Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: À travers l'hémisphère sud, ou Mon second voyage autour du monde - Tome 2; Équateur, Panama, Antilles, Mexique, Îles Sandwich, - Nouvelle-Zélande, Tasmanie, Australie.
Author: Michel, Ernest, 1837-
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "À travers l'hémisphère sud, ou Mon second voyage autour du monde - Tome 2; Équateur, Panama, Antilles, Mexique, Îles Sandwich, - Nouvelle-Zélande, Tasmanie, Australie." ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Note au lecteur de ce fichier digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées.

Des parenthèses ont été utilisées pour marquer les lettres supérieures
unusuelles.]



ERNEST MICHEL


À TRAVERS L'HÉMISPHÈRE SUD

OU

MON SECOND VOYAGE AUTOUR DU MONDE


II


Équateur, Panama, Antilles, Mexique, Îles Sandwich,
Nouvelle-Zélande, Tasmanie, Australie


[Illustration]



  PARIS

  LIBRAIRIE VICTOR PALMÉ

  (SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE LIBRAIRIE CATHOLIQUE)
  _76, Rue des Saints-Pères, 76_

  BRUXELLES
  Société Belge de Librairie
  Vandenbroeck, Directeur
  _8, Rue du Treurenberg, 8._

  GENÈVE
  Henri Trembley,
  Libraire-Éditeur
  _4, Rue Corraterie, 4._

  1888



À TRAVERS L'HÉMISPHÈRE SUD

OU

MON SECOND VOYAGE AUTOUR DU MONDE

II



PRÉFACE


En ouvrant ce deuxième volume, le lecteur, dans une courte excursion à
la République de l'Équateur, fera connaissance avec le pays qui a
produit Garcia Moreno, le président à la foi inébranlable, à l'énergie
indomptable. À travers l'isthme de Panama, il admirera les
gigantesques travaux du canal.

À la Jamaïque, il sera frappé des résultats immenses obtenus par le
génie colonisateur des races anglo-saxonnes qui ont presque centuplé
le chiffre de la population, tandis que Cuba et les Antilles
espagnoles, trop souvent déchirées par les guerres civiles et
affaiblies par l'incurie du gouvernement, restent stationnaires au
point de vue du nombre et de l'industrie.

Aux États-Unis, il trouvera partout le travail en honneur, et cette
énergie qui fait mettre en valeur par le concours des immigrants de
toutes les nations, les richesses minières, agricoles et pastorales de
cette immense contrée.

Dans les Sandwich il verra comment les populations indigènes de race
polynésienne savent se gouverner elles-mêmes, et ne dédaignent pas les
conseils de la femme capable que ce peuple élève parfois à la dignité
de sénateur.

Dans la Nouvelle-Zélande, en Tasmanie, en Australie, il admirera
l'énergie et le courage de ces jeunes colonies qui, en 50 ans, ont
couvert le pays de routes et de chemins de fer, de moissons et de
troupeaux. Il louera leur sens pratique et leur attachement à la loi
morale. Non seulement certains abus de nos grandes villes ne sont pas
tolérés, mais encore le travail du dimanche, le blasphème, les mauvais
propos sont sévèrement punis. Le bonheur de la famille et de la
communauté étant en raison de sa moralité, tout individu qui porte
atteinte à cette moralité est considéré comme un ennemi public.

Le lecteur verra que la prise de possession du monde par nos rivaux
nous laisse quelque chose à faire pour qu'au siècle prochain, notre
race, qui occupe incontestablement aujourd'hui une large place dans la
petite Europe, ne soit pas effacée à côté des Anglais, des Russes, des
Chinois, des Allemands dans la possession et le gouvernement des
autres parties du globe. Pour cela il verra bien vite que les hommes
étant la matière première des peuples, il importe d'arrêter au plus
tôt notre stérilité systématique par de justes réformes dans les lois
successorales, dans l'instruction et dans l'éducation, faisant effort
pour nous affranchir de la routine sur bien des points, et nous
débarrasser de nombreux préjugés.

Un moyen d'instruction des plus pratiques, comme nous l'avons indiqué
dans la préface du premier volume, est celui des voyages autour du
monde qu'il importe de populariser. Le jeune homme y prendra de bonne
heure l'esprit d'initiative, il saura découvrir comme nos voisins les
points où il est plus facile d'acquérir une fortune, et par
l'observation de ce qui se passe chez les autres peuples, il saura
s'approprier ce qui leur réussit, évitant les défauts et les vices qui
les affligent.

Nous préparerons ainsi une génération plus énergique, et plus
pratique, capable alors de servir encore une fois d'instrument entre
les mains de la Providence pour ses desseins à travers le monde.

Dans le prochain volume nous verrons, par la comparaison de
l'Australie avec la Nouvelle-Calédonie, par celle de Maurice avec
l'île de la Réunion, par la situation que nous avons perdue en Égypte
et par celle que nous conservons encore en Palestine, comment il faut
se comporter pour le choix et le gouvernement des colonies afin
qu'elles prospèrent, et la conduite à adopter vis-à-vis des autres
peuples pour les dominer par la force morale plutôt que par celle des
armes.

Nous espérons montrer ainsi à la jeunesse française, comme dans un
tableau d'ensemble, ce qu'est le monde aujourd'hui, afin que, lorsque
demain elle sera appelée à jouer son rôle, elle sache éviter les
écueils, toucher juste, tirer parti des hommes et des choses pour
elle, pour la civilisation et pour la patrie.



CHAPITRE PREMIER

République de l'Équateur.

     République de l'Équateur. -- Surface. -- Population. -- Histoire.
     -- Quito. -- Guayaquil. -- Le cacao. -- La résine. -- L'ivoire
     végétal. -- Le quinquina. -- Le tamarin. -- Le caoutchouc. -- La
     guerre civile. -- Le Guayaquil. -- Les crocodiles et le jeu de la
     pezéta. -- Arrivée à Panama.


La République de l'Équateur, ainsi appelée parce que Quito sa capitale
se trouve précisément sous l'équateur, a une surface plus grande que
celle de la France, 646,000 kilomètres carrés; mais elle a moins d'un
million d'habitants. Après l'émancipation, elle se détacha de la
Colombie, et depuis 1830, elle a déjà changé neuf fois sa
constitution. Les révolutions, comme dans presque toutes les
républiques de race espagnole, y sont à peu près périodiques et
parfois sanglantes jusqu'à la sauvagerie. Il arrive souvent que les
présidents sont fusillés ou assassinés. En 1877, l'archevêque même de
Quito, Mgr Ignacio Checa, fut empoisonné le Vendredi saint en
célébrant l'office divin, et on sait que le président Garcia Moreno,
qui avait montré une grande énergie durant ses deux présidences, et
qui avait acheminé le pays vers le véritable progrès, fut assassiné
sur la place de Quito, à 1 heure de l'après-midi, le 6 août 1875.

Le pays est divisé en 11 provinces et gouverné par un président; des
élections pour une Chambre de députés ont lieu de temps en temps.

[Illustration: Équateur.--Le Chimborazo.]

Quito, la capitale, possède une population de 60,000 âmes. Elle est
située sur les plateaux de la Cordillère des Andes, non loin du volcan
le Chimborazo, à plus de 3,000 mètres d'altitude. On dit que les
malades de la poitrine qu'on y envoie au début de la maladie y
guérissent facilement; mais on ne peut y arriver que par 6 ou 8 jours
de cheval. Les bateaux à vapeur remontent la rivière Guayaquil
pendant 9 à 10 lieues, puis des 80 lieues qui restent, 30 peuvent être
faites en voiture, et le reste à cheval. La diligence pour la partie
carrossable ne part qu'une fois par semaine. Le prix d'un cheval pour
Quito est d'environ 50 fr. pour tout le trajet.

[Illustration: Équateur.--Quito.--Couvent de Saint-François.]

L'histoire de Quito remonte jusqu'au VIIIe siècle, lorsqu'il tomba au
pouvoir du roi Caran Scyri, chef d'une puissante tribu. Ses
descendants firent la conquête de divers autres royaumes limitrophes;
mais le dernier, Scyri XI, n'ayant qu'une fille appelée Toa, la maria
à Duchicela, fils aîné de Condorazo, roi de Puruha, et les deux
royaumes n'en firent qu'un. La dynastie des Duchicela dura jusqu'en
1463 et tomba sous la domination de Huainacepac, roi des Incas, qui
dominait au Pérou. On sait que le dernier roi de cette dynastie,
Hatahualpa, fait prisonnier par les Espagnols, fut tué par eux après
un jugement ridicule, dans lequel Pizarro et Almagro furent juges et
partie.

C'est le 28 août 1883, à 6 heures du matin, que le canon du navire
annonce notre arrivée à Guayaquil. C'est la deuxième ville de la
république et son port principal. Elle compte 30,000 habitants. Je
descends à terre et parcours les rues pour arriver à la place. Le
tracé de la ville ressemble à celui des villes chiliennes: place
centrale d'une quadra; la cathédrale en bois occupe un des côtés; à
l'extérieur on la prendrait pour un théâtre. Les rues ont 10 mètres de
large et se coupent à angle droit; les maisons sont en bois avec
portiques aussi bien au rez-de-chaussée qu'au premier étage, pour
préserver de la chaleur. Les Agostiniens fêtent leur patron. Dans les
rues circulent des patrouilles de soldats habillés de rouge, de gris,
de blanc ou déguenillés.

[Illustration: République de l'Équateur.--Guayaquil.--Collège des
Frères de la Doctrine Chrétienne.]

Les Soeurs de Charité soignent à l'hôpital 700 malades, dont plusieurs
blessés dans la dernière bataille. Le Père Lafay, lazariste, après
m'avoir fait visiter la ville, me conduit à la maison de la Mission.
Comme la plupart des habitations des environs de la ville, elle est en
bambou aplati et à doubles parois distancées d'un mètre et demi. Cette
disposition permet à l'air de circuler, tamise la lumière et laisse
une fraîcheur relative à l'intérieur. Le Père Clavery, visiteur pour
l'Équateur, qui arrive de Quito, déjeune avec nous, et nous pouvons
parler de la capitale, de l'intérieur du pays qu'il connaît à
merveille, et même de Nice, où il a été le premier supérieur du grand
séminaire.

Je vais ensuite faire visite à M. Malinowski, ingénieur polonais, qui
a travaillé au chemin de fer transandin de la Oroya; à Mgr Verdier,
évêque auxiliaire de Taïti, qui s'en va à San-Francisco pour rejoindre
son diocèse, puis aux Soeurs des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie,
qui ont ici un pensionnat avec 100 élèves.

Au retour, je vois les quais encombrés de sucre, de cacao, qu'on
chargera sur le navire. On sait que ce fruit est la matière première
qui sert à former le chocolat. L'arbre qui le produit a besoin d'être
planté à l'ombre; c'est pourquoi on aligne les plants sous des rangées
de platanes; lorsqu'il est assez grand pour se faire ombre à lui-même
avec ses feuilles un peu plus grandes que celles du châtaignier, on
coupe les platanes. L'arbre atteint la taille de 5 à 6 mètres, et à
l'âge de 5 ans il produit sur le tronc des fruits ayant la forme de
concombres. On les cueille en les faisant tomber au moyen d'une lame
en forme de croissant, fixée au bout d'un bâton. On ouvre le fruit, on
en extrait les graines en forme de fèves rougeâtres, et on les fait
sécher au soleil en les préservant de la pluie et de la rosée. Après 8
ou 10 jours on les met en sacs pour l'exportation. Le cacaotier, une
fois planté, dure indéfiniment; on fait la récolte principale une fois
l'an; une seconde récolte moins forte comprend les fruits qui
repoussent. Un arbre donne en moyenne 25 livres de cacao, et on le
vend ici actuellement 100 fr. les 46 kilogrammes.

J'aperçois aussi une quantité de barriques d'une résine jaune,
transparente, que les pharmaciens emploient sous le nom de poix de
Bourgogne, et le _tagna_ ou ivoire végétal, sorte de petite noix de
coco qui sert à faire les boutons ou autres objets pour lesquels on
employait habituellement les dents d'éléphant.

La canne à sucre est cultivée ici, le café vient bien et sa qualité
est excellente.

Le quinquina est aussi un bon produit du pays.

Les indigènes vont à la recherche des grands arbres qui le donnent, et
lorsqu'ils les ont découverts par groupes plus ou moins considérables,
ils les marquent. Cela suffit à leur assurer le produit de l'écorce
qu'ils viendront chercher en son temps: Le meilleur est celui des
racines et des branches tendres.

On récolte aussi beaucoup de tamarin, espèce de fruit ou fève
aigrelette enfermé dans une gousse produite par de grands arbres. La
pharmacie l'emploie comme rafraîchissant et astringent. On cultive
aussi l'ananas qui est distillé.

Enfin, le caoutchouc donne un grand revenu. On calcule que chaque
arbre en produit en moyenne 25 livres. On saigne la plante pour en
recueillir le suc ou gomme élastique, et on peut la saigner, de
nouveau après un repos de 3 ans. Son prix est actuellement de 300 fr.
le quintal.

[Illustration: RÉPUBLIQUE DE L'ÉQUATEUR.--HACIENDA DEL
MELAGRO.--PLANTATION D'ANANAS.]

Le soleil, qui se couche derrière les collines et les forêts vierges
de Guayaquil, est d'un effet très pittoresque. Un peu plus tard,
lorsque les quais et les magasins qui le bordent seront éclairés au
gaz, l'effet sera aussi des plus agréables.

Voyez-vous, à côté de la ville, ces quatre collines qui se suivent? me
dit mon cicérone. C'est là qu'était Ventimiglia, il y a trois
semaines, avec ses 4,000 soldats. Cet ambitieux, après avoir achevé le
temps de sa présidence, afin de se maintenir au pouvoir, avait fait un
coup d'État; mais le pays a voulu s'en débarrasser. Conservateurs et
radicaux réunis ont formé deux armées qui se sont avancées jusqu'ici,
au nombre de 7,000 hommes. La position ennemie paraissait imprenable;
Ventimiglia avait fait couper sur les pentes de la colline les grands
arbres épineux de la forêt, ce qui rendait l'accès très difficile, et
ses soldats se tenaient au sommet derrière des remparts. Néanmoins,
une belle nuit, les coalisés montent à l'assaut en silence et
s'approchent à 50 mètres. Au cri de: Qui vive? ils répondent par une
formidable décharge; les autres ripostent, mais finissent par lâcher
pied, et Ventimiglia s'enfuit au Pérou sur un navire. Maintenant, les
deux armées coalisées ont signé un accord, en vertu duquel elles se
soumettront au gouvernement qui sortira des élections générales
prochaines. Avant de partir, Ventimiglia, à la tête de 500 soldats,
avait défoncé la banque nationale de l'Équateur et emporté 300,000
piastres. Moins hostile aux fous, voyant qu'ils recevaient des balles
dans leur établissement, il autorisa leur transfert dans une autre
maison. Au nombre de plusieurs centaines, ils sortirent donc en
procession, portant chacun un objet de son choix et suivant les Soeurs
de Charité dans leur nouvelle habitation. Les fous ici sont donc plus
sages que les gouvernants. N'est-ce pas en effet une insigne folie de
passer le temps à tuer les hommes dans un pays qui a tant besoin de
bras! Espérons que le canal de Panama mettra cette riche contrée à
portée de l'immigration européenne, et que bientôt le restant de la
race espagnole pourra être noyé dans un ensemble d'étrangers plus
sages qui imposeront au pays le sens chrétien pour qu'il jouisse de
ses bienfaits. Je dis le sens chrétien, car dans un pays ou presque
tout le clergé est corrompu, où le peuple s'amuse encore à voir
éventrer des chevaux par des taureaux et des coqs s'écharper, il peut
y avoir de la religiosité, du culte extérieur, mais il n'y a pas
certainement de sens chrétien.

[Illustration: République de l'Équateur.--Hacienda a Jaguachi, près de
Guayaquil.]

Le 29 août, à 10 heures du matin, le navire se met en marche pour
descendre la rivière.--Descendre est plus difficile en ce moment que
remonter à cause de la marée, qui établit le courant inverse. Les
bords du Guayaquil sont ravissants: les cocotiers, les bambous, les
manguiers forment une forêt vierge impénétrable. On voit bien par-ci
par-là quelques chalets qui indiquent l'élevage du bétail; mais la
presque totalité de ces magnifiques terrains n'est pas utilisée. Le
long du rivage nous voyons quelques crocodiles qui se chauffent au
soleil dans la boue. Ils sont très nombreux ici, et vivent
grassement des bancs de poissons qui remplissent la rivière. Ils
déposent leurs oeufs sur les bords et sous le sable pour que le soleil
les fasse éclore. Heureusement, les galinassos en sont gourmands et en
dévorent un grand nombre. On tire ici le caïman pour s'amuser, on
utilise sa graisse comme remède pour les foulures des chevaux; mais on
n'a pas encore appris à utiliser sa peau. Les Indiens sont habiles à
les tuer avec un coutelas. Lorsqu'ils aperçoivent le crocodile, ils
prennent un chapeau de paille et entrent dans l'eau jusqu'au cou.
L'horrible bête s'avance pour engloutir la tête, mais l'Indien alors
plonge, et pendant que le caïman mord le chapeau, lui, par-dessous,
lui ouvre le ventre. Cette manière de tuer le crocodile est nommée le
jeu de la pezéta, parce que l'Indien l'exécute à volonté pour une
pezéta (1 fr.). Quelquefois, il va le chercher dans l'eau; il sait
qu'au fond il n'attaque pas; il le touche sous le ventre, et pendant
qu'il se relève, il passe dessous une corde, et sortant de l'eau, il
le tire à terre, où il le tue à coups de rame ou de couteau.

Nous voici à Pûna, petit village à une des extrémités de la grande île
de Pûna. Nous entrons dans le canal de Jambeli, et bientôt nous serons
de nouveau dans la pleine mer.

Le 30 août, à 8 heures du soir, le navire arrive devant Tumaco. Belle
rivière, superbe végétation; il en repart à 3 heures 1/2 du matin.

31 août.--Grande bataille entre la baleine et le _thrasher_ qui,
quoique plus petit, semble vouloir vaincre. Nous voyons plusieurs
baleines et des multitudes de thons. Le 1er septembre, à 9 heures du
soir, nous arrivons à Buenaventura et en repartons à minuit. Le navire
glisse sur des étoiles phosphorescentes.

2 septembre.--Mgr Plantier, évêque de Taïti, dit la messe à bord dans
sa cabine.

3 septembre.--Navigation tranquille. Nous passons devant les îles des
Perles, et ce soir nous serons à Panama.

[Illustration: Panama.--Travaux du Canal.]



CHAPITRE II

Panama.

     La ville de Panama. -- La République de la Colombie. --
     Situation. -- Surface. -- Population. -- Produits. -- La
     Compagnie universelle du canal interocéanique. -- Le personnel.
     -- L'hôpital. -- L'isthme. -- Le canal et ses dimensions. -- État
     des travaux. -- Moyens d'exécution. -- Le barrage du Chagre. --
     Le chemin de fer. -- La ville et le port de Colon. -- Résultat du
     percement de l'isthme.


D'après l'itinéraire distribué par la Pacific Steam Company, l'_Islay_
devait arriver à Panama le 2 septembre. Nous n'abordâmes à ce port que
le 3, à 5 heures du soir. Faute de fond, les navires s'arrêtent à
l'île de Taboga, et nous transbordons sur un petit steamer qui, en
vingt-cinq minutes, nous dépose au môle de Panama. Ce n'est pas petite
affaire alors que de suivre le mouvement de ses bagages. Des noirs,
des bruns les prennent à tort et à travers, et on a de la peine à les
réunir.

Vue de la mer, la ville de Panama présente vin panorama magnifique.
Elle occupe un petit monticule, formant presqu'île. Là s'accumulent
les maisons et se détachent les clochers des nombreuses églises. Les
palmiers, les cocotiers, les bananiers abondent comme dans les plus
beaux pays de la zone torride.

À terre c'est autre chose; les maisons sont délabrées et plusieurs en
ruine: l'herbe pousse partout, dans la saison des pluies; des dépôts
de fumier par-ci par-là n'augmentent pas la salubrité de l'air; on me
dit pourtant que la propreté a fait de grands progrès, et qu'il n'y a
pas longtemps, tous les résidus étaient simplement jetés à la rue et y
séjournaient. Une ville ainsi tenue engendrerait des miasmes et des
maladies sous toutes les latitudes.

En ce moment, à la suite des travaux du canal, Panama, qui ne comptait
dernièrement que 8,000 âmes, en a déjà 15,000. Au _Grand Hôtel_ où je
descends, on a la bonté de me donner une chambre formant coin, avec
une fenêtre sur chaque façade; je comptais ainsi jouir du courant
d'air, mais il y en a si peu ici, que les fenêtres n'ont même pas de
vitres. Elles sont formées de simples planches massives dont le haut
est découpé en persienne. J'avais la vue sur la mer et m'en
réjouissais comme devant m'amener une brise pure et saine, mais la
marée baissant, elle laisse à découvert des rochers sur quelques
centaines de mètres, et les fumiers qu'on y dépose m'envoient des
odeurs insupportables. S'il est vrai qu'on a fait déjà tant de
progrès, il en reste à faire encore!

Le matin en me levant, je demande à prendre un bain. On m'envoie chez
le perruquier. Il n'y a, en effet, que les perruquiers qui donnent des
bains à Panama.

[Illustration: Panama.--La ville.]

L'isthme de Panama se trouve dans l'État de Panama, un des 7 États
confédérés de la Colombie. Cette république, au centre de l'Amérique,
a une surface de 1,300,000 kilomètres carrés, et une population de
3,000,000 d'habitants. Elle confine au nord avec la mer des Antilles,
au sud avec la république de l'Équateur et le Brésil, à l'est avec le
Brésil et le Venézuéla, au nord-est la république de Costa-Rica, et à
l'ouest le Pacifique. La capitale, Bogota, au centre du pays, est
située à 3,000 mètres d'altitude, et compte 120,000 habitants. On
l'atteint en remontant durant 8 jours le fleuve Maddalena, et en
chevauchant durant 3 autres jours. L'intérieur du pays, dans les
Andes, jouit d'un climat sain et tempéré, mais les côtes sont
brûlantes et malsaines.

Les revenus varient entre 3 ou 4 millions de piastres. L'exportation
atteint 35,000,000 de francs. Elle comprend l'or, l'argent, les
pierres précieuses, le tabac; le quinquina, les bois de teinture, les
résines, le caoutchouc, et les chapeaux dits de Panama. On exporte
aussi une grande quantité de bananes: 1,500 à 2,000 tonnes par mois
partent pour les États-Unis de l'Amérique du Nord. Il y a aussi de
grandes plantations de cocotiers dont quelques-unes comptent jusqu'à
80,000 plants, rapportant une moyenne de 5 francs par plante.

La mer abonde en coraux, en nacre, tortues et poissons de toute sorte.
Le bas des rivières est peuplé de caïmans. À Panama, dans les forêts
vierges, on rencontre beaucoup de singes, et le _paresseux_, espèce de
petit ours qui se meut très lentement mais qui ne lâche pas ce qu'il
empoigne. On rencontre aussi le petit tigre, le serpent corail et
beaucoup de scorpions. Parmi les oiseaux, on voit le perroquet, le
cardinal, le canari, le merle, l'aigle, le condor et le paon.

Ma première visite fut pour les bureaux de la Compagnie. Ils occupent,
sur la place, la grande maison qui était l'ancien _Grand Hôtel_. Sur
la façade on lit: Compagnie universelle du canal interocéanique. M. de
Lesseps a toujours travaillé pour le monde entier.

M. Dumarteau, directeur des travaux, me reçoit avec égards et me
présente à M. le commandant Richier, agent général de la Compagnie,
qui a la bonté de m'inviter à déjeuner.

Le mois d'août, qui est le plus mauvais de l'année, a encore éprouvé
le personnel: sur 700 employés, 20 ont eu la fièvre jaune et le plus
grand nombre les fièvres paludéennes. Au commencement de la saison des
pluies, on peut presque prévoir quels sont ceux qui succomberont. Ce
sont les buveurs et les noceurs. L'hôpital contient de 2 à 300
malades; ce chiffre n'est pas excessif pour 8 à 10,000 ouvriers.

La mortalité atteint environ 5%. La Compagnie déploie une sollicitude
paternelle pour son personnel. Les employés débutent à 120 piastres
par mois (600 fr.) plus 12% pour frais de logement. Les ingénieurs de
section ont 417 piastres par mois. Après 2 ans, ils ont droit à un
congé de 5 mois pendant lequel le traitement est payé en entier.

[Illustration: Panama.--Maison des employés du canal.]

Dans les sections, sur la ligne, on a bâti des maisons pour le
personnel. La Compagnie fait venir de France, le vin et l'eau de
Saint-Galmier, et les cède à son personnel à prix coûtant.

À Panama, elle a formé pour ses employés un cercle avec billards et
jeux divers. Les bureaux sont vastes, les fenêtres grandes et les
plafonds élevés. Par intervalle, on les conduit en pique-nique aux
îles des Perles ou ailleurs.

L'hôpital, bâti sur le versant d'une colline à 2 kilomètres de Panama,
se compose d'un groupe de 12 maisons ou salles recevant séparément les
divers genres de maladie. Ces 12 salles contiennent chacune 24 lits.
Une maison est réservée aux employés: ceux-ci vont passer leur
convalescence à l'île de Taboga, où l'air est pur et le climat sain.
Les Soeurs de Charité, au nombre de 21, prennent soin des malades; le
docteur en chef, avec lequel j'ai beaucoup causé, rend hommage à leur
dévouement. La supérieure, qui m'a renseigné sur tous les détails du
service, m'a paru une maîtresse femme remplie de tact. Les malades
appartiennent à toutes les nations: Italiens, Américains, Anglais,
Français, Allemands, nègres, et sont tous également bien traités. Les
nègres souffrent, comme partout, de plaies aux jambes; les blancs sont
facilement sujets à la fièvre paludéenne et à la dysenterie. Il y a eu
quelques cas de fièvre jaune, mais à l'état endémique. Chaque section
a aussi son médecin, ce qui en porte le nombre à 15.--500 ouvriers
étaient en train d'entourer d'un superbe parc les bâtiments de
l'hôpital. Près de là sont les écuries, dirigées par M. Trippier: la
Compagnie possède, en ce moment 280 chevaux, mules et ânes, pour les
divers services.

À la poste, je trouve de nombreuses lettres d'Europe; parents et amis
vont bien, Dieu soit béni! mais j'ai moins de satisfaction par les
renseignements des Compagnies de bateaux à vapeur. Celui qui va à
San-Francisco ne part que le 12 septembre. Que faire pendant 8 jours
sous le soleil de Panama? De plus, il arrive vers le 30 à
San-Francisco, lorsque le steamer pour l'Australie est parti le 22, et
que le suivant ne part que le 20 octobre. Que faire donc durant 20
jours à San-Francisco?

Je me décide à passer à Cuba, de là à Mexico et à la Nouvelle-Orléans,
pour gagner San-Francisco par terre.

5 septembre.--M. Demarteau, qui se rend à Colon, veut bien m'admettre
en sa compagnie, et le comte de Kérouan, inspecteur, m'explique
minutieusement durant le trajet l'état des travaux.

[Illustration: Panama.--Abattage de la forêt vierge.--Section
2.--Culebra.]

Le tracé a 47 milles anglais, environ 80 kilomètres, et suit en grande
partie la ligne du chemin de fer. Afin de ne pas être gêné pour le
transport du matériel, la Compagnie du canal a acheté les 9/10 des
actions de ce chemin de fer. On sait que, pour ce petit parcours, les
voyageurs paient 25 dollars, ce qui a permis à la Compagnie primitive
de réaliser d'importants bénéfices. Mais comme ce chemin est à voie
unique; et qu'il; doit faire le service des voyageurs et des
marchandises entre les deux océans, il est à craindre qu'à un moment
donné il ne devienne insuffisant, surtout lorsque les travaux seront
entrés dans la grande période d'exécution.

Pour le moment, la période de préparation touche à sa fin. La forêt
vierge est coupée sur tout le parcours On abat les arbres et les
lianes. Après la saison des pluies ils sèchent et on y met le feu.
Presque partout on a poussé activement les voies ferrées destinées à
la décharge des déblais. Dans une section, celle d'_Imperador_,
dirigée par M. Jacquemain, on a déjà creusé le canal sur toute sa
largeur à la profondeur de 1 mètre Le canal sera large de 100 mètres
et profond de 8 mètres 1/2.

Le canal de Suez n'a que 7 mètres de profondeur, 100 mètres de large
seulement dans les gares, et 140 kilomètres de long. Par contre, le
canal de Panama, s'il est plus court, a des déblais plus durs et plus
importants. On calcule que le quart sera roche dure ou demi-dure, et
les talus varieront de 1 mètre jusqu'à 100 mètres au point culminant.
Le terrain, en effet, sur la moitié de son parcours est ondulé, et
quoique le tracé fasse plusieurs courbes pour éviter les collines, on
ne peut faire à moins que d'en couper quelques-unes.

Nous voyons par-ci par-là fonctionner les excavateurs; ils sont de
deux sortes: l'excavateur américain à une seule pelle, qui fonctionne
comme les dragues marines. Le bout de la pelle est garni de trois
pointes qui s'enfoncent dans le sol. La pelle se remplit de 2 mètres
cubes de terre; élevée en l'air, on laisse tomber la paroi inférieure
et la terre s'en va dans les wagons de décharge. Un excavateur peut
ainsi enlever de 500 à 800 mètres cubes par jour. L'excavateur
français est à godets sans fin, prenant la terre et la versant dans
les wagons de décharge. Il remue à peu près le même nombre de mètres
cubes que l'excavateur américain; l'un et l'autre coûtent environ
40,000 fr. Il y en a vingt-cinq en fonction en ce moment, mais le
nombre en sera bientôt plus que triplé. Nous voyons aussi de nombreux
ouvriers amener les wagons à main sur les petits rails mobiles: ce
système rend bien des services.

Aux diverses stations, on a choisi un point élevé pour y construire
les jolis chalets destinés aux employés. L'un d'entre eux, qui est
dans notre wagon, emmène sa jeune épouse à la station qui lui est
assignée. Il faut bien que ces anges du foyer aient leur part de peine
et de courage dans ce grand travail qui honore notre pays. Les chefs
en sont heureux, car jeune homme marié, jeune homme rangé; mais ils
redoutent les dames aux pantalons.

À côté des chalets destinés aux employés, sont les cabanes de chaume à
forme pyramidale en usage dans le pays. Elles servent d'habitation aux
ouvriers. Près de là, les cantines, tenues par des hommes de
confiance, leur fournissent le nécessaire à des prix raisonnables. Les
tâcherons appartiennent à toutes les nations. Les ouvriers viennent en
majorité des Antilles et gagnent de 5 à 6 fr. par jour. Ils
travaillent presque tous à la tâche. On calcule qu'il faudra déplacer
100,000,000 de mètres cubes pour le canal; la moyenne du déplacement
est de 5 fr. le mètre cube, ce qui fera un demi-milliard de francs.
Jusqu'à ce jour, la Compagnie a émis pour 300,000,000 d'actions, sur
lesquels un tiers est dépensé.

[Illustration: Panama.--Village indigène.]

La Compagnie a passé avec des entrepreneurs divers de nombreux
contrats pour l'excavation et le transport de millions de mètres cubes
de terre dans un espace d'un à deux ans. Si les prévisions se
réalisent, le canal sera achevé en 1888. Plusieurs, surtout parmi les
Américains, pensent qu'il faudra vingt ans et un milliard et demi pour
venir à bout de cette entreprise colossale. Quoi qu'il en soit, c'est
déjà beaucoup qu'aujourd'hui on ne la déclare plus impossible et que
la question se réduise aux chiffres d'argent et de temps.

Le travail le plus colossal sera le barrage du Chagre qui aboutit
aujourd'hui au port de Colon. Cette rivière, lors des pluies
diluviennes, s'élève de 18 à 24 pieds en quelques heures, et comme
elle suit en partie le parcours du canal, il faut la déplacer et la
rejeter vers Panama. On compte le faire au moyen d'un barrage qui sera
le plus grand du monde et qu'on obtiendra par les millions de mètres
cubes de déblais du canal.

La Compagnie a occupé gratuitement le terrain appartenant à l'État,
mais elle a dû acheter tout celui qui appartenait aux particuliers. La
moyenne des prix n'a pas dépassé 112 fr. l'hectare; il s'est élevé
jusqu'à 500 fr. dans les parties plantées en bananes: on estime à
environ 5 fr. le pied de bananier. Sur la route, nous en voyons des
champs immenses avec des régimes dépassant le poids de 50 kilogrammes.
On les coupe et on les expédie à New-York.

La Compagnie a en outre reçu comme gratification 600,000 hectares de
terre qu'une commission d'arpenteurs va délimiter. Sur ces terres
existent des mines d'or et de charbon.

À peine sortis de la région des collines, nous trouvons les marais,
qui bordent la ligne du chemin de fer des deux côtés. Infailliblement,
ils doivent engendrer les fièvres; on me dit que même les hirondelles
en sont prises parfois et tombent, mais, l'accès passé, elles
reprennent leur vol.

Le canal sera un vaste drainage qui recevra les rigoles latérales.
Quand il sera achevé, la santé fleurira dans le pays. On pourra alors
y cultiver la canne à sucre et toutes les plantes tropicales. Ceux qui
jouiront de ces bienfaits penseront aux pionniers qui les leur auront
procurés par le sacrifice de leur vie. Il en est ainsi pour tous les
pays nouveaux. Il faut que l'homme soit semé, pour que la civilisation
pousse dessus.

À la station de Buenavista, le tracé du canal quitte la ligne du
chemin de fer et ne la retrouve qu'à environ 30 kilomètres plus loin,
à la cité de Lesseps, près Colon. Là, des dragues creusent le port
intérieur et on comble un marais qui fournira plusieurs hectares de
terrain pour les quais et entrepôts.

Aussitôt que les nombreux excavateurs commandés seront arrivés et
montés, la Compagnie pourra employer jusqu'à 40,000 ouvriers, et à
mesure qu'on remplira les marais, et que le travail avancera, l'état
sanitaire s'améliorera.

Colon, lui aussi, commence à prendre de grandes proportions par
l'affluence des ouvriers.

Il en sera du canal de Panama comme de celui de Suez. Les plus
intéressés, qui ne voulaient pas y croire et faisaient leur possible
pour l'entraver, seront les premiers à en profiter, et un beau jour
les journaux de tous les pays annonceront l'inauguration du grand
canal interocéanique.

Ce sera un grand jour et comme l'aurore de la résurrection de
l'Amérique centrale. En effet, ces pays, actuellement presque
inabordables, seront alors accessibles à l'immigration européenne qui
viendra et absorbera le noyau batailleur et sauvage de l'actuelle
génération espagnole, et ces vastes contrées, qui se perdent
aujourd'hui en révolutions périodiques, grandiront par l'application
au travail et la mise à profit des immenses ressources du sol.

Les deux canaux de M. de Lesseps sont une oeuvre providentielle de
progrès et de paix. Comme les chemins de fer, ils auront contribué
grandement à rapprocher les diverses branches de la famille humaine!

Après avoir laissé aux soins d'un agent de la Compagnie une caisse à
expédier à la Société de Géographie de Lyon, je quitte M. Dumarteau et
ses collaborateurs, tous si prévenants pour le voyageur, et à 6 heures
du soir, je monte sur le _Para_, navire de 3,800 tonnes de la
Royal-Mail, qui doit me porter à la Jamaïque, à Porto-Rico et à
Saint-Thomas.

6 septembre.--Navigation par une mer houleuse. Des nuées de poissons
volants accompagnent le navire.

7 septembre.--Navigation plus tranquille. Chaleur étouffante, 40°. Le
soir, à 6 heures, nous arrivons devant Port-Royal, à l'entrée de la
baie de Kingstown, capitale de la Jamaïque. L'officier de santé vient
à bord et nous permet l'entrée.



CHAPITRE III

Les Antilles.

     La Jamaïque. -- Situation. -- Surface. -- Produits. --
     Température. -- Histoire. -- Population. -- Justice. --
     Contributions. -- Les coolies hindous. -- Irrigation. -- Chemins
     de fer. -- Importation. -- Exportation. -- Main-d'oeuvre. -- Les
     Building Societies. -- Les îles annexes. -- La ville de
     Kingstown. -- Le marché. -- Une école professionnelle. -- Une
     plantation de cannes à sucre. -- Les campagnards. -- La garnison.


Port-Royal ne contient maintenant que peu de maisons entourées de
cocotiers. Elle était la capitale de l'île avant 1692; mais le 7 juin
de cette année, un terrible tremblement de terre secoua la ville, et
la mer soulevée la submergea. Des milliers de personnes périrent
englouties dans les flots ou ensevelies dans les crevasses.
Quelques-unes, après avoir été prises dans les fissures de la terre
entr'ouverte, furent rejetées par des secousses postérieures et purent
vivre encore de longues années. Port-Royal fut encore plusieurs fois
reconstruite et plusieurs fois dévorée par les flammes. À la fin, ses
habitants se transportèrent à Kingstown, à l'extrémité de la baie, et
en firent la capitale.

Cette baie est vaste et sûre, mais peu profonde. On a creusé des
canaux pour l'approche des navires, et un pilote est nécessaire. Nous
laissons à gauche les bâtiments servant de lazaret, passons devant un
fort, et accostons au môle à Kingstown. Partout la végétation est
tropicale, les cocotiers élèvent leurs plumets même au-dessus du
phare.

L'île de la Jamaïque est une des quatre grandes Antilles. Les trois
autres sont Cuba, Haïti, Porto-Rico. Elle est située entre le 17° 43'
et 18° 32' latitude nord et le 76° 11' et 78° 20' longitude ouest.
Elle est distante d'environ 5,000 milles de l'Angleterre, 100 milles
de Saint-Domingue, 90 milles de Cuba, 445 milles de Carthagène et 540
milles de Colon. Son nom est composé de mots indiens qui signifient
eau et bois, deux choses qui abondent dans l'île. La longueur de
_Jamaïca_, comme l'appellent les Anglais, est de 144 milles; sa
largeur de 49; sa surface de 4,193 milles carrés, dont 646 seulement
en plaines. Elle est divisée en trois comtés. La température est de
35° à 40° au bord de la mer, mais elle descend jusqu'à 15° ou 20° dans
les montagnes qui couvrent presque toute l'île. Celles-ci atteignent
au centre l'altitude de 7,360 pieds au pic des Montagnes Bleues. Dans
les plaines, on cultive la canne à sucre; sur les coteaux, le café, et
vers les sommets, le quinquina, espèce particulière qui vient ici en
forme d'arbuste.

L'Île abonde en eaux minérales; les principales sources utilisées pour
les bains sont: _Bath_, eaux sulfureuses, et _Milk-river spring_, eaux
thermales salées.

La Jamaïque a été découverte le 3 mai 1494 par Christophe Colomb dans
son deuxième voyage. Son fils Diego Colomb la gouverna après lui, mais
par la suite, les Espagnols se montrèrent cruels envers les Indiens au
point qu'en 60 ans ils firent périr 60,000 familles. L'île ne
possédait plus que 4 à 5,000 habitants lorsque l'amiral Penn, le 3 mai
1655, s'en rendit maître au nom de l'Angleterre. On encouragea les
plantations, on amena des nègres d'Afrique, et en 1673, un premier
envoi de sucre fut fait en Angleterre. Le recensement de cette année
donne pour l'île 4,050 hommes, 2,006 femmes, 1,712 enfants, 9,504
noirs, en tout 17,272 âmes.

En 1791, la population s'élève à 291,400 âmes, dont 250,000 esclaves.
En 1871, la population compte 506,154 âmes, dont 13,101 blancs,
100,346 de couleur et 392,707 noirs. En 1881, la population atteint
580,804 âmes, soit une augmentation de plus de 74,000 en dix ans.

Conformément aux traditions anglaises, l'île est divisée en comtés et
paroisses, et possède environ 2,000 électeurs. Elle est administrée
par un gouverneur nommé par la Reine et assisté d'un Conseil. Les
députés élus coopèrent à la formation des lois. La justice est rendue
par des juges de paix, par les _petty sessions_ dans les districts,
avec droit d'appel à la Cour suprême.

Le terrain est frappé de contributions diverses selon le genre de
culture; ainsi on paie 3 pence par acre de terrain planté en cannes à
sucre, café, genièvre, arrowroot, blé, noisettes de terre, coton,
tabac, cacao et légumes. On ne paie que la moitié de ce prix si le
terrain est semé d'herbe de Guinée, qui est ici le meilleur foin. On
paie 3/4 de penny pour un acre de terrain cultivé en piment ou destiné
au pâturage; et 1/4 de penny pour un acre de terrain en bois. Le droit
varie de 1 à 11 schellings par tête de bétail de trait; les chiens
paient 5 fr. Les droits d'importation sont 6 pence par gallon de
bière, 2 par livre de jambon, 4 par boisseau d'orge, 1 schelling par
200 livres de boeuf séché ou salé, 6 schellings par 100 livres de pain
ou de biscuit, 2 pence par livre de chandelle, 10 schellings par tête
de bétail, 3 schellings 1/2 par 100 livres de poisson séché ou salé, 8
schellings par 196 livres de farine, 2 schellings par gallon de vin.

Pour faciliter la culture de la canne à sucre, le gouvernement de
l'île a eu recours aux coolies hindous. Il en existe maintenant une
quinzaine de mille en _Jamaïca_. Tous les ans, un navire va les
chercher aux Indes orientales, et ramène ceux qui, après 10 ans de
séjour, demandent à être rapatriés. Le voyage et le retour sont aux
frais du gouvernement. L'engagement est pour 10 ans, le coolie doit en
passer 5 à la campagne. Pour les 5 autres, il pourra travailler où il
voudra. Le propriétaire qui accepte le coolie doit lui fournir la
nourriture, consistant en riz et poissons, et 1 schelling par jour.
Pour les femmes, la nourriture et 9 pence par jour. Deux fois le mois,
l'inspecteur passe dans chaque établissement qui occupe des coolies,
pour voir comment ils se comportent et comment ils sont traités. S'ils
sont légèrement malades, ils sont soignés à la ferme; s'ils le sont
gravement, ils vont à l'hôpital. Après 10 ans, s'ils consentent à
rester librement dans le pays, ils reçoivent une prime de 10 livres
sterling. Ils sont plus intelligents que les noirs, et ceux qui se
comportent bien se créent de bonnes situations.

Il y a déjà quelques petits tronçons de chemins de fer dans l'île. Les
principales villes sont éclairées au gaz et fournies d'eau. On a même
construit divers canaux d'irrigation, dont le principal, celui de
Riocobre, compte au moins 60 kilomètres. Le service des prisons a été
amélioré, les prisonniers sont séparés selon le degré de condamnation,
et moralisés par le travail.

En 1881, l'importation a été de 1,392,668 livres sterling, et
l'exportation de 1,178,594 livres sterling. Les articles principaux
d'exportation ont été: le sucre pour 336,901 l. stg., le rhum pour
174,406 l. stg., le café pour 231,383 l. stg., le piment pour 87,843
l. stg., le bois de teinture pour 141,296 l. stg., les fruits pour
44,215 l. stg., le tabac pour 16,412 l. stg.

En 1881, étaient cultivées en canne à sucre 39,712 acres ou arpents;
en café, 18,456 acres; en genièvre, 100 acres; en tabac, 408 acres; en
cacao, 26 acres; en légumes, 51,363 acres; en herbe de Guinée, 120,443
acres; en pâturages, 253,470 acres; en prés et pâturages, 52,646
acres; en piment, 1,689 acres, soit un total de 538,313 acres de terre
en culture.

La main-d'oeuvre est, pour l'homme de peine, de 1 schelling 6 pence à
1 schelling 9 pence par jour. Les femmes se paient 1 schelling par
jour. Le charpentier gagne 2 schellings 9 pence, le serrurier de 3 à 4
schellings. Une charrette et mule coûte 5 schellings par jour et 7
schellings avec 2 mules.

Le prix des objets de nourriture est de 3 pence la livre de pain, 2
pence 1/4 la livre de sucre, 6 pence la livre de boeuf, 9 pence la
livre de volaille, 8 pence la livre de porc.

Comme dans toutes les colonies anglaises, il y a ici un grand nombre
de _building societies_, qui ont pour but d'avancer l'argent
nécessaire à la construction ou achat de maisons, remboursable
mensuellement.

La _Jamaïca permanent building Society_, qui est une des principales,
sur un prêt de 100 livres sterling, prend pour intérêt l. stg. 2-10-10
par mois durant 48 mois, ou bien l. stg. 2-6 durant 60 mois, ou l.
stg. 1-17-1 durant 72 mois, et ainsi graduellement jusqu'à l. stg.
1-5-10 durant 120 mois.

Ces compagnies, tout en rendant un immense service aux habitants, qui
trouvent par elles moyen de se former leur _home_, rapportent encore
de beaux bénéfices, et il serait désirable de voir des sociétés
semblables se former dans nos villes de France.

En 1881, il y avait dans l'île 53,635 hommes mariés, et 54,209 femmes
mariées; les naissances se sont élevées à 21,340, soit 36 par 1,000 de
la population; les morts ont été de 15,125, soit 26 pour 1,000.

La Jamaïque a comme annexes les petites îles Caïmans et les rochers
Morant et Pedro. Le gouvernement, moyennant 50 l. stg. _par an_,
permet aux personnes qui en font la demande, d'y recueillir le guano,
les tortues et les oeufs d'oiseaux marins.

La ville de Kingstown compte 38,000 habitants, ses rues ont 8 mètres
de large et quelques-unes le double; les maisons sont en bois ou
brique avec couverture en lames de bois; 600 maisons ont disparu dans
le grand incendie du 11 décembre dernier, on les reconstruit et on
fait les toitures en zinc.

Je descends à terre et parcours diverses rues: le gaz était remplacé
par le clair de lune; c'est une bonne économie, car il coûte ici plus
de 0 fr. 50 le mètre cube. La chaleur est suffocante, on voit partout
derrière les persiennes sous les verandah, les gens étendus cherchant
l'air respirable.

Les trottoirs sont couverts de portiques en bois.

Les Pères Jésuites desservent la mission.

Les Franciscaines du tiers ordre s'occupent d'instruction; elles ont
15 internes, 30 demi-pensionnaires et plus de 100 externes gratuites.
Le parc, au centre de la ville, est fort gracieux. On y voit les
statues des gouverneurs et autres hommes de mérite qui ont illustré le
pays.

C'est samedi jour de marché, les halles sont fort animées. Plusieurs
rues reçoivent le trop plein des vendeurs; ces bonnes gens portent au
marché des mangos, des poires à beurre végétal, des bananes, diverses
autres sortes de fruits tropicaux, des cannes, de la mélasse, des
racines, des piments, des ananas, des légumes, etc. La viande a très
bonne apparence.

Le Père Ryan a la bonté de me retenir à déjeuner. Sa maison est vaste
et bien aérée, néanmoins le thermomètre, dans sa chambre, marque 37°.
Les Pères ont le soin spirituel de 11,000 catholiques dans l'île, le
reste de la population appartient aux diverses sectes protestantes. Le
Père Dupon est depuis 35 ans dans l'île, où il est connu, estimé et
aimé de tout le monde. Après une excursion à la campagne, au déjeuner
on me sert les principaux fruits et légumes du pays, le tout
assaisonné par du madère et le fameux rhum de la Jamaïque. Le bon Père
veut me faire connaître une institution de création récente; c'est une
maison d'instruction professionnelle qui vient d'être confiée à une
congrégation de religieuses indigènes. À quelques milles dans la
campagne, une maisonnette dans un vaste jardin reçoit 25 filles. Je
les trouve en prières, mais leur temps est surtout occupé à apprendre
les divers métiers réservés aux femmes. L'homme ne vit pas seulement
de pain; mais il lui faut pourtant le pain, et les saints, toujours
pratiques, se sont sans cesse préoccupés de fournir aux populations un
gagne-pain nécessaire. Saint François Régis a introduit dans le Velay
l'industrie des dentelles qui fait vivre tant de gens de la campagne,
et dom Bosco fait de ses enfants des tailleurs, des menuisiers, des
serruriers, etc.

La supérieure de la nouvelle Congrégation nous fait parcourir le
jardin, où je vois le caféier, le cacaotier, le cocotier et tous les
fruits tropicaux à côté des légumes européens. Puis le Père me conduit
au tramway qui va hors la ville à plusieurs milles de distance. Là où
il s'arrête, une voiture me prend et me conduit à 6 milles à _Constant
Spring_, plantation de cannes que je désirais visiter. Sur la route
les gens de la campagne forment une longue procession de va-et-vient.
Les uns sont sur des chars, les autres sur des mules ou sur des ânes,
le plus grand nombre à pied. Les femmes sont en majorité et portent
sur la tête une corbeille ronde remplie de fruits qui leur rapportera
environ un schelling, de quoi acheter sel, morue, et autres provisions
qu'elles rapportent ensuite. Ces braves gens ont fait souvent 10, 15
et 20 milles, marchant parfois la nuit pour venir faire ces petits
échanges. Ils sont de toutes les couleurs, du brun clair au noir
obscur; les vêtements sont généralement blancs ou de couleurs
voyantes, le tempérament est gai, on rit et on jase.

M. Georges, propriétaire de _Constant Spring_, a la bonté de me faire
ouvrir l'usine qu'on répare en ce moment. Les cylindres, les
chaudières, les clarificateurs sont semblables à ceux que j'ai décrit
pour l'Infanta près de Lima[1], mais tout est ici sur une beaucoup
plus petite échelle. En effet, M. Georges n'a que 220 acres plantées,
lui produisant 220 tonnes de cannes, desquelles il tire 8% de sucre
et 100 gallons de rhum (environ 400 litres) par tonne de canne. Il le
vend en Angleterre au prix de 2 à 3 schellings le gallon; le droit et
fret ne dépassent pas 7 à 8 pence par gallon.

         [Note 1: Voir _À travers l'Hémisphère sud_, 1er vol., Palmé.]

Comme à l'Infanta, après la production du sucre, on lave l'usine et le
résidu s'en va dans le distillateur qui reçoit 1,000 gallons à la
fois, et donne 90 gallons de rhum, soit 9%.

M. Georges emploie de nombreux Hindous. Deux d'entre eux viennent de
se quereller devant nous. Ils s'apaisent bientôt à la menace de se
voir dénoncer à l'inspecteur. Le terrain étant pauvre, M. Georges est
obligé d'engraisser ses cannes avec une préparation de guano qu'il
importe d'Angleterre au prix de 55 l. stg. la tonne. La canne dure 3
ans et donne une récolte par an.

À mon retour, j'admire encore une fois la campagne verdoyante et
par-ci par-là quelques magnifiques villas de riches marchands. Je
salue M. Malabre, notre vice-consul, fais ma petite provision de rhum,
et à 5 heures je suis à bord pour le dîner.

Le navire a chargé une collection de tortues qu'on porte en Angleterre
pour la soupe des gourmets. Presque toutes ont plus d'un mètre de
long: elles sont renversées sur le dos, et regardent avec des yeux
languissants qui inspirent la compassion. Un grand nombre de négresses
viennent nous offrir des paniers et des éventails en feuilles de
palmiers. La couleur de leur peau est plus ou moins foncée: entre le
blanc pur et le noir pur, on compte trois degrés désignés par des
noms différents: le _sambo_, le mulâtre, le quarteron.

Le 9 septembre, à 9 heures du matin, le navire lève l'ancre. Nous
parcourons en sens inverse la magnifique rade. Au loin sur la
montagne, on aperçoit les blanches baraques du bataillon de soldats
européens que l'Angleterre entretient dans l'île; le bataillon de
soldats nègres commandé par des Européens est cantonné dans la ville.
Les baraques du bataillon européen sont à 2,000 pieds sur le niveau de
la mer et jouissent d'un climat plus sain et plus frais: c'est
pratique.

L'île que j'ai vue si verte à cette saison des pluies est parfois bien
aride à la saison sèche. Les pluies avaient lieu régulièrement en
octobre, mais depuis le déboisement, elles sont moins abondantes;
conserver les forêts sera toujours une sage précaution.

Toute la journée nous côtoyons l'île.



CHAPITRE IV

     Haïti et San-Domingo. -- Port-au-Prince. -- Les Nègres. -- La
     révolution. -- L'île Saint-Thomas et le groupe des Vierges. --
     Histoire. -- L'esclavage. -- La ville et le port. -- La
     Royal-Mail. -- Excursion dans l'île. -- Une plantation de cannes.
     -- Les ouragans. -- San-Juan de Porto-Rico. -- Navigation vers
     Cuba.


À la pointe du jour nous entrons dans l'immense golfe de Gonaïve au
bout duquel est Port-au-Prince, capitale de la république d'Haïti.
Cette île fut découverte le 6 décembre 1492, par Christophe Colomb,
qui l'appela Hispaniola. En 1630, les Français y formèrent plusieurs
établissements sur la côte nord, et en 1698, ils en formèrent d'autres
à l'ouest et au sud. Les Espagnols en avaient occupé la plus grande
partie à l'orient et l'appelaient San-Domingo. Au commencement de ce
siècle les noirs, qui formaient la grande majorité de la population,
se révoltèrent aussi bien contre les Français que contre les Espagnols
et constituèrent les républiques d'Haïti et de San-Domingo. L'une et
l'autre sont presque continuellement en révolution.

La république d'Haïti compte 24,000 kilomètres carrés et 550,000
habitants. La population a presque diminué de moitié depuis
l'indépendance. La capitale, Port-au-Prince, a 25,000 habitants; ses
maisons, étagées sur un coteau dont la mer baigne le pied, sont
petites et couvertes en bois. On distingue le palais du gouvernement,
qu'habite M. Salomon, président actuel. Il paraît que sa science
gouvernementale n'est pas à la hauteur de celle de son grand homonyme,
puisque, depuis 6 mois, il a révolution chez lui. Plusieurs villes, et
entre autres Jacmel, sont aux mains des rebelles, qui vont en avant au
cri de _ôte-toi que je m'y mette_. Ils ont acheté un navire pour
transporter leurs adhérents, et, faute d'argent, le gouvernement ne
peut en acheter un autre pour le leur opposer.

Vers 9 heures, le _Para_ jette l'ancre devant Port-au-Prince. Trois
navires de guerre stationnent devant cette capitale, probablement dans
l'intention de porter les noirs à réflexion. Ils appartiennent à la
France, à l'Angleterre, à l'Espagne. Il y a quelques commerçants
étrangers à Port-au-Prince, mais il n'y a pas de propriétaires blancs.
Les noirs, jaloux, et craignant de voir renaître leur influence, ont
interdit à tous les étrangers le pouvoir d'acheter des immeubles dans
l'île. Le docteur en chef vient à bord, coiffé d'un chapeau forme
décalitre à demi écrasé: il met ses lunettes et lit les papiers avec
un air d'importance. Plusieurs indigènes nous entretiennent longuement
sur les tripots du gouvernement et sur les agissements des rebelles.
Le nègre fuit le travail; quelques fruits dans la forêt lui suffisent;
le gouvernement ne sait plus où lever des impôts.

La température est brûlante, la végétation magnifique. À 11 heures, le
navire lève l'ancre et nous parcourons encore une fois le beau golfe
de Gonaïve.

Le lendemain, le reste de la journée, nous avons toujours à tribord
l'île d'Haïti, ancienne partie espagnole, aujourd'hui république de
San-Domingo. Elle a une surface de 53,000 kilomètres carrés et une
population à peine de 250,000 habitants. Le pays est en partie
montagneux. Une chaîne de montagnes appelée Cibao la traverse; son pic
le plus élevé atteint 2,274 mètres. L'exportation se réduit à un peu
de café, de tabac et de bois de teinture; et pourtant cette île
extrêmement fertile pourrait nourrir plusieurs millions d'habitants!
Ceux qui prétendent que le nègre a assez d'aptitude pour bien
gouverner ont ici un démenti. Pour peu qu'on les laisse à eux-mêmes
encore un siècle, ils se réduiront à quelques milliers d'habitants
vivant de fruits dans les bois.

La capitale, San-Domingo, compte 16,000 habitants; elle n'est pas en
révolution aujourd'hui, elle le sera peut-être demain.

Les républiques de San-Domingo et d'Haïti professent la religion
catholique.

Le 12 septembre nous côtoyons l'île de Porto-Rico, et vers le soir
nous arrivons à Saint-Thomas.

Cette petite île, toute verdoyante en cette saison des pluies, est
désolée par la sécheresse le reste de l'année. Avec Sainte-Croix et
Saint-Jean, elle appartient au Danemark depuis environ deux siècles.
Ces trois îles font partie du groupe des Vierges, découvert par
Christophe Colomb dans son deuxième voyage en 1493. Il les appela
ainsi en l'honneur des onze mille vierges martyrisées avec sainte
Ursule. Colomb les trouva habitées par les Caraïbes, tribus sauvages
qui faisaient des incursions dans les îles voisines pour saisir les
paisibles Arrowauks et se nourrir de leur chair.

Les Espagnols, occupés à d'autres possessions importantes, négligèrent
ces îles, et les Anglais et les Hollandais s'y établirent dès 1625. En
1650, Sainte-Croix passa aux mains des Français qui la vendirent aux
chevaliers de Malte, puis elle repassa aux Français qui
l'abandonnèrent en 1695, et quelques années plus tard la cédèrent au
Danemark déjà établi à Saint-Thomas. Dans un édit signé par Iversen,
gouverneur de Saint-Thomas, daté du 8 août 1672, je vois que tout
travail du dimanche était puni d'une amende de 50 livres de tabac, et
la non-assistance aux offices d'une amende de 25 livres. Il résulte de
là que le tabac était le principal produit du pays. Pour se défendre
contre les Espagnols, qui, de Porto-Rico, faisaient des incursions, le
même décret oblige, sous peine d'une amende de 100 livres de tabac,
chaque chef de famille à avoir une épée avec son fourreau, un fusil
avec 2 livres de poudre et des balles. À l'approche de l'ennemi, le
premier à l'apercevoir devra tirer trois coups de fusil si c'est de
jour, un coup durant la nuit, et prévenir les voisins pour que tous se
rendent au fort avec leurs armes.

[Illustration: Antilles Danoises.--Île et ville de Saint-thomas.]

Le dimanche après-midi, au son du tambour, chacun doit se rendre en
armes à l'exercice militaire.

Des amendes on faisait trois portions: une pour le roi, l'autre pour
l'Église, la troisième pour celui qui souffrait le dommage.

Au gouverneur Iversen succéda en 1679 Nicholas Esmit, élu par la
Compagnie danoise des Indes occidentales. À cette époque le défaut de
bras se faisant sentir, Christian V acheta en Afrique, du roi
d'Aquambou, les deux forts de Frédéricksbourg et de Christianbourg sur
la Côte-d'Or, et y envoya des navires acheter des esclaves pour
Saint-Thomas. Dans le but d'aider la Compagnie, le roi ordonna à tous
les propriétaires de voitures de Copenhague d'avoir pour 500
rix-dollars d'actions ou de payer un revenu de 60 rix-dollars. On
importa beaucoup d'esclaves, et leur nombre s'éleva jusqu'à 30,000
pour les trois îles.

Les agents de la Compagnie se rendirent souvent coupables de bien des
cruautés sur les côtes de Guinée, mais un de ces agents, nommé
Schildérop, se fit si bien remarquer par sa bonté et sa justice qu'on
venait de toute part à la côte pour le voir. Un vieux prince,
demeurant à plus de 300 milles, lui envoya même sa fille avec beaucoup
d'or et de diamants pour le prier de lui donner un petit-fils.

Dans leur nouvelle patrie, ces pauvres esclaves n'étaient pas toujours
fort bien traités, et souvent ils se soulevèrent. Le décret publié par
ordre du Conseil royal le 31 janvier 1733, dans les îles danoises,
peut donner une idée de la situation. En voici la traduction:

1º L'esclave qui provoquera la fuite sera piqué trois fois avec un fer
rouge, puis pendu.

2º Chaque esclave qui fuira perdra une jambe, et si le maître lui
pardonne, il perdra une oreille et recevra 150 coups de lanière.

3º Chaque esclave qui, connaissant l'intention d'un autre esclave de
prendre la fuite, aura négligé d'en donner avis, sera brûlé au front
et recevra 100 coups de nerf.

4º Ceux qui donneront avis d'une fuite projetée recevront 10 dollars
pour chaque esclave qui voulait fuir.

5º Un esclave qui fuit pour huit jours recevra 150 coups de nerf; s'il
est absent douze semaines, il perdra une jambe; si l'absence est de
six mois, il sera condamné à mort; à moins que le maître ne lui
pardonne, auquel cas il perdra une jambe.

6º Un esclave qui vole pour la valeur de 4 dollars sera piqué avec un
fer rouge, puis pendu. Si l'objet volé a une valeur moindre, il sera
marqué au fer chaud et recevra 150 coups de nerf.

7º Les esclaves qui recevront des objets volés ou qui protègeront la
fuite seront marqués au fer chaud et recevront 150 coups de nerf.

8º Un esclave qui lève la main pour frapper un blanc ou le menace sera
piqué avec un fer chaud, puis pendu, si le blanc le demande. En cas
contraire, il perdra la main droite.

9º Un seul blanc est suffisant pour témoigner contre un esclave, et si
un esclave est soupçonné d'un crime, il peut être mis à la torture.

10º Un esclave qui rencontre un blanc doit se tirer de côté jusqu'à ce
qu'il soit passé; en cas contraire, il peut être fouetté.

11º Les esclaves ne pourront entrer en ville avec des couteaux ou des
bâtons, ni se battre entre eux sous peine de 50 coups de nerf.

12º La sorcellerie sera punie du fouet.

13º Un esclave qui aura essayé d'empoisonner son maître sera piqué 3
fois avec un fer rouge et brisé sur une roue.

14º Un nègre libre qui recevra un esclave ou un voleur perdra sa
liberté ou sera banni.

15º Toute danse, fêtes ou jeu sont défendus à moins de permission du
maître ou de son agent.

16º Les esclaves ne pourront vendre aucune sorte de provisions sans la
permission de leurs surveillants.

17º Aucun esclave des campagnes ne pourra se trouver en ville le soir
après le son du tambour sous peine d'être conduit au fort et fouetté.

18º L'avocat du Roi reçoit l'ordre de faire strictement observer ces
prescriptions.

Tant de cruautés soulevèrent les récriminations des missionnaires de
toutes les religions et des personnes de coeur en général. Vers 1792,
on avait déjà défendu l'importation officielle des esclaves. Elle
continuait néanmoins; mais en 1848, à la suite d'une insurrection, le
gouvernement donna la liberté à tous les esclaves dans les îles
danoises. Les libérés, se refusèrent au travail, mais petit à petit
ils l'ont repris et ils sont encore aujourd'hui la grande majorité des
habitants de l'île.

[Illustration: Antilles Danoises.--Saint-Thomas.--Grand Cimetière.]

Vue du port, la ville de Saint-Thomas présente l'aspect le plus
pittoresque; elle semble escalader trois mamelons contigus l'un à
l'autre. Le port, formé par la nature, est un des meilleurs et des
plus sûrs. Sa qualité de neutre et de port franc, sa situation à
l'entrée de la mer des Antilles, en font le point d'arrêt des steamers
de toutes les grandes compagnies qui viennent ici faire du charbon.
Les compagnies anglaises, françaises, espagnoles, allemandes y ont
leur entrepôt. Les îles voisines avaient aussi l'habitude de venir
s'approvisionner à Saint-Thomas des marchandises européennes, ce qui
donnait une grande importance à son commerce, mais depuis que les
grands steamers desservent directement toutes ces îles, ce commerce a
baissé. La ville compte 17,000 habitants. La population française est
représentée par cinq ou six Français d'Europe et quelques centaines de
noirs des Antilles françaises. Les Pères Rédemptoristes belges
desservent l'église catholique et plusieurs écoles; les catholiques
sont au nombre de 11,000.

Le _Para_ est parti hier pour l'Europe. J'ai transbordé sur l'_Éden_,
de la même Compagnie, qui va à Vera-Cruz en faisant escale à
Porto-Rico et à la Havane. La _Royal-Mail_ dans ces parages, pour
faire concurrence à la Transatlantique, Compagnie française, qui
satisfait les passagers par la table et le vin, annonce qu'elle
possède des cuisiniers français et qu'elle fournit le vin sur le prix
du passage.

En effet, sur le _Para_, la cuisine et le vin étaient passables, mais
sur l'_Éden_ je trouve dans mon verre des résidus indiquant toute
sorte d'ingrédients. Le _Purser_ ou économe m'explique que c'est du
bois de Campèche pour colorer les divers esprits et drogues qui
forment le vin. La Compagnie serait donc plus dans la vérité en
mettant dans ses prospectus qu'elle donne aux voyageurs non du vin,
mais une drogue qui l'imite. Elle ferait même bien d'ajouter qu'après
examen d'un chimiste, les matières qui la composent ne nuisent que
modérément à la santé. Il est bon de savoir que si un passager voulait
apporter son vin, les règlements de la Compagnie le lui défendent,
sous prétexte qu'elle fournit elle-même les vins; mais ils sont fort
chers et on en ignore la composition. Quant à la cuisine, sur le
_Para_ elle était demi-française, ici elle redevient anglaise; le
cuisinier est un nègre. Le _Don_, navire de la même Compagnie, arrive
d'Europe, et avant de continuer sa route sur Colon, il transborde sur
trois autres navires les marchandises destinées aux diverses îles des
Antilles, à la Guyane et aux côtes de l'Amérique centrale et du Sud.
Ce n'est qu'après-demain que nous reprendrons, notre route. Mon temps
se passe en études et en promenades.

Hier j'ai voulu gravir à cheval les collines de l'île. Après une heure
de route j'étais au sommet, dominant un superbe panorama. Sur l'autre
versant, l'île offre aussi tout autour de magnifiques baies, en sorte
qu'on pourrait croire qu'elle a été disposée pour former un ensemble
de ports.

La végétation est belle en ce moment. Je vois quelques fermes
cultivant la canne à sucre, l'igname, la patate, la banane, plusieurs
sortes de fruits tropicaux, et diverses qualités d'herbes fourragères.
Enfin j'arrive au point d'où la mission brésilienne, dirigée par le
baron de Teffé, a observé l'an dernier le passage de Vénus sur le
soleil.

Là une terrible averse arrive, et comme je les sais fréquentes et
courtes, je pousse mon cheval sous un fourré d'arbres; un Suisse qui
est avec moi fait de même. Ce ne fut pas une averse, mais une
succession d'averses, et nous fûmes bientôt trempés jusqu'aux os.
Toutefois cette eau de pluie était tiède. Rentrés en ville nous
tournons à gauche, et galopons vers une usine à sucre encore en
construction. Elle est au centre d'une petite plaine d'alluvion
plantée de cannes. Le mécanisme pour extraire le sucre et le rhum est
le même que celui que j'ai décrit pour la _Constant Spring_ près
Kingstown, mais comme la plantation est ici plus petite, l'ensemble de
l'usine est aussi sur une moindre échelle.

16 septembre.--À bord le capitaine passe en revue son personnel: 12
officiers, 16 matelots, 14 chauffeurs, 18 domestiques, en tout 60
personnes bien endimanchées. Il les envoie par groupes à l'office. À
l'exception des officiers, tous sont noirs, sans excepter la femme de
chambre.

Le lendemain le vent souffle et la pluie devient diluvienne; serait-ce
un présage d'ouragan? C'est ordinairement vers l'équinoxe qu'ils se
déchaînent sur ces îles, arrachant les arbres et démolissant les
villes. La première île atteinte avertit les autres par télégraphe, et
elles se préparent à recevoir la tempête en fermant hermétiquement
portes et fenêtres. Si elles résistent au vent, la maison est sauve,
si l'une d'elles est enfoncée, le vent s'engouffre et enlève la
maison. Malgré mon esprit curieux, je n'ai pas grande envie d'être
témoin de pareil spectacle; je me rappelle avec frayeur les deux
typhons qu'il y a deux ans, dans ce même mois de septembre, j'ai vus
au Japon, où ils firent périr une centaine de navires. J'espère aussi
que je ne serai pas témoin d'un de ces tremblements de terre qui ont
l'habitude de secouer ces îles.

Dans une visite aux Pères Rédemptoristes, le frère me donne de belles
grappes de raisin qu'il détache de la treille du petit jardin. Il
m'assure que ses vignes lui donnent une récolte tous les quatre mois,
trois par an, mais les grappes sont en petite quantité. Je salue aussi
le vice-consul, et le soir à 8 heures le navire lève l'ancre.

18 septembre.--À 7 heures du matin nous sommes à San-Juan de
Porto-Rico. Cette capitale, vue de la mer, présente l'aspect le plus
pittoresque: des forts et des canons de tous côtés; un pilote nous
conduit devant la magnifique baie remplie de vase; les Espagnols n'ont
jamais fait de curage. En face de la ville, de l'autre côté de la
baie, on voit des faubourgs, des maisons de campagne, le tout dans des
forêts de cocotiers. Dans le port je remarque un vieux vapeur à roue,
navire de guerre espagnol.

L'île de Porto-Rico, une des grandes Antilles, a environ 12 lieues de
large, 30 de long, une surface de 9,500 kilomètres carrés et plus de
700,000 habitants. C'est la plus florissante des îles espagnoles parce
qu'elle n'est pas dévastée par la guerre civile. Le commerce est
florissant; on exporte beaucoup de sucre, de café, de bois de teinture
et des animaux.

San-Juan, la capitale, compte 35,000 habitants. Dans l'intérieur les
routes font défaut. L'esclavage est aboli depuis 1873.

La pluie tombe serrée; aucun passager ne se décide à venir à terre et
j'y vais tout seul. Je parcours la ville en tous sens; elle a l'aspect
d'une ville espagnole et pas trop sale; les rues, assez étroites, sont
en pente, et les grandes pluies les lavent; les maisons sont basses et
couvertes en terrasses sur lesquelles on prend le frais durant la
nuit. Elles servent aussi à ramasser l'eau de pluie emmagasinée dans
les citernes. Il est curieux d'entendre ici les nègres et les mulâtres
parler l'espagnol avec le même accent que ceux de Saint-Thomas et de
la Jamaïque en parlant l'anglais et ceux de la Guadeloupe et de la
Martinique en parlant le français. Si on marchait les yeux fermés, on
pourrait, au simple accent dans ces trois langues, savoir si c'est un
nègre ou un mulâtre qui parle.

Les officiers chargés de donner et de prendre la correspondance sont
bientôt prêts, et nous revenons au navire, qui reprend aussitôt sa
course. Nous côtoyons l'île, marchant à l'ouest. Vers le soir une
pluie diluvienne nous inonde.

19 septembre.--Nous côtoyons l'île d'Haïti; la chaleur vers le milieu
du jour est suffocante.

20 septembre.--Dès le matin nous apercevons l'île de Cuba.

21.--Nous côtoyons toujours Cuba, la mer est d'un calme parfait, les
orages qui se déversent sur l'île ont un peu rafraîchi la température.
À bord une famille qui retourne à Mexico, son pays natal, ne fait pas
grand bruit; les quelques Anglais ne trouvent rien de mieux, pour
occuper le temps, que de nous proposer des paris sur la vitesse du
navire. Elle n'est pas grande, il est peu chargé; une partie de
l'hélice est hors de l'eau, et nous filons moins de 10 noeuds.

Un jeune Espagnol, un Parisien, un Suisse et moi faisons, après chaque
repas, plusieurs parties de _bull_: il faut bien ce mouvement pour
digérer, sous ces latitudes, les viandes coriaces de la cuisine
anglaise. Le Parisien, qui gagnait 12,000 fr. à Bruxelles comme
ingénieur dans une fonderie de fer, va diriger des fonderies au
Mexique, où on le paye 30,000 par an, avec l'espoir de future
association.

Encore une nuit brûlante dans la cabine sans air, puis demain matin
nous comptons arriver à la Havane.



CHAPITRE V

     L'île de Cuba. -- Situation. -- Configuration. -- Surface. --
     Histoire. -- Population. -- Produits. -- Climat. -- Importation.
     -- Exportation. -- La Havane. -- La ville. -- Les environs. -- La
     Corrida de Toros. -- La cathédrale. -- La fièvre jaune. -- Les
     oeuvres charitables.


L'île de Cuba, appelée la Reine des Antilles, est située entre le 19°
49´ et le 23° 13´ latitude nord, et 67° 52´ et 87° 40´ longitude ouest
du méridien de Cadix. Sa longueur du cap San-Antonio à celui de Maïsi
est de 1,592 kilomètres, et sa plus grande largeur de 45 lieues,
depuis le cap de Lucrecia jusqu'au cap de Crux. Sa surface est de
119,000 kilomètres carrés, et sa population de 1,500,000 âmes. Sur ce
chiffre, 917,000 sont blancs, 9,500 étrangers, 22,300 Chinois, 25,300
colons, 275,000 de couleur et libres, et 202,000 de couleur et
esclaves.

Christophe Colomb arriva dans l'île en octobre 1492, et la prit pour
un continent. En 1511 son fils, Diego Colomb, gouverneur de
San-Domingo, envoya Diego Velasquez à sa conquête; celui-ci y trouva
le cacique Hatuey, réfugié de San-Domingo, qui fit brave résistance;
mais à la fin il fut vaincu et condamné à mort.

Les 200,000 indigènes, Indiens de moeurs douces, furent bientôt
exterminés, et les Espagnols se partagèrent les terres; Velasquez
fonda les villes de Asuncion, Bayamo, Trinidad, Santo Espiritu, Santa
Maria, Santiago de Cuba, et la Habana.

En 1589, l'île fut érigée en Capitania jeneral. Durant le XVe siècle,
elle eut beaucoup à souffrir des flibustiers ou boucaniers, pirates
anglais, français, hollandais, qui dévastaient les diverses îles des
Antilles. En 1762, elle fut prise par les Anglais qui la retinrent
neuf mois et la rétrocédèrent contre la Floride.

Cuba, à l'entrée du golfe du Mexique, entre l'Atlantique et la mer de
Caribe ou des Antilles, longue et étroite, a la forme d'un arc. Elle
est traversée par une chaîne de montagnes appelée Sierra del Cobre,
dont quelques pics atteignent jusqu'à 8,000 pieds. De ces montagnes
descendent de nombreuses petites rivières dont la plus grande, le
Canto, est navigable jusqu'à Bayamo.

Le climat est chaud et humide. Durant la saison des pluies, qui dure
de fin mai à fin octobre, le thermomètre varie de 24° à 28° Réaumur.
Durant la saison sèche, il varie entre 17° et 21° Réaumur, soit 70° et
79° Farenheit. En 1867, le maximum a été de 35° Réaumur.

Les nuits sont un peu plus fraîches que le jour.

L'île de Cuba est l'endroit du monde où il tombe le plus d'eau.
L'année maxima a eu 50 pouces 6 lignes castillanes; l'année minima 32
pouces 7 lignes. La moyenne annuelle pour la Havane est de 1m 020. Le
18 juillet 1854, il en tomba en deux heures 71 millimètres; et dans la
journée de l'ouragan du 22 octobre 1867, il en tomba 103 millimètres.

La moyenne annuelle des personnes tuées par la foudre est de neuf. Les
ouragans sont souvent terribles. Ils ont lieu entre la moitié d'août
et fin novembre. Les tremblements de terre ne se font sentir
d'ordinaire que dans la partie méridionale.

Les maladies régnantes sont celles du tube digestif, le tétanos, la
fièvre jaune ou _vomito negro_ qui attaque surtout les étrangers et
les habitants qui viennent de l'intérieur aux côtes. Il y a aussi de
nombreux cas de fièvres intermittentes et de phtysie. On voit
pourtant, surtout parmi les gens de couleur, bien des cas de
longévité, ayant atteint 130, 140 et 150 ans.

Dans les rivières, on trouve des crocodiles qui ont jusqu'à huit
mètres de long; la mer fournit d'énormes tortues.

Les principales productions sont la canne à sucre et le tabac; on
récolte aussi un peu de café et de cacao, du maïs, du riz, de
l'indigo, de l'igname, du caoutchouc, du coco, des bananes, du miel de
la cire, et les divers fruits des tropiques. On coupe plusieurs
qualités de bois de teinture et d'ébénisterie.

En fait de minéraux, l'île renferme du charbon, de l'aimant, de
l'argent, du kaolin, et des minerais divers; mais on n'exploite que le
cuivre et le fer. L'industrie est limitée au sucre et aux cigares.
L'île est divisée en six provinces, mais les habitants ont l'habitude
de la diviser en deux seules portions: la _vuelta abajo_ au sud de la
Havane, et la _vuelta arriba_, au nord.

Sous le rapport religieux, elle est divisée en deux diocèses: l'évêché
de la Havane et l'archevêché de Santiago de Cuba.

Militairement, l'île est toute sous le commandement du capitaine
général, et comprend sept districts ou sous-commandements.

Judiciairement, elle se divise en deux _audiencias_: celle de la
Havane et celle de Puerto-Principe. Elles ont chacune plusieurs
districts judiciaires confiés à des _alcades majores_ ou juges de
première instance qui ont pour délégués les juges municipaux ou juges
de paix. Pour la marine, il y a un commandant général et cinq
districts.

L'instruction publique compte à la Havane une université, et dans
toute l'île un millier d'établissements scolaires.

Les chemins de fer en activité atteignent 1,660 kilomètres; les
télégraphes 2,567 kilomètres. La Havane est bien desservie par le
téléphone.

Plusieurs lignes de bateaux à vapeur mettent l'île en communication
avec l'Europe et les États-Unis. En 1877, le nombre des navires entrés
dans les divers ports de l'île a été de 1,669, comprenant 835,000
tonnes.

L'exportation en 1878 a atteint presque 71,000,000 de piastres (la
piastre espagnole est de 5 fr.). Les principaux articles d'exportation
sont le sucre, le tabac, le café, le rhum, le cuivre, la cire, le
miel, le coton, les cuirs, l'huile de coco, les bois et les fruits.
L'importation comprend la farine, les vins, l'huile, les liqueurs, le
riz, le poisson salé, la viande salée, la quincaillerie, les machines,
les papiers, les peaux et les objets de luxe. Les pays qui commercent
le plus avec l'île sont dans l'ordre suivant: les États-Unis,
l'Espagne, l'Angleterre, l'Allemagne, les États hispano-américains, la
France, la Russie, la Belgique, le Danemark et la Hollande.

[Illustration: Grandes Antilles.--Île de Cuba.--Entrée du port de la
Havane.]

C'est le 22 septembre, vers 3 heures du soir, que nous commençons à
apercevoir le phare de la Havane, capitale de Cuba. Bientôt nous
voyons les forts du sud, et le navire s'arrête pour prendre le pilote.
L'entrée du port est étroite et boueuse; l'Espagnol ne sait pas plus
nettoyer les ports que les rues et les maisons. Le port est superbe,
vaste et parfaitement abrité: nous passons à côté d'un bassin flottant
contenant un grand steamer en réparation; nous devançons un aviso de
guerre, et allons mouiller non loin de cinq à six steamers des
compagnies américaines et espagnoles. Le navire doit prendre du
charbon et s'embosse au môle; trois douaniers montent à bord pour
garder le navire, mais de nombreuses libations de Champagne les
mettent bientôt en état de repos pendant qu'ailleurs on travaille....

Je descends à terre et rends visite au gouverneur civil pour lequel
j'avais une lettre. Le concierge me dit: montez _arriba_; je monte et
m'adresse au Chinois qui me renvoie au portier. Mais le gouverneur m'a
vu et m'appelle. Il me fait bon accueil, m'offre un Alphonse XII,
cigare exquis enveloppé dans du papier d'argent, et me dit: à la
_disposicion de Vousted_.--J'aimerais voir, lui dis-je, les curiosités
du pays, les monuments, les établissements d'instruction et de
bienfaisance, une fabrique de cigares et une plantation de cannes à
sucre.

--Nous n'avons pas de monuments; notre université est peu de chose,
les hôpitaux sont loin; je vous procurerai une lettre pour visiter la
plantation de cannes la moins éloignée, et vous l'enverrai à l'hôtel.

J'exprime ma reconnaissance à M. le Gouverneur; mais je n'ai pu le
remercier pour la lettre promise, car je l'attends encore.

Je fais quelques emplettes et parcours la ville. Elle comprend 300
habitants, et dans la partie vieille, ressemble aux villes espagnoles.
Les rues sont étroites, à peine six à sept mètres; mais au delà du
parc central, dans la ville neuve, elles sont plus larges. Le Prado
atteint même une quarantaine de mètres et est planté d'arbres. Les
maisons sont généralement basses: un rez-de-chaussée et un étage;
quelques-unes atteignent trois et quatre étages. Elles sont toutes
couvertes en terrasses, sur la plupart desquelles on voit une roue à
vent qui sert à tirer l'eau de la citerne. Quelques-unes ont le
_patio_ traditionnel. La ville nouvelle s'étend assez loin dans la
campagne, par de beaux boulevards que parcourent les tramways. Des
portiques abritent les magasins contre les rayons brûlants du soleil.
Par-ci par-là de jolis squares, des statues de marbre et quelques
fontaines; mais trop souvent aussi les urines et les ordures de toute
sorte qui embaument par trop l'atmosphère.

[Illustration: Grandes Antilles.--Vue générale de la Havane.]

La race espagnole semble encore ignorer la propreté. Je descends à
l'_Hôtel central_. Cet établissement nouveau a pour escalier un
casse-cou, mais il aura bientôt un correctif: l'ascenseur. Les
chambrettes sont propres, la nourriture saine, les prix modérés, les
gérants aimables. Pour respirer, je monte sur la terrasse, d'où je
domine la ville, et assez tard dans la nuit je vais chercher mon lit.
Il est perfectionné. Dans le but de laisser tout le corps bénéficier
de l'air, on couche sur une toile métallique élastique qui laboure les
chairs. Le salon réunit quelques-uns des hôtes. Ils se dandinent sur
les fauteuils-balançoires, pendant qu'en suivant le couloir, on peut,
par les portes ouvertes, voir les autres étendus sur leurs lits.

Le lendemain je fus matinal. C'était dimanche et je me rends à la
cathédrale; on peut compter les rares fidèles; L'édifice est à trois
voûtes, soutenues par des piliers massifs en tuf. On y voit quelques
jolis tableaux. Au maître-autel, du côté de l'Évangile, au-dessous
d'un médaillon en marbre représentant Christophe Colomb, on lit cette
inscription:

     O RESTOS E IMAGEN DEL GRAN COLON!
  MIL SIGLOS DURAD GUARDADOS EN LA URNA
    Y EN LA REMEMBRANZA DE NUESTRA NACION!

    _O restes et portrait du grand Colomb!
    Tu resteras mille siècles gardé dans l'urne
       Et dans la mémoire de notre nation!_

Christophe Colomb, après avoir été mis dans les fers, en récompense du
nouveau monde qu'il venait de donner au roi d'Espagne, mourut à
Valladolid, le 20 mai 1506. Ses restes mortels furent déposés dans le
monastère des Chartreux (Cartujos), à Séville, d'où on les transporta
à l'île de San-Domingo. En 1796, à cause des troubles qui
ensanglantaient cette île, on les transféra à la Havane, dans la
cathédrale.

