Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le socialisme en danger
Author: Nieuwenhuis, Ferdinand Domela, 1846-1919
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le socialisme en danger" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliotheque nationale de France (BnF/Gallica)
at http://gallica.bnf.fr.



LE SOCIALISME

EN DANGER



Ce volume a été déposé au Ministère de l'intérieur (section de la
librairie) en mai 1897.

       *       *       *       *       *

_Ouvrages déjà publiés dans la Bibliothèque Sociologique_:

  1.--LA CONQUÊTE DU PAIN, par _Pierre Kropotkine_. Un
  volume in-18, avec préface par _Élisée Reclus_, 5e édition.
  Prix....................................................... 3 50

  2.--LA SOCIÉTÉ MOURANTE ET L'ANARCHIE, _par Jean Grave_.
  Un volume in-18, avec préface par _Octave Mirbeau._
  (_Interdit_.--Rare). Prix............................. 5 fr.

  3.--DE LA COMMUNE À L'ANARCHIE, par _Charles Malato_.
  Un volume in-18, 2e édition. Prix.......................... 3 50

  4.--OEUVRES de _Michel Bakounine_. Fédéralisme, Socialisme
  et Antithéologisme. Lettres sur le Patriotisme.
  Dieu et l'État. Un volume in-18, 2e édition. Prix.......... 3 50

  5.--ANARCHISTES, moeurs du jour, roman, par _John-Henry
  Mackay_, traduction de _Louis de Hessem_. Un volume
  in-18. (_Épuisé_.) Prix............................... 5 fr.

  6.--PSYCHOLOGIE DE L'ANARCHISTE-SOCIALISTE, par _A. Hamon_.
  Un volume in-18, 2e édit. Prix............................. 3 50

  7.--PHILOSOPHIE DU DÉTERMINISME. Réflexions sociales, par
  _Jacques Sautarel_. Un volume in-18, 2e édit. Prix.... 3 50

  8.--LA SOCIÉTÉ FUTURE, par _Jean Grave_. Un vol. in-18,
  6e édition.

  9.--L'ANARCHIE. Sa philosophie.--Son idéal, par _Pierre
  Kropotkine_. Une brochure in-18, 3e édition. Prix....... 1 00

  10.--LA GRANDE FAMILLE, roman militaire, par _Jean
  Grave_. Un vol. in-18, 3e édition. Prix................. 3 50

  11.--LE SOCIALISME ET LE CONGRÈS DE LONDRES, par
  _A. Hamon_. Un volume in-18, 2e édit.................. 3 50

  12.--LES JOYEUSETÉS DE L'EXIL, par _Charles Malato_.
  Un volume in-18. 2e édit. Prix............................. 3 50

  13.--HUMANISME INTÉGRAL. Le duel des sexes.--La cité
  future, par _Léopold Lacour_. Un volume in-18, 2e édit.
  Prix....................................................... 3 50

  14.--BIRIBI, armée d'Afrique, roman, par _Georges Darien_.
  Un volume in-18, 2e édition. Prix.......................... 3 50

  15.--LE SOCIALISME EN DANGER, par _Domela Nieuwenhuis_
  Un vol. in-18, avec préface par _Élisée Reclus_. Prix. 3 50

  16.--PHILOSOPHIE DE L'ANARCHIE, par _Charles Malato_. Un
  vol. in-18. Prix........................................... 3 50

  17.--L'INDIVIDU ET LA SOCIÉTÉ, par _Jean Grave_. Un vol.
  in-18. Prix................................................ 3 50

_Sous Presse_:

  L'ÉVOLUTION, LA RÉVOLUTION ET L'IDÉAL ANARCHIQUE, par
  _Élisée Reclus_.

  L'ÉTAT, par _Pierre Kropotkine_.

  SOUS L'ASPECT DE LA RÉVOLUTION, par _Bernard Lazare_.



F. DOMELA NIEUWENHUIS

LE SOCIALISME EN DANGER

PRÉFACE PAR ÉLISÉE RECLUS


[Illustration]

1897



PRÉFACE



L'ouvrage de notre ami, Domela Nieuwenhuis, est le fruit de patientes
études et d'expériences personnelles très profondément vécues; quatre
années ont été employées à la rédaction de ce travail. À une époque
comme la nôtre, où les événements se pressent, où la rapide succession
des faits rend de plus en plus âpre la critique des idées, quatre ans
constituent déjà une longue période de la vie, et certes, pendant ce
temps, l'auteur a pu observer bien des changements dans la société, et
son propre esprit a subi une certaine évolution. Les trois parties de
l'ouvrage, parues à de longs intervalles dans _la Société Nouvelle_,
témoignent des étapes parcourues. En premier lieu, l'écrivain étudie
les «divers courants de la Démocratie sociale en Allemagne»; puis,
épouvanté par le recul de l'esprit révolutionnaire qu'il a reconnu dans
le socialisme allemand, il se demande si l'évolution socialiste ne
risque pas de se confondre avec les revendications anodines de la
bourgeoisie libérale; enfin, reprenant l'étude des manifestations de la
pensée sociale, il constate qu'il n'y a point à désespérer, et que la
régression d'une école, où l'on s'occupe de commander et de discipliner
plus que de penser et d'agir, est très largement compensée par la
croissance du socialisme libertaire, où les compagnons d'oeuvre, sans
dictateurs, sans asservissement à un livre ou à un recueil de formules,
travaillent de concert à fonder une société d'égaux.

Les documents cités dans ce livre ont une grande importance historique.
Sous les mille apparences de la politique officielle--formules de
diplomates, visites russes, génuflexions françaises, toasts d'empereurs,
récitations de vers et décorations de valets,--apparences que l'on a
souvent la naïveté de prendre pour de l'histoire, se produit la grande
poussée des prolétaires naissant à la conscience de leur état, à la
résolution ferme de se faire libres, et se préparant à changer l'axe de
la vie sociale par la conquête pour tous d'un bien-être qui est encore
le privilège de quelques-uns. Ce mouvement profond, c'est là l'histoire
véritable, et nos descendants seront heureux de connaître les péripéties
de la lutte d'où naquit leur liberté!

Ils apprendront combien fut difficile dans notre siècle le progrès
intellectuel et moral qui consiste à se «guérir des individus». Certes,
un homme peut rendre de grands services à ses contemporains par
l'énergie de sa pensée, la puissance de son action, l'intensité de son
dévouement; mais, après avoir fait son oeuvre, qu'il n'ait pas la
prétention de devenir un dieu, et surtout que, malgré lui, on ne le
considère pas comme tel! Ce serait vouloir que le bien fait par
l'individu se transformât en mal au nom de l'idole. Tout homme faiblit
un jour après avoir lutté, et combien parmi nous cèdent à la fatigue, ou
bien aux sollicitations de la vanité, aux embûches que tendent de
perfides amis! Et même le lutteur fût-il resté vaillant et pur jusqu'à
la fin, on lui prêtera certainement un autre langage que le sien, et
même on utilisera les paroles qu'il a prononcées en les détournant de
leur sens vrai.

Ainsi voyez comment on a traité cette individualité puissante, Marx, en
l'honneur duquel des fanatisés, par centaines de mille, lèvent les bras
au ciel, se promettant d'observer religieusement sa doctrine! Tout un
parti, toute une armée ayant plusieurs dizaines de députés au Parlement
germanique, n'interprètent-ils pas maintenant cette doctrine marxiste
précisément en un sens contraire de la pensée du maître? Il déclara que
le pouvoir économique détermine la forme politique des sociétés, et l'on
affirme maintenant en son nom que le pouvoir économique dépendra d'une
majorité de parti dans les Assemblées politiques. Il proclama que
«l'État, pour abolir le paupérisme, doit s'abolir lui-même, car
l'essence du mal gît dans l'existence même de l'État!» Et l'on se met
dévotement à son ombre pour conquérir et diriger l'État! Certes, si la
politique de Marx doit triompher, ce sera, comme la religion du Christ,
à la condition que le maître, adoré en apparence, soit renié dans la
pratique des choses.

Les lecteurs de Domela Nieuwenhuis apprendront aussi à redouter le
danger que présentent les voies obliques des politiciens. Quel est
l'objectif de tous les socialistes sincères? Sans doute chacun d'eux
conviendra que son idéal serait une société où chaque individu, se
développant intégralement dans sa force, son intelligence et sa beauté
physique et morale, contribuera librement à l'accroissement de l'avoir
humain. Mais quel est le moyen d'arriver le plus vite possible à cet
état de choses? «Prêcher cet idéal, nous instruire mutuellement, nous
grouper pour l'entr'aide, pour la pratique fraternelle de toute oeuvre
bonne, pour la révolution!», diront tout d'abord les naïfs et les
simples comme nous.--«Ah! quelle est votre erreur! nous est-il répondu:
le moyen est de recueillir des votes et de conquérir les pouvoirs
publics». D'après ce groupe parlementaire, il convient de se substituer
à l'État et, par conséquent, de se servir des moyens de l'État, en
attirant les électeurs par toutes les manoeuvres qui les séduisent, en
se gardant bien de heurter leurs préjugés. N'est-il pas fatal que les
candidats au pouvoir, dirigés par cette politique, prennent part aux
intrigues, aux cabales, aux compromis parlementaires? Enfin, s'ils
devenaient un jour les maîtres, ne seraient-ils pas forcément entraînés
à employer la force, avec tout l'appareil de répression et de
compression qu'on appelle l'armée citoyenne ou nationale, la
gendarmerie, la police et tout le reste de l'immonde outillage? C'est
par cette voie si largement ouverte depuis le commencement des âges, que
les novateurs arriveront au pouvoir, en admettant que les baïonnettes ne
renversent pas le scrutin avant la date bienheureuse.

Le plus sûr encore est de rester naïfs et sincères, de dire simplement
quelle est notre énergique volonté, au risque d'être appelés utopistes
par les uns, abominables, monstrueux, par les autres. Notre idéal
formel, certain, inébranlable est la destruction de l'État et de tous
les obstacles qui nous séparent du but égalitaire. Ne jouons pas au plus
fin avec nos ennemis. C'est en cherchant à duper que l'on devient dupe.

Telle est la morale que nous trouvons dans l'oeuvre de Nieuwenhuis.
Lisez-la, vous tous que possède la passion de la vérité et qui ne la
cherchez pas dans une proclamation de dictateur ni dans un programme
écrit par tout un conseil de grands hommes.


Élisée RECLUS.



I

LES DIVERS COURANTS

DE LA DÉMOCRATIE SOCIALISTE ALLEMANDE


Au Congrès des démocrates-socialistes allemands tenu à Erfurt en 1891,
une lutte s'est engagée, qui intéresse au plus haut degré le mouvement
socialiste du monde entier, car, avec une légère nuance de terminologie,
elle se reproduit identiquement entre les différentes fractions du parti
socialiste.

D'un côté (à droite) était Vollmar, l'homme que l'on s'attendait à voir
sous peu se mettre à la tête des radicaux, comme, du reste, il l'avait
déjà fait pressentir au Congrès de Halle. Il fit un discours qui, sous
plus d'un rapport, était un véritable chef-d'oeuvre, démontrant qu'il
était parfaitement en état de se défendre. De l'autre côté il y avait
Wildberger, montant à la tribune comme porte-parole de l'opposition
berlinoise. Et entre eux Bebel et Liebknecht, pris entre l'enclume et le
marteau, apparaissaient comme de tristes témoignages d'insexualité.

Une lecture consciencieuse du compte-rendu du Congrès--dont nous avons
attendu la publication pour ne pas baser notre jugement sur des extraits
de journaux--nous remplit d'une certaine pitié envers des hommes qui,
durant de longues années, ont défendu et dirigé le mouvement en
Allemagne et qui, à présent, occupent le «juste milieu» et ont été
attaqués des deux côtés à la fois.

Vollmar disait ne désirer «aucune tactique nouvelle», il ajoutait qu'il
«se réclamait de la ligne de conduite suivie jusqu'ici, mais qu'il en
voulait la continuation logique». Et pourtant Bebel lui répondait que:
«Si le parti suivait la tactique de Vollmar, en concentrant toute son
agitation sur la lutte pour ces cinq articles du programme[1] et
abandonnait provisoirement le véritable but, cela ferait une agitation
qui, d'après mon opinion (dit Bebel), aboutirait fatalement à la
décomposition du parti. Cela signifierait l'abandon complet de notre but
final. Nous agirions dans ce cas tout à fait autrement que nous ne le
devrions et que nous l'avons fait jusqu'ici. Nous avons toujours lutté
pour obtenir le plus possible de l'État actuel, sans perdre de vue
pourtant que tout cela ne constitue qu'une faible concession, _ne change
absolument rien au véritable état des choses_. Nous devons maintenir
l'ensemble de nos revendications, et chaque nouvelle concession n'a pour
nous d'autre but que d'améliorer nos bases d'action et nous permettre de
mieux nous armer».

Fischer alla plus loin et dit: «Si nous admettons le point de vue de
Vollmar, nous n'avons qu'à supprimer immédiatement dans notre programme
les mots: «parti socialiste-démocrate», pour les remplacer par:
«programme du parti ouvrier allemand»... La tactique de Vollmar tend à
obtenir la réalisation de ces cinq articles--qu'il considère comme les
plus nécessaires--comme étant eux-mêmes le but final; nous tenons au
contraire à déclarer que toutes ces reformes que nous réclamons, ne sont
désirées par nous que parce que nous pensons qu'elles encourageront les
ouvriers dans la lutte pour la conquête définitive de leurs droits.
Elles ne sont pour nous que des moyens, tandis que pour Vollmar elles
constituent le but même, la principale raison d'existence du parti... Le
Congrès doit se prononcer, sans la moindre équivoque, soit pour le
maintien des décisions prises à Saint-Gall, soit pour l'adoption de la
tactique de Vollmar, laquelle--qu'il le veuille ou non--aura comme
conséquence une scission et concentre toutes les forces du parti sur ces
cinq revendications qui, suivant nous, n'ont qu'une importance
secondaire à côté du but final.»

Liebknecht est du même avis lorsqu'il dit: «Vollmar a le _droit_ de
proposer qu'on suive une autre voie, mais le parti a le _devoir_, dans
l'intérêt même de son existence, de rejeter résolument cette tactique
nouvelle qui le conduirait à sa perte, à son émasculation complète, et
qui transformerait le parti révolutionnaire et démocratique en un parti
socialiste-gouvernemental ou socialiste-national-libéral. Bref, le
succès, l'existence même de la social-démocratie exigent absolument que
nous déclarions n'avoir rien de commun avec la tactique que Vollmar a
préconisée à Munich et qu'il n'a pas rejetée ici».

Cependant, dans son journal, _Die Münchener Post_, Vollmar avait réuni
quelques citations, prises dans des discours prononcés au Reichstag par
différents membres socialistes, et il les avait comparées avec certaines
de ses propres assertions pour prouver que les mêmes principes,
actuellement par lui défendus, avaient toujours été suivis par des
députés socialistes sans qu'on les eût attaqués pour cela, et il
déclarait que loin de proposer nullement une tactique nouvelle, il ne
faisait que suivre l'ancienne.

Voici quelques-unes de ces citations mises en regard des assertions de
Vollmar:


Si nous avions été consultés,      L'annexion de
nous aurions certainement          l'Alsace-Lorraine est un fait
fondé autrement l'unité            accompli, et ici, dans cette
allemande en 1870-71. Mais         enceinte, nous avons, de notre
puisque maintenant elle existe     côté, déclaré de la façon la
telle qu'elle, nous                plus catégorique que nous
n'entendons pas épuiser nos        reconnaissons comme de droit
forces en d'interminables et       l'état actuel des choses.
infructueuses récriminations       AUER. Séance du 9 février
sur le passé, mais, acceptant      1891.
le fait accompli, nous ferons
tout notre possible pour
améliorer cette oeuvre
défectueuse.


S'il existe un parti ouvrier       Personne, aussi enthousiaste
qui a toujours rempli et           qu'il soit pour des idées
remplira encore les devoirs de     internationalistes, ne dira
fraternité internationale,         que nous n'avons pas de
c'est certainement le parti        devoirs nationaux.
allemand. Mais ceci n'exclut       LIEBKNECHT. Congrès de Halle,
pas pour nous l'existence de       15 octobre 1890.
tâches et de devoirs
nationaux.


C'est un symptôme heureux de       Je reconnais que l'Allemagne
voir que nous avons en France      est décidée à maintenir la
des amis socialistes, qui          paix. Je suis persuadé que ni
combattent les tendances           dans les sphères les plus
chauvines.                         élevées, ni dans aucune autre
Mais pourquoi nier que les         couche de la société, le désir
sphères dirigeantes dans ce        n'existe de lancer l'Allemagne
pays, par leur chauvinisme         dans une nouvelle guerre. En
néfaste et leur répugnante         tout cas, nous vivons ici dans
coquetterie avec le czarisme       des conditions indépendantes
russe, sont pour beaucoup la       de notre volonté. En France,
cause de l'inquiétude et des       on peut le désapprouver ou le
armements constants de             regretter, mais dans les
l'Europe?                          milieux prédominants, on
                                   pense, aujourd'hui comme
                                   jadis, à faire disparaître les
                                   conséquences de la guerre de
                                   1870-71. L'alliance entre la
                                   France et la Russie a été
                                   motivée par ces faits. Que
                                   cette alliance ait été
                                   contractée par écrit ou non,
                                   elle existe par une certaine
                                   solidarité d'intérêts entre
                                   ces deux pays contre
                                   l'Allemagne, et elle
                                   continuera d'exister.
                                   BEBEL. Séance du 25 juin 1890.


Nous n'avons pas besoin de         Si la triple alliance a pu
dire que la diplomatie et ses      être conclue ... elle l'a été,
oeuvres ne nous inspirent que      parce que les intérêts des
très peu de confiance.             trois puissances, en face de
Néanmoins, nous devons nous        l'entente franco-russe, sont
prononcer pour la triple           nécessairement solidaires, en
alliance dont la raison d'être     dehors des rapports mutuels
est le maintien de la paix et,     des différents peuples de ces
par conséquent, est utile.         pays...
                                   Je suis convaincu qu'aucun
                                   homme d'État, ni en Autriche,
                                   ni en Italie, ni en Allemagne,
                                   ne voudra, tant que cette
                                   situation durera, se détacher
                                   de cette alliance, car il
                                   exposerait, par cela même, son
                                   pays à un grand danger, dans
                                   le cas où les deux autres
                                   puissances alliées seraient
                                   vaincues dans une guerre.
                                   BEBEL. Séance du 25 juin 1890.


Si jamais quelque part à           Nous avons déclaré déjà bien
l'étranger, l'espoir existe        souvent, et, pour moi, je
qu'en cas d'une attaque contre     renouvelle cette déclaration,
l'Allemagne on pourrait compter    que nous sommes prêts à remplir
sur notre abstention, cet          envers la patrie exactement
espoir se verrait complètement     les mêmes devoirs que tous les
déçu. Dès que notre pays sera      autres citoyens... Je sais
attaqué, il n'y aura plus          qu'il n'y a personne parmi
qu'un parti, et nous autres,       nous qui pense différemment à
démocrates-socialistes, nous       ce sujet.
ne serions certes pas les          AUER. Séance du 8 décembre
derniers à remplir notre           1890.
devoir.
                                   Il a été dit ... que le
                                   Reichstag allemand ne
                                   travaille pas avec autant
                                   d'ardeur à la défense de la
                                   patrie que le Parlement
                                   français.
                                   Eh bien, moi je déclare que
                                   quand il s'agit de la défense
                                   de la patrie, tous les partis
                                   sont unis; que s'il s'agit de
                                   se défendre contre un ennemi
                                   étranger, aucun parti ne
                                   restera en arrière.
                                   LIEBKNECHT. Séance du 16 mai
                                   1891.

                                   L'attaque contre la Russie
                                   officielle, cruelle, barbare,
                                   voire l'anéantissement de
                                   cette ennemie de la
                                   civilisation, est donc notre
                                   devoir le plus sacré, que nous
                                   devons remplir jusqu'à notre
                                   dernier soupir dans l'intérêt
                                   même du peuple russe, opprimé
                                   et gémissant sous le knout. Et
                                   si alors nous combattons dans
                                   les rangs à côté de ceux qui
                                   actuellement sont nos
                                   adversaires, nous ne le
                                   faisons pas pour les sauver
                                   eux et leurs institutions
                                   politiques et économiques,
                                   mais pour l'Allemagne en
                                   général, c'est-à-dire pour
                                   nous sauver nous-mêmes et pour
                                   délivrer des barbares un pays, où nous
                                   pensons un jour réaliser notre
                                   propre idéal social.
                                   BEBEL. _Vorwaerts_ du 27 septembre
                                   1891.

Et maintenant, Liebknecht peut prétendre que «des citations mutilées
n'ont aucune signification», que «les bases sur lesquelles Vollmar
s'appuie s'effondrent». celui-ci se déclare prêt--et il a raison--à
citer encore d'autres discours absolument analogues. Il paraît, du
reste, que Liebknecht a conscience de sa faiblesse, lorsqu'il reconnaît
que «les expressions citées, scrupuleusement pesées, ne sont peut-être
pas des plus correctes», ce qui ne l'empêche pas de protester contre la
supposition d'avoir, lui, Bebel et Auer, «voulu prescrire une autre
tactique, une autre action au parti». Cette supposition s'impose
cependant à tous ceux qui ont le moindre sens commun, et toutes les
déclarations de Liebknecht et de la fraction socialiste entière
n'infirmeront nullement ce que Vollmar leur reproche en s'appuyant sur
des citations qui prouvent surabondamment que Bebel et Liebknecht ont
dit exactement la même chose que lui. Il n'y a donc aucune raison pour
attaquer Vollmar à ce propos, à moins que l'on veuille ici appliquer le
dicton: _Quod licet Jovi, non licet bovi_. Ce qui est permis à Jupiter,
n'est pas permis au boeuf.

Quelle fut la réponse de Vollmar à l'accusation d'avoir voulu inaugurer
une nouvelle tactique? «La stratégie que j'ai préconisée a déjà existé
théoriquement, mais elle était moins généralement appliquée, et comme
explication de cette inconséquence, je cite les «jeunes» avec leur
phraséologie révolutionnaire. Je disais dans mon discours: «L'action
que j'ai recommandée a déjà été appliquée, depuis la suppression de la
loi d'exception, dans beaucoup de cas, tant dans le Reichstag qu'au
dehors. Je ne l'ai donc pas inventée, mais je me suis identifié avec
elle; du reste elle a été suivie depuis Halle. À présent on peut moins
que jamais s'éloigner de cette manière de voir. Ceci prouve clairement
que j'ai en vue la tactique existante, celle qui doit être suivie
d'après le règlement du parti».

Un autre délégué, Schulze, de Magdebourg, dit: «Moi aussi, je
désapprouve la politique de Vollmar, mais celui-ci n'a pourtant rien dit
d'autre, à mon avis, que ce qui a été fait par toute la fraction». Et
Auerbach, de Berlin, ajoute: «La façon d'agir des membres du Reichstag
conduit nécessairement à la tactique de Vollmar».

Et le docteur Schonlank s'écrie: «Les discours de Vollmar à Munich
eussent été mieux à leur place dans la bouche d'un membre de la
«Volkspartei» que dans celle d'un démocrate-socialiste... À la suite
d'un événement imprévu, la chute de Bismarck, Vollmar désire une
transformation complète de tendance dans notre mouvement, et non
seulement un changement de tactique: il veut remplacer la conception
révolutionnaire, suivant laquelle l'oppression actuelle de la classe
ouvrière ne pourra être supprimée qu'après une transformation radicale
de la production, par un parti ouvrier à l'eau de rose, petit-bourgeois,
et il veut que nous nous contentions de ces faibles concessions!»

Auer est du même avis, lorsqu'il dit: «Vollmar s'est incontestablement
prononcé, dans son discours comme dans sa brochure, pour la nécessité
d'un changement de la tactique suivie jusqu'ici!» Et après le second
discours de Vollmar, Bebel déclare fort justement «qu'il n'est pas
possible d'admettre ce que Vollmar prétend aujourd'hui, c'est-à-dire
qu'il n'ait jamais eu l'idée de proposer une nouvelle ligne de conduite.
S'il s'agissait de maintenir l'ancienne, tous ces discours eussent été
superflus». Il voit que Vollmar veut justement le contraire, car «la
réalisation complète de notre programme c'est la chose principale et le
reste n'a qu'une importance secondaire». Il nous importe peu de savoir
où nous en sommes au sujet de certaines concessions au moment où nous
croyons pouvoir obtenir le tout. Vollmar au contraire déclare le but
final comme n'ayant pour l'instant qu'une importance secondaire et comme
but principal les revendications directes et immédiatement praticables.
_Ceci constitue une telle antithèse de principes, qu'il n'est guère
possible d'en concevoir une plus catégorique, et c'est du devoir du
Congrès de la résoudre..._»

Avec des discours comme ceux de Vollmar, jamais une démocratie
socialiste ne serait née. De semblables idées mènent au socialisme
national-libéral, c'est-à-dire à l'introduction de la tactique
nationale-libérale dans le parti démocratique socialiste. Bebel donne
même une explication de l'évolution de Vollmar en l'attribuant à ses
«conditions de vie personnelle radicalement changées et à la position
sociale qu'il a acquise dans les dernières années. Au moment où l'homme
qui occupe une place prépondérante dans un mouvement ne se trouve plus
en contact ininterrompu avec la foule, parce qu'il est arrivé à une
autre situation sociale, le danger naît qu'il abandonne la voie commune
et qu'il perde le sentiment de cohésion avec la masse. Vollmar est,
depuis quelques années déjà, plus ou moins isolé, d'un côté par son état
physique et plus encore par des habitudes matérielles plus
avantageuses. Il n'arrive que trop souvent, lorsqu'on se trouve dans une
position qu'on peut considérer soi-même comme satisfaisante, de supposer
chez la masse affamée les mêmes sentiments de satisfaction et de penser:
Les réformes ne sont pas si urgentes; soyons prudents et essayons
d'arriver, sans précipitation, peu à peu, à nos fins. Nous avons le
temps».

Cette remarque est sans doute fort judicieuse et pratique, mais il y a
une chose qui nous étonne, c'est qu'aucun des soi-disant Jeunes gens ne
se soit levé pour dire à Bebel: «Est-ce que cette explication de la
façon d'agir de Vollmar n'est pas également applicable à vous et aux
vôtres? Est-ce que le reproche que nous vous adressons d'avoir abandonné
les idées révolutionnaires, jadis défendues par vous et suivies par nous
sous votre direction, n'a pas les mêmes motifs que ceux que vous
attribuez si justement à Vollmar?»

Combien Bebel est révolutionnaire lorsqu'il se trouve en face de
Vollmar! Et comme son discours peut servir aux Jeunes, contre lui-même,
avec la légende: _De re fabula narratur_. C'est de toi qu'il s'agit. «Si
nous faisions ce que désire Vollmar, nous deviendrions fatalement un
parti opportuniste dans le plus mauvais sens du mot. Une pareille
transformation serait pour le parti la même chose que si l'on brisait la
colonne vertébrale à un être organique quelconque, auquel on demanderait
ensuite les mêmes efforts qu'auparavant. Voilà pourquoi je m'oppose à ce
que l'on brise l'épine dorsale à la démocratie socialiste, c'est-à-dire
à ce que l'on refoule au second plan son principe essentiel: la lutte
des classes pauvres contre les classes dirigeantes et l'autorité de
l'État, pour le remplacer par une agitation édulcorée et par la lutte
exclusivement en vue de revendications dites pratiques.»

Donc, Bebel, Liebknecht, Auer, Fischer, etc., tous sont d'avis que
Vollmar, dans ses discours de Munich, a réellement proposé une nouvelle
tactique. Là-dessus il y avait unanimité d'appréciation, même après les
discours prononcés par Vollmar au Congrès.

En effet, Liebknecht ne déclarait-il pas qu'après avoir entendu Vollmar
il était plus que jamais d'avis que le Congrès devait se prononcer? Car,
ajoutait-il, «bien que Vollmar se défende de préconiser une nouvelle
orientation, il la désire néanmoins, et nous emprunte pour le faire,
d'anciens arguments, qu'il détourne du reste de leur véritable
signification».

Il fallait une déclaration. Bebel proposa donc une résolution conçue en
ces termes:

Le Congrès déclare:

Considérant que la conquête du pouvoir politique est le premier et
principal but vers lequel doit aspirer tout mouvement prolétaire
conscient; que cependant la conquête du pouvoir politique ne peut être
l'oeuvre d'un moment, d'une surprise donnant immédiatement la victoire,
mais doit être obtenue par un travail assidu et persistant, par le juste
emploi de tous les moyens qui s'offrent pour la propagation de nos idées
et par l'effort de toute la classe ouvrière;

Le Congrès décide:

Il n'y a pas de raisons pour changer la direction donnée jusqu'ici au
parti.

Le Congrès considère plutôt comme étant toujours du devoir de ses
membres de tenter par tous les moyens d'obtenir des succès aux élections
du Reichstag, du Landtag et des conseils municipaux, partout où il y a
encore des chances de triompher sans nuire au principe.

Sans caresser la moindre illusion sur la valeur des victoires
parlementaires par rapport à nos principes, étant donnés la mesquinerie
et l'égoïsme de classe des partis bourgeois, le Congrès considère
l'agitation pour les élections du Reichstag, du Landtag et des conseils
municipaux comme particulièrement utile pour la propagande socialiste,
parce qu'elle offre la meilleure occasion de se mettre en contact avec
les classes prolétariennes et d'éclairer ces dernières sur leurs
conditions de classe, et aussi parce que l'emploi de la tribune
parlementaire est le moyen le plus efficace pour démontrer
l'insuffisance des pouvoirs publics à supprimer les crimes sociaux, et
pour dévoiler devant le monde entier l'incapacité des classes
gouvernantes à satisfaire les besoins nouveaux de la classe ouvrière.

Le Congrès demande aux chefs qu'ils travaillent énergiquement et
sérieusement dans le sens du programme du parti, et qu'ils ne perdent
jamais de vue le but intégral et final, sans pour cela négliger
d'obtenir des concessions des classes dirigeantes.

Le Congrès exige en outre de chaque membre en particulier, qu'il se
soumette aux résolutions prises par le parti entier, qu'il obéisse aux
prescriptions des journaux, tant que ces derniers agissent dans les
limites des pouvoirs qui leur ont été accordés et que, en admettant
qu'un parti d'agitation, comme la démocratie socialiste, ne peut
atteindre son but que par la plus rigoureuse discipline et la soumission
la plus complète, il reconnaisse la nécessité de cette discipline et de
cette soumission.

Le Congrès déclare expressément que le droit de critiquer les
agissements ou les fautes commises soit par les organes, soit par les
représentants parlementaires, est un droit que chaque membre peut
exercer, mais il désire qu'il le critique en des formes permettant à la
fraction attaquée de fournir des explications essentielles. Il
recommande particulièrement qu'aucun membre ne formule publiquement des
accusations ou des attaques personnelles avant de s'être assuré du
bien-fondé de ces accusations ou de ces attaques et avant d'avoir épuisé
préalablement tous les moyens qui, dans l'organisation du parti, se
trouvent à sa disposition afin d'obtenir satisfaction.

Finalement le Congrès est d'avis que le principe fondamental des statuts
de l'Internationale de 1864 doit toujours être la ligne de conduite à
suivre par ses membres, à savoir que: «La vérité, la justice et la
moralité doivent être considérées comme bases de leurs rapports entre
eux et avec tous les hommes, sans distinction de couleur, de religion ou
de nationalité».

Cette résolution est, comme la plupart des résolutions de ce genre,
tellement vague et banale que tout le monde peut l'accepter. Et c'est
justement ce fait, qu'elle peut être acceptée par tout le monde, qui en
démontre l'insignifiance. Aussi Vollmar n'y voit pas d'inconvénient non
plus. Seulement il déclare ne pas admettre l'explication qu'en donne
Bebel. Certes, dit-il, il n'y a aucune raison pour changer la ligne de
conduite du parti, entendant par là que la tactique, préconisée par lui,
Vollmar, a toujours été suivie, mais point logiquement. La conséquence
de cet habile arrangement est de remettre indéfiniment l'affirmation
d'une déclaration catégorique et de tourner la difficulté.

Un des délégués, Oertel, de Nuremberg, parut l'avoir compris. Il voulut
provoquer une déclaration catégorique concernant l'attitude de Vollmar,
et c'est dans ce but qu'il proposa d'ajouter à la motion Bebel
l'amendement suivant: «Le Congrès déclare formellement ne pas partager
l'opinion défendue par Vollmar dans ses deux discours prononcés à
Munich, le 1er juin et le 6 juillet, concernant le plus urgent devoir de
la démocratie socialiste allemande et la nouvelle tactique à suivre,
mais la considère au contraire comme nuisible au développement ultérieur
du parti».

À la bonne heure! Voilà ce qui était clair. (La dernière partie de
l'amendement fut abandonnée par l'auteur lui-même.)

Et que pensaient les chefs, de cet amendement?

Auer demande au Congrès d'adopter la résolution de Bebel _avec
l'amendement Oertel._

Fischer conclut également à l'adoption.

Liebknecht déclare que «l'adoption de l'amendement Oertel est devenue
_une nécessité absolue pour le parti_». Il juge même bon d'y ajouter:
«Dans l'intérêt de la vérité, je me réjouis que cette proposition ait
été faite; quant à moi, je voterai pour, et j'espère que le Congrès se
prononcera avec une écrasante majorité pour la résolution Oertel. SI
ELLE N'EST PAS ADOPTÉE, L'OPPOSITION AURAIT RAISON, ET DANS CE CAS JE
PASSERAI MOI-MÊME À L'OPPOSITION». Bebel ajoutait qu'il était
indispensable pour le Congrès de se prononcer nettement. Dans cette
résolution il doit y avoir quelque chose d'obscur, car Vollmar déclare
l'accepter, sauf les motifs, et Auerbach (de l'opposition) dit
l'accepter intégralement. Donc l'extrême droite et l'extrême gauche se
déclarent d'accord avec l'auteur de la proposition, quant aux termes
dans laquelle cette dernière a été conçue. Oertel, lui, ne déteste rien
autant que l'équivoque, et il est prêt, lorsqu'il n'y a pas moyen de
faire autrement, à trancher le noeud gordien. Vollmar doit bien se
persuader que ses idées ne trouvent point d'écho ici, et qu'il est donc
indispensable de se prononcer par un catégorique _oui_ ou _non. Tous
jugent donc indispensable l'adoption de l'amendement Oertel._

Vollmar voit dans cet amendement une question personnelle, qu'il ne peut
pas accepter, car elle a un caractère de méfiance. Liebknecht déclare
qu'il n'y a là rien de personnel, car la personnalité de Vollmar n'est
nullement en jeu. Bebel dit la même chose; il ne s'agit pas d'un désaveu
mais d'une différence d'opinion. Il ne faut pas chercher à voir un vote
de méfiance dans cette résolution. Il a voulu, par là permettre à
Vollmar, de trouver, après réflexion et en toute connaissance de
l'opinion du Congrès, un joint lui permettant d'abandonner les idées par
lui préconisées dans ses discours.

Que de considération à l'égard de Vollmar! Malgré les déclarations
énergiques des chefs, la prudence paraît s'imposer en face d'un homme
comme Vollmar, surtout lorsque celui-ci déclare: «Si la motion Oertel
est adoptée, il ne me reste qu'à vous dire que dans ce cas je vous ai
adressé la parole pour la dernière fois». Il accepte la résolution sur
les faits, comme elle a été proposée par Bebel, mais la critique
personnelle, formulée dans la motion Oertel, il la déclare inacceptable.

Que faire à présent?

Rompre avec Vollmar? Cela est fort risqué. Bebel n'a-t-il pas
catégoriquement déclaré que «le discours prononcé par Vollmar dans ce
milieu a trouvé plus d'approbation que ses propres paroles, il le
reconnaît très franchement». Et il ne paraît pas avoir grande confiance
dans les membres du parti, puisqu'il les conjure de bien savoir ce
qu'ils font et de ne pas se laisser séduire «par les belles phrases du
discours de Vollmar, ni par ses beaux yeux».

Mais voilà qu'une proposition intermédiaire est faite par Ehrhardt, de
Ludwigshafen: «Après que Vollmar s'est prononcé sans aucune réserve au
sujet de l'opinion développée par Bebel et d'autres orateurs sur le
maintien de la tactique suivie jusqu'ici, le Congrès déclare la
discussion sur la proposition Oertel terminée, et passe à l'ordre du
jour».

C'est la planche du salut. On n'a plus qu'à la saisir et tout est dit.
Ce qui suit maintenant ressemble beaucoup à une comédie.

Oertel déclare retirer sa motion, si Vollmar veut agir conformément à la
dernière proposition. (Comment concilier ceci avec son propre ultimatum:
«Vollmar ne peut pas se placer au point de vue de la résolution de
Bebel, car n'a-t-il dit: «Il ressort de tout ceci que notre tactique ne
peut pas être la même.» Bebel cependant a déclaré qu'il n'y avait aucune
raison pour changer la tactique actuelle. Vollmar doit donc s'expliquer
plus clairement. L'agitation principale portera également dans l'avenir
d'excellents fruits.») Et à présent Vollmar déclare solennellement:
«J'ai déjà dit dans mon discours que, dès que la chose est sérieusement
discutée, j'accepte la discussion pourvu qu'elle ne vise aucune
personnalité. Depuis que celui qui a fait la proposition en a enlevé le
côté personnel, la chose est pour moi terminée».

Au fond, Vollmar n'a rien dit de catégorique, mais il s'est montré
diplomate. Ce qui ne l'empêche pas de quitter le terrain en vainqueur.
Et qu'est-ce que firent tous les autres, qui jugeaient absolument
nécessaire l'adoption de la proposition Oertel (dans laquelle ils
déclaraient expressément ne rien voir de personnel)? Ils acceptèrent le
retrait de la proposition et personne ne la reprit pour son compte! On
n'osait pas s'en prendre à Vollmar. Avec les «Jeunes» c'était moins
risqué. Et l'on barrait à droite. Jusqu'ici nous n'avons pas encore
appris que Liebknecht soit passé aux «Jeunes», et cependant la
proposition Oertel n'a pas été votée. On est donc juste aussi avancé
qu'avant! Reste à savoir si les événements donneront raison à Auerbach,
quand il dit: «Je crains que Liebknecht, lui-même l'a dit, passe
peut-être, dans un ou deux ans d'ici, à l'opposition de Berlin, si le
Congrès n'accepte pas la résolution Oertel». Nous craignons le
contraire, car une fois sur cette pente, on glisse rapidement. La
tactique de Vollmar est désirée par un trop grand nombre de socialistes
allemands, pour qu'elle n'ait pas chance de triompher.

On peut même se demander si la proposition Oertel n'eût pas été rejetée,
et si celui-ci ne l'a pas retirée de crainte qu'elle ne constituât un
danger pour Bebel. Son rejet eût été la condamnation de la politique de
la fraction socialiste du Reichstag. L'opposition a déjà eu son utilité,
car qui sait ce qui se serait passé sans elle. Involontairement elle a
même arrêté l'élément parlementaire dans une voie où sans doute celui-ci
serait allé bien plus loin! Indirectement elle a déjà obtenu de bons
résultats, car à présent, se sachant constamment observés, les
parlementaires se garderont bien de trop incliner à droite.

Il faudrait pourtant voir dans l'avenir si elle n'ira pas, poussée par
la fatalité, de plus en plus dans cette direction et observer en même
temps l'attitude de ceux qui, cette fois-ci, sont sortis encore en
vainqueurs de la lutte, mais au prix d'une concession à Vollmar, lequel
a pu partir content. Car ce n'est pas lui qui est allé, ne fût-ce que
d'un pas, à gauche, mais ce sont ses «adversaires» qui sont allés à
droite, à sa rencontre. Pour l'impartial lecteur du compte-rendu du
Congrès, c'est là la moralité qui s'en dégage le plus clairement.

Envisageons à présent quelle a été l'attitude envers les «Jeunes»,
envers «l'opposition berlinoise». D'après l'impression que les débats
firent sur nous, celle-ci était jugée avant le commencement de la
discussion. Avec eux il n'y avait pas à user de tant de considération,
car on était sûr de son affaire. Singer déclarait très judicieusement:
«Les points de vue de Vollmar sont beaucoup plus dangereux pour le parti
que les opinions des «Jeunes» et de leurs porte-parole.» Cela se voit
fréquemment; la droite est toujours considérée comme plus dangereuse que
la gauche, et en effet l'humanité a eu plus à souffrir à travers les
âges par les virements à droite que par ceux à gauche.

Pour défendre la thèse par lui développée, concernant une des questions
capitales: _le parlementarisme_, Wildberger, un des orateurs de
l'opposition, s'appuya principalement sur une brochure de Liebknecht,
publiée en 1869. La préface d'une réédition de cet opuscule, nous
apprend en 1874, que Liebknecht, après ces cinq années, et depuis la
création du Reichstag, avait conservé les mêmes opinions. Il y dit entre
autres: «Je n'ai rien à rétracter, rien à atténuer, surtout en ce qui
concerne ma critique du parlementarisme bismarckien, lequel, dans le
Reichstag allemand, ne se manifeste pas avec moins de morgue que jadis
dans le Reichstag de l'Allemagne du Nord.» Il disait bien, au Congrès de
Halle (1890), qu'il avait jadis condamné le parlementarisme, mais,
ajoutait-il, «en ce temps-là, les conditions politiques étaient tout
autres: la fédération de l'Allemagne du Nord était un avortement et il
n'y avait pas encore d'empire allemand;» cependant, la préface de son
livre de 1874 est en contradiction avec ce raisonnement. Ensuite
Liebknecht veut faire croire qu'il ne s'agit point ici d'une question de
_principe_, mais d'une question de _pratique_, et dans les questions de
pratique il est particulièrement libéral; car il se déclare prêt à
changer également de tactique dans l'avenir, si les circonstances
l'exigent. On n'a donc plus qu'à ranger une question quelconque sous la
rubrique: _tactique_, pour pouvoir en tout temps changer d'opinion! Il
est du reste notoire que Liebknecht, professait, il y a peu de temps,
exactement les mêmes opinions quant au parlementarisme, que les «Jeunes»
de Berlin défendent à présent.

Au Congrès de Gotha, en 1876, il disait: «Si la démocratie socialiste
prend part à cette comédie, elle deviendra un parti socialiste
officieux. Mais elle ne prendra pas part à un jeu de comédie
quelconque». Aurait-il cru, à cette époque, qu'un jour viendrait où on
l'accuserait d'avoir lui-même joué cette comédie? Et Bebel ne s'est-il
pas également prononcé contre la tactique actuelle, lorsque, au Congrès
de Saint-Gall, il déclarait ne pas regretter le petit nombre des députés
élus, car--disait-il--s'il y en avait eu plus, il aurait considéré cette
position séduisante comme très dangereuse; les tendances vers des
compromis et le soi-disant «travail pratique» se seraient probablement
«accentués» ce qui aurait provoqué des scissions. Le reproche de
l'opposition actuelle est que l'on ait abandonné ces théories, et cela
surtout à la suite du succès obtenu.

Liebknecht prétend aussi que Wildberger n'avait que répété au Congrès ce
qui avait été déjà dit mille fois mieux et plus énergiquement. Il en
accepte même une grande partie. Ce qui ne l'empêche nullement d'ajouter
que, si l'on se place à ce point de vue, il faudra rompre complètement
avec le parlementarisme et avoir le courage de son opinion en se disant
carrément anarchiste.

Très adroitement Auerbach lui répond là-dessus: «Nous considérons comme
juste encore aujourd'hui une grande partie des idées développées par
Liebknecht dans sa brochure de 1869, et je ne crois pourtant pas que
l'on ait jamais reproché au député Liebknecht de pencher vers l'anarchie
ou qu'il ait voulu devenir anarchiste. Pourtant, en 1869, on aurait pu
lui reprocher, en se basant sur sa brochure, la même tactique anarchiste
dont aujourd'hui il nous fait un reproche!»

Cette accusation d'anarchisme paraît être une douce manie chez
Liebknecht: elle se manifeste envers chaque adversaire. L'anarchisme
qu'il assure toujours «n'avoir aucune importance»--on pourrait fourrer
tous les anarchistes de l'Europe dans une couple de _paniers à
salade_--semble être un cauchemar qui le poursuit partout. Dès que l'on
n'est pas du même avis que lui, on devient «anarchiste», et de là à être
traité de mouchard il n'y a qu'un pas. Nous n'avons pas besoin de
défendre les anarchistes, mais nous protestons contre une telle façon
d'agir et nous déclarons qu'on ne saurait considérer le mot _anarchiste_
comme une injure dont on aurait à rougir. Les noms des martyrs de
Chicago, d'Élisée Reclus, de Kropotkine et de tant d'autres devraient
suffire pour écarter à jamais ces insinuations malveillantes.

Nous laissons de côté toutes les questions personnelles, lesquelles, ne
nous touchant ni de près ni de loin, ne nous inspirent pas le moindre
intérêt et parce que, probablement, il y a des torts de part et
d'autre. Mais personne ne peut reprocher à Wildberger et à Auerbach de
ne pas avoir soutenu une discussion sérieuse et serrée.

Une preuve, par exemple, que l'on s'enfonce de plus en plus dans le
bourbier parlementaire: Wildberger citait entre autres l'attitude de la
fraction du Reichstag à propos de la journée de huit heures. Au Congrès
international de Paris, on avait décidé à l'unanimité d'entreprendre une
agitation commune pour l'introduction immédiate de la journée de huit
heures. Les députés socialistes au Reichstag y firent la proposition
d'introduire en 1890 la journée de _dix_ heures, en 1894 celle de _neuf_
et finalement en 1898 celle de _huit_. Il aurait donc fallu attendre
huit années avant d'arriver par le Reichstag à la journée de huit
heures!

Si nous voulions être méchants, nous demanderions s'il y a peut-être
corrélation entre cette année et la fixation, par Engels, de l'époque de
la «grande catastrophe» en 1898. S'il en était ainsi, on serait tenté de
croire que l'obtention de la journée de huit heures est considérée comme
l'heureux aboutissant de cette catastrophe. Nous laissons au lecteur
impartial le soin de juger si cela n'équivaut pas à l'abandon du but
final. Mais en tout cas nous considérons comme une faute impardonnable
d'avoir fait une pareille proposition de loi. Et le bien-fondé des dires
de l'opposition ressort indubitablement de la déclaration de Molkenbuhr;
celui-ci dénie à cette opposition toute raison d'être, vu que la journée
de dix heures serait actuellement déjà un grand progrès. Molkenbuhr
ajoute que le projet de loi de la fraction socialiste est plus radical
que ce qui est déjà appliqué en Suisse et en Autriche! En d'autres
termes: nous devons déjà être très contents si nous obtenons la journée
de dix heures, et celle de huit heures n'est pour nous qu'une question
secondaire! Et nous demandons encore si après de telles paroles
l'accusation d'avachissement par le parlementarisme est tellement dénuée
de vérité?

Tout le monde est de l'avis de Liebknecht lorsqu'il met si
judicieusement en garde contre l'opportunisme, en réclamant le maintien
du caractère révolutionnaire du parti et lorsqu'il déclare «qu'un
compromis entre le capitalisme et le socialisme n'est pas possible, vu
que tous les partis bourgeois se trouvent basés sur le capitalisme.
(Comme cela diffère de son discours «ministériel» de Halle, où il dit
«qu'en Allemagne les choses en sont là qu'une action parallèle avec les
partis bourgeois ne peut pas être évitée jusqu'à un certain point!»)
Même en abandonnant pour un instant la phrase de «la masse
réactionnaire, une et indivisible», nous ne devons pourtant point perdre
de vue que tous les autres partis constituent une masse compacte,
formant une forteresse, qui ne peut être rasée ni par la douceur, ni par
de belles paroles. Elle doit être prise d'assaut par le peuple arrivé à
la conscience de sa situation particulière de classe». Personne non plus
ne veut faire un grief à Singer de ce qu'il déclara être convaincu que
«du moment que les démocrates-socialistes pourraient arriver par leurs
efforts à faire adopter dans le Reichstag quelques projets de loi, les
classes dirigeantes jetteraient par dessus bord, sans la moindre
hésitation, le suffrage universel, et se serviraient de tous les moyens
politiques et matériels à leur disposition pour empêcher qu'un trop
grand nombre de socialistes n'arrivât au Reichstag». Il déclare en outre
que «même en supposant--bien gratuitement du reste--qu'il fût possible
d'aboutir à quelque chose _d'intelligent_ (sic) (comme c'est
encourageant lorsqu'on s'aperçoit soi-même qu'il n'y a rien
d'intelligent à faire!) par notre action parlementaire, cette action
conduirait inéluctablement à l'émasculation du parti, étant donné
qu'elle ne peut se réaliser que par l'alliance avec d'autres partis». Et
qui voudrait condamner Bebel lorsqu'il maintient et défend fermement le
principe révolutionnaire de la démocratie socialiste en face de tous les
autres partis politiques?

Il y a pourtant beaucoup de vérité dans les paroles d'Auerbach
s'adressant à ceux de la fraction et à tous leurs fidèles: «Avec la
politique défendue par Bebel on peut être d'accord jusqu'à un certain
point. _Mais le parti n'agit point conformément à cette tactique!_ Il
suit celle que Vollmar a non seulement exposée, mais encore appliquée».

Nous arrivons ici a quelque chose d'indéfini, ni chair ni poisson, à
l'accouplement de la théorie de Wildberger avec la pratique de Vollmar.
Ce dualisme est jugé. Et à nos yeux la dissolution du parti moyen--celui
de Bebel et de Liebknecht--n'est plus qu'une question de temps. Une
fraction ira aux «Jeunes», la plus grande partie s'alliera peut-être à
Vollmar, et la fraction du Reichstag restera isolée, à moins qu'elle
n'aille carrément à gauche ou à droite.

Wildberger soutenait les différents points d'accusation formulés dans
une brochure publiée à Berlin, et qui avaient tellement indigné certains
chefs du parti qu'ils n'avaient pu cacher leur grande colère.
S'imaginaient-ils peut-être avoir, eux exclusivement, le droit de tonner
contre Vollmar en déniant à d'autres le droit d'en faire autant contre
eux-mêmes? Vollmar avait parfaitement raison de dire qu'il était
difficile de faire un grief à l'opposition berlinoise d'avancer
l'accusation d'avachissement (Versumpfung), là où l'on se permettait la
même licence envers lui.

Envisageons à présent les chefs d'accusation formulés par les «Jeunes»:

1° L'esprit révolutionnaire du parti est systématiquement tué par
certains chefs;

2° La dictature exercée étouffe tout sentiment et toute pensée
démocratiques;

3° Le mouvement entier a perdu de plus en plus son allure virile
(verflacht geworden) et il est devenu purement et simplement un parti de
réformes à tendances «petit-bourgeoises»;

4° Tout est mis en oeuvre pour arriver à une conciliation entre
prolétaires et bourgeois;

5° Les projets de loi demandant une législation ouvrière et
l'établissement de caisses de retraite et d'assurances, ont fait
disparaître l'enthousiasme parmi les membres du parti;

6° Les résolutions de la majorité de la fraction sont généralement
adoptées en tenant compte de l'opinion des autres partis et classes de
la société et facilitent ainsi des virements à droite;

7° La tactique est mauvaise et néfaste.

Auerbach explique également pourquoi l'on croit que la tendance, de plus
en plus mi-bourgeoise, devient dangereuse et comment l'on craint la
politique opportuniste. Il trouve risible que l'on se demande toujours
ce que pensent les adversaires de telle ou telle mesure. Lorsque
Liebknecht et Bebel défendirent, dans le Parlement de la Fédération de
l'Allemagne du Nord, le programme démocratique socialiste jusque dans
ses extrêmes conséquences, ils furent hués et ridiculisés par les partis
adverses; s'en sont-ils jamais émus? Auerbach cite également une lettre
du Suisse Lang, de Zurich, dans laquelle ce dernier exprimait ses
appréhensions par rapport à l'attitude de Vollmar, «étant donné que les
chances pour l'apparition d'un parti possibiliste dans tous les pays
sont très grandes».

Et qu'est-ce que Bebel répondit à tout cela?

À l'accusation de l'existence d'une dictature dans le parti, il répondit
que tout ce que Wildberger citait à l'appui de cette affirmation datait
d'avant le Congrès de Halle, et même en partie du début de la loi
d'exception. Au reproche que la fraction réclamait ces réformes
mi-bourgeoises, il répondit seulement que, pendant les élections,
Wildberger, dans ses affiches, avait dit exactement les mêmes choses que
les autres candidats. C'est ainsi qu'il se débarrassa de la question en
incriminant la _forme_ des interpellations. La défense de Bebel est très
faible, cela saute aux yeux de tous ceux qui, attentivement, et sans
parti pris, relisent les discussions publiées dans le compte-rendu du
Congrès. Si Bebel et Liebknecht disent vrai quand ils prétendent qu'ils
préfèrent être du côté des ultra-révolutionnaires que du côté des
endormeurs, alors nous ne comprenons pas pourquoi la proposition d'agir
énergiquement et la franche et ouverte critique de l'attitude de la
fraction aient été accueillies avec tant de déplaisir. Point de fumée
sans feu. S'il y a une opposition, c'est qu'il existe une raison pour
cela, et, au lieu de la rechercher, l'on se démène comme un diable dans
un bénitier pour donner le change, pour faire croire qu'une opposition
quelconque n'a aucune raison d'être, et que celle-ci n'existe que pour
faire de l'obstruction quand même! La prétention de Liebknecht donne
pour preuve de l'efficacité de la direction le succès si
merveilleusement affirmé. Ceci crée un antécédent tellement dangereux,
que l'on ne peut pas trop énergiquement protester contre une pareille
conception. L'aventurier Napoléon III ne choisit-il pas pour devise: «Le
succès justifie tout?» En d'autres termes: l'adoration du succès est le
comble de l'impudence, chez Napoléon III comme chez Liebknecht.

Cependant les espérances de Liebknecht et celles de Bebel, concernant
les événements prochains, diffèrent de beaucoup entre elles. Lorsque
Liebknecht dit: «Nous formons tout au plus 20 p. c. de la population et
80 p. c. sont contre nous», il suppose évidemment qu'il faudra encore
beaucoup de temps aux démocrates-socialistes avant de former la
majorité. Vollmar ajoute: «Il serait ridicule de notre part d'exiger, et
comme démocrates nous n'en avons même pas le droit, que ces 80 p. c. se
soumettent à nous. Tout ce que nous pouvons faire, c'est attirer
graduellement à nous ces 80 p. c.». Ceux-ci veulent donc suivre la voie
légale et pacifique pour obtenir la majorité. Mais y aurait-il un
individu assez naïf, disons le mot, assez ignorant, pour croire que le
jour où nous aurions la majorité de notre côté, la bourgeoisie céderait
et abdiquerait ses prérogatives? La force se trouve entre les mains des
autorités établies et, comme le disait le philosophe Spinoza: «Chacun a
juste autant de droit qu'il a de pouvoir». Est-ce que Bismarck n'a pas
gouverné pendant un certain temps sans budget et sans majorité dans le
Parlement de l'Allemagne du Nord? Est-ce qu'en Danemark, pendant des
années, malgré une majorité parlementaire hostile au gouvernement, ce
dernier ne se maintint pas comme si de rien n'était? Par conséquent, les
gouvernants ne s'inquiètent guère d'avoir pour eux la majorité ou la
minorité. Ils disposent de la force brutale et ils ne se gêneront
nullement, le cas échéant, pour supprimer violemment les majorités
parlementaires et rester les maîtres. Les minorités ont toujours été,
dans l'histoire, une «force motrice» en quelque sorte, et si nous
devions attendre jusqu'à ce que nous soyons arrivés de 20 à 60 ou 80 p.
c., nous aurions le temps.

Bebel envisage les choses autrement. Il est vrai qu'il met en garde
contre les provocations et démontre que, dans ce temps de fusils à
répétition et de canons perfectionnés, une révolution, entreprise par
quelques centaines de mille individus, serait indubitablement écrasée.
Néanmoins, il dit avoir beaucoup d'espoir dans un avenir très proche. Il
s'exprime ainsi: «Je crois que nous n'avons qu'à nous féliciter de la
marche des choses. Ceux-là seuls qui ne sont pas à même d'envisager
l'ensemble des événements, pourront ne pas accueillir cette
appréciation. La société bourgeoise travaille avec tant d'acharnement à
sa propre destruction qu'il ne nous reste qu'à attendre tranquillement
pour nous emparer du pouvoir qu'il lui échappe. Dans toute l'Europe,
comme en Allemagne, les choses prennent une tournure dont nous n'avons
qu'à nous réjouir. Je dirai même que la réalisation complète de notre
but final est tellement proche qu'il y a peu de personnes dans cette
salle qui n'en verront pas l'avènement».

Bebel s'attend donc à un prompt changement de l'état des choses au
profit de nos idées, ce qui ne l'empêche pourtant nullement de parler de
«l'insanité d'une révolution commencée par quelques centaines de mille
individus». Comment concilier ces deux raisonnements?

En tout cas, il est beaucoup plus optimiste que Liebknecht et Vollmar,
et il caresse de telles illusions qu'il se dit à côté d'Engels--quant
aux prédictions de ce dernier qui fixe la date de la révolution en
1898--le seul «Jeune» dans le parti. Reste à savoir si cet optimisme ne
va pas trop loin lorsqu'on écrit, comme Engels: «Aux élections de 1895
nous pourrons au moins compter sur 2,500,000 voix; vers 1900 le nombre
de nos électeurs aura atteint 3,500,000 à 4,000,000, ce qui terminera ce
siècle d'une façon fort agréable aux bourgeois[2]». Quant à nous, nous
ne pouvons provisoirement partager ces espérances, qu'Engels nous
présente avec une confiance absolue, comme si la réalisation du
socialisme devait nous tomber du ciel, sans que nous ayons besoin de
nous déranger.

Dans leur imagination, nous voyons déjà Bebel ou Liebknecht chanceliers
de l'empire sous Guillaume II, avec un ministère composé de
démocrates-socialistes.

Les voilà au travail! Est-on assez naïf pour s'imaginer qu'il en
résultera quoi que ce soit?

Certes, si déjà actuellement l'opportunisme ne leur répugne pas, nous ne
serions pas du tout étonnés de les voir se perfectionner dans ce sens,
une fois arrivés au pouvoir. S'ils y parviennent, cela ne sera qu'au
détriment du socialisme, qui, en perdant tous ses côtés essentiels et
caractéristiques, ne ressemblera plus que fort peu à l'idéal que s'en
créent actuellement ses précurseurs. Une scission se produirait bien
vite parmi ces millions d'électeurs et un gâchis formidable en
résulterait. On a devant soi l'exemple du christianisme au début de
notre ère, avec l'empereur Constantin.

Pourquoi un empereur ne s'affublerait-il pas, dans un but politique,
d'un manteau rouge-sang afin de gagner, comme empereur socialiste, la
sympathie des masses? Il y aurait ainsi un socialisme officiel, tout
comme il y eut un christianisme officiel, et ceux qui resteraient
fidèles aux véritables principes socialistes seraient poursuivis comme
hérétiques.

Cela s'est vu. Et pourquoi ne pas profiter des enseignements de
l'histoire?

Il y a en chaque homme un peu de l'inquisiteur, et plus on est convaincu
de la justice de ses opinions, plus aussi on tend à suspecter et à
persécuter les autres. Jamais nous n'en vîmes un exemple plus frappant
que celui de Robespierre, dont personne ne mettra en doute la probité.
Et ne constatons-nous pas, déjà aujourd'hui, cette attitude
inquisitoriale et intolérante du parti socialiste officiel allemand
envers les «Jeunes»?

Cela provient moins des personnalités que de l'autorité qui leur est
accordée.

Une personne revêtue d'une autorité quelconque veut et doit l'exercer,
et de là à l'abus il n'y a qu'un pas. Voilà pourquoi nous constatons
toujours le même mal dont la forme a été changée sans que l'on ait
attaqué le fond et c'est pour cela que l'on ne doit accorder que le
moins d'autorité possible aux individus et que ceux-ci ne doivent pas en
réclamer.

S'il est vrai que, sauf l'éventualité d'une guerre, le parti
démocratique-socialiste en Allemagne est en mesure de «prédire avec une
certitude quasi mathématique l'époque où il arrivera au pouvoir», la
situation est vraiment merveilleuse; mais, sans être dépourvus d'un
certain optimisme, il nous est impossible de partager cette opinion. Et
c'est précisément le congrès d'Erfurt qui nous a donné la profonde
conviction que l'Allemagne ne reprendra pas pour son compte le rôle
libérateur traditionnel de la France. Nous sommes plutôt de l'avis de
Marx lorsque celui-ci dit que «la révolution éclatera au chant du coq
gaulois.»

Avec l'histoire de l'Allemagne devant les yeux, nous croyons pouvoir
affirmer que dans ce pays le sentiment révolutionnaire est fort peu
développé. Est-ce à la consommation d'énormes quantités de bière qu'il
faut attribuer ce manque presque absolu d'esprit révolutionnaire en
Allemagne? Ce qui est certain, c'est que le mot «discipline» est
beaucoup plus employé dans ce pays que le mot «liberté». Il en est ainsi
dans tous les partis, sans en excepter la démocratie socialiste. Nous ne
méconnaissons point le bon côté d'une certaine discipline, surtout dans
un parti d'agitation, mais si l'on tombe dans l'exagération, la
discipline devient forcément un obstacle à toute initiative et à toute
indépendance.

La direction d'un groupe, avec une telle discipline, aboutit fatalement
au despotisme, qui est moins l'oeuvre de quelques personnalités que la
conséquence de l'esprit de soumission passive chez la masse. Ce ne sont
pas les despotes qui rendent le peuple docile et soumis, mais l'absence
d'aspirations libertaires chez la masse qui rend les tyrans possibles.
Il en est ici comme pour les jésuites. À quoi bon les persécuter et les
chasser? Si une poignée d'hommes présente un tel danger pour une nation
entière, celle-ci se trouve vraiment dans une situation pitoyable. Ce ne
sont pas les jésuites qui créent les tartufes, mais un monde hypocrite
comme le nôtre est le champ le plus propice au développement du
jésuitisme.

La discipline exagérée qui règne chez les socialistes-démocrates
allemands s'explique très naturellement par la vie nationale du peuple
entier.

Tout, dans ce pays, est dressé militairement depuis la plus tendre
jeunesse et si, au Congrès de Bruxelles, on a envisagé quelle devait
être l'attitude du socialisme envers le militarisme, il eût été
peut-être utile de traiter également des effets du militarisme _dans_
le socialisme. Car ce phénomène existe en réalité. La Russie est
toujours représentée--avec justice--comme le pays du knout, mais
l'Allemagne peut être citée, non moins justement, comme le pays du
bâton. Cet instrument constitue en Allemagne l'élément éducateur par
excellence. Dans les familles, le bâton a sa place à côté des tableaux
suspendus au mur et généralement les parents s'en servent fort
généreusement envers leur progéniture. À l'école, le maître non
seulement l'emploie mais il a même le _droit_ de s'en servir. Ce qui
fait que les enfants, ayant quitté l'école et entrant à l'atelier ou à
la fabrique, ne sont nullement étonnés de retrouver là également leur
ancienne connaissance, et c'est dans l'armée que le bâton obtient son
plus grand triomphe.

Et l'influence du bâton, subie depuis la première jeunesse, ne se ferait
point sentir dans le développement du caractère et ne ferait pas naître
un esprit de soumission étouffant toute aspiration libertaire! À qui
voudrait-on le faire croire?

Il est tout naturel que ces hommes militairement dressés, en entrant
dans un parti se soumettent là également à une discipline rigoureuse,
telle qu'on la chercherait en vain dans un pays où une plus grande
liberté existe depuis des siècles et où l'on ne supporterait pas les
frasques de l'autorité avec la passivité qui paraît être de rigueur en
Allemagne.

Engels prétend que, si l'Allemagne continue en paix son développement
politico-économique, le triomphe légal de la démocratie socialiste peut
être escompté pour la fin de ce siècle, et Bebel croit également que la
plupart de nos contemporains verront la réalisation intégrale de nos
revendications. Mais une guerre quelconque peut complètement renverser
ces belles espérances.

Cette réflexion nous fait penser à l'attitude des chefs allemands lors
de la discussion sur le militarisme au Congrès de Bruxelles. Personne
n'ignore combien la haine de la Russie est innée chez Marx et chez
Engels, et comment elle a été transmise par eux au parti entier. Pendant
que nous nous imaginions naïvement que la légende de «l'ennemie
héréditaire» devait être définitivement enterrée, la Russie est
constamment présentée comme l'ennemie héréditaire de l'Allemagne. En
1876, Liebknecht publia une brochure si véhémente contre la Russie[3]
(non contre le _czarisme_ mais contre la _Russie_) qu'un autre
démocrate-socialiste se crut obligé d'en écrire une autre, intitulée:
_La démocratie socialiste doit-elle devenir turque?_ Actuellement encore
Bebel, Liebknecht, Engels, et la _Volkstribüne_ de Berlin réclament en
choeur, et recommandent même comme une nécessité, l'anéantissement de la
Russie. Comme les anciens Israélites se crurent appelés à détruire les
Cananéens, les chefs allemands croient de leur devoir de prendre une
attitude analogue envers la Russie.

On blâme généralement fort l'alliance franco-russe et, à notre avis, la
République française s'est déshonorée en se jetant dans les bras du
despote moscovite; mais à qui la faute? Est-ce que l'Allemagne, par sa
triple alliance, n'a pas provoqué ce pacte? La France se voit
horriblement spoliée par l'annexion de l'Alsace-Lorraine en 1871. Elle
ne pardonne cette spoliation pas plus qu'elle ne l'oublie. Elle espère
toujours reprendre ces deux provinces. Peut-on tellement lui en vouloir?
Elle conclurait une alliance avec le diable en personne si celui-ci
pouvait lui rendre le territoire perdu.

C'EST DONC L'ALLEMAGNE SEULE QUI EST LA CAUSE DE LA SITUATION ACTUELLE!

La triple alliance s'intitule la «gardienne de la paix,» mais elle n'est
en réalité qu'une constante provocation à la guerre. L'Allemagne se
sentant coupable s'est cherché des complices pour pouvoir garder le
butin volé et pour le défendre, le cas échéant. La conséquence en a été
que deux éléments, jadis antagonistes, se sont rapprochés. C'est
l'Allemagne qui, en dernière instance, est responsable de l'alliance
franco-russe.

Et quelle est l'attitude du parti démocratique-socialiste en Allemagne?

Il déclare par l'organe de plusieurs de ses mandataires qu'il reconnaît,
_comme de droit_, la situation actuelle (Auer, séance du Reichstag,
février 1891). C'est exactement la même chose que fait la société
capitaliste. Après avoir volé toutes leurs richesses, les classes
possédantes proclament, comme immuable, le droit à la propriété. Ils
disent aux spoliés: Celui qui portera désormais une main sacrilège sur
nos propriétés sera emprisonné; quant à nous, nous reconnaissons l'ordre
de choses établi. Les possédants agissent toujours de même en rendant
véridique le vieux dicton: _Beati possidentes_!

