Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les sports à la mode
Author: Meillac, Camille
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les sports à la mode" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica)



                                   C. MEILLAC


                                      LES
                                SPORTS A LA MODE


Les sports en France.
Les jeux de la balle.
Sports athlétiques proprement dits.
Cyclisme. Sur la glace et sur la neige.
Les Armes, etc.


Paul PACLOT
LIBRAIRE-ÉDITEUR
4, rue Cassette, PARIS



INTRODUCTION


Qu'est-ce que le sport?--Le sport désigne d'une façon générale les
exercices physiques qui mettent en jeu les forces et l'énergie du corps,
tout en développant certaines qualités morales; mais encore faut-il
qu'ils aient le caractère d'un divertissement. Le canotage est un sport;
nous n'appellerons pas sportsman le batelier qui dirige sa gondole à
travers les canaux de Venise.

Quoique d'importation anglaise, ce mot dérive d'une ancienne expression
française: _desport, desporter_ signifiant «plaisir», «divertissement»
et qui s'employait indifféremment pour les jeux physiques ou les jeux de
la parole. Rabelais, le grand écrivain du XVIe siècle, a écrit: «Se
desportaient... es près et jouaient à la balle, à la paume.»

Si le mot n'est pas nouveau, la chose l'est moins encore.


=Les sports dans l'antiquité:=

1° _A l'origine_.--Un humoriste a dit que l'histoire du sport commence
au moment où Adam et Ève franchirent le seuil du Paradis. Il est du
moins certain que, dès que les hommes purent former une petite société,
peuplade ou tribu, ils durent s'exercer en commun au combat corps à
corps, au maniement de la masse, de la hache et du tomahawk, au jet de
la lance ou de la sagaie, au tir à l'arc, au lazzo, à la danse de
guerre, c'est-à-dire qu'ils transformèrent en divertissement ce qui leur
avait été d'abord une nécessité. Des civilisations plus raffinées, celle
de l'Égypte, par exemple, mirent plus de méthode dans la culture
physique.

2° _En Grèce_.--Mais c'est en Grèce que l'on trouve un esprit vraiment
sportif. Homère rapporte déjà que l'on célébrait des jeux aux
funérailles des guerriers de marque. Plus tard, on mit un soin égal à
former le corps et l'esprit. Les lois de Solon obligeaient les jeunes
Athéniens à se livrer à la gymnastique. Les enfants fréquentaient de
douze à dix-huit ans les _palestres_; dans les _gymnases_, ouverts à
tous, adolescents et hommes mûrs rivalisaient de force et d'adresse;
c'est là que se formaient les athlètes (du grec athla, prix), qui
devaient prendre part aux grands concours nationaux.

La population de l'Hellade tout entière se passionnait pour les jeux
célébrés en grande pompe à Olympie, à Athènes, dans l'isthme de
Corinthe. Les vainqueurs, ceints d'une couronne d'olivier ou d'une
guirlande de feuilles de pin, traversaient la Grèce en triomphateurs;
leur ville natale, fière de leur gloire, les accablaient d'honneur; les
poètes célébraient magnifiquement leurs exploits et ils vivaient dans la
mémoire des hommes à l'égal des plus sages législateurs ou des plus
habiles généraux.

Les athlètes devaient exceller dans cinq exercices: _saut, lutte,
course, lancement du disque et du javelot_, qui, mettant en action tous
les muscles, prévenaient la déformation du corps. L'Hellade, patrie du
beau, avait le culte inné de la beauté corporelle. L'éducation physique,
basée sur les principes de la thérapeutique, développait la souplesse et
la grâce autant que la force. Ce peuple, merveilleusement artiste, qui
plaçait ses jeux sous l'égide de Vénus et d'Apollon, éleva le sport à un
degré de pureté et d'harmonie, qui n'a plus été atteint et qui reste à
nos yeux comme un magnifique idéal.

3° _A Rome_.--La beauté grecque fut remplacée par la brutalité romaine:
les premiers Romains pratiquèrent également le saut, la course, le
pugilat, la lutte et généralement les exercices qui préparaient à la
guerre, sans que les enfants d'ailleurs fussent obligés de fréquenter
les établissements de gymnastique; mais on ne retrouve plus la même
culture complète et rationnelle, le même souci d'élégance.

Le peuple romain, amoureux des fêtes, réclamait «panem et circenses», le
cirque aussi bien que le pain. Pour ménager leur popularité, les consuls
et empereurs prirent la coutume de donner des jeux auxquels ne prenaient
part active que les professionnels. Peu à peu, la populace blasée et
l'aristocratie corrompue exigèrent des spectacles de sang. Assurés de
périr, les gladiateurs saluèrent le souverain du fameux «Ave, Caesar
morituri te salutant», César, ceux qui vont mourir te saluent. Le
rétiaire jetait son vaste filet sur le mirmillon armé d'une courte épée.
Des gladiateurs à cheval, ou montés sur des chars, s'entretuaient dans
les cirques. Des galères se heurtaient dans les naumachies. Puis ce
furent les massacres en grand, des combats de bêtes féroces, des
centaines de captifs égorgés ou livrés aux lions, aux panthères, aux
ours, des supplices raffinés, des repas de chair humaine sur les arènes,
arrosées d'eau de senteur, et aux acclamations d'une foule délirante.
Cette férocité indiquait la complète décadence des sports; quelques
particuliers se livraient au jeu de paume, à la gymnastique; mais
l'idéal grec semblait perdu.

=Les sports en France.=--L'ancienne Gaule connut des jeux assez brutaux;
les Gaulois prenaient plaisir aux combats singuliers. On vit Pépin le
Bref, roi des Francs, entrer dans une arène, où luttaient un lion et un
taureau et les abattre de son épée. Le roi n'est-il pas d'ailleurs, aux
termes du «Roman de la Rose», «le plus ossu, le plus corsu?»

Pendant tout le Moyen-Age, il fallait que chacun fût en mesure de
défendre sa vie, continuellement menacée. On se souciait alors fort peu
de l'instruction, abandonnée aux seuls moines; il ne s'agissait que
d'être fort, le plus fort. Aussi les nobles consacraient-ils la plus
grande partie de leur temps à manier l'épée à une ou à deux mains, la
lance, la masse d'arme, tandis que le peuple s'exerçait à l'arbalète, à
l'arc, à la hallebarde, à l'épieu.

La chevalerie adoucit les jeux et les transforma en divertissements
luxueux, chantés par les trouvères et troubadours. Les tournois
mettaient en valeur la grâce et la vaillance des seigneurs; ceux-ci
étaient encouragés par la présence des dames dont ils portaient
fréquemment un gage sur leurs armures; il arrivait qu'un adversaire
s'emparât de ces gages qui pouvaient être renouvelés. On raconte
qu'après un tournoi «les dames s'en allaient les cheveux sur leurs
épaules et leur cotte sans manches, car toutes avaient donné aux
chevaliers pour les parer, et guimpes et chaperons, manteaux et camises,
manches et habits»; lorsqu'elles s'en aperçurent «elles en furent comme
toutes honteuses, mais sitôt qu'elles virent que chacun était dans le
même état, elles se mirent toutes à rire de leur aventure».

Le jeu de paume était très en faveur dans toutes les classes de la
société. «Au XIVe siècle[1] tout bon Français prenait de l'ébat,
c'est-à-dire se livrait au sport en plein champ ou à huis-clos.» On
pratiquait alors la lutte; et les jeux de la soule, de la crosse, du
mail.

La Renaissance fit prédominer la culture intellectuelle sur la culture
physique; les siècles qui suivirent amenèrent la décadence des jeux, à
l'exception des jeux de hasard et des carrousels.

Pendant le XIXe siècle, on s'est livré à l'équitation, au canotage, à la
gymnastique. Mais ce n'est guère que depuis une trentaine d'années que,
las de la supériorité anglo-saxonne, on s'est décidé, en France, à faire
du sport d'une façon consciente et rationnelle.

[Note 1: J.-J. Jusserand. _Sports de l'ancienne France_.]



SPORTS ATHLÉTIQUES


=I.--LES JEUX DE LA BALLE=

Les jeux de la balle remontent à la plus haute antiquité: Homère dans
son odyssée, nous montre Nausicaa, fille de roi, jouant à la balle avec
ses compagnes. Les Grecs englobaient divers exercices avec le ballon
sous le nom de «sphéristique». Les Romains jouaient à la «pila». De nos
jours, la balle est la reine du sport.

=Le football.=--Le football (de l'anglais _foot_, pied, _ball_, ballon)
est de tous les sports à la mode le plus répandu et celui qui développe
au mieux les qualités morales de décision, d'énergie et de sang-froid.
Il convient à tous les hommes jeunes et n'exige pas de ses fervents le
surmenage physique qu'imposent certains exercices athlétiques. On ne
saurait trouver pour la jeunesse de divertissement plus sain; c'est ce
qui explique, mieux que toute autre raison, son succès rapide en France.

Ses origines sont assez obscures; on le rattache au «follis» des Latins.
Plus près de nous, on lui retrouve dans l'ancienne France une parenté
indéniable avec la «soule» bretonne et la «barrette» du Centre. Il est
fort probable quoique les Anglais ne veuillent pas le reconnaître, que
le football, sport national anglais, n'est qu'un dérivé de ces jeux
français qui, d'ailleurs, furent interdits par des ordonnances royales,
à cause de leur brutalité et disparurent peu à peu de nos provinces.

Jusqu'au XIXe siècle, la plus grande confusion préside dans les
règlements qui régissent les football des écoles anglaises. Ce n'est
qu'après 1850 qu'on essaya d'unifier les règles multiples et l'on se
trouva alors en présence des partisans irréductibles de deux méthodes
différentes: celle de Rugby, permettant l'usage des mains et celle de
l'école d'Eton qui n'autorisait l'usage que des pieds. Ces deux formes
de football se sont maintenues sous le nom de football Rugby et football
Association.

=Football Rugby.=--Le rugby introduit en France vers 1880 a porté
d'abord le nom de barrette. Les premiers matches organisés par le
Racing-Club et le Stade français, laissèrent l'opinion assez
indifférente. Des matches internationaux augmentèrent l'intérêt de ces
rencontres. La province ne tarda pas à imiter Paris, et Bordeaux donna
l'exemple avec son fameux Stade bordelais. Toulouse fonda le Stade
Olympien et Lyon le Foot-ball-Club. Depuis, presque toutes les villes de
France, dans le Midi surtout, ont formé des sociétés de rugby.

On y joue sur une pelouse ou prairie; le terrain gazonné représente un
vaste rectangle, limité par les lignes de ballon mort et, parallèles à
celles-ci, par les lignes de touche. La largeur du champ de jeu ne peut
être supérieure à 70 mètres, ni la longueur à 144 mètres. Deux poteaux
verticaux, espacés de 5 m. 50 et reliés par une barre transversale, à
une hauteur de 3 mètres au-dessus du sol, sont plantés dans chaque camp,
à distance égale des lignes de touche: c'est ce qu'on appelle le but. Le
jeu consiste à faire passer le ballon entre ces poteaux et par dessus la
barre. Ce ballon est de forme ovoïde; son poids varie de 360 à 400
grammes et sa longueur de 25 à 28 centimètres.

Les footballeurs sont divisés en deux équipes de quinze joueurs chacune,
comprenant: un gardien de but; quatre trois quarts; deux demis; huit
avants, parmi lesquels le capitaine de l'équipe.

Chaque partie dure quatre-vingts minutes et se joue en deux demi-temps,
coupés par un arrêt de cinq minutes; elle est gagnée par le camp qui a
marqué le plus de points.

