Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Éloge du sein des femmes - Ouvrage curieux
Author: Mercier de Compiègne, Claude-François-Xavier, 1763-1800
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Éloge du sein des femmes - Ouvrage curieux" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



ÉLOGE DU SEIN DES FEMMES

TIRÉ A 602 EXEMPLAIRES NUMÉROTÉS, SAVOIR:

400 exemplaires in-8° couronne, papier vergé.
150   --         --     carré,    --   vélin.
 30   --         --       --      --   chine.
 30   --         --       --      --   whatman.
  2   --         --       --      --   peau vélin.

N° 285

OUVRAGE CURIEUX

DANS LEQUEL ON EXAMINE S'IL DOIT ÊTRE DÉCOUVERT S'IL EST PERMIS DE LE
TOUCHER QUELLES SONT SES VERTUS, SA FORME, SON LANGAGE, SON ÉLOQUENCE
LES PAYS OÙ IL EST LE PLUS BEAU ET LES MOYENS LES PLUS SURS DE LE
CONSERVER

PAR

MERCIER DE COMPIÈGNE

QUATRIÈME ÉDITION

REVUE, ANNOTÉE ET CONSIDÉRABLEMENT AUGMENTÉE

[Illustration: Honni Soit Qui Mal Y Pense]

PARIS

A BARRAUD, EDITEUR-LIBRAIRE

23, RUE DE SEINE

1873



AVANT-PROPOS.


Ce fut en 1720 que parut à Amsterdam un volume intitulé les _Tétons_; il
formait la troisième partie d'une série où figuraient déjà les _Yeux_ et
le _Nez_; le frontispice ajoutait qu'il y avait là des «ouvrages
curieux, galants et badins, composés pour le divertissement d'une
certaine dame de qualité, par J. P. N. du C.» Une annonce faite par un
libraire hollandais, en 1721, informe le public que l'auteur se
proposait de passer successivement en revue «toutes les parties du corps
humain;» projet scabreux qu'il n'eut pas le temps d'effectuer ou dont
les difficultés l'arrêtèrent. Diverses indications permettaient
d'ailleurs d'attribuer la rédaction de ce triple recueil à Étienne
Roger, libraire actif, établi à Amsterdam, et qui mettait volontiers la
main aux livres qu'il offrait au public. Toutefois les bibliographes les
plus accrédités mettent l'oeuvre sur le compte de Jean-Pierre-Nicolas
Ducommun, dit Véron, dont les initiales cadrent fort bien avec l'énoncé
du titre, et qui est l'auteur de diverses pièces de vers (fort
médiocres) insérées dans la troisième partie du recueil en question.

Un quart de siècle s'écoula, et le volume mis au jour à Amsterdam
reparut avec le titre suivant: _Éloge des tétons, ouvrage curieux,
galant et badin, en vers et en prose_, publié par ***, Francfort, 1746,
in-8. En 1775, cet _Eloge_ fut derechef réimprimé sous la rubrique de
_Cologne, à l'enclume de vérité_, 1775; on y joignit diverses _pièces
amusantes et la Rinomachie ou Combat des nez_.

Vers la fin du siècle dernier, vivait à Paris un littérateur médiocre,
mais actif, Claude-Francois-Xavier Mercier, surnommé de Compiègne, afin
de le distinguer de divers autres Mercier; il était né dans cette ville
en 1763. Se trouvant sans ressources pendant les orages de la
Révolution, il demanda à sa plume des moyens d'existence; il se fit le
vendeur de ses écrits, et il les multiplia rapidement. Il rédigeait, il
compilait, il traduisait, il composait en prose et en vers une multitude
d'in-18 qui se succédaient avec promptitude et qui portaient souvent
l'empreinte de la rapidité avec laquelle ils étaient élaborés. Mercier
d'ailleurs, il faut le reconnaître, manquait de goût, et son
instruction était fort superficielle. Il a laissé divers écrits dont il
est inutile de rappeler les titres, mais qui excitent, à bon droit, les
craintes du chaste lecteur; il aimait à traiter des sujets bizarres; il
mit en français, en y joignant des additions assez considérables, une
facétie de l'Allemand Rodolphe Goclemin, et il les publia sous le titre
d'_Eloge du pet_, dissertation historique, anatomique et philosophique
sur son origine, son antiquité, ses vertus, sa figure, les honneurs
qu'on lui a rendus chez les peuples anciens et les facéties auxquelles
il a donné lieu (1799, in-18). Longtemps oubliés, les petits volumes
sortis de l'officine de Mercier trouvent aujourd'hui des amateurs
très-disposés à les recueillir; dans le nombre figure l'_Eloge du sein
des femmes_, publié à Paris en 1800; c'est un _riffacimiento_ du volume
dont nous avons mentionné trois éditions antérieures. Mais selon son
usage, Mercier ne s'est point borné à une simple reproduction; il a
supprimé des longueurs, il a ajouté des détails nouveaux, il a inséré
des pièces de vers parmi lesquelles il en est d'assez agréables; il a
remanié la division du texte original, qui se trouve offrir trois
chapitres nouveaux; il a joint à tout ceci une gravure due à un burin
peu exercé qui a reproduit gauchement un dessin lourd et maussade. Il
eût été facile de trouver sans doute un artiste mieux inspiré.

Le petit volume en question est devenu assez rare, surtout en bon état;
nous avons pensé que quelques amateurs feraient bon accueil à une
quatrième édition de cet _Eloge_; ils ne regretteront pas sans doute d'y
trouver une sorte d'anthologie de ce que divers poëtes ont dit à propos
du sein; nous avons dû nous borner à choisir, car si nous avions voulu
tout reproduire, nous aurions grandement dépassé les bornes que nous
avons dû nous prescrire; mais nous espérons que nos recherches, dans des
volumes assez peu connus parfois, nous auront amenés à mettre la main
sur des morceaux gracieux qu'on lira avec plaisir.



ÉPITRE DÉDICATOIRE.


SONNET.

    _L'auteur du traité des Tetons
    Chante si haut sur la matière
    Qu'il donneroit musique entière,
    S'il descendoit de quelques tons._

    _Mais comme sa muse est altière,
    Il n'ira pas chez ses Martons,
    Chanter leurs tourelontontons,
    De là jusqu'à la jarretière._

    _Si cependant du haut en bas,
    Il alloit pousser ses ébats;
    On entendroit belle harmonie!_

    _Vénus, peinte par tous ses traits,
    Feroit éclater mille attraits
    Dans une telle anatomie._

          Par C. L. d'Ar.

_Nota._ Nous avons supprimé l'épitre dédicatoire de Ducommun, sur
l'édition d'Amsterdam, 1720, parce qu'elle n'a rien de neuf, ni de
piquant; nous la remplaçons par une petite pièce de vers assez rare et
qui vient ici fort à propos, puisqu'elle s'adresse aux dames.

LES POMMES.

    Le ciel, pour enchanter les hommes,
    Vous a fait présent de six pommes:
    Sur votre visage il a mis
    Deux petites pommes d'apis
    D'un bel incarnat empourprées,
    Et que nature a colorées:
    Les soucoupes et les cristaux
    Ne portent pas de fruits si beaux.
    Plus bas une fraîche tablette,
    En supporte deux de rainette;
    Et l'on trouve encore plus bas
    Deux autres qu'on ne nomme pas.
    Elles sont de plus grosse espèce,
    Et n'ont pas moins de gentillesse:
    Ce sont deux pommes de rambour,
    Qu'on cueille au jardin de l'amour.
    Voilà trois paires de jumelles
    Qui font tourner bien des cervelles.
    Ève perdit le genre humain,
    N'ayant qu'une pomme à la main;
    Mais notre appétissante mère,
    En laissait voir deux sur son sein.
    Et l'attrait des fruits de Cythère,
    Dont l'aspect le mettait en train,
    Fit succomber notre bon père.
    Satan, dont l'esprit est malin,
    Entrait aussi dans le mystère.
    Pressés, comme Adam, de manger,
    Nous pétillons d'impatience
    Auprès du jardin potager
    Dont vous portez la ressemblance.
    Vive la pomme et les pommiers!
    Leur aspect seul nous ravigotte:
    On doit baiser les deux premiers,
    Avec les seconds on pelotte:
    Triomphe! amour! aux deux derniers.
    Heureux qui les met en compotte!

[Illustration]

ÉLOGE DU SEIN DES FEMMES.



CHAPITRE PREMIER.

DES TÉTONS, DE LEUR POUVOIR ET DE LEURS CHARMES.


J'avais d'abord le dessein de faire un traité de la supériorité du teint
blanc sur le brun, et ces deux chansons de Cl. Marot m'en avaient fourni
l'idée:


DE LA BRUNE.

    Pourtant si je suis brunette,
    Amy, n'en prenez esmoy:
    Autant suis ferme et jeunette,
    Qu'une plus blanche que moy
    Le blanc effacer je voy.

    Couleur noire est toujours une,
    J'ayme mieux donc estre brune
    Avecques ma fermeté,
    Que blanche comme la lune
    Tenant de legereté.


POUR LA BLANCHE.

    Pourtant si le blanc s'efface,
    Il n'est pas à despriser:
    Comme luy le noir se passe,
    Il a beau temporiser.

    Je ne veux point mespriser,
    Ne mesdire en ma revanche:
    Mais l'ayme mieux estre blanche
    Vingt ou trente ans ensuivant
    En beauté nayve et franche,
    Que noire tout mon vivant.

Mais à quoi bon raisonner simplement sur les couleurs, lorsqu'il y a
tant d'autres beautés plus solides chez les femmes! ce serait mal
employer son temps, et abuser de la bonté de mes lectrices. Ce n'est
donc, ni de vos pieds mignons, ni de vos belles mains potelées, ni de
vos yeux brillants, ni de votre joli petit nez, ni des autres parties de
votre charmant ensemble, que je veux vous entretenir aujourd'hui.
N'appréhendez pas que je puisse vous faire rougir. Je suis de l'avis de
Marot, lorsqu'il dit:

    Arrière! mots qui sonnent salement,
    Parlons aussi des membres seulement
    Que l'on peut voir, sans honte, descouverts;
    Et des honteux ne souillons point nos vers.
    Car, quel besoin est de mettre en lumière
    Ce qu'est nature à cacher coustumière?...

Ainsi, pour ne pas vous tenir plus longtemps dans l'incertitude, c'est
l'éloge des tétons que je vais faire. Le sujet est beau, il est grand,
il a exercé les génies les plus élevés. Le cavalier Marin appelle les
tétons des belles, deux tours vivantes d'albâtre, d'où l'amour blesse
les amants: il les compare à deux écueils, contre lesquels notre liberté
vient faire agréablement naufrage: il les appelle deux mondes de
beautés, éclairés par deux beaux soleils, c'est-à-dire les yeux. Un
poète français, qui n'est guères moins ingénieux que le cavalier Marin,
moins magnifique dans ses peintures, mais plus juste et plus gai, les
appelle dans une de ses chansons, deux pommes, et il ajoute:

    Heureux qui peut monter sans bruit
    Sur l'arbre qui porte ce fruit!

Cyrano de Bergerac trouve mauvais que les écrivains modernes, qui
veulent peindre une beauté parfaite, emploient l'or, l'ivoire, l'azur,
le corail, les roses et les lis: il n'a pas plus raison de les tourner
en ridicule, parce qu'ils clouent les étoiles dans les yeux des belles,
et qu'ils dressent des montagnes de neige à la place de leur sein: en
effet, ces expressions pompeuses sont dignes de ces grands objets, et le
sein des femmes a des charmes encore au-dessus de ceux de leurs yeux.
C'est ce que Cotin nous démontre par des vers sur une belle gorge:

        Dans l'entretien délicieux
    De la charmante Iris dont je suis idolâtre,
        Va, pose, Amour, sur ses beaux yeux,
    Le voile qu'elle a mis sur sa gorge d'albâtre.

      Quand le printems a banni la froidure,
        On ne voit point de si beaux lis
        Aux jardins les plus embellis
    Par les soins curieux qu'apporte la nature.

    Depuis que de mon coeur je fis l'heureuse perte,
        J'ai visité bien des climats,
    En dépit des chaleurs, en dépit des frimats:
    Et si je n'ai point fait de telle découverte.

        Pour voir un objet sans pareil,
    Il ne faut point courir sur tant de mers profondes,
        Ni voir l'un et l'autre soleil,
        Il faut voir ces deux petits mondes.

    Pour rendre de mon sort tout l'univers jaloux,
    Il suffit qu'à mes yeux leur blancheur on étale;
    L'Aurore n'offrit rien à l'amoureux Céphale,
        De si charmant et de si doux.

    Ah! si, sans leur déplaire, on osait les toucher,
    Et si deux belles mains n'y mettaient point d'obstacle,
        Serait-ce point, par un miracle,
        Amollir un coeur de rocher?

        Dans l'entretien délicieux
    De la divine Iris, dont je suis idolâtre:
    Amour, en ma faveur, viens mettre sur ses yeux
    Le voile qu'elle a mis sur sa gorge d'albâtre.

Une belle gorge avait tant d'empire sur le coeur de Boursault, que pour
en voir une, à travers la mousseline, il devenait amoureux jusques à la
folie. C'est ce que prouvera ce beau fragment d'une lettre qu'il
écrivait à son ami Charpentier:

«Je vous ai fait promettre qu'après dîner nous irions ensemble chez la
belle brune, avec qui nous jouâmes hier au logis de Mme Deshoulières: je
vous dispense de me tenir parole, à moins que vous ne me donniez caution
bourgeoise pour la sûreté de ma personne. Ce n'est pas que je doive rien
appréhender pour ma liberté. Délivré de la tyrannie d'une blonde qui m'a
fait soupirer quinze ou seize mois pour rien, j'ai fait serment de ne
tomber de ma vie en de pareilles fautes; mais dans les tems de ma
première servitude, il m'est échappé tant de sermens, j'en ai tenu si
peu, que je n'ose plus me mettre au hasard de jurer de rien. Je trouvai
hier votre brune si bien faite, ses yeux me parurent si brillans, sa
bouche si petite, sa gorge, que je ne vis que par les yeux de la foi,
est, je crois, si belle, que si vous n'eussiez arraché ma vue de dessus
ses charmes, quand vous me fîtes souvenir qu'il était tems de nous en
aller, je sentais déjà ce que je sentis la première fois que je
commençai d'aimer. Mon coeur, que j'ai fait le gardien de ma franchise,
m'a joué tant de tours, que, si tantôt je vous accompagne à la visite
que vous avez dessein de rendre, je gage que j'en reviens aussi chargé
d'amour, que si on le donnait _pro Deo_.»

Le même auteur, faisant à sa maîtresse le portrait d'une belle, marque
bien expressivement la victoire assurée que remporte une belle gorge sur
une âme masculine.

«En vérité, Babet, dit-il, si tu ne reviens bientôt de Bagnolet, tu
cours risque de ne pas me trouver constant à ton retour. On me mena hier
au bal, où je trouvai une jeune personne qui n'a pas moins de belles
qualités que toi. Elle a les cheveux d'un blond cendré, tout-à-fait
beau, mais qui n'approche pourtant pas de la couleur des tiens. Elle a
le front grand et élevé, mais le tien l'est encore davantage. Ses
sourcils qui ne paraissent presque point, parce qu'ils sont blonds, se
montrent toutefois assez, pour faire remarquer que leur symétrie est la
plus régulière du monde. Ses yeux, qui sont aussi noirs que les tiens
sont bleus, sont si bien fendus, qu'ils ne jettent jamais un regard,
sans faire une conquête. Ils ont autant de vivacité que les tiens ont de
douceur, et ils semblent faits pour prendre de l'amour, comme les tiens
pour en donner. On voit sur ses joues une nuance de blanc et d'incarnat
si éclatante, qu'il semble qu'elle tienne des mains de l'art un présent
qui ne vient que de celles de la nature, qui a pris tant de peine après
elle, que, sans toi, qui es son chef-d'oeuvre, elle serait le plus beau
de tous ses ouvrages. Son nez, qui n'est ni trop grand ni trop petit,
est justement comme il le faut, pour avoir beaucoup de ressemblance avec
le tien: sa bouche, qui n'est pas si petite que la tienne, est plus
petite qu'aucune autre que j'aie jamais vue. Elle a les lèvres si
fraîches et si vermeilles, que, depuis ton absence, je n'ai rien
envisagé de plus charmant. Ses dents sont si blanches et si bien
rangées, que je lui faisais cent contes risibles, pour avoir le plaisir
de les voir souvent. Le trou qu'elle a au menton me fait souvenir
qu'elle en a encore aux joues, ce qui donne une merveilleuse grâce au
reste de son visage. Pour sa gorge, on peut dire:

    Que c'est là que l'Amour, pour lancer tous ses traits,
    Entre deux monts d'albâtre est campé tout exprès.

«Je te jure, Babet, que je n'ai jamais rien vu de si aimable; si mon
_galérien de coeur_, qui n'échappe jamais d'une chaîne que pour tomber
dans une autre, ne se contentait de la gloire de tes fers:

    Ma constance ébranlée allait faire naufrage.»

N'est-ce pas la jolie gorge de Dorimène qui fait ainsi délirer
Sganarelle, lorsqu'il dit:

«Où allez-vous, belle mignonne, chère épouse future de votre époux
futur? Eh bien! ma belle, c'est maintenant que nous allons être heureux
l'un et l'autre! vous ne serez plus en droit de me rien refuser; je
pourrai faire avec vous tout ce qui me plaira, sans que personne s'en
scandalise. Vous allez être à moi, depuis la tête jusqu'aux pieds, et je
serai le maître de tout! de vos petits yeux éveillés, de votre petit
nez fripon, de vos lèvres appétissantes, de votre petit menton, de vos
petits tétons rondelets, de votre, etc. Enfin toute votre personne sera
à ma discrétion, et je serai à même pour vous caresser comme je voudrai.
N'êtes-vous pas bien aise de ce mariage, mon aimable pouponne?»

On croira peut-être que ce discours de Sganarelle est une gradation, et
que ce qu'il laisse en blanc, est le plus fort objet de sa passion; je
le veux bien, mais en ce cas, il a le goût un peu trop terrestre et
grossier. Tel est celui de l'auteur des vers suivants, à sa maîtresse,
sur un mal de gorge:

    Il est bien peu galant de vous prendre à la gorge,
      Ce mal qui dedans vous regorge;
    C'est être à vous saisir un des plus maladroits;
    Si j'avois, comme lui, sur vous droit de m'étendre,
    Et, comme lui, le choix de ce qu'on peut vous prendre,
    Je vous saisirois bien par des meilleurs endroits.

Que dira-t-on de la pensée d'un autre auteur qui dit: l'amour ressemble
à un jeu de paume; quand une fille se laisse baiser la main, cela vaut
quinze; si elle souffre que l'on prenne un baiser sur ses lèvres, cela
vaut trente; si elle permet que ce soit sur la gorge, cela vaut
quarante-cinq: il ne faut plus qu'un coup, et le jeu est gagné.

Je raconterai l'histoire suivante, parce qu'elle est vraie:

«On a souvent parlé de la force du sang, mais on n'a pas aussi souvent
parlé de la gorge; quoi-qu'avec beaucoup de raison, on appelle
aujourd'hui les tétons, le _boute-en-train_. Le fait suivant prouve
admirablement leur vertu, qu'on peut nommer de résurrection, et de
résurrection de la chair. Dans la plupart des églises papistes où la
superstition était dominante, il se faisait des cérémonies tout à fait
extravagantes. La ville de... était un des plus fameux théâtres de ces
représentations de mystères ridiculement fanatiques. C'était une coutume
établie de temps immémorial, de représenter chaque année, dans la
semaine sainte, les mystères de la passion. Pour aller au solide, sans
s'amuser à la bagatelle, on ne manquait pas, le jour du vendredi saint,
d'offrir aux dévots spectateurs une scène burlesque du crucifiement du
Sauveur du monde. On choisissait pour cela un jeune homme de la ville,
auquel on faisait porter une croix fort pesante, à laquelle on
l'attachait avec des cordes au lieu de clous, et dans une nudité presque
complète. Je dis presque, parce que l'impudeur n'était pas encore
parvenue au point de dévoiler certaines parties qui doivent être
cachées. On les voila donc chez notre jeune homme avec une ceinture de
papier. Il faut remarquer que le jouvenceau était le corps du monde le
mieux formé, le plus vigoureux en apparence, et de la plus belle carrure
d'épaules. Et que la même coutume faisait choisir entre les plus belles
filles de la ville, trois tendrons qu'on aurait pris pour des Vénus,
pour représenter les trois Maries pleurantes au pied de la croix. On
n'avait pas seulement égard aux traits réguliers du visage, ni à la
finesse de la taille, on voulait qu'elles fussent encore richement
pourvues du grand mobile de la tendresse, je veux dire fournies de
tétons à l'Anglaise, que l'on laissait en pleine liberté d'émouvoir la
copie du Christ. Or, l'année où se passa le fait que je raconte, le
choix fut si bon (les prêtres se connaissent en attraits) que l'on mit
sous la croix, dans le beau désordre de la douleur, les trois filles les
plus ravissantes. On eût pris chacune d'elle pour Vénus, ou toutes trois
pour les Grâces. Elles ne furent pas plutôt sous les yeux du crucifié,
qu'elles firent miracle, je veux dire que, malgré la situation où il
était, et la majesté de son personnage, les trois Maries produisirent
l'effet le plus étonnant que puisse peindre la chronique scandaleuse.
Notre Hercule galant, posté à l'avantage, avait en perspective une
demi-douzaine de tétons capables, par leur systole et leur diastole, de
subjuguer la vertu du plus froid anachorète, ce qui occasionna un
incident très-comique et très-profane, car le crucifié, au lieu de
prononcer du haut de sa croix des paroles dignes de celui qu'il
représentait, prononça des turpitudes dignes de l'abolition éternelle
d'une cérémonie aussi indécente, et telles en un mot qu'on peut les
deviner. Enfin, n'y pouvant plus tenir, il ne put s'empêcher de crier:
«Otez donc de devant mes yeux les trois Maries, ou le papier va
crever.» Le scandale que fit naître une telle action, et des paroles qui
compromettaient à ce point la religion, firent rentrer l'archevêque en
lui-même, et lui firent comprendre qu'elles l'exposaient à la risée
publique. Il supprima donc un usage, ou plutôt un abus qui tendait
directement au mépris du culte, de manière qu'il n'en fut plus parlé
depuis[1].

[Note 1: Évariste Parny, auteur, en l'an VII, du poëme de la _Guerre
des Dieux_, dans lequel on ne reconnaît plus le chantre délicatement
voluptueux d'_Éléonore_, du _Lendemain_, et de la _Journée champêtre_, a
fait usage de cette anecdote dans le deuxième chant de ce poëme,
première édition. Il l'a supprimée dans la seconde édition, et c'est
peut-être un second tort. C'est dans cet Éloge qu'il a trouvé ce mystère
qu'il fait jouer à la famille de Dieu: il n'a donc pas eu le mérite
d'une grande invention dans ce poëme.

Pensant que le lecteur en sera satisfait, nous reproduisons ce morceau,
qui du reste tient ici naturellement sa place:

    Du Paradis la troupe infatigable,
    Pour terminer, joua la Passion,
    Et joua bien. Les conviés, dit-on,
    Goûtèrent peu ce drame lamentable.
    Mais un malheur qu'on n'avait pas prévu
    Du dénouement égaya la tristesse:
    Bien flagellé, le héros de la pièce
    Était déjà sur la croix étendu.
    On choisissait pour ce rôle pénible
    Un jeune acteur intelligent, sensible,
    Beau, vigoureux, et sachant bien mourir,
    Il était nu des pieds jusqu'à la tête:
    Un blanc papier qu'une ficelle arrête
    Couvrait pourtant ce que l'on doit couvrir.
    Charmante encore après sa pénitence,
    La Magdelène au pied de la potence
    Versait des pleurs: ses longs cheveux épars,
    Son joli sein qui jamais ne repose,
    Du crucifié attirait les regards.
    Il voyait tout, jusqu'au bouton de rose;
    Quelquefois même il voyait au-delà.
    Prêt à mourir, cet aspect le troubla.
    Il tenait bon; mais quelle fut sa peine,
    Quand le feuillet vint à se soulever!
    «Otez, dit-il, ôtez la Magdelène!
    Otez-la donc, le papier va crever.»
    Soudain il crève; et la Vierge elle-même
    Pour ne pas rire a fait un vain effort.
    «Le tour est bon, dit le Père suprême,
    On le voit bien, le drôle n'est pas mort.»]

Un peintre peut venir à bout de représenter aux yeux toutes les grâces
d'un beau visage. Il échoue ordinairement, quand il essaye de peindre
une belle gorge. La Motte en pourrait être une preuve dans le portrait
suivant:

    Toi, par qui ta toile s'anime.
    Peintre savant, prends ton pinceau:
    Et qu'à mes yeux ton art exprime
    Tout ce qu'ils ont vu de plus beau.

    Ne m'entends-tu pas? peins Silvie:
    Mais choisis l'instant fortuné
    Où, pour le reste de ma vie,
    Mon coeur lui fut abandonné.

    Au bal, en habit d'Espagnole,
    Elle ôtoit un masque jaloux,
    Plus promptement qu'un trait ne vole,
    Je fus percé de mille coups.

    Peins ses yeux doux et pleins de flamme,
    D'où l'Amour me lança ses traits;
    D'où ce Dieu s'asservit mon âme,
    En un instant et pour jamais.

    Peins son front plus blanc que l'ivoire.
    Siége de l'aimable candeur;
    Ce front, dont Vénus feroit gloire.
    S'il y brilloit moins de pudeur.

    Poursuis, peins l'une et l'autre joue,
    La honte des roses, des lis;
    Et sa bouche où l'Amour se joue,
    Avec un éternel souris.

    Peins sa gorge.... Mais non: arrête....
    Ici, ton art est surmonté;
    Ah! quelques couleurs qu'il apprête,
    Tu n'en peux rendre la beauté.

    Laisse cet inutile ouvrage;
    Ah! de l'objet de mon ardeur
    Il n'est qu'une fidelle image:
    Que l'Amour grava dans mon coeur.

La pièce suivante prouve que la gorge des mortelles est digne de plus
d'amour et d'admiration que celle des déesses même, et que ces dernières
en conviennent, ce qui est plus extraordinaire encore:

    Au temps de l'aimable saison,
    Iris rêvant dans la prairie,
    S'endormit sur un mol gazon
    Tapissé d'une herbe fleurie.
    Zéphire, charmé de son teint,
    Qui d'un vif incarnat se peint,
    Vint d'abord faire le folâtre,
    Autour de sa gorge d'albâtre.
    Jalouse d'un transport si doux,
    Flore gronda son infidelle,
    Et lui dit, pleine de courroux:
    Me préférer une mortelle!
    Zéphire qui se sentoit fort,
    Reparti: Voyez cette belle!
    Flore jeta les yeux sur elle,
    Et convint qu'il n'avait pas tort.

Il n'est donc plus étonnant qu'en traduisant l'inimitable Anacréon, un
de nos poëtes français ait dit:

    Que ne suis-je la fleur nouvelle
    Qu'au matin Climène choisit,
    Qui sur le sein de cette belle
    Passe le seul jour qu'elle vit!

Le _Poëte sans fard_ a trouvé fort bon ce souhait, et l'a développé de
cette manière:

    Hélas! trop cruelle Silvie,
    Permettez au moins que j'envie
    Le beau sort de certaines fleurs
    Dont vous vous parez avec grâce,
    Et dont votre beau teint efface
    Toutes les plus vives couleurs.
    Oui: je voudrois être la rose
    Que vous placez sur votre sein.
    D'une telle métamorphose
    Quel est, direz-vous, le dessein?
    Le voici: par vos mains cueillie,
    Mon destin seroit des plus doux;
    Je n'aurois qu'un seul jour de vie,
    Mais je ne vivrois que pour vous.

