Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Antiquités d'Herculanum, Tome VI., (Vol. 6 of 6)
Author: Piranesi, Francesco, Piroli, Tommaso, 1752-1824, Piranesi, Pietro
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Antiquités d'Herculanum, Tome VI., (Vol. 6 of 6)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



                       ANTIQUITÉS D'HERCULANUM



                              GRAVÉES
                          PAR TH. PIROLI

                               AVEC
                 UNE EXPLICATION PAR S.-Ph. CHAUDÉ;

                           ET PUBLIÉES
                   PAR F. ET P. PIRANESI, FRÈRES.



                             TOME VI.

                      LAMPES ET CANDÉLABRES.


À PARIS


     {PIRANESI, Frères, place du Tribunat, n°. 1354;
CHEZ {LEBLANC, Imprimeur-Libraire, rue de la Paix, maison
     {Abbatiale Saint-Germain-des-Prés, n°. 1.



                         AN XIV. = 1806.



AVERTISSEMENT



Ce 6e volume, contenant les Lampes et les Candélabres, fait, dans notre
division, la troisième partie des Antiquités d'Herculanum, et, dans
des monumens plus simples, offre un degré d'intérêt qui le rend encore
précieux après l'exposition des Peintures et des Bronzes. Les Lampes
(_lucernæ_ ou _lychni_), consacrées par les besoins usuels et par la
piété, se sont tellement multipliées, qu'il en est parvenu un grand
nombre jusqu'à nous; les Antiquaires les ont divisées en plusieurs
classes, sous les dénominations de _lampes sacrées, lampes domestiques_
et _lampes sépulcrales_. Montfaucon observe judicieusement que, malgré
ces distinctions, il serait très-difficile d'assigner à chacun de ces
monumens sa classe particulière. En effet, celles que nous publions ont
presque toutes été trouvées dans les maisons, et ne diffèrent pas des
lampes sépulcrales publiées par Bellori ou par d'autres; il ne paraît
même pas que celles qu'on allumait dans les temples, et qui devraient
être proprement dites _sacrées_, soient absolument distinctes des
autres; et il est vraisemblable qu'on se servait indifféremment de
toutes dans les cérémonies religieuses et dans l'usage privé. La variété
des formes et des emblêmes dépendait du caprice des artistes ou de la
fantaisie de celui qui faisait fabriquer ces objets. On trouve dans
les inscriptions, à _la Fortune domestique_, à _Jupiter domestique_,
_Minerve domestique, etc._; c'est alors le signe d'une dévotion
particulière, et on peut en dire autant de toutes les lampes qui portent
la figure de quelque divinité; ce sont ces sortes de lampes que nous
nommerons _sacrées_. Beaucoup d'autres sont relatives à la profession
ou aux goûts de leurs possesseurs. Celles qui portent des figures de
gladiateurs peuvent être considérées comme lampes sépulcrales; elles
peuvent aussi se classer parmi celles destinées à éclairer les salles
d'exercices des gladiateurs, et même les échoppes ou les boutiques des
amphithéâtres, des théâtres et des cirques. Nous aurons soin, au
reste, de ne point omettre, dans le cours de nos explications, les
particularités plus ou moins curieuses qui peuvent jeter quelque jour
sur les usages des anciens: si cette matière a été épuisée par une foule
de savans auteurs, dont nous nous plaisons à répéter les opinions plutôt
qu'à donner les nôtres, nous prions nos lecteurs de considérer que nous
n'avons pour but que d'aider leur mémoire, en examinant avec eux les
monumens dont nous leur offrons une copie fidelle.

Les lampes étaient ordinairement de bronze ou de terre cuite, et l'on
aura souvent occasion d'admirer, dans les lampes de cette dernière
espèce, combien était répandu le sentiment du beau, et de se confirmer
dans cette observation: que si des hommes ingénieux font la gloire de
leur siècle, la gloire de ce même siècle conserve long-temps, parmi
leurs successeurs, l'esprit dont les premiers furent animés, et fait
revivre cet esprit après les nuits de la barbarie. On ne saurait donc
trop applaudir aux efforts des artistes qui tendent, en profitant des
exemples de l'antiquité, à répandre ce goût conservateur dans tout ce
qui appartient aux besoins les plus familiers. Pour nous, nous croirons
avoir peu fait pour les arts, si l'imitation par la gravure des objets
précieux que la découverte d'Herculanum a rendus à la lumière, ne
faisait naître, dans les productions du goût, des imitations plus
solides et plus heureuses.



                     DES ANCIENNES VILLES
            DÉTRUITES PAR LES ÉRUPTIONS DU VÉSUVE.


L'origine d'_Herculanum_, ville d'Hercule, ou consacrée à Hercule,
_Herculaneum sive Herculanium_ (_oppidum_), se perd dans la nuit des
temps fabuleux. Si parmi les héros qui ont porté le nom d'Hercule, on
suit les aventures de l'Hercule Thébain, on voit celui-ci s'arrêter,
après avoir consommé de grands travaux en Italie, et se reposer dans _la
Campagne heureuse_. Là il célèbre ses victoires en consacrant aux Dieux
la dixième partie des dépouilles (_Dionys. Halic, l. I_), et fonde la
petite ville qui porte son nom, à l'endroit où son navire avait fait sa
station. Cette même ville est appelée par Pétrone, _Herculis Porticus_;
d'où lui est venu, sans doute, son nom moderne de _Portici_. Avant la
découverte d'Herculanum, personne n'avait su déterminer, avec précision,
la situation de cette ancienne ville; il n'en restait pas même de trace
sensible dans ce nom de _Portici_. Cette habitation royale à quatre
milles environ de Naples, séparée de _Résina_ par une seule rue, cachait
la ville antique sous ses fondemens. Ces deux villes sont presque
de niveau avec la mer; en sorte que le sol d'Herculanum se trouve
très-abaissé, ou qu'il faut que la mer se soit beaucoup élevée.
Winckelmann, qui fait cette observation (_lettre au comte de Brühl_),
croit à ce dernier phénomène. Il observe que sur les côtes de Hollande,
la mer est manifestement plus haute que la terre; ce qui ne devait pas
être avant que l'industrie humaine eût prescrit des limites à la mer.
Les bâtimens d'Herculanum sont encore dans leur ancienne assiette;
état tout-à-fait contraire à l'opinion qu'ils se soient affaissés. On a
cherché à rendre raison du nom de _Résina_, en le faisant dériver de la
_villa Retina_, dont parle Pline le jeune dans la lettre où il décrit
l'éruption du Vésuve (_lib. VI, epist. 16_). Mais il paraît par le
texte, malgré la diversité des leçons, que cette _villa_ était située
près de _Misenum_, c'est-à-dire à environ douze milles du Vésuve, et
qu'il n'y a aucun rapport de _Retina_ à _Resina_.

