Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Nicolas Foucquet, surintendant des finances
Author: Marsy, Arthur de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Nicolas Foucquet, surintendant des finances" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



NICOLAS FOUCQUET

Surintendant des Finances

D'APRÈS L'OUVRAGE DE M. JULES LAIR

PAR

LE COMTE DE MARSY

COMPIÈGNE IMPRIMERIE HENRY LEFEBVRE 31, Rue Solferino, 31. 1890

Extrait du Journal l'_ECHO DE L'OISE_ des 5, 9 et 12 septembre 1890.



NICOLAS FOUCQUET


Il existe, dans notre histoire nationale, un certain nombre de faits, et
souvent des plus importants, qui, bien que rapportés soit par les
écrivains contemporains, soit par les historiens des siècles suivants,
restent encore en quelque sorte aujourd'hui à l'état de problèmes.

Beaucoup d'entre eux ont, depuis un demi-siècle, attiré à juste titre
l'attention de nos érudits qui en ont cherché et souvent trouvé avec
succès la solution.

De nouvelles sources ont été livrées aux travailleurs en même temps
qu'une méthode plus rationnelle ouvrait une nouvelle voie à la critique.
C'est ainsi que nous avons vu tous les grands faits de notre histoire,
tous les personnages de premier ordre soumis à de récentes
investigations, et--chose qui ne laisse pas que d'être digne de
remarque--ce ne sont pas seulement des érudits de profession qui ont
entrepris ces enquêtes, ce sont des hommes qui joignent à l'étude des
sources et aux qualités littéraires, des aptitudes spéciales, et qui, à
ce titre, marquent ou ont marqué dans les assemblées politiques, dans
les administrations publiques ou dans la direction de grandes compagnies
financières ou industrielles.

Le duc de Broglie a repris, par exemple, l'étude de la diplomatie du
règne de Louis XV, M. Amédée Lefèvre-Pontalis nous a initiés à la
question si délicate des Révolutions des Pays-Bas, M. Pallain a dévoilé
une partie des secrets que renferme la correspondance de Talleyrand, M.
Vuitry s'est efforcé de faire connaître l'histoire financière du moyen
âge, etc..., aujourd'hui, M. Jules Lair nous donne un travail des plus
complets sur Nicolas Foucquet, le célèbre surintendant des finances, le
fastueux propriétaire de Vaux, détenu, pendant les vingt dernières
années de sa vie, prisonnier à la Bastille et à Pignerol[1].

[Note 1: Paris, Plon, 1890, 2 vol. in-8, avec portraits de Foucquet
et de Talon.]

Dans une introduction, adressée à un des premiers administrateurs de
notre époque, le baron Haussmann, l'auteur rappelle comment, après avoir
étudié l'histoire de Mademoiselle de La Vallière[2], il s'est reproché
le jugement trop sévère qu'il avait été amené à porter sur Foucquet, en
s'appuyant sur des opinions reçues, et, par suite de quels scrupules, il
avait poursuivi, pendant près de dix ans la révision de ce procès.

[Note 2: _Louise de la Vallière et la Jeunesse de Louis XIV_. Paris,
Plon, 1882, in-12.]

Initié aux recherches historiques par cet enseignement que l'École des
Chartes seule sait donner, en nous ramenant toujours aux sources, M. J.
Lair, après avoir consacré de nombreuses années à l'examen de questions
relatives à l'histoire du moyen âge, telles que la chronique du Dudon de
Saint-Quentin et les origines de l'évêché de Bayeux, à l'étude des
organisations administratives, à l'occasion de l'histoire du Parlement
de Normandie pendant la Ligue, a su mettre à profit, dans son nouvel
ouvrage, son expérience des affaires et les connaissances pratiques
qu'il lui a été donné d'acquérir en dirigeant un de nos premiers
établissements financiers et commerciaux.

Nous ne pouvons suivre pas à pas l'auteur dans ces deux gros volumes
bourrés de notes et de citations et dans lesquels on trouve, non
seulement la biographie de Nicolas Foucquet et l'histoire de sa famille,
mais encore l'histoire financière et même politique des vingt-cinq ou
trente premières années du règne de Louis XIV, ainsi qu'une série de
chapitres sur des sujets spéciaux tels que la compagnie des
_Cent-Associés_, l'origine des intendants, le contrôle des finances,
et..., l'histoire du masque de fer. Aussi nous bornerons-nous à en
donner un aperçu général et à glaner ensuite quelques faits, quelques
anecdotes concernant notre pays et pouvant plus particulièrement
intéresser les lecteurs de l'_Écho de l'Oise_.