Christophe Colomb crut avoir abordé aux Indes, et mourut dans la
croyance que Cuba était l'extrémité orientale de l'Asie. Ce ne fut
qu'en 1508 que Sébastien de Ocampo, après avoir fait le tour de Cuba,
constata qu'elle n'était qu'une île.

Derrière la nef de gauche, on voit aussi dans la cathédrale une belle
statue de marbre d'un jeune évêque mort à 42 ans, après cinq mois
d'épiscopat. Il arrivait d'Espagne et paya bientôt son tribut à la
fièvre jaune. À la sacristie un employé me montre les brillants
ornements qui forment le trésor de l'église: ce sont des broderies en
or sur drap d'or, d'argent, de satin et de velours.

Il paraît que les Havanais prennent fréquemment des bains, s'il faut
en juger par les nombreuses affiches sur lesquelles on lit: Baños. En
tous cas, dans les heures chaudes, on voit par les portes et les
fenêtres ouvertes, les Havanaises se balancer dans leurs fauteuils,
appelant à tout instant la négrita (petite esclave) pour leur donner
ou leur prendre l'éventail. On m'avait remis une lettre pour les
Soeurs du Sacré-Coeur. Elles demeurent au Cerro, dans le quartier de
Buenos aires (bon air). En me rendant chez elles j'ai l'occasion de
voir les environs de la ville. Ils sont parsemés de petites villas et
on y rencontre parfois sous les grands arbres, les hommes de police
ou gendarmes à cheval, se reposant à l'ombre. Dans la ville, on voit
aussi aux coins des rues, des policemen en uniforme coutil bleu et
chapeau panama: ils sont armés du sabre et portent le revolver; je
leur préfère le petit bâton des policemen anglais et américains, car
il représente la force morale. En tout cas, tant à la ville qu'à la
campagne, tout le monde travaille comme si ce n'était pas dimanche;
les mules et les boeufs tirent les chars et tous les magasins sont
ouverts. Quand donc verrons-nous observer le Décalogue dans les pays
catholiques?

Les Soeurs du Sacré-Coeur occupent un vaste bâtiment bien exposé et
entouré d'un parc. Elles sont au nombre de 42 et instruisent 125
pensionnaires et un grand nombre d'externes gratuites. La supérieure
est cubaine: elles viennent d'envoyer quelques Soeurs à Mexico pour
une fondation.

Au retour, j'entre dans l'église de Monserrate et dans celle de la
Merced. Les fidèles y sont un peu plus nombreux; les dames, la tête
garnie d'un léger voile, se tiennent sur des pliants que leur apporte
l'esclave. L'église de la Merced, desservie par les Pères Lazaristes
espagnols, possède de belles fresques.

Des affiches annonçaient une grande Corrida de toros au cirque de
Régla de l'autre côté de la baie. Je déplore devant le Père supérieur
qu'on ne respecte pas plus les animaux qu'on ne respecte le dimanche.
Le Père trouve que cela n'est que peccadille à côté des bals qui
corrompent la jeunesse. Le soir, deux Suisses qui voyagent comme moi
sur l'_Éden_, me racontent qu'ils sont allés voir la _Corrida_; que
3,000 personnes s'étaient entassées dans le cirque, après avoir payé 3
piastres par personne du côté de l'ombre et 1 piastre 1/2 du côté du
soleil; qu'à chaque cheval éventré ce gracieux public applaudissait et
menaçait un des toréadors qui était descendu de cheval parce que
celui-ci refusait de marcher; qu'un jeune homme ayant voulu ramasser
une banderole a reçu un coup de corne du taureau et a été tué net,
etc., etc.

Les catholiques havanais, comme leurs parents, espagnols, trouvent
tout cela bagatelle, et ajoutent pieusement que les chairs des
taureaux ainsi tourmentés s'en vont aux hospices. À la Havane, on
avait même démoli le vieux cirque et on se promettait de ne plus le
reconstruire; mais d'honnêtes gens, qui souffrent de ne plus voir
couler le sang, se proposent d'en refaire un nouveau et tout le monde
ne trouve rien à redire du moment que les bénéfices seront pour les
oeuvres pies! Quand comprendra-t-on qu'avec l'argent qui est le
produit du crime, on ne saurait faire des oeuvres agréables à Dieu! il
n'est bon tout au plus qu'à acheter le champ du sang: Hacel-dama! Dans
les pays de race espagnole, on en est encore à ignorer que, exposer
sciemment la vie pour amuser les gens est un crime, et que tourmenter
les bêtes pour plaire aux badauds est contraire aux lois de la nature.
Si j'étais gouverneur en pays espagnol, je considérerais comme mon
premier devoir de convertir les cirques en écoles élémentaires, et si
j'étais évêque, j'ordonnerais à chaque curé de lire en chaire, tous
les jours, les versets de l'_Ecclésiastique_ et des _Proverbes_, qui
stigmatisent ceux qui se plaisent à tourmenter les animaux. Au reste,
personne n'ignore qu'une bulle de Sixte V frappe d'excommunication les
fauteurs de ces jeux sanglants.

Chemin faisant, j'entre dans une pharmacie dans le but de contrôler
les renseignements divers que j'ai reçus sur la fièvre jaune. Elle a
été très forte en août et dans les deux premières semaines de
septembre. En ce moment elle est tombée à une moyenne de 12 cas par
jour, et les médecins en guérissent un grand nombre.

Les Européens y sont plus sujets que les indigènes.

En effet, dans les zones tempérées, les poumons travaillent beaucoup
plus que le foie; et celui-ci agit davantage dans la zone torride. Le
nouveau débarqué, par le défaut d'équilibre dans ces deux fonctions, a
bientôt la masse du sang corrompue. Les soldats espagnols ont aussi
l'habitude de manger du fruit, et la digestion étant ici moins active,
le corps se trouve engorgé et le sang se corrompt; Ajoutez à cela
mille foyers d'infection, faute de propreté. Les médecins combattent
la fièvre jaune par les diurétiques et les sudorifiques.

Après le déjeuner je vais au collège de Belem, dirigé par les Pères
Jésuites. Ils ont 200 internes et autant d'externes. Dans les
dortoirs, je vois les petites cellules habituelles avec plafond en
toile métallique.

Je rends visite à M. José Solano y Granados, avocat, président du
Conseil des Conférences de Saint-Vincent de Paul.

Il y a à la Havane 7 Conférences comptant ensemble 120 membres et
visitant 160 familles pauvres. Les Conférences répandent aussi un
almanach, dirigent une bibliothèque et ont fondé un orphelinat. M.
Solano m'y conduit, et j'y trouve 35 petits bons hommes de 10 à 12
ans, bien éveillés et bien proprets, occupés aux études. Le défaut de
bons chefs d'atelier fait qu'on n'a encore pu organiser les métiers,
mais on espère y arriver. L'établissement est proprement tenu. Une
inscription indique que la maison a été donnée par un curé; le
directeur est un ingénieur distingué qui se dévoue à l'oeuvre sans
rémunération. Malgré cela l'oeuvre coûte encore par an 5 à 6,000
piastres, qu'on obtient par souscriptions.

Je prie M. Solano de m'obtenir une carte d'entrée à la plantation de
Toledo, située à 10 kilomètres, près de Marianao, et qui appartient à
M. Duragnone.

Nous passons plusieurs heures à causer sur les choses du pays, et à 11
heures je m'endors sur ma toile métallique. Il avait été convenu avec
trois autres passagers de l'_Éden_: un ingénieur français et deux
Suisses, que celui qui s'éveillerait le premier vers 5 heures,
éveillerait les autres, car il faut arriver à la gare pour le train de
6 heures.

Un des Suisses prend la lune pour le soleil et nous éveille à 4
heures. La lune en effet est ici extrêmement brillante, et il faut
s'en garer, car elle engendre des ophtalmies. Nous passons notre heure
à nous préparer tout en riant, et jasant sans pitié pour les passagers
qui dorment. Nous leur rendons ainsi la pareille, car ils en avaient
fait autant jusqu'à 2 heures du matin.



CHAPITRE VI

     Excursion à Marianao. -- La plantation de cannes de Toledo. -- Un
     orage. -- 400 esclaves. -- Culture de la canne. -- Fonctionnement
     de l'usine. -- Détails et prix. -- L'administration espagnole
     dans la colonie. -- Le papier-monnaie et la Banque espagnole. --
     Les autonomistes et les conservateurs. -- Avenir probable. --
     Production du sucre et du café dans le monde entier. -- Le tabac
     à la Havane. -- La fabrique de cigares de Villar-Villar. -- La
     fabrique de cigarettes de Diego Gonzales. -- Le marché. -- La
     presse. -- Le départ. -- Navigation dans le golfe du Mexique.


Les tramways marchent dès 5 heures. Nous prenons place dans une
voiture des blancs. Il y en a à meilleur marché dans lesquelles
peuvent monter aussi les nègres. À 6 heures nous étions dans le train,
en route pour Marianao. Dans notre vaste wagon à l'américaine, à
chaque station un cylindre tourne et marque le nom de la station
prochaine. Nous parcourons la campagne semée de patates, d'igname et
de maïs. On coupe ici le maïs trois fois l'année et la même racine
repousse trois fois, donnant chaque fois un épi. Nous voyons aussi de
nombreux palmiers géants dont quelques-uns ont leur grand plumet et
d'autres l'ont perdu; on nous dit que c'est un ver rongeur qui les
décapite ainsi. Par-ci par-là des Chinois labourent ou coupent les
cannes. À 8 heures 1/2 nous arrivons à Marianao, mais le billet porte
d'autres noms: Concha au départ et Sama à l'arrivée. Ces changements
de nom déroutent parfois le voyageur. M. Marchand, l'ingénieur
français qui m'accompagne, me raconte qu'à une gare d'Allemagne, ayant
demandé un billet pour Aix-la-Chapelle, on lui donna un billet sur
lequel était écrit Aaken. Il le refusait en déclarant qu'il ne voulait
pas aller à Aaken, mais à Aix-la-Chapelle, et on eut de la peine à lui
faire comprendre que Aaken n'était que la traduction allemande
d'Aix-la-Chapelle.

À Marianao une voiture nous conduit d'abord chez M. Duragnone. Il
occupe un fort beau château près du village. L'heure matinale ne lui
permet pas de nous recevoir, mais il envoie un de ses domestiques à
cheval pour donner ordre au concierge de nous laisser passer. On nous
avait en effet parlé d'un nègre portier qui, fidèle à sa consigne,
était aussi impitoyable que Cerbère.

Après une demi-heure de trot à travers une campagne verdoyante et par
un chemin mal entretenu, nous arrivons à la plantation. Le nègre ouvre
à deux battants et nous traversons les champs de cannes pour arriver à
la ferme. Nous entrons d'abord dans un vaste bâtiment enfermant une
cour de 60 mètres de côté. Il a un étage sur rez-de-chaussée et
portiques tout autour.

La seule porte d'entrée est surmontée d'une tourelle portant une
grosse cloche. C'est l'habitation des 400 esclaves qui travaillent à
la ferme. Au centre un hangar couvre les lavoirs et la cuisine. Près
de là, un immense tas de fumier répand une odeur infecte. J'interpelle
l'assistant; il me dit que ce sont les balayures des bâtiments et que
chaque deux dimanches les chars viennent les prendre.

Les esclaves sont aux champs; mais au premier étage 70 enfants de tout
âge grouillent au soleil. Les uns sont nus, les autres plus ou moins
vêtus. Je remarque une petite fille attachée par un pied à la
balustrade, exactement comme nos paysans attachent les poulets avec
une ficelle. Les plus petits sont dans des paniers ou sur des lits.
Une vieille négresse soigne tout ce petit monde. On nous montre une
salle, future école mixte de tous ces négrillons et négrillonnes.

Le rez-de-chaussée est divisé en plusieurs salles, ayant chacune à
droite et à gauche un plancher surélevé qui sert de couche aux
esclaves; ils s'y casent et forment leurs unions selon leurs
sympathies. Ceux qui préconisent l'union libre n'ont qu'à venir voir
ici à quoi elle réduit la famille, et à moins qu'ils n'aient perdu la
raison, ils reculeraient d'horreur. Sur les toits et dans la cour je
vois de nombreux _gallinasos_; c'est un vautour noir qui rend ici
d'immenses services en avalant les ordures.

L'esclavage a été réglementé en 1868. À partir de cette époque, le
ventre a été déclaré libre. Cette expression signifie que tout enfant
né d'une esclave est libre. Tout esclave arrivé à l'âge de 60 ans
devient libre. En 1888, tous les esclaves seront libérés. Dans
l'intervalle, si le maître ne paie pas à l'esclave le salaire convenu,
celui-ci peut s'adresser à l'autorité, qui lui donne la liberté.

Un peu au-delà de l'habitation, il y a l'infirmerie, occupée par 25
esclaves. Un infirmier et un _partorero_ (accoucheur) y sont en
permanence. Le docteur de Marianao y vient tous les jours.

Nous passons au compartiment des machines. Elles sortent en grande
partie de l'usine Cail de Paris, et sont de fortes dimensions. Comme à
l'Infanta près Lima, le tablier sans fin amène les cannes sous les
cylindres; le jus, par la pression à vapeur, s'en va dans des
réservoirs au haut de l'usine. De là, il descend dans des cuves
diverses pour se purifier et se délivrer de l'eau et autres éléments
étrangers; puis il passe dans 8 turbines qui font 800 tours à la
minute et séparent le sucre de la mélasse. Celle-ci s'en va dans un
immense réservoir au-dessous de l'usine et est vendue aux
distillateurs qui en extraient le rhum.

Le mécanicien est un Catalan fort aimable. Il nous fait remarquer une
nouvelle turbine que vient d'inventer un représentant des usines de
Fives-Lille, résidant à Cuba. Elle consiste en une spirale se
développant sur un cône de cuivre qui fait 1,500 tours à la minute: un
couvercle qui l'emboîte est percé de trous et fait 500 tours à la
minute; la pâte sucrée passe par le haut, parcourt la spirale,
rejetant la mêlasse par les trous du couvercle, et le sucre purifié
sort par le bas. Le premier essai a donné de bons résultats. Ce
système épargne la nécessité de l'arrêt des turbines pour les dégarnir
et les regarnir. L'usine n'emploie pas le noir animal; elle ne produit
que le sucre jaune expédié aux raffineries d'Europe ou d'Amérique.

La vapeur est produite par onze générateurs ou chaudières de 40 pieds
de long sur 5-1/2 de diamètre. L'usine travaille cinq mois de l'année
et produit environ 30 tonnes de sucre par jour. On le met en pipes de
70 arobas chaque (l'aroba équivaut à 25 livres, environ 12 kilog.).

On en remplit environ 4,000 par an.

L'usine produit une moyenne annuelle de 66,000 quintaux de sucre. Il
est vendu environ 5 fr. l'aroba sur les marchés de New-York.

En ce moment l'usine ne brille pas par l'ordre et la propreté, mais
c'est l'époque où elle ne travaille pas.

Pour économiser l'eau, la vapeur est condensée et ramenée de nouveau à
l'état liquide.

Le contre-maître ou directeur, grand gaillard aux épaules carrées, à
la figure bronzée, veut bien me donner, sur la plantation divers
renseignements. Elle embrasse 65 _caballerias_ de terre. Cette mesure
en usage dans le pays est un carré de 432 _varras_ de côté, soit
186,624 _varras_ carrées. La _varra_ étant de 3 pieds espagnols, soit
0m 86, la _caballeria_ correspond à 160,496 mètres carrés, soit un peu
plus de 16 hectares.

Le terrain de la plantation n'étant pas de première qualité, ne donne
qu'environ 600 chars de cannes de 150 arobas chaque, par _caballeria_.
Cela fait 90,000 arobas ou 1,080,000 kilog. de cannes qui produisent
300 caisses de sucre de 16 arobas chaque, soit 4,800 arobas ou 57,600
kil.

De sorte que 1,080 tonnes de cannes donnent 57 tonnes 1/2, soit moins
de 6%.

En divisant ces chiffres par 16, on trouve qu'un hectare de terre
produit 67 tonnes de cannes et 3,600 kilog., soit un peu plus de 3
tonnes 1/2 de sucre.

Les bons terrains peuvent donner au maximum 700 chars de cannes de 150
arobas par _caballeria_. Le prix de la terre varie de 300 à 500
piastres or par _caballeria_. Les esclaves sont nourris et payés 6
piastres papier par mois, soit environ 10 sous par jour, puisque 2
piastres papier ne valent qu'une piastre or. La nourriture coûte de 1
fr. à 1 fr. 50 par esclave. Le matin à l'aube la cloche les appelle et
on leur donne du café; à 11 heures, du riz ou du _tajaco_, viande
salée qui vient de Montevideo, ou de la morue. Le soir, avant le
coucher, ils mangent du maïs, des haricots noirs, ou quelque chose
d'analogue.

On peut voir par ces chiffres que la plantation de cannes dans l'île
de Cuba laisse au planteur de beaux bénéfices. Toutefois, l'excès de
production et la concurrence de la betterave produisent en ce moment
une complète stagnation.

La canne une fois plantée dure de sept à huit ans, selon les terrains.
On la coupe une fois l'an. La deuxième et la troisième récoltes sont
les plus abondantes. La canne doit être débarrassée de toute herbe;
c'est pourquoi les esclaves la nettoient trois fois l'an par un léger
labour à la pioche.

Nous nous proposions d'aller dans les champs pour voir au travail 250
esclaves, lorsqu'un déluge arrive et nous force à rester dans l'usine.
Un quart d'heure après les pauvres esclaves arrivent complètement
trempés; les surveillants aussi sont absolument inondés, eux et leurs
chevaux.

Nous les suivons à l'habitation. Ils se rangent sous les portiques, en
ligne de bataille. Le directeur arrive, un récipient de fer blanc à la
main, et le présente aux lèvres de chacun et de chacune à tour de
rôle. Il a soin de le retirer promptement après la première gorgée. À
un signal donné, tout ce monde se disperse et s'en va dans les
chambrées changer de linge. Je demande au directeur quel est le
liquide qu'il vient de distribuer d'une manière si singulière. Il met
sa main dans le seau de fer blanc et me présente son doigt à sucer.
Naturellement je refuse, et mettant moi-même un doigt dans le seau, je
le porte à la bouche, et je constate ainsi que le liquide est du rhum.

J'inspecte les chaudrons de la cuisine; un vieux nègre y plonge les
haricots noirs, les morues et les ignames dans un état de propreté à
peu près égal à celui de nos paysans lorsqu'ils préparent la
nourriture aux vaches.

Le dimanche, les esclaves travaillent jusqu'à 9 heures du matin.
Quelques-uns obtiennent ensuite la permission d'aller à la messe à
Marianao.

Nous saluons ces braves gens, remercions le directeur et le
mécanicien, et chemin faisant nous voyons sur le tronc de chaque
palmier géant décimé par les vers, un énorme _gallinaso_, les ailes
déployées, qui se sèche au soleil. On dirait autant de hampes
surmontées de l'aigle impérial.

À Marianao, je laisse une carte à M. Duragnone pour le remercier de
son obligeance, et nous reprenons le train qui doit nous ramener à la
Havane. Je me trouve à côté d'un créole très distingué qui parle
parfaitement le français. Je l'interroge sur les hommes et les choses
du pays, et d'abord sur l'origine de ces sales petits billets de
papier-monnaie qui à eux seuls suffiraient à propager la fièvre jaune.
Il me dit que la banque espagnole, établie à Cuba, au capital de
4,000,000 de piastres, avait été autorisée à émettre des billets pour
une égale somme. Plus tard, ayant porté son capital à 8,000,000, elle
fut autorisée à élever son émission de papier à 16,000,000 de
piastres; mais à l'époque de l'insurrection, le gouvernement ayant
besoin d'argent, l'engagea à émettre pour son propre compte 40,000,000
de piastres, qui d'abord eurent cours au pair. Plus tard, voyant que
le gouvernement se refusait à les rembourser, ils commencèrent à
baisser, et ils perdent en ce moment 110%. Dans ces dernières années,
on a établi un impôt dont le produit est destiné à l'amortissement de
ce papier-monnaie; mais le gouvernement, toujours à court d'argent, ne
cesse de l'employer ailleurs par des virements.

Après la Révolution, l'Espagne a accordé une certaine représentation
aux habitants de Cuba. Ils envoient aux Chambres, à Madrid, une
trentaine de députés et une douzaine de sénateurs. Le suffrage est
restreint. Il faut payer un impôt de 25 piastres pour être électeur.
Toutefois, tout cela est rendu illusoire par le pouvoir accordé au
capitaine général, de suspendre la constitution toutes les fois qu'il
en trouve la convenance. De plus, de nombreuses lois préexistantes à
la constitution n'ont pas été abrogées, et le gouverneur les applique
lorsque cela lui convient, bien qu'elles détruisent les garanties
constitutionnelles.

Le pays est divisé en deux partis: les autonomistes et les
conservateurs. Le premier est surtout composé de créoles qui réclament
l'autonomie et voudraient être placés vis-à-vis de l'Espagne à peu
près dans une situation analogue à celle du Canada à l'égard de
l'Angleterre. Les conservateurs sont surtout des Espagnols qui
préconisent l'assimilation et se perdent en distinctions subtiles
entre assimilation et identité. Au fond, ils amusent le public en
paroles, pour conserver le _statu quo_ qui leur permet de s'enrichir.

Les impôts qui, avant la Révolution, s'élevaient à 13,000,000 de
piastres, atteignent maintenant 35,000,000. Si le gouvernement né
remplit pas ses caisses, les employés qu'il envoie ici font de rapides
fortunes. Ils vont en jouir dans la mère patrie pour faire place à
d'autres. On cite tel directeur de douanes qui, après 2 ans d'emploi,
possédait 700,000 piastres. Dans le journal _La Democracia historica_
du 25 courant, je lis le fait d'un nommé Carlos Urretia, inspecteur de
police, qui avait autorisé les filles d'une maison publique à voler
l'argent de ceux qui les visiteraient, leur promettant l'impunité à
condition de partager avec lui. Ce brave homme, pris en flagrant
délit, a été condamné à deux ans de _presidio_. Avec une pareille
administration, un pays ne saurait prospérer. Mais le parti
conservateur se moque des récriminations. Il a su former un corps de
volontaires de 70,000 hommes dont il a soin d'exclure les
autonomistes, et gare à qui lui résistera.

Il y a quelque temps, un capitaine général intelligent et honnête
voulait donner une certaine satisfaction aux autonomistes. Il se vit
bientôt cerné par 14,000 volontaires qui envahirent son palais et
l'embarquèrent pour le renvoyer en Espagne. S'ils n'ont pas toujours
été aussi violents, ils ont toujours réussi à faire déplacer tout
capitaine général qui ne faisait pas assez bien leurs affaires. Si au
moins ces volontaires couraient sus aux bandes de brigands qui en ce
moment ravagent la campagne et rançonnent les propriétaires! Durant la
Révolution, les Cubains avaient voulu se donner aux États-Unis; mais
ceux-ci, qui sortaient à peine de la grande lutte qui avait abouti à
l'abolition de l'esclavage, redoutaient l'entrée dans l'Union d'un
pays à esclaves, et ils refusèrent. Dans quatre ans, cette question
aura cessé d'exister, et au premier embarras de l'Espagne, si les
Cubains renouvellent l'offre, elle pourrait bien être acceptée.

Combien mieux aimée eût été la mère patrie si, par une administration
sage et honnête, elle s'était attachée le coeur de ses sujets de
Cuba! Mais comment pourrait-elle donner au loin cette administration
sage et honnête, puisqu'elle en manque elle-même dans son sein, et que
les plaies dont elle afflige les colonies sont celles mêmes dont elle
souffre à son tour depuis si longtemps!

Pendant que nous causons, le train approche de la ville, et je demande
le prix des terrains à bâtir. Dans les faubourgs, ils se payent
environ 20 fr. le mètre carré, et dans le centre à peu près 100 fr. le
mètre carré.

Mais revenons à la canne à sucre, qui forme la richesse de l'île.
Colomb, dans son second voyage, commença par porter des Canaries la
canne créole. En 1795, Francisco Arango introduisit celle de Taïti.
Puis on porta celle de Java, et en 1826 la cristalline de la
Nouvelle-Orléans.

On calcule en ce moment, que tous les ans, dans le monde entier, on
produit et on consomme 5,335,000 tonnes de sucre, dont 1,465,000 sont
de sucre de betterave et 120,000 de maïs et autres grains.

Des 3,750,000 tonnes de sucre de canne, l'île de Porto-Rico produit
150,000 tonnes, Cuba 630,000 tonnes, les Philippines 200,000 tonnes,
les Antilles françaises y compris la Réunion 150,000 tonnes, les
Antilles anglaises y compris Maurice 200,000 tonnes, Java 200,000, le
Brésil 200,000, la Chine 50,000, la Louisiane 100,000, et le reste
divers autres pays.

Cuba produit aussi une quantité assez considérable de café. On calcule
de la manière suivante la production du café dans le monde entier: le
Brésil 176,000,000 de livres, Java 124, les îles Célèbes 1, l'Arabie
3, Sumatra 8, Ceylan 40, l'Équateur 1/5 de million, les Philippines 3,
Vénézuéla 35, Nicaragua 2-1/2, Guatemala 120, les Antilles anglaises
8, les Antilles françaises et hollandaises 2, Cuba et Porto-Rico 30,
Malabar et Missouri 5 millions.

Après le sucre, le tabac forme le principal revenu de Cuba. À la
Havane, on rencontre à chaque pas des magasins remplis de ballots de
tabac du poids d'environ 100 livres. Le prix varie de 50 à 200
piastres le quintal. Le meilleur vient de la _Vuelta Abajo_ et sert à
faire les cigares exquis de la Havane; le plus grossier s'en va en
Allemagne. Le gouvernement français entretient ici un agent pour
l'achat du tabac nécessaire à ses manufactures. Le consul est chargé
des traites, et cela lui forme un _boni_ moyen d'environ 30,000 fr.
l'an ajouté à son traitement, qui est de 40,000 fr.

Je ne veux pas quitter la Havane sans visiter une fabrique de cigares
et une de cigarettes. Chez Villar-Villar, Calle de la Industria, nº
174, je trouve 200 ouvriers fabricant 62 sortes de cigares; les
_villares flor fina_ valent 500 piastres le 1,000, ce qui les met à 2
fr. 50 pièce; ils sont gros et longs de 18 centimètres. Les _Londres
de Corte_ valent 40 piastres le 1,000, les _Rothschild flor fina_
valent 125 piastres le 1,000, les _Victoria_ 110 piastres, les _Damas_
ou petits cigares pour dames 38 piastres, etc. Il faut ajouter à cela
le droit d'exportation qui est de 2 piastres le mille, et celui
d'importation qui est de 25 fr. le kilog. en France et de 15 fr. en
Allemagne, le port et le bénéfice du détaillant, etc. Les ouvriers
sont payés à raison de 24 piastres le 1,000. Ils font une moyenne de
100 cigares de luxe par jour et gagnent ainsi de 12 à 15 fr. Nous les
voyons à l'oeuvre; ce n'est pas peu de chose que de former un cigare
de luxe. Il faut choisir le tabac qu'on place à l'intérieur, et en
poser les couches avec attention; puis choisir encore mieux la feuille
qui les enveloppera. Cette feuille doit être sans défaut. Les jaunes
clair couvriront les cigares destinés à l'Allemagne, les autres ceux
qui vont en France et en Angleterre. Le difficile c'est de bien former
la pointe. L'ouvrier colle avec une pâte de farine le dernier morceau,
et lorsque c'est nécessaire, il perfectionne le bout avec ses lèvres.
Le cigare est ensuite mesuré, coupé et passé à ceux qui opèrent le
triage. Les côtes des feuilles sont jetées. Le tabac est employé à
l'état naturel sans aucune sauce. C'est le même tabac qui sert aux
divers cigares. Ce n'est que le poids, la façon et le luxe du
paquetage qui en changent le prix. Dans l'entrepôt, nous voyons
amoncelés 3,000 ballots de la récolte de 1883, contenant chacun 100
livres. Ils valent 200,000 piastres, soit 1,000,000 de francs. Tous
les jours, des _moricos_ baignent dans l'eau la quantité qui sera
travaillée le jour même. Le tabac ordinaire doit être consommé dans
l'année de la récolte. Le meilleur se conserve 2 ans. Réduit en
cigares, il se conserve plus longtemps. Avant de nous quitter, M.
Villar pousse l'amabilité jusqu'à nous remettre à chacun un _villar
flor fina_, son plus cher et meilleur cigare. Je ne suis pas
connaisseur, mais mes compagnons le trouvent délicieux, seulement vu
sa grosseur et sa longueur (0m 18) il dure trop longtemps et accumule
au bout une trop forte quantité de nicotine.

À la fabrique des cigarettes de Diego Gonzales, Calle de la Reina, je
trouve 400 Chinois. Les uns ont la queue, les autres l'ont coupée,
quelques-uns portent la blouse nationale et de grosses lunettes.

Une machine à vapeur fait fonctionner les lames qui coupent le papier
et le tabac: le papier est de 3 sortes: jaune en paille de blé, bleu
en coton, et brun ou pectoral. Le tabac est coupé court et fin. Les
Chinois le plient avec rapidité dans le papier et en replient le bout
avec une espèce de dé en fer blanc. Ils sont payés à raison de 4
piastres papier la _tarea_ de 6,100 cigarettes. Un homme peut faire en
moyenne 1/2 _tarea_ par jour. On a de la peine à surveiller ces
célestiaux pour les empêcher de fumer l'opium et de parfumer ainsi
leur travail. Une salle séparée est occupée par 50 femmes, elles font
les cigarettes aussi bien et aussi vite que les hommes, et reçoivent
le même salaire.

La caisse est toujours ouverte, chaque ouvrier peut à tout moment de
la journée y porter son travail et en recevoir le montant. On fait
tous les jours une moyenne de 180 _tareas_, soit plus de 1,000,000 de
cigarettes. Elles sont mises en paquets de 12 et vendues à raison de 2
fr. 50 ou une piastre papier les 27 paquets.

Selon mon habitude, je me rends au marché principal. C'est un grand
corps de bâtiments à portiques extérieurs. Sous ces portiques sont
des magasins ou bazars surmontés de logements. La cour couverte est
occupée par les vendeurs de viande, de fruits et de légumes. Cette
disposition est défectueuse, parce que les magasins empêchent la
circulation de l'air.

[Illustration: Grandes Antilles.--Cuba.--Plaza de Arme.--Statue de C.
Colomb.--Chapelle où fut dite la première messe en Amérique.]

Avant de quitter la ville, nous venons encore une fois à la plaza de
Arme ou place centrale, voir la colonne surmontée d'une madone et
portant sur le piédestal un buste de Christophe Colomb. Elle s'élève
au-devant d'une chapelle dans laquelle en 1519 fut célébrée la
première messe dans l'île.

Enfin je dis adieu à la Havane et monte sur une nacelle qui me ramène
au steamer. L'odeur du port est nauséabonde: il reçoit tous les égouts
de la ville; c'est pourquoi ses abords sont toujours les premiers
visités par le _vomito negro_. La Supérieure du Sacré-Coeur me disait:
«Nous n'avons plus perdu de soeurs de la fièvre jaune depuis que nous
nous sommes éloignées du port.»

Nous passons encore à côté de beaux steamers qui vont à New-York; ils
ont un double étage de cabines ouvrant sur un promenoir extérieur.
Vers le commencement du mois, un d'eux, dans un cyclone, a eu le salon
enlevé. Le déplacement de la cargaison avait couché le navire sur le
flanc et le gouvernail avait été emporté. Le maître d'hôtel seul et un
domestique ont perdu la vie. Après deux jours la tempête s'étant
calmée, le navire a pu être remorqué et les passagers sauvés.

En quittant la terre, j'avais acheté un journal: la _Democratia
Historica_. J'en cite un paragraphe pour donner le ton de la presse de
ce côté des mers:

«Escribimos (harto lo sabemos) sobre un volcan de passiones: no
importa. Siempre necessitan las grandes audacias de la libertad el
fuego subterraneo de los pueblos, la sanguinaria rabia de los
despotas, los immortales delirios de la fè republicana, factores
tremendos de la sociedad moderna, labor genesiaca y épica que forma
con sus convulsiones irascibles y sus imponentes calmas la corteza de
la libertad y el granito de la democracia.»

«Nous écrivons (déjà nous le savons), sur un volcan de passions; peu
importe. Les grandes audaces de la liberté nécessitent toujours le feu
souterrain du peuple, la rage sanguinaire des despotes, les délires
immortels de la foi républicaine, facteurs terribles de la société
moderne, travail génésiaque et épique qui avec ses convulsions
irascibles et ses calmes imposants forment l'écorce de la liberté et
le granit de la démocratie.»

Nous arrivons à l'_Éden_ une demi-heure en retard de l'heure du repas,
et j'ai de la peine à exiger de mon nègre qu'il me serve à dîner. Le
soir, M. Solano et ses amis Palacios et Caballero ont l'amabilité de
venir passer la soirée sur le navire. M. Solano est avocat et
m'apprend que, d'après les lois cubaines, le père peut disposer par
testament de 1/5 de ses biens en faveur d'un parent ou d'un étranger,
et qu'au surplus il peut encore donner à titre de préciput à un de ses
enfants le 1/3 des autres 4/5.

La recherche de la paternité est permise, et si, de l'ensemble des
faits, le juge est convaincu de la culpabilité, il condamne le
séducteur à donner une dot à la mère et à reconnaître l'enfant, à
moins qu'il ne préfère régulariser la position par le mariage.

Le lendemain, à 8 heures, nous sortons du port et suivons les côtes de
l'île.

Le 26 septembre nous entrons dans le golfe du Mexique et naviguons au
sud-ouest.

Le 27, même navigation, orages fréquents. De nombreux petits oiseaux
se réfugient sur le navire et se laissent prendre avec facilité.
Déluge durant la nuit.

Le 28, vers le soir, nous arrivons à Vera-Cruz.



CHAPITRE VII

     La République mexicaine. -- Surface. -- Constitution. --
     Population. -- Les diverses branches ou familles indiennes. --
     Cause de leur dépérissement. -- Revenus. -- Dépenses. -- Chemins
     de fer. -- Télégraphe. -- Poste. -- Instruction publique. --
     Mines. -- L'isthme de Tchuantepec. -- Histoire. -- Fernando
     Cortez et la conquête. -- Fin de Montézuma, dernier empereur des
     Aztecas. -- Les sacrifices humains. -- Le vice-roi. -- Fin
     tragique de deux empereurs.


La République fédérative mexicaine comprend un territoire de 1,920,000
kilomètres carrés, presque 4 fois la surface de la France. Elle compte
27 États; 5 vers le nord: Sonora, Chihuahua, Coahuila, Nueva-Leon et
Tamaulipas; 4 sur le golfe du Mexique: Vera-Cruz, Tabasco, Campêche,
Yucatan; 7 sur le littoral du Pacifique: Sinaloa, Xalisco, Colima,
Michoacan, Guerrero, Oaxaca, Chiapas; 11 dans le centre: Durango,
Zacatecas, Aguascalientes, San Luis Potosi, Guanajuato, Queretaro,
Hidalgo, Mexico, Morelos, Puebla, Tlaxcala. Aux 27 États il faut
ajouter le district fédéral et le territoire de la Basse-Californie.

Ces États sont indépendants et confédérés. Le pouvoir exécutif est
confié à un président de la République élu pour quatre ans et entouré
de six ministres responsables. Le pouvoir législatif est exercé par le
Congrès formé de deux Chambres: le Sénat et la Chambre des députés.
Chaque État élit deux sénateurs pour quatre ans; ils se renouvellent
par moitié tous les 2 ans. Les députés sont élus en raison de 1 pour
40,000 habitants et se renouvellent aussi par moitié tous les deux
ans. Toutes les élections se font par le suffrage universel.

La constitution de 1857, qui régit le pays, commence ainsi:

«En el nombre de Dios y con la autoritad del Pueblo mexicano; los
rapresentantes de los diferentes Estados, etc...»

Puis vient l'énumération des droits de l'homme, la définition et
distribution des pouvoirs, etc.

Le pouvoir judiciaire est confié à une Cour suprême composée de 11
membres élus pour six ans. Viennent ensuite les tribunaux de district
et de circuit. La noblesse est abolie, les Ordres religieux sont
proscrits, l'instruction est laïcisée; l'Église est séparée de l'État.

Les Mexicains ont copié servilement l'oeuvre de nos révolutionnaires,
et, comme nous, ils ont donné jusqu'à ce jour le triste spectacle de
continuelles révolutions, tombant alternativement du despotisme
militaire dans l'anarchie.

[Illustration: Mexique--Indiens Apacas.]

D'après le cens de 1879, la population compte 9,873,670 habitants. Sur
ce chiffre, 48% sont du sexe masculin, et 52% du sexe féminin, 19%
sont Européens ou Espagnols américains, 38% indigènes ou Indiens, 43%
de race mêlée. Parmi les indigènes Indiens, la branche

  ou famille mexicaine compte            1,626,511 membres.
  La famille Sonorense Opatu-Pima           84,000   --
  La branche Guaicura et Cochinii-Laimon     2,533   --
        --         Séri                        200   --
        --         Tarasca                 230,000   --
  La race ou famille Zoque Mixe             55,000   --
  La famille Totonaca                       90,000   --
        --  Mixteco-Zapoteca               578,000   --
        --  Matlalzinga o Pirinda            5,000   --
        --  Maya                           400,000   --
        --  Chontal                         31,000   --
        --  Huave                            3,800   --
        --  Apache                          10,000   --
        --  Othomi                         650,000   --
                                         ------------------
                      TOTAL              3,766,044 membres.

En 1810, ils étaient 3,676,281. Ils sont restés presque, stationnaires
pendant que la race mêlée a triplé, et que l'européenne a augmenté de
69%.

Plusieurs Mexicains semblent voir la cause de la future disparition
des indigènes dans leur indolence, dans leurs mauvais logements et
maigre nourriture; mais ceux qui emploient l'Indien savent que
lorsqu'il est encouragé, il travaille plus que tout autre, et s'il est
mal nourri, c'est qu'il est mal rétribue; s'il est mal logé, c'est que
les propriétaires se soucient peu de le loger mieux. En un mot,
l'Indien, s'il n'est pas relégué comme aux États-Unis dans ses
_Réservations_, c'est que le propriétaire mexicain préfère l'utiliser
et en tirer tout ce qu'il peut, en lui donnant le moins possible.

Dans plusieurs États et notamment dans la ville de Mexico, la
mortalité excède les naissances. Pour Mexico on attribue le fait à
l'infection de l'air causée par les égouts de la ville et les marais
des campagnes. Depuis longtemps on propose le drainage de la vallée
pour assainir la capitale.

Le revenu, d'après les dernières statistiques que m'a fournies le
ministère de Formento (Travaux publics), a été:

      Pour le Gouvernement fédéral, de      21,936,165 piastres.

      Pour les États                         7,011,962    --
                                            --------------------
             Soit un total de               28,948,127 piastres.

      La piastre mexicaine vaut environ 4 fr. 50.

      La dépense a été de                   20,431,896 piastres.
        pour le Gouvernement fédéral, et de  6,825,684    --
      pour les États.
                                            --------------------
           Soit un total de                 27,257,580 piastres.

      Pour tous les États, la valeur de la propriété urbaine
        est évaluée à                      169,684,376 piastres.

      La propriété rurale à                181,873,994    --
                                          ----------------------
          Ce qui fait un total de          351,568,530 piastres.

      Les chemins de fer en exploitation
               comptent                  1,055 kilomètres.

      Sont en construction actuellement  6,856    --
      Et sont concédés ou à l'étude      4,906    --
                                        -----------------
          Soit un total prochain de     12,817 kilomètres.

La subvention de l'État pour les diverses lignes varie de 6,000 à
9,000 piastres par kilomètre.

Les lignes télégraphiques atteignent presque 17,000 kilomètres et ont
expédié dans l'année 800,800 dépêches qui ont produit 400,000
piastres. La poste expédie 7,000,000 de lettres et plis et produit
600,000 piastres.

L'instruction publique comprend 2 élèves par 100 habitants. Les
États-Unis ont 17-1/2 élèves par 100 habitants; l'Allemagne, le
Danemark, la Suisse en ont 15; la France, les Pays-Bas 13;
l'Angleterre et la Norwège 12; la Belgique 11; l'Autriche et l'Espagne
9; l'Irlande 8; la Hongrie 7; l'Italie 6; la Grèce et la République
Argentine 5; l'Uruguay 3; le Portugal 2-1/2 et la Russie 2. Il n'y a
que le Brésil, la Turquie, l'Équateur et le Vénézuéla qui en ont moins
de 2.

Les mines, depuis la découverte du Mexique, ont donné plus de 15
milliards de francs. Dans presque tous les États on trouve l'argent,
l'or, le cuivre, le plomb, mais faute de capitaux et d'initiative,
l'exploitation se fait encore d'une manière imparfaite et primitive.

Les 14 Monnaies de la République depuis 1537 jusqu'à 1880 ont frappé
pour 3 milliards de piastres d'argent et pour 118 millions de piastres
d'or.

On sait que les États-Unis, n'ayant pu réussir à se rendre maîtres du
canal de Panama, cherchent à le contrecarrer, tantôt en faisant croire
qu'ils vont exécuter le canal de Nicaragua, tantôt en publiant qu'ils
vont construire un chemin de fer à l'isthme de Tehuantepec pour
transporter les vaisseaux d'un Océan à l'autre. Le gouvernement
mexicain vient en effet de concéder à un général américain[2] la
construction de ce chemin de fer, mais il doute fort lui-même que ce
projet se réalise jamais.

         [Note 2: Dans les deux Amériques, lorsqu'on dit Américain
         tout court on désigne toujours un sujet des États-Unis de
         l'Amérique du Nord.]

Rappelons rapidement les faits principaux de l'histoire du Mexique. Il
a été conquis par l'Espagnol Fernando Cortez. Son père lui faisait
apprendre le latin à l'Université de Salamanca, mais le futur
guerrier, préférant l'action à ce vieux langage, s'en alla à Naples
servir sous Fernando de Cordoba. En 1511 il accompagna Diego-Velasquez
à son expédition de Cuba. Là il se fit éleveur de bétail et fut mis en
prison par le même Diego-Velasquez, gouverneur, pour intrigues
d'amour. Il se sauva deux fois et finit par organiser pour son propre
compte une expédition au Mexique. Il partit de la Havane le 10 février
1519 avec 508 soldats, 110 hommes d'équipage, 32 arbalétriers, 13
fusiliers, 209 Indiens et quelques Indiennes pour domestiques. Avec
cette armée il devait conquérir un empire de 16,000,000 d'habitants.
Le 12 mars, il arriva à Tabasco et en soumit les Caciques à la suite
de trois batailles. Ces Caciques lui firent présent de 10 jeunes
filles dont une, nommée Malintzin, et baptisée sous le nom de Marina,
devint son épouse et sa plus fidèle coopératrice. Elle lui servit
d'interprète et fit avorter les diverses conspirations qui le
menacèrent. Le Jeudi-saint, 21 avril 1519, Cortez débarquait à
Vera-Cruz. Organisateur aussi bien que militaire, Cortez fit nommer un
_Ayutamiento_ et légaliser son autorité. Les Indiens le reçurent
amicalement et l'informèrent qu'ils étaient tributaires de Montézuma,
le grand Empereur qui régnait à Mexico. Il mit toujours beaucoup de
soin à se renseigner sur les choses du pays à mesure qu'il avançait.
Ayant appris que Montézuma était en mésintelligence avec Ixtlixochitl,
un de ses frères auquel il avait cédé une partie du royaume, il
profita aussitôt de cette situation et s'allia avec Ixtlixochitl et se
dirigea sur Mexico. Montézuma le reçut amicalement. Un personnage
mystérieux, blanc, barbu et vêtu d'une soutane, qui avait prêché aux
Mexicains une religion nouvelle et leur avait appris à mieux utiliser
la terre et à extraire les métaux, leur avait prédit que des hommes
blancs et barbus comme lui viendraient à la suite du temps et se
rendraient maîtres de l'Empire. Cette tradition, qui se conservait
aussi au Pérou, fut cause que Montézuma et les indigènes se soumirent
facilement aux Espagnols. Toutefois Cortès, comme Pizarro au Pérou,
jugea bon de faire l'empereur prisonnier. Il laissa le commandement à
Pedro de Alvaredo pour aller combattre Panfilo de Navarez que le
gouverneur de Cuba avait envoyé contre lui.

Au mois de mai, les Mexicains avaient l'habitude de célébrer une
grande fête, et demandèrent à Alvaredo la permission de la faire selon
l'usage. Celui-ci consentit, à condition qu'ils seraient sans armes;
mais pendant qu'ils étaient au temple dans la nuit, il les fit tous
tuer pour les voler. La population se souleva et chassa les Espagnols.
Ceux-ci, en se retirant, tuèrent le malheureux Montézuma. Cortez
réorganisa avec les Indiens ses alliés une armée de 250,000 hommes, et
revint à Mexico qu'il attaqua avec une flottille de bateaux. Cette
capitale était alors au milieu d'une lagune comme Venise. Les
Mexicains firent une résistance héroïque, et Cortez n'en vint à bout
qu'en démolissant les maisons pour remplir les canaux. Le 13 août
1521, il était maître de Mexico. Plus de 100,000 personnes périrent
dans la bataille.

Cortez trouva au Mexique, comme Pizarro au Pérou, un peuple d'une
civilisation avancée, ayant ses monuments, ses temples et ses arts: il
est regrettable que les archives et la plupart des monuments de ces
peuples aient été détruits par les premiers missionnaires, comme
entachés de paganisme. Nous aurions certainement trouvé le point de
jonction de cette race à la race égyptienne et phénicienne à laquelle
sa civilisation semble empruntée. Tout ce que nous savons, c'est que
diverses races s'étaient superposées, et que plusieurs dynasties
s'étaient succédées. La plus puissante de ces races, celle qui finit
par dominer les autres, fut celle des Aztecas. Les premiers habitants,
les Toltecas, avaient une religion simple et naturelle. Ils adoraient
un Dieu unique et créateur qu'ils appelaient Tloque Nahuaque, et lui
offraient des _copalli_, offrandes d'oiseaux et de fleurs. Les
Chichimecas vinrent ensuite, et peuple barbare, ils altérèrent la
religion. Enfin les Aztecas, peuple guerrier, imposèrent leur culte.
Leurs principales divinités étaient Huitzilopochtli, dieu de la
guerre; Tlaloc, dieu de l'eau; Tezcatlipoca, dieu du ciel;
Quelzalcoatl, dieu de l'air; Miclantuectli, dieu de l'année et des
herbes; Ceuteotl, dieu du maïs; Tezcatzoncatl, dieu du pulche;
Cuatlicue, déesse des fleurs. Ces dieux étaient représentés en statues
de pierre, et on les voit aujourd'hui dans le musée de Mexico.

Les temples consistaient en deux tourelles ou petites chapelles
situées au sommet d'une grande pyramide tronquée, construite en adobe;
on y montait par un escalier central ou par un escalier en spirale. Le
temple principal de Mexico était consacré au dieu de la guerre et au
dieu du ciel, et se trouvait sur l'emplacement qu'occupe actuellement
la cathédrale. Les prêtres chargés du culte étaient couverts d'un
manteau noir. Ils portaient d'horribles figures sur les vêtements,
avaient les cheveux épars, les mains et le corps souillés de sang. Les
offrandes à la divinité n'étaient plus seulement l'encens, les fruits,
les fleurs, les animaux et les danses, mais surtout les sacrifices
humains. Ils avaient lieu en temps de sécheresse ou d'ouragan, avant
de se mettre en guerre, au couronnement des rois, etc.

Les victimes étaient les prisonniers de guerre. Arrivés au sommet de
la pyramide, on allongeait la victime sur une pierre, le prêtre lui
ouvrait la poitrine avec un couteau de ixtli, lui arrachait le coeur
qu'il offrait à la divinité, et jetait le corps au bas de la pyramide.
Le peuple, à la vue du sang, commençait les danses, et chacun
continuait à danser jusqu'à sa maison.

À la fête du dieu Tlaloc, on sacrifiait des petits enfants que des
mères pauvres vendaient aux prêtres. À la déesse des fleurs, en avril,
on n'offrait que des fleurs. Au dieu du ciel, en mai, on offrait des
plumes, des animaux et des jeunes filles qui se consacraient au
service du temple. À la fête du feu, tout le peuple se rendait à la
montagne. On sacrifiait une victime humaine, et on distribuait le feu
nouveau obtenu par le frottement de deux rameaux de bois.

En dehors de ces horribles sacrifices humains, imposés par la
religion, la population aztèque avait des moeurs douces; les mères
aimaient leurs enfants, les pères leur enseignaient les règles de
morale, le respect et l'obéissance. Ils pleuraient longtemps leurs
morts, et étaient très hospitaliers. Ils cultivaient la terre et
exerçaient divers métiers. Les idiomes étaient nombreux, mais le
nahuatl était le plus répandu.

Après la conquête, les vice-rois du Mexique ou Nouvelle Espagne
gouvernent le pays jusqu'en 1810. Quelques-uns furent bons et
capables, la plupart cruels ou insignifiants. L'histoire, durant cette
période, est une suite de conspirations et d'intrigues. Les famines et
les pestes se succèdent, les volcans font plusieurs éruptions, les
Indiens se soulèvent de temps en temps. Mexico est inondé à plusieurs
reprises.

En 1810, Miguel Hidalgo proclame l'indépendance du Mexique et abolit
l'esclavage, mais l'Espagne ne reconnaît cette indépendance qu'en
1836. En 1822, Iturbide se fait proclamer empereur et est fusillé deux
ans après. En 1864, Maximilien d'Autriche, amené par les troupes
françaises, lui succède sur le trône. Il est fusillé en 1867, et
l'Indien Juarez reprend son siège de président de la république.
Aujourd'hui ce siège est occupé par le général Gonzales, et le général
Porfirio Diaz est sur les rangs pour la prochaine élection. On le dit
honnête et capable, et il est à espérer que, s'inspirant des éternels
principes du vrai et du bien, il pourra inaugurer les véritables
réformes, inspirer à la classe dirigeante ses devoirs de patronage,
relever le peuple de la misère, mettre en honneur l'amour du travail,
extirper les intrigues, la camorra, le pillage, fermer l'ère des
révolutions, et ouvrir au pays une ère de paix et de prospérité. Il
pourra ainsi développer ses immenses ressources, et prendre rang à
côté des peuples prospères. Mais il est temps de reprendre mon journal
de voyage.

[Illustration: Mexique.--Vera-Cruz.--Vue de la rade.]



CHAPITRE VIII

     Débarquement à Vera-Cruz. -- Construction du port. -- La ville.
     -- La fièvre jaune. -- Départ pour Mexico. -- Le chemin de fer.
     -- Orizaba. -- Maltratta. -- Le Citlaltepelt. -- Le pulche. --
     Mexico. -- Les hôtels. -- La ville. -- La cathédrale. -- Les
     toros. -- Les loteries. -- Le Paseo.


C'est le 28 septembre, dans l'après-midi, que l'_Éden_ arrive devant
Vera-Cruz. Plusieurs navires sont à l'ancre, mais ils ne peuvent
débarquer leurs marchandises, à cause du mauvais état de la mer.--Il
n'y a point de port à Vera-Cruz. Une Compagnie française en construit
un en ce moment. Il doit être achevé en 10 ans, et la Compagnie reçoit
pour cela 10,000 dollars par semaine que lui paie le gouvernement de
la République mexicaine. La houle vient d'enlever récemment une partie
des travaux. Vue de la mer, Vera-Cruz offre un bel aspect. À terre,
ses rues larges de 12 mètres et coupées à angle droit, ses maisons de
pierre couvertes en terrasse, ses places, ses églises, la végétation
qui l'entoure, en feraient une ville superbe, si on pouvait y trouver
la propreté. Mais, faute d'égouts, tous les résidus des maisons s'en
vont dans les rues, qui deviennent ainsi, des égouts ouverts. Les
_gallinasos_ (vautours noirs) s'y promènent par centaines, disputant
aux chiens les balayures. La puanteur m'oblige à porter constamment
au nez un mouchoir imbibé d'eau de Cologne. Une ville ainsi tenue doit
engendrer la peste sous toutes les latitudes. Il y a en effet encore
une trentaine de cas de fièvre jaune par jour, dont 50% sont mortels.
Tant d'incurie n'empêche pas les habitants d'adopter les dernières
découvertes; ils ont le téléphone et la lumière électrique. Ils
seraient plus avisés s'ils avaient des égouts et des balayeurs. Je me
rends aux bureaux des diverses Compagnies, afin de connaître la date
des départs des navires pour Galvestown ou pour la Nouvelle-Orléans.
Il n'y a point de départ fixe; les lignes régulières sont interrompues
durant l'épidémie. Tout navire qui arrive d'ici à la Nouvelle-Orléans
est tenu à 10 jours de quarantaine dans le Mississipi. Je commence à
comprendre que je ne pourrai sortir du Mexique de ce côté et que je
serai obligé de gagner les États-Unis par terre.

[Illustration: Mexique.--Sur la route d'Orizada.--Cascade.]

À l'hôtel, après un mesquin souper, on nous place quatre dans une même
chambre. Les lits se composent simplement d'une toile tendue, sur
laquelle on s'allonge en se couvrant d'un drap. Les sons de la musique
nous appellent sur la place: c'est l'heure où la population vient
respirer l'air frais de la nuit. De belles Indiennes aux cheveux
longs, noirs et lisses, se promènent à côté des dames, et des
demoiselles. Les petites filles font au milieu du jardin des danses et
des rondes avec les garçons de leur âge; insouciance des jeunes
années! En rentrant, j'aperçois des promeneurs d'un nouveau genre: ce
sont des crapauds qui se sentent chez eux dans ces rues immondes.
Heureusement que les quatre habitants de la même chambre sont des
compagnons de voyage: on peut ainsi prendre gaiement son parti de la
situation. Nous fumons pour chasser les odeurs, nous nous aspergeons
d'eau de Cologne et prenons notre repos. Il ne sera pas long. À 4
heures du matin, il faut se lever et se préparer pour aller au chemin
de fer. Le train part vers 5 heures.

Le trajet de l'hôtel à la gare est assez court, 10 minutes à peine;
mais la pluie est si torrentielle, que bientôt nous sommes trempés
jusqu'aux os. Les employés refusent de me laisser prendre ma petite
valise, et je ne puis changer mes vêtements. Il faut payer son billet
16 piastres, et bien des piastres encore pour supplément de bagages,
la franchise n'étant que pour 30 livres. Nos vêtements sécheront au
soleil aux fenêtres du wagon et sur la peau.

Enfin la locomotive siffle, et nous voilà en route. Il y a 422
kilomètres de Vera-Cruz à Mexico; mais, cette capitale se trouvant à
2,283 mètres d'altitude, il faudra gravir bien des montagnes. Aux
abords de Vera-Cruz, nous voyons encore des dépôts d'immondices de
toute sorte; puis viennent les champs, où paissent les boeufs et les
chevaux. La végétation est tropicale.

Après avoir traversé une vaste plaine, nous abordons les montagnes.
Nous marchons de surprise en surprise. Ici, la forêt vierge; là, la
profondeur des ravins; plus loin, une cascade féerique: on est
enchanté, ravi. Par-ci par-là, des villages, à cabanes de chaume,
perdus dans la forêt. Nous voyons le caféier, la canne à sucre, le
maïs, mais le tout assez négligé. On me fait remarquer la hacienda de
Potrero, qui a 24 kilomètres carrés et qui vient d'être achetée pour
30,000 piastres (la piastre mexicaine varie de 4 fr. 50 à 5 fr.). Elle
pourrait rendre des millions, si elle était cultivée avec
intelligence, et ne rapporte rien. Les quelques Indiens qui y sèment
le maïs qui les fait vivre paient au propriétaire une redevance de 10
piastres par an. C'est près de cette hacienda que j'ai vu un vol de
sauterelles parentes de celles d'Égypte. Elles dévastent la terre et
ne paient aucune redevance. Les indigènes les aiment peu: un de mes
compagnons en avait pris une pour l'examiner; un Mexicain l'arrache
brusquement de ses mains et la met sous ses pieds.

De temps en temps la locomotive fait entendre son sifflet bruyant:
c'est pour mettre en fuite le bétail que le conducteur aperçoit sur la
voie. Deux vaches pourtant demeurent immobiles, sans se douter du
danger; la locomotive les heurte et les jette au loin hors des rails.

Les hommes sont coiffés d'un grand chapeau de feutre ou de paille à
larges bords. Les femmes portent leur bébé attaché par une couverture
derrière le dos. Par un brusque mouvement, les mères les ramènent en
avant pour leur donner le sein, et les rejettent sur le dos de la même
manière.

[Illustration: Mexique.--Environs d'Orizaba.--Huttes.]

Nous voici à Orizaba, ville la plus importante de l'État de Vera-Cruz.
Elle compte 35,000 habitants. De nombreux clochers et coupoles
indiquent les églises. Quelques cheminées révèlent la présence de la
vapeur: on me dit que ce sont des fabriques de sucre et des filatures
de coton. Le train continue à s'élever par une pente de 4%, fait des
tours et des détours, traverse des ruisseaux et des ravins. Aux
cocotiers succèdent les pins et les chênes. Dans les gares, les femmes
ne nous vendent plus la banane et autres fruits tropicaux, mais la
poire, le raisin, la figue et les oranges.

Nous atteignons la plaine de Maltratta, bien cultivée, très habitée.
De ce point, nous apercevons la voie se développant vers des pics
inaccessibles, avec des ponts que l'on prendrait pour de légères
passerelles. La pente atteint 6%, et une nouvelle machine est attelée
à la première. À mesure que le train s'élève dans la forêt, la vue sur
la plaine devient de plus en plus ravissante. Pour mieux jouir du coup
d'oeil, je me tiens sur la plate-forme; bientôt nous passons sur
divers ponts suspendus à 1,000 et 2,000 pieds. Cet endroit est appelé
_Infernillo_ (petit enfer). Je le recommande aux amateurs d'émotions.

À Altalux, à 1,900 mètres d'altitude, je remarque les capucines, les
daturas, les liserons, les roses et toutes les fleurs de nos jardins
de Nice. Enfin, arrivés au sommet, à Boca del Monte, voici la plus
grandiose des surprises: à notre droite, le Citlaltepelt élève à
19,000 pieds sa cime neigeuse. Ce volcan semble veiller comme un géant
à la garde de la vallée de Mexico. La fraîcheur nous oblige à nous
couvrir. À la canne à sucre, au café, on succédé l'orge, l'avoine, le
maïs. Un Alsacien, employé à la gare, est dans le pays depuis notre
expédition. Il me prend pour un ingénieur, et veut m'intéresser à des
mines d'albâtre et à des mines d'argent qu'il prétend avoir
découvertes. Nous entrons en effet dans le pays de l'argent. Bientôt
nous rencontrons un embranchement qui va à Pachuca, où l'on exploite
de nombreuses mines d'or et d'argent. La plaine est couverte de
magnifiques aloès, bien alignés, bien cultivés, d'où l'on extrait le
_pulche_, boisson du pays qui remplace le vin. Lorsque la plante est
mûre, vers l'âge de 5 à 10 ans, on coupe le centre, et, durant 3 à 6
mois, le vide qui en résulte se remplit tous les matins, par la sève
des feuilles, de 2 à 3 litres d'un liquide appelé _agua miel_ ou eau
douce. Ce liquide est légèrement purgatif. Un homme le fait passer
dans des outres au moyen d'une espèce de pompe où il fait le vide en
aspirant. On le met ensuite à fermenter durant 24 heures avec un peu
de _pulche_ vieux, et on l'expédie à Mexico, où il est vendu dans les
_pulcherias_ qui se trouvent à chaque coin de rue. Les Indiens
s'enivrent facilement avec cette boisson, et se laissent ensuite aller
à toute sorte d'excès et de crimes. Il y a des haciendas (fermes) de
pulche qui rapportent jusqu'à 100 et 200,000 fr. par an. Le chemin de
fer fait une recette de plusieurs milliers de francs par jour,
seulement par le transport de cette boisson: J'ai voulu la goûter:
elle n'a rien de séduisant. La couleur est celle du petit lait,
l'odeur est nauséabonde, le goût révoltant. Pourtant, telle est la
force de l'habitude, que même les riches du pays l'ont constamment
sur la table et la préfèrent au vin.

[Illustration: Mexique.--Chemin de fer de Vera-Cruz à
Mexico.--Montagnes de Maltratta.--L'Infernillo.]

À Boca del Monte, 18 soldats quittent le train pour rentrer à
Vera-Cruz; 18 autres, venus de Mexico, prennent leur place: c'est
l'escorte journalière. Les trains portent souvent de l'argent, soit
qu'il provienne des droits de douane à Vera-Cruz, soit qu'il vienne
des mines et prenne le chemin de l'Europe.

Malgré les précautions, le trésor n'a pas toujours pu être préservé.
Parfois une entente entre les brigands et des employés du train a fait
détacher au départ le wagon contenant l'argent: il est ainsi resté sur
la voie, proie facile aux voleurs. Une autre fois, c'est un intrépide
qui avait cloué un filet sous le wagon, et de là pendant la marche il
put couper les planches, pénétrer dans le wagon et enlever les caisses
d'or.

Dans les gares, nous trouvons des gendarmes campagnards. Ils portent
un vêtement gris, grand chapeau de feutre, carabine, sabre, revolver,
et aux reins une ceinture garnie de cartouches en forme d'ornements.
Leur selle est toujours armée du lazo traditionnel. On les prendrait
pour de redoutables brigands.

La plaine est couverte de fèves, de maïs et d'aloès. Plusieurs
laissent pousser la tige de leur fleur, semblable à une immense
asperge.

On voit par-ci par-là les vastes constructions des _haciendas_, et les
petits ranchos en terre des cultivateurs. Ils ne pourraient être plus
misérables. Enfin le train arrive à San-Juan de Teotihuacan. Là
existe encore une de ces grandes pyramides en briques d'adobe, sur
lesquelles les Indiens élevaient le petit temple où ils immolaient les
prisonniers de guerre. Nous passons aussi près du sanctuaire de
Guadalupe, mais la nuit ne nous permet pas de l'apercevoir. À 8
heures, nous entrons en gare de Mexico. La douane ne se contente pas
de la visite faite au débarquement; à Vera-Cruz; elle visite encore
une fois sommairement les effets. Une voiture me conduit à l'hôtel
qu'on m'avait indiqué comme le meilleur. Les chambres sont vastes et
bien meublées, mais la propreté laisse à désirer. J'en visite un
autre, et y trouve de mauvaises odeurs; _idem_ dans un troisième et un
quatrième. Enfin, à 11 heures du soir, je trouve une chambre propre à
l'hôtel Guardiola, remis à neuf.

Le 30 septembre, jour de dimanche, le travail est suspendu, les
magasins sont fermés; seuls, ceux des Français sont ouverts. Tout le
monde est endimanché. Les Indiennes couvrent leur tête d'un châle et
en rejettent les bouts en arrière en guise de _manta_. Les _señores_
portent leur costume national: grand et lourd chapeau de feutre
conique à larges bords, garnis de glands et de galons d'or et
d'argent; veste en velours et boutons d'argent, pantalons ayant en
guise de passepoil une rangée de boutons d'argent. Les _señoras_
ornent leur tête d'un voile noir semblable au _pezote_ des dames
génoises.

La rareté de l'air à l'altitude de 2,300 mètres rend la respiration
difficile. Je monte avec peine les escaliers.

[Illustration: Mexique.--Chemin de fer de Vera-Cruz à
Mexico.--Maltratta.--Le Citlaltepelt.]

La cathédrale occupe l'emplacement de l'ancien grand temple indien.
Ses 3 nefs sont séparées par des colonnes en style ionique. La coupole
est ornée de fresques, le maître-autel consiste en une haute pyramide
surchargée d'ornements.

Le choeur, dans la nef du centre, clôturé par des balustres en bronze
doré, prend une grande partie de l'église. Cette disposition, fort
commode pour les officiants, l'est très peu pour les fidèles. Pas de
chaises: les dames portent un pliant, le peuple s'assied par terre.

La construction de cet édifice a duré un siècle, et a coûté 10,000,000
de francs. Attenante à la cathédrale est une autre église, avec
laquelle elle communique. On y voit un tableau de la sainte Trinité,
dans lequel les figures des 3 personnes sont identiques. Ce tableau se
rencontre dans presque toutes les églises du Mexique. Cette seconde
église est en style espagnol, surchargé de sculptures sur la façade et
à l'intérieur. Les deux églises sont remplies de fidèles qui assistent
dévotement à la messe.

La cathédrale occupe un des côtés de la place principale ou _plaza de
Arme_. De l'autre côté s'élève le palais du gouvernement. C'est là que
reçoit le président de la République. Le Sénat y tient ses séances, et
dans les dépendances il y a les ministères, le musée, la Monnaie et la
poste. Sur la place, joue la musique d'un régiment. Ces bons Indiens
exécutent fort bien les symphonies espagnoles et les marches
italiennes. En ville, les rues sont larges de 16 mètres environ et se
coupent à angle droit. Elles changent ordinairement de nom à chaque
_quadra_ ou bloc. La propreté laisse à désirer. Les maisons sont en
pierre ou en briques et à un ou deux étages avec _patio_, et
quelques-unes sont fort jolies.

La ville s'étend sur un espace assez grand, et compte environ 200,000
habitants.

Dans l'après-midi, je parcours l'_Alameda_. Cette promenade ombragée
se trouve dans toutes les villes de race espagnole. Sur tous les murs
on voit de grandes affiches invitant les habitants à la _corrida de
toros_. Aujourd'hui ce sont des amateurs, des étudiants en médecine
qui tueront les _toros_, et les demoiselles de la ville couronneront
les vainqueurs. Comment s'étonner qu'une population habituée à de
pareils spectacles tombe dans la cruauté! Dans la rue, deux enfants,
un de 10 ans et un de 11 ans, s'étaient pris de querelle et se
battaient avec férocité. Pensez-vous que la foule se soit souciée de
les séparer? Au contraire, elle prenait plaisir à les agacer, et n'a
été contente que lorsqu'elle les a vus couverts de sang. Le sang,
c'est son émotion de prédilection. Il ne faut pas s'étonner non plus
si les querelles se vident souvent par des combats mortels. Le duel
est au poignard, et les deux combattants succombent presque toujours
au même instant.

[Illustration: Mexique.--Pulchero absorbant l'agua-miel pour faire le
pulche.]

Une autre plaie des nations de race espagnole est la loterie. Loterie
d'État, loteries particulières, par l'appât du gain, dépouillent le
pauvre peuple des quelques sous nécessaires à son existence. Rien
d'étonnant alors que la mortalité excède les naissances, et que les
16,000,000 d'Indiens qui peuplaient le pays avant la conquête soient
maintenant réduits à moins de 10,000,000.

Au _Paseo_, promenade publique, je remarque une belle statue équestre
en bronze, et plus loin, la statue colossale de Christophe Colomb.
Elle est flanquée de 4 moines assis aux angles du piédestal. La
musique militaire joue sous un kiosque ses plus belles marches. Sous
les allées d'eucalyptus défilent les landaus et les calèches, où
s'étalent les riches toilettes des _señoras_ et des _señoritas_
mexicaines. Les cavaliers caracolent à leurs côtés. Leurs selles
remontent sur le devant en un large pommeau, et en arrière forment un
petit dossier. Elles sont posées sur une peau de chèvre, qui pend des
deux côtés sur la croupe du cheval. Les rênes sont ornées d'argent; le
mors est en argent massif, ainsi que les étriers. Ceux-ci sont garnis
d'un cuir qui couvre le soulier, l'abrite de la pluie, et, en cas de
chute, empêche le pied d'être pris. Les éperons, en argent massif,
sont semblables à ceux des cavaliers du moyen âge. La promenade se
prolonge fort loin, jusqu'au Castillo de Chapultepec. À gauche s'élève
le volcan d'Ameca, actuellement éteint. Je rentre en ville, et finis
ma journée par une visite au P. Mariscal, supérieur des Lazaristes.

[Illustration: Mexique.--Propriétaires en costume national.]



CHAPITRE IX

     Excursion à Guadalupe. -- Les faubourgs. -- L'armée. -- Le
     sanctuaire. -- Les oeuvres charitables. -- L'administration
     ecclésiastique. -- Les banques. -- Le musée. -- La pierre du
     Soleil. -- La déesse de la terre Coatlicue. -- Le dieu des morts
     Mictlanteuhtli. -- Les pierres à jeu de paume. -- Les chevaliers
     aigle et le messager du Soleil. -- Quetzalcoalt, ou le sage
     mystérieux. -- Les inscriptions. -- Les urnes funéraires. -- Les
     vierges ou prêtresses. -- Manière de marquer le temps. -- Le
     cycle ou xinhmopillé. -- Chalchinhtlicue, déesse de l'eau. --
     Tlaloc, dieu du tonnerre. -- La céramique. -- Les bijoux. --
     L'écriture. -- Le Sénat. -- Le Conservatoire.


Le lendemain, à la pointe du jour, je me dirige vers la _plaza de
Arme_, à la recherche du tramway pour _Guadalupe_. C'est de cette
place que partent les voitures pour toutes les directions. Il y en a
de 2 classes, qu'on distingue à la couleur: dans les unes, on paie un
réal (12 sous); dans les autres, la moitié de ce prix.

À mesure qu'on s'éloigne du centre de la ville les rues sont moins
propres, et les maisons en adobe. Ce sont les quartiers du bas peuple.
Quelques rues ne sont pas pavées. Les églises abondent et les
_pulcherias_ aussi. Les porteurs d'eau ont deux seaux au bout d'un
bâton, comme à Venise; mais le plus souvent ils portent sur le dos et
sur la poitrine deux amphores en terre, suspendues à la tête au moyen
d'une large courroie de cuir. Les femmes portent sur l'épaule ou sur
la tête ces amphores de forme romaine, rondes ou longues, qui ne
peuvent par elles-mêmes tenir debout. Devant les casernes, je vois de
nombreuses femmes portant la nourriture aux soldats leurs maris. Il
n'y a pas de conscription au Mexique: le recrutement se fait dans la
rue. La police prend et enrôle de force les sujets qui lui semblent
bons; et ces pauvres Indiens, mariés ou non, se trouvent tout à coup
soldats sans y penser. Rien d'étonnant qu'en cas de guerre il faille
une armée pour garder de tels soldats. En campagne, les femmes
précèdent les troupes et préparent la nourriture de leurs maris.

Il en est autrement du corps des volontaires, qui s'équipent à leurs
frais. Le soldat reçoit de 2 à 3 réaux par jour; le colonel, 270
piastres par mois; le commandant, 125; le capitaine, 70; le
lieutenant, 60 piastres par mois.

[Illustration: Mexique.--Porteur d'eau.]

Au sortir de la ville, je vois un champ de courses, puis des terrains
marécageux. Par-ci par-là des animaux paissent tranquillement. Plus
loin, quelques champs de maïs et d'orge. Enfin, après trois quarts
d'heure de route sous une allée de poivriers, le tramway arrive au
village de Guadalupe, que domine son sanctuaire renommé. La tradition
rapporte qu'en décembre 1531, la sainte Vierge apparut quatre fois,
dans le Cerro (colline) de Tepeyac, à un Indien appelé Juan Diego, et
laissa son image imprimée sur son manteau. De nombreux miracles
attirèrent bientôt la foule des Indiens vers cette image. En 1533,
elle fut solennellement transportée à Guadalupe, à l'endroit qu'elle
occupe actuellement. Un temple somptueux lui a été élevé.
L'extérieur de cet immense édifice, avec ses cloches et sa coupole,
est par trop massif; mais l'intérieur, en style corinthien, est de
meilleur goût. On y voit quelques beaux tableaux et beaucoup de laides
statues. Les ornements, blanc et or, sont d'un bel effet. L'image
miraculeuse, au maître-autel, est sur fond jaune répandant des rayons
d'or. La sainte Vierge, de grandeur naturelle, debout sur une
demi-lune que supporte un ange, tient les mains jointes. Sa robe est
rouge, son manteau bleu est parsemé d'étoiles d'or. Elle porte sur la
tête une couronne d'or. Le regard est bienveillant; l'attitude, celle
de la prière. Dans l'église, le choeur a la même disposition que celui
de la cathédrale de Mexico, et occupe un grand espace. Les balustrades
qui le séparent du public sont en argent massif. Lors de la spoliation
de l'église, le gouvernement voulut les enlever; mais les Indiens
menacèrent de prendre les armes, car ils aiment leur cher sanctuaire.
Je les ai vus en effet, arrivant de toute part, priant avec dévotion
sur le pavé de l'église et s'en retournant en famille après leur
pèlerinage. Les nombreux _ex-voto_ suspendus aux murs du temple
indiquent qu'ici, comme ailleurs, la Mère des miséricordes se plaît,
par son intercession, à préserver des dangers et à répandre le baume
de la consolation dans les coeurs éprouvés. Ici ce sont des gens
sauvés d'un naufrage; là, d'autres échappent à un incendie; plusieurs,
dans des chutes dangereuses, n'éprouvent aucun mal; un grand nombre
reviennent d'une maladie mortelle. Ces tableaux ne brillent pas par
le côté artistique, ils sont parfois assez grotesques; mais, dans leur
simplicité, ils disent bien la foi naïve et la reconnaissance intime
de ceux qui les ont déposés.

Après mon pèlerinage, je me rends à un établissement de bains
ferrugineux, situé près du village. L'eau est pompée au moyen de l'air
chauffé.

Rentré en ville, je rends visite à M. Jésus Urpiaga, qui me renseigne
sur les oeuvres charitables du pays. Il n'est pas rare, dans les
contrées de race espagnole, de trouver chez les hommes le nom de
Jésus, comme on trouve chez les femmes celui d'Incarnacion, de
Concepcion, d'Annonciacion, d'Assompcion, etc. Il y a quatorze
Conférences de Saint-Vincent de Paul à Mexico, et une soixantaine dans
la république. Elles comprennent ensemble un millier de membres
actifs, 500 honoraires, secourent un millier de familles pauvres,
visitent les prisons, catéchisent les enfants, réhabilitent les unions
illicites, ensevelissent les cadavres, ouvrent des écoles et
recueillent des orphelins. Ils pratiquent ainsi l'essence de la
religion, qui se réduit à ceci: Aimez-vous les uns les autres; faites
aux autres ce que vous voudriez que l'on fît pour vous. Les jeunes
gens ont leur cercle catholique, leur bibliothèque, et une petite
imprimerie avec leur journal. Sous le rapport religieux, le Mexique
est divisé en 20 diocèses; mais le clergé est insuffisant. Les prêtres
disent souvent quatre à cinq messes par jour. Le dimanche, les curés
s'en vont de village en village, et reçoivent pour chaque messe une
aumône de cinq piastres.

[Illustration: Mexique.--Sanctuaire et faubourg de Guadalupe.]

Il y a quelques années, les biens de l'Église, qui étaient très
importants, furent séquestrés, et les Communautés chassées. N'ayant su
résister aux dangers de la richesse, elles s'opposaient aux réformes
que réclamait le Saint-Siège.

Plus tard, les Soeurs de Charité aussi ont été renvoyées, en haine de
la France. Notre funeste expédition n'avait pas suscité les sympathies
du pays à notre égard. Mais les Soeurs de Charité ont emporté les
regrets unanimes de la population. Elles faisaient ici ce qu'elles
font partout: les oeuvres charitables, avec simplicité et abnégation.

Outre les retraites et exercices spirituels, assez fréquents dans ce
pays, j'ai remarqué une dévotion fort longue, qui consiste en
exercices journaliers et prédications à l'église durant 36 jours. Ces
exercices sont appelés _el Desagravio_, et ne peuvent servir qu'aux
désoeuvrés.

Dans l'après-midi, je fais ma visite aux banques. Jusqu'au jour où
l'on aura unifié les monnaies, le voyageur est obligé de changer ses
valeurs dans chaque pays. Il y a deux banques ici: une anglaise, la
_London Bank of Mexico and south America;_ l'autre, française, sous le
nom de _Banco méridional de Mexico_. Cette dernière, de création
récente, est sortie d'un traité passé entre le gouvernement mexicain
et la banque franco-égyptienne.

Le capital social est de 6,000,000 de piastres, avec faculté de le
porter à 20,000,000. La banque pourra commencer ses opérations avec
3,000,000 de piastres. Pour chaque million de piastres en caisse, elle
est autorisée à émettre 3,000,000 de billets. La concession est pour
30 ans. La banque est obligée d'ouvrir au gouvernement un compte
courant, dont l'intérêt ne pourra être moindre de 4% ni supérieur à 6%
l'an. Le gouvernement, pour toutes ses opérations de banque, s'oblige,
à conditions égales, à donner la préférence à la banque nationale. Le
capital de la banque doit être exempt de tout impôt.

Elle prête et escompte avec un intérêt d'environ 1% par mois.

Le _National Monte de Piedad_, qui prête sur gages au taux de 1% par
mois, est, lui aussi, autorisé à émettre des billets et à faire des
opérations de banque.

Les journaux parlent d'un emprunt de 10,000,000 de piastres que le
gouvernement se propose d'émettre aux États-Unis. L'intérêt serait de
9%, et l'émission à 80 fr., ce qui porterait l'intérêt à 13%. Un pays
qui ne peut emprunter qu'à ce taux inspire peu de confiance, et
n'évite la ruine que par la banqueroute.

M. l'abbé Hély veut bien me conduire au musée et se faire mon
cicérone. Il est précepteur d'un jeune garçon dans une famille
mexicaine. Il me présente son élève, qui, selon lui, n'avance pas
assez rapidement dans les sciences; mais de la conversation que nous
avons ensemble, je relève qu'il sait parfaitement ce qu'on paie chaque
ouvrier dans ses diverses fermes, et les attributions de chacun: j'en
conclus que, s'il n'a pas assez l'esprit scientifique, il a
certainement l'esprit pratique.

[Illustration: Mexique.--Antiquités aztèques.--Calendrier.]

Chemin faisant, M. l'abbé Hély me fait remarquer un immense disque en
pierre, adossé à l'une des tours de la cathédrale. Son diamètre est de
3m 35. Il fut découvert le 17 décembre 1790, en nivelant la place, et
sera prochainement transporté au musée. Le baron de Humboldt calcule
son poids à 24,400 kilogrammes. Comme, à plus de dix lieues à la
ronde, on ne trouve point du porphyre dont il est formé, il faut
supposer que les Aztèques ont eu des moyens mécaniques pour
transporter de si loin un aussi grand poids. Les opinions sont
divisées à son sujet. On ne sait donner d'explication bien nette aux
nombreuses sculptures qui le couvrent. Les uns l'appellent un
calendrier aztèque. Ils croient qu'il servait de cadran, et qu'il
marquait, pour les prêtres, les jours de fête et de sacrifice.
D'autres observent, que les éléments pour marquer le temps font
défaut, et l'appellent _pierre du soleil_, croyant qu'il fut
simplement un monument votif en l'honneur du soleil.

La cour du musée est garnie de dattiers. Au rez-de-chaussée, on fait
des réparations: une quantité d'objets précieux sont entassés sans
ordre, attendant d'être transportés dans les nouvelles salles. Je
remarque une statue en pierre, de 2m 57, découverte en 1790 sur la
_plaza mayor_. La poitrine est celle d'une femme; son jupon est
composé de couleuvres; elle a autour du cou un collier de mains et de
bourses, qui renfermaient le copal qu'on offrait aux dieux. À la
ceinture pend un crâne humain par devant, et un autre par derrière.
Selon les uns, cette statue représente la déesse Teoyomiqui, qui
recueillait les âmes des guerriers morts dans les batailles. On
supposait que ces guerriers allaient au ciel habiter la maison du
soleil, et qu'après quelques années ils se transformaient en colibris.
D'autres pensent que cette statue représente la déesse Terre ou
Coatlicue, et en donnent plusieurs raisons.

Un disque de basalte, de 1m 20 de diamètre, porte sculptée l'image de
Mictlanteuhtli, dieu des morts. Il porte des crânes humains. Les
Aztèques appelaient mictlan l'endroit où se rendaient les défunts qui
mouraient de mort naturelle. Mictlanteuhtli en était le seigneur, et
sa femme s'appelait Mictecacihualt; ce qui correspond au Pluton et à
la Proserpine des Grecs et des Romains. Les Mexicains se figuraient
que cet endroit lugubre était situé au centre de la terre, et
l'appelaient Tlaxico: ce qui signifie ombilic ou centre de la terre.
Après la conquête, les Espagnols firent de ce disque une meule de
moulin.

On remarque aussi 2 disques en pierre, de 90 et 81 centimètres de
diamètre, avec un trou au milieu. Ces pierres servaient au jeu de
paume. Les parties s'organisaient deux contre deux, ou trois contre
trois. Les joueurs nus ne portaient que le _maxtlatl_, large bande à
la ceinture. L'endroit où ils jouaient s'appelait Tlachco. La paume
était en résine élastique, et les joueurs ne pouvaient la toucher
qu'avec les muscles ou le coude; s'ils la touchaient avec la main, le
pied ou la jambe, ils perdaient un point. Le joueur qui jetait la
balle jusqu'au mur opposé gagnait un point; s'il parvenait à la faire
passer par le trou du disque en pierre qui se trouvait au milieu du
jeu, non seulement il gagnait la partie, mais il gagnait encore les
vêtements de tous ceux qui étaient présents. Les rois jouaient aussi,
et se défiaient, comme firent Montézuma II et Nazahualpilli. Plusieurs
localités étaient tenues à un tribut annuel de pelotes, comme
Tochtepec et Otatitlan. Le nombre atteignait jusqu'à 1,600: ce qui
prouve combien ce jeu était répandu.

Un cylindre en pierre, de 8m 28 de circonférence et 0m 84 d'épaisseur,
connu sous le nom de pierre du sacrifice, est le Cuanhxicalli de
Tizoc. Il porte au centre l'image du soleil, auquel il était dédié.
Sur la surface convexe du cylindre, on voit cinq groupes de deux
personnes, représentant un même guerrier vainqueur, qui soumet, en les
tenant par les cheveux, divers prisonniers représentant les peuples
vaincus. Ce guerrier est Tizoc, septième roi du Mexique, qui régna de
1481 à 1486.

Au Mexique, un ordre de nobles, qui avaient pour patron le soleil,
s'appelaient les _chevaliers aigle_.

À certains jours de fête, ils sacrifiaient sur cette pierre une
victime humaine, qu'ils appelaient _le messager du Soleil_. Je traduis
du P. Durand[3] les détails de ce sacrifice.

