même,
dans sa colère, il m'abandonneroit, avec quelle amertume n'accuseroit-il
pas ma mère d'avoir contribué à mon égarement? La seule idée des
chagrins que je causerois à ma mère étoit un supplice pour moi. L'esprit
troublé, l'âme abattue, j'entrai dans une église, je me mis en prière,
dernier recours des malheureux. Là, comme par inspiration, me vint une
pensée qui tout à coup changea pour moi la perspective de la vie et le
rêve de l'avenir.

Réconcilié avec moi-même, espérant l'être avec mon père par la sainteté
du motif que j'avois à lui présenter, je commençai par me donner un
gîte, en louant auprès du collège un cabinet aérien, où, pour meubles,
j'avois un lit, une table, une chaise, le tout à dix sous par semaine,
n'étant pas en état de faire un plus long bail. J'ajoutai à ces meubles
un ustensile d'anachorète, et je fis ma provision de pain, d'eau claire
et de pruneaux.

Après m'être établi, et avoir fait le soir chez moi une collation
frugale, je me couchai; je dormis peu, et le lendemain j'écrivis deux
lettres: l'une à ma mère, où je lui exposois le refus inhumain que
j'avois essuyé de cet inflexible marchand; l'autre à mon père, où,
faisant parler la religion et la nature, je le suppliois avec larmes de
ne pas s'opposer à la résolution qui m'étoit inspirée de me consacrer
aux autels. Le sentiment que je croyois avoir de cette sainte vocation
étoit en effet si sincère, et ma foi aux desseins et aux soins de la
Providence étoit si vive alors, que j'énonçai dans ma lettre à mon père
l'espérance presque certaine de n'avoir plus dorénavant aucune dépense à
lui causer; et, pour continuer mes études, je ne lui demandois que son
consentement et sa bénédiction.

Ma lettre fut un texte pour l'éloquence de ma mère. Elle crut voir ma
route tracée par les anges, et rayonnante de lumières, comme l'échelle
de Jacob. Mon père, avec moins de foiblesse, n'avoit pas moins de piété.
Il se laissa fléchir, et permit à ma mère de m'écrire qu'il adhéroit à
mes saintes résolutions. En même temps, elle me fit passer quelques
secours d'argent, dont je fis peu d'usage; et bientôt je fus en état de
les lui rendre tels que je les avois reçus.

J'avois appris que le collège de Clermont, bien plus considérable que
celui de Mauriac, faisoit seconder ses régens par des répétiteurs
d'études; ce fut sur cet emploi que je fondai mon existence; mais, pour
y être admis, il falloit au plus vite me faire un nom dans le collège,
et, malgré mes quinze ans, gagner de haute lutte la confiance des
régens.

J'ai oublié de dire qu'après la clôture des classes au collège de
Mauriac, j'y étois allé prendre l'attestation de mon régent de
rhétorique; il me l'avoit donnée la plus complète qu'il avoit pu; et,
après l'avoir embrassé et remercié tendrement, je m'en allois, les yeux
encore humides, lorsque je rencontrai dans le corridor ce préfet qui
m'avoit si durement traité. «Vous voilà, Monsieur! me dit-il; d'où
venez-vous?--Je viens, mon père, de voir le P. Balme, et de lui faire
mes adieux.--Il vous aura donné sans doute une attestation
favorable.--Oui, mon père, très favorable; et j'en suis bien
reconnoissant.--Vous ne me demandez pas la mienne; vous croyez n'en
avoir pas besoin.--Hélas! mon père, je serois bien heureux de l'obtenir,
mais je n'ose pas l'espérer.--Entrez, me dit-il, dans ma chambre, je
veux vous faire voir que vous ne m'avez pas connu.» J'entrai; il se mit
à sa table; et, après avoir écrit une attestation plus exagérée en
louanges que celle même de mon régent: «Lisez, dit-il en me la
présentant avant d'y mettre le cachet; si vous n'en êtes pas content, je
vous en donnerai une plus ample.» En la lisant, je me sentis accablé de
confusion. Je fus devant le P. By comme Cinna devant Auguste. Tous les
noms odieux que je lui avois donnés se présentèrent à ma pensée comme
autant d'injures dont je l'avois noirci; et plus il étoit magnanime,
plus j'étois confondu et humilié devant lui; enfin, mes yeux remplis de
larmes osant se lever sur les siens, et voyant qu'il étoit touché de mon
repentir: «Vous me pardonnez donc, mon père?» lui dis-je avec transport,
et je me jetai dans ses bras. Je sais bien que les scènes qui nous sont
personnelles ont pour nous un intérêt propre qui ne se fait sentir qu'à
nous; mais je me trompe, ou celle-ci auroit été touchante même pour des
indifférens.

Muni de ces attestations, je n'aurois eu qu'à les présenter au préfet du
collège de Clermont, c'en étoit assez pour être envoyé en philosophie
sur-le-champ et sans examen; mais ce n'étoit pas ce que je voulois. Un
éloge en paroles, même le plus exagéré, ne fait qu'une impression vague;
et il me falloit quelque chose de plus frappant, de plus intime: je
voulus être examiné.

Je m'adressai donc au préfet, et, sans lui dire d'où je venois, je lui
demandai son agrément pour entrer en philosophie. «D'où êtes-vous? me
demanda-t-il.--Je suis de Bort, mon père.--Et où avez-vous étudié?» Ici
je me permis de biaiser un peu. «Je viens, lui répondis-je, d'avoir pour
maître un curé de campagne.» Ses sourcils et ses lèvres laissèrent
échapper un signe de dédain; et, ouvrant un cahier de thèmes, il me
proposa d'en faire un où il n'y avoit rien de difficile. Je le fis au
trait de la plume et avec assez d'élégance. «Et vous avez, dit-il en le
lisant, vous avez eu pour maître un curé de campagne?--Oui, mon
père.--Ce soir, vous composerez en version.» Le hasard fit que ce fut un
morceau de la harangue de Cicéron que j'avois vue en rhétorique; aussi
fut-il traduit sans peine, et aussi vite que le thème avoit été fait.
«Ainsi, dit-il encore, en lisant ma version, c'est chez un curé de
campagne que vous avez étudié?--Vous devez bien le voir, lui
dis-je.--Pour le voir encore mieux, je vous ferai composer demain en
amplification.» Dans cet examen prolongé je crus apercevoir une
curiosité qui m'étoit favorable. Le sujet qu'il me proposa ne fut pas
moins encourageant: ce furent les regrets et les adieux d'un écolier qui
quitte ses parens pour aller au collège. Quoi de plus analogue à ma
situation et aux affections de mon âme? Je me rappellerois encore
l'expression que je donnai aux sentimens du fils et de la mère. Ces mots
dictés par la nature, et dont l'art n'imite jamais l'éloquente
simplicité, furent arrosés de mes larmes, et le préfet s'en aperçut.
Mais ce qui l'étonna le plus (parce que la vérité même y ressembloit à
l'invention), ce fut l'endroit où, m'élevant au-dessus de moi-même, je
fis parler le jeune homme à son père du courage qu'il se sentoit pour
devenir un jour, à force d'application et de travail, la consolation,
l'appui, l'honneur de sa vieillesse, et rendre à ses autres enfans ce
qu'il lui auroit coûté pour son éducation. «Et vous avez étudié chez un
curé de campagne?» s'écria plus fort mon jésuite. Pour cette fois je
gardai le silence et ne fis que baisser les yeux. «Et les vers,
reprit-il, ce curé de campagne vous a-t-il appris à les faire? Je
répondis que j'en avois quelque notion, mais peu d'usage. «C'est ce que
je serai bien aise de savoir, me dit-il avec un sourire. Venez ce soir
avant la classe.» Le sujet des vers fut: _En quoi la feinte diffère du
mensonge?_ C'étoit justement une excuse qu'il m'offroit peut-être à
dessein.

Je m'appliquai à faire voir dans la feinte un pur badinage, ou un
artifice innocent; un art ingénieux d'amuser pour instruire, et
quelquefois un art sublime d'embellir la vérité même, et de la rendre
plus aimable, plus touchante, plus attrayante, en lui prêtant un voile
transparent et semé de fleurs. Dans le mensonge il me fut aisé de
montrer la bassesse d'une âme qui trahit son sentiment ou sa pensée;
l'impudence d'un esprit fourbe, qui, pour en imposer, altère, dénature
la vérité, et dont le langage porte le caractère de la ruse et de la
malice, de la fraude et de la noirceur.

«À présent, dites-moi, reprit l'adroit jésuite, si c'est feinte ou
mensonge ce que vous m'avez dit, qu'un curé de campagne a été votre
maître: car je suis presque sûr que c'est chez nous, à Mauriac, que vous
avez étudié.--Quoique l'un et l'autre soient vrais, je conviens, lui
dis-je, mon père, que je vous aurois fait un mensonge si mon intention
avoit été de vous tromper; mais, en différant de vous dire ce que vous
savez à présent, je n'ai pas eu envie de vous le déguiser, ni de vous
laisser dans l'erreur. J'avois besoin d'être connu de vous mieux que par
des attestations: j'en avois d'assez bonnes à vous produire, et les
voici. Mais, sur ces témoignages et sans examen, vous m'auriez accordé
ma première demande; et j'en avois une à vous faire bien plus
essentielle pour moi. En étudiant, il faut que moi-même j'enseigne, et
que vous ayez la bonté de me faire gagner ma vie en me donnant des
écoliers. Ma famille est pauvre et nombreuse; je lui ai déjà trop coûté,
je ne veux plus être un fardeau pour elle; et, en attendant que je
puisse aller à son secours, je vous demande ce que dans l'infortune tout
homme peut demander sans rougir, du travail et du pain.--Eh! mon enfant,
me dit-il, à votre âge, le moyen de se faire écouter, obéir, respecter
parmi ses pareils? Vous avez à peine quinze ans.--Il est vrai; mais, mon
père, ne comptez-vous pour rien le malheur et son influence? croyez-vous
qu'il n'avance pas l'autorité de la raison et la maturité de l'âge?
Essayez de mon caractère, et vous le trouverez peut-être assez grave
pour faire oublier mes quinze ans.--Je verrai, me dit-il, je
consulterai.--Non, mon père, il n'y a point à consulter. Il faut dès à
présent me mettre sur la liste des répétiteurs du collège et me donner
des écoliers. Il n'importe de quelles classes; ils feront leur devoir,
j'ose vous en répondre, et vous serez content de moi.» Il me le promit,
quoiqu'un peu foiblement; et, avec un billet de sa main, j'allai étudier
en logique.

Dès le lendemain je crus m'apercevoir que le professeur avoit pris
quelque connoissance de moi. La _Logique de Port-Royal_, et l'habitude
de parler latin avec mon curé de campagne, me donnoient sur mes
camarades une avance considérable. Je me hâtai de me produire, et ne
négligeai rien pour être remarqué. Cependant les semaines s'écouloient
sans que le préfet me donnât aucune nouvelle. Pour ne pas me rendre
importun, je l'attendois. Quelquefois seulement je me trouvois sur son
passage, et je le saluois d'un air de suppliant; mais à peine étois-je
aperçu. Même il sembloit que, n'ayant rien de bon à m'annoncer, il
feignît de ne pas me voir. Je m'en allois bien triste, et dans mon
cabinet, voisin des nues, me livrant à mes réflexions, je faisois en
pleurant ma collation d'ermite; heureusement j'avois d'excellent pain.

Une bonne petite Mme Clément, qui logeoit au-dessous de moi, et qui
avoit une cuisine, fut curieuse de savoir où étoit la mienne. Elle me
vint voir un matin. «Monsieur, je vous entends, me dit-elle, monter chez
vous à l'heure des repas, et vous êtes seul, et vous êtes sans feu, et
personne après vous ne monte. Pardonnez, mais je suis inquiète sur votre
situation.» Je lui avouai que, pour le moment, je n'étois pas fort à mon
aise; mais j'ajoutai qu'incessamment j'allois avoir amplement de quoi
vivre; que j'étois en état de tenir une école, et que les Pères jésuites
vouloient bien s'occuper de moi. «Bon! me dit-elle, vos Pères jésuites!
ils ont bien autre chose en tête! Ils vous berceront de promesses, et
ils vous laisseront languir. Que n'allez-vous à Riom chez les Pères de
l'Oratoire? Ceux-là vous donneront moins de belles paroles, mais ils
feront pour vous plus qu'ils n'auront promis.» Je n'ai pas besoin de
vous dire que je parlois à une janséniste. Sensible à l'intérêt qu'elle
prenoit à moi, je parus disposé à suivre ses conseils, et je lui
demandai quelques instructions sur les Pères de l'Oratoire. «Ce sont, me
dit-elle, des gens de bien que les jésuites détestent et qu'ils
voudroient anéantir. Mais il est l'heure de dîner, venez manger ma
soupe: je vous en dirai davantage.» J'acceptai son invitation; et,
quoique son dîner fût assurément bien frugal, je n'en ai jamais fait de
meilleur en ma vie; surtout deux ou trois petits coups de vin pur
qu'elle me fit boire ranimèrent tous mes esprits. Là j'appris dans une
heure tout ce que j'avois à savoir de l'animosité des jésuites contre
les oratoriens, et de la jalouse rivalité de l'un et l'autre collèges.
Ma voisine ajouta que, si j'allois à Riom, j'y serois bien recommandé.
Je la remerciai des bons offices qu'elle vouloit me rendre; et, fort de
ses intentions et de mes espérances, j'allai voir le préfet. C'étoit un
jour de congé pour les classes. Il parut surpris de me voir, et me
demanda froidement ce qui m'amenoit. Cet accueil acheva de me persuader
ce que m'avoit dit ma voisine. «Je viens, mon père, lui répondis-je,
prendre congé de vous.--Vous vous en allez?--Oui, mon père, je m'en vais
à Riom, où les Pères oratoriens me donneront dans leur collège autant
d'écoliers que j'en voudrai.--Quoi! mon enfant, vous nous quittez! Vous,
élevé dans nos écoles, vous en seriez transfuge!--Hélas! c'est à regret;
mais vous ne pouvez rien pour moi; et j'ai l'assurance que ces bons
pères...--Ces bons pères n'ont que trop l'art de séduire et d'attirer
les jeunes gens crédules comme vous; mais soyez bien sûr, mon enfant,
qu'ils n'ont ni le crédit ni le pouvoir que nous avons.--Ayez donc, mon
père, celui de me donner à travailler pour vivre.--Oui, j'y pense, je
m'en occupe, et en attendant je m'en vais pourvoir à vos
besoins.--Qu'appelez-vous, mon père, pourvoir à mes besoins? Apprenez
que ma mère se priveroit de tout plutôt que de souffrir qu'un étranger
vînt à mon aide. Mais je ne veux plus recevoir aucun secours, même de ma
famille; et c'est du fruit de mon travail que je demande à subsister.
Donnez-m'en les moyens vous-même, ou je vais les chercher
ailleurs.--Non, non, vous n'irez point, reprit-il; je vous le défends.
Suivez-moi; votre professeur a pour vous de l'estime; allons le voir
ensemble.» Et de ce pas il me mena chez mon professeur. «Savez-vous, lui
dit-il, mon père, ce que va devenir cet enfant-là? On l'appelle à Riom.
Les oratoriens, ces hommes dangereux, veulent s'en faire un prosélyte.
Il va se perdre, et c'est à nous de le sauver.» Mon professeur prit feu
dans cette affaire encore plus vivement que le Père préfet. Ils dirent
l'un et l'autre des merveilles de moi à tous les régens du collège; dès
lors ma fortune fut faite; j'eus une école, et, dans un mois, douze
écoliers, à quatre francs par tête, me firent un état au-dessus de tous
les besoins. Je fus bien logé, bien nourri, et à Pâques j'eus les moyens
de me vêtir décemment en abbé, ce dont j'avois le plus d'envie, soit
pour mieux assurer mon père de la sincérité de ma vocation, soit pour
avoir dans le collège une sérieuse existence.

Quand je quittai mon cabinet, ma voisine, à qui j'allai dire ce qu'on
faisoit pour moi, n'en fut pas aussi aise que je l'aurois voulu. «Ah! je
serois bien plus contente, me dit-elle, de vous voir aller à Riom. C'est
là qu'on fait de bonnes et de saintes études.» Je la priai de me garder
ses bontés en cas de besoin, et, même dans mon opulence, j'allai la
revoir quelquefois.

Mon habit ecclésiastique, les bienséances qu'il m'imposoit, et de plus
cet ancien désir de considération personnelle que l'exemple d'Amalvy
m'avoit laissé dans l'âme, eurent pour moi d'heureux effets, et
singulièrement celui de me rendre sévère et réservé dans mes liaisons de
collège. Je ne me pressai pas de choisir mes amis, et je n'en fis qu'un
petit nombre: nous étions quatre, et toujours les mêmes, dans nos
parties de plaisir, c'est-à-dire de promenade. À frais communs, et à peu
de frais, nous étions abonnés pour nos lectures avec un vieux libraire;
et, comme les bons livres sont, grâce au Ciel, les plus communs, nous
n'en lisions que d'excellens. Les grands orateurs, les grands poètes,
les meilleurs écrivains du siècle dernier, quelques-uns du siècle
présent, car le libraire en avoit peu, se succédoient de main en main;
et, dans nos promenades, chacun se rappelant ce qu'il en avoit
recueilli, nos entretiens se passoient presque tous en conférences sur
nos lectures. Dans l'une de nos promenades à Beauregard, maison de
plaisance de l'évêché; nous eûmes le bonheur de voir le vénérable
Massillon. L'accueil plein de bonté que nous fit ce vieillard illustre,
la vive et tendre impression que firent sur moi sa vue et l'accent de sa
voix, est un des plus doux souvenirs qui me restent de mon jeune âge.

Dans cet âge où les affections de l'esprit et celles de l'âme ont une
communication réciproquement si soudaine, où la pensée et le sentiment
agissent et réagissent l'un sur l'autre avec tant de rapidité, il n'est
personne à qui quelquefois il ne soit arrivé, en voyant un grand homme,
d'imprimer sur son front les traits du caractère de son âme ou de son
génie. C'étoit ainsi que, parmi les rides de ce visage déjà flétri, et
dans ces yeux qui alloient s'éteindre, je croyois démêler encore
l'expression de cette éloquence si sensible, si tendre, si haute
quelquefois, si profondément pénétrante, dont je venois d'être enchanté
à la lecture de ses sermons. Il nous permit de lui en parler, et de lui
faire hommage des religieuses larmes qu'elle nous avoit fait répandre.

Après un travail excessif, durant mon année de logique, ayant eu, sans
compter mes études particulières, trois autres classes, soir et matin, à
faire avec mes écoliers, j'allai chez moi prendre un peu de repos; et ce
ne fut pas, je l'avoue, sans quelque sentiment d'orgueil que je parus
devant mon père, bien vêtu, les mains pleines de petits présens pour mes
soeurs, et avec quelque argent de réserve. Ma mère, en m'embrassant,
pleura de joie; mon père me reçut avec bonté, mais froidement; tout le
reste de la famille fut comme enchanté de me voir.

Mlle B*** n'eut pas une joie aussi pure, et je fus moi-même bien confus,
bien mal à mon aise, lorsqu'en habit d'abbé il fallut paroître à ses
yeux. Dans mon changement, il est vrai, je ne lui étois pas infidèle,
mais j'étois inconstant: c'en étoit bien assez. Je ne savois comment me
conduire avec elle. Je consultai ma mère sur un point aussi délicat.
«Mon fils, elle a droit, me dit-elle, de vous témoigner du dépit, de la
colère, et quelque chose même de plus piquant, de la froideur et du
dédain. C'est à vous de tout endurer, de lui marquer toujours l'estime
la plus tendre, et de traiter avec des ménagemens infinis un coeur que
vous avez blessé.»

Mlle B*** fut douce, indulgente, et polie avec réserve et bienséance;
seulement elle eut soin d'éviter avec moi tout entretien particulier.
Ainsi, dans la société, nous fûmes assez bien ensemble pour ne pas
laisser croire qu'auparavant nous eussions été mieux.

La seconde année de ma philosophie fut encore plus laborieuse que la
première. Mon école étoit augmentée, j'y donnois tous mes soins; et, de
plus, destiné à soutenir des thèses générales, il fallut prendre de
longues veilles sur mes nuits pour m'y préparer.

Ce fut le jour où je venois de terminer, par cet exercice public, le
cours de ma philosophie, que j'appris l'événement funeste qui nous
plongeoit, ma famille et moi, dans un abîme de douleur.

Après mes thèses, selon l'usage, nous faisions, mes amis et moi, dans la
chambre du professeur, une collation qu'auroit dû animer la joie; et,
dans les félicitations qui m'étoient adressées, je ne vis que de la
tristesse. Comme j'avois assez bien résolu les difficultés qu'on m'avoit
proposées, je fus surpris que mes camarades, et que le professeur
lui-même, n'eussent pas un air plus content. «Ah! si j'avois bien fait,
leur dis-je, vous ne seriez pas tous si tristes.--Hélas! mon cher
enfant, me dit le professeur, elle est bien vraie et bien profonde,
cette tristesse qui vous étonne! et plût au Ciel qu'elle n'eût pour
cause qu'un succès moins brillant que celui que vous avez eu! C'est un
malheur bien plus cruel qui me reste à vous annoncer: vous n'avez plus
de père.» Je tombai sous le coup, et je fus un quart d'heure sans
couleur et sans voix. Rendu à la vie et aux larmes, je voulois partir
sur-le-champ pour aller sauver du désespoir ma pauvre mère; mais, sans
guide et par les montagnes, la nuit m'alloit surprendre; il fallut
attendre le point du jour. J'avois douze grandes lieues à faire sur un
cheval de louage; et, en le pressant le plus qu'il m'étoit possible, je
n'allois que très lentement. Durant ce funèbre voyage, une seule pensée,
un seul tableau présent à mon esprit, l'avoit occupé sans relâche, et
toutes les forces de mon âme s'étoient réunies pour en soutenir
l'impression; mais bientôt, en réalité, il fallut avoir le courage de le
voir, de le contempler dans ses plus lugubres horreurs.

J'arrive, au milieu de la nuit, à la porte de ma maison. Je frappe, je
me nomme, et dans le moment un murmure plaintif, un mélange de voix
gémissantes, se fait entendre. Toute la famille se lève, on vient
m'ouvrir, et, en entrant, je suis environné de cette famille éplorée,
mère, enfans, vieilles femmes, tous presque nus, échevelés, semblables à
des spectres, et me tendant les bras avec des cris qui percent et
déchirent mon coeur. Je ne sais quelle force que la nature nous réserve,
sans doute, pour le malheur extrême, se déploya tout à coup en moi.
Jamais je ne me suis senti si supérieur à moi-même. J'avois à soulever
un poids énorme de douleur; je n'y succombai point. J'ouvris mes bras,
mon sein à cette foule de malheureux; je les y reçus tous; et, avec
l'assurance d'un homme inspiré par le Ciel, sans marquer de foiblesse,
sans verser une larme, moi qui pleure facilement: «Ma mère, mes frères,
mes soeurs, nous éprouvons, leur dis-je, la plus grande des afflictions;
ne nous y laissons point abattre. Mes enfans, vous perdez un père; vous
en retrouvez un; je vous en servirai; je le suis, je veux l'être: j'en
embrasse tous les devoirs, et vous n'êtes plus orphelins.»

À ces mots, des ruisseaux de larmes, mais des larmes bien moins amères,
coulèrent de leurs yeux. «Ah! s'écria ma mère en me pressant contre son
coeur, mon fils! mon cher enfant! que je t'ai bien connu!» Et mes frères,
mes soeurs, mes bonnes tantes, ma grand'mère, tombèrent à genoux. Cette
scène touchante auroit duré le reste de la nuit, si j'avois pu la
soutenir. J'étois accablé de fatigue; je demandai un lit. «Hélas! me dit
ma mère, il n'y a dans la maison que le lit de...» Ses pleurs lui
coupèrent la voix. «Eh bien! qu'on me le donne, j'y coucherai sans
répugnance.»

J'y couchai. Je ne dormis point: mes nerfs étoient trop ébranlés. Toute
la nuit je vis l'image de mon père, aussi vive, aussi fortement
empreinte dans mon âme que s'il avoit été présent. Je croyois
quelquefois le voir réellement. Je n'en étois point effrayé; je lui
tendois les bras, je lui parlois. «Ah! que n'est-il vrai, lui disois-je,
que n'êtes-vous ce qu'il me semble voir! que ne pouvez-vous me répondre,
et me dire du moins si vous êtes content de moi!» Après cette longue
insomnie et ce pénible rêve qui n'étoit pas un songe, il me fut doux de
voir le jour. Ma mère, qui n'avoit pas plus dormi que moi, croyoit
attendre mon réveil. Au premier bruit qu'elle m'entendit faire, elle
vint, et fut effrayée de la révolution qui s'étoit faite en moi. Ma peau
sembloit avoir été teinte dans le safran.

Le médecin, qu'elle appela, lui dit que c'étoit là un effet des grandes
douleurs concentrées, et que la mienne pouvoit avoir les suites les plus
redoutables, si l'on n'y faisoit pas quelque diversion. «Un voyage, une
absence, et le plus tôt possible, est, dit-il, le meilleur et le plus
sûr remède que je puisse vous indiquer; mais ne le lui proposez pas
comme une dissipation: les grandes douleurs y répugnent; il faut, à leur
insu, tâcher de les distraire, et les tromper pour les guérir.»

Le vieux curé qui m'avoit donné des leçons au temps des vacances
s'offrit à m'attirer chez lui, au centre du diocèse où étoit son
presbytère, et à m'y retenir aussi longtemps que l'exigeroit ma santé.
Mais il falloit à ce voyage un motif: il s'en offrit un dans l'intention
où j'étois moi-même de prendre la tonsure, des mains de mon évêque,
avant d'aller plus loin: car l'une de mes espérances étoit l'heureux
hasard d'un bénéfice simple que je tâcherois d'obtenir.

«Je vais, me dit ma mère, employer cette année à éclaircir et à régler
les affaires de la maison. Toi, mon fils, hâte-toi d'entrer dans la
carrière où Dieu t'appelle: fais-toi connoître de notre saint évêque et
demande-lui ses conseils.»

Le médecin avoit raison: il est des douleurs plus attachantes que le
plaisir même. Jamais, dans les plus heureux temps, lorsque la maison
paternelle étoit pour moi si douce et si riante, je n'avois eu autant de
peine à la quitter que lorsqu'elle fut dans le deuil. De six louis que
j'avois amassés, ma mère me permit d'en laisser trois dans le ménage;
et, assez riche encore, je me rendis avec mon vieil ami dans sa cure de
Saint-Bonet.



LIVRE II


La tranquillité, le silence du hameau d'Abloville, où j'écris ces
mémoires, me rappellent le calme que rendit à mon âme le village de
Saint-Bonet[21]. Le paysage n'en étoit pas aussi riant, aussi fertile;
le merisier et le pommier n'y ombrageoient pas les moissons de leurs
rameaux chargés de fruits; mais la nature y avoit aussi sa parure et son
abondance. La treille y formoit ses portiques, le verger ses salons, le
gazon ses tapis; le coq y avoit sa cour d'amour, la poule sa jeune
famille; le châtaignier avec assez de majesté y déployoit son ombre et y
répandoit ses largesses; les champs, les prés, les bois, les troupeaux,
la culture, la pêche des étangs, les grandes scènes de la campagne y
étoient assez intéressantes pour occuper une âme oisive. La mienne,
après le long travail de mes études et le cruel assaut de la mort de mon
père, avoit besoin de ce repos.

Mon curé avoit quelques livres analogues à son état, qui alloit être le
mien. Je me destinois à la chaire; il y dirigeoit mes lectures; il me
faisoit goûter celle des livres saints, et, dans les pères de l'Église,
il me montroit de bons exemples de l'éloquence évangélique. L'esprit de
ce vieillard, naturellement gai, ne l'étoit avec moi qu'autant qu'il le
falloit pour effacer tous les jours quelque teinte de ma noire
mélancolie. Insensiblement, elle se dissipa, et je devins accessible à
la joie. Elle venoit deux fois par mois présider, avec l'amitié, aux
dîners que faisoient ensemble les curés de ce voisinage, et qu'ils se
donnoient tour à tour. Admis à ces festins, ce fut là que je pris par
émulation le goût de notre poésie. Presque tous ces curés faisoient des
vers françois et s'invitoient par des épîtres, dont l'enjouement et le
naturel me charmoient. Je fis, à leur imitation, quelques essais
auxquels ils daignèrent sourire. Heureuse société de poètes, où l'on
n'étoit point envieux, où l'on n'étoit point difficile, et où chacun
étoit content de soi-même et des autres, comme si c'eût été un cercle
d'Horaces et d'Anacréons!

Ce loisir n'étoit pas le but de mon voyage, et je n'oubliois pas que je
m'étois approché de Limoges pour y aller prendre la tonsure; mais
l'évêque[22] ne la donnoit en cérémonie qu'une fois l'an, et le moment
en étoit passé. Il falloit ou l'attendre, ou bien solliciter une faveur
particulière. J'aimai mieux me soumettre à la règle commune; en voici la
raison. La cérémonie de la tonsure étoit tous les ans précédée d'une
retraite chez les sulpiciens, lesquels observoient, disoit-on, le
caractère des candidats, leurs dispositions naturelles, les qualités et
les talens qu'ils annonçaient, pour en rendre compte à l'évêque. J'avois
besoin d'être recommandé, et pour cela d'être aperçu, nommé, distingué
dans la foule. _Nécessité l'ingénieuse_ me conseilla de me ménager cette
occasion d'être connu des sulpiciens et de mon évêque; mais six mois
d'attente et de séjour chez mon pauvre curé lui auroient été trop
onéreux. Heureusement, un bon gentilhomme de ses amis et de ses voisins,
le marquis de Linars[23], me fit témoigner, par son prieur, l'extrême
désir qu'il avoit que je voulusse donner ce temps de mon repos à un
petit chevalier de Malte, l'un de ses fils, aimable enfant, mais dont
l'instruction avoit été jusque-là négligée. Je fis consentir mon curé,
et puis je consentis moi-même à ce qui m'étoit proposé. Je n'ai qu'à me
louer des marques de bienveillance et d'estime dont je fus honoré dans
cette maison distinguée, où toute la noblesse du pays abondoit. La
marquise elle-même, Mortemart de naissance, élevée à Paris, un peu haute
de caractère, étoit bonne et simple avec moi, parce que j'étois auprès
d'elle naturel avec bienséance et respectueux sans façon, caractère qui
m'a toujours mis à mon aise dans le monde, et dont jamais personne n'a
été mécontent.

Quand vint le temps d'aller recevoir la tonsure, je me rendis au
séminaire, et je m'y trouvai en retraite, sous les yeux de trois
sulpiciens, avec une douzaine d'aspirans comme moi. Le recueillement, le
silence, qui régnoient parmi nous, et les exercices de piété dont on
nous occupoit, me parurent d'abord peu favorables à mes vues; mais,
lorsque je désespérois de pouvoir me faire connoître, l'occasion s'en
offrit d'elle-même. Nous avions, deux fois le jour, une heure de
récréation dans un petit jardin planté de tilleuls en allées; mes
camarades s'y amusoient à jouer au petit palet, et moi, à qui le jeu ne
plaisoit pas, je me promenois seul. Un jour, l'un de nos directeurs vint
à moi, et me demanda pourquoi je m'isolois et ne me tenois pas en
société avec mes camarades. Je lui répondis que j'étois le moins jeune,
et qu'à mon âge on étoit bien aise d'avoir quelques momens à soi pour
recueillir, classer et ranger ses idées; que j'aimois à me rendre compte
de mes études, de mes lectures, et qu'ayant le malheur de manquer de
mémoire, je ne pouvois y suppléer qu'à force de méditation. Cette
réponse engagea l'entretien. Mon sulpicien voulut savoir où j'avois fait
mes classes, quel système j'avois soutenu dans mes thèses, et pour quel
genre de lecture je me sentois le plus de goût. Je répondis à tout cela.
Vous pensez bien qu'un directeur du séminaire de Limoges ne s'attendoit
pas, en interrogeant un écolier de dix-huit ans, à trouver en lui un
grand fonds de connoissances, et que mon petit magasin dut lui paroître
un petit trésor.

Je présumai bien du succès de mon début, lorsque le soir, à l'heure de
la promenade, au lieu d'un sulpicien j'en vis arriver deux. Ce fut là
que le fruit de mes lectures de Clermont acquit une valeur réelle.
J'avois dit que mon goût de prédilection étoit pour l'éloquence, et
j'avois rapidement nommé ceux de nos orateurs chrétiens que j'admirois
le plus. On me remit sur cette voie. Il fallut les analyser, marquer
distinctement leurs divers caractères, citer de chacun les endroits qui
m'avoient le plus frappé d'étonnement, ou rempli d'émotion, ou ravi par
l'éclat et le charme de l'éloquence. Les deux hommes dont je parlai avec
le plus d'enthousiasme furent Bourdaloue et Massillon; mais le temps me
manqua pour me développer; ce ne fut que le lendemain que j'amplifiai
leur éloge. J'avois tous leurs plans dans ma tête; les extraits que
j'avois écrits de leurs sermons m'étoient présens; leurs exordes, leurs
divisions, leurs plus beaux traits, jusqu'à leurs textes, me revenoient
en foule. Ah! je puis dire que ce jour-là ma mémoire me servit bien; au
lieu des deux sulpiciens de la veille, j'en avois trois pour auditeurs,
et tous les trois, après m'avoir écouté en silence, s'en allèrent comme
étourdis.

Le reste de nos entretiens (car ils ne me quittèrent plus aux heures de
la promenade) s'étendit plus vaguement sur les plus belles oraisons
funèbres de Bossuet et de Fléchier, sur quelques sermons de La Rue[24],
sur le petit recueil de ceux de Cheminais[25], que je savois presque par
coeur. Ensuite je ne sais comment on parla des poètes. Je convins que
j'en avois lu quelques-uns, et je nommai le grand Corneille. «Et le
tendre Racine, me demanda l'un des sulpiciens, l'avez-vous lu?--Oui, je
m'en accuse, lui dis-je; mais Massillon l'avait lu avant moi, et c'est
de lui qu'il avoit appris à parler au coeur avec tant d'onction et de
charme. Et pensez-vous, lui demandai-je, que Fénelon, l'auteur du
_Télémaque_, n'eût pas lu et relu vingt fois dans l'_Énéide_ les amours
de Didon?»

À propos de Virgile, on en vint aux livres classiques; et ces messieurs,
qui ne savoient pas combien, grâce à mon infortune, je devois être imbu
de cette vieille latinité, furent surpris de voir comme j'en étois
plein. Vous croyez bien que je me donnois tout le plaisir de la
répandre. Je n'en tarissois point. Vers et prose couloient de source, et
j'avois encore l'air de n'en pas citer davantage de peur de les en
accabler.

Je finis par un étalage de ma fraîche érudition de Saint-Bonet. Les
livres de Moïse et ceux de Salomon avoient déjà passé sur le tapis; j'en
étois aux saints pères lorsqu'arriva le jour d'aller recevoir la
tonsure. Ce jour-là donc, après notre initiation à l'état
ecclésiastique, nous allâmes, conduits par nos trois directeurs, rendre
nos devoirs à l'évêque. Il nous reçut tous avec une égale bonté; mais,
au moment que je me retirois avec mes camarades, il me fit rappeler. Le
coeur me tressaillit.

«Mon enfant, me dit-il, vous ne m'êtes pas inconnu; votre mère vous a
recommandé à moi. C'est une digne femme que votre mère, et j'en fais
grand cas. Où vous proposez-vous d'aller achever vos études?» Je
répondis que je n'avois encore aucun dessein pris là-dessus; que je
venois d'avoir le malheur de perdre mon père; que ma famille, nombreuse
et pauvre, attendoit tout de moi, et que j'allois tâcher de voir quelle
université pourroit me procurer, durant le cours de mes études, le moyen
d'exister et d'aller au secours de ma mère et de nos enfans. «Et de vos
enfans? reprit-il, attendri de cette expression.--Oui, Monseigneur, je
suis pour eux un second père; et, si je ne meurs à la peine, je me suis
bien promis d'en remplir les devoirs.--Écoutez, me dit-il, j'ai pour ami
l'archevêque de Bourges[26], l'un de nos plus dignes prélats; je puis
vous adresser à lui; et, s'il veut bien, comme je l'espère, avoir égard
à ma recommandation, vous n'aurez plus, pour vous et pour votre famille,
qu'à mériter qu'il vous protège, en usant bien des dons que le Ciel vous
a faits.» Je rendis grâces à mon évêque de ses bonnes intentions; mais
je lui demandai le temps d'en instruire ma mère et de la consulter, ne
doutant pas qu'elle n'y fût sensible autant que je l'étois moi-même.

Mon bon curé, de qui j'allai prendre congé, fut transporté de joie en
apprenant ce qu'il appeloit un coup du Ciel en ma faveur. Qu'auroit-il
dit, s'il avoit pu prévoir que cet archevêque de Bourges seroit grand
aumônier, cardinal, ministre de la feuille des bénéfices, et que
l'éloquence, à laquelle j'avois dessein de me vouer, alloit avoir sous
ce ministère les occasions les plus intéressantes de se signaler à la
cour? Il est certain que, pour un jeune ecclésiastique qui, avec
beaucoup d'ambition, auroit eu assez de talens, il s'ouvroit devant moi
une belle carrière. Une vaine délicatesse, une plus vaine illusion
m'empêcha d'y entrer. J'ai eu lieu d'admirer plus d'une fois comment se
noue et se dénoue la trame de nos destinées, et de combien de fils
déliés et fragiles le tissu en est composé.

Arrivé à Linars, j'écrivis à ma mère que je venois de prendre la tonsure
sous de favorables auspices; que j'avois reçu de l'évêque les plus
touchantes marques de bonté; qu'au plus tôt j'irois l'en instruire. Le
même jour je reçus d'elle un exprès avec une lettre presque effacée de
ses larmes. «Est-il vrai, me demandoit-elle, que vous avez fait la folie
de vous engager dans la compagnie du comte de Linars, frère du marquis,
et capitaine au régiment d'Enghien[27]? Si vous avez eu ce malheur,
marquez-le-moi; je vendrai tout le peu que j'ai pour dégager mon fils. Ô
mon Dieu! est-ce bien là le fils que vous m'aviez donné!»

Jugez du désespoir où je tombai en lisant cette lettre. La mienne avoit
fait un détour pour arriver à Bort; ma mère ne la recevroit que dans
deux jours, et je la voyois désolée. Je lui écrivis bien vite que ce
qu'on lui avoit dit étoit un horrible mensonge; que cette coupable folie
ne m'étoit jamais venue dans la pensée; que j'avois le coeur déchiré du
chagrin qu'elle en éprouvoit; que je lui demandois pardon d'en être la
cause innocente; mais qu'elle auroit dû me connoître assez pour ne pas
croire à cette absurde calomnie, et que j'irois incessamment lui faire
voir que ma conduite n'étoit ni celle d'un libertin, ni celle d'un jeune
insensé. L'exprès repartit sur-le-champ; mais, tant que je pus compter
les heures où ma mère n'étoit pas encore détrompée, je fus au supplice
moi-même.

Il y avoit, s'il m'en souvient, seize lieues de Linars à Bort; et,
quoique j'eusse conjuré l'exprès d'aller toute la nuit, comment
pouvois-je croire qu'il n'eût pas pris quelque repos? Il me fut
impossible d'en prendre aucun, et je n'avois cessé de baigner mon lit de
mes larmes, en songeant à celles que ma mère versoit pour moi, lorsque
j'entendis dans la cour un bruit de chevaux. Je me lève. C'étoit le
comte de Linars qui arrivoit. Je ne me donnai pas le temps de m'habiller
pour aller au-devant de lui; mais il me prévint; et, en venant à moi en
homme désolé: «Ah! Monsieur, me dit-il, combien va me rendre coupable à
vos yeux l'imprudence d'un badinage qui a mis la désolation dans votre
famille, et dans le coeur de votre mère une douleur que je n'ai pu
calmer! Elle vous croit engagé avec moi. Elle est venue tout éplorée se
jeter à mes pieds, et m'offrir, pour vous dégager, sa croix d'or, son
anneau, sa bourse, et tout ce qu'elle avoit au monde. J'ai eu beau
l'assurer que cet engagement n'existoit point, j'ai eu beau le lui
protester, elle a pris tout cela pour un refus de le lui rendre. Elle
est encore dans les pleurs. Partez incessamment, allez la rassurer
vous-même.--Eh! Monsieur le comte, lui demandai-je, qui a pu donner lieu
à ce bruit funeste?--Moi, Monsieur, me dit-il; j'en suis au désespoir;
je vous en demande pardon. Le besoin de lever de nouvelles recrues
m'avoit conduit dans votre ville. J'y ai trouvé quelques jeunes gens,
vos camarades de collège, qui avoient envie de s'engager, mais qui
délibéroient encore. J'ai vu que, pour les décider, il ne falloit que
votre exemple. J'ai succombé à la tentation de leur dire qu'ils vous
auroient pour camarade, que je vous avois engagé, et le bruit s'en est
répandu.--Ah! Monsieur, m'écriai-je avec indignation, se peut-il qu'un
pareil mensonge soit sorti de la bouche d'un homme tel que
vous!--Accablez-moi, me dit-il, je mérite les reproches les plus
honteux; mais cette ruse, dont je n'ai pas senti la conséquence, m'a
fait connoître un naturel de mère comme je n'en ai jamais vu. Allez la
consoler; elle a besoin de vous revoir.»

Le marquis de Linars, à qui son frère avoua sa faute et tout le mal
qu'il m'avoit fait, me donna un cheval, un guide, et le lendemain je
partis; mais je partis avec la fièvre, car mon sang s'étoit allumé; et
sur le soir le redoublement me prit dans le moment où, par des chemins
de traverse, mon guide m'avoit égaré. Je frissonnois sur mon cheval, et
la nuit alloit me gagner dans une heure, en rase campagne, lorsque je
vis un homme qui traversoit mon chemin. Je l'appelai pour savoir où
j'étois, et s'il y avoit loin de là au village où mon guide croyoit
aller. «Vous en êtes à plus de trois lieues, me dit-il, et vous n'êtes
pas sur la route.» Mais, en me répondant, il m'avoit reconnu: c'étoit un
garçon de ma ville. «Est-ce vous? me dit-il en me nommant; et par quel
hasard vous trouvé-je à l'heure qu'il est dans ces bruyères? Vous avez
l'air malade! Où allez-vous donc passer la nuit?--Et vous? lui
demandai-je.--Moi, dit-il, je vais voir un oncle à moi dans un village
qui n'est pas loin d'ici.--Et votre oncle, ajoutai-je, voudroit-il bien
me donner l'asile dans sa maison jusqu'à demain, car j'ai grand besoin
de repos?--Chez lui, me dit-il, vous serez mal logé, mais vous y serez
bien reçu.» Je m'y laissai conduire, et j'y trouvai du pain et du lait
pour mon guide, du foin pour mon cheval, et pour moi un bon lit de
paille fraîche et de l'eau panée pour mon souper. Il ne m'en falloit pas
davantage, car j'étois dans l'accès, et il fut assez fort.

Le lendemain à mon réveil (car j'avois dormi quelques heures) j'appris
que ce village étoit une paroisse. C'étoit le jour de l'Assomption, et,
quoique bien malade, je voulus aller à la messe. Un jeune abbé dans
cette église étoit un objet d'attention. Le curé m'aperçut; et, après la
messe, il me pria de venir dans la sacristie. «Est-il possible, me
dit-il après avoir appris mon aventure, que, dans un village où je suis,
un ecclésiastique ait couché sur la paille?» Il me mena chez lui, et
jamais l'hospitalité ne fut plus cordialement ni plus noblement exercée.
J'étois affaibli par la diète et la fatigue du voyage; il voulut me
fortifier; et, persuadé que ma fièvre n'étoit que dans le sang et non
dans les humeurs, il prétendit qu'un chyle abondant, frais et doux en
seroit le remède. Il ne se trompoit point. Il me fit dîner avec lui.
Jamais je n'ai mangé une si excellente soupe. Sa nièce l'avoit faite; sa
nièce, à dix-huit ans, ressembloit à ces vierges du Corrège ou de
Raphaël. Je n'ai jamais vu dans le regard plus de douceur ni plus de
charmes. Elle fut ma garde-malade tandis que le curé disoit les vêpres à
l'église; et, tout malade que j'étois, je ne fus pas insensible à ses
soins. «Mon oncle, me dit-elle, ne veut pas vous laisser partir dans
l'état où vous êtes. Il y a, dit-elle, six grandes lieues d'ici à Bort.
Il veut, avant de vous mettre en chemin, que vous ayez repris des
forces. Et pourquoi vous presser? N'êtes-vous pas bien avec nous? Vous
aurez un bon lit; je le ferai moi-même. Je vous porterai vos bouillons,
ou, si vous l'aimez mieux, du lait écumant d'une chèvre que je trais de
ma main; vous nous arrivez pâle, et nous voulons absolument vous
renvoyer couleur de rose.--Ah! lui dis-je, Mademoiselle, il me seroit
bien doux d'attendre près de vous la santé; mais si vous saviez à quel
point ma mère est en peine de moi! combien elle est impatiente de me
revoir! et combien je dois être impatient moi-même de me retrouver dans
ses bras!--Plus vous l'aimez, et plus elle vous aime, plus vous devez,
me dit-elle, lui épargner la douleur de vous revoir dans cet état. Une
soeur a plus de courage; et moi je suis ici comme une soeur pour vous.--On
le croiroit, lui dis-je, à ce tendre intérêt que vous voulez bien
prendre à moi.--Assurément, dit-elle, vous nous intéressez; et cela est
bien naturel, mon oncle et moi nous avons l'âme compatissante pour tout
le monde; mais nous ne voyons pas souvent des malades faits comme vous.»
Le curé revint de l'église. Il exigea de moi de renvoyer mon cheval et
mon guide, et voulut prendre sur lui le soin de me faire mener chez moi.

Dans une situation tranquille, je me serois trouvé enchanté dans ce
presbytère, comme Renaud dans le palais d'Armide, car ma naïve
Marcelline étoit une Armide pour moi; et plus elle étoit innocente, plus
je la trouvois dangereuse. Mais, quoique ma mère dût être détrompée par
mes deux lettres, rien ne m'auroit retenu loin d'elle au delà du jour
où, l'accès de ma fièvre ayant été plus foible, et me sentant un peu
remis par deux nuits d'assez bon sommeil, je pus remonter à cheval.