La somme de recherches faites par l'auteur est considérable. Il s'est
pas borné à consulter les principaux dépôts publics de Paris, la
Bibliothèque nationale dont les acquisitions les plus récentes, comme
les cartons les plus ignorés du Cabinet des Titres lui sont familiers,
les Archives nationales, le Dépôt de la Guerre et la source si riche et
jusqu'à ces dernières années inexplorable des Archives des Affaires
étrangères que M. Faugère gardait plus sévèrement encore que le Cerbère
de la Fable. Les minutiers de plusieurs notaires de Paris, les
chroniques manuscrites de ces bourgeois provinciaux, comme les De
Haussy, de Péronne, les terriers et les archives particulières, M. J.
Lair paraît avoir tout vu, tout mis en œuvre et, si nous avions quelques
chicanes à lui adresser, ce ne pourrait être que pour quelques
interprétations de noms de lieux et encore peut-être craindrions-nous de
nous trouver battus, après l'avoir vu suivre sur les remparts de Nantes
les traces du cardinal de Retz et examiner des hauteurs voisines de
Pignerol les signaux que Foucquet aurait pu recevoir de ses affidés.



I


Nicolas Foucquet appartient à une famille connue depuis le milieu du
XVe siècle en Anjou et dont le premier représentant prit une part
active aux guerres contre les Anglais sous Charles VII. Ses descendants
se fixèrent à Angers, puis en Bretagne et à Paris. À la fin du XVIe
siècle, on les voit siéger dans les parlements de Paris et de Bretagne.

Le père de Nicolas, François, épousa une Maupeou; il devint maître des
requêtes puis conseiller d'État et fut un des collaborateurs de
Richelieu pour la réorganisation de la marine. Il fit partie de cette
compagnie des _Cent-Associés_ qui devint plus tard la compagnie des Îles
d'Amérique et dont, soixante ans après, sa veuve conservait encore les
actions depuis longtemps dépréciées. C'était le Panama du temps.

Au cours d'une mission en Bretagne, François Foucquet fut désigné par
Louis XIII pour faire partie d'une Chambre de Justice, juridiction
exceptionnelle appelée à juger surtout les crimes de lèse-majesté et de
concussion. Celle-ci condamna et fit exécuter le prince de Chalais.
Moins d'un demi-siècle après, une autre Chambre de Justice devait à son
tour condamner Nicolas Foucquet, enlevé à ses juges naturels par
l'hostilité de Colbert et par la haine postume de Mazarin, et «des flots
du sang de Chalais dont Richelieu fut couvert, une goutte retomba sur
François Foucquet et ses enfants!»

Né en 1615, élevé chez les Jésuites et destiné d'abord à entrer dans les
ordres, Nicolas était à dix-huit ans conseiller au parlement de Metz.
Maître des requêtes deux ans plus tard, il appartenait à ce corps à la
fois administratif et judiciaire, dont, à Paris une partie des membres
jugeaient, aux Requêtes de l'Hôtel, les affaires et les questions
d'offices, ou siégeaient au Parlement, tandis que d'autres, vraie
pépinière d'une administration encore en enfance, remplissaient les
fonctions d'intendants de police, justice et finance, dans les provinces
ou celles d'intendants et de commissaires du Roi aux armées.

C'est seulement à la veille de la Fronde que commence réellement le rôle
de Foucquet. Jusque là, envoyé tantôt à Grenoble, tantôt en Catalogne et
en Flandre, ou chargé de présider à Paris des commissions financières,
il n'avait pas été mêlé à la politique générale et n'avait été appelé à
occuper que des postes secondaires.



II


Désigné au début de la Fronde pour remplir les fonctions nouvellement
créées et encore mal définies d'Intendant de Paris, Foucquet se trouva,
par ses origines et par cette nomination, engagé dans le parti royal,
bien qu'il ne cessât pas cependant de siéger à la grande chambre du
Parlement parmi les maîtres des requêtes. Mais la situation ne tarda pas
à s'aggraver, le parlement fit de beaux projets de réforme et notamment
supprima les intendants, mesures auxquelles Mazarin répondit en
proposant de supprimer le paiement des rentes, afin d'avoir plus
d'argent disponible pour faire subsister les services publics.

Il faudrait entrer ici, avec M. Lair, dans un examen détaillé des
procédés financiers mis en œuvre dans les premières années du règne de
Louis XIV et continués malgré lui par Foucquet, pour expliquer la
disgrâce du surintendant des finances Émery et les précautions prises
par son associé Particelli pour mettre à l'abri des recherches du
Cardinal la _cassette aux reçus_.

Le roi, ou mieux le gouvernement, quand il avait besoin d'argent,
recourait aux emprunts faits à des particuliers, à la vente anticipée
des fermes ou du revenu des impôts, parfois même à l'engagement des
diamants de la Couronne et subvenait par des assignations, ou ce que
l'on appelle aujourd'hui des bons du trésor, au remboursement des
avances qui lui étaient faites. Seulement le roi n'empruntait pas
lui-même et c'était le surintendant qui, comme nos Sociétés financières
actuelles, souscrivait en quelque sorte d'avance l'emprunt, et pour y
faire face, s'aidait du crédit de ses parents ou de ses amis, auxquels
il donnait en garantie sa signature personnelle ou un engagement sur ses
biens. Plus tard, il se couvrait auprès du souverain, en se faisant
allouer des retenues sur les places disponibles, des parts dans les
marchés, des pots-de-vin, pour appeler les choses par leur nom.