         [Note 3: _Historia de las Indias._]

«Au son des instruments, ils amenaient un prisonnier de guerre,
entouré de grands personnages. Il avait les jambes rayées de blanc, et
la moitié de la figure peinte en rouge. Ses cheveux étaient ornés de
plumes blanches. Il tenait d'une main un joli bâton garni de plumes;
de l'autre, il portait une pierre au bout d'une corde, avec cinq
plumets de coton. Sur le côté, il tenait un panier dans lequel étaient
des plumes d'aigle, des morceaux d'ocre, des morceaux de plâtre, des
morceaux de sapin résineux pour la lumière, des papiers, de la toile
cirée. Toutes ces bagatelles, que portait le prisonnier, étaient
ensuite déposées au pied de l'escalier du temple; et là, à voix haute
entendue de tout le peuple, on lui disait: «Nous te prions d'aller
devant le Soleil notre Dieu, de le saluer de notre part, et de lui
dire que ses enfants les chevaliers ici présents le supplient de se
souvenir d'eux. Qu'il daigne les combler de ses faveurs, qu'il reçoive
ce petit présent que nous lui envoyons. Tu lui donneras ce bâton pour
qu'il marche, cette pierre avec sa corde pour qu'il se défende, et
tout le reste qui est dans le panier.» L'Indien, après avoir entendu
cette ambassade, répondait qu'il l'agréait. Alors on le déliait, et il
commençait à gravir les escaliers de la pyramide, au sommet de
laquelle était le temple. Il faisait une longue pause à chaque marche.
Arrivé au sommet, il montait sur la pierre Cuanhxicalli, qui portait
gravées au centre les armes du Soleil. Là, tourné vers l'image du
Soleil qui était dans le temple et de temps en temps vers le vrai
soleil, il répétait son ambassade. Lorsqu'il achevait, 4 ministres du
sacrifice montaient par 4 escaliers vers la pierre, lui enlevaient le
bâton, la pierre au bout de la corde et le panier, et le prenaient par
les pieds et par les mains. Alors le sacrificateur principal, avec son
couteau, l'égorgeait, lui imposant d'aller avec son ambassade au
soleil véritable, dans l'autre vie. Le sang coulait dans le bassin sur
la pierre, et se répandait sur les armes du Soleil. À peine le sang
avait-il cessé de couler, qu'on lui ouvrait la poitrine, et on
arrachait le coeur, qu'on présentait au soleil, tenant la main levée
jusqu'à ce que le pauvre prisonnier fût devenu froid. Telle était la
fin du malheureux messager du Soleil.»

On voit aussi diverses autres statues et urnes. Une des pièces les
plus curieuses est la couleuvre avec plumes. On croit qu'elle
représente Quetzalcoatl, le dieu de l'air, dont le nom se compose de
deux paroles mexicaines: _quetzalli_ (plume fine) et _coatl_
(couleuvre). Figurativement, _quetzalcoatl_ (couleuvre avec plumes
fines) s'applique à une personne recommandable par ses mérites. Selon
les uns, ce personnage mystérieux est la planète Vénus; selon les
autres, c'est cet homme blanc et barbu, vêtu d'une soutane couverte de
croix. Nous avons dit que l'histoire toltèque l'enregistre comme ayant
apparu chez eux, leur prêchant une religion nouvelle, l'amour du
travail, le respect de la Divinité et la pratique de plusieurs autres
vertus. Il leur enseigna à travailler les métaux et les pierres
précieuses, leur montra les améliorations dans l'agriculture, et
corrigea leur calendrier, leur enseignant à mieux compter le temps. Il
leur prédit l'arrivée d'hommes blancs et barbus comme lui, qui se
rendraient maîtres du royaume et détruiraient le culte ancien pour le
remplacer par un semblable à celui qu'il leur prêchait. Cet homme
extraordinaire fut déifié; il eut à Tula un temple somptueux, et, dans
le Yucatan, on l'adora sous le nom de Kukulcan. À cause de ses
connaissances astronomiques, il fut identifié avec la planète Vénus,
et enfin il prit place dans l'Olympe azteca, comme dieu du vent.

Plusieurs ont cru voir saint Thomas dans ce Quetzalcoatl; mais, comme
il a apparu vers le Xe siècle, d'autres pensent que c'était un
missionnaire islandais. En tout cas, sa prédiction, très répandue au
Mexique, contribua beaucoup, comme je l'ai déjà dit, à faciliter la
conquête de ce pays aux envahisseurs espagnols. Ce fait prouve aussi
combien Dieu, à travers les siècles, a eu souci de tous les peuples,
en leur envoyant en temps opportun des sages ou des missionnaires,
pour maintenir vivant le flambeau de la vérité. Les Juifs, qui par
leur génie commercial étaient répandus sur tous les points du globe,
portaient partout avec eux la vérité consignée dans leurs livres
sacrés. Au surplus, les Chinois eurent un Confucius; les Persans, un
Zoroastre; les Grecs, un Socrate; les Romains, un Cicéron. Les
Américains du Nord et du Sud eurent aussi leur sage mystérieux, que
mentionne l'histoire du Mexique et du Pérou.

Parmi les nombreuses statues en pierre, on en voit quelques-unes qui
représentent des individus offrant des sacrifices, revêtus de la peau
d'une victime humaine: preuve nouvelle de la vivacité de la tradition
concernant la chute de l'humanité, la nécessité d'une réparation et le
rachat par le sang d'une noble victime.

Nombreuses sont les sculptures de serpents. La plupart ont la figure
d'une femme: ce qui ajoute encore aux traditions concernant les
circonstances de la chute primitive. On voit aussi une croix en
basalte, de 0m 95 de haut et de 0m 80 de large. Les premiers
missionnaires qui pénétrèrent dans le pays affirment qu'ils y
trouvèrent partout la croix en grande vénération. Parmi les nombreuses
inscriptions, une rappelle une grande famine qui eut lieu de 1452 à
1434; une autre, l'achèvement du grand temple du Soleil, en 1487. Ces
hiéroglyphes indiquent que Tizoc en prépara les matériaux et
qu'Ahuitzolt en acheva la construction. Celui-ci, à l'occasion de sa
dédicace, sacrifia 60,000 prisonniers de guerre. Son nom reste encore
dans le pays comme synonyme de cruel et de méchant.

Les urnes funéraires sont de plusieurs dimensions, selon qu'elles
devaient recevoir le corps entier, ou le crâne, ou les cendres. Elles
portent presque toutes un hiéroglyphe, qui indique la date de la mort
et le nom de la personne qu'elle renferme. Sur le couvercle on voit la
figure de Mictlanteuhtli, seigneur chargé de recueillir les âmes des
morts.

On peut remarquer les sculptures de quelques prêtresses ou
religieuses. Elles faisaient des voeux temporaires ou perpétuels, et
se vouaient au jeûne et à la pénitence. Elles demeuraient dans les
annexes du temple. Toute faute contre l'honnêteté était punie de mort.
Lorsqu'elles se présentaient pour être admises, on leur coupait les
cheveux. Elles dormaient habillées, par modestie et pour être prêtes
au travail. Ce travail, adapté à leur sexe, avait lieu dans de grandes
salles. Elles gardaient le silence et tenaient les yeux baissés. Dans
certaines fêtes, elles suspendaient le jeûne et mangeaient de la
viande. Elles assistaient aux danses religieuses. À cette occasion,
elles ornaient de plumes leurs pieds et leurs mains, et peignaient
leur visage avec du fard. En temps de pénitence, elles se piquaient
les oreilles, se peignaient la face avec le sang qui en sortait, et se
lavaient dans un étang spécial.

Une pièce représente les quatre mouvements du soleil, ou les quatre
saisons. Les prêtres mexicains, du haut de leurs pyramides,
observaient les astres, et spécialement le soleil. Ils indiquaient les
jours de fête et les heures du jour et de la nuit, et les annonçaient
avec des instruments entendus à de grandes distances. Les quatre
saisons étaient représentées par une croix formée avec des ailes de
moulin à vent.

Un cylindre en basalte, de 0m 41 de longueur et 0m 16 de diamètre,
représente le cycle mexicain. Les Aztèques avaient divisé le jour en
plusieurs parties correspondant à nos heures. Leurs semaines étaient
de cinq jours. Chaque cinq jours ils faisaient une fête. Quatre
semaines formaient un mois de 20 jours, et 18 mois comprenaient 360
jours, auxquels ils en ajoutaient 5 pour former l'année entière. Le
cycle ou siècle comprenait 52 ans. Le cylindre dont nous parlons
représente un faisceau de cannes liées par des cordes, et signifie un
cycle, dont le nom mexicain est _xinhmolpillé_, ou réunions d'années.

La fête principale des Aztèques était celle qu'on faisait le premier
jour du siècle. Ils croyaient en effet qu'à la fin du cycle, le monde
devait finir, et ils passaient la dernière nuit dans l'attente et la
crainte. Ils rompaient leurs meubles et leurs bijoux, qu'ils croyaient
désormais inutiles. Ils formaient une immense procession, que les
prêtres conduisaient au mont d'Ixtapalapa, près de Mexico. À son
sommet, sur la poitrine d'un prisonnier de guerre qu'ils sacrifiaient,
ils frottaient l'une contre l'autre deux branches de bois sec pour
allumer le feu nouveau qu'ils envoyaient à tous les temples, à toutes
les maisons. On croyait ainsi que le monde allait durer un autre
siècle, et ils se livraient durant plusieurs jours à des réjouissances
publiques.

Parmi les nombreuses idoles et animaux mythologiques, on peut
remarquer une déesse de l'eau, sculpture en pierre, haute de 1m 45 et
large de 0m 75. Les Mexicains l'appelaient Chalchinhtlicue, et
appelaient Tlaloc le dieu des éclairs et du tonnerre. Dans certains
jours de fête, pour le rendre propice aux champs, on lui sacrifiait de
petits enfants sur les monts ou près des lacs. Le dieu Chac-Moël est
représenté dans la figure d'un grand sphinx, qui rappelle ceux de
l'Égypte: preuve évidente, qu'à une époque donnée, il y a eu
communication entre ces populations et celles des bords du Nil.

À l'étage supérieur, on voit les portraits de tous les vice-rois
depuis la conquête; plusieurs objets ayant appartenu à don Miguel
Hidalgo y Castilla, auteur de l'indépendance mexicaine; l'étendard de
la conquête, que Cortez donna au capitaine général des Tlaxcatelcas,
dans sa deuxième expédition contre Mexico; les héros de l'indépendance
mexicaine; le portrait de Fernand Cortez; 176 pièces en christophle,
ayant composé la vaisselle de l'empereur Maximilien; ses décorations,
des armes indiennes, des armes ayant appartenu aux premiers Espagnols
conquérants, etc.

Dans la collection des idoles trouvées dans les tombeaux du Yucatan,
on remarque une différence sérieuse entre elles et celles des Aztecas:
ce qui prouverait une différence entre les deux civilisations.

[Illustration: Mexique.--Antiquités aztèques.--Statue de Chac-Moël.]

Parmi les objets en terre cuite, plusieurs rappellent, par leur forme,
la céramique des Romains et des Étrusques. On voit des miroirs en
_obsidiana_, espèce de verre; des bijoux d'or, d'argent et de cuivre,
d'un goût parfait; des masques en bois, destinés à servir aux dieux ou
aux défunts; des empreintes pour imprimer l'étoffe, semblables à
celles des Chinois; des pipes à fumer, indiquant chez ces peuples
l'usage du tabac; des ornements et amulettes en cristal de roche et
autres pierres dures; des instruments de musique en forme de tambour;
des armes en bois, en pierre, en os; des papiers en fibres d'aloès, en
peaux, en tissus, sur lesquels divers hiéroglyphes traitent
d'histoire, de géographie, de religion.

Les Mexicains ne connaissaient pas l'alphabet, et y suppléaient par
des signes hiéroglyphiques: pour indiquer une conférence, ils
plaçaient divers personnages avec la bouche ouverte et des langues
tombant de la bouche: pour indiquer une direction, ils plaçaient une
suite de pieds, etc. Ils faisaient aussi des plans ou mappes, et on
voit un dessin de la ville de Mexico au milieu de la lagune.

Le musée de Mexico est excessivement intéressant: on peut y passer de
longues heures sans se fatiguer. Les détails que je viens de donner
sont extraits du petit catalogue qu'on vend à la porte.

À côté du musée historique, il y a un assez joli musée d'histoire
naturelle.

Au Sénat, la salle est simple: les fauteuils sont en ébène et jonc.
Les sénateurs s'y tiennent couverts et fument. Il y a deux tribunes:
gauche et droite.

La Chambre des députés est dans un autre quartier de la ville. L'abbé
Hély me fait visiter aussi le Conservatoire de musique, dirigé par un
Français, M. Roblet. Il est installé dans l'ancienne université des
pères jésuites. Le directeur a remis en honneur les belles sculptures
en pierre qu'on avait recouvertes de plâtre.



CHAPITRE X

    État pitoyable des logements du peuple. -- Moyens d'y remédier.
     -- Couper le mal à la racine vaut mieux que soigner les plaies.
     -- La ferme de Tacubaja. -- La foire. -- La forêt de Chapultepec.
     -- Le ministre de fomento. -- L'Observatoire. -- Le ministre du
     Chili. -- Le ministre de France. -- La colonie française. -- Les
     Basques et les Barcelonnettes. -- La chambre de commerce. -- Les
     colonies de Chacaltepec et de Saint-Raphaël, et les théories
     fouriéristes.


Le 3 octobre, dans la matinée, M. Emmanuel Amour, jeune Mexicain élevé
à Londres, vient me prendre à l'hôtel pour me conduire chez quelques
familles pauvres. Ce n'est pas connaître un pays que de n'y voir que
les grands; il faut savoir aussi comment vit le peuple, et aller le
voir chez lui. Nous arrivons d'abord chez un brave homme qui tombe du
mal caduc. Deux chambres pour lui, sa femme et ses nombreux enfants;
les fenêtres donnent dans une cour, où la propreté laisse à désirer.
L'escalier est un casse-cou, et le malheureux locataire est au lit
pour l'avoir dégringolé. Un tel logement se paie 10 piastres (50 fr.)
par mois.

Plus loin, nous entrons chez une pauvre veuve, qui vient d'envoyer à
l'école ses nombreux enfants. Elle est aussi dans une cour et au
rez-de-chaussée. Sa demeure se compose de deux chambres non pavées;
les exhalaisons qui sortent de la bouche d'égout dans la cour la
rendent infecte. Elle paie 8 piastres (40 fr.) par mois.

Dans un autre quartier, nous pénétrons dans une espèce de cité
ouvrière. C'est une ruelle bordée de deux constructions en adobe à un
seul rez-de-chaussée, et divisées en chambres ayant chacune une porte
et une fenêtre. Chaque chambre sert à une famille entière. Faute de
pavé, on étend par terre une vieille natte. La famille que nous
visitons paie 6 piastres (30 fr.) par mois. Il est impossible que les
familles conservent la santé et la moralité dans ces conditions. Le
logement a une sérieuse influence sur ces deux grandes choses. Les
peuples chez lesquels l'ouvrier a sa maison pourvue d'air et de
lumière, et assez vaste pour permettre la séparation des parents et
des enfants des deux sexes, ont une bien moins grande mortalité. Or
les hommes sont le premier et le plus essentiel capital d'un peuple.
Les gouvernements qui savent les faire vivre enrichissent le pays.

Quelle aberration de dépenser des millions pour aller, à grands frais,
chercher en Europe quelques milliers d'émigrants, et de laisser mourir
les centaines de mille enfants qui naissent dans le pays! Ne serait-il
pas préférable de favoriser l'élan vers les sentiments humanitaires de
la classe qui possède? Il faudrait aussi susciter des compagnies qui,
comme les _building societies_ de l'Amérique, construiraient pour les
familles du peuple des logements sains. Elles en deviendraient
propriétaires après un certain nombre d'années, moyennant une
redevance mensuelle représentant l'intérêt et l'amortissement. Si les
municipalités donnaient pour cela les terrains disponibles, chaque
famille pourrait, au bout de 10 ans, posséder sa maison indépendante,
composée de 4 à 5 pièces, avec cour et jardin, eau et lumière.
L'intérêt et l'amortissement ne dépasseraient pas la moitié du loyer
qu'elles paient maintenant: car les constructions en adobe ne sont pas
chères.

Bien entendu qu'il faudrait que les lois permissent au père de laisser
au plus digne de ses enfants ce foyer péniblement acquis, pour qu'il y
conserve les traditions de la famille. Une liquidation forcée, qui, à
la mort du père, obligerait les enfants à vendre la maison pour s'en
partager les deniers, détruirait l'effet de la mesure.

M. Amour me conduit encore dans une _proveeduria_, cuisine économique
où les familles pauvres visitées par sa Conférence viennent chercher
la nourriture journalière. À côté de la cuisine, une école gratuite,
dont la Conférence fait les frais, reçoit les petits garçons et les
petites filles de ces familles. La charité catholique est très
ingénieuse à panser les plaies qu'elle rencontre. Combien de peine et
d'argent on s'épargnerait, si l'on était aussi ingénieux à remonter
aux causes et à couper le mal à la racine! Ainsi, combien de malades
de moins à soigner et de malheureux à secourir, par le simple
assainissement des logements des familles du peuple!

M. Amour me présente à sa famille, qui a passé un hiver à Nice et se
propose d'y revenir. Elle me fait bon accueil et me reçoit à sa
table. Dans l'après-midi, il me conduit à quelques milles de distance,
à Tacubaia, visiter une ferme appartenant à l'un de ses parents. Elle
comprend une surface de 10 caballerias 1/2 (la caballeria équivaut
environ à 16 hectares).

La maison a un seul rez-de-chaussée. Elle est entourée d'un superbe
parc. Ses nombreuses pièces peuvent loger grandement toute une
famille. La ferme nourrit 300 vaches, dont le lait se vend à Mexico
environ 30 centimes le litre. On sème aussi du blé, du maïs, de
l'avoine, des haricots, et l'on fait du _pulche_.

On emploie la charrue de bois et la charrue américaine. Je vois aussi
diverses machines à nettoyer le blé. Le blé ne donne que 8 à 10%;
mais, dans certaines vallées, comme la vallée San-Martino, près
Puebla, il rapporte de 20 à 40%. Chaque plant d'aloès, appelé _maguei_
dans le pays, rapporte par jour, durant trois mois, 3 litres de
pulche, qu'on vend 1 réal le litre (60 centimes). La qualité fine
vient des jeunes plantes de 4 à 5 ans, que l'on appelle _maguei
manzo_. La deuxième qualité provient du _maguei tlacique_.
Vingt-quatre hommes suffisent à travailler cette ferme. On y fait
aussi des briques d'adobe et des briques cuites. Les familles des
travailleurs, ici comme partout, n'ont qu'une seule chambre. Les
hommes sont payés 3 réaux par jour, un peu plus de 1 fr. 50. La terre
bien travaillée rapporte environ 10% net, quelquefois le 20 et 25% du
capital.

M. Amour aurait voulu me faire visiter son hacienda, de San-Raphaël,
à 40 lieues de Mexico. On s'y rend en deux jours à cheval; mais le
temps me manque, et je dois me contenter de lui demander quelques
détails. Cette hacienda comprend 18 lieues carrées. Elle est en
_tierra caliente_ (zone chaude). On y cultive la canne à sucre, et le
produit est consommé dans le pays. Sur les 3,500 habitants qui vivent
de la ferme, une centaine de petits enfants meurent tous les ans de la
piqûre de scorpions venimeux. Les chambres qui servent de logement aux
familles manquent de pavé.

Il y a foire à Tacubaja, et de nombreuses roulettes et autres jeux
sont en activité. Au retour, nous entrons dans le parc de Chapultepec,
au pied du Castillo. Ce petit château fut le palais de Montézuma, le
dernier roi ou empereur des Mexicains. On voit là une superbe forêt
d'_ahuehuete_, arbre de la famille des cyprès. Un d'eux a 5 mètres de
diamètre, et de 40 à 50 mètres de haut. Le baron de Humboldt estime
que ces arbres peuvent avoir 2,000 ans. Il est bien tard quand nous
rentrons; mais il me reste encore du temps pour faire dans la soirée
une conférence à une réunion de jeunes gens.

À mon retour à l'hôtel, j'entends les veilleurs pousser leurs sifflets
d'heure en heure. Cet usage est commun à toutes les villes du Mexique.
Les crécelles des Chinois et des Japonais sont ici remplacées par des
sifflets.

Un ami m'avait donné une carte pour M. Domingo Gana, ministre
plénipotentiaire du Chili auprès de la république mexicaine. Il
m'accueille avec bonté, et m'offre de me présenter au ministre de
fomento: c'est le nom qu'on donne ici aux travaux publics. Le ministre
n'est pas à son bureau; mais son secrétaire me fournit plusieurs
renseignements, et m'envoie à l'hôtel six volumes de documents
officiels. Nous passons à l'Observatoire, où le directeur, M. Mariano
de la Barcena, nous fait visiter l'établissement. Il me montre les
plans projetés pour l'assainissement de la ville de Mexico. Il
s'agirait de drainer la vallée au moyen d'un canal qui aboutirait dans
la vallée voisine à travers un tunnel. La dépense prévue est de
10,000,000 de piastres (50,000,000 fr.). Ce travail débarrasserait
Mexico de la fièvre typhoïde et autres infections résultant
actuellement du défaut d'écoulement des égouts. Le lac Tecxoco, en
effet, où ces égouts se déversent, n'est que d'un mètre et demi plus
bas que le sol de la ville. Il ne faut pas oublier que cette capitale,
comme Venise, avait été construite dans une lagune, pour se mettre à
l'abri des incursions ennemies. M. de la Barcena m'envoie aussi à
l'hôtel trois volumes des _Annales de l'Observatoire_ et une lettre
pour le gouverneur de Guanajuato. C'est dans cette ville que je dois
m'arrêter, pour visiter les mines les plus importantes du pays. M.
Gana me présente à sa famille et me retient à déjeuner. Je retrouve là
cette bonne hospitalité que j'avais si bien appréciée au Chili.

[Illustration: Mexique.--Bois de Chapultepec.]

L'après-midi est employé aux visites d'adieux, et je passe la soirée
chez M. Coutoly, notre ministre de France. Il m'apprend qu'il y a
environ 10,000 Français au Mexique, dont 2,000 dans la capitale.
Malgré les tristes souvenirs de l'expédition impériale, la colonie est
sympathique au pays. Si nous savions profiter de cette sympathie entre
les races latines, nous pourrions monopoliser le commerce et
l'industrie de l'Amérique espagnole. Le plus grand nombre de colons
viennent des pays basques et béarnais et de la vallée de
Barcelonnette; ces derniers monopolisent dans presque tout le Mexique
le commerce d'étoffes populaires. Quittant leurs troupeaux des
Basses-Alpes, ils arrivent ici fort jeunes. Ils sont employés par un
compatriote aux travaux les plus humbles, avec un salaire presque
insignifiant; mais, si le sujet est appliqué et fidèle, il monte en
grade et finit par être envoyé dans une autre ville, pour fonder un
nouveau magasin en commandite.

Une des causes qui affaiblissent l'action de nos colonies à
l'étranger, c'est la désunion. Les Français sont malheureusement
divisés au dehors comme chez eux. M. Coutoly au Mexique a su créer
l'union. Il installe en ce moment une chambre de commerce
consultative, et tous les nationaux se groupent volontiers autour de
lui. Il en sera toujours ainsi, lorsqu'un agent intelligent voudra
s'occuper avec tact des intérêts dont il est chargé. M. Coutoly
s'intéresse aussi au relèvement des deux colonies françaises de
Chacaltepec et de Saint-Raphaël, situées sur le fleuve Palma, dans
l'État de Vera-Cruz. En 1830, quelques fouriéristes, pour appliquer
leurs doctrines phalanstériennes, achetèrent là un morceau de forêt
vierge, et y amenèrent quelques paysans bourguignons séduits par leurs
théories. Mais le fait prouva bientôt leur fausseté. Le chef de la
colonie devint un petit tyran, qu'il fallut chasser; et ce n'est que
lorsque ces bons paysans, rentrant dans les voies de la nature,
travaillèrent librement pour eux et leur famille, qu'ils virent naître
la prospérité.

Ces faits ne devraient pas passer inaperçus: ils feraient tomber le
bandeau des yeux à ces personnes de bonne foi qui se laissent
facilement séduire par des doctrines analogues à celles de Fourier.

Les mêmes maux et les mêmes utopies renaissent à travers les
générations: il est toujours utile aux enfants de s'éclairer des
essais faits par leurs pères, afin d'éviter les mêmes écueils.

Débarrassés des chefs phalanstériens, les colons rencontrèrent bientôt
d'autres ennemis: les maladies et les voisins. Un Mexicain de bonne
volonté leur vendit à Saint-Raphaël, de l'autre côté de la rivière,
des terrains plus sains, et l'on eut deux colonies. Des gens
malintentionnés ne cessaient de contester leurs propriétés. Un ancien
préfet alla même jusqu'à faire assassiner un colon, nommé Bourillon, à
la suite d'une contestation de limite. M. Coutoly comprit bientôt que,
si ce crime restait impuni, c'était la ruine de la colonie: il obtint,
non sans effort, que justice fût faite. L'assassin est au bagne, et
les colons sont pleins d'espérance, d'autant plus qu'ils comptent que
la régie française pourra faire avec eux un traité pour l'achat de
leurs tabacs. Une difficulté plus grave provient de la zone dans
laquelle se trouvent ces colonies. D'après une loi de l'État, aucun
étranger ne peut acheter des terres à une distance moindre de 5 lieues
des côtes, et de 20 lieues de la frontière nord. Or nos colonies sont
dans la zone réservée. Une décision des Chambres pourra régulariser le
fait, en tant que colonies créées par l'État. Notre ministre se
propose de visiter prochainement ses compatriotes, accompagné du
ministre de colonisation.

Puisqu'on dépense tant de millions à créer des colonies nouvelles,
c'est bien le moins que l'on fasse quelque chose pour faire prospérer
celles qui existent! M. Coutoly a été élevé en Allemagne, et en a
rapporté des idées pratiques. Il a eu l'excellente pensée de demander
au gouvernement mexicain communication des travaux publics projetés,
afin de les faire connaître en France. Comme premier résultat, il a
obtenu pour une Compagnie française la concession des travaux du
chemin de fer de Vera-Cruz. Si tous nos agents diplomatiques en
faisaient autant auprès des gouvernements chez lesquels ils sont
accrédités, l'on verrait plus souvent les capitaux français employés à
l'étranger au lieu de se perdre en spéculations de Bourse. Il ne nous
manque ni l'intelligence ni l'énergie; et, si nous nous répandons peu,
c'est que nous ignorons beaucoup. Que de jeunes gens trouveraient un
emploi utile et lucratif dans ces entreprises à l'étranger! Nous
aurions plus de travailleurs et moins de déclassés.



CHAPITRE XI

     Départ de Mexico. -- Les lignes de chemins de fer. -- La culture.
     -- Queretaro et la fin tragique de Maximilien. -- Arrivée à
     Guanajuato. -- Trois étudiants journalistes. -- Un journaliste
     français et la Commune de Paris. -- La ville de Guanajuato. --
     Visite de la mine de la Cata. -- Détails d'exploitation. --
     Situation de l'ouvrier. -- Rendement. -- La mine de Valenciana.
     -- La hacienda de mineria de Saint-François-Xavier. -- Détails de
     fonctionnement. -- Une aventure à l'hôpital. -- Les oeuvres de
     charité.


Le 5 octobre, M. Marchand m'accompagne à la gare. Le train part à 6
heures du matin. Les quais sont encombrés de balles de coton et de
blocs de marbre. La locomotive siffle, et me voilà en route. Les
wagons sont les mêmes qu'aux États-Unis, longs et larges; ils ont
water-closet et robinet d'eau. Mais on peut difficilement se promener,
à cause du balancement. Plusieurs en éprouvent même le mal de mer. La
plupart des lignes de chemins de fer ont été concédées à des
Compagnies américaines. Le gouvernement mexicain leur paie une
subvention de 6,000 dollars, soit 30,000 fr., par kilomètre, et la
construction coûte souvent moins; mais cette subvention est donnée en
bons reçus en paiement des droits de douane, et ces bons perdent en ce
moment 20%. Deux lignes se dirigent vers le nord: le chemin de fer
national à voie étroite, qui doit rejoindre à Laredo (Texas) la ligne
des États-Unis. Cette ligne vient d'être ouverte jusqu'à Saltillo;
mais les travaux sont en ce moment suspendus, faute de fonds. On
espère néanmoins que, dans un an ou deux, la ligne sera complètement
terminée. Une autre ligne à voie large, appelée chemin de fer central,
va être ouverte jusqu'à Aguas-Calientes, station thermale. De là elle
traverse la région minière de Zacatecas, et rejoint les lignes
américaines à Paso del Norte, dans le Nouveau-Mexique. Cette ligne
sera ouverte en juin prochain, et l'on pourra ainsi de Mexico aller en
wagon aussi bien à New-York qu'à San-Francisco. Plusieurs autres
lignes sont en construction entre les deux Océans. La ligne de
Vera-Cruz doit rejoindre Manzanillo, sur le Pacifique. Une autre ligne
doit unir le port de Tampico, sur l'Atlantique, à celui de San-Blas,
sur le Pacifique. Le port de Guajama, dans le golfe de la Californie,
sera mis en communication avec Tucson, dans l'Arizona, à travers le
Sonora. Corpus-Christi, sur l'Atlantique, sera relié à Laredo.
Plusieurs autres lignes sont concédées ou à l'étude. Dans peu de
temps, un réseau complet permettra d'atteindre facilement tous les
points de la vaste République et d'en exploiter les richesses. Il est
probable que ces richesses seront mieux utilisées par la race
anglo-saxonne de l'Amérique du Nord, plus active et plus
entreprenante. Les Mexicains le craignent. Un d'eux me disait: «Les
Yankees sont riches: ils viendront et achèteront nos terres, et peu à
peu nous déposséderont; d'autant plus qu'ils aimeront changer les
glaces et les chaleurs de New-York contre le climat de Mexico,
tempéré et délicieux aussi bien en été qu'en hiver.» Ce Mexicain
disait vrai: les Yankees sont en train de faire ainsi la conquête
pacifique de l'immense pays de leurs voisins; mais elle est légitime.
Dieu a donné à l'homme la terre pour qu'il la travaille et s'y
multiplie, non pour la monopoliser en quelques mains, qui, jouissant
au loin du fruit du travail de leurs paysans, laissent ceux-ci languir
dans la misère. L'énergie et l'intelligence ne manquent pas aux
Mexicains; elles sont assoupies ou dirigées vers l'assaut du pouvoir.
Il est probable que l'émulation les réveillera et les poussera dans
une meilleure direction. Les Mexicains ont peu de sympathie pour la
race anglo-saxonne, froide et positive. Communicatifs et poétiques,
ils se lient bien mieux avec les nations de race latine. Dans ces
dispositions, il serait facile d'arriver, par des concessions de terre
et de travaux publics, à des combinaisons qui permettraient aux
Français, aux Italiens, aux Espagnols, de prendre part à
l'exploitation des richesses du pays, sans en laisser le monopole aux
Yankees. Mais il est temps de poursuivre ma route.

[Illustration: Mexique.--Environs de Cordoba.--Palmier Royal.]

Le train suit la vallée de Mexico. Dans les marécages, je vois des
buffles, et dans les prairies, des vaches et des chevaux. De vastes
champs de maïs sont clôturés par des haies de _cactus gigantea_. On
les appelle ici _organos_, parce qu'ils ressemblent à des tuyaux
d'orgue. Je remarque aussi souvent d'énormes poivriers, qui atteignent
ici les proportions d'arbres de haute futaie, et des champs de figues
de Barbarie, qu'on appelle _tuñas_. Les indigènes les vendent au
marché, s'en nourrissent, et en font une pâte concentrée, qu'ils
appellent _queso_, ou fromage de tuña. Les villages ont tous leur
église à coupole. Les _rancherias_ sont de plus en plus misérables. Ce
sont de pauvres maisons ou cabanes composées de terre, de paille, de
pierres posées à sec, de vieilles traverses de chemin de fer, ou même
d'un lambeau de toile. Les membres d'une famille y vivent pêle-mêle.
Partout des troupes de baudets charrient le foin, la paille, le bois
qui alimente le feu de la locomotive. Je vois même de pauvres Indiens
faire concurrence aux baudets: ils s'en vont dans la forêt, et
rapportent sur leurs épaules un long fardeau de bois, du poids de 18
arobas, presque 100 kilog., pour lequel on leur donne 2 ou 3 réaux.

À toutes les gares, toujours les mêmes gendarmes ruraux, armés
jusqu'aux dents, et de nombreuses filles ou femmes qui vendent des
fruits, des gâteaux, des confitures et autres plats du pays. Dans
certaines gares on vend aussi des paniers, boîtes et autres travaux en
paille, des petits ouvrages et des lazos en fils d'aloès.

[Illustration: Mexique.--Indienne vendant des tamales et des tortillas
(plats indiens).]

Nous traversons un terrain montagneux, et passons dans une seconde
vallée. Mon baromètre anéroïde descend de 2,300 à 1,800 mètres; mais,
par contre, le thermomètre, qui marquait 20° centigrades dans la
vallée de Mexico, monte ici à 25°. À Ercoles, j'aperçois une fabrique
de cotonnade. Plus loin, je vois de pauvres Indiens nus. Enfin la
terre devient plus cultivée: nous approchons d'une ville. Les vergers
ont des pommiers et des poiriers, à côté des orangers et des
bananiers. Les paysans arrosent leurs légumes et leur maïs au moyen
d'un trébuchet. Cet instrument primitif consiste en un levier formé
d'une longue perche, qui porte à un des bouts un seau et à l'autre
bout une grosse pierre pour faire contrepoids. Le seau est poussé par
un homme dans le puits, où il se remplit, et versé dans une caisse,
d'où l'eau s'échappe dans les rigoles.

Les coolies de l'Hindoustan, plus habiles, emploient les boeufs à
tirer du puits de grandes poches de cuir ramenant 100 litres d'eau; le
Yankee, plus industrieux, installe un moulin à vent, et économise ses
bras, qui feront autre chose.

Parmi les légumes, je remarque un gros haricot, dont la plante a des
feuilles semblables à celles du tabac: on l'appelle _haba_ dans le
pays. Le maïs est semé deux fois l'an: durant les six mois de pluies,
d'avril à novembre, il pousse et mûrit; on le resème et on l'arrose
durant les autres six mois, et on a ainsi deux récoltes l'an. Enfin
voici Queretaro, avec ses nombreuses coupoles. Cette ville compte
60,000 habitants, et rappelle la mort tragique de l'empereur
Maximilien. C'est le 19 juin 1867 qu'il fut extrait du couvent où il
était prisonnier, et conduit sur le _Cerro de las campanas_, à 500
mètres de la ville. Il y fut fusillé avec le général Miramon. Le train
passe près de cet endroit lugubre et suit sa route. Il traverse une
plaine bien cultivée, où je remarque l'olivier de Provence, et des
nuées de grives qui dévorent le maïs. Vers 5 heures nous arrivons à
Silao. Le baromètre anéroïde marque 1,600 mètres d'altitude, et le
thermomètre, 30°. Je prends l'embranchement de Guanajuato, et, deux
heures après, je descends dans la capitale de l'État de ce nom. Elle
est située au centre du principal district minier du Mexique. L'hôtel
est petit et encombré: je ne puis obtenir qu'une chambre sans fenêtre;
mais je n'ai pas le choix: il n'y a point d'autre hôtel convenable. Un
torrent voisin reçoit les résidus de l'établissement et des autres
maisons, et envoie des miasmes qui, à une moindre altitude,
engendreraient certainement des maladies contagieuses.

Je passe la soirée avec trois jeunes étudiants qui sont venus ici
fonder un journal, et j'ai la chance de leur acheter le premier
exemplaire du premier numéro. Nous causons sur l'importance de la
presse et sur la grande responsabilité des journalistes: ils prêchent
le peuple, et peuvent l'éclairer ou le fourvoyer. J'indique à ces
novices plusieurs publications où ils pourront puiser à bonne source,
et je les quitte bien disposés à s'instruire pour instruire les
autres. Ces jeunes gens ramènent à ma mémoire le souvenir d'un
journaliste parisien avec lequel j'avais fait route dans les Antilles.
Il brodait ses correspondances d'inventions multiples, affirmant ce
qu'il n'avait jamais vu et les émaillant de doctrines qui m'étonnaient
chez un homme sensé. À mes observations sur ce procédé, il répond
qu'il écrit pour les badauds, et que peu lui importe la vérité, pourvu
que le journal se vende. Quant aux doctrines, il ne croit pas un mot
de ce qu'il écrit; son journal est radical et s'adresse aux
imbéciles. Mon étonnement fut encore plus grand et je ne pus
m'empêcher de lui dire qu'il jouait avec le feu, et que les communards
qui avaient brûlé Paris n'étaient coupables d'autres choses que
d'avoir pris au sérieux de tels journalistes qui au fond étaient les
vrais incendiaires. Peut-on traiter d'un coeur si léger des choses si
graves!

Le lendemain je me rends chez le gouverneur pour lui présenter la
lettre que j'avais apportée de Mexico. Comme il n'est pas encore au
bureau, j'utilise mon temps à visiter la ville. Elle est enclavée dans
des montagnes qui laissent peu de plaine. Les rues sont étroites et
les maisons entassées. Les quartiers ouvriers s'étendent sur les
flancs escarpés; 80,000 habitants sont réunis dans un espace étroit,
mais l'atmosphère est pure à 1,600 mètres d'altitude. L'air est
raréfié et les distances s'effacent. Un objet placé à une lieue paraît
rapproché à 1 kilomètre. En fait de monuments on agrandit l'Église de
la Compañia. La coupole percée à jour est d'un superbe effet. La
façade, en style baroque, surchargée de sculptures, est semblable à
celles qu'on voit dans toute l'Amérique espagnole. Un grand théâtre
est aussi en construction.

À 10 heures M. Manoel Muños Ledo, gouverneur de l'État de Guanajuato,
me reçoit avec bienveillance. Apprenant que je désire visiter les
mines, il me donne une lettre par laquelle il me recommande à Don
Pablo Orozco, un des premiers ingénieurs du pays. M. Orozco regrette
que ses occupations du samedi ne lui permettent pas de m'accompagner
en personne, mais il appelle un domestique; il lui enjoint de seller
ses deux meilleurs chevaux et de venir me prendre à l'hôtel.

Peu de temps après l'Indien ramène un superbe cheval richement
harnaché. Les ornements de la selle et les étriers sont en argent
massif, la selle porte le lazo traditionnel, le revolver, l'épée et la
cravache. Je monte en selle et le domestique me suit sur un autre
cheval à distance respectueuse. Cet Indien, fort poli, montre beaucoup
de tact. Sur un signe il approche, répond à mes questions et retourne
à sa place. Nous traversons la ville, et grimpons sur les flancs
garnis de maisons de terre, misérables demeures des ouvriers,
quelques-uns sont étendus à terre, ivres morts. Nous longeons un
torrent et arrivons à la mine de la Cata, la plus riche en ce moment.
Telle mine qui est aujourd'hui la plus riche peut devenir demain la
plus pauvre par la perte ou le rétrécissement du filon. Nous trouvons
le directeur au bureau, et comme la paye du samedi ne lui permet pas
de m'accompagner, il me fait conduire par un employé. Nous arrivons à
la mine à travers de petits sentiers. La porte en est soigneusement
fermée. Au dehors, de nombreux ouvriers et ouvrières brisent les
pierres pour séparer la partie qui contient le métal; nous pénétrons à
l'intérieur à la lueur d'une torche composée d'une corde d'aloès
détrempée dans une substance résineuse. Après une longue descente, les
marches sont remplacées par des échelles. Nous parcourons des
galeries, descendons dans des puits, passons dans des trous où j'ai
de la peine à me faufiler; nous arrivons ainsi à de nombreux chantiers
où les ouvriers, à l'aide de l'aiguille et du marteau, percent la
roche et tirent la mine. La chaleur est intolérable. Après une
explosion, les gaz qui se dégagent rendent la respiration difficile.
Aussi ces pauvres ouvriers, à cette vie de taupes, sont bientôt
épuisés. Leur sang s'appauvrit faute d'air et ils deviennent
anémiques. La chaleur les force à travailler presque nus. Les divers
chantiers sont confiés à un chef mineur qui, moyennant 40 à 45
piastres, doit faire un mètre de galerie de 4 mètres de diamètre.
Celui-ci prend à sa solde d'autres mineurs, et ils gagnent de 4 à 5
fr. par jour. Le travail se continue la nuit par d'autres ouvriers
travaillant dans les mêmes conditions. Les pierres sont portées à dos
d'homme sur des wagonnets, à certaines galeries d'où elles gagnent le
puits d'extraction. Les porteurs reçoivent 1 réal (60 centimes) par 25
arobas de 25 livres et gagnent de 4 à 5 réaux par jour. Les femmes qui
font le triage des pierres reçoivent de 3 à 4 réaux par jour. Pour les
mines, on emploie la poudre dans la roche sèche et dure, et la
dynamite dans l'eau ou dans la roche poreuse. Une mine de dynamite
produit l'effet de 10 mines de poudre et coûte environ 1 fr. 25. La
mine de poudre coûte 45 centimes ou neuf centavos. Le minerai le plus
riche contient 94 marcos par charge de 14 arobas; le marco équivaut à
6 réaux. La mine emploie un millier d'ouvriers et extrait une moyenne
de 2,000 charges par semaine, donnant un produit de 7 à 8,000
piastres. Le minerai contient 45 grains d'or pour chaque marc
d'argent. Les employés comptables, surveillants, contre-maîtres,
reçoivent 20 piastres par semaine. La mine est en exploitation depuis
15 ans et atteint 400 mètres de profondeur. Trois puits d'extraction
servent à ramener l'eau, les pierres et le minerai à la surface. Dans
un, les poids sont montés par machine à vapeur. Les deux autres
fonctionnent au moyen de 5 mules qui tournent une roue enroulant sur
un cylindre la corde dont un bout monte pendant que l'autre descend.
Pas de caisse d'épargne, pas de société de secours mutuels. En cas
d'accident, l'ouvrier est soigné aux frais de l'administration. S'il
reste estropié, il reçoit un secours une fois donné. S'il meurt, la
famille reçoit une indemnité dont le minimum est de 15 piastres. Dans
une telle situation, l'ouvrier est heureux d'avoir la foi! J'ai vu,
par-ci par-là dans la mine, des statues et des autels près desquels il
vient puiser la force de continuer son dur labeur. Au sortir de la
mine j'offre un pourboire à l'ouvrier qui m'a précédé avec la torche,
et à mon grand étonnement il le refuse. Le même fait se reproduit dans
ma visite aux autres mines. À mon retour au bureau, le patron avait
fait mettre de côté pour me l'offrir, un choix de pierres et de
cristallisations les plus curieuses.

[Illustration: Mexique.--Guanajuato.--Puits d'extraction de la mine
Valenciana. (600 mètres de profondeur.)]

Nous reprenons nos chevaux et grimpons la montagne pour atteindre le
puits principal de la mine la _Valenciana_, une des plus anciennes.
Son exploitation remonte à 1740. Le patron nous accompagne. Nous
traversons des montagnes de débris extraits depuis plus de 100 ans,
qu'on trie à nouveau. Les moyens perfectionnés actuellement en usage
permettent d'en extraire encore une certaine quantité de minerai. Le
puits a 600 mètres de profondeur. Trois machines à vapeur de 30
chevaux chaque font tourner 16 cylindres sur lesquels s'enroulent des
câbles d'acier qu'on change tous les deux ans. Comme il faut porter de
très loin l'eau douce destinée à la chaudière, la vapeur qui a servi
est recondensée et convertie en eau. Celle qu'on extrait du puits est
trop saturée de matières minérales. Pour la boisson des ouvriers, on
apporte aussi de loin des barils d'eau à dos de mulet. Ce sont des
mules qui charrient aux diverses _haciendas_ le minerai. On les voit
défiler par centaines. Deux autres puits fonctionnent de la même
manière. Ils ont 11 mètres de diamètre et un d'eux a 800 mètres de
profondeur. Chaque câble monte son fardeau 8 fois par heure. La mine
emploie un millier d'ouvriers et extrait par semaine 1,600 charges de
minerai donnant à peu près 5,000 piastres. Le salaire est le même que
dans l'autre mine. La paye se fait le samedi soir. Le repos du
dimanche est respecté par tous les mineurs. Nous suivons divers
sentiers dans la montagne et arrivons à la mine de Nopal. Là, comme
partout, les employés sont armés de leur revolver. Le propriétaire me
donne un guide et nous suivons un tunnel, puis nous descendons des
milliers de marches et pénétrons dans de nombreuses galeries qui se
ramifient en tous sens. Le puits d'extraction a 500 mètres de
profondeur. Le minerai, les pierres et l'eau sont extraits au moyen
d'un cylindre mu par la vapeur et deux cylindres mis en mouvement par
des mules.

La mine est pauvre en ce moment; le minerai extrait ne donne
qu'environ 2,000 piastres par semaine. On est à la recherche de
meilleurs filons. Le métal riche est exporté, l'autre est envoyé à la
Monnaie que l'État possède à Guanajuato et frappé en piastres
mexicaines.

[Illustration: Mexique.--Guanajuato.--Molino de la Hacienda de
San-Juan.--Broyage des minerais d'or et d'argent.]

Quelques propriétaires de mines ont leurs _haciendas_; d'autres
vendent leur minerai aux propriétaires d'_haciendas de mineria_. On
appelle ainsi l'usine qui pulvérise le minerai pour en extraire le
métal. Nous descendons la montagne et venons visiter la principale
_hacienda_ du pays: celle de San-Frances-Xavier. Comme la nuit
approche, on me donne un garde pour m'accompagner. À la _hacienda_, je
vois une centaine de mules pour mettre en mouvement les machines. Le
minerai, par quantité de 500 quintaux par jour, est jeté dans des
moulins pour être réduit en petits morceaux. De là il tombe dans une
salle au dessous qui contient 50 _arastras_, ou lourdes pierres mues
chacune par deux mules, sous lesquelles le minerai se pulvérise.
Mélangé à l'eau, il forme une pâte terreuse qui va dans un réservoir
et de là sur un séchoir en briques ou en ciment. On peut alors essayer
le degré de richesse du minerai. Cette opération est faite par un
essayeur public contrôlé par celui de la _Hacienda_. Le prix qui sera
payé au propriétaire de la mine est basé sur ce degré de richesse
établi par l'essayeur. La salle qui contient les 50 _arastras_
s'appelle _galera_, parce qu'elle est tenue sous clef et que les
ouvriers ne peuvent en sortir qu'à de certaines heures.

Après avoir séjourné sur le séchoir un certain nombre de jours, la
pâte devenue malléable est portée au _Lavadero_. Là elle est mélangée
avec le mercure, en espagnol _azoque_. Quatre meules tournent la pâte
noyée dans l'eau, qui emporte les matières étrangères et laisse au
fond le métal amalgamé avec le mercure. Cet amalgame est porté à
l'_azoqueria_, salle où l'on sépare le mercure au moyen d'un philtre
en peau. Le métal est ensuite posé dans le _candelero_, vase en fer
enfermé dans une cloche de même métal entourée de charbons. La chaleur
évapore le mercure restant, et cette vapeur est concentrée de nouveau
au moyen d'un courant d'eau. Le métal pur reste ainsi dans le vase et
on le prend pour l'envoyer à la Monnaie. Dans cet établissement de
l'État, on sépare l'or de l'argent et on frappe les piastres. Le coût
de l'opération est d'environ 3%. La quantité de mercure qui s'échappe
dans chaque opération est calculée à 5%. À l'hacienda, les meilleurs
ouvriers sont payés 4 piastres par semaine; les autres gagnent 4 à 5
réaux par jour. L'Hacienda de San-Xavier envoie à la Monnaie du métal
pour environ 200,000 piastres par an.

Il est nuit close lorsque nous quittons l'établissement. Nous suivons
des sentiers solitaires et pénétrons de nouveau dans les quartiers
ouvriers. À l'approche des églises, nous entendons le chant des
litanies; ces braves gens, après avoir reçu leur paye du samedi,
clôturent la semaine par le salut.

À l'hôtel, je rencontre un jeune couple en voyage de noce. Ce sont des
juifs de New-York, et en véritable juif, l'époux cherche à me vendre
pour 40 piastres une _Histoire des États-Unis_ qui en vaut 2.

[Illustration: Mexique.--Guanajuato.--Ateliers de la Hacienda de
San-Juan.--Pulvérisation des minerais d'or et d'argent.]

Le 7 octobre, jour de dimanche, les églises sont remplies de peuple,
qui, faute de chaises, se tient accroupi par terre. À l'élévation
plusieurs lèvent les mains en l'air en signe de supplication. Quel
dommage qu'on laisse ensuite empoisonner ce bon peuple par le _vino
mescal_. Cet extrait d'aloès distillé à 22 degrés, ajouté au spectacle
des courses de _toros_, le rend féroce. Les affiches de la _Corrida_
sont sur tous les murs. Au surplus des saltimbanques parcourent les
rues avec musique, portant des placards où sont dessinées les scènes
du combat pour entraîner les gens.

Ne pouvant visiter la Monnaie, je me rends à l'Hôpital. Je n'y vois
pas l'ordre et la propreté qu'entretiennent dans ces établissements
les Soeurs de Charité. Pendant que je parcours les salles, quelques
jeunes gens m'abordent et m'interpellent ainsi: _Es vousted dottor?_
Comme je sais que les Espagnols appellent _dottor_, aussi bien les
avocats que les médecins, je réponds: _si senôres_. Ils me prient de
me laisser conduire à l'inspection de quelques cas graves et
difficiles pour connaître mon appréciation. Je vois alors que j'ai
affaire à des étudiants en médecine; je n'ose reculer, et me décide à
jouer mon rôle jusqu'à la fin. Le premier cas concerne un pauvre
ouvrier qui a été frappé par une mine de dynamite. Les deux yeux sont
crevés, la figure est horriblement noircie et déchirée, le bras droit
amputé; mais le malade respire librement. «L'appareil respiratoire est
libre, dis-je à ces jeunes gens, tout espoir n'est pas perdu. Ce que
vous avez à craindre c'est la gangrène, il faut l'en préserver par
l'acide phénique.»--C'est ce que nous faisons, répondent les élèves,
contents de voir que mon avis coïncide avec le leur. Ils me conduisent
dans une autre salle et me montrent un pauvre cordonnier qui a sur
l'épaule une énorme excroissance de chair. En y appliquant le doigt on
sent le battement égal à une forte palpitation. Un de mes fermiers
avait eu la même maladie; trois docteurs voulurent l'opérer, mais il
mourut par suite de l'hémorrhagie. Je crus donc pouvoir dire à ces
bons étudiants: Gardez-vous de l'opérer; il pourra vivre ainsi encore
des mois et des années. Ils répliquent: Le professeur hésite en effet
beaucoup à tenter l'opération. Me voici donc sauvé encore pour cette
fois. Le troisième cas concerne un pauvre ouvrier qu'on vient
d'amener; il a reçu une balle dans le ventre; un morceau d'entrailles
est sur le lit, un autre morceau sort du trou béant; la balle reste à
l'intérieur: Tout ce que vous pouvez faire, c'est de lier l'intestin,
le cas me paraît désespéré, les aliments ne pouvant plus suivre leur
voie naturelle. Telle est leur opinion. Je respire enfin voyant qu'ils
n'ont plus d'autres cas à me montrer; je leur dis adieu et m'en vais
tout étonné de mon aventure, mais jurant qu'on ne m'y reprendra plus.

En fait d'autres oeuvres, j'apprends qu'une Conférence de charité fait
les frais de trois écoles réunissant 200 enfants; que les dames de
charité entretiennent aussi plusieurs écoles de filles, qu'une loterie
fait les frais de l'établissement des enfants trouvés, et que le curé
a organisé une école d'arts et métiers. Le pays manque d'eau, soit
pour l'irrigation, soit pour les besoins des mines. Le gouverneur
m'avait parlé d'un projet de barrage pour recueillir les eaux des
montagnes. On formerait ainsi un lac artificiel qui fournirait l'eau à
un prix rémunérateur. Il désirait que ce projet fût signalé aux
capitalistes étrangers. Il me remet aussi le mémoire imprimé
concernant l'État libre et souverain de Guanajuato. Ce mémoire a été
lu par lui à l'ouverture du dixième Congrès de cet État. J'y relève
que l'État de Guanajuato a une population de 968,113 habitants, que le
revenu en 1881 a été de 597,146 piastres, et les dépenses de 590,709
piastres; que l'État possède 433 écoles primaires instruisant 17,211
enfants; mais que 176,411 restent sans instruction; que les écoles
secondaires et supérieures coûtent fort cher et donnent un petit
nombre de médecins, d'avocats et d'ingénieurs. Chaque élève gradué a
coûté à l'État 7,199 piastres pour les avocats, 5,185 piastres pour
les ingénieurs, 7,094 piastres pour les médecins; que la bienfaisance
administrative a été fort chère et insuffisante, et qu'il importe de
s'en décharger sur la charité et l'initiative privée; que le registre
civil pour 1881 accuse 21,047 naissances, 3,932 mariages et 34,032
décès. À ce propos, le gouverneur se réjouit de ce que la mortalité
n'excède plus que d'un tiers les naissances, pendant que, les années
précédentes, cet excédent atteignait la moitié et même les deux tiers.
Parmi les maladies dominantes, je remarque la petite vérole. À
l'article _mineria_, je vois qu'en 1881, dans l'État, 128 mines ont
été dénoncées, et 114 enregistrées; que le nombre des mines
actuellement en exploitation est de 52, et celui des _haciendas de
beneficio_ de 38. Les 602 hommes de troupes de ligne et les 430
cavaliers que l'État équipe pour la sûreté publique ont coûté 293,510
piastres.



CHAPITRE XII

     Départ de Guanajuato. -- Silao. -- La presse. -- Lagos. -- Route
     à Ojuelos et à San-Luiz de Potosi. -- San-Luiz. -- Le Gouverneur.
     -- L'école de _artes y oficios_. -- Le départ. -- La femme du
     postillon. -- Je suis seul voyageur. -- Le brigandage. -- Les
     villages de l'intérieur. -- Un perroquet traître. -- Les
     mendiants. -- Une nuit à Chalca. -- Un Barcelonnette. -- Un
     ancien colonel _garibaldien_.


Dans l'après-midi, je quitte Guanajuato, et à la station de Silao je
trouve la musique municipale jouant à la gare pour égayer les
voyageurs. À 5 heures le train de Mexico entre en gare, et je m'y
installe pour arriver le soir à Lagos, point extrême de la ligne en ce
moment. Durant le trajet, je lis les nombreux journaux que j'achète un
peu partout sur le parcours. On peut savoir par eux ce qui se passe
dans les diverses villes.

Le dimanche, presque tous ces journaux impriment autant de poésie que
de prose, et je constate qu'ici comme dans les autres nations latines,
le rôle de la presse se réduit trop souvent à des personnalités et à
des passions de parti. Après les avoir lus je sais toutes les
intrigues et connais toutes les épithètes dont les adversaires se
décorent; mais des vrais intérêts du pays, du commerce, de
l'agriculture, de l'industrie, il en est rarement question. Dans
quelques jours, lorsque j'aurai passé la frontière, le dernier des
journaux américains me dira ce que rapportent les mines, ce que promet
la récolte, combien de droits de douane ont été perçus dans la
semaine, le prix des terres et leur rendement, leur situation, les
machines et inventions nouvelles, etc.

Enfin, à 8 heures du soir, je suis à Lagos. Dans cette ville de 20,000
habitants, je ne trouve qu'une mesquine auberge où on m'installe dans
une chambre à deux lits, ayant une seule porte pour toute ouverture.
Après le souper, je me mêle aux promeneurs qui écoutent une assez
bonne musique sur la place; puis je vais prendre mon repos à côté d'un
Canadien, marchand de machines, mon compagnon de chambre. Ce repos ne
sera pas long. Les trains de Mexico partent à 4 heures, et les
diligences pour Guadalajara et Zacatecas partent d'aussi grand matin:
on éveille les passagers à 3 heures, et ils ne ménagent pas le bruit.

À 6 heures du matin, je suis moi-même installé dans la diligence de
San-Luiz Potosi. La distance de Lagos à Saltillo est d'environ 180
lieues. La diligence la franchit en six jours, par une moyenne de 30
lieues par jour. Le prix est de 40 piastres (200 fr.) mais les bagages
paient presque autant. Pour un aroba (25 livres), le port est gratuit,
pour chaque autre aroba on paie 6 piastres, plus d'un franc la livre.

La diligence est une grande voiture dont la caisse peinturlurée repose
sur des lanières de cuir. Des rideaux de cuir ferment les côtés. À
l'intérieur il y a trois sièges à quatre places chacun; le siège du
milieu est mobile; une courroie mobile y sert d'appui aux passagers.
Heureusement nous ne sommes pas au complet; 9 au lieu de 12. Sur
l'impériale, le cocher ne veut personne que ses deux postillons, à
cause des difficultés de la route. Les sacs de cuir contenant la malle
pour les États-Unis encombrent le derrière de la voiture; 8 mules nous
entraînent au grand galop. Elles reprennent bientôt le petit pas; nous
sommes encore dans la zone des pluies. Les chemins sont des lacs ou
des fondrières; nous avançons péniblement. Les champs de maïs sont
clôturés par des haies de _cactus gigantea_. Les villages portent les
traces des dernières guerres. Plus loin nous atteignons des collines
arides. Nous montons au pas les raides pentes, mais nous dégringolons
au galop les descentes à travers les rochers. Nos têtes heurtent
contre la voiture ou les unes contre les autres; parfois les sursauts
les envoient au plafond. Une dame, qui est pourtant indigène,
s'effraye, et à tout instant, lorsque la voiture se penche à droite ou
à gauche, elle se cramponne au voisin en criant: _abajamos! abajamos!_
Nous tombons, nous tombons. Toutefois, la frayeur ne l'empêche pas de
fumer sa cigarette.

Vers 11 heures, on nous fait déjeuner dans une petite auberge. J'y
remarque une bonne vieille qui doit avoir au moins 110 ans; sa peau
est un vrai parchemin. Je lui parle, elle répond avec grâce, tout en
se voilant avec sa mante par modestie. Nous continuons notre route,
aussi pénible que le matin, et vers 6 heures 1/2 du soir, nous
arrivons à Ojuelos, petite ville de 5,000 habitants. On m'installe à
l'auberge dans une chambre à deux lits, sans fenêtre. Toutes les
chambres ouvrent sur la cour intérieure, où sont remisées les
voitures. C'est un peu comme les auberges de la Chine.

Je demande un bain pour me délivrer de la poussière, on m'en promet un
pour le matin, si je veux bien le prendre dans une cuve.

Le lendemain matin à 5 heures je cherche ma cuve, mais l'eau s'était
enfuie par les douves mal jointes. À 6 heures nous remontons en
voiture. La bonne humeur est générale. On lie bientôt amitié dans ces
diligences comme entre compagnons de la même infortune. La zone des
pluies est franchie, et la poussière que les roues envoient dans la
voiture nous étouffe. Le nouveau conducteur me permet de m'installer
sur l'impériale. J'y jouis d'une belle vue et d'un air respirable,
mais bientôt le soleil a brûlé ce qu'il a pu atteindre de ma peau;
elle tombera. Il n'est pas mauvais parfois de faire peau neuve. Les
diverses _haciendas_ que nous rencontrons ont des barrages qui leur
permettent de recueillir dans de petits lacs artificiels l'eau
nécessaire. Des vols de canards sauvages y prennent leurs ébats. De ma
position élevée, je peux voir de nombreux lapins et lièvres près des
buissons me regarder avec curiosité. Parmi les voyageurs, un Espagnol
les tire de temps en temps, mais sans succès. Tous les passagers ont
carabine, ou tout au moins revolver et coutelas. Je suis le seul qui,
pour toute arme n'ai que mon couteau de poche, long de 7 centimètres.
À 10 heures on me fait remarquer une croix. Elle est collée à une des
parois de la chapelle élevée sur la Hacienda de Depetate. Cette croix
rappelle la mort du général Ramon de Miramon, fusillé contre ce mur.
Il était frère du général Miramon, fusillé à Queretaro avec l'empereur
Maximilien. Vers 11 heures on nous descend à San-Antonio. À l'auberge,
pour déjeuner, on ne nous donne que des os. La route suit toujours des
montagnes arides; il me semble traverser les Castilles ou le
département des Basses-Alpes, mais un département grand comme la
France. À 3 heures 1/2 nous apercevons les nombreuses coupoles de
San-Luiz de Potosi. Nous traversons la plaine, où le paysan arrose le
blé au moyen de norias, et à 4 heures nous sommes dans cette capitale
de l'État de San-Luiz de Potosi.

Ma première visite est pour le gouverneur. Il est au Conseil, et je
remets à son secrétaire la lettre que j'avais apportée de Mexico.
J'avais aussi une lettre pour M. Exiga, directeur de l'école de _artes
y oficios_, et tout en me rendant chez lui, je visite la ville. La
_plaza de arme_, où est mon hôtel, est digne d'une grande ville. Une
belle statue de bronze y occupe le centre d'un magnifique square. Les
maisons sont en adobe et à un rez-de-chaussée: quelques-unes ont un
étage au dessus.

Les rues sont droites et larges dans la ville nouvelle, et étroites
dans la vieille ville. Quelques églises, comme la cathédrale, sont
vastes et belles; d'autres sont surchargées de dorures, de
sculptures, et d'ornements de toute sorte à la manière espagnole.
Partout l'image de la Trinité, consistant en trois figures d'hommes
absolument semblables; et partout aussi ces laides statues habillées
de chiffons de toutes couleurs. Un parc aux abords de la ville est
assez vaste, mais entièrement négligé.

San-Luiz est une des villes importantes du Mexique. Après Mexico, qui
compte 200,000 habitants, Léon en possède 100,000, Guadalajara 80,000,
Guanajuato 70,000, et San-Luiz 50,000.

J'arrive enfin chez M. Exiga, qui a la bonté de me faire visiter son
école. Elle réunit 130 garçons internes, répartis en 7 ateliers de
serruriers, menuisiers, cordonniers, imprimeurs, etc. Ces enfants
apprennent aussi le dessin linéaire et d'ornement, la tenue des
livres, l'anglais, le français et la musique. L'Indien a de grandes
dispositions pour la musique. Dans la cour, une quarantaine d'enfants
exécutent de jolis morceaux sur des instruments à vent. Le maestro est
un Indien qui est devenu une vraie célébrité dans son art. Cette école
a été fondée par le gouvernement et vit à ses frais. C'est de l'argent
bien employé.

Je prends rendez-vous avec M. Exiga pour la soirée.

À l'hôtel je trouve une lettre que m'envoyait M. Guttierez, gouverneur
de l'État. Il me recommandait à M. Jésus Sanchez Lozano, _jefe
politico_ du district minier de Catorce, où j'espérais visiter encore
quelques mines. Dans la soirée, M. Exiga me présente à plusieurs de
ses amis, avec lesquels nous pouvons causer des choses du pays, et un
peu tard je viens à l'hôtel chercher mon repos.

Le 10 octobre on m'éveille à 3 heures du matin. La voiture part à 4
heures. Je suis seul passager. Malgré la satisfaction d'être sans gêne
dans la voiture, je ne puis me délivrer d'une certaine appréhension.
Je suis seul et sans armes, livré à des postillons inconnus, armés de
coutelas et de revolvers. Je dois ainsi traverser, par une route de
plusieurs jours, un pays à peu près désert où les brigands viennent à
peine de cesser leurs exploits! Mais, courage! en avant, à la bonne
Providence! Dieu m'a conduit jusqu'ici, il me conduira bien jusqu'à la
fin! Le postillon est déjà à son poste lorsque sa jeune femme arrive,
lui porte sa couverture, allume sa cigarette et sa torche résineuse,
et lui remet son déjeuner pour la route. La femme du peuple a bien du
mérite, et sous les haillons bat souvent un noble coeur! Nous avançons
dans les ténèbres, puis l'aube arrive, et avec elle le réveil de la
nature. Les oiseaux gazouillent leur prière du matin, les sommets des
collines se dorent, le berger pousse ses chèvres et ses brebis, les
_picadores_ à cheval mettent en route les mules et les baudets, et les
jeunes filles s'en vont à l'eau avec leurs gracieuses urnes sur
l'épaule. Les conducteurs ont tous coutelas et revolvers. Je remarque
quelques charrettes conduites par des femmes, et cela me rassure.
Après la guerre civile, le gouvernement s'est appliqué à détruire le
brigandage. Les populations paisibles qui en souffraient s'y sont
prêtées volontiers, en appréhendant elles-mêmes les malfaiteurs pour
les consigner à l'autorité. Ceux qui ont échappé aux balles et à la
prison sont pour le moment réfugiés dans les montagnes. Les routes que
je parcours portent les traces de leurs exploits. Par-ci, par-là, je
remarque des croix, et lorsque je demande au conducteur ce qu'elles
signifient, il me répond invariablement: _ladrones!_ Il veut dire
qu'elles rappellent les massacres des voleurs. Tout le monde étant
armé, le vol est précédé d'une lutte, et le voleur devient
nécessairement assassin.

Le pays que nous traversons est un immense champ d'énormes cactus à
figues de Barbarie. Les indigènes en prennent les feuilles, qu'ils
passent au feu pour détruire les épines, et les donnent aux boeufs,
qui en sont friands. Aux cactus succèdent les youcas, dont
quelques-uns atteignent une hauteur considérable. On les dirait les
géants du désert. Par-ci, par-là, quelques villages en adobe et
quelques haciendas au bord d'un étang. Les paysans suspendent à l'air
les bêtes qu'ils tuent, et malgré la chaleur du soleil, l'air, à cette
altitude de 1,800 mètres, les conserve assez longtemps. Le gibier
abonde et ravage les champs de maïs.

Vers midi on s'arrête dans un village pour déjeuner; je visite les
pauvres habitations de terre, adressant la parole aux personnes que je
rencontre. Les femmes sont craintives, les enfants curieux viennent
voir l'étranger, les hommes répondent poliment à toutes mes questions.
Dans une de ces pauvres cabanes, je trouve un perroquet; il me touche
gentiment de la patte, monte par le bras sur l'épaule et sur la tête;
mais le traître! il saisit mon beau chapeau de Panama, et d'un coup de
son bec crochu lui fait un large accroc.

Dans l'après-midi le soleil devient plus chaud et la poussière
fatigante. À Venado je vois une usine à coton. Pendant qu'on change
les mules, je suis entouré de mendiants qui veulent tous leur petite
monnaie, et s'en vont en bénissant l'étranger. Au moment où l'on jette
le lazo à une mule, elle réussit à se sauver et part furieuse à
travers le village, gagnant la campagne. On la rattrapera plus tard.

Le soir, vers 6 heures 1/2, j'arrive à Chalca, où je dois passer la
nuit. Bientôt la diligence qui fait le service en sens inverse arrive
aussi, et amène 1 Italien, 1 Français, 2 Américains, 1 capitaine et 1
gendarme mexicains. Il n'y a que deux chambres dans l'hôtel, et selon
l'usage du pays, la porte sert de fenêtre. Je partage la mienne avec
les deux Américains. Après le souper mon compatriote me raconte qu'il
est de Barcelonnette et qu'il vient d'installer un nouveau magasin
d'étoffes dans les environs. L'Italien est un ancien colonel
garibaldien qui a fait la campagne des Vosges. Le gouvernement
mexicain l'a nommé agent de colonisation et lui donne 300 piastres par
mois pour qu'il cherche vers la frontière américaine les endroits les
plus propices à l'établissement de colonies de race latine. Il en
profite pour s'occuper de ventes de terrains. Il m'en cite
quelques-uns comprenant plusieurs lieues carrées à des prix variant de
1 à 100 fr. l'hectare. Lorsqu'il découvre des terrains qui n'ont pas
été enregistrés, dans le but d'éviter la contribution, il les signale
au gouvernement, qui en reprend possession et les vend. Il
collectionne aussi pour le compte du gouvernement des fossiles, tels
que os de mastodontes et autres, destinés au musée de Mexico. Dans les
environs de Chalca, une mine de plomb argentifère emploie en ce moment
500 ouvriers. Elle en employait 4,000 quand elle tenait les filons
riches. Je quitte mes voyageurs et je m'en vais sur ma dure couche,
car on m'éveillera à 3 heures du matin.



CHAPITRE XIII

     Départ de Chalca. -- Je fais un heureux. -- La Hacienda de Solis.
     -- Matehuala. -- Les mines du district de Catorce. -- La ville de
     Cédral. -- La Hacienda de beneficio de Don Antonio Verume. -- Un
     garçon qui veut apprendre l'anglais. -- Le vin de Membrillo. --
     La Hacienda el Salado. -- Les toiles d'aloès. -- Les briques
     d'adobe. -- On dompte un cheval sauvage. -- La soirée et la nuit
     à la Hacienda la Ventura. -- Un inconnu. -- Le gibier. -- Les
     fauves. -- La ville de Saltillo. -- Le chemin de fer. -- Le chien
     des prairies. -- Monterey. -- Laredo. -- Arrivée à San-Antonio.


Le 11 octobre, à 4 heures du matin, nous sommes en route, et je
continue à occuper seul la voiture. Le conducteur est toujours
accompagné d'un postillon et d'un gamin, apprenti postillon. Ce
dernier gagne 1 fr. par jour, le postillon 2 fr., et le conducteur 5
fr. Le postillon et son aide sont souvent obligés de renouer les
courroies cassées, de courir auprès des mules de devant, car il y a
triple attelage. Ils regagnent le siège en grimpant par des petits
bouts de fer attachés à la voiture, pendant qu'elle continue sa course
et ses sursauts. Dans une de ses ascensions, le petit gamin est tombé
il y a peu de temps, la roue lui a passé sur le bras; il le porte
enveloppé. Il me demande la permission de se reposer par intervalles
dans la voiture, ce que je lui accorde volontiers. Il est couvert de
haillons et porte des semelles de cuir attachées aux pieds par des
courroies. L'intérêt que je lui montre le rend confiant, et à un
moment donné il me dit: _io me voi a suya tierra_: je m'en vais à
votre pays, emmenez-moi.--Et que viens-tu y faire?--Je vous servirai
et je pourrai vivre; ici les 20 sous que je gagne sont à peine
suffisants pour payer la nourriture que je prends en route, et malgré
le métier pénible et dangereux, je suis toujours déchiré; je ne puis
arriver à m'acheter une paire de souliers; et ce disant il me montre
ses haillons et ses pieds meurtris. J'avais un veston de laine que
j'avais acheté dans les Pyrénées et qui avait déjà fait mon premier
tour du monde. Il m'avait rendu bien service dans les plaines glacées
du nord de la Chine. Je le lui donne; il le met à l'instant, il est
dans la jubilation; mais je doute que son bonheur soit aussi grand que
le mien. Il n'y a pas de joie comparable à celle de faire des heureux.

À 8 heures nous arrivons à une hacienda importante, appelée Solis,
propriété d'un Espagnol. Je me dirige vers la maison du maître; la
dame, qui se tient sur la porte, un bambin au bras, se sauve à mon
approche. Je visite la chapelle et vois sur la place 12 hommes occupés
à égrener du maïs en frottant les épis sur un cylindre formé de noyaux
d'épis de maïs étroitement liés. Une machine mue par un seul homme
égrènerait plus de maïs en moins de temps, et les 22 bras rendus ainsi
disponibles seraient une nouvelle force productive. Je reviens au
_rancho_ où je dois déjeuner. Il est couvert en feuilles de _youcas_.
Plusieurs images de saints tapissent les murs d'adobe. Sur le lit une
petite harpe indique le goût de la musique chez les habitants. Une
bonne vieille me sert quelques aliments primitifs; je lui demande
combien d'ouvriers occupe la ferme, elle me répond: _una maquina!_
C'est sa manière d'exprimer un grand nombre. Même réponse concernant
les animaux, les bergers, etc. Heureusement un Indien, qui me paraît
intelligent, est mieux au fait, et répond à plusieurs de mes
questions. La ferme a 5 lieues de long; elle a vendu récemment 400
mules au prix de 34 piastres chaque. Le cheval non dompté se vend 12
piastres, et celui qui est dompté 48. Un bon âne vaut 20 piastres; les
vaches se paient de 15 à 30 piastres, selon la quantité de lait. Une
paire de boeufs de labour vaut 40 piastres; les moutons, 3 piastres.
Les bergers chefs sont payés 120 piastres l'an; les _pèones_, hommes
de travail, reçoivent 2 réaux (1 fr.) par jour. Une _criada_ (bonne)
est payée de 3 à 6 piastres par mois; la viande se vend. 1 réal la
livre. Les travailleurs achètent à la boutique du patron tout ce dont
ils ont besoin. Les prix sont calculés de manière qu'après avoir à
peine mangé, le pèon reste avec ses haillons et n'a jamais le sou.

Mais les mules sont attelées et je reprends ma route, grimpant sur
l'impériale pour éviter la poussière. Les cactus font place à une
espèce d'acacia mimosa aux grandes branches. Elles avancent vers la
voiture et m'ont égratigné plus d'une fois. Cet arbre donne un fruit
dont le bétail est friand. Par-ci par-là quelques chiens des prairies
et de nombreuses vipères. Elles se nourrissent d'un fruit rouge
produit d'un cactus appelé _nopali_. Au loin se dessine la sierra de
Catorce et un pic volcanique appelé _el frai_.

À 1 heure 1/2, nous arrivons à Matehuala, ville de 18,000 habitants;
la place est plantée d'arbres et les rues assez propres. Le chef
politique, M. Jésus Sanchez, me présente à un Français, _haciendado_
ou propriétaire dans le pays. J'aurais voulu m'arrêter quelques jours
pour visiter les nombreuses mines du district de Catorce. M. Sanchez
m'en aurait fourni toutes les facilités, mais le steamer de
San-Francisco pour l'Australie part le 20 octobre, et j'ai encore bien
du chemin à faire. Le manquer serait se mettre dans la nécessité
d'attendre un mois pour l'autre départ, et arriver dans l'hémisphère
austral au moment où le soleil l'atteint de plus près. Je me contente
donc de demander à M. Sanchez des renseignements verbaux, qu'il me
fournit avec la plus grande obligeance.

Le district de Quatorce contient 45,000 habitants et possède 5 mines
de plomb, d'argent et de cuivre. Chaque mine emploie de 200 à 800
ouvriers. Les contre-maîtres sont payés 2 piastres par jour, les
ouvriers travaillent à _tarea_ (à la tâche), et reçoivent tant par
mètre de trou de mine, tant par mètre de galerie, etc. Il n'y a point
de société de secours mutuels, mais les propriétaires prennent chaque
jour une _cuchara_, moitié d'une corne de boeuf, de minerai qui est
mis à part et vendu par intervalles. Le produit est confié à
l'administration, qui le distribue aux ouvriers en cas d'accident ou
de maladie, selon les besoins de la famille. Le gouvernement projette
des lois d'assurance et d'économie obligatoire d'après le système
allemand; mais avant d'économiser il faut avoir d'abord le nécessaire.

M. Sanchez m'engage à visiter, à Cédral, la _Hacienda de Beneficio_,
de Don Luiz Antonio Verume, qui est la plus importante. Je m'y rends
vers le soir, à mon arrivée dans cette ville. Le directeur a la bonté
de m'accompagner lui-même et de me donner de minutieuses explications.
Le minerai d'argent vient de la mine de Concepcion, et est traité de
trois manières différentes, selon sa composition. Il donne environ 3
marcos 1/2 de métal par tonne de minerai. Le premier système est celui
que j'ai décrit en parlant de la Hacienda de Saint-François-Xavier à
Guanajuato. Il a été inventé il y a 300 ans par Médina, aux mines de
Pachuca. Le deuxième système est employé pour le minerai plus riche.
On le place dans un four, avec du charbon et certains ingrédients. Par
l'action du feu le plomb s'oxyde et l'argent reste séparé.

Le troisième système, inventé par Alfonso Barba au Pérou, il y a 400
ans, est l'amalgamation chaude employée pour le minerai contenant des
iodures et bromures. Ce système tient des deux premiers. Un quatrième
système est employé à Sonora et ailleurs, et consiste à extraire
l'argent en le convertissant en chlorure au moyen du sel. Le mercure
employé ici provient des mines d'Almaden en Espagne. On le paie 50
piastres le quintal, et il perd de 10 à 12% dans chaque opération. Les
ouvriers gagnent depuis 4 réaux jusqu'à 2 piastres par jour. Il y a 5
mines à Catorce; 3 sont en perte en ce moment.

Cédral compte 5,000 habitants. Sur le marché je vois des oranges et
des citrons; mais à l'hôtel je ne puis obtenir de vin. On me donne un
vin de _membrillo_ (de coing) qui ressemble au vin cuit. Le garçon qui
me sert me demande le nom anglais de chaque objet qui lui tombe sous
la main. Il en connaît déjà plusieurs; décidément il veut se rendre
aux États-Unis.

Après souper, je prends mon repos dans une chambre à quatre lits, où,
pour cette fois, je suis seul.

Le lendemain matin à 4 heures j'éveille les conducteurs et postillons.
Ils ont passé la nuit sous le portique, étendus par terre dans une
couverture. Le garçon de la veille m'apporte une chandelle de suif, et
commence à me demander comment s'appelle le chandelier en anglais,
comment le bol, la cuillère, le sucre, le café: il tient à continuer
sa leçon.

Peu après les mules nous ramènent au milieu du désert. Une odeur
parfumée m'avertit que sous les buissons poussent des plantes
aromatiques. Les matinées sont presque toujours brumeuses, mais vers 9
heures le soleil se montre. Il a bientôt séché la rosée, et la
poussière devient intolérable. Toutes les fois que, dans un village ou
à une hacienda, on change les mules, je profite du temps pour visiter
les maisons et les ranchos. Ils sont toujours bien misérables.
Quelques-uns ont pour toiture des feuilles d'aloès. Dans ces pauvres
cabanes couchent la famille et les chiens pêle-mêle: le matin les
femmes sont occupées à faire les _tortillas_; elles broyent entre deux
pierres la graine de maïs et préparent dans un poêlon de petits ronds
de pâte mince, comme le font les Bretons avec le blé noir. Des fours
en adobe, à côté des ranchos, indiquent qu'on sait faire aussi le
pain. Dans une rancheria[4], au-dessus d'un noria on a suspendu un
mouton entier pour le dessécher à l'air.

         [Note 4: On appelle ainsi une réunion de ranchos ou
         habitations des paysans.]

Ces norias, tournés par des mules, ne montent que quelques petits
seaux de cuir.

À 11 heures 1/2 on m'arrête pour le déjeuner à la hacienda _el
Salado_. L'administrateur m'apprend qu'on y sème 800 fanegas de maïs
par an (la fanega équivaut à 75 livres.) Cette culture se fait à
métairie. L'an dernier le propriétaire a eu 20,000 fanegas pour sa
part. L'hacienda nourrit aussi de nombreuses bêtes: 4,000 chevaux,
1,000 ânesses, 2,000 vaches. On vend 600 chevaux l'an, au prix moyen
de 40 piastres. Les habitants qui vivent de la ferme sont environ 600.
Ils n'ont point d'église, mais des écoles pour les deux sexes. Dans
cette hacienda, je vois préparer le fil d'aloès. On prend la partie
intérieure de la plante, on la presse avec une règle de fer contre un
rouleau de bois, et on tire par un bout. La partie grasse de la plante
est ainsi raclée, et reste la partie filandreuse, qui est séchée au
soleil. D'autres ouvriers prennent ces fils et en font des ficelles et
des cordes par un procédé primitif. J'en vois qui, avec ces ficelles,
font une trame qu'ils étendent dans la cour et la tissent en toile
grossière d'emballage. D'autres empilent les filaments, qu'ils
recouvrent d'un morceau de toile. Ce sont des selles ou bâts pour les
mules et les baudets. Un peu plus loin un Indien fait les briques
d'adobe. Il mélange une terre argileuse à du fumier, pétrit le tout
avec de l'urine de cheval, et met la pâte dans un moule. Il en résulte
une brique large de 30 centimètres, longue de 45, épaisse de 10, assez
semblable aux briques chinoises. Elle résiste à l'action de l'eau.
Avec ces briques on fait toutes les constructions dans l'Amérique
espagnole. Dans les haciendas, elles servent aussi à construire
d'immenses cônes dans lesquels on enferme la récolte.

Trois Indiens s'en vont de maison en maison, de rancho en rancho,
jouant de la mandoline, de la harpe et de la guitare; ceux qui les
demandent les paient 5 fr. l'heure.

Nous continuons notre route, et au prochain relais je vois dompter un
cheval sauvage. Un Indien se tient en croupe avec peine; l'animal, par
de terribles sauts de mouton, cherche à le jeter à terre; un autre
Indien, avec une habileté qui tient du prodige, le lace de loin,
tantôt à une jambe, tantôt à une autre, et arrête son élan.

Vers le soir, nous arrivons à la hacienda _la Ventura_, pour y passer
la nuit. Le soleil envoie de l'horizon ses derniers rayons qui
transforment les nuages en montagnes de feu. Les bergers ramènent
leur troupeau, et les chiens, leurs fidèles auxiliaires, poussent les
retardataires. Les chevaux viennent s'abreuver à l'étang, qu'ombragent
des saules séculaires. Un petit agneau qui s'égare me lèche la main;
les poules, les canards et les oies cherchent leur perchoir; le
cultivateur rentre sa charrue, les enfants se réunissent et commencent
leurs chansons et leurs rondes. Les feux s'allument dans les ranchos
et le son doux de quelques harpes se fait entendre. Ceux qui habitent
la campagne connaissent le charme des soirées de la ferme à la belle
saison. Je jette quelques sous aux enfants, qui courent et se
précipitent pour les saisir, et je visite quelques ranchos. La belle
scène de la nature a son revers lorsque je rentre à l'auberge. Bientôt
la voiture qui vient de Saltillo arrivé et amène des voyageurs. Il n'y
a que deux chambres, sans fenêtre, et nous sommes huit. À table,
maigre souper; pas de vin et une mauvaise _cerveza_ (bière) à 5 réaux
la demi-bouteille. Heureusement, j'ai encore un peu de rhum que j'ai
apporté de la Jamaïque. On me dit que la ferme appartient à un général
ex-ministre de la guerre et que l'auberge est pour son compte. Si
j'étais général et que je voulusse me mêler de faire l'aubergiste, je
m'efforcerais de mieux traiter mes hôtes. Après le souper, un superbe
clair de lune nous invite à sortir.

Près de la ferme, un moulin à vent, fabriqué à Sant-Antonio, sert à
tirer l'eau d'un puits. On voit que nous approchons des États-Unis. Un
Indien plein d'expérience et de bon sens me renseigne sur beaucoup de
choses. L'hacienda a coûté 10,000 piastres à son propriétaire, il y a
deux ans. Il en demande maintenant 40,000. Mon interlocuteur m'en fait
le budget annuel: 1,000 fanegas de maïs à 3 piastres, 3,000 piastres;
500 moutons à 3 piastres, 1,500 piastres; 200 mules ou vaches à 20
piastres, 4,000 piastres; produit de l'auberge à une moyenne de 6
voyageurs par jour, à 2 piastres chacun, 4,000 piastres. Total 12,500
piastres. Déduire 2,500 piastres de frais annuels, reste net 10,000
piastres, soit 50,000 fr. Avec cela on peut vivre commodément à
l'étranger, se promener au _central Park_ à New-York, ou jouer au
billard dans un café de Paris. Mais pendant ce temps le reboisement
des collines ne se fait pas; les sources de la montagne ne sont pas
utilisées, le défrichement ne se poursuit pas, la situation des
pauvres Indiens gardiens de troupeaux ou semeurs de maïs ne s'améliore
pas.

