Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Humanité préhistorique
Author: Morgan, Jacques Jean-Marie de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Humanité préhistorique" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ÉVOLUTION DE L'HUMANITÉ

SYNTHÈSE COLLECTIVE

PREMIÈRE SECTION

PRÉHISTOIRE. PROTOHISTOIRE

Dirigée par HENRI BERR



L'HUMANITÉ PRÉHISTORIQUE

ESQUISSE DE PRÉHISTOIRE GÉNÉRALE

Avec 1300 figures et cartes dans le texte

PAR

JACQUES DE MORGAN

ANCIEN DIRECTEUR DES ANTIQUITÉS DE L'ÉGYPTE

ANCIEN DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL EN PERSE

DU MINISTÈRE DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LA RENAISSANCE DU LIVRE

78, BOULEVARD SAINT-MICHEL, 78. PARIS

 * * *



TABLE DES MATIÈRES


CONSIDÉRATIONS PRÉLIMINAIRES


PREMIÈRE PARTIE

L'ÉVOLUTION DES INDUSTRIES

CHAPITRE

I.--Les industries paléolithiques

II.--Les Industries archéolithiques en Europe

III.--Les Industries mésolithiques

IV.--Les Industries néolithiques

V.--Les Industries énéolithiques

VI.--Les Industries du bronze

VII.--Les Industries du fer

VIII.--Le Travail des matières dures


DEUXIÈME PARTIE

LA VIE DE L'HOMME PRÉHISTORIQUE

CHAPITRE

I.--L'habitation

II.--La Chasse, la Pêche, la Domestication du bétail et l'Agriculture

III.--Le Vêtement et la Parure

TROISIÈME PARTIE

LE DÉVELOPPEMENT INTELLECTUEL ET LES RELATIONS DES PEUPLES ENTRE EUX

CHAPITRE

I.--Les arts chez les peuples sans histoire

II.--Les Croyances religieuses, le Totémisme et la Magie

III.--La Figuration de la pensée

IV.--Les Relations des peuples entre eux

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

INDEX

TABLE DES FIGURES

 * * *



AVANT-PROPOS

LA MAIN ET L'OUTIL


Le premier volume de l'Évolution de _l'Humanité_, tout à la fois,
rattache l'homme à la nature et le montre qui s'en détache. Dans
l'ascension des formes vivantes, on y voit apparaître la forme humaine.
Or cette forme, sans doute, est le résultat de circonstances en nombre
infini, dont M. Perrier--parmi celles que nous pouvons connaître--a
relaté les principales; mais elle est aussi, elle est surtout le
résultat de la tendance, de cette poussée interne qui constitue la vie
même et qui, dans le cerveau humain, aboutit à la pensée.

«C'est notre besoin de savoir, de voir de plus haut et plus au loin, qui
nous a fait atteindre à l'attitude verticale parfaite dont nous sommes
fiers», dit M. Perrier[1]. «Par elle, les mains ont été complètement
libérées de tout autre service que celui de la préhension et de
l'exploration des objets, de la fabrication ou du maniement des
instruments de défense. Grâce à ces derniers, les mâchoires ont tout à
fait cessé de mordre et de déchirer, comme elles avaient déjà cessé de
saisir, pour se borner à la mastication des aliments; elles se sont peu
à peu, en raison de ce moindre travail, raccourcies et allégées[2].» La
réduction des muscles élévateurs de la mâchoire inférieure a eu pour
effet, à son tour, de mettre le cerveau plus à l'aise et de lui
permettre un développement considérable. À la fois par un jeu de
conséquences et par l'action persistante de la tendance initiale, le
visage humain s'est peu à peu «préparé pour le langage et pour le
sourire».

[Note 1: _P. 386_.]

[Note 2: _P. 382_.]

La _main_, le _langage_: voilà l'humanité. Nous croyons que ce qui doit
être mis en lumière tout d'abord, dans cette œuvre, ce qui marque la fin
de l'histoire zoologique et le début de l'histoire humaine, c'est
l'invention de la main--pourrait-on dire--et celle du langage; c'est le
progrès décisif de la logique pratique et de la logique mentale.

Dans l'évolution humaine, si le milieu physique et le facteur race ont
joué leur rôle,--considérable, et qui sera précisé,--l'élément logique
leur sert de base. Si le milieu social a joué son rôle,--capital, et qui
sera souligné,--bien loin qu'il ait créé la logique, il en est lui-même
une manifestation: la société est un mode intensif de la vie, ébauché
par l'animal, perfectionné par l'homme.

La logique, rappelons-le, c'est autre chose, pour nous, c'est quelque
chose de plus large que la finalité: c'est l'appropriation, qui peut
être tâtonnante, qui peut être purement fortuite, de moyens à
besoins--nés de la tendance [3]. Logique en acte, la vie retient
l'utile, et ainsi s'adapte au milieu. Comme l'a montré Henri Bergson
(car il y a une partie de son Évolution créatrice qui est indiscutable
et qui résume, de façon heureuse et profonde, des données de science
objective), la matière organisée a «la mystérieuse puissance de monter
des machines très compliquées» et, par le moyen de ces appareils, de
lâcher utilement l'énergie qu'elle accumule[4]. On peut la définir un
mécanisme de formation intérieure, ou encore une «organisation qui
s'invente elle-même». L'Histoire, dans sa plus large extension, est
logique vécue,--avant d'être logique extériorisée (ou technique),
logique collective (ou société), logique réfléchie (ou raison).

[Note 3: _Voir_ I, 'Introduction générale, p. XI, et ma Synthèse en
Histoire pp. 141-226.]

[Note 4: L'Évolution créatrice, _p. 78_]

L'Histoire, tout entière, est essentiellement logique. Voilà notre
hypothèse fondamentale, que l'œuvre, dans son ensemble, devra contrôler
par le libre travail de collaborateurs éminents. Et cette hypothèse
commande notre plan.

 * * *

Le sujet du présent volume, en son fond, c'est la _main et les
prolongements de la main_. On ne saurait trop insister sur ce fait que,
dans l'évolution de la vie, l'«instant décisif» se produit avec
l'adoption par un être--qui devient l'homme--de la station debout, la
libération des mains qui en résulte[5], et l'industrieuse activité que
permet cette libération. Il y a dans l'usage de la main comme instrument
la manifestation d'un important progrès psychique et la promesse
d'importants progrès ultérieurs.

[Note 5: _Voir_ E. De Majewski, La science de la civilisation
_(livre profond et original), p. 213_]

L'évolution primitive du psychisme ne peut être retracée, de façon
approximative, que d'après le rapport qui existe entre le comportement
des êtres--comme dit l'actuelle psychologie zoologique[6]--et le
développement du système nerveux, ou plutôt de sa fleur cérébrale. On
voit, dans «l'océan mobile des formes de vie», le cerveau, qui assure
l'harmonie interne et préside aux relations extérieures, s'accroître et
se perfectionner, à mesure que l'organisme se complique et, non
seulement s'équilibre mieux avec le monde extérieur, mais a plus de
prises sur lui.

[Note 6: _Voir_ H. Piéron, La psychologie zoologique, science du
comportement animal _dans le_ Journal de Psychologie, _février et mars
1920_.]

Déjà chez les insectes, au cours de la période secondaire, le cerveau
avait acquis un certain volume qui répondait à ce «savoir-faire» à peu
près fixé qu'on nomme (d'un terme équivoque) l'_instinct_. Il y a là un
psychisme inférieur, résultat (on a le droit de l'inférer) de la
tendance et de la mémoire associative[7].

[Note 7: _Voir_ E.-L. Bouvier, La Vie psychique des Insectes.]

Au cours de la période tertiaire, le psychisme se développe
remarquablement chez les vertébrés. Avec les mammifères, des fonctions
variées se solidarisent et se contrôlent par l'accroissement des
hémisphères cérébraux. Cet accroissement, dans un crâne trop étroit,
entraîne, surtout chez les primates, des plissements, des
circonvolutions. Le cerveau se modifie plus, et plus vite, que le reste
du corps. «Dans la progression des hémisphères cérébraux à travers les
époques géologiques et les échelons zoologiques, c'est le lobe frontal,
siège des associations les plus compliquées et des combinaisons mentales
les plus appropriées, qui a grandi[8]»: il devient le centre
intellectuel[9]. Le primate, chez qui est énorme le poids relatif du
cerveau[10], a une faculté d'adaptation particulièrement souple; et
celle-ci se manifeste surtout dans l'aptitude à la préhension de ses
membres antérieurs, à pouce opposable, à ongles plats. Chez l'Hominien,
les membres antérieurs, délivrés de la fonction locomotrice, sont
réservés à cet office préhensile: et voici la main.

[Note 8: E. Houzé, Les étapes du lobe frontal, dans le Bull. de
l'Institut de sociologie Solvay, _février 1910, p. 93_.]

[Note 9: _Sur cette question, voir_ Gley, Physiologie, t. II, _pp.
1081 et suiv._]

[Note 10: _Le poids du cerveau étant égal à 1, le poids du corps est
de 5 688 chez les Poissons, de 1 321 chez les Reptiles, de 212 chez les
Oiseaux, de 100-60 chez les Anthropoïdes, de 36-22 chez l'Homme._ Houzé,
_p. 94; cf._ Gley, _p. 1085_.]

Il est probable que, au cours de la période tertiaire, la
différenciation progressive des saisons, l'absence des fruits pendant de
longs mois, ont engagé certains primates, dont les membres antérieurs
étaient plus courts que les postérieurs, à abandonner définitivement la
vie arboricole, à se redresser, à marcher, à différencier les quatre
extrémités des membres en pieds et en mains.

Le «besoin de savoir et de voir de plus haut», dont parle M. Perrier,
tire de la station debout un avantage qui a certainement favorisé cette
station. Mais le besoin de savoir, à l'origine, est tout pratique; il
est greffé sur l'intérêt vital, immédiat. Comme il a provoqué la station
debout et l'emploi de la main, c'est l'intérêt qui avive dans le cerveau
la lumière de la conscience. La synthèse psychique produit la clarté, et
la clarté augmente la puissance de synthèse. Tant bien que mal, la
tendance peut se satisfaire dans la conscience la plus obscure; mais
l'activité en s'éclairant devient plus sûre d'elle-même[11].

[Note 11: _Voir_ H. WALLON, Le problème biologique de la conscience,
_dans la_ Revue Philosophique, _mars-avril 1921, p. 180._]

On a remarqué justement que les animaux sont spécialistes, que leur
structure, adaptée à des conditions de vie bien déterminées, tout à la
fois leur a procuré certaines supériorités dans des limites étroites, et
les a fixés de façon presque définitive. Leur psychisme n'a que des
«franges d'intelligence». L'homme échappe à la spécialisation
morphologique. _Homo nudus et inermis_. Son lobe frontal pourvoit à
tout, et sa main est l'extériorisation active du cerveau. Sans moyens
défensifs ou offensifs spéciaux, sans crocs, sans cornes, sans griffes,
sans carapace, sans écailles, il a la main,--instrument fortifié par
l'usage locomoteur, assoupli, affiné par la fonction préhensile, et
bientôt propre aux offices les plus divers, dans les circonstances les
plus variées.

La main, par des informations--tactiles et musculaires--de plus en plus
précises, qui s'associent aux sensations visuelles et les complètent,
contribue efficacement à la connaissance du monde extérieur. Par la
mimique, essai de langage elle active, de façon directe, le
rapprochement des hommes. Elle l'active aussi de façon indirecte: elle
leur permet de coopérer, grâce à une spécialisation d'un genre
nouveau,--non plus spécifique et de structure, mais individuelle et de
fonction. La société se développera, comme l'être vivant, par l'unité
plus forte du composé dans la diversité plus grande des parties
composantes.

Jusqu'où remonte cette main, qui accroît singulièrement le pouvoir d'une
espèce privilégiée?--S'il est impossible de le préciser, il n'est pas
douteux que ce soit très loin--à des milliers de siècles--dans le
tertiaire. On a le droit d'affirmer, sans le pouvoir prouver, que
plusieurs espèces d'Hominiens, parmi lesquelles l'espèce qui devait
aboutir à l'_Homo Sapiens_, ont existé dans le pliocène, et même dans le
miocène,--sinon plus haut. La terre n'a été encore que très
imparfaitement fouillée: elle a fourni bien peu jusqu'ici à la
paléontologie. «Les terrains pliocènes et miocènes nous réservent
certainement de curieuses, de passionnantes découvertes... Un jour
viendra où l'on découvrira un Hominien de petite taille, à la station à
peu près droite, à la boîte cérébrale relativement très grande par
rapport au volume total du corps, mais très inférieure, en valeur
absolue, à celle de tous les Hominiens déjà connus[12].» L'histoire
ancienne des historiens «n'est en réalité qu'une histoire ultra-moderne
pour le préhistorien et à plus forte raison pour le
paléontologiste[13]». Dans la plus ancienne histoire, l'histoire
«hominienne», chaque centimètre cube et chaque pli du cerveau
représentent des siècles d'une lente expérience, à laquelle répond
l'ingéniosité croissante de la main[14].

[Note 12: M. BOULE, Les Hommes fossiles, _p. 175_.]

[Note 13: Ibid., p. 459.]

[Note 14: _Voir_ ibid., pp. 231 _et suiv., tout ce que peut
apprendre l'étude de la surface endocranienne_.]

 * * *

Dès l'époque où l'Hominien nous apparaît,--par des restes encore trop
rares,--au début du quaternaire, dans le pleistocène inférieur et moyen,
il est muni d'instruments artificiels[15]: c'est le paléolithique
inférieur, la période du premier outillage--qui date, par conséquent, de
centaines de siècles. Au pleistocène supérieur, après la dernière phase
glaciaire, nous trouvons l'_Homo Sapiens_ fossile[16] et la civilisation
déjà avancée du paléolithique supérieur. Avec le commencement de la
dernière phase, holocène, nous avons affaire à l'_Homo Sapiens_
actuel[17]. Son activité fabricatrice, son génie inventif se manifeste
si bien au cours du néolithique,--qui date de quelque 14 000 ans en
Orient, de 9 000 ans dans nos régions,--puis à l'âge des métaux,--dont
le point de départ varie également selon les pays,--que la technique
essentielle a été constituée. «Les divers outils manuels, les premières
machines élémentaires, les industries de première nécessité, filature,
tissage, céramique, métallurgie; le roulage et la navigation,
l'utilisation des animaux domestiques, les pratiques agricoles, la
construction en pierre, toutes ces acquisitions sont antérieures à
l'histoire[18].»

[Note 15: _Chelléen, acheuléen, moustiérien_: Homo Heidelbergensis,
Homo Neanderthalensis.]

[Note 16: _Races de Grimaldi, de Cro-Magnon, de Chancelade._]

[Note 17: _Voir l'ouvrage cité de_ M. BOULE, _puissante et prudente
synthèse (résumée par_ J. DE MORGAN _dans la_ Revue de Synthèse
historique, _XXXI_, Les origines de l'homme),--_et le tome V de_
l'Évolution de l'Humanité.]

[Note 18: L. WEBER, Y a-t-il un rythme dans le progrès intellectuel?
(Bibl. de la Soc. Franç. de philosophie, _février-mars 1914, p. 81_).]

Mais ce sont les premières inventions qui ont été décisives, quand la
main, de plus en plus adroite, s'est employée à la fabrication
d'instruments artificiels, qui la prolongeaient, pour la défense et
l'attaque, pour la multiplication des utilités, pour l'amélioration de
la vie. Complété par l'outil, l'organe d'action sur les choses devient
lui-même instrument universel. Ou, plus exactement, c'est le cerveau qui
le devient,--le cerveau qui se développe merveilleusement par l'effet
même des outils que la main lui permet de réaliser. Et en même temps que
s'accroît l'universalité de l'espèce, les facilités de spécialisation
fonctionnelle de l'individu se trouvent accrues.

Comment ont été créés les premiers instruments? Problème évidemment
insoluble pour qui voudrait une solution rigoureuse.

On a fait des hypothèses. La théorie de la projection
spontanée,--d'après laquelle les hommes ont projeté le bras dans le
bâton, le doigt dans le crochet, le poing dans la massue,--n'est pas
très explicative. Que les instruments aient prolongé, à l'origine, et
imité les organes, c'est assez évident: mais l'invention humaine est
surtout dans l'utilisation des propriétés diverses de matières diverses
et le façonnement de ces matières[19].

Il y a, au surplus, des inventions primitives, comme celle du feu, que
la projection ne peut expliquer. Dès le début du paléolithique l'homme
savait faire du feu; et c'est «l'acte humain par excellence, celui qui
est à la base de tous les progrès futurs, qui contient en puissance
toutes les civilisations, celui dont la découverte constitue le fait de
génie le mieux caractérisé dont l'_Humanité puisse se vanter_[20].»
Arme, lumière, agent modificateur des substances les plus diverses[21],
le feu marque une date de la préhistoire, plus importante que toutes les
révolutions de l'histoire. Prométhée est le grand révélateur.

[Note 19: Voir L. WEBER, Le rythme du progrès, p. 259.]

[Note 20: BOULE, ouvr. cité, p. 460. Il cite lui-même RÉMY DE
GOURMONT, Promenades philosophiques, 2e série, p. 11. Voir aussi P.
LACOMBE, L'Histoire considérée comme science pp. 18O-185.]

[Note 21: La cuisson des aliments a eu des répercussions sur le
cerveau: en diminuant encore les muscles masticateurs, elle a facilité
l'activité frontale. Voir HOUZÉ, art. cité, p. 95.]

Car il y eut un Prométhée, des Prométhées, pour cette invention à deux
degrés: conserver le feu spontané, créer le feu artificiel. Il faut
insister, ici, devant les origines de l'industrie humaine, sur le rôle
de l'intelligence et de l'individu. Suite de l'habileté manuelle, qui
est suite elle-même de l'activité vitale et créatrice d'organes, une
intelligence pratique, que meut l'intérêt, doit être distinguée
nettement de l'intelligence théorique, de la curiosité désintéressée.
Cette forme de l'intelligence qui tend à la «conquête des réalités», au
savoir direct pour le pouvoir immédiat, est antérieure à la forme
spéculative; ou, tout au moins, c'est la fonction utilitaire de
l'intelligence qui a été longtemps prépondérante.

Cette faculté, que Voltaire appelait l'_instinct mécanique_ et dont le
XVIIIe siècle a, le premier, souligné le rôle, est quelque chose, non
de social, mais de spécifique, et qui se trouve chez tous les individus,
quoiqu'à des degrés divers chez les divers individus. Prométhée, c'est
le «Prévoyant», l'individu doué d'attention, capable de dissocier un
élément d'un tout et de le faire entrer dans une combinaison
pratique[22]: c'est celui qui a utilisé un tison d'un incendie allumé
par la foudre, la propriété de deux branches frottées par le vent ou de
deux cailloux entrechoqués par hasard. Et c'est celui, également, qui,
remarquant la détente d'une branche pliée, par analogie avec le bras qui
lance la pierre en vient à imaginer l'arc; celui qui, associant à
l'œuvre de l'ongle ou de la dent le tranchant d'un éclat de silex,
invente le premier instrument externe: c'est celui qui sait voir ce que
ne voyaient pas les autres (comme Galilée vit la lampe qui se balançait
dans la cathédrale de Pise) et en tirer parti.

[Note 22: Voir PAULHAN Psychologie de l'invention; RIBOT, Essai sur
l'imagination créatrice.]

L'imitation de ces initiatives et l'addition des progrès successifs sont
tout autre chose que l'action de la société. Avec certains penseurs,
nous posons ce principe que l'invention technique, à son point vif, pour
ainsi dire, porte la marque de l'individu,--comme toute invention. Elle
est née de l'expérience directe, au contact d'un cerveau et de
l'univers[23].

[Note 23: Voir L. WEBER, Le rythme du progrès, p. 263. «_Les
inventeurs (d'outillage), quoique la plupart du temps ignorés, méconnus
ou oubliés, n'ont pas agi, dans leurs inventions, en fonction du groupe,
ni en vertu de ses suggestions et de ses croyances, mais en vertu de
leur propre spontanéité intellectuelle. L'invention matérielle est en
soi la manifestation la plus pure (et aussi la plus simple et la plus
ancienne) de l'intelligence individuelle, le_ proprium quid _de
l'intelligence humaine spécifique.» Même si elle répond à un besoin
social et comporte un concours social, l'invention matérielle est «en
elle-même une pénetration individuelle dans le monde des réalités
physiques, un corps-à-corps de l'intelligence avec la matière, qui ne
s'exécute que par un seul, et par ce qu'il y a justement en lui
d'irréductible à l'esprit collectif._» Cf. Bull, de la Soc. française de
philosophie, _février-mars 1914:_ Y a-t-il un rythme dans le progrès
intellectuel? _pp. 70_ (WEBER), _90_ (PARODI), _130_ (BELOT).]

Sans aucun doute, la vie sociale favorise de mille façons la technique:
elle est instigatrice et propagatrice des inventions; mais elle les
entrave aussi, bien souvent, par la tradition, la routine, le
développement de pratiques illusoires liées à une spéculation
inefficace[24],--tandis qu'une spéculation implicite est virtuellement
contenue dans la technique la plus primitive.

[Note 24: Voir WEBER, _ouvr. cité, pp. 141 et suiv_.; VEBLEN. The
Instinct of Workmanship (_cf_. HALBWACHS, Revue Philosophique,
_mars-avril 1921_).]

Déjà l'organisme vivant est comme une intelligence en acte: «Tous nos
organes supposent une sorte de connaissance du monde extérieur
objectivée et matérialisée... Les poumons d'un quadrupède, les branchies
d'un poisson sont en quelque sorte la connaissance du milieu où l'animal
doit respirer; les pieds, les nageoires, les ailes sont une connaissance
du milieu où les êtres différents ont à se mouvoir... Toute
organisation, tout système suppose quelque chose d'analogue à la
connaissance et qui permet l'existence et le fonctionnement du système,
comme ils supposent quelque chose d'analogue au désir et à la volonté,
une tendance qui en est l'essentiel, ainsi qu'elle est l'essentiel de
l'activité humaine [25].»

[Note 25: PAULHAN, Sur le psychisme inconscient, dans le Journal de
Psychologie, _février-mars 1921 p. 160._]

S'il y a une mécanique et une physique concrètes dans l'exercice des
énergies musculaires, l'extension de ces énergies par la technique
suppose une représentation suffisamment objective du monde matériel et,
tout au moins, le sentiment net d'une certaine régularité dans les
choses. Avant d'être conçue, la loi de causalité a été de mieux en mieux
sentie par le déploiement de l'activité humaine dans un monde régi par
cette loi et dont l'homme est partie intégrante.

La technique a précédé la technologie et, à plus forte raison, la
science; mais elle a préparé l'une et l'autre, «La technique est mère de
la logique rationnelle[26].»

[Note 26: RIBOT, Logique des sentiments, p. 27. Cf. ESPINAS, Les
origines de la technologie.]

 * * *

Bien plutôt que _Homo Sapiens_, l'homme aux origines, est Homo Faber. Et
il demeure _Homo Faber_. Nous aurons à montrer plus tard que, décisif au
début, le rôle de la technique est immense tout le long de l'évolution
humaine[27]: l'homme est «ouvrier et ingénieur», «fabricant infatigable
d'outils, d'instruments, de machines»[28].

[Note 27: _C'est la part de vérité qu'enferme le matérialisme
historique ou économique_.]

[Note 28: P. LACOMBE. Rev. de Synth. hist., t. XXIV, p. 369. _Pour
P. Lacombe, comme pour Weber, par opposition à Auguste Comte, la
première phase de l'humanité est_ technique, _et non_ théologique.]

Paul Lacombe, ce vigoureux et original théoricien de l'histoire, qui
faisait une place prépondérante à l'économique[29], devait donner à
notre tome XX une préface où il aurait relié la technique de la
préhistoire à l'Économie des Grecs et des Romains. Ce qu'il a écrit sur
ces matières,--par exemple dans son _Histoire considérée comme
science_,--certaines notes de son _Journal_, qui répondent à cette
préoccupation, nous font vivement regretter un collaborateur si bien
préparé. Non seulement il analysait avec une pénétrante ingéniosité
cette évolution qui va des propriétés superficielles aux propriétés
profondes des choses, et où peu à peu l'art et la science se dégagent de
la technique; mais il mettait en lumière ce fait que dans l'histoire de
la technique--chaine continue de l'histoire générale--la masse, la
plèbe, joue sa partie, une partie capitale: «L'histoire de la technique
ne serait pas l'histoire universelle, mais à coup sûr la plus
universelle des histoires, puisque l'homme de tous les temps a été en
grande masse un ouvrier [30].»

[Note 29: Sur Lacombe, voir H. BERR, L'Histoire traditionnelle et la
Synthèse historique pp. 57-144.]

[Note 30: Journal, 22 oc. 1814.]

C'est en nous inspirant de lui que nous reviendrons, plus tard, sur le
déroulement des inventions; que nous distinguerons celles qui augmentent
le pouvoir de nos mains, qui les suppléent, qui nous permettent non
seulement d'utiliser les objets, mais de capter et tourner à notre
profit des énergies de toutes sortes, celles qui accroissent la portée
de nos sens et nous donnent, pour ainsi dire, des «sens artificiels»,
celles qui accroissent nos facilités de déplacement dans l'espace, de
communication avec nos semblables; que nous insisterons sur ce
développement infini de l'outillage, né de la main, dont les
répercussions sont infinies elles-mêmes, absolument imprévisibles bien
souvent,--et qui de l'homme a fait comme un dieu. On a observé que les
machines sont des organes extérieurs qui rendent inutiles nos muscles de
chair et que, par elles, nous tendons vers l'étal de «purs esprits».

 * * *

Ce qu'on trouvera dans le présent volume, c'est l'humanité
préhistorique, non pas l'homme: je veux dire qu'il ne sera pas question
ici d'anthropologie préhistorique. Ce qui concerne les caractères
physiques de nos lointains ancêtres--le complément des brèves
indications données par M. Edmond Perrier à la fin de _la Terre avant
l'Histoire_--sera réuni, dans le tome V de _l'Évolution de l'Humanité_,
à l'étude des races protohistoriques et de l'élément race en général.
Pour une juste distribution des matières et une pleine utilisation des
compétences, il a semblé bon de pratiquer cette disjonction.

M. Cartailhac, à l'origine, nous avait fait l'honneur d'apporter à notre
œuvre la grande autorité que lui a acquise une longue et probe carrière
scientifique. Plus tard, il s'est méfié de ses forces,--certainement à
tort; il a craint de nous retarder; et M. de Morgan, sur son désir, a
bien voulu le remplacer. Comme devait le faire M. Cartailhac, l'ancien
directeur des antiquités de l'Égypte et délégué général en Perse a
traité le sujet de l'activité humaine considérée dans les premières
traces qui en subsistent et marqué les grandes étapes primitives du
progrès humain.

De cette science, très française, du préhistorique, M. de Morgan est un
des représentants les plus éminents. Personne ne l'embrasse avec une
curiosité plus large et un savoir plus étendu. Les ouvrages relatifs à
la préhistoire prennent tous pour base nos régions et négligent
l'Orient. Il n'y a pas là seulement une insuffisance de documentation
mais, peut-être, une erreur de point de vue. C'est l'Orient,
semble-t-il, qui a joué, aux origines, le rôle prépondérant. La vérité
consiste, dans tous les cas, à mettre en parallèle l'évolution de ces
contrées et celles de l'Occident européen, à fondre les notions qu'on
possède sur l'une et sur l'autre. M. de Morgan le peut faire, parce
qu'il a passé six ans en Égypte, trois ans au Caucase et en Arménie,
seize ans en Perse: sa préoccupation synthétique est tout à fait
heureuse, tout à fait neuve, et bien appropriée à notre dessein.

Si dans l'espace M. de Morgan cherche à atteindre la primitive humanité
tout entière, s'il traite les diverses régions et les diverses
civilisations comme des cas particuliers de la préhistoire générale,
d'autre part il connaît les diverses sciences qui demandent à être mises
en contact pour une interprétation approfondie des faits. La géologie,
la paléozoologie et la paléobotanique, la climatologie sont nécessaires
à l'intelligence de l'évolution humaine: la complexité des causes
implique la diversité du savoir.

Enfin M. de Morgan n'est pas seulement l'auteur d'un texte riche et
précis: il l'est aussi d'une abondante illustration. L'homme primitif
n'est atteint dans son humble vie que grâce aux vestiges de son
industrie: il faut que le préhistorien interroge des objets de toutes
sortes; et il faut, naturellement, qu'il les fasse connaître au lecteur.
M, de Morgan a estimé avec raison que ce serait alléger l'ouvrage, en
évitant de longues descriptions et de longues comparaisons, que de
présenter les objets eux-mêmes; et il y trouvait cet avantage encore de
pouvoir accorder plus de place aux idées générales. Les 190 planches de
ce volume, les 1300 figures--dont certaines reproduisent ses propres
trouvailles--ont été, pour la plupart, dessinées par lui: il n'a cherché
de repos, au cours de son travail, que dans l'alternance des
occupations. Par leur choix, leur groupement, leur opportune insertion
dans le texte, ces figures donnent au livre un prix inestimable; M. de
Morgan l'a conçu de telle sorte qu'il parlât tout à la fois aux yeux et
à l'esprit.

 * * *

C'est la préhistoire véritable--avec les époques paléolilique et
néolithique--et c'est l'industrie qui occupent ici la place principale.
Mais, dans cette large fresque de notre plus lointain passé, M. de
Morgan a embrassé les âges des métaux, et il a résumé à grands traits ce
qu'on peut entrevoir de la vie primitive sous ses divers aspects. Il a
dressé ainsi le programme général des civilisations protohistoriques qui
seront étudiées en détail dans des volumes spéciaux; et son volume en
constitue, pour ainsi dire, le tableau d'assemblage [31].

[Note 31: Nous aurons, pour notre part, à revenir sur les origines
psychiques, sur le rôle social de l'art et de la religion]

Un de ses grands mérites, au surplus,--que nous tenons à souligner parce
qu'il répond bien au caractère général de cette œuvre,--c'est de ne pas
forcer la part du connu, de ne pas dissimuler les problèmes qui
subsistent, d'y insister tout au contraire. «Ce que nous savons
aujourd'hui est bien peu de chose en comparaison de ce qu'il nous reste
à apprendre»: tels sont ses derniers mois. Mais tout le long du livre il
met en garde le public contre les «hypothèses qui n'ont rien de
scientifique», et il multiplie les réserves prudentes. Sur les foyers
originels de l'espèce humaine, sur le synchronisme des étapes pour les
races et les groupements divers, sur leurs mouvements migratoires et
leurs relations, sur les questions d'indépendance ou de communication
dans le développement des industries, il montre cette modestie de savoir
qui est le caractère des vrais savants. Les «amateurs de cailloux
taillés» ne manquent pas: les historiens tournés vers la préhistoire
sont trop peu nombreux. Rien n'est plus utile que de faire embrasser aux
travailleurs, aux débutants surtout, l'évolution entière de l'humanité
et de leur signaler les lacunes de la connaissance. Pour la préhistoire
une partie de la terre reste à explorer, et les recherches ne sont pas
organisées. M. de Morgan aura bien mérité de la science en précisant ce
qui reste à faire dans un domaine immense, singulièrement attachant, et
d'une importance capitale pour la synthèse historique[32].

HENRI BERR.

[Note 32: _Nous croyons qu'il y aura aussi quelque chose à faire, en
histoire, pour la fixation des termes.--M. de Morgan emploie volontiers
le mot_ préhistoire _en un sens large: tout ce qui concerne, quelle que
soit l'époque où on le trouve, l'homme primitif (il dit quelquefois: le_
barbare). _L'ethnographie coïncide donc pour lui, en partie, avec la
préhistoire: il parle de «préhistoire moderne». Il donne également un
sens très large au mot_ philosophie.]



L'HUMANITÉ PRÉHISTORIQUE

_ESQUISSE DE PRÉHISTOIRE GÉNÉRALE_



AVERTISSEMENT


Il n'est pas un seul livre traitant de questions dans lesquelles
l'observation est la base, qui puisse être considéré comme étant
définitif. De tels ouvrages ne peuvent qu'exposer l'état de la science
au jour de leur apparition: un mois après, l'auteur modifierait déjà
certains passages de son texte, c'est ce qu'il en advient pour
l'_Humanité préhistorique_. Je manquerais à mon devoir si je ne faisais
pas part au lecteur des découvertes et des idées nouvelles, survenues en
quelques mois, depuis que j'ai donné le «bon à tirer» de la première
édition de mon livre.

Entre temps, j'ai consulté mes amis scientifiques: tous m'ont répondu
qu'ils étaient satisfaits de mon exposé, mais ce n'est pas là ce que
j'attendais d'eux. Un livre, embrassant en 300 pages des milliers et des
milliers d'années de la lutte de l'homme pour atteindre le progrès, ne
peut être exempt de lacunes.

Ces causes de corrections ne sont pas les seules: Bien des ouvrages ont,
depuis 1921, été publiés en diverses langues et, parfois, après en avoir
pris connaissance, j'ai été amené à modifier ma manière de voir; de plus
les études très approfondies auxquelles je me suis livré pour terminer
un grand ouvrage: _la Préhistoire orientale_ m'ont invité à discuter de
l'interprétation de certains faits, avec des spécialistes et ce pour mon
plus grand bénéfice. Je tiens à faire profiter le lecteur des fruits de
ces discussions.

25 janvier 1923.

DE MORGAN.



CONSIDÉRATIONS PRÉLIMINAIRES


Les études relatives à la préhistoire de l'homme, à cette phase de son
évolution pour laquelle aucun document écrit ne vient guider les
recherches, bien qu'elles soient nées depuis bientôt un siècle, sont
encore dans l'enfance. D'une part nos investigations, bien sommaires
encore, hélas! ne portent que sur un petit nombre de régions, d'autre
part nous ne possédons aucun terme de comparaison permettant de mesurer,
dans le temps comme dans l'espace, l'étendue de ces premiers efforts de
l'humanité pour améliorer ses conditions d'existence; et l'ampleur du
sujet est telle, que cette branche d'études fait appel à la plupart des
connaissances scientifiques. La géologie, la zoologie, la botanique, la
climatologie, l'anthropologie, l'ethnographie sont les bases de la
préhistoire qui, comme toutes les sciences d'observation, côtoie cette
muraille de ténèbres derrière laquelle se dissimulent à nos yeux les
origines des êtres et des choses.

Quand on s'engage dans les divers chemins de la science pour remonter
vers les origines, bientôt on se heurte à l'inconnu. Au fur et à mesure
qu'on avance, l'obscurité s'accroît jusqu'à devenir la nuit, nuit du
passé, nuit de l'avenir, où l'insuffisance de nos moyens d'investigation
ne nous permet pas encore de pénétrer. C'est qu'en toutes choses nos
moyens d'observation se montrent insuffisants, c'est que le temps a
détruit la plupart des témoins à la portée de notre intellect et que
ceux qui ont survécu aux injures des siècles échappent trop souvent,
hélas! à notre perspicacité. Plus on remonte dans les âges, plus est
difficile la perception des traces épargnées par le temps; et dans les
contrées mêmes dont nos pieds foulent le sol, dans ces régions que nous
pensons connaître le mieux, nos observations ne sont encore que bien
superficielles. Durant des siècles et des siècles on a méconnu les
vestiges des vieilles civilisations de la pierre; demain paraîtront
peut-être des témoins plus anciens encore, les ténèbres reculeront
quelque peu; mais jamais nous ne parviendrons au but, jamais nous ne
dissiperons complètement les obscurités des origines.

Aujourd'hui d'ailleurs, en ce qui regarde la haute antiquité de l'homme
sur la terre, nos recherches ne portent encore que sur une aire
géographique bien limitée; l'Europe occidentale, le nord de l'Afrique,
quelques points de l'Asie antérieure et de l'Amérique du Nord,
seulement, nous ont livré quelques-uns de leurs secrets, confidences
bien incomplètes, d'étendue fort restreinte, dont il serait dangereux au
plus haut point de tirer des conclusions d'ordre général. À peine
sommes-nous en droit de proposer quelques hypothèses. Il ne faut pas
oublier, en effet, que très certainement une multitude d'indices nous
échappent encore, que les industries de la pierre sur lesquelles nous
basons nos théories ne forment qu'une infime part des témoignages de la
vie humaine et que les autres traces ne nous sont pas encore apparues ou
sont à jamais perdues.

Fatalement l'esprit est enclin à la généralisation des phénomènes dont
il constate l'existence, à négliger les inconnues sans nombre des
questions dans lesquelles il pénètre par un côté; et ces tendances, très
humaines d'ailleurs, ont été l'origine et la cause des théories
relatives à la vie préhistorique de l'homme, théories absolues bien
qu'elles fussent irrationnelles. Pouvons-nous admettre, en effet, que
les pays occidentaux de l'Europe ont joué dans les débuts du progrès un
rôle prépondérant par rapport au reste du monde, qu'ils ont été des
foyers de développement? Certes non, car nous ignorons ce qui s'est
passé dans les autres parties de l'Univers, non seulement dans les
continents modernes, dans ceux qui émergent actuellement des mers, mais
aussi dans ces vastes régions abîmées aujourd'hui dans la profondeur des
mers, et dont nous soupçonnons seulement l'antique existence. Ce n'est
pas de l'imparfaite connaissance de quelques millions de kilomètres
carrés, trois tout au plus, que nous sommes en droit de déduire des lois
s'appliquant au monde entier, ce n'est pas par l'étude de quelques rares
squelettes et d'industries locales que nous pouvons juger de ces
innombrables mouvements des peuples primitifs, classer ces vagues
humaines qui, semblables à celles que les vents soulèvent sur les
océans, ont couvert les continents, se sont brisées sur les montagnes,
ce n'est pas d'observations géologiques localisées sur quelques points,
mieux étudiés que d'autres, qu'on peut déduire la marche générale des
mers de glace, qu'on peut juger des convulsions du sol de notre planète,
de ces grands mouvements variables à l'infini, suivant les lieux,
suivant les temps, dont l'importance a été si considérable dans les
destinées de l'humanité primitive.

Aucun indice, jusqu'ici, ne nous permet de connaître les foyers
originels des divers groupes humains, et bien rares sont les témoignages
des migrations primitives. La nuit enveloppe encore le berceau de notre
propre civilisation; comment parlerions-nous des origines de ces peuples
que nous ne connaissons que par les produits de leurs grossières
industries?

Il ne faut pas chercher à donner à la préhistoire une précision qu'elle
ne peut pas posséder. Souvenons-nous toujours que nous nous trouvons en
face de l'inconnu le plus vaste qui soit, que de nos observations
locales nous ne devons tirer que des conclusions locales elles-mêmes, et
que ces constatations portent seulement sur des temps où l'homme était
déjà singulièrement développé.

Ce n'est pas ici la place d'entrer dans des considérations sur les
origines possibles des hominiens, puisqu'il est traité spécialement de
ce sujet dans l'un des volumes de cette série; mais, avant d'aborder
l'exposé des industries primitives, il est important de faire observer
que nous ne connaissons rien des origines humaines, et qu'il en est de
même de tout ce qui concerne les débuts de l'évolution organique.

Les couches géologiques les plus anciennes, celles dans lesquelles
apparaissent pour la première fois les vestiges de la vie, nous montrent
une faune très développée déjà; ce n'est pas que l'existence animale et
végétale eût débuté pourvue d'organismes supérieurs, c'est que les
premiers efforts de la nature n'ont pas laissé de traces. Les gneiss
pré-cambriens et les granits ont certainement connu les êtres organisés;
mais ils ne nous en ont pas transmis les empreintes. Il en est de même
en ce qui regarde les origines humaines; l'homme a peut-être vécu dans
les temps tertiaires; il se peut qu'un jour on rencontre ses restes dans
quelqu'un de ces ossuaires qui, comme ceux de Pikermi, de Maragha, du
Dakota, etc., permettent de reconstituer les faunes disparues, dans les
vases de quelque lac tel que celui de Sansan, où sont venus s'amonceler
les cadavres entraînés par les fleuves; mais, jusqu'à ce jour, aucune
découverte de cette nature n'est venue à l'appui des hypothèses
relatives à l'homme et à ces instruments primitifs qu'on désigne sous le
nom d'éolithes. Ces éolithes d'ailleurs qu'on nous donne comme façonnées
par la main de l'homme ne sont pas concluantes par elles-mêmes, quant à
l'antiquité de l'humanité sur la terre. Nous devons donc nous borner à
prendre l'être humain lorsqu'il nous apparaît d'une manière certaine,
aux temps quaternaires, de même que nous prenons le développement animal
à la période cambrienne. La faune pré-silurienne est déjà très élevée
dans l'ordre zoologique, et, aux temps glaciaires, l'homme possède déjà
une industrie très avancée; c'est là tout ce que nous savons. Au delà,
tant sur la paléontologie que sur l'anthropologie, plane le mystère.

Quelques terres privilégiées, la Chaldée, l'Élam et l'Égypte ont, plus
tôt que le reste du monde, connu les bienfaits de l'écriture. Six mille
ans environ se sont écoulés depuis que cette aurore, levée sur l'Orient,
a répandu sa lumière sur les régions du Tigre, de l'Euphrate et du Nil;
mais, pendant bien des siècles, ce foyer n'a brillé que pour lui-même,
et le reste du monde est demeuré plongé dans les ténèbres: enfin, peu à
peu, de proche en proche, la clarté s'est faite, de nos jours encore
elle se répand, couvre de nouvelles régions; mais bien des siècles
s'écouleront avant que, sur toute la terre, l'être humain soit
complètement sorti de l'ignorance et de la barbarie.

En Asie même, en Égypte, avant que survînt la plus grande des inventions
de l'homme, celle qui permit de fixer la pensée par l'écriture, que de
siècles ont dû s'écouler pour que l'humanité sortît enfin, peu à peu, de
la condition inférieure, animale, dans laquelle certainement elle a vécu
aux origines, pour que l'être, naturellement doué de raison, se comprît
lui-même, pour qu'il s'affranchît de quelques-uns de ses instincts, de
ceux qui s'opposaient à son développement intellectuel et moral!

C'est alors que, parmi ces innombrables familles humaines, intervint un
facteur puissant, celui des aptitudes. Toutes les hordes n'étaient point
égales en vitalité physique et intellectuelle, soit que l'ambiance dans
laquelle elles avaient vécu fût impropre à leur développement, soit que
par atavisme elles fussent condamnées à l'infériorité.

Là survient le mystère de l'origine unique ou multiple de la race
humaine, problème dont nous ne pouvons même pas entrevoir la solution.
Les descendants d'Adam, dit la tradition, ont épousé les filles des
hommes. Il existait donc des hommes, des êtres inférieurs, ces vieux
souvenirs l'affirment et l'ethnographie semble devoir confirmer leurs
dires.

Que penser de cette inégalité de culture chez les aborigènes du
Nouveau-Monde, du grand développement de certains peuples au Mexique, au
Pérou, et de l'infériorité de certains clans de l'Amérique du Nord, des
tribus de l'Amazone ou des Guyanes, des Patagons, des Esquimaux, de tous
ces êtres inférieurs que l'exemple même n'a pu tirer de leur vie de
primitifs? Comment juger ces races noires qui, malgré la culture
qu'elles reçoivent dans certains pays, ne fournissent qu'une bien faible
proportion d'individus qui véritablement soient des hommes?

Cette inégalité des facultés cérébrales, qui existe encore chez les
peuples les plus civilisés, parmi les individus, il la faut accepter
aussi chez l'homme d'avant l'Histoire: comme de nos jours elle ne
séparait pas seulement les êtres entre eux, mais s'appliquait aux
familles humaines elles-mêmes. De là vint la naissance de foyers de
développement multiples, d'intensité diverse, à des époques qu'on ne
saurait fixer, car les causes mêmes de ce développement ne permettent de
leur assigner ni un lieu ni un temps. Il n'existe pas, pour le progrès
intellectuel, de phases comparables à celles des diverses évolutions de
la vie animale.

Mais en dehors des aptitudes cérébrales plus ou moins grandes, chez les
fractions diverses de la race humaine, il était une autre cause de
supériorité de certains groupes sur les autres, cause certainement
prédominante dans les sociétés primitives, l'aptitude au développement
physique. Car, en ces temps, comme souvent encore de nos temps, la force
brutale primait celle de l'intelligence. Tout comme de nos jours, plus
même encore, le climat exerçait une influence prépondérante sur les
groupes humains, parce que l'homme était plus près de la nature qu'il
n'est aujourd'hui, et il existait sur le globe de grandes inégalités
dans le climat et dans les facilités d'existence. Ce fut la cause de
terribles luttes pour la possession du sol, de ces migrations, de ces
mouvements dont nous retrouvons les vagues traces. Que de guerres alors!
Que de massacres! L'esclavage était le sort du vaincu, dont la horde
s'éteignait peu à peu, laissant, par ses femmes, quelque peu de sa vie
dans les veines des descendants de ses vainqueurs; et pendant que se
transformaient ainsi les races, le climat, le relief du sol lui-même se
modifiaient continuellement, causant de nouveaux changements dans la
nature ethnique des populations.

L'Histoire n'est faite que de ces luttes des hommes entre eux, que
d'invasions, de conquêtes, de l'asservissement, de la disparition de
peuples entiers, de la fusion des vaincus avec les vainqueurs. Que sont
devenus les Phrygiens, les Cappadociens, les Hétéens, les Elamites, les
Ourartiens, les Ibères, les Étrusques, et tant d'autres nations dont
nous connaissons l'existence par d'irréfutables preuves, mais dont nous
ne retrouvons plus que très rarement des traces ethniques fugitives?
Elles se sont fondues pour devenir éléments constitutifs d'autres
nations qui souvent elles-mêmes ont disparu. Quel dédale de
complications ethniques dans ces quelques millénaires dont nous
possédons l'Histoire, et quelle idée devons-nous nous faire des luttes
qui ont ravagé la terre durant les temps préhistoriques! Ne prenons pas
pour la lumière complète les renseignements que nous fournissent nos
découvertes d'industries oubliées, d'arts ignorés ou de squelettes
humains. Ce ne sont là que de faibles lueurs, capables seulement de
jeter un jour pâle sur l'existence de nos précurseurs en ce monde.

Bien que ce ne soit pas ici la place d'étudier l'homme au point de vue
de sa constitution physique, ni à celui des langues dont la connaissance
est parvenue jusqu'à nous, il est utile cependant de montrer en quelques
mots combien ces branches de la science sont décevantes pour celui qui
songerait à s'appuyer sur elles pour la recherche de la préhistoire
humaine.

Nous ne possédons aucune indication, même des plus vagues, sur la nature
des idiomes qui se parlaient dans le monde, aux siècles qui, de quelques
millénaires, ont précédé l'invention de l'écriture. Les plus anciennes
inscriptions parvenues à notre connaissance, celles de la Chaldée, de
l'Élam et de l'Égypte, nous montrent déjà des langages parfaitement
organisés, possédant des grammaires savantes, littéraires même, et il en
est ainsi pour les textes archaïques qu'on découvre chaque année dans
les divers pays.

Le jour où nous saurons interpréter les textes hétéens, minoens,
étrusques, ibères, mexicains etc., nous nous trouverons certainement en
face de parlers déjà fort évolués, quel que soit le groupe auquel ils
appartiennent. Est-il plus belle chose que ces études comparatives sur
les langues de souche aryenne, par exemple, qui, s'appuyant sur des
rameaux détachés depuis des milliers d'années du tronc, permettent de
retrouver un grand nombre de racines originelles, et de pénétrer dans
la pensée déjà si développée de sociétés dont nous ne pouvons pas nous
permettre de mesurer l'antiquité?

Ces sortes de recherches ont permis de reconnaître l'existence de
quelques groupes, de familles; cependant il est encore certains
dialectes antiques et modernes qui, résistant à l'analyse, ne rentrent
pas dans les grandes divisions tant au point de vue grammatical qu'à
celui des racines, et semblent être les survivances de quelques-unes des
langues qui se parlaient, avant la venue dans nos régions de ces hordes
humaines que les linguistes désignent sous les noms de Sémites, d'Aryens
et de Touraniens. Parmi ces langues, dont quelques-unes paraissent
remonter à des origines très anciennes, citons le Basque, l'Ibérien,
l'Etrusque, le Susien, l'Ourartien et les parlers du Caucase dits
Karthwéliens (Géorgien, Mingrélien, Laze, etc.), idiomes qui ne
présentent pas de relations avec les vieilles langues et qu'on ne
parvint à réunir à aucun autre groupe; on ne peut pas dire cependant,
avec la moindre apparence de raison, qu'ils appartiennent à des langues
qui se parlaient aux temps quaternaires.

En ce qui regarde les découvertes anthropologiques, qui, en se
multipliant, parviendront à jeter beaucoup de lumière sur les questions
d'ethnographie antique locale, nous sommes portés à un certain
scepticisme quant aux conclusions d'ordre général qu'on s'efforce d'en
tirer; car si nous en jugeons par les mélanges d'éléments ethniques qui
ont eu lieu dans tous les pays durant la période si courte de
l'Histoire, nous sommes amenés à penser que, pendant les phases
préhistoriques, les fusions entre groupes humains divers n'ont pas été
moins importantes. À peine pouvons-nous présenter un classement
ethnographique rationnel des races actuelles, classement pour lequel
nous disposons cependant de matériaux sans nombre; que penser dès lors
des conclusions résultant de l'étude de quelques rares squelettes
découverts de-ci de-là, alors que nous ne savons pas si ces hommes
étaient réellement les auteurs des industries au milieu desquelles on
trouve leurs restes, ou s'ils ne vivaient pas là soit comme anciens
habitants vaincus, soit comme esclaves importés de régions peut-être
très lointaines? Ce n'est pas parce qu'on trouverait dans des couches
caractérisées par des restes de la culture romaine le squelette d'un
nègre du Soudan qu'on serait autorisé à conclure que Romulus et Rémus
avaient la peau noire et les cheveux crépus. Les incertitudes dépendent
de tant de facteurs dont nous ne soupçonnons même pas l'essence, qu'il
importe de se tenir dans une extrême réserve quant à la nature des
populations qui nous ont devancés sur notre sol.

Pour l'ethnologie des peuples depuis les débuts des temps historiques
jusqu'a nos jours, nous ne pouvons suivre que deux guides: la
linguistique et l'anthropologie; or, dans la plupart des cas, ces deux
moyens d'investigation en arrivent à des conclusions absolument
opposées. Quelques exemples suffiront pour le montrer.

Dans le centre de la grande chaîne caucasienne habitent les Ostèthes,
peuple qui s'exprime dans un dialecte iranien très archaïque, bien que
depuis des siècles et des siècles, plus de deux mille ans, il soit
entouré de toutes parts de gens de parler karthwélien; mais, par suite
de mélanges du sang, il a pris chez ses voisins son type physique.
L'anthropologie en fait donc des Caucasiens, la linguistique les déclare
Aryens-iraniens.

En Élam, dans les tribus nomades, on rencontre des individus du type
susien le plus pur, tel que nous le montrent les bas-reliefs vieux de
trois ou quatre mille ans; or ces gens, de culture sémitique, sont
musulmans et parlent arabe. Le langage de leurs pères s'est perdu, mais
leur type physique a survécu.

Nous avons vu que Cappadociens, Phrygiens, Hétéens, Étrusques, etc., ont
disparu en tant que nations et ont perdu leur langage: mais, en se
fondant avec d'autres peuples, ils ont certainement apporté à leurs
vainqueurs certains de leurs caractères physiques; et il en est de même
pour tous les peuples, dans tous les pays.

Sans nul doute il s'est opéré de tous temps une sélection dans les races
humaines, les êtres inférieurs disparaissant devant des groupes plus
forts, mieux doués par la nature. Cette sélection se produit encore de
nos jours en Amérique, en Océanie, dans notre vieille Europe elle-même;
pourquoi n'aurait-elle pas régi les destinées de l'humanité, en des
temps où les instincts du plus fort n'étaient pas contenus par des
conceptions philosophiques ou par des lois?

De telles considérations ne sont-elles pas de nature à rendre sceptique
quant aux résultats des observations anthropologiques?

Nos seuls guides vraiment scientifiques, dans l'étude des peuples
oubliés, sont donc dans les traces laissées par ces hommes eux-mêmes de
leur passage sur le globe, dans ces restes de leur vie de chaque jour,
accumulés dans les cavernes qu'ils habitaient, dans les ruines de leurs
demeures artificielles, dans les lieux de leurs campements et, pour les
périodes les plus anciennes, souvent dans les alluvions produites par
des courants qui, après avoir lavé la surface de la terre, l'ont
recouverte de matières qu'ils entraînaient dans leur course. Nos
observations à cet égard sont forcément localisées et chaque station
préhistorique doit faire l'objet d'une étude spéciale. Puis, les
observations se multipliant, les mêmes phénomènes se montrant sur un
grand nombre de points, on est amené à donner aux conclusions une portée
plus étendue, à les appliquer à des districts entiers, et l'étude
stratigraphique des couches, dans lesquelles on rencontre les restes des
industries humaines est, pour nous, le seul moyen d'établir une
chronologie relative des faits qui ont pris place dans une même région.

Mais la stratigraphie, dont les données sont souvent discutables, en ce
qui concerne les assises géologiques marines, alors que la succession
présente des lacunes, devient plus incertaine encore dans le cas des
alluvions pleistocènes et récentes, de telle sorte que, suivant les
contrées sur lesquelles ils ont porté leurs observations, les géologues
ne sont pas toujours d'accord, tant s'en faut. C'est ainsi qu'ils
diffèrent d'opinion sur le nombre des oscillations glaciaires, aussi
bien que sur leur importance. Certains en admettent trois [33] et
d'autres [34] jusqu'à six. On ne s'entend même pas au sujet de la
période glaciaire dans laquelle apparaissent pour la première fois les
produits de l'industrie humaine, le type Chelléen, M. Obermaier, par
exemple, après une étude approfondie de la région pyrénéenne, est amené
à rajeunir considérablement cette époque et, par suite, l'antiquité de
l'homme sur la terre [35].

[Note 33: PENCK et BRÜCKNER, LXXIII; M. OBERMAIER, _Le Quaternaire,
des Alpes et la nouvelle classification du Prof. A. Penck, VI, 1904,
26._]

[Note 34: DÉCHELETTE, XXVI: 1908, I, 36.]

[Note 35: OBERMAIER, _Beitrage zur Kenntnis des Quartars in den
Pyrenäen_ AtA, 1906, IV 299 et 1906, V, 244.]

Ces divergences dans les opinions sont dues à l'extrême complexité des
bases sur lesquelles s'appuient les déductions: ici ce sont des
alluvions caillouteuses, là des moraines avec leurs variétés latérales
et frontales, plus loin des tourbières, et les divers témoins de
l'action glaciaire sont, le plus souvent, indépendants et fort éloignés
les uns des autres.

D'ailleurs, il est à penser que, sur toute la surface du globe, les
mêmes phénomènes n'ont pas pris place en même temps. Les oscillations
glaciaires correspondent, sans nul doute, à des mouvements de l'écorce
terrestre; toutefois, beaucoup d'entre eux n'ont pas affecté la totalité
des massifs où se déposaient les neiges. L'affaissement général de
_l'inlandsis_ Scandinave, il est vrai, a marqué la fin de la période
glaciaire et le commencement des temps modernes; mais cet effondrement
des continents septentrionaux n'a certainement pas affecté les massifs
du Nord tout entiers.

Cependant les incertitudes qui planent sur les temps glaciaires n'ont
pas rebuté les partisans de la très haute antiquité de l'homme sur la
terre; et des esprits très pondérés, des hommes fort instruits des
choses de la géologie, se sont laissé entraîner à chercher une
évaluation en millénaires d'années des périodes de l'enfance humaine.
Tout d'abord ils commettaient la grande faute d'accepter le synchronisme
des diverses phases des industries, en prenant pour base les découvertes
faites dans l'occident de l'Europe: ensuite leurs évaluations, ne
reposant sur aucun fondement scientifique, ont inévitablement donné
libre cours à la fantaisie.

Goldschmidt, d'après Haeckel, ne compte pas moins de un milliard quatre
cent millions d'années depuis l'apparition sur la terre des êtres
organisés jusqu'à nos jours; alors que nous savons que la faune
cambrienne, la plus ancienne connue, a été précédée par d'autres dont il
est impossible de mesurer l'importance et par suite la durée.
Credner[36] estime les temps géologiques à cent millions d'années, dont
trois millions pour le tertiaire et cinq cent mille pour
l'anthropozoïque ou quaternaire.

[Note 36: XXV.]

Gabriel de Mortillet[37] accorde deux cent trente à deux cent quarante
mille ans à la durée des temps quaternaires depuis l'apparition de
l'homme (Chelléen), dont deux cent mille sont consacrés à l'époque
glaciaire et à ses oscillations, trente ou quarante mille ans au
post-glaciaire.

[Note 37: _Évolution quaternaire de la pierre_. VIII; 7° année, I,
15 janvier 1897. G. ET A. DE MORTILLET, XL.]

Pour Lyell[38], Croll[39] et J. Lubbock[40], l'homme chelléen serait
vieux de trois cent mille ans. Lyell[41] admet que la formation des
tourbières danoises a exigé seize mille ans, alors que Stennstrup[42]
réduit ce nombre à quatre mille.

[Note 38: XXXII, 334.]

[Note 39: Géol. mag., 1867, 172; _Climate and time_, 1875, chap.
XIX.]

[Note 40: LYELL, XXXIV, I, 275.]

[Note 41: XXXIII, 21.]

[Note 42: LXIV.]

Tous les moyens d'estimation ont été mis en œuvre pour arriver à
l'évaluation des temps, observations astronomiques, étude des glaciers,
des tourbières, de la formation de la terre de bruyère, des alluvions
des fleuves, du creusement des vallées, transformation de l'uranium en
hélium[43], etc., etc., mais, dans toutes les données du problème, il
est beaucoup d'éléments qui font défaut et la meilleure preuve en est
que les nombres proposés ne concordent pas entre eux[44]. L'une des plus
curieuses méprises est celle de Broca. Après avoir constaté qu'entre la
grotte de Moustier et celle de la Madelaine, dans la vallée de la
Vézère, il y a une différence de 27 mètres, Broca écrivait: «Ce
creusement de 27 mètres, dû à l'action des eaux, s'est effectué sous les
yeux de nos troglodytes et, depuis lors, pendant toute la durée de
l'époque moderne, c'est-à-dire pendant des centaines de siècles, il n'a
fait que très peu de progrès. Jugez, d'après cela, combien de
générations humaines ont dû s'écouler entre l'époque de Moustier et
celle de la Madelaine [45]!» Or, d'une part, il y a seulement eu, depuis
l'époque des plus hautes cavernes, déblaiement d'une vallée occupée par
des dépôts meubles, et, d'autre part, s'il ne s'est rien fait depuis ce
déblaiement achevé, c'est que la rivière avait conquis sa pente
d'équilibre[46].

[Note 43: Cf. ED. PERRIER, t. I de l'_Évolution de l'Humanité_, p.
35 sq.]

[Note 44: Cf. XXXVII, 24 sq., chronologie.]

[Note 45: XIII. _Congrès de Bordeaux_, 1212.]

[Note 46: XXXI, 1728.]

Est-il besoin de s'étendre plus longuement sur un pareil sujet? nous ne
le pensons pas. La diversité des appréciations suffit à prouver qu'il ne
faut pas se lancer dans des spéculations de cet ordre. D'ailleurs, même
dans les cas où nous connaissons la valeur chronologique des diverses
couches, dans les Tells de la Chaldée et de l'Égypte, les évaluations ne
peuvent être que spéciales à chacun des dépôts envisagés, car la
formation de ces dépôts, sur des points différents, est essentiellement
variable. La ville de Suse dont la durée a été, pensons-nous, de six
mille à six mille cinq cents ans, depuis l'époque de sa fondation
jusqu'à l'abandon de son site par les Arabes, vers le XVe siècle de
notre ère, a laissé un monticule de 30 mètres de hauteur dans ses
parties les plus hautes, alors qu'à Memphis le sol de l'ancien empire
égyptien, vieux d'environ cinq mille ans, est à 9 mètres de profondeur
au-dessous du sommet des buttes, et que, près du vieux Caire, on voit
des monticules, entièrement créés par les Arabes du moyen âge, atteindre
12 à 15 mètres de hauteur. En toutes circonstances, les données fournies
par la superposition des détritus résultant de l'habitation doivent être
envisagées avec une prudence extrême.

[Illustration: Fig. 1.--Coupe théorique de la vallée du Nil.]

La coupe théorique de la vallée du Nil que nous donnons ci-contre (_fig.
1_) montre quelle est la répartition générale des témoins préhistoriques
et historiques dans l'un des pays les plus vieux du monde; elle permet,
mieux que toute explication, de comprendre qu'il n'est pas possible de
baser une évaluation chronologique sérieuse sur l'épaisseur des
alluvions ou des dépôts, de même que sur la position des sites, qui
varie à l'infini. Il n'est pas jusqu'à l'épaisseur des apports annuels
nilotiques qui ne change avec chacune des crues. Les inscriptions
accompagnant, au temple de Karnak, les traits marqués par les prêtres,
lors des inondations, ne laissent aucun doute à cet égard.

Parmi les phénomènes qui ont eu le plus d'influence sur les destinées de
la race humaine, il faut citer en première ligne les modifications
naturelles de la surface du globe, oscillations de la croûte terrestre
qui non seulement ont été la grande cause des cataclysmes glaciaires, et
ont modifié le climat des diverses régions habitées, mais aussi ont fait
disparaître sous les eaux des continents entiers, rompu les voies de
communication entre des terres qui, de nos jours, sont séparées entre
elles par les mers.

[Illustration: Fig. 2.--La fosse de Cap Breton]

Les preuves de ces oscillations du sol sont indiscutables. Les vallées
sous-marines, jadis creusées à l'air libre, et que nous rencontrons
aujourd'hui sur toutes les côtes de l'Europe septentrionale, sont
témoins d'un affaissement considérable de notre sol. La fosse dite du
cap Breton prouve un abaissement du littoral gascon d'un millier de
mètres environ (_fig. 2_)[47]. Il en est de même pour le plateau de la
mer du Nord (_fig. 3_) et pour l'Islande (_fig. 4_). Sur les côtes de la
Norvège, on a reconnu l'existence d'une plate-forme, aujourd'hui située
vers mille mètres de profondeur, qui jadis était au littoral de la
péninsule. Cette surélévation du massif scandinave, qui s'est produite à
la fin de la période tertiaire, portait à 4000 mètres, pour le moins, sa
hauteur maxima. Or la Scandinavie se trouve à la même latitude que le
Groenland et, certainement, n'était pas, à l'époque quaternaire,
réchauffée par des courants marins tels que le Gulf-Stream; elle se
trouvait donc, au point de vue de la condensation de l'humidité
atmosphérique, dans des conditions analogues à celles du Groenland dont
l'un des pics les plus élevés, le mont Petermann, atteint une hauteur de
3 480 mètres. Mais alors que le Groenland est entouré par des mers qui
absorbent ses glaces sous forme d'icebergs, le massif Scandinave, bordé
au sud par les plaines de l'Europe occidentale et centrale, à l'est par
celles de la Russie, trouvait le champ libre pour développer ses mers de
glace, et les étendait au loin jusque dans les régions tempérées, sans
rencontrer de barrière (_fig_. 5). C'est ainsi qu'en
Nouvelle-Zélande[48] des montagnes de 3000 mètres de hauteur envoient
leurs glaciers jusqu'au milieu des forêts de fougères arborescentes[49].

[Illustration: Fig. 3.--Le plateau sous-marin de la mer du Nord.]

[Note 47: Suivant certains géologues, les fractures du sol ont joué
un rôle très important dans le creusement de cette fosse.]

[Illustration: Fig. 4.--Les vallées sous-marines de l'Islande.]

[Note 48: E.-C. ANDREWS, _The ice-flood hypothesis of the New
Zealand Sound-basins._ XVIII; 1906, XIV, 22-54.]

[Note 49: Cf. XLVI, 53; XXXIV II; LARTET, I., 150.]

Nous ne pouvons donc mieux faire, afin d'avoir un aperçu réel de ce
qu'était l'inlandsis scandinave aux temps quaternaires, que de jeter les
yeux sur les phénomènes glaciaires actuels du Groenland.

Le plateau de cette péninsule, haut de 1 000 à 1 500 mètres en moyenne
(c'était l'altitude des plaines Scandinaves aux temps glaciaires),
renfermant des pics élevés, est un immense réservoir où se précipitent
constamment les névés, même au cours de l'été. Ces neiges se
transforment en glace par la pression causée par leur propre
accumulation, et ces glaces descendent sur les flancs du plateau jusqu'à
la mer; là elles se brisent en icebergs qui s'en vont à la dérive dans
la direction de Terre-Neuve.

Bien que la pente d'écoulement de ces mers de glace ne soit que de 0°,
30' environ, la pression centrale est telle que la vitesse de ces
glaciers atteint des proportions hors de pair avec celles que nous
connaissons sous nos latitudes. Le glacier de Iakobhavn s'avance, en
juillet, avec une vitesse de 19 mètres en vingt-quatre heures[50], celui
du nord d'Upernivick parcourt 31 mètres par jour, celui de Torsukatak 10
mètres seulement.

[Note 50: Cf. HELLAND,_Pet. Mit._,, 1887.]

Nous sommes donc autorisés, par ces constatations irréfutables, à penser
que les glaciers scandinaves ont parfois, à la suite de périodes
humides, et par conséquent de grandes productions de neige, lancé leurs
glaciers vers l'Europe centrale avec une vitesse de six à huit mille
mètres par an; moins de deux siècles étaient dès lors plus que
suffisants pour que des glaces parties des sommets les plus élevés de la
chaîne Scandinave pussent arriver sur les lieux où s'élève aujourd'hui
la ville de Bruxelles, et ces glaciers, qui avançaient ou reculaient
suivant que les conditions climatériques avaient été plus ou moins
favorables à la condensation de l'humidité atmosphérique quelques années
auparavant, suivant qu'il se produisait dans l'écorce terrestre des
oscillations plus ou moins importantes, pénétraient jusque dans les
régions les plus fertiles de nos pays.

[Illustration: Fig. 5.--Extension maxima des glaciers pléistocènes.]

[Illustration: Fig. 6.--L'îlot d'Erlanic (Morbihan).]

Mais le mouvement d'affaissement du sol, qui fut cause de la fin des
phénomènes glaciaires intenses, ne s'est pas encore arrêté de nos jours.
Peut-être est-il plus lent qu'autrefois, cependant il s'est fait encore
sentir en bien des occasions que la préhistoire et l'histoire même
enregistrent. Dans la baie du Morbihan, à l'îlot d'Erlanic, voisin de
Gavrinis, des dolmens et leurs cercles de pierres sont aujourd'hui sous
les eaux et ne se montrent qu'à la marée basse (_fig. 6_). La formation
du Zuider-Zée, celle du lac de Grandlieu, la disparition de la ville
d'Ys sont des témoignages de l'affaissement graduel de nos côtes, de
même que la séparation de la terre ferme des Îles Normandes, et combien
d'exemples encore en pourrait-on citer.

À ces modifications du relief du sol sont venues se joindre les
transformations climatériques qui, forcément, devaient en être la
conséquence. Les vents et les courants maritimes ont eux-mêmes changé,
et, là où s'étendait la glace, il se produisait, lors de sa fusion, un
abaissement considérable dans la température. Ces modifications ne sont
certainement pas survenues subitement; elles ont été graduelles,
entrecoupées de périodes de stagnation, et, durant ces siècles, l'homme
et les animaux ont fui devant les glaces ou se sont adaptés
insensiblement aux nouvelles conditions de leur vie. C'est ainsi que les
grands pachydermes dont on retrouve les corps dans les glaces de la
Sibérie, et que ceux mêmes de nos pays, si nous en jugeons par leurs
représentations contemporaines, s'étaient peu à peu revêtus d'épaisses
toisons. La flore avait changé et le mammouth se nourrissait de
bourgeons de mélèze. L'homme se protégea peut-être, lui aussi, contre
les rigueurs du climat: car on voit, sur les gravures magdaléniennes le
représentant, des hachures qui semblent figurer de longs poils. Chassé
des pays envahis par les mers de glace, il se retira vers le sud, à la
recherche d'un climat plus doux et de conditions d'existence plus
favorables; puis il colonisa de nouveau ses anciens domaines, quand ils
furent abandonnés par les glaciers, se retira encore, obéissant toujours
aux glaces; enfin, lors du grand dégel, occupa l'aire que nous habitons
aujourd'hui, et d'autres terres, dont assurément nous ne soupçonnons pas
même l'antique existence.

Des seuils existaient bien certainement alors dans la mer Méditerranée,
et peut-être que, par l'Atlantide, ou quelque autre terre disparue, le
Nouveau Monde correspondait avec notre Europe. Il ne manque pas, sur
notre globe, de régions que des affinités zoologiques avec d'autres
terres nous invitent à rejoindre par la pensée entre elles ou à des
continents engloutis en des temps peu éloignés. Bien que le voile de
l'ignorance nous cache encore la plupart des transformations de la
surface terrestre contemporaines de l'existence de l'homme, nous n'en
percevons pas moins l'énorme influence qu'ont eu ces grands phénomènes
naturels sur les destinées de l'humanité.