On comprend facilement quels étaient les côtés défectueux de ce système,
qui ne fut réformé que plus tard par Colbert qui, soit dit en passant,
en avait largement bénéficié avant d'en faire ressortir les
inconvénients.

Toute l'histoire de Foucquet se résume en quelque sorte dans cette
œuvre: remplir les caisses royales au moyen d'avances, et se faire
rembourser ensuite ces avances. Il eut procurer pendant près de dix ans
à Louis XIV des sommes considérables, mais ne réussit pas à les
recouvrer et il y eut un moment où il était créancier de l'État de plus
de neuf millions, dont les reçus seuls restèrent dans sa cassette.

Mais revenons à Foucquet, que la force des événements et ses antécédents
de famille et d'éducation vont entraîner à devenir l'un des ennemis les
plus ardents de la Fronde.

Procureur général de la Chambre de Justice créée le 18 juillet 1648,
Foucquet ne fut pas accepté par le Parlement, qui craignait son humeur
conciliante et surtout son dévouement à la Reine, au lendemain de la
Journée des Barricades, il suivit la Régente et la Cour à Saint-Germain,
et, dès lors, intendant de Paris hors de Paris, il devint l'intendant de
l'armée charge de reconquérir la capitale rebelle.

Nous ne suivrons ni Foucquet ni la Cour pendant les pérégrinations de la
Royauté luttant contre les Parisiens. Le bel ouvrage de Sainte-Aulaire
nous donne les grandes lignes de l'histoire de cette époque agitée, les
mémoires de Retz, de Joly, de Dubuisson-Aubenay et de Navailles, la
correspondance de Mazarin et les gazettes de Loret nous on font
connaître les détails, mais nous espérons qu'un jour un de nos confrères
écrira l'histoire de Compiègne pendant la Fronde et, ce jour-là, il
pourra consulter avec fruit quelques chapitres du livre de M. Lair et
recourir avec confiance aux nombreuses sources qu'il indique.

En 1650, Mazarin désirant placer à la tête du parquet du Parlement un
magistrat qui serait réellement l'homme du roi, jeta les yeux sur
Foucquet et décida Méliand à vendre à celui-ci sa charge de procureur
général. C'est à dater de cette époque que Colbert et Foucquet furent
mis en rapports par Mazarin. Relevons à ce propos un détail curieux pour
les mœurs du temps. Au lendemain de sa nomination, les Gardes du corps
des Merciers de Paris vinrent faire leur cour à Foucquet et lui
offrirent douze aulnes de satin de Gênes noir que le nouveau procureur
général accepta «sans violence et de bonne grâce, pour faire une robe à
l'ordinaire».

Le 5 février 1651, jour du second mariage de Foucquet, le parlement
prenait décidément parti pour la Fronde. Tous les efforts de celui-ci
tendirent alors à gagner du temps et à lasser les frondeurs. Il rendit à
cette époque de nombreux services à la reine-mère ainsi qu'à Mazarin.

Au mois d'août 1652, le parlement était divisé entre Paris et Pantoise,
la Cour était à Compiègne avec les ministres. C'est à cette date que se
place le voyage dans notre ville du cardinal de Retz. Jugeant la Fronde
perdue, le coadjuteur résolut de faire sa paix avec la reine, en venant
recevoir la barrette qui consacrait son élévation au cardinalat. Mais,
Mazarin et Foucquet veillaient: à peine Retz commençait-il à expliquer
à la régente son plan de restauration de l'autorité royale qu'Ondedei
venait gratter à la porte pour entretenir la souveraine d'affaires
urgentes. Après lui, arrivait botté, tout poudreux, en pourpoint de
toile, l'abbé Basile Foucquet, le rival de Retz auprès de Mademoiselle
de Chevreuse. Le coadjuteur était joué, éconduit, mystifié, il retourna
à Paris où le peuple qui ne s'arrête pas aux finesses de la politique
lui fit une ovation aux cris de: Vive le Roi!

L'abbé Foucquet eut à cette époque une singulière aventure avec la
duchesse de Chatillon, qui habitait le château de Mello, où naquit une
prétendue conspiration que Bertaut et Ricous payèrent de leur vie. Il
sut persuader à la duchesse qu'elle y était compromise et pendant deux
mois, il courut avec elle de château en maison des champs, d'hôtel en
couvent, prisonnière et gardien volontaires tous deux, se déguisant
tantôt en cavaliers tantôt en religieux pour échapper à des poursuites
auxquelles personne n'avait jamais songé.

Plus tard nous retrouvons, à l'automne de 1655, Madame de Chatillon
mêlée aux négociations qui amenèrent le maréchal d'Hocquincourt,
gouverneur de Péronne, Ham et Montdidier, à rentrer dans l'obéissance
royale. Il y a là, dans les rôles joués par la duchesse de Chatillon,
par Navailles et par Basile Foucquet les éléments d'une comédie
spirituellement conduite et dont on voit Mazarin tenir les fils de
Compiègne.