Le lendemain matin à 4 heures, au moment où la voiture se met en
marche, un grand gaillard armé de coutelas et de revolver entre et
s'assied en face de moi. Il s'étend sur son banc pour dormir. On
m'avait pourtant dit qu'il n'y avait pas d'autres passagers; qui est
cet étranger?--Je lui demande où il va; il me répond: À une
_hacienda_. Pour la première fois dans ma route, j'ai un peu
d'appréhension, mon dernier jour de voiture serait-il le moins
heureux? Je surveille l'inconnu et attends l'aube avec impatience.

Lorsque le jour arrive, j'éveille l'étrange compagnon et lui demande
divers renseignements. Il m'apprend qu'il est le chef de la poste et
qu'il va visiter une station voisine. J'en profite pour me renseigner
sur tout ce que je vois. Un Indien à cheval ramène au bout du lazo un
_teçon_, espèce de porc épic. Je vois sur une charrette un jeune cerf,
et j'apprends que cet animal abonde dans les environs: de temps en
temps quelque carcasse de vache ou de cheval; ce sont les léopards,
les petits lions d'Amérique et les ours qui les tuent et en font leur
pâture. Mon compagnon me quitte et je continue ma route à travers des
collines rocailleuses et désertes. L'immense plaine que je traverse
depuis 6 jours est à 16 et 1,800 mètres d'altitude. Le thermomètre
montait à 30° dans le jour et descendait à 20° durant la nuit.

Cette plaine ressemble à celle du Punjab dans l'Hindoustan. Mais là
l'Hindou a creusé partout des puits par lesquels il arrose son blé, et
la population s'est multipliée. Ici l'Indien n'est pas propriétaire,
il ne peut penser à aucune amélioration; il languit et la population
diminue.

Lorsqu'en un pays assez grand et assez riche pour nourrir dans
l'abondance de nombreux millions d'habitants, on en voit languir un
petit nombre, il faut croire que l'organisation sociale laisse à
désirer. Avant la conquête espagnole, le Mexique nourrissait
16,000,000 d'habitants, et il n'y avait alors ni les voies de
communication qui empêchent les famines, ni les machines
perfectionnées qui multiplient l'action de l'homme. Le Mexique
devrait nourrir maintenant dans l'abondance au moins 100,000,000
d'habitants, et il n'en contient que 10,000,000!

Le soir, à 5 heures, j'arrive à Saltillo, à l'hôtel _Escoban_.

Saltillo, à 1,500 mètres d'altitude, est dans l'État de Coahuila et
contient 18,000 habitants.

La ville est assez bien tracée; une _alameda_ fournit aux habitants
une promenade ombragée. L'église est surchargée de sculptures; au
marché je remarque de nombreux restaurants pour le peuple. Sur les
murs, les perpétuelles affiches de _Corrida de Toros_.

J'espère enfin trouver un bain. On m'adresse à un établissement hors
la ville. On s'y baigne dans un réservoir à eau courante.

Dans quelques mois les deux républiques de l'Amérique du Nord seront
reliées par le chemin de fer. Le voyageur ne sera plus balloté durant
de longues journées dans la diligence, mais je ne regrette pas ma
course: elle m'a permis de voir et de juger sur place l'intérieur du
pays.

14 octobre.--Le temps presse, et quoique je n'aime pas voyager le
dimanche, je suis forcé de continuer ma route. À 5 heures du matin je
trouve l'église encore fermée et le peuple attendant à la porte. À 6
heures je suis à la gare pour le départ. Cette gare est un simple
wagon où l'on prend son billet; une tente sert de bureau pour
l'enregistrement des bagages. Le tronçon de Monterey à Saltillo n'est
ouvert que depuis un mois. La voie a 0m 93 de large; les traverses
sont en sapin; les rails, en acier, y sont tenus par un clou.

La campagne est bien cultivée: les pommes, les poires et le raisin
viennent à merveille. Les animaux s'effraient et fuient au passage des
trains. Les premiers jours les Indiens en faisaient autant. Bientôt
nous entrons dans une région montagneuse, et nous descendons
rapidement. À Pescheria on me parle d'une grotte gigantesque des
environs. D'après la description qu'on m'en fait, elle dépasserait en
grandeur et en beauté la fameuse grotte Adelberg des environs de
Trieste. Un jeune Français que je trouve dans le train m'apprend que
son père est propriétaire d'une des 5 filatures de coton de Saltillo.
Sa filature a 1,000 broches. Cette industrie est en progrès, mais les
impôts sont en train de la ruiner.

Nous voyons encore quelques chiens des prairies; ils sont très habiles
à chasser le lièvre. À cet effet, ils se réunissent par bandes. Les
uns se postent comme nos chasseurs, et les autres font la battue.
Lorsqu'un d'eux a saisi le gibier, il appelle et attend les autres
pour le partage. Les _zorra_ ou renards abondent aussi, et parmi les
serpents, celui à sonnette est le plus commun.

La voie continue à descendre et traverse les cours d'eau sur des ponts
de bois. À Santa-Cattarina, mon baromètre anéroïde ne marque plus que
500 mètres d'altitude, et je revois la canne à sucre. La sécheresse
persiste ici comme dans tout le nord du Mexique. La récolte de maïs
est perdue, le prix en doublera et la maigre pitance du peuple en
sera encore réduite. Les wagons portent écrit en langue anglaise et en
langue espagnole la défense de fumer. Tous les Mexicains fument, les
Américains du Nord se plient à la consigne. J'ai déjà remarqué bien
des fois le penchant à faire peu de cas de la loi chez les nations
latines, et l'habitude contraire chez les Anglo-Saxons.

À Monterey, capitale de Nueva-Leon, j'aperçois, au pied d'une colline,
une chapelle de Notre-Dame de Lourdes. Enfin, nous sortons des
montagnes et abordons la plaine sans fin. Vers 7 heures du soir, à
Laredo, nous atteignons le Rio-Grande, que nous traversons sur un pont
de bois. Cette rivière m'a paru fort étroite et ment à son nom. La
petite ville de Laredo est à cheval sur les deux rives; nous stoppons
sur la rive des États-Unis de l'Amérique du Nord, et je change mon
wagon contre un Pullmann sleeping-car. Le matin, quand je quitte mon
lit, je me trouve à la gare de Sant-Antonio, capitale du Texas.



CHAPITRE XIV

États-Unis.

     Le Texas. -- Les progrès depuis l'abolition de l'esclavage. --
     Les Congrégations religieuses. -- Prix des terres. -- Les
     casernes. -- Les Nègres et leur ostracisme. -- Départ pour
     San-Francisco. -- Les métiers d'un Yankee. -- Les plantations de
     coton. -- Les _cliffs_ du Rio-Grande. -- Les stations dans le
     désert. -- La consommation de la bière. -- Le Nouveau Mexique. --
     L'Arizona. -- Les Mormons. -- Les Chinois. -- Le Rio-Colorado. --
     Yuma. -- Indio. -- Le désert du Colorado.


Le Texas appartenait au Mexique: il fut annexé aux États-Unis avec le
Nouveau Mexique et la Haute-Californie, en 1848, à la suite d'une
guerre acharnée qui amena les Américains du Nord jusqu'à Mexico. Le
Texas est l'État le plus vaste des États-Unis; il comprend 170,000,000
d'acres ou 266,000 milles carrés, avec plus d'un million et demi
d'habitants. Il nourrissait en 1881 plus de 14,000,000 d'animaux, dont
1,000,000 de chevaux, 5,500,000 moutons, 5,000,000 de boeufs et
2,000,000 de porcs. Depuis 1881, ce nombre a augmenté de plus de
4,000,000. Les États du Sud, si éprouvés par la guerre de sécession,
ont non seulement retrouvé leur ancienne prospérité, mais l'ont
augmentée. La culture du coton est plus que doublée et une grande
partie est déjà filée sur place. Sur le Mississipi on utilise même les
peaux de crocodile: je lis dans un journal une annonce qui en demande
5,000 à l'instant. L'ancien état de servitude pouvait bien enrichir un
certain nombre de planteurs, mais tout état contre nature n'est jamais
profitable. Depuis l'abolition de l'esclavage, un plus grand nombre de
gens libres vivent sur ces états et y prospèrent.

Les maisons d'adobe ont fait place aux maisons de bois; les rues
étroites, aux larges avenues plantées d'arbres et bordées de jardins.
Nous sommes dans l'Amérique anglo-saxonne. Dans le quartier du
commerce, on voit de beaux édifices en pierre; les abords de la ville
sont semés de gracieuses villas. L'Anglo-Saxon ne veut de la ville que
pour les affaires. Pour ses enfants, il préfère l'air bienfaisant des
champs, et le jardin où ils prennent leurs ébats.

La petite ville de Sant-Antonio, qui ne comptait que 20,000 habitants
en 1881, en a gagné 10,000 de plus en deux ans. C'est une ville en
construction. On voit partout de hautes cheminées qui indiquent la
présence de la vapeur.

Mon premier soin est de m'informer du moyen d'atteindre San-Francisco.
J'apprends qu'une ligne, récemment ouverte, m'y conduira en quatre
jours, moyennant 79 dollars et 11 dollars en plus pour le
sleeping-car, je pourrai ainsi arriver la veille du départ de mon
steamer. Le train part le soir; j'ai donc toute la journée pour
Sant-Antonio. Je me dirige vers un changeur pour avoir de la monnaie
du pays; c'est l'ennui du voyageur chaque fois qu'il passe une
frontière. Comme je l'ai déjà observé, une monnaie de valeur identique
pour le monde entier nous délivrerait des changeurs et de leurs
spéculations.

À Sant-Antonio, je visite l'hôpital tenu par les Soeurs du Verbe
Incarné, dont la maison mère est à Lyon, en France. Elles ont ici 60
novices et desservent de nombreuses écoles et hospices dans le Texas
et ailleurs. L'hôpital est plutôt une maison de santé. On y paie une
pension de 2 dollars et de 1 dollar 1/2 par jour. Les malades envoyés
par la municipalité ne paient que 60 cens (3 fr.).

Les Ursulines tiennent un pensionnat. Les Soeurs de la Providence de
Lorraine ont de nombreuses écoles. Sant-Antonio compte 12,000
catholiques irlandais, allemands, mexicains, français. Ils
sympathisent peu les uns avec les autres, et il a fallu établir une
église pour chaque nationalité. Celle des Français a dû être fermée
faute de fidèles. Trop souvent à l'étranger le Français ne prend le
chemin de l'église qu'à l'occasion des décès ou des naissances. Je me
renseigne auprès de divers bureaux d'affaires. On m'offre des lots de
3, 10, 15, 20 et 200,000 acres au prix de 1 à 3 dollars l'acre
(arpent). Les uns servent à la culture du coton, les autres à
l'élevage des moutons, des boeufs et des chevaux.

C'est toujours la même nature que j'ai laissée au Mexique; la terre
produit des cactus et des mimosas: toujours même sécheresse. Mais
pendant que les propriétaires du Mexique restent les bras croisés ou
creusent un puits pour y établir un noria avec quelques seaux de
cuirs, ici on perce des puits artésiens qui fournissent l'eau en
abondance. Les terrains arrosés se vendent plus cher: de 4 à 5 dollars
l'acre, les spéculateurs les convertissent en prairies, achètent
l'hiver les moutons à 1 dollar 1/2, les engraissent et les revendent
le double au printemps. On m'offre aussi dans un Bureau de vente des
terrains à fruits et légumes aux environs de la ville. On en demande
de 15 à 20 dollars l'acre, y compris la petite maison en bois. Dans un
de ces Bureaux je trouve un journal spécialement destiné aux éleveurs
de moutons. Il y en a pour les éleveurs de gros bétail, pour les
agriculteurs, etc.; toujours et partout en deçà du Rio-Grande,
l'association sous toutes les formes fait profiter les uns de
l'expérience des autres et multiplie les forces.

Ici, comme à Panama, les bains se prennent chez les perruquiers.

Un landau me conduit dans les environs aux _barracks_ ou casernes. Il
est un peu cher: 2 dollars l'heure, mais un nègre en livrée le conduit
et un autre nègre sert de valet de pied.

Les États-Unis entretiennent un bon nombre de soldats sur la frontière
mexicaine. À 4 milles dans la campagne, j'arrive à un immense bâtiment
en pierre à un étage sur rez-de-chaussée. Dans la cour, je vois des
fourgons, des affûts, des cordages, etc. Ce sont les chantiers et les
magasins. Au milieu de la cour s'élève une haute tour qui sert
probablement à observer les mouvements de l'ennemi. À côté de ce
bâtiment, un joli parc est semé d'une vingtaine de _cottages_, demeure
des officiers et de leurs familles. Les _cottages_ des sous-officiers
sont un peu plus loin et plus simples. Je tourne le parc et arrive aux
baraques des soldats. On a creusé la terre à 3 mètres sur un hectare
environ, et dans ce bas-fond on a élevé les baraques et les tentes du
camp, probablement pour les mettre à l'abri des balles sinon des obus.

Au retour, mon nègre me conduit à la station. Ils sont nombreux les
nègres au Texas. À Sant-Antonio, ils ont pour eux une église spéciale.
Le Yankee, ordinairement si libéral, est intraitable lorsqu'il s'agit
du nègre. Il a ruiné jadis les États du Sud pour l'affranchir, mais il
ne le veut avec lui ni à l'église, ni au théâtre, ni en chemin de fer,
ni au café. Une loi avait été faite pour le mettre sous ce rapport sur
le pied d'égalité avec les blancs. Dans les divers États, les nègres
avaient réclamé devant les magistrats le bénéfice de cette loi. Une
décision de la Cour suprême, à Washington, vient de débouter les
nègres, déclarant la loi inconstitutionnelle.

À 6 heures la locomotive siffle et nous emporte; elle traverse une
partie de la ville en avertissant par sa cloche les habitants d'avoir
à se garer; puis nous voilà dans les champs. Nous avons plus de 3,000
kilomètres de Sant-Antonio à San-Francisco. La locomotive les
franchira en moins de 4 jours, à raison de 45 kilomètres à l'heure. Le
train le plus rapide en Amérique est celui du Canada entre
_Coteau-station_ et Ottawa. Il parcourt 50 milles à l'heure, soit
environ 80 kilomètres. Le train entre Londres et Bristol franchit en 2
heures la distance de 118 milles 1/4 qui sépare les deux villes, ce
qui fait une vélocité de presque 100 kilomètres à l'heure.

Un Yankee prend place près de moi. Il va inspecter les restaurants
qu'il tient dans les gares. C'est son métier actuel et ce ne sera pas
le dernier. Il en a déjà fait plusieurs, et entre autres, celui
d'armateur. Sans connaître un mot de français, il est allé au Havre
avec un navire chargé de blé et de jambons, et l'a ramené plein
d'émigrants. Il s'occupe aussi de plantations de coton dans le Texas,
et en quatre temps, il me fait le budget de cette culture. Aux
récoltes moyennes il faut 2 acres, au Texas, pour produire une balle
de coton. Le labourage coûte 2 dollars, l'ensemencement 2 dollars, la
main-d'oeuvre, durant les quatre mois qu'exige la culture (avril, mai,
juin, juillet) 30 dollars; la récolte 16 dollars; séparer les graines,
emballer et envoyer au marché 4 dollars; assurance et courtage 3
dollars. Total: 57 dollars. Or, la balle vaut de 75 à 80 dollars, donc
bénéfice net 18 à 23 dollars. Les années heureuses donnent 1 balle 1/2
pour 2 acres.

Le propriétaire qui ne peut assez surveiller son monde donne la
récolte à moitié aux nègres; il leur fournit la terre, la graine et
les boeufs. Le nègre met le travail et on partage; mais le nègre se
fournit du nécessaire à la boutique que le propriétaire entretient sur
la ferme. Or, celui-ci règle les prix de manière que le gros bénéfice
lui reste. Lorsque le nègre vient chercher sa part du prix de vente,
on lui ouvre le registre des avances en nature, et il lui reste bien
peu à prendre. On procède à peu près de même dans les métairies à
maïs.

La voie, ouverte en février dernier, a une largeur de 1m 30. La
Compagnie a reçu gratuitement les terrains qui la bordent, et elle les
vend de 2 à 5 dollars l'acre.

On est commodément dans les lits des Pullmann-cars, mais les wagons
américains sont suspendus d'une manière malheureuse. Comme je l'ai
déjà dit, leur balancement, donne le mal de mer. Vers 5 heures on
m'éveille pour jouir du paysage pittoresque. La voie longe le
Rio-Grande et pénètre entre des _cliffs_, où des rochers à pic très
élevés la surplombent. Nous traversons des tunnels et parcourons un
pays très accidenté. À _Eagle's nest_ (nid d'aigle) mon baromètre
marque 350 mètres d'altitude et le thermomètre 30° centigrades. Les
stations ont parfois quelques tentes, sous lesquelles on voit femmes
et enfants; le plus souvent rien que la petite baraque des employés. À
juger par les amoncellements de bouteilles vides qui les entourent,
ils sont grands buveurs de bière. Dans l'Amérique du Nord, la
consommation de la bière atteint 40 bouteilles par habitant; 24 en
France, 51 en Hollande, 40 en Suède et Norwège, 39 en Suisse, 34 en
Autriche, 115 en Angleterre.

Le combustible de la locomotive est le bois; les puits qui fournissent
l'eau ont parfois 200 mètres de profondeur. On voit par-ci par-là des
Chinois réparant la route. Ils ont tous un chapeau en jonc forme
chinoise. Nous voyons des troupes d'antilopes et de nombreux lapins. À
une station 12 cavaliers poussent devant eux un millier de boeufs. Ils
ont bien du mal à les faire entrer dans l'enceinte par où ils
passeront dans les wagons.

[Illustration: États-Unis.--New-Mexico.--Big-Bow, chef des Kiowas.]

Nous quittons le Texas et entrons dans le Nouveau-Mexique. Des
officiers avec leurs femmes descendent sur divers points pour
rejoindre Fort Stockton, Fort Davis et autres forts d'où ils
surveillent la frontière et les Indiens.

À Murphysville je cherche la ville; je ne vois que 4 baraques. Elle
viendra plus tard. La voie continue à monter; à Marpha nous sommes à
1,400 mètres d'altitude. L'air est pur et frais. Le soleil se drape de
nuages de feu et disparaît. Je reprends mon lit. Au Paso del Norte,
un embranchement rejoint les lignes du Colorado. La nature est
toujours la même: le désert et le bétail.

À Demening, nous prenons les voyageurs qui descendent de Denver
(Colorado), par Santa-Fé. Parmi eux je distingue un Jésuite qui arrive
de Monaco pour enseigner la philosophie au collège de Santa Clara
(Californie). Il m'apprend que leurs Pères chassés de France sont
venus fonder un collège à la Nouvelle-Orléans. À Demening, on quitte
le Nouveau Mexique et on entre dans l'Arizona. Cet État voisin de
l'Utah commence à être envahi par les Mormons. L'apôtre Cannon, dans
une récente conférence à leur tabernacle, à Salt-Lake-City, a ainsi
établi leur dernier recensement. Les Mormons sont dans l'Utah 127,294
membres, représentant 22,000 familles; 37,000 ont moins de 8 ans.
Durant les six derniers mois, il y a eu en Utah 2,300 naissances, dont
1,200 du sexe masculin et 1,100 du sexe féminin, et 782 décès. Pendant
la même période, le nombre des membres nouvellement admis a été de
23,040. L'Église compte 12 apôtres, 58 patriarches, 3,885 seventies,
11,000 anciens, 1,500 évêques et 4,400 diacres. Les Mormons sont 2,264
en Arizona et le double en Idaho; 81 missionnaires ont été désignés
pour propager la foi des _Saints des derniers jours_ en Europe et en
Amérique. La polygamie a été recommandée.

Trois arrêts de 20 minutes à trois stations, le matin, vers midi, et
le soir, donnent le temps de prendre les repas. Parfois la salle du
restaurant n'est qu'un wagon à côté de la voie. La nourriture laisse
à désirer: viandes dures, soupe au poivre et légumes sans sel. On paie
de 75 cents ou 1 dollar par repas, selon les stations, vin à part. La
moindre bouteille coûte 5 fr. L'Américain ne reste jamais plus de 10
minutes à ses repas. On n'ose rester à table quand tout le monde est
parti, de crainte que le train ne vous laisse. Le long de la route on
voit des affiches indiquant l'hôtel à prendre à Sacramento, à Los
Angeles ou autre ville à 1,000 milles de là. Nous laissons un
embranchement qui va à Silver-City. Son nom indique les mines
d'argent. Plusieurs y ont fait de rapides fortunes. Nous atteignons
une espèce de désert argileux. Le mirage est tel que les montagnes
éloignées nous paraissent fort près, et comme détachées du sol. À
Bensan, nous laissons un embranchement qui descend à Guaymas, dans le
golfe de Californie. Une affiche demande 500 ouvriers pour travailler
au chemin de fer. Trois wagons amènent 150 coolies chinois qui puent
l'opium. À Tucson, un Américain déguisé en Indien vend des bâtons de
cactus, des curiosités indiennes, et de prétendues graines de fleurs
diverses à 10 sous la graine. Parmi ces graines je distingue des
pois-chiches.

Le 18 octobre, à 6 heures du matin, en me levant, je vois le
Rio-Colorado à la station de Yuma. Cette rivière sépare l'Arizona de
la Californie. Des bateaux à vapeur poussés par une grande roue à
l'arrière le remontent depuis le golfe de Californie jusqu'ici à 80
milles, et jusqu'à 300 autres milles au dessus. À Yuma nous prenons
l'heure de San-Francisco en reculant nos montres de 2 heures.

[Illustration: États-Unis.--Yuma.--Indiens de l'Arizona.]

Des affiches et des programmes, qu'on nous distribue à l'hôtel,
recommandent la station de Yuma pour les malades. Ces programmes
disent que le thermomètre ne descend l'hiver qu'à quelques degrés au
dessous de 0, et que l'été il ne dépasse pas 107° Farenheit, soit 34°
centigrades. Bon pour se faire rôtir! La voie descend, et à Indio,
elle est à 100 pieds sous le niveau de la mer. Nous sommes dans un
désert, qui a 70 milles de large et 140 de long. Nous le suivons
pendant longtemps; la poussière trouve moyen de pénétrer et de nous
suffoquer dans le wagon malgré les doubles vitres. Toujours du sable
et quelques buissons comme entre la Sierra-Nevada et les Montagnes
Rocheuses. La voie recommence à monter. Nous sommes à 300 mètres
d'altitude, lorsque nous voyons devant nous de hautes montagnes avec
des forêts de sapin blanchies de neige. À certaines stations, je
remarque des groupes d'Indiens, les uns nus, les autres vêtus. Leurs
cheveux sont longs, noirs et épars, leur peau est rougeâtre.
Quelques-uns ont le coutelas à la ceinture. Tous ces Indiens de
l'Amérique du Nord ne peuvent pas toujours se comprendre entre eux par
la parole, car ils parlent 76 dialectes différents. Toutefois ils
s'entendent toujours parfaitement par signes. Ils s'appellent le jour
en faisant un feu de branches vertes sous une couverture. En retirant
la couverture, la colonne de fumée qui s'élève est le signe de
ralliement. La nuit, ils font un feu d'herbes sèches. Un cavalier
galopant rapidement en rond est le signe d'un danger. Quand ils
marchent, ils tracent sur le sable des figures d'animaux, qui disent à
ceux qui suivent ce qu'ils auront à faire. Quand ils se rencontrent,
ils peuvent se raconter par signe l'action des ennemis, les épisodes
d'un combat, etc.

À Colton, nous laissons un embranchement qui s'en va à San Diego, sur
le Pacifique.



CHAPITRE XV

     La Californie. -- Los Angeles. -- La production de l'or. -- Les
     produits agricoles. -- Le papier-monnaie. -- La vallée de
     Yosemity et les arbres géants. -- Oakland. -- San-Francisco. --
     La baie. -- La crise. -- Le nouveau traité avec la Chine et la
     question chinoise. -- Les coolies et l'opium. -- La richesse des
     États-Unis. -- La rémunération du travail et du capital. -- Les
     divorces et les avortements. -- Les monopoles et la concurrence.
     -- La population. -- Importation. -- Exportation. -- Revenus. --
     Dette. -- Chemins de fer. -- Les Américains ne nous aiment pas.
     -- Les réformes nécessaires pour former un peuple fort et
     sérieux.


Vers le soir, nous traversons de belles fermes, puis viennent les
vignes, les fruits et les légumes; nous sommes à Los Angeles. La salle
du restaurant est toute enguirlandée de fleurs. Un groupe de
francs-maçons de l'_Est_ a visité l'_Ouest_, et on les a fêtés. La
petite ville de Los Angeles a ses maisons en bois et plusieurs
églises; elle compte 20,000 habitants. Les Lazaristes y ont un
collège. Elle centralise les produits de la région; partout d'immenses
entrepôts de blé et de laine. On cultive maintenant la terre en
Californie. Au début on n'y cherchait que l'or. L'or a presque
toujours été l'attrait providentiel qui a amené les hommes dans les
contrées nouvelles. Sans lui on n'aurait jamais pensé à les peupler.
L'or attire l'homme comme le sucre les fourmis; quand les fourmis ont
mangé le sucre, elles restent et font leurs maisons. On calcule que
l'or employé aux arts atteint maintenant 80,000,000 de dollars. Les
mines d'or de Californie entre 1850 et 1860 ont produit 610,000,000 de
dollars. De 1860 à 1870, 369,000,000 de dollars, et de 1870 à 1880,
193,386,000.

Mais si elle produit moins d'or, la Californie donne tous les ans plus
de produits agricoles. En 1880, elle a donné presque 2,000,000 de
boisseaux de maïs (le boisseau équivaut à 35 litres); 30,000,000 de
boisseaux de blé; 1,500,000 boisseaux d'avoine, et 12,500,000
boisseaux d'orge; ce qui vaut bien des millions de dollars. Ajoutez à
cela 2,000,000 de livres de fruits, sans compter le vin. La production
en augmente tous les ans; ainsi, seulement dans les premiers mois de
1883, l'exportation des fruits a déjà dépassé 14,500,000 livres. Sur
ce chiffre, Los Angeles entre pour presque 5,000,000 de livres.

On fait la guerre à l'argent et on veut le démonétiser, mais c'est
plutôt aux petits chiffons de papier, qu'on voit encore dans plusieurs
États, qu'il faudrait faire la guerre. Ils communiquent la gale, se
déchirent, se brûlent, se perdent, et c'est surtout le petit peuple
qui en souffre le plus, car il n'a pas de coffre-fort pour les
préserver des rats. Sur 46,000,000 de dollars de papier-monnaie aux
États-Unis, environ 17,000,000 ne sont plus rentrés et ont été
considérés comme perdus. Cela fait un joli profit pour l'État, et il
en est de même pour les banques.

Los Angeles est la capitale du Sud et semble appelée à un grand
avenir.

Le 19 octobre, à 6 heures 1/2 du matin, lorsque je quitte mon lit, le
train arrive à Madera. C'est de là que part tous les matins la
diligence pour Josemity-Valley. J'ai déjà dit dans mon voyage aux
États-Unis[5] que dans les environs de cette curieuse vallée on voit
les fameux _big trees_, _sequoia gigantea_ qui ont 400 pieds de haut
et 35 pieds de diamètre.

         [Note 5: Voir _le Tour du monde en 240 jours_, librairie du
         Patronage Saint-Pierre, à Nice.]

Plus loin, à Merced, nous déjeunons dans un hôtel élégant. Ensuite la
voie traverse une plaine sablonneuse et sillonnée de petits cours
d'eau. Elle atteint enfin la rivière Sacramento, que remontent de
nombreux steamers, dont la seule roue, de grande dimension, se trouve
à l'arrière. Nous commençons à voir de nombreuses cheminées indiquant
la présence d'une population industrieuse. Nous sommes à Oakland
(terre du chêne). La ville s'est encore étendue vers la colline depuis
que je l'ai vue il y a 2 ans. En quittant le train nous prenons place
dans la salle d'attente du _pier_ (môle), et bientôt nous passons au
premier étage de l'immense _ferry-boat_ qui en 20 minutes nous
déposera de l'autre côté de la baie.

Cette baie a 60 milles de long et 3 de large. Elle est donc plus
grande que celle de Rio-Janeiro, mais elle est loin d'être aussi
gracieuse. Ses rives sont nues, et ses quelques îles, des rochers
arides, pendant qu'à Rio les bords et les îles sont revêtus d'une
végétation tropicale.

San-Francisco, sur une langue de terre, entre la baie et l'Océan, est
presque toujours enveloppée de brumes. Nous commençons par apercevoir
les mâts des nombreux navires, puis les clochers et les maisons. À 2
heures 1/2 nous débarquons à Market street. Je dépose mes bagages au
_Palace-Hôtel_, et je cours à la banque. J'y arrive au moment où l'on
allait fermer la porte, mais assez à temps pour obtenir l'argent dont
j'ai besoin pour atteindre l'Australie.

L'Américain est si pratique pour tout ce qui concerne l'argent, que je
trouve dans un journal, sur un petit carré, la méthode pour calculer
les intérêts depuis le 4 jusqu'au 20%. Une note au dessous dit: Coupe
ce carré et colle-le dans ton chapeau.

Je passe ma soirée à voir les amis que j'avais connus il y a 2 ans. À
la poste, je trouve de nombreuses lettres, et comme le navire part le
lendemain, je n'ai que la nuit pour les lire et y répondre. Après 6
jours de diligence et plusieurs jours de railway, j'aurais bien voulu
me reposer quelques jours, ou tout au moins quelques nuits; mais on ne
fait pas toujours ce que l'on veut, et le plus souvent ce que l'on
peut. Le travail est pour cette vie, l'éternité pour le repos.

Le lendemain, je parcourus encore une fois, avec plaisir,
San-Francisco, cette immense et riche capitale de la Californie que
j'ai décrite dans mon premier tour du monde. Je l'avais laissée sur
une crise; elle en sort maintenant. Avant le chemin de fer, son port
desservait une partie de l'intérieur; la voie ferrée lui a supprimé
ce transit. Les mines ont été en partie délaissées. Malgré cela, son
agriculture a fait face à tout, et le pays devient de plus en plus
prospère. On cite plusieurs individus qui possèdent plus de
100,000,000 de dollars.

Une autre crise est à craindre par le manque de main-d'oeuvre. En
effet, depuis quelques mois est entré en vigueur le nouveau traité
avec la Chine. En vertu de ce traité, ne peuvent venir aux États-Unis
que les Chinois voyageant pour étude ou agrément, et les commerçants.
C'est l'exclusion des coolies. On les déteste parce qu'ils font
baisser les salaires, parce qu'ils restent Chinois, économisent et
emportent l'argent.

L'immigration, qui l'an dernier atteignait encore près de 8,000
individus, est descendue de ce fait, cette année, à quelques
centaines. Comment continuera-t-on à faire les chemins de fer et à
ramasser les récoltes?

Les salaires sont assez chers et augmenteront encore.

On paie un journalier de 1 à 2 dollars par jour, un briquetier gagne
de 2 à 3 dollars; les maçons, les peintres, les forgerons, de 3 à 4
dollars; les cordonniers, les tailleurs, 16 dollars par semaine; les
garçons de ferme reçoivent de 20 à 30 dollars par mois, logement et
nourriture en sus.

On cultive toujours plus les fruits et la vigne; je lis dans un
journal l'avis d'un propriétaire indiquant qu'il a plus de pommes
qu'il n'en peut recueillir, et invite le public à aller les prendre.
Les pieds de vigne se plantent par millions, j'apprends avec plaisir
que parmi les plus grands planteurs figurent plusieurs Français. Mais
qui vendangera dans 3 ans?

On fait de grands efforts pour amener l'immigration européenne. En
vertu de la loi d'_homestead_, tout individu qui déclare vouloir
devenir citoyen américain reçoit gratuitement 160 acres de terre, à la
condition qu'il y séjourne et la cultive pendant 5 ans. Les Compagnies
des chemins de fer vendent leurs terres de 2 à 5 dollars l'acre; mais
les immigrants sont attirés en route par d'autres États qui se les
partagent. Le parti démocrate voudrait donc rappeler les Chinois.

Ceux-ci, au reste, cherchent à passer de contrebande. L'autorité
chinoise n'est pas difficile à donner des certificats de commerçants;
elle en donne aux vendeurs de fruits, de légumes et d'allumettes, et
la police à San-Francisco est embarrassée. En somme, la question
chinoise a changé de face, mais elle reste debout. Je ne puis voir un
Chinois qui ne pue l'opium. À ce propos, je ne sais comprendre comment
l'Angleterre, qui a été assez généreuse pour se mettre à la tête de la
croisade contre l'esclavage, continue à empoisonner un peuple de
450,000,000 d'habitants avec sa drogue des Indes, et cela pour un
simple gain matériel. En 1843, l'Angleterre importait, de contrebande,
en Chine, 26,000 caisses d'opium. Après qu'en 1860, nous l'avons aidée
à obtenir la libre entrée de l'opium, moyennant un droit de 30 taels
(230 fr.) par picul (60 kilog. 1/2), l'importation a pris des
proportions effrayantes. En 1873, elle atteignait 52,000 caisses au
prix moyen de 3,200 fr. la caisse, et en 1881, elle représentait une
valeur de 37,592,000 taels, environ 270,000,000 de francs. Je sais
qu'il y a des âmes généreuses en Angleterre qui protestent contre cet
empoisonnement d'un peuple qui est le quart de la race humaine. Je
souhaite que leur action aboutisse bientôt à la suppression du
scandaleux trafic, car si Dieu parfois paie tard, il paie toujours et
il paie juste! Ce n'est jamais impunément qu'on viole la maxime de
l'Évangile: Ne faites pas à autrui ce que vous n'aimeriez pas qu'on
vous fît.

Les États-Unis se vantent d'être plus riches que la Grande-Bretagne.
Leur richesse en terres, capitaux, chemins de fer, est évaluée à 50
milliards de dollars (250 milliards de francs) pendant que celle du
Royaume-Uni n'atteint que 40 milliards. Par contre, la richesse en
Angleterre atteint 1,160 dollars par tête d'habitants et seulement 995
dollars en Amérique. Quant à la rémunération du travail, d'après le
_Times_ de Londres, elle serait la suivante: Dans la Grande-Bretagne,
sur 100 parts, 56 vont au travail, 21 au capital, et 23 au
gouvernement; en France 41 vont au travail, 36 au capital et 23 au
gouvernement; aux États-Unis 72 parts vont au travail, 23 au capital
et 5 au gouvernement. Le gouvernement est donc 5 fois meilleur marché
ici qu'en France et en Angleterre. En effet, presque pas d'armée,
presque pas de marine. Ces milliers de bras qui languissent dans nos
casernes et qui coûtent si cher sont employés ici au travail
productif. Mais tout n'est pas parfait, et il y a aussi des taches de
ce côté de l'Océan. Les divorces se multiplient dans une proportion
effrayante, et la plaie des avortements criminels continue à s'étendre
dans les États de l'Est. Sur les journaux, on voit des annonces comme
celles-ci: Divorces, M. X..., rue ..., nº ..., Attorney-at-laws, avis
gratuits, 18 ans d'expérience...; affaires traitées légalement et sans
bruit. Dans la ville de Philadelphie, on a découvert dernièrement 65
foetus dans la maison d'un seul médecin!

Le suffrage universel, malgré une connaissance des affaires du pays
plus répandue ici dans le peuple qu'en Europe, porte des fruits de
corruption. Après la guerre de sécession, on a créé des impôts
indirects et une armée de fonctionnaires pour les percevoir. Ceux-ci
sont à la discrétion des gouvernants, et d'autre part le besogneux
sera partout et toujours plus ou moins à vendre. Les grandes
Compagnies de télégraphe, de chemins de fer, des eaux, du gaz, etc.,
et les banques font sentir le poids de leur monopole un peu partout.
Heureusement on sait encore lutter dans ce pays. On est peu habitué à
tout attendre du gouvernement, et la presse et la parole sont mises
largement à profit contre les exploiteurs. Déjà on espère se
débarrasser ici du joug des deux anciennes Compagnies de chemin de fer
du Pacifique. La _Central-Union_ et la _South-Pacific_ s'étaient
étendues; leurs tarifs étaient si exorbitants que les marchandises du
Japon prenaient le chemin de l'Europe pour venir à New-York. Une
troisième compagnie, la _Northern-Pacific_, a ouvert sa ligne, et une
quatrième ligne directe de Saint-Louis à San-Francisco va être
inaugurée incessamment. La _Northern-Pacific_ refuse de se liguer avec
les autres et la concurrence va faire son oeuvre.

La population des États-Unis, qui en 1870 comptait 33,000,000 de
blancs, 5,000,000 de nègres et 63,000 Chinois, en 1880 compte
43,000,000 de blancs, 7,000,000 de nègres et 100,000 Chinois. Ceux-ci
ont donc augmenté en 10 ans de 66%; les noirs de 34% et les blancs de
29%. En suivant la même progression, en 30 ans on dépassera 100
millions. L'État de Californie, qui a presque la surface de la France,
figure actuellement dans la population pour un peu moins d'un million.
Pour tous les États-Unis en 1882, l'importation a atteint en chiffre
rond 767 millions de dollars, et l'exportation 800,000,000 de dollars.
Le revenu a été de 403,000,000 de dollars, et la dépense, sauf
l'intérêt de la dette, de 186,000,000 de dollars. La dette, qui
dépassait encore 2 milliards de dollars en 1870, est réduite de plus
de 1/2 milliard de dollars en 1882.

Pour servir de comparaison nous plaçons le tableau ci-dessous pour
1882 en dollars et en chiffres ronds:

              DETTE PUBLIQUE  REVENU       DÉPENSES     IMPORTATION    EXPORTATION
  Angleterre   4,000,000,000  429,000,000  427,000,000  2,137,000,000  1,491,000,000
  France       4,683,000,000  712,000,000  714,000,000    987,000,000    722,000,000
  Allemagne    1,340,000,000  900,000,000  620,000,000    719,000,000    774,000,000
  Autriche     1,107,000,000   47,000,000   47,000,000    259,000,000    286,000,000
  Italie       2,000,000,000  440,000,000  435,000,000    266,000,000    239,000,000
  Russie       4,000,000,000  503,000,000  524,000,000    410,000,000    429,000,000

Sur 265,000 milles de chemins de fer qui, en 1882, sillonnent le monde
entier, les États-Unis en possèdent 118,000, presque la moitié.
L'Europe en possède 106,000, l'Asie 14,000, l'Afrique 3,000,
l'Australie 6,000, l'Amérique du Sud 7,000, l'Amérique Centrale 1,000,
toute l'Amérique du Nord 128,000. En Europe, l'Allemagne en possède
22,000, l'Angleterre 18,000, la France 17,000, la Russie 14,000,
l'Autriche 12,000.

J'ai trouvé ici les dernières nouvelles de France, tant de l'intérieur
que de Madagascar et du Tonkin. Je remarque qu'aucun des journaux ne
nous est sympathique. Comment en serait-il autrement? Les Américains
du Nord sont des Anglais et des Allemands, et d'autre part nos
divisions intérieures et la succession de nos ministères, qui passent
comme devant une lanterne magique, sont peu faits pour nous concilier
le respect de l'étranger. Quand aimerons-nous notre pays avant notre
parti, et quand prendrons-nous pied sur une base stable! Le jour où
nous reviendrons au Décalogue. Ce jour-là, nous rétablirons l'autorité
paternelle par une plus grande extension de la portion disponible et
nous passerons de la famille instable à la famille souche qui donne
les nombreux rejetons pour l'armée, le clergé, les arts et la
colonisation; nous rétablirons la protection de la femme par une
situation assurée à la veuve et par la punition des séducteurs; nous
rétablirons le respect de la divinité par la sanctification du
septième jour; et, à côté, des droits de l'homme, nous mettrons
l'inscription de ses devoirs, les uns et les autres sous la
proclamation des droits de Dieu.

Mais il faudra rendre plus forte l'éducation de nos enfants en les
habituant de bonne heure aux luttes de la vie et au sentiment du
devoir. Les familles s'en déchargent trop sur les pensionnats, qui ne
se préoccupent que de les préserver du danger en les enfermant dans
des murs. Les Corporations enseignantes sont faites pour aider, non
pour suppléer la famille, et l'enfant qui n'a vu que des murs jusqu'à
vingt ans, n'a appris qu'à les haïr. Sans expérience de la vie, plein
d'illusions, il fera presque certainement naufrage. Cela est d'autant
plus naturel qu'au moment où il aurait le plus besoin des conseils des
instituteurs et de l'appui des parents, vers vingt ans, lorsque les
passions bouillonnent, il est envoyé dans une grande ville pour les
études supérieures, et là les parents lui manquent, et du collège il
ne conserve que le souvenir de la contrainte. Le jeune libéré se livre
donc aux caprices de son âge, et ce n'est qu'à trente ans qu'il
commence à comprendre qu'il doit se faire sa place dans la société en
devenant sérieux. Au même âge, l'Anglais et l'Allemand reviennent
d'Australie ou d'Amérique rapportant une fortune.

Je quitte mes amis et rentre à l'hôtel pour répondre à mes nombreuses
lettres avant de mettre encore le Pacifique entre moi et l'Europe.



CHAPITRE XVI

Les îles Hawaï.

     Départ de San-Francisco. -- Navigation vers les îles Sandwich. --
     Le navire _La Zelandia_. -- Manière d'occuper le temps. --
     Arrivée à Honolulu. -- Les îles Hawaï. -- Surface. -- Population.
     -- Gouvernement. -- Les femmes sénateurs. -- Impôts. -- Les
     plantations de canne. -- Importation. -- Exportation. --
     Navigation. -- Droits de douane. -- Revenus. -- Changement de
     dynastie. -- Los Missions. -- Le volcan Kilaouea. -- Le monument
     du capitaine Cook. -- La végétation. -- Les habitations. -- Les
     Canaques. -- Moeurs et coutumes. -- Les écoles. -- L'hôpital.


Le soir du 20 octobre 1883, à 4 heures 1/2, j'interromps la rédaction
de mes nombreuses lettres, et j'arrive au navire _La Zelandia_ de la
_Pacific Mail-Steamship-Company_. Ce steamer, long de 340 pieds, large
de 42, et très peu profond, jauge 3,000 tonnes. Les premières sont à
l'avant, ce qui leur évite la secousse et le bruit de l'hélice. Comme
j'arrive le dernier, j'ai de la peine à obtenir une cabine sur le
pont. Celle qu'on me donne a 2 mètres de large, 2 de long, 2 de haut,
et je la partage avec un gros capitaine américain et protestant qui
fait régulièrement, soir et matin, sa prière à genoux. Lorsque les
adieux sont finis et que les nombreux amis accompagnant des
_voyageurs_ ont quitté le bord, je compte à table environ 70 passagers
de première, tous Allemands, Anglais et Américains; je suis le seul
Français. À minuit, la malle anglaise, qui arrive de Londres pour
l'Australie, est installée à bord, le canon se fait entendre et on
part. Je revois encore une fois les _golden gates_, ces portes d'or à
l'entrée de la rade que j'avais vues il y a deux ans, lorsque je me
dirigeais vers le Japon. Bientôt après, nous voilà en haute mer avec
un roulis désagréable.

Le lendemain le roulis augmente et tous les passagers souffrent plus
ou moins. Le service de la table, comme celui du navire, est fait par
des blancs et des jaunes; la moitié sont Américains, la moitié
Chinois. Les cuisiniers sont tous Chinois et la nourriture est
meilleure que sur les navires anglais, mais les cabines sont
inhabitables. La partie du pont réservée aux passagers est encombrée
de caisses d'oignons qui exhalent une odeur nauséabonde.

C'est dimanche: à 10 heures commence le service religieux dans le
salon. Personne n'est forcé de s'y rendre, mais presque tous les
passagers, jeunes et vieux, hommes et femmes, y assistent avec
recueillement. À défaut de ministre, le capitaine lit un chapitre du
prophète Zacharie, récite des prières, auxquelles on répond, et on
entonne des chants exécutés avec ensemble et gravité. Le premier est
un hymne dans lequel l'homme reconnaissant sa misère a recours à
Notre-Seigneur; j'en retiens le refrain:

  _Nothing in my hand I bring;
  Simply to thy Cross I cling:
  Naked come to Thee for grace;
  Foul, I to the Fountain fly;
  Wash me, Saviour, or I die._

  Je ne porte rien dans mes mains;
  Simplement j'adhère à ta Croix:
  Nu, je viens te demander grâce;
  Impur je me sauve à la Fontaine;
  Lave-moi, mon Sauveur, ou je meurs.

Après ce cantique, le capitaine lit un chapitre de saint Luc et
recommence des prières, puis on finit par le cantique de la mer:

  _From rock and tempest, fire, and foe
  Protect us wheresoever we go.
  Thus evermore shall rise to Thee
  Glad hymns of praise from land and sea._

  Des rochers et des tempêtes, du feu et de l'ennemi
  Protège-nous, partout où nous allons.
  Ainsi de plus en plus s'élèvera vers toi
  Un hymne joyeux de louange de la terre et de la mer.

22-23 octobre. La mer devient, de plus en plus houleuse, les vagues
déferlent furieuses sur le flanc du navire et souvent inondent le
bord; pas un bateau à l'horizon; par-ci par-là quelques baleines. Nous
avons 2,103 milles à parcourir pour rejoindre Honolulu; nous filons 12
noeuds et nous faisons une moyenne de 300 milles par 24 heures.

Le quatrième jour, les estomacs se sont habitués au balancement; la
vie renaît à bord, le soir on organise même un grand bal. Plus d'une
fois les valseurs et les polkeurs ont roulé les uns sur les autres,
mais la gaieté est générale et de bon ton. D'autres soirs, le bal est
remplacé par le concert ou par des _lectures_: espèce de déclamation.
On fait le possible pour se garer de la monotonie. Durant le jour, je
fais quelques parties au _bull_[6] pour donner au corps le mouvement
nécessaire, et je passe de longues heures à rédiger mon journal de
voyage.

         [Note 6: Jeu en usage sur tous les navires des deux océans.
         Il consiste à lancer dans certains carrés numérotés des
         cerceaux de corde, celui des deux partis qui a le plus vite
         atteint le chiffre 100 gagne, mais s'il le dépasse, il doit
         atteindre la case supérieure qui le fait reculer de 10
         points, et en ajouter d'autres, jusqu'à ce qu'il atteigne
         sans le dépasser, le chiffre 100.]

En approchant d'Honolulu, on exige de chaque passager qui y débarque
une cotisation de 2 dollars, destinée à l'hôpital du pays.

Le 28 octobre, de grand matin, le sifflet de la machine nous apprend
qu'on aperçoit la terre; on se lève à 6 heures et l'on voit bientôt le
_diamant-point_, rocher nu qui s'avance dans la mer. Nous pénétrons
dans la baie en sondant le milieu d'une double rangée de bouées qui
marquent la route. Des deux côtés la mer déferle sur des rochers à
fleur d'eau. À 7 heures, le canon annonce l'arrivée. M. Trousseau,
médecin français au service du gouvernement des îles Hawaï, vient à
bord pour les formalités d'usage; à 7 heures 1/2 on sert le déjeuner
et à 8 heures nous sommes à terre.

Les îles Hawaï, plus connues en Europe sous le nom d'îles Sandwich,
sont situées entre le 19° et 23° latitude nord et entre le 155° et
161° longitude ouest. Elles sont au nombre de 8, dont voici les noms
et la surface: Hawaï, avec 4,210 milles carrés; Maui, avec 270; Oahu,
avec 600; Kauaï, avec 590; Molokaï, avec 270; Lanaï, avec 150;
Niihau, avec 97; et Kahoolawe, avec 63 milles carrés. La population,
pour toutes les îles, atteint le chiffre de 75,000 habitants, ainsi
répartis: 10,000 blancs, 15,000 Chinois, et le reste indigènes. Il
faut ajouter un _settlement_ de 300 mormons et quelques nègres.

Le gouvernement est monarchique-constitutionnel avec deux Chambres
siégeant ensemble. Dans la Chambre des nobles, les membres sont nommés
par le roi et les femmes peuvent en faire partie; les femmes de la
famille royale en font partie de droit. La Chambre des représentants
est élue au suffrage universel. Est électeur tout indigène prouvant
qu'il a payé sa taxe ou impôt. Cet impôt est une capitation de 3
dollars par personne, plus 2 dollars pour les routes, et 2 pour les
écoles. La propriété et les marchandises paient tous les ans un impôt
calculé sur 3/4% ou 0 fr. 75% de leur valeur; les marchandises paient
cette taxe en plus des droits de douane. Cela, avec divers autres
droits de patente, timbre, amendes, etc., fait à l'État un revenu
d'environ 5,000,000 de dollars par an, soit 25,000,000 de francs. Pas
d'armée: 200 ou 300 soldats à peine, équipés à la prussienne, et pas
de marine. La dette était à peu près nulle, mais la dernière
législature a voté un emprunt de 2,000,000 de dollars pour frais
d'immigration. On importe des milliers de Portugais des Açores, qui
sont de très bons planteurs de canne à sucre. Les principales
ressources du pays sont le riz, que les Chinois cultivent à merveille,
et la canne à sucre, dont toutes les plantations sont aux mains
d'Anglais, d'Allemands et d'Américains. Un traité passé avec les
États-Unis a exempté, durant 7 ans, des droits d'entrée, les sucres et
les riz hawaïens, envoyés dans l'Amérique du Nord; et comme ces droits
sont de 2 sous 1/2 par livre, cela a fait la fortune des planteurs. Le
traité expire cette année; on ignore s'il sera renouvelé.

La main-d'oeuvre est bien rétribuée; les ouvriers, dans les
plantations, reçoivent 25 dollars par mois, pendant qu'à Cuba, au
Brésil et autres contrées à sucre, la main-d'oeuvre esclave coûte fort
peu, et que dans les colonies anglaises la main-d'oeuvre des coolies
importés de l'Hindoustan coûte à peine la moitié de ce qu'on paie aux
îles Hawaï. Au Pérou, les Chinois reçoivent dans les plantations de 2
à 3 fr. par jour.

La canne à sucre ici est très productive: elle donne 60% de jus, et ce
jus est lui-même fort riche; il donne 22% de sucre jaune, ce qui fait
environ 120 kilog. de sucre par tonne de cannes. Dans certains
endroits où le terrain est sec, on arrose la canne, et dans ce but on
a creusé plusieurs puits artésiens. La même racine ne dure que deux
ans et donne deux récoltes: après il faut la replanter. Dans les
grandes plantations, on replante 3,000 acres par an. La plupart des
planteurs ont leurs machines et fabriquent leur sucre: les petits
planteurs donnent leurs cannes à des propriétaires d'usines qui
extraient le sucre et partagent le produit.

[Illustration: Îles Sandwich.--Famille royale.--Palais du Roi. Palais
du gouvernement et des Chambres.]

Quatre puissances: l'Angleterre, la France, les États-Unis et le
Portugal, ont ici un consul qui est en même temps commissaire pour
leur gouvernement. Notre consul, M. Feer, me remet les états de la
douane, d'où je relève qu'en 1882 l'importation a atteint la valeur de
4,974,510 dollars, et l'exportation, 8,229,016 dollars; 5,475
passagers sont arrivés dans les îles, et 2,598 en sont partis. Des 200
navires jaugeant 88,976 tonneaux arrivés ici, 124 sont américains, 44
anglais, 16 hawaïens, 11 allemands et 1 français; 4 de diverses
nations. Les droits de douane ont atteint 505,390 dollars, dépassant
de 82,198 dollars les entrées de l'année précédente.

Les missionnaires protestants ont été les premiers à pénétrer dans les
îles Hawaï; les missions catholiques sont venues ensuite, et ont été
confiées aux Pères des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie, connus plus
communément sous le nom de Pères de Picpus.

Actuellement, le tiers de la population est catholique. Depuis
l'arrivée des Européens en 1753, on compte 7 rois. Les cinq premiers
portaient le nom de Kamehameha, et le sixième, Lunalilo, n'a régné
qu'un an, mourant sans descendants et sans désigner d'héritiers. Dans
cette situation, on a procédé à l'élection d'une nouvelle dynastie, et
a été élu Kalakaua I, roi actuel, qui occupe le trône depuis 9 ans.

Plusieurs steamers font le service entre les îles, et on peut ainsi
visiter à l'île Hawaï la plus grande des huit, le volcan Kilaouea,
qu'on dit le plus important du monde. Les anciens indigènes y
plaçaient le séjour de leur déesse Pélé. En 1880-81, il a jeté une si
grande quantité de lave qu'une partie de l'île en a été couverte.
Cette île possède aussi 2 pics d'environ 14,000 pieds d'altitude: le
Mannokea et le Mannoloa.

C'est aussi dans cette île que fut massacré par les indigènes, en
1779, le célèbre navigateur capitaine Cook. Un monument en son honneur
a été élevé à Kealakekua-bay, à l'endroit du sinistre événement.

Honolulu, la capitale, est située au sud de l'île Oahu. Elle compte
16,000 habitants. La végétation est si puissante qu'elle cache les
maisons; on dirait une ville noyée dans la verdure. Les acacias, les
tamarins, les palmea gigantea atteignent des proportions colossales;
une forêt de cocotiers jette ses hauts plumets dans les airs. Je
parcours la ville; les rues sont larges et droites; les maisons, en
bois, en tuf, en ciment, n'ont qu'un rez-de-chaussée, rarement un
étage; la plupart sont entourées de superbes jardins et garnies de
portiques et vérandahs d'où pendent les plantes grimpantes.
Quelques-unes des plus jolies appartiennent à des Chinois. Ces fils du
Céleste Empire connaissent le confortable et ne manquent pas de goût.
Le palais du roi, en bois, à deux étages, entouré de portiques et
surmonté d'une tour, est d'un bel effet; le palais du Parlement est
aussi de bon goût, et adapté au climat.

[Illustration: Îles Sandwich.--Volcan de Kilaouea.]

Les indigènes, à terre, vendent des oranges, des bananes et des
travaux en coquillages ou en graines de caroube. Les femmes portent
une espèce de robe de chambre, les hommes veste et pantalon. Les
deux sexes aiment à orner leur tête et leur cou de couronnes et de
colliers en plumes d'oiseau et fleurs de chrysanthème. Leur couleur
est bronzée, le plus grand nombre sont gras, ont les lèvres grosses,
les yeux noirs, le regard bienveillant, le nez et le front réguliers.

C'est dimanche: les magasins sont fermés, le travail suspendu. Ces
prétendus pays sauvages ne donnent pas le scandale, habituel chez les
nations catholiques de l'Europe, de la violation du troisième
commandement. L'Église est vaste et remplie de fidèles. Je remarque
quelques Chinois au milieu des blancs et des indigènes; les Portugais
des Açores sont presque noirs. Les chants, exécutés par des voix
d'hommes et de femmes, sont très harmonieux; le sermon est en langue
indigène. Monseigneur Hermann, vicaire apostolique, me reçoit avec
bonté, et me donne des détails sur ces contrées qu'il évangélise
depuis de nombreuses années. Les missionnaires sont aimés; on trouve
qu'ils vivent bien mesquinement à côté du confort des ministres
protestants: mais ils ont aussi du superflu dont les pauvres
profitent; c'est plus évangélique. Je visite l'école des Soeurs des
Sacrés-Coeurs. Je les avais vues à l'oeuvre à Lima et à Guayaquil.
Elles ont ici 80 pensionnaires, 100 externes payantes, 120 gratuites.
Des Frères américains instruisent à peu près autant de garçons.

Les indigènes sont intelligents, leur mémoire est prodigieuse. Ils
apprennent rapidement la musique et l'arithmétique, mais ils ne vont
guère au-delà d'une certaine limite.

Ils saisissent difficilement les idées abstraites et les notions
géographiques. Pauvres gens! ils n'ont jamais vu que leur petit coin
de terre!

Par contre, ils sont fort hospitaliers; ils partagent volontiers avec
les autres ce qu'ils possèdent, et s'il n'y a pas de riches parmi eux,
il n'y a aussi pas de pauvres.

[Illustration: Îles Sandwich.--Femmes indigènes prenant leur repas.]

Les blancs, en achetant leurs terres, finissent par les déposséder et
les réduisent à la condition de domestiques; l'introduction des
liqueurs leur a été fatale, comme partout chez la race indienne. Une
loi défendait de leur vendre des boissons enivrantes, mais les Chinois
leur en vendaient fort cher et de mauvaise qualité en contrebande.
C'est pourquoi la prohibition vient d'être abrogée.

M. Feer, notre consul, m'apprend encore beaucoup de choses sur le
pays; entre autres, qu'il contient une quinzaine de Français.

[Illustration: Îles Sandwich.--Pavillon de la Reine Douairière à
Honolulu.]

L'hôpital est situé au milieu d'un vaste et riche parc où des vols
de merles se promènent sans crainte sur les pelouses. Un _Trustee_, ou
administrateur, arrive en même temps que moi et me conduit à la visite
des diverses salles. Au rez-de-chaussée sont les Chinois; ils paient
60 cents (3 fr.) par jour. J'en vois un grand nombre avec le
_berri-berri_, maladie qui fait enfler les jambes et rend la marche
impossible. Cette maladie, que les Japonais appellent _caké_,
n'attaque pas les blancs, ni les Polynésiens; elle est spéciale à la
race jaune; elle sévit pourtant parfois dans le nord du Brésil.

Les indigènes sont reçus gratuitement.

La maladie dominante est la syphilis, importée par les blancs. Je
remarque un pauvre Portugais qui se meurt de la fièvre typhoïde. Il y
a de nombreux lépreux, mais ils ne sont pas là. On les a relégués à
une autre île, dans un établissement spécial. Au premier étage sont
les femmes, et dans un pavillon annexe les Européens et les
Américains. Ceux-ci paient 1 dollar 1/2 par jour. Les frais sont
couverts par les pensions, par les dons, les souscriptions et les
subventions de l'État.

Les administrateurs sont nommés partie par le gouvernement, partie par
les souscripteurs.

J'aurais encore voulu parcourir la campagne, visiter une plantation,
mais l'heure du départ approche et je me rends au navire, qui lève
l'ancre à 2 heures.



CHAPITRE XVII

     Navigation vers la Nouvelle-Zélande. -- Curieux problème dans une
     succession. -- Deux bébés à la recherche du ciel. -- Une éclipse
     totale du soleil. -- Les Saints et les Morts. -- Passage de
     l'Équateur. -- Une visite de l'Océan. -- La visite réglementaire.
     -- La manoeuvre du feu. -- Le service religieux. -- L'île Tutuila
     et l'archipel des Navigateurs. -- Une Cour d'assises. -- Une
     tempête sous le tropique. -- Scènes comiques. -- Le 180e
     parallèle et la semaine de 6 jours. -- Arrivée en
     Nouvelle-Zélande.


Jusqu'ici nous avions marché au sud-ouest par une seule ligne droite.
La boussole avait marqué tout le temps 40°; maintenant nous prenons la
direction du sud, et la boussole est sur le 10°. Nous avons 5,600
milles d'ici à Auckland; nous comptons les parcourir en 12 jours. La
mer continue à être désagréable.

Pour occuper le temps, on relit les vieux journaux. L'un d'eux raconte
que dans le Kentucky, un testateur a laissé à sa femme enceinte, au
moment de sa mort, la moitié de ses biens, et l'autre moitié à sa
fille, si elle accouchait d'une fille; mais si le nouveau-né était un
garçon, la mère aurait 1/3 et l'enfant les 2/3. Or, après la mort du
père, 2 jumeaux sont venus au monde, un garçon et une fille; la mère
réclame d'une part la 1/2 puisqu'elle a une fille, et 1/3 puisqu'elle
a un garçon, mais le curateur du garçon réclame pour son protégé les
2/3, et celui de la fille la moitié. Quel est le Salomon qui résoudra
ce problème?

Je trouve aussi par-ci par-là des poésies, dont quelques-unes ne
manquent pas de grâce; j'en insère une qui m'a paru délicieuse de
grâce et de sentiment.


WHERE IS HEAVEN?

  _Two little children, weeping sore,
  Went wandering, sorely down the street,
  Poor waifs upon life's stormy shore
  With shivering forms and naked feet.
  And when they met me, as they saw
  Their woe had touched my sympathies,
  The oldest turned to me and cried:
  "Oh, do you know where Heaven is?_

  _"Our father died a year ago,
  And mother told us, when he died,
  That he had crossed a river deep,
  And Heaven was on the other side.
  And when we asked her where he was,
  She always said: "In Heaven, I know";
  And told us we could go to him.
  O, tell us, tell us, where to go!_

  _"Dear mother died a week ago,
  And Robbie cries for her all day.
  We want to go where mother is,
  Is Heaven so very far away?"
  O, plaint of little sorrowing hearts!
  Earth's universal cry is this,
  That you' ve so learned to ask:
  Who knows, who knows, where Heaven is?_

  _Poor little seekers after Heaven!
  Poor little waifs on life's bleak shore!
  Some day your feet will find the way
  That gives you back your lost once more.
  The only answer I can give
  To any question such as this
  From those who miss a mother's face
  Is: Heaven is where that mother is!_

OU EST LE CIEL?

  Deux petits enfants pleurant amèrement,
  Vinrent rôdant pleins de chagrin dans la rue.
  Pauvres épaves sur la plage tempétueuse de la vie!
  Couverts de haillons et les pieds nus.
  Et quand ils me rencontrèrent et qu'ils virent
  Que leur misère avait éveillé mes sympathies,
  Le plus âgé se tourna vers moi et dit:
  «Oh! savez-vous où est le ciel?

  «Notre père est mort il y a un an,
  Et notre mère, nous dit, quand il fut mort,
  Qu'il avait passé une rivière profonde,
  Et que le ciel était de l'autre côté.
  Et quand nous lui demandâmes où il était,
  Elle répéta toujours: il est au ciel,
  Et ajouta que nous pourrions aller à lui,
  Oh! dites-nous, dites-nous où il faut aller!

  «Chère mère est morte il y a une semaine,
  Et Robbie crie après elle tout le jour.
  Il nous faut aller où est notre mère,
  Est-il bien loin, bien loin, le ciel?»
  O plainte de petits coeurs désolés!
  Est-ce là le cri universel de la terre
  Pour que vous ayez appris à demander:
  Qui sait, qui sait où est le ciel?

  Pauvres petits chercheurs après le ciel!
  Pauvres petites épaves sur la sombre plage de la vie!
  Un jour vos pieds trouveront la voie
  Qui vous rendra ce que vous avez encore une fois perdu.
  La seule réponse que je puisse donner
  À toute question comme la vôtre,
  De la part de ceux qui ont perdu leur mère,
  C'est que le ciel se trouve où cette mère est!

30 octobre.--Après une forte pluie, la mer, si houleuse depuis notre
départ, se calme à notre grande joie; la chaleur devient suffocante:
nous sommes par 161° 50´ longitude _est_, et par 13° 1´ latitude nord.

À 2 heures, le soleil brille dans toute sa splendeur, puis sa lumière
diminue, et peu à peu il se fait presque nuit. Nous le regardons à
travers les verres bleus du sextant; l'ombre de la lune passe dessus.
À 2 heures 1/2 l'éclipse est totale, puis le disque lunaire sort vers
l'_est_, et à 3 heures la clarté première est rétablie. Combien de
générations dans les anciens âges n'ont pas connu l'explication de ce
phénomène!

1er novembre.--Tous les Saints et le lendemain les Morts.--C'est le
jour où les églises se remplissent dans les pays catholiques et où on
visite les cimetières: _Sancta et salubris cogitatio pro defunctis
orare!_ Ici notre église est la voûte du ciel et le cimetière l'océan,
où reposent aussi beaucoup de nos frères! Dans la nuit, entre les
Saints et les Morts, nous passons l'Équateur, cette ligne imaginaire
dont on parle toujours et qu'on ne voit jamais; nous la sentons
pourtant à la chaleur suffocante et humide.

2 novembre.--À midi, l'affiche journalière porte 1° 17´ latitude sud.
Le soir, les marins se déguisent en _minstrels_ et organisent une
procession burlesque. Le roi et la reine de l'Océan, aux longs cheveux
d'étoupe avec une couronne d'or, sont précédés par des hallebardiers,
par des hommes à cheval, par une suite de peuple. Au son de la
trompette, ils font le tour du navire et arrivent au salon. Là, après
des chants de _minstrels_, le roi prononce une adresse aux passagers
et à lord et lady Roseberry.

L'orateur est un peu gêné, mais ne manque pas d'esprit. Je remarque
les égards qu'il a pour la noblesse. «J'ai vu, dit-il, que vous
commenciez à vous ennuyer, et je suis sorti de mes profondeurs pour
vous faire une visite et vous parler des merveilles de mon domaine...,
etc.»

La procession reprend son chemin, et on tire les chevaux de jonc et de
chiffons par la tête et par la queue, jusqu'à ce qu'ils se démontent,
en chantant des couplets bouffes. Tout le monde rit, tout le monde est
content: on fait une quête et on récompense tous ces bons marins qui
ont pensé aux passagers.

3 novembre.--C'est jour de conseil et d'inspection. Le capitaine
parcourt toutes les cabines. Que ne peut-il les rendre plus grandes!
J'éviterais de laisser porte et fenêtre ouvertes pour respirer, et
aurais moins de chauds et froids à soigner. Je pense que cette
nécessité de vivre au courant d'air, ou de manquer d'air, compromettra
bien des santés.

Dans l'après-midi, on fait la manoeuvre du feu; tout l'équipage
s'ébranle, chacun court à son poste, armé de la ceinture de sauvetage;
les pompes fonctionnent, et on inspecte les embarcations.

Le 4 novembre, jour de dimanche, à 10 heures 1/2, la cloche
tinte-tinte...; le salon se pare en fête, les rideaux et les tapis
verts cèdent la place aux rideaux et aux tapis bleus, les passagers
arrivent et se placent au centre. Ceux de 2e classe viennent au 2e
rang; les matelots et les domestiques se rangent sur les côtés. Le
capitaine entre, et le service commence par ce cantique:

  _Jesus Lover of my soul
  Let me to Thy bosom fly
  While the gathering waters roll
  While the tempest still is high;
  Hide me, O my Saviour, hide
  Till the storm of life is past
  Safe into the heaven guide
  O receive my soul at last!_

      Jésus, l'amant de mon âme,
      Laisse-moi fuir vers ton sein
  Pendant que les eaux qui m'enserrent roulent,
  Pendant que la tempête gronde encore fort;
  Cache-moi, ô mon Sauveur, cache-moi
  Jusqu'à ce que l'orage de la vie soit passé!
      Sûr guide pour la vie,
      Oh! reçois à la fin mon âme!

Le capitaine lit les prières et le public répond, puis on lit l'épître
et l'évangile du jour; on récite plusieurs psaumes et le _Te Deum_, et
on termine par ce cantique:

  _Lead kindly Light amid the encircling gloom
          Lead Thou me on;
  The night is dark, and I am far from home
          Lead Thou me on!_

  Conduis-moi, ô bénigne Lumière, à travers les ténèbres qui m'entourent;
                  Conduis-moi toi-même.
     La nuit est obscure, et je suis loin de mon chez moi;
                  Conduis-moi toi-même!...

Vieux et jeunes, riches et pauvres, sont recueillis et pénétrés de
l'esprit de prière. Durant le reste du jour, le piano et l'orgue ne
retentissent que de chants sacrés; l'Anglais et l'Américain sont si
sévères pour le repos dominical, qu'ils s'interdisent même d'écrire.

Le 5 novembre, à 3 heures du matin, nous passons en vue de Tutuila,
une des îles de l'archipel des Navigateurs, ou îles Samoa, qu'il y a
quelques années, l'Allemagne voulait s'annexer. L'Angleterre a fait
alors ce qu'elle voudrait faire en ce moment avec la France, à propos
du Tonkin et de Madagascar; elle a si bien manoeuvré, que l'annexion
n'a pas eu lieu.

L'Angleterre considère le monde comme son domaine; elle est jalouse
qu'on en prenne quoi que ce soit; elle espère, avec le temps,
s'annexer encore ce qu'elle ne possède pas. Il faut dire, par amour de
la vérité, que jusqu'à présent c'est la nation qui sait le mieux se
répandre, et mieux se faire toute à tous pour soumettre les
populations des divers points du globe.

Le soir, quelques passagers organisent une Cour d'assises avec juges,
jurés, avocats, secrétaire, témoins, etc. Lord Roseberry est le
défenseur de l'accusé. Un Juif est traduit à la barre et accusé
d'avoir négligé son devoir pour s'occuper de la femme de chambre
(_stewardess_), en sorte que l'eau a pénétré dans le salon et a mis en
danger les passagers. Les témoins à charge et à décharge sont
nombreux, et les dépositions souvent très bouffonnes. Il résulte des
témoignages, que le crime de négligence doit être écarté; mais reste
le crime d'avoir fait la cour à la femme de chambre. Le condamné
invoque le témoignage de son évêque, prouvant qu'il voulait se
marier; on lit les lettres amoureuses et on appelle l'évêque. Comme
les autres témoins, il prête serment sur les évangiles. À quelle
église appartenez-vous?--À l'église des _latter day's saints_, connue
sous le nom d'église mormonne.--Êtes-vous marié?--Oui, 25 fois
spirituellement..., etc.--Un Chinois est appelé à témoigner en langue
chinoise, et l'interprète doit traduire, mais le Chinois refuse de
parler, et il faut le renvoyer. Plus tard, interrogé par le capitaine
sur la raison qui l'avait empêché de parler, il répond: «J'ai vu que
tout le monde se rendait ridicule, et je n'ai pas voulu me rendre
ridicule.» Les Chinois n'aiment pas la plaisanterie. On voit que ceux
qui dirigent les débats appartiennent au barreau: ils ont perruque et
manteau rouge ou noir. Enfin le pauvre prisonnier réussit à prouver
qu'il voulait épouser la fille de chambre, et il est relâché pour
procéder à l'hyménée.

C'est une manière agréable et innocente d'occuper le temps et de
rompre la monotonie des longues journées de navigation.

Le 6 novembre, nous naviguons près l'archipel des Amis. Par 21°
latitude, à la hauteur des Fiji, une horrible tempête s'élève et
grandit à mesure que nous avançons vers le tropique. Cette fois, le
Pacifique ment à son nom. Il est beau de voir le navire soulevé sur
des montagnes et précipité dans les vallées entre les vagues, mais les
estomacs sont peu à l'aise. Une pluie diluvienne nous empêche de
sortir, et tantôt c'est une vieille dame qui dégringole l'escalier,
ou un autre passager qui est jeté sur son voisin. Vers le soir, une
armée de marsouins vient parader autour du navire, faisant en l'air
des sauts de 5 à 6 mètres.

Le 7 novembre, la tempête continue, mais moins forte. Nous sommes par
26° latitude sud; nous avons passé le tropique. Le vent est nord-est
et enfle les voiles; nous filons 14 noeuds. Dans la nuit, le vent
change tout à coup et souffle au nord-ouest; les vagues inondent les
cabines de droite. Les passagers se sauvent en chemise au salon,
criant après les domestiques. Scène amusante, mais quelques-uns sont
jetés sur le piano et sur les chaises; l'un d'eux perd même un ongle
du pied. La mer a voulu, elle aussi, jouer son rôle pour rompre la
monotonie.

Le lendemain, le soleil reparaît, mais le navire danse toujours. Je
commence à avoir assez d'élasticité pour me promener quand même. Vers
3 heures, nous passons le 180° parallèle et nous sautons un jour. Au
lieu de compter jeudi, nous passons d'emblée au vendredi. Notre
semaine n'a ainsi que six jours, mais le jour enlevé a été réparti sur
tous les jours du voyage depuis le départ de l'Europe. En venant vers
l'ouest, tous les jours s'allongeaient de 20 minutes, et arrivés aux
Antipodes, nous sommes obligés d'enlever le jour ainsi disparu, pour
retrouver le même calendrier qu'au départ.

La mer devient de plus en plus furieuse, les vagues s'amoncellent, se
heurtent, écument, se pulvérisent; le ciel s'obscurcit, l'éclair
déchire les nues, la pluie tombe à torrents, et l'eau inonde le
navire. Excellent pour les amateurs d'émotions!

Le jour suivant, l'Océan redevient pacifique, le soleil reparaît. La
tempête, comme le beau temps, ne saurait durer! Un jeune homme
recueille les diverses communications des passagers pour rédiger le
journal du voyage. C'est l'usage sur les steamers de la Compagnie. Un
autre passager ouvre une souscription pour offrir un souvenir au
capitaine; il a été on ne peut plus aimable et serviable; il n'a rien
de la morgue britannique.

Nous n'avons vu que deux ou trois voiliers durant les trois semaines
de traversée.

Plus tard, lorsque les îles de l'Océanie seront plus peuplées, cet
Océan sera moins solitaire.

Enfin, cette nuit, nous espérons entrer dans le port d'Auckland, et
j'arrête ici mon journal de voyage pour aller boucler ma malle, car je
compte quitter le navire.



CHAPITRE XVIII

La Nouvelle-Zélande.

     La Nouvelle-Zélande. -- Situation. -- Surface. -- Configuration.
     -- Population. -- Gouvernement. -- Récoltes. -- Bétail. --
     Poissons. -- Mines. -- Climat. -- Pluie. -- Instruction publique.
     -- Industrie. -- Assistance publique. -- Caisse d'épargne. --
     Importation. -- Exportation. -- Navigation. -- Les terres
     publiques. -- Manière de les acquérir. -- La poste. -- Le
     télégraphe. -- L'armée.


La Nouvelle-Zélande a été ainsi nommée par Tasman, navigateur
hollandais, qui la découvrit le premier. Elle fut visitée par Cook,
qui débarqua à Poverty-Bay le 8 octobre 1769, en revenant de Taïti, où
il avait été envoyé pour observer le passage de Vénus sur le soleil.

Cette contrée, située entre le 34° et 48° latitude Sud et le 166° et
179° longitude Est, se compose de deux îles appelées île Nord et île
Sud. Il y en a aussi une troisième, plus petite, appelée Stewart, et
quelques autres moins importantes.

La surface de cette colonie est presque égale à celle de la
Grande-Bretagne et Irlande; elle comprend 100,000 milles carrés, soit
64,000,000 d'acres ou arpents. Le détroit de Cook, qui sépare les deux
grandes îles, facilite la navigation le long des côtes. Si l'on
considère les deux îles réunies, la configuration est celle de
l'Italie renversée, moins la vallée du Pô; l'île du Nord offre la
même forme de botte avec son talon.

[Illustration: Nouvelle-Zélande.--Types Maori de la classe
supérieure.]

L'île du Nord a une surface de 44,000 milles carrés, et jusqu'en 1876
elle était divisée en 4 provinces: Auckland, Taranaki, Hawke's Bay et
Wellington. L'île du Sud a une surface de 55,000 milles carrés et
comprenait les 5 provinces de Nelson, Mareborough, Canterbury, Otago
et Westland; mais, depuis 1876, ces provinces ont été divisées en 63
comtés: 32 dans l'île Nord et 31 dans l'île Sud.

La Nouvelle-Zélande est traversée par une chaîne de montagnes, comme
l'Italie par l'Apennin.

La hauteur des montagnes va en s'abaissant vers le bout de la botte,
et dans l'île Nord, à part quelques pics et volcans, elle n'atteint
qu'une hauteur de 1,500 à 4,000 pieds; mais, dans l'île Sud, la chaîne
appelée Alpes du Sud atteint jusqu'à 12,000 pieds. Elle a ses neiges
perpétuelles et ses nombreux glaciers.

Les Anglais trouvèrent ici les Maoris, belle race polynésienne, qui
parle la même langue que les habitants de Haïti et des îles Hawaï. Le
Maori est généralement plus grand que l'Anglais: il a les bras plus
longs, mais les jambes plus courtes et la poitrine très développée; il
porte plus de poids que l'Anglais, mais il résiste moins que lui à la
fatigue.

[Illustration: Nouvelle-Zélande.--Chef Maori.]

Les missionnaires protestants, venus en 1814, obtinrent en 1839 la
signature de la plupart des chefs, comme reconnaissant la suzeraineté
de la reine d'Angleterre; mais ils disaient à ces Maoris que, par le
traité, ils donnaient l'ombre à la reine et gardaient la réalité.
Ceux-ci le crurent, mais plus tard, lorsqu'ils virent qu'on prenait
plus que l'ombre, ils se révoltèrent. Ils furent alors soumis par les
armes, et les frais de cette guerre, qui s'élevèrent à 100 millions de
francs, pèsent encore lourdement sur la colonie. Cette race va en
diminuant: d'après le dernier recensement, elle ne compte plus
qu'environ 42,000 individus, pendant que la population blanche,
d'après le recensement de 1882, atteint le chiffre de 517,707. Durant
la même année, on compte 3,600 mariages, soit 7 pour mille de la
population; 5,701 décès, soit 11,19 par mille; 19,000 naissances,
soit 37,32 par mille; 10,945 immigrants, et 7,456 émigrants. Les
hommes sont de 1/5 plus nombreux que les femmes; les naissances
illégitimes n'atteignent que 2%. Il y a en outre 5,000 Chinois et 16
Chinoises; ils sont généralement _diggers_ ou chercheurs d'or;
quelques-uns sont jardiniers, cuisiniers et chasseurs de lapins.

Le gouvernement est le _self-government_, et le _self-administration_
localisé. Le pouvoir exécutif est aux mains d'un gouverneur nommé par
la reine aux appointements annuels de 7,500 l. stg. Il choisit ses
ministres et se guide d'après leurs avis. Par son droit de _veto_ il
participe au pouvoir législatif, mais, depuis 29 ans qu'existe la
Constitution, il n'en a été fait usage que six fois. Le pouvoir
législatif s'exerce par la Chambre haute, ou Conseil législatif,
composé de 49 membres nommés à vie par le gouverneur, et par la
Chambre des représentants ou députés, élus pour 3 ans. Ceux-ci
tiennent les cordons de la bourse et sont en réalité les maîtres. Est
électeur, tout individu âgé de 21 ans, né ou naturalisé sujet
britannique, ayant depuis 6 mois une propriété de 25 l. stg. (625
fr.), ou qui est depuis un an dans la colonie, et depuis les derniers
6 mois dans le district électoral. Tout Maori qui paie une
contribution, ou qui possède une propriété de 25 l stg., est électeur
et vote pour ses représentants maoris, qui sont au nombre de quatre.
Les électeurs sont tous éligibles, s'ils ne sont coupables de crime ou
de banqueroute, ou salariés du gouvernement.

[Illustration: Nouvelle-Zélande.--Phormium Tenax (Chanvre indigène).]

Sous le rapport religieux, le septième des habitants est catholique;
les autres 6/7 protestants de diverses communions. Les catholiques
sont répartis dans les trois diocèses d'Auckland, Wellington et
Dunedin; la plupart des Maoris sont catholiques.

Les villes sont gouvernées par les _Mayors_ (maires) élus chaque année
par les chefs de famille, y compris la veuve, et entourés de leur
conseil municipal. Les routes sont construites et entretenues par des
_Road-Boards_, conseils spéciaux par district; et les _Central_ ou
_local Boards of Health_ ont des pouvoirs étendus pour prendre toutes
les mesures en faveur de la santé publique. Le siège du gouvernement a
été transporté d'Auckland à Wellington, point plus central.

Les îles de la Nouvelle-Zélande sont verdoyantes et en partie encore
couvertes de forêts; plusieurs variétés d'arbres donnent un bois
solide, fin et estimé. Tels sont: le manuka, le totara, le kauri, le
black-birch, le kowhaï et le mataï. D'autres donnent d'excellentes
écorces à tanner ou pour teintures, tels que: le _Hinau_ (Eleocarpus
dentatus), le tawhero (Weinmannia racemosa), le tanhai et le tanekaha
(Phyllocladus trichomanoides). La terre à l'état naturel est couverte
de fougères ou d'un buisson appelé titree, ou de flax (phormium
tenax), dont les Maoris tirent une espèce de chanvre que les colons
ont amélioré par l'emploi des machines. En 1881, on en a exporté 1,307
tonnes, évaluées à 25,285 l. stg.

Il y a encore 10,000,000 d'acres en forêts; 12,000,000 d'acres sont
propres à l'agriculture et 42,000,000 au pâturage. L'herbe indigène
est dure, mais on sème l'herbe européenne, qui pousse très bien; les
fruits et les légumes d'Europe prospèrent, ainsi que les moutons et le
bétail.

Sous le rapport géologique, les terrains d'alluvion comprennent
environ 1,500 milles carrés, le tertiaire marin 18,000, le secondaire
5,000, le paloezoïque 26,000, le schisteux 15,000, le granitique 6,000
et le volcanique 15,000 milles carrés.

En 1882, il y avait 366,000 acres cultivées en blé, et la récolte
était estimée à 8,300,000 boisseaux. La production moyenne est de 24
boisseaux par acre: un boisseau suffit à ensemencer une acre. Pour
l'avoine, la production moyenne est de 28 boisseaux par acre; de 22
pour l'orge, et de 5 tonnes 1/2 pour les pommes de terre.

En 1881, il y avait 13,000,000 de moutons dans la colonie, 161,000
chevaux et 700,000 boeufs ou vaches; mais le nombre a augmenté depuis
et augmentera encore très rapidement à la suite des envois de viande
congelée en Europe. La laine exportée dépasse 60,000,000 de livres par
an, et une partie est filée dans la colonie. De fréquentes expositions
agricoles régionales aident à l'amélioration des races. La laine de la
Nouvelle-Zélande est une des plus estimées, et la viande de mouton est
aussi bonne ici qu'en Angleterre.

Parmi les produits de la colonie, il faut ajouter l'huile des
baleines, qui abondent en ces mers; les peaux de phoques, et les
diverses sortes de poissons qui, importés d'Europe et d'Amérique, se
sont multipliés dans les lacs et les rivières. La mer donne des
poissons analogues à ceux qu'on trouve entre Madère et le Portugal; on
en compte environ 200 espèces, dont 40 se vendent au marché.

Le gibier importé d'Europe: faisans, lièvres, lapins, se sont
multipliés à l'infini. Il est regrettable que les indigènes, pressés
par la faim, aient anéanti le _moa_, oiseau presque aussi grand qu'une
girafe.

Le règne minéral est, lui aussi, bien représenté. On exploite en ce
moment plus de 100 mines de charbon qui, en 1881, ont donné 337,000
tonnes; mais elles deviennent de jour en jour plus productives. On
estime que certaines d'entre elles contiennent plus de 140 milliards
de tonnes. L'or se trouve dans le quartz, et certains quartz
exceptionnels ont donné jusqu'à 600 onces d'or par tonne; mais on le
trouve aussi dans les terrains d'alluvion, qui s'étendent sur 20,000
milles carrés. Le lit des rivières, le gravier de certaines vallées et
certains ciments, faciles à extraire, en fournissent aussi beaucoup.
L'or exporté de la Nouvelle-Zélande jusqu'au 31 décembre 1881 s'élève
à 9,822,755 onces, de la valeur de 38,461,423 l. stg.

On trouve aussi l'argent, le cuivre, le fer, le plomb, le chrome,
l'antimoine, le zinc, le manganèse, plusieurs sortes de pétrole, des
marbres, de belles carrières de pierres de construction, et des
pierres à ciment et chaux hydraulique.