Un poëte anacréontique du dix-neuvième siècle, non moins grand
admirateur de cette belle portion des charmes du sexe qui fait tourner
la tête au nôtre, exprime ainsi le même souhait, d'être changé en
rose[2]:

    AIR: _Je vais quitter ce que j'adore._

    Vive, de la métempsycose
    Le système consolateur,
    Par lui mon esprit se repose
    Sur un avenir enchanteur.
    Que mon être se décompose,
    L'espoir m'offre un riant tableau:
    L'Amour, sous les traits d'une rose,
    Me promet un être nouveau.

    AIR: _Une fille est un oiseau._

    Oh! comme je jouirais
    De cette métamorphose!
    Sur le sein d'une autre Rose
    Comme je m'étalerais!
    Centuplant pour plaire à Rose,
    De mes doux parfums la dose,
    Avec plaisir je m'expose,
    A mourir sur ses attraits:
    Mourir!... oui; mais je suppose
    Que je puis d'une autre chose
    Prendre encor la forme après. (_bis_.)

[Note 2: Voy. _Le Bouquet de roses, ou le Chansonnier des Grâces_,
première année, Favre, Palais-Égalité.]

Le plaisant et érotique Le Pays, dans la lettre suivante adressée à sa
Caliste, souhaite aussi de mourir sur son sein:

«Quand je sortis hier de chez vous, j'en sortis avec une bonne
résolution de m'aller tuer, afin d'avoir l'honneur de vous plaire une
fois en ma vie, et de vous défaire pour jamais d'une personne
incommode; mais jusques ici je n'ai pas exécuté mon dessein, à cause de
l'embarras où je me suis trouvé à choisir un genre de mort. J'eus
d'abord envie d'imiter feu Céladon, d'amoureuse mémoire, et de m'aller
précipiter dans la rivière; mais j'eus peur que l'eau ne me rejetât sur
les bords, aussi bien que lui, et que je ne fusse recueilli par quelques
nymphes pitoyables qui, malgré moi, me sauvassent la vie. Il me prit
aussi fantaisie de m'aller pendre à votre porte, à l'imitation du
pendart Iphis; mais je m'imaginai que ce seroit vous déshonorer que de
faire un gibet de votre porte; outre que c'est un genre de mort pour
lequel j'ai eu de l'aversion dès le temps que j'étois petit enfant. Je
pensai aussi à m'empoisonner, mais je crus que du poison ne seroit pas
capable de m'ôter la vie, non plus qu'à Mithridate, à cause de la grande
habitude que j'en ai faite. N'étant pas mort depuis si longtemps que je
me nourris de crainte, de chagrin, d'inquiétude et de désespoir, qui
sont les poisons du monde les plus violents, apparemment je ne pourrois
pas mourir pour prendre de l'arsenic ou de l'antimoine. Je n'oubliai pas
aussi qu'un poignard mis dans le sein étoit un bon expédient pour
mourir: mais je crus que je ne devois pas choisir ce genre de mort
qu'avoit choisi une femme qui mourut de regret d'avoir fait une chose
que je meurs de regret de ne pouvoir faire. Mon désespoir est trop
différent de celui de Lucrèce, pour ne pas mourir d'une mort
différente. Enfin, Caliste, j'ai passé la nuit à chercher sans pouvoir
trouver la mort dont je devois mourir. Au reste, ne croyez pas que ce
soit la mort qui m'étonne, ce n'est que la manière de mourir qui
m'inquiète: car, pour vous dire le vrai, après avoir vécu avec tant de
chagrin, je voudrois bien mourir d'une mort qui me donnât un peu de
plaisir. Je viens de penser à une qui seroit très-bien mon affaire: ce
seroit, Caliste, de mourir entre vos bras, _pâmé sur votre sein_. Je
sens bien en mon coeur que je n'ai pas d'horreur pour cette mort comme
pour se noyer, s'empoisonner, se pendre ou se poignarder. Obligez-moi
donc en me laissant mourir de cette sorte; car, puisqu'enfin vous voulez
que je meure, que vous importe que ce soit de douleur ou de plaisir?»

Je serais tenté de croire qu'il y a, dans le charme attaché à une belle
gorge, un talisman, de la magie et de l'enchantement; ce qui pourtant
détruit cette idée, c'est le sonnet suivant, adressé à des belles qui
demandaient un secret, un sortilége et des paroles magiques pour se
faire aimer:

    Pourquoi me demander la ruse criminelle
    Par quoi l'art des démons met les coeurs dans les fers?
    Vous, de qui la magie est blanche et naturelle,
    Et fait qu'à vos appas tant de voeux sont offerts.
    Par vos charmes vainqueurs l'esprit le plus rebelle
    Rend grâces à l'amour des maux qu'il a soufferts,
    La flamme de vos yeux est trop pure et trop belle
    Pour unir sa puissance à celle des enfers
    Ce beau sein qui fait naître et vos lis et vos roses
    Forme un enchantement de tant de belles choses,
    Que leur force invincible a droit de tout charmer
    Mais pour vous mieux servir de leur pouvoir extrême,
    Ajoutez seulement ces trois mots: _je vous aime_;
    Qui pourrait s'empêcher alors de vous aimer?


LES DEUX SAINTS.

    AIR: _La Fête des bonnes gens._

      Qu'en ce jour tout résonne,
    Des chants dictés par nos coeurs.
      Dérobons à l'automne
    Ce qui lui reste de fleurs;
    Pour les belles, qu'on apprête
    Des bouquets et des refrains;
      C'est aujourd'hui la fête,
    La fête de tous les saints.

      Tous les saints, ah! Glycère,
    C'est beaucoup pour un seul jour;
      Toi, qui n'adore guère
    Que le plaisir et l'Amour,
    Deux patrons, c'est bien honnête;
    Comme toi, je me restreins.
    Et désormais je ne fête,
    Ne fête que tes deux saints.

      Ces deux saints que je chante
    N'ont que des dehors flatteurs,
      Et chacun d'eux m'enchante
    Par de riantes couleurs.
    Leur parure se compose
    Du plus brillant des satins,
    Ce sont deux boutons de rose
    Qui couronnent tes deux saints.

      Longtemps sans les connaître.
    Je ressentis leur pouvoir;
      Il t'en souvient peut-être,
    C'est toi qui me les fis voir.
    A ce spectacle sensible,
    Vers eux j'étendis les mains
    Non, non, il n'est pas possible
    De voir de plus jolis saints.

      Quoiqu'ils soient, ma Glycère,
    Presqu'aussi durs qu'un rocher,
      Parfois à ma prière
    Ils se sont laissé toucher;
    Jaloux de les voir encore,
    Je donnerais, je le dis,
    Pour ces deux saints que j'adore,
    Tous les saints du Paradis.

                   FÉLIX.

[Illustration]

[Illustration]



CHAPITRE II.

DES BEAUX TÉTONS.


Avant de déterminer la forme et les qualités qui rendent une gorge
parfaite, examinons en quoi consiste la beauté d'une femme. Il faut,
dit-on, qu'elle réunisse les trente points suivants:

    La jeunesse.
    Taille ni trop grande ni trop petite.
    N'être ni trop grasse ni trop maigre.
    La symétrie et la proportion de toutes les parties.
    De beaux cheveux longs et déliés.
    La peau délicate et polie.
    Blancheur vive et vermeille.
    Un front uni.
    Les tempes non enfoncées.
    Des sourcils comme deux lignes.
    L'oeil bleu, à fleur de tête; et le regard doux.
    Le nez un peu long.
    Des joues un peu arrondies, avec une petite fossette.
    Le rire gracieux.
    Deux lèvres de corail.
    Une petite bouche.
    Dents blanches et bien rangées.
    Le menton un peu rond et charnu, avec une fossette au bout.
    Les oreilles petites, vermeilles et bien jointes à la tête.
    Un cou d'ivoire.
    Un sein d'_albâtre_.
    _Deux boules de neige._
    Une main blanche, longue et potelée.
    Les doigts terminés en pyramides.
    Des ongles de nacres, de perle, tournés en ovale.
    L'haleine douce.
    La voix agréable.
    Le geste libre et sans affectation.
    Le corsage délié.
    La démarche modeste.

On a dit qu'Hélène réunissait ces trente points. _Franciscus Corniger_
les a mis en dix-huit vers latins. Vincentio Calmeta les a aussi mis en
vers italiens qui commencent par _Dolce Flaminia_.

Voici ceux de François Corniger:


MULIERIS PULCHRITUDO.

    _Triginta hæc habeat, quæ vult formosa videri
      Foemina: sic Helenam fama fuisse refert.
    Alba tria, et totidem nigra; et tria rubra; puellæ.
      Tres habeat longas res, totidemque breves.
    Tres crassas, totidem graciles, tria stricta, tot ampla,
      Sint itidem huic formæ, sint quoque parva tria.
    Alba cutis, nivei dentes albique capilli:
      Nigri oculi, cunnus, nigra supercilia._
    _Labra, genæ, atque ungues rubri. Sit corpore longo,
      Et longi crines, sit quoque longa manus.
    Sintque breves dentes; auris, pes. Pectora lata,
      Et clunes, distent ipsa supercilia.
    Cunnus et os strictam, stringunt ubi cingula stricta,
      Sint coxæ et culus, vulvaque turgidula.
    Subtiles digiti, crines et labra puellis.
      Parvus sit nasus, parva mamilla, caput._

En voici la traduction, que rapporte un vieux livre français intitulé:
_De la louange et beauté des Dames_.

    Trois choses blanches: la peau, les dents et les mains.
    Trois noires: les yeux, les sourcils et les paupières.
    Trois rouges: les lèvres, les joues et les ongles.
    Trois longues: le corps, les cheveux et les mains.
    Trois courtes: les dents, les oreilles et les pieds.
    Trois larges: la poitrine ou le sein, le front et l'entre-sourcil.
    Trois estroites: la bouche, _l'une et l'autre_,
          la ceinture ou la taille et l'entrée du pied.
    Trois grosses: le bras, la cuisse et le gros de la jambe.
    Trois déliées: les doigts, les cheveux et les lèvres.
    Trois petites: les tétins, le nez et la teste.

L'auteur du _Procès et amples examinations sur la vie de
Carême-Prenant_, etc., dit qu'une belle femme se compose des beautés de
divers pays.

    Qui voudra belle femme querre (chercher),
    Prenne visage d'Angleterre,
    Ayant le corps d'une Flamande
    Et les tetins d'une Normande,
    Entés sur un cul de Paris,
    Il aura femme de bon prix.

       *       *       *       *       *

    Celle qui a les bras charnus,
    Grosse mammelle, nez camus,
    Longue raison et courtes mains,
    Elle est sujette au bas des reins.

       *       *       *       *       *

    Fille qui fait tetins paroir (paraître)
    Son corps par étroite vêture
    On se peut bien apercevoir
    Que son c.. demande pâture.

Les trois quatrains ci-dessus sont tirés du _Momus Redivivus_, t. II, p.
30 et 31, publié par Mercier de Compiègne, qui, lui-même, les a pris
dans l'ouvrage cité plus haut.


BLASON DE LA BELLE FILLE.

    Une dame d'excellente beauté
    En tous ses faits doit estre modérée,
    Avoir le coeur rempli de loyauté,
    Maintien rassis, contenance assurée;
    Bouche riant, mignonne, savourée,
    OEil verdelet, le front largettement,
    Clere de vis[3], de couleur proprement.
    Menton fourchu, la chevelure blonde.
    Humble regard à lever doucement,
    Parfaite en bien seroit la plus du monde.

    Ferme tetin sur l'estomac planté,
    Large entre-deux, rencontre relevée
    Gorge plaisante, et le col long, santé,
    Le nez traitiz[4], sourcille déliée,
    Mollette main, blanche, bien alliée
    De doigts et bras gresle tant seulement,
    Gente de corps, taillée adroitement.
    Hauteur moyenne et de belle faconde,
    Gorriere[5] un peu, parler courtoyement,
    Parfaite en bien seroit la plus du monde.

    Parmy les rains bien fournis à planté,
    Grosse cuisse et devant haut enc...ée,
    Motte à plein poing, sans être trop hantée,
    De doux accueil et de rebelle entrée,
    Le ventre épais, barbe de frais rasée,
    Tenir l'escu au besoing droitement,
    Et son bourdon serrer estroitement,
    Je ne m'enquiers du trop ou peu profonde,
    Le compagnon porter joyeusement
    Parfaite en bien seroit la plus du monde.

    [Note 3: Visage.]

    [Note 4: Bien fait, joli.]

    [Note 5: Recherchée dans sa toilette.]


ENVOY.

    Prince gentil, pour vostre esbatement
    Si vous trouvez un tel appointement
    Au petit pied, jambe grossette et ronde,
    Montez dessus et picquez hardiment,
    Parfaite en bien seroit le plus du monde.

    PIERRE DANCRE


ÉPIGRAMME PAR LE SIEUR MOTIN.

    Si les esprits sont amusez
    A joüer aux Champs Elisez,
    Quand ils veulent jouer aux quilles,
    Les boules sont tetins de filles.
    Il est bien vray qu'en cet esbat
    La boule les quilles abbat,
    Mais icy c'est une autre affaire,
    Car aux quilles vient le contraire,
    Puisqu'au lieu de les renverser
    Les tetins les font redresser.


CHANSON.

    J'ayme une fille de village,
    De qui le gros sein pommelé
    Monstre qu'elle tient recelé
    Sous sa cotte un gros pucelage.

    Aussi est-ce à elle qu'on baille
    De son village tout l'honneur,
    Capable d'allumer un coeur
    D'une autre flamme que de paille.

Le plus galant des troubadours français, le célèbre Marot, nous instruit
particulièrement de la beauté des tétons dans l'épigramme suivante:


SUR LE BEAU TETIN.

    Tetin refait, plus blanc qu'un oeuf,
    Tetin de satin blanc tout neuf,
    Tetin qui fait honte à la rose,
    Tetin plus beau que nulle chose,
    Tetin dur (non pas tetin, voire,
    Mais petite boule d'yvoire)
    Au milieu duquel est assise
    Une frèze, ou une cerise,
    Que nul ne void ne touche aussi;
    Mais je gage qu'il est ainsi,
    Tetin donc au petit bout rouge,
    Tetin qui jamais ne se bouge,
    Soit pour venir, soit pour aller,
    Soit pour courir, soit pour baller,
    Tetin gauche, tetin mignon,
    Tousjours loing de son compagnon,
    Tetin qui portes tesmoignage
    Du demeurant du personnage.
    Quand on te void il vient à maints
    Une envie dedans les mains
    De te taster, de te tenir:
    Mais il se faut bien contenir
    D'en approcher, bon gré ma vie,
    Car il viendroit une autre envie.

    O tetin ne grand, ne petit,
    Tetin meur, tetin d'appétit,
    Tetin qui nuict et jour criez,
    Mariez moy tost mariez.
    Tetin qui t'enfles et repousses
    Ton gorgias de deux bons pousses,
    A bon droit heureux on dira
    Celui qui de laict t'emplira
    Faisant d'un tetin de pucelle,
    Tetin de femme entière et belle.

Nous croyons faire plaisir au lecteur en mettant à la suite de la pièce
de Marot celle de Guichard, qui lui sert de réponse.


LES TÉTONS.--À CLÉMENT MAROT.

    Sur les tétons, Marot, je pense comme vous:
      C'est l'ornement, le trésor d'une belle.
      A des tétons qui peut être rebelle?
        L'oeil ne peut voir rien de plus doux.
    Bienheureuse la main qui les tient à son aise!
    Et plus heureuse encor la bouche qui les baise!
      Hélas! pourquoi gêner leur liberté?
        Nul ajustement ne les pare
        Comme l'entière nudité.
    Ce qu'il faut d'embonpoint, leur élasticité,
        L'intervalle qui les sépare,
      Ce poli du satin, cette aimable rondeur,
    Du bouton incarnat de la rose naissante,
    Ce bouton surpassant la forme et la couleur,
    Ce transparent tissu de neige éblouissante,
    Et l'azur qui dessous se divise et serpente.
        Tout est vu, pressé, dévoré,
    Le BEAU TETIN, par vous gentiment célébré
    Valoit-il les tétons pour lesquels je soupire?
    Mon cher Marot, eh quoi! ces tétons pleins d'appas
      Ne vous font point revoler ici-bas!
      J'en remettrois la gloire à votre lyre.

    O de tous les tétons, tétons victorieux,
    Chef-d'oeuvre de l'amour, tétons.... tétons des Dieux!
    Foible mortel, renonce à chanter leur empire;
    Tout l'Olympe assemblé n'y pourroit pas suffire;
    Et, ce qui fait leur prix, ce qui fait mon bonheur,
    Auprès de ces tétons je sens.... je sens un coeur.

Benserade a rivalisé avec Marot dans l'apothéose des beaux tétons; car
quel poëte ne les a pas chantés! et voici la belle définition qu'il en
donne dans un sonnet:

    Beau sein déjà presque rempli,
    Bien qu'il ne commence qu'à poindre,
    Tétons qui ne font pas un pli,
    Et qui n'ont garde de se joindre.

    De jeunesse ouvrage accompli,
    Que de fard il ne faut pas oindre;
    Si l'un est rond, dur et poli,
    L'autre l'égale et n'est pas moindre.

    Sein par qui les dieux sont tentés,
    Digne échantillon de beautés,
    Que le jour n'a point regardées;

    Il garantit ce qu'il promet,
    Et remplit toutes les idées
    Du paradis du Mahomet

La blancheur, la rondeur et la fermeté sont donc trois qualités
essentiellement requises pour mériter aux tétons le nom de beaux. Marot,
qui était connaisseur dans cette sorte de friandise, les aimait ronds,
comme on le voit dans ces vers, qui renferment des conseils sur le choix
d'une maîtresse.

    Quand vous voudrez faire une amie,
    Prenez-la de belle grandeur:
    En son esprit non endormie,
    Et son tetin bonne rondeur.
        Douceur
        En coeur,
        Langage
        Bien sage,
    Dansant, chantant par bons accords,
    Et ferme de coeur et de corps.

    Si vous la prenez trop jeunette,
    Vous en aurez peu d'entretien;
    Pour durer, prenez-la brunette,
    En bon poinct d'asseuré maintien:
        Tel bien
        Vaut bien
        Qu'on fasse
        La chasse
    Du plaisant gibier amoureux:
    Qui prend telle proye est heureux.

Marot le prouve encore par ce rondeau:

    Toutes les nuicts, je ne pense qu'en celle
    Qui a le corps plus gent qu'une pucelle
    De quatorze ans, sur le point d'enrager,
    Et au dedans un coeur, pour abbréger,
    Autant joyeux qu'eut onques demoiselle.

    Elle a beau teint, un parler de bon zèle,
    Et le tetin rond comme une groiselle,
    N'ay-je donq pas bien cause de songer
          Toutes les nuicts?
    Touchant son coeur, je l'ay dans ma cordelle,
    Et son mary n'a, sinon le corps d'elle;
    Mais toutefois, quand il voudra changer,
    Prenne le coeur, et pour le soulager,
    J'auray pour moi le gent corps de la belle
          Toutes les nuicts.

Bois-Robert, né à Caen, en 1592, a aussi chanté le sein dans les stances
suivantes:

    Beau sein, belles bouches d'yvoire,
    Vivants objects de ma memoire,
    Cheres delices de mes jours,
    Qui dedans vos rondes espaces
    Cachez la demeure des Graces
    Et la retraicte des Amours.

    Gorge de lys, pommes d'albatre
    De qui mon oeil est idolatre,
    Source des amoureux desirs.
    Parfait assemblage de charmes,
    Digne sujet de tant de larmes,
    De tant de vers et de soupirs:

    Objects d'eternelle allegresse,
    Petits messagers de jeunesse,
    Petits gemeaux ambitieux,
    Qui desja pour vous trop cognestre
    Ne faisant encor que de naistre,
    Vous enflez d'orgueil à nos yeux.

       *       *       *       *       *

    Plus heureux qui pour vous soupire;
    Le mal qu'il se plaist d'endurer:
    Mais, ô merveille que j'adore,
    Je tiens bien plus heureux encore
    Celuy qui vous fait souspirer.

Charles Cotin nous fait voir dans le sonnet suivant _sur les tétons_,
qu'ils doivent être fermes, ronds, et bien écartés l'un de l'autre.

    Tandis que deux voisins sans se joindre véquirent,
    Tous deux également de tous furent aimez;
    Tous deux enflez d'orgueil et de grace animez.
    Partagèrent entr'eux l'honneur qu'ils acquirent;

    Tous deux avoient quinze ans à l'âge qu'ils naquirent;
    Tous deux sur même moule ils paraissoient formez;
    L'un l'autre ils se fuyoient de dépit enflammez,
    L'un à l'autre enviant les conquêtes qu'ils firent.

    Bien qu'un prince passât, ils ne s'ébranloient point;
    Mais enfin leur orgueil s'enfla jusqu'à ce point,
    Que leur triste union commença de paroître.

    Ils se baisèrent tant, qu'ils en firent pitié;
    L'amour de tous naquit de leur inimitié,
    Et de leur union le mépris vint à naître.

M. Le Pays paraît être du même goût, quand il dit à son Iris, dans le
portrait qu'il fait d'elle:

«Votre gorge semble avoir été faite au tour; et l'on peut dire que c'est
une beauté achevée. Votre sein est digne de votre gorge; il est blanc,
gras et potelé. Les deux petits globes qui le composent ne sont éloignez
que de deux doigts, et cependant je suis assuré que de leur vie ils ne
se sont baisez, quoi qu'ils soient frères, et qu'ils deussent bien
s'aimer, si la ressemblance fait l'amitié.»

L'auteur de la chanson picarde, qui commence par ces mots: _Ton himeur
est, Catherene_, les aimait aussi avec cette qualité; il fait dire à
l'amant:

    Pour ta bouche elle est plus rouge
    Que n'est la creste d'un cocq;
    Et ta gorge qui ne bouge,
    Paroit plus ferme qu'un roc.

Une belle gorge étant la meilleure recommandation que puisse avoir une
femme, elle ne saurait trop la voiler pour la garantir du hâle; car il
en est peu de privilégiées aujourd'hui à qui l'on puisse adresser ce
madrigal:

    On a beau dire, Iris, pour louer votre teint,
        Que sa blancheur est sans seconde:
    Pour moi qui ne dis rien de flatteur ni de feint,
    Je soutiens qu'il en est une plus grande au monde.
        N'en déplaise à la vanité
        De votre superbe visage;
    Vos tétons, belle Iris, en bonne vérité,
    Voudroient-ils en blancheur lui céder l'avantage?

_La Puce de Mme des Roches_, Paris, 1583, in-4o; 1610, in-8o.
Réimprimé, 1868, Paris, Jouaust, petit in-8o.

On sait quelle fut l'origine de ce recueil. La haute société de Poitiers
s'honorait alors de deux dames appartenant à la race des _Précieuses_,
de Molière, c'étaient Mme des Roches et sa fille Catherine. Poëtes
elles-mêmes, mais dans une mesure très-restreinte, elles réunissaient
autour d'elles une société de beaux esprits. Les Grands-Jours, tenus à
Poitiers en 1579, amenèrent autour de ces dames tous les magistrats que
cette solennité avait appelés dans cette ville. Un jour, Étienne
Pasquier aperçut une puce qui s'était «parquée au beau milieu du sein»
de Mlle des Roches; il fit remarquer la témérité de l'animal; il
s'ensuivit quelques propos badins; l'incident provoqua d'abord l'échange
de deux pièces de vers entre Pasquier et Mlle des Roches; les savants
magistrats, prenant fait et cause, se mirent à célébrer la puce en
français, en latin, en espagnol, en grec même. Pasquier recueillit ces
divers morceaux; de là vint le volume qui devait avoir pour titre: _la
Puce de Mlle des Roches_, car ce ne fut pas madame sa mère qui fut
l'héroïne de l'aventure. L'uniformité du sujet donne à ces compositions
une teinte de monotonie, mais la forme en est toujours agréable, et on y
trouve de gracieux détails. L'éditeur de 1868 a suivi le texte de
l'édition de 1610, en notant les principales variantes (les préfaces des
deux éditions sont tout à fait différentes); il s'est borné à reproduire
les pièces françaises.

Nous nous contenterons de citer la pièce ci-dessous, d'Étienne Pasquier.
Elle résume à elle seule tout ce que les autres poëtes en ont pu dire.


LA PUCE.

    Ainsi que dedans le pré,
    D'un vert émail diapré,
    On voit que la blonde avette
    Sur les belles fleurs volette,
    Pillant la manne du ciel,
    Dont elle forme son miel;
    Ainsi, petite pucette,
    Ainsi, puce pucelette,
      Tu voles à tâton
    Sur l'un et l'autre téton;
    Or, ayant pris ta posture,
    Tu t'en viens à l'aventure.
    Soudain après héberger
    Au milieu d'un beau verger,
    Paradis qui me réveille,
    Lorsque plus elle sommeille:
    Là, prenant ton bel ébat,
    Tu lui livres un combat,
    Combat qui aussi l'éveille,
    Lorsque plus elle sommeille.

    Je ne veux ni du taureau,
    Ni du cygne, blanc oiseau,
    Ni d'Amphytrion la forme,
    Ni qu'en pluye on me transforme.
    Puisque ma dame se paist
    Sans plus de ce qui te plaist,
    Plust or à Dieu que je pusse
    Seulement devenir puce!
    Tantost je prendrois mon vol
    Tout au plus haut de ton col,
    Ou, d'une douce rapine,
    Je sucerois ta poitrine,
    Ou lentement, pas à pas,
    Je me glisserois plus bas,
    Et d'un muselin folastre,
    Je serois puce idolastre,
    Pinçottant je ne sçais quoi,
    Que j'aime trop plus que moi!

    Mais las! malheureux poëte!
    Qu'est-ce qu'en vain je souhaite?
    Cet échange affiert à ceux
    Qui font leur séjour aux cieux.
    Et partant, puce pucette,
    Partant, puce pucelette,
    Petite puce, je veux
    Adresser vers toi mes voeux.
    Si tu piques les plus belles,
    Si tu as aussi des aisles
    Tout ainsi que Cupidon,
    Je te requiers un seul don
    Pour ma pauvre âme altérée,
    O puce! ô ma Cythérée!
    C'est que ma dame, par toi,
    Se puisse éveiller pour moi!
    Que pour moi elle s'éveille,
    Et ait la puce en l'oreille!

    ÉTIENNE PASQUIER[6].

    [Note 6: Étienne Pasquier, avocat,
     naquit en 1529 et mourut en 1615.]


MADRIGAL.

    Le téton de Babet est plus blanc que l'albastre;
    Pour estre ferme et rond il n'a point de pareil;
    On ne peut sans amour voir son bouton vermeil,
    Faut-il donc s'estonner si j'en suis idolastre!

      Quand j'y porte la main de son consentement
    Rien ne peut estre égal à mon contentement,
    Je suis ravy d'avoir ce charmant privilége,
    Mais quand elle s'oppose à mon ardent dessein,
    O Babet! ô friponne, aussitost, m'escriay-je,
    Vous faites bien la fière avec votre beau sein,
    Ah! vrayment vostre sein est un beau sein de neige.

    (_Nouveau mélange de pièces curieuses, tant en prose
    qu'en vers_. Paris, A. de Sommaville, 1664, in-12.)