Les Allemands accusent les Français de chauvinisme, parce que ces
derniers réclament la rétrocession de l'Alsace-Lorraine. Mais n'a-t-on
pas le droit de taxer également de chauvinisme les Allemands qui veulent
garder ces deux provinces? Le parti socialiste allemand, en parlant de
cette manière et en attaquant constamment la Russie, a fait le jeu du
Gouvernement. Pour celui-ci, la grande question était en effet: «Comment
nous débarrasser de l'ennemi de l'intérieur, de la démocratie
socialiste?» C'était la crainte même du mouvement populaire qui
empêchait jusqu'ici les gouvernements de faire la guerre. Ils avaient
peur des conséquences éventuelles d'une pareille entreprise.

Aujourd'hui cette crainte a disparu, car le parti a lui-même rassuré le
Gouvernement.

Nous comprenons parfaitement que l'on ait pu dire, après toutes ces
excitations: «Les démocrates-socialistes allemands ne devront pas trop
s'étonner lorsque, dans une guerre contre la Russie, ils seront
organisés en corps d'élite pour servir de chair à canon de première
qualité. Ils en ont formulé le désir. On ne leur marchandera pas un
monument commémoratif, sous forme d'un gigantesque molosse en fer, par
exemple».

Que la Russie soit l'ennemie de toute liberté humaine, qui le niera?
Mais nous doutons fort que ce soit précisément l'Allemagne qui soit
appelée à remplir le rôle de défenseur de la liberté! La _liberté
allemande_ est encore, au temps qui court, un article qui n'inspire
guère confiance; à l'oreille de la plupart des mortels, ces deux mots,
ce substantif et cet adjectif, sonnent faux! Et si Bebel, dans sa haine
contre la Russie, va jusqu'à prêcher, comme une mission sacro-sainte à
remplir, l'anéantissement de la Russie barbare et officielle, sans même
faire allusion, ne fût-ce que d'un mot, au barbare couronné qui est à la
tête de l'Allemagne officielle et qui proclame très autocratiquement à
la face du monde entier que la «volonté du roi constitue la loi
suprême»--_suprema lex regis voluntas_,--il oublie complètement le
caractère international du socialisme. Il fait même un appel aux
démocrates-socialistes, et les invite «à combattre coude à coude avec
ceux qui aujourd'hui sont nos adversaires». On oublie donc la lutte des
classes, pour ne voir dans le bourgeois allemand--qui est pourtant le
plus mortel ennemi du prolétaire allemand,--qu'un précieux appui pour
entreprendre une guerre de nationalité et exterminer la Russie!

Il est donc bien établi que pour ces messieurs, dans l'éventualité d'une
guerre contre la Russie, bourgeois et prolétaire ne font plus qu'un et
que la lutte des classes est provisoirement mise de côté! Mais la guerre
contre la Russie, c'est, dans l'état des choses actuel, la guerre contre
la France, et Engels le reconnaît lui-même lorsqu'il écrit: «Au premier
coup de canon tiré sur la Vistule, les Français marcheront vers le
Rhin». Voilà précisément ce que nous craignons! Des travailleurs
socialistes français marcheront dans les rangs contre des travailleurs
socialistes allemands, enrégimentés, à leur tour, pour égorger leurs
frères français. Ceci devrait à tout pris être évité, et qu'on le trouve
mauvais ou non, qu'on nous traite d'anarchiste ou de tout ce que l'on
voudra, nous n'en dirons pas moins que tous ceux qui se placent sur le
même terrain que Bebel ont des idées chauvines et sont bien éloignés du
principe internationaliste qui caractérise le socialisme.

Est-ce que, par hasard, la Prusse serait autre chose qu'un royaume de
proie? N'a-t-elle pas participé au démembrement de la Pologne pour
s'emparer d'une partie du butin? (Que la Russie ait eu la part du lion,
cela ne change rien à la chose et cela fut ainsi uniquement parce que la
Prusse n'était pas assez forte pour l'avoir pour elle.) Et n'a-t-elle
pas également arraché l'Alsace-Lorraine à la France? Au lieu de faire
une Allemagne unitaire, où toutes les nuances diverses se confondraient,
on a prussifié l'empire germanique et non pas germanisé la Prusse. Et un
tel pays aurait la prétention de passer aux yeux de l'univers comme le
rempart de la liberté!!!

Certes, si la Russie était victorieuse, cela serait un désastre pour la
civilisation. Mais si la Prusse sortait triomphante de la lutte, cela
vaudrait-il beaucoup mieux? Est-ce que, dans ce pays, la
«militarisation» de l'administration n'imprime pas sur tout le monde son
cachet insupportablement autoritaire? C'est ce qui crève les yeux de
tous ceux qui visitent l'Allemagne. Engels dit bien qu'en cas de
victoire, «l'Allemagne ne trouvera nulle part des prétextes d'annexion».
Comme s'il n'y avait pas les Pays-Bas à l'ouest, le Danemark à l'est et
l'Autriche allemande au sud! Quand on veut annexer un pays quelconque on
trouve toujours un prétexte et on le crée au besoin. La Lorraine nous en
fournit l'exemple frappant. Lorsque toutes les autres raisons sont
épuisées, on soutient la «nécessité stratégique» comme _ultima ratio_.
Quant à nous, nous ne sommes nullement convaincus de l'avantage qui
résulterait d'une victoire allemande pour le mouvement socialiste. Nous
croyons, au contraire, qu'elle aurait comme conséquence immédiate de
consolider le principe monarchique au détriment du mouvement
révolutionnaire.

Engels nous présente la chose ainsi: «La paix assure au parti
démocrate-socialiste allemand la victoire dans _dix ans_. La guerre lui
apportera _ou_ la victoire dans deux ou trois ans, _ou_ la destruction
complète pour au moins quinze à vingt ans. Avec une telle perspective,
ce serait folie de la part des démocrates-socialistes allemands de
désirer la guerre qui mettrait tout en feu au lieu d'attendre le
triomphe certain par la paix. Il y a plus. Aucun socialiste, à quelle
nationalité qu'il appartienne, ne peut souhaiter la victoire, dans une
guerre éventuelle, ni du gouvernement allemand, ni de la république
bourgeoise française, ni surtout du czar, ce qui équivaudrait à
l'oppression de l'Europe entière. Et voilà pourquoi les socialistes de
tous les pays doivent être partisans de la paix. Si pourtant la guerre
éclate, il y a une chose qui est certaine: cette guerre, où quinze à
vingt millions d'hommes s'entr'égorgeront et dévasteront l'Europe comme
jamais elle ne le fut avant, engendrera la victoire immédiate du
socialisme, ou l'ancien ordre des choses sera tellement bouleversé qu'il
n'en restera que des ruines dont la vieille société capitaliste ne
pourra pas se relever, et la révolution sociale sera peut-être retardée
de dix à quinze ans mais pour triompher plus radicalement.»

Si l'analyse d'Engels était juste, un homme d'état énergique, croyant à
ces prédictions, ne manquerait certainement pas de provoquer aussitôt
que possible la guerre. En effet, si le triomphe du socialisme est
certain après une paix de dix ans, l'adversaire serait bien naïf
d'attendre sans coup férir cette échéance. Bien sot celui qui ne préfère
point une chance de réussite à la certitude de la défaite!

Quant à nous, nous croyons qu'Engels a perdu de vue que le peuple se
prête encore trop souvent aux machinations du premier aventurier venu.
On a encore eu, très récemment, l'exemple de l'aventure boulangiste en
France. Et il est de notoriété publique qu'une partie des
socialistes--voire même quelques chefs--se sont accrochés à l'habit de
ce monsieur. Est-on bien sûr qu'un habile aventurier quelconque ne
réussisse pas à faire avorter le mouvement démocratique-socialiste en
s'affublant de quelques oripeaux socialistes, alors que Bebel manifeste
déjà si peu de confiance, qu'il exprime sa crainte de voir «se laisser
séduire l'élite du parti»--et l'on peut certainement bien appeler ainsi
les délégués au Congrès d'Erfurt--en souvenir des belles phrases «et
même des beaux yeux d'un Vollmar.» Ce témoignage n'indique pas
précisément une grande dose d'indépendance chez les plus conscients, et
l'on se demande quelle résistance possède la masse.

La certitude du triomphe du socialisme par la paix est loin d'être
universellement partagée. Beaucoup de personnes attendent même avec
anxiété--depuis les derniers événements qui se sont produits dans les
rangs du parti socialiste-démocrate allemand--l'avénement de cette
espèce de socialisme qui, à présent, paraît tenir le haut du pavé en
Allemagne, justement parce que cette doctrine ne ressemble plus du tout
à l'idée que l'on s'en était formée.

Nous sommes d'avis que les choses prendraient une tout autre allure si
la guerre prochaine pouvait avoir comme conséquence la destruction du
militarisme. Supposons l'Allemagne battue, soit par la Russie seule,
soit par la France et la Russie réunies. Si alors l'autocrate allemand
(qui, à l'instar de Louis XIV, se proclame l'unique autorité du pays),
est culbuté par un mouvement populaire, et qu'ensuite le peuple, sachant
que la victoire définitive de la Russie équivaudrait au retour du
despotisme, se lève plein d'enthousiasme pour refouler l'invasion, ces
armées populaires seront certainement victorieuses comme l'ont été les
Français de 1793 contre les armées des tyrans coalisés.

Les Russes sont battus à plate couture. On fraternise avec les Français,
car la cause de l'animosité entre les deux peuples, l'annexion de
l'Alsace-Lorraine, disparaît aussitôt.

Et qui sait si le prolétariat français, dégoûté de la république de
bourgeois tripoteurs, ne mettra pas un terme à un régime capable de
détourner de lui le plus fougueux républicain.

Est-ce qu'une pareille solution ne serait pas préférable?

Mais, même en laissant de côté toute philosophie et toute prophétie,
nous n'avons pas, comme socialistes, à encourager l'esprit guerrier
contre qui que ce soit. Nous devons, au contraire, faire tout ce qui est
en notre pouvoir afin de rendre la guerre impossible. Si les
gouvernants, par crainte du socialisme, n'osent pas faire la guerre,
nous avons déjà beaucoup gagné, et si la paix armée, qui est encore pire
que la guerre parce qu'elle dure plus longtemps, pousse les puissances
militaires vers la banqueroute, nous n'avons qu'à nous en féliciter,
car, même de cette façon, le capitalisme devient son propre fossoyeur.

Si nous étions d'accord avec Bebel et Liebknecht, nous nous verrions
obligés d'approuver et de voter toutes les dépenses militaires, car en
refusant, nous empêcherions le gouvernement de se procurer les moyens
dont il croit avoir besoin pour mener à bonne fin la tâche qui, suivant
les socialistes-démocrates de cette espèce, lui incombe.

Une fois sur cette pente, on glisse de plus en plus rapidement. Au lieu
du hautain: _Pas un homme et pas un centime!_ il faudrait dire: Autant
d'hommes et autant d'argent que vous voudrez! Liebknecht a beau
protester contre cette conclusion, elle ne se dégage pas moins de ses
paroles et de ses actes.

La logique est inexorable et ne tolère pas la moindre infraction! Si
Liebknecht veut nous sauver du dangereux entraînement du chauvinisme, il
doit donner l'exemple et ne pas s'y abandonner lui-même, comme il l'a
indéniablement fait en compagnie de quelques autres.

Nous devons au contraire nous placer sur le même terrain que les maîtres
de la littérature allemande: d'un Lessing, qui a dit: «Je ne comprends
pas le patriotisme et ce sentiment me paraît tout au plus une faiblesse
héroïque que j'abandonne très volontiers»; d'un Schiller, lorsqu'il
écrit: «Physiquement, nous voulons être des citoyens de notre époque,
parce qu'il ne peut pas en être autrement; mais pour le reste, et
mentalement c'est le privilège et le devoir du philosophe comme du
poète, de n'appartenir à aucun peuple et à aucune époque en particulier,
mais d'être en réalité le contemporain de tous les temps».

Nous laissons à présent au lecteur le soin de juger si, après les débats
du Congrès d'Erfurt, la démocratie socialiste allemande a fait un pas en
avant ou en arrière. Pour éviter toute accusation de partialité, nous
avons cité scrupuleusement les paroles de ses chefs.

Notre impression est que, pour des raisons d'opportunité, la direction
du parti a préféré aller vers la droite (pour ne pas perdre l'appui de
Vollmar et les siens, dont le nombre était plus considérable qu'on ne
l'avait pensé à gauche), et qu'elle a sacrifié l'opposition dans un but
de salut personnel.

Robespierre a agi de la même façon. Il a anéanti d'abord
l'extrême-gauche, les hébertistes, avec l'appui de Danton et de
Desmoulins, pour détruire ensuite la droite, représentée entre autres
par ces deux derniers, et pour sortir seul victorieux de la lutte.

Mais lorsque la réaction leva la tête, il s'aperçut qu'il avait lui-même
tué ses protecteurs naturels et qu'il avait creusé son propre tombeau.

NOTES:

[1] Ces cinq points sont: 1° législation ouvrière; 2° droit de réunion;
3° neutralité des autorités dans les conflits entre patrons et ouvriers;
4° interdiction des kartel-ls et trusts; 5° suppression des impôts sur
les denrées alimentaires.

[2] _Neue Zeit_, livraison 19, 10e année.

[3] _Zur Orientalischen Frage oder: Soll Europa Kosackisch werden?_



II

LE SOCIALISME EN DANGER?


Le socialisme international traverse, en ce moment, une crise profonde.
Dans tous les pays se révèle la même divergence de conception; dans tous
les pays deux courants se manifestent: on pourrait les intituler
parlementaire et antiparlementaire, ou parlementaire et révolutionnaire,
ou encore autoritaire et libertaire.

Cette divergence d'idées fut un des points principaux discutés au
Congrès de Zurich en 1893 et, quoique l'on ait adopté finalement une
résolution ayant toutes les caractéristiques d'un compromis, la question
est restée à l'ordre du jour.

Ce fut le Comité central révolutionnaire de Paris qui la présenta comme
suit:

«Le Congrès décide:

«L'action incessante pour la conquête du pouvoir politique par le parti
socialiste et la classe ouvrière est le premier des devoirs, car c'est
seulement lorsqu'elle sera maîtresse du pouvoir politique que la classe
ouvrière, anéantissant privilèges et classes, expropriant la classe
gouvernante et possédante, pourra s'emparer entièrement de ce pouvoir et
fonder le régime d'égalité et de solidarité de la République sociale.»

On doit reconnaître que ce n'était pas habile. En effet, il est naïf de
croire que l'on puisse se servir du pouvoir politique pour anéantir
classes et privilèges, pour exproprier la classe possédante. Donc, nous
devons travailler jusqu'à ce que nous ayons obtenu la majorité au
Parlement et alors, calmes et sereins, nous procéderons, par décret du
Parlement, à l'expropriation de la classe possédante. _O sancta
simplicitas!_ Comme si la classe possédante, disposant de tous les
moyens de force, le permettrait jamais.

Une proposition de même tendance, mais formulée plus adroitement, fut
soumise à la discussion par le parti social-démocrate allemand. On y
disait que «la lutte contre la domination de classes et l'exploitation
doit être POLITIQUE et avoir pour but LA CONQUÊTE DE LA PUISSANCE
POLITIQUE.»

Le but est donc la possession du pouvoir politique, ce qui est en
parfaite concordance avec les paroles de Bebel à la réunion du parti à
Erfurt:

«En premier lieu nous avons à conquérir et utiliser le pouvoir
politique, afin d'arriver «également» au pouvoir économique par
l'expropriation de la société bourgeoise. Une fois le pouvoir politique
dans nos mains, le reste suivra de soi.»

Certes, Marx a dû se retourner dans son tombeau quand il a entendu
défendre pareilles hérésies par des disciples qui ne jurent que par son
nom. Il en est de Marx comme du Christ: on le vénère pour avoir la
liberté de jeter ses principes par dessus bord. Le mot «également» vaut
son pesant d'or. C'est comme si l'on voulait dire que, sous forme
d'appendice, le pouvoir économique sera acquis également. Est-il
possible de se figurer la toute-puissance politique à côté de
l'impuissance économique? Jusqu'ici nous enseignâmes tous, sous
l'influence de Marx et d'Engels, que c'est le pouvoir économique qui
détermine le pouvoir politique et que les moyens de pouvoir politique
d'une classe n'étaient que l'ombre des moyens économiques. La dépendance
économique est la base du servage sous toutes ses formes. Et maintenant
on vient nous dire que le pouvoir politique doit être conquis et que le
reste se fera «de soi». Alors que c'est précisément l'inverse qui est
vrai.

Oui, on alla même si loin qu'il fut déclaré:

«C'est ainsi que seul celui qui prendra une part active à cette lutte
politique de classes et se servira de tous les moyens politiques de
combat qui sont à la disposition de la classe ouvrière, sera reconnu
comme un membre actif de la démocratie socialiste internationale
révolutionnaire.»

On connaît l'expression classique en honneur en Allemagne pour
l'exclusion des membres du parti: _hinausfliegen_ (mettre à la porte).
Lors de la réunion du parti à Erfurt, Bebel répéta ce qu'il avait écrit
précédemment (voir _Protokoll_, p. 67):

«On doit en finir enfin avec cette continuelle _Norglerei_[4] et ces
brandons de discorde qui font croire au dehors que le parti est divisé;
je ferai en sorte dans le cours de nos réunions que toute équivoque
disparaisse entre le parti et l'opposition et que, si l'opposition ne se
rallie pas à l'attitude et à la tactique du parti, elle ait l'occasion
de fonder un parti séparé.»

N'est-ce pas comme l'empereur Guillaume, parlant des _Norgler_ et
disant: Si cela ne leur plaît pas, ils n'ont qu'à quitter
l'Allemagne?--Moi, Guillaume, je ne souffre pas de _Norglerei_, dit
l'empereur.--Moi, Bebel, je ne souffre pas de _Norglerei_ dans le parti,
dit le dictateur socialiste.

Touchante analogie!

On voulait appliquer internationalement cette méthode nationale; de là
cette proposition. Ceci accepté et Marx vivant encore, il aurait dû
également «être mis à la porte» si l'on avait osé s'en prendre à lui. La
chasse aux hérétiques aurait commencé, et dorénavant la condition
d'acceptation eût été l'affirmation d'une profession de foi, dans
laquelle chacun aurait dû déclarer solennellement sa croyance à l'unique
puissance béatifique: celle du pouvoir politique.

Opposée à ces propositions, se trouva celle du Parti social-démocrate
hollandais, d'après laquelle «la lutte de classes ne peut être abolie
par l'action parlementaire».

Que cette thèse n'était pas dépourvue d'intérêt, cela a été prouvé par
Owen, un des collaborateurs du journal socialiste anglais _Justice_,
lorsqu'il écrivit dans ce journal que les principes affirmés par les
Hollandais sont incontestablement les plus importants «parce qu'ils
indiquent une direction que, j'en suis convaincu, le mouvement
socialiste du monde entier sera forcé de suivre à bref délai.»

On connaît le sort qui fut réservé à ces motions. Celle de la Hollande
fut rejetée, mais ne restera pas sans influence, car les Allemands ont
abandonné les points saillants de leur projet; finalement, un compromis
fut conclu d'une manière toute parlementaire, auquel collaborèrent
toutes les nationalités. Nous sommes fiers que seule la Hollande n'ait
pris aucune part à ce tripatouillage, préférant chercher sa force dans
l'isolement et ne rien dire dans cette avalanche de phrases.

Cependant, il est tout à fait incompréhensible que l'Allemagne ait pu se
rallier à une résolution dont le premier considérant est complètement
l'inverse de la proposition allemande. On en jugera en comparant les
deux textes:

_Proposition allemande_.      _Proposition votée._

La lutte contre la domination      Considérant que l'action
de classes et l'exploitation       politique n'est qu'un moyen
doit être POLITIQUE et avoir       pour arriver à
pour but la CONQUÊTE DE LA         l'affranchissement économique
PUISSANCE POLITIQUE.               du prolétariat,

                                   Le Congrès déclare, en se
                                   basant sur les résolutions du
                                   Congrès de Bruxelles
                                   concernant la lutte des
                                   classes:

                                   1° Que l'organisation
                                   nationale et internationale
                                   des ouvriers de tous pays en
                                   associations de métiers et
                                   autres organisations pour
                                   combattre l'exploitation, est
                                   d'une nécessité absolue;

                                   2° Que l'action politique est
                                   nécessaire, aussi bien dans un
                                   but d'agitation et de
                                   discussion ressortant des
                                   principes du socialisme que
                                   dans le but d'obtenir des
                                   réformes urgentes. À cette
                                   fin, il ordonne aux ouvriers
                                   de tous pays de lutter pour la
                                   conquête et l'exercice des
                                   droits politiques qui se
                                   présentent comme nécessaires
                                   pour faire valoir avec le plus
                                   d'accent et de force possibles
                                   les prétentions des ouvriers
                                   dans les corps législatifs et
                                   gouvernants; de s'emparer des
                                   moyens de pouvoir politique,
                                   moyens de domination du
                                   capital, et de les changer en
                                   moyens utiles à la délivrance
                                   du prolétariat;

                                   3° Le choix des formes et
                                   espèces de la lutte économique
                                   et politique doit, en raison des
                                   situations particulières de chaque
                                   pays, être laissé aux diverses
                                   nationalités.

                                   Néanmoins, le Congrès déclare
                                   qu'il est nécessaire que,
                                   dans cette lutte, le but révolutionnaire
                                   du mouvement socialiste
                                   soit mis à l'avant-plan,
                                   ainsi que le bouleversement
                                   complet, sous le rapport économique,
                                   politique et moral,
                                   de la société actuelle. L'action
                                   politique ne peut servir en aucun
                                   cas de prétexte à des compromis
                                   et unions sur des bases
                                   nuisibles à nos principes et à
                                   notre homogénéité.


Il est vrai que cette résolution, issue elle-même d'un compromis, ne
brille pas, dans son ensemble, par une suite d'idées logique. Le premier
considérant était une duperie, car il cadre avec nos idées. Plus loin
quelques concessions sont faites à celles des autres, là où il est dit
clairement que la conquête et l'exercice des droits politiques sont
recommandés aux ouvriers, et enfin, pour contenter les deux fractions
des socialistes, de manière que chacune puisse donner son approbation,
on parle aussi bien d'un but d'agitation que du moyen d'obtenir des
réformes urgentes.

En fait, on n'a rien conclu par cette résolution; on avait peur
d'effaroucher l'une ou l'autre fraction, et l'on voulait _pouvoir
montrer à tout prix une apparence d'union; cela_ était le but du Congrès
et _cela_ n'a pas réussi.

Beaucoup d'Allemands n'auraient pas dû, non plus, approuver la dernière
partie de la proposition, car on s'y déclare sans ambages pour le
principe de la législation directe par le peuple, pour le droit de
proposer et d'accepter (initiative et référendum), ainsi que pour le
système de la représentation proportionnelle.

Ce qui se trouve de nouveau en complète opposition avec les idées du
spirituel conseiller Karl Kautsky, qui écrivait:

«Les partisans de la législation directe chassent le diable par
Belzébub, car accorder au peuple le droit de voter sur les projets de
loi n'est autre chose que le transfert de la corruption, du parlement au
peuple.»

Voici sa conclusion:

«En effet, en Europe, à l'est du Rhin, la bourgeoisie est devenue
tellement affaiblie et lâche, qu'il semble que le gouvernement des
bureaucrates et du sabre ne pourra être anéanti que lorsque le
prolétariat sera capable de conquérir la puissance politique; comme si
la chute de l'absolutisme militaire conduisait directement à
l'acceptation du pouvoir politique par le prolétariat. Ce qui est
certain, c'est qu'en Allemagne comme en Autriche, et dans la plupart des
pays d'Europe, ces conditions, nécessaires à la marche régulière de la
législation ouvrière, et, avant tout, les institutions démocratiques
nécessaires au triomphe du prolétariat, ne deviendront pas une réalité.
Aux États-Unis, en Angleterre et aux colonies anglaises, dans certaines
circonstances en France également, la législation par le peuple pourra
arriver à un certain développement; pour nous, Européens de l'Est, elle
appartient a l'inventaire de l'État de l'avenir[5].»

Est-ce que des gens pratiques comme les Allemands qui tâchent toujours
de marcher avec l'actualité, vont se passionner maintenant pour
«l'inventaire de l'État de l'avenir» et devenir des fanatiques et des
rêveurs?

On est donc allé bien plus loin qu'on ne l'aurait voulu.

Quoique notre proposition ait été rejetée, nous avons la satisfaction
d'être les initiateurs qui ont fait jouer, aux partisans du courant
réactionnaire un rôle bien plus révolutionnaire qu'ils ne le voulaient.
1° Ils ont reconnu que l'action politique _n'est qu'un moyen_ pour
obtenir la liberté économique du prolétariat; 2° ils ont accepté la
législation directe par le peuple. Ils se sont donc écartés totalement
du point de départ primitif de leur proposition, pour se rapprocher de
la nôtre. Et quand Liebknecht dit: «Ce qui nous sépare, ce n'est pas une
différence de principes, c'est la phrase révolutionnaire et nous devons
nous affranchir de la phrase», nous sommes, en ce qui concerne ces
derniers mots, complètement d'accord avec lui, mais nous demandons qui
fait le plus de phrases: lui et les siens qui se perdent dans des
redondances insignifiantes, ou nous, qui cherchons à nous exprimer d'une
manière simple et correcte?

Il paraît toutefois que le succès, le succès momentané doit permettre de
donner le coup de collier; du moins en 1891, lors de la réunion du parti
à Erfurt, Liebknecht s'exprima comme suit[6]:

«Nos armes étaient les meilleures. Finalement, la force brutale doit
reculer devant les facteurs moraux, devant la logique des faits.
Bismarck, écrasé, gît à terre, et le parti social-démocratique est le
plus fort des partis en Allemagne. N'est-ce pas une preuve péremptoire
de la justesse de notre tactique actuelle? Or, qu'est-ce que les
anarchistes ont réalisé en Hollande, en France, en Italie, en Espagne,
en Belgique? Rien, absolument rien! Ils ont gâté ce qu'ils ont
entrepris et fait partout du tort au mouvement. Et les ouvriers
européens se sont détournés d'eux.»

On pourrait contester beaucoup dans ces phrases. Faisons remarquer
d'abord l'habitude de Liebknecht d'appeler anarchiste tout socialiste
qui n'est pas d'accord avec lui; anarchiste, dans sa bouche, a le sens
de mouchard. C'est une tactique vile contre laquelle on doit protester
sérieusement. Et si nous retournions la question en demandant ce que
l'Allemagne a obtenu de plus que les pays précités, on ne saurait nous
répondre. Liebknecht le sait pertinemment. Un instant avant de prononcer
les phrases mentionnées plus haut, il avait dit[7]:

«Le fait que jusqu'ici nous n'avons rien réalisé par le Parlement n'est
pas imputable au parlementarisme, mais à ce que nous ne possédons pas
encore la force nécessaire parmi le peuple, à la campagne.»

En quoi consiste alors la suprématie de la méthode allemande? D'après
Liebknecht, les Allemands n'ont rien fait, et les socialistes dans les
pays précités non plus. Or, 0=0. Où se trouve maintenant le résultat
splendide? Et quel tableau Liebknecht ne trace-t-il pas de cette
démocratie sociale qui n'a absolument rien fait?

Remarquez comment la loi du succès est sanctionnée de la manière la plus
brutale. Nous avons raison, _car_ nous eûmes du succès. Ce fut le
raisonnement de Napoléon III et de tous les tyrans. Et un tel
raisonnement doit servir d'argument à la tactique allemande!

Ce succès, dont on se vante tant est, d'ailleurs, très contestable.
Qu'est-ce que le parti allemand? Une grande armée de mécontents et non
de social-démocrates.

Bebel ne disait-il pas à Halle, en 1890[8]:

«Si la diminution des heures de travail, la suppression du travail des
enfants, du travail du dimanche et du travail de nuit sont des
accessoires, alors les neuf dixièmes de notre agitation deviennent
superflus.»

Chacun sait maintenant que ces revendications n'ont rien de
spécifiquement socialiste; non, tout radical peut s'y associer. Bebel
reconnaît que les neuf dixièmes de l'agitation se font en faveur de
revendications non essentiellement socialistes; or, si le parti obtient
un aussi grand nombre de voix aux élections, c'est grâce à l'agitation
pour ces revendications pratiques, auxquelles peuvent s'associer les
radicaux. Conséquemment, les neuf dixièmes des éléments qui composent le
parti ne revendiquent que des réformes pareilles et le dixième restant
se compose de social-démocrates. Quelle proposition essentiellement
socialiste a été faite au Parlement par les députés socialistes? Il n'y
en a pas eu. Bebel dit à Erfurt[9]:

«Le point capital pour l'activité parlementaire est le développement des
masses par rapport à nos antagonistes, et non la question de savoir si
une réforme est obtenue immédiatement ou non. Toujours nous avons
considéré nos propositions à ce point de vue.»

C'est inexact. Si cela était, il n'y aurait aucune raison pour ne pas
renseigner les masses sur le but final de la démocratie sociale.
Pourquoi alors proposer la journée de dix heures de travail pour 1890,
de neuf heures pour 1894 et de huit heures pour 1898, quand à Paris il
avait été décidé de travailler d'un commun accord pour obtenir la
journée de huit heures?

Non, la tactique réglementaire ne cadre pas avec un mouvement
prolétarien, mais avec un mouvement petit-bourgeois et les choses en
sont arrivées à un tel point que Liebknecht ne sait plus se figurer une
autre forme de combat. Voici ce qu'il disait à Halle[10]:

«N'est-ce pas un moyen de combat anarchiste que de considérer comme
inadmissible toute agitation légale? Que reste-t-il encore?»

Ainsi, pour lui, plus d'autre agitation que l'agitation légale. Dans
tout cela apparaît la peur de perdre des voix. Ce qui ressort
incontestablement du rapport du comité général du parti au congrès
d'Erfurt[11]:

«Le comité du parti et les mandataires au Parlement n'ont pas donné
suite au désir exprimé par l'opposition que les députés au lieu de se
rendre au Parlement, aillent faire la propagande dans la campagne. Cette
non-exécution des devoirs parlementaires n'aurait été accueillie
favorablement que par nos ennemis politiques; d'abord, parce qu'ils
auraient été délivrés d'un contrôle gênant au Parlement et ensuite parce
que cette attitude de nos députés leur aurait servi de prétexte de blâme
à notre parti auprès de la masse des électeurs indifférents. Conquérir
cette masse à nos idées est une des exigences de l'agitation. En outre,
il est avéré que les annales parlementaires sont lues également dans les
milieux qui sont indifférents ou n'ont pas l'occasion d'assister aux
réunions social-démocratiques. Le but d'agitation que poursuivent les
antagonistes de l'action parlementaire que l'on trouve dans nos rangs,
sera atteint dans toute son acception par une représentation active et
énergique des intérêts du peuple travailleur au Parlement et sans
fournir à nos ennemis le prétexte gratuit d'accusation de manquer à nos
devoirs.»

À ce sujet, M. le Dr Muller fait observer avec beaucoup de justesse dans
sa très intéressante brochure[12]:

«On reconnaît donc que la peur d'être accusé, par les masses électorales
indifférentes, de négliger leurs devoirs parlementaires et de risquer
ainsi de ne pas être réélus, constitue une des raisons invitant les
délégués à se rendre au Parlement et à y travailler pratiquement.
Évidemment. Quand on a fait accroire aux électeurs que le parlement
pouvait apporter des améliorations, il est clair que les
social-démocrates doivent s'y rendre. Mais que la classe ouvrière puisse
obtenir du Parlement des améliorations valant la peine d'être notées,
les chefs eux-mêmes n'en croient rien et ils l'ont dit assez souvent. Et
on se permet d'appeler «agitation» et «développement de la masse» cette
duperie, cette fourberie envers les travailleurs. Nous prétendons que
cette espèce d'agitation et de développement fait du tort et vicie le
mouvement au lieu de lui être utile. Si l'on prône continuellement le
Parlement comme une _revalenta_, comment veut-on faire surgir alors des
«masses indifférentes» les social-démocrates qui sont bien les ennemis
mortels du parlementarisme et ne voient dans les réformes sociales
parlementaires qu'un grand _humbug_ des classes dirigeantes pour duper
le prolétariat? De cette manière la social-démocratie ne gagne pas les
masses, mais les masses petit-bourgeoises gagnent, c'est-à-dire
corrompent et anéantissent, la social-démocratie et ses principes.»

Personne ne l'a senti et exprimé plus clairement que Liebknecht
lui-même, mais, à ce moment-là, c'était le Liebknecht révolutionnaire de
1869 et non pas le Liebknecht «parlementarisé» de 1894. Dans
son intéressante conférence sur l'attitude politique de la
social-démocratie, spécialement par rapport au Parlement, il s'exprima
comme suit:

«Nous trouvons un exemple instructif et avertisseur dans le parti
progressiste. Lors du soi-disant conflit au sujet de la Constitution
prussienne, les beaux et vigoureux discours ne manquèrent pas. Avec
quelle énergie on protesta contre la réorganisation _en paroles!_ Avec
quelle «opinion solide» et quel «talent» on prit la défense des droits
du peuple ... _en paroles!_ Mais le gouvernement ne s'inquiéta guère de
toutes ces réflexions juridiques. Il laissa le droit au parti
progressiste, garda la force et s'en servit. Et le parti progressiste?
Au lieu d'abandonner la lutte parlementaire, devenue, en ces
circonstances, une sottise nuisible, au lieu de quitter la tribune, de
forcer le gouvernement au pur absolutisme et de faire un appel au
peuple,... il continua sereinement, flatté par ses propres phrases, à
lancer dans le vide des protestations et des réflexions juridiques et à
prendre des résolutions que tout le monde savait sans effet. Ainsi la
Chambre des députés, au lieu d'être un champ clos politique, devint un
théâtre de comédie: Le peuple entendait toujours les mêmes discours,
voyait toujours le même manque de résultats et il se détourna, d'abord
avec indifférence, plus tard avec dégoût. Les événements de l'année 1866
devenaient possibles. Les «beaux et vigoureux» discours de l'opposition
du parti progressiste prussien ont jeté les bases de la politique «du
sang et du fer»: _ce furent les oraisons funèbres du parti progressiste
même_. Au sens littéral du mot, le parti progressiste s'est tué à force
de discourir.

Eh bien! comme fit un jour le parti progressiste, ainsi fait aujourd'hui
le parti social-démocratique. Combien piètre a été l'influence de
Liebknecht sur un parti qui, malgré l'exemple avertisseur bien choisi
cité par lui-même, a suivi la même voie! Et au lieu de montrer le
chemin, il s'est laissé entraîner dans le «gouffre» du parlementarisme,
pour y sombrer complètement.

Que restait-il du Liebknecht révolutionnaire qui disait si justement que
«le socialisme n'est plus une question de théorie mais une question
brûlante qui doit être résolue, non au Parlement, mais dans la rue, sur
le champ de bataille, comme toute autre question brûlante»?

Toutes les idées émises dans sa brochure mériteraient d'être répandues
universellement, afin que chacun puisse apprécier la différence énorme
qu'il y a entre le vaillant représentant prolétarien de jadis et
l'avocat petit-bourgeois d'aujourd'hui.

Après avoir dit que «avec le suffrage universel, voter ou ne pas voter
n'est qu'une question d'_utilité_, non de principes», il conclut:

«NOS DISCOURS NE PEUVENT AVOIR AUCUNE INFLUENCE DIRECTE SUR LA
LÉGISLATION;

«NOUS NE CONVERTIRONS PAS LE PARLEMENT PAR DES PAROLES;

«PAR NOS DISCOURS NOUS NE POUVONS JETER DANS LA MASSE DES VÉRITÉS QU'IL
NE SOIT POSSIBLE DE MIEUX DIVULGUER D'UNE AUTRE MANIÈRE.

«Quelle utilité pratique offrent alors les discours au Parlement?
Aucune. Et parler sans but constitue la satisfaction des imbéciles. Pas
un seul avantage. Et voici, de l'autre côté, les désavantages:

«SACRIFICE DES PRINCIPES; ABAISSEMENT DE LA LUTTE POLITIQUE SÉRIEUSE À
UNE ESCARMOUCHE PARLEMENTAIRE; FAIRE ACCROIRE AU PEUPLE QUE LE
PARLEMENT BISMARCKIEN EST APPELÉ À RÉSOUDRE LA QUESTION SOCIALE.»

Et pour des raisons pratiques, nous devrions nous occuper du Parlement?

SEULE LA TRAHISON OU L'AVEUGLEMENT POURRAIT NOUS Y CONTRAINDRE.»

On ne saurait s'exprimer plus énergiquement ni d'une façon plus juste.
Quelle singulière inconséquence! D'après ses prémisses et après avoir
fait un bilan qui se clôturait au désavantage de la participation aux
travaux parlementaires, il aurait dû conclure inévitablement à la
non-participation; pourtant il dit: «Pour éviter que le mouvement
socialiste ne soutienne le césarisme, il faut que le socialisme entre
dans la lutte politique.» Comprenne qui pourra comment un homme si
logique peut s'abîmer ainsi dans les contradictions!

Mais ils sont eux-mêmes dans l'embarras. Apparemment le parlementarisme
est l'appât qui doit attirer les... ...et pourtant ils donnent à
entendre qu'il a son utilité.

De là cette indécision sur les deux principes.

Ainsi, à la réunion du parti à Erfurt, Bebel disait[13]:

«La social-démocratie se trouve envers tous les partis précédents, pour
autant qu'ils obtinrent la suprématie, dans une tout autre position.
Elle aspire à remplacer la manière de produire capitaliste par la
manière socialiste et est forcée conséquemment de prendre un tout autre
chemin que tous les partis précédents, pour obtenir la suprématie.»

Voilà pourquoi l'on conseille de prendre la route parlementaire, suivie
déjà par tous les autres partis, en la faisant passer peut-être par un
tout autre chemin.

Singer le comprit également lorsqu'il disait à Erfurt[14]:

«En supposant même qu'il soit possible d'obtenir quelque chose de sensé
par l'action parlementaire, cette action conduirait à l'affaiblissement
du parti, parce qu'elle n'est possible qu'avec la coopération d'autres
partis.»

Isolément, les députés social-démocratiques ne peuvent rien faire, et
«un parti révolutionnaire doit être préservé de toute espèce de
politique qui n'est possible qu'avec l'assistance d'autres partis.»
Qu'ont-ils donc à faire dans un Parlement pareil?

Le _Züricher Socialdemokrat_ écrivait en 1883:

«En général, le parlementarisme ne possède en soi rien qui puisse être
considéré sympathiquement par un démocrate, et surtout par un démocrate
conséquent, c'est-à-dire un social-démocrate. Au contraire, pour lui il
est antidémocratique parce qu'il signifie le gouvernement d'une classe:
de la bourgeoisie notamment.»

Et plus tard on affirme que «la lutte contre le parlementarisme n'est
pas révolutionnaire, mais réactionnaire».

C'est-à-dire tout à fait l'inverse.

Le danger d'affaiblissement était apparent et si le gouvernement n'avait
eu la gentillesse de troubler cet état de choses par la loi contre les
socialistes,--s'il y avait eu un véritable homme d'État à la tête, il
n'aurait pas poursuivi, mais laissé faire la social-démocratie,--qui
sait où nous en serions maintenant? Avec beaucoup de justesse, le
journal pré-mentionné écrivait en 1881:

«La loi contre les socialistes a fait du bien à notre parti. Il risquait
de s'affaiblir; le mouvement social-démocratique était devenu trop
facile, trop à la mode; il donnait à la fin trop d'occasions de
remporter des triomphes aisés et de flatter la vanité personnelle. Pour
empêcher l'embourgeoisement--théorique aussi bien que pratique--du
parti, il fallait qu'il fût exposé à de rudes épreuves.» Bernstein
également disait, dans le _Jahrbuch für Sozialwissenschaft_: «Dans les
dernières années de son existence (avant 1878), le parti avait dévié
considérablement de la ligne droite et d'une telle manière qu'il était à
peine encore question d'une propagande semblable à celle de 1860-1870 et
des premières années qui suivirent 1870.» Un petit journal
social-démocratique, le _Berner Arbeiterzeitung_, rédigé par un
socialiste éclairé, A. Steck, écrivait encore: «Il n'y en avait qu'un
petit nombre qui croyaient que logiquement tout le parti devait dévier,
par l'union de la tendance énergique et consciente «d'Eisenach» avec
celle des plats Lassalliens. Le mot d'ordre des Lassalliens: «Par le
suffrage libre à la victoire», raillé par les «Eisenachers» avant
l'union, constitue maintenant en fait--quoi qu'on en dise--le principe
essentiel du parti social-démocratique en Allemagne.»

Il en fut de même que chez les chrétiens où d'abord les tendances
étaient en forte opposition. Ne lisons-nous pas que les cris de guerre
étaient: «Je suis de Kefas,» «Je suis de Paul,» «Je suis d'Apollo.»
Enfin les coins s'arrondirent, l'on se rapprocha, l'on obtint une
moyenne des deux doctrines et finalement un jour de fête fut institué en
l'honneur de Pierre et Paul. Les partis s'étaient réconciliés, mais le
principe était sacrifié.

Remarquablement grande est l'analogie entre le christianisme à son
origine et la social-démocratie moderne! Tous deux trouvèrent leurs
adeptes parmi les déshérités, les souffre-douleur de la société. Tous
deux furent exposés aux persécutions, aux souffrances, et grandirent en
dépit de l'oppression.

Après le pénible enfantement du christianisme, un empereur arriva, un
des plus libertins qui aient gravi les marches du trône,--et ce n'est
pas peu dire, car le libertinage occupa toujours le trône,--qui, dans
l'intérêt de sa politique, se fit chrétien. Immédiatement on changea, on
tritura le christianisme et on lui donna une forme convenable. Les
chrétiens obtinrent les meilleures places dans l'État et finalement les
vrais et sincères chrétiens, tels que les ébionites et d'autres, furent
exclus, comme hérétiques, de la communauté chrétienne.

De nos jours également nous voyons comment les plus forts se préparent à
s'emparer du socialisme. On présente la doctrine sous toutes sortes de
formes et peut-être, selon l'occasion, le soi-disant socialisme
triomphera mais de nouveau les vrais socialistes seront excommuniés et
exclus, comme hostiles aux projets des social-démocrates appelés au
gouvernement.

Le triomphe de la social-démocratie sera alors la défaite du socialisme,
comme la victoire de l'église chrétienne constitua la chute du principe
chrétien. Déjà les congrès internationaux ressemblent à des conciles
_économiques_, où le parti triomphant expulse ceux qui pensent
autrement.

Déjà, la censure est appliquée à tout écrit socialiste: après seulement
que Bernstein, à Londres, l'a examiné et qu'Engels y a apposé le sceau
de «doctrine pure», l'écrit est accepté et l'on s'occupe de le
vulgariser parmi les co-religionnaires.

Le cadre dans lequel on mettra la social-démocratie est déjà prêt: alors
ce sera complet. Y peut-on quelque chose? Qui le dira? En tout cas, nous
avons donné l'alarme et nous verrons vers quelle tendance le socialisme
se développera.

On peut aller loin encore. Un jour Caprivi appela Bebel assez
plaisamment «_Regierungskommissarius_» et quoique Bebel ait répondu:
«Nous n'avons pas parlé comme commissaire du gouvernement, mais le
gouvernement a parlé dans le sens de la social-démocratie», cela prouve
de part et d'autre un rapprochement significatif.

Rien d'étonnant que le mot hardi «Pas un homme ni un groschen au
gouvernement actuel» soit perdu de vue, car Bebel a déjà promis son
appui au gouvernement lorsque, à propos de la poudre sans fumée,
celui-ci voulut conclure un emprunt pour des uniformes noirs. Quand on
donne au militarisme une phalange, il prend le doigt, la main, le bras,
le corps entier. Aujourd'hui l'on vote les crédits pour des uniformes
noirs, demain pour des canons perfectionnés, après-demain pour
l'augmentation de l'effectif de l'armée, etc., toujours sur les mêmes
bases.

Oui, l'affaiblissement des principes prit une telle extension à mesure
qu'un plus grand nombre de voix s'obtenait aux élections, que la
bourgeoisie trouva parfaitement inutile de laisser en vigueur la loi
contre les socialistes. On ne sera pas assez naïf pour supposer qu'elle
abolit la loi par esprit de justice! Le non-danger de la
social-démocratie permit cette abolition... Et les événements qui
suivirent ne prouvèrent-ils pas que le gouvernement avait vu juste?
L'affaiblissement du parti n'a-t-il pas depuis lors marché à pas de
géant?

Liebknecht écrivait en 1874 (_Ueber die politische Stellung_):

«Toute tentative d'action au Parlement, de collaboration à la
législation, suppose nécessairement un abandon de notre principe, nous
conduit sur la pente du compromis et du «parlementage», enfin dans le
marécage infect du parlementarisme qui, par ses miasmes, tue tout ce qui
est sain.»

Et la conséquence? Coopérons quand même à la besogne. Cette conclusion
est en opposition flagrante avec les prémisses, et l'on s'étonne qu'un
penseur comme Liebknecht ne sente pas qu'il démolit par sa conclusion,
tout l'échafaudage de son raisonnement. Comprenne qui pourra. Très
instructives sont les réflexions suivantes de Steck pour caractériser
les deux courants, parlementaire et révolutionnaire[15]:

«Le courant réformiste arriverait également au pouvoir politique comme
parti bourgeois. À cette fin, il ne reste pas tout à fait isolé, évite
de proclamer un programme de principes et s'avance, toujours confondu,
quoique avec une certaine instabilité, avec d'autres partis bourgeois.
Il n'a pas de frontières bien délimitées, ni à droite ni à gauche.
Partiellement, par-ci, par-là, et rarement, apparaît son caractère
social-démocratique. Presque toujours il se présente comme parti
démocratique, parti économique-démocratique ou parti ouvrier et
démocratique.

«La démocratie réformiste aspire toujours à la réalisation des réformes
immédiates, comme si c'était son but unique. Elle les adapte, suivant
leur caractère, à l'existence et aux tendances des partis bourgeois.
Elle recherche une alliance avec eux si elle est possible, c'est-à-dire
avec les éléments les plus progressistes. De cette manière elle se
présente seule comme étant à la TÊTE DU PROGRÈS BOURGEOIS. Il n'y a
aucun abîme entre elle et les fractions progressistes des partis, parce
que chez elle non plus n'est mis en avant le principe révolutionnaire du
programme social-démocratique. Cette tactique du courant réformiste
amène un succès après l'autre; seulement ces succès, mesurés à l'aune de
notre programme de principes, sont bien minces, souvent même très
douteux. On peut ajouter qu'ils paraissent tout au plus favoriser la
social-démocratie au lieu de l'entraîner.

«On ne doit pas se figurer cependant que les détails de cette tactique
soient sans importance. Le danger de dévier du but principal
social-démocratique est grand, quoique moindre chez les meneurs, qui
connaissent bien le chemin, que chez la masse conduite.
L'affaiblissement de l'idéal social-démocratique est imminent, et
d'autant plus que les conséquences immédiates, à cause du triomphe,
seront taxées plus haut que leur valeur.

«Ensuite, il est difficile d'éviter que cet embourgeoisement nuise à la
_propagande pour les principes de la social-démocratie_ et l'empêche de
se développer. Maintes fois les réformateurs se trouvent forcés, dans la
pratique, de renier plus ou moins ces principes.

«Si cette tendance social-démocratique réformiste l'emportait
exclusivement, elle arriverait facilement à d'autres conséquences que
celles où veut en venir le programme social-démocratique; peut-être,
comme il a été dit déjà, le résultat serait-il un compromis avec la
bourgeoisie sur les bases d'un ordre social capitaliste adouci et
affaibli. Cet état de choses, limitant les privilèges, augmenterait
notablement le nombre des privilégiés en apportant le bien-être à un
grand nombre de personnes actuellement exploitées et dépendantes, mais
laisserait toujours une masse exploitée et dépendante, fût-ce même dans
une situation un peu meilleure que celle de la classe travailleuse non
possédante.

«CE NE SERAIT PAS LA PREMIÈRE FOIS QU'UNE RÉVOLUTION SATISFERAIT UNE
PARTIE DES OPPRIMÉS AU DÉTRIMENT DE L'AUTRE PARTIE. Il est, d'ailleurs,
tout à fait dans l'ordre d'idées des réformateurs de ne pas renverser le
capitalisme, mais de le transformer et, en outre, de donner au
socialisme seulement le «droit possible» inévitable.

«À l'encontre de la remarque que le prolétariat organisé ne se
contentera pas d'une demi-réussite, mais saura, en dépit des meneurs,
aller jusqu'au bout de ses revendications, vient cette vérité que selon
la marche des événements le prolétariat lui-même sera peu à peu divisé
et qu'une soi-disant «classe meilleure» sortira de ses rangs, ayant la
force d'empêcher des mesures plus radicales. Un oeil exercé peut déjà
apercevoir par-ci par-là des symptômes de cette division.

«Le parti révolutionnaire, au contraire, «veut seulement accomplir la
conquête du pouvoir politique au nom de la social-démocratie. En mettant
son but à l'avant-plan, il sera forcé, pendant longtemps, de lutter
comme la minorité, de subir défaite sur défaite et de supporter de rudes
persécutions. Le triomphe final du parti social-démocratique n'en sera
que plus pur et plus complet.»

Steck reconnaît également que «DANS LE FOND, _la tendance
révolutionnaire est la plus juste_». «Notre parti, dit-il, doit être
révolutionnaire, en tant qu'il possède une volonté décidément
révolutionnaire et qu'il en donne le témoignage dans toutes ses
déclarations et ses agissements politiques. Que notre propagande et nos
revendications soient toujours révolutionnaires. Pensons continuellement
à notre grand but et agissons seulement comme il l'exige. Le chemin
droit est le meilleur. Soyons et restons toujours, dans la vie comme
dans la mort, des social-démocrates révolutionnaires et rien d'autre. Le
reste se fera bien.»

Maintenant, il existe encore deux points de vue chez les parlementaires,
notamment: il y en a qui veulent la conquête du pouvoir politique pour
s'emparer par là du pouvoir économique; cela constitue la tactique de la
social-démocratie allemande actuelle, d'après les déclarations formelles
de Bebel, Liebknecht et leurs acolytes. D'un autre côté se trouvent ceux
qui veulent bien participer à l'action politique et parlementaire, mais
seulement dans un but d'agitation. Donc, les élections sont pour eux un
moyen d'agitation. C'est toujours de la demi-besogne. Il faut qu'une
porte soit ouverte ou fermée. On commence par proposer des candidats de
protestation; si le mouvement augmente, ils deviennent des candidats
sérieux. Une fois élus, les députés socialistes prennent une attitude
négative, mais, leur nombre augmentant, ils sont bien forcés de
présenter des projets de loi. Et s'ils veulent les faire accepter, ce ne
sera qu'en proposant des compromis, comme Singer l'a fait remarquer.
C'est le premier pas qui coûte et une fois sur la pente on est forcé de
descendre. Le programme pratique voté à Erfurt n'est-il pas à peu près
littéralement celui des radicaux français? Les ordres du jour des
derniers congrès internationaux portaient-ils un seul point qui fût
spécifiquement socialiste? Le véritable principe socialiste devient de
plus en plus une enseigne pour un avenir éloigné, et en attendant on
travaille aux revendications pratiques, ce que l'on peut faire
parfaitement avec les radicaux.

On se représente la chose un peu naïvement. Voici la base du
raisonnement des parlementaires: il faut tâcher d'obtenir parmi les
électeurs une majorité; ceux-ci enverront des socialistes au Parlement
et si nous parvenons à y avoir la majorité plus un, tout est dit. Il n'y
a plus qu'à faire des lois, à notre guise, dans l'intérêt général.

Même, en faisant abstraction de ce fait qu'on rencontre dans presque
tous les pays une deuxième ou plutôt une cinquième roue au chariot,
c'est-à-dire une Chambre des lords, ou Sénat, ou première Chambre, dont
les membres sont toujours les plus purs représentants de l'argent,
personne ne sera assez naïf de croire que le pouvoir exécutif sera porté
à se conformer docilement aux désirs d'une majorité socialiste des
Chambres. Voici comment Liebknecht ridiculise cette opinion[16]:

«Supposons que le gouvernement ne fasse pas usage de son droit, soit par
conviction de sa force, soit par esprit de calcul, et qu'on en arrive
(comme c'est le rêve de quelques politiciens socialistes fantaisistes) à
constituer au Parlement une majorité social-démocratique; que
ferait-elle? _Hic Rodhus, hic salta!_ Le moment est arrivé de réformer
la société et l'État. La majorité prend une décision datant dans les
annales de l'histoire universelle: les nouveaux temps sont arrivés! Oh,
rien de tout cela... Une compagnie de soldats chasse la majorité
social-démocratique hors du temple et si ces messieurs ne se laissent
pas faire docilement, quelques agents de police les conduiront à la
_Stadtvoigtei_[17] où ils auront le temps de réfléchir à leur conduite
don-quichottesque.

«LES RÉVOLUTIONS NE SE FONT PAS AVEC LA PERMISSION DE L'AUTORITÉ: L'IDÉE
SOCIALISTE EST IRRÉALISABLE DANS LE CERCLE DE L'ÉTAT EXISTANT: ELLE DOIT
S'ABOLIR POUR ENTRER DANS LA VIE.

_À bas le culte du suffrage universel et direct!_

«Prenons une part énergique aux élections, mais seulement comme _moyen
d'agitation_ et n'oublions pas de déclarer que l'urne électorale ne peut
donner naissance à l'État démocratique. Le suffrage universel acquerra
son influence définitive sur l'État et la société, _immédiatement après_
l'abolition de l'État policier et militaire.»

Les faits sont présentés sobrement mais avec vérité. Il en sera ainsi,
en effet. Car personne n'est assez naïf pour croire que la classe
possédante renoncera volontairement à la propriété ou que cette réforme
puisse être obtenue par décret du Parlement. D'abord, on représente
l'action politique comme moyen d'agitation, mais une fois sur la pente,
on glisse. Liebknecht, lors de la réunion du parti à Saint-Gall, ne
dit-il pas: «Il ne peut exister d'erreur sur le point que, une fois
électeurs, nous aurions à donner non seulement une signification
agitative mais également positive aux élections et à l'action
parlementaire.» Marchons donc pour réaliser ce but d'agitation.

Vollmar, sous ce rapport, fut le plus conséquent parmi les
social-démocrates allemands, et ses propositions indiquent de plus en
plus la ligne de conduite que ceux-ci devront suivre à l'avenir[18].

Le parlementarisme, comme système, est défectueux même si l'on tâchait
de l'améliorer, ce serait peine perdue. L'ouvrage de Leverdays, _Les
Assemblées parlantes_, est sous ce rapport très instructif et la
question y est traitée à fond. Pourquoi les parlementaires ne
tâchent-ils pas de réfuter ce livre? Les Chambres ou Parlements
ressemblent beaucoup à un moulin à paroles ou, comme dit Leverdays, à
«un gouvernement de bavards à portes ouvertes». Un bon député, ne s'en
tenant qu'à sa _propre_ expérience, ses _propres_ intentions et sa
_propre_ conviction, devrait être au moins aussi capable que l'ensemble
des ministres, aidés par les employés spéciaux de leurs ministères. On
doit savoir juger de tout, car les choses les plus diverses et les plus
disparates viennent à l'ordre du jour d'un Parlement. Il faut être au
moins une encyclopédie vivante. Quel supplice pour le député qui se
donne pour devoir--et il doit le faire!--d'écouter tous les discours.

«À La Haye, à la _Gevangenpoort_[19], le geôlier vous raconte qu'en des
temps plus barbares, les criminels étaient jetés à terre sur le dos, et
qu'on faisait tomber de l'eau, goutte à goutte, du plafond sur leur
tête. Et le brave homme ajoute toujours que c'est là le plus _cruel_
supplice.

Eh bien, ce cruel supplice est transporté au _Binnenhof_[20], et un bon
député subit journellement le martyre et le tourment de sentir tomber
cette goutte d'eau continuelle, non sur sa tête, mais à son oreille,
sous la forme de _speeches_ d'honorables confrères.

«L'orateur peut seul, de temps en temps, prendre haleine: de là
probablement le phénomène que celui qui parle tire en longueur ses
«prises d'haleine» aux dépens de ses honorables confrères[21]».

On a vu que cela n'allait guère; aussi a-t-on inventé toutes sortes de
diversions afin de se rendre la vie supportable. On avait le buffet pour
se reposer, on avait le système de «la spécialité», auquel on se
soumettait en parlant et en votant, on avait des membres _actifs_ et
_votants_. Ajoutons à cela qu'il fallait s'enfermer dans les limites
d'un parti, car celui qui était isolé et travaillait individuellement,
manquait absolument d'influence.

Au sujet des Parlements, on pourrait citer cette parole de Mirabeau:
«_Ils veulent toujours et ne font jamais._» Leverdays également mérite
d'être médité: «Les Hollandais de nos jours, pour résister à la
conquête, ne rompraient plus leurs digues comme au temps de Louis XIV.
Nos Hollandais de la politique n'ouvrent pas pour noyer l'ennemi la
digue à la Révolution. Sauvons la patrie, s'il se peut, mais à tout prix
conservons l'_ordre!_ En d'autres termes, plutôt l'ennemi au dehors que
la justice au dedans! Et c'est ainsi qu'on ment aux peuples pour les
livrer comme un bétail. En général, tant que la défense d'un peuple
envahi reste aux mains des gens _respectables_, vous pouvez prédire à
coup sûr qu'il est perdu, car ils trahissent.»

Il y a connexion entre liberté économique et liberté politique, de sorte
qu'à chaque nouvelle phase économique de la vie correspond une nouvelle
phase politique. Kropotkine l'a très bien démontré. La monarchie absolue
dans la politique s'accorde avec le système de l'esclavage personnel et
du servage dans l'économie. Le système représentatif en politique
correspond au système mercenaire. Toutefois, ils constituent deux
formes différentes d'un même principe. Un nouveau mode de production ne
peut jamais s'accorder avec un ancien mode de consommation, et ne peut
non plus s'accorder des formes surannées de l'organisation politique.
Dans la société où la différence entre capitaliste et ouvrier disparaît,
il n'y a pas de nécessité d'un gouvernement: ce serait un anachronisme,
un obstacle. Des ouvriers libres demandent une organisation libre, et
celle-ci est incompatible avec la suprématie d'individus dans l'État. Le
système non capitaliste comprend en soi le système non gouvernemental.

Les chemins suivis par les deux socialismes n'aboutissent pas au même
point; non, ce sont des chemins parallèles qui ne se joindront jamais.

Le socialisme parlementaire doit aboutir au socialisme de l'État. Les
socialistes parlementaires ne s'en aperçoivent pas encore. En effet, les
social-démocrates ont déclaré à Berlin que social-démocratie et
socialisme d'État sont des «antithèses irréconciliables». Mais l'on
commence par les chemins de fer de l'État, les pharmacies de l'État,
assurance par l'État, etc., pour en arriver plus tard aux médicaments de
l'État, à la moralité de l'État, à l'éducation de l'État. Les
socialistes d'État ou socialistes parlementaires ne veulent PAS
L'ABOLITION de l'État, mais la centralisation de la production aux mains
du gouvernement, c'est-à-dire: l'État ORDONNATEUR GÉNÉRAL (_alregelaar_)
DANS L'INDUSTRIE. Ne cite-t-on pas Glasgow et son organisation communale
comme exemple de socialisme pratique? Émile Vandervelde, dans sa
brochure _Le Collectivisme_, signale le même cas. Eh bien, si c'est là
le modèle, les espérances de ce socialisme pratique ne sont pas fort
grandes. En effet, l'armée des sans-travail y est immense; la
population y vit entassée. Le même auteur cite encore le mouvement
coopératif en Belgique, à Bruxelles, à Gand, à Jolimont, et dit qu'on
pourrait l'appeler le collectivisme spontané. Tous ces échantillons
constituent des exemples plutôt rebutants qu'attirants pour celui qui ne
s'arrête pas à la surface, mais veut pénétrer jusqu'au fond les choses.
Partout où fleurit le mouvement coopératif, c'est au détriment du
socialisme, à moins que, comme à Gand, par exemple, l'on n'appelle les
coopérateurs des socialistes. Là également ceux d'en bas règnent en
apparence, quand, en réalité, ce sont ceux d'en haut, et la liberté
disparaît comme dans les ateliers de l'État.

Liebknecht, voyant le danger, a dit à Berlin[22]:

«Croyez-vous qu'il ne serait pas très agréable à la plupart des
fabricants de coton anglais que leur industrie passât aux mains de
l'État? Surtout en ce qui concerne les mines, l'État, dans un délai plus
ou moins rapproché, se verra forcé de les reprendre. Et chaque jour le
nombre des capitalistes privés qui résistent deviendra plus petit. Non
seulement toute l'industrie, mais également l'agriculture pourrait, avec
le temps, devenir propriété d'État; cela ne se trouve aucunement en
dehors des choses possibles, comme on l'a cru. Si, en Allemagne, on
prenait aux grands propriétaires (qui se plaignent toujours de ne
pouvoir exister) leurs terres au nom de l'État, en leur octroyant des
indemnités convenables et le droit de devenir, en un certain sens, des
satrapes de l'État (comme les satrapes de l'ancien royaume des Perses)
en qualité de chefs suprêmes des petits bourgeois et des travailleurs de
la campagne, pour diriger l'agriculture,--ne serait-ce pas une grande
amélioration pour les seigneurs et croyez-vous que cela ne soit venu
déjà souvent à l'idée des plus intelligents parmi les nobles? Évidemment
ils s'empresseraient de consentir, car ils gagneraient aussi bien en
influence qu'en revenus; mais cela s'aperçoit facilement au fond du
socialisme d'État. L'idée ne doit pas être écartée comme étant
complètement du domaine des chimères.»

Oh! quand la classe disparaissante des industriels et des propriétaires
s'apercevra que le socialisme est une issue excellente pour eux, afin de
faire reprendre par l'État, moyennant indemnité convenable, leur
succession à moitié en faillite, ils arriveront en rangs serrés pour
embrasser le socialisme pratique. Nous voyons qu'Émile Vandervelde
déclare déjà que «la grande industrie doit être le domaine du
collectivisme et c'est pourquoi le parti ouvrier demande et se borne à
demander l'_expropriation_ pour cause d'utilité publique des mines, des
carrières, du sous-sol en général ainsi que des grands moyens de
production et de transport.» Ainsi les petits peuvent se tranquilliser,
car «la petite industrie et le petit commerce constituent le domaine de
l'association libre» et les grands n'ont rien à craindre: si les
affaires marchent mal, ils seront contents de s'en défaire contre
indemnité. (Cf. _le Collectivisme_, p. 7.) Kautsky prédit la même chose
aux petits bourgeois, dont, avant tout, l'on ne peut perdre les voix aux
élections, quand il dit: «La transition à la société socialiste n'a
aucunement comme condition l'expropriation de la petite industrie et des
petits paysans. Cette transition, non seulement ne leur prendra rien,
mais leur apportera au contraire certains profits.» (_Das Erfurter
Programm in seinem grundsätzlichen Theil erläutert von_ K. Kautsky, p.
150.) Ce danger, Liebknecht le voit parfaitement bien et la dernière
bataille n'est pas livrée entre la social-démocratie et le socialisme
d'État; mais il ne voit pas qu'il est impossible que le socialisme
parlementaire se contente de l'action parlementaire comme but
d'agitation, il doit avoir également un but positif--Liebknecht l'a
démontré à la réunion du parti à Saint-Gall--et s'engagera forcément
dans le sillage du socialisme d'État. À la réunion du parti à Berlin,
Bebel en avait assez et déclara «qu'il n'était aucunement d'accord avec
les théories de Liebknecht sur la signification du socialisme d'État».

Quel galimatias dans la définition de l'État. Liebknecht appelle d'abord
le socialisme d'État «_eminent staatsbildend_» et plus loin il y voit
une «_staatsstürzende Kraft_»[23]. Tantôt l'on dit: «Nous, les
socialistes, nous voulons sauver l'État en le transformant et vous, qui
voulez conserver la société anarchiste existante, vous ruinez l'État
actuel par la tactique que vous suivez»; et encore: «l'État actuel ne
peut se rajeunir qu'en conduisant le socialisme sur le chemin de la
législation... La social-démocratie constitue justement le parti sur
lequel l'État devrait s'appuyer tout d'abord, s'il y avait réellement
des hommes d'État au pouvoir». Quelle différence avec la parole fière:
«Le socialisme n'est plus une question de théorie, mais simplement une
question brûlante qu'on ne pourra résoudre au Parlement, mais dans la
rue, sur le champ de bataille!» Tantôt Bebel tient «la réforme sociale
de la part de l'État pour excessivement importante», ensuite il lui
attribue une valeur éphémère. Une autre fois il considère la chute de la
société bourgeoise «comme très proche» et conseille fortement la
discussion des questions de principes et puis il est partisan de
réformes pratiques, parce que la société bourgeoise est encore
solidement constituée et que «la discussion sur des questions de
principes ferait naître l'idée que la transformation de la société est
prochaine». On critique ceux qui, dans leur impatience, pensent que la
révolution est proche et pourtant Bebel et Engels ont déjà fixé une
date, l'an 1898 notamment, comme l'année du salut, l'année de la
victoire, par la voie parlementaire, au moyen de l'urne électorale.
Est-ce là peut-être le grand «_Kladderadatsch_» qu'il croit proche?

Liebknecht parle même de «l'enracinement (_hineinwachsen_) dans la
société socialiste». Il croit maintenant qu'il est «possible d'arriver,
par la voie des réformes, à la solution de la question sociale». Est-ce
que l'État, l'État actuel, peut le faire? Marx et Engels se
trompaient-ils quand ils enseignaient «que l'État est l'organisation des
possédants pour l'asservissement des non-possédants»? Marx ne dit-il pas
avec raison «que l'État, pour abolir le paupérisme, doit s'abolir
lui-même, car l'essence du mal gît dans l'existence même de l'État»! Et
Kautsky ne combattait-il pas Liebknecht lorsqu'il écrivait dans la _Neue
Zeit_:

«Le pouvoir politique proprement dit est le pouvoir organisé d'une
classe pour en opprimer une autre. (_Manifeste communiste_.)
L'expression «État de classes» pour désigner l'État existant, nous
paraît mal choisie. Existe-t-il un autre État? On me cite «l'État
populaire (_Volksstaat_)», c'est-à-dire l'État conquis par le
prolétariat. Mais celui-ci également sera un «État de classes». Le
prolétariat dominera les autres classes. _Il existera une grande
différence en comparaison des États actuels_: l'intérêt de classe du
prolétariat exige l'abolition de toute différence de classes. Le
prolétariat ne pourra se servir de sa suprématie que pour écarter,
aussi vite que possible, les bases d'une séparation de classes,
c'est-à-dire que le prolétariat s'emparera de l'État, non pour en faire
un État «vrai», mais pour l'abolir; non pour remplir le «véritable» but
de l'État, mais pour rendre l'État «sans but».