La ville de _Pompéia_, qui subit le même sort qu'Herculanum, paraît
avoir eu une commune origine. Son nom vient des pompes et fêtes
d'Hercule (_Serv. in Æn. VIII, v. 662_). En écrivant _Pompéia_, dans le
cours de cet ouvrage, nous avons suivi un usage vulgaire qui pourrait
nous mériter un reproche. Les auteurs latins écrivent Pompeii, au
pluriel; les Français conservent ordinairement la terminaison latine.
Strabon dit _Pompeia_, et son traducteur, _Pompeiam, quam Sarnus
præterfluit_. Cet exemple peut faire autorité en notre faveur. Les
ruines de Pompéia se trouvent aujourd'hui sur le chemin de Salerne, près
d'un village maritime, appelé _Torre dell'Annunziata_, à dix milles de
Naples et six de Portici. L'emplacement qu'elles occupent est éloigné
d'un demi-mille environ du cours actuel du _Sarnus_ (aujourd'hui
_Sarno_), soit que cette différence ait pour cause les bouleversemens
produits par les éruptions et les tremblemens de terre, soit que le port
se trouvât situé à quelque distance de la ville; ce qui n'est point
sans exemple. Cette situation favorable faisait de Pompéia l'entrepôt du
commerce de _Nola_, de _Nuceria_ (_Nocerra_), et d'_Acerræ_ (_Acerra_).

«Stabie (_Stabiæ_), dit Winckelmann, était située dans le terrain
qu'occupe à présent _Gragnano_, et non comme le prétend Cluvier dans
l'endroit où est aujourd'hui _Castell'-a-mare_, sur le bord de la mer.
L'ancienne Stabie, suivant Gallien, en était éloignée de huit stades;
ce qui s'accorda avec la situation que nous lui donnons. Cette ville fut
détruite par Sylla dans la guerre des Marses; et du temps de Pline, on
n'y voyait plus que des maisons de plaisance»; c'est le rivage où Pline
l'ancien périt victime de son courage.

Indépendamment de ces villes principales, tout le rivage était couvert
d'habitations agréables qu'on bâtissait quelquefois jusque dans la
mer, pour y trouver la fraîcheur que produit le mouvement des flots.
La fertilité qui jaillissait des causes même de destruction, a, de tout
temps, répandu sur ces lieux dangereux, un charme dont les événemens les
plus désastreux n'ont pu détruire le prestige. Nous voyons encore de nos
jours des jardins délicieux creusés dans la lave; à peine ces fleuves de
marbre et de métaux fondus sont-ils refroidis, qu'on vient chercher sur
leurs bords l'habitation qu'ils ont épargnée; on creuse leurs flancs
pour découvrir le sol; on taille, on enlève leurs riches débris, pour
construire des édifices, pour consolider des routes qui doivent être
de nouveau abîmées par les torrens destructeurs, Le pavé des villes
antiques mêmes était formé de laves. La première éruption dont
l'histoire ait conservé le souvenir, est celle qui eut lieu la première
année du règne de Titus, l'an 79 de l'ère chrétienne, celle à laquelle
on a attribué la destruction totale des villes déterrées dans le siècle
dernier. Avant l'époque dont nous venons de parler, les témoins nombreux
qui annonçaient le voisinage d'un ennemi aussi redoutable que l'Ætna,
semblaient être muets pour les habitans de ces contrées. Si la tradition
des anciennes fureurs de quelques volcans avait été conservée par les
poètes, elle était comme reléguée dans le domaine des fictions. La
fable des Géans phlégréens, la description que Virgile fait des enfers,
description qui nous guide encore aujourd'hui pas à pas sur les mêmes
lieux, en renferment les traces les plus sensibles: mais il n'est
question que des campagnes de Cumes; et l'on est surpris de voir
l'auteur des Géorgiques parler de la fertilité du Vésuve, sans remonter
à la cause dangereuse qui la produit, et qu'il semble tout-à-fait
ignorer. Pline l'ancien, qui porta si loin ses recherches sur l'histoire
naturelle, à qui l'incendie du Vésuve fut si funeste, parle deux fois de
cette montagne célèbre par ses vins, sans paraître instruit de la nature
sulphureuse du sol. Cette remarque n'avait point échappé à l'exact
Strabon, qui parle d'ailleurs (_liv. V_) du sommet du Vésuve, comme
d'un volcan éteint. Diodore de Sicile (_l. IV_), parle aussi des traces
d'embrâsemens qu'offre la montagne, mais sans entrer dans aucun détail.

Il est constant que ces apparences de la nature volcanique du Vésuve
avaient peu frappé les anciens, et l'on voit que leurs plus habiles
observateurs y avaient à peine fait attention. S'il est prouvé par
l'ancien état du sol, mis à découvert dans les fouilles, qu'à une époque
très-reculée le Vésuve s'était signalé par de grandes éruptions, il
faut supposer qu'elles eurent lieu avant que ces contrées ne fussent
habitées. Comment, en effet, le souvenir d'événemens aussi terribles se
serait-il effacé de la mémoire des hommes? Ce souvenir ne se serait-il
point, au contraire, perpétué par la tradition? Et cette tradition, les
prêtres et les poètes, toujours amis du merveilleux, ne l'auraient-ils
point avidement recueillie? En vain la cherche-t-on dans quelques poètes
latins; un passage de Lucrèce (_liv. VI, v._ 747), où il est seulement
question des eaux chaudes du mont Vésuve, ne fait point autorité. D.
Marcello Venuti remarque même qu'on a fait subir à ce passage diverses
corrections, pour y faire entrer le nom du volcan.