Ma soeur (c'étoit le nom que Marcelline s'étoit donné, et que je lui
donnois moi-même lorsque nous étions tête à tête) ne me vit pas au
moment de partir sans un saisissement de coeur qu'elle ne put dissimuler.
«Adieu, Monsieur l'abbé, me dit-elle devant son oncle; prenez soin de
votre santé; ne nous oubliez pas, et embrassez bien tendrement pour moi
madame votre mère; dites-lui que je l'aime bien.»

À ces mots, ses yeux se mouillèrent, et, comme elle se retiroit pour
nous cacher ses pleurs: «Vous voyez, me dit le curé, ce nom de mère
l'attendrit; c'est qu'il n'y a pas longtemps qu'elle a perdu la sienne.
Adieu, Monsieur, je vous dis comme elle, ne nous oubliez pas; nous
parlerons souvent de vous.»

Je trouvai ma mère pleinement rassurée sur ma conduite; mais, en me
voyant, elle fut alarmée sur ma santé. Je calmai ses inquiétudes, et, en
effet, je me sentois bien mieux, grâce au régime auquel le curé m'avoit
mis. Nous lui écrivîmes l'un et l'autre pour le remercier de ses bontés
hospitalières, et, en lui renvoyant sa jument, sur laquelle j'étois
venu, nous accompagnâmes nos lettres de quelques modestes présens, parmi
lesquels ma mère glissa pour Marcelline une parure simple et de peu de
valeur, mais élégante et de bon goût. Après quoi, ma santé se
rétablissant à vue d'oeil, nous ne fûmes plus, l'un et l'autre, occupés
que de mes affaires.

La protection de l'évêque, sa recommandation, la perspective qu'elle
m'offroit, parurent à ma mère tout ce qu'il y avoit de plus heureux pour
moi, et je pensois alors comme elle. Mon étoile (et je dis à présent,
mon heureuse étoile) me fit changer d'opinion. Cet incident m'oblige
encore à revenir sur le passé.

J'ai lieu de croire que, depuis l'examen du préfet de Clermont, les
jésuites avoient jeté les yeux sur moi. Deux de mes condisciples, et des
plus distingués, étoient déjà pris dans leurs filets. Il étoit possible
qu'on voulût m'y attirer, et un fait assez curieux, dont j'ai gardé la
souvenance, me persuade au moins qu'on y avoit pensé.

Dans le peu de loisirs que j'avois à Clermont, je m'étois fait un
amusement du dessin, et, comme j'en avois le goût, l'on m'en supposoit
le talent. J'avois l'oeil juste et la main sûre; il n'en falloit pas
davantage pour l'objet qui me fit un jour appeler auprès du recteur.
«Mon enfant, me dit-il, je sais que vous vous amusez à dessiner
l'architecture, et je vous ai choisi pour me lever un plan: c'est celui
de notre collège; examinez bien l'édifice, et, après en avoir exactement
tracé l'enceinte, figurez-en l'élévation. Apportez-y le plus grand soin,
car votre ouvrage sera mis sous les yeux du roi.»

Tout fier de cette commission, j'allai m'en acquitter, et j'y mis, comme
l'on peut croire, l'attention la plus scrupuleuse; mais, pour avoir
voulu trop bien faire, je fis très mal. L'une des ailes du bâtiment
avoit un étage, et l'autre aile n'en avoit point. Je trouvai cette
inégalité choquante, et je la corrigeai en élevant une aile comme
l'autre. «Eh! mon enfant, qu'avez-vous fait? me dit le recteur.--J'ai
rendu, lui dis-je, mon père, l'édifice régulier.--Et c'est précisément
ce qu'il ne falloit pas. Ce plan est destiné à montrer le contraire,
d'abord au père confesseur, et, par son entremise, au ministre et au roi
lui-même: car il s'agit d'obtenir des fonds pour élever l'étage qui
manque à l'une des deux ailes.» Je m'en allai bien vite corriger ma
bévue, et, quand le recteur fut content: «Voulez-vous bien, mon père, me
permettre, lui dis-je, une observation? Ce collège qu'on vient de vous
bâtir est beau, mais il n'y a point d'église. Vous y dites la messe dans
une salle basse. Est-ce que dans le plan on auroit oublié l'église?» Le
jésuite sourit de ma naïveté. «Votre observation, me dit-il, est très
juste; mais vous avez dû remarquer aussi que nous n'avons point de
jardin.--Et c'est aussi de quoi je me suis étonné.--N'en soyez plus en
peine; nous aurons l'un et l'autre.--Comment cela, mon père? je n'y vois
point d'emplacement.--Quoi! vous ne voyez pas en dehors du fer à cheval
qui ferme l'enceinte du collège, vous ne voyez pas cette église des
Pères augustins, et ce jardin dans leur couvent?--Eh bien! mon père?--Eh
bien! ce jardin, cette église, seront les nôtres, et c'est la Providence
qui semble les avoir placés si près de nous.--Mais, mon père, les
augustins n'auront donc plus ni jardin, ni église?--Au contraire, ils
auront une église plus belle et un jardin encore plus vaste: nous ne
leur ferons aucun tort, à Dieu ne plaise! et, en les délogeant, nous
saurons les dédommager.--Vous délogerez donc les Pères augustins?--Oui,
mon enfant, et leur maison sera, pour nos vieillards, une infirmerie, un
hospice, car il faut bien que nos vieillards aient une maison de
repos.--Rien n'est plus juste, assurément; mais je cherche où vous
logerez les Pères augustins.--N'en ayez point d'inquiétude: ils auront
le couvent, l'église et le jardin des Pères cordeliers. N'y seront-ils
pas à leur aise, et beaucoup mieux qu'ils ne sont là?--Fort bien! mais
que deviennent les Pères cordeliers?--Je me suis attendu à cette
objection, et il est juste que j'y réponde: Clermont et Mont-Ferrand
faisoient deux villes autrefois; maintenant elles n'en font qu'une, et
Mont-Ferrand n'est plus qu'un faubourg de Clermont: aussi dit-on
Clermont-Ferrand. Or, vous saurez qu'à Mont-Ferrand les cordeliers ont
un couvent superbe, et vous concevez bien qu'il n'est pas nécessaire
qu'une ville ait deux couvens de cordeliers. Donc, en faisant passer
ceux de Clermont à Mont-Ferrand on ne fait du mal à personne, et nous
voilà, sans préjudice pour autrui, possesseurs de l'église, du jardin,
du couvent de ces bons Pères augustins, qui nous sauront gré de
l'échange, car il en faut toujours agir en bons voisins. Au reste, mon
enfant, ce que je vous confie est encore le secret de la société; mais
vous n'y êtes pas étranger, et je me plais, dès à présent, à vous
regarder comme étant l'un des nôtres.»

Tel fut, autant qu'il m'en souvient, ce dialogue, où Blaise Pascal
auroit trouvé le mot pour rire, et qui ne me parut que sincère et naïf.
Ce que j'en infère aujourd'hui, c'est que ce ne fut pas sans intention
préméditée que le professeur de rhétorique de Clermont, le P.
Nolhac[28], en passant par ma ville pour aller à Toulouse, vint me
demander à dîner.

Ma bonne mère, qui ne se doutoit point de sa mission, non plus que moi,
le reçut de son mieux; et, pendant le dîner, il la rendit heureuse, en
lui exagérant mes succès dans l'art d'enseigner. À l'entendre, mes
écoliers étoient distingués dans leurs classes, et il étoit aisé de
reconnoître, en lisant les devoirs, ceux qui avoient passé sous mes
yeux. Je trouvois bien dans cette flatterie une politesse excessive,
mais je n'en voyois pas le but.

Vers la fin du repas, ma mère, selon l'usage du pays, nous ayant laissés
seuls à table, mon jésuite fut à son aise. «À présent, me dit-il,
parlons de vos projets. Que vous proposez-vous, et quelle route
allez-vous prendre?» Je lui confiai les avances que mon évêque m'avoit
faites, et le dessein où nous étions, ma mère et moi, d'en profiter. Il
m'écouta d'un air pensif et dédaigneux. «Je ne sais pas, me dit-il
enfin, ce que vous trouvez de flatteur et de séduisant dans ces offres.
Pour moi, je n'y vois rien qui soit digne de vous. D'abord le titre de
docteur de Bourges est décrié au point d'en être ridicule; et, au lieu
d'y prendre des grades, vous allez vous y dégrader. Ensuite... mais ceci
est un article trop délicat pour y toucher. Il est des vérités qu'on ne
peut dire qu'à son ami intime, et je n'ai pas avec vous le droit de
m'expliquer si librement.» Cette réticence discrète eut l'effet qu'il en
attendoit. «Expliquez-vous, mon père, et soyez sûr, lui dis-je, que je
vous saurai gré de m'avoir parlé à coeur ouvert.--Vous le voulez, dit-il,
et en effet je sens que, dans un moment aussi critique, je ferois mal de
vous dissimuler ce que je pense d'une affaire où je ne vois pour vous
rien d'assuré que des dégoûts.--Et quels dégoûts? lui demandai-je avec
étonnement.

--Votre évêque, poursuivit-il, est le meilleur homme du monde; ses
intentions sont droites, et il ne vous veut que du bien, j'en suis
persuadé. Mais quel bien pense-t-il vous faire en vous mettant sous la
dépendance et à la merci de cet archevêque de Bourges? Durant vos cinq
années de théologie et de séminaire, vous serez à sa pension et vous
vivrez de ses bienfaits; je veux croire aussi qu'il aidera votre famille
de quelques secours charitables (ces mots me glacèrent les sens); mais,
vous et votre mère, êtes-vous faits pour être sur la liste de ses
aumônes? et en êtes-vous réduits là?--Assurément non,
m'écriai-je.--C'est pourtant là, et pour longtemps peut-être, ce que
l'on vous propose, ce que l'on vous fait espérer.--Il me semble, lui
dis-je, que l'Église a des biens dont la dispensation est remise aux
évêques, des biens qu'ils n'ont pas droit de posséder eux-mêmes, et dont
seulement ils disposent; et ces biens-là, ces bénéfices, on peut les
recevoir de leurs mains sans rougir.--Vraiment, c'est là, me dit-il,
l'appât dont ils agacent l'ambition des jeunes gens. Mais quand et à
quel prix leur viennent ces biens qu'ils attendent? Vous ne connoissez
pas l'esprit de domination et d'empire qu'exercent sur leurs protégés
ces tardifs et lents bienfaiteurs. Leur crainte est qu'on ne leur
échappe; et ils prolongent le plus longtemps qu'ils peuvent l'état de
dépendance et d'asservissement où ils tiennent ces malheureux. Ils
donnent aisément et libéralement à la faveur, à la naissance; mais, si
le mérite infortuné en obtient jamais quelque grâce, il l'achète bien
chèrement!--Vous me montrez, lui dis-je, bien des ronces et des épines
où je ne voyois que des fleurs; mais, dans ma situation, chargé d'une
famille qu'il faut que je soutienne, et qui a besoin de mon appui, que
me conseillez-vous de faire?--Je vous conseille, me dit-il, de vous
mettre en position de vous protéger vous-même, et non pas d'être
protégé. Je connois un état où tout homme qui se distingue a du crédit
et des amis puissans. Cet état, c'est le mien. Toutes les voies de la
fortune et de l'ambition nous sont personnellement interdites; mais
elles sont toutes ouvertes à tout ce qui nous appartient.--Vous me
conseillez donc de me faire jésuite?--Oui, sans doute! et bientôt, par
des moyens qui nous sont connus, votre mère sera tranquille, ses enfans
seront élevés, l'État lui-même en prendra soin; et, lorsque arrivera le
temps de les pourvoir, il n'est point de facilités que nos relations ne
vous donnent. Voilà pourquoi la fleur de la jeunesse de nos collèges
ambitionne et sollicite l'avantage d'être reçue dans cette société
puissante; voilà pourquoi les chefs des plus grandes maisons veulent y
être affiliés.--J'ai regardé, lui dis-je, votre société comme une source
de lumières; et, pour un homme qui veut s'instruire et développer ses
talens, je me suis dit cent fois qu'il n'y avoit rien de mieux que de
vivre au milieu de vous; mais dans vos règlemens deux choses me
répugnent: la longueur du noviciat et l'obligation de commencer par
enseigner les basses classes.--Pour le noviciat, me dit-il, ce sont deux
ans d'épreuve qu'il faut subir: la loi en est invariable; mais, pour les
basses classes, je crois pouvoir répondre que vous en serez dispensé.»
En discourant ainsi, nous buvions d'un vin capiteux. La tête du jésuite
s'exaltoit en jactance de la considération dont jouissoit sa compagnie,
et de l'éclat qui en rejaillissoit sur les individus. «Rien, disoit-il,
n'est comparable aux agrémens dont jouit dans le monde un jésuite, homme
de mérite: tous les accès lui sont faciles; partout l'accueil le plus
favorable, le plus flatteur, lui est assuré.» Son éloquence fut si
pressante qu'à la fin elle m'entraîna.

«Me voilà décidé, lui dis-je, à remercier mon évêque. Le reste demande
un peu plus de réflexion. Mais je compte aller à Toulouse; et là, si ma
mère y consent, j'achèverai de suivre vos conseils.»

Je communiquai à ma mère les observations du jésuite sur le désagrément
d'aller à Bourges me constituer le pensionnaire de l'archevêque. Elle
eut la même délicatesse et la même fierté que moi, et nos deux lettres à
mon évêque furent écrites dans cet esprit. Il ne me manquoit plus que de
la consulter sur le dessein de me faire jésuite. Je n'en eus jamais le
courage. Ni sa foiblesse ni la mienne n'auroient pu soutenir cette
consultation: pour la raisonner de sang-froid, il falloit être éloigné
l'un de l'autre. Je me réservai de lui écrire, et je me rendis à
Toulouse, irrésolu moi-même encore sur ce que j'allois devenir. Dirai-je
qu'en chemin je manquai encore ma fortune?

Un muletier d'Aurillac, qui passoit sa vie sur le chemin de Clermont à
Toulouse, voulut bien se charger de moi. J'allois sur l'un de ses
mulets, et lui, le plus souvent à pied, cheminoit à côté de moi.
«Monsieur l'abbé, me dit-il, vous serez obligé de passer chez moi
quelques jours, car mes affaires m'y arrêtent. Au nom de Dieu, employez
ce temps-là à guérir ma fille de sa folle dévotion. Je n'ai qu'elle, et
pas pour un diable elle ne veut se marier. Son entêtement me désole.» La
commission étoit délicate; je ne la trouvai que plaisante, je m'en
chargeai volontiers.

Je me figurois, je l'avoue, comme une bien pauvre demeure celle d'un
homme qui trottoit sans relâche à la suite de ses mulets, ayant tantôt
la pluie, tantôt la neige sur le corps, et par les chemins les plus
rudes. Je ne fus donc pas peu surpris lorsque, en rentrant chez lui, je
vis une maison commode, bien meublée, d'une propreté singulière, et
qu'une espèce de soeur grise, jeune, fraîche, bien faite, vint au-devant
de Pierre (c'étoit le nom du muletier) et l'embrassa en l'appelant son
père. Le souper qu'elle nous fit servir n'avoit pas moins l'air de
l'aisance. Le gigot étoit tendre et le vin excellent. La chambre que
l'on me donna avoit, dans sa simplicité, presque l'élégance du luxe.
Jamais je n'avois été si mollement couché. Avant de m'endormir, je
réfléchis sur ce que j'avois vu. «Est-ce, dis-je en moi-même, pour
passer quelques heures de sa vie à son aise que cet homme en tracasse et
consume le reste en de si pénibles travaux? Non, c'est une vieillesse
tranquille et reposée qu'il travaille à se procurer, et ce repos, dont
il jouit en espérance, le soulage de ses fatigues. Mais cette fille
unique qu'il aime tendrement, par quelle fantaisie, jeune et jolie comme
elle est, s'est-elle vêtue en dévote? Pourquoi cet habit gris, ce linge
plat, cette croix d'or sur sa poitrine et cette guimpe sur son sein? Ces
cheveux qu'elle cache comme sous un bandeau sont pourtant d'une jolie
teinte. Le peu que l'on voit de son cou est blanc comme l'ivoire. Et ces
bras? ils sont aussi de cet ivoire pur, et ils sont faits au tour!» Sur
ces réflexions je m'endormis, et le lendemain j'eus le plaisir de
déjeuner avec la dévote. Elle me demanda obligeamment des nouvelles de
mon sommeil. «Il a été fort doux, lui dis-je; mais il n'a pas été
tranquille, et les songes l'ont agité. Et vous, Mademoiselle, avez-vous
bien dormi?--Pas mal, grâce au Ciel! me dit-elle.--Avez-vous fait aussi
des rêves?» Elle rougit, et répondit qu'elle rêvoit bien rarement. «Et,
quand vous rêvez, c'est aux anges?--Quelquefois aux martyrs, dit-elle en
souriant.--Sans doute aux martyrs que vous faites?--Moi! je ne fais
point de martyrs.--Vous en faites plus d'un, je gage, mais vous ne vous
en vantez pas. Pour moi, lorsque dans mon sommeil je vois les cieux
ouverts, ce n'est presque jamais qu'aux vierges que je rêve. Je les
vois, les unes en blanc, les autres en corset et en jupon de serge
grise, et cela leur sied mieux que ne feroit la plus riche parure. Rien
dans cet ajustement simple n'altère la beauté naturelle de leurs cheveux
ni de leur teint; rien n'obscurcit l'éclat d'un front pur, d'une joue
vermeille; aucun pli ne gâte leur taille; une étroite ceinture en marque
et en dessine la rondeur. Un bras pétri de lis et une jolie main avec
ses doigts de roses sortent, tels que Dieu les a faits, d'une manche
unie et modeste, et ce que leur guimpe dérobe se devine encore aisément.
Mais, quelque plaisir que j'aie à voir en songe toutes ces jeunes filles
dans le ciel, je suis un peu affligé, je l'avoue, de les y voir si mal
placées.--Où les voyez-vous donc placées? demanda-t-elle avec
embarras.--Hélas! dans un coin, presque seules, et (ce qui me déplaît
encore bien davantage) auprès des pères capucins.--Auprès des pères
capucins! s'écria-t-elle en fronçant le sourcil.--Hélas! oui, presque
délaissées, tandis que d'augustes mères de famille, environnées de leurs
enfans qu'elles ont élevés, de leurs époux qu'elles ont rendus
bienheureux déjà sur la terre, de leurs parens qu'elles ont consolés et
réjouis dans leur vieillesse en leur assurant des appuis, sont dans une
place éminente, en vue à tout le ciel, et toutes brillantes de
gloire.--Et les abbés, demanda-t-elle d'un air malin, où les a-t-on
mis?--S'il y en a, répondis-je, on les aura peut-être aussi nichés dans
quelque coin éloigné de celui des vierges.--Oui, je le crois, dit-elle,
et l'on a fort bien fait, car ce seroit pour elles de dangereux
voisins.»

Cette querelle sur nos états réjouissoit le bonhomme Pierre. Jamais il
n'avoit vu sa fille si éveillée et si parlante: car j'avois soin de
mettre dans mes agaceries, comme diroit Montaigne, une aigre-douce
pointe de gaieté piquante et flatteuse qui sembloit la fâcher, et dont
elle me savoit gré. Son père, enfin, la veille de son départ et du mien
pour Toulouse, me mena seul dans sa chambre, et me dit: «Monsieur
l'abbé, je vois bien que sans moi jamais vous et ma fille vous ne seriez
d'accord. Il faut pourtant que cette querelle de dévote et d'abbé
finisse. Il y a bon moyen pour cela: c'est de jeter tous les deux aux
orties, vous ce rabat, elle ce collet rond, et j'ai quelque doutance
que, si vous le voulez, elle ne se fera pas longtemps tirer l'oreille
pour le vouloir aussi. Pour ce qui me regarde, comme dans le commerce
j'ai fait dix ans les commissions de votre brave homme de père, et que
chacun me dit que vous lui ressemblez, je veux agir avec vous rondement
et cordialement.» Alors, dans les tiroirs d'une commode qu'il ouvrit, me
montrant des monceaux d'écus: «Tenez, me dit-il, en affaire il n'y a
qu'un mot qui serve: voilà ce que j'ai amassé, ce que j'amasse encore
pour mes petits-enfans, si ma fille m'en donne; pour vos enfans, si vous
voulez et si vous lui faites vouloir.»

Je ne dirai point qu'à la vue de ce trésor je ne fus point tenté.
L'offre en étoit pour moi d'autant plus séduisante que le bonhomme
Pierre n'y mettoit d'autre condition que de rendre sa fille heureuse.
«Je continuerai, disoit-il, de mener mes mulets: à chaque voyage, en
passant je grossirai ce tas d'écus dont vous aurez la jouissance. Ma
vie, à moi, c'est le travail et la fatigue. J'irai tant que j'aurai la
force et la santé, et, lorsque la vieillesse me courbera le dos et me
roidira les jarrets, je viendrai achever de vivre et me reposer près de
vous.--Ah! mon bon ami Pierre, qui mieux que vous, lui dis-je, aura
mérité ce repos d'une heureuse et longue vieillesse? Mais à quoi
pensez-vous de vouloir donner pour mari à votre fille un homme qui a
déjà cinq enfans?--Vous, Monsieur l'abbé! cinq enfans à votre
âge!--Hélas! oui. N'ai-je pas deux soeurs et trois frères? Ont-ils
d'autre père que moi? C'est de mon bien, et non pas du vôtre, que
ceux-là doivent vivre; c'est à moi de leur en gagner.--Et pensez-vous en
gagner avec du latin, me dit Pierre, comme moi avec mes mulets?--Je
l'espère, lui dis-je, mais au moins ferai-je pour eux tout ce qu'il
dépendra de moi.--Vous ne voulez donc pas de ma dévote? Elle est
pourtant gentille, et surtout à présent que vous l'avez
émoustillée.--Assurément, lui dis-je, elle est jolie, elle est aimable,
et j'en serois tenté plus que de vos écus. Mais, je vous le dis, la
nature m'a déjà mis cinq enfans sur les bras; le mariage m'en donneroit
bientôt cinq autres, peut-être plus, car les dévotes en font beaucoup,
et ce seroit trop d'embarras.--C'est dommage, dit-il; ma fille ne voudra
plus se marier.--Je crois pouvoir vous assurer, lui dis-je, qu'elle n'a
plus pour le mariage le même éloignement. Je lui ai fait voir que dans
le Ciel les bonnes mères de famille étoient fort au-dessus des vierges;
et, en lui choisissant un mari qui lui plaise, il vous sera facile de
lui mettre dans l'âme ce nouveau genre de dévotion.» Ma prédiction
s'accomplit.

Arrivé à Toulouse, j'allai voir le P. Nolhac. «Votre affaire est bien
avancée, me dit-il; j'ai trouvé ici plusieurs jésuites qui vous
connoissent, et qui ont fait chorus avec moi. Vous êtes proposé, agréé;
dès demain vous entrerez, si vous voulez. Le provincial vous attend.» Je
fus un peu surpris qu'il se fût tant pressé; mais, sans lui en faire
aucune plainte, je me laissai conduire chez le provincial. Je le
trouvai, en effet, disposé à me recevoir aussitôt que bon me semblerait,
si ma vocation, disoit-il, étoit sincère et décidée. Je répondis qu'en
quittant ma mère je n'avois pas eu le courage de lui déclarer ma
résolution, mais que je n'irois pas plus avant sans la consulter et lui
demander son aveu; que je me réservois le temps de lui écrire et de
recevoir sa réponse. Le provincial trouva tout cela convenable, et en le
quittant j'écrivis.

La réponse arriva bien vite; et quelle réponse, grand Dieu! quel langage
et quelle éloquence! Aucune des illusions dont le P. Nolhac m'avoit
rempli la tête n'avoit fait impression sur l'esprit de ma mère. Elle
n'avoit vu que la dépendance absolue, le dévouement profond,
l'obéissance aveugle dont son fils alloit faire voeu en prenant l'habit
de jésuite.

_Et comment puis-je croire,_ me disoit-elle, _que vous serez à moi? Vous
ne serez plus à vous-même. Quelle espérance puis-je fonder pour mes
enfans sur celui qui lui-même n'aura plus d'existence que celle dont un
étranger pourra disposer d'un coup d'oeil? On me dit, on m'assure que,
si, par le caprice de vos supérieurs, vous êtes désigné pour aller dans
l'Inde, à la Chine, au Japon, et que le général vous y envoie, il n'y a
pas même à balancer, et que, sans résistance et sans réplique, il faut
partir. Eh quoi! mon fils, Dieu n'a-t-il fait de vous un être libre, ne
vous a-t-il donné une raison saine, un bon coeur, une âme sensible; ne
vous a-t-il doué d'une volonté si naturellement droite et juste, et des
inclinations qui font l'homme de bien, que pour vous réduire à l'état
d'une machine obéissante? Ah! croyez-moi, laissez les voeux, laissez les
règles inflexibles à des âmes qui sentent le besoin qu'elles ont
d'entraves. J'ose vous assurer, moi qui vous connois bien, que plus la
vôtre sera libre, plus elle sera sûre de ne rien vouloir que d'honnête
et de louable. Ô mon cher fils! rappelez-vous ce moment horrible et cher
à ma mémoire, tout déchirant qu'en est pour moi le souvenir, ce moment
où, au milieu de votre famille accablée, Dieu vous donna la force de
relever ses espérances en vous déclarant son appui. Le rendrez-vous
meilleur, en le rendant esclave, ce coeur que la nature a fait capable de
ces mouvemens? Et, lorsqu'il aura renoncé à la liberté de les suivre,
lorsque rien de vous-même ne sera plus à vous, que deviendront ces
résolutions vertueuses de ne jamais abandonner vos frères, vos soeurs,
votre mère? Ah! vous êtes perdu pour eux: ils n'attendent plus rien de
vous. Mes enfans! votre second père va mourir au monde et à la nature;
pleurez-le; et moi, mère désespérée, je pleurerai mon fils, je pleurerai
sur vous qu'il aura délaissés. Ô Dieu! c'était donc là ce qui se
méditoit chez moi à mon insu, avec ce perfide jésuite! Il venoit dérober
un fils à une pauvre veuve, et un père à cinq orphelins! Homme cruel,
impitoyable! et avec quelle douceur traîtresse il me flattoit! C'est là,
dit-on, leur génie et leur caractère. Mais vous, mon fils, vous qui
jamais n'avez eu de secret pour moi, vous me trompiez aussi! Il vous a
donc appris la dissimulation? et votre coup d'essai a été de me tendre
un piège! Ce noble et généreux motif de refuser les secours d'un évêque
n'étoit qu'un vain prétexte pour me donner le change et me déguiser vos
desseins! Non, rien de tout cela ne peut venir de vous: j'aime mieux
croire à un prestige qui vous a fasciné l'esprit. Je ne veux point
cesser d'estimer et d'aimer mon fils; ce sont deux sentimens auxquels je
tiens plus qu'à la vie. Mon fils s'est enivré d'ambitieuses espérances.
Il a cru se sacrifier pour moi, pour mes enfans. Sa jeune tête a été
foible, mais son coeur sera toujours bon. Il ne lira point cette lettre,
baignée des larmes de sa mère, sans détester les conseils perfides qui
l'ont un moment égaré._

Ah! ma mère avoit bien raison: il me fut impossible d'achever de lire sa
lettre sans être suffoqué de pleurs et de sanglots. Dès ce moment l'idée
de me faire jésuite fut chassée de mon esprit, et je me hâtai d'aller
dire au provincial que j'y renonçois. Sans désapprouver mon respect pour
l'autorité de ma mère, il voulut bien me témoigner quelque regret qui
m'étoit personnel, et il me dit que la compagnie me sauroit toujours gré
de mes bonnes intentions. En effet, je trouvai les régens du collège
favorablement disposés à me donner, comme à Clermont, des écoliers de
toutes classes; mais alors mon ambition étoit d'avoir une école de
philosophie. Ce fut de quoi je m'occupai.

Mon âge étoit toujours le premier obstacle à mes vues. En commençant mes
grades par la philosophie, je me croyois au moins capable d'en enseigner
les élémens; mais presque aucun de mes écoliers ne seroit moins jeune
que moi. Sur cette grande difficulté je consultai un vieux répétiteur
appelé Morin, le plus renommé dans les collèges. Il causa longtemps avec
moi, et me trouva suffisamment instruit. Mais le moyen que de grands
garçons voulussent être à mon école! Cependant il lui vint une idée qui
fixa son attention. «Cela seroit plaisant, dit-il en riant dans sa
barbe. N'importe, je verrai: cela peut réussir.» Je fus curieux de
savoir quelle étoit cette idée. «Les bernardins ont ici, me dit-il, une
espèce de séminaire où ils envoient de tous côtés leurs jeunes gens
faire leurs cours. Le professeur de philosophie qu'ils attendoient vient
de tomber malade, et, pour le suppléer jusqu'à son arrivée, ils se sont
adressés à moi. Comme je suis trop occupé pour être ce suppléant, ils
m'en demandent un, et je m'en vais vous proposer.»

On m'accepta sur sa parole; mais, lorsqu'il m'amena le lendemain, je vis
distinctement l'effet du ridicule qui naissoit du contraste de mes
fonctions et de mon âge. Presque toute l'école avoit de la barbe, et le
maître n'en avoit point. Au sourire un peu dédaigneux qu'excitoit ma
présence, j'opposai un air froid et modeste avec dignité; et, tandis que
Morin causoit avec les supérieurs, je m'informai avec les jeunes gens de
la règle de leur maison pour le temps des études et pour l'heure des
classes; je leur indiquai quelques livres dont ils avoient à se
pourvoir, afin d'approprier leurs lectures à leurs études; et, dans tous
mes propos, j'eus soin qu'il n'y eût rien ni de trop jeune, ni de trop
familier; si bien que, vers la fin de la conversation, je m'aperçus que,
de leur part, une attention sérieuse avoit pris la place du ton léger et
de l'air moqueur par où elle avoit commencé.

Le résultat de celle que Morin venoit d'avoir avec les supérieurs fut
que le lendemain matin j'irois donner ma première leçon.

J'étois piqué du sourire insultant que j'avois essuyé en me présentant
chez ces moines. Je voulus m'en venger, et voici comment je m'y pris. Il
est du bel usage de dicter à la tête des leçons de philosophie une
espèce de prolusion qui soit comme le vestibule de ce temple de la
sagesse où l'on introduit ses disciples, et qui, par conséquent, doit
réunir un peu d'élégance et de majesté. Je composai ce morceau avec
soin, je l'appris par coeur; je traçai et j'appris de même le plan qui
devoit présenter l'ordonnance de l'édifice; et, la tête pleine de mon
objet, je m'en allai gravement et fièrement monter en chaire. Voilà mes
jeunes bernardins assis autour de moi, et leurs supérieurs debout,
appuyés sur le dos des bancs, et impatiens de m'entendre. Je demande si
l'on est prêt à écrire sous ma dictée. On me répond que oui. Alors, les
bras croisés, sans cahier sous les yeux, et comme en parlant
d'abondance, je leur dicte mon préambule, et puis ma distribution de ce
cours de philosophie, dont je marque en passant les routes principales
et les points les plus éminens.

Je ne puis me rappeler sans rire l'air ébahi qu'avoient mes bernardins,
et avec quelle estime profonde ils m'accueillirent lorsque je descendis
de chaire. Cette première espièglerie m'avoit trop bien réussi pour ne
pas continuer et soutenir mon personnage. J'étudiois donc tous les jours
la leçon que j'allois dicter; et, en la dictant de mémoire, j'avois
l'air de produire et de composer sur-le-champ. À quelque temps de là,
Morin alla les voir, et ils lui parlèrent de moi avec l'étonnement dont
on parleroit d'un prodige. Ils lui montrèrent mes cahiers; et, lorsqu'il
voulut bien me témoigner lui-même sa surprise que cela fût dicté de
tête, je lui répondis par une sentence d'Horace et que Boileau a
traduite ainsi:

     Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement,
     Et les mots, pour le dire, arrivent aisément.

Ainsi, chez les Gascons, je débutai par une gasconnade; mais elle
m'étoit nécessaire, et il arriva que, le professeur bernardin étant venu
prendre sa place, Morin, qui ne pouvoit suffire au nombre d'écoliers qui
s'adressoient à lui, m'en donna tant que je voulus. D'un autre côté, la
fortune vint encore au-devant de moi.

Il y avoit à Toulouse un hospice fondé pour les étudians de la province
du Limosin. Dans cet hospice, appelé le collège de Sainte-Catherine[29],
les places donnoient un logement et 200 livres de revenu durant les cinq
années de grades. Lorsqu'une de ces places étoit vacante, les titulaires
y nommoient au scrutin, bonne et sage institution. Ce fut dans l'une de
ces vacances que mes jeunes compatriotes voulurent bien penser à moi.
Dans ce collège, où la liberté n'avoit pour règle que la décence, chacun
vivoit à sa manière; le portier et le cuisinier étoient payés à frais
communs. Ainsi, par mon économie, je pus verser dans ma famille la plus
grande partie du fruit de mon travail; et cette épargne, qui suivoit
tous les ans l'accroissement de mon école, devint assez considérable
pour commencer à mettre mes parens à leur aise. Mais, tandis que la
fortune me procuroit les jouissances les plus douces, la nature me
préparoit les plus déchirantes douleurs. J'eus cependant encore quelque
temps de prospérité.

En feuilletant par hasard un recueil des pièces couronnées à l'Académie
des Jeux Floraux, je fus frappé de la richesse des prix qu'elle
distribuoit: c'étoient des fleurs d'or et d'argent. Je ne fus pas
émerveillé de même de la beauté des pièces qui remportoient ces prix, et
il me parut assez facile de faire mieux. Je pensai au plaisir d'envoyer
à ma mère de ces bouquets d'or et d'argent, et au plaisir qu'elle auroit
elle-même à les recevoir de ma main. De là me vint l'idée d'être poète.
Je n'avois point étudié les règles de notre poésie. J'allai bien vite
faire emplette d'un petit livre qui enseignoit ces règles; et, par les
conseils du libraire, j'acquis en même temps un exemplaire des _Odes_ de
Rousseau. Je méditai l'une et l'autre lecture, et incontinent je me mis
à chercher dans ma tête quelque beau sujet d'ode. Celui auquel je
m'arrêtai fut l'invention _de la poudre à canon_. Je me souviens qu'elle
commençoit par ces vers:

     Toi qu'une infernale Euménide
     Pétrit de ses sanglantes mains.

Je ne revenois pas de mon étonnement d'avoir fait une ode si belle. Je
la récitois dans l'ivresse de l'enthousiasme et de l'amour-propre; et,
en la mettant au concours, je n'avois aucun doute qu'elle ne remportât
le prix. Elle ne l'eut point; elle n'obtint pas même le consolant
honneur de l'accessit. Je fus outré, et, dans mon indignation, j'écrivis
à Voltaire, et lui criai vengeance en lui envoyant mon ouvrage. On sait
avec quelle bonté Voltaire accueilloit les jeunes gens qui s'annonçoient
par quelque talent pour la poésie: le Parnasse françois étoit comme un
empire dont il n'auroit voulu céder le sceptre à personne au monde, mais
dont il se plaisoit à voir les sujets se multiplier. Il me fit donner
une de ces réponses qu'il tournoit avec tant de grâce, et dont il étoit
si libéral[30]. Les louanges qu'il y donnoit à mon ouvrage me
consolèrent pleinement de ce que j'appelois l'injustice de l'Académie,
dont le jugement ne pesoit pas, disois-je, un grain dans la balance
contre un suffrage tel que celui de Voltaire; mais ce qui me flatta
beaucoup plus encore que sa lettre, ce fut l'envoi d'un exemplaire de
ses oeuvres, corrigé de sa main, dont il me fit présent. Je fus fou
d'orgueil et de joie, et je courus la ville et les collèges avec ce
présent dans les mains. Ainsi commença ma correspondance avec cet homme
illustre et cette liaison d'amitié qui, durant trente-cinq ans, s'est
soutenue jusqu'à sa mort sans aucune altération.

Je continuai de travailler pour l'Académie des Jeux Floraux, et j'obtins
des prix tous les ans[31]; mais, pour moi, le dernier de ces petits
triomphes littéraires eut un intérêt plus raisonnable et plus sensible
que celui de la vanité, et c'est par là que cette scène mérite d'avoir
place dans les souvenirs que je transmets à mes enfans.

Comme dans l'estime des hommes tout n'est apprécié que par comparaison,
et qu'à Toulouse il n'y avoit rien en littérature de plus brillant que
le succès dans la lice des Jeux Floraux, l'assemblée publique de cette
Académie, pour la distribution des prix, avoit la pompe et l'affluence
d'une grande solennité. Trois députés du parlement la présidoient; les
capitouls et tout le corps de ville y assistoient en robe; toute la
salle, en amphithéâtre, étoit remplie du plus beau monde de la ville et
des plus jolies femmes. La brillante jeunesse de l'université occupoit
le parterre autour du cercle académique; la salle, qui est très vaste,
étoit ornée de festons de fleurs et de lauriers, et les fanfares de la
ville, à chaque prix que l'on décernoit, faisoient retentir le Capitole
d'un bruit éclatant de victoire.

J'avois mis cette année-là cinq pièces au concours, une ode, deux poèmes
et deux idylles. L'ode manqua le prix; il ne fut point donné. Les deux
poèmes se balancèrent; l'un des deux eut le prix de poésie épique, et
l'autre un prix de prose qui se trouvoit vacant. L'une des deux idylles
obtint le prix de poésie pastorale, et l'autre l'accessit. Ainsi les
trois prix, et les seuls que l'Académie alloit distribuer, j'allois les
recevoir. Je me rendis à l'assemblée avec des tressaillemens de vanité,
que je n'ai pu me rappeler depuis sans confusion et sans pitié de ma
jeunesse. Ce fut bien pis lorsque je fus chargé de mes fleurs et de mes
couronnes. Mais quel est le poète de vingt ans à qui pareille chose
n'eût pas tourné la tête?

On fait silence dans la salle; et, après l'éloge de Clémence Isaure,
fondatrice des Jeux Floraux, éloge inépuisable, prononcé tous les ans au
pied de sa statue, vient la distribution des prix. On annonce d'abord
que celui de l'ode est réservé. Or on savoit que j'avois mis une ode au
concours, on savoit aussi que j'étois l'auteur d'une idylle non
couronnée: on me plaignoit, et je me laissois plaindre. Alors on nomme à
haute voix le poème auquel le prix est accordé; et, à ces mots: _Que
l'auteur s'avance_, je me lève, j'approche, et je reçois le prix. On
applaudit, comme de coutume, et j'entends dire autour de moi: «Il en a
manqué deux, il ne manque pas le troisième: il a plus d'une corde et
plus d'une flèche à son arc.» Je vais modestement me rasseoir au bruit
des fanfares; mais bientôt on entend l'annonce du second poème, auquel
l'Académie a cru devoir, dit-elle, adjuger le prix d'éloquence, plutôt
que de le réserver. L'auteur est appelé, et c'est encore moi qui me
lève. Les applaudissemens redoublent, et la lecture de ce poème est
écoutée avec la même complaisance et la même faveur que celle du
premier. Je m'étois remis à ma place, lorsque l'idylle fut proclamée, et
l'auteur invité à venir recevoir le prix. On me voit lever pour la
troisième fois. Alors, si j'avois fait _Cinna_, _Athalie_ et _Zaïre_, je
n'aurois pas été plus applaudi. L'effervescence des esprits fut extrême:
les hommes, à travers la foule, me portoient sur les mains, les femmes
m'embrassoient. Légère fumée de vaine gloire! Qui le sait mieux que moi,
puisque de mes essais, qu'on trouvoit si brillans, il n'y en a pas un
seul qui, quarante ans après, relu même avec indulgence, m'ait paru
digne d'avoir place dans la collection de mes oeuvres? Mais ce qui me
touche sensiblement encore de ce jour si flatteur pour moi, c'est ce que
je vais raconter.

Au milieu du tumulte et du bruit du peuple enivré, deux grands bras
noirs s'élèvent et s'étendent vers moi. Je regarde, je reconnois mon
régent de troisième, ce bon P. Malosse, qui, séparé de moi depuis plus
de huit ans, se retrouvoit à cette fête. À l'instant, je me précipite,
je fends la foule, et me jetant dans ses bras avec mes trois prix:
«Tenez, mon père; ils sont à vous, lui dis-je, et c'est à vous que je
les dois.» Le bon jésuite levoit au ciel ses yeux pleins de larmes de
joie, et je puis dire que je fus plus sensible au plaisir que je lui
causois qu'à l'éclat de mon triomphe. Ah! mes enfans, ce qui intéresse
le coeur et l'âme est doux dans tous les temps, on s'y complaît toute la
vie. Ce qui n'a flatté que l'orgueil du bel esprit ne nous revient que
comme un vain songe dont on rougit d'avoir trop follement chéri
l'erreur.

Ces amusemens littéraires, quoique bien séduisans pour moi, ne prenoient
pourtant rien sur mes occupations réelles. Je donnois aux vers des
momens de promenade et de loisir; mais en même temps je vaquois
assidûment à mes études et à celles de mon école. Dès ma seconde année
de philosophie, n'ayant pu engager mon professeur jésuite à nous
enseigner la physique newtonienne, je pris mon parti d'aller étudier à
l'école des doctrinaires. Leur collège, appelé l'Esquille, avoit pour
professeurs de philosophie deux hommes de mérite; mais l'un des deux, et
c'étoit le mien, avec de l'instruction et de l'esprit, penchoit trop, ou
par caractère, ou par foiblesse de complexion, vers l'indolence et le
repos. Il trouva commode d'avoir en moi un disciple qui, ayant déjà fait
sa philosophie, pût, de temps en temps, lui épargner la fatigue et
l'ennui du travail de la classe.

«Montez, me disoit-il, montez sur le pupitre, et rendez-leur facile ce
que vous saisissez vous-même si facilement.» Cet éloge me payoit bien
des peines que je me donnois: car il me valoit la confiance des
écoliers, et il fit souhaiter aux pensionnaires du collège de m'avoir
pour répétiteur, excellente et solide aubaine.

Pour complaire à mon professeur, il fallut consentir, quoiqu'un peu
malgré moi, à soutenir des thèses générales. Il attachoit une grande
importance à me compter au nombre de ceux de ses disciples qu'il alloit
produire en public, et, comme il étoit membre de l'Académie des sciences
de Toulouse[32], il voulut que ce fût à cette compagnie que ma thèse fût
dédiée; spectacle assez nouveau et assez frappant, disoit-il, qu'une
thèse ainsi présidée! Ce fut par là qu'il voulut terminer sa carrière
philosophique; et il imagina d'ajouter à la pompe de ce spectacle un
coup de théâtre honorable pour moi, mais dont je fus étonné moi-même. Il
n'y réussit que trop bien; et mon étonnement fut tel qu'il manqua de me
rendre fou ou imbécile pour la vie.

Dans ces exercices publics, il étoit d'usage constant que le professeur
fût dans sa chaire, et son écolier devant lui, sur ce qu'on appelle un
pupitre, espèce de tribune inférieure à la chaire. Quand tout le monde
fut en place, et que l'illustre Académie fut rangée devant la chaire, on
m'avertit, et je parus. Vous pensez bien que j'avois préparé un
compliment pour l'Académie, et dans cette petite harangue j'avois mis
tout le peu que j'avois d'art et de talent. Je la savois par coeur, je
l'avois vingt fois récitée sans aucune hésitation, et, pour le coup,
j'étois si sûr de ma mémoire que j'avois négligé de me pourvoir du
manuscrit. Je parois donc; et, au lieu de trouver mon professeur en
chaire, je l'aperçois au rang des académiciens. Je lui fais
respectueusement signe de venir se mettre à sa place. «Montez, Monsieur,
me dit-il tout haut avec son air d'indolence et de sécurité, montez sur
le pupitre ou dans la chaire, tout comme il vous plaira; vous n'avez pas
besoin de moi.» Ce magnifique témoignage excita dans l'assemblée un
murmure de surprise, et je crois d'approbation; mais son effet sur moi
fut de glacer mes sens et de me troubler le cerveau. Saisi, tremblant,
je monte les degrés du pupitre, et je m'y agenouille, selon l'usage,
comme pour implorer les lumières du Saint-Esprit; mais, lorsque, avant
de me lever, je veux me rappeler le début de mon compliment, je ne m'en
souviens plus, et le bout du fil m'en échappe; je veux le chercher dans
ma tête, je n'y vois qu'un épais brouillard. Je fais des efforts
incroyables pour retrouver au moins le premier mot de mon discours; pas
un mot, et pas une idée ne me revient. Dans cet état d'angoisse, je suis
plusieurs minutes à suer sang et eau, et tout près de me rompre les
veines et les nerfs de la tête par l'effroyable contention où ce long
travail les avoit mis, lorsque tout à coup, et comme par miracle, le
nuage qui enveloppoit mes esprits se dissipe; ma tête se dégage, mes
idées renaissent, je ressaisis le fil de mon discours; et, bien fatigué,
mais tranquille et rassuré, je le prononce. Je ne parle pas du succès
qu'il eut; il est rare que les louanges soient mal reçues. J'avois
assaisonné celles-ci de mon mieux. Je ne me vante pas non plus de la
faveur qui me soutint dans tout cet exercice. En me faisant passer par
les plus belles questions de la physique, ceux des académiciens qui
daignèrent me provoquer ne s'occupèrent que du soin de faire briller mes
réponses. Ils en agirent en vrais Mécènes, pleins d'indulgence et de
bonté. Mais ce qu'il y eut de plus remarquable, de plus touchant pour
moi, ce fut le noble procédé du professeur jésuite que j'avois trop
légèrement quitté pour passer à l'Esquille, et qui, dans ce moment, vint
me faire sentir mon tort; il m'argumenta le dernier sur le système de la
gravitation, et, avec l'air de m'attaquer de vive force, il me ménagea
les moyens les plus avantageux de me développer. Heureusement, dans mes
réponses, je sus lui faire entendre qu'à sa manière de me combattre, on
reconnoissoit la supériorité du maître qui exerce les forces de son
disciple, mais qui ne veut pas l'accabler. Quand je descendis du
pupitre, le président de l'Académie, en me félicitant, me dit qu'elle ne
pouvoit mieux me marquer sa satisfaction qu'en m'offrant une place
d'adjoint qui vaquoit dans la compagnie. Je l'acceptai avec une humble
reconnoissance; et, au bruit de l'approbation publique, je reçus le prix
du combat.