Il existe un poëme allégorique et moral, intitulé: _Architrenius_,
publié à Paris en 1517, in-4o, et dont l'auteur, Jean d'Hanteville ou
d'Hanville, était un moine qui vivait à la fin du douzième siècle. Ce
bon religieux mettait, dans ses vers, sans y entendre malice, des traits
un peu vifs; il se plaît, par exemple, à tracer le portrait d'une jeune
beauté; un passage est relatif au sein, il tombe dans notre domaine:

    _Non implet longoeva sinum, puerilibus annis_
    _Castigata sedes, teneroque rotundula botro...._

Nous avons sous les yeux une traduction inédite de ce fragment:

«Tel qu'une graine vermeille de raisin, un petit tetin, frais et poli,
s'élève mollement sur un sein arrondi, et la couleur de rose contraste
avec cette touffe de lys. Ces deux globes charmants sont grossis par
l'effet de leur jeunesse, et non par le lait qui ne les a pas encore
remplis. Un léger noeud de ruban les serre sans en comprimer la fermeté.
Elevés au milieu d'une surface plane, ces monticules font voir au milieu
d'eux comme un vallon.»


LES DÉLICES DE LA POÉSIE GALANTE. Paris, Ribou, 1666, in-12.

SIXAIN.

    _En envoyant un bouquet de jassemin._

    Allez, doux jassemin où l'amour vous appelle,
    Et si vous approchez du beau sein de Philis,
    Dont la blancheur ternit celle des plus beaux lis,
    Avant que de mourir, dites à cette belle
        Que je croirais mon sort bien doux
        D'y pouvoir mourir avec vous.

    SOMAISE.


SUR UNE SANGSUE QUI PIQUE LE SEIN DE SYLVIE.

    Quel objet de courroux se présente à ma vue?
    Un insecte cruel, une noire sangsue
        Pique un sein plus blanc que les lys,
        Dont tous les traits sont accomplis.
    Crois-tu bien te souler du sang de ma Silvie?
    Sa blancheur te devrait détourner du dessein
          De lui piquer le sein.
    Si tu veux contenter ta malheureuse envie,
        La peine suivra ton souhait,
        Car soudain tu perdras la vie
    Et tu n'auras sucé que des gouttes de lait.


LE BUSC.

Cette pièce étant un peu longue et assez médiocre, nous n'en
reproduirons qu'un fragment:

    Ce bois touche par privilege
    Un double petit mont de neige
    Qui, par un joli mouvement
    Se soulève fort mollement
    Et puis mollement se rabaisse,
    Allant et revenant sans cesse
    D'un air charmant et gracieux,
    Comme s'il s'approchait des yeux
    Pour ses beautés faire connoistre
    Et puis mollement disparoistre.


L'AMOUR SUR UNE GORGE REBONDIE.

SONNET.

    C'est ici qu'on peut voir qu'en l'un et l'autre monde
    Je règne également et je donne des loix;
    J'en ai deux aujourd'hui que j'habite à mon choix
    Et dans chacun des deux ma gloire est sans seconde.

    Sur deux fermes tétons mon empire se fonde;
    J'y soumets sans efforts les plus superbes rois;
    Il n'en est point qui puisse éviter mes exploits
    Et que ma politique à la fin ne confonde.

    Je ne crains pas, comme eux, les moindres changemens;
    J'aime à voir remuer, et les soulèvemens
    Servent à ma grandeur, s'ils font leur décadence.

    Et quoy que les prudens et les plus advisés
    Imputent la faiblesse aux États divisés,
    Si les miens ne l'étoient, j'aurois moins de puissance.

Louis XV demanda un jour à Bouret, secrétaire du cabinet, comment il
trouvait la dauphine et si elle avait de la gorge. Il répondit que
Marie-Antoinette était charmante de figure et qu'elle avait de beaux
yeux. «Ce n'est pas cela dont je vous parle, répondit Sa Majesté, je
vous demande si elle a de la gorge.--Sire, je n'ai pas pris la liberté
de porter mes regards jusque-là.--Vous êtes un sot, continua le monarque
en riant, c'est la première chose qu'on regarde aux femmes.»


RONDEAU.

      Au doulx chant de ces alouettes
    En ces moys dauril et de may
    Je me mettois en grand esmoy
    De dire plusieurs bergerettes
     La desirois mes amourettes
    A les tenir aupres de moy
         Au doulx chant.

     Pour manier les mammelettes
    Et leur bailler soubdain la foy
    Tout ainsi que faire le doy
    Dessus ces belles herbelettes
         Au doulx chant.


MARINO.

Les tétons des belles sont deux tours vivantes d'albâtres d'où l'Amour
blesse les amants. Ce sont deux écueils contre lesquels nos libertés
vont agréablement faire naufrage; deux mondes de beauté éclairés par
deux beaux soleils qui sont les yeux. Un auteur français les compare à
deux pommes et s'écrie:

    Heureux qui peut monter sans bruit
    Sur l'arbre qui porte ce fruit.

Au commencement du XVIIIe siècle, les dames portaient sur leur gorge
découverte des croix et des petits Saint-Esprit en diamants. Aussi, un
prédicateur s'écria-t-il un jour en chaire: «Bon Dieu! peut-on plus mal
placer la croix qui représente la mortification, et le Saint-Esprit,
auteur de toutes bonnes pensées.»

Voici une pièce manuscrite attribuée à Voisenon; j'ignore si elle a été
imprimée, mais comme elle est peu connue, les lecteurs seront sans
doute charmés de la trouver ici.


LES TETONS DE MA COUSINE.

    Il te souvient de ce Pygmalion,
    De la statue élégante qu'il aime,
    Et que Vénus, pour sa dévotion,
    Avoit changée en une autre elle-même.

    En toi le cas pareil est arrivé;
    Tu fus statue; car, par expérience
    J'en suis certain, et ce qu'ici j'avance
    Est dans ces vers un peu plus bas prouvé.

    Étant encor bloc de marbre insensible
    Tout étoit dur; tu n'avois nul ressort;
    Vénus voulut t'amollir tout le corps
    Pour te le rendre aux plaisirs plus flexible.

    Pour recevoir et donner un baiser
    Bien tendrement à l'amant qui te presse,
    Elle amollit ta bouche enchanteresse,
    Elle amollit tes bras pour l'embrasser.

    Jambes d'abord et ce qui les surmonte
    Gardent encor un peu de dureté,
    Moins que le marbre, et si plus haut on monte,
    On trouvera de l'élasticité.

    Mais ce qui peut mieux prouver mon système,
    Elle oublia de changer tes tétons;
    Ils sont taillés aussi juste, aussi ronds
    Et blancs et durs comme le marbre même.


MADRIGAL.

    Tout ici baise, Jeanneton,
    Ton mouchoir baise ton téton,
    Tes cheveux se baisent et rebaisent,
    Je vois tes lèvres se baiser;
    Et si toutes choses se baisent
    Voudrais-tu bien me refuser?

Je n'ai pas envie de déterminer positivement ici de quelle taille
doivent être les tétons, ni prendre parti dans le différend qui pourrait
s'élever sur la longueur, la largeur et la distance de ces deux parties
du corps des belles; je dirai seulement que si les hommes ont raison de
donner la préférence aux plus gros, d'autres n'ont pas tort de préférer
un sein qui n'est pas fort garni. Il faut croire, sur ce point, que Le
Pays parlait sérieusement et sans flatterie à sa Caliste, lorsqu'il
s'exprimait ainsi:

«Votre sein n'est pas des plus remplis, mais ce que vous en avez est
blanc; et, s'il m'est permis de le dire comme je le pense, le morceau,
pour être petit, ne laisse pas d'être délicat.»

Une chose au moins que je puis avancer hardiment, c'est qu'une femme ne
saurait être belle, si elle n'a une belle gorge et un beau sein. Aussi
voyons-nous que de tous les faiseurs de portraits, aucun n'oublie les
tétons, quand il veut peindre une beauté parfaite.

M. Victor Cousin, dans son ouvrage sur _Mme de Longueville_, parle à
diverses reprises de l'objet qui nous occupe. Décrit-il (t. Ier, p.
321) un portrait de la duchesse par Anselme van Hull, il observe que «le
sein à demi-découvert, paraît dans sa beauté modeste.» A-t-il l'occasion
de retracer les traits d'Anne d'Autriche, de la duchesse de Chevreuse,
de Mme de Montbazon, il n'oublie pas de vanter la perfection de leur
gorge. Le philosophe éclectique, le traducteur de _Platon_, l'éditeur de
l'infortuné _Abailard_, était connaisseur.

[Illustration]

[Illustration]



CHAPITRE III.

S'IL EST DE LA BIENSÉANCE QUE LES DAMES LAISSENT VOIR LEURS TÉTONS, ET
S'IL EST PERMIS AUX AMANTS DE LES TOUCHER.


La solution de ce problème présente de grandes difficultés, et pourrait
être la matière d'une longue et savante dissertation; mais les longs
ouvrages me font peur:

    «Au lieu d'épuiser la matière,
    Il n'en faut prendre que la fleur.»

Molière fait dire au Tartuffe, qu'un sein découvert blesse l'âme, et
fait naître de coupables pensées. Le petit-père André se récriait
là-dessus avec beaucoup de zèle dans un de ses sermons: «Quand vous
voyez, disait-il, ces tétons rebondis et qui se montrent avec tant
d'impudence, bandez, messieurs, bandez-vous les yeux.» Un autre
prédicateur turlupin, si ce n'est pas le même, défendait aux filles de
découvrir leurs seins, et d'en laisser approcher la main entreprenante
des amants; «car, disait-il pour terminer une violente sortie «quand la
Hollande est prise, adieu les Pays-Bas.» Il faisait, par ce mot de
Hollande, allusion au fichu de batiste ou de toile de Hollande qui
couvrait alors le sein de nos belles, un peu plus que leur gaze
très-claire ne le fait aujourd'hui.

On trouve dans le _Cabinet satyrique_, les vers suivants:

SUR LES FEMMES QUI MONTRENT LEUR SEIN.


ÉPIGRAMME.

    Les filles qui, au temps passé,
    Souloient descouvrir leur visage,
    Ceste coustume ont délaissé
    Pour de leur sein nous faire hommage;
    S'elles en continuent l'usage,
    Descouvertes jusqu'à l'arçon,
    Sus, sus! enfants, prenons courage,
    Nous leur verrons bientost le c..


QUATRAINS SUR LE MESME SUBJECT.

    A vostre advis, si celle-là
    Qui va la gorge descouverte
    Ne faic pas signe par cela
    Qu'elle voudroit estre couverte?

           *       *       *       *       *

    Madame, cachez vostre sein
    Avec ce beau tetin de rose,
    Car si quelqu'un y met la main,
    Il y voudra mettre autre chose.

           *       *       *       *       *

    Les dames qui monstrent leurs seins,
    Leurs tetins, leurs poictrines nuës,
    Doit-on demander si tels saincts
    Demandent chandelles menuës?


STANCES SUR LA DÉFENSE DES GORGES DESCOUVERTES DES DAMES.

    Je ne sçay par quelle malice
    On dit aujourd'huy que c'est vice
    De montrer son sein rondelet,
    Veu qu'au temps premier d'innocence
    La femme n'eut onc cognoissance
    N'y de robe ny de colet.

    Elle cheminoit toute nuë
    Par les prés, sur l'herbe menuë,
    Parlant avec son amoureux:
    Blasmerons-nous les femmes belles
    Qui commencent par leurs mamelles
    A ramener ce temps heureux?

    Il faut cacher la main sauvage,
    Pleine de sang et de carnage,
    Et couvrir la bouche qui ment,
    Mais une mamelle gentille
    Et le blanc tetin d'une fille
    Ne se doit cacher nullement.

    Il faut enfermer sans lumière,
    Au plus profond d'une tanière
    Le serpent et l'ours affamé,
    Mais un beau sein que l'on descouvre
    N'a le venin d'une couleuvre,
    Pour estre clos et renfermé.

    Fol est l'usurier qui resserre
    Ses facultez dedans la terre
    Et tient son or ensevely;
    Mais les pucelles libérales,
    Entre deux pommes bien esgales,
    Montrent l'ivoire bien poly.

    Tout aussi tost que nos déesses
    Voulurent monstrer les richesses
    De leurs beaux tétons précieux,
    Amour, aveugle de nature,
    Ne vola plus à l'aventure,
    Et se desbanda les deux yeux.

    Il rougit une double fraise
    Dedans le feu de sa fournaise,
    Deux soufflets furent les tétons,
    Qui de chaudes vapeurs s'enflèrent
    Et dedans nos âmes soufflèrent
    Le feu d'amour que nous sentons.

    Mais que servent ces jardinages,
    Tant de couleurs et de feuillages,
    Si l'oeil humain en est absent?
    Et voyons-nous dessus l'espine
    Fleurir une rose pourprine
    Pour la cacher lorsqu'elle sent?

    Quand Aquilon par l'air galope
    Et qu'en janvier il envelope
    La terre d'un pasle bandeau,
    Tous ses plaisirs elle abandonne,
    Elle gémit, elle frissonne,
    Comme un prisonnier au cordeau.

    Mais quand Zéphire la courtise,
    Lui despouillant sa robe grise
    Pleine de cent mille glaçons,
    Elle est du soleil penetrée
    Et enfante d'une ventrée
    Mille fleurs de mille façons.

    Vénus honteusement traictée,
    Devant les dieux fut garottée
    Avecques Mars, son favory;
    Promptement accourut Jeunesse
    Qui vint destacher sa maistresse,
    En despit du cocu mary.

    Pour éternelle récompense,
    La mère d'Amour à Jouvence
    Despoüilla ces deux monts charnus:
    De là vient que les damoiselles,
    Quand on leur taste leurs mamelles,
    Ont souvenance de Vénus.

Je ne prétends pas m'ériger en casuiste pour décider si les femmes
peuvent et doivent montrer leur sein; mais quand je pourrais prouver,
d'une manière péremptoire, qu'il est plus à propos que les femmes se le
couvrent, je ne sais si j'aurais le courage de l'entreprendre. Je vois,
d'un côté, tous les amants déchaînés contre moi, si je m'oppose ainsi à
leurs plaisirs; et, d'un autre côté, toutes nos élégantes, furieuses de
me voir condamner une mode qu'elles suivent presque généralement. Je
citerai donc seulement ces vers de Mercier de Compiègne, qui me
paraissent justes. Il dit, en parlant aux auteurs, au sujet du poëme de
la _Guerre des Dieux_, dans lequel Parny s'égaye sur les tétons de la
sainte Vierge, et ne gaze pas assez ses tableaux:

    Revenez, le goût vous rappelle,
    Mais gazez un peu vos tableaux;
    Drapez Vénus: elle est plus belle
    Quand un nuage la recèle;
    Le demi-jour sied à Paphos.

Voici les vers auxquels Mercier fait allusion:

    Junon, Vénus et d'autres immortelles
    Se moquaient de la brune Marie:
    Son embarras, son air de modestie,
    Servaient de texte aux illustres belles.
    Mais n'en déplaise à ces juges sévères,
    De grands yeux noirs, doux et voluptueux,
    Des yeux voilés par de longues paupières,
    Quoique baissés, sont toujours de beaux yeux.
    Lorsqu'elle parle, une bouche de rose
    Est éloquente et même on lui suppose
    Beaucoup d'esprit. De pudiques tétons,
    Bien séparés, bien fermes et bien ronds,
    Et couronnés par une double fraise,
    Chrétiens ou juifs, pour celui qui les baise,
    N'en sont pas moins de fort jolis tétons.

    PARNY.--_Guerre des Dieux_, ch. Ier.

Le Pays est pour la mode qui trotte, quand il parle de cet air à sa
Margoton:

«J'ai un nouvel avis à vous donner sur ce que je vis hier que vous
teniez vos petits tétons enfermez aussi exactement qu'une religieuse.
Vous avez tort, Margoton, de tenir ainsi en prison deux jeunes innocens
qui n'ont point encore commis de crime. Je vous assure qu'ils souffrent
cette clôture à contrecoeur. Malgré le linge qui les resserre, j'ai
remarqué qu'ils en soupirent de tristesse, et qu'ils en sont tout enflés
de colère. A cause que vous êtes sage de bonne heure, vous voulez
peut-être qu'ils vous imitent; mais ne savez-vous pas qu'ils sont plus
jeunes que vous: que vous avez quatorze ans, qu'ils n'ont que quatorze
mois; et qu'ainsi, quand vous seriez déjà sérieuse, il leur seroit
permis de faire encore les badins? Lorsque vous n'étiez pas plus âgée
qu'ils le sont présentement, votre nourrice n'avoit point de honte de
vous montrer toute nue; pourquoi en auriez-vous donc de nous montrer à
nud deux jeunes enfans qui ne sont jamais si beaux que quand ils sont
découverts? N'est-ce point que la tante qui vous gouverne a peur que, si
vous les laissiez sans contrainte, ils n'usassent mal de leur liberté,
et qu'ils ne l'employassent à attaquer la nôtre? Si c'est pour cette
raison qu'elle vous les fait couvrir si soigneusement, elle devroit
aussi vous obliger à cacher vos yeux et vos autres appas, puisque vous
n'en avez aucun qui ne dérobe tous les jours quelque coeur ou quelque
liberté. Mais je veux lui apprendre que vos tétons en deviendront plus
malicieux, plus ils seront enfermés. Car si, dans leur prison, ils
découvrent quelque trou par où ils puissent voir le jour, ils se
mettront là en sentinelle, pour assassiner le premier homme qui les
regardera: si bien qu'on fera mieux de leur donner liberté toute
entière; car alors on s'apprivoisera avec eux tout de bon, ils en
deviendront moins dangereux.»

Louis XIII ne fut point de cet avis, lui qui ne pouvait souffrir la vue
d'un sein découvert, ainsi qu'on en peut juger par l'anecdote suivante:

Chacun sait que Louis XIII était impuissant ou à peu près. Un conseil de
médecins, après l'avoir visité, déclara que jamais postérité ne
sortirait de lui. Aussi, ce fils atrabilaire d'un père si galant,
haïssait le sexe en général. Les femmes lui inspiraient un éloignement
qui tenait de l'aversion. La vue d'un sein même jeune, frais et ferme le
dégoûtait. Il ressentait le même dégoût et presque de l'effroi à la vue
d'autres charmes plus secrets. Chez lui, la nature ne se taisait pas
seulement à leur approche, elle se révoltait. De là cette réputation de
chasteté que les courtisans ont faite à ce monarque; de là l'infécondité
d'Anne d'Autriche après dix années de mariage, et le délaissement
déplorable de cette voluptueuse princesse.

L'inclination que Louis XIII éprouva pour Mlle d'Hautefort ne dément
point cette assertion; elle l'appuie au contraire d'un sensible
témoignage. Louis s'était attaché à cette jeune personne parce qu'elle
était organisée comme lui. Elle ne laissait voir aucune des faiblesses
naturelles aux dames. Un écrivain ingénieux a dit que Louis XIII n'était
amoureux que depuis la ceinture jusqu'en haut, et que ses amours étaient
vierges. Cette pruderie était poussée si loin qu'elle donna lieu à une
impolitesse qui trouve naturellement sa place ici. Dans un voyage que
fit Louis XIII, il s'arrêta à Poitiers. Il y eut un grand couvert; on
recherchait avidement alors ces exhibitions de souverain, comparables à
celles des ménageries, sauf l'argent donné à la porte. Une jeune
spectatrice de l'appétit royal avait le sein découvert; Louis XIII,
ayant arrêté un moment sa vue sur cette indignité, enfonça son chapeau
sur ses yeux et les tint baissés pendant tout le reste du dîner.
Jusque-là ce n'était que de la chasteté, voici quelque chose de plus. La
dernière fois que le prince pudibond but, il retint une gorgée de vin
dans sa bouche, puis, visant en chasseur habile, lança cette réserve sur
les appas indiscrètement exposés. La pauvre fille, dégouttante du
liquide projectile, sortit toute confuse et s'évanouit dans la pièce
voisine. Un écrivain jésuite, le père Barri, en rapportant cette
anecdote, assure que «cette _gorge_ découverte méritait bien cette
_gorgée_.» Jeu de mots pitoyable, qui ne persuadera point qu'un
souverain, encore même que ce ne soit pas tout à fait un homme, puisse
se conduire de la sorte avec une femme.

On trouve le quatrain suivant, dans un livre fort rare, intitulé:
_Procès et amples examinations sur la vie de Carême-Prenant_, et dans le
_Momus Redivivus_, que j'ai déjà cités:

    Fille qui fait tétin paroir,
    Son corps par étroite vêture,
    On se peut bien apercevoir
    Que son c.. demande pature.

Claude de Pontoux, poëte et médecin, né en 1530, à Châlons-sur-Saône,
n'a guère chanté que l'amour. Il nous a laissé une chanson que nous
rapportons ici parce qu'elle est relative au sujet que nous traitons:

    Ma petite Jeanneton
    Me permet bien que je taste
    Son beau col et son menton,
    Et veut bien que je m'ebaste:
    Mais sitôt que je me haste
    De ravir le beau bouton
    Qui fleurit sur son téton
    Et les fraisettes jumelles,
    Elle me dit en riant:
    Ne touchez pas là, friand;
    C'est le joyau des pucelles.


LA PUDEUR.

    Pourquoi, belle Aglaé, nous faire apercevoir
    Ce sein éblouissant où le regard s'attache?
    On aime le fichu qui le laisse entrevoir;
    Mais on aime encor plus la pudeur qui le cache.

ED. CORBIÈRE.

Charles Cotin soutient, dans les jolis vers suivants, que c'est une
précaution inutile que de cacher les tétons.

    Vous cachez votre sein, mais vous montrez vos yeux,
      Qui de tout vaincre ont le beau privilège;
    N'est-ce pas me sauver du milieu de la neige,
      Pour m'exposer au feu des cieux?

Montreuil semble épouser le parti contraire, lorsqu'il fait le reproche
suivant à sa maîtresse:

        Pourquoi me montrer votre sein,
    Puisqu'un fâcheux jaloux s'oppose à mon dessein?
    Votre bonté me tue autant qu'elle me plaît;
    Mes yeux sont trop heureux, ma bouche est malheureuse,
    Et pour mon pauvre coeur, il ne sait ce qu'il est.

Boursault trouve que les tétons des belles sont très-bien, quand ils ne
sont ni trop cachés, ni trop découverts. Il s'exprime ainsi dans une
lettre où il fait à Mlle de Beaumont le portrait de sa maîtresse, qu'il
nomme Climène: «Climène a les cheveux aussi noirs que vous les avez
blonds; et, comme vous les avez du plus beau blond qui ait jamais été,
elle les a du plus beau noir du monde. Elle a le front assez grand,
assez élevé, pour être admirablement beau; et les sourcils qui sont au
bas sont si noirs, et la symétrie en est si délicate, que pour les
arranger avec tant de justesse, il semble que la nature ait emprunté les
mains de l'art. Ses yeux ravissent la franchise, quand ils ont toute
leur vivacité, et touchent l'âme, quand ils ont toute leur langueur. Son
nez, qui passe pour un peu gros parmi ceux qui ne s'y connoissent pas,
passe pour tout à fait beau parmi ceux qui s'y connoissent. Ses joues
inspirent de l'amour, quand elles ont de la rougeur; et, quand elles
n'en ont point, elles donnent de la tendresse. C'est dommage que sa
bouche soit si petite, parce qu'il en sortiroit en foule toutes les
bonnes choses qui n'en sortent que l'une après l'autre, à cause des
limites du passage; et si j'osois me servir du mot précieux
d'ameublement de bouche, pour dire ce que je pense de ses dents, je vous
protesterois qu'il n'y en a jamais eu de plus riche que le sien. Elle a
les lèvres d'une couleur fort vive, et elle ne les mord jamais. Son
menton passeroit pour impertinent, s'il avoit l'audace d'être laid, et
de se mêler avec toutes les beautés qui sont sur un si charmant visage.
_Le point dont elle se couvre la gorge, est assez raisonnable pour en
laisser voir assez peu, pour ne point causer de desirs qui blessent le
respect que l'on doit à Climène: et toutefois il en montre assez pour
donner envie de voir le reste. Tout le défaut qu'elle a, cette gorge,
c'est qu'elle est aussi dure que son coeur._ Au reste, malgré la peine
que lui cause un amour qui la chagrine, et qui la rend plus maigre
qu'elle ne devroit l'être, elle a les mains si belles, que je ne suis
jamais si ravi que lorsqu'elle m'en donne des soufflets, etc., etc.»

Marot, dans cette épigramme sur Barbe et sur Jacquette, prétend que le
sein, couvert ou non, fait la même impression sur les coeurs.

    Quand je voy Barbe, en habit bien duisant,
    Qui l'estomac blanc et poly _descoeuvre_,
    Je la compare à maint rubis luisant,
    Fort bien taillé, mis de mesmes en oeuvre.
    Mais quand je voy Jacquette qui se coeuvre
    Le dur tetin, le corps de bonne prise,
    D'un simple gris accoustrement de frise,
    Adonc je dy pour la beauté d'icelle,
    Ton habit gris est une cendre grise
    Couvrant un feu qui tousjours estincelle.

La meilleure raison qui puisse excuser les femmes qui découvrent leur
sein, c'est qu'il y a longtemps que cela se pratique ainsi; or, une
ancienne coutume passe pour une loi parmi les jurisconsultes.
D'ailleurs, elles tiennent pour maxime qu'il suffit à une femme d'être
chaste de la ceinture en bas. Cependant je doute fort que cette dernière
raison prévalût, quand même on n'aurait pas lu ces vers sur une femme
trop libre dans ses discours:

        Une belle et galante dame,
    Écoutant volontiers les contes un peu gras,
    Disoit pour s'excuser: il suffit qu'une femme
    Soit chaste seulement de la ceinture en bas.
    --Oh! oh! dit un railleur, la maxime est commode,
    Et sur un tel avis, le sexe féminin
          Pourra bien amener la mode
          De la ceinture d'arlequin.

Enfin, je suppose, et j'avoue si l'on veut, que les dames ont la liberté
de mettre leurs tétons au jour pour vous proposer un autre cas. S'il est
permis de les voir, n'aurons-nous pas aussi la permission de les
toucher? La main et la bouche ne peuvent-elles pas avoir le même
privilège que la vue? Vous m'allez répondre que non: tous les amants
sont cependant d'un autre avis, hormis Scarron et fort peu d'autres. Ce
sale et burlesque auteur, dans son épître chagrine au maréchal d'Albert,
déclare que

    Les _patineurs_ sont très-insupportables,
    Même aux beautez qui sont très-_patinables_.

Dans son _Roman comique_, il condamne encore Ragotin, d'avoir voulu un
peu patiner, et il dit que _c'est une galanterie provinciale qui tient
plus du satyre que de l'honnête homme._ J'appelle de ses décisions.
Peut-on blâmer le procédé d'un galant homme, qui, voyant un sein
charmant, deux globes d'albâtre, voudrait, par le tact, s'assurer s'ils
ont la dureté désirable, et cela uniquement pour s'instruire? J'approuve
le procédé d'un homme galant qui, après avoir patiné les tétons d'une
dame, improvisa encore cette chanson par-dessus le marché:

          Mort de ma vie!
        En voyant ces tétons,
          Belle Sylvie,
        Si beaux, si blancs, si ronds;
    Pour savoir s'ils sont durs, j'ai formé le dessein
        De passer mon envie,
        Et d'y porter la main,
          Mort de ma vie!

N'est-ce pas, en effet, une cruauté inouie de nous mettre devant les
yeux ces beaux meubles, et de nous défendre de les regarder et d'y
toucher? J'en prends le galant abbé Cotin à témoin; écoutez-le se
plaindre à sa maîtresse:

    Vous me défendez d'approcher
    De votre bouche sans pareille:
    Votre gorge est une merveille,
    Qu'on n'ose ni voir, ni toucher,
    Le moins coupable des humains,
    Et qui souffre le plus de peine,
    C'est, ô trop aimable inhumaine,
    Un amant sans yeux et sans mains.