On a cité, comme une autorité plus précise, ces vers de
Valerius-Flaccus:

    _Sic ubi prærupti tonuit cum fortè Vesevi
    Hesperiæ lethalis apex._

Et ceux-ci de Silius-Italicus:

    _Sic ubi vi cæcâ tandem devictus ad astra
    Evomuit pastos per sæcla Vesuvius ignes,
    Et Pelago et terris fusa est vulcania pestis._

Certes, il n'est pas possible de peindre avec plus de vérité l'effet
des éruptions: mais sous le prétexte que Valerius-Flaccus écrivait
sous Vespasien, à qui il dédia son poëme, et que Silius-Italicus vivait
encore plus anciennement sous Néron, il ne faut point se persuader que
ces deux poètes nous transmettent dans leurs vers d'anciennes traditions
dont on ne trouve ailleurs aucunes traces. Si le premier a consacré les
prémises de sa muse à Vespasien, il paraît constant qu'il est mort en
88 sous Domitien, sans avoir terminé son poëme (Voyez _Dodwell, Annales
Quintilianei_). Le second se trouvait consul lors de la mort de Néron,
en l'an 68. On ignore quand il a cessé de vivre; mais on sait qu'il
écrivit dans un âge avancé, et l'on convient que ses ouvrages en
retiennent une sorte de faiblesse. Depuis l'époque de sa dignité
consulaire jusqu'au temps de l'éruption, on ne compte que onze ans: il
est donc très-probable que cet auteur était contemporain; et le passage
cité plus haut nous paraît même une preuve que Silius-Italicus existait
encore après l'événement désastreux arrivé sous Titus.

Un fait singulier rapporté par Florus (_lib. III, cap. XX_), peut servir
à prouver qu'il ne devait y avoir chez les anciens aucune idée de danger
attachée au mont Vésuve. Spartacus, ce chef redoutable de la révolte des
esclaves, s'était fait du sommet du Vésuve, une sorte de retraite et de
citadelle. Assiégé et réduit à l'extrémité par les troupes de Clodius
Glabrus, il descendit, suivi de ses compagnons, dans les entrailles
du Vésuve, à l'aide de cordes d'osier; puis, suivant des routes
souterraines, il sortit par une issue ignorée et tomba à l'improviste
sur le camp de son ennemi, qui s'attendait peu à une pareille attaque.
Si l'on doit ajouter foi à ce récit, voilà une époque où le volcan
était entièrement éteint; c'est environ deux siècles avant la fameuse
éruption: mais depuis cette éruption, plus de dix-sept siècles se sont
écoulés sans que les flancs de ce gouffre se soient épuisés; et bien
qu'un observateur moderne ait dit que le Vésuve tombe en vétusté, et
qu'il tend à s'éteindre, qui sait combien de siècles doivent s'écouler
encore, avant qu'un nouveau Spartacus puisse aller scruter ses
entrailles! On est presque réduit aux conjectures, quand on veut
rechercher quels sont les premiers peuples qui s'établirent autour du
Vésuve. D'après les témoignages de Strabon (_liv. V_) et de Servius
(_in Æn. VII_), les habitans du rivage et des pays arrosés par le
Sarno, étaient connus sous le nom d'Osques, _Osci_; on attribuait-ce
nom d'_Osci_, ou plutôt d'_Opici_, aux serpens dont abondait le pays,
en grec, Of??. De-l par contraction, on avait dit _Opsci_ ou _Osci_.
Capoue, qui fut de tout temps la capitale de cette région, se nommait
_Vulturnia_, et, aussi _Osca_ ou _Opicia_. Cette étymologie, tirée
du nom grec des serpens, est peut-être un peu forcée; mais l'origine
grecque de ces peuples n'en doit pas moins être regardée comme
constante. Servius, citant Conon, dit que cet ancien écrivain, «dans
le livre qu'il a écrit sur l'Italie, raconte que des Pélasges et autres
émigrans du Péloponnèse, abordèrent dans cet endroit de l'Italie, qui
n'avait point encore de nom; qu'ils donnèrent celui de _Sarnus_ au
fleuve dont ils habitèrent les rives, du nom d'un fleuve de leur patrie;
qu'ils s'appelèrent eux-mêmes _Sarastes_, et que, parmi plusieurs
autres villes, ils fondèrent _Nuceria_». De-là on peut conclure que
les Pélasges commencèrent à combattre ou à se mêler avec les anciens
Étrusques, maîtres du pays Osque. Le nom d'Étrusque est celui que les
écrivains latins conservèrent aux habitans de ces contrées. Les Samnites
s'étendirent dans leurs conquêtes jusqu'au cratère; mais ils ne purent
s'y maintenir, et furent chassés par ceux du rivage. Ces nouveaux
peuples, malgré leurs alliances avec leurs voisins, conservèrent des
mœurs qui décelaient une origine moins barbare. Ils avaient apporté les
usages et les arts de la Grèce, encore dans leur enfance; retranchés de
la souche maternelle, ils conservèrent ce qu'ils avaient de sauvage, et,
comme Grecs, demeurèrent bien loin de la politesse et du goût qui fit de
leur première patrie, l'ornement et le modèle du monde entier. Chez eux
donc se forma ce premier style de l'art qu'on nomma Étrusque chez les
Romains, et dont l'imitation servit de leçon à ce peuple tout barbare.
Une preuve de l'origine des mêmes peuples se trouve encore dans
la dénomination de leurs magistrats, ainsi que le remarque Strabon
lui-même. Les villes de proche en proche devinrent colonies romaines;
mais par un privilège remarquable (celui des Municipes), les habitans
conservèrent, en jouissant du droit de cité, la faculté de vivre sous
leurs anciennes lois. Ainsi, les Herculaniens avaient des magistrats
suprêmes, des _Démarques_, lesquels étaient peut-être les mêmes que les
décemvirs Quinquennaux.

Herculanum et Pompéia étaient deux villes florissantes et très-peuplées,
si l'on en juge par les théâtres et les monumens publics découverts
dans les fouilles. Winckelmann cite, à l'appui de la même opinion, une
inscription curieuse trouvée sur le mur d'une maison à Herculanum. C'est
une affiche pour la location des bains et des lieux où l'on donnait à
boire et à manger, et que, pour le prix de _neuf cents sesterces_, on
louait pour cinq ans. Une certaine Julia, fille de Spurius-Félix, en
était la propriétaire LOCANTUR BALNEUM VENERIUM ET NONGENTUM TABERNÆ
PERGULÆ, etc.