Mais ce qu'avoient de solide pour moi ces succès de jeunesse, c'étoit le
nombre d'écoliers qui venoient grossir mon école, et contribuer aux
secours que je faisois passer à Bort. Assez riche de mon travail pour
soutenir dans ses études celui de mes frères qui venoit après moi, je
lui tendis la main et je l'appelai à Toulouse. Il avoit quatorze ans, et
il ne savoit pas un mot de latin; mais il avoit la conception très vive,
la mémoire excellente, et un désir passionné de profiter de mes leçons.
Je lui simplifiai les règles, je lui abrégeai la méthode; dans six mois
il n'y eut plus pour lui de difficultés de syntaxe; et encore un an bien
employé le mit en état d'aller seul et sans maître: c'étoit là son
ambition, car il me voyoit accablé de travail, et il se sentoit soulagé
de la peine qu'il m'épargnoit. Le pauvre enfant! son sentiment pour moi
n'étoit pas seulement de l'amitié, c'étoit du culte. Le nom de frère
avoit dans sa bouche un caractère de sainteté. Il me témoigna le désir
d'être homme d'église, et j'en fus bien aise: car ce désir en moi
commençoit à se refroidir pour plus d'une raison, et singulièrement par
les difficultés épineuses et rebutantes dont on voulut semer ma route.

Le collège de Sainte-Catherine, où j'avois une place, avoit pour
inspecteur et surveillant spirituel un promoteur de l'archevêque appelé
Goutelongue, homme intrigant, rogue et hardi, on disoit même un peu
fripon, lequel vouloit mener à son gré le collège, et disposer des
places en y faisant nommer qui bon lui sembleroit. Sa qualité de
promoteur, l'autorité de l'archevêque qu'il faisoit sonner, le crédit
qu'il se vantoit d'avoir auprès de monseigneur, intimidant les uns et
amorçant les autres, il s'étoit fait parmi nos camarades un parti
subjugué par la crainte et par l'espérance; mais il trouva dans le
collège un certain Pujalou, caractère franc, libre et ferme, qui,
fatigué de sa domination, osa lui tenir tête et donner le signal de la
rébellion contre ce pouvoir usurpé. «De quel droit, mes amis, dit-il aux
jeunes Limosins ses camarades, cet homme-là vient-il intriguer dans nos
assemblées et gêner nos élections? Le fondateur de ce collège, en nous
laissant la liberté d'élire et de nommer nous-mêmes aux places vacantes
parmi nous, a jugé sainement que la jeunesse est l'âge où l'équité
naturelle a le plus de candeur, de droiture et d'intégrité. Pourquoi
souffrirons-nous qu'on vienne la corrompre, cette équité qui nous anime?
Parmi nous les places vacantes sont destinées aux plus dignes, et non
pas aux plus protégés. Si Goutelongue veut avoir des créatures, qu'il
leur obtienne les faveurs de son archevêque, et qu'il ne vienne pas les
gratifier à nos dépens. Pour nous conduire dans nos choix, nous avons
notre conscience qui vaut bien celle du promoteur. Moi qui le connois,
je déclare que je crois à sa probité moins qu'à celle d'un maquignon.»
Ce dernier trait, qui n'étoit pas de l'éloquence noble, fut celui qui
porta: l'épithète de maquignon resta au promoteur, et ses intrigues dans
le collège ne s'appelèrent plus que du maquignonnage.

J'arrivai dans ces circonstances, et Pujalou n'eut aucune peine à
m'engager dans son parti. Dès ce moment je fus noté sur les tablettes du
promoteur; mais bientôt, par un trait qui m'étoit personnel, j'y fus
encore mieux signalé. Il y eut dans le collège une place vacante. Les
deux partis se balançoient; et, en cas de partage, c'étoit à
l'archevêque à décider l'élection. Notre parti consulta ses forces, et
il se croyoit sûr de l'emporter, mais d'une seule voix. Or, la veille de
l'élection, cette voix nous fut enlevée. L'un de nos camarades, honnête
et bon jeune homme, mais timide, avoit disparu: nous apprîmes que, dans
un village à trois lieues de Toulouse, il avoit un oncle curé, et que
cet oncle étoit venu le prendre, et l'avoit emmené chez lui passer les
fêtes de Noël. Nous ne doutâmes point que ce ne fût une manoeuvre de
Goutelongue. On sut quel étoit le village, et la route en étoit connue;
mais il étoit nuit sombre; il tomboit une pluie mêlée de neige et de
verglas, et il y avoit de la folie à croire que, par ce temps-là, le
curé consentît à laisser partir son neveu, surtout l'ayant emmené
lui-même par égard pour le promoteur. «N'importe! dis-je tout à coup, je
me fais fort d'aller le prendre et de vous l'apporter en croupe. Que
l'on me donne un bon cheval.» J'en eus un dans l'instant; et, affublé du
long manteau de Pujalou, j'arrivai en deux heures à la porte du
presbytère, au moment où le curé, son neveu, sa servante, alloient se
coucher. Mon camarade, en me voyant descendre de cheval, vint à moi, et
en l'embrassant: «Du courage, lui dis-je, ou tu es déshonoré.» Le curé,
à qui je m'annonçai comme étant du collège de Sainte-Catherine, me
demanda ce qui m'amenoit. «Je viens, lui dis-je, au nom de Jésus-Christ,
le père universel des pauvres, vous conjurer de n'être pas complice de
l'expoliateur des pauvres, de cet homme injuste et cruel qui leur dérobe
leur substance pour la prodiguer à son gré.» Alors je lui développai les
intrigues de Goutelongue pour usurper sur nous le droit de nommer à nos
places et les donner à la faveur. «Demain, lui dis-je, nous avons à
élire ou un écolier qu'il protège et qui n'a pas besoin de la place
vacante, ou un pauvre écolier qui la mérite et qui l'attend. Auquel des
deux voulez-vous qu'elle tombe?» Il répondit que le choix ne seroit pas
douteux s'il dépendoit de lui. «Et il dépend de vous, lui dis-je: il ne
manque au parti du pauvre qu'une voix; cette voix lui étoit assurée, et,
à la sollicitation, aux instances de Goutelongue, vous êtes venu la lui
ôter. Rendez-la-lui, rendez-lui son pain que vous lui avez arraché.»
Interdit et confus, il répondit encore que son neveu étoit libre, qu'il
l'avoit amené pour passer avec lui les fêtes, et qu'il ne l'avoit point
forcé. «S'il est libre, qu'il vienne avec moi, répliquai-je; qu'il
vienne remplir son devoir, qu'il vienne sauver son honneur: car son
honneur est perdu, si l'on croit qu'il est vendu à Goutelongue.» Alors
regardant le jeune homme, et le voyant disposé à me suivre: «Allons, lui
dis-je, embrassez votre oncle, et venez prouver au collège que vous
n'êtes ni l'un ni l'autre les esclaves du promoteur.» À l'instant nous
voilà tous les deux à cheval, et déjà bien loin du village.

Nos camarades ne s'étoient point couchés; nous les retrouvâmes à table,
et avec quels transports de joie on nous vit arriver ensemble! je crus
que Pujalou m'étoufferoit en m'embrassant. Nous étions mouillés
jusqu'aux os. On commença par nous sécher, et puis le jambon, la
saucisse, le vin, nous furent prodigués; mais, prudent au milieu de tant
d'ivresse, je demandai que le sujet de notre joie fût inconnu au parti
opposé jusqu'au moment de l'assemblée; et, en effet, l'apparition
soudaine du transfuge fut pour nos adversaires un coup de surprise
accablant. Nous enlevâmes la place vacante comme à la pointe de l'épée;
et Goutelongue, qui en sut la cause, ne me le pardonna jamais.

Lors donc que j'allai demander à l'archevêque de vouloir bien obtenir
pour moi ce qu'on appelle un dimissoire pour recevoir les ordres de sa
main, je lui trouvai la tête pleine de préventions contre moi: «Je
n'étois qu'un abbé galant tout occupé de poésie, faisant ma cour aux
femmes, et composant pour elles des idylles et des chansons, quelquefois
même sur la brune allant me promener et prendre l'air au cours avec de
jolies demoiselles.» Cet archevêque étoit La Roche-Aymon[33], homme peu
délicat dans sa morale politique, mais affectant le rigorisme pour les
péchés qui n'étoient pas les siens; il voulut m'envoyer en faire
pénitence dans le plus crasseux et le plus cagot des séminaires. Je
reconnus l'effet des bons offices de Goutelongue, et mon dégoût pour le
séminaire de Calvet me révéla, comme un secret que je me cachois à
moi-même, le refroidissement de mon inclination pour l'état
ecclésiastique.

Ma relation avec Voltaire, à qui j'écrivois quelquefois en lui envoyant
mes essais, et qui voulut bien me répondre, n'avoit pas peu contribué à
altérer en moi l'esprit de cet état.

Voltaire, en me faisant espérer des succès dans la carrière poétique, me
pressoit d'aller à Paris, seule école du goût où pût se former le
talent. Je lui répondis que Paris étoit pour moi un trop grand théâtre,
que je m'y perdrais dans la foule; que, d'ailleurs, étant né sans bien,
je ne saurois qu'y devenir; qu'à Toulouse je m'étois fait une existence
honorable et commode, et qu'à moins d'en avoir une à Paris à peu près
semblable, j'aurois la force de résister au désir d'aller rendre hommage
au grand homme qui m'y appeloit.

Cependant il falloit bientôt me décider pour un parti. La littérature à
Paris, le barreau à Toulouse, ou le séminaire à Limoges, voilà ce qui
s'offroit à moi, et dans tout cela je ne voyois que lenteur et
incertitude. Dans mon irrésolution, je sentis le besoin de consulter ma
mère: je ne la croyois point malade, mais je la savois languissante;
j'espérois que ma vue lui rendroit la santé: j'allai la voir. Quels
charmes et quelles douceurs auroit eus pour moi ce voyage, si l'effet en
eût répondu à une si chère espérance!

Je laisse mon frère à Toulouse, et, sur un petit cheval que j'avois
acheté, je pars, j'arrive à ce hameau de Saint-Thomas où étoit ma
métairie. C'étoit un jour de fête. Ma soeur aînée, avec la fille de ma
tante d'Albois, étoit venue s'y promener. Je m'y repose et j'y fais ma
toilette, car je portois en trousse, dans ma valise, tout l'ajustement
d'un abbé. De Saint-Thomas à Bort, en passant à gué la rivière, il n'y
avoit plus qu'une prairie à traverser. Je fais passer sur mon cheval la
rivière à mes deux fillettes, je la passe de même, et j'arrive à la
ville par cette belle promenade. Pardon de ces détails: je le répète
encore, c'est pour mes enfans que j'écris.

Quand je passai devant l'église on disoit vêpres, et, en y allant, l'un
de mes anciens condisciples, le même qui depuis a épousé ma soeur, Odde,
me rencontra, et alla répandre à l'église la nouvelle de mon arrivée.
D'abord mes amis, nos voisines, et insensiblement tout le monde
s'écoule; l'église est vide, et bientôt ma maison est remplie et
environnée de cette foule qui vient me voir. Hélas! j'étois bien affligé
dans ce moment. Je venois d'embrasser ma mère; et, à sa maigreur, à sa
toux, au vermillon brûlant dont sa joue étoit colorée, je croyois
reconnoître la même maladie dont mon père étoit mort. Il n'étoit que
trop vrai qu'avant l'âge de quarante ans ma mère en étoit attaquée.
Cette fatale pulmonie, contagieuse dans ma famille, y a fait des ravages
cruels. Je pris sur moi autant qu'il me fut possible pour dissimuler á
ma mère la douleur dont j'étois saisi. Elle, qui connoissoit son mal,
l'oublia, ou du moins parut l'oublier en me revoyant, et ne me parla que
de sa joie. J'ai su depuis qu'elle avoit exigé du médecin et de nos
tantes de me flatter sur son état, et de ne m'en laisser aucune
inquiétude. Ils s'entendirent tous avec elle pour me tromper, et mon âme
reçut avidement la douce erreur de l'espérance.

Je reviens à nos habitans.

L'enchantement où étoit ma mère de mes succès académiques s'étoit
répandu autour d'elle. Ces fleurs d'argent que je lui envoyois, et dont
tous les ans elle ornoit le reposoir de la Fête-Dieu, avoient donné de
moi, dans ma ville, une idée indéfinissable. Ce peuple, qui depuis s'est
peut-être laissé dénaturer comme tant d'autres, étoit alors la bonté
même. Il n'est point d'amitiés dont chacun à l'envi ne s'empressât de me
combler. Les bonnes femmes se plaisoient à me rappeler mon enfance; les
hommes m'écoutoient comme si mes paroles avoient dû être recueillies. Ce
n'étoient guère cependant que des mots simples et sensibles que mon coeur
ému me dictoit. Comme tout le monde venoit féliciter ma mère, Mlle B***
y vint aussi avec ses soeurs; et, selon l'usage, il fallut bien qu'elle
permît à l'arrivant de l'embrasser. Mais, au lieu que les autres
appuyoient le baiser innocent que je leur donnois, elle s'y déroba en
retirant doucement sa joue. Je sentis cette différence, et j'en fus
vivement touché.

De trois semaines que je passai près de ma mère, il me fut impossible de
ne pas dérober quelques momens à la nature pour les donner à l'amitié
reconnoissante. Ma mère l'exigeoit; et, pour ne pas priver nos amis du
plaisir de m'avoir, elle venoit assister elle-même aux petites fêtes
qu'on me donnoit. Ces fêtes étoient des dîners où l'on s'invitoit tour à
tour. Là, continuellement occupée et continuellement émue de ce qu'on
disoit à son fils, de ce que son fils répondoit, observant jusqu'à mes
regards, et inquiète à tout moment sur la manière dont j'allois rendre,
tantôt à l'un, tantôt à l'autre, les attentions dont j'étois assailli,
ces longs dîners étoient pour son âme un travail et un effort pénibles
pour ses frêles organes. Nos conversations tête à tête, en l'intéressant
davantage, la fatiguoient beaucoup plus encore. Je tâchois bien de lui
ménager de longs silences, ou par mes longs récits, ou par ma diligence
à couper le dialogue pour m'étendre en réflexions; mais, aussi animée en
m'écoutant qu'en parlant elle-même, l'attention n'étoit pas moins
nuisible à sa santé que la parole, et je ne pouvois voir, sans le plus
douloureux attendrissement, pétiller dans ses yeux le feu qui consumoit
son sang.

Enfin je lui parlai du ralentissement de mon ardeur pour l'état
ecclésiastique, et de l'irrésolution où j'étois sur le choix d'un nouvel
état. Ce fut alors qu'elle parut calme et qu'elle me parla froidement.

«L'état ecclésiastique, me dit-elle, impose essentiellement deux
devoirs, celui d'être pieux et celui d'être chaste: on n'est bon prêtre
qu'à ce prix, et sur ces deux points c'est à vous de vous examiner. Pour
le barreau, si vous y entrez, j'exige de vous la parole la plus
inviolable que vous n'y affirmerez jamais que ce que vous croirez vrai,
que vous n'y défendrez jamais que ce que vous croirez juste. À l'égard
de l'autre carrière que M. de Voltaire vous invite à courir, je trouve
sage la précaution de vous assurer à Paris une situation qui vous laisse
le temps de vous instruire et d'acquérir plus de talens: car, il ne faut
point vous flatter, ce que vous avez fait est peu de chose encore. Si M.
de Voltaire peut vous la procurer, cette situation honnête, libre et
sûre, allez, mon fils, allez courir les hasards de la gloire et de la
fortune, je le veux bien; mais n'oubliez jamais que la plus honorable et
la plus digne compagne du génie, c'est la vertu.» Ainsi parloit cette
femme étonnante, qui n'avoit eu d'autre éducation que celle du couvent
de Bort.

Son médecin crut devoir m'avertir que ma présence lui étoit nuisible.
«Son mal est, me dit-il, un sang trop vif, trop allumé; je le calme tant
que je puis; et vous, sans le vouloir, sans même pouvoir l'éviter, vous
l'agitez encore, et tous les soirs je lui trouve le pouls plus fréquent
et plus élevé. Monsieur, si vous voulez que sa santé se rétablisse, il
faut vous éloigner, et surtout prendre garde de ne pas trop laisser vos
adieux l'attendrir.» Je les fis, ces adieux cruels, et ma mère eut dans
ce moment un courage au-dessus du mien: car elle ne se flattoit plus, et
moi, je me flattois encore. Au premier mot que je lui dis de la
nécessité d'aller retrouver mes disciples: «Oui, mon fils, me
répondit-elle, il faut vous en aller. Je vous ai vu. Nos coeurs se sont
parlé. Nous n'avons plus rien à nous dire que de tendres adieux, car je
n'ai pas besoin de vous recommander...» Elle s'interrompit, et comme ses
yeux se mouilloient: «Je pense, me dit-elle, à cette bonne mère que j'ai
perdue et qui t'aimoit tant. Elle est morte comme une sainte; elle
auroit eu bien de la joie à te voir encore une fois. Mais tâchons de
mourir aussi saintement qu'elle; nous nous reverrons devant Dieu.»
Ensuite, changeant de propos, elle me parla de Voltaire. Ce beau présent
qu'il m'avoit fait d'un exemplaire de ses oeuvres, je le lui avois
envoyé: l'édition en étoit châtiée; elle les avoit lues, elle les
relisoit encore. «Si vous le voyez, me dit-elle, remerciez-le des doux
momens qu'il aura fait passer à votre mère; dites-lui qu'elle savoit par
coeur le second acte de _Zaïre_, qu'elle arrosoit _Mérope_ de ses larmes,
et que ces beaux vers de _la Henriade_ sur l'espérance ne sont jamais
sortis de sa mémoire et de son coeur:

     Mais aux mortels chéris à qui le Ciel l'envoie
     Elle n'inspire point une infidèle joie;
     Elle apporte de Dieu la promesse et l'appui;
     Elle est inébranlable et pure comme lui.

Cette façon de parler d'elle-même comme d'une personne qui bientôt ne
seroit plus me déchiroit le coeur. Mais, comme il m'étoit recommandé
d'éviter avec soin tout ce qui l'auroit trop émue, je dissimulai ce
présage; et le lendemain, renfermant l'un et l'autre la douleur de nous
séparer, nous ne donnâmes à nos adieux que ce qu'il nous fut impossible
de refuser à la nature.

Dès que je fus éloigné d'elle, je me laissai tomber dans l'affliction la
plus profonde, et tous les souvenirs qui me suivirent dans mon voyage
s'accordèrent pour m'accabler. «Dans peu je ne l'aurai donc plus cette
mère qui, depuis ma naissance, n'avoit respiré que pour moi, cette mère
adorée à qui je craignois de déplaire comme à Dieu, et, si je l'osois
dire, encore plus qu'à Dieu même.» Car je pensois à elle bien plus
souvent qu'à Dieu; et, lorsqu'il me venoit quelque tentation à vaincre,
quelque passion à réprimer, c'étoit toujours ma mère que je me figurois
présente. «Que diroit-elle si elle savoit ce qui se passe en moi? Quelle
en seroit sa honte, ou quelle en seroit sa douleur!» Telles étoient les
réflexions que je m'opposois à moi-même, et dès lors ma raison reprenoit
son empire, secondée par la nature, qui faisoit de mon coeur tout ce
qu'elle vouloit. Ceux qui, comme moi, l'ont connu, cet amour filial si
tendre, n'ont pas besoin que je leur dise quels étoient la tristesse et
l'abattement de mon âme. Cependant je tenois encore à une fragile
espérance; elle m'étoit trop chère pour ne pas m'y attacher jusqu'au
dernier moment.

J'allai donc achever le cours de mes études; et, comme j'avois pris à
deux fins mes premières inscriptions à l'école du droit canon, il est
vraisemblable que ma résolution ultérieure auroit été pour le barreau.
Mais, vers la fin de cette année, un petit billet de Voltaire vint me
déterminer à partir pour Paris. «Venez, m'écrivoit-il, et venez sans
inquiétude. M. Orry, à qui j'ai parlé, se charge de votre sort.»
_Signé_: VOLTAIRE. Qui étoit M. Orry? Je ne le savois point. J'allai le
demander à mes bons amis de Toulouse, et je leur montrai mon billet. «M.
Orry! s'écrièrent-ils; eh! cadedis! c'est le contrôleur général des
finances. Ah! cher ami, ta fortune est faite; tu seras fermier général.
Souviens-toi de nous dans ta gloire. Protégé du ministre, il te sera
facile de gagner son estime, sa confiance et sa faveur. Te voilà tout à
l'heure à la source des grâces. Cher Marmontel, fais-en couler vers nous
quelques ruisseaux. Un petit filet du Pactole suffit à notre ambition.»
L'un auroit bien voulu une recette générale, l'autre se contentoit d'une
recette particulière ou de quelque autre emploi de deux ou trois mille
petits écus; et cela dépendoit de moi.

J'ai oublié de dire qu'entre nous jeunes gens, et en rivalité de
l'Académie des Jeux Floraux, nous avions formé une société littéraire,
déjà célèbre sous le nom de _Petite Académie_[34]. C'étoit là qu'à
l'envi l'on exaltoit mes espérances: je n'eus donc rien de plus pressé
que de partir; mais, comme mon opulence future ne me dispensoit pas dans
ce moment du soin de ménager mes fonds, je cherchois les moyens de faire
mon voyage avec économie, lorsqu'un président au parlement, M. du Puget,
me fit prier de l'aller voir, et me proposa, en termes obligeans,
d'aller à frais communs avec son fils[35] en litière à Paris. Je
répondis à monsieur le président que, quoique la litière me parût lente
et ennuyeuse, l'avantage d'y être en bonne compagnie compensoit ce
désagrément; mais que, pour les frais de ma route, mon calcul étoit
fait; qu'il ne m'en coûteroit que quarante écus par la messagerie, et
que j'étois décidé à m'en tenir là. Monsieur le président, après avoir
inutilement essayé de tirer de moi quelque chose de plus, voulut bien se
réduire à ce que je lui offrois; aussi bien auroit-il fallu qu'il eût
payé seul la litière, et ma petite part étoit tout gain pour lui.

Je laissai mon frère à Toulouse, et ma place au collège de
Sainte-Catherine lui auroit été bien assurée, s'il eût été en
philosophie; mais c'étoit aux cinq ans de grades que la concession en
étoit réservée. Il fallut donc pour le moment renoncer à cet avantage,
et je donnai pour asile à mon frère le séminaire des Irlandois. Je payai
un an de sa pension d'avance, et, en l'embrassant, je lui laissai tout
le reste de mon argent, n'ayant plus moi-même un écu lorsque je partis
de Toulouse; mais, en passant à Montauban, j'y allois trouver de
nouveaux fonds.

Montauban, ainsi que Toulouse, avoit une académie littéraire qui tous
les ans donnoit un prix. Je l'avois gagné cette année, et je ne l'avois
point retiré. Ce prix étoit une lyre d'argent d'une valeur de cent écus.
En arrivant, j'allai recevoir cette lyre, et tout d'un temps je la
vendis. Ainsi, après avoir payé d'avance au muletier les frais de mon
voyage, et bien régalé mes amis, qui en cavalcade m'avoient accompagné
jusqu'à Montauban, je me trouvai riche encore de plus de cinquante écus.
En falloit-il tant à un homme que la fortune attendoit à Paris? Jamais
on n'est allé plus lentement au-devant d'elle.

Ce voyage en litière ne fut pourtant pas aussi ennuyeux pour moi que je
l'aurois pensé. J'étois fait pour trouver des muletiers honnêtes gens.
Celui-ci nous faisoit une chère délicieuse. Jamais je n'ai mangé ni de
meilleures perdrix rouges, ni des dindes si succulentes, ni des truffes
si parfumées. J'avois honte d'être si bien nourri pour mes quarante
écus, et je me promettois bien de gratifier ce brave homme sitôt que je
serois en état d'être libéral.

Il est vrai que mon compagnon de voyage le payoit mieux que moi: aussi
voulut-il bien se prévaloir de cet avantage; mais il ne me trouva pas
disposé à l'en laisser jouir. Le premier jour, je lui avois cédé le fond
de la litière, et, quelque mal de coeur que me causât le balancement de
la voiture et cette allure à reculons, j'en souffris l'incommodité. Je
dissimulai même l'ennui d'entendre le plus sot des enfans gâtés m'étaler
longuement, avec une puérile emphase, et sa noble origine, et sa grande
fortune, et cette dignité de président dont son père étoit revêtu. Je
lui laissois vanter la beauté de ses gros yeux bleus et les charmes de
sa figure, dont il me disoit naïvement que toutes les femmes étoient
folles. Il me parloit de leurs agaceries, de leurs caresses, de leurs
baisers sur ses beaux yeux; je l'écoutois patiemment, et je me disois à
moi-même: «Voilà pourtant le ridicule que se donne la vanité.»

Le lendemain je le vis monter le premier en voiture et s'asseoir dans le
fond. «Tout beau, Monsieur le marquis, lui dis-je, sur le devant, s'il
vous plaît. C'est aujourd'hui mon tour d'être à mon aise.» Il me
répondit qu'il étoit à sa place, et que monsieur son père avoit entendu
qu'il occupât le fond. Je répliquai que, si monsieur son père avoit
sous-entendu cela dans son marché, je ne l'avois pas, moi, entendu dans
le mien; que, s'il me l'avoit proposé, je ne me serois pas emboîté comme
un sot dans cette caisse dandinante; qu'actuellement au même prix je
serois en plein air et sur un bon cheval à voir librement la campagne;
que j'étois déjà assez dupe d'avoir si mal employé mes quarante écus, et
que je ne le serois pas au point de lui céder à demeure la bonne place.
Il persistoit à vouloir la garder; mais, quoiqu'il fût aussi grand que
moi, je le priai de ne pas m'obliger à l'en tirer de force et à le
mettre à terre. Il entendit cette raison, et il se mit sur le devant; il
en eut de l'humeur jusqu'à la dînée. Cependant il se contenta de me
priver de son entretien; mais à dîner sa supériorité lui revint dans la
tête. On nous servit une perdrix rouge; il se piquoit de bien couper les
viandes:

     _Quo gestu lepores, et quo gallina secetur_.

Et, en effet, cet exercice étoit entré dans son éducation. Il prit donc
la perdrix sur son assiette, en détacha très adroitement les deux
cuisses et les deux ailes, garda les deux ailes pour lui, et me laissa
les cuisses et le corps. «Vous aimez donc, lui dis-je, les ailes de
perdrix?--Oui, me dit-il, assez.--Et moi aussi», lui dis-je. Et en
riant, sans m'émouvoir, je rétablis l'égalité. «Vous êtes bien hardi, me
dit-il, de prendre une aile sur mon assiette!--Vous l'êtes bien plus,
lui répondis-je d'un ton ferme, d'en avoir pris deux dans le plat.» Il
étoit rouge de colère, mais il se modéra, et nous dînâmes paisiblement.
Le reste du jour il se retrancha dans la dignité du silence, et à
souper, comme ce fut une aile de dindon qu'on nous servit, et que je lui
en donnai la meilleure partie, nous n'eûmes aucun démêlé.

Le lendemain: «C'est à vous, lui dis-je, d'occuper le fond de la
voiture.» Il s'y mit en disant: «Vous me faites bien de la grâce.» Et le
tête-à-tête alloit être aussi silencieux que la veille, lorsqu'un
incident l'anima. Monsieur le marquis prenoit du tabac, j'en prenois
aussi, grâce à une jeune et jolie buraliste qui m'en avoit donné le
goût. En boudant, il ouvrit sa belle tabatière, et moi, qui ne boudois
point, je tendis la main, et je pris du tabac, comme si nous avions été
le mieux du monde ensemble. Il m'en laissa prendre, et, après quelques
minutes de réflexion: «Il faut, me dit-il, que je vous raconte une
histoire arrivée à M. de Maniban[36], premier président au parlement de
Toulouse.» Je prévis qu'il alloit me dire quelque insolence, et
j'écoutai.» M. de Maniban, continua-t-il, donnoit audience dans son
cabinet à un _quidam_ qui avoit un procès et qui venoit le solliciter.
En l'écoutant le magistrat ouvrit sa tabatière, le _quidam_ y prit du
tabac; monsieur le premier président ne s'en émut point; mais il sonna
ses valets de chambre, et, jetant le tabac où le _quidam_ avoit touché,
il en demanda d'autre.» Je ne fis pas semblant de m'appliquer la
parabole; et, quelque temps après, mon fat ayant tiré sa tabatière, j'y
repris du tabac aussi tranquillement que la première fois. Il en parut
surpris; et moi, en souriant: «Sonnez donc, Monsieur le marquis.--Il n'y
a point de sonnettes.--Vous êtes bien heureux qu'il n'y en ait point,
lui dis-je, car le _quidam_ vous donneroit vingt coups de pieds dans le
ventre pour la peine d'avoir sonné.» Vous concevez l'étonnement que ma
réplique lui causa. Il voulut s'en fâcher, mais à mon tour j'étois en
colère. «Tenez-vous tranquille, lui dis-je, ou je vous arrache les
oreilles. Je vois bien que l'on m'a donné un jeune sot à corriger, et
dès ce moment je vous déclare que je ne vous passerai aucune
impertinence. Songez que nous allons dans une ville où un fils de
président de province n'est rien, et commencez dès à présent à être
simple, honnête et modeste, si vous pouvez: car, dans le monde, la
suffisance, la fatuité, le sot orgueil, vous feroient essuyer des
dégoûts encore plus amers.» Tandis que je parlois, il avoit les mains
sur ses yeux, et il pleuroit. J'en eus pitié, et je pris avec lui le ton
d'un ami véritable. Je lui fis faire l'examen de ses ridicules
jactances, de ses puériles vanités, de ses folles prétentions, et
insensiblement je croyois voir sa tête se désenfler du vent dont elle
étoit remplie. «Que voulez-vous? me dit-il enfin, c'est ainsi qu'on m'a
élevé[37].» Aux marques de ma bienveillance j'ajoutai le bon procédé de
lui céder presque toujours le fond, car j'étois plus accoutumé que lui à
l'incommodité d'aller à reculons, et cette complaisance acheva de le
réconcilier avec moi. Cependant, comme nos entretiens étoient coupés par
de longs silences, j'eus le temps de traduire en vers le poème de _la
Boucle de cheveux enlevée_; amusement dont le produit alloit être
bientôt pour moi d'une si grande utilité.

J'avois aussi dans mes rêveries deux abondantes sources d'agréables
illusions. L'une étoit l'idée de ma fortune, et, si le Ciel me
conservoit ma mère, l'espérance de l'attirer, de la posséder à Paris;
l'autre étoit le tableau fantastique et superbe que je me faisois de
cette capitale, où ce que je me figurois de moins magnifique étoit d'une
élégance noble ou d'une belle simplicité. L'une de ces illusions fut
détruite dès mon arrivée à Paris; l'autre ne tarda point à l'être. Ce
fut aux bains de Julien[38] que je logeai en arrivant, et dès le
lendemain matin je fus au lever de Voltaire.



LIVRE III


Les jeunes gens qui, nés avec quelque talent et de l'amour pour les
beaux-arts, ont vu de près les hommes célèbres dans l'art dont ils
faisoient eux-mêmes leurs études et leurs délices, ont connu comme moi
le trouble, le saisissement, l'espèce d'effroi religieux que j'éprouvai
en allant voir Voltaire.

Persuadé que ce seroit à moi de parler le premier, j'avois tourné de
vingt manières la phrase par laquelle je débuterois avec lui, et je
n'étois content d'aucune. Il me tira de cette peine. En m'entendant
nommer, il vint à moi, et, me tendant les bras: «Mon ami, me dit-il, je
suis bien aise de vous voir. J'ai cependant une mauvaise nouvelle à vous
apprendre: M. Orry[39] s'étoit chargé de votre fortune; M. Orry est
disgracié.»

Je ne pouvois guère tomber de plus haut, ni d'une chute plus imprévue et
plus soudaine; et je n'en fus point étourdi. Moi qui ai l'âme
naturellement foible, je me suis toujours étonné du courage qui m'est
venu dans les grandes occasions. «Eh bien! Monsieur, lui répondis-je, il
faudra que je lutte contre l'adversité. Il y a longtemps que je la
connois et que je suis aux prises avec elle.--J'aime à vous voir, me
dit-il, cette confiance en vos propres forces. Oui, mon ami, la
véritable et la plus digne ressource d'un homme de lettres est en
lui-même et dans ses talens; mais, en attendant que les vôtres vous
donnent de quoi vivre, je vous parle en ami et sans détour, je veux
pourvoir à tout. Je ne vous ai pas fait venir ici pour vous abandonner.
Si dès ce moment même il vous faut de l'argent, dites-le-moi: je ne veux
pas que vous ayez d'autre créancier que Voltaire.» Je lui rendis grâce
de ses bontés, en l'assurant qu'au moins de quelque temps je n'en aurois
besoin, et que dans l'occasion j'y aurois recours avec confiance. «Vous
me le promettez, me dit-il, et j'y compte. En attendant, voyons, à quoi
allez-vous travailler?--Hélas! je n'en sais rien, et c'est à vous de me
le dire.--Le théâtre, mon ami, le théâtre est la plus belle des
carrières; c'est là qu'en un jour on obtient de la gloire et de la
fortune. Il ne faut qu'un succès pour rendre un jeune homme célèbre et
riche en même temps; et vous l'aurez, ce succès, en travaillant
bien.--Ce n'est pas l'ardeur qui me manque, lui répondis-je, mais au
théâtre que ferai-je?--Une bonne comédie, me dit-il d'un ton
résolu.--Hélas, Monsieur, comment ferois-je des portraits? je ne connois
pas les visages.» Il sourit à cette réponse. «Eh bien, faites des
tragédies.» Je répondis que les personnages m'en étoient un peu moins
inconnus, et que je voulois bien m'essayer dans ce genre-là. Ainsi se
passa ma première entrevue avec cet homme illustre.

En le quittant, j'allai me loger à neuf francs par mois près de la
Sorbonne, dans la rue des Maçons, chez un traiteur qui, pour mes
dix-huit sous, me donnoit un assez bon dîner. J'en réservois une partie
pour mon souper, et j'étois bien nourri. Cependant mes cinquante écus ne
seroient pas allés bien loin; mais je trouvai un honnête libraire qui
voulut bien m'acheter le manuscrit de ma traduction de _la Boucle de
cheveux enlevée_, et qui m'en donna cent écus, mais en billets, et ces
billets n'étoient pas de l'argent comptant. Un Gascon avec qui j'avois
fait connoissance au café me découvrit, dans la rue
Saint-André-des-Arcs, un épicier qui consentit à prendre mes billets en
payement, si je voulois acheter de sa marchandise. Je lui achetai pour
cent écus de sucre, et, après le lui avoir payé, je le priai de le
revendre. J'y perdis peu de chose; et d'un côté mes cinquante écus de
Montauban, de l'autre les deux cent quatre-vingts livres de mon sucre,
me mettoient en état d'aller jusqu'à la récolte des prix académiques
sans rien emprunter à personne. Huit mois de mon loyer et de ma
nourriture ne monteroient ensemble qu'à deux cent quatre-vingt-huit
livres. Pour le surplus de ma dépense, il me restoit cent quarante-deux
livres. C'en étoit bien assez, car, en me tenant dans mon lit, j'userois
peu de bois l'hiver. Je pouvois donc, jusqu'à la Saint-Louis, travailler
sans inquiétude; et, si je remportois le prix de l'Académie françoise,
qui étoit de cinq cents livres, j'atteindrois à la fin de l'année. Ce
calcul soutint mon courage.

Mon premier travail fut l'étude de l'art du théâtre. Voltaire me prêtoit
des livres. La _Poétique_ d'Aristote, les discours de P. Corneille sur
les trois unités, ses examens, le théâtre des Grecs, nos tragiques
modernes, tout cela fut avidement et rapidement dévoré. Il me tardoit
d'essayer mon talent; et le premier sujet que mon impatience me fit
saisir fut la révolution de Portugal. J'y perdis un temps précieux;
l'intérêt politique de cet événement étoit trop foible pour le théâtre;
plus foible encore étoit la manière dont j'avois précipitamment conçu et
exécuté mon sujet. Quelques scènes que je communiquai à un comédien,
homme d'esprit, lui firent cependant bien augurer de moi. Mais il
falloit, me disoit-il, étudier l'art du théâtre au théâtre même, et il
me conseilla d'engager Voltaire à demander mes entrées. «Roselly[40] a
raison, me dit Voltaire, le théâtre est notre école à tous; il faut
qu'elle vous soit ouverte, et j'aurois dû y penser plus tôt.» Mes
entrées au Théâtre-François me furent libéralement accordées, et, dès
lors, je ne manquai plus un seul jour d'y aller prendre leçon. Je ne
puis exprimer combien cette étude assidue hâta le développement et le
progrès de mes idées et du peu de talent que je pouvois avoir. Je ne
revenois jamais de la représentation d'une tragédie sans quelques
réflexions sur les moyens de l'art, et sans quelque nouveau degré de
chaleur dans l'imagination, dans l'âme et dans le style.

Pour puiser à la source des beaux sujets tragiques, il auroit fallu
m'enfoncer dans l'étude de l'histoire, et j'en aurois eu le courage;
mais je n'en avois pas le temps. Je parcourus légèrement l'histoire
ancienne; et, le sujet de _Denys le Tyran_ s'étant saisi de ma pensée,
je n'eus plus de repos que le plan n'en fût dessiné, et tous les
ressorts de l'action inventés et mis à leur place; mais je n'en dis rien
à Voltaire, soit pour aller seul et sans guide, soit pour ne me montrer
à lui qu'avec tout l'avantage d'un travail achevé.

Ce fut dans ce temps-là que je vis chez lui l'homme du monde qui a eu
pour moi le plus d'attrait, le bon, le vertueux, le sage Vauvenargues.
Cruellement traité par la nature du côté du corps, il étoit, du côté de
l'âme, l'un de ses plus rares chefs-d'oeuvre. Je croyois voir en lui
Fénelon infirme et souffrant. Il me témoignoit de la bienveillance, et
j'obtins aisément de lui la permission de l'aller voir. Je ferois un bon
livre de ses entretiens, si j'avois pu les recueillir. On en voit
quelques traces dans le recueil qu'il nous a laissé de ses pensées et de
ses méditations; mais, tout éloquent, tout sensible qu'il est dans ses
écrits, il l'étoit, ce me semble, encore plus dans ses entretiens avec
nous. Je dis _avec nous_, car le plus souvent je me trouvois chez lui
avec un homme qui lui étoit tout dévoué, et qui par là eut bientôt gagné
mon estime et ma confiance. C'étoit ce même Bauvin[41] qui, depuis, a
donné au théâtre la tragédie des _Chérusques_, homme de sens, homme de
goût, mais d'un naturel indolent; épicurien par caractère, mais presque
aussi pauvre que moi.

Comme nos sentimens pour le marquis de Vauvenargues se rencontroient
parfaitement d'accord, ce fut pour tous les deux une espèce de
sympathie. Nous nous donnions tous les soirs rendez-vous après la
comédie au café de Procope, le tribunal de la critique et l'école des
jeunes poètes, pour étudier l'humeur et le goût du public. Là nous
causions toujours ensemble; et les jours de relâche au théâtre, nous
passions nos après-dîners en promenades solitaires. Ainsi tous les jours
nous devînmes plus nécessaires l'un à l'autre, et nous éprouvions tous
les jours plus de regret à nous quitter. «Et pourquoi nous quitter? me
dit-il enfin; pourquoi ne pas demeurer ensemble? La fruitière chez qui
je loge a une chambre à vous louer, et, en vivant à frais communs, nous
dépenserons beaucoup moins.» Je répondis que cet arrangement me plairoit
fort, mais que, dans le moment présent, il ne falloit pas y penser; il
insista, et me pressa si vivement qu'il fallut lui expliquer la cause de
ma résistance. «Chez mon hôte, lui dis-je, mon exactitude à le bien
payer doit m'avoir acquis un crédit que je ne trouverois point,
ailleurs, et dont peut-être incessamment j'aurai besoin de faire usage.»
Bauvin, qui possédoit une centaine d'écus, me dit de n'être pas en
peine; qu'il étoit en état de faire des avances, et qu'il avoit dans la
tête un projet capable de nous enrichir. De mon côté, je lui exposai mes
espérances et mes ressources; je lui communiquai la pièce que je devois
mettre au concours de l'Académie françoise; il trouva que c'étoit de
l'or en barre. Je lui montrai le plan et les premières scènes de ma
tragédie; il me répondit du succès, et alors c'étoit le Potose. Le
marquis de Vauvenargues logeoit à l'hôtel de Tours, petite rue du Paon,
et vis-à-vis de cet hôtel étoit la maison de la fruitière de Bauvin. M'y
voilà logé avec lui. Son projet de faire à nous deux une feuille
périodique ne fut pas une aussi bonne affaire qu'il l'avoit espéré: nous
n'avions ni fiel, ni venin, et cette feuille n'étant ni la critique
infidèle et injuste des bons ouvrages, ni la satire amère et mordante
des bons auteurs, elle eut peu de débit[42]. Cependant, au moyen de ce
petit casuel et du prix de l'Académie que j'eus le bonheur
d'obtenir[43], nous arrivâmes à l'automne, moi ruminant des vers
tragiques, et lui rêvant à ses amours.

Il étoit laid, bancal, déjà même assez vieux, et il étoit amant aimé
d'une jeune Artésienne dont il me parloit tous les jours avec les plus
tendres regrets: car il souffroit le tourment de l'absence, et moi
j'étois l'écho qui répondoit à ses soupirs. Quoique bien plus jeune que
lui, j'avois d'autres soins dans la tête. Le plus cuisant de mes soucis
étoit la répugnance qu'avoit déjà notre aubergiste à nous faire crédit.
Le boulanger et la fruitière vouloient bien nous fournir encore, l'un du
pain, l'autre du fromage: c'étoient là nos soupers; mais le dîner, d'un
jour à l'autre, couroit risque de nous manquer. Il me restoit une
espérance: Voltaire, qui se doutoit bien que j'étois plus fier
qu'opulent, avoit voulu que le petit poème couronné à l'Académie fût
imprimé à mon profit, et il avoit exigé d'un libraire d'en compter avec
moi, les frais d'impression prélevés. Mais, soit que le libraire en eût
retiré peu de chose, soit qu'il aimât mieux son profit que le mien, il
dit n'avoir rien à me rendre, et qu'au moins la moitié de l'édition lui
restoit. «Eh bien! lui dit Voltaire, donnez-moi ce qui vous en reste,
j'en trouverai bien le débit.» Il partoit pour Fontainebleau, où étoit
la cour; et là, comme le sujet proposé par l'Académie étoit un éloge du
roi, Voltaire prit sur lui de distribuer cet éloge, en appréciant à son
gré le bénéfice de l'auteur. C'étoit sur ce débit que je comptois, sans
cependant l'évaluer outre mesure; mais Voltaire n'arrivoit pas.

Enfin notre situation devint telle qu'un soir Bauvin me dit en
soupirant: «Mon ami, toutes nos ressources sont épuisées, et nous en
sommes réduits au point de n'avoir pas de quoi payer le porteur d'eau.»
Je le vis abattu, mais je ne le fus point. «Le boulanger et la
fruitière, lui demandai-je, nous refusent-ils le crédit?--Non, pas
encore, me dit-il.--Rien n'est donc perdu, répliquai-je, et il est bien
aisé de se passer de porteur d'eau.--Comment cela?--Comment? Eh!
parbleu! en allant nous-mêmes prendre de l'eau à la fontaine.--Vous
auriez ce courage?--Sans doute, je l'aurai. Le beau courage que
celui-là! Il est nuit close, et, quand il seroit jour, où est donc le
déshonneur de se servir soi-même?» Alors je pris la cruche, que j'allai
fièrement remplir à la fontaine voisine. En rentrant, ma cruche à la
main, je vois Bauvin, d'un air épanoui de joie, venant à moi les bras
ouverts: «Mon ami, la voilà, c'est elle! elle arrive! elle a tout
quitté, son pays, sa famille, pour venir me trouver! Est-ce là de
l'amour?» Immobile d'étonnement, et toujours ma cruche à la main, je
regarde, et je vois une grande fille bien fraîche, bien découplée, et
assez jolie quoique un peu camuse, qui me salue sans embarras. Tout à
coup, le contraste de cet incident romanesque avec notre situation me
fait partir d'un éclat de rire si fou qu'il les interdit tous les deux.
«Soyez la bien venue, Mademoiselle; vous ne pouviez, lui dis-je, mieux
choisir le moment, ni arriver plus à propos.» Et, après les premières
civilités, je descendis chez la fruitière. «Madame, lui dis-je
gravement, voici un jour extraordinaire, un jour de fête. Il faut, s'il
vous plaît, nous aider à faire les honneurs de la maison, et élargir un
peu l'angle aigu de fromage que vous nous donnez à souper.--Et que vient
faire ici cette femme? demanda-t-elle.--Ah! Madame, lui dis-je, c'est un
prodige de l'amour; et il ne faut jamais demander l'explication des
prodiges. Tout ce que vous et moi nous en devons savoir, c'est qu'il
nous faut ce soir un tiers de plus de ce bon fromage de Brie, que nous
vous payerons bientôt, s'il plaît à Dieu.--Oui, dit-elle, s'il plaît à
Dieu; mais, quand on n'a ni sou ni maille, ce n'est guère le temps de
songer à l'amour.»

Voltaire, peu de jours après, arrivant de Fontainebleau, me remplit mon
chapeau d'écus, en me disant que c'étoit le produit de la vente de mon
poème. Quoique dans ma détresse j'eusse été pardonnable de me laisser
faire du bien, je pris cependant la liberté de lui représenter qu'il
avoit vendu ce petit ouvrage trop au-dessus de sa valeur; mais il me fit
entendre que les personnes qui l'avoient payé noblement étoient de
celles dont lui ni moi nous n'avions rien à refuser. Quelques ennemis de
Voltaire auroient voulu que pour cela je me fusse brouillé avec lui. Je
n'en fis rien, et avec ces écus, qu'il eût été plus malhonnête de
refuser que de recevoir, j'allai payer toutes mes dettes[44].

Bauvin avoit reçu quelques secours de son pays; je n'en avois aucun à
recevoir du mien, et j'allois être au bout de mes finances. Il n'étoit
donc ni juste ni possible, vu sa nouvelle façon de vivre, que nous
fussions plus longtemps en communauté de dépense.

Dans cette conjoncture, l'une des plus cruelles de ma vie, et dans
laquelle, arrosant toutes les nuits mon chevet de larmes, je regrettois
l'aisance et la tranquillité dont je jouissois à Toulouse, je ne sais
quelle heureuse influence de mon étoile ou de la bonne opinion que
Voltaire donnoit de moi fit souhaiter à une femme, dont je révère la
mémoire, que je voulusse me charger d'achever l'éducation de son
petit-fils. Ah! de toute manière, le souvenir de cet événement doit être
bien cher à mon coeur. Quels agrémens inestimables de société et d'amitié
il a répandus sur ma vie! et de quelles années de bonheur il m'a fait
jouir!