C'est, hélas! nous faire éprouver l'affreux supplice de Tantale; c'est
nous condamner à la mort de Moyse, qui expira en voyant la terre
promise, et qui n'y put entrer. Un autre poëte qui n'avait pu commander
à ses mains, se justifia de cette distraction, avec beaucoup d'esprit,
par la pièce suivante:

    Je suis un imprudent, un sot, un téméraire,
    Je n'ai point de raison, j'ai l'esprit mal tourné;
    Je n'ai pour tout talent que celui de déplaire;
    Indigne de vous voir, digne d'être berné.

        Voilà, Philis, les épithètes
    Que je reçois de vous, en l'humeur où vous êtes;
    Et de tout ce courroux vous avez pour raison,
    Que ma main a voulu toucher votre téton.

    C'est trop punir, Philis, une main criminelle:
    Que nous sommes, hélas! bien différens d'humeur!
    Pour toucher votre sein vous me faites querelle,
    Moi, je ne vous dis rien d'avoir touché mon coeur!

Si, par hasard, la main s'égare dans le transport que fait naître une
gorge rivale de celle de Léda ou d'Hébé, après que l'on a fait le
serment d'être circonspect, croyez-vous que ce parjure soit
irrémissible? Non, sans doute; ces sermens ne lient pas; je suis
persuadé que Jupiter a absous l'amant qui va parler:

    «Je promets tous les jours de ne jamais toucher
    Les neiges du beau sein dont l'amour me consume,
          Mais je ne saurais m'empêcher
    De suivre une si douce et si belle coutume.
        Cruels devoirs! injustes ennemis!
          Pensez-vous qu'Amarante ignore
    Qu'amour, comme un enfant qui n'a pas l'âge encore,
    Doit être dispensé de ce qu'il a promis?»

      «_Jupiter è coelo perjuria ridet amantum._»

Je sais bon gré à Boursault d'être pour les patineurs.

«Ah! juste Dieu, dit-il à M. Charpentier, que la maîtresse à qui je ne
suis que par votre moyen est vertueuse! Pour lui avoir aujourd'hui baisé
deux ou trois fois la main, elle m'a vigoureusement querellé; voyez ce
qui m'arriveroit, si je faisois pis. Je n'ai osé lui dire que je ne
faisois l'amour que pour _baiser_, et que j'aimerais autant être
amoureux _ad honores_, que de ne pas faire les fonctions requises à la
qualité que ses yeux m'ont contraint de prendre. Je croyois, en vérité,
qu'étant amant déclaré d'une fille, c'en étoit être plus d'à moitié le
mari, et qu'on faisoit toujours quelques pas du côté de l'amour défendu,
avant que d'en venir à l'amour permis. A vous dire le vrai, je me lasse
d'être amant, s'il n'y a que cela à faire. Il est juste, si j'ai la
discrétion de ne rien demander à la belle, qui lui coûte quelque chose,
qu'elle ait la complaisance de me laisser prendre ce qui ne lui coûte
rien. La charmante Clotilde, que vous connoissez pour avoir autant de
vertu que fille du monde, en use d'une façon bien plus galante. Quand,
lundi, je revins de la campagne, après deux baisers qu'elle reçut aussi
goulûment que je les lui donnois, son fichu qui vint à tomber, m'ayant
obligé de couvrir sa gorge de mes deux mains, de peur que d'autres ne la
vissent, elle m'en remercia le plus civilement qu'il lui fut possible,
et me demanda si je n'avois besoin que de cela. Il n'y a rien qui
satisfasse tant, ni qui revienne à si peu de frais.»

«Si vous mettez la main au devant d'une fillette, elle la repoussera
vite, et dira: laissez cela. Quand je dis le devant, je l'entends comme
faisoit monsieur le feu premier médecin, qui ayant tâtonné l'estomac
d'une belle demoiselle couchée et un peu malade, coule sa main plus bas,
et, venant à l'intersection du corps, s'y avançoit, quand elle lui dit:
«Hé! monsieur, que pensez-vous faire?--Mademoiselle, je croyois que vous
fussiez comme les vaches de notre pays; que vous eussiez les tetins
entre les jambes.»

_Moyen de parvenir_, ch. IX.

De tout temps le clergé s'escrima en termes plus ou moins crus sur
l'indécence de la toilette des femmes. Vers 1700, la duchesse de
Bourgogne (Marie-Adélaïde de Savoie) devait tenir un enfant avec
_Monseigneur_; mais au moment de procéder à la cérémonie, l'officiant ne
trouva pas que la marraine, qui avait une robe de chasse, se présentât à
l'église en _habit décent_, et le baptême fut remis. Or, veut-on savoir
ce qu'on appelle à la cour l'_habit décent_? Il consiste à se montrer
avec la gorge et les épaules entièrement découvertes, la chute des reins
bien marquée, les bras nus jusqu'au coude, et un pied de rouge sur le
visage. L'habit de chasse cache toutes ces nudités, et les dames le
portent sans rouge.... Cependant le curé appelle ce costume
_indécent_.... Il n'y a que manière de s'entendre sur les mots.

On trouve dans les _Chroniques de l'Oeil de Boeuf_, à l'année 1711, le
passage suivant:

«La morale donna le jour de l'an des étrennes de sa façon aux dames de
Paris; c'est un ouvrage en 2 volumes in-12, intitulé: _De l'abus des
nudités de gorge_. Je n'aurais jamais cru qu'on pût en écrire si long
sur une telle matière; mais elle s'est étendue sous la main de l'auteur.
Chaque tentation que cet usage immodeste peut faire naître est traitée
dans un chapitre à part, où se déroule une longue énumération de
conséquences dont la moindre entraîne le péché mortel; on peut juger des
autres. Il faut convenir que les femmes de notre époque accusent le nu
d'une manière toute lacédémonienne; point de refuge pour les regards
dévots, vainement leur chaste prunelle semble-t-elle dire:

    «Ah! cachez-moi ce sein, que je ne saurais voir»,

on persiste à le leur montrer: ici, c'est une robe sans ceinture, telle
qu'on la met en sautant du lit; là, c'est une gorge débordant du corset
complaisant; plus loin, ce sont des bras et des épaules dont la nudité
se réunit à celle des poitrines pour assaillir les continences
ecclésiastiques. Forcé dans les derniers retranchements de sa pudeur
sacrée, le curé de Saint-Étienne-du-Mont s'écriait l'autre jour en
chaire:

«Pourquoi, mesdames, ne pas vous couvrir en notre présence; sachez que
nous sommes de chair et d'os comme les autres hommes!»

L'auditoire s'étant mis à rire, le prédicateur ajouta: «Quand on vous
parle à mots couverts, vous faites la sourde oreille; quand on vous
parle en termes clairs, vous riez: comment donc vous prendre?

«Vous verrez qu'il faudra que le roi envoie ses mousquetaires par la
ville, matin et soir, afin de faire rentrer nos coquettes dans le
devoir, et les gorges dans les corsets.»

Les robes des femmes, longues dans les premiers siècles de la monarchie,
se raccourcirent sous Philippe de Valois, et restèrent très-fermées
jusqu'à Charles VI, et serrées de manière à dessiner les formes de la
taille. Alors seulement les femmes commencèrent à se découvrir les bras,
la gorge et les épaules, et comme la pente est rapide dans le
relâchement des moeurs, elles renouvelèrent sous Charles VII l'antique
usage des bracelets et des colliers.

La cour décente et sévère d'Anne de Bretagne arrêta un moment le torrent
de ce luxe; mais celles de Charles IX et surtout de Henri III, trop
fameux par ses goûts honteux, hâtèrent le débordement; Henri IV,
quoique très-galant, s'y opposa vainement. François 1er vint y mettre
le comble en favorisant le luxe et la galanterie, et prêchant lui-même
d'exemple. La cour de Louis XIV acheva ce que ses prédécesseurs avaient
si bien commencé; l'opulence et la volupté y régnèrent souverainement.
Nous avons dit plus haut ce qu'on entendait dans cette cour débauchée
par _habit décent_.

Nous ne pouvons terminer ce chapitre sans parler de cette fameuse secte
qui se forma en Hollande et dont Bayle, dans son _Dictionnaire
critique_, au mot _Mammillaires_, nous instruit fort amplement. Voici,
sans y rien changer, cet article qui trouve ici naturellement sa place:

MAMMILLAIRES, secte parmi les anabaptistes. On ne sait pas bien le temps
où ce nouveau schisme se forma; mais on donne la ville de Harlem pour le
lieu natal de cette subdivision. Elle doit son origine à la liberté
qu'un jeune homme se donna de mettre la main au sein d'une fille qu'il
aimait, et qu'il voulait épouser. Cet attouchement parvint à la
connaissance de l'Église, et là-dessus on délibéra sur les peines que le
délinquant devait souffrir; les uns soutinrent qu'il devait être
excommunié, les autres dirent que sa faute méritait grâce, et ne
voulurent jamais consentir à son excommunication. La dispute s'échauffa
de telle sorte qu'il se forma une rupture totale entre les tenans. Ceux
qui avaient témoigné de l'indulgence pour le jeune homme furent nommés
Mammillaires[7]. En un certain sens, cela fait honneur aux anabaptistes;
car c'est une preuve qu'ils portent la sévérité de la morale beaucoup
plus loin que ceux que l'on nomme rigoristes dans les Pays-Bas[8]. Je
rapporterai à ce propos un certain conte que l'on fait du sieur Labadie.

[Note 7: Il n'est pas besoin de faire ici l'étymologiste. Tous ceux
qui entendent le François savent que le mot _mamelle_, qui n'est plus du
bel usage, signifie la même chose que _teton_.]

[Note 8: Les Casuistes les plus relâchez, les Sanchez et les
Escobars, condamnent l'attouchement des tétons: ils conviennent que
c'est une impureté et une branche de la luxure, l'un des sept péchez
mortels. Mais si je ne me trompe, ils n'imposent pas au coupable une
pénitence fort sévère: et il y a plusieurs païs dans l'Europe où ils
sont presque contraints de traiter cela comme les petites fautes que
l'on appelle _quotidianæ incursiones_. On est si accoûtumé à cette
mauvaise pratique dans ces pays-là, et c'est un spectacle si ordinaire
jusques au milieu des rues, à l'égard surtout du commun peuple, que les
casuistes mitigés se persuadent que cette habitude efface la moitié du
crime: ils croient qu'on ne l'envisage point sous l'idée d'une liberté
fort malhonnête, et que le scandale du spectateur est très-petit. C'est
pourquoi ils passent légèrement sur cet article de la confession. Je ne
pense pas que jamais aucun rigoriste ait différé pour un tel sujet
l'absolution de son pénitent, non pas même dans les climats où cette
espèce de patinage est peu usitée, et passe pour une de ces libertés
dont les personnes de l'autre sexe sont obligées de se fâcher tout de
bon. Ainsi les anabaptistes sont les plus rigides de tous les moralistes
chrétiens, puisqu'ils condamnent à l'excommunication celui qui touche le
sein d'une maîtresse qu'il veut épouser, et qu'ils rompent la communion
ecclésiastique avec ceux qui ne veulent pas excommunier un tel galant.
(_Notes de Bayle._)]

«Tous ceux qui ont ouï parler de ce personnage savent qu'il recommandait
à ses dévots et à ses dévotes quelques exercices spirituels, et qu'il
les dressait au recueillement intérieur et à l'oraison mentale. On dit
qu'ayant marqué à l'une de ses dévotes un point de méditation, et lui
ayant fort recommandé de s'appliquer tout entière pendant quelques
heures à ce grand objet, il s'approcha d'elle lors qu'il la crut la plus
recueillie, et lui mit la main au sein. Elle le repoussa brusquement, et
lui témoigna beaucoup de surprise de ce procédé, et se préparait à lui
faire des censures, lorsqu'il la prévint: «Je vois bien, ma fille, lui
dit-il sans être déconcerté, et avec un air dévot, que vous êtes encore
bien éloignée de la perfection: reconnoissez humblement vôtre foiblesse;
demandez pardon à Dieu d'avoir été si peu attentive aux mystères que
vous deviez méditer. Si vous y aviez apporté toute l'attention
nécessaire, vous ne vous fussiez pas aperçue de ce qu'on faisoit à votre
gorge. Mais vous étiez si peu détachée des sens, si peu concentrée avec
la Divinité, que vous n'avez pas été un moment à reconnoître que je vous
touchois. Je voulois éprouver si votre ferveur dans l'oraison vous
élevoit au-dessus de la matière, et vous unissoit au Souverain-Être, la
vive source de l'immortalité et de la spiritualité, et je vois avec
beaucoup de douleur que vos progrès sont très-petits; vous n'allez que
terre à terre. Que cela vous donne de la confusion, ma fille, et vous
porte à mieux remplir désormais les saints devoirs de la prière
mentale.» On dit que la fille, ayant autant de bon sens que de vertu, ne
fut pas moins indignée de ces paroles que de l'action de Labadie, et
qu'elle ne voulut plus ouïr parler d'un tel directeur. Je ne garantis
point la certitude de tous ces faits, je me contente d'assurer qu'il y a
beaucoup d'apparence que quelques-uns de ces dévots si spirituels, qui
font espérer qu'une forte méditation ravira l'âme et l'empêchera de
s'apercevoir des actions du corps, se proposent de patiner impunément
leurs dévotes, et de faire encore pis. C'est de quoi l'on accuse les
Molinosistes. En général, il n'y a rien de plus dangereux pour l'esprit
que les dévotions trop mystiques et trop quintessenciées, et sans doute
le corps y court quelques risques, et plusieurs y veulent bien être
trompés.

«J'ai ouï dire que des gens d'esprit soutinrent un jour dans une
conversation qu'il n'y aura jamais de _Basiaires_, ou d'_Osculaires_,
entre les Anabaptistes. Ce seraient des gens qu'on retrancherait de sa
communion, parce qu'ils n'auroient pas voulu consentir que l'on
excommuniât ceux qui donnent des baisers à leurs maîtresses. Or voici le
fondement de ceux qui nioient qu'on puisse attendre un tel schisme. Il
n'est pas possible, disoient-ils, qu'au cas qu'il y eût des casuistes
assez sévères pour vouloir que l'excommunication fût la peine d'un
baiser, comme il s'en est trouvé d'assez rigides pour vouloir faire
subir cette pénitence à celui qui avoit touché les tétons de sa
maîtresse. Ces deux cas ne sont point pareils. Les lois de la galanterie
de certains peuples, continuoient-ils, ont établi de génération en
génération, et surtout parmi les personnes du Tiers-État, que les
baisers soient presque la première faveur, et que l'attouchement des
tétons soit presque la dernière, ou la pénultième. Quand on est élevé
sous de tels principes, on ne croit faire, on ne croit souffrir que peu
de chose par des baisers, et l'on croit faire ou souffrir beaucoup par
le maniement du sein. Ainsi, quoique les administrateurs des lois
canoniques ayent fort crié contre le jeune homme qui fut protégé par les
Mammillaires, il ne s'en suit pas qu'ils crieroient contre l'autre
espèce de galanterie. Ils deféreroient à l'usage, ils pardonneroient des
libertés qui ne passent que pour les premiers élémens ou pour l'alphabet
des civilités caressantes. Je ne rapporte ces choses que pour faire voir
qu'il n'y a point de matière sur quoi la conversation des personnes de
mérite ne descende quelquefois. Il n'est pas inutile de faire connoître
cette foiblesse des gens d'esprit. En conscience, une telle spéculation
méritoit-elle d'être examinée? Et, après tout, n'eût-il pas bien mieux
valu ne point répondre décisivement de l'avenir? _De futuro contingenti
non est quoad nos determinata veritas_, disent judicieusement les
maîtres dans les écoles de philosophie.

«Notez en passant qu'il y a eu des pays où l'on supposoit que le premier
baiser qu'une fille recevoit de son galant était celui des fiançailles.
Voici ce qu'on lit dans l'_Histoire de Marseille_: «Le fiancé donnoit
ordinairement un anneau à la fiancée le jour des fiançailles, et lui
faisoit encore quelque présent considérable en reconnoissance du baiser
qu'il lui donnoit. En effet, Fulco, vicomte de Marseille, fit donation,
l'an 1005, à Odile, sa fiancée, pour le premier baiser, de tout le
domaine qu'il avoit aux terres de Sixfours, de Cireste, de Soliers, de
Cuge et d'Olieres. Cet usage étoit fondé à ce que j'estime sur la loi
_Si à sponso_, qui ordonnoit que lorsque le mariage n'avoit pas son
effet, la fiancée gagnoit la moitié des présens qu'elle avoit reçus du
fiancé, car les anciens croioient que la pureté d'une fille étoit
flétrie par un seul baiser, mais cette loi est présentement abrogée en
ce royaume.»

[Illustration]

[Illustration]



CHAPITRE IV.

DU LANGAGE DES TÉTONS.


Tous les êtres créés ont un langage, depuis les roseaux du barbier de
Midas, jusqu'aux hydrophobes auteurs des plates brochures qui inondent
cette capitale.

Le père Bougeant s'est immortalisé par son charmant ouvrage _Sur le
langage des bêtes_, qui a été traduit en italien. Les yeux ont une
rhétorique connue de tout le monde. Les mains ont leur idiome; les pieds
des amans font merveille dans leur mystérieux quatuor sous la table; les
genoux s'en mêlent aussi; les fleurs parlent en Asie; et les coeurs, les
coeurs! on sait combien ils sont éloquens, bavards et tyrans. J'en
dirais long sur ce chapitre, et l'ami Boufflers, qui a dit de si jolies
choses sur le _coeur_, embellirait bien mon texte. Doit-on être surpris,
d'après cela, que les tétons aient aussi reçu de la nature un organe
expressif, et des moyens oratoires? Non, sans doute; ils ont une langue,
et Le Pays est mon autorité, dans le récit d'un songe qu'il fit sur deux
beaux tétons. Il écrit à une dame de ses amies:

«Je n'ai point dormi cette nuit, Madame, ou du moins, le songe que j'ai
fait occupoit si sensiblement mon esprit, que j'ai cru veiller en fort
bonne compagnie. J'ai cru avoir toujours auprès de moi les deux tétons
de Madonte, et les voir avec ce même éclat qui me surprit hier au soir
quand votre main obligeante les délivra de la prison qui les enfermoit.
Vous pouvez bien croire, Madame, que je n'ai pas gardé le silence dans
une si belle occasion de parler: mais, pourrez-vous croire que ces jolis
tétons m'ont aussi parlé, et que notre conversation a été fort agréable?
Que ceci ne vous surprenne point, les tétons ont, pour ceux qui les
entendent, leur langage, aussi bien que les yeux. Comme je les ai
trouvez en humeur de causer, j'ai eu la curiosité de leur faire cent
questions sur leurs aventures, auxquelles ils m'ont répondu le plus
galamment du monde. J'aurois bien envie de vous redire ici tout notre
entretien, mais il sera plus aisé de vous l'écrire. Voici pourtant
quelques-unes de leurs paroles que j'ai impatience de vous apprendre,
parce qu'elles m'ont semblé les plus jolies. C'est la réponse qu'ils
m'ont faite sur l'étonnement que je leur ai témoigné qu'ils fussent
ainsi séparez, et qu'ayant l'un avec l'autre tant de rapport, ils
vécussent en mauvais voisins, sans s'approcher, sans se baiser, enfin
comme des ennemis irréconciliables. Il est vrai, m'ont-ils dit, nous
sommes ennemis, et la ressemblance ne fait point chez nous ce qu'elle
fait partout ailleurs. Elle nous oblige à nous haïr; et notre réciproque
jalousie nous tiendra toujours éloignez. Quoique nous n'ayons qu'un même
coeur et qu'un même intérêt, nous n'avons aucune disposition à nous
unir. L'Amour, qui est un petit boute-feu, nourrit entre nous cette
division. Il nous promet de nous aimer tous deux pendant que nous nous
haïrons, et jure de nous quitter aussitôt que notre haine cessera. Mais,
de bonne foi, aimables tétons, ai-je répliqué, ne seriez-vous point
comme quelques-uns de vos frères, qui jamais ne se touchent le jour, et
qui se baisent pendant toute la nuit; qui ont inclination à s'approcher,
et qui ne vivent éloignez que par contrainte? Vous serez étonnée,
Madame, que j'aye osé leur parler d'une manière si désobligeante, mais
sachez que ce n'a été que par adresse. Car quoique je n'eusse point de
pareils sentimens, je voulois les obliger à m'ôter le doute que je
témoignois, en souffrant que mes doigts fussent avec mes yeux témoins de
leur division. Ma ruse a réussi comme je l'avois désiré; les deux tétons
de Madonte s'étant un peu enflez de colère et d'orgueil, à cause de mon
injuste soupçon, ont consenti que je fisse l'épreuve que je souhaitois,
et cette épreuve a d'abord fait sentir à mes mains la vérité qui avait
paru à mes yeux.

Après cela, je ne me suis plus étonné qu'ils eussent tant de disposition
à la haine; car j'ai trouvé tant de dureté dans l'un et dans l'autre,
qu'il n'y a pas apparence que rien les puisse jamais attendrir. Au
reste, Madame, je gage que votre belle parente ne sait rien de ce qu'ont
fait chez moi ses tétons. J'ai appris d'eux-mêmes qu'ils font bien
d'autres choses, sans son congé; ils m'ont dit que lorsqu'elle y pense
le moins, ils se divertissent à prendre des coeurs, partout où ils
trouvent des yeux, et que c'est leur passe-temps le plus ordinaire. Ils
m'ont dit même que quand ils ont pris quelqu'un, et que Madonte s'en
apperçoit, elle le traite aussi cruellement que si sa prise l'avoit
offensée. Elle l'insulte, dans son esclavage, elle ne lui donne aucun
secours, et prend plaisir à le voir mourir de langueur.»

Ce Le Pays était un très-rude patineur. Sa Caliste lui avait promis de
l'aller voir, dans le tems qu'une cruelle fièvre le travailloit et
l'avait mis dans un état pitoyable. Il lui fait premièrement le portrait
de son visage de cette sorte:

«Pour ma mine, vous ne vîtes jamais rien de si étrange: mes yeux sont
devenus plus grands que tout le reste de mon visage, et il vous sera
facile, s'il vous en prend fantaisie, de compter mes dents au travers de
la peau de mes joues. Il ne faudra pas vous étonner, si je vous fais
froide mine; je la fais à tout le monde, et me la fais à moi-même, quand
je me regarde au miroir. Quelqu'envie que j'aye de vous plaire, je ne
pourrai point m'empêcher de vous faire laide grimace.» Il ajoute
ensuite:

«Ce qu'il y a de bon, Caliste, c'est que mes mains, dont vous vous êtes
plainte tant de fois, ne vous donneront aucun sujet de me quereller. Je
vous jure qu'en l'humeur où je suis, les tétons de la belle Hélène, qui
assurément devoient être des plus beaux, puisqu'ils firent tant jouer
des mains les Troyens et les Grecs, ne me feroient pas présentement
tirer les miennes de dessous ma fourrure. Jugez, par là, si vous auriez
à craindre du reste, et si vous ne vous en irez pas de chez moi sans
avoir crié contre mes emportemens!»

Marot avait le même défaut que Le Pays, et ne laissait échapper aucune
occasion de mettre ses yeux au bout de ses doigts. Il aurait bien
souhaité, un jour des Innocents, de savoir où était le lit de sa belle,
pour la faire passer par l'étamine. N'en pouvant venir à bout, il se
contenta de lui écrire ces vers:

    Très-chère soeur si je savois où couche
    Vostre personne au jour des innocens,
    De bon matin j'irais à vostre couche.
    Voir ce gent corps que j'ayme entre cinq cens:
    Adonc, ma main (veu l'ardeur que je sens),
    Ne se pourrait bonnement contenter,
    Sans vous toucher, tenir, tâter, tenter;
    Et si quelqu'un survenoit d'adventure,
    Semblant ferois de vous innocenter:
    Seroit-ce pas honneste couverture?

Après tout, si ce qu'on vient d'alléguer, n'engage point les belles à
laisser aux amans les coudées franches et les mains libres, il n'en est
pas moins vrai que toutes n'ont pas cette austérité. La Corine du tendre
Ovide ne faisait pas tant la renchérie. Elle alla un jour trouver ce
poëte dans un équipage très-galant, et dans ce désordre voluptueux qui
favorise et provoque si bien la liberté des mains: Ovide lui-même nous
l'apprend dans une de ses élégies amoureuses:

    Le chaud que le midi fait naître sur la terre,
    Aux plaisirs d'exercice avoit livré la guerre:
    Quand je m'allai jeter tout fatigué, tout las,
    Sur un lit de repos qui ne m'en servit pas.
    J'attendois la Beauté dont mon âme est charmée.
    Ma fenêtre n'étoit ouverte, ni fermée,
    Et ces deux changements se cédant tour-à-tour,
    Laissoient voir un combat de la nuit et du jour.
    L'on voit dans les forêts de ces sombres lumières,
    Qui ne sont ni clartez, ni ténèbres entières,
    Et tels sont du soleil les timides flambeaux,
    Lorsqu'il vient sur la terre, ou qu'il va sous les eaux.
    Tel est le tems obscur qu'il faut donner aux dames;
    De peur que la clarté ne trahisse leurs flâmes.
    L'Amour est un enfant qu'on nous a peint sans yeux,
    Et ce dieu veut toujours être aveugle en ses jeux.
    Après quelques momens, je vis entrer Corine;
    Sous l'habit du plaisir, qu'elle avoit bonne mine!
    Un voile transparent, de ses rares beautés
    Dans un léger nuage étouffoit les clartés.
    Il faisoit à ma vue entière violence,
    Sans sauver mes desirs de leur impatience:
    Et ses cheveux, poussés d'un mouvement jaloux,
    Cachoient toute sa gorge à mes transports si doux.
    Corine valoit bien qu'ils me fissent querelle.
    Jamais Sémiramis n'avoit paru si belle;
    Et ceux qui de Laïs chantèrent les attraits,
    N'avoient, pour les toucher, formé tant de souhaits.
    Le linge me déplut, quoiqu'assez favorable;
    J'en fis avec Corine un combat agréable,
    Sa main vint au secours; mais je lus dans ses yeux,
    Que son coeur et sa main se trahissoient entr'eux.
    Sa vertu vouloit faire une honnête retraite,
    Ses efforts languissans demandoient sa défaite
    Et je vis peu d'obstacles en ce plaisir égal
    A vaincre un ennemi qui se défendoit mal.
    Quand son voile en tombant la laissa toute nue,
    Jamais rien de si beau ne s'offrit à ma vue.
    La nature sans art fait honte aux ornemens,
    Jamais de si beaux bras n'unirent deux amans.
    Jamais de deux couleurs gorge si bien mêlée
    Ne fut par les baisers doucement accablée.
    Et jamais les voisins de ce qu'on ne dit pas,
    N'étalèrent aux yeux de si charmans appas.
    Je regardai longtems, mais en pareil mystère,
    L'on ne peut pas toujours regarder sans rien faire.
    Je fis donc ce qu'on fait loin des regards fâcheux,
    Et lorsque des amants le veulent bien tous deux.
    Quand j'eus fait mon devoir, en homme de courage,
    Corine pour dormir me prêta son visage:
    Je pris un doux repos sur ce lit de corail,
    Mais certes le repos ne vaut pas le travail,
    Grands Dieux! qui me voyez peut-être avec envie;
    Laissez-moi me choisir les plaisirs de la vie.
    Je renonce au sommeil, et le milieu du jour,
    Comme il est le plus chaud, est plus propre à l'amour.