Tout le monde connaît le récit que Pline le jeune fait, dans sa lettre à
Tacite, de la terrible éruption qui coûta la vie à son oncle (_liv.
VI. ép. 16_). L'auteur latin n'a rien exagéré; et quoique profondément
affecté, il s'exprime avec cette énergique simplicité et cette austérité
qui convient l'histoire. Dion-Cassius, dans une description plus
pompeuse, s'exprime avec la chaleur d'un orateur, et nous peint tout le
peuple d'Herculanum et de Pompéia, assis et abîmé dans le théâtre.
Ce fut le 1er novembre, suivant Pline, et à une heure après midi, que
l'explosion fit tout son effet: c'était l'heure où le peuple avait
coutume de se rendre au théâtre; mais tout prouve aujourd'hui que Dion,
qui vivait déjà loin de l'époque de l'événement, s'est laissé entraîner
à une grande exagération. Si son récit était exact, n'aurait-on pas
découvert un grand nombre de cadavres dans les fouilles? Or, on n'a
pas trouvé un seul corps dans les théâtres; on n'en a même trouvé qu'un
très-petit nombre dans les villes. Des ustensiles pesans, déterrés ç
et là dans les campagnes, sont des traces sensibles de la fuite des
habitans, et certainement ils ont eu le temps de se dérober au danger.
On sait que des signes redoutables annoncent les éruptions: si les
habitans ne pouvaient prévoir ce déluge de feux, le bruit et les
secousses qui l'ont précédé, au rapport même de Dion-Cassius, et surtout
le souvenir récent du tremblement de terre qui, selon Sénèque, avait
renversé une partie de leurs villes sous Néron (en l'an 63), devaient
les avertir de chercher leur salut en rase campagne ou sur la mer; il
échappa sans doute au désastre un grand nombre de personnes. Chassés par
ces malheurs, ou par d'autres qui suivirent, les habitans d'Herculanum
se réfugièrent à Naples; ils y eurent un quartier séparé, et y vécurent,
sous leurs lois: de-là, la dénomination de _Regio Herculaniensium_, ou
_Herculanensis_, qui se trouve sur des inscriptions antiques. Ceux de
Pompéia se réfugièrent à Nola. Voilà des faits qu'on ne peut révoquer
en doute: mais quand eurent lieu ces émigrations et l'abandon total
des deux villes? L'opinion vulgaire a voulu que ce fut après le
premier désastre. Mais depuis peu on a mis en question si les villes
d'Herculanum et de Pompéia n'ont pas subsisté encore longtemps après.
D. Marcello Venuti avait cité une inscription consacrée, par la
reconnaissance de la colonie d'Herculanum, à _L. Munatius Concessianus_
pour l'avoir alimentée à ses frais dans un temps de disette[1].

[Footnote 1: Voici cette inscription, qui mérite d'être rapportée tout
au long:

    L. MVNATIO. CONCESSIANO. V.P. PATRONO
    COLONIAE. PRO MERITIS. EIVS. ERGA. CIVES
    MVNIFICA. LARGITATE. OLIM HONOREM
    DEVITVM. PRESTANTISSIMO. VIRO. PRAE
    SENS. TEMPVS. EXEGIT. QVO. ETIAM. MVNA
    TI. CONCESSIANI. FILII. SVI. DEMARCHIA.
    CVMVLATIORE. SVMPTV. LIBERALITATIS
    ABVNDANTIAM. VNIVERSIS. EXIBVIT. CIVIBVS
    OB. QVAE. TESTIMONIA. AMORIS. SINCERISSI
    MI. REG. PRIMARIA. SPLENDIDISSIMA
    HERCVLANIENSIVM; PATRONO. MIRABILI
    STATVAM. PONENDAM. DECREVIT.

(Descriz. delle prime scoperte dell' antica città d'Ercolano. _Roma_,
1478, _pag._ 28).]

Le style de l'inscription se rapporte, suivant cet auteur même, aux bas
siècles de l'empire; mais, embrassant l'opinion reçue, loin d'y voir une
preuve de l'existence prolongée de la ville d'Herculanum, il applique le
sens de cette inscription à l'établissement des Herculaniens réfugiés à
Naples, dans un quartier qui prit leur nom. D. Venuti ne manquera pas
de partisans qui partageront son opinion. En étudiant l'inscription, il
paraît clair qu'elle a été faite à Naples: il y est question de _Regio_,
et non pas de _Civitas Herculaniensium_; et cette expression de _Regio_
est accompagnée des titres de _primaria_, _splendidissima_, lesquels
établissent une sorte de comparaison entre plusieurs quartiers d'une
même ville. Cette inscription, au rapport du Capaccio, historien
napolitain, fut trouvée dans les environs de Naples (vers 1600), et
transportée à Naples, dans l'église de St.-Antoine, abbé D. Venuti l'a
vue et copiée. On ne sait pas précisément l'endroit où l'on fit cette
découverte; cependant le Capaccio a cru très-positivement que c'était
dans la situation même de l'ancienne Herculanum. «Nous avions, dit-il
ignoré long-temps où cette ville fut située. Des paysans, fouillant un
champ, trouvèrent quelques édifices voûtés, des pavés, des murs revêtus
de marbres, et un grand nombre d'inscriptions qui donnèrent beaucoup
de jour». Il parle ici de l'inscription que nous avons rapportée, et
il ajoute: «Cette inscription devait être en grand honneur chez les
Herculaniens; ils y reconnaissent la démarchie, la république et la
protection d'un patron, espèce de gouvernement auquel leur république
était assujétie».

En donnant une grande attention au récit du Capaccio, on ne peut
demeurer persuadé que le lieu de ces découvertes soit celui de la
situation de l'antique Herculanum. Sans doute il l'avoisinait beaucoup,
et on peut le considérer comme le quartier dans lequel les réfugiés,
tout en appartenant à la ville de Naples, trouvèrent un asyle et
reçurent de leurs nouveaux hôtes la protection et les honneurs qu'un
peuple hospitalier se plaît accorder au malheur. Les Herculaniens
durent, surtout, conserver leur régime et leurs lois, que les Romains
avaient respectés, en les attachant à l'empire par le titre de colonie.

M. Carletti et M. Ignarra, deux autres écrivains, font également
rapporter l'inscription au quartier des Herculaniens dans la ville de
Naples.

Mais le dernier, dans une dissertation écrite en latin, établit une
suite d'observations, qu'il fait concourir à prouver «qu'Herculanum n'a
point dû cesser totalement d'exister à l'époque où, suivant l'opinion
commune, il n'en resta plus de vestiges».