Un directeur de la Compagnie des Indes, nommé Gilly, intéressé dans un
commerce maritime qui d'abord l'avoit enrichi, et qui depuis l'a ruiné,
avoit dans son veuvage un fils et une fille dont sa belle-mère, Mme
Harenc, avoit bien voulu se charger. Il est impossible d'imaginer dans
la vieillesse d'une femme plus d'amabilité que n'en avoit Mme Harenc, et
à cette amabilité se joignoient le plus grand sens, la plus rare
prudence et la plus solide vertu. Elle étoit, au premier aspect, d'une
laideur repoussante; mais bientôt tous les charmes de l'esprit et du
caractère perçoient à travers cette laideur, et la faisoient non pas
oublier, mais aimer.

Mme Harenc avoit un fils unique aussi laid qu'elle, et aussi aimable.
C'est ce M. de Presle qui, je crois, vit encore, et qui s'est longtemps
distingué par son goût et par ses lumières parmi les amateurs des
arts[45]. Leur société, composée avec choix, avoit pour caractère
l'intimité, la sûreté, une sérénité paisible et quelquefois riante, et
la plus parfaite harmonie des sentimens, des goûts et des esprits.
Quelques femmes, toujours les mêmes et tendrement unies, en faisoient
l'ornement: c'étoit la belle Desfourniels, qui, pour la régularité, la
délicatesse des traits et leur finesse inimitable, étoit le désespoir
des plus habiles peintres, et à qui la nature sembloit avoir exprès et à
plaisir formé une âme assortie à un si beau corps; c'étoit sa soeur, Mme
de Valdec, aussi aimable, quoique moins belle, mère alors bienheureuse
de cet infortuné de Lessart que nous avons vu égorger à Versailles avec
les autres prisonniers d'Orléans; c'étoit la jeune Desfourniels, depuis
comtesse de Chabrillant, qui, sans avoir ni la beauté ni le naturel de
sa mère, mêloit avec un peu d'aigreur tant d'agrément du côté de
l'esprit qu'on pardonnoit sans peine à sa vivacité ce qu'il y avoit
quelquefois de trop piquant dans ses saillies. Une demoiselle Lacome,
amie intime de Mme Harenc, avoit parmi ces caractères un ton de raison
saine et douce qui se concilioit avec tous. M. de Presle, curieux de
toutes les nouveautés littéraires, en faisoit un recueil exquis, et nous
en donnoit la primeur. Ce M. de Lantage, dont je viens d'habiter le
château dans cette vallée, et son frère aîné, homme d'esprit, passionné
pour Rabelais, portoient là le bon goût de l'ancienne gaieté. Je
n'oublierai point, en parlant de cette société charmante, le bon M. de
l'Osilière, l'homme le plus sincèrement philosophe que j'aie connu après
M. de Vauvenargues, et qui, par le contraste de la sagesse de son esprit
avec la naïve candeur de son âme et de son langage, faisoit penser à La
Fontaine.

C'est là que je fus appelé, et que je fus bientôt chéri comme l'enfant
de la maison. Jugez de mon bonheur lorsqu'à tant d'agrémens se trouva
joint celui d'avoir pour disciple un jeune homme bien né, d'une
innocence pure, d'une docilité parfaite, avec assez d'intelligence et de
mémoire pour ne rien perdre de mes leçons. Il est mort avant l'âge
d'homme, et en lui la nature a détruit l'un de ses plus charmans
ouvrages. Il étoit beau comme Apollon, et je ne m'aperçus jamais qu'il
se doutât de sa beauté.

Ce fut auprès de lui, et sans lui dérober aucun des momens et des soins
que je devois à ses études, que j'achevai ma tragédie. J'obtins encore
le prix de poésie cette année là, et je la compterois parmi les plus
heureuses de ma vie, sans le chagrin où me plongea l'événement de la
mort de ma mère. Tous les soulagemens et toutes les consolations dont
pouvoit être susceptible une douleur si grande, je les trouvai près de
Mme Harenc. Je la quittai lorsque le père de mon disciple, lui destinant
un autre genre d'instruction, le rappela vers lui; mais depuis, et
jusqu'à la mort de cette femme respectable, elle m'a aimé tendrement, et
sa maison a été la mienne.

Ma tragédie étant achevée, il étoit temps de la soumettre à la
correction de Voltaire; mais Voltaire étoit à Cirey. Le parti le plus
sage auroit été d'attendre son retour à Paris, et je le sentois bien. De
quel secours n'eussent pas été pour moi l'examen, la critique, le
conseil d'un tel maître! Mais plus mon ouvrage eût gagné en passant sous
ses yeux, moins il eût été mon ouvrage. Peut-être aussi, en exigeant de
moi au delà de mes forces, m'eût-il découragé. Ces réflexions
m'engagèrent à prendre ma résolution, et j'allai demander aux comédiens
d'entendre la lecture de ma pièce.

Cette lecture fut écoutée avec beaucoup de bienveillance. Les trois
premiers actes et le cinquième furent pleinement approuvés; mais on ne
me dissimula point que le quatrième étoit trop foible. J'avois eu
d'abord pour ce quatrième acte une idée qui m'avoit paru hasardeuse, et
que j'avois abandonnée. Je reconnus dans ce moment que, pour avoir voulu
être plus sage, je m'étois rendu froid, et la hardiesse me revint. Je
demandai trois jours pour travailler, et lecture pour le quatrième. Je
dormis peu dans l'intervalle; mais je fus bien payé de cette longue
veille par le succès que mon nouvel acte obtint à la lecture, et par
l'opinion que ce travail si prompt et si heureux donna de mon talent. Ce
fut alors que commencèrent les tribulations d'auteur; et la première eut
pour objet la distribution des rôles.

Lorsque les comédiens m'avoient gratuitement accordé mes entrées, Mlle
Gaussin avoit été la plus empressée à les solliciter pour moi. Elle
étoit en possession de l'emploi des princesses; elle y excelloit dans
tous les rôles tendres et qui ne demandoient que l'expression naïve de
l'amour et de la douleur. Belle, et du caractère de beauté le plus
touchant, avec un son de voix qui alloit au coeur, et un regard qui dans
les larmes avoit un charme inexprimable, son naturel, lorsqu'il étoit
placé, ne laissoit rien à désirer; et ce vers, adressé à Zaïre par
Orosmane:

     L'art n'est pas fait pour toi, tu n'en as pas besoin,

avoit été inspiré par elle. On peut de là juger combien elle étoit
chérie du public, et assurée de sa faveur; mais, dans les rôles de
fierté, de force et de passion tragique, tous ses moyens étoient trop
foibles; et cette mollesse voluptueuse qui convenoit si bien aux rôles
tendres étoit tout le contraire de la vigueur que demandoit le rôle de
mon héroïne. Cependant Mlle Gaussin n'avoit pas dissimulé le désir de
l'avoir; elle me l'avoit témoigné de la manière la plus flatteuse et la
plus séduisante en affectant aux deux lectures le plus vif intérêt et
pour la pièce et pour l'auteur.

Dans ce temps-là les tragédies nouvelles étoient rares, et plus rares
encore les rôles dont on attendoit du succès; mais le motif le plus
intéressant pour elle étoit d'ôter ce rôle à l'actrice qui tous les
jours lui en enlevoit quelqu'un. Jamais la jalousie du talent n'avoit
inspiré plus de haine qu'à la belle Gaussin pour la jeune Clairon.
Celle-ci n'avoit pas le même charme dans la figure; mais en elle les
traits, la voix, le regard, l'action, et surtout la fierté, l'énergie du
caractère, tout s'accordoit pour exprimer les passions violentes et les
sentimens élevés. Depuis qu'elle s'étoit saisie des rôles de Camille, de
Didon, d'Ariane, de Roxane, d'Hermione, d'Alzire, il avoit fallu les lui
céder. Son jeu n'étoit pas encore réglé et modéré comme il l'a été dans
la suite, mais il avoit déjà toute la sève et la vigueur d'un grand
talent. Il n'y avoit donc pas à balancer entre elle et sa rivale pour un
rôle de force, de fierté, d'enthousiasme, tel que le rôle d'Arétie; et,
malgré toute ma répugnance à désobliger l'une, je n'hésitai point à
l'offrir à l'autre. Le dépit de Gaussin ne put se contenir. Elle dit que
«l'on savoit bien par quel genre de séduction Clairon s'étoit fait
préférer». Assurément elle avoit tort; mais Clairon, piquée à son tour,
m'obligea de la suivre dans la loge de sa rivale; et là, sans m'avoir
prévenu de ce qui alloit se passer: «Tenez, Mademoiselle, je vous
l'amène, lui dit-elle; et, pour vous faire voir si je l'ai séduit, si
j'ai même sollicité la préférence qu'il m'a donnée, je vous déclare, et
je lui déclare à lui-même, que, si j'accepte son rôle, ce ne sera que de
votre main.» À ces mots, jetant le manuscrit sur la toilette de la loge,
elle m'y laissa.

J'avois alors vingt-quatre ans, et je me trouvois tête à tête avec la
plus belle personne du monde. Ses mains tremblantes serroient les
miennes, et je puis dire que ses beaux yeux étoient en supplians
attachés sur les miens. «Que vous ai-je donc fait, me disoit-elle avec
sa douce voix, pour mériter l'humiliation et le chagrin que vous me
causez? Quand M. de Voltaire a demandé pour vous les entrées de ce
spectacle, c'est moi qui ai porté la parole. Quand vous avez lu votre
pièce, personne n'a été plus sensible à ses beautés que moi. J'ai bien
écouté le rôle d'Arétie, et j'en ai été trop émue pour ne pas me flatter
de le rendre comme je l'ai senti. Pourquoi donc me le dérober? Il
m'appartient par droit d'ancienneté, et peut-être à quelque autre titre.
C'est une injure que vous me faites en le donnant à une autre que moi;
et je doute qu'il y ait pour vous de l'avantage. Croyez-moi, ce n'est
pas le bruit d'une déclamation forcée qui convient à ce rôle.
Réfléchissez-y bien; je tiens à mes propres succès, mais je ne tiens pas
moins aux vôtres; et ce seroit pour moi une sensible joie que d'y avoir
contribué.»

Il fut pénible, je l'avoue, l'effort que je fis sur moi-même. Mes yeux,
mon oreille, mon coeur, étoient exposés sans défense au plus doux des
enchantemens. Charmé par tous les sens, ému jusqu'au fond de l'âme,
j'étois prêt à céder, à tomber aux genoux de celle qui sembloit disposée
à m'y bien recevoir; mais il y alloit du sort de mon ouvrage, mon seul
espoir, le bien de mes pauvres enfans; et l'alternative d'un plein
succès ou d'une chute étoit si vivement présente à mon esprit que cet
intérêt l'emporta sur tous les mouvemens dont j'étois agité.

«Mademoiselle, lui répondis-je, si j'étois assez heureux pour avoir fait
un rôle comme ceux d'Andromaque, d'Iphigénie, de Zaïre, ou d'Inès, je
serois à vos pieds pour vous prier de l'embellir encore. Personne ne
sent mieux que moi le charme que vous ajoutez à l'expression d'une
douleur touchante, ou d'un timide et tendre amour; mais malheureusement
l'action de ma pièce n'est pas susceptible d'un rôle de ce caractère;
et, quoique les moyens qu'exige celui-ci soient moins rares, moins
précieux que ce beau naturel dont vous êtes douée, vous m'avouerez
vous-même qu'ils sont tout différens; un jour peut-être j'aurai lieu
d'employer avec avantage ces doux accens de voix, ces regards
enchanteurs, ces larmes éloquentes, cette beauté divine, dans un rôle
digne de vous. Laissez les périls et les risques de mon début à celle
qui veut bien les courir; et, en vous réservant l'honneur de lui avoir
cédé ce rôle, évitez les hasards qu'en le jouant vous-même vous
partageriez avec moi.--C'en est assez, dit-elle avec un dépit renfermé.
Vous le voulez; je le lui cède.» Alors, prenant sur sa toilette le
manuscrit du rôle, elle descendit avec moi, et, retrouvant Clairon dans
le foyer: «Je vous le rends, et sans regret, ce rôle dont vous attendez
tant de succès et tant de gloire, dit-elle d'un air ironique. Je pense,
comme vous, qu'il vous va mieux qu'à moi.» Mlle Clairon le reçut avec
une fierté modeste; et moi, les yeux baissés et en silence, je laissai
passer ce moment. Mais le soir à souper, tête à tête avec mon actrice,
je respirai en liberté de la gêne où elle m'avoit mis. Elle ne fut pas
peu sensible à la constance avec laquelle j'avois soutenu cette épreuve,
et ce fut là que prit naissance cette amitié durable qui a vieilli avec
nous.

Ce rôle ne fut pas le seul pour lequel je fus tracassé; l'acteur à qui
je destinois celui de Denys le père, Grandval, le refusa, et ne voulut
jouer que celui du jeune Denys. Il me fallut donner le premier à un
acteur appelé Ribou, plus jeune que Grandval. Ribou étoit un garçon beau
et bien fait, et dans son action il ne manquoit pas de noblesse; mais il
manquoit d'intelligence et d'instruction, au point qu'il fallut lui
expliquer son rôle en langue vulgaire, et le lui montrer mot à mot comme
à un enfant. Cependant, à force de peine et de leçons, je le mis en état
de le jouer passablement; et, avec quelque déguisement dans le costume,
il en prit assez bien le caractère pour ne pas nuire, par sa jeunesse, à
l'illusion théâtrale.

Vint le moment des répétitions. Ce fut là que les connoisseurs
commencèrent à me juger. J'ai parlé de ce quatrième acte que j'avois
moi-même d'abord trouvé trop hasardeux: ce fut surtout à celui-là qu'ils
s'attachèrent. Le moment critique étoit celui où Denys le jeune retient
sa maîtresse en otage dans le palais de son père pour désarmer les
factieux. Mlle Clairon entendoit dire que c'étoit là l'écueil où la
pièce alloit échouer, et qu'elle n'iroit pas plus loin. Elle me proposa
d'assembler chez elle un petit nombre de gens de goût qu'elle consultoit
elle-même, de leur lire ma pièce, et, sans les prévenir sur la situation
dont nous étions en peine, de voir ce qu'ils en penseroient; je me
soumis, comme vous croyez bien, et le conseil fut assemblé. Voici
comment il étoit composé.

C'étoit ce d'Argental, l'âme damnée de Voltaire, et l'ennemi de tous les
talens qui menaçoient de réussir. C'étoit l'abbé de Chauvelin, le
dénonciateur des jésuites, et à qui ce rôle odieux donna quelque
célébrité. C'est de lui qu'on a dit:

     Quelle est cette grotesque ébauche?
     Est-ce un homme? est-ce un sapajou?
     Cela parle, etc.

C'étoit le comte de Praslin, qui, comme d'Argental, n'existoit que dans
les coulisses avant que le duc de Choiseul, son cousin, eût donné
l'importance de l'ambassade et du ministère à sa triste inutilité.
C'étoit enfin ce vilain marquis de Thibouville, distingué parmi les
infâmes par l'impudence du plus sale des vices et les raffinemens d'un
luxe dégoûtant de mollesse et de vanité. Le seul mérite de cet homme
abreuvé de honte étoit de réciter des vers d'une voix éteinte et cassée,
et avec une afféterie qui se ressentoit de ses moeurs.

Comment ces personnages avoient-ils du crédit, de l'autorité, au
théâtre? En courtisant Voltaire, qui ne dédaignoit pas assez l'hommage
de ces vils complaisans, et en faisant accroire au petit duc d'Aumont
qu'il ne pouvoit mieux se conduire dans le gouvernement du
Théâtre-François qu'en suivant les conseils des amis de Voltaire. Ma
jeune actrice s'en laissoit imposer par l'air de conséquence et de
capacité que se donnoient ces messieurs-là, et moi j'étois frappé de son
respect pour leurs lumières. Je leur lus mon ouvrage. Ils l'écoutèrent
avec le plus grave silence; et, après la la lecture, Mlle Clairon, les
ayant assurés de ma docilité, les pria de me dire librement leur avis.
Ce fut à d'Argental que l'on déféra la parole. On sait comment il
opinoit: des demi-mots, des réticences, des phrases indécises, du vague
et de l'obscurité, ce fut tout ce que j'en tirai; et, en bâillant comme
une carpe, il prononça enfin qu'il falloit voir comment tout cela seroit
pris. Après lui, M. de Praslin dit qu'en effet, dans cette pièce, il y
avoit bien des choses qui méritoient réflexion; et, d'un ton
sentencieux, il me conseilla... d'y penser. L'abbé de Chauvelin, en
remuant ses jambes de basset du haut de son fauteuil, assura qu'on se
trompoit fort si l'on croyoit qu'une tragédie fût une chose si facile;
que le plan, l'intrigue, les moeurs, les caractères, la diction, le tout
ensemble à composer, n'étoient rien moins qu'un jeu d'enfant, et que
pour lui, sans juger la mienne à la rigueur, il y reconnoissoit
l'ouvrage d'un jeune homme; que, du reste, il s'en référoit à l'opinion
de M. d'Argental. Thibouville, à son tour, parla; et, en se flattant le
menton de la main pour faire admirer sa turquoise, il dit qu'il croyoit
se connoître un peu en vers tragiques: «Il en avoit tant récité, il en
avoit tant fait lui-même, qu'il devoit savoir en juger; mais le moyen
d'entrer dans ces détails d'après une simple lecture! Il ne pouvoit que
me renvoyer aux modèles de l'art: les nommer, c'étoit dire assez ce
qu'il vouloit me faire; et, en lisant Racine et M. de Voltaire, il étoit
bien aisé de voir de quel style ils avoient écrit.»

Comme, en les écoutant de toutes mes oreilles, je n'avois rien entendu
de net et de précis sur mon ouvrage, il me vint dans l'idée que, par
ménagement, ils avoient pris, en parlant devant moi, ce langage
insignifiant. «Je vous laisse avec ces messieurs, dis-je tout bas à mon
actrice; ils s'expliqueront mieux quand je n'y serai plus.» Et le soir
en la revoyant: «Eh bien! lui demandai-je, ont-ils parlé de moi absent
plus clairement qu'en ma présence?--Vraiment, me dit-elle en riant, ils
ont parlé tout à leur aise.--Et qu'ont-ils dit?--Ils ont dit qu'il étoit
possible que cet ouvrage eût du succès, mais qu'il étoit possible aussi
qu'il n'en eût pas. Et, toute réflexion faite, l'un ne répond de rien,
l'autre n'ose rien assurer.--Mais n'ont-ils fait aucune observation
particulière? Et par exemple sur le sujet?--Ah! le sujet! c'est là le
point critique. Cependant que sait-on? le public est si journalier!--Et
de l'action, que leur en semble?--Pour l'action, Praslin ne sait qu'en
dire, d'Argental ne sait qu'en penser, et les deux autres sont d'avis
qu'il faut la juger au théâtre.--N'ont-ils rien dit des caractères?--Ils
ont dit que le mien seroit assez beau, si...; que celui de Denys seroit
assez bien, mais...--Eh bien! si, _mais_? Après?--Ils se sont regardés
et n'en ont pas dit davantage.--Et ce quatrième acte, qu'en
pensent-ils?--Oh! pour le quatrième acte, son sort est décidé: il
tombera ou il ira aux nues.--Allons, j'en accepte l'augure, repris-je
vivement, et c'est de vous, Mademoiselle, qu'il dépend de déterminer la
prédiction en ma faveur.--Comment?--En voici le moyen. Dans le moment où
le jeune Denys s'oppose à votre délivrance, si vous voyez le public
s'émouvoir contre cet effort de vertu, n'attendez pas qu'il en murmure,
et, pressant la réplique, faites sonner ces vers:

     Va, ne crains rien, Denys n'a rien appris encore, etc.

L'actrice m'entendit, et l'on verra bientôt qu'elle passa mon espérance.

Durant les répétitions de ma pièce, il m'arriva une aventure que j'ai
racontée à mes enfans, mais que je veux leur retracer. Il y avoit plus
de deux ans que j'étois parti de Toulouse, et je n'avois payé qu'un an
de la pension de mon frère au séminaire des Irlandois. J'en devois une
année entière, et, avec bien de l'économie, j'avois mis en réserve mes
cent écus pour la payer; mais je voulois pouvoir sûrement et sans frais
les faire parvenir à leur destination. Boubée, avocat de Toulouse et
académicien des Jeux Floraux, se trouvoit alors à Paris, j'allai le
voir; et, en présence d'un homme décoré qui m'étoit inconnu, je lui
demandai s'il n'avoit pas quelque occasion sûre pour faire passer mon
argent. Il me dit n'en avoir aucune. «Eh! sandis! s'écria l'homme au
cordon rouge (que je prenois pour un militaire, et qui n'étoit qu'un
chevalier du Christ), c'est, je crois, M. Marmontel que j'ai le bonheur
de rencontrer ici. Il ne reconnoît pas ses amis de Toulouse.» Je lui
avouai avec confusion que je ne savois point à qui j'avois l'honneur de
parler. «C'est, reprit-il, à ce chevalier d'Ambelot qui vous
applaudissoit de si bon coeur quand vous receviez des couronnes. Eh bien!
tout ingrat que vous êtes, ce sera moi qui vous rendrai le petit service
de faire compter vos cent écus au séminaire des Irlandois. Donnez-moi
votre adresse. Vous recevrez de moi demain matin une lettre de change de
cette somme, payable à vue; et, quand le supérieur vous marquera que
l'argent lui aura été compté, vous me le remettrez ici tout à votre
aise.» Rien de plus obligeant: aussi remerciai-je bien monsieur le
chevalier de son empressement à me rendre ce bon office.

Alors, la conversation s'étant égayée sur Toulouse, et moi m'étant mis à
vanter l'originalité piquante de l'esprit de ce pays-là: «Je suis fâché,
me dit Boubée, que vous, qui fréquentiez notre barreau, ne vous y soyez
pas trouvé quand j'ai plaidé la cause du peintre de l'Hôtel de ville.
Vous le connoissez, ce Cammas, si laid, si bête, qui tous les ans
barbouille au Capitole les effigies des nouveaux capitouls. Une coquine
du voisinage l'accusoit de l'avoir séduite. Elle étoit grosse: elle
demandoit qu'il l'épousât, ou qu'il lui payât les dommages d'une
innocence qu'elle avoit mise au pillage depuis quinze ans. Le pauvre
diable étoit désolé; il vint me conter sa disgrâce. Il me jura que
c'étoit elle qui l'avoit suborné; il vouloit même expliquer à ses juges
comme elle s'y étoit prise, et m'offroit d'en faire un tableau qu'il
exposeroit à l'audience. «Tais-toi, lui dis-je; avec ce gros museau, il
te sied bien de faire le jouvenceau qu'on a séduit! Je plaiderai ta
cause et je te tirerai d'affaire, si tu veux me promettre de te tenir
tranquille auprès de moi à l'audience, et de ne pas souffler le mot,
quoi que je dise, entends-tu bien? sans quoi tu serois condamné.» Il me
promit tout ce que je voulus. Le jour donc arrivé et la cause appelée,
je laissai mon adversaire déclamer amplement sur la pudeur, sur la
foiblesse et la fragilité du sexe, et sur les artifices et les pièges
qu'on lui tendoit. Après quoi prenant la parole: «Je plaide dis-je, pour
un laid, je plaide pour un gueux, je plaide pour un sot (il voulut
murmurer, mais je lui imposai silence). Pour un laid, Messieurs, le
voilà; pour un gueux, Messieurs, c'est un peintre, et, qui pis est, le
peintre de la ville; pour un sot, que la cour se donne la peine de
l'interroger.» Ces trois grandes vérités une fois établies, je raisonne
ainsi: «On ne peut séduire que par l'argent, par l'esprit, ou par la
figure. Or ma partie n'a pu séduire par l'argent, puisque c'est un
gueux; par l'esprit, puisque c'est un sot; par la figure, puisque c'est
un laid, et le plus laid des hommes: d'où je conclus qu'il est
faussement accusé.» Mes conclusions furent admises, et je gagnai tout
d'une voix.»

Je promis à Boubée de ne pas oublier un mot d'un si beau plaidoyer; et,
en m'en allant, je remerciai de nouveau le chevalier d'Ambelot du
service qu'il m'alloit rendre. Le lendemain un grand laquais en livrée,
et coiffé d'un chapeau bordé d'un large point d'Espagne, m'apporta la
lettre de change, que je fis partir sur-le-champ.

Trois jours après, en passant le matin par la rue de la
Comédie-Françoise, je m'entends appeler du haut d'un second étage.
C'étoit un Languedocien nommé Favier[46], fort connu depuis, qui, par sa
fenêtre m'invitoit à monter chez lui. Je monte, et, dans sa chambre,
autour d'une table couverte d'huîtres, je trouve cinq ou six Gascons.
«Mon ami, me dit-il, une petite incommodité m'oblige de garder la
chambre. Ces messieurs veulent bien m'y tenir compagnie; nous déjeunons
ensemble, déjeunez avec nous.» Sa petite incommodité étoit une sentence
des consuls qui portoit contrainte par corps. Favier étoit noyé de
dettes; mais, comme il avoit encore ce jour-là crédit chez le marchand
de vin, le boulanger et l'écaillère, il nous donnoit des huîtres et du
vin de Champagne aussi amplement et aussi gaiement que s'il avoit été
dans l'opulence. L'insouciance d'un sauvage, avec la plus profonde
dissolution de moeurs, formoit le caractère de cet homme, d'ailleurs
aimable, plein d'esprit et de connoissances, parlant bien et facilement,
doué du talent des affaires, et tel qu'avec moins d'indolence et moins
d'abandon de lui-même il eût été capable de remplir les plus grands
emplois. Je le fréquentois peu, mais il m'intéressoit par sa franchise,
sa gaieté, son éloquence naturelle, et, puisqu'il faut le dire, par cet
épicurisme qui, chez lui comme dans Horace, avoit un attrait dangereux.

Mon chevalier au cordon rouge, d'Ambelot, étoit l'un des convives du
déjeuner. Je lui renouvelai encore mes remerciemens de sa lettre de
change. «Vous vous moquez, me dit-il; c'est le plus léger service que
nous puissions nous rendre entre compatriotes: car vous avez beau dire,
vous êtes Toulousain; nous voulons que vous le soyez.» Et, me voyant
prêt à m'en aller: «Je m'en vais aussi, me dit-il; j'ai là-bas mon
carrosse: où voulez-vous que je vous mène?» Je refusai; il insista, et
me fit monter dans sa voiture. «Permettez-moi seulement, reprit-il, de
passer à la porte de l'un de mes amis dans la rue du Colombier. Je n'ai
que deux mots à lui dire: je serai à vous dans l'instant. Vous venez de
voir, continua le fourbe, ce bon Favier: c'est le plus galant homme et
le plus généreux; mais nul ordre, nulle conduite. Il a été riche, et il
s'est ruiné; mais il n'en est pas moins prodigue. Dans ce moment il est
dans la peine; je vais l'en tirer si je puis, car il faut bien aider ses
amis au besoin.»

Arrivé à l'hôtel où il disoit avoir affaire, il descendit de sa voiture,
et le moment d'après il revint avec de l'humeur et murmurant tout bas.
Je le vis hérissé, je lui en demandai la cause. «Mon ami, me dit-il,
vous êtes jeune et nouveau dans le monde; prenez bien garde à qui vous
vous fierez, car il y a bien peu de gens sûrs! Celui-ci, par exemple, un
homme à qui j'aurois confié ma fortune, le marquis de
Montgaillard...--Je le connois. Qu'a-t-il donc fait qui vous anime
contre lui?--Hier au soir (mais je vous confie ceci sous le secret: n'en
parlez à personne; je ne veux pas le perdre), hier au soir, dans une
maison où l'on jouoit, il eut la rage de se mettre au jeu. Moi qui ne
joue jamais, je voulus l'en dissuader. Il ne m'écouta point: il ponte,
il perd; il double, il redouble son jeu, il perd tout son argent. Il
vient à moi, et me conjure de lui prêter ce que j'en ai. Je n'avois que
douze louis, et j'avois donné ma parole à ce bon Favier de les lui
apporter ce matin pour payer une dette urgente. J'expose à Montgaillard
le besoin que j'en ai, sans lui dire pour quel usage. Il me promet,
parole d'honneur, de me les rendre ce matin. Je les lui donne: il les
joue, il les perd; et, quand je crois venir les toucher, mon homme est
sorti ou il se fait celer, et ce pauvre Favier, qui les attend, va
croire que je lui manque de parole, moi qui n'en ai manqué de ma vie à
personne! Ah! je suis indigné. Et n'ai-je pas raison de l'être! Vous,
Monsieur, qui vous connoissez en procédés, dites-moi, n'ai-je pas
raison?--Monsieur le chevalier, lui dis-je, il y a trois jours que votre
lettre de change est partie. Je vous en suis donc redevable dès à
présent, et je vais m'acquitter.--Eh! non, me dit-il, non, j'emprunterai
plutôt.--Assurément, lui dis-je, c'est ce que je ne souffrirai pas. Cet
argent dans mes mains resteroit inutile; et, puisqu'il vous est
nécessaire, il est à vous. Trouvez bon, s'il vous plaît, que sur l'heure
il vous soit remis.» Il fit la plus belle défense; mais de mon côté je
m'obstinai si fort qu'il fallut me céder et recevoir mes cent écus.

Quelques jours après, une lettre du supérieur du séminaire fut pour moi
un coup de massue. Dans cette lettre, il me reprochoit de m'être moqué
de lui en lui envoyant un chiffon. «L'homme sur qui votre aventurier a
eu l'impudence de tirer une lettre de change, m'écrivoit-il, ne lui doit
rien. Je l'ai fait protester, et je vous la renvoie.» Jugez de ma
fureur. C'étoit à mes yeux un grand crime que de m'avoir escamoté mes
pauvres cent écus; mais une trahison bien plus horrible étoit de m'avoir
fait passer, sinon pour un malhonnête homme, du moins pour un homme
léger. «Juste Ciel! m'écriai-je; et de quel oeil mon frère est-il regardé
dans ce moment?» Outré de douleur et de colère, et l'épée au côté (car
en me vouant au théâtre j'avois changé d'état), je cours chez d'Ambelot,
je le demande. «Ah! le malheureux! me répond le portier de l'hôtel, il
est au For-l'Évêque. Il nous a escroqué à tous le peu d'argent que nous
avions.» Je ne le fis pas écrouer dans sa prison, mais peu de temps
après j'appris qu'il y étoit mort, et je n'en fus point affligé.

Le jour de ma mésaventure, j'allai répandre mon chagrin dans le sein de
Mme Harenc. «Assurément, dit-elle, c'est bien là voler sur l'autel.» Et
puis: «Vous soupez avec moi? me demanda-t-elle.--Oui, Madame.--Je vous
laisse donc un moment.» Elle revint quelques instans après. «Je pense,
reprit-elle, à votre pauvre frère; c'est peut-être sur lui que tombe
l'humeur de ce prêtre irlandois. Dès demain, mon ami, il faut lui
envoyer une meilleure lettre de change.--Oui, Madame, lui dis-je, telle
est mon intention. Indiquez-moi seulement un banquier.--Vous en aurez
un. À présent, parlons de vos répétitions. Vont-elles bien? En êtes-vous
content?» Je lui confiai mes inquiétudes sur l'obscurité des oracles qui
m'avoient été prononcés chez Mlle Clairon. Elle en rit de bon coeur.
«Savez-vous, me dit-elle, ce qui en arrivera? Si votre pièce a du
succès, ils l'auront prédit; si elle tombe, ils l'auront annoncé. Mais,
qu'elle tombe ou qu'elle réussisse, souvenez-vous que ce jour-là vous
soupez chez moi avec nos amis, car nous voulons nous réjouir ou nous
affliger avec vous.»

Comme elle parloit avec cette bonté, son homme d'affaires vint lui dire
deux mots; et quand il fut sorti: «Tenez, me dit-elle, voici une lettre
de change payable à vue plus sûrement que celle de votre chevalier»; et
lorsque je parlai d'en remettre la somme: «_Denys_, me dit-elle, _Denys_
en est le débiteur; il s'acquittera bien.»

Dès lors je ne fus plus inquiet que du sort de ma tragédie, et c'étoit
bien assez. L'événement en étoit pour moi d'une telle importance qu'on
me pardonnera, j'espère, les momens de foiblesse dont je vais m'accuser.

Dans ce temps-là l'auteur d'une pièce nouvelle avoit pour lui et pour
ses amis une petite loge grillée aux troisièmes sur l'avant-scène, dont
je puis dire que la banquette étoit un vrai fagot d'épines. Je m'y
rendis demi-heure avant qu'on ne levât la toile, et jusque-là je
conservai assez de force dans mes angoisses; mais, au bruit que la toile
fit à mon oreille en se levant, mon sang se gela dans mes veines[47].

On eut beau me faire respirer des liqueurs, je ne revenois point. Ce ne
fut qu'à la fin du premier monologue, au bruit des applaudissemens, que
je fus ranimé. Dès ce moment tout alla bien, et de mieux en mieux,
jusqu'à l'endroit du quatrième acte dont on m'avoit tant menacé; mais, à
l'approche de ce moment, je fus saisi d'un tremblement si fort que, sans
exagérer, les dents me claquoient dans la bouche. Si les grandes
révolutions qui se passent dans l'âme et dans les sens étoient
mortelles, je serois mort de celle qui se fit en moi lorsqu'à l'heureuse
violence que fit aux spectateurs la sublime Clairon en prononçant ces
vers:

     Va, ne crains rien, etc.,

toute la salle retentit d'applaudissemens redoublés. Jamais d'une
frayeur plus vive on n'a passé à une plus soudaine et plus sensible
joie; et, tout le reste du spectacle, ce dernier sentiment me remua le
coeur et l'âme avec tant de violence que ma respiration n'étoit que des
sanglots.

Au moment de la catastrophe, lorsqu'au bruit des applaudissemens et des
acclamations du parterre qui me demandoit à grands cris, on vint me dire
qu'il falloit descendre et me montrer sur le théâtre, il me fut
impossible de me traîner seul jusque-là; mes jambes fléchissoient sous
moi; il fallut que l'on me soutînt.

_Mérope_ avoit été la première pièce où l'on eût demandé l'auteur, et
_Denys_ étoit la seconde. Ce qui depuis est devenu si commun et si peu
flatteur étoit donc honorable encore, et aux trois premières
représentations cet honneur me fut accordé; mais cette espèce
d'enivrement avoit pour cause des circonstances qui relevoient
excessivement le mérite de mon ouvrage. Crébillon étoit vieux, Voltaire
vieillissoit; aucun jeune homme, entre eux et moi, ne s'offroit pour les
remplacer. J'avois l'air de tomber des nues; ce coup d'essai d'un
provincial, d'un Limosin de vingt-quatre ans, sembloit promettre des
merveilles, et l'on sait qu'en fait de plaisirs le public se complaît
d'abord à exagérer ses espérances; mais malheur à qui les déçoit! Ce fut
ce que la réflexion ne tarda pas à me faire connoître, et ce dont les
critiques s'empressèrent de m'avertir.

J'eus cependant quelques jours d'un bonheur pur et calme, et cette
jouissance me fut surtout bien douce dans le souper que je fis chez Mme
Harenc. M. de Presle m'y ramena après le spectacle. Sa bonne mère, qui
m'attendoit, me reçut dans ses bras; et, en apprenant mon succès, elle
m'arrosa de ses larmes. Un accueil si touchant me rappela ma mère, et à
l'instant un flot d'amertume se mêlant à ma joie: «Ah! Madame! lui
dis-je en fondant en pleurs, que ne vit-elle encore, cette mère si
tendre que vous me rappelez! Elle m'embrasseroit aussi, et elle seroit
bien heureuse!» Nos amis arrivèrent, croyant n'avoir qu'à me féliciter.
«Venez, leur dit Mme Harenc, consoler ce pauvre garçon. Le voilà qui
pleure sa mère, qui auroit été, dit-il, si heureuse dans ce moment.»

Ce retour de douleur ne fut que passager, et bientôt l'amitié que l'on
me témoignoit se saisit de toute mon âme. Ah! si dans le malheur c'est
un soulagement que de communiquer ses peines, dans le bonheur c'est une
volupté bien vive et bien délicieuse que de trouver des coeurs qui le
partagent avec nous! J'ai toujours éprouvé qu'il m'étoit plus facile de
me suffire à moi-même dans le chagrin que dans la joie. Dès que mon âme
est triste, elle veut être seule. C'est pour être heureux avec moi que
j'ai besoin de mes amis.

Dès que le sort de ma pièce fut décidé, j'en fis part à Voltaire, et en
même temps je le priai de permettre qu'elle lui fût dédiée. On peut voir
dans le recueil de ses lettres avec quelle satisfaction il apprit mon
succès et avec quelle bonté il en reçut l'hommage.

La même année que j'avois eu le malheur de perdre ma mère, Vauvenargues
étoit mort; j'avois besoin de me soulager des regrets que j'en
ressentois, et, dans mon épître à Voltaire, il me fut doux de les
répandre. Cette épître est de tous mes ouvrages celui que j'ai écrit
avec le plus de rapidité. Les vers couloient de source; je la fis dans
une soirée, et depuis je n'y ai rien changé.

Ce que m'avoit prédit Voltaire m'arriva. En un jour, presque en un
moment, je me trouvai riche et célèbre. Je fis de ma richesse l'usage
convenable. Il n'en fut pas de même de ma célébrité. Elle devint la
cause de ma dissipation et la source de mes erreurs. Jusque-là ma vie
avoit été obscure et retirée. Je logeois dans la rue des Mathurins, avec
deux hommes studieux, Lavirotte[48] et l'abbé de Prades: celui-ci occupé
à traduire la théologie d'Huet[49], et l'autre la physique de
Mac-Laurin, disciple de Newton. Avec nous demeuraient aussi deux abbés
gascons[50], aimables fainéans, d'une gaieté intarissable, lesquels
alloient courant le monde, tandis que nous étions appliqués au travail,
et revenoient le soir nous réjouir des nouvelles qu'ils avoient
recueillies, ou des contes qu'ils inventoient. Les maisons que je
fréquentois étoient celles de Mme Harenc et de Mme Desfourniels, son
amie, où j'étois toujours désiré; celle de Voltaire, où je jouissois
avec délices des entretiens de mon illustre maître, et celle de Mme
Denis, sa nièce, femme aimable avec sa laideur, et dont l'esprit naturel
et facile avoit pris la teinture de l'esprit de son oncle, de son goût,
de son enjouement, de son exquise politesse, assez pour faire rechercher
et chérir sa société. Toutes ces liaisons contribuoient à me remplir
l'âme et l'esprit de courage et d'émulation, et à répandre dans mon
travail plus de chaleur et de lumière.

Surtout quelle école pour moi que celle où tous les jours, depuis deux
ans, l'amitié des deux hommes les plus éclairés de leur siècle m'avoit
permis d'aller m'instruire! Les conversations de Voltaire et de
Vauvenargues étoient ce que jamais on put entendre de plus riche et de
plus fécond: c'étoit, du côté de Voltaire, une abondance intarissable de
faits intéressans et de traits de lumière; c'étoit, du côté de
Vauvenargues, une éloquence pleine d'aménité, de grâce et de sagesse.
Jamais dans la dispute on ne mit tant d'esprit, de douceur et de bonne
foi; et, ce qui me charmoit plus encore, c'étoit, d'un côté, le respect
de Vauvenargues pour le génie de Voltaire, et, de l'autre, la tendre
vénération de Voltaire pour la vertu de Vauvenargues: l'un et l'autre,
sans se flatter, ni par de vaines adulations, ni par de molles
complaisances, s'honoroient à mes yeux par une liberté de pensée qui ne
troubloit jamais l'harmonie et l'accord de leurs sentimens mutuels. Mais
dans le moment dont je parle, l'un de ces deux amis illustres n'étoit
plus, et l'autre étoit absent. Je fus trop livré à moi-même.

Après le succès de _Denys_, un monde curieux, séduisant et frivole
s'étant saisi de moi, je me vis emporté dans le tourbillon de Paris.
C'étoit comme une mode d'attirer, de montrer chez soi l'auteur de la
pièce nouvelle; et moi, flatté de cet empressement, je ne savois pas
m'en défendre. Tous les jours invité à des dîners, à des soupers, dont
les hôtes et les convives m'étoient également nouveaux, je me laissois
comme enlever d'une société dans une autre, sans savoir bien souvent où
j'allois ni d'où je venois: si fatigué de la mobilité perpétuelle de ce
spectacle que, dans mes momens de repos, je n'avois plus la force de
m'appliquer à rien. Cependant cette variété, ce mouvement de scènes, me
plaisoient, je l'avoue, et mes amis eux-mêmes, en me recommandant la
sagesse et la modestie, pensoient que je devois céder à ce premier désir
qu'on avoit de me voir. «Si ce n'est pas de l'amitié, ce sera,
disoient-ils, de la bienveillance et de l'estime personnelle que vous
vous acquerrez en vous conduisant bien. Vous avez besoin de connoître
les moeurs, les goûts, le ton, les usages du monde; ce n'est qu'en le
voyant de près que l'on peut bien l'étudier, et vous êtes heureux d'y
être si favorablement et de si bonne heure introduit.»

Ah! mes amis avoient raison, si j'avois su modérément profiter de cet
avantage; mais une extrême facilité fut le défaut de ma jeunesse, et,
lorsque l'occasion eut l'attrait du plaisir, je n'y sus jamais résister.

Dans ce temps de dissipation et d'étourdissement, je vis un jour arriver
chez moi un certain Monet, qui depuis fut directeur de l'Opéra-Comique,
et que je ne connoissois pas. «Monsieur, me dit-il, je suis chargé
auprès de vous d'une commission qui, je crois, ne vous déplaira point.
N'avez-vous pas entendu parler de Mlle Navarre[51]?» Je lui répondis que
ce nom étoit nouveau pour moi. «C'est, poursuivit Monet, le prodige de
notre siècle pour l'esprit et pour la beauté. Elle vient de Bruxelles,
où elle faisoit l'ornement et les délices de la cour du maréchal de
Saxe; elle a vu _Denys le Tyran_; elle brûle d'envie d'en connoître
l'auteur, et m'envoie vous inviter à dîner aujourd'hui chez elle.» Je
m'y engageai sans peine.

Jamais je n'ai été plus ébloui que je le fus en la voyant. Elle avoit
encore plus d'éclat que de beauté. Vêtue en Polonoise, de la manière la
plus galante, deux longues tresses flottoient sur ses épaules; et sur sa
tête des fleurs jonquilles, mêlées parmi ses cheveux, relevoient
merveilleusement l'éclat de ce beau teint de brune qu'animoient de leurs
feux deux yeux étincelans. L'accueil qu'elle me fit redoubla le péril de
voir de si près tant de charmes; et son langage eut bientôt confirmé
l'éloge qu'on m'avoit fait de son esprit. Ah! mes enfans! si j'avois pu
prévoir tous les chagrins que ce jour devoit me causer, avec quel
mouvement d'effroi ne me serois-je pas sauvé du danger que j'allois
courir! Ce ne sont point ici des fables; c'est l'exemple de votre père
qui va vous apprendre à redouter la plus séduisante des passions.

Parmi les convives que mon enchanteresse avoit réunis ce jour-là, je
trouvai des gens instruits, des gens aimables. Le dîner fut brillant de
galanterie et de gaieté, mais avec bienséance. Mlle Navarre savoit tenir
d'une main légère les rênes de la liberté. Elle savoit aussi mesurer ses
attentions; et, jusque vers la fin du dîner, elle les distribua si bien
que personne n'eut à se plaindre; mais insensiblement elles se fixèrent
sur moi d'une manière si marquée, et à la la promenade, dans son jardin,
elle laissa si clairement apercevoir l'envie d'être seule avec moi, que
les convives, l'un après l'autre et sans bruit, s'écoulèrent. Tandis
qu'ils défiloient, son maître de danse arriva. Je lui vis prendre sa
leçon. La danse qu'elle exécuta étoit connue alors sous le nom de
l'_Aimable vainqueur_. Elle y déploya toutes les grâces d'une taille
élégante, avec des mouvemens, des pas, des attitudes tantôt fières, et
tantôt remplies de mollesse et de volupté. La leçon ne dura guère plus
d'un quart d'heure, et Lany fut congédié. Alors, en fredonnant l'air
qu'elle avoit dansé, Mlle Navarre me demanda si je savois les paroles de
cet air-là. Je les savois; en voici le début:

     Aimable vainqueur,
     Fier tyran d'un coeur,
     Amour, dont l'empire
       Et le martyre
     Sont pleins de douceur! etc.

«Si je ne savois pas ces paroles, je les inventerois, lui dis-je, tant
le moment est propre à me les inspirer!» Une conversation qui commençoit
ainsi ne devoit pas sitôt finir. Nous passâmes la soirée ensemble; et,
dans quelques momens tranquilles, elle me demanda quel étoit le nouvel
ouvrage dont j'étois occupé. Je lui en dis le sujet, et je lui en
exposai le plan; mais je me plaignis de la dissipation involontaire à
laquelle j'étois forcé. «Voulez-vous, me dit-elle, travailler en paix, à
votre aise, et sans distraction? venez-vous-en passer quelques mois en
Champagne, dans le village d'Avenay, où mon père a des vignes et une
petite maison[52]. Mon père est à Bruxelles, à la tête d'un magasin
qu'il ne peut quitter; et c'est moi qui viens vaquer à ses affaires. Je
pars demain pour Avenay; j'y serai seule, jusque après les vendanges.
Dès que j'aurai tout arrangé pour vous y recevoir, venez m'y joindre. Il
y aura bien du malheur si, avec moi et d'excellent vin de Champagne,
vous ne faites pas de beaux vers.» Quelle raison, quelle sagesse, quelle
force, aurois-je opposées au charme irrésistible d'une pareille
invitation? Je promis de partir au premier signal qu'elle me donnerait.
Elle exigea de moi ma parole la plus sacrée de n'avoir aucun confident.
Elle avoit, disoit-elle, les plus fortes raisons de cacher notre
intelligence.