Sans entrer dans le détail des règles excessivement compliquées, nous
donnerons ici quelques indications. Lorsqu'un joueur réussit à porter le
ballon derrière la ligne du but adverse, il obtient un _essai_, d'une
valeur de trois points; en outre son camp a le droit de tenter un but,
en lançant le ballon d'un point choisi à l'avant du but, sur la
perpendiculaire abaissée de l'endroit où l'essai a été marqué. En cas de
réussite ce camp gagnera deux points.

On compte deux points, lorsque le ballon, rebondissant sur la terre, est
envoyé d'un coup de pied jusque dans la barre du but. En cas d'une faute
contre le règlement, un _coup franc_ est accordé à l'équipe lésée,
c'est-à-dire qu'elle aura le droit de tenter un but, estimé en ce cas
trois points. Les autres buts sont cotés quatre points.

Les règles étant complexes, l'arbitre, qui assiste nécessairement à
chaque partie, a de fréquentes occasions d'intervenir; il juge seul et
sans appel. Son coup de sifflet arrête le jeu, qui recommence, après
décision, soit par la _touche_, soit par la _mêlée_.

Pour la mêlée, les avants de chaque équipe, forment un groupe compact:
en première ligne trois joueurs se tiennent par la taille, étroitement
serrés; derrière, deux joueurs intercalent leur tête entre les avants de
première ligne; en troisième ligne enfin, trois joueurs encore dans la
même position.

Un demi lance alors le ballon exactement entre les deux groupes qui
cherchent à s'en emparer avec les pieds; le parti le plus fort repousse
son adversaire et chasse le ballon vers le but en _dribblant_,
c'est-à-dire en poussant le ballon à petits coups de pied; ou bien, les
deux premières lignes d'avants tiennent tête à l'adversaire et font
passer le ballon à leurs co-équipiers de troisième ligne, qui eux-mêmes,
si leur situation est défavorable, pourront le confier aux trois-quarts.

Si le ballon a franchi l'une des lignes de touche, la partie s'arrête et
recommence au point où le ballon est sorti du champ de jeu. Une partie
de Rugby, féconde en péripéties, offre l'image d'une bataille. Les deux
équipes doivent obéir aveuglément à leurs capitaines. Le succès dépend
en effet en grande partie de la cohésion et de la discipline des
footballeurs. Cependant l'initiative trouve aussi à s'exercer; ainsi un
joueur, courant avec le ballon dans ses bras, devra tromper ou gagner de
vitesse les poursuivants; il lui faudra éviter ceux qui tenteront de
l'arrêter en pleine course en le saisissant à bras-le-corps, ou par les
genoux. Quels que soient ses talents de stratège, il sera perdu, s'il
n'est doué d'une grande rapidité de décision.

On a fait au Rugby le reproche d'être trop violent; en vérité avec les
règlements actuels, il est beaucoup moins dangereux qu'on ne le croit
généralement.

=Football Association.=--Le Football Association ne s'est implanté en
France qu'après le Rugby et n'a eu de succès au début que dans le Nord.
L'un des premiers clubs d'Association fut l'Athletic-Club du Havre, créé
en 1884. Mais, depuis quelques années, il s'est conquis des partisans un
peu partout et il est aujourd'hui beaucoup plus répandu que le Rugby.

C'est un jeu d'adresse plutôt qu'un jeu de force. Il est interdit de se
servir des bras et des mains et l'on ne peut donner au ballon que des
coups de pied ou de tête. Il se joue sur un terrain rectangulaire, de
préférence gazonné, de 90 à 180 mètres de longueur et de 45 à 90 mètres
de largeur. Le champ de jeu est divisé en deux parties égales; une
circonférence de 10 mètres de rayon entoure le point central. Les
buts--un par camp--consistent en deux hauts poteaux plantés à une
distance de 7 m. 30 l'un de l'autre et reliés par une barre de bois à 2
m. 40 du sol. Il y a 22 joueurs; 11 par équipe, soit 5 avants, 3 demis,
2 arrières et 1 gardien de but, disposés par chaque capitaine en
avant-garde, centre et arrière-garde.

Le jeu consiste à lancer le ballon--un ballon rond--entre les poteaux et
la barre transversale, et non plus au-dessus de cette barre comme dans
le Rugby. Le camp qui a réussi le plus de buts gagne la partie qui se
joue en 90 minutes, soit deux mi-temps de quarante-cinq minutes séparées
par quelques minutes de repos.

L'Association ne comporte pas d'_essais_ ni de mêlée, mais occasionne de
fréquentes _passes_, qui consistent pour un joueur en mauvaise posture à
faire passer le ballon à un co-équipier mieux placé. Le sort de la
partie dépend souvent de l'habileté des footballeurs à pratiquer cet
exercice; les Anglais y sont passés maîtres et doivent à l'habileté de
leurs passes de nombreuses victoires. Quant aux fautes contre le
règlement, elles sont jugées et punies par un arbitre, muni d'un
sifflet.

L'Association est un sport très complet, très hygiénique et qui
développe au plus haut point les qualités de discipline, de ruse et de
finesse.

On joue en Amérique un jeu qui tient à la fois du Rugby et de
l'Association, et qui par ses mêlées excessivement brutales, cause de
nombreux accidents; aussi les joueurs se protègent-ils les bras, les
jambes, la tête avec une sorte de carapace en cuir rembourrée de ouate
ou de filasse.


=Polo.=--Le polo est une variété du football et rappelle
particulièrement l'Association. Il a été rapporté des Indes, où on le
pratiquait depuis des siècles, par des officiers anglais, qui jouèrent
en Europe la première partie en l'année 1869. Les règles, assez
complexes, ont été arrêtées par le Hurlingham-Club. On y joue à cheval,
le plus souvent sur des poneys, «polo-ponies», qui doivent être ardents,
nerveux et dociles.

Il est nécessaire de disposer d'un terrain spécial, d'une étendue de 300
mètres environ, aux extrémités duquel sont placés les buts: deux poteaux
verticaux espacés de 7 m. 50. Les joueurs, divisés en deux équipes
ordinairement de quatre cavaliers, cherchent à pousser la balle dans le
but adverse. Ils se servent pour cela d'une sorte de marteau ou maillet
d'une longueur de 1 m. 30, et qu'ils tiennent de la main droite; la
balle, peinte en blanc, est en bois de saule ou en liège épais recouvert
de fil ciré et doit avoir un diamètre de 7 centimètres.

Il est interdit d'accrocher le maillet d'un adversaire au-dessus ou
au-dessous de son cheval; il est permis de se mettre au travers d'un
joueur, mais non de se couper réciproquement, étant au galop. La partie,
d'une durée de quatre quarts d'heure, coupés par des repos, est gagnée
par l'équipe qui a le plus de points, c'est-à-dire qui a réussi le plus
de buts. Un arbitre relève les fautes.

Ce jeu, fort intéressant pour les spectateurs, est très à la mode en
Angleterre et en France. Le Club parisien possède un bon terrain au
Bois-de-Boulogne, et Pau, Biarritz, etc., voient aussi se disputer des
matches de polo.

C'est éminemment un sport aristocratique; il exige une parfaite
connaissance de l'équitation. Les frais qu'il entraîne sont très élevés,
puisque, les chevaux se fatiguant vite, les joueurs sont obligés d'en
changer plusieurs fois en une seule partie; plusieurs ont de véritables
petites écuries; or certains poneys atteignent le prix de 8 à 10,000
francs.

Le polo se joue également sur l'eau, sur la glace et en bicyclette. Pour
le _water-polo_, on se sert d'une piscine d'une longueur variant entre
17 m. 37 à 27 m. 43 et d'une largeur maxima de 18 m. 29. L'eau ne peut
avoir moins de trois pieds de profondeur. Les équipes sont généralement
de sept joueurs; le ballon est gonflé de manière à flotter. Un arbitre
décide des coups et tranche les contestations.

Le polo à bicyclette est un jeu très curieux, très gracieux, mais
difficile. Le joueur, qui n'a pas de maillet, pousse la balle avec les
roues. Il doit constamment enlever à force de bras sa machine, la
soulever pour laisser passer la balle lancée par un co-équipier et c'est
là un exercice qui demande en même temps que de la force beaucoup
d'agilité et d'adresse.

Enfin les Américains viennent d'inaugurer le polo-automobile. De jeunes
millionnaires new-yorkais se sont fait construire spécialement des
automobiles électriques, d'une valeur de 12,000 francs chacune, si bien
que la partie avant d'être commencée coûtait plus de 150,000 francs. Et
s'étant divisés en deux équipes, ils ont chassé une balle de polo à coup
de maillet; chaque joueur était assisté d'un chauffeur. Le public
élégant de la plage de New-Port à qui fut offert ce spectacle
sensationnel, se divertit grandement. Ce fut moins drôle pour les
joueurs qui se trouvèrent tous plus ou moins éclopés à la fin du match.


=Cricket.=--Le cricket est en faveur de l'autre côté de la Manche comme
de l'Atlantique, et c'est à ce titre que nous lui consacrons quelques
lignes. Jeu favori des Anglais le cricket est pratiqué par les hommes de
tout âge et par toutes les classes de la société; il n'est pas rare de
voir tel évêque célèbre ou tel grave ministre lui consacrer une bonne
partie de ses loisirs.

Il a beaucoup de ressemblance avec notre ancien mail, crosse ou criquet.
Distants de 20 mètres au moins, s'élèvent deux guichets, un par camp,
ainsi formés: trois bâtons verticaux de 0 m. 69, reliés par des
traverses, soutiennent un troisième bâton, posé de façon à tomber au
moindre choc. Il s'agit de faire choir avec la balle de cricket le
guichet de l'adversaire. Les crickters jouent avec une courte batte ou
battoir, en bois dur; ils portent des jambières, qui les protègent
contre les coups de la balle qui est en cuir durci et d'un poids de 165
à 172 grammes. Le terrain est une pelouse gazonnée, soigneusement
entretenue et passée au rouleau; les limites du champ de jeu sont
indiquées par des raies tracées à la craie.


=Base-ball.=--Le base-ball, sport national des États-Unis, est une
variété très compliquée du cricket. Les joueurs, au nombre de dix-huit,
forment deux équipes: ceux qui _battent la balle_ et ceux qui _tiennent
le camp_. Les batteurs après avoir relancé la balle avec une large
batte, se mettent à courir et doivent arriver à certains _arrêts_
marqués d'avance et appelés _bases_, avant que la balle n'ait achevé un
parcours déterminé. Il serait dangereux de recevoir la balle en cuir ou
en bois. La partie, comprenant sept manches, est gagnée par le camp qui
a le plus de runs ou points.


=Basket-ball.=--C'est le football en espace clos, le football en
chambre. Les combinaisons sont très nombreuses, parce que les murs,
agissant comme les bandes d'un billard, renvoient la balle d'une façon
souvent inattendue. On dessine sur le sol à la craie un rectangle de 20
à 25 mètres de long sur 10 à 15 de large; on joue avec un ballon plus
léger que celui du football. Deux paniers placés à 3 mètres au-dessus du
sol constituent les buts. Deux camps de cinq joueurs chacun se disputent
la partie. Un arbitre tranche les différends et juge sans appel.


=Hockey.=--Le hockey est, à peu de nuances près, l'ancien jeu français
du gouret, que l'on joue encore dans l'Ouest de la France et qui était
déjà connu des Gaulois, lors de l'invasion romaine. Il nécessite un
vaste terrain de 90 mètres de longueur et de 45 à 50 mètres de largeur.
Ce parallélogramme est limité par les raies tracées en blanc et dites
_lignes de côté_ et _lignes de touche_. De chaque côté du centre que
l'on marque en blanc et à égale distance sont les _lignes de 23 mètres_.
Des petits drapeaux sont plantés aux quatre coins du quadrilatère. Deux
poteaux verticaux espacés de 4 mètres et reliés par une traverse
horizontale à 2 m. 10 au-dessus du sol forment les buts, situés aux deux
extrémités du champ de jeu. A une distance de 4 mètres de chaque but, on
trace une ligne de 4 mètres; cette ligne marque le point culminant de
quarts de cercle qui ont pour centre les poteaux du but; l'espace
circonscrit par ces quarts de cercle se nomme _cercle d'envoi_.