M. Dutheil, membre de l'Institut national, fait l'examen de cette
dissertation dans une lettre imprimée, adressée à M. Millin (_Paris,
Didot jeune, 1804_). Il suit pas à pas le savant Napolitain, adopte son
opinion, et la fortifie par ses propres réflexions. Il nous montre les
Empereurs accordant une protection signalée aux malheureuses villes
de la Campanie, et s'efforçant de les faire ressortir de leurs ruines.
Elles avaient déjà éprouvé des dommages affreux par le tremblement de
terre arrivé sous Néron. Vespasien prit un soin particulier de les
faire réparer. Une inscription, trouvée à Pompéia, fixe la date du
rétablissement du temple de Cybèle; elle répond à l'année 76. Ici,
nous devons rapporter une réflexion que d'autres auteurs ont faite
avec justesse: Ne serait-ce pas lors des écroulemens causés par le
tremblement de terre, que le peuple fut surpris dans les théâtres
d'Herculanum et de Pompéia? Il s'ensuivrait que Dion-Cassius, qui vivait
dans IIIe siècle, aurait confondu ces deux époques en recueillant les
traditions. Trois années s'écoulèrent depuis la restauration du temple
de Cybèle, ce qui doit faire présumer celle du reste de la ville
au moment de l'éruption, et Pompéia devait alors se trouver
très-florissante.

Titus, qui était dans la première année de son règne, signala dans cette
occasion toute sa bienfaisance. Sans doute il ne resta point au-dessous
de la munificence de Vespasien son père, prince entaché d'avarice. Aussi
voyons-nous qu'il envoya des personnages consulaires dans la Campanie,
pour réparer le désastre de cette province; qu'il fit répandre des
secours puissans, et qu'il abandonna, au profit des malheureux, les
biens dévolus au fisc par déshérence en cette même occasion. Quelque
fût alors l'effet de ces secours, il fallut renoncer, comme il est bien
prouvé, au plus grand nombre des habitations obstruées ou encombrées par
la lave, par les cendres et par toutes les matières volcaniques. Ainsi,
en faisant les fouilles modernes, on a pénétré dans des lieux qui ont
été fermés à la lumière depuis cette fatale époque. Il est à remarquer
que c'est dans ces mêmes lieux que furent trouvés des objets dont on a
assigné, sans grand fondement, l'existence un âge moins reculé.
Telle est, par exemple, la belle statue de _Nonius Balbus_; elle est
accompagnée d'une inscription dont on a rapporté les caractères au
siècle d'Adrien; mais le temps de cette inscription et de plusieurs
autres semblables, n'est point prouvé postérieur à Titus, et la forme
des caractères n'a rien d'assez décisif pour faire époque dans le court
espace de temps qui s'écoule entre le règne de cet empereur et celui
d'Adrien.

Stace, qui vivait à Naples du temps de l'éruption, peint dans une épître
adressée à Victorius-Marcellus (_Sylv. lib. IV_, 4), l'état même où
plusieurs générations ont vu le site des villes détruites par le Vésuve:
«Quand ces déserts se couvriront de verdure ou de moissons nouvelles,
les races à venir croiront-elles fouler, sous leurs pieds, des peuples
et des villes?»

    _Credetne virum ventura propago,
    Cum segetes iterùm, cum jam hæc deserta virebunt,
    Infra urbes populosque premi?_

Ces expressions semblent bien annoncer l'abandon total de ces lieux
dévastés; mais on oppose le poète à lui-même. Dans une autre épître
(_liv. III_, 5), il invite son épouse à venir jouir d'un aspect plus
riant dans la même contrée. «La cîme du Vésuve, lui dit-il, la tempête
de feu de la montagne furieuse n'a point tari la population des villes
tremblantes; elles sont debout, habitées et florissantes».

    _Non adeò Vesuvinus apex et flammea diri
    Montis Hyems trepidas exhausit civibus urbes:
    Stant populisque vigent._

Si pourtant, d'après ces paroles consolantes, on se figure les villes
détruites, se relevant du milieu de leurs débris; si on les voit pleines
de citoyens qui jouissent tranquillement de la beauté du climat, ne
donne-t-on pas un sens forcé aux expressions du poète? Parle-t-il
d'ailleurs des villes mêmes d'Herculanum et de Pompéia? Il s'adresse à
une épouse qui, dans sa frayeur, pouvait se représenter le Vésuve, comme
inondant d'un fleuve de feu toutes les villes voisines; il la rassure,
et lui promet un séjour agréable et tranquille près de cette montagne
redoutée à Naples même, «asyle des doux loisirs et d'une paix
inaltérable». Il ne manquait point non plus d'habitations délicieuses,
situées autour du Vésuve, et qui n'étaient point exposées à ses ravages.
Le poète en nomme plusieurs; ce sont là les villes qu'il faut entendre
quand il dit qu'elles sont florissantes, malgré _la tempête de feu_;
toutes en étaient assez éloignées pour n'avoir pas à craindre le sort
d'Herculanum et de Pompéia.

Il nous est donc impossible de nous représenter ces villes recouvrant
leur ancienne splendeur, ou même reprenant une existence un peu
remarquable. La circonstance la plus décisive contre l'opinion
contraire, observe M. Visconti, est qu'aucun des nombreux monumens,
déterrés dans ces ruines, ne porte des marques probables du temps
postérieur à Titus. Un grand nombre porte des preuves d'un temps
antérieur; on pourrait même ajouter qu'il n'existe pas de monument qui
ne soit probablement antérieur à Néron, ou tout au plus de son temps.
Cependant ces mêmes lieux ont pu être habités par de pauvres gens. La
lampe chrétienne, que nous avons expliquée (_PL. XXIII de ce Volume_), en
est le témoin presque unique. M. Dutheil cite, avec M. Ignarra, la
table ou carte, dite de Peutinger, monument géographique qu'on
croit postérieur au règne de Constantin. On y voit figurer les noms
d'Herculanum et de Pompéia; mais, sous ces noms célèbres qui n'ont pu
s'éteindre avec les anciennes villes, il ne peut être question que
de petites bourgades, qui en ont pris la place. En suivant les mêmes
auteurs dans leurs calculs, on voit disparaître toute population connue
par les anciens noms, en l'an 471. «Sous cette année, le comte Marcellin
fait mention d'une épouvantable éruption _qui couvrit de cendres toute
la face de l'Europe_: ce sont ses termes; il ajoute qu'à Constantinople,
on faisait annuellement commémoration de cet événement (_hujus metuendi
Cineris_), le VIIIe des Ides de novembre. Cette éruption du volcan,
arrivée en 471 (continue M. Dutheil en citant M. Ignarra), dût être
la plus funeste de toutes; elle changea totalement la conformation du
Vésuve. Anciennement, ce mont s'élevait, pour ainsi dire, à pic,
n'ayant qu'un seul sommet, où on ne pouvait gravir que d'un côté et
fort difficilement. Sa cîme offrait une espèce de plate-forme, presque
par-tout unie, comme Strabon nous le dit (_page_ 257). Dion-Cassius
nous apprend que les flammes sortaient du milieu de la cîme, et que les
flancs au-dehors de la montagne, représentaient, en quelque sorte, un
vaste amphithéâtre. Aujourd'hui il ne reste de ce cône qu'une petite
portion regardant le nord, et séparée du cratère actuel».