Depuis son départ jusqu'au mien pour Avenay l'intervalle fut de deux
mois; et, quoiqu'il fût rempli par une correspondance assidue et très
animée, tout ce qui dans l'absence peut le plus vivement intéresser
l'esprit et l'âme ne me sauvoit pas de l'ennui. Les lettres que je
recevois, inspirées par une imagination vive et brillante, en exaltant
la mienne par les plus doux prestiges, ne me faisoient que plus
ardemment désirer de revoir celle qui, même en son absence, me causoit
ces ravissemens. J'employai ce temps-là à dénouer le plus grand nombre
des liaisons que j'avois formées, faisant entendre aux uns que mon
nouveau travail me demandoit la solitude, et prétextant avec les autres
un voyage dans mon pays. Sans m'expliquer avec Mme Harenc ni avec Mlle
Clairon, je prévins leurs inquiétudes; mais, redoutant la curiosité et
la pénétration de Mme Denis, je gardai avec elle un silence absolu sur
mon projet d'évasion. Ce fut un tort, je le confesse. Son amitié pour
moi n'avoit pas attendu des succès pour se déclarer. Inconnu dans le
monde, j'étois reçu chez elle aussi cordialement que chez monsieur son
oncle. Rien n'étoit négligé de tout ce qui pouvoit me rendre sa maison
agréable. Mes amis y étoient accueillis; ils étoient devenus les siens.
Mon vieil ami l'abbé Raynal se souvient, comme moi, des soupers
agréables que nous faisions chez elle. L'abbé Mignot son frère, le bon
Cideville, mes deux abbés gascons de la rue des Mathurins, y portoient
une gaieté franche; et moi, jeune et jovial encore, je puis dire qu'à
ces soupers j'étois le héros de la table; j'y avois la verve de la
folie. La dame et ses convives n'étoient guère plus sages ni moins
joyeux que moi; et, quand Voltaire pouvoit s'échapper des liens de sa
marquise du Châtelet, et de ses soupers du grand monde, il étoit trop
heureux de venir rire aux éclats avec nous. Ah! pourquoi ce bonheur
facile, égal, paisible, inaltérable, ne suffisoit-il pas à mes désirs?
Que falloit-il de plus à mes délassemens, à la fin d'un long jour de
travail et d'étude, et que voulois-je aller chercher dans ce dangereux
Avenay?

Elle arriva enfin, cette lettre tant désirée, si impatiemment attendue,
qui devoit marquer mon départ. Je logeois seul alors dans le voisinage
du Louvre. Délivré du souci de la dépense de ma table, je m'étois séparé
de mes compagnons de ménage, n'ayant à mon service qu'une vieille femme
à six francs par mois, et qu'un barbier au même prix. Ce fut à mon
barbier que je confiai le soin de me trouver un courrier de la poste aux
lettres, qui, dans sa carriole, voulût me porter jusqu'à Reims avec ma
petite valise. Il s'en offrit un à point nommé, et je partis. De Reims à
Avenay j'allai à franc étrier, et, quoiqu'on dise que l'amour a des
ailes, en vérité il n'en eut pas pour moi: j'étois brisé en arrivant.

Ici, mes enfans, je jette un voile sur mes déplorables folies. Quoique
ce temps soit éloigné, et que je fusse bien jeune encore, ce n'est pas
dans un état d'enivrement et de délire que je veux paroître à vos yeux.

Mais ce que vous devez savoir, c'est que les perfides douceurs dont
j'étois abreuvé furent mêlées des plus affreuses amertumes; que la plus
séduisante des femmes étoit en même temps la plus capricieuse; que,
parmi ses enchantemens, sa coquetterie inventoit à chaque instant
quelque moyen nouveau d'exercer sur moi son empire; qu'à tout moment sa
volonté changeoit, et qu'à tout moment il falloit que la mienne lui fût
soumise; qu'elle sembloit se faire un jeu d'avoir en moi, tour à tour,
presque en même temps, l'amant le plus heureux, et le plus malheureux
esclave. Nous étions seuls, et elle avoit l'art de troubler notre
solitude par des incidens imprévus. La mobilité de ses nerfs, la
vivacité singulière des esprits qui les animoient, lui causoient des
vapeurs, qui seules auraient fait mon tourment. Lorsqu'elle étoit le
plus brillante d'enjouement et de santé, ses accès lui prenoient par des
éclats de rire involontaires; au rire succédoient une tension dans tous
ses membres, un tremblement et des mouvemens convulsifs qui se
terminoient par des larmes. Ces accidens étoient plus douloureux pour
moi que pour elle-même; mais ils me la rendoient plus chère et plus
intéressante encore; heureux si ses caprices n'avoient pas occupé
l'intervalle de ses vapeurs! Tête à tête au milieu des vignes de
Champagne, quels moyens d'affliger et de tourmenter un jeune homme?
C'étoit là son étude, c'étoit là son génie. Tous les jours elle
imaginoit quelque nouvelle épreuve à faire sur mon âme. C'étoit comme un
roman qu'elle composoit en action, et dont elle amenoit les scènes.

Les religieuses du village lui refusoient-elles l'entrée de leur jardin,
c'étoit pour elle une privation odieuse et insoutenable; toute autre
promenade lui étoit insipide. Il falloit, avec elle, escalader les murs
du jardin défendu. Le garde venoit avec son fusil nous prier d'en
sortir; elle n'en tenoit compte. Il me couchoit en joue; elle observoit
ma contenance. J'allois à lui, et fièrement je lui glissois un écu dans
la main, mais sans qu'elle s'en aperçût, car elle eût pris cela pour un
trait de foiblesse. Enfin elle prenoit son parti d'elle-même, et nous
nous retirions sans bruit, mais en bon ordre et à pas lents.

Une autre fois, elle venoit avec l'air de l'inquiétude, tenant en main
la lettre, ou véritable ou supposée, d'un amant malheureux, jaloux et
furieux de mon bonheur, qui menaçoit de venir se venger sur moi de ses
mépris. En me communiquant cette lettre, elle regardoit si je la lirois
de sang-froid, car elle n'estimoit rien tant que le courage; et, si
j'avois paru troublé, j'aurois été perdu dans son esprit.

Dès que j'étois sorti d'une épreuve, elle en inventoit d'autres, et ne
me laissoit pas le temps de respirer; mais, des situations par où elle
me fit passer, la plus critique fut celle-ci. Son père, ayant appris
qu'un jeune homme étoit avec elle, lui en avoit fait quelque reproche.
Elle m'exagéra la colère où il en étoit. À l'entendre, elle étoit
perdue, son père alloit venir nous chasser de chez lui; il n'y avoit,
disoit-elle, qu'un seul moyen de l'apaiser, et ce moyen dépendoit de
moi; mais elle eût mieux aimé mourir que de me l'indiquer: c'étoit à mon
amour pour elle à me l'apprendre. Je l'entendois très bien, mais
l'amour, qui près d'elle me faisoit oublier le monde, ne me faisoit pas
oublier moi-même. Je l'adorois comme maîtresse, mais je n'en voulois
point pour femme. J'écrivis à M. Navarre en lui faisant l'éloge de sa
fille, et en lui témoignant pour elle l'estime la plus pure, la plus
innocente amitié. Je n'allai pas plus loin. Le bon homme me répondit
que, si j'avois sur elle des vues légitimes (comme elle apparemment le
lui faisoit entendre), il n'étoit point de sacrifices qu'il ne fût
disposé à faire pour notre bonheur. Je répliquai en appuyant sur
l'estime, sur l'amitié, sur les louanges de sa fille; je glissai sur le
reste. J'ai lieu de croire qu'elle en fut mécontente, et, soit pour se
venger du refus de sa main, soit pour connoître quel seroit, dans un
accès de jalousie, le caractère de mon amour, elle choisit, pour me
percer le coeur, le trait le plus aigu et le plus déchirant. Dans un de
ces momens où je devois la croire tout occupée de moi seul, comme
j'étois occupé d'elle, le nom de mon rival, de ce rival jaloux dont elle
m'avoit menacé, fut celui qu'elle prononça. J'entendis de sa bouche:
_Ah! mon cher Béthizy!_ Figurez-vous, s'il est possible, de quel
transport je fus saisi: je sortis éperdu, et, à grands cris appelant ses
valets, je demandai des chevaux de poste. Mais, à peine m'étois-je
enfermé dans ma chambre pour me préparer à partir, elle accourut
échevelée, et, frappant à ma porte avec des cris perçans et une violence
effroyable, elle me força de lui ouvrir. Certes, si elle ne vouloit voir
en moi qu'un malheureux hors de lui-même, elle dut triompher; mais,
effrayée de l'état où elle m'avoit mis, je la vis à son tour, désolée et
désespérée, se jeter à mes pieds, et me demander grâce pour une erreur
dont, disoit-elle, sa langue seule étoit coupable, et à laquelle ni sa
pensée ni son coeur n'avoient consenti. Que cette scène fût jouée, c'est
ce qui paroît incroyable, et alors j'étois loin moi-même d'y penser;
mais plus j'ai réfléchi depuis à l'inconcevable singularité de ce
caractère romanesque, plus j'ai trouvé possible qu'elle eût voulu me
voir dans cette situation nouvelle, et que, touchée après de la violence
de ma douleur, elle eût voulu la modérer. Au moins est-il vrai que
jamais je ne la vis si sensible et si belle que dans cet horrible
moment. Aussi, après avoir été assez longtemps inexorable, me laissai-je
à la fin persuader et fléchir; mais, peu de jours après, son père
l'ayant rappelée à Bruxelles, il fallut nous quitter. Nos adieux furent
des sermens de nous aimer toujours, et, avec l'espérance de la revoir
bientôt, m'étant séparé d'elle, je revins à Paris.

La cause de mon évasion n'étoit plus un mystère: un poète chansonnier,
l'abbé de Lattaignant, chanoine de Reims, où il étoit alors, ayant
appris cette aventure, en avoit fait le sujet d'une épître à Mlle
Navarre, et cette épître couroit le monde[53]. Je me trouvai donc avoir
acquis la réputation d'homme à bonnes fortunes, dont je me serois bien
passé, car elle me fit des jaloux, c'est-à-dire des ennemis.

Le lendemain de mon arrivée, je vis venir chez moi mes deux abbés
gascons de la rue des Mathurins, et j'en reçus une semonce du sérieux le
plus comique. «D'où venez-vous? me dit l'abbé Forest. Voilà une belle
conduite! Vous vous échappez comme un voleur, sans dire un mot d'adieu à
vos meilleurs amis! Vous vous en allez en Champagne! on vous cherche, on
vous cherche en vain. Où est-il? Personne n'en sait rien; et cette femme
intéressante, cette femme sensible que vous abandonnez, que vous laissez
dans les alarmes, dans les pleurs, quelle barbarie! Allez, libertin que
vous êtes, vous ne méritez pas l'amour qu'elle a pour vous.--Quelle est,
lui demandai-je, cette _Ariane_ en pleurs? Et de qui parlez-vous?--De
qui? reprit l'abbé Debon; de cette amante désolée qui vous a cru noyé,
qui vous a fait chercher jusqu'aux filets de Saint-Cloud, et qui depuis
a su que vous l'avez trahie, de Mme Denis enfin.--Messieurs, leur dis-je
d'un ton ferme et d'un air sérieux, Mme Denis est mon amie, et rien de
plus. Elle n'a pas le droit de se plaindre de ma conduite. Je lui en ai
fait mystère, ainsi qu'à vous, parce que je l'ai dû.--Oui, du mystère,
reprit Forest, pour Mlle Navarre, pour une...!» Je l'interrompis. «Tout
beau, Monsieur, lui dis-je; vous n'avez pas, je crois, l'intention de
m'offenser, et vous m'offenseriez si vous alliez plus loin. Je ne me
suis jamais permis de réprimande avec vous, je vous prie de n'en pas
user avec moi.--Eh! sandis! répliqua Forest, vous en parlez bien à votre
aise! vous vous en allez lestement en Champagne boire le meilleur vin du
monde avec une fille charmante, et nous ici nous en payons les pots
cassés. On nous accuse d'avoir été vos confidens, vos approbateurs, vos
complices. Mme Denis elle-même nous voit de mauvais oeil, nous reçoit
froidement; enfin, puisqu'il faut vous le dire, ajouta-t-il d'une voix
pathétique, il n'y a plus de soupers chez elle: la pauvre femme est dans
le deuil.--Ah! j'entends: voilà donc, lui dis-je, le grand crime de mon
absence. Vraiment! je ne m'étonne plus que vous m'ayez grondé si fort.
Plus de soupers! Allons, il faut les rétablir. Vous serez invités
demain.» Un air de jubilation se répandit sur leur visage. «Tu crois
donc, me dit l'un, qu'on va te pardonner?--Oui, dit l'autre, elle est
bonne femme, et la paix sera bientôt faite.--La paix de l'amitié, leur
dis-je, sera toujours facile à faire: il n'en est pas de même de celle
de l'amour; et la preuve qu'il n'est pour rien dans la querelle, c'est
qu'il n'en restera demain aucune trace. Adieu, je vais voir Mme Denis.»

Elle me reçut avec un peu d'humeur, et se plaignit de l'inquiétude que
mon escapade lui avoit causée, comme à tous mes amis. J'essuyai ses
reproches, et je confessai qu'à mon âge on n'étoit exempt ni de
foiblesse, ni de folie. Quant au secret de mon voyage, il m'étoit
commandé; je n'avois pas dû le trahir. «N'allez pas, Madame, ajoutai-je,
en paroître offensée; on vous croiroit jalouse, et c'est un bruit qu'il
faut démentir plutôt que de l'autoriser.--Le démentir! dit-elle, est-ce
qu'il se répand?--Non, pas encore, lui dis-je, mais vos convives
dispersés pourroient bien le faire courir. Je viens d'en voir deux ce
matin qui m'ont fait la scène la plus vive, et à qui vos soupers
interrompus font croire que vous êtes au désespoir.» Je lui racontai
cette scène; elle en rit avec moi, et sentit qu'en effet il étoit
convenable de les inviter au plus vite pour leur ôter l'idée d'une
_Ariane en pleurs_. «Voilà, lui dis-je, ce qui s'appelle de l'amitié:
facile, indulgente et paisible, rien ne l'altère, et avec elle on vit
content, joyeux, de bon accord toute la vie, au lieu qu'avec
l'amour...--Avec l'amour! s'écria-t-elle, que le Ciel m'en préserve!
Cela n'est bon qu'en tragédie, et le comique, à moi, est le genre qui me
convient. Vous, Monsieur, qui devez savoir exprimer les tourmens, les
fureurs, les transports de l'amour tragique, vous avez besoin de
quelqu'un qui vous en donne des leçons, et j'entends dire que pour cela
vous vous êtes bien adressé. Je vous en fais mon compliment.»

Hélas! oui, je savois déjà, par ma fatale expérience, combien la passion
de l'amour, même lorsqu'on le croit heureux, est encore un état pénible
et violent: mais jusque-là je n'en avois connu que les peines les plus
légères; il me réservoit un supplice bien plus long et bien plus cruel!

La première lettre que je reçus de Mlle Navarre fut vive et tendre. La
seconde fut tendre encore, mais elle fut moins vive. La troisième se fit
attendre, et ce n'étoient plus que de pâles étincelles d'un feu mourant.
Je m'en plaignis, et cette plainte eut pour réponse de légères excuses.
Des fêtes, des spectacles, du monde à recevoir, étoient les causes qu'on
m'alléguoit de cette négligence et de cette froideur. Je devois
connoître les femmes: l'amusement et la dissipation avoient pour elles
tant d'attraits qu'il falloit au moins dans l'absence leur permettre de
s'y livrer. Ce fut alors que commença pour moi le vrai supplice de
l'amour. À trois lettres brûlantes et déchirantes, plus de réponse. Je
trouvai d'abord ce silence si incompréhensible qu'après que les facteurs
avoient passé et m'avoient dit ces mots accablans: _Il n'y a rien pour
vous_, j'allois à la poste moi-même voir si quelque lettre à mon adresse
n'étoit pas restée au bureau; et, après y avoir été, j'y retournois
encore. Dans cette attente continuelle et tous les jours trompée, je
séchois, je me consumois.

J'ai oublié de dire qu'en arrivant à Paris, en passant par le cloître
Saint-Germain-l'Auxerrois, un vieux tableau de Cléopâtre m'ayant frappé
de ressemblance avec Mlle Navarre, je l'avois acheté bien vite, et
l'avois emporté chez moi. C'étoit ma seule consolation. Je m'enfermois
seul avec ce tableau, et, lui adressant mes soupirs, je lui demandois,
par pitié, un mot de lettre qui me rendît la vie. Insensé! comment cette
image m'auroit-elle entendu? Celle à qui elle ressembloit ne daignoit
pas m'entendre. Cet excès de rigueur et de mépris n'étoit pas naturel.
Je la croyois malade ou enfermée par son père et gardée à vue comme une
criminelle. Tout me sembloit possible et vraisemblable, hormis
l'affreuse vérité.

Je n'avois pu si bien renfermer ma douleur que Mlle Clairon ne m'en eût
fait avouer la cause; et tout ce qu'elle avoit pu imaginer pour la
flatter et l'adoucir, elle l'avoit mis en usage. Un soir que nous étions
dans le foyer de la Comédie, elle entendit le marquis de
Brancas-Céreste[54] dire à quelqu'un qu'il arrivoit de Bruxelles.
«Monsieur le marquis, lui dit-elle, puis-je vous demander si vous y avez
vu Mlle Navarre?--Oui, dit-il, je l'y ai vue plus belle et plus
brillante que jamais, menant enchaîné à son char le chevalier de
Mirabeau, dont elle est amoureuse, et qui en est idolâtre.» J'étois
présent; j'entendis sa réponse. Le coeur meurtri du coup, j'allai tomber
chez moi comme une victime immolée. Ah! mes enfans! quelle folie que
celle d'un jeune homme qui croit à la fidélité d'une femme déjà célèbre
par ses foiblesses, et à qui l'attrait du plaisir a fait oublier la
pudeur!

Celle-ci cependant, moins libertine que romanesque, parut avoir changé
de moeurs dans ses amours avec le chevalier de Mirabeau; mais le roman
n'en fut pas long, et il finit misérablement.

La fièvre qui m'avoit saisi le soir même où j'avois appris mon malheur
me tenoit encore, lorsqu'un matin je vis entrer chez moi un beau jeune
homme qui m'étoit inconnu et qui me déclina son nom: c'étoit le
chevalier de Mirabeau. «Monsieur, me dit-il, je m'annonce chez vous à
deux titres: d'abord, comme l'ami intime de votre ami feu le marquis de
Vauvenargues, mon ancien camarade au régiment du roi. Je serois fier de
mériter la place qu'il occupoit dans votre coeur, et je désire de
l'obtenir. Mon autre titre ne m'est pas aussi favorable: c'est celui de
votre successeur auprès de Mlle Navarre. Je lui dois rendre ce
témoignage qu'elle a pour vous l'estime la plus tendre. J'ai été souvent
jaloux moi-même de la manière dont elle me parloit de vous; et, à mon
départ de Bruxelles, ce qu'elle m'a le plus expressément recommandé a
été de venir vous voir et de vous demander votre amitié.

--Monsieur le chevalier, lui répondis-je, vous me voyez malade; je le
suis de votre façon, et je ne me sens pas disposé, je l'avoue, à prendre
si subitement de l'amitié pour l'homme trop aimable qui m'a fait tant de
mal; mais la manière noble, loyale et franche dont vous vous annoncez,
m'inspire pour vous beaucoup d'estime, et, puisque je suis sacrifié,
c'est du moins pour moi une consolation de l'être à un homme comme vous.
Donnez-vous la peine de vous asseoir. Nous parlerons de notre ami M. de
Vauvenargues; nous parlerons aussi de Mlle Navarre, et de l'une comme de
l'autre je ne vous dirai que du bien.»

Après cette conversation, qui fut longue et intéressante: «Monsieur, me
dit-il, je me flatte que vous ne serez point fâché d'apprendre que Mlle
Navarre m'ait communiqué vos lettres. Les voici: elles ne font pas moins
l'éloge de votre coeur que de votre esprit. En vous les rendant de sa
part, je suis chargé de recevoir les siennes.--Monsieur, lui
demandai-je, a-t-elle eu la bonté de m'écrire deux mots pour m'autoriser
à vous les remettre?--Non, me dit-il, elle a compté, ainsi que moi, que
vous voudriez bien m'en croire sur ma parole.--Pardon, lui répondis-je,
pour ce qui me regarde je puis donner ma confiance: je ne dispose alors
que de ce qui est à moi, mais le secret d'un autre, je n'en dispose pas
de même. Cependant il est un moyen de tout concilier, et vous allez être
content.» Alors, tirant de mon secrétaire le paquet de lettres de Mlle
Navarre: «Vous reconnoissez son écriture, et vous voyez, lui dis-je, que
je ne distrais rien de ce recueil; vous lui serez témoin que ses lettres
ont été brûlées.» À l'instant je les mis au feu avec les miennes, et,
tandis qu'elles brûloient ensemble: «Mon devoir est rempli, ajoutai-je,
mon sacrifice est consommé.» Il approuva ma délicatesse, et se retira
satisfait.

La fièvre ne me quittoit pas; j'étois mélancolique; je ne voulois plus
voir personne. Je sentois le besoin de respirer un air plus vif que
celui du quartier du Louvre; je voulois me donner pour ma convalescence
une promenade solitaire; j'allai loger dans le quartier du Luxembourg.

Ce fut là que, malade encore, dans mon lit, en l'absence du Savoyard qui
me servoit, j'entendis un matin quelqu'un entrer chez moi. «Qui est là?»
On ne me répond point; mais on entr'ouvre les rideaux de mon alcôve, et,
dans l'obscurité, je me sens embrasser par une femme dont le visage,
appuyé sur le mien, me baignoit de larmes. «Qui êtes-vous?» demandai-je
encore. Et, sans me répondre, on redouble d'embrassemens, de soupirs et
de pleurs. Enfin on se lève, et je vois Mlle Navarre, en déshabillé du
matin, plus belle que jamais dans sa douleur et dans ses larmes. «C'est
vous, Mademoiselle! m'écriai-je. Hélas! qui vous amène? Voulez-vous me
faire mourir?» En disant ces mots, j'aperçus derrière elle le chevalier
de Mirabeau, immobile et muet. Je crus être dans le délire; mais elle,
se tournant vers lui d'un air tragique: «Voyez, Monsieur, lui dit-elle,
voyez qui je vous sacrifie: l'amant le plus passionné, le plus fidèle,
le plus tendre, et le meilleur ami que j'eusse au monde; voyez en quel
état mon amour pour vous l'a réduit, et combien vous seriez coupable si
vous vous rendiez jamais indigne d'un tel sacrifice.» Le chevalier étoit
pétrifié d'étonnement et d'admiration. «Êtes-vous en état de vous lever?
me demanda-t-elle.--Oui, lui dis-je.--Eh bien! levez-vous et donnez-nous
à déjeuner: car nous voulons que vous soyez notre conseil, et nous avons
à vous communiquer des choses de grande importance.»

Je me lève, et, mon Savoyard étant arrivé, je leur fais apporter du café
au lait. Dès que nous fûmes seuls: «Mon ami, me dit-elle, monsieur le
chevalier et moi nous allons consacrer nos amours au pied des autels,
nous marier, non pas en France, où nous aurions bien des difficultés à
vaincre, mais en Hollande, où nous serons libres. Le maréchal de Saxe
est furieux de jalousie. Voici la lettre qu'il m'a écrite. Il y traite
légèrement monsieur le chevalier; mais il lui en fera raison.» Je lui
représentai qu'un rival jaloux n'étoit pas obligé d'être juste envers
son rival, et qu'il ne seroit guère ni prudent ni possible de s'attaquer
au maréchal de Saxe. «Qu'appelez-vous s'attaquer? reprit-elle; en duel,
l'épée à la main? Ce n'est point cela; je ne me suis pas fait entendre.
Monsieur le chevalier, après son mariage, s'en va demander du service à
quelque puissance étrangère: il est connu, il peut choisir. Avec son
nom, sa valeur, ses talens et cette figure, il fera un chemin rapide;
incessamment on le verra à la tête des armées, et c'est dans un champ de
bataille qu'il se mesurera avec le maréchal.--Fort bien, Mademoiselle,
m'écriai-je, voilà ce que j'approuve, et je vous reconnois l'un et
l'autre dans un projet si généreux.» Je les vis en effet aussi fiers, et
aussi contens de leur résolution que si elle avoit dû s'exécuter le
lendemain. Dans la suite j'appris qu'après s'être mariés en Hollande,
ils avoient passé à Avignon; que le frère du chevalier, le soi-disant
«ami des hommes», et l'ennemi de son frère, avoit eu le crédit de le
faire poursuivre jusque dans les États du pape; qu'au moment où les
sbires, par ordre du vice-légat, venoient pour l'arrêter, sa femme étoit
en couche, et qu'en les voyant entrer chez elle, la frayeur qui l'avoit
saisie avoit causé en elle une révolution qui lui avoit donné la mort.

Je lui donnai des larmes, et, depuis, cet «ami des hommes», que j'ai
connu pour un hypocrite de moeurs et pour un intrigant de cour, haineux,
orgueilleux et méchant, a été ma bête d'aversion.

Je ne puis exprimer le changement presque subit qui s'étoit fait en moi
lorsque j'avois appris que le chevalier de Mirabeau aimoit assez Mlle
Navarre pour en faire sa femme. Guéri de mon amour, et surtout de ma
jalousie, je trouvai juste la préférence qu'elle lui avoit donnée, et,
loin d'en être humilié, je m'applaudis de lui avoir cédé. Par là je
reconnus combien le sentiment de l'amour-propre et de la vanité blessée
entroit dans les dépits et dans les chagrins de l'amour.

Cependant il me restoit au fond du coeur un malaise, une inquiétude, un
ennui qui me dominoit. Ce tableau de Cléopâtre, que j'avois encore
devant les yeux, avoit perdu sa ressemblance; il ne me touchoit plus,
mais il m'importunoit, et je m'en délivrai. Ce qui redoubloit ma
tristesse, c'étoit la perte de mon talent. Parmi les délices et les
tourmens d'Avenay, j'avois eu des heures de verve à donner au travail:
Mlle Navarre m'y excitoit elle-même. Les jours d'orage, comme elle avoit
peur du tonnerre, il falloit ou dîner ou souper dans ses caves (qui
étoient celles du maréchal), et, au milieu de cinquante mille bouteilles
de vin de Champagne, il étoit difficile de ne pas s'échauffer la tête.
Il est bien vrai que ces jours-là mes vers étoient fumeux; mais la
réflexion dissipoit ces vapeurs. À mesure que j'avancois, je lui lisois
mes nouvelles scènes. Pour les juger, elle alloit s'asseoir sur ce
qu'elle appeloit son trône: c'étoit, au haut des vignes, un monticule de
gazon entouré de quelques broussailles; et il falloit voir dans ses
lettres la description de ce trône qui nous attendoit, disoit-elle:
celui d'Armide n'avoit rien de plus enchanteur. C'étoit là qu'à ses
pieds je lui lisois mes vers; et, lorsqu'elle les approuvoit, je les
croyois les plus beaux du monde; mais, quand le charme fut rompu, et que
je me vis seul au monde, au lieu des fleurs dont les sentiers de l'art
étoient semés pour moi, je n'y trouvai que des épines. Le génie qui
m'inspiroit m'abandonna; mon esprit et mon âme tombèrent languissans
comme les voiles d'un navire auquel tout, à coup manque le vent qui les
enfloit.

Mlle Clairon, qui voyoit la langueur où j'étois tombé, s'empressa d'y
apporter remède. «Mon ami, me dit-elle, votre coeur a besoin d'aimer, et
l'ennui n'en est que le vide; il faut l'occuper, le remplir. N'y a-t-il
donc qu'une femme au monde qui puisse être aimable à vos yeux?--Je n'en
connois, lui dis-je, qu'une seule qui pût me consoler, si elle le
vouloit bien; mais seroit-elle assez généreuse pour le vouloir?--C'est
ce qu'il faut savoir, reprit-elle avec un sourire. Est-elle de ma
connoissance? je vous aiderai si je puis.--Oui, vous la connoissez, et
vous pouvez beaucoup sur elle.--Eh bien! nommez-la-moi, je parlerai pour
vous. Je lui dirai que vous aimez de bon coeur et de bonne foi; que vous
êtes capable de fidélité, de constance, et qu'elle est sûre d'être
heureuse en vous aimant.--Vous croyez donc tout cela de moi?--Oui, j'en
suis très persuadée.--Ayez donc la bonté de vous le dire.--À moi, mon
ami?--À vous-même.--Ah! s'il dépend de moi, vous serez consolé, et j'en
serai bien glorieuse.»

Ainsi se forma cette nouvelle liaison, qui, comme on peut bien le
prévoir, ne fut pas de longue durée, mais qui eut pour moi l'avantage de
me ranimer au travail. Jamais l'amour et l'amour de la gloire ne furent
mieux d'accord qu'ils l'étoient dans mon coeur.

_Denys_ fut remis au théâtre; il eut, à la reprise, même succès que dans
la nouveauté. Le rôle d'Arétie se ressentit du surcroît d'intérêt qu'y
prenoit celle à qui rien n'étoit plus cher que ma gloire. Elle y fut
plus sublime, plus ravissante que jamais. Eh! qu'on s'imagine avec quel
plaisir alloient souper ensemble l'actrice et l'auteur applaudis!

Mon enthousiasme pour le talent de Mlle Clairon étoit un sentiment trop
vif en moi, trop exalté, pour qu'il me soit possible de démêler, dans ma
passion pour elle, ce qui n'étoit que de l'amour; mais, indépendamment
des charmes de l'actrice, elle étoit encore à mes yeux une amante très
désirable par une jeunesse brillante de vivacité, d'enjouement et de
tous les attraits d'un naturel aimable, sans mélange d'aucun caprice, et
avec le désir unique et les soins les plus délicats de rendre son amant
heureux. Tant qu'elle aimoit, personne n'aimoit plus tendrement, plus
passionnément qu'elle, ni de meilleure foi. Sûr d'elle comme de
moi-même, la tête libre et l'âme en paix, je donnois au travail une
partie du jour, et l'autre lui étoit réservée. Charmante je l'avois
quittée; la même, et plus charmante encore, j'allois la retrouver. Quel
dommage qu'un caractère si séduisant fût si léger, et qu'avec tant de
sincérité, de fidélité même dans ses amours, elle n'eût pas plus de
constance!

Elle avoit une amie chez qui nous soupions quelquefois. Un jour elle me
dit: «N'y venez pas ce soir; vous y seriez mal à votre aise: le bailli
de Fleury doit y souper, et il me ramène.--J'en suis connu, lui
répondis-je naïvement, il voudra bien me ramener aussi.--Non, me
dit-elle, il n'aura qu'un vis-à-vis.» Ce mot fut un trait de lumière. Et
comme elle m'en vit frappé: «Eh bien! mon ami, reprit-elle, c'est une
fantaisie, il faut me la passer.--Est-il bien vrai? lui demandai-je,
parlez-vous sérieusement?--Oui, je suis folle quelquefois; mais je ne
serai jamais fausse.--Je vous en sais bon gré, lui dis-je, et je cède la
place à monsieur le bailli.» Pour cette fois je me sentis du courage et
de la raison; et ce qui m'arriva le lendemain m'apprit combien un
sentiment honnête est plus analogue et plus doux à mon coeur qu'un goût
frivole et passager.

Un avocat de mon pays, Rigal, vint me voir, et me dit: «Mlle B*** vous a
promis de ne jamais se marier sans le consentement de votre mère. Votre
mère n'est plus; Mlle B*** n'en est pas moins fidèle à sa parole: il se
présente pour elle un parti convenable; elle n'en veut accepter aucun
sans votre propre consentement.» À ces mots, je sentis renaître en moi
non pas l'amour que j'avois eu pour elle, mais une inclination si douce,
si vive et si tendre que je n'y aurois point résisté si ma fortune et
mon état avoient eu quelque consistance. «Hélas! dis-je à Rigal, que ne
suis-je en situation de m'opposer à l'engagement qu'on propose à ma
chère B***! mais malheureusement le sort que j'aurois à lui offrir est
trop vague et trop incertain. Mon avenir court des hasards d'où le sien
ne doit pas dépendre. Elle mérite un bonheur solide; et je ne puis que
porter envie à celui qui est en état de le lui assurer.»

Quelques jours après je reçus de Mlle Clairon un billet conçu en ces
mots: «Votre amitié m'est nécessaire dans ce moment. Je vous connois
trop bien pour n'y pas compter. Venez me voir, je vous attends.» Je me
rendis chez elle. Il y avoit du monde. «J'ai à vous parler», me dit-elle
en me voyant. Je la suivis dans son cabinet. «Vous me marquez,
Mademoiselle, que mon amitié peut, lui dis-je, vous être bonne à quelque
chose. Je viens savoir à quoi, et vous assurer de mon zèle.--Ce n'est ni
votre zèle ni votre amitié seule que je réclame, me dit-elle, c'est
votre amour; il faut que vous me le rendiez.» Alors, avec une ingénuité
qui, pour tout autre que moi, auroit été plaisante, elle me dit combien
cette poupée, le bailli de Fleury, avoit peu mérité que j'en fusse
jaloux. Après cet humble aveu, tout ce qu'une friponne aimable peut
avoir de plus séduisant, elle l'employa, mais en vain, pour regagner un
coeur où la réflexion avoit éteint l'amour.

«Vous ne m'avez pas trompé, lui dis-je; et, aussi sincère que vous, je
me fais un devoir de ne pas vous tromper. Nous sommes faits pour être
amis, nous le serons toute la vie, si vous le voulez bien; mais nous ne
serons plus amans.» J'abrège un dialogue dont ce fut là pour moi la
conclusion invariable. En la laissant triste et confuse, je sentis
cependant que j'étois un peu trop vengé.

_Aristomène_ étoit achevé, je le lus aux comédiens. Mlle Clairon assista
à cette lecture avec une dignité froide. On nous savoit brouillés: je
n'en fus que plus applaudi. C'étoit un problème parmi les comédiens si
je lui donnerois le rôle de la femme d'Aristomène. Elle en fut inquiète,
surtout lorsqu'elle apprit que les autres rôles étoient distribués. Elle
reçut le sien, et, un quart d'heure après, elle arriva chez moi avec une
de ses amies. «Tenez, Monsieur, me dit-elle (en entrant de l'air dont
elle entroit sur le théâtre, et en jetant sur ma table le cahier qu'on
lui avoit remis), je ne veux point du rôle sans l'auteur, car l'un
m'appartient comme l'autre.--Ma chère amie, lui dis-je en l'embrassant,
à ce titre je suis à vous: n'en demandez pas davantage. Un autre
sentiment nous rendrait malheureux.--Il a raison, dit-elle à sa
compagne: ma mauvaise tête feroit son tourment et le mien. Venez donc,
mon ami, venez dîner chez votre bonne amie.» Dès ce moment l'intimité la
plus parfaite s'établit entre nous; elle a duré trente ans la même; et,
quoique éloignés l'un de l'autre par mon nouveau genre de vie, rien n'a
changé le fond de nos sentimens mutuels.

À propos de cette amitié libre et sûre qui régnoit entre nous, je me
rappelle un trait qui ne me doit point échapper.

Mlle Clairon n'étoit ni riche, ni économe; souvent elle manquoit
d'argent. Un jour elle me dit: «J'ai besoin de douze louis. Les
avez-vous?--Non, je ne les ai pas.--Tâchez de me les procurer, et
apportez-les-moi ce soir dans ma loge, à la Comédie.» Aussitôt je me
mets en course. Je connoissois bien des gens riches, mais je ne voulois
point m'adresser à ceux-là. J'allai à mes abbés gascons et à quelques
autres de cette classe: je les trouvai à sec. J'arrivai triste dans la
loge de Mlle Clairon. Elle étoit tête à tête avec le duc de Duras. «Vous
venez bien tard, me dit-elle.--Je viens, lui dis-je, d'être en quête de
quelque argent qui m'est dû; mais j'ai perdu mes pas.» Cela dit, et bien
entendu, j'allai prendre place dans l'amphithéâtre, lorsque, du bout du
corridor, je m'entendis appeler par mon nom. Je me tourne, et je vois le
duc de Duras qui vient à moi et qui me dit: «Je viens de vous entendre
dire que vous avez besoin d'argent; combien vous faut-il?» À ces mots il
tira sa bourse. Je le remerciai en disant que je n'en étois point
pressé. «Ce n'est pas là répondre, insista-t-il; quel est l'argent que
vous deviez toucher?--Douze louis, lui dis-je enfin.--Les voilà, me
dit-il, mais à condition que, toutes les fois que vous en manquerez,
vous vous adresserez à moi.» Et lorsque je les lui rendis et le pressai
de les reprendre: «Vous le voulez absolument? me dit-il, je les reprends
donc; mais souvenez-vous que cette bourse où je les remets est la
vôtre.» Je n'usai point de ce crédit; mais depuis ce moment il n'est
point de bontés qu'il ne m'ait témoignées. Nous nous sommes trouvés
ensemble à l'Académie françoise, et, dans toutes les occasions, j'ai eu
lieu de me louer de lui. Il avoit de la joie à saisir les momens de me
rendre de bons offices. Quand je dînois chez lui, il me donnoit toujours
de son meilleur vin de Champagne, et, dans les accès de sa goutte, il
témoignoit encore du plaisir à me voir. On le disoit léger; assurément
il ne le fut jamais pour moi. Revenons à _Aristomène_.

Voltaire alors étoit à Paris. Il avoit eu envie de connoître ma pièce
avant qu'elle fût achevée, et je lui en avois lu quatre actes dont il
avoit été content. Mais l'acte qui me restoit à faire lui donnoit de
l'inquiétude; et ce n'étoit pas sans raison. Dans les quatre actes qu'il
avoit entendus, l'action paroissoit complète et suivie d'un bout à
l'autre. «Quoi! me dit-il après la lecture, prétendez-vous, dès votre
seconde tragédie, vous affranchir de la règle commune? Lorsque j'ai fait
_la Mort de César_ en trois actes, c'étoit pour un collège, et j'avois
pour excuse la contrainte où j'étois de n'y introduire que des hommes;
mais vous, au grand théâtre, et dans un sujet où rien ne vous aura gêné,
donner une pièce tronquée, et en quatre actes, forme bizarre dont vous
n'avez aucun exemple! c'est à votre âge une licence malheureuse que je
ne saurois vous passer.--Aussi, lui dis-je, n'ai-je pas dessein de la
prendre, cette licence. Ma pièce est en cinq actes dans ma tête, et
j'espère bien les remplir.--Et comment? me demanda-t-il: je viens
d'entendre le dernier acte; tous les autres se suivent, et vous ne
pensez pas sans doute à prendre l'action de plus haut?--Non,
répondis-je, l'action commencera et finira comme vous l'avez vu; le
reste est mon secret. Ce que je médite est peut-être une folie; mais,
quelque périlleux que soit le pas, il faut que je le passe; et, si vous
m'en ôtiez le courage, tout mon travail seroit perdu.--Allons, mon
enfant, me dit-il, faites, osez, risquez; c'est toujours un bon signe.
Il y a dans ce métier, comme dans celui de la guerre, des témérités
heureuses; et c'est bien souvent du milieu des difficultés les plus
désespérantes que naissent les grandes beautés.»

Le jour de la première représentation[55] il voulut se placer derrière
moi dans ma loge; et je lui dois ce témoignage qu'il étoit presque aussi
ému et aussi tremblant que moi-même. «À présent, me dit-il avant qu'on
ne levât la toile, apprenez-moi d'où vous avez tiré l'acte qui vous
manquoit.» Je lui rappelai qu'à la fin du second acte il étoit dit que
la femme et le fils d'Aristomène alloient être jugés, et qu'au
commencement du troisième on apprenoit qu'ils avoient été condamnés. «Eh
bien! lui dis-je, ce jugement que j'avois supposé se passer dans
l'entr'acte, je l'ai mis sur la scène.--Quoi! la Tournelle sur le
théâtre! s'écria-t-il; vous me faites trembler.--Oui, lui dis-je, c'est
un écueil, mais il étoit inévitable; c'est à Clairon de me sauver.»

_Aristomène_ eut au moins autant de succès que _Denys_. Voltaire, à
chaque applaudissement, me serroit dans ses bras; mais, ce qui l'étonna
et le fit tressaillir de joie, ce fut l'effet du troisième acte.
Lorsqu'il vit Léonide chargée de fers, en criminelle, paroître au milieu
de ses juges, et, avec son grand caractère, les dominer, s'emparer de la
scène et de l'âme des spectateurs, tourner sa défense en accusation, et,
discernant parmi les sénateurs les vertueux amis d'Aristomène de ses
perfides ennemis, attaquer, accabler ceux-ci de la conviction de leur
scélératesse, au bruit de l'applaudissement qu'elle enleva: «Bravo,
Clairon! s'écria Voltaire, _macle animo, generose puer!_»

Certainement personne ne sent mieux que moi combien, du côté du talent,
j'étois peu digne de lui faire envie; mais le succès étoit assez grand
pour qu'il en fût jaloux, s'il avoit eu cette foiblesse. Non, Voltaire
avoit trop le sentiment de sa supériorité pour craindre des talens
vulgaires. Peut-être qu'un nouveau Corneille ou qu'un nouveau Racine lui
auroit fait du chagrin; mais il n'étoit pas aussi facile qu'on le
croyoit d'inquiéter l'auteur de _Zaïre_, d'_Alzire_, de _Mérope_ et de
_Mahomet_.

À cette première représentation d'_Aristomène_, je fus encore obligé de
me montrer sur le théâtre; mais, aux représentations suivantes, mes amis
me donnèrent le courage de me dérober aux acclamations du public.

Un accident interrompit mon succès et troubla ma joie. Roselly, cet
acteur dont j'ai déjà parlé[56], jouoit le rôle d'Arcire, ami
d'Aristomène, et le jouoit avec autant de chaleur que d'intelligence. Il
n'étoit ni beau ni bien fait; il avoit même dans la prononciation un
grasseyement très sensible; mais il faisoit oublier ses défauts par la
décence de son action, et par une expression pleine d'esprit et d'âme.
Je lui attribuois le succès du dénouement de ma tragédie; et, en effet,
voici comment il l'avoit décidé. Lorsque, dans la dernière scène, en
parlant du décret par lequel le sénat avoit mis le comble à ses
atrocités, il dit:

     Théonis le défend et s'en nomme l'auteur,

il s'aperçut que le public se soulevoit d'indignation; et aussitôt,
s'avançant au bord du théâtre, avec l'action la plus vive il cria au
parterre, comme pour l'apaiser:

     Je m'élance, et lui plonge un poignard dans le coeur.

À l'attitude, au geste qui accompagna ces mots, on crut voir Théonis
frappé, et ce fut dans toute la salle un transport de joie éclatant.

Or, après la sixième représentation de ma pièce, et dans la plus grande
chaleur du succès, on vint m'annoncer que Roselly étoit attaqué d'une
fluxion de poitrine; et, pour le remplacer dans son rôle, on me
proposoit un acteur incapable de le jouer. C'étoit pour moi un très
grand préjudice que d'interrompre cette affluence du public; mais c'eût
été un plus grand mal encore que de dégrader mon ouvrage. Je demandai
que les représentations en fussent suspendues jusqu'au rétablissement de
la santé de Roselly, et ce ne fut que l'hiver suivant qu'_Aristomène_
fut remis au théâtre.

À la première représentation de cette reprise, l'émotion du public fut
si vive qu'il demanda encore l'auteur. Je refusai de paroître sur le
théâtre; mais j'étois au fond d'une loge. Quelqu'un m'y aperçut du
parterre et cria: «Le voilà!» La loge étoit vers l'amphithéâtre; tout le
parterre fit volte-face; il fallut m'avancer, et, par une humble
salutation, répondre à cette nouvelle faveur.

L'homme qui, du fond de sa loge, m'avoit pris dans ses bras pour me
présenter au public, va occuper dans ces _Mémoires_ une place
considérable, par le mal qu'il me fit en me voulant du bien, et par les
attrayantes et nuisibles douceurs qu'eut pour moi sa société. C'étoit M.
de La Popelinière[57]. Dès le succès de _Denys le Tyran_, il m'avoit
attiré chez lui. Mais, à l'époque dont je parle, le courage qu'il eut de
m'offrir pour retraite sa maison de campagne, au risque de déplaire à
l'homme tout-puissant que j'avois offensé, m'attacha fortement à un hôte
si généreux. Le péril d'où il me tiroit avoit pour cause une de ces
aventures de jeunesse où m'engageoit mon imprudence, et qui apprendront
à mes enfans à être plus sages que moi.



LIVRE IV


Tandis que je logeois encore dans le quartier du Luxembourg, une
ancienne actrice de l'Opéra-Comique, la Darimat, amie de Mlle Clairon,
et mariée avec Durancy, acteur comique dans une troupe de province,
étant accouchée à Paris, avoit obtenu de mon actrice qu'elle fût
marraine de son enfant, et moi j'avois été pris pour parrain[58]. De ce
baptême il arriva que ma commère Durancy, qui, chez Mlle Clairon,
m'entendoit quelquefois parler sur l'art de la déclamation, me dit un
jour: «Mon compère, voulez-vous que je vous donne une jeune et jolie
actrice à former? Elle aspire à débuter dans le tragique, et elle vaut
la peine que vous lui donniez des leçons. C'est Mlle Verrière, l'une des
protégées du maréchal de Saxe[59]. Elle est votre voisine; elle est
sage, elle vit fort décemment avec sa mère et avec sa soeur. Le maréchal,
comme vous savez, est allé voir le roi de Prusse, et nous voulons, à son
retour, lui donner le plaisir de trouver sa pupille au théâtre jouant
_Zaïre_ et _Iphigénie_ mieux que Mlle Gaussin. Si vous voulez vous
charger de l'instruire, demain je vous installerai; nous dînerons chez
elle ensemble.»

Mon aventure avec Mlle Navarre ne m'avoit point aliéné le maréchal de
Saxe; il m'avoit même témoigné de la bienveillance; et, avant
qu'_Aristomène_ fût mis au théâtre, il m'avoit fait prier d'aller lui en
faire la lecture. Cette lecture tête à tête l'avoit intéressé: le rôle
d'Aristomène l'avoit ému. Il trouva celui de Léonide théâtral. «Mais,
corbleu! me dit-il, c'est une fort mauvaise tête que cette femme-là! je
n'en voudrois pas pour rien.» Ce fut là sa seule critique. Du reste, il
fut content, et me le témoigna avec cette franchise noble et cavalière
qui sentoit en lui son héros.

Je fus donc enchanté d'avoir une occasion de faire quelque chose qui lui
fût agréable, et très innocemment, mais très imprudemment, j'acceptai la
proposition.

La protégée du maréchal étoit l'une de ses maîtresses; elle lui avoit
été donnée à l'âge de dix-sept ans. Il en avoit eu une fille, reconnue
et mariée depuis sous le nom d'Aurore de Saxe. Il lui avoit fait, à la
naissance de cette enfant, une rente de cent louis; il lui donnoit de
plus, par an, cinq cents louis pour sa dépense. Il l'aimoit de bonne
amitié; mais, quant à ses plaisirs, elle n'y étoit plus admise. La
douceur, l'ingénuité, la timidité de son caractère, n'avoient plus rien
d'assez piquant pour lui. On sait qu'avec beaucoup de noblesse et de
fierté dans l'âme, le maréchal de Saxe avoit les moeurs grivoises. Par
goût autant que par système, il vouloit de la joie dans ses armées,
disant que les François n'alloient jamais si bien que lorsqu'on les
menoit gaiement, et que ce qu'ils craignoient le plus à la guerre,
c'étoit l'ennui. Il avoit toujours dans ses camps un Opéra-Comique.
C'étoit à ce spectacle qu'il donnoit l'ordre des batailles; et, ces
jours-là, entre les deux pièces, la principale actrice annonçoit ainsi:
«Messieurs; demain relâche au théâtre, à cause de la bataille que
donnera monsieur le maréchal; après-demain, _le Coq du village_, _les
Amours grivois_, etc.»