III


Le 2 janvier 1653, la mort de la Vieuville, surintendant des finances,
offre à Foucquet une occasion de réclamer de Mazarin la récompense des
services qu'il lui a rendus. Apparenté au monde de la finance par les
Castille, les Jeannin et les Maupeou, Foucquet peut offrir le concours
des membres de sa famille et être ainsi «l'homme de crédit dans le
public.» Mais il n'est pas le seul compétiteur; Servien, Le Tellier,
Molé, le président de Maisons et même les maréchaux de L'Hôpital et de
Villeroy se mettent sur les rangs. S'inspirant de la maxime de Richelieu
qu'il est impossible à deux hommes jaloux l'un de l'autre de divertir
les deniers de l'épargne, parce que chacun craint d'être découvert par
son collègue, Mazarin nomme simultanément, au lendemain de sa rentrée à
Paris, Servien et Foucquet comme surintendants. De plus, il leur adjoint
comme commis ou contrôleur un marchand d'argent, né à Lyon de parents
allemands, Herwarth.

De la collaboration de ces trois hommes naissent les combinaisons les
plus variées, non pour équilibrer le budget, on n'y songeait pas alors
plus qu'aujourd'hui, mais pour procurer au Trésor les ressources qui lui
faisaient défaut. Au début, Foucquet devait avoir la trésorerie et
Servien l'ordonnancement. Mais, Mazarin, passant sur les formalités, ne
tarda pas à demander directement au premier les sommes qu'il voulait
toucher chaque mois pour la guerre, la marine, l'artillerie, les
ambassades, les suisses, le jeu, les ballets et... l'opéra. Toutes
dépenses dont le cardinal se chargeait à forfait, sans entrer dans le
détail, ni même en rendre compte aux surintendants, mais en ayant soin
d'ajouter qu'il ne voulait ni assignations sur les places, ni billets à
terme, rien que de l'argent comptant.

Nous n'en finirions pas s'il nous fallait expliquer les expédients
auxquels durent recourir les surintendants et Mazarin pour rétablir en
partie le crédit du roi dans les premières années qui suivirent la
Fronde. Tantôt ce sont les monnaies dont on annonce la refonte et la
dépréciation et que l'on offre cependant de racheter en échange de
rentes, en attendant qu'après un court séjour dans les caisses, un édit
vienne leur rendre leur ancienne valeur, tantôt c'est le clergé qu'il
s'agit d'imposer, ou le marc d'or qu'il est question d'aliéner; Mazarin
parle d'emprunter sur ses pierreries et ses tapisseries, mais avec le
désir de voir Herwarth ne pas mener à bien cette négociation, Colbert
offre la dot de sa femme et le chancelier Séguier avance quelques fonds,
mais sur gages. On est aux abois, comment subvenir aux frais de la
campagne de 1656, comment subventionner les alliés et entretenir les
troupes? Le 24 juillet 1656, Foucquet fait passer par Compiègne un
convoi dirigé sur La Fère et les charrettes qui le composent renferment
900,000 livres en argent. On ne sait comment remercier le surintendant.
«Il faut, lui écrit Mazarin, au nom du roi, que vous repreniez cette
somme sur le premier argent qui viendra des affaires qui sont sur le
tapis». Cette lettre fut le seul profit que tira Foucquet de cette
heureuse négociation et jamais il n'en reçut un sou.

Après avoir tracé le tableau de la situation des divers membres de la
famille du surintendant à l'apogée de sa puissance en 1656, M. Lair
entre dans d'intéressants détails sur sa vie et examine notamment les
amours qu'on lui prête: A-t-il été l'amant ou seulement l'ami de Madame
de Sévigné? Mademoiselle de Trécesson fut-elle plus que sa confidente
politique, enfin Madame Scarron a-t-elle vu Foucquet avant la mort de
son mari? M. Lair ne paraît ajouter foi à aucune de ses suppositions et
sauf Madame de Brancas et une inconnue, on ne voit à Foucquet aucune
maîtresse.

Les habitations du surintendant, son hôtel de la rue Michel-le-Comte, sa
retraite de Saint-Mandé, son domaine paternel de Vaux, dont il fit
rebâtir le château et qui devint un sujet d'envie pour tous les
courtisans et même, dit-on, pour le roi, son domaine de Concarneau et
enfin Belle-Isle-en-Mer, dont on lui a prêté l'intention de se faire
roi, sont décrits avec grand soin.

Mais, au milieu de cela, Foucquet ne paraît pas avoir joui d'un bonheur
réel, la mort de son fils aîné, ses préoccupations politiques et jusqu'à
la responsabilité qui pesait sur lui, au moment du mariage de sa fille
aînée avec le marquis de Charost, dans le jugement de Chenailles,
conseiller au parlement, accusé d'avoir voulu vendre la place de
Saint-Quentin à M. le Prince, lui causaient de nombreux soucis. Dans
cette dernière affaire, il prononça un réquisitoire impitoyable, dont
les termes devaient être un jour retournés contre lui. De même qu'il
avait fait soumettre celui-ci au secret le plus absolu, privé de papier,
de plumes et d'encre, sans pouvoir obtenir ni le secours d'un avocat, ni
la communication des pièces de l'accusation, de même Talon devait en
user avec lui quelques années plus tard. Puis vient le procès du
cardinal de Retz trop connu pour qu'il soit nécessaire de s'y arrêter.