Les causes des migrations humaines sont multiples, complexes, plus
nombreuses encore dans les temps modernes qu'à ces époques où l'être ne
cherchait que des ressources pour satisfaire à ses besoins matériels. À
ce mobile aujourd'hui se joint la soif de la richesse. C'est à
l'attraction qu'exerce l'or sur les esprits qu'est due l'expansion de la
race européenne sur toute la surface du globe, ainsi que la disparition
de familles humaines de culture inférieure: mais alors que le précieux
métal n'était qu'une pierre sans valeur, ce sont les climats doux, les
sols fertiles, les terrains de chasse et de pêche qui guidaient les pas
des envahisseurs, et les hommes du Nord, accoutumés aux luttes contre
les éléments, avaient vite raison de populations rendues nonchalantes
par la vie facile. Puis, peu à peu, les vainqueurs perdaient eux-mêmes
leur virilité et n'étaient plus aptes à défendre leur sol contre de
nouveaux envahisseurs, venant de régions moins favorisées par la nature
et, par conséquent, supérieurs comme forces physiques.

Il est un fait constant, démontré par l'histoire et par la répartition
des diverses familles humaines qui peuplent notre globe, fait très
rationnel d'ailleurs: c'est que tout peuple vaincu se réfugie dans les
lieux où il espère pouvoir conserver son indépendance, chaînes de
montagnes, îles ou presqu'îles, contrées désertiques. Les Celtes se sont
retirés dans la presqu'île bretonne et dans celles des Cornouailles et
du pays de Galles, les Basques habitent les Pyrénées; les Kurdes, jadis
maîtres de tout le nord du plateau iranien, sont aujourd'hui cantonnés
dans les grandes chaînes bordières de la Perse, et chaque vallée du
Caucase est occupée par des tribus de langage différent, etc. De tout
temps il en a été de même. Aussi ne doit-on pas déduire de découvertes
faites en des pays d'un accès difficile, ce qu'était la culture des
populations des régions voisines plus ouvertes.

Innombrables sont les invasions dans les temps historiques, et elles se
continuent jusqu'à nos jours, comme les destructions de peuples sans
défense, depuis les temps où les Sémites, absorbant les anciens éléments
de la population chaldéenne, ont marché vers le Nord, fondé El Assar et
Ninive, repaires d'où chaque année ils partaient pour écraser des
peuples moins habiles qu'eux dans le maniement des armes. Six mille ans
d'histoire sont là pour nous édifier quant à cet instinct des hommes de
se détruire entre eux. Que dire de ces flots successifs qui, du fond de
l'Asie, sont venus battre les murailles du monde romain, de ces
conquêtes coloniales de l'Espagne, de l'Angleterre, de la France, de cet
envahissement, au nom de la civilisation, de pays qu'habitaient jadis
des hommes vivant heureux de leurs libertés, des indigènes que nous
dépossédons chaque jour, parce qu'ils sont les plus faibles, parce que
les richesses naturelles de leur sol nous attirent!

C'est du nord et du centre de l'Asie que semblent être parties toutes
les invasions des régions occidentales, durant la période historique,
alors que le monde présentait à peu de choses près le relief qu'il offre
encore de nos jours; mais nous ne pouvons pas savoir ce qu'il en a été
au cours de la préhistoire. Bien des auteurs se sont lancés dans des
hypothèses relativement au berceau des divers groupes humains. On a
donné aux gens de langue aryenne l'Altaï comme lieu de naissance, puis
la Transcaucasie, puis les plaines de la Russie et de la Sibérie; on a
fait venir d'Arabie les hommes au parler sémitique; bref toutes les
suppositions ont été émises, mais beaucoup d'entre elles sont absolument
gratuites, parce que l'histoire de la répartition des hommes sur le
globe est en dépendance d'une foule d'éléments mal connus. La
préhistoire est encore entourée de trop de mystères pour que nous soyons
en droit d'aborder scientifiquement les grands problèmes concernant les
foyers originels de notre espèces. D'ailleurs les expressions d'usage
pour désigner cette partie de l'histoire humaine, pour laquelle les
documents écrits font défaut sont, elles-mêmes, bien vagues et bien
imprécises.

«L'Archéologie préhistorique, dit-on, est la science des antiquités
antérieures aux documents historiques les plus anciens[51].» Cette
définition, généralement adoptée, n'est cependant pas complète, car elle
ne s'applique qu'aux pays qui, depuis des siècles, possèdent la
documentation écrite et ne vise aucunement les peuplades barbares qui,
jusqu'à nos jours, ont vécu en dehors de l'Histoire. Elle semble ne
comprendre que la très haute antiquité.

[Note 51: XXVI, I, 1.]

On doit entendre le mot _préhistorique_ en lui accordant toute sa valeur
dans le temps comme dans l'espace, l'étendre à tous les peuples, à
toutes les questions relatives à l'existence de l'homme pour lesquelles
des documents écrits émanant des peuples eux-mêmes ne nous renseignent
pas, aussi bien pour les époques les plus anciennes que pour celles qui
sont presque nos contemporaines; car il est impossible de séparer
l'ethnographie, c'est-à-dire l'étude des peuplades modernes, de celle
des peuples dont nous parlent les auteurs de l'antiquité, et de l'étude
des hommes que nous ne connaissons que par l'examen des vestiges qu'ils
ont laissés et dont le nom même s'est perdu. Il serait plus juste de
dire que l'archéologie préhistorique est l'étude de tous les peuples qui
ne nous ont pas eux-mêmes légué leurs annales. Les Germains que décrit
Tacite, les Gaulois dont parle César, les Huns sur lesquels Ammien
Marcellin nous fournit tant de détails, les Silures et autres insulaires
dont Hérodien nous entretient, les Kamtchadales de Pallas, les Tahitiens
de Cook et de Bougainville, sont des peuples préhistoriques, quoique
appartenant à des temps dans lesquels d'autres nations écrivaient déjà
leur histoire. On peut dire que l'ethnographie se confond avec
l'archéologie préhistorique, car elle débute au cours de l'histoire
elle-même: il n'est pas, en effet, de pages des annales assyriennes,
égyptiennes, grecques ou romaines qui ne parlent de peuplades barbares,
et les traditions légendaires par lesquelles débute l'histoire positive
de tous les peuples, appartiennent à la phase préhistorique de
l'évolution humaine. C'est de l'ensemble des documents archéologiques et
ethnographiques anciens et modernes que nous tirons aujourd'hui nos
connaissances sur les premiers habitants de notre globe.

L'archéologie préhistorique est restée cantonnée dans l'ethnographie
jusqu'au jour où, la géologie aidant, on s'aperçut que les traces
laissées par l'homme dans les alluvions et dans les cavernes, dans le
sol, un peu partout, apportaient à l'étude des origines des matériaux de
grande importance; dès lors les études ethnographiques s'étendirent à
ces vestiges, en prenant un autre nom, plutôt nuisible qu'utile
d'ailleurs, car il a la prétention de fixer les esprits, alors qu'il
n'apporte que des confusions, qu'on s'est encore empressé d'accroître en
forgeant le mot de _proto-histoire_. Ainsi l'usage a consacré les termes
de _préhistoire, proto-histoire_ et _ethnographie_ pour indiquer les
divers chapitres d'un ensemble d'études demeuré lui-même sans nom; et
malgré ces complications, la terminologie n'est pas encore complète.

La branche préhistorique des études ethnographiques est une science
essentiellement française; c'est à notre pays que revient l'honneur des
premières découvertes et de leur interprétation. Dès les premières
années du XVIIIe siècle, on avait reconnu et signalé la juxtaposition
des vestiges industriels et des restes d'animaux fossiles dans les
remplissages des cavernes. Toutefois la plupart des savants, à l'exemple
de Cuvier, expliquaient ces associations par l'hypothèse d'un
remaniement moderne des couches ossifères; c'était prendre l'exception
pour la règle générale. Cependant les faits se multipliaient, grâce aux
recherches de Boué, Tournal, Christol, Joly, Schmerling et autres [52].

[Note 52: XXVI, I, 6, Cf. XXIV, 2-25; XLII, I, 1; XXIX, 44.]

En 1828, ce sont les découvertes de Tournal et de Christol dans le
Languedoc, en 1833-34 celles de Schmerling à Liège, en 1837 celles
d'Édouard Lartet et celles de Marcel de Serres en 1838, qui viennent
affirmer l'existence dans nos pays de l'homme quaternaire. Le monde
savant se montrait encore incrédule quand, quelques années plus tard,
vers 1850, Boucher de Perthes démontra péremptoirement que, dans les
alluvions des environs d'Abbeville, on rencontrait simultanément des
ossements de grands mammifères éteints, mammouths, hippopotames,
rhinocéros, etc., et les indiscutables produits de l'industrie humaine.
Boucher de Perthes rencontra tout d'abord une très vive opposition de la
part des savants aussi bien en France qu'à l'étranger; mais il défendit
son opinion avec une inlassable énergie, accumula les preuves à l'appui
de ses affirmations et, peu à peu, convertit les géologues et
zoologistes les plus éminents de l'époque, tant français qu'anglais:
Falconer, sir Joseph Prestwich, sir John Evans, Lyell, Quatrefages,
Albert Gaudry, Rigollot[53], etc., devinrent les plus ardents défenseurs
des théories nouvelles. Quand Boucher de Perthes mourut en 1868, il
avait eu la satisfaction de voir son nom immortalisé par l'une des plus
grandes découvertes archéologiques des temps modernes.

[Note 53: LVIII.]

Dès lors, les recherches furent poussées avec une extrême ardeur par une
foule d'archéologues, en France comme à l'étranger. Édouard Lartet
continua ses fouilles si fructueuses dans les grottes de là vallée de la
Vézère, et l'Anglais Christy se joignit à lui. En Belgique, dès 1864, E.
Dupont explorait les cavernes des environs de Dinant.

Édouard Lartet fut le premier à jeter les bases d'une classification des
assises quaternaires en France. Le musée de Saint-Germain fut alors créé
par Napoléon III, et son conservateur adjoint, Gabriel de Mortillet,
devint, par ses remarquables travaux[54], le maître incontesté de
l'archéologie préhistorique pendant un demi-siècle. Puis ce furent en
France Ed. Piette, L. Capitan, M. Boule, l'abbé Breuil, d'Ault du
Mesnil, le marquis de Vibraye, Adrien de Mortillet et une innombrable
pléiade d'archéologues qui, chaque jour, apportèrent de nouvelles
contributions à l'étude de l'homme préhistorique.

[Note 54: _Essai de classification des cavernes et des stations sous
abri, fondée sur les produits de l'industrie humaine_, XIV, LXVIII.
1er mars 1869.]

En Danemark, Christian Thomsen avait, dès 1836[55], classé dans les
galeries du musée de Copenhague les séries mésolithiques et néolithiques
de ce pays, classification à laquelle Worsae donnait quelques années
après une méthode scientifique. Rapidement l'archéologie préhistorique
gagna toute l'Europe, la Russie et l'Atlantique.

[Note 55: _Ledetraaa til Nordisk Oldkyndiged_, 1836.]

En Égypte, longtemps avant mes propres découvertes, les égyptologues les
plus éminents niaient l'existence d'un âge de la pierre dans la vallée
du Nil, et cette opinion était si solidement ancrée dans les esprits que
Maspéro classait les vases peints (énéolithiques) au moyen Empire et que
Flinders Petrie[56] expliquait par l'intervention d'une _new race_ dans
la vallée du Nil, aux temps historiques, la présence de silex taillés
qu'il rencontrait dans ses fouilles. En cette même année 1896 je
publiais mon premier volume sur les origines de l'Égypte, réduisant à
néant ces théories et immédiatement j'ai été suivi par Flinders Petrie
lui-même. L'année suivante, poursuivant mes recherches, je découvrais à
Négadah même, la sépulture énéolithique du premier roi de la première
dynastie, Mènes[57].

[Note 56: MM. FLINDERS PETRIE et I. E. QUIBELL, _Nagada and Ballas_,
1896]

[Note 57: J. DE MORGAN, _Recherches sur les origines de l'Égypte_,
1897.]

En Élam, dès 1891, j'avais reconnu l'existence du néolithique (ou
énéolithique) et constaté que le plateau iranien, couvert de neige
durant la période glaciaire, n'avait été habité que fort tard.

En Syrie, le R. P. Zumhofen et quelques autres archéologues ont, avec
grand succès, exploré les cavernes; aux Indes, l'_Archeological Survey_
a signalé l'existence de l'industrie paléolithique; dans le nord de
l'Afrique, les études à cet égard ont également été très concluantes.

Bref, en un demi-siècle tout au plus, cette science, née en France, a
fait le tour du monde, et s'est répandue sur tous les continents.

Dans les parties du monde autre que l'Europe, en Amérique, en Océanie,
en Afrique centrale et méridionale, la préhistoire se confond avec
l'ethnographie; car, pour la plupart, les peuples de ces régions en
étaient encore à la culture primitive, quand les navigateurs européens
se sont présentés. Chez beaucoup d'entre eux l'industrie de la pierre
polie était florissante et chez d'autres celle de la pierre éclatée. La
persistance de l'usage de la pierre, l'ignorance de l'écriture chez un
grand nombre de peuplades, font que la préhistoire s'étend jusqu'à nos
jours. On ne pourrait donc assigner de dates pour les diverses
industries qu'en les envisageant au point de vue local; car il ne peut
exister aucun lien chronologique entre les événements qui ont pris place
dans nos pays, et ceux dont l'Australie, par exemple, a été témoin. Les
diverses industries, extrêmement variées, comme on le verra par la
suite, possèdent donc chacune leur époque et leur aire géographique.

Mais l'étude des peuples primitifs, vivant encore de nos jours, et, par
conséquent, appartenant à la préhistoire moderne, est extrêmement utile
quant à la compréhension des mœurs des antiques habitants de nos pays;
les mêmes causes produisant les mêmes effets, et ces causes étant
simples, nécessitées par les besoins de la vie matérielle, on peut, sans
crainte d'erreur, expliquer les usages anciens par ceux encore en
vigueur, alors que tous deux ont fait naître des industries analogues.

Quand, au XVIIIe siècle, Pallas[58] visita tous les peuples qui
vivaient alors dans les domaines des Tsars, il rencontra, vers l'extrême
pointe de la Sibérie orientale, la peuplade des Wogoules qui habitait
dans les cavernes et vivait uniquement de la chasse et de la pêche, ne
se livrant à aucun genre de culture. En cas de disette, ces gens
concassaient les os et, par la cuisson, en tiraient une sorte de
bouillon.

[Note 58: LVII.]

Il vit aussi des Tchouktches, qui habitaient sous le cercle polaire,
dans cette presqu'île située entre l'océan Glacial de Sibérie et la mer
de Behring. Ces gens vivaient, comme d'ailleurs tous les Kamtchadales,
dans des tanières souterraines et les antres des rochers, dont ils
fermaient l'ouverture en tendant des peaux de renne devant l'entrée. Ils
ne possédaient alors aucun instrument métallique; leurs couteaux étaient
faits de pierres tranchantes, leurs poinçons d'os effilés, leur
vaisselle de bois ou de cuir; comme armes ils avaient l'arc, la flèche,
la pique et la fronde; piques et flèches étaient armées d'os pointus.

Les femmes tannaient les peaux des animaux tués à la chasse, les
raclaient pour en ôter le poil, après quoi elles les frottaient de
graisse et de frai de poisson, puis les foulaient à tour de bras. Elles
se servaient pour coudre des nerfs des quadrupèdes, d'os pointus et
d'aiguilles faites d'arêtes de poissons.

Non loin des Tchouktches et des autres nations kamtchadales vivaient,
dans de petites îles, des populations plus sauvages encore, que Pallas
désigne sous le nom d'insulaires orientaux. Ces hommes se nourrissaient
de gibier à la façon de ceux du continent et leurs femmes tannaient de
même les peaux et préparaient les fourrures. Ils ne possédaient aucun
animal domestique, pas même le chien. Armés de lances, d'arcs, dont les
flèches étaient garnies d'os pointus, ils passaient leur vie à la
chasse, sans autre préoccupation que celle de leur nourriture.

Les habitations de ces gens étaient des tanières souterraines longues
parfois de cent mètres et larges de six à dix, divisées en
compartiments. Là s'entassaient jusqu'à trois cents personnes dans la
plus abjecte malpropreté; d'autres habitaient des cavernes, des abris,
qu'ils s'efforçaient de clore au moyen des troncs d'arbres que la mer
venait jeter sur les plages.

On croirait, en lisant cette description, entendre parler de nos hommes
quaternaires des cavernes du Périgord, avec cette différence que nos
magdaléniens étaient des artistes, qu'ils ornaient de dessins les parois
de leurs habitations et que bien certainement leurs goûts affinés se
manifestaient dans la parure, peut-être même dans le costume; mais tout
ce qui, dans leur mobilier, n'était ni os ni pierre, n'a pas survécu aux
injures du temps, et nous ignorons la plus grande partie de ce qu'ils
possédaient.

La description de Pallas montre la vie des primitifs sous l'un des
climats les plus rudes qui soient au monde, alors que les navigateurs du
XVIIe et du XVIIIe siècles nous parlent de peuplades établies sous
un soleil plus clément, à peine préoccupées de leur subsistance que la
nature leur fournit en abondance. Ailleurs, dans les forêts vierges de
l'Asie méridionale et de l'Amérique du Sud, la lutte de l'homme pour la
vie est plus âpre.

J'ai voyagé et vécu pendant plusieurs mois chez les Négritos de
l'intérieur de la presqu'île malaise[59], alors qu'aucun Européen
n'était encore entré au cœur du domaine de ces tribus. Ces gens, peu
nombreux d'ailleurs comme population, partagés en clans, parlant chacun
leur dialecte particulier, vivent dans les vallées des montagnes les
plus abruptes, où ils se sont retirés devant l'invasion malaise des
plaines. Là, au milieu de forêts vierges sans fin, ils construisent de
grandes habitations communes, longues parfois de quinze ou vingt mètres,
composées d'une simple toiture en feuilles tressées de palmistes, posée
à terre. Pour tout costume ils portent un pagne fait d'une écorce
d'arbre assouplie par le battage; leurs armes sont la lance et la
sarbacane pour les Sakayes, l'arc et la pique pour les Seumangs; flèches
et lances sont terminées par un bambou acéré, enduit d'un terrible
poison. Ils vivent de la chasse et de tubercules qu'ils trouvent dans la
forêt; quelques-uns, ceux qui avoisinent les établissements malais,
cultivent le manioc. Ils ne possèdent d'instruments métalliques que ceux
qui leur parviennent par les Malais et n'ont pas de sel. De telles
peuplades disparaîtront sans laisser aucune trace archéologique de leur
existence.

[Note 59: Cf. J. DE MORGAN, dans _l'Homme_, 1885.]

Il ne nous est pas possible, dans nos contrées civilisées de l'Occident,
de nous faire une idée exacte de ce que sont la chasse et la pêche dans
les pays primitifs et peu habités, de ce qu'elles étaient chez
nous-mêmes, au temps où les hommes ne disposaient pas des moyens
puissants de destruction dont ils usent aujourd'hui. Le gibier, dans
notre Europe, est devenu très rare et la chasse est un luxe; quant à la
pêche, elle n'existe plus guère que de nom; mais quand on parcourt les
pays neufs, dans lesquels les animaux sauvages sont à peine inquiétés,
on se rend compte de ce que devaient être les ressources de nos régions,
avant que la civilisation les eût presque réduites à néant. Tous les
genres de gibier, le gros comme le petit, étaient d'une abondance
extrême et d'énormes poissons habitaient nos rivières, de telle sorte
qu'en quelques heures il était aisé de capturer une abondante
nourriture; aussi les cavernes, comme les sites des campements
préhistoriques, sont-ils remplis d'ossements brisés pour en extraire la
moelle, de débris de poissons. Les conditions de la vie étaient très
différentes de ce qu'elles sont aujourd'hui, et les populations,
clairsemées, n'avaient pas grand effort à faire pour trouver leur
subsistance.

Toutefois, le climat venant à se modifier, les ressources s'épuisaient
ou changeaient de nature, contraignant les gens à modifier leur
outillage, tout d'abord, puis à émigrer si la vie devenait trop
difficile. C'est ainsi qu'en s'asséchant peu à peu, le nord de l'Afrique
et la Syrie sont devenus inhabitables sur bien des points.

À El Mekta, près du Gafsa, à Jénéyen, dans l'extrême Sud Tunisien, et
sur bien d'autres points du «bled» j'ai rencontré des stations
préhistoriques dans des lieux aujourd'hui désertiques et l'on voit dans
le même abri des couches formées d'ossements, renfermant une industrie
de gros instruments de silex, recouvertes par d'autres couches où ne se
rencontrent plus que des coquilles d'hélix, en quantité prodigieuse, et
une industrie de tout petits instruments de silex ressemblant beaucoup à
ce qu'en France on nomme l'Aurignacien. Aux chasseurs de gibier moyen
avaient succédé les mangeurs d'escargots; puis ces hommes sont partis.

Ces modifications climatériques, bien que présentant parfois une assez
grande étendue géographique, n'étaient à coup sûr pas suivies partout
des mêmes effets; dès lors sur les points où elles se sont produites,
elles ont entraîné dans l'industrie de l'homme des modifications, qu'il
serait très osé de chercher à généraliser, de même qu'il serait
dangereux de synchroniser deux industries à peu près semblables, sans
avoir d'autres raisons que celle de l'analogie des formes, car ces
formes peuvent être voulues par des circonstances se reproduisant dans
des pays divers à des époques très différentes. Nous ne devons pas
perdre de vue, d'ailleurs, que nous possédons, sauf en Égypte et au
Pérou, qu'une très faible partie du mobilier de ces temps, les objets en
matières incorruptibles, toujours la pierre, parfois l'os et l'ivoire,
mais jamais la corne, le bois, et les autres substances périssables, et
que par conséquent, nous devons être très circonspects quant à
l'assimilation de deux industries sur la simple vue des instruments de
pierre.

Si nous en croyons certains auteurs, les diverses industries de la
pierre auraient eu chacune leur foyer et, peu à peu, gagnant de proche
en proche, auraient couvert d'immenses régions, toute l'Europe suivant
quelques-uns. On attribuait jadis cette propagation des types à des
migrations et à des invasions; aujourd'hui l'on est plutôt porté à voir
dans cette diffusion des influences commerciales. Il est à croire que
ces trois causes sont souvent valables, mais qu'en plus les centres
d'invention ont été multiples; d'ailleurs c'est sans raison plausible et
sans la moindre vraisemblance qu'on a choisi dans nos pays, parce qu'ils
étaient les mieux étudiés, les centres successifs de civilisation.

Qu'une découverte se soit propagée dans les pays aptes à son
application, cela n'a rien qui puisse surprendre; il ne faut cependant
pas accorder à cette puissance d'expansion plus de force qu'elle ne
pouvait avoir, alors que les communications entre pays éloignés les uns
des autres étaient si difficiles, souvent même impossibles, et que les
besoins n'étaient pas en même temps semblables dans les diverses
régions.

Il convient donc de ne pas accorder aux nombreuses classifications
proposées une importance mondiale, mais d'en considérer les termes comme
exprimant un état industriel local, d'aire variable, il est vrai, mais
toujours limitée. Rien ne prouve, dans bien des cas, que les diverses
industries de même type ont été partout contemporaines et, afin d'éviter
toute confusion, pour ne pas faire supposer une généralisation que rien
n'autorise, il est utile de joindre à la désignation du type,
_acheuléen, moustiérien, magdalénien_, etc., un nom géographique
permettant de le localiser, ce nom pouvant d'ailleurs exprimer de vastes
étendues, au cas où le synchronisme serait établi par d'indiscutables
preuves tirées de la stratigraphie, mais non pas de la paléontologie
seulement; car, au cours des oscillations glaciaires, entre autres, les
animaux ont certainement changé d'habitat, sans que forcément l'homme
les ait suivis dans leurs migrations.

L'inégalité de l'état de conservation des industries primitives dans les
différentes stations cause de grandes difficultés, quand il importe
d'établir des comparaisons. Les alluvions ne nous livrent que les
instruments de pierre, de même que les stations en plein air; mais nous
ne savons pas de quoi se composait le mobilier accompagnant les types
chelléen, acheuléen et moustiérien du nord de la France. On se base,
pour établir leur succession, sur la position relative des couches
alluviales. Or nous ne pouvons pas affirmer que ces courants successifs
ont suivi le même chemin et par conséquent lavé des stations elles-mêmes
successives; peut-être bien que, parcourant des districts différents
avant d'en arriver à superposer leurs apports, ils ont simplement
entraîné des silex taillés contemporains, mais de stations diverses,
appartenant à plusieurs types industriels; les superpositions dans les
alluvions de Gafsa, en Tunisie, sont probantes à cet égard[60].

[Note 60: J. DE MORGAN, _Sur l'incertitude de la chronologie
relative des faits préhistoriques_; VI, 1907, 380-383.]

Si nous avons, dans les pages qui précèdent, appelé plus spécialement
l'attention sur les incertitudes très nombreuses qu'on rencontre dans la
documentation sur laquelle est basée l'étude des industries
préhistoriques, c'est que, ces sortes de recherches étant très
répandues, il paraît sans cesse des travaux dans lesquels les auteurs se
laissent entraîner à émettre une foule d'hypothèses qui souvent n'ont
rien de scientifique. De réels progrès se font, il est vrai, chaque
jour; mais il ne faudrait pas croire que nos connaissances sur la
question puissent autoriser déjà l'établissement d'une chronologie
relative analogue à celle que nous possédons en géologie. Les diverses
formations de l'écorce terrestre étant successives, les difficultés
géologiques résident uniquement dans la recherche des synchronismes.

Il n'en peut pas être de même en préhistoire, car l'évolution de
l'humanité vers le progrès diffère suivant les lieux aussi bien que
suivant les temps et suivant les facultés de l'homme. Ce n'est qu'en
multipliant à l'infini les observations qu'on établira des provinces
préhistoriques, répondant à chacun des stages industriels; mais, pour ce
faire, il est nécessaire que tous les pays du monde soient étudiés avec
autant de soin que l'ont été les régions occidentales et centrales de
l'Europe, tâche immense qui exigera beaucoup de temps d'efforts.
Ramasser des pierres taillées est un agréable passe-temps auquel se
livrent des milliers de collectionneurs, mais relever les observations
capables de nous instruire quant à la date relative des industries est
l'œuvre du petit nombre, exige des connaissances multiples que ne
possèdent pas la plupart des amateurs de cailloux taillés.



PREMIÈRE PARTIE

L'ÉVOLUTION DES INDUSTRIES



CHAPITRE PREMIER

L'INDUSTRIE PALÉOLITHIQUE


_Les éolithes_.--Alors que, par son développement cérébral, l'homme
était encore voisin de l'animal, il songeait déjà certainement aux
moyens de munir son bras d'une arme capable d'accroître ses forces
d'attaque et de défense et, peu à peu, la pensée lui vint d'adapter à
ses besoins les armes que lui fournissait le milieu dans lequel il
vivait; il usa d'une branche d'arbre, la cassant à la longueur
convenable pour sa taille, et, en dégrossissant la pierre, en la rendant
tranchante, il créa ces outils grossiers pour lesquels on a proposé le
nom d'éolithes; mais ces instruments primitifs présentent de telles
ressemblances avec les «jeux de la nature» que, bien qu'on ne puisse
mettre en doute leur existence, nous ne les pouvons distinguer avec
sûreté des pierres éclatées par les forces naturelles. Certains
archéologues ont cru pouvoir affirmer que ces outils primitifs étaient
en usage durant l'époque tertiaire. L'abbé Bourgeois, en 1867, pensa
voir une taille intentionnelle sur des silex (_fig_. 7, nos 1, 2 et
2_a_) appartenant au niveau aquitanien de Thenay (Loir-et-Cher); en
1871, le géologue portugais Carlos Reibero en signalait d'autres dans
les couches plus anciennes d'Otta (_fig_. 7, nos 3 et 3_a_) (vallée
du Tage); et G. et A. de Mortillet, dans leur _Musée
préhistorique_[61], figurent des éolithes de Puy-Courny, près d'Aurillac
(_fig. 7_, nos 4 et 4_a_), instruments qui appartiendraient au
Miocène et seraient comme ceux de Thenay et d'Otta nettement tertiaires;
tout dernièrement des fouilles pratiquées à Ipswich, en Angleterre, ont
donné des résultats analogues, mais quelque peu plus probants au dire
des savants qui ont assisté aux recherches.

[Note 61: 2° édit., pl. IV.]

Le plus grand défenseur des éolithes tertiaires a été le géologue belge
A. Rutot[62], qui non seulement les considérait comme représentant les
premiers essais de l'homme dans la taille du silex, mais pensait qu'ils
constituaient une industrie spéciale qui, débutant dans le Pliocène, se
serait continuée jusqu'aux temps modernes parallèlement aux autres
industries de la pierre (_fig. 7_, nos 5 et 6). Aucun fait cependant
n'est venu confirmer cette hypothèse; bien au contraire, M. Boule,
professeur au Muséum de Paris, a péremptoirement démontré[63] que les
malaxeurs industriels de Guerville, près de Mantes, en mélangeant des
argiles et des craies pour la fabrication du ciment, fabriquent des
éolithes en tout semblables aux échantillons de M. Rutot, et que, par
suite, les actions naturelles sont amplement suffisantes pour produire
ce que l'on a considéré comme des retouches intentionnelles.

[Note 62: VII (1907), VIII, 283; et _Bull. Soc. belge géol._ (1907),
XXI, 211.]

[Note 63: M. BOULE, _L'origine des éolithes_; VI (1905), 263.]

Il n'en est pas moins vrai que nous ne pouvons nier les probabilités de
l'existence d'une industrie très inférieure à celle du type
paléolithique, ainsi que de la vie de l'homme vers les derniers temps du
tertiaire. Malheureusement nous ne connaissons que bien peu de chose des
dépôts terrestres laissés sur les continents durant les périodes miocène
et pliocène; presque tous ont été lavés par les eaux lors des grandes
inondations quaternaires et d'autres se sont abîmés dans les mers avec
les continents qui les portaient: or c'est seulement parmi l'humus de
ces époques que peuvent se rencontrer, dans des conditions probantes,
les vestiges de l'homme et de ses industries.

[Illustration: Fig. 7--_Éolithes_. 1, 2 et 2_a_, Thenay
(Loir-et-Cher).--3 et 3_a_, Otta (Portugal)--4 et 4_a_, Puy-Courny.--5
et 6, Belgique.]

_Le type chelléen_.--Les plus anciens instruments, manifestement taillés
par la main de l'homme, dont la connaissance nous soit parvenue, sont
des silex en forme d'amande, grossièrement éclatés par percussion sur
leurs deux faces, terminés en pointe à l'une de leurs extrémités,
arrondis à l'autre et légèrement renflés en leur milieu. Ils différent
de dimensions et souvent aussi de forme générale, sont plus ou moins
allongés, plus ou moins arrondis: leur taille est très variable,
cependant ils présentent le plus souvent une longueur oscillant entre
dix et quinze centimètres. C'est à Abbeville et à Amiens, dans le
département de la Somme, puis à Chelles, dans la Seine-et-Marne[64], au
milieu d'alluvions quaternaires, que ces instruments ont été rencontrés
pour la première fois (_fig. 8_, nos 1, 1_a_ et _b_, n° 2); puis on a
signalé leur présence dans les alluvions du nord de la France, de là
Belgique, à Taubach[65], en Saxe-Weimar, dans les grottes de
Grimaldi[66], près de Menton et en maintes autres localités de
l'Occident européen; cependant en Saxe comme en Provence les coups de
poing sont plutôt de type acheuléen.

[Note 64: Cf. D'ACY, I (1891), 348; P. CAPITAN, XII (1900), 55.]

[Note 65: Cf. KLAATSCH, XLIX, II, 269; S. REINACH, VI (1897), 53.]

[Note 66: Cf. M. BOULE, VI (1906), 257; J. DÉCHELETTE, XXVI (1908),
I, 78.]

Dans presque tous ces gisements, l'instrument typique, dit chelléen, se
trouve mélangé avec des éclats de forme indéterminée avec ou sans
retouches, et avec d'autres retaillés sur une seule face seulement, dont
les archéologues ont fait le type dit moustiérien. En général, tout cet
outillage de pierre est d'un travail fort grossier, spécialement dans
les régions où, comme dans le midi de la France et de la Saxe, les
matériaux dont l'homme pouvait disposer, les quartzites, les grès, les
quartz, etc., ne s'éclatent pas aussi aisément que le silex.

Sauf dans quelques grottes, les instruments de type chelléen ont
toujours été trouvés remaniés dans des alluvions dont l'âge relatif est
indiqué par la présence d'ossements fossiles. À Chelles, ils se
rencontrent avec des restes d'_Elephas antiquus, Rhinoceros Mercki,
Trongotherium, Ursus spelœus, Hippopotamas amphibius, Hyæna spelæa_ et
d'équidés voisins du cheval tertiaire, l'_Equus Stenonis_, alors que,
dans les alluvions des environs d'Abbeville[67], à ces espèces viennent
s'ajouter _Elephas meridionalis, E. primigenius, Hippopotamus major, Sus
scropha, Cervus Belgrandi, Bison priscus_ et quelques autres grands
vertébrés.

[Note 67: D'AULT DU MESNIL, VIII, (1906), 284.]

[Illustration: Fig. 8--Instruments chelléens (Chelles).]

Nous pouvons donc nous faire une idée assez exacte des conditions
naturelles dans lesquelles vivaient ces hommes primitifs. La flore de
cette époque nous est révélée par les tufs de la Celle-sous-Moret
(Seine-et-Marne) qui souvent contiennent des empreintes végétales; on y
rencontre l'arbre de Judée, le figuier, le laurier des Canaries, le
buis, le fusain à larges feuilles, espèces qui correspondent à un climat
doux et humide, plus tempéré que celui dont, aujourd'hui, jouit le
bassin de la Seine.

Ces observations s'appliquent toutes à une même région, district de peu
d'étendue, puisqu'il ne comprend que trois ou quatre départements
limitrophes: mais si nous nous éloignons de sept au huit cents
kilomètres vers l'est, en conservant à peu de chose près la même
latitude, nous rencontrons, en Saxe, une faune et une flore quelque peu
différentes. Là, au milieu des forêts de conifères, de bouleaux et de
lauriers, vivaient: _Elephas antiquus, Rhinoceros Mercki, Bos priscus,
Hyæna spelæa_, de nos régions, mais aussi _Ursus arctos, Sus antiquus,
Equus caballus, Cervus euryceros, Cervus capreolus, Castor fiber_, et
des capridés d'espèce indéterminée. Le climat de la Saxe était donc
alors moins chaud que celui de la France, si nous admettons le
synchronisme des dépôts du bassin de la Seine avec ceux de l'Europe
centrale.

À Menton, les conditions climatériques étaient également quelque peu
différentes; car on rencontre, dans le remplissage des grottes, des
restes d'_Ursus arctos_, animal qui ne semble pas avoir existé dans nos
pays septentrionaux à cette époque. Nous trouvons aussi en Provence
orientale _Elephas antiquus_ et _Rhinoceros Mercki_.

Quelle que soit la nature des gisements, nous ne connaissons rien de
l'industrie chelléenne, en dehors de l'outillage de pierre; aucun
instrument d'os ou d'ivoire n'est parvenu jusqu'à nous, l'incertitude
plane même sur l'existence réelle du chelléen comme industrie spéciale.
Nous avons vu que le type de Chelles est presque partout associé à des
formes dites moustiériennes, instruments longtemps considérés comme
étant typiques d'une industrie quaternaire plus récente et plus avancée.
D'autre part, l'instrument chelléen renferme tous les principes de la
hache acheuléenne ou «coup de poing» de G. de Mortillet; il est donc
naturel de penser que si les Chelléens se sont contentés d'un
instrument grossier, c'est que le besoin d'outils de taille plus soignée
ne se faisait pas sentir pour eux, mais qu'ils étaient parfaitement
aptes à façonner des instruments plus perfectionnés.

_Type acheuléen_.--L'industrie acheuléenne[68] n'est autre qu'un cas
particulier de l'industrie chelléenne, probablement voulu par des
circonstances dont les détails nous échappent; mais si elle fut causée
par des changements locaux ou par des modifications climatériques
d'ordre plus étendu ayant amené de nouveaux besoins, nous l'ignorons
encore. Si nous en jugeons par les données paléontologiques, à la faune
interglaciaire, chaude ou tempérée correspondant au type chelléen,
aurait succédé, dans nos pays, un refroidissement très sensible, et
c'est peut-être à ce changement de la température que serait dû l'usage
prépondérant d'instruments de même forme que ceux de Chelles, mais d'un
travail plus soigné. Il semble d'ailleurs que ces deux instruments
n'étaient pas taillés pour le même usage: alors que le coup de poing
chelléen était destiné à frapper, la hache acheuléenne était conçue de
telle sorte qu'elle fût en même temps apte à trancher et à frapper. Les
instruments de type moustiérien qui, en abondance, accompagnent le type
chelléen dans les alluvions comme dans les cavernes, prouvent que si les
Chelléens ne taillaient pas leurs coups de poing avec plus de finesse,
c'est qu'ils n'en éprouvaient pas le besoin.

[Note 68: D'après le nom de Saint-Acheul, faubourg d'Amiens, où il
existe d'importants gisements d'instruments de ce type.]

L'instrument acheuléen (_fig. 9_, nos 1, 2 et 3) est, en général,
plus léger que celui de Chelles et ses formes sont plus variées; il en
est de lancéolés, d'allongés d'une manière démesurée, au point de les
faire prendre pour des poignards; d'autres sont elliptiques, arrondis
même, discoïdes (_fig. 9_, n°4). Ces diverses formes sont certainement
intentionnelles; mais nous ne connaissons pas les causes de leur
choix[69].

[Note 69: L. Capitan distingue huit types d'instruments. Cf. _Les
divers instruments chelléens et acheuléens_, XIII (1900), 61.]

On a longtemps discuté sur le mode d'emploi du coup de poing. Se basant
sur ce fait que certaines peuplades sauvages qui en font encore usage
l'emploient sans emmanchement, garnissant seulement le talon (la partie
ronde) d'une sorte de résine, afin de protéger la paume de la main, G.
de Mortillet a pensé qu'ils étaient tenus directement et sans manche;
d'autres archéologues, au contraire, ont cherché à reconstituer leur
mode d'emmanchement; somme toute, il est à penser que ces outils étaient
employés de diverses manières. Cependant il semble certain que c'est par
la pointe et par les côtés tranchants seulement qu'ils «travaillaient»;
car, parmi ces instruments, ceux dont la taille est quelque peu négligée
sont toujours inachevés au talon où, parfois, se montre encore la gangue
qui couvrait entièrement la surface du rognon avant sa taille (_Cf. fig.
8_, n° 2); jamais ils ne sont négligés à la pointe.

On s'est également demandé si l'ouvrier recherchait le silex dans son
site originel, c'est-à-dire dans les couches qui avaient assisté à sa
formation, ou s'il employait les galets alluviaux. Des milliers de
spécimens de ces outils font penser que la provenance de la matière ne
présentait aucune importance[70]. Ce n'est que plus tard, lors de
l'apparition de l'industrie néolithique, alors que la taille du silex
était devenue un véritable art, que les tailleurs de silex sont allés
chercher leur matière dans les couches géologiques elles-mêmes.

[Note 70: Cependant H. BREUIL (_in. lit_. 10 janv. 1923), est d'avis
qu'il est impossible d'obtenir de beaux outils du paléolithique
inférieur et du paléolithique supérieur (archéolithique) en utilisant de
simples galets, qu'il faut admettre qu'il existait dès ces époques de
véritables extractions du silex.]

Dans les alluvions du nord de la France, à Saint-Acheul comme à
Abbeville, les types industriels divers, chelléen, acheuléén et
moustiérien (_fig. 9_, n° 5) se montrent parfois successivement[71],
marquant la prédominance des trois formes dans les diverses couches;
cependant, à la base des niveaux dits acheuléens, M. Commont a découvert
à Saint-Acheul, en 1905, un atelier encore en place, renfermant une
masse considérable d'éclats de débitage, un grand nombre de nucleus et
d'instruments divers, des percuteurs, des enclumes, des racloirs,
grattoirs, pointes, lames et coups de poing.

[Note 71: Cf. COMMONT, III (1905) 202 et VIII (1906), 228, (1907),
14.]

[Illustration: Fig. 9.--Instruments de type acheuléen (St-Acheul).]

Jadis on considérait les trois «époques» des alluvions comme
parfaitement distinctes et caractérisées par des industries passant de
l'une à l'autre; mais voici que déjà ces théories absolues s'effritent
dans notre propre pays, et l'on admet généralement que la «période»
moustiérienne des provinces méridionales est synchronique de
l'Acheuléen supérieur de la Picardie[72].

[Note 72: OBERMAIER, _Beitrage zur Kenntniss des Quartars in den
Pyrenäen_, XIII (1906), IV, 306.]

Dans le bassin de la Garonne, où le silex fait défaut, ce sont les
quartzites qui le remplacent; il en résulte une industrie grossière
qu'on rencontre d'ailleurs dans un très grand nombre d'autres régions
(_fig. 10_) et qui, au premier aspect, semblerait être plus archaïque
que celle du nord. Cependant la présence d'_Elephas primigenius,
Rhinoceros lichorhinus_ et _Felis spelœa_, et d'autres espèces encore,
indique les concordances et les discordances chronologiques[73]. Dans la
Vienne et les Charentes, au contraire, les matières se prêtant à la
taille, les instruments des mêmes industries montrent une finesse de
travail et une régularité de contours des plus remarquables.

[Note 73: Cf. E. CARTAILHAC. VI (1891), 1; OBERMAIER op, c., 305.]

[Illustration: Fig. 10.--Instruments de type chelléen (Lac Karar,
Algérie).]

Comme toujours, les alluvions peuvent laisser planer des doutes quant à
l'âge relatif de ces industries qu'elles ne présentent que rarement
complètes et accompagnés de témoins paléontologiques, ces restes pouvant
avoir été remaniées de dépôts quelque peu antérieurs aux instruments
qu'ils renferment. La station du Garret, dans la commune de Villefranche
(Rhône), présente un exemple frappant de ces mélanges[74].

[Note 74: Cf. XXVI, 107.]

Sous ce rapport, les cavernes offrent bien plus de sécurité; or il se
trouve en Dordogne, dans la commune de Tayac, un gisement de la plus
haute importance, celui de la caverne de la Micoque, qui, exploré
méthodiquement à partir de 1896, par MM. Chauvet et Rivière[75], a
fourni sur l'industrie acheuléenne, dans le centre de la France, les
renseignements les plus précieux.

[Note 75: _Le gisement quaternaire de la Micoque_, XIV, 24 août
1896; _La station quaternaire de la Micoque_, XIII, Saint-Étienne
(1897), II, 697; L. CAPITAN, _La station acheuléenne de la Micoque_,
VIII (1896), 406; id., I (1896), 527.]

[Illustration: Fig. 11.--Instruments de type acheuléen (Tunisie).]

L'assise supérieure du gisement se compose d'une brèche peu compacte,
renfermant d'innombrables restes très fragmentés d'un équidé, mélangés
avec des silex taillés, coups de poing acheuléens atteignant parfois de
grandes dimensions, parfois très petits (4 centimètres), presque
toujours d'une exécution très soignée et, en beaucoup plus grand
nombre, des éclats et des pointes, des racloirs, des disques, du type
moustiérien le plus pur.

Ainsi dans nos pays eux-mêmes de l'Occident européen, les
classifications par «âges» des divers types industriels de la pierre,
proposées au début des études préhistoriques, perdent peu à peu de leur
valeur, même locale, et l'homme de la période quaternaire se montre à
nous comme possédant en même temps la connaissance des trois types, en
faisant usage suivant les besoins spéciaux déterminés par les conditions
climatériques et géographiques. C'est là cette étape de la civilisation
que nous désignons sous le nom général de _paléolithique_, terme auquel
nous sommes loin d'attacher une valeur chronologique générale; et nous
excluons du paléolithique des auteurs les industries contemporaines des
derniers temps glaciaires, industries très spéciales, mais qui,
cependant, semblent être les filles de celles dont nous venons de
parler.

Dans nos pays, l'industrie paléolithique semble avoir été d'assez longue
durée et, pendant ce temps, il s'est bien certainement produit des
progrès, des améliorations dans l'outillage; mais, d'après la
documentation dont nous disposons pour ces temps, il ne nous est pas
permis d'établir une classification solidement basée. Les premiers
préhistoriens s'étaient trop hâtés de conclure à des divisions dont on
ne saurait plus aujourd'hui admettre l'existence.

Mais ce n'est pas seulement dans l'occident de l'Europe que l'industrie
paléolithique a été florissante; elle semble être née et s'être
développée dans bien des régions. Nous disons née, parce qu'il n'est pas
admissible que, partie d'un foyer unique, elle ait rayonné sur des pays
aussi éloignés les uns des autres, franchi les mers, les déserts, les
hautes montagnes.

[Illustration: Fig. 12.--Instrument de type acheuléen (Hte-Égypte).]

Les instruments paléolithiques du type chelléen et acheuléen ont été
rencontrés, soit dans les alluvions quaternaires, soit dans les
cavernes, soit à la surface du sol, en France, en Belgique, dans le sud
de l'Angleterre, en Espagne, en Algérie, en Tunisie (_fig. 11_), en
Italie, dans l'Allemagne méridionale, en Hongrie[76], en Égypte (_fig.
12_), dans le désert central africain, au Cap de Bonne-Espérance, en
Syrie, dans le désert syro-arabique, en Palestine, aux Indes, dans le
Somal (_fig. 13_), en Amérique du Nord (_fig. 14_)[77], au Mexique; ils
sont encore en usage en Océanie, chez certaines peuplades. Leur présence
est douteuse en Grèce, en Sicile, à Malte et en Sibérie[78]. Ils font
défaut en Scandinavie, en Écosse, en Irlande, dans le nord de
l'Angleterre, de l'Allemagne, de la Russie, en Suisse, au Tyrol, dans
les plateaux de l'Arménie, de l'Iran, du Tibet, de la Mongolie, en
Chaldée, au nord de l'Amérique septentrionale, c'est-à-dire dans tous
les pays inhabitables à l'époque glaciaire ou qui, en ces temps,
n'étaient pas encore sortis des eaux. Cette industrie a donc été sinon
universelle, du moins très répandue, certainement à des époques
diverses, parce qu'elle répondait aux mêmes besoins et qu'elle
utilisait les mêmes matériaux. Partout elle présente, à peu de chose
près, les mêmes caractères. Par les cavernes de Grimaldi et de la
Micoque, par les ateliers en plein air de la Tunisie[79], de l'Égypte et
du Somal[80], nous savons que les hommes connaissaient alors le feu,
qu'ils vivaient de la chasse et probablement aussi de la pêche. C'est là
tout ce qu'il est permis de dire sur ces populations primitives.

[Illustration: Fig. 13.--Instruments de type chelléen et acheuléen
(Somal).]

[Note 76: Ces instruments sont très discutés. Cf. DÉCHELETTE, op.
c., 90. Note 1.]

[Note 77: Seul le gisement de Trenton (New Jersey) [TH. WILSON, XII
(1900), 149] est considéré comme d'époque quaternaire (Cf. XL, 596).]

[Note 78: Pour la bibliographie relative à tous ces pays, voir
XXXVII, 110 sq.]

[Note 79: Cf. ibid., 112.]

[Note 80: Cf. H.-O. FORBES XV (janvier 1900), II, nos 3 et 4.]

[Illustration: Fig 14.--Instruments de type chelléen et acheuléen
(Amérique du Nord).]

_Le type moustiérien_.--L'industrie dite moustiérienne, dont nous venons
d'ailleurs d'entretenir le lecteur (_fig. 15_, nos 1 à 3), tire son
nom de la station du Moustier[81], dans la commune de Peyrac, au
département de la Dordogne; là se trouve une vaste caverne qui pour la
première fois en 1863 a été explorée par Lartet et Christy.

[Note 81: Pour la bibliographie, cf. LIX, 181, note 3.]

Nous avons vu plus haut que la taille des silex dits moustiériens
remonte, dans nos pays, aux temps chelléens, c'est-à-dire qu'elle est
contemporaine des plus anciennes traces certaines de l'homme parvenues à
notre connaissance: toutefois ces instruments semblent n'avoir été que
d'un usage secondaire, alors que le coup de poing chelléen ou acheuléen
constituait l'outil principal. Au Moustier, et dans un grand nombre de
cavernes de la Vézère, au contraire, l'usage du coup de poing devient
rare, et la prédominance est aux instruments formés d'un large éclat
retouché sur une face seulement.

Le grand développement du type moustiérien dans nos régions correspond à
une phase climatérique froide et humide. Déjà nous avons vu que, lors de
la prédominance du coup de poing acheuléen dans l'outillage, la
température moyenne s'était de beaucoup abaissée. Ce refroidissement se
continuant, la faune se modifia et, par les ossements dont la caverne de
la Madelaine est encombrée, ainsi que toutes celles qui furent habitées
à cette époque, nous constatons l'existence, dans la région, du
mammouth, du _Rhinoceros tichorhinus_, de l'_Ursus ferox_, du _Cervus
megaceros_, espèces caractéristiques de ces temps, auxquelles se
joignaient le lion, l'hyène, le léopard, le renne, le glouton, le renard
bleu, le bœuf musqué, le bouquetin, le chamois, la marmotte. La
transition entre les deux faunes, d'ailleurs, s'était opérée
graduellement, au fur et à mesure que les conditions climatériques se
modifiaient et, avec elles, la flore.

Quant à l'homme, ainsi que le font aujourd'hui les Kamtchadales décrits
par Pallas, il se réfugia dans les cavernes, aménagea les creux des
rochers et certainement aussi, dans les vallées dépourvues d'abris
naturels, près des cours d'eau, se construisit des demeures
souterraines, tout comme les Tchoutches de la Sibérie orientale. Mais,
pour occuper les cavernes, ils les devaient conquérir par les armes, car
les animaux féroces en avaient fait leur demeure. Très souvent à la base
des couches qui maintenant encombrent ces abris, on trouve les restes de
leur occupation par les animaux, ours, lions et hyènes qui revenaient
parfois s'y installer, soit après en avoir chassé les hôtes humains,
soit alors que, pour une raison ou pour une autre, la caverne avait été
abandonnée. Dans la grotte d'Echnoz-la-Moline, en Haute-Saône, on n'a
pas trouvé moins de huit cents squelettes d'ours. D'après M.
Dupont[82], bien des cavernes de la Belgique auraient été occupées tout
d'abord par l'hyène, puis par l'ours, enfin par l'homme.

[Note 82: XII, Bruxelles, 1872, 116.]

[Illustration: Fig. 15.--Instruments de type moustiérien (Le Moustier).]

Les instruments prédominants dans l'outillage des troglodytes du
Moustier sont la pointe (_fig. 15_, nos 1 et 2) et le racloir (_fig.
15_, nos 3 et 3_a_); la pointe est formée d'un grand éclat en ogive
allongée, retouché des deux côtés sur l'une de ses faces seulement,
celle qui portait les nervures répondant à l'enlèvement des éclats
précédents sur le nucleus. Les racloirs sont taillés d'après le même
principe, mais le plus généralement les retouches ne portent que sur un
seul tranchant. Puis viennent des instruments de formes variées, lames à
encoches, perçoirs, burins finement retouchés, mais toujours sur une
seule face; enfin le coup de poing amygdaloïde, habilement ouvré, éclaté
sur ses deux faces.

[Illustration: Fig. 16.--Pointe de type moustiérien, Silex blond. Oasis
de Kharghiyeh (Égypte).]

[Illustration: Fig. 17.--Pointe de type moustiérien. Silex patiné blanc.
Somaliland (Rec. Seton Karr. Musée de St-Germain, no 35524).]

On a longuement discuté sur l'usage de ces divers instruments; mais la
plupart des explications sont plutôt du domaine de l'imagination que de
celui de la science; car, ignorant complètement quels étaient les usages
des hommes aux temps de cette industrie, nous ne pouvons affirmer aucun
emploi d'une manière certaine. Les gens du Moustier, comme ceux de
Menton et de Taubach, connaissaient le feu. Ils ne semblent pas avoir
fait usage de l'os travaillé, ou du moins nous ne possédons pas
d'instruments de cette matière; à peine connaît-on quelques phalanges
de cheval[83] et des humérus de bison portant des stries qui, peut-être,
ont été entaillées par la main de l'homme. Les gens du Moustier
brisaient les os dans le sens de la longueur, afin d'en extraire la
moelle; mais il ne semble pas qu'ils en aient utilisé les esquilles,
tout au moins ils ne les ont pas façonnées.

[Illustration: Fig. 18.--Instruments de type quaternaire, Riv. Pénar
(Hindoustan Central). Rec. Seton Karr.]

[Note 83: Dr H. MARTIN, _Maillets ou enclumes en os de la Quina_ IV,
(1906), 155 et 189; A. DE MORTILLET, _Les os utilisés de la période
moustiérienne. Station de la Quina. Rev. préhist._ (1906), 231.]

[Illustration: Fig. 19.--Instruments de type moustiérien
(Trenton.--Coll. Abbott, d'après des Croquis du Dr L. Capitan).]

L'industrie moustiérienne se rencontre dans toute la France, on en a
constaté l'existence jusqu'en Croatie, dans d'autres régions telles que
la Tunisie, l'Égypte (_fig. 16_), la Syrie, au Somal (_fig. 17_), dans
les Indes (_fig. 18_), aux États-Unis (_fig. 19_); elle est intimement
mélangée avec celle dite acheuléenne et, dans les diverses stations, les
proportions des deux types sont sensiblement égales[84]. Ces similitudes
dans la forme des instruments portent à penser que ces industries se
sont, aux mêmes époques, étendues sur la majeure partie de l'Europe
occidentale et centrale; mais il n'en faudrait pas déduire que les
différents peuples qui habitaient nos pays étaient du même sang.
Quelques pierres taillées ne suffisent pas pour nous éclairer sur les
questions ethniques.

[Note 84: Cf. OBERMAIER, VI (1905), 19.]



CHAPITRE II

LES INDUSTRIES ARCHÉOLITHIQUES EN EUROPE


L'effondrement du continent septentrional qui, durant les temps de la
grande extension glaciaire, constituait le principal réservoir des
neiges et le point de départ des mers de glace, en causant la fusion de
ces grandes masses d'eau congelée, amena, en même temps que de
formidables inondations, un grand abaissement de la température moyenne
dans les régions voisines des anciens champs de glace; et cette période
de froid, qui dans nos régions fut assurément de longue durée, causa de
profondes modifications dans la flore, comme dans la faune, ainsi que
dans les conditions d'existence de l'homme. Très certainement alors
eurent lieu de grandes destructions par les eaux et d'importants
déplacements de populations, car, d'une part, l'aire habitable
s'accroissait par l'abandon que les glaces faisaient de vastes régions,
et d'autre part elle diminuait en raison de ce que bien des terres
disparaissaient peu à peu sous les eaux, momentanément ou pour toujours.

Dans bien des régions, telles l'Égypte, le Somal, la Mésopotamie,
l'Hindoustan, les populations furent balayées en même temps que la faune
qui vivait avec elle; aussi, dans ces pays, constatons-nous l'existence
d'un long hiatus au cours duquel aucune trace de l'homme ne se présente.
Cet hiatus correspond aux temps de l'industrie archéolithique. Ce
dépeuplement évident dans les régions que je viens de citer est moins
clair dans l'Occident européen, où il n'affecte que des pays de moindre
étendue. Après ce cataclysme la vie s'est conservée dans des «districts
de survivance», chez des hommes échappés à la mort par suite de la
ituation de leur habitat, et par d'autres qui ont eu le temps de
s'enfuir devant le danger. Là, dans ces «districts de survivance», se
sont développées de nouvelles industries, voulues par les nouvelles
conditions de la vie. L'Aurignacien, première phase de cette évolution,
en Occident, est né de l'industrie moustiérienne, cela ne fait aucun
doute aujourd'hui. Dès lors, commença la multiplication des humains dans
ces foyers d'où devait, peu à peu, partir la reconstitution de la
population du Globe. Partout où l'on rencontre des restes de l'industrie
archéolithiques des débuts, on peut tenir pour certain qu'il a existé
des «districts de survivance», partout où l'on constate l'existence
d'une lacune, à la suite du paléolithique, on peut être sûr qu'après
être demeuré pendant un temps plus ou moins long privé de population, ce
lieu a été colonisé de nouveau par des gens venus de l'extérieur, soit
des districts de survivance, soit de pays lointains.

Cette phase de la vie, dans nos pays, culture à laquelle on a
généralement donné le nom d'_âge du renne_, en raison de l'abondance de
ce cervidé dans la faune d'alors, que Piette désigne sous celui de
_période glyptique_ parce qu'on rencontre dans certaines localités des
matières dures, os, ivoire, pierre, bois de renne, sculptées ou gravées,
se sépare très nettement de la phase paléolithique par la stratigraphie
comme par les caractères propres à ses industries diverses. Le Dr
Hamy, dès 1870, dans son _Précis de paléontologie humaine_, avait
partagé la fin des temps quaternaires en trois époques successives après
celle du Moustier, la plus ancienne étant l'industrie d'Aurignac, puis
celle de Solutré, et enfin celle de la Madelaine, la plus récente, qui
termine la série de ce que nous nommons l'industrie archéolithique de
l'Europe occidentale. Cette succession est généralement admise
aujourd'hui[85].

[Note 85: BREUIL, _Essai sur la stratigraphie des dépôts de l'âge du
renne Congrès préhist. Fr._, Périgueux (1905), 75; E. CARTAILHAC id.,
83. Cependant A. DE MORTILLET (XL, dernière édition) et AL. GIROD, VIII
(1900), 309, persévéran dans leur erreur, placent encore l'Aurignacien
entre le Solutréen et le Magdalénien.]

Cette phase de l'industrie, très développée dans nos régions, dénote de
la part des habitants de nos pays des aptitudes inconnues jusqu'alors:
les arts débutent, ou du moins c'est à cette période que nous
rencontrons leurs premières manifestations.

Les industries archéolithiques et mésolithiques du silex présentent,
comme caractères généraux, que les instruments sont faits d'éclats
retouchés de diverses manières; elles diffèrent en cela de l'industrie
paléolithique qui utilisait le noyau même en le taillant sur ses deux
faces, et l'éclat en le retouchant d'un seul côté, celui qui est opposé
au bulbe de percussion. Les instruments moins anciens se présentent sous
un grand nombre de formes, très localisées, les unes indépendantes, les
autres procédant les unes des autres par transformations.

D'après les données actuelles, nous voyons que certaines régions, telle
l'Europe occidentale, ont connu de nombreuses formes de transition entre
le type chelléo-moustiérien et la pierre polie, alors que d'autres n'en
possèdent que quelques-unes et que, dans certains pays, on semble passer
directement de l'industrie paléolithique à la culture néolithique,
peut-être même à celle du métal, sans rencontrer la moindre trace d'une
phase quelconque archéolithique ou mésolithique. L'Égypte est dans ce
cas et l'Italie paraît être passée directement d'un type archéolithique
à l'industrie campignienne, sans avoir connu les formes solutréennes et
magdaléniennes.

En Amérique du Nord, les industries sont confuses entre la forme
acheuléenne et la pierre polie; on rencontre en même temps des
instruments appartenant à tous les types européens, depuis celui du
Moustier jusqu'à celui des Kjœkkenmœddings danois et, pour une bonne
part, ces outils, ou tout au moins ces formes, étaient encore en usage
chez les Indiens, bien des années après la colonisation des côtes par
les Européens.

Afin de se rendre compte de ce qu'étaient les conditions de l'existence
de l'homme durant la période qui, en France, a connu les diverses
industries archéolithiques, il est nécessaire de se reporter aux
phénomènes qui prirent place, lors de la disparition des grands
glaciers, et d'examiner dans quel état les neiges laissèrent le sol.

Dans leur retrait, les glaces abandonnèrent peu à peu d'immenses
territoires, arides d'abord, quoique trempés d'humidité, coupés en tous
sens par des cours d'eau, couverts de fondrières, de marais, de lacs,
d'îlots de glace en fusion. C'est sur ces terres que peu à peu gagna la
zone des graminées. Il se forma, dans les contrées plates, d'immenses
prairies dont s'empara le gibier, suivi par les chasseurs, soit que
l'homme y fixât sa demeure, soit qu'il y vînt faire des expéditions de
chasse, pendant les saisons favorables seulement. En arrière, les forêts
gagnant progressivement sur les prairies, suivant de loin le mouvement
des glaces, offraient le facies des pays froids et cette première zone
forestière, de profondeur variable, se trouvait être elle-même
remplacée, plus en arrière encore, par des boisements de climats plus
tempérés, semés de clairières, de marais dans les bas-fonds, et de
pâturages sur les lieux élevés; flore et faune connurent tous les
intermédiaires entre les zones glacées et les pays vraiment chauds.

Il ne faut pas oublier que la fusion d'amas de glaces aussi importants,
absorbant une énorme quantité de chaleur, produit, dans son voisinage,
un abaissement intense de la température[86]; ce froid porta
principalement sur la zone des steppes, plus voisine des glaciers que
celle des forêts. Dans ces conditions les inégalités climatériques des
diverses parties de la France étaient beaucoup plus grandes qu'elles ne
le sont aujourd'hui, et l'ensemble était plus froid. Le renne se
multiplia rapidement, les équidés parcoururent en grandes troupes les
steppes de nos pays septentrionaux et centraux en compagnie des bisons,
si nombreux encore en Amérique du Nord en ces derniers siècles. Les
forêts offrirent aux mammouths la nourriture en même temps que les
retraites mystérieuses qu'affectionnent les pachydermes, les capridés
suivirent dans les montagnes le retrait des neiges. C'est dans ce milieu
complexe, varié à l'infini, que se développèrent, dans l'Europe
occidentale et centrale, les industries archéolithiques celles des
survivants aux désastres qui ont accompagné et suivi la disparition des
glaciers. Ailleurs, dans les régions plus voisines des tropiques, les
conditions de la vie étaient différentes.

[Note 86: Dans les mers septentrionales, d'après quelques auteurs,
on pourrait reconnaître, la nuit, la proximité d'un iceberg à un certain
abaissement rapide de la colonne thermométrique.]

Depuis quelques années, grâce aux travaux d'une pléiade d'observateurs
consciencieux, les découvertes portent leurs fruits; à la confusion bien
naturelle des débuts succèdent aujourd'hui des classifications
rationnelles, les dates relatives deviennent certaines, et l'aire
d'extension des industries diverses se précise. Les unes, largement
étendues, couvrent tous les pays qui séparent l'Espagne de la mer du
Nord; d'autres sont plus restreintes. L'homme est mieux armé contre les
difficultés de tout genre que lui oppose la nature et, peut-être aussi,
ces difficultés sont-elles moins grandes que par le passé; mais il est
beaucoup moins nombreux et laisse encore pendant longtemps d'immenses
territoires vides.


INDUSTRIE AURIGNACIENNE.

_Instruments en silex (fig. 20)_.--Les pointes et racloirs de type
moustiérien abondent dans les couches aurignaciennes; mais on rencontre
aussi bon nombre de formes jusqu'alors inusitées, entre autres des
racloirs taillés sur des éclats très épais, parfois même sur des blocs
ayant l'aspect de nuclei; ce dispositif a certainement été adopté pour
que l'outil présentât une plus grande résistance à la rupture; il était
donc destiné au travail de matières relativement dures. Puis viennent
des lames à encoche simple ou double, d'autres retouchées d'un seul
côté, formant ainsi des couteaux munis d'un dos; des perçoirs plus ou
moins fins de pointe, des burins busqués et des burins d'angle, destinés
au travail des matières résistantes, telles que la pierre, l'ivoire,
l'os, la corne, le bois dur, etc... toutes ces formes sont nouvelles et
quelques-unes persisteront jusqu'à l'apparition du métal.

_Instruments en os_.--L'outillage aurignacien en os est sommaire et
grossièrement travaillé, il se compose de pointes fendues ou non à la
base, de grosses épingles ou poinçons garnis d'une tête, de lissoirs et
d'os portant des traits assez profondément gravés. Mais nous ne savons
pas quel était l'usage de ces divers objets.

C'est avec l'industrie que nous venons d'examiner que se présentent les
premières tentatives artistiques de l'homme, ou du moins les plus
anciennes dont nous ayons actuellement connaissance. Ce sont des essais
de gravure sur roche tendre et de naïves sculptures en haut relief,
figurines représentant le plus souvent des femmes nues. Nous reviendrons
sur ce sujet en parlant de l'Art aux temps quaternaires, mais il était
utile de les citer ici, car la gravure et la sculpture expliquent
l'existence des burins trapus et des racloirs très épais, indispensables
pour entamer les matières dures.

Avec les restes de l'industrie aurignacienne, on rencontre les os de
tous les animaux dont l'homme faisait alors sa nourriture, et dont il
employait les dents et les os pour fabriquer les ustensiles nécessaires
à sa vie, les fourrures pour son vêtement, car il faisait froid. Ces
animaux sont: _Elephas primigenius, Rhinoceros tichorinus, Ursus
spelœus, Felis spelœa, Hyæna spelæa, Equus caballus, Bison priscus,
Cervus megaceros_ (d'Irlande), le renne en très grand nombre, le
bouquetin (_Capra ibex_), le chevreuil (_Cervus capreolus_), un ours et
une hyène indéterminés.

Certes le gibier était abondant, mais souvent d'une capture difficile et
les carnassiers étaient redoutables. Comment ces hommes se seraient-ils
emparés d'animaux de cette puissance avec le seul outillage que nous
connaissons d'eux? Ce ne sont pas les petites pointes de silex du type
moustiérien qui étaient capables de les aider à jeter à terre un
mammouth ou un bison. Ils disposaient certainement d'armes plus
puissantes, faites de matières qui se sont corrompues, de bois ou de
corne, et probablement aussi employaient-ils les lacets, les pièges et
des fosses analogues à celles qui sont encore en usage dans l'Indo-Chine
pour s'emparer du tigre, fosses garnies de bambous effilés fichés dans
le sol, sur lesquels l'animal se transperce lui-même dans sa chute.

[Illustration: Fig. 20[87].--Industrie aurignacienne. Types principaux
de silex taillés.]

[Note 87: Fig. 20 n° 6, ne pas confondre avec la pointe fourchue
magdalénienne.]

Cette observation, d'ailleurs, quant à l'insuffisance de l'armement de
pierre, s'applique à toutes les phases du quaternaire, à bien des
peuplades sauvages de nos temps; mais de nos jours ces primitifs
accroissent l'efficacité de leurs flèches et de leurs piques par le
poison dont ils enduisent les pointes: peut-être en était-il de même à
ces époques reculées.

_La teinture_.--Nous ne possédons d'autres preuves de cet usage que la
présence dans les couches aurignaciennes des cavernes de couleurs
minérales. Dans la station des Roches (Indre), M. Septier a découvert
dix-sept échantillons de matières colorantes, dont une plaque de
sanguine, des terres argileuses rouges ou lie de vin, des grès
contenant de l'oxyde de fer, de l'ocre rouge et jaune, de fragments de
pyrolusite et d'oxyde de manganèse[88]. Des minerais de fer et de
manganèse ont été découverts dans la grotte des fées[89], et dans la
caverne aurignacienne des Cottés (Vienne) on a trouvé un canon de renne
gravé renfermant de l'ocre[90].

[Note 88: IX (1904), 265.]

[Note 89: V (1869), 387.]

[Note 90: BREUIL, VIII (1906), 53.]

Quel était l'usage de ces couleurs? les employait-on pour teindre les
peaux dont les Aurignaciens faisaient leurs vêtements, ou pour des
peintures corporelles, telles qu'ils s'en pratique encore chez de
nombreuses tribus sauvages, telles qu'elles étaient en usage dans
l'Égypte anté-historique, voire même chez les Ligures et les Gaulois? On
serait porté à croire que ces gens se couvraient le corps de peintures,
si l'on s'en rapporte aux objets qui accompagnaient les foyers de cette
époque au Crot-du-Charnier (Solutré): ornements grossiers de parure en
os et en ivoire, mélangés à des morceaux de matières colorantes et des
plaquettes de schiste qui, probablement, comme dans la vallée du Nil,
tenaient lieu de palette pour écraser et mélanger les couleurs avec
l'huile, la graisse ou l'eau.


INDUSTRIE SOLUTRÉENNE.

Les coupes relevées au Crot-du-Charnier, à Solutré (Saône-et-Loire)[91],
ne permettent aucun doute quant à la priorité de l'industrie
aurignacienne sur celle des Solutréens, la première de ces deux
industries étant représentée à la base par deux niveaux de foyers
séparés entre eux et recouverts par des zones d'éboulis. C'est au-dessus
de la dernière couche stérile que se trouvent les foyers solutréens
accompagnés d'une faune tout autre que celle des niveaux inférieurs. On
y rencontre en effet: le loup et le renard, _Hyæna spelæa, Ursus
spelœus_ et _U. arctos, Meles laxus, Mustella pustorius, Lepus timidus,
Elephas primigenius, Equus caballus, Cervus tarandus, Cervus
canadensis, Bos primigenius_, et des oiseaux indéterminés, échassiers,
rapaces, etc.[92]... Dans les couches intermédiaires, entre les foyers
des deux industries, est une assise composée entièrement d'ossements
d'équidés. On avait même pensé que les Solutréens avaient domestiqué le
cheval; mais cette opinion a été abandonnée[93].