Deux actrices de ce théâtre, Chantilly et Beauménard[60], étoient ses
deux maîtresses favorites; et leur rivalité, leur jalousie, leurs
caprices, lui donnoient, disoit-il, _plus de tourmens que les hussards
de la reine de Hongrie_. J'ai lu ces mots dans l'une de ses lettres.
C'étoit pour elles que Mlle Navarre avoit été négligée. Il trouvoit en
elle trop de hauteur et pas assez de complaisance et d'abandon. Mlle
Verrière, avec infiniment moins d'artifice, n'avoit pas même l'ambition
de le disputer à ses rivales; elle sembloit se reposer sur sa beauté du
soin de plaire, sans y contribuer d'ailleurs que par l'égalité d'un
caractère aimable et par son indolence à se laisser aimer.

Les premières scènes que nous répétâmes ensemble furent celles de Zaïre
avec Orosmane. Sa figure, sa voix, la sensibilité de son regard, son air
de candeur et de modestie, s'accordoient parfaitement avec son rôle, et
dans le mien je ne mis que trop de véhémence et de chaleur. Dès notre
seconde leçon, ces mots: _Zaïre, vous pleurez!_ furent l'écueil de ma
sagesse.

La docilité de mon écolière me rendit assidu; cette assiduité fut
malignement expliquée. Le maréchal, qui étoit alors en Prusse, instruit
de notre intelligence, en prit une colère peu digne d'un aussi grand
homme. Les cinquante louis que Mlle Verrière touchoit par mois lui
furent supprimés, et il annonça que de sa vie il ne reverroit ni la mère
ni son enfant. Il tint parole, et ce ne fut qu'après sa mort, et un peu
par mon entremise, qu'Aurore fut reconnue et élevée dans un couvent
comme fille de ce héros.

Le délaissement où tomboit ma Zaïre nous accabla tous les deux de
douleur. Il me restoit quarante louis du produit de ma nouvelle
tragédie; je la priai de les accepter. Cependant Mlle Clairon et tous
nos amis nous conseillèrent de cesser de nous voir, au moins pour
quelque temps. Il nous en coûta bien des larmes, mais nous suivîmes ce
conseil.

Le maréchal revint. J'entendois dire de tous côtés qu'il étoit furieux
contre moi. J'ai su depuis par le maréchal de Loewendal, et par deux
autres de ses amis, Sourdis et Flavacourt, qu'ils avoient eu bien de la
peine à retenir les mouvemens de sa colère. Il alloit disant dans le
monde, à la cour, et au roi lui-même, que ce petit insolent de poète lui
prenoit toutes ses maîtresses (je n'avois cependant que celles qu'il
abandonnoit). Il montroit un billet de moi qu'un perfide laquais avoit
volé à celle-ci. Heureusement dans ce billet, à propos de la tragédie de
_Cléopâtre_, à laquelle je travaillois, il étoit dit qu'Antoine étoit
_un héros en amour comme en guerre_. «Et cet Antoine, disoit le
maréchal, vous entendez bien qui il est.» Cette allusion, à laquelle je
n'avois point pensé, en le flattant, le calmoit un peu.

Cependant j'étois dans des transes d'autant plus cruelles que j'étois
résolu, au péril de ma vie, de me venger de lui s'il m'eût fait
insulter. Dans cette situation, l'une des plus pénibles où je me sois
trouvé, M. de La Popelinière me proposa de me retirer chez lui à la
campagne, et, d'un autre côté, le prince de Turenne me soulagea du
chagrin où j'étois de laisser ma Zaïre dans l'infortune.

Ce prince, me trouvant un soir dans le foyer de la Comédie-Françoise,
vint à moi et me dit: «Vous êtes cause que le maréchal de Saxe a quitté
Mlle Verrière; voulez-vous me donner votre parole de ne plus la voir?
son malheur sera réparé.» Ceci m'expliqua le mystère du rendez-vous
qu'elle m'avoit donné la veille dans le bois de Boulogne, et des pleurs
qu'elle avoit versés en me disant adieu. «Oui, mon prince, je vous la
donne, lui répondis-je, cette parole que vous me demandez. Que Mlle
Verrière soit heureuse avec vous; je consens à ne plus la voir.» Il la
prit, et je fus fidèle à ma promesse.

Retiré, presque solitaire, dans cette maison de campagne, bien
différente alors et de ce qu'elle avoit été et de ce qu'elle fut depuis,
j'eus tout le temps de me livrer à mes réflexions sur moi-même. Je
tournai les yeux vers l'abîme au bord duquel je venois de passer. Le
héros de Fontenoy, l'idole des armées et de la France entière, l'homme
devant qui la plus haute noblesse du royaume étoit dans le respect, et
que le roi lui-même accueilloit avec toutes les distinctions qui peuvent
flatter un grand homme, étoit celui à qui j'avois manqué, sans avoir
même pour excuse l'égarement d'un fol amour. Cette fille imprudente et
foible ne m'avoit point dissimulé qu'elle tenoit à lui par ses
bienfaits, et comme au père de son enfant. J'étois si bien instruit et
si persuadé du risque épouvantable que nous courions ensemble que,
lorsqu'à des heures indues je me glissois chez elle, ce n'étoit jamais
qu'en tremblant. Je la trouvois, je la laissois encore plus tremblante
elle-même. Il n'étoit point déplaisir qui n'eût été trop chèrement payé
par nos frayeurs d'être surpris et dénoncés; et si le maréchal, instruit
de ma témérité, dédaignant de m'ôter la vie, m'eût fait seulement
insulter par un de ses valets, je n'opposois à cette crainte qu'une
résolution à laquelle je ne puis penser sans frémir. Ah! frémissez comme
moi, mes enfans, des dangers que m'a fait courir une trop ardente
jeunesse, pour une liaison fortuite et passagère, sans autre cause que
l'attrait du plaisir et de l'occasion. J'ai cru devoir vous marquer
l'écueil pour vous préserver du naufrage.

Peu de temps après le maréchal mourut. Il avoit fini par se montrer
magnanime envers moi, comme le lion de la fable envers le souriceau. À
la première représentation de _Cléopâtre_, s'étant trouvé dans le
corridor face à face avec moi, en sortant de sa loge (rencontre qui me
fit pâlir), il avoit eu la bonté de me dire ces mots d'approbation:
«Fort bien, Monsieur, fort bien!» Je regrettai sincèrement en lui le
défenseur de ma patrie et l'homme généreux qui m'avoit pardonné; et,
pour honorer sa mémoire autant qu'il étoit en moi, je fis ainsi son
épitaphe:

     À Courtray Fabius, Annibal à Bruxelles,
     Sur la Meuse Condé, Turenne sur le Rhin,
     Au léopard farouche il imposa le frein.
     Et de l'aigle rapide il abattit les ailes.

La retraite où je me sauvois des tentations de Paris m'en offrit bientôt
de nouvelles; mais dans ce moment-là elle ne me donnoit que de sérieuses
leçons de moeurs. Pour faire connoître la cause de la tristesse
silencieuse et sombre qui régnoit alors dans un lieu qui avoit été le
séjour des plaisirs, il faut que je revienne un peu sur le passé, et que
je dise comment s'étoit formé et détruit cet enchantement.

M. de La Popelinière n'étoit pas le plus riche financier de son temps,
mais il en étoit le plus fastueux. D'abord il avoit pris pour maîtresse,
et depuis pour femme, la fille d'une comédienne[61]. Son intention
n'avoit pas été de se marier avec elle, mais elle avoit su l'y obliger;
voici par quel moyen. La fameuse de Tencin, après avoir élevé son frère
à la dignité de cardinal, et l'avoir introduit dans le conseil d'État,
avoit par lui un crédit obscur, mais puissant, auprès du vieux cardinal
de Fleury. Mlle Dancourt se fit présenter à elle, et, en jeune innocente
qui avoit été séduite, elle se plaignit que M. de La Popelinière, après
l'avoir flattée de l'espérance d'être sa femme, ne pensoit plus à
l'épouser. «Il vous épousera, et j'en fais mon affaire, dit Mme de
Tencin. Cachez-lui que vous m'ayez vue, et dissimulez avec lui.»

Le moment critique du renouvellement du bail des fermes approchoit, et,
parmi les anciens fermiers généraux, c'étoit à qui seroit conservé sur
la liste. On fit entendre au cardinal de Fleury que c'étoit le moment de
faire cesser un scandale qui affligeoit tous les gens de bien. On lui
représenta Mlle Dancourt comme une victime intéressante de la séduction,
et La Popelinière comme un de ces hommes qui se jouent de l'innocence
après avoir surpris sa foiblesse et sa bonne foi.

Ce n'étoit pas encore parmi les financiers un luxe autorisé que celui
des maîtresses publiquement entretenues, et le cardinal se piquoit de
maintenir les bonnes moeurs. Lors donc que La Popelinière alla solliciter
ses bontés pour le nouveau bail, le cardinal lui demanda ce que c'étoit
que Mlle Dancourt. «C'est une jeune personne dont j'ai pris soin», lui
répondit La Popelinière; et il lui fit l'éloge de son esprit, de ses
talens et de sa bonne éducation. «Je suis bien aise, reprit le cardinal,
de tout le bien que vous m'en dites. Tout le monde en parle de même, et
l'intention du roi est de donner votre place à celui qui l'épousera. Il
est bien juste au moins qu'après l'avoir séduite vous lui laissiez pour
dot l'état qu'elle avoit droit d'attendre de vous-même, et que vous lui
aviez promis.» La Popelinière voulut se défendre d'avoir pris cet
engagement. «Vous l'avez abusée, insista le ministre, et sans vous elle
auroit encore son innocence. Il faut réparer ce tort-là: c'est le
conseil que je vous donne, et ne tardez pas à le suivre, sans quoi je ne
puis rien pour vous.» Perdre sa place ou épouser, l'alternative étoit
pressante. La Popelinière prit le parti le moins fâcheux; mais à sa
résolution forcée il voulut donner l'apparence d'une volonté libre, et
le lendemain, au réveil de Mlle Dancourt: «Levez-vous, lui dit-il, et,
avec votre mère, venez où je vais vous conduire.» Elle obéit. Ce fut
chez son notaire qu'il les mena. «Écoutez, leur dit-il, la lecture de
l'acte que nous allons signer.» C'étoit le contrat de mariage. Le coup
de théâtre parut produire son effet: la fille eut l'air de se pâmer, la
mère embrassa les genoux de celui qui mettoit le comble à ses bontés et
à leurs voeux. Il jouit pleinement de leur feinte reconnoissance; et,
tant qu'il fut dans l'illusion d'un époux qui se croit aimé, il vit sa
maison embellie par les enchantemens de sa brillante épouse. Le plus
grand monde étoit de ses soupers et de ses fêtes; mais bientôt les
inquiétudes et les soupçons jaloux troublèrent son repos. Sa femme avoit
pris son essor. Portée dans un tourbillon où il ne pouvoit pas la
suivre, on lui donnoit à elle des soupers dont il n'étoit pas, et, par
des lettres anonymes, on se faisoit un plaisir malin de l'avertir qu'il
étoit la fable et le jouet de cette cour brillante que sa femme tenoit
chez lui.

C'étoit dans ce temps-là qu'il m'y avoit attiré; mais je ne fus d'abord
que de sa société particulière. Là, je trouvai le célèbre Rameau; La
Tour, le plus habile peintre en pastel que nous ayons eu; Vaucanson, ce
merveilleux mécanicien; Carle Van Loo, ce grand dessinateur et ce grand
coloriste; et sa femme[62], qui, la première, avec sa voix de rossignol,
nous avoit fait connoître les chants de l'Italie.

Mme de La Popelinière me marquoit de la bienveillance. Elle voulut
entendre la lecture d'_Aristomène_, et, de tous les critiques dont
j'avois pris conseil, ce fut à mon gré le meilleur. Après avoir entendu
ma pièce, elle en fit l'analyse avec une clarté, une précision
surprenante, me retraça de scène en scène le cours de l'action, remarqua
les endroits qui lui avoient paru beaux, comme ceux qu'elle trouvoit
foibles; et, dans toutes les corrections qu'elle me demanda, ses
observations me frappèrent comme autant de traits de lumière. Ce coup
d'oeil si vif, si rapide, et cependant si juste, étonna tout le monde, et
dans cette lecture, quoique assez applaudi moi-même, je dois dire que
son succès fut plus éclatant que le mien. Son mari en étoit tristement
interdit. À travers son admiration pour cette heureuse facilité de
mémoire et d'intelligence, pour cette verve d'éloquence qui tenoit de
l'inspiration, enfin pour cet accord de l'esprit et du goût qui
l'étonnoit comme nous dans sa femme, on voyoit percer, malgré lui, un
fond d'humeur et de chagrin dont lui seul connoissoit la cause. Il avoit
voulu la retirer de ce grand monde où elle étoit lancée; mais elle avoit
traité de tyrannie capricieuse et d'esclavage humiliant la gêne où il
prétendoit la réduire, et de là les scènes violentes qu'il y avoit entre
eux sans témoins.

La Popelinière se soulageoit avec nous, surtout avec moi, par des
satires de ce monde dont il étoit excédé, disoit-il, et dont il vouloit
s'éloigner. Il m'avoit engagé à loger près de lui. Ma simplicité, ma
franchise, lui convenoient. «Vivons ensemble, me disoit-il, nous sommes
faits pour nous aimer, et laissez là, croyez-moi, ce monde qui vous a
séduit, comme il m'avoit séduit moi-même. Et qu'en attendez-vous?--Des
protecteurs, lui dis-je, et quelques moyens de fortune.--Des
protecteurs! Ah! si vous saviez comme tous ces gens-là protègent!... De
la fortune! eh! n'en ai-je pas assez pour nous deux? Je n'ai point
d'enfant, et, grâce au Ciel, je n'en aurai jamais. Soyez tranquille, et
ne nous quittons pas, car je sens tous les jours que vous m'êtes plus
nécessaire.»

Malgré sa répugnance à me voir lui échapper, il ne put refuser à Mme de
Tencin, qu'il ménageoit par politique, il ne put, dis-je, lui refuser de
me mener chez elle pour lui lire ma tragédie: c'étoit _Aristomène_,
qu'on venoit de jouer. L'auditoire étoit respectable. J'y vis rassemblés
Montesquieu, Fontenelle, Mairan, Marivaux, le jeune Helvétius, Astruc,
je ne sais qui encore, tous gens de lettres ou savans, et au milieu
d'eux une femme d'un esprit et d'un sens profond, mais qui, enveloppée
dans son extérieur de bonhomie et de simplicité, avoit plutôt l'air de
la ménagère que de la maîtresse de la maison: c'étoit là Mme de Tencin.
J'eus besoin de tous mes poumons pour me faire entendre de Fontenelle;
et, quoique bien près de son oreille, il me falloit encore prononcer
chaque mot avec force et à haute voix; mais il m'écoutoit avec tant de
bonté qu'il me rendoit doux les efforts de cette lecture pénible. Elle
fut, comme vous pensez bien, d'une monotonie extrême, sans inflexions,
sans nuances; cependant je fus honoré des suffrages de l'assemblée;
j'eus même l'honneur d'être du dîner de Mme de Tencin; et, dès ce
jour-là, j'aurois été inscrit sur la liste de ses convives; mais M. de
La Popelinière n'eut pas de peine à me persuader qu'il y avoit là trop
d'esprit pour moi; et, en effet, je m'aperçus bientôt qu'on y arrivoit
préparé à jouer son rôle, et que l'envie d'entrer en scène n'y laissoit
pas toujours à la conversation la liberté de suivre son cours facile et
naturel. C'étoit à qui saisiroit le plus vite, et comme à la volée, le
moment de placer son mot, son conte, son anecdote, sa maxime ou son
trait léger et piquant; et, pour amener l'à-propos, on le tiroit
quelquefois d'un peu loin.

Dans Marivaux, l'impatience de faire preuve de finesse et de sagacité
perçoit visiblement. Montesquieu, avec plus de calme, attendoit que la
balle vînt à lui; mais il l'attendoit. Mairan guettoit l'occasion.
Astruc ne daignoit pas l'attendre. Fontenelle seul la laissoit venir
sans la chercher; et il usoit si sobrement de l'attention qu'on donnoit
à l'entendre que ses mots fins, ses jolis contes, n'occupoient jamais
qu'un moment. Helvétius, attentif et discret, recueilloit pour semer un
jour. C'étoit un exemple pour moi que je n'aurois pas eu la constance de
suivre: aussi cette société eut-elle pour moi peu d'attrait.

Il n'en fut pas de même de celle d'une femme que mon heureuse étoile
m'avoit fait rencontrer chez Mme de Tencin, et qui, dès lors, eut la
bonté de m'inviter à l'aller voir. Cette femme, qui commençoit à choisir
et à composer sa société littéraire, étoit Mme Geoffrin. Je répondis
trop tard à son invitation, et ce fut encore M. de La Popelinière qui
m'empêcha d'aller chez elle. «Qu'iriez-vous faire là? me dit-il; c'est
encore un rendez-vous de beaux esprits.»

C'étoit ainsi qu'il m'avoit captivé lorsque arriva mon aventure avec le
maréchal de Saxe; mais ce qui m'attacha le plus étroitement à lui fut de
le voir malheureux lui-même, et de m'apercevoir du besoin qu'il avoit de
moi. Les lettres anonymes ne cessoient de le harceler: on l'assuroit
qu'à Passy même un rival heureux continuoit de voir sa femme. Il
l'observoit, il la faisoit surveiller nuit et jour; elle en étoit
instruite, et ne voyoit en lui que le geôlier de sa prison.

Ce fut là que j'appris ce que c'est qu'un ménage où d'un côté la
jalousie, et de l'autre la haine, se glissent comme deux serpens. Une
maison voluptueuse, dont les arts, les talens, tous les plaisirs
honnêtes, sembloient avoir fait leur séjour, et, dans cette maison, le
luxe, l'abondance, l'affluence de tous les biens, tout cela corrompu par
la défiance et la crainte, par les tristes soupçons et par les noirs
chagrins! Il falloit voir à table ces deux époux vis-à-vis l'un de
l'autre; la morne taciturnité du mari, la fière et froide indignation de
la femme, le soin que prenoient leurs regards de s'éviter, et l'air
terrible et sombre dont ils se rencontroient, surtout devant leurs gens;
l'effort qu'ils faisoient sur eux-mêmes pour s'adresser quelques
paroles, et le ton sec et dur dont ils se répondoient. On a de la peine
à concevoir comment deux êtres aussi fortement aliénés pouvoient habiter
ensemble; mais elle étoit déterminée à ne pas quitter sa maison, et lui,
aux yeux du monde, et en bonne justice, n'avoit pas le droit de l'en
chasser.

Moi qui savois enfin la cause de cette mésintelligence, je ne négligeois
rien pour adoucir les peines de celui dont le coeur sembloit s'appuyer
sur le mien. Un misérable, que je dédaigne de nommer parce qu'il est
mort, m'a accusé d'avoir été l'un des complaisans de La Popelinière. Je
commence par déclarer que jamais je n'ai reçu de lui le plus léger
bienfait. Après cela, je conviens sans rougir que, par un sentiment très
naïf et très tendre, je m'étudiois à lui complaire. Aussi éloigné de
l'adulation que de la négligence, je ne le flattois pas, mais je le
consolois: je lui rendois le bon office qu'Horace attribuoit aux muses:
_Vos lene consilium et datis, et dato gaudetis almæ_. Et plût au Ciel
qu'il n'eût pas été lui-même plus indulgent pour ma vanité que je ne
l'étois pour la sienne! Cet esprit de propriété qui exagère à nos yeux
le prix de tout ce qui nous intéresse lui faisoit tant d'illusion sur le
jeune poète qu'il avoit adopté que tout ce qui couloit de ma plume lui
sembloit beau; et, au lieu d'un ami sévère dont j'aurois eu besoin, je
ne trouvois en lui qu'un très facile approbateur. Ce fut l'une des
causes auxquelles j'attribue cette mollesse d'application dont mes
ouvrages se ressentirent tout le temps que je fus chez lui.

Vers la fin de l'automne, l'ennui lui fit quitter sa triste maison de
campagne, et peu de temps après arriva l'aventure qui le sépara de sa
femme. Un jour[63] que dans la plaine des Sablons le maréchal de Saxe
donnoit au public le spectacle de la revue de ses hulans, La
Popelinière, plus excédé que jamais des lettres anonymes qui lui
répétoient que sa femme recevoit chez elle toutes les nuits le maréchal
de Richelieu, prit le temps où elle étoit à la revue pour visiter son
appartement, et voir comment un homme pouvoit y être introduit malgré la
vigilance d'un portier dont il étoit sûr. Il avoit avec lui, pour
l'aider dans cette recherche, Vaucanson et Balot[64]; celui-ci, petit
avocat, d'un esprit fin et pénétrant, mais personnage assez grotesque
par la singularité d'un langage trivial et hyperbolique, et d'un
caractère mêlé de bassesse et d'orgueil, fier et haut par boutades, et
servile par habitude. C'étoit lui qui louoit M. de La Popelinière sur la
finesse de sa peau, et qui, dans un moment d'humeur, disoit de lui:
_Qu'il s'en aille cuver son or_. Pour Vaucanson, tout son esprit étoit
en génie, et, hors des mécaniques, rien de plus ignorant et rien de plus
borné que lui.

En visitant l'appartement de Mme de La Popelinière, Balot fit la
remarque que, dans le cabinet où étoit son clavecin, on avoit tendu un
tapis de pied, et que cependant il n'y avoit dans la cheminée de cette
pièce ni bois, ni cendres, ni chenets, quoique le temps fût déjà froid
et que l'on fît du feu partout. Par induction, il s'avisa de frapper de
sa canne la plaque de la cheminée: la plaque sonna creux. Alors
Vaucanson, s'approchant, s'aperçut qu'elle étoit montée à charnière, et
si parfaitement unie au revêtement des côtés que la jointure en étoit
presque imperceptible. «Ah! Monsieur, s'écria-t-il en se tournant vers
La Popelinière, le bel ouvrage que je vois là! et l'excellent ouvrier
que celui qui l'a fait! Cette plaque est mobile, elle s'ouvre, mais la
charnière en est d'une délicatesse!... non, il n'y a point de tabatière
mieux travaillée. L'habile homme que celui-là!--Quoi! Monsieur, dit La
Popelinière en pâlissant, vous êtes sûr que cette plaque
s'ouvre?--Vraiment! j'en suis sûr, je le vois, dit Vaucanson, ravi
d'admiration et d'aise; rien n'est plus merveilleux.--Et que me fait
votre merveille? il s'agit bien ici d'admirer!--Ah! Monsieur, de tels
ouvriers sont fort rares! J'en ai de bons, assurément; mais je n'en ai
pas un qui...--Laissons là vos ouvriers, interrompit La Popelinière, et
qu'on m'en appelle un qui fasse sauter cette plaque.--C'est dommage, dit
Vaucanson, de briser un chef-d'oeuvre aussi parfait que celui-là.»

Derrière la plaque une ouverture faite au mur mitoyen étoit fermée par
un panneau de boiserie, qui, couvert d'une glace dans la maison voisine,
s'ouvroit à volonté, et donnoit une libre entrée dans le cabinet de
musique au locataire clandestin de l'appartement contigu. Le malheureux
La Popelinière, qui ne cherchoit, je crois, qu'un moyen légitime de se
délivrer de sa femme, envoya quérir un commissaire, et fit constater
sur-le-champ, par un procès-verbal, sa découverte et sa disgrâce[65].

Sa femme étoit encore à la revue lorsqu'on vint l'avertir de ce qui se
passoit chez elle. Pour y rentrer, ou de gré, ou de force, elle pria le
maréchal de Loewendal de l'y accompagner; mais la porte lui fut fermée,
et le maréchal ne voulut pas prendre sur lui de la forcer. Elle eut
recours au maréchal de Saxe. «Que je rentre chez moi, lui dit-elle, et
que je parle à mon mari; c'est assez; vous m'aurez sauvée.» Le maréchal
la fit monter dans son carrosse; et, en arrivant à la porte, il
descendit et frappa lui-même. Le fidèle portier, en entr'ouvrant la
porte, voulut lui dire qu'il lui étoit défendu... «Et ne me
connoissez-vous pas? lui dit le maréchal. Apprenez que pour moi il n'y a
point de porte fermée. Entrez, Madame, entrez chez vous.» Il lui donna
la main et monta avec elle.

La Popelinière, effarouché, vint au-devant de lui. «Eh bien, mon ami,
qu'est-ce? lui dit le maréchal: un esclandre, des scènes, un spectacle
pour le public? Il n'y a pour vous dans tout cela que du ridicule à
gagner. Ne voyez-vous pas qu'on ne cherche qu'à vous brouiller ensemble,
et qu'on y emploie toutes sortes de ruses? N'en soyez point la dupe.
Écoutez votre femme, qui se justifiera pleinement à vos yeux, et qui ne
demande qu'à vivre convenablement avec vous.» La Popelinière se contint
respectueusement en silence; et le maréchal s'en alla en leur
recommandant la décence et la paix.

Tête à tête avec son mari, Mme de La Popelinière s'arma de tout son
courage et de toute son éloquence. Elle lui demanda sur quel nouveau
soupçon, sur quelle délation nouvelle, il lui avoit fait fermer sa
porte. Et, lorsqu'il parla de la plaque, elle s'indigna qu'il la crût
complice de cette coupable invention. N'étoit-ce pas chez lui, bien
plutôt que chez elle, qu'on avoit voulu pénétrer? Et, pour avoir à leur
insu pratiqué ce passage d'une maison à l'autre, que falloit-il qu'un
domestique et deux ouvriers corrompus? Mais quoi! y avoit-il à douter de
la cause d'un stratagème si visiblement inventé pour la perdre dans son
esprit? «J'étois trop heureuse avec vous, lui dit-elle, et c'est mon
bonheur qui irrite contre moi l'envie. Les lettres anonymes ne lui ont
pas suffi; il lui falloit des preuves, et dans sa rage elle a imaginé
cette détestable machine. Que dis-je? et, depuis que l'envie s'obstine à
me persécuter, n'avez-vous pas dû voir quel étoit à ses yeux mon crime?
Quelle est dans Paris l'autre femme dont le repos, l'honneur, soient si
violemment attaqués? Ah! c'est qu'aucune d'elles n'a le tort que j'avois
et que j'aurois encore si vous aviez été plus juste. Je contribuois au
bonheur d'un homme dont l'esprit, les talens, la considération,
l'honorable existence, font le tourment des envieux. C'est vous qu'ils
veulent rendre et ridicule et malheureux. Oui, c'est là le motif de ces
libelles anonymes que vous recevez tous les jours; et c'est le succès
qu'on espère de ce piège grossier que l'on vous a tendu.» Alors, se
jetant à ses pieds: «Ah! Monsieur, rendez-moi votre estime, votre
confiance, j'ose dire votre tendresse, et mon amour vous vengera en me
vengeant moi-même du mal que nous ont fait nos communs ennemis.»

Malheureusement trop convaincu, La Popelinière fut inflexible. «Madame,
lui dit-il, tout l'artifice de vos paroles ne me fait point changer de
résolution; nous n'habiterons plus ensemble. Si vous vous retirez
modestement, sans bruit, je prendrai soin de votre sort. Si vous
m'obligez de recourir aux voies de rigueur pour vous faire sortir de
chez moi, je les emploierai; et tout sentiment d'indulgence et de bonté
pour vous sera étouffé dans mon âme.» Elle sortit. Il lui donna, je
crois, vingt mille livres de pension alimentaire, avec quoi elle alla
vivre ou plutôt mourir dans un réduit obscur, délaissée de ce beau monde
qui l'avoit tant flattée, et qui la méprisa lorsqu'elle fut dans le
malheur. Une glande qu'elle avoit au sein fut le foyer d'une humeur
corrosive qui la dévora lentement. Le maréchal de Richelieu, qui se
donnoit ailleurs des passe-temps et des plaisirs, tandis qu'elle se
consumoit dans les douleurs les plus cruelles, ne laissoit pas de lui
rendre en passant quelques devoirs de bienséance; aussi disoit-on dans
le monde, après qu'elle eut cessé de vivre: «En vérité, M. de Richelieu
a eu pour elle des procédés bien admirables! il n'a pas cessé de la voir
jusqu'à son dernier moment.»

C'étoit pour être aimée ainsi que cette femme, qui chez elle, avec une
conduite honnête, auroit joui de l'estime publique et des agrémens d'une
vie honorée et délicieuse, avoit sacrifié son repos, sa pudeur, sa
fortune, tous ses plaisirs; et ce qui rend plus effrayant encore ce
délire de la vanité, c'est que ni le coeur ni les sens n'y avoient eu
qu'une part très légère. Mme de La Popelinière, avec une tête assez
vive, étoit d'une extrême froideur; mais un duc à bonnes fortunes lui
avoit paru, comme à bien d'autres, une glorieuse conquête: ce fut là ce
qui la perdit.

La Popelinière, séparé de sa femme, ne songea plus qu'à vivre en homme
libre et opulent. Sa maison de Passy redevint le séjour le plus
charmant, mais le plus dangereux pour moi. Il avoit à ses gages le
meilleur concert de musique qui fût connu dans ce temps-là. Les joueurs
d'instrumens logeoient chez lui, et préparoient ensemble le matin, avec
un accord merveilleux, les symphonies qu'ils dévoient exécuter le soir.
Les premiers talens des théâtres, et singulièrement les chanteuses et
les danseuses de l'Opéra, venoient embellir ses soupers. À ces soupers,
après que de brillantes voix avoient charmé l'oreille, on étoit
agréablement surpris de voir, au son des instrumens, Lany, sa soeur, la
jeune Puvigné, quitter la table, et, dans la même salle, danser les airs
qu'exécutoit la symphonie. Tous les habiles musiciens qui venoient
d'Italie, violons, chanteuses et chanteurs, étoient reçus, logés,
nourris dans sa maison, et chacun à l'envi brilloit dans ces concerts.
Rameau y composoit ses opéras; et, les jours de fête, à la messe de la
chapelle domestique, il nous donnoit sur l'orgue des morceaux de verve
étonnans. Jamais bourgeois n'a mieux vécu en prince, et les princes
venoient jouir de ses plaisirs.

À son théâtre, car il en avoit un, on ne jouoit que des comédies de sa
façon, et dont les acteurs étoient pris dans sa société. Ces comédies,
quoique médiocres, étoient d'assez bon goût, et assez bien écrites pour
qu'il n'y eût pas une complaisance excessive à les applaudir. Le succès
en étoit d'autant plus assuré que le spectacle étoit suivi d'un
splendide souper auquel l'élite des spectateurs, les ambassadeurs de
l'Europe, la plus haute noblesse et les plus jolies femmes de Paris
étoient invités.

La Popelinière en faisoit les honneurs en homme qui avoit pris dans le
monde le sentiment des convenances, dont l'air, le ton et les manières
n'avoient rien que de bienséant, dont l'orgueil même savoit s'envelopper
de politesse et de modestie, et qui, dans les respects qu'il rendoit aux
grands, ne laissoit pas de garder encore un certain air de civilité
libre et simple qui lui alloit bien, parce qu'il lui étoit naturel.
Personne, quand il vouloit plaire, n'étoit plus aimable que lui. Il
avoit de l'esprit, de la galanterie, et, sans aucune étude ni beaucoup
de culture, assez de talent pour les vers. Hors de chez lui, ceux même
qui venoient de jouir de son luxe et de sa dépense ne manquoient pas de
trouver ridicule l'existence qu'il se donnoit; mais, chez lui, il ne
s'entendoit que féliciter et louer; et, avec plus ou moins de
complaisance, chacun lui payoit en flatterie les plaisirs qu'il lui
avoit donnés. C'étoit bien, comme on le disoit, un vieil enfant gâté de
la fortune; mais moi qui le voyois habituellement et de près, et qui
m'affligeois quelquefois de le trouver un peu trop vain, je m'étonne
aujourd'hui qu'il ne le fût pas davantage.

Un défaut bien plus déplorable que cette vanité de richesse et de faste,
c'étoit en lui une soif de Tantale pour un genre de voluptés dont il ne
pouvoit plus ou presque plus jouir. Le financier de La Fontaine se
plaignoit «qu'au marché l'on ne vendît pas le dormir comme le manger et
le boire». Pour celui-ci, ce n'étoit point le dormir qu'il auroit voulu
payer au poids de l'or.

Les plaisirs le sollicitoient; mais, en contraste avec la fortune qui
les lui amenoit en foule, la nature lui en prescrivoit une abstinence
humiliante; et cette alternative de tentations continuelles et de
continuelles privations étoit un supplice pour lui. Le malheureux ne
pouvoit se persuader que la cause en fût en lui-même. Il ne manquoit
jamais d'en accuser l'objet présent, et, toutes les fois qu'un objet
nouveau lui sembloit avoir plus d'attraits, on le voyoit galant, enjoué,
comme épanoui par ce doux rayon d'espérance; c'étoit alors qu'il étoit
aimable, il faisoit des contes joyeux, il chantoit des chansons qu'il
avoit composées, et d'un style tantôt plus libre, tantôt plus délicat,
selon l'objet qui l'animoit; mais autant il avoit été vif et charmé le
soir, autant le lendemain il étoit triste et mécontent.

Cependant moi, qu'environnoient les occasions de faillir, je n'étois
rien moins qu'infaillible. Je sentois bien qu'elles m'étoient nuisibles,
et que, pour m'en défendre, il eût fallu m'en éloigner; mais je n'en
avois pas la force. Le corridor où je logeois étoit le plus souvent
peuplé de filles de spectacle. Avec un pareil voisinage, il étoit
difficile que je fusse économe et des heures de mon sommeil et de celles
de mon travail. Les plaisirs de la table contribuoient aussi à obscurcir
en moi les facultés intellectuelles. Je ne me doutois pas que la
tempérance fût la nourrice du génie, et cependant rien n'est plus
véritable. Je m'éveillois la tête trouble et les idées appesanties des
vapeurs d'un ample souper. Je m'étonnois que mes esprits ne fussent pas
aussi purs, aussi libres que dans la rue des Mathurins ou que dans celle
des Maçons. Ah! c'est que le travail de l'imagination ne veut pas être
embarrassé par celui des autres organes. Les muses, a-t-on dit, sont
chastes; il auroit fallu ajouter qu'elles étoient sobres; et l'une et
l'autre de ces maximes étoient chez moi dans un profond oubli.

J'avois négligemment fini la tragédie de _Cléopâtre_; et cette pièce
qui, dans le recueil de mes oeuvres, est aujourd'hui ce que j'ai
travaillé avec le plus de soin, «se ressentoit alors, comme je l'ai dit
ailleurs[66], de la précipitation avec laquelle on écrit dans un âge où
l'on n'a pas encore senti combien il est difficile de bien écrire». Elle
eut besoin de toute l'indulgence du public pour obtenir un demi-succès
de onze représentations. J'avois mis sur le théâtre le dénouement que me
donnoit l'histoire, et Vaucanson avoit bien voulu me fabriquer un aspic
automate qui, dans le moment où Cléopâtre le pressoit sur son sein pour
en exciter la morsure, imitoit presque au naturel le mouvement d'un
aspic vivant; mais la surprise que causoit ce petit chef-d'oeuvre de
l'art faisoit diversion au véritable intérêt du moment. J'ai préféré
depuis un dénouement plus simple. Au reste, je dois reconnoître que
j'avois trop présumé de mes forces, en espérant de faire pardonner à
Antoine l'excès de son égarement. L'exemple en est terrible, mais
l'extrême difficulté étoit de le rendre touchant.

Je cherchai un sujet plus pathétique, et je crus le trouver dans la
fable des _Héraclides_. Il y avoit quelque ressemblance avec
l'_Iphigénie en Aulide_; mais, par les caractères et les incidens de
l'action, ces deux sujets étoient si différens que le même poète grec,
Euripide, les avoit traités l'un et l'autre. Cependant, à peine ma pièce
eut-elle été reçue et mise en répétition que le bruit courant dans le
monde fut que, dans un sujet tout semblable à celui de Racine, je
voulois jouter avec lui.

À ce bruit répandu avec l'affectation d'une malveillance marquée, je
m'aperçus que j'avois des ennemis; je fus même averti que j'en avois une
nuée. J'en demandois la cause, je l'ignorois alors; mais depuis j'ai
bien su pourquoi. Au théâtre, la douce et perfide Gaussin m'avoit aliéné
tout son parti, et il étoit nombreux: car il étoit formé d'abord de ses
amis, et puis des ennemis de Mlle Clairon, auxquels se rallioient les
zélés partisans de Mlle Du Mesnil. Clairon, par ses succès, enlevoit
toujours quelque rôle à l'une et à l'autre de ces actrices; et moi, son
poète fidèle, j'étois aussi l'objet de leur inimitié. Parmi les amateurs
et les intrigans des coulisses, j'avois de même contre moi tous les
ennemis de Voltaire, et, de plus, ses enthousiastes, qui, bien moins
généreux que lui, ne toléroient pas même des succès au-dessous des
siens. Bien des sociétés que j'avois négligées après y avoir été reçu
m'en vouloient de n'avoir pas mieux répondu à leurs prévenances, et
l'amitié qu'avoit pour moi La Popelinière faisoit rejaillir contre moi
la haine de ses envieux. Ajoutez-y cette foule de gens naturellement
disposés à rabaisser ceux qui s'élèvent et à jouir de la disgrâce de
ceux qu'ils ont vus prospérer, vous concevrez comment, sans avoir fait
du mal, sans même en vouloir à personne, j'avois déjà tant d'ennemis.
J'en avois même parmi les jeunes gens, qui, ayant entendu parler dans le
monde de mes frivoles aventures, me supposoient en galanterie toutes les
prétentions de leur fatuité, et qui ne me pardonnoient pas de rivaliser
avec eux: ce qui prouve, en passant, que l'ancienne maxime, _Cache ta
vie_, ne convient à personne mieux qu'à l'homme de lettres, et que ce
n'est que par ses écrits qu'il lui est permis d'être célèbre.

Mais un ennemi plus terrible que tous ceux-là pour moi, ce fut le café
de Procope. J'avois d'abord fréquenté ce café, le rendez-vous des
habitués et des arbitres du parterre, et j'y étois assez bien venu;
mais, après le succès de _Denys_ et d'_Aristomène_, on m'avoit donné le
conseil imprudent de n'y plus aller, et j'avois suivi ce conseil. Une
retraite si soudaine et si brusque, attribuée à ma vanité, me fit le
plus grand tort; et autant cette espèce de tribunal m'avoit été
favorable, autant il me devint contraire. C'est pour vous, mes enfans,
un avis d'être réservés dans vos liaisons de jeunesse, car il est
difficile de se tirer de celles où l'on s'est engagé sans y laisser
d'amers ressentimens et de cruelles inimitiés. Au lieu de dénouer
insensiblement, je rompis: ce fut une très grande faute.

Enfin, trop de sincérité, peut-être aussi trop de roideur que j'avois
dans le caractère, ne me permit jamais de dissimuler l'aversion et le
mépris dont j'étois plein pour ces malheureux journalistes, qui
«attaquent tous les jours, disoit Voltaire, ce que nous avons de
meilleur, qui louent ce que nous avons de plus mauvais, et qui font de
la noble profession des lettres un métier aussi lâche et aussi
méprisable qu'eux». Dès mes premiers succès, je m'en vis assailli comme
par un essaim de guêpes; et, depuis Fréron jusqu'à l'abbé Aubert, il n'y
a pas un de ces vils écrivains qui ne se soit vengé de mes mépris par
son déchaînement contre tous mes ouvrages.

Telles étoient les dispositions d'une partie du public, lorsque je mis
au jour la tragédie des _Héraclides_[67]. C'étoit la plus foiblement
écrite de mes pièces de théâtre, mais la plus pathétique; et, aux
répétitions, je ne puis exprimer l'impression qu'elle avoit faite. Mlle
Du Mesnil y jouoit le rôle de Déjanire, Mlle Clairon celui d'Olympie;
et, dans leurs scènes, l'expression de l'amour et de la douleur de la
mère étoit si déchirante que celle qui jouoit la fille en étoit pénétrée
au point de ne pouvoir parler. L'auditoire fondoit en larmes. M. de La
Popelinière, ainsi que tous les assistans, me répondoient d'un plein
succès.

J'ai fait entendre ailleurs par quel événement tout l'effet de ce
pathétique fut détruit à la première représentation. Mais, ce que je
n'ai pas voulu expliquer dans une préface, je puis le dire clairement
dans des mémoires particuliers. Mlle Du Mesnil aimoit le vin, elle avoit
coutume d'en boire un gobelet dans les entr'actes, mais assez trempé
d'eau pour ne pas l'enivrer. Malheureusement, ce jour-là, son laquais le
lui versa pur, à son insu. Dans le premier acte, elle venoit d'être
sublime et applaudie avec transport. Toute bouillante encore, elle avala
ce vin, et il lui porta à la tête. Dans cet état d'ivresse et
d'étourdissement, elle joua le reste de son rôle, ou plutôt le balbutia
d'un air si égaré, si hors de sens, que le pathétique en devint risible;
et l'on sait que, lorsqu'une fois le parterre commence à prendre le
sérieux en raillerie, rien ne le touche plus, et, en froid parodiste, il
ne cherche plus qu'à s'égayer.

Comme on ne savoit pas dans le public ce qui étoit arrivé dans la
coulisse, on ne manqua point d'attribuer au rôle l'extravagance de
l'actrice; et le bruit de Paris fut que le ton de ma pièce étoit d'une
familiarité si folle et si plaisante qu'on en avoit ri aux éclats.

Quoique Mlle Du Mesnil ne m'aimât point, comme elle s'attribuoit au
moins une partie de ma disgrâce, elle crut devoir faire ses efforts pour
la réparer. On redonna, malgré moi, la pièce; elle fut jouée, par les
deux actrices, aussi bien qu'il étoit possible; le peu de monde qui la
voyoit y répandoit de douces larmes; mais, la prévention contraire une
fois établie, le coup étoit porté. Elle ne s'en releva point, et, à la
sixième représentation, je voulus qu'on l'interrompît.

Mes enfans auront lu le récit que j'ai fait ailleurs[68] de la fête qui
m'attendoit à Passy le jour de la première représentation des
_Héraclides_, et dont le contretemps auroit mis le comble à mon
humiliation si je n'avois eu la présence d'esprit d'en éviter le
ridicule en posant sur la tête de Mlle Clairon cette couronne de laurier
qu'on m'offroit si mal à propos. Je ne rappelle ici cet incident que
pour faire voir avec quelle assurance M. de La Popelinière avoit compté
sur le succès de mon ouvrage. Il persista dans l'opinion qu'il en avoit
eue, et son amitié redoubla de chaleur pour me tirer de l'abattement où
j'étois comme anéanti.

Mon esprit, en se relevant, prit un caractère un peu plus mâle, et même
une teinte de philosophie, grâce à l'adversité, grâce peut-être aussi
aux liaisons que j'avois formées. Mon enchantement à Passy n'étoit pas
tel qu'il me fît oublier Paris; et, plus souvent que n'eût voulu M. de
La Popelinière, j'y faisois de petits voyages. Chez ma bonne Mme Harenc,
que je n'ai jamais négligée, j'avois fait connoissance avec d'Alembert
et la jeune Mme de Lespinasse, qui, tous les deux, y accompagnoient Mme
du Delfand toutes les fois qu'elle y venoit souper. Je ne fais que
nommer ici ces personnages intéressans; j'en parlerai à loisir dans la
suite.

Une autre société où je fus attiré, je ne sais plus comment, fut celle
du baron d'Holbach. Ce fut là que je connus Diderot, Helvétius, Grimm,
et J.-J. Rousseau avant qu'il se fût fait sauvage. Grimm, alors
secrétaire et ami intime du jeune comte de Friesen, neveu du maréchal de
Saxe, nous donnoit, chez lui, un dîner toutes les semaines; et, à ce
dîner de garçons, régnoit une liberté franche; mais c'étoit un mets dont
Rousseau ne goûtoit que très sobrement. Personne mieux que lui
n'observoit la triste maxime de «vivre avec ses amis comme s'ils
dévoient être un jour ses ennemis». Lorsque je le connus, il venoit de
remporter le prix d'éloquence à l'Académie de Dijon, avec ce beau
sophisme où il a imputé aux sciences et aux arts les effets naturels de
la prospérité et du luxe des nations. Cependant il n'avoit pas encore
pris couleur, comme il a fait depuis, et il n'annonçoit pas l'ambition
de faire secte. Ou son orgueil n'étoit pas né, ou il se cachoit sous les
dehors d'une politesse timide, quelquefois fois même obséquieuse et
tenant de l'humilité. Mais, dans sa réserve craintive, on voyoit de la
défiance; son regard en dessous observoit tout avec une ombrageuse
attention. Il se communiquoit à peine, et jamais il ne se livroit. Il
n'en étoit pas moins amicalement accueilli: comme on lui connoissoit un
amour-propre inquiet, chatouilleux, facile à blesser, il étoit choyé,
ménagé avec la même attention et la même délicatesse dont on auroit usé
à l'égard d'une jolie femme bien capricieuse et bien vaine à qui l'on
auroit voulu plaire. Il travailloit alors à la musique du _Devin du
village_, et il nous chantoit au clavecin les airs qu'il avoit composés.
Nous en étions charmés; nous ne l'étions pas moins de la manière ferme,
animée et profonde dont son premier essai en éloquence étoit écrit. Rien
de plus sincère, je dois le dire, que notre bienveillance pour sa
personne, et que notre estime pour ses talens. C'est le souvenir de ce
temps-là qui m'a indigné contre lui, quand je l'ai vu, pour des fadaises
ou pour des torts qu'il avoit lui-même, calomnier des gens qui le
traitoient si bien et ne demandoient qu'à l'aimer. J'ai vécu avec eux
toute leur vie; j'aurai lieu de parler de leur esprit et de leur âme.
Jamais je n'ai aperçu en eux rien de semblable au caractère que son
mauvais génie leur a attribué.