O femmes auxquelles il est si difficile d'échapper aux moyens de
séductions multipliées contre vous, je pense que la mode que vous avez
établie de nous découvrir gratuitement ce que vous avez de plus beau,
est un excellent moyen de diminuer nos désirs par l'habitude de voir, et
par la satiété; mais si, dans le tête-à-tête, vous voulez conserver
toute votre raison, et ne point donner de droits sur vous, en faisant un
ingrat ou un inconstant, n'oubliez pas de défendre les jeux de mains,
dont les conséquences sont funestes à la vertu; retenez bien le sens de
ces vers, que vous vous ferez expliquer avant de rien permettre, et vous
me remercierez:

    _Post visum, risus, post risum, venit ad usum:
    Post usum tactus: post tactum, venit ad actum.
    Post actum, fructus: post fructum, poenitet actum._

Toutes les gradations de l'audace sont expliquées dans le distique
suivant, et toute la tactique de l'amour y est développée:

    _Visus et alloquium: tactus, post oscula, factum:
    Ni fugias tactus, vix evitabitur actus._

La chair est faible, l'esprit est prompt. La pudeur a contre elle cinq
ennemis terribles, désignés ci-dessus, c'est-à-dire la vue, l'entretien,
le toucher, le baiser et le fait. Si vous n'évitez pas le toucher, vous
n'éviterez pas le fait. Un amant qui a obtenu un baiser, est un sot s'il
reste en chemin; songez-y.

    _Oscula qui sumpsit, si non et coetera sumpsit,
      Hæc quoque quae data sunt, perdere dignus erit._

[Illustration]



CHAPITRE V.

DES LAIDS TÉTONS.


Il est possible que ce chapitre ne plaise pas à toutes les femmes; mais
sera-ce leur faute? sera-ce la nôtre? N'y en aura-t-il pas beaucoup qui
voudront en appeler de notre jugement? Nous touchons la corde sensible,
et nous sommes de plus en plus effrayés des précautions à prendre pour
ménager l'amour-propre. Comment un sein doit-il être, pour être laid?
Voyons ce qu'en ont dit les différents auteurs qui ont traité cette
belle matière. C'est à présent que je sens tout ce qu'a de pénible
l'emploi d'historiographe des tétons; que ne puis-je sauter à
pied-joints sur ce maudit chapitre! Pourquoi ne marche-t-on pas toujours
sur des fleurs dans cette vie? Pourquoi? pourquoi?... Eh, mon Dieu!
tous ces pourquoi-là allongeraient mon chapitre; hâtons-nous de glisser
sur les difficultés, courons dans une mauvaise route, pour nous reposer
et nous rafraîchir, quand nous serons arrivés à son terme.

Je compte d'abord pour laids tétons, ceux d'une taille énorme, par
exemple, ceux de Mme de Bouillon, du _Roman comique, qui en avait la
valeur de vingt livres distribuées à poids égaux sous chaque aisselle_.

Ceux de Paquette, à qui Le Pays dit: _«Pour votre gorge et vos tétons,
ils ne sont pas blancs; mais, certes, il y a de la chair et si les
tétons s'achetoient à la livre, vous pourriez vous vanter d'être plus
riche que votre maîtresse.»_

Le _Poëte sans fard_ drape compétemment une femme, qui avait des tétons
aussi gros que des pis de vache. Il lui dit:

      Philis, tu demandes pourquoi
      Je ne sens point d'amour pour toi?
      La raison est, que tes mamelles
      Te vont jusques sous les aisselles;
      Que ton nez est des plus punais,
      Et que ta bouche sent mauvais!
      Je crois d'ailleurs, ô vieille vache!
      Puisqu'enfin tu le veux savoir,
      Que tout ce que l'habit me cache
    Est encor plus vilain que ce qu'il laisse voir.

Je mets encore au nombre des tétons dégoûtants, ceux qui ressemblent à
la suie, comme ceux de Tisiphone: Despréaux, dans son _Dialogue des
morts_, fait ainsi faire à Sapho, l'un des personnages du _Grand
Cyrus_[9], le portrait de cette blonde du royaume de Pluton:

«Vous croyez que je ne connois pas Tisiphone; c'est une de mes
meilleures amies. Vous ne serez peut-être pas fâché que je vous en fasse
le portrait. L'illustre fille dont j'ai à vous parler, a quelque chose
de _si furieusement_ beau, elle est si terriblement agréable, que je
suis _épouvantablement_ empêchée, quand il vous en faut faire la
description. Elle a les yeux vifs et perçans, petits, bordés d'un
certain incarnat qui en relève _étrangement_ l'éclat. Comme elle est
naturellement propre, est-elle aussi naturellement négligée; et cette
négligence fait qu'on peut voir souvent sa gorge, qui est toute
semblable à celle d'une Amazone, à la réserve que les Amazones n'avaient
qu'une mamelle brûlée, et que l'aimable Tisiphone les a toutes deux. Ses
cheveux sont longs et annelez, et semblent autant de serpenteaux qui se
jouent autour de sa tête, et qui se viennent jouer sur son visage.»

[Note 9: Boileau en a fait une maligne application à Mlle de Scudéri
même, l'auteur de ce roman, à laquelle tous les auteurs d'alors
donnaient le nom de Sapho. Le poëte Le Brun nous retrace les écarts de
Boileau, dans ses vers contre la citoyenne Th... P..., auteur de _Sapho_
et de _Camille_, et autres femmes auteurs.]

De plus, je trouve laids des tétons, quoique beaux, quand la personne
qui en est pourvue est trop coquette, ou plutôt impudique. Ce caractère
efface toutes les beautés qu'elle pourrait avoir. Telle était la
Macette, à laquelle le satyrique Regnier, plutôt par ironie que
sérieusement, donne des éloges plaisants, quand il lui dit, pour la
louer, que ses cheveux sont aussi dorés qu'une orange, plus frisés qu'un
chardon; que le soleil n'est auprès du brillant de ses yeux, qu'un
cierge de la Chandeleur, et que sa mine de poupée prend les esprits à la
pipée et les appétits à la glu. Ensuite, lui parlant de ses tétons qui
ne marquent que de la lascivité, il s'exprime ainsi:

    Les Grâces, d'amour échauffées,
    Nud-pieds, sans juppes, décoiffées,
    Se tiennent toutes par la main,
    Et d'une façon sadinette
    Se branlant à l'escarpolette,
    Sur les ondes de votre sein.

Outre cela, je déclare que des tétons me paraissent laids, quelque bien
tournés qu'ils puissent être, quand le sexe les fait servir de prétexte
pour être infidèle. Une Cloris dit à une Philis, dans Regnier que je
viens de citer:

    La foi n'est plus aux coeurs qu'une chimère vaine,
    Tu dois, sans t'arrêter à la fidélité,
    Te servir des amans comme des fleurs d'été,
    Qui ne plaisent aux yeux qu'étant toutes nouvelles:
    Nous avons de nature au sein doubles mamelles,
    Deux oreilles, deux yeux et divers sentimens,
    Comment ne pourrions-nous avoir divers amans?
    Je connois mainte femme à qui tout est de mise,
    Qui changent plus souvent d'amant que de chemise.

Pour voir la laideur d'un téton dans toute son étendue, on n'a qu'à lire
l'épigramme que voici, faite par Marot, sur le laid tétin:

    Tetin qui n'a rien que la peau,
    Tetin fine, tetin de drapeau,
    Grand'tetine, longue tetasse,
    Tetin, doy-je dire bezace;
    Tetin au grand vilain bout noir,
    Comme celui d'un entonnoir.
    Tetin qui brimballe à tous coups
    Sans estre esbranlé, ne secous,
    Bien se peut vanter qui te taste,
    D'avoir mis la main à la paste.

    Tetin grillé, tetin pendant,
    Tetin flestry, tetin rendant
    Vilaine bourbe en lieu de laict,
    Le diable te fit bien si laid.

    Tetin pour tripe reputé,
    Tetin, ce cuide-je, emprunté
    Ou desrobbé en quelque sorte,
    De quelque vieille chevre morte,
    Tetin propre pour en enfer
    Nourrir l'enfant de Lucifer.

    Tetin boyau long d'une gaule,
    Tetasse à jetter sur l'espaule,
    Pour faire (tout bien compassé)
    Un chaperon du temps passé,
    Quand on te void, il vient à maints
    Une envie dedans les mains,
    De te prendre avec les gants doubles,
    Pour en donner cinq ou six couples
    De souflets sur le nez de celle
    Qui te cache sous son aisselle.

    Va, grand vilain tetin puant,
    Tu fournirois bien en suant
    De civettes et de parfums
    Pour faire cent mille defuncts.
    Tetin de laideur despiteuse,
    Tetin, dont nature est honteuse,
    Tetin des vilains le plus brave,
    Tetin, dont le bout toujours bave,
    Tetin fait de poix et de glus:
    Bran, ma plume, n'en parlez plus,
    Laissez-le là, ventre Saint-George,
    Vous me feriez rendre ma gorge.

Bon Dieu! le vilain objet!... hélas! le suivant, peint par Benserade,
n'est pas plus gracieux; pourquoi des poëtes se plaisent-ils ainsi à
tremper leurs plumes dans l'ordure? c'est qu'il faut des ombres aux
tableaux.

    Pendantes et longues mamelles,
    Où les perles et l'oripeau,
    N'imposent à pas un chapeau;
    Molles et tremblantes jumelles.
    Tetasses de grosses femelles,
    A couvrir d'un épais drapeau,
    Peau bouffie et rude, moins peau
    Que cuir à faire des semelles,
    De vieille vache aride pis:
    Que ne puis-je dire encor pis
    D'un sein qui tombe en pourriture!
    Sein d'où s'exhale par les airs,
    Un air qui corrompt la nature;
    Sein propre à nourrir des cancers.

Clément Marot et Benserade ne sont pas les seuls qui se soient occupés
de décrire les vilains tétons; Rabelais, dans son épître à une vieille,
Motin, Regnier, Sygognes, Maynard, se sont plu à nous détailler ces
horreurs.

Maynard passant en revue tout le corps d'une vieille ridée, arrivé à ses
tétons, s'écrie:

    Vos tetins, dont la peau craquette
    Comme laurier qu'au feu l'on jette,
    A toucher ne sont point plus doux
    Que le dessus d'un vieux registre,
    Et comme un bissoc de belistre,
    Ils vous tombent sur les genoux.

Un peu plus loin, Sygogne, dans sa satyre contre une vieille sorcière,
dit:

    Vostre estomach faict en estrille
    Pourroit encor servir de grille,
    Vos flancs de herse on de rateau,
    Et de vos pendantes mamelles
    Un bissac ou des escarcelles
    Pour mettre l'argent du bordeau.

En voilà assez sur ce sujet peu ragoûtant; nous renvoyons les lecteurs
amoureux de ces sortes d'écrits, au _Cabinet satyrique_; ils trouveront
là-dedans de quoi se satisfaire.

Les tétons sont la dernière beauté qui vient au sexe, et la première qui
est confisquée: il est peu de ces femmes privilégiées qui les conservent
comme Ninon et Gabrielle B.... C'est pour cela qu'elles en ont un soin
tout particulier, et qu'elles confient leurs enfants au sein mercenaire
des nourrices.

Malgré cela, vingt ans de mariage gâtent les tétons les mieux faits. Ils
ne sont pas non plus à l'épreuve de la vieillesse. Comme elle ternit le
teint le plus vif, qu'elle éteint les yeux les plus brillants, elle
amollit les tétons les plus rebondis. C'est ce que nous apprennent ces
stances contre une dame qui avait vieilli à la cour, et qui se voulait
marier:

    Quoi! vous vous mariez! douce et tendre mignonne,
          Et ne l'avez encore été!
    Je ne vois rien du tout dessus votre personne,
          Qui ne prêche la chasteté.

    Pour de l'âge, on sait bien que vous n'en manquez guère,
          Votre visage étant garant
    Que ce qu'on fait pour vous, se pouvoit fort bien faire
          Du règne de Henri-le-Grand.

    Vous éloignant d'ici, les beautés de la reine
          Ont purgé ce noble séjour:
    De même qu'un torrent, votre sortie entraîne
          Toute l'ordure de la Cour.

    Celui qui vous épouse, en témoignant sa flamme,
          N'établit pas mal son renom:
    Qui s'est bien pu résoudre à vous prendre pour femme,
          Ira bien aux coups de canon.

    Comme vous n'êtes plus qu'une vieille relique.
          Objet de la compassion.
    Dès qu'on dit que sur vous un sacrement s'applique,
          On pense à l'Extrême-Onction.

    Qui se lie avec vous espère un prompt veuvage,
          Ou, peut-être, ce pauvre amant
    Entend que le contrat de votre mariage
          Passe pour votre testament.

    Vous seriez bien sa mère, et la foi conjugale
          Est mal placée entre vous deux:
    L'inceste est en effet une chose si sale,
          Que le portrait en est hideux.

    Les plus intemperez de votre bonne grâce,
          Ne donneroient pas un teston,
    Et l'on doit s'avouer qu'on est à la besace,
          Quand on vous touche le téton.

    Souffrez ce petit mot, sans traiter de satire,
          Un stile si franc et si doux:
    Vous êtes en un point où l'on ne peut médire,
          Quelque mal qu'on dise de vous.

Urbain Chevreau[10], dans ses stances _sur une vieille amoureuse_, p.
150 de ses poésies, édition de 1656, in-12, décrit ainsi sa gorge:

    Cependant, vous vous ajustez,
    Et votre gorge aux libertés
    Semble encor faire des menaces:
    Mais chaque jour nous regrettons
    Qu'il n'en reste plus que les traces:
    Et que vous ayez des besaces
    Où vous avez eu des tétons.

[Note 10: Le recueil de ses poésies est rare. Il s'y trouve quelques
morceaux faibles, mais on le lit avec plaisir. Voyez ses épigrammes et
son _Remède d'amour_, dans le recueil intitulé: _le Furet littéraire_ ou
les _Fleurs du Parnasse_, 1 vol. in-12.]

Antoine Legrand nous démontre le pouvoir des ans d'une manière
très-pathétique:

«L'arrière-saison, dit-il, a ses plaisirs: son utilité égale bien les
incommodités qu'elle nous apporte. Elle est l'attente des laboureurs, et
la récompense des vignerons; si elle dépeuple les campagnes et leurs
collines, elle remplit leurs caves de vin, leurs greniers de grains et
leurs granges de moissons. Mais, dès qu'une femme approche de la
vieillesse, que ses cheveux prennent la couleur des cendres, que les
rides sillonnent son front, que ses yeux commencent à jetter de la cire,
que ses joues lui tombent sur le menton et que ces deux montagnes de
lait deviennent une double besace pleine de sang; elle cesse d'être le
souhait des hommes, ses amants en ont horreur: ceux qui la recherchaient
auparavant la haïssent.»

Tout le monde connaît la réponse ingénieuse et maligne de Voltaire à une
dame qui présumait trop de sa gorge. Deguerle, auteur de l'_Eloge des
perruques_, l'a mise en vers. La voici:

    Dans certain cercle assez galant,
    Certaine dame fort coquette,
          Allait chantant
          Papillonnant
          En débitant
          Mainte sornette.
    L'espiègle, comme une autre, avait été jeunette
          Un demi-siècle auparavant.
          Vieille, laide et coquette! autant
          Vaudroit, ma foi, singe en cornette.
          Un gros chanoine, aux yeux dévots,
    Du vénérable sein de la Vénus antique,
    Lorgnoit en tapinois les vieux débris jumeaux,
    Qu'agitait avec art maint soupir méthodique,
          Sous la gaze trop véridique.
    --Fripon, dit l'éternelle, où vont donc vos regards?
    Ces petits coquins-ci feront damner votre âme
    Voltaire l'entendit:--Petits coquins, madame
          Dites plutôt de grands pendards.

La voici autrement:


LA MÉTAMORPHOSE.

    Gertrude à vingt ans fut jolie:
    Elle avoit deux petits tettons
    Qu'Ariste aimoit à la folie
    Et nommoit ses petits frippons.
    Ariste fit un long voyage,
    Et revint après vingt-cinq ans.
    Je laisse à penser quel ravage
    Chez Gertrude avoit fait le temps.
    Sur les frippons, par habitude,
    Ariste jeta ses regards:
    --Ah! mes petits frippons, Gertrude,
    Sont devenus de grands pendards.

Après avoir parlé des femmes qui ont une laide gorge, il est à propos de
parler de celles qui n'en ont pas du tout. Un renard pris au piège, au
moment où il se propose de croquer une poule, un créancier qui se repaît
avec volupté de l'espérance de faire saisir les meubles d'un malheureux
débiteur et trouve la maison vide, éprouvent moins d'humeur et de
surprise qu'un galant qui, après mille efforts pour découvrir et dévorer
de son oeil furtif une belle gorge, n'en trouve que la place.

Le citoyen Mercier de Compiègne, auteur de la traduction du
_Vendangeur_, de _Rosalie et Gerblois_, de _Gérard de Velsen_, etc.,
raconte ainsi dans un volume de ses _Soirées de l'Automne_, la
vengeance d'un galant, qui avait éprouvé un pareil échec:


LE FICHU MENTEUR.

CONTE.

      Près d'une ci-devant beauté,
      Dorval fatiguant sa visière,
      Cherchoit si le double hémisphère
    Apparoîtrait à son oeil enchanté.
      Vains efforts! la recherche avide
      Que trompe un gros fichu menteur,
      N'offre à ses regards que du vide
      Dont enrage l'observateur.
    Bref, il n'étoit resté le moindre atôme
      A la dame de ses appas.
      Pour se venger, que fait notre homme?
      Où fut logé ce qu'il ne trouve pas,
      Adroitement une carte est glissée;
    De l'action la dame embarrassée
      Lui dit: Dorval, que faites vous?...
    --Ah! de grâce, point de courroux!
    Il ne faut pas que ceci vous étonne,
      Je voulois voir un mien ami,
      Mais, hélas! n'y trouvant personne,
      Ainsi que l'usage l'ordonne,
      Je laisse ma carte chez lui.»

[Illustration]

[Illustration]



CHAPITRE VI.

DES CONTRÉES OÙ LES FEMMES SONT LE MIEUX PARTAGÉES DE TÉTONS.


C'est ici qu'il nous faudrait les talents de Tavernier, de Paul Lucas,
de Levaillant, de Christophe Colomb, de Bougainville et de Pallas, il
faudrait avoir vu tous les pays du monde pour décider quels sont ceux
pour lesquels les tétons viennent le mieux, et je n'ai voyagé qu'en
Suisse et en Allemagne. J'ai vu à Neufchatel et à Berne les tétons les
plus jolis que l'on puisse voir, très-bien apprivoisés, et qui, dans le
tête-à-tête, ne se refusaient jamais à l'hommage que les mains voulaient
leur rendre.

Le Corrége, l'Albane, le Titien, prirent le type des beautés qu'ils
peignirent, dans les Italiennes de leur temps. Rome et son territoire
en offrent encore d'éclatants exemples; et, à l'âge du retour, les
Romaines ont de superbes épaules. Mais c'est en Sicile et en Toscane, à
Florence et à Sienne, même à Venise, que naissent les plus séduisantes
beautés de l'Italie; car, dans la Lombardie et le voisinage des Alpes,
les formes plus volumineuses et plus massives, sont bien moins
enchanteresses. Les belles Françaises vivent surtout vers Avignon,
Marseille, et dans l'ancienne Provence, peuplée jadis par une colonie
grecque de Phocéens. Plus au nord, le sang des Cauchoises, des Picardes
et des Belges est plus beau, et la peau est d'une blancheur plus
éclatante, mais il y a certainement moins de finesse dans les contours
et de délicatesse dans les formes. A Paris, l'on rencontre en général
moins de beautés que de grâces dans la démarche et toutes les manières.
Les Marseillaises et la plupart des Languedociennes ont aussi moins de
gorge que les Normandes, les Belges, les Suissesses. Les plus grandes
beautés de l'Espagne sont dans l'Andalousie et à Cadix: on les dit
très-exigeantes en plus d'un genre, capricieuses, et pourtant
très-constantes dans leur attachement; elles concilient le dérèglement
des moeurs avec l'observance la plus scrupuleuse des devoirs religieux.
La ville de Guimanarez et ses environs sont peuplés des plus charmantes
Portugaises, la plupart courtes et vives, qui présentent en général
beaucoup de gorge, tandis que les Castillanes n'en ont presque pas.
Toutes ont ces beaux yeux noirs, cette taille svelte et souple, ce teint
pâle, cet air sérieux, dédaigneux même, qui peuvent enflammer les
grandes passions, et rebuter les hommages frivoles et vulgaires.

On connaît le teint éblouissant, les traits expressifs, la physionomie
fine et touchante des Anglaises; plusieurs ont la gorge et l'élégant
corsage des Normandes; elles sont presque toutes blondes, quelquefois
même rousses. En Écosse, leur teint devient d'un blanc fade comme aux
Hollandaises: mais celles-ci montrent souvent de l'embonpoint, beaucoup
de gorge, une carnation pâle et molle. De toutes les Allemandes, les
Saxonnes emportent le prix de la beauté; on ne rencontre peut-être pas
un laid visage dans le territoire d'Hildesheim; le teint charmant de
tous les habitants fait dire en proverbe que les femmes y croissent
comme les fleurs. Quoique les Autrichiennes ne soient pas laides, les
Hongroises paraissent généralement plus belles; mais, dans toutes les
nations germaniques, elles pèchent souvent par un excès d'embonpoint.

A Gratz, en Styrie, une infinité de femmes et de demoiselles ont des
amants et en changent publiquement sans qu'on y trouve à redire;
cependant elles sont très-dévotes. Les femmes y ont un beau teint blanc,
de gros tétons, mais un peu trop massifs.

Plus au nord, les Polonaises méritent d'être remarquées. Elles ont la
blancheur mais aussi, dit-on, la froideur de la neige. Les femmes
russes sont, au contraire, fort amoureuses, mais l'abus des bains de
vapeur, ou plutôt l'atmosphère chaude où elles vivent, rend bientôt mous
et flasques tous leurs appas; sous leurs chaudes pelisses elles couvent
d'ardentes passions, aussi les accuse-t-on de préférer toujours en amour
le physique au moral.

Les Albanaises sont plus agréables que les Morlaques; celles-ci portent
une peau tannée, de longues mamelles pendantes, avec un mamelon noir.

On trouve à Dresde, à Leipsik, à Halle, de simples grisettes dont les
tétons blancs, rebondis et bien taillés, seraient capables d'orner le
sein des reines du monde; la Saxe est surtout le climat où ces
dariolettes sont de la meilleure qualité. Il paraît que le sexe de la
Souabe est aussi abondamment pourvu de ces attraits, si l'on en doit
croire l'apologie qu'a faite d'eux certain étudiant de l'université de
Tubingue, et que l'on a trouvée écrite à la tête de son _Corpus juris
civilis_:

    _Hæc Tubingiacis dos est perpulchra puellis,
    Ubera magna, pudor tenuis, vulvæque patentes,
    Res angusta domi, foris ampla, et splendida dixi._

Si nous en croyons la comtesse d'Aulnoy, les Espagnoles n'ont point de
gorge et n'en veulent point avoir; voici comme elle en parle: «C'est une
beauté pour les dames espagnoles de n'avoir point de gorge, et elles
prennent de bonne heure des précautions pour l'empêcher de venir.
Lorsque le sein commence à paraître, elles mettent dessus de petites
plaques de plomb, et se bandent comme les enfants que l'on emmaillote.
Il est vrai qu'il s'en faut peu qu'elles n'ayent la gorge aussi unie
qu'une feuille de papier, à la réserve des trous que la maigreur y
creuse, et ils sont toujours en grand nombre.»

Plaignons l'aveuglement de ces Espagnoles qui outragent la nature, en
refusant des bienfaits dont elle est si avare; plaignons aussi ces
Françaises que la manie de revêtir les habits d'homme porte tous les
jours à détruire ce chef-d'oeuvre si gracieux et si attrayant de leur
sexe; le délire de cette espèce d'hermaphrodites me fait pitié et
m'irrite. Vite, éloignons cette idée affligeante en admirant les beaux
tétons de l'Angleterre. Tous les connaisseurs qui ont voyagé dans cette
partie de l'Europe s'accordent à dire que la Grande-Bretagne est la mère
nourrice des beaux tétons. Voilà ce que Le Pays écrivait de Londres à un
de ses amis:

«Ce que nous avons vu de plus qu'à Paris, ç'a été un grand nombre de
fort belles femmes, qui sont toutes copieusement partagées de tétons.
Comme c'est une marchandise qui est ici à grand marché, et assez
précieuse en France, nous avions résolu d'en acheter un bon nombre, et
de vous les envoyer tous dans une barque, attachés deux à deux avec du
ruban couleur de feu, qui est ici, comme vous savez très-beau et en
très-grande abondance. Nous étions persuadés que cette marchandise vous
plairait, et que vous seriez bien aise d'en fournir à quantité de vos
amies, qui en ont bon besoin, et qui les achèteraient volontiers. Mais
comme les commis des Traites foraines ne laissent rien passer sans le
visiter, nous avons changé de dessein, sachant fort bien que c'est une
marchandise qui se gâte, pour peu qu'on la visite, et qu'ainsi elle
auroit bientôt perdu toute sa beauté et tout son éclat quand elle seroit
entre vos mains.»

Dans une autre lettre qu'il écrit de la même ville à une dame, il lui
donne cette commission:

«Dites à Mme de la L. G. que si elle étoit en Angleterre, elle ne seroit
pas la reine des tétons, comme elle l'est à..., puisque les dames de ce
royaume en ont qui ne cèdent point aux siens. La différence qu'il y a,
c'est qu'on patine les tétons d'Angleterre dès la première connoissance,
et sans grande cérémonie; que pour elle, elle ne laisse pas seulement
voir les siens après six mois de soins et de services.»

Pavillon, dans un endroit de sa lettre à Mme Pelissari, sur le voyage de
sa fille en Angleterre, dit:

«Le défunt pays de Cocagne, de très-heureuse mémoire, ne valoit guère
mieux que celui-ci.

    Le Prince[11] qu'en sa cour peu de monde environne,
      Peut être aisément abordé:
      Il n'est presque jamais gardé
    Que par le seul respect qu'on porte à sa personne.
    On le voit aussitôt qu'on vous a présenté.
      Malgré l'éclat de la couronne,
      Celui que sa grandeur étonne,
      Est rassuré par sa bonté.
      Ses sujets sont dans l'opulence.
      Ses champs produisent à souhait,
      Et vous ne sentez sa puissance
      Que par les biens qu'elle vous fait.
    La terre sans impôts et le ciel sans colère
    Nous laissent en repos jouir de notre bien.
      Le Roi ne lève presque rien,
      Et Jupiter n'y tonne guère.
      Tout votre sexe à cheveux blonds,
      À teint de lys, à beau corsage,
    Magnifique en habits, en train, en équipage,
      Fait marcher devant son visage
      Une infinité de tétons.

[Note 11: C'est Charles II, prince aussi salace, aussi voluptueux
que nos Henri III, Charles VII, Henri IV et François Ier. Le C. Mercier,
auteur de l'An 2440, et de tant de drames, a fait sur ce prince un drame
intitulé: _Charles II dans un certain lieu_. Il n'a point avoué cette
production, mais nous assurons qu'elle est de lui. Un nommé _Brémont_ a
fait l'histoire scandaleuse des amours de ce roi avec Miladi
Castelmaine, duchesse de Keweland et la femme de Milord Canduche, dans
un petit roman allégorique intitulé _Hattigé, ou les amours du roi de
Tamaran_, Cologne 1676. 1 vol. in-16 de 120 pages. Le duc de Buckingham
joue un beau rôle dans cette chronique scandaleuse.]