[Note 91: Cf. ARCELIN, Bull. Sc. nat. Saône-et-Loire,
novembre-décembre 1901.]

[Note 92: XXVI, 134.]

[Note 93: LIX, 204.]

_Instruments en silex (fig. 21)_.--L'ensemble de cet outillage est
remarquable par la finesse de sa technique. Les instruments, toujours
composés d'éclats plus ou moins grands, habilement retouchés, sont de
deux natures différentes. Les uns sont taillés seulement sur une face,
pointes, grattoirs, perçoirs, scies, etc., analogues à ceux des
industries moustiérienne et aurignacienne; les autres, façonnés sur les
deux faces, mais peu épais sont des têtes de javelots, d'épieux, des
poignards (?); tous affectent la forme lancéolée de la feuille de saule
ou de celle de laurier; ils sont parfois arrondis à l'une de leurs
extrémités, alors que l'autre demeure aiguë.

C'est une véritable révolution qui s'opère dans le travail de la pierre,
lors de l'apparition de l'industrie solutréenne; et ce type de la pointe
lancéolée sera de tous les temps et de tous les pays à des époques
différentes. Au néolithique il se montre en Scandinavie, en Égypte, en
Tunisie, dans le centre de l'Afrique, en Susiane, au Mexique, aux
États-Unis, soit sous forme de pointes de flèches, soit de taille
suffisante pour armer des lances ou des javelots; on le connaît en
silex, en quartz, en pétro-silex, en obsidienne, etc...; mais on trouve
aussi des têtes de flèches à crans et à pédoncule. Tout l'outillage des
Aurignaciens se conserve, parfois même plus complet que dans cette
industrie; on y voit le racloir double, le perçoir simple ou double,
bref presque toutes les formes que peut prendre le silex sous la main
d'habiles ouvriers.

_Instruments en os_.--Une série de belles aiguilles en os percées d'un
chas et d'un travail délicat a été retirée de la couche de foyers où
ces instruments de couture étaient en compagnie de pointes de flèches à
crans, d'outils de bois de renne gravés au trait, de coquilles et de
dents d'animaux perforées pour la suspension, et les Solutréens se
livraient à des travaux d'art, gravaient sur les palettes des bois de
renne, des figures animales.

[Illustration: Fig. 21[94].--Industrie solutréenne. Types principaux de
silex taillés.]

[Note 94: Fig 21 nos 4 et 5 se rencontrent aussi et surtout dans
l'aurignacien supérieur.]

_Distribution géographique_.--Mais l'industrie solutréenne est cantonnée
dans une partie de nos pays et présente un intérêt plutôt local. Elle
fait presque complètement défaut dans le nord de la France, il en existe
des traces en Belgique, dans les îles Britanniques, sur le Rhin en
Bavière. Elle semble s'être surtout développée entre le Massif central
et le Jura d'une part, et d'autre part vers les Pyrénées et l'Espagne
dans la Catalogne.

Toutefois quelques découvertes faites à Prédmost (Moravie) et dans les
cavernes des environs d'Oïcow (Pologne russe)[95], en Wurtemberg et en
Hongrie ont paru pouvoir être attribuées à l'industrie solutréenne. Il
se peut que les formes soient analogues; mais, par suite de
l'éloignement de ces stations de l'aire solutréenne de France, déjà
restreinte, il est bien difficile d'admettre l'identité et le
synchronisme proposés par les Allemands.

[Note 95: Cf. LXIX, 143 et 174.]

Cette industrie, sûrement imposée par la faune et le climat d'une partie
seulement de la France, semble être très spéciale à nos pays. Certaines
de ses formes ont été en usage dans d'autres régions: la pointe de
flèche à crans, la pointe à pédoncule, le grattoir double, la pointe en
feuille de laurier, etc... Mais ces analogies ne doivent pas être prises
en considération autrement que pour constater une fois de plus que des
besoins analogues ont fait naître des instruments semblables: la
présence de pointe de type solutréen (épais) dans le paléolithique
inférieur de l'Égypte et de l'Algérie en est la preuve.


INDUSTRIE MAGDALÉNIENNE.

L'industrie dite magdalénienne, du nom de la grotte de la Madelaine,
dans la commune de Tursac (Dordogne), constitue, dans nos pays, la phase
finale de l'époque du renne, l'ultime témoin de la vie de l'homme
pleistocène; elle est la dernière des cultures que nous désignons sous
le nom d'archéolithiques.

À cette époque le climat de l'Europe occidentale demeure toujours très
froid; et il est à penser que les frontières des continents vers la mer
n'étaient pas établies telles qu'elles sont de nos jours, qu'il existait
encore quelques grandes terres s'opposant au passage des courants marins
qui font actuellement de nos pays des régions tempérées. Le climat de la
France était alors continental. La preuve en est dans ce que notre sol
nourrissait alors une faune arctique: antilope saïga, cerf du Canada,
bœuf musqué, lemming, renard bleu, ours gris et l'animal du nord par
excellence, le renne. Cependant les derniers mammouths et rhinocéros,
probablement coupés dans leurs migrations vers le sud, vivent encore
dans nos forêts; leur présence d'ailleurs ne doit pas surprendre; car,
malgré l'apparition de froids intenses, ils ont encore pendant longtemps
habité la Sibérie et, plus au nord, les îles Liakow.

L'homme vit toujours dans les cavernes et assurément aussi dans des
abris souterrains qu'il construit de ses mains. Il conserve les
habitudes de chasseur et de pêcheur, se nourrit de gibier et de poisson;
mais l'expérience des générations qui l'ont précédé lui enseigne des
perfectionnements nombreux dans le parti qu'il tire pour son armement
des matières dures animales, telles que l'os et l'ivoire; probablement
aussi emploie-t-il plus avantageusement le bois, la corne et toutes les
substances qu'il avait à sa disposition, mais qui n'ont pas résisté aux
injures des temps. Les Solutréens semblent avoir tiré de la taille du
silex tous les avantages qu'on en pouvait alors attendre; après eux,
c'est vers l'ivoire et l'os que se tourne l'attention des Magdaléniens
et, bien que conservant la plupart des formes de leurs prédécesseurs,
sauf toutefois la pointe en feuille de laurier et la pointe à cran, ils
créent une multitude d'instruments nouveaux en os et en ivoire,
instruments que, pour beaucoup, nous retrouvons encore en usage chez les
peuples primitifs de nos temps.

[Illustration: Fig. 22.--Industrie magdalénienne (types principaux de
silex taillés).]

_Instruments en silex (fig. 22)_.--La grande importance donnée par les
Magdaléniens au travail de l'ivoire, de l'os et du bois de cerf et de
renne, les contraignit à fabriquer toute une série d'instruments de
silex particulièrement appropriés aux services qu'ils en attendaient
pour ces travaux spéciaux; aussi voyons-nous paraître une foule de
formes inconnues jusqu'alors. Ce sont des lames retouchées sur les côtés
et munies d'un pédoncule probablement destiné à l'emmanchement, des
racloirs droits ou obliques, des lames à crans multiples pouvant remplir
le rôle de scies, des poinçons et burins, parfois d'une finesse extrême,
puis des types hybrides de grattoir-burin. Il en est de même si fins,
parmi ces instruments, qu'on a supposé qu'ils étaient destinés à percer
le chas des aiguilles d'os ou à piquer la peau pour les tatouages; mais
à côté de ces formes spéciales on retrouve les grands grattoirs simples
ou doubles, les lames simples ou retouchées, en abondance extrême, très
habilement enlevées des nuclei, lames de toutes tailles, depuis celles
de quelques millimètres de largeur jusqu'aux longs couteaux de vingt et
quelques centimètres de longueur, toutes en quantités innombrables dans
les cavernes.

_Instruments en os, en ivoire et en bois de renne et de cerf (fig.
23)_.--Nous n'envisagerons ici ces instruments qu'au point de vue de
leur usage; tous sont plus ou moins ornés, leurs caractères artistiques
seront traités dans le chapitre spécialement consacré aux arts.

Les instruments caractéristiques de l'industrie magdalénienne sont le
harpon et la pointe de sagaie, ces armes étant toujours fabriquées en
ivoire, en bois de renne ou en os.

La tête de sagaie est une simple tige de section ronde ou elliptique,
très effilée à la pointe et soit large à la base, soit amincie, suivant
que l'emmanchement se faisait par application sur l'extrémité de la
hampe ou par la pénétration dans le bois creusé à l'avance. Dans les
deux cas il était nécessaire de faire autour de cet emmanchement une
forte ligature au moyen de nerfs préparés à cet effet. Les peuples
primitifs modernes font grand usage de ces sortes d'armes et, dans nos
musées ethnographiques, nous en conservons des panoplies entières.

Des pointes de petites dimensions armaient les têtes des flèches; car il
est à penser que les Magdaléniens, si avancés sous le rapport de
l'outillage, qui connaissaient le propulseur tel que celui dont les
Australiens, les Tchouktches et les Esquimaux font encore usage[96],
n'ignoraient pas l'emploi de l'arc, peut-être même les Solutréens
étaient-ils déjà des archers.

[Note 96: Les Mexicains et les Péruviens précolombiens employaient
le propulseur.]

Le harpon magdalénien est une longue pointe à section ronde, garnie de
barbelures souvent très nombreuses, parfois rangées d'un seul côté, mais
fréquemment aussi sur les deux côtés; dans ce cas les barbelures
alternent à droite et à gauche, à distance égale les unes des autres.

Parmi ces harpons il en est de très petits qui, probablement, armaient
des flèches; ils sont exécutés sur le même modèle.

[Illustration: Fig. 23.--Industrie magdalénienne (instruments en os et
en ivoire).]

À la base de ces instruments, deux pointes saillantes permettent
d'assurer l'emmanchement et dans le cas où la hampe se séparerait de la
pointe, à servir de cran d'arrêt au fil flotteur.

Quant aux propulseurs, la grotte du Mas d'Azil (Ariège), la station de
Bruniquel (Tarn-et-Garonne) et bien d'autres localités nous en ont
fourni des spécimens, soit entiers, soit en fragments. Ce sont des
baguettes cylindriques munies d'un cran d'arrêt, semblables en tout aux
propulseurs modernes, mais le plus généralement ornées de sculptures
souvent très remarquables, représentant des animaux.

On rencontre, en outre, dans les grottes magdaléniennes, de singuliers
instruments dont on ignore l'usage et auxquels on a donné le nom de
«bâtons de commandement». Ce sont des morceaux de bois de renne coupés à
une petite distance en dessous et en dessus de la naissance d'un
andouiller, percés de larges trous circulaires et fréquemment ornés de
gravures représentant des animaux ou de simples lignes plus ou moins
régulières. On en rencontre des traces dès l'époque solutréenne; mais
c'est au magdalénien qu'ils sont le plus fréquents.

Il n'est pas d'explications qui n'aient été proposées quant à l'usage de
ces curieux instruments; la plus vraisemblable est celle qui leur
attribue une valeur magique ou religieuse[97].

[Note 97: Cf. XLVIII, I, 80.]

À cette liste, déjà longue, d'instruments en os, en ivoire et en bois de
renne, il faut ajouter les aiguilles, remarquables par leur facture et
surtout par l'habileté avec laquelle le chas en a été percé, des
épingles garnies ou non d'une tête, des spatules, des lissoirs, des os
effilés par polissage et des instruments de forme indéfinissable, dont
la destination demeure inconnue.

Quand on voit combien les Magdaléniens étaient devenus habiles dans le
travail de l'os, avec quel soin ils polissaient leurs instruments, on
est surpris de constater qu'ils n'ont jamais tenté de polir la pierre
elle-même. C'est par la finesse et la précision de la taille qu'ils
suppléaient au tranchant produit par l'usure et, leurs principales armes
étant en os et en ivoire, ils n'éprouvaient pas le besoin de les
remplacer par des instruments fragiles de silex.

_La céramique_.--Aucune de nos stations magdaléniennes n'a fourni de
poteries; mais les préhistoriens belges les plus dignes de foi affirment
l'existence, dans les stations de même époque des vallées de la Meuse et
de la Lesse, d'une céramique, très primitive il est vrai, mais
nettement caractérisée.[98] Cette poterie est faite à la main, d'une
pâte grossière et mal cuite. On n'en possède pas de vases entiers, mais
de simples fragments, qui semblent avoir appartenu à de grands bols
évasés et à fond plat.[99]

[Note 98: Cf. JULIEN FRAIPONT, La poterie en Belgique à l'âge du
mammouth, dans VII (1887).]

[Note 99: XXVI, I, 171.]

On sait que bien des tribus de nos temps, très primitives dans leur
culture, ne connaissent pas l'usage de la poterie et que, principalement
chez les nomades, les vases de terre sont exclus du mobilier par suite
de leur fragilité; les peuples plus avancés les remplacent par des
ustensiles métalliques, les plus barbares par des récipients de cuir ou
de bois. C'est probablement ce qui avait lieu chez les troglodytes
magdaléniens de nos régions. Cependant on rencontre parfois dans les
cavernes des géodes de silex, de tailles diverses, aussi amincies par
une taille grossière, et l'on trouve des galets creusés en forme de
mortier,[100] quelquefois munis d'une sorte de manche. On a comparé ces
pierres à cupules aux objets analogues dont se servent les sauvages de
l'Amérique du Sud pour se procurer du feu, en faisant tourner rapidement
dans ces cavités rugueuses un bâton de bois sec et inflammable.[101]
L'existence de la poterie dans une station n'implique donc pas, d'une
manière absolue, la nature et l'époque de l'industrie de ce gîte.

[Note 100: L et XIII, pl. XXII, 110.]

[Note 101: L, I, 249.]

_Distribution de l'industrie magdalénienne_.--Cette industrie semble
avoir occupé une aire considérable dans l'occident de l'Europe; on la
rencontre dans presque toute la France, dans le sud et le centre de
l'Angleterre, en Belgique, dans l'Allemagne centrale, l'Autriche, la
Hongrie, en Pologne et jusqu'en Russie. Au sud, dans les pays
méditerranéens on ne la connaît encore qu'en Espagne septentrionale,
mais elle se montre dans les cavernes de la côte syrienne. Elle s'étend
donc, sauf en ce qui concerne la Syrie, sur des régions qui, à ces
époques, jouissaient de climats analogues et possédaient à peu de
choses près la même flore et la même faune. La présence, dans les
assises magdaléniennes, de coquilles de l'Océan et de la Méditerranée,
employées comme parure, permet de penser qu'à cette époque les relations
commerciales, de proche en proche, étaient assez étendues déjà, et l'on
en a conclu que, débutant dans un de ses districts, ces formes se sont
répandues au loin. Cette explication certainement est satisfaisante,
parce que l'aire reconnue pour le magdalénien n'est pas immense, et que
par suite le magdalénien, créé pour des conditions spéciales, n'est pas
sorti de son milieu d'origine: quant à son foyer unique, son existence
est loin d'être démontrée; car il se peut fort bien que la plupart de
ses formes, étant voulues par les nouvelles conditions de la vie, soient
apparues en même temps dans bien des régions différentes, chez des
tribus très diverses au point de vue ethnique. Notre documentation
relative aux districts orientaux de Russie, de Pologne, de Hongrie et de
la Syrie est encore trop incomplète pour que nous soyons autorisés à
unifier toutes les industries d'aspect général magdalénien, et à les
considérer comme étant toutes contemporaines; nous ne savons même pas
s'il existe un synchronisme parfait entre les conditions climatétiques
de l'Occident et celles de l'Orient à l'époque du renne; si cet animal
s'est retiré vers le nord en partant de nos régions ou des steppes de
Russie. La présence actuelle de l'auroch dans les forêts de la
Lithuanie, et son existence en Germanie au temps de César et de Tacite,
alors qu'il avait disparu de la Gaule, semblerait indiquer que la
migration de ces animaux se serait produite d'abord d'ouest en est, au
travers de l'Europe centrale, en suivant les transformations
climatériques, puis du sud au nord, à partir des plaines russes, pour
gagner la Laponie et les côtés de l'océan Glacial. En ce cas,
l'industrie appropriée aux conditions de la vie du renne aurait suivi et
il n'existerait pour les diverses stations à partir des Alpes, aucun
synchronisme. D'ailleurs, bien des milliers d'années après l'extinction
de la culture magdalénienne dans nos pays, de nombreuses tribus
septentrionales ont encore conservé des souvenirs de ces industries;
et il n'est pas possible de nier que ces inventions, correspondant à des
usages spéciaux, ne sont pas nées partout où le besoin s'en est fait
sentir (_fig. 24_).

[Illustration: Fig. 24.--Silex taillés de l'industrie capsienne.--1 à 8
El Mekta (Tunisie).--9 à 15, Fum el Maza (Tunisie).]

L'industrie magdalénienne, même en Occident, est très loin d'être
homogène: dans les nombreuses stations où l'on trouve ses restes, elle
varie dans bien des détails de l'outillage, ainsi que dans le
développement plus ou moins grand des goûts artistiques; ce sont là
différences dues soit à des conditions régionales, soit à l'époque
relative des stations les unes par rapport aux autres; mais par suite de
la nature des recherches, des méthodes employées et des tendances
d'esprit des chercheurs, ces divers témoins de la vie magdalénienne ont
reçu des noms plus ou moins justifiés, chacun étant considéré, bien à
tort à notre avis, comme correspondant à des âges spéciaux. C'est ainsi
que nous voyons paraître les industries _éburnéenne, glyptique,
gourdanienne, larandienne, lortetienne, élaphotarandienne, hippiquienne,
équidienne, élaphienne,_ etc., auxquelles on a voulu, bien à tort, faire
jouer un rôle chronologique, désignations qui n'ont qu'une valeur
régionale, pour la plupart, et qui montrent qu'en dépit des théories
généralisatrices, les chercheurs, en contact avec la réalité, ont tous
une tendance à partager ces industries suivant les lieux et les climats,
et accordent au régionalisme préhistorique une très grande importance.

Après avoir fait l'exposé de tout ce que nous connaissons des industries
qui, dans nos pays, se sont développées aux temps quaternaires, il
semble utile de résumer en un tableau les faits les plus importants
relatifs à la vie de l'homme, au climat et à la faune. Nous empruntons
les principales lignes de ce tableau à M. M. Boule[102].

[Note 102: M. BOULE, VI (1906), 261; DÉCHELETTE, _op. cit._, 46.]

+-------------+---------------+-----------------+-----------+-------------+
|             |Alluvions des  |_Elephas_        |           |
|             |plateaux.      |_meridionalis_.  |           |
|  _Pliocène_ |Moraines de la |_Rhinoceros_     |           |
|  supérieur  |1re grande     |_etruscus_.      |           |
|             |extension      |_Equus stenonis_,|           |Industrie
|             |glaciaire.     |etc.             |           |éolithique(?)
|-------------|               |                 |           |
|             |Couches de     |                 |           |
|             |transition du  |                 |           |
|             |Forest-bed, de |CLIMAT TEMPÉRÉ.  |           |
|             |Saint-Prest de |                 |           |
|             |Solihac.       |                 |           |
|_Pleistocène_|               |_Elephas_        |           |
|  inférieur  |Moraines de la |_antiquus_,      |Type       |
|             |IIe grande     |_Rhinoceros_     |chelléen   |-------------
|             |période        |_Mercki_,        |prédominant|
|             |glaciaire.     |_Hippopotame_.   |           |
|             |               |CLIMAT FROID ET  |           |
|             |               |HUMIDE.          |           |
|             |               |                 |-----------|
|             |Alluvions des  |Époque de        |           |
|             |terrasses      |l'_Hippopotame_. |           |
|             |moyennes, tufs |CLIMAT DOUX.     |           |
|             |calcaires.     |                 |           |
|-------------|               |_Mammouth_,      |Type       |
|             |Moraines de la |_rhinocéros à_   |acheuléen  |
|             |IIIe grande    |_narines_        |prédominant|Industrie
|  Moyen.     |époque         |_cloisonnées_,   |           |paléolithique
|             |glaciaire.     |_ours_, _hyène_. |           |
|             |               |CLIMAT FROID ET  |           |
|             |               |HUMIDE.          |           |
|-------------|               |                 |-----------|
|             |Dépôts de      |                 |           |
|             |remplissage des|                 |           |
|             |grottes, lœss, |Époque           |           |
|             |alluvions des  |du _Mammouth_.   |Type       |
|             |bas niveaux ou |                 |moustiérien|
|             |des terrasses  |                 |prédominant|
|             |inférieures.   |                 |           |
|  Supérieur  |               |                 |           |-------------
|             |Dépôt supérieur|Époque du        |           |
|             |des grottes.   |_Renne_, faune   |           |Industrie
|             |Partie         |des steppes.     |           |archéolitique
|             |supérieure du  |CLIMAT FROID ET  |           |
|             |lœss.          |SEC.             |           |
|             |Couches de     |_Cervus elaphus_,|           |Industrie
|             |transition.    |_Castor_.        |           |mésolithique
|-------------|               |                 |           |
|             |               |Espèces          |           |
|             |Alluvions      |actuelles,       |           |Industrie
|  Actuel     |récentes,      |animaux          |           |néolithique:
|             |tourbières.    |domestiques.     |           |les métaux
|             |               |CLIMAT VOISIN    |           |
|             |               |DE L'ACTUEL.     |           |
+-------------+---------------+-----------------+-----------+-------------+
[Illustration: Fig. 25.--Stations préhistoriques du désert entre la
vallée du Nil et les oasis Relevé de G. Legrain en 1897.]

On ne saurait trop insister sur ce fait que ce tableau n'est applicable
qu'aux pays occidentaux de l'Europe, tant par les phénomènes glaciaires
qu'il indique que par les climats, les faunes et les industries qui en
sont la conséquence; bien des régions n'ont pas connu les effets de la
période glaciaire, d'autres n'ont été affectés que par une grande
recrudescence de l'humidité atmosphérique: il en est résulté dans leurs
faunes des modifications tout autres que celles qui ont eu lieu dans nos
régions du Nord, et en conséquence la vie de l'homme y a suivi un cours
tout différent. C'est ainsi que les habitants de l'Égypte semblent être
passés directement de l'industrie paléolithique au néolithique,
peut-être même à l'énéolithique, et qu'il paraît en être de même pour la
Mésopotamie. Toutefois nous ne sommes pas autorisés à nier d'une manière
absolue l'existence des industries archéolithiques dans quelques parties
de ces pays orientaux, en nous basant sur ce que nous n'en avons pas
encore rencontré de traces. Il est certain qu'à la suite des grandes
inondations quaternaires ces régions sont demeurées longtemps désertes:
l'apparition soudaine de l'industrie énéolithique dans la vallée du Nil
et dans la Chaldée viendrait à l'appui de cette dernière hypothèse. Dans
les déserts égyptien (_fig. 25_), arabe et syrien, les instruments
paléolithiques sont extrêmement nombreux. La population a donc été
relativement fort dense dans ce pays; puis, nous l'avons vu, survient un
hiatus comprenant tout ce qui, dans l'Europe occidentale, correspond aux
industries archéolithiques et mésolithiques. On pourrait alléguer que
cette lacune n'est qu'apparente, qu'elle n'est due qu'à l'insuffisance
de nos recherches. Je ne le pense pas, étant données les immensités dans
lesquelles ne paraît aucune forme d'instrument qu'on puisse rattacher
aux industries archéolithiques.



CHAPITRE III

LES INDUSTRIES MÉSOLITHIQUES


Les palethnologues ont coutume de ranger, dans la phase industrielle
néolithique, des cultures très différentes de celles que nous venons
d'examiner et qu'ils considèrent comme formant la transition entre les
industries de la pierre éclatée et l'outil en pierre polie. D'une part
on trouve, dans les mobiliers appartenant à ces groupes, beaucoup
d'instruments qui leur sont communs avec ceux des Magdaléniens et,
d'autre part, apparaissent des formes nouvelles ne comprenant pas celles
de la pierre polie. En 1909[103] j'ai proposé pour ces industries
intermédiaires le nom de _Mésolithiques_.

[Note 103: XXXVII, 136 sq.]

«En réalité, dit J. Déchelette dans son _Manuel_[104], l'ancienne
technique, celle de la taille du silex, subsista parallèlement aux
procédés nouveaux. Plusieurs types d'outils, lames simples, lames à
encoches, grattoirs, perçoirs, etc., types qui forment le fond des
outillages en silex de tous les temps et de toutes les latitudes,
demeurent en usage, subissant parfois de légères modifications. Des
outils nouveaux, taillés de même par percussion ou par pression,
apparaissent à côté des types anciens.»

[Note 104: I, 308.]

Dans nos pays, à cette époque, les conditions de la vie s'étaient
modifiées: au froid sec des temps magdaléniens a succédé tout d'abord un
climat tempéré, humide, les glaciers se cantonnant peu à peu dans les
régions qu'ils occupent aujourd'hui. La faune actuelle s'établit alors,
le renne se retira dans les régions boréales et les pachydermes
disparurent, alors qu'ils avaient survécu aux froids intenses des
derniers temps quaternaires, et que, cependant, les conditions étaient
devenues pour eux en Gaule plus favorables que par le passé.

Cette disparition, coïncidant avec l'abandon des arts, si développés
chez les Magdaléniens, laissent à penser qu'en dépit des raisonnements
et des conclusions de la plupart des préhistoriens[105], il existe une
lacune dans nos connaissances, hiatus dont l'existence ne peut être
niée[106]. Les phénomènes qui ont pris place à cette époque et qui ont
causé cet hiatus étaient assurément d'ordre naturel, sans quoi le
mammouth, le bison et bien d'autres animaux encore ne se seraient pas
subitement éteints. Quant à la disparition des arts, elle est complète,
ou, du moins, les timides tentatives des premiers temps des industries
mésolithique et néolithique ne sont certainement pas une dégénérescence
de l'art des cavernes: car elles ne se présentent pas inspirées par le
même esprit.

[Note 105: Cf. XXVI, 1, 310; LIX, 265-282.]

[Note 106: Cf. LV, 247.]

À partir du début des industries mésolithiques, on constate une beaucoup
plus grande variété de cultures que dans les temps quaternaires. C'est
qu'au grand nombre de régions climatériques correspondent des besoins
spéciaux, et que l'esprit humain s'étant ouvert, il en résulte des
groupements plus intimes que par le passé, un grand développement des
goûts et des tendances régionales. Quant aux migrations auxquelles jadis
on attribuait peut-être trop d'importance, mais qu'on semble nier par
trop aussi aujourd'hui, elles ont assurément été pour beaucoup dans la
transformation des civilisations de l'Europe occidentale. Sans les faire
intervenir, on s'expliquerait malaisément que les tribus magdaléniennes,
demeurées dans leur pays d'origine, aient dépéri au point de ne rien
laisser de leur civilisation, au moment même où les conditions de leur
existence devenaient plus favorables. Quoi qu'il en soit, les cavernes
sont presque toutes délaissées à cette époque, bien qu'elles offrissent
toujours d'excellents abris. Sans aucun doute ces transformations
subites dans la vie résultent de causes profondes, et tout porte à
croire qu'elles sont dues à l'intervention de peuples nouvellement venus
dans nos pays.

Il ne faut pas oublier que la Sibérie qui, depuis les débuts de l'ère
glaciaire, était sans communications avec l'Europe, séparée qu'elle en
était par les glaciers des steppes russes et le lac aralo-caspien,
venait de s'ouvrir sur l'ancien monde et que ses hordes, chassées de
leur patrie par le froid s'ébranlaient pour venir, par vagues
successives, envahir l'Europe, l'Iran, les Indes à la recherche de plus
grandes facilités de la vie. Ces migrations d'Est en Ouest ont débuté de
très bonne heure et se sont poursuivies presque jusqu'à nos jours, les
flots succédant aux flots sans relâche. C'est dans ces mouvements qu'il
faut chercher la cause du trouble que nous constatons dans la succession
des industries occidentales, celle de l'apparition des brachycéphales,
celle des langues du groupe aryen. Une grande révolution s'accomplit
alors.

_Industrie azilienne_.--Parmi les rares découvertes capables de jeter
quelque lumière sur les débuts des industries mésolithiques, il convient
de citer en première ligne celles de Piette dans la grotte du mas d'Azil
(Ariège)[107].

[Note 107: PIETTE, XIII, Pau, 1892, II, 649; _id_., I (1895), 235;
_id_., VI.(1895), 276 _id_.(1896), 386. Les collections Piette sont
aujourd'hui au musée de Saint-Germain.]

Au-dessus de deux lits nettement caractérisés de l'industrie
magdalénienne séparée de ces dépôts par une bande de limon fluvial
jaune, se trouvaient les restes d'une culture à laquelle Piette a donné
le nom d'_époque azilienne_. Là se trouvaient des foyers, des amas de
peroxyde de fer, de nombreux os de cerf, aucun de renne, des silex
taillés du type magdalénien, en grande abondance, petits racloirs
arrondis, outils en «lame de canif», des harpons aplatis et perforés en
bois de cerf, des poinçons et lissoirs en os, des os brisés constatant
la présence dans la région du cerf commun, du chevreuil, de l'ours, du
sanglier, du castor, du blaireau, du chat sauvage, etc... Piette
rencontra de nombreux galets de schiste portant des marques tracées à
l'ocre rouge. Ce dernier fait, bien que très étonnant, se trouve
confirmé par des découvertes analogues dans d'autres cavernes, entre
autres dans celles de Cousade[108], près de Narbonne, et de la
Tourasse[109].

[Note 108: I (1895), 262.]

[Note 109: D'après l'abbé Breuil. Cf. XXVI, 1, 319.]

Dans cette même couche étaient deux squelettes dont nous aurons à parler
plus loin, au sujet des usages funéraires.

[Illustration: Fig. 26.--Harpons en os et en bois de cerf.--1-3, Mas
d'Azil.--2-4, Grotte de la Tourasse (Hte-Garonne).--5-6, Grotte de
Reilhac (Lot).]

Au-dessus de la couche azilienne, l'explorateur a rencontré un dernier
niveau archéologique renfermant, entre autres instruments, des outils en
pierre polie. L'industrie azilienne est donc intermédiaire entre celle
des Magdaléniens et la culture néolithique.

Ce n'est pas seulement au mas d'Azil qu'on rencontre les restes de cette
industrie; bien des grottes de l'Ariège, de la Haute-Garonne, en
contiennent, et si l'on s'en rapporte à la forme des harpons, on
retrouve cette même forme dans la Dordogne, et même en Écosse, dans la
caverne d'Oban (Argyllshire); mais il serait téméraire d'établir des
similitudes reposant seulement sur la forme d'un instrument.

_Industrie tourassienne_.--Parmi les industries mésolithiques, il
convient de citer, en passant, l'industrie nommée _tourassienne_, par G.
de Mortillet[110], que ce savant archéologue considérait comme l'étape
marquant la dégénérescence et l'extinction de l'industrie quaternaire.
Il y voyait une époque spéciale dont il croyait retrouver les traces
dans toute l'Europe, dans le bassin méditerranéen et jusqu'aux Indes. En
réalité, cette industrie ne semble pas correspondre à une culture
particulière, mais bien à des besoins spéciaux, mal définis encore,
communs à une foule de pays, probablement à des époques diverses,
comprenant, semble-t-il, la fin des industries mésolithiques et le
commencement de celles de la pierre polie.

[Note 110: _Évolution quaternaire de la pierre_, dans VIII (1897),
24. A. DE MORTILLET, _Les petits silex taillés à contours géométriques_,
VIII, VI (1896).]

_Industrie des kjœkkenmœddings[111] danois_.--Les kjœkkenmœddings, ou
débris de cuisine, sont des buttes de détritus laissés par le
populations à proximité de leurs habitations, parfois sur le site même
de leur campement. Ces buttes sont de tous les temps et de tous les
lieux; en Europe occidentale et septentrionale, au Japon, au Brésil, au
Chili, en Patagonie, dans l'Amérique du Nord, on les rencontre sur les
côtes; en Égypte ils sont situés dans le désert, à quelques centaines de
pas de la zone qu'atteint le Nil dans ses crues. Envisagés dans leur
acception la plus large, ces restes de campements appartiennent à toutes
les époques, même aux temps modernes.

[Note 111: En danois _kjœkken_ signifie «cuire» et _mœdding_ (au
pluriel _mœddinger_) «débris».]

En Danemark[112], les kjœkkenmœddings renferment les restes de la plus
ancienne civilisation de la pierre connue dans les régions scandinaves.
Ces buttes se sont formées aussitôt que, le pays étant débarrassé de
glaces, l'homme en a pu prendre possession. Elles sont, en général,
larges de cinq à six mètres, hautes de deux ou trois et leur longueur
varie entre vingt et quatre cents mètres; elles se composent d'un amas
de coquilles et d'os, restes des produits de la chasse et de la pêche,
renferment des silex taillés d'un type spécial, racloirs, tranchets,
nuclei, couteaux, perçoirs, etc., des os, des bois de cerf travaillés,
et des fragments de poterie grossière. La hache polie fait complètement
défaut dans ces gisements qu'on juge être synchroniques de nos
campements campigniens du nord de la France. Dans ces buttes on trouve
fréquemment les foyers d'antan, encore en place, et parfois les
squelettes des hommes qui habitaient ces villages, formés probablement
de huttes de branchages recouvertes de mottes de terre et alignées en
une longue file sur le côté.

[Note 112: Cf. LXXV.]

_Industrie campignienne_.--Cette industrie, localisée au nord de la
Gaule, semble avoir, dans cette région, immédiatement précédé
l'industrie néolithique; son outillage se compose de racloirs, couteaux,
lames à encoches, perçoirs, des temps précédents, auxquels viennent
s'ajouter les tranchets, en grand nombre, et les pics.

Les stations de cette industrie se rencontrent principalement dans les
départements de la Somme et de la Seine-Inférieure, sous forme de fonds
de cabanes où, parmi les cendres, sur une hauteur de 0 m. 60 à 0 m. 80
et une largeur de 3 à 6 mètres se trouvent les foyers et les objets
divers les accompagnant: silex taillés, éclats, fragments de poterie
généralement grossière, mais dont quelques-uns sont parés d'ornements
géométriques gravés à la pointe dans la pâte molle, meules à bras et
molettes. On rencontre très rarement dans ces fonds de cabanes la hache
polie; toutefois la présence de cet instrument dans cette industrie est
encore discutée[113]. Les têtes de flèches lancéolées ou barbelées, si
abondantes dans l'outillage néolithique, font complètement défaut.

[Note 113: XXVI, I, 326.]

C'est en 1872 qu'a été découverte par Eugène de Morgan[114] la station
du Campigny, près de Blangy-sur-Bresles (Seine-Inférieure), et en 1886
Ph. Salmon proposa de créer une «époque campignienne».

[Note 114: LIV.]

Bien que beaucoup d'autres campements de cette nature aient été reconnus
en ces dernières années, les opinions sont encore partagées au sujet de
cette industrie qui n'a pas été rencontrée jusqu'ici en gisements
stratifiés, superposés à des industries plus anciennes, ou supportant
d'autres plus récentes. «Ces stations, très pauvres en haches polies,
disait G. de Mortillet[115], ont un cachet tout particulier; elles
pourraient bien représenter, en France, le commencement de l'époque
néolithique.»

[Note 115: XL, 2e edit., 518.]

Les industries mésolithiques, très nombreuses, assurément, ont été
jusqu'à ce jour fort mal étudiées, aussi bien dans notre pays qu'à
l'étranger; la raison en est que les gisements sont toujours isolés,
sans relations stratigraphiques avec les autres industries, que les
sépultures néolithiques sont le plus souvent des ossuaires où se
mélangent squelettes et mobiliers des époques diverses; dès lors on ne
peut savoir si déjà elles étaient en usage aux temps de l'industrie
mésolithique enfin que les types appartenant à ces industries qui se
trouvent dans les collections ont été, la plupart du temps, ramassés à
la surface du sol. Peut-être convient-il de ranger dans les industries
mésolithiques certains types de l'Afrique du Nord et de la Syrie. Tout
ce qu'il est possible d'affirmer à leur égard est qu'elles ne renferment
plus que très rarement des formes spéciales archéologiques, et que la
pierre polie ne se montre pas communément dans leurs gisements.

J'ai souvenir d'avoir, moi-même, en 1873, trouvé dans un fond de hutte
au Campigny, une hache néolithique en silex, polie et retaillée, au
tranchant, mais non repolie. Cette observation permettrait de supposer
que l'industrie campignienne aurait existé dans le nord de la France,
alors que le néolithique avait déjà pris son essor dans d'autres
régions, peut-être peu lointaines, et que les haches polies, très rares,
qu'on rencontre parfois dans les mobiliers campigniens parvenaient par
le commerce en Picardie. On peut opposer cependant à cette découverte
l'opinion que les villages campigniens n'ont pas cessé d'être habités
lors de l'apparition dans le pays de l'industrie néolithique et que, par
suite, la présence de haches polies dans les fonds de cabanes peut être
due à l'occupation postérieure du village par des hommes connaissant le
polissage du silex.

[Illustration: Fig. 27.--Silex taillés campigniens (Le Campigny,
Seine-Inférieure).]



CHAPITRE IV

LES INDUSTRIES NÉOLITHIQUES


Avec l'industrie néolithique, nous voyons, dans le monde entier, surgir
des innovations sans nombre; il apparaît clairement que cette phase du
développement de l'intelligence humaine fut celle qui ouvrit au progrès
ses véritables voies. Le polissage des matières dures qui, nous l'avons
vu, était appliqué à l'os et à l'ivoire, dès le pleistocène, dans les
industries solutréenne et magdalénienne, est alors général; il devient
d'usage pour aiguiser les roches les plus dures, le silex, le jade, la
diorite, la syénite, etc., et leur donner une forme reconnue pour être
la mieux adaptée à la destination des instruments. L'homme, toujours
chasseur et guerrier, façonne les pointes de ses flèches de mille
manières; mais le plus souvent, il s'inspire du harpon d'antan, et les
munit de barbelures (_fig. 28_). Il ne se contente plus des peaux de
bêtes pour se vêtir, mais tisse la laine et les fibres des plantes,
perfectionne ses arts céramiques, asservit les animaux à ses volontés,
élève le bétail, se construit des demeures sur terre et sur les eaux,
creuse des pirogues, enfin cultive les céréales. Les portes sont grandes
ouvertes pour qu'il entre véritablement dans le progrès; il lui suffira
de développer ses connaissances, d'améliorer ses moyens de fabrication
et, le jour où paraîtra le métal, il sera définitivement sorti de la
barbarie.

[Illustration: Fig. 28.--Pointes de flèche.--1-8, Abydos (Coll. de
l'auteur, don au Musée de St-Germain).--9-14, Ouargla (récolte
Pézard).--15. Suse (Musée de St-Germain).--16, Alcala
(Portugal).--17, Gironde (S.-G.).--18, Aveyron (S.-G).--19, Dolmen de
Gourillach (Finistère).--20, Fayoum.--21, Californie (obsidienne).--22,
Aveyron.--23, (id.).--24, Finistère.--25, Loir-et-Cher.--26, Abruzzes
(Italie).--27, Aube.]

En même temps qu'il améliore sa vie, sa pensée se développe, il cherche
le pourquoi des choses et, de ses méditations en présence des phénomènes
de la nature, des incidents de l'existence, s'affirment des idées
religieuses ou superstitieuses, ses sépultures témoignent d'une
croyance à la seconde vie, l'architecture commence avec les pierres
levées et les dolmens, les allées couvertes. L'ouvrier devient mineur,
va chercher dans le sein de la terre de belles matières afin d'en faire
ses outils et ses armes, il creuse le sol, attaque les bancs
géologiques, et cette matière première, ce silex devient un objet de
commerce très étendu, parce qu'il manque dans bien des régions. De
vastes ateliers se créent pour alimenter l'exportation de la pierre
taillée. Les beaux silex de Spiennes et du Grand Pressigny vont jusqu'en
Suisse et l'ambre arrive en Gaule de pays lointains. Enfin l'homme
protège ses agglomérations au moyen d'enceintes fortifiées, s'établit
dans des Acropoles.

Les arts glyptiques, disparus avec les Magdaléniens, leurs auteurs, sont
remplacés par de grossières représentations de l'homme lui-même, de ses
armes, et par des ornements géométriques indignes de la perfection
qu'atteint la taille de la pierre. En Égypte, en Scandinavie, grâce à
l'abondance et à la belle qualité du silex dans ces pays, cette pierre
se transforme en véritables œuvres d'art, sous forme de couteaux, de
poignards, de têtes de javelots et de lances, de pointes de flèches, et
les ouvriers deviennent si habiles qu'ils taillent même des bracelets
légers et minces comme s'ils étaient faits de métal. Dans la vallée du
Nil, dans les pays élamites, en Syrie, en Crète, dans l'Hellade
d'aujourd'hui, la poterie peinte se montre, semblant n'être que la
descendance d'arts plus anciens, dont les origines sont encore
mystérieuses.

Mais, suivant les régions et suivant les peuples qui les habitent, il
s'établit une foule de foyers de la culture néolithique, chacun
possédant ses qualités propres, ses caractéristiques. Les types des
instruments diffèrent d'un pays à un autre[116], au point que, pour un
ethnologue accoutumé à manier les silex travaillés, il est aisé de
distinguer, à première vue, la provenance de chacun d'eux.

[Note 116: Cf. HANS HILDEBRAND, Sur la subdivision du nord de
l'Europe en provinces archéologiques, pour l'âge de la pierre polie
(Congrès de Bruxelles, 479-485).]

La multiplicité des foyers néolithiques ne fait aucun doute; mais il
nous serait impossible de fixer la position géographique d'un seul
d'entre eux et, bien certainement aussi, ces divers centres ont souvent
réagi les uns sur les autres. Les peuples, dans le monde entier,
étaient, après les temps quaternaires, fort mélangés; aussi leurs
industries s'enchevêtrent-elles d'une manière désespérante pour celui
qui s'efforce de trouver les origines même d'un seul des groupes
humains.

La propagation de l'ambre, matière nordique, jusque dans notre occident,
montre combien étaient étendues les relations d'alors, et bien des
preuves viennent nous convaincre que dans ces temps encore de grands
mouvements de peuples vinrent, à bien des reprises, changer la face des
choses en Europe. L'histoire légendaire nous entretient de quelques-uns
de ces mouvements.

Si le milieu recevant était compliqué par le fait de migrations
antérieures, le flot envahisseur ne l'était pas moins. Il y eut sûrement
une multitude de mouvements qui, ne touchant que les voies naturelles,
se recouvrirent, se croisèrent, laissant entre eux de vastes espaces
indemnes de leur action directe. Il semble, en effet, certain que ce ne
sont pas les mêmes hommes qui élevèrent les monuments mégalithiques, et
qui bâtirent les villages lacustres; que les divers types de l'industrie
néolithique, répondant à des tendances différentes, impliquent la
diversité des origines ethniques. Et, côte à côte, on rencontrait alors,
comme parfois encore de nos jours, des cultures très diverses comme
développement. L'examen des diverses tribus Peaux-Rouges de l'Amérique
méridionale en fournit aujourd'hui même de frappants exemples, et les
colonies hollandaises de la Malaisie montrent pour le moins trois degrés
d'avancement continuant à persister, quoique les trois classes d'hommes
vivent côte à côte. Pour ne parler que de l'Occident européen, n'est-il
pas concluant de constater qu'en France et en Angleterre la hache
néolithique polie est arrondie sur les côtés, que dans les pays
scandinaves et la Finlande, le nord de l'Allemagne, les îles de la mer
Baltique, elle est taillée et polie carrément sur ses bords, que dans
les palafittes son tranchant seul est poli, et qu'en Italie elle porte
une large rainure?

[Illustration: Fig. 29.--Armes et outils néolithiques de l'Amérique du
Nord.]

En se généralisant, le problème devient plus insoluble encore; car le
monde entier, ou presque entier, a connu la hache en pierre polie, comme
il a connu le coup de poing de type acheuléen: mais, alors que le coup
de poing est à peu de chose près du même type dans toutes les régions,
il n'en est pas de même pour la hache polie dont la forme varie à
l'infini, tout en conservant les mêmes principes statiques.

De même que pour l'étude des industries quaternaires, celles relatives
aux cultures néolithiques sont encore cantonnées dans les pays
européens, asiatiques de l'Ouest et africains du Nord; car ce que nous
savons du reste des vieux continents et du Nouveau Monde (_fig. 29_) est
encore bien imprécis. En Amérique, toutes ces civilisations, si
compliquées dans certaines régions, si primitives dans d'autres, toutes
comprises sous la vague appellation de pré-colombiennes, ne nous sont
connues ni par leur étendue géographique, ni par leur époque, alors que
pour celles de l'Ancien Monde, nous commençons à voir plus clair non
seulement dans leur étendue, mais aussi dans leur succession pour chaque
région.

[Illustration: Fig. 30.--Outillage néolithique de la Scandinavie
(Danemark et Scanie).]

Dans les pays scandinaves (_fig. 30_), on constate aux débuts
l'existence d'une industrie dans laquelle la hache est entièrement
polie, ou polie seulement sur son tranchant; puis vient l'apparition de
la hache percée, ou hache-marteau, dénotant une habileté consommée dans
le travail de la pierre; enfin l'établissement d'une phase de transition
répondant à l'apparition du métal (industrie énéolithique).

En Espagne[117], on distingue trois époques: une industrie locale,
d'aspect archaïque, avec quelques objets polis, probablement importés,
répondant à l'époque des kjœkkenmœddings portugais (industrie
mésolithique?), mais non pas à celle de la civilisation analogue en
Scandinavie; ensuite, le plein développement du travail de la pierre
polie et de la poterie ornée, cette industrie rappelant beaucoup comme
art et comme technique, celle des premières villes d'Hissarlik; enfin
vient l'apogée de la taille du silex et le commencement des métaux
(énéolithique).

[Note 117: LXIII.]

En Suisse, l'industrie lacustre comprend trois périodes successives:
tout d'abord celle des haches, petites, à peine polies, fabriquées en
roches indigènes; les os sont alors travaillés d'une façon rudimentaire
et la poterie, grossière, n'est pas ornée (_fig. 31_); puis vient
l'industrie des haches plus grandes, simples ou perforées, de matière
souvent étrangère à la Suisse; la poterie, moins grossière, est alors
simplement ornée. Enfin paraissent les haches-marteaux perforées, qui
abondent dans certaines stations; le travail de la pierre, de l'os, de
la corne est dès lors à son apogée; on ne voit plus de roches
étrangères, la poterie s'orne de plus en plus; le métal fait son
apparition (énéolithique).

[Illustration: Fig. 31.--Outillage néolithique des Cités lacustres.

1, 2 et 3, Haches polies seulement au tranchant (lac de Neuchâtel) (1/3
G. N.).--4, Manche de hache (lac de Neuchâtel) (1/3 G. N.).--5, Hache
emmanchée (lac de Neuchâtel) (1/4 G. N.).--6, _Id_., lac de Chalins (1/4
G. N.),--7, Herminetie (lac de Bienne) (1/4 G. N.).--8, Ciseau,
Latringeu (Suisse) (1/2 G. N.).--9, Hache-marteau (lac de Neuchâtel)
(1/3 G. N.).--10, Arc (Robenhausen, Suisse) (1/8 G. N.).--11, Pointe de
flèche (lac de Neuchâtel). (G. N.).--12, Massue en bois d'if
(Robenhausen) (1/6 G. N,).--13, Poignard en bois d'if (Robenhausen) (1/2
G. N.).--14, Poinçon en os (lac de Neuchâtel) (1/2 G. N.).--15, Poinçon
en bois de cerf (lac de Chalins) (1/2 G. N.).--16, Scie montée en bois
(Robenhausen) (2/3 G. N.).--17, _Id_. (lac de Moosseedorf) (2/3 G.
N.).--18, Racloir en silex (lac de Neuchâtel) (2/3 G. N.).--19, Pointe
en silex (lac de Neuchâtel) (2/3 G. N.).--20, Épingle en os (lac de
Neuchâtel) (1/3 G. N.).--21, Aiguille en os (lac de Neuchâtel) (1/3 G.
N.)]

[Illustration: Fig. 32.--Couteaux de silex Messawiyeh (Haute-Égypte)
(Fouilles Garstang).]

[Illustration: Fig. 33.--Pointes de silex de la Haute-Égypte

1 et 2, Adimiyeh (Rech. Henri de Morgan).--3, 4 et 5, Négadah (Rech.
Flinders Petrie).]

En Italie, où l'on ne rencontre jamais de haches polies en silex, où
toutes sont façonnées dans des roches dures, il semble que dans cette
péninsule, deux courants néolithiques se soient réunis: l'un venant du
Jura et de la Suisse, qui, traversant les Alpes, serait descendu dans la
vallée du Pô et du Tessin, sans dépasser le Pô; l'autre arrivant du
bassin du Danube, par l'Istrie, l'Émilie et la Vénétie, se serait
avancé, en longeant les côtes adriatiques, jusque dans l'Apulie.

[Illustration: Fig. 31.--Haches en pierre polie. Tépéh Goulam (Poucht é
Kouh et Louristan).]

Pour la France, le sud de l'Angleterre et la Belgique[118], il semble
que nous devons adopter trois divisions: tout d'abord une industrie très
voisine du Campignien, mais possédant la hache polie et la tête de
flèche caractéristique du néolithique; ensuite celle de la
hache-marteau, correspondant à l'introduction des roches étrangères et à
l'apogée dans la taille du silex; enfin l'emploi du métal concurremment
avec l'industrie précédente; la poterie s'améliorant au cours de ces
trois phases.

[Note 118: Pour la Belgique, Rutot, LXII, divise le mésolithique et
le néolithique en cinq phases: 1° Tardenoisien; 2° Flénusien; 3°
Campignien; 4° Robenhausien; 5° Omalien.]

[Illustration: Fig. 35.--Hache-marteau en serpentine--Chaldée. (Coll. de
l'auteur, Musée de St-Germain).]

En Égypte (_fig. 32_ et _Fig. 33_)[119], il n'y aurait eu que deux
phases, celle de la hache polie du type européen, dans laquelle le silex
fait seul tous les frais de l'outillage[120], et la période énéolithique
dans laquelle le travail du silex atteint son apogée. Alors se trouve en
même temps l'emploi des roches dures et du métal; la poterie ornée de
peintures à l'ocre rouge atteint sa plus grande perfection. Nous verrons
plus loin que l'usage du métal dans la vallée du Nil et les arts
semblent être venus de l'Asie.

[Note 119: XXXIX.]

[Note 120: L'existence de cette phase dans la vallée du Nil est
douteuse.]

En Élam (_fig. 34_) et dans la Chaldée (_fig. 35_ et _36_), on rencontre
également deux phases, celle de la hache polie du type européen[121],
quoique plus plate, et l'industrie énéolithique, avec son admirable
céramique peinte déjà très stylisée, ses instruments variés, ses
haches-marteaux, ses pointes du type solutréen et ses armes et
ustensiles métalliques très primitifs.

[Note 121: Même observation que pour l'Égypte (note 2).]

[Illustration: Fig. 36.--Instruments de silex.--Yokha (Chaldée). Coll.
de l'auteur (Musée de St-Germain).]

Le Sahara et la Tunisie (_fig. 37_) montrent une industrie qui offre
beaucoup d'analogie avec celle de l'Égypte, mais on n'y rencontre pas
ces grandes lames merveilleusement ouvrées de la vallée du Nil.
L'industrie de la Palestine est plus proche parente de celle de l'Égypte
(_fig. 38_) que celle du Nord de l'Afrique.

[Illustration: Fig. 37.--Néolithique du Sahara (Rech. Pézard) (environs
de Ouargla). 1 et 3, Coquille d'œuf d'autruche.--2, Silex blond
opaque.--4, Silex brun veiné de noir.--5, Silex gris, patine
blanche.--6, Silex blond opaque.--7 à 9, Silex jaune translucide.--10,
Silex blond opaque.--11, Silex opalin translucide.--12, Silex
jaune.--13, Silex opalin translucide.]

[Illustration: Fig. 38.--Instruments néolithiques, de la Palestine.

1-3, Sour Baher (Jérusalem).--4-5, Vallée d'Hesban (d'ap. Vincent.)]

Là, à peu de chose près, se bornent nos connaissances quant à la
division des industries néolithiques dans les pays explorés jusqu'à ce
jour. Comme on le voit, l'évolution de chaque pays a été indépendante
dans ses grandes lignes; mais aussi les différences constatées sont
souvent dues à des influences étrangères.

Quant à l'âge que l'on peut assigner à l'industrie néolithique, il est
naturellement variable suivant les pays. O. Montelius, s'appuyant sur la
stratigraphie du Tell de Suse et sur les observations de même ordre
faites en Égypte, accorde vingt mille ans à l'apparition de la hache
polie en Élam et dans la vallée du Nil. Cette estimation est beaucoup
trop élevée, car elle accorderait douze mille ans environ à la durée de
la phase néolithique pure dans ces deux pays, et l'importance des restes
laissés par cette industrie, en Égypte comme en Susiane, ne légitime
aucunement cette appréciation. Toutefois nous devons avouer que nous ne
possédons pas de base pour fixer chronologiquement les débuts de cette
culture dans aucun pays. Par suite, toute appréciation à cet égard ne
peut être que du domaine de l'imagination.

En ce qui concerne la limite inférieure, nous sommes moins mal
renseignés, parce que nous approchons des temps historiques. En Chaldée,
c'est vers la fin du sixième millénaire avant notre ère, que le métal
serait venu mettre fin à l'industrie néolithique dans cette région, si
toutefois elle a jamais existé, ce que je considère comme très peu
probable, et il en aurait été, à peu de chose près, de même en
Égypte[122]; tandis que c'est, au plus tôt, au XXXe siècle, que
serait née la civilisation égéenne, et que la Scandinavie n'aurait connu
le bronze qu'au XVIIIe ou XXIIe siècle avant J.-C. En Gaule, en
Suisse et dans les pays limitrophes, c'est vers le XXVe siècle que se
serait passée cette évolution; alors que la Finlande aurait, vers le
Ve, ou même le IIIe siècle avant le Christ remplacé ses armes de
pierre par des instruments de fer, sans passer par l'intermédiaire
presque général du cuivre et du bronze, et que bien des tribus de la
Polynésie et d'autres régions, découvertes par les Européens dans les
temps modernes, auraient attendu jusqu'au XVIIIe siècle ou au XIXe
siècle après J.-C. pour mettre de côté la hache de pierre et prendre
l'arme à feu. Nous avons vu précédemment que la Basse-Chaldée semble
n'avoir jamais connu l'homme en possession de l'industrie néolithique
proprement dite; qu'au moment où elle s'est peuplée, et que déjà les
habitants des montagnes qui la bordent au nord-est et au nord
connaissaient le cuivre.

[Note 122: XXXIX; _Le tombeau de Négadah_, Paris, 1897; XXXV.]

Dans une semblable étude, n'ayant en vue que l'exposé d'ensemble des
progrès de l'humanité, il serait hors de propos d'entrer dans la
description des innombrables industries néolithiques des régions
diverses; nous donnons en figures les principaux types de quelques-unes
d'entre elles, et le lecteur jugera par lui-même des caractéristiques.
Nous ferons cependant remarquer qu'aucun pays n'a jamais atteint la
perfection de l'Égypte et des pays scandinaves dans l'art de tailler la
pierre, et les ouvriers de la vallée du Nil dépassaient de beaucoup en
habileté ceux du Danemark et du sud de la Suède. Toutefois, dans l'une
comme dans l'autre de ces deux régions, il est fort possible qu'à
l'époque de la fabrication de ces admirables instruments, tant en
Scandinavie qu'en Orient, le cuivre ait été déjà connu, bien qu'on ne le
rencontre pas en Danemark et qu'en Égypte on trouve les mêmes silex
taillés avec et sans le métal.

Toutefois, avant d'en terminer avec les industries néolithiques, nous
montrerons, en citant un certain nombre de formes de haches polies,
combien sont variables ces instruments (_fig. 38_).

Les types n° 1 et n° 2, très répandus en Europe, se rencontrent aussi en
Asie antérieure et aux Indes, entre autres pays, alors que la forme n°
5, avec ses flancs carrés, caractéristique des pays scandinaves, du nord
de l'Allemagne et de la Finlande, se trouve aussi, quoique plus
exceptionnellement, dans nos pays occidentaux. La forme n° 6, en pierre
dure, syénite, diorite, etc., est universelle; le type n° 7 est rare en
Occident, de même que les formes nos 8 et 9, n° 10 et 18 se
rencontrent en Élam et en Chaldée, caractérisées par ce fait que
l'instrument est plus plat, moins renflé que dans nos pays. Le type n°
12, qui est rare en Europe, se rencontre aux Antilles, alors que le n°
13, très spécial, semble être particulier à l'Indo-Chine. Les nos 15
et 16 sont abondants aux États-Unis, mais on les connaît aussi de
l'Europe et de l'Asie. Les mines de sel de Koulpi, dans la
Transcaucasie, ont fourni quelques-uns de ces instruments.

Le type n° 17 semble être spécial à l'Élymaïde et celui n° 19 à
l'Égypte; on connaît des instruments métalliques présentant ces formas;
mais l'outil de métal a-t-il été copié sur celui de silex ou bien
est-ce l'inverse qui a eu lieu? Nous ne saurions en décider. Puis vient
la hache (ou tranchet) plate sur une face, très spéciale à la vallée du
Nil, bien qu'elle soit inspirée du même principe que le tranchet
campignien.

[Illustration: Fig. 39.--Diverses formes de haches néolithiques.

1, France et tout l'Occident de l'Europe.--2, _Id_. type le plus
fréquent.--3, Jadéite (Seine-et-Marne).--4, _Id_. (Bretagne).--5, Type
le plus fréquent en Scandinavie, en Finlande, dans le nord de
l'Allemagne; existe aussi dans l'Occident européen.--6, Extension
universelle.--7, Occident européen, rare.--8, _Id_. rare.--9, _Id_.
rare.--10, Susiane et Chaldée, type plat arrondi sur les côtés--11,
Jadéite (Gers).--12, Antilles.--13, Cambodge.--15, États-Unis.--16,
_Id_. Asie intérieure,--17, Susiane.--18, _Id_. type très plat.--19,
Égypte.--20, type plat d'un côté.]

[Illustration: Fig. 40.--Emmanchement des haches de pierre polie.

1, La Lance (Musée de St-Germain. don de l'auteur).--2. Seeland
(Danemark).--3, Clairvaux (Jura).--4, Baie de Penhouët
(Loire-Infre).--5, La Lance (Suisse).--6, Gavr'inis (Morbihan).]

Enfin les nos 3, 4 et 11 figurent des instruments de jadéite, matière
considérée jadis comme ayant été exportée en Gaule de pays très éloignés
(de Sibérie?), mais regardée aujourd'hui comme indigène de nos pays.

La hache polie était emmanchée, nous en possédons de nombreux
exemplaires munis de leur manche (_fig. 40_, nos 1 à 5) et, dans les
sculptures contemporaines de l'industrie néolithique, nous les voyons
figurer (_fig. 40_, n° 6). Le plus souvent, la hache pénétrait dans un
morceau scié et creusé de bois de cerf et ce bois de cerf lui-même, le
plus souvent, était fixé en travers d'un manche de bois. Quant aux
instruments munis d'une rainure, ils étaient emmanchés directement dans
le bois. Les outils tels que scies, gouges, tranchets, racloirs, burins,
étaient très fréquemment emmanchés soit dans du bois, soit dans de la
corne ou de l'os.

Parmi les armes les plus fréquentes, et en même temps les plus variées
de l'industrie néolithique, il faut citer les pointes de flèches qui,
dans la plupart des stations, se rencontrent en très grand nombre, en
tous pays du monde. La variété des formes est infinie, et encore ne
possédons-nous que les têtes de flèches en silex et quelques-unes en os;
celles faites en bois, en corne, en arêtes de poissons ont disparu.

[Illustration: Fig. 41.--Emmanchement des pointes de flèches en silex.

1, Californie, d'après A. de Mortillet.--2, Hélouan (Basse-Égypte).--3,
Abydos.--4 et 5, Abydos (d'après Flinder Petrie).--7 et 8, Flèches à
tranchant de la période égyptienne historique. (Coll. de
l'auteur.--Musée de St-Germain).]

L'emmanchement de ces pointes de flèches (_fig. 41_), lui-même, était
très varié; nous en possédons quelques spécimens soit antiques, soit
parmi les collections ethnographiques de nos musées.

On remarquera que la tête de flèche tranchante, en usage chez les
Égyptiens aux temps historiques (_fig. 41_, nos 6, 7 et 8) (Moyen
Empire), était déjà employée par les contemporains de la première
dynastie (_fig. 40_. nos 4 et 5), qui avaient fait de cette arme une
véritable œuvre d'art. Mais, à côté de ces belles têtes de flèches, il
en était certainement d'autres, composées d'un simple éclat sans
retouches, dont nous rencontrons sans doute de nombreux spécimens sans
comprendre leur usage. Et il en est sûrement de même pour une foule
d'instruments appartenant à toutes les industries de la pierre, quelque
peu retouchés ou même sans retouches, dont l'emploi demeure inconnu.

Ainsi les formes néolithiques varient à l'infini et se partagent en une
foule de districts, en époques très variées. Il est de ces industries
qui sont fort anciennes, il en est d'autres qui sont nos contemporaines,
mais, quel que soit leur âge, quelque soit leur pays, toutes reflètent
les mêmes pensées, chez les ouvriers qui les taillaient; et, par suite
des exigences de la matière, toutes présentent un air de parenté, bien
que dans la plupart des cas ces diverses industries soient absolument
indépendantes les unes des autres.



CHAPITRE V

LES INDUSTRIES ÉNÉOLITHIQUES


Les archéologues italiens ont donné ce nom à la phase industrielle dans
laquelle, aux instruments néolithiques, se joignent quelques objets
métalliques. Cette phase caractérise la transition entre l'usage de la
pierre taillée et celle du bronze. Elle ne connaît pas les alliages,
mais seulement deux métaux, le cuivre et l'or, existant à l'état natif
dans tous les pays du monde.

Il ne faut pas cependant comprendre dans l'industrie énéolithique les
instruments de cuivre simplement forgés, tels ceux des Indiens de
l'Amérique du Nord; ces objets appartiennent à la culture néolithique,
le métal n'ayant pas été fondu, mais jouant seulement le rôle de minéral
malléable. Par phase énéolithique on entend donc celle résultant des
premiers pas de la métallurgie.

Les instruments de cuivre pur ont été en usage plus ou moins longtemps
dans presque tous les pays: on en rencontre dans l'Europe entière, en
Asie jusqu'aux Indes et, peut-être, plus loin encore vers l'Orient, mais
ils semblent faire défaut au Japon, dans toute l'Afrique, sauf l'Égypte,
et naturellement en Océanie, région dans laquelle la pierre taillée
était encore en usage de nos temps.

Le cuivre a-t-il été découvert en un seul pays d'où sa connaissance
aurait rayonné sur les autres régions, ou les foyers de sa découverte
sont-ils multiples? C'est ce que nous ne saurions dire d'une manière
certaine; cependant, comme on le rencontre à la base de toutes les
civilisations, il est à croire que c'est dans les pays des plus
anciennes cultures que se sont formés les foyers, peut-être secondaires,
mais d'où cependant la précieuse découverte se serait répandue de par le
monde.

Or ces pays à culture très ancienne sont fort peu nombreux. Seules la
Chaldée, la Susiane, l'Égypte et les îles Égéennes peuvent entrer en
ligne de compte par leur antiquité.

Cette antiquité, en ces dernières années, a été rajeunie de mille ans
par les savants allemands[123] qui se refusent à reconnaître la vieille
chronologie de Nabonid, et cette thèse a été acceptée en France par bon
nombre d'archéologues[124]. Mais cette nouvelle théorie, que d'ailleurs
on tend maintenant à abandonner, ne laissant pas à la civilisation
orientale le temps nécessaire à son développement et aux dynasties celui
de s'étendre sans chevaucher par trop les unes sur les autres, nous
conserverons les anciennes évaluations chronologiques.

[Note 123: ÉDOUARD MEYER (_Aegyptische Chronologie, Abhandl, Berlin,
Akad._, 1904, et _Nachtrage, id._, 1907) établit sa théorie sur des
calculs astronomiques. Voir les objections de G. MASPÉRO dans XI (1905),
II, 203.]

[Note 124: Cf. XXVI, II, 1re partie, 54; XXVII, 2° édit., 1914;
tableau, pl. XII, etc.]

[Illustration: Fig. 42.

Ivoire. Tombe du roi Qa (1re dynastie).--Flinders Petrie, _The Royal
Tombs_, 1900. Part I, pl. XII, fig. 12, 13.]

Dans ces conditions, c'est dans la seconde moitié du cinquième
millénaire avant notre ère que serait née la culture pharaonique.
Toutefois le problème se pose de savoir si cette culture est indigène ou
bien si elle provient d'influences étrangères. Nous allons montrer
comment, de très bonne heure, aux temps de l'industrie néolithique en
Égypte, la vallée du Nil a été soumise à des influences asiatiques,
probablement même occupée pour un temps par des populations venues des
régions mésopotamiennes, et que ces conquérants auraient apporté dans ce
pays la connaissance du cuivre. Nous verrons plus loin que c'est
également à cette époque que paraissent avoir débuté les arts céramiques
chez les Pré-Égyptiens.

[Illustration: Fig. 43.--Représentation de l'homme au début de l'époque
pharaonique (D'après Flinders Petrie, _Royal Tombs_, 1901).]

Dans la tombe du roi Qa, de la Ire Dynastie, Fl. Petrie[125] a
découvert une plaque d'ivoire représentant un captif de type asiatique
(_fig. 42_), bien que l'auteur le pense être libyen. D'autres
figurations de la même époque (_fig. 43_) montrent que déjà les artistes
tenaient grand compte des caractères ethniques dans leurs
représentations. Ailleurs, sur une plaque de schiste du Musée
britannique (_fig. 44_), on voit en haut à droite un personnage vêtu
d'une longue robe de caractère asiatique, qui pousse devant lui un
captif nu, alors qu'à gauche un autre personnage nu s'enfuit; dans le
champ on voit des carnassiers et des rapaces dévorant les cadavres à la
suite d'une bataille. Les vaincus sont des Africains, ils portent la
barbe à l'égyptienne et ont les cheveux crépus; il est à croire qu'en
ces temps primitifs la race qui peuplait les bords du Nil n'était pas de
type pharaonique, et que, s'il existait des hommes aux cheveux lisses,
ils étaient cantonnés vers le nord, dans le delta en formation.

[Note 125: _The royal tombs_, 1900: part. I. pl. XII, fig. 12 et 13;
pl. XVII, fig. 30.]

[Illustration: Fig. 44.--Palette de schiste archaïque égyptienne (Musée
britannique).]

Ces documents, et il en existe beaucoup d'autres, montrent, à n'en pas
douter, que l'Égypte, vers l'époque de sa première dynastie, plutôt
avant qu'après, a été le théâtre d'une lutte entre deux peuples de races
distinctes, et renseignent sur la nature et l'origine des envahisseurs.

Il en est de même quand on compare les _fig. 45_ et _46_, dans
lesquelles nous avons groupé les principales formes industrielles et
artistiques communes à l'Égypte anté-pharaonique, à la Chaldée et à
l'Élam. On conviendra que les analogies sont telles qu'on ne peut nier
l'influence de l'une des civilisations sur l'autre. Or la présence de la
divinité asiatique en Égypte (nos 2, 3, 5, 6, 27, 33) et du
cylindre-cachet qui, comme on le sait, est d'origine chaldéenne, ne peut
laisser de doutes au sujet du foyer d'où serait partie la culture qui se
transforma plus tard en civilisation pharaonique.

[Illustration: Fig. 45.--Principaux objets archaïques égyptiens.]

Il est donc à penser que c'est de la Chaldée que vint en Égypte et sur
les côtes asiatiques de la Méditerranée, la connaissance du cuivre
(_fig. 47_). Mais cette déduction ne nous avance pas quant au pays
d'origine de la découverte de ce métal (_fig. 48_): car nous n'avons
jamais rencontré dans la Chaldée comme dans l'Élam, comme sur le plateau
iranien (_fig. 49_), de traces certaines de l'industrie néolithique pure
et nous savons, par l'étude de la formation du delta des fleuves
chaldéens, que ces parages n'ont été que relativement tard aptes à
recevoir l'homme. Ce n'est donc pas en Chaldée, ni dans l'Iran qu'ont eu
lieu les premiers essais métallurgiques. Il n'en demeure pas moins que,
suivant toute vraisemblance, bien que nous ne connaissions pas encore le
point initial de la métallurgie, l'Asie Antérieure a été pour le moins
l'un des principaux foyers secondaires propagateurs de la connaissance
du métal.

Des côtes méditerranéenes et de l'Asie centrale les types principaux de
l'outillage en cuivre se seraient répandus dans les îles méditerranéenes
en premier lieu, puis dans l'Europe occidentale, peut-être même centrale
et nordique, se modifiant suivant les innombrables cultures néolithiques
dans lesquelles ils pénétraient, mais conservant leurs caractères
principaux, ceux de la hache plate et du poignard triangulaire; et si
quelques rares objets égyptiens, phéniciens ou égéens sont parvenus
jusqu'aux confins de l'Europe, ce ne fut jamais qu'exceptionnellement:
c'est la connaissance des procédés métallurgiques qui s'est répandue et
non l'objet lui-même. Le métal circulait probablement sous forme de
lingots, ainsi qu'on l'a constaté pour le bronze, qu'on exportait tout
préparé, contenant la bonne proportion d'étain.