Comparez cette citation avec celles de Liebknecht et de Bebel et vous
verrez qu'elles se contredisent absolument. L'une est l'essence du
socialisme d'État contre laquelle l'autre doit lutter. Il faut choisir
pourtant: _Ou_ nous travaillons--comme dit Bebel--à réaliser tout ce qui
est possible sur le terrain des réformes et améliorer autant que faire
se peut la situation des travailleurs, sur la base des conditions
sociales existantes; et ceci constitue la «_praktisch eintreten_
(l'intervention pratique)» par laquelle la social-démocratie allemande
obtient aux élections un si grand nombre de voix;--ou l'on part de
l'idée que, sur la base des conditions sociales existantes, la situation
des travailleurs ne peut être améliorée. Choisit-on la première
hypothèse, on prolonge les souffrances du prolétariat, car toutes ces
réformes ne servent qu'à fortifier la société existante. Et Bebel veut
quand même reconnaître, pour ne pas être en contradiction avec Engels,
qu'en dernière instance il faut en arriver a l'abolition de l'État, «la
constitution d'une organisation de gouvernement qui ne soit autre chose
qu'un guide pour le commerce de production et d'échange, c'est-à-dire
une organisation qui n'a rien de commun avec l'État actuel». En somme,
pratiquement on travaille à consolider l'État actuel, et en principe on
accorde qu'il faut en arriver à l'abolition de l'État. Cela n'a ni rime
ni raison.

Bebel dit au Parlement: «Je suis convaincu que, si l'évolution de la
société actuelle se continue paisiblement, de telle façon qu'elle
puisse atteindre son plus haut point de développement, il est possible
que la transformation de la société actuelle en société socialiste se
fasse également paisiblement et relativement vite; c'est ainsi que les
Français, en 1870, devinrent républicains et se débarrassèrent de
Napoléon, après qu'il eut été battu et fait prisonnier à Sedan.» Quelle
autre signification peut-on donner à cette phrase que: Si tout se passe
paisiblement, tout se passe paisiblement? Nommons des hommes capables
pour remplir leurs fonctions--c'est le terme employé.--Comme si
c'étaient les hommes et non le système qui est défectueux. N'est-on pas
forcé de respirer de l'air vicié en entrant dans une chambre dont
l'atmosphère est viciée? C'est la même chose que si l'on disait: Je suis
convaincu que, si les oiseaux ne s'envolent pas, nous les attraperons;
quand nous leur mettrons du sel sur la queue, nous les attraperons.
Quand ... mais voilà justement ce qu'on ne fait pas. Et ces paroles sont
dangereuses car elles créent chez les travailleurs l'idée qu'en effet
tout peut se passer paisiblement et une fois cette idée ancrée, le
caractère révolutionnaire disparaît. Frohme, député allemand, ne dit-il
pas que «_vernünftigerweise_ (raisonnablement)» il ne peut venir à
l'idée de la social-démocratie allemande de «vouloir abolir l'État»? Ne
lit-on pas dans le _Hamburger Echo_ du 15 novembre 1890:

«Nous déclarons franchement à M. le chancelier que nous lui dénions le
droit de dénoncer la social-démocratie comme un parti menaçant l'État.
Nous ne combattons pas l'État, mais les institutions de l'État et de la
société qui ne s'accordent pas avec la véritable conception de l'État et
de la société et avec sa mission. C'est nous, les social-démocrates, qui
voulons ériger l'État dans toute sa grandeur et toute sa pureté. Nous
défendons cela sans équivoque depuis plus d'un quart de siècle et M. le
chancelier von Caprivi devrait bien le savoir. Là seulement où règne la
véritable conception de l'État, existe le véritable amour de l'État.»

Quand nous entendons parler et lisons les définitions du «véritable
socialisme» de la «véritable conception de l'État», nous pensons
toujours au temps du «véritable christianisme». Il est regrettable que,
de même qu'il y a eu vingt, cent véritables christianismes qui
s'excluaient et s'excommuniaient mutuellement, il existe actuellement
vingt et plus de véritables socialismes. Nous aurions dû oublier depuis
longtemps ces bêtises, mais, hélas! cela n'est pas.

Non seulement l'État ne peut être conservé, mais il se montrera a peine
sous sa véritable forme à l'avènement du socialisme. Non, cette action
possibiliste, opportuniste, réformiste-parlementariste ne sert à rien et
étouffe chez les travailleurs l'idée révolutionnaire que Marx tâcha de
leur inculquer.

Comme des enfants, nous attribuons, en politique, à des personnages et à
des partis corrompus ce qui, en réalité, n'est que le produit de
situations générales profondes. Quelles garanties possédons-nous que ces
hommes de notre parti feront mieux que leurs devanciers? Sont-ils
invulnérables? Non. Les autres ont été corrompus et les nôtres le seront
également, parce que l'homme est le produit des circonstances et subit
par conséquent l'influence du milieu où il vit.

Engels a jugé si sévèrement l'action pratique dans les parlements, que
nous ne pouvons comprendre comment il en arrive à ratifier la tactique
du parti social-démocrate allemand. Voilà ce qu'il disait: «Une espèce
de socialisme petit-bourgeois a ses représentants dans le parti
social-démocratique, même en la fraction parlementaire; et d'une telle
manière, que l'on reconnaît, il est vrai, comme justes les principes du
socialisme moderne et le changement de tous les moyens de production en
propriété collective, mais que l'on ne croit à leur réalisation possible
que dans un avenir éloigné, pratiquement indéfinissable. C'est tout
simplement du replâtrage social et, le cas échéant, on peut sympathiser
avec la tendance réactionnaire pour le soi-disant «relèvement des
classes travailleuses».

C'est ce que nous avons toujours affirmé. L'abolition de la propriété
privée devient l'enseigne que l'on montre de loin et pendant ce temps on
s'occupe des revendications pratiques. Et il est triste de constater que
même des hommes comme Liebknecht travaillent dans ce sens. Voici ce
qu'il affirmait lors du Congrès international de Paris, en 1889: «Les
réformes pratiques, les réformes immédiatement réalisables et apportant
une utilité directe, se mettent à l'avant-plan et elles en ont d'autant
plus le droit qu'elles possèdent une force de recrutement pour amener de
plus en plus la classe ouvrière dans le courant socialiste et frayer
ainsi la route au socialisme.» C'est-à-dire les socialistes sont des
agents de recrutement! Que devient la phrase: «_Wer mit Feinden
parlamentelt, parlamentirt; wer parlamentirt, paktirt_»[24]

De cette manière l'on descend de plus en plus la pente où entraîne cette
façon d'agir et l'on arrive à formuler un programme agricole, comme
celui admis au Congrès ouvrier de Marseille, en 1892, où figurent
«l'abolition des droits de mutation pour les propriétés d'une valeur
moindre de 5000 francs» ainsi que «la révision du cadastre, et, en
attendant cette mesure générale, la révision en parcelles par les
communes». Un programme pareil a été accepté également par le parti
ouvrier belge et le programme des social-démocrates suisses a les mêmes
tendances. C'est ce qu'on appelle le socialisme petit-bourgeois.

L'État a toujours été l'instrument de force des oppresseurs contre les
opprimés. De là provient que «la classe ouvrière ne peut prendre
possession de la machine de l'État, afin de l'utiliser pour ses propres
besoins». Nous lisons dans l'avant-propos de l'adresse d'Engels de 1891:

«D'après la conception philosophique, l'État est la «réalisation de
l'idée» du royaume de Dieu sur terre, le domaine où l'éternelle vérité
et l'éternelle justice se réalisent ou doivent se réaliser. Il en
résulte une vénération superstitieuse pour l'État et pour tout ce qui
est en rapport avec lui, qui se manifeste d'autant plus aisément qu'on
s'est habitué, dès l'enfance, à la supposition que les affaires et les
intérêts communs de toute la société ne peuvent être soignés autrement
qu'ils l'ont été jusqu'ici, c'est-à-dire par l'État et ses employés bien
rémunérés. Et l'on croit avoir fait un grand pas en avant lorsqu'on
s'est affranchi de la croyance en la monarchie héréditaire et que l'on
ne se réclame que de la république démocratique. En réalité l'État n'est
autre chose qu'un instrument d'oppression d'une classe sur l'autre, et
non moins sous la république démocratique que sous la monarchie; et en
tout cas c'est un mal que, dans la lutte pour la suprématie des classes,
ne pourra éviter le prolétariat triomphant, pas plus que la Commune n'a
pu le faire; tout au plus en émoussera-t-on aussi vite que possible les
angles les plus saillants jusqu'au moment où une génération future,
élevée dans des conditions sociales nouvelles et libres, sera assez
puissante pour se débarrasser du fatras de l'État.»

Engels écrit dans le même sens en plusieurs de ses livres scientifiques
et nous croyons rendre service à nos lecteurs en citant ces extraits.
Dans son importante brochure: _Ursprung der Familie, des
Privateigenthums und des Staates_[25], pp. 139-140, il dit:

«L'État n'existe donc pas de toute éternité. Il y a eu des sociétés qui
existaient sans État, ignorant complètement l'État et le pouvoir de
l'État. À un certain degré de développement économique, lié
nécessairement à la séparation en classes de la société, l'État, par
suite de cette division, devint une nécessité. Nous approchons
maintenant avec rapidité d'un degré de développement dans la production
où l'existence de ces classes a non seulement cessé d'être une
nécessité, mais constitue un obstacle positif à la production. Ces
classes disparaîtront inéluctablement de la même manière qu'elles sont
nées jadis. Avec elles disparaîtra également l'État. La société
organisera de nouveau la production sur les bases de l'association libre
et égale des producteurs et reléguera la machine de l'État à la place
qui lui convient: le musée archéologique, à côté du rouet et de la hache
de bronze.»

C'est le développement de l'État dans les classes et cette manière de
voir est partagée par les anarchistes. Dans son autre brochure:
_Dühring's Umwalzung der Wissenschaft_, pp. 267-268, il dit:

«L'État était le représentant officiel de toute la société, sa
personnification en un corps visible, mais seulement en tant qu'il était
l'État, de la classe qui représentait elle-même, pour lui, toute la
société. Lorsqu'il devient réellement le représentant de toute la
société, _il devient superflu_. Dès qu'il n'y a plus de classes
sociales à opprimer, dès que disparaissent la suprématie des classes et
la lutte pour la vie, avec ses antagonismes et ses extravagances
résultant de l'anarchie dominant la production, il n'y a plus rien a
réprimer, rien ne réclamant des mesures d'oppression. Le premier acte
posé par l'État représentant en réalité toute la société,--la prise de
possession des moyens de production au nom de la société,--est en même
temps le dernier acte posé en sa qualité d'État. L'intrusion d'un
pouvoir d'État dans les situations sociales devient superflue
successivement sous tous les rapports et disparaît d'elle-même. Au lieu
d'un gouvernement de personnes surgit un gouvernement d'affaires réglant
la production. L'État n'est «pas aboli», il se meurt. C'est à ce point
de vue-là que doit être considéré «l'État libre populaire», aussi bien
après son droit d'agitation temporaire qu'après sa finale insuffisance
scientifique, ainsi que la revendication soi-disant anarchiste affirmant
qu'à un certain moment l'État sera aboli.»

Il est curieux de constater qu'Engels, qui combat les anarchistes, est
lui-même anarchiste dans sa conception du rôle de l'État. Sa pensée est
anarchiste, mais par les liens du passé il se trouve attaché à la
social-démocratie allemande.

La nouvelle édition de quelques études, _Internationales aus dem
Volksstaat_ (1871-1875), comprend un avant-propos d'Engels dans lequel
il dit que dans ces études il s'est toujours à dessein appelé communiste
et quoiqu'il accepte la dénomination de social-démocrate, il la trouve
hors de propos pour un parti «dont le programme économique est non
seulement complètement socialiste, mais directement communiste, et dont
le but politique final est la disparition de l'État, donc également de
la démocratie».

Quelle différence y a-t-il avec l'opinion de Kropotkine lorsqu'il dit
dans son _Étude sur la révolution_:

«L'abolition de l'État, voilà la tâche qui s'impose au révolutionnaire,
à celui du moins qui a l'audace de la pensée, sans laquelle on ne fait
pas de révolutions. En cela, il a contre lui toutes les traditions de la
bourgeoisie. Mais il a pour lui toute l'évolution de l'humanité qui nous
impose à ce moment historique de nous affranchir d'une forme de
groupement, rendue, peut-être, nécessaire par l'ignorance des temps
passés, mais devenue hostile désormais à tout progrès ultérieur.»

Du reste on s'aperçoit à quel degré l'on veut masquer cette évolution en
combattant ceux qui l'ont dénoncée. Quoique l'ancienne Internationale
eût écrit dans ses statuts que «la lutte économique doit primer la lutte
politique», les soi-disant marxistes proclament qu'il faut s'emparer du
pouvoir politique pour triompher dans la lutte économique. Et _la
Révolte_ avait raison lorsqu'elle écrivait à ce propos[26]: «C'était
mentir au principe de l'Internationale. C'était dire aux fondateurs de
l'Internationale et surtout à Marx, qu'ils étaient des imbéciles en
proclamant la prééminence de la lutte économique sur les luttes
politiques. Que pouvaient gagner les meneurs bourgeois dans les luttes
économiques? Une augmentation de salaires? Mais ils ne sont pas
salariés. Une diminution des heures de travail? Mais ils travaillent
déjà chez eux, comme littérateurs ou comme fabricants! Ils ne pouvaient
profiter que de la lutte politique. Ils cherchaient à y pousser les
travailleurs. Les préjugés des travailleurs aidant, ils y réussirent.»
Et ailleurs: «En effet, l'idée des marxistes est d'empêcher les
travailleurs de s'occuper de lutte économique. La lutte économique,
c'est bon pour des rêveurs comme Marx et Bakounine. En gens pratiques,
ils s'occuperont de votes. Ils feront des alliances, les uns avec les
conservateurs, les autres avec Guillaume II, et ils pousseront les leurs
au parlement. C'est l'article premier, le point essentiel de la bible
marxiste.»

Il paraît même qu'on s'abstient de parler du rôle de l'État; il en
résulte que généralement on évite l'écueil par quelques phrases
générales, sans approfondir aucunement la question. Ce fut encore
Kropotkine qui traita le problème au véritable point de vue dans son
_Étude sur la Révolution_:

«Les bourgeois savaient ce qu'ils voulaient; ils y avaient pensé depuis
longtemps. Pendant de longues années, ils avaient nourri un idéal de
gouvernement et quand le peuple se souleva, ils le firent travailler à
la réalisation de leur idéal, en lui accordant quelques concessions
secondaires sur certains points, tels que l'abolition des droits féodaux
ou l'égalité devant la loi. Sans s'embrouiller dans les détails, les
bourgeois avaient établi, bien avant la révolution, les grandes lignes
de l'avenir. Pouvons-nous en dire autant des travailleurs?
Malheureusement non. Dans tout le socialisme moderne et surtout dans sa
fraction modérée, nous voyons une tendance prononcée à ne pas
approfondir les principes de la société que l'on voudrait dégager de la
révolution. Cela se comprend. Pour les modérés, parler révolution c'est
déjà se compromettre et ils entrevoient que s'ils traçaient devant les
travailleurs un simple plan de réformes, ils perdraient leurs plus
ardents partisans. Aussi préfèrent-ils traiter avec mépris ceux qui
parlent de société future ou cherchent à préciser l'oeuvre de la
révolution. On verra cela plus tard, on choisira les meilleurs hommes et
ceux-ci feront tout pour le mieux! Voilà leur réponse. Et quant aux
anarchistes, la crainte de se voir divisés sur des questions de société
future et de paralyser l'élan révolutionnaire, opère dans un même sens;
on préfère généralement, entre travailleurs, renvoyer à plus tard les
discussions que l'on nomme (à tort, bien entendu) théoriques, et l'on
oublie que peut-être dans un an ou deux on sera appelé à donner son avis
sur toutes les questions de l'organisation de la société, depuis le
fonctionnement des fours à pains jusqu'à celui des écoles ou de la
défense du territoire--et que l'on n'aura même pas devant soi les
modèles de l'antiquité dont s'inspiraient les révolutionnaires bourgeois
du siècle passé.»

Il est vrai que c'est peine inutile de chercher à greffer des idées de
liberté et de justice sur des coutumes surannées, décrépites. Vouloir
élever un monument sur des fondations pourries n'est certes pas oeuvre
d'un bon architecte. Herbert Spencer, à ce point de vue dit avec raison:
«Les briques d'une maison ne peuvent être utilisées d'une manière
quelconque qu'après la démolition de cette maison. Si les briques sont
jointes avec du mortier, il est très difficile de détruire leur
assemblage. Et si le mortier est séculaire, la destruction de la masse
compacte présentera de si grandes difficultés qu'une reconstruction avec
des matériaux neufs sera plus économique qu'avec les vieux.»

Beaucoup ne saisissent pas la corrélation existant entre le pouvoir et
la propriété. Ce sont là les deux colonnes fondamentales d'un même
bâtiment, la société actuelle, or celui qui veut renverser l'une et
laisser l'autre debout, ne fait que de la demi-besogne. En fait on n'a
jamais osé se heurter à la machine de l'État; on la reprit simplement
sans comprendre que l'on introduisait dans ses propres remparts le
cheval de Troie. Moritz Rittinghausen, dont l'ouvrage, _La Législation
directe par le Peuple_, mérite d'être lu, mit le doigt sur la plaie
lorsqu'il écrivit:

«Si vous vous trompez dans les moyens d'application, dans la question
gouvernementale, votre révolution sera bientôt la proie des partis du
passé, eussiez-vous les idées les plus saines, les plus justes en
science sociale. Mieux vaudrait, nous n'hésitons pas à le dire, mieux
vaudrait bien comprendre la nature, l'essence du gouvernement
démocratique, sans se soucier beaucoup des réformes que ce gouvernement
doit, du reste, nécessairement amener.»

Ici s'applique cette vérité du Nouveau Testament: «Personne ne met du
vin nouveau dans de vieilles outres; sinon les outres crèvent, le vin
s'écoule et les outres sont perdues; mais on met le vin nouveau dans des
outres neuves pour conserver les deux ensemble.» L'oubli de ce principe
fondamental a amené déjà beaucoup de maux dans le monde, car toujours on
a voulu ciseler la nouvelle révolution sur le modèle de vieilles
devancières:

«Quand nous jetons un coup d'oeil sur la masse des révolutionnaires,
marxistes, possibilistes, blanquistes et même bourgeois--car tous se
retrouveront dans la révolution qui germe en ce moment; quand nous
voyons que les mêmes partis (qui répondent, chacun à certaines manières
de penser, et non à des querelles personnelles, ainsi qu'on l'affirme
quelquefois) se retrouvent dans chaque nation, sous d'autres noms, mais
avec les mêmes traits distinctifs; et quand nous analysons leurs fonds
d'idées, leurs buts et leurs procédés--nous constatons avec effroi que
tous ont le regard tourné vers le passé; qu'aucun n'ose envisager
l'avenir et que chacun de ces partis n'a qu'une idée: faire revivre
Louis Blanc ou Blanqui, Robespierre ou Marat, plus puissants comme force
de gouvernement, mais tout aussi impuissants d'accoucher d'une seule
idée capable de révolutionner le monde.»

L'on doit bien se convaincre que toutes les révolutions n'ont servi qu'à
fortifier et accroître la suprématie et la puissance de la bourgeoisie.
Aussi longtemps que l'État, basé sur la loi, existe et développe de plus
en plus ses fonctions, aussi longtemps que l'on continuera à travailler
dans cette voie, aussi longtemps nous serons esclaves. Si, dans la
révolution prochaine, le peuple ne se rend pas compte de sa mission, qui
consiste à abolir l'État avec tous ses codes et à empêcher surtout son
enracinement dans la société socialiste, tout le sang qui sera versé le
sera inutilement et tous les sacrifices de la masse--car c'est elle qui
fit toujours les plus grands sacrifices, quoiqu'on n'en parle jamais--ne
serviront qu'à élever quelques ambitieux qui ne recherchent que
l'application de l'«Ôte-toi de là que je m'y mette». Nous n'avons cure
d'un changement de personnalités; nous voulons le changement complet de
l'organisation sociale que nous subissons. De plus en plus sera prouvée
la vérité que «l'avenir n'appartient plus au gouvernement des hommes,
mais au gouvernement des affaires» (Aug. Comte). Il est indubitable que
la décision sur le meilleur système dépendra de la demande: Quel système
permet le plus d'expansion de liberté et de spontanéité? Car si la
liberté de vivre à sa guise doit être sacrifiée, une des plus grandes
caractéristiques de la nature humaine, l'individualité, disparaîtra.

À ce point de vue tous pourraient marcher d'accord, Engels aussi bien
que les anarchistes, si l'on ne se laissait arrêter par des mots. Mais,
ce qui s'allie se réunira quand même malgré les séparations et quant à
ce qui est opposé, on parvient parfois à l'accorder artificiellement et
pour quelque temps, mais cela finit toujours par se désagréger. C'est ce
qui nous console et nous fait espérer malgré toutes les controverses et
divisions qui s'élèvent entre des personnes qui, en somme, devraient
s'entendre.

Considérons encore la question de savoir si des socialistes
révolutionnaires et des anarchistes communistes peuvent marcher
ensemble. Nous nous en tenons aux termes employés habituellement,
quoique nous estimions que communisme et anarchisme sont des conceptions
qui s'excluent l'une l'autre. Kropotkine, au contraire, dit dans son
beau livre _La Conquête du pain_, p. 31, que «l'anarchie mène au
communisme et le communisme à l'anarchie, l'un et l'autre n'étant que
l'expression de la tendance prédominante des sociétés modernes à la
recherche de l'égalité». Il m'a été impossible d'établir l'argumentation
nécessaire. Qu'il appelle «le communisme anarchiste le communisme sans
gouvernement, celui des hommes libres», et considère ceci comme «la
synthèse des deux buts poursuivis par l'humanité à travers les âges: la
liberté économique et la liberté politique», on y trouvera facilement à
redire, mais une explication plus complète aurait été désirable.

Les anarchistes proprement dits sont de purs individualistes, qui
acceptent même la propriété privée et n'excluent ni la production
individuelle ni l'échange. De là provient que des hommes comme Benjamin
Tucker[27] et d'autres ne considèrent pas Kropotkine et Most comme
anarchistes. Pour cette raison nous ferons peut-être mieux de parler
dorénavant de _communistes révolutionnaires_. Ni les socialistes
révolutionnaires ni les anarchistes communistes n'y trouveront à redire.

Sur cette question nous ferons de nouveau une enquête, guidé par des
hommes qu'apprécient leurs co-religionnaires.

Existe-t-il une divergence de principes entre le socialisme et
l'anarchie?

Le parti social-démocratique allemand, à la réunion de Saint-Gall, vota
la résolution suivante:

«La réunion du parti déclare que la théorie anarchiste de la société, en
tant qu'elle poursuit l'autonomie absolue de l'individu, est
anti-socialiste; qu'elle n'est autre chose qu'une forme partielle des
principes du libéralisme bourgeois, quoiqu'elle parte des points de vue
socialistes dans sa critique de l'ordre social existant. Elle est
surtout incompatible avec la revendication socialiste de la
socialisation des moyens de production et du règlement social de la
production, et finit dans une contradiction insoluble, à moins que la
production ne soit reportée à la petite échelle de la main-d'oeuvre.

«La religion anarchiste et la recommandation exclusive de la politique
de violence se basent sur une conception erronée du rôle joué pas la
violence dans l'histoire des peuples.

«La violence est aussi bien un facteur réactionnaire qu'un facteur
révolutionnaire, plus réactionnaire même que révolutionnaire. La
tactique de la violence individuelle n'atteint pas le but et est
nuisible et condamnable en tant qu'elle offense les sentiments de
justice de la masse!

«Nous rendons les persécuteurs responsables des actes de violence
commis individuellement par des personnes poursuivies d'une manière
excessive, et nous interprétons le penchant vers ces actes comme un
phénomène ayant existé de tout temps en de pareilles situations et que
des mouchards payés par la police emploient actuellement contre la
classe ouvrière au profit de la réaction.»

Liebknecht, qui prit la parole comme référendaire, distingua trois
sortes d'anarchistes: 1° des agents provocateurs; 2° des criminels de
droit commun qui entourent leur crime d'un voile anarchiste; 3° les
soi-disant défenseurs de la propagande par le fait qui veulent amener ou
faire une révolution par des actes individuels.

Après avoir démontré la nécessité d'_agiter_, d'_organiser_ et
d'_étudier_--gradation qui s'éteint comme une chandelle, comme s'il
était possible d'agiter et d'organiser sans études préalables,
c'est-à-dire sans savoir pourquoi l'on agite et organise, la série des
termes exige: et se révolutionnariser, mais le Liebknecht d'aujourd'hui
a craint pour ce mot--il exprime de la manière suivante la différence
entre socialisme et anarchie:

«Le socialisme concentre les forces, l'anarchie les sépare et est par
conséquent politiquement et économiquement impuissante; elle ne
s'accorde pas plus de l'action révolutionnaire que de la grande
production moderne.» Et il trouve que l'anarchisme est et restera
antirévolutionnaire.

Nous croyons la question résolue inexactement ainsi. Dans une
démonstration scientifique on n'avance guère d'un pas vers la solution
avec de grandes phrases. Qu'on pose d'abord la question: Un anarchiste
est-il socialiste, oui ou non? Et ceci, d'après nous, ne se demande même
pas. Quel est, en somme, le noyau, la quintessence du socialisme? La
reconnaissance ou la non-reconnaissance de la propriété privée.

Il y a peu de temps parut le premier numéro d'une publication faite pour
la propagande socialiste-anarchiste-révolutionnaire, intitulée:
_Nécessité et bases d'une entente_, par Merlino; l'auteur y dit: «Nous
sommes avant tout socialistes, c'est-à-dire que nous voulons détruire la
cause de toutes les iniquités, de toutes les exploitations, de toutes
les misères et de tous les crimes: la propriété individuelle.»

C'est-à-dire que, anarchistes et socialistes, ont le même ennemi: la
propriété privée. De même Adolphe Fischer, un de ceux qui furent pendus
à Chicago, déclara catégoriquement:

«Beaucoup voudraient savoir évidemment quelle est la corrélation entre
anarchisme et socialisme et si ces deux doctrines ont quelque chose de
commun. Plusieurs croient qu'un anarchiste ne peut être socialiste, ni
un socialiste être anarchiste et réciproquement. C'est inexact. La
philosophie du socialisme est une philosophie générale et comprend
plusieurs doctrines subordonnées distinctes. À titre d'explication, nous
voulons citer le terme «christianisme». Il existe des catholiques, des
luthériens, des méthodistes, des anabaptistes, des membres d'Églises
indépendantes et diverses autres sectes religieuses et tous
s'intitulent: chrétiens. Quoique tout catholique soit chrétien, il
serait inexact de dire que tout chrétien croit au catholicisme. Webster
précise le socialisme comme suit: «Un règlement plus ordonné, plus juste
et plus harmonieux des affaires sociales.» C'est le but de l'anarchisme;
l'anarchisme cherche une meilleure forme pour la société. Donc, tout
anarchiste est socialiste, mais tout socialiste n'est pas nécessairement
un anarchiste. Les anarchistes, à leur tour, sont divisés en deux
fractions: les anarchistes communistes et les anarchistes s'inspirant
des idées de Proudhon. L'Association ouvrière internationale est
l'organisation représentant les anarchistes communistes. Politiquement
nous sommes des anarchistes et économiquement des communistes ou
socialistes. En fait d'organisation politique, les communistes
anarchistes demandent l'abolition du pouvoir politique; nous dénions à
une seule classe ou à un seul individu le droit de régner sur une autre
classe ou sur un seul individu. Nous pensons qu'il ne peut y avoir de
liberté aussi longtemps qu'un homme se trouve sous la domination d'un
autre, aussi longtemps que quelqu'un peut soumettre son semblable, sous
quelque forme que ce soit, et aussi longtemps que les moyens d'existence
sont monopolisés par certaines classes ou certains individus. Quant à
l'organisation économique de la société, nous sommes partisans de la
forme communiste ou méthode coopérative de production.»

Nous pourrions citer encore beaucoup d'auteurs qui tous parlent dans le
même sens. Il existe donc un point de départ commun pour les socialistes
et les anarchistes.

En second lieu, Merlino voudrait une _organisation de la production_:
«Le principe fondamental de l'organisation de la production que chaque
individu doit travailler, doit se rendre utile à ses semblables, à moins
qu'il ne soit malade ou incapable ... ce principe que tout homme doit se
rendre utile par le travail à la société, n'a pas besoin d'être codifié:
il doit entrer dans les moeurs, inspirer l'opinion publique, devenir
pour ainsi dire une partie de la nature humaine. Ce sera la pierre sur
laquelle sera édifiée la nouvelle société. Un arrangement quelconque
fondé sur ce principe ne produira pas d'injustices graves et durables,
tandis que la violation de ce principe ramènerait infailliblement et en
peu de temps l'humanité au régime actuel.»

Conséquemment, nous sommes d'accord sur l'ABOLITION DE LA PROPRIÉTÉ
PRIVÉE et L'ORGANISATION DE LA PRODUCTION.

Voici le troisième point: Merlino part de l'idée que «l'expropriation de
la bourgeoisie ne peut se faire que par la violence, par voies de fait.
Les ouvriers révoltés n'ont à demander à personne la permission de
s'emparer des usines, des ateliers, des magasins, des maisons et de s'y
installer. Seulement ce n'est là, à peine, qu'un commencement de la
prise de possession, un préliminaire: si chaque groupe d'ouvriers
s'étant emparé d'une partie du capital ou de la richesse, voulait en
demeurer maître absolu à l'exclusion des autres, si un groupe voulait
vivre de la richesse accaparée et se refusait à travailler et s'entendre
avec les autres pour l'organisation du travail, on aurait sous d'autres
noms et au bénéfice d'autres personnes, la continuation du régime
actuel. La prise de possession primitive ne peut donc qu'être
provisoire: la richesse ne sera mise réellement en commun que quand tout
le monde se mettra à travailler, quand la production aura été organisée
dans l'intérêt commun.»

Les socialistes furent toujours d'accord sur ce point, mais depuis que
le microbe parlementaire a exercé ses ravages parmi les socialistes, il
n'en est plus ainsi.

À Erfurt, Liebknecht appela «la violence un facteur réactionnaire».
Comment est-il possible, lorsque Marx, son maître, par lequel il jure,
dit si clairement dans son _Capital_: «La violence est l'accoucheuse de
toute vieille société enceinte d'une nouvelle. La violence est un
facteur économique!» Il écrit, en outre, dans les _Deutsch-französischen
Jahrbücher_, «L'arme de la critique ne peut remplacer la critique des
armes; la violence matérielle ne peut être abolie que par la violence
matérielle; la théorie elle-même devient violence matérielle dès qu'elle
conquiert la masse.» Et si cela n'est pas encore assez explicite, que
dire de cette citation de Marx dans la _Neue Rheinische Zeitung_: «Il
n'y a qu'un seul moyen de diminuer, de simplifier, de concentrer les
souffrances mortellement criminelles de la société actuelle, les
sanglantes souffrances de gestation de la société nouvelle, c'est le
TERRORISME RÉVOLUTIONNAIRE».

Engels ajoute dans _The Condition of the working class in England_: «La
seule solution possible est une révolution violente qui ne peut plus
tarder d'arriver. Il est trop tard pour espérer encore une solution
paisible. Les classes sont plus antagonistes que jamais, l'esprit de
révolte pénètre l'âme des travailleurs, l'amertume s'accentue; les
escarmouches se concentrent en des combats plus importants, et bientôt
une petite poussée suffira pour mettre tout en mouvement: alors
retentira dans le pays le cri: _Guerre aux palais, paix aux chaumières_!
Et les riches arriveront trop tard pour arrêter le courant.»

Marx et Engels reconnaissent donc la violence comme facteur
révolutionnaire, et nous avons vu que Liebknecht l'appelle un facteur
réactionnaire. N'est-il pas en complète opposition avec les deux
premiers?

Alors, ce Marx était un charlatan, un hâbleur révolutionnaire, un
_Maulheld_ pour employer un qualificatif en honneur parmi les militants
allemands. Il déclare carrément et sans ambages que la violence est un
facteur révolutionnaire, et nulle part nous ne lisons qu'il se soit
élevé au point de vue supérieur de quelques socialistes modernes, qui
qualifient la violence de facteur réactionnaire.

Aucun révolutionnaire ne considérera la violence comme révolutionnaire
sous toutes les formes et dans toutes les circonstances. En ce cas,
toute émeute, toute résistance à la police devraient être considérées
comme telle. Mais il est excessivement singulier de traiter d'actes
réactionnaires la prise de la Bastille et la lutte des travailleurs sur
les barricades en 1848 et 1871.

Est-ce que, par hasard, un discours au Parlement constitue un acte
révolutionnaire? C'est possible, comme tout paraît possible aujourd'hui;
on parle déjà de révolutionnaires parlementaires; oui, l'on considère
les socialistes parlementaires comme les révolutionnaires par
excellence. Il y a certains socialistes qui, pour certains faits,
témoignent leur reconnaissance à la Couronne; il y en a même, comme
Liebknecht et ses codéputés au Landtag saxon, qui jurent fidélité au
roi, à la maison royale et à la patrie; sommé de s'expliquer, Liebknecht
répondit: «Quant à l'assertion du commissaire du gouvernement par
rapport au serment, je suis étonné que le président n'ait pas pris la
défense de mon parti; il est reconnu que nous avons une autre conception
de la religion, mais cela ne nous EXONÈRE PAS DE L'ENGAGEMENT PRIS EN
PRÊTANT SERMENT. Dans mon parti on respecte la parole donnée, et, comme
les socialistes démocrates ont tenu parole, ils sauront tenir leur
serment.» Conséquemment, ils ont juré fidélité au roi et à sa maison: ce
sont des socialistes royalistes. Il y en a en Hollande qui se trouvent
sous le haut patronage du ministre, parce qu'ils appartiennent à la
fraction distinguée, comme Bebel et Vollmar, qui poursuit un autre état
de choses au moyen de la légalité.

Mais croient-ils donc réellement que la société bourgeoise actuelle
aurait pu naître de la société féodale sans chasser les paysans de
leurs terres, sans les lois sanglantes contre les expropriés, sans
l'abolition violente des anciennes conceptions de la propriété, et
pensent-ils que de la société actuelle la société socialiste naîtra sans
révolutions violentes? Il est impossible d'être naïf à ce point-là, et
pourtant ils font croire au grand public des inepties pareilles.
Liebknecht a dit au Reichstag qu'il «est possible de résoudre la
question sociale par le moyen des réformes». Eh bien, le croit-il, oui
ou non? Si oui, il a renié complètement le Liebknecht de jadis, qui
enseigna absolument le contraire. Si non, il en fait accroire au peuple
et mène les gens par le bout du nez. Il n'y a pas de milieu.

Mais à quoi sert l'organisation des travailleurs, si ce n'est à en faire
une puissance à opposer à la puissance des possesseurs? Est-ce que cette
organisation est également un facteur réactionnaire? Si nous étions
convaincus d'être assez forts, croyez-vous que nous supporterions un
jour de plus notre état d'esclavage, de pauvreté et de misère?

Ce serait un crime de le faire.

La conviction de notre faiblesse, par manque d'organisation, est la
seule raison pour laquelle nous subissons l'état de choses actuel.

Les gouvernements le savent mieux que nous. Pourquoi chercheraient-ils
toujours à renforcer leur puissance?

Les partis antagonistes s'organisent et chacun tâche de pousser les
autres à une action prématurée afin d'en profiter.

Tout dépend en outre de la conception de l'État. Liebknecht et ses
co-antirévolutionnaires prennent une autre voie que Marx. Tandis que
celui-ci écrivait: «L'État est impuissant pour abolir le paupérisme.
Pour autant que les États se sont occupés du paupérisme, ils se sont
arrêtés aux règlements de police, à la bienfaisance, etc. L'État ne peut
faire autrement. Pour abolir véritablement la misère, l'État doit
s'abolir lui-même, car l'origine du mal gît dans l'existence même de
l'État, et non, comme le croient beaucoup de radicaux et de
révolutionnaires, dans une formule d'État définie, qu'ils proposent à la
place de l'État existant. L'existence de l'État et l'esclavage antiques
n'étaient pas plus profondément liés que l'État et la société usurière
modernes», Liebknecht croit qu'il y a nécessité que l'on prenne soin du
pauvre, du petit, aussi longtemps qu'il vit et, à ce propos, il prononça
au Parlement les paroles suivantes, qui forment un contraste frappant
avec les idées de Marx: «Nous pensons que c'est un signe de peu de
civilisation que cette grande opposition entre riches et pauvres. Nous
pensons que la marche ascendante de la civilisation fera disparaître peu
à peu cette opposition, et nous croyons que l'État, duquel nous avons la
plus haute conception quant au but qu'il doit atteindre, a la mission
civilisatrice d'abolir la distance entre pauvres et riches, et parce que
nous attribuons cette mission à l'État, nous acceptons, en principe, le
projet de loi présenté.»

Donc, tandis que l'un croit que l'État doit d'abord être aboli, avant de
pouvoir faire disparaître l'antagonisme entre riches et pauvres, l'autre
est d'avis que l'État a pour mission d'abolir cet antagonisme. Ces deux
déclarations sont en complète opposition, ainsi que la suivante:

«Seulement par une législation, non pas chrétienne mais vraiment
humaine, civilisatrice, imbue de l'esprit socialiste, réglant les
rapports du travail et des travailleurs, s'occupant sérieusement et
énergiquement de la solution de la question ouvrière et donnant à
l'État son véritable emploi, vous pourrez écarter le danger d'une
révolution... En un mot, vous n'éviterez la révolution qu'en prenant le
chemin des réformes, des réformes efficaces. Si vous votez la loi avec
les amendements que nous y avons proposés, pour en corriger les défauts,
vous aurez fait un grand pas dans la voie réformatrice. Par là vous ne
saperez pas le socialisme dans ses bases, mais vous lui aurez rendu
service, car cette loi est un témoignage en faveur de la vérité de
l'idée socialiste.»

Le Dr Muller, après avoir cité ces déclarations, dit avec raison: «Un
replâtrage genre socialisme d'État est donc un témoignage en faveur de
la vérité de l'idée socialiste!»

Voilà où l'on en est déjà arrivé ... et l'on entendra bien des choses
plus étonnantes. Sans le mouvement des soi-disant «Jeunes», le parti
social-démocratique allemand serait embourbé encore plus profondément
dans la vase.

Que l'on craigne l'accroissement du parlementarisme qui subordonne la
lutte économique à la lutte politique, cela ressort clairement des
questions portées à l'ordre du jour du Congrès international de Zurich.
Le parti social-démocratique suisse disait dans sa proposition que «le
parlementarisme, là où son pouvoir est illimité, conduit à la corruption
et à la duperie du peuple». Les Américains affirmaient qu'il fallait
veiller à ce que le parti social-démocratique conservât fidèlement son
caractère révolutionnaire et qu'on ne doit pas imiter le système moderne
des détenteurs du pouvoir.

On s'aperçoit clairement que le parlementarisme n'offre pas les
garanties suffisantes pour conserver au socialisme son caractère
révolutionnaire. Chaque fois que la social-démocratie sera sur
le point de sombrer sur les récifs du parlementarisme, les
anarchistes-communistes pousseront un cri d'alarme. Et cela nous viendra
à propos.

Nous croyons qu'anarchistes et socialistes révolutionnaires peuvent
accepter sans arrière-pensée la formule suivante à laquelle les
anarchistes, réunis à Zurich, ont déclaré n'y trouver rien à redire:

«Tous ceux qui reconnaissent que la propriété privée est l'origine de
tous les maux et croient que l'affranchissement de la classe ouvrière
n'est possible que par l'abolition de la propriété privée;

Tous ceux qui reconnaissent qu'une organisation de la production doit
avoir pour point de départ l'obligation de travailler pour avoir un
droit de quote-part aux produits résultant du travail en commun;

Tous ceux qui acceptent que l'expropriation de la bourgeoisie doit être
poursuivie par tous les moyens possibles, soit légaux, soit illégaux,
soit paisibles, soit violents;

Peuvent coopérer au renversement de la société moderne et à la création
d'une nouvelle.»

Au lieu d'être des antithèses incompatibles, le socialisme
révolutionnaire et l'anarchisme peuvent donc coopérer. Nous sommes
d'accord avec Teistler lorsqu'il écrit dans sa brochure: _Le
Parlementarisme et la classe ouvrière_ (n° 1 de la bibliothèque
socialiste de Berlin):

«La classe ouvrière n'obtiendra jamais rien par la voie
politico-parlementaire. Étant une couche sociale opprimée, elle
n'exercera aucune influence tant que la domination de classes existera.
Et le prolétariat possédera depuis longtemps la suprématie économique
quand sera brisée la force politique de la bourgeoisie. Inutile donc de
compter qu'il influence la législation. D'ailleurs, la puissance
politique ne saurait jamais atteindre le but économique poursuivi par
les travailleurs. Car voici comment les choses se passeront en réalité:
Dès que le prolétariat aura aboli la forme de production, l'échafaudage
politique de l'État de classes s'effondrera. Mais l'organisation
politique entière ne peut être modifiée par une action politique.
Comment, par exemple, par voie parlementaire, écarter ou rendre sans
effet la loi des salaires? La supposition même est absurde! La
législation économique entière n'est que la sanction, la codification de
situations existantes et de choses exercées pratiquement. Seulement
quand ils auront déjà acquis un résultat pratique ou quand ce sera dans
l'intérêt des classes dominantes, les travailleurs obtiendront quelque
chose par la voie parlementaire. En tous cas, le mouvement social
constitue la force motrice. C'est pourquoi il est inexcusable de vouloir
pousser les travailleurs, du terrain économique sur le terrain purement
politique».

Les socialistes révolutionnaires, avec les anarchistes-communistes si
possible, doivent diriger la lutte des classes, organiser les masses et
utiliser les grèves comme leur moyen de pouvoir politique, au lieu
d'user leurs forces dans la lutte politique. Laissons la politique aux
politiciens.

Aussi longtemps qu'existera la puissance du capital, aussi longtemps
également le parlementarisme sera un moyen employé par les possesseurs
contre les non-possesseurs. Et le capitalisme se montre jusque dans le
parti social-démocratique. Nous pourrions en donner nombre d'exemples.
Nous pourrions citer la coopérative modèle des socialistes gantois, où
règne la tyrannie et où la liberté de la critique est étouffée, oui,
punie de la privation de travail! Et la même crainte qui empêche les
ouvriers d'une fabrique, menacés de perdre leur gagne-pain, de témoigner
la vérité contre leur patron, ou qui fait même signer une pièce dans
laquelle, à l'encontre de la vérité, ils protestent contre une attaque
envers le fabricant, cette même crainte empêche là-bas les socialistes
de confirmer la vérité que je proclame, moi, parce que je suis
indépendant.

Regardez les pays de suffrage universel comme l'Allemagne et la France.
Le sort de l'ouvrier y est-il meilleur? Voyez les États-Unis; les
élections y sont la plus grande source de corruption sous la
toute-puissance du capitalisme. Un de ces chefs électoraux qui, par la
masse d'argent qu'il recevait, a fait élire les deux derniers
présidents, Harrison et le respectable (?) Cleveland, fut dénoncé
dernièrement et condamné à quelques années de prison. En fait, les
États-Unis sont gouvernés par ces tripoteurs à la solde des banquiers et
ce sont ceux-là qui indiquent la politique à suivre.

Et nous ne pourrions condamner le pauvre diable qui préfère accepter
quelques francs pour son vote plutôt que de souffrir la faim avec femme
et enfants. C'est la chose la plus naturelle du monde. Qu'un autre lui
donne un peu plus, il deviendra clérical, libéral ou socialiste
convaincu. Il est poussé par la faim et dans ce cas nous n'avons pas le
courage de le condamner.

À ce sujet, la remarque de Henry George est très juste: «Le millionnaire
soutient toujours le parti au pouvoir, quelque corrompu qu'il soit. Il
ne s'efforce jamais de créer des réformes, car instinctivement il craint
les changements. Jamais il ne combat de mauvais gouvernements. S'il est
menacé par ceux qui possèdent le pouvoir politique, il ne se remue pas,
il ne fait pas d'appel au peuple, mais il corrompt cette force par
l'argent. En réalité, la politique est devenue une affaire commerciale
et pas autre chose. N'est-il pas vrai «qu'une société, composée de gens
excessivement riches et de gens excessivement pauvres, devient une proie
facile pour ceux qui cherchent à s'emparer du pouvoir»?

Eh bien, si cela est vrai, nous sommes convaincus que la lutte politique
ne nous aide pas, ne saurait nous aider. Car, pendant ce temps,
l'évolution économique va à la dérive. Une forme démocratique et un
mauvais gouvernement peuvent marcher de pair. La base de tout problème
politique est la question sociale et ceux qui tendent à s'emparer du
pouvoir politique n'attaquent pas le mal à sa source vitale.

Nous devons _bien_ voter et si le parlementarisme n'a rien produit
jusqu'ici, c'est parce que nous avons voté _mal_. Tachez d'avoir des
hommes capables de remplir leur mission, crient les charlatans
politiques.--Parfaitement, répétons-nous, attrapons les oiseaux en leur
mettant du sel sur la queue.

Les collectivistes ont lieu d'être satisfaits de la marche des
événements. Émile Vandervelde dit dans sa brochure précitée: «À ne
considérer que l'état pécuniaire, la force motrice des deux systèmes
serait sensiblement équivalente. Mais il faut tenir compte, en faveur de
la solution collectiviste, d'un facteur moral dont l'influence ira
toujours grandissant: au lieu d'être les subordonnés d'une société
anonyme, ceux qui dirigent actuellement l'armée industrielle
deviendraient des hommes publics, investis par les travailleurs
eux-mêmes d'un mandat de confiance.»

Mais il oublie d'ajouter que, d'après sa conception, les ouvriers seront
tous «les subordonnés d'une grande société anonyme», l'État notamment,
c'est-à-dire qu'il n'y aura pas beaucoup de progrès. Tâchons de ne pas
avoir un changement de tyrannie au lieu de son abolition, et par le
collectivisme on n'arrivera qu'à transformer le patronat et non à le
supprimer. Un État pareil sera infiniment plus tyrannique que l'État
actuel.

Platon, dans sa _République_, fait la réflexion suivante:

«Pour cette raison les bons refusent de gouverner pour l'argent ou
l'honneur; car ils ne veulent pas avoir la réputation d'être des
mercenaires ou des voleurs, en acceptant publiquement ou en
s'appropriant secrètement de l'argent; ils ne tiennent pas non plus aux
honneurs. Par la force et les amendes on doit les contraindre à accepter
le pouvoir et on trouve scandaleuse la conduite de celui qui recherche
une position gouvernementale et n'attend pas jusqu'à ce qu'il soit forcé
de l'accepter. Actuellement la plus grande pénitence pour ceux qui ne
veulent pas gouverner eux-mêmes, est qu'ils deviennent les subordonnés
de moins bons qu'eux, et c'est pour éviter cela, je crois, que les bons
prennent le gouvernement en mains. Mais alors ils ne l'acceptent pas
comme une chose qui leur fera beaucoup de plaisir, mais comme une chose
inévitable qu'ils ne peuvent laisser à d'autres. Pour cette raison je
pense que si jamais il devait exister un État exclusivement composé
d'hommes bons, on chercherait autant à ne pas gouverner qu'on cherche
actuellement à gouverner; et qu'il serait prouvé que le véritable
gouvernement ne recherche pas son propre intérêt mais celui de ses
subordonnés et que, par conséquent, tout homme sensé préfère se trouver
sous la direction des autres que de se charger lui-même du pouvoir.»

Ce qui prouve que Platon avait aussi des tendances anarchistes.

Actuellement, on dit souvent: Quoi qu'il arrive, nous devrons quand
même franchir l'étape de l'État socialiste des social-démocrates, pour
arriver à une société meilleure. Nous ne disons pas non. Mais si cela
devrait être vrai, nous aurions encore beaucoup et longtemps à
batailler. Si les symptômes actuels ne nous induisent pas en erreur,
nous voyons déjà la petite bourgeoisie, alliée à l'aristocratie des
travailleurs, se préparer à reprendre le pouvoir des mains de ceux qui
gouvernent aujourd'hui. Ce sera la dictature du quatrième État derrière
lequel s'en est déjà formé un cinquième. Et n'allez pas croire que ce
cinquième État sera plus heureux sous la domination du quatrième que
celui-ci ne l'est sous la domination du troisième. À en juger par
quelques faits récents, nous pouvons avoir à ce sujet des appréhensions
parfaitement justifiées. Que reste-t-il de la liberté de penser dans le
parti officiel social-démocrate allemand? La discipline du parti est
devenue une tyrannie et malheur à celui qui s'oppose à la direction du
parti: sans pitié il est exécuté. Quelle liberté y a-t-il dans les
coopératives tant prônées de la Belgique? Nous pourrions citer des faits
prouvant qu'une telle liberté est un despotisme pire que celui exercé
aujourd'hui[28]. En tout cas, le cinquième État aura la même lutte à
soutenir et il faudra un effort énorme pour l'affranchir de la
domination du quatrième État. Et s'il se produit encore une domination
du cinquième État au détriment du sixième, etc., combien longues
seront alors les souffrances du prolétariat? Une fois un État
social-démocratique constitué, il ne sera pas facile de l'abolir et il
est bien possible qu'il soit moins difficile de l'empêcher de se
développer à sa naissance que de l'anéantir lorsqu'il sera constitué. On
ne peut supposer que le peuple, après avoir épuisé ses forces dans la
lutte homérique contre la bourgeoisie, sera immédiatement prêt à lutter
contre l'État bureaucratique des social-démocrates. Si nous arrivons
jamais à cet État-là nous serons pendant longtemps accablés par ses
bénédictions. De la révolution chrétienne au commencement de notre
ère--qui était d'abord également à tendance communiste--nous sommes
tombés aux mains du despotisme clérical et féodal et nous le subissons
actuellement à peu près depuis vingt siècles.

Si cela peut être évité, employons-y nos efforts. Liebknecht croyait à
Berlin que le socialisme d'État et la social-démocratie n'avaient plus
que la dernière bataille à livrer: «Plus le capitalisme marche à sa
ruine, s'émiette et se dissout, plus la société bourgeoise s'aperçoit
que finalement elle ne peut se défendre contre les attaques des idées
socialistes, et d'autant plus nous approchons de l'instant où le
socialisme d'État sera proclamé sérieusement; et la dernière bataille
que la social-démocratie aura à livrer se fera sous la devise: «Ici, la
social-démocratie, là, le socialisme d'État.» La première partie est
vraie, la seconde pas. Il est évident qu'alors les social-démocrates
auront été tellement absorbés par les socialistes d'État, qu'ils feront
cause commune. N'oublions pas que, d'après toute apparence, la
révolution ne se fera pas par les social-démocrates, qui pour la plupart
se sont dépouillés, excepté en paroles, de leur caractère
révolutionnaire; mais par la masse qui, devenue impatiente, commencera
la révolution à l'encontre de la volonté des meneurs. Et quand cette
masse aura risqué sa vie, la révolution aboutissant, les
social-démocrates surgiront tout à coup pour s'approprier, sans coup
férir, les honneurs de la révolution et tâcher de s'en emparer.

Actuellement les socialistes révolutionnaires ne sont pas tout à fait
impuissants; ils peuvent aboutir aussi bien à la dictature qu'à la
liberté. Ils doivent donc tâcher qu'après la lutte la masse ne soit
renvoyée avec des remerciements pour services rendus, qu'elle ne soit
pas désarmée; car celui qui possède la force prime le droit. Ils doivent
empêcher que d'autres apparaissent et s'organisent comme comité central
ou comme gouvernement, sous quelque forme que ce soit, et ne pas se
montrer eux-mêmes comme tels. Le peuple doit s'occuper lui-même de ses
affaires et défendre ses intérêts, s'il ne veut de nouveau être dupé. Le
peuple doit éviter que des déclarations ronflantes, des droits de
l'homme se fassent _sur le papier_, que la socialisation des moyens de
production soit décrétée et que ne surgissent en réalité au pouvoir de
nouveaux gouvernants, élus sous l'influence néfaste des tripotages
électoraux--qui ne sont pas exclus sous le régime du suffrage
universel--et sous l'apparence d'une fausse démocratie. Nous en avons
assez des réformes sur le papier: il est temps que l'ère arrive des
véritables réformes. Et cela ne se fera que lorsque le peuple possédera
réellement le pouvoir. Qu'on ne joue pas, non plus, sur les mots
«évolution» et «révolution» comme si c'étaient des antithèses. Tous deux
ont la même signification; leur unique différence consiste dans la date
de leur apparition. Deville, que personne ne soupçonnera d'anarchisme,
mais qui est connu et reconnu comme social-démocrate et possède une
certaine influence, Deville le déclare avec nous. À preuve son article:
«Socialisme, Révolution, Internationalisme» (livraison de décembre de la
revue _L'Ère nouvelle_), dans lequel il écrit: «Évolution et révolution
ne se contredisent pas, au contraire: elles se succèdent en se
complétant, la seconde est la conclusion de la première, la révolution
n'est que la crise caractéristique qui termine effectivement une
période évolutive.» Après il cite un exemple que j'ai moi-même rappelé
déjà souvent: «Voyez ce qui se passe pour le poussin. Après avoir
régulièrement évolué à l'intérieur de la coquille, la petite bête ignore
que l'évolution a été décrétée exclusive de toute violence: au lieu
d'employer ses loisirs à user tout doucement sa coquille, elle ne fait
ni une ni deux et la brise sans façon. Eh bien! le socialisme, le cas
échéant, imitera le poussin: si les événements le lui commandent, il
brisera la légalité dans laquelle il se développe et dans laquelle il
n'a, pour l'instant, qu'à poursuivre son développement régulier. Ce qui
constitue essentiellement une révolution, c'est la rupture de la
légalité en vigueur: c'est là la seule condition nécessaire pour la
constituer, tout le reste n'est qu'éventuel.»

En effet, la révolution n'est autre chose que la phase finale inévitable
de toute évolution, mais il n'y a pas d'antithèse entre ces deux termes,
comme on le proclame souvent. Qu'on ne l'oublie pas, pour éviter toute
confusion. Une révolution est une transition vive, facilement
perceptible, d'un état à un autre; une évolution, une transition
beaucoup plus lente et partant moins perceptible.

Résumons-nous et arrivons à établir cette conclusion que LE SOCIALISME
EST EN DANGER par suite de la tendance de la grande majorité. Et ce
danger est l'influence du capitalisme sur le parti social-démocrate. En
effet, le caractère moins révolutionnaire du parti dans plusieurs pays
provient de la circonstance qu'un nombre beaucoup plus grand d'adhérents
du parti ont quelque chose à perdre si un changement violent de la
société venait à se produire. Voilà pourquoi la social-démocratie se
montre de plus en plus modérée, sage, pratique, diplomatique (d'après
elle plus rusée), jusqu'à ce qu'elle s'anémie à force de ruse et
devienne tellement pâle qu'elle ne se reconnaîtra plus. La
social-démocratie obtiendra encore beaucoup de voix, quoique
l'augmentation ne se fasse pas aussi vite que le rêvent Engels et
Bebel,--comparez à ce sujet les dernières et les avant-dernières
élections en Allemagne,--il y aura plus de députés, de conseillers
communaux et autres dignitaires socialistes; plus de journaux, de
librairies et d'imprimeries; dans les pays comme la Belgique et le
Danemark il y aura plus de boulangeries, pharmacies, etc., coopératives;
l'Allemagne comptera plus de marchands de cigares, de patrons de
brasserie, etc.; en un mot, un grand nombre de personnes seront
économiquement dépendantes du futur «développement paisible et calme» du
mouvement, c'est-à-dire qu'il ne se produira aucune secousse
révolutionnaire qui ne soit un danger pour eux. Et justement ils sont
les meneurs du parti et, par suite de la discipline, presque
tout-puissants. Ici également ce sont les conditions économiques qui
dirigent leur politique. Quand on voit le parti allemand approuvé chez
nous par la presse bourgeoise, qui l'oppose aux vulgaires socialistes
révolutionnaires, cela donne déjà à réfléchir. Un de nos principaux
journaux écrivait à ce sujet les lignes suivantes, dans lesquelles il y
a quelque chose à apprendre pour l'observateur attentif: «Nos
socialistes, dans les dernières années, ont pris tant de belles
manières, se sont frisés et pommadés si parlementairement, que l'on peut
se dire en présence de la lente transformation d'un parti conçu
révolutionnairement en un parti non précisément radical, mais qui
considère le cadre de la société existante comme assez élastique et
suffisant pour enclaver même ce parti, fût-ce avec quelque résistance.
Le développement actuel du socialisme allemand est un sujet très
important, dont nous n'avons pas à nous occuper pour le moment. Même si
le nombre des députés socialistes au Reichstag s'élève à 60-70, il n'y a
pas encore de danger politique dont doive s'alarmer l'empire allemand.
D'abord, le socialisme prouve sa faiblesse en devenant un parti
parlementairement fort, car ses adhérents en attendent alors des
résultats plus positifs, que cette fraction parlementaire ne pourra leur
donner qu'en devenant encore plus apprivoisée, plus condescendante. En
second lieu on peut supposer que les partis non socialistes aplaniront
mainte opposition existant actuellement entre eux, et ce à mesure que le
socialisme les combattra plus vivement comme un parti ayant de
l'influence sur la législature.»

Singer, au nom du parti social-démocratique, a reconnu qu'au Parlement
on tâche de formuler ses revendications de telle manière qu'elles
puissent être acceptées par les classes dominantes. Ce qui veut dire, en
d'autres termes, que l'on devient un parti de réformes. L'idée
révolutionnaire est supprimée par la confiance dans le parlementarisme.
On demande l'aumône à la classe dominante, mais celle-ci agit d'après
les besoins de ses propres intérêts. Lorsqu'elle prend en considération
les revendications socialistes, elle ne le fait pas pour les
social-démocrates, mais pour elle-même. L'on aboutit ainsi au marécage
possibiliste petit-bourgeois et involontairement la lutte des classes
est mise à l'arrière-plan.

Cela sonne bien lorsqu'on veut nous faire accroire que la classe
travailleuse doit s'emparer du pouvoir politique pour arriver à son
affranchissement économique, mais, pratiquement, est-ce bien possible?
Jules Guesde compare l'État à un canon qui est aux mains de l'ennemi et
dont on doit s'emparer pour le diriger contre lui. Mais il oublie qu'un
canon est inutile sans les munitions nécessaires et l'adversaire détient
celles-ci en réglant en sa faveur les conditions économiques. Comment
l'ouvrier, dépendant sous le rapport économique, pourra-t-il jamais
s'emparer du pouvoir politique? Nous verrions plutôt le baron de
Münchhausen passer au-dessus d'une rivière en tenant en main la queue de
sa perruque que la classe ouvrière devenir maîtresse de la politique
aussi longtemps qu'économiquement elle est complètement dépendante.

Mais le danger qui nous menace n'est pas si grand; c'est visiblement une
phase de l'évolution; nous n'avons pas à constituer un mouvement selon
nos désirs, mais nous avons à analyser la situation; malgré tous les
efforts des meneurs pour endiguer le mouvement, le développement
économique poursuit sa marche et les hommes seront forcés de se
conformer à ce développement, car lui ne se conforme pas aux hommes.

Il n'est pas étonnant que des pays arriérés comme l'Allemagne et
l'Autriche soient partisans de cette tendance autoritaire; car lorsque
les pays occidentaux comme la France, l'Angleterre, les Pays-Bas et la
Belgique avaient déjà bu depuis longtemps à la coupe de la liberté,
l'Allemagne ne savait pas encore épeler le mot liberté. Voilà pourquoi
le développement politique y est presque nul et tandis qu'elle a
rattrapé les autres pays sur le chemin du développement économique, elle
reste en arrière pour le développement politique. Celui qui connaît plus
ou moins l'État policier allemand,--et ceci concerne encore plus
l'Autriche,--sait combien l'on y est encore arriéré. Et quoique
Belfort-Bax considère les socialistes allemands comme «les meneurs
naturels du mouvement socialiste international», nous pensons que la
direction d'un tel mouvement--il paraît qu'on rêve toujours de
direction--ne peut être confiée à un des peuples orientaux. La
germanisation du mouvement international, le _Deutschland, Deutschland
über alles_[29] qu'on aime tant à appliquer là-bas, serait un recul, que
doivent redouter les peuples occidentaux plus avancés.

Nous envisageons l'avenir avec calme parce que nous avons la conviction
que ce ne sont pas nos théories qui provoquent la marche suivie et que
l'avenir appartient à ceux qui se seront le mieux rendu compte des
événements, qui auront analysé le plus exactement les signes des temps.

Pour nous la vérité est dans la parole suivante: Aujourd'hui le vol est
Dieu, le parlementarisme est son prophète et l'État son bourreau; c'est
pourquoi nous restons dans les rangs des socialistes libertaires, qui ne
chassent pas le diable par Belzébub, le chef des diables, mais qui vont
droit au but, sans compromis et sans faire des offrandes sur l'autel de
notre société capitaliste corrompue.



NOTES:

[4] _Norglerei_, chicane; _Norgler_, chicaneur.

[5] _Der Parlementarismus, die Volksgesetzgegebung und die
Sozial-demokratie_, pp. 138 et 139.

[6] _Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der
sozial-demokratischen Partei Deutschlands_, p. 205.

[7] _Idem_, p. 204.

[8] _Protokoll Halle_, p. 102.

[9] _Protokoll Erfurt_, p. 174.

[10] _Protokoll Halle_, pp. 56-57.

[11] _Protokoll Erfurt_, pp. 40-41.

[12] _Der Klassenkampf in der deutschen Sozialdemokratie_, p. 38.

[13] _Protokoll Erfurt_, p. 258.

[14] _Idem_, p. 199.

[15] «La Politique de la social-démocratie», conférence par A. Steck.
(_Social-demokrat_ suisse.)

[16] _Ueber die politische Stellung_, pp. 11 et 12.

[17] Préfecture.

[18] Voir «Les divers courants de la démocratie socialiste allemande».

[19] Ancienne prison pour délinquants politiques.

[20] La place où se trouve la Chambre des députés.

[21] Citation d'un ex-membre, de la Chambre, plein de talent, Dr A.
Kuyper.

[22] _Protokoll Berlin_, p. 179.

[23] _Eminent staatsbildend_: développant l'État éminemment;
_staatsstürzende Kraft_: force pour renverser l'État.

[24] Celui qui pactise avec ses ennemis, parlemente; celui qui
parlemente, pactise.

[25] _De l'origine de la Famille, de la Propriété privée et de l'État._

[26] _La Révolte_, 5° année, n° 5, du 14 au 23 octobre 1891.

[27] _Instead of a book by a man too busy to write one_.

[28] Voir les procédés dans les coopératives de Gand, où la tyrannie la
plus raffinée est exercée.

[29] L'Allemagne, l'Allemagne au-dessus de tout.



III

SOCIALISME LIBERTAIRE ET SOCIALISME AUTORITAIRE[30]


Les idées marchent--et plus vite qu'on ne le croit. Une année, au temps
présent, équivaut, quant au développement des idées, à vingt-cinq années
des temps passés, ce qui fait que d'aucuns ne peuvent suivre le
mouvement.

L'antique lutte entre l'autorité et la liberté qui, à travers les
siècles, a absorbé l'esprit humain, est loin d'être terminée. Dans tous
les partis elle se manifeste d'une façon différente et partout on la
rencontre, sur le terrain religieux aussi bien que sur le terrain moral
et politique.

L'autorité, c'est la domination de l'homme par l'homme, quelle que soit
la forme qu'elle revêt.

La liberté, c'est la faculté laissée à chacun d'exprimer librement son
opinion et de vivre conformément à cette opinion.

L'homme est avant tout une individualité distincte de toutes les autres,
et bien mal inspiré serait celui qui voudrait détruire cette
individualité--cette part la meilleure et la plus noble de l'être
humain--et qui désirerait que l'individu disparût complètement dans la
collectivité. Ce serait étouffer la caractéristique et l'essence même de
l'homme.

Mais l'homme est encore un être social, et comme tel il doit
nécessairement _tenir compte_ des droits et des besoins des autres
hommes, vivant avec lui dans la communauté. Celui qui estime les
avantages de la vie commune plus considérables que ceux que pourrait lui
assurer une existence purement individuelle, sacrifiera volontiers à la
communauté une partie de son individualisme. Cependant que
l'individualiste pur préférera se priver de beaucoup de choses pourvu
qu'il n'ait pas à subir le contact et la pression de la collectivité.

La grande difficulté est de tracer la limite exacte entre ces deux
principes. Cela est même presque impossible. Il faut en effet tenir
compte, chez les personnalités comme chez les collectivités, du
tempérament, de la nationalité, du milieu et de tant d'autres choses
exerçant des influences variées.

       *       *       *       *       *

On rencontre ces deux courants, comme dans tous les autres groupements
politiques, aussi dans le parti socialiste. On y trouve le socialisme
_libertaire_ et le socialisme _autoritaire_.

Le socialisme autoritaire est né en Allemagne et là aussi il est le plus
fortement représenté. Mais il a fait école dans tous les pays. On
pourrait l'intituler: le socialisme allemand.

Le socialisme libertaire, plus conforme aux aspirations et à l'esprit du
peuple français, nous vient de France pour se ramifier dans les pays où
l'esprit libertaire est plus développé. On a essayé de greffer le
socialisme allemand sur le tronc du socialisme français, et il en
existe même une section en France, laquelle section, comme la copie
exagère toujours l'original, est encore plus allemande que les Allemands
eux-mêmes. Ce sont les marxistes ou guesdistes. Mais ce socialisme-là ne
se propagera jamais dans des proportions considérables parmi le peuple
français, qui, pour s'assimiler le socialisme allemand, devrait d'abord
se débarrasser de son esprit libertaire. Or, cela est impossible, et de
ce côté il n'y a donc nul danger à craindre. Les pays où la liberté
n'est pas tout à fait chose inconnue--comme c'est le cas en Allemagne,
pays à peine, et encore incomplètement, sorti du féodalisme--penchent
plutôt vers le socialisme français. Tels l'Angleterre, les Pays-Bas,
l'Italie et l'Espagne, tandis que l'Autriche, la Suisse, le Danemark et
la Belgique copient plutôt le modèle allemand.

Il ne faudrait pas prendre cette distinction d'une façon trop absolue.
Car il existe, en effet, un courant libertaire dans les pays
autoritaires et inversement. Néanmoins, dans les grandes lignes, notre
définition est exacte.

En continuation d'autres articles parus ici-même, à savoir: «Les divers
courants de la démocratie socialiste allemande[31]» et «Le socialisme en
danger[32]», nous voulons suivre le développement du socialisme comme il
s'est manifesté depuis.