À mon égard, le peu de temps que nous fûmes ensemble dans leur société
se passa, entre lui et moi, froidement, sans affection, sans aversion
l'un pour l'autre; nous n'eûmes ni lieu de nous plaindre ni lieu de nous
louer de notre façon d'être ensemble; et, dans ce que j'ai dit de lui,
et dans ce que j'en puis dire encore, je me sens parfaitement libre de
toute personnalité[69].

Mais le fruit que je retirai de son commerce et de son exemple fut un
retour de réflexion sur l'imprudence de ma jeunesse. «Voilà, disois-je,
un homme qui s'est donné le temps de penser avant que d'écrire; et moi,
dans le plus difficile et le plus périlleux des arts, je me suis hâté de
produire presque avant que d'avoir pensé. Vingt ans d'étude et de
méditation dans le silence et la retraite ont amassé, mûri et fécondé
ses connoissances; et moi je répands mes idées lorsqu'à peine elles sont
écloses, et avant qu'elles aient acquis leur force et leur
accroissement. Aussi voit-on dans ses premiers écrits une plénitude
étonnante, une virilité parfaite; et, dans les miens, tout se ressent de
la verdeur ou de la foiblesse d'un talent que l'étude et la réflexion
n'ont pas assez longtemps nourri.» Ma seule excuse étoit mon infortune
et le besoin de travailler incessamment et à la hâte pour me procurer de
quoi vivre. Je résolus de me tirer de cette triste situation, fallût-il
renoncer aux lettres.

J'avois quelque accès à la cour, et la disgrâce de M. Orry ne m'avoit
pas ôté toute espérance de fortune. La même femme dont le crédit l'avoit
fait renvoyer me savoit gré d'avoir plus d'une fois été l'écho de la
voix publique dans des vers où je célébrois ce qui étoit digne de
louange dans le règne de son amant. Un petit poème que j'avois composé
sur l'_Établissement de l'École militaire_[70], monument élevé à la
gloire du roi par les Pâris, amis de coeur de Mme de Pompadour, ce petit
poème, dis-je, l'avoit intéressée, et m'avoit mis en faveur auprès
d'elle. L'abbé de Bernis et Duclos alloient la voir ensemble tous les
dimanches; et, comme ils avoient l'un et l'autre quelque amitié pour
moi, j'allois en troisième avec eux. Cette femme, à qui les plus grands
du royaume et les princes du sang eux-mêmes faisoient la cour à sa
toilette, simple bourgeoise, qui avoit eu la foiblesse de vouloir plaire
au roi et le malheur d'y réussir, étoit dans son élévation la meilleure
femme du monde. Elle nous recevoit tous les trois familièrement, quoique
avec des nuances de distinction très sensibles. À l'un elle disoit, d'un
air léger et d'un parler bref: «Bonjour, Duclos»; à l'autre, d'un air et
d'un ton plus amical: «Bonjour, abbé», en lui donnant quelquefois un
petit soufflet sur la joue; et à moi, plus sérieusement et plus bas:
«Bonjour, Marmontel.» L'ambition de Duclos étoit de se rendre important
dans sa province de Bretagne; l'ambition de l'abbé de Bernis étoit
d'avoir un petit logement dans les combles des Tuileries, et une pension
de cinquante louis sur la cassette; mon ambition à moi étoit d'être
occupé utilement pour moi-même et pour le public sans dépendre de ses
caprices. C'étoit un travail assidu et tranquille que je sollicitois.
«Je ne me sens pour la poésie qu'un talent médiocre, dis-je à Mme de
Pompadour; mais je crois avoir assez de sens et d'intelligence pour
remplir un emploi dans les bureaux; et, quelque application qu'il
demande, j'en suis capable. Obtenez, Madame, qu'on en fasse l'épreuve;
j'ose vous assurer que l'on sera content de moi.» Elle me répondit que
j'étois né pour être homme de lettres; que mon dégoût pour la poésie
n'étoit qu'un manque de courage; qu'au lieu de quitter la partie il
falloit prendre ma revanche, comme avoit fait plus d'une fois Voltaire,
et me relever, comme lui, d'une chute par un succès.

Je consentis, pour lui complaire, à m'exercer sur un nouveau sujet; mais
je le pris trop simple et trop au-dessus de mes forces. Les sujets
donnés par l'histoire me sembloient épuisés; je trouvois tous les grands
intérêts du coeur humain, toutes les passions violentes, toutes les
situations tragiques, en un mot, tous les grands ressorts de la terreur
et de la compassion employés avant moi par les maîtres de l'art. Je me
creusai la tête pour inventer une action nouvelle et hors de la route
commune. Je crus l'avoir trouvée dans un sujet tout d'imagination, dont
je fus d'abord engoué. Il m'offroit une exposition d'une majesté
imposante (les funérailles de Sésostris); il me donnoit de grands
caractères à peindre en contraste et en situation, et une intrigue d'un
noeud si fort et si serré qu'il seroit impossible d'en prévoir la
solution. Ce fut là ce qui m'étourdit sur les difficultés d'une action
sans amour, toute politique et morale, et qui, pour être soutenue avec
chaleur durant cinq actes, demandoit toutes les ressources de
l'éloquence poétique. J'y fis tout mon possible; et, soit illusion, soit
excès d'indulgence, on me persuada que j'avois réussi. Mme de Pompadour
me demandoit souvent où en étoit ma nouvelle pièce; elle voulut la lire
lorsqu'elle fut finie, et, avec assez de justesse, elle y fit quelques
critiques de détail; mais l'ensemble lui parut bien.

Il me revient ici un souvenir qui va peut-être égayer un moment le récit
de mon infortune. Tandis que le manuscrit de ma pièce étoit encore dans
les mains de Mme de Pompadour, je me présentai un dimanche à sa
toilette, dans ce salon où refluoit la foule des courtisans qui venoient
d'assister au lever du roi. Elle en étoit environnée; et, soit qu'il y
eût quelqu'un qui lui choquât la vue, soit qu'elle voulût faire
diversion à l'ennui que tout ce monde lui causoit, dès qu'elle
m'aperçut: «J'ai à vous parler», me dit-elle; et, quittant sa toilette,
elle passa dans son cabinet, où je la suivis. C'étoit tout simplement
pour me rendre mon manuscrit, où elle avoit crayonné ses notes. Elle fut
cinq ou six minutes à m'indiquer les endroits notés et à m'expliquer ses
critiques. Cependant tout le cercle des courtisans étoit debout autour
de la toilette à l'attendre. Elle reparut, et moi, cachant mon
manuscrit, je vins modestement me remettre à ma place. Je me doutois
bien de l'effet qu'auroit produit un incident si singulier; mais
l'impression qu'il fit sur les esprits passa de très loin mon attente.
Tous les regards se fixèrent sur moi; de tous côtés on m'adressa de
petits saluts imperceptibles, de doux sourires d'amitié, et, avant de
sortir du salon, je fus invité à dîner au moins pour toute la semaine.
Le dirai-je? Un homme titré, un homme décoré, avec qui j'avois dîné
quelquefois chez M. de La Popelinière, le M. D. S., se trouvant à côté
de moi, me prit la main, et me dit tout bas: «Vous ne voulez donc pas
reconnoître vos anciens amis?» Je m'inclinai, confus de sa bassesse, et
je dis en moi-même: «Oh! qu'est-ce donc que la faveur, si son ombre
seule me donne une si singulière importance?»

Les comédiens furent séduits à la lecture, comme Mme de Pompadour, par
la beauté des moeurs dont j'avois décoré les derniers actes de ma pièce;
mais au théâtre leur foiblesse fut manifeste, et d'autant plus sentie
que j'avois mis plus de véhémence et de chaleur dans les premiers. Des
combats de générosité et de vertu n'avoient rien de tragique. Le public
s'ennuya de n'être point ému, et ma pièce tomba[71]. Pour cette fois, je
reconnus que le public avoit raison.

Je rentrai chez moi, déterminé à ne plus travailler pour le théâtre; et,
par un exprès, j'écrivis sur-le-champ à Mme de Pompadour, qui étoit à
Bellevue, pour lui apprendre mon malheur, et lui renouveler avec
instance la prière que je lui avois faite d'obtenir que je fusse employé
plus utilement que je ne l'étois dans un art pour lequel je n'étois pas
né.

Elle étoit à table avec le roi lorsqu'elle reçut ma lettre, et, le roi
lui ayant permis de la lire: «La pièce nouvelle est tombée, lui
dit-elle; et savez-vous, Sire, qui me l'apprend? L'auteur lui-même. Le
malheureux jeune homme! je voudrois bien avoir dans ce moment un emploi
à lui offrir pour le consoler.» Son frère, le marquis de Marigny, qui
étoit de ce souper, lui dit qu'il avoit une place de secrétaire des
bâtimens à me donner, si elle vouloit. «Ah! dès demain, dit-elle,
écrivez-lui, je vous en prie.» Et le roi parut satisfait qu'on me donnât
cette consolation.

Cette lettre, où, du ton le plus aimable et le plus obligeant, M. de
Marigny m'offroit une place peu lucrative, disoit-il, mais tranquille,
et qui me laisseroit des loisirs à donner aux muses, me causa un
mouvement de joie et de reconnoissance dont ma réponse fut l'expression.
Je me crus sauvé dans un port après mon naufrage, et j'embrassai la
terre hospitalière qui m'assuroit un doux repos.

M. de La Popelinière n'apprit pas sans quelque chagrin que je me
séparois de lui. Dans ses plaintes, il répéta ce qu'il m'avoit dit bien
des fois, que je n'aurois pas dû m'inquiéter de mon avenir, et que son
intention avoit été d'en prendre soin. Je lui répondis qu'en renonçant à
l'état d'homme de lettres, mon intention n'avoit pas été de vivre en
homme oisif et inutile, mais que je n'en étois pas moins reconnoissant
de ses bontés. En effet, je serois ingrat si, après avoir dit la part
qu'il avoit eue involontairement au mal que je me faisois à moi-même, je
n'ajoutois pas qu'à bien d'autres égards le temps que je passai auprès
de lui doit être cher à mon souvenir, et par les sentimens d'estime et
de confiance qu'il me marquoit lui-même, et par la bienveillance qu'il
inspiroit pour moi à tous ceux qui vouloient l'entendre parler de mon
bon naturel, car c'étoit là surtout ce qu'il louoit en moi.

Chez lui se succédoient, comme dans un tableau mouvant, des personnages
différens de moeurs, d'esprit, de caractère. J'y voyois fréquemment les
ambassadeurs de l'Europe, et je m'instruisois avec eux. Ce fut là que je
connus le comte de Kaunitz, alors ambassadeur de la cour de Vienne, et
depuis le plus célèbre homme d'État de l'Europe. Il m'avoit pris en
amitié; j'allois assez souvent dîner chez lui, au palais Bourbon, et il
me parloit de Paris et de Versailles en homme qui les voyoit bien.
Cependant, je dois avouer que ce qui me frappoit le plus en lui étoit la
délicatesse et la vanité d'une âme efféminée[72]. Je le croyois plus
occupé du soin de sa santé, de sa figure, et singulièrement de sa
coiffure et de son teint, que des intérêts de sa cour. Je le surpris un
jour, au retour d'une promenade de chasse, s'étant enduit la peau du
visage d'un jaune d'oeuf pour enlever le hâle; et j'ai appris longtemps
après du comte de Paär, son cousin, homme naïf et simple, que tout le
temps de ce long et glorieux ministère où il a été l'âme du conseil de
Vienne, il a conservé dans son luxe, dans sa mollesse, dans tous les
soins minutieux de sa parure et de sa personne, le même caractère que je
lui avois connu. C'est, de tous les hommes que j'ai vus dans le monde,
celui sur le compte duquel je me suis le plus lourdement trompé. Je me
souviens pourtant de quelques-uns de ses propos qui auroient dû me
donnera penser sur la trempe de son esprit et de son âme.

«Que dit-on de moi dans le monde? me demanda-t-il un jour.--On dit,
Monsieur l'ambassadeur, que Votre Excellence ne soutient pas l'idée de
magnificence qu'on en avoit conçue à son arrivée à Paris. La première
ambassade de l'Europe, une grande fortune, un palais pour hôtel, la
pompe la plus fastueuse dans l'entrée que vous avez faite, annonçoient,
pour votre maison et pour votre façon de vivre, plus de luxe et plus de
splendeur. Une table somptueuse, des festins et des fêtes, le bal
surtout, le bal dans vos superbes salons, c'étoit là ce qu'on attendoit,
et l'on ne voit rien de tout cela. Vous vivez avec des femmes de
finance, comme un simple particulier, et vous négligez le grand monde et
de la ville et de la cour.--Mon cher Marmontel, me dit-il, je ne suis
ici que pour deux choses: pour les affaires de ma souveraine, et je les
fais bien; pour mes plaisirs, et sur cet article je n'ai à consulter que
moi. La représentation m'ennuieroit et me gêneroit, voilà pourquoi je
m'en dispense. Il n'y a pas à Versailles une intrigante qui vaille la
peine d'être gagnée. Qu'irois-je faire avec ces femmes? leur triste
cavagnol? J'ai deux personnes à ménager, le roi et sa maîtresse: je suis
bien avec tous les deux.» Ce discours n'étoit pas d'un homme frivole et
léger.

Au reste, ses petits dîners étaient fort bons; Mercy[73],
Starhemberg[74], Seckendorf[75], tous les trois ses gentilshommes
d'ambassade, ou plutôt ses disciples, m'y traitoient avec bienveillance;
nous y causions assez gaiement, et un flacon de vin de Tokai animoit la
fin du repas.

Un personnage tout différent du comte de Kaunitz, et plus aimant et plus
aimable, étoit ce lord d'Albemarle[76], ambassadeur d'Angleterre, qui
mourut à Paris, aussi regretté parmi nous que dans sa patrie. C'étoit,
par excellence, ce qu'on appelle un galant homme, noble, sensible,
généreux, plein de loyauté, de franchise, de politesse et de bonté, et
il réunissoit ce que les deux caractères de l'Anglois et du François ont
de meilleur et de plus estimable. Il avoit pour maîtresse une fille
accomplie, et à qui l'envie elle-même n'a jamais reproché que de s'être
donnée à lui. Je m'en fis une amie; c'étoit un moyen sûr de me faire un
ami de milord d'Albemarle. Le nom de cette aimable personne étoit
Gaucher: son nom d'enfance et de caresse étoit Lolotte. C'étoit à elle
que son amant disoit, un soir qu'elle regardoit fixement une étoile: «Ne
la regardez pas tant, ma chère; je ne puis pas vous la donner.» Jamais
l'amour ne s'est exprimé plus délicatement. Celui de milord honoroit son
objet par la plus haute estime et par le respect le plus tendre, et il
n'étoit pas le seul qui eût pour elle ces sentimens. Aussi sage que
belle, un seul homme avoit su lui plaire; et la plus excusable des
erreurs où l'extrême jeunesse induise l'innocence avoit pris en elle un
caractère de noblesse et d'honnêteté que le vice n'a jamais eu.
Fidélité, décence, désintéressement, rien ne manquoit à son amour, pour
être vertueux, que d'être légitime. Ces deux amans auroient été le plus
parfait modèle des époux.

Le caractère de Mlle Gaucher étoit naïvement exprimé dans toute sa
personne. Il y avoit dans sa beauté je ne sais quoi de romantique et de
fabuleux qu'on n'avoit vu jusque-là qu'en idée. Sa taille avoit la
majesté du cèdre, la souplesse du peuplier; sa démarche étoit indolente;
mais, dans la négligence de son maintien, c'étoit un naturel plein de
bienséance et de grâce. C'est d'après son image, présente à ma pensée,
que j'ai peint autrefois _la Bergère des Alpes_. Une imagination vive et
une raison froide donnoient à son esprit beaucoup de l'air de celui de
Montaigne. C'étoit son livre favori et sa lecture habituelle: son
langage en étoit imbu; il en avoit la naïveté, la couleur, l'abandon,
bien souvent le tour énergique et le bonheur d'expression.

Autant qu'il est possible d'être charmé d'une femme sans être amoureux
d'elle, autant j'étois charmé de celle-ci. Après la conversation de
Voltaire, la plus ravissante pour moi étoit la sienne. Nous devînmes
amis intimes dès que nous nous fûmes connus.

Elle perdit milord d'Albemarle: il lui avoit assuré, je crois, deux
mille écus de rente; c'étoit là toute sa fortune. La douleur qu'elle
ressentit de cette mort fut profonde, mais courageuse; et, en
m'affligeant avec elle, je ne laissai pas de l'aider à soutenir
décemment son malheur. Tous les amis de milord étoient les siens; ils
lui restèrent tous fidèles. Le duc de Biron, le marquis de Castries et
quelques autres du même étage, composoient sa société. Heureuse si,
d'une situation si douce et dont elle étoit satisfaite, elle n'eût pas
été jetée, par une espèce de fatalité, dans un état qui n'étoit pas le
sien!

Sa santé s'étoit affoiblie; on en prit de l'inquiétude, et on lui
conseilla les eaux de Barèges. En passant et en repassant par Montauban,
elle fut honorablement traitée par le commandant, le comte d'Hérouville;
et, en arrivant à Paris, elle reçut de lui une lettre à peu près conçue
en ces mots: «Je suis empoisonné. Tout mon domestique l'est comme moi.
Venez, Mademoiselle, venez à mon secours, et amenez-moi un médecin. Je
n'ai confiance qu'en vous[77].» Elle partit en chaise de poste avec un
médecin habile, et M. d'Hérouville fut sauvé. Il s'étoit déjà pris pour
elle de cet enthousiasme qui, dans les vieillards à tête vive, ressemble
beaucoup à l'amour. Le service qu'elle lui avoit rendu ne fit qu'y
ajouter encore. Il l'avoit vue à la tête de sa maison y rétablir l'ordre
et le calme, rendre l'espérance à ses gens à qui le vert-de-gris
déchiroit les entrailles, le rassurer lui-même, et, de concert avec le
docteur Malöet[78], faire au moral, de son côté, son office de médecin.
Tant de zèle et tant de courage l'avoient ravi d'admiration; et, dès
qu'il fut hors de danger, il ne sut lui exprimer sa reconnoissance qu'en
lui disant, comme Médor à Angélique[79]:

     Vous servir est ma seule envie:
     J'en fais mon espoir le plus doux:
     Vous m'avez conservé la vie;
     Je ne la chéris que pour vous.

Elle fut asssez sage pour résister d'abord à ses instances; mais elle
eut la foiblesse d'y céder à la fin, à condition cependant que leur
mariage seroit secret. Il le fut quelque temps; mais elle devint mère:
il fallut le rendre public.

Alors la seule conduite sage à tenir pour l'un et pour l'autre (et ce
fut le conseil que je donnai à mon amie), ç'auroit été de se confiner
dans une société d'hommes qu'ils auroient choisis à leur gré; de la
rendre agréable, et, s'il étoit possible, attrayante aussi pour les
femmes, ou de se passer d'elles sans faire semblant d'y penser. Mme
d'Hérouville sentoit parfaitement que cette conduite étoit la seule qui
lui convînt; mais son époux, impatient de la produire dans le monde,
voulut faire violence à l'opinion. Malheureuse imprudence! il auroit dû
savoir que cette opinion tenoit au plus grand intérêt des femmes; et
que, déjà trop indignées que les filles leur enlevassent et leurs époux
et leurs amans, elles étoient bien résolues à ne jamais souffrir
qu'elles vinssent encore usurper leur état, et en jouir au milieu
d'elles. Il se flatta qu'en faveur de sa femme un si beau caractère, un
mérite si rare, tant de qualités estimables, tant de décence et de
sagesse dans sa foiblesse même, la feroient oublier. Il fut cruellement
détrompé de sa folle erreur: elle essuya des humiliations, et elle en
mourut de douleur.

Ce fut aussi dans la maison de M. de La Popelinière que je me liai avec
la famille Chalut, dont j'aurai lieu plus d'une fois de me louer dans
ces _Mémoires_, et que j'ai vue s'éteindre sous mes yeux.

Enfin je dus au voisinage de la maison de campagne où j'étois, et de
celle de Mme de Tencin, à Passy, l'avantage de voir quelquefois tête à
tête cette femme extraordinaire. Je m'étois refusé à l'honneur d'être
admis à ses dîners de gens de lettres; mais, lorsqu'elle venoit se
reposer dans sa retraite, j'allois y passer avec elle les momens où elle
étoit seule, et je ne puis exprimer l'illusion que me faisoit son air de
nonchalance et d'abandon. Mme de Tencin, la femme du royaume qui, dans
sa politique, remuoit le plus de ressorts et à la ville et à la cour,
n'étoit pour moi qu'une vieille indolente. «Vous n'aimez pas, me
disoit-elle, ces assemblées de beaux esprits; leur présence vous
intimide; eh bien! venez causer avec moi dans ma solitude, vous y serez
plus à votre aise, et votre naturel s'accommodera mieux de mon épais bon
sens.» Elle me faisoit raconter mon histoire, dès mon enfance, entroit
dans tous mes intérêts, s'affectoit de tous mes chagrins, raisonnoit
avec moi mes vues et mes espérances, et sembloit n'avoir dans la tête
autre chose que mes soucis. Ah! que de finesse d'esprit, de souplesse et
d'activité, cet air naïf, cette apparence de calme et de loisir, ne me
cachoient-ils pas! Je ris encore de la simplicité avec laquelle je
m'écriois en la quittant: «La bonne femme!» Le fruit que je tirai de ses
conversations, sans m'en apercevoir, fut une connoissance du monde plus
saine et plus approfondie. Par exemple, je me souviens de deux conseils
qu'elle me donna: l'un fut de m'assurer une existence indépendante des
succès littéraires, et de ne mettre à cette loterie que le superflu de
mon temps. «Malheur, me disoit-elle, à qui attend tout de sa plume! rien
de plus casuel. L'homme qui fait des souliers est sûr de son salaire;
l'homme qui fait un livre ou une tragédie n'est jamais sûr de rien.»
L'autre conseil fut de me faire des amies plutôt que des amis. «Car, au
moyen des femmes, disoit-elle, on fait tout ce qu'on veut des hommes; et
puis ils sont les uns trop dissipés, les autres trop préoccupés de leurs
intérêts personnels, pour ne pas négliger les vôtres; au lieu que les
femmes y pensent, ne fût-ce que par oisiveté. Parlez ce soir à votre
amie de quelque affaire qui vous touche; demain à son rouet, à sa
tapisserie, vous la trouverez y rêvant, cherchant dans sa tête le moyen
de vous y servir. Mais de celle que vous croirez pouvoir vous être
utile, gardez-vous bien d'être autre chose que l'ami, car, entre amans,
dès qu'il survient des nuages, des brouilleries, des ruptures, tout est
perdu. Soyez donc auprès d'elle assidu, complaisant, galant même si vous
voulez, mais rien de plus, entendez-vous?» Ainsi, dans tous nos
entretiens, le naturel de son langage m'en imposoit si bien que je ne
pris jamais son esprit que pour du bon sens.

Une liaison d'une autre espèce avec Cury et ses camarades, intendans des
Menus-Plaisirs, date pour moi du même temps. Elle me coûta cher, comme
on le verra dans la suite. Quant à présent, voici quelle en fut
l'occasion. Quinault étoit l'un de mes poètes les plus chéris. Sensible
à l'harmonie de ses beaux vers, charmé de l'élégante facilité de son
style, je ne lisois jamais les belles scènes de _Proserpine_, de
_Thésée_ et d'_Armide_, qu'il ne me prît envie de faire un opéra, non
sans quelque espérance d'écrire comme lui; vaine présomption de
jeunesse, mais qui faisoit l'éloge du poète qui me l'inspiroit: car l'un
des caractères du vrai beau, comme a dit Horace, est d'être en apparence
facile à imiter, et en effet inimitable:

     _Ut sibi quivis
     Speret idem, sudet multum, frustraque laboret
     Ausus idem._

D'un autre côté, je passois ma vie avec Rameau; je le voyois travailler
sur de mauvais poèmes, et j'aurois bien voulu lui en donner de
meilleurs.

J'étois dans ces dispositions, lorsqu'à la naissance du duc de
Bourgogne, le prévôt des marchands, Bernage, vint me proposer, à Passy,
de faire, avec Rameau, un opéra relatif à cet heureux événement, et
susceptible d'un grand spectacle. Il falloit que, dans cet ouvrage,
paroles et musique, tout fût fait à la hâte et à jour nommé.

On se doute bien que de part et d'autre la besogne fut ébauchée.
Cependant, comme _Acanthe et Céphise_[80] étoit un spectacle à grande
machine, le mouvement du théâtre, la beauté des décorations, quelques
grands effets d'harmonie, et peut-être aussi l'intérêt des situations,
le soutinrent. Il eut, je crois, quatorze représentations; c'étoit
beaucoup pour un ouvrage de commande.

Je fis moins mal deux actes détachés que Rameau voulut bien encore
mettre en musique, _la Guirlande_[81] et les _Sybarites_[82]. Ils eurent
tous deux du succès; mais j'entendois dans nos concerts des morceaux
d'une mélodie après laquelle la musique françoise me sembloit lourde et
monotone. Ces airs, ces duos, ces récits mesurés dont les Italiens
composoient la scène lyrique, me charmoient l'oreille et me ravissoient
l'âme. J'en étudiois les formes, j'essayois d'y plier et d'y accommoder
notre langue, et j'aurois voulu que Rameau entreprît avec moi de
transporter sur notre théâtre ces richesses et ces beautés; mais Rameau,
déjà vieux, n'étoit pas disposé à changer de manière; et, dans celle des
Italiens, ne voulant voir que le vice et l'abus, il feignoit de la
mépriser. Le plus bel air de Léo, de Vinci, de Pergolèse, ou de Jomelli,
le faisoit fuir d'impatience; ce ne fut que longtemps après que je
trouvai des compositeurs en état de m'entendre et de me seconder. Dès
lors pourtant je fus connu à l'Opéra parmi les amateurs, à la tête
desquels, soit pour le chant, soit pour la danse, soit aussi pour la
volupté, se distinguoient dans les coulisses les intendans des
Menus-Plaisirs. Je m'engageai dans leur société par cette douce
inclination qui naturellement nous porte à jouir de la vie; et leur
commerce avoit pour moi d'autant plus d'attrait qu'il m'offroit, au sein
de la joie, des traits de caractère d'une originalité piquante, et des
saillies de gaieté du meilleur goût et du meilleur ton. Cury, le chef de
la bande joyeuse, étoit homme d'esprit, bon plaisant, d'un sel fin dans
son sérieux ironique, et plus espiègle que malin. L'épicurien
Tribou[83], disciple du P. Porée, et l'un de ses élèves les plus chéris,
depuis acteur de l'Opéra, et après avoir cédé la scène à Jélyotte,
vivant libre et content de peu, étoit charmant dans sa vieillesse, par
une humeur anacréontique qui ne l'abandonnoit jamais. C'est le seul
homme que j'aie vu prendre congé gaiement des plaisirs du bel âge, se
laisser doucement aller au courant des années, et dans leur déclin
conserver cette philosophie _verte, gaie et naïve_, que Montaigne
lui-même n'attribuoit qu'à la jeunesse.

Un caractère d'une autre trempe, et aussi aimable à sa manière, étoit
celui de Jélyotte[84]: doux, riant, _amistoux_, pour me servir d'un mot
de son pays, qui le peint de couleur natale, il portoit sur son front la
sérénité du bonheur, et, en le respirant lui-même, il l'inspiroit. En
effet, si l'on me demande quel est l'homme le plus complètement heureux
que j'aie vu en ma vie, je répondrai: C'est Jélyotte. Né dans
l'obscurité, et enfant de choeur d'une église de Toulouse dans son
adolescence, il étoit venu de plein vol débuter sur le théâtre de
l'Opéra, et il y avoit eu le plus brillant succès: dès ce moment il
avoit été, et il étoit encore l'idole du public. On tressailloit de joie
dès qu'il paroissoit sur la scène; on l'écoutoit avec l'ivresse du
plaisir; et toujours l'applaudissement marquoit les repos de sa voix.
Cette voix étoit la plus rare que l'on eût entendue, soit par le volume
et la plénitude des sons, soit par l'éclat perçant de son timbre
argentin. Il n'étoit ni beau ni bien fait; mais, pour s'embellir, il
n'avoit qu'à chanter; on eût dit qu'il charmoit les yeux en même temps
que les oreilles. Les jeunes femmes en étoient folles: on les voyoit, à
demi-corps élancées hors de leurs loges, donner en spectacle elles-mêmes
l'excès de leur émotion; et plus d'une des plus jolies vouloit bien la
lui témoigner. Bon musicien, son talent ne lui donnoit aucune peine, et
son état n'avoit pour lui aucun de ses désagrémens. Chéri, considéré
parmi ses camarades, avec lesquels il étoit sur le ton d'une politesse
amicale, mais sans familiarité, il vivoit en homme du monde, accueilli,
désiré partout. D'abord c'étoit son chant que l'on vouloit entendre; et,
pour en donner le plaisir, il étoit d'une complaisance dont on étoit
charmé autant que de sa voix! Il s'étoit fait une étude de choisir et
d'apprendre nos plus jolies chansons, et il les chantoit sur sa guitare
avec un goût délicieux; mais bientôt on oublioit en lui le chanteur,
pour jouir des agrémens de l'homme aimable; et son esprit, son
caractère, lui faisoient dans la société autant d'amis qu'il avoit eu
d'admirateurs. Il en avoit dans la bourgeoisie, il en avoit dans le plus
grand monde; et, partout simple, doux et modeste, il n'étoit jamais
déplacé. Il s'étoit fait, par son talent et par les grâces qu'il lui
avoit obtenues, une petite fortune honnête; et le premier usage qu'il en
avoit fait avoit été de mettre sa famille à son aise. Il jouissoit, dans
les bureaux et les cabinets des ministres, d'un crédit très
considérable, car c'étoit le crédit que donne le plaisir; et il
l'employoit à rendre dans la province où il étoit né des services
essentiels. Aussi y étoit-il adoré. Tous les ans il lui étoit permis, en
été, d'y faire un voyage, et, de Paris à Pau, sa route étoit connue; le
temps de son passage étoit marqué de ville en ville; partout des fêtes
l'attendoient; et, à ce propos, je dois dire ce que j'ai su de lui à
Toulouse avant mon départ. Il avoit deux amis dans cette ville, à qui
jamais personne ne fut préféré: l'un étoit le tailleur chez lequel il
avoit logé; l'autre son maître de musique lorsqu'il étoit enfant de
choeur. La noblesse, le parlement, se disputoient le second souper que
Jélyotte feroit à Toulouse; mais, pour le premier, on savoit qu'il étoit
invariablement réservé à ses deux amis. Homme à bonnes fortunes, autant
et plus qu'il n'auroit voulu l'être, il étoit renommé pour sa
discrétion; et de ses nombreuses conquêtes on n'a connu que celles qui
ont voulu s'afficher. Enfin, parmi tant de prospérités, il n'a jamais
excité l'envie, et je n'ai jamais ouï dire que Jélyotte eût un ennemi.

Le reste de la société des Menus-Plaisirs étoit tout simplement des amis
de la joie; et, parmi ceux-là, je puis dire que je tenois mon coin avec
quelque distinction.

Or, après les dîners joyeux que je venois de faire avec ces
messieurs-là, qu'on s'imagine me voir passer à l'école des philosophes,
et aux spectacles des bouffons nouvellement arrivés d'Italie, dans le
fameux coin de la reine, me glisser parmi les Diderot, les d'Alembert,
les Buffon, les Turgot, les d'Holbach, les Helvétius, les Rousseau, tous
brûlans de zèle pour la musique italienne, pleins d'ardeur pour élever
cet édifice immense de l'_Encyclopédie_, dont on jetoit les fondemens;
on dira de moi en petit ce qu'Horace a dit d'Aristippe:

     Omnis Aristippum decuit color, et status, et res.

Oui, j'en conviens, tout m'étoit bon, le plaisir, l'étude, la table, la
philosophie; j'avois du goût pour la sagesse avec les sages, mais je me
livrois volontiers à la folie avec les fous. Mon caractère étoit encore
flottant, variable et discord. J'adorois la vertu; je cédois à l'exemple
et à l'attrait du vice. J'étois content, j'étois heureux, lorsque dans
la petite chambre de d'Alembert, chez sa bonne vitrière, faisant avec
lui tête à tête un dîner frugal, je l'entendois, après avoir chiffré
tout le matin de sa haute géométrie, me parler en homme de lettres,
plein de goût, d'esprit et de lumières; ou que sur la morale, déployant
à mes yeux la sagesse d'un esprit mûr et l'enjouement d'une âme jeune et
libre, il parcouroit le monde d'un oeil de Démocrite, et me faisoit rire
aux dépens de la sottise et de l'orgueil. J'étois aussi heureux, mais
d'une autre façon, plus légère et plus fugitive, lorsqu'au milieu d'une
volée de jeux et de plaisirs échappés des coulisses, à table entre nos
amateurs parmi les nymphes et les grâces, quelquefois parmi les
bacchantes, je n'entendois vanter que l'amour et le vin. Je quittai tout
cela pour me rendre à Versailles; mais, avant de me séparer des chefs de
l'entreprise de l'_Encyclopédie_, je m'engageai à y contribuer dans la
partie de la littérature; et, encouragé par les éloges qu'ils donnèrent
à mon travail, j'ai fait plus que je n'espérois, et plus qu'on
n'attendoit de moi.

Voltaire alors étoit absent de Paris; il étoit en Prusse. Le fil de mon
récit a paru me distraire de mes relations avec lui; mais jusqu'à son
départ elles avoient été les mêmes, et les chagrins qu'il avoit éprouvés
sembloient encore avoir resserré nos liens. De ces chagrins le plus vif
un moment fut celui de la mort de la marquise du Châtelet; mais, à ne
rien dissimuler, je reconnus dans cette occasion, comme j'ai fait
souvent, la mobilité de son âme. Lorsque j'allai lui témoigner la part
que je prenois à son affliction: «Venez, me dit-il en me voyant, venez
partager ma douleur. J'ai perdu mon illustre amie; je suis au désespoir,
je suis inconsolable.» Moi, à qui il avoit dit souvent qu'elle étoit
comme une furie attachée à ses pas, et qui savois qu'ils avoient été
plus d'une fois dans leurs querelles aux couteaux tirés l'un contre
l'autre, je le laissai pleurer et je parus m'affliger avec lui.
Seulement, pour lui faire apercevoir dans la cause même de cette mort
quelque motif de consolation, je lui demandai de quoi elle étoit morte.
«De quoi! ne le savez-vous pas? Ah! mon ami! il me l'a tuée! le brutal.
Il lui a fait un enfant.» C'étoit de Saint-Lambert, de son rival, qu'il
me parloit. Et le voilà me faisant l'éloge de cette femme incomparable,
et redoublant de pleurs et de sanglots. Dans ce moment arrive
l'intendant Chauvelin[85], qui lui fait je ne sais quel conte assez
plaisant; et Voltaire de rire aux éclats avec lui. Je ris aussi, en m'en
allant, de voir dans ce grand homme la facilité d'un enfant à passer
d'un extrême à l'autre dans les passions qui l'agitoient. Une seule
étoit fixe en lui et comme inhérente à son âme: c'étoit l'ambition et
l'amour de la gloire; et, de tout ce qui flatte et nourrit cette
passion, rien ne lui étoit indifférent.

Ce n'étoit pas assez pour lui d'être le plus illustre des gens de
lettres; il vouloit être homme de cour. Dès sa jeunesse la plus tendre,
il avoit pris la flatteuse habitude de vivre avec les grands. D'abord,
la maréchale de Villars, le grand-prieur de Vendôme, et, depuis, le duc
de Richelieu, le duc de La Vallière, les Boufflers, les Montmorency,
avoient été son monde. Il soupoit avec eux habituellement, et l'on sait
avec quelle familiarité respectueuse il avoit l'art de leur écrire et de
leur parler. Des vers légèrement et délicatement flatteurs, une
conversation non moins séduisante que ses poésies, le faisoient chérir
et fêter parmi cette noblesse. Or, cette noblesse étoit admise aux
soupers du roi. Pourquoi lui n'en étoit-il pas? C'étoit l'une de ses
envies. Il rappeloit l'accueil que Louis le Grand faisoit à Boileau et à
Racine; il disoit qu'Horace et Virgile avoient l'honneur d'approcher
d'Auguste, que l'_Énéide_ avoit été lue dans le cabinet de Livie.
Addison et Prior valoient-ils mieux que lui? Et dans leur patrie
n'avoient-ils pas été employés honorablement, l'un dans le ministère et
l'autre en ambassade? La place d'historiographe étoit déjà pour lui une
marque de confiance; et quel autre avant lui l'avoit remplie avec autant
d'éclat?

Il avoit acheté une charge de gentilhomme ordinaire de la chambre du
roi: cette charge, communément assez oiseuse, donnoit pourtant le droit
d'être envoyé auprès des souverains pour des commissions légères, et il
s'étoit flatté que, pour un homme comme lui, ces commissions ne se
borneroient pas à de stériles complimens de félicitation et de
condoléance. Il vouloit, comme on dit, faire son chemin à la cour; et,
lorsqu'il avoit un projet dans la tête, il y tenoit obstinément: l'une
de ses maximes étoit ces mots de l'Évangile: _Regnum coelorum vim
patitur, et violenti rapiunt illud_; il employa donc à s'introduire
auprès du roi tous les moyens imaginables.

Lorsque Mme d'Étioles, depuis marquise de Pompadour, fut annoncée pour
maîtresse du roi, et avant même qu'elle fût déclarée, il s'empressa de
lui faire sa cour. Il réussit aisément à lui plaire; et, en même temps
qu'il célébroit les victoires du roi, il flattoit sa maîtresse en
faisant pour elle de jolis vers. Il ne doutoit pas que par elle il
n'obtînt la faveur d'être admis aux soupers des petits cabinets, et je
suis persuadé qu'elle l'auroit voulu.

Transplantée à la cour, et assez mal instruite du caractère et des goûts
du roi, elle avoit d'abord espéré de l'amuser par ses talens. Sur un
théâtre particulier, elle jouoit devant lui de petits actes d'opéra,
dont quelques-uns étoient faits pour elle, et dans lesquels son jeu, sa
voix, son chant, étoient justement applaudis. Voltaire, en faveur auprès
d'elle, s'avisa de vouloir diriger ce spectacle. L'alarme en fut au camp
des gentilshommes de la chambre et des intendans des Menus-Plaisirs.
C'étoit empiéter sur leurs droits, et ce fut entre eux une ligue pour
éloigner de là un homme qui les auroit tous dominés, s'il avoit plu au
roi autant qu'à sa maîtresse; mais on savoit que le roi ne l'aimoit pas,
et que son empressement à se produire ajoutoit encore à ses préventions
contre lui. Peu touché des louanges qu'il lui avoit données dans son
_Panégyrique_, il ne voyoit en lui qu'un philosophe impie et qu'un
flatteur ambitieux. À grand'peine avoit-il enfin consenti à ce qu'il fût
reçu à l'Académie françoise. Sans compter les amis de la religion, qui
n'étoient point les amis de Voltaire, il avoit à l'entour du roi des
jaloux et des envieux de la faveur qu'on lui voyoit briguer, et ceux-là
étoient attentifs à censurer ce qu'il faisoit pour plaire. À leur gré,
le poème de _Fontenoy_ n'étoit qu'une froide gazette; le _Panégyrique_
du roi étoit inanimé, sans couleur et sans éloquence; les vers à Mme de
Pompadour furent taxés d'indécence et d'indiscrétion, et dans ces vers
surtout,

     Soyez tous deux sans ennemis,
     Et gardez tous deux vos conquêtes,

on fit sentir au roi qu'il étoit messéant de le mettre au niveau et de
pair avec sa maîtresse.

Au mariage du dauphin avec l'infante d'Espagne, il fut aisé de relever
l'inconvenance et le ridicule d'avoir donné pour spectacle à l'infante
cette _Princesse de Navarre_, qui véritablement n'étoit pas faite pour
réussir. Je n'en dis pas de même de l'opéra du _Temple de la Gloire_:
l'idée en étoit grande, le sujet bien conçu et dignement exécuté. Le
troisième acte, dont le héros étoit Trajan, présentoit une allusion
flatteuse pour le roi: c'étoit un héros juste, humain, généreux,
pacifique, et digne de l'amour du monde, à qui le temple de la Gloire
étoit ouvert. Voltaire n'avoit pas douté que le roi ne se reconnût dans
cet éloge. Après le spectacle, il se trouva sur son passage; et, voyant
que Sa Majesté passoit sans lui rien dire, il prit la liberté de lui
demander: «Trajan est-il content?» Trajan, surpris et mécontent qu'on
osât l'interroger, répondit par un froid silence; et toute la cour
trouva mauvais que Voltaire eût osé questionner le roi.

Pour l'éloigner, il ne s'agissoit que d'en détacher la maîtresse; et le
moyen que l'on prit pour cela fut de lui opposer Crébillon.

Celui-ci, vieux et pauvre, vivoit avec ses chiens, dans le fond du
Marais, travaillant à bâtons rompus à ce _Catilina_ qu'il annonçoit
depuis dix ans, et dont il lisoit çà et là quelques lambeaux de scènes
qu'on trouvoit admirables. Son âge, ses succès, ses moeurs un peu
sauvages, son caractère soldatesque, sa figure vraiment tragique, l'air,
le ton imposant, quoique simple, dont il récitoit ses vers âpres et
durs, la vigueur, l'énergie qu'il donnoit à son expression, tout
concouroit à frapper les esprits d'une sorte d'enthousiasme. J'ai
entendu applaudir avec transport, par des gens qui n'étoient pas bêtes,
ces vers qu'il avoit mis dans la bouche de Cicéron:

     Catilina, je crois que tu n'es point coupable;
     Mais, si tu l'es, tu n'es qu'un homme détestable;
     Et je ne vois en toi que l'esprit et l'éclat
     Du plus grand des mortels, ou du plus scélérat.

Le nom de Crébillon étoit le mot de ralliement des ennemis de Voltaire.
_Électre_ et _Rhadamiste_, qu'on jouoit quelquefois encore, attiroient
peu de monde; tout le reste des tragédies de Crébillon étoit oublié,
tandis que, de Voltaire, _Oedipe_, _Alzire_, _Mahomet_, _Zaïre_,
_Mérope_, occupoient le théâtre dans tout l'éclat d'un plein succès. Le
parti du vieux Crébillon, peu nombreux, mais bruyant, ne laissoit pas de
l'appeler le Sophocle de notre siècle; et, même parmi les gens de
lettres, les Marivaux disoient que devant le génie de Crébillon devoit
pâlir et s'éclipser tout le bel esprit de Voltaire.

On parla devant Mme de Pompadour de ce grand homme abandonné, qu'on
laissoit vieillir sans secours, parce qu'il étoit sans intrigue. C'étoit
la prendre par son endroit sensible. «Que dites-vous? s'écria-t-elle;
Crébillon est pauvre et délaissé!» Aussitôt elle obtint pour lui du roi
une pension de cent louis sur sa cassette.

Crébillon s'empressa d'aller remercier sa bienfaitrice. Une légère
incommodité la tenoit dans son lit lorsqu'on le lui annonça; elle le fit
entrer. La vue de ce beau vieillard l'attendrit; elle le reçut avec une
grâce touchante. Il en fut ému; et, comme il se penchoit sur son lit
pour lui baiser la main, le roi parut. «Ah! Madame, s'écria Crébillon,
le roi nous a surpris; je suis perdu!» Cette saillie d'un vieillard de
quatre-vingts ans plut au roi; le succès de Crébillon fut décidé. Tous
les Menus-Plaisirs se répandirent en éloges de son génie et de ses
moeurs. «Il avoit, disoit-on, de la fierté, mais point d'orgueil, et
encore moins de vaine gloire. Son infortune étoit la preuve de son
désintéressement. C'étoit un caractère antique et vraiment l'homme dont
le génie honoroit le règne du roi.» On parloit de _Catilina_ comme de la
merveille du siècle. Mme de Pompadour voulut l'entendre. Le jour fut
pris pour cette lecture; le roi, invisible et présent, l'entendit. Elle
eut un plein succès; et, lorsque _Catilina_ fut mis au théâtre, Mme de
Pompadour, accompagnée d'une volée de courtisans, vint assister à ce
spectacle avec le plus vif intérêt. Peu de temps après, Crébillon obtint
la faveur d'une édition de ses oeuvres à l'imprimerie du Louvre, aux
dépens du trésor royal. Dès ce temps-là, Voltaire fut froidement reçu,
et cessa d'aller à la cour.

On sait quelle avoit été sa relation avec le prince royal de Prusse. Ce
prince, devenu roi, lui marquoit les mêmes bontés; et la manière
infiniment flatteuse dont Voltaire y répondoit n'avoit peut-être pas
laissé de contribuer en secret à lui aliéner l'esprit de Louis XV. Le
roi de Prusse donc, en relation avec Voltaire, n'avoit cessé, depuis son
avènement à la couronne, de l'inviter à l'aller voir; et la faveur dont
Crébillon jouissoit à la cour, l'ayant piqué au vif, avoit décidé son
voyage. Mais, avant de partir, il avoit voulu se venger de ce
désagrément, et il s'y étoit pris en grand homme: il avoit attaqué son
adversaire corps à corps pour se mesurer avec lui dans les sujets qu'il
avoit traités, ne s'abstenant que de _Rhadamiste_, d'_Atrée_ et de
_Pyrrhus_: de l'un sans doute par respect, de l'autre par horreur, et du
troisième par dédain d'un sujet ingrat et fantasque.

Il commença par _Sémiramis_, et la manière grande et tragique dont il en
conçut l'action, la couleur sombre, orageuse et terrible qu'il y
répandit, le style magique qu'il y employa, la majesté religieuse et
formidable dont il la remplit, les situations et les scènes déchirantes
qu'il en tira, l'art enfin dont il sut en préparer, en établir, en
soutenir le merveilleux, étoient bien faits pour anéantir la foible et
froide _Sémiramis_ de Crébillon; mais alors le théâtre n'étoit pas
susceptible d'une action de ce caractère. Le lieu de la scène étoit
resserré par une foule de spectateurs, les uns assis sur des gradins,
les autres debout au fond du théâtre et le long des coulisses, en sorte
que Sémiramis éperdue et l'ombre de Ninus sortant de son tombeau étoient
obligées de traverser une épaisse haie de petits-maîtres. Cette
indécence jeta du ridicule sur la gravité de l'action théâtrale. Plus
d'intérêt sans illusion, plus d'illusion sans vraisemblance; et cette
pièce, le chef-d'oeuvre de Voltaire, du côté du génie, eut dans sa
nouveauté assez peu de succès pour faire dire qu'elle étoit tombée.
Voltaire en frémit de douleur; mais il ne se rebuta point. Il fit
l'_Oreste_ d'après Sophocle, et il s'éleva au-dessus de Sophocle
lui-même dans le rôle d'Électre, et dans l'art de sauver l'indécence et
la dureté du caractère de Clytemnestre. Mais, dans le cinquième acte, au
moment de la catastrophe, il n'avoit pas encore assez affaibli l'horreur
du parricide, et, le parti de Crébillon n'étant là rien moins que
bénévole, tout ce qui pouvoit donner prise à la critique fut relevé par
des murmures ou tourné en dérision. Le spectacle en fut troublé à chaque
instant, et cette pièce, qui depuis a été justement applaudie, essuya
des huées. J'étais dans l'amphithéâtre, plus mort que vif. Voltaire y
vint; et, dans un moment où le parterre tournoit en ridicule un trait de
pathétique, il se leva et s'écria: «Eh! barbares! c'est du Sophocle!»