Il paraît aujourd'hui prouvé que c'est en même temps du Sud et de l'Est
qu'est parvenue en Gaule la connaissance du cuivre, qu'elle nous est
venue de la mer Noire et de l'Égée, pays où, suivant les spécialistes
des questions égéennes, cette industrie aurait débuté vers le
commencement du troisième millénaire avant notre ère; mais,
naturellement, sa propagation jusqu'aux îles Britanniques et à la
Scandinavie aurait exigé de longs siècles. Nous ne contredirons pas ces
auteurs en ce qui regarde l'âge de la civilisation dans les îles
méditerranéenes, pas plus que dans l'Europe occidentale.

[Illustration: Fig. 46.--Principaux objets archaïques susiens et
chaldéens.]

[Illustration: Fig. 47.--Industrie pré-pharaonique de la Haute-Égypte.]

[Illustration: Fig. 48.--Industrie énéolithique des temps historiques en
Égypte. Objets de la 1re dynastie pharaonique.]

Quant à l'or, on le rencontre aussi anciennement employé que le cuivre,
dont il est le compagnon dans presque toutes les stations et dans les
sépultures énéolithiques. La tombe de Ménès, à Négadah, contenait une
perle-spirale d'or, fort pesante. De même, dans les sépultures de
Mugheïr (Ur de la Bible) et de Warka (Erech) les tombes renferment en
même temps que des outils de pierre et de cuivre (quelquefois aussi de
bronze), de grossiers bijoux d'or.

Quoique les découvertes soient, de jour en jour, plus nombreuses, nous
sommes encore bien insuffisamment renseignés sur l'extension et la durée
des industries énéolithiques; ce n'est que par de très nombreuses
analyses chimiques qu'il sera possible d'être à même de se prononcer;
car l'usage du bronze venant se greffer sur celui du cuivre, on trouve
fréquemment des mélanges d'instruments de pierre, de cuivre et de
bronze. Aussi la plupart des archéologues, tout en reconnaissant
l'existence d'une industrie du cuivre et en la plaçant dans la dernière
phase néolithique, ne la distinguent-ils que peu[126] ou point[127] de
celle du bronze.

[Note 126: Cf. XXVI. II. 1re partie.]

[Note 127: XLI.]

L'apparition du métal (_fig. 50_) ne donna pas lieu, comme on serait
tenté de le penser, à une révolution dans l'ordre de choses établi; elle
se fit lentement et par contact, dans la majeure partie des cas, plutôt
que par invasion, et peu à peu s'infiltra dans les milieux néolithiques.
Au début, les armes et les instruments métalliques furent peu nombreux,
par suite de la rareté du cuivre qui, tout d'abord, n'entra chez les
peuples que par le commerce; on copia les formes des outils de silex et,
parfois aussi, ce fut l'inverse qui eut lieu. Puis, la métallurgie
s'établissant dans les pays miniers, et les relations commerciales
s'étendant, la plupart des types de pierre disparurent: mais cette
substitution du métal à la pierre fut très irrégulière et très lente, la
pierre taillée continua d'être en usage pendant longtemps encore; on
l'employait pour armer les projectiles qui, par leur destination même,
devaient être perdus. C'est ainsi que, même au temps où le fer était
connu dans tout l'Ancien Monde, les pointes des flèches et des sagaies
se fabriquaient en pierre en même temps qu'en métal. Puis, dans
certaines pratiques rituelles, l'usage de la pierre demeura de
rigueur; il persista même pendant des milliers d'années. L'éviscération
des momies, en Égypte, se faisait au moyen d'une lame de silex[128] et,
chez les Asiatiques, il en était de même pour la circoncision[129].
Cette dernière application de la pierre permet de comprendre
l'importance que prit dans les pays égéens le travail de l'obsidienne en
vue de l'exportation.

[Illustration: Fig. 49.--Tépéh Goulam (Poucht é Kouh).]

[Note 128: HÉSIODE, liv. II; DIODORE DE SICILE, liv. I. Cf. XLVII,
9.]

[Note 129: Chez les Juifs et Phéniciens entre autres.]

[Illustration: Fig. 50.--1, Sépulture énéolithique de Fontaine-le-Puits
(Savoie).--_a_, Pointe de javelot.--_b, c_, Haches en jadéite.--_d_,
Lames et tranchets.--_e_, Lames et grandes pointes de flèches.--_f_, 10
pointes de flèches en silex.--_g_, 22 pointes de flèches en silex.--_h_,
Défenses de sanglier.--_k_, Hache plate en cuivre (n° 2).--_m_, Poignard
en cuivre (n° 3).--_n_, Poinçon en cuivre.--_p_, Coquillage.--_q_,
Pendeloque en cuivre.--4, Suse, cuivre.--5, Île de Crète, _id_.--6,
Hissarlik, _id_.--7, Espagne (cuivre).--8-11, Adimeiyeh (Égypte), _id_.]

L'industrie énéolithique n'est donc pas, à proprement parler, une étape
bien définie de la culture humaine; elle n'est qu'une phase de
transition, et nulle part l'apparition du cuivre ne modifia les mœurs et
les usages des néolithiques; elle ne représente ni une époque, ni une
durée, car sa propagation fut irrégulière dans ses progrès suivant les
lieux, et l'apparition du bronze s'étant produite de même manière, il en
résulte que certaines régions demeurèrent beaucoup plus longtemps que
d'autres, la Hongrie, par exemple, dans cet état transitoire.

Il est à remarquer que le métal, aux débuts, étant une matière
extrêmement précieuse, on le ménageait avec grand soin et que, par
suite, beaucoup de stations que nous considérons comme étant
néolithiques parce que le cuivre y fait défaut, appartiennent cependant
à l'industrie énéolithique; quelques archéologues sont même d'avis que
les dernières phases de la pierre polie, chez les divers peuples,
doivent toutes être rangées dans l'industrie naissante du métal; je ne
suis pas éloigné de partager cette opinion en ce qui regarde l'Égypte et
le nord de l'Afrique.



CHAPITRE VI

LES INDUSTRIES DU BRONZE


_La découverte des métaux et la métallurgie_.--Le bronze est un alliage
de cuivre et d'étain. Ce mélange possède des qualités de dureté très
supérieures à celles du cuivre rouge, métal mou qui se martèle aisément;
le bronze est au cuivre ce que l'acier est au fer. Mais ce n'est pas
seulement par l'alliage de l'étain qu'on peut donner de la dureté au
cuivre, une faible proportion d'arsenic[130], d'antimoine ou de
zinc[131] modifie l'état moléculaire du cuivre. Ces procédés ont peut
être été tentés par les Anciens, par tâtonnements, mais on ne peut être
affirmatif à cet égard; car ces alliages proviennent peut-être,
probablement même, des impuretés du minerai de cuivre traité.

[Note 130: Certaines haches de Hongrie renferment jusqu'à 18 p. 100
d'arsenic. Cette teneur élevée semble devoir être attribuée à des
minerais particulièrement impurs.]

[Note 131: Cf. XXVI, II, 1re partie, 175 sq.]

Le mélange qui donne au cuivre les qualités les plus propres à l'usage
auquel étaient destinés les armes et les outils, est la proportion de 10
p. 100 d'étain; un supplément d'alliage le rend de plus en plus cassant;
une teneur de 30 p. 100 d'étain donne un métal blanc, très fragile, qui
était employé dans l'Antiquité pour les miroirs.

Cependant les métallurgistes des temps primitifs, ne disposant pas de
nos moyens scientifiques modernes, ne pouvaient procéder que par
tâtonnements, par essais successifs, et c'est pourquoi la teneur en
étain des instruments de bronze est extrêmement variable. Il faut
compter aussi que si les minerais de cuivre se rencontraient en
abondance dans l'Ancien Monde, les gisements stannifères étaient
beaucoup plus rares et que, par suite, l'étain faisait souvent défaut
sur le marché de bien des pays. Toutefois, la composition que les
fondeurs des temps préhistoriques semblent avoir voulu atteindre varie
entre 10 et 18 p. 100 du métal blanc.

Le cuivre se présente dans la nature sous la forme de métal «natif»,
assez rare; de sulfures, très abondants, et de minerais oxydés,
carbonatés et autres, résultant du contact prolongé des affleurements
des filons et amas cuivreux avec les agents atmosphériques; les autres
composés naturels du cuivre ne peuvent être pris en considération dans
la question qui nous intéresse.

L'étain, dont les gisements sont beaucoup plus rares que ceux du cuivre,
et qui sont cantonnés dans un petit nombre de régions, se présente dans
les gîtes originels en filons et sous forme de petits cristaux dans des
roches cristallines, qu'on désigne sous le nom de granulites; il est
toujours à l'état oxydé (cassitérite); on ne le rencontre jamais natif.

La destruction des roches mères et des affleurements filoniens par les
agents atmosphériques, a produit des alluvions dans lesquelles le
minerai d'étain se trouve à l'état de sables; un lavage de ces alluvions
suffit, en raison des différences de densité, pour en extraire la
cassitérite. C'est ainsi qu'on procède dans les exploitations de la
Malaisie, à Brangka, Pérak et ailleurs. L'or natif s'obtient par les
mêmes procédés.

Les premiers métallurgistes, trouvant les gisements de cuivre et d'étain
vierges encore, n'avaient donc affaire qu'à des produits oxydés qu'il
leur suffisait de traiter au charbon de bois, dans un feu réducteur,
pour voir couler le métal. Ce sont d'ailleurs les procédés
métallurgiques encore employés de nos jours, et, en particulier pour
l'étain, les Malais ont conservé l'usage des fours primitifs, dits bas
foyers.

Quant à l'exploitation des mines, elle était fort simple; les
affleurements des filons étant encore vierges, il suffisait de prendre,
presque sans efforts, les roches filoniennes fendillées par les agents
atmosphériques, de ramasser les blocs détachés dans les éboulis, pour le
cuivre comme pour l'étain et, pour ce dernier métal, de laver les
sables.

[Illustration: Fig. 51.--Les gisements de cuivre et d'étain de l'Ancien
Monde.]

La cassitérite est toujours naturellement dans une gangue siliceuse,
gangue qui s'éclate au feu. Quant aux cuivres carbonatés, que leur
gangue soit calcaire ou siliceuse, elle se fend également à la chaleur.

Le procédé du feu a été employé de très bonne heure pour la
désagrégation des roches contenant des métaux; on en rencontre des
traces dans tous les districts miniers; les gisements aurifères de la
Bohême et de la Transylvanie en montrent des milliers d'exemples.
D'ailleurs le travail en galeries était en usage déjà du temps des
néolithiques pour l'extraction du silex; aussi ne devons-nous pas être
surpris de rencontrer de véritables mines datant des premiers temps de
la connaissance des métaux.

Il suffisait donc de circonstances favorables, fortuites, pour que
l'homme découvrît les deux métaux qui constituent cet alliage dont le
rôle a été si grand dans les temps anté-historiques. Or, les gisements
de cuivre étant beaucoup plus répandus sur la surface du globe que ceux
d'étain, c'est le cuivre qui fut découvert le premier, en même temps que
l'or dont les pépites brillaient dans les sables et les grèves des cours
d'eau.

Si nous pointons, sur la carte du monde, les principaux gîtes naturels
des minerais cuivreux (_fig. 51_), nous voyons que ce métal est de
distribution universelle; aussi le cuivre a-t-il été découvert aussi
bien dans l'Ancien Monde que dans le Nouveau; le Sud-Africain et
l'Australie cependant n'ont pas profité de bonne heure de ces richesses
que leur offrait la nature.

Mais, parmi les pays producteurs du cuivre, il importe de distinguer
ceux qui ont reçu les connaissances métallurgiques de ceux où ces
notions ont pu naître. Tout d'abord les deux Amériques doivent être
mises hors de cause; et nous savons par de nombreux témoignages
archéologiques que ce n'est ni l'Algérie, ni l'Espagne, ni la France,
les îles Britanniques, la Scandinavie, ou l'Europe centrale qui ont vu
couler le premier lingot de cuivre. Restent donc les îles Égéennes,
l'Asie Antérieure et l'Égypte; car nous avons vu qu'il ne peut être
question de la Chaldée, et que l'Égypte a fort probablement reçu de
l'Asie la connaissance du cuivre.

En ce qui regarde l'Égypte, une légende[132] causée par une erreur du
savant allemand Lepsius s'est établie et dure encore quant à la
richesse des mines de cuivre de la presqu'île Sinaïtique[133]. Cet
archéologue, qui n'était versé ni dans la minéralogie ni dans la
géologie, a pris pour des scories résultant de l'exploitation intense de
mines de cuivre supposées, les bancs naturels de minerais de manganèse
de Sérabout-el-Khadim; et cette grossière erreur a fait loi parmi ceux
qui ont parlé de l'Égypte: or, par leur constitution géologique, les
couches dont la presqu'île Sinaïtique est formée ne peuvent contenir de
grands gisements cuivreux, et les turquoises disséminées dans des grès
sont la seule richesse de ces montagnes. À Wadi Maghara sont bien des
restes d'industrie métallurgique; mais cette industrie n'a jamais porté
que sur des quantités insignifiantes de minerais carbonatés existant en
rognons dans les grès avoisinant ceux où se rencontrent les turquoises.
Il faut donc absolument rayer l'Égypte des pays producteurs du cuivre.

[Note 132: Cf. XXVI, II, 1re partie, 176.]

[Note 133: Cf. XXXIX, 216 sq. Tous les documents relatifs à la
question des mines du Sinaï, rapportés par l'auteur, sont dans ses
collections au Musée de Saint-Germain.]

Que reste-t-il alors comme contrées où l'invention de la métallurgie a
pu se produire? les îles Égéennes, l'Asie Mineure, la Transcaucasie,
l'Arménie et l'Iran, d'une part; le groupe extrême-oriental d'autre
part; or il est certain que le métal, en Chaldée et dans l'Élam, est
beaucoup plus ancien que dans les pays Sino-Japonais et Indo-Chinois.

L'Altaï et le Pamir sont également riches en cuivre; mais l'antiquité de
la métallurgie dans ces régions paraît être peu reculée. C'est donc,
suivant toute vraisemblance, dans le nord de l'Asie Antérieure que se
serait produite cette grande découverte; de là, elle serait descendue en
Chaldée, bien rudimentaire encore, avec les hommes qui, les premiers,
sont venus habiter les îlots vaseux de ce qui fut plus tard l'empire de
Sargon l'ancien et de Naram-Sin; puis elle aurait gagné l'Égypte, les
côtes phéniciennes et les îles Égéennes, foyers de leur connaissance
dans l'Europe.

Ce ne sont là, certainement, que des conjectures, mais elles reposent
sur des bases sérieuses, sur un ensemble de faits que ni la géologie, ni
les traditions asiatiques, ni les premières données historiques et
l'archéologie ne viennent combattre.

En ce qui regarde l'étain, le problème est d'une solution plus difficile
encore; car les régions stannifères sont très peu nombreuses[134]. Les
rares gisements d'étain signalés au Maroc, en Espagne occidentale, en
Auvergne, en Bretagne et en Finlande ne peuvent entrer en ligne de
compte, et il en est de même pour ceux de l'Angleterre, par suite de
l'éloignement de ce pays et de son isolement au milieu des mers. La
cassitérite se rencontre, suivant certains auteurs, dans le Nord-Est de
la Perse, au Khoraeân et dans plusieurs districts de l'Arménie; mais je
n'ai pas été à même de vérifier ces renseignements. Madagascar, le cap
de Bonne-Espérance, l'Australie doivent être rayés de la liste des pays
où la découverte du métal blanc a pu se produire. En Amérique du Nord,
la cassitérite se montre (fig. 52) sur la côte de l'océan Pacifique. Au
Mexique elle a produit une industrie spéciale du bronze: elle paraît
enfin dans l'Amérique méridionale, mais on ne peut faire état des
gisements du Nouveau Monde dans une étude relative aux vieux continents.

[Note 134: Cf. XXXVIII: _Études archéol. et histor._, 22, et carte,
pl. II (p. 34).]

[Illustration: Fig. 52.--Les gisements de cuivre et d'étain du Nouveau
Monde.]

Il ne reste donc que le groupe malais, indo-chinois et chinois, dont la
richesse est immense; peut-être que dans des temps plus rapprochés de
nous l'étain a suivi la même voie que les grandes invasions mongoles du
Moyen Âge pour arriver dans nos pays.

L'Indo-Chine et la Chine étaient particulièrement favorisées par la
nature pour que se fit dans ces pays la découverte du bronze: car là se
trouvent réunis, et en grande abondance, les minéraux cuprifères et
stannifères; mais nous devons borner là ces considérations et attendre
que le Centre asiatique et la Chine soient mieux explorés. Peut-être
même découvrira-t-on quelque jour dans les montagnes du nord de l'Asie
Antérieure des gisements stannifères oubliés depuis des milliers
d'années: en ce cas la présence de la cassitérite dans cette région
réduirait à néant toutes les hypothèses qu'on serait tenté de hasarder
aujourd'hui sur la position du foyer initial de la métallurgie.

[Illustration: Fig. 53.--Moules. 1-2. Écosse (Univalves), pierre.--3,
Moule en bronze margis (Lac Léman).--4, Lac du Bourget (pierre).]

Les archéologues se demandent si la préparation du bronze se faisait en
dosant les proportions des deux éléments (_fig. 53_) à l'état
métallique[135], ou bien si les minerais étaient mélangés avant la mise
au four, et ils expliquent par cette dernière hypothèse les notables
différences dans la teneur en étain des bronzes. Ce ne sont là que
conjectures qui, pour être appuyées, exigeraient qu'on pût étudier avec
certitude, et dans les moindres détails, une fonderie de cette époque,
et analyser les scories laissées par les opérations.

[Note 135: ZEUGHELIS, _Sur le bronze préhistorique, Mélanges
Nicole_, Genève, 1905.]

[Illustration: Fig. 54.--1-3, Haches de bronze (Suse).--4 à 8, D'après
un bas-relief de Naram-Sin, trouvé à Suse.]

Il convient d'ajouter que si les Anciens ne se sont pas servis du
laiton, c'est-à-dire de l'alliage du cuivre avec le zinc, bien que la
calamine soit fort abondante en Europe, c'est parce que le zinc brûle au
contact de l'air quand il est porté au rouge, même à l'état d'alliage,
et que les procédés métallurgiques de ces temps ne permettaient pas de
toujours traiter dans une atmosphère réductrice; l'étain au contraire
est fort stable, soit à l'état métallique pur, soit sous forme
d'alliage. Quant au plomb, il s'oxyde, et c'est cette propriété qui fait
la base de la coupellation, dont les Anciens, dans les temps
historiques, ont fait si grand usage pour extraire l'or des quartz,
avant que l'emploi du mercure fût en usage.

Quoi qu'il en soit de l'origine des métaux, nous voyons, dans presque
tous les pays, l'usage du bronze succéder à celui du cuivre pur; et
disparaître peu à peu les instruments néolithiques de pierre. Mais de
même que l'industrie de la pierre polie se subdivise en provinces, de
même le bronze se montre-t-il façonné de diverses manières suivant les
régions et suivant les temps. Les nombreuses peuplades, qui occupaient
le monde aux temps de l'introduction du métal, ont, avec le temps,
accentué de plus en plus leurs caractères régionaux. Ce n'est pas la
naissance des nationalités, car elles sont beaucoup plus anciennes que
le métal, mais c'est l'affirmation définitive des clans, des tribus, des
peuples, des empires. Les moyens puissants de domination que procurent
les connaissances métallurgiques, les progrès rapides d'ordre matériel
et intellectuel qu'elles provoquent permirent à certains peuples
d'atteindre à l'hégémonie dans leur sphère d'influence, l'Histoire
commence en Asie, en Égypte, dans l'Orient méditerranéen, peu après la
diffusion de la métallurgie, elle se répand peu à peu aux alentours de
ses premiers foyers, le monde moderne débute.

[Illustration: Fig. 55.--Bas-relief du tombeau de Méra (6e dynastie),
représentant le travail des métaux précieux.]

En Chaldée et dans l'Élam, l'industrie du bronze naît en même temps que
l'usage de l'écriture (_fig. 54_). Ces pays entrent dès lors dans le
domaine de l'Histoire: toutefois, chez eux, cette phase de l'industrie
se continue pendant bien des siècles encore, jusqu'à ce
qu'insensiblement le fer vienne remplacer l'airain dans l'armement. Les
formes de ces régions demeurent très longtemps spéciales, elles n'ont
rien de commun avec celles usitées chez les peuplades encore barbares du
Nord. Sous Naram-Sin, au milieu du quatrième millénaire avant notre ère,
la lance, l'arc et la hache sont encore les principales armes
offensives; le glaive ne paraît que beaucoup plus tard, pour devenir
d'un usage courant en Assyrie, au temps seulement des rois d'Assour,
chez les Hellènes avec l'invasion dorienne.

[Illustration: Fig. 56.--Instruments de bronze de l'Égypte pharaonique.]

Il en est de même dans la vallée du Nil (_fig. 55_), où le bronze
demeure en usage pour bien des emplois jusqu'à l'époque de la conquête
alexandrine parallèlement à celui du fer (_fig. 56_). Là aussi les
formes archaïques sont spéciales; elles semblent découler de celles des
instruments de pierre taillée (_fig. 57_). En Syrie (_fig. 58_) et dans
les îles de la Méditerranée orientale (_fig. 59_), bien que l'influence
égyptienne se fasse parfois sentir, les formes sont, dans la plupart des
cas, très personnelles.

[Illustration: Fig. 57.--Instruments de bronze du Nouvel Empire égyptien
(Musée du Caire).]

Nous ne sommes malheureusement que fort mal renseignés sur les
industries des peuples de l'Asie Antérieure, autres que les Chaldéens,
les Élamites et les Assyriens. Mille peuplades diverses se pressaient
dans les montagnes et les hauts plateaux du Nord. Ces gens, sauf les
Ourartiens, n'usaient pas de l'écriture, et, par suite, leur étude
appartient à la préhistoire; les Annales assyriennes fournissent leurs
noms; mais ces noms, nous ne pouvons que rarement les placer sur la
carte avec sécurité: quant aux pays où ils ont vécu, ils demeurent
encore inexplorés au point de vue archéologique.

[Illustration: Fig. 58.--Mobilier des sépultures de Tell et Tin
(Syrie)(Fouilles de J.-E. Gautier).]

[Illustration: Fig. 59.--Instruments et armes de bronze égéo-mycéniens.]

[Illustration: Fig. 60.--Europe occidentale. Industries n°I et n°II du
bronze.]

[Illustration: Fig. 61.--Europe occidentale. Industries n°III et n°IV du
bronze.]

D'ailleurs, si l'on en juge par les résultats de mes propres études dans
le nord-ouest de l'Iran et la Transcaucasie, recherches qui, à bien peu
de chose près, ont fourni tout ce que nous savons sur ces régions, ce
n'est pas vers les industries chaldéo-élamites qu'il convient de tourner
ses regards pour découvrir les origines de la culture nordique, mais
vers les pays encore inconnus de l'Asie centrale. Les diverses cultures
du bronze, dont on rencontre les vestiges dans les dolmens du Talyche
russe et persan, se relient plus ou moins étroitement aux civilisations
de l'Europe centrale et occidentale; on y rencontre l'usage général du
poignard et de l'épée, le torque, la céramique incisée, l'ornementation
géométrique. À l'exclusion des représentations animales et humaines,
beaucoup de ces goûts sont caractéristiques de nos populations
néolithiques de l'Occident: il semblerait que, dès avant les temps de la
pierre polie, un grand courant se soit établi entre les pays de l'Asie
centrale et ceux de l'Europe, que ce courant n'ait pas été affecté
d'une manière importante par les grands foyers de civilisation du sud de
l'Asie Antérieure, mais qu'en passant d'est en ouest il ait, pour
certains détails, emprunté des idées au monde Égéen. Il s'ensuit qu'en
parvenant dans nos pays, il ne possédait plus complètement cette allure
que nous révèlent les sépultures monumentales des rives méridionales de
la mer Caspienne.

[Illustration: Fig. 62.--Haches d'armes en bronze.--1-2, Allemagne.--3,
Espagne.]

Il convient donc, pour l'Ancien Monde, de partager l'industrie du bronze
en diverses régions au développement personnel. La Chaldée et l'Élam,
dont l'Assyrie fut la fille, l'Égypte, l'île de Crète: ces foyers
semblent être les plus anciens; puis viennent les civilisations
nordiques, toutes parentes, plus ou moins proches, qui couvrent tout le
nord de l'Asie Antérieure et toute l'Europe, divisant ces vastes régions
suivant les lieux et les temps. Là, tout en conservant les grandes
lignes directrices de l'industrie nordique du bronze, les divers peuples
font preuve de leur génie personnel, de leurs goûts, de leurs tendances.
On voit, en des temps divers, se montrer les industries caspiennes,
caucasiennes, mycéniennes, de la steppe russe, du Danube (Hongrie), de
la Scandinavie et du nord de l'Allemagne, de la Gaule, de l'Espagne, du
nord de l'Italie, etc.; et, dans les régions méditerranéenes, les
influences minoenne, égéenne, égyptienne même se font très largement
sentir, alors que dans les pays du nord elles sont moins accentuées ou,
dans tous les cas, plus tardives.

Dans chacune de ces provinces du Nord, de l'Europe comme de l'Asie,
l'industrie du bronze a évolué sur elle-même, suivant des phases
successives. Dans le nord de la Perse et dans la Transcaucasie on
distingue aisément plusieurs époques pour lesquelles les industries
diffèrent par les détails, et il en est de même pour toutes les
provinces dont il vient d'être question.

[Illustration: Fig. 63.--Instruments et armes de bronze de Hongrie
(d'après A. de Mortillet, _Musée préhistorique_.)]

Dans nos pays, la forme des premiers instruments de bronze est le plus
souvent inspirée par celles des outils de pierre; puis paraît l'épée
qui, dans les derniers temps, devient d'un usage courant. Alors se
montrent les armes défensives, le casque, la cuirasse, le bouclier,
depuis longtemps en usage chez les Orientaux.

La fibule ne paraît en Occident que vers la quatrième industrie du
bronze, alors que l'Égypte, la Chaldée, l'Élam et l'Assyrie ont toujours
ignoré cette forme de bijou, tandis que le monde hellénique l'a connue
dans des temps fort anciens.

L'espace manque dans cet exposé pour examiner un à un tous les objets
des industries du bronze, pour rechercher leur parenté, voire même leur
origine; une semblable étude nous entraînerait bien au delà des limites
qui nous sont assignées pour ce volume, elle conduirait à distinguer
entre les formes originelles de chaque peuple, et celles qui lui sont
parvenues par contact avec les habitants des provinces voisines. Il
suffit de dire que, dans nos industries du bronze, on rencontre de
nombreuses traces de mélanges montrant qu'à ces époques les peuples
entretenaient entre eux des relations très étendues.

Quant aux temps où l'industrie du bronze a débuté dans les pays divers,
ils sont fort variés et bien souvent difficiles à préciser. En Élam, en
Chaldée, en Égypte ce semble être vers la fin du cinquième millénaire
avant notre ère; dans l'Orient méditerranéen ce serait au cours du
troisième; à Mycènes, vers la même époque; en Gaule, vers 2000 avant
J.-C., et dans le nord de la Perse et le Caucase probablement un millier
d'années plus tôt; mais toutes ces évaluations ne sont
qu'approximatives, notre documentation étant encore beaucoup trop
imparfaite pour que nous soyons à même d'établir une chronologie
certaine.



CHAPITRE VII

LES INDUSTRIES DU FER


Le passage de l'industrie du bronze à celle du fer ne s'est, dans aucun
pays, produit subitement. Longtemps encore après l'arrivée des formes
hallstattiennes, nous voyons se perpétuer l'usage des armes et des
instruments de bronze. Souvent même, dans les tumuli, rencontre-t-on en
même temps des épées et des poignards de bronze et de fer mélangés.
Cependant les formes se modifièrent rapidement, et les modèles
hallstattiens, reconnus comme supérieurs aux anciens, furent copiés en
airain.

Les armes offensives sont l'épée, longue et mince, le poignard, la
lance, l'arc et la flèche; glaives et poignards sont remarquables par la
forme de leur poignée souvent munie d'antennes, fréquemment aussi d'un
pommeau conique d'aspect spécial; quant aux têtes de lances et de
javelots, elles sont inspirées des types de bronze.

Il en est de même pour les pointes de flèches. Les types néolithiques de
pierre persistent en même temps que ceux de bronze; c'est que,
principalement dans les débuts du hallstattien, on ménageait le fer,
métal encore rare et précieux. Il n'était guère d'usage que pour les
armes, glaives, lances, etc., qui tenues en main, ne se perdent pas.

Comme armes défensives, aussi bien qu'aux temps du bronze, la cuirasse
se montre parfois; mais elle est, soit d'origine grecque ou italiote,
soit copiée par les Celtes sur des modèles méditerranéens. D'ailleurs
l'importation d'ustensiles et d'armes de facture méridionale faisait
alors l'objet d'un commerce très étendu: sistules en cuivre battu,
cistes et vases de toutes les formes sont fréquents dans les nécropoles
hallstattiennes de l'Europe centrale et de la Gaule. Certains de ces
récipients sont même fort ornés, montrent des sujets compliqués obtenus,
soit au repoussé, soit par la fonte et, pour la plupart, les motifs
qu'ils portent se retrouvent en Grèce et en Italie. Puis ce sont des
coupes et des vases de verre de divers profils, souvent ornés de zones
colorées, et dont la provenance ne peut soulever aucun doute. L'or
lui-même intervient dans le mobilier comme dans la parure.

L'outillage et la batterie de cuisine se perfectionnent rapidement et
montrent, par leur développement, que les exigences de la vie se sont
accrues depuis la fin de l'industrie du bronze. On rencontre des scies,
des ciseaux de sculpteur, des couteaux courbes, d'autres qui se replient
dans le manche, tout comme ceux dont nous faisons encore usage. Les
casseroles de bronze sont nombreuses, les broches réunies en faisceaux
ne sont pas rares dans les sépultures étrusques; on fabrique des
chenets, voire même des portes-broches, et, parmi les instruments
rituels, il convient de citer les grandes fourches à rôtir les viandes.

Quelques tumuli de pays européens divers ont livré des chars[136], le
plus souvent à quatre roues ferrées, et dans d'autres sépultures on a
rencontré des socs de charrue. Les mors de chevaux et les bridons sont
abondants.

[Note 136: J. DE MORGAN, VII, 1921. J'ai trouvé moi-même un char
dans un tumulus hallstattien de la forêt des Moidons (Jura).]

Les bijoux, très variés, sont faits d'or, de bronze et de fer; ce sont
des torques, des colliers de perles de verre coloré ou d'ambre, de
corail, d'ivoire, de nacre; des bracelets aux formes multiples, des
anneaux d'oreilles, des pendeloques, des épingles, des fibules variées à
l'infini, des trousses de toilette, des amulettes représentant des
animaux, le plus souvent des chevaux, parfois montés; enfin, des
ceintures de bronze, plus ou moins larges, couvertes de gravures ou de
figuration au repoussé. Presque tous les bijoux métalliques sont
finement ornés de dessins géométriques gravés auxquels viennent souvent
se joindre des représentations animales, humaines, ou des symboles
religieux, tels que le disque solaire, la roue, le swastika, et beaucoup
d'autres encore dont la signification nous échappe.

La forme des vases et l'abondance de la poterie varient suivant les
régions. Cette céramique est généralement ornée de gravures
géométriques, auxquelles vient se joindre une grossière peinture
couvrant un enduit, mais on y voit également figurer l'homme et les
animaux sommairement rendus par des traits droits, comme dans les
représentations caucasiennes.

[Illustration: Fig. 64.--Métallurgie du fer. Four à minerai, Jura
bernois, d'après Quinquery.]

Les écrivains de l'antiquité classique, grecs et romains, nous
entretiennent d'un peuple ligure, mal défini, mais dont le souvenir
était resté vivace dans tout l'Occident. Ces Ligures se composaient
assurément de toutes les anciennes races indigènes de nos pays, groupées
et fondues dans un élément étranger que les auteurs modernes les plus
judicieux [137], dans leurs hypothèses, considèrent comme les auteurs de
la civilisation néolithique et pensent qu'ils font partie de ces vagues
successives de parler aryen qui se sont abattues sur l'Europe à tant de
reprises différentes; les Ligures seraient les constructeurs des dolmens
et, peut-être aussi, les premiers habitants des palafittes; mais en même
temps que des tailleurs de pierre émérites, ils seraient devenus
métallurgistes, vraisemblablement sous des influences extérieures.

[Note 137: Cf. XXX, I (1908), chap. IV, 110 sq.]

Nous avons montré de combien d'incertitudes s'entoure la genèse de la
métallurgie, et nous avons dit que nous la pensons être d'origine
orientale; elle serait donc parvenue chez les Ligures, déjà depuis
longtemps installés en Occident, par des courants continentaux, ainsi
que par la mer Méditerranée. Les Celtes et les Doriens auraient été les
grands propagateurs de l'industrie du fer. Le métal se serait tout
d'abord répandu, en tant que matière et procédés s'y rattachant, et les
Ligures auraient adapté son usage à leurs besoins et à leurs goûts; puis
seraient venus les objets exportés du monde hellénique. Ainsi s'explique
le dualisme des tendances artistiques au cours de l'industrie du bronze,
dualisme qui n'existe pas dans les dolmens orientaux du nord-ouest de la
Perse, et qu'on ne retrouve dans ces régions que beaucoup plus tard,
quand, par les comptoirs du Pont-Euxin, l'influence hellénique pénétra
chez les peuples de la Transcaucasie.

[Illustration: Fig. 65.--Tuyères de fours métallurgiques.--1,
Silésie.--2-3, Hongrie.]

Dans nos pays, la période dite ligure est celle de la fondation des
villes, ou du moins, l'industrie du bronze a-t-elle vu le développement
des agglomérations créées par les néolithiques devenus sédentaires, par
suite de l'apparition de la culture et de l'élevage, les relations
commerciales s'étendirent. C'est alors à cette époque que les Phocéens,
attirés par le commerce qui ne se faisait encore que de proche en
proche, remontèrent à la source et, venant aborder chez les Ligures,
fondèrent Marseille.

En ces temps aussi, d'autres peuplades barbares, celles des Celtes,
habitaient des pays transrhénans, dans des îles lointaines, les
dernières du monde[138]. On fait généralement venir les Celtes d'Orient,
par la vallée du Danube[139]. Puis ces hordes seraient remontées dans
les pays du nord de l'Allemagne, vers les côtes de la mer Baltique, et
c'est de là que, par mer comme par terre, elles seraient descendu sur la
Belgique et le nord de la Gaule, chassées de leurs domaines par ces raz
de marée qui vers 530 av. J.-C., submergèrent les côtes de la mer du
Nord et de la Baltique. C'est également vers cette époque que les Ibères
venant de la péninsule espagnole seraient entrés dans le midi de la
France.

[Note 138: AMMIEN MARCELLIN (d'après Timagène), XV, 9, 4.]

[Note 139: Cf. XXX, 227, note 2.]

L'histoire de l'exode des Celtes des pays du Nord nous est connue par
bon nombre de passages des écrivains de l'antiquité; aussi les
laisserons-nous occupant la Gaule, ayant soumis, sans les détruire ou
les chasser, les Ligures. Mais ce qui nous importe le plus, c'est de
retrouver leurs traces dans des temps plus anciens. D'ailleurs il était
resté des Celtes dans la Thrace et en Macédoine; ce sont eux qui en 279
avant J.-C. pillèrent le temple de Delphes, et cette indication nous est
précieuse, car elle permet de relier la culture celtique à des
civilisations plus éloignés encore vers l'Orient.

Déchelette[140] estime que de leur domaine primitif, l'Europe centrale
et la France du Nord-Est, les Celtes se sont répandus au premier et au
second âge du fer sur des territoires très étendus, au commencement du
IIIe siècle, époque de leur plus grande extension. Leur domaine
aurait compris alors les îles Britanniques, la péninsule Ibérique, la
Gaule, l'Italie du Nord, les régions du Rhin et du Danube, jusqu'à la
mer Noire; quelques-unes de leurs tribus se seraient établies en Thrace;
d'autres auraient réussi à fonder au centre de l'Asie Mineure (Phrygie
et Cappadoce) un établissement durable, la Galatie.

[Note 140: XXVI, 572.]

Cette désignation de «domaine primitif» semble être bien hasardeuse et
dictée par la réaction, de mode aujourd'hui, contre les origines
orientales des peuples de langue aryenne. Nos renseignements, bien
qu'ils soient incomplets, certainement nous montrent les Celtes
s'étendant jusqu'aux rives du Pont Euxin sur le bas Danube; mais ils ne
nous disent pas s'il en existait encore plus loin, dans les steppes
russes, et si ces peuples n'y avaient pas vécu jadis.

M. Hoernes[141], l'un des préhistoriens les plus versés dans l'étude de
la civilisation dite hallstattienne, se base principalement, dans sa
classification, sur les caractères de la céramique et des fibules. Sans
disconvenir que ces deux éléments présentent un grand intérêt, nous
ferons cependant observer que la véritable caractéristique de cette
culture est l'introduction du naturisme dans l'art géométrique,
caractère qui la distingue très nettement de la civilisation du bronze
dans l'occident et le centre de l'Europe et qui, par ses conceptions et
sa technique, l'éloigne des cultures chaldéenne, égyptienne et
préhellénique, tout en laissant entrevoir une certaine parenté, très
éloignée, avec les goûts mycéniens.

[Note 141: LXX, 54.]

Mais les traces de l'esprit hallstattien ne sont pas limitées à
l'Europe, nous en retrouvons au loin dans l'Asie Antérieure du nord, au
sud du Caucase et dans les pays caspiens.

Au cours de l'industrie du fer, on voit paraître, en Arménie russe, une
civilisation très différente de celle des sépultures plus anciennes; et
cette culture se retrouve, bien qu'elle soit modifiée dans bon nombre de
détails, tant dans le Talyche russe et persan que dans l'Osséthie, voire
même dans le Daghestan. Sa caractéristique est dans les représentations
humaines et animales, dont la technique et le style paraissent dériver
pour toutes du style géométrique.

En Osséthie, cette culture semble ne pas encore user industriellement du
fer, toutes les armes étant faites de bronze; mais ce n'est là qu'une
apparence, car la grande prédominance du cuivre chez les Ossèthes
provient uniquement du voisinage de riches mines de ce métal. En
Arménie elle comprend le fer, l'argent et le plomb. Quant à la
céramique, elle possède dans les trois régions la même technique
ornementale, l'incision, souvent très soignée, et le lissage; elle
fournit des formes animales en Arménie et en Perse, fait nouveau dans
ces régions.

[Illustration: Fig. 66.--Industrie du fer, Arménie russe.]

[Illustration: Fig. 67.--Têtes de flèches des sépultures de l'industrie
du fer dans le nord de la Perse. 1-2, Bronze.--3, Fer.--4-5, Obsidienne
transparente enfumée.--6, Obsidienne à veines rouges.--7, Jaspe
rouge-feu (Talyche).]

Mais si l'on rapproche ce groupe industriel de celui de Hallstadt, on
est frappé des analogies que présentent ces deux cultures; toutefois,
dans le Hallstattien, il faut faire la part des influences
méditerranéenes, exclure leurs produits, ce qui est aisé d'ailleurs; on
se trouve alors en présence d'analogies telles qu'il est impossible de
ne pas rapprocher ces deux industries et, par suite, les peuples qui en
étaient les auteurs. L'ornementation des vases de Bavière, de style dit
géométrique, est identiques à celles du Lelwar et d'Hélénendorf.

[Illustration: Fig. 68.--Hélénendorf (Transcaucasie).]

Dans la parure, nos bracelets hallstattiens ne diffèrent en rien de ceux
de l'Orient, les torques sont les mêmes, et il en est ainsi des anneaux
d'oreilles, des bagues, des pendeloques, des fibules; on rencontre
également les ceintures de bronze, mais la plupart des nôtres sont
inspirées par l'Étrurie ou la Grèce. Les trousses de toilette, la forme
des armes, les nécessaires de tout genre, les grandes fourches de
bronze, tout est sinon semblable, du moins fort analogue. Seules les
épingles diffèrent; mais celles du Lelwar ne sont que des imitations
transformées des épingles des industries précédentes du fer dans le même
pays.

Le mode de sépulture est à peu de chose près le même en Orient qu'en
Occident: le corps, allongé (jadis il était accroupi), est recouvert
d'un amas de pierres.

De même que le bronze a fait son apparition en des temps divers, dans
les différents pays, de même le fer s'est montré, suivant les lieux, à
des époques très variées. En Chaldée, en Élam et en Égypte on a connu ce
métal dès des temps fort anciens; mais, dans ces régions, l'usage du
bronze étant resté prédominant, soit pour des causes religieuses, soit,
plutôt, parce que le fer à l'état naturel était rare dans ces parties du
monde antique, il en résulte que nous ne savons pas préciser l'époque à
laquelle son usage industriel fut introduit. Il en est tout autrement en
ce qui concerne les régions nordiques, tant en Asie qu'en Europe.

Dans la Transcaucasie, on distingue deux formes successives de
l'industrie du fer, très différentes d'aspect et certainement
appartenant à des groupes ethniques divers. La première, très spéciale,
semble n'être, somme toute, qu'une continuation des usages de la culture
du bronze dans ces pays; elle est localisée dans les montagnes de
l'Arménie. La seconde au contraire, nous venons de le voir, est celle
qui paraît avoir été soit la mère, soit la sœur du hallstattien de
l'Occident. Cette dernière, d'ailleurs, si nous en jugeons par les
mobiliers funéraires, aurait emprunté quelques détails à la civilisation
qui l'avait précédée dans la Transcaucasie.

[Illustration: Fig. 69.--Épées et poignards hallstattiens de l'Occident
européen.]

En Occident, seule la seconde culture caucasienne trouve son équivalent;
mais elle est, dans nos pays, suivie d'une autre phase qu'on a coutume
de désigner sous le terme d'industrie de la Tène, du nom de la localité
où elle est le mieux représentée. Cette industrie de la Tène était celle
de la Gaule à l'époque de la conquête romaine. Elle est fort imprégnée
de l'esprit méditerranéen ainsi que de goûts venus du Nord, de
l'Allemagne septentrionale et de la Scandinavie, et ne semble pas être,
comme le Hallstattien, d'origine orientale.

À cette époque, dans tout l'Occident et le Centre européens, la culture
hellénique et celle des Italiotes prend de plus en plus d'importance; la
monnaie, grecque tout d'abord, puis indigène au type grec, fait son
apparition, et l'histoire proprement dite commence.

Ailleurs, dans le nord de la Russie et en Finlande, l'usage du fer
succède directement à celui de la pierre polie. Il en est de même dans
l'Afrique centrale et sur le Haut Nil, probablement en des temps plus
anciens qu'en Europe. Aux Indes, ce progrès paraît avoir été dû à la
conquête alexandrine, ou tout au moins l'avoir précédée de peu de
siècles. Quant aux pays extrême-orientaux, nous ne pouvons encore juger
de leur évolution.

Au Nouveau Monde, en Océanie, dans la Polynésie, chez les tribus du Nord
sibérien, l'apparition du fer est toute récente; elle date de la
découverte de ces terres par les explorateurs de notre époque.



CHAPITRE VIII

LE TRAVAIL DES MATIÈRES DURES


Nous avons vu que les plus anciens produits de l'industrie humaine dont
nous ayons actuellement connaissance, sont des instruments en pierre
éclatée, silex, quartzite, grès siliceux, quartz, suivant que le pays
fournissait naturellement l'une ou l'autre de ces roches, soit dans les
affleurements des couches géologiques, soit dans les alluvions.

Dans toutes les contrées et dans tous les temps préhistoriques, le silex
a toujours été préféré aux autres roches, parce qu'il s'éclate aisément
et que ses éclats sont extrêmement tranchants. Le silex est une
substance très résistante, que seul le choc sur un corps dur peut
émousser; il se prête admirablement à la taille par percussion et ses
éclats sont rapidement façonnés soit à petits coups, soit par la
pression, car il suffit de comprimer obliquement, au moyen d'un corps de
dureté moyenne, le tranchant d'un éclat de silex, pour déterminer la
levée de petits éclats, et en répétant cette opération, on donne
aisément une forme intentionnelle à l'instrument. Le retouchoir peut
être en silex ou en toute autre pierre de dureté moyenne, voire même en
bois, en os, en corne; car la pression à exercer pour obtenir les
retouches est fort légère.

Le grès siliceux, les quartzites, le quartz et le cristal de roche, de
dureté égale ou supérieure même au silex, ne possèdent pas les qualités
de cette matière et se fendent gauchement, n'obéissent, semble-t-il,
qu'à regret aux volontés de l'ouvrier qui les façonne. Il en est résulté
tout d'abord que ces roches n'ont été employées qu'à défaut de silex et
que, dans les temps où les relations entre peuplades étaient devenues
faciles, le silex a fait l'objet d'un commerce fort étendu.

D'autres matières, telles le jade et l'obsidienne, ont été d'usage
également; mais le jade, substance très dure, ne se taille que très
difficilement, par percussion, et n'obéit guère qu'au polissage; aussi
ne le rencontre-t-on que dans les dernières industries néolithiques, en
même temps que la serpentine, la diorite et autres roches de filons dont
l'emploi était inconnu avant que l'homme appliquât à la pierre le
polissage que, depuis longtemps déjà, il pratiquait pour l'ivoire, l'os
et la corne.

Quant à l'obsidienne, qui se taille de merveilleuse manière, elle
présente le grand défaut d'être trop fragile. Cette roche volcanique a
cependant été fort employée dans l'antiquité préhistorique, pour cette
raison qu'elle peut, pour bien des usages, remplacer le silex toujours
absent dans les pays où elle-même se rencontre naturellement au milieu
des coulées de laves. Cette matière a été très employée au Mexique, au
Japon, dans les îles grecques de la Méditerranée, en Transcaucasie et
dans l'Arménie. Elle se taille tout comme le silex, mais ne se prête pas
au polissage.

Quand on frappe obliquement sur un noyau de silex, soit à l'aide d'un
marteau, soit avec un simple galet de pierre dure, on lève un éclat dont
la face fraîche présente une surface légèrement bombée, saillante à
proximité du point qui a reçu le coup. Cette protubérance se nomme
«bulbe de percussion». Ce bulbe existe dans les éclats de toutes les
roches dures. Il en résulte, sur le noyau, une cavité correspondante.
Si, après avoir déterminé sur un noyau le départ d'un certain nombre
d'éclats sur le même côté, on frappe dans l'autre sens, on produit un
tranchant fort aigu, suivant une ligne sinueuse dont les saillants et
les rentrants peuvent être atténués par de nouvelles tailles moins
violentes; on parvient alors à façonner un tranchant très régulier. Ces
deux types sont ceux de l'industrie paléolithique, le chelléen montrant,
le plus souvent, les tranchants sinueux et l'acheuléen présentant les
bords coupants à peu de chose près réguliers. Avec l'industrie
moustiérienne la taille devient plus soignée dans les coups de poing;
mais l'homme fait surtout usage d'éclats qu'il retaille sur les bords,
d'un seul côté seulement, soit par percussion, soit par pression. Nous
avons vu qu'avec les industries archéolithiques, le coup de poing
disparaît; mais son procédé de taille sur les deux faces est, dès lors,
appliqué à l'éclat; il en résulte l'apparition des nuclei, noyaux sur
lesquels on prend les lames pour les façonner ensuite de cent manières
différentes, suivant les besoins, en les retouchant sur une seule face
ou des deux côtés.

L'industrie mésolithique montre de grands progrès quant à la variété des
formes; on voit paraître entre autres le tranchet, précurseur de la
hache qui, plus tard, sera polie; mais le tranchet, en général, n'est
taillé que d'un seul côté, l'autre demeurant plat.

En Égypte et aux Indes[142], ce tranchet se montre sous la forme d'une
véritable hache, concurremment avec une autre disposition dans laquelle
l'instrument est dégrossi sur les deux faces; son taillant est alors
obtenu au moyen d'un coup habilement frappé sur le côté de l'outil ainsi
préparé. Toutefois, dans la hache-tranchet de l'Égypte, le tranchant est
souvent produit par une série de retouches, ce qui l'éloigne du
véritable tranchet campignien, comme celui des Indes.

[Note 142: Notes communiquées par H. SETON KARR (Rivière Pensar).]

La hache polie se montre dans l'industrie néolithique, en même temps
qu'un grand nombre de formes nouvelles, et son usage se continue au
cours des industries énéolithiques, voire même du bronze; car le métal
était encore très rare alors et, pour bien des usages de la vie, on
conservait l'emploi des anciens instruments.

C'est dans l'industrie néolithique et énéolithique que se rencontrent
les chefs-d'œuvre de la taille du silex, et l'on a peine à concevoir que
des ouvriers fussent assez habiles pour tailler avec une pareille
perfection ces grandes lames égyptiennes, quelquefois polies d'un côté,
toujours si minces et portant les traces d'enlèvement des éclats de
retouche fait avec une régularité mathématique. Les néolithiques, tant
en Égypte que dans les pays scandinaves, étaient passés maîtres dans
leur art. Sur le Nil on façonnait même de légers bracelets en silex,
parfaitement circulaires et polis à l'extérieur. Dans le Jutland et la
Scanie, on excellait dans la fabrication des poignards. Quelques pièces
trouvées en France même ne sont pas négligeables mais il reste à savoir
si elles sont vraiment indigènes; car, à cette époque, le commerce du
silex avait pris une grande extension.

[Illustration: Fig. 70.--Nos 1-2, nucleus (Grand-Pressigny).--Nos
3-4, 1re lame. N°5, 2e lame.--N° 6, 2e lame.]

Le silex se trouve, dans le nord de l'Europe, par gros rognons au milieu
des assises du terrain crétacé supérieur (Cénomanien, Turonien et
Sénonien); c'est surtout dans la craie qu'il s'est formé, alors qu'elle
se déposait, la silice se concentrant dans les vides laissés par le
moulage et la disparition des corps organiques enfouis dans la vase. Les
spongiaires ont été la cause principale de cette concentration. Dans le
sud de l'Angleterre, le nord de la France, la Belgique, le nord de
l'Allemagne et le Danemark se trouve, dans la craie blanche, le plus
beau silex du monde. En Suède il n'existe pas de craie à silex[143].

[Note 143: J. DE MORGAN, 1882. _Les terrains crétacés de la
Scandinavie_, X.]

En Algérie et en Tunisie, les silex abondent dans les mêmes terrains
qu'en Europe occidentale, alors qu'en Égypte c'est dans les couches
tertiaires (nummulitiques) qu'il se rencontre; toutefois, dans les
coteaux de la vallée du Nil, la qualité de cette matière ne le cède en
rien à celle de nos silex occidentaux.

Pour alimenter le commerce et fournir de silex les populations qui n'en
possédaient pas de gisements dans leur sol, il se forma des centres de
la taille: des ateliers s'établirent en Belgique, dans le bassin de la
Loire, au Grand Pressigny. Dans cette dernière localité se fabriquaient
de superbes lames qui étaient exportées dans tout l'Occident européen;
mais il ne semble pas qu'on y eût taillé en grand nombre d'autres
instruments. Au Grand Pressigny, entre autres, les nuclei abandonnés,
après qu'ils eurent rendu les services qu'on attendait d'eux, se
rencontrent dans les champs par milliers et milliers. Ce sont de longs
blocs de silex retaillés à grands éclats sur toutes les faces, mais dont
une seule était préparée pour l'enlèvement des lames. Ils sont très
variables de dimensions: on en voit présentant plus de cinquante
centimètres de longueur (_fig. 70_).

C'est par percussion que ces grandes lames étaient enlevées; il
fallait, à coup sûr, une bien grande habileté de main et des précautions
spéciales pour que la vibration ne brisât pas ces couteaux si longs et
si minces, si fragiles. Certes on rencontre des débris; mais ils sont en
bien petit nombre si l'on tient compte du nombre énorme des nuclei, et
par suite de la production des lames.

La taille des lames d'obsidienne, dans les îles de l'Orient
méditerranéen, se faisait de la même manière, mais nuclei et lames
n'atteignent pas de grandes dimensions: les plus grands nuclei ne
dépassent jamais une vingtaine de centimètres de longueur (_fig. 71_).

[Illustration: Fig. 71. Nucleus et lames d'obsidienne (Phylacopi, île de
Milo).]

Bientôt les affleurements de silex ayant été exploités, les ouvriers
songèrent à creuser des puits dans le sol pour aller y chercher les
couches riches en silex. D'ailleurs ces ouvriers avaient probablement
reconnu que cette matière à l'état frais, et conservant encore son «eau
de carrière», se taille plus aisément que celle qui, pendant longtemps,
a été exposée au contact de l'air et aux intempéries.

C'est en 1867 que des géologues belges[144] découvrirent à Spiennes,
près de Mons, les premières de ces curieuses mines; mais par la suite la
même industrie fut reconnue dans l'Aveyron (_fig. 72_), par MM. Boule
et Cartailhac[145], puis dans le département de l'Oise[146], dans celui
de la Marne[147], en Angleterre, dans le Norfolk et le Sussex[148].
Enfin, dans ces dernières années, Seton Karr a découvert en Égypte de
très vastes exploitations (_fig. 73_ et _74_).

[Note 144: XLIV.]

[Note 145: V, 1887, 8.]

[Note 146: Cf. FOUJU, VI (1891), 445; _L'Homme_ (1884), 447.]

[Note 147: J. DE BAYE, V (1885), 464; XXII, 2e édit., 64.]

[Note 148: Chanoine GRENWELL, XVII (1871), nouv. série, II, 419:
col. A. LANE Fox. XVI, V, 1876.]

[Illustration: Fig. 72.--Puits d'extraction du silex à Mur-de-Barrez
(Aveyron). D'après M. Boule (Mat. 1887, p. 8).]

À Spiennes, les néolithiques ont foré des puits de 0 m. 60 à 0 m. 80 de
diamètre jusqu'à une profondeur atteignant parfois 12 mètres, au travers
des couches du quaternaire et du tertiaire, puis de la craie, jusqu'à
parvenir au banc des silex de la meilleure qualité. À cette profondeur
ils avaient pratiqué dans tous les sens, des galeries irrégulières
hautes de 0 m. 50 à 2 mètres et larges de 1 mètre à 2 m. 50. Dans ces
galeries on a retrouvé des pics en bois de cerf et en silex, des
marteaux, des haches polies, le tout accompagné de cendres, de bois
calciné, et, autour de ces puits sur environ vingt-cinq hectares, le
sol est couvert d'éclats et de rebuts de la taille; c'est là que se
trouvait l'atelier.

Ces sortes d'exploitations ont certainement été fort nombreuses dans nos
pays; mais les terres qui recouvrent les puits ayant été cultivées
depuis de longues années, il est fort difficile de reconnaître leur
emplacement. En Égypte, les conditions sont tout autres; c'est dans le
désert que les néolithiques ont ouvert leurs mines, et le sol est encore
dans l'état même où ils l'ont laissé, il y a de cela plus de six mille
ans (_fig. 73_); on voit encore les buttes de décombres (_fig. 74_),
haldes du travail des mineurs laissées autour du puits, et ces buttes
s'alignent en nombre infini sur les bords de certains vallons connus
dans ces temps pour la richesse en silex des couches qui se trouvent
sous les alluvions quaternaires. Ces travaux, considérables, sont
assurément contemporains de la belle industrie du silex en Égypte;
c'est-à-dire que, commencés peut-être avant l'apparition du métal, ils
se sont continués sous les rois dont les restes ont reposé dans les
nécropoles de Négadah et d'Abydos.

[Illustration: Fig. 73.--Croquis topographique des mines de silex de
Ouadi el Cheikh (Égypte), d'après les relevés de Seton Karr.]

Bien longtemps avant de polir le silex, les matières sédimentaires
siliceuses et les roches cristallines, les hommes avaient travaillé et
poli l'os et l'ivoire et quelques ustensiles de pierre; ils n'ignoraient
donc pas cette méthode de travail mais, pour des causes qui nous
échappent, ils ne l'employaient pas et ce n'est que très tardivement
qu'ils en firent usage.

[Illustration: Fig. 74.--Mines de silex de Ouadi el Cheikh, d'après une
photographie de H.-W. Seton Karr.]

L'instrument, taillé avec beaucoup de soin, présentait la forme qu'il
devait avoir après le polissage. Pour les outils de silex, par de
petites retouches habilement faites, on enlevait le plus qu'il était
possible des arêtes par trop saillantes, et, pour les autres roches,
c'est par un piquage, au moyen d'un percuteur pointu, d'une roche très
résistante qu'on amenait l'instrument à sa forme; puis en le frottant
sur une substance plus dure et, probablement aussi, en s'aidant de sable
et d'eau, on enlevait tous les saillants des retouches.

Cette opération se faisait soit sur un rocher, soit sur une grosse
pierre apportée dans le campement et auquel nous donnons le nom de
polissoir. Nous connaissons des polissoirs des industries
aurignacienne[149], magdalénienne[150], azilienne[151]: mais ces
pierres ne servaient alors qu'au polissage des os et de l'ivoire, à la
fabrication des aiguilles et des épingles. C'est au néolithique que
commence le polissage de la pierre, il ne s'applique qu'à quelques
instruments seulement, haches, erminettes, gouge, ciseau et casse-tête,
dans le monde entier, couteaux et bracelets en Égypte seulement; et
encore les instruments polis ne le sont-ils souvent qu'au tranchant.
Toutefois il est à remarquer que dans le sud de l'Europe, en Italie, en
Grèce et en Espagne les haches polies de silex font défaut[152] et qu'en
Afrique du Nord elles semblent également manquer, ou du moins être
extrêmement rares.

[Illustration: Fig. 75.--Pic de mineur de Ouadi el Cheikh (musée de
Saint-Germain récoltes de Seton Karr) et son emmanchement.]

[Note 149: Grotte du Trilobite.]

[Note 150: Grotte de Combarelles.]

[Note 151: Grotte du Mas-d'Azil.]

[Note 152: XXVI, I, 512.]

[Illustration: Fig. 76.--La «Pierre aux dix doigts», Villemaure (Aube).]

Les polissoirs sont le plus souvent en grès dur; on en connaît cependant
en granit, en quartzite ou en toute autre roche dure. Dans la Dordogne
on a fréquemment employé des dalles de silex[153]. L'un des plus
remarquables est celui dit «la pierre aux dix doigts» (fig. 76), de
Villemaure, dans l'Aube[154].

[Note 153: Dr TESTUT, V (1888), 77.]

[Note 154: A. DE MORTILLET, _Les polissoirs de Villemaure (Aube)_,
IX (1906), 44, fig. 26 et 27.]

Mais à côté de ces polissoirs fixes, sur lesquels on frottait
l'instrument qu'on désirait achever, il est bon nombre de polissoirs à
main et d'aiguisoirs qui certainement n'étaient pas destinés au
polissage des outils de pierre, mais servaient pour l'os, l'ivoire ou la
corne. On les rencontre en grand nombre dans les stations néolithiques;
quelques-uns même sont percés et pouvaient être suspendus à la ceinture.

[Illustration: Fig. 77.--Bas-relief de la VIe dynastie d'Égypte. La
fabrication des vases de pierre.]

[Illustration: Fig. 78.--1 à 5, Vases de pierre. El Amrah
(Hte-Égypte).]

Le néolithique, vers son apogée, a connu les instruments perforés pour
recevoir leur emmanchement, haches, marteaux, masses, casse-têtes, etc.,
qu'on rencontre dans tous les pays du monde. Ces armes presque toujours
faites de pierre très dure, diorite, serpentine ou autre, ont été
longtemps en usage, car on les trouve fréquemment avec des instruments
de bronze; mais on aurait grand tort de les considérer comme
représentant une époque[155] car, dans les diverses régions où elles se
rencontrent, l'industrie énéolithique ne peut être considérée comme de
la même antiquité. En Égypte et en Chaldée, les masses de formes
diverses sont extrêmement anciennes et leur usage s'est, dans la
Mésopotamie, conservé jusqu'à nos jours. Les Arabes des tribus, en
effet, sont encore armés d'un casse-tête fait d'un court bâton muni, à
l'une de ses extrémités, d'une grosse boule de bitume.

[Note 155: Comme le fait DÉCHELETTE, XXVI, I, 519.]

Quant à la perforation du trou d'emmanchement, elle se faisait, comme de
nos jours encore, par rotation d'un foret circulaire, généralement
creux, actionné, soit à la main, soit à l'aide d'un archet, agissant sur
la pierre à percer; le sable mouillé jouait un grand rôle dans ce
travail qui permettait aussi le forage des vases de pierre dure, cristal
de roche, obsidienne, cornaline, etc... Certains bas-reliefs de l'ancien
empire égyptien nous montrent des ouvriers occupés à ce travail (_fig.
77_).

[Illustration: Fig. 79.--Vase de pierre. Abou Zédan (Hte-Égypte).
Énéolithique.--Rech. H. de Morgan.]

Dès le temps des industries de la pierre éclatée, l'homme travaillait le
bois; dans les dernières périodes, dans celles qui ont précédé
l'apparition du métal, il abattait de gros arbres, dont il creusait le
tronc pour en faire des pirogues[156], sortes d'auges allongées, rondes
ou carrées aux extrémités. Il coupait aussi et taillait en pointe les
pieux de ses villages lacustres et les poutres de ses habitations.
Certes ce travail exigeait beaucoup de patience, nous le savons, ayant
vu les Indiens de l'Amérique méridionale se livrer à ces travaux; mais
on n'en parvenait pas moins à ses fins, tout comme si l'on avait disposé
de haches métalliques. Le temps alors était le principal facteur de
toutes les œuvres, il l'est encore chez les peuples primitifs; les
Indiens de l'Alaska polissent l'ivoire de morse en le frottant pendant
des semaines et des mois dans le creux de leur main, et obtiennent ainsi
un lustre que jamais ne produirait un procédé plus rapide.

[Note 156: Moringen et Robenhausen (Suisse),
Saint-Aubin-en-Charollais (Saône-et-Loire), etc...]



DEUXIÈME PARTIE

LA VIE DE L'HOMME PRÉHISTORIQUE



CHAPITRE I

L'HABITATION


Nous ne savons rien de l'habitation des hommes antérieurement à
l'apparition de l'industrie moustiérienne; les cavernes, cependant,
étaient ouvertes; car, dans la plupart d'entre elles, on trouve à la
base du remplissage des dépôts de résidus de la vie des animaux
sauvages. On est donc amené à penser, soit que le pays n'était pas
habité antérieurement à l'existence des moustiériens, soit, comme nous
l'avons dit plus haut, que les industries chelléennes et acheuléennes
sont contemporaines du moustiérien, répondaient à des besoins que
n'avaient pas les populations troglodytes, et que Chelléens et
Acheuléens se construisaient des hottes dans les pays dépourvus d'abris
naturels. Il n'est pas possible, en effet, d'admettre que ces gens ne se
seraient pas mis à couvert dans les grottes qui s'offraient à eux.

Les cavernes ayant conservé les vestiges provenant des générations qui
s'y sont succédé, apportent des renseignements des plus précis quant à
la vie des hommes paléolithiques et archéolithiques. Dans celles de
Grimaldi (grotte des Enfants), les dépôts de remplissage s'accumulaient
avant les fouilles sur 10 mètres environ de hauteur. À la base était une
couche renfermant des coprolithes d'hyènes, puis s'étageaient neuf
zones de foyers distincts, tous appartenant au quaternaire. Les couches
profondes étaient caractérisées par la présence d'ossements du
_Rhinoceros Mercki_[157], et cet exemple n'est pas isolé; car toutes nos
cavernes ont été habitées de même manière, avec plus ou moins de
régularité. Quelques-unes cependant, provisoirement abandonnées par
l'homme, sont devenues, à nouveau, le repaire des carnassiers; puis
elles ont été reconquises, et les foyers succèdent aux couches dans
lesquelles les produits de l'industrie sont absents.

[Note 157: Cf. LXIV: _Historique et description_, par le chanoine DE
VILLENEUVE; _Anthropologie_, par le Dr VERNEAU; _Géologie et
Paléontologie_, par MARCELLIN BOULE.]

En dehors des cavernes, nous ne connaissons avec certitude rien de
l'habitation des hommes durant les temps quaternaires; c'est avec les
industries mésolithiques qu'apparaissent les premières traces de huttes
bâties en plein air. Les kjœkkenmœddings danois et les stations
campigniennes montrent l'homme construisant ses abris en clayonnages de
branches enduits de pisé, et ces huttes primitives le plus souvent sont
groupées en villages et généralement défendues, soit par la nature, soit
par des palissades. Ces maisons primitives étaient de petite taille,
circulaires et offraient 2m, 50 au plus de diamètre. Dans certains
cas, les unes servaient d'habitation et les autres de cuisine[158]. En
général, les villages se trouvent à proximité des cours d'eau; car il ne
faut pas oublier que, bien que s'adonnant à l'élevage et à la culture
des céréales, les mésolithiques et néolithiques tiraient encore de la
chasse et de la pêche une grande partie de leur subsistance. Bon nombre
de ces agglomérations avoisinaient les gisements les plus importants de
silex, d'obsidienne ou plus tard de métaux, causes de l'établissement de
véritables fabriques pour l'exportation. Le sol devait fournir la vie et
les groupes, chacun peu nombreux, trouvaient aisément leur subsistance
autour des villages.

[Note 158: ROLLAIN, _Habitations néolithiques du plateau des Hautes
Brugères (Villejuif)_, I (1899), 204.]

Le mode d'existence des hommes à cette époque ne les portait
généralement pas à bâtir de véritables cités: cependant certaines
agglomérations peuvent prendre le nom de ville, tel est le camp de
Chassey, dans la Côte-d'Or, qui ne couvre pas moins d'une douzaine
d'hectares, et le Campigny (Seine-Inférieure), dont les huttes
s'étendent sur trois ou quatre hectomètres carrés. Plus en aval, dans la
vallée de la Bresle, près du village d'Incheville, un plateau portait
également un camp campignien, probablement fortifié; et ce camp mesurait
plusieurs centaines de mètres de longueur. Citons encore les bourgs de
Catenoy (Oise); de Camp-Barbet, à Janville, dans le même département:
celui de Peu-Richard, commune de Thénac, dans la Charente-Inférieure.

Quant aux fabriques d'instruments de pierre, elles variaient suivant la
nature du sol et les besoins de l'exportation. Dans beaucoup de
localités on taillait des armes et des outils de toutes formes, alors
que dans d'autres on ne fabriquait que certains types. En Normandie et
en Champagne, on polissait les haches; dans le Calvados et la Seine, on
taillait les grattoirs. Le Grand Pressigny, nous l'avons vu, était un
centre de fabrication des grandes lames.

Mais ce n'est pas seulement en France qu'on rencontre les restes
d'agglomérations humaines des derniers temps de la pierre. En Belgique,
dans la province de Liège, sont les traces de nombreux villages de ces
temps[159]. En Italie, d'intéressantes découvertes ont été faites dans
les Abruzzes, dans le Reggianais, dans les provinces de Mantoue, de
Brescia, etc.[160].

[Note 159: Cf. MARCEL DE PUYDT, II (1888 à 1903).]

[Note 160: Cf. PIGORINI, XXI (1875), 175.]

Ce que nous connaissons des huttes de l'Allemagne nous montre que les
mœurs qui ont présidé à la construction des habitations différaient de
celles de nos pays. Les huttes étaient rectangulaires, construites en
charpente garnie de treillages de branches, enduits de pisé, peint en
diverses couleurs[161] d'ornements géométriques. En Bohême, en Hongrie,
en Bosnie en Transylvanie et jusqu'en Roumanie on a relevé les traces
de villages néolithiques; mais si l'on compare ces découvertes entre
elles, on constate de sensibles différences, soit dans la construction
des abris, soit dans la céramique, soit dans l'outillage de pierre, dont
le principe reste cependant le même d'une manière générale.

[Note 161: Cf. LXXIV.]

Il est bien difficile de distinguer entre les maisons néolithiques et
celles des gens en possession du métal, les goûts différaient suivant
les contrées, suivant la nature des matériaux que la nature mettait à la
disposition de l'homme et, d'ailleurs ces habitations ne peuvent être
datées que par les objets qu'on rencontre dans leurs ruines. Les maisons
de Megasa et Phaestos attribuées par MM. Dawkins et Mosso au néolithique
sont, sans qu'aucun doute soit possible, énéolithiques, d'après les
objets qu'elles contiennent, autant que par leur mode de bâtisses. De
même à Orchomène les constructions avec soubassements en pierre et
murailles en briques crues, appartiennent à une civilisation déjà fort
avancée, dans laquelle le métal était certainement connu. C'est à tort
que Schliemann les attribue au néolithique.

L'Europe était alors peuplée de tribus appartenant à des races très
diverses, de mœurs très différentes, et les variations dans les usages,
qui se feront sentir plus encore après l'apparition des métaux, en sont
la meilleure des preuves.