Cette dissertation est terminée par les conjectures de M. Ignarra
sur les portiques d'Hercule, dont il est fait mention dans le roman
satyrique, attribué _Petronius Arbiter_. Il ne faut point chercher
le lieu ainsi désigné, ailleurs que dans l'emplacement de l'antique
Herculanum. Les portiques du théâtre, élevés de plusieurs étages,
suivant les règles de l'architecture, ont pu rester debout long-temps
après la ruine de l'édifice. Fréquentés et demeurant seuls connus, on ne
parla plus que des portiques; quand les portiques disparurent, leur nom
survécut même à leur souvenir: de nos jours, il sert à désigner le même
lieu, _Portici_.

«M. Ignarra va plus loin, il soupçonne que dans le quinzième siècle,
il pouvait rester quelques vestiges de ces portiques; il le conjecture
d'après un passage de Sannazar. Ce poète, dans une de ses églogues,
introduit le pêcheur Thelgon, assis sur le penchant de la colline,
appelée _Mergellina_, en face du cratère de la montagne, et s'exprimant
ainsi:

    _Rupe sub hâc mecum sedit Galatea: videbam
    Et Capreas, et quœ sirenum nomina servant
    Rura procul_: veteres _aliâ de parte_ ruinas
    Herculis _ambustâ signabat ab arce Vesevus_.

Par ces mots _veteres ruinas Herculis_, le poète ne saurait guère avoir
voulu désigner que les ruines des portiques d'Herculanum, déjà renversés
de son temps, mais encore visibles.»

En admettant cette conjecture assez plausible, nous voyons des signes
extérieurs indiquer le tombeau d'Herculanum, presque jusqu'au siècle où
cette ville antique fut découverte.

On avait très-anciennement fait des recherches dans son sein; mais
il paraît que le souvenir s'en était entièrement perdu. Les traces
manifestes de ces fouilles se rencontrèrent avec les travaux de
la découverte. Ce sont, dit Winckelmann, des conduits souterrains
travaillés et creusés avec peine, et qui indiquent si clairement leur
objet, qu'ils ne peuvent laisser de doutes sur leur destination. Le
célèbre antiquaire rapporte une inscription qui semble désigner ces
anciennes recherches; nous l'a copions d'après lui:

    SIGNA TRANSLATA EX ABDITIS
    LOCIS AD CELEBRITATEM
    THERMARUM SEVERIANARUM
    AUDENTIUS ÆMILIANUS V. C. CON.
    CAMP. CONSTITUIT. DEDICARIQUE PRECEPIT. (_sic_)
    CURANTE T. ANNONIO CRYSANTIO V. P.

Cette expression _signa translata ex abditis locis_, ne peut convenir
qu'à des statues tirées de villes ensevelies, et particulièrement
d'Herculanum; ainsi l'inscription et les anciens conduits s'expliquent
mutuellement. Il est question des bains de Sévère; ces bains ne sont
connus que par l'inscription; il est très-probable qu'ils appartenaient
à la ville de Naples, et que leur dénomination se rapporte à
Septime-Sévère. Ainsi, à supposer que les anciennes fouilles aient eu
lieu sous le règne de cet Empereur, l'époque peut en être fixée plus
d'un siècle après la fameuse éruption.

Les couches de l'attérissement montrent différentes époques auxquelles
il a eu lieu. Herculanum ne fut point inondé tout-à-coup par des torrens
de feu et de lave liquéfiée. Cette ville fut encombrée par une pluie de
cendres brûlantes, dont la chaleur fut si grande, qu'elle réduisit
en charbon les poutres des maisons et les objets combustibles; cette
émission de cendres fut suivie, et peut-être immédiatement, de lavasses
qui en firent une croute solide. On a même imaginé que l'eau de la mer,
à la faveur des secousses de la terre, avait pénétré dans le gouffre qui
l'avait ensuite vomie par torrens. On cite deux éruptions modernes où ce
phénomène est raconté comme certain. En 1631 et 1698, l'absorption fut
telle que le bassin du port se montra à sec un moment, et que les eaux
et la lave, lancées par le Vésuve, se trouvèrent mêlées d'une quantité
de coquillages de toute espèce. La lave a coulé depuis sur les cendres,
et les a recouvertes de différentes couches. Par ce nom de lave (qui
paraît venir de _lavare_, laver), que les anciens n'ont point employé,
et pour lequel ils n'ont point eu d'équivalent, on entend le mélange des
matières fondues, de soufre, de bitume, de minéraux et de pierres. Cette
matière épaisse et visqueuse ne court point, comme ferait un torrent;
elle coule lentement, comme ferait une pâte ou du verre fondu, et roule
sur elle-même, enveloppée d'une colonne d'air brûlant, qui dessèche tout
à une grande distance. Elle conserve sa chaleur assez long-temps pour
arriver jusqu'à la mer où elle forme quelquefois de petits promontoires.
La lave se fixe à mesure qu'elle perd sa chaleur, et devient dure
comme le marbre, dont elle prend le poli et quelquefois les plus riches
couleurs. C'est toujours vers Herculanum et dans le voisinage jusqu'à
_Torre-del-Greco_, que la lave a dirigé son cours; elle n'a point coulé
jusqu' Pompéia ni Stabie. Ces deux endroits sont couverts d'une cendre
légère qu'on nomme dans le pays _Papamonte_; aussi les fouilles s'y
font-elles avec plus de facilité, et les objets ensevelis s'y sont-ils
mieux conservés.

C'est au prince d'Elbeuf qu'on doit les premières fouilles qui
conduisirent à la découverte d'Herculanum. Ce prince faisait bâtir une
maison de plaisance sur le bord de la mer, à Portici. Instruit que des
habitans de Resine, en voulant creuser un puits leurs frais, avaient
trouvé quelques fragmens de beaux marbres; le prince, qui en cherchait
pour faire faire du stuc, ordonna qu'on creusât ce même puits jusqu'à
fleur d'eau. A peine avait-on fouillé le terrain latéralement, qu'on
trouva quelques belles statues, et plus loin un grand nombre de
colonnes, quelques-unes d'albâtre fleuri, mais la plupart de jaune
antique, appartenant à un temple. Naples était alors sous la domination
autrichienne; le vice-roi forma des prétentions sur les statues; elles
furent envoyées à Vienne, et données au prince Eugène de Savoie: ceci
se passait en 1711. La cour, se réservant un droit dont elle n'usa pas,
défendit de faire des fouilles, et l'on demeura plus de trente ans sans
y penser.