Et toujours le Trésor restait vide d'argent, mais bourré de papiers et à
peine ces billets se convertissaient-ils en or, que l'or était absorbé
par les fournisseurs des armées ou de la Cour.

Dès ce moment, en froid avec le Cardinal, Foucquet, prévoyant sa
disgrâce, préparait sa défense et celle de ses amis, et désignait les
villes où ses affidés trouveraient refuge, les places dont les
gouverneurs lui appartenaient ou pouvaient être gagnés, toutes mesures
imprudentes, consignées par écrit, et qui devaient un jour contribuer à
sa perte.

Sa santé s'était gravement altérée; à peine remis, il vient à Compiègne,
le 28 juillet 1658 pour entretenir Mazarin de la situation financière et
lui offre sa démission. Mais le Cardinal refuse. En 1659, la mort de
Servien laisse libre une des deux places de surintendant. Mazarin promet
d'abord à Foucquet de ne pas le remplacer, puis il se désigne lui-même
comme son collègue.

Une fois de plus les caisses de l'État sont vides, les avances absorbées
pour dix-huit mois ou deux ans. Foucquet et Herwarth demandent au
Cardinal, qui a promis de leur venir en aide quand il en serait temps,
de donner sa signature qui seule peut leur faire obtenir les fonds
nécessaires. Mais le Cardinal est avare, et il craint de toucher à ses
biens de La Fère, de Brouage, de Sedan et de Vincennes, à ses placements
à l'étranger, il recule et renonce à la place, laissant Foucquet occuper
seul la surintendance.

Le Roi est marié, Foucquet reçoit la nouvelle Reine à Vaux, Mazarin
marie ses nièces et meurt, mais, dans ses derniers moments le Cardinal
fait son testament et laisse au Roi tous ses biens, reconnaissant qu'ils
viennent des libéralités de son souverain.

Dans un suprême entretien avec son confesseur, il lui donne la mission
d'aller, après avoir consulté Colbert, donner le conseil au Roi d'ôter à
Foucquet l'emploi des finances, de rechercher lès malversations des gens
d'affaires et de leur faire restituer le bien du Roi.

À ce moment même, Foucquet, redevenu plein d'espoir, cherche le moyen de
recueillir la grande situation que laisse le mourant.

Pendant que Colbert s'occupe de l'exécution du testament du Cardinal,
Foucquet, admis à traiter des affaires étrangères dans le Conseil,
entame, sur l'ordre du Roi, de grandes négociations avec les rois
d'Angleterre, de Pologne, de Suède, et est chargé de discuter le traité
de commerce avec les États de Hollande. Mais cette nouvelle tâche fut
de courte durée, car les ennemis de Foucquet, ayant Colbert à leur tête,
avaient décidé de la perte du Surintendant.

Trop longs seraient à raconter les préliminaires du drame qui remplit
tout le second volume de M. Lair.



IV


C'est à Fontainebleau, au moment où, après ses amours passagères avec
les deux Mancini, on commença à combattre la passion qu'éprouvait le Roi
pour Henriette d'Angleterre que nous voyons se nouer les intrigues qui
vont amener la chute de Foucquet.

Anne d'Autriche, Henriette de France et Madame de Chevreuse, tiennent
conseil et décident que, sinon pour détourner le Roi de Madame, du moins
pour empêcher que le scandale ne devienne public, il faut que Louis XIV
fasse ostensiblement la cour à quelqu'une des demoiselles d'honneur de
sa belle-sœur, et pendant que Foucquet songe à Mademoiselle de
Menneville, la Reine choisit Louise de La Vallière.

Seulement, au lieu de galanteries passagères, celle-ci ne tarde pas à
devenir et pour longtemps l'unique objet de la passion du Roi. Dans une
remarquable étude que nous avons déjà mentionnée, M. Lair nous a donné
avec une grande clarté et nombre de détails nouveaux, ce récit des
amours de Louis XIV.

Dans son désir d'être agréable au Roi, Foucquet aurait-il fait à Louise
de La Vallière des offres de service, des avances mal interprétées et
reportées par celle-ci à Louis XIV; c'est ce qui semble vraisemblable.
Dévoré par la fièvre, à la veille d'une maladie qui menace de
l'emporter, Foucquet n'est plus maître de lui, il commet fautes sur
fautes, erreurs sur maladresses et Louise de La Vallière ayant raconté
au roi ses discours qu'elle ne comprend pas et dans lesquels elle voit
surtout le désir de Foucquet de pénétrer dans le secret de son cœur,
Louis XIV croit voir un rival dans le surintendant et, sans vouloir
provoquer d'explications, décide la perte de l'imprudent. Bien des
ennemis, il faut le dire, se sont cachés derrière le Roi et ont excité
sa colère, les uns par jalousie, les autres par intérêt personnel.