Dans les plaines et les vallées fertiles et giboyeuses, l'homme devait
se tenir en garde contre les animaux sauvages et aussi contre ses
voisins; les luttes étaient alors incessantes entre les tribus, comme
elles le sont encore de nos jours chez les nomades soit pour la
possession des terrains de chasse et de pêche, soit pour celle des
pâturages et des terres de culture. La sécurité n'était donc que très
relative. Ne savons-nous pas qu'avant d'avoir été presque anéantis par
les Européens, les Indiens des États-Unis étaient perpétuellement en
guerre entre eux? Aussi voyons-nous presque tous les villages
néolithiques entourés de murailles de défense. Malheureusement ces sites
ayant été habités longtemps encore après l'apparition du métal, il est
impossible d'attribuer d'une manière certaine aux néolithiques les
fortifications dont nous reconnaissons les restes.

[Illustration: Fig. 80.--Urne funéraire en forme de cabane (Étrurie).]

Toujours à la recherche de conditions d'existence plus favorables, les
néolithiques, dans les régions des lacs, n'ont pas manqué de se mettre à
l'abri de leurs ennemis en bâtissant leurs habitations sur l'eau. Malgré
les moyens rudimentaires dont ils disposaient, ces hommes, abattant les
arbres de leurs forêts, en firent des pieux qu'ils enfoncèrent dans la
vase des lacs, puis sur ces pieux ils établirent un plancher plus ou
moins étendu, et c'est là qu'ils construisirent leurs demeures. Ce
procédé, ignoré dans nos pays avant l'apparition de la pierre polie, est
encore en usage dans l'Extrême-Orient et l'Océanie. La baie de
Singapoure m'en a fournit un frappant exemple: là, toute une population
chinoise, composée en grande partie de pêcheurs, vit encore sur l'eau.

En Suisse, on compte aujourd'hui plus de deux cents palafittes[162]. Ces
sortes de stations sont nombreuses dans nos lacs français des Alpes et
du Jura; on en rencontre jusqu'en Écosse et en Russie.

[Note 162: LXVIII.]

D'ailleurs, la construction sur pilotis n'est pas réservée aux
habitations bâties sur l'eau. Dans toute la Malaisie, les maisons sont
établies sur pieux, et leur plancher est situé à quelques mètres du sol;
c'est ainsi que les indigènes se protègent contre les miasmes et les
animaux nuisibles. C'est sur ce même principe qu'ont été construits les
terramares de la Haute-Italie[163].

[Note 163: Cf. O. MONTELIUS d'ap. L. PIGORINI, _Civ. prim. Ital._]

Quant aux _crannogs_ de l'Irlande et de l'Écosse, leur construction
partait de la même conception; mais ce principe de se défendre par l'eau
était réalisé sous une forme différente de celle des palafittes. Les
crannogs sont des îlots faits de main d'homme produits par la
surélévation artificielle de bas-fonds couverts d'eau en hiver,
émergeant en été.

On conçoit que les habitants des palafittes aient jeté à l'eau tous les
débris de leur vie, et que, bien souvent, des objets utiles soient
tombés par mégarde. Aussi parmi la forêt des piquets encore plantés dans
la vase, marquant la position des villages, la drague ramène-t-elle tout
le mobilier de ces temps: instruments de pierre, de métal, os et bois
travaillés, poteries, jusqu'à des fragments d'étoffes et de filets, des
cordages, conservés par la tourbe, des pirogues creusées dans le tronc
d'un arbre, des fruits, des graines, bref tout ce qui se rencontrait
alors dans l'existence courante, et, grâce à ces innombrables restes,
nous possédons mille renseignements sur la vie intime de ces
populations.

Quant aux pilotis qui demeurent en place depuis tant de siècles, ils
permettent de juger de l'importance des diverses agglomérations et
d'établir le plan de leur contour.

À Robenhausen (en Suisse), sur le lac de Pfaeffikon, la surface de la
bourgade était, à peu de chose près, d'un hectare et demi, et le village
s'élevait à trois mille pas environ de la rive du lac. Un pont très long
mettait en communication le bourg avec la terre.

Longtemps encore après l'apparition des métaux, les vieilles coutumes,
quant à la construction des habitations, subsistèrent dans nos pays;
nous possédons dans les bas-reliefs romains, surtout dans ceux de la
colonne Trajane, des représentations très concluantes à cet égard; et
quelques urnes funéraires de l'Étrurie et du Latium (_fig. 80_) nous
donnent l'exacte reproduction des huttes de ces temps en ces pays.
L'homme ne songea que beaucoup plus tard à construire des murailles pour
ses habitations; son premier soin fut de faire usage de la pierre pour
conserver les ossements de ses morts; ce n'est que longtemps après qu'il
prit soin de protéger sa propre vie, en élevant des remparts de défense.
Toutefois on doit remarquer que dans l'Orient méditerranéen les
populations, dès les temps de l'industrie énéolithique, construisaient
en pierres sèches les murailles de leurs habitations; qu'en Asie, on
faisait usage de mottes irrégulières d'argile, à Suse entre autres, pour
le rempart préhistorique, et que ce mode de construction se transforma
rapidement en Égypte, et donna naissance à la brique dont les sépultures
des dynasties Thiuites sont bâties; les tombes royales de Négadah et
d'Abydos sont faites de briques crues. Quelque temps après, on employa
même ces matériaux pour élever les remparts protecteurs des villes. Les
murailles d'El Kab sont un bel exemple de l'architecture militaire
primitive. Plus tard, sous la XIIe dynastie, les pyramides des
Ousertesen et des Amenemhat se composaient encore d'un énorme noyau de
briques crues, revêtu d'un parement de pierre; et, bien des siècles
après, sous les Achéménides de Perse, tout était fait de grandes briques
crues, maisons, palais et remparts, bien que la brique cuite fût déjà
connue tout au moins depuis le temps des Patésis d'Élam. En Gaule, en
Grèce, dans toute l'Europe, en Égypte même, la brique cuite n'est
apparue, et ne devint d'un usage courant, que lors de la conquête
romaine.

Les nomades de nos temps vivent sous la tente, abri fait de peaux, ou de
toile grossière de crin, qu'ils chargent sur leurs bêtes, dès que les
pâturages sont épuisés autour de leur campement; car à peine restent-ils
quelques semaines sur le même point. Il en était certainement de même
aux temps préhistoriques chez les nomades chasseurs ou pasteurs soit
que le gibier fût épuisé, soit que l'herbe eût été mangée par les
troupeaux. Or ces changements continuels ne laissent aucune trace
durable; en quelques jours, la pluie et le vent disséminent les cendres
des foyers; il ne reste sur le sol que quelques pierres demi-calcinées,
et de rare objets oubliés ou abandonnés; c'est ainsi que s'expliquent
les innombrables trouvailles d'objets isolés qu'on fait dans tous les
pays, et que rien ne vient corroborer entre elles.

Les agglomérations préhistoriques, dans les divers pays, diffèrent
beaucoup par leur taille: nous avons vu que la palafitte de Robenhausen
mesurait environ 1 hectare et demi de superficie. Ces proportions se
retrouvent dans quelques citadelles primitives; à Murcens (Lot), au mont
Beuvray (Saône-et-Loire), les dimensions sont égales à celles de
Robenhausen. Alise Sainte-Reine (Côte-d'Or) occupait une superficie de 9
700 ares; Gergovie, 7 000 ares; et la Rome palatine couvrait 1320 ares,
alors que Tyrinthe n'était que de 200 ares, Athènes de 250 et Mycènes de
300.

Il est à remarquer que l'usage de s'établir dans des lieux élevés, de
construire des acropoles entourées de murailles, paraît avoir été
apporté par les peuples venus de la Sibérie; car toutes les grandes
villes fondées par les peuples de vieille souche se trouvent dans les
vallées au bord des cours d'eau. Thèbes, Abydos, Memphis, Our, Ourouk,
Babylone, Suse, sont situées dans la plaine. Alors que Rome, Athènes,
Ecbatane, Alise, et une foule de villes et de bourgades fondées par les
nouveaux venus (Aryem) ont leur Acropole ou sont tout entières bâties
sur les hauteurs. En Gaule les exemples du choix des hauteurs sont
innombrables, l'occupation des îles et la construction des cités
lacustres, des crannogs appartiennent au même besoin de protection
naturelle des agglomérations.



CHAPITRE II

LA CHASSE, LA PÊCHE, LA DOMESTICATION DU BÉTAIL ET L'AGRICULTURE


_La chasse_.--Chez les peuples les plus primitifs, de nos jours, comme
par le passé, la chasse, la pêche et la récolte des plantes et des
graines sauvages sont les seuls moyens qu'a l'homme de se procurer sa
nourriture; et il en était de même dans les phases les plus reculées de
la préhistoire. Les débris qu'on rencontre dans les alluvions ne nous
renseignent pas à cet égard en ce qui concerne la vie des populations
qui taillaient les coups de poings chelléen et acheuléen, mais dans les
cavernes, aux niveaux dits moustiériens, la grande abondance d'ossements
des animaux qui, à l'état sauvage, peuplaient alors plaines, vallées et
montagnes, ne laisse subsister aucun doute quant aux travaux des
troglodytes. Ils étaient chasseurs et certainement aussi pêcheurs: la
capture du gibier et du poisson était leur principale occupation.

Cependant la vie n'était pas aussi facile qu'on serait en droit de le
croire; car, pendant toute la durée des temps quaternaires, l'homme
avait à se mesurer avec de terribles adversaires, soit qu'il luttât
contre eux pour assurer sa subsistance, soit qu'il eût à défendre sa
propre vie; et ce n'est certainement pas avec l'aide seule des
instruments grossiers de silex dont il disposait, qu'il pouvait se
rendre maître des pachydermes, des rhinocéros, des bisons et de tous ces
grands herbivores dont il faisait sa nourriture habituelle, qu'il était
à même de vaincre l'ours et le lion. Assurément, de même que bon nombre
de sauvages modernes, il faisait grand usage des lacets, des pièges, de
ces fosses dont on use encore dans l'Indo-Chine pour capturer le tigre
royal, et de plus, il fabriquait des armes puissantes de bois dur, des
épieux, dont peut-être même la pointe était empoisonnée. Une tige de
buis ou de chêne convenablement préparée devient, entre les mains d'un
homme adroit et vigoureux, un moyen d'attaque très redoutable.

[Illustration: Fig. 81.--Lions et chiens de chasse. Bas-relief du
tombeau de Méra, à Saqqarah (VIe dynastie).]

Chez les peuplades sauvages modernes, ces sortes d'armes, fort usitées,
varient de forme et de nature suivant leur destination. La pique, le
javelot, l'épieu garni d'une pointe de silex, d'os, de corne ou
simplement d'un bois dur affilé, sont les principaux instruments de
chasse des primitifs et, aux temps préhistoriques comme de nos jours,
ils servaient aussi bien contre l'homme que pour abattre les animaux
sauvages.

Dès avant l'introduction dans nos pays de l'industrie néolithique, l'arc
et la flèche avaient certainement fait leur apparition; c'était un grand
progrès sur le propulseur, car les projectiles atteignaient de grandes
distances, jusqu'à quatre et cinq cents mètres (à l'époque romaine), et
permettaient de frapper l'ennemi ou le gibier sans lui donner l'éveil.
L'homme pouvait dès lors lutter contre le lion et l'ours sans exposer sa
vie autant que par le passé. Cependant, dans les contrées chaudes, le
chasseur n'avait pas affaire seulement aux grands carnassiers. En
Égypte, le crocodile sortant la nuit des marais venait parcourir les
villages en quête de proies, tout comme le font encore les alligators de
l'Amérique centrale, et ni la flèche, ni l'épieu n'avaient d'effet sur
leur armure. Ces monstres atteignaient parfois d'énormes proportions et,
tandis que les habitants réfugiés dans leurs palissades n'osaient pas en
sortir, le lion, quittant ses repaires du désert, venait rôder autour
des huttes et des enclos du bétail. En Chaldée, le souvenir de ces
luttes contre le roi des animaux est demeuré pendant des siècles très
vif dans les esprits, la glyptique et la sculpture en font foi; alors
que les bas-reliefs égyptiens des premiers temps historiques nous font
assister le plus souvent (_fig. 81_) à des exploits cynégétiques plus
pacifiques; ce sont généralement des chasses à la gazelle, à l'antilope,
ou bien aux oiseaux d'eau, dans les marais. L'arc et le filet jouent le
grand rôle.

Dans les kjœkkenmœddings de l'Égypte et de nos pays, dans les cavernes,
on trouve des amas considérables d'os brisés, restes de repas que les
hommes de ces temps ne prenaient pas la peine d'écarter de leur demeure;
et ces débris varient suivant les époques, fournissent, pour chaque
temps, la liste des animaux sauvages dont l'homme faisait sa nourriture.
À Solutré l'on n'a pas trouvé moins de cent mille équidés, dont les os
étaient amoncelés autour des anciennes habitations. Mais, alors que dans
les régions extra-européennes on voit sur les rochers figurer l'homme à
la poursuite du gibier, ces sortes de représentations n'existent pas
chez nous pour les temps quaternaires, bien que nos cavernes soient
couvertes de peintures; c'est plus tard seulement, avec l'industrie
néolithique, qu'elles se montrent. Cette remarque est d'importance en ce
qui regarde l'esprit dans lequel ont été dessinées les représentations
magdaléniennes.

L'introduction de l'élevage et de l'agriculture chez les peuples de tous
les pays n'a pas arrêté les exploits des chasseurs; mais dès lors, la
capture du gibier, n'étant plus indispensable à la vie, n'a plus joué
qu'un rôle secondaire dans les occupations. Les néolithiques,
semble-t-il, tiraient autant de ressources des animaux sauvages que de
leurs troupeaux, si nous en jugeons par les ossements qu'on rencontre
dans la vase sous les cités lacustres; et ce n'est que beaucoup plus
tard, aux temps historiques, que la chasse est devenue un agréable
passe-temps, un luxe que les plus grands rois ne dédaignaient pas. Mais,
avec l'apparition des métaux, l'armement devenant plus puissant,
l'abondance du gibier diminua et bien des espèces disparurent. C'est
ainsi que la cavalerie romaine de Julien le philosophe abattait de ses
flèches les dernières troupes d'autruches du désert euphratique, que le
lion disparut de la Grèce continentale et de l'Asie mineure, lors des
débuts de l'histoire dans ces pays, que les _bos urus_ de l'Europe
occidentale furent exterminés dans les premiers siècles de notre ère.

[Illustration: Fig. 82.--Faucons de chasse: 1, entravé; 2, libre,
Arménie russe. Seconde industrie du fer.]

Aux temps de l'industrie du fer, nous voyons paraître dans la
Transcaucasie l'emploi du faucon pour la chasse (_fig. 82_), et cet
usage si cher à nos seigneurs du moyen âge, est demeuré en vigueur
jusqu'à nos jours chez les Orientaux.

 * * *

_La pêche._--Si l'homme poursuivait le gibier, il ne négligeait
certainement pas le poisson, alors d'une abondance extrême dans les lacs
et les cours d'eau; abondance que nous ne connaissons plus aujourd'hui
que dans les pays neufs, où les moyens de pêche modernes n'ont pas
encore été appliqués.

Pour les temps les plus anciens, contemporains de l'industrie
paléolithique, les documents nous manquent pour apprécier les méthodes
de pêche; mais dès l'apparition du harpon, c'est-à-dire dès les débuts
des industries archéolithiques, nous sommes assurés que nos
prédécesseurs sur le sol des Gaules chassaient le poisson. Quant aux
lignes de pêche de ces temps, nous n'en avons pas rencontré de traces;
il est juste de dire que l'hameçon pouvait être fait de deux esquilles
d'os ou de bois dur attachées ensemble et formant un angle aigu;
cependant les microlithes géométriques (Tardenoisien ou Tourassien)
paraissent avoir été taillés pour armer des engins de pêche.

[Illustration: Fig. 83.--Harpons et instruments de pêche.--N°1, Ivoire.
N°2, Cuivre (Abydos). N°3, Silex (Hélouan). N°4, Emmanchement du n°3.
N°5, Corne de cerf (lac de Neuchâtel). N°6, Robenhausen (Suisse). N°7,
Flotteur en bois de pin (Robenhausen, Suisse). (Nos 5, 6, 7, d'après
A. de Mortillet.)]

Le harpon (_fig. 83_, n°1 à 5), en usage dès les derniers temps
quaternaires, se montre dans toutes les industries moins anciennes,
jusqu'à nos jours; il est fait d'os, d'ivoire ou de métal, et certains
petits instruments de silex qu'on rencontre, à Hélouan (Égypte) entre
autres localités, peuvent être considérés comme des armatures de
harpons.

Quant aux hameçons (_fig. 84_, nos 1 à 10), ils se montrent nombreux
dans toutes les industries du cuivre et du bronze, affectant les formes
que nous leur donnons encore de nos jours.

[Illustration: Fig. 84.--Hameçons.--Cités lacustres de Suisse: nos 1
à 8 et 11 à 13. N° 9, Suse. N° 10, Égypte]

Les filets (_fig. 83_, n° 6) paraissent avec l'industrie néolithique des
cités lacustres ou, du moins, est-ce dans les lacs qu'on a jusqu'ici
rencontré les plus anciens spécimens de filet. Ils semblent avoir été
faits «au pouce» plutôt qu'au «petit doigt». Des morceaux de bois léger
(_fig. 83_, n° 7) tenaient lieu de flotteurs, et des cailloux percés
(_fig. 84_, n° 11) ou de ces grosses perles de terre cuite qu'on nomme
fusaïoles (_fig. 84_, nos 12 et 13) remplaçaient nos plombs pour les
lignes comme pour les filets.

Dans certains pays, riches en lacs et en cours d'eau, ou situés sur les
côtes, la pêche était la ressource principale des habitants; les
kjœkkenmœddings danois en font preuve et les bas-reliefs qui nous ont
été laissés par les Pharaoniques des premières dynasties fournissent de
nombreuses représentations de scènes de pêche au filet dans le Nil, ou
dans les marais latéraux de sa vallée (_fig. 85_). D'ailleurs les restes
de cuisine égyptiens contiennent tous des débris de poissons en grand
nombre; et certains de ces os, des vertèbres, indiquent qu'on capturait
alors dans le fleuve sacré de véritables monstres, mesurant parfois deux
et trois mètres de longueur.

[Illustration: Fig. 85.--Scènes de pêche. Bas-relief du tombeau de Méra,
à Saqqarah (IVe dynastie). _Registre supérieur_: 1° Méra en bateau
assiste à la pêche, un serviteur le fait boire. À l'avant de la barque
un autre serviteur fend les poissons pour les faire sécher; 2° barques
de pêcheurs relevant des nasses; 3° deux barques de pêcheurs à la
trouble; au-dessous sont des oiseaux pêcheurs. _Registre inférieur_:
dix-huit pêcheurs, sous les ordres d'un chef, tirent à terre la senne
pleine de poissons.]

En Chaldée, pays de fleuves et de marais, voisins de la mer, la pêche
était également en grand honneur et, suivant les textes archaïques, les
rois légendaires s'y livraient. Aujourd'hui encore, au Japon, en Chine,
dans la Polynésie, voire même certaines régions de l'Europe, la pêche
fournit aux habitants une partie fort importante de leur nourriture.

 * * *

_L'élevage_.--La domestication des animaux, dans nos régions, débute,
pour quelques espèces, à l'époque où l'industrie mésolithique était
florissante. Le plus ancien animal domestique semble avoir été le chien,
compagnon du chasseur, gardien de la hutte, dont on rencontre les
squelettes dans les kjœkkenmœddings danois. Quant aux hypothèses
attribuant aux Solutréens le dressage du cheval, de même que toutes les
suppositions relatives à la domestication dans les temps quaternaires,
elles ne reposent sur aucune base sérieuse. Ce n'est donc, semble-t-il,
que fort tardivement, que l'homme fit des animaux des auxiliaires de sa
vie et des réserves pour sa nourriture.

[Illustration: Fig. 86.--Le bétail sous l'ancien Empire
(bœufs).--Bas-relief du tombeau de Méra à Saqqarah (VIe dynastie).]

[Illustration: Fig. 87.--Le bétail sous l'ancien Empire; antilopes,
gazelles, hyènes, chacals.--Bas-relief du tombeau de Méra à Saqqarah
(VIe dynastie).]

À l'époque des palafittes, le cochon, le cheval, le bœuf, la chèvre, le
mouton et le chien étaient apprivoisés; le sanglier, le daim, le cerf,
un grand bœuf, l'élan, le castor, le chat, le renard, le loup, le
putois, la martre, le blaireau et l'ours brun vivaient à l'état sauvage;
et l'homme, toujours chasseur, ne rapportait le plus souvent à son
habitation que les parties les plus utiles du gibier, après l'avoir
dépecé sur la place où l'animal était tombé. Cet usage, que nous voyons
pratiqué dès les temps quaternaires, et qui s'est perpétué chez les
peuples sauvages jusqu'à nos jours, a permis aux zoologistes de
distinguer entre les bêtes capturées à la chasse et celles qui,
domestiquées, étaient tuées dans les villages. On retrouve toutes les
parties du squelette de ces dernières dans les restes laissés aux
alentours des habitations, alors que ce sont toujours les mêmes os qu'on
rencontre quand il s'agit du gibier[164].

[Note 164: Cf. XXVI, I, 341.]

Quant aux pays d'origine de la domestication des animaux, nous ne les
connaissons pas. Certains auteurs[165], sans preuves d'ailleurs, les
placent en Orient; mais il est plutôt à croire qu'elle s'est produite
sur un grand nombre de points. Les Péruviens, comme le fait observer M.
S. Reinach, avaient domestiqué le lama, et les Astèques, le dindon,
avant la conquête espagnole[166].

[Note 165: Cf. ZABOROWSKI, _L'origine des animaux domestiques en
Europe et les migrations aryennes_: XIII, Grenoble (1905) II, 1034.]

[Note 166: LXI, 13.]

[Illustration: Fig. 88.--Antilopes d'après une fresque Meïdoum (IIIe
dynastie).]

En Égypte, j'ai retrouvé, alors que j'explorais les kjœkkenmœddings, non
seulement des traces de la domestication des animaux parmi les restes
des habitations, mais aussi les enceintes où les Prépharaoniques
enfermaient leurs troupeaux pour la nuit, et ces troupeaux étaient
composés en majeure parte d'antilopes (_Bubalis buselaphus_), de
gazelles (_Gazella dorcas_ et _isabella_), de chèvres (_Hircus
thebaicus_), de moutons (_Ovis longipes_) et de mouflons à manchettes
(_Ammotragus tragelaphus_)[167]. Le bœuf était également connu, car on
trouve ses restes dans les débris de cuisine. Reste à savoir si, à cette
époque, il vivait à l'état sauvage, ou s'il était domestiqué.

[Note 167: LI.]

Parmi les troupeaux qui figurent sur les bas-reliefs de l'ancien Empire,
on remarque certains bœufs (_Bos macroceros_ et _Bos brachyceros_)
ainsi que le mouton d'Asie, et leurs squelettes se rencontrent en
abondance dans les kjœkkenmœddings de Toukh. Ce bétail a fort
probablement été importé[168] à des époques fort anciennes.

[Note 168: LXVII; PIÉTREMENT, _Les chevaux dans les temps
préhistoriques_, I (1906), 658.]

[Illustration: Fig. 89.--Peinture rupestre de Cogul (Espagne), d'après
H. Breuil.[169]]

[Note 169: Les représentations humaines sont plus récentes que
celles des animaux. H. BREUIL (_in litt._, 10 janv. 1923), la relation
entre les deux sujets est donc illusoire.]

Pour les autres pays, nous ne possédons pas d'éléments permettant de
trancher la question de la domestication des animaux; nous ne savons
pas, entre autres, à quelle époque le renne, qui a joué un si grand rôle
comme gibier, à la fin des temps quaternaires, est devenu le serviteur
de l'homme.

_L'agriculture_.--C'est aux temps des industries néolithiques, dans les
cités lacustres de la Suisse, qu'il faut nous reporter, pour apprécier
l'état de l'agriculture; parce que la vase des lacs nous a conservé en
fort bon état les substances végétales, alors que dans les autres
stations elles ont disparu.

Le Dr Herr[170], dont les travaux sur la question méritent toute
confiance, a constaté que les habitants des cités lacustres récoltaient
les noisettes, les prunelles, les fraises, les pommes, les poires, les
châtaignes d'eau, les faînes, les glands et le raisin, soit pour leur
nourriture, soit pour celle de leurs troupeaux; et plus dernièrement
Neuweiler[171] a dressé une liste de près de cent vingt espèces
préhistoriques, sans compter les céréales telles que le seigle, l'orge,
le froment et l'avoine, qui abondent dans les palafittes, soit en
grains, soit en épis. «Les habitants des villages lacustres, dit Sir
John Lubbock[172], cultivaient trois variétés de froment, deux espèces
d'orge et deux espèces de millet.»

[Note 170: _Die Pflanzen der Pfahlbauten. Neujahr. Naturf.
Gesellsch_., 1886.]

[Note 171: LXXII.]

[Note 172: IX, 4e édit., I, 204.]

Nous ne pouvons pas savoir si toutes ces espèces était indigènes, ou si
elles avaient été importées d'autres pays tels que la Mésopotamie,
contrée où les graminées abondent; constatons seulement qu'on a signalé
dans les palafittes de la Suisse le froment égyptien (_Triticum
turgidum_) et l'orge à six rangées (_Hordeum hexasticon_), espèce que
cultivaient les peuples de l'antiquité en Grèce, en Italie, en Égypte et
dans l'Asie antérieure.

[Illustration: Fig. 90.--1, Statuette de bois (IIIe dynastie).
Dahchour. 2, Monsheim (Hesse Rhénane). 3, Suse.]

Dans tous les pays, en Égypte, en Chaldée, en Italie, dans les contrées
helléniques, on rencontre, dès les temps les plus anciens de la hache
polie, la meule à bras (_fig. 90_) qu'on retrouve également dans les
stations mésolithiques et néolithiques, ainsi que dans les palafittes.
Cette meule est simplement composée d'une large pierre plate, en roche
dure, et d'un broyeur de forme allongée, aplati sur l'une de ses faces.
C'est à l'aide de cet instrument primitif, qu'on rencontre d'ailleurs
aujourd'hui encore chez quelques peuplades peu avancées, que les gens
des cités lacustres fabriquaient cette farine grossière avec laquelle
ils faisaient les pains dont on a trouvé bon nombre de spécimens au fond
des lacs, sorte de galette sans levain, analogue à celle dont se
nourrissent aujourd'hui bien des populations africaines et asiatiques.

[Illustration: Fig. 91.--1, Faucille en bois armée de silex, d'après
W.-M. Flinders Petrie, _Illahum Cahun and Gurob_, pl. III, fig. 27.--2,
Coupe montrant le mode d'encastrement du silex et le ciment de
bitume.--3, Signe hiéroglyphique d'après une fresque de Meïdoum (IIIe
dynastie). Le manche est peint en vert et les dents sont blanchâtres.--4
à 8, Éléments de faucille.--9, Silex montrant encore le ciment de bitume
et les traces laissées par le bois du manche.]

Mais la découverte la plus curieuse, faite en ces dernières années et
relative à l'agriculture préhistorique, est celle de Flinders Petrie en
Égypte. Cet archéologue a trouvé une faucille de bois armée sur toute
sa partie tranchante de petites lames de silex munies de dents (_fig.
91_). Jusqu'alors on avait pensé que ces instruments de silex,
extrêmement abondants dans toutes les stations néolithiques et
énéolithiques de l'Égypte, étaient des scies. Il n'en est rien: et sur
presque tous ces éléments de faucille aujourd'hui dispersés on reconnaît
un polissage spécial des dents, non pas obtenu par friction sur un corps
dur, mais causé par une substance souple, la paille, qui, à la longue, a
émoussé toutes les arêtes saillantes de l'instrument. En Chaldée (à
Yokha), en Élam (à Suse) et à la base de tous les tells, on rencontre
ces éléments de faucilles en prodigieuses quantités; presque tous sont
usés, tout comme ceux de l'Égypte et patinés par les intempéries depuis
leur abandon; on les retrouve en Syrie et en Espagne (_fig. 92_).

[Illustration: Fig. 92.--Abuchal, près Carmona (Espagne), d'après G.
Bonsor.]

L'existence de cet instrument de bois, armé de silex, montre combien il
importe d'être prudent dans nos appréciations quant à l'usage des silex
taillés dont nous ne connaissons pas l'emmanchement.

[Illustration: Fig. 93.--Faucilles de bronze: 1, Palafitte de Moringen
(Suisse); 2, Corcelette; 3, Guévaux; 4, Athlone (Wessmeath); 5, Jura; 6,
Hongrie; 7, Caucase.]

Avec la venue des métaux nous voyons changer la forme de la faucille;
elle diffère quelque peu suivant les pays, mais se présente toujours
comme une lame courbée, garnie d'un épais dos saillant (_fig. 93_).

L'époque de l'apparition de la charrue (_fig. 94_) ne peut être
précisée, parce que primitivement cet instrument dépourvu de socle se
composait seulement d'un morceau de bois fourchu, dont l'une des
branches était attachée au joug, tandis que l'autre pénétrait dans le
sol; ce n'est que tardivement qu'on arma la charrue d'une garniture
métallique; on connaît un assez grand nombre de socles de fer. En Égypte
cependant on rencontre de volumineux silex taillés que l'on considère
comme ayant servi de socles à des charrues.

[Illustration: Fig. 94.--Laboureur et sa charrue. Gravure rupestre de
Bohusland (Suède), d'après A. Montelius.]

Quant aux chars, on les rencontre en Chaldée, en Égypte, en Italie, en
Hellade et dans presque tous les pays méditerranéens au cours de
l'industrie du bronze. Dans le Nord et l'Ouest européens, ils sont
fréquents dès l'apparition du Hallstattien (_fig. 95_), bien qu'existant
déjà depuis longtemps; les chars votifs scandinaves en sont la preuve.

[Illustration: Fig. 95.--Char attelé de chevaux sur un vase d'argile
incisée (Industrie du fer). Oerdenburg (Hongrie).]

Ces progrès s'opérant peu à peu, soit par suite de conceptions
indigènes, soit par contact avec des peuples plus avancés, l'homme,
s'attachant au sol qu'il cultivait, modifia son genre de vie et, de
chasseur, devint sédentaire; cependant, dans bien des pays montagneux,
les besoins de ses troupeaux l'obligèrent à conserver quelque peu de son
ancienne existence nomade et à rechercher les pâturages dans les
diverses saisons. C'est ainsi que vivent aujourd'hui la plupart des
tribus kurdes et tartares de l'Asie antérieure; pour la plupart, elles
possèdent leurs villages, bâtis au milieu de leurs terres de culture et
de leurs pâturages d'hiver; mais elles quittent ces parages, dès les
chaleurs venues, pour gagner la montagne, y reviennent momentanément
pour les moissons, au cœur de l'été, puis s'y installent à nouveau, dès
que les neiges chassent leur bétail des hauts pâturages.



CHAPITRE III

LE VÊTEMENT ET LA PARURE


D'après les très rares représentations humaines que nous possédons des
temps quaternaires, il semble qu'à ces époques l'homme de l'Europe
occidentale vivait nu, ou peu s'en faut; car si, par les grands froids,
il se couvrait de peaux d'animaux tués à la chasse, ce que n'indiquent
pas, d'ailleurs, ses figurations, cela ne l'empêchait certainement pas
de s'exposer aux intempéries; peut-être même que la nature, prévoyante à
son endroit comme elle l'était pour les pachydermes, l'avait-elle
gratifié d'une véritable toison, certaines gravures sur bois de renne
permettraient de le penser. Or, s'il en était ainsi dans les régions
froides, _a fortiori_ n'en pouvait-il pas être autrement dans les
contrées chaudes. D'ailleurs, en Égypte, même aux temps de l'industrie
néolithique, l'homme ne paraît pas s'être vêtu; les plus anciennes
figures nous le montrent nu ou simplement protégé par une sorte de
pagne, fait qui se retrouve, de nos jours encore, chez la plupart des
peuplades sauvages des pays chauds, et même chez quelques-unes des
terres où, comme en Patagonie, le froid sévit avec intensité.

Aux niveaux des industries archéolithiques, dans les cavernes, on
rencontre en grand nombre des aiguilles d'os et d'ivoire, et l'on peut
en déduire que les gens de ce temps cousaient les fourrures et s'en
couvraient le corps lors de la mauvaise saison venue, comme le font
encore les Kamtchadales; mais il serait très hasardeux de leur attribuer
la connaissance des tissus.

Quoi qu'il en soit, c'est au cours des industries néolithiques et
énéolithiques que nous voyons avec certitude paraître les étoffes. Les
Proto-Susiens fabriquaient une toile assez fine. Il est probable même
que sous les premiers dynastes de la vallée du Nil on portait de ces
étoffes de coton dont nous trouvons des échantillons si bien conservés
sur les momies, dès la troisième dynastie. Les sépultures des premiers
princes de Haute-Égypte ayant été livrées aux flammes, toutes les
matières périssables qu'elles renfermaient ont disparu; et dans les
tombes du peuple on ne trouve pas trace de tissus, qui, s'ils existaient
déjà devaient être fort précieux.

En Europe occidentale, les gens des palafittes filaient et tissaient le
lin, ils ne connaissaient pas encore le chanvre; et ce n'était pas le
lin que nous cultivons aujourd'hui qu'ils employaient; c'était une
espèce à feuilles étroites (_Linum angustifolium_) qui croît
spontanément encore dans les régions méditerranéenes, et que, fort
probablement, ils se contentaient, dans les débuts, de récolter dans les
prairies.

[Illustration: Fig. 96.--1 à 3 Figurines d'argile, dessins gravés
(Iassy, Roumanie).--4 à 5, Figurines d'argile, dessins peints (Toukh,
Hte-Égypte).]

Cependant la nudité semble avoir persisté bien longtemps encore; car la
coutume de se tatouer et de se peindre le corps demeura, tant en Europe
qu'en Afrique et assurément aussi en Asie, jusqu'aux temps historiques.
Il suffira de citer les figurines de terre cuite découvertes en Roumanie
(_fig. 96_, nos 1 à 3) et celles de la Haute-Égypte (_fig. 96_,
nos 4 et 5) représentant des danseuses; toutes appartiennent à
l'industrie néolithique ou, au plus tard, énéolithique.

Les ornements corporels sont de deux natures: le tatouage indélébile,
obtenu à l'aide d'une pointe faisant pénétrer la couleur sous la peau,
et la peinture superficielle. Ces deux procédés sont encore en usage
chez tous les peuples primitifs; mais, d'après les figurations qui nous
ont été léguées par les hommes préhistoriques, il est impossible de
faire la séparation entre les deux procédés. En Égypte et en Chaldée ces
usages semblent avoir de très bonne heure perdu beaucoup de leur
importance. De même, dans le monde Égéen comme en Crète, si le tatouage
et la peinture corporelle existaient, ce ne paraît avoir été qu'à l'état
d'exceptions. La peinture, dans tous les pays et en tous les temps, n'a
d'ailleurs jamais été qu'accidentelle, et le plus souvent voulue soit
par des rites religieux, soit à certains jours seulement.

[Illustration: Fig. 97.--1 et 2, Mycènes, 3, Cnossos.]

Le costume caractéristique des peuples était, dès qu'il fut en usage,
extrêmement varié, et il l'est resté jusqu'aux débuts du XIXe siècle,
à qui appartient le triste honneur, au point de vue artistique, d'avoir
commencé son unification. Mais les habillements en usage aux temps
préhistoriques nous sont presque entièrement inconnus, parce que nous
n'en pouvons juger que par les très rares représentations parvenues
jusqu'à nous et par les figurines archaïques dont les costumes montrent
quelles étaient les modes dans quelques pays (_fig. 97_). Pour les
autres contrées, nous en sommes réduits à des suppositions basées sur
les objets qu'on rencontre dans les tombeaux, mais qui éclairent plutôt
sur la bijouterie que portaient hommes et femmes, en ces temps, que sur
la forme du costume.

[Illustration: Fig. 98.--Amulettes et collier de l'industrie de la
pierre.

1 à 6, Grotte des morts (Gard). 7, Aveyron. 8, Stéatite: dolmen
d'Aiguèze (Gard). 9, Coquille de pectuncle: dolmen de Gamat (Lot). 10,
Coquille (Dijon, Côte-d'Or). 11, Coquille, os et schiste: dolmen de
Vinnac (Aveyron). 12, Luzarches (Seine-et-Oise). 13, Camp de Chassey
(Saône-et-Loire). 14, Canine de chien (lac de Constance). 15, Callaïs:
dolmen de Carnac (Morbihan). 16, Stéatite: dolmen de Vayssières
(Aveyron). 17, Lignite: dolmen de Bessoles (Aveyron). 18, Albâtre:
dolmen de Montaubert (Aveyron).]

Assurément hommes et femmes se paraient dès les temps des industries
quaternaires; mais leur bijouterie, si primitive qu'elle soit, nous est
encore presque inconnue; c'est avec les restes des industries
néolithiques que nous voyous paraître, dans les sépultures et dans les
cités lacustres, de nombreuses amulettes et des perles de colliers
(_fig. 98_). En Égypte, dans les tombes néolithiques et énéolithiques,
on rencontre fréquemment des colliers composés de perles ou de
coquilles, des pendeloques et des bracelets d'ivoire, d'albâtre, de
nacre, voire même de silex merveilleusement taillés (_fig. 99_, n° 5).
Mais c'est avec l'industrie du bronze que débute la véritable
bijouterie.

[Illustration: Fig. 99.--Bracelets 1 à 3, Frignicourt (Marne). 4,
Albâtre (El Amrah). 5, Silex jaune (Abydos). 6, Nacre (El Amrah).]

Le bijou qui présente le plus d'intérêt au point de vue de la variété
est la fibule, qui se montre avec l'industrie du bronze et dont l'usage
s'est perpétué jusqu'à nos jours; mais avant que la fibule fût connue et
dans les pays où jamais elle n'a été en usage, comme l'Égypte, d'autres
moyens permettaient d'attacher ensemble deux pans d'étoffe. Dans les
sépultures de la première industrie du fer, en Arménie russe, toutes
les tombes renferment une grosse épingle; et la chance a voulu que dans
l'une de ces sépultures, l'épingle fût encore engagée dans des restes de
l'étoffe et entourée du cordon qui la maintenait[173]. L'épingle
remplaçait donc commodément la fibule; aussi devons-nous penser que
celles qui se rencontrent avec les industries archéolithiques n'avaient
pas d'autre destination, soit qu'elles retinssent des peaux, soit
qu'elles fussent enfoncées dans les plis d'un vêtement tissé. Plus
tardivement encore est venu le bouton, petit morceau de métal muni d'un
anneau.

[Note 173: Cf. J. DE MORGAN, XXXVIII, I, Musée de St-Germain.]

En Égypte, comme en Élam, la fibule ne semble pas avoir été d'usage
courant même aux temps historiques, on ne la rencontre jamais dans les
tombeaux pré-pharaoniques et proto-élamites; et les dépôts de fondation
du temple de Chouchinak n'en contenaient aucune. Cependant elle existe à
Moughaïr et à Warka, en Chaldée, dans des sépultures qui passent pour
être fort anciennes, mais dont la date est très discutable.

Le type primitif de la fibule est celui dit en archet, dans lequel la
tige métallique fait tous les frais: repliée sur elle-même, elle compose
l'épingle, son arrêt, son ressort et le dos qui, bientôt, prend une
importance ornementale. Dès lors la fibule est faite de plusieurs pièces
ajustées sur un motif central parfois très compliqué.

Dans le monde méditerranéen oriental, la fibule semble avoir fait son
apparition en même temps que le _péplos_ dont elle était le complément
indispensable; car ce vêtement féminin, n'étant pas cousu, devait être,
sur les deux épaules, retenu par des fibules. Ce bijou ne se montre que
vers la fin de l'époque mycénienne, et encore est-il de peu d'usage
jusqu'au temps de l'invasion dorienne qui en généralise l'emploi; il est
donc permis de penser que le péplos et la fibule sont venus du Nord en
Grèce; mais, originairement, la fibule n'était pas spéciale au port du
péplos; depuis des temps fort anciens elle était en usage chez les
peuples asiatiques du Nord et européens du Centre et de l'Ouest. Elle se
montre contemporaine de la plupart des dernières industries du bronze en
Italie, comme en Gaule. Dans la Transcaucasie et le Nord-Ouest iranien
elle paraît avec le fer. Son absence en Égypte et à Suse vient à l'appui
de l'opinion que ce bijou est d'origine asiatique centrale.

Les autres bijoux préhistoriques n'ont qu'un but de parure: ce sont les
colliers, les diadèmes, les bracelets, les anneaux de jambes, les
bagues, les pendants d'oreilles, les pendeloques et les appliques,
pièces métalliques cousues ou fixées à l'aide de crochets sur les
vêtements, enfin les ceintures qui, dans certains pays, tenaient en même
temps lieu d'armes défensives.

Les plus anciens colliers sont faits de menus objets enfilés; ce sont
des perles minérales, de turquoise, de callaïs, calcédoine, agate,
cornaline, hématite, d'ambre, etc., des coquilles marines ou fluviales,
des graines dures, des grains d'ivoire ou d'os, des perles métalliques,
d'or, d'argent, de cuivre ou de fer, suivant les pays et les époques,
enfin des grains de verroterie qu'on voit paraître dans l'Europe
occidentale aux temps de l'industrie du bronze. En général ces colliers
de perles portent au centre, sur la poitrine, soit une amulette, soit un
pendentif quelquefois très important, comme le sont les pectoraux
égyptiens.

Mais, au temps des métaux, ces pendentifs se multiplient souvent et
alternent avec les perles sur tout le pourtour du collier; ils sont
faits rarement de pierres, le plus souvent de métal, or, argent, cuivre,
plomb, étain, antimoine, etc...

Vient alors le collier métallique rigide, dont le type le plus parfait
en même temps que le plus ancien est le torque, très fréquent à toutes
les époques et dans presque tous les pays, sauf en Chaldée, en Élam et
en Égypte. Il se complique plus tard en s'articulant en son milieu.

Le bracelet, commun à toutes les régions et probablement d'origine fort
ancienne, offre des formes très diverses; parfois il est, comme le
collier, composé de perles; parfois il est d'une seule pièce et rigide,
fait de nacre, de calcaire, de silex même (Égypte), de jayet, d'ivoire,
de corne, de pâte, de métal ou de verre. Il se portait suivant les pays
au poignet, à la cheville et à l'avant-bras.

La bague ne paraît qu'avec les métaux, dans les débuts et longtemps
encore, en certains pays, en Élam entre autres, ce n'est qu'un anneau
plus ou moins orné. Ailleurs, dans le monde égéen, par exemple, le
chaton prend une grande importance et se couvre de motifs; alors il
devient un véritable sceau, et remplace dans les usages courants le
cylindre chaldéo-assyrien et le scarabée de l'Égypte qui, durant les
temps pharaoniques, n'est pas monté en bague. En Europe occidentale, la
bague ne semble pas avoir pris une réelle importance dans la parure
avant que se soient répandus les goûts méditerranéens.

L'anneau d'oreilles est aussi ancien que l'industrie des métaux, pour le
moins; il se compose tout d'abord d'une simple tige de métal amincie à
ses extrémités, puis disposée en cercle; mais bientôt cet anneau se
charge, surtout dans le monde hellénique, de pendentifs souvent très
importants.

En explorant les sépultures, on rencontre parfois une seule boucle de ce
genre, et l'on est tenté de penser que, comme chez certaines populations
maritimes de nos pays, on ne portait l'anneau qu'à l'une des oreilles
seulement; mais il ne faut pas oublier que parmi les peuples asiatiques
il en est beaucoup, aux Indes entre autres, dont les femmes se passent
un anneau dans l'une des narines; il se peut que cette pratique ait été
en usage dans l'Occident européen et dans beaucoup d'autres régions, aux
temps antérieurs à l'Histoire.

Le diadème jouait aussi un grand rôle dans la parure chez les peuples
méditerranéens et peut-être de très bonne heure fut-il l'insigne de
l'autorité. En Égypte il prit une importance capitale et probablement
son usage passa-t-il aux pays helléniques, puis en Italie et en Espagne.
L'adoption de la couronne comme emblème de la souveraineté en fut la
conséquence.

La ceinture, qui tout d'abord était un simple lien de cuir ou d'étoffe,
s'orna vite de motifs métalliques, puis se couvrit tout entière d'une
feuille d'or, d'argent ou de bronze; elle devenait dès lors une
protection du milieu du corps, et c'est assurément ainsi qu'est venue la
pensée de forger des cuirasses couvrant tous les organes essentiels à la
vie. Les ceintures métalliques sont nombreuses dans certaines nécropoles
de la Transcaucasie, mais on en rencontre également, quoiqu'en petit
nombre, dans le monde méditerranéen. C'est de l'Orient septentrional,
sans doute, qu'elles sont venues dans nos pays, car on n'en voit ni dans
la vallée du Nil, ni dans les pays du Tigre et de l'Euphrate.

Quant aux applications métalliques sur les vêtements, elles varient à
l'infini, dans tous les pays; mais c'est surtout le faste asiatique qui
en a tiré le plus riche parti, on en rencontre peu de témoins dans nos
pays, sauf chez les Mycéniens. Ce sont, en général, de petites feuilles
métalliques estampées, des bractéates, percées de trous permettant de
les coudre sur les étoffes. L'apogée de ce mode de décoration des
vêtements est à Byzance au temps des Basileïs.

Tous les peuples ont apporté dans la fabrication de leurs bijoux non
seulement leurs soins, mais leur génie artistique tout entier. Il se
sont efforcés d'atteindre l'idéal de leur goût, aussi voit-on varier à
l'infini les formes et les motifs ornementaux de la joaillerie.
L'ensemble était obtenu par la coulée du métal, ou par son travail au
marteau; puis l'ornemaniste s'en emparait et terminait la pièce, soit au
burin, soit en y ajoutant des filigranes, et, plus tard, en y incrustant
des gemmes.

La gravure, nous l'avons vu, était déjà connue, voire même pratiquée
avec grande habileté dans nos pays, dès le temps des Magdaléniens; mais
ce ne sont certainement pas les procédés des cavernes qui ont été
l'origine des arts du ciseleur et du graveur des civilisations modernes.
Tous les peuples de l'Asie les pratiquaient, alors que l'Occident en
était encore aux goûts barbares des néolithiques. En Égypte, cependant,
tout comme en Chaldée, on ne paraît pas les avoir appliqués au métal
dès les débuts de l'industrie du bronze; il semblerait même que, pendant
bien des siècles encore, le cuivre n'appelât pas l'attention des
artistes, car, ni en Élam, ni dans la vallée du Nil nous ne voyons orner
de fines gravures les instruments métalliques. Ce serait à croire que ce
goût fût apporté par des peuples qui, en des temps fort anciens,
s'installèrent dans l'orient de la Méditerranée, laissant derrière eux,
sur le continent, des congénères inspirés par les mêmes goûts
artistiques, ou du moins familiarisés avec les mêmes procédés.

Le filigrane, travail beaucoup plus avancé, qui exige la connaissance de
la soudure, ne vint que beaucoup plus tard. On le connaissait en Égypte
dès une époque très reculée, et sous la XIe dynastie il atteignait
une rare perfection. À Suse il figure dans des dépôts de fondation fort
anciens, de telle sorte que, sans crainte d'exagération, on peut assurer
que ce genre de travail était courant au XXXe siècle avant notre ère,
en Chaldée comme dans la vallée du Nil. Ces pays l'ont transmis aux
Égéens qui, par la Grèce, l'ont introduit dans l'Europe occidentale et
centrale; cependant quelques peuples venus de l'Asie centrale par les
steppes de la Russie paraissent l'avoir reçu à une assez basse époque
d'ailleurs, lors de leur contact avec l'Iran, en même temps que l'art
d'enchâsser les pierres précieuses dans les bijoux et d'émailler la
joaillerie, procédé qui n'est qu'une simplification de l'incrustation
dans le métal des minéraux colorés ou brillants; mais cette bijouterie
compliquée n'est venue chez les peuples du Nord que bien longtemps après
que l'Occident eut appris, par les Hellènes et les Étrusques, l'usage du
filigrane.



TROISIÈME PARTIE

LE DÉVELOPPEMENT INTELLECTUEL ET LES RELATIONS DES PEUPLES ENTRE EUX



CHAPITRE I

LES ARTS CHEZ LES PEUPLES SANS HISTOIRE


Dans l'étude des productions de l'art, il convient d'envisager deux
éléments distincts: les procédés techniques et les conceptions
artistiques, éléments d'ordres complètement différents, mais appelés à
s'entr'aider l'un l'autre et à s'influencer mutuellement. La technique
est en dépendance des connaissances industrielles du peuple, alors que
le goût artistique est une disposition naturelle, spéciale à chacun des
groupes humains, faisant partie de leur patrimoine. Les artistes, pour
rendre leur pensée, mettent à profit les procédés pratiques résultant du
développement industriel de leur nation.

Dans l'un comme dans l'autre de ces deux éléments, les dispositions
indigènes sont fréquemment influencées par des apports étrangers, mais
le génie de la race n'en demeure pas moins personnel dans l'ensemble de
ses productions. C'est ainsi que les Hellènes, bien qu'ayant emprunté à
l'Égypte bon nombre de ses idées, ont cependant suivi leurs dispositions
ancestrales, sont sortis des règles de l'art asiatique et pharaonique
et, en retournant vers la nature seule, ont atteint les sommets de
l'art, alors que d'autres peuples, leurs congénères, moins bien doués
que les Grecs, sont demeurés inférieurs au point de vue de l'esthétique,
tout en ayant reçu de l'étranger les mêmes enseignements.

Avant d'entrer dans l'étude des formes chez les nations diverses, nous
dirons quelques mots des procédés employés pour rendre les pensées
artistiques, parce qu'il importe de montrer que la production de l'œuvre
a toujours été soumise aux exigences des moyens de l'exécuter. Cette
technique a progressé au cours des siècles et chez les diverses nations,
en même temps que la culture générale se développait; elle repose tout
d'abord sur des moyens fort simples qui vont en se compliquant jusqu'à
nos jours et, suivant leur développement, ont permis aux artistes de
réaliser plus ou moins complètement leur idéal.

Le dessin, la gravure, la peinture et la sculpture sont les branches
principales de l'art. Les trois premières sont liées intimement entre
elles; la troisième, bien que reposant également sur le dessin, est
cependant indépendante. Il ne manque pas, en effet, de sculpteurs qui,
tout en n'étant que de très médiocres dessinateurs, exécutent en relief
des œuvres impeccables.

Le dessin, qu'il soit ornemental ou naturaliste, est inné chez tous les
peuples; il se rencontre dans tous les temps et dans toutes les parties
du monde, exécuté de manière plus ou moins heureuse, mais toujours par
les mêmes procédés; l'artiste en obtient le tracé au moyen de couleurs
plus foncées ou plus claires que celle de la surface sur laquelle il
travaille; nous le voyons, dès les temps les plus anciens, faire usage
du charbon, de l'ocre ou de la craie. Ces couleurs, il les applique soit
à sec, soit humides et, dans ce dernier cas, fait ses premiers essais de
peinture.

Il semble que dès les époques les plus reculées, tant dans les cavernes
que sur les rives du Nil et dans l'Orient méditerranéen, le dessin se
soit fait, comme c'est encore l'usage de nos jours, en deux phases: la
première, celle de l'esquisse comprenant un tracé vague, à la recherche
de la forme, et la seconde, celle du dessin définitif, dérivé de
l'esquisse, et rendu à l'aide d'une couleur différente.

La gravure vient ensuite fixer le dessin définitif; elle y parvient en
creusant le trait au moyen du burin, que l'instrument soit fait de
pierre ou de métal. De la gravure découle la sculpture en bas-relief,
qui n'a pour but que de donner l'impression des reliefs le plus souvent
très atténués, il est vrai, mais suffisants pour la satisfaction de
l'œil et de l'esprit.

La peinture est un autre moyen de rendre les reliefs, mais dans les arts
primitifs elle ne joue pas encore ce rôle et se borne à traduire par des
«à plat» la couleur de l'objet; c'est, en effet, tardivement seulement
que l'artiste a songé à figurer les ombres, et, par suite, à donner à sa
création un relief apparent. Jadis, en Grèce, en Égypte, la couleur
était appliquée aux bas-reliefs et aux statues; les représentations qui
couvrent les murailles des mastabas pharaoniques, les statues
elles-mêmes étaient peintes de couleurs conventionnelles, se rapprochant
le plus possible de celles de la nature, et la matière dont étaient
faites ces sculptures ne jouait de rôle que par sa dureté plus ou moins
grande, et, par suite, par la conservation plus ou moins longue qu'elle
assurait à l'image. La gravure des dessins, dans les cavernes, semble
avoir été exécutée dans le même esprit, pour lutter contre l'altération.
Chez les Hellènes, comme en Égypte, les bas-reliefs, les statues et les
motifs architecturaux étaient revêtus de couleurs.

Avec l'arrivée des métaux, les procédés de figuration se développent. Le
burin joue dès lors le principal rôle; bijoux, armes et ceintures de
bronze, ustensiles divers sont gravés à la pointe et la statuaire, très
grossière dans les temps des industries de la pierre, prend son essor
dans quelques pays. Les formes générales des instruments et des
figurines de métal s'obtiennent aisément par la fonte, puis les objets
sont ciselés et gravés quand il y a lieu.

On conçoit sans peine combien était ardu le travail des matières dures,
alors que l'homme ne disposait encore que d'outils de pierre. Les
troglodytes sciaient les blocs d'ivoire, les os et la corne, et c'est
ainsi que la matière, se dégrossissant, présentait les formes d'ensemble
du sujet. Le travail s'achevait au moyen de racloirs, de burins et de
polissoirs. Mais quand vint le ciseau métallique, non seulement le
travail fut plus rapide, mais le sculpteur eut toutes les facilités pour
rendre son outil docile à ses volontés.

Aux matières dures sur lesquelles l'artiste exerçait son talent vinrent
plus tard se joindre celles dont la plasticité permettait le modelage;
l'invention de la céramique lui fournit un nouveau moyen puissant de
rendre sa pensée.

Du jour que l'homme connut le feu, il s'est trouvé à même de découvrir
l'industrie céramique; l'argile durcie par son foyer lui enseignait que
la terre une fois cuite ne se délite plus sous l'action de l'eau.
Cependant, nous l'avons vu, ce n'est qu'aux temps de la culture
mésolithique que la poterie entre réellement dans les usages, bien
qu'elle ait été déjà connue des Magdaléniens de la Belgique.

Ces premiers essais céramiques sont extrêmement grossiers, si nous en
jugeons par les fragments qui nous sont parvenus des cavernes voisines
de Liège; mais le principe était découvert et appliqué. Avec le
Campignien, nous nous trouvons en présence d'une fabrication plus
raisonnée: les nombreux tessons qu'on rencontre dans les fonds de
cabanes de la vallée de la Bresle sont, parfois, en terre fine et bien
choisie, le plus souvent en pâte grossière, et, très fréquemment, les
uns comme les autres sont ornés de dessins géométriques incisés.
L'emploi du tour est encore inconnu à cette époque; il n'apparaîtra que
plus tard, avec la pierre polie et dans certains pays seulement.

Dans l'étude de la poterie, il y a lieu de distinguer entre trois
éléments nettement séparés, indépendants les uns des autres, mais dont
l'ensemble constitue l'art céramique que ce soit dans ses produits les
plus perfectionnés, ou dans ceux les plus grossiers, éléments
susceptibles chacun de nombreuses variations; aussi l'étude générale de
la poterie est-elle extrêmement compliquée.

Tout d'abord il convient d'envisager la technique de la fabrication du
vase, la matière plastique dont il est fait, la préparation de la pâte
et le degré de cuisson, car les poteries peuvent être durcies près du
feu, cuites au four, ou vitrifiées à une température élevée.

Puis vient la décoration qui, elle-même, se compose de la technique et
de l'art. La technique comprend les procédés de dessin, les engobes, les
émaux, et ces moyens, très nombreux, suivent en général, dans un même
pays, une filiation en rapport avec le progrès des industries diverses.
Quant à la forme même de l'ornementation, elle dépend des goûts des
peuples, se modèle sur leur art, traduisant par des moyens spéciaux les
conceptions esthétiques de l'époque et de la région.

Durant toute la période préhistorique, dans les pays divers, les
procédés techniques de l'ornementation des vases sont, dans l'ordre
général de leur apparition: l'incision, avec ou sans remplissage des
creux par une pâte blanche ou colorée, le lissage de la pâte du vase
elle-même ou d'une engobe argileuse le recouvrant, l'estampillage, le
moulage, l'addition d'ornements en relief, la peinture à froid, les
couleurs étant mélangées avec un corps gras ou de la colle, et la
peinture fixe obtenue par fusion au feu des couleurs appliquées sur la
pâte crue ou déjà cuite, enfin l'émail. À ces procédés, tous en usage en
divers temps et divers pays aux époques préhistoriques, sont venus se
joindre aujourd'hui, grâce aux découvertes récentes, un très grand
nombre de moyens dont il n'y a pas lieu de parler au point de vue de la
préhistoire. On doit observer cependant que la porcelaine à pâte dure
était inconnue, que certaines couleurs telles que le bleu, le vert, le
violet n'étaient pas en usage et que les pâtes anciennes, sauf de très
rares exceptions, sont toujours naturelles, c'est-à-dire sans mélange
intime de matières colorantes. La couleur est donc le plus souvent
superficielle; on l'obtenait au moyen des minéraux, du fer et du
manganèse seulement. Les Égyptiens ont, de très bonne heure, découvert
la porcelaine; mais ils l'employaient en pâte tendre couverte d'une
engobe qui se vitrifiait à basse température; ce procédé se retrouve
dans les poteries très anciennes de la Chine. En Élam et en Chaldée
l'usage de l'engobe vitrifiée se montre dès le temps de Naram-Sin et se
poursuit jusqu'aux époques Sassanide et Arabe.

Quelquefois, mais très rarement, les potiers ont incrusté leurs vases de
minéraux brillants ou transparents avant ou après la cuisson. Certains
vases de l'industrie du fer, en Arménie russe, portent à leur fond un
éclat d'obsidienne transparente fixé dans l'argile molle et passé au feu
avec la pâte.

Dans les temps les plus anciens, le potier ne poursuivant qu'un but
utilitaire, la forme du vase est voulue par l'usage auquel ce récipient
était destiné. Aussi ne rencontrons-nous que peu de variétés dans les
profils des céramiques primitives, et ces variétés sont-elles nées
spontanément dans tous les pays. Mais peu à peu les goûts s'affinant
d'une manière indépendante chez les divers peuples, on voit paraître des
caractères régionaux, aussi bien dans les formes que dans les motifs
ornementaux. Puis, quelques centres plus favorables au progrès, plus
développés que les pays qui les avoisinent, influencent les goûts des
peuplades demeurées en retard et, des progrès locaux accrus des
influences extérieures, résulte bientôt une si grande variété d'écoles
céramiques, qu'il serait impossible de les passer toutes en revue, même
sommairement, sans sortir du cadre qui nous est tracé. Nous ne parlerons
donc que des plus dignes d'intérêt, soit par leur ancienneté, soit par
l'importance de leurs caractères.

C'est donc au temps de l'industrie mésolithique que, pratiquement,
apparaît la poterie et, dès ses débuts, elle porte des ornementations
incisées suivant les vieux principes appliqués à l'os dès les temps de
la culture archéolitique: mais dans la pâte molle l'œuvre est aisée, la
pointe entaille profondément l'argile et, pour donner plus d'importance
au dessin, on remplit souvent les incisions d'une pâte colorée ou
blanche.

Forcément le maniement de la glaise molle donne à l'artiste l'idée de
façonner des figurines, et le modelage prend naissance. L'apparition du
métal lui donne une plus grande importance encore. On modèle la cire, et
bientôt on fond des statuettes à «cire perdue»; on fait des moules dans
lesquels il suffit de presser de l'argile molle pour obtenir, en grand
nombre, des figurines: c'est ainsi qu'en Chaldée et dans l'Élam, en
Égypte se fabriquaient les ex-voto, les pendeloques, les statuettes
divines et funéraires.

Mais, dans quelques pays, dans la vallée du Nil, en Susiane, en Syrie,
dans l'Orient méditerranéen, aux décors incisés de la céramique, on
ajoute la peinture avant ou après cuisson de la pâte: c'est ainsi que
naquit cet art très spécial qui, chez les Grecs et les Italiotes,
atteignit une si grande perfection technique et artistique. Peu à peu
ces procédés gagnèrent l'Europe centrale et occidentale; mais là,
pendant longtemps encore, la peinture, très grossière, ne fut qu'un
complément de l'ornementation ciselée.

Bien loin de nos pays, dans les deux Amériques, la peinture céramique
était également née dans des foyers spéciaux; le Mexique et le Pérou
excellèrent dans cet art.

À l'origine de toutes les civilisations métallurgiques, le métal ne fut
que fondu et martelé, travaillé au repoussé ou buriné, embouti, et les
diverses pièces d'un même objet étaient reliées entre elles au moyen de
chevilles et de rivets; ce n'est que très tardivement qu'apparut la
soudure; à une époque que nous ne saurions préciser, on l'employa pour
le bronze et pour l'or; alors, dans la bijouterie parut le filigrane
dont les joyaux égyptiens de la XIIe dynastie et de l'Élam nous
fournissent de très remarquables et très anciens exemples. Les Grecs et
les Étrusques ont tiré de ces procédés des œuvres incomparables
longtemps après leur apparition chez les Orientaux, le filigrane se
montre dans les pays du Nord, en Scandinavie, chez les tribus
germaniques, et, chez ces peuples il constitue même la base de la
technique dans la bijouterie.

Cet aperçu sommaire permet de se rendre compte de l'évolution qui s'est
produite dans les moyens à la disposition de l'homme pour traduire ses
conceptions artistiques. Cependant il y a lieu d'observer que certains
peuples ne disposant que de procédés techniques très primitifs, n'en ont
pas moins laissé des œuvres très remarquables dénotant un goût très pur
et une grande sûreté d'observation de la nature, alors que d'autres
hommes, bien que secondés par des moyens très supérieurs, sont toujours
demeurés dans la médiocrité quant à leurs vues esthétiques. La
technique, bien que jouant un grand rôle, n'a donc pas eu d'influence
décisive sur le développement des arts; ce sont les aptitudes des divers
groupes humains qui ont créé les différentes écoles artistiques capables
d'avenir.

Cette constatation faite, nous passerons en revue les diverses
manifestations de l'esprit esthétique, en les rangeant d'après les
époques auxquelles elles se sont produites et suivant leurs milieux, en
montrant les caractères de chacune d'entre elles et, autant que faire se
peut, la valeur des influences étrangères dans chacune des écoles. Dans
une semblable étude, les arts céramiques doivent être confondus avec les
autres produits du goût; car ils obéissent aux mêmes inspirations, et ne
diffèrent que par la nature des matières ornées et par les procédés
techniques du dessin. Aussi, contrairement à ce dont sont coutumiers
tous les ouvrages sur ces sujets, ne ferons-nous pas de distinction de
chapitre, et traiterons-nous en même temps de tous les produits
artistiques, qu'ils soient céramiques ou autres. Toutefois nous serons
obligés de parler souvent encore de la technique, en raison de
l'influence qu'elle a exercée sur le travail des artistes.

C'est au milieu de débris des industries archéolitiques que se trouvent
les premières œuvres d'art découvertes jusqu'à ce jour; aucune trace
d'efforts artistiques ne s'est encore rencontrée accompagnant les
diverses phases des industries paléolithiques: et quand les goûts
esthétiques se montrent, il semble qu'ils aient été cultivés déjà
depuis de très longues années, ils ne sont plus au berceau.

Nous ne possédons, il est vrai, que de rares épaves de l'œuvre des
artistes quaternaires, tout au moins en ce qui regarde l'Aurignacien,
industrie que nous devons, jusqu'à plus ample informé, considérer comme
ayant assisté à l'aurore de ces arts. Mais, pour les derniers temps
quaternaires, nous sommes infiniment plus riches, grâce aux magnifiques
découvertes de ces dernières années.

Devons-nous penser que l'art magdalénien descend de celui des
Aurignaciens? Bien des raisons nous portent à rejeter cette hypothèse.
D'après leurs caractères et leurs tendances, ces deux écoles diffèrent
notablement, et le Solutréen ne nous a pas laissé de documents en nombre
suffisant pour établir le passage, ces diverses tribus n'étaient
probablement pas de même origine ethnique et, en conséquence, leurs
aptitudes étaient différentes. Toutefois il est à penser que les essais
des Aurignaciens n'ont pas été sans exercer une influence, tout au moins
quant aux procédés techniques, sur les peuplades qui leur ont succédé
dans nos cavernes.

La caractéristique des temps où florissaient les industries
archéolithiques est l'Art; et ses manifestations nous apparaissent,
montrant qu'il a déjà atteint une grande perfection; encore ne
connaissons-nous pas ses chefs-d'œuvre. On a pensé que ces goûts étaient
nés dans l'occident de l'Europe, sous l'influence de civilisations
étrangères: et M. Sophus Müller[174] est allé jusqu'à proposer de voir
dans nos arts quaternaires de l'Occident un rayonnement de la
civilisation égyptienne pré-pharaonique. Il n'est rien qui puisse
légitimer une semblable hypothèse; d'ailleurs une telle supposition
entraînerait au point de vue chronologique, des concordances auxquelles
nous ne sommes pas autorisés.

[Note 174: LXXI, 8.]

Il ne semble pas être nécessaire de torturer la chronologie pour
rattacher nos civilisations à de si lointains foyers; car rien ne
s'oppose à ce que les goûts esthétiques soient nés dans nos propres
pays, s'y soient développés dans des cantons qui jusqu'ici ne nous ont
pas encore livré leurs secrets, et que les tribus artistes, changeant de
place, soient venues habiter nos cavernes, que par influence leurs arts
se soient répandus autour de leur domaine, ou bien que, changeant
elles-mêmes d'habitat, elles aient laissé de leurs traces dans des
régions beaucoup plus étendues que celles qu'elles occupèrent en un même
temps. Il serait donc téméraire de chercher, dès aujourd'hui, l'origine
de cette culture, de même qu'il serait prématuré de vouloir classer
définitivement les œuvres d'art quaternaires, soit suivant la nature de
leur exécution, soit d'après leur âge relatif ou leur distribution
géographique. Chaque jour apporte de nouvelles découvertes, qui parfois
bouleversent toutes les idées admises jusque-là: nous n'en sommes
encore, pour ces questions, qu'à la période dans laquelle la science
doit se contenter d'enregistrer les documents.

Piette, nous l'avons vu[175], a proposé de créer une période glyptique
parce que, dans ses fouilles, au niveau aurignacien de Bassempouy, il a
rencontré bon nombre de statuettes d'ivoire représentant pour la plupart
des femmes nues; mais ces constatations sont très localisées, et ce
n'est pas de l'absence presque complète d'autres œuvres artistiques
qu'il faut déduire que la sculpture sur ivoire était seule en usage à
l'époque où florissait l'industrie aurignacienne; la gravure ne fait pas
absolument défaut dans les couches aurignaciennes et solutréennes.

[Note 175: _Supra_, p. 55.]

En réalité, dit Déchelette[176], l'art quaternaire a compté deux phases
distinctes: celle du style archaïque ou primitif et celle du style libre
ou évolué. Réaliste et naturaliste dès son origine, il conserve ce même
caractère pendant toute la durée de son développement, bien que la
dégénérescence des types introduise peu à peu dans ces créations des
formes conventionnelles, parfois même d'un schématisme obscur.

[Note 176: XXVI, I 213.]

[Illustration: Fig. 100.--Statuettes quaternaires.--1 Villendorf
(Autriche): Aurignacien ou Solutréen. Musée de Vienne.--2 et 2_a_,
Bassempouy (Landes).--3 à 5, Aurignaco-solutréen: 3 et 3_a_, Grotte de
Grimaldi à Menton; 4 et 4_a_, Homme (?). Bassempouy (Landes); 5,
Rochebertier (Charente.)]

Il ne me semble pas possible de suivre Déchelette dans cette
classification: car le caractère artistique des figurines aurignaciennes
paraît résulter non pas de l'archaïsme, mais bien de conceptions
relatives à la fertilité de la femme, conception semblable à celle des
Chaldéens primitifs, et cette pensée semble ne plus exister dans
l'esprit des Magdaléniens; ce serait donc à des mobiles très différents
qu'ont obéi les artistes à ces deux époques.

[Illustration: Fig. 101.--Représentations gravées de l'homme.--1 et 2,
Laugerie Basse(Dordogne): gravés sur bois de renne. 3. Mas d'Azil
(Ariège). 4, La Madeleine. 5 et 6, Marsoulas (Hte-Garonne): sur
rochers.]