Enfin, Charles, second fils du roi d'Espagne Philippe V, devenu
possesseur du royaume de Naples, fit choix de la _villa_ de _Portici_
pour maison de plaisance; il s'y trouvait au mois de décembre en 1738.
Le puits subsistait encore; il avait été percé auprès du jardin des
Grands-Augustins, et le hasard voulut qu'il se trouvât dirigé vers le
milieu du théâtre qui aujourd'hui ne se trouve éclairé que par cette
ouverture. Le roi ordonna qu'on continuât les fouilles; quelques
fragmens d'une inscription en lettres onciales qu'expliqua D. Marcello
Venuti, apprirent l'existence du théâtre. Venuti raconte qu'il
dirigea ces premiers travaux, et il eut la gloire de faire cette belle
découverte qui fut suivie de toutes les autres. Cet heureux succès
engagea, en effet, à faire des recherches en d'autres endroits, et l'on
découvrit bientôt la véritable situation de Stabie et celle de Pompéia,
déjà indiquée par un vaste amphithéâtre dont les vestiges demeuraient
visibles à la surface du sol.

Nous avons exposé, dans le cours de cette collection, la plus grande
partie des richesses tirées de ces villes ensevelies. Il n'entre point
dans notre plan de parler de leurs édifices; nous renvoyons les curieux
aux ouvrages que les éditeurs mêmes de ce recueil, MM. Piranesi, ont
donnés sur ces matières. On trouve, dans la Collection de leurs œuvres,
tous les détails du théâtre d'Herculanum; et ils publient au moment même
où nous écrivons (1806), les édifices de Pompéia, gravés par eux sur les
dessins de leur père.



FIN DU 6e ET DERNIER VOLUME.



[Illustration: VI page 34]



PLANCHE I.
(_P._ I, 2, _tome VIII de l'Edition royale_.)


FIG. I On remarquera dans cette lampe, comme dans un grand nombre
d'autres, l'anse dont la forme varie souvent, la languette où est le
trou d'où sortait le lumignon; et enfin, dans le cercle, le trou qui
servait à introduire l'huile, et qui s'écartait plus ou moins du centre,
pour épargner les figures. Le sujet du médaillon est l'union des trois
grandes Divinités. On voit Jupiter assis sur son trône, ayant la tête
radiée, et tenant le sceptre et la foudre; à sa droite est Minerve,
qu'on reconnaît au casque et à la lance; à sa gauche est Junon, tenant
une corne d'abondance. Ces trois Divinités se trouvent souvent réunies
dans les monumens, comme elles l'étaient dans le culte qu'on leur
rendait à Rome, au Capitole; c'était en leur honneur qu'on célébrait
les fameux jeux du cirque, institués par Tarquin-l'Ancien, dits les
jeux romains ou les grands jeux. Ce triple culte paraît être passé des
Toscans chez les Romains. Les villes Etrusques n'étaient point réputées
_justes_, si elles n'avaient trois portes consacrées à Jupiter, à
Junon et à Minerve. Les Grecs observaient aussi cette union; et dans
le temple, où se rendaient les députés de la Phocide, on voyait Jupiter
assis sur son trône, ayant Junon à sa droite, et Minerve à sa gauche.
Pindare place Minerve à la droite, comme on le voit sur notre lampe, et
dans dix autres du musée de Portici, situation également observée dans
l'union des trois Divinités au Capitole.

FIG. II. Cette lampe est percée pour deux mèches; l'ornement est une
figure de Jupiter; près de lui est le sceptre, attribut de sa puissance
souveraine, et qui désigne le roi des rois, comme l'ont appelé les
poètes. Devant lui est l'aigle, ministre de la foudre, à qui le roi des
Dieux accorda l'empire sur tous les oiseaux (_Hor. IV, Od._ 4). L'aigle
est aussi, suivant Callimaque, le messager des augures du grand Jupiter
(_Hym. in Jov._ 69). Ce fut l'aigle qui, dans le combat des Géans, lui
présagea la victoire, et qui lui fournissait ses traits foudroyans;
de-là l'image de l'aigle fut consacrée comme une enseigne militaire,
prêtant un heureux auspice. Cette image a toujours plu aux ames
guerrières, et nous la voyons servir encore de gage assuré pour la
victoire, aux soldats du Héros du siècle où nous vivons.

FIG. III. Cette autre lampe offre l'union des trois grandes Divinités
égyptiennes, Isis y Harpocrates et Anubis. Isis et Harpocrates ont sur
la tête la fleur du _lotus_; on reconnaît le fils d'Isis et d'Osiris
au geste, qui exprime le silence. Isis tient le sistre, instrument qui,
dans les cérémonies sacrées, exprimait le deuil et les lamentations de
la Déesse cherchant son mari ou son fils. Anubis était fils d'Osiris et
de Nephthys, sœur d'Isis; il l'accompagna dans la recherche de son fils
Horus: c'est pour cela, ou pour être le compagnon, le gardien d'Isis
et d'Osiris, qu'on l'a représenté avec une tête de chien. Il tient une
palme et un caducée, selon la description d'Apulée (_Mét. XI, 961_). On
confondait le Mercure Égyptien, _Taaut_, avec Anubis; de-là vient cette
communauté du même symbole, du caducée. On sait, au reste, que dans les
processions des fêtes Isiaques, un prêtre représentait Anubis en portant
un masque de chien. Volusius, au rapport d'Appien, échappa sous ce
déguisement, à la proscription triumvirale.

FIG. IV. À la corne d'abondance, au timon que porte la figure exprimée
sur cette lampe, on reconnaît la Fortune. Le timon, en donnant l'idée
du gouvernement des affaires humaines, semble encore être l'emblème
de l'instabilité: c'est dans ce sens qu'Artémidore a dit que celui
qui rêvait de la Fortune avec le timon, devait demeurer en crainte:
la Fortune a été quelquefois confondue avec la déesse Némésis,
c'est-à-dire, la vengeance Dieux ou la justice. À ce titre, on peut la
considérer comme présidant à ce mélange des biens et des maux, mystère
incompréhensible de la sagesse divine. Nous ajouterons encore que toutes
Divinités, influant sur la condition humaine, reproduisaient quelquefois
sous le nom, l'image ou les emblêmes de la Fortune. Nous avons vu les
attributs de la Fortune donnes à Isis, dans un beau bronze de ce recueil
(_tom. V, pl. XIII_).