Dans ma première étude je me suis efforcé de démontrer, preuves en
main,--car les argumentations dont je me suis servi ont été empruntées
aux porte-parole du parti eux-mêmes,--comment, dans le cours des années,
la démocratie socialiste avait perdu son caractère révolutionnaire et
comment elle était devenue, purement et simplement, un parti de
réformes, nullement intransigeant à l'égard de la bourgeoisie. À la
gauche du parti on vit les «Jeunes» ou «indépendants» lever la tête
audacieusement, mais au congrès d'Erfurt ils furent exclus comme
hérétiques. Pour la droite, guidée par Vollmar, on eut, par contre, plus
de considération, on n'osa pas l'excommunier, et pour cause: le morceau
était trop gros et les partisans de Vollmar trop nombreux. Entre ces
deux fractions extrêmes se trouve pris le comité directeur sous la
trinité Liebknecht-Bebel-Singer, et assez caractéristiquement dénommé
par les social-démocrates allemands: «le gouvernement». Ce sont des
hommes du juste-milieu, aux vues gouvernementales.

À ces messieurs, Vollmar a donné pas mal de peine. Ce fut son attitude
politique, telle qu'il l'avait expliquée dans quelques discours
prononcés à Munich, qui, avec l'exécution des «Jeunes», fournit le
morceau de résistance au congrès d'Erfurt. Au congrès de Berlin on
traita la question du socialisme d'État, et à cette occasion Liebknecht
et Vollmar accomplirent un véritable tour de prestidigitation en
confectionnant un ordre du jour au goût de tout le monde. Au congrès de
Francfort il s'agit des députés socialistes au Landtag bavarois et de
leur vote approbatif du budget. Et chaque fois Vollmar sortit victorieux
de ces joutes oratoires. Les chefs socialistes de l'Allemagne du Nord ne
réussirent pas à battre en brèche son influence ni à lui faire la loi.
Bien au contraire: leur parti penche de plus en plus à droite.

À l'accusation d'avoir voulu prescrire une nouvelle ligne de conduite au
parti, Vollmar répond fort justement que l'action qu'il a recommandée «a
déjà été appliquée depuis la suppression de la loi d'exception, dans
beaucoup de cas, tant dans le Reichstag qu'au dehors».

Ensuite: «Je ne l'ai donc pas inventée, mais je me suis identifié avec
elle; du reste, elle a été suivie depuis le congrès de Halle. À présent
on peut moins que jamais s'éloigner de cette manière de voir. Ceci
prouve clairement que j'ai en vue la tactique existante, celle qui doit
être suivie d'après le règlement du parti.»

Un autre délégué, de Magdebourg, dit: «Moi aussi je désapprouve la
politique de Vollmar, mais celui-ci n'a pourtant rien dit d'autre à mon
avis, que ce qui a été fait par toute la fraction.» Auerbach, de Berlin,
y ajoute avec beaucoup de logique: «La façon d'agir des membres du
Reichstag conduit nécessairement à la tactique de Vollmar.»

Et quoique Bebel, Liebknecht, Auer et d'autres encore insistassent
auprès du congrès pour faire adopter un ordre du jour sans équivoque;
quoique Liebknecht se prononçât très catégoriquement et exigeât même que
l'ordre du jour de Bebel, amendé par Oertel,--ordre du jour
désapprouvant les discours de Vollmar et sa nouvelle tactique,--fût
adopté, et qu'il allât même jusqu'à dire que «si la motion d'Oertel
n'est pas adoptée, l'opposition aurait raison et dans ce cas j'irais
moi-même à l'opposition»,--quoique Bebel insistât sur la nécessité de se
prononcer carrément, on n'osa pas aller jusqu'au bout, surtout après la
mise en demeure de Vollmar: «Si la motion d'Oertel est adoptée, il ne me
reste qu'à vous dire que dans ce cas je vous ai adressé la parole pour
la dernière fois.» Liebknecht n'alla pas à l'opposition et Bebel ni ses
amis ne quittèrent le parti.

En ce qui concerne la question du socialisme d'État, Vollmar et
Liebknecht défendaient des points de vue absolument contraires. Qui ne
se rappelle la polémique dans les journaux du parti et les aménités que
ces messieurs se prodiguaient? Mais on finit par conjurer l'orage et les
deux frères ennemis, Liebknecht et Vollmar, parurent au congrès où ils
communièrent dans un ordre du jour de réconciliation, confectionné de
commun accord. On voit d'ici ce morceau de littérature. Soigneusement
arrondi, édulcoré, à la portée des intelligences les plus timides, cet
ordre du jour n'est qu'un amalgame de phrases creuses, contentant tout
le monde.

Mais voici qu'une nouvelle surprise vint troubler cet accord harmonieux.
Les députés au Landtag bavarois, et parmi eux Vollmar, allaient jusqu'à
voter pour le budget. C'était excessif peut-être! Car voter le budget de
l'État, c'est accorder sa confiance au gouvernement, et de la part d'un
social-démocrate cela semble d'autant plus incohérent que ce
gouvernement s'est toujours montré hostile à son parti.

Cette affaire fut mise en question au congrès de Francfort. Deux ordres
du jour furent soumis au congrès. L'un provenait des députés de
l'Allemagne méridionale et était ainsi conçu:

«Considérant que la lutte principielle contre les institutions
existantes de l'État et de la société ressort de l'action d'ensemble du
parti;»

«Considérant ensuite que le vote, en leur entier, des lois de finance
dans les différents États (de l'empire) est une question uniquement
utilitaire: à apprécier seulement suivant les circonstances locales et
de temps, et d'après les faits cités au congrès du parti tenu en
Bavière;»

«Le Congrès passe outre aux ordres du jour 1, 3 et 4 proposés par
Berlin et à ceux proposés par Halle, Weimar, Brunswick et Hanau.»

Tous ces ordres du jour contenaient un blâme à l'adresse des députés
socialistes au Landtag bavarois.

À côté de ces motions réprobatrices il y en avait une signée par les
hommes les plus influents de la «fraction»: Auer, Bebel, Liebknecht,
Singer, etc.

Elle était ainsi conçue:

Le congrès déclare: «Il est du devoir des représentants parlementaires
du parti, tant au «Reichstag» qu'aux «Landtage», de vivement critiquer
et de combattre tous les abus et toutes les injustices inhérentes au
caractère de classes de l'État, qui n'est que la forme politique d'une
organisation faite pour la sauvegarde des intérêts des classes
gouvernantes; il est en outre du devoir des représentants du parti
d'employer tous les moyens possibles pour faire disparaître des abus
existants et de faire naître d'autres institutions dans le sens de notre
programme. En plus, comme les gouvernements en tant que chefs d'États de
classes combattent de la plus énergique façon les tendances
social-démocrates et se servent de tous les moyens qui leur paraissent
propices pour anéantir, si possible, la social-démocratie, il s'ensuit
logiquement que les représentants du parti dans les «Landtage» ne
peuvent accorder aux gouvernements leur confiance et que l'approbation
du budget impliquant nécessairement un vote de confiance ils doivent
voter contre le budget.»

Et quel sort échut à ces deux ordres du jour?

Le premier fut rejeté par 142 voix contre 93.

Le second par 164 contre 94.

On ne se décida donc à rien et la question en resta là. Et cela malgré
la pression exercée par la trinité Bebel-Liebknecht-Singer! Bien loin
de perdre de son influence, Vollmar en a donc gagné: Et il a pu s'en
retourner chez lui avec la douce conviction d'être soutenu par une
importante fraction du parti.

Bebel aperçut le danger et, rentré à Berlin, il résolut de commencer la
lutte. Dans une réunion, il manifeste son dépit à l'égard du congrès, le
plus considérable de tous ceux tenus depuis la création du parti. Le
parti, dit-il en substance, a pu s'accroître numériquement, _il a
certainement perdu en qualité_. Des petits bourgeois, nullement d'accord
avec les principes de la social-démocratie et de l'agitation
internationale, se sont insinués dans le parti, pour y former l'élément
modéré. L'opportunisme, le particularisme menacent de ruiner le parti.
Pour lui, Bebel, un petit parti à principes déterminés est préférable à
un parti fort numériquement et sans discipline. L'état actuel des choses
lui est fort pénible. Il avait même songé à abandonner sa place au
conseil central et ne l'avait conservée que sur les instances des
compagnons et amis. Toutefois, il ne promettait rien et tenait à
réserver son entière liberté d'action au cas où les affaires
continueraient à marcher de même façon.

Nous voudrions connaître l'opinion de Bebel--Bebel, qui, en tant que
prophète, s'est si souvent lamentablement trompé--sur l'article qu'il
publia peu avant le congrès dans la _Neue Zeit_[33]. Il nous semble que
la lecture l'en doive légèrement embarrasser.

Dans cet article Bebel dit:

«Quant à des dissensions principielles ou sérieuses à propos de la
tactique du parti, il ne saurait en être question. Nulle part n'existent
des dissensions de principe. Le parti, chez _tous_ ses adhérents, se
trouve sur une base de principe unique, définie dans le programme. Pour
qui voudrait être ici d'une opinion différente, il n'y aurait pas de
place dans le parti; il lui faudrait aller aux anarchistes ou bien
aborder dans le camp bourgeois. Le parti n'aurait que faire de lui.»

Les événements du congrès ont dû désenchanter Bebel, et le fait prouve
en tous cas combien peu il est au courant de ce qui se passe dans son
parti.

Il est vrai que dans le troisième article d'une série publiée au
_Vorwaerts_, Bebel avoue que, parti pour le congrès dans un état
d'esprit optimiste, il avait été terriblement déçu.

En ce qui concerne Liebknecht, il était tellement frappé d'aveuglement
que, même après le congrès, il vantait encore l'unité inébranlée du
parti. Il publia dans le _Vorwaerts_ un article redondant qui prouvait à
quel point son auteur avait perdu la faculté d'appréciation. Liebknecht
y dit: «Les dissensions tant escomptées par nos ennemis, disparurent à
la suite d'une critique libre et sans ambages, et au lieu de la
scission, invariablement prophétisée par nos adversaires, il y eut union
plus étroite encore. Le cas «bavarois» qui devait conduire à la ruine du
parti, ou du moins à l'irrémédiable rupture entre les chefs de Berlin et
les rebelles de l'Allemagne du Sud, fut si bien aplani, grâce au tact et
au bon sens de la majorité, que pas la moindre amertume n'a subsisté
d'un côté ni de l'autre.»

Un tel optimisme surpasse l'imagination la plus fantasque. Et si jamais
le «tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes» a été illustré,
ce fut par le vieux Liebknecht.

Parmi d'autres choses, la question agraire fut mise en discussion au
congrès. Ici, l'attitude de Vollmar et de Schonlank fut d'un
opportunisme tel qu'ils jetèrent par dessus bord le principe socialiste,
dans l'intérêt de la propagande «pratique». Homoéopathiquement, on
n'administre que par doses infimes le socialisme aux paysans. On a peur
de les tuer par une ingurgitation trop copieuse. Et ce qui frappe le
plus le lecteur attentif du compte rendu, c'est qu'on ne s'adresse pas,
pour les médiquer, aux paysans-ouvriers qui, eux, ne possèdent pas un
pouce de terrain, mais ... aux petits propriétaires!

Avec une indiscutable logique la _Frankfurter Zeitung_ a pu dire à ce
sujet: «Quelques phrases mises à part, tout parti radical-bourgeois peut
arriver aux mêmes conclusions.» Dans la _Réforme_, M. Lorand s'exprime à
peu près identiquement.

Vollmar ne manqua pas de ramasser le gant. Il parle du «pronunciamiento»
de Bebel et s'écrie: «Les temps présents nous offrent un étrange
spectacle. En face des ennemis marchant sur nous en rangs serrés et
prêts à nous attaquer, nous voyons un de nos chefs se lever et lancer le
brandon de discorde, _non parmi_ les adversaires, mais dans nos propres
rangs.»

Un des vétérans du parti, le député Grillenberger, se mêla à la dispute
en se rangeant dans la presse, comme à Erfurt, du côté de Vollmar. Cette
polémique trahit l'amertume et l'irritation que dans les deux camps on
ressent. Vollmar dit «que les motifs de l'attitude de Bebel doivent être
cherchés dans son amour-propre blessé et dans son manque de sens
critique et de sang-froid, qui lui ont fait placer--lui, le chef d'un
parti démocratique--sa propre personnalité au-dessus des intérêts les
plus tangibles du parti, à la honte et au détriment de la
social-démocratie et pour le plus grand bien et la joie des
adversaires». Quant à Bebel, il reproche à Grillenberger son langage
«sale et vulgaire comme le vocabulaire d'un voyou».

Ces personnalités ne nous intéressent que médiocrement, mais elles
illustrent néanmoins d'une façon particulière la complète «unité» du
parti.

Bebel prétend que l'élément petit-bourgeois, considérable surtout dans
l'Allemagne du Sud, affaiblit le parti, et que l'opportunisme et le
particularisme bavarois, encouragés systématiquement par Vollmar, sont
irréconciliables avec le principe.

Il constate donc l'existence de très réelles dissensions de principes et
d'après lui, Vollmar, Grillenberger et les leurs se trouvent devant le
dilemme d'aller soit vers les anarchistes soit dans le camp bourgeois.
Or, Vollmar ne semble nullement disposé à obéir à cette mise en demeure.
Bien au contraire: il s'imagine, après comme avant, d'être en parfait
accord avec les principes de la social-démocratie.

Bebel publia au _Vorwaerts_ quatre articles dans lesquels il précise sa
façon de voir et apprécie les opinions de Vollmar. L'étude est
intéressante et nous croyons utile d'en placer quelques fragments sous
les yeux d'une plus grande fraction du public.

Bebel rappelle combien de fois déjà Vollmar a obligé les divers congrès
à s'occuper de sa politique et comment Vollmar est devenu une «colonne
d'espérance» (_Hoffnungssäule_) pour «tous les tièdes _dans_ le parti et
pour tous les réformateurs bourgeois du dehors». Lui, qui connaît
Vollmar, sait que celui-ci arrivera peut-être un jour, comme il l'a fait
avant, «à emboucher la trompette de l'ultra-radicalisme comme, à
présent, il entonne l'air du «tout doux», pour piper Pierre et Paul et
grossir ainsi les bagages du parti, si ... Oui, «si»? Voilà le grand
point d'interrogation et, pour le moment, je ne désire pas davantage
approfondir la question.»

Vollmar fit ressortir, et avec raison, que ce que Bebel lui
reprochait avait déjà été dit par Hans Müller[34] ... au sujet de
l'embourgeoisement du parti. Avec la prétention propre aux personnages
gouvernementaux, Bebel rejette loin de lui cette insinuation en
affirmant qu'il n'a que superficiellement feuilleté la brochure de Hans
Müller et qu'il sait à peine ce qu'elle contient.

Malgré la solennelle affirmation de M. Bebel, nous nous permettons de
n'en rien croire. Comment, voilà une critique essentielle contre le
parti tout entier, faite par un homme dont Bebel lui-même a dit qu'il
n'était pas le premier venu, et on voudrait nous faire croire que les
chefs du parti ne l'ont pas lue? C'est par trop invraisemblable, et, si
cela était _vrai_, ce serait inexcusable. Inexcusable en effet, car
comme chef de parti on est tenu de prendre connaissance de tout ce qui
peut être utile à un degré quelconque, au parti lui-même. Et
invraisemblable aussi, car il est difficile d'admettre que l'on ait
ignoré, ou à peu près, une brochure sensationnelle comme celle de Hans
Müller. Mais j'imagine, combien cette brochure a dû être désagréable aux
muphtis du parti, car, sans se perdre dans des personnalités, l'auteur y
a démontré, avec preuves à l'appui et par des citations empruntées aux
écrits mêmes des dits grands dignitaires, combien la social-démocratie
s'était embourgeoisée et avait incliné à droite.

Mais voilà! Hans Müller a eu l'infortune d'être plus perspicace que
Bebel et de découvrir avant celui-ci les phénomènes, qui, à présent, se
manifestent aux yeux de tous.

N'était-ce pas Bebel qui, à cette époque, fit remarquer comment les
conditions matérielles d'un individu influencent ses opinions? Il fit
cette observation en visant Vollmar qui habite une villa plutôt
somptueuse au bord d'un des lacs de Bavière. Mais la même remarque a été
faite par d'autres, et avec autant de justesse, à l'égard de Bebel.

       *       *       *       *       *

Recherchons maintenant les causes de l'infiltration de plus en plus
considérable d'éléments petit-bourgeois dans la social-démocratie et de
la grande influence qu'ils y exercent.

Le docteur Hans Müller a écrit tout un chapitre sur cette question.

Jusqu'aux temps de la loi contre les social-démocrates en Allemagne, le
mouvement social-démocratique fut un mouvement de classe purement
prolétarien avec un caractère nettement révolutionnaire. Les adhérents
furent presque exclusivement des ouvriers; les petits patrons, les
paysans et les boutiquiers formaient un nombre insignifiant sans aucune
influence sur le mouvement.

Plus tard un changement complet se produisit. Quelles furent les causes
de ce changement?

Premièrement la dépendance où se trouvent les ouvriers salariés, qui
leur rend difficile sinon impossible une activité politique publique. Un
ouvrier salarié par exemple ne peut être membre du parlement, car son
patron ne lui permettrait pas d'assister aux séances, et peut-on
imaginer d'ailleurs un patron, permettant à un de ses ouvriers de siéger
au parlement comme social-démocrate? Il ne faut pas oublier que la
position financière du prolétaire est un obstacle, car les membres du
parlement allemand (Reichstag) ne reçoivent aucune indemnité et, quoique
le parti allemand paie à ses membres une indemnité, il ne les indemnise
que pour les jours où le parlement s'assemble.

Les ouvriers qui remplissent un rôle prépondérant, perdent leurs places
et doivent chercher une autre carrière. Ici on ouvrait un café ou un
bureau de tabac, là on devenait colporteur, on installait une librairie
ou bien on se faisait rédacteur d'un journal pour les ouvriers. Ces
hommes se créaient ainsi une existence petit-bourgeoise: Auer, qui fut
garçon sellier, monta en 1881 un magasin de meubles; Schuhmacher, garçon
tanneur, fonda en 1879 une tannerie; Stolle, jardinier-fleuriste, tint
un café; Dreesbach, primitivement ébéniste devint marchand de tabac.

On peut allonger cette liste à volonté. Naturellement ces hommes furent
les meilleurs adhérents du parti. Mais on comprend que le milieu dans
lequel on vit, exerce une grande influence sur l'existence et la façon
de penser; les hommes dont nous venons de parler n'ont pu se soustraire
à la règle générale et leur changement de position a été accompagné d'un
changement d'opinion.

Beaucoup des chefs locaux de la social-démocratie sont égarés par leur
existence petit-bourgeoise. Ils ne sont plus les représentants du
mouvement purement prolétarien, mais, arrachés des rangs des
prolétaires, ils ont perdu leurs idées révolutionnaires. Ils commencent
à parler de l'amélioration de la position des petits bourgeois, dans le
cadre de la société actuelle.

La prudence est conseillée. Déjà ils ont perdu leur place une première
fois, ils vont désormais penser davantage à leurs femmes, à leurs
enfants; ils ont maintenant quelque chose à perdre, ils se disent qu'on
peut rester socialiste sans faire toujours le révolutionnaire.

Le petit bourgeois de fraîche date abandonne ainsi son point de vue
prolétarien et révolutionnaire et il devient un socialiste pratique et
petit-bourgeois.

Une telle explication est naturelle et compréhensible; il serait étrange
que le contraire se produisît.

Mais ces messieurs furent les chefs locaux et ces modérés exercèrent une
certaine influence dans leur entourage. Dans la pratique il fallait se
mêler aux élections et gagner les votes des petits patrons, des paysans,
des fonctionnaires subalternes, etc.[35]. Dans les manifestes électoraux
on trouve partout cette préoccupation, et de cette manière on gagnait
toujours des votes.

Avec les élections le succès est tout; et qui ne met volontiers de l'eau
dans son vin, si c'est pour triompher? On parle rarement des principes
ou même jamais, on veut être des hommes pratiques et on se borne aux
réformes mesquines et proches.

Le docteur Müller fait le récit d'une réunion dans le Mecklembourg, où
on applaudissait beaucoup l'orateur socialiste. Il demanda à un des
auditeurs ce que ces social-démocrates voulaient obtenir et la réponse
fut: les social-démocrates veulent abolir l'impôt sur l'alcool.

L'alcool est un facteur d'une considérable influence dans les
élections, comme on peut le constater dans la brochure de Bebel sur
l'attitude des social-démocrates au parlement allemand pendant les
années 1887-90 et dans laquelle il dit textuellement: quand le peuple
élit au parlement les mêmes membres qui ont voté pour l'augmentation des
impôts et ont défendu les intérêts des agrariens, nous pouvons nous
attendre à une augmentation de l'impôt sur l'eau-de-vie, et une
augmentation de l'impôt sur la bière ne tardera pas. Donc les électeurs
sont conduits à donner leurs votes aux candidats socialistes, de crainte
que l'eau-de-vie et la bière ne soient beaucoup plus chères! Bebel
disait la même chose que ce simple paysan de Mecklembourg!

De même en Belgique l'influence de l'alcool est terrible et tous les
partis, y compris les socialistes, en profitent.

Dans certains manifestes pour les électeurs, on ne trouve aucun des
desiderata prolétariens! Pour les élections du Landtag saxon, les
social-démocrates demandaient la réglementation de la nomination des
instituteurs par l'État, que les subventions pour les écoles soient aux
mains de l'État, l'instruction obligatoire jusqu'à l'âge de quatorze
ans, la distribution des fournitures scolaires, l'exonération de l'impôt
jusqu'à un revenu de neuf cents marks, le suffrage universel, et un
impôt sur le capital remplaçant les impôts indirects. On reconnaîtra
qu'on peut ne pas se nommer socialiste, même quand on accepte tous ces
desiderata.

L'attitude du journal _Vorwaerts_ dans le mouvement des sans-travail en
1892 fut caractéristique. L'indignation de ce journal, qui représente la
classe des non-possédants, fut ridicule, lorsque la rédaction s'indigna
du ravage de la propriété des trois social-démocrates honorables par
une bande de sans-travail!!

Un article sur la Psychologie de la petite bourgeoisie dans le _Neue
Zeit_ (Nouveaux Temps de 1890 par le docteur Schonlank) mérite encore
l'attention de tous, surtout des socialistes réformistes parlementaires.

Il y a de cela quelques mois, une très intéressante brochure parut,
écrite par M. Calwer[36], rédacteur d'un journal socialiste de
Brunswick. Nous n'en pouvons trop recommander la lecture.

D'après Bebel c'est surtout en l'Allemagne du Sud que l'élément
petit-bourgeois est prédominant dans le parti: «L'Allemagne du Sud, dit
Bebel, est un pays principalement petit-bourgeois, et petit-bourgeois
veut dire en même temps petit-paysan. La grande industrie, à part dans
l'Alsace-Lorraine et quelques villes, n'y est pas développée et la
prolétarisation des masses, par conséquent, pas très avancée. Les masses
y vivent--quoique parfois dans de misérables conditions--en général
d'une vie de petits-bourgeois ou de petits-paysans, de sorte que la
façon de penser prolétarienne n'y est pas encore parvenue à toute sa
netteté. Il y a ensuite le sentiment de l'isolement politique, plus vif
dans l'Allemagne du Sud à cause même des conditions économiques. La
véritable expression politique de cet état de choses c'est le
petit-bourgeois «parti du Peuple» (_Volkspartei_) qui, pour ces raisons,
se manifeste le plus puissamment dans le Wurtemberg, le pays le plus
petit-bourgeois de l'Allemagne et y a trouvé son Eldorado. Nos amis du
Wurtemberg ont une très lourde tâche là-bas.

«Il est donc très naturel, étant données les conditions sociales et
politiques dans lesquelles vivent la plupart de nos partisans de
l'Allemagne du Sud, que ceux-ci soient influencés par l'esprit
incontestablement petit-bourgeois qui prédomine dans ces contrées. C'est
ainsi qu'en Bade on nomma député social-démocrate au Landtag un
philistin (_Spiesburger_) achevé, un mangeur de prêtre et braillard du
Kulturkampf comme Rüdt qui sut là-bas acquérir l'influence qu'il possède
encore aujourd'hui; c'est ainsi qu'un déplorable pitre comme Hansler a
pu jouer un rôle à Mannheim. En disant cela, je n'ai nullement voulu
adresser des reproches à qui que ce soit. J'ai tout simplement essayé de
donner une explication objective, chose fort importante pour le
développement de notre parti et pour laquelle je réclame, non seulement
de nos amis de l'Allemagne du Nord mais aussi et surtout des Allemands
du Sud, la plus intense attention.»

Il nous semble qu'ici Bebel apprécie les choses d'un point de vue trop
particulariste, et nous partageons plutôt l'avis de Calwer lorsqu'il
attribue l'embourgeoisement du parti social-démocrate--phénomène observé
aussi bien dans l'Allemagne septentrionale, en France et ailleurs que
dans l'Allemagne du Sud--à des causes générales.



En effet, que s'est-il passé dans tous pays selon Calwer?

Au début ce furent les salariés qui composaient l'élément principal dans
l'agitation socialiste. Ainsi qu'aux premiers temps du christianisme des
pêcheurs et des artisans allèrent propager l'Évangile,--sans rétribution
et pour sa seule cause,--ainsi il en fut du socialisme. Certains
propagandistes, par leur attitude indépendante, perdirent leur
gagne-pain. D'autres, afin de pouvoir continuer à propager leurs idées,
furent contraints de chercher de nouveaux moyens d'existence. Les uns
s'établirent mastroquets, les autres montaient une petite librairie où,
à la vente des périodiques socialistes, se joignait un commerce de
plumes, de papier, etc. D'autres encore ouvraient un débit de tabac et
de cette façon tout ce monde cherchait à se caser, soutenu par des amis.
Naturellement les braves citoyens ainsi mis à l'aise, en cessant d'être
des salariés, deviennent de parfaits petits bourgeois et à partir de ce
moment leurs intérêts diffèrent du tout au tout de ceux de leurs anciens
camarades. De sorte qu'aujourd'hui on est arrivé à pouvoir satisfaire à
tous ses besoins, depuis les vêtements jusqu'aux cigares, en accordant
sa clientèle exclusivement à des boutiquiers socialistes. La presse du
parti leur fait de la réclame et les ouvriers socialistes se voient
moralement obligés à ne faire leurs achats qu'aux bonnes adresses.
Calwer dit à ce sujet: «On attelle les chevaux du socialisme au char de
l'effort réactionnaire et le travailleur, moyennant espèces, doit
prendre place dans cet impraticable et dangereux véhicule. On ne peut
pas en vouloir à ces personnes qui, contraintes par leur situation
d'entreprendre ce genre de commerce, se remuent et s'agitent pour le
faire réussir. Ils sont on ne peut mieux intentionnés tant à leur propre
égard qu'à celui des travailleurs. Mais du point de vue strictement
prolétarien, ces entreprises ne sont que des trafics réactionnaires,
plutôt préjudiciables aux ouvriers. Car ceux-ci se laissent persuader
qu'il est de leur devoir de favoriser ces entreprises. Ils y apportent
leur bonne monnaie et reçoivent en échange des denrées qu'ils auraient
pu se procurer bien plus avantageusement dans un grand magasin. Ceux que
je vise ici auront beau insister sur la sincérité de leurs conceptions
et de leurs considérations social-démocratiques, leur façon de procéder
est anti-socialiste et aboutit finalement à cette tendance bourgeoise
qui fait miroiter devant les yeux du travailleur la possibilité
d'améliorer son sort par le «_selfhelp_» et lui en recommande l'essai.»

En ce sens Calwer appelle l'apposition de marques de contrôle dans des
chapeaux une tactique petit-bourgeoise, car, dit-il, «c'est un non-sens
que cette prétention des travailleurs de vouloir, dans le cadre de la
société bourgeoise, faire concurrence à la production bourgeoise. Il
faut donc ouvertement combattre toutes ces tentatives dès qu'on essaye
de les abriter sous le drapeau social-démocrate comme cela se fait
aujourd'hui». Et plus loin: «Il est impossible d'éviter ces trafics
petits-bourgeois et on ne peut pas en faire un crime à ceux qui tâchent
d'y trouver une existence; on peut même, à la rigueur, les considérer
avec plus de sympathie que d'autres et analogues institutions
petit-bourgeoises,--mais c'est contraire aux intérêts du prolétariat, et
blâmable au point de vue socialiste que de recommander aux ouvriers de
soutenir par leurs gros sous des entreprises condamnées d'avance, et
d'acheter des denrées qui ne sont pas aussi bien conditionnées (et ne
sauraient l'être) que dans des magasins et usines techniquement mieux
organisés.»

Certes, c'est pénible de voir des ouvriers congédiés et privés de leur
gagne-pain à cause de leurs principes, mais tout en reconnaissant que
nous devons les aider suivant nos moyens, nous ne devons pas fermer les
yeux aux phénomènes qui, dans leur développement, ont un effet
réactionnaire. «La coopération est un misérable reflet du capitalisme
spéculateur qui tente, d'une manière pitoyable et souvent déplorable,
de forcer les moyens de production et de communication moderne, dans le
cadre des anciennes conditions de propriété, au détriment du prolétariat
consommateur. Ces ouvriers excommuniés par les patrons, qui créent des
sociétés de consommation, ce prolétaire qui devient cabaretier ou
boutiquier, tous ces gens-là changent bientôt leur vie prolétarienne
pour une existence de petit-bourgeois.»

Ces victimes de l'agitation prolétarienne se transforment donc en petits
bourgeois. Leur existence matérielle dépend de façon directe de la
situation plus ou moins florissante du parti. C'est ainsi qu'on arrive à
un état de choses que l'on blâme dans l'organisation de l'Église: des
personnages salariés, directement ou indirectement au service du parti
et contraints, pour ainsi dire, à le soutenir envers et contre tous. Il
se crée une armée compacte d'individus vivant sur ou par le parti. Et
c'eut été bien extraordinaire si cette métamorphose de certains éléments
n'avait pas exercé d'influence sur le mouvement socialiste, si purement
prolétarien, si net dans son caractère révolutionnaire au début. Dès que
l'élément petit-bourgeois s'infiltre et même commence à jouer un rôle
prépondérant, il est tout naturel que le caractère révolutionnaire
s'affaiblisse.

Comment serait-il possible en effet, dans un parti révolutionnaire, de
tenir chaque année un congrès qui dure toute une semaine? Nul
travailleur _travaillant_, à part de fort rares exceptions, ne peut
prendre part à un congrès de ce genre. Aussi les délégués sont-ils
habituellement des chefs locaux, pour la plupart boutiquiers de
naissance ou encore devenus petits bourgeois par droit de conquête.
Ainsi se forme une espèce d'hiérarchie comme dans l'Église catholique.
Les petits chefs locaux sont comme les curés de village. Les délégués au
congrès sont les évêques, les membres de la fraction socialiste au
Reichstag les cardinaux et des circonstances dépend s'il y a lieu ou non
de procéder à la nomination d'un pape. La fraction socialiste au dernier
Reichstag se décomposait ainsi: 1 avocat, 2 rentiers, 10 rédacteurs de
journaux et auteurs, 4 cabaretiers, 7 fabricants de cigares et
boutiquiers, 3 éditeurs et 3 négociants. Les six autres faisaient du
trafic pour leur propre compte. Pas un seul travailleur sur ce quart de
grosse de représentants du peuple! Et il ne saurait en être autrement,
car un ouvrier ne peut pas risquer les chances si variables d'une
élection. Les actes et la tactique d'un parti ne peuvent d'avance et
volontairement être arrêtés; ils subissent l'influence des éléments
sociaux dont se compose le parti. Si un parti se compose de bourgeois,
il sera capitaliste; s'il se compose de petits bourgeois il pourra être
anticapitaliste mais révolutionnaire jamais! Tout au plus sera-t-il
réformiste. Seul un parti composé de prolétaires sera prolétarien et
socialiste-révolutionnaire. Les éléments petit-bourgeois qui
s'introduisent dans un parti tentent toujours d'y faire prévaloir leur
influence, et fréquemment ils y réussissent. Souvent l'influence d'un
petit-bourgeois équivaut à celle de dix ouvriers salariés. Le Dr Müller
a grandement raison en disant que là où les chefs s'imaginent peut-être
se trouver à la tête d'un parti prolétarien, ils n'ont derrière eux, en
réalité, qu'un mouvement semi-prolétarien qui menace de dégénérer en un
mouvement exclusivement petit-bourgeois.

Bakounine[37] écrit dans le même sens: «Il faut bien le dire, la petite
bourgeoisie, le petit commerce et la petite industrie commencent à
souffrir aujourd'hui presque autant que les classes ouvrières et si les
choses marchent du même pas, cette majorité bourgeoise respectable
pourrait bien, par sa position économique, se confondre bientôt avec le
prolétariat.» Il en est ainsi dans tous les pays et cela constitue un
danger pour le socialisme. Mais il est vrai aussi que «l'initiative du
nouveau développement n'appartiendra pas à elle (la petite bourgeoisie),
mais au peuple: en l'occident--aux ouvriers des fabriques et des villes;
chez nous, en Russie, en Pologne, et dans la majorité des pays
slaves,--aux paysans. La petite bourgeoisie est devenue trop peureuse,
trop timide, trop sceptique pour prendre d'elle-même une initiative
quelconque; elle se laissera bien entraîner, mais elle n'entraînera
personne; car en même temps qu'elle est pauvre d'idées, la foi et la
passion lui manquent. Cette passion qui brise les obstacles et qui crée
des mondes nouveaux se trouve exclusivement dans le peuple.» Tout ceci
est exact en ce qui concerne le principe révolutionnaire, mais en temps
ordinaire, la petite bourgeoisie fait tout son possible pour entraîner
les prolétaires sur la voie des soi-disant réformes pratiques.

C'est dans l'élément petit-bourgeois principalement que se recrutent les
agitateurs ambulants, les chefs de mouvement dans les différentes
localités et les rédacteurs des journaux du parti. Calwer juge
sévèrement ce genre de personnages. Il dit: «Nos écrivains se recrutent
dans les milieux les plus hétérogènes. Leur origine est toujours
douteuse. Moi-même, par exemple, je suis un théologien qui n'ai pas
passé d'examen. Tel autre est étudiant en droit, un tel maître d'école
ou aspirant. Un quatrième n'a même pas pu arriver aux études
supérieures. D'autres encore n'ont pas fait d'études du tout. Parce
qu'il y a un Bebel dans notre parti, beaucoup: écrivains, artisans,
typographes, journalistes, etc., s'imaginent que c'est chose très facile
de devenir, par ses propres efforts, un écrivain socialiste.
Heureusement nous n'avons pas institué de commission d'examens, mais des
poumons solides et une langue venimeuse secondent puissamment l'écrivain
socialiste. Et c'est ainsi grâce à la concurrence que se font
réciproquement ces personnages de si différentes situations sociales,
que des ignorants, n'ayant absolument rien compris au socialisme,
s'introduisent dans notre mouvement en qualité de rédacteurs et
d'écrivains. Parfois aussi on aime à faire parade d'un de ces transfuges
des «classes civilisées» et quelque temps après on assiste au spectacle
de voir le monsieur abjurer solennellement tout ce que dans sa juvénile
présomption il a écrit ou raconté aux ouvriers. Et alors on fait des
reproches à cet honnête homme! Si seulement nombre de ces écrivains qui
n'ont jamais rien compris au socialisme voulaient suivre cet exemple!
Quel bien n'en résulterait-il pas pour notre agitation! Oui, le
«parvenir à l'entière compréhension» n'est pas chose aussi aisée qu'on
le croit généralement. Cela exige en premier lieu de l'étude et de
l'observation qui, à leur tour, demandent le loisir et les connaissances
nécessaires. Les exceptions confirment la règle. S'imaginer que les
connaissances qui précèdent les études académiques et ces études
elles-mêmes puissent être remplacées par quelque lecture et par la seule
bonne volonté de devenir écrivain, c'est donner une preuve de la plus
absolue incompréhension du métier d'écrivain. Lorsque des personnages
capables tout au plus de remplir les fonctions de second rédacteur sont
à la tête d'un journal, et qu'ils traitent du haut de leur grandeur des
sous-rédacteurs plus intelligents et qui ont plus de routine
qu'eux-mêmes, alors ils donnent bien la preuve qu'ils possèdent toute la
présomption adhérente à leur position mais nullement qu'ils disposent du
_savoir_ qu'on a le droit d'exiger chez nos rédacteurs en chef. Or, ce
savoir n'est pas uniquement basé sur des aptitudes naturelles mais
encore sur des études méthodiques, continuées jusqu'à la fin des cours
académiques. Ce qui ne veut pas dire que les études universitaires
suffisent pour former l'écrivain socialiste. Nous avons, au contraire,
des personnages ayant fait leurs études et qui cependant ne comprennent
rien au socialisme. Mais, munis de toute leur présomption universitaire
en même temps que de leur titre doctoral ils se croient appelés à jouer
un rôle dans le mouvement.--Si je n'étais pas là, qu'adviendrait-il de
la social-démocratie? Voilà ce qu'ils disent par leur attitude. À peine
sont-ils entrés dans le mouvement qu'ils croient tout savoir et tout
connaître et qu'ils se posent en pédagogues en face des travailleurs:
Voilà ce que vous avez à faire, car moi, le docteur un tel, je crois
cela juste. J'ai à peine besoin de faire ressortir ici que ces
transfuges, dans la plupart des cas, eussent été totalement incapables
de remplir les fonctions bourgeoises quelconques qui leur seraient
échues. Il faut donc attribuer la médiocrité de la littérature de nos
écrivains à leur éducation défectueuse et a leur présomption. Mais s'il
leur a été possible de prendre une pareille attitude dans le parti, la
faute en incombe moins à eux-mêmes qu'au petit-bourgeoisisme que nous
avons déjà décrit.»

Les grandes vérités contenues dans ces lignes me feront pardonner la
longue citation. Moi-même j'avais écrit dans ce sens[38] et ma
satisfaction est grande de retrouver les mêmes conclusions chez Calwer.

Le Dr Müller traita la même question, ne fût-ce qu'en passant et voilà
que nous voyons Bebel et autres arriver aux mêmes résultats. Quand
j'écrivis que le parti avait gagné en quantité ce qu'il avait perdu en
qualité, je fus traité de calomniateur du parti allemand. Il ne me
déplaît pas d'entendre formuler maintenant les mêmes critiques par ceux
qui, à l'époque, m'accusaient de calomnie. Bebel notamment écrit dans le
_Vorwaerts_, quatrième article de sa série: «Le parti, en ce qui
concerne son développement intellectuel, a plutôt augmenté en largeur
qu'en profondeur; au point de vue numérique nous avons gagné
considérablement, mais quant à la qualité, le parti ne s'est pas
amélioré. Cela, je le maintiens! Car si cela n'était pas, la crainte de
l'embourbement et de la débilitation (_Versumpfung, Verwasserung_) du
parti ne serait pas aussi grande qu'elle l'est aujourd'hui.» Il écrit
encore que «bon nombre de nos agitateurs devraient s'efforcer de
beaucoup mieux se mettre au courant qu'ils ne le sont actuellement. Ce
serait le devoir du parti d'aider en leurs efforts ces hommes qui, pour
la plupart, sont surchargés de travail et qui vivent dans des conditions
matérielles prolétariennes.» Et plus loin: «L'augmentation des forces
éminentes et capables est restée de beaucoup en arrière comparée à la
croissance du parti. Ce que nous avons gagné sous ce rapport dans les
cinq dernières années peut aisément se compter.» Il rappelle comment, il
y a de cela dix ans, et alors qu'il n'y avait pas encore autant à
craindre de l'embourbement, ce fut précisément Vollmar qui, lorsque le
renouvellement des lois d'exception contre les socialistes était à
l'ordre du jour, écrivait dans le _Sozialdemocrat_ de Zurich que le
renouvellement de ces lois serait profitable au développement du parti.
À cette époque, il se rendait donc très bien compte du péril, et à
présent que le parti est beaucoup plus en danger de perdre son caractère
prolétarien et révolutionnaire, ce n'est plus, hélas! Vollmar qui lève
la voix pour dénoncer le danger, mais, au contraire, il est devenu
l'espoir de tous les éléments petit-bourgeois du parti. N'est-ce pas
triste chose de voir ainsi sombrer, sous l'influence d'un changement de
milieu, de si grandes facultés? Et s'il est du devoir du parti de
repousser toute tendance aboutissant à la débilitation et l'embourbement
du parti, comme le dit Bebel, alors on a agi d'une façon inexcusable par
l'exclusion des «jeunes», qui, de fait, ont exercé la même critique que
Bebel exerce maintenant. Pourquoi ne pas reconnaître l'erreur et la
faute commises par cette exclusion, et pourquoi ne pas essayer de les
séparer si possible?

       *       *       *       *       *

Mais revenons au congrès. Bebel a incontestablement raison dans sa
crainte de la débilitation du parti, puisque des socialistes vont
jusqu'à voter le budget de l'État, en Bavière. Mais pendant les
discussions sur ce sujet, il fut prouvé que le même phénomène s'était
déjà présenté à Bade et à Hesse, sans que l'on ait pensé à incriminer
les députés socialistes coupables. Il y avait donc eu des antécédents.

En ce qui concerne la question agraire, on fit preuve de la même
indécision. Nous avons déjà montré, dans notre étude: _Le Socialisme en
danger_[39], comment Kautsky, dans sa brochure sur le programme
d'Erfurt, professe les mêmes idées que Vollmar au sujet de la question
agraire. Messieurs les chefs du parti ne paraissent pas s'en être
aperçus. Étaient-ils d'accord avec Kautsky ou bien s'intéressent-ils si
peu à ce qui s'écrit, même de la part de leurs conseillers spirituels,
que le fait leur ait échappé?

Au cours des discussions sur la question agraire, Bebel disait: «Dans
l'exposé de Vollmar nous constatons le même reniement du principe de la
lutte des classes, la même idée non socialiste de conquérir, par
l'agitation, des contrées qu'il est impossible de conquérir et qui, même
si cela était possible, ne sauraient être gagnées à notre cause que par
la dissimulation ou le reniement de nos principes social-démocratiques.
Excellent dans un certain sens et irréprochable en ce qui concerne la
détermination de certains modes d'agitation suivis jusqu'ici--la
dernière partie quelque peu exagérée cependant--ce discours, dans sa
partie positive, a été d'autant plus dangereux. Et ces passages
dangereux ont été applaudis par un grand nombre de délégués, ce qui
corrobore ma conviction que, sur ce terrain aussi, il existe un manque
de clarté auquel on ne s'attendrait pas chez des social-démocrates.»

Bebel fit remarquer que Vollmar n'avait rien dit des éléments qui
devraient être l'objet principal de notre propagande: les valets de
ferme, les ouvriers agricoles et les petits paysans. Par contre, il
avait beaucoup parlé des agriculteurs proprement dits, envers qui notre
propagande est de très minime importance.

«Pas la moindre mention n'a été faite, dans la question agraire, du but
final du parti. C'est comme si la chose n'existait pas. En 1870, lors
d'un congrès tenu dans la capitale du pays par le parti ouvrier
social-démocrate, l'État le plus «petit-paysan» de l'Allemagne, le
Wurtemberg, se prononça ouvertement et sans ambages en faveur de la
culture communautaire du sol. Le _Allgemeine Deutsche Arbeiterverein_
fit de même. En l'an de grâce mil huit cent quatre-vingt-quatorze, on a
tourné autour de cette question, comme le fait un chat autour d'une
assiette de lait chaud. Voilà le progrès que nous avons réalisé.»

Ledebour, se mêlant à la discussion, arrive à la même conclusion que
nous, à savoir que Kautsky partageait les vues de Vollmar. Bebel
prétendit ne pas avoir connaissance de ce fait, mais qu'il s'en
informerait, et, que si la chose était vraie, il combattrait Kautsky
aussi bien que Vollmar. Depuis, Bebel a déclaré que Kautsky, dans sa
brochure, n'avait professé aucune hérésie contre le Principe.

Ceci donna occasion à Ledebour de se prononcer plus catégoriquement et
il maintint au sujet de Kautsky et de Bebel ce qu'il avait dit. Dans sa
brochure, Kautsky écrit: «La transition à la production socialiste n'a
non seulement pas comme condition l'expropriation des moyens de
consommation, mais elle n'exige pas davantage l'expropriation générale
des détenteurs des moyens de production.»

«C'est la grande production qui nécessite la société socialiste. La
production collective nécessite également la propriété collective des
moyens de produire. Mais tout comme la propriété privée de ces moyens
est en contradiction avec le travail collectif, la propriété collective
ou sociale des moyens est en contradiction avec la petite production.
Celle-ci demande la propriété privée des moyens. L'abolition, par
rapport à la petite propriété, en serait d'autant plus injustifiable que
le socialisme veut mettre les travailleurs en possession des moyens de
produire. Pour la petite production, l'expropriation des moyens de
produire équivaudrait donc à l'expropriation des possesseurs
actuels--qui aussitôt rentreraient en possession de ce qu'on leur aurait
enlevé ... Ce serait de la folie pure. _La transition de la société
socialiste n'a donc nullement comme condition l'expropriation des petits
producteurs et des petits paysans_. Cette transition non seulement ne
leur prendra rien, mais elle leur profitera grandement. Car, la société
socialiste tendant à remplacer la production des denrées par la
production pour l'usage direct, doit aussi tendre à transformer tous les
services (rendus) à la communauté: impôts ou intérêts hypothécaires
devenus propriété commune,--en tant qu'ils n'auront pas été abolis,--de
services pécuniaires qu'ils étaient en services en nature sous forme de
froment, vin, bétail, etc. Cela serait un grand soulagement pour les
paysans. Mais c'est impossible sous le régime de la production des
denrées. Seule la société socialiste pourra effectuer cette
transformation et combattre ainsi une des causes principales de la ruine
de l'agriculture.»

«Ce sont les capitalistes qui, en réalité, exproprient les paysans et
les artisans, comme nous venons de le voir. La société socialiste mettra
un terme à cette expropriation[40].»

En dépit de leur style embrouillé, ces passages sont caractéristiques et
Ledebour nous paraît avoir absolument raison lorsqu'il dit que les
considérations politico-agraires de Kautsky sont en parfait accord avec
la tactique de Vollmar. Et lorsque Kautsky s'irrite à cause de ces
déductions si logiques, Ledebour a encore raison quand il dit: «Si
Kautsky veut que son livre plein de contradictions soit compris
différemment, il faut d'abord qu'il s'efforce d'être clair et qu'il
refasse complètement ce livre. Un écrivain ne saurait être jugé que
d'après ce qu'il a écrit et non d'après ce qu'il a voulu écrire.» Le
fait est que Kautsky promet «un grand soulagement» (_Erleichterung_) aux
petits paysans et qu'il croit possible la continuation de l'industrie
petit-bourgeoise à côté de la production socialiste et collective. On ne
veut donc exproprier que la grande industrie. Mais où tracera-t-on la
ligne de démarcation? Et lorsque Kautsky ajoute que «d'aucune façon on
ne peut dire que la réalisation du programme social-démocrate exige, en
toute circonstance, la confiscation des biens dont l'expropriation
serait devenue nécessaire», il faudrait être frappé d'aveuglement pour
ne pas voir que c'est Kautsky qui, dans sa brochure, tend la main à
Vollmar. Il paraît étrange que l'on ne s'en soit jamais aperçu et, pour
nous, c'est certainement une satisfaction d'avoir fait remarquer, le
premier, les tendances petit-bourgeoises que renferme ce livre. Nous
n'oserions pourtant pas affirmer, comme le fait Grillenberger, que
Kautsky soit de cent lieues «plus à droite» que Vollmar et Schonlank.

Que Kautsky ait essayé de se laver de ces reproches, cela n'étonnera
personne, mais nous doutons fort qu'il y ait réussi[41]. Il attribue
l'interprétation erronée de son livre à ce fait «que la conception
matérialiste n'a pas encore suffisamment pénétré ces mauvais
entendeurs». Il distingue entre une certaine forme de propriété et un
certain mode de production et nous devons voir dans son écrit non
l'idée d'une continuation de la petite industrie dans la société
socialiste, mais la conviction que la grande industrie socialiste y
mettra plus vite un terme que, jusqu'ici, la grande industrie
capitaliste n'a su le faire.

Après tout, il est possible que Kautsky ait _voulu dire_ cela, mais on
nous accordera qu'il ne l'a _pas dit_ et Kautsky ne doit donc s'en
prendre qu'à lui-même si son incorrecte et défectueuse manière de
s'exprimer a donné lieu à une interprétation erronée.

Le congrès de Cologne avait donné mandat à une commission de préparer un
programme agraire pour le congrès suivant de Breslau. La commission a
fait son devoir et le programme agraire est publié.

Quel est le résultat?

Un pas en avant dans la direction du socialisme d'État. Personne n'en
peut être surpris, car c'est une conséquence fatale.

Dans les considérants du programme, on peut lire qu'on veut faire de
l'agitation en restant dans le cadre de l'ordre existant de l'État et de
la société. Figurez-vous bien qu'on veuille démocratiser les
institutions publiques dans l'État et dans les communes en s'enfermant
dans le cadre des lois de l'État prussien. Quel non-sens!

Le programme est incompréhensible, car il est écrit dans un jargon
allemand, soi-disant philosophique, et s'adresse au paysan allemand
comme le latin dans la liturgie catholique. Quand ce paysan l'aura lu,
il secouera certainement la tête et il dira qu'il ne comprend rien à ce
galimatias scientifique.

Seulement on peut constater que c'est l'État qui remplit dans le
programme le rôle de providence terrestre. Le mot État se trouve au
moins dix fois dans le programme. En voici les points principaux pour
prouver ce que nous avons avoué plus haut:

N° 7. L'établissement d'écoles industrielles et agricoles, de fermes
modèles, de cours agricoles, de champs d'expérimentation agricoles.

N° 11. La suppression de tous les privilèges résultant de certains modes
de propriété foncière; la suppression de certains modes d'héritage, sans
indemnité, et aussi des charges et des devoirs, résultant de ces modes.

N° 12. Le maintien et l'augmentation de la propriété foncière et
publique et la transformation des biens de l'église en propriété _sous
le contrôle de la représentation_.

Les _communes_ auront un droit de préemption sur tous les biens vendus à
la suite de saisies immobilières.

N° 13. _L'État et les communes_ devront louer à des associations
agricoles ou à des paysans les biens domaniaux et commerciaux ou,
lorsque cette méthode ne sera pas rationnelle, donner à bail à des
paysans _sous le contrôle de l'État ou de la commune_.

N° 14. _L'État_ doit accorder des crédits aux syndicats pour améliorer
la terre par des travaux d'irrigation ou de drainage.

_L'État_ doit prendre à sa charge l'entretien des voies ferrées, routes
et canaux, ainsi que l'entretien des digues.

N° 15 _L'État_ se charge des dettes hypothécaires et foncières et prend
une rente égale aux frais.

N° 16. Les assurances contre l'incendie, la grêle, les inondations et
les épizooties seront monopolisées, et _l'État_ devra étendre le système
d'assurances à toutes les exploitations agricoles et accorder de larges
indemnités en cas de catastrophes.

N° 17. Les droits de pacage et d'affouage devront être modifiés de
façon à ce que tous les habitants en profitent également.

Le droit de chasse ne sera plus un privilège et de larges indemnités
devront être payées pour les dommages causés par le gibier.

La législation protectrice des ouvriers devra être étendue aux ouvriers
agricoles.

On trouve aussi que pour la protection de la classe ouvrière, l'État
fonde un office impérial de l'agriculture, des conseils d'agriculture
dans chaque district et des chambres agricoles.

C'est l'État toujours, partout! Hors l'État, point de salut!

Si ce n'est pas là du socialisme d'État, quel nom faut-il donner à un
tel projet? M. Liebknecht, qui dit toujours que la dernière lutte sera
entre le socialisme d'État et la social-démocratie, devrait nous
expliquer quelle est la différence entre le projet social-démocratique
de la commission, dont il fut un des membres, et le socialisme d'État.

Nous conseillons à chacun de lire dans les petits pamphlets de Bastiat
(Oeuvres choisies chez Guillaumin) le chapitre de l'État et d'examiner
sa définition, que «l'État est la grande fiction à travers laquelle tout
le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde».

Kautsky[42] a critiqué le projet de telle manière qu'il est tout à fait
disloqué.

Nous allons donner quelques-unes de ses conclusions comme un bouquet de
fleurs, et chacun pourra juger combien admirable était le programme
proposé.

«Le projet supprime la caractéristique du parti entièrement; il ne donne
pas ce qui nous sépare des démocrates et des réformateurs sociaux, mais
bien ce que nous avons de commun et ainsi on reçoit l'impression que la
social-démocratie n'est qu'une sorte de parti réformateur démocratique.

«La social-démocratie déclare dans la partie principale du programme
qu'il est impossible d'améliorer la position sociale de la classe
prolétarienne dans la société actuelle. Quelques couches sociales
peuvent arriver à un mode de vie qui, absolument, est plus élevé, mais,
relativement, c'est-à-dire vis-à-vis de leurs exploiteurs, la position
doit empirer. Et dans le second parti nous considérons comme de notre
devoir d'améliorer avant tout la position sociale de la classe
prolétarienne.»

«Nous n'avons plus un programme agraire démocratique mais un simple
programme agraire; non pas un programme, qui transporte la lutte des
classes parmi les possédants et les non-possédants de la terre, mais un
programme qui a pour but de subordonner la lutte des classes du
prolétariat aux intérêts des propriétaires du sol.»

«La commission agraire veut une augmentation considérable de la
propriété de l'État dans le cadre de l'ordre actuel de l'État et de la
société». Mais qu'est-ce que cela signifie, sinon d'alimenter le Moloch
militaire? Les résultats de l'administration fiscale sont-ils si beaux?
La position des ouvriers de chemins de fer d'État et des mines d'État
est-elle si excellente, si libre, qu'on doive souhaiter une augmentation
du nombre d'esclaves étatistes en faveur de la lutte des classes?

La commission elle-même a compris le danger de ses desiderata et c'est
pourquoi elle y a ajouté: «sous le contrôle de la représentation du
peuple,» mais Kautsky dit très bien: «la croyance dans l'influence
miraculeuse clé ce contrôle reste une pure fiction démocratique
(Köhlerglaube[43]), dans cette période de Panamisme, de majorités
Crispiennes, de pillages des politiciens américains, etc. Le «contrôle
de la représentation du peuple» ne donne pas du tout une garantie pour
l'intégrité des affaires qui se feront à la campagne, ni pour
l'amélioration de la position des ouvriers d'État.

Kautsky dit qu'on voulait que la commission agraire donnât: «Un
programme, dans lequel l'harmonie des intérêts des propriétaires du sol
et des non-propriétaires fût obtenue, c'est-à-dire la quadrature du
cercle». Très bien, mais pourquoi la commission acceptait-elle un mandat
aussi insensé? Est-ce que les social-démocrates, vieillis dans le
mouvement, n'ont pas prévu cela?

«Les propositions de la commission agraire pour la défense de la classe
ouvrière sont muettes sur la défense même des ouvriers agricoles».

Un programme agraire social-démocratique qui ne change rien au mode de
reproduction capitaliste est un non sens.

Est-ce que cette critique est suffisante, oui ou non?

       *       *       *       *       *

Au congrès de Breslau une lutte s'engagea entre les partisans et les
ennemis du projet.

Mais quel changement de rôles!

Bebel, qui était encore, l'année d'avant, le défenseur des radicaux,
l'ennemi des pitoyables tendances petit-bourgeoises dans le parti,
s'était converti et fut l'avocat de la droite marchant avec Vollmar la
main dans la main. Le Saul de l'année passée s'était changé
miraculeusement en Paul et il fut le principal défenseur d'un programme
qui ne mérite pas de place dans le cadre des revendications socialistes.

Max Schippel disait au congrès, que «dans le projet social-démocratique
on trouvait à peine un desideratum qui ne fût pas dans les programmes
des agrairiens, des anti-sémites et des nobles, ces partis de la pire
sorte», et il le nommait un «vol socialiste de propriété spirituelle».

Il qualifie le projet chancelant de «charlatanisme politique» et il
finissait par ces mots: «nous voulons aussi conquérir les paysans, mais
nous ne voulons pas briser le cheval avec sa queue. Rejetez le projet et
épargnez-nous la honte de faire notre entrée dans les campagnes comme
l'abbé de Bürger: «retourné sur son âne, avec la queue dans la main au
lieu de la bride.»

Kautsky secondant Schippel émit l'opinion que les social-démocrates
scindaient leur propre parti avec un tel programme, car ils commençaient
par déclarer qu'on ne peut pas sauver les petits paysans, puisqu'ils
sont condamnés impitoyablement à mort, et leur offraient ensuite un
programme agraire, panacée de salut. «Le système actuel de la propriété
foncière conduit à la dévastation, à la rapine du sol.

Chaque amélioration de la production agricole dans la société actuelle
est une amélioration des moyens d'exploitation du sol. Et pour obtenir
ces résultats, dont l'avantage est problématique nous prenons le chemin
glissant du socialisme d'État.»

Très bien, seulement nous disons que la social-démocratie allemande
s'est avancée déjà beaucoup dans cette direction comme la
social-démocratie française et belge.

Quand nous voulons «agir positivement pour la défense des paysans, il
ne nous reste que le socialisme d'État, et la commission agraire a
accepté cette conséquence.» On disait même: «quand nous acceptons les
propositions de la commission, nous sommes les défenseurs du paysan
comme propriétaire.»

Les social-démocrates, défenseurs des propriétaires, qui pouvait penser
à cela il y a quelques années!

Liebknecht suivit sa méthode ordinaire. Il commença par dire qu'il ne
s'agissait pas des principes, mais seulement de la tactique. On connaît
l'élasticité de ce «soldat de la révolution», qui a dit qu'il change de
tactique vingt-quatre fois par jour, si cela lui semble bon. Comme
jongleur habile il change une question de principe en une question de
tactique, et le tour est joué. Il marchait d'accord avec Bebel et
disait: «Quiconque ne veut pas démocratiser dans le cadre des relations
existantes, doit écarter toute la seconde partie de notre programme.»

Eh bien, les socialistes hollandais, quoique rarement d'accord avec
Liebknecht, avaient déjà rejeté cette seconde partie longtemps avant le
conseil correct de Liebknecht.

À la fin de la discussion on a renvoyé la question aux Calendes
grecques. Mais nous croyons que Bebel a raison, quand il dit: À quoi
bon? on ne vide pas une question en la remettant. Non, elle reviendra
jusqu'à ce que la social-démocratie ait décidé qu'elle passe à l'ordre
du jour, c'est-à-dire qu'elle reste socialiste ou bien qu'elle soit
recueillie par les radicaux dans leur programme de réformes.

La résolution de Kautsky et autres, acceptée par le Congrès, est
celle-ci:

Le Congrès décide:

De rejeter le projet de programme agraire; car ce programme ouvre aux
paysans la perspective d'améliorer leur position, donc fortifie la
propriété privée et favorise la résurrection de leur fanatisme
propriétaire;

Déclare que l'intérêt de la production du sol dans l'ordre social actuel
est en même temps l'intérêt du prolétariat, et que, cependant, l'intérêt
de la culture comme l'intérêt de l'industrie, sous le régime de la
propriété privée des moyens de production, est l'intérêt des possesseurs
des moyens de production, des exploiteurs du prolétariat. Le projet
donne aussi de nouveaux moyens à l'État exploiteur et aggrave la lutte
des classes, et enfin donne à l'état capitaliste une tâche, que seul
pourrait remplir d'une manière suffisante, un État dans lequel le
prolétariat aurait conquis la force politique.

Le congrès reconnaît que l'agriculture a ses lois particulières, qui
sont très différentes de celles de l'industrie, et qu'il faut étudier si
la social-démocratie veut développer à la campagne une activité féconde.
Il donne le mandat au conseil général du parti de confier à un certain
nombre de personnes la charge d'étudier les conditions agraires
allemandes, en faisant usage des données que la commission agraire a
déjà recueillies, et de publier le résultat de ces études dans une série
de traités sous le nom de Recueil des traités politiques agraires du
parti social-démocratique en Allemagne.

Le conseil général reçoit l'autorisation de donner aux personnes
auxquelles on a confié cette tâche l'argent nécessaire pour la remplir
d'une manière convenable.

On espérait éviter les écueils en acceptant cette résolution, mais on a
simplement reculé et il faudra se rallier à gauche ou à droite.

Quand Calwer a lu ce projet, il a pu répéter ces paroles: «Nous cinglons
joyeusement avec des procédés théoriques vers un socialisme
petit-bourgeois idéal, qui est en réalité réactionnaire et utopiste.»

La _Galette de Francfort_ écrivait très bien:

«Quand le programme agraire sera accepté, la pratique et la concurrence
électorale feront le reste, de sorte que le parti se montrera carrément
réformateur, un parti ayant premièrement pour but de démocratiser les
institutions publiques dans l'État et la commune, d'améliorer la
condition sociale de la classe ouvrière, de hausser l'industrie,
l'agriculture, le commerce et les communications, dans le cadre de
l'ordre actuel de l'État et de la société. Cette nouvelle définition de
la position de la social-démocratie, qui écarte naturellement toute
aspiration vers l'État futur, s'accorde tout à fait avec la position de
la démocratie bourgeoise, en ce qui concerne le contenu du programme.
Nous n'approuvons pas tous les détails du nouveau programme, mais cette
position elle-même peut être acceptée pour tout parti avancé, qui veut
être social ... La social-démocratie montre sa bonne volonté, pour
coopérer à l'amélioration des conditions actuelles.»

La critique du programme dans les journaux social-démocrates a été dure
et surtout dans le sens désapprobatif. Dans un des journaux (Sachsische
Arbeiterzeitung) on a demandé: «qu'est-ce qu'on trouve de socialiste
dans ce projet? Les desiderata du programme peuvent tous être acceptés
par la démocratie agraire.»

La question agraire était d'une importance telle que Frédéric Engels se
crut obligé de s'en occuper et, dans un intéressant article, il traita
du problème agraire en France et en Allemagne[44].

Quand on lit cet article, on admire l'habileté avec laquelle Engels,
tout en ménageant leur susceptibilité, critique les marxistes français
au sujet de leur programme pour les travailleurs agraires. Quelle
différence dans les procédés. Si Eugène Dühring avait osé proposer la
moitié des mesures adoptées par les marxistes français dans leur congrès
de Mantes (1894), Engels l'eût cloué au pilori comme ignorant et
imbécile. Mais lorsqu'il s'agit des marxistes français, lesquels, en ce
qui concerne l' «embourbement», ont dépassé depuis longtemps leurs
frères allemands, Engels applique la méthode que les Anglais appellent
_the give-and-take-criticism_ et distribue tour à tour des coups et des
caresses. Le lecteur attentif y découvre entre les lignes l'énumération
de toutes les fautes commises. Mais à chaque bout de phrase, Engels,
miséricordieux, ajoute: «Nos amis français ne sont pas aussi méchants
qu'ils en ont l'air.» Engels énumère leurs demandes en faveur des petits
agriculteurs;

«Achat par la commune de machines agricoles et leur location au prix de
revient aux travailleurs agricoles;

«Création d'associations de travailleurs agricoles pour l'achat des
engrais, de grains, de semences, de plantes, etc., et pour la vente des
produits;

«Suppression des droits de mutation pour les propriétés au-dessous de
5,000 francs;

«Réduction par des commissions d'arbitrage, comme en Irlande, des baux
de fermage et de métayage et indemnité aux fermiers et aux métayers
sortants pour la plus-value donnée à la propriété;

«Suppression de l'article 2102 du Code civil, donnant au propriétaire un
privilège sur la récolte;

«Suppression de la saisie-brandon, c'est-à-dire des récoltes sur pied;
constitution pour le cultivateur d'une réserve insaisissable, comprenant
les instruments aratoires, le fumier et les têtes de bétail
indispensables à l'exercice de son métier;

«Révision du cadastre et, en attendant la réalisation générale de cette
mesure, révision parcellaire pour les communes;

«Cours gratuits d'agronomie et champs d'expérimentations agricoles[45].»

Et ensuite il écrit: «On voit que les demandes en faveur des paysans ne
vont pas loin. Une partie en a déjà été réalisée ailleurs. Des tribunaux
d'arbitrage pour les métayers seront organisés d'après le modèle
irlandais. Des associations coopératives de paysans existent déjà dans
les provinces rhénanes. La révision du cadastre, souhait de tous les
libéraux et même des bureaucrates, est constamment remise en question
dans toute l'Europe occidentale. Toutes les autres clauses pourraient
aussi bien être réalisées sans porter la moindre atteinte à la société
bourgeoise existante.»

C'est la caractéristique du programme.

Et pourquoi?

«Avec ce programme, le parti a si bien réussi auprès des paysans dans
les contrées les plus diverses de la France,--l'appétit vient en
mangeant!--que l'on fut tenté d'encore mieux l'assaisonner au goût des
paysans. On se rendit très bien compte du dangereux terrain où on
allait s'engager. Comment alors venir en aide au paysan, non en sa
qualité de futur prolétaire mais en tant que paysan-propriétaire actuel,
sans renier les principes du programme socialiste général?»

À cette question on répondit en faisant précéder le programme par une
série de considérations théoriques, tout comme l'avaient fait les
socialistes allemands, belges et hollandais. Oui, certes, tous nous
avons commis cette erreur, et, pour notre part, nous en faisons très
franchement l'aveu. Tous nous avons eu un programme contenant les
principes socialistes et où même l'idée communiste fondamentale: _De
chacun selon ses facultés, à chacun selon ses besoins_, trouva son
expression. Ensuite venait l'énumération des soi-disant _réformes
pratiques_ qui pourraient être réalisées immédiatement dans la société
actuelle. Ainsi se rencontrèrent de fait deux éléments absolument
hétérogènes: d'un côté les communistes purs, acceptant les
«considérants», sans d'ailleurs s'occuper des «réformes pratiques» et,
d'autre part, les partisans de ces réformes, lesquels, sans y attacher
la moindre valeur, acceptaient aussi les «considérants», en même temps
que le «programme pratique». Par suite du développement des idées,
l'illogisme de cette situation se manifesta de plus en plus et,
finalement, les vrais socialistes et les réformateurs se séparèrent[46].

Voilà la lutte qui se livre entre les différentes tendances dans le
parti socialiste même.

Et voyez les beaux résultats auxquels on arrive!

Dans tel «considérant» on déclare que la propriété parcellaire est
irrémédiablement condamnée à disparaître, et aussitôt après on affirme
qu'au socialisme incombe l'impérieux devoir de maintenir en possession
de leur morceau de terre les petits paysans producteurs, et de les
protéger contre le fisc, l'usure et la concurrence des grands
cultivateurs[47].

On pense ainsi conduire la population agricole à l'idéal collectiviste:
la terre au paysan.

Sans insister davantage sur l'illogisme de cette formule, à laquelle
nous préférons celle-ci: la terre à tous, nous croyons cependant devoir
faire remarquer que la réalisation de ces voeux nous éloignerait plus
que jamais de l'idéal.

Toutes ces réformes, en effet, ont pour but de prolonger
artificiellement l'existence des petits agriculteurs; des laboureurs
salariés, des véritables travailleurs de la terre, il est à peine fait
mention.