Il dit encore dans un autre endroit de la même lettre:

«Nous mènerons au premier jour votre fille à Windsor; c'est un lieu
charmant où le bon roi Stuart tient maintenant cour plénière. Elle
prétend lui demander un don, qui est la réformation des tétons dans
toute l'étendue de son royaume, suivant le modèle qu'elle lui en
présentera elle-même. Vous saurez, madame, qu'en tous ces quartiers, la
plupart des tétons, sous prétexte qu'ils sont blancs comme neige, n'ont
point honte d'aller tout nuds dans les rues, et qui plus est, de se
baiser hardiment à la vue de tout le monde, sans crainte de Dieu et des
hommes. Les gens du pays pensent que cette réforme sera facile à
établir, parce que les tétons de ce territoire étant de leur nature fort
dociles, on peut aisément les réduire à en faire tout ce qu'on voudra.»

Avant de finir, je dois encore dire que j'ai vu dans des couvents toutes
sortes de beaux tétons; il est vrai que ce n'est que la figure et non la
forme. J'y ai trouvé des tétons naissants et des tétons formés, où rien
ne manquait que la permission de les voir à découvert et de sentir s'ils
étaient durs. Peindrai-je ces touffes de lys et de roses mollement
comprimées par la guimpe, ces sphères de neige qui croissaient à l'ombre
des autels, et qui ne pouvaient être accessibles qu'aux doigts sacrés du
pater et du directeur, ou d'un jardinier discret et charmant? Comme je
ne produirais rien de neuf et de piquant dans ces descriptions d'objets
que j'ai toujours aimés, et que j'ai très-rarement vus, tels que ma
muse les voudrait peindre, je crois plus sage de renvoyer mon lecteur,
pour qu'il n'y perde rien, aux friandes peintures qu'en ont faites
Voltaire, dans sa _Pucelle_, Piron, Dorat, et autres poëtes érotiques
modernes, et je me borne à dire: vive un sein de couvent!...

Ceci me remet dans l'esprit un sonnet pour une belle personne, à qui les
tétons étaient venus depuis qu'elle était religieuse.

    Ci gisent les tétons de la jeune Sylvie,
    Pitoïable passant, admire et plains leur sort.
    Ils n'avoient pas du ciel encor reçu la vie,
    Qu'on les avoit déjà destinez à la mort.

    On ne consulta point leur naturelle envie:
    Leur courroux fait bien voir qu'on leur a fait grand tort,
    Puisqu'on les voit s'enfler contre la tyrannie
    Qui les mit au tombeau par un barbare effort.

    Mais ce qui te fera plaindre leur aventure,
    C'est qu'on les tient vivants dans cette sépulture,
    Comme étant convaincus d'un horrible forfait.

    Tout leur crime pourtant n'est que d'avoir sçu plaire;
    Peur moi, ne voyant pas quel mal ils avoient fait,
    Je crois qu'on les punit de ceux qu'ils pouvoient faire.

Si des Européennes nous passons aux femmes de la race, où plutôt de
l'espèce nègre, nous leur trouverons généralement une disposition
extrême à la lasciveté et même une conformation particulière dans les
organes sexuels. Comme cette espèce d'hommes est moins propre au
développement des facultés intellectuelles, elle est aussi plus disposée
aux fonctions purement animales, et la plupart des nègres sont _bene
mutonati_. Les négresses paraissent conformées dans la même proportion,
de sorte que les européens les trouvent fort larges. Toutes ont, comme
on sait, une gorge très-volumineuse, et bientôt molle et pendante, même
dans les climats où l'on ne peut pas en accuser la chaleur
atmosphérique, comme au nord des États-Unis; mais ce qui surtout les
distingue de la race blanche, c'est le prolongement naturel des nymphes,
et quelquefois du clitoris, bien moins commun chez les femmes blanches
que chez les négresses.

Les femmes cafres, les mieux constituées de toutes les négresses, et les
plus fortes, ont un caractère plus ardent et plus viril; les négresses
joloffes et mandingues, sans être aussi bien formées, et avec un sein
plus tombant, une transpiration d'odeur porracée, paraissent cependant
encore agréables dans leur première jeunesse. Leur peau est douce et
soyeuse comme le satin. Mais elles déploient une lubricité et des
passions inouïes dans nos climats; elles semblent porter dans leur sein
enflammé tous les feux de l'Afrique. Pour exciter davantage l'ardeur de
l'homme, les Égyptiennes coptes se frottent les parties sexuelles de
parfums stimulants, comme d'ambre, de civette et de musc. Aussi, un
proverbe des Turcs dit: Prends une blanche pour les yeux; mais pour le
plaisir, prends une Égyptienne, ou une négresse.

On convient cependant que les négresses sont excellentes mères; la
plupart ont beaucoup de lait; les mamelles des Égyptiennes étaient
renommées par leur volume extrême dès le temps de Juvénal:

    _In Meroe crasso majorem infante papillam._

A la Nouvelle-Hollande, la parure d'une belle Malaie consiste toute en
sa peau, étrangement bariolée de piqûres de diverses couleurs, et c'est
ce qu'on appelle _tatouage_; toutes ont soin d'assouplir leur peau par
le bain et par l'huile de coco; elles se vêtissent de tissus de
feuillage ou d'écorces légères qui ne dérobent point la vue de leurs
charmes secrets. Elles n'ont pas toujours la gorge pendante des
négresses; elle est même assez petite dans les premiers temps de la
puberté.

Ne pensons pas que les négresses soient toujours dépourvues de beauté;
elles ont aussi leur prix. On en a vu de fort jeunes, ayant un nez droit
et presque aquilin, et avec une figure qui, si nous en exceptons la
couleur, n'aurait pas déparé une Européenne: on n'y remarquait point
cette vilaine moue des Éthiopiens; l'avancement des joues y était
presque insensible, et le sein, parfaitement placé, n'y était pas
flasque et pendant, mais d'une agréable rotondité. Considérons ces
lèvres d'un rouge éclatant de corail sur un fond d'ébène soyeux, cette
petite bouche, qui ressemble à un bouton vermeil et frais de rose, posé
sur du velours noir; contemplons cette double rangée de perles
brillantes, ces grands et beaux yeux pleins de feu; admirons la douce
aménité du visage, cette suavité des formes, cette voluptueuse
flexibilité, ce balancement, cette souplesse dégagée de tous les
mouvements, bien plus sensible dans les négresses que dans les
Européennes; et s'il m'était permis de peindre tant d'autres attraits
qui ne sont ordinairement couverts, dans ces esclaves infortunées, que
du voile de la simple innocence, à combien de femmes laides, quoique
blanches, paraîtraient-elles préférables pour des yeux non prévenus!

[Illustration]

[Illustration]



CHAPITRE VII.

DE L'ÉLOQUENCE DES TÉTONS.


Il y a eu deux Phryné, outre celle qui est célèbre par la statue d'or
massif qu'elle donna au temple de Jupiter, avec cette inscription: _De
l'intempérance des Grecs_; et les murailles de Thèbes qu'elle avait
rebâties. Il ne faut pas confondre cette illustre courtisane grecque
avec une autre Phryné que l'on avait surnommée ainsi d'un mot grec, qui
signifie _crible_, parce qu'elle criblait et ruinait ses amants, sans en
être plus riche; comme font presque toutes celles que nous voyons
aujourd'hui briller sur les mille et un théâtres de notre luxurieuse
capitale.

Une troisième (celle dont je veux parler), fut accusée d'impiété par les
Athéniens, et traduite devant l'aréopage, pour subir la peine capitale
que méritait ce crime. Les juges, impassibles comme la loi, admiraient
sans en être émus, les grâces les plus attrayantes, la toilette la plus
voluptueusement raffinée, des yeux qui avaient fait tomber aux pieds de
la nymphe les personnages les plus distingués, les philosophes, les
sages et les chefs de la République. L'auditoire était nombreux. La
pitié, le tendre intérêt se peignait sur tous les visages, et rien ne
pouvait soustraire la courtisane au supplice; la déposition des nombreux
témoins ne laissait plus d'espoir, le crime était avéré, les juges
allaient, en gémissant tout bas, prononcer la redoutable sentence;
l'avocat de l'accusée avait épuisé toutes les ressources de l'art
oratoire, mais toute son éloquence était perdue. Tout à coup une idée
lumineuse et hardie, produite par la tentative la plus désespérée,
exalte sa tête, et lui fournit un moyen de gagner sa cause. Il découvre
brusquement le sein de sa belle cliente, et ce spectacle inattendu a
produit dans toute l'assemblée une espèce de délire; on croit voir Vénus
elle-même, qui sous les traits d'une mortelle, a quitté Chypre et
Amathonte, pour recueillir l'hommage des Grecs, et demander la grâce de
l'accusée. La gravité des juges cède au charme vainqueur de
l'étonnement, du plaisir et de l'admiration. La bouche ne trouve pas
d'expression pour rendre le sentiment, mais le silence et l'avidité des
regards, un cri général d'intérêt et de compassion, tout complète le
triomphe de Phryné. Elle était suppliante, éplorée, courbée sous le
poids de l'improbation: un sein paraît, la chance tourne, elle commande
en souveraine, elle asservit tout ce qui porte les yeux sur elle: «Eh
bien, ajoute le défenseur, profitant du succès de son stratagème, si
elle est coupable, qui de vous, Athéniens, osera condamner à la mort ce
que la nature a formé de plus beau? Osez regarder celle dont vous voulez
verser le sang, et si vous le pouvez, oubliez que vous êtes hommes.» Il
dit, et l'Aréopage, quittant son auguste caractère, a repris unanimement
les sentiments d'humanité. Phryné est déclarée innocente, et portée chez
elle en triomphe.

Cette manière de justifier n'est pas encore abolie, dit à ce sujet le
galant Saint-Evremont; il y a bien de belles femmes, coupables quand on
ne les voit pas, qui deviennent innocentes aussitôt, quand on les voit.
Souvent même, les juges punissent les femmes pour un certain crime
qu'ils voudraient bien avoir commis avec elles.

Ceux de mes lecteurs qui aiment la poésie, liront avec plaisir cette
même anecdote, racontée avec plus de grâce par le citoyen Deguerle, déjà
cité.


PHRYNÉ DEVANT L'ARÉOPAGE.

    Phryné plaidoit devant l'Aréopage;
    Si l'on en croit plus d'un docte écrivain[12].
    Grave parut le cas en arbitrage:
    Il s'agissait du service divin.
    «Quoi! de Vesta (criait un peuple nain)
    Oser railler l'immortel pucelage!
    Et des époux rire au nez de Vulcain!
    Au feu, l'impie! au feu! de par Jupin.»
    La gent dévote au sénat faisait rage:
    La belle Grecque y perdit son latin.

    Vous connaissez ces deux formes jumelles
    Qu'en demi-globe, à l'ombre de ses ailes,
    L'Amour assied sur un trône pareil:
    Pommes de neige où couvent étincelles:
    La gaze y voit, loin de l'oeil du soleil,
    Poindre à quinze ans la fraise au teint vermeil.
    Froide raison, à genoux devant elles!
    Que de procès, en maint sage conseil,
    N'ont point gagné ces avocats femelles?
    Si plaideuse onc en connut le talent,
    C'était la nôtre. Or ça (dit la rusée,
    Quand elle vit sa rhétorique usée):
    «Mettons en jeu mon dernier argument.»
    Et la voilà qui garde un long silence....
    Puis on la voit et sourire et rougir;
    Couleur de rose! équivoque nuance!
    Peins-tu la honte, ou peins-tu le plaisir?
    Sa main distraite a dérangé la gaze
    Où se cachaient les lys d'un cou charmant.
    Grâce au hasard d'un second mouvement,
    L'aiguille d'or a glissé de sa base:
    Adieu le voile au tissu transparent,
    Fardeau léger dont se charge le vent!
    Que d'attraits nuds! un feu subit embrase
    Et spectateurs et sénat en extase.
    Que ne dit pas à l'oeil qui s'y connaît,
    D'un joli sein le langage muet?
    Bavards diserts, gens à brillante emphase,
    Vous n'avez point le charme de sa phrase!
    Pour une pomme on vit Pergame en feu;
    Au Paradis, Eve pour une pomme
    Sonna l'alarme entre le diable et Dieu.
    Grâce à Phryné, nos Rhadamante, en somme,
    Pour une seule en apercevaient deux.
    Bien qu'on soit juge, on n'en est pas moins homme;
    Et c'est pour voir, enfin, qu'on a des yeux.
    Bref: en dépit et de Vesta la vierge,
    Et du bon prêtre, et du pauvre Vulcain,
    Phryné dicta le véto du scrutin.
    Brûlé ne fut, pour cette fois qu'un cierge:
    Cierge en l'honneur du bienheureux _trio_
    Mis hors de cour au milieu des _bravo_.
    Gens timorés diront: «L'Aréopage
    En ce jour-là fit nargue à l'équité.»
    Mais qui de nous aurait été plus sage?
    Il oublia les dieux pour leur image:
    Est-on de marbre auprès de la beauté?

    Or maintenant, gentes Parisiennes,
    A l'oeil coquet, au teint frais et fleuri:
    Galant essaim, amour d'une autre Athènes,
    Mais qui jamais de Vesta n'avez ri:
    Venez à moi! venez, vierges pudiques,
    Douces mamans, et vous femmes uniques,
    Honneur d'un père, ou trésor d'un mari!
    Je veux juger vos fredaines honnêtes....
    Quels bras mignons! Quel sein!... Pour m'émouvoir,
    Chastes Vénus, restez comme vous êtes:
    Pas n'est besoin de jeter le mouchoir.

[Note 12: Quintilien, Aristote, etc.]

La gorge de Phryné a sans donte servi de modèle au charmant poëte latin,
Jérôme Amalthée, dans les vers suivants. L'on ne peut rien ajouter à la
délicatesse de cette petite pièce:

    _Fert nitido duo poma sinu formosa Lycoris
      Illa eadem nitido fert duo fraga sinu.
    Sunt mammæ duo poma; duo sunt fraga papillæ:
      Poma nives vincunt, fraga colore rosas.
    Hæc amor exugens: valant, ait, ubera matris!
      Dulcius his manat nectar ab uberibus._

La réponse suivante, remplie d'innocence et de naïveté, prouve que les
femmes connaissent dès leur plus bas âge, tout le pouvoir de leurs
attraits naissants, et que la nature sage et prévoyante a mis en elles
un instinct infaillible pour juger de leurs effets. Or, ces effets n'ont
lieu que quand leur gorge est à moitié ou tout à fait découverte: nous
n'apprendrons jamais aux femmes à tirer parti de leurs charmes.

    Agnès, d'un oeil content, voyait déjà paroître
        Ses jeunes et tendres appas;
        Quinze printemps l'avaient vu croître,
    Et son coeur soupirait pour le jeune Lycas.
        Un jour, à sa maman austère,
      Agnès parut, le sein à demi-nu,
        Pourquoi n'avoir point de fichu?
        Lui dit-elle d'un ton sévère.
      Agnès répond, en soupirant tout bas,
    De beaux habits pour moi, vous êtes trop avare,
        Et si je cache mes appas,
    Avec quoi voulez-vous, maman, que je me pare?

Anacréon dit que pour être beau, le sein ne doit pas être plus gros que
deux oeufs de tourterelle; le citoyen Mercier (de Compiègne) t. III des
_Soirées d'Automne_, p. 100, nous donne un tableau gracieux d'une gorge
de cette espèce, dans le conte suivant, intitule: _la Fraise et l'Oeuf_:

      De fraises fraîchement cueillies,
      Hélène portait un panier;
      La rosée y faisait briller
      Mille perles des plus jolies.
      Hélène, encore à ses quinze ans,
      Autant que ses fruits pouvait plaire
      Aux connaisseurs les plus friands;
      Par-ci, par-là, notre laitière
      Avait rangé de très-gros oeufs,
      Frais pondus, blancs comme batiste,
    Et dont l'éclat, sur le fruit amétiste,
      Formait un tout harmonieux.
      Pour plaire à l'engageante Hélène,
    Qui les offrait d'un air si gracieux,
    En la lorgnant, de sa corbeille pleine,
      Au hasard je tire un d'entre eux
      Que cinq doigts entouraient à peine,
      Que vois-je! Effet délicieux!
    Sur le gros bout une fraise écrasée,
      Et là, par le hasard placée,
      Sur l'aréole carminée
      Forma ce bouton radieux
      D'où distille l'humeur lactée,
      Imprégné de l'onde sucrée.
      L'ensemble enfin rendait au mieux
      Un sein naissant, digne des dieux.
      Je contemplais, avec avidité,
      Cette image simple et fidèle
      Des sources de la volupté;
      Et voulant mettre en parallèle
      L'image et la réalité,
    Près des tétons dévoilés de la belle,
    Qui se prêtait, en riant, à ce jeu,
    L'oeuf fut placé; mais si la pastourelle
      Y gagna, ce fut de bien peu.


L'ORIGINE DU PETIT BOUT DES TÉTONS.

    Au temps passé n'avoit, à ce qu'on dit,
    Femme au tetin ce rouge boutonnet,
    Et Priapus qui étoit en crédit,
    Oreilles eut sous son petit bonnet;
    Mais quelque dieu les lui coupa tout net,
    Puis en forma la retonne gentille
    Que fait aller mainte superbe fille,
    Sentant qu'elle a du mâle la dépouille.
    Et de là vient que tous les coups que fouille
    Au sein de son amie un amoureux ardent,
    Ce bon galant frémit incontinent
    De grands plaisirs, et s'étend à merveilles,
    Comme disant: je prendrai mes oreilles.

GRÉCOURT.

Voltaire, dans _Zadig_, nous donne un exemple charmant de l'éloquence
des tétons.

La jeune veuve Almona, sauvée du bûcher par Zadig, lui en avait voué
beaucoup de reconnaissance. Zadig, accusé de crimes imaginaires par des
ministres jaloux de son influence, fut jugé et condamné à son tour à
être brûlé à petit feu. Almona résolut de le tirer de là. Elle roula son
dessein dans sa tête, sans en parler à personne. Zadig devait être
exécuté le lendemain; elle n'avait que la nuit pour le sauver: voici
comme elle s'y pris, en femme charitable et prudente.

Elle se parfuma; elle releva sa beauté par l'ajustement le plus riche et
le plus galant, et alla demander une audience secrète au chef des
prêtres des étoiles. Quand elle fut devant ce vieillard vénérable, elle
lui parla en ces termes: «Fils aîné de la Grande-Ourse, frère du
Taureau, cousin du Grand-Chien (c'étaient les titres de ce pontife), je
viens vous confier mes scrupules. J'ai bien peur d'avoir commis un péché
énorme, en ne me brûlant pas dans le bûcher de mon cher mari. En effet,
qu'avais-je à conserver, une chair périssable, et qui est déjà toute
flétrie.» En disant ces paroles, elle tira de ses longues manches de
soie, ses bras nus d'une forme admirable et d'une blancheur
éblouissante. «Vous voyez, dit-elle, le peu que cela vaut.» Le pontife
trouva dans son coeur que cela valait beaucoup. Ses yeux le dirent, et
sa bouche le confirma; il jura qu'il n'avait vu de sa vie de si beaux
bras. «Hélas! lui dit la veuve, les bras peuvent être un peu moins mal
que le reste; mais vous m'avouerez que la gorge n'était pas digne de mes
attentions.» Alors elle laissa voir le sein le plus charmant que la
nature eût jamais formé. Un bouton de rose sur une pomme d'ivoire n'eût
paru auprès que de la garance sur du buis, et les agneaux sortant du
lavoir auraient semblé d'un jaune brun. Cette gorge, ces grands yeux
noirs qui languissaient en brillant doucement d'un feu tendre, ces joues
animées de la plus belle pourpre, mêlée au blanc de lait le plus pur, ce
nez, qui n'était pas comme la tour du mont Liban, ces lèvres, qui
étaient comme deux bordures de corail renfermant les plus belles perles
de la mer d'Arabie, tout cela ensemble fit croire au vieillard qu'il
avait vingt ans. Il fit, en bégayant, une déclaration tendre. Almona, le
voyant enflammé, lui demanda la grâce de Zadig.

«Hélas! dit-il, ma belle dame, quand je vous accorderais sa grâce, mon
indulgence ne servirait de rien, il faut qu'elle soit signée de trois
autres de mes confrères.--Signez toujours, dit Almona.--Volontiers, dit
le prêtre, à condition que vos faveurs seront le prix de ma
facilité.--Vous me faites trop d'honneur, dit Almona, ayez seulement
pour agréable de venir dans ma chambre après que le soleil sera couché,
et dès que la brillante étoile _Sheat_ sera sur l'horizon; vous me
trouverez sur un sofa couleur de rose, et vous en userez comme vous
pourrez avec votre servante.»

Elle sortit alors, emportant avec elle la signature, et laissa le
vieillard plein d'amour et de défiance de ses forces. Il employa le
reste du jour à se baigner; il but une liqueur composée, de la cannelle
de Ceylan, et des précieuses épices de Tidor et de Ternate, et attendit
avec impatience que l'étoile _Sheat_ vint à paraître.

Cependant, la belle Almona alla trouver le second pontife. Celui-ci
l'assura que le soleil, la lune et tous les feux du firmament n'étaient
que des feux follets, en comparaison de ses charmes. Elle lui demanda la
même grâce, et on lui proposa d'en donner le prix. Elle se laissa
vaincre, et donna rendez-vous au second pontife au lever de l'étoile
_Algenib_. De là, elle passa chez le troisième et chez le quatrième
prêtre, prenant toujours une signature, et donnant un rendez-vous
d'étoile en étoile. Alors elle fit avertir les juges de venir chez elle
pour une affaire importante. Ils s'y rendirent: elle leur montra les
quatre noms, et leur dit à quel prix les prêtres avaient vendu la grâce
de Zadig. Chacun d'eux arriva à l'heure prescrite; chacun fut bien
étonné d'y trouver ses confrères, et plus encore d'y trouver les juges
devant qui leur honte fut manifestée. Zadig fut sauvé.

Voltaire, _Zadig_.

[Illustration]

[Illustration]



CHAPITRE VIII.

MOYEN DE CONSERVER LA GORGE.


Voici, sexe charmant, le chapitre qui doit faire auprès de toi la
fortune de cet éloge. Que nous servirait, mesdames, d'avoir chanté la
plus belle partie de vous-même, si notre art ne vous instruisait encore
à la conserver dans toute sa fraîcheur.

Plume aimable et facile du chantre badin des _Perruques_[13], viens pour
un moment sous mes doigts; et que les grâces, en nous lisant, croyent
encore lire quelques pages du docteur Akerlio.

[Note 13: _Éloge des Perruques_, enrichi de notes plus amples que le
texte; par le docteur Akerlio (Deguerle). Paris, an VII, 1 vol. in-12.

Cet _Éloge_ badin a trouvé grâce auprès des savants comme auprès des
dames, malgré les traits malins qu'il s'est permis de décocher contre
les têtes à perruques de toute espèce. Loué par tous les journaux sans
en excepter la _Décade_, il n'a pu fléchir le courroux du terrible
_Victor-Campagne_, dont l'oeil perçant a vu tout seul, dans cet élégant
badinage, une horrible contre-révolution, Voy. le _Flambeau_, du 18
floréal an VII.]

Mais déjà mon sujet m'inspire! Or, écoutez, mesdames; j'ai toussé, je
commence.

La parure est à la beauté ce que l'esprit est au savoir. On ne se plaît
guère sans un peu de coquetterie; pour retenir dans ses bras son céleste
époux, Junon même eut besoin un jour de la ceinture de Vénus. Que l'art
de la toilette soit donc votre première étude; mais anathème éternel à
ces corps meurtriers, où la taille la plus svelte perd dans sa prison de
baleine son élégance naturelle! Un simple corset suffit à la
conservation des formes. Qu'une bande légère, fixée vers la partie
moyenne de la poitrine, embrasse mollement la région inférieure de
chaque hémisphère, en soutienne adroitement le poids sur un support
invisible, et laisse entrevoir à l'oeil éveillé du désir, cette
mappemonde mobile, sur laquelle l'imagination la plus froide aime à
voyager quelquefois[14]. Gloire à toi, docte et galant Alphonse[15]! Le
premier, tu proclamas courageusement la liberté des gorges, leurs
amants te doivent une statue; et j'ai placé la tienne dans mon boudoir.

[Note 14: Gentil Bernard a dit (_Art d'aimer_, ch. II):

    Qu'un sein trop humble à sa place arrêté
    Offre un amour de son frère écarté.]

[Note 15: Alphonse Leroi, médecin de la Faculté de Paris, a publié,
en 1772, de savantes _Recherches sur l'habillement des femmes et des
enfants_. L'auteur de cet ouvrage utile s'y déchaîne avec une sainte
colère contre l'usage des _corps baleinés_, dont l'usage était général à
l'époque où il écrivait, et qu'un caprice de la mode menace de
ressusciter aujourd'hui.]

Une _douce chaleur_, en dilatant les solides, peut aider au
développement d'un sein virginal. Une belle gorge aime à braver demi-nue
l'action d'une température modérée. Mais le froid est son ennemi mortel.
Qu'elle en évite soigneusement les rigoureuses atteintes; ou bientôt, au
lieu de cette élastique fermeté qui fait le premier charme d'un sein de
lys, elle n'offrira plus au doigt délicat de l'amour, qu'une solidité
squirreuse, éternel écueil des désirs.

Ce sein trop humble n'ose, dites-vous, se montrer au jour. Eh bien!
connaissez donc les secrets du génie. Le _fluide électrique_ commande à
la foudre même; il peut, à la voix d'un praticien habile, imprimer aux
vaisseaux sanguins, une turgescence favorable. Souffrez, mesdames, qu'on
vous _magnétise_: le docteur Mesmer n'a point d'égal dans l'art de
donner à certains charmes une expansion délicieuse.

Le malade résiste-t-il à la _verge_ électrique, à la magie du _baquet_;
la mécanique vient pour vous au secours de la physique. Que dans sa
double cavité, une officieuse _ventouse_ embrasse, sans les blesser, vos
deux globes d'albâtre. L'air ainsi raréfié, hâtera sans douleur le
développement de la gorge rebelle.... C'est peu: un contact indiscret
vient-il à déformer par accident le bouton de vos roses jumelles?
retournez, mesdames, à l'heureuse _ventouse_: le bouton ranimé reprendra
bientôt sa forme et sa fraîcheur.

Belles sans expérience, vous qui pleurez ingénuement à votre quinzième
année, l'absence du plus doux attrait dont se pare un buste féminin,
consolez-vous! il n'est point de mal sans remède. Plus d'une prêtresse
de Vénus tient magasin de _seins postiches_. Vous pouvez avoir à vil
prix la plus belle gorge du monde, dans une paire de _cartons bombés_.

Et vous, honneur de votre sexe, femmes intéressantes qui voulez unir en
même temps le plaisir d'être épouses et l'orgueil d'être mères, ne
craignez rien: à l'aide d'une petite ruse, on est maintenant à la fois
et _nourrice_ et _jolie_. Déjà l'oeil marital commence-t-il à lire avec
peine les ravages de l'allaitement sur un mamelon déprimé? voyez la
_gomme élastique_ se façonner pour vous en chapeau complaisant[16].
L'aiguille l'a criblé tout exprès de légers tuyaux capillaires, pour
fournir un libre passage au lait nourricier. Sous la _forme_ couleur de
rose dont il est hermétiquement couvert, le sein maternel cache ainsi
sans péril sa passagère laideur; et, par cette innocente imposture, il
satisfait à la fois la nature et l'amour.