Le climat est un peu meilleur que celui d'Angleterre. La moyenne
thermométrique est de 57° Farenheit dans l'île Nord et de 52° dans
l'île Sud; pendant qu'elle est de 51° à Londres et à New-York, La
quantité de pluie annuelle est de 40 à 50 pouces dans les deux îles,
mais pendant que sur la côte _Est_ elle est de 25 pouces à
Christchurch, elle est de 112 pouces à Hokitika, sur la côte Ouest. Là
pression atmosphérique, entre le 37° et 46° latitude sud décroît de
29,981 à 29,804 pouces, et la moyenne est de 29,919 pendant qu'elle
est de 30,005 dans la même latitude nord. Les vents ouest prédominent.
Une vingtaine de stations envoient plusieurs fois par jour à
Wellington le résultat de leurs observations, et elles sont publiées
dans les journaux pour servir aux agriculteurs et aux navigateurs. Un
service intercolonial met aussi les observatoires de la
Nouvelle-Zélande en communication avec ceux de l'Australie et de la
Tasmanie.

Il y a en Nouvelle-Zélande 911 écoles publiques, avec 2,143
professeurs et 68,000 élèves des deux sexes; 15,000 environ
fréquentent les écoles privées, et 7,000 sont instruits dans leur
famille; 80% des enfants entre 5 et 15 ans fréquentent les écoles; le
nombre des personnes qui savent lire et écrire en 1881 est de 71% de
la population.

Pour l'industrie, en 1881, 1,643 établissements emploient 17,938
personnes. Le sol et construction de ces établissements est évalué à
environ 50,000,000 de francs, et les machines et installations, à
40,000,000 de francs.

Trente-sept hôpitaux soignent dans l'année environ 15,000 malades. Il
y a aussi 7 hôpitaux de fous, un établissement pour les aveugles et
un pour les sourds-muets.

L'excès de l'immigration sur l'émigration oscille entre 2,000 et
40,000 par an.

Le revenu ordinaire et extraordinaire, en 1881, est de 3,757,493 l.
stg. La dépense dans la même année est de 3,675,797 l. stg. La dette
publique a environ 30,000,000 l. stg. Déduction faite d'environ
2,000,000 pour amortissement, reste une charge de 51 l. stg. par
habitant et une rente de 2 l. stg. 1/2 par an et par tête.

La caisse d'épargne postale en 1881 a reçu plus d'un million de l.
stg. (25,000,000 fr.) de dépôts, et les déposants sont au nombre de 1
sur 10, pendant qu'en Angleterre ils ne sont qu'en proportion de 1 sur
19. Les sommes déposées dans la caisse d'épargne postale atteignent
1,232,788 l. stg. Celles déposées dans les autres caisses d'épargne,
316,727 l. stg., soit un total de 1,549,515 l. stg., soit une moyenne
de 3 l. stg. 1 sh. 10 den. (77 fr.) par déposant.

La Nouvelle-Zélande est le premier pays qui ait essayé par l'État un
système d'assurance sur la vie, dont tout le profit est distribué aux
assurés. En 1882, le nombre d'assurés s'élève à 19,456, et les sommes
assurées à 6,507,528 l. stg.

L'importation, en 1881, a atteint le chiffre de 7,457,045 l. stg., et
l'exportation, celui de 6,060,866 l. stg. Dans ce chiffre, la France
entre pour 18,014 l. stg. à l'importation, et 51,464 l. stg. à
l'exportation.

Les principaux articles exportés sont: la laine pour 2,909,760 l.
stg., l'or pour 996,867 l. stg., les produits agricoles pour 1,114,253
l. stg., le suif pour 120,611 l. stg., la gomme Kauri pour 253,778 l.
stg., et le bois de construction pour 71,328 l. stg.

Le tonnage des navires entrés dans les ports de la Nouvelle-Zélande en
1881 s'élève à 461,285 tonnes, celui des navires sortis, à 438,551
tonnes. La _Steam-ship Pacific C{y}_ reçoit du gouvernement une
subvention annuelle de 32,500 l. stg. pour la poste entre Auckland et
San-Francisco: et on vient de voter une subvention annuelle de 20,000
l. stg. pour une ligne directe mensuelle avec Londres.

Les terres publiques ou _crown-lands_ sont administrées par le
ministre des terres, aidé de 11 bureaux des terres pour les 11
districts territoriaux. Sur les 64,000,000 d'acres que comprend la
Nouvelle-Zélande, 14,000,000 ont été vendus ou réservés pour les
écoles et autres services publics; 16,000,000 appartiennent aux Maoris
ou aux Européens qui les ont achetés d'eux, et 34,000,000 restent
disponibles. Sur ce chiffre, 15,000,000 sont couverts d'herbe ou de
fougères, 10,000,000 sont en forêts, et 9,000,000 sont des lacs,
rochers ou sommets de montagnes.

Les terres publiques sont divisées en trois classes: les terres de
villes et villages, vendues aux enchères par lots de 1/4 d'acre, sur
la mise à prix de 7 l. stg. 1/2; les terres suburbaines dans le
voisinage des villes et villages dont les lots, de 2 à 15 acres, sont
vendus aux enchères sur la mise, à prix de 3 l. stg. l'acre; les
terres rurales, soit agricoles, pastorales ou forêts, qui sont
vendues à un prix qui varie, selon les districts, depuis quelques
schellings jusqu'à 2 l. stg. l'acre.

Auckland et les districts de Westland ont adopté le système de
l'_Homestead_. La terre est donnée à l'immigrant, qui n'a qu'à payer
le montant du mesurage; il doit résider 5 ans sur la terre, y élever
une maison et cultiver, le 1/3 dans les 5 ans, s'il s'agit de terre
libre; et le 1/5, s'il s'agit de forêts. Toute personne au-dessus de
18 ans peut, dans le district d'Auckland, choisir de 75 à 50 acres,
selon la qualité de la terre, et toute personne au-dessous de 18 ans,
de 30 à 20 acres; toutefois, une même famille ne peut obtenir plus de
200 acres de terre de première qualité ou 300 de seconde qualité. Il
en est à peu près de même en Westland.

Il y a plusieurs autres manières d'acquérir la terre. On peut
l'acheter aux enchères, ou par contrat ordinaire sur demande faite au
Bureau des terres. Dans ce système, le prix des terres est de 4 l.
stg. 1/2 l'acre pour les terres suburbaines, de 1 l. stg. pour les
terres d'agriculture ou de pâturage. Une personne ne peut acheter
ainsi plus de 20 acres de terre suburbaine, plus de 320 acres de terre
agricole, et non moins de 500 ni plus de 5,000 acres de terre à
pâturage. Les paiements sont échelonnés en 10 demi-annuités pour les
terres suburbaines, en 20 demi-annuités pour les terres agricoles, et
en 30 demi-annuités pour les terres de pâturage. L'acheteur peut
toujours se libérer d'avance.

Sur les terres suburbaines, l'acheteur est tenu de transférer sa
résidence dans le mois de l'achat, et d'y demeurer pendant 4 ans. La
résidence est obligatoire pour 6 ans sur la terre d'agriculture et de
pâturage; mais sur cette dernière on a un an de temps pour s'y
installer. L'acheteur doit, en outre, s'il s'agit de terre suburbaine,
cultiver au moins 1/10 la première année, 1/5 la deuxième année, et en
4 ans il doit avoir cultivé les 3/4, clôturé le tout et fait des
améliorations correspondant au moins à 10 l. stg. par acre.

Dans les améliorations sont compris les constructions, clôtures,
drainages, plantations d'arbres, prix de la culture, etc. Pour la
terre rurale, s'il s'agit de terre libre, l'acheteur doit cultiver
1/20 la première année, 1/16 la deuxième année, et en 6 ans, il doit
cultiver 1/5 et faire des améliorations correspondant à 1 l. stg. par
acre. Sur la terre de pâturage, l'acheteur n'est tenu qu'au séjour de
6 ans; il n'est pas obligé aux améliorations. Après 10 ans, il peut
payer la solde et obtenir la propriété définitive.

Pour les terrains aurifères, l'acheteur ne peut obtenir plus de 320
acres, et il doit y faire certaines améliorations, mais il n'est pas
tenu d'y séjourner. Il paie une rente en demi-annuités de 2 sh. 1/2
par acre, et devient acheteur définitif en payant le prix attribué par
la loi à des terrains analogues. Après 3 ans il peut demander
l'échange de sa terre, et alors il paie à raison de 1 l. stg. 1 sh.
par acre la terre qu'il reçoit en échange, échelonnant les paiements
en 15 demi-annuités. Il reste aussi propriétaire définitif s'il paie
simplement sa rente durant 17 ans consécutifs.

Les terres à pâturage sont aussi louées aux enchères, en lots pouvant
contenir 5,000 moutons ou 1,000 têtes de gros bétail. Le gouvernement
se réserve le droit de résilier le bail moyennant avertissement
préalable d'un an, dans le cas où la terre devrait être vendue ou
louée pour terre agricole. Ces locations sont faites pour 21 ans et au
dessous. Toute personne qui occupe déjà des terres publiques pour
20,000 moutons ou 4,000 têtes de gros bétail ne peut louer ou acheter
un autre lot, excepté pour l'acquisition d'une terre par hypothèque
(mortgage).

Une autre combinaison permet de louer pour 21 ans, avec le droit
perpétuel à renouveler. Trois ans avant l'échéance, le locataire
déclare s'il veut renouveler en payant un loyer calculé à 5% de la
valeur de la terre, fixée par expert, sous déduction de toutes les
améliorations faites durant le premier bail. S'il ne veut renouveler,
le bail est mis aux enchères, et le nouveau locataire doit payer à
l'ancien le montant des améliorations.

Si le gouvernement avait besoin de reprendre la terre ainsi louée, il
devrait rembourser toutes les améliorations, au prix fixé par expert.

En 1882, le gouvernement a vendu sur paiement immédiat à 1,257
acheteurs, 195,390 acres de terre, pour agriculture; à 271 acheteurs;
1,482 acres de terre suburbaine, et à 704 acheteurs, 303 acres de
terre urbaine. Il a vendu par paiements échelonnés, à 497 acheteurs,
74,336 acres de terre d'agriculture; à 9 acheteurs, 24,634 acres de
terre de pâturage, et à 198 acheteurs, 1,189 acres de terre de
village. Il a reçu pour location de champs aurifères, 7,600 l. stg.;
pour location des terres pastorales, 182,880 l. stg., et pour autres
locations, 5,500 l. stg. Il a ainsi retiré des terres une somme de
535,607 l. stg.

En 1870, le parlement vota un emprunt de 10,000,000 de l. stg. pour
les travaux publics et l'immigration. Depuis, 2,000 kilomètres de
chemins de fer ont été ouverts, et environ le double de routes
carrossables. On a organisé sur un bon pied les phares et les ports.
Le télégraphe dessert tout le pays et a transmis, en 1882, 1,500,000
dépêches. La poste a transmis en 1882, 12,000,000 de lettres à 0 fr.
10 pour la colonie et l'Australie, et presque autant d'imprimés. On a
amené de l'eau sur les champs aurifères pour le lavage, et 4 navires
arrivent tous les ans d'Angleterre, pleins d'immigrants; 1,400 hommes
suffisent à la force armée, mais, en cas de nécessité, 10,000
volontaires sont prêts à marcher, outre un millier de pompiers
organisés militairement.

C'est beaucoup de progrès en 40 ans, et ce progrès augmentera encore
tant que le peuple continuera à rester attaché aux principes religieux
et au respect de l'autorité, qui ont fait sa force.

Mais après cet aperçu sur l'ensemble de la colonie, il est temps de
reprendre mon journal de voyage.



CHAPITRE XIX

     Arrivée à Auckland. -- La tempête. -- Le dimanche. -- Le Père Mac
     Donald. -- Catholiques et protestants. -- La ville. -- Los
     faubourgs. -- Le parc du gouverneur. -- L'hôpital. -- Le
     _dominion_. -- Les salaires. -- L'intérêt. -- Le baron de Hübner.
     -- Mgr Luck et son diocèse. -- Les Soeurs de la Miséricorde. --
     Départ pour Tauranga. -- La baie. -- La ville. -- Excursion à
     Ohinemutu. -- Les fermes. -- Le cocher irlandais. -- Le
     _Gate-Pa_. -- La forêt d'Oropi. -- La _mid-way-house_. -- Les
     naissances et la mortalité. -- Le vin correctif de l'alcoolisme.
     -- Les gorges de Mangorewa.


Le 11 novembre, à 2 heures du matin, le _Zealandia_ arrive à l'entrée
de la baie d'Auckland; la nuit est obscure et le vent souffle avec
violence; la pluie tombe à torrents. Le capitaine trouve prudent de
jeter l'ancre et d'attendre le jour. À 6 heures on lève l'ancre, et on
marche lentement le long de la baie, fort agitée; c'est après bien des
coups de sifflet de la machine, précédés du coup de canon, que nous
avons pu apercevoir le canot du pilote; il arrive armé de sa ceinture
de sauvetage et prend sa place au gouvernail.

La ville se dessine à nos yeux, émergeant de la verdure sur un
ensemble de collines, des deux côtés de la baie. Les nombreuses
églises et la _Court-House_ dominent les maisonnettes cachées dans les
arbres; mais, au-dessus de tout, un immense moulin à vent semble
veiller comme un géant protecteur sur la cité. Au loin, sur une
colline entourée de prairies et de forêts, le plus vaste et le plus
bel édifice est l'hôpital public. À 7 heures nous sommes devant le
môle ou _wharf_, mais le pilote refuse de l'aborder; il craint que la
violence du vent n'y pousse si fort le navire, que le _wharf_ lui-même
ne soit emporté. Nous jetons deux ancres et dansons sur place. Elles
ne suffisent pas à nous protéger, et nous allions dériver vers un banc
de sable, lorsqu'un prompt mouvement de la machine nous ramène à flot;
le télégraphe ou signal, qui communique de la passerelle à la machine,
est brisé; un officier se tient debout vers la chaudière, reçoit par
signes les commandements et les transmet au machiniste. Malgré la
pluie, la foule s'est assemblée sur le môle, et attend avec anxiété la
fin de nos péripéties. Enfin, vers les 10 heures, le vent souffle
moins fort, et le pilote juge bon d'aborder. Nous suivons la manoeuvre
avec émotion; les cris succèdent aux cris pour les divers
commandements et s'efforcent de dominer le bruit du vent. On va, on
court, on revient, l'émoi est général. Au moment de toucher au môle,
le commandant semble perdre son sang-froid britannique; il trépigne et
crie sans cesse au pilote _go ahead_, mais sa crainte est exagérée,
tout se passe pour le mieux et bientôt on sera à terre. Les passagers
se disent adieu: plusieurs restent en Nouvelle-Zélande. Pendant trois
semaines compagnons de la même infortune, ils se considèrent tous
comme une même famille. On salue les officiers et on porte ses effets
à la douane. C'est le dimanche: les petits bagages passent, les
autres seront visités demain. Le vent enlève les parapluies, et l'eau
tombe en déluge, on va quand même: _time is money_. J'ai beaucoup de
peine à trouver une voiture pour déposer mes bagages à l'hôtel: _is
sunday_. C'est dimanche! Enfin je peux en raccrocher une moyennant un
double prix. La poste est fermée et les boutiques aussi; impossible de
trouver des timbres poste. Je prie le maître de l'hôtel de m'en faire
chercher, car je veux profiter du départ du navire le _Zealandia_, qui
s'en va à Sidney dans la nuit. Le maître de l'hôtel me répond qu'on a
6 jours de la semaine pour envoyer les lettres, mais que le dimanche
on va à l'église et on ne travaille pas. Un peuple qui a un tel
respect de la loi divine est un peuple d'avenir, un futur grand
peuple!

Je m'en vais donc à l'église. La petite cathédrale en planches
d'Auckland, malgré le mauvais temps, est remplie de fidèles; le
Révérend Mac Donald célèbre la grand'messe, les chants, exécutés par
des voix d'hommes et de femmes, sont harmonieux.

Après la messe, je salue le bon Père à la sacristie. Une dame, qui est
venue de la campagne, à 8 milles, vient le saluer aussi. Elle me prend
pour le commandant de l'_Éclaireur_, aviso de guerre français arrivé
hier ici de Taïti, et m'invite à une soirée dansante. Elle est
d'origine française, et ne veut pas laisser passer un navire français
sans lui faire les honneurs de la société néo-zélandaise. Je dissipe
son erreur; elle maintient quand même son invitation. L'_Éclaireur_,
sorti des chantiers de Toulon en 1878, a 78 mètres de long et 12 de
large; il porte 8 canons de 15 centimètres, a une machine de 450
chevaux et un terrible éperon. Le capitaine du _Zealandia_ me l'avait
montré dans la baie, et mon émotion fut grande lorsque je lui vis
lever le drapeau pour nous saluer. Oh! que j'aurais voulu rencontrer
ce drapeau dans toutes les mers aussi souvent que le drapeau
britannique! Le R. Mac Donald m'invite à déjeuner; j'accepte d'autant
plus volontiers qu'à l'hôtel on m'avait dit que le dimanche le lunch
remplacerait le dîner et que le soir on n'avait que le thé, attendu
que les domestiques devaient assister au service divin. En France, les
catholiques s'imposent le maigre le vendredi; en Italie, le vendredi
et le samedi; en Espagne, on ne fait maigre ni le vendredi, ni le
samedi. Ici, les protestants ont leur privation le dimanche, et elle a
pour cause le désir d'épargner, au septième jour, le travail aux
domestiques.

En entrant chez les Pères Missionnaires, un bruit strident et étrange
se fait entendre à la porte, et ne cesse que lorsque le concierge est
venu s'interposer; un perroquet au blanc plumet monte la garde, et il
s'en acquitte aussi bien que le meilleur des chiens. C'est le cockotou
d'Australie.

Le R. Mac Donald me présente à un autre prêtre anglais et me parle
volontiers du Concile du Vatican, auquel il a assisté, et de divers
personnages français qu'il a connus dans ses deux voyages en Europe.
Il est ici depuis 28 ans, et son frère s'occupe de l'évangélisation
des Maoris depuis 32 ans; il me parle beaucoup de Mgr Pompalier,
évêque français qui le premier a porté ici le catholicisme.

Il me dit qu'ici, comme dans presque tous les pays nouveaux,
protestants et catholiques vivent en bons rapports, et s'estiment, non
selon le plus ou moins de vérité qu'ils possèdent, mais selon le degré
de vertu qu'ils pratiquent. Ceux qui ont plus reçu sont évidemment
tenus à plus, et la foi ne se donne pas. Je me rappelle que, voulant
un jour expliquer à un compatriote que j'avais rencontré dans
l'Extrême-Orient, une de nos vérités catholiques qui me paraissait
claire comme le jour, je m'étonnais que celui-ci, pourtant nature
droite et sincère, ne pût la comprendre; mais il me fit cette
observation: «En fait de foi, on ne croit pas ce qu'on veut, mais on
croit ce qu'on peut.» Cela me rappela la réponse du cardinal Manning à
ses compatriotes. Ils l'accusaient d'avoir changé de religion et lui
disaient: Comment se fait-il que vous étiez auparavant fervent
protestant et que vous êtes maintenant fervent catholique? Dans une
brochure adressée à ses anciens coreligionnaires, le pieux prélat leur
dit: «Je ne peux vous donner d'autre réponse que celle de l'aveugle de
l'Évangile: Avant je ne voyais pas, à présent je vois. Pourquoi Dieu
ouvre-t-il les yeux aux uns plus, aux autres moins? C'est son secret.
Tout ce que nous savons, c'est qu'il est le Créateur et Rédempteur de
tous les hommes, qu'il les aime tous comme un Père aime ses enfants,
et qu'il cherche le salut de tous; mais à chacun il proportionne le
fardeau en raison de ses forces.»

Après le déjeuner, le bon Père me montre les habitants de son jardin:
le cockotou dont j'ai parlé qui fait mille exercices à son
commandement, une tortue qui se promène sur le vert gazon, et une
espèce de gros merle blanc et noir qui siffle comme le merle et parle
comme le perroquet. Saint Jean avait aussi sa colombe.

Je parcours la ville: la partie centrale réservée aux affaires n'est
pas grande: là sont les banques, les compagnies d'assurance et de
navigation, la poste, les principaux magasins; mais la ville destinée
aux habitations s'étend au loin sur plusieurs collines. Les rues sont
larges et plantées de chêne. Nous sommes en effet à Auckland (terre du
chêne). Les gentils pavillons qui les bordent sont tous entourés d'un
jardin où brillent toutes les fleurs de l'Europe. Les vérandahs qui
les ornent prouvent que le climat est chaud en été. Ces pavillons sont
la plupart construits en bois et couverts en zinc, en bois, ou en
ardoise. Dans le centre, on ne peut plus construire qu'en pierre, en
briques ou en ciment, pour diminuer les incendies.

Plus loin, ce ne sont plus des pavillons, habitation de la classe
aisée, mais des maisonnettes en bois, habitation de l'ouvrier. Elles
sont petites, mais elles ont leur jardin, et l'ouvrier a aussi son
_home_ (son chez soi). Des _building societies_ (sociétés de
construction) achètent de vastes terrains, y tracent des rues,
bâtissent des maisons de diverses grandeurs et les louent ou plutôt
les vendent, puisque après le paiement de quelques annuités comprenant
l'intérêt et l'amortissement, le locataire reste propriétaire. Ces
sociétés, tout en faisant de bonnes affaires, rendent service à la
classe ouvrière et à la société. L'ouvrier qui a sa maisonnette et son
jardin voit ses nombreux enfants grandir et se développer en bonne
santé, pendant que les familles ouvrières entassées dans les mansardes
de nos grandes villes donnent une génération sans force et sans
énergie; et la plupart des enfants meurent en bas âge.

J'arrive à la maison du gouverneur: elle est en bois et fort simple,
mais entourée d'un superbe parc, ouvert au public, le dimanche. Au
milieu des chênes séculaires, je vois de magnifiques araucarias, des
lauriers-cerises, des lauriers-roses et des lauriers-tins; le cyprès,
le saule, le magnolia, l'eucalyptus et tous les arbres et arbustes qui
ornent nos parcs d'Europe, le tout encadré dans cette belle pelouse
que les Anglais portent partout avec eux.

Près de la _High school_ (haute école), je rencontre le Révérend Mac
Donald, qui fait sa promenade à cheval et me met sur le chemin de
l'hôpital. Je descends une colline et en remonte une autre, je laisse
à droite de superbes vaches paissant dans la prairie, et parcours à
gauche les allées ombragées d'une magnifique forêt, appelée le
_dominion_ (le domaine), parce qu'elle est réservée au public. Les
Anglais, dans le tracé de leurs villes, ont toujours soin de réserver
de vastes emplacements pour la récréation du peuple. C'est fort sage;
car le petit peuple ne peut se payer l'agrément d'une villa, et la
santé du public est en raison de la salubrité de l'air qu'il respire.

Enfin, j'arrive à l'hôpital, vaste édifice en ciment à deux étages sur
rez-de-chaussée, dominant la ville et la baie. Le jeune docteur qui le
dirige me conduit à la visite de l'établissement. Les salles ne sont
pas grandes, mais elles sont nombreuses et ornées de plantes et de
fleurs. On peut loger 150 malades. On en a 90 en ce moment. La
propreté est irréprochable; je remarque un ascenseur destiné à
descendre dans les caves les corps des décédés; des fauteuils roulants
pour les rhumatisants, et une salle pour les convalescents. Trop
souvent, dans les hôpitaux de nos grandes villes européennes, les
convalescents sont renvoyés pour faire place à d'autres. Obligés, pour
vivre, de reprendre le travail avant d'en avoir les forces, ils
retombent bientôt dans un état pire, et retournent à l'hôpital, auquel
ils occasionnent de nouveaux frais. Les administrations des hospices
feraient donc une économie bien entendue, et en même temps une oeuvre
humanitaire, en établissant dans chaque hôpital une salle pour les
convalescents dont on essaierait les forces grandissantes aux travaux
de la maison et du jardin, avant de les lancer dans la société, où ils
sont obligés de reprendre leur travail quotidien.

Le jeune docteur fait appeler deux Français qui sont en ce moment
dans l'établissement: un est de Saint-Malo, et l'autre de Nantes.
Venus ici comme matelots, ils y sont restés parce qu'ils y ont trouvé
la vie large et facile: occupés dans les champs à garder les vaches,
ils étaient logés, nourris, et recevaient 6 schellings par jour (7 fr.
50); ils sont légèrement atteints de la poitrine.

Les gages sont élevés dans ce pays: le moindre ouvrier gagne 6 à 8
schellings par jour; les capitaux sont encore plus chers.

Les banques donnent 6% sur dépôts compte courant, mais elles prêtent à
1% par mois; on prête sur hypothèque à 10%, et comme les terres ne
rapportent ordinairement qu'environ 8% malheur au farmer
(propriétaire) qui est obligé d'emprunter! Comme en Europe, le fruit
de ses travaux ira au capitaliste!

En quittant l'hôpital, je parcours diverses collines et je vois
partout les familles se diriger vers les églises. La cloche tinte; il
est 6 heures 1/2; l'office commence chez les diverses communions
protestantes: celui des catholiques a lieu à 7 heures. J'arrive à
Saint-Benedictus, la principale église catholique, desservie par les
Bénédictins. Elle est en bois, vaste, et à trois nefs. Son autel est
fort simple et se distingue peu de plusieurs églises protestantes, qui
adoptent aussi les chandeliers et les cierges. À la tribune, les
chants sont exécutés, comme à la cathédrale, par des voies d'hommes et
de femmes; on chante les vêpres, et après les vêpres on donne le
salut; le recueillement est parfait. Il est bien tard lorsque j'arrive
à l'hôtel pour le thé. Je passe la soirée chez le Révérend Mac Donald
à parler des hommes et des choses du pays, et à 10 heures je m'en vais
au _Zealandia_ donner un dernier adieu aux passagers et aux officiers.
Je trouve là le baron de Hübner qui vient de visiter la
Nouvelle-Zélande et s'en va à Sidney: il occupera probablement la
cabine que j'ai laissée disponible. Ce bon observateur nous a déjà
fait connaître, par sa _Promenade autour du monde_, les États-Unis, le
Japon et la Chine; il donnera probablement encore au public ses
impressions sur les colonies océaniennes et sur les Indes orientales
qu'il va visiter.

Enfin, je reviens dans la petite cellule du _Star hôtel_, chercher un
repos d'autant mieux mérité que toutes mes courses depuis le matin ont
eu lieu avec la pluie sur le dos. Aux fenêtres, pas de persiennes; à 4
heures le jour me réveille, à 5 heures je complète ma correspondance,
et un peu plus tard, je me rends chez Mgr Luck, évêque catholique
d'Auckland; il demeure à la campagne, à une des extrémités de la
ville. Ce bon bénédictin me reçoit avec bonté; il voudrait me retenir
chez lui et me fait l'historique de son diocèse, qui a eu bien des
péripéties. Il a 12 prêtres pour les 16,000 catholiques répartis dans
toute la partie nord de l'île du Nord formant son diocèse, et un seul
prêtre pour les 30,000 Maoris, qui sont la plupart catholiques. Point
de petit séminaire, pas de séminaire; la grande difficulté est le
recrutement d'un clergé sérieux. Ses compatriotes sont, comme la
plupart des Anglais, sujets à l'alcoolisme. Pour l'instruction des
jeunes filles, 39 Soeurs de la Miséricorde irlandaises lui rendent de
grands services. Elles ont 6 maisons et un noviciat. Nous en visitons
deux, attenantes à l'habitation épiscopale. Dans une, 30 internes et
40 externes reçoivent l'instruction; dans l'autre, à côté, 80
orphelines apprennent le travail manuel propre à leur sexe. La plupart
sont envoyées par le gouvernement, qui a donné le terrain et fournit
un secours annuel de 12 livres par orpheline. Nous parcourons les
dortoirs, les classes, les ouvroirs: ils sont en bois, bien éclairés,
bien aérés, et entourés d'un parc gracieux qui domine la baie. Pour
les garçons, Monseigneur n'a qu'une école, confiée à 2 laïques,
s'occupant de 70 élèves; les autres vont aux écoles protestantes,
nombreuses et bien tenues. Monseigneur attend les Frères Marianites de
Lyon, qui pourront relever les écoles de manière à recevoir tous les
élèves catholiques. Il espère par là arriver au petit, et plus tard au
grand séminaire.

Monseigneur a la bonté de me conduire à son école de garçons, puis
chez le consul de France; un bon Écossais qui ne parle qu'anglais, et
aux divers bureaux des compagnies de navigation où je dois me
renseigner. Ensuite, il m'emmène chez lui pour le dîner, et je le
quitte pour me rendre au bateau qui doit me conduire à Tauranga.

Il est 5 heures du soir lorsque ce petit bateau à vapeur quitte le
_wharf_ (môle). Le directeur de la Compagnie Mac Gregor, avec lequel
j'étais venu depuis San-Francisco, a la bonté de m'accompagner, il me
recommande au capitaine. Nous parcourons la belle et vaste baie,
admirant encore une fois le superbe panorama de la ville. Je remarque
un monsieur à la figure tatouée de hiéroglyphes depuis le menton
jusqu'au front; il porte mac-farlane et chapeau haut de forme. On me
dit que c'est un chef maori, un de leurs principaux orateurs. Je
l'aborde et l'interroge, il est fort aimable et très poli, mais il ne
connaît que quelques mots d'anglais et la conversation est difficile.
Après le dîner, le salon se convertit en un dortoir où une vingtaine
de passagers couchent sur étagères les uns au-dessus des autres.

[Illustration: Nouvelle-Zélande.--Chef Maori.]

La mer est extrêmement agitée: ce petit bateau est ballotté comme une
coque de noix. On a de la peine à se tenir dans son lit; mais ma
fatigue était si grande, que je me réveille le matin, me rappelant,
comme dans un rêve, d'avoir fait de continuels efforts pour ne pas
être jeté à bas.

À 10 heures du matin, nous entrons dans la gracieuse baie de Tauranga,
avec deux heures de retard.

La petite ville de Tauranga compte 4,000 habitants; elle se compose de
quelques maisons de bois, parmi lesquelles 2 hôtels, plusieurs
boutiques, une église protestante et une cabane en planche servant
d'église catholique. Je quitte ici un brave garçon de Lyon; il était
venu comme marin, mais il connaissait le métier de boulanger; son
esprit d'économie lui permit de prélever un petit pécule sur ses gages
élevés, et il est maintenant chef boulanger dans une ville naissante,
élevant dans l'aisance une nombreuse famille. Les objets de luxe sont
chers, mais le nécessaire à la vie, en moyenne, ne dépasse pas les
prix de l'Europe; le pain vaut 6 sous la livre et la viande 10 sous.

À 11 heures je monte dans un break que conduit un robuste Irlandais.
J'ai pour compagnon de voyage deux photographes, qui s'en vont sur le
lac Taupo prendre les meilleures vues de ce paysage enchanteur. Nous
traversons une riche contrée parsemée de fermes. Le _fern_ (fougère)
et le _titree_ (buisson de bruyère) est remplacé par un beau gazon
vert que broutent les vaches et les chevaux. Les habitations des
_farmers_ occupent toujours le monticule dominant; une petite rivière
porte ses eaux limpides et murmurantes à travers ces fermes prospères.
Mais la population est encore peu nombreuse, et plus loin, les
fougères et les titrees couvrent seuls le terrain. Assis à côté du
cocher, je cause avec lui: l'Irlandais est communicatif, il prend même
volontiers la plaisanterie. Mon cocher est ici depuis 9 ans, et je lui
demande s'il se trouve mieux qu'en Irlande. Oui, me dit-il, j'y ai
meilleure nourriture. En Irlande, je travaillais une ferme près de
Dublin avec mon père et mes frères, et on nous donnait pour cela 6
livres chaque 6 mois. À peine arrivé à Auckland, je recevais 4 livres
par semaine comme cocher; j'ai pu bientôt économiser assez pour me
mettre patron; mais là je n'ai pas réussi, et j'ai fait faillite. Mon
frère alors, qui exploite un hôtel à Ohinemutu et entretient cet
omnibus, m'a pris à son service et me paie 4 livres par semaine. Un
autre de mes frères a gagné une vingtaine de mille livres aux
_goldfields_ (champs d'or) de Thames, près Auckland, et continue à y
faire de bonnes affaires en spéculant sur les actions. J'ai encore
trois autres frères en Amérique, un à Chicago, un à New-York, et un en
Californie: ils ont tous prospéré et élèvent chacun une nombreuse
famille.

La route est d'abord excellente; à défaut de pierres, on la charge de
coquillages qui couvrent la plage et forment une chaussée très dure;
mais dans l'intérieur les coquillages font défaut et la boue commence.
Nous arrivons au _Gate-Pa_ où, en 1864, les troupes britanniques,
prises d'une panique, s'enfuirent devant les Maoris, abandonnant leurs
officiers, qui tous périrent de la main de l'ennemi. Le lendemain,
lorsque les troupes revinrent, elles trouvèrent le colonel Booths
blessé mortellement; les Maoris avaient mis sous sa tête un coussin
d'herbe, et un bassin d'eau à son côté, sans toucher ni à sa montre,
ni à sa chaîne. Je doute que des Européens civilisés en eussent fait
autant envers leur ennemi. Un peu plus loin nous entrons dans la
superbe forêt d'Oropi: elle est ce que les siècles l'ont faite. De
gigantesques squelettes d'arbres morts se tiennent à côté d'autres à
la fleur de la vie; les lianes s'entrecroisent, les parasites poussent
partout: quelques-uns enlacent tellement les arbres, qu'ils les
étouffent et végètent à leur place; quelques arbres ont plus de 2
mètres de diamètre, j'en ai vu un à demi brûlé qui avait de 7 à 8
mètres de diamètre. Mais tout est en désordre; la vie est à côté de la
mort; les Maoris n'ont pas fréquenté les cours de l'École forestière.
Cette forêt, comme le reste de l'île, leur appartenait, et ce n'est
qu'à la suite de la dernière guerre que le gouvernement l'a confisquée
avec la plupart de leurs terres.

La route suit un terrain onduleux, monte et descend des collines;
par-ci, par-là on a fait une chaussée avec des fascines, mais les
trous sont nombreux et les sursauts aussi. Nos quatre robustes chevaux
ont de la peine à nous sortir de la boue, et la pluie ne discontinue
pas. Vers le milieu de la forêt, nous nous arrêtons à une baraque
appelée _Mid-way house_. Il est 4 heures, et je n'ai pas mangé depuis
le matin; l'appétit fait trouver délicieux le modeste repas. Cet
endroit solitaire doit être très sain; nous y voyons une douzaine de
petits enfants de l'hôtesse: les familles sont prolifiques dans les
pays nouveaux et l'aisance générale prolonge la vie. Les décès, qui
sont de 21,6 par mille en Angleterre, n'atteignent que 17,59 en
Queensland, 16,22 en Tasmanie, 15,52 en Victoria, 12,15 en
Nouvelle-Zélande. Le petit livre indicateur qu'on m'a remis à
Tauranga dit à propos de cet endroit par un N. B. et entre
parenthèses. (_Even good Templars may drink here with the greatest
impunity; it is so very retired!_) Même les bons Templiers (sorte de
francs-maçons) peuvent boire ici avec la plus grande impunité;
l'endroit est si caché!

Ainsi toute la lecture de la Bible et la plus stricte observation du
dimanche n'arrivent pas à extirper de ces populations la plaie de
l'alcoolisme! Je crois qu'on y arriverait plus facilement en
favorisant la culture de la vigne, de manière à rendre le vin
abordable au peuple comme boisson journalière. Le vin mêlé à l'eau est
la plus saine et la plus fortifiante des boissons. Le corps humain a
besoin pour les fonctions digestives d'une certaine quantité d'alcool;
si on ne la lui donne innocente par le vin dans les repas journaliers,
il la prendra à intervalles par des drogues malfaisantes. Les
_temperance hôtels_, qu'on rencontre partout ici, comme en Angleterre,
et dans lesquels on ne boit que de l'eau, seraient mieux nommés
_intemperance hôtels_, car tempérance indique juste milieu; et le
_rien_ est aussi intempérant que le _trop_. À part quelques heureuses
exceptions, l'excès provoque l'excès, et l'alcoolisme n'est pas une
plaie spéciale au Maori. Les pays vinicoles sont ceux qui ont le moins
d'ivrognes: le corps qui a eu le nécessaire recourt plus difficilement
au superflu. À l'heure actuelle l'Australie produit d'excellent vin,
et on le vend encore ici à 7 fr. la bouteille; le moindre vin français
vaut 10 fr. la bouteille; il est donc inabordable. Les nombreux
coteaux de la Nouvelle-Zélande pourraient fournir assez de vin pour
que, même à un prix rémunérateur pour le viticulteur, l'habitant
puisse le boire à moitié prix de la bière, à la condition que la régie
ne perçoive pas le double et le triple du prix du coût.

Une heure après avoir quitté la _Mid-way house_, nous pénétrons dans
les magnifiques gorges de Mangorewa. La petite rivière se brise avec
fracas de précipice en précipice, et des murailles de rochers
s'élèvent à pic à 50 mètres de haut. Enfin, après 18 milles, nous
quittons la forêt, et quelques milles après, à 9 heures 1/2 du soir,
nous sommes à Ohinemutu, sur le lac Rotorua.



CHAPITRE XX

     La tradition des Maoris sur leur venue en Nouvelle-Zélande. --
     Rangatiki et son chien Potaka. -- Hinemou et Tutanekai. -- Le lac
     Rotorua. -- Les eaux thermales. -- Un Pa. -- Les Maoris, leurs
     vêtements, leur nourriture. -- Moeurs et usages. --
     L'anthropophagie. -- La _carved-house_. -- Tiki et Maui et le
     récit de la création. -- Raïnga et la route du ciel. -- Les
     ministres protestants et le traité de Waïtangi. -- Les Pères
     Maristes. -- La forêt de Tikitapu. -- Le lac Rotakakahi. --
     Waïroa. -- Les femmes Maoris et le tabac. -- Costumes et jeux. --
     L'école. -- Un examen de géographie. -- L'instruction. -- La
     cascade. -- La haka ou danse indigène. -- Le lac Tarawera. -- Le
     Té Tarata ou terrasse blanche. -- Le lac Rotomahana. -- Les
     geysers. -- Le repas. -- La Aukapuarangi ou terrasse rouge. -- Un
     bain bouillant. -- Retour à Waïroa et à Ohinemutu.


La tradition des Maoris est qu'ils seraient venus en Nouvelle-Zélande
dans de grands canots, sous la conduite d'un certain chef qui, à la
suite de querelles, voulut quitter les îles malaises, son pays natal.
Ils conservent le nom des divers canots et rapportent les faits et
gestes des tribus qui en sont sorties. En tenant compte de leurs
récits, on peut croire que leur migration remonte à 20 générations,
c'est-à-dire à peu près au XVe siècle.

[Illustration: Rangatiki, chef Maori.]

Pour ce qui concerne la découverte de cette région des lacs, la
tradition maori dit qu'un certain Rangatiki, chef du canot Arawa, venu
lui aussi avec les autres de Hawaïki (qu'on suppose être Sumatra)[7]
débarqua à Maketu et commença à explorer la contrée avec les siens et
Potaka, son chien favori. Mais celui-ci disparut bientôt et ne reparut
qu'après deux jours. Il était malade, et on s'aperçut qu'il avait eu
une indigestion de poissons. Son maître comprit donc que Potaka avait
découvert une mer, et suivant ses traces, on arriva au bord d'un lac
qu'on nomma Rotoïti (petit lac). Là, comme le chien, le maître et les
siens se gorgèrent d'un petit poisson appelé _inanga_. Poursuivant
plus loin, ils arrivèrent à un autre lac qu'ils appelèrent Rotorua
(second lac). Dans l'île Mokoïa, qui s'élève au milieu, de ce lac, ils
trouvèrent une tribu dont le chef, Kawaarero, leur fit bon accueil,
mais leur proposa bientôt de manger le chien. N'ayant pu l'obtenir, il
surprit un beau jour le pauvre Potaka et le mangea en secret. Mais
Rangatiki, à la suite d'une incantation, apprit le fait et le reprocha
à Kawaarero, qui s'indigna en le niant. Rangatiki appela le chien en
témoignage «_Potaka tawhiti e kai hea koe?_» (mon cher Potaka, où
es-tu?) Et le chien répondit en aboyant dans le ventre de Kawaarero.
Celui-ci fut donc tué à l'instant, et sa tribu mise en pièces.
Rangatiki avec les siens s'établirent à leur place. Plus tard, une
jeune fille appelée _Hinemoa_, attirée par les sons de la flûte du
jeune _Tutanekai_, traversa le lac à la nage et vécut heureuse avec
lui; de là le nom d'Ohinemutu, donné à l'endroit, nom qui signifie _la
jeune fille qui traverse à la nage_.

         [Note 7: La presqu'île de Malacca, qui s'avance au loin dans
         la mer et où se trouve la jonction des races jaune et
         blanche, semble être le point d'où sont parties les diverses
         migrations qui ont peuplé les îles du Pacifique, y compris le
         Japon. Quelques expéditions auraient même atteint l'Europe,
         et les Basques semblent en être les témoins par leur langage
         d'origine birmane.]

[Illustration: Hinemoa, jeune fille Maori.]

La vue du lac Rotorua est gracieuse, le paysage est verdoyant. Des
vapeurs sortent de tous côtés, s'élevant dans les airs comme d'une
terre en feu. Partout des sources bouillantes et des trous brûlants.
Une petite presqu'île s'avance dans le lac; elle était beaucoup plus
grande, mais une bonne partie a disparu sous les flots. Ce qui reste
est occupé par une vingtaine de _whares_, cases ou cabanes maoris.
Elles ont à la façade principale une porte et une fenêtre et sont
couvertes d'une espèce de paille longue, de la famille des genêts.
Quelques-unes ont une cheminée, la plupart n'en ont point. Le Maori
cuit ses aliments dans l'eau chaude ou à la vapeur des sources qui
l'entourent. Ces braves gens ont l'air bien constitué, figure riante,
peau brune donnant sur le rouge, lèvres un peu épaisses, yeux noirs et
pétillants, belles dents blanches.

[Illustration: Un _Pa_ ou village maori.]

Ils sont vêtus à l'européenne, mais la plupart ont les pieds nus et
quelques-uns entourent leur corps simplement avec une couverture ou un
châle multicolore. Les femmes aussi bien que les hommes ont de beaux
cheveux noirs; les veuves les coupent courts comme les hommes en signe
de deuil. Les femmes mariées se tatouent les lèvres et le menton, les
chefs se tatouent plus ou moins artistement toute la figure avec un os
de poisson. Leur nourriture consiste en pommes de terre, en porc et
poissons. L'anthropophagie commença à diminuer chez eux dès que le
capitaine Cook introduisit ici le cochon, vers la fin du siècle
dernier. L'homme qui a faim et qui n'a rien à mettre sous la dent
s'attaque nécessairement à son semblable. Il y a deux ans, les
survivants de la mission Flatters, à bout de force dans le Sahara,
convinrent que chaque matin un d'eux serait tiré au sort et servirait
de nourriture aux autres. La mission Greeley au pôle nord a donné les
mêmes exemples.

[Illustration: Maoris ou Néo-Zélandais.]

Plusieurs Maoris jettent leurs lignes primitives dans les eaux du lac
et en retirent de belles carpes d'importation anglaise. Elles s'y sont
tellement multipliées que parfois, à la suite de l'explosion d'une
cartouche de dynamite, la surface du lac en est couverte, et elles
deviennent ainsi la proie facile du Maori, insouciant de leur
destruction. Garçons et filles, hommes et femmes se baignent en
costume d'Adam et d'Ève, sans se douter de la moindre inconvenance;
j'avais remarqué le même fait au Japon. Lorsqu'il fait froid, au lieu
de se baigner dans le lac, ils se plongent dans les bassins d'eau
minérale. Cette eau est ici alcaline, là sulfureuse, ailleurs
arsenicale. Les blancs s'en servent contre les rhumatismes et les
maladies de foie. Au milieu du Pa (_settlement_ ou établissement)
s'élève la _Carved house_, maison sculptée: c'est une cabane plus
grande que les autres, tapissée de boiseries sculptées; elles
représentent des monstres ou figures d'hommes et de femmes tirant leur
langue et ayant deux coquillages brillants en guise d'yeux. Presque
toutes les cabanes maoris ont à l'entrée une de ces caricatures qui,
probablement, dans leur ancienne religion, devaient figurer des dieux
protecteurs.

Actuellement ils sont tous chrétiens et la plupart catholiques; mais
leur ancienne religion conservait, comme au reste chez tous les
peuples, les traces de la tradition des vérités primitives communes au
genre humain. Ainsi leur récit de la création raconte qu'une divinité
bienfaisante appelée Tiki visita la terre au début de son existence,
et forma avec ses mains un homme en terre rouge pétrie avec son sang,
et le mit à sécher contre une haie; en séchant la vie vint en lui, et
Tiki fut content de son oeuvre. Il forma de la même manière le corps
d'une femme et le mit à sécher au soleil, et en séchant la vie vint en
elle. Ce premier couple se multiplia et remplit la terre; mais cette
génération fut si méchante que Tiki décida de la détruire au moyen
d'un déluge qui mit toute la terre sous l'eau. Alors vint une autre
divinité appelée _Maui_, qui, avec ses trois frères, se mit à pêcher.
Un des frères, avec un grand hameçon formé de la mâchoire d'un de ses
ancêtres, prit quelque chose pour laquelle il fallut les efforts de
tous les pêcheurs pour la mener à fleur d'eau; or, c'était la Nouvelle
Zélande, qu'ils fixèrent sur un bâton, et le monde recommença de
nouveau.

[Illustration: Nouvelle-Zélande.--Types Maoris de la classe
supérieure.]

Les Maoris croyaient aussi à l'immortalité de l'âme, et plaçaient la
route du ciel à travers _Raïnga_, grotte qui se trouve au cap nord de
l'île Nord. Après une bataille, ils croyaient entendre le bruit des
âmes qui passaient à l'autre monde sur un bâton formé de racines de
_pohutukawa_, arbre qui croît en ces lieux. Les grands chefs ne
pouvaient y passer qu'en laissant là un de leurs yeux, destiné à
devenir une nouvelle étoile dans le firmament. Les méchants allaient à
Po, lieu de souffrance où vont tous les mauvais esprits.

Ils conservaient aussi le souvenir d'un certain Tawaki, homme de bien,
qui traversa la terre en guérissant, les malades et qui fut enlevé au
ciel sans mourir, et de là il veille sur les mortels qui l'invoquent.
Probablement cette tradition se rapporte à Élie, et leur vient du
peuple juif, avec lequel il dut y avoir communication.

Ohinemutu se compose de trois hôtels, et de quelques écuries.

Après avoir visité les environs et pris un bain d'eau minérale, je
pars avec une famille de Tasmanie pour Waïroa. La route traverse
d'abord une plaine de 3 milles de long. Le gouvernement y a tracé une
future ville et construit un bain, une _Court house_, et le logement
d'un médecin. Les terrains ont été lotisés et vendus pour 89 ans selon
la méthode anglaise, au profit des Maoris propriétaires. Les enchères
ont élevé les prix jusqu'à plus de 50,000 fr. de rente annuelle, mais,
faute d'habitants, les pauvres Maoris n'ont pas encore vu le premier
sou.

Un clergyman chevauche avec sa fille pour visiter les environs: on me
dit que c'est un évêque protestant. Les ministres protestants sont
venus ici en 1814, et ils ont si bien manoeuvré, qu'en 1840 ils ont
obtenu que la plupart des chefs signent à Waïtangi (eau des pleurs) un
traité qui les rendait sujets de la Grande-Bretagne. Les missions
catholiques sont venues en 1837 avec les Pères Maristes.

Nous laissons à droite les geysers de Whakarewarewa, qui envoient leur
vapeur vers le ciel, et entrons dans la superbe forêt de Tikitapu. Les
merles y font entendre leur sifflet monotone et mille sortes d'oiseaux
les accompagnent de leurs chants mélodieux. Des pigeons sauvages et
des faisans au superbe plumage s'élancent à tout instant à l'approche
de notre voiture. Les parasites entourent les arbres, les lianes
s'entrecroisent, l'aubépine est en pleine floraison, ainsi que le
titree. Les Maoris coupent des arbres séculaires, des _rimu_, des
_tawa_ et des _miro_, et y creusent de superbes canots longs de 8 à 10
mètres. Lorsque nous quittons la forêt nous sommes au bord du lac
Tikitapu (lac bleu) superbe nappe d'eau azurée, dans laquelle ne vit
aucun poisson. Les Maoris tiennent ce lac pour sacré et croient qu'un
dragon divin en fait sa demeure. Un bourrelet de terre sépare le lac
Tikitapu du lac Rotokakahi (lac vert). Celui-ci est à 70 pieds en
contre-bas du premier. Sur ses bords croît en quantité le _wharangi_,
espèce de buisson que le bétail mange avec avidité mais dont souvent
il meurt. Au milieu du lac Rotokakahi s'élève une petite île
pittoresque appelée Motutawa. Ses eaux se déversent dans le ravin par
une petite rivière qui à Waïroa se précipite d'une trentaine de mètres
en gracieuse cascade.

[Illustration: Maoris ou Néo-Zélandais.]

À midi 1/4, nous arrivons à Waïroa au _Rotomahana hôtel_. Une quantité
de Maoris nous entourent et nous saluent gracieusement. Les jeunes
filles portent leurs petits frères ou soeurs sur le dos, enveloppés
dans un châle; les femmes fument la pipe et nous demandent du tabac.
Mon compagnon, qui connaît un peu le langage maori, leur dit: «_Katahi
taku mea whakama ko te wahine kïa kaï païpa_» Je suis honteux de voir
les femmes fumer.--_Then don't look_, répondit l'une d'elles en
parfait anglais: (alors n'y regarde pas). _Maka a tu te païpa_, jette
ta pipe, ajoute l'Anglais; _no fear_, répliqua la femme: (pas de
crainte).--_Engari me hoko he hopi kana he tupeka_, continua l'Anglais
(il est mieux d'acheter du savon que du tabac).--_Kahore!_ répliqua la
femme avec un rire moqueur, et les autres criaient: _Kapaï te tupeka_
(le tabac est bon) _no good te hopi_ (le savon n'est pas bon).

Le tabac et l'alcool sont la perte de ce pauvre peuple si bon et si
simple. Quoi d'étonnant? l'Anglais lui-même a tant de peine à s'en
défendre! Les hommes comme les femmes chez les Maoris portent un seul
pendant d'oreille; c'est une longue pierre de jade ou une dent de
requin tenue avec de la cire d'Espagne, ou un paquet de plumes attaché
à l'oreille avec un fil de laine, ou simplement de la ficelle. Or,
souvent son poids allonge hors mesure l'oreille qui le porte et le
trou où passe la ficelle s'agrandit. Un autre ornement des deux sexes
est aussi un collier portant au centre en pierre verte l'image
grotesque d'un homme ou d'une femme ayant pour yeux deux haricots
rouges. Une quantité de jeunes filles vêtues de rose, de rouge, de
vert, avec des robes à volant, comme des danseuses, jouent dans le
chemin avec des garçons ou d'autres jeunes filles en jetant des
boutons contre un clou planté à terre. Cette bande joyeuse nous suit
à la _Carved house_, maison sculptée dans le genre de celle
d'Ohinemutu, mais plus petite. Une vieille femme y fait des tapis de
plumes de faisans et de pigeons qui ressemblent assez à de magnifiques
peaux d'animaux. Elle en demande fort cher; le moindre coûte 4 livres
(100 fr.) il y en a même un grand de 50 guinées (plus de 1,300 fr.).
Bon pour les amateurs! C'est avec ces tapis que les anciens chefs
couvraient leurs épaules comme d'un manteau royal. On veut me vendre
des massues sculptées, et autres armes indigènes en bois, mais elles
sont fort chères quoique bien intéressantes. Nous avons de la peine à
nous tirer hors de la troupe joyeuse des Maoris pour prendre notre
lunch.

[Illustration: Maoris ou Néo-Zélandais.]

Après le repas, nous visitons l'école. Une vingtaine de garçons et de
jeunes filles de 7 à 15 ans occupent divers bancs. Une jeune femme de
30 ans, avec sa gravité britannique, a toute la peine du monde à faire
tenir tranquille cette jeunesse nerveuse. Son père, vieillard à barbe
blanche, vient souvent à son aide. L'école est une simple cabane de
bois. Plus pratiques que dans nos pays, les colons de la
Nouvelle-Zélande gardent leurs millions pour un meilleur emploi que
celui d'élever des palais scolaires dans tous les villages. Par
contre, ils répandent l'instruction à profusion et le nombre
d'écoliers, quoique dans un pays où 500,000 âmes occupent une surface
plus grande que celle du Royaume-Uni, dépasse le nombre de 15 par
1,000 habitants, pendant qu'il n'est que de 13 en Angleterre. Il est
vrai qu'on ne les fatigue pas comme dans nos vieux pays. Deux heures
d'école le matin et deux heures le soir leur apprennent autant que les
longues journées de classe dans nos pays d'Europe. L'attention de
l'enfant ne pourrait se prolonger au-delà d'une certaine limite; passé
cette limite, forcer la nature c'est du temps perdu.

[Illustration: Jeune fille Maori de la classe supérieure.]

Les parents sont obligés d'envoyer à l'école leurs enfants depuis 7
jusqu'à 15 ans: les parents négligents sont punis par les _boards of
schools_, qui ont pour cela des pouvoirs discrétionnaires. Par une
permission spéciale du _board_, on peut envoyer l'enfant dès l'âge de
5 ans et l'y laisser jusqu'à 17. La plupart des écoles sont mixtes, et
certes c'est là un inconvénient, mais grandement tempéré par la forte
idée du devoir que les Anglais inculquent dès la plus tendre enfance.
Dans beaucoup d'endroits, le même maître fait l'école pendant une
semaine dans un village et pendant une autre semaine dans le village
voisin. Or, souvent les distances sont grandes, mais le maître peut se
payer un cheval: il reçoit environ 3,000 fr. l'an. La maîtresse
d'école nous dit que 70 enfants sont inscrits, mais que le plus grand
nombre sont actuellement avec leurs parents dans le _bush_ (forêt) à
quelques milles de distance, pour la semaille des pommes de terre et
du maïs. Elle nous montre les cahiers des élèves, dont quelques-uns
prouvent l'aptitude du Maori pour la calligraphie. La seule langue
enseignée est l'anglais. On passe un petit examen de lecture, puis le
maître interroge sur la géographie.--Où se trouve le Congo?--la
Tamise?--Et les élèves en indiquent la situation sur la carte.--Où est
la Chine?--Un enfant la montre du doigt;--Qu'est-ce qu'on y récolte
pour l'exportation?--Un autre répond: Le thé et la soie.--Où se trouve
Mauritius?--Un élève en désigne la place--Qu'est-ce qu'on y
récolte?--La canne à sucre, qui donne le rhum et le sucre.--Un maître
italien aurait demandé à propos de la Chine quels sont ses meilleurs
poètes; un maître espagnol, si on y élève de farouches taureaux pour
les courses, et un maître français, si on y a proclamé les droits de
l'homme. Avant de quitter l'école, la maîtresse prend place à
l'harmonium et les élèves nous chantent en bonne mesure et avec
harmonie des cantiques anglais et des chansons maoris. Je remarque les
nombreux tableaux qui tapissent les murs; ce sont des cartes
géographiques, des dessins d'animaux pour l'histoire naturelle, des
groupes bibliques pour l'enseignement de l'Ancien et du Nouveau
Testament; l'enfant apprend bien plus facilement par les yeux.

[Illustration: Élève Maori.]

Pendant ce temps, la pluie s'est calmée. Je n'ai pas encore vu un jour
sans pluie depuis que je suis en Nouvelle-Zélande, et la région des
lacs que je visite, avec ses nuages, sa verdure et ses pluies, me
rappelle le Catherine-Lock d'Écosse, ou le Windhermere du Cumberland.

[Illustration: Élève Maori.]

Nous profitons de l'éclaircie pour visiter la cascade. À 3 heures, les
enfants quittent l'école et nous suivent tous, chantant les chansons
indigènes sur une cantilène analogue à celle des chansons arabes. Nous
pénétrons dans un vallon profond où croissent les arbres séculaires.
Les parois en sont abruptes et glissantes; les deux miss tasmaniennes
et leur frère sont à leur aise dans l'étroit sentier aussi bien que
les indigènes; mais une vieille dame de Christchurch, qui est de la
partie, ne peut tenir debout, et je lui sers de bâton. Après 10
minutes de descente, nous arrivons au fond, et admirons la superbe
cascade qui tombe avec fracas dans un bassin. De là l'eau se déverse
par des branches multiples dans le torrent, et va se perdre dans le
lac voisin. En remontant nous faisons collection de fougères et de
mousses qui tapissent le sol, et allons visiter la vieille église de
la mission. C'est une baraque de planches couverte de lierre. Ces
plantes pénètrent même dans l'intérieur, où elles pendent en lianes.
De la fenêtre de l'église on jouit d'une vue délicieuse sur la forêt,
la montagne, et sur le lac Tarawera.

Dans la forêt, je suis bientôt arrêté par les lianes; je visite le
cimetière, que les Maoris placent toujours dans un endroit élevé. Le
_Pa_ (agglomération) de Waïroa est catholique comme la plupart des
_Pa_ maoris. À 6 heures, nous rentrons à l'hôtel. Là, les enfants qui
nous avaient suivis nous demandent leur rétribution comme guides; mon
compagnon leur distribue une quantité de petite monnaie, et les _miss_
leur portent deux corbeilles de morceaux de pain. Celui-ci est bientôt
dévoré, et les _pence_ volent en l'air pour jouer à pile ou face.
Après le dîner, je demande à voir une _haka_ (danse indigène).
Plusieurs s'offrent à l'exécuter moyennant le prix courant, qui est
d'un schelling par danseur ou danseuse. J'avais entendu dire que
souvent ces danses dégénèrent en scènes scandaleuses, et je préviens
mes danseurs qu'ils n'auront rien s'ils manquent à l'honnêteté. Ils
m'introduisent dans une de leurs _whares_ (cabanes); je me courbe pour
passer par la petite ouverture. Un feu au milieu de la case a servi à
cuire les aliments; mais la fumée n'a d'autre issue que la porte et
aveugle les habitants. On le pousse au dehors et on allume deux
bougies placées à terre dans deux souliers servant de chandeliers. Les
danseurs s'alignent et un d'eux commence à battre la mesure en
frappant de ses deux mains contre ses genoux; puis il bat du pied
droit par terre en cadence, allonge les bras en avant, gesticule des
mains, porte les deux bras à droite, puis à gauche, puis en l'air et
en bas, continuant la mesure par le son de la voix et le battement du
pied; les autres font de même, en sorte qu'on dirait autant de
mannequins mus par une seule machine. Après plusieurs reprises de ce
jeu fantastique viennent les grimaces, les contorsions de la bouche et
des yeux. Craignant que l'excitation n'arrive trop loin, j'arrête le
_haka_ et laisse les danseurs et les danseuses jouir en paix de leur
petit salaire.

[Illustration: Té Tarata ou White Terrace (Terrasse Blanche) à
Rotomahana.]

Le lendemain, à 6 heures, le _tamtam_ nous réveille, et une 1/2 heure
après, le déjeuner est servi. À 7 heures, nous nous acheminons vers le
lac Tarawera. _Sophia_ et _Kate_, les deux guides choisis par les
Maoris, nous précèdent. Une d'elles, Sophia, porte la médaille de
sauvetage; elle a plongé et pêché un vieillard un jour où le canot a
chaviré dans le lac Rotomahana. Nous sommes 10 visiteurs. Arrivés au
bord du lac, 6 prennent place dans un canot anglais et 4 dans l'autre
moins grand. Le premier a 6 Maoris et le deuxième 4, chacun avec une
longue rame, et nous voilà en route. Le lac Tarawera a 8 à 10 milles
de long; les rives que nous quittons sont verdoyantes et les montagnes
boisées. Plus loin, la nature est moins vivante. Les deux canots font
une espèce de régate et jouent à se devancer. Le nôtre a une voile; le
vent souffle froid et vif, et nous arrivons les premiers à
Tahunatorea, autre _Pa_ maori. Là, nous laissons nos canots européens,
et après avoir mis nos effets dans deux canots maoris (troncs d'arbre
creusé) qui nous suivront par la petite rivière, nous traversons un
isthme d'un mille de large pour arriver au lac Rotomahana. Du haut de
la colline nous voyons la _Té Tarata_ ou terrasse blanche. De ce
point, elle n'offre rien de surprenant; mais après avoir descendu la
pente et pénétré sur son domaine, nous sommes ravis. Nous marchons sur
des filigranes de stalactites, à travers mille bassins grands et
petits; taillés avec la précision d'un artiste et remplis d'une eau
azurée comme le ciel du Japon. On dirait que le grand Architecte
s'est plu à orner ce magnifique parc de ce superbe monument. Il est
plus large à la base: environ 150 mètres, et va en se rétrécissant au
sommet, élevé de 100 pieds sur le niveau du lac. Nous pataugeons dans
l'eau, qui devient de plus en plus brûlante à mesure que nous
approchons du sommet. Là, un petit cratère de 10 mètres de diamètre et
de 50 pieds de profondeur est tantôt vide et on descend au fond,
tantôt il se remplit d'une eau bouillante à briser tous les
thermomètres. Alors, si le vent du nord-est vient à souffler, une
colonne d'eau s'élève jusqu'à 200 pieds de haut, et retombe en
superbes nappes d'argent; c'est comme les geysers du Yellowstone Park
dans l'Amérique du Nord. Tous les objets qu'on place sur la terrasse
sont bientôt pétrifiés. Nous redescendons et parcourons un terrain
rempli de geysers moins grands. Je remarque un petit cratère qui lance
de la vapeur comme la machine d'un grand navire et fait un bruit qu'on
prendrait pour celui d'une immense scierie à vapeur. Un peu plus loin,
la terre bout à chaque pas et soulève une sorte d'argile fine que les
Maoris mangent volontiers. J'en goûté et n'y trouve que le goût du
sulfate de fer. La vapeur fuse de tous les côtés, on ne peut faire un
trou en terre avec le parapluie sans qu'il en sorte de l'eau
bouillante ou de la vapeur. La terre est pour sûr une grande marmite.

[Illustration: Vue générale du lac bouillant de Rotomahana.]

Ce n'est pas sans danger qu'on marche, sur ces volcans plus ou moins
actifs; le guide me crie à tout instant: _Follow the path_, ne quittez
pas le sentier. Plusieurs ont trouvé la mort dans quelques-uns de
ces trous, où ils ont été bouillis en un clin d'oeil.

Pendant notre excursion, les canotiers ont cuit le _riwai_ (pommes de
terre) à la vapeur du volcan. L'hôtelier nous avait fourni deux boîtes
de conserve de langues de boeuf, et nous dévorons nos provisions avec
le même appétit que les Maoris. Ceux-ci partagent notre nourriture,
mais refusent le sel: ils ajoutent que l'habitude du sel rendait le
blanc immangeable au temps où ils se plaisaient à le croquer.

[Illustration: Lac de Rotomahana.--La Otukapuarangi ou Pink-Terrace
(Terrasse Rose).]

Après le repas, nous entrons dans les petits canots maoris. Il est
impossible d'y tenir debout, nous y marchons à genoux pour gagner
notre place, et nous nous asseyons sur nos talons. Le moindre
mouvement de travers mettrait facilement sans dessus dessous ces
troncs d'arbre. Nous traversons ainsi le lac Rotomahana (lac chaud).
Je tiens une main dans l'eau. Elle change de température à tout
instant, selon que nous approchons ou que nous nous éloignons d'une
source bouillante. Ce lac n'est pas grand, un quart d'heure suffit aux
pagaies des Maoris pour atteindre l'autre bord. Là, laissant les
_ladies_ sur la grève, les hommes grimpent seuls la _Otukapuarangi_ ou
_pink terrace_ (terrasse rose). Elle est ainsi nommée parce que les
stalactites ont une belle couleur rose écaille. Les visiteurs les
couvrent de leurs noms; une couche de stalactite transparente recouvre
bientôt ces noms, et les caractères demeurent ineffaçables. La _Pink
terrace_ est moins grande que la précédente; ses bassins remplis d'eau
azurée sont moins nombreux, mais la couleur de ses stalactites est
délicieuse. Elle ressemble à l'intérieur de gros coquillages. Au
sommet de la terrasse, nous entrons dans la forêt voisine, pour
quitter nos habits, et nous prenons notre bain dans les bassins.
L'idée de prendre un bain après un copieux repas m'avait paru
singulière, et je ne m'y étais soumis que pour faire comme les autres;
mais dans ces bains chauds, je comprends que si j'avais eu mon premier
appétit, j'aurais été tenté de manger un morceau de ma chair
parfaitement bouillie. Aussi notre bain ne fut pas long, et nous
reprenons nos vêtements pour venir inviter les dames à s'y rendre à
leur tour. Pendant qu'elles sont en train de se bouillir, nous
visitons les nombreuses sources plus ou moins brûlantes des environs,
et remontons au sommet pour voir le gracieux petit lac bleu qui domine
la terrasse. Les stalactites y croissent au fond en forme d'arbres;
mais la vapeur qui sort de l'eau nous empêche de les voir bien
distinctement. Je recueille quelques beaux morceaux de pierre rouge et
les offre aux deux jeunes miss tasmaniennes. Elles avaient déjà
accepté une collection de fougères, mais elles refusent ce dernier
présent, disant: _It is not allowed_ (ce n'est pas permis). En effet,
une affiche que j'avais lue à l'hôtel disait qu'il était défendu aux
visiteurs d'emporter des stalactites. J'ai remarqué souvent cet esprit
d'obéissance à la loi dans la race anglo-saxonne; c'est là toute sa
force. Il est impossible de faire de l'ordre public, lorsque chacun se
permet en particulier un petit désordre.

Enfin, vers 2 heures nous quittons ces lieux enchanteurs et prenons le
chemin du retour. Les Néo-Zélandais appellent les terrasses de
Rotomahana, l'endroit le plus merveilleux du monde. Sans aller si
loin, on peut dire que c'est là un ensemble de phénomènes des plus
curieux qu'on puisse voir sur la terre[8].

         [Note 8: Depuis ma visite, la région de Rotomahana a été
         complètement bouleversée en 1887 par une éruption qui a fait
         périr presque tous les habitants de Waïroa et des environs.]

À notre retour, nous voyons près la grande terrasse une multitude de
poules sauvages, de canards et autres oiseaux aquatiques qui se
prélassent dans l'eau thermale. Nous suivons dans nos canots
indigènes la petite rivière qui unit les deux lacs. Après avoir salué
la tribu des Maoris qui nous avait conduits dans les canots du pays,
nous reprenons sur le Tarawera nos canots européens. Le lac Tarawera
s'est mis de mauvaise humeur et pousse de grosses vagues. La pluie,
qui n'était pas encore tombée, menace de nous inonder. Nos rameurs
s'animent par la cantilène des chansons nationales, et après une heure
d'héroïques efforts, ils nous déposent à l'autre bord.

À l'hôtel, nous retrouvons la même multitude de Maoris jouant aux sous
avec la même insouciance. Nous prenons notre repas et rentrons le soir
à Ohinemutu.



CHAPITRE XXI

     Sulphur-point. -- Les bains du gouvernement. -- Perdu et
     retrouvé. -- Les geysers de Whakarewarewa. -- La fin de
     Komutumutu. -- Le geyser de Waïkiti. -- Les sépultures. -- Le
     divorce. -- Route vers Taupo. -- Le Waïkato. -- Un cocher
     concurrent. -- Débourbés par les Maoris. -- Le Tangariro et sa
     légende. -- Le lac de Taupo. -- Les bains de M. Lofley. -- À la
     recherche de la cascade Huka. -- Le Crow's nest. -- Les rêves au
     bord du lac. -- Taniwha, l'homme aux cheveux rouges.


Je passe ma matinée à rédiger mon journal de voyage, et dans
l'après-midi je vais à _Sulphur-point_, visiter les bains du
gouvernement. Ils sont encore en construction. Tout y est simple comme
dans les pays nouveaux.--Des conduits en bois amènent l'eau de deux
sources sulfureuses et alcalines. Une est appelée _Priest Source_,
parce qu'un ministre protestant y a été guéri de son rhumatisme;
l'autre, _Rachel Source_. Que vient faire ici Rachel? c'est ce qu'on
n'a pas su m'expliquer. Les bains pour les messieurs et les bains pour
les dames consistent en de petites piscines de 7 à 8 mètres de côté;
l'établissement est une baraque en planches. Je m'avance vers les
bords du lac à un groupe de sources plus ou moins liquides (la terre
bout ici comme l'eau), plus ou moins brûlantes, et je me figure qu'en
suivant les bords du lac vers l'ouest, je dois rejoindre Ohinemutu.
Géographiquement j'avais raison, mais pratiquement c'était autre
chose. Je passe à travers les champs de fougères et j'évite les marais
et les trous d'eau bouillante; mais bientôt j'arrive aux _titrees_,
qui me barrent le chemin. J'espère que cette barrière franchie, je
retrouverai le bord du lac et quelque sentier. Je fais donc de grands
efforts, et je perce à travers les _titrees_; mais leur champ n'a
point de fin. Par-ci par-là des marais, des trous d'où sort une vapeur
sulfureuse, et des étangs bouillants. La nuit approche, l'eau tombe à
torrents, je suis trempé jusqu'aux os. Il est bien vrai qu'en
Nouvelle-Zélande il n'y a ni reptiles, ni fauves; mais quoi qu'il en
soit, la perspective de passer la nuit dans ces buissons détrempé
d'eau ne me sourit pas. J'ai un moment de panique; puis la raison me
dit que le mieux est de retourner en arrière. Après d'héroïques
efforts, je reviens au point de départ et je bénis Dieu d'être sorti
de ce mauvais pas. Il est toujours dangereux dans les pays nouveaux de
quitter les sentiers. Il est bien tard quand j'arrive à l'hôtel. On
s'y était fort peu ému sur mon compte; on pensait que j'avais l'âge de
raison.

Le lendemain, la matinée se passe à écrire et l'après-midi à visiter
les geysers de Wakarewarewa. Ils sont à trois milles de Ohenimutu,
vers la colline. Je suis cette fois une route carrossable, mais c'est
celle de Taupo. Je suis obligé de la quitter à un point donné, pour me
diriger vers les vapeurs qui s'élèvent des geysers. Toutefois je ne
sors pas des sentiers tracés et j'arrive à travers mille trous béants
où bouillonnent l'eau et la boue, au bord d'une petite rivière. Je la
traverse sur une passerelle de madriers, et j'atteins une vingtaine de
_whares_ ou cases maoris. Ils se sont établis là probablement pour
économiser le feu qui doit cuire leurs aliments. Un jeune Maori me
fait lire le règlement qui assigne tant de schellings à la station et
tant au guide, puis me conduit aux geysers à travers les bassins et
les trous d'eau bouillante. La terre est si mobile, qu'à tout instant
on croit la voir manquer sous ses pas. Dans un de ces trous,
Komutumutu, chef des Puja qui occupaient la station, fit bouillir la
tête d'un ambassadeur que lui envoyait le chef de la tribu voisine.
Celui-ci, après avoir vainement attendu son envoyé, comprit ce qu'il
en était advenu. Il tomba avec sa tribu sur les Puja, et fit bouillir
la tête de Komutumutu dans le même trou. Le guide me conduit au geyser
de Vaïkiti, qui projette de l'eau à une douzaine de pieds. Lorsque le
vent souffle du nord-ouest, l'eau s'élève à 30 ou 40 pieds. Mon
cicérone me montre sa case; elle est à louer. La case voisine est
louée moyennant 5 schellings par semaine à deux Anglais qui prennent
ici les bains thermaux. Je veux en essayer un, mais avec peu de
profits; j'en sors tout excité. Les eaux minérales sont un agent
puissant avec lequel il ne fait pas bon badiner. Elles ont toujours
tué plus de monde qu'elles n'en ont guéri. Mon Maori me parle du Père
Mac Donald, qui est leur prêtre. Il attend sa venue pour bénir son
mariage qui a eu lieu le mois dernier. Le Concile de Trente n'ayant
pas été publié ici, le simple consentement mutuel suffit à la
validité du mariage. Le Père Mac Donald étant le seul prêtre pour les
30,000 Maoris du diocèse d'Auckland, ne peut guère passer qu'une fois
l'an dans chaque _Pa_ pour les mariages et les baptêmes. Une petite
case maori est surmontée d'une croix de bois; c'est la chapelle
catholique.

À l'occasion des décès, les Maoris ont l'habitude de pleurer longtemps
leurs morts, dans une cérémonie qu'ils appellent _tangi_, mais après
les larmes ils se livrent à un copieux repas (_kaï_) qui finit souvent
par la _haka_ (danse).

La femme qui n'est pas bien traitée par son mari quitte le toit
conjugal et s'en va chez un autre. Le mari infidèle est bafoué par la
tribu dans un charivari appelé _tana_. C'est le divorce de ce pays. La
veuve, comme je l'ai dit, coupe ses cheveux en signe de deuil.

On m'avait dit qu'en l'absence du prêtre, le plus ancien des Maoris,
le dimanche, lisait l'évangile et l'épître à la _Carved house_ et
présidait à l'office. Je m'y rends donc à l'heure indiquée et par une
forte pluie; mais je ne trouve là que quelques Maoris lisant un
journal en leur langue. Ils me disent que presque tous leur
coreligionnaires sont au _bush_ (forêt) pour les semailles, et qu'il
n'y a point d'office. Je remarque à la muraille les portraits de
l'empereur Alexandre de Russie et d'Abdul Azis de Turquie. Les Maoris
présents savent fort bien me dire qu'ils ont été tous les deux
assassinés. Au sortir de la _Carved house_ je vois dans un bassin
d'eau minérale des jeunes gens et des jeunes filles en costume de
mère nature. Ils y sont si habitués qu'ils n'y trouvent, pas le
moindre inconvénient et n'y supposent même pas une malice. Il est
regrettable que cette, race si intelligente, hospitalière et
chevaleresque, aille en s'éteignant. Les Maoris étaient 100,000
lorsque les premiers missionnaires protestants abordèrent l'île en
1814, et se maintinrent aussi nombreux, malgré, les guerres
incessantes de tribu à tribu. Mais ils diminuent à mesure que les
blancs augmentent. Ils disent eux-mêmes que, comme le rat anglais a
détruit le rat indigène, il faut que le Maori finisse par disparaître
devant le blanc. Il est vrai, en effet, que le rat anglais introduit
par les navires s'est multiplié, et a voué une guerre à mort au rat
noir indigène, qui a presque disparu.

Le reste de la journée se passe à écrire et à boucler ma malle, car
demain je compte partir pour le lac de Taupo. Je ferai route avec la
famille tasmanienne et la vieille dame que j'ai eues pour compagnes de
voyage à Vaïroa et à Rotomahana.

Le 19 novembre, malgré la pluie de la nuit, à 6 heures du matin la
voiture attelée de quatre chevaux est à la porte de l'hôtel.

Le char peut tout juste contenir quatre personnes, et nous y sommes
six. La vieille dame de Christchurch et les deux, miss occupent le
siège du fond; leur oncle, leur frère et moi le siège en face.
Impossible de placer quelqu'un à côté du cocher; les malles occupent
le siège et la pluie les inonde; nous-mêmes nous n'en sommes en
partie préservés que par les toiles cirées qui forment les parois de
la voiture.

Claque le fouet, et en avant! Nous traversons une plaine de fougères,
gravissons des coteaux pour en redescendre d'autres; toujours les
titrees et les fougères. Par-ci par-là quelque belle forêt, des
montagnes et des rochers à la forme bizarre, et en général une nature
sévère et triste.

À 11 heures nous traversons sur un pont de bois la rivière Vaïkato.
Les pluies l'ont grossie et elle roule à travers les rochers une masse
d'eau bruyante et verdâtre d'un bel effet. À quelques pas de là, à
Ateamuri, nous sommes à moitié chemin. Les chevaux ont déjà fait leurs
28 milles (le mille anglais est de 1,600 mètres) et ils prennent leur
avoine. Nous laissons les dames dans la voiture, car la pluie
continue, et nous mangeons notre _sandwich_ dans une baraque faite
d'herbes aquatiques; 5 chiens et 4 chats, tous plus maigres les uns
que les autres, demandent à partager notre mince repas. Un jeune
Neo-Zélandais que j'avais laissé à l'hôtel nous rejoint avec un
_buggi_ (petite voiture légère pour une seule personne et le cocher).
Après une heure de repos, on attelle de nouveau, et nos chevaux ont
encore 28 milles à faire dans une route détrempée d'eau, avec des
rampes continuelles. Les pauvres bêtes n'en peuvent bientôt plus, et
une d'elles, se refusant à tout service, empêche les autres d'avancer.
Nous la reléguons derrière la voiture, et plus loin nous la confions
à un homme qui va à Taupo. Souvent les roues enfoncent d'un côté
jusqu'au moyeu et la voiture est près de tourner. Il faut alors
descendre et pousser les roues, en pataugeant dans la boue. M. Lewis,
malgré sa barbe blanche, est du plus grand secours; il ne craint ni la
pluie ni la grêle qui nous flagelle par moment; son jeune neveu,
garçon de 13 ans, tient la bride du cheval d'avant et prête son aide
comme un cocher consommé. Une des jeunes _miss_ daigne même, dans les
moments critiques, salir ses gants aux rayons de la roue; mais le plus
grand secours nous vient du cocher du petit _buggy_ qui suit derrière
nous. Il laisse le cheval aux soins de son voyageur, et à tout instant
il aide à son confrère, soit en renouant une courroie cassée, soit en
harcelant les chevaux, ou en poussant la voiture. J'apprends que les
deux voitures appartiennent à deux maîtres différents qui parcourent
la même route, et sont nécessairement en concurrence. J'admire donc
l'esprit de fraternelle charité qui pousse un cocher à aider l'autre
en retardant lui-même sa course. Dans des conditions semblables, plus
d'un cocher d'Europe se serait réjoui de voir son concurrent dans la
boue, et l'y aurait laissé patauger: le résultat aurait été peut-être
la perte des chevaux et la ruine du concurrent, et en tous cas un
appauvrissement pour la communauté. Or, le bien-être général profite à
tous.

J'admire encore plus le sang-froid de notre cocher; il n'a pas quitté
un instant les guides, faisant de son mieux avec paix et calme. Pas un
juron, pas le moindre signe d'impatience; c'est du christianisme en
pratique. Même patience et même charité chez les voyageurs; ils font
tous leurs efforts pour aider la voiture à sortir de la situation, et
jamais une plainte ne vient sur leurs lèvres. Enfin nous arrivons à un
_Pa_ (établissement maori) et ce sont encore ces braves gens qui nous
tirent d'embarras. Ils n'ont point de chevaux; le seul qu'ils
possèdent vient de partir; un d'eux court le rappeler. On l'attelle,
et avec ce renfort nous suivons péniblement notre route; montant à
pied toutes les rampes et poussant à la roue. Mais tout le monde est
content, car tout le monde fait son devoir. On admire partout les
progrès étonnants qu'a faits la jeune colonie de la Nouvelle-Zélande
dans un temps très court. Le secret de cette réussite est dans
l'ensemble des vertus dont j'ai un échantillon sous les yeux.

Enfin, vers 7 heures, nous apercevons une colonne de vapeur; nous
rentrons encore une fois dans la région de la terre brûlante. Du
sommet de la dernière rampe nous apercevons avec bonheur l'immense
nappe d'eau du lac de Taupo. À 8 heures, nous sommes à l'hôtel. Notre
premier soin est de nous changer de la tête aux pieds; une partie de
mes effets n'a pu échapper à l'eau nonobstant son bon emballage.
Durant le souper, malgré la fatigue, on passe en revue les épisodes
les plus émouvants de la journée, et on est aussi content que si on
avait eu le meilleur temps du monde. Les péripéties dans les voyages
ont aussi leur charme!

Un grand feu dans la nuit a séché nos habits, et le matin, à 8 heures,
après le déjeuner, on se dispose à explorer la contrée.

Le lac de Taupo a 25 milles de large et 30 de long; il est entouré de
collines arides et de montagnes boisées. Au fond, le Tangariro,
immense volcan couvert de neiges, couronne le tableau. Sa partie
supérieure est conique, comme celle du Vésuve de Naples; comme lui il
envoie dans les airs des nuages de fumée blanche. C'est une des
grandes cheminées de la terre. Il a 7,000 pieds de haut, et le
Ruapehu, à côté de lui, élève ses trois pics neigeux à 9,200 pieds.

Les Maoris, comme tous les peuples, ont des légendes pour expliquer
les phénomènes que la nature met sous leurs yeux. À propos du
Tangariro et des sources thermales, ils racontent que Ngatoroirangi,
un grand chef venu de l'autre monde, arriva ici de Hawaïki, avec sa
soeur, qui portait le feu sacré, et Auruhoe, une esclave bien-aimée.
Pour explorer la contrée, il monta sur le Tangariro, suivi de son
esclave; mais celle-ci fut bientôt saisie par le froid, et
Ngatoroirangi appela sa soeur pour porter à la hâte du feu à son
secours. Elle courut si vite qu'elle laissa tomber partout des
étincelles qui brûlent encore, et ne put arriver que lorsque Auruhoe
avait déjà rendu le dernier soupir. Ngatoroirangi en fut si furieux,
qu'il prit le feu et le jeta dans le cratère du Tangariro, où il
continue à brûler.

L'hôtel où j'écris ces lignes est une des cinq ou six maisons de bois
qui forment le village de Tapuwaeharuru, sur la rive nord du lac de
Taupo. C'est l'embryon d'une future ville ou station thermale. Une
maison est occupée par le bureau de poste et télégraphe. Ce bureau,
comme tous ceux de la contrée, reçoit et transmet l'argent par
dépêche, prend les dépôts de la caisse d'épargne, reçoit les
assurances sur la vie. On trouve là, affiché, le _Journal officiel_,
les règlements pour l'arrivée gratuite des immigrants, les
allotissements et les ventes de terre, les imprimés pour les
déclarations de naissance, de décès, etc. On évite ainsi une armée
d'employés qui sont ailleurs la plaie administrative.

Une maison abrite les 20 policemen qui parcourent les routes de leur
station; puis un autre hôtel, quelques écuries, et c'est tout pour le
moment. Un petit bateau à vapeur parcourait le lac, il permettait aux
touristes d'en visiter les plages et la petite île de Motutaïko, mais
il ne faisait pas ses frais, et il est maintenant remplacé par un
shooner, petit navire à voile.

À 9 heures, je pars avec le jeune Néo-Zélandais de Wellington, et
après deux milles de chemin nous arrivons à la source d'eau thermale
de M. Edward Lofley. Ce bon Anglais a 40 ans environ, et habite cette
solitude depuis dix ans avec sa femme et ses enfants. Il l'a
gracieusement ornée de pins, d'eucalyptus et de roses. J'y vois des
fraisiers en fleur et des cerises en bouton; il me dit que les unes et
les autres seront mûres à la Noël. Au Chili, qui est à peu près sous
la même latitude, et dans le même hémisphère, j'avais laissé le
printemps au mois d'août, et ici je le retrouve à peine en novembre.

Nous prenons un bain: un ruisseau coule à côté, et on peut passer de
l'eau douce à l'eau minérale, du chaud au froid. Enfin nous demandons
à M. Lofley de nous indiquer la route pour nous rendre à la cascade
Huka, sur le Waïkato. Il nous conduit au sommet d'une haute berge et
il nous dit: Prenez ce sentier, vous trouverez un vallon, vous le
suivrez, puis vous passerez le long d'un mur en terre pendant 400 pas;
au bout du mur vous tournerez le dos à la montagne, marchant droit
devant vous jusqu'à un précipice, vous le tournerez à droite, et vous
serez arrivé. Puis il ajoute: Si avec cela vous ne trouvez pas, c'est
que vous êtes des imbéciles. C'est raide!