Pour compter un but, il faut envoyer la balle d'un _point quelconque de
ce cercle d'envoi_ entre les deux poteaux et au-dessous de la traverse.
Une balle envoyée d'un endroit extérieur aux «cercles d'envois» ne
pourrait donner droit à un but. On joue avec des crosses en bois, sortes
de cannes au bout recourbé et renflé. Le prix des crosses est très
variable; on peut s'en procurer pour 50 centimes ou pour 15 francs; les
balles qui valent de 1 à 10 francs, analogues à celles du cricket,
pèsent de 165 à 172 grammes. Tel est le matériel du jeu. Une partie se
joue en deux demi-temps de 35 minutes. Les joueurs, au nombre de 22,
s'organisent en deux équipes de 11, commandées par un capitaine et
comprennent: un gardien de but, 2 arrières, 3 demi-arrières, 5 avants.

Il est interdit de frapper la balle autrement qu'avec la crosse; mais il
est permis d'arrêter la balle avec la main, sous la condition de la
reposer immédiatement à terre, si on l'a élevée: les adversaires n'ont
pas le droit de se saisir. Un arbitre punit les infractions aux
règlements. La tactique du jeu consiste à envoyer la balle dans
l'intérieur du cercle d'envoi d'où un camarade peut tenter un but; on
peut aussi la relancer à un co-équipier mieux placé; c'est en somme la
«passe», telle que nous l'avons vu pratiquer avec le ballon du football.

Le hockey a pris en ces dernières années une grande extension. Toujours
plus nombreux sont les écoliers qui s'y adonnent avec joie. Il n'offre
aucun danger; il arrive bien, dans l'animation du jeu, qu'une crosse se
trompant de but va frapper un camarade, mais le mal n'est pas grand et
le joueur en est quitte pour un bleu. Dames et jeunes filles
affectionnent aussi le hockey, parce qu'elles trouvent à cet exercice
hygiénique beaucoup de plaisir.


=Crosse.=--La crosse présente beaucoup d'analogies avec le hockey. On y
joue à 22, soit deux équipes de 11 joueurs, y compris le capitaine, sur
une surface d'au moins 100 mètres. Deux poteaux écartés de 1 m. 80
figurent le but dans chaque camp; mais il n'y a plus ici de barre
horizontale. Les balles sont en cuir ou en éponge de caoutchouc. La
partie, durant une heure en deux demi-temps, est gagnée par le camp qui
a réussi le plus grand nombre de buts.

=Golf.=--Sport national des Écossais, importé en Angleterre à l'époque
de Guillaume le Conquérant, le golf, qui rappelle notre mail, est tard
venu en France. Le premier club de golf a été fondé à Pau en 1856. On y
joue sur un vaste terrain accidenté, d'une dizaine d'hectares au minimum
et parsemé de «hasards» ou obstacles: maisons, carrières, rochers,
buissons, fossés, ruisseaux, etc. Dix-huit trous,--parfois
neuf,--contenant chacun un auget en fonte, d'une largeur et d'une
profondeur de 10 centimètres environ, sont disséminés à des distantes
inégales; le sol est aplani et gazonné autour de chaque trou; cette
surface nivelée porte le nom de «putting-green». Il s'agit de faire
entrer une balle--il y en a une par joueur ou par camp--dans les
dix-huit augets successivement; il est défendu de la toucher autrement
qu'avec le maillet dit _club_, en fer ou en bois. Il faut beaucoup
d'habitude et d'habileté pour faire pénétrer la balle en caoutchouc
durci dans l'auget, en aussi peu de coups que possible; car dans les
concours et matches officiels chaque coup est compté pour un point. Il
arrive qu'un joueur d'un seul choc du maillet lance sa balle à une
grande distance, mais qu'il ne peut plus la faire sortir d'une
excavation ou d'un fourré; ce sont là péripéties et agréments du jeu.
Souvent des gamins portent derrière les joueurs des «clubs» de forme et
de poids différent. Les joueurs doivent garder le silence pendant la
partie, et s'abstenir de demander des conseils. C'est en résumé un jeu
amusant, mais assez coûteux, puisqu'il faut se procurer un terrain.
Toutefois il tend à se démocratiser. Parmi les souverains, le roi
Édouard VII est l'un des meilleurs amateurs de golf.


=Paume.=--La paume est un jeu très simple en son principe: deux joueurs
ou deux camps se renvoient une balle soit avec la main gantée, soit avec
une raquette.

Ce jeu était connu des Égyptiens et des Grecs. La _pila_ des Romains fut
introduite en Gaule par les légions de César et ne tarda pas à jouir
d'une grande faveur. On y joua même à cheval sous le nom _d'exercice à
la chicane_. La raquette fit son apparition sous Henri IV; on renvoyait
auparavant la balle avec la _paume_ de la main. La paume était tellement
en honneur au XVe siècle que les femmes même ne dédaignaient pas de s'y
exercer et que les chroniques du temps citent une certaine Margot, qui
battait les meilleurs joueurs; chaque quartier de Paris possédait alors
une salle de paume. François Ier aimait passionnément ce divertissement.
On conte qu'un certain jour, deux seigneurs étaient sur le point de
gagner la partie contre le roi et son partenaire, un moine; ce dernier
eut l'heureuse chance de réussir un coup qui assura le succès au camp
royal.

«Ventre Saint-Gris! s'exclama François Ier, voilà un beau coup de moine!

--Sire! répondit finement Sa Révérence, ce sera un coup d'abbé, quand il
vous plaira.» Peu après le roi lui accordait une grasse abbaye.

Noblesse et bourgeoisie continuèrent à jouer à la paume pendant les
siècles qui suivirent et nombreux furent les _tripots_ (_tripodium_,
trépignement, tripot désigna d'abord la salle de paume et le jeu
lui-même). Mais Louis XIV lui préféra le billard, inventé par son
ministre Chamillart. La Révolution dispersa les derniers amateurs de
paume. La seule salle de jeu qui subsiste encore à Paris est celle du
jardin des Tuileries, construite au second Empire.

Le jeu dont nous venons de parler est la _courte-paume_, c'est-à-dire la
paume que l'on joue en lieu clos, la longue paume étant jouée en plein
air.


=Courte-paume.=--Il faut pour la courte-paume un terrain environné de
murs, ayant de 28 à 50 mètres de long sur 9 m. 50 de large. Une galerie
grillagée court le long du rectangle, pour permettre aux spectateurs
d'assister sans danger aux parties. La toiture doit être à 7 mètres au
moins au-dessus du sol qui est cimenté. Aux deux extrémités opposées de
la salle se trouvent _le dedans_, ouverture presque aussi large que le
toit et le _tambour_ ou grand mur.

La pelote basque, comme la balle au tamis encore en honneur dans le Nord
de la France, dérive en droite ligne du jeu de paume primitif.


=Longue-paume.=--La longue-paume se joue en terrain ouvert, sur un
rectangle de 70 à 80 mètres de long et de 15 à 17 de large. Ce rectangle
est partagé en deux parties égales par une ligne tracée sur le sol et
nommée _corde_. Il s'agit de lancer avec une raquette la balle par
dessus cette corde, que les joueurs habiles rasent sans la toucher; on
cherche à la lancer dans une direction inattendue, afin de fatiguer
l'adversaire. La règle veut que la balle soit relevée ou bien _de volée_
avant qu'elle ait frappé la terre, ou bien lorsqu'elle rebondit, avant
qu'elle ait touché le sol une seconde fois. La partie se fait en 60
points; les joueurs forment deux camps de deux à six joueurs. C'est en
somme un jeu d'une pratique facile.


=Pelote basque.=--Dérivé de l'ancien jeu de Rebot, ce sport passionne
non seulement le pays Basque, mais toute l'Espagne et l'Amérique du Sud.
Des villes comme Madrid ou Barcelone ont élevé des frontons coûtant de
500,000 à 800,000 francs. Depuis quelques années, Paris possède aussi un
fronton et la pelote basque est très à la mode.

On y joue sur une piste, d'une largeur de 10 mètres environ et d'une
longueur de 80 mètres. Aux deux extrémités du champ de jeu s'élèvent
d'un côté le mur de face ou fronton, haut de 10 mètres, large de 20 et
muni à un mètre du sol d'une barre de fer horizontale; de l'autre, le
_rebot_ ou mur de fond qui est moins élevé. A gauche, un mur court tout
le long de la piste et est marqué, comme elle, de divisions de 4 en 4
mètres.

Les joueurs, deux à trois par camp, lancent la balle contre le fronton
qu'elle doit toucher d'après certaines prescriptions fixées par le
règlement, mais toujours au-dessus de la barre de fer. Ils se servent
pour recevoir la balle du _chistera_, sorte de long et étroit panier
d'osier, que Loti, dans son admirable roman de Ramuntcho, décrit ainsi:
«A leur poignet droit, les joueurs attachent avec des lanières une
étrange chose d'osier, qui semble un grand ongle courbé, leur allongeant
de moitié l'avant-bras; c'est avec ce gant qu'il va falloir saisir,
lancer et relancer la pelote, une petite balle de corde serrée et
recouverte en peau de mouton, qui est dure comme une boule de bois».

La pelote est un spectacle d'un très vif intérêt. Les pelotaris ou
joueurs de pelote font preuve d'une agilité, d'une adresse et d'une
rapidité déconcertantes. La balle vole, frappe le mur d'un «clac» sec,
rebondit, est reçue dans le chistera, repart, suivie par tous les yeux
dans sa course rapide. On sait que si elle rencontrait une jambe ou une
tête, elle briserait l'obstacle; c'est qu'en effet, elle pèse 120
grammes et qu'elle est lancée très violemment. La pelote a déjà fait
plusieurs victimes parmi les pelotaris. Du moins les bons professionnels
sont-ils très recherchés et bien rétribués; une seule partie leur
rapporte parfois 500 francs à chacun d'eux.

On pratique au Chili une pelote sans chistera contre un fronton nommé
trinquet.

=Lawn-tennis.=--Le tennis est un jeu élégant, gracieux, mais difficile,
quoique on puisse y jouer sans apprentissage. Ceci semble un paradoxe.
Rien de plus vrai cependant. Ce qui est difficile, c'est de faire bonne
figure dans la partie, d'être un bon joueur.

Le terrain de tennis s'appelle le _cours_ et mesure 23 m. 80 de large
sur 8 m. 23. En Angleterre le sol est gazonné; en France, on se contente
ordinairement de terre battue. Le cours est divisé en deux parties
égales par un filet haut d'un mètre, puis par des lignes de service et
de demi-cours. Un joueur, le servant, ayant un pied sur la ligne de
fond, doit lancer avec sa raquette une balle dans un des rectangles du
camp adverse, où le relanceur s'efforcera de la rattraper _de volée_,
c'est-à-dire en plein vol, ou lorsqu'elle a touché terre une seule fois,
et de la chasser, par dessus le filet encore, dans le camp du servant.
La balle pourra ainsi voler d'un camp à l'autre jusqu'à ce qu'elle soit
arrêtée par le filet, ou qu'elle ait dépassé les limites du jeu,
indiquées par des lattes de bois, ou, à défaut, des ganses. Après une
faute, le servant deviendra relanceur à son tour et _vice versa_. On
compte 15 pour le premier point gagné, 30 pour le second, 40 pour le
troisième et _jeu_ pour le quatrième. Si les joueurs arrivent tous les
deux à 40, il faudra, pour terminer, que l'un d'eux gagne encore deux
points dits: _avantage et jeu_. Une partie comprend six jeux.