Mais, il est difficile de poursuivre le procureur général du parlement,
aussi obtient-on de lui la cession de sa charge à M. de Harlay, et en
même temps le Roi accepte l'invitation de venir à Vaux où le
surintendant lui offrit une fête splendide, dont tous les écrivains de
l'époque nous ont conservé le récit. Toutefois, faisons remarquer que
Louis XIV connaissait déjà Vaux où il était venu à plusieurs reprises et
que l'on ne peut attribuer à la vue de ce château et des splendeurs de
ses ameublements l'exaspération du souverain.

Impromptu de Molière, festin superbe servi dans une argenterie des plus
luxueuses et dans laquelle on remarqua un sucrier en or (ce que le Roi
ne possédait pas), feu d'artifice composé d'une nuée de fusées et de
serpenteaux, rien ne manqua à cette fête, pendant laquelle couvait
l'orage qui ne devait pas tarder à éclater.

En effet, à la fin d'août, Louis XIV partait pour Nantes où il devait
tenir les États de Bretagne; Le Tellier, Colbert, Foucquet et Lionne
l'accompagnaient. L'arrestation du surintendant était décidée et, au
lendemain du jour où il obtenait des États de Bretagne un don gratuit de
trois millions pour le Roi, D'Artagnan, porteur d'ordres signés de Le
Tellier, l'arrêtait sur la place de la Cathédrale. Ses papiers étaient
saisis à la fois à Paris, à Vaux, à Saint-Mandé, chez ses amis, sa
caisse ouverte (mais elle ne renfermait pas un sou vaillant), sa femme
exilée à Limoges, et ses enfants quasi jetés sur le pavé, sans la pitié
de M. de Brancas.

Huit jours plus tard, la surintendance était supprimée et remplacée par
un conseil des finances, une Chambre de Justice était établie le 15
novembre avec mission de poursuivre les abus et malversations commises
dans les finances depuis 1635. Elle devait rechercher et punir aussi
«tous les crimes et délits commis à l'occasion d'icelles par quelques
personnes et de quelque qualité qu'elles soient». Denis Talon était
désigné pour y remplir les fonctions de procureur général et le
chancelier Séguier celles de président. Des magistrats, triés sur le
volet dans les divers parlements et dans d'autres juridictions, étaient
choisis pour la composer.

Foucquet, transféré d'abord à Angers, puis à Amboise, était prisonnier à
Vincennes, soumis au secret le plus absolu, privé de papier, d'encre et
de livres. En trois mois ses cheveux naguères bruns avaient complètement
blanchi.

Pendant six mois, on ne lui notifie aucun acte de procédure; à ce moment
seulement on lui fait subir un premier interrogatoire de forme, dont on
refuse de lui laisser copie.

Nous ne pouvons suivre par le menu toute cette procédure, qui ne dure
pas moins de trois ans et dans laquelle Foucquet trouve réponse à toutes
les questions, prépare une défense qui ne comprend pas moins de seize
volumes et qu'il rédige sans notes, sans documents avec ses seuls
souvenirs, récusant le chancelier, s'inscrivant en faux contre les
procès-verbaux, argumentant contre Chamillart, nommé procureur général à
la place de Talon et lui reprochant tantôt de ne pas lui faire voir sa
commission, tantôt d'ignorer l'orthographe. Quelques lignes de cet
interrogatoire sont curieuses à rapporter. «Le Roi, dit Chamillart ne
m'a choisi que pour faire justice.--Soit, réplique l'accusé, mais je ne
suis pas persuadé que ce changement ait été fait pour mon plaisir. C'est
assez que mes ennemis vous aient choisi pour motiver quelque
suspicion.--Et, à ces mots de Chamillart, qui, précédemment était chargé
de poursuivre la réformation des abus des maîtres des eaux et forêts,
_Monsieur, je travaillais dans la forêt de Compiègne, quand le Roi m'a
nommé sans entremise de personne_.--Foucquet, faisant allusion aux
récents actes de brigandage qui avaient été commis dans nos environs,
termine l'entretien en lui disant: _Ce mot de forêt m'est suspect, il
suffit à désigner qui vous a mis en votre place_.»

Pendant que s'instruisait le procès de Foucquet, quelques autres
affaires étaient soumises à la Chambre de Justice. Dans le nombre, il en
est une qui concerne des personnages de notre pays et qu'à ce titre nous
résumerons en quelques lignes:

«On détenait dans les prisons de Paris, dit M. Lair, un homme appelé
Dumont, ancien receveur des tailles à Crépy (en Valois). Arrêté en
décembre 1662, il avait été en janvier 1663 jugé et condamné à mort,
pour crime de péculat, par un de ces sous-commissaires qui remplaçaient
en province la Chambre de Justice. Celui-là se nommait Charmolue,
trésorier de France à Soissons, homme non gradué et assisté, pour la
forme, d'un juge choisi par lui. L'affaire était depuis lors en appel
devant le Parlement. Si l'on parvenait à faire confirmer la sentence,
quel préjugé contre Foucquet!»