De simples radicaux pourraient parfaitement souscrire à un tel
programme, qui est tout plutôt que socialiste.

Il est temps de se mettre en garde!

On veut donc sauver ce qui est irrémissiblement perdu!

Quelle logique!

Il est assez naturel que Engels finisse par s'en apercevoir et qu'il
s'écrie: «Combien aisément et doucement on glisse une fois que l'on est
sur la pente. Si maintenant le petit, le moyen agriculteur d'Allemagne
vient s'adresser aux socialistes français pour les prier d'intervenir en
sa faveur auprès des social-démocrates allemands afin que ceux-ci le
protègent pour pouvoir exploiter ses domestiques et ses servantes et
qu'il se base, pour justifier cette intervention, sur ce qu'il est
lui-même victime de l'usurier, du percepteur, du spéculateur en grains
et du marchand de bétail,--que pourront-ils bien lui répondre? Et qui
leur garantit que nos grands propriétaires terriens ne leur enverront
pas leur comte Kanitz qui, lui-même, a proposé la monopolisation
(_Verstaatlichung_) de l'importation du blé, afin d'implorer également
l'aide des socialistes pour l'exploitation des travailleurs agricoles,
arguant, eux aussi, du traitement qu'ils ont à subir de la part des
usuriers et des spéculateurs en argent et en grains?»

Il est difficile de dire les choses d'une façon plus nette, et,
néanmoins, aussitôt après les avoir dites, Engels plaide les
circonstances atténuantes. Il affirme qu'il s'agit ici d'un cas
exceptionnel, spécial aux départements septentrionaux de la France, où
les paysans louent des terrains avec l'obligation qui leur est imposée
d'y cultiver des betteraves et dans des conditions très onéreuses. En
effet, ils s'obligent à vendre leurs betteraves aux usuriers contre un
prix fixé d'avance, à ne cultiver qu'une certaine espèce de betteraves,
à employer une certaine quantité d'engrais. Par dessus le marché ils
sont encore horriblement volés à la livraison de leurs produits.


Mais la situation, à quelques particularités près, n'est-elle pas
partout la même dans l'Europe occidentale? Si l'on veut prendre sous sa
protection une certaine catégorie de paysans, on doit en convenir
loyalement. Engels a parfaitement raison lorsqu'il dit: «La phrase,
telle quelle, dans sa généralité sans limites, est non seulement un
reniement direct du programme français, mais du principe fondamental
même du socialisme, et ses rédacteurs n'auront pas le droit de se
plaindre si la rédaction défectueuse en a été exploitée contre leur
intention et de la façon la plus différente.»

Le désaveu est on ne peut plus catégorique.

Et comme nous pensons avec Engels quand il dit: «COMBIEN AISÉMENT ET
DOUCEMENT ON GLISSE, UNE FOIS SUR LA PENTE!» Cela devrait être inscrit
au frontispice de tous les locaux de réunion et en tête de tous les
journaux socialistes. Et si on ne veut pas écouter ma voix, il faut
espérer qu'Engels du moins obtiendra plus de succès. Ou bien les
social-démocrates sont-ils déjà tombés si bas qu'on puisse dire d'eux:
«Quand même un ange (Engels) descendrait du ciel, ils ne l'écouteraient
pas?»

Ceci s'applique aux «considérants». Mais bien des points du programme
aussi «trahissent la même légèreté de rédaction que ces considérants».
Prenons par exemple cet article: Remplacement de tous les impôts directs
par un impôt progressif sur le revenu, sur tous les revenus au-dessus de
3,000 francs. On trouve cette proposition dans presque tous les
programmes social-démocrates; mais ici on a ajouté--bizarre
innovation!--que cette mesure s'appliquerait spécialement aux petits
agriculteurs. Ce qui prouve combien peu on en a compris la portée.
Engels cite l'exemple de l'Angleterre. Le budget de l'État y est de 90
millions de livres sterling; l'impôt sur le revenu y est compris pour 13
1/2 à 14 millions, tandis que les autres 76 millions sont fournis en
partie par le revenu des postes et télégraphes et du timbre, et le reste
par les droits d'entrée sur des articles de consommation. Dans la
société actuelle il est quasi-impossible de faire face aux dépenses
d'une autre façon. Supposons que la totalité de ces 90 millions de
livres sterling doive être fournie par l'imposition progressive de tous
les revenus de 120 livres (3,000 francs) et au-dessus. L'augmentation
annuelle et moyenne de la richesse nationale a été, selon Giffen, de
1865 à 1875, de _240_ millions de livres sterling. Supposons qu'elle
soit actuellement de 300 millions. Une imposition de 90 millions
engloutirait presque un tiers de cette augmentation. En d'autres termes,
aucun gouvernement ne peut entreprendre une pareille chose, si ce n'est
un gouvernement socialiste. Et lorsque les socialistes auront le
pouvoir en mains, il est à espérer qu'ils prendront de tout autres
mesures que cette réforme insignifiante.

De tout cela on se rend bien compte et voilà pourquoi on fait miroiter
aux yeux des paysans--«en attendant »!--la suppression des impôts
fonciers pour tous les paysans cultivant eux-mêmes leurs terres et la
diminution de ces impôts pour tous les terrains chargés d'hypothèques.
Mais la deuxième moitié de cette réforme applicable seulement aux fermes
considérables serait favorable à d'autres que le paysan. Elle le serait
aussi aux paysans exploiteurs «d'ouvriers».

Avec de nouvelles lois contre l'usure et d'autres réformes du même genre
on n'avance pas d'un pas: il est donc tout à fait ridicule de les
prôner.

Et quel est le résultat pratique de toutes ces choses illogiques?

«Bref, après le pompeux élan théorique des «considérants», les parties
pratiques du nouveau programme agraire ne nous expliquent pas comment le
parti ouvrier français compte s'y prendre pour laisser les petits
paysans en possession de leur parcellaire propriété qui, selon cette
même théorie, est vouée à la ruine.»

Or, ceci n'est autre chose qu'une simple duperie, (_Bauernfaengerei_) à
la manière de Vollmar et de Schonlank. Cela fait gagner des voix aux
élections, Engels est bien forcé de le reconnaître et le fait
loyalement: «Ils s'efforcent, autant que possible, à gagner les voix du
petit paysan, pour les prochaines élections générales. Et ils ne peuvent
atteindre ce but que par des promesses générales et risquées, pour la
défense desquelles ils se voient obligés de formuler des considérants
théoriques plus risqués encore. En y regardant de plus près on voit que
ces promesses générales se contredisent elles-mêmes (l'assurance de
vouloir conserver un état de choses que l'on déclare impossible) et que
les autres mesures, ou bien seront absolument dérisoires (lois contre
l'usure) ou répondront aux exigences générales des ouvriers, ou bien que
ces règlements ne profiteront qu'à la grande propriété terrienne, ou
encore seront de ces réformes dont la portée n'est d'aucune importance
pour l'intérêt du petit paysan. De sorte que la partie directement
pratique du programme pallie de soi-même la première tendance marquée et
réduit les grands mots à aspect dangereux des considérants à un
règlement tout à fait inoffensif.»

Il y a encore un danger dans cette méthode. Car si nous réussissons
ainsi à gagner le paysan, il se révoltera contre nous dès qu'il verra
que nos promesses ne se réalisent pas. «Mous ne pouvons considérer comme
un des nôtres le petit paysan qui nous demande d'éterniser sa propriété
parcellaire, pas plus que le petit patron qui essaie de toujours rester
patron.»

Il serait difficile d'imaginer une critique plus véhémente et nous
sourions lorsque nous voyons Engels flatter les frères français: «Je ne
veux pas abandonner ce sujet sans exprimer la conviction, qu'au fond les
rédacteurs du programme de Nantes sont du même avis que moi. Ils sont
trop intelligents pour ne pas savoir que ces mêmes terrains qui
actuellement sont propriété parcellaire, sont destinés à devenir
propriété collective. Ils reconnaissent eux-mêmes que la propriété
parcellaire est condamnée. L'exposé de Lafargue au congrès de Nantes
confirme du tout au tout cette opinion. La contradiction dans les termes
du programme indique suffisamment que ce que les rédacteurs ne disent
n'est pas ce qu'ils voudraient dire. Et s'ils ne sont pas compris, et si
leurs expressions sont mal interprétées, comme cela est arrivé, en
effet, la faute en est à eux.

Quoi qu'il en soit, ils seront obligés d'expliquer plus clairement leur
programme et le prochain congrès français devra le réviser entièrement.»

Que ces paroles sont conciliantes! Engels dit en d'autres termes: Il ne
faut pas trop leur en vouloir pour ce qu'ils disent. Nous savons tous ce
que parler veut dire! Mais il ne paraît pas comprendre que par de
semblables excuses il place ses amis dans une situation peu favorable.
Au lieu de faire croire à un mensonge inconscient, il dépeint leur façon
de faire comme une duperie volontaire. Les social-démocrates français
ont plein droit de s'écrier en présence des amabilités de Frédéric
Engels: Dieu nous préserve de nos amis!

       *       *       *       *       *

Par ce qui précède nous croyons avoir suffisamment démontré comment les
social-démocrates, une fois sur cette route, ont continué à marcher dans
cette voie.

Bebel, qui était de la «glissade», s'est tout à coup ressaisi en
s'apercevant que Vollmar était homme à revendiquer la responsabilité de
ses actes. Vollmar, en effet, dit: «Ce que je fais et ce qu'on me
reproche a toujours été la ligne de conduite du parti tout entier.» Pour
notre part nous sommes convaincus que Bebel n'osera pas aller jusqu'au
bout, car en ce cas il lui faudrait rompre avec son parti et
reconnaître, implicitement, que les jeunes avaient raison en se
méfiant.

La paix, un moment troublée, est déjà rétablie dans les rangs des
social-démocrates allemands. Le cas Bebel-Vollmar appartient au passé et
les deux champions reprennent fraternellement leur place dans les rangs.
L'imbécile proposition de loi connue sous le nom de «Anti-Umsturzvorlage»
a beaucoup contribué à cette réconciliation[48]. Cette proposition de loi
elle-même prouve que le vieil esprit bismarckien a finalement triomphé
chez l'empereur.

Rien, pour le développement du socialisme autoritaire, ne vaut des lois
d'exception et des persécutions. Aussi n'est-ce pas un hasard que ce
socialisme-là prédomine, surtout en Allemagne.

Combien vraies sont ces paroles de Bakounine: «La nation allemande
possède beaucoup d'autres qualités solides qui en font une nation tout à
fait respectable: elle est laborieuse, économe, raisonnable, studieuse,
réfléchie, savante, grande raisonneuse et amoureuse de la discipline
hiérarchique en même temps et douée d'une force d'expansion
considérable; les Allemands, peu attachés à leur propre pays, vont
chercher leurs moyens d'existence partout et, comme je l'ai déjà
observé, ils adoptent facilement, sinon toujours heureusement, les
moeurs et les coutumes des pays étrangers qu'ils habitent. Mais à côté
de tant d'avantages indiscutables, IL LEUR EN MANQUE UN: L'AMOUR DE LA
LIBERTÉ, L'INSTINCT DE LA RÉVOLTE. Ils sont le peuple le plus résigné et
le plus obéissant du monde. Avec cela ils ont un autre grand défaut:
c'est l'esprit d'accaparement, d'absorption systématique et lente, de
domination, ce qui en fait, dans ce moment surtout, la nation la plus
dangereuse pour la liberté du monde[49].»

Cette citation nous montre le contraste entre les deux courants incarnés
dans ces deux hommes: Bakounine et Marx. La lune que nous avons à
soutenir actuellement dans le camp socialiste n'est en somme que la
continuation de celle qui divisait l'ancienne «Internationale».

Marx était le représentant attitré du socialisme autoritaire. En disant
cela, je sais à quoi je m'expose. On m'accusera de sacrilège commis
contre la mémoire de Marx. Accusation étrange, ainsi formulée contre un
homme qui aime s'appeler élève de Marx et qui s'est efforcé de
populariser son chef-d'oeuvre: _Das Kapital_, par la publication d'une
brochure tirée de ce livre.

Autant que qui que ce soit, je respecte Marx. Son esprit génial a fait
de lui un Darwin sur le terrain économique. Qui donc ne rendrait
volontiers hommage à un homme, qui, par sa méthode scientifique, a forcé
la science officielle à l'honorer? Son adversaire Bakounine lui-même ne
reste pas en arrière pour témoigner de Marx que sa «science économique
était incontestablement très sérieuse, très profonde», et qu'il est un
«révolutionnaire sérieux, sinon toujours très sincère, qu'il veut
réellement le soulèvement des masses». Son influence fut tellement
puissante que ses disciples en arrivèrent à une sorte d'adoration du
maître. Ce que la tradition rapporte de Pythagore, à savoir que le
[grec: autozepha] (_il l'a dit_) mettait fin, chez ses disciples, à
toute controverse, s'applique aujourd'hui à l'école de Marx. La
marxolâtrie est comme la vénération que certaines personnes ont pour la
Bible. Il existe même une science, celle des commentaires officiels et,
sous l'inspiration d'Engels, chaque déviation du dogme est stigmatisée
comme une hérésie et le coupable est jeté hors du temple des fidèles.
Moi-même, à un moment donné, j'ai senti cette puissance occulte,
hypnotisé comme je l'étais par Marx, mais graduellement, surtout par
suite de la conduite des fanatiques gardiens postés sur les murs de la
Sion socialiste, je me suis ressaisi, et sans vouloir attenter à
l'intégrité de Marx, je me suis aperçu aussi qu'il a été l'homme du
socialisme autoritaire. Il est vrai que ses disciples l'ont dépassé en
autoritarisme.

On se rappelle peut-être la discussion sur la priorité de la découverte
d'idée entre Rodbertus et Marx au sujet de la question de la
«plus-value», traitée par Engels dans sa préface à la brochure de Marx
contre Proudhon[50]. Pour notre part, nous avons toujours jugé ridicule
cette question, car qui pourrait bien se vanter d'avoir, le premier,
trouvé telle idée? Les idées sont dans l'air. En même temps que Darwin,
Wallace et Herbert Spencer avaient des idées analogues sur la loi
naturelle de l'évolution. Et si l'on appelle Rodbertus le père du
socialisme étatiste, il nous semble qu'il partage cet honneur avec Marx
lequel, très réellement, était un partisan décidé du socialisme d'État.
«Les marxistes sont adorateurs du pouvoir de l'État et nécessairement
aussi les prophètes de la discipline politique et sociale, les champions
de l'ordre établi de haut en bas, toujours au nom du suffrage universel
et de la souveraineté des masses, auxquelles on réserve le bonheur et
l'honneur d'obéir à des chefs, à des maîtres élus. Les marxistes
n'admettent point d'autre émancipation que celle qu'ils attendent de
leur État soi-disant populaire. Ils sont si peu les ennemis du
patriotisme que leur Internationale même porte trop souvent les couleurs
du pangermanisme. Il existe entre la politique bismarckienne et la
politique marxiste une différence sans doute très sensible, mais entre
les marxistes et nous il y a un abîme.»

Il y a une équivoque, qui fut éclaircie peu à peu.

En mars 1848, le Conseil général de la fédération communiste
(Kommunistenbund) formulait ses desiderata et on y parle surtout de
l'État. Par exemple:

n° 7: les mines, les carrières, les biens féodaux, etc., propriété _de
l'État_; n° 8: les hypothèques, propriété _de l'État_, la rente payée
par les paysans _à l'État_; n° 9: la rente foncière ou la ferme payée
comme impôt _à l'État_; n° 11: les moyens de communication: les chemins
de fer, les canaux, les bateaux à vapeur, les routes, la poste, etc.,
dans les mains de _l'État._ Ils sont changés en _propriété d'État_ et
mis à la disposition de la classe des déshérités; n° 16: établissement
des ateliers nationaux. _L'État_ garantit l'existence à tous les
ouvriers et prend soin des invalides.

Selon ce manifeste, les prolétaires doivent combattre chaque effort
tendant à donner les biens féodaux expropriés en libre propriété aux
paysans. Les biens doivent rester _biens nationaux_ et être transformés
en colonies ouvrières. Les ouvriers doivent faire tout le possible pour
centraliser le pouvoir entre les mains de l'État contrairement a ceux
qui veulent fonder la république fédéraliste.

Voilà le pur socialisme d'État et qui le nierait ignore ce que veut le
socialisme d'État.

Mais on suivait alors la même méthode que maintenant, on était
irréductible sur les principes dans les considérants, et on devenait
opportuniste dans les desiderata pratiques en oubliant la signification
des considérants.

Comment peut-on accorder avec ces desiderata pratiques l'opinion
suivante de la fédération communiste en mars 1850: «les ouvriers doivent
veiller à ce que l'insurrection révolutionnaire immédiate ne soit pas
supprimée directement après le triomphe. Leur intérêt est au contraire
de la continuer aussi longtemps que possible. Au lieu de supprimer les
soi-disant excès, on doit non seulement tolérer mais prendre la
direction de la vengeance populaire contre les personnes les plus haïes
ou les édifices publics.» Les intérêts des ouvriers sont opposés à ceux
de la bourgeoisie, qui veut tirer profit de l'insurrection pour
elle-même et frustrer le prolétariat des fruits du triomphe. Plus loin:
«nous avons vu comment les démocrates prendront la direction des
mouvements, comment ils seront obligés de proposer des mesures plus ou
moins socialistes. On demandera quelles mesures les ouvriers vont
opposer à ces propositions. Les ouvriers ne peuvent naturellement
demander au début du mouvement des mesures purement communistes, mais
ils peuvent:

1° Forcer les démocrates à modifier l'ordre social actuel, à troubler la
marche régulière et à se compromettre eux-mêmes;

2° Amener les propositions des démocrates, qui ne sont pas
révolutionnaires mais seulement réformatrices, à se transformer en
attaques directes contre la propriété privée. Par exemple: quand les
petits bourgeois proposent d'acheter les chemins de fer et les
fabriques, les ouvriers exigent leur confiscation sans indemnité comme
propriété des réactionnaires; quand les démocrates proposent les impôts
proportionnels, les ouvriers exigent les impôts progressifs; quand les
démocrates proposent une progression modérée, les ouvriers exigent une
progression qui ruine le grand capital; quand les démocrates proposent
une réduction des dettes nationales, les ouvriers exigent la banqueroute
de l'État.» Et leur manifeste finit avec ces mots: «leur devise dans la
lutte (c'est-à-dire, celle du parti prolétarien) doit être la révolution
en permanence.»

Quelle différence avec la tendance étatiste des premiers desiderata!
Marx ne savait pas précisément ce qu'il voulait et c'est pourquoi tous
les deux ont raison, M. le professeur Georg Adler, qui met le doigt sur
les tendances anarchistes de Marx et M. Kautsky, qui affaiblit la
signification des paroles de Marx et signale ses idées centralistes, car
le premier cite la première moitié, les considérants, et le second la
seconde moitié avec les desiderata pratiques[51].

Contre ces traits caractéristiques des marxistes, il n'y a pas
grand'chose à dire. Et si jadis j'ai pu croire qu'il ne fallait pas
attribuer à Marx la tactique que ses partisans aveugles ont déclarée la
seule salutaire, j'ai fini par me rendre compte que Marx lui-même
suivrait cette direction. J'en ai acquis la certitude par la lecture de
cette lettre de Bakounine où il écrit: «Le fait principal, qui se
retrouve également dans le manifeste rédigé par M. Marx en 1864, au nom
du conseil général provisoire et qui a été éliminé du programme de
l'Internationale par le congrès de Genève, c'est la CONQUÊTE DU POUVOIR
POLITIQUE PAR LA CLASSE OUVRIÈRE. On comprend que des hommes aussi
indispensables que MM. Marx et Engels soient les partisans d'un
programme qui, en consacrant et en préconisant le pouvoir politique,
ouvre la porte à toutes les ambitions. Puisqu'il y aura un pouvoir
politique, il y aura nécessairement des sujets travestis
républicainement en citoyens, il est vrai, mais qui n'en seront pas
moins des sujets, et qui comme tels seront forcés d'obéir, parce que
sans obéissance il n'y a point de pouvoir possible. On m'objectera
qu'ils n'obéissent pas à des hommes mais à des lois qu'ils auront faites
eux-mêmes. À cela je répondrai que tout le monde sait comment, dans les
pays les plus démocratiques les plus libres mais politiquement
gouvernés, le peuple fait les lois, et ce que signifie son obéissance à
ces lois. Quiconque n'a pas le parti pris de prendre des fictions pour
des réalités, devra bien reconnaître que, même dans ces pays, le peuple
obéit non à des lois qu'il fait réellement, mais qu'on fait en son nom,
et qu'obéir à ces lois n'a jamais d'autre sens pour lui que de le
soumettre à l'arbitraire d'une minorité tutélaire et gouvernante
quelconque, ou, ce qui veut dire la même chose, d'être librement
esclave.»

Nous voyons que «la conquête du pouvoir politique par la classe
ouvrière» fut déjà son idée fixe et lorsqu'il parlait de la dictature du
prolétariat, ne voulait-il pas parler en réalité de la dictature des
_meneurs_ du prolétariat? En ce cas, il faut l'avouer, le parti social
démocrate allemand a suivi religieusement la ligne de conduite tracée
par Marx. L'idéal peut donc se condenser dans ces quelques mots:
«L'assujettissement politique et l'exploitation économique des classes.»
Il est impossible de se soustraire à cette logique conclusion lorsqu'on
vise à «la conquête du pouvoir politique par la classe ouvrière» avec
toutes ses inévitables conséquences. Lorsque Bebel--au congrès de
Francfort--dit, et fort justement: «Si les paysans ne veulent pas se
laisser convaincre nous n'aurons pas à nous occuper des paysans. Leurs
préjugés, leur ignorance, leur étroitesse d'esprit ne doivent pas nous
pousser à abandonner en partie nos principes», et qu'en s'adressant aux
députés bavarois il ajoute ceci: «Vous n'êtes pas les représentants des
paysans bavarois, mais d'intelligents ouvriers industriels», il ne fit
que répéter ce que Bakounine avait déjà dit en 1872. D'après Bakounine,
en effet, les marxistes s'imaginent que «le prolétariat des villes est
appelé aujourd'hui à détrôner la classe bourgeoise, à l'absorber et à
partager avec elle la domination et l'exploitation du prolétariat des
campagnes, ce dernier paria de l'histoire, sauf à celui-ci de se
révolter et de supprimer toutes les classes, toutes les dominations,
tous les pouvoirs, en un mot tous les États plus tard». Et comme il
apprécie bien la signification des candidatures ouvrières pour les
corps législatifs lorsqu'il écrit: «C'est toujours le même tempérament
allemand et la même logique qui les conduit directement, fatalement dans
ce que nous appelons le _socialisme bourgeois_, et à la conclusion d'un
pacte politique nouveau entre la bourgeoisie radicale, ou forcée de se
faire telle; et la minorité _intelligente_, respectable, c'est-à-dire
_embourgeoisée_ du prolétariat des villes, à l'exclusion et au détriment
de la masse du prolétariat, non seulement des campagnes mais des villes.
Tel est le vrai sens des candidatures ouvrières aux parlements des États
existants et celui de la conquête du pouvoir politique par la classe
ouvrière.»

Encore une fois, que peut-on raisonnablement objecter à cette
argumentation? Et c'est vraiment étrange que cette lettre inédite de
Bakounine, qui parut à la fin de l'année dernière, ait été absolument
ignorée par les social-démocrates allemands. Pour dire vrai, cela n'est
pas étrange du tout, mais au contraire fort naturel. Car ces messieurs
ne désirent nullement se placer sur un terrain où leur socialisme
autoritaire est aussi clairement et aussi véridiquement exposé et
combattu.

On sait que Marx lui-même pensait de cette façon, et nous ne comprenons
pas qu'Engels, qui si pieusement veilla sur l'héritage spirituel de son
ami, contemplât, en l'approuvant, le mouvement allemand, quoique dans
ses productions scientifiques, il se montrât quelque peu anarchiste.

D'étranges révélations ont cependant été faites au sujet de la situation
de Marx vis-à-vis du programme social-démocrate allemand. Car, alors
qu'universellement Marx était considéré comme le père spirituel de ce
programme,--depuis 1875 le programme du parti,--on a appris par un
article qu'Engels publia en 1891 dans la _Neue Zeit_ contre le désir
formel de Bebel, que Marx, loin d'avoir été l'inspirateur de ce
programme, l'avait véhémentement combattu et qu'on l'avait adopté malgré
lui. La fraction social-démocrate du Reichstag s'est donc rendue
coupable d'un véritable abus de confiance et rien n'a autant aidé à
ébranler ma confiance dans les chefs du parti allemand que cette
inexcusable action. Quinze ans durant on a laissé croire aux membres du
parti que leur programme avait été élaboré avec l'approbation de Marx,
et le plus étonnant est que cela se soit fait avec l'assentiment tacite
de Marx et d'Engels qui, ni l'un ni l'autre, ne se sont opposés à cette
_pia fraus_. Des chefs de parti qui se permettent de pareilles erreurs
sont certes capables de bien d'autres choses encore. Voyons dans quels
termes réprobateurs, anéantissants même, Marx critique ce programme: «Il
est de mon devoir de ne pas accepter, même par un silence diplomatique,
un programme qu'à mon avis il faudrait rejeter comme démoralisant le
parti.» Ce qui n'empêche nullement Marx de se taire et de ne pas
protester, le programme une fois adopté. En ce qui concerne la partie
«pratique» du programme, Marx dit: «Ses réclamations politiques ne
contiennent pas autre chose que l'antique et universelle litanie
démocratique: suffrage universel, législation directe, droit populaire,
etc. Elles ne sont qu'un écho du parti du peuple (_Volkspartei_)
bourgeois et de la ligue de la paix et de la liberté[52].» Et pour de
pareilles fariboles on engagerait la lutte contre le monde entier! Pour
des niaiseries semblables nous risquerions la prison, voire même la
potence! Et plus loin: «Le programme tout entier, malgré ses fioritures
démocratiques, est complètement empoisonné par la croyance de «sujet à
l'État» de la secte lassallienne, ou bien, ce qui ne vaut guère mieux,
par la croyance aux merveilles démocratiques, ou, plutôt, par le
compromis entre ces deux sortes de croyance aux miracles, toutes deux
également éloignées du socialisme.»

Marx dit encore: «Quel changement l'État subira-t-il dans une société
communiste? En d'autres termes: Quelles fonctions sociales subsisteront,
analogues aux fonctions actuelles de l'État? À cette question, il faut
une réponse scientifique et on n'approche pas d'un saut de puce de la
solution en faisant mille combinaisons du mot _peuple_ avec le mot
_État_. Entre la société capitaliste et la société communiste il y a la
période transitoire révolutionnaire. À celle-ci correspond une période
transitoire politique dont la forme ne saurait être que la dictature
révolutionnaire du prolétariat.» Fort judicieusement, Merlino dit à ce
sujet: «Marx a bien prévu que l'État sombrerait un jour, mais il a
renvoyé son abolition au lendemain de l'abolition du capitalisme, comme
les prêtres placent après la mort le paradis.»

Une lamentable mystification a donc eu lieu ici, contre laquelle on ne
saurait trop protester.

Au congrès de Halle, dit Merlino, les social-démocrates se sont
démasqués: ils ont publiquement dit adieu à la révolution et désavoué
quelques théories révolutionnaires d'antan, pour se lancer dans la
politique parlementaire et dans le fatras de la législation ouvrière. À
notre avis, on a _toujours_ suivi cette voie. Seulement, petit à petit,
tout le monde s'en est aperçu. Si Marx juge le programme
social-démocrate allemand «infecté, d'un bout à l'autre, de fétichisme
envers l'État», on est bien tenté de croire qu'il y a quelque chose qui
n'est pas net! Liebknecht lui-même ne reconnaît-il pas que le parti
allemand--de 1875 à 1891, c'est-à-dire du moins du congrès de Gotha au
congrès d'Erfurt--professait le socialisme d'État? Au congrès de Berlin,
au sujet du socialisme étatiste, Liebknecht dit: «Si l'État faisait peau
neuve, s'il cessait d'être un État de classes en faisant disparaître
l'opposition des classes par l'abolition des classes mêmes, alors ...
mais alors il devient l'État socialiste, en ce sens nous pourrions dire,
si toutefois nous voulions encore donner le nom d'État à la société que
nous désirons établir: Ce que nous voulons c'est le socialisme étatiste!
Mais en ce sens-là seulement! Or, ce n'est pas cette signification qu'y
attachent tous ces messieurs: ils ont en vue l'État actuel; ils veulent
(réaliser) le socialisme dans l'État actuel, c'est-à-dire la quadrature
du cercle,--un socialisme qui n'est pas le socialisme dans un État qui
est tout le contraire du socialisme. Oui, une tentative a été faite
d'instaurer en Allemagne le socialisme d'État dans son sens idéal: la
réelle transformation de l'État en un État socialiste. Cette tentative
fut l'oeuvre de Lassalle par sa fameuse proposition de créer, avec
l'aide de l'État, des associations productrices qui, graduellement,
prendraient en mains la production et réaliseraient, après une période
transitoire de concurrence avec la production capitaliste privée, le
véritable socialisme d'État. C'était une utopie et nous avons tous
compris que cette idée n'est pas réalisable. Nous avons si complètement
et formellement rompu avec cette idée utopique à présent que, au lieu du
programme-compromis de 1875 qui contenait encore, quoique sous toutes
sortes de réserves, l'idée de ce socialisme d'État, nous avons adopté le
nouveau programme d'Erfurt. Je dis «avec toutes sortes de réserves», car
alors on s'aperçut qu'il y avait ici une contradiction; que le
socialisme est révolutionnaire, qu'il doit être révolutionnaire et qu'il
est sur un pied de guerre à mort contre l'État réactionnaire. On
s'efforça donc d'obtenir autant de garantie que possible, afin que
l'État ne pût abuser du pouvoir économique obtenu par ces associations
productrices et que tout bonnement il s'assassinât lui-même. Dans le
programme de Gotha on lit: «Le parti ouvrier socialiste allemand
réclame, afin d'aplanir la voie vers la solution de la question sociale,
la création d'associations productrices socialistes avec l'aide de
l'État et sous le contrôle démocratique du peuple travailleur.» On
s'imaginait donc que dans l'État actuel, qui grâce à un miracle
quelconque se serait converti à un honnête socialisme d'État, un
contrôle démocratique serait possible, c'est-à-dire un État démocratique
dans un État bureaucratique, semi-féodal et policier, qui, de par son
essence même, ne saurait être ni socialiste ni démocrate. La phrase
suivante: «Les associations productrices doivent être créées, pour
l'industrie et pour l'agriculture, dans de telles proportions, que
d'elles dérive l'organisation socialiste de la production tout entière»,
prouve clairement jusqu'à quel degré on s'illusionnait encore au sujet
des rapports entre l'État actuel et le socialisme. Autre garantie contre
l'abus du socialisme d'État: ou déclara que nous voulions établir l'État
_libre_ et la société socialiste. Mais l'État libre ne saurait jamais
être l'État actuel; un État libre ne sera jamais possible sur les bases
de la production capitaliste, parce que, comme cela est démontré
clairement dans notre nouveau programme, le capitalisme, qui a comme
condition vitale le monopole des moyens de production, réclame, outre le
pouvoir économique, l'esclavage politique de sorte que l'État actuel ne
pourra jamais être socialiste[53].»

Malgré tout cela, et suivant les déclarations de Liebknecht lui-même, le
parti social-démocrate allemand a professé pendant quinze années le
socialisme d'État.

Et il n'a pas encore perdu ce caractère, quoi qu'on en dise. Or n'est-il
pas vrai que, dans l'idée des collectivistes, l'État, c'est-à-dire la
représentation nationale ou communale, prend la place du patron et que,
pour le reste, rien ne change[54]? Fort justement Kropotkine écrit: «Ce
sont les représentants de la nation ou de la commune et leurs délégués,
leurs fonctionnaires qui deviennent gérants de l'industrie. Ce sont eux
aussi qui se réservent le droit d'employer dans l'intérêt de tous la
plus-value de la production[55]». N'est-il pas vrai que le
parlementarisme conduise inévitablement au socialisme étatiste?
Bernstein ne parle-t-il pas d'une «étatisation» de la grande production
(_Verstaatlichung der Grossproduktion_), laissant sans solution la
question de savoir «si l'État réglera d'abord seulement le contrôle, ou
bien s'il s'emparera immédiatement de la direction effective de la
production[56]». Très catégoriquement Bernstein envisage donc la
direction immédiate de l'industrie par l'État comme le _but final_ à
atteindre.

Certes, cela ne ressemble en rien à l'État _libre_. Il est vrai que les
social-démocrates allemands ne désirent nullement la liberté. Pas plus
qu'ils ne tolèrent la liberté dans leur propre parti, ils ne la
toléreraient si en Allemagne ou ailleurs ils étaient les maîtres. Le lit
de Procuste de la social-démocratie allemande n'est pas fait pour
l'homme libre.

Merlino disait du programme d'Erfurt: «Tel est le programme d'Erfurt,
fruit de quinze ans de réaction socialiste et d'agitation électorale, à
base de suffrage universel accordé aux classes ouvrières, pour les
tromper, les diviser et les détourner de la voie révolutionnaire[57].»

       *       *       *       *       *

Il est regrettable que, généralement, les différences d'opinion donnent
lieu à des discussions peu courtoises. Pourquoi, en effet, ne pas
reconnaître loyalement les mérites ou le savoir de l'adversaire? Faut-il
donc nécessairement être, dans le monde de la science, ou dieu, ou
diable?

S'il faut en croire Engels, Dühring ne serait qu'un faible esprit et un
zéro «irresponsable et possédé par la manie des grandeurs». Par contre,
Dühring, dans ses écrits, ne se borne pas à critiquer les oeuvres de
Marx: il injurie l'écrivain. Quand même il aurait raison dans ses
critiques, il y a quelque chose de repoussant dans l'allure personnelle
et subjective de ses attaques. Il dit de Marx: «Son communisme d'État,
théocratique et autoritaire est injuste, immoral et contraire à la
liberté. Supposons, au jubilé marxiste, toute propriété dans la grande
armoire à provisions de l'État socialiste. Chacun sera alors renseigné
par Marx et ses amis sur ce qu'il mangera et boira et sur ce qu'il
recevra de l'armoire aux provisions; puis encore sur les corvées à
exécuter dans les casernes du travail. À en juger d'après la presse et
l'agitation marxistes, la justice et la vérité seraient certainement la
dernière des choses prises en considération dans cet État despotique et
autoritaire[58]. La plus despotique confiscation de la liberté
individuelle, oui, la spoliation à tous les degrés, sous la forme de
l'arbitraire bureaucratique et communiste, serait la base de cet État.
Par exemple, les productions de l'esprit ne seraient tolérées dans
l'État marxiste qu'avec l'autorisation de Marx et des siens et Marx, en
sa qualité de grand-policier, grand-censeur et grand-prêtre,
n'hésiterait pas, au nom du bien-être socialiste, à exterminer les
hérésies qu'actuellement il ne peut combattre qu'au moyen de quelques
chicanes littéraires. Il n'y aurait, physiquement et moralement, que des
serviteurs communistes de l'État et, pour se servir de la dénomination
antique, que des esclaves publics. Quels sont, dans leurs subdivisions,
les rapports mutuels du troupeau de cette étable communiste, combien les
besoins de la nourriture, les rations à l'auge et les différentes
corvées sont «_allerhöchst staatsspielerisch_» et comment on en
tiendrait la comptabilité, voilà le secret qui doit rester caché
jusqu'après l'année jubilaire; car Marx considérerait cette révélation
comme du socialisme fantaisiste. C'est justement pour cette raison que
le public, qui devait être mystifié, est renvoyé aux calendes grecques
par l'inventeur de l'année jubilaire, Marx, qui prétend qu'on ne peut
demander des renseignements sur les situations de l'avenir[59]»

Une telle critique, quoique juste au fond, répugne par sa forme
grossière. Soyez rigoureux dans l'analyse, ne ménagez rien dans la
critique, mais ne gâtez pas votre cause en lui donnant une forme qui
dépasse les bornes d'un début convenable.

L'admirateur de Dühring, le Dr B. Friedlaender, va également trop loin
lorsqu'il écrit dans son intéressante brochure[60]: «Pour être aussi
hérésiarque que possible envers ceux qui prétendent que la liberté de
la critique doit s'arrêter à Marx, je prétends: Avec la même somme de
capital et de travail,--c'est-à-dire avec la somme d'argent, de réclame
et de contre-réclame à l'aide de laquelle Marx est arrivé, parmi la
masse, à la considération et à la gloire dont il jouit et dont il jouira
encore quelque temps, probablement,--on aurait pu gonfler n'importe quel
écrivain socialiste jusqu'à en faire une autorité inaccessible.» Même le
plus grand adversaire de Marx considérera ce jugement comme inexact.
Marx restera incontestablement, pour les générations futures, un des
grands précurseurs de cette économie politique qui, surtout au point de
vue critique, a combattu le vieux dogme. Par un jugement pareil on se
fait plus de tort que de bien. Ceci nous remémore la réflexion
spirituelle de Paul-Louis Courier: «Je voudrais bien répondre à ce
monsieur, mais je le crois fâché. Il m'appelle jacobin, révolutionnaire,
plagiaire, voleur, empoisonneur, faussaire, pestiféré ou pestifère,
enragé, imposteur, calomniateur, libelliste, homme horrible, ordurier,
grimacier, chiffonnier. C'est, tout, si j'ai mémoire. Je vois ce qu'il
veut dire: il entend que lui et moi sommes d'avis différent.»

Quels efforts que je fasse pour me faire une conception de l'État, je ne
puis trouver comment le marxiste pourra se délivrer du socialisme
d'État. En disant cela je n'accuse point Marx et ceux qui veulent me
combattre n'ont qu'à prouver qu'on peut aboutir à un autre résultat.
Comment les marxistes réaliseront-ils l'ensemble de leur programme
pratique, _sinon par l'État_ et par l'extension continuelle de son
autorité?--cela se passe déjà actuellement.--Son pouvoir et son champ
d'action s'étendent d'une manière extraordinaire. Ainsi il s'empare
continuellement de nouvelles organisations: chemins de fer de l'État,
téléphones de l'État, assurance par l'État, banque hypothécaire d'État,
pharmacies de l'État, médecins de l'État, mines de l'État, monopole
d'État pour le sel, le tabac,... et où cela finira-t-il, une fois engagé
sur cette route? Au lieu d'être des esclaves particuliers, les
travailleurs seront les esclaves de l'État. Oui, on parle déjà de la
protection légale des ouvriers contre les patrons, comme jadis on avait
la protection des esclaves contre leurs propriétaires.

À ce point de vue je suis de l'avis du Dr Friedlaender lorsqu'il écrit:
«Quand on songe que c'est l'État qui encourage l'exploitation et la rend
possible en maintenant par la force les soi-disant droits de propriété
qui ne constituent pas précisément un vol, mais conduisent à une
spoliation des travailleurs équivalant à un vol proprement dit,--on est
tout étonné de voir précisément cet État--source du vol et de
l'esclavage--jouer le rôle de protecteur des spoliés et de libérateur
des esclaves salariés. L'État maintient l'exploitation par son pouvoir
autoritaire et cherche en même temps à faire dévier les conséquences
extrêmes de l'esclavage des salariés qu'il a érigé en principe, par des
lois contre les accidents et la vieillesse, des lois sur les fabriques,
et la fixation, par des règlements, de la durée de la journée de
travail. Cette atténuation d'une contrainte remplacée par une autre peut
être considérée en général comme un adoucissement, mais le côté
dangereux de la chose c'est que la marche en avant dans cette voie
consolide le pouvoir de l'État et aboutit finalement au socialisme
d'État. La diminution du sentiment libertaire, à mesure que s'améliore
la situation sociale, est un axiome connu déjà au temps des empereurs
de l'ancienne Rome. _Panem et circenses_! Du pain et les jeux du cirque!
Que leur chaut la liberté, l'indépendance, la dignité humaine? C'est
ainsi que la soi-disant social-démocratie prépare de toutes ses forces
l'avènement du socialisme d'État et favorise la servitude et le culte du
pouvoir.»

Nous demandons de nouveau que l'on nous prouve comment on se soustraira
à ces conséquences fatales, une fois engagé dans cette voie. On n'arrive
pas d'un seul effort aussi loin, mais on avance pas à pas et tout à coup
on découvre qu'on est embourbé. Pour retourner il manque à la plupart le
courage moral, la force pour renier leur passé et combattre leurs
anciens amis. Bebel, par exemple, qui vient de retrouver son moi, pour
ainsi dire, n'avancera plus et louvoiera toujours dans les mêmes
eaux[61].

On ne peut douter de la loyauté de quelqu'un, même lorsqu'il raconte des
choses invraisemblables. Comment, par exemple, un ami du prolétariat, un
révolutionnaire, qui prétend vouloir sérieusement l'affranchissement des
masses et se met plus ou moins à la tête des mouvements révolutionnaires
dans les divers pays, peut-il rêver que le prolétariat se soumettrait à
une idée unique, éclose dans son cerveau? Comment peut-il se figurer la
dictature d'une ou de quelques personnalités sans y voir en germe la
destruction de son oeuvre? Bakounine a écrit si justement:

«Je pense que M. Marx est un révolutionnaire très sérieux, sinon
toujours très sincère, qu'il veut réellement le soulèvement des masses;
et je me demande comment il fait pour ne point voir que l'établissement
d'une dictature universelle, collective, ou individuelle,--d'une
dictature qui ferait en quelque sorte la besogne d'un ingénieur en chef
de la révolution mondiale, réglant et dirigeant le mouvement
insurrectionnel des masses dans tous les pays, comme on dirige une
machine,--que cet établissement suffirait à lui seul pour tuer la
révolution, paralyser et fausser tous les mouvements populaires? Quel
homme, quel groupe d'individus, si grand que soit leur génie, oseraient
se flatter de pouvoir seulement embrasser et comprendre l'infinie
multitude d'intérêts, de tendances et d'actions si diverses dans chaque
pays, chaque province, chaque localité, chaque métier, dont l'ensemble
immense, unifié mais non uniformisé par une grande aspiration commune et
par quelques principes fondamentaux, passés désormais dans la conscience
des masses, constituera la future révolution sociale?»

Qu'on se remémore par exemple le congrès international où tous les pays
étaient représentés, mais où une certaine fraction avait le droit de
rappel à l'ordre, même par la force, qu'on songe à ce qui s'est passé à
Zurich où une minorité, d'opinion divergente, mais socialiste comme les
autres, fut tout simplement exclue! Comme on fait déjà fi de la liberté
dans ces congrès où l'on ne dispose encore que de peu de pouvoir! Et
qu'y fait-on de la soi-disant dictature du prolétariat? On peut s'écrier
sans arrière-pensée: Adieu liberté ... Sur ce terrain-là on, a plutôt
reculé qu'avancé et telle société posséderait déjà, à sa naissance, les
germes de sa décomposition. C'est surtout sur le terrain intellectuel
que toute contrainte doit être abolie car dès que la libre expression
des idées est entravée, on nuit à la société. Mill dit à ce sujet[62]:
«Le mal qu'il y a à étouffer une opinion réside en ce que par là
l'humanité est spoliée: la postérité aussi bien que la génération
actuelle, ceux qui ne préconisent pas cette idée encore plus que ceux
qui en sont partisans. Si une opinion est vraie, ils n'auront pas
l'occasion d'échanger une erreur contre une vérité; et si elle est
fausse, ils y perdront un grand avantage: une conception plus nette, une
impression plus vivante de la vérité, jaillie de sa lutte avec
l'erreur.» Examinons n'importe quelle question: la nourriture, la
vaccine, etc. La grande masse, ainsi que la science, prétend que la
nourriture qui convient le plus à l'homme est un mélange de mets à base
de viande et de végétaux. Pourra-t-on me forcer à renoncer au
végétarisme pur, puisque celui-ci me paraît meilleur? N'aurai-je pas la
liberté de travailler à sa diffusion? Dois-je me soumettre parce que mes
idées diététiques sont des hérésies pour les autres? Il en est de même
de la vaccine. Lorsque toute la Faculté considère la vaccine comme un
préservatif contre la petite vérole et que je considère ce moyen comme
un danger, peut-on me forcer à renier mon opinion et à me soumettre à
une pratique que j'abhorre? Il a été prouvé maintes fois que l'hérésie
d'un individu était la religion de l'avenir. S'il ne lui est pas
possible de se faire entendre, la science y perd et l'humanité ne peut
profiter des progrès de l'esprit librement développé.

Les critiques du socialisme concernent spécialement le socialisme
autoritaire, préconisé surtout par les social-démocrates allemands. À ce
point de vue on comprend le livre de Richter[63] et sa critique atteint
le but pour autant qu'elle s'adresse au socialisme autoritaire. Mais son
grand défaut est de considérer un courant du socialisme--et non le
meilleur--comme _le_ socialisme.

En Allemagne et partout où les marxistes sont en majorité ils donnent à
entendre qu'on n'obtiendra la justice économique qu'au prix de la
liberté personnelle et par l'oppression des meilleures tendances du
socialisme. C'est à peine si l'on connaît un autre courant socialiste;
car dès qu'on osa combattre les théories de Marx: Dühring, Hertzka et
Kropotkine par exemple, furent exécutés par le tribunal sectaire sous la
présidence d'Engels. Utopiste, fanatique, imposteur, anarchiste,
mouchard, voilà les épithètes employées en diverses circonstances. Et
les petits faisaient chorus avec les grands, car ici vient à propos le
dicton:

  «Quand un gendarme rit
  Dans la gendarmerie,
  Tous les gendarmes rient
  Dans la gendarmerie».

On veut la réglementation de la production. C'est parfait; mais comment?
La question de la propriété est résolue et toute la propriété
individuelle est collective. L'État--ou, comme disent les prudents, la
société--disposera donc du sol et de tous les moyens de production.
(Souvent on emploie indifféremment les mots État et Société parce qu'on
leur donne la même signification. On emploie encore le non-sens «État
populaire».)

Les propriétaires actuels seront remplacés par les employés de l'État;
les esclaves privés deviendront esclaves de l'État. Le peuple souverain
nommera des titulaires aux différentes fonctions. Cette organisation
donnera, comme le remarque Herbert Spencer, une société ayant beaucoup
de ressemblance avec l'ancien Pérou, «où la masse populaire était
divisée artificiellement en groupes de 10, 50, 100, 500 et 1000
individus, surveillés par des employés de tout grade, enchaînés à la
terre, surveillés et contrôlés dans leur travail aussi bien que dans
leur vie privée, s'exténuant sans espoir pour entretenir les employés du
système gouvernemental». Il est vrai qu'ils reçoivent leur suffisance de
tout et, loin de considérer cet avantage comme minime, nous
reconnaissons volontiers que c'est un progrès, qui ne peut cependant
être considéré comme un idéal par un homme pensant, un libertaire.

Sur ce point-là également il n'y a pas de divergence d'opinion entre
socialistes, à quelque école qu'ils appartiennent; tous changent le
principe _ab Jove principium_ en _ab ventre principium_ ou, comme le
disait Frédéric II: «Toute civilisation a pour origine l'estomac.»
«C'est que la faim est un rude et invincible despote et la nécessité de
se nourrir, nécessité tout individuelle, est la première loi, la
condition suprême de l'existence. C'est la base de toute vie humaine et
sociale, comme c'est aussi celle de la vie animale et végétale. Se
révolter contre elle, c'est anéantir tout le reste, c'est se condamner
au néant.» (BAKOUNINE.) Mais le despotisme également pourrait donner
assez à tous, c'est donc une question qui ne peut nous laisser
indifférents.

Que ceux qui considèrent ceci comme une raillerie des idées marxistes,
nous prouvent que dans leurs écrits ils parlent d'autre chose que de
tutelle de l'État; qu'ils traitent de la prise de possession de
certaines branches de production par des groupes autonomes d'ouvriers,
ne dépendant pas de l'État, même pas de l'État populaire. La
réglementation individuelle est autre chose que la réglementation
centralisée de la production, quoique, en fait, on lui ait ôté
superficiellement ce semblant d'individualisme par le suffrage
universel. Même, par suite des critiques de Richter et d'autres, on a
été forcé de donner un peu plus d'explications; toutefois, dans la
brochure de Kurt Falk[64], on parle d' «associations économiques
_(wirthschaftliche)_ indépendantes», qui forment probablement des
fédérations avec d'autres associations, etc.; mais du côté scientifique
socialiste officiel cette idée des tendances plus libres fut toujours
combattue à outrance. Remarquons, entre parenthèses, que Kurt Falk (p.
67), croyant être excessivement radical, fait la proposition que les
habitants d'une prison choisissent eux-mêmes leurs gardiens! Quelle
belle société, en effet, qui n'a pas su se délivrer seulement des
prisons. Nous sommes de tels utopistes que nous entrevoyons une société
où la prison n'existera plus et nous ne voudrions pas collaborer à la
réalisation d'une société future, si nous avions la certitude de devoir
y conserver des prisons avec leurs gardiens,--fussent-ils élus,--la
police, la justice et autres inutilités.

Voilà pourquoi les marxistes traitent d'une manière superficielle
l'organisation de la société future, quoique Bebel se soit oublié un
jour à en donner un aperçu dans un ouvrage où personne ne le
chercherait, son livre sur la _Femme_, dont un quart traite la question
féminine et, le reste l'organisation future de la société.

Il y a une certaine vérité dans la réponse faite aux interrogateurs
importuns, que «la forme future de la société sera le résultat de son
développement et que prématurément nous ne pouvons la définir», mais ce
n'est pas non plus sans raison que Kropotkine, interprétant ces paroles
des marxistes: «Nous ne voulons pas discuter les théories de l'avenir»,
prétend qu'elles signifient réellement: «Ne discutez pas notre théorie,
mais aidez-nous à la réaliser». C'est-à-dire, on force la plupart à
suivre les meneurs, sans savoir si on ne va pas au devant de nouvelles
désillusions, qu'on aurait pu éviter en connaissant la direction vers
laquelle on marchait.»

Deux remarques de Kropotkine et de Quinet s'imposent à la réflexion.
Elles sont tellement exactes que chaque fois que nous traitons ce sujet
elles nous reviennent à la mémoire: D'abord celle de Quinet que la
caractéristique de la Grande Révolution est la témérité des actes des
_ancêtres_ et la simplicité de leurs idées, c'est-à-dire des actes
ultra-révolutionnaires à côté d'idées timides et réactionnaires. En
second lieu, que l'on ne sait pas abandonner les organisations du passé.
On suppose l'avenir coulé dans le même moule que le passé contre lequel
on se révolte, et on est tellement attaché à ce passé qu'on n'arrive pas
à marcher crânement vers l'avenir. Les révolutions n'ont pas échoué
parce qu'elles allaient trop loin, mais parce qu'elles n'allaient pas
assez loin. _Échouer_ n'est en somme pas le mot propre, car toute
révolution a donné ce qu'elle pouvait. Mais nous prétendons qu'elles
n'apportèrent pas la délivrance des classes travailleuses et que
celles-ci, malgré toutes les révolutions, croupissent toujours dans
l'esclavage, la misère et l'ignorance.

La bourgeoisie de 1789 ne savait pas non plus ce que l'avenir
apporterait, mais elle savait ce qu'elle voulait et elle exécuta ses
projets. Depuis longtemps elle s'y préparait et lorsque le peuple se
révolta, elle le laissa collaborer à la réalisation de son idéal,
qu'elle atteignit, en effet, dans ses grandes lignes.

Mais aujourd'hui il n'est presque plus permis de parler de l'avenir. Ce
n'est pas étonnant, la préoccupation principale étant de gagner des voix
aux élections. Lorsqu'on traite de cet avenir où la classe intermédiaire
des petits boutiquiers et paysans sera supprimée, on se fait de ces gens
des ennemis et il n'y a plus à compter sur les victoires socialistes aux
élections. Parlez-leur de réformes qui promettent de l'amélioration à
leur situation, ils vous suivront, mais dès qu'on s'occupe du rôle de la
révolution, ils vous lâchent. On doit bien se convaincre du rôle de la
révolution et ériger à côté de l'oeuvre de destruction de l'idée, celle
de sa revivification.

C'est difficile parce qu'il faut se défaire, pour y arriver, d'une masse
de préjugés, comme le dit Kropotkine: «Tous, nous avons été nourris de
préjugés sur les formions providentielles de l'État. Toute notre
éducation, depuis l'enseignement des traditions romaines jusqu'au code
de Byzance que l'on étudie sous le nom de droit romain, et les sciences
diverses professées dans les universités, nous habituent à croire au
gouvernement et aux vertus de l'État-Providence. Des systèmes de
philosophie ont été élaborés et enseignés pour maintenir ce préjugé. Des
théories de la loi sont rédigées dans le même but. Toute la politique
est basée sur ce principe; et chaque politicien, quelle que soit sa
nuance, vient toujours dire au peuple: «Donnez-moi le pouvoir, je veux,
je peux vous affranchir des misères qui pèsent sur vous. Du berceau au
tombeau, tous nos agissements sont dirigés par ce principe.»

Voilà l'obstacle, mais si difficile qu'il soit à surmonter, on ne doit
pas s'arrêter. Nous sommes forcés, dans notre propre intérêt, de savoir
ce que l'avenir peut et doit nous apporter.

Il est donc inexact de prétendre que divers chemins mènent au même but;
non, on ne cherche pas à atteindre la même solution, mais on suit des
lignes parallèles qui ne se touchent pas. Et, quoiqu'il soit possible
que l'avenir appartienne à ceux qui poursuivent la conquête du pouvoir
politique, nous sommes convaincus que, par les expériences qu'ils font
du parlementarisme, les ouvriers seront précisément guéris de croire à
la possibilité d'obtenir par là leur affranchissement. De tels
socialistes appartiennent à un parti radical de réformes, qui conserve
dans son programme la transformation de la propriété privée en propriété
collective, mais en mettant cette transformation à l'arrière-plan. Les
considérants du programme étaient communistes et on y indiqua le but à
atteindre; mais par le programme pratique on aida à la conservation de
l'État actuel. Il y avait donc contradiction entre la partie théorique
avec ses considérants principiels et la partie pratique, réalisable dans
le cadre de la société actuelle, toutes deux se juxtaposant l'une à
l'autre sans aucun trait d'union, comme nous l'avons prouvé
précédemment.

Cela fut possible, au commencement, mais, par suite du développement des
idées, cette contradiction apparut plus nettement. Ce qui ne se
ressemble ne s'assemble. Et ne vaudrait-il pas mieux se séparer à la
bifurcation du chemin? Pas plus que précédemment, les marxistes
n'admettent qu'il y ait différentes manières d'être socialiste.
Bakounine s'en plaignait déjà lorsqu'il écrivait: «Nous reconnaissons
parfaitement leur droit (des marxistes) de marcher dans la voie qui leur
paraît la meilleure, pourvu qu'ils nous laissent la même liberté! Nous
reconnaissons même qu'il est fort possible que, par toute leur histoire,
leur nature particulière, l'état de leur civilisation et toute leur
situation actuelle, ils soient forcés de marcher dans cette voie. Que
les travailleurs allemands, américains et anglais s'efforcent de
conquérir le pouvoir politique, puisque cela leur plaît. Mais qu'ils
permettent aux travailleurs des autres pays de marcher avec la même
énergie à la destruction de tous les pouvoirs politiques. La liberté
pour tous et le respect mutuel de cette liberté, ai-je dit, telles sont
les conditions essentielles de la solidarité internationale.

Mais M. Marx ne veut évidemment pas de cette solidarité, puisqu'il
refuse de reconnaître la liberté individuelle. Pour appuyer ce refus, il
a une théorie toute spéciale, qui n'est, d'ailleurs, qu'une conséquence
logique de son système. L'état politique de chaque pays, dit-il, est
toujours le produit et l'expression fidèle de sa situation économique;
pour changer le premier, il faut transformer cette dernière. Tout le
secret des évolutions historiques, selon M. Marx, est là. Il ne tient
aucun compte des autres éléments de l'histoire: tels que la réaction
pourtant évidente des institutions politiques, juridiques et religieuses
sur la situation économique.»

Voici la parole d'un homme libertaire et tolérant: Ne mérite la liberté
que celui qui respecte celle des autres! Combien peu, même parmi les
grands hommes, respectent la liberté de pensée, surtout quand l'opinion
des autres est diamétralement opposée à la leur. On conspue le dogme de
l'infaillibilité papale, mais combien prônent leur propre
infaillibilité! Comme si l'une n'était pas aussi absurde que l'autre!

Il est impossible de comprimer les esprits dans l'étau de ses propres
idées; mais on doit laisser à chacun la liberté de se développer suivant
sa propre individualité. Dès qu'on prononce des mots comme le «véritable
intérêt populaire», le «bien public», etc., c'est souvent avec
l'arrière-pensée de masquer par là la dénégation de la liberté
individuelle à la minorité. Et ce n'est autre chose que la proclamation
de l'absolutisme le plus illimité. En effet, devant ce principe, tout
gouvernement (monarchie, représentation du peuple ou majorité du peuple)
ne doit pas seulement proclamer ce qu'_il_ considère comme le véritable
intérêt populaire, le bien public, mais il est obligé de forcer tout
individu à accepter son opinion. Toute autre doctrine, toute hérésie,
toute religion, contraire doit être exterminée dès que le gouvernement
croit que cela est nécessaire au véritable intérêt populaire, au bien
public.

Le Dr Friedlaender fait mention de trois courants de l'idée socialiste
qu'il détermine comme suit:

1° Les marxistes veulent, au nom de la «société», s'emparer du produit
du travail et le faire partager par les bureaucrates pour le soi-disant
«bien-être de tous». Et, si je ne me soumets pas, on emploiera la force.
L'idée motrice de l'activité économique résulterait d'une espèce de
sensation du devoir inspiré par le communisme d'État, et là où elle ne
suffirait pas, de la contrainte économique ou brutale de l'État; d'après
le modèle du soi-disant devoir militaire d'aujourd'hui, où il y a
également des «volontaires».

«2° Les anarchistes communistes proclament le «droit de jouissance» sur
les produits du travail des autres. Quand on accepte cela sans une
rémunération de même valeur, on se laisse doter. En vérité le communisme
anarchiste aboutit à une dotation réciproque, sans s'occuper de la
valeur des objets ou services échangés. L'idée motrice de l'activité
économique serait d'une part le penchant inné vers le travail
économique, penchant qui n'a pas de but égoïste, d'autre part, un
sentiment de justice, pour ne pas dire de pudeur, qui empêcherait que
l'on se laissât continuellement doter sans services réciproques.

«3° Le système anticrate-socialitaire de Dühring, c'est-à-dire le
socialisme-libertaire, proclame, à côté de l'égalité des conditions de
production, le droit de jouissance complet sur le produit du travail
individuel et, comme complément, le libre échange des produits de même
valeur. L'idée motrice de l'activité économique serait l'intérêt
personnel, non dans son acception égoïste basée sur la spoliation des
autres, mais dans le sens d'un égoïsme salutaire. Nous travaillons pour
vivre, pour consommer. Nous travaillons plus pour pouvoir consommer
plus. Nous travaillons non par force, non par devoir, non pour notre
propre satisfaction (tant mieux pour moi si le travail me procure une
satisfaction), mais par intérêt personnel. Est-ce que ce système
n'aurait pas une base plus solide que le communisme anarchiste? Celui
qui aime à donner peut le faire, mais peut-on ériger en régie générale
la dotation réciproque?»

Cette explication ne brille ni par la clarté ni par la simplicité et
elle est très mal formulée.

Ces deux derniers systèmes sont donc défendus par des socialistes
libertaires et le premier par les partisans du socialisme autoritaire.
Comme Dühring n'est pas un communiste et diffère conséquemment avec nous
sur ce point, nous ne pouvons admettre sa doctrine économique. Car nous
avons la conviction qu'il est impossible de donner une formule plus
simple et meilleure que: «Chacun donne selon ses forces; chacun reçoit
selon ses besoins.» Et ceci ne suppose nullement une réglementation,
individuelle ou collective, qui détermine les forces et les besoins.
Chacun, mieux que n'importe qui, peut déterminer ses forces et quand
nous supposons que dans une société communiste chacun sera bien nourri
et éduqué, il est clair qu'un homme normalement développé, mettra ses
forces à la disposition de la communauté sans y être contraint. Dès
qu'il y a contrainte, elle ne peut avoir qu'une influence néfaste sur le
travail.

Il serait absurde de supposer que les socialistes autoritaires cherchent
à sacrifier une partie de leur liberté individuelle à une forme
particulière de gouvernement; eux aussi poursuivent la réalisation d'une
société déterminée, parce qu'ils croient que celle-ci rendra possible le
degré de liberté individuelle nécessaire au plus grand épanouissement du
bien-être personnel. Mais c'est une utopie de leur part lorsqu'ils
pensent garantir suffisamment par leur système le degré de liberté
qu'ils souhaitent. Ils se rendent coupables d'une fausse conception qui
pourrait avoir des résultats funestes, et nous devons tâcher de les en
convaincre et de leur démontrer que leur système n'est pas l'affirmation
de la liberté, mais la négation de toute liberté individuelle.

Il y a là une tendance incontestable à renforcer le pouvoir de la
société et à diminuer celui de l'individu. C'est une raison de plus pour
s'y opposer.

La question principale peut ainsi être nettement posée: «Comment peut et
doit être limitée la liberté d'action de l'individu vis-à-vis de la
société? Ceci est la plus grande énigme du sphynx social et nous ne
pouvons nous soustraire à sa solution. En premier lieu l'homme est un
être personnel, formant un tout en soi-même, _(individuum, in_ et
_dividuum_, de _divido_, diviser, c'est-à-dire un être indivisé et
indivisible). En second lieu, il est un animal vivant en troupeau.

Celui qui vit isolé dans une île est complètement libre de ses actions,
en tant que la nature et les éléments ne le contrarient pas. Mais
lorsque, poussé par le sentiment de sociabilité, il veut vivre en
groupe, ce sentiment doit être assez puissant qu'il lui sacrifie une
partie de sa liberté individuelle. Celui qui aimera la liberté
individuelle mènera une vie isolée, et celui qui préférera la
communauté, la sociabilité, préconisera ces états sociaux, même en
sacrifiant une partie de sa liberté.

La liberté n'exclut pas tout pouvoir. Voici comment Bakounine répond à
cette question[65]: «S'ensuit-il que je repousse toute autorité? Loin de
moi cette pensée ... Mais je ne me contente pas de consulter une seule
autorité spécialiste, j'en consulte plusieurs; je compare leurs opinions
et je choisis celle qui me paraît la plus juste. Mais je ne reconnais
point d'autorité infaillible, même dans les questions spéciales; par
conséquent, quelque respect que je puisse avoir pour l'humanité et pour
la sincérité de tel ou tel individu, je n'ai de foi absolue en personne.
Une telle foi serait fatale à ma raison, à ma liberté et au succès même
de mes entreprises; elle me transformerait immédiatement en un esclave
stupide, en un instrument de la volonté et des intérêts d'autrui.» Et
plus loin: «Je reçois et je donne, telle est la vie humaine. Chacun est
dirigeant et chacun est dirigé à son tour. Donc il n'y a point
d'autorité fixe et constante, mais un échange continu d'autorité et de
subordination mutuelles, passagères et surtout volontaires.»

C'est sous la foi d'autres personnes que nous acceptons comme vérités
une foule de choses. Penser librement ne signifie pas: penser
arbitrairement, mais mettre ses idées en concordance avec des phénomènes
dûment constatés qui se produisent en nous et au dehors de nous, sans
abstraire notre conception des lois de la logique. L'homme qui n'accepte
rien sur la foi des autres, afin de pouvoir se faire une opinion
personnelle, est certainement un homme éclairé. Mais nous ne craignons
pas de prétendre qu'une soumission préalable à l'autorité d'autres
personnes est nécessaire pour arriver à pouvoir exprimer un jugement
sain et indépendant. La recherche de l'abolition de toute autorité n'est
donc pas la caractéristique d'un esprit supérieur, ni la conséquence de
l'amour de la liberté, mais généralement une preuve de pauvreté d'esprit
et de vanité. Cette soumission se fait volontairement. Et de même qu'on
n'a pas le droit de nous soumettre par force à une autorité quelconque,
de même on n'a pas le droit de nous empêcher de nous soustraire à cette
autorité.

Quand et pourquoi recherche-t-on la société des autres? Parce que seul,
isolé, on ne parviendrait pas à vivre et qu'on a besoin d'aide. Si nous
pouvions nous suffire à nous-mêmes, nous ne songerions jamais à nous
faire aider par d'autres. C'est l'intérêt qui pousse les hommes à faire
dépendre leur volonté, dans des limites tracées d'avance, de la volonté
d'autres hommes. Mais toujours nous devons être libres de reprendre
notre liberté individuelle dès que les liens que nous avons acceptés
librement et qui ne nous serraient pas, commencent à nous gêner, car un
jour viendra ou peut venir où ces liens seront tellement lourds que nous
tâcherons de nous en délivrer. La satisfaction de nos besoins est donc
le but de la réglementation de la société. S'il est possible d'y arriver
d'une manière différente et meilleure, chaque individu doit pouvoir se
séparer du groupe dans lequel il lui a été jusque-là le plus facile de
contenter ses besoins et se rallier à un autre groupe qui, d'après lui,
répond mieux au but qu'il veut atteindre. Rien ne répugne plus à l'homme
libre que de devoir remplir une tâche dont l'accomplissement est rendu
obligatoire par la force; chaque fois même que sa conviction personnelle
ne considère pas cette tâche comme un devoir, il la regarde comme un mal
et s'efforce de ne pas l'accomplir. La contrainte de l'État--qu'il
s'agisse d'un despote, du suffrage universel ou de n'importe quoi--est
la plus odieuse de toutes, parce qu'on ne peut s'y soustraire. Si je
suis membre d'une société quelconque qui prend des résolutions
contraires à mes opinions, je puis démissionner. Ceci n'est pas le cas
pour l'État. Presque toujours il est impossible de quitter l'État,
c'est-à-dire le pays. Si c'est un indépendant qui cherche à le faire, il
doit abandonner tout ce qui le retient au pays, au peuple, car les
frontières de l'État sont les frontières du pays, du peuple. Et
d'ailleurs, on ne peut quitter un État sans sentir aussitôt le joug d'un
autre État. On peut ne plus être Hollandais, mais on devient Belge,
Allemand, Français, etc. Quand on est coreligionnaire de l'Église
réformée, personne ne vous force, lorsque vous la quittez, de devenir
membre d'une autre Église, mais on ne peut cesser de faire partie d'un
État sans devenir de droit membre d'un autre État. Quel intérêt y a-t-il
à quitter un État mauvais pour un autre qui n'est pas meilleur? On doit
payer pour ce qu'on n'admet pas, on doit remplir des devoirs qu'on
considère comme opposés à sa dignité. Tout cela n'a aucune importance;
vous n'avez qu'à vous soumettre au pouvoir et, si vous ne voulez pas,
vous sentirez le bras pesant de l'autorité. Et pourtant on veut nous
faire accroire que nous sommes des hommes libres dans un État libre.
Plus grand est le territoire sur lequel l'État exerce son autorité,
plus grande sera sa tyrannie sur nous.