Le tennis se joue à un contre un, deux contre un ou deux contre deux. Le
servant a diverses manières de lancer la balle; s'il l'envoie doucement,
son adversaire pourra facilement la relever; mais si elle est envoyée à
l'américaine, avec une grande force et en rasant le filet, il sera
difficile de la reprendre à temps. Il est très important d'avoir une
bonne raquette; il en existe de lourdes et de légères; elle est faite
avec des boyaux de chat, tendus dans une armature de bois; il y a deux
manières de la tenir, _à l'anglaise_, et elle fait alors un angle avec
le bras, _à l'américaine_ et elle est dans le prolongement du bras. Ce
jeu offre une grande variété de combinaisons dans la façon de lancer ou
de recevoir les balles qui sont en caoutchouc et pèsent 55 grammes.

Le tennis a été inventé dans le but de distraire des dames, par un
officier anglais en résidence aux Indes; il a été réglementé au milieu
du siècle dernier; c'est une ingénieuse combinaison de la courte-paume
et de la longue-paume, qui fait la joie de bien des jeunes gens et de
bien des jeunes filles. Détail peu connu, le mot tennis lui-même vient
d'un vieux mot français et s'écrivait primitivement _tenetz_, soit:
_tenez_, cri du servant (_lawn_, signifie pelouse).

Les Italiens jouent une variété de tennis, avec gants spéciaux au lieu
de raquette, et balle de football, jeu qui demande plus de force; c'est
ce qu'on appelle _la palone_ (palone).


=Push-ball.=--Quoique le push-ball ne soit pas encore à la mode, nous le
mentionnons ici, parce qu'il est le dernier jeu de balle inventé. Il a
été imaginé par les étudiants de l'Université d'Harvard, qui en bons
Américains ont voulu faire plus grand qu'en Europe. La balle s'est
transformée en un énorme ballon de 1 m. 80 de diamètre, pesant plus de
22 kilogrammes. Deux camps cherchent à s'en emparer et se bousculent
autour de lui pour le porter au but; comme bien l'on pense, il n'est pas
facile de remuer une pareille masse. Ce jeu est moins dangereux que le
football; les Anglais jouent aussi au push-ball sur l'eau.



=II.--SPORTS ATHLÉTIQUES PROPREMENT DITS=


L'athlétisme est avec le tourisme la caractéristique de notre sport
moderne; les siècles précédents connaissaient certains jeux de balle,
mais négligeaient presque complètement les exercices athlétiques
proprement dits, renouvelés pour la plupart de l'antiquité. Cette
renaissance ne s'opère que lentement au cours du XIXe siècle. De
nombreuses sociétés, entre autres le _Racing-Club_, fondé en 1882, puis
le _Stade Français_, enfin l'_Union des sociétés françaises des sports
athlétiques_ (U.S.F.S.A.), contribuèrent grandement aux progrès de
l'athlétisme en s'intéressant activement à toutes ses manifestations
sportives.

=Gymnastique.=--Cultivée avec soin, avec goût, avec intelligence chez
les Grecs, la gymnastique subit une période de décadence chez les
Romains. Chez les peuples modernes elle est à peu près ignorée, au moins
en tant que méthode consciente, jusqu'en 1815, époque à laquelle Ling
créa la gymnastique suédoise. En France, le colonel espagnol Amoros
ouvrit en 1820, dans la plaine de Grenelle, à Paris, un institut de
gymnastique, qui devint plus tard notre école militaire de Joinville.
L'enseignement amorosien avait pour but de développer la force
musculaire; les premiers exercices consacrés à l'assouplissement,
s'accompagnaient de chant. Sa méthode englobait: la lutte, la course, la
marche, la natation, l'escrime, le saut, les haltères, le trapèze, les
échelles et cordes, l'équilibre sur la poutre, les escalades de murs, la
voltige.

Destinée aux seuls militaires, la gymnastique mettra plus de cinquante
ans à pénétrer dans les lycées et écoles où elle ne rencontre au début
que de l'indifférence, sinon du mépris; toutefois les sociétés de
gymnastique se sont multipliées depuis une trentaine d'années. Elle se
divise actuellement en gymnastique d'assouplissement, gymnastique aux
agrès, gymnastique sans agrès (course, saut, boxe, savate, lutte,
auxquels nous consacrons des développements spéciaux).

Pour assouplir les muscles, on fait exécuter au corps des séries de
mouvements; mouvements horizontaux et verticaux des bras et des jambes,
avec ou sans flexion; la marche et le pas gymnastique développent
spécialement la souplesse des jambes. Les agrès constituent la
gymnastique acrobatique; on s'exerce à sauter sur le chevalet; on
suspend le corps sur les bras aux barres parallèles, dont l'usage est à
recommander, parce qu'elles permettent des mouvements assez nombreux qui
exigent autant d'habileté que de force; on fait des tractions ainsi que
des rétablissements à la barre fixe et au trapèze; la voltige au
trapèze, apprend à bien sauter et demande du sang-froid, de l'agilité;
les cordes, échelles et mâts développent les muscles des bras; la
pratique des anneaux assouplit les reins; enfin on s'accoutume à
surmonter le vertige en marchant sur le portique. Les agrès permettent
une multitude de tours de force, dont plusieurs sont dangereux et qu'il
ne faut exécuter, que quand on est bien entraîné et sous la surveillance
d'un moniteur.

Mais la gymnastique offre encore d'autres ressources à ses fidèles: la
_lutte à la corde_, que deux camps tirent chacun de leur côté, constitue
à elle toute seule un petit sport; les _haltères_, qu'il vaut mieux
choisir assez légers au début, mais qui peuvent peser jusqu'à 15 kilos;
les _massues_ ou _mils_ dont le poids varie de 1 kilo pour les enfants à
9 kilos pour les hommes vigoureux, et que l'on apprend à manier dans
tous les sens, au-dessus de la tête, devant ou derrière. La _barre de
fer_ que l'on enlève, et avec laquelle on exécute les mouvements des
bras avec ou sans flexion. Enfin le _jet du disque_, qui exige une
grande souplesse; c'est un exercice renouvelé des anciens et qui a
reparu aux modernes jeux olympiques d'Athènes; rond, en bois dur cerclé
de fer, il mesure 22 centimètres de diamètre, 4 centimètres d'épaisseur
au centre et pèse 1923 grammes; dans les concours, l'athlète se place
dans un carré de 2 m. 50 de coté, dont il ne peut franchir les limites,
en lançant le disque, sous peine de voir son essai annulé; chaque
concurrent a le droit de le lancer trois fois; on cite parmi les
champions Marius Eynard, qui le jeta à 43 m. 11. On pratique un exercice
identique avec le boulet, qui pèse 7 k. 250. Notons que les gymnastes
très exercés se livrent encore aux jeux icariens, d'origine vénitienne:
voltige, pyramide humaine, sauts périlleux, etc.

Diverses méthodes médico-scientifiques font concurrence à la gymnastique
acrobatique. En résumé la gymnastique française peut être pratiquée avec
fruit, pourvu qu'on n'en abuse pas; auquel cas elle développerait
anormalement certaines parties du corps, le buste et les extrémités
supérieures par exemple, aux dépens des autres organes.


=Gymnastique suédoise.=--Tout autre est l'effet de la gymnastique
suédoise, basée sur la thérapeutique et la connaissance approfondie de
l'anatomie humaine. Le guerrier et maître d'escrime Ling parvint à se
guérir de douleurs opiniâtres, à l'aide de mouvements soigneusement
étudiés; lorsqu'il en eut observé sur lui-même l'heureux effet, il
généralisa sa méthode et fonda un institut à Stockholm en 1815. Répandue
d'abord en Suisse et en Allemagne, la gymnastique suédoise est enseignée
depuis 1900 en France. Son but est de perfectionner à un degré égal le
corps entier et d'assurer les fonctions primordiales de l'organisme,
respiration, circulation, nutrition. Elle y parvient en faisant
travailler les muscles dorsaux, latéraux, abdominaux; et par une série
de mouvements appropriés ou des exercices à l'espalier ou au «bomme»,
élargit la poitrine, et rectifie les mauvaises attitudes: donner ici le
détail de ces exercices serait plutôt nuisible au lecteur, parce que
leur efficacité dépend de la perfection avec laquelle ils sont exécutés.
Un bon maître est nécessaire, et ces maîtres sont plus rares qu'on le
pense.


=Lutte.=--Les Grecs ont beaucoup pratiqué la lutte; ils connaissaient:
la _lutte debout_, où l'athlète devait renverser trois fois son
adversaire; la _lutte à terre_, analogue à notre lutte au tapis, enfin
la lutte que nous appelons _grecque_, où les lutteurs ne combattaient
qu'avec les mains, sans avoir le droit de se prendre à bras-le-corps; on
ne permettait ni coups, ni chocs, qui formaient un exercice spécial, le
_pugilat_; plus tard cependant, le _pancrace_ combina les deux genres de
combat. Les athlètes luttaient nus; le corps était frotté d'huile, puis
poudré de sable ou même arrosé de boue, si bien qu'à la fin de la joute,
il fallait racler les chairs avec un couteau de bois le _strigille_. La
lutte debout faisait partie des grands concours nationaux; les femmes
n'avaient pas le droit d'assister aux jeux olympiques et lorsque l'une
d'elles s'y hasardait sous un déguisement masculin, on la précipitait du
haut d'un rocher peu éloigné.

Très populaires en Grèce, ces exercices le furent moins à Rome, où les
professionnels accentuèrent son caractère de brutalité.

Notre lutte moderne, ou lutte gréco-romaine, a beaucoup de points de
ressemblance avec celle des anciens. Pendant les siècles derniers elle
ne fut pas très en faveur en France, si ce n'est en Bretagne, dont les
lutteurs furent longtemps célèbres comme champions de poids léger; les
Allemands par contre et les Suisses se distinguaient dans les poids
lourds. Ce n'est guère qu'au XIXe siècle que l'opinion s'intéressa à la
lutte rénovée par les nègres américains; il y eut alors quelques
rencontres fameuses, entre autres celle où l'athlète bordelais Exbroyat
écrasa la tête de son adversaire, un nègre qui avait combattu de façon
déloyale. Depuis quelques années l'intérêt du public s'est réveillé;
partis des champs de foire, les lutteurs se produisent actuellement sur
les planches des théâtres. Les vainqueurs se font une réputation aussi
universelle que durable; nombreuses sont les célébrités de la lutte de
Loubet de Nîmes à Pons, du turc Karu-Ahmed à Laurent le Beaucairois, de
Constant le Boucher au russe Padoubny.

La lutte française, qui est une lutte à mains plates, défend certains
coups dangereux autorisés en Amérique, tels que les coups au-dessous de
la ceinture, les crocs-en-jambe, les prises de doigts ou de jambes, les
bras retournés, le collier de force, etc., on ne peut prendre
l'adversaire qu'au dessus de la ceinture. Les coups permis sont très
nombreux et peuvent se faire debout ou à terre. Citons: les trois
ceintures de devant, d'arrière et de côté et les ceintures à rebours et
de travers, la cravate, le tour de bras, le tour d'épaule, le bras
roulé, le tour de hanche en ceinture, etc.; presque tous ont leur
parade. Pour vaincre, il faut faire toucher terre aux deux épaules à la
fois; si un lutteur abandonne l'arène, avant que ce résultat soit
obtenu, il est considéré comme battu; le combat a lieu en silence; les
athlètes luttent ordinairement le torse nu ou recouvert d'un maillot.

La lutte pratiquée par les amateurs est un sport hygiénique, parce
qu'elle met en jeu tous les muscles.


=Boxe.=--«La boxe est le plus court chemin d'un _poing_ à un autre». Ce
calembour définit assez clairement la boxe, pour qu'il soit inutile
d'insister.