Heureusement, mon Zélandais est plus habitué que moi aux déserts de
ces contrées; il s'oriente, pose des marques sur ses pas; trace des
croix et marche avec attention. Aucun détail ne lui échappe; ici des
pieds de chevaux ont laissé des traces fraîches; là il reconnaît des
pieds de Maoris. À une intersection, il évite un sentier par le seul
fait qu'une araignée l'a barrée par un de ses fils; ce fil, me dit-il,
prouve que depuis quelque temps personne n'a passé par là. Enfin nous
trouvons le vallon et le mur, pataugeons dans l'eau et nous orientons
en tournant le dos à la montagne. Nous traversons des champs de
fougères parsemés de genêts en fleur et d'un autre buisson épineux à
fleurs jaunes, importé d'Écosse. On l'a introduit pour faire des
haies, mais il s'est répandu dans toute la contrée avec une telle
rapidité, qu'il en est devenu le fléau.

Nous arrivons au précipice. Il est effrayant: l'eau murmure à 200
mètres en bas et on ne voit que les arbres tapissant les parois. Je
remarque quelques magnifiques arbres fougères, si abondants dans ce
pays; ils sont moins nourris que ceux de l'Himalaya, mais plus élevés;
ils atteignent parfois 7 à 8 mètres de haut. Après une heure de
marche, nous voyons le Waïkato rouler ses eaux bleues avec fracas au
contre-bas d'une berge haute de plus de 100 mètres. Elle est presque à
pic, mais nous en dégringolons quand même, et arrivons sur le bord.
L'eau passe dans un canal étroit qu'elle s'est taillé dans le roc:
elle roule sur une pente rapide en mille tourbillons et, après un
parcours de 200 mètres de rapides, elle tombe en cascade de 30 pieds
de haut. Nous admirons longtemps ce jeu de la nature, et nous amusons
à jeter des branches de bois qui disparaissent dans le gouffre sans
reparaître ensuite. J'ai pu en saisir la raison. Le bois, d'abord
précipité, revient à la surface pour être entraîné par l'eau; mais un
reflux se forme au pied de la chute et repousse l'objet sous la chute
elle-même qui le pulvérise alors sous son poids comme sous une forte
enclume. J'ai pu ainsi comprendre comment les hommes et les canots qui
glissent sous la chute du Niagara ne reparaissent plus; ils s'en vont
en poussière.

Revenant sur nos pas, nous refaisons la route en sens inverse, nous
aidant des marques laissées en venant. Depuis le matin à 8 heures,
nous n'avons rien mangé et avons toujours marché. Nous demandons un
_lunch_, on ne peut nous servir que du pain et de la confiture. C'est
peu réconfortant.

Nous poussons plus loin visiter un geyser appelé Crow's Nest, à cause
de sa forme en cône, ressemblant à un immense nid de corbeaux.

N'ayant plus été menacés ici de passer pour des imbéciles, nous nous
tenons moins sur nos gardes et nous nous égarons. Nous marchons
longtemps au milieu des pierres ponce dont le sol est parsemé, et nous
nous dirigeons vers les vapeurs qui, par-ci par-là, sortent du sol. Ce
sont des eaux bouillantes, de la boue que l'on prendrait pour de la
chaux lorsque les maçons la détrempent: partout trous et crevasses
menacent de nous engloutir. Je ne puis appuyer mon ombrelle sans
qu'elle fasse sortir de l'eau bouillante et de la vapeur; s'il était
nuit notre position serait critique. Enfin nous retrouvons le Crow's
Nest. Il est tranquille en ce moment. Ces geysers ont leurs caprices,
tantôt ils travaillent et tantôt ils se reposent. Après une longue
attente, du trou béant qui a 3 mètres de diamètre s'élève une colonne
d'eau à 40 pieds de hauteur et elle retombe avec fracas en nappes
d'argent sur le cône de pierre ponce qui entoure l'ouverture.
L'opération recommence à chaque 2 minutes, montre en main. Il est près
de 5 heures lorsque je rentre à l'hôtel.

Je viens de marcher toute la journée, et pour pitance je n'ai eu
qu'un peu de pain, de la confiture et un verre d'eau. On ne m'y
reprendra plus!

La nourriture de l'hôtel aussi n'est pas de première qualité. Un peu
de viande, des pommes de terre et le thé perpétuel: c'est le thé de
l'Himalaya, qui agite autant que le café, et empêche de dormir. Le
tourment est double lorsque l'air des montagnes donne un appétit
dévorant! Si l'estomac est peu content, par contre les oreilles
jouissent à loisir. Les deux _miss_ se mettent au piano; l'une
accompagne et l'autre chante: les Tasmaniennes s'en tirent
certainement mieux que les Anglaises; moins de dureté dans le jeu,
plus d'expression dans le sentiment. Elles n'ont aucune de ces tresses
empruntées qui forment des montagnes sur la tête de nos dames ou
demoiselles d'Europe. La fraîcheur de leur teint est un plus bel
ornement que les cheveux étrangers. Durant la route j'avais aussi
remarqué que si elles avaient eu les talons ridicules de nos
Européennes, elles n'auraient pu marcher durant plusieurs kilomètres,
et auraient été un embarras de plus au lieu d'une aide. Est-ce la
nécessité, ou une plus forte dose de raison qui rend les gens plus
naturels et plus pratiques dans les colonies?

[Illustration: Bords du lac de Taupo.--Famille Maori.]

Le lendemain, mon Néo-Zélandais s'en va à Waïrakei, à 8 milles de
distance, voir certains geysers dans le genre de ceux de Crow's Nest,
et de ceux de Rotomahana. Il m'invite à le suivre, mais j'ai promis de
ne plus me laisser prendre à ces excursions fatigantes lorsqu'on n'a
pas le moyen de restaurer ses forces. Je préfère rêver sur les bords
du lac. Le vent a chassé les nuages, le Tongariro et le Ruapehu
apparaissent dans toute leur majesté. En me baignant dans le lac, j'ai
craint d'y rester gelé; mais en sortant, la réaction me rend rouge
comme un homard et le vent a bientôt séché ma peau. Après le déjeuner
je rédige mon journal, et je m'en vais en inspection auprès des cases
maoris des bords du lac. Ces braves gens vendent leur terre à 1 ou 2
livres l'acre, et cet argent s'en va bientôt au cabaret, ou plutôt au
_bar_. Là, on boit debout et on s'en va, car le cabaret n'est en usage
ni en Angleterre, ni dans ses colonies. Hommes et femmes boivent et
fument, fument et boivent, puis gesticulent, jasent, font des
contorsions à n'en plus finir, et pourtant la loi défend de vendre des
liqueurs enivrantes aux Maoris! Ici le maître du _bar_ ne sait
résister à la tentation, d'autant plus qu'il vend un schelling le
verre de bière coloniale et un schelling le verre à liqueur de vin
européen ou colonial.

Les bords du lac sont gracieux, surtout au point où en sort la rivière
Waïkato. La pelouse est verte, mais l'herbe ne pousse pas. Le terrain
est sablonneux ou volcanique et la contrée sera toujours pauvre.
L'agriculture n'y fleurira jamais, et le bétail assez peu; mais la
nature donne toujours quelques compensations. Ainsi cette région
volcanique pourra quand même prospérer par le concours des malades qui
viendront demander la santé aux nombreuses sources minérales.

Le vent continue à souffler, et le lac roule de grandes vagues: il est
habituellement en tempête, et les Maoris disent que Taniwha, homme
terrible, aux cheveux rouges, qui habite dans la caverne de Motutaïko,
est toujours affamé, et met le lac en courroux pour chavirer les
canots et dévorer les hommes. Ils refusent même d'approcher d'un
certain point plus dangereux, qu'ils appellent le trébuchet de l'homme
rouge. Il s'agit probablement là de l'action de quelque volcan
sous-marin ou de quelque tourbillon (_whirlwind_). Le soir, nous avons
à table un jeune lord irlandais, accompagné d'un docteur anglais. Ils
viennent de traverser la Tasmanie et l'île du sud pour arriver ici.
L'Anglais déclare qu'au mois de mai, auquel correspond ici le mois de
novembre, il n'a jamais eu plus froid en Angleterre qu'il n'a eu ici
sur la route. Il est vrai que tout le monde s'accorde à dire que la
saison est retardée cette année, et que ces pluies perpétuelles n'ont
pas lieu tous les printemps.



CHAPITRE XXII

     Départ pour Napier. -- Un _surveyor_. -- Un repas au désert. --
     La future ville de Tarewera. -- Un Pa à 2,600 pieds. -- La boîte
     aux lettres aux bords des chemins. -- Le port et la ville de
     Napier. -- Les missions catholiques. -- Un typhon entre Napier et
     Wellington. -- Port Nichelson et la ville de Wellington. -- La
     corde de sauvetage. -- Mgr Redwood et les Pères Maristes. -- Le
     Musée. -- L'Observatoire. -- Le kea et ses méfaits. -- Trois
     jeunes éleveurs français. -- La famille en Nouvelle-Zélande. --
     Les méthodes d'enseignement. -- Les oeuvres catholiques. -- Les
     Chambres. -- L'Athenoeum. -- L'élection du _mayor_. -- La
     _Wellington meat preserving C{y}_, et la prochaine concurrence
     aux éleveurs européens. -- Un jeune colon bordelais.


Le 22 novembre, à 5 heures 1/2 du matin, on nous sert le déjeuner.
L'heure est un peu matinale pour les oeufs et le beefsteack, mais il
faut faire provision, car nous ne rencontrerons pas de maisons en
route, et nous avons 50 milles à faire. À 6 heures nous sommes en
voiture. J'ai toujours pour compagnons de voyage la famille de
Tasmanie, la vieille dame de Christchurch et un jeune homme de
Wellington. Les deux _miss_, pour jouir de la vue, occupent le siège à
côté du cocher, celui-ci relègue à l'arrière, sur les bagages, le
petit aide, enfant de 12 ans; mais, vu la pluie, les passagers se
serrent un peu plus et le prennent avec eux dans la voiture.

C'est la Sainte-Cécile, et nous n'avons pour musique que la pluie
battante et les sursauts de la voiture dans une route défoncée.
Heureusement, les ressorts d'acier sont remplacés par des lanières de
cuir, sans quoi la voiture se serait déjà brisée bien des fois.

Nous traversons des plaines et des collines parsemées de pierres
ponces que recouvre la fougère ou le titree. La contrée est pauvre et
déserte.

Vers midi nous arrivons au coude d'une rivière. Là, le cocher donne
l'avoine aux chevaux et nous mangeons nos _sandwich_. Au bord de la
rivière, une tente est occupée par un _surveyor_ (architecte) qui lève
les plans de la contrée; le gouvernement se propose d'en vendre les
terres aux enchères. Un cavalier qui nous suit lui emprunte un
chaudron qu'il suspend au bout d'une branche, allume le feu, tire de
son sac le thé et le sucre et nous en offre bientôt une tasse. Il
passe ensuite au bout d'un bois un morceau de mouton qu'il grille sur
le feu. Une demi-heure lui a suffi pour préparer et consommer son
repas, et il repart à cheval. Il parcourt le pays et achète des
moutons pour la _Freezing sheep Company_ qui vient de se former à
Auckland. Plusieurs milliers sont déjà en route pour Cambridge, près
Auckland, d'où ils rejoindront l'usine à congélation.

Après une heure de repos, on attelle, et nous continuons notre route.
Le paysage devient bientôt plus riant; aux plaines nues succèdent les
collines boisées, et nous ne tardons pas à voir les premières stations
de moutons. Plus loin, nous apercevons aussi des vaches et des mules;
et peu à peu à la fougère succède la verte pelouse des herbes
européennes. Cette herbe est semée en automne sur les cendres de la
fougère. Celle-ci repousse durant plusieurs années, mais peu à peu
finit par disparaître. Les jeunes pousses d'une certaine qualité sont
utilisées par les colons, qui les mangent en guise d'asperge. Au Japon
j'avais aussi mangé les pousses du bambou, dont le goût rappelle celui
du champignon.

Nous traversons un joli vallon où gronde le bruit de la cascade
Runanga, et vers 5 heures 1/2 nous arrivons à la future ville de
Tarewera, au bord de la rivière. Je dis future ville, car pour le
moment je n'y vois que le bureau de poste et télégraphe et un hôtel.
Comme la ville existera tôt ou tard, les lots de terrain à bâtir s'y
vendent déjà à 40 livres l'acre.

Le maître de l'hôtel est un Danois, qui a commencé par être militaire
dans le pays. Il recevait 9 schellings par jour comme _constabulary_
(militaire) de 1re classe. Cette paye ne lui suffisant pas à élever sa
nombreuse famille, il s'est fait aubergiste, et a pu construire et
payer sa petite maison. Il emploie en ce moment plusieurs Maoris à
divers travaux. Il les dit très rusés (_cunning_), et ajoute qu'il est
bon d'avoir les yeux bien ouverts en traitant avec eux. Après le
souper je descends au bord de la rivière, qui coule paisiblement sous
l'ombre des pins séculaires. Au salon, je trouve les journaux qui
m'apportent les télégrammes d'Europe. Même au milieu de ces montagnes
perdues, je sais ce qui s'est passé hier à Londres, à Paris et dans
les divers pays des Antipodes.

Le lendemain, matin à 5 heures 1/2, déjeuner; à 6 heures, départ. La
nature devient de plus en plus gracieuse. Les collines boisées
rappellent certaines parties de la Suisse. Les lacets du chemin
ressemblent parfois à ceux du col de Tende; des véroniques énormes et
mille autres buissons que nous cultivons dans nos jardins couvrent ici
les bords de la route. Je remarque le _cabbage-tree_ (arbre choux)
espèce d'énorme youka, et le _rapu_, que les Anglais appellent _flax_,
et dont les Maoris tirent un chanvre qui sert à les habiller. Les
Européens l'utilisent aussi, et on l'exploite en grand pour la
fabrication des cordes et de la toile grossière.

[Illustration: Nouvelle-Zélande.--Femme Maori.]

À Toranga Kuma, la route atteint 2,600 pieds d'altitude, et la vue est
magnifique. Près de là un _Pa_ ou _settlement_ maori a éparpillé ses
_whares_ ou petites cabanes entourées de poules et de cochons. Comme
l'Européen, le Maori brûle maintenant ses forêts, et sur la cendre il
sème le gazon qui nourrira ses chevaux. On voit partout les troncs à
demi brûlés, cadavres de ces magnifiques forêts qui auront bientôt
disparu.

Nous passons à côté d'une maison de bois perchée sur un pic. Elle
servait de fort aux troupes dans la dernière guerre. Les Maoris aussi
savaient parfaitement organiser leurs camps retranchés au moyen de
nombreuses rangées de palissades d'où ils faisaient feu sans
s'exposer. Nous descendons dans une riante vallée, et à une station
(nom que l'on donne ici aux fermes des éleveurs), une bonne Danoise
quitte une troupe de joyeux bébés et monte en voiture.

Les bébés se multiplient comme les moutons dans ces stations, et
rendent moins dur l'isolement des habitants. Plus d'un jeune homme qui
a fait ses études à Oxford ou à Cambridge ne dédaigne pas ici la
charrue, et passe de longues heures à cheval pour surveiller ses
nombreux troupeaux. Le genre de vie est dur, mais éminemment
moralisateur. Il donne l'aisance et aboutit à la richesse sans risque
pour la vertu.

Un cavalier suit la voiture, et de temps en temps il prend dans une
boîte, fixée au bout d'un piquet, un portefeuille en cuir contenant la
correspondance du district. La veille, il a lui-même laissé ce
portefeuille qui lui est renvoyé avec les réponses. J'avais déjà
remarqué des boîtes à lettres au bord du chemin à un arbre de la
forêt, et par-ci par-là de grands rouleaux de fils de fer au pied des
poteaux télégraphiques: provision pour les réparations. Heureux pays
celui où l'on peut confier ainsi sans danger le bien public à la bonne
foi publique!

Après avoir passé la rivière Moka sur un long pont de bois, à côté
d'une jolie cascade, nous gravissons une colline, du sommet de
laquelle nous apercevons au loin l'immense plaine azurée de l'Océan.
Un peu plus loin, nous arrivons à une pauvre cabane où l'on nous sert
du thé et un peu de porc pour notre _lunch_. Cette mesquine demeure
est tapissée des illustrations des temps modernes, y compris Gambetta.
Le propriétaire, éleveur de chevaux, a payé la terre 30 schellings
l'acre.

La voiture atteint bientôt le lit d'une rivière, et le suit pendant
longtemps, traversant cinquante-deux fois le courant d'eau aux
nombreux détours. Enfin, nous aboutissons à la plaine parsemée de
petites cabanes entourées de jardins. À 5 heures, nous passons sur un
long pont de bois, jeté sur la baie ou port de Napier, et traversons
une colline pour aboutir à la ville au bord de la mer.

Napier est une charmante petite ville de 5 à 6,000 habitants. Elle est
divisée en 3 sections: le port pour les navires, la ville basse sur
une langue de terre entre la mer et une lagune; là, sont les magasins,
les hôtels, les comptoirs et les banques; la ville en colline, où
demeure la population aisée, est parsemée de grands et de petits
pavillons en bois. Ils sont entourés de jardins où s'épanouissent les
roses et toutes les fleurs de nos jardins d'Europe. Je remarque aussi
la vigne, le poirier, le pommier, et en général tous nos arbres
fruitiers. L'église catholique est desservie par le Père Reynier,
mariste, depuis 34 ans dans le pays. Il est resté 9 ans à Rotorua avec
les Maoris. Le Père Forest, un des fondateurs de la congrégation des
Maristes, venu ici des premiers, il y a 42 ans, est au lit, et le
médecin interdit les visites. Il y a 1,600 catholiques à Napier; les
écoles sont tenues par des Soeurs et par des Frères. Des collines on
jouit d'une vue splendide. À 2 heures, par une forte pluie, je monte
sur le petit vapeur qui nous conduit au _Ringarooma_ stationnant au
large.

À 3 heures nous prenons la pleine mer. Elle est en courroux. Le
_Southern Cross_, autre steamer plus petit, a mis deux jours à tourner
le cap _East_. Le _Ringarooma_, plus important (1,096 tonnes) a été
plus heureux; mais vers le soir, un terrible typhon arrive du sud, et
nous saisit de face. Le navire, constamment couvert par les vagues,
semble naviguer entre deux eaux, la nuit est affreuse, je me demande à
tout instant si le navire ne va pas s'en aller en miettes par la
violence des lames.

Nous devions arriver à Wellington le lendemain matin. C'est à peine si
nous pouvons y aborder à 6 heures du soir. Toutefois, le navire a été
obligé d'interrompre son voyage. Au lieu de suivre sur Hobart et
Melbourne, il s'en va au _dock_ réparer ses voies d'eau. Il a été plus
heureux que le _Triumph_, navire de 3,000 tonnes, appartenant à la
_Show Savill and Albion C{y}_, qui vient d'échouer au pied du phare à
l'île Tiritiri, non loin d'Auckland; et que le _Tasman_ qui a coulé
avant-hier à pic, près du Cap Pilar en Tasmanie. Dans les deux
naufrages, aucun passager ni aucun matelot n'a péri.

À peine descendu à terre, je rends visite à Mgr Redwood qui m'accueille
paternellement. À l'_Occidental Hotel_, grande construction en bois, on
me donne une chambre au 2e étage. Je vois avec étonnement dans le
couloir une longue corde à noeuds à côté de chaque porte, et j'en
demande la destination. C'est, me dit-on, pour qu'en cas d'incendie vous
puissiez vous sauver par la fenêtre.--Quoique peu fort en gymnastique,
je pourrai encore avec une corde descendre deux étages par la fenêtre;
mais les dames?--Si le malheur arrivait, ajoute-t-on, elles ne seraient
pas plus embarrassées que vous.

Wellington, capitale de la Nouvelle-Zélande, s'étend gracieusement sur
les bords de la vaste baie appelée Port Nicholson. Peuplée d'environ
22,000 habitants, elle est bâtie sur collines. Pour la partie réservée
aux affaires on a empiété, et on empiète toutes les fois qu'on en a
besoin, sur la baie, au moyen de jetées et de remplissages.

Wellington est aussi chef-lieu de la province Nord de l'île du Nord.

Mgr Redwood me présente au Père Yardin, un des plus anciens Pères
maristes de la mission. Ce bon Père veut bien me conduire au Musée et
me présenter au directeur, le Dr Hector, bien connu dans le monde
savant. Il centralise, par le télégraphe, les données du réseau des
Observatoires de Nouvelle-Zélande, Tasmanie et Australie, et les
communique à la presse. Il fait passer sous mes yeux les divers
bulletins qui sont comme l'histoire du temps dans ces colonies. Ils
servent à prévoir presque à coup sûr les tempêtes. Les bulletins du
dimanche font régulièrement défaut; c'est le jour que le Seigneur
s'est réservé, me dit-il, et tout travail doit s'arrêter ce jour-là.
On ne marchande pas avec le Souverain Maître. Au musée je remarque de
belles gravures maoris sur bois et une quantité d'instruments de l'âge
de pierre. Ils sont identiques à ceux que j'ai vus dans les musées de
Suède et de Norwège. Parmi les oiseaux indigènes, je vois le _huia_,
gros merle noir avec le bout de la queue blanche, il parle comme le
perroquet; le _kiw_ ou _apteria mantelli_, sans queue, avec le bec
long et fin et manteau poilu; le _kakapo_ [_stringops habroptilus_],
perroquet vert de la forme et de la grosseur d'une poule, et le _kea_,
autre sorte de gros perroquet à bec crochu. Il est devenu le fléau des
éleveurs. Il était herbivore; mais, depuis l'introduction du mouton,
il a pris goût à sa chair, et spécialement au gras des rognons; il
plante ses griffes dans la laine du mouton et fait son repas pendant
que sa victime saute à droite et à gauche en bêlant, et finit par
succomber à une mort lente.

Le Père Yardin me parle de trois jeunes compatriotes venus ici du
centre de la France. Ils ont apporté 250,000 fr., qu'ils ont placés à
la Banque, et se sont engagés comme bergers. Lorsque après quelques
mois, ils ont bien connu le métier d'éleveurs, il ont loué une petite
ferme, puis ils l'ont achetée. Ils ont loué de vastes terrains à
côté, et viennent de les acheter. Depuis cinq ans à peine dans le
pays, ils possèdent déjà plus de 8,000 acres de bonne terre avec des
milliers de moutons, chevaux et bétail. Ce fait prouve que le
Français, s'il le veut, peut réussir comme l'Anglais; mais à la
condition que, comme l'Anglais, il reçoive dans la famille une
éducation assez forte, pour qu'à vingt ans on puisse sans danger lui
mettre 250,000 fr. dans les mains, et avec la presque certitude de les
voir décupler en dix ans.

Le Père Yardin, qui a beaucoup approché et beaucoup connu les colons
de la Nouvelle-Zélande, en fait le plus grand éloge. Les familles,
soit catholiques, soit protestantes, sont bien unies: les frères
aiment les soeurs et celles-ci se disputent le dernier bébé pour
l'amuser. Le père trouve dans ses nombreux enfants des aides pour
faire prospérer de nombreuses fermes. Il établit ses garçons en leur
donnant soit une ferme, soit une somme qui leur permettra de se créer
une situation dans l'industrie. Les emplois administratifs, quoique
rétribués à 400 ou 500 fr. par mois, sont considérés comme
n'aboutissant à rien.

Après la mort du père, le fils aîné prend son lieu et place; la mère
et les soeurs lui obéissent comme au chef de famille. Les soeurs, même
les aînées, le consultent pour le mariage. Le choix de l'épouse se
fait non pour la dot, car il n'y a pas de dot ici, mais pour les
qualités et la sympathie. C'est là la première garantie du bonheur
dans les ménages. Les époux suivent la loi de la nature, et n'ont pas
peur que le pain manque jamais à leurs nombreux enfants, mais ils ne
craignent pas de leur inculquer de bonne heure l'amour du devoir,
l'esprit du travail, et de leur en donner l'exemple.

[Illustration: Wellington.--Collège des PP. Maristes.]

Le Père Yardin me montre la Bible traduite en maori par les ministres
protestants. Au jugement de la Soeur Joseph, la plus savante en langue
maori, c'est un travail colossal et d'une exécution parfaite. Les
ministres protestants sont venus ici bien avant les missionnaires
catholiques, et le Père me dit qu'un grand nombre d'entre eux ont bien
souffert et beaucoup travaillé.

Le Père Le Menant des Chesnais m'avait invité à déjeuner à la paroisse
Sainte-Marie. Le Père Yardin veut bien m'y accompagner. Le Père Le
Menant a réuni un petit musée et une bibliothèque qu'il destine au
Collège que les Maristes vont construire à Wellington. Comme je sais
qu'ils ne se recrutent pas assez pour suffire à tous les besoins, je
lui demande s'ils auront assez de professeurs. Il me dit qu'avec le
système anglais ils peuvent obtenir un bon résultat avec moitié moins
de personnel. Dans les sciences, on donne peu de temps à la théorie et
beaucoup à la pratique dans les laboratoires. Le latin est enseigné en
trois ans, comme on enseigne les autres langues vivantes au moyen de
manuels de conversation. Par les tableaux on apprend, autant et plus
vite, par les yeux. Il serait désirable que nos Comités d'instruction
primaire et secondaire envoient des personnes compétentes, sérieuses,
peu amies de la routine, examiner les meilleurs tableaux en usage en
Allemagne, en Angleterre et en Amérique, pour en faire profiter nos
écoles libres. Ce travail serait plus utile que l'impression de
nombreux volumes de controverse.

Aux États-Unis, j'avais remarqué les albums de géographie qui, en
quelques semaines, au moyen des yeux, peuvent apprendre aux enfants ce
qu'il nous faut des années pour leur faire entrer dans la tête.

Le Père Le Menant est de son temps; il s'est mis à l'oeuvre, a étudié
la géologie, la chimie et autres sciences modernes, au nom desquelles
on prétend attaquer la vérité. Il fait des _lectures_ ou conférences
publiques fort goûtées des protestants et des catholiques. Sa dernière
conférence à Auckland avait été présidée par le Maire, un protestant,
qui applaudit à tous les arguments par lesquels il démolissait les
doctrines des matérialistes et des libres-penseurs; mais il fit des
réserves sur l'observation du conférencier, que les défaillances des
catholiques ne prouvent rien contre la vérité du catholicisme. Une
religion sérieuse, dit-il, doit pouvoir se faire observer. Ainsi, me
disait le Père, quoique persuadés souvent de la fausseté de leur
doctrine, les protestants sont toujours arrêtés par le trop grand
nombre de catholiques qui observent le décalogue moins bien qu'eux.

Le Père Yardin me conduit chez les frères Maristes de la doctrine
chrétienne. Le directeur est lyonnais; il me dit qu'on ne lui demande
pas s'il est étranger ou s'il a le diplôme pour enseigner. Tout ce
qu'on lui demande chaque année, c'est le nombre d'élèves qui
fréquentent son école. Il y a 3,000 catholiques à Wellington et les
Frères instruisent 250 enfants. Les Soeurs irlandaises, à côté, ont
autant d'élèves.

De la plate-forme de l'école, nous voyons au loin, à _Té Haro_, sur la
colline, l'hôpital des fous, l'hôpital civil et une prison en
construction. Les prisonniers sont employés à charrier et à empiler
eux-mêmes les briques pour construire leur cage. C'est sage et
économique. Le soir, j'assiste à une conférence de Saint-Vincent de
Paul. Il n'y a pas de pauvres à secourir dans ce pays; le gouvernement
les empêche de débarquer, et ceux qui tombent malades sont toujours
secourus à domicile par le gouvernement ou reçus sans formalité dans
les hôpitaux; il ne reste à nos confrères qu'à faire face aux besoins
imprévus de quelque passant ou de quelque pauvre honteux.

M. Knorpp, ingénieur des chemins de fer, me remet une lettre pour M.
Smith, chef du matériel roulant du railway à Christchurch, et une
autre pour M. Maxwell, directeur général des chemins de fer. M. Knorpp
a vu à Nice la culture de l'olivier et m'apprend qu'on vient de
l'introduire à Auckland avec l'oranger, comme on a introduit la vigne
à Napier. Les colons ont aussi importé des abeilles de Naples et elles
se sont beaucoup multipliées. Un Italien essaie en ce moment avec
succès la culture des vers à soie. Ils ne s'endorment pas, les colons
de la Nouvelle-Zélande.

La Chambre des députés est éclairée à l'électricité; les tribunes et
l'ensemble est, en petit, ce qu'est la Chambre des Communes à Londres.
Je peux en dire autant de la Salle du Sénat à côté; mais ici, pas
d'illumination; les sénateurs se réunissent de jour et les députés qui
le veulent peuvent assister à leurs séances. Comme à Londres, je
remarque le buffet et le cellier et une magnifique bibliothèque. Au
rayon des livres français, je vois: Voltaire, Victor Hugo, Diderot et
la collection de nos auteurs révolutionnaires. Rien d'étonnant à ce
que les Néo-Zélandais aient mauvaise opinion de nous. Je désigne au
bibliothécaire les ouvrages de Frédéric Le Play; il en prend note pour
les demander aussitôt.

À l'Athenoeum, j'assiste à l'élection du _Mayor_(maire). Elle a lieu
chaque année: Est électeur tout _householder_, chef de maison, y
compris la veuve. Tout se passe dans le plus grand ordre. Le maire
reçoit 300 l. stg. d'appointements.

Nous parcourons de nombreuses salles de lecture; les unes sont pour
les abonnés, qui paient une guinée par an, les autres gratuites; les
unes pour les messieurs, les autres pour les dames. Une bibliothèque
gratuite prête les livres à domicile pour une semaine. Les journaux et
revues de tous les pays sont à la disposition du public. Il y a même
une salle pour les jeux d'échecs, où le silence est de rigueur.

M. Burnes me conduit à la visite de _Wellington meat preserving C{y}_
et le _manager_ ou directeur, M. Wright, son ami, a la bonté de me
faire parcourir l'usine en m'expliquant tous les détails. Une machine
de 60 chevaux à 3 chaudières comprime l'air froid dans 5 chambres
contenant chacune 300 moutons. Ces bêtes sont réunies et tuées à un
village voisin. Le train les emmène à côté de l'établissement, et ils
passent du wagon aux crochets des chambres réfrigérantes. L'air
comprimé se répand pour rétablir l'équilibre, et l'évaporation qui en
résulte produit le froid, qui descend à plusieurs degrés sous le zéro.
Ce système est bien plus simple et plus économique que celui du
refroidissement par l'évaporation de l'éther: l'éther ou tout autre
produit chimique coûte, tandis que l'air ne coûte rien. Après 24
heures de séjour dans les salles, les moutons sont complètement
gelés, et on les met à part jusqu'à l'arrivée du navire qui les doit
recevoir. Dans le navire, on maintient la congélation par le même
procédé, et la machine qui fait marcher l'hélice sert aussi à
comprimer l'air. À Londres, les moutons sont maintenus en congélation
toujours par l'air comprimé, et envoyés au marché au fur et à mesure
des besoins. Le coût de la congélation et du fret est de 4 pence la
livre, et le prix de vente à Londres, jusqu'à présent, est de 6 pence
(0,60) la livre ou 1 fr. 20 le kilog. Il ne reste donc que 2 pence ou
0 fr. 20 la livre, pour le prix de la viande, que retire l'éleveur,
mais, comme le prix courant du mouton à Londres est de 2 fr. 50, et
qu'on sait parfaitement que le boucher vend à ce prix le mouton de la
Nouvelle-Zélande qu'il fait passer pour mouton anglais, les Compagnies
se proposent, si l'abus continue, d'établir elles-mêmes des magasins
de détail dans les principales villes du Royaume-Uni et d'Europe afin
de réaliser pour l'éleveur le bénéfice énorme que le boucher prend
pour lui-même. La Compagnie n'a que 3 mois de date: elle n'achète pas
les moutons; ils sont gelés, transportés et vendus pour compte des
éleveurs. Elle espère congeler 5 à 6,000 moutons par mois, soit de 60
à 80,000 l'an. Une autre Compagnie à Auckland, une à Dunedin, une à
Oomaru et une à Bluff en font autant, et plusieurs autres sont en
formation aussi bien ici qu'en Australie. La Nouvelle-Zélande possède
13,000,000 de moutons, dont 8,000,000 sont tous les ans passés au
chaudron pour suif, faute de débouchés. Elle pourra donc facilement
exporter quelques millions de moutons par an, et ils sont aussi bons
que ceux d'Angleterre. L'Australie possède 70,000,000 de moutons et
pourra en exporter aussi un grand nombre, menaçant l'éleveur européen.
Les truites et saumons importés de Californie se sont aussi rapidement
multipliés. On pourra les congeler et les exporter. Les lapins, les
lièvres et les faisans pourront être exportés en boîtes.

Dans la République Argentine, j'avais vu ces mêmes Anglais
entreprenants commencer leurs opérations sur le même pied. On peut
donc croire qu'à bref délai l'Europe verra, pour la viande, la même
révolution qui a eu lieu pour les grains.

Nos cultivateurs n'ont pu soutenir la concurrence américaine pour les
blés, et ont transformé leurs champs en prairies, où paissent les
moutons et les boeufs; mais bientôt le mouton et le boeuf d'Amérique
et de l'Océanie feront baisser considérablement le prix de la viande,
et les tarifs protecteurs, odieux au peuple lorsqu'ils touchent aux
objets d'alimentation, seront impuissants à conjurer le fait.

Que reste-t-il donc à faire au propriétaire et au cultivateur
français? Il n'a qu'à suivre le courant. La rapidité des voies de
communication et les découvertes journalières font que le champ
d'action n'est plus la petite France ou la petite Europe, mais le
monde entier. Le Français, s'il veut être de son temps, doit semer le
blé en Amérique et élever le mouton en Australie, où les terres sont
encore entre 25 et 100 fr. l'hectare. Plus tard, il les paiera plus
cher, car les prix tendent inévitablement à s'équilibrer. Si un jour
il dispose du Tonkin et de Madagascar il devra en faire autre chose
que d'y tenir quelques marins et soldats. Or, pour cela il est
indispensable de revenir à la famille stable et de rétablir l'autorité
paternelle par une plus grande liberté testamentaire, comme chez les
peuples prospères. Le père de famille ne craindra pas les nombreux
rejetons, lorsqu'il saura qu'il peut assurer le foyer à l'un d'eux qui
perpétuera son nom, et que les autres se répandront dans le monde
entier. Toutefois, en rétablissant le père de famille dans sa dignité
et dans son droit naturel, il sera indispensable de le fortifier dans
le sentiment du devoir par la lecture des Livres saints; car il aura
une plus forte responsabilité.

Avant de quitter Wellington, je rends visite à M. Cheymol, un des
rares Français en Nouvelle-Zélande. Ce jeune Bordelais voulait de
bonne heure se rendre aux colonies, mais tous ses efforts pour obtenir
des renseignements sérieux en France furent vains. Il lisait les
bulletins de la Propagation de la Foi et il eut la pensée de
s'adresser au Père Forest en Nouvelle-Zélande. Celui-ci lui répondit:
Si le travail ne vous fait pas peur, et si la vertu est votre
compagne, vous ferez fortune. Il vint, importa les vins français et
fit bientôt fortune; mais un navire qu'il avait fait venir de Bordeaux
arriva au moment de la faillite de la Banque de Glascow, et à la suite
de la crise financière sa fortune s'est trouvée compromise. Il est en
train de la rétablir. Sans ce contretemps, il aurait réussi à
détourner en faveur de Bordeaux l'importation des vins français qui se
fait en grande partie par Londres.

À 6 heures, je monte sur le _Wanaka_, petit vapeur de 500 tonnes qui
doit me conduire à Littletown. Le pavillon est en berne, le directeur
de la Compagnie vient de mourir à Dunedin. Cette Compagnie, appelée
_Union steamship Company of New Zealand_, possède une trentaine de
bateaux à vapeur de 100 à 2,000 tonnes. Elle fait le service des côtes
et le service intercolonial entre la Nouvelle-Zélande, la Tasmanie,
l'Australie et les îles Fiji.



CHAPITRE XXIII

     Départ de Wellington. -- Les projets de confédération. --
     Littletown. -- L'assurance par l'État. -- Christchurch. -- La loi
     morale. -- Les écoles. -- Les Soeurs du Sacré-Coeur de Lyon. --
     Le Musée. -- Le Canterbury-College. -- L'enseignement laïcisé. --
     Le Jardin public. -- La ferme-école à Lincoln. -- Saint André et
     les Écossais. -- Akaroa et la colonie française. -- Route vers
     Dunedin et la plaine de Canterbury. -- Timaru. -- Oomarti. --
     Palmerstown. -- La baie de Vaïtati. -- Port-Chalmers. -- Dunedin.
     -- La ville. -- Le Musée. -- Les écoles catholiques. -- Départ
     pour Lawrence.


Je parcours encore une fois la vaste baie ou Port Nicholson, et bientôt
nous sommes en pleine mer. Elle est calme, ce qui est fort rare sur ces
côtes; et j'en profite pour lire les nombreux journaux de la colonie.
Ils s'occupent tous de la conférence qui se réunit en ce moment à
Sydney. Elle est composée des représentants des cinq colonies
d'Australie: Victoria, Nouvelle-Galle du Sud, Australie du Sud,
Australie de l'Est et Queensland, de ceux de Tasmanie et de la
Nouvelle-Zélande et des îles Fiji. Le but de la Conférence est de
s'entendre sur les moyens de réaliser une confédération entre les
colonies, et de procéder à l'annexion de la Nouvelle-Guinée, des
Nouvelles-Hébrides, des îles Loyalty, de l'archipel des Amis, et en
général de toutes les îles océaniennes encore inoccupées. Ils veulent
ainsi empêcher que la France ne prenne possession des Nouvelles-Hébrides
pour y emmener ses récidivistes. Or, ceci est plutôt un prétexte, et le
véritable but des colons est d'assurer à leurs enfants et petits-enfants
ces vastes possessions, où ils pourront se répandre et se multiplier à
loisir. Ils disent que pour peu la Nouvelle-Zélande a failli être
française et qu'il faut aviser à temps pour que ce qui est arrivé à la
Nouvelle-Calédonie ne se reproduise pas pour d'autres îles océaniennes.
Je ne vois rien dans leurs raisonnements qui indique l'orgueil ou la
vantardise; ils considèrent même la grande responsabilité que les
annexions projetées feront peser sur eux; mais ils ajoutent: Quoi de
plus grand et de plus noble que de prendre possession de ces immenses
terres où ne végètent que quelque sauvages, pour y établir un peuple
nombreux et chrétien qui servira le Créateur?--La gloire de Dieu, le
bien des peuples; nobles pensées qui devraient toujours être le mobile
des nations et de ceux qui les gouvernent! Pourquoi n'en ferions-nous
pas autant?

Le 29 décembre au matin, nous apercevons à notre droite une rangée de
montagnes aux cimes neigeuses: ce sont les Alpes de l'île du Sud.
Partout où la nature a formé un port, les Anglais placent une ville.

Littletown, port de Christchurch, se développe gracieusement sur les
collines qui entourent la baie. Ses rues sont larges de 20 mètres. Sa
population n'est encore que de 2 à 3,000 âmes, mais elle augmente
rapidement. On voit au loin les cabanes des éleveurs; partout la
fougère a été remplacée par les ray-grass.

À la gare, je vois affichés les plans et conditions de nombreux lots
de terrains que le gouvernement met aux enchères. Pour les terres de
pâture, la mise à prix est environ de 1 livre (25 fr.) l'acre. Pour
les lots urbains, le prix varie de 2 à 40 l. stg. l'acre. Je lis aussi
à la gare les tableaux indiquant les conditions de l'assurance sur la
vie. Le gouvernement assure à meilleur marché que toutes les autres
compagnies. Ainsi pour assurer 500 l. stg. à la mort, les compagnies
australiennes font payer une annuité de 10 à 13 schellings à
l'individu âgé de 25 ans, et 22 l. stg. 09 sch. à celui qui en a 50.
Le gouvernement néo-zélandais les assure moyennant une prime de 8 l.
stg. 18 sch. et 20 l. stg.

Pour assurer 1,000 l. stg., soit 25,000 fr. à la mort, les compagnies
australiennes font payer une annuité de 21 l. stg. 6 sch. à 25 ans et
de 44 l. stg. 16 sch. à 50 ans, et le gouvernement, 17 l. stg. 17 sch.
et 40 l. stg. 15 sch.

Ainsi, un individu qui, âgé de 25 ans, paie au gouvernement 5 deniers,
soit 50 cent, par jour, et 1 sch. 1 pen. 1/4, soit 1 fr. 32 cent, par
jour s'il a 50 ans, et ainsi en proportion entre ces deux âges; à sa
mort, ses héritiers reçoivent 500 l. stg., soit 12,500 fr.

Le gouvernement garantit le paiement sur ses revenus, partage le
bénéfice entier entre les assurés et leur prête à 7% jusqu'à
concurrence de 90 % de la valeur de leur _police_. Les colons ont
bientôt compris les avantages de cette combinaison, et les sommes
assurées s'élèvent déjà à plus de 6,000,000 de l. stg., soit
150,000,000 de francs. Le revenu annuel est de 140,000 l. stg. et le
fond de réserve, de 410,000 l. stg. Le _boni_ distribué aux assurés
pour les premiers cinq ans dépasse 12,000 l. stg., soit 300,000 fr. À
toutes les gares, à tous les bureaux de poste, le colon peut
s'assurer, et par une économie journalière, laisser à sa veuve et à
ses enfants de quoi commencer l'industrie ou la ferme qui leur
permettra de vivre dans la paix et l'abondance.

À midi 1/2, je pars pour Christchurch. On retrouve avec bonheur les
chemins de fer lorsqu'on a voyagé de longues journées entassé dans les
diligences, et qu'on quitte les petits bateaux des côtes orageuses.

Le train traverse un tunnel et entre dans les magnifiques plaines de
Canterbury. Ce sont des terres d'alluvion que les colons ont drainées;
elles rapportent de 20 à 80 pour 1 dans le blé, et donnent de 16 à 20
tonnes de pommes de terre par acre. Aussi ces terres de choix, qui
n'ont coûté que quelques schellings, il y a peu d'années, sont vendues
actuellement jusqu'à 50 l. stg. l'acre.

La terre est divisée en _paddock_, où paissent les vaches et les
moutons. Ceux-ci semblent perdus dans l'herbe haute; aussi
s'engraissent-ils rapidement. Lorsqu'un _paddock_ est dévoré, on passe
les animaux dans le _paddock_ voisin, et l'herbe repousse bien vite au
premier. Je puis comparer ces plaines fertiles à nos plaines arrosées
par le Var.

[Illustration: Warika station.--Canterbury.--Lieu où l'on réunit les
moutons pour les laver et les tondre.]

Vingt-cinq minutes après mon départ, je suis à Christchurch. C'est la
capitale de la province de Canterbury, partie nord de l'île Sud. Elle
se développe dans la plaine en larges rues de 20 mètres. J'y vois les
_cabs_ à deux roues de Londres, les tramways à chevaux, les tramways à
vapeur, de magnifiques constructions en pierre ou en ciment et
beaucoup d'églises. Cette ville a été fondée par des colons, qui se
proposaient d'y conserver dans sa pureté l'Église anglicane, mais bien
d'autres communions sont venues ensuite, et chacune a son église.
Quelle que soit la forme de son culte et le détail de ses croyances,
l'Anglais met toujours Dieu avant tout. Ici comme dans les autres
villes, je trouve la _Freethought-hall_, salle des libres-penseurs;
les loges maçonniques à côté des salles de la _Salvation Army_ (armée
du salut), mais aucune association ne prend le caractère athée et
personne ne trouve mauvais qu'on punisse ceux qui violent la loi de
Dieu. Tous les jours les Cours condamnent à l'amende et à la prison
les ivrognes, les blasphémateurs, ceux qui tiennent en public des
mauvais propos, ou qui violent le repos du dimanche. Une femme
traduite à la barre pour avoir prononcé des jurons chez elle dans une
dispute avec son mari, protestait que son domicile était inviolable et
que personne n'avait le droit de s'ingérer dans ce qu'elle y faisait
ou disait. Elle fut néanmoins condamnée à 20 sch. d'amende, ou à
défaut à 7 jours de prison, parce que ses jurons avaient été entendus
de la rue. Tous les journaux enregistrent journellement ces faits sans
qu'aucun d'eux pense à taxer les juges d'intolérance; ils trouvent
tout naturel que la justice punisse comme ennemis publics tous ceux
qui cherchent à introduire la démoralisation dans la communauté.

M. Smith, directeur du matériel du chemin de fer, me confie à un de
ses amis, M. Gresson, pour me faire visiter une station d'éleveurs. M.
Maxwell, directeur général des chemins de fer, a la bonté de mettre à
ma disposition un billet gratuit de 1re classe pour tous les chemins
de fer, durant le temps de mon séjour en Nouvelle-Zélande. On ne
saurait mieux accueillir l'étranger qui vient étudier le pays. Merci à
ces messieurs.

Le Père Ginety, mariste irlandais, me fait visiter ses écoles. Il a
confié celle des garçons à 3 institutrices et à 2 instituteurs
laïques. Il s'en trouve bien. Il est d'avis que la femme réussit mieux
que l'homme auprès des garçons au-dessous de 12 ans. J'avais constaté
le même fait en Pologne et au Brésil, où les Soeurs de Charité ont
aussi des écoles et des orphelinats de garçons. Trois cents élèves
sont inscrits. Plusieurs ont de nombreux milles à faire pour arriver
de la campagne; ils ont 2 heures 1/2 de classe le matin et autant le
soir. Au premier cours, on enseigne le dessein et le français.

Au couvent du Sacré-Coeur (congrégation de Lyon) la supérieure me fait
visiter le vaste établissement. Il vient à peine d'être achevé et a
coûté 250,000 francs. Les Soeurs ont une cinquantaine d'externes
payantes, autant de pensionnaires et 200 gratuites. On leur confie
beaucoup d'élèves protestantes et juives. Elles jouissent de l'estime
publique de toutes les communions, et la supérieure à son tour fait le
plus grand éloge de la droiture des protestants de ce pays. L'internat
est l'exception; les parents ne se séparent des enfants que lorsqu'ils
habitent, au loin, la campagne. Lorsqu'ils ne sont qu'à quelques
milles, ils préfèrent les envoyer à l'école le matin pour revenir le
soir. Les élèves apprennent la langue anglaise, le français, le latin,
l'histoire, la géographie, la musique, le dessin, la broderie et la
couture. Les Soeurs sont obligées de faire apprendre le latin, dans
leur noviciat de Lyon, aux sujets destinés à la Nouvelle-Zélande, car
l'instruction est considérée ici comme incomplète sans les premiers
éléments de cette langue morte. Du haut de l'établissement, on jouit
d'une vue superbe sur les Alpes, constamment blanches de neige. L'eau
dessert toutes les parties de la maison. Elle provient d'un puits
artésien et monte sous les toits par le simple jeu d'une pression
atmosphérique, causée par l'eau même pressée sous une petite cloche en
fer. Les élèves ici, comme dans tous les pays anglais, ont l'habitude
du bain ou douche journalière.

Je vois quelques beaux tableaux exécutés par les élèves. Le vaste
jardin de l'établissement est divisé en trois parties, une grande
prairie centrale pour les vaches; aux bords un verger et un potager;
puis une allée tout autour, plantée d'arbres d'agrément.

Le musée est le plus complet de la Nouvelle-Zélande. Dans de vastes
et nombreuses salles sont rangés les divers sujets du règne animal, du
règne végétal et du règne minéral, et les principaux produits de tous
les pays. Parmi les bois indigènes, on voit d'énormes planches de pins
rouges, de pins blancs, de pins noirs, le totora, le black birch
(fagus fusca) d'un beau rouge qui sert à faire des meubles et aux
Maoris pour creuser leurs canots. On remarque les collections des
cotons, des laines, des soies; des modèles de bassins de radoub, des
machines employées dans les mines, et tout ce qui, en ce genre, peut
faciliter l'instruction du public. La collection des objets indiens
des îles Fiji, des îles Samoa et des Maori est aussi bien remarquable.
Dans une salle on a réuni la copie des meilleures statues grecques et
romaines, mais la pièce la plus curieuse est un _moa_ monstre, deux
fois plus grand qu'un homme. On sait que cet immense oiseau était
naturel de ces îles, et que les indigènes l'ont détruit pour s'en
nourrir.

Le directeur du Canterbury-College me fait parcourir l'établissement:
5 grandes classes ont leurs bancs en amphithéâtre et une salle, vaste
comme une église, sert à la collation des grades. Les élèves aussi
bien que les professeurs sont en costume: toge noire et toque, et
aussi bien les élèves masculins que féminins, car bien des jeunes
filles prennent ici leurs grades (importation américaine!)

[Illustration: Squelette de Moa et de Maori.]

Les frais des écoles sont considérables; un simple maître élémentaire
reçoit de 3 à 5,000 francs par an; mais les ressources sont prises
sur les terres réservées pour cet objet. Dans tout établissement
nouveau, le gouvernement retient une partie de terres qu'il loue et en
affecte les revenus aux écoles. Ces terres s'améliorent et donnent
avec le temps un plus fort revenu à mesure que la population augmente.
On a débattu longuement et fortement dans ces colonies la question de
savoir s'il fallait ou non enseigner la religion dans les écoles: tout
le monde était d'accord sur l'indispensable nécessité de la religion;
mais quelle croyance enseigner au milieu de l'infinie variété de
doctrines dans les communions protestantes? On s'est donc abstenu,
laissant le soin de cet enseignement à la famille et aux divers
clergés. Bien des protestants déplorent cette décision, et pour en
conjurer les effets ils multiplient les _sunday's schools_ (écoles
dominicales). Les catholiques se sont empressés d'établir, pour leurs
enfants et à leurs frais, des écoles où la religion est enseignée,
mais ils se plaignent de ce que, obligés de contribuer à
l'enseignement public et de payer leurs propres écoles, ils paient
deux fois. Le même fait se reproduit dans l'Amérique du Nord.

Le soleil est radieux, j'en profite pour parcourir le vaste et beau
jardin public. Les pervenches, les roses, les mimosas sont en fleurs
et parfument l'atmosphère. Une rivière entoure le jardin, et les
membres du _Rowing-club_ s'y exercent à ramer. Sous les bouquets de
pins et d'eucalyptus, les oiseaux gazouillent leurs amours; il est
beau le printemps! parmi les fleurs et les fruits les plus beaux sont
les troupes de bébés qui courent et se roulent sur la verte pelouse.
Plus loin, les grands garçons font la traditionnelle partie de criket.

Les boutiques ouvrent à 9 heures et ferment à 6; il reste donc assez
de temps pour les jouissances de la famille.

Le directeur du Canterbury-College m'avait remis une lettre pour le
directeur de la ferme-école ou école d'agriculture. Elle est située à
12 milles, à Lincoln. Le chemin de fer m'y mène en 1 heure. Un vaste
et superbe édifice gothique reçoit 5 professeurs et leurs familles et
loge une quarantaine d'élèves. Ceux-ci paient 1,000 fr. de pension par
an, et travaillent eux-mêmes la ferme; 241 acres sont occupées par les
blés, avoines, orges, maïs et autres sortes de grains, et 400 acres
reçoivent les nombreuses variétés d'herbes et de racines. On élève de
12 à 1,500 brebis et moutons de toute race; une centaine de vaches et
gros, bétail dans leurs variétés, une centaine de porcs et 14 chevaux
de labour.

Les élèves apprennent les mathématiques, la chimie, la physique, la
biologie, la géologie, et l'art vétérinaire. Ils traient les vaches,
préparent le beurre et le fromage, labourent, sèment, récoltent. Les
plus travailleurs reçoivent une indemnité; le cours est de 3 ans. On
donne peu à la théorie, beaucoup à la pratique. Voici comment sont
réparties les heures de travail durant la semaine: agriculture, leçons
2 heures; travail manuel dans la ferme et au laitage, 17 heures;
chimie, leçons 2 heures, laboratoire 3 heures 1/2; sciences
naturelles, leçons 2 heures, laboratoire 1 heure 1/2; mathématiques,
leçons 4 heures; science vétérinaire, 1 heure; horticulture, 2 heures
1/2; maréchalerie et serrurerie, 1 heure; charpenterie et menuiserie,
1 heure 1/2; examens, 2 heures; total 40 heures de travail par semaine
outre les heures d'étude. Durant la 2e et 3e année, les élèves ont 2
heures par semaine pour les levés des plans, et 1 heure pour la tenue
des livres. Ils ont chacun leur chambre à coucher, et une autre
chambre à deux pour l'étude; le bain est quotidien. Les élèves ferrent
les chevaux et réparent les charrues; ils composent et essaient les
fumiers, tondent les moutons. Passant ainsi de la théorie à la
pratique, ils ne peuvent devenir que d'excellents fermiers, tels qu'il
les faut dans ces pays. Ici, en effet, la main-d'oeuvre est chère et
il faut que le maître ne craigne pas d'employer ses bras.

La moitié des terres est encore inoccupée; celui qui arrive avec un
capital de 50 à 100,000 fr. peut bientôt le décupler, mais à la
condition de travailler non seulement de sa tête, mais aussi de ses
mains.

Avec le directeur je parcours la maison, les musées, les laboratoires;
je vois la collection des machines à chevaux et à vapeur, et les
celliers où l'on prépare le beurre et le fromage au moyen de machines
américaines. Le lait est tenu sous l'eau dans des vases en fer-blanc
pour en extraire la crème. Le colon dans ces pays jeunes n'a pas de
préférence, pas de routine; il prend les derniers perfectionnements
où il les trouve, aussi bien en Amérique qu'en France, en Allemagne
et ailleurs. Les journaux et revues le tiennent au courant des
découvertes, et il se hâte toujours, d'en profiter. Les potagers, les
vergers, quoique récents, sont magnifiques; la ferme ne date que de 5
ans, et a déjà atteint un degré élevé de perfectionnement.

Quand je rentre, le soleil éclaire de ses derniers rayons les blanches
cimes des Alpes. À l'hôtel, on me fait dîner dans une chambre à part;
la salle à manger est occupée par 65 convives, membres de la société
écossaise, qui fêtent saint André leur patron. Un grand _highlander_
en costume national joue de l'_outre_ et appelle les convives; les
mets sont nationaux et rappellent la mère patrie; la société ne date
que de 2 ans et compte déjà 200 membres. À la fin du repas on porte un
toast à la reine, un à la mère patrie, un aux dames et amis absents,
etc.; la gaieté est générale et de bon ton. Un orateur conclut son
speech en disant: Si Dieu nous a bénis et si nous avons prospéré,
c'est que nous avons appris à garder le 7e jour, à respecter les
Livres saints, et aussi (c'est avec regret que je le nomme) parce que
nous savions par coeur notre petit catéchisme. Une triple salve
d'applaudissements prouve que c'était bien là la pensée de tous les
convives.

Les chansons nationales se prolongent jusqu'à 11 heures, puis chacun
rentre chez soi.

[Illustration: Nouvelle-Zélande.--Akaroa, ancienne colonie française.]

J'aurais voulu me rendre à Akaroa, visiter l'ancienne colonie
française; elle n'est qu'à une journée de Christchurch; mais les bateaux
n'y vont que 3 fois par semaine; je dus donc y renoncer. C'est en 1840
que le capitaine Langlois abordait ici avec un vieux baleinier, le
_Comte-de-Paris_, nolisé par la compagnie Nanto-Bordelaise. Il venait
pour prendre possession de l'île au nom de la France; mais les Anglais
l'avaient précédé de trois jours. Il débarqua quand même une trentaine
de Français, dont quelques-uns ont prospéré; mais ils sont restés 40 ans
en face de ces superbes plaines de Canterbury sans les cultiver; et que
pouvaient-ils faire laissés à eux-mêmes. Avec nos idées étroites et
notre défectueuse organisation de la famille, il est probable, qu'entre
nos mains, la Nouvelle-Zélande n'aurait pas encore le demi-million
d'habitants qu'elle a aujourd'hui. Dans 50 ans, nous n'avons pu réussir
à jeter 300,000 Français sur l'Algérie qui est à nos portes, et dans le
même espace de temps les Anglais en ont mis 3,000,000 en Australie, sans
compter les autres colonies, et 10,000,000 dont s'est accrue la mère
patrie!

Le matin, à l'hôtel, je vois entre les mains du garçon un _menu_ de la
veille avec des poésies écossaises à chaque mets; je le prie de me le
remettre, et il s'y refuse. C'est le seul que j'aie pu saisir, me
dit-il, je le garde; il ne serait pas facile d'en avoir un autre:
l'Écossais n'est pas libéral, il ne donne que ce que l'on peut prendre
sans lui. J'ignore s'il dit vrai, mais je hâte mon déjeuner, et à 8
heures je suis à la gare, en route pour Dunedin. Pas d'enregistrement
de bagages, on les confie _bona fide_ et on les reprend de même, sans
attendre l'ouverture des salles. Pas de cantonnier au passage à
niveau; une simple grande affiche, _Stop! Crossing railway, look after
the engine_ (arrête; traverse de chemin de fer, regarde après la
machine) et après cela que chacun se garde, il en coûte cher de garder
tout le monde!

La voie est étroite (3 pieds), les wagons sont longs, à 6 roues, et
plusieurs ont les bancs sur les côtés.

J'ai encore pour compagnons de voyage la famille tasmanienne. Le bon
oncle ne cesse de dire à ses nièces et à son neveu: _Look at beautiful
scenery!_ Regarde la belle nature! et il jouit de leur plaisir. La
voie suit la longue plaine de Canterbury et traverse de temps en
temps, sur de longs ponts de bois, des rivières qui ressemblent à
notre Var. Elles seront endiguées plus tard. Le blé, qui est déjà
récolté en Australie, est ici encore en herbe; les prairies sont
magnifiques: nous voyons aussi quelques champs de fèves en fleur, des
betteraves à sucre et des pommes de terre. De loin en loin quelque
village aux petites cabanes de bois; le plus souvent une simple cabane
aux stations marque la place de la future ville. Nous avons toujours à
notre droite la chaîne des Alpes aux blanches cimes, mais le mont Cook
qui dépasse 3,000 mètres d'altitude reste caché dans les nuages. À
Timaru, nous revoyons la mer, et par ses galets et ses alentours, la
plage me paraît fort semblable à celle de Nice.

Plus loin, à Oomaru, j'aperçois de vastes entrepôts de grains et de
laine, et une grande filature. Les colons sont déjà bien avant dans
l'industrie; j'ai vu partout des tanneries, des brasseries, des
verreries, briqueteries et fabriques de faïence, etc.

À Oomaru nous entrons dans une région montagneuse. La voie passe à
travers mille riantes collines par des tunnels, des talus et des
ponts. De temps en temps elle débouche sur la mer et la suit sur des
rochers qui la surplombent. Nous voyons de belles carrières de pierre
tendre. Partout les chevaux, les boeufs et les moutons regardent le
train avec étonnement. Nous traversons Palmerstown, gracieuse ville en
amphithéâtre, et arrivons à la jolie petite baie de Vaïtati. Là une
langue de terre s'avance en mer en gracieuses découpures comme à
Saint-Hospice, près de Villefranche-sur-Mer. La région ici est boisée
et augmente le pittoresque. À 7 heures nous sommes à Port-Chalmers,
port de Dunedin. Il est à l'entrée d'une baie longue et étroite qui se
prolonge jusqu'à Dunedin, durant plusieurs milles; on y creuse un
canal en ce moment, pour permettre aux grands navires d'arriver
jusqu'au bout. Actuellement ils sont obligés de s'arrêter à
Port-Chalmers: le Glascow de la Nouvelle-Zélande. On y construit, en
effet, de beaux navires en bois et en acier. À 7 heures 1/2 nous
entrons en gare à Dunedin. Cette capitale de la province d'Otago a été
fondée en 1848 par les presbytériens, qui y ont élevé une magnifique
cathédrale. Elle compte aujourd'hui, avec les faubourgs, plus de
42,000 âmes. Elle a conservé plus qu'ailleurs son caractère religieux.
C'est dimanche; pas un magasin ou un _Bar_ ouvert, pas un train de
chemin de fer; j'ai de la peine à l'hôtel à faire cirer mes souliers.
J'ai entendu bien souvent mes compatriotes trouver cela insupportable;
ils ne regardent pas au grand acte de foi qui en est le mobile, et qui
appelle sur ces peuples la bénédiction du souverain législateur!

Au reste, si l'on ne se livre pas à nos joies bruyantes, on ne
dédaigne pas les délassements. Je trouve les familles se promenant au
jardin public avec leurs nombreux enfants, et le musée est ouvert
entre les offices, de 2 à 5 heures.

Les catholiques ne sont venus ici que depuis 12 ans; ils sont déjà
5,000 dans la ville et 18,000 dans le diocèse. L'évêque, Mgr Moran, a
dix-huit prêtres pour les besoins du culte, et construit en ce moment
une magnifique cathédrale gothique, qui sera le plus beau monument de
Dunedin.

L'église actuelle est une construction provisoire. À 11 heures, elle
est remplie de peuple pour la grand'messe. Deux Pères maristes y
prêchent une mission. Un bon vieillard parle plus d'une heure pour
prouver que la mission est la plus grande grâce que Dieu puisse
accorder aux fidèles sur la terre; mais, à moins d'être sous le charme
d'un Mermillod ou d'un Père Félix, la force d'attention est limitée
chez l'homme, et, après un certain temps, la fatigue détruit la bonne
impression des premiers moments. Comme résultat pratique, je vois que
les chanteurs et les chanteuses sourient et jasent probablement
d'autre chose que de la retraite. Saint François de Sales, qui se
faisait tout à tous, ne dépassait jamais les 20 minutes dans ses
sermons.

La ville de Dunedin est construite partie en plaine (quartier des
affaires) et partie en colline. Ces collines ont des pentes de 30° à
45° d'inclinaison, et immédiatement le colon a adopté les tramways de
San-Francisco, qui les gravit par un câble sans fin circulant sous la
voie. Le char l'atteint au moyen d'une pince qui est dans une rainure,
le prend et le quitte à volonté pour marcher ou s'arrêter. Les rues
sont larges de 20 mètres. Les rues transversales, plus ou moins en
plaine, ont des tramways à chevaux et des tramways à vapeur.

On a réservé de vastes emplacements sur les collines pour la
récréation du public. D'importants faubourgs s'y élèvent de tous côtés
et donnent ainsi à la ville une grande étendue au milieu des bois et
des jardins.

Ce système, généralement adopté ici, donne des villes beaucoup plus
saines que dans le système des grandes agglomérations sur un espace
restreint. La mortalité n'est que de 12 pour mille, pendant qu'elle
est de 24 à Paris et de 21 à Londres. L'inconvénient des distances est
atténué par le bon réseau de tramways de toute sorte. L'Anglais ne
peut se passer du jardin, où sa nombreuse progéniture a besoin de
prendre ses ébats, et, en tout cas, il veut son _home_, sa maison
indépendante, son chez-lui.

Dans la ville basse s'élèvent de superbes maisons de pierre en style
renaissance comme à Glascow. Ce sont les banques, les hôtels, les
grandes maisons de commerce. Les collines sont réservées aux
_cottages_, mais on y voit aussi quelques beaux châteaux en style
gothique, rappelant les châteaux d'Écosse. Dunedin peut servir de
modèle pour la construction des villes en colline.

Le musée se compose d'une seule vaste salle avec deux rangs de
galeries. Les objets étrangers et indigènes y sont bien classés. Parmi
les phoques du pays je distingue le _seal éléphant_ (phoque éléphant),
d'une grosseur extraordinaire. Son cuir est très solide et d'un grand
prix. Tous les quartz, sables, graviers, ciments et pierres aurifères
du pays ont été groupés en une belle collection avec les noms des
localités et la quantité d'or qu'elles contiennent. Une collection
d'insectes en verre montre en grand la forme et la construction des
insectes microscopiques ou microbes des dernières découvertes. Les
matières premières, les objets manufacturés sont aussi classés de
manière à instruire facilement le public.

Je remarque deux énormes squelettes fossiles de _moa_ et une belle
collection d'armes et objets naturels de la Nouvelle-Guinée. Au-delà
du musée, le jardin botanique s'étend sur la plaine et la colline
boisée.

Mgr Moran a la bonté de me faire visiter ses écoles. Il y a ici 6
Frères irlandais s'occupant de 250 garçons. Il en a encore 14 autres
dans les diverses stations du diocèse. À côté des Frères, les Soeurs
dominicaines irlandaises ont un pensionnat avec une trentaine
d'élèves et 200 à 300 externes. Quelques Soeurs, parlent le français
et l'enseignent dans la _high school_ (haute classe). Elles enseignent
aussi la musique, le dessin et l'italien. Une grande élève a même la
bonté, de chanter avec goût et expression une chanson française en
l'honneur de l'étranger.

Le consul français, ici comme à Auckland et à Wellington, est anglais:
je voulais me renseigner auprès de lui sur les Français habitant la
contrée, mais il est absent. Je m'adresse donc à un Français qui tient
un hôtel; il me dit que les rares nationaux dans le pays sont des
échappés de la Nouvelle-Calédonie ou des marins déserteurs, et qu'il
ne veut pas les connaître. Quant à lui, il est un des chefs de la
Maçonnerie, mais il laisse sa femme aller à l'église et son fils chez
les Frères. Il n'entretient aucune relation avec les Loges françaises,
parce qu'elles sont athées.

Je rends visite à M. Perrin, directeur du _New-Zealand Tablet_. Il est
Irlandais, mais descendant de Français. Ses ancêtres, huguenots, se
réfugièrent en Irlande après la révocation de l'édit de Nantes. Il a
un frère ministre protestant et un oncle juge en Irlande. Lui-même est
un converti; il était ministre protestant. Enfin, je prends le tramway
et grimpe sur les collines, d'où l'on a une vue magnifique sur la
baie, sur la ville et sur la mer. La région ressemble fort à l'Écosse,
mais le climat est moins rude; toutefois, on a assez souvent la neige
et la glace durant l'hiver et assez de pluie dans les autres saisons.
Le climat devient plus froid à mesure qu'on avance vers le sud.

Un ami de Londres m'avait remis une lettre pour un jeune ménage qui
est venu élever des moutons en Otago. J'aurais voulu les voir à
l'oeuvre, mais il est à 150 milles d'ici et il faut y aller en voiture
et à cheval. J'en aurais profité pour voir les beaux lacs de Wakatipu,
Hawea, Wanaka, qui occupent ces régions; mais cela m'aurait pris une
quinzaine de jours, et il me reste encore bien du chemin à faire. J'y
renonce donc et pars pour Lawrence visiter un _goldenfield_ (terrain
aurifère).



CHAPITRE XXIV

     Route vers le Sud. -- Facilités aux émigrants. -- De Milton à
     Lawrence. -- La cabane du pionnier. -- Les diggers chinois à
     Waïtahuna. -- Le quartier chinois à Lawrence. -- La cabane d'un
     avare. -- L'école. -- Une station de moutons dans la région des
     lacs. -- Le lapin fléau public. -- Les goldfields du Gabriel
     Gully. -- M. Perry et sa nouvelle méthode. -- Un dépôt de cemen
     aurifère. -- Route à Invercargill. -- Bismarck et ses
     informations. -- La ferme d'Edendale et la _New-Zealand loan
     C{y}_. -- Un clerc méfiant. -- Cherté de la main-d'oeuvre. -- La
     ville d'Invercargill. -- Le presbytère. -- La prison. -- Route
     vers Bluff. -- Le steamer _Le Manipoori_. -- Réflexions sur la
     Nouvelle Zélande. -- Le 8 décembre en mer. -- Le service du
     dimanche. -- Une dernière tempête.


Le 5 décembre, à 5 heures du matin, je rédige mon journal de voyage,
et à 8 heures je suis à la gare. Le train se dirige vers le sud,
traverse la ville et passe les faubourgs. Au sortir d'un grand tunnel,
nous sommes au marché aux bestiaux; de grands troupeaux de boeufs et
de moutons arrivent de toute part. Une usine pour les geler est en
face du marché. Pauvres moutons! il y a peu de temps on les faisait
bouillir pour le suif, aujourd'hui on les gèle; j'ignore si, sur les
deux procédés, ils ont une préférence.

Un peu plus loin, à Mosgiel je vois une grande filature de laine et
une filature de drap. Nous suivons une riante vallée que sillonne une
blonde rivière, le Taïri. On la prendrait pour le Tibre. Elle se
jette bientôt dans un petit lac. À droite, de petites montagnes ont
leur cime couverte de neige fraîchement tombée; partout le laboureur
emploie les dernières machines d'Europe et d'Amérique, partout les
moutons et les boeufs paissent dans des compartiments séparés par des
haies vives ou par des barrières en bois ou en fil de fer.

À 10 heures nous sommes à Milton, où je dois prendre l'embranchement
de Lawrence. Pendant qu'on prépare le train, je lis le règlement pour
les immigrants, affiché ici comme dans toutes les gares et bureaux de
poste. Le prix du passage d'Angleterre à la Nouvelle-Zélande pour un
homme marié au-dessous de 45 ans, ou pour un homme seul au-dessous de
35 ans, est de 5 livres (125 fr.). La femme mariée au-dessous de 45
ans, et la femme seule au-dessous de 35 ans, a le passage gratuit. Il
en est de même pour la veuve au-dessous de 35 ans et sans petits
enfants. Les enfants jusqu'à un certain âge ont le passage libre. Pour
les autres personnes, le prix du passage est de 14 livres 7
schellings. Les parents et amis peuvent, payer ici le passage pour les
personnes qu'ils désirent faire venir.

[Illustration: Nouvelle-Zélande.--La hutte du pionnier.]

Je remonte en wagon. Sur cet embranchement les voitures ressemblent à
des wagons-salons. La voie suit une petite rivière et s'engage dans un
labyrinthe de collines qu'il contourne et escalade dans tous les sens.
Par-ci par-là le vert gazon anglais et quelques maisons de fermiers
entourées de jolis parcs. Plus loin, quelques cabanes en mottes de
terre, couvertes en chaume; c'est le pionnier qui arrive avec un peu
d'argent. Lorsqu'il a pu payer à l'État le premier terme du loyer, il
empile quelques mottes de terre et fait sa maison; il couche sur sa
malle et perce de plusieurs trous le tonneau de bière et la caisse des
provisions qu'il suspend en l'air pour servir de pigeonnier. Bientôt
les poules lui donneront des oeufs, les oies, les canards, et les
agneaux de la chair. Après la première récolte, il pourra se payer un
lit, et après la première vente d'animaux, il se construira une
maisonnette en planches, qui deviendra plus tard le château. Ces rudes
travailleurs qui ont gagné la fortune à la sueur de leur front sont
souvent les meilleurs conseillers dans les communes, les législateurs
les plus sensés dans le Parlement.

Vers midi nous sommes à Waïtahuna, où les Chinois commencent à
bouleverser le sol pour y chercher l'or. Ils viennent de louer à un
particulier une quantité d'acres de terrain à 50 livres l'acre, à
condition de remettre en son premier état la terre cultivable, après
avoir lavé le sol intérieur. Le Chinois est le plus patient des
_diggers_. Un peu plus loin, j'en vois un grand nombre occupés à laver
dans le ruisseau, pour la troisième fois, un gravier que les Européens
ont déjà lavé plusieurs fois. Ils ont quitté ici leur costume
national; toutefois ils conservent la queue, qu'ils enroulent sur la
tête et cachent dans leur chapeau: les enfants s'amusent à la leur
tirer lorsqu'ils la voient pendante. Quelques-uns se marient dans le
pays; ils font de bons époux, mais ils restent païens. Par-ci par-là
quelques champs parsemés de _sorel_, herbe rouge qui indique la
pauvreté du sol.

Les colons y ont multiplié pendant de longues et successives années
les récoltes de grains, et ils ne peuvent maintenant les obtenir de
nouveau qu'en engraissant la terre par le fumier.

À midi 1/2 je suis à Lawrence, et je me rends chez le Père O'Leary,
pour lequel Mgr Moran m'avait remis une lettre. Il est très patriote,
a habité deux ans la Normandie et parle assez bien le français. Comme
tout bon Irlandais, il sympathise avec notre nation et m'accueille en
frère. Pendant que le dîner se prépare, il me conduit visiter le
quartier chinois. Il est situé à 20 minutes de la ville et occupé par
200 ou 300 Chinois, entassés dans des cabanes de bois ou dans des
huttes de terre. Il y a aussi plusieurs communions chez eux; je vois
deux églises. Dans celle des Confuciens, il n'y a sur l'autel que la
tablette du sage, et sur les parois sont tapissées ses sentences.
L'église des Bouddhistes a sur l'autel un gros Bouddha, vases de
fleurs, chandeliers et encensoirs, comme dans nos églises.

Le Père me fait remarquer sur la route une petite cabane en zinc,
grande comme une cabine de bateau à vapeur; là vit pauvrement un
_digger_ anglais, qui a amassé des milliers de livres sterling, et qui
prête son or aux banques et à la commune. L'_auri sacra fames_ est
encore de nos jours, et fleurit surtout dans les pays de l'or.

[Illustration: Nouvelle-Zélande.--Station de moutons dans l'île du
sud.]

Au retour, nous visitons l'école, vaste salle en bois qui a coûté
1,000 l. stg. Le jour elle sert d'école aux garçons et aux filles, et
le dimanche d'église pour la messe. Les enfants sont environ 80,
confiés à un jeune ménage qui reçoit pour cela 200 l. (5,000 fr.) par
an et le logement.

Il y a un millier d'habitants à Lawrence et 5 églises. Chaque
communion veut avoir la sienne. Les 200 ou 300 catholiques de
l'endroit ont la messe deux fois par mois: une autre fois, le Père va
la célébrer dans un village plus loin, et le premier dimanche du mois,
dans un village à 40 milles.

Le Père a occupé le poste de la région des lacs et me donne des
renseignements sur la station que j'aurais voulu aller visiter. Elle
comprend un terrain de 30 milles de long sur 15 milles de large (le
mille est de 1,600 mètres.)

Elle a été louée au gouvernement pour 10 ans, et pour peu de chose,
par une société de trois personnes: une d'elles n'a jamais quitté
l'Angleterre, mais elle a envoyé son fils, qui a appris ici le métier
et est maintenant le gérant de la société. À l'échéance on a renouvelé
le bail pour 10 ans, mais les enchères ont fait quadrupler le prix,
qui dépasse aujourd'hui 1,000 l. l'an. Il y a plus de 30,000 moutons
dans la station, sans compter les boeufs et les chevaux. À la fin du
bail, le nouveau locataire, s'il y a changement, doit indemniser le
premier locataire pour les maisons, les haies et autres améliorations.

Les lapins ont causé beaucoup de pertes à la station en dévorant
l'herbe des brebis. Les deux paires importées ici d'Angleterre, il y a
12 ans, par un amateur de chasse, se sont tellement multipliées, qu'en
1881 on a exporté de la Nouvelle-Zélande environ 9,000,000 de peaux de
lapins; ils sont si nombreux dans certains districts qu'on peut
presque marcher sur eux. On les détruit l'hiver avec de l'avoine
imbibée d'eau empoisonnée. Combien de nos chasseurs seraient contents
ici! Il en est de même pour les lièvres dans certains districts, et
les faisans abondent également.

Après le dîner, le bon Père fait atteler son cheval et nous nous
dirigeons vers les _goldfields_, à une lieue de distance, sur les
bords du Gabriel-Gully. Cette petite rivière est le premier endroit en
Nouvelle-Zélande où l'or ait été trouvé accidentellement, par un nommé
Gabriel, pendant qu'il gardait les moutons. Le sol est partout
bouleversé, il a été tourné, lavé et relavé plusieurs fois.

Nous arrivons à un endroit où une compagnie lave pour la sixième fois
les sables lavés par d'autres, et en obtient de grands bénéfices par
la méthode hydraulique. Le directeur, M. Perry, arrive en même temps
et m'explique tout le mécanisme. Ce monsieur est d'Oxford;
l'Université ne lui a pas donné le diplôme, mais la nature l'a fait
ingénieur; il vient de trouver un système appliqué ici pour la
première fois et qui a une grande importance. Une chute d'eau, qui
descend de 400 pieds, est amenée de la montagne par de grands tubes de
0m 30 de diamètre; le dernier tube est resserré, en forme de lance, et
jette l'eau avec une telle force qu'il démolit en quelques minutes
autant de terrain que plusieurs hommes pourraient en remuer en un
jour. L'eau emporte la terre et entraîne le gravier; celui-ci vient
frapper contre la bouche d'un tube excessivement épais, et une autre
colonne d'eau le prend en travers avec une telle force qu'il le
rejette dans une conduite vis-à-vis, faisant fonction de siphon. Le
sable et le gravier remontent ainsi de l'autre côté du vallon à 40
pieds de hauteur, et parcourent un canal en planches large d'un mètre,
long de 20 mètres. Le fond de ce canal est recouvert d'un drap parsemé
d'obstacles en fer; contre ces obstacles, le sable aurifère s'arrête.
Chaque deux jours on le recueille et on le lave dans des petits
bassins pour avoir l'or pur. Cette méthode est si économique, qu'un
vingtième d'once par tonne rend le travail rémunérateur, pendant qu'il
faut au moins 1/2 once par tonne dans l'ancien système. Il est vrai
que l'eau emporte une partie de l'or et que les pierres rejetées ne
donnent pas l'or qu'elles peuvent renfermer.

À quelques pas de là 3 compagnies creusent une espèce de ciment
bleuâtre aurifère concentré sur un petit espace et d'une épaisseur
d'environ 100 mètres. On peut difficilement s'expliquer ce dépôt
singulier. On suppose que c'est le résultat d'une _morraine_. Il est
tellement bouleversé qu'il offre en ce moment le spectacle de certains
glaciers de la Suisse. Les éboulements sont fréquents et ont enseveli
ou blessé bien des hommes. Le ciment graveleux est porté sous des
pilons, et le sable aurifère est ensuite lavé dans des bassins: M.
Perry voudrait employer là son système hydraulique, mais les 3
compagnies ne peuvent se mettre d'accord et persévèrent dans l'ancien
emploi de la pioche et de la poudre, très coûteux par la
main-d'oeuvre. Nous grimpons sur une élévation où sont parsemées les
maisonnettes des ouvriers; elles ont toutes leur potager et leur
verger.

Durant le jour il a plu, neigé et soufflé un vent glacial; on se
trouve bien alors le soir près du feu et plus tard sous la couverture.

Le lendemain matin, à 6 heures 1/2, je quitte Lawrence et reviens à
Milton pour descendre vers Invercargill. La voie suit une plaine bien
cultivée et sillonnée par une blonde rivière. Par-ci par-là, on voit
encore quelques terres couvertes de la dure herbe indigène, mais elle
fait place peu à peu à l'herbe européenne que sème le colon. Les
petits villages se succèdent; une cabane sert de station, le chef de
gare commande les mouvements et les exécute, pousse les wagons ou
tourne l'aiguille. Par-ci par-là, de hautes cheminées indiquent la
présence de manufactures; ce sont des poteries, des moulins, des
tanneries, des filatures, etc.

Chemin faisant, je lis les journaux des diverses villes d'Otago. Les
ministres protestants ne sont pas toujours d'accord entre eux, et des
comptes rendus qu'ils donnent au public, je vois que dans leurs
réunions ils n'emploient pas toujours les termes parlementaires. Je
lis aussi une lettre par laquelle le prince de Bismarck, au moyen du
consul allemand, demande des renseignements sur la congélation de la
viande, le coût, le résultat, et le prix auquel la viande congelée
reviendrait en Allemagne; c'est de la sollicitude pour le peuple. Une
autre lettre du consul allemand de Londres avertit les éleveurs que
leur habitude d'empaqueter la laine dans le _jute_ nuit à la
marchandise. Des fibres de jute restent dans la laine et forment des
taches sur les tissus, après la teinture; il les prie d'aviser, en
adoptant une autre méthode; c'est de la sollicitude pour les filateurs
et les tisseurs.

À Mataura, je vois une gracieuse petite ville croissante. Je remarque
que presque partout les colons ou le gouvernement ont conservé aux
diverses localités les noms maoris. À 3 heures 1/2 je m'arrête à
Édendale pour visiter la ferme de la _New-Zealand Loan C{y}_. Cette
compagnie avait acheté une immense étendue de terre vierge à bas prix;
une livre l'acre et au dessous. Il la vend maintenant, par parcelles,
de 6 à 12 livres l'acre. En attendant l'acheteur, elle l'utilise par
des prairies et des semailles. Près de la gare, je visite la fabrique
de fromage; 400 vaches remplissent tous les jours 2 énormes caisses de
lait échauffé à la vapeur, et on en retire environ 700 livres de
fromage par jour, exporté au prix de 9 pences (18 sous) la livre. À la
ferme, le _manager_ (directeur) est absent et j'ai de la peine à
recevoir de son clerc quelques renseignements. Il me dit que son chef
reçoit 300 livres (7,500 francs), logé et nourri, qu'ils sèment
principalement l'avoine et des navets pour engraisser les moutons;
qu'un acre (arpent) donne en moyenne de 60 à 70 boisseaux, vendus à
deux schellings 1/2, et que presque tous les travaux sont donnés à
forfait. On paie environ 6 schellings pour labourer une acre de
terrain; le charron qui répare les machines est logé, nourri, et
reçoit 40 schellings par semaine.

Le labourage se faisait à la vapeur, mais le charbon est cher (32
schellings la tonne) et l'avoine bon marché; on est revenu à la
charrue à chevaux. Il y a en ce moment un millier de têtes de gros
bétail sur la ferme et de 8 à 10,000 moutons. J'ai demandé bien
d'autres détails, pour arriver à faire le budget de la dépense et du
revenu, mais à mes questions le clerc répond un peu embarrassé _I
don't know_ (je ne sais pas). Or, comme il est impossible qu'un teneur
de livres ignore ces détails, j'ai vu qu'il y a encore ici des gens ou
des compagnies méfiants. Aux États-Unis, ces détails sont imprimés
dans des prospectus répandus à profusion dans les hôtels et dans les
gares.

Je parcours les champs et suis la manoeuvre des bergers qui poussent
soit les boeufs, soit les moutons dans de nouveaux paddocks
(compartiments de prairies). Il est curieux de voir comment leurs
chiens bien dressés font les trois quarts de la besogne, en aboyant et
courant sus aux animaux dans la direction marquée.

J'entre dans un _bush_ (fourré) et j'y vois une telle quantité de
lapins que, sans le chien qui les poursuit et les pousse dans les
tanières, je crois que j'aurais pu en prendre quelques-uns par la
queue. Le long du chemin, ils ont tellement percé la terre au-dessous
des haies vives, qu'elles sont presque démolies. Pour s'en défaire,
non seulement on les empoisonne, mais on voit souvent de nombreuses
annonces sous le nom de _rabbits exterminator_, indiquant divers
engins de destruction à leur adresse. Je remarque que la plupart des
chemins sont de belles avenues de 20 mètres de large; naturellement la
chaussée actuelle en occupe à peine les 3/4 vers le milieu et sur le
reste pousse l'herbe; mais plus tard, lorsque le pays sera plus
peuplé, on n'aura pas besoin de recourir à l'expropriation pour
élargir les voies de communication.