Enfin, il donna _Rome sauvée_, et, dans les personnages de Cicéron, de
César, de Caton, il vengea la dignité du sénat romain, que Crébillon
avoit dégradée en subordonnant tous ces grands caractères à celui de
Catilina. Je me souviens qu'en venant d'écrire les belles scènes de
Cicéron et de César avec Catilina, il me les lut dans une perfection
dont jamais acteur n'approchera: simplement, noblement, sans aucune
manière, mieux que jamais lui-même je ne l'avois entendu lire. «Ah! vous
avez, lui dis-je, la conscience en repos sur ces vers-là; aussi ne les
fardez-vous point, et vous avez raison: vous n'en avez jamais fait de
plus beaux.» Cette pièce eut dans l'opinion des gens instruits un grand
succès d'estime; mais elle n'étoit pas faite pour émouvoir la multitude,
et cette éloquence du style, ce mérite d'avoir si savamment observé les
moeurs et peint les caractères, fut peu sensible aux yeux de cette masse
du public. Ainsi, avec des avantages prodigieux sur son rival, Voltaire
eut la douleur de se voir disputer, refuser même le triomphe.

Ces dégoûts avoient déterminé son voyage en Prusse. Une seule difficulté
le retardoit encore, et la manière dont elle fut levée est assez
curieuse pour vous amuser un moment.

La difficulté consistoit dans les frais du voyage, sur lesquels Frédéric
se faisoit un peu tirer l'oreille. Il vouloit bien défrayer Voltaire, et
pour cela il consentoit à lui donner mille louis; mais Mme Denis vouloit
accompagner son oncle, et, pour ce surcroît de dépense, Voltaire
demandoit mille louis de plus. C'étoit à quoi le roi de Prusse ne
vouloit point entendre. «Je serai fort aise, lui écrivoit-il, que Mme
Denis vous accompagne; mais je ne le demande pas.» «Voyez-vous, me
disoit Voltaire, cette lésine dans un roi. Il a des tonneaux d'or, et il
ne veut pas donner mille pauvres louis pour le plaisir de voir Mme Denis
à Berlin! Il les donnera, ou moi-même je n'irai point.» Un incident
comique vint terminer cette dispute. Un matin que j'allois le voir, je
trouvai son ami Thiriot dans le jardin du Palais-Royal; et, comme il
étoit à l'affût des nouvelles littéraires, je lui demandai s'il y en
avoit quelqu'une. «Oui, vraiment, il y en a, et des plus curieuses, me
dit-il. Vous allez chez M. de Voltaire: là vous les entendrez, car je
m'en vais m'y rendre dès que j'aurai pris mon café.»

Voltaire travailloit dans son lit lorsque j'arrivai. À son tour, il me
demanda: «Quelles nouvelles?--Je n'en sais point, lui dis-je; mais
Thiriot, que j'ai rencontré au Palais-Royal, en a, dit-il,
d'intéressantes à vous apprendre. Il va venir.»

«Eh bien! Thiriot, lui dit-il, vous avez donc à nous conter des
nouvelles bien curieuses?--Oh! très curieuses, et qui vous feront grand
plaisir, répondit Thiriot avec son sourire sardonique et son nasillement
de capucin.--Voyons, qu'avez-vous à nous dire?--J'ai à vous dire
qu'Arnaud-Baculard est arrivé à Potsdam, et que le roi de Prusse l'y a
reçu à bras ouverts.--À bras ouverts!--Qu'Arnaud lui a présenté une
épître[86].--Bien boursouflée et bien maussade?--Point du tout, fort
belle, et si belle que le roi y a répondu par une autre épître.--Le roi
de Prusse une épître à d'Arnaud! Allons, Thiriot, allons, on s'est moqué
de vous.--Je ne sais pas si on s'est moqué de moi, mais j'ai en poche
les deux épîtres.--Voyons, donnez donc vite, que je lise ces deux
chefs-d'oeuvre. Quelle fadeur! quelle platitude! quelle bassesse!»
disoit-il en lisant l'épître de d'Arnaud; et, passant à celle du roi, il
lut un moment en silence et d'un air de pitié; mais, quand il en fut à
ces vers:

     Voltaire est à son couchant;
     Vous êtes à votre aurore,

il fit un haut-le-corps et sauta de son lit, bondissant de fureur:
«Voltaire est à son couchant et Baculard à son aurore! Et c'est un roi
qui écrit cette sottise énorme! Ah! qu'il se mêle donc de régner!»

Nous avions de la peine, Thiriot et moi, à ne pas éclater de rire de
voir Voltaire en chemise, gambadant de colère et apostrophant le roi de
Prusse. «J'irai, disoit-il, oui, j'irai lui apprendre à se connoître en
hommes;» et dès ce moment-là son voyage fut décidé. J'ai soupçonné le
roi de Prusse d'avoir voulu lui donner ce coup d'éperon, et sans cela je
doute qu'il fût parti, tant il étoit piqué du refus des mille louis, non
point par avarice, mais de dépit de ne pas avoir obtenu ce qu'il
demandoit.

Volontaire à l'excès par caractère et par système, il avoit, même dans
les petites choses, une répugnance incroyable à céder et à renoncer à ce
qu'il avoit résolu. J'en vis encore avant son départ un exemple assez
singulier. Il lui avoit pris fantaisie d'avoir en voyage un couteau de
chasse, et, un matin que j'étois chez lui, on lui en apporta un faisceau
pour en choisir un. Il le choisit; mais le marchand voulait un louis de
son couteau de chasse, et Voltaire s'étoit mis dans la tête de n'en
donner que dix-huit francs. Le voilà qui calcule en détail ce qu'il peut
valoir; il ajoute que le marchand porte sur son visage le caractère d'un
honnête homme, et qu'avec cette bonne foi qui est peinte sur son front
il avouera qu'à dix-huit francs cette arme sera bien payée. Le marchand
accepte l'éloge qu'il veut bien faire de sa figure; mais il répond qu'en
honnête homme il n'a qu'une parole, qu'il ne demande au juste que ce que
vaut la chose, et qu'en la donnant à plus bas prix il ferait tort à ses
enfans. «Vous avez des enfans? lui demande Voltaire.--Oui, Monsieur,
j'en ai cinq, trois garçons et deux filles, dont le plus jeune a douze
ans.--Eh bien! nous songerons à placer les garçons, à marier les filles.
J'ai des amis dans la finance, j'ai du crédit dans les bureaux; mais
terminons cette petite affaire: voilà vos dix-huit francs; qu'il n'en
soit plus parlé.» Le bon marchand se confondit en remerciemens de la
protection dont vouloit l'honorer Voltaire, mais il se tint à son
premier mot pour le prix du couteau de chasse, et n'en rabattit pas un
liard. J'abrège cette scène, qui dura un quart d'heure par les tours
d'éloquence et de séduction que Voltaire employa inutilement, non pas à
épargner six francs qu'il auroit donnés à un pauvre, mais à donner à sa
volonté l'empire de la persuasion. Il fallut qu'il cédât lui-même, et,
d'un air interdit, confus et dépité, il jeta sur la table cet écu qu'il
avoit tant de peine à lâcher. Le marchand, dès qu'il eut son compte, lui
rendit grâces de ses bontés, et s'en alla.

«J'en suis bien aise, dis-je tout bas en le voyant partir.--De quoi, me
demanda Voltaire avec humeur, de quoi donc êtes-vous bien aise?--De ce
que la famille de cet honnête homme n'est plus à plaindre. Voilà bientôt
ses fils placés, ses filles mariées; et lui, en attendant, il a vendu
son couteau de chasse ce qu'il vouloit, et vous l'avez payé malgré toute
votre éloquence.--Et voilà de quoi tu es bien aise, têtu de
Limosin!--Oh! oui, j'en suis content. S'il vous avoit cédé, je crois que
je l'aurois battu.--Savez-vous, me dit-il en riant dans sa barbe, après
un moment de silence, que, si Molière avoit été témoin d'une pareille
scène, il en auroit fait son profit?--Vraiment, lui dis-je, c'eût été le
pendant de celle de M. Dimanche.» C'étoit ainsi qu'avec moi sa colère,
ou plutôt son impatience, se terminoit toujours en douceur et en amitié.

Comme à l'égard du roi de Prusse j'étois dans son secret, et que je
croyois être aussi dans le secret du roi de Prusse sur le peu de
sincérité des caresses qu'il lui faisoit, j'avois quelque pressentiment
du mécontentement qu'ils auroient l'un de l'autre en se voyant de près.
Une âme aussi impérieuse et un esprit aussi ardent ne pouvoient guère
être compatibles, et j'avois l'espérance de voir bientôt Voltaire
revenir plus mécontent de l'Allemagne qu'il ne l'étoit de son pays; mais
le nouveau dégoût qu'il éprouva en allant prendre congé du roi, et la
colère qu'il en témoigna, ne me laissèrent plus cette illusion
consolante. En sa qualité de gentilhomme ordinaire de la chambre du roi,
il crut pouvoir oser lui demander ses ordres auprès du roi de Prusse;
mais le roi, pour réponse, lui tourna le dos brusquement; et lui, dans
son dépit, dès qu'il fut sorti du royaume, lui renvoya son brevet
d'historiographe de France, et accepta sans son agrément la croix de
l'ordre du Mérite, dont le roi de Prusse le décora, pour l'en dépouiller
peu de temps après.

L'exemple de tant d'amertume et de tribulations répandues dans la vie de
ce grand homme ne fit que me rendre plus redoutable la carrière des
lettres où j'étois engagé, et plus doux le repos obscur dont j'allois
jouir à Versailles.

Ici finissent, grâce au Ciel, les égaremens de ma jeunesse; ici commence
pour moi le cours d'une vie moins dissipée, plus sage, plus égale, et
surtout moins en butte aux orages des passions; ici enfin mon caractère,
trop longtemps mobile et divers, va prendre un peu de consistance; et,
sur une base solide, ma raison pourra travailler en silence à régler mes
moeurs.



NOTES


[1: _Mémoires_ de Morellet (1821), II, 30.]

[2: _Corps législatif. Conseil des Anciens. Rapport fait par Marmontel,
au nom de la commission nommée pour l'examen de la résolution du 12
fructidor, sur la manière de disposer des livres conservés dans les
dépôts littéraires. Séance du 24 prairial an V_ (12 juin 1797). Paris,
Imp. nationale, prairial an V, in-8, 15 p.]

[3: _Mémoires et Récits de François Chéron_, publiés par F. Hervé-Bazin.
Paris, librairie de la Société bibliographique, 1882, in-18, p. 11 3-i
14.]

[4: Voici cet acte de décès, dont je dois la copie à M. le maire de
Saint-Aubin-sur-Gaillon, et que je crois inédit:

     «Aujourd'hui, dixième jour de nivôse, l'an huitième de la
     République françoise, une et indivisible, à dix heures du matin;
     par devant moi, Jean-Baptiste Crepel, agent municipal de la commune
     de Saint-Aubin-sur-Gaillon, chargé par la Loi de recevoir les actes
     de naissance et décès des citoyens, sont comparus les citoyens
     Antoine-Félix Baroche, notaire public, âgé de cinquante-cinq ans,
     domicilié en la commune de Gaillon, et René Lemonnier, juge de
     paix, âgé de cinquante-cinq ans, domicilié en la commune de
     Saint-Aubin, amis du citoyen Jean-François Marmontel, homme de
     lettres, âgé de soixante-seize ans, époux de Marie-Adélaïde
     Lairin-Montigny, domicilié en ladite commune, né en la commune de
     Bort; lesquels, Antoine-Félix Baroche et René Lemonnier, m'ont
     déclaré que ledit Jean-François Marmontel est mort aujourd'hui à
     minuit, en son domicile, section d'Habloville. D'après cette
     déclaration, je me suis sur-le-champ transporté au lieu de ce
     domicile, je me suis assuré du décès dudit Jean-François Marmontel,
     et j'en ai dressé le présent acte, que Antoine-Félix Baroche et
     René Lemonnier ont signé avec moi.

     Fait à Saint-Aubin-sur-Gaillon, les jour, mois et an ci-dessus.»

     (_Suivent les signatures_.)
]

[5: _La Petite Revue anecdotique_, 25 février 1868.]

[6: «Natif de Bort en Limousin, et d'une famille obscure et pauvre,
Marmontel fut dès l'enfance placé chez un curé qui était son parent, et
qui lui apprit un peu de latin. Ne s'étant pas bien comporté chez cet
ecclésiastique, son père lui fit apprendre le métier de tailleur. Il
vint à Toulouse et entra en qualité de garçon chez Lamanière, tailleur
des jésuites. Un jour, en portant un habit à un pensionnaire, il le
trouva occupé à un thème dont il ne pouvait venir à bout. Marmontel
s'approcha, lut l'ouvrage de l'enfant, et lui fit connaître ses fautes.
«Puisque vous savez le latin, lui dit l'écolier, faites-moi le plaisir
d'arranger ce thème.» Marmontel fit des corrections élégantes. Le préfet
de l'enfant, peu accoutumé à tant de perfection de sa part, lui dit:
«Mon ami, qui a fait ce thème?--Le garçon tailleur, répondit
l'enfant.--Oh! parbleu, je veux le connaître, dit le jésuite.» Il le
mande, lui parle, est satisfait de lui, et lui propose de reprendre ses
études. Marmontel y consent, et, pour lui donner les moyens de
subsister, il le place en qualité de précepteur dans une maison
bourgeoise. Dès lors, il prit un goût décidé pour les belles-lettres,
et, pendant son cours de philosophie et de droit, il s'associa aux
d'Auffrery, aux Forest, aux Dutour, aux Revel, et ils formèrent ensemble
l'_Académie des Galetas_ [la Petite Académie], où ils rectifiaient leurs
compositions réciproques. Il travailla avec eux pour les Jeux floraux et
remporta une foule de prix. Voulant aller se perfectionner dans la
capitale, M. de Mondran, l'ami des talents et des artistes, lui donna
une lettre de recommandation pour son gendre, La Popelinière, fermier
général, qui se piquait de littérature, et qui le garda longtemps chez
lui avec distinction.»

Taverne est le seul qui ait ainsi conté les débuts de Marmontel, et je
reproduis son récit tel quel, sans m'en porter garant. Il se termine
d'ailleurs par une erreur manifeste: M. de Mondran ne devint le
beau-père de La Popelinière qu'en 1759, près de quinze ans après
l'arrivée de Marmontel à Paris.]

[7: Le théâtre du Vaudeville donna encore, le 23 janvier 1813,
_Marmontel et Thomas, ou la Parodie de Cinna_, vaudeville en un acte.
«Il n'y a dans cet ouvrage, dit le _Magasin encyclopédique_, après avoir
rappelé l'épisode qui en avait fourni le sujet, ni ce qui provoque une
chute, ni ce qui justifie un succès. Le public, qui l'avait entendu avec
une paisible indulgence, n'a pas vu sans surprise la toile se lever et
Vertpré venir proclamer le nom de M. Dumolard.» Celui-ci l'a gardé en
portefeuille.]

[8: Voir dans le _Mercure de France_ du 8 nivôse an XIII, (29 décembre
1804) un article violent, presque grossier, de Fiévée contre Marmontel
et ses contemporains, article cité et réfuté par _le Publiciste_ du 13
fructidor (31 août 1805). Voir aussi la _Décade philosophique_, tome 43
(an XIII, 1er trimestre), p. 567, et tome 44, p. 27-37.]

[9: J'ai copié ce fragment de lettre dans la partie restée inédite du
manuscrit de la _Correspondance littéraire_, appartenant à la
Bibliothèque Ducale de Gotha.]

[10: Publiée dans le tome IV (p. 170) de ses _Oeuvres_, réunies par son
fils (Typ. Firmin Didot, 1853-1859, 8 vol. in-8), et non mises dans le
commerce. Le destinataire de cette lettre ne peut être Jean de Vaines,
mort en 1803.]

[11: Bort, chef-lieu de canton de l'arrondissement, et à trente
kilomètres sud-est d'Ussel (Corrèze), sur la Dordogne. Les concrétions
basaltiques connues sous le nom d'_orgues de Bort_ sont une des
curiosités de ce beau pays, fréquenté depuis quelques années seulement
par les touristes.]

[12: À cette allusion beaucoup trop rapide et discrète, il est permis
aujourd'hui d'opposer des documents positifs. M. Ernest Rupin a retrouvé
et publié l'extrait baptistaire d'où il résulte que Jean-François
Marmontel, né le 11 juillet 1723 et baptisé le surlendemain, était fils
de Martin Marmontel, tailleur d'habits, originaire d'Auvergne, et de
Marianne Gourdes, native de Bort. La notice de M. Rupin, publiée dans le
_Bulletin de la Corrèze_ (tome IV, 1882), a été tirée à part; elle est
ornée d'un portrait gravé à l'eau-forte par M. Ad. Lalauze.]

[13: Jean-Gilles du Coëtlosquet, né au manoir de Kérigou (à deux
kilomètres de Saint-Pol-de-Léon), le 15 septembre 1700, évêque de
Limoges (1739-1757), précepteur des enfants de France (1758-1771),
membre de l'Académie française (1761), en remplacement de l'abbé
Sallier, mort à Paris le 21 mars 1784. Il eut pour successeur à
l'Académie le marquis de Montesquiou. Voir sur Coëtlosquet l'étude que
lui a consacrée M. René Kerviler dans _la Bretagne à l'Académie
française au XVIIIe siècle_ (V. Palmé, 1889, in-8).]

[14: Jacques-Antoine Malosse, né au Puy le 14 décembre 1713, entré dans
l'ordre le 11 septembre 1729. En 1762, il se retira au Puy.]

[15: Les anciens éditeurs ont tous imprimé à tort le P. _Bourges_. Jean
Bourzes, dont la date et le lieu de naissance ne sont pas connus, entra
dans l'ordre en 1695. Tour à tour professeur de physique à
Aubenas(1711-1712), de philosophie à Tournon (1713-1717), préfet des
études à Rodez (1717-1713), de nouveau professeur de philosophie à
Perpignan (1720-1725), il tint, en effet, les classes de cinquième, de
quatrième et de troisième à Mauriac (1729-1738); il mourut au grand
séminaire d'Auch, en 1741, après avoir passé les deux dernières années
de sa vie à Toulouse, où Marmontel dit, un peu plus bas, qu'il le revit
«infirme et presque délaissé».]

[16: Le P. Jacques Vanière (1664-1739) n'est pas l'auteur du fameux
_Gradus ad Parnassum_, dont la première édition, sous le titre de
_Epithetorum et synonymorum thésaurus_, remonte à 1652, mais il y fit en
1722 des additions et corrections importantes. Voy. Barbier, _Examen des
dictionnaires historiques_, v° _Aler_.]

[17: Le P. Claude-Alexandre By (et non _Bis_, comme on l'a imprimé
jusqu'à ce jour), né à Mâcon le 28 juillet 1703, entré le 7 août 1721,
préfet des études et prédicateur à Mauriac (1736-1738), était, en 1762,
directeur des retraites à la maison professe de Toulouse.]

[18: Le P. Ignace Decebié ou de Cebié (on trouve ces deux formes, mais
non _Cibier_, comme le portent les anciennes éditions), né à Àurillac le
20 février 1711, entré dans l'ordre le 6 octobre 1728, professa les
humanités à Mauriac de 1736 à 1738. En 1762, il était missionnaire à
Aurillac.]

[19: Le P. Jean-Pierre Balme professa la rhétorique à Mauriac de 1737 à
1739. En 1742, il partit pour les Antilles.]

[20: Selon M. Rupin, cette initiale dissimulerait Mlle Broquin, dont la
famille existe encore à Bort. Des vieillards se souvenaient d'avoir vu
sur un hêtre de l'île Verdier, ou des Amours, le chiffre _M. B._, que la
tradition attribuait aux deux amoureux, et sous lequel on lisait la date
de 1746. L'arbre fut déraciné en 1830.]

[21: Il y a six localités de ce nom dans le département de la Corrèze;
celle dont parle Marmontel est située à 13 kilomètres d'Ussel et à 17
kilomètres de Bort.]

[22: Coëtlosquet. Voyez ci-dessus, note n° 13.]

[23: Annet-Charles de Gain, marquis de Linars, page de la petite écurie
en 1709, marié, le 19 juillet 1723, à Anne-Perry de Saint-Auvent, fille
d'Isaac, marquis de Monmoreau, et d'Anne de Rochechouart, comtesse de
Saint-Auvent, mort à soixante-seize ans et enterré à Linars le 20 mai
1768. L'élève de Marmontel était le second de six enfants du marquis,
Jean, chevalier de Malte et plus tard capitaine de dragons. (L'abbé
Nadaud, _Nobiliaire du diocèse de Limoges_, 1856-1880, 4 vol. in-8.)]

[24: Les _Sermons_ du P. de La Rue (1643-1725) _pour le Carême et
l'Avent_ ont été publiés par l'auteur en 1719, 4 vol. in-8, et
réimprimés en 1781 (Toulouse, Sens et Nîmes, 4 vol. in-12). Ils avaient
été publiés dès 1706 sur des copies infidèles par le libraire Foppens,
de Bruxelles, et remis en circulation sous le nom du P. Le Maure, prêtre
de l'Oratoire, Bruxelles, 1734, 4 vol. in-12.]

[25: Les _Sermons_ du P. Timoléon Cheminais de Montaigu (1652-1689) ont
été publiés pour la première fois en 1691, et réimprimés en 1734, 1738,
1756 (in-12 et in-24).]

[26: Frédéric-Jérôme, cardinal de La Rochefoucauld de Roye, archevêque
de Bourges de 1729 au 29 avril 1758, coadjuteur de l'abbaye de Cluny
(1738), chargé de la feuille des bénéfices (1755) et grand aumônier
(1756).]

[27: Claude-Annet, baron d'Anval, seigneur de Teissonières, capitaine au
régiment d'Enghien, chevalier de Saint-Louis, marié, en 1741, à Marie de
Bort, dame de Teissonières. (Nadaud.)]

[28: Et non _Noaillac_, comme le portent les anciennes éditions. Il y a
eu deux jésuites du nom de Nolhac (probablement les deux frères), tous
deux nés au Puy: l'un, Jacques-Antoine, le 22 octobre 1713; l'autre,
Antoine, le 17 janvier 1715. Le premier, entré le 29 septembre 1728,
professa les humanités et la rhétorique et la philosophie; en 1761, il
était recteur à Béziers; le second, entré en 1732, qui professa
également les mêmes classes, devint, après la suppression de l'ordre,
curé de Saint-Symphorien d'Avignon, où il fut massacré le 18 octobre
1791 et jeté dans la Glacière. Il est assez difficile de déterminer quel
est celui des deux que Marmontel a connu.]

[29: Fondé en 1382, par le cardinal de Pampelune, neveu d'Innocent VI,
pour vingt boursiers et quatre prêtres.]

[30: Cette première lettre n'est pas connue.]

[31: Poitevin-Peitavi, auteur de _Mémoires pour servir à l'histoire des
Jeux Floraux_ (Toulouse, 1815, 2 vol. in-8), s'est inscrit en faux
contre cette assertion. Marmontel remporta, en effet, deux prix en 1744
et en 1745, mais non le prix d'honneur, c'est-à-dire l'amarante, qu'il
n'obtint que le 3 mai 1749, avec une ode sur _la Chasse_, alors qu'il
était deux fois déjà lauréat de l'Académie française. Les autres pièces
couronnées sont les suivantes: _l'Églogue_, idylle (1744); _la Jonction
des deux mers par Hercule_, poème (1745); _l'Incarnation du Verbe_,
Philis (À Mme la c. D.) (1745); _l'Origine du fard_, idylle (1745).]

[32: Marmontel veut certainement parler ici de Jean Reynal, né à
Grammont en Rouergue, en 1702, d'une famille obscure, entré à seize ans
chez les doctrinaires de Villefranche. Professeur à vingt-cinq ans, il
enseigna successivement, au collège de l'Esquille, la rhétorique et la
philosophie, fut recteur du collège, puis appelé, malgré sa résistance,
au généralat de la congrégation. Il mourut en 1763. Reynal avait composé
un poème latin sur _l'Aimant_.]

[33: Charles-Antoine de La Roche-Aymon, né en 1697, mort le 27 octobre
1777, évêque _in partibus_ de Sarepta (1725), puis de Tarbes (1729),
archevêque de Toulouse en 1740, archevêque de Reims en 1752, grand
aumônier de France, cardinal, abbé de Saint-Germain-des-Prés, et
ministre de la feuille des bénéfices.]

[34: Poitevin-Peitavi cite, parmi les confrères de Marmontel à la
_Petite Académie_, le chevalier de Rességuier, d'Aufrery, Castilhon, le
président d'Orbessan, le président du Puget, etc. Cette association
n'était pas en concurrence avec la séculaire institution des Jeux
floraux; c'était plutôt une sorte de séminaire poétique où l'on
s'exerçait aux luttes futures.]

[35: Henri-Gabriel du Puget, né le 23 juillet 1725, de Charles-Joachim
du Puget, président au Parlement de Toulouse, et de Marie de Pralheau,
conseiller en 1748, président à mortier le 23 mai 1759, mort le 25
octobre 1772.]

[36: Jean-Gaspard de Maniban, né à Toulouse le 2 juillet 1686, fils d'un
président à mortier, fut lui-même élevé à cette dignité en 1714; nommé
premier président en 1721, il mourut dans l'exercice de ses fonctions,
le 30 août 1762. Il avait épousé, en 1707, Jeanne-Christine de
Lamoignon, fille de Chrétien-François de Lamoignon, président à mortier
au Parlement de Paris.]

[37: Selon Poitevin-Peitavi, «ce récit est absolument incroyable de ceux
qui se souviennent du ton du pays et des moeurs de ce temps-là, qui
savent que M. du Puget était de l'âge de Marmontel, aussi vigoureux que
lui, exercé, comme tous les jeunes Toulousains, au maniement des armes,
et sentant, au moins à vingt-deux ans, que la prérogative de pouvoir
être toujours armé avait pour objet principal la défense de son honneur
et la répression des outrages que Marmontel se vante de lui avoir faits
impunément».]

[38: Les Thermes de Julien appartenaient depuis le XIVe siècle à l'ordre
de Cluny, qui n'en fut dépossédé qu'en 1790. (Leroux de Lincy, _Mémoires
de la Société des antiquaires de France_, tome XVIII.)]

[39: Selon le duc de Luynes et le _Journal_ de Barbier, la retraite ou
la disgrâce de Philibert Orry fut officiellement connue dans les
premiers jours de décembre 1745; mais le bruit s'en était répandu
auparavant parmi les gens bien informés, car Marmontel, dans une lettre
adressée au marquis de Fulvy, neveu du ministre, dit qu'il arriva à
Paris au mois d'octobre 1745. Cette lettre, datée du 26 décembre 1788, a
été publiée dans les _Étrennes d'Apollon_, de d'Aquin de Chateaulyon,
pour 1789, et réimprimée par Labouisse-Rochefort dans ses _Souvenirs et
Mélanges_, t. I, p. 197.]

[40: Raisouche-Montet, dit Roselly, né à Paris en 1722, débuta en 1742
et fut reçu l'année suivante. Parmi ses principaux rôles, on cite ceux
de Cimber dans _la Mort de César_, de Voltaire, de Pylade dans _Oreste_,
d'Arcire dans _Aristomène_, de Marmontel (dont il sera question plus
loin) et de Télémaque dans _Pénélope_, tragédie de l'abbé Genest,
reprise en 1745. Ce rôle fut, quelques années plus tard, la cause de sa
mort; insulté et provoqué par son camarade Ribou qui le lui disputait,
il reçut deux coups d'épée dont il mourut deux jours plus tard, le 22
décembre 1750. La querelle est racontée tout au long dans le _Journal_
de Collé (éd. H. Bonhomme, I, 264-266). Voir aussi, dans la dernière
édition de la _Correspondance_ de Grimm (II, 19), une épigramme sur ce
duel.]

[41: Jean-Grégoire Bauvin, né à Arras, en 1714, mort le 7 janvier 1776.
La tragédie des _Chérusques_, adaptation d'_Arminius_ de Schlegel, fut
jouée au Théâtre-Français, grâce à la protection de Marie-Antoinette
(1772). Grimm prétend que les États d'Artois avaient promis une pension
à l'auteur si sa pièce était jouée trois fois et que le public mit de la
bonne volonté à la lui faire obtenir.]

[42: C'est probablement pour cela qu'elle est devenue si rare.
_L'Observateur littéraire_ (1746, in-12), qu'il ne faut pas confondre
avec la feuille, portant le même titre, rédigée par l'abbé de La Porte
(1758-1761), a été réimprimé par Villenave dans l'édition de 1821,
d'après un exemplaire incomplet de 24 pages sur 120, le seul que
Villenave ait pu se procurer.]

[43: Le sujet du concours était _la Gloire de Louis XIV perpétuée dans
le roi, son successeur._]

[44: Il est assez singulier, comme Villenave l'observe avec raison, que
Marmontel n'ait rien dit ici de l'édition de _la Henriade_ (Prault,
1746, 2 vol. in-12, vignettes de Cochin) pour laquelle il écrivit une
_Préface_ maintes fois réimprimée depuis dans les _Oeuvres complètes_ de
Voltaire. (Voir la _Bibliographie_ de M. C. Bengesco, tome Ier, n° 375.)
Le débit de cette édition expliquerait encore mieux que celui du poème
académique la générosité de Voltaire.]

[45: Harenc de Presle, banquier, rue du Sentier. Son cabinet de tableaux
renfermait, selon l'_Almanach des artistes_ (1777, p. 180), un Guide,
deux Murillo, des Rubens, des Van Dyck, Wouwerman, Van Huysum, Teniers,
et autres; il y avait joint de précieux ouvrages du fameux Boule. M. G.
Duplessis a cité, dans son travail sur _les Ventes de tableaux... aux
XVIIe et XVIIIe siècles_ (1874, in-8°), le _Catalogue d'objets rares et
précieux en tous genres provenant du citoyen Aranc (sic) de Presle_,
vendus aux enchères, le 11 floréal an III (30 avril 1795), par les soins
de J.-A. Lebrun jeune. Il faut joindre à ce catalogue une addition de
quatre pages contenant la mention de _Recueils d'estampes reliés en
maroquin et en veau_.]

[46: Depuis la publication de _la Politique de tous les cabinets de
l'Europe_ (1793, 2 vol. in-8), de la _Correspondance secrète inédite de
Louis XV_, par Boutaric, et du _Secret du Roi_, par M. le duc de
Broglie, la part prise par Favier à la diplomatie occulte n'est pas
douteuse. Sa vie privée, qui fut celle d'un épicurien, est moins connue,
et, si l'on sait la date de sa mort (2 avril 1784), on n'a pas encore
signalé celle de sa naissance. On peut du moins lire sur lui quelques
pages de Sénac de Meilhan dont se sont inspirés tous ceux qui, de nos
jours, ont parlé de Favier. (Voy. _le Gouvernement, les Moeurs et les
Conditions en France avant la Révolution_, éd. de Lescure,
Poulet-Malassis, 1862, in-18.)]

[47: _Denys le Tyran_, joué le 5 février 1748, obtint alors seize
représentations, et en eut six autres à la reprise du 25 novembre de la
même année. (Mouhy, _Abrégé de l'histoire du Théâtre Français._)]

[48: Louis-Anne de Lavirotte, né à Nolay (Côte-d'Or), en 1725, mort à
Paris le 3 mai 1759, a publié, entre autres traductions, celle de
l'_Exposition des découvertes physiques de Newton_, par Mac-Laurin
(Paris, 1749, in-8).]

[49: Daniel Huet n'a rien écrit sous le titre de _Théologie_; peut-être
Marmontel veut-il désigner sa _Demonstratio evangelica_ (1679,
in-folio). Mais la traduction de l'abbé de Prades n'a pas vu le jour.
Jean-Martin de Prades, né à Castel-Sarrazin en 1720, mort à Glogau en
1782, dut son éphémère célébrité à une thèse sur les miracles (1751),
qui fit scandale, et dont Diderot rédigea la défense avec l'auteur et
l'abbé Yvon.]

[50: L'un s'appelait l'abbé Debon et n'a pas laissé de traces dans
l'histoire des lettres; le second, l'abbé Forest, a publié un _Almanach
historique et chronologique du Languedoc_ (1752, in-8), que l'on
consulte encore, et des _Mémoires contenant l'histoire des Jeux floraux_
(Toulouse, 1775, in-4°).]

[51: Ce n'est pas une simple note, mais tout un petit volume qu'il
faudrait consacrer à la destinée bizarre, voluptueuse et tragique de
cette Marie-Gabrielle Hévin de Navarre, tour à tour maîtresse de Maurice
de Saxe, de Monet, de Marmontel,--sans parler des amants dont le nom lui
échappait parfois au moment le moins opportun, comme on va le voir
bientôt,--et, finalement, épouse légitime de Louis-Antoine de Mirabeau,
frère de l'«Ami des hommes». À défaut d'une étude complète que Louis
Paris avait annoncée et qu'il n'a pas publiée, on peut consulter, outre
les présents _Mémoires_, ceux de Monet et de Grosley, quelques pages
insuffisamment informées de L. de Loménie dans son livre sur les
_Mirabeau_, enfin une notice de M. A. Joly, doyen de la faculté des
lettres de Caen, sur _Mademoiselle Navarre, comtesse de Mirabeau_,
d'après des documents inédits (Caen, 1880, in-8°, 56 p.), extraite des
_Mémoires_ de l'Académie de cette ville.]

[52: Jean Monet, dans ses amusants et trop courts _Mémoires_ (Paris,
1772, 2 vol. in-8), a cité plusieurs lettres à lui adressées par Mlle
Navarre, dont il prétend n'avoir été que l'ami. Ces lettres, charmantes
de verve et de naturel, sont précisément datées de Reims et d'Avenay, où
l'enchanteresse faisait chaque année un séjour plus ou moins prolongé.]

[53: Les deux éditions des _Poésies_ de Lattaignant (1750 et 1757)
renferment plusieurs épîtres adressées à Mlle Navarre, mais non pas
celle à laquelle Marmontel fait allusion ici, non plus qu'une autre
épître à lui adressée par le chanoine, et dont une copie figurait dans
un recueil manuscrit provenant de Viollet-le-Duc.]

[54: Il y a eu deux personnages de ce nom: Louis de Brancas, marquis de
Céreste (1672-1750), maréchal de France en 1741, et
Buffile-Hyacinthe-Toussaint de Brancas, comte de Céreste, dit comte de
Brancas (1697-1754), tous deux diplomates et militaires. Le titre donné
par Mlle Clairon à son interlocuteur fait supposer qu'il s'agit du
premier.]

[55: Le 30 avril 1749. _Aristomène_ eut alors dix-sept représentations,
momentanément interrompues après la sixième par l'indisposition de
Roselly. Reprise le 1er décembre suivant, cette tragédie fut encore
jouée onze fois. (Mouhy, _Abrégé de l'histoire du Théâtre français_.)]

[56: Voyez ci-dessus, note n° 40.]

[57: Alexandre-Jean-Joseph Le Riche de La Poupelinière (telle est la
véritable orthographe de son nom), né à Paris en 1692, mort dans la même
ville le 5 décembre 1762. Ses mésaventures conjugales l'ont rendu plus
célèbre que ses goûts de Mécène et de «virtuose». Voyez le livre
suivant.]

[58: J'avais cru tout d'abord que Marmontel faisait allusion à
Madeleine-Céleste Fieuzal, fille de François Fieuzal, dit Durancy, et de
Françoise-Maisne Dessuslefour, dite Darimath, baptisée le 23 mai 1746, à
Saint-Laurent (De Manne, _Galerie de la troupe de Voltaire_); mais cette
date ne saurait coïncider avec celle du séjour de Marmontel dans le
quartier du Luxembourg, après sa rupture avec Mlle Navarre, c'est-à-dire
vers 1749 ou 1750. Il sera question plus loin du début de la jeune
Durancy à la Comédie-Française.]

[59: M. Ad. Jullien a cité, d'après Denizart (_Collection de décisions
nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence_), dans son étude
sur le _Théâtre des demoiselles Verrière_ (1875, gr. in-8), le texte de
l'acte de baptême de Marie-Aurore, présentée le 19 octobre 1748 en
l'église Saint-Gervais-et-Saint-Protais, comme fille de Jean-Baptiste de
La Rivière, bourgeois de Paris, et de Marie Rinteau, sa femme; mais,
lorsqu'à l'âge de quinze ans elle accepta la main du comte de Horn,
bâtard de Louis XV, elle se fit reconnaître pour fille naturelle de
Maurice de Saxe. Restée veuve à seize ans, sans que, dit-on, le mariage
ait été consommé, elle épousa, au mois de mars 1777, à Londres, dans la
chapelle de l'ambassade française, Claude-Louis Dupin de Francueil,
l'ancien amant de Mme d'Épinay. De cette union fort disparate, quant à
l'âge des conjoints, naquit, le 13 janvier 1778, un fils qui fut le père
de George Sand.]

[60: Il est à peine nécessaire, sans doute, de rappeler ici que ce
surnom de Chantilly fut celui de Marie-Justine-Benoîte
Cabaret-Duronceray, alias Mme Favart (1727-1772). Quant à Mlle
Beauménard, dite _Gogo_ (rôle qu'elle jouait dans le _Coq du village_),
et qui devint, en 1761, l'épouse légitime de Jean-Gilles Colleson, dit
Bellecour, on peut consulter sur elle _le Colporteur_, de Chevrier, la
_Galerie de la troupe de Voltaire_, de De Manne, et _les Comédiens du
Roi de la troupe française_, de M. E. Campardon.]

[61: Thérèse des Hayes, fille de Marie-Anne Carton Dancourt, dite _Mimi_
Dancourt, et de Samuel Boulinon des Hayes, née vers 1713, morte à Paris
en 1752.]

[62: Anne-Antoinette-Christine Somis, fille d'un musicien italien. Une
note du duc de Luynes (27 avril 1745) nous la montre faisant sa partie,
avec Jélyotte et Mlle Fel, dans un concert organisé par M. d'Ardore,
ambassadeur de Naples, en l'honneur du mariage du Dauphin. Diderot a
parlé de «cette folle de Mme Van Loo» et des distractions qu'elle lui
causait pendant qu'il se faisait peindre par son neveu, Michel Van Loo.
(Salon de 1767, _Oeuvres complètes_, éd. Assézat, tome XI.)]

[63: Le 28 novembre 1748.]

[64: Balot de Sauvot, reçu avocat en 1736, et plus tard bailli de
Saint-Vrain (Seine-et-Oise), mort en 1761, avait retouché deux ballets,
_Pygmalion_, de Lamotte (1748), et _Platée_, d'Autreau (1749), musique
de Rameau, ce qui lui avait valu de la part de Voltaire le surnom de
_Balot l'imagination._ Son seul titre à l'attention de la postérité est
un _Éloge de Lancret_ (1743, in-8), réimprimé de nos jours, d'abord dans
la _Revue universelle des Arts_ (tome XIII), puis par M. Jules Guiffrey
(1874, in-8), avec notes et documents complémentaires.]

[65: On trouvera le texte de ce procès-verbal et celui d'une plainte de
Mme de La Popelinière contre son mari pour coups et blessures (1746)
dans un joli petit volume de M. Émile Campardon, _la Cheminée de Mme de
La Popelinière_ (Charavay frères, 1879, in-16). M. Campardon y a
également cité quelques-uns des couplets grivois qui circulèrent alors
et décrit, d'après le _Journal_ de Barbier, les cheminées en carton et à
ressorts que les «camelots» du temps vendaient aux curieux.]

[66: Préface de cette tragédie, jouée le 20 mai 1750.]

[67: Jouée pour la première fois le 24 mai 1752, et reprise le 27
novembre suivant, elle eut alors quatre représentations.]

[68: Dans la préface du _Théâtre_, éd. de 1787.]

[69: Rousseau (_Confessions_, livre X) prétend qu'il se fit de Marmontel
un «irréconciliable ennemi», parce qu'en lui offrant un exemplaire de sa
_Lettre à d'Alembert_, il écrivit sur le titre que ce n'était point pour
l'auteur du _Mercure_, mais pour M. Marmontel. «Il n'a manqué depuis
aucune occasion de me nuire dans la société et de me maltraiter
indirectement dans ses ouvrages.» Jean-Jacques avait déjà noté le
prétendu grief de Marmontel contre lui dans une lettre à Mme de Créquy
(5 février 1761).]

[70: 1751, in-12.]

[71: Jouée le 5 février 1753, la tragédie d'_Égyptus_ n'eut qu'une seule
représentation et ne fut pas imprimée.]

[72: Sur les excentricités et les bizarreries d'humeur du prince (et non
comte) de Kaunitz, voir les _Souvenirs_ du baron de Gleichen, publiés
par Paul Grimblot (L. Techener, 1868, in-12).]

[73: Florimond-Claude, comte de Mercy-Argenteau (1722-1794), ambassadeur
d'Autriche à la cour de France de 1766 à 1790, dont les importantes
correspondances officielles et secrètes ont été l'objet de publications
dues à MM. d'Arneth, Geffroy et J. Flammermont.]

[74: Georges-Adam, comte de Starhemberg, né à Londres le 10 août 1724,
mort en 1807, ambassadeur d'Autriche en France de 1756 à 1766.]

[75: Fils du feld-maréchal Frédéric-Henri, comte de Seckendorf
(1673-1763).]

[76: Guillaume-Anne Keppel, lord Albemarle, mort à Paris le 22 décembre
1754, d'une attaque d'apoplexie. De son mariage avec Anne de Lenox,
fille de Charles II, duc de Richmond, il avait eu cinq garçons et deux
filles. Selon le duc de Luynes (XIII, 415), Mlle Louise Gaucher, dite
Lolotte, était «une fille considérée en Angleterre et dont on avait
toujours dit du bien»; son amant lui laissa un mobilier d'environ 20,000
écus. Les _Mémoires secrets_ (23 septembre 1782) l'accusent crûment
d'avoir rempli le rôle d'espionne près de l'ambassadeur et prétendent
que, de ce chef, elle toucha jusqu'à sa mort (1765) une pension de
12,000 francs que lui faisait le ministère.]

[77: Selon les _Mémoires_ de Dufort de Cheverny (I, 204), cet accident
aurait eu lieu en 1757, à Bordeaux, et Mlle Lolotte serait venue
elle-même à Bagnères, et non à Barèges, se guérir des suites d'un
empoisonnement qui coûta la vie à neuf personnes. Antoine de Ricouard,
comte d'Hérouville, lieutenant général (1713-1782), auteur du _Traité
des légions_, publié d'abord sous le nom de Maurice de Saxe (1757,
in-4°), avait eu de Lolotte deux filles, «bien mariées depuis», toujours
suivant Dufort.

Diderot a fait allusion à cette liaison dans le dialogue intitulé: _Ceci
n'est pas un conte_. La date du mariage de d'Hérouville et de Lolotte
n'est pas connue.]

[78: Pierre-Louis-Marie Maloët (1730-1810), médecin de Mesdames Victoire
et Sophie, et plus tard médecin consultant de Bonaparte.]

[79: Dans _Roland_, opéra, musique de Lully, paroles de Quinault.]

[80: _Acanthe et Céphise, ou la Sympathie_, pastorale héroïque, en trois
actes, représentée le 18 novembre 1751. M. de Lajarte (_Bibliothèque
musicale de l'Opéra_) n'indique pas le nombre de représentations, mais
ajoute que cet ouvrage n'a jamais été repris.]

[81: _La Guirlande, ou les Fleurs enchantées_, opéra-ballet en un acte,
fut donnée le 21 septembre 1751, et par conséquent avant _Acanthe et
Céphise_.]

[82: Le ballet des _Sybarites_, ou de _Sibaris_ (titre que porte la
partition manuscrite), forme la troisième partie des _Surprises de
l'Amour_, dont Gentil-Bernard avait fourni à Rameau les deux premières
(_Adonis_ et _Anacréon_). Les _Sybarites_ furent représentés le 12
juillet 1757.]

[83: Denis-François Tribou, né vers 1695, mort à Paris le 14 janvier
1761. Il avait, au moment de sa mort, la charge de théorbe de la musique
du roi. Dans sa jeunesse, Tribou avait été l'amant de la duchesse de
Bouillon et d'Adrienne Lecouvreur; la jalousie que la duchesse conçut de
cette rivalité a fait peser sur la mémoire de celle-ci d'odieux soupçons
touchant la mort mystérieuse de la grande tragédienne.]

[84: Pierre Jélyotte, né en 1713, mort en 1797. Un passage des
_Mémoires_ de Dufort de Cheverny (II, 366) a permis à M. R. de Crèvecoeur
de rectifier ces deux dates, inexactement connues jusqu'alors.]

[85: Jacques-Bernard de Chauvelin (1701-1767), maître des requêtes, en
1728, intendant d'Amiens en 1731 et intendant des finances en 1753,
frère aîné de l'abbé Henri-Philippe de Chauvelin, dont il a été question
plus haut, et du marquis François-Claude de Chauvelin, ancien
ambassadeur de France à Tunis, mort subitement le 24 juin 1773, à la
table de jeu de Louis XV.]

[86: Collé (_Journal_, éd. Bonhomme, I, 184) dit que ce fut le 23 juin
1750 que Thiriot lui communiqua les vers de Frédéric et la réponse de
d'Arnaud. Marmontel, en racontant à près de cinquante ans de distance la
scène dont il prétend avoir été le témoin, cite incorrectement les deux
vers du roi. L'autographe, qui a passé, en 1868, dans la vente du
docteur Michelin (de Provins) porte:

     _Ainsi le couchant d'un beau jour
     Promet une plus belle aurore_.

De plus, ce n'est pas Frédéric qui répondit à d'Arnaud, mais d'Arnaud
qui, dans son remerciement, esquivait avec assez d'adresse la
comparaison:

     _Grand roi, Voltaire à son couchant
     Vaut mieux qu'un autre à son aurore_.
]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires de Marmontel (Volume 1 of 3) - Mémoires d'un Père pour servir à  l'Instruction de ses enfans" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home