Le pugilat a été pratiqué par les anciens; tout d'abord, les athlètes
combattaient le poing nu, puis ils prirent dans la main une boule de
pierre ou de métal, ce qui rendait les coups plus violents; enfin ils se
protégèrent la main avec des lanières de cuir souvent munies de fer ou
de plomb: c'est ce qu'on appelait le ceste.

Tout le monde sait que l'Angleterre est la patrie de la boxe proprement
dite; les rencontres entre «boxers» y ont toujours attiré une foule
considérable qui se livrait à des paris très importants. On peut dire
que toutes les classes de la société savent la boxe, et l'utilité de ce
sport est augmenté encore par ce fait que le duel est inconnu en
Angleterre. Les principales règles ont été fixées au milieu du XVIIIe
siècle par le champion Jack Broughton.

La boxe anglaise interdit les coups de pied et de tête, les coups de
pied bas, coup de pied de pointe, coup d'arrêt, coup de pied de flanc,
coup de pied tournant. Elle considère également comme incorrect la prise
de l'adversaire et les coups au-dessous du nombril. On peut donner par
contre le coup de poing direct, le coup de poing de côté au visage ou au
cou, le coup de poing direct au corps (dans l'estomac), le coup de poing
de côté au corps. Deux coups d'égale force, appliqués en des régions
différentes du corps n'ont pas le même résultat; les boxeurs cherchant
surtout à faire perdre connaissance à leurs adversaires, visent dans ce
but les points vulnérables, particulièrement, le creux de l'estomac, la
pointe du menton et la carotide; si le coup est bien appliqué l'athlète
tombe sans connaissance sur le ring; il est _knock-out_. Le _knock-out_
est en effet le coup qui met le boxeur hors de combat. Un choc violent
entre les deux yeux a pour résultat d'aveugler momentanément; si le
pugiliste n'est pas revenu de son étourdissement dans les délais
réglementaires, il est considéré comme vaincu. Généralement un match
comprend trois rounds (reprises), les deux premiers de trois minutes, le
dernier de quatre minutes; deux adversaires d'égale force pourront
toutefois se mesurer en un plus grand nombre de rounds. En boxe, le coup
de poing doit être donné avec les os métacarpiens.

La boxe française a ajouté les mouvements de la boxe anglaise à ceux de
notre ancienne «savate»; elle résulte donc d'une fusion des deux
systèmes de combat; c'est le célèbre professeur Lacour--un homme de
génie prétendait Alexandre Dumas--qui imagina cette combinaison. Bien
entendu, les Anglais considèrent notre boxe comme inférieure, vulgaire
et tout à fait indigne d'un gentleman; il n'en est pas moins vrai
qu'elle constitue une redoutable méthode de combat qui convient
parfaitement à nos qualités d'agilité et de souplesse.

Les professionnels de boxe doivent pouvoir «encaisser» sans broncher les
chocs les plus rudes; ils suivent dans ce but un entraînement spécial de
«durcissement», qui les rend moins sensibles aux coups. Les amateurs
s'exerceront avec profit contre les ballons à boxer, que l'on peut
placer dans n'importe quelle pièce. Tous les jeunes gens devraient
connaître la boxe.

=Jiu-jitsu.=--Le jiu-jitsu est nouveau venu en Europe, mais il a
rapidement conquis ses lettres de naturalisation. Actuellement sport
national du Japon il était autrefois en ce pays l'apanage de la caste
dominatrice et guerrière des Samouraï.

Triomphe de l'agilité sur la force brutale, le jiu-jitsu permet de
vaincre sans armes un adversaire et de le réduire à l'impuissance. Il
comprend des coups nombreux: attaques, parades, torsions de membres,
«clés au bras» ou armlock, qui se font aux parties les plus vulnérables
du corps humain: il enseigne les coups du tranchant de la main du côté
du petit doigt, qui est d'ailleurs soumis à des exercices spéciaux de
durcissement. Le jiu-jitsuiste frappe la carotide, la pomme d'Adam, le
creux de l'estomac, la région du coeur, le sommet de la nuque à la base
du crâne (où se fait le coup du lapin), etc.; il retourne et tord les
doigts, les phalanges, les poignets; en prenant à faux les bras ou les
jambes il obtient des fractures ou des désarticulations. Il faut pour
pratiquer le jiu-jitsu un long entraînement.

Cette méthode n'est qu'en partie originale, puisque certaines de ses
pratiques sont connues de la savate marseillaise. Mais il complète la
boxe française et anglaise et peut rendre de véritables services en cas
de surprise ou d'attaque par des criminels. La préfecture de police
s'est attaché un professeur de jiu-jitsu. Des matches très courus entre
champions japonais et champions européens ont transformé ce genre de
combat en sport à la mode surtout en Angleterre, où les jeunes misses
demandent au jiu-jitsu l'adresse qui triomphe de la force.

=Courses.=--La course a joué un grand rôle chez les peuples primitifs et
chez les anciens, où elle était de première utilité, tant pour échapper
à l'ennemi que pour porter rapidement les nouvelles. Les jeunes filles
hellènes s'y exerçaient dans les prairies. Les courses occupaient le
premier rang dans les stades grecs ou dans les cirques romains. Une des
catégories les plus curieuses, en honneur à Athènes, était les
lampadophories ou courses au flambeaux, dans laquelle les coureurs
portaient un flambeau qu'ils devaient garder allumé. Si cette course est
aujourd'hui négligée, on en trouve quelques exemples au moyen âge, par
exemple dans les villages du Centre de la France. Il fallait y faire
preuve d'autant d'habileté que de vitesse, de même que dans les courses
basques, où les femmes portent une cruche pleine d'eau sur la tête.

La course à pied est un sport très populaire, peut-être parce que c'est
un exercice simple, naturel et peu coûteux, puisqu'il n'entraîne
d'autres frais que ceux du costume, soit un maillot léger et des
culottes flottantes. Un très grand nombre de sociétés les favorisent à
l'exemple du Racing-Club, du Stade français et de l'U.S.F.S.A., qui ont
organisé des matches et en ont fixé les règlements. On distingue deux
sortes d'épreuves: les épreuves handicap et les épreuves scratch. Pour
que les concours ne soient pas toujours gagnés par les mêmes athlètes
dont la supériorité est reconnue, on a cherché à égaliser les chances
des concurrents par le _handicap_; en quoi consiste-t-il? «C'est, nous
dit Raoul Fabens dans les _Sports pour tous_, une course ou un concours
dans lesquels les chances de tous les concurrents se trouvent égalisés
par suite de _rendements_. Dans les concours hippiques, le meilleur
cheval, _rend_ des points à ses adversaires, c'est-à-dire que ceux-ci
portent des poids moins élevés et proportionnés à leur valeur
respective. Dans les courses de bicyclette et dans les courses à pied
sur piste, ainsi que dans les concours athlétiques, le meilleur athlète
_rend_ aux autres une certaine distance en mètres ou en centimètres.
Dans les courses sur routes, dans les cross-country le meilleur homme
_rend_ à ses rivaux un certain nombre de minutes ou de secondes. Dans
les jeux de balles, lawn-tennis, paume, etc., le joueur ou le camp le
plus fort rend à l'autre des points». La valeur de chaque concurrent est
examinée par le «handicapeur», qui, prenant pour point de départ les
performances de chaque athlète, place en première ligne le meilleur
coureur dit «scratchman», et en dernière ligne le plus faible
«limitman»; entre ces deux-là seront échelonnés les autres concurrents
au prorata de leur valeur. Le scratchman part de la raie, scratch; les
autres seront avantagés et partiront 10, 15, 20, 30 mètres devant la
raie. On appelle épreuve scratch, celle où tous les coureurs partent de
la raie (scratch). Le handicap peut être secret, auquel cas on attribue
aux concurrents, après la fin de la course, des rendements qui
s'additionnent avec les résultats déjà obtenus par eux. A un autre point
de vue, on divise les courses en cross-country, courses sur piste,
courses sur route.

=Cross-Country.=--Comme son nom l'indique, le cross-country (_cross_, à
travers, _country_, contrée) se court en pleine campagne. Un traceur ou
lièvre, après une étude sérieuse du terrain, part avant les crossmen et
trace une piste avec des confettis ou mieux des rognures de papier.
Cette piste doit revenir à son point de départ après avoir emprunté
routes, chemins et sentiers, traversé des bois et des champs, et franchi
des obstacles de toutes sortes, tels que rocher, ruisseau, barrière,
haie, talus; elle doit comprendre des montées et des descentes. En
Angleterre le cross-country est surtout couru en terres labourées. Le
traceur fera bien de contourner les obstacles dangereux, comme les
carrières profondes, voie de chemins de fer, etc., pour éviter les
accidents, bien superflus, puisqu'il s'agit d'un sport, c'est-à-dire
d'un divertissement. Les crossmen ou concurrents, forment la meute
suivant cette piste et celui qui arrive le premier est le gagnant.

A la différence du rallye-paper, tombé en défaveur, le cross-country ne
cherche pas à dépister les coureurs par de fausses pistes; au contraire
les rognures doivent être semées en assez grande quantité, pour marquer
nettement le parcours à suivre.

Ce sport est pratiqué par tous les temps, de novembre à mars; les
concurrents s'entraînent chaque dimanche en vue du championnat
interscolaire ou du championnat de France, qui se court sur une distance
de 16 kil. 600; le championnat d'Angleterre se dispute sur 10 miles soit
16 kil. 093.

Le cross-country, très amusant, très varié par ses péripéties et par les
difficultés inopinées qu'on y rencontre, développe l'intelligence, la
rapidité de décision du _chien_, qui, d'un coup d'oeil, doit voir le
parti à prendre devant l'obstacle. Dévaler les pentes, grimper les
côtes, franchir les haies, traverser les taillis, est-il sport plus
sain, plus vivant, plus intéressant pour la jeunesse? Tous les coureurs
prennent le plus vif plaisir à exercer leur force et leur souplesse dans
l'air pur du matin, parmi les grands arbres impassibles.

=Course sur piste.=--Les pistes sont en gazon, en terre battue comme en
Amérique, ou en cendrée, c'est-à-dire en scories pulvérisées. Les
courses sur pistes comprennent les courses plates de vitesse, les
courses de fond et les courses d'obstacles. Les amateurs peuvent
naturellement s'exercer sur des distances déterminées par eux, mais il
est préférable de prendre pour exemple les épreuves officielles. Les
courses plates (par opposition à courses de haies) de vitesse, se
disputent sur les distances du championnat de France: 100, 400, 800 et,
épreuve de demi-fond, 1,500 mètres, ou sur les distances également
classiques de 500 mètres et 1000 mètres.

Le signal du départ est donné par le coup de pistolet du «starter». Pour
marquer la ligne d'arrivée, on tend à travers la piste un fil de laine
qui sera rompu par le corps du coureur qui s'est placé le premier. Un
bon départ est indispensable pour les courses de vitesse. Celle de 400
mètres est considérée comme l'épreuve la plus dure, parce que le coureur
se lance à toute allure comme dans celle de 100 mètres. Les concurrents
portent généralement des souliers à pointes et prennent dans les mains
des «poignées» de liège, qui empêchent les ongles de pénétrer dans la
paume.

Les courses de demi-fond et fond exigent, outre de la vitesse, une
grande résistance; ici les concurrents doivent suivre une tactique qui
variera selon leur tempérament; les uns s'attachent pas à pas au
meilleur coureur pour s'efforcer de le dépasser dans les derniers
mètres: d'autres partent en tête, s'ils savent mener, et tâchent de
rester à l'avant. La grande épreuve pédestre de cette catégorie est le
prix Roosevelt: 4,827 mètres, couverte par Fleurac en quinze minutes
cinq secondes deux cinquièmes.