Sans entrer dans les détails du procès, auquel nous fait assister notre
auteur, faisant connaître et l'interrogatoire de l'accusé et l'opinion
des juges, qu'il nous suffise de dire que Dumont fut condamné, par
treize voix contre huit, «pour crime de péculat et de concussion à être
étranglé.» Le soir même, une potence était dressée au carrefour de la
Bastille et on y pendait ce malheureux. «Le receveur des tailles de
Crépy avait été pris comme un mannequin qu'on voulait balancer à la
potence devant les fenêtres de la prison de Foucquet.»

Au bout de ces trois années, le procès du surintendant était terminé,
l'instruction, les interrogatoires, les rapports étaient achevés, les
délibérations durèrent cinq jours, pendant lesquels les avis les plus
divers furent émis, appuyés sur des textes et des opinions de tout
genre, les uns rappelant le procès de Verrès et citant Cicéron et
Tite-Live, les autres invoquant les pères de l'Église ou le témoignage
de saint Louis. Nous n'en citerons que quelques-uns. Sainte-Hélène
déclare que Foucquet mérite d'être pendu, mais par concession, eu égard
à sa naissance et à ses dignités, il consent à ce qu'on lui tranche la
tête sur un échafaud devant la Bastille et à ce que ses biens soient
confisqués; plusieurs suivent son avis, d'autres, excusant le
surintendant, ne réclament que le bannissement ou la relégation, un
d'entre eux, voulant le punir par où il avait péché, c'est-à-dire dans
son orgueil, propose de raser Vaux, d'en abattre les bois, d'en rompre
les fontaines et d'en combler les fossés.

Enfin, malgré une violente pression et les vives sollicitations de ses
ennemis, au milieu de décembre 1664, Foucquet ne fut condamné par la
Chambre, qu'au bannissement hors du royaume, et à la confiscation de ses
biens. Condamné en fait, il était acquitté en droit.

Louis XIV ne cachait pas que, si Foucquet eut été condamné à mort, il
l'aurait laissé mourir et Colbert craignait, qu'une fois en liberté, il
ne publiât hors de France des écrits, des libellés contre Mazarin et
contre lui; aussi suggéra-t-il au roi l'idée de _commuer_ la peine du
bannissement en celle de la _prison perpétuelle_, à cause du danger
qu'il y avait à laisser sortir Foucquet du royaume, vu la connaissance
particulière qu'il avait des affaires les plus importantes de l'État,
singulière commutation, on le voit, que celle qui devait jusqu'à sa mort
priver un homme de sa liberté et le faire maintenir pendant de longues
années dans le secret le plus étroit, en laissant même pendant longtemps
ignorer à sa famille ce qu'il était devenu.

La Chambre de Justice n'avait eu, en réalité, pour objet, que le
jugement de Foucquet et s'il lui avait été donné, au civil, de supprimer
un million sur les tailles, et d'opérer un petit nombre de réformes
utiles, elle n'avait, au criminel, jugé que des contumaces comme Bruant
et Gourville et condamné à mort que quelques misérables comme ce Dumont,
de Crépy, dont nous avons parlé. Elle n'avait pas su trouver Foucquet
assez criminel pour le faire mourir, aussi son épuration fut-elle
d'abord décrétée, et plus tard elle ne resta qu'à l'état de fantôme pour
enregistrer des décisions imposées et rendre des arrêts faits d'avance
chez le contrôleur général.



V


Le 27 décembre 1664, les formalités de la lecture de l'arrêt étaient
remplies à la Bastille. Le même jour, un carrosse sortait de la prison
aux acclamations du peuple, dans l'esprit duquel un revirement s'était
fait en faveur du prisonnier. D'Artagnan conduisait Foucquet à Pignerol,
et le 16 janvier 1665, ils arrivaient dans cette petite place du
Piémont, cédée à Louis XIII, à la suite d'une négociation à laquelle le
père de Foucquet avait pris une part active.

Le gardien qui ne devait le quitter qu'au lit de mort était Louis
d'Auvergne, sieur de Saint-Mars, son parent éloigné, ce que tous deux
paraissent avoir toujours ignoré.

Peu de temps après sa détention, Foucquet échappa à une terrible
explosion qui ébranla le donjon de Pignerol jusque dans ses fondements
et Ménage s'autorisait de cet évènement pour solliciter, en vers latins,
la grâce de Foucquet dans une pièce qu'il adressait à Louis XIV. Le Roi
devait rester sourd à cette supplique ainsi qu'à toutes celles qui lui
seraient présentées en faveur de son ancien ministre. Cet évènement
devait même rendre Foucquet l'objet d'une surveillance plus rigoureuse,
car, dans le dossier d'un fauteuil brisé, on avait trouvé des papiers
écrits avec une encre sympathique.