Le juriste allemand Lhering écrivait en toute vérité: «Quand l'État peut
donner force de loi à tout ce qui lui semble bon, moral et utile, ce
droit n'a pas de limites; ce que l'État permettra de faire ne sera
qu'une concession. La conception d'une toute-puissance de l'État
absorbant tout en soi et produisant tout, en dépit du riche vêtement
dans lequel elle aime à se draper et des phrases ronflantes de bien-être
du peuple, de respect des principes objectifs, de loi morale, n'est
qu'un misérable produit de l'arbitraire et la théorie du despotisme,
qu'elle soit mise en pratique par la volonté populaire ou par une
monarchie absolue. Son acceptation constitue pour l'individu un suicide
moral. On prive l'homme de la possibilité d'être bon, parce qu'on ne lui
permet pas de faire le bien de son propre mouvement.»

La toute-puissance de l'État est la plus grande tyrannie possible, même
dans un État populaire. La soi-disant liberté, acquise lorsque le peuple
nomme ses propres maîtres, est plutôt une comédie qu'une réalité, car,
dès que le bulletin est déposé dans l'urne, le souverain redevient sujet
pour longtemps. On croit être son propre maître et on se réjouit déjà de
cette soi-disant suprématie. En 1529, à la diète de l'Empire, à Spiers,
on proclama un principe dont la portée était bien plus grande qu'on le
soupçonnait alors: «Dans beaucoup de cas la majorité n'a pas de droits
envers la minorité, parce que la chose ne concerne pas l'ensemble mais
chacun en particulier.» Si l'on avait agi d'après ce principe, il n'y
aurait plus eu tant de contrainte et de tyrannie.

Lorsque Bastiat considère l'État comme «la collection des individus», il
oublie qu'une collection d'objets, de grains de sable, par exemple, ne
constitue pas encore un ensemble.

John-Stuart Mill, dans son excellent livre sur la liberté[66], parle de
la liberté inviolable qui doit être réservée à tout individu, en
opposition à la puissance de l'État et il dit: «L'unique cause pour
laquelle des hommes, individuellement ou unis, puissent limiter la
liberté d'un d'entre eux, est la conservation et la défense de soi-même.
L'unique cause pour laquelle la puissance peut être légitimement exercée
contre la volonté propre d'un membre d'une société civilisée, c'est pour
empêcher ce membre de nuire aux autres. Son propre bien-être, tant
matériel que moral, n'y donne pas le moindre droit. Les seuls actes de
sa conduite pour lesquels un individu est responsable vis-à-vis de la
société sont ceux qui ont rapport aux autres. Pour ceux qui le
concernent personnellement, son indépendance est illimitée. L'individu
est le maître souverain de soi-même, de son propre corps et esprit. Ici
se présente néanmoins encore une difficulté: Existe-t-il des actions qui
concernent uniquement celui qui en est l'auteur et n'ont d'influence sur
aucune autre personne?» Et Mill répond: «Ce qui me concerne peut, d'une
manière médiate, avoir une grande influence sur d'autres» et il proclame
la liberté individuelle seulement dans le cas où par suite de l'action
d'un individu, personne que lui n'est touché immédiatement. Mais
existe-t-il une limite entre l'action médiate et l'action immédiate? Qui
délimitera la frontière où l'une commence et l'autre finit?

À côté de la liberté individuelle, Mill veut encore, «pour chaque groupe
d'individus, une liberté de convenance, leur permettant de régler de
commun accord tout ce qui les concerne et ne regarde personne d'autre».

Nous ne voulons pas approfondir la chose, quoiqu'il faille constater que
Mill est souvent en opposition avec ses propres principes. Ainsi il
pense que celui qui s'enivre et ne nuit par là qu'à soi-même, doit être
libre de le faire, et que l'État n'a pas le moindre droit de s'occuper
de cette action. Qui proclamera que c'est uniquement à soi-même qu'il
fait tort? Lorsque cet individu procrée des enfants héritiers du même
mal, ne nuit-il pas à d'autres en dotant la société d'individus
gangrenés? Mais, dit Mill, dès que, sous l'influence de la boisson, il a
fait du tort à d'autres, il doit dommages et intérêts et, à l'avenir, il
peut être mis sous la surveillance de la police; mais, lorsqu'il
s'enivre encore, il ne peut être puni que pour cela. Il n'a donc pas la
liberté de s'enivrer de nouveau, quoiqu'il ne fasse de tort à personne.
La grande difficulté dans ce cas est la délimitation des droits
respectifs de l'individu et de la société.

Il y a des choses qui ne peuvent être faites que collectivement,
d'autres ne concernent que l'individu et, quoiqu'il soit difficile de
résoudre cette question, tous les penseurs s'en occupent. La disparition
de l'individualisme ferait un tort considérable à la société, car celui
qui a perdu son individualité ne possède plus ni caractère ni
personnalité. L'homme de génie n'est pas celui qui produit une
nouveauté, mais celui qui met le sceau de son génie personnel sur ce qui
existait déjà avant lui et lui donne ainsi une nouvelle importance par
la manière dont il le produit.

Mill parle dans le même sens lorsqu'il dit: «Nul ne peut nier que la
personnalité ne soit un élément de valeur. Il y a toujours manque
d'individus, non seulement pour découvrir de nouvelles vérités, et
montrer que ce qui fut la vérité ne l'est plus, mais également pour
commencer de nouvelles actions et donner l'exemple d'une conduite plus
éclairée, d'une meilleure compréhension et un meilleur sentiment de la
vie humaine. Cela ne peut être nié que par ceux qui croient que le monde
atteindra la perfection complète. Il est vrai que cet avantage n'est pas
le privilège de tous à la fois; en comparaison de l'humanité entière il
n'y a que peu d'hommes dont les expériences, acceptées par d'autres, ne
seraient en même temps le perfectionnement d'une habitude déjà
existante. Mais ce petit nombre d'hommes est comme le sel de la terre.
Sans eux la vie humaine deviendrait un marécage stagnant. Non seulement
ils nous apportent de bonnes choses qui n'existaient pas, mais ils
maintiennent la vie dans ce qui existe déjà. Si rien de nouveau ne se
produisait, la vie humaine deviendrait inutile. Les hommes de génie
formeront toujours une faible minorité; mais pour les avoir, il est
nécessaire de cultiver le sol qui les produit. Le génie ne peut respirer
librement que dans une atmosphère de liberté. Les hommes de génie sont
plus individualistes que les autres; par conséquent moins disposés a se
soumettre, sans en être blessés, aux petites formes étriquées qu'emploie
la société pour épargner à ses membres la peine de former leur propre
caractère[67]».

Et je craindrais que cette originalité ne se perdît si on mettait des
entraves quelconques à la libre initiative.

Donnons encore la parole à Bakounine: «Qu'est-ce que l'autorité? Est-ce
la puissance inévitable des lois naturelles qui se manifestent dans
l'enchaînement et dans la succession fatale des phénomènes du monde
physique et du monde social? En effet, contre les lois, la révolte est
non seulement défendue, mais elle est encore impossible. Mous pouvons
les méconnaître ou ne point encore les connaître, mais nous ne pouvons
pas leur désobéir, parce qu'elles consument la base et les conditions
mêmes de notre existence: elles nous enveloppent, nous pénètrent,
règlent tous nos mouvements, nos pensées et nos actes; alors même que
nous croyons leur désobéir, nous ne faisons autre chose que manifester
leur toute-puissance.

Oui, nous sommes absolument les esclaves de ces lois. Mais il n'y a rien
d'humiliant dans cet esclavage. Car l'esclavage suppose un maître
extérieur, un législateur qui se trouve en dehors de celui auquel il
commande; tandis que ces lois ne sont pas en dehors de nous: elles nous
sont inhérentes, elles constituent notre être, tout notre être,
corporellement, intellectuellement et moralement: nous ne vivons, nous
ne respirons, nous n'agissons, nous ne pensons, nous ne voulons que par
elles. En dehors d'elles, nous ne sommes rien, _nous ne sommes pas_.
D'où nous viendrait donc le pouvoir et le vouloir de nous révolter
contre elles? Vis-à-vis des lois naturelles, il n'est pour l'homme
qu'une seule liberté possible: c'est de les reconnaître et de les
appliquer toujours davantage, conformément au but d'émancipation ou
d'humanisation collective et individuelle qu'il poursuit.»

On ne peut réagir contre cette autorité-là. On pourrait dire: C'est
l'autorité naturelle ou plutôt l'influence naturelle de l'un sur l'autre
à laquelle nous ne pouvons nous soustraire et à laquelle nous nous
soumettons, presque toujours sans le savoir.

En quoi consiste la liberté?

Bakounine répond: «La liberté de l'homme consiste uniquement en ceci:
qu'il obéit aux lois naturelles, parce qu'il les a reconnues _lui-même_
comme telles et non parce qu'elles lui ont été extérieurement imposées
par une volonté étrangère, divine ou humaine, collective ou individuelle
quelconque. Nous reconnaissons donc l'autorité absolue de la science,
parce que la science n'a d'autre objet que la reproduction mentale,
réfléchie et aussi systématique que possible des lois naturelles qui
sont inhérentes à la vie matérielle, intellectuelle et morale, tant du
monde physique que du monde social, ces deux mondes ne constituant, dans
le fait, qu'un seul et même monde naturel. En dehors de cette autorité
uniquement légitime, parce qu'elle est rationnelle et conforme à la
liberté humaine, nous déclarons toutes les autres autorités mensongères,
arbitraires et funestes. Nous reconnaissons l'autorité absolue de la
science, mais nous repoussons l'infaillibilité et l'universalité du
savant».

Voilà la conception de l'autorité et de la liberté. Et celui qui aime la
liberté n'acceptera d'autre autorité extérieure que celle qui se trouve
dans le caractère même des choses.

Lorsque Cicéron comprenait déjà que «la raison d'être de la liberté est
de vivre comme on l'entend[68]», et que «la liberté ne peut avoir de
résidence fixe que dans un État où les lois sont égales et le pouvoir de
l'opinion publique fort[69]», cela prouve que l'humanité était déjà
traversée par un courant libertaire et Spencer ne fit réellement que
répéter les paroles de Cicéron lorsqu'il écrivit[70]: «L'homme doit
avoir la liberté d'aller et de venir, de voir, de sentir, de parler, de
travailler, d'obtenir sa nourriture, ses habillements, son logement, et
de satisfaire les besoins de la nature aussi bien pour lui que pour les
autres! Il doit être libre afin de pouvoir faire tout ce qui est
nécessaire, soit directement soit indirectement, à la satisfaction de
ses besoins moraux et physiques.»

Ce que tout homme pensant désire posséder, c'est la liberté qui nous
permet de développer notre individualité dans toute son expansion, mais,
dès qu'il aspire à cette liberté pour lui-même, il doit collaborer à ce
qu'on n'empêche personne de satisfaire ce besoin vital.

Car l'aspiration vers la liberté est forte chez l'homme et après les
besoins corporels, la liberté est incontestablement le plus puissant des
besoins de l'homme.

La définition du philosophe Spinoza dans son _Éthique_ est une des
meilleures qu'on puisse trouver. Il dit: une chose est libre qui existe
par la nécessité de sa nature et est définie par soi-même, pour agir; au
contraire dépendant ou plutôt contraint cet objet qui est défini _par un
autre_ pour exister et agir d'une manière fixe et inébranlable.

Et le consciencieux savant Mill[71] a parfaitement bien compris que dans
l'avenir la victoire serait au principe qui donnerait le plus de
garanties à la liberté individuelle. Après avoir fait la comparaison
entre la propriété individuelle et le socialisme avec la propriété
collective, il dit très prudemment: «Si nous faisions une supposition,
nous dirions que la réponse à la question: «Lequel des deux principes
triomphera et donnera à la société sa forme définitive?» dépendra
surtout de cette autre question: «Lequel des deux systèmes permet la
plus grande expansion de la liberté et de la spontanéité des hommes?» Et
plus loin: «Les institutions sociales aussi bien que la moralité
pratique arriveraient à la perfection si la complète indépendance et
liberté d'agir de chacun étaient garanties sans autre contrainte que le
devoir de ne pas faire du mal à d'autres. Une éducation basée sur des
institutions sociales nécessitant le sacrifice de la liberté d'action
pour atteindre à un plus haut haut degré de bonheur ou d'abondance, ou
pour avoir une égalité complète, annihilerait une des caractéristiques
principales de la nature humaine.»

Maintenant il nie que les critiques actuelles du communisme soient
exagérées, car «les contraintes imposées par le communisme seraient de
la liberté en les comparant à la situation de la grande majorité»; il
trouve qu'aujourd'hui les travailleurs ont tout aussi peu de choix de
travail ou de liberté de mouvement, qu'ils sont tout aussi dépendants de
règles fixes et du bon vouloir d'étrangers qu'ils pourraient l'être sous
n'importe quel système, l'esclavage excepté. Et il arrive à la
conclusion que si un choix devait être fait entre le communisme avec ses
bons et mauvais côtés et la situation actuelle avec ses souffrances et
injustices, toutes les difficultés, grandes et petites du communisme ne
compteraient pour lui que comme un peu de poussière dans la balance.

Rarement un adversaire fit plus honnête déclaration. Pour lui la
question n'est pas encore vidée, car il nie que nous connaissions dans
leur meilleure expression le travail individuel et le socialisme. Et il
tient tellement à l'individualisme, ce que l'on possède, du reste, de
préférable, qu'il craint toujours qu'il ne soit effacé et annihilé. En
exprimant un doute il dit: «La question est de savoir s'il restera
quelque espace pour le caractère individuel; si l'opinion publique ne
sera pas un joug tyrannique; si la dépendance totale de chacun à tous et
le contrôle de tous sur tous ne seront pas la cause d'une sotte
uniformité de sentir et d'agir.»

On peut facilement glisser sur cette question et la noyer dans un flot
de phrases creuses, comme: Quand chacun aura du pain, cette liberté
viendra toute seule, mais ceci constitue pour nous une preuve
d'étourderie et de superficialité, une preuve que soi-même l'on n'a pas
un grand besoin de la liberté. Mill ne glisse pas si facilement sur
cette question, car il y revient souvent. Le communisme lui sourirait
s'il devait lui garantir son individualité. On doit encore prouver que
le communisme s'accommoderait de ce développement multiforme de la
nature humaine, de toutes ces variétés, de cette différence de goût et
de talent, de cette richesse de points de vue intellectuels qui, non
seulement rendent la vie humaine intéressante, mais constituent
également la source principale de civilisation intellectuelle et de
progrès moral en donnant à chaque individu une foule de conceptions que
celui-ci n'aurait pas trouvées tout seul.

Ne doit-on pas reconnaître que c'est vraiment _la_ question par
excellence. Et les conceptions libertaires font de tels progrès que
ceux-là mêmes qui sont partisans d'une réglementation centralisée de la
production, font toutes sortes de concessions à leur principe dès qu'ils
le discutent. Quelquefois les étatistes principiels sont anti-étatistes
dans leurs raisonnements. Le malheur c'est que les social-démocrates
précisent si peu. Ils sont tellement absorbés par les élections, par
toutes sortes de réformes du système actuel, que le temps leur manque
pour discuter les autres questions. Ces réformes sont pour la plus
grande partie les mêmes que celles que demandent les radicaux et tendent
toutes à maintenir le système actuel de propriété privée et à rendre le
joug de l'esclavage un peu plus supportable pour les travailleurs. Ainsi
se forment plus nettement deux fractions, dont l'une se fond avec la
bourgeoisie radicale, quoiqu'elle garde, dans les considérants de son
programme, l'abolition de la propriété privée, et dont l'autre poursuit
plutôt un changement radical de la société, sans s'occuper de tous les
compromis qui sont la suite inévitable du concours prêté aux besognes
parlementaires dans nos assemblées actuelles.

Les marxistes se basent sur l'État.

Les anarchistes, au contraire, se basent sur l'individu et le groupement
libre.

Mais le choix n'est pas borné entre ces deux thèses.

Est-ce que Kropotkine, par exemple, qui dans son livre _La Conquête du
pain_ parle d'une réglementation, d'une organisation de la production,
aurait bien le droit de se considérer comme anarchiste, d'après la
signification que l'on donne habituellement à ce mot, et qui est la même
que ce qu'en Hollande, nous avons considéré toujours comme le
socialisme, tout en conservant le principe de la liberté?

On s'oppose à cette classification et on dira que nous ne rendons pas
justice à Marx. On dit que Marx donnait à l'État une tout autre
signification que celle dans laquelle nous employons ce mot, qu'il ne
croyait pas au vieil État patriarcal et absolu, mais considérait l'État
et la société comme une unité. La réponse de Tucker est assez
caractéristique: «Oui, il les considérait comme une unité, de la même
manière que l'agneau et le lion forment une unité _lorsque le lion a
dévoré l'agneau._ L'unité de l'État et de la société ressemble pour Marx
à l'unité de l'homme et de la femme devant la loi. L'homme et la femme
ne font qu'un, mais cette unité c'est l'homme. Ainsi, d'après Marx,
l'État et la société forment une unité, mais, cette unité, c'est l'État
seul. Si Marx avait unifié l'État et la société et que _cette unité fût
la société_, les anarchistes n'auraient différé avec lui que de peu de
chose. Car pour les anarchistes, la société est tout simplement le
développement de l'ensemble des relations entre individus naturellement
libres de toute puissance extérieure, constituée, autoritaire. Que Marx
ne comprenait pas l'État de cette façon, cela ressort clairement de son
plan qui comportait l'établissement et le maintien du socialisme,
c'est-à-dire la prise de possession du capital et son administration
publique par un pouvoir autoritaire, qui n'est pas moins autoritaire
parce qu'il est démocratique au lieu d'être patriarcal[72].»

En effet, pourquoi se disputer lorsqu'on poursuit le même but? Et si
cela n'est pas, quelle autre différence y a-t-il que celle que nous
avons fait ressortir? Je sais qu'on peut invoquer d'autres explications
de Marx afin de prouver sa conception et, à ce point de vue là, on
pourrait presque l'appeler le père de l'anarchie. Mais cette conception
est en opposition complète avec sa principale argumentation. Aujourd'hui
on en agit avec Marx comme avec la Bible: chacun y puise, pour se donner
raison, ce qui lui convient, comme les croyants pillent les textes de la
Bible pour défendre leurs propres idées.

Mais lorsque Rodbertus déclare que si «jamais la justice et la liberté
règnent sur terre, le remplacement de la propriété terrienne et
capitaliste par la propriété collective du sol et des moyens de
production sera nécessaire et inévitable»[73], nous voudrions bien
connaître la différence entre lui et Marx, qui préconise la même chose
comme base de toutes ses conceptions.

Vollmar le reconnaît dans sa brochure sur le socialisme d'État, mais il
prétend que «_trotzdem_ (quand même)» ils se trouvent à un tout autre
point de vue que les socialistes d'État: «Leur caractère est
autoritaire, leurs moyens, pour autant qu'ils mènent à la solution, sont
si faibles que l'humanité pourrait attendre encore sa délivrance durant
plusieurs siècles.» Pour cette raison il qualifiait le socialisme d'État
de «tendance ennemie» et affirmait même que lorsqu'on prétend que la
social-démocratie se rapproche de ce courant d'idées, cela signifie que
le socialisme renie ses principes fondamentaux, ment à son essence
intrinsèque.

La résolution suivante du Congrès du parti socialiste allemand à Berlin
exprima la même chose: «La démocratie socialiste est révolutionnaire
dans son essence, le socialisme d'État est conservateur. Démocratie
socialiste et socialisme d'État sont des antithèses irréconciliables.»

Tout cela paraît très beau, mais ce que Liebknecht et Vollmar attribuent
au socialisme d'État, nous le reprochons à leur démocratie socialiste.
Il est vrai qu'ils parlent du «soi-disant socialisme d'État» et
continuent comme suit: «Le soi-disant socialisme d'État, en tant qu'il a
pour but des réglementations fiscales, veut remplacer les capitalistes
privés par l'État et lui donner le pouvoir d'imposer au peuple
travailleur le double joug de l'exploitation économique et de
l'esclavage politique.»

_Si duo faciunt idem, non est idem_ (si deux personnes font la même
chose, ce n'est pas encore la même chose); ce proverbe est basé sur la
grande différence qui peut exister dans les mobiles. Qu'une mesure soit
prise dans un but fiscal ou dans un autre but, cela reste équivalent
quant à la mesure prise. Ainsi, par exemple, ceux qui veulent augmenter
les revenus de l'État avec les produits des chemins de fer, aussi bien
que ceux qui, pour des raisons stratégiques, croient à la nécessité de
l'exploitation des chemins de fer par l'État et ceux qui trouvent que
les moyens généraux de communication doivent appartenir à l'État
voteront la reprise des chemins de fer par l'État, tandis que ceux qui
admettent le principe mais se défient de l'État actuel, voteront contre.
Il nous paraît que la phrase «en tant qu'il a pour but des
réglementations fiscales» peut être supprimée. Mais pourquoi parler de
socialisme d'État lorsqu'on désigne plutôt le capitalisme d'État?
Liebknecht remarque justement: «Si l'État était le maître de tous les
métiers, l'ouvrier devrait se soumettre à toutes les conditions, parce
qu'il ne saurait trouver d'autre besogne. Et ce soi-disant socialisme
d'État, _qui est en réalité du capitalisme d'État_, ne ferait
qu'augmenter dans de notables proportions la dépendance politique et
économique; l'esclavage économique augmenterait l'esclavage politique,
et celui-ci augmenterait et intensifierait l'esclavage économique.»

Cela n'est pourtant pas exprimé sans parti-pris. Les socialistes de
toute école combattent _ce socialisme d'État_, et ainsi Vollmar et
Liebknecht, Rodbertus même, peuvent se tendre la main: ce n'est pas sans
raison qu'on les traite aussi de capitalistes d'État, et le mot
«soi-disant» joue le rôle de paratonnerre pour détourner l'attention.

«Le socialisme d'État dans le sens actuel est la _Verstaatlichung_[74]
poussée à l'extrême, la _Verstaatlichung_ des différentes branches de la
production, comme cela existe déjà généralement pour les chemins de fer
et ainsi que l'on a essayé de le faire pour l'industrie du tabac. Petit
à petit on veut mettre un métier après l'autre sous la dépendance de
l'État, c'est-à-dire remplacer les patrons par l'État, continuer le
métier capitaliste, avec changement d'exploiteurs, mettre l'État à la
place du capitaliste privé.»

Voilà comment s'exprime Liebknecht. Mais les social-démocrates
veulent-ils autre chose? Si les lois ouvrières, proposées par la
fraction socialiste au Reichstag, étaient admises, est-ce que l'État ne
serait pas leur exécuteur? Qu'on le veuille ou non, on serait forcé
d'augmenter considérablement la compétence de l'État. Lisez les _Fabian
Essays_[75] sur le socialisme et vous verrez que ce n'est autre chose
que du socialisme d'État. Lisez ce qu'écrit Lacy[76]: «Le socialisme,
c'est la justice basée sur la raison et fortifiée par la puissance de
l'État. Ou bien: Le socialisme est la doctrine ou théorie qui assure que
les intérêts de chacun et de tous seront le mieux servis par la
subordination des intérêts individuels à ceux de tous. En reconnaissant
que les intérêts individuels ne peuvent être assurés et confirmés que
par l'autorité et la protection de l'État, il considère l'État comme
étant placé au-dessus de tous les individus. Mais si l'essence de l'État
dépend de l'existence des individus et si sa solidité est soumise à
l'harmonie qu'il y a entre ses unités individuelles, il faut qu'il
emploie son autorité de telle manière qu'il fasse disparaître toutes les
causes de discorde, d'inégalité et d'injustice. Lacy ne craint pas de
promettre à tous la plus grande somme de bonheur par la puissance et
l'autorité de l'État.» Et plus clairement encore il dit: «Il n'existe
pas de prévention contre l'État qui agit comme entrepreneur privé; mais
jamais ne se présentera la nécessité que l'État soit le seul
entrepreneur, en tant qu'une coopération fédéralisée répondrait à tous
les besoins de justice et atteindrait plutôt le but en accordant des
récompenses convenables aux produits, c'est-à-dire en provoquant et en
soutenant l'individualisme. Les mines constituant une partie du pays,
peuvent être la propriété de l'État et exploitées par lui, parce qu'il y
a une grande différence entre les mines et l'agriculture. Les chemins de
fer, routes ou canaux appartiendraient donc naturellement à l'État et
seraient exploités par lui et l'État créerait également des lignes de
bateaux à vapeur faisant le service avec les colonies et les pays
étrangers. Le commerce de l'alcool pourrait être un monopole de l'État
ainsi que la fabrication et la vente des matières explosibles, armes,
poisons et autres choses nuisibles à la vie humaine. Étendue plus loin,
la possession par l'État des moyens de production ne serait ni pratique
ni utile et n'est pas réclamée par les principes du socialisme[77]».

Parcourez l'opuscule de Blatchford, intitulé _Merrie England_, qui est
écrit d'une manière attrayante, simple et aura beaucoup d'influence
comme brochure de propagande. L'auteur en arrive à demander un monopole
assurant à l'ouvrier la jouissance de tout ce qu'il produit. Mais
comment le faire autrement que par un monopole d'État?

Il me semble, du reste, que le socialisme d'État et le socialisme
communal ne possèdent nulle part plus de défenseurs qu'en Angleterre.

Tout cela n'est-il pas du socialisme d'État réclamé par des
social-démocrates? Tous les barrages qu'on voudra élever seront
inutiles. Une fois engagé sur cette pente, on doit glisser jusqu'au bout
et on en fera l'expérience de gré ou de force.

«Le soi-disant socialisme d'État, en tant qu'il s'occupe de réformes
sociales ou de l'amélioration de la situation des classes ouvrières, est
un système de demi-mesures, qui doit son existence à la peur de la
social-démocratie. Il a pour but, par de petites concessions et toutes
sortes de demi-moyens, de détourner la classe ouvrière de la
social-démocratie et de diminuer la force de celle-ci.» Voilà ce que dit
la résolution du congrès du parti à Berlin. Mais la social-démocratie,
qui poursuit au Reichstag la réalisation du programme pratique, n'est en
réalité autre chose qu'un système de demi-mesures. N'agrandit-on pas
ainsi la compétence de l'État actuel? Qui donc, si ce n'est l'État, doit
exécuter les résolutions, dès que les diverses revendications sont
réalisées? On sait que la fraction socialiste du Reichstag allemand a
présenté un projet de loi de protection. En supposant qu'il eût été
admis dans son ensemble, l'on n'aurait eu que des demi-réformes. Le
système capitaliste n'aurait pas été attaqué. Et quelle est alors,
diantre! la différence entre socialistes d'État poursuivant
l'amélioration de la situation des classes ouvrières, et
social-démocrates qui font la même chose? La raison pour laquelle les
socialistes d'État préconisent ces réformes n'a rien à y voir.

«La social-démocratie n'a jamais dédaigné de réclamer de l'État, ou de
s'y rallier, quand étaient proposées par d'autres, les réformes tendant
à l'amélioration de la situation de la classe ouvrière sous le système
économique actuel. Elle ne considère ces réformes que comme de petits
acomptes qui ne pourront la détourner de son but: la transformation
socialiste de l'État et de la société.»

Les libéraux progressistes disent absolument la même chose: Soyez
reconnaissants mais non satisfaits; acceptez ce que vous pouvez obtenir
et considérez-le comme un acompte. Vraiment, alors il est inutile d'être
social-démocrate.

Rien d'étonnant qu'une telle résolution fût acceptée par les deux
partis, que Liebknecht et Vollmar s'y ralliassent, car elle tourne
adroitement autour du principe. À proprement parler, elle ne dit rien,
mais avec des résolutions aussi vagues et sans signification on n'avance
guère par rapport au principe. Seulement on a sauvé, aux yeux de
l'étranger, le semblant d'unité du Parti allemand. Mais les idées se
développent et nous croyons que la question du socialisme d'État prendra
bientôt une place prépondérante dans les discussions. Et si la
social-démocratie n'échoue pas sur le rocher du socialisme d'État, ce
sera grâce aux anarchistes. Tous nous nous sommes inclinés plus ou moins
devant l'autel où trônait le socialisme d'État; mais dans tous les pays
la même évolution se produit maintenant; reconnaissons honnêtement que
ce sont les anarchistes qui nous ont arrêtés pour la plupart et nous ont
débarrassés du socialisme d'État. Personnellement, je me suis aperçu peu
à peu que mes principes socialistes, modelés d'après Marx et le Parti
allemand, étaient en réalité du socialisme d'État et loin d'en rougir je
le reconnais; je les ai reniés parce que j'ai la conviction qu'ils
constituaient une négation du principe de liberté. Je puis donc
facilement me placer au point de vue des socialistes parlementaires, qui
sont ou deviendront socialistes d'État, et j'ai la conviction que les
événements les forceront à rompre à jamais avec leurs idées ou à devenir
franchement des socialistes d'État.

On a donc obtenu un nettoyage et nous soumettons à l'examen de tous
l'idée de Kropotkine: «Si l'on veut parler de lois historiques, on
pourrait plutôt dire que l'État faiblit à mesure qu'il ne se sent plus
capable d'enrichir une classe de citoyens, soit aux dépens d'une autre
classe, soit aux dépens d'autres États. Il dépérit dès qu'il manque à sa
mission historique. Réveil des exploités et affaiblissement de l'idée de
l'État sont, historiquement parlant, deux faits parallèles.»

Nous avons donc un socialisme autoritaire et un socialisme libertaire.

Le choix devra se faire entre les deux.

Être libre est une conception générale qui ne signifie rien en
elle-même. On doit toujours être libre en quelque manière. Mais la
liberté est en soi-même une chose vide, négative. La liberté est
l'atmosphère dans laquelle on veut vivre. La liberté c'est l'enveloppe.
Et son contenu? Doit être l'égalité.

Ces deux termes se complètent, forment en quelque sorte une dualité.
L'égalité porte en soi la liberté, car inégalité signifie arbitraire et
esclavage. La liberté sans égalité est un mensonge. Il ne peut être
question de liberté que lorsqu'on est complètement indépendant sous le
rapport économique. Tous ceux qui sont indépendants de la même manière
et armés des mêmes moyens de pouvoir, sont libres parce qu'ils sont
égaux.

Le socialisme prétend qu'il y a une triple liberté:

1° Une liberté économique ou la libre participation aux moyens de
travail;

2° Une liberté intellectuelle, ou la liberté de penser librement;

3° Une liberté morale, ou la faculté de développer librement ses
penchants.

Après des siècles de lutte, les deux dernières sont reconnues comme
droits abstraits par la majorité des peuples civilisés et instruits,
mais elles sont complètement annihilées par l'absence de liberté
économique, la clef de voûte de la liberté proprement dite.

Pourquoi changer de joug si cela ne sert à rien?

Bakounine le dit fort à propos: «Le premier mot de l'émancipation
universelle ne peut être que la _liberté_, non cette _liberté_ politique
bourgeoise tant préconisée et recommandée comme un objet de conquête
préalable par M. Marx et ses adhérents, mais la _grande liberté humaine_
qui, détruisant les chaînes dogmatiques, métaphysiques, politiques et
juridiques dont tous se trouvent aujourd'hui accablés, rendra à tous,
collectivités aussi bien qu'individus, la pleine autonomie, le libre
développement, en nous délivrant une fois pour toutes de tous
inspecteurs, directeurs et tuteurs.

«Le second mot de cette émancipation, c'est la _solidarité_, non la
solidarité marxienne, organisée de haut en bas par un gouvernement
quelconque et imposée, soit par ruse, soit par force, aux masses
populaires; non cette solidarité de tous qui est la négation de la
liberté de chacun et qui par là-même devient un mensonge, une fiction,
ayant pour doublure réelle l'esclavage, mais la solidarité qui est au
contraire la confirmation et la réalisation de toute liberté, prenant sa
source non dans une loi politique quelconque mais dans la propre nature
collective de l'homme, en vertu de laquelle aucun homme n'est libre, si
tous les hommes qui l'entourent et qui exercent la moindre influence sur
sa vie, ne le sont également.»

Et la solidarité a comme «bases essentielles l'_égalité_, le _travail
collectif_, devenu obligatoire pour chacun, non par la force des lois
mais par la force des choses, la _propriété collective_, pour guider
l'expérience, c'est-à-dire la pratique et la science de la vie
collective, et, pour but final, _la constitution de l'humanité_, par
conséquent la ruine de tous les États».

Le socialisme autoritaire présuppose toujours une camisole de force
servant à dompter les insoumis, mais, quand la chose est jugée
nécessaire, on laisse rentrer par la porte de derrière ceux qui avaient
été jetés par la porte de devant.

La plus forte condamnation de ce socialisme-là, ce sont ses institutions
de police socialiste, de gendarmerie socialiste, de prisons socialistes?
Car il est absolument égal, lorsqu'on n'a aucune envie d'être appréhendé
au collet, de l'être par un agent de police socialiste ou par un agent
de police capitaliste; de comparaître devant un juge socialiste ou
capitaliste lorsqu'on ne veut pas avoir affaire aux juges; d'être
enfermé dans une prison socialiste ou capitaliste, lorsqu'on ne veut pas
être emprisonné. Le titre n'y fait rien, le fait seul importe et il n'y
a rien à gagner au changement de nom.

Avec le mot «république» ne disparaît pas encore le danger de tyrannie.
Il y a quelques années nous avons vu à Paris un congrès ouvrier dissous
par la police, pour la seule raison que l'on craignait les tendances
socialistes de l'assemblée. Est-ce que ces ouvriers voyaient une
différence à être dispersés par la police républicaine ou par les
gendarmes impériaux? Que chaut au meurt-de-faim que la France ait un
gouvernement républicain? Qui ne se rappelle l'effroyable drame de la
famille Hayem à Paris: un père, une mère et six enfants s'asphyxiant
pour en finir avec leur vie de privations et de misère, le même jour où
Paris était en liesse et illuminé pour la fête du 14 Juillet,
commémorative de la prise de la Bastille? Il importe peu au pauvre qu'il
y ait des employés républicains, des receveurs républicains, mettant la
main sur le peu qu'il possède lorsqu'il ne paie pas les contributions;
qu'il y ait des huissiers républicains qui, après avoir tout vendu, le
mettent à la porte; qu'il y ait des gendarmes républicains qui
l'arrêtent comme vagabond lorsque la crise industrielle l'empêche de
gagner sa vie; qu'il y ait des soldats républicains qui le fusillent
lorsqu'il lutte par la grève; que lui fait que tout soit républicain,
même l'hôpital où il crève de misère, même la prison où l'on a inscrit
cette ironique devise: Liberté, égalité, fraternité!

Voici du reste la déclaration faite par les socialistes au Parlement
belge: «Étant donné qu'un gouvernement socialiste serait obligé de
maintenir un corps de gendarmes pour arrêter les malfaiteurs de droit
commun, nous ne voulons pas voter contre le budget et nous devons nous
abstenir» (Séance du 8 mars 1895. Émile Vandervelde).

Il me semble que le socialisme autoritaire ne peut se passer d'une telle
espèce de camisole de force.

Mais que ferez-vous des fainéants, des insoumis? nous dit-on.

En premier lieu, leur nombre sera restreint dans une société où chacun
pourra travailler selon son caractère et ses aptitudes, mais s'il en
reste encore, je préfèrerais les entretenir dans l'inaction, plutôt que
d'employer la force envers eux. Faites-leur sentir qu'ils ne mangent en
réalité que du pain de miséricorde car ils n'aident pas à la production,
faites appel à leur amour-propre, à leur sentiment d'honneur, et presque
tous deviendront meilleurs; si, malgré tout, quelques-uns continuaient
une vie aussi déshonorante, ce serait la preuve d'un état maladif qu'on
devrait tâcher de guérir par l'hygiène. Pourquoi spéculer sur les
sentiments vils de l'homme et non sur ses bons sentiments? Par
application de la dernière méthode, on arriverait pourtant à de tout
autres résultats qu'avec la première.

Quant à moi, je suis convaincu qu'il n'y aura pas d'amélioration à cette
situation tant qu'existera la famille, dans l'acception que l'on donne
actuellement à ce mot. Chaque famille forme pour ainsi dire un groupe
qui se pose plus ou moins en ennemi vis-à-vis d'un autre groupe.
Longtemps encore on pourra prêcher la fraternité; tant que les enfants
ne verront pas par l'éducation collective qu'ils appartiennent à une
seule famille, ils ne connaîtront pas la fraternité. Règle générale, les
parents sont les pires éducateurs de leurs propres enfants. Je pourrais
citer des exemples d'excellents éducateurs pour les enfants des autres
donnant une très mauvaise éducation à leurs propres enfants.

Les enfants, aussi longtemps qu'ils prennent le sein, resteraient sous
la surveillance de la mère, après quoi ils seraient élevés
collectivement, sous la surveillance des parents. Nous ne voulons point
d'orphelinats ou d'établissements où les enfants soient enfermés
derrière d'épaisses murailles, sans connaître les soins familiaux; non,
tout ce qui sent l'hospice doit être banni. Il faut des institutions
accessibles à tous, et surveillées constamment par la communauté. Et
nous ne croyons pas que l'affection en soit exclue et que les enfants y
soient privés de la chaleur bienfaisante de l'amour.

Nous devons demander d'abord s'il existe quelque chose que l'on puisse
appeler amour maternel? si la soi-disant consanguinité a quelque valeur?
Supposons qu'après la naissance d'un enfant on remplace celui-ci par un
autre: la question est de savoir si la mère s'en apercevrait? S'il
existe une sorte de lien du sang, elle devrait le remarquer. Il n'y a
rien de tout cela. Quelqu'un qui s'est chargé de soigner continuellement
un enfant, ne l'aime-t-il pas autant que si c'était son propre enfant?
Nous ne parlons pas du père, car l'amour paternel est naturellement tout
autre. Si l'enfant appartient à l'un des parents, c'est évidemment à la
mère. Même par rapport à l'amour maternel la question se pose si ce
n'est pas une suggestion, une imagination. Il existe évidemment un lien
entre la mère et l'enfant, non parce qu'ils sont consanguins, mais parce
que la mère a toujours soigné l'enfant. C'est une question d'habitude et
la tyrannie des habitudes et coutumes est encore plus grande que celle
des lois. (Songez par exemple à la puissance de la mode, à laquelle
personne n'est forcé de se soumettre, mais à laquelle chacun obéit.) Si
l'amour rend aveugle, c'est évidemment parce qu'il a tort. Les parents
sont quelquefois tellement aveuglés qu'ils ne voient pas les défauts de
leurs enfants--quelquefois leurs propres défauts--et ne font rien pour
les corriger. D'autres parents sont injustes envers leurs enfants pour
ne pas avoir l'air de les favoriser; cela aussi est blâmable. Nous
pensons que le principe _mes enfants_, impliquant une idée de propriété
privée, devra disparaître complètement et faire place au principe: _nos
enfants_.

Mais il serait insensé d'obliger les mères à se séparer de leurs
enfants, car par là on ferait naître dans le coeur maternel un sentiment
d'inimitié. Non, elles doivent en arriver, par suite d'une instruction
appropriée, à se séparer de plein gré de leurs enfants et à comprendre
qu'elles-mêmes ne pourraient jamais les entourer d'aussi bons soins que
la collectivité; par elle les enfants seraient mieux traités,
s'amuseraient davantage et comme, dans l'avenir, le nombre des mères
instruites et sensées ne peut qu'augmenter, elles prouveront leur
véritable amour maternel en se préoccupant plus du bien-être de leur
enfant que de leur propre plaisir. Non par contrainte (car il est
probable que quelques-uns des partisans du principe s'y opposeraient dès
qu'on exercerait une contrainte quelconque), mais librement.

Ainsi encore pour d'autres choses.

Combien nous sommes redevables à l'initiative privée, poussée par
l'intérêt! Kropotkine en a cité quelques exemples heureux, comme la
Société de sauvetage, fondée par libre entente et initiative
individuelle. Le système du volontariat y fut appliqué avec succès.
Autre exemple: c'est la Société de la Croix-Rouge, qui soigne les
blessés. L'abnégation des hommes et des femmes qui s'engagent
volontairement à faire cette oeuvre d'amour, est au-dessus de tout
éloge. Là où les officiers de santé salariés s'enfuient ainsi que leurs
aides, les volontaires de la Croix-Rouge restent à leur poste au milieu
du sifflement des balles et exposés à la brutalité des officiers
ennemis.

Pour l'autoritaire, «l'idéal, c'est le major du régiment, le salarié de
l'État. Au diable donc la Croix-Rouge avec ses hôpitaux hygiéniques, si
les garde-malade ne sont pas des fonctionnaires!» (Kropotkine.)

Ne voyage-t-on pas directement de Paris à Constantinople, de Madrid à
Saint-Pétersbourg, quoique plusieurs directions de chemins de fer aient
dû contribuer à l'organisation de ces services internationaux? L'intérêt
les a poussés à prendre de telles résolutions et cela s'est organisé
parfaitement sans ordres de supérieurs.

Aussi longtemps que le monde ne sera pas en état de comprendre ces
choses-là et qu'elles devront être imposées, elles ne pourront prendre
racine dans l'humanité.

Mettons donc la libre initiative au premier plan et surtout ne
l'anéantissons pas, car ce serait un préjudice énorme pour la société.
Dans une assemblée de gens bien élevés, instruits, on ne commence pas
par décréter des lois auxquelles on devra se soumettre; chacun sait se
conformer aux lois non écrites qui nous disent de ne pas nous nuire
respectivement, et chacun agit en conséquence. Les diverses forces et
tendances de la société changeront toujours suivant les circonstances et
prendront de nouvelles formes. L'esprit de combinaison rassemblera des
éléments non assortis. Le monde est une incessante division, un
changement, une transformation, c'est-à-dire un continuel devenir. Les
formes de la société humaine possèdent une force de croissance aussi
grande que les plantes dans la nature.

Personne ne constitue un être isolé et la comparaison de la société au
corps humain n'est pas dénuée de vérité. Lorsqu'un seul membre souffre,
tout le corps souffre. Une chose dépend de l'autre et les plus petites
causes ont parfois les plus grands effets, qui se font sentir partout.
Le tort qu'un individu se fait à lui-même peut être non seulement la
source de torts envers ses parents les plus proches, mais peut avoir
des suites désastreuses pour le tout, pour la communauté.

L'État et la société ne sont pas deux cercles qui ont un seul point
central et dont les circonférences ne se touchent pas, par conséquent;
mais ils se complètent, dépendent l'un de l'autre, se transforment
continuellement. Parfois l'État est un lien qui enserre la société de
telle manière qu'il l'empêche de se développer. C'est le cas
aujourd'hui. L'État peut avoir été pendant un certain temps une
transition nécessaire, sans qu'il soit nécessaire qu'il existe
éternellement. En certaines circonstances même il peut avoir été un
progrès dont on n'a plus que faire maintenant.

Bakounine, dit également, que «l'État est un mal, mais un mal
historiquement nécessaire, aussi nécessaire dans le passé que le sera
tôt ou tard son extinction complète, aussi nécessaire que l'ont été la
bestialité primitive et les divagations théologiques des hommes. L'État
n'est point la société, il n'en est qu'une forme historique aussi
brutale qu'abstraite».

Actuellement nous nous éloignons de l'État dans lequel nous avons été
enchaînés pendant des siècles, et de plus en plus se forme en nous la
conviction: «Où l'État commence, la liberté individuelle finit, et vice
versa.»

On répondra: «Mais cet État, qui est le représentant du bien-être
général, ne peut prendre à l'homme une partie de sa liberté quand ainsi
il la lui assure toute.» Si cela était toujours vrai, comment expliquer
alors l'opposition que l'on fait à l'État? Il s'agit en outre de savoir
si la partie que l'on cite ne constitue justement pas l'essence, le
commencement de la liberté. Et dès que cela se présente, on proteste
naturellement contre cette contrainte qui, sous l'apparence de garantir
la liberté, la supprime.

«L'État, par son principe même, est un immense cimetière où viennent se
sacrifier, mourir, s'enterrer toutes les manifestations de la vie
individuelle et locale, tous les intérêts des parties dont l'ensemble
constitue précisément la société. C'est l'autel où la liberté réelle et
le bien-être des peuples sont immolés à la grandeur politique; et plus
cette immolation est complète, plus l'État est parfait. J'en conclus, et
c'est une conviction, que l'empire de Russie est l'État par excellence,
l'État sans rhétorique et sans phrases, l'État le plus parfait en
Europe. Tous les États au contraire dans lesquels les peuples peuvent
encore respirer sont, au point de vue de l'idéal, des États incomplets,
comme toutes les autres Églises, en comparaison de l'Église catholique
romaine, sont des Églises manquées.» (Bakounine.)

L'État doit donc être tout ou il devient rien, et ne constitue qu'une
phase d'évolution prédestinée à disparaître. L'expression employée à ce
sujet par Bakounine est spirituelle; il dit: «Chaque État est une Église
terrestre, comme toute Église, à son tour, avec son ciel, séjour des
bienheureux et ses dieux immortels, n'est rien qu'un céleste État.»

Qui prétendra que l'État ne se dissoudra pas un jour dans la société,
qu'un temps ne viendra pas où les individus se développeront librement
sans nuire à la liberté? Si la conscience et la vie individuelle
constituent une partie intégrale de l'homme, cette partie ne peut se
fondre dans la communauté, mais reste séparée tout en donnant son
empreinte à l'individu. On ne peut non plus anéantir le sentiment de
solidarité, car celui-ci également se développe chez l'individu.

Bakounine s'élève contre la prétention que la liberté individuelle de
chacun est limitée par celle des autres. Il y trouve même «en germe,
toute la théorie du despotisme». Et il le démontre de la manière
suivante: «Je ne suis vraiment libre que lorsque tous les êtres humains
qui m'entourent, hommes et femmes, sont également libres. La liberté
d'autrui, loin d'être une limite ou la négation de ma liberté, en est au
contraire la condition nécessaire et la confirmation. Je ne deviens
libre vraiment que par la liberté des autres, de sorte que plus nombreux
sont les hommes libres qui m'entourent et plus profonde et plus large
est leur indépendance, plus étendue, plus profonde et plus large devient
ma propre liberté. C'est au contraire l'esclavage des hommes qui pose
une barrière à ma liberté, ou, ce qui revient au même, c'est leur
bestialité qui est une négation de mon humanité, parce que, encore une
fois, je ne puis me dire libre vraiment que lorsque ma liberté ou ce qui
veut dire la même chose, lorsque ma dignité d'homme, mon droit humain,
qui consiste à n'obéir à aucun autre homme et à ne déterminer mes actes
que conformément à mes convictions propres, réfléchies par la conscience
également libre de tous, me reviennent confirmés par l'assentiment de
tout le monde. Ma liberté personnelle ainsi confirmée par la liberté de
tout le monde s'étend à l'infini.»

C'est jouer sur les mots. Liberté absolue est une impossibilité. Du
reste, nous parlons de la liberté d'hommes libres l'un envers l'autre.
Ne seront-ils jamais en conflit? Quoique le but consiste à éviter tout
conflit, cela ne peut se réaliser dans son entier et alors la liberté de
l'un vaut autant que celle de l'autre. Bakounine ne démolit pas cette
affirmation et lorsqu'il divise la liberté en trois moments d'évolution,
1° le plein développement et la pleine jouissance de toutes les facultés
et puissances humaines pour chacun par l'éducation, par l'instruction
scientifique et par la prospérité matérielle; 2° la révolte de
l'individu humain contre toute autorité divine et humaine, collective et
individuelle, qu'il subdivise de nouveau en «théorie du fantôme suprême
de la théologie contre Dieu», c'est-à-dire l'Église, et la «révolte de
chacun contre la tyrannie des hommes, contre l'autorité tant
individuelle que sociale, représentée et légalisée par l'État», nous
pouvons le suivre. Nous croyons que la probabilité de conflit croît en
proportion du degré de développement des individus.

Tâchons maintenant d'avoir assez d'espace, assez de liberté pour chaque
individu, de manière à ce qu'ils ne se heurtent pas et que chacun trouve
son propre terrain d'activité, et nous ferons disparaître une des
pierres d'achoppement de l'humanité. Il est facile de philosopher
là-dessus, mais dans la réalité on verra que la liberté absolue est
impossible dans l'humanité et qu'il faut chercher une limite que chacun
puisse accepter pour sa liberté personnelle; et si cette limite ne
convient pas, on doit en donner une autre ou prouver que l'on peut s'en
passer, mais alors on doit fournir de meilleurs arguments que les
phrases de Bakounine.

Ainsi, pour l'avenir, la question se pose: «Quelle place l'individu
prendra-t-il dans la société?» Cette question sera décisive, et il
vaudra toujours mieux l'attaquer en face.

Que de choses oubliées parce qu'elles n'étaient plus en corrélation avec
le monde moderne! Comme le dit Goethe: «Tout ce qui naît vaut qu'il
disparaisse», c'est-à-dire rien n'est durable et tout ce qui naît porte
en soi le germe de sa décomposition. Les formes et systèmes surannés
s'anéantissent, non parce qu'ils sont combattus par des arguments, mais
parce que de nouvelles situations sont nées auxquelles ils ne
s'adaptent pas et qui empêchent par conséquent leur viabilité. Dans la
lutte pour la vie plusieurs croyances n'existent plus et celles-là
seules se sont maintenues qui ont pu s'adapter aux situations nouvelles.
Si l'homme a besoin d'une religion--et il y a des gens qui prétendent
que l'homme est un animal religieux--et que les anciennes religions sont
malades, mourantes ou mortes, comme c'est le cas pour les religions
existantes, il nous faut une religion nouvelle s'adaptant aux nouvelles
situations. Impossible de précipiter la marche de la nature: c'est un
enfant faible que celui qui naît avant terme.

Il en est de même des systèmes politiques et économiques. Ils deviennent
surannés et à de nouvelles conditions de vie il faut de nouvelles formes
de vie.

Le développement de la civilisation a été comparé avec raison à une
spirale. L'humanité, en apparence, est arrêtée continuellement à la même
hauteur, ou prend même une direction rétrograde, et il faut du temps
avant de constater qu'elle ait avancé. Mais d'habitude, elle avance
toujours car nous voyons l'horizon se déplacer continuellement.

Progrès signifie plus de savoir intellectuel, plus de puissance
matérielle, plus d'homogénéité dans la morale et dans la société.

Il y a au monde deux principes: _autorité_ et _liberté_.

L'un se retrouve dans le socialisme autoritaire, l'autre dans le
socialisme libertaire.

Nous appelons socialiste d'État celui qui préconise des réformes tendant
à augmenter et agrandir la compétence de l'État dans la société
existante. C'est ce que font les social-démocrates qui prennent
l'Allemagne comme modèle; voilà pourquoi nous avons le droit de les
classer sous cette rubrique.

Le socialisme libertaire veut le groupement libre des hommes qui, par
leurs intérêts, sont poussés à se réunir afin de coopérer au même idéal,
mais qui gardent la liberté, instantanée pour ainsi dire, de se retirer
de cette coopération.

L'esprit de fraternité et de solidarité n'animera et pénétrera
l'humanité que lorsqu'elle aura pris comme base l'égalité, comme forme
la liberté.

NOTES:

[30] Ce chapitre a paru dans _la Société nouvelle_, mais il est révisé
et augmenté.

[31] Voir _Société nouvelle_, 1891.

[32] Voir _Société nouvelle_, 1894.

[33] _Neue Zeit_ 1895, Erster Band.

[34] _Der Klassenkampf in der deutschen Sozialdemokratie_ von dr. Hans
Müller.

[35] Voyez les superbes pages sur les élections dans le roman de Georges
Renard. _La conversion d'André Savenay_.

Les parlementaires connaissent très bien la corruption électorale, mais
comme hommes pratiques ils en font usage à leur profit si c'est
possible. Leur théorie est: chacun son tour. C'est pour cela qu'ils
pratiquent le «ôte-toi de là que je m'y mette.»

[36] RICHARD CALWER, _Das kommunistische Manifest und die heutige
Sozial-demokratie_.

[37] _Oeuvres, Fédéralisme. Socialisme et Antithéologisme. Lettres sur
le Patriotisme. Dieu et l'État._ Paris, Stock.

[38] Voir _De sociale Gids_, IIe année, p. 346 et suiv.

[39] Voir _La Société nouvelle_, année 1894, t. I, p. 607.

[40] Nous regrettons amèrement de devoir infliger à nos lecteurs cet
indigeste morceau de littérature social-démocrate. Mais il le faut.

[41] Voir _Neue Zeit_, 1894-1895, no 10, pp. 262 et suiv.

[42] _Neue Zeit_ XIII, tome 2.

[43] La foi du charbonnier.

[44] Voir _Neue Zeit_, 1894-1895, n° 9, pp. 278 et suiv.

[45] _Revue socialiste_, juillet-décembre 1872, p. 490.

[46] Lire la brochure de M. Edmond Picard: _Comment on devient
socialiste_. Cette brochure aurait très bien pu être écrite par un
radical malgré son titre socialiste. M. Picard y dit, en passant, qu'il
veut l'abolition de la propriété privée. Et il ajoute: «J'y crois, à ce
paradis terrestre, comme les chrétiens à leur idéal céleste.»

[47] Voici, à titre documentaire, le programme agricole des socialistes
belges, adopté au Congrès national des 25-26 décembre 1893:

1° Réorganisation des comices agricoles:

_a_. Nomination des délégués en nombre égal par les propriétaires, les
fermiers et les ouvriers;

_b_. Intervention des comices dans les contestations collectives et
individuelles entre les propriétaires, les fermiers et les ouvriers
agricoles.

2° Réglementation du contrat de louage:

_a_. Fixation du taux des fermages par des comités d'arbitrage ou par
les comices agricoles réformés;

_b_. Indemnité au fermier sortant pour la plus value donnée à la
propriété;

_c_. Participation du propriétaire dans une mesure plus étendue que
celle fixée par la loi aux pertes subies par le fermier;

_d_. Suppression du privilège du propriétaire;

3 ° Assurance par les provinces et réassurance par l'État contre les
épizooties, les maladies des plantes, la grêle, les inondations et
autres risques agricoles;

4° Organisation par les pouvoirs publics d'un enseignement agricole
gratuit. Création ou développement de fermes modèles et de laboratoires
agricoles;

5° Organisation d'un service médical à la campagne;

6° Réforme de la loi sur la chasse. Droit pour le locataire de détruire
en toute saison les animaux nuisibles à la culture;

7° Intervention des pouvoirs publics dans la coopération agricole pour:

_a_. L'achat de semences et d'engrais;

_b_. La fabrication du beurre;

_c_. L'achat et l'exploitation en commun de machines agricoles;

_d_. La vente des produits;

_e_. L'exploitation collective des terres.

[48] Comme on le sait, le parlement allemand a rejeté ce projet de loi.

[49] Voir _la Société Nouvelle_, 10° année, t. II, p. 26.

[50]_Das Elend der Philosophie. Antwort auf Proudhon's Philosophie des
Elends_, von KARL MARX, 1885.

Du reste, on retrouve non seulement cette question mais encore les noms
dans les _Principes du Socialisme, manifeste de la démocratie au XIXe
siècle_, par VICTOR CONSIDÉRANT.

[51] Die neue Zeit XIII tome I, _Marx et Engels, le couple anarchiste_,
par Kautsky.

En parlant de la «révolution en permanence», il dit que Marx n'a pas
voulu la révolution perpétuelle pour la révolution, car il ajoute les
mots suivants: «les petits bourgeois veulent clore la révolution
aussitôt que possible, mais notre intérêt et notre tâche est de faire la
révolution permanente, jusqu'au moment où les classes plus ou moins
possédantes seront chassées du pouvoir, où le prolétariat aura conquis
le pouvoir et où l'association des prolétaires non seulement dans un
seul pays, mais dans tous les pays du monde entier, sera affranchie de
toute concurrence et concentrera toutes les forces productives.»

Naturellement, mais personne ne veut la révolution pour la révolution
elle-même, chacun sait que la révolution n'est qu'un moyen et non pas le
but.

Mais le point de vue de Marx en ce temps-là fut bien autre que celui de
nos social-démocrates parlementaires et réformateurs d'aujourd'hui.

[52] Comme cette raillerie concorde peu avec son idée de faire de la
«conquête du pouvoir politique» le but principal du parti. Car comment
réaliser cet idéal sans l'inéluctable litanie?

[53] Voir le _Protokoll der Verhandlungen des Parteitages der
Sozial-demokratischen Partei Deutschlands zu Berlin_, pp. 175-176.

[54] Dans la _Revue Socialiste_ de mars 1895, M. Jaurès écrit: «En fait,
le collectivisme que nous voulons réaliser dans l'ordre économique
existe déjà dans l'ordre politique.» Donc, ce que veulent ces messieurs,
c'est la centralisation politique autant qu'économique.

[55] _La Conquête du pain_, p. 74.

[56] _Sozial-demokratische Bibliothek, I. Gesellschaftliches und
Privateigenthum_, von E. BERNSTEIN, pp. 27-29.

[57] Les radicaux bourgeois voient avec satisfaction les socialistes
devenir de plus en plus malléables. Aussi M. Georges Lorand, un radical
perspicace, écrivit-il, après ce congrès, que les social démocrates
allemands agissaient sagement et que, à peu de chose près, les radicaux
pourraient très bien adhérer à leur programme. Cela ne prouve-t-il pas
abondamment qu'il y a «quelque chose de pourri» dans la
social-démocratie?

Un autre radical, M. Émile Féron, écrit dans la _Réforme_ du 30 mars
1895: «Il y a vingt-neuf députés socialistes qui ont, sur presque toutes
les réformes pratiques et immédiatement réalisables, le même programme
que les progressistes. L'accord n'existe pas sur le collectivisme, c'est
entendu. Encore faut-il dire que plus on avance et plus ce qu'il y avait
d'excessif et d'absolu dans le collectivisme du parti ouvrier se corrige
et s'assouplit aux nécessités de la pratique des choses. Mais sans qu'il
soit même nécessaire d'insister sur ce point, il reste acquis que
députés socialistes et députés progressistes seront d'accord sur la
plupart des réformes immédiatement nécessaires.» Ce n'est pas encore
l'annexion du parti socialiste, mais peu s'en faut. L'évolution du
socialisme promet!

[58] De cela je puis parler en connaissance de cause. Dans le
_Vorwaerts_ on se refuse à toute discussion principielle avec ses
adversaires, on falsifie les textes et on calomnie de la plus impudente
façon.

[59] Dr T. DUEHRING. _Kritische Geschichte der Nationaloekonomie und des
Socialismus_, 3e éd., pp. 557 et 558.

[60] BENEDICT FRIEDLAENDER. _Der freiheitliche Sozialismus im Gegensatz
zum Staatsknechtsthum der Marxisten_.

[61] C'est déjà prouvé par son attitude au dernier congrès de Breslau en
1896.

[62] _On liberty_.

[63] _Sozialdemokratische Zukunftsbilder_.

[64] Social-démocrate, qui sous ce pseudonyme a critiqué le livre de M.
Richter.

[65] _Dieu et l'État_.

[66] _On liberty._

[67] MILL, _On liberty_.

[68] _De Officio_.

[69] _De Republica_.

[70] _Social Statise_.

[71] _Principles of political economy_.

[72] BENJAMIN TUCKER, _Instead of a book_, pp. 375 et 376.

[73] _Das Kapital_ (_vierter sozialer Brief an Kirchmann_).

[74] Mise sous la dépendance de l'État.

[75] Les _Fabian Essays_ sont une série d'articles écrits par les
membres d'une société intitulée _Fabian Society_.

[76] GEORGES LACY, _Liberty and Law_, p. 247.

[77] LACY, p. 293.



IV

LE SOCIALISME D'ÉTAT DES SOCIAL-DÉMOCRATES ET LA LIBERTÉ DU SOCIALISME
ANTI-AUTORITAIRE


Un mouvement n'est jamais plus pur, plus idéologique qu'à ses débuts. Il
est inspiré par des hommes de dévouement et de sacrifice, et nul
ambitieux ne le gâte, car à y participer on a tout à perdre et rien à
gagner. On ne connaît alors ni les compromis ni les intrigues, ni
l'esprit d'opportunisme, prêt à accommoder les principes selon les
intérêts. Un souffle bienfaisant de solidarité, de liberté et de
fraternité anime tous les partisans de la même cause, et ils sont encore
un de coeur, de pensée et d'âme.

Que l'on prenne n'importe quel mouvement, on y trouve toujours cette
période idéaliste pendant laquelle les individus sont susceptibles de
s'élever à un tel degré de hauteur qu'ils peuvent sacrifier tous leurs
biens, leur repos, même leur vie. Ils sont des apôtres prêts, si les
circonstances l'exigent, à devenir des martyrs.

Tous les grands courants d'idées offrent d'ailleurs si on les prend à
leur naissance, des analogies singulières. Les points de ressemblance
entre le christianisme au commencement de notre ère et le socialisme de
notre temps à son éclosion, sont si remarquables que l'observateur
historien doit en être frappé. Dans leur origine comme dans leur
développement, les mêmes caractères se constatent et, toutes choses
changées, on peut dire en étudiant les étapes du premier: il en est
maintenant comme alors. On peut même dans leur commune dégénérescence
observer les phénomènes identiques.

Le christianisme apporta un évangile pour les pauvres, les opprimés et
les déshérités. Parmi les premiers chrétiens on ne trouve ni savants, ni
puissants, ni riches, mais seulement des ouvriers, des pêcheurs et des
gueux. Ils peinaient pour subvenir à leurs besoins et c'était aux heures
du repos, la journée finie, qu'ils allaient prêcher leur doctrine sans
ambition d'en tirer profit. Aussi, quand, en traversant Jérusalem, on
demandait, dans les maisons des gens aisés et responsables, ce que
voulaient et ce qu'étaient ces chrétiens--dont le nom seul était à ce
moment une injure,--ceux qui étaient interrogés répondaient que les
chrétiens étaient de pauvres hères au milieu desquels on ne trouvait
aucun personnage de rang ou de bonne famille.

N'en est-il pas ainsi dans le socialisme d'aujourd'hui?

Les socialistes, de nos jours, sont des prolétaires, des pauvres,
méprisés par les savants et par les puissants, haïs et persécutés par
les gouvernants et le monde officiel. Leurs orateurs sont pour la
plupart des hommes qui ont beaucoup souffert, qu'on a chassés de
l'usine, de l'atelier, dont on a brisé la carrière parce qu'ils avaient
des principes que les chefs et les patrons ne tolèrent pas. Mais, malgré
les persécutions, ils continuent leur route et ils prêchent leur
évangile avec la même ardeur et la même conviction que les anciens
chrétiens. Les persécutions même ont été pour eux un moyen de triompher,
car, en les voyant souffrir et supporter leurs souffrances avec
résignation et avec courage, beaucoup ont commencé à penser et à
étudier. Une conviction susceptible de donner tant de force à braver la
mort même, devait être quelque chose de bon et de beau. Ainsi souvent,
un Saul fanatique devient un Paul convaincu.

Lentement le christianisme triompha, ce ne fut qu'au commencement du
quatrième siècle qu'il fut si fort qu'un empereur habile, Constantin le
Grand--ainsi le nomme l'histoire, car l'histoire a été écrite par des
chrétiens, sinon on le signalerait comme il le mérite, c'est-à-dire
comme un monstre cruel et lâche--se convertit. Ce ne fut pas là un acte
de foi, mais un acte de politique.

Le christianisme était pour lui le chemin qui menait au trône. Le monde
officiel suivit Constantin et la religion chrétienne devint religion
d'État. Mais dès cette époque, les pieux, les vrais chrétiens voyaient
tout cela avec inquiétude, ils comprenaient que lorsqu'un mouvement est
détourné au profit d'un politique, ce mouvement est perdu. Un d'entre
ces hommes nous a légué ces belles paroles: «Quand les églises furent de
bois, le christianisme fut d'or, mais quand les églises furent d'or le
christianisme fut de bois». Nous pouvons dire que Constantin, en faisant
triompher l'église chrétienne, a tué le christianisme et l'esprit de
Jésus-Christ. Naturellement les petites sectes, les vrais chrétiens
furent chassés comme hérétiques, il n'y avait plus de place dans
l'Église pour l'esprit de Jésus.

L'histoire ne se répète-t-elle pas? pouvons-nous nous demander en
observant le développement du socialisme. N'avons-nous pas vu que les
puissants de la terre se sont emparés du socialisme ou bien qu'ils
veulent s'en emparer. Un politicien anglais ne disait-il pas, il y a peu
de temps: «nous sommes tous des socialistes»? M. de Bismarck s'est
déclaré socialiste, tout comme le prédicateur de la cour de Berlin, M.
Stöcker. L'empereur Guillaume II a commencé sa carrière en se donnant
des airs de socialiste, il a même semblé un moment, que ce prince voulût
jouer le rôle d'un nouveau Constantin. Le pape aussi, le chef du corps
le plus réactionnaire du monde, de l'Église catholique, a donné une
encyclique dans laquelle il se rapprochait du socialisme. Chaque jour
enfin on entend dire de M. X ou de M. Y qu'il s'est déclaré socialiste.
Kropotkine a très bien caractérisé ces gens-là, quand il a écrit: «Il se
constituait au sein de la bourgeoisie, un noyau d'aventuriers qui
comprenaient que, sans endosser l'étiquette socialiste, ils ne
parviendraient jamais à escalader les marches du pouvoir. Il leur
fallait donc un moyen de se faire accepter par le parti sans en adopter
les principes. D'autre part, ceux qui ont compris que le moyen le plus
facile de maîtriser le socialisme c'est d'entrer dans ses rangs, de
corrompre ses principes, de faire dévier son action, faisaient une
poussée dans le même sens».

Cependant il y a peut-être plus de danger pour nous dans la politique de
ces hommes qui se disent tous des socialistes, peut-être même les
_vrais_ socialistes, et en acceptent l'étiquette que dans une politique
qui consisterait à se montrer tels qu'ils sont, c'est-à-dire, des
ennemis du socialisme, car de la première manière, ils trompent des gens
simples qui pensent que le nom et le principe sont toujours chose
conforme.

Et que voulait-on ainsi? Le socialisme d'État, ainsi que Constantin et
les siens voulaient le christianisme religion d'État. Les deux tendances
sont étatistes, c'est-à-dire prétendent faire de l'État une providence
terrestre omnipotente, réglant tout: les affaires matérielles aussi bien
que les affaires spirituelles.

Le développement de ces deux mouvements fut aussi le même. Les chrétiens
eurent leurs conciles où les évêques venaient de partout délibérer
ensemble pour établir les dogmes nécessaires au salut des croyants. Les
socialistes ont leurs congrès où leurs chefs viennent de partout, pour
délibérer ensemble, régler leur tactique et suivre le même chemin qui
doit conduire le prolétariat au salut. Ils sont exclusivistes et
intolérants, comme le furent les chrétiens, et on se tue à cause d'une
seule lettre. Un exemple remarquable en va donner la preuve.

Au concile de Nicée on discutait pour savoir si le fils est semblable au
père (homoousios) ou bien si le fils est identique au père
(homoïousios). On avait deux sectes, les homoousioï et les homoïousioï,
se dévorant entre elles pour une lettre, pour un _i_.