En Amérique la mode est aux _Courses de relais_ où les concurrents
marchent par équipes, de deux ou plusieurs coureurs se relayant
facultativement. La dernière grande épreuve de ce genre, course de
New-York de mars 1909, a été gagnée par deux Français Cibot et Orphée,
qui, se relayant à volonté, ont couvert en six jours l'énorme distance
de 1,178 kilomètres, sur une piste ouverte de 160 mètres de tour, ce qui
représente un train moyen de 8 kil. 300 à l'heure.

Dans les courses d'obstacles, les distances classiques sont: la course
de haies de 110 et 400 mètres, le steeple-chase de 4,000 mètres. Dans le
110 mètres haies, la piste est coupée de 9 en 9 mètres de dix haies ou
barrières d'une hauteur de 1 m. 06 de hauteur. Dans les courses de 200
et 400 mètres il y a également dix barrières à franchir, mais la hauteur
en est alors de 0 m. 90. Le bon coureur doit s'exercer à «enjamber» les
obstacles et non à les sauter en réunissant les pieds. Le steeple-chase,
dont le parcours est semé d'obstacles, mur, haies, rivières, se court
sur des distances de 2,500 à 4,000 mètres.

=Course sur routes.=--Aucun terrain spécial n'est nécessaire et c'est là
l'une des raisons qui expliquent le succès des courses sur routes; en
outre, depuis quelques années l'épreuve de «Marathon», qui intéresse
vivement l'opinion, a ramené l'attention du public sur ce sport. Cette
épreuve se dispute chaque année sur 40 kilomètres. Distance et nom sont
empruntés à un fameux épisode de l'histoire grecque: un soldat courut
d'une traite de Marathon à Athènes pour annoncer aux Athéniens la
victoire remportée sur les Perses et il mit une telle hâte à porter
l'heureuse nouvelle, qu'en arrivant, il tomba mort de fatigue.

Généralement les courses sur routes comprennent de 12 à 40 kilomètres et
se disputent de mai à octobre; ce sont des épreuves assez pénibles, dont
les cardiaques feront bien de s'abstenir, et qui exigent un entraînement
particulier. Les spécialistes préconisent la marche comme meilleur moyen
d'entraînement; mais si l'on se prépare à un concours, il faudra
également couvrir à la course des parcours de plus en plus longs; on ne
tardera pas à obtenir d'excellents résultats si on possède quelque
résistance.

Parmi les records établis dans les siècles précédents, on ne peut passer
sous silence la belle performance d'un laquais du comte de Polignac qui
«âgé de plus de soixante ans, fit le trajet du Puy à Paris, aller et
retour, soit environ 800 kilomètres en sept jours et demi, ne dormant
que quatre heures sur vingt-quatre et le reste du temps arpentant les
routes avec les jambes qu'il avait fort longues»[2].

[Note 2: Ch. Fleurigand. _Jeux, sports et grands matches_.]

=Saut.=--Le saut est un exercice naturel à l'homme, mais qui exige de la
souplesse. Le principe dont il est nécessaire de se bien pénétrer, avant
de sauter, c'est qu'il faut «se recevoir» sur la _pointe des pieds_, les
jambes fléchies et la tête droite; une chute sur les talons pourrait
être très grave, sinon mortelle. Tous ceux qui font du tourisme, des
ascensions, ceux qui se livrent au cross-country, etc, doivent s'exercer
à bien sauter. C'est un sport très utile. Rencontre-t-on un obstacle,
mur, barrière, etc.; il est possible de le franchir de diverses
manières. On peut: 1° le sauter de pied ferme ou avec élan; 2° le
franchir en s'y appuyant d'une main sur laquelle pivote le corps; 3°
poser les deux mains sur l'obstacle et sauter en faisant passer les
jambes fléchies dans l'espace laissé par l'écartement des deux mains:
cette dernière manière demande plus d'habitude. Se trouve-t-on en
présence d'une barrière plus élevée, mieux vaudra alors recourir à la
perche, si on peut en trouver une qui offre des garanties de solidité;
il suffit qu'elle soit de 50 centimètres environ plus haute que
l'obstacle. On place les deux mains l'une au-dessus de l'autre, près de
l'extrémité supérieure de la perche; on prend son élan, on s'enlève;
quand elle arrive à la position verticale, on fait une traction avec les
bras et on jette vivement les jambes de côté, horizontalement ou même
plus haut que la tête; on abandonne alors la perche pour se redresser et
retomber sur la plante des pieds. On arrive, avec de l'entraînement à
sauter des obstacles de plus de 2 mètres et 2 m. 50 de haut.

Les différentes catégories de saut, en hauteur, en largeur, à la perche
font partie des exercices athlétiques réglementés et il existe pour
chacun un championnat annuel. Dans les concours officiels de saut en
largeur, la distance franchie est calculée du point de départ, à la plus
proche empreinte marquée par le corps, c'est-à-dire que si, en
retombant, on met les mains derrière soi, comme il arrive souvent pour
rétablir son équilibre, la distance sera comptée à partir de l'endroit
où cette main touche le sol. Pour le saut en hauteur, on ne se sert plus
du tremplin, ce qui eut semblé, il y a quelques années seulement, une
grave hérésie à nos maîtres de gymnastique.

Enfin on s'exerce également à sauter en arrière; on ne franchit alors
que de petites distances.

Notons que les anciens, pour augmenter l'impulsion donnée au corps par
les bras, sautaient avec des poids ou haltères dans les mains.

On cite des exemples de sauts particulièrement remarquables. Ainsi le
colonel Amoros créateur de la gymnastique française, dit avoir connu un
Anglais capable de franchir une rivière de 10 mètres de large. Un nommé
Irland, vivant au XVIIIe siècle, sautait dix chevaux rangés côte à côte.
Les Grecs relatent le record de Phayllius de Crotone, qui franchit d'un
seul bond 19 mètres.

Un auteur digne de foi conte que le sauteur Grimaldi donnait une
représentation à la foire de Saint-Germain en 1742, quand il fit le pari
de bondir jusqu'au lustre qui éclairait la scène de fort haut. Il
s'élança d'un bond si furieux, que son pied, bousculant la suspension,
envoya un des cristaux dans le visage de l'ambassadeur de la
Sublime-Porte: Mehemet Effendi. Quand Grimaldi s'approcha du haut
personnage pour recevoir des félicitations bien méritées, un esclave de
l'ambassadeur s'empara du pauvre histrion et lui administra une
vigoureuse raclée de bois vert; on dit que le sauteur se consola
difficilement d'avoir été pour un soir la tête de turc de ses
spectateurs.

=Natation.=--«Il ne sait ni lire, ni nager», disaient les Romains d'un
homme sans éducation; cette expression nous montre combien la natation
était en honneur chez eux; il en était de même chez les Égyptiens, les
Carthaginois, les Grecs. En France c'est depuis quelques années
seulement qu'un mouvement se dessine, favorable à la nage. Outre son
agrément, ce sport peut être très utile et il faut engager vivement ceux
qui en ignorent jusqu'au principe, à prendre quelques leçons d'un maître
nageur. Dans les lycées et casernes, on enseigne à sec les mouvements
décomposés de la nage: cet exercice préparatoire, qui se fait au
chevalet, offre des avantages mais ne suffit pas; l'élève ainsi formé
sera incapable dans la plupart des cas de se débrouiller seul dans
l'eau.

Des gens graves vous disent: Vous voulez nager, observez les grenouilles
et faites comme elles. Si le principe est juste, la pratique est
difficile. La nage commune ou _brasse_ imite les mouvements des
batraciens; l'homme étant plus pesant que le volume d'eau égal à son
corps surnage grâce à des mouvements d'extension des bras et des jambes.
Le nageur ayant joint ses mains devant la poitrine allonge ses bras en
avant; en même temps les jambes pliées, les talons touchant le bas des
reins, se détendent, s'écartent le plus possible, la pointe des pieds en
dehors; ce mouvement a pour effet de pousser le corps en avant. Le
nageur écarte les bras, les paumes de la main en dehors, et les ramène
par un mouvement circulaire dans leur position primitive devant la
poitrine, tandis que les jambes se réunissent et se plient de nouveau,
les talons touchant les reins. On recommence et poursuit continuellement
ces détentes et ces flexions.

On pratique également la _nage sur le dos_, en faisant la planche, les
bras exécutant le mouvement de la godille. Dans la _coupe_, les bras
battent l'eau alternativement en avant du corps. Pour apprendre la
natation un professeur est presque toujours indispensable; si l'on ne
veut pas prendre de leçons, il vaut mieux franchement s'abstenir de
ceintures de liège et des appareils similaires pour avoir recours à
l'aide d'un ami qui, de la berge, tiendra une perche et une corde.

Plus difficiles sont les méthodes athlétiques.

J.-B. Trudgeon a fait connaître il y a une quarantaine d'années la nage
des indigènes de l'Amérique du sud: on l'appelle du nom de celui qui l'a
vulgarisée: le trudgeon ou trudgen: elle a presque les mêmes mouvements
que ceux de la coupe, mais plus rapides. En outre l'_over arm stroke_
permet d'avancer très vite; les jambes y dessinent un mouvement de
ciseau, tandis que les bras reviennent l'un après l'autre à la surface.

Il y a des concours de vitesse et de demi-fond organisés pour les
nageurs et nageuses, puisque celles-ci, suivant l'exemple de miss
Kellermann, tentent aussi l'épreuve de la traversée de Paris: cette
traversée à la nage a été faite en deux heures dix-huit. Quant à la
traversée de la Manche elle a été tentée plusieurs fois et par des
hommes comme Holbein, Burgess, Wolf. Seul le capitaine Webbs a réussi en
1875 à aller d'Angleterre en France.

Il faut un entraînement spécial pour apprendre à bien plonger: certains
professionnels restent sous l'eau jusqu'à deux et trois minutes.

Si l'on se trouve en présence d'une personne qui se noie, on doit agir
prudemment pour lui porter secours et la saisir par derrière, par les
cheveux ou bien sous les aisselles ou par le haut du bras. «Lorsqu'on
cherche à sauver quelqu'un en plongeant au fond, dit l'instruction de la
Commission de gymnastique française, il ne faut jamais saisir le noyé
que par une seule main; l'autre est employée avec les pieds pour
s'élever à la surface. Si le nageur est saisi par celui qui se noie, il
ne pourra se dégager qu'en gardant tout son sang-froid. Du moment qu'il
est étreint et qu'il se sent près de couler, il doit prendre haleine,
engager vivement les doigts de ses deux mains sous l'extrémité de ceux
qui le serrent, les ouvrir par un effort violent et brusque, puis, au
même instant, se dégager par une secousse, s'échapper rapidement et
aller attendre à l'écart le moment opportun pour ressaisir
convenablement le noyé. Dans le cas où celui-ci serait très robuste, il
serait bon d'attendre qu'il ait perdu connaissance avant de l'aborder de
nouveau.»

Chacun sait que l'on ne peut se mettre à l'eau qu'une fois la digestion
terminée, c'est-à-dire trois ou quatre heures après le repas. En résumé,
avec de la prudence et quelques précautions, la natation offre peu de
danger, et procure à ses adeptes une distraction aussi hygiénique
qu'agréable; elle convient parfaitement à la jeunesse.



=III.--CYCLISME=


=La bicyclette.=

    Instrument raide
    En fer battu
    Qui dépossède
    Le char tordu.
    Vélocipède
    Rail impromptu
    Fils d'Archimède
    D'où nous viens-tu?[3]

[Note 3: Ch. Monselet.]