La température glaciale de Pignerol pendant l'hiver autant que la
chaleur concentrée au milieu des rochers pendant l'été ne tardèrent pas
à altérer la santé de Foucquet, et les deux valets qu'on avait placés
auprès de lui en souffraient également. En 1670, Laforêt, son ancien
serviteur, chercha à s'introduire dans le château dans le but de le
délivrer, mais sa tentative fut découverte et Foucquet put voir son
corps balancé à la potence. Du reste sa résignation était des plus
grandes et Saint-Mars pouvait écrire de lui à Louvois «M. Foucquet est
un agneau.»

Il n'en disait pas autant d'un autre prisonnier qui lui avait été envoyé
en 1671, Lauzun, dont la principale occupation fut de faire endiabler
son gardien. Les ordres les plus sévères avaient été donnés pour
empêcher les deux prisonniers de communiquer, et cependant, un jour,
Lauzun, dans son esprit inventif, trouva le moyen de pénétrer dans la
chambre de Foucquet et chaque jour il y revenait, lui racontant ce qui
s'était passé depuis quinze ans qu'il était séparé du monde.

En 1679, Lauzun et Foucquet furent autorisés à communiquer ensemble,
mais ce ne fut qu'après la mort de ce dernier que Saint-Mars trouva la
cachette qui leur servait de passage pour aller de l'un chez l'autre.

Pendant les quatre dernières années de sa vie, l'existence de
l'ex-surintendant devint plus tolérable, bien qu'il fut toujours
maintenu dans le secret le plus absolu; il fut autorisé à recevoir des
nouvelles de sa femme et de sa mère, et il reçut papier et encre avec la
permission d'écrire à Louvois. Il en profita aussitôt pour rédiger des
projets financiers et même des pièces de vers.

Enfin, le 23 mars 1680, une apoplexie emporta subitement Nicolas
Foucquet, au moment où on faisait espérer à sa famille quelque
adoucissement à sa position.

Dans sa prison, Foucquet avait employé son temps à méditer longuement
sur les Saintes Écritures, à distiller, à composer des remèdes, à se
soigner, à droguer ses valets et à leur apprendre à lire.

Plusieurs de ceux-ci sont connus, mais il en est un, prisonnier envoyé
de Dunkerque en 1669, installé d'abord dans un cachot, au-dessus de la
cave, au sujet duquel de grandes précautions devaient être prises, et
que l'on devait surtout ne pas laisser s'entretenir avec Lauzun. Ce
personnage, connu sous le nom d'Estache Dauger, paraît avoir été «un de
ces hommes qu'on charge de missions louches, enlèvement de pièces ou de
personnes et peut-être pis encore, et dont, le coup une fois accompli,
on assure le silence par la mort ou par la prison.» M. Lair s'attache à
démontrer que c'est lui qui fut le prisonnier confié à la garde de
Saint-Mars à Exilles, aux Îles Sainte-Marguerite et à la Bastille et qui
a donné lieu à la légende du Masque de fer, légende qui, dit-il, manque
de vérité, en tout cas, car il n'y eut pas un personnage unique portant
un masque de fer ou mieux de velours, mais chaque fois qu'un prisonnier
notable, ou qu'on ne voulait pas laisser connaître, voyageait, on
prenait la précaution de lui couvrir la figure d'un masque.

Dans un dernier chapitre, M. Lair examine la destinée des descendants de
Foucquet jusqu'à l'époque voisine de nous où les derniers d'entre eux
ont disparu.

Il nous montre d'abord la famille ruinée, amoindrie, réunie en 1680
autour de la vieille grand'mère Marie de Maupeou, qui désire leur
partager le peu de biens qui lui restaient avant de se retirer au
Val-de-Grâce où elle mourut. Il nous retrace les alliances fort
honorables à coup sûr, mais peu fortunées de deux des enfants du
surintendant avec les d'Uzès et les Lévis et le mariage d'un troisième
avec la fille de la célèbre Madame Guyon.

Puis nous voyons la famille Foucquet remonter à l'apogée de sa grandeur
avec Charles Foucquet, comte et plus tard duc de Belle-Isle, pair et
maréchal de France, petit-fils du surintendant, et avec son fils le
comte de Gisors, dont M. Camille Rousset a retracé la mort héroïque dans
des pages que tout le monde a lues.

Singulier rapprochement et comme on en trouve beaucoup dans le livre de
M. Lair, et par lequel nous finirons. Le comte de Gisors, à la veille de
sa mort, venait d'épouser la fille aînée du duc de Nivernais, la petite
fille de l'héritier de Mazarin.

Si M. Lair s'est attaché surtout à faire ressortir l'innocence du
surintendant et l'injustice de sa condamnation, tout en faisant une
large part à des fautes et à des imprudences que l'on ne saurait
excuser, nous pouvons finir cette longue analyse de ce grand ouvrage en
lui appliquant cette épigraphe bien connue: _Ceci est un livre de bonne
foi_.

       *       *       *       *       *

Compiègne.--Imprimerie Henry Lefebvre.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Nicolas Foucquet, surintendant des finances" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home