[Note 16: Ce _chapeau_ s'appelle, en termes techniques, _bout de
sein_.]

De graves professeurs d'_hygiène_ ne voient de salut pour les belles
gorges, que dans un régime d'anachorète. A les entendre, il n'est pour
nos Vénus qu'un moyen sûr de conserver leurs charmes: c'est de n'en
faire aucun usage[17]. Le jeûne, selon eux, est encore une recette
unique: pour éterniser la beauté, vive (disent-ils) l'art de mourir de
faim.

[Note 17: Comme si la gorge la plus _respectable_ ressemblait aux
cantiques de feu Pompignan dont Voltaire a dit quelque part:

    Sacrés ils sont, car personne n'y touche.]

Quant à nous, indulgents casuistes, nous sentons combien la chair est
fragile. Cette _abstinence_ surnaturelle n'appartient qu'aux purs
esprits; _de tout un peu_, c'est la devise des corps. Le plus grand des
philosophes, Épicure, fut par excellence l'apôtre de la volupté, et
notre rigorisme, mesdames, ne vous défend que l'excès.

Ainsi, bien que l'eau soit, d'après Hippocrate, la boisson conservatrice
des belles formes, nos ordonnances moins rigides vous permettent l'usage
modéré des liqueurs[18]. Nous n'aurons pas la cruauté d'interdire aux
dames le café du matin[19]; mais que le sucre et le lait adroitement
mélangés, lui servent toujours de correctif. Funeste au système nerveux,
l'abus du _café à l'eau_ a desséché plus d'un joli sein[20].

[Note 18: Même spiritueuses et fermentées: le _trop_ seul est de
trop.]

[Note 19: Il y aurait presque autant d'inhumanité à défendre au beau
sexe le _thé au lait_; ainsi, nous lui en permettons l'usage, d'autant
plus que l'habitude qui, comme on sait, est une seconde nature, a mis,
grâce à la mode, presque tous nos estomacs _à l'anglaise_.]

[Note 20: Quelle que soit notre indulgence, nous devons en
conscience inviter les poitrines délicates à substituer à l'usage du
_thé_ et du _café_, celui du _chocolat_ ou du _cacao_. Les liqueurs
proprement dites peuvent être, dans le même cas, remplacées avec succès
par le vin et la bière; mais le vin doit être _généreux_, et la bière de
bonne qualité. Parmi les aliments les plus amis de la _gorge_ sont les
végétaux, les substances _amylacées_, riz, truffes, etc. Les ragoûts
trop épicés ne sont pas sans périls; ainsi que les acides, ils minent
l'embonpoint, et produisent enfin la maigreur, hideuse ennemie de la
beauté.]

Pourquoi faut-il que le plaisir ait aussi ses regrets? Sexe enchanteur!
quel feu n'allume pas dans nos sens le seul aspect de tes pommes de
neige. Il nous faudrait mourir, si les flammes dont tu nous consumes ne
te brûlaient toi-même! Ah! pour le bonheur de l'homme, succombe
quelquefois aux douces tentations que tu fais naître! mais, pour
l'honneur de tes charmes, résiste plus souvent encore à l'attrait du
désir! La fleur des champs que le papillon se plaît à baiser,
s'effeuille enfin sous l'aile de l'insecte brillant: ainsi la fleur d'un
beau sein finit par se faner sous les caresses d'un indiscret amour. La
rose de la volupté ressemble à Titon dans les bras de l'Aurore: chaque
baiser la vieillit d'un lustre[21], et le bouton du matin, le soir
n'est plus qu'une épine[22].

[Note 21: En profonds commentateurs, n'oublions pas de dire ici: «Il
y a lustre et lustre; le lustre vulgaire est de cinq années, celui de la
rose est de cinq minutes.»]

[Note 22: C'est ce qui fait dire à je ne sais quel poëte, en parlant
de je ne sais quelle nymphe:

    Lise, à quinze ans, avait un sein superbe;
    La pauvre Lise, à vingt ans, n'en a plus.
    Pourquoi, dit-on?--C'est qu'aux chemins battus
    On ne vit jamais croître l'herbe.]

Vous, dont la fougue égarée poursuit la jouissance au péril de vos
charmes! ah! du moins, quand vos sens sont calmés, hâtez-vous de réparer
en secret les outrages du plaisir. Autrefois tributaires du génie
monacal, la botanique et la chimie opposaient au développement des
gorges nonnettes le froid _nénuphar_ et le mystique _agnus castus_.
Libres aujourd'hui, ces deux sciences aiment à préparer de concert
d'utiles restaurants aux seins débilités. Connaissez l'art des
_frictions_ réparatrices. Elles entretiennent dans sa fraîcheur le satin
de la peau; elles rendent aux formes affaissées leur souplesse et leur
ressort; par elles, les lys disparus sous le feu du baiser, ont retrouvé
bientôt leur première blancheur. Salut, savante Tolleret[23]! La
renommée de tes _pommades_ a volé des bords de la Seine aux rives du
Mississipi. Le sein de la belle Poppée[24] n'eut jadis pour ressource
que le _bain de lait d'ânesse_; les gorges égyptiennes ne connaissent
que _l'hermodacte_[25]. Mais ces recettes merveilleuses, les tiennes les
ont éclipsées. C'est à ta voix que, pour la sécurité d'un sein galant,
l'olive et l'amande offrent à la fois leur huile adoucissante; que la
pimprenelle et la rose prodiguent leur essence aromatique; que la
cannelle et la fleur d'orange s'unissent à la crême en pâtes odorantes,
et s'étendent en _masque_ officieux[26] sur plus d'un sein décrépit.

[Note 23: Madame Tolleret, célèbre par ses découvertes dans l'art de
restaurer les gorges, du temps de Mercier.]

[Note 24: Poppée, impératrice romaine, seconde femme de Néron. Sa
Majesté tigre éventra d'un coup de pied sa royale épouse, sans respect
pour sa belle gorge.]

[Note 25: L'hermodacte est l'_iris tuberosa_ des botanistes.]

[Note 26: Nous ne parlons point ici par métaphore. La grande
toilette exige aujourd'hui deux masques; un, comme on sait, sur le
visage, l'autre sur la poitrine.]

Non, tu n'auras point fait d'ingrates, ô toi, dont le génie tutélaire a
bien mérité des gorges! Permets que leur chantre, en terminant leur
éloge, te proclame leur bienfaitrice. Un grain de leur encens t'est dû.
Puisse ton nom briller désormais en lettres d'or dans les fastes de la
beauté! Puisse, éternisée par la reconnaissance féminine, ta mémoire ne
périr qu'avec le dernier téton!

[Illustration]



CHAPITRE IX.

RECETTES VIRGINALES.--MOYENS A EMPLOYER POUR EFFACER LES RIDES ET
DIMINUER L'AMPLEUR DU VENTRE ET DE LA GORGE ET DE LA FAIRE CROÎTRE A
CELLES QUI SONT PRIVÉES DE CE BEL ORNEMENT.


Quelquefois, après la grossesse, la gorge et le ventre restent flétris
et plus volumineux. L'art offre ici plusieurs moyens: ils sont ou
mécaniques, ou thérapeutiques; les premiers consistent dans
l'application de bandelettes pour le sein, et de larges bandes sur le
ventre, aussitôt après les couches, avec la précaution de les resserrer
graduellement, pour laisser à l'organe de la génération les moyens de
contraction qui lui sont alors nécessaires. L'habit européen est, à cet
effet, plus favorable aux femmes que la veste asiatique qui, ne
contenant point les intestins, permet à la texture molle de leurs
enveloppes, d'acquérir des dimensions énormes. Plus soigneuses de leur
gorge et de leurs pieds, les Géorgiennes, les Otaïtiennes, les
Chinoises, les Bayadères captivent leur gorge enfantine dans un étui,
qu'elle ne peut dépasser[27], et emprisonnent, dès le berceau, dans une
_babouche_ étroite, leur pied qui ne s'accroît que très-peu. On a
ridiculisé ce goût fondé cependant sur quelque raison. En effet, une
main calleuse, un pied plat et long annoncent une basse extraction, une
vie exercée aux travaux les plus rudes, tandis qu'un pied mignon,
présage flatteur d'attraits plus cachés, semble être le résultat d'une
éducation soignée: et ne fît-on que retracer cette fameuse Rhodope, déjà
citée par nous, dont le joli soulier, emporté par un aigle et tombé à
Memphis, dans le bain du roi _Psammétique_, fit marcher son petit pied à
si grands pas vers la fortune, et valut à Rhodope les honneurs du trône;
on avouera qu'on a quelque droit à placer ce genre d'attrait parmi ceux
qui exercent sur l'homme un grand empire.

[Note 27: Nous n'avons point en France le bois mobile et léger dont
se servent, pour cet usage, les Bayadères, mais nous pouvons le
remplacer avec avantage par la gomme élastique, qui, par sa flexibilité
et sa légèreté, ne peut froisser ni déformer les contours qu'elle serait
destinée à faire éclore. On connaît à présent le moyen de dissoudre
cette gomme ou plutôt ce _gluten_ animal.]

On a vanté la mélisse pilée et appliquée sur la gorge, et l'arbrisseau
de Vénus, le myrte, s'honore d'offrir aussi un moyen de faire
disparaître les traces du culte qu'on rendit à la divinité auquel il est
consacré. En général, les sumacs (_rhus coriaria_), les chênes (_quercus
ilex_), les épines, les arbousiers et tous les végétaux styptiques
contiennent un _tannin_ très-propre à cet usage.

Enfin, le médecin des dames[28] dit:

_Si mulierum sinus pudoris sit nimium dilatatus, quod accidit tùm
propter partus, tùm propter frequentes coïtus, debent mulieres tunc uti
sequentibus remediis_[29]:

Prenez, dit-il, noix de galle encore vertes, faites-les bouillir dans du
vin avec quelques clous de girofle, trempez-y un linge et appliquez.

[Note 28: Le Camus, homme grave, érudit, et qui s'honora cependant
de tracer l'hygiène de la beauté sous le nom d'Abdeker.]

[Note 29: On pourrait nous reprocher nos citations latines, celle-ci
s'excuse d'elle-même, et les mères prudentes nous en sauront gré; quant
aux autres, nous avons ménagé, aux jeunes agréables du jour, l'occasion
de se montrer, auprès des belles, érudits à peu de frais.]

Ou bien: alun, sang-dragon, gomme arabique, suc d'acacia, feuilles de
plantain, de renouée, de tormentille, fleurs et fruits de grenadier,
capsules de glands, sorbes non mûres, roses de Provins, faites bouillir
dans du vinaigre, et appliquez au moyen de compresses.

Ou: quatre onces d'huile d'amandes amères, une once de cire blanche;
faites fondre au bain-marie; ajoutez deux gros d'alun, une once de suie
et un gros d'orcanette, vous avez une pommade styptique[30]; ou, enfin:
alun, une once, acide vitriolique, demi-gros; faites fondre dans quatre
onces de vinaigre et quatre onces d'eau de plantain ferrée; ajoutez deux
onces d'esprit de vin et servez-vous-en, mais avec discrétion, pour
imbiber, avec une éponge, certaines parties qui laisseraient des preuves
non équivoques de fécondité, ou au moins, comme disait Fontenelle, que
l'_amour avait passé par là_.

Un moyen plus simple et non moins efficace, c'est d'extraire le tannin,
en versant de l'eau sur du tan en poudre dans un appareil semblable à
celui des salpêtriers. Cette eau, en traversant le tan, lui enlève une
portion de son principe styptique; versée sur du nouveau, elle en
dissout une autre quantité, et ainsi de suite jusqu'à ce que le tan soit
plus disposé à lui en enlever qu'à lui en céder; alors la concentration
est parfaite, et on l'emploie comme les décoctions ci-dessus
prescrites; mais tous ces moyens ne peuvent que succéder aux
compressions graduelles des bandes à sec, et longtemps après que tous
les résultats de couche sont terminés, ou bien on courrait le risque
d'une suppression souvent mortelle et toujours douloureuse. Enfin, avec
les mêmes précautions, les bains froids et répétés offrent le plus sûr
comme le moins dangereux de tous les topiques.

[Note 30: Cette pommade rappelle l'aventure assez plaisante du jeune
abbé de Fl..., qui, en ayant trouvé sur une toilette et ayant les lèvres
gercées, les en frotta innocemment et sans penser à mal, mais avec un
tel succès, que le matin, en s'éveillant, il ne pouvait ouvrir la
bouche. Pareille aventure arriva également à M. le comte de Rochefort.
Voici comment il la raconte dans ses _Mémoires_. Mlle de Menneville,
fille d'honneur de la reine mère, ayant demandé à ce dernier un habit
d'homme, en secret:

«Je le lui portai dans sa chambre. Mais comme il n'y avoit personne pour
le recevoir, je le mis sous son lit où elle m'avoit dit de le mettre, et
m'en fus causer avec la bonne femme Mme du Tilleul, sous-gouvernante des
filles, qui étoit de mes bonnes amies. Comme toutes les chambres des
filles, ou, pour parler plus juste, toutes les loges étoient ouvertes,
car elles ressembloient proprement à celles des comédiens, j'aperçus, en
me promenant avec elle, sur une toilette, des peignes, une boëte à
poudre, et tous les autres ingrédiens qui servent à l'ajustement d'une
fille, et niant remarqué entr'autres choses une petite boëte de pommade,
j'en voulus prendre pour me frotter les mains que j'avois un peu rudes.
Je la trouvai toute d'une autre couleur que celle de l'ordinaire, ainsi
croiant qu'elle pouvoit servir aux lèvres, où j'avois un peu mal, j'en
mis assez imprudemment. Mais je ne fus pas longtemps à m'en repentir, au
même temps mes lèvres me firent un mal enragé, ma bouche se rétrécit,
mes gencives se ridèrent, et quand je vins à vouloir parler, je fis rire
tellement Mme du Tilleul, que je jugeai qu'il falloit que je fusse bien
ridicule. Ce qui fut le pis fut que je ne pus presque articuler aucune
parole, et, courant promptement à un miroir, je me fus regarder, et me
fis tant de honte à moi-même, que je m'enfuis pour me cacher. En m'en
allant je trouvai M. le duc de Roquelaure qui entroit pour venir faire
la cour à quelqu'une des filles, et étant tout étonné de me voir de la
sorte, il me demanda qui m'avoit mis en cet état. Je lui contai
naïvement mon infortune, à quoi il me fit réponse, en se moquant de moi,
que je n'avois que ce que je méritois, qu'à mon âge je devois savoir
qu'il y avoit de toutes sortes de pommade; que celle que j'avais prise
n'étoit ni pour les mains ni pour les cheveux, et qu'elle étoit un peu
plus rare. Il me quitta après s'être ainsi raillé de moi, et s'en allant
dans la chambre de la reine-mère, il lui fit sa cour à mes dépens.
Aussitôt tout le monde accourut pour me voir, et voiant que j'avais
aprêté manière de rire, j'en aurois ri, tout le premier, s'il m'avoit
été permis d'ouvrir la bouche. Cette aventure fut le sujet de
l'entretien de toute la cour, pendant plus de huit jours, et on le manda
même à Nantes, où le roi étoit, qui pour être si sérieux ne put
s'empêcher de rire. Pour moi, j'en avois tout autant d'envie que les
autres quand je pensois à cet accident, mais quoi que je m'étuvasse la
bouche d'eau fraîche, et tantôt de vin tiède, il n'y eut que le temps
qui m'aporta du soulagement.»]

POMMADE VIRGINALE DITE A LA COMTESSE.

Sulfate de zinc        40 gr.
Noix de galle  )
               >       20 gr.
Noix de cyprès )

Écorce de grenade )
Feuilles de myrte >    30 gr.
Sumac             )

Mélangez ces substances pulvérisées avec quantité suffisante d'onguent
rosat. Cette pommade a la propriété de resserrer le sphyncter ou muscles
constricteurs de la vulve et du vagin trop relâchés.

                         _Formulaire magistral._

On doit d'ailleurs scrupuleusement observer que tous ces topiques,
lotions ou pommades, ne doivent jamais s'employer pendant le tribut
lunaire, ou toute autre hémorrhagie utérine; et qu'ils ne sont suivis du
succès désiré, qu'en s'imposant la sagesse la plus austère. La femme
déjà trompée, et qui s'exposerait encore à l'être, n'est plus digne de
notre intérêt, et du motif bien pur qui nous anime à consoler son sexe
des injustices du nôtre.

Quant au moyen de s'opposer au développement excessif de la gorge, l'art
offre des procédés certains pour réprimer ce luxe de la nature, de même
qu'il en présente pour la forcer à accorder ses dons à celles envers qui
elle s'est montrée trop avare en ce point; et nous croyons faire plaisir
à nos lectrices, en publiant, en leur faveur, le manuscrit suivant,
trouvé dans les décombres du délicieux château de _Crécy_, bâti pour la
belle _Pompadour_, qui paraît avoir profité de la recette qu'il
contient. On sait qu'elle n'obtint que fort tard, le genre d'attrait
dont il s'agit ici. On pardonnera à l'auteur ses peintures un peu vives
en faveur de son motif.

«Vous m'ordonnez, madame, de consulter l'oracle d'Épidaure, pour ajouter
à vos attraits ce que vous seule y trouvez à désirer: que peut, en
effet, demander aux dieux, celle qui réunit à la majesté, la douceur; à
l'élégance des formes, la régularité des traits; enfin, à l'air imposant
de la reine des dieux, la fraîcheur des bergères du Mont Ida? Heureux
disciple d'Esculape, je suis appelé, par votre confiance dans mon art, à
embellir la beauté même: plus occupé de mon bonheur qu'effrayé de ma
témérité, je vais tenter d'unir à vos attraits des charmes nouveaux; et
j'ose croire au succès, puisque vos beaux yeux m'encouragent d'un
regard.

«Dans ce siècle fortuné, où, renonçant au vain luxe des mots, les
savans s'occupent avec succès des choses, on applaudit au novateur
heureux qui soulève le voile de la nature, pourvu qu'il en obtienne une
réponse.... On veut même que les oracles qu'il surprend à l'antique
déesse soient précis, et l'on pardonne à la nudité de ses expressions,
pourvu que son but soit moral, c'est-à-dire, tende à la perfection, au
bonheur de l'humanité. J'ose donc essayer, madame, de vous apprendre
l'art d'acquérir ce nouvel attrait qui fera de vous le modèle de la
beauté, et donnera à nos jeunes Françaises la confiance de vous imiter;
cet attrait qui anime le poëte, enflamme le peintre, ravit le sculpteur,
inspire le musicien, et fait délirer depuis le simple cultivateur sous
le chaume, jusqu'au grave philosophe au sein de ses livres poudreux; cet
attrait, dont les fières amazones consentaient à sacrifier la moitié
pour gagner en adresse ce qu'elles perdaient en appas; cet attrait, dont
la pomme de Paris n'offrait qu'une imparfaite image, et qui la fit
tomber de ses mains; enfin, cet attrait qui date des premiers jours du
monde, si c'est par lui qu'il faut expliquer cette autre pomme plus
fatale, auquel le genre humain doit, dit-on, la perte du bien et la
connaissance du mal.

«S'il est recherché par les hommes, les femmes s'honorent de l'offrir à
nos yeux, c'est l'aiguillon du plaisir, le prélude du bonheur!... C'est
le secret de ce don charmant que, sans m'arrêter à le depeindre, je
voudrais conquérir pour les femmes qui en sont privées, et quoique ce ne
soit point une fiction, c'est dans la fable que je puiserai la leçon que
je viens vous offrir.


LA COUPE D'HÉBÉ (ALLÉGORIE).

«Hébé, trop jeune encore, ne comptait que quatorze printemps: le lys et
la rose se disputaient ou plutôt se partageaient l'honneur de nuancer
son teint.... de grands yeux bleus, où déjà se peignait l'amour sans
qu'elle s'en doutât, s'ouvraient lentement sous de noires et longues
paupières; un front uni, un nez droit, une bouche de la couleur et de la
forme d'un bouton de rose qui s'entrouvre, une haleine qui en avait le
parfum, des dents d'un émail opalin, de charmantes fossettes offrant des
niches à l'amour indécis[31], un col blanc et onduleux, une taille et
flexible et légère, des bras arrondis, des doigts délicats; enfin de
petits pieds effleurant à peine les parvis de l'olympe.... Hébé avait
tout en partage, et les dieux, auxquels elle versait le nectar dans la
coupe de l'immortalité, étaient plus enivrés de ses charmes que de sa
liqueur éthérée.... elle réunissait tout.... tout? non.... quelque
chose manquait à ses charmes, et ce fut l'orgueilleuse Junon qui s'en
aperçut. Hébé entrait dans cet âge où la nature indécise semble n'avoir
qu'ébauché son chef-d'oeuvre. Offrant également les attraits des deux
sexes, elle n'avait point encore reçu ce double présent qui décèle une
vierge et que caresse l'oeil furtif de l'amant timide.... Le dieu de la
foudre lui-même, souriant à la remarque de l'auguste Junon, témoigne le
désir de voir Hébé parfaite.... Il dit, et fils aussi soumis que galant
époux, Vulcain prend la coupe des mains d'Hébé; il en couvre l'un des
hémisphères du sein de Vénus, et l'arrondit sur ce modèle à la vue des
dieux frémissants d'envie et de volupté. Sous son léger marteau le métal
docile s'étend, se contourne, se creuse, et façonnée de même sur le
second hémisphère de la belle déesse, naît une seconde coupe. Le dieu de
Lemnos les place sur le sein d'Hébé qui, ainsi parée, ressemble à la
chaste Pallas; bientôt sous ces deux coupes protectrices son sein
s'élève, un double mont bondit, et sa gorge s'accroît sans dépasser ces
heureuses limites. Les dieux applaudissent.... Cette ingénieuse
invention passa jusqu'en Grèce; l'Inde s'en fit honneur, mais elle se
perdit comme tous les usages antiques et fut conservée par les seules
Bayadères.... Ces coupes amoureuses furent réservées pour les banquets
des dieux, et ce sont elles qui, remises depuis aux mains d'Hébé,
désaltèrent encore les fortunés habitants de l'Empyrée, et leur
inspirent les désirs, l'espérance et la joie en leur rappelant le moule
heureux sur lequel elles furent arrondies.

[Note 31: Portrait exact de Mme de Pompadour.

      «Ainsi qu'Hébé la jeune Pompadour
        A deux jolis trous sur la joue,
    Deux trous charmans où le plaisir se joue,
    Qui furent faits par la main de l'Amour.»

_OEuv. de Bernis._]

«C'est ce prodige de la mythologie que l'art veut reproduire pour vous,
belles, à qui il ne manque que cet attrait pour être accomplies, et vous
aussi pour qui sa possession excusera l'absence des autres.

«En drapant légèrement les formes imparfaites de votre douce amie,
jeunes époux, imitez le disque rond de Phébé; échancrez[32] l'étoffe en
dessinant les contours absents des attraits que vous désirez; que votre
main utilement caressante et instruite à la volupté par le dieu de
Délos, sache promener des doigts mobiles sur l'aréole de ce sein non
encore développé[33]; que de fréquentes titillations fassent frémir ses
fibres; bientôt la papille se gonfle, et les esprits appelés par ces
douces frictions enflent les muscles qui, profitant d'une liberté
inconnue, se frayent une route nouvelle; une lymphe nourricière baigne
les glandes qui se dilatent; le réseau éclatant et poli qui les
renferme, participant de l'éréthisme général, s'arrondit sous les doigts
créateurs: comme la fleur, condamnée à périr sous les glaçons de
l'hiver, se développe et naît au jour, sous le verre diaphane, et sous
les douces influences d'une chaleur factice; de même les sucs élaborés
sous la main de l'époux fortuné s'accumuleront en dessinant les
voluptueux contours des beaux modèles que nous a transmis le ciseau des
Phidias et des Praxitelle.

[Note 32: Ce vêtement couvre trop le nu, il faut l'_échancrer_
davantage.

                         _Pygmalion_, scène lyrique. J. J.]

[Note 33: Quant aux jeunes vierges à qui la décence interdit le
secours d'une main caressante, il est un moyen qu'elles pourront
employer sous l'oeil d'une mère flattée d'ajouter à leurs perfections,
sans admettre un tiers dans leur confidence; le voici: appliquez sur la
place de la gorge un hémisphère en bois léger et creux ou en gomme
élastique et percé à son milieu, à peu près comme les ventouses de
verre, dont se servent les jeunes accouchées pour aspirer le lait; à
l'orifice s'adapterait un tube de verre ou un tuyau de gomme élastique,
au moyen duquel une succion plusieurs fois répétée, chaque jour,
finirait par développer l'attrait tant souhaité.

_Note du manuscrit._

Un de nos amis qui, dans son voyage en Égypte, a su à la fois faire des
observations sur l'art de guérir et sur les moeurs, nous assure que les
femmes de ce pays se servent, avec succès, pour la même intention, de la
mie d'un pain arrondi, façonnée au contour de la forme que l'on désire,
et appliquée encore chaude sur le sein. Cette substance, dit ce savant
que réclame avec honneur la chirurgie française, porte en elle un
principe végéto-animal, qui, développé par le calorique, pénètre
rapidement le sein, excite l'érection de ses papilles nerveuses, gonfle
le système glanduleux, et y cause un ferment, un prurit voluptueux,
bientôt suivis du développement successif de l'appareil mammaire et du
tissu cellulaire qui le recouvre. C'est ce même principe vireux qui agit
si énergiquement comme dérivatif de l'humeur goutteuse aux extrémités
inférieures, en appliquant du _levain_ à la plante des pieds. On
pourrait activer ce moyen par de légères frictions d'huile très-volatile
sur le sein, et d'une lotion astringente sur les parties qui
l'environnent; au reste, le volupté fait éclore la gorge, comme le
printemps fait éclore la rose, et tous les praticiens connaissent la
correspondance de l'_utérus_ au sein.]

«L'une des coupes fameuses dont il s'agit ici, madame, s'est perdue, ou
plutôt aimons à croire que les dieux l'ont retirée pour conserver le
type du beau, s'il se trouvait perdu sur la terre; l'autre est célèbre
par ce banquet où l'amoureuse Cléopâtre fit publiquement aux yeux
extasiés d'Antoine, non la fastueuse expérience de dissoudre une perle
dans un breuvage qui n'eût pas épargné l'organe complice de sa
forfanterie, mais celle bien plus merveilleuse de l'exacte application
de ce moule divin, sur sa gorge ravissante. Elle orne aujourd'hui un
_Musæum_ fameux en Europe, et nous pourrons la consulter pour donner à
vos formes le degré d'extension avoué par le goût, si vous accordez à
mes avis le droit de concourir à la naissance de l'attrait dont vous
désirez la possession. Je dois vous dire enfin, madame, que c'est de
l'abus des moyens que je viens de vous indiquer qu'est né un singulier
usage, chez les femmes turques, dont les époux, par je ne sais quel goût
bizarre, préfèrent une gorge volumineuse et tombante, et qui, pour se
procurer ce double _agrément_, usent avec excès des bains chauds et du
_massement_, opération inconnue en Europe. Ce n'est, certes, pas à cette
espèce de perfection que je désire vous voir atteindre, et la nature
heureusement vous a formée de manière à ne pas satisfaire les
inclinations turques; mais l'art hippocratique offre encore des
ressources aux femmes dont l'accroissement de la gorge aurait besoin
d'être prévenu, et c'est dans le même moyen qui favorise son
développement qu'elles trouveront celui de sa répression. Les belles
favorites du commandeur des croyants, les Circassiennes, les
Géorgiennes, les Mingréliennes, opposent, dès l'âge de douze ans, à leur
gorge naissante, un léger rempart de bois de santal qu'elle ne peut
franchir; et ce genre d'attrait acquiert chez elles, par la compression,
une fermeté que l'on rencontre difficilement chez les femmes des autres
peuples.