Le vélocipède ne vient pas de loin; ses ancêtres sont la _draisienne_,
inventée en 1816 par le baron de Sauerbron, et le _célérifère_ en vogue
en 1818; ils consistaient en une selle allongée, montée sur deux roues
d'égal diamètre et assez basses pour que le cavalier put frapper le sol,
tantôt du pied droit, tantôt du pied gauche, afin de donner l'impulsion
à la machine; on pouvait faire ainsi du 12 à l'heure. On ignorait alors
la pédale à chaîne ou dispositif à cordes, qui ne fut inventée que vers
1855. Un enfant, le jeune Michaud, s'amusait un jour avec un vieux
tricycle, quand il eut l'idée d'enlever une roue et, en jouant avec ce
nouvel appareil, d'actionner la roue de devant avec les pieds; ce fut le
point de départ du vélo; car Michaud, serrurier en voitures à Paris, fut
ainsi amené à créer le vélocipède, qui se fit en bois, en fer, puis en
acier. On sait quelle fut sa fortune; des perfectionnements successifs:
freins, gouvernail, rayons, bandage d'étoffe et de cuir aux roues,
caoutchouc, pleins, creux (1889) et pneus (appliqués par Dunlop)
marquèrent les étapes du succès en dépit des résistances et de
l'hostilité, qui accueillent toute invention nouvelle. Le cycle devint
le roi du sport. Le bicycle précéda la bicyclette; nous laissons sa
description à une plume plus autorisée. (Note: Alfred Capus, 1890.)

«Tandis que le cyclone ravage la province, Paris est victime d'un autre
fléau, auquel les savants ont donné le nom de bicycle. Tout le monde
sait ce que c'est qu'un bicycle, ne serait-ce que pour avoir été
renversé par un de ces dangereux instruments. Rappelons seulement qu'il
se compose de deux roues, comme son nom l'indique. Celle de devant est
d'une mobilité extrême et a pour but de pénétrer entre les jambes des
promeneurs distraits, de façon à les projeter sur le sol. Celle de
derrière sert de point d'appui au bicycliste. Un bicycliste adroit et
expérimenté peut renverser de vingt-cinq à trente personnes par jour...
c'est surtout l'enfant qui est le triomphe du bicycliste. Il peut en
renverser trois ou quatre d'un seul coup et détruire un pensionnat en
moins d'une demi-heure». Mais l'équilibre était trop instable sur le
bicycle, comprenant une grande roue motrice et une petite roue d'environ
0 m. 40, et les chutes en avant étaient trop nombreuses. Le tricycle,
non encore muni de moteur, ne convenait qu'aux gens paisibles. La
«bécane» rallia tous les suffrages; la première fut construite en
Angleterre en 1880. Elle se compose de deux roues égales réunies par un
cadre; celle d'arrière est motrice et l'effort sur la pédale lui est
transmis par une chaîne, munie de deux engrenages multiplicateurs. Dans
l'acatène (sans chaîne) la transmission a lieu par une tige métallique
et un double engrenage.

De nouveaux perfectionnements sont apportés chaque année à la bécane,
qui est presque parfaite: frein sur roue d'arrière, roue libre,
changement de vitesse, rétropédalage, etc. Lorsqu'on achète une
bicyclette il ne faut pas prendre un développement trop élevé: 6 mètres
à 6 m. 80 convient pour la plaine, 5 mètres à 5 m. 50 pour les routes
ordinaires, 5 mètres au maximum pour les régions montagneuses.

La bicyclette est autant un moyen de transport qu'un sport; sa pratique
ne peut qu'être bonne à la santé, si on n'en abuse pas; elle
n'occasionne d'accidents qu'aux téméraires. Beaucoup de cyclistes
négligent de se munir d'un frein, parce qu'on peut freiner, soit en
appuyant sur les pédales, soit avec le pied sur le sol, soit encore avec
le pied sur la roue d'avant; c'est une imprudence. Ceux qui voyagent en
montagne ont la ressource d'attacher pour les descentes, à la roue
d'arrière, une grosse branche d'arbre, qui, traînant sur le sol, fait
office de frein.

Les courses se sont multipliées, sur routes (Paris-Brest,
Paris-Bordeaux) comme sur pistes dans les vélodromes, avec ou sans
entraîneur, épreuve scratch ou épreuve handicap de vitesse ou de fond.
Les champions sont arrivés, derrière motocyclette, à faire tout près de
100 kilomètres à l'heure. Les championnats ne sont d'ailleurs
réglementés que depuis une douzaine d'années.

Enfin la bécane permet des variations sans nombre, marche en arrière,
courses de lenteur, jeux et acrobaties de toute nature.

=Motocyclette.=--Voulez-vous avoir la sensation de la vitesse? Faites de
la moto. Ceci est admirable qu'un amateur puisse couvrir sur routes,
sans aucun effort, des 40, 50 kilomètres et plus, à l'heure, avec
simplement deux roues entre les jambes. Toute moto ou bicyclette
transformée comprend nécessairement: _moteur à deux ou quatre temps,
carburateur à pulvérisation, bobine d'induction, accumulateur_ (magnéto
ou pile), _transmission_ (chaîne, engrenage, courroie), _réservoir_
d'huile, d'essence, d'eau.

Si l'on fait ajouter des engins moteurs à une bicyclette, il faut avoir
soin de faire vérifier la solidité des diverses parties de la machine,
et si possible de les faire renforcer: la fourche principalement doit
être très solide; exiger des pneus résistants et un cadre très rigide.
Il faut que les organes puissent résister: 1° aux vibrations; 2° à
l'augmentation de vitesse; 3° à l'augmentation de poids. On construit
pour courses des motos d'une force de 6, 8, 10 chevaux à deux et quatre
cylindres; il est plus pratique de se contenter de 2 à 3 chevaux, la
moto ne pesant que 35 à 55 kilos; généralement on emploie alors le
moteur à un cylindre. Le moteur est au pédalier.

Avant d'entreprendre une excursion un peu longue, il sera bon
d'apprendre à bien connaître sa machine, de savoir manoeuvrer à propos
les manettes, enfin de devenir un peu mécanicien, pour obvier aux
pannes; car rien n'est moins drôle que de traîner une moto inerte. Mais
elle est maintenant assez perfectionnée pour satisfaire ses fervents.
C'est un sport passionnant, dont le succès ira croissant et qui ne peut
manquer de se démocratiser.



=IV.--SUR LA GLACE ET SUR LA NEIGE=


=Patinage.=--Le patin primitif n'était autre chose qu'une chaussure
munie d'un morceau de bois durci au feu; on remplaça ensuite le bois par
un os de mâchoire de vache ou de cheval; ce patin était encore en usage
au XIe siècle; puis on fixa sous la sandale de bois une lame de métal.

On patina furieusement sous Louis XV et sous le premier Empire, époque
où le professeur Garcin inventa le patin à roulettes, qui n'est plus
guère usité qu'en Amérique; la roulette, permettant de patiner sur les
parquets, n'a plus de raison d'être, depuis qu'il existe des
établissements offrant toute l'année des pistes de glace artificielle.

Actuellement, le patin comprend une semelle d'acier, traversée en
dessous par une lame d'acier; cette semelle est fixée à la chaussure par
un étrier à vis, système qui a remplacé depuis 1549 les simples
courroies. Un débutant ne manquera pas de prendre quelques «pelles»,
tant l'équilibre est instable sur la glace polie; en peu de leçons il
apprendra à faire les «pas en dedans» et les «pas en dehors», plus
difficiles; pour s'arrêter, il faut lever la pointe des pieds et appuyer
les talons sur la glace, en courbant le corps en avant, ou bien, méthode
plus délicate, mettre les pieds en équerre en rapprochant les talons.

Le patinage est chez nous un sport charmant, élégant; mais il est
nécessaire d'émigrer sous des climats plus rudes pour en goûter tous les
charmes. Déjà les Berlinois se rendent à leur Versailles, Potsdam, en
patinant sur la Havel. En Hollande, c'est un moyen de transport, usité
par les paysans et paysannes pour porter leurs denrées aux marchés des
bourgs et villes; ils parcourent le lacis de leurs canaux à 20 et 30
kilomètres à l'heure. En Scandinavie, on se lance sur d'immenses lacs,
où le patineur, perdu comme une barque en mer, ne voit aucun obstacle
arrêter son élan et goûte toutes les voluptés d'une vitesse folle sur un
miroir infini. Parfois un cheval entraîne le promeneur qui glisse sur
ses patins, sans faire le moindre effort; parfois encore il tient dans
ses mains une voile tendue sur une armature de bois et le vent chasse à
une allure vertigineuse (jusqu'à 90 kilomètres à l'heure) le hardi
patineur.

Des concours et championnats se disputent chaque année en France et à
l'étranger. Certains concurrents dansent et valsent sur la glace; les
autres y dessinent les figures les plus compliquées: le coeur, le
trèfle, la pensée, etc.; d'autres y luttent de vitesse, ayant chaussé le
patin de course, beaucoup plus long, 0 m. 60 environ. Tous y font assaut
de grâce et de souplesse.

Enfin on joue au hockey sur la glace; les règles sont les mêmes que sur
la pelouse; les joueurs qui doivent être d'une très grande dextérité
poussent, au lieu de balle, un palet en bois; notons que ce jeu était
autrefois connu des Français, qui, notamment en Auvergne, s'adonnaient,
sans patin toutefois, à la «crosse» sur les étangs glacés.

Le patinage fait, chaque année, des progrès et voit s'augmenter le
nombre de ses partisans en France.

=Ski.=--Le ski ou patin à neige (on écrit aussi sky) se compose d'une
longue planche de bois flexible, le plus souvent du frêne, recourbée à
l'avant; sa longueur varie selon la taille de la personne à laquelle il
est destiné: elle doit être de 1 m. 75 à 2 mètres pour les petites
tailles, de 2 m. 15 à 2 m 50 pour les grandes tailles; l'épaisseur est
environ de 25 millimètres à la pointe et de 30 millimètres sous les
pieds: la largeur est de 10 centimètres. Le ski se fixe au pied, de
différentes manières, tout en lui laissant une certaine liberté: par des
courroies, un étrier en fer, des attaches avec tendeur-levier Hoyer
Ellefsen, etc. Le skieur se sert d'un bâton ferré, d'une hauteur de 0 m.
90 à 1 m. 60 et pourvu à son extrémité inférieure d'une rondelle évidée
en bois, en jonc ou en cuir, qui a pour effet d'empêcher le bâton de
trop enfoncer dans la neige.

Sport national des Scandinaves, nous voyons dès 1200 les rois se servir
de skieurs pour éclairer leurs armées. Le ski n'est connu que depuis peu
en France. Les premiers concours de Chamonix eurent beaucoup de succès;
le club alpin a grandement contribué à le répandre dans les Alpes, les
Pyrénées, en Auvergne même. Sport ou moyen de locomotion, il permet de
parcourir rapidement de grandes distances; la vitesse obtenue est
vertigineuse sur les pentes escarpées. Il suffit que la neige soit un
peu gelée, offrant une légère croûte de glace, pour que le plaisir soit
entier. Si le skieur rencontre un obstacle, une crevasse, etc., il la
franchit par des bonds énormes qui atteignent 20, 30 et 40 mètres. Ce
merveilleux exercice développe la vigueur des muscles, la souplesse du
corps et fortifie au plus haut point la volonté et le sang-froid.

C'est un indispensable moyen de transport dans les régions montagneuses
ou dans les plaines de Russie, du Canada, etc. En Asie les Toungouses se
font traîner en ski par des rennes. L'armée russe possède des bataillons
de skieurs qui ont parcouru 697 kilomètres en 10 jours par vingt degrés
de froid et en pleine tourmente de neige. Nous mêmes avons depuis
1903-4, à Briançon, une école de ski pour les 14e et 15e corps sous la
direction du capitaine Bernard; nos premiers skieurs militaires ont été
formés par une mission norvégienne et parcourent des distances de 100
kilomètres en une journée. Certains coureurs entraînés dépassent 200
kilomètres en un seul jour. C'est assez dire l'intérêt du ski.