À 6 heures je remonte dans le train, et je me trouve avec divers
_farmers_ (propriétaires cultivateurs) qui parlent de leurs affaires.
Ils viennent d'amener à Woodland une quantité de moutons. Une nouvelle
usine à congélation y a été établie, et je vois à ses abords de
nombreux troupeaux qui attendent leur tour. Malgré la cherté du fret,
qui, avec le prix de la congélation, revient à 4 pence (0 fr. 40 la
livre), il reste encore environ 2 pence ou 0 fr. 20 la livre au
farmer; il s'en réjouit parce qu'il a en sus la peau et le suif, et
qu'avant cette invention il n'avait que le suif. Les rognons ne
peuvent se conserver par la congélation, et on les met en boîtes
suivant l'ancien procédé. À 0 fr. 20 la livre, un mouton donne encore
souvent 25 fr. au fermier. Ces messieurs se plaignent de la cherté de
la main-d'oeuvre. Un ouvrier de ferme reçoit 60 l. stg. (1,500 fr.)
par an, logé et nourri, et travaille le moins qu'il peut. Si son
voisin lui offre quelques schellings de plus, il change de maître;
mais ils n'ajoutent pas qu'eux en font précisément autant lorsque la
main-d'oeuvre abonde. La fameuse loi de l'offre et de la demande a été
inventée par les économistes anglais, et ce sont eux aussi qui ont
trouvé la théorie que le travail est une marchandise. Ils sont donc
malvenus à se plaindre si, lorsqu'elle est rare, elle augmente de
prix.

Mais nous voici à Invercagill vers 8 heures du soir. À l'église
catholique on prépare les chants des prochaines fêtes de Noël.
J'entends l'exécution de la messe de Palestrina habituelle au Vatican
et à Saint-Pierre. Les voix d'eunuques sont avantageusement remplacées
par celles de femmes. En Angleterre et en Amérique, cette musique
classique des basiliques de Rome est la musique ordinaire, et je
regrette qu'elle ne se généralise pas chez nous; elle a des notes
admirables qui pénètrent l'âme.

Au presbytère, un bon prêtre irlandais est occupé à écrire un article
à un journal qui vient d'attaquer la France. Nature ouverte et
confiante comme le Français, l'Irlandais est bientôt avec lui à son
aise, nous causons sur les choses du pays et sur celles de l'Europe.
Ces bons Pères voudraient bien avoir ici une Conférence de
Saint-Vincent de Paul, mais les pauvres manquent. Ils disent qu'il n'y
a qu'un seul pauvre en Nouvelle-Zélande et qu'on n'a jamais pu le
trouver. Je réponds qu'il reste les prisons et les hôpitaux à
visiter, et les enfants à instruire le dimanche.

Le 7 décembre, de bon matin, je parcours la jeune ville
d'Invercargill. Elle contient environ 8,000 âmes, y compris les
faubourgs. Deux grandes avenues de 40 mètres de large se coupent à
angle droit et s'étendent sur plusieurs milles, les autres rues ont 20
mètres de largeur. D'après le tracé, la ville peut aisément contenir
plusieurs centaines de mille âmes. Pour le moment, la plupart des
carrés destinés aux futures constructions sont des jardins ou des
prairies, mais plus tard on trouvera la régularité et l'aisance sans
encourir les fortes dépenses qu'exigent les démolitions et
rectifications. C'est le système américain, sagement prévoyant.

Les églises, les banques et les hôtels occupent la plus grande partie
de la ville. Il y a 5 ou 6 banques, 7 à 8 églises, et 15 à 20 hôtels.
La plupart de ces constructions sont en pierre ou en béton, et c'est
là de l'économie bien entendue, car la maison de bois, si elle coûte
moins cher, exige plus d'entretien, une plus forte prime d'assurance,
dure moins, et est souvent la proie des flammes.

Les montagnes environnantes ont leur cime blanchie de neige. Hier, il
nous semblait être en Écosse, la pluie, la grêle, le soleil,
alternaient sans cesse; mais il ne faut pas que je médise trop du
climat, j'ai trouvé ici les premières cerises.

À l'Athenoeum je vois une belle bibliothèque, une salle de lecture
pour les hommes, une pour les femmes, et un commencement de musée.
Les 400 abonnés paient 1 l. stg. (25 fr.) l'an.

Le directeur de la prison veut bien me faire visiter son
établissement; il occupe le milieu d'une vaste cour entourée de murs.
Les prisonniers sont d'un côté, les prisonnières de l'autre, avec
séparation complète. Chaque prisonnier a sa petite cellule pour la
nuit; le jour il travaille à la chaussée des chemins ou à d'autres
travaux communaux. Sa santé s'en trouve mieux, la moralité y gagne et
la caisse municipale aussi. Ce système devrait être adopté partout; le
mélange des prisonniers finit de gâter ceux qui ne sont pas
entièrement mauvais; et le prisonnier qui ne travaille pas s'ennuie et
se déprave.

La paresse est même un appât pour quelques-uns qui se trouvent heureux
d'être ainsi sans rien faire, nourris aux frais du public. Parmi les
cellules, j'en remarque une dont les parois sont entièrement
rembourrées; elle est destinée aux fous. Le directeur me dit qu'il en
reçoit en moyenne un par semaine. La plupart sont des bergers; ils
restent des semaines et des mois en face de leurs brebis, sans voir
personne, ils lisent et relisent livres et journaux, et en perdent
souvent la raison. L'homme n'est pas fait pour vivre seul! Une autre
source de folie est l'alcoolisme. Un pays où la vigne pousse peut
toujours s'en débarrasser en favorisant cette culture. Le jour où
l'ouvrier aura à tous ses repas sa demi-bouteille de vin à 5 sous, il
ne sentira plus le besoin de s'enivrer.

À 11 heures je suis à la gare, j'y rencontre 4 Hindous avec leurs
toges et leurs turbans. Un d'eux, avec une belle toge rouge doublée de
pelisse, est un respectable vieillard à barbe blanche et à longue
chevelure: c'est un docteur de Bombay; les autres sont de Lahore en
Punjab. Ils sont venus visiter le pays, mais ils s'empressent de le
quitter, ils le trouvent trop froid et lui préfèrent les plaines plus
chaudes de l'Australie. En ce moment, ils se rendent à l'exposition
internationale de Calcutta organisée par le gouvernement des Indes
sous la direction d'un Français, M. Joubert, qui a parfaitement
réussi.

Dans le train, je retrouve encore la famille de Tasmanie qui revient
du lac Wakatipu, et rentre chez elle.

La locomotive nous emporte à travers plaines et collines, prairies et
forêts, et à midi 1/4 nous sommes à Bluff, où le _Manipoori_, steamer
de 2,000 tonnes, chauffe pour nous passer en Tasmanie. Je m'installe
dans ma cabine et j'écris ces pages sur la table du _Smoking room_
(salle à fumer).

À 6 heures du soir le navire lève l'ancre et il passe entre les
rochers rapprochés qui enserrent la baie, et bientôt après il est dans
le détroit de Fovean, qui sépare l'île Sud de l'île Stevart. Il n'y a
qu'environ 300 pêcheurs sur cette île. Le soleil couchant l'illumine
de ses derniers rayons de feu et je suis longtemps de l'oeil ces côtes
qui s'éloignent, en repassant dans mon esprit tout ce que j'ai vu. Il
y a 40 ans, il n'y avait en Nouvelle-Zélande que 100,000 sauvages,
occupés à se faire la guerre de tribu à tribu; aujourd'hui 517,000
habitants, dont plus de la moitié nés dans le pays; 165 villes et
villages, dont quelques-uns avec 30 et 40,000 âmes; le pays sillonné
de routes et de chemins de fer, avec postes, télégraphe, banques,
caisses d'épargne, assistance publique et toutes les institutions des
peuples les plus civilisés. Comment un si grand résultat a-t-il pu
être obtenu en si peu de temps? Les observateurs ne peuvent se passer
d'en chercher les raisons. L'Angleterre, instruite par la triste
expérience du siècle dernier avec l'Amérique du Nord, a laissé à ses
colonies de l'Océanie la pleine et entière liberté de choisir leur
constitution. Le peuple qui est arrivé ici était formé en grande
partie de cadets de vieilles familles anglaises où le respect à
l'autorité et l'attachement à la religion sont en honneur. La famille
est fortement constituée et la transmission intégrale du foyer en
assure la perpétuité. Le pays se gouverne par lui-même, et il est
capable de ce gouvernement parce que les citoyens ne restent pas
étrangers à la chose publique. L'autorité est autrement comprise ici
que dans d'autres vieux pays de l'Europe. Tout en la respectant
religieusement, les citoyens contrôlent avec rigueur ceux qui en sont
investis, les dénoncent par la presse, et ceux-ci ne sont pas
longtemps soufferts dès qu'ils manquent à leur devoir; les abus ne
sauraient ainsi se prolonger. Peu faiseurs de théories, mais très
pratiques, les hommes de ces pays nouveaux essaient timidement les
divers systèmes, les acceptent ou les répudient selon les résultats.
Il est bien vrai que certaines doctrines subversives commencent à se
faire jour, et on parle dans certains journaux de nationalisation de
la terre. Certes, empêcher que la terre ne devienne le monopole de
compagnies puissantes, ou tombe aux mains de quelques familles, c'est
juste et légitime; mais aller dans l'extrême opposé serait entrer dans
la période de souffrance. Heureusement on sait combattre dans ce pays;
et à peine cette théorie a paru qu'elle a été démolie par la presse,
les réunions et les associations. Qu'on le veuille ou non, la vie est
une lutte entre le bien et le mal, et ces pays seuls trouvent une paix
relative où les bons, comprenant leur devoir, agissent sans relâche
pour refouler le mal et faire triompher le bien.

Nous avons 930 milles entre Bluff et Hobart en Tasmanie; le navire les
franchira en trois jours. Aujourd'hui la mer est tranquille et la
navigation sans accidents. C'est le 8 décembre, grande fête pour les
catholiques. J'ai pour temple l'Océan et la voûte du ciel!

Je partage ma cabine avec un ingénieur, propriétaire d'une usine à
gaz, près Dunedin. Il me dit que le charbon de la côte ouest de la
Nouvelle-Zélande est le meilleur charbon du monde. Une tonne produit
10,700 pieds cubes de gaz et 1,486 livres de coke; et la force
éclairante est de 18 bougies par 5 pieds cubes; le prix du gaz en
Nouvelle-Zélande varie de 10 à 12 schellings les mille pieds cubes.

Le 9 décembre, dimanche, à 10 heures 1/2, la cloche appelle les
passagers au salon: ils s'y rendent tous, au nombre de 40 environ. Le
capitaine entonne un chant, puis récite les prières; ensuite il lit le
chapitre LV d'Isaïe et le chapitre LVI des Actes des apôtres. On
récite des psaumes et le _Te Deum_, et on finit par un cantique.
Jeunes et vieux, hommes et femmes sont recueillis et pénétrés du désir
d'invoquer Dieu, de le remercier et de lui rendre gloire.

La navigation continue paisible; quelques oiseaux voltigent autour du
navire. Le soir, après le dîner, à 7 heures 1/2, second service en
tout semblable à celui du matin.

10 décembre.--La nuit a été affreuse, un vent du sud prend le navire
en travers et le balance horriblement; la plupart des passagers sont
souffrants. Vers minuit nous espérons arriver à Hobart.



CHAPITRE XXV

Tasmanie.

     Le naufrage du _Tasman_. -- Le tremblement de terre des îles de
     la Sonde et les phénomènes qui en résultent. -- Arrivée à Hobart.
     -- La ville. -- Les environs. -- Cascade-hill. -- Une brasserie.
     -- Mgr Murphy et le Père Beechenor. -- Les Soeurs de la
     Présentation. -- Une tombe française. -- Population catholique.
     -- Le musée. -- Queen's dominion. -- Le lawn-tennis. -- De Hobart
     à Lanceston. -- Les fonderies d'étain. -- Les mines de
     Mount-bischoff. -- Les écoles. -- Un tremblement de terre. -- Le
     clergé irlandais et les fidèles. -- La _Salvation army_. -- La
     Tasmanie. -- Situation. -- Histoire. -- Surface. -- Population.
     -- Climat. -- Constitution. -- Produits. -- Importation. --
     Exportation. -- Banques. -- Système agraire. -- Immigration. --
     Bétail. -- Chemin de fer. -- Poste. -- Télégraphe. -- Instruction
     publique. -- Revenu. -- Dette. -- Les indigènes. -- Épisodes et
     extinction.


Le 10 décembre, vers 6 heures du soir, nous apercevons l'île Maria, et
nous nous dirigeons vers le cap Pilar. Sur les 8 heures nous laissons
à gauche l'île _South Bruni_ et entrons dans la _Storm-bay_. Il y a
quelques jours, le _Tasman_, steamer de la _Tasmanian steam navigation
Company_, y a coulé à pic, brisé par un rocher: les passagers et les
matelots se sont sauvés sur les chaloupes.

À 9 heures, le soleil couchant met le ciel en feu; on dirait une
aurore boréale. Le même phénomène se produit en Australie: les savants
pensent que c'est encore le résultat du bouleversement occasionné par
le terrible tremblement de terre qui a eu lieu il y a quelques mois
dans les îles de la Sonde.

À droite et à gauche, les rochers à pic ont un aspect sévère et
triste. À 10 heures nous quittons la haute mer pour entrer dans la
rivière Derwent, et à 11 heures le navire jette l'ancre devant Hobart.
Il est trop tard pour se rendre à terre, je dors dans ma cabine.

Hobart, capitale de l'île et colonie de Tasmanie, compte environ
20,000 habitants. Ses rues sont larges et grimpent ou contournent les
collines. La partie réservée aux affaires a de superbes édifices en
pierre: le palais de ville, la poste, le musée, et divers
établissements de banque sont de petits monuments. Les églises sont
nombreuses et quelques-unes fort jolies.

Une magnifique statue de John Franklin, qui a été gouverneur de la
colonie en 1840, et qui s'est perdu ensuite à la recherche du pôle
nord, orne le milieu d'un joli _square_ au centre de la ville. Ce qui
forme le charme principal, c'est l'éparpillement des _cottages_ sur
les collines, et les belles forêts d'eucalyptus qui couvrent les monts
environnants, et surtout le mont Wellington, qui les domine tous.

[Illustration: Tasmanie.--Hobart, capitale de la colonie.]

Hobart est à cette partie de l'hémisphère sud, ce que Nice et Cannes
sont pour notre vieux continent; les médecins y envoient les malades
de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, et même des Indes et de
l'Angleterre. Le climat est tonique et tempéré, la nature riante. Les
environs sont gracieux et les jardins en fleur; le blé mûrit, le foin
est coupé, les fèves montrent leurs premières gousses, les cerisiers
leur fruit rouge, les figuiers, les poiriers, les vignes, les boutons
de leurs fruits. Décembre correspond au mois de juin de chez nous;
c'est bien là la végétation de notre mois de juin dans le midi de la
France. À une lieue de la ville, à _Cascade-hill_, je trouve une
immense brasserie; le directeur me la fait visiter en m'expliquant les
diverses opérations dans les nombreux étages où nous montons par
l'ascenseur. Il me fait goûter la bière: on en fait 300 gallons par
jour (le gallon est d'environ 4 litres 1/2), et de deux sortes; la
bière genre allemand, qu'on vend 1 schelling le gallon, et la bière
anglaise, plus forte, qu'on vend 3 schellings le gallon, ou 8
schellings les 12 bouteilles. Je poursuis ma course dans les vallons
et à travers les forêts; les hirondelles courent après l'insecte; un
gentil petit oiseau à queue rouge ne s'effraie pas du promeneur, le
torrent murmure à l'ombre des mimosas en fleur; c'est ravissant, je
m'assieds sur l'herbe et je rêve un instant au bonheur.

À mon retour, je traverse de belles prairies en colline, où paissent
les vaches, les chevaux et les brebis; je vois de grandes plantations
de houblon et de framboises; je laisse à gauche une ancienne scierie,
transformée en hôpital des fous, et je rentre en ville rendre visite à
l'évêque de Tasmanie.

Mgr Murphy, vénérable vieillard qui a été pendant 25 ans évêque à
Hyderabad dans l'Hindoustan, m'accueille avec une bonté paternelle, et
apprenant que je m'occupe d'oeuvres charitables, me dit: Restez ici,
vous dînerez avec moi, et je vous mettrai en relation avec le P.
Beechenor, doyen de Lanceston, qui vient d'arriver, il est lui aussi
homme d'action, et vous vous entendrez facilement. À l'heure le dîner
est servi. Je suis content de causer en italien avec le bon P.
Beechenor, élève du collège de _Propaganda fide_, à Rome.

Sur les 115,000 habitants que compte l'île de Tasmanie, 25,000 sont
catholiques et presque tous: Irlandais: il y en a 5,000 à Hobart: Le
Père me fait visiter la cathédrale, qu'il a construite pendant qu'il
était curé ici; c'est un beau et vaste édifice gothique en pierre; la
voûte est en bois, les tours sont encore à construire. À côté de la
cathédrale, nous visitons le couvent des Soeurs de la Présentation de
Cork en Irlande.

La Mère Maria Francesca Xavier Murphy, soeur de l'évêque, les a
conduites ici, et à l'heure actuelle elles ont 3 écoles à Lanceston, 6
à Hobart et un grand nombre en d'autres stations de l'île. Une croix
de marbre blanc dans le petit cimetière des Soeurs, à côté de la
cathédrale, marque l'endroit où repose la dépouille mortelle de la
Mère Xavier Murphy. De sa tombe elle encourage encore ses compagnes
par le souvenir de ses vertus. Le couvent est au centre d'un gracieux
jardin, les Soeurs y instruisent 25 pensionnaires et 200 externes.
Elles réunissent les grandes élèves et me prient de leur faire subir
l'examen de lecture en langue française; le gouverneur, qui doit
assister à leur grand examen, aime qu'elles aient une bonne
prononciation. Le P. Beechenor me conduit à l'ancien cimetière
catholique, au-dessus du palais épiscopal. Aujourd'hui un nouveau
cimetière hors la ville réunit dans des compartiments séparés les
morts de toutes les communautés. Au milieu des monuments funéraires,
le Père me fait remarquer une pierre sur laquelle je lis ces paroles:
«Expédition autour du monde. Corvettes _l'Astrolabe_ et _la Zélée_. À
la mémoire de Coupil (Ernest-Auguste), dessinateur; Couteleng
(Jean-Marie-Antoine), charpentier; Archier (Honoré-Antoine-Étienne),
2e maître de manoeuvre; Bernard (Pierre-Léon), matelot de 2e classe;
Baudoin (Jean-Baptiste-Désiré), matelot de 3e classe; Daniel
(Alexandre), matelot, décédés à Hobart-Town, janvier, février, mars,
1840. Hommage d'un prince marin comme eux qui a voulu sauver de
l'oubli les noms de ses compatriotes morts dans l'accomplissement
d'une mission glorieuse pour la France, septembre 1866. _Finistère_,
février. 1881.»

Cette inscription, placée sur une table: de bois par le fils du prince
de Joinville, à son passage ici en 1866, fut renouvelée, sur pierre en
1881, par les soins du capitaine du navire de guerre _le Finistère_.

Bonne et patriotique pensée, celle de relever aux yeux de la postérité
l'honneur de ceux qui ont bien servi le pays!

En fait d'écoles de garçons, il n'y a à Hobart qu'une école dirigée
par deux laïques et fréquentée par 55 élèves. Il serait pourtant utile
d'aboutir à un petit et grand séminaire pour le recrutement du clergé:
toutefois, quelques-uns pensent qu'il est encore préférable pour le
moment d'envoyer le clergé d'Irlande, où il se recrute dans les
meilleures classes de la société. Il y a 18 prêtres, pour le diocèse
de Tasmanie. Les Soeurs de la Présentation ont encore en ville un
orphelinat, avec 35 élèves: la moitié sont pensionnées par le
gouvernement. Elles apprennent à tenir une maison, et à 18 ans elles
se placent ou se marient.

[Illustration: Tasmanie.--Forêt d'eucalyptus.]

Dans ma visite au Musée, je remarque une belle collection, d'objets
ethnographiques appartenant à la race des indigènes de Tasmanie et des
habitants des diverses autres îles de l'Océanie. Une voiture nous
conduit à la belle promenade de Queen's-Dominion. Elle contourne une
colline boisée d'eucalyptus. On voit au loin le _Betlehem-Wall_,
rocher abrupte en forme de fer à cheval et qu'on prendrait pour le
fameux roc de Saint-Jeannet, sur le Var. Ici, les jeunes gens jouent
leur partie de lawn-tennis; plus loin ce sont les hommes puis les
demoiselles; le plus souvent, jeunes gens et jeunes filles font la
partie ensemble. Il n'y a pas ici sur ce point la même rigueur que
dans notre pays, mais la tenue est convenable et digne; le moindre
badinage inconvenant serait une cause d'exclusion immédiate. Il est
aussi d'usage dans ce pays que les jeunes gens et les jeunes filles
avec leurs parents fassent de fréquents pique-nique à la campagne; la
jeunesse a par là occasion de se voir et de se connaître, et moins que
chez nous le mariage est une loterie.

La maison du gouverneur ressemble à un château d'Écosse. Vient ensuite
le jardin botanique, qui étage ses buissons de fleurs sur la rive du
Derwent; et continuant à contourner la colline, je rentre en ville par
les faubourgs qui s'étendent au loin.

Ma soirée se passe à lire les journaux du pays et à causer avec un
Américain, en tournée de placement de marbre du Vermont sur
l'Atlantique; il en vend partout au prix de 2 dollars 1/2 jusqu'à 40
dollars le pied cube. Pourquoi les Italiens ne viennent-ils pas placer
ici leur marbre de Carrare, bien supérieur?

Le lendemain, à 5 heures du matin, j'écris mon journal, et à 8 heures
je suis à la gare, en route pour Lanceston. La distance est de 133
milles, et la voie traverse l'île du sud au nord. Les rails sont
espacés à 3 pieds 1/2; les wagons ont leurs bancs sur les côtés. Nous
suivons d'abord la rivière Derwent pendant plusieurs milles; ses tours
et détours multiples sont fort gracieux; de pittoresques presqu'îles
s'y dessinent sous toutes les formes. Les vertes prairies alternent
avec les mimosas ou des champs d'églantiers en fleurs. À droite et à
gauche la double chaîne de montagnes qui traversent l'île laisse voir
leurs rochers, tantôt à pic, tantôt boisés. Plus loin, nous traversons
la rivière sur un long pont de bois et nous pénétrons dans la forêt
d'eucalyptus. Nous contournons des vallons par des courbes serrées,
grimpons des collines pour les redescendre; nous sommes dans un
labyrinthe ravissant. Par-ci, par-là, la cabane de quelque pionnier;
les cantonniers aussi brûlent une partie de la forêt et sèment leur
blé. Us remplacent la fougère et l'herbe dure indigène par la belle
herbe européenne que broutent les moutons. Enfin, après un long tunnel
nous entrons dans une région plus plate; le terrain est encore ondulé,
les moutons et les boeufs paissent sur les verts mamelons, mais plus
loin le bassin s'élargit et s'aplatit. Les gares sont des cabanes
couvertes en lames de bois. Quelques stations portent le nom de
Jéricho, Jérusalem et autres lieux de Palestine; les villages ont
parfois à peine quelques maisonnettes à côté de la modeste maison
d'école en planches. Les amateurs de paysage seraient ici contents.
Les fermes deviennent plus nombreuses, puis nous apercevons les
maisons de campagne, qui indiquent l'approche d'une ville; à 1 heure
3/4 nous sommes à Lanceston, capitale du Nord.

[Illustration: Tasmanie.--Forêt d'eucalyptus à Cora Fine River, sur le
chemin de fer d'Hobart à Lanceston.]

Elle compte 12,000 habitants: ses rues ont 15 mètres de large et
s'étendent en plaine sur les bords de la rivière Tamar; les collines
environnantes sont couvertes d'eucalyptus et parsemées de gracieux
cottages. Un joli square au centre de la ville est orné d'une belle
fontaine en bronze; les bébés y jouent à loisir sur la verte pelouse.

[Illustration: Tasmanie.--Ville et Port de Lanceston.]

C'est à Lanceston qu'on fond l'étain des fameux dépôts d'alluvion du
Mount-Bischoff. Ils furent découverts par le colon James Smith, et une
compagnie fut formée en 1873 au capital de 60,000 liv. stg. en 12,000
actions de 5 l. stg. Le tiers des actions a été libéré, les deux
autres tiers ne sont libérés que d'une l. stg., et pourtant ces
actions sont maintenant cotées à 60 l. stg. chaque. À la fin décembre
1882, la quantité d'étain retirée s'élevait à 15,604 tonnes, vendues
à Londres au prix d'environ 85 l. stg. la tonne. La fonderie que je
visite à Lanceston comprend plusieurs fours de fonte et divers
chaudrons de raffinage. Neuf heures suffisent à la fonte du minerai;
le charbon est tiré de New-Castle (Australie); l'opération du
raffinage demande 5 heures. On raffine en ce moment environ 250 tonnes
par mois, et le minerai donne une moyenne de 73% d'étain pur. Plus
loin, je visite une autre fonderie où les propriétaires de diverses
mines et dépôts d'alluvion viennent fondre leur minerai moyennant un
certain prix.

Je voulais voir les mines d'or de Beaconfield, sur le Tamar, à
quelques lieues de Lanceston. Un petit navire y conduit tous les
matins, mais le steamer qui va à Melbourne ne s'y arrête pas pour
prendre les voyageurs, et je ne pouvais retourner à temps pour
l'atteindre à Lanceston. Je passe donc une partie de la journée à
rédiger mon journal, et rends visite au P. Gleeson, curé de cette
ville. Il me conduit aux écoles; les Soeurs instruisent 200 élèves;
les garçons ont pour maîtres 2 laïques et ne sont que 70. Le bon Père
m'invite à dîner, et pendant le repas, la maison se met à danser comme
un navire sur l'eau; c'est un tremblement de terre. Le Père me fait
remarquer que tout le mortier du plafond a été enlevé pour éviter de
le recevoir sur le nez. Ces tremblements sont si fréquents que le
Père, par précaution, dort dans le jardin, sous les planches légères
d'une petite cabane. Il me raconte qu'il a fait durant la semaine 115
lieues à cheval pour visiter les nombreuses familles des campagnes,
entendre les confessions, faire le catéchisme, etc. Le clergé est
rétribué par les familles et les entoure du plus grand soin; à leur
tour, les familles tiennent à ce que leur curé aie le nécessaire, et
il en résulte une union et une solidarité fécondes en bons résultats.
Voyez, me dit le bon Père, que je ne manque de rien; je suis dans une
aisance convenable; j'ai mon cheval et ma voiture, et il me reste
toujours assez pour faire des aumônes.

En rentrant, j'entends une fanfare avec tambour et grosse caisse. Des
curieux la suivent, et je fais comme eux. On parcourt plusieurs rues
et on arrive à une grande salle en planches pouvant contenir 2,000
personnes. Bientôt, elle se remplit et la représentation commence.
C'est la _Salvation army_ (armée du salut).

Les chefs ont une espèce d'uniforme militaire. On commence par un
chant rapide dont le refrain revient après chaque couplet:

  _The Lamb, the Lamb, the bleeding Lamb
  I love the sound of Jesus' name
  It sets my spirit all in flame
  Glory to the bleeding Lamb._

  L'Agneau, l'Agneau, l'Agneau sanglant!
  J'aime le son du nom de Jésus;
  Il met mon esprit en flamme.
  Gloire à l'Agneau sanglant!

Le chef récite ensuite le _Pater_ d'un ton solennel, et lit le
chapitre de l'Évangile de saint Marc relatif à l'aveugle de Jéricho;
puis il le commente d'une manière fort pratique: «Pécheurs, ouvrez
les yeux, le Seigneur vous appelle, quittez la voie du mal, rentrez
dans le chemin des élus; ivrognes, revenez à la tempérance; impudiques
à la pureté; ennemis, réconciliez-vous; vous êtes faits pour le
bonheur, le bonheur n'est que dans la vertu.» Pendant qu'il parle, un
jeune homme crie de temps en temps: _Alleluia!_ probablement pour
exciter l'attention. Le public commence par rire, puis il écoute et
s'émeut.

Les chants recommencent:

  _Jesus, the name high over all
  In hell, or earth, or sky;
  Angels and men before Thee fall
  And devils fear and fly._

  Jésus, nom au-dessus de tout,
  Dans les enfers, sur la terre et au ciel,
  Les anges et les hommes devant Toi se prosternent,
  Les démons craignent et s'enfuient.

Un jeune homme bat la mesure en agitant une écharpe; quelques
chanteurs la marquent avec leurs bras. Vient ensuite la confession
publique. Un monsieur s'avance et déclare que depuis 25 ans il s'était
éloigné du bien, lorsque l'armée du salut l'a ramené sur le chemin de
la vertu. Sa maison était un enfer; il arrivait ivre, battait sa femme
et ses enfants; maintenant, il a quitté l'ivrognerie, et sa maison a
retrouvé la paix et la joie des justes: il engage le public à
s'enrôler dans l'armée du salut. Un vieillard à barbe blanche lui
succède; il raconte sa misérable existence et sa conversion par
l'armée du salut; et ainsi de suite plusieurs viennent confesser
leurs péchés. Arrive aussi le tour des femmes et des jeunes filles;
elles sont plus timides; quelques-unes hésitent, mais finissent toutes
par confesser qu'elles étaient malheureuses loin du droit sentier, et
que l'armée du salut leur a redonné le bonheur en les ramenant à Dieu
et à sa loi. La jeune femme du chef, vêtue de noir, semble plus
fortement convaincue. Dans un speech émouvant, elle parle de la
brièveté de la vie, de l'heure incertaine de la mort; adresse un
pressant appel à la jeunesse, puis elle entonne un cantique de
repentir et de componction. Plusieurs s'inscrivent et montent sur
l'estrade à côté des anciens. Après une quête et la prière du soir,
l'assemblée se disperse. Le tout présente un ensemble moitié sérieux,
moitié comique, et on se demande lequel des deux prendra le dessus?
Plusieurs pensent que cette manière de parodier la prédication ne peut
que faire tort aux prédicateurs de l'Évangile; d'autres affirment que
les intentions des adeptes étant droites, il est probable qu'ils sont
agréables à Dieu. Ils ajoutent que, devant juger l'arbre par le fruit,
on ne peut le trouver mauvais, puisque les adeptes gardent les
commandements, et qu'à leur appel bon nombre de pécheurs quittent leur
mauvaise voie. On pourrait dire ce que Nicodème disait au Conseil des
anciens: «Laissez-les faire, car leur oeuvre est de Dieu ou des
hommes; si elle est des hommes, elle s'éteindra d'elle-même sous le
mépris public.»

Les Apôtres aussi vinrent un jour au Seigneur et lui dirent: «Maître,
nous avons vu quelqu'un qui chassait les démons en votre nom, et qui
ne nous suit pas, et nous l'en avons empêché. Mais Jésus leur
répondit: Ne l'en empêchez point; car il n'y a personne qui fasse un
miracle en mon nom et qui puisse incontinent mal parler de moi; car,
qui n'est pas contre vous est pour vous (Marc, IX, 37).»

[Illustration: Tasmanie.--Town Park à Lanceston.]

Je vois par les journaux qu'à la suite de ces prédications un si grand
nombre de filles perdues sont venues à repentance que l'armée du
salut, aidée par des dames charitables, a loué à Lanceston une maison
pour les recevoir et les occuper à un travail utile. Elle en a fait de
même à Melbourne, où elle a d'abord loué puis acheté deux maisons dans
les faubourgs pour y recueillir les Madeleines.

En ville je demande à l'hôtel, dans les magasins, aux personnes du
peuple, ce qu'ils pensent de l'armée du salut: _It is a little funny_
(c'est un peu burlesque) dit-on généralement, mais il y a du bon. On
dit des choses justes, et plusieurs en sont frappés et se corrigent.

Je vois partout des gens portant ostensiblement à la boutonnière un
ruban bleu; c'est la confrérie du _blue ribbon_. Comme les Nazaréens,
ils prennent l'engagement de ne jamais rien boire de ce qui peut
enivrer: ils sont déjà plus de 20,000.

Avant de quitter la Tasmanie, il est bon de dire ce qu'a été et ce
qu'est cette colonie.

L'île de Tasmanie est située entre le 40° 15' et 43° 45' latitude sud;
et entre le 144° 45' et le 148° 30' longitude est. Elle est séparée de
l'Australie par le détroit de Bass, large de 120 milles. Le Pacifique
la baigne à l'Est et l'océan Indien à l'ouest. Tasman, navigateur
hollandais, qui la découvrit, l'appela d'abord Terre de Van Diémen, du
nom du gouverneur de Batavia; au XVIIe siècle; plus tard, avec plus de
justice, elle fut appelée du nom de son inventeur, Tasmania. Sa plus
grande longueur est de 230 milles et sa plus grande largeur de 190. Sa
surface est de 24,000 milles carrés, soit 4,000 milles carrés de moins
que l'Irlande. Elle compte plus de 16,000,000 d'acres ou arpents.
L'île est montagneuse; quelques pics atteignent jusqu'à 2,000 mètres.
Elle a plusieurs lacs sur les hauts plateaux d'où coulent ses
rivières. Les principales sont le Derwent, sur lequel se trouve
Hobart, la capitale. Son estuaire forme un des plus beaux ports de
l'hémisphère sud; vient ensuite dans le nord la rivière Tamar, sur
laquelle se trouve Lanceston; elle a 45 milles de long. Le Davey et
le Huon dans le sud sont aussi navigables, et dans le détroit de Bass
seulement, se déversent 16 rivières; 55 îles entourent la Tasmanie et
font partie de la colonie; elles sont surtout habitées par des métis
qui vivent de la pêche de la baleine. L'île est divisée en 16 comtés
et en 32 districts électoraux; elle a 21 municipalités élues.

[Illustration: Tasmanie.--Fougères arborescentes.]

Le climat est très sain, la mortalité n'est que de 14 par 1,000. La
moyenne barométrique de ces trente-cinq dernières années a été de
29,821 et la moyenne thermométrique de 55,41 Farenheit; la moyenne des
jours de pluie 12, et la moyenne d'eau 2 pouces. Les vents dominants
sont le nord-est et le sud-ouest, avec une force moyenne de 64 liv.
par pied carré. L'hiver, la neige couvre ordinairement ses montagnes.

La colonie de Tasmanie, comme celle de la Nouvelle-Galle du sud et du
Queensland, a commencé par les convicts. Les premiers criminels y
arrivèrent de Sydney en 1803 avec le capitaine Bowen, qui s'établit à
Risdon, sur le Derwent, un peu au-dessus du lieu où s'élève
aujourd'hui la ville de Hobart. La population, au 31 décembre 1882,
comptait 122,500 habitants, sur lesquels 64% savent lire et écrire, et
8% lire seulement.

Le gouvernement est constitutionnel. Un gouverneur, nommé par la
reine, reçoit de la colonie 3,500. l. stg. l'an, plus 1,000 l. stg.
pour frais de représentation. Le Conseil exécutif comprend les
ministres de la Couronne, passés et présents: ils ont le titre
d'_honourable_. Le cabinet comprend quatre ministres salariés; les
deux chambres sont électives; elles s'appellent le Conseil législatif
et l'Assemblée. Le Conseil législatif est composé de 16 membres, qui
sont élus pour 6 ans; ils doivent être nationaux ou naturalisés, et
avoir 30 ans d'âge. Les électeurs du Conseil législatif doivent être
nationaux ou naturalisés, avoir 21 ans, et posséder une propriété d'un
revenu de 750 fr. l'an, ou payer un loyer de 5,000 fr. pendant au
moins cinq ans. Sont aussi électeurs les avocats, avoués, médecins,
officiers de terre et de mer en retraite, et les ministres du culte en
fonction.

L'Assemblée est composée de 32 membres, élus pour cinq ans; ils
doivent avoir 21 ans, être nationaux ou naturalisés. Les électeurs de
l'Assemblée doivent avoir 21 ans, être nationaux ou naturalisés,
posséder une propriété de la valeur de 1,250 fr. ou occuper une
maison rapportant 175 fr. l'an, ou payer un loyer 175 fr. l'an, ou
gagner un salaire de 2,000 fr. l'an qui ne soit pas payé par semaine,
ou avoir une profession libérale ou être officier de l'armée ou de la
marine en retraite.

Les électeurs inscrits pour le Conseil législatif sont au nombre de
3,380; ceux inscrits pour l'Assemblée sont 16,420.

Les principaux produits sont l'étain, l'or, la laine, le blé,
l'avoine, l'orge, les pommes de terre, les bois de construction, le
houblon, les fruits et conserves de fruits, l'huile de baleine, etc.

L'étain et l'or exportés dans les cinq dernières années atteignent
2,278,625 l. stg., et la laine 2,449,921 l. stg. L'extension que prend
l'industrie minière, où les ouvriers sont payés 10 à 12 schellings par
jour, a fait un peu délaisser l'agriculture. Néanmoins, elle fournit
encore aux besoins de la colonie, et a exporté l'an dernier pour
23,726 l. stg. Le bois de construction exporté en 1881 atteint la
valeur de 56,605 l. stg; 668,846 livres de houblon ont été récoltées
en 1881, et on en a exporté pour 23,663 l. stg. Les conserves de
fruits exportées en 1881 atteignent la valeur de 194,566 l. stg. Dans
la même année, dix navires, occupés à la pêche de la baleine, ont
rapporté 316 tonnes d'huile, évaluées à 22,120 l. stg. La Tasmanie
possède aussi du charbon, du _shale_ ou charbon à pétrole, des pierres
de construction, des ardoises, des marbres, de la terre glaise, du
fer, du sable à verre, du plomb argentifère. L'industrie comprend des
brasseries, des briqueteries, fabriques de souliers, pulvérisation des
os, fabriques de chandelles, de savons, de voitures, d'habits, de
fromages, tanneries, teintureries, chapelleries, poteries, scieries,
imprimeries, fonderies, filatures de laine. Le gouvernement donne des
prix pour l'encouragement et la diffusion de l'industrie.
L'importation pour 1881 a atteint 1,431,444 l. stg., et l'exportation
1,555,576 l. stg. Dans la même année, 694 navires, avec un tonnage de
192,024 tonnes, sont entrés dans les ports de la Tasmanie.

Il y a 5 banques dans la colonie. Le revenu de la propriété urbaine et
rurale est estimé à 714,112 l. stg.; l'accroissement annuel est
d'environ 19%.

Pour utiliser les terres de la Couronne, on a adopté le système de
sélection. Chaque sélecteur peut choisir 320 acres de terre au prix de
1 l. stg. l'acre, payable en 14 ans. S'il se libère d'avance, on lui
tient compte de l'intérêt à 5% l'an. Le sélecteur est tenu d'occuper
la terre personnellement ou par représentant jusqu'à complet paiement.

Le gouvernement favorise l'immigration de plusieurs manières. Chaque
résident en Tasmanie a le droit de désigner tous les ans 20 adultes
qu'il désire amener dans la colonie en payant le prix du passage fixé
à 125 fr. pour chaque homme, à 75 fr. pour chaque femme, et à 150 fr.
pour chaque couple marié. Ces immigrants doivent être sains de corps
et d'esprit, ne pas dépasser 40 ans, ou 45 s'ils sont mariés, et
appartenir aux classes d'agriculteurs, ouvriers ou domestiques. Les
enfants accompagnant leurs parents, et au-dessous de 3 ans, ne paient
aucun droit de passage. Ceux entre 3 et 12 paient moitié prix;
au-dessus de 12 ans ils paient comme les adultes. Ces immigrants
doivent être examinés et approuvés par l'agent d'immigration à
Londres.

L'immigrant ainsi importé s'oblige à rester 4 ans au moins dans la
colonie, et s'il quitte avant, il doit payer au bureau d'immigration
le 1/4, la 1/2, le 1/3, ou tout le prix de passage, fixé à 18 l. stg.,
selon qu'il quitte la 1re, 2e, 3e ou 4e année.

Les immigrants qui arrivent à leurs frais ont droit de demander une
surface de terre de la valeur de 18 l. stg. pour chaque personne
au-dessus de 15 ans, et de la valeur de 9 l. stg. pour chaque enfant.

Tout immigrant venu en 1re ou 2e classe a droit de choisir
gratuitement dans l'année 30 acres de terre pour lui, 20 pour sa
femme, et 10 pour chaque enfant. Après 5 ans de séjour, l'immigrant
reçoit le titre de propriété, et, s'il meurt avant, son droit passe
aux héritiers, pourvu que sur la terre on ait fait des améliorations
correspondant à 1 l. stg. par acre.

En 1882, il y avait en Tasmanie 28,000 chevaux, 130,000 boeufs,
2,000,000 de moutons, 2,000 chèvres, 50,000 porcs, 5 mules et 8 ânes.
Les mérinos de Tasmanie sont fort renommés; quelques-uns de ces
béliers se vendent jusqu'à 600 guinées, plus de 15,000 fr. La Tasmanie
est reliée à l'Australie par un câble sous-marin. Plusieurs steamers
vont chaque semaine d'une île à l'autre, et de Tasmanie en
Nouvelle-Zélande. Le réseau de chemin de fer continue à s'étendre. On
dépense tous les ans de fortes sommes pour multiplier les routes. La
poste et le télégraphe unissent au centre les plus petites localités.

L'instruction est obligatoire; les parents sont obligés d'envoyer les
enfants à l'école sous peine de 50 fr. d'amende, à moins qu'ils ne
soient malades, empêchés, ou instruits chez eux. L'enseignement des
écoles publiques est _unsectarian_, c'est-à-dire qu'on ne donne aucun
enseignement religieux. Les catholiques, tout en payant la
contribution afférente à l'enseignement, ont leurs écoles privées, où
leurs enfants reçoivent aussi renseignement religieux.

Le revenu de la colonie pour 1884 est estimé à 572,378 l. stg., et
provient en grande partie des droits de douane. La dépense est estimée
à 503,531 l. stg. La dette publique est de 2,391,500 l. stg., soit 18
l. stg. 1/2 par tête d'habitant.

Les naturels de l'île sont complètement éteints. La dernière indigène,
Lalla Rookh, est morte il y a 3 ans. Il est bon de mentionner ici leur
triste histoire. Après Tasman, l'île fut visitée le 4 mars 1772 par le
Français Marion de Fresnes. Il fut reçu à coup de pierres et de
lances, et une décharge des matelots tua plusieurs sauvages. Le
capitaine Cook la visita en 1777, et y laissa des porcs, des vignes,
des oranges, des pommes, des prunes, des oignons et des pommes de
terre. Cook donne la description de leurs femmes nues et tatouées,
avec leurs têtes rasées, vivant comme des bêtes.

Le capitaine Flinders, en 1798, fut aussi mal reçu, mais le capitaine
de Surville, qui aborda à _Doubtless-bay_, eut de la nourriture et de
l'eau.

L'introduction des criminels rendit la condition des indigènes encore
plus misérable. Les évadés s'étaient formés en troupes de vrais,
bandits, connus sous le nom de _bushrangers_, pillant et massacrant
aussi bien les blancs que les noirs. Les indigènes prirent en haine
les blancs, et ne pouvant leur résister ouvertement, les prenaient en
détail en embuscade.

Le gouverneur faisait des proclamations qui ne servaient à rien, car
les noirs ne savaient pas lire. Il prit alors le parti de les exhiber
en peinture. On y voyait des noirs tuant des blancs à coup de lance et
les pendant aux arbres; puis des femmes blanches donnant leurs soins à
des enfants noirs. Ceci ne produisit guère plus d'effet. Les
_bushrangers_ commettaient des crimes horribles, et les noirs, sous la
conduite de deux des leurs, Jack et Mosquito, prenaient leur revanche
sur tout ce qu'ils trouvaient de blancs, sans épargner femmes et
enfants. Des soldats furent envoyés à leur poursuite; ils surprirent
une réunion de noirs durant la nuit et en tuèrent un grand nombre. Un
soldat prit un enfant et dit: Si tu n'es pas méchant maintenant, tu le
seras un jour. Et il lui brisa la tête contre un arbre. La lutte
devint féroce. Jack et Mosquito furent pris couverts de blessures et
pendus. Mais la guerre ne finit point pour cela: 3,000 blancs
partirent en campagne et étaient arrivés à cerner les noirs, lorsqu'un
individu se mit à crier: Voilà, voilà du bruit dans ce buisson, feu!
feu! On se rassemble, on fait feu, et on s'aperçoit qu'on a tué une
pauvre vache qui paissait paisiblement. Pendant ce temps les noirs
purent s'enfuir en masse, et les choses étaient à recommencer. Alors,
un nommé Robinson, mécanicien, demanda l'autorisation d'aller sans
armes auprès des noirs pour les engager à faire la paix. On se moqua
de lui, mais on le laissa aller. Ceci se passait en 1830. Les pauvres
noirs se mouraient de faim, car leurs plantations étaient dévastées.

Il prit avec lui deux noirs, visita les tribus de quelques îles, et
obtint leur acquiescement. Il retourna en Tasmanie, vit les tribus les
unes après les autres, faillit plusieurs fois être tué; mais il fut
toujours préservé. Lorsqu'il arriva à la dernière tribu, la plus
féroce, il était accompagné de deux blancs et de quelques noirs. À
leur approche, 150 chiens donnent l'éveil, la tribu est sur pied et en
armes; Montpeliata, leur chef, lève sa lance longue de 6 pieds, les
femmes portent aussi des paquets de lances. Robinson s'arrête et
attend son sort. Son compagnon lui dit: Je pense que nous serons
bientôt dans la résurrection,--je le crois aussi, fut sa réponse.

Les guerriers s'avancent et Montpeliata crie aux étrangers: Qui
êtes-vous?--Nous sommes des amis. Où sont vos armes?--Nous n'en avons
point. Le sauvage se ravise et dit: Où sont vos piccaninnies (vos
pistolets)?--Nous n'en avons point. À ce moment, se fit une pause
solennelle; un mot du chef et les guerriers allaient se jeter sur les
étrangers et les transpercer. Quelques-uns des leurs le comprennent et
s'enfuient.--Revenez ici, crie Montpeliata. Ce fut le premier rayon
d'espoir. Les femmes à leur tour se mettent à jaser et le chef se
dirige vers elles. Une consultation s'en suit, et les femmes lèvent
trois fois les mains en l'air poussant le cri de paix. Les lances
tombent, on se tend les mains, on s'embrasse. Robinson retourne à
Hobart, on le fête, on le proclame pacificateur et libérateur de la
colonie. Il avait obtenu, en effet, par la force morale, ce que les
armes n'avaient pu obtenir.

Les noirs furent transportés à l'île Flinders par les soins du
gouvernement. Cette île a 40 milles de long sur 18 de large. Les
transportés reçurent toutes sortes d'attentions et tout le nécessaire
à la vie: ils avaient leurs huttes, leurs jardins, leurs
missionnaires, leurs juges. Néanmoins ils s'éteignaient rapidement et
mouraient de nostalgie; ils voyaient de loin leur pays et soupiraient
après le retour. Ils furent bientôt réduits à 50 personnes: 22 femmes,
12 hommes et 16 enfants; et on les transporta à _Oyster cove_, près de
Hobart; mais là encore ils occupaient l'ancien local des convicts, ce
qui était bien fait pour rappeler leur captivité. M. Clarke, un de
leurs catéchistes, s'était fait leur père. Après sa mort, la
tristesse saisit encore plus les malheureux survivants. En 1854, ils
n'étaient plus que 3 hommes, 11 femmes et 2 enfants. On leur laissait
donner des alcools et des liqueurs; c'était leur poison. Une de ces
malheureuses se plaignait en ces termes: «À l'île Flinders, nous
avions des amis; nous n'en avons plus ici; là, on prenait soin de
nous, ici on nous jette à l'écume de la société (faisant allusion aux
convicts). Il serait mieux que quelqu'un vienne nous lire et prier
avec nous; par contre, nous sommes tentés de boire et personne ne
s'occupe de nous.»

[Illustration: Tasmanie.--Port Arthur.--Ancienne prison des convicts.]

Bientôt il ne resta plus que deux survivants: le roi Billy et sa
femme. Celui-ci était un habile pêcheur de baleines, mais lorsqu'il
recevait sa paie, il s'empressait de s'enivrer. Il mourut à la fin du
choléra en 1869. La dernière survivante, Truganina ou Lalla Rookh, fut
recueillie par Mme Dandridge. Elle racontait souvent les épisodes
tragiques des dernières guerres, et comment elle avait vu périr toute
sa race. Elle mourut elle-même à la fin, il y a 3 ans. Triste
histoire, qui est en train de se reproduire pour toutes les races de
l'Océanie!

14 décembre.--À 5 heures du matin je rédige mon journal, et à 10
heures je suis sur le _Flinders_, navire de la _Tasmanian C{y}_, qui
doit me transporter à Melbourne. Les cabines sont au complet. Le
steamer quitte lentement et avec précaution le quai où il était
amarré; la rivière forme bientôt un détour dangereux. Nous descendons
le fleuve dans ses tours et détours parsemés d'îles gracieuses. La
contrée est tantôt en plaine, tantôt accidentée, tantôt couverte de
gazon, tantôt boisée d'eucalyptus. Vers 2 heures nous apercevons à
gauche la cheminée fumante des mines de quartz aurifère de
Beaconfield; puis la rivière s'élargit, et à son embouchure un
promontoire me rappelle celui d'Antibes.

À 2 heures nous sommes en pleine mer, elle est fort houleuse; tous les
passagers sont malades et gardent le lit. La tempête dure toute la
nuit, mais le matin de bonne heure nous apercevons la grande terre:
c'est l'Australie!



CHAPITRE XXVI

Australie.

     L'Australie. -- Situation. -- Surface. -- Histoire. -- Les
     convicts. -- Les explorateurs. -- Les chemins de fer. -- Le
     télégraphe. -- Les banques. -- Journaux. -- Gouvernement. --
     Population. -- Conformation. -- Géologie. -- Minéraux. -- Faune.
     -- Bétail. -- Produits. -- Exportation. -- Importation. --
     Agriculture. -- Religion. -- Instruction publique. -- Armée. --
     Marine. -- Navigation. -- Revenu. -- Dépense. -- Les indigènes.
     -- Races, origine, croyances, moeurs et usages.


On comprend sous le nom d'Australasie, l'Australie, la
Nouvelle-Zélande, la Tasmanie et les îles adjacentes. Nous avons fait
connaître la Nouvelle-Zélande et la Tasmanie. Nous allons parler de
l'Australie. Elle est la plus vaste des îles du globe. Sa plus grande
longueur est de 2,400 milles, sa plus grande largeur de 1,971 milles.

L'étendue de ses côtes est de 7,750 milles; sa surface de 3,000,000 de
milles carrés, soit environ 2,000,000,000 d'arpents. Elle est 26 fois
aussi vaste que la Grande Bretagne et l'Irlande, presque 6 fois aussi
grande que l'Hindoustan, et de 1/5 seulement plus petite que l'Europe.

Elle est située au sud-est de l'Asie, entre le 10° 39' et 39° 11'-1/2
latitude sud; et entre les méridiens 113° 5' et 153° 16' longitude est
de Greenwich. Elle est baignée au nord par les eaux du détroit de
Torres qui la sépare de la Nouvelle-Guinée, par l'océan Indien et les
eaux du golfe de Carpentaria, et la mer d'Arafura. Au sud, elle
confine au détroit de Bassus qui la sépare de la Tasmanie, et à
l'océan Pacifique sud; à l'est, elle est baignée par l'océan
Pacifique, et à l'ouest par l'océan Indien.

En jetant les yeux sur la carte, on voit qu'on peut la diviser en 3
parties: l'Est, qui comprend les 3 colonies de Victoria,
Nouvelle-Galle du Sud et Queensland; le centre, qui comprend la
colonie du Sud-Australie et son territoire du nord; l'Ouest, qui
comprend la colonie de l'Australie-Ouest. Si on divise le sol en 100
parties égales, Victoria en comprend 3, la Nouvelle-Galle du Sud 10,
Queensland 23, l'Australie du Sud 30 et l'Australie Ouest 34. La
distance qui sépare l'Australie de la France est d'environ 11,000
milles (le mille marin est de 1,852 mètres).

L'Australie fut d'abord visitée au XVIe siècle par les Portugais, qui
l'appelèrent _Java la Grande_; des cartes manuscrites en langue
portugaise, portant la date de 1531 et 1542, en font foi. En 1606, le
Portugais Fernand de Quiros l'aperçut et l'appela Terra Australia, et
dans la même année, Louis Vaez de Torres, qui faisait partie de la
même expédition, passe par le détroit qui porte son nom. Vinrent
ensuite les Hollandais qui l'appelèrent Nouvelle-Hollande. En 1770, le
capitaine Cook à son tour y aborda et en prit possession en hissant le
pavillon anglais.

Le premier établissement fut formé à Botany-Bay dans la Nouvelle-Galle
du Sud en 1788. En 1803, le lieutenant Bowen amena des convicts de
Sydney en Tasmanie. En 1825, on forma à _Moreton-Bay_ un autre
établissement qui devint en 1859 la colonie de Queensland. En 1829, on
commença un établissement nouveau à Swan-River (Australie Ouest) qui
fut colonie pénitentiaire de 1851 à 1868.

Victoria ou Port Philipp fut colonisé par les Tasmaniens en 1835, et
déclaré colonie indépendante en 1851. On y avait essayé une colonie
pénitentiaire dès 1803. L'Australie du Sud fut colonisée par des
émigrants anglais en 1836.

Depuis le comte Philipp en 1788, jusqu'à Frank Hanu en 1881, de
nombreux explorateurs ont parcouru le pays dans tous les sens, et
plusieurs ont péri victimes de leur patriotisme. Parmi les plus
célèbres, on cite: le capitaine Barker, sir George Grey, Ludwig
Leichhardt, qui dans la seconde expédition ne revint plus; Sir Thomas
Mitchell, Kennedy, Gregory, Stuart et Burke. Ce dernier, en 1860,
partit de Melbourne et réussit à atteindre le golfe de Carpentaria,
après avoir traversé toute l'île. À son retour à Cooper Creek, dont il
avait fait son lieu de ravitaillement, il trouva que ses compagnons
avaient quitté la place 7 heures avant, en emportant les provisions.
Il mourut de faim, lui et ceux qui l'accompagnaient, à l'exception de
King, qui fut trouvé exténué, vivant de racines avec les sauvages.

Les nombreuses expéditions qui furent envoyées à la recherche de Burke
aidèrent beaucoup à la découverte du pays.

En 1862, Stuart traversa l'île du nord au sud, depuis Adélaïde
jusqu'au golfe de Van Diémen. Quelque temps après le gouvernement de
l'Australie du Sud établit sur cette route une ligne télégraphique de
2,000 milles. Elle se soude à Port Darwin au câble qui passe par Java,
et se rallie aux Indes. De divers points de cette ligne télégraphique,
à différentes époques, d'autres explorateurs s'acheminèrent vers
l'ouest, traversant à des latitudes différentes toute l'Australie
Ouest. D'après leur récit, un désert pierreux s'étendrait au centre,
entre l'Australie Ouest et l'Australie Sud; ils ont aussi rencontré
des lacs nombreux. Le reste est du bon terrain, propre à la culture et
à l'élevage. Le gouvernement de l'Australie du Sud construit en ce
moment un chemin de fer, le long du télégraphe, entre Adélaïde et Port
Darwin; les travaux se poursuivent des deux côtés, et dans quelques
années, la locomotive traversera la grande île, non seulement du sud
au nord, mais en plusieurs autres directions. En 1881, le gouvernement
de Queensland a fait étudier une ligne qui irait de Roma au centre de
la colonie, jusqu'au golfe de Carpentaria. Les explorateurs purent
conduire avec eux un petit char. Une grande discussion agite en ce
moment la colonie. Des compagnies proposent d'exécuter ces lignes de
railway, moyennant la cession d'une quantité de terres, d'après le
système américain, mais la population ne veut pas que les railways
servent à enrichir quelques compagnies, et insiste pour que
l'opération soit faite directement par la colonie.

Melbourne, capitale de Victoria, est déjà reliée par un railway à
Sydney, capitale de la Nouvelle-Galle du Sud, et le sera bientôt à
Adélaïde, capitale de l'Australie du Sud. Sydney sera aussi, sous peu
de temps, reliée à Brisbane, capitale du Queensland, et de nombreux
tronçons ont déjà franchi les montagnes Bleues et s'avancent de toutes
parts vers l'intérieur. Les lignes ouvertes atteignent déjà environ
10,000 kilomètres. Plus de 60,000 kilomètres de lignes télégraphiques
servent aux communications; 22 banques, entre capital et dépôts,
opèrent sur une somme de cent millions de livres sterling, soit 2
milliards 1/2 de francs. La presse compte 640 journaux.

En fait de gouvernement, chaque colonie est indépendante. Elle a à sa
tête un gouverneur nommé par la Reine et payé par la colonie. Suivant
le système des gouvernements constitutionnels, le pouvoir est exercé
par le conseil des ministres; ceux-ci doivent avoir la confiance des
Chambres. Les deux Chambres, appelées Conseil législatif et Assemblée,
sont toutes deux élues dans quelques colonies. Dans d'autres,
l'Assemblée seule est élue et les membres du Conseil législatif sont
nommés par le gouverneur; celui-ci a le droit de dissoudre l'Assemblée
et d'opposer son _veto_, au nom de la Reine, aux lois qui ne lui
sembleraient pas conformes à la justice ou à l'utilité publique.

La population, qui était de 1,000 personnes à Botany-Bay en 1788,
atteint aujourd'hui près de 3,000,000. Le plus grand nombre sont
d'origine anglaise et irlandaise; viennent ensuite les Allemands, et
environ 40,000 Chinois. Les naissances dépassent de deux tiers le
montant des décès. Elles atteignent une moyenne de 36 par 1,000
pendant qu'elles ne sont que 35 par 1,000 en Angleterre. Les décès
sont de 14 par 1,000 pendant qu'ils sont de 22 par 1,000 en
Angleterre. Les mariages atteignent le chiffre de 7 par 1,000. L'excès
des immigrants sur les émigrants est d'une moyenne annuelle de 20,000.

Le climat est tempéré dans le sud, chaud vers le nord. Le manque de
hautes montagnes et de grandes rivières rend le pays sujet à des
sécheresses qui occasionnent parfois de grandes pertes de bétail.

Quant à la conformation et à la géologie, l'Australie est un immense
plateau élevé à 2,000 pieds environ sur le niveau de la mer vers
l'est, et de 1,000 pieds vers l'ouest, avec une bande de terrain plat
entre ce plateau et la mer. Vers le sud-est, il y a une surélévation
qui constitue les Alpes australiennes, dont les pics les plus élevés
atteignent 2,300 mètres ou 7,000 pieds. Les rivières qui partent de
ces montagnes convergent généralement à l'ouest, où le plateau est
moins haut. Vers l'intérieur, les eaux pluviales se ramassent dans des
lacs généralement salés; là le sol est un composé de désagrégations
granitiques qui forment un désert sablonneux. La bande de terre plate
entre la mer et les plateaux est généralement granitique. Le granit
forme aussi la base des Alpes australiennes.

Dans certains endroits, le granit est remplacé par des stratifications
paloezoïques, la plupart en forme de schiste et presque verticales.
Vers l'est et le sud, dans la bande de terre plate, on trouve des
bassins de charbon, gisant sur les rocs plus anciens granitiques et
paloezoïques. Sur le bord de cette bande de terre, on voit
généralement une pierre sablonneuse en stratifications obliques. Dans
l'intérieur, les laves volcaniques tertiaires, les sables, les marnes,
sont communes et bien fournies de fossiles.

Vers le sud, la terre est formée de roches tertiaires représentant
tous les dépôts européens depuis l'éocène.

Dans le granit australien, on trouve des veines riches en minerai, et
spécialement en or. On rencontre aussi l'étain emporté et lavé par
l'eau dans les dissolutions de granit. Dans le _Sud-Australie_, on
trouve de riches veines de sulphide de cuivre dans des rocs qui sont,
probablement de l'âge cambrian. On ne remarque en Australie aucune
trace indiquant qu'elle ait participé à l'âge de glace; on pense
généralement qu'elle est de formation récente et qu'elle est sortie de
l'Océan à la suite de bouleversements volcaniques. Des fossiles
d'animaux, on conjecture que le climat a dû être anciennement plus
chaud.

Pour la faune, l'Australie présente la spécialité des marsupiaux, dont
le kanguroo et l'opossum sont les principales variétés parmi les cent
dix connues. Il y a aussi 24 espèces de chauves-souris, un chien
sauvage, 30 espèces de rats et souris, et une grande variété de
baleines, de phoques et de marsouins. Les marsupiaux, qui sont les
plus anciens mammifères, ont laissé des fossiles qui prouvent qu'ils
ont atteint anciennement jusqu'à la grosseur du rhinocéros. Il y a
630 espèces d'oiseaux, dont le plus grand est l'Ému ou autruche
australienne. Plusieurs, comme l'oiseau à lyre, le dindon des forêts
et divers perroquets, sont spéciaux à l'Australie. On compte plus de
60 espèces de serpents, la plupart venimeux.

Cent quarante espèces de lézards, parmi lesquels l'iguana atteint de
vastes proportions. Les insectes de toute qualité sont nombreux, mais
spécialement les moustiques.

En fait de produits, l'Australie abonde en minerais d'or, de cuivre,
d'étain et autres métaux. L'or a été d'abord découvert en mai 1851 en
Nouvelle-Galle du Sud, puis en Victoria, en Queensland et dans les
autres colonies. On calcule que les mines d'or d'Australie ont déjà
produit plus de 70 millions d'onces, évalués à environ 277 millions de
livres sterling, presque 7 milliards de francs. Dans ce chiffre, la
colonie de Victoria entre pour 2/3.

On trouve aussi le charbon en grande quantité au-delà des montagnes
Bleues et à Newcastle (New South Wales). On en découvre beaucoup en
Queensland. Dans ces deux colonies, il y a aussi de grandes quantités
d'étain.

La laine forme le produit principal de l'Australie; elle est la
meilleure connue. Il y avait plus de 60,000,000 de moutons dans le
pays en 1882, sans compter les 2,000,000 de la Tasmanie et les
13,000,000 de la Nouvelle-Zélande. Il y avait en outre plus d'un
million de chevaux sans compter les 25,000 de Tasmanie et les 180,000
de la Nouvelle-Zélande. Les bêtes bovines atteignaient le chiffre de
7 millions 1/2 et dépassaient 122,000 en Tasmanie et 700,000 en
Nouvelle-Zélande.

Le nombre des porcs atteignait 500,000 et était d'environ 50,000 en
Tasmanie et 200,000 en Nouvelle-Zélande.

On exporte beaucoup de suif, des peaux, de la viande congelée ou
conservée en boîtes, de blé, de coton, de tabac, de sucre et de vin.

L'exportation pour 1882 atteint environ 43,000,000 de l. stg., plus de
1 milliard de francs. L'importation s'élève à la même date à environ
54,000,000 de l. stg. pour la seule Australie.

L'agriculture se développe aussi tous les jours. En 1881, il y avait
environ 7 millions d'arpents de terre cultivée, dont la moitié à peu
près en blé, donnant 31 millions 1/2 de boisseaux. Environ 400,000
acres ou arpents donnaient 10 millions de boisseaux d'avoine; 152,000
acres en orge produisaient environ 3,000,000 de boisseaux; 174,000
acres en maïs produisaient environ 6,000,000 de boisseaux; 38,000
acres d'autres céréales diverses donnaient 615,000 boisseaux; 109,000
acres de pommes de terre produisaient 355,000 tonnes; 770,000 acres en
foin donnaient 887,000 tonnes; 15,000 acres en vignes donnaient
1,654,000 gallons de vin (le gallon équivaut à environ 4 litres 1/2).
Il y avait eu en plus 598,000 acres semées en herbe, et 1,237,000
acres en produits divers. Le blé donnait une moyenne de 9 boisseaux
1/2 l'acre, l'avoine 26, l'orge 19, le maïs 34, les pommes de terre 3
tonnes 1/2, le foin 1 tonne 1/6.

La quantité de terre de la Couronne aliénée jusqu'en 1880 dépassait
80,000,000 d'acres ou arpents. Le prix varie de colonie à colonie; la
moyenne atteint presque 1 l. stg. La terre restant disponible
comprenait environ 2 milliards d'arpents.

Sous le rapport religieux, les 2/3 de la population sont protestants.
Parmi eux, les plus nombreux sont les épiscopaliens, qui ont 12
diocèses; puis viennent les presbytériens, les wesleyens méthodistes,
les congrégationnalistes, les luthériens et protestants allemands, les
baptistes, les juifs, les méthodistes primitifs, les bibliques,
l'Église du Christ, les unitariens, les presbytériens libres, etc. Les
catholiques romains forment environ le 1/3 de la population; ils sont
gouvernés par 2 archevêques: Sydney, et Melbourne, et par 11 évêques,
siégeant dans les villes ci-après: Adélaïde, Armidale, Ballarat,
Bathurst, Brisbane, Queensland nord, Goulbourn, Maitland, Perth, Port
Victoria, et Sandhurst. Il y a aussi quelques mahométans, des
confuciens et des payens. Les églises et les chapelles sont partout
fort nombreuses, chaque congrégation voulant avoir la sienne.
L'instruction religieuse ayant été bannie de l'enseignement officiel,
on y supplée au moyen de nombreuses écoles dominicales qui font sentir
leur action bienfaisante.

L'enseignement supérieur est donné dans les 3 universités de Sydney,
Melbourne, Adélaïde, qui confèrent les grades universitaires comme en
Europe. Il y a un collège militaire à Sandhurst; des musées et des
écoles techniques à Sydney et à Melbourne. L'instruction secondaire a
de nombreux collèges officiels et libres: l'enseignement primaire est
libre pour le maître et obligatoire pour l'élève. On compte en outre
plusieurs sociétés scientifiques, parmi lesquelles la Société royale
de New-South-Wales est la principale. Chaque ville un peu importante a
sa bibliothèque publique. Il y a dans toutes les capitales de superbes
jardins botaniques et des musées bien complets pour toutes les
branches de l'histoire naturelle.

L'astronomie possède 3 observatoires bien aménagés à Sydney,
Melbourne, Adélaïde. À Melbourne, le télescope, un des plus grands du
monde, a une lentille de 4 pieds de diamètre. Les observations
météorologiques sont recueillies par ces observatoires et par de
nombreuses stations dans toutes les autres colonies, y compris la
Tasmanie et la Nouvelle-Zélande. Elles sont échangées par le
télégraphe, et transmises tous les jours au public par la presse. Il y
a enfin des sociétés de géographie, d'agriculture, d'horticulture et
autres pour l'avancement de ces diverses branches.

Les capitales sont défendues du côté de la mer par des batteries, et
des bateaux torpilles. La colonie de Victoria a 3 navires de guerre,
parmi lesquels un cuirassé, et elle vient d'en acheter d'autres;
Sydney en a un, et Adélaïde en a acheté un récemment. Tous ces
navires, y compris celui de la Nouvelle-Zélande, sont maintenant
réunis à Hobart (Tasmanie) pour les manoeuvres. Du côté de la terre,
la défense repose sur des volontaires plus ou moins nombreux dans les
diverses colonies.

Cinq compagnies de navigation font le courrier d'Europe en Australie.
L'_Oriental and Peninsular_ part d'Angleterre 2 fois le mois ainsi que
l'_Oriental_. La première touche aux Indes à Colombo, la seconde va
directement par Suez touchant à Naples, les lettres par cette voie ne
mettent pas plus de 31 jours d'Australie à Londres. La _British India_
part une fois par mois de Brisbane, passe par le détroit de Torres et
touche à Batavia; la _Pacific American_ part de San-Francisco chaque
vingt-huit jours, touche à Auckland et arrive à Sydney; les
Messageries maritimes partent de Marseille chaque 28 jours et arrivent
en Australie, par Aden, Mahé, Réunion, Maurice. Le prix moyen du
passage, en première classe, est de 1,600 fr.; la durée du trajet de
31 à 45 jours. Il y a en outre plusieurs autres Compagnies
transportant voyageurs et marchandises, soit dans des bateaux à
vapeur, soit dans des bateaux à voiles. En 1880, le nombre de navires
ayant touché aux ports d'Australie, Tasmanie et Nouvelle-Zélande s'est
élevé à 2,375, avec un tonnage de 277,191 tonnes. Dans ce chiffre, les
steamers étaient 630 avec un tonnage de 76,257 tonnes, et les navires
à voiles 1,745, avec un tonnage de 200,934 tonnes.

[Illustration: Indigènes australiens.]

En 1880, le revenu total pour les colonies australiennes s'est élevé à
17,069,015, l. stg. parmi lesquelles 6,179,405 provenaient des
contributions, timbre et droits fiscaux. La dépense s'élevait à
18,680,340 l. stg. (soit presque 1/2 milliard de fr..) Les
contributions atteignaient une moyenne de 2 l. 6 s. par tête
d'habitant, la recette 6 l. 7 s., la dépense 6 l. 19 s.

La dette publique des colonies ensemble s'élevait à 89,910,249, l.
stg., soit 33 l. stg. 0 s. 8 1/4 pence par tête d'habitant.

Après cet aperçu général sur l'ensemble des colonies australiennes, il
est bon d'ajouter quelques renseignements sur les indigènes.

On suppose qu'ils sont encore au nombre de quelques centaines de mille
dans l'intérieur. Dans les endroits colonisés, ils ont disparu. Les
squatters en emploient quelques-uns comme domestiques ou bergers: les
femmes font un bon service, les hommes excellent à dompter les
chevaux. La police les emploie à traquer les convicts évadés dans la
forêt, et dans cet exercice ils réussissent à merveille. On a voulu en
faire des soldats, et les employer à poursuivre d'autres indigènes,
mais il a fallu y renoncer, parce qu'ils ne leur faisaient jamais
quartier et tuaient tout ce qu'ils trouvaient.

Les indigènes d'Australie appartiennent à deux types différents qui se
sont plus ou moins croisés; l'un est le type indo-européen: on le
reconnaît aux cheveux lisses, aux coutumes et surtout à leur mode de
parenté identique à celui des tribus de Télégu et de Tamil dans
l'Hindoustan; on le retrouve aussi chez les Indiens de l'Amérique du
Nord. D'après ce système, les enfants de mon frère sont mes enfants,
pendant que les enfants de mes soeurs sont mes neveux et nièces; mais
les petits-enfants de mes soeurs comme ceux de mes frères sont mes
petits-enfants.

Si je suis femme, les enfants de mes soeurs sont mes enfants, et les
enfants de mes frères sont mes neveux et nièces; les petits-enfants de
mes soeurs et de mes frères sont mes petits-enfants. Tous les frères
de mon père sont mes pères, mais toutes les soeurs de mon père sont
mes tantes. Toutes les soeurs de ma mère sont mes mères, mais tous les
frères de ma mère sont mes oncles. Les enfants des frères de mon père
sont mes frères et soeurs; il en est de même pour les enfants des
soeurs de ma mère, mais les enfants des soeurs de mon père et ceux des
frères de ma mère sont mes cousins. Si je suis un homme, les enfants
de mes cousins sont mes neveux et nièces, mais les enfants de mes
cousines sont mes enfants.

L'autre type est celui des nègres, caractérisé par les cheveux crépus;
toutefois, ils n'ont pas les grosses lèvres des Africains. On suppose
que les Arabes ont fourni un large contingent à l'Australie; on trouve
en effet dans la plupart des tribus l'usage de la circoncision et
aucune d'elles n'adore les idoles. Les Australiens sont grands,
généralement bien faits, ont une belle démarche, mains et pieds
petits, superbes dents. Les femmes sont plus petites et moins belles,
et leur condition est misérable. On ne trouve en Australie aucune
trace d'architecture; l'indigène vit en plein air ou se loge dans des
cabanes en écorce d'eucalyptus; il sait pourtant faire des paniers,
des filets, des armes consistant en _boomerangs_, casse-tête de
diverses formes, hachettes de pierre, flèches et arcs, écus et lances.
Il vit de chasse et de pêche. Dans les guerres, il mange l'ennemi; il
pratique la polygamie.

À l'arrivée des Européens, les tribus avaient chacune leurs lois et
leur territoire qu'elles ne pouvaient dépasser. Celles de la côte,
obligées de faire place aux blancs et ne pouvant se réfugier en
arrière, périrent pour la plupart de faim ou de la petite vérole.

Les tribus sont généralement divisées en _clans_, et chaque _clan_ a
son _totem_ ou enseigne; c'est le plus souvent un des animaux de la
contrée qui sert d'enseigne: le kanguroo, l'ému, le chat, le chien, un
serpent, etc.

Les mariages entre personnes du même clan et du même sang sont
défendus. Celui qui veut se marier doit s'adresser à un autre clan, et
il est obligé de donner une soeur en échange pour la femme qu'il
prend. Il peut prendre autant de femmes qu'il a de soeurs à donner.
S'il n'a point de soeurs, il doit aller au loin et enlever une femme
dans une autre tribu. Pour le mariage, on consulte les vieillards du
clan; on ne consulte jamais la fiancée; les parents et les deux clans
s'assemblent à l'occasion du mariage et font, un _corroborée_ (fête)
avec chants et danses. La fiancée est conduite à la cabane du fiancé,
elle marque son consentement en allumant le feu dans la cabane de
l'époux. Ils dorment à distance pendant les 5 premières nuits;
ensuite les invités rentrent chacun dans leur quartier. Il est défendu
à la belle-mère de parler au beau-fils comme à celui-ci de lui
adresser la parole. Les Australiens sont très jaloux de leurs femmes;
elles sont chargées de préparer la nourriture et de fournir les
légumes; l'homme doit fournir le gibier et le poisson. Lorsque le mari
a deux femmes qui se querellent, il remet un bâton à chacune et les
force à se battre; si elles refusent, il les bat lui-même toutes les
deux.

La justice est réglée par les vieux. S'il y a 2 coupables, ils se
placent à distance et se tirent mutuellement une flèche; si un seul
est coupable, celui à qui il a fait tort lui administre un certain
nombre de coups de bâton. Les garçons et les filles ne peuvent jouer
ensemble; l'incontinence avant le mariage est punie de mort.

La propriété particulière est inconnue, tout ce qu'on possède est
propriété du _clan_. La mère s'éloigne de la maison pour les couches,
elle est assistée par des amies; lorsqu'elle rapporte l'enfant, le
père lui donne un nom et combine déjà les fiançailles avec les vieux
du clan; mais souvent l'enfant meurt faute de soins et quelquefois la
mère le tue pour se soustraire aux peines et soucis de l'élevage.
Selon l'usage des Juifs, la veuve passe à son beau-frère; s'il n'y a
pas de beau-frère et qu'elle ne choisisse un autre mari, elle devient
la propriété publique. Pour les funérailles, ils font généralement peu
de cérémonies; ils creusent la terre, et y déposent le cadavre tantôt
couché, tantôt debout avec les genoux ramassés à la poitrine.

Les maladies dominantes sont celles du foie et de la poitrine. Depuis
l'arrivée des blancs, il faut y ajouter l'ivrognerie et les maladies
vénériennes. Ils croient aux mauvais esprits, et pratiquent beaucoup
de sorcelleries; ils sont persuadés que la maladie a toujours pour
cause le mauvais vouloir d'un sorcier. Le gras humain, l'os d'ému et
des cheveux, le tout mêlé ensemble, forme un _charm_. L'os entre dans
le corps de la victime et la rend malade. Ces _charm_ sont cause de
beaucoup de guerres et de morts. Ils croient en un Être suprême
créateur de toute chose, qui n'a eu aucun commencement et n'aura pas
de fin; ils l'appellent Norallie; ils disent qu'il est marié et qu'il
a un fils unique excellent; ils croient que la femme de Norallie
punira à son heure tous les méchants. Ils racontent que le cours de la
rivière le Murray a été formé par la fuite d'un grand serpent, et que
ce grand serpent a été tué par Norallie. Ils croient que Norallie
habitait la terre, mais l'homme l'ayant dégoûté par ses méfaits, il
s'en est allé dans l'autre monde. Un jour, il revint, et voyant que
l'homme détruisait le gibier, il appela les animaux et leur dit de se
garer des hommes; dès ce jour, animaux et oiseaux devinrent sauvages
et difficiles à prendre. Ils excellent à soigner les blessures, et
emploient pour cela de la terre et quelques herbes.

Le langage varie selon les tribus, mais, il a presque toujours la même
construction; il est de source arienne, et comprend beaucoup de mots
venant du sanscrit. Ils n'ont pas de chiffres au-delà de cinq. Pour
exprimer un plus grand nombre, ils disent beaucoup. Ils manquent des
lettres f v s et z. Dans les déclinaisons des noms, les cas sont
formés par la variation de la terminaison. Pour dire mon père, la
tribu de Titnie à Fowlers-bay dit _Mumma_; la tribu Maroura, sur le
lac Darling, dit _Guia Kambïa_; la tribu Meru, sur le Bas-Murray, dit
_Pita_; la tribu Narrinyeri dit _Nanghaï_; la tribu Tatiara à
Border-Town dit _Mamee_.

Pour donner une idée des sons, je mets ici la traduction du _Pater_
dans le langage parlé sur la rivière Darling.

       *       *       *       *       *

«Ninnana combea, innara inguna karkania, Munielie nakey, Emano pumum
culpreatheia, ona kara canjelka, yonangh patua, angella, Nokinda
ninnana kilpoo, yanie Thickundoo wantindoo ninnanna Illa ninnanna
puniner, thullaga, Thillthill Chow norrie morrie munda, lullara munie.
Euelpie.»

       *       *       *       *       *

Ils ont une certaine poésie, et un vrai talent d'imitation. Voici le
refrain de leur chanson, à leur première vue de la locomotive:

  «Voyez-vous la fumée en kapunda?
  La vapeur, souffle en mesure,
  Se répand rapide et blanche comme la gelée.
  Elle court comme une eau courante,
  Elle frappe comme une baleine qui crache.»

Dans plusieurs tribus, les jeunes gens ne sont admis aux privilèges
accordés aux hommes, parmi lesquels celui du mariage et le droit de
manger certaines sortes d'aliments, qu'après avoir passé par certaines
épreuves ayant pour but de fortifier leur courage. Parmi ces épreuves,
une consiste à arracher une dent incisive, l'autre à tatouer le dos;
mais la plus pénible est la dépilation. Pour la première de ces
épreuves, on choisit les jeunes gens en âge voulu; le vieux médecin
place l'extrémité d'un bâton contre une incisive, il bat avec une
massue sur l'autre bout et la dent saute. Pour la dépilation, on place
le patient à terre, et le vieux médecin lui arrache un à un tous les
poils, en s'accompagnant d'un chant monotone. Après l'opération, qui
doit être endurée sans pousser un cri, le patient est proclamé
guerrier, et prend place à côté de ses compagnons d'armes. Toutefois,
plusieurs meurent à la suite de ces cruelles épreuves.

Les divers gouvernements ont essayé de civiliser ces malheureuses
populations, mais sans résultat; il y a encore quelques établissements
où ils sont reçus et instruits par les missionnaires, et dans
l'intérieur il y a de nombreuses stations où on leur distribue des
couvertures et des aliments aux frais de la colonie; mais le résultat
de ces efforts n'est pas grand. Les indigènes prennent les défauts des
civilisés bien plus que les qualités, et périssent par l'abus des
liqueurs, du tabac, et par les maladies vénériennes. On peut prévoir
le temps où il sera des indigènes de l'Australie ce qui a été de ceux
de la Tasmanie; ils ne vivront plus que dans la mémoire des anciens,
et par l'histoire. Mais il est temps de reprendre mon récit de
voyage.



CHAPITRE XXVII

     Port-Philipp. -- Melbourne. -- La ville. -- Les faubourgs. -- Le
     téléphone. -- La colonie de Victoria. -- Situation. -- Surface.
     -- Rivières, lacs, montagnes. -- Population. -- Religion. --
     Armée. -- Marine. -- Terres. -- Revenu. -- Dépenses. -- Bétail.
     -- Navigation. -- Exportation.-Importation. -- Produits. --
     Poste. -- Télégraphe. -- Chemins de fer. -- Banques. -- Caisse
     d'épargne. -- Écoles. -- Usines. -- Mines. -- Églises. --
     Agriculture. -- Les parcs. -- Le jardin zoologique. -- Leledale.
     -- Le vignoble de Saint-Hubert. -- Les sauterelles. -- Retour à
     Melbourne. -- Départ pour Ballarat. -- Geelong. -- L'eucalyptus.
     -- Une condamnation sévère. -- La loi morale et la loi divine. --
     _Struggle for life._ -- Les trois bébés retrouvés.


C'est le 15 décembre 1883 au matin, que j'arrive à l'entrée de
Port-Philipp. Cette immense baie a 32 milles de long sur 22 de large;
l'entrée n'a que 2 milles. À droite, je vois construire des batteries
en terre, à gauche s'élèvent les beaux hôtels de _Quen's cliff_,
station de bains qu'on atteint de Melbourne par 4 heures de railway.
Des bouées marquent le canal sud où passent les grands navires; ceux
d'un faible tirant suivent un canal au centre: plusieurs phares
indiquent la route pendant la nuit. Un peu plus loin, un navire échoué
indique la présence de bancs de sable. Nous dépassons plusieurs
voiliers, et, après 2 ou 3 heures, nous laissons à droite 2 navires de
guerre et à gauche Williamstown où s'arrêtent les steamers de gros
tonnage. Nous pénétrons dans le Yarra-Yarra, rivière tortueuse qu'on
est en train de draguer; ses rives sont couvertes d'usines, dont
quelques-unes fabriquent les engrais et exhalent une odeur
insupportable. On projette un canal pour atteindre en ligne droite
Melbourne et éviter les nombreux détours de la rivière; à 10 heures
1/2 notre navire jette l'ancre devant la douane dans la capitale de
Victoria.

C'est une ville d'environ 300,000 âmes, qui rappelle les plus belles
capitales européennes; les divers palais de ville, les nombreuses
banques, le palais de justice, l'Université, le Musée, le Palais de
l'Exposition sont des monuments de premier ordre. La ville est bâtie
sur deux collines; ses rues ont 99 pieds de large et se coupent à
angle droit: de nombreux et vastes parcs séparent les divers
quartiers: d'innombrables faubourgs s'étendent au loin et, par leurs
parcs et leurs églises, ressemblent à autant de petites villes.

C'est samedi; à 2 heures presque tous les magasins ferment. Dans
_Collin's street_ je vois une très belle statue de Burke, le grand
explorateur qui a fini d'une manière si tragique. Près de là, un vaste
marché couvert, de belle architecture, réunit les fruits et légumes du
printemps à côté de tous les joujoux et jouets, des perroquets de
toutes sortes, des collections de chiens en cage, etc. Entre _Collin's
street_ et _Bourke street_, 5 ou 6 longues galeries ou passages
couverts étalent dans de vastes magasins les plus riches étoffes, et
tous les produits de l'industrie européenne.