Les figurines aurignaciennes présentent des caractères stéatopygiques
très accentués (_fig. 100_ nos 1 et 3), ce qui, d'une part, les
rapproche des statuettes céramiques de la vallée du Nil et de la
Chaldée, et d'autre part de la conformation physique des Hottentotes;
nous nous trouvons donc en présence de conceptions d'un caractère
religieux ou bien de la représentation fidèle de la nature. Toutefois,
dans le même gisement à Bassempouy, se trouvaient également des modèles
plus élancés, se rapprochant des formes régulières de la femme (_fig.
100_, n° 4) et aussi une figurine de jeune fille portant une longue
chevelure (_fig_. 100, n° 2). Ces sculptures montrent, principalement la
tête de jeune fille, un réel talent; elles sont très supérieures aux
représentations humaines laissées par les Magdaléniens (_fig. 100_, n°
5), car à l'époque de ces derniers, nous ne rencontrons que des images
très grossières, gravées sur os, sur ivoire (_fig. 101_, nos 1 à 4)
ou sur les rochers (_fig. 101_, nos 5 et 6). On remarquera d'ailleurs
que hommes comme femmes paraissent être figurés couverts de longs
poils[177] et que leurs cheveux ne semblent pas être crépus comme dans
la statuette aurignacienne de Villendorf. Il n'y aurait donc pas
identité dans les types ethniques qui ont servi de modèles.

[Note 177: H. BREUIL (_in litt. 10 janv. 1923_) pense que ce sont là
de simples hachures et non la figuration d'une toison.]

[Illustration: Fig. 102.--Mammouth (Font de Gaume).]

Parmi les très nombreux dessins et les sculptures sur os et ivoire que
nous possédons de l'art magdalénien il en est extrêmement peu figurant
l'homme, et ces dessins sont tous d'une barbarie extrême. Le Magdalénien
qui, comme nous l'allons voir, était passé maître dans la représentation
des animaux, se montrait d'une extraordinaire inhabileté dans le dessin
anatomique de l'homme; là, peut-être, est la cause de la grande rareté
des figurations humaines.

[Illustration: Fig. 103.--Bison (Altamira).]

Sauf quelques cervidés en pierre découverts à Solutré, les
représentations animales que nous connaissons actuellement appartiennent
toutes au Magdalénien; elles sont sculptées, gravées ou peintes. Dans le
premier cas elles ornent des instruments d'usage et sont de petite
taille; dans le second, elles sont soit tracées sur des plaques de
pierre, d'ivoire, d'os ou de corne, et ont alors de médiocres
dimensions, soit gravées sur les rochers, alors elles se présentent de
toutes les grandeurs, jusqu'à la taille naturelle, même quand elles
figurent de grands animaux.

Le nombre des sculptures, des gravures et des peintures représentant
les animaux aujourd'hui connues, est très considérable, grâce surtout
aux magnifiques relevés de MM. Breuil et Obermaier, et chaque jour on
découvre de nouvelles cavernes dont les parois sont couvertes de
peintures. Presque toujours, dans la gravure et la peinture les figures
se recouvrent les unes les autres, sans que l'artiste eût pris soin de
respecter le sujet déjà tracé sur la surface qu'il avait choisie; il en
résulte souvent un enchevêtrement de motifs divers. Ailleurs les sujets
sont isolés, tout comme dans la sculpture. On connaît aussi quelques
compositions d'ensemble, figurant des groupes d'animaux et non plus un
fouillis de dessins en désordre[178].

[Note 178: CARTAILHAC, VI (1903), 180.]

[Illustration: Fig. 104.--Rhinoceros tichorinus (Font de Gaume).]

Le mammouth que nous possédons sculpté, gravé sur ivoire et peint sur
les parois des cavernes (_fig. 102_), est représenté couvert d'une
épaisse toison, armé de défenses puissantes; ses formes trapues sont
généralement exagérées à dessein pour donner l'impression de la masse.

Le bison, très fréquent dans les cavernes (_fig. 103_), représenté le
plus souvent de grandeur naturelle, et parfois en bandes nombreuses, est
généralement fort habilement rendu; l'encolure très large donne une
impression de grande force, la tête petite est enfoncée dans les
épaules; les cornes sont menaçantes et la finesse des membres rend à
merveille l'agilité, la rapidité à la course de ce grand ruminant, dont
les Magdaléniens faisaient leur gibier favori.

[Illustration: Fig. 105.--Ours gravé sur un caillou roulé. Grotte de
Massat (Ariège). 1/2 gr.]

Puis vient le rhinocéros (_R. tichorinus_) (_fig. 104_), plus rarement
figuré, mais dont les formes sont habilement rendues; le corps long, les
membres courts, les deux cornes allongées, cet hôte des forêts est
encore de nos jours un terrible lutteur; jusqu'en ces derniers temps la
peau du rhinocéros résistait à la balle, et l'on se demande comment
l'homme quaternaire, sommairement armé, pouvait se rendre maître de ce
dangereux animal.

[Illustration: Fig. 106.--Sanglier (Altamira).]

L'ours, très nombreux en ces temps, figure cependant très rarement dans
les grottes (_fig. 105_), mais les rares dessins gravés que nous en
possédons ne sont pas moins d'une grande exactitude; tous les caractères
de l'animal sont rendus par quelques traits et son attitude elle-même,
si caractéristique, est traduite avec une surprenante fidélité.

Le sanglier (_fig_. 106) n'est pas très commun dans les peintures des
cavernes; celui que nous reproduisons d'après H. Breuil, et qui est
peint dans la grotte d'Altamira, montre l'animal chargeant ou fuyant.
Les proportions sont heureuses, et le mouvement est très habilement
rendu.

[Illustration: Fig. 107.--_Cervus elaphus_ (Altamira).]

[Illustration: Fig. 108.--_Cervus elaphus_. Cav. Lorthet. Coll. Piette
(Musée de Saint-Germain). Gravé sur bois de renne.]

[Illustration: Fig. 109.--Chevreuil (Font de Gaume).]

Le _Cervus elaphus_ (_fig_. 107, 108), très abondant à cette époque,
grande ressource des chasseurs, figure sur une multitude d'objets; il
est sculpté ou gravé, peint sur les parois des rochers. Cet animal est
toujours admirablement rendu, quelle que soit sa position, et les
artistes modernes auraient grand'peine à lui donner cette vie qu'on
rencontre dans la plupart de ses dessins quaternaires.

Le chevreuil (_fig_. 109) est très rarement représenté; toutefois dans
tous les dessins que nous possédons de cet animal, les proportions sont
heureuses et l'attitude est bonne.

Le cheval, l'un des animaux les plus répandus de ces temps, fait parfois
les frais de décoration d'une caverne presque entière. On le voit sous
toutes ses formes, au repos et en course (_fig. 110_), isolé ou en
bandes, et dans tous les cas il est dessiné avec justesse. Sculptée, son
image (_fig. 111_) ne peut avoir la souplesse du dessin, mais les
proportions sont bien gardées. Une tête du Mas d'Azil le montre
hennissant (_fig. 112_); ce morceau de sculpture est l'un des plus
remarquables objets d'art parmi ceux que nous possédons des temps
quaternaires.

[Illustration: Fig. 110.--Cheval (Font de Gaume).]

Le loup, bien que rare, figure également dans les cavernes (_fig. 113_)
et ne le cède en rien aux autres représentations d'animaux, quant à
l'exactitude du dessin et au rendu de l'allure.

Toute la grande faune de nos pays à ces époques se trouve représentée:
_Bos urus_ et bison, bouquetin, antilope Saïga, cerf, chamois, chèvre,
élan, sanglier, ours et renard, glouton et phoque sont gravés côte à
côte sur les rochers, avec les grands pachydermes, le rhinocéros et le
cheval. Ces représentations sur les parois des cavernes semblent être à
peu de chose près contemporaines. Cependant, de nouveaux dessins venant
le plus souvent recouvrir les anciens, on peut croire que les types
divers ont été successivement figurés, suivant leur prédominance dans
les vallées et les forêts.

Les poissons n'ont pas été oubliés par les artistes: on les trouve
gravés (_fig. 114_) et l'on reconnaît le brochet, la truite, l'anguille.

[Illustration: Fig. 111 et 112.--Chevaux: 1, Grottes des Espeluges
(Lourdes), Magdalénien; 2, Mas d'Azil.]

Par contre, les végétaux (_fig. 115_) sont bien pauvrement représentés
dans l'art des cavernes; à peine cite-t-on quelques rares gravures
figurant des plantes qu'il n'est pas possible d'identifier. D'ailleurs
chez tous les peuples primitifs les pensées artistiques se sont
attachées à la faune, mais bien rarement à la flore qui, ne rendant que
des services secondaires, n'exigeant pas de lutte pour s'en emparer,
attirait moins les regards que ces animaux qu'on devait poursuivre,
contre lesquels il fallait combattre pour obtenir leur chair et posséder
leur peau, leur ivoire, leurs cornes, toutes matières dont on
fabriquait alors les ustensiles nécessaires à la vie. Mais les
Magdaléniens n'ont pas seulement copié la nature; ils sont allés plus
loin dans leur progrès artistique et ont introduit dans le décor
l'ornementation géométrique, produit de la stylisation (_fig. 116_) chez
un peuple ayant connaissance du grand art, efforts d'enfance chez celui
qui ne sait pas observer la nature et la rendre par le dessin.

[Illustration: Fig. 113.--Loup (Font de Gaume).]

[Illustration: Fig. 114.--Poissons (Lorthet).]

[Illustration: Fig. 115.--Végétaux: 1 et 2, Laugerie Basse; 3, Le
Veyrier (Hte-Savoie); 4, Grotte du trilobite (Yonne).]

Dans ces ornements nous voyons figurer la spirale, dont la présence aux
temps quaternaires réduit à néant toutes les théories sur sa migration à
des époques postérieures.

L'ornementation géométrique n'est pas très abondante; cependant, on la
rencontre, gravée sur des os et des bois de renne; probablement
entrait-elle dans le tatouage et la peinture corporelle, dans la parure,
et il est à croire que les peaux dont on se vêtissait, pour se garantir
contre les froids intenses de ces temps, étaient, elles aussi,
enluminées de peinture représentant des ornements géométriques.

Là s'arrête ce que nous savons des arts quaternaires, mais avant de les
quitter il convient d'ajouter encore quelques mots au sujet des procédés
techniques en usage pour la sculpture, la gravure et la peinture.

Les matières employées pour la sculpture étaient (_fig. 117_) l'ivoire
de mammouth, l'os, les bois de cerf et de renne, les roches tendres
telles que la statéite, l'albâtre gypseux, les calcaires et autres
substances qu'entamait assez aisément le silex.

L'ouvrier faisait grand usage de la scie; c'est avec elle qu'il coupait
les os, et détachait des blocs d'ivoire ces longues esquilles qu'il
transformait en aiguilles, en épingles, en poinçons, voire même en
poignards; le grattoir et les lames à encoche permettaient ce travail;
puis il reprenait la scie pour tracer les ornements géométriques, et le
burin pour graver les traits courbes. Une foule d'instruments de formes
diverses lui étaient nécessaires pour sculpter les matières dures; mais
le silex était là, sous sa main, il le façonnait suivant ses besoins.

Nous ne possédons plus, aujourd'hui, que les images tracées sur les
parois des cavernes, parce qu'elles se sont trouvées à l'abri des
intempéries, mais il est à penser que les rochers extérieurs, les
falaises portaient également des représentations, probablement moins
confuses que celles des grottes, parce que l'artiste, disposant de
grandes surfaces, n'était pas, comme dans les cavernes, contraint à
dessiner sur d'anciennes représentations. Ces œuvres extérieures
communes à tous les peuples primitifs, dont on rencontre les traces dans
tous les pays du monde, sont aujourd'hui perdues dans nos régions.

[Illustration: Fig. 116.--Dessins magdaléniens de type géométrique. 1,
2, 5, Lourdes;--3, 4, Les Espelongues d'Arudy (Htes-Pyrénées);--6, 7,
8, 9, Laugerie Basse (Dordogne);--10, Marsoulas (Hte-Garonne);--11,
Saint-Marcel (Indre).]

Si nous en jugeons par les représentations qui figurent dans nos
grottes, l'artiste esquissait son sujet probablement au charbon, ou à
l'ocre; puis il arrêtait ses lignes au burin de silex, sans les graver
profondément; enfin, avec une pâte composée d'ocre rouge ou de minerai
noir de manganèse, et d'huile ou de graisse, voire même d'eau, il
donnait à son œuvre le coloris. Dans ces peintures, deux tons seulement
figurent le rouge et le noir qui, par leur mélange, fournissent le brun.
Nous ne voyons jamais le vert ni le bleu, qu'on eût pu cependant obtenir
avec les minéraux du cuivre; mais n'oublions pas que seules les couleurs
minérales ont pu se conserver au travers des âges, et que tous les tons
obtenus au moyen de substances organiques, animales ou végétales, ont
disparu. Nous pouvons donc nous faire une idée nette de l'art du dessin,
mais le coloris nous échappe. Ce coloris devait jouer un grand rôle; car
il permettait à l'artiste de travailler sur une paroi déjà recouverte de
figures qu'il faisait aisément disparaître en les lavant d'abord, puis
en les recouvrant de tons vifs. Ainsi s'explique l'enchevêtrement des
représentations sur les rochers de nos grottes.

On sait que les tapis orientaux sont tous colorés au moyen de teintures
d'origine végétale, et que, dans nos industries tinctoriales encore,
malgré les découvertes de la chimie, les végétaux n'ont pas cessé leur
rôle, bien loin de là.

Il est à remarquer que les Magdaléniens ne se contentaient pas des
œuvres purement artistiques, mais qu'ils adaptaient l'art à
l'ornementation des objets usuels, comme l'ont fait les Chaldéens, les
Égyptiens et les Grecs primitifs, les Mexicains, les Australiens, les
Mincopies et les Hyperboréens; d'ailleurs, pour la plupart, les peuples
barbares ont appliqué l'art aux objets de la vie courante. Nous
possédons, des cavernes, de très nombreux instruments, des armes, dans
lesquels les motifs artistiques, d'exécution très soignée, sont souvent
déformés, comprimés par les nécessités de l'usage. De même, dans la
plupart des ivoires japonais et chinois, les motifs se plient soit à la
forme originelle de la matière, soit aux commodités d'emploi de
l'instrument. Il tombe sous le sens que ces conceptions artistiques très
primitives sont nées chacune chez les peuples qui nous en ont transmis
les témoignages, et qu'inspirées par l'esprit pratique, elles n'ont
entre elles rien de commun.

[Illustration: Fig. 117.--Sculptures quaternaires: 1, Bruniquel
(Tarn-et-Garonne); 2, Mas d'Azil (Ariège); 3, Laugerie Basse (Dordogne);
4, La Madeleine (Dordogne).]

Avec la fin de l'industrie magdalénienne les arts disparaissent soudain,
sans que nous puissions être certains des causes de cet abandon.
Quelques efforts étaient encore à faire, dans l'étude anatomique de
l'homme et dans celle du règne végétal, pour que les populations de
l'Ouest européen parvinssent au _grand Art_: car elles étaient
certainement mieux douées que les peuples (Chaldéens, Égyptiens,
peut-être même que les Hellènes) dont nous avons reçu les principes de
l'art moderne. Non seulement elles possédaient au plus haut degré
l'esprit d'observation, mais elles avaient encore la conception du rendu
par des procédés simplifiés à l'extrême. Comme le Japonais, l'Égyptien
et surtout le Grec de la belle époque, le Magdalénien savait rendre son
impression par un seul trait; le détail qui, chez les Orientaux et chez
nous-mêmes, a porté tant de préjudice à l'esthétique, était pour lui
secondaire; la ligne, l'attitude dominaient chez ses artistes. La
disparition de l'art magdalénien a été un grand malheur pour l'humanité
qui, sans ce désastre, eût rapidement progressé, et la belle période du
siècle de Périclès fût survenue, peut-être, quelques milliers d'années
plus tôt.

[Illustration: Fig. 118.--Représentation de l'homme à l'industrie du
bronze (Italie).]

Nos observations jusqu'à ce jour, au point de vue de l'art quaternaire,
n'ont porté que sur l'occident de l'Europe; il est à penser, d'ailleurs,
que l'aire occupée par les artistes magdaléniens ne s'étend pas fort
loin; car les populations qui occupaient le bassin méditerranéen
n'appartenaient pas toutes à des races susceptibles de profiter des
enseignements d'un peuple supérieurement doué. La disparition de cette
école, déjà fort évoluée, montre que si elle est due à une invasion de
nos pays, ce qui semble être fort probable, les nouveaux arrivés
n'étaient pas aptes à recevoir le progrès artistique. N'en a-t-il pas
été d'ailleurs de même quand les tribus germaniques se sont précipitées
sur l'empire romain? Si, à cette époque, les arts n'ont pas entièrement
disparu, c'est que la grande majorité de la population, nombreuse
alors, est demeurée d'esprit gréco-latin.

[Illustration: Fig. 119.--Première phase de céramique peinte susienne et
céramique rustique incisée.]

En quittant l'art quaternaire de l'Europe occidentale, nous sommes
obligés de nous transporter en Orient pour retrouver les arts; car, dans
nos pays, le goût esthétique a disparu et les manifestations informes
qui, après un long hiatus, succèdent à l'art des cavernes, appartiennent
aux temps de l'industrie néolithique, c'est-à-dire sont de beaucoup
postérieures aux origines artistiques de la Chaldée, de l'Élam et de
l'Égypte.

Les premiers hommes venus se fixer sur les monticules qui devaient plus
tard porter la grande ville de Suse, la capitale de l'Élam,
connaissaient le cuivre, nous l'avons dit, et s'en faisaient des armes
en même temps qu'ils taillaient encore le silex et l'obsidienne. Ces
colons étaient déjà d'une culture très avancée, ils se vêtaient de
tissus: l'oxyde des haches de cuivre de leurs tombeaux nous en a
conservé les empreintes; ils étaient agriculteurs, éleveurs et se
montraient fort habiles dans la fabrication des vases de pierre; les
roches les plus dures, aussi bien que la stéatite et l'albâtre calcaire
ou gypseux obéissaient également à leur ciseau. Enfin, ils apportaient
en même temps l'un des plus beaux arts céramiques de la préhistoire
humaine.

Les vases proto-susiens faits d'une pâte fine, sont tournés, très
réguliers et fort élégants de forme; ils sont couverts de fines
peintures noires ou brunes suivant le degré de cuisson, et ces motifs
figurent des animaux et des plantes, représentations déjà très stylisées
(_fig. 119_, nos 1 à 7), par conséquent éloignées de plusieurs
siècles du naturalisme originel. Toutes les sépultures de la nécropole
primitive de Suse renferment de ces vases et ne contiennent aucune
céramique d'autre nature; cependant, dans ces couches profondes, à
quelques mètres seulement au-dessus des graviers en place géologique, on
trouve fréquemment des tessons de poterie incisée (_fig. 119_, nos 8
et 9), ornée de dessins géométriques, de ces pâtes grossières, mal
cuites, de ces motifs primitifs que nous avons coutume de ranger dans
les industries néolithiques. Les proto-Susiens avaient donc, pour leur
usage courant, conservé les modèles des anciens temps; mais ils ne les
considéraient pas comme assez précieux pour les faire accompagner leurs
morts dans l'autre vie. Il est à penser que les animaux et les végétaux
stylisés des vases de la nécropole avaient une valeur religieuse ou
magique: nous reviendrons à ce sujet en parlant des conceptions
philosophiques (ch. XIV).

Ce n'est pas en Susiane, ce n'est pas non plus en Chaldée qu'est née
cette curieuse céramique; elle est arrivée toute formée sur les rives de
la Kerkha; or elle ne figure pas les animaux qui vivaient alors dans le
pays des deux fleuves, l'hippopotame, le rhinocéros, peut-être même
l'éléphant; son motif principal est le bouquetin aux longues cornes,
animal des montagnes, absent en Chaldée et dans la plaine élamite,
encore abondant, de nos jours, dans toutes les chaînes de l'Asie
antérieure. On en doit donc conclure que c'est ailleurs, dans des
districts montagneux, que sont nés les premiers rudiments de l'art
proto-susien; mais où? dans quelle région? Nous l'ignorons encore.
Toutefois la présence du métal, le cuivre, nous reporte vers le massif
montagneux du nord, vers l'Anatolie, l'Arménie, la Transcaucasie,
berceau, croyons-nous de la métallurgie.

[Illustration: Fig. 120.--Seconde phase de la céramique peinte
susienne.]

À cette belle poterie, succède celle d'une autre école: la pâte est plus
grossière, la peinture moins fixe, mais de deux couleurs, le rouge et le
brun, et le naturalisme reprend, mélangé aux motifs géométriques; nous
nous trouvons encore en présence de stylisations (_fig. 120_), mais
avancées à tel point qu'elles deviennent incompréhensibles (cf. _fig.
120_ dessin de droite). Ces vases sont parfois de grande taille, on les
trouve aussi bien à Suse qu'à Tépèh Aliabad, dans le Poucht è Kouh.

Après cette seconde phase, la peinture céramique disparaît pour toujours
de l'Élam, quoique lentement. À l'époque de sa naissance l'histoire n'a
pas encore commencé, ce n'est que dans les assises situées beaucoup plus
haut, dans les ruines de Suse, que paraissent les plus anciens textes
des Patésis[179].

[Note 179: Princes-prêtres.]

[Illustration: Fig. 121.--Vase peint de Palestine.]

La première de ces céramiques semble être très spéciale à l'Élam; quant
à la seconde, on en rencontre des vestiges en Chaldée, dans le
Louristan, le pays des Bakthyaris et jusque dans les tells du sud-ouest
du plateau iranien. Son extension paraît avoir été très grande, car,
vers l'occident, elle semble avoir tout au moins influencé la Palestine
(_fig. 121_) et la Phénicie.

Quelle est la cause de la disparition de ces arts? Nous l'ignorons et
sommes réduits à ce sujet à des conjectures. Nous n'avons pas encore
retrouvé le passage entre les deux phases de cette céramique peinte, et
la dernière école ne s'éteint que graduellement, ne disparaît tout à
fait qu'après l'aurore de l'Histoire; cependant M. Ed. Pottier considère
la seconde comme dérivée de la première. Nous verrons au sujet des
écritures, qu'un autre usage spécial à l'Élam a survécu pendant quelques
siècles encore: celui des signes proto-élamistes qui, peu à peu, ont été
supplantés par l'écriture sémitique, fait qui permet de penser que la
seconde école céramique est entrée en agonie lors de l'arrivée des
Sémites dans la Basse-Chaldée et l'Élam: cette conquête prit place à des
époques très anciennes, car en ces temps on faisait encore, en Élam,
usage de la pierre polie, en même temps que du cuivre et de quelque peu
de bronze.

Si l'Élam cessa de fabriquer des vases peints de la seconde période, il
n'en fut pas de même dans le reste de l'Asie antérieure, où cet art
s'était répandu. Nous en retrouvons en effet les traces en Assyrie[180],
en Palestine et en Syrie[181], en Cappadoce[182], puis dans les îles de
la mer Égée. Mais là se pose un grave problème que seule la chronologie
peut résoudre. La technique des vases peints est-elle venue de Chaldée
en Syrie ou de l'île de Crète, comme bien des archéologues le pensent?

[Note 180: Cf. HELBIG, 1875. _Ann. de l'Instit. de Corresp.
archéol._, p. 221; XLIII, III, 1885.]

[Note 181: LXV, ch. V, 297.]

[Note 182: D'ap. J. Garstang.]

Une grande indécision règne dans les évaluations chronologiques en ce
qui regarde l'histoire des temps les plus anciens de l'Égypte, de la
Chaldée, de la côte asiatique et des îles de la Méditerranée; toutefois,
mettant de côté des dates aussi discutées, ne devons-nous pas penser
qu'un art qui s'est répandu jusqu'à la région d'Ispahan et d'Hamadan
vers l'orient, ne peut avoir eu son foyer au milieu de la mer
Méditerranée, et que c'est plutôt en Susiane qu'on doit chercher son
origine? La céramique de la Palestine et de la Syrie présente d'ailleurs
plus d'affinités avec celle de l'Élam préhistorique qu'avec celle des
îles.

Ainsi l'art en Élam, dès ses débuts, est extrêmement stylisé et présente
des caractères très spéciaux à ce pays; il descend du naturalisme, et
est agrémenté de quelques motifs géométriques; mais la plupart de ces
derniers ornements ne sont peut-être que des stylisations dont nous ne
saisissons pas l'origine.

Dans la vallée du Nil[183] nous rencontrons, avec les industries
néolithiques et énéolithiques, une céramique tout aussi remarquable que
celle de l'Élam non pas par sa pâte, mais par ses formes, comme par son
ornementation; cependant la technique de ses peintures diffère
complètement de celle de Suse: ce n'est plus un enduit durci au feu qui
couvre la surface des vases, c'est une peinture à froid, faite bien
certainement au moyen d'une couleur broyée avec de l'huile, de la
graisse ou de la colle, et, les matières organiques s'étant détruites
avec le temps, il ne reste plus qu'une couche pulvérulente. Il ne faut
pas oublier que ces vases étaient destinés aux sépultures et non aux
usages de la maison. Les sujets de décoration sont très variés; certains
types qui par leur forme imitent les vases de pierre, si nombreux alors
en Égypte, sont parfois ornés de mouchetures rappelant les cristaux des
roches dures (_fig. 122_, nos 12 et 3) ou de spirales inspirées par
les calcaires nummulithiques (_fig. 122_, nos 4 et 8), ou les veines
de l'agate et de la cornaline (_fig. 122_, nos 12 et 15), minéraux si
communs dans le désert. Mais, plus fréquemment, les peintures des vases
funéraires représentent la barque du mort (_fig. 122_, n° 18; _fig.
123_, nos 1, 2, 3 et 9), des danses rituelles (_fig. 123_, n° 1), des
vases de libations (_fig. 123_, nos 8, 9) ou des scènes de la vie.
C'est ainsi que nous voyons débuter des pratiques artistiques qui, plus
tard, prendront une si grande extension dans l'ornementation des
mastabas de l'ancien empire.

[Note 183: Cf. XXXIX.]

Mais là ne se borne pas la céramique de l'Égypte. Dans les tombes
néolithiques et énéolithiques, comme dans les kjœkkenmœddings, on trouve
des vases rouges, lissés, à bord noir, en très grand nombre; d'autres,
couverts d'un engobe rouge lissé et portant une ornementation peinte en
blanc et fixée au feu, technique qui se retrouve dans les îles de la
Méditerranée. Enfin l'on voit les pâtes incisées avec ou sans
remplissage des traits; ces sortes de vases, quoique rares, se
rencontrent encore au temps du roi Snéfrou, c'est-à-dire jusqu'à la
troisième dynastie.

[Illustration: Fig. 122.--Céramique égyptienne prédynastique.]

[Illustration: Fig. 123.--Céramique égyptienne peinte prédynastique.]

Avec l'apparition des premiers pharaons, la céramique à peintures
rouges cesse brusquement. Nous avons fait la même remarque pour l'Élam
où, après la seconde phase des vases peints, vient une poterie
grossière. En Égypte, c'est, au début de l'ancien empire, la taille des
substances dures qui domine; elle est à son apogée quand cesse la
céramique peinte. Le tombeau de Négadah et ceux d'Abydos renfermaient,
malheureusement à l'état de fragments, de véritables merveilles de l'art
lapidaire, de petits vases de cristal de roche, de quartz laiteux, de
cornaline, d'agate, voire même d'obsidienne, substance dont l'extrême
fragilité ne permet plus qu'on fasse usage aujourd'hui. Ces sépultures
ne contenaient aucun vase peint.

[Illustration: Fig. 124.--Manche en ivoire de poignard en silex,
représentant la faune de l'Égypte au temps du début du régime
pharaonique (découverte de Henri de Morgan à Hassaya, près d'Edfou).
Lignes a partir du haut. 1, Éléphants; 2. Autruches, Girafes; 3,
Panthères; 4, Capridés; 5, Chacals; 6, Antilopes; 7, Porcs-épics; 8,
Bœufs; 9, Hippopotames; 10, Antilopes; 11, Éléphants, Salmonidés; 12,
Capridés; 13, Panthères; 14, Capridés, Chien; 15, Ânes; 16, Antilopes;
17, Chiens et Chacals; 18, Bœufs; 19, Porcs ou Sangliers; 20, Bœufs.]

Nous avons vu que les pré-pharaoniques étaient d'une grande habileté
dans la taille de l'ivoire et de la pierre et qu'ils sculptaient et
gravaient avec adresse de nombreuses représentations animales et
humaines. Nous citerons seulement ici le manche d'ivoire d'un poignard
en silex, découvert par Henri de Morgan dans la nécropole d'Hassaya,
près d'Edfou. Cette magnifique pièce est, sur toute sa surface,
recouverte de figurations d'animaux, on y voit toute la faune de
l'Égypte de ces temps (_fig. 124_).

S'ils étaient devenus experts dans le travail des roches et de l'ivoire,
les gens d'Égypte aux temps énéolithiques n'étaient pas moins habiles à
manier les métaux; un autre couteau de pierre, garni d'une feuille d'or
en guise de manche, montre qu'ils savaient repousser avec talent le
métal précieux (_fig. 125_).

Toutes ces œuvres artistiques des débuts de l'Égypte font preuve d'une
grande liberté de style; mais elles s'éloignent d'autant plus de la
nature que s'écoulent les temps. C'est qu'aux siècles des industries
néolithiques et énéolithiques, l'artiste n'était pas encore astreint à
suivre ces canons religieux qui, peu à peu, ont fait naître cet art si
particulier des temps pharaoniques. Cette évolution prit place de très
bonne heure; à la troisième dynastie elle était accomplie déjà, et
désormais le dessin comme la sculpture furent réglés dans les moindres
détails par des lois immuables. C'est la stylisation spéciale à l'Égypte
qui se poursuit en s'accentuant jusqu'aux siècles où Rome était
maîtresse dans la vallée du Nil; aussi les œuvres les plus naturelles,
les plus largement conçues appartiennent-elles à l'ancien empire.

[Illustration: Fig. 125.--Couteau de silex blond garni d'une feuille
d'or ornée au repoussé.

Nécropole de Saghel-el-Baglieh (?), Haute-Égypte (Musée du Caire).]

Dans les îles méditerranéenes on retrouve la technique de tous les vases
dont nous venons de parler à propos de l'Élam et de l'Égypte, sauf
toutefois les peintures rouges fragiles de la haute vallée du Nil; dans
les îles, ces divers genres de poterie se rencontrent avec les
industries énéolithiques qui semblent avoir été celles des premiers
habitants de la Crète, de Chypre et de toutes les terres qui devinrent
plus tard le domaine des Hellènes; ils montrent un art du potier encore
rudimentaire (_fig. 126_ et _127_), et, là aussi, c'est avec le métal
que débutent les véritables essais artistiques. Mais si, dans le monde
méditerranéen, la technique est la même qu'en Asie et en Égypte, les
goûts artistiques sont très différents dès les premières phases de la
peinture céramique (_fig. 128_).

[Illustration: Fig. 126.--Poterie incisée des Cyclades.]

[Illustration: Fig. 127.--Poterie incisée de la mer Égée: 1, Cyclades;
2, Chypre; 3, Milo.]

Le monde égéo-mycénien, bien qu'ayant été largement influencé par
l'Égypte et par l'Asie, n'en montre pas moins un goût personnel très
accentué. Le naturalisme fait la base de la plupart des travaux
artistiques, mais les tendances sont très spéciales, différentes de
celles dont il vient d'être parlé, complètement étrangères à celles des
temps quaternaires dans l'Occident européen. Nous ne nous étendrons pas
ici sur ce sujet qui doit être traité avec tout le développement
désirable dans le tome IX de l'_Évolution de l'Humanité._ Ces arts ont
joué un très grand rôle dans tous les pays méditerranéens, en Italie, en
Espagne, en Gaule et jusque dans l'Europe centrale.

Avant de parler de l'Europe, jetons encore un coup d'œil sur l'Orient,
sur le nord de la Perse et sur la Transcaucasie, pays dont les arts
céramiques diffèrent complètement de ceux de la Chaldée, de l'Élam, de
la Phénicie et de la Grèce, qui, se reliant aux conceptions des peuples
du Nord, ont en certains cas, joué un rôle important dans la culture
européenne, en dehors des influences méditerranéenes; car beaucoup des
peuples caucasiens, et plus généralement asiatiques, faisaient partie
jadis de groupes dont certaines fractions ont envahi l'Europe, alors que
d'autres s'arrêtaient en chemin.

[Illustration: Fig. 128.--Vase de Kamarès (île de Crète).]

Quand on s'éloigne de ces régions pour pénétrer au cœur de l'Asie, dans
le nord de la Perse, la Transcaucasie et la Sibérie, on se trouve en
présence de deux conceptions artistiques très distinctes, l'une
correspondant à l'industrie du cuivre et du bronze, dans les dolmens du
Nord iranien, ne comportant qu'une ornementation géométrique fort
simple, l'autre dans laquelle le principal motif est la figuration des
animaux; ce dernier art se rencontre en Osséthie (_fig. 131_), au
talyche russe et persan et dans l'Arménie russe avec le fer (_fig.
132_). La spirale joue alors un rôle très important, et le swastika
devient plus fréquent que par le passé.

En Sibérie, dans les districts de Minoussinsk et de Krasnoïarsk, vers
les frontières de la Mongolie, dans l'Altaï et jusqu'à l'Oural et à la
Volga, pays où les gisements de cuivre sont extrêmement nombreux, on a
trouvé, soit dans les sépultures, soit isolément, de très nombreux
objets dans lesquels les représentations animales jouent le principal
rôle décoratif. Les figures sont soit moulées, faisant partie des
instruments et des armes, soit sous forme de statuettes, soit gravées au
burin dans le métal, sur les objets divers, haches, poignards, vases,
ceintures métalliques; et le goût comme la technique sont exactement
ceux qui, de nos jours, guident encore les ciseleurs persans. On est
tenté de voir dans l'apparition de cet art très caractérisé, venant
supplanter l'ornementation géométrique, l'indice de l'arrivée des
Iraniens sur le plateau persan, parmi ces populations d'origine
inconnue, dont nous parlent les textes des rois d'Assour.

[Illustration: Fig. 129.--Chien et sanglier, d'après une fresque du
palais de Tirynthe.]

Nous devons constater que cet art naturaliste paraît être demeuré
complètement en dehors de la Chaldée, de l'Assyrie, de l'Égypte et de
tout le monde occidental. Il n'y a donc pas lieu de faire intervenir son
influence dans le développement du naturalisme méditerranéen (_fig.
129_).

Mais, si nous comparons cet ensemble artistique à celui qui s'est
développé dans nos pays occidentaux, au début de l'industrie du fer,
durant cette période qu'on désigne sous le nom de hallstattienne, on est
frappé des analogies sans nombre qu'on relève entre l'art naturaliste
oriental et celui de l'Occident. Fréquemment les formes des armes et des
instruments sont les mêmes, quant aux motifs et aux procédés
d'ornementation, principalement dans la gravure, ils sont identiques et
spéciaux à tel point qu'on ne peut s'empêcher d'établir un rapprochement
entre ces deux ensembles qui, d'après les découvertes dans le bassin du
Danube et l'Ukraine, se rejoindraient au nord du Caucase, par les
steppes russes.

Cette civilisation du fer, en Transcaucasie, a été précédée par une
autre plus simple et dont l'art appartient au système géométrique,
civilisation qui semble être dérivée de celle du bronze, alors qu'en
Occident le Hallstattien succède directement au bronze par une rapide
transition.

Dans ces conditions, il semble que le fer, qui était depuis longtemps
connu en Asie, avant l'arrivée des artistes naturalistes, n'a peut-être
pénétré en Europe qu'avec les Hallstattiens, venus d'Orient chez nous,
par les steppes russes et la vallée du Danube.

Toutefois il y a lieu de tenir compte à cette époque des influences
méditerranéenes qui, fort probablement, sont venues modifier quelque peu
les coutumes des naturalistes de l'Asie.

Cette industrie, on s'accorde non sans vraisemblance à l'attribuer aux
Celtes. Il s'ensuit donc que les Celtes, avant leur arrivée en Europe,
auraient habité ou envoyé des colonies dans les pays du sud de la mer
Caspienne, soit qu'ils y fussent venus du Nord par Derbend ou le Dariall
(pays des Ossèthes), soit qu'en partant de la Transcaspienne, ils aient
longé les montagnes de l'Elbourz, pour venir dans les pays de l'Araxe.
Puis la branche méridionale de leur race se serait soit fondue, soit
retirée vers le nord, laissant dans l'Iran leurs goûts et leurs
méthodes naturalistes encore en vigueur aujourd'hui chez les graveurs
persans. Cet art si caractéristique du Hallstattien se serait, dans
l'Occident européen, effacé devant un goût très supérieur, celui des
peuples méditerranéens, qui domine à partir de l'époque dite de la
Teine.

C'est au début du premier millénaire avant notre ère qu'on place la
naissance du Hallstattien dans nos pays. C'est donc plus anciennement
que cet art s'est montré dans la Transcaucasie; peut-être quelques
siècles seulement, peut-être un millénaire auparavant. D'ailleurs les
Hallstattiens orientaux ont vraisemblablement appris à connaître le fer
en Transcaucasie, puisqu'il existait dans ces pays avant leur venue; et
les sépultures de l'Osséthie ne seraient alors que les témoins du
passage des Hallstattiens au travers du Grand Caucase, pays où le cuivre
à l'état naturel est beaucoup plus abondant que le fer, ce qui
expliquerait la rareté de ce dernier métal dans la nécropole de Koban.

Ce ne sont là certainement que des conjectures; mais la grande diffusion
d'un art aussi spécial qu'est celui du Hallstatt ne peut être considérée
comme l'effet de simples coïncidences.

Malheureusement, jusqu'à ce jour, les recherches sont bien peu avancées,
tant en Transcaucasie qu'en Perse et dans l'Asie centrale. Des fouilles
ont été pratiquées en Osséthie, dans l'Arménie russe et dans le talyche
russe et persan; là se bornent aujourd'hui nos recherches. Toutefois
nous constatons que les peuples du Nord vivaient complètement en dehors
de ceux du Sud, et que les civilisations si florissantes de Babylone, de
Suse, de Ninive et d'Ecbatane n'ont pas influencé les peuples dont nous
avons découvert les tombes dans les nécropoles du Nord.

Dans le nord de l'Asie antérieure, on ne rencontre que de très rares
traces d'une céramique peinte toute spéciale, dans les tombeaux
contenant des armes de fer; la poterie ornée de dessins au lissoir
domine et l'ornement incisé n'est pas rare (_fig. 130_). Avec
l'apparition du fer, nous constatons la présence de nombreux vases
présentant des formes animales, chevaux, bœufs, oiseaux; mais, de même
que dans la ciselure, nous sommes en présence d'un style spécial,
d'origine altaïque si nous en jugeons par les découvertes faites en
Sibérie au cours de ces dernières années.

[Illustration: Fig. 130.--L'industrie du fer en Osséthie. Figurations
d'animaux.]

En Europe occidentale et centrale, les débuts de la céramique nous
montrent des vases, généralement à fond plat, légèrement évasés,
irréguliers (_fig. 133_), faits de pâte grossière et mal cuite à l'air
libre dans les foyers; les tessons de cette poterie sont, en général,
composés de deux couches extérieures brunâtres et de la partie centrale,
à peine cuite et grisâtre; la terre en est à peine pétrie et mélangée de
grains de sable.

[Illustration: Fig. 131.--Figurations gravées sur des ceintures de
bronze des nécropoles de l'Arménie russe. Industrie du fer.]

[Illustration: Fig. 132.--Poterie incisée. Nécropole de Djonu (Talyche
russe).]

[Illustration: Fig. 133.--Poteries grossières: 1, Tertre Guérin
(Seine-et-Marne); 2, Dolmen de Châtêau-Larcher (Vienne) [d'après A. de
Mortillet].]

[Illustration: Fig. 134.--Vases néolithiques; 1 à 3 et 5 à 10, Chassy
(Saône-et-Loire); 6, Bohême; 4, 11 et 12, Bretagne.]

Plus tard, avec les perfectionnements de l'industrie néolithique, la
technique s'améliore peu à peu; les formes se compliquent (_fig. 134_),
deviennent même parfois assez élégantes, et l'ornementation paraît; on
l'a déjà rencontrée sous forme d'incisions au cours du Campignien, elle
se complique en ponctuations (_fig. 134_ nos 9, 10 et 12); viennent
les vases cordés (_fig. 134_, n° 12), c'est-à-dire ornés de l'impression
d'une corde enroulée sur la pâte encore molle; puis le potier écrase
sur son vase de petites boulettes d'argile et en forme des dessins
(_fig. 134_, nos 5, 7 et 8). Mais ce ne sont là que des exceptions;
car dans presque tous les pays, c'est l'incision qui domine; parfois
même elle devient très artistique, comme en Scandinavie, où elle est
particulièrement remarquable dès les temps de la pierre polie. Avec le
bronze, la céramique se perfectionne encore; depuis longtemps le tour
est en usage et, peu à peu, les formes s'inspirent de celles du monde
hellénique. En Italie méridionale, en Sicile, en Espagne, voire même
dans le sud de la Gaule, les arts méditerranéens ont eu une grande
influence sur l'Occident, dès l'apogée de la Crète et, par voie de terre
(_fig. 138, 139_), les formes mycéniennes ont gagné l'Europe centrale;
de telle sorte que, lors de l'apparition du fer, la forme des vases, les
motifs des dessins, les procédés techniques ne sont plus qu'un mélange
de la culture indigène et de l'art méditerranéen. On peint les vases,
mais sans cette habileté des peuples helléniques, et, le plus souvent,
ces œuvres de potier ne sont qu'un coloriage peu stable des ornements
incisés.

[Illustration: Fig. 135.--Ornementation néolithique d'après la
Céramique.]

[Illustration: Fig. 136.--1, 2, Chypre; 3, Hissarlik; 4, Île de Moen
(Danemark); 5, Île de Seeland.]

[Illustration: Fig. 137.--L'industrie du fer en Transcaucasie.
Ornementation des vases (Hélénendorf, près Yélisavetpol).]

Partout en Europe, dans les derniers temps protohistoriques, l'influence
méditerranéene se fait sentir; mais elle s'exerce chez des peuples très
variés comme origine, comme goûts artistiques; il en résulte une
multitude d'écoles, variétés sans nombre, dont les mouvements des
peuplades compliquent encore l'étude. En Gaule seulement, on constate
l'existence de nombreuses provinces et, pour les mêmes districts,
d'écoles successives, dont les phases correspondent aux mouvements des
populations, à l'ouverture de nouvelles voies commerciales, à des
événements militaires, et à une foule d'autres causes qui souvent nous
échappent.

[Illustration: Fig. 138.--Buchheim (Duché de Bade).]

En Occident et dans le nord de l'Europe, les temps préhistoriques se
terminent au cours de la civilisation du fer, de l'industrie dite de la
Tène. Les arts alors sont le produit des goûts indigènes très largement
influencés par l'art gréco-étrusque et grec; on voit encore des motifs
et des procédés anciens sur les vases incisés; mais aussi la peinture
céramique et la sculpture portent ce caractère spécial, dérivé de
l'hellénisme, qui, dans les pays septentrionaux, se conservera jusqu'au
Moyen Âge.

[Illustration: Fig. 139.--Burzenhof (Wurtemberg).]

Somme toute, en dehors de l'Élam, de l'Égypte et du monde grec, chez qui
nous rencontrons de véritables écoles artistiques, très nettement
caractérisées par la technique comme par l'art, les goûts, dans
l'Ancien Monde, sont encore très confus, et la raison en est que nulle
part, chez les nombreux peuples dont il nous est resté des traces, nous
ne rencontrons la même originalité que dans les grands centres de
l'Orient.

[Illustration: Fig. 140.--Les arts de l'industrie de la Tène. 1, Turoe
(Cté de Galway, Irlande); 2, Kermaria, près Pont-l'Abbé (Finistère); 3,
Hoch-Redlan (Prusse); 4, Betheny (Marne); 5, Glastonbury (Somerset); 6,
Roanne (Loire); 7, Marne; 8, Roanne (Loire); 9_a_, Matzhausen
(Palatinat); 9, frise d'animaux de 9_a_.]

Mais le Nouveau Monde ne doit pas être négligé; car certaines régions de
l'Amérique, le Mexique et le Pérou, ont eu des écoles non moins
remarquables que celles de l'Asie et de l'Égypte. Là, nous sommes en
présence d'un monde à part sans relations avec le reste de l'Univers,
évoluant sur lui-même; cette évolution a produit les mêmes résultats que
dans l'Ancien Monde; car on trouve en Amérique la poterie incisée,
lissée, toutes les variétés de nos continents, et enfin la céramique
peinte; les procédés techniques sont les mêmes; seules diffèrent les
conceptions artistiques. Quant à l'époque de ces œuvres, nous ne pouvons
pas nous en faire une idée basée sur des estimations sérieuses.

L'expérience du Nouveau Monde montre combien il convient d'être prudent
dans les hypothèses relatives aux influences, surtout quand il s'agit
des procédés d'ordre simple. La même pensée a pu venir chez bien des
peuples divers en des temps différents. Les caractères de la céramique
primitive, de celle qui ne comporte pas la peinture, ne peuvent être
considérés comme concluants au point de vue chronologique, quand il
s'agit de peuples différents ou de régions diverses.

D'ailleurs, pour toutes choses relatives aux arts et en particulier pour
la céramique, nous sommes encore d'une grande ignorance, en ce qui
regarde la plus grande partie de l'Ancien Monde; nous avons vu que pour
la Transcaucasie, la Perse, la Russie nous ne possédons que de vagues
informations limitées à quelques districts et à quelques peuples; mais
au delà, plus loin vers l'Orient, notre ignorance est complète.



CHAPITRE II

LES CROYANCES RELIGIEUSES LE TOTÉMISME ET LA MAGIE


Deux principes semblent régner déjà sur les esprits aux temps où les
occidentaux de l'Europe en étaient aux industries paléolithique et
archéolithique: le respect des morts, par suite, une croyance à la
survie, et peut-être aussi le totémisme, s'appliquant, comme chez les
populations primitives modernes, aux événements de l'existence.

Dans les grottes de Grimaldi, et dans beaucoup d'autres cavernes, on a
trouvé le mort enterré près de son foyer, entouré des objets qui lui
étaient familiers. Cette coutume, qui s'est continuée jusqu'à la fin de
l'usage de la pierre taillée, et qui, après l'apparition des métaux, a
pris plus de force encore, montre, à n'en pas douter, que nos
précurseurs sur le sol de la France possédaient déjà des notions sur le
culte des morts, croyaient à la vie future et, en conséquence, à une
puissance supérieure à celle des humains. Cette notion, d'ailleurs,
n'est pas spéciale aux races qui ont habité l'Occident européen à
l'époque quaternaire, elle est universelle; mais c'est dans nos cavernes
que s'en rencontrent, semble-t-il, les plus anciens témoignages
recueillis jusqu'ici.

Quant au totémisme, il est plus discutable; cependant, en étudiant les
peintures de nos grottes, et en comparant les résultats de nos
observations aux usages de certaines des peuplades sauvages vivant de
nos jours, certains archéologues ont été amenés à penser que les
Magdaléniens ne couvraient pas les parois de leurs habitations dans le
seul désir de satisfaire leurs goûts esthétiques, mais qu'ils
attachaient un sens superstitieux aux représentations qu'ils
figuraient[184].

[Note 184: Cf. S. REINACH, _l'Art et la Magie_. VI (1903), 257;
_id_., LX, I, Paris, 1905.]

«En Australie, comme en Amérique, dit Déchelette[185], les clans se
croient placés sous la protection d'un être tutélaire, ordinairement
d'un animal dont il importe, pour le salut commun, de se ménager les
faveurs. Cet animal totem devient par suite l'objet d'un culte constant.
Les clans apposent les images de leurs totems sur leurs armes offensives
et défensives. En outre, l'intervention de la magie permet d'en obtenir
la multiplication, profitable à la communauté. MM. Spencer, Gillen et
Frazer ont décrit les curieuses cérémonies qu'accomplissent dans ce but
les Australiens, au pied des parois rocheuses, tapissées de
représentations zoomorphes. Maintes particularités de ces pratiques
magiques se rapprochent aisément des faits observés dans les grottes
pyrénéennes et périgourdines.»

[Note 185: XXVI, I, 268.]

Il ne faudrait pas, cependant, abuser du totémisme et chercher à en
retrouver partout les traces. Nous ne connaissons pas tous les mobiles
des actions de l'homme à ces époques lointaines.

Les peintures de nos cavernes sont parfois situées dans des recoins ou
sur des anfractuosités de rochers peu accessibles; on a supposé qu'elles
ont été tracées dans ces endroits parce qu'elles auraient été interdites
(_Tabous_) aux femmes, aux enfants et, d'une manière générale, aux
non-initiés.

Ce n'est là qu'une hypothèse, vraisemblable il est vrai, mais qu'il
serait hasardeux de développer tout comme celle relative au totémisme;
car, là encore, nous ne pouvons pas déduire des superstitions des
sauvages modernes les idées en cours dans des temps aussi éloignés de
nous.

La croyance aux _larvæ_, c'est-à-dire aux spectres, aux revenants, qu'on
rencontre depuis les temps historiques les plus anciens, dans la
péninsule Italique, n'est certainement pas une conception spéciale aux
peuples européens; elle existait en Égypte sous une autre forme, mais à
coup sûr la crainte que les morts vinssent, par leurs apparitions,
troubler la quiétude des vivants eut, chez tous les humains, une grande
influence sur le respect qu'ils semblent avoir toujours témoigné à la
sépulture, objet d'une crainte mystérieuse, vague, mais intense chez les
primitifs, angoissante encore chez bien des modernes des plus
développés.

[Illustration: Fig. 141.--Sépulture néolithique d'El-Amrah
(Haute-Égypte).]

Avec l'apparition des industries néolithiques, le culte des morts
s'affirme sous des formes multiples, car les sépultures de ces époques,
très nombreuses dans tous les pays, sont en même temps extrêmement
variées.

La tombe en pleine terre, sans enveloppe protectrice du cadavre, est peu
commune dans nos pays. Cependant on la rencontre dans le département de
la Marne, entre autres, à Dormans: les corps accroupis ou repliés
étaient placés dans de petites fosses orientées du nord au sud.

[Illustration: Fig. 142.--Tombes des nécropoles de l'Arménie russe:
Industrie du fer.]

Ce mode de sépulture, le plus simple de tous, était en usage dans la
vallée du Nil, au temps où florissaient les industries néolithique et
énéolithique (_fig. 141_)[186]. Souvent alors on trouve le squelette
enfermé, cousu dans une peau d'antilope ou de gazelle, et l'apparition
du cuivre ne modifia pas cet usage. Dans les couches les plus profondes
du tell de Suse, les tombes présentent les mêmes caractères généraux.

[Note 186: Cf. XXIX.]

En Allemagne, ce mode d'inhumation est plus fréquent que dans la Gaule.

Nous avons vu qu'aux temps quaternaires le mort était fréquemment
enseveli dans les cavernes, auprès de son foyer. Aux temps néolithiques,
ces grottes, alors inhabitées pour la plupart, furent choisies pour
déposer les cadavres; telle celle de l'_homme mort_, dans la Lozère, où
se trouvait un vaste ossuaire. Fréquemment une muraille de pierres
sèches, fermant l'entrée de la caverne, abritait les corps contre les
carnassiers.

[Illustration: Fig. 143.--Crypte de Croizard. Vallée de Petit Morin
(d'après le baron de Baye).]

[Illustration: Fig. 144.--Crypte de Courgeonnet. Vallée de Petit Morin
(d'après le baron de Baye).]

Mais comme il n'existait pas de grottes naturelles dans tous les pays,
l'homme creusa dans le sol des abris artificiels. C'est dans le
département de la Marne qu'on peut le mieux étudier cette forme de
tombes. La vallée du Petit Morin en renferme un grand nombre[187]. Ce
sont de véritables hypogées, creusés dans la craie, très régulièrement,
composés d'une ou de deux chambres jadis fermées au moyen de dalles ou
de madriers. Une tranchée pratiquée dans les éboulis et les alluvions
avait permis d'atteindre les affleurements de la craie. Les squelettes
étaient nombreux, régulièrement rangés les uns par-dessus les autres, en
deux groupes laissant entre eux une sorte d'allée[188].

[Note 187: Baron DE BAYE, _Sur les cavernes sépulcrales dans le
département de la Marne_ (_Congr. internat, arch., Bruxelles_, 1872);
XXII. 1re édit., 1879.]

[Note 188: Ces cavernes artificielles très riches en instruments de
silex poli contenaient aussi quelques traces de cuivre, elles
appartiennent donc à l'énéolithique et non au néolithique.]

Certaines de ces grottes artificielles sont considérées par les
archéologues[189] soit comme étant des chapelles funéraires destinées à
la célébration de cérémonies rituelles, soit comme des sépultures
réservées à des personnages de rang élevé.

[Note 189: XXIV, 157.]

[Illustration: Fig. 145.--Dolmens: 1, Brantôme (Dordogne); 2, table des
marchands (Locmariaker, Morbihan); 3, Krukenn (Plouharnel, Morbihan); 4,
Lauzo (Orgnac, Ardèche); 5, Gramont (près Lodève, Hérault); 6,
Trie-Château (Oise).]

[Illustration: Fig. 146.--Dolmens, plans et coupes.]

Dans la majeure partie de l'Europe, dans les pays méditerranéens, en
Égypte et dans l'Asie antérieure, les hypogées sont nombreux; tous sont
inspirés par le même principe, le respect du mort, et le désir de
protéger ses restes contre les animaux et les hommes. Les tombes
pharaoniques de Thèbes, les sépultures achéménides de la Perside, sont
des grottes artificielles aux proportions monumentales. Mais creuser ces
hypogées exigeait de grands travaux, auxquels on ne pouvait se livrer
que pour un petit nombre de personnes; ce mode d'inhumation ne doit donc
être considéré que comme exceptionnel. Il en est de même pour les
dolmens, vastes chambres bâties en blocs de roches, puis, le plus
souvent, recouvertes de terre.

[Illustration: Fig. 147.--Distribution géographique des dolmens dans
l'ancien monde.]

Le dolmen[190] (_fig. 145_ et _146_) est un monument en pierre, de
dimensions variables, composé de murailles verticales formées de gros
blocs dressés et d'une ou plusieurs grandes dalles recouvrant l'édifice.
Certains dolmens ne renferment qu'une seule chambre, rectangulaire
(_fig. 145_ et _146_, nos 1, 3 et 4); d'autres en contiennent
plusieurs (_fig. 146_, nos 5 et 7), d'autres enfin sont munis d'une
galerie d'accès construite d'après les mêmes principes (_fig. 146_,
nos 1, 3 et 7), plus ou moins longue, plus ou moins large et haute.
Parfois les murs latéraux sont inclinés et donnent au dolmen l'aspect
d'une pyramide tronquée (_fig. 145_, nos 4 et 5); on connaît même des
allées couvertes dont les grandes dalles ne sont supportées que d'un
seul côté, ce qui donne au couloir une section triangulaire. On voit
aussi bon nombre de ces monuments formés d'une longue galerie sans
chambre spéciale (_fig. 146_, nos 2 et 6). Dans quelques pays, en
Irlande entre autres, les dalles du plafond sont remplacées par une
voûte en encorbellement, construite en petites pierres plates (_fig.
146_, n° 7). Le sol des dolmens est, en France, souvent dallé (_fig.
146_, nos 1 et 6).

[Note 190: De _dol_ = table et _men_ = pierre (en breton).]

[Illustration: Fig. 148.--Dolmen bâti de Nâmin, province d'Ardébil
(Perse) [relevés de l'auteur].]

Dans bien des cas les dolmens sont recouverts d'un monticule de terre
plus ou moins grand; mais nous ne pouvons pas affirmer que tous
occupaient l'intérieur d'un tumulus, et que ceux qui sont aujourd'hui
découverts, l'ont été, soit par la culture, soit par les pluies.

Dans les dolmens complets, avec tumulus, on constate la présence au
pourtour de la butte d'un cercle de grosses pierres destiné à limiter la
base du tertre. Souvent on rencontre de ces cercles de pierre isolés,
sans qu'un dolmen soit situé au centre. Pour la plupart ces cercles ne
sont que les ruines d'anciens tumuli: mais il ne faut pas les confondre
avec les _cromlechs_[191], monuments de destination inconnue, dont les
dimensions sont beaucoup plus grandes.

[Note 191: De _crom_ = courbe et _lec'h_ = pierre (en breton).]

L'apparition des dolmens[192] dans l'Europe occidentale semble coïncider
avec la seconde phase de l'industrie néolithique de la Suisse et de la
France; mais cette apparence semble être illusoire: car les plus anciens
de ces monuments, dont les mobiliers ne comprennent que des outils de
pierre, faits de roches dures importées renferment des traces de métal,
cuivre et or, d'autres sont franchement énéolithiques.

[Note 192: Cf. A. DE MORTILLET, VIII, XI.]

L'extension géographique des dolmens est immense (_fig. 146_); on les
rencontre depuis le sud de la Scandinavie jusqu'en Algérie, et depuis le
Portugal jusqu'aux Indes et au Japon[193]. Dans le nord de l'Asie
antérieure (talyche russe ou persan), ils appartiennent tous aux temps
des industries du cuivre et du bronze; il s'ensuit que si l'usage de
construire de semblables édifices est venu de l'Asie dans nos pays,
cette pratique a forcément amené avec elle la connaissance des métaux,
ce qui semble être le cas; car, en Europe occidentale, ces tombeaux
renferment des mobiliers d'apparence néolithiques mais certainement dus
à la pauvreté en cuivre de leurs constructeurs. L'hypothèse d'une
propagation en sens inverse est inacceptable, car elle supposerait que
les débuts du métal, dans les pays caspiens, sont postérieurs à ceux
dans l'Armorique et ce ne peut être, la civilisation asiatique remontant
à des âges beaucoup plus reculés que celle de l'Occident.

[Note 193: Cf. XXXVII 153 et notes 2, 3 et 4.]

Reste à supposer que l'idée de construire ces vastes sépultures est née
en des temps divers dans plusieurs pays, car le culte des morts est trop
ancien et trop répandu pour qu'on puisse expliquer sa généralisation par
sa propagation partant d'un foyer unique. La solution serait,
semble-t-il, dans une hypothèse mixte; car il n'est pas possible de
relier au grand groupe des dolmens asiatico-européens, les monuments du
Japon, de Madagascar et de l'Amérique du Sud.

Dans tous les pays, les plus anciens dolmens sont faits de matériaux de
grande taille, mal dégrossis; puis, peu à peu, les éléments des
murailles verticales diminuent de grosseur et bientôt les blocs latéraux
des débuts sont remplacés par un appareil en pierres brutes, il est
vrai, mais soigneusement établi. Seules les grandes dalles du toit
demeurent (_fig. 148_)[194] et, les dimensions du monument diminuant, on
en arrive au ciste.

[Note 194: XXXVI, IV, 1re part., 13 sq.; XXXV, VIII (1905), 251
sq.]

[Illustration: Fig. 149.--1, Menhir de Kérouézel à Porspoder
(Finistère); 2, Géant de Kerdil, Carnac (Morbihan); 3, Penmarch
(Finistère), hauteur 7 mètres.]

Ce n'est pas dire que l'usage d'enterrer les morts dans des coffres de
pierre soit postérieur aux dolmens; les deux genres de sépulture ont
certainement été usités en même temps dans les mêmes pays, mais le
principe de ces constructions funéraires est le même. D'autre part, la
conception du dolmen et de son tumulus, interprétée par des peuples de
grande culture, a produit en certains pays de véritables colosses;
témoin les pyramides royales égyptiennes de l'Ancien et du Moyen Empire.

Les dolmens ne sont pas les seuls monuments mégalithiques de l'antiquité
préhistorique: on rencontre également dans bien des régions des traces
inexpliquées encore de croyances religieuses ou superstitieuses, se
rapportant peut-être au culte des morts, et se manifestant sous forme de
pierres levées (menhirs)[195] (_fig. 149_), de portiques, rares
d'ailleurs, composés de deux montants verticaux et d'un linteau; enfin
des alignements de monolithes (_fig. 150_), le plus souvent associés à
des cromlechs. Les dolmens eux-mêmes présentent parfois des singularités
inexplicables: certains sont divisés en plusieurs chambres qui
communiquent entre elles par un trou circulaire percé dans la cloison
(_fig. 145_, nos 5 et 6; _fig. 146_, n° 6).

[Note 195: _Men_ = pierre, et _hir_ = long (en breton).]

[Illustration: Fig. 150. Alignements de Ménec à Carnac (Morbihan).]

En France, les menhirs sont plus nombreux encore que les dolmens. A. de
Mortillet en compte 6192, y compris les alignements et les
cromlechs[196]; et leur distribution ne concorde pas exactement avec
celle des dolmens. Le plus grand de ces monuments est le Men-er-Hroèck
(Pierre de la Fée), aujourd'hui renversé et brisé, qui mesurait 26m,
50 de longueur. Ce monolithe rappelle par ses dimensions les obélisques
d'Égypte; celui d'Hata Sou à Karnak est cependant beaucoup plus grand,
sa hauteur étant de 33m, 20. On se perd en conjectures sur la
destination primitive de ces monuments, mais aucune des hypothèses
proposées jusqu'ici ne repose sur des bases scientifiques.

[Note 196: A. DE MORTILLET, _Distribution des mégalithes en France_,
VIII (1901), 40.]

Il en est de même pour les alignements, longues files parallèles de
menhirs plantés en terre à des distances presque égales et dont on voit
encore les restes dans les départements du Morbihan et du Finistère. Ces
alignements, jadis, étaient beaucoup plus étendus: ce qu'il en reste
donne cependant encore une grande impression.

Les cromlechs sont de grands cercles de 50 ou 60 mètres de diamètre,
formés de menhirs. Ces monuments mégalithiques sont très répandus sur
notre sol, dans les îles Britanniques, en Suède, en Danemark. On en
rencontre quelques-uns dans l'Asie antérieure. Toutes les
interprétations qui ont été données à leur sujet sont du domaine de la
fantaisie.

Le petit nombre de sépultures quaternaires découvertes jusqu'à ce jour
ne permet pas d'établir les règles alors suivies dans la mise en terre
du mort, et nous n'avons, de ces temps, aucune indication quant aux
pratiques d'incinération que nous voyons souvent usitées par les
néolithiques de nos pays. Mais avec l'apparition de la pierre polie, nos
informations deviennent beaucoup plus sûres. Dans certaines régions,
telle la Scandinavie, les tombes néolithiques sont toutes d'inhumation,
alors qu'en France et surtout en Bretagne, on a fréquemment incinéré les
morts[197]. Dans les départements de la Marne, de l'Aisne, du Gard et en
beaucoup d'autres points de notre sol, la même observation a été
faite[198]; et cette coutume de détruire le corps par le feu, aurait
également été en vigueur aux mêmes époques en Thuringe et dans la Prusse
occidentale[199], alors que dans les îles Britanniques, en Italie et en
Suisse on n'a pas encore retrouvé de traces d'incinération.

[Note 197: XLV, 17.]

[Note 198: Cf. XXIV, 270.]

[Note 199: OLSHAUSEN, _Leicherverbrennung_, XX (1892), 163.]

D'ailleurs, dans les temps historiques, chez les Latins et les
Étrusques, la crémation et l'inhumation étaient également pratiquées;
seul l'Orient, et surtout l'Égypte, semble s'être refusé à la
destruction du corps. Cependant l'incendie des tombes royales primitives
de Négadah et d'Abydos permettrait de penser qu'à l'origine on
pratiquait, pour les grands personnages, l'incinération non seulement de
leur corps, mais de tous les biens leur ayant appartenu.

Quant au décharnement pré-sépulcral, il semble avoir été en usage dès
les temps quaternaires, si nous en jugeons par la couleur qui couvre les
ossements[200]. Pour les époques plus voisines de nous, cette pratique a
laissé de nombreuses traces dans l'Europe occidentale, centrale, en
Russie et, paraît-il, jusqu'au nord du Caucase.

[Note 200: PIETTE, VI (1896), 386.]

Pendant que florissait l'industrie du bronze dans nos pays, les coutumes
d'antan demeurèrent ce qu'elles étaient à l'époque des néolithiques;
toutefois on cessa peu à peu de bâtir des dolmens et ceux qui existaient
furent souvent employés comme ossuaires. Dès lors on enterra dans des
cistes, dans des fosses aux parois garnies de moellons, dans des
chambres bâties (_fig. 151_ et _152_), sur lesquelles on élevait un
tumulus qui, parfois, atteignait des proportions considérables. Celui de
Saint-Menoux (Allier) ne mesurait pas moins de 25 mètres de
diamètre[201]; il contenait quatre squelettes.

[Note 201: LIII.]

À cette époque la crémation était en usage également dans l'Europe;
mais, comme aux premiers temps, l'Asie ne l'adopta pas, ou du moins,
nous n'en avons jusqu'ici rencontré aucune trace. Là, dans certaines
régions, le nord-ouest de la Perse entre autres, on peut suivre les
diverses phases de passage du grand dolmen au ciste, et les mobiliers
funéraires vont en se perfectionnant au fur et à mesure que se
complique la construction funéraire.

[Illustration: Fig. 151 et 152.--Sépultures de l'industrie du fer à
Djonu (Talyche russe). Fouilles de l'auteur.]

Si les primitifs habitants des montagnes qui bordent au sud-ouest la mer
Caspienne ne brûlaient pas les morts avec leurs épouses comme on le
faisait aux Indes, du moins semble-t-il que l'homme les emmenait avec
lui dans l'autre monde. Une sépulture que j'ai eu la bonne fortune de
découvrir à Véri (Talyche russe) en 1890, est explicite à cet égard.

Un ciste aux contours irréguliers (_fig. 153_) renfermait quatre
corps[202]. À droite sont les restes de l'homme (n° 1), accompagnés de
ses armes: une épée, quatre poignards, plusieurs têtes de lances et bon
nombre de pointes de flèche; comme bijou, un torque et quelques perles,
de petits disques d'or. À gauche de l'homme, au milieu de la tombe, sont
deux crânes de femmes (nos II et III), entourés de perles, de disques
d'or; chacune a son torque, et des bracelets l'accompagnent; les armes
font complètement défaut. À gauche est un autre crâne féminin (n° IV),
entouré des mêmes bijoux et, près de là, un miroir de métal. (Dans la
figure 153, les vases ont été enlevés, afin qu'on se rende mieux compte
de la position des objets et des squelettes.)

[Note 202: Tous les objets trouvés dans ce tombeau sont au musée de
Saint-Germain.]

L'examen du mobilier de cette sépulture montre d'une façon très nette
que les trois femmes avaient accompagné leur maître dans la tombe. La
position des bijoux, l'ordre qui régnait dans leur distribution, et le
fait qu'aucun vase n'avait été brisé, prouve que ces femmes avaient été
mises à mort avant la fermeture de la chambre sépulcrale. Là s'arrêtent
nos constatations: mais elles sont fort importantes quant aux cérémonies
des funérailles, au temps du bronze dans cette région, car elles ouvrent
la voie aux comparaisons avec les Indes, où existait depuis des temps
fort reculés, sous une autre forme, le même rite du sacrifice des
femmes. Cette tombe rappelle celles des Scythes dont parle Hérodote.

Les mœurs à ces époques étaient fort variées et souvent de la plus
affreuse barbarie; ainsi M. Stolpe, savant suédois qui a étudié une
caverne de l'île Stôra Carlso (Gotland), a constaté que les habitants de
cette île aux temps néolithiques étaient cannibales[203]; et l'on trouve
encore mention du cannibalisme en Europe à l'époque historique[204].

[Note 203: LII, 20.]

[Note 204: _Id._, p. 20, et pour la Suisse, LXVIII, 150.]

Mais les néolithiques se livraient encore à d'autres pratiques sur les
morts, et ces usages ont laissé des traces. Ils découpaient des
rondelles dans les crânes, les trépanaient, non pas dans le but
chirurgical de cette opération de nos jours, mais pour en détacher des
fétiches; car ces rondelles ils les perçaient de trous pour les
suspendre ou les faire entrer dans leurs colliers[205]; et les Gaulois
eux-mêmes pratiquaient encore cet usage. On a découvert en Bohême, dans
l'oppidum de Stradonitz, un fragment de calotte crânienne orné de
dessins géométriques gravés, témoin d'un usage qu'on retrouve de nos
jours en Océanie.

[Note 205: Cf. G. DE MORTILLET, _Trépanation préhistorique_, I
(1882), 144.]

[Illustration: Fig. 153.--Sépulture de l'industrie du bronze à Véri
(Talyche russe). Fouilles de l'auteur (les vases ont été enlevés).]

Comme on le voit, les usages funéraires, aux temps préhistoriques, sont
extrêmement variés; nous ne possédons de renseignements que sur fort peu
d'entre eux, beaucoup nous échappent complètement.

En Perse, le Mazdéisme mit fin à la sépulture, et, dans le nord de
l'Iran, aux tombes de l'industrie du fer, succèdent des cases pour
l'exposition des cadavres[206]; ce n'est qu'avec la venue de l'Islam,
c'est-à-dire au VIIe siècle de notre ère, que les tombes
reparaissent. Or, l'on s'accorde pour assigner le XVe siècle avant
notre ère pour l'apparition dans la Médie de la doctrine zoroastrienne.
Cette date serait donc, à quelques siècles près, celle de la disparition
des sépultures de l'industrie du fer dans ce pays, si toutefois les
hommes de l'industrie du fer, dont nous avons retrouvé les sépultures,
se sont convertis au Mazdéisme.