Au Congrès socialiste de Londres, on discutait la question de l'action
politique. Les uns disaient: l'action politique est le salut pour les
ouvriers, c'est la seule méthode pour conquérir les pouvoirs publics.

Les autres disaient: _l'action_ politique n'est autre que _l'auction_
politique, la corruption, l'intrigue, le moyen pour les ambitieux de
monter sur le dos des ouvriers. Pensez à Tolain, à d'autres encore.
Ainsi, on avait deux sectes combattant entre elles pour une seule lettre
pour un _u_. Cette ressemblance n'est-elle pas curieuse?

Donc le même esprit d'intolérance et de sectarisme domine les deux
mouvements, et c'est pour cela que tous les siècles pendant lesquels ils
se sont tous développés ont passé sans exercer une favorable influence
sur la marche de l'humanité, dont on pourrait presque désespérer qu'elle
se puisse émanciper des préjugés.

Mais heureusement, maintenant comme auparavant, l'hérésie est le sel du
monde, propre à le sauver des idées étroites et bornées, et les
hérétiques sont encore les promoteurs du progrès.

À ses débuts, le christianisme fut révolutionnaire, et qui le fut plus
que Jésus lui-même qui chassait les marchands et les banquiers de la
synagogue et disait ne pas être venu apporter la paix, mais le glaive?
Toutefois, quand le christianisme devint la religion officielle,
l'esprit révolutionnaire l'abandonna.

Jadis aussi, les anciens socialistes et ceux qui sont restés tels
disaient: «La prochaine révolution ne doit plus être un simple
changement de gouvernement suivi de quelques améliorations de la machine
gouvernementale, elle doit être la _Révolution Sociale_. Mais
maintenant, l'esprit révolutionnaire va diminuant. Les chefs du
socialisme espèrent arriver au pouvoir; dès lors ils tendent à devenir
conservateurs, étant eux-mêmes l'autorité future, ils deviennent tout
naturellement autoritaires.

Ainsi, christianisme et socialisme ont sacrifié les principes à la
tactique, l'un et l'autre sont devenus étatistes, à la religion d'État
répond le socialisme d'État. Et la tristesse est grande à voir ceux qui
combattaient autrefois avec ardeur, renier leur passé et devenir des
radicaux et des réformateurs.

Mais avant d'aller plus loin, avant de dire: ceux-ci ou ceux-là sont ou
ne sont pas des socialistes, comme on le fait en niant le socialisme des
anarchistes, il est nécessaire de savoir ce que c'est que le socialisme.
N'est-il pas essentiel, si on veut discuter avec profit, de définir la
chose même qu'on discute?

Le principe fondamental du socialisme fut dès l'origine celui qui
posait la nécessité d'abolir le salariat, et la propriété individuelle,
propriété du sol, des habitations, des usines, des instruments de
travail, le principe de la socialisation des moyens de production. Ce
qui caractérisait le socialiste, était d'admettre la nécessité de
supprimer la propriété individuelle, source de l'esclavage économique et
moral, et cela non dans deux cents, cinq cents ou mille années, mais dès
aujourd'hui. La propagande socialiste se faisait en vue de préparer
l'expropriation lors de la révolution prochaine.

Il semble désormais que plusieurs socialistes veuillent renvoyer cette
suppression de la propriété individuelle ainsi que l'expropriation aux
calendes grecques. Ils s'occupent de réformes réalisables dans l'état de
la société actuelle et dans son cadre même et ils considèrent ceux qui
restent fidèles à cette idée de l'expropriation comme des rêveurs et des
utopistes. Qu'entend-on dire, en effet? Quand nous serons les maîtres de
la machine gouvernementale et législative, nous améliorerons peu à peu
le sort des ouvriers. Tout ne se fait pas en une seule fois. Et Bebel
promettait: «Quand nous aurons en main le pouvoir législatif, tout
s'arrangera bien.» Ils oublient les paroles de Clara Zetkin au Congrès
de Breslau: «Quand on veut démocratiser et socialiser en gardant les
cadres actuels de l'État et de la société, on demande à la
social-démocratie une tâche qu'elle ne peut remplir. Qui veut
démocratiser en conservant l'ordre existant, fait penser à celui qui
voudrait une république avec un grand duc à la tête. Cependant cet
esprit d'autrefois, cet effort de trouver la quadrature du cercle domine
souvent[78].» Toutefois, Clara Zetkin n'a osé tirer les conséquences de
ses paroles et tout en estimant certains révolutionnaires, elle trouve
leurs opinions abominables.

Quelles que soient ces opinions, il est évident que le principe de
l'abolition de la propriété individuelle fut celui qui permettait de
distinguer les socialistes des défenseurs de l'ordre.

Consultons maintenant les dictionnaires des savants et voyons la
définition qu'ils donnent du socialisme:

_Webster_:

Une théorie, ou un système de réformes sociales par lequel on aspire à
une reconstruction complète de la société et à une distribution plus
juste du travail.

_Encyclopédie Américaine_:

Le socialisme en général peut être défini comme un mouvement ayant pour
but de détruire les inégalités des conditions sociales dans le monde,
par une transformation économique. Dans tous les exposés socialistes on
trouve l'idée du changement de gouvernement, avec cependant cette
différence radicale que quelques socialistes désirent l'abolition finale
des formes existantes de gouvernement et veulent l'établissement de la
démocratie pure, tandis que quelques autres prétendent donner à l'État
une forme patriarcale en augmentant ses fonctions au lieu de les
diminuer.

_Encyclopédie de Meyer_:

Littéralement, un système d'organisation sociale; généralement une
définition de toutes les doctrines et aspirations qui ont pour but un
changement radical de l'ordre social et économique existant maintenant
et son remplacement par un ordre nouveau, plus en harmonie avec les
désirs de bien-être général et le sentiment de justice que ne l'est
l'ordre actuel.

_Encyclopédie de Brockhaus_:

Le socialisme est un système de coopération ou bien l'ensemble des plans
et doctrines ayant pour but la transformation entière de la société
bourgeoise et la mise en pratique du principe du travail commun et de
l'équitable répartition des biens.

_Chamber's Encyclopédie_:

Le nom donné à une classe d'opinions qui s'opposent à l'organisation
présente de la société et veulent introduire une nouvelle distribution
de la propriété et du travail dans laquelle le principe de coopération
organisée remplacerait celui de la libre concurrence.

_Dictionnaire de la langue française par Littré_:

Un système qui offre un plan de réforme sociale, subordonnée aux
réformes politiques. Le communisme, le mutualisme, le Saint-Simonisme,
le Fouriérisme sont des socialismes.

_Dictionnaire de l'Académie Française_:

La doctrine de ceux qui désirent un changement des conditions de la
société et qui la veulent reconstruire sur des bases tout à fait
nouvelles.

_Dictionnaire encyclopédique de Cassel et C°_:

Le socialisme scientifique embrasse.

1° _Le collectivisme_: un État idéaliste socialiste de la société, dans
lequel les fonctions du gouvernement embrasseraient l'organisation de
toutes les industries du pays. Dans un État collectiviste chacun serait
un fonctionnaire de l'État et l'État un avec le peuple entier.

2° _L'anarchisme_: (une négation du gouvernement et non pas une
suppression de l'ordre social) veut garantir la liberté individuelle
contre sa violation par l'État dans la communauté socialiste. Les
anarchistes sont divisés en Mutualistes, qui cherchent à atteindre leur
but par des banques d'échange et par la libre concurrence, et en
Communistes, qui ont pour devise: chacun selon sa capacité, chacun selon
ses besoins.

_Nouveau dictionnaire de Paul Larousse_:

Système de ceux qui veulent transformer la propriété au moyen d'une
association universelle.

Dans le livre de Hamon, paru après que j'avais écrit ce chapitre, sur le
socialisme et le Congrès de Londres, on lit: socialisme--système social
ou ensemble de systèmes sociaux dans lesquels les moyens de production
sont socialisés; donc le caractère du socialisme est la socialisation
des moyens de production.

Quand on lit ces diverses définitions, on ne comprend pas du tout
pourquoi les anarchistes ne seraient pas des socialistes. La plupart des
définitions leur sont applicables aussi. Peu de temps avant le congrès
de Londres, le _Labour Leader_ publia un article de Malatesta dans
lequel celui-ci disait:

«Nous, les communistes ou les collectivistes anarchistes, nous voulons
l'abolition de tous les monopoles; nous désirons l'abolition des
classes, la fin de toute domination et exploitation de l'homme par
l'homme; nous voulons que le sol et tous les moyens de production, comme
aussi les richesses accumulées par le travail des générations du passé,
deviennent la propriété commune de l'humanité par l'expropriation des
possesseurs actuels, de manière que les ouvriers puissent obtenir le
produit intégral de leur travail, soit par le communisme absolu, soit en
recevant chacun selon ses forces. Nous voulons la fraternité, la
solidarité et le travail en faveur de tous au lieu de la concurrence.
Nous avons prêché cet idéal, nous avons combattu et souffert pour sa
réalisation, il y a longtemps, et dans certains pays, par exemple
l'Italie et l'Espagne, bien avant la naissance du socialisme
parlementaire. Quel homme honnête dira que nous ne sommes pas des
socialistes?»

Et continuant il dit: «On peut démontrer facilement que nous sommes
sinon les seuls socialistes, en tous cas les plus logiques et les plus
conséquents, parce que nous désirons que chacun ait non seulement part
entière de la richesse sociale mais aussi sa part du pouvoir social,
c'est-à-dire la faculté de faire aussi bien que les autres sentir son
influence dans l'administration des affaires publiques.» Il est absurde
de prétendre que les anarchistes qui veulent abolir la propriété
individuelle ne sont pas des socialistes. Au contraire, ils ont plus de
droit à se nommer ainsi que Liebknecht par exemple qui, dans un article
du _Forum_[79], s'est montré simple radical. Un journal anglais n'a-t-il
pas dit une fois aussi de M. Liebknecht et de son socialisme, que s'il
vivait en Angleterre, on l'appelerait simplement un radical et non pas
un socialiste? C'est vrai en effet, et chacun nous approuve après avoir
lu ce que Liebknecht a dit dans l'article que nous signalons.

«Qu'est-ce que nous demandons?--écrit-il.

«La liberté absolue de la presse; la liberté absolue de réunion; la
liberté absolue de religion; le suffrage universel pour tous les corps
représentatifs et pour tous les pouvoirs publics, soit dans l'État, soit
dans la commune; une éducation nationale, toutes les écoles ouvertes a
tous; les mêmes facilités à tous pour s'instruire, l'abolition des
armées permanentes et la création d'une milice nationale, de sorte que
chaque citoyen soit soldat et chaque soldat citoyen; une cour
internationale d'arbitrage entre les nations différentes; des droits
égaux pour les hommes et les femmes,--une législation protectrice de la
classe ouvrière (limitation des heures de travail, réglementation
sanitaire, etc.) Est-ce que la liberté personnelle, le droit de
l'individu peut être garanti d'une manière plus complète que par ce
programme? Est-ce que chaque démocrate honnête trouve quelque chose de
mauvais dans ce programme? Loin de supprimer la liberté personnelle,
nous avons le droit de dire que nous sommes le seul parti en Allemagne
qui lutte pour les principes de la démocratie.»

Certainement, mais alors on est un parti démocrate, et non un parti
démocrate-socialiste. Quand les démocrates peuvent accepter le programme
des socialistes, nous disons que les principes socialistes sont
escamotés et que ceux qui acceptent ce programme cessent d'être des
socialistes pour être des radicaux. Liebknecht n'a-t-il pas dit lui-même
qu'il veut la voie légale? Il continue ainsi: «par notre programme nous
avons prouvé que nous aspirons à la transformation _légale_ et
_constitutionnelle_ de la société. Nous sommes des révolutionnaires--sans
aucun doute--parce que notre programme veut un changement total et
fondamental de notre système social et économique, mais nous
sommes aussi des évolutionistes et des réformateurs, ce qui
n'est pas une contradiction. Les mesures et les institutions que nous
réclamons sont déjà réalisées pour la plupart dans les pays avancés, ou
bien leur réalisation est sur le point d'aboutir; elles sont toutes en
harmonie avec les principes de la démocratie et en étant pratiques,
elles constituent la meilleure preuve que nous ne sommes pas--comme on
nous a dépeints--des hommes sans cerveaux, méconnaissant les faits de la
réalité et allant casser leur tête contre les bastions de granit de
l'État et de la société.»

Et ailleurs, dans une conférence donnée à Berlin, en 1890 il disait:
«Quand les délégués des ouvriers au parlement auront la
majorité»--quelle naïveté de croire à cette possibilité!--«le
gouvernement sera obligé de consentir à leurs desiderata, et je constate
qu'il devra bien leur obéir.»

Il y a vingt ans, on niait qu'il y eût une question sociale et on
considérait chaque social-démocrate comme un lépreux; maintenant le
gouvernement se nomme socialiste et tous les partis ouvrent un concours
pour la solution de la question sociale. On dit que les conditions
désirées par nous peuvent être réalisées seulement par les moyens
révolutionnaires et sanglants, car les riches ne céderont jamais
volontairement les moyens de production qu'ils ont en leur pouvoir.
C'est _une grande erreur_. Nos desiderata peuvent être réalisés de la
manière la plus pacifique. Nous voulons transformer les conditions
sociales actuelles qui sont mauvaises, à l'aide de réformes sages et
c'est pourquoi nous sommes le seul parti social réformateur. Nous
voulons éviter la révolution violente.»

On voit que ces messieurs ont perdu le caractère révolutionnaire que les
socialistes de toutes les écoles ont eu toujours et partout, ils sont
devenus seulement des réformateurs persuadés que le temps approche où
ils auront le pouvoir et dans leur imagination ils se croient déjà
ministres, ambassadeurs, fonctionnaires grassement payés. Leur tactique
peut se résumer dans cette formule: ôte-toi de là, que je m'y mette.

On fera bien de comparer ce langage avec celui d'autrefois, on saisira
ainsi la différence entre les socialistes révolutionnaires et les
modérés d'aujourd'hui qui sont devenus des politiciens aspirant au
pouvoir et acceptant la société actuelle. Écoutons Gabriel Deville, un
des théoriciens du parti social-démocrate en France, dans son Aperçu sur
le socialisme, introduction à son résumé du capital Karl Marx: «Le
suffrage universel voile, au bénéfice de la bourgeoisie, la véritable
lutte à entreprendre. On amuse le peuple avec les fadaises
politiciennes, on s'efforce de l'intéresser à la modification de tel ou
tel rouage de la machine gouvernementale; qu'importe en réalité une
modification si le but de la machine est toujours le même, et il sera le
même tant qu'il y aura des privilèges économiques à protéger; qu'importe
à ceux qu'elle doit toujours broyer un changement de forme dans le mode
d'écrasement? Prétendre obtenir par le suffrage universel une réforme
sociale, arriver par cet expédient à la destruction de la tyrannie de
l'atelier, de la pire des monarchies, de la monarchie patronale; c'est
singulièrement s'abuser sur le pouvoir de ce suffrage.

Les faits sont là: qu'on examine les deux pays où le suffrage universel
fonctionne depuis longtemps, favorisé dans son exercice par une
plénitude de liberté dont nous ne jouissons pas en France. Lorsque la
Suisse a voulu échapper à l'invasion cléricale, lorsque les États-Unis
ont voulu supprimer l'esclavage, ces deux réformes dans ces pays de
droit électoral n'ont pu sortir que de l'emploi de la force; la guerre
du Sonderbund et la guerre de sécession sont là pour le prouver.»

Mais quand on est candidat au siège de député, de telles déclarations
sont nuisibles au succès, et nous ne sommes pas surpris de voir le
candidat Deville abjurer solennellement les erreurs (?) de sa jeunesse.
Quant à la petite bourgeoisie, elle lui a pardonné ses violences
d'antan, car elle estime qu'un converti vaut mieux que cent autres qui
ont besoin de conversion.

«Imaginez un candidat, qui aspire à la Chambre, et dise franchement aux
électeurs: qu'on le déplore ou non, la force est le seul moyen de
procéder à la rénovation économique de la société ... Les
révolutionnaires n'ont pas plus à choisir les armes qu'à décider du jour
de la révolution. Ils n'auront à cet égard qu'à se préoccuper d'une
chose, de l'efficacité de leurs armes, _sans s'inquiéter de leur
nature_. Il leur faudra évidemment, afin de s'assurer les chances de
victoire, n'être pas inférieurs à leurs adversaires et, par conséquent,
_utiliser toute les ressources que la science met à la portée de ceux
qui ont quelque chose à détruire._ Sont mal venus à les blâmer ceux qui
les forcent à atteindre leur niveau, qui, dans notre siècle dit
civilisé, président aux boucheries humaines, répandent le sang
périodiquement, et s'attachent à perfectionner les engins de
destruction.»

Est-ce assez clair?

Les révolutionnaires doivent utiliser toutes les ressources que la
science met à la portée de ceux qui ont quelque chose à détruire, cela
veut dire que la chimie et en général la science donne aux ouvriers tout
ce dont ils ont besoin pour la destruction de la société. C'est un appel
formel à la force, à la destruction et, si on voulait juger suivant la
loi criminelle, c'est à M. Deville qu'on donnerait une place sur le banc
des accusés.

Au temps dont nous parlons, le même Deville ne voulait pas
perfectionner, mais supprimer l'État «qui n'est que l'organisation de la
classe exploitante pour garantir son exploitation et maintenir dans la
soumission ses exploités.» Il voyait clairement que «c'est un mauvais
système pour détruire quelque chose que de commencer par le fortifier.
Et ce serait augmenter la force de résistance de l'État que de favoriser
l'accaparement par lui des moyens de production, c'est-à-dire de
domination.»

Et que font ces messieurs maintenant, sinon fortifier l'État et
favoriser l'accaparement des moyens de production?

De même M. Jules Guesde voulait détruire l'État. Dans son _Catéchisme
socialiste_ qu'il abjure solennellement désormais, il demandait d'une
façon formelle aux socialistes réformateurs de l'État, «s'il est, je ne
dis pas nécessaire, mais prudent de confondre sous une même dénomination
des buts aussi différents que la liberté, le bien-être de tous et
l'exploitation du plus grand nombre par quelques-uns, poursuivis par des
moyens aussi différents que le libre concours des volontés et des bras
et la coercition en tout et pour tout? N'est-ce pas prêter inutilement
le flanc à nos adversaires, pour qui le socialisme ne poursuit pas
l'émancipation de l'être humain dans la personne de chacun des membres
de la collectivité, mais la conquête du pouvoir au profit d'une minorité
ou d'une majorité d'ambitieux, jaloux de dominer, de régner, d'exploiter
à leur tour»?

Consentira-t-il, maintenant qu'il a pris place dans les rangs de ces
ambitieux, à écrire la même chose? Nous lui disons: voyez votre image
dans le miroir du _Catéchisme socialiste_ et dites-nous si vous n'êtes
pas frappé de la ressemblance entre les ambitieux d'antan et le Guesde
d'aujourd'hui! Dites-nous si vous n'auriez pas de raison pour rougir de
vous-même?

Mais combien le Parti Ouvrier a-t-il dégénéré! ne lisons-nous pas encore
dans le programme du Parti Ouvrier, publié par Guesde et Lafargue: «Le
Parti Ouvrier n'espère pas arriver à la solution du problème social par
la conquête du pouvoir administratif dans la commune. Il ne croit pas,
il n'a jamais cru que, même débarrassée de l'obstacle du pouvoir
central, la voie communale puisse conduire à l'émancipation ouvrière et
que, à l'aide des majorités municipales socialistes, des réformes
sociales soient possibles et des réalisations immédiates».

Le point de vue a changé et ils le voient bien maintenant. L'influence
des chefs du parti social-démocrate allemand a été grande, car c'est en
se modelant sur lui que le parti ouvrier français a dévié et il est allé
plus loin encore, car la copie dépasse presque toujours l'original.

Est-ce que M. Jaurès n'a pas dit que l'essence du socialisme est d'être
politique? Est-ce que M. Rouanet n'a pas déclaré, dans la _Petite
République_, que la conquête du pouvoir public est le socialisme? Est-ce
qu'on n'a pas adopté au Congrès International Socialiste des
travailleurs et des Chambres syndicales ouvrières de Londres (1896) que
«la conquête du pouvoir politique est LE MOYEN PAR EXCELLENCE par lequel
les travailleurs peuvent arriver à leur émancipation, à
l'affranchissement de l'homme et du citoyen, par lequel ils peuvent
établir la République socialiste internationale?»

La conquête du pouvoir et encore cette conquête, et toujours cette
conquête.

N'est-ce pas tout à fait la même lutte qu'on a vue dans l'ancienne
Internationale? Grâce au concours d'un délégué australien,--on voit que
la délégation d'Australie joue toujours un grand rôle dans le mouvement
socialiste, puisque c'était aussi le délégué d'Australie, le docteur
Aveling, qui, au congrès de 1896, neutralisait par son vote toute la
délégation britannique, composée de plus de 400 personnes!--Marx
l'emportait au congrès de la Haye en 1872, mais sa majorité fut si
minime qu'il voulut dominer l'Internationale en renvoyant le conseil
général à New-York. Naturellement ce remplacement fut la mort de
l'Internationale. L'histoire se répète, a dit le même Marx, une fois
comme tragédie, une seconde fois comme farce[80]. Nous voyons maintenant
la vérité de cette observation, car en décidant que le prochain congrès
se tiendra en Allemagne, on a tué la nouvelle Internationale; en effet,
quel révolutionnaire, quel libertaire pourra assister à un congrès en
Allemagne? Peut-être verra-t-on là se répéter en grand la scène dont
nous avons été témoin à Londres. Il y avait quatre délégués français,
les sieurs Jaurès, Millerand, Viviani et Gérault-Richard, qui
déclaraient n'avoir pas de mandat, et venaient au congrès en leur
qualité de députés socialistes, «ce qui est, disaient-ils, un mandat
supérieur à tout autre.» Leur programme électoral leur tenait lieu de
mandat. Et parce qu'ils étaient les amis des social-démocrates
allemands, leur prétention exorbitante fut approuvée par le congrès avec
l'aide de l'Australie, des nations(?) tchèque, hongroise, bohémienne et
aussi de la Roumanie, de la Serbie, etc.

Figurez-vous que l'empereur d'Allemagne, Guillaume II, l'homme des
surprises, paraisse au congrès prochain, à Berlin, ou ailleurs en
Allemagne, et qu'il dise dans la séance de vérification des pouvoirs: je
n'ai pas besoin d'un mandat spécial, je suis l'empereur des Allemands et
par cela même, je suis le représentant du peuple par excellence, j'ai un
mandat supérieur à tout autre, qu'est-ce que les délégués allemands
diraient alors? Ils ont créé un antécédent très dangereux, car la
logique serait du côté de l'empereur, s'ils combattaient son admission.

À la dernière séance du congrès de la Haye, les quatorze délégués de la
minorité déposèrent une déclaration protestant contre les résolutions
prises. Cette minorité était formée des délégués suivants: 4 Espagnols,
5 Belges, 2 Jurassiens, 2 Hollandais[81], un Américain. Ils partirent
pour Saint-Imier en Suisse et y tinrent un congrès anti-autoritaire,
dans lequel ils déclarèrent:

1° Que la destruction de tout pouvoir politique était le premier devoir
du prolétariat;

2° Que toute organisation d'un pouvoir politique soi-disant provisoire
et révolutionnaire pour amener cette destruction ne pouvait être qu'une
tromperie de plus et serait aussi dangereuse pour le prolétariat que
tous les gouvernements existant aujourd'hui.»

Avons-nous donné assez d'arguments pour prouver que la lutte entre les
autoritaires (école de Marx) et les libertaires (école de Bakounine)
d'aujourd'hui est, au point de vue des principes en jeu, exactement la
même que celle qui éclata dans l'ancienne Internationale entre Marx et
Bakounine eux-mêmes?

Chose curieuse, Jules Guesde, le chef des Marxistes et Paul Brousse, le
chef des Possibilistes étaient jadis membres de l'Alliance de la
démocratie-socialiste, ils étaient des anarchistes. Guesde fut même
suspect aux yeux du Conseil général, c'est-à-dire de Marx et d'Engels.
Comme ceux-ci voyaient toujours en leurs adversaires des policiers,
Guesde fut traité de policier. Cette même tactique, imposée par Marx et
Engels au parti social-démocrate allemand, est suivie maintenant par
Guesde vis-à-vis de ses antagonistes qu'il signale d'abord comme
anarchistes, ensuite comme policiers[82]. Dans une lettre de Guesde,
datée du 22 septembre 1872, celui-ci fulminait contre le Conseil
général qui empêchait les ouvriers de s'organiser dans chaque pays,
librement, spontanément, d'après leur esprit propre, leurs habitudes
particulières, et il disait que les Allemands du conseil les opprimaient
et que, hors de l'église orthodoxe anti-autoritaire, il n'y avait point
de salut.

Toutefois, le socialisme qui a triomphé au dernier congrès est celui des
petits bourgeois, des épiciers, celui qui est signalé déjà par Marx en
ces termes dans son _XVIII Brumaire_: «On a émoussé la pointe
révolutionnaire des revendications sociales du prolétariat pour leur
donner une tournure démocratique.» Les social-démocrates du type
allemand ont abandonné avec une rapidité curieuse ce qui était la raison
même de leur existence comme socialistes et ils ont adopté le point de
vue de la petite bourgeoisie commerçante et paysanne, «qui croit que les
conditions _particulières_ de son émancipation sont les conditions
_générales_ sous lesquelles seulement la société moderne peut obtenir sa
libération et éviter la lutte de classe.»

Ils font de la politique et voilà tout.

L'ancienne Internationale était une association économique et, dans les
statuts de 1886, on lisait que l'émancipation économique était le but
principal auquel tout mouvement politique était subordonné. Dans la
traduction anglaise de 1867 on a intercalé les mots, «comme moyen» (as a
means) après «mouvement politique» sans que cela ait été approuvé par le
congrès. Pour défendre l'action politique on en appelait à ces mots,
mais on oubliait de dire qu'ils ne se trouvaient pas dans le texte
original. Que l'action politique fût le moyen pratique c'était là
l'opinion personnelle de Marx, mais non pas celle de l'Internationale.

Le congrès de Londres a voté une résolution dans laquelle on dit que le
but du socialisme est la conquête des pouvoirs publics.

Bebel n'a-t-il pas affirmé que quand on aurait conquis les pouvoirs
publics, le reste viendrait de soi-même?

La conséquence logique de cette thèse est qu'on déplace l'émancipation
publique comme le but principal, auquel chaque mouvement économique doit
être subordonné.

C'est exactement le contraire de la vérité.

Les social-démocrates ont exposé devant le monde entier leur opinion que
les conditions économiques peuvent être réglées par les conditions
politiques et non que les conditions politiques sont le reflet des
conditions économiques.

La voie scientifique est abandonnée par eux, uniquement pour permettre
aux politiciens de jouer leur rôle dans les parlements, et si les
ouvriers ne sont pas assez intelligents pour prévenir leurs intrigues
ils en seront de nouveau les dupes, comme ils l'ont toujours été.

Le congrès de Londres n'a d'ailleurs été ni ouvrier ni socialiste; les
soi-disant socialistes qui veulent réformer la société tout en
conservant les cadres existants, ou pour mieux dire les radicaux, sont
en train de devenir un parti gouvernemental, tel le Parti Ouvrier en
France qui a soutenu le ministère Bourgeois, même quand ce dernier
refusait d'abolir les lois criminelles contre les anarchistes, et qui
n'a pas protesté quand ce même gouvernement expulsait Kropotkine[83].
Les membres de ce parti ont flagorné les Russes, ainsi le maire de
Marseille et d'autres encore.

Sur le terrain économique les ouvriers peuvent marcher tous ensemble
malgré les différences d'école.

Sur le terrain politique il y a de grandes divergences d'opinions et
naturellement on se sépare.

Il nous semble que quiconque veut l'union des prolétaires doit rester
fidèle à l'action économique et que quiconque veut la scission, la
division, doit adopter l'action politique ou plutôt parlementaire.

On parle toujours de l'action politique, et cela uniquement parce qu'on
n'ose pas dire nettement l'action parlementaire, que visent, en réalité,
les social-démocrates. Car nous non plus, antiparlementaires ni
anarchistes, ne rejetons l'action politique. Par exemple l'assassinat de
l'empereur Alexandre II de Russie fut une action politique, et nous
l'avons approuvé en souhaitant qu'une telle action politique se produise
partout. Travailler à abolir l'État, voilà l'action politique par
excellence. C'est pourquoi il est inexact de dire que nous repoussons
l'action politique. L'action parlementaire et l'action politique sont
deux choses très différentes et, laissant la première aux ambitieux, aux
politiciens, nous voulons appliquer la seconde. Chaque effort tenté en
vue d'établir une opinion purement politique, a pour résultat de diviser
les ouvriers et arrête le progrès de l'organisation économique.

On rêve toujours d'un gouvernement socialiste qu'on imposera au
mouvement socialiste international, d'une dictature social-démocrate qui
arrêtera tous les mouvements ne rentrant pas dans le cadre du programme
étroit de la social-démocratie.

Les hommes ont toujours besoin d'un cauchemar. Pour la classe
capitaliste le cauchemar est le socialisme et pour les social-démocrates
c'est l'anarchie. Des gens intelligents perdent la tête quand ils
entendent prononcer ce mot affreux. Le Conseil général du Parti ouvrier
français n'a-t-il pas eu la brutalité de dire que le chauvinisme et
l'anarchie étaient les deux moyens des capitalistes pour entraver le
mouvement socialiste? Nous n'avons pas le texte exact, mais l'idée est
telle. On va jusqu'à dire, avec Liebknecht et Rouanet, que socialisme et
anarchie impliquent «deux idées, dont l'une exclut l'autre.

Liebknecht a dit des anarchistes: «Je les connais dans l'ancien
continent comme dans le nouveau[84] et, à l'exception des rêveurs et des
enthousiastes, je n'ai jamais connu un seul anarchiste, qui ne cherchât
à troubler nos affaires, à nous calomnier et à placer des obstacles sur
notre route. M. Andrieux, le préfet de police français, n'a-t-il pas
écrit cyniquement dans ses Mémoires, qu'il subventionnait les
anarchistes parce qu'il pensait que le seul moyen de détruire
l'influence du socialisme était de se mêler aux anarchistes afin de
désorganiser les ouvriers et de discréditer le mouvement socialiste en
le rendant responsable des sottises, des crimes et des folies des
soi-disant anarchistes.»

Mais les bourgeois disent-ils autre chose des socialistes? C'est
toujours la même chose, les mots seuls sont changés. Si l'on exclut du
socialisme les Kropotkine, les Reclus, les Cipriani, les Louise Michel,
les Malatesta, on tombe dans le ridicule. Qui donc a le droit de
monopoliser le socialisme? n'est-ce pas toujours la folie étatiste qui
les saisit?

Les _Fabians_ anglais sont plus sincères. Ils disent nettement que leur
socialisme _est exclusivement le socialisme d'État_. Ils désirent que la
nationalisation de l'industrie soit remise aux mains de l'État, de même
celle du sol et du capital pour laquelle l'État offre les institutions
les plus capables de l'accomplir dans la commune, la province ou le
gouvernement du pays.

Pourquoi les autres ne le disent-ils pas d'une manière aussi claire?
Nous saurions alors qu'une scission s'est opérée, élucidant la
situation, plaçant d'un côté les Étatistes qui veulent la tutelle
providentielle de l'État, et de l'autre ceux qui désirent le libre
groupement en dehors de l'intervention de l'État.

C'est M. George Renard, directeur de la Revue socialiste, qui va
maintenant nous dire pourquoi le socialisme est séparé de
l'anarchisme[85].

1° «Les anarchistes sont des chercheurs d'absolu, ils rêvent la
suppression complète de toute autorité.

Les socialistes croient que toute organisation sociale comporte un
minimum d'autorité et, tout en désirant une extension indéfinie de la
liberté, ils n'espèrent point qu'on arrive jamais à cette liberté
illimitée qui ne leur semble possible que pour l'individu isolé.»

Chercheurs d'absolu--où en est la preuve? Il n'existe pas d'absolu et
qui l'accepte, est en principe un supranaturaliste. Toujours et partout
la même objection, la même accusation: ce que les social-démocrates
disent des anarchistes, les libéraux le disent des socialistes et les
conservateurs des libéraux. Mais c'est là une phrase tout juste et
[Note du transcripteur: mot illisible]. Quand on déclare à
l'anarchiste: «L'idéal est beau mais irréalisable,» l'anarchiste peut
répondre: «Il faut alors tâcher d'en approcher.» C'est un éloge que de
dire à ces hommes: Votre idéal est beau...

Et d'ailleurs, entre la suppression complète de toute autorité et ce
minimum d'autorité, dont parle M. Renard, il y a une différence de degré
et non de principe.

Quand on désire un minimum d'autorité, on doit vouloir _à fortiori_ la
suppression de toute autorité. Est-ce possible? C'est là une autre
question. En tout cas, il n'y a pas entre les deux desiderata opposition
de principe. Lorsque les socialistes désirent une «extension indéfinie
de la liberté,» la fin de cette extension est la liberté arrivée à sa
limite extrême.

Quelle est maintenant cette limite? Nous savons tous que la liberté
absolue est une impossibilité, parce que l'absolu lui-même n'existe pas,
mais chacun veut la plus grande liberté pour soi-même et, s'il la
comprend bien, il la veut aussi pour chaque individu, car il ne peut
exister de bonheur parmi les hommes qui ne sont pas libres. Toutefois ce
mot crée beaucoup de malentendus. La définition de Spinoza[86], au XVIIe
siècle, est celle-ci: «une chose qui existe seulement par sa propre
nature et est obligée d'agir uniquement par elle-même, sera appelée
_libre_. Elle sera appelée nécessaire ou plutôt dépendante, quand une
autre chose l'obligera à exister et à agir d'une façon définie et
marquée.»

Qu'est-ce donc qui constitue l'essence de la liberté?

C'est le fait d'agir par soi-même sans obstacles extérieurs. La liberté,
c'est l'absence de contrainte et par cela même quelque chose de négatif.

Qui ne veut pas la contrainte désire la liberté, et cette liberté ne
connaît nulles frontières artificielles, mais seulement les frontières
que la nature établit.

Écoutez ce qu'Albert Parsons, un des martyrs de Chicago, a écrit: «La
philosophie de l'anarchie est contenue dans le seul mot liberté; et
cependant ce mot comprend assez pour enfermer tout. Nulle limite pour le
progrès humain, pour la pensée, pour le libre examen, n'est fixée par
l'anarchie; rien n'est considéré si vrai ou si certain que les
découvertes futures ne le puissent démontrer faux; il n'y a qu'une chose
infaillible: «la liberté.» La liberté pour arriver à la vérité, la
liberté pour que l'individu se développe, pour vivre naturellement et
complètement. Toutes les autres écoles tablent sur des idées
cristallisées; elles conservent enclos dans leurs programmes des
principes qu'elles considèrent comme trop sacrés pour être modifiés par
des investigations nouvelles. Il y a chez elles toujours une limite, une
ligne imaginaire au delà de laquelle l'esprit de recherche n'ose pas
pénétrer. La science, elle, est sans pitié et sans respect, parce
qu'elle est obligée d'être ainsi; les découvertes et conclusions d'un
jour sont anéanties par les découvertes et conclusions du jour suivant.
Mais l'anarchie est pour toutes les formes de la vérité le maître de
cérémonies. Elle veut abolir toutes les entraves qui s'opposent au
développement naturel de l'être humain; elle veut écarter toutes les
restrictions artificielles qui ne permettent pas de jouir du produit de
la terre, de telle façon que le corps puisse être éduqué, et elle veut
écarter toutes les bassesses de la superstition qui empêchent
l'épanouissement de la vérité, de sorte que l'esprit puisse pleinement
et harmonieusement s'élargir.»

Voilà une confiance et une croyance dans la liberté qui élèvent, et il
est meilleur d'avoir un tel idéal, même s'il ne se réalise jamais, que
de vivre sans idéal, d'être pratique et opportuniste, d'accepter tous
les compromis afin de conquérir dans l'État un pouvoir, grâce auquel on
peut accomplir les actes mêmes qu'on a toujours désapprouvés lorsqu'ils
ont été faits par les autres; en un mot afin de dominer. Toute autorité
corrompt l'homme et c'est pour cela que nous devons lutter contre toute
autorité.

Quand Renard dit que les socialistes n'espèrent point qu'on arrive
jamais à cette liberté illimitée qui ne leur semble atteignable que par
l'individu isolé, je pense qu'il a tort, car il me paraît impossible de
ne pas espérer conquérir le plus haut degré de liberté, de ne pas croire
à son extension indéfinie. Stuart Mill se montre moins sectaire, quand
il dit: «Nous savons trop peu ce que l'activité individuelle d'un côté
et le socialisme de l'autre, pris tous les deux sous leur aspect le plus
parfait, peuvent effectuer pour dire avec quelque certitude lequel de
ces systèmes triomphera et donnera à la société humaine sa dernière
forme.

Si nous osions faire une hypothèse, nous dirions que la solution
dépendra avant tout de la réponse qui sera faite à cette question:
lequel des deux systèmes permet le plus grand développement de la
liberté humaine et de la spontanéité? Quand les hommes ont pourvu à leur
entretien, la liberté est pour eux le besoin le plus fort de tous et,
contrairement aux besoins physiques qui deviennent plus modérés et plus
faciles à dominer à mesure que la civilisation grandit, ce besoin croît
et augmente en force au lieu de s'affaiblir à mesure que les qualités
intellectuelles et morales se développent d'une façon plus harmonique.
Les institutions sociales, comme aussi la moralité, atteindront la
perfection, quand l'indépendance complète et la liberté d'agir seront
garanties et quand aucune limite ne leur sera imposée, sinon le devoir
de ne pas faire de mal à autrui. Si l'éducation ou bien les institutions
sociales conduisaient à sacrifier la liberté d'agir à un plus complet
bien-être, ou bien si on renonçait à la liberté pour l'égalité, une des
plus précieuses qualités de la nature humaine disparaîtrait.»

Nous préférons la forme prudente du philosophe anglais au jugement trop
absolu de Renard.

La différence qu'il fait entre les anarchistes et les socialistes n'est
pas fondée, d'une part parce qu'il méconnaît ses adversaires en leur
attribuant ce qu'ils ne disent pas, et d'autre part parce qu'il n'y a
qu'une question de degré et non une différence de principe dans les
doctrines qu'il leur oppose.

N° 2. «Les socialistes répudient énergiquement l'attentat individuel,
qui leur paraît inefficace pour supprimer un mal collectif et moins
justifié que partout ailleurs dans les pays qui jouissent d'une
constitution libérale ou républicaine; ils répudient par dessus tout la
bombe stupide et aveugle dont les éclats vont frapper au hasard amis et
ennemis, innocents et coupables.»

Ce n'est pas là le caractère essentiel de l'anarchie, mais plutôt une
question de tempérament. Il y a des socialistes, qui sont beaucoup plus
violents que les anarchistes. On ne peut pas dire que la propagande par
le fait soit une théorie essentiellement anarchiste[87].

Qui a fait de l'attentat individuel un principe?

Mais aussi qui ose désapprouver les actes violents dans une société qui
est basée sur la violence? La mort d'un tyran n'est-elle pas un
bienfait pour l'humanité? Qu'est la mort d'un tyran, qu'il soit un roi,
un ministre, un général, un patron ou un propriétaire et même la mort
d'une vingtaine de ces hommes, si on la met en parallèle avec les
meurtres qui s'accomplissent quotidiennement dans les fabriques, dans
les ateliers, partout? Seulement, on s'accoutume à ces assassinats parce
qu'on ne les voit pas, parce que les chiffres des morts d'un champ de
bataille sont beaucoup plus éloquents que ceux du champ de l'industrie.
En réalité le nombre des victimes de l'industrie est beaucoup plus
considérable que celui des victimes des guerres. Comparez ces chiffres
tels qu'Élisée Reclus les donne. La mortalité annuelle moyenne parmi les
classes aisées est d'un pour soixante. Or la population de l'Europe est
d'environ trois cents millions; si l'on prenait pour base la moyenne des
classes aisées, la mortalité devrait être de cinq millions. Or, il est
en réalité de quinze millions; si nous interprétons ces données nous
sommes fondés à conclure que dix millions d'êtres humains sont
annuellement tués avant leur heure. Ne peut-on s'écrier: «Race de Caïn,
qu'as-tu fait de tes frères?» Si on a ces faits présents à l'esprit, on
comprend l'acte individuel--tout comprendre est tout pardonner--et c'est
une lâcheté de notre part, que de le désapprouver si nous n'avons pas le
courage de le faire nous-mêmes, et c'est par hypocrisie que nous
élaborons une doctrine propre à voiler notre lâcheté.

La défense d'Émile Henry est un chef-d'oeuvre de logique, qui donne
beaucoup à penser.

Voici sa théorie:

Quand un anarchiste fait un attentat, tous les anarchistes sont
persécutés en bloc par la société, eh bien! «puisque vous rendez ainsi
tout un parti responsable des actes d'un seul homme, et que vous
frappez en bloc, nous frappons en bloc.»

Les socialistes n'ont-ils pas dit avec raison, ce n'est pas nous qui
fixons les moyens de défense, ce sont nos adversaires?

Émile Henry continue:

«Il faut que la bourgeoisie comprenne bien que ceux qui ont souffert
sont enfin las de leurs souffrances; ils montrent les dents et frappent
d'autant plus brutalement qu'on a été plus brutal envers eux.

Ils n'ont aucun respect de la vie humaine, parce que les bourgeois
eux-mêmes n'en ont aucun souci.

Ce n'est pas aux assassins qui ont fait la semaine sanglante et
Fourmies, de traiter les autres d'assassins.

Ils n'épargnent ni femmes ni enfants bourgeois, parce que les femmes et
les enfants de ceux qu'ils aiment ne sont pas épargnés non plus. Ne
sont-ce pas des victimes innocentes, ces enfants qui, dans les
faubourgs, se meurent lentement d'anémie parce que le pain est rare à la
maison, ces femmes qui, dans vos ateliers, pâlissent et s'épuisent pour
gagner quarante sous par jour, heureuses encore quand la misère ne les
force pas à se prostituer, ces vieillards dont vous avez fait des
machines à produire toute leur vie, et que vous jetez à la voirie et à
l'hôpital quand leurs forces sont exténuées?

Ayez au moins le courage de vos crimes, messieurs les bourgeois, et
convenez que nos représailles sont grandement légitimes.»

Ce qu'Émile Henry disait devant le jury, est-il vrai ou non? Il savait
très bien que les foules, les ouvriers pour lesquels il a lutté, ne
comprendraient pas son acte, mais cependant il n'hésitait pas, car il
était convaincu qu'il donnait sa vie pour une grande idée. Tous les
attentats jusqu'à lui furent des attentats politiques qu'on peut
comprendre facilement, il ouvrait l'ère des attentats sociaux, il fut le
précurseur de cette théorie, et c'est pour cela que la sympathie pour
son acte fut beaucoup moindre.

Il peut s'être trompé, mais il était un homme de coeur, qui souffrait en
voyant toutes les misères, toutes les tueries dont la classe ouvrière
était l'objet et quand il disait: «La bombe du café Terminus est la
réponse à toutes vos violations de la liberté, à vos arrestations, à vos
perquisitions, à vos lois sur la presse, à vos expulsions en masse
d'étrangers, à vos guillotinades», nous le comprenons et, nous aussi,
nous avons en nous ce sentiment de haine dont son coeur fut rempli.

On peut parler de la bombe stupide et aveugle, mais pourquoi pas du
fusil et du canon stupide de la classe possédante?

Nous croyons que la lutte serait facilitée si chaque tyran était frappé
directement après son premier acte de tyrannie, si chaque ministre qui
trompe le peuple était tué, si chaque juge qui condamne des pauvres, des
innocents, était assassiné, si chaque patron, chaque capitaliste était
poignardé après un acte d'intolérable tyrannie.

Ces actes individuels répandraient l'horreur, la crainte et on a vu
toujours et partout que seulement ces deux choses armeront nos
adversaires: la violence ou bien la crainte de la violence. On ne doit
jamais oublier que la classe ouvrière est en état de défense. Elle est
toujours attaquée et quel est, dans la nature, l'être qui n'essaie pas
de se défendre par tous les moyens possibles?

Cette théorie n'est d'ailleurs pas essentiellement anarchiste; on l'a
professée de tous temps, et il y a des anarchistes qui la
désapprouvent; ainsi Tolstoï et son école qui prêchent la résistance
passive.

Lisez ce que Grave a écrit dans son livre: _La société mourante et
l'anarchie_: «Nous ne sommes pas de ceux qui prêchent les actes de
violence, ni de ceux qui mangent du patron et du capitaliste, comme
jadis les bourgeois mangeaient du prêtre, ni de ceux qui excitent les
individus à faire telle ou telle chose, à accomplir tel ou tel acte.
Nous sommes persuadés que les individus ne font que ce qu'ils sont bien
décidés par eux-mêmes à faire; nous croyons que les actes se prêchent
par l'exemple et non par l'écrit ou les conseils. C'est pourquoi nous
nous bornons à tirer les conséquences de chaque chose, afin que les
individus choisissent d'eux-mêmes ce qu'ils veulent faire, car nous
n'ignorons pas que les idées bien comprises doivent multiplier, dans
leur marche ascendante, les actes de révolte.

C'est pourquoi nous disons: l'attentat individuel peut être utile en
certains cas, en certaines circonstances, personne ne peut le nier, mais
comme théorie ce n'est point un principe nécessaire de l'anarchie.
L'anarchie est une théorie, un principe, et l'exercice des moyens est
une question de tactique. Les socialistes révolutionnaires d'autrefois
qui n'étaient pas anarchistes, n'ont jamais eu la lâcheté de
désapprouver les actes individuels, quoique sachant très bien qu'un
attentat de cette sorte ne résout pas la question sociale. On l'a
compris toujours comme un acte de revanche légitime, comme une
représaille selon le soi-disant droit de guerre qui dit: _à la guerre
comme à la guerre!_ «Les socialistes n'ont pas la prétention de créer du
jour au lendemain une société parfaite; il leur suffit d'aiguiller la
société actuelle sur la voie nouvelle où les hommes doivent s'engager
pour devenir plus solidaires et plus libres; il leur suffit de l'aider à
faire un pas décisif sur la route où elle chemine d'une façon pénible et
si lente.»

Qui donc veut cela? Personne ne soutiendra qu'on peut créer du jour au
lendemain une société parfaite. Chacun sait que la société est le
résultat d'une évolution accomplie durant des siècles et qu'on ne peut
la refaire d'un coup. Le temps des miracles est mythologique. Les
anarchistes ne se sont jamais présentés comme des prestidigitateurs.
L'oeuvre incomplète des âges passés ne peut être transformée
instantanément.

Mais ce reproche est le même que les conservateurs font aux socialistes.
N'entend-on pas dire: Ah! l'idéal socialiste est bien beau, il est
admirable, mais le peuple n'est pas mûr encore pour vivre dans un tel
milieu. Et nous répondons alors: est-ce une raison pour ne pas
travailler à la réalisation de cet idéal? Si on veut attendre le moment
où chacun sera mûr pour en jouir, on peut attendre jusqu'au plus
lointain futur.

Jean Grave le sait aussi bien que Renard. Il dit dans son livre: «Il est
malheureusement trop vrai que les idées qui sont le but de nos
aspirations ne sont pas immédiatement réalisables. Trop infime est la
minorité qui les a comprises pour qu'elles aient une influence imminente
sur les événements et la marche de l'organisation sociale. Mais si tout
le monde dit: ce n'est pas possible! et accepte passivement le joug de
la société actuelle, il est évident que l'ordre bourgeois aura encore de
longs siècles devant lui. Si les premiers penseurs qui ont combattu
l'église et la monarchie pour les idées naturelles et l'indépendance et
ont affronté le bûcher et l'échafaud s'étaient dit cela, nous en serions
encore aujourd'hui aux conceptions mystiques et au droit du seigneur.
C'est parce qu'il y a toujours eu des gens qui n'étaient pas
«pratiques», mais qui, uniquement convaincus de la vérité, ont cherché
de toutes leurs forces, à la faire pénétrer partout, que l'homme
commence à connaître son origine et à se dépêtrer des préjugés
d'autorité divine et humaine.»

Le reproche de Renard est donc immérité.

Naturellement quand les circonstances seront plus favorables, les hommes
seront meilleurs.

Pourquoi volerait-on si chacun avait assez pour vivre?

La doctrine, d'après laquelle le milieu dans lequel l'homme vit exerce
une influence décisive sur sa formation, est adoptée par la science.

Nous sommes des semeurs d'idées et nous avons la conviction que la
semence doit croître et donner des fruits. Comme la goutte d'eau
s'infiltre, dissout les minéraux, creuse et se fait jour, l'idée pénètre
le monde intellectuel. Nous ne voyons pas les fruits, mais quand le
temps arrive, ils mûrissent.

On fait souvent une différence entre évolution et révolution, mais
scientifiquement cela n'est pas possible. Évolution et révolution ne
sont pas des contradictions, ce sont deux anneaux d'une même chaîne.
Évolution est le commencement et révolution la fin de la même série d'un
long développement.

Quand nous nous appelons des révolutionnaires, ce n'est pas par plaisir
mais seulement par la force des choses. La croyance que la lutte des
classes peut être supprimée par un acte du parlement, ou que la
propriété privée peut être abolie par une loi, est une naïveté si grande
que nous ne nous imaginons pas qu'un homme sage la puisse concevoir.

M. Renard donne des exemples.

«La patrie se fondra un jour dans la grande unité humaine, comme les
anciennes provinces françaises se sont fondues dans ce qu'on nomme
aujourd'hui la France. Les anarchistes s'écrient en conséquence:
agissons dès maintenant comme si la patrie n'existait plus. Les
socialistes disent au contraire: ne commençons point par démolir la
maison modeste et médiocrement bâtie où nous habitons, sous prétexte que
nous pourrons avoir plus tard un palais magnifique.

De même il viendra peut-être une époque (et nous ne demandons pas mieux
que de l'aider à venir) où la contrainte de la loi sera inutile pour
garantir les faibles contre l'oppression des forts et pour faire régner
la justice sur la terre. Agissons donc, reprennent les anarchistes,
comme si la loi n'était d'ores et déjà qu'une entrave toujours nuisible
ou superflue. Non, répliquent les socialistes, émancipons
progressivement l'individu; mais gardons-nous de prêter aux hommes tels
qu'ils sont l'équité, la sagesse, la bonté que pourront avoir les hommes
tels qu'ils seront après une longue période éducative.»

De même encore il est permis à la rigueur de concevoir un régime où la
production sera devenue assez abondante, où les hommes et les femmes
sauront assez limiter leurs désirs pour que chacun puisse «prendre au
tas» de quoi satisfaire ses besoins. Et les anarchistes de conclure: à
quoi bon dès lors régler la production et la répartition de la richesse
sociale? Agissons immédiatement comme si l'on pouvait puiser à pleines
mains dans une provision inépuisable. Pardon! répondent les
social-démocrates. Commençons par assurer la vie de la société en
assurant au travailleur une rémunération équivalente à son travail! Pour
le reste, nous verrons plus tard.

Quelle est la différence entre les anarchistes et les
social-démocrates?

Que les social-démocrates sont de simples réformateurs, qui veulent
transformer la société actuelle selon le socialisme d'État.

Il n'y a pas de différence de principe et personne n'en trouvera dans
les déductions précédentes.

Il nous semble que Renard n'en a établi aucune. Le socialisme ne peut
pas être séparé de l'anarchisme, chaque anarchiste est un socialiste,
mais chaque socialiste n'est pas nécessairement un anarchiste.
Économiquement on peut être communiste ou socialiste, politiquement on
est anarchiste. En ce qui concerne l'organisation politique, les
anarchistes communistes demandent l'abolition de l'autorité politique,
c'est-à-dire de l'État, car ils nient le droit d'une seule classe ou
d'un seul individu à dominer une autre classe où un autre individu.
Tolstoï l'a dit d'une manière si parfaite qu'on ne peut rien ajouter à
ses paroles. «Dominer, cela veut dire exercer la violence, et exercer la
violence cela veut dire faire à autrui ce que l'on ne veut pas qu'autrui
vous fasse; par conséquent dominer veut dire faire à autrui ce qu'on ne
voudrait pas qu'autrui vous fasse, cela veut dire lui faire du mal. Se
soumettre, cela veut dire qu'on préfère la patience à la violence et,
préférer la patience à la violence, cela veut dire qu'on est excellent
ou moins mauvais que ceux qui font aux autres ce qu'ils ne voudraient
pas qu'on leur fît. Par conséquent ce ne sont pas les meilleurs mais les
plus mauvais, qui ont toujours eu le pouvoir et l'ont encore. Il est
possible qu'il y ait parmi eux de mauvaises gens qui se soumettent à
l'autorité, mais il est impossible que les meilleurs dominent les plus
mauvais.»

Il est donc nécessaire pour prévenir une confusion fâcheuse de
remplacer le mot socialisme par social-démocratie.

Quelle est la différence entre les social-démocrates et les anarchistes?
Les social-démocrates sont des socialistes qui ne cherchent pas
l'abolition de l'État, mais au contraire veulent la centralisation des
moyens de production entre les mains du gouvernement dont ils ont besoin
pour contrôler l'industrie.

«Anarchie et socialisme se ressemblent comme un oeuf à un autre. Ils
diffèrent seulement par leur tactique.»

Voilà une opinion tout à fait opposée à celle de Renard, qui prétend que
ces deux principes sont en contradiction quoiqu'il les appelle «deux
variétés indépendantes», appellation qui nous plaît beaucoup mieux, car
elle répond davantage à la vérité. L'espèce est la même, mais ce sont
deux variétés de cette même espèce.

Albert Parsons exprimait la même opinion, quand il disait aux jurés: «le
socialisme se recrute aujourd'hui sous deux formes dans le mouvement
ouvrier du monde. L'une est comprise comme une anarchie, sous un
gouvernement politique ou sans autorité, l'autre comme un socialisme
d'État, ou paternalisme ou contrôle gouvernemental de chaque chose.
L'étatiste tâche d'améliorer et d'émanciper les ouvriers par les lois,
par la législation. L'étatiste demande le droit de choisir ses propres
réglementateurs. Les anarchistes ne veulent avoir ni de réglementateurs
ni de législateurs, ils poursuivent le même but par l'abolition des
lois, par l'abolition de tout gouvernement, laissant au peuple la
liberté d'unir on de diviser si le caprice ou l'intérêt l'exige;
n'obligeant personne, ne dominant aucun parti.»

C'est la même idée que l'illustre historien Buckle a développée dans
son Histoire de la civilisation, en constatant les deux éléments opposés
au progrès de la civilisation humaine. Le premier est l'Église qui
détermine ce qu'on doit croire; le second est l'État qui détermine ce
qu'il faut faire. Et il dit que les seules lois des trois ou quatre
siècles passés ont été des lois qui abolissaient d'autres lois[88].

Il serait curieux que nous, qui gémissons sous le joug de lois
régulièrement augmentées par les parlements, nous donnions notre appui à
un système dans lequel il n'y aurait pas une diminution mais au
contraire une augmentation des lois. Il est possible que nous serons
obligés dépasser par cette route, c'est-à-dire d'en venir par la
multiplication des lois à l'abolition, des lois, mais cette période sera
une _via dolorosa_. Par exemple on demande des lois protectrices du
travail et du travailleur, dont une société rationnelle n'a pas besoin.
Qui donc si la nécessité ne l'y obligeait, donnerait ses enfants à
l'usine, à l'atelier, véritable holocauste?

Toute loi est despotique et à mesure que nous aurons plus de lois, nous
serons moins libres. Dans une assemblée d'hommes vraiment civilisés on
n'a pas besoin de règlement d'ordre: quand vous avez la parole je me
tais et j'attends le moment où vous aurez fini de parler, et quand il y
a deux trois personnes qui veulent monter à la tribune, elles ne se
battent pas mais attendent pour prendre la parole les unes après les
autres. Quand on dîne à table d'hôte, on ne voit pas quelqu'un prendre
tout, de façon que les autres n'aient rien, on ne se bat pas pour être
servi le premier, tout va selon un certain ordre et les convives
observent des règles de politesse, que personne n'a dictées. Chacun
reçoit assez et la personne qui est servie la dernière aura sa portion
comme les autres. Pourquoi oublie-t-on toujours ces exemples qui nous
enseignent que dans une société civilisée où il y a abondance, on n'a
rien à craindre du désordre ou des querelles? Le nombre des lois est
toujours un témoignage du faible degré de civilisation d'une société. La
loi est un lien par lequel on fait des esclaves et non des hommes
libres. La loi est généralement une atteinte au droit humain, car «loi»
et «droit» sont des mots qui n'ont pas du tout même signification.

La plupart des crimes sont commis au nom de la loi, et cependant on veut
honorer les lois et on donne aux enfants une éducation basée sur le
respect des lois. Le système capitaliste d'aujourd'hui est-il autre
chose que le vol légalisé, l'esclavage légalisé, l'assassinat légalisé?

Quand la social-démocratie nous promet une centralisation, une
réglementation avec le contrôle d'en haut, nous craignons un tel État.
C'est une étrange méthode que d'abolir le pouvoir de l'État en
commençant par augmenter ses prérogatives. Non, le gouvernement
représentatif a rempli son rôle historique: vouloir conserver un tel
gouvernement pour une phase économique nouvelle, c'est raccommoder un
habit neuf avec de vieux lambeaux. À chaque phase économique correspond
une phase politique et c'est une erreur que de penser pouvoir toucher
aux bases de la vie économique actuelle, c'est-à-dire à la propriété
individuelle, sans toucher à l'organisation politique. Ce n'est pas en
augmentant les pouvoirs de l'État, ni en conquérant le pouvoir politique
qu'on progresse, on exécute un changement de décors et voilà tout; on
progresse en organisant librement tous les services qui sont considérés
maintenant comme fonctions de l'État.

Kropotkine l'a fort bien exprimé: «les lois sur la propriété ne sont pas
faites pour garantir à l'individu ou à la société la jouissance des
produits de leur travail. Elles sont faites, au contraire, pour en
dérober une partie au producteur et pour assurer à quelques-uns les
produits qu'ils ont dérobés, soit aux producteurs, soit à la société
entière. Les socialistes ont déjà fait maintes fois l'histoire de la
Genèse du capital. Ils ont raconté comment il est né des guerres et du
butin, de l'esclavage, du servage, de la fraude et de l'exploitation
moderne. Ils ont montré comment il s'est nourri du sang de l'ouvrier et
comment il a conquis le monde entier. Ils ont à faire la même histoire
concernant la Genèse et le développement de la loi. Faite pour garantir
les fruits du pillage, de l'accaparement et de l'exploitation, la loi a
suivi les mêmes phases de développement que le capital.»

Et le système parlementaire ne fait qu'enregistrer ce qui, en réalité,
existe déjà. De deux choses l'une: ou bien la loi est préalable, et
alors, ainsi qu'en Amérique les lois sur le travail, dont les
inspecteurs disent que l'application laisse beaucoup à désirer, elle
n'est plus appliquée quand les patrons et avec eux la justice ne les
veulent pas respecter; ou bien la loi est arriérée, et alors elle n'est
plus nécessaire. Ce système est celui des carabiniers d'Offenbach:

  Qui, par un malheureux hasard
  Arrivent toujours trop tard.

C'est la force qui décide toujours. Au lendemain d'une victoire, le
peuple ne manque jamais de présenter une déclaration des droits aussi
radicale que possible: tout le monde applaudit, on se croit libre enfin.

Le peuple se satisfait de droits inscrits sur le papier. Le peuple se
laissa toujours duper et il est possible qu'il se laisse de nouveau
duper par les social-démocrates, qui une fois en place oublieront leurs
promesses. C'est pourquoi il faut l'avertir, car un averti en vaut deux.
Le peuple est toujours servi beaucoup moins bien que les souverains. Il
a ses orateurs, qui ont une grande bouche et de belles paroles; mais les
souverains ont leurs serviteurs, qui parlent moins mais agissent avec
les canons et les fusils. Quelques jours après la victoire, et sous
prétexte d'ordre légal, la constitution sera moins bien observée:
quelques jours encore et, sous prétexte d'ordre administratif, on est
gouverné par des règlements de police.

Les souverains et les gouvernants sont comme les feuilles des arbres:
ils changent d'opinion quand bon leur semble et, lorsqu'ils craignent de
perdre leur trône, ils font comme Liebknecht, ils changent vingt-quatre
fois par jour de tactique, et d'opinion.

Voici un exemple curieux.

Avant 1848 il y avait en Hollande un parti qui faisait de l'agitation
pour obtenir la révision de la constitution, mais le roi Guillaume II ne
la voulait pas et il avait dit une fois: «aussi longtemps que je vivrai,
il n'y aura pas de révision de la constitution.» La révolution de
février 1848 éclata à Paris et le roi Louis-Philippe fut chassé de
France. Cette révolution fit son chemin. À Vienne, à Berlin et dans
beaucoup de villes de l'Europe on éprouva l'influence de cette secousse
politique; alors le roi Guillaume trembla pour son trône, il eut peur de
suivre le même chemin que son collègue Louis-Philippe de France.
Qu'arriva-t-il? Ce même roi prit l'initiative d'une révision et parlant
aux ambassadeurs étrangers il déclara: Voici un homme qui en un jour de
pur conservateur est devenu libéral. Pourquoi? Parce qu'il préférait un
trône avec une constitution à la chance de perdre sa royauté.

Si les circonstances changent, on voit souvent les mêmes personnes faire
le contraire de ce qu'elles avaient juré.

Ainsi, en 1848, le roi de Prusse Guillaume Frédéric craignait de perdre
son trône. Pendant que le peuple était en armes et que la révolte
menaçait de triompher, le roi fit toutes les promesses qu'on exigea de
lui. Le mot d'ordre fut: si vous consentez à désarmer, je vous donnerai
une constitution. Le peuple a toujours trop de confiance, il crut le
roi, il déposa les armes, et quand l'effervescence fut passée, le roi
restant très bien armé, fut le plus fort et oublia toutes ses promesses.
Le peuple ne doit donc jamais désarmer au jour du combat, car un peuple
désarmé n'est plus rien, tandis qu'un peuple armé est une force qui
inspire du respect même aux adversaires.

Et toujours et partout les princes marchent au despotisme et les peuples
à la servitude.

Ce ne sont pas les tyrans qui font les peuples esclaves, mais ce sont
les peuples esclaves qui rendent possibles les tyrans.

Un tyran peut-il dominer quand le peuple se sent libre? Non certes, sa
puissance ne durerait pas un jour. Un tyran est toujours un peu
supérieur à ceux qui l'ont fait tyran. Au lieu de condamner un tyran, il
faut condamner encore plus le peuple esclave qui tolère la tyrannie.
Mais en dominant on devient de plus en plus mauvais, car l'appétit vient
en mangeant.

Les institutions engendrent l'esclavage, et c'est pour cela que nous
prêchons l'abolition des institutions. L'État est la tyrannie organisée
et c'est pourquoi nous voulons la croisade contre l'État.

On ne peut dire que l'émancipation de l'humanité viendra par
l'émancipation des individus; mais on ne peut non plus dire qu'elle
sortira d'une réorganisation violente de la société, arrivant
spontanément, par une sorte de miracle. Sans les individus émancipés, il
n'est pas possible de réorganiser et sans une organisation les individus
ne peuvent être émancipés. Il y a des connexions remarquables et ce que
la nature a uni, nous ne pouvons le désunir.

On dit toujours: sans l'État se produirait l'anéantissement de
l'organisation actuelle, le désordre complet, le retour à la barbarie.
Mais qu'est-ce que l'État actuel sinon le vol, la rapine, l'assassinat,
la barbarie? Chaque changement sera un progrès pour la grande masse, si
impitoyablement maltraitée maintenant.

Il faut rire quand on entend soutenir que les mauvais domineraient les
bons, car ce sont justement les mauvais qui dominent aujourd'hui.

Tolstoï nous dit que le christianisme dans sa vraie signification
détruit l'État comme tel, et que c'est pour cela qu'on a crucifié le
Christ. Et certainement, du jour où le christianisme fut établi comme
religion d'État, le christianisme fut perdu. Il faut choisir entre
l'organisation gouvernementale et le vrai christianisme qui est plus ou
moins anarchiste. Qu'est-ce qu'enseigne l'apôtre saint Paul quand il dit
que le péché est venu par la loi, et dans l'Épître aux Romains (ch. IV,
v. 15): «Où il n'y a pas de loi, il n'y a pas de péché.» Oui, les
ennemis de toute loi et de toute autorité peuvent faire appel à la
Bible, qui considère la loi comme un degré inférieur du développement
humain.

Un État suppose toujours deux partis dont l'un commande et l'autre
obéit; ce qui est le contraire du christianisme primitif, qui nous
enseigne que personne ne doit commander car nous sommes tous des frères.

Il est possible que l'État ait été nécessaire à une certaine époque,
mais la question est aujourd'hui de savoir si désormais l'État est un
obstacle au progrès et à la civilisation, oui ou non. Les divers
raisonnements sur ce sujet sont curieux. Quand on demande à quelqu'un:
Avez-vous personnellement besoin de l'État et de ses lois? on reçoit
toujours la même réponse. L'État ne m'est pas nécessaire, mais il est
nécessaire pour les autres. Chacun défend l'existence de l'État, non
pour soi-même, mais pour les autres. Cependant ces autres le défendent
de la même manière. Donc, personne n'a besoin de l'État et cependant il
existe et il persiste. Quelle folie!

Les non-résistants en Amérique ont un catéchisme dans lequel ils se
montrent en tant que chrétiens les ennemis acharnés de toute autorité,
et ils sont aussi conséquents qu'un anarchiste peut l'être.

Écoutez seulement:

«Est-il permis au chrétien de servir dans l'armée contre les ennemis
étrangers?»

Certainement non, cela n'est pas permis. Lui est-il permis de prendre
part à une guerre et même aux préparatifs de cette guerre? Mais il
n'ose pas seulement se servir d'armes meurtrières. Il n'ose pas venger
une offense, soit qu'il agisse seul, soit en commun avec d'autres.

Donne-t-il volontairement de l'argent pour un gouvernement, soutenu par
la violence, grâce à la peine de mort et à l'armée?

Seulement quand l'argent est destiné à une oeuvre juste en elle-même et
dont le but comme les moyens sont bons.

Ose-t-il payer l'impôt à un semblable gouvernement?

Non, mais s'il n'ose payer les impôts, il n'ose non plus résister au
paiement. Les impôts, réglés par le gouvernement, sont payés sans
qu'intervienne la volonté des contribuables. On ne peut refuser de les
payer sans user de violence, et le chrétien, qui ne doit pas user de
violence, doit donner sa propriété.

Un chrétien peut-il être électeur, juge ou fonctionnaire du
gouvernement?

Non, car qui prend part aux élections, à la jurisprudence, au
gouvernement, prend part à la violence du gouvernement.»