Je fais quelques visites dans les faubourgs; les chemins de fer et les
omnibus facilitent la circulation; une compagnie de tramway va
installer le système de la ficelle continue qui fonctionne à
San-Francisco. À peine je sors de la ville, je vois partout des
parties de _criket_ ou de _lawn-tennis_. De jolis petits pavillons
entourés de gracieux jardins sont la demeure des gens d'affaire qui
quittent la ville aussitôt qu'ils sortent du bureau ou du comptoir.

[Illustration: Palais de ville à Melbourne.]

À la poste, des jeunes filles répondent au guichet. À chaque coin de
rue, ce sont aussi des jeunes filles qui servent dans les _bar_. Des
inconvénients sérieux se sont produits, et un mouvement se forme dans
l'opinion publique pour demander la suppression des filles dans les
_bar_. Les fils du téléphone enserrent la ville de toute part; le
soir, la lumière électrique alterne sur certains points avec le gaz.

Au centre de la ville et près du port, je remarque d'immenses
entrepôts de laine dans des édifices en pierre à 5 étages. À
l'imprimerie du gouvernement, j'achète l'_Australian handbook_,
recueil statistique officiel qui vient de paraître, et d'où j'extrais
les renseignements ci-après.

Victoria, la plus petite du territoire, une des plus jeunes parmi les
colonies australiennes, est pourtant celle qui a fait le plus de
progrès.

Elle a commencé par un établissement de _convicts_. En 1835, les
squatters John Batman et Pascoe Fawkner arrivant de Tasmanie,
s'établirent sur le terrain qu'occupe aujourd'hui Melbourne. Bientôt
Sir Thomas Mitchell les rejoint, arrivant par terre de Sydney et
amenant du bétail. La fertilité de la contrée qu'il traversa lui fit
donner le nom d'_Australia felix_. Le pays se peupla si vite qu'en
1851 il obtint d'être séparé de _New South Wales_, pour être érigé en
colonie indépendante, sous le nom de Victoria. Peu après, de riches
dépôts d'or furent découverts et attirèrent de nombreux _diggers_ de
tous les points du globe. Les _diggers_, traités trop rudement par la
police, se révoltèrent à Ballarat, en 1854; le sang coula des deux
côtés, mais à la fin, les abus qui avaient été la cause de ce désordre
cessèrent. En 1855, on obtint une nouvelle constitution avec
gouvernement responsable.

La colonie de Victoria s'étend sur un terrain de 87,884 milles carrés,
soit 56,245,660 acres ou arpents. Elle a pour limites, au nord et à
l'est, la rivière Murray depuis les _springs_ dans _Forest hill_,
jusqu'au cap Howe; à l'ouest, elle confine avec la colonie du _Sud
Australie_ sur une ligne longue de 242 milles, près le 141° méridien
de longitude _Est_, depuis le Murray jusqu'à la mer. Au sud, elle a
pour limite l'océan Pacifique et le détroit de Bassus. Une rangée de
montagnes traverse la colonie; elles portent le nom d'Alpes
australiennes vers l'est, et de Pyrénées vers l'autre extrémité: le
Bogong, pic le plus élevé, atteint 6,100 pieds. De nombreuses rivières
arrosent la colonie; la principale est le Murray, qui est en même
temps la plus importante de toute l'Australie; sa longueur est de
1,300 milles; 158 lacs sont répandus ça et là, et leur surface varie
depuis 57,000 jusqu'à 40 acres; quelques-uns sont salés.

La population en 1882 atteignait le chiffre de 906,225 âmes. Sur ce
chiffre on compte 12,000 Chinois, et à peine 780 indigènes. Par
rapport à la densité, on compte 10, 31 habitants par mille carré.
Quant à la nationalité, je relève que nous sommes tout au bas de
l'échelle dans toutes les colonies australiennes. Nous avons 1,042
Français en Victoria, 1,205 en Nouvelle Galle du Sud, 261 en
Queensland, 213 dans l'Australie du Sud, 21 dans l'Australie de l'Est,
28 en Tasmanie, 614 en Nouvelle-Zélande, soit 3,384 Français sur 3
millions 1/2 d'âmes qui peuplent ces colonies.

Pour la religion, en Victoria, 210,070 habitants sont catholiques
romains, 4,472 juifs, 11,563 païens, les autres sont protestants de
diverses sectes. L'armée compte 3,000 volontaires avec 117 canons, et
la marine 372 hommes et 58 canons.

Pour les terres, Victoria a aussi le système de sélection. Le nombre
d'acres que chaque personne peut choisir est fixé à 320, au prix de 20
schellings payables en 20 ans, à 1 sch. par an; le sélecteur doit
cultiver le dixième de son terrain, améliorer le reste jusqu'à
concurrence de 20 sch. par acre, et résider 5 ans sur la terre.

Le revenu en 1882 était de 5,592,362 l. stg.; la dépense de 5,145,764
l. stg. La terre vendue dans la même année comprend 441,443 acres,
ayant réalisé 598,079 l. stg.

La terre cultivée comprenait 2,040,916 acres.

Le bétail s'élevait à 280,274 chevaux, 1,287,088 têtes bovines,
10,174,246 moutons, 237,917 porcs.

Les 1,218 bureaux de poste avaient timbré 28,877,977 lettres et
12,383,928 journaux. Les navires entrés dans les ports de la colonie
étaient au nombre de 2,089 avec 1,349,093 tonnes; 2,079 étaient
sortis, jaugeant ensemble 1,341,791 tonnes. L'importation s'est élevée
à 18,748,081 l. stg., et l'exportation à 16,193,579 l. stg. Dans ces
chiffres, la laine figure pour 108,029,246 livres, du prix de
5,902,624 l. stg.; le suif pour 13,722,240 livres, du prix de 189,304
l. stg.; les peaux pour 136,105 l. stg.; blé, farine, pain et biscuits
pour 3,457,390 boisseaux, de la valeur, de 966,487 l. stg. La dette
publique en 1882 était de 22,103,202 l. stg. L'or extrait dans la
même année était de 898,535 onces, du prix de 3,594,144 l. stg.

Les 1,355 milles de chemin de fer avaient donné 1,781,078 l. stg. Les
336 bureaux télégraphiques avaient expédié 1,418,769 dépêches.

Les 12 banques, avec un capital de 9,432,250 l. stg., capital versé,
avaient un _asset_ de 31,248,586 l. stg., et _liabilities_ pour
25,496,305 l. stg. Les 222 caisses d'épargne avaient reçu, de 122,584
déposants, 3,121,246 l. stg.; 776 sociétés de bienfaisance (friendly
societies) comptaient 51,399 membres. Les 58 villes et villages
possédaient une propriété imposable de 34,559,353 l. stg., avec un
revenu de 458,781 l. stg. Les 2,417 écoles avaient 257,388 élèves
inscrits. Sur les 135 élèves de l'Université de Melbourne, 73 avaient
été gradués. Le nombre des personnes arrêtées avait été de 26,423, sur
lequel 616 avaient passé devant le jury et 402 condamnées. Le nombre
des usines était de 2,469, celui des mines de 4,149; on comptait 3,518
églises et chapelles.

Pour l'agriculture, 969,362 acres cultivées à blé avaient donné
8,751,474 boisseaux; 5,732 acres de vignes avaient donné 516,763
gallons de vin, 3,377 gallons d'eau-de-vie, outre 15,543 quintaux de
raisin vendus pour la table. Le phylloxéra ayant fait son apparition,
une loi prescrit l'arrachement des vignes attaquées et des vignes non
attaquées, dans un rayon de 3 milles. Le propriétaire est indemnisé du
montant de la récolte d'une année pour l'arrachement des vignes
attaquées, et du montant de la récolte de 3 années pour les vignes
non attaquées.

Le dimanche, tous les magasins, tous les bureaux, y compris la poste,
sont fermés; c'est le bon jour pour visiter les oeuvres catholiques.
Il y a 70,000 catholiques à Melbourne et plusieurs paroisses; une
superbe cathédrale est en construction. Mgr l'archevêque me reçoit
avec bonté; c'est un bon vieillard un peu fatigué: les Pères Jésuites,
les Carmes, les Soeurs de la Merci et de la Providence, tous
Irlandais, ont de nombreux collèges, couvents, orphelinats. J'ai vu
aussi une association de jeunes gens sous le nom de _Young men
Christian Association_, et la Société des filles de Marie. À la
cathédrale, j'entends une messe chantée par des voix d'hommes et de
femmes d'un très bel effet.

Les parcs sont vastes et bien tenus; partout des joueurs d'_organini_,
des vendeurs de glace ou de statuettes, tous Italiens. Au jardin
zoologique, je remarque une belle collection de _cocotoes_, perroquets
indigènes à belle crête, de nombreux kanguroos, des opossums, des
chats sauvages, des ému ou autruche australienne, le _dingo_ ou chien
sauvage, le cassowary, immense dindon; l'oiseau à lyre, le _pavo
cristatus_ blanc, le pigeon couronné de la Nouvelle-Guinée, le démon
de Tasmanie ou _sarcophilus ursinus_, petit chien noir et affreux qui
tue les moutons; l'aigle sifflant et plusieurs aigles indigènes, de
superbes tigres du Bengale, des lions d'Afrique, des ours de Bornéo,
des alpaca et llamas de l'Amérique du Sud.

Le jardin est arrangé avec beaucoup de goût: au centre il y a un
rond-point avec bancs et tables pour les pique-niques. Dans un des
compartiments on a eu la bonne pensée de dresser quelques cabanes des
anciens habitants; ce sont des écorces d'eucalyptus inclinées; on y a
placé des armes, lances, casse-têtes, boomerangs, les _totem_ ou
insignes du clan, les filets, paniers, nattes et autres instruments
fabriqués par les Australiens indigènes, et on a ajouté: Telle était
la ville de Melbourne il y a 40 ans!

Je me rends aux divers faubourgs de Richmond, Kiew, Brighton, Authorn,
etc.; ils ont tous leurs parcs et de magnifiques avenues.

Le 17 décembre, la journée se passe à visiter le palais de
l'exposition, les jardins, les musées, les faubourgs et divers
personnages. Je suis heureux de trouver une banque française: le
Comptoir d'escompte de Paris; M. Phalampin, qui en est le directeur,
est plein de bonté pour moi et me renseigne sur beaucoup de choses
concernant le pays. Plusieurs des grandes maisons de commerce en
Australie sont entre les mains de Belges. Ce sont des jeunes gens
envoyés ici par l'Institut commercial d'Anvers. Cette école supérieure
de commerce choisit tous les ans les élèves les plus distingués et
leur donne 500 fr. par mois durant 3 ans, à condition qu'ils
s'établissent à l'étranger dans le pays de leur choix pour étudier et
faire le commerce. Tous ces jeunes gens réussissent, souvent ils
deviennent chef de grandes maisons et demandent les marchandises
belges. Ils sont ainsi bien plus utiles à leur pays que s'ils étaient
restés chez eux pour passer quelques années dans la caserne.

Nous n'avons point de consul en ce moment à Melbourne; le chancelier
me met en relation avec M. de Castella, qui possède dans le district
de Leledale le vignoble le plus important de l'Australie. M. de
Castella est de Fribourg (Suisse française), mais par son éducation et
ses relations il appartient encore plus à la France; il veut bien
m'emmener à son vignoble. Le chemin de fer nous fait bientôt franchir
les 40 milles qui séparent Leledale de Melbourne; la contrée est
ondulée. Au sortir de la zone des faubourgs, nous entrons dans les
forêts d'eucalyptus qui couvrent la plus grande partie de l'Australie.
De Leledale à Saint-Hubert, nous avons encore 7 à 8 milles et la
voiture de M. de Castella nous prend à la gare pour nous déposer
bientôt après chez lui.

Sur un petit mamelon qui domine la propriété, s'élève la maison du
maître, flanquée d'une tour pittoresque. Un joli parc au-devant avec
ses bouquets d'arbres et ses pelouses parsemées de corbeilles de
fleurs. À côté, un superbe verger et fruitier réunit les légumes et
les fruits de l'Europe. Derrière la maison, à une certaine distance,
sont les ateliers, les caves et les pressoirs. De nombreux bébés
viennent au-devant du papa, et j'arrive enfin à la reine du foyer, Mme
de Castella, mère de huit enfants. L'aîné est en ce moment à Bordeaux
pour suivre la vendange. Il se propose d'étudier ensuite la
viticulture en Champagne, sur le Rhin et en Hongrie.

Les vignes sont de toute beauté; je compte jusqu'à 20 et 30 grappes
sur chaque cep. Ici sont les chasselas suisses, là les ceps venus de
l'Hermitage, sur le Rhône; ailleurs ceux de Bourgogne, ceux de
Bordeaux, de Champagne et ceux du Rhin. Chacun donne un vin analogue
au pays d'origine. 500,000 pieds sont déjà en rapport, et on continue
la plantation. Le défoncement se fait par une triple charrue, et on
plante les boutures à 2 mètres de distance en tous sens. On les
plantait auparavant à 1 mètre, mais la vigne prenant un grand
développement dans ce pays, le premier système rapporte autant que le
second et épargne la moitié de main-d'oeuvre. Les pampres sont étendus
sur fil de fer, et le terrain nettoyé à la charrue deux ou trois fois
l'an. Le phylloxéra n'a pas encore paru, mais l'oïdium se voit
quelquefois; on le prévient par l'emploi du soufre. Un ennemi bien
plus dangereux est la petite sauterelle; lorsque la grappe est encore
jeune, elle se pose sur sa tige et en ronge l'écorce; la grappe tombe
par son propre poids et le raisin est perdu. M. de Castella compte que
ces malheureuses petites bêtes lui ont fait perdre, dans une seule
année, plus de 50,000 gallons de vin. Après avoir essayé, mais en
vain, plusieurs moyens de s'en débarrasser, il finit par placer dans
ses vignes 300 dindons; ceux-ci furent de précieux auxiliaires tant
que le raisin était vert; mais, dès qu'il fut mûr, ils préférèrent le
raisin aux sauterelles, et on eut deux destructeurs au lieu d'un.
Heureusement les sauterelles ne sont pas tous les ans si nombreuses.
La grosse chenille est aussi parfois un ennemi à redouter. Ce n'est
pas sans peine qu'on se fait vigneron dans les colonies, lorsqu'on ne
l'a pas été d'abord dans la mère patrie. On marche par tâtonnements,
on perd du temps et souvent les produits: écoutons plutôt M. de
Castella lui-même. Dans une brochure qu'il adresse à la Société
philomathique de Bordeaux, il dit: «Pour nous éclairer sur le choix à
faire parmi tant de méthodes, nous nous mîmes à lire tous les livres
sur le vin, que nous pûmes nous procurer: Chaptal, Pellicot, le comte
Odart, d'Armailhac, Guyot, Vergnette, Lamotte, et d'autres encore.
Malheureusement, notre manque d'éducation viticole préalable nous
empêchait souvent de les comprendre, et notre expérience était trop
restreinte pour nous mettre à même de choisir parmi tant
d'enseignements divers ce qui convenait à chacun de nous, selon le
climat et la nature des cépages.» Durant plusieurs années, le vigneron
inexpérimenté fut obligé de passer à l'alambic une grande partie de sa
récolte. Quelquefois ce fut le hasard qui vint à son aide et voici
comment il le raconte lui-même dans sa brochure: «À plusieurs reprises
des tonneaux de vin blanc placés à l'écart à la vendange se trouvèrent
oubliés et ne furent pas remplis en même temps que les autres: L'un
d'eux, un fût de 20 hectolitres environ, fut trouvé en vidange cinq
semaines après qu'il avait été rempli de moût, le vin en était
parfait; et, conservé longtemps, à dessein, il demeura un des
meilleurs de ma cave. Par degré, à chaque vendange, je prolongeai
l'intervalle entre le jour d'entonnement du moût, et le jour du
remplissage jusqu'à la bonde.»

Néanmoins, tant de persévérance et de sacrifices étaient encore loin
de recevoir leur récompense. Les Australiens aimaient le vin
alcoolisé, la plupart des vignerons le droguaient avec de l'alcool et
du sucre, et la réputation des vins coloniaux était tombée si bas que
«douze ans après que j'avais commencé à planter, dit encore l'auteur
de la brochure, la vigne était devenue une propriété si mauvaise que
le coût d'arrachement était calculé dans toute évaluation de terre
cultivée en vignes.»

Enfin des jours meilleurs arrivèrent pour les vignerons, grâce à la
persévérance des plus intelligents.

À l'exposition universelle de Melbourne, l'empereur d'Allemagne avait
offert un prix composé de 7 surtouts d'argent doré, d'une valeur de
25,000 fr., qui devait être adjugé à celui des exposants australiens
dont le mérite artistique et industriel serait le mieux démontré par
les hautes qualités de son produit. Le jury alloua ce prix à M. de
Castella pour les vins de Saint-Hubert. Plusieurs autres récompenses,
à diverses expositions, suivirent cette première distinction; les
acheteurs se multiplièrent, et aujourd'hui c'est non seulement
d'Australie, mais de Londres que M. de Castella reçoit des commandes
de vin.

La moyenne de rendement est de 40 hectolitres par hectare et le coût
du travail de 150 fr. par hectare et par an. Le prix du vin varie
entre 15 et 35 schellings par caisse de 12 bouteilles.

La soirée se passe à bercer les gentils bébés à la balançoire et en
causeries diverses, sous le ciel étoile. Le lendemain nous visitons la
cave. Elle est à 2 étages et couvre 2,000 mètres carrés. Tout y est
combiné pour diminuer la main-d'oeuvre. Les charrettes apportent les
paniers sous une bascule qui les prend et les déverse dans une machine
à broyer. Le jus passe au tamis et s'en va dans les cuves; 25,000
kilos par jour sont ainsi broyés: Après 8 à 10 jours, le vin s'en va
dans d'immenses fûts par des tuyaux en caoutchouc, et celui du
pressoir est mis à part. Par ce système, le vigneron évite la
nécessité de soutirer fréquemment les vins pour enlever le déchet. Il
ne les soutire qu'une fois en 2 ans, les clarifie pour, mettre en
verre, et les vend après 6 mois de bouteille. La cave renferme à
l'heure actuelle pour plus d'un million de francs de vin. J'en déguste
les diverses variétés; ils correspondent aux noms qu'ils portent:
Hermitage, Bordeaux, Rhin, etc.; mais ils sont naturellement un peu
plus forts à cause du climat plus chaud.

M. de Castella emploie une quarantaine d'ouvriers qu'il traite en bon
père de famille; je le vois ordonner une distribution de vin, et il
rend heureux son jardinier en lui remettant une belle pipe neuve. Même
à Saint-Hubert, je trouve un Piémontais que M. de Castella emploie
comme charron: il n'y a pas un coin du globe où je n'aie trouvé ces
enfants des Alpes les plus endurants parmi les travailleurs.

[Illustration: Forêt de fougères arborescentes.]

M. de Castella ne cultive pas seulement la vigne; sa propriété
compte 1,500 hectares, il en loue une partie au prix d'environ 25 fr.
l'hectare, nourrit 3,000 moutons, et sème de l'avoine qui produit de
30 à 40 hectolitres à l'hectare. En ce moment, il projette une
industrie nouvelle, la préparation du lait concentré.

L'aimable propriétaire aurait voulu me retenir encore un jour pour me
conduire chez son frère, qui a un vignoble près de là, et me faire
visiter dans les environs de belles cultures de houblon tenues par les
indigènes de race croisée; mais je dispose de peu de temps, et j'ai
déjà organisé pour le lendemain une excursion à Ballarat.

Je prends donc congé de Mme de Castella; Monsieur m'accompagne en
voiture avec plusieurs enfants. Nathalie, jeune fille de 10 ans, tient
les rênes, et bientôt, au point où je trouve la diligence, je donne le
dernier adieu à M. de Castella et à ses enfants. Je souhaite mille
bénédictions à cette bonne famille, et poursuis ma route dans le
nouveau véhicule. J'y trouve deux familles qui reviennent d'une
excursion aux montagnes voisines couvertes de _sassafras_ et de
fougères arborescentes. Apprenant que je suis Français, les deux maris
me prient sérieusement de faire mon possible pour que mon pays
n'envoie pas les convicts en Océanie. Les journaux les ont tellement
effrayés, que sur ce point ils ont presque perdu leur calme raison. Je
les rassure de mon mieux, et leur fais observer que l'Australie avec
ses colonies si prospères a pourtant eu les convicts pour point de
départ. Nous traversons de nouveau les belles, forêts d'eucalyptus
dans leurs innombrables variétés, et descendons à Leledale 2 heures
avant l'arrivée du train. J'en profite pour visiter la ville. Avec ses
350 habitants elle est plutôt une ville future. Il y a presque autant
d'églises que de maisons. J'en vois une qui porte pour titre _Leledale
Tabernacle_, serait-ce pour des Mormons? Au sortir de la ville, je
m'assieds près d'un grand arbre pour écouter le chant d'une bergère
qui pousse ses vaches devant elle; ce doit être une Irlandaise. Enfin,
le sifflet de la locomotive se fait entendre, et quelques heures après
je suis à Melbourne.

Le 20 janvier, à 6 heures 1/2 du matin, je monte en chemin de fer en
route pour Ballarat. La voie suit la baie jusqu'à Geelong, second port
de Victoria. Après Melbourne c'est là qu'on embarque le plus de laine
et de suif. La route ensuite pénètre dans les forêts d'eucalyptus; cet
arbre a de nombreuses variétés: les uns sont blancs et perdent
l'écorce, c'est l'eucalyptus globolus qu'on a propagé en Europe. Le
bois en est léger, peu compacte et impropre à tout usage; le _string
bark_, par contre, a une rude écorce qu'on détache pour la toiture ou
les parois des maisons du pionnier; son bois est très dur et bon pour
la construction; les autres variétés ont chacune leur spécialité pour
l'emploi du bois ou de la feuille. Celle-ci est distillée et donne une
huile qu'on dépure, on l'emploie beaucoup comme désinfectant, et pour
combattre les maladies des voies respiratoires. On le prend par
intervalles de 4 heures, à la dose de 6 gouttes, sur un morceau de
sucre, ou bien réduit en teinture et par quelques gouttes délayées
dans 1/4 de verre d'eau; ou bien encore par aspiration, en mettant
quelques gouttes dans l'eau bouillante versée dans un plat. On le
couvre d'un linge et on passe la tête dessous pour respirer la vapeur.

On l'emploie aussi pour la composition d'un baume excellent pour les
plaies. Au milieu de tous ces eucalyptus, je lis les journaux du jour.

Pendant que j'étais à Melbourne, on venait de condamner à 12 mois de
prison avec travaux forcés, un certain Samuel Nathan, propriétaire de
maisons, pour le fait d'avoir loué des chambres meublées à des filles
légères. Le jugement disait que c'était là travailler à la
démoralisation de la communauté et à la perte des jeunes gens. Je
m'attendais à voir les journaux protester et crier à l'intolérance. Au
lieu de cela, je trouve dans leurs colonnes une lettre par laquelle le
chef de police félicite le policeman qui a fait le procès-verbal, et
les journaux, non seulement applaudissent, mais ils ajoutent qu'il ne
suffit pas d'éloigner ces malheureuses que la société repousse, et qui
sont forcées de porter plus loin leur triste industrie; mais qu'il
faut encore couper le mal à la racine en obligeant tout séducteur à
réparer sa faute en épousant sa victime. Qu'on est loin de ces idées
dans d'autres pays!

Une des plaies des pays anglo-saxons, c'est la manie des paris durant
les courses de chevaux. On voit en Angleterre, pour les courses du
Derby, le Parlement suspendre ses séances, et on dirait que les
Anglais se transforment dans ces occasions en autant de Chinois. Ici
les honnêtes gens et le gouvernement font des efforts pour diminuer ce
mal. En Victoria, non seulement on condamne les organisateurs de
_sweeps_ qui recueillent des sommes à parier sur tel ou tel cheval;
mais la poste a même la faculté d'ouvrir toute lettre qu'on suppose
contenir une correspondance à propos de _sweeps_.

Tous les jours les journaux donnent le compte rendu des séances des
tribunaux. J'y lis toujours une quantité de condamnations à l'amende
ou à la prison contre les blasphémateurs, les teneurs de mauvais
propos, les insulteurs de femmes, et contre ceux qui vendent ou qui
travaillent le dimanche.

Tout Australien trouve bien naturel que les tribunaux prennent souci
de la morale publique et de la loi divine; il sait que toute violation
de l'une ou de l'autre ne peut être qu'au préjudice de toute la
communauté. Dans une occasion, un témoin s'est refusé à prêter le
serment en justice, en protestant qu'il ne savait ce que c'était; mais
il revint bientôt à d'autres sentiments et s'exécuta lorsqu'il se vit
menacé de deux jours de prison pour mépris de la Cour. Les
condamnations pour mauvais traitement des animaux sont aussi assez
fréquentes.

Un journal, sous le titre de _Struggle for life_ (lutte pour la vie),
fait une curieuse statistique pour savoir qui du riche ou du pauvre
vit plus longtemps. Il trouve que sur 1,000 personnes nées dans les
familles aisées, après 5 ans il y en a encore 943 en vie; pendant que
sur 1,000 personnes nées dans les familles pauvres, il n'en reste plus
que 655. Après 50 ans, il reste des premiers 557 et des seconds 273. À
70 ans, les riches sont encore 235 et les pauvres 65. La moyenne de la
vie, parmi ceux qui sont nés dans l'aisance, est de 65 ans, et celle
de leurs frères pauvres est de 32 ans.

Depuis 3 jours les journaux sont remplis de dépêches, à propos de 3
enfants égarés dans la forêt, et aujourd'hui ils chantent victoire:
les bébés sont retrouvés.

Le fait s'est passé à Stawell, petite ville de 7 à 8,000 âmes, à 176
milles de Melbourne; 3 petites filles de 6, 4 et 3 ans s'étaient
égarées dans les bois. Les premières recherches n'ayant donné aucun
résultat, et la population s'apitoyant sur le sort des parents et des
enfants, le maire convoqua les personnes de bonne volonté. Tous les
travaux sont suspendus pour que chacun puisse prêter son aide; les
écoles mêmes sont fermées, afin que les enfants les plus grands aident
à la recherche. On forme un plan, on se partage les quartiers et 3,000
personnes, hommes et femmes, les uns à cheval, les autres à pied,
partent dans toutes les directions, à la recherche des égarées. Le
soir, la plupart sont rentrés, mais sans les enfants. Le lendemain on
combine un plan nouveau, les bandes s'éparpillent davantage, et enfin
la grande cloche annonce que les enfants sont retrouvées; une voiture
les ramène enveloppées dans des couvertures et a peine à fendre la
foule pour arriver aux parents. Tout le monde est dans la jubilation.
Voici ce qui s'était passé: 5 enfants, dont 2 garçons, jouaient au
bord de la forêt et cueillaient des fleurs lorsqu'une discussion
s'éleva à propos d'un bouquet et sur le chemin à prendre au retour.
Les 2 garçons revinrent à la maison, les 3 petites suivirent une autre
direction qu'elles croyaient la bonne. Les garçons rapportèrent que
leurs compagnes avaient pris une fausse direction; mais, on en fit peu
de cas. Ce n'est que le lendemain que l'on se mit à la recherche.
L'aînée des petites filles prit les deux autres, une à chaque main, et
continua à marcher droit devant elle. Lorsque la nuit arriva, elles
posèrent leur chapeaux et s'endormirent sur l'herbe en regardant la
lune qui était, disaient-elles, sur un grand arbre. Le lendemain,
lorsque le jour parut, elles continuèrent à marcher; elles arrivèrent
à une maison inhabitée et trouvèrent un pommier; l'aînée cueillit des
pommes et en donna à ses petites compagnes; puis arrivée à un
ruisseau, elle prit de l'eau dans son chapeau et leur en donna à
boire. Elles continuèrent ainsi à marcher pendant le jour, et à dormir
la nuit sur l'herbe, lorsqu'elles furent rejointes par un policeman à
11 milles (environ 17 kil.) du point de départ. Il est beau de voir,
cet esprit de solidarité qui pousse toute une population à quitter ses
travaux pour se mettre à la recherche de ces 3 petits êtres!



CHAPITRE XXVIII

     Ballarat. -- Une distribution de prix. -- À la visite d'une mine
     d'or. -- Le cheval _Charlee_. -- Creswick. -- La mine d'or
     alluviale de Mme Berry. -- Les salaires. -- Arendale et l'ouvrier
     gentleman. -- Le lac Windermere. -- Le lac Burumbeet. -- Huit
     kilomètres à travers les paddocks. -- La station d'Ercildonne. --
     Un mérinos de 200 livres. -- Les enchères chez Samuel Wilson. --
     Au galop avec un apprenti. -- Départ pour Sydney. -- Les vacances
     de Noël. -- Un propriétaire et le jury. -- Un vélocipédiste
     imprudent. -- Encore l'eucalyptus. -- Wodonga. -- Albury. -- Les
     _Fallon's-Cellars_. -- La famille Frère. -- La villa
     Saint-Hilaire. -- Un laboureur apprenti. -- On se fait maçon et
     menuisier. -- Dix-huit kilomètres à cheval. -- Coût et produit
     d'une vigne. -- La nouvelle loi agraire. -- Budget d'un squatter
     débutant. -- Les colons allemands. -- Pour cantonnier une
     lanterne et un drapeau. -- Un _run_ de 600,000 moutons. --
     Arrivée à Sydney.


Ballarat, la ville de l'or, date de 1851, époque où le premier or y
fut découvert. Elle compte déjà environ 40,000 habitants. Elle est
divisée en deux: Ballarat _est_ et Ballarat _ouest_, ayant chacune sa
municipalité. Les rues sont larges et flanquées de beaux hôtels et de
riches maisons de banque. En quittant les quelques rues destinées aux
affaires, on entre dans de belles avenues de 40 mètres de large,
plantées de chênes, d'eucalyptus, de peupliers, et bordées de
gracieuses maisonnettes entourées de jardins fleuris. La cathédrale
catholique, l'hôpital, l'orphelinat sont de beaux monuments. Je me
dirige vers l'habitation de l'évêque, située au bout de la ville,
dans un splendide jardin. Mgr Moore n'est pas chez lui, il préside la
distribution des prix au couvent de Lorette; je m'y rends aussitôt.
Les parents remplissent la vaste salle décorée de dessins, de
broderies et tapisseries exécutés par les élèves. La fête commence par
la récitation d'un compliment à Monseigneur, puis une réunion de
grandes jeunes filles vêtues de blanc s'avance et récite une petite
pièce; une autre troupe d'élèves plus petites, vêtues de jaune,
montrent leur talent musical dans l'exécution d'un morceau à 16 mains;
ensuite arrive la 3e division, qui subit l'examen de catéchisme, enfin
les bébés-fillettes, puis les bébés-garçons montrent aussi leur petit
savoir par des fables et poésies.

Le nombre d'élèves est de 120; il n'y a point d'internat; ils sont
bien l'exception dans ces colonies, et elles ne s'en trouvent que
mieux.

Monseigneur m'adresse à une personne qui me donne des lettres pour
visiter tout ce qu'il y a d'intéressant dans le pays et dans les
environs. Sans lettres, on risquerait de ne point être reçu.

Je me rends d'abord à la mine connue sous le nom de _Band and Albion
Consols C{y}_. C'est une des plus importantes et située non loin de la
ville. Je vois en passant une grande filature de laine et partout des
puits de mines avec leur machine à vapeur, et un grand échafaudage
pour l'extraction du minerai. Arrivé à l'usine, guidé par un agent de
la Compagnie, je revêts un costume en toile cirée, chapeau _idem_ et
grosses bottes; puis je passe sur la cage qui doit me descendre au
fond du puits. Ce n'est pas sans émotion que je me vois précipiter
dans les ténèbres, sentant l'eau couler de tous côtés. Je me rappelle
qu'il y a 3 jours, 4 ouvriers ont été jetés au fond de ce même puits,
et y ont trouvé la mort par une simple inadvertance de celui qui fait
fonctionner la machine. Mais je ranime ma confiance dans mon bon ange
et j'arrive au fond à 700 pieds de profondeur. Là on allume une
bougie, et nous marchons par l'eau et par la boue dans une infinité de
galeries pour trouver la veine où travaillent les ouvriers. Ils
emploient la poudre, et dans les endroits humides la dynamite; ils
faisaient usage, pour le percement, d'une machine à vrille, mais on y
a renoncé: la Compagnie a aussi éclairé la mine à l'électricité pour
quelque temps, mais elle trouvait son emploi trop cher, et ne se sert
plus que de bougies. Les ouvriers sont en petit nombre en ce moment;
la veine est peu productive; 3 escouades de 40 hommes chacune se
succèdent chaque 8 heures; ils gagnent environ 50 fr. par semaine. Ils
paient 6 pence par semaine à la caisse de secours mutuels, et en cas
de maladie ou de blessures occasionnées par la mine, ils reçoivent 25
fr. par semaine pour la première année, et 15 schellings durant les 6
mois suivants. La mine a déjà donné 22 tonnes d'or. C'est avec bonheur
que je reviens à la surface, et que je revois le soleil. Mon cicérone
me montrant le directeur, qui est un colosse, me dit: Il a déjà eu
pour sa part plus d'or qu'il ne pèse. Les 20,000 actions de 1 l. stg.
chaque ont valu jusqu'à 10 l. et donné un dividende de 2 sch. par
semaine. Nous visitons l'usine. Le minerai porté à la surface est pilé
sous des marteaux et grillé pour le délivrer du soufre et de
l'arsenic, puis tourné dans des tonneaux avec le mercure qui
l'amalgame. On sépare un oxyde de fer qui est vendu pour couleur, puis
l'or séparé du mercure par évaporation est passé au creuset et réduit
en lingots. On pile en ce moment 150 tonnes de minerai par jour.

En quittant l'usine, je vois qu'il ne me reste que peu de temps pour
me rendre à la gare et prendre le train. J'aperçois une voiture
arrêtée, et j'y prends place, priant le conducteur de me conduire à la
gare: je l'avais pris pour un cocher; il était marchand ambulant. À
tout instant il parle à son cheval, _go on my Charlee_; la grosse bête
est alourdie par la graisse pendant que son maître s'amaigrit à crier
après elle en termes polis. À la fin, voyant mon impatience et ma
crainte de manquer le train, il crie: _get up, rascal Charlee, will
you?_ (Allons donc, vilain Charles, veux-tu?) À ce gros mot, Charlee
comprend que son maître se fâche, il prend le galop, et bientôt je
suis à la gare. Là, je veux payer, mais le maître de Charlee refuse,
et ajoute: «Je ne suis pas cocher, c'est pour vous rendre service que
je vous ai conduit.»

Le train se met en marche, et après une demi-heure il me dépose à
Creswick. Je venais de visiter à Ballarat la meilleure mine d'or dans
le quartz; je voulais visiter dans les environs de Creswick une mine
d'or alluviale. On m'avait signalé celle connue sous le nom de Mme
Berry comme la plus importante.

Il est trop tard pour y aller le soir même; mais le comptable, qui a
habité l'Égypte et parle bien le français, combine l'excursion pour le
lendemain matin à 5 heures, en autorisant un de ses clercs à
m'accompagner. Il reçoit 50 l. stg. par semaine pour tenir les comptes
de la Compagnie; il a un associé et 5 clercs.

Le 21 décembre 1883, à 5 heures du matin, la voiture est à la porte.
Nous suivons la plaine, traversons villes et villages encore en plein
sommeil, et arrivons vers les 6 heures à la mine de Mme Berry. Chemin
faisant, nous en voyons plusieurs, les unes en activité, les autres
abandonnées. Une d'elles a déjà coûté plus de 1,000,000 sans qu'elle
ait encore rien rapporté. L'eau est en si grande quantité que les
pompes ne suffisent pas à la sécher; 29 ouvriers y ont été noyés
récemment.

À la mine de Mme Berry, le _manager_ est encore au lit, mais il nous
passe la clef; nous revêtons l'uniforme de mineur et descendons dans
l'abîme à 400 pieds de profondeur. Un contre-maître nous conduit dans
les galeries, à la faible lueur de nos bougies; partout on répare
l'étayage; on emploie de fortes poutres, mais la poussée est telle
qu'elles ne durent que 5 ans.

Arrivés au chantier, nous voyons la boue et le gravier que les
ouvriers mettent en wagonnets. C'est le lit d'une ancienne rivière;
elle a 200 mètres de large et contourne une colline. Pour l'atteindre,
on a dû percer une croûte de basalte, traverser une couche alluviale,
puis une autre stratification de basalte. Quand et comment ces
bouleversements se sont-ils produits? C'est aux géologues à le
rechercher. On tâtonne pour suivre le lit de la rivière; on perce des
trous avec une vrille à diamant, et souvent on manque le bon côté
seulement de quelques pas. Tous ces terrains qui produisent maintenant
tant d'or étaient la propriété d'un Français; sa femme ne se plaisant
pas en Australie, il les a vendus pour 30,000 l. stg., à une
compagnie, et celle-ci la loue par lots à d'autres compagnies
moyennant une somme fixe et le 7me-1/2 de l'or produit. La mine de Mme
Berry a été ouverte il y a 4 ans, et est ainsi nommée du nom de la
femme du premier ministre qui assistait à la cérémonie d'ouverture.
Elle donne en ce moment 500 onces d'or par semaine. Depuis son
origine, elle a donné 51,053 onces, de la valeur de 210,095 l. stg.,
plus de 5,000,000 de francs. Les actions étaient de 25 fr., et les
actionnaires ont déjà reçu en dividendes environ 200 fr. Les 26 mines
de Creswick et les 8 mines de Clunes près de là ont déjà donné
1,460,224 onces, de la valeur de 5,931,899 l. stg.; 6 mines sont
maintenant en activité à Creswick et 4 à Clunes: les autres sont
épuisées. L'or d'Australie est un des meilleurs connus, et l'or de la
mine de Mme Berry est le meilleur or de l'Australie. 150 ouvriers
travaillent jour et nuit dans les galeries, se remplaçant par
escouades de 50.

Après avoir parcouru de longues galeries et passé par de nombreux
petits trous, nous revenons au puits; mon conducteur me fait
remarquer que le mécanisme qui fait fonctionner la pompe est le même
qui envoie l'air au fond des galeries, et il ajoute: si la pompe se
dérangeait et cessait de fonctionner, nous serions bientôt noyés.

La cage nous remonte à la surface, et nous grimpons sur un immense
échafaudage, sur lequel reposent 3 grandes caisses de fer. La boue et
le gravier de la mine y sont versés et lavés; l'eau emporte les
parties terreuses; l'or, plus lourd, est retenu dans une petite
caisse; on l'obtient ainsi facilement sans aucun recours à
l'amalgamation par le mercure. Le produit journalier est d'environ 100
onces. La Compagnie paie 1,100 l. stg. de salaires par semaine.

Au retour, mon cicérone me montre une jolie petite ville bien tracée
qui renferme déjà 500 habitants et possède 6 églises. C'est Arendale.
Elle appartient à un des ouvriers mineurs. Il a acheté un _Paddock_
(enclos de terrain à paître les animaux), y a tracé la ville et
construit des chalets pour les ouvriers mineurs; il les leur loue
assez cher; son entreprise a réussi et il est maintenant un seigneur.
Nous le rencontrons en effet à Creswick; le clerc me présente à lui,
ce n'est plus un ouvrier que j'ai devant moi, mais un parfait
_gentleman_ à chapeau haut de forme, bottes vernies, et habit à la
dernière mode. Nous faisons route ensemble jusqu'à Ballarat; il cause
bien et rend volontiers service. Apprenant que j'ai encore un peu de
temps à passer à Ballarat, il appelle un cocher et lui dit: Vous allez
conduire ce Monsieur au jardin public et lui ferez faire le tour du
lac. Cette promenade m'a paru charmante: il me semblait faire le tour
du lac d'Enghien.

À 11 heures, je suis à la gare, et le train me conduit à travers une
plaine tantôt cultivée, tantôt boisée. Après quelques kilomètres; nous
laissons à gauche le lac Windermere. Son homonyme en Angleterre est
encadré de vertes collines, pendant qu'ici je ne vois que des plaines.
Après une demi-heure, je descends à la gare de Burrumbeet, sur les
bords d'un grand lac salé. Là, je demande au chef de gare la station
d'Ercildonne, appartenant à M. Samuel Wilson.--Marchez tout droit
devant vous, me dit-il, dans la direction de ce pic; après 5 milles
vous trouverez la maison au pied de la colline. C'est donc 8
kilomètres à pied qui me restent à faire. Je prends bon courage,
traverse les _paddocks_ et saute les barrières; de temps en temps des
vols de pies à plumage noir et blanc font entendre leurs cris
désagréables; c'est ici un animal sacré; on serait mal venu de le
tuer, car il détruit beaucoup d'insectes. L'herbe est haute et belle;
bien souvent quelques beaux lièvres partent à mes pieds, éveillés par
le bruit de mes pas. J'en vois un à demi-dévoré par un aigle. Ce roi
des airs fond sur sa victime endormie et de son bec crochu lui perce
le crâne, puis y prend sa nourriture.

[Illustration: La tonte des moutons.]

Je remarque aussi quelques trous de lapins, mais on s'en défend par le
poison et par certains pièges. On tend même des filets pour les
empêcher de pénétrer dans la propriété durant leurs migrations. Elles
ont lieu pendant la nuit et par troupes; ils se dirigent généralement
vers le nord. Le gouvernement donne aux trappeurs une prime de tant
par 100 peaux; avant, il payait tant pour chaque queue, puis pour
chaque paire d'oreilles. La multiplication de ce petit animal est
effrayante; il est rusé, se tient sous terre, et il n'est pas aisé de
le combattre. Le lièvre par contre produit peu, se tient sur terre, et
n'est point rusé; on pourrait, avec de l'avoine empoisonnée, les
détruire tous dans une nuit sur une propriété.

J'arrive à une maisonnette isolée; la fermière est en train de mettre
son pain au four; elle m'indique ma route; je passe près d'un petit
lac aux bords boisés. Deux cents moutons sans queue et sans laine se
reposent à l'ombre. On coupe toujours la queue aux moutons en
Australie, et la tonte commence en octobre.

Plus loin, je remarque de beaux blés et de belles avoines qu'on coupe
pour foin. Les haies des _paddocks_ sont partie en bois, partie en fil
de fer très épais: ces haies coûtent 1,500 fr. le mille de 1,600
mètres. Le long de la haie, à un mètre ou deux de distance, on a tracé
un double sillon destiné à arrêter le feu. En cas d'incendie, l'herbe
brûlerait, mais la haie serait préservée. Enfin, j'arrive dans un
vaste parc garni de pièces d'eau, rocailles, saules pleureurs et
fleurs de toute sorte. Vers le haut du parc un petit château disparaît
presque sous la verdure; j'aperçois de loin un groupe de dames, mais
elles s'éclipsent à mon arrivée. Je demande le _manager_; on me
conduit à sa maison, qu'entoure un charmant jardin; je lui présente
une lettre d'introduction, et je demande à visiter la propriété. Il
m'offre d'abord un petit _lunch_, puis me donne quelques détails. M.
Samuel Wilson et sa famille sont en ce moment en Angleterre; il vient
d'acheter à Londres une maison pour 50,000 l. stg. et une propriété
pour 200,000 l. stg. Il a donné 30,000 l. stg. pour l'université de
Melbourne et a reçu le titre nobilier de _Sir_, Il possède 4 stations
(c'est le nom qu'on donne aux terres destinées à l'élevage du bétail)
en Victoria et 2 en Queensland; ces deux dernières ont plus de
200,000 moutons. La station de Ercildonne est la plus petite des
quatre de Victoria; elle compte 26,000 acres et possède 40 mille
moutons. Elle est célèbre par ses mérinos. On sait que ces moutons
étaient passés en Espagne et venaient des Argoli mouton sauvage de
Colchis et de Milète. Pendant longtemps, l'Espagne défendit sous les
peines les plus sévères l'exportation des mérinos; mais en 1765
l'Électeur de Saxe en reçut en cadeau du roi d'Espagne quelques-uns de
ses meilleurs. Une partie de cette race fut plus tard achetée en Saxe
et transportée en Tasmanie, d'où ils sont passés en Australie. Leur
laine est la plus fine connue; on la file pour de la soie, et on la
paie à Londres jusqu'à 5 schellings la livre. La propriété expédie
annuellement à Londres de 4 à 500 balles de laine de 250 à 300 livres
chaque, et en obtient un prix de 16 à 17,000 l. stg. Tous les ans, M.
Wilson met aux enchères une centaine de ses béliers qui se vendent de
100 à 400 l. stg. chaque; un d'eux a atteint le poids de 198 livres
1/2. Pour les enchères, les acheteurs trouvent les moutons séparés et
numérotés, et une vaste salle où ils prennent leur _lunch_ aux frais
du vendeur. Des brochures à couverture en maroquin sont distribuées
d'avance dans toutes les directions; elles portent l'historique de la
propriété, les prix et la photographié des principaux béliers.

Je demande au _manager_ de me faire visiter la propriété: il me
conduit à travers le parc; j'ajoute que nous ne manquons pas de parcs
en Europe et que je suis venu pour voir les moutons. Il me dit qu'il
n'a pas de chevaux, qu'il n'a pas de voiture: mais bientôt après,
passant devant les écuries, je lui montre de nombreux chevaux et
voitures. Je comprends enfin à son embarras que Madame a réception et
que probablement les chevaux et véhicules sont pour les dames qui se
sont éclipsées le matin. Il finit par me donner un apprenti. C'est un
jeune homme qui a déjà passé une année dans une station de boeufs: il
passe un an dans cette station de moutons pour apprendre le métier,
puis il prendra en Queensland une station à son compte. Nous montons à
cheval et arrivons aux écuries des béliers: ils ont chacun leur petit
compartiment, le pavé est en linteaux espacés pour laisser passer par
dessous tout le fumier; les moutons ont là carottes et avoine en
abondance et peuvent sortir à volonté pour brouter l'herbe dans un
_paddock_ d'une acre par tête. Ils sont recouverts d'une toile pour
préserver la laine des taches et de la poussière, car ils figurent
généralement dans les expositions et rapportent au maître des
médailles d'honneur.

Chemin faisant, le jeune apprenti m'apprend que 6,000 moutons environ
sont vendus tous les ans à la station; que les moutons donnent de 8 à
9 livres de gros suif par tête, de 4 à 13 livres de laine, et qu'ils
ont souvent une maladie aux pieds qu'on soigne avec une composition
d'arsenic passée au pinceau.

Nous galopons à travers plaines et collines et arrivons aux paddocks
des vaches et des boeufs. Ils sont 300 et me paraissent de forte
taille. Tous les paddocks étant clôturés, les bergers sont superflus;
il suffit de quelques hommes pour faire le tour des haies et voir si
elles sont en bon état. Ces hommes sont nourris et reçoivent de 6 à 7
sch. par jour, autant que pour une semaine en Angleterre.

Nous voyons en route de fort belles récoltes de blé et d'avoine; elles
sont la propriété de divers _selecteurs_ qui, en vertu de la loi, sont
venus choisir leur 320 acres sur la propriété pendant qu'elle n'était
encore que louée.

Enfin j'arrive à la station pour le départ, et le soir, à 11 heures,
je suis à Melbourne.

Le 22 décembre, à 6 heures du matin, je pars pour Sydney; la voie
passe par Albury, où je dois visiter le vignoble de M. Fallon, le plus
célèbre de la Nouvelle-Galles du Sud; il a pour _manager_ un Français,
M. Frère. On multiplie les trains, mais ils sont tous encombrés; tout
le monde part en vacances. Ce sont les _Christmas Holidays_ (vacances
de Noël). Le chemin de fer accorde l'aller et retour pour le simple
prix d'aller. À la sortie des faubourgs, je remarque encore quelques
_paddocks_ bien verts, puis nous entrons dans la forêt d'eucalyptus.
Cet arbre est joli dès qu'il est jeune, mais il enlaidit en
vieillissant; sa couleur verte est sombre; de loin, on le prendrait
pour l'olivier.

Les journaux sont remplis de détails sur l'organisation des
volontaires, l'achat de torpilles, construction de batteries; est-ce
contre les futurs récidivistes qu'on monte un si grand appareil? C'est
dépasser le but. L'Australie du Sud a eu bonne récolte de blé calculée
à 5,000,000 de l. stg.; elle pourra en exporter 540,000 tonnes. Cette
jeune colonie compte aussi 15,000 _blue ribbons_, ou associés de ruban
bleu, qui s'engagent à s'abstenir de toute boisson enivrante. Je lis
aussi une curieuse aventure d'un grand propriétaire qui demandait
30,000 l. stg. pour une bande de terre que le chemin de fer enlevait à
sa propriété; le jury lui a alloué 230 l. stg. Il a obtenu alors un
nouveau jury en basant sa demande d'indemnité sur le morcellement de
la propriété; le 2e jury lui accorde 260 l. stg. Il a voulu un 3e jury
auquel il soumettait la demande d'indemnité pour le danger d'incendie
par les étincelles de la locomotive. Ce 3e jury a perdu patience et,
calculant les avantages et les dommages, a déclaré ce propriétaire
débiteur de 60 l. stg. envers la Compagnie du chemin de fer, bien
entendu les frais à la charge du demandeur. Il est probable qu'il ne
demandera pas un 4e jury.

À Melbourne, un jeune freluquet est conduit devant le magistrat pour
avoir marché sur les trottoirs avec le vélocipède; il est condamné à 5
l. stg. d'amende; il donne pour excuse que le premier ministre en fait
autant.--«Qu'on me le dénonce, dit le magistrat, et je le traiterai de
la même manière.»

À 1 heure 1/2 j'arrive à la station de Wadonga, la dernière de
Victoria; au-delà du Murray, la station d'Albury est déjà en
Nouvelle-Galles du sud. L'écartement des rails n'est pas le même dans
les deux colonies; il faut changer de train. À 2 heures je suis à
Albury, distant de 190 milles de Melbourne et de 384 de Sydney. La
station est aussi belle que celle de nos grandes cités. La ville
naissante compte de 4 à 5 mille habitants: elle a de belles rues, de
larges avenues, beaucoup d'églises et beaucoup de banques. Je
rencontre George Frère, jeune homme de 18 ans, aimable et prévenant.
Il me fait visiter les caves de M. Fallon. Elles contiennent 300,000
gallons dans des fûts de 80 hectolitres; le prix est de 6 schellings
le gallon. J'en déguste plusieurs qualités, de blanc et de rouge, et
les trouve excellentes. Après une visite au _Cricket ground_, où le
jeune Frère est intéressé à une partie, il me prend dans sa voiture et
me conduit chez ses parents à la campagne. Elle est à 9 kilomètres
d'Albury; la route est pittoresque; nous grimpons de petites collines,
passons devant une chapelle catholique et arrivons à Saint-Hilaire.
Les époux Frère, auxquels M. Phalampin m'avait recommandé,
m'accueillent comme un compatriote; ils ont chez eux un jeune ménage
en vacances de Noël: c'est l'ancien instituteur de la ville voisine
qui a appris à George l'anglais et la géométrie. Les bonnes Soeurs du
couvent d'Albury ont aussi aidé à son instruction, et sa mère l'a
complétée. Le jeune George à 18 ans parle déjà 3 langues: le français,
l'anglais et l'allemand. Malgré ces visiteurs, il y aura encore place
pour moi dans la maison. Les jardins qui l'entourent sont garnis de
fleurs et de fruits; on y voit même un olivier très prospère. La
propriété compte 90 hectares, dont 50 sont déjà plantés en vignes et
en plein rapport.

Les époux Frère sont venus ici il y a 10 ans. Le mari avait été engagé
comme directeur du vignoble de M. Fallon, avec de très beaux
appointements. Il a appelé son frère, et tout en dirigeant le vignoble
de M. Fallon, ils cultivent la terre qu'ils ont achetée pour leur
propre compte. Tous les travaux sont faits par eux; ils ont bâti leur
maison, et construisent en ce moment une grande cave. Voyant que, sans
être reçu maçons, ils réussissaient dans la maçonnerie, ils ont fait
leur menuiserie. Elle ne gagnerait pas le prix de perfection, mais
elle mériterait certainement celui d'application. M. Frère, sans avoir
jamais connu la charrue, a pourtant commencé à déchirer la terre; les
difficultés surgissaient de tous côtés. D'abord les chevaux avaient
été habitués aux sons anglais et M. Frère ne parlait que le français;
il a fallu refaire leur instruction, et durant l'intervalle les
pousser au moyen d'une longue perche. Lorsque les chevaux ont su
obéir, il a fallu apprendre à se faire obéir par la charrue.

Saint-Hilaire se trouve sur un monticule; on n'a pour boire que l'eau
de la pluie et pour les animaux l'eau d'une mare. Durant les étés
chauds, la mare sèche et il faut aller puiser l'eau au Murray, à 10
kilomètres. Mme Frère, à son tour, ne reste pas inactive; elle a pris
à sa charge la préparation de la nourriture et l'entretien de la
maison. Rien n'a jamais manqué aux travailleurs de bonne volonté; elle
sait même le soir charmer leur repos par l'harmonie du piano, en
accompagnant le violon du jeune George. Celui-ci, tout en travaillant
à son instruction, trouvait encore le temps d'aider à son oncle et
d'apprendre avec lui les divers métiers de charpentier, menuisier,
laboureur et maçon. Maintenant les jours les plus durs sont passés, et
la fortune va entrer dans cette famille. Elle ne pourra tomber en
meilleures mains, car on n'apprécie bien que ce qui a bien coûté: elle
sera la récompense méritée du travail et de la vertu. Rien d'étonnant
à ce que la famille Frère soit honorée et aimée dans le pays. Que
n'avons-nous partout à l'étranger de telles familles! elles feraient
connaître et aimer la France!

Tout en causant minuit arrive. Le lendemain, c'est dimanche. À 6
heures du matin, George et moi, sommes à cheval, en route pour Albury.
Nous avons 18 kilomètres, aller et retour, pour avoir la messe. À la
chapelle voisine, on ne la dit qu'une fois par mois. Les mouches sont
insupportables; elles s'attaquent aux yeux. George sort de sa poche
une espèce de filet, en usage dans le pays; il le passe à mon chapeau,
et le balancement des ficelles éloigne ces ennuyeux insectes. En
Provence, on emploie un filet analogue pour en préserver les mulets.

Chemin faisant, George m'explique les propriétés des diverses sortes
d'eucalyptus; le _white-box_ à feuille ronde n'est bon qu'à brûler,
le _string-bark_, par sa première écorce sert à faire des toitures; sa
seconde écorce est employée à former des cordes; son bois est très dur
et très résistant au sec, mais pourrit à l'humidité: le _red-gum_, par
contre, se conserve aussi bien sous terre et dans l'eau, qu'au sec.
Nous voyons des vols de merles, de perroquets et des _laphing-jakal_
(oiseau riant), espèce de geai qui imite les éclats de rire de
l'homme. Ils se mettent à deux sur une même branche pour faire leur
partie de rires; il est défendu de les tuer, parce qu'ils détruisent
les serpents et surtout l'iguana, terrible lézard de 4 à 5 pieds de
long. Des lièvres fuient devant nous, on les laisse en paix, mais on
prend les corbeaux et on les empale pour éloigner les autres; ils sont
grands mangeurs de raisin.

À notre retour, M. Frère me donne plusieurs détails sur le pays. La
main-d'oeuvre est généralement payée 2 l. stg. par semaine à la ville
et 1 l. stg. et nourriture à la campagne. Le chemin de fer paie ses
ouvriers 1 sch. (1 fr. 25) l'heure, et ils travaillent 8 heures par
jour. Les conducteurs de locomotive en arrivant aux stations trouvent
leur nourriture chaude, et leur lit préparé.

La température à Saint-Hilaire atteint quelquefois 46° à l'ombre en
janvier, et descend jusqu'à 4° centigrades en juillet. La terre que M.
Frère a payée 4 l. stg. l'acre, soit 250 fr. l'hectare, il y a 5 ans,
vaut maintenant 10 l. stg. l'acre, soit plus de 625 fr. l'hectare. Il
a adopté un système de plantation fort économique et qui lui a bien
réussi dans la terre rouge. Il fait un labour simple à 30
centimètres, et plante les boutures de vignes dans un trou profond de
50 centimètres au moyen d'une barre de fer; il remplit le trou avec
une pâtée de terre, de fumier de poule et de cendre: le tout adhère
bien aux sarments et ceux-ci, ne pouvant se développer de côté,
poussent leurs racines au fond. La plantation dans cette forme coûte
entre premier et deuxième labour 3 l. stg. par arpent. Son entretien
est de 2 l. l'acre par an. Après trois ans, avec le prix d'achat à 4
l., elle a coûté 13 l. l'acre, et donne 60 gallons l'acre; à la
quatrième année elle donne 120 gallons, la cinquième année et les
années suivantes 200 gallons, et dure en moyenne 35 ans. Elle coûte
alors 5 l. par an pour labourage, bêchage autour du cep, attachage,
taille, etc. Pour la taille on ne laisse que deux yeux et 8 à 9
branches, selon la force de la vigne. On vend le moût à la récolte de
1 sch. 3 deniers à 1 sch. 1/2 le gallon. Si on veut faire la dépense
de la cave et des tonneaux, après un an, on vend le vin 3 sch. le
gallon. Dans le premier cas, on a de 250 à 300 sch. l'acre, et 600
sch. dans le second cas. M. Frère fait sa spécialité de la fabrication
du champagne.

Le pays fournit aussi de grandes ressources à l'éleveur de moutons.
Une loi nouvelle sur la vente et location des terres de la couronne
est maintenant en discussion au Parlement à Sydney. Le projet sera
certainement modifié, mais ses principales dispositions seront
maintenues. Ce projet de loi divise la contrée en trois zones: la
zone agricole à l'est, la pastorale à l'ouest, et la zone
intermédiaire. Dans la première, toute personne âgée de 16 ans peut
choisir 648 acres, en déposant 2 sch. par acre, en clôturant sa
propriété, et y résidant pendant 5 ans. Après 3 ans, il paiera 1 sch.
1/2 pendant 15 ans, après quoi il sera propriétaire définitif. Il peut
le devenir avant, en soldant le prix, et dans ce cas on lui tient
compte de l'intérêt. Dans la deuxième zone, on peut choisir jusqu'à
2,500 acres. Dans la troisième, on peut louer pour 15 ans jusqu'à
concurrence de 10,000 acres pour un loyer annuel de 2 pence (20 cent.)
par acre.

Mon interlocuteur croit que le jeune homme qui arrive avec une
cinquantaine de mille francs peut assez bien réussir. Pour cela, il
doit placer son argent à la banque qui lui en donne un bon intérêt;
s'en aller sur une station pour au moins six mois, afin de bien
apprendre le métier: louer dans la 3e zone 10,000 acres et y placer
1,000 brebis qui lui coûteront 10 francs l'une en moyenne, et lui
donneront 5 francs de laine par an. Les agneaux augmenteront le
troupeau, et la cinquième année il pourra avoir 4,000 moutons qui lui
donneront 20,000 francs de laine; alors l'augmentation du troupeau
sert à faire face aux frais d'entretien, et paie la dépense. Il pourra
ensuite acheter des terres dans la 2e zone. Bien entendu un tel jeune
homme ne doit pas arriver avec gants et badine, mais bien décidé à
travailler même de ses mains. Pour faire le _squatter_ en seigneur, il
faut avoir facteur, domestiques, etc., et au moins 20,000 moutons
pour faire les frais. Une bonne station de 40,000 moutons demande
40,000 acres de bonne terre, et coûtera, moutons compris, environ
2,000,000 de francs; mais ce capital rapportera de 15 à 20% l'an. La
plupart de ces squatters vivent en Angleterre, laissant la direction à
un _manager_ auquel ils donnent de gros; appointements, ou qu'ils
mettent en participation. La contrée est pleine de ressources pour les
travailleurs et pour les capitaux.

L'heure du départ est arrivée. La famille Frère m'accompagne à 3
milles à Ettamogah, gare la plus voisine. Chemin faisant, on me montre
l'endroit où se sont groupées plusieurs familles allemandes
protestantes, et un peu plus loin, plusieurs familles allemandes
catholiques, formant ainsi 2 colonies distinctes. Le gouvernement
allemand envoie des inspecteurs sur tous les points du globe pour lui
rendre compte de l'état des colons. Le dernier inspecteur leur a fait
venir ici, sur leur demande, un pasteur et un maître d'école allemand.
Je demande à mon tour à M. Frère quelle est des deux colonies
catholique et protestante celle qui réussit le mieux; il me répond que
pour l'honneur de la vérité il doit dire que les protestants
réussissent mieux, parce qu'ils sont plus travailleurs; il fait
exception pour 2 familles catholiques qui, étant aussi travailleuses,
sont arrivées à la prospérité. À la gare d'Ettamogah, je ne vois ni
cantonnier, ni employé, le personnel coûte cher, et on l'économise le
plus possible. Un drapeau et une lanterne forment tout l'ameublement;
lorsque des voyageurs veulent monter dans le train, ils agitent le
drapeau, et le train s'arrête; de nuit ils agitent la lanterne. S'il
n'y a point de voyageurs, le train continue sa route.

Avec beaucoup de peine, je peux obtenir un lit dans le _Sleeping car_,
les numéros sont presque toujours retenus d'avance. Ces lits sont
moins commodes que dans les wagons américains. J'ai pour compagnon de
voyage un colon de Bâle. Il est père de 10 enfants, et a essayé divers
métiers dans la colonie. Actuellement il s'est uni à 2 autres
Allemands et a loué pour 20 ans un _run_ de 825,000 acres. Il est
situé en Queensland à 70 milles de Charlesville. Le loyer est de
30,000 l. (750,000 fr.) pour les 20 ans, échelonné en 3 paiements. Il
a commencé, il y a 2 ans, avec 29,000 moutons, et 5,300 vaches. Il a
maintenant 40,000 moutons et 9,000 têtes bovines; il espère atteindre
le chiffre de 600,000 moutons. Le vaste terrain n'est pas clôturé, et
il lui faut un berger par 10,000 moutons. En qualité de _manager_
(intendant), il reçoit une paye élevée; les autres associés ne mettent
que le capital. Son fils aîné reste sur la station, et sa fille aînée
tient la maison. Lui-même est très souvent au _run_ (station). Il me
raconte que la vie y est très pénible; ils sont fréquemment obligés la
nuit de monter à cheval pour chasser les chiens sauvages et les porcs
qui effraient le bétail et tuent les moutons. La fortune qui arrive au
bout d'un si rude métier est bien gagnée. Mon colon vend les moutons
gras sur place, de 6 à 7 schellings. Chaque mouton lui donne en
moyenne 5 livres de laine; il vend les jeunes boeufs à Sydney à 11 l.
stg., mais il a 1 l. 1/2 de frais de transport. Nous continuons à
traverser les forêts d'eucalyptus; mon compagnon sait me dire où le
terrain est bon, où il est médiocre, où il est mauvais, et où on le
vend pour 1 ou 3 ou 4 l. l'acre. Vers la nuit nous voyons briller dans
la forêt par-ci, par-là, les incendies de l'herbe sèche, puis nous
prenons le lit, et le lendemain nous nous réveillons à Sydney. Le
train, trop chargé à l'occasion des vacances de Noël, avait dû être
scindé en deux, d'autant plus que sur certains points, la ligne monte
jusqu'à 2,000 pieds d'altitude. J'attends donc la deuxième moitié du
train pour avoir mes bagages et me rends à l'hôtel.



TABLE DES MATIÈRES



                                                                 PAGES

PRÉFACE............................................................. I


CHAPITRE Ier.--_République de l'Équateur._

République de l'Équateur. -- Surface. -- Population. -- Histoire.
-- Quito. -- Guayaquil. -- Le cacao. -- La résine. -- L'ivoire
végétal. -- Le quinquina. -- Le tamarin. -- Le caoutchouc. -- La
guerre civile. -- Le Guayaquil. -- Les crocodiles et le jeu de la
pezéta. -- Arrivée à Panama......................................... 1


CHAPITRE II.--_Panama._

La ville de Panama. -- La République de la Colombie. --
Situation. -- Surface. -- Population. -- Produits. -- La
Compagnie universelle du canal interocéanique. -- Le personnel.
-- L'hôpital. -- L'isthme. -- Le canal et ses dimensions. -- État
des travaux. -- Moyens d'exécution. -- Le barrage du Chagre. --
Le chemin de fer. -- La ville et le port de Colon. -- Résultat du
percement de l'isthme.............................................. 11


CHAPITRE III.--_Les Antilles._

La Jamaïque. -- Situation. -- Surface. -- Produits. --
Température. -- Histoire. -- Population. -- Justice. --
Contributions. -- Les coolies hindous. -- Irrigation. -- Chemins
de fer. -- Importation. -- Exportation. -- Main-d'oeuvre. -- Les
Building Societies. -- Les îles annexes. -- La ville de
Kingstown. -- Le marché. -- Une école professionnelle. -- Une
plantation de cannes à sucre. -- Les campagnards. -- La garnison... 24


CHAPITRE IV.

Haïti et San-Domingo. -- Port-au-Prince. -- Les Nègres. -- La
révolution. -- L'île Saint-Thomas et le groupe des Vierges. --
Histoire. -- L'esclavage. -- La ville et le port. -- La
Royal-Mail. -- Excursion dans l'île. -- Une plantation de cannes.
-- Les ouragans. -- San-Juan de Porto-Rico. -- Navigation vers
Cuba............................................................... 35


CHAPITRE V.

L'île de Cuba. -- Situation. -- Configuration. -- Surface. --
Histoire. -- Population. -- Produits. -- Climat. -- Importation.
-- Exportation. -- La Havane. -- La ville. -- Les environs. -- La
Corrida de Toros. -- La cathédrale. -- La fièvre jaune. -- Les
oeuvres charitables................................................ 49


CHAPITRE VI.

Excursion à Marianao. -- La plantation de cannes de Toledo. -- Un
orage. -- 400 esclaves. -- Culture de la canne. -- Fonctionnement
de l'usine. -- Détails et prix. -- L'administration espagnole
dans la colonie. -- Le papier-monnaie et la Banque espagnole. --
Les autonomistes et les conservateurs. -- Avenir probable. --
Production du sucre et du café dans le monde entier. -- Le tabac
à la Havane. -- La fabrique de cigares de Villar-Villar. -- La
fabrique de cigarettes de Diego Gonzales. -- Le marché. -- La
presse. -- Le départ. -- Navigation dans le golfe du Mexique....... 63


CHAPITRE VII.--_Le Mexique._

La République mexicaine. -- Surface. -- Constitution. --
Population. -- Les diverses branches ou familles indiennes. --
Cause de leur dépérissement. -- Revenus. -- Dépenses. -- Chemins
de fer. -- Télégraphe. -- Poste. -- Instruction publique. --
Mines. -- L'isthme de Tehuantepec. -- Histoire. -- Fernando
Cortez et la conquête. -- Fin de Montézuma, dernier empereur des
Aztecas. -- Les sacrifices humains. -- Le vice-roi. -- Fin
tragique de deux empereurs......................................... 81


CHAPITRE VIII.

Débarquement à Vera-Cruz. -- Construction du port. -- La ville.
-- La fièvre jaune. -- Départ pour Mexico. -- Le chemin de fer.
-- Orizaba. -- Maltratta. -- Le Citlaltepelt. -- Le pulche. --
Mexico -- Les hôtels. -- La ville. -- La cathédrale. -- Les
toros. -- Les loteries. -- Le Paseo................................ 93


CHAPITRE IX.

Excursion à Guadalupe. -- Les faubourgs. -- L'armée. -- Le
sanctuaire. -- Les oeuvres charitables. -- L'administration
ecclésiastique. -- Les banques. -- Le musée. -- La pierre du
Soleil. -- La déesse de la terre Coatlicue. -- Le dieu des morts
Mictlanteuhtli. -- Les pierres à jeu de paume. -- Les chevaliers
aigle et le messager du Soleil. -- Quetzalcoalt, ou le sage
mystérieux. -- Les inscriptions. -- Les urnes funéraires. -- Les
vierges ou prêtresses. -- Manière de marquer le temps. -- Le
cycle ou xinhmopillé. -- Chalchinhtlicue, déesse de l'eau. --
Tlaloc, dieu du tonnerre. -- La céramique. -- Les bijoux. --
L'écriture. -- Le Sénat. -- Le Conservatoire...................... 105


CHAPITRE X.

État pitoyable des logements du peuple. -- Moyens d'y remédier.
-- Couper le mal à la racine vaut mieux que soigner les plaies.
-- La ferme de Tacubaja. -- La foire. -- La forêt de Chapultepec.
-- Le ministre de fomento. -- L'Observatoire. -- Le ministre du
Chili. -- Le ministre de France. -- La colonie française. -- Les
Basques et les Barcelonnettes. -- La chambre de commerce. -- Les
colonies de Chacaltepec et de Saint-Raphaël, et les théories
fouriéristes...................................................... 123


CHAPITRE XI.

Départ de Mexico. -- Les lignes de chemins de fer. -- La culture.
-- Queretaro et la fin tragique de Maximilien. -- Arrivée à
Guanajuato. -- Trois étudiants journalistes. -- Un journaliste
français et la Commune de Paris. -- La ville de Guanajuato. --
Visite de la mine de la Cata. -- Détails d'exploitation. --
Situation de l'ouvrier. -- Rendement. -- La mine de Valenciana.
-- La hacienda de mineria de Saint-François-Xavier. -- Détails de
fonctionnement. -- Une aventure à l'hôpital. -- Les oeuvres de
charité........................................................... 132


CHAPITRE XII.

Départ de Guanajuato. -- Silao. -- La presse. -- Lagos. -- Route
à Ojuelos et à San-Luiz de Potosi. -- San-Luiz. -- Le Gouverneur.
-- L'école de _artes y oficios_. -- Le départ. -- La femme du
postillon. -- Je suis seul voyageur. -- Le brigandage. -- Les
villages de l'intérieur. -- Un perroquet traître. -- Les
mendiants. -- Une nuit à Chalca. -- Un Barcelonnette. -- Un
ancien colonel _garibaldien_...................................... 151


CHAPITRE XIII.

Départ de Chalca. -- Je fais un heureux. -- La Hacienda de Solis.
-- Matehuala. -- Les mines du district de Catorce. -- La ville de
Cédral. -- La Hacienda de beneficio de Don Antonio Verume. -- Un
garçon qui veut apprendre l'anglais. -- Le vin de Membrillo. --
La Hacienda el Salado. -- Les toiles d'aloès. -- Les briques
d'adobe. -- On dompte un cheval sauvage. -- La soirée et la nuit
à la Hacienda la Ventura. -- Un inconnu. -- Le gibier. -- Les
fauves. -- La ville de Saltillo. -- Le chemin de fer. -- Le chien
des prairies. -- Monterey. -- Laredo. -- Arrivée à San-Antonio.... 161


CHAPITRE XIV.--_États-Unis._

Le Texas. -- Les progrès depuis l'abolition de l'esclavage. --
Les Congrégations religieuses. -- Prix des terres. -- Les
casernes. -- Les Nègres et leur ostracisme. -- Départ pour
San-Francisco. -- Les métiers d'un Yankee. -- Les plantations de
coton. -- Les _cliffs_ du Rio-Grande. -- Les stations dans le
désert. -- La consommation de la bière. -- Le Nouveau Mexique. --
L'Arizona. -- Les Mormons. -- Les Chinois. -- Le Rio-Colorado. --
Yuma. -- Indio. -- Le désert du Colorado.......................... 175


CHAPITRE XV.

La Californie. -- Los Angeles. -- La production de l'or. -- Les
produits agricoles. -- Le papier-monnaie. -- La vallée de
Yosemity et les arbres géants. -- Oakland. -- San-Francisco. --
La baie. -- La crise. -- Le nouveau traité avec la Chine et la
question chinoise. -- Les coolies et l'opium. -- La richesse des
États-Unis. -- La rémunération du travail et du capital. -- Les
divorces et les avortements. -- Les monopoles et la concurrence.
-- La population. -- Importation. -- Exportation. -- Revenus. --
Dette. -- Chemins de fer. -- Les Américains ne nous aiment pas.
-- Les réformes nécessaires pour former un peuple fort et
sérieux........................................................... 187


CHAPITRE XVI.--_Les îles Sandwich._

Départ de San-Francisco. -- Navigation vers les îles Sandwich. --
Le navire _La Zelandia_. -- Manière d'occuper le temps. --
Arrivée à Honolulu. -- Les îles Hawaï. -- Surface. -- Population.
-- Gouvernement. -- Les femmes sénateurs. -- Impôts. -- Les
plantations de canne. -- Importation. -- Exportation. -- Navigation.
-- Droits de douane. -- Revenus. -- Changement de dynastie. -- Les
Missions. -- Le volcan Kilaouea. -- Le monument du capitaine Cook.
-- La végétation. -- Les habitations. -- Les indigènes. -- Moeurs
et coutumes. -- Les écoles. -- L'hôpital.......................... 199


CHAPITRE XVII.

Navigation vers la Nouvelle-Zélande. -- Curieux problème dans une
succession. -- Deux bébés à la recherche du ciel. -- Une éclipse
totale du soleil. -- Les Saints et les Morts. -- Passage de
l'Équateur. -- Une visite de l'Océan. -- La visite réglementaire.
-- La manoeuvre du feu. -- Le service religieux. -- L'île Tutuila
et l'archipel des Navigateurs. -- Une Cour d'assises. -- Une
tempête sous le tropique. -- Scènes comiques. -- Le 180°
parallèle et la semaine de 6 jours. -- Arrivée en Nouvelle-Zélande 211


CHAPITRE XVIII.--_La Nouvelle-Zélande._

La Nouvelle-Zélande. -- Situation. -- Surface. -- Configuration.
-- Population. -- Gouvernement. -- Récoltes. -- Bétail. --
Poissons. -- Mines. -- Climat. -- Pluie. -- Instruction publique.
-- Industrie. -- Assistance publique. -- Caisse d'épargne. --
Importation. -- Exportation. -- Navigation. -- Les terres
publiques. -- Manière de les acquérir. -- La poste. -- Le
télégraphe. -- L'armée............................................ 221


CHAPITRE XIX.

Arrivée à Auckland. -- La tempête. -- Le dimanche. -- Le Père Mac
Donald. -- Catholiques et protestants. -- La ville. -- Les
faubourgs. -- Le parc du gouverneur. -- L'hôpital. -- Le
_dominion_. -- Les salaires. -- L'intérêt. -- Le baron de Hübner.
-- Mgr Luck et son diocèse. -- Les Soeurs de la Miséricorde. --
Départ pour Tauranga. -- La baie. -- La ville. -- Excursion à
Ohinemutu. -- Les fermes. -- Le cocher irlandais. -- Le
_Gate-Pa_. -- La forêt d'Oropi. -- La _mid-way-house_. -- Les
naissances et la mortalité. -- Le vin correctif de l'alcoolisme.
-- Les gorges de Mangorewa........................................ 235


CHAPITRE XX.

La tradition des Maoris sur leur venue en Nouvelle-Zélande. --
Rangatiki et son chien Potaka. -- Hinemou et Tutanekai. -- Le
lac Rotorua. -- Les eaux thermales. -- Un Pa. -- Les Maoris,
leurs vêtements, leur nourriture. -- Moeurs et usages. --
L'anthropophagie. -- La _carved house_. -- Tiki et Maui et le
récit de la création. -- Raïnga et la route du ciel. -- Les
ministres protestants et le traité de Waïtangi. -- Les Pères
Maristes. -- La forêt de Tikitapu. -- Le lac Rotakakahi. --
Waïroa. -- Les femmes Maoris et le tabac. -- Costumes et jeux. --
L'école. -- Un examen de géographie. -- L'instruction. -- La
cascade. -- La haka ou danse indigène. -- Le lac Tarawera. -- Le
Té Tarata ou terrasse blanche. -- Le lac Rotomahana. -- Les
geysers. -- Le repas. -- La Aukapuarangi ou terrasse rouge. -- Un
bain bouillant. -- Retour à Waïroa et à Ohinemutu................. 253


CHAPITRE XXI.

Sulphur-point. -- Les bains du gouvernement. -- Perdu et
retrouvé. -- Les geysers de Whakarewarewa. -- La fin de
Komutumutu. -- Le geyser de Waïkiti. -- Les sépultures. -- Le
divorce. -- Route vers Taupo. -- Le Waïkato. -- Un cocher
concurrent. Débourbés par les Maoris. -- Le Tangariro et sa
légende. -- Le lac de Taupo. -- Les bains de M. Lofley. -- À la
recherche de la cascade Huka. -- Le Crow's nest. -- Les rêves au
bord du lac. -- Taniwha, l'homme aux cheveux rouges............... 275


CHAPITRE XXII.

Départ pour Napier. -- Un _surveyor_. -- Un repas au désert. --
La future ville de Tarewera. -- Un Pa à 2,600 pieds. -- La boîte
aux lettres aux bords des chemins. -- Le port et la ville de
Napier. -- Les missions catholiques. -- Un typhon entre Napier et
Wellington. -- Port Nichelson et la ville de Wellington. -- La
corde de sauvetage. -- Mgr Redwood et les Pères Maristes. -- Le
Musée. -- L'Observatoire. -- Le kea et ses méfaits. -- Trois
jeunes éleveurs français. -- La famille en Nouvelle-Zélande. --
Les méthodes d'enseignement. -- Les oeuvres catholiques. -- Les
Chambres. -- L'Athenoeum. -- L'élection du _mayor_. -- La
_Wellington meat preserving C{y}_, et la prochaine concurrence
aux éleveurs européens. -- Un jeune colon bordelais............... 291


CHAPITRE XXIII.

Départ de Wellington. -- Les projets de confédération. --
Littletown. -- L'assurance par l'État. -- Christchurch. -- La loi
morale. -- Les écoles. -- Les Soeurs du Sacré-Coeur de Lyon. --
Le Musée. -- Le Canterbury-College. -- L'enseignement laïcisé.
-- Le Jardin public. -- La ferme-école à Lincoln. -- Saint André
et les Écossais. -- Akaroa et la colonie française. -- Route vers
Dunedin et la plaine de Canterbury. -- Timaru. -- Oomaru. --
Palmerstown. -- La baie de Vaïtati. -- Port-Chalmers. -- Dunedin.
-- La ville. -- Le Musée. -- Les écoles catholiques. -- Départ
pour Lawrence..................................................... 311


CHAPITRE XXIV.

Route vers le Sud. -- Facilités aux émigrants. -- De Milton à
Lawrence. -- La cabane du pionnier. -- Les diggers chinois à
Waïtahuna. -- Le quartier chinois à Lawrence. -- La cabane d'un
avare. -- L'école. -- Une station de moutons dans la région des
lacs. -- Le lapin fléau public. -- Les goldfields du Gabriel
Gully. -- M. Perry et sa nouvelle méthode. -- Un dépôt de cemen
aurifère. -- Route à Invercargill, -- Bismarck et ses informations.
-- La ferme d'Edendale et la _New-Zealand loan C{y}_. -- Un clerc
méfiant. -- Cherté de la main-d'oeuvre. -- La ville d'Invercargill.
-- Le presbytère. -- La prison. -- Route vers Bluff. -- Le steamer
_Le Manipoori_. -- Réflexions sur la Nouvelle-Zélande. -- Le 8
décembre en mer. -- Le service du dimanche. -- Une dernière
tempête........................................................... 331


CHAPITRE XXV.--_Tasmanie._

Le naufrage du _Tasman_. -- Le tremblement de terre des îles de
la Sonde et les phénomènes qui en résultent. -- Arrivée à Hobart.
-- La ville. -- Les environs. -- Cascade-hill. -- Une brasserie.
-- Mgr Murphy et le Père Beechenor. -- Les Soeurs de la
Présentation. -- Une tombe française. -- Population catholique.
-- Le musée. -- Queen's dominion. -- Le lawn-tennis. -- De Hobart
à Lanceston. -- Les fonderies d'étain. -- Les mines de Mount-bischoff.
-- Les écoles. -- Un tremblement de terre. -- Le clergé irlandais et
les fidèles. -- La _Salvation army_. -- La Tasmanie. -- Situation.
-- Histoire. -- Surface. -- Population. -- Climat. -- Constitution.
-- Produits. -- Importation. -- Exportation. -- Banques: -- Système
agraire. -- Immigration. -- Bétail. -- Chemin de fer. -- Poste. --
Télégraphe. -- Instruction publique. -- Revenu. -- Dette. -- Les
indigènes. -- Épisodes et extinction.............................. 349


CHAPITRE XXVI.--_Australie._

L'Australie. -- Situation. -- Surface. -- Histoire. -- Les
convicts. -- Les explorateurs. -- Les chemins de fer. -- Le
télégraphe. -- Les banques. -- Journaux. -- Gouvernement. --
Population. -- Conformation. -- Géologie. -- Minéraux. -- Faune.
-- Bétail. -- Produits. -- Exportation. -- Importation. --
Agriculture. -- Religion. -- Instruction publique. -- Armée. --
Marine. -- Navigation. -- Revenu. -- Dépense. -- Les indigènes.
-- Races, origine, croyance, moeurs et usages..................... 375


CHAPITRE XXVII.

Port-Philipp. -- Melbourne. -- La ville. -- Les faubourgs. -- Le
téléphone. -- La colonie de Victoria. -- Situation. -- Surface.
-- Rivières, lacs, montagnes. -- Population. -- Religion. --
Armée. -- Marine. -- Terres. -- Revenu. -- Dépenses. -- Bétail.
-- Navigation. -- Exportation. -- Importation. -- Produits. --
Poste. -- Télégraphe. -- Chemin de fer. -- Banques. -- Caisse
d'épargne. -- Écoles. -- Usines. -- Mines. -- Églises. --
Agriculture. -- Les parcs. -- Le jardin zoologique. -- Leledale.
-- Le vignoble de Saint-Hubert. -- Les sauterelles. -- Retour à
Melbourne. -- Départ pour Ballarat. -- Geelong. -- L'eucalyptus.
-- Une condamnation sévère. -- La loi morale et la loi divine. --
_Struggle for life._ -- Les trois bébés retrouvés................. 395


CHAPITRE XXVIII.

Ballarat. -- Une distribution de prix. -- À la visite d'une mine
d'or. -- Le cheval _Charlee_. -- Creswick. -- La mine d'or
alluviale de Mme Berry. -- Les salaires. -- Arendale et l'ouvrier
gentleman. -- Le lac Windermere. -- Le lac Burumbeet. -- Huit
kilomètres à travers les paddocks. -- La station d'Ercildonne. --
Un mérinos de 200 livres. -- Les enchères chez Samuel Wilson. --
Au galop avec un apprenti. -- Départ pour Sydney. -- Les vacances
de Noël. -- Un propriétaire et le jury. Un vélocipédiste
imprudent. -- Encore l'eucalyptus. -- Wodonga. -- Albury. -- Les
_Fallon's-Cellars_. -- La famille Frère. -- La villa Saint-Hilaire.
-- Un laboureur apprenti. -- On se fait maçon et menuisier. -- Dix-huit
kilomètres à cheval. -- Coût et produit d'une vigne. -- La nouvelle
loi agraire. -- Budget d'un squatter débutant. -- Les colons allemands.
-- Pour cantonnier une lanterne et un drapeau. -- Un _run_ de 600,000
moutons. -- Arrivée à Sydney...................................... 415





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "À travers l'hémisphère sud, ou Mon second voyage autour du monde - Tome 2; Équateur, Panama, Antilles, Mexique, Îles Sandwich, - Nouvelle-Zélande, Tasmanie, Australie." ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home