[Note 206: Cf. _Rech. archéol._ (1896), 13-125: XXXVI, IV.]

Le culte des morts n'était d'ailleurs pas, aux temps préhistoriques, la
seule croyance religieuse; il en existait une multitude d'autres, mais
la question des idées philosophiques, chez les peuples sans histoire,
est l'une des plus obscures qui soient, parce que nous manquons presque
complètement de documents sur lesquels il nous soit possible de baser
même des hypothèses. Sauf pour les rites funéraires qui, nous venons de
le voir, montrent que dans tous les pays l'homme s'est préoccupé de la
vie future, nous sommes presque toujours contraints, pour nous faire une
idée de ce qu'étaient les cultes primitifs, de faire usage des sources
historiques et de remonter, par la pensée, au travers des âges, en nous
aidant, mais bien faiblement, des rares objets préhistoriques qui
semblent se prêter à l'interprétation. Cette excursion dans les origines
historiques des croyances nous montre les religions infiniment variées,
ce qui n'est pas sans compliquer encore la tâche du préhistorien. En
effet, si nous constatons que les peuples d'une même région, en entrant
dans l'ère historique, possédaient des croyances diverses, que
devons-nous penser de ceux qui successivement, dans les temps plus
anciens, ont foulé le sol de ce même pays?

Les religions naissent, prospèrent, parfois se répandent au loin, puis
entrent en décadence et meurent. Seules, celles qui sont basées sur des
principes vraiment philosophiques survivent; mais plus nous remontons
dans le temps et plus nous nous éloignons des conceptions élevées, plus
nous pénétrons profondément dans les pratiques de la superstition et de
la magie; car l'être humain, devant l'impuissance de ses efforts sur les
phénomènes alors incompréhensibles, guidé d'une part par la crainte,
d'autre part par l'espérance, a forcément attribué la multiplicité des
faits dépassant son intelligence à une foule de causes. Il en résulte
des pratiques compliquées à l'infini: «l'homme peupla d'abord l'espace
de forces libres, passionnées, susceptibles d'être invoquées et
fléchies[207]». Ce n'est que beaucoup plus tard que vint la notion du
dieu unique: parce qu'elle exigeait une généralisation des causes que
seuls des esprits développés étaient aptes à concevoir.

[Note 207: RENAN, _Hist. du peuple d'Israël_. I, 27.]

Le domaine de l'incompréhensible, très vaste au début, se restreignit
peu à peu au fur et à mesure du progrès intellectuel. La pléiade divine
primitive, née de la multiplicité des phénomènes, reçut un maître et,
chez quelques rares esprits plus affinés, naquit la conception d'une
force supérieure à toutes les autres, les englobant. La notion du dieu
unique était née: mais, dans beaucoup de religions, cette conception
supérieure demeura le secret du clergé: c'est ce qui eut lieu en Égypte
et probablement aussi en Chaldée, et c'est, fort probablement, de ces
notions sacerdotales que les Hébreux tirèrent Yaveh. Mais dans toutes
les religions orientales les anciens dieux n'étaient pas destitués, les
clergés les conservèrent longtemps encore, parce que les peuples
n'étaient pas assez développés pour qu'on pût les faire renoncer à leurs
superstitions.

Chez tous les peuples dont nous avons pu étudier les origines
religieuses, ou tout au moins remonter fort loin dans l'examen de leurs
croyances, nous rencontrons le polythéisme. Égyptiens, Chaldéens,
Élamites, Hellènes possèdent tous un panthéon compliqué. Il en est de
même pour les peuplades que par nos découvertes géographiques du
XVIIe et du XVIIIe siècles, nous avons été à même de surprendre en
pleine civilisation préhistorique.

[Illustration: Fig. 154.--Emblèmes religieux et insignes des tribus sur
les vases peints prédynastiques d'Égypte. 1 à 13, Négadah et Ballas; 14,
El-Amrah et Abydos; (15 à 41, d'après Schweinfurth).]

Chez les Sémites de la Chaldée, les Akkadiens, nous voyons l'idée de la
divinité, dès les débuts, se rattacher aux astres, alors que pour les
anciens habitants des pays du Tigre et de l'Euphrate, chez les
Sumériens, la puissance incompréhensible appartient aux forces de la
nature, conceptions différentes dans la forme, qui partaient du même
besoin de s'adresser à quelqu'un ou à quelque chose pour conjurer le
mauvais sort. Ces deux religions primitives n'avaient rien de
philosophique, l'intérêt en était le mobile, et la superstition le
guide.

En Égypte, il semble que deux cultes se soient mélangés celui des
Aborigènes lybiens, de ces hommes que nous avons vus taillant la pierre,
et celui des envahisseurs qui apportèrent avec eux la connaissance du
cuivre; de cet ensemble sortit la religion pharaonique. Mais les
vieilles coutumes survivaient encore aux temps grecs et romains. Tout
avait été jadis dieu dans la nature, et chaque nôme conserva son dieu
jusqu'aux premiers siècles de notre ère. C'était une survivance quatre
ou cinq fois millénaire de la division du pays entre ces tribus dont
nous voyons les insignes distinctifs figurer sur les vases peints
préhistoriques. En Égypte comme en Chaldée chacun des dieux avait son
emblème, son animal ou son objet privilégié, et chez les pharaoniques,
le culte primitif des animaux s'était conservé, dernière trace du
totémisme originel. On momifiait les chats, les chiens, les chacals, les
crocodiles, les bœufs comme s'ils avaient été les dieux eux-mêmes.

[Illustration: Fig. 155.--Empreinte de cachet (palais de Cnossos).
Déesse apparaissant au sommet d'une montagne, entre deux molosses, et
personnage en adoration.]

Mais les Asiatiques, qu'ils fussent Sémites ou qu'ils appartinssent aux
anciennes races, ont aussi vénéré la nature: les arbres, les sources,
les fleuves, les montagnes; et ce culte semble être le plus ancien chez
tous les peuples: nous le retrouvons dans l'Europe occidentale, chez les
sauvages de nos temps, et bien certainement des recherches plus étendues
amèneront à constater que dans tous les pays il a été la base, l'origine
des cultes divers.

Dans l'étude des questions religieuses relatives à la préhistoire de
l'homme, nous devrons donc rejeter la notion du dieu unique, et nous
attacher seulement au naturisme, qu'il soit sidéral ou se rapportant aux
phénomènes terrestres. Les astres et les étoiles, la foudre, l'orage, la
pluie, le vent, le froid et la chaleur ont été quelque part et en
quelque temps des dieux; les eaux, sources, lacs, rivières, les
montagnes (_fig. 155_), les rochers, les arbres, en ont été également,
de même que les animaux; mais ces cultes étaient très variés suivant les
lieux et les époques. Contentons-nous de glaner dans ce milieu d'une
diversité infinie, et de signaler ceux des cultes dont il nous est
parvenu des témoins consentant à parler.

Tout d'abord au culte des morts, à la conception de l'anéantissement
terrestre, nous devons opposer l'image de la vie, de la création, de la
fertilité, de l'abondance, bonheurs personnifiés par la déesse
chaldéenne Nana une forme de l'Astarté, des Hellènes.

[Illustration: Fig. 156.--Représentations de la déesse Nana (Astarté).]

Dans les couches profondes des ruines chaldéennes et susiennes, jusque
dans celle qui renferme les vases peints de l'industrie énéolithique, on
rencontre de grossières figurines de cette déesse (_fig. 156_, n° 1),
voire même son emblème (_fig. 156_, n° 2); image qui, plus tard, dans
les temps historiques, se montrera en abondance, sous forme d'ex-voto
d'argile (_fig. 156_, n° 3). Or, cette image, qui symbolise la
fertilité, nous la retrouvons en Égypte (n° 4), soit réelle, soit
symbolisée (n° 5), suivant le goût égyptien, car jamais en Chaldée elle
ne se montre sous cette forme. Puis elle disparaît de la vallée du Nil
dès l'établissement de la civilisation pharaonique; mais ce n'est pas
seulement en Égypte qu'elle est parvenue du pays des deux fleuves: on la
rencontre à Hissarlik, dans les ruines de la seconde ville (n° 7), en
Cilicie, à Adalia (n° 9), dans les îles grecques, à Chypre (nos 6,
10, 11 et 12), accompagnant l'industrie néolithique et jusque dans le
bassin du Danube, à Kliçevac, près de Belgrade (n° 13). L'Orient tout
entier et quelques pays de l'Europe ont vénéré la déesse mère,
dispensatrice de la fertilité dans les champs, chez les animaux et chez
les hommes.

[Illustration: Fig. 157.--Danse rituelle. Peinture rupestre de Cogul
(Espagne), d'après H. Breuil.]

En Asie, comme en Égypte, on représentait les dieux, on leur élevait des
temples et des autels, alors que dans l'occident et le nord de l'Europe,
il semble que des lois cultuelles interdisaient les images divines; car
les temps néolithiques et ceux pendant lesquels florissait l'industrie
du bronze ne nous ont laissé aucune sculpture religieuse. Seule une
peinture rupestre de l'Espagne (_fig. 157_), qu'à tort, à mon avis, on a
pensé pouvoir rapprocher de l'art magdalénien, nous montre soit aux
temps néolithiques, soit plus tard, une sorte de cérémonie, une danse(?)
de femmes qui paraît se rapporter au culte de Priape. Ces femmes portent
de longues jupes, des coiffures étranges; leur poitrine est nue; elles
font songer par leur costume aux représentations crétoises figurant
également des danses rituelles (_fig. 158_). Mais ces peintures sont
situées en Espagne, pays qui d'après H. Breuil n'ont pas été soumis aux
influences égéennes. Il y a donc lieu de considérer cette scène soit
comme purement indigène, soit comme étant d'origine africaine.

[Illustration: Fig. 158.--Bague d'or d'Isopata (près Cnossos). Danse
rituelle.]

Le culte du soleil, très ancien en Chaldée et en Égypte, se montre, en
Europe, dès les temps de l'industrie du bronze. Mais les objets que nous
possédons, affirmant son existence dans nos pays, sont si conformes au
mythe grec, qu'on est amené à penser que les instruments pour ses rites
ont été inspirés par le monde hellénique.

On sait que les anciens faisaient parcourir l'espace diurne par le
soleil dans un char attelé de chevaux (_fig. 159_, n° 2); puis que, pour
se rendre du couchant au levant, le dieu quittant son char (nos 1, 2
et 10, disque solaire et char), naviguait alors dans une barque sur le
fleuve Océan (nos 3 à 7, bateaux solaires).

Or, en Scandinavie, à Trundholm, on a trouvé un char rituel en bronze,
attelé d'un cheval, portant le disque; et, en Irlande comme en
Angleterre, plusieurs disques solaires en or ont été découverts (_fig.
159_, nos 8 et 9, le cygne). Puis, les mêmes pays du Nord ont fourni
des gravures rupestres (en Scandinavie), et des lames de couteaux
portant gravée la représentation de la barque solaire, et enfin une
barque votive en or (Jutland). Le mythe se développe donc tout entier
dans les pays Scandinaves. M. O. Montelius estime que le char de
Trundholm appartient à la seconde phase du bronze scandinave qu'il place
vers l'an 1300 av. J.-C. Or, à cette époque l'Hellade était depuis
longtemps en relations avec les pays baltiques, par le commerce de
l'ambre.

[Illustration: Fig. 159.--Les attributs solaires. 1, Bandeau d'argent de
Syros (Civ. égéenne); 2, char solaire de Trundholm (Suède); 3 et 4,
barques solaires, graffiti de Suède; 5 et 6, couteaux Scandinaves avec
barque solaire; 7, barque votive en or, de Nors (Jutland); 8, ceinturon
de bronze de Falerii (Italie); 9 _id_. de Poggio Burtone (Italie); 10,
disque de Staadorf (Haut-Palatinat).]

Mais si le cheval était l'animal solaire diurne, le cygne était celui
qui tirait la barque de la divinité sur les flots; et si jusqu'ici
l'image du cygne remorquant l'esquif n'a pas été rencontrée, du moins
la figuration du cygne se trouve-t-elle abondamment représentée dans nos
pays, dans le nord de l'Italie et l'Europe centrale, ainsi que dans les
pays Scandinaves eux-mêmes, depuis les temps de l'industrie du bronze
dans ces pays jusqu'aux siècles du fer, voisins des débuts de la période
historique. De telle sorte que, si nous nous en rapportons aux
évaluations des préhistoriens les plus compétents, le culte du soleil
aurait été en honneur dans toute l'Europe pendant un millénaire et demi,
pour le moins; il était répandu dans toute l'Hellade, en Égypte, en
Chaldée, en Arabie et couvrait ainsi tout l'Ancien Monde. Plus loin,
dans la Médie, il prenait une forme particulière, mais non exclusive
comme on l'a pensé; car la doctrine de Zoroastre admettait les dieux
secondaires, et bien des siècles après, quoi qu'ils fussent de fervents
Mazdéens, les souverains sassanides, se disaient dans leur protocole
_minutchétri men yezdân_, c'est-à-dire «issus des dieux».

[Illustration: Fig. 160.--Barques funéraires peintes sur les vases
prédynastiques d'Égypte.]

[Illustration: Fig. 161.--1, Hache de bronze votive (Suse); 2, hache de
pierre votive (Hissarlik).]

Mais en Perse, le culte solaire était certainement de beaucoup antérieur
à Zoroastre; car on rencontre dans les sépultures les plus anciennes le
disque, le svastika et d'autres symboles reconnus aujourd'hui pour
n'être qu'une stylisation de la figure du soleil. Le svastika figure sur
les monnaies les plus anciennes de l'Inde, lingots poinçonnés qu'on
attribue au VIIe s. av. J.-C.

Sur les vases funéraires peints de l'Égypte primitive, on voit très
fréquemment figurer des barques (_fig. 160_); mais il ne faut pas
confondre ces représentations avec celles ayant rapport à la course
nocturne du soleil, il semble qu'elles soient les premiers témoins de
l'usage pharaonique de transporter le mort à sa dernière demeure par
voie fluviale. Cette coutume était encore en usage à la douzième
dynastie; les barques funéraires, que mes fouilles de Dahchour ont fait
connaître, en sont une indiscutable preuve. D'ailleurs les bas-reliefs
égyptiens de toutes les époques témoignent de ce rite.

Nous citerons encore l'importance rituelle qu'ont prise aussi bien dans
l'Orient que dans nos pays la hache votive simple ou double (_fig. 162_)
et le bœuf, dont on trouve soit l'image complète, soit la figuration des
cornes seulement très fréquemment représentées; ces deux symboles sont,
dans bien des cas, réunis; par conséquent ils correspondraient sinon à
la même pensée, du moins à deux croyances très proches l'une de l'autre.

[Illustration: Fig. 162.--Haches et taureaux votifs: 1, vase mycénien du
Chypre; 2, Hissarlik; 3, Bythin (province de Posen); 4, 5,
Châtillon-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine); 6, Hissarlik; 7, Ebersberg; 8,
Olympie; 9, Grotte de Dicté (Crète).]

Ainsi, dans bien des cas, le naturisme, primitif s'est peu à peu
transformé, l'idée première de la divinité sous sa forme réelle a
disparu, et l'emblème des dieux a pris la place de la pensée initiale.
C'est ainsi que sur les koudourrous chaldéens (bornes-titres de
propriétés) nous voyons figurer indifféremment les dieux et leurs
emblèmes; c'est ainsi également que sont nés les panthéons chez les
Égyptiens, les Grecs, les Italiotes, etc...

Telles sont, dans leurs grandes lignes, toutes nos connaissances quant
aux croyances religieuses chez les hommes avant l'Histoire. En ces temps
la magie et la divination, issues du naturisme, jouaient un très grand
rôle dans les rites; mais nous ne saurions entrer dans le détail de ces
pratiques diverses; les documents font encore défaut.



CHAPITRE III

LA FIGURATION DE LA PENSÉE


Quand l'homme fut sorti de la vie uniquement matérielle, dès que son
esprit s'affina quelque peu, il éprouva le besoin de fixer sa pensée,
afin de la pouvoir transmettre par des signes intelligibles pour tous;
et le premier moyen qu'il trouva fut de représenter par le dessin les
idées simples qu'il concevait. Ce premier effort donna naissance à la
pictographie représentative; mais bientôt le domaine de la pictographie
devenant trop étroit pour répondre aux idées abstraites, même les plus
simples, on y joignit la figuration conventionnelle, dont les tracés
prirent rapidement une forme hiéroglyphique, et, grâce à son
développement intellectuel, et aux progrès que chaque jour l'homme
faisait dans toutes les branches de la pensée, bientôt cette écriture
elle-même ne suffit plus à ses besoins, certains mots de son parler ne
trouvant pas leur expression dans les figures dont il disposait et qu'il
ne pouvait pas créer. C'est alors que, négligeant la signification
représentative de certains signes, il ne leur accorda plus qu'une valeur
phonétique, tout comme nous le faisons encore dans nos rébus. Ainsi
naquirent les hiéroglyphes proprement dits, ceux de l'Égypte, de la
Chaldée primitive, des Hétéens, de la Crète, de la Chine, du Mexique,
etc., dont l'écriture se compose de signes mélangés représentatifs,
idéographiques et phonétiques. De là, par des transformations
successives des signes phonétiques, se forma l'écriture syllabique: tels
le chinois, le cunéiforme des Achéménides, et de ces systèmes sortit la
conception de l'alphabet.

Telle est l'évolution rationnelle de l'écriture. Quelques peuples
seulement en ont connu toutes les phases; mais, à côté, se développa
chez bien des tribus le mnémonisme, entièrement conventionnel, et dont,
par suite, la clé s'est perdue en même temps que disparaissaient les
hommes qui faisaient usage de ces moyens.

[Illustration: Fig. 163.--1 à 12, Galets peints du Mas d'Azil (Azilien):
13 et 14, os gravés, caverne de Lorthet (Hautes-Pyrénées)
(Magdalénien).]

Aux temps quaternaires, la gravure et la peinture jouaient dans bien des
cas probablement le rôle d'écriture pictographique simple; toutefois
nous n'en pouvons être assurés; mais à côté de ces représentations
artistiques, peut-être idéographiques, il existait aussi des
aide-mémoire variés, dont fréquemment nous retrouvons des traces. Les
galets coloriés du Mas d'Azil (_fig. 163_, nos 1 à 12), les os gravés
de la Roche-Bertier (Charente) et de Lorthet (Hautes-Pyrénées) (_fig.
163_, nos 13 et 14) en sont d'indiscutables exemples[208]. Donc
l'homme dans nos pays, dès la fin des temps quaternaires, usait de ces
moyens mnémoniques dont se servent encore les tribus sauvages de
l'Océanie, dont les Indiens du Nouveau Monde ont fait usage; et cette
coutume semble avoir disparu lors de la naissance des industries
mésolithiques, ou du moins nous n'en voyons plus de traces, dès que
paraît le campignien, ainsi que pendant toute la durée des industries du
bronze dans l'occident de l'Europe.

[Note 208: PIETTE, _Étude d'ethnographie préhistorique_, VI (1896),
385.]

[Illustration: Fig. 164.--Inscription de Nunsingen (Suisse) sur une
perle de verre dans un tombeau remanié de l'industrie de la Tène (époque
incertaine).]

[Illustration: Fig. 165.--Peinture figurative mexicaine accompagnée de
légendes explicatives en hiéroglyphes (d'après L. de Rosny).]

Nos pays ne semblent pas avoir connu l'hiéroglyphe. C'est en Orient,
dans le centre de l'Amérique et en Chine que ce système s'est surtout
développé. Nous le trouvons établi en Égypte dès les temps
pré-pharaoniques; il serait venu dans ce pays en même temps que la
connaissance du cuivre. En Chaldée et dans l'Élam, aux temps de
l'industrie énéolithique, il existait déjà comme précurseur des signes
cunéiformes. Chez les Hétéens, nous le voyons complètement formé à
l'époque des Ramessides, mais nous ne connaissons pas ses débuts; il en
est de même pour les hiéroglyphes égéens[209]. Ces écritures, dans
lesquelles le phonétisme jouait assurément un très grand rôle sont
demeurées cantonnées dans les pays de l'idiome auquel elles
correspondaient; et, même alors que les communications devinrent
faciles entre l'Orient et l'Occident, elles n'ont jamais été adoptées en
Europe et n'ont même pas inspiré d'écritures analogues. L'Occident ne
connut pas de système alphabétique, avant l'apparition de l'écriture
hellénique. Comme exemple, unique d'ailleurs jusqu'ici, de tentative
indépendante de la Grèce, nous citerons l'inscription de Müningen, en
Suisse (_fig. 164_), que porte une perle de verre datant des débuts de
l'industrie du fer; encore ne pouvons-nous pas nous rendre compte de son
origine.

[Note 209: XXVII, 424 sq.]

[Illustration: Fig. 166.--Caractères chinois de diverses époques.]

[Illustration: Fig. 167.--Représentation pictographique sur roche à
Skebbervall (Bohusland, Suède).]

[Illustration: Fig. 168.--Représentations pictographiques des rochers de
l'Irytch (d'après Spassky).]

Parmi les essais d'inscriptions figuratives demeurés sans lendemain,
nous citerons celles des rochers de Bohusland, en Suède (_fig. 167_),
celles de la Sibérie (_fig. 168_), de la Haute-Égypte (_fig. 169_), du
Marié-Lüd à Locmariaker (Morbihan) (_fig. 170_), comme étant parmi les
plus caractéristiques de ce procédé de fixer la pensée.

Quant aux systèmes hiéroglyphiques, il en est plusieurs qui ont fourni
une longue carrière, et dont les transformations ont amené la naissance
de procédés d'écriture beaucoup plus complets. Les plus importants sont
ceux de la Chaldée, de l'Élam, de l'Égypte, de la Chine et du Mexique;
nous pouvons suivre aisément leurs progrès successifs.

[Illustration: Fig. 169.--Graffiti gravés sur les rochers de
Gébel-Hétemat (Haute-Égypte), (découverts et dessinés par M. G.
Legrain).]

Dans les pays chaldéo-élamites nous nous trouvons, dès les temps très
anciens, en présence de deux systèmes parallèles: celui de l'Élam
appartenant aux indigènes, et celui de la Chaldée qui paraît être plutôt
d'origine sémitique, et qui finalement a dominé sur toute la région.

Un très ancien cylindre-cachet, découvert à Suse (_fig. 171_), offre un
texte nettement hiéroglyphique, et les tablettes d'argile portant les
textes les plus archaïques de ce pays montrent souvent l'empreinte de
cylindres également hiéroglyphiques (_fig. 172_).

[Illustration: Fig 170.--Figures tracées sur une des dalles de la
chambre du tumulus du Marie-Lud à Locmariaker (Morbihan).]

Quant à l'écriture elle-même qu'on voit sur ces nombreuses tablettes,
écriture proto-élamite (fig 173), elle représente la transition entre
les caractères hiéroglyphiques soit figuratifs, soit idéographiques, et
les signes purement conventionnels. Cette écriture était d'usage non
seulement sur argile, mais aussi sur pierre (_fig. 173_) et, dans les
deux cas, conservait le même aspect.

[Illustration: Fig. 171.--Développement d'un cylindre hiéroglyphique
trouve a Suse (_Mém. délég. en Perse_, tome II, 1900, p. 129).]

[Illustration: Fig. 172.--Empreinte d'un cylindre portant une
inscription hiéroglyphique sur une tablette proto-élamite (Id., t. X).]

Dans les pays chaldéo-élamites, l'argile molle était le support courant
des textes; or l'argile ne se prête pas au dessin des formes courbes; il
en est résulté que l'écrivain, en dehors des cercles ou des ellipses
qu'il obtenait par poinçonnage, en était réduit, quand il n'employait
que la pointe triangulaire de son stylet, à transformer le plus souvent
les parties courbes en polygones plus ou moins réguliers.

[Illustration: Fig. 173.--Inscription proto-élamite sur une tablette
d'argile (_Mém. délégation en Perse_, tome VI, pl XXI).]

[Illustration: Fig. 174.--Inscription lapidaire en caractères
proto-élamites du patési de Suse Karibou-Cha-Chouchinak (_Mém. délég. en
Perse_, t. VI, pl. 11), XXVIIe siècle av. J.-C.]

Malgré les difficultés matérielles qu'il avait à vaincre, l'écrivain des
premiers temps conservait encore à ses signes, dans bien des cas la
forme générale des motifs qu'il voulait figurer, tout en la traduisant
par un groupe de clous irréguliers. Nous donnons (_fig. 174_) les
fac-similés de quelques-uns de ces signes, de ceux pour lesquels il est
le plus aisé de reconnaître la forme originelle; puis (_fig. 175_,
nos 49 à 61) l'équivalent cunéiforme de basse époque de quelques-uns
de ces groupes. En examinant ce tableau, le lecteur se rendra, bien
mieux que par une description détaillée, compte de l'évolution qui s'est
opérée en Élam. Il y a lieu de remarquer que ces hiéroglyphes sur argile
ne peuvent être que la copie de figures plus complètes, et assurément
étrangères à l'Élam, car ce n'est pas en s'essayant sur l'argile que les
scribes eussent été à même de concevoir ces représentations.

[Illustration: Fig. 175.--Écriture proto-élamique.]

L'un des signes les plus intéressants à cet égard est celui qui
représente l'homme (_fig. 176_). La silhouette est conservée, d'après
des modèles plus parfaits et plus anciens, mais elle est rendue, sauf la
tête, par de simples traits cunéiformes.

Mais l'usage du système proto-élamite ne devait pas avoir de lendemain.
De très bonne heure nous voyons les cunéiformes linéaires chaldéens
(_fig._ 177 et 178) s'introduire en Élam et remplacer l'écriture
indigène.

[Illustration: Fig. 176.--Ecriture proto-élamite: représentation de
l'homme.]

[Illustration: Fig. 177. Cunéiformes linéaires chaldéens (Yokha,
Chaldée)]

[Illustration: Fig. 178.--Cunéiformes linéaires chaldéens (Suse).]

[Illustration: Fig. 179.--Fragment de tablette découverts à Ninive
fournissant l'explication, en caractères cunéitonnes des hiéroglyphes
primitif.]

[Illustration: Fig. 180--Cylindres pré-pharaoniques (Égypte): 1,
calcaire tendre (Musée du Caire, n° 14518; Quibell, _Archaïc abjects_);
2, Kjœkkenmœdding d'Adimiyèh: stéatite (Musée du Caire); 3, Thèbes:
pierre noire (Muséedu Caire); 4, Hiérakopolis, stéatite.]

Cette écriture chaldéenne avait, elle aussi, pour origine l'hiéroglyphe
(_fig_. 179), mais ces hiéroglyphes différaient de ceux de Suse, quand
ils ont fait leur apparition en Élam, partant de bases différentes, mais
suivant les mêmes principes. Il semble certain que les cunéiformes
chaldéens étaient déjà beaucoup plus avancés que ceux des
proto-Élamites. Les deux peuples tendaient vers des résultats analogues,
et c'est l'écriture qui était la plus avancée qui prévalut. En Égypte,
il ne fut tout autrement, parce que ce n'est plus l'argile qui tenait
lieu de support à l'écriture, mais la pierre tendre ou dure qui abonde
dans la vallée du Nil.

Cependant, dans les sépultures les plus anciennes, et dans ces tombes
seulement, nous rencontrons des cylindres, en tout semblables à ceux de
la Susiane, couverts de figurations et d'hiéroglyphes primitifs (_fig.
180_). Ces sortes de cachets sont nombreux dans les tombeaux de la
première dynastie, à Négadah et Abydos; et dans ces deux localités on
trouve également les empreintes de ces cylindres sur de larges bouchons
d'argile fermant de grands vases.

[Illustration: Fig. 181.--Hiéroglyphes égyptiens archaïques. Tablette de
schiste (Musée du Caire).]

[Illustration: Fig. 182.--Tablette d'ivoire du trésor royal de Khemaka
représentant le roi Ten dansant devant Osiris (Semti, 1re dyn., vers
4266 av. J.-C.).]

Le sceau chaldéo-élamite a donc eu son temps dans la vallée du Nil; mais
son existence ne devait pas être de longue durée car bientôt il a été
remplacé par le véritable cachet indigène, par l'ancêtre du scarabée.

C'est au cours du temps où le cylindre était en usage que se sont
définitivement formés les hiéroglyphes (_fig. 181_ et _182_), procédé
d'écriture dont l'emploi s'est continué jusqu'au troisième siècle de
notre ère, pour le moins. Les matériaux que la nature mettait à la
disposition des scribes, en Égypte et en Chaldée, ont donc été la cause
de la conservation du système hiéroglyphique dans la vallée du Nil, et
de la formation du cunéiforme dans les contrées asiatiques.

[Illustration: Fig. 183.--Inscription hiéroglyphique hétéenne de
Djerablus (d'après Wright _The Empire_, pl. X).]

Mais ce n'est pas seulement en Égypte que l'hiéroglyphe a connu la
fortune; on l'employa aussi chez les Hétéens (_fig. 183_), en Crète
(_fig. 184_) lors de la troisième période du Minoen, en Chine, dans la
Transcaucasie, au Mexique.

Puis, dans certaines régions vinrent des écritures inspirées par la
simplification des signes hiéroglyphiques, l'hiératique et le démotique
égyptien entre autres, et peut-être aussi les écritures crétoises.

Nous ne connaissons les hiéroglyphes hétéens que par les inscriptions
rupestres de la Cappadoce, et nous ignorons tout de leurs débuts comme
de leur descendance. Pour ceux de la Crète, les opinions sont partagées;
les uns les considèrent comme indigènes de l'île les autres, et nous
nous rangerons à cet avis, comme provenant de pays étrangers. En Chine,
l'hiéroglyphe est la source des signes encore en usage dans la majeure
partie de l'Orient asiatique. Dans l'Amérique centrale, ils ont vécu
jusqu'aux temps de la conquête espagnole. Quant aux autres tentatives,
elles ne semblent pas avoir laissé de traces dans les écritures plus
récentes.

[Illustration: Fig. 184.--Disque de Phaestos (île de Crète).]

Nous n'avons pas à entrer ici dans la descendance qu'eurent certains de
ces systèmes primitifs. Toutefois il est intéressant de faire observer
que le berceau des écritures est dans l'Asie antérieure et que de là,
par les Phéniciens et les Hellènes, cette connaissance s'est répandue
tout d'abord dans les pays méditerranéens, tandis que les peuples de
l'Europe et de l'Asie centrale, de l'Occident européen et de l'Orient
asiatique étaient privés de ce grand levier du progrès. Ce n'est que
très tardivement, quelques siècles seulement avant notre ère, que
lentement se propagea l'usage de l'écriture chez les peuples barbares.
Les inscriptions, étrusques, ibériennes, rhunes, etc., etc., sont
apparues seulement à des époques voisines du Christ, parfois même dans
les premiers siècles de notre ère. On s'explique aisément, dès lors,
pourquoi pendant plusieurs millénaires la Chaldée, l'Assyrie, l'Égypte,
les côtes et les îles de la Méditerranée et l'Asie antérieure sont
demeurées les maîtresses incontestées de la civilisation.

Quand on considère, dans leur ensemble, les efforts de l'humanité pour
en arriver à figurer la pensée, on voit que dans bien des régions et
chez bien des peuples, en des temps très différents, cette nécessité est
apparue; mais on constate, aussi que, dans la plupart des cas, les
tentatives sont demeurées infructueuses, que dans trois foyers seulement
le succès, plus ou moins complet, a couronné les efforts, enfin que le
seul centre qui soit parvenu à vaincre toutes les difficultés est celui
de l'Asie antérieure et de l'Égypte. C'est de là que grâce à l'écriture,
la lumière s'est répandue sur le monde entier.

Certes, dans ce domaine restreint, tous les efforts n'ont pas été
récompensés de même manière, les hiéroglyphes crétois, hétéens,
proto-anganistes ont disparu sans laisser de descendance, l'écriture
cunéiforme, après une longue et utile carrière, s'est éteinte à son
tour, seule la méthode de l'Égypte a survécu, non pas dans sa forme
pharaonique, mais par ses dérivés d'où, pense-t-on, sont sortis les
caractères phéniciens, ancêtres de notre écriture actuelle.

Assurément les cinq familles d'hiéroglyphes orientaux, comme les
langages des peuples qui en faisaient usagé, sont indépendantes les unes
des autres; mais est-il possible d'admettre que, dans un espace aussi
restreint, chez des peuples aussi proches voisins les uns des autres,
ces tentatives n'ont pas eu une origine commune? Ce n'est pas croyable,
on ne peut s'empêcher de voir, à des époques très anciennes, une
pictographie commune, dont chaque peuple aurait tiré parti suivant les
besoins de son langage, d'après son génie personnel, indépendamment de
ses voisins.



CHAPITRE IV

LES RELATIONS DES PEUPLES ENTRE EUX


Il ne peut être question des relations commerciales qui,
vraisemblablement, ont déjà existé dans nos pays dès le temps des
industries paléolithiques; il se faisait bien certainement des échanges
de clan à clan, de tribu à tribu, mais ces opérations n'ont pas laissé
de traces; c'est avec l'apparition de l'industrie néolithique seulement
que nous constatons dans les stations de l'homme, parmi les débris
laissés par leur vie, la présence de matières étrangères à la région, et
par conséquent importées. C'est ainsi que le silex d'aspect résineux du
Grand Pressigny se rencontre dans tout le centre et l'est de la France
et jusqu'en Suisse. Déjà, de proche en proche, vers la fin de
l'archéolithique, des coquillages, provenant de l'Océan, aussi bien que
de la Méditerranée se rencontraient ensemble dans les cavernes au centre
de la France, employés dans la parure; mais ces trouvailles ne sont pas
concluantes quant à l'existence d'un commerce réel; à ces époques, les
tribus d'alors guerroyaient sans repos, et l'on peut attribuer à des
prises sur l'ennemi vaincu la présence de ces coquilles marines chez des
populations vivant éloignées des côtes.

Mais il ne peut en être de même pour les objets néolithiques rencontrés
au loin du gisement naturel de la matière dont ils sont faits, car nous
connaissons, en assez grand nombre, les fabriques de ces instruments
créées dans un but indéniable d'exportation.

Ce commerce du silex prit une grande importance, cela ne fait pas de
doute; mais encore l'aire de son exportation était-elle forcément
limitée aux régions pauvres en matières propices pour la taille. Il est
d'autres minéraux, destinés à entrer dans la parure: la callaïs[210], la
turquoise et les pépites d'or que nous voyons figurer dans les mobiliers
des dolmens[211] et dans certaines grottes de la France occidentale et
centrale ainsi que du Portugal. On ne les retrouve ni dans l'Europe
centrale, ni dans les palafittes; bien certainement elles étaient
extraites de gisements situés dans nos pays, mais que nous ne
connaissons plus; ces matières ont fait l'objet d'un commerce restreint
à l'Europe occidentale.

[Note 210: La callaïs de Plind est une matière minérale dure,
translucide, souvent marbrée de veines blanches, bleues ou brunes.]

[Note 211: Cf. DÉCHELETTE, _Manuel_, I, 621.]

[Illustration: Fig. 185.--Carte des routes commerciales de l'ancien
monde.]

Quelques archéologues[212] ont pensé que la callaïs nous venait de
l'Orient; mais ce ne peut être; car, en cas de transport partant de
contrées éloignées, on ne rencontrerait dans les pays parcourus par les
caravanes, ce qui n'est pas. Il en est de même pour la turquoise. Quant
à l'or, il existe à l'état natif dans bon nombre de cours d'eau
français, espagnols, autrichiens, hongrois, etc... en France,
spécialement dans le bassin du Rhône; il n'est donc pas surprenant de le
rencontrer dans les dolmens du sud de notre pays, jusqu'en Bretagne[213]
et en Portugal[214], en compagnie de la callaïs.

[Note 212: Cazalis de Foudouce entre autres.]

[Note 213: Cf. PITRE DE LISLE, _Notice sur les fouilles du tumulus
de la Motte Sainte-Marie_ (Loire-Inférieure), dans _Bull. archéol_.,
1891, 38.]

[Note 214: Cf. E. CARTAILHAC, _Les Grottes artificielles sépulcrales
du Portugal._ V (1885), 16.]

L'ambre présente beaucoup plus d'importance, au point de vue commercial,
que les matières dont nous venons de parler. Il en existe quelques
gisements en France, et l'on ramasse cette matière sur certains coteaux
de la Seine-Inférieure, mélangés avec les cailloux du diluvium. Mais les
véritables gisements étaient ceux des côtes scandinaves et germaniques
de la mer Baltique et de la mer du Nord. Ce sont ces gisements qui nous
sont signalés par les auteurs de l'antiquité, sources dont parle
Hérodote qui, après nous avoir avoué son ignorance de la géographie du
nord de l'Europe, assure avoir entendu dire que l'ambre arrivait en
Grèce par le fleuve Éridan (l'Elbe ou la Vistule).

L'exemple le plus ancien de l'emploi de l'ambre en Europe occidentale se
trouve dans la grotte d'Aurésan (Hautes-Pyrénées), qui est contemporaine
du renne; mais certainement l'ambre de cette époque provenait de la
France elle-même.

Aux temps de l'industrie néolithique, l'ambre était encore rare en
Gaule, mais il abondait dans les pays de production, en Allemagne du
Nord, en Suède et en Danemark. C'est que les marchés n'étaient pas
encore établis. Bientôt, avec l'apparition du bronze, il fit l'objet
d'un commerce considérable, et se répandit dans toute l'Europe et dans
les pays méditerranéens. L'apogée de ce trafic est à l'époque de la
métallurgie du fer, et l'usage de l'ambre se continuera longtemps
encore après l'occupation romaine de nos pays, car il n'est pas de
collier frank qui ne renferme ses perles de succin.

L'Asie antérieure méridionale ne semble pas avoir connu l'ambre, mais
cette matière était en usage en Égypte dès la XIIe dynastie;
toutefois on doit faire remarquer que cet ambre ne provient pas des pays
du Nord, mais d'autres régions que nous ne saurions déterminer, car le
succin des tombes égyptiennes est beaucoup plus rouge que celui de la
Baltique. D'ailleurs, à l'époque des Amenemhat et des Ousertesen,
l'Europe entière était encore plongée dans la barbarie; quelques peuples
débutaient dans l'industrie des métaux, et les Égyptiens, très puissants
en Afrique, poussaient au loin vers le sud leurs expéditions. C'est
probablement du Soudan qu'ils ont également rapporté ces perles
d'améthyste des colliers des princesses (XIIe dynastie), pierre d'un
violet vineux profond, dont nous ignorons actuellement les gisements
naturels, et qui ne se rencontre pas dans le commerce moderne.

Jamais dans mes fouilles en Asie antérieure je n'ai rencontré la moindre
trace d'un commerce de l'Ambre, aussi bien dans les dolmens du cuivre et
du bronze, dans les tombes de l'industrie du fer, que dans les ruines de
la ville de Suse, il n'existait donc aucune relation entre les contrées
baltiques et l'Asie antérieure. De même l'Ambre ne se rencontre, aux
époques anciennes, ni en Sibérie, ni dans l'Inde. Cette remarque réduit
à néant toutes les hypothèses relatives non seulement à l'origine
européenne des peuples de langue aryenne, mais toutes celles concernant
des mouvements vers l'Est, de peuples de l'Occident, tout au moins à
partir de l'époque à laquelle les industries néolithiques et
énéolithiques étaient florissantes dans nos régions, elle exclue
l'Europe des foyers de la métallurgie, ce que nous venons de voir en ce
qui regarde l'Ambre baltique est également vrai pour la callaïs.

Mais il est d'autres matières encore dont on a longtemps attribué au
commerce la présence dans nos pays. Dès l'époque des dolmens de la
Bretagne et celle des palafittes de la Suisse se montrent sous forme de
haches des matières précieuses, inconnues jusqu'alors dans l'armement
préhistorique: ce sont des néphrites, des jadéites, des chloromelanites,
des saussurites[215] dont on ne s'expliqua pas tout d'abord la
provenance, et dont l'origine fut l'objet de longues discussions. On
s'accorda pendant longtemps pour faire venir de l'Orient, de la Sibérie
et de la Chine ces belles matières; mais quelques découvertes faites en
Suisse de ces substances, dans leur gisement originel, viennent de
montrer que ces matières existant en Europe, il est inutile d'aller
chercher au loin leur provenance. Il est à remarquer, d'ailleurs, que
les jades ne se rencontrent aux temps préhistoriques dans aucun pays de
l'Asie antérieure ni dans la vallée du Nil, et que si cette pierre était
venue d'Orient en Europe, elle eût également pénétré dans ces pays
beaucoup plus avancés que les nôtres, et où l'on était fort amateur de
raretés minéralogiques. Même aux plus belles époques historiques, alors
que les lapidaires pharaoniques recherchaient avec grand soin les
matières rares, jamais on ne voit figurer le jade dans la joaillerie.
Les Perses eux-mêmes n'en ont pas fait usage.

[Note 215: Cf. A. DAMOUR, XIV, LXI (1865), séances des 21 et 28
août.]

Il est encore une autre matière qui, dans les civilisations de la pierre
polie, et au début des métaux, a joué un rôle important: l'obsidienne ou
verre de volcan. On rencontre cette substance à l'état de coulée entre
des lits de tuf ponceux, dans les massifs volcaniques. Elle est vert
sombre (Mexique, Colombie), noirâtre et presque opaque (Archipel grec),
presque incolore, simplement enfumée et quelquefois veinée de bandes
rouges opaques (Alagheuz, en Arménie russe). Presque toujours elle est
translucide, et parfois transparente comme du verre de vitre.

Les gisements naturels de l'Auvergne, de la Bohême, de la Hongrie, des
îles Éoliennes et des environs de Naples semblent avoir été fort peu
exploités et mis à profit seulement pour des besoins locaux; mais les
obsidiennes de l'île de Milo ont fait l'objet d'un commerce important
sous forme de lames, tout comme les silex du Grand Pressigny, dans des
proportions cependant beaucoup plus réduites; car les nuclei de Milo
atteignent rarement 10 centimètres de longueur.

Quant aux obsidiennes de l'Alagheuz, grâce aux veines rouges qu'elles
contiennent fréquemment, on peut suivre le développement de leur
commerce jusqu'en Susiane. En effet, les fragments et les éclats de
cette roche sont nombreux dans les couches anciennes des tells de
l'Élam, du Poucht-è-Kouh, du Louristan, du pays des Bakthyaris et de
tout l'occident du plateau persan. Dans le petit Caucase et le talyche
on en faisait de magnifiques pointes de flèches, même au temps
relativement récents des armes de fer.

Dans le Nouveau Monde, non seulement au Mexique et en Colombie,
l'obsidienne a été transformée en magnifiques instruments, mais on
l'exportait, et il n'est pas un camp indien, dans les territoires
méridionaux des États-Unis, qui ne contienne ses pointes de flèches et
ses têtes de pique en obsidienne.

Au Japon, l'obsidienne fait presque tous les frais de l'outillage
néolithique, et l'usage s'en prolonge longtemps encore après
l'apparition du bronze.

Il est à remarquer que, dans nos pays d'Europe comme en Orient
méditerranéen, l'obsidienne paraît n'avoir été en usage que lors des
industries énéolithiques, elle accompagne le métal. Cependant au pied de
l'Alagheuz, dans le massif du mont Ararat, cette matière paraît avoir
été employée pour tailler des outils archéolithiques, le silex
n'existant pas dans cette région[216].

[Note 216: J. DE MORGAN. Les stations préhistoriques de l'Alagheuz
(Arménie russe), dans _Rev. de l'École d'anthrop_., XIXe année, t.
VI, 1909, p. 189-203.]

En Égypte, l'obsidienne était importée, soit des Îles, soit de l'Arabie,
car il n'existe pas de volcans plus proches de la vallée du Nil. Là nous
la rencontrons, dans le tombeau de Négadah sous forme de petits vases:
mais jamais cette matière n'a servi en Égypte à la fabrication des armes
ou des instruments, elle n'a jamais joué le rôle du silex.

Comme on le voit, dès les temps de l'industrie néolithique, dans tous
les pays les instincts du négoce se sont fort développés; mais tout
d'abord les matières d'échanges étaient peu nombreuses, ensuite les
moyens de communication faisaient défaut; on voyageait par terre ou sur
les fleuves à l'aide de pirogues et, quoi qu'en aient pensé beaucoup
d'archéologues, on ne s'aventurait guère sur les mers, si ce n'est pour
aller à la pêche: les embarcations étaient encore trop peu stables pour
qu'il fût possible de se risquer au loin, le long de côtes souvent fort
inhospitalières. À ce point de vue, la mer Méditerranée se montrait
beaucoup plus affable pour les navigateurs que les flots de l'Océan;
aussi ne devons-nous pas être surpris de voir débuter la navigation dans
cette mer intérieure bien longtemps avant qu'elle osât affronter les
vagues de la «Grande Verte».

Mais, avec l'apparition des métaux, les conditions des voyages se
modifièrent rapidement. Sanchoniathon nous dit que les premiers
navigateurs de Tyr[217], ayant coupé un gros arbre, l'ébranchèrent, puis
le roulèrent à la mer et, étant montés dessus à califourchon, partirent
à la découverte de pays inconnus. Certes nos hommes de la pierre polie
étaient moins primitifs que ces Phéniciens légendaires, car ils
creusaient des pirogues parfois de grande taille, mais les instruments
métalliques permettant un travail plus rapide et plus précis, on en vint
vite à la construction de réels vaisseaux et, dès lors, le cabotage se
développa au long des côtes. Il en résulta un accroissement notable des
relations commerciales, et d'autre part, de jour en jour, les
marchandises négociables devenaient plus nombreuses; dans ce commerce
aussi bien sur terre que par eau, les métaux occupaient la première
place; puis ce fut le sel gemme ainsi que des salaisons dont les
continents étaient friands.

[Note 217: D'après EUSÈBE, _Prœp. evang._, 1, X, 10.]

Quand on marque sur la carte les régions où se rencontrent le plus
fréquemment les trouvailles de lingots de bronze, on voit qu'en France
ces dépôts sont cantonnés sur les côtes de l'Océan et de la Manche,
autour des mines de cuivre et des gisements naturels de sel, puis près
des passages donnant accès de la Gaule en Italie. C'est donc que les
transports de métaux qu'on allait chercher dans les Cornouailles, se
faisaient par mer, que les salins se faisaient payer leurs produits en
métal, et que les Pré-Gaulois fournissaient le nord de l'Italie en
passant les Alpes.

La Scandinavie, bien qu'elle fût riche en cuivre, ne possédait pas
l'étain; elle le recevait exclusivement, pensons-nous, des îles
Britanniques sous forme de lingots de bronze; car c'est le bronze qui
voyageait et non les métaux isolés.

Que recevait la Gaule en échange de ses produits, et que donnait-elle en
paiement de leurs métaux aux métallurgistes d'outre-mer? Certainement
des étoffes, car tous les peuples primitifs en sont fort amateurs; des
produits manufacturés, qu'on découvre communément dans les palafittes et
dans les sépultures: ce sont des bijoux d'or, des poignards et des
casques italiques, des masses d'armes ibériques, scandinaves[218], des
instruments et objets de parure de toute nature, des perles de verre
assurément d'origine méditerranéene, des armes de type hongrois.
Rencontrant ces diverses marchandises sur le continent, nous sommes
autorisés à croire qu'elles poursuivaient leur chemin au de là de la
Manche, et gagnaient les pays miniers[219].

[Note 218: Cf. O. MONTELIUS, V (1880), 86.]

[Note 219: Cf. E. CHANEL, _Note sur une épée en bronze trouvée à
Beynort (Ain), Bull. arch_. (1908), 309; LXVIII, 237.]

Le commerce des métaux en Gaule ne se faisait pas uniquement avec les
peuples de l'Occident: le monde grec, de proche en proche, apportait
aussi son contingent; nous en avons la preuve dans les poids de certains
saumons de métal trouvés, soit en France, soit dans le nord de
l'Italie: ces lingots présentent généralement la forme d'une hache à
deux tranchants et leur poids, assez régulier, est celui qui était en
usage dans la Méditerranée hellénique.

Les considérations dans lesquelles nous venons d'entrer ne concernent,
somme toute, que les régions occidentales de l'Europe et ont rapport
seulement à de basses époques; car les relations entre la Gaule ou
l'Angleterre et le monde hellénique ne peuvent être beaucoup plus
anciennes que le second millénaire avant notre ère. Mais elles ne
touchent en rien au commerce de l'Asie antérieure et de l'Égypte aux
temps prédynastiques, alors que le monde grec n'était pas encore sorti
de l'ombre, et que les Sémites des côtes phéniciennes étaient bien loin
de songer à franchir les colonnes d'Hercule.

Des peuples descendus des montagnes venaient d'occuper la Chaldée
sortant des eaux, et ils apportaient avec eux le cuivre dont ils
transmettaient la connaissance à l'Égypte; mais d'où venaient ces
hommes? Ce n'est pas du plateau de l'Iran, inhabité durant les temps
quaternaires; ni de la Transcaucasie; probablement est-ce des montagnes
de l'Arménie, de la Haute-Assyrie. Quoi qu'il en soit, quelques siècles
après leur installation dans l'Élam et le pays des deux fleuves, ils
connaissaient le bronze d'étain; l'Égypte, la Syrie les accompagnaient
dans cette nouvelle voie à la métallurgie. Nous avons vu plus haut que,
d'après des indications qui n'ont pas encore pu être vérifiées, il
existait dans ces parages des gisements naturels d'étain, et que ces
mines ne sont plus exploitées depuis bien des siècles. Il est à penser
que c'est de ces montagnes qu'est venu le bronze dans les premiers temps
de son emploi, tant en Chaldée qu'en Égypte; car il est inadmissible
qu'à des époques reculées les Orientaux se soient pourvus de ce métal
soit au Portugal, soit dans les îles de l'Océan; ils ne pouvaient pas
plus le recevoir de l'Asie centrale ou méridionale.

On peut attribuer à nos pays bien des découvertes, on est justifié, dans
bien des cas, à rejeter les explications dans lesquelles l'influence
centrale asiatique est mise en jeu, mais en ce qui regarde la Chaldée et
l'Égypte, nous sommes obligés de recourir à l'Asie antérieure elle-même
pour expliquer la présence de l'étain dans les débuts de l'industrie du
bronze.

Ce trafic ne se faisait probablement pas par caravanes partant des lieux
d'origine pour se rendre directement à Suse et dans les vieilles cités
du Tigre et de l'Euphrate; des intermédiaires se passaient de main en
main le précieux métal; car un échange de relations directes eut
entraîné l'introduction de l'influence chaldéenne dans les régions
montagneuses du nord et nous n'en trouvons que des traces très fugitives
aux temps de l'industrie du fer, alors même que les métallurgistes de la
Transcaucasie avaient adopté les poids assyriens pour le métal qu'ils
exportaient.

Le trafic fut de bonne heure très intense entre la Chaldée et les côtes
phéniciennes; la grand'route suivait l'Euphrate jusqu'à la hauteur
d'Antioche; puis elle s'infléchissait vers le sud. Une autre voie
naturelle, la vallée du Tigre, mettait la plaine basse en communication
avec les pays de l'Ararat, riches en obsidienne, nous l'avons vu; là, de
grands et nombreux gîtes de cuivre étaient travaillés dans leurs
effleurements, et exploités pour l'exportation, car les lingots, sous
forme d'anneaux, sortes de monnaies de poids réguliers, étaient, dans
les siècles de l'industrie du fer en Arménie, taillés suivant la mine
assyrienne et ses divisions[220].

[Note 220: Cf. J. DE MORGAN, _Mission scientifique au Caucase
(1889)_, I.]

L'Égypte commerçait surtout avec les Asiates de la Phénicie et de la
Chaldée, ainsi qu'avec les Libyens; ses vaisseaux parcouraient les îles
de la Méditerranée orientale; mais il ne semble pas qu'elle se soit
beaucoup éloignée vers l'Ouest africain, au delà de l'oasis d'Ammon.
C'est vers l'Afrique centrale que se portait plus particulièrement son
négoce: elle en recevait l'or, l'ivoire, et probablement aussi ces
belles matières minérales qu'elle savait transformer en vases, en
amulettes, en bijoux. Le Nil était sa voie naturelle: dieu pour ses
prêtres, dieu également pour ses marchands; mais le Nil, d'après ce que
nous en savons, ne lui apportait pas l'étain dont elle avait besoin pour
sa métallurgie du bronze et, tout comme la Chaldée, elle n'allait pas le
chercher dans les brumes de l'Océan.

La presqu'île du Sinaï, riche en turquoises, mais pauvre en cuivre, ne
fournissait à l'Égypte qu'une bien modeste proportion de métal,
quoiqu'on ait débité bien des fables à ce sujet; c'est pourquoi, plus
tard, les gens du Nil allèrent s'approvisionner en Chypre. Cependant la
presqu'île du Sinaï n'en était pas moins le boulevard de l'Égypte, c'est
elle qui protégeait Péluse contre un ennemi venu de l'Asie; de là lui
vint sa réputation, et non pas de ses gisements de cuivre qui, nous
l'avons vu, sont d'importance très minime, presque nulle, part rapport
aux besoins de l'empire pharaonique.

Il ne semble pas que l'Égypte ait jamais communiqué directement avec les
pays de l'Occident méditerranéen. C'est par les Crétois, par les
Phéniciens, par les Hellènes, que son influence et parfois aussi ses
produits sont entrés en Italie, en Gaule méridionale et en Espagne.

Quant au monde égéen, sa vie était sur la mer, ses routes, celles de ses
vaisseaux. Au nord, nous l'avons vu, les Grecs continentaux étaient en
relations indirectes avec les contrées du nord et de l'occident de
l'Europe, mais les insulaires demeuraient tributaires pour leur commerce
de la côte phénicienne et de l'Égypte: aussi cherchèrent-ils à trafiquer
avec des pays neufs, et se lancèrent-ils à la conquête de la toison
d'or, sur les deux côtes du Pont-Euxin, sur le littoral de l'Italie, de
la Gaule, de l'Espagne dans les grandes îles.

Toutefois, à ces conditions commerciales venaient certainement se
joindre des éléments venus de l'Asie centrale. D'ailleurs le commerce
des Égéens est de beaucoup plus récent que celui des pré-pharaoniques et
des Proto-Chaldéens. Ces considérations se trouvent singulièrement
renforcées par ce fait que depuis les temps les plus anciens pour
lesquels les traditions et l'histoire nous documentent, nous assistons
à une véritable ruée de peuples barbares qui, sortant du Centre
asiatique, envahissent non seulement l'Europe, mais l'Asie antérieure
elle-même. Tous suivent la même direction; ils marchent avec le soleil.
Pourquoi voudrait-on que cet Océan ne se fût mis en mouvement qu'au
moment où débute l'Histoire, et pourquoi ne pas admettre que ces peuples
n'aient pas conservé des attaches avec leur pays d'origine et continué à
commercer avec lui, fait venir des plaines sibériennes, de plus loin
peut-être encore, les marchandises qui manquaient dans leur nouvelle
patrie, ne les aient pas répandues autant en Europe que dans l'Asie
antérieure et l'Égypte? Jadis on attribuait à ces étrangers toutes les
inventions, toutes les relations commerciales; aujourd'hui on leur
refuse tout, on cherche même leur berceau dans quelques-uns de nos pays,
alors que l'enchaînement des faits montre qu'ils sont venus de très loin
à l'Est, par vagues successives et qu'aujourd'hui encore beaucoup de ces
hordes sont prêtes à reprendre la marche vers le couchant.

Il y a lieu de tenir grand compte de ces influences extrême-orientales;
certes nous ne pouvons encore en apprécier toute l'importance, parce que
l'étude de l'Asie centrale reste encore à faire; mais ne cherchons pas à
tout rapporter à nos pays, parce que la documentation nous fait encore
défaut pour d'autres régions; nous nous exposerions à de graves
méprises. N'est-il pas préférable d'avouer que nous ne sommes pas encore
assez documentés pour trancher de ces questions? que nous en sommes
encore réduits à des hypothèses?



CONCLUSIONS


Si nous portons sur la carte les indications que donne l'archéologie
préhistorique, en ce qui concerne les temps glaciaires, et si nous
ajoutons à ce tracé les renseignements fournis par la géologie, quant à
l'extension des glaces quaternaires, nous nous trouvons en présence de
révélations vraiment inattendues; malheureusement les confidences que
nous fait l'étude du sol, dans ses parties aujourd'hui accessibles, ne
sont pas complètes, car nous ne savons rien des continents disparus, et
fort peu de chose seulement des modifications subies par les côtes des
terres que nous habitons. Quoi qu'il en soit, nos renseignements sont
sûrs en ce qui regarde les parties de l'écorce terrestre émergeant
encore de nos jours; et s'il demeure de grandes incertitudes quant à
l'essaimage des premières colonies humaines, au sujet des influences
qu'exercèrent les tribus primitives les unes par rapport aux autres,
nous ne disposons pas moins de données suffisantes pour esquisser les
premiers pas de l'humanité dans la voie du progrès.

Je ferai tout d'abord observer que, dans tous leurs travaux, les
préhistoriens prennent, comme types des diverses industries, les formes
qu'on rencontre dans l'occident de l'Europe et que, pour la plupart ils
font de ces régions le foyer de diffusion. Ce mode de procéder,
absolument anti-scientifique, est dû à ce que l'occident de l'Europe est
mieux exploré que les autres parties du Monde. Nous sommes encore
obligés de conserver à l'Europe une importance disproportionnée avec le
rôle qu'elle a joué; mais, le jour viendra, où son exacte valeur
provinciale lui sera rendue, alors les termes que nous employons
aujourd'hui dans la nomenclature en usage perdront l'importance
illusoire que nous leur accordons.

[Illustration: Fig. 186--Les glaces et l'expansion de l'industrie
paléolithique (Types chelléen et acheuléen).]

Nous avons vu que les industries paléolithiques, les plus anciennes dont
la connaissance certaine nous est parvenue, se décomposent en trois
sous-industries: le Chelléen, l'Acheuléen et le Moustiérien; qu'il
semble que ces trois formes du travail de la pierre sont contemporaines,
dictées à l'homme par des besoins locaux. Or les instruments chelléens
et acheuléens se rencontrent dans bien des parties du monde fort
éloignées les unes des autres dont certains districts,
vraisemblablement, n'ont pas eu de contact avec les autres régions de
même industrie (_fig. 186_). On est donc amené à conclure de la grande
extension géographique de ces types et que les mêmes causes ont produit
les mêmes effets en des temps divers, dans des régions différentes, que
l'industrie paléolithique est tout aussi bien née en Amérique du Nord
qu'aux Indes, en Australie où elle est encore en usage, que dans
l'Afrique méridionale, que dans l'Europe occidentale, et peut-être
encore en beaucoup d'autres lieux. D'autre part on remarque que le «coup
de poing» ne se rencontre pas dans un grand nombre de régions, telles la
Sibérie, l'Asie orientale et centrale, la Grèce et ses îles, l'Asie
mineure, l'Amérique du Sud, le Mexique, certaines parties de l'Afrique
centrale, ainsi que dans les contrées du Nord, le plateau iranien et
celui de l'Arménie, pays couverts de glaces pendant la majeure partie
des temps quaternaires et, par suite, inhabitables.

[Illustration: Fig. 187.--Expansion du type moustiérien.]

L'Europe occidentale était alors séparée du monde oriental par une
véritable barrière naturelle; en Russie, les mers polaires de glace
descendaient jusqu'au sud de l'Oural, et l'espace qui les séparait des
glaciers irano-caucasiens était occupé par le lac aralo-caspien, dont
les eaux couvraient toute la Turkomanie de nos jours, et dont la mer
Caspienne et la mer d'Aral ne sont que les derniers témoins, les
dépressions les plus profondes. Mais si les voies de communication
étaient fermées entre l'Asie centrale et l'Europe, il n'en était pas de
même dans la mer Méditerranée; là, les chemins étaient libres, plus
faciles même à suivre qu'aujourd'hui, car certainement il existait alors
des terres reliant notre continent aux côtes africaines; les Baléares,
la Corse, la Sardaigne, la Sicile, l'île de Malte ne sont que les ruines
de ces immenses digues par lesquelles les animaux se sont retirés devant
les rigueurs toujours croissantes du climat de la Gaule et qui,
peut-être, ont permis à l'homme de répandre ses premières découvertes
industrielles. En quelques semaines on pouvait en ces temps passer de la
vallée du Rhône aux territoires africains, soit en descendant par
l'Italie ou par l'Espagne, comme l'ont fait plus tard les envahisseurs
germaniques, soit en traversant des terres aujourd'hui disparues.

La diffusion des industries paléolithiques dans tout le bassin
méditerranéen s'explique donc aisément par la facilité des
communications; et celle des formes moustiériennes, spéciale à l'Ancien
Monde, vient appuyer cette hypothèse (_carte, fig. 187_) car son habitat
semble avoir pour centre la mer Méditerranée; mais on ne peut faire état
de la déduction que nous venons de tirer en ce qui regarde les régions
plus lointaines dans lesquelles se rencontrent les instruments
paléolithiques. Existait-il encore à cette époque un continent joignant
le pays des Somalis à la péninsule hindoue? C'est chose possible; mais
d'autre part les Somalis étaient séparés des Pré-Égyptiens par de grands
espaces et de hautes montagnes peu favorables aux relations des peuples
entre eux. Quant à l'Amérique du Nord, elle communiquait peut-être avec
l'Europe par l'Atlantide: quant au continent dont Terre-Neuve et
l'Islande ne seraient aujourd'hui que des points culminants demeurés
hors des eaux, il était couvert de glaces. Cette supposition de la
communication par l'Atlantide, semble être bien peu fondée, bien qu'elle
soit basée sur la répartition géographique des mers aux derniers temps
tertiaires.

Quoi qu'il en soit, s'il a jamais existé un foyer unique des industries
paléolithiques, peut-être sur des terres aujourd'hui disparues, la
propagation de ces industries n'a pas été l'affaire d'un jour et, par
suite, en aucun cas, le synchronisme ne peut être admis pour la même
industrie dans toutes les régions.

[Illustration: Fig. 188.--Expansion de l'industrie aurignacienne.]

Mais que peut-on penser des pays où ne se rencontrent pas les
instruments paléolithiques, qui cependant, émergeant des eaux, n'étaient
pas couverts de glace? Étaient-ils inhabités, ou les hommes qui les
possédaient vivaient-ils encore à l'état d'_homo stupidus_? La Grèce, la
Macédoine, l'Asie mineure, pour ne parler que des contrées du vieux
monde, n'ont pas connu l'usage du «coup de poing»; et cependant ces pays
ne sont éloignés ni de la Syrie, ou de l'Égypte, ni de la péninsule
Italique, où l'on rencontre quelques témoins de l'industrie
paléolithique. Dans ces régions ainsi que dans les îles, à Chypre, en
Crète, dans l'Archipel, les premiers colons sont des néolithiques,
souvent même des énéolithiques; ils polissent la pierre, ou font usage
du cuivre; ce sont donc des étrangers qui forcément ont évolué dans
d'autres pays, avant d'atteindre ce degré de culture.

Avec le paléolithique, cesse la grande extension industrielle, qu'elle
provienne de la dilatation d'un foyer principal ou de centres multiples;
le régionalisme s'établit après le dépeuplement post-moustiérien, et
c'est en vain qu'on chercherait, et qu'on a d'ailleurs cherché, une
généralisation des types archéolithiques. Chaque région possède dès lors
ses usages, coutumes adaptées à ses besoins et aux ressources locales.
L'Aurignacien (_carte, fig. 188_) sort à peine de la France, le
Solutréen (_carte, fig. 189_) gagne quelque peu dans le nord-ouest de
l'Espagne et en Suisse et certaines analogies ont fait penser qu'il
s'était étendu jusqu'en Moravie et dans la Pologne russe, mais le fait
est encore bien douteux. Le Magdalénien prend plus d'importance (_carte,
fig. 190_); il couvre le nord-ouest de l'Espagne, le sud de
l'Angleterre, toute la Gaule, une partie de l'Europe centrale et
s'étendrait jusqu'à l'Ukraine; toutefois il est permis de se montrer
sceptique, quant à l'homogénéité des industries qu'on groupe ainsi; car
les similitudes dans quelques instruments en silex n'entraînent pas
forcément l'identité des cultures; la hache polie, le racloir simple ou
double, le perçoir, les lames retouchées du type néolithique égyptien
qui se retrouvent en Espagne, en France, en Algérie et dans bien
d'autres pays encore; et, cependant, on ne peut pas attribuer une même
origine aux civilisateurs de ces divers pays. Il faut un ensemble de
faits portant sur des applications multiples pour qu'on soit en droit
d'identifier deux cultures.

[Illustration: Fig. 189.--Expansion de l'industrie solutréenne.]

[Illustration: Fig. 190.--Expansion de l'industrie magdalénienne.]

À la fin de la période quaternaire, les barrières dans lesquelles le
vieux monde était enfermé se rompent, les glaciers se retirent peu à
peu, pour se cantonner près du pôle et sur les hautes montagnes; les
lacs qu'alimentait la fonte des neiges s'assèchent, et les portes de
l'Asie septentrionale s'ouvrent largement. C'est un grand réservoir
d'hommes qui va se vider, si l'on en juge par les événements
post-quaternaires, réservoir qui pendant des milliers d'années déversera
ses flots sur nos pays, où l'apparition des industries mésolithiques
semble en être la première conséquence. Quand se présentent ces nouveaux
venus, nous voyons paraître l'élevage et l'agriculture, on cultivera
désormais les céréales; cependant il n'est pas possible de dire avec
certitude si ces découvertes sont l'œuvre des autochtones, ou si les
envahisseurs ont apporté ces connaissances de pays lointains. Peu après
ces temps, on polit la pierre en Gaule, en Europe centrale, en
Scandinavie, et l'art du potier se développe; mais les peuples nouveaux
venus, tout en étant probablement plus développés que les aborigènes au
point de vue industriel, ne sont que des barbares dans les questions
d'art et de goût; avec leur arrivée coïncide la disparition de la belle
école magdalénienne de la sculpture et du dessin. On a pensé que les
représentations des cavernes possédaient un sens mystique, une valeur
totémique, et que là serait la cause de leur abandon, de nouvelles
conceptions venant supplanter les vieilles croyances.

À cette époque, qui nous apporte les premières notions solides au sujet
des mouvements de peuples, se pose un problème de la plus haute
importance. Nous avons vu que l'industrie paléolithique laisse de grands
vides sur les cartes, et nous constatons que les types européens de
l'archéolithique n'occupent que de faibles parties de l'ancien
continent. Que s'est-il passé dans ces régions? Dans certains pays tels
que la Grèce, l'Asie mineure, les Îles, ces colons se fixent et leurs
premières industries sont celles de la pierre polie souvent accompagnée
du métal comme en Chaldée et dans l'Élam.

Dans d'autres régions, telles que la Tunisie, l'Algérie, des industries
spéciales de la pierre éclatée, très peu nombreuses, mais variées, ont
pris place après la phase paléolithique, jouant le rôle de
l'Aurignacien, du Solutréen et du Magdalénien de nos pays; c'est ainsi
que le Capsien, si bien caractérisé à El Mekta (Tunisie), sert de
transition entre l'Acheuléo-moustiérien et les types néolithiques,
peut-être là aussi accompagnés du métal.

Dans la vallée du Nil, la transition est plus brusque encore. À
l'Acheuléo-moustiérien, très abondant dans les alluvions désertiques,
mais qui, jusqu'ici, n'a pas encore été rencontré _in situ_, succède
immédiatement, sans transition aucune, le type néolithique le plus
accompli qui soit. Il se pourrait cependant que les industries
intermédiaires n'eussent pas encore été retrouvées; mais le fait est
bien douteux car la zone à explorer est très limitée, et jusqu'ici
aucune trace d'archéolithique n'a été rencontrée. En Syrie, on trouve,
dans les cavernes, des restes qui à première vue semblent appartenir aux
cultures archéolithiques mais leur âge et leur nature sont encore bien
sujets à discussion.

De ces observations, qui portent sur de nombreuses contrées, il résulte
que certains pays étaient inoccupés lors de l'arrivée des premiers
colons post-quaternaires, que d'autres en étaient encore aux industries
paléolithiques, que chez certains une forme de l'Archéolithique était en
usage, que nos «âges» de l'Europe occidentale n'ont qu'une simple valeur
régionale, dont bien des archéologues se sont exagéré l'importance;
parce que ces industries faisaient l'objet de leurs études de chaque
jour, ils ont été entraînés à leur accorder un rôle prépondérant.

Il ne faut pas oublier qu'aux temps glaciaires les contrées européennes
médianes étaient exposées à de grands abaissements de température, et
que les régions plus méridionales n'étaient pas soumises aux mêmes
conditions climatériques. Les graffitis relevés sur les rochers de la
Haute-Égypte reproduisent en grossières images la girafe, l'éléphant; et
les vases funéraires peints figurent des troupeaux de gazelles et
d'antilopes, des bandes d'autruches. Dans l'Afrique du Nord, qui ne
s'était pas encore asséchée au point où elle l'est de nos jours, le
climat était chaud et humide, et, par suite, les conditions de
l'existence se montraient tout autres que celles de la même époque dans
nos régions, et ces différences dans la nature de la vie se sont
traduites dans les armes et les ustensiles que l'homme fabriquait pour
répondre à ses besoins.