«Pardonnez, madame, ces détails que la nature de votre demande a rendus
nécessaires, et puisse l'application de cette théorie ajouter encore,
s'il est possible, aux charmes qui ont mérité l'hommage d'un autre
Jupiter. Puissé-je alors aussi, jeune encore et médecin peu connu,
obtenir par mes soins votre entière confiance, et par le succès de mes
recettes, le triomphe d'une nouvelle Hébé; dût une moderne Junon
accabler de sa persécution[34] l'inventeur satisfait de sa réussite.»
D.M.V.S.M.

[Note 34: La belle Pompadour suivit le conseil du jeune docteur,
elle acquit en effet l'attrait qui manquait seul à ses charmes, et
ouvrit, par reconnaissance, à son médecin une carrière qu'il parcourut
avec éclat.

Si l'on trouve ce fragment un peu libre, accusons-en plutôt nos moeurs
que l'auteur qui vivait dans un temps où le Français se scandalisait
plus des actions que des écrits; il pense maintenant tout le contraire,
et l'on ferait aujourd'hui le procès de _Vénette_, _Tissot_ et
_Montesquieu_ s'ils publiaient l'_Onanisme_, le _Tableau de l'amour
conjugal_ et le _Temple de Gnide_; en sommes-nous plus chastes et plus
vertueux? l'interprétation que l'on donnera à cet article répondra à
cette question. Au surplus, nous protestons de la pureté de nos motifs,
et nous n'avons point écrit pour les _Tartuffes de moeurs_, mais pour
cette belle moitié du genre humain qui ne connaît de mal que celui que
les pervers lui enseignent.]

Nous ne pouvons mieux terminer ce chapitre qu'en rapportant l'anecdote
suivante, qui en est le corollaire.

Sous Louis XIV, le supplice de la Brinvilliers fut un exemple
insuffisant pour arrêter les empoisonnements. Une _chambre ardente_ fut
instituée pour juger de ces crimes. L'arrestation et le procès de la
Voisin firent découvrir dans les papiers de cette dernière, une foule de
lettres qui compromettaient des gens de la plus haute condition. La
Voisin était accusée d'avoir vendu des poisons, des charmes, et divers
secrets magiques pour se faire aimer. La duchesse de Foix avait été
arrêtée sur la déposition d'un simple billet d'elle trouvé chez la
Voisin, et dont le sens était plus obscur que propre à baser une
accusation. Louis XIV, ne voulant pas que sur un indice si léger une
dame de haute distinction fût emprisonnée, se réserva de l'interroger
lui-même dans ses cabinets, où elle fut conduite avec son propre
carrosse par le capitaine des gardes en quartier.

«Reconnaissez-vous ce billet, madame la duchesse? lui dit Sa Majesté
d'un ton sévère, mais doux.

--Sire, il est de ma main; je ne puis ni ne veux le nier.

--A merveille! Maintenant dites-moi, je vous prie, avec la même
franchise, ce que signifient ces mots: _Plus je frotte, moins ils
poussent_.

--Ah! sire, s'écria la duchesse en se jetant aux pieds du roi, daignez
m'épargner un tel aveu.

--Je ne le puis, madame, songez que je vous appelle devant moi pour vous
sauver un affront public; ce motif me donne tous les droits à votre
confiance, et dans l'intérêt de votre honneur je vous ordonne de parler.

--J'obéirai, sire! reprit en tremblant Mme de Foix, rouge jusqu'aux
yeux.... Depuis deux ou trois ans je m'aperçois que mon mari me néglige
après m'avoir souvent reproché un défaut... non, jamais je n'oserai
achever....

--Continuez, duchesse....

--Il est des charmes, reprit l'accusée, dont la nature se montre
prodigue envers des femmes, avare envers d'autres....

--Poursuivez, je vous prie.

--Eh bien! sire, mon mari n'aime que les dames auxquelles la nature a
prodigué....

--Prodigué quoi?

--Ce qui excède les belles proportions dans Mme de Montespan et manque à
Mme de La Vallière... comme à moi, sire....

--Ah! m'y voici, s'écria Louis XIV en s'excusant d'un défaut trop
prolongé de pénétration.... Et je vois, poursuivit le monarque
interrogateur, que vous aviez demandé à la Voisin....

--Une pommade dont elle disait des merveilles, ajouta Mme de Foix en
baissant les yeux.

--Cependant _plus vous frottiez, moins ils poussaient_.

--Hélas! oui.

--C'était un malheur; mais ce n'était pas un crime, et je suis enchanté,
duchesse, de vous avoir épargné la honte d'un tel aveu devant la
_chambre ardente_. Je vous rends le malheureux billet qui vous causa
deux heures d'inquiétude; retournez tranquillement à votre hôtel. Je ne
vois de coupable ici que l'époux qui délaisse une femme aussi jolie que
vous; je veux en toucher quelques mots au duc. Il est un moyen plus
heureux que celui dont vous avez fait l'essai pour obtenir de la nature
elle-même ce que vous recherchiez par artifice; nous en causerons avec
votre mari, et j'espère qu'il l'emploiera.»

       *       *       *       *       *

ÉTUDE PHYSIOLOGIQUE SUR LES MAMELLES OU SEINS.

Les mamelles (_mammæ_, des Latins; _mastoï_, des Grecs; _poppa_, en
italien; _teta_, _ubre_, en espagnol) subissent les mêmes phases dans
leur développement, que les organes essentiels de la reproduction. Elles
sont peu apparentes dans le jeune âge et ne commencent à prendre le
développement qu'elles doivent acquérir que lorsque l'appareil génital
est apte à perpétuer l'espèce; et comme ce n'est que chez les individus
femelles qu'elles parviennent à leur état complet, elles ne présentent
pendant les premiers temps de la vie aucune différence chez l'un et
l'autre sexe.

C'est donc vers l'époque où la femme devient apte aux plaisirs de la
maternité, que les seins commencent à acquérir tout le développement
dont ils sont susceptibles, ainsi que les formes gracieuses qui en font
un si brillant ornement: avant la puberté, ils n'en forment que le noyau
et se flétrissent après le temps de la faculté de reproduire. Cependant
il n'est pas sans exemple de voir des jeunes filles encore loin de cette
brillante époque, offrir des mamelles parfaitement conformées et
susceptibles de fournir du lait. Les auteurs rapportent, à cet égard,
des exemples fort curieux; mais tous tendent à prouver que ce
développement précoce fut toujours le résultat d'irritations exercées
sur le mamelon.

Le développement des mamelles se fait ordinairement en raison de celui
des organes spéciaux de la génération, en sorte que la bonne
conformation des seins peut, en général, servir de mesure à celle de ces
derniers. Ainsi, l'homme qui recherche dans la femme, non-seulement ce
qu'elle peut offrir de gracieux, mais encore tout ce qui peut dénoter
une grande puissance génératrice et un vif sentiment de l'amour, est-il
toujours enthousiaste d'un beau sein. A peine la femme, la plus
accomplie sous tous les autres rapports, peut-elle éveiller en lui le
moindre sentiment de volupté, si elle ne se trouve pourvue de ce superbe
ornement. Cependant, on voit quelquefois des femmes dont les parties
sexuelles sont parfaitement développées et propres aux plaisirs ainsi
qu'à la propagation, quoiqu'elles n'offrent que quelques traces de ces
organes, tandis que d'autres, avec le sein le plus volumineux, ne sont
nullement accessibles aux désirs voluptueux ni aptes à la génération.

C'est évidemment en vertu des liens de l'étroite sympathie qui unissent
les seins et les organes sexuels, que s'opère le développement
simultané.

Les mamelles sont situées au milieu de la poitrine, l'une à droite et
l'autre à gauche, directement sur les muscles pectoraux; elles sont au
nombre de deux: il est rare de trouver des femmes qui en aient trois ou
quatre donnant toutes du lait. Cependant, les annales de la science
citent un grand nombre de femmes et même d'hommes multimammes; le plus
souvent, le nombre des mamelles est porté à trois: deux présentent la
position et le volume ordinaires, et la troisième est située sur la
ligne médiane, un peu plus bas que les deux autres, ou bien au-dessous
de l'une d'elles à droite ou à gauche. Lorsque la mamelle surnuméraire
est médiane, elle reste ordinairement peu volumineuse, même pendant
l'allaitement; les mamelles surnuméraires latérales diffèrent au
contraire fort peu des mamelles normales et peuvent, comme elles,
fournir du lait. Lorsqu'il existe quatre mamelles, elles sont
ordinairement bilatérales et placées comme les mamelles abdominales des
animaux, l'une au-dessous de l'autre; cette disposition est moins
commune que la précédente, et la présence de cinq mamelles est plus rare
encore. Percy n'en rapporte qu'un seul cas observé par M. Gorre. Ce cas
fut présenté par une femme valaque trouvée, en l'an VIII, parmi les
nombreux prisonniers faits à l'armée autrichienne et qui ne tarda pas à
périr de froid et de misère. Sur les cinq mamelles de cette femme,
quatre étaient très-saillantes, disposées sur deux rangs, gonflées et
pleines de lait; la cinquième était médiane et située à cinq pouces de
l'ombilic; elle n'était pas plus volumineuse que celle d'une fille
impubère.

On a aussi constaté que des mamelles surnuméraires pouvaient se
présenter sur d'autres points du corps; ainsi, M. Robert a fait
connaître le fait d'une femme multimamme de ce genre, laquelle
descendait elle-même d'une mère dont les mamelles étaient plus
nombreuses que d'habitude. Mais, chez elle, la mamelle surnuméraire
était placée à la partie externe de la cuisse gauche, près de l'aîne.
Jusqu'à la première grossesse, cette mamelle fut prise pour un simple
_noevus_; mais à cette époque elle se développa et acquit le volume de
la moitié d'un citron; l'enfant tétait alternativement l'une des
mamelles pectorales et celle-ci, qu'on pourrait appeler inguinale.

Thomas Bartholin vit une Danoise qui en offrait trois, dont deux étaient
placées dans leur situation naturelle, et l'autre à la partie inférieure
du _sternum_, en sorte qu'elles représentaient une espèce de pyramide
renversée. Tout le monde sait que la belle Anne de Boulen, épouse de
Henri VIII, roi d'Angleterre, avait, outre six doigts à chaque main,
trois mamelles à la partie antérieure de sa poitrine. Un moine de Corbie
rapporte avoir vu une paysanne qui nourrissait trois jumeaux de quatre
mamelles indistinctement, dont deux étaient situées au-devant de la
poitrine, et les deux autres au dos.

Les mamelles bien proportionnées sont un des principaux ornements des
femmes, particulièrement lorsqu'elles sont accompagnées d'une gorge bien
taillée et recouverte d'une peau fine. Il faut aussi qu'elles soient
blanches, rondes, et médiocrement écartées l'une de l'autre; qu'elles ne
soient placées ni trop haut, ni trop proche des aisselles; et enfin
qu'elles ne soient ni trop grosses, ni pendantes: voilà les conditions
qu'elles doivent avoir pour être belles et propres à donner de l'amour;
mais ce ne sont pas les meilleures ni les plus capables de contenir le
lait.

En nul endroit du corps, la peau n'est si fine, si délicate, si lisse,
si douce au toucher et si blanche qu'aux environs des mamelles. Là les
téguments ont acquis une telle ténuité, qu'ils sont entièrement
transparents et laissent facilement apercevoir les ramuscules veineux
qui serpentent agréablement dessous, notamment dans le voisinage de la
portion rosée, et dont la couleur bleuâtre, en formant un heureux
contraste avec la blancheur de la peau, en relève si fortement l'éclat,
et donne tant de lustre à la beauté du sein. Ces globes, au reste,
plaisent d'autant plus à la vue que cette belle portion de la peau est
plus tendue par des glandes mammaires volumineuses, et que la femme
jouit de plus d'embonpoint. Il est cependant des personnes fort maigres
naturellement dont ces glandes sont si développées que, malgré cet état,
elles offrent un sein solide, bien tendu, et de la plus grande beauté.

C'est à la partie centrale de chaque moitié des parois thoraciques
qu'est situé le sein dans sa belle conformation. Trop dégagés en dehors
et portés sous les aisselles, ces organes laissent entre eux un grand
vide, peu agréable à la vue, et peuvent éprouver, de la part des bras
portés en bas et surtout en dedans, des pressions plus ou moins fortes
dont la fréquence nuit à leur développement, les déforme et même les
atrophie. Trop rapprochés du centre de la poitrine, ils se confondent
l'un avec l'autre, et de ce défaut de dégagement résulte l'imperfection
de ces rotondités élégantes qui concourent tant à la beauté physique du
sexe. Trop relevés vers le cou, les seins confondent leurs brillants
contours avec ceux de l'épaule, reçoivent des chocs continuels des
mouvements brusques de la clavicule, et sont sans cesse exposés à
l'influence nuisible de l'atmosphère, dont la femme ne peut se garantir
que par des vêtements grotesques et répudiés par la véritable
coquetterie. Situés trop intérieurement, ils semblent rapprocher les
femmes des animaux mammifères, et demandent à être relevés sans cesse
par des corsets, dont la pression continuelle peut porter les plus
fâcheuses atteintes à ces organes délicats.

La figure des beaux seins est ronde, et représente un demi-globe; mais
les bons nourriciers, au contraire, sont avancés en dehors, et
ressemblent à une poire, tels sont en général ceux des Comtoises; ce qui
fait qu'ils ont de la peine à se soutenir, principalement quand ils sont
pleins de lait.

On ne peut pas bien déterminer leur grandeur; elle varie suivant les
nations: les Indiennes et les Siamoises les ont si longs, qu'elles
peuvent les jeter par-dessus leurs épaules. Ils différent encore suivant
les individus; quelques femmes les ont naturellement petits et d'autres
gros; ces dernières sont les meilleures nourrices, pourvus qu'ils ne
soient pas trop charnus. Leur grosseur dépend aussi de l'âge; ils
commencent à pousser à 14 ans, ils ont alors la figure d'un demi-globe;
ils sont petits, mais durs et fermes; ils grossissent à mesure qu'elles
avancent en âge; ils se flétrissent aux femmes qui approchent la
cinquantaine; et plus une femme vieillit, plus elle les a mous et
flasques, n'y restant plus à la fin que des peaux.

Le mamelon est une petite éminence qui s'élève au milieu de la mamelle;
il est d'une substance spongieuse, assez semblable à celle du gland de
la verge, c'est pourquoi il se relève, se gonfle et se roidit lorsqu'on
le suce ou bien qu'on le chatouille. Il a un rapport intime avec les
parties de la génération. Les mamelons se dressent et prennent part aux
sensations suscitées dans l'appareil génital par le coït ou autres
moyens d'excitation. Les titillations de ces boutons rosés y font naître
un sentiment de volupté qui, se communiquant en un clin-d'oeil au siége
spécial de la jouissance, embrase la femme et la sollicite puissamment à
l'acte de la reproduction. Quels sont les moyens d'une si frappante
communication entre des organes si éloignés? Quelques auteurs prétendent
que ce sentiment si vif, si agréable, a été donné à cette partie afin
que l'enfant y cause en la suçant un doux chatouillement, et que la
femme y trouvant un singulier plaisir, elle se porte plus volontiers à
donner à téter à son enfant aussi souvent qu'il en a besoin.

Il est reconnu que la succion du lait éveille des sentiments de volupté
au bénéfice de l'appareil générateur. Cabanis disait que des nourrices
lui avaient fait l'aveu qu'elles devaient à l'enfant qu'elles
allaitaient de véritables jouissances. La solidarité des seins,
relativement à l'appareil sexuel, est un fait constant; aussi la
sécrétion du lait augmente-t-elle généralement sous l'influence de
l'excitation de l'organe générateur. C'est le cas dans lequel était
cette femme, qui voyait le lait sortir de ses seins quand son mari
accomplissait avec elle l'acte du coït. On a dit aussi que l'observation
avait utilisé cet acte physiologique, que, voyant les animaux se prêter
avec complaisance à la manoeuvre par laquelle on leur enlevait leur
lait, on avait établi, dans le but d'en augmenter la quantité, une
action directe sur l'organe générateur. Hérodote rapporte que les
Scythes introduisaient un bâton poli dans la vulve de leurs juments
quand ils leur enlevaient leur lait. Bayeu a raconté que dans les
Pyrénées les gens occupés à traire les vaches plaçaient une de leurs
mains dans la vulve; enfin, s'il faut en croire Levaillant, les
Hottentots soufflent de l'air dans les parties sexuelles des animaux
avant de les traire.

La jeune fille devient-elle pubère, aussitôt les seins répondent à
l'appel de la matrice, et cette corrélation se reproduit à chaque nouvel
éveil de cet organe. Elle se moule en quelque façon sur les conditions
dans lesquelles il se trouve. Dans l'état ordinaire de la vie, une
action, quelle qu'elle soit, sur l'appareil générateur a toujours du
retentissement dans les seins, et réciproquement. Ainsi, une sensation
voluptueuse venant directement de l'utérus et de ses annexes est
comprise et perçue dans les organes de la lactation; de même les
sentiments lascifs peuvent trouver accès près des voies génitales en
partant des seins. C'est la raison pour laquelle Hippocrate croyait que
le lait venait de la matrice.

N'est-ce pas à cette corrélation, à cette excitation génésique provoquée
par l'allaitement qu'il faut attribuer le fait de luxure inouï,
diabolique, que rapporte M. le docteur Andrieux? Un enfant, qu'on avait
pourvu d'une nourrice jeune et vigoureuse, dépérissait chaque jour. Les
parents affligés cherchaient en vain la cause de cet état: on finit par
la découvrir. Mais où trouver des mots pour exprimer leur surprise et
leur colère, quand ils trouvèrent cette malheureuse, exténuée,
délirante, avec son nourrisson qui cherchait encore dans une succion
affreuse, et inévitablement stérile, un aliment que les seins auraient
pu seuls donner!!! Pour parvenir facilement à son but, elle attendait
que le cri de la faim se fît entendre; l'enfant, dans cet instant, ouvre
la bouche comme pour chercher le sein, il saisit alors avidement le bout
du doigt, ou tout corps quelconque souple et arrondi qu'on place entre
ses lèvres, et exerce immédiatement sur lui des efforts répétés de
succion.

Les exemples d'une pareille dépravation doivent heureusement être fort
rares.

La plupart des filles élevées chez des religieuses ne peuvent, selon ces
dernières, plaire au Créateur que par des imperfections. Avoir de la
gorge, être belle, sont assurément deux sujets de réprobation; l'enfer,
ouvert à celles qui portent un sein arrondi, attend sa proie avec
impatience; c'est ainsi que s'exprime le fanatisme dans l'intérieur des
maisons d'éducation religieuse. Quelques jeunes filles, adoptant ces
idées, prennent chaque jour quelques subtances capables d'interrompre ou
d'affaiblir la nutrition: tel est, par exemple, l'usage du vinaigre bu à
jeun; en altérant les forces digestives, il arrête le cours des
sécrétions ou en diminue l'énergie, d'où le défaut d'accroissement des
seins avec l'amaigrissement général qui résulte de cette détestable
coutume. Des remèdes aussi dangereux, ou plus violents, employés dans
les mêmes vues, doivent donc être bannis sans retour, puisque ce n'est
qu'en détruisant la santé qu'ils amènent le changement d'organisation
qu'on souhaite.

En 1829, le docteur Récamier publia un ouvrage en deux volumes,
intitulé: _Recherches sur le traitement du cancer par la compression
méthodique simple et combinée._ M. Récamier, appelé souvent dans les
couvents, s'est trouvé à portée d'y faire l'observation suivante:

Dans les couvents, les religieuses, dans le but de réprimer
l'envahissement mondain d'une gorge trop volumineuse, compriment les
glandes mammaires avec des rondelles d'amadou. Les seins, par le fait de
la compression et de l'iode qui se trouve naturellement dans l'amadou,
s'atrophient; mais ce que les religieuses de nos jours n'ont pas prévu,
c'est que, en raison de la solidarité dont nous nous entretenons,
l'appareil reproducteur profite du retrait des glandes mammaires. Or,
comme le bassin est l'expression de l'état anatomique et physiologique
de la matrice, il en résulte que les hanches et les muscles fessiers des
femmes soumises à cette opération acquièrent un énorme développement. Il
me reste à savoir si un surcroît de nourriture et de développement de
l'appareil générateur n'est pas un obstacle de plus à la chasteté; et si
ces intéressantes recluses n'en ressentent pas plus vivement les
aiguillons de la chair, que la religion leur défend d'écouter.

Mais il est temps de revenir à notre sujet, duquel nous nous sommes un
peu écarté. Le mamelon est rose et petit aux vierges; l'aréole qui
l'entoure est d'une teinte plus ou moins foncée, suivant les individus;
elle l'est en général davantage chez les personnes qui ont la peau
brune, les yeux et les cheveux noirs, que chez les femmes blondes,
faibles et délicates. L'étendue de ce cercle est de deux centimètres
environ; il s'élargit et prend une teinte plus foncée chez celles qui
ont fait des enfants; le mamelon devient livide et gros aux nourrices,
et il est noir et flétri chez les vieilles femmes.

       *       *       *       *       *

Un ouvrage de ce genre ne pouvant se terminer par des matières médicales
aussi sérieuses, nous donnons une fort jolie chanson de M. Aug. Gilles,
pour le clore convenablement.


LES TÉTONS.

    Air: _Elle aime à rire, elle aime à boire._

    J'ai pris pour muse une égrillarde
    A qui la romance déplaît;
    Chaque jour elle se complaît
    A rendre ma muse gaillarde.
    La gaudriole en mes cartons,
    A ses yeux offre une lacune,
    Elle me garderait rancune,   )
                                  > _Bis_
    Si je ne chantais les tétons.)

           *       *       *       *       *

    Dans le sein fécond qui le porte,
    L'homme fait neuf mois de séjour;
    Impatient de voir le jour,
    De ses pieds il frappe à la porte.
    A peine est-il né qu'à tâtons
    Le jeune espiègle entre en licence,
    Et, sans égards pour la décence,
    A sa mère il prend les tétons.

           *       *       *       *       *

    Chacun de vous a sa manie,
    Amis; mais je ne doute point
    Que votre penchant sur ce point,
    Avec le mien ne s'harmonie.
    Et je crois bien que nous goûtons
    Même plaisir et même ivresse,
    Quand notre main frôle et caresse
    Tour-à-tour deux jolis tétons.

           *       *       *       *       *

    Il est un usage contraire
    A la pudeur qui vous régit;
    Votre modestie en rougit;
    Mais elle ne peut s'y soustraire.
    Belles, quand nous vous accostons,
    De l'arc-boutant de la nature
    Votre oeil furtif prend la mesure,
    Le notre toise les tétons.

           *       *       *       *       *

    Dumont dit à son fils Hilaire:
    --Il faut enfin te décider,
    Et conduire, sans plus tarder,
    Au temple d'hymen Rose ou Claire.
    --Papa, mon choix est fait; partons:
    De Claire la beauté me flatte,
    Mais elle a la poitrine plate
    Et sa soeur a de gros tétons.

           *       *       *       *       *

    Paul et Justine se conviennent.
    L'amour paraît combler leurs voeux;
    C'est à leurs mutuels aveux
    Pourtant que l'un à l'autre ils tiennent:
    Grâce à leurs marchands de cartons,
    Aux amateurs ils font des niches,
    L'un avec des mollets postiches
    Et l'autre avec de faux tétons.

           *       *       *       *       *

    Nature dit à la fillette,
    Qui les voit poindre en son corset:
    Craignez que le noeud d'un lacet
    N'en comprime la peau douillette;
    Qu'entre leurs deux jolis boutons
    Le même espace s'interpose:
    Dans vingt ans où je les pose
    Qu'Amour trouve encor les tétons.

           *       *       *       *       *

    A notre liberté publique
    Je tiens par goût et par devoir,
    Et dans aucun temps le pouvoir
    Ne m'a fait changer de tactique.
    Au diable les ventrus gloutons
    De Villèle et de Bonaparte;
    Car la liberté sans la Charte
    C'est une femme sans tétons.

    AUG. GILLES.

FIN.



TABLE DES MATIÈRES.

Avant-propos

Épître Dédicatoire.--Sonnet.--Les pommes

Chap. I.--Des tétons.--De leur pouvoir et de leurs
charmes.--De la brune.--Pour la blanche.--Marot.--Marin.--Cyrano
de Bergerac.--Vers de Cotin sur une belle gorge.--Boursault.--Le
coeur volé.--Parny.--Le crucifié.--La Motte.--Le Poëte sans
fard.--Le Pays.--Les deux saints

Chap. II.--Des beaux tétons.--La femme parfaite ou les
trente points de beauté.--_Mulieris pulchritudo._--_Le
Momus redivivus._--Blason de la belle fille.--Épigramme
par le sieur Motin.--Chanson.--Sur le beau tétin.--Les
tétons.--Benserade.--Bois-Robert.--La puce de Mme des
Roches.--Madrigal.--Les délices de la poésie galante.--Sur
une sangsue qui pique le sein de Sylvie.--Le buse.--L'amour
sur une gorge rebondie.--Louis XV et la gorge de
Marie-Antoinette.--Un amant dans le portrait de sa
belle.--Marino.--Voisenon: les tétons de ma
cousine.--Madrigal.--Victor Cousin

Chap. III.--S'il est de la bienséance que les dames laissent
voir leurs tétons, et s'il est permis aux amante de les
toucher.--Molière.--Le petit père André.--Sur les femmes
qui montrent leur sein.--Stances sur la défense des gorges
découvertes des dames.--La vue d'un sein dégoûtait
Louis XIII.--Mlle d'Hautefort.--La gorgée de vin sur
un sein découvert.--Le père Barri.--Claude de Pontoux.
--La pudeur.--Scarron.--Moyen de parvenir.--La
duchesse de Bourgogne.--Mammillaires

Chap. IV.--Du langage des tétons.--Le père Bougeant.--Les
Innocents.--Ovide et Corine

Chap. V.--Des laids
tétons.--Boileau.--Le Brun.--Régnier.--Sygognes.--Maynard.--Urbain
Chevreau.--Antoine Legrand.--Voltaire.--Deguerle.--La
métamorphose.--Mercier de Compiègne.--Le fichu menteur

Chap. VI.--Des contrées où les femmes sont le mieux partagées
de tétons.--Les tétons des Anglaises.--Les tétons
de couvents.--Les tétons africains

Chap. VII.--De l'éloquence des tétons.--Phryné devant
l'Aréopage.--La fraise et l'oeuf.--Zadig

Chap. VIII.--Moyens de conserver la gorge.--Les seins
postiches.--Mme Tolleret.--Poppée

Chap. IX.--Recettes virginales.--Moyens à employer pour
effacer les rides et diminuer l'ampleur du ventre et de la
gorge; moyens pour la faire croître à celles qui sont privées
de ce bel ornement.--Mémoires de Rochefort.--Fontenelle.--Pommade
virginale dite à la comtesse.--Mme de Pompadour.--La coupe
d'Hébé.--J. J. Rousseau.--La duchesse de Foix.--Étude physiologique sur
les mamelles ou seins.--Cabanis.--L'action de donner
à téter procure de véritables jouissances à certaines femmes.--Fait
de luxure inouï d'une nourrice, rapporté par le
docteur Audrieux.--Inconvénients de comprimer la gorge
des religieuses.--Les tétons, chanson finale

FIN DE LA TABLE.

19193. PARIS.--TYPOGRAPHIE LAHURE rue de Fleurus, 9





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Éloge du sein des femmes - Ouvrage curieux" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home