Ces anarchistes chrétiens sont des révolutionnaires par excellence, ils
refusent tout; les non-résistants sont très dangereux pour les
gouvernements et la doctrine de non-résistance est une terrible menace
pour toute autorité. Les membres de la société fondée pour
l'établissement de la paix universelle entre les hommes (Boston, 1838)
ont pour devise: _ne résistez pas au méchant_ (saint Mathieu V:39). Ils
disent sincèrement: «Nous ne reconnaissons qu'un roi et législateur,
qu'un juge et chef de l'humanité.» Et Tolstoï a peut-être raison quand
il dit: «les socialistes, les communistes, les anarchistes avec leurs
bombes, leurs révoltes, leurs révolutions ne sont pas si dangereux pour
les gouvernements que ces individus, qui prêchent le refus et se basent
sur la doctrine que nous connaissons tous.»

L'exemple individuel exerce une très grande influence sur la masse, et
c'est pourquoi les gouvernements punissent sévèrement tout effort de
l'individu pour s'émanciper.

Mais les social-démocrates, formés d'après le modèle allemand, prêchent
la soumission complète de l'individu à l'autorité de l'État. Tcherkessof
l'a très bien dit[89]: «les publicistes et les orateurs du parti social
démocrate prêchent aux ouvriers que l'industrie n'a aucune signification
dans l'histoire et dans la société et que tous ceux qui pensent que la
liberté individuelle et la satisfaction complète des besoins physiques
et moraux de l'individu seront garanties dans la société future, sont
des utopistes.» Seulement il y a des accommodements avec les chefs comme
avec le ciel et ce même auteur dit aussi d'une façon aussi malicieuse
que juste: «Marx et Engels sont les deux exceptions du genre humain.
Font aussi exception leurs héritiers, Liebknecht, Bebel, Auer, Guesde,
et autres. L'ouvrier ignorant, le troupeau humain, composé
d'insignifiantes nullités, doivent se soumettre et obéir à tous ces
«Übermenschen,» ces êtres surhumains. C'est ce qu'on appelle l'égalité
social-démocratique et scientifique.»

Et on ose dire cela après l'admirable étude de John Stuart Mill sur la
Liberté! Lisez son chapitre troisième sur «la personnalité comme une des
bases du bien public» et vous verrez quelle place prépondérante il veut
donner à la personnalité, à l'individualité. Et certainement quand on
tue l'individualité, on tue tout ce qu'il y a de haut et de
caractéristique dans l'homme. En Allemagne tout est dressé
militairement, le soldat est l'idéal de chaque Allemand, et voilà la
raison pour laquelle le deuxième mot du social-démocrate allemand est:
discipline du parti.

La discipline de l'école vient avec la discipline de la maison
paternelle, et elle est suivie de la discipline de l'usine et de
l'atelier, pour être continuée par la discipline de l'armée et enfin par
la discipline du parti. Toujours et partout, la discipline. Ce n'est pas
par hasard que le livre de Max Stirner[90] nous vient d'Allemagne, c'est
la réaction contre la discipline. Et il y a peu de personnes qui aient
compris les idées supérieures de Wilhelm von Humboldt[91], quand il dit
que «le but de l'homme ou ce qui est prescrit par les lois éternelles et
immuables de la raison, et non pas inspiré par les désirs vains et
passagers, doit résider dans le développement le plus harmonieux
possible des forces en vue d'un tout complet et cohérent» et que deux
choses y sont nécessaires: la liberté et la variété des circonstances,
l'union de ces deux forces produisant «la force individuelle et la
variété multipliée,» qui peuvent se combiner avec l' «originalité». La
grande difficulté reste toujours de définir les limites de l'autorité de
la société sur l'individu.

«Quelle est la limite légitime où la souveraineté de l'individu finit de
soi-même et où commence l'autorité de la société?

Quelle part de la vie humaine est la propriété de l'individu et quelle
la propriété de la société[92]?»

Voilà une question qui intéresse tous les penseurs et qui est traitée
d'une manière magistrale par Mill. En vain vous chercherez une
discussion approfondie de ces questions théoriques chez les
social-démocrates allemands. Nommez un penseur de valeur après les deux
maîtres Marx et Engels. Il semble que le dernier mot de toute sagesse
ait été dit par eux et qu'après eux la doctrine se soit cristallisée en
un dogme comme dans l'église chrétienne. Les principaux écrivains du
parti social-démocrate sont des commentateurs des maîtres, des
compilateurs, mais non des penseurs indépendants. Et quelle médiocrité!
Ne comprend-on pas qu'une doctrine cristallisée est condamnée à périr de
stagnation car la stagnation est le commencement de la mort? Dans les
dernières années on n'a fait que rééditer les oeuvres de Marx avec de
nouvelles préfaces d'Engels ou les oeuvres d'Engels lui-même, mais on
cherche en vain un livre de valeur, une idée nouvelle dans ce parti qui
se prépare à conquérir le pouvoir public.

Mill dit que le devoir de l'éducation est de développer les vertus de
l'individu comme celles de la société. Chacun a le plus grand intérêt à
amener son propre bien-être et c'est pourquoi chacun demande de la
société l'occasion d'user de la vie dans son propre intérêt. Et quand il
existe un droit, ce n'est pas celui d'opprimer une autre individualité
mais de maintenir la sienne. Qui vient à l'encontre de cette thèse qu'un
individu n'est pas responsable de ses actes vis-à-vis de la société
quand ses actes ne mettent en cause que ses propres intérêts? Le droit
de la société est seulement un droit de défense pour se maintenir.

Prenez par exemple la vaccination obligatoire. C'est une atteinte à la
liberté individuelle. L'État n'a pas le droit de m'obliger de faire
vacciner mes enfants, car contre l'opinion de la science officielle que
la vaccination est un préservatif de la variole, il y a l'opinion de
beaucoup de médecins qui nient les avantages de la vaccination et, pis
encore, qui craignent les conséquences de cette inoculation, par
laquelle beaucoup de maladies sont répandues. Plus tard on rira de cette
contrainte soi-disant scientifique, et on parlera de la tyrannie qui
obligeait chacun à se soumettre à cette opération. On met un emplâtre
sur la plaie au lieu de s'attaquer à la cause, et l'on se satisfait
ainsi.

Mais comme Mill le dit très bien: «le principe de la liberté ne peut pas
exiger qu'on ait la liberté de n'être plus libre: ce n'est pas exercer
sa liberté que d'avoir la permission de l'aliéner.» C'est pourquoi on ne
doit jamais accepter la doctrine d'après laquelle on peut prendre des
engagements irrévocables.

Et que nous promet-on dans une société social-démocrate? Jules Guesde a
prononcé à la Chambre française un discours dans lequel il esquisse un
tableau qui n'a rien d'enchanteur. Il explique que l'antagonisme des
intérêts ne sera pas extirpé radicalement. Même la loi de l'offre et de
la demande fonctionnera quand même; seulement, au lieu de s'appliquer au
tarif des salaires, elle s'appliquera au travail agréable ou non.

De même, dans son chapitre IV n° 10, sur le socialisme et la
liberté[93], Kautsky prétend que: «la production socialiste n'est pas
compatible avec la liberté complète du travail, c'est-à-dire avec la
liberté de travailler quand, où et comment on l'entendra. Il est vrai
que, sous le régime du capitalisme, l'ouvrier jouit encore de la liberté
jusqu'à un certain degré. S'il ne se plaît pas dans un atelier, il peut
chercher du travail ailleurs. Dans la société socialiste (lisez:
social-démocratique) tous les moyens de production seront concentrés par
l'État et ce dernier sera le seul entrepreneur; il n'y aura pas de
choix. L'OUVRIER DE NOS JOURS JOUIT DE PLUS DE LIBERTÉ QU'IL N'EN AURA
DANS LA SOCIÉTÉ SOCIALISTE» (lisez: social-démocratique[94].) C'est nous
qui soulignons.

Mais, fidèle à ses maîtres il dit que «ce n'est pas la social-démocratie
qui infirme le droit de choisir le travail et le temps, mais le
développement même de la production; le seul changement sera «qu'au lieu
d'être soit sous la dépendance d'un capitaliste, dont les intérêts sont
opposés aux siens, l'ouvrier se trouvera sous la dépendance d'une
société, dont il sera lui-même un membre, d'une société de camarades
ayant les mêmes droits, comme les mêmes intérêts.» Cela veut dire que
dans la société social-démocratique la production créera l'esclavage. On
change de maître, voilà tout.

Un autre, Sidney Webb, nous dit que «rêver d'un atelier autonome dans
l'avenir, d'une production sans règles ni discipline ... n'est pas du
socialisme.»

Mais quelles étranges idées se forgent dans les têtes dogmatiques des
chefs de la social-démocratie. Écoutez Kautsky, ce théoricien du parti
allemand: «toutes les formes de salaires: rétribution à l'heure ou aux
pièces; primes spéciales pour un travail au-dessus de la rétribution
générale, salaires différents pour les genres différents de travail ...
toutes ces formes du salariat contemporain, un peu modifiées, seront
parfaitement praticables dans une société socialiste.» Et ailleurs: «la
rétribution des produits dans une société socialiste (lisez
social-démocratique) n'aura lieu dans l'avenir que d'après des formes
qui seront le développement de celles qu'on pratique actuellement.»

Donc un état social-démocratique avec le système du salariat. Mais
est-ce que le salariat n'est pas la base du capitalisme? On prêchait
l'abolition du salariat et ici on sanctionne ce système. C'est ainsi
qu'on dénature les bases du socialisme; et les élèves de Marx et
d'Engels, qui proclamaient la formule: «de chacun selon ses forces, à
chacun selon ses besoins», sont devenus de simples radicaux, des
démocrates bourgeois, ayant perdu leurs idées socialistes.

Avec ce système nous aurons le triomphe du quatrième État, ce qui créera
directement un cinquième État ayant à soutenir la même lutte cruelle
contre les individus arrivés au pouvoir avec son aide. L'aristocratie
ouvrière et la petite bourgeoisie seront les tyrans de l'avenir, et la
liberté sera supprimée entièrement. L'oeuvre libératrice pour laquelle
la nouvelle ère s'ouvrira, sera le massacre des anarchistes, comme le
député Chauvin l'a prédit et comme d'autres l'ont préconisé.

Guesde dit même: «que ce n'est pas lui qui a inventé la réquisition,
qu'elle se trouve dans les codes bourgeois et que si lui et ses amis
sont obligés d'y avoir recours, ils ne feront QU'EMPRUNTER UN DES
ROUAGES DE LA SOCIÉTÉ ACTUELLE.»

Belle perspective!

Rien ou presque rien ne serait donc changé au système actuel et les
ouvriers travaillent de nouveau à se donner des tyrans. Pauvre peuple,
tu seras donc éternellement esclave!

Mais «combien aisément et doucement on glisse une fois sur la pente»,
comme Engels l'a si bien dit!

Il n'y a pas d'autre alternative que le socialisme d'État et le
socialisme libertaire.

Lorsqu'on dit au congrès de Berlin (1892): «la social-démocratie est
révolutionnaire dans son essence et le socialisme d'État conservateur;
la social-démocratie et le socialisme d'État sont des antithèses
irréconciliables», on a joué avec des mots.

Qu'est-ce que le socialisme d'État?

Liebknecht dit que les socialistes d'État veulent introduire le
socialisme dans l'État actuel, c'est-à-dire cherchent la quadrature du
cercle; un socialisme qui ne serait pas le socialisme dans un État
adversaire du socialisme. Mais qu'est-ce que les social-démocrates
désirent? N'est-ce pas le même Liebknecht qui parlait d'un «enracinement
dans la société socialiste» (hineinwachsen)?

Le socialisme d'État dans la compréhension générale est l'État
régulateur de l'industrie, de l'agriculture, de tout. On veut faire de
l'industrie un fonctionnement d'État, et au lieu des patrons
capitalistes on aura l'État. Quand l'État actuel aura annexé
l'industrie, il restera ce qu'il est. Mais avec le suffrage universel,
lorsqu'en 1898, année de salut, les social-démocrates allemands auront
la majorité, comme Engels et Bebel l'ont prédit, alors il est évident
qu'on pourra transformer l'État à volonté, et le socialisme qu'on
introduira alors sera le socialisme d'État.

Liebknecht appelle le socialisme d'État d'aujourd'hui le capitalisme
d'État, mais il y a une confusion terrible dans les mots. Nous demandons
ceci: quand la majorité du parlement sera socialiste et qu'on aura mis
telle ou telle branche de l'industrie entre les mains de l'État, sera-ce
là le socialisme d'État, oui ou non?

Nous disons: oui, certainement.

Au Congrès de Berlin, Liebknecht disait dans sa résolution: «Le
soi-disant socialisme d'État, en ce qui concerne la transformation de
l'industrie et sa remise à l'État avec des dispositions fiscales, veut
mettre l'État à la place des capitalistes et lui donner le pouvoir
d'imposer au peuple ouvrier le double joug de l'exploitation économique
et de l'esclavage politique.»

Mais c'est justement ce que nous disons de la social-démocratie.
Examinons ces desiderata.

Si l'État réglait toutes les branches de l'administration, on serait
obligé d'obéir, car autrement on ne pourrait trouver de travail
ailleurs.

Et de même que la dépendance économique, la dépendance politique serait
plus dure; l'esclavage économique amènerait l'esclavage politique; et à
son tour l'esclavage politique influerait sur l'esclavage économique, le
rendant plus dur et plus rigoureux.

Quand Liebknecht dit cela, il comprend très bien le danger et ne change
pas la question en l'escamotant par un habile jeu de mots. Le
capitalisme d'État comme il l'appelle sera le socialisme d'État, du
moment que les socialistes seront devenus le gouvernement et encourra
les mêmes reproches que ceux que l'on formule contre l'État actuel. On
est esclave et non pas libre, et un esclave de l'État, monarchique ou
socialiste, est un esclave. Nous qui voulons l'abolition de tout
esclavage, nous combattons la social-démocratie qui est le socialisme
d'État de l'avenir. Ce que Liebknecht dit de l'État des Jésuites du
Paraguay est applicable à l'État social-démocratique selon la conception
des soi-disant marxistes: «dans cet État modèle toutes les industries
furent la propriété de l'État, c'est-à-dire des Jésuites. Tout était
organisé et dressé militairement; les indigènes étaient alimentés d'une
manière suffisante; ils travaillaient sous un contrôle sévère, comme
forçats au bagne et ne jouissaient pas de la liberté; en un mot l'État
était la caserne et le workhouse--l'idéal du socialisme d'État--le fouet
commun et la mangeoire commune. Naturellement il n'y avait pas
d'alimentation spirituelle--l'éducation était l'éducation pour
l'esclavage.»

Tel est aussi l'idéal des social-démocrates!

Grand merci pour une telle perspective!

Et cependant en distinguant bien, il arrive à dire: «Le socialisme veut
et doit détruire la société capitaliste; il veut arracher le monopole
des moyens de production des mains d'une classe et faire passer ces
moyens aux mains de la communauté; il veut transformer le mode de
production de fond en comble, le rendre socialiste, de sorte que
l'exploitation ne soit plus possible et que l'égalité politique et
économique et sociale la plus complète règne parmi les hommes. Tout ce
qu'on comprend maintenant sous le nom de socialisme d'État et dont nous
nous occupons, n'a rien de commun avec le socialisme.» Liebknecht nomme
cela le _capitalisme_ d'État et il nomme le socialisme le vrai
socialisme d'État. Nous sommes alors d'accord, mais n'oublions pas que
l'esclavage ne sera pas aboli, même quand les social-démocrates seront
nos maîtres et nous ne voulons pas de maîtres du tout.

Ou dit souvent qu'on affaiblit l'État au lieu de le fortifier en
étendant la législation ouvrière, et bien loin de fortifier l'État
bourgeois, on le sape. Mais ceux qui disent cela diffèrent beaucoup de
Frédéric Engels, qui, dans l'Appendice de son célèbre livre: _les
classes ouvrières en Angleterre_, écrit: «la législation des fabriques,
autrefois la terreur des patrons, non seulement fut observée par eux
avec plaisir mais ils l'étendent plus ou moins sur la totalité des
industries. Les syndicats, nommés l'oeuvre du diable il n'y a pas
longtemps, sont cajolés maintenant par les patrons et protégés comme des
institutions justes et un moyen énergique pour répandre les saines
doctrines économiques parmi les travailleurs.

On abolissait les plus odieuses des lois, celles qui privent le
travailleur de droits égaux à ceux du patron. L'abolition du cens dans
les élections fut introduite par la loi ainsi que le suffrage secret,
etc., etc. Et il continue: «l'influence de cette domination fut
considérable au début. Le commerce florissait formidablement et
s'étendait même en Angleterre. Que fut la position delà classe ouvrière
pendant cette période?

Une amélioration même pour la grande masse suivait temporairement, cet
essor. Mais, depuis l'invasion des sans-travail, elle est revenue à son
ancienne position.

L'État n'est pas aujourd'hui moins puissant, il l'est plus
qu'auparavant. Et après avoir constaté que deux partis de la classe
ouvrière, les mieux protégés, ont profité de cette amélioration d'une
manière permanente, c'est-à-dire les ouvriers des fabriques et les
ouvriers syndiqués, il dit: _mais en ce qui regarde la grande masse des
ouvriers, les conditions de misère et d'insécurité dans lesquelles ils
se trouvent maintenant sont aussi mauvaises que jamais, si elles ne sont
pires_.

Non, on n'affaiblit pas l'État en augmentant ses fonctions, on n'abolit
pas l'État en étendant son pouvoir. Donc, partout où le gouvernement
bourgeois sera le régulateur des branches différentes de l'industrie, du
commerce, de l'agriculture, il ne fera qu'augmenter et fortifier son
pouvoir sur la vie d'une partie des citoyens et les ouvriers resteront
les anciens esclaves, et pour eux il sera tout à fait indifférent qu'ils
soient les esclaves des capitalistes ou bien les esclaves de l'État.

L'État conserve le caractère hiérarchique, et c'est là le mal.

La question décisive est de savoir qui doit régler les conditions de
travail. Si c'est le gouvernement de l'État, des provinces ou des
communes, selon le modèle des postes par exemple, nous aurons le
socialisme d'État, même si le suffrage universel est adopté. Si ce sont
les ouvriers eux-mêmes qui règlent les conditions de travail selon leur
gré, ce sera tout autre chose; mais nous avons entendu dire par Sidney
Webb, que «rêver sans l'avouer d'un atelier autonome, d'une production
sans règles ni discipline ... que cela n'est pas du socialisme.»

Au contraire, nous disons que quiconque est d'avis que le prolétariat
peut arriver au pouvoir par le suffrage universel et qu'il peut se
servir de l'État pour organiser une nouvelle société, dans laquelle
l'État lui-même sera supprimé, est un naïf, un utopiste. Imaginer que
l'État disparaisse par le fait ... des serviteurs de l'État!

Le capital se rendra-t-il volontairement? L'expérience de l'histoire est
là pour prouver le contraire, car jamais une classe ne se supprimera
volontairement. Chaque individu, chaque groupe lutte pour l'existence,
c'est la loi de la nature, qui fait du droit de défense et de
résistance, le plus sacré de tous les droits.

Le socialisme veut l'expropriation des exploiteurs. Eh bien, peut-on
penser que les patrons, les marchands, les propriétaires, en un mot les
capitalistes dont la propriété privée sera transformée en propriété
sociale ou commune, céderont jamais volontairement. Non, ils se
défendront par tous les moyens possibles plutôt que de perdre leur
position prépondérante. On les soumettra seulement par la violence.

Tout pouvoir a en soi un germe de corruption, et c'est pourquoi il faut
lutter non seulement contre le pouvoir d'aujourd'hui mais aussi contre
celui de l'avenir. Stuart Mill a très bien dit: «le pouvoir corrompt
l'homme. C'est la tradition du monde entier, basée sur l'expérience
générale».

Et parce que nous connaissons l'influence pernicieuse que l'autorité a
sur le caractère de l'individu, il faut lutter contre l'autorité.
Guillaume de Greef a formulé tout le programme de l'avenir d'une manière
aussi claire que nette en ces mots: Liberté, instruction et bien-être
pour tous; «le principe, aujourd'hui, n'est plus contestable: la société
n'a que des organes et des fonctions; elle ne doit plus avoir de
maîtres.» Et pourquoi l'homme, doué de plus de raison que les autres
êtres dans la nature, ne serait-il pas capable de vivre dans une société
sans autorité, lorsqu'on voit les fourmis et les abeilles former de
telles sociétés? Dans son _Évolution politique_, Letourneau nous dit:
«Au point de vue sociologique, ce qui est particulièrement intéressant
dans les républiques des fourmis et des abeilles, c'est le parfait
maintien de l'ordre social avec une anarchie complète. Nul gouvernement;
personne n'obéit à personne, et cependant tout le monde s'acquitte de
ses devoirs civiques avec un zèle infatigable; l'égoïsme semble
inconnu: il est remplacé par un large amour social.»

Nous n'allons pas examiner ici s'il est vrai que la propriété privée est
une modalité particulière de l'autorité et si l'autorité est la source
de tous les maux dans la société, comme le pense Sébastien Faure; ou
bien si la propriété privée est la cause de l'autorité, car nous sommes
d'avis que l'une et l'autre de ces propositions sont sérieuses, qu'on
peut soutenir les deux thèses, car elles se tiennent. Peut-être est-ce
la question de l'oeuf et de la poule; qui des deux est venu le premier?
Mais en tout cas il n'est pas vrai de dire avec Faure que le socialisme
autoritaire voit dans le principe de propriété individuelle la cause
première de la structure sociale, et que le libertaire la découvre dans
le principe d'autorité. Car s'il est vrai que la propriété individuelle
donne le pouvoir, l'autorité--le maître du sol l'est aussi des personnes
qui vivent sur le sol, le maître de la fabrique, de l'atelier est maître
aussi des hommes qui y travaillent--il est vrai aussi que l'autorité
sanctionne à son tour la propriété individuelle.

Tout gouvernement de l'homme par l'homme est le commencement de
l'esclavage et quiconque veut mettre fin à l'esclavage doit lutter
contre le gouvernement sous toutes ses formes.

Dans sa brochure _L'anarchie, sa philosophie, son idéal_, Kropotkine
s'exprime ainsi: «C'est pourquoi l'anarchie, lorsqu'elle travaille à
démolir l'autorité sous tous ses aspects, lorsqu'elle demande
l'abrogation des lois et l'abolition du mécanisme qui sert à les
imposer, lorsqu'elle refuse toute organisation hiérarchique et prêche la
libre entente, travaille en même temps à maintenir et à élargir le noyau
précieux des coutumes de sociabilité sans lesquelles aucune société
humaine ou animale ne saurait exister. Seulement au lieu de demander le
maintien de ces coutumes sociables à _l'autorité de quelques-uns_, elle
le demande _à l'action continue de tous_.

Les institutions et les coutumes communistes s'imposent à la société,
non seulement comme une solution des difficultés économiques, mais aussi
pour maintenir et développer les coutumes sociables qui mettent les
hommes en contact les uns avec les autres, établissant entre eux des
rapports qui font de l'intérêt de chacun l'intérêt de tous, et les
unissent, au lieu de les diviser.»

Tout le développement de l'humanité va dans la direction de la liberté
et quand les socialistes, (c'est-à-dire les social-démocrates) veulent,
avec Renard, un minimum d'autorité et une extension indéfinie de la
liberté, ils sont perdus, car il n'y a plus entre eux et les anarchistes
de différence de principes, mais seulement une différence de plus ou de
moins.

L'idéal pour tous est l'élimination complète du principe d'autorité,
l'affirmation intégrale du principe de liberté.

Si cet idéal est oui ou non réalisable, c'est une autre question, mais
mieux vaut un idéal superbe, élevé, même s'il est irréalisable, que
l'absence de tout idéal.

Que chacun se demande ce qu'il désire et aura pour réponse: «Vivre en
pleine liberté sans être entravé par des obstacles extérieurs; déployer
ses forces, ses qualités, ses dispositions naturelles.» Eh bien! ce que
vous demandez pour vous-même, il faut le donner aux autres, car les
autres désirent ce que vous désirez. Donc il nous faut des conditions
par lesquelles chaque individu puisse vivre en pleine liberté, puisse
déployer ses forces. Quand on veut cela pour soi-même et qu'on ne
l'accorde pas aux autres, on crée un privilège.

Voilà tout ce qu'on demande: de l'air franc et libre pour respirer.

Et si l'observation ne nous trompe pas, nous voyons que tout le
développement humain est une évolution dans le sens de la liberté.

La social-démocratie qui est et devient de plus en plus un socialisme
d'État est un obstacle à la liberté, car au lieu d'augmenter la liberté,
elle crée de nouveaux liens. Elle est de plus dangereuse parce qu'elle
se montre sous le masque de la liberté. Les Étatistes sont les ennemis
de la liberté et quand on veut unir le socialisme à la liberté, il faut
accepter le socialisme libertaire dont le but est toujours d'unir la
liberté au bien-être de tous.

La plupart ne croient pas à la liberté et c'est pourquoi ils rejettent
toujours sur elle la responsabilité des excès, s'il s'en produit dans un
mouvement révolutionnaire. Nous croyons au contraire que les excès sont
la conséquence du vieux système de limitation de la liberté.

Ayez confiance dans la liberté, qui triomphera un jour. Il est vrai que
même les hommes de science ont peur de cette terrible géante, cette
fille des dieux antiques, dont personne ne pourra calculer la puissance
le jour où elle se lèvera dans toute sa force. Tous la contemplent avec
terreur en prédisant de terribles jours au monde, si jamais elle rompt
ses liens, tous, excepté ses quelques rares amants appartenant
principalement aux classes pauvres.

Et cette petite troupe, troupe aussi de martyrs ou victimes, travaille
incessamment à sa délivrance, desserrant tantôt de ci, tantôt de là un
anneau, certaine que l'heure venue, la liberté secouera toutes ses
chaînes et se dressera en face du monde, pour se donner à tous ceux qui
l'attendent.

Le triomphe viendra, mais pour cela il nous faut une foi absolue dans la
liberté, seule atmosphère dans laquelle l'égalité et la fraternité se
meuvent librement.

NOTES:

[78] _Protokoll des Parteitages in Breslau_.

[79] The Forum Library, vol. 1, n° 3, avril 1895.

[80] Le dix-huit Brumaire.

[81] Nous sommes fiers de ce que les Hollandais furent alors comme
aujourd'hui avec les libertaires et nous espérons qu'à l'avenir ils
seront toujours avec la liberté contre toute oppression et toute
autorité.

[82] L'alliance de la démocratie socialiste et l'association
internationale des travailleurs, p. 51 et 52.

[83] Cela ne nous étonne pas, car M. Guesde a appelé Kropotkine un «fou,
un hurluberlu sans aucune valeur.» Eh bien! nous croyons que le nom de
Kropotkine vivra encore quand celui de M. Guesde sera oublié dans le
monde.

[84] Il a été une fois en Amérique, et cet unique voyage lui donne droit
de parler en connaissance de cause d'un monde aussi grand que les
États-Unis! C'est simplement ridicule.

[85] Revue Socialiste, vol. 96, page 4, etc.

[86] _Éthique_.

[87] Voir Albert Parsons dans sa _Philosophie de l'Anarchie._

[88] Dans le livre sur le parlementarisme par Lothar Bücher, tour à tour
l'ami de Lassalle et de Bismarck, on trouve une liste des lois
promulguées par les parlements anglais depuis Henri III (1225-1272)
jusqu'à l'an 1853. Et quand on prend la moyenne annuelle des lois pour
chaque siècle on trouve cette série du XIIIe au XIXe siècle: 1, 6, 9,
20, 24, 123, 330. Déjà en 1853 plus de lois que le nombre des jours de
travail! Où cela finira-t-il si on continue dans la voie qu'on a suivie
jusqu'à présent?

[89] Voyez son intéressante brochure: «Pages d'Histoire Socialiste;
doctrines et actes de la social-démocratie.

[90] Der Einzige und sein Eigenthum.

[91] Ideen zu einem Versuch die Gränsen der Wirksamkeit des Staate zu
bestimmen.

[92] _On Liberty_.

[93] Das Erfurter Programm in seinem grundsätzlichen Theil (Le programme
d'Erfurt et ses bases).

[94] Le socialisme véritable et le faux socialisme.



V

UN REVIREMENT DANS LES IDÉES MORALES


Que de difficultés à surmonter lorsqu'on veut se défaire des idées
conçues dans la jeunesse! Même en se croyant libre de beaucoup de
préjugés, toujours on retrouve en soi un manque de raisonnement et on se
bute à des conceptions surannées. Et tout en n'ayant, en théorie, aucune
accusation à formuler, on éprouve certainement, en pratique, une sorte
de répugnance envers ceux qui agissent en complète opposition avec les
us et coutumes.

C'est surtout le cas dans le domaine de la morale.

Qu'est-ce qu'agir selon la morale?

Se conformer aux prescriptions des moeurs.

C'est-à-dire qu'on est moral lorsqu'on vit et agit de telle façon que la
majorité approuve.

Est-ce que cette morale-là est bonne?

Peut-on la défendre par la raison?

Voilà la question.

Il y a une tyrannie de la morale et comme nous sommes adversaires de
toute tyrannie, nous devons également examiner celle-ci et la combattre.

Multatuli, dans ses _Idées_, fait, à ce sujet, quelques justes
remarques. Il a parfaitement raison lorsqu'il prétend que le degré de
liberté dépend bien plus de la morale que des _lois_. Que de peine l'on
éprouve à faire exécuter une loi qui est en contradiction avec la
morale?

«Aucun législateur, fût-il le chef d'une armée dix fois plus nombreuse
que les habitants mêmes d'un pays, n'oserait imposer ce que la morale
prescrit aujourd'hui. Et, d'un autre côté, nous nous conformons à une
morale que nous n'accepterions pas si elle était prescrite par un
législateur, quelque puissant qu'il fût.»

Examinez notre manière de vivre et bientôt vous serez convaincu de la
vérité de ces paroles:

«Un malfaiteur est puni de _quelques_ années de prison; ... La morale y
ajoute: le mépris durant _toute_ la vie.

«La loi parle d'habitants,... la morale, de sujets.

«La loi dit: le Roi,... la morale: Sa Majesté.

«La loi laisse le choix du vêtement,... la morale impose _tel_ vêtement.

«La loi protège le mariage dans ses conséquences _civiles_,... la morale
fait du mariage un lien religieux, moral, c'est-à-dire très _im_moral.

«La loi, tout injuste qu'elle est envers la femme, la considère comme
étant mineure ou sous curatelle,... la morale rend la femme esclave.

«La loi accepte l'enfant naturel,... la morale tourmente, persécute,
insulte l'enfant qui vient au monde sans passeport.

«La loi concède certains droits à la mère non mariée, plus même qu'à la
femme mariée,... la morale repousse cette mère, la punit, la maudit.

«La loi, en fait d'éducation, concède _portion_ légitime et égale aux
_enfants_,... la morale fait distinction entre garçons et filles pour
l'éducation et l'instruction.

«La loi ne reconnaît et ne fait payer que des contributions fixées _de
telle_ manière, avec _telles_ stipulations, ... la morale fait payer des
impôts à la vanité, la stupidité, le fanatisme, l'habitude, la fraude.

«La loi traite la femme en mineure, mais n'empêche pas--directement, du
moins--son développement intellectuel,... la morale force la femme à
rester ignorante et même, quand elle ne l'est pas, à le paraître.

«La loi opprime de temps en temps,... la morale, toujours.

«Aussi stupide que soit une loi, il y a des moeurs plus stupides.

«Aussi cruelle que soit une loi, il y a des moeurs plus brutales.»

Et il donne encore à méditer les idées suivantes:

«Quelle est la loi qui ordonne de négliger l'éducation de vos filles?
Quelle est la loi qui fait de vos femmes des ménagères sans gages? C'est
la morale.

«Quelle est la loi qui prescrit d'envoyer vos enfants à l'école et
d'achever leur éducation en payant l'écolage? C'est la morale.

«Quelle est la loi qui vous force à laisser chloroformer votre
descendance par le magister Pédant? C'est la morale.

«Qui vous défend de donner de la _jouissance_ à votre famille? Qui vous
charge de la tourmenter avec l'église, les sermons, le catéchisme et une
masse d'exercices spirituels dont elle n'a que faire parce que tout cela
n'existe pas? C'est la morale.

«Qui vous dit d'imposer aux autres une religion que vous-même ne
pratiquez plus depuis longtemps? C'est la morale.

«Qui défend à la femme de s'occuper des intérêts de votre maison
(également _ses_ intérêts) ainsi que des intérêts de _ses_ enfants?
C'est la morale.

«Qui vous dit de chasser votre fille lorsqu'elle devient mère d'un
enfant, le fruit de l'amour, de l'inconscience, ... fût-ce même le fruit
du désir et de l'étourderie? C'est la morale.

Qui enfin considère un faible et lâche: «C'est l'habitude» comme une
excuse valable d'avoir violé les lois les plus élevées et saintes du bon
sens? C'est la morale.»

Tout cela prouve que la morale nous empêche souvent d'être moral.
Comparez également, sur la question, le beau développement que Multatuli
fait dans son _Étude libre_.

Il est impossible de décrire l'immense tyrannie de la morale sur
l'humanité. Dès le berceau on empêche l'enfant de se mouvoir librement,
et les parents intelligents ont une lutte ardente à soutenir contre les
sages-femmes, les instituteurs, les catéchistes, les prêtres, etc., pour
empêcher que la nature de leurs enfants ne soit détournée dès le bas
âge.

Les jeunes filles y sont plus exposées encore que les garçons; bien que,
dans les dernières années, les idées se soient quelque peu modifiées, le
principe d'une éducation de jeune fille convenable reste d'en faire «la
surveillante de l'armoire à linge et une machine brevetée pour
entretenir le fonctionnement régulier du respectable sexe masculin».

Là même où publiquement on a émis le voeu d'égalité dans l'éducation des
garçons et des filles, on réagit secrètement contre cette tendance. Il
existe, par exemple, des écoles moyennes où garçons et filles restent
séparés, et, quoique des écoles communes fussent préférables, nous
trouvons injuste dans tous les cas que l'instruction donnée dans les
écoles de garçons soit plus complète que celle des filles, comme cela se
fait en pratique. Pour s'en convaincre, on n'a qu'à comparer les deux
programmes d'enseignement. Après les cinq années réglementaires
d'études, la jeune fille est absolument incapable de passer l'examen de
sortie prescrit pour les garçons. C'est une injustice envers les jeunes
filles, car les deux programmes sont réputés être égaux et ne le sont
pas en réalité.

Un nouveau système social amène une autre morale et si nous nous butons
maintes fois à des idées morales qui sont la conséquence de cette
nouvelle conception, c'est parce que nous n'avons pas encore su nous
défaire complètement de l'ancienne opinion; trop souvent nous remettons
une pièce à la robe usée. Ceci ne peut ni ne doit étonner personne;
nous, les vieux, nous avons rencontré plus de difficultés que les
jeunes, car nous dûmes commencer par désapprendre avant d'apprendre.
Beaucoup n'ont pas su accomplir cette rude tâche jusqu'à la fin et ont
dû s'arrêter en chemin.

Il faut qu'une révolution se produise dans les règles morales, et
premièrement dans nos idées. Nous devons abandonner radicalement
l'ancienne morale qui part d'une thèse erronée et instaurer la raison
comme guide unique pour contrôler et juger nos actes. Constatons en même
temps la duplicité de ceux qui sont au pouvoir et se servent de deux
poids et de deux mesures, suivant que leur intérêt l'exige.

Nous en donnerons quelques exemples, tout en suppliant le lecteur de ne
pas s'offenser, mais de se demander si ce que nous avançons est en
opposition avec la raison car, pour nous, n'est immoral que ce qui est
irraisonnable. N'oublions pas que nous ne donnons ici aucunement les
bases d'une nouvelle morale; nous voulons seulement prouver le jugement
hypocrite du monde.

Nos lois pénales, nos moeurs, tout est basé sur le principe de la
propriété privée, mais la masse ne se demande jamais si ce principe est
juste et s'il pourrait soutenir n'importe quelle discussion contre la
logique et le bon sens.

Nous considérons même les transgresseurs de ces lois comme des
malfaiteurs, et peut-être ne sont-ils autre chose que les pionniers
d'une société meilleure, moins funeste que la nôtre.

Visitez les prisons, faites une enquête et que trouverez-vous?

Les neuf dixièmes des malfaiteurs enfermés derrière des portes
verrouillées ont fauté (si cela s'appelle fauter) par misère; leur crime
consiste en leur pauvreté et en ce qu'ils ont préféré tendre la main et
prendre le nécessaire plutôt que de mourir de faim, obscurément,
tranquillement, sans protester. Ils ont attaqué le droit sacro-saint de
la propriété, ils n'ont pas voulu se soumettre à un régime d'ordre
qu'ils n'ont pas créé et auquel ils refusent de se conformer.

Le professeur Albert Lange a écrit quelques mots qui sont dignes d'être
portés, sur les ailes du vent, jusqu'aux confins de la terre. Les voici:
Il n'y a pas à attendre qu'un homme se soumette à un régime d'ordre à la
création duquel il n'a pas collaboré, ordre qui ne lui donne aucune
participation aux productions et jouissances de la société et lui prend
même les moyens de se les procurer par son travail dans une partie
quelconque du monde, aussi peu qu'on puisse attendre qu'un homme dont
la tête est mise à prix tienne le moindre compte de ceux qui le
persécutent. La société doit comprendre que ces déshérités, qui sortent
de son sein, s'inspireront du droit du plus fort; s'ils sont nombreux,
ils renverseront le régime existant et en érigeront un autre sur les
ruines, sans se préoccuper s'il est meilleur ou pire. La société ne peut
faire excuser la perpétuation de son droit qu'en s'efforçant
continuellement de l'appliquer à tous les besoins, en supprimant les
causes qui font manquer à tout droit d'atteindre son but, et même, en
cas de besoin, en donnant au droit existant une base nouvelle.

Qu'on essaie seulement de renverser cette thèse et l'on s'apercevra
qu'elle est irréfutable.

C'est ainsi qu'on est forcé moralement d'accepter un régime d'ordre qui
force à souffrir de la faim, de la misère, à avoir des soucis, des
tourments.

Quelqu'un a faim: la loi de la nature lui dit qu'il doit satisfaire aux
besoins de son estomac. Il voit de la nourriture qui convient à ces
besoins, la prend, est arrêté et mis en prison.

Au cas où son esprit n'est pas encore faussé par la morale, qu'on tâche
d'expliquer à cet homme qu'il a mal agi, qu'il a commis une mauvaise
action, qu'il est un malfaiteur,... il ne le comprendra pas.

On parle de voleurs; mais qu'est-ce qu'un voleur?

C'est celui qui vole.

Oui, mais cela ne me donne guère d'explication. Que signifie voler?

C'est prendre ce qui ne vous appartient pas.

Nous n'y sommes pas encore, car ici se place la question: Qu'est-ce qui
m'appartient?

Et que faut-il répliquer à cette question?

Qu'est-ce qui nous revient comme êtres humains? Nourriture, vêtement,
habitation, développement, loisirs, en un mot toutes les conditions qui
garantissent notre existence.

Est-il voleur celui qui, ne possédant pas ces conditions, se les
approprie?

C'est absurde de le soutenir.

Et pourtant nos lois, notre morale le qualifient de voleur.

Le contraire est vrai. Les voleurs sont ceux qui empêchent les autres
d'acquérir les conditions de l'existence; et ce ne sont pas seulement
des voleurs, mais des assassins de leurs semblables; car prendre à
quelqu'un les conditions qui assurent son existence, c'est lui prendre
la vie.

Les meilleurs des précurseurs, ceux qui ont le plus d'autorité, nous
apprennent la même chose.

Nous lisons de Jésus (Evangile selon Marc, chap. II, vers. 28-24):

«Et il arriva, un jour de sabbat que, traversant un champ de blé, ses
disciples cueillirent des épis. Et les Pharisiens lui dirent: Regardez:
pourquoi font-ils, le jour du sabbat, ce qui est défendu? Et il
répondit: N'avez-vous jamais lu ce que fit David lorsqu'il était dans le
besoin et avait faim, lui et ceux qui étaient avec lui? Il entra dans la
maison de Dieu, du temps du grand prêtre Abiathar, mangea le pain des
offrandes et en donna également à ceux qui étaient avec lui, quoiqu'il
ne fût permis qu'aux prêtres d'en manger?»

Quel est le sous-entendu de ce récit?

Qu'il existe des lois, mais qu'il se présente des circonstances qui
permettent de passer au-dessus de ces règlements. La loi prescrivait que
personne, hormis les prêtres, ne pouvait manger du pain des offrandes,
mais quand David et les siens eurent faim, ils transgressèrent ces
arrêts. C'est-à-dire: Au-dessus des règles auxquelles on doit se
conformer, il y a la loi de la conservation de soi-même et, selon Jésus,
on peut enfreindre toute prescription lorsqu'on a faim. Et plus
clairement: Celui qui a faim n'a pas à se préoccuper des décrets
existants; pour lui il n'y a qu'un seul besoin, celui d'apaiser sa faim,
et il lui est permis de le faire, même lorsque les lois le lui
défendent.

Du reste, nous lisons dans le livre des Proverbes (chap. 6, v. 30): «On
ne doit pas mépriser le voleur qui vole pour apaiser sa faim.»

Luther, le grand réformateur auquel on érige des statues, explique de la
manière suivante le dixième commandement: «Tu ne voleras pas»[95]:

«Je sais bien quels droits précis l'on peut édicter, mais la nécessité
supprime tout, même un droit; car entre nécessité et non-nécessité il y
a une différence énorme qui fait changer l'aspect des circonstances et
des personnes. Ce qui est juste s'il n'y a pas nécessité, est injuste en
cas de nécessité. Ainsi est voleur celui qui, sans nécessité, prend un
pain chez le boulanger; mais il a raison lorsque c'est la faim qui le
pousse à cette action, car alors on est obligé de le lui donner.»

C'est-à-dire que celui qui a faim a le droit de pourvoir aux besoins de
son estomac, enfreignant toutes les lois existantes[96].

La loi de la conservation de soi-même est au-dessus de toutes autres
lois.

C'était également l'opinion de Frédéric (surnommé à tort le Grand), le
roi-philosophe bien connu, lorsqu'il écrivait à d'Alembert, dans une
lettre datée du 3 avril 1770:

«Lorsqu'un ménage est dépourvu de toutes ressources et se trouve dans
l'état misérable que vous esquissez, je n'hésiterais pas à déclarer que
pour lui le vol est autorisé;

«1° Parce que ce ménage n'a rencontré partout que des refus au lieu de
secours.

«2° Parce que ce serait un plus grand crime d'occasionner la mort de
l'homme et celle de sa femme et de ses enfants que de prendre à
quelqu'un le superflu.

«3° Parce que leur dessein de voler est bon et que l'acte lui-même
devient une nécessité inévitable.

«J'ai même la conviction qu'on ne trouverait aucun tribunal qui, en
pareille occurrence, n'acquitterait un voleur, si la vérité des
circonstances était constatée. Les liens de la société sont basés sur
des services réciproques; mais lorsque cette société se compose d'hommes
sans pitié, toute obligation est rompue et on revient à l'état primitif,
où le droit du plus fort prime tout.»

On ne pourrait le dire plus clairement.

Et pourtant tous les tribunaux continuent de nos jours à condamner en
pareilles circonstances.

Le tant exalté cardinal Manning a dit: «La nécessité ne connaît pas de
loi et l'homme qui a faim a un droit naturel sur _une partie_ du pain de
son voisin.»

C'est toujours la même thèse, et nous constatons que tous, en théorie,
sont d'accord: Si vous demandez du travail et qu'on le refuse, vous
demanderez du pain; si on vous refuse du travail et du pain, eh bien!
vous avez le droit de prendre du pain.

_Car, il y a un droit qui s'élève au-dessus de tous les autres: c'est le
droit à la vie.--Primum vivere_ (vivre d'abord) est un vieux précepte.

Et pourtant, partout notre droit pénal est en contradiction flagrante
avec ce précepte; la morale condamne l'homme qui, poussé par la faim,
vole.

Nous avons l'intime conviction que la propriété privée est la cause du
plus grand nombre, sinon de tous les délits; et pourtant nous sommes
forcés d'inculquer de bonne heure à nos enfants le principe de la
propriété privée. Laissez grandir l'enfant simplement et naturellement,
il prendra selon son goût et ses besoins, sans s'occuper quel est le
possesseur de la chose prise.

C'est nous-mêmes qui leur donnons et attisons artificiellement l'idée de
«dérober», de «voler».» C'est _ta_ poupée; cela n'est pas _à toi_, c'est
à un autre enfant; ne touche pas ça, cela ne _t'appartient_ pas», voilà
ce que l'enfant entend continuellement. Plus tard, à l'école,
l'instituteur développera encore cette conception de la propriété
privée. Chaque enfant a son propre pupitre, reçoit sa propre plume, son
propre cahier. Lorsque l'enfant prend un objet appartenant à un de ses
camarades, il est puni, même si ce camarade en a plus qu'il ne lui en
faut.

Tous nous inculquons à nos enfants cette conception de la propriété
privée et, ce qui est plus grave, _nous y sommes forcés_ en
considération de l'enfant, car, si nous le laissions suivre sa nature,
il aurait bientôt affaire à la police et serait envoyé par un juge
intelligent (?) dans une école de correction pour y être corrompu à
jamais.

Pour se donner un brevet de bonne conduite, la société a séparé les
diverses conceptions d'une manière arbitraire qui a pour conséquence
que, dans l'une ou l'autre classe, on approuve ce qui partout ailleurs
serait désapprouvé. Ainsi l'honneur militaire exige que le soldat
provoque en duel son insulteur, et cherche à le tuer. Considérons, par
exemple, le commerce. Ce n'est autre chose qu'une immense fraude.
Franklin a dit cette grande vérité: «Le commerce, c'est la fraude; la
guerre c'est le meurtre.» Que veut dire commerce? C'est vendre 5, 6
francs ou plus un objet qui n'en vaut que 3, et acheter un objet qui
vaut 3 francs, par exemple, à un prix beaucoup plus bas, en profitant de
toutes sortes de circonstances. _Als twee ruilen, moet er een huilen_
(de l'acheteur et du vendeur, un des deux est trompé), dit le proverbe
populaire; ce qui prouve que, dans le commerce, il y en a toujours un
qui est trompé, c'est-à-dire qu'il y a également un trompeur. Une bande
de voleurs qui ont l'un envers l'autre quelque considération n'en reste
pas moins une bande de voleurs. C'est ainsi que cela se passe dans le
commerce. Mais lorsqu'on ne se soumet pas à ces habitudes, peut-on être
qualifié directement du nom de coquin, de trompeur, etc.

Il me fut toujours impossible de voir une différence entre l'ordinaire
duperie et le commerce. Le commerce n'est qu'une duperie en grand. Celui
qui dispose de grands capitaux n'admet pas les flibustiers et, en
faisant beaucoup de bruit, il tâche d'attirer l'attention sur eux comme
voleurs, afin de détourner cette attention de lui-même.

Tolstoï a dit du marchand: «Tout son commerce est basé sur une suite de
tromperies; il spécule sur l'ignorance ou la misère; il achète les
marchandises au-dessous de leur valeur et les vend au-dessus. On serait
enclin à croire que l'homme, dont toute l'activité repose sur ce qu'il
considère lui-même comme tromperie, devrait rougir de sa profession et
n'oserait se dire chrétien ou libéral tant qu'il continue à exercer son
commerce.»

Parlant du fabricant, il dit «que c'est un homme dont tout le revenu se
compose des salaires retenus aux ouvriers et dont la profession est
basée sur un travail forcé et extravagant qui ruine des générations
entières».

D'un employé civil, religieux ou militaire il dit «qu'il sert l'État
pour satisfaire son ambition, ou, ce qui arrive le plus souvent, pour
jouir d'appointements que le peuple travailleur paye, s'il ne vole pas
directement l'argent au trésor, ce qui arrive rarement; pourtant il se
considère et est considéré par ses pairs comme le membre le plus utile
et le plus vertueux de la société».

Il dit d'un juge, d'un procureur «qui sait que, d'après son verdict ou
son réquisitoire, des centaines, des milliers de malheureux, arrachés à
leur famille, sont enfermés en prison ou envoyés au bagne, perdent la
raison, se suicident en se coupant les veines, se laissent mourir de
faim», il dit que ce juge et ce procureur «sont tellement dominés par
l'hypocrisie, qu'eux-mêmes, leurs confrères, leurs enfants, leur famille
sont convaincus qu'il leur est possible en même temps d'être très bons
et très sensibles».

En effet, le monde est rempli d'hypocrisie et la plupart des hommes en
sont tellement pénétrés que plus rien ne peut exciter leur indignation:
tout au plus se contentent-ils de rire d'une manière outrageante.

Aujourd'hui, maint commerçant solide et honnête(!) s'applique à
combattre la flibusterie commerciale; mais en quoi leur commerce en
diffère-t-il?

Dernièrement le journal _Dagblad van Zuid-Hollanden's Gravenhage_
contenait une correspondance londonienne dans laquelle l'auteur brisait
une lance contre la flibusterie: «Le capital du flibustier commercial
est son impudence; son matériel consiste en papier à lettres avec de
ronflants en-tête joliment imprimés, un porte-plume et quelques plumes.
L'impudence ne lui coûte rien, car elle est probablement un héritage
paternel; quant au papier et aux plumes, il les obtient à crédit par
l'entremise d'un collègue qui lui offre généreusement de «l'établir»
comme «commerçant pour effets volés».

Combien de maisons de commerce, aujourd'hui respectables et respectées,
doivent leur prospérité à de fausses nouvelles, des filouteries, des
chiffres falsifiés? Nathan Rothschild, par exemple, a commencé
l'amoncellement de l'immense fortune de sa maison en portant directement
à Londres la fausse nouvelle de la défaite des puissances alliées à
Waterloo. Immédiatement les rentes de ces États baissèrent dans une
proportion extraordinaire, tandis que Rothschild fit acheter sous main,
par ses agents, les titres en baisse. Une fois la vérité connue, il
frappa son grand coup et, grâce à sa flibusterie, «gagna» des millions.

Examinez l'une après l'autre les grandes fortunes et vous rencontrerez
maint fait équivalent.

Le crédit constitue-t-il dans notre société un bien ou un mal? Nous
pensons que c'est un mal; et pourtant, comment le commerce existerait-il
sans crédit? Par conséquent la base est mauvaise. Que font les
flibustiers? Ils sapent le crédit, c'est-à-dire qu'ils exécutent une
besogne méritoire.

Je ne prends nullement le flibustier sous ma protection; j'ai même une
aversion innée pour la flibusterie, préjugé, probablement, mais je mets
le flibustier au niveau du commerçant, dont l'«honnêteté» et la «bonne
foi» sont pour moi sans valeur.

Voici un échantillon d'honnêteté commerciale, qui me fut raconté au
cours d'une conversation avec un grand commerçant unanimement respecté.
Il faisait, entre autres, le commerce de l'indigo et avait vendu à une
maison étrangère, sur échantillon, un indigo de deuxième qualité. Le
client refusa la marchandise parce qu'elle n'était pas conforme à
l'échantillon. Ceci était inexact. Mais mon commerçant connaissait son
monde et savait que le directeur de la firme en question n'était pas
grand connaisseur de l'article. Que fit-il? Il changea l'échantillon et
vendit à cette firme, comme marchandise de première qualité, la
marchandise refusée. Outre son courtage, il réalisa du coup un bénéfice
de 30,000 florins. Le commerçant me raconta la chose comme une prouesse,
une action dont il se glorifiait. Je le blâmai et cela donna lieu à un
échange de vues qui m'apprit sous quel jour mon commerçant envisageait
l'honnêteté. À ma demande de ce qu'il comprenait par honnêteté, il me
répondit: Supposez que vous ne faites pas le commerce de l'indigo et que
vous me demandiez de vous en procurer; eh bien, si dans ce cas je ne
fournis pas de bonne marchandise, je ne suis pas honnête, car vous
n'êtes pas de la partie et c'est un service d'ami que je vous rends;
mais lorsque quelqu'un fait le commerce de l'indigo, il croit s'y
connaître et n'a qu'à ouvrir les yeux.

Voilà comment cet homme concevait l'honnêteté. Cela prouve que dans le
commerce également il y a des conceptions d'honnêteté; seulement, elles
diffèrent beaucoup les unes des autres.

Luther a dit très justement: «L'usurier s'exprime ainsi: Mon cher, comme
il est d'usage actuellement, je rends un grand service à mon prochain en
lui prêtant cent florins à cinq, six, dix pour cent d'intérêt et il me
remercie de ce prêt comme d'un bienfait extraordinaire. Ne puis-je
accepter cet intérêt sans remords, la conscience tranquille? Comment
peut-on considérer un bienfait comme de l'usure? Et je réponds: Ne vous
occupez pas de ceux qui ergotent, tenez-vous-en au texte: On ne prendra
ni plus ni mieux pour le prêt. Prendre mieux ou plus, c'est de l'usure
et non un service rendu, c'est faire du préjudice à son prochain, comme
si on le volait.» Et il ajoute: «Tout ce que l'on considère comme
service et bienfait ne constitue pas un bienfait ou un service rendu:
l'homme et la femme adultères se rendent réciproquement service et
agrément; un guerrier rend un grand service à un assassin ou incendiaire
en l'aidant à voler en pleine rue, combattre les habitants et conquérir
le pays.»

Et quelle que soit la dénomination que l'on applique à la chose, elle
reste la même... Le «commerçant en marchandises» ne sera content que
s'il «gagne» 40 à 50%, le commerçant en argent est considéré comme un
usurier s'il demande 10%. Pourquoi? Le sucre et le café diffèrent-ils,
comme marchandise, de l'argent et de l'or? Jamais on n'a su fixer les
limites du bénéfice acceptable, c'est-à-dire la rente et l'usure. Tout
bénéfice est en réalité un vol et que ce soit 1 ou 50%, le principe
reste intact. La possibilité de payer un bénéfice prouve que, d'une
manière ou d'une autre, on a volé sur le travail; car, si le travail
avait reçu le salaire lui revenant, il ne resterait plus rien pour payer
un bénéfice.

Toutes les lois contre l'usure furent et sont inefficaces, car toujours
on a su éviter leurs effets. Il n'existe aucun argument pour défendre
l'honnêteté du commerce et condamner la flibusterie; entre les deux il y
a qu'une différence relative. Le commerce actuel n'est en réalité que de
la flibusterie.

Je crois même que les flibustiers jouent un certain rôle dans la
démolition de la société actuelle, car ils aident à supprimer le crédit
et fournissent par là un moyen de rendre instable et impossible la
propriété privée.

Le faux-monnayage est puni de peines excessivement dures. Pourquoi?
Parce que les États veulent conserver le monopole du faux-monnayage. En
réalité, tous les États fabriquent actuellement de la fausse monnaie,
sans parler des rois de jadis qui, tous, étaient de faux-monnayeurs.

Que font les gouvernements?

Ils frappent des pièces de monnaie indiquant une valeur de 5 francs et
pourtant la valeur réelle est d'un peu moins de la moitié. La pièce n'a
pas sa valeur et nous sommes forcés quand même de l'accepter pour la
valeur qu'elle mentionne. Qu'un particulier agisse comme le
gouvernement, qu'il achète de l'argent et le convertisse en argent
monnayé, de manière à bénéficier de la moitié, il sera poursuivi comme
faux monnayeur.

Un journal hebdomadaire, _De Amsterdammer_, publia l'année passée une
gravure assez curieuse, représentant le ministre de la justice assis à
une table; à l'avant-plan, se débattant entre les mains de deux
policiers un économiste réputé, M. Pierson, ministre des finances.

Voici la légende de la gravure:

M. PIERSON.--Laissez-moi, je suis le représentant de l'État néerlandais.

LES POLICIERS.--Ta, ta, ta! Ce gaillard se trouve à la tête d'une bande
qui émet des florins ne valant que 47 cents.

L'enfant apprend de bonne heure qu'il doit à ses parents obéissance et
amour. Un des commandements de l'Église dit: Respectez votre père et
votre mère. Mais quel commandement oblige les parents à respecter leurs
enfants? À juste titre Multatuli a appelé ce commandement une règle
inventée pour les besoins des parents dont la mentalité est
déséquilibrée et qui sont trop paresseux ou n'ont pas assez de coeur
pour mériter d'être aimés. Il dit très justement: «Mes enfants, vous ne
me devrez aucune reconnaissance pour ce que je fis après votre naissance
ni même pour celle-ci. L'amour trouve sa récompense en soi.» Je ne puis
exiger de l'amour «pour un acte que j'ai posé sans penser aucunement à
vous, parce que j'ai fait un acte avant que vous fussiez au monde».
Pourquoi les enfants doivent-ils être reconnaissants envers leurs
parents puisque, pour la grande majorité, la vie n'est qu'une série
ininterrompue de peines et de misères?

Combien les relations entre l'homme et la femme sont fausses; combien de
préjugés persistent dans le domaine sexuel. Max Nordau a intitulé une de
ses oeuvres: _Les Mensonges de la société_. Il y traite du mensonge
religieux, du mensonge monarchico-aristocratique, du mensonge politique,
du mensonge économique et du mensonge du mariage.

C'est, en réalité, un livre très instructif, susceptible d'être complété
à l'infini; car notre société est tellement imprégnée du mensonge, que
tous nous sommes forcés de mentir. Qu'on essaie seulement d'être vrai,
sous tous les rapports et envers tous, on n'y réussira pas, ne fût-ce
qu'un seul jour, dans une société mensongère comme la nôtre.

Et tous ceux, hommes et femmes, qui ont entrepris, dans tous les
domaines, la lutte contre le mensonge, le préjugé et l'hypocrisie, sont
considérés comme des fous, des déséquilibrés ou des neurasthéniques,
dont on admire les oeuvres, mais dont on combat à outrance les
principes.

Tolstoï, dans le _Royaume de Dieu est en vous_, plaidoyer éloquent
contre le militarisme, dans lequel, au nom du Christ, il condamne la
société chrétienne, considère que les hommes sont enchaînés dans un
cercle de fer et de force, dont ils ne parviennent pas à se délivrer.
Cette influence sur l'humanité est due à quatre causes qui se
complètent:

1° La peur;

2° La corruption;

3° L'hypnotisation du peuple;

4° Le militarisme, grâce auquel les gouvernements détiennent le pouvoir.

Tous les hommes à peu près ont la conviction que leurs actes sont
mauvais; très peu osent remonter le courant ou braver l'opinion
publique. C'est justement cette contradiction qui existe entre la
conviction et les actes qui donne au monde son masque d'hypocrisie.

La majorité des hommes sont ou prétendent être de vrais chrétiens, et
l'un après l'autre ils battent en brèche les principes du Christ, ou du
moins ce qui est considéré comme étant de lui.

Comparez à la réalité la loi des dix commandements! Quel contraste!

«Dieu en vain tu ne prendras», ce qui, en d'autres mots, signifie: Tu ne
jureras pas; ce commandement a été rendu plus compréhensible encore par
les paroles du Christ: Que ton «oui» soit oui et ton «non» non;
autrement, c'est mal. Celui qui refuse de prêter serment est bafoué et
voit nombre de relations se détourner de lui.

«Tes père et mère honoreras», dit le commandement. Mous en avons dit
quelques mots précédemment.

«Les dimanches tu garderas»,--et les ouvriers sont condamnés à un
travail excessif, qui ne laisse à la majorité d'entre eux aucun jour de
repos. S'ils demandent à leurs patrons l'introduction de ce principe,
ils sont renvoyés.

«Homicide point ne feras»,--et tous les peuples chrétiens sont armés
jusqu'aux dents pour s'entretuer. Malheur à celui qui refuse de
s'exercer dans l'art de tuer, on lui rendra la vie impossible. Les
prêtres de l'église même bénissent les armes et les drapeaux avant la
bataille.

«L'oeuvre de chair ne désireras qu'en mariage seulement»,--et les
rapports matrimoniaux sont tels qu'on peut affirmer sans crainte qu'il y
a deux sortes de prostitution: la prostitution extra-conjugale et la
prostitution intra-conjugale, car le mariage a été avili à une
prostitution légale. Dans le mariage, lorsque l'argent prend la place de
l'amour, il est inévitable que la prostitution en forme le complément.

«Tu ne voleras pas»,--et nous vivons dans une société à laquelle
s'applique parfaitement ce que Burmeister dit des Brésiliens: «Chacun
fait ce qu'il croit pouvoir faire impunément, trompe, vole, exploite son
prochain autant que possible, assuré qu'il est que les autres en
agissent de même envers lui.»

«Point de faux serment ne feras»,--et chaque jour nous voyons les hommes
s'entre-nuire par de faux serments.

C'est une lutte générale de tous contre tous et où l'on ne craint pas de
faire appel aux moyens les plus vils.

«Bien d'autrui ne désireras»,--et cela dans une société où, par la
misère des uns, les appétits des autres prennent de dangereuses
proportions, de manière que chacun est exposé aux convoitises de son
prochain.

Toutes les morales prescrivent quantité de commandements ou plutôt
d'interdictions. Il est impossible d'établir ainsi une base convenant à
une morale saine nous permettant de penser, de chercher et d'agir en
conséquence de nos pensées et de nos aspirations. La morale indépendante
sera donc tout autre que celle qu'on a prêchée jusqu'à ce jour.

Et pourtant tous ces commandements sont littéralement foulés aux pieds,
car la bouche les prêche et en réalité on ne les exécute pas. Tout homme
pensant doit être frappé par l'immensité de l'abîme qui existe entre
l'idéal et la réalité. Prenez le précepte chrétien «Faites aux autres ce
que vous voudriez qu'on vous fît» et faites-en la base d'une société
socialiste. Pourtant les adversaires les plus acharnés des socialistes
sont justement les chrétiens, (mais ils n'ont de chrétien que le nom,
afin de pouvoir mieux renier la doctrine).

Notre organisation sociale entière est basée sur l'hypocrisie, soutenue
et maintenue par la force.

L'homme intelligent peut-il approuver pareille société?

Tout, absolument tout, devra être changé lorsque la société aura brisé
les chaînes économiques qui l'enserrent.

L'art lui-même n'est que de l'adresse. Et il n'en peut être autrement,
car ce ne sont pas de nobles aspirations qui poussent l'artiste à créer,
mais l'esprit de lucre. Et l'artiste, s'il ne veut pas mourir de faim,
doit plier son talent au goût (bon ou mauvais) des Mécènes qui, pour la
plupart, sont des parvenus millionnaires.

La science n'est qu'un amas de connaissances comprimées, dans la gaine
des notions académiques. Combien peu parmi les pionniers de la science
occupent une chaire dans nos universités! À juste titre Busken Huet a
dit: «Les murs des chambres sénatoriales de nos académies sont couverts
de portraits de savants de moyenne valeur. Les portraits des vrais
pionniers manquent.»

Une révision de chaque branche de la science s'impose et nous
trouverions beaucoup à changer si jamais une révolution nous délivrait
du joug qui pèse si lourdement sur la société. Au commencement, on ne
saura peut-être pas bien par où commencer. Tout un nettoyage devra se
faire dans nos bibliothèques, remplies de livres sans valeur ni vérité,
qui ont été écrits, non pour l'avancement de la science, mais pour
plaire à ceux qui détiennent le pouvoir et leur fournir ainsi des
arguments avocassiers, derrière lesquels ils se cachent et font semblant
de défendre le droit et la société.

J'ai été impressionné par la phrase suivante, recueillie dans la _Morale
sans obligation ni sanction_, le beau livre du philosophe Guyau: «Nous
n'avons pas assez de nous-mêmes; nous avons plus de pleurs qu'il n'en
faut pour notre propre souffrance, plus de joie qu'il n'est juste d'en
avoir pour notre propre existence.» Ces paroles ne contiennent-elles pas
la base de la morale? Car, bon gré, mal gré, on doit marcher et, si l'on
n'avance pas, on est entraîné par les autres. «On ressent le _besoin_
d'aider les autres, de donner également un coup d'épaule pour faire
avancer le char que l'humanité traîne si péniblement.» Ce même besoin,
que l'on retrouve chez tous les animaux sociaux, a son plus grand
développement chez l'homme, qui ferme, du reste, la série des animaux
sociaux.

Qu'à cette oeuvre chacun travaille, dans la mesure de ses forces, et, ne
se confine pas, par préjugé, dans un cercle étroit; que chacun ouvre les
yeux sur le vaste monde qui nous entoure, ne condamnant pas, mais
expliquant les actes d'autrui, quelque différents qu'ils soient des
nôtres. Alors, un jour, on pourra nous appliquer les belles paroles de
Longfellow:


  Laisse une empreinte
  Dans le sable du temps,
  Peut-être un jour,
  Rendra-t-elle le courage à celui
  Qui est ballotté par les flots de la vie
  Ou jeté sur la côte.


NOTES:

[95] LUTHER, _Grand Catéchisme_, t. X. de ses _Oeuvres complètes._

[96] Les catholiques appliquent également le même principe, lorsque
c'est au profit de leur boutique.

Marotte, vicaire général de l'évêque de Verdun (1874), dit: page 181 de
son _Cours complet d'instruction chrétienne à l'usage des écoles
chrétiennes_, ouvrage publié avec l'approbation des évêques.

Est-il permis de commettre une mauvaise action ou de s'en réjouir, quel
que soit le profit qu'elle rapporte?

Il n'est jamais permis de commettre une mauvaise action ou de s'en
réjouir à cause du profit qu'elle rapporte. Mois il est permis de se
réjouir à cause d'un profit, même s'il provient d'une mauvaise action.
Par exemple, un fils peut, avec plaisir, hériter de son père mort
assassiné.

Est-on toujours coupable de vol lorsqu'on prend le bien d'autrui? Non.
Car le cas peut se présenter que celui dont on s'approprie le bien n'a
pas le droit de protester, ce qui arrive, par exemple, lorsque celui qui
prend le bien d'autrui se trouve dans une profonde misère, et qu'il se
contente de prendre seulement le nécessaire pour se sauver ou qu'il
prend secrètement à son prochain, à titre de restitution, ce que
celui-ci lui doit réellement et qu'il ne peut obtenir d'une autre
manière.

Et à la page 276:

Peut-on être exempté quelquefois de l'obligation de restituer la chose
volée? Oui.

Quelles sont les raisons qui permettent de ne pas faire cette
restitution?

Ces raisons sont: 1° Impuissance physique, c'est-à-dire que le débiteur
ne possède rien ou se trouve dans un état de profonde misère; 2°
impuissance morale, c'est-à-dire que le débiteur ne peut pas restituer
sans perdre sa position acquise, sans se ruiner ou entraîner sa famille
dans la misère, sans s'exposer au danger de perdre sa bonne réputation.



FIN



TABLE

Préface d'Élisée Reclus.

I. Les divers courants de la social-démocratie allemande.

II. Le socialisme en danger?

III. Le socialisme libertaire et le socialisme autoritaire.

IV. Le socialisme d'état des social-démocrates et la liberté.

V. Un revirement dans les idées morales.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le socialisme en danger" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home