Tant que subsista le barrage qui, aux temps glaciaires, fermait la route
d'Asie centrale vers l'Europe et vers les pays fertiles du Tigre et de
l'Euphrate, tant que le plateau persan et le Caucase furent couverts de
neige, que le lac Aralo-caspien baigna le front des glaciers polaires,
la civilisation évolua sur elle-même dans chaque pays, progressant
lentement et sans secousses. Il est à croire que c'est dans ce milieu
relativement homogène que des étrangers sont venus apporter des
connaissances nouvelles, dès que les portes de l'Asie centrale furent
ouvertes. Sans nul doute cette barrière, dont l'existence correspond à
l'extension maxima des envahissements glaciaires, a pu se rompre
plusieurs lois, au cours des temps pléistocènes, lors des reculs des
neiges, et c'est à plusieurs reprises que les gens de l'Asie centrale se
seraient présentés dans notre Occident méditerranéen comme dans l'Europe
centrale. Peut-être les arts et les industries primitives de la Chaldée
et de l'Élam, dont nous ignorons d'ailleurs le berceau, ont-ils tiré
leur origine de ces mouvements; peut-être sont-ils venus du Nord de
l'Asie antérieure, du pays des bouquetins et des moutons. Il est, en
tout cas, vraisemblable que des rives du Tigre, de l'Euphrate et de la
Kerkha certaines pratiques ont gagné la Syrie, la Palestine, la vallée
du Nil, puis l'Occident méditerranéen, par l'entremise des îles. Cette
première émigration des gens de l'Asie centrale, ou tout au moins de
leurs idées, serait de beaucoup la plus ancienne; elle aurait trouvé
l'homme usant encore, en Chaldée et dans l'Égypte, des armes et des
instruments paléolithiques, puis des terres sans habitants dans
l'Hellade et dans les îles; plus tard, sur les côtes de l'Afrique du
Nord, elle aurait rencontré des indigènes ayant remplacé les industries
paléolithiques par d'autres, dont le Capsien, plus conformes à leurs
besoins.

Mais les courants qui sont venus de l'Asie centrale étaient forcément
partagés en deux branches par les obstacles que présentaient la mer
Caspienne et le Caucase. La voie du nord, serpentant au milieu des
plaines marécageuses laissées par le recul des glaciers, était plus
longue, plus difficile que celle du sud, et bien des siècles
s'écoulèrent certainement avant que les émigrants, ou tout au moins
leurs inspirations, se soient avancés jusque dans nos pays de l'Europe
occidentale.

Pendant des milliers et des milliers d'années, l'Orient a envoyé vers
l'Europe occidentale et l'Asie antérieure d'innombrables flots humains
qui tous, dans nos pays, ont soit créé, soit détruit, toujours modifié
profondément l'état des choses existant lors de leur venue.

D'ailleurs ces flots successifs qui s'écoulèrent lentement ne portaient
pas tous les mêmes notions. Dans les pays d'origine, certaines peuplades
étaient plus avancées que leurs voisines, souvent elles mêmes très en
retard. Si nous ne considérons que les vagues venues de l'Est dans les
temps historiques, nous constatons de bien grandes différences dans les
goûts et les aptitudes des divers flots, et il en a été de même pour les
invasions beaucoup plus anciennes; les traces que nous en retrouvons le
prouvent.

Toutefois ce ne sont là qu'hypothèses, permises, il est vrai, par l'état
actuel de nos connaissances, mais au sujet desquelles il ne faut pas
s'abuser: car, demain peut-être, elles s'écrouleront en présence de
nouvelles découvertes. Cependant on peut tenir pour certain que la
découverte du métal ne s'est produite ni en Chaldée, ni en Élam, parce
qu'avant leur colonisation énéolithique, ces pays étaient inhabités, ni
en Égypte, pour les mêmes causes et par suite de la pénurie des minerais
cuivreux, ni dans les îles méditerranéenes de l'Orient; mais bien dans
ces montagnes du nord de l'Asie antérieure que nous montre du doigt la
tradition.

Aux deux derniers millénaires avant notre ère, aux influences directes
ou de proche en proche de l'Asie centrale, sont venues se joindre celles
des civilisations de l'Orient méditerranéen, et les complications
deviennent plus grandes encore; car ces cultures ont réagi les unes sur
les autres, sont liées par une multitude de conceptions communes, tout
en conservant leur personnalité, et leur influence sur les peuples
barbares, où elles ont rencontré des aptitudes très diverses, s'est
compliquée de l'influence de ces peuplades sur leurs congénères. Les
relations, très difficiles à restituer, se faisaient le plus souvent de
proche en proche, et produisaient des idées hybrides, parfois fort
éloignées de la pensée originelle.

Quelles sont les causes de ces mouvements des peuples sibériens, nous
l'ignorons. Très probablement doit-on les attribuer au refroidissement
de leur pays et de l'Asie centrale. Mais nous sommes bien pauvres en
documents pour nous permettre de nous prononcer avec certitude à cet
égard: l'Asie centrale et la Sibérie sont encore presque inexplorées au
point de vue archéologique. Les seules traces d'industrie magdalénienne
dans l'Asie antérieure, mise à part la Syrie, sont celles, fort
incertaines d'ailleurs, qu'il m'a été donné de relever dans les stations
d'obsidienne de l'Allagheuz (Transcaucasie). Peut-être que les forêts et
les vallées de l'Altaï, à peine peuplées aujourd'hui, nous ménagent de
grandes surprises quant à la variété des causes de départ des
populations sibériennes: il se peut en effet que l'énorme accroissement
de la population chinoise soit la cause de l'émigration vers l'occident
des dernières hordes de celles des Mongols et des Turcs.

Mais ces peuples venus de loin, s'ils ont apporté des usages nouveaux et
de précieuses industries, n'ont pas tiré de leurs connaissances tous les
avantages qu'ils en pouvaient obtenir.

Pour la plupart, ils sont demeurés des barbares en face des grandes
civilisations de l'Égypte et de la Chaldée. Tous d'ailleurs ne
manquaient pas d'aptitudes et de génie personnel; car c'est de leur sein
que devaient sortir les Hellènes et les Latins, chez qui les conceptions
ancestrales se complétèrent par les enseignements des cultures asiatique
et africaine, dont ils développèrent à tel point les principes que,
bientôt, ils surpassèrent leurs maîtres, dans toutes les branches des
connaissances humaines.

Parmi les autres peuples fixés en Europe, chacun prit alors sa part de
progrès, mais tous n'étaient pas également aptes à recevoir les leçons,
à s'assimiler avec fruit les conceptions élevées; c'est ainsi que la
culture gréco-latine, qui domine aujourd'hui dans le monde entier, n'est
pas également comprise dans tous les pays, et qu'en plein XXe siècle,
bien des peuples ont encore conservé les instincts barbares de leurs
ancêtres, quoiqu'ils soient, en apparence, de culture très avancée.

La pensée théorique qui consiste à créer une «période chronologique»
lors de l'apparition d'un usage nouveau et à synchroniser cet événement
dans les différents pays, a pendant longtemps porté grand préjudice aux
études préhistoriques; car il est aujourd'hui prouvé que ces apparitions
ont pris place en des temps très divers. De même que l'histoire ne
débute pas à la même époque pour tous les peuples, de même il faut rayer
du vocabulaire archéologique les mots _âge_, _époque_, _période_. Il
faut voir dans l'évolution de l'humanité une succession de progrès et de
reculs locaux, personnels, de découvertes et d'oublis, ensemble dont le
résultat est un avancement, tantôt lent, tantôt rapide, vers un idéal
dont l'humanité se rapproche sûrement, mais dont on doit considérer
chaque élément à part, tout en tenant grand compte des influences
extérieures, car il est souvent possible de tirer de celles-ci des
notions chronologiques, par comparaison avec la culture des peuples
entrés déjà dans l'histoire. Mais, parmi ces influences, il en est aussi
qui proviennent de foyers oubliés aujourd'hui. Savions-nous, il y a
quarante ans, combien a été important le rôle de la Crète dans la
culture méditerranéene? Sommes-nous certains que d'autres révélations de
civilisations oubliées ne viendront pas troubler nos hypothèses?

Tel peuple qui, en son temps, a joué un grand rôle rentre souvent dans
l'ombre pour toujours, à la suite de quelque malheur. L'Ourartou fut un
puissant royaume, lutta, souvent avec succès, contre les rois d'Assour;
il nous serait inconnu sans les inscriptions gravées par ses princes sur
les rochers de Van. On se souvenait à peine de l'Élam, avant les travaux
de la Délégation en Perse. Nous ne savons rien des souverains puissants
qui ont construit les villes ruinées du Yucatan. Par ces quelques
exemples tirés de l'histoire, on peut se rendre compte des causes
d'incertitude relatives aux faits préhistoriques; car la préhistoire
n'est pas moins féconde en grands événements que l'histoire, événements
éloignés de nous, plus encore que ceux qui nous sont signalés par les
annales, et nous sommes souvent portés par notre ignorance à
synchroniser les faits analogues, mais d'origine et de temps très
divers. Nous parlons de l' «époque des dolmens», comme si les dolmens
avaient été tous construits à la même époque dans toutes les parties du
monde. Gardons-nous de généraliser hâtivement, et contentons-nous
d'étudier pour chaque pays aux frontières naturelles la succession des
mœurs, des usages, des industries, des pensées, avant le jour fixé par
le destin pour l'entrée de ses peuples dans l'histoire; et si l'on doit
un jour réunir certaines régions, les faits imposeront cette union comme
ils la commandent déjà pour certains groupements historiques.

Pendant des milliers et des milliers d'années tous les peuples ont été
sans annales: puis l'aurore de l'histoire est apparue avec la découverte
de l'écriture. La Chaldée, l'Élam, l'Égypte ont de bonne heure réalisé
ce rêve, alors que beaucoup d'autres peuples nous ont laissé des essais
sans lendemain; puis sont venus la Crète, la Phénicie, l'Assyrie, les
Héléens, Chypre, enfin les Grecs et les Latins. Quant aux nations
barbares, ce n'est que bien tardivement qu'elles ont enregistré leurs
hauts faits. L'histoire de la Gaule ne commence qu'avec César, dans le
premier siècle avant notre ère; celle de la Scandinavie débute sous nos
Carolingiens; les annales des peuples slaves sont moins anciennes
encore, et les tribus sauvages du Nouveau Monde, de l'Océanie, de
l'Afrique centrale, du Laos et des îles Malaises sont sans histoire.
Pour chaque nation, pour chaque tribu la tâche du préhistorien est
grande: longtemps l'ethnographie précède l'histoire, puis elle la
coudoie et peu à peu se confond avec elle.

Nous avons, au début de ce volume, montré combien il est hasardeux de se
lancer dans les évaluations chronologiques, aussi bien en ce qui
concerne l'histoire géologique de la terre, qu'en ce qui regarde les
événements de la préhistoire humaine; cependant, grâce à quelques
données moins imprécises et aux documents historiques, nous pouvons
esquisser quelques dates relativement aux dernières périodes des progrès
humains, à celles appartenant à la proto-histoire, plutôt qu'à la
préhistoire. Pour les faits plus anciens, comme en géologie d'ailleurs,
seules les successions peuvent être indiquées.

Dans nos régions, les surrexions de la croûte terrestre qui marquent la
fin de l'époque tertiaire ayant amené la formation d'immenses champs de
neige, la période glaciaire commence, et c'est vers la fin de cette
phase géologique que nous voyons paraître les premières traces de
l'intelligence humaine, l'industrie paléolithique; puis, par suite de
changements climatériques, de cataclysmes et de nécessités nouvelles,
survient l'industrie archéolithique dans ses trois formes successives:
l'Aurignacien, le Solutréen et le Magdalénien; alors les glaciers
s'étant retirés, des hommes nouveaux ou tout au moins des idées
nouvelles pénètrent dans nos pays, et s'étendent non seulement sur les
terres alors habitées, mais aussi sur les contrées que viennent
d'abandonner les neiges, c'est à ce moment qu'apparaissent les
industries mésolithiques, celles des klœckenmœddings et du Campigny; la
connaissance de la poterie les accompagne. Puis viennent la pierre
polie, l'élevage et l'agriculture, le tissage; et c'est au cours de
l'industrie néolithique que paraît le cuivre, précurseur du bronze, dont
les archéologues les plus dignes de confiance placent la venue au cours
du troisième millénaire avant notre ère. Le commencement du premier
millenium aurait vu l'usage du fer se répandre dans nos régions; et
l'Europe centrale tout entière aurait, à peu de chose près, suivi les
mêmes phases de progrès, sous d'autres formes et en des temps peu
différents.

Les pays du Nord, la Scandinavie et la Finlande, couverts de glace
pendant toute la période quaternaire, demeuraient inhabitables, et les
premières traces de l'homme qu'on y rencontre appartiennent aux
industries mésolithiques; puis, comme dans nos pays, viennent, mais plus
tardivement, la pierre polie, le cuivre et le bronze, enfin le fer.

Dans la Méditerranée, en Crète, en Chypre, les premiers habitants sont
des énéolithiques; ils apportent la connaissance du cuivre au cours du
quatrième millénaire avant notre ère, puis vient le bronze un millier
d'années plus tard, enfin le fer vers la même époque que les
Occidentaux, quelques siècles auparavant bien certainement; et il en est
de même pour la Grèce continentale, l'Asie mineure, la Thessalie. Les
dates généralement proposées pour l'Orient méditerranéen ne semblent pas
toutefois, être assez reculées, si nous admettons celles dont nous avons
parlé à propos de l'Occident; car le monde oriental méditerranéen était
en relations avec les civilisations les plus vieilles du globe et, par
suite, n'a pu longtemps ignorer les procédés en usage dans la Chaldée et
dans l'Égypte.

Il semble que, dans les débuts, la vallée du Nil égyptienne, dans sa
partie haute pour le moins, aurait été occupée par des tribus africaines
aux cheveux crépus, peut-être aussi par quelques groupes Libyens, venus
des côtes africaines de la Méditerranée. Ces gens succédaient, peut-être
après un très long intervalle, aux hommes paléolithiques: ils en étaient
à l'industrie de la pierre polie, quand le cuivre fit son apparition,
apporté par des peuples asiatiques aux cheveux lisses, qui, probablement
déjà, occupaient le delta du fleuve.

L'industrie énéolithique fut, en Égypte, de longue durée; elle comprend
ce que les Pharaoniques ont appelé la période des «serviteurs d'Horus»
et le règne des princes de la première dynastie. Ce n'est que plus
tard, probablement au cours de la deuxième dynastie, qu'apparaît le
bronze d'étain. Quant au fer, nous ne pouvons encore juger de l'époque
de son introduction comme substance: les renseignements peu nombreux que
nous possédons à son égard ne sont pas concluants; cependant, il paraît
avoir été connu dès les temps Thissites. Au point de vue de son usage
industriel courant il date, semble-t-il, de la fin du second millénaire
avant notre ère seulement.

Si donc, suivant la thèse allemande rajeunissant la chronologie entière
de mille ans, on place vers 3300 l'époque du roi Menès, il n'en reste
pas moins que l'antiquité des débuts de la civilisation pré-pharaonique
dépasse six mille ans avant nous; et, pour la Chaldée et l'Élam, les
dates seraient quelque peu plus anciennes encore, puisque c'est de
l'Asie qu'est venu le progrès en Égypte.

Nous ne parlerons ni des Indes, ni de la Chine, dont les légendes
locales exagèrent comme à plaisir l'antiquité. Leurs civilisations ne
sont pas aussi anciennes qu'on le pense généralement. Celle de la Chine
date de sept ou huit siècles avant notre ère; quant à sa préhistoire,
elle nous est encore complètement inconnue. Il est à remarquer que
jusqu'à ce jour aucun instrument chelléen n'a été signalé dans
l'Extrême-Orient.

Aux Indes, les données fournies par l'Archéologie sont encore bien
vagues; le coup de poing se rencontre dans le sud et le centre de la
péninsule, puis vient un long hiatus; au nord on voit des dolmens, et la
pierre polie se montre dans presque toutes les provinces; mais nous ne
savons pas si le métal ne l'accompagnait pas. Dans tous les cas
l'industrie du cuivre a été longtemps en honneur dans la péninsule.
Quant à l'histoire de l'Inde elle ne commence que très tardivement,
quelques siècles seulement avant notre ère, après la campagne
d'Alexandre le Grand.

Au Nouveau Monde quelques régions ont connu la prospérité. Au Mexique et
au Pérou, entre autres, on tournait les vases, on sculptait ou fondait
les métaux et l'on inscrivait sur les monuments et sur des peaux les
annales des royaumes; malheureusement le fanatisme religieux des moines
espagnols a détruit tous les documents périssables qui eussent pu nous
renseigner sur l'évolution de ces peuples, sur leur histoire même. Nous
en sommes donc réduits, pour ces régions, à des conjectures et tout
guide chronologique positif nous fait défaut.

Nous avons vu qu'on ne peut rien dire du peuplement des îles de l'Orient
méditerranéen, avant les temps où les régions furent colonisées par des
hommes en possession de l'industrie énéolithique. Les plus anciens
documents archéologiques que nous possédons au sujet de ces colons nous
amènent à penser que leur migration s'était faite en venant de l'Asie
continentale non de l'Europe comme je l'avais pensé moi-même, et cela,
au cours du quatrième millénaire avant notre ère. Puis seraient
intervenus les Pélasges, apportant dans ce milieu des conceptions
nouvelles étrangères à l'Asie. Tout en occupant l'Hellade européenne,
ces tribus se seraient avancées jusque dans les îles et les territoires
asiatiques au milieu d'autres populations très développées, et qui, en
aucun cas, ne peuvent être confondues avec les tribus pélasgiques. Vient
alors l'envahissement progressif d'un élément nouveau qu'on nomme égéen.
Deux types physiques sont en présence vers le second millénaire avant
notre ère: l'un dolychocéphale, le plus ancien, qui avait déjà fourni la
civilisation minoenne; l'autre brachycéphale, le plus récent, qui aurait
été l'auteur de la culture mycénienne, et serait apparenté aux tribus
qui, dans ces temps, habitaient la Thrace et les rives du Danube. Ces
colons ne seraient pas des Hellènes proprement dits, mais des Thraco,
Phrygiens, proches parents des Grecs. C'est d'eux que seraient, entres
autres, sortis les Arméniens qui, après avoir traversé le Bosphore,
auraient marché d'ouest en est, contrairement à la direction qu'ont
suivie toutes les invasions et qui, vers le VIe siècle avant le
Christ, se seraient installés dans le plateau d'Erzeroum et les pays de
l'Ararat.

Dans l'Europe centrale et occidentale, il en serait tout autrement. L'un
des flots venus d'Asie, au travers des plaines russes, aurait apporté
jusqu'aux plages de l'Atlantique l'usage de la pierre polie et celui du
cuivre et du bronze: cette vague, on l'attribue aux tribus ligures qui,
pendant de longs siècles, ont peuplé la Gaule. Puis seraient arrivés les
Celtes, avec leur culture hallstattienne et l'industrie du fer, gens qui
ont laissé des traces de leur passage dans la vallée du Danube, en
Ukraine, dans le Caucase central (Osséthie), en Transcaucasie et dans
les pays persans de l'Ouest voisins de la mer Caspienne, mais dont le
berceau, encore inconnu, est probablement beaucoup plus lointain vers
l'orient.

Ligures et Celtes apportaient avec eux non seulement des connaissances
industrielles spéciales, nouvelles pour l'Occident européen, mais des
goûts artistiques très différents; les premiers bornant leurs
conceptions aux ornementations géométriques, les seconds introduisant
dans leurs décors la représentation de l'homme et des animaux, mais
traitant le dessin géométriquement par les mêmes procédés dont usaient
avant eux les Ligures. Ces deux groupes, bien qu'ayant côtoyé les grands
empires de l'Asie, ne semblent pas avoir été influencés par le contact
de leur civilisation; leur goût demeure très personnel jusqu'au jour de
leur établissement dans nos pays; c'est alors seulement qu'apparaissent
chez eux les emprunts faits à la civilisation méditerranéene. Dans
l'industrie, postérieure au Hallstattien, qu'on désigne sous le nom de
«la Tène», se rencontrent alors, en foule, les traces d'influences
mycénienne, grecque et étrusque; mais nous entrons alors dans la période
historique des pays occidentaux de l'Europe.

Telle est, en quelques lignes, la succession des faits principaux
relatifs à la préhistoire de l'homme dans le vieux monde. Elle est
simple dans ses grandes lignes, parce que le progrès réel est parti de
deux grands foyers, l'un, le plus récent, situé dans l'Asie du Nord,
l'autre le plus ancien, dans l'Asie antérieure méridionale et l'Égypte;
mais elle est extrêmement compliquée dans le détail, soit qu'on
envisage les innombrables clans de l'humanité primitive, soit que l'on
considère les diverses branches de l'avancement. La double origine de
nos civilisations est un fait acquis que les traditions faisaient
prévoir, et que les découvertes archéologiques confirment; mais reste le
grand problème de ce qui s'est passé dans l'Asie centrale antérieurement
à l'arrivée dans le monde européen des gens de parler aryen; divers
problèmes, vraisemblablement, se confondent, et nous n'en tiendrons la
solution qu'au jour où les pays encore barbares de la Sibérie et de
l'Asie centrale, administrés par des peuples soucieux des sciences,
auront livré les secrets de leur sol, seront étudiés avec la même
méthode et la même persévérance que nos districts de l'Occident
européen.

La tâche du préhistorien sera d'ailleurs bien loin d'être achevée; car
même, en admettant que le jour se fasse sur les origines européennes et
méditerranéenes, il restera encore à étudier les quatre cinquièmes des
continents dont, à diverses époques, les habitants ont joué leur partie,
plus ou moins importante, dans le concert du progrès général. Ce que
nous savons aujourd'hui est bien peu de chose, en comparaison de ce
qu'il nous reste à apprendre.



BIBLIOGRAPHIE


I. PÉRIODIQUES

DE LANGUE FRANÇAISE.

Bulletin de la Société d'Anthropologie de Paris, Paris, 1859.               I
Bulletin de la Société d'Anthropologie de Bruxelles, Bruxelles, 1882.      II
Bulletin de la Société Linnéenne du Nord de la France.                    III
Bulletin de la Société préhistorique de France, Paris, 1904.               IV
Matériaux pour l'histoire de l'Homme, Paris, 1864-1888.                     V
L'Anthropologie, Paris, 1890 (suite du précédent).                         VI
Revue d'Anthropologie, Paris, 1872-1889.                                  VII
Revue de l'École d'Anthropologie de Paris, Paris, 1891.                  VIII
L'Homme préhistorique, Paris, 1903.                                        IX
Mémoires de la Société géologique de France.                                X
Revue Critique.                                                            XI
Congrès internationaux d'Anthropologie et d'Archéologie
  préhistoriques.  1866.                                                  XII
Association française pour l'avancement des sciences, Paris, 1872
  (comptes rendus des Congrès).                                          XIII

Comptes rendus de l'Académie des sciences.                                XIV

DE LANGUE ANGLAISE.

Bulletin of the Liverpool Museum.                                          XV
Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and Ireland,
  London, 1871.                                                           XVI
Journal of the Ethnological Society.                                     XVII
Journal of Geology.                                                     XVIII
Man, London, 1901.                                                        XIX

DE LANGUE ALLEMANDE.

Société anthropologique de Berlin.                                         XX

DE LANGUE ITALIENNE.

Bulletin de la Société préhistorique italienne.                           XXI


II. OUVRAGES GÉNÉRAUX

BAYE (J. de), _Archéologie préhistorique_, 1rere édit., 1879             XXII

BOULE (Marcellin), _Géologie et Paléontologie_                          XXIII

CARTAILHAC (E.), _La France préhistorique, d'après les sépultures et les
monuments_, Paris. 1889                                                  XXIV

CREDNER, _Éléments de Géologie_, 8e édit., trad. franç., 1897             XXV

DÉCHELETTE (J.), _Manuel d'Archéologie préhistorique celtique et
gallo-romaine_, Paris, A. Picard, 1908 à 1914, 4 vol                     XXVI

DUSSAUD (R.), _Les civilisations préhelléniques_                        XXVII

HAMY (E.), _Précis de Paléontologie humaine_, Paris, 1870              XXVIII

JOLY, _L'Homme avant les métaux_, 5e édit., 1888                         XXIX

JULLIAN (G.), _Histoire de la Gaule_, Paris, 1908                         XXX

LAPPARENT (A. de), _Traité de Géologie_, 6e édit., Paris, 1906           XXXI

LYELL, _Antiquity of Man_, 4e édit., 1873                               XXXII
           » (Trad. ir.) _Ancienneté de l'Homme_                       XXXIII
           » _Principles of Geology_, 10e édit                          XXXIV

MORGAN (H. de), _Mémoires de la délégation en Perse_                     XXXV

MORGAN (J. de), _Mission scientifique en Perse_                         XXXVI
           » _Les Premières Civilisations_, Paris, 1909                XXXVII
           » _Mission au Caucase_, 1889                               XXXVIII
           » _Recherches sur les origines de l'Égypte, l'âge de pierre
et les métaux_, Paris, 2 vol., 1896-7                                   XXXIX

MORTILLET (Gabriel et Adrien de), _Le Préhistorique, origine et
antiquité de l'Homme_, 1re édit., par G. de M. (seul), 1883; 3e
édit., Paris, 1900                                                         XL

MORTILLET (Gabriel et Adrien de), _Musée préhistorique_, album de 105
planches, 2e édit., Paris, 1903                                           XLI

NADAILLAC (de), _Les Premiers Hommes_                                    XLII

PERROT (G.) et CHIPIEZ (C.), _Histoire de l'Art_, Paris, 1885           XLIII


III. OUVRAGES PARTICULIERS

DE LANGUE FRANÇAISE.


BRIART, _Cornet_ et HOUZEAU DE LEHAYS, _Rapport sur les découvertes
géologiques et archéologiques faites à Spiennes en 1867_, Mons, 1872     XLIV

CHATELIER (P. du), _Les époques préhistorique et gauloise dans le
Finistère_, 1889                                                          XLV

DUPONT, _L'Homme pendant les âges de la pierre_                          XLVI

EVANS (J.), _Les âges de la pierre_, trad. franç., 1878                 XLVII

GIROT et MASSENAT, _Stations de l'âge du renne_                        XLVIII

KRAEMER, _L'Univers et l'Humanité_, édit. franc                          XLIX

LARTET et CHRISTY (O.), _Reliquiæ Aquitanicæ_, 1864                         L

LORTET (Dr), _La Faune momifiée de l'ancienne Égypte_, Lyon, 1905          LI

MONTELIUS (O.), _Les temps préhistoriques en Suède_, trad. fr. par S.
Reinach                                                                   LII

MORET (abbé), _Le tumulus de Saint-Menoux (Allier)_, Moulins, 1900       LIII

MORGAN (E. et H. de), _Notice sur le Campigny_, Amiens, 1872              LIV

MORTILLET (G.), _Formation de la nation française_, 2e édit., 1900         LV

MÜLLER (Soph.), _Système préhistorique du Danemark_                       LVI

PALLAS, _Description de toutes les nations de l'empire de Russie_,
Saint-Pétersbourg, 1776                                                  LVII

RIGOLLOT, _Mémoire sur les instruments en silex trouvés à Saint-Acheul_,
Amiens, 1854                                                            LVIII

REINACH (S.), _Alluvions et cavernes_                                     LIX
      » _Cultes, mythes et religions_, Paris, 1905                         LX
      » _Le mirage oriental_                                              LXI

RUTOT (A.), _Esquisse d'une classification de l'époque néolithique en
France et en Belgique_                                                   LXII

SIRET (H. et L.), _Premiers âges du métal dans le Sud-Est de l'Espagne_,
Anvers, 1887                                                            LXIII

VILLENEUVE (chanoine de), _Les grottes de Grimaldi_                      LXIV

VINCENT (H.), _Canaan_, 1907 LXV

WORSAE, _La préhistoire du Nord_, 1878                                   LXVI


DE LANGUE ALLEMANDE.

DURST (Dr Ulrich), _Die Rinder von Babylonien, Assyrien und Aegypten_,
Berlin, 1899                                                            LXVII

HEIERLI, _Urgeschichte der Schweiz_                                    LXVIII

HOERNES, _Der Diluvial Mensch_                                           LXIX
      » _Eisenzeit_, 1912                                                 LXX

MÜLLER (Soph.), _Urgeschichte der Europa_                                LXXI

NEUWEILER, _Die praehistorischen Pflanzenreste Mitteleuropas_, Zurich,
1905                                                                    LXXII

PRECK et BRÜCKER, _Die Alpen im Eiszeitalter_, Leipzig, 1904-1905      LXXIII

SCHLIZ (A.), _Das Steinzeitlische Dorf Grossgartach (Württemberg)_,
Stuttgart, 1901                                                         LXXIV


DE LANGUE DANOISE.

MÜLLER (Soph.), _Ordning af Danemarks Oldsager_, Leipzig, 1888-1895      LXXV



INDEX


_ABBEVILLE_, 26, 38, 42.

_ABRUZZES_, 165.

_ABYDOS_, 156, 169, 170, 228, 258, 280.

ACHÉMÉNIDES, 169, 273.

_ACHEUL_ (St), 42.

Acheuléen (type), 33, 41, 150, 294, 305.

ACY (D'), 38.

_ADALIA_, 267.

_AFRIQUE_, 28, 31, 63, 83, 119, 123, 124, 148, 289, 295, 299, 300, 306,
311.

Agriculture, 171, 180.

_AISNE_, 257.

_AKKADIENS_, 264.

_ALAGHEUZ_, 290, 291, 309.

_ALASKA_, 162.

ALEXANDRE, 314.

_ALGÉRIE_, 46, 123, 153, 254, 303, 305.

Alignements, 257.

_ALISE Ste-REINE_, 170.

_ALLEMAGNE_, 46, 48, 71, 90, 102, 134, 141, 148, 153, 165, 242, 249,
257, 288.

_ALPES_, 167.

_ALTAI_, 23, 124, 234, 237, 309.

_ALTAMIRA_, 212.

_AMAZONE_, 6.

Ambre, 89, 288.

AMENEMHAT, 169.

_AMÉRIQUE_, 6, 28, 30, 48, 57, 58, 71, 82, 91, 107, 123, 125, 173, 202,
243, 246, 272, 273, 284, 290, 299, 300, 301, 314.

Améthyste, 289.

_AMIENS_, 38.

_Ammotragus tragelaphus_, 179.

Amulettes, 190.

ANDREWS (E.-C.), 19.

_ANGLETERRE_, 46, 48, 65, 71, 96, 112, 123, 125, 141, 155, 257, 258,
268, 293, 294.

Animaux (Représentation des), 209.

Anneaux, 192, 193.

_ANTILLES_, 102.

Antilope, 66, 179, 213.

_ARABIE_, 23, 77, 270.

_ARAL_ (Mer d'), 301.

_ARARAT_, 291, 315.

_ARAXE_, 235.

Arc, 173.

ARCELIN, 62.

_ARMÉNIE_, 48, 124, 125, 142, 144, 150, 190, 201, 223, 234, 236, 246,
290, 295.

Armes, 171.

Arts, 196.

_ASIE_, 23, 30, 102, 107, 112, 118, 123, 124, 126, 128, 130, 169, 174,
187, 194, 195, 235, 237, 241, 251, 263, 264, 267, 289, 292, 295, 297,
300, 307, 308, 311, 316.

_ASSOUR_, 129, 234, 311.

_ASSYRIE_, 129, 130, 134, 136, 223, 225, 234, 284, 294, 311.

ASTARTÉ, 266.

_ASTÈQUES_, 179.

_ATHÈNES_, 170.

_ATLANTIDE_, 20, 301,

_AUBIN-EN-CHAROLLAIS (St.)_, 161.

AULT DU MESNIL (D'), 27, 38.

_AURESAN (Grotte d')_, 288.

_AURIGNAC (Industrie d')_, 56, 59, 157, 204, 205, 302, 303, 312.

Aurochs, 72.

_AUSTRALIE_, 28, 68, 125, 218, 246.

_AUTRICHE_, 71.

_AUVERGNE_, 125, 290.

_AVEYRON_, 154

Azilienne (Période), 80, 157.


Bagues, 192, 193.

_BAKTHYARIS_, 224, 291.

_BALÉARES_, 301.

_BALTIQUE (Mer)_, 90, 141, 288.

_BASQUES_, 22.

Basque (Langue), 9.

_BASSEMPOUY_, 205, 207.

Bâtons de commandement, 70.

_BAVIÈRE_, 65, 144.

BAYE (J. DE), 155, 249.

_BEHRING (Mer de)_, 27.

_BELGIQUE_, 46, 65, 71, 96, 141, 153, 165, 199.

_BEUVRAY (Mont)_, 170.

_Bison priscus_, 38, 53, 58, 60, 79, 209, 210, 213.

Bœuf musque, 50, 66.

_BOHÊME_, 123, 165, 259, 290.

_BOHUSLAND_, 276.

_BONNE ESPÉRANCE (Cap de)_, 48, 125.

_BOSNIE_, 165.

_Bos priscus_, 40; _B. primigenius_, 63; _B. urus_, 174, 210, 213; _B.
brachyceros_, 180; _B. macroceros_, 180.

BOUCHER DE PERTHES, 26.

BOUÉ, 25.

BOULE (M.). 27, 36, 38, 74, 155, 164.

Bouquetin, 50, 60, 213, 223.

BOURGEOIS (Abbé), 35.

Bracelets, 192.

_BRANGKA_, 121.

_BRESCIA_, 165.

_BRÉSIL_, 82.

_BRETAGNE_, 125, 250, 254, 257.

_BRETON (Fosse du cap)_, 16.

BREUIL (Abbé), 27, 42, 56, 62, 82, 180, 210, 269.

Briques, 169.

BROCA, 14.

Brochet, 214.

Bronze, 120, 293, 313.

BRÜCKNER, 12.

_BRUNIQUEL_, 69.

_BRUXELLES_, 20.

_Bubalis buselaphus_, 179.


Callaïs, 287.

_CAMP-BARBET_, 165.

Campignienne (Industrie), 57, 83, 164, 199, 239.

_CAMPIGNY_, 83, 84, 165.

Cannibalisme, 261.

CAPITAN (L.), 27, 38, 41, 45, 54.

_CAPPADOCIENS_, 7, 10, 141, 225, 284.

CARTAILHAC, 44, 56, 155, 288.

_CASPIENNE (Mer)_, 134, 235, 260, 301, 308, 316.

_Castor fiber_, 40, 80, 178.

CATENOY (Camp de), 165.

_CAUCASE_, 22, 41, 134, 136, 142, 148, 235, 256, 291, 307, 316.

Ceinture, 192, 194.

_CELLE-SOUS-MORET (Flore de la)_, 39.

_CELTES_, 22, 137, 140, 141, 235, 316.

Céramique, 70, 199, 202, 226.

_Cervus Belgrandi_, 38; _C. Canadensis_, 63, 66; _C. Capreolus_, 40, 60;
_C. Euryceros_, 40; _C. Megaceros_, 50, 60; _C. Tarandus_, 62, 211, 213.

CÉSAR, 311.

_CHALDÉE_, 5, 8, 14, 48, 77, 98, 101, 102, 108, 110, 112, 124, 128, 130,
134, 136, 146, 161, 173, 177, 182, 184, 188, 190, 192, 193, 195, 201,
202, 207, 222, 223, 233, 234, 262, 263, 264, 267, 268, 270, 273, 281,
294, 295, 305, 307, 308, 309, 311, 313, 314.

Chamois, 50, 213.

_CHAMPAGNE_, 165.

CHANEL, 293.

Char, 184.

_CHARENTES_, 44.

Charrue, 184.

Chasse, 171.

_CHASSEY_, 165.

Chat, 178.

Chelléen (Type), 12, 32, 36, 40, 150, 163, 299.

_CHELLES_, 38, 40.

Cheval, 53, 178, 213, 268; Voir _Equus_.

Chevilles, 202.

Chèvre, 178, 179, 213.

Chevreuil, 60, 80, 212.

Chien, 178.

_CHILI_, 82.

_CHINE_, 124, 125, 126, 177, 201, 271, 273, 276, 283, 284, 290, 314.

_CHOUCHINAK_, 191.

CHRISTOL, 25.

CHRISTY, 26, 49.

_CHYPRE_, 232, 233, 241, 311, 313.

Circoncision, 118.

Colliers, 190, 192.

_COLOMBIE_, 290, 291.

Commerce, 286.

COMMONT (M.), 42.

_COPENHAGUE (Musée de)_, 27.

Cordages, 168.

_CORNOUAILLES_, 22, 293.

_CORSE_, 301.

_COTTÉS (Caverne des)_, 61.

Coup de poing, 40.

_COUSADE (Caverne de)_, 81.

Crannogs, 168.

CREDNER, 13.

CRÈTE, 88, 134, 188, 225, 232, 273, 283, 284, 296, 313.

Cristal de roche, 149, 161.

CROATIE, 54.

CROLL, 13.

Cromlechs, 254, 256, 257.

CROT-DU-CHARNIER, 62.

Cuivre, 107, 112, 116, 121, 123, 293, 312, 313.

Cunéiformes, 278 à 282.

CUVIER, 25.

_CYCLADES_, 232.

Cylindres, 278, 282.


Daim, 178.

_DAGHESTAN_, 142.

_DAHCHOUR_, 271.

DAMOUR, 290.

_DANEMARK_, 82, 102, 153, 239, 257, 288.

_DANUBE_, 95, 134, 141, 142, 235, 316.

_DARIALL_, 235.

_DAWKINS_, 166.

DÉCHELETTE (J.), 21, 38, 48, 74, 78, 141, 160, 205, 246, 287.

_DELPHES_, 141.

_DERBEND_, 235.

Dessin, 197.

Diadèmes, 192, 193.

Dindon, 179.

DIODORE DE SICILE, 118.

Diorite, 150, 160.

Dolmens, 250, 254, 255, 256, 284, 311.

Domestication, 177.

_DORDOGNE_, 81, 159.

Doriens, 140.

_DORMANS_, 248.

DUPONT (E.), 26, 51.


Éburnéenne (Période), 74.

Ecbatane, 236.

_ECHNOZ-LA-MOLINE (Grotte d')_, 50.

_ÉCOSSE_, 48, 81, 168.

Écriture, 273.

_ÉGÉENS_, 108, 112, 123, 124, 134, 188, 195, 225, 232, 275, 296.

_ÉGYPTE_, 4, 5, 8, 14, 27, 32, 48, 54, 55, 57, 62, 63, 65, 70, 77, 82,
88, 93, 94, 97, 98, 100, 102, 106, 107, 108, 110, 118, 119, 123, 128,
133 à 136, 146, 151, 153, 155, 156, 159, 161, 169, 173, 174, 175, 179,
181, 183, 184, 186, 187, 188, 190, 191, 193, 195, 196, 198, 201, 202,
218, 220, 225, 226, 228, 234, 242, 247, 251, 253, 258, 263, 264, 267,
268, 270, 273, 276, 282, 289, 290, 291, 292, 306 et suiv.

_ÉLAM_, 4, 8, 10, 27, 88, 98, 100, 102, 110, 124, 128, 130, 133 à 136,
146, 169, 182, 191, 192, 201, 202, 222, 224, 225, 228, 231, 232, 264,
277 à 282, 291, 307, 308, 311.

Élan, 178, 213.

Élaphienne (Période), 74.

Élaphotarandienne (Période), 74.

_Elaphus antiquus_, 38, 40; _E. méridionales_, 38.

_Elephas primigenius_, 38, 44, 60, 62.

Élevage, 173, 177.

_ÉLYMAIDE_, 102.

_ÉMILIE_, 96.

Énéolithique, 92, 98, 107, 313.

Éolithes, 4, 35.

Équidienne (Période), 74.

_Equus caballus_, 40, 60, 62; _E. Stenonis_, 38.

_ÉRIDAN_, 288.

_ERLANIC (Îlot d')_, 20.

_ERZEROUM_, 315.

_ESPAGNE_, 46, 58, 65, 71, 92, 123, 125, 134, 141, 159, 180, 183, 193,
267, 269, 296, 297, 301, 303.

_ESQUIMAUX_, 6, 68.

Étain, 120, 125, 293, 294, 295.

_ÉTATS-UNIS_, 54, 63, 102, 291.

Étoffes, 168, 187.

_ÉTRUSQUES_, 7, 10, 146, 169, 195, 202, 258.

Étrusque (Langue), 9.

_EUPHRATE_, 5, 295, 303.

EUSÈBE, 292.

EVANS (Sir JOHN), 26.


FALCONER, 26.

Faucille, 180, 182.

_Felis spleæa_, 44, 60.

Fer, 137, 233.

Fibules, 136, 190.

Figuration de la pensée, 271.

Filets, 168, 173, 176.

Filigrane, 195, 201.

_FINISTÈRE_, 255.

_FINLANDE_, 90, 102, 125, 148, 308.

FORBES (H.-O.), 49.

_FOUJU_, 155.

FRAIPONT (J.), 71.

_FRANCE_, 46, 54, 70, 81, 96, 123, 141, 152, 154, 237, 248, 248, 253,
254, 256, 274, 286, 287, 293, 303.

FRAZER, 246.


_GAFSA_, 31, 34.

_GALATIE_, 141.

_GALLES (Pays de)_, 22.

_GARD_, 257.

_GARONNE_, 44.

_GARRET (Station du)_, 44.

_Garstang_, 225.

GAUDRY (A.), 26.

_GAULOIS_, 24, 62, 72, 104, 134, 136, 141, 146, 169, 170, 240, 249, 261,
293, 294, 301, 303, 316.

_GAVRINIS_, 20.

_Gazella dorcas_, _G. Isa bella_, 179.

Géorgienne (Langue), 9.

_GERGOVIE_, 170.

_GERMAINS_, 24.

GILLEN, 246.

Girod, 56.

Glaciers, 307.

Glouton, 50, 213.

Glyptique (Période), 56, 74, 205.

GOLDSCHMIDT, 13.

Gourdanienne (Période), 74.

_GRANDLIEU (Lac de)_, 21.

Gravure, 194, 197, 198.

_GRÈCE_, 48, 88, 138, 146, 159, 169, 174, 184, 195, 198, 202, 218, 220,
232, 266, 270, 274, 290, 293, 296, 300, 302, 311, 315.

GRENWELL, 155.

_GRIMALDI (Grotte de)_, 38, 48, 163, 245.

_GRŒNLAND_, 18, 19.

_GUERVILLE_, 36.

_GULF STREAM_, 18.

_GUYANE_, 6.


Habitation, 163.

_HALLSTADT_, 142, 144, 148.

Hallstattien, 144, 148, 184, 235, 236.

HAMY, 56.

Haches votives, 271.

HÆCKEL, 13.

Hameçon, 175.

Harpon, 175.

_HASSAYA_, 230.

HELBIG, 225.

_HÉLÉNENDORF_, 144, 241.

HELLAND, 19.

_HELLÈNES_, 294, 315.

_HELOUAN_, 175.

HÉRODOTE, 288.

HERR, 180.

HÉSIODE, 118.

_HÉTÉENS_, 7, 10, 273, 283, 311.

Hiéroglyphes, 273, 275, et suiv.

HILDEBRAND (H.), 89.

Hindoustan, 55.

Hippiquienne (Période), 74.

_Hippopotamus amphibius_, 38; _H. major_, 38.

_HISSARLIK_, 92, 267.

_HOERNES_, 42.

_Homme mort (Grotte de l')_, 249.

_Hircus thebaicus_, 179.

_HONGRIE_, 48, 65, 71, 72, 119, 120, 134, 165, 290.

_Hordeum hexasticon_, 181.

_HOTTENTOTS_, 207.

Humaines (Représentations), 207, 220.

_HUNS_, 24.

_Hyæna spelæa_, 38, 40, 60, 62.

Hyène, 50, 60, 164.


_IAKOBHAVN (Glacier de)_, 19.

_IBÈRES_, 7, 141.

Ibérienne (Langue), 9.

Îles Normandes, 21.

_INCHEVILLE (Camp d')_, 165.

_INDES_, 27, 48, 54, 80, 107, 148, 151, 270, 314.

_INDIENS (d'Amérique)_, 57, 107, 161, 162, 166.

_INDO-CHINE_, 102, 124, 125, 126, 171.

_IRAN_, 27, 48, 80, 110, 124, 132, 195, 234, 235.

_IRLANDE_, 48, 60, 167, 253, 268.

Islam, 262.

_ISLANDE_, 17, 301.

_ISTRIE_, 96.

_ITALIE_, 46, 57, 90, 92, 134, 138, 141, 159, 168, 181, 184, 193, 202,
233, 270, 294.


Jadéite, 104, 150, 290.

_JAPON_, 82, 107, 124, 150, 177, 218, 291.

_JÉNÉYEN_, 31.

JOLY, 25.

JULIEN, 174.

_JURA_, 65, 96, 167.

_JUTLAND_, 152, 268.


_KAB (EL)_, 169.

_KAMTCHADALES_, 24, 29, 50, 186.

_KARNAK_, 15, 257.

Karthwélienne (Langue), 9.

_KERKHA_, 223.

Kjœkkenmœddings, 57, 82, 92, 164, 173, 176, 177, 179, 180, 226, 281.

_KHORASSAN_, 125.

KLAATSCH, 38.

_KOULPI_, 102.

_KURDES_, 22.


Lacustres (Villages), 88, 92, 167.

Lama, 179.

LANE FOX (A.), 155.

_LAOS_, 311.

LAPONIE, 72.

LARTET (ED.), 19, 26, 49.

_Larvœ_, 246.

_LATIUM_, 169, 258.

Laze, 9.

_LELVAR_, 144, 146.

Léopard, 50.

LEPSIUS, 123.

_Lepus timidus_, 62.

_LESSE_, 70.

_LIAKOW (Îles)_, 66.

_LIGURES_, 62, 139, 140, 316.

Lion, 50.

_Linum angustifolium_, 187.

_LITHUANIE_, 71.

_LOKMARIAKER_, 276.

Lortetienne (Période), 74.

_LORTHET_, 274.

Loup, 62, 178, 213.

_LOURISTAN_, 224, 291.

LUBBOCK (Sir J.), 13, 181.

_LYBIENS_, 264, 292.

LYELL, 13, 26.


_MACÉDOINE_, 141, 302.

_MADAGASCAR_, 125.

MADELAINE (Grotte de la), 14, 50, 56, 65.

Magdalénien, 33, 65, 68, 157, 194, 198, 204, 208, 217, 218, 245, 274,
303, 305, 311.

Maisons primitives, 166.

_MALAISIE_, 30, 89, 121, 125, 168, 311.

_MALTE_, 48, 301.

Mammouth, 50, 58, 66, 79, 208, 210, 216.

_MANTOUE_, 165.

Marmotte, 50.

_MAPOC_, 125.

_MARSEILLE_, 140.

MARTIN (H.) 53.

_MAS D'AZIL_, 69, 80, 157, 213, 274.

_MASPERO_, 27, 108.

_MASSIF CENTRAL_, 65.

Mazdéisme, 262.

_MÉDIE_, 262, 270.

_MÉDITERRANÉE_, 110, 129, 150, 154, 225, 312.

_MEGASA_, 166.

_MEKTA (EL)_, 31.

_Meles taxus_, 62.

Memphis, 14, 170.

_MEN-ER-HRŒCK_, 257.

MÉNÈS (Roi), 27, 112, 314.

Menhir, 256.

_MENTON_, 40, 52.

_MÉSOPOTAMIE_, 55, 76, 109, 161, 181.

Métaux, 120, 202.

Meule, 181.

_MEUSE_, 70.

_MEXIQUE_, 5, 48, 63, 67, 125, 150, 202, 218, 243, 271, 273, 276, 283,
290, 291, 300, 314.

MEYER (ED.), 108.

_MICOQUE (Caverne de la)_, 45, 49.

_MILO_, 230, 291.

Mingrélienne (Langue), 9.

Modelage, 202.

_MONGOLIE_, 48, 234.

Monnaie, 148.

MONTÉLIUS (O.), 100, 168, 268, 293.

_MORAVIE_, 65, 303.

_MORBIHAN_, 20, 257, 276, 277.

MORGAN (EUG. DE), 83.

MORGAN (H. DE), 230.

MORGAN (J. DE), 27, 30, 34, 138, 153, 191, 295.

_MORINGEN_, 161.

MORTILLET (ADRIEN DE), 13, 27, 36, 53, 56, 82, 159, 254, 256.

MORTILLET (GABRIEL DE), 13, 26, 35, 40, 42, 82, 84, 256, 261.

_MOSSO_, 166.

_MOUGHAIR_, 191.

Moustiérien, 32, 49, 56, 150, 171, 299, 303, 306.

_MOUSTIER (Grotte du)_, 14, 49, 50, 52, 53, 56, 57.

Mouton, 178, 179.

_MUGHEIR_, 116.

MULLER (SOPHUS), 204.

_MUNSINGEN_, 276.

_MURCÈNS_, 170.

_Mustella pustorius_, 62.

_MYCÈNES_, 134, 136, 170, 188, 194, 232.


NABONID, 108.

NANA, 266.

NARAM-SIN, 124, 129.

_NÉGADAH_, 27, 112, 156, 169, 228, 258, 282, 292.

_NÉGRITOS_, 30.

Néolithique, 84, 86, 155, 158, 247, 258, 261.

NEUWEILER, 180.

_NIL_, 5, 15, 77, 97, 99, 102, 148, 152, 153, 176, 194, 195, 197, 207,
225, 248, 264, 282, 306, 307, 313.

_NINIVE_, 22, 236.

_NORD (Mer du)_, 17, 58.

_NORMANDIE_, 165.

_NORVÈGE_, 17.

_NOUVELLE-ZÉLANDE_, 19.


Oban (Caverne d'), 81.

OBERMAIER (M.), 12, 44, 54, 210.

Obsidienne, 118, 150, 154, 161, 164, 287, 290, 291.

_OCÉANIE_, 28, 48, 107, 148, 274, 311.

_OÏCOW_, 65.

Or, 123, 287, 288.

Orchomène, 166.

Ornementation, 215.

Os, 60, 63, 68.

_OSSÉTHES_, 10.

_OSSÉTHIE_, 142, 234, 235, 236, 316.

_OTTA_, 35, 36.

_OURAL_, 234, 300.

Ourartienne (Langue), 9.

_OURARTIENS_, 7, 130, 310.

Ours, 60, 66, 80, 211, 213. Voir Ursus.

OUSERTESEN, 169.

_Ovis longipes_, 179.


Palafittes, 167, 170, 287, 293.

Paléolithique, 35, 46, 150.

_PALESTINE_, 48, 100, 224, 225, 307.

PALLAS, 24, 28, 29, 30, 50.

_PAMIR_, 124.

Parure, 186.

_PATAGONS_, 6, 82, 186.

_PATÉSIS_, 169, 224.

Pêche, 171, 174.

Peinture, 198; corporelle, 188.

_PÉLASGES_, 315.

PENCK, 12.

Pendants d'oreilles, 192.

Pendeloques, 192.

Peplos, 191.

_PÉRAK_, 121.

_PÉRIGORD_, 29.

_PÉROU_, 6, 32, 67, 179, 202, 243, 314.

_PERRIER_ (E.), 14.

_PERSE_, 22, 125, 133, 136, 140, 144, 169, 224, 233, 236, 244, 251, 256,
262, 270.

_PETERMANN (Mont)_, 18.

_PETRIE (FLINDERS)_, 27, 109, 181.

_PEU-RICHARD_, 165.

_PFÆFFIKON_, 168.

_PHAESTOS_, 166.

Pharaonique (Culture), 108, 114, 115, 176, 248.

Phoque, 213.

_PHOCÉENS_, 146.

_PHRYGIENS_, 7, 10, 141, 315.

_PICARDIE_, 44, 84.

PIÉTREMENT, 180.

PIETTE (E.), 27, 56, 80, 205, 258.

PIGORINI, 165, 168.

Pilotis, 167.

_PÔ_, 96.

Poissons, 214.

Polissoirs, 157.

_POLOGNE_, 65, 71, 72, 303.

_POLYNÉSIE_, 101, 148, 177.

_PONT-EUXIN_, 140, 142, 296.

Porcelaine, 201.

POTTIER (ED.), 224.

_PREDMOST_, 65.

_PRESSIGNY (Grand)_, 88, 153, 165, 286.

PRESTWICH (Sir JOSEPH), 26.

PRIAPE, 267.

Propulseur, 69.

Puy-Courny, 36.

PUYDT (MARCEL DE), 165.

_PYRÉNÉES_, 22, 65.


_QA (Roi)_, 109.

Quartz, quartzite, 149.

QUATREFAGES (DE), 26.

QUIBELL (I.-E.), 27.


Religieuses (Croyances), 245.

_REGGIANAIS_, 165.

REIBERO (CARLOS), 35.

REINACH (S.), 38, 179, 246.

RENAN, 263.

Renard, 50, 62, 66, 178, 213.

Renne, 56, 58, 66, 180.

Renne, 50, 66, 72, 78, 212.

_RHIN_, 141.

_Rhinoceros Mercki_, 38, 40, 164; _R. tichorinus_, 44, 50, 60, 66, 211,
213.

RIBEIRO (C.), 35.

RIGOLLOT, 26.

_ROBENHAUSEN_, 161, 168, 170.

_ROCHES (Station des)_, 61.

ROLLAIN, 164.

_ROME_, 170.

_ROUMANIE_, 166, 187.

_RUSSIE_, 18, 23, 48, 71, 72, 148, 167, 195, 258.

RUTOT (M.), 36, 96.


_SAHARA_, 98.

_SAKAYES_, 30.

SALMON (PH.), 83.

SANCHONIATHON, 292.

Sanglier, 80, 178, 213.

SARGON, 124.

Saussurite, 290.

_SAXE_, 38, 40.

_SCANDINAVIE_, 18, 48, 63, 88, 91, 102, 112, 123, 134, 148, 202, 240,
254, 268, 293, 305, 311, 313.

_SCANIE_, 152.

_SCHLIEMANN_, 66.

SCHMERLING, 25, 26.

Sculptures, 216.

_SEINE_, 165.

SEPTIER (M.), 61.

_SERABOUT-EL-KHADIM_, 124.

Serpentine, 150, 160.

SERRES (M. DE), 26.

SETON KARR (H.). 151, 155.

_SEUMANGS_, 30.

_SIBÉRIE_, 21, 23, 27, 48, 50, 66, 80, 148, 170, 234, 276, 290, 300,
309.

_SICILE_, 48.

Silex, 59, 63, 67, 150, 152, 190, 286.

_SILURES_, 24.

_SINAI_, 124, 296.

_SINGAPOURE_, 167.

Soleil, 268.

_SOLUTRÉ_, Solutréen, 56, 62, 66, 68, 173, 177, 209, 303, 305.

_SOMAL_, 48, 49, 54, 301.

_SOMME_, 83.

SPENCER, 246.

SPIENNES, 88, 154, 155.

STENNSTRUP, 13.

STOLPE, 261.

_STORA CARLSO_, 261.

_STRADONITZ_, 261.

Stylisation, 215.

_SUÈDE_, 102, 153, 257, 276, 288.

_SUISSE_, 48, 92, 96, 101, 161, 167, 180, 181, 286, 290, 303.

_SUMÉRIENS_, 264.

_Sus antiquus_, 40; _S. scropha_, 38.

_SUSE_, 14, 63, 100, 108, 169, 182, 185, 195, 201, 222, 224, 236, 248,
277, 291.

Susienne (Langue), 9.

Svastika, 270.

_SYRIE_, 27, 30, 48, 54, 71, 72, 84, 88, 129, 183, 202, 225, 294, 302,
306, 307.


Tahitiens, 24.

_TALYCHE_, 133, 142, 234, 239, 257 à 260.

Tarandienne (Période), 74.

Tatouage, 187.

_TAUBACH_, 38, 52.

_TAYAC_, 45.

_TCHOUKTCHES_, 29, 50, 68.

_TÈNE (Industrie de la)_, 148, 235, 242, 316.

_TÉPÈH-ALIABAB_, 224.

_TESSIN_, 96.

_TESTUT_, 159.

_THÈBES_, 170, 252.

_THENAY_, 35, 36.

THOMSEN (CHR.), 27.

_THRACE_, 141.

_TIBET_, 48.

_TIGRE_, 5, 295, 307.

_TORSUKATAK (Glacier de)_, 19.

_TOUKH_, 180.

_TOURASSE_, 81, 82.

TOURNAL, 25.

_TRANSCAUCASIE_, 23, 102, 124, 132, 135, 139, 140, 146, 150, 174, 194,
223, 233, 235, 236, 283, 316.

_TRANSYLVANIE_, 123, 166.

Trenton, 48, 54.

Trépanation, 261.

_Triticum turgidum_, 181.

_Trongotherium_, 38.

_TRUNDHOLM_, 268.

_TUNISIE_, 31, 34, 46, 49, 54, 63, 73, 98, 153, 305.

_TURSAC_, 65.

_TYR_, 292.

_TYRINTHE_, 170.

_TYROL_, 48.


_UKRAINE_, 235, 316.

_UPERNIVICK (Glacier d')_, 19.

_UR_, 116.

_Ursus arcios_, 40, 62; _U. ferox_, 50; _U. spelæus_, 38, 60, 62, 211.


Végétaux, 214.

VERNEAU, 164.

Vêtement, 186.

_VÉZÈRE_, 26, 50.

VIBRAYE (Marquis DE), 27.

_VIENNE_, 44.

_VILLEFRANCHE_, 44.

_VILLEMAURE_, 159.

VILLENDORF, 208.

VILLENEUVE (DE), 164.

_VOLGA_, 234.


_WADI MAGHARA_, 124.

_WARKA_, 116, 191.

WILSON, 46.

_WOGOULES_, 26.

_WORSÆ_, 26.

_WRIGHT_, 283.

_WURTEMBERG_, 65.


_YOKHA_, 182.

_YS_, 21.

_YUCATAN_, 311.


ZABOROWSKI, 179.

ZEUGHELIS, 126.

ZOROASTRE, 270.

_ZUIDER-ZÉE_, 21.

ZUMHOFEN (R.-P.), 27.



TABLE DES FIGURES


Fig.

1.--Coupe théorique de la vallée du Nil

2.--La fosse de Cap Breton

3.--Le plateau sous-marin de la mer du Nord

4.--Les vallées sous-marines de l'Islande

5.--Extension maxima des glaciers pleistocènes

6.--L'îlot d'Erlanic (Morbihan)

7.--Éolithes

8.--Instruments de type chelléen (Chelles)

9.--Instruments de type acheuléen (Saint-Acheul)

10.--Instruments de type chelléen (lac Karar, Algérie)

11.--Instruments de type acheuléen (Tunisie)

12.--Instruments de type acheuléen (Haute-Égypte)

13.--Instruments de type chelléen et acheuléen (Somal)

14.--Instruments de type chelléen et acheuléen (Amérique du Nord)

15.--Instruments de type moustiérien (Le Moustier)

16.--Pointe de type moustiérien; oasis de Kharghiyeh (Égypte)

17.--Pointe de type moustiérien (Somal)

18.--Instruments de type quaternaire (Inde)

19.--Instruments de type moustiérien (Trenton, États-Unis)

20.--Industrie aurignacienne: types principaux de silex taillés

21.--Industrie solutréenne: types principaux de silex taillés

22.--Industrie magdalénienne: types principaux de silex taillés

23.--Industrie magdalénienne: instruments en os et en ivoire

24.--Silex taillés de l'industrie caspienne (Tunisie)

25.--Stations préhistoriques du désert égyptien

26.--Harpons de l'industrie azilienne

27.--Silex taillés campigniens (Le Campigny, Seine-Inférieure)

28.--Pointes de flèches néolithiques

29.--Armes et outils néolithiques de l'Amérique du Nord

30.--Outillage néolithique de Scandinavie

31.--Outillage néolithique des cités lacustres

32.--Couteaux en silex de la Haute-Égypte

33.--Pointes en silex de la Haute-Égypte

34.--Haches en pierre polie (Poucht-è-Kouh et Louristan)

35.--Hache-marteau (Chaldée)

36.--Instruments de silex (Yokha, Chaldée)

37.--Outillage néolithique du Sahara

38.--Instruments néolithiques de Palestine

39.--Diverses formes de haches néolithiques

40.--Emmanchement des haches de pierre polie

41.--Emmanchement des flèches en silex

42.--Ivoire sculpté, tombe du roi Qa (Haute-Égypte)

43.--Représentation de l'homme au début de l'époque pharaonique

44.--Palette de schiste archaïque égyptienne

45.--Principaux objets archaïques égyptiens

46.--Principaux objets archaïques susiens et chaldéens

47.--Industrie pré-pharaonique de la Haute-Égypte

48.--Industrie énéolithique de la Ire dynastie égyptienne

49.--Instruments de silex énéolithiques (Poucht-è-Kouh)

50.--Sépulture énéolithique de Fontaine-le-Puits (Savoie) et objets
divers énéolithiques

51.--Carte des gisements de cuivre et d'étain dans l'ancien monde

52.--Carte des gisements du cuivre et de l'étain dans le nouveau monde

53.--Moules de fondeurs de l'industrie du bronze

54.--Haches susiennes et chaldéennes de bronze

55.--Le travail des métaux en Égypte (tombeau de Méra, VIe dynastie)

56.--Instruments de bronze de l'Égypte pharaonique

57.--Instruments de bronze du nouvel empire égyptien

58.--Mobilier des sépultures de Tell-et-Tin (Syrie)

59.--Instruments et armes de bronze égéo-mycéniens

60.--Europe occidentale. Industrie n°I et n°II du bronze

61.--Europe occidentale. Industries n°III et n°IV du bronze

62.--Haches d'armes en bronze

63.--Instruments et armes de bronze de Hongrie

64.--Four à minerai de la métallurgie du fer

65.--Tuyères de fours métallurgiques (Silésie et Hongrie)

66.--Industrie du fer (Arménie russe)

67.--Têtes de flèches des sépultures de l'industrie du fer (Nord de la
Perse)

68.--Épées et objets divers (mobiliers funéraires) (Hélénendorf,
Transcaucasie)

69.--Épées et poignards hallstattiens (Occident européen)

70.--Nucléus et lames (Grand-Pressigny)

71.--Nucléus et lames d'obsidienne (île de Milo)

72.--Puits d'extraction du silex (Mur-de-Barrez, Aveyron)

73.--Mines de silex de Ouadi el Cheikh (Égypte): croquis topographique

74.--Les mêmes: photographie

75.--Pic de mineur de Ouadi el Cheikh et son emmanchement

76.--«La pierre aux dix doigts» (Villemaure, Aube)

77.--La fabrication des vases de pierre (Bas-relief égyptien)

78.--Vases de pierre (Hte-Égypte)

79.--Vase de pierre énéolithique (Hte-Égypte)

80.--Urne funéraire en forme de cabane (Étrurie)

81.--Lions et chiens de chasse: bas-relief (Tombeau de Méra, VIe
dynastie)

82.--Faucons de chasse (Arménie russe): 2e industrie du fer

83.--Harpon et instruments de pêche (Pays divers)

84.--Hameçons (Suisse, Suse, Égypte)

85.--Scènes de pèche: bas-relief (Tombeau de Méra)

86.--Le bétail sous l'Ancien Empire: bas-relief (Tombeau de Méra)

87.--Le bétail sous l'ancien Empire: bas-relief (Tombeau de Méra)

88.--Antilopes: fresque (Meïdoum, IIIe dynastie)

89.--Fermière occupée à traire du bétail: peinture rupestre (Espagne)

90.--Meules à bras (Dahchour, Hesse rhénane, Suse)

91.--Faucille en bois armée de silex (Égypte)

92.--Silex de faucilles (Espagne)

93.--Faucilles de bronze (Pays divers)

94.--Laboureur et sa charrue: gravure rupestre (Suède)

95.--Char attelé de chevaux: vase d'argile incisée (Hongrie). Industrie
du fer

96.--Figurines tatouées (Roumanie, Hte-Égypte)

97.--Figurines habillées (Mycènes, Cnossos)

98.--Amulettes et colliers de l'industrie de la pierre (France, lac de
Constance)

99.--Bracelets (Matières diverses, pays divers)

100.--Statuettes quaternaires (Aurignacien, Solutréen)

101.--Représentations gravées de l'homme (Magdalénien)

102.--Mammouth peint (Font de Gaume)

103.--Bison peint (Font de Gaume)

104.--Rhinoceros peint (Altamira)

105.--Ours gravé (Grotte de Massat)

106.--Sanglier (Altamira)

107.--Cerf (Altamira)

108.--Cerf gravé (Lorthet)

109.--Chevreuil (Font de Gaume)

110.--Cheval (Font de Gaume)

111 et 112.--Chevaux: sculptures (Landes, Mas d'Azil)

113.--Loup (Font de Gaume)

114.--Poissons (Lorthet)

115.--Végétaux: gravures (France)

116.--Dessins magdaléniens de type géométrique (France)

117.--Sculptures quaternaires (France)

118.--Représentation de l'homme. Industrie du bronze (Italie)

119.--Céramique peinte susienne et céramique incisée (1re phase)

120.--Céramique peinte susienne (2e phase)

121.--Vase peint (Palestine)

122.--Céramique égyptienne prédynastique

123.--Céramique égyptienne peinte prédynastique

124.--Manche en ivoire de poignard en silex, représentant la faune de
l'Égypte (Début du régime pharaonique)

125.--Couteau de silex blond garni d'une feuille d'or ornée au repoussé
(Hte-Égypte)

126.--Poterie incisée des Cyclades

127.--Poterie incisée de la mer Égée

128.--Vase de Kamarès (Crète)

129.--Chien et sanglier: fresque du palais de Tyrinthe

130.--Figurations d'animaux. Industrie du fer (Osséthie)

131.--Figurations gravées sur des ceintures de bronze. Industrie du fer
(Arménie russe)

132.--Poterie incisée (Talyche russe)

133.--Poteries grossières (France)

134.--Vases néolithiques (France, Bohême)

135.--Ornementation néolithique d'après la céramique

136.--Poteries ornées (Chypre, Hissarlik, Danemark)

137.--Ornementation de vases. Industrie du fer (Transcaucasie)

138.--Vase orné (Bade)

139.--Vase orné (Wurtemberg)

140.--Les arts de l'industrie de la Tène

141.--Sculpture néolithique d'El Amrah (Hte-Égypte)

142.--Tombes de l'Arménie russe. Industrie du fer

143.--Crypte de Coizard (France)

144.--Crypte de Courgeonnet (France)

145.--Dolmens (France)

146.--Plans et coupes de dolmens

147.--Distribution géographique des dolmens dans l'ancien monde

148.--Dolmen bâti de Nâmin (Perse)

149.--Menhirs (Finistère, Morbihan)

150.--Alignements de Ménec à Carnac

151 et 152.--Sépultures de l'industrie du fer (Talyche russe)

153.--Sépultures de l'industrie du bronze (Talyche russe)

154.--Emblèmes religieux et insignes de tribus: vases peints d'Égypte
prédynastique

155.--Représentation de déesse: empreinte de cachet (Palais de Cnossos)

156.--Représentation de déesse Nana (Astarté)

157.--Danse rituelle: peinture rupestre (Espagne)

158.--Danse rituelle: bague d'or (Isopata, près Cnossos)

159.--Les attributs solaires (Pays divers)

160.--Barques funéraires peintes: vases d'Égypte prédynastique

161.--Haches votives (Suse, Hissarlik)

162.--Haches et taureaux votifs (Pays divers)

163.--Signes peints et gravés (Aurignacien, Magdalénien)

164.--Inscription sur perle de verre (Suisse)

165.--Hiéroglyphes accompagnant une peinture mexicaine

166.--Caractères chinois (Époques diverses)

167.--Représentations pictographiques sur roche (Suède)

168.--Représentations pictographiques: rochers de l'Irytch

169.--Graffiti gravés sur rochers (Hte-Égypte)

170.--Figures tracées sur dalle de tumulus (Lokmariaker)

171.--Cylindre hiéroglyphique (Suse)

172.--Empreinte d'un cylindre hiéroglyphique: tablette proto-élamite

173.--Inscription proto-élamite: tablette d'argile

174.--Inscription lapidaire en caractères proto-élamites (XXVIIe
siècle avant J.-C.)

175.--Écriture proto-élamite

176.--Écriture proto-élamite: représentation de l'homme

177 et 178.--Cunéiformes linéaires chaldéens

179.--Cunéiformes expliquant des hiéroglyphes (Ninive)

180.--Cylindres pré-pharaoniques

181.--Hiéroglyphes égyptiens archaïques

182.--Hiéroglyphes sur tablette d'ivoire (1re dynastie)

183.--Inscription hiéroglyphique hétéenne

184.--Disque de Phaestis (Crète)

185.--Carte des routes commerciales de l'ancien monde

186.--Carte des glaces et de l'expansion de l'industrie paléolithique:
type chelléen et acheuléen

187.--Id.: type moustiérien

188.--Expansion de l'industrie aurignacienne

189.--Expansion de l'industrie solutréenne

190.--Expansion de l'industrie magdalénienne





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Humanité préhistorique" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home