=Traîneaux et bobs.=--Luge, toboggan canadien, bob, bobelet ou
bobsleigh, skeleton, ne sont que des variétés de traîneaux sur patins.
On luge assis ou couché à plat ventre, ainsi sur le skeleton, à une ou
plusieurs personnes sur le même traîneau; et l'on se grise de vitesse en
glissant à toute allure, sur les pentes neigeuses ou les pistes de
glace. Sport charmant, et qui convient, comme le patin ou le ski, aux
deux sexes. Ce n'est pas seulement la Suisse, avec Davos et Moritz dont
la piste atteint 1,200 mètres de long, ce sont maintenant les Alpes et
les Pyrénées, Chamonix, Briançon, Eaux-Bonnes, etc., qui attirent les
amateurs de ces sports. N'avez-vous pas assisté, cet hiver même de 1909,
au concours très réussi de luges et bobsleighs et au cross-country de
ski, disputé sur les coteaux de Saint-Cloud? Quand aurons-nous un
championnat de bobs et skis sur les Champs-Elysées?

La difficulté, en la luge primitive, consistait à la diriger; les
courbes multipliaient les occasions de chutes élégantes; on adapte
maintenant à l'avant une direction et des freins dont le mécanisme
varie, ce qui n'empêche pas lugeurs et lugeuses d'aider aux virages
difficiles, en se penchant et en tendant le bras hors du traîneau.

On se sert depuis longtemps au Canada, ou sur les bords de la Volga et
autres pays froids, des traîneaux ou yachts à voiles, qui viennent
d'être importés en Europe et que nos stations d'hiver connaissent déjà.

En un mot, patin, ski, luges et bobs sont assez passionnants pour nous
faire oublier les sports d'été, quand la neige veut bien transformer la
France en petite Sibérie.



=V.--LES ARMES=


=L'escrime.=--«C'est l'art de donner sans jamais recevoir». Cette
définition que Molière met dans la bouche de la Nicole s'applique à
l'escrime de tous les temps. Les Romains tenaient en honneur l'
«armatura» et s'exerçaient contre des pieux, comme nos escrimeurs
modernes tirent au mur.

L'escrime du moyen-âge n'avait presque rien de commun avec celle de nos
jours; on se servait de larges et lourdes épées, en frappant de taille;
on paraît avec le bras gauche, armé du bouclier, ou avec la dague; les
duels, d'autant plus fréquents qu'ils étaient fréquemment imposés par
l'autorité judiciaire, comme «combats de Dieu», étaient presque toujours
mortels, le vainqueur achevant au poignard le vaincu. L'escrime n'était
alors que l'art de tuer. Nous savons que Paris possédait dans le seul
quartier du Marais, «_sept escrémisseurs_» (maîtres d'escrime) en 1292.
Le premier traité d'escrime qui eut de l'influence fut celui de
l'italien Marozzo en 1536. Les Espagnols introduisirent l'usage d'une
longue et fine lame et vers le milieu du XVIe siècle, à l'épée lourde,
espadon, lansquenette, braquemart, succéda en France la rapière effilée.
Réglementée par la Boëssière, illustrée par le chevalier de
Saint-Georges, l'escrime française était dès lors créée; les maîtres
d'armes la perfectionnèrent peu à peu, se transmettant en outre
certaines «bottes secrètes», qui permettaient de mettre à mal son
adversaire selon toutes les règles de l'art. Le fleuret révolutionna et
rénova l'escrime et les duels devinrent moins meurtriers. On raconte
qu'un jour le chevalier de Saint-Georges répondit à un maître d'arme
insolent qui lui demandait «où il perchait».

«A l'arche Marcon; j'y serai demain matin à six heures.»

Le maître s'y étant rendu, Saint-Georges lui fit sauter l'arme des mains
au premier coup; puis, faisant apporter par son nègre une brassée de
fleurets, il se procura le plaisir de les briser successivement sur le
dos de son adversaire.

On se trouve aujourd'hui en présence de deux méthodes rivales:
l'italienne et la française. Les armes même diffèrent; le fleuret
italien étant plus long et plus souple que le français et fixé par sa
coquille à la main du fleurettiste; le fleuret français, dont la garde
consiste en deux anneaux, dessinant un 8, saute au contraire facilement
des mains. Si nombreux qu'aient été les assauts, même à fleuret
démoucheté, entre les maîtres des deux pays, il est impossible
d'affirmer la supériorité de l'une ou l'autre méthode.

Beaucoup plus mouvementée, comprenant des changements de main, des
appels, des bonds, des cris, tout un jeu de scène émouvant, l'escrime
italienne fait ressortir le jeu classique, correct, maître de lui, sobre
de gestes de l'escrime française. L'italienne est plus agressive; la
française est plus habile à la parade et à la riposte. Le Français en
garde plie à peine sur les jambes; l'Italien s'asseoit sur les jarrets
et parfois se rase à terre complètement, pour laisser passer l'arme de
l'adversaire au-dessus de lui.

L'escrime au fleuret, féconde en feintes, en roueries, en finesses,
prépare au combat à l'épée. Mais nombre d'épéistes compétents affirment
qu'il est préférable de ne s'exercer qu'à l'escrime à l'épée
directement, en négligeant le fleuret.

Science noble, l'escrime est et restera un sport aussi hygiénique
qu'utile; elle exige de la souplesse, de la vitesse, un oeil exercé, une
décision vive et du sang-froid. Les lycées et écoles possèdent des
salles où les élèves s'instruisent pour les championnats interscolaires.
Dans les assauts, d'une durée de 12 minutes, le vainqueur est celui qui
a boutonné le plus grand nombre de fois son rival; tout coup d'épée est
bon; mais le fleurettiste ne doit frapper qu'entre la clavicule et les
hanches.

L'escrime comptant près de 12,000 coups, feintes et parades, il est
superflu d'en vouloir donner ici un aperçu: d'ailleurs, plus qu'en aucun
autre sport un bon maître est indispensable.

=Le tir.=--Les Français sont des tireurs émérites et remportent de
nombreux prix dans les concours internationaux. Les sociétés de tir
mettent des terrains, stands, à la disposition de leurs membres: l'Union
des Sociétés de tir de France a été fondée par Déroulède en 1886.

On tire debout, à genoux, couché, à bras francs ou avec appui. Les
premières qualités d'un tireur sont: du sang-froid et une bonne vue; la
pratique des armes à feu apprend à appuyer solidement l'arme contre
l'épaule, à n'engager dans la gâchette l'index de la main droite que
jusqu'à la deuxième phalange, et enfin à bien soutenir le fusil de la
main gauche. Les règles sont à peu près les mêmes pour le revolver et le
pistolet.

Le tir sur cible prépare au tir au gibier, car on peut viser sur des
cibles mouvantes; pourtant un bon chasseur ne se formera qu'à la chasse.
Le tir aux pigeons vivants est onéreux parce qu'il exige des pigeons de
races spéciales, et une installation assez coûteuse: cinq boîtes,
disposées en éventail de cinq en cinq mètres, à trente mètres du tireur,
sont ouvertes, grâce à un système de fils, par le «pouleur»; le tireur
ne sait quelle boîte s'ouvrira et devra avoir l'expérience de ce tir
pour frapper le but. Moins coûteux est le tir aux pigeons artificiels
lancés par le projecteur ou ball-trap, qui lance une sorte de soucoupe
en terre à poterie ou en matière plastique, dont la trajectoire imite le
vol de l'oiseau.

Les duels au pistolet étant nombreux, il est important de connaître la
récente invention du docteur Devillers, qui apporte à ce sport un
élément nouveau en permettant les «poules» au pistolet; dans ces assauts
les adversaires se servent de balles assez friables, pour n'être pas
dangereuses, tout en étant assez denses pour assurer la précision du
coup; les projectiles, inventés par le docteur Devillers, sont à base de
cire; les tireurs portent un masque à grillage, des gants et une longue
blouse. L'assaut au pistolet donne l'illusion du combat, et assure une
supériorité réelle à ceux qui s'y exercent (toute intention meurtrière à
part, cet exercice peut être un divertissement curieux).

Le tir est un sport très populaire--il suffit pour s'en convaincre, de
parcourir nos foires,--en même temps qu'un sport élégant, que cultivent
toutes les aristocraties. Au nombre de nos «meilleurs pistolets», est M.
G. Clemenceau. Levé dès cinq heures du matin, il écrit dans son cabinet
de travail, dont les fenêtres donnent sur son jardin; parfois, il voit
un rat qui court parmi les fleurs, effraie ses canards et ses poulets
d'espèce rare. M. Clemenceau prend dans sa boîte un pistolet, l'arme,
vise de sa place et tire; un de ses chiens se précipite et rapporte la
proie que la balle a frappé immanquablement. Il en était ainsi du moins,
il y a quelques années, car, depuis qu'il est président du conseil,
d'autres soucis préoccupent notre Premier.



=CONCLUSION=


Cette magnifique expansion sportive, dont nous fûmes témoins ou acteurs,
n'a fait--chose admirable--que deux victimes: l'équitation et le
canotage. Encore l'une d'elles, l'équitation, n'est-elle que blessée, et
l'autre nous laisse-t-elle prévoir, par d'intéressantes manifestations,
sa résurrection prochaine. Jamais d'ailleurs défaveur ne fut plus
imméritée. Si le cheval reste un luxe, le canot offre à tous ses joies
multiples et saines; aussi une réaction se dessine-t-elle contre cet
injuste oubli; nos jolies rivières de France, s'étonnent de ne plus
entendre la chanson des canotiers et canotières qui pédalent maintenant
dans la poussière des grandes routes.

Avec ses mille jeux et exercices, ses plaisirs et ses vertiges, le sport
prépare à la France une génération de jeunes gens forts, prêts à toutes
les luttes de la vie. Sans insister, puisque personne ne les conteste,
sur ses avantages physiques et moraux, nous rappellerons simplement le
mot de Montaigne.

«Ce n'est pas une âme, ce n'est pas un corps qu'on dresse, c'est un
homme,» et le conseil du vieux poète français, Eustache Deschamps:


    Exercicez-vous au matin
    Si l'air est clair et entérin (limpide)
    Et soient vos mouvements trempés
    Par les champs, les bois, les prés,
    Et si le temps n'est de saison
    Prenez l'esbat en vos maison.


TABLE DES MATIÈRES


INTRODUCTION
     Qu'est-ce que le sport..................................     3
     Les sports dans l'antiquité (a l'origine--en Grèce--a Rome)  3
     Les sports en France....................................     6
I.--LES JEUX DE LA BALLE.
     Le football.............................................     8
     Football Rugby..........................................     9
     Football Association....................................    12
     Polo....................................................    13
     Cricket.................................................    16
     Base-ball...............................................    16
     Basket-ball.............................................    17
     Hockey..................................................    17
     Crosse..................................................    19
     Golf....................................................    19
     Paume...................................................    20
     Courte-paume............................................    22
     Longue-paume............................................    22
     Pelote basque...........................................    23
     Lawn-tennis.............................................    24
     Push-ball...............................................    26
II.--SPORTS ATHLETIQUES PROPREMENT DITS
     Gymnastique.............................................    27
     Gymnastique suédoise....................................    30
     Lutte...................................................    30
     Boxe....................................................    32
     Jiu-jitsu...............................................    34
     Courses.................................................    35
     Cross-Country...........................................    37
     Courses sur pistes......................................    39
     Courses sur routes......................................    41
     Saut....................................................    42
     Natation................................................    44
III.--CYCLISME.
     Bicyclette..............................................    47
     Motocyclette............................................    50
IV.--SUR LA GLACE ET SUR LA NEIGE.
     Patinage................................................    51
     Ski.....................................................    53
     Traîneaux et bobs.......................................    55
V.--LES ARMES.
     L'escrime...............................................    56
     Le tir..................................................    59
CONCLUSION.



Évreux--A Chauvicourt, imprimeur





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les sports à la mode" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home