[Illustration: VI page 39]



PLANCHE II.
(_P. 3, 4, t. VI de l'Édition royale._)


Les lampes représentées dans cette planche sont de terre cuite. Pour ne
point nous répéter à chaque explication, nous prévenons nos lecteurs que
nous ne ferons à l'avenir mention de la matière que lorsqu'elle changera
de nature.

FIG. I et II. La même lampe, plus remarquable par sa forme que par ses
ornemens, est représentée de face et de profil.

FIG. III. Deux Victoires aîlées soutiennent un bouclier entouré d'une
couronne de chêne; on lit au milieu: OB CIVIS (_cives_) SERVATOS.
Au-dessous est un autel orné de festons et d'une tête de bœuf, emblême
des grands sacrifices. Aux côtés de l'autel s'élèvent les deux lauriers
qui décoraient l'entrée de la maison d'Auguste sur le mont Palatin.
Les écrivains du beau siècle de Rome font souvent mention de ces deux
lauriers. D'après les observations de MM. _Visconti_ et _Marini_ sur cet
emblême (_Museo Pio-Clem., tome IV, pl. dernière_), on peut croire que
cette lampe a servi pour les fêtes des _Lares Viales_, les Dieux des
quartiers de Rome, Dieux dont les fêtes se célébraient toujours avec
celle du Génie d'Auguste. L'orthographe du mot _civis_ par I répond à ce
même âge: et la couronne civique est fréquente avec la même inscription
_ob civis servatos_, sur les revers des médailles de ce prince, qui
était flatté de cette devise.

FIG. IV. Lampes à deux mèches. Sur le manche sont deux poulets, dont
l'un est à demi-effacé. Leur action, qui est de becqueter à terre,
semble les désigner pour les poulets sacrés dont les Romains tiraient
des augures. Le médaillon représente une Diane assise, tenant une
branche à la main et ayant devant elle une biche qui la regarde.

FIG. V. Lampe à une seule mèche; Hercule avec un autel. L'objet qui est
posé sur cet autel a été expliqué par M. Visconti. C'est la grande coupe
d'Hercule (_scyphus Herculaneus_) que ce héros avait reçue en présent
du Soleil, et qui, selon la fable, avait, en certaine occasion, servi de
bateau au fils d'Alcmène.

[Illustration: T. VI page 42]



PLANCHE III.
(_P. 5,6, t. VIII de l'Édition royale._)


FIG. I. Lampe à deux mèches fracturée. Un aigle déchire un lièvre sur
lequel il vient de fondre. On trouve cet emblême sur plusieurs médailles
des villes grecques de l'Italie et de la Sicile.

FIG. II. On voit dans cette lampe Hercule, vainqueur du dragon qui
gardait les pommes d'or du jardin des Hespérides: d'un pied il écrase
le nœud dont le monstre l'a enlacé, et il l'étouffe d'une seule main.
La force prodigieuse du héros est habilement développée dans cette belle
attitude. On retrouve la même action exprimée sur plusieurs médailles.

FIG. III et IV. Cette lampe curieuse est un monument de l'antique usage
des étrennes, qui remonte jusqu'au roi _Titus-Tatius_, ou du-moins
jusqu' Numa. On se faisait des souhaits réciproques; on s'envoyait
des présens (_strenœ_) différens de ceux dits _Xenia_, dons mutuels de
l'hospitalité. Ces marques de bienveillance avaient lieu, comme encore
de nos jours, le premier janvier; le second jour était _nefaste_; le
troisième était en quelque sorte le plus solennel; c'était celui où
l'on offrait des sacrifices, où l'on faisait des vœux publics pour la
prospérité des empereurs. Ces fêtes étaient prolongées pendant presque
tout le mois, et étaient désignées par _kalendes de janvier_. Dans des
temps plus rapprochés, les chrétiens, qui avaient conservé l'usage des
étrennes, y ajoutaient des divertissemens consistant en festins et
en déguisemens sous l'habit de femme, et sous le masque de différens
animaux, ce qu'on appelait _vetulam_ et _cervudum facere_. C'est de-là
qu'on fait dériver l'origine du carnaval, dont les folies, commençant au
mois de janvier, se rattachent à d'autres extravagances empruntées aux
anciens. La figure principale de la lampe est une Victoire aîlée, tenant
une palme et un bouclier, sur lequel on lit l'inscription _ANNUM NOVUM
FAUSTUM FELICEM MIHI, que le nouvel an soit heureux pour moi!_ formule
usitée, et celle dont on se saluait réciproquement dans ce jour de fête.
Ce salut était au nombre des présages, heureux qu'on recueillait par
l'ouie, _omina_; ceux qui frappaient la vue étaient appelés _monstra_.
Par le mot MIHI, on voit que notre lampe était une étrenne que la
personne se donnait à elle-même. Il est bon encore d'observer que, dans
les souhaits et dans les prières pour la félicité, chacun avait coutume
de se nommer le premier. Sur le fond du médaillon sont semés différens
objets qu'on s'offrait en dons réciproques aux étrennes. La large
feuille paraît représenter un éventail (_flabellum_); plus bas est
une datte (_caryota_) renfermée dans sa gousse; une médaille où est
représenté le signe de la bonne-foi ou de la concorde, deux mains unies
et deux serpens formant caducée; une autre médaille, Victoire aîlée; de
l'autre côté de la figure, une troisième médaille avec la double face
de Janus, divinité qui présidait à la nouvelle année et au premier
mois appelé _Januarius_ (Janvier) de son nom; un objet qu'on ne peut
discerner; enfin, une espèce de paquet qui paraît représenter une masse
de figues sèches (_caricœ_). Ces figues se transportaient dans des
vases de terre, dont l'objet en question paraît avoir la forme,
suivant l'expression de Martial, _torta meta_ (_XIII_, 28). On apprend
effectivement par des passages recueillis dans les poètes, que les
étrennes d'usage étaient des figues sèches, des dattes, des noix (et
sous le nom de noix, il faut entendre plusieurs sortes de fruits), enfin
des monnaies. Les dons d'argent n'avaient pas seulement lieu entre
les particuliers; on en faisait aux empereurs et aux princes, dont on
recevait de semblables dons de la main à la main. Dans la suite, le
sénat fit offrir les monnaies l'empereur dans une patère d'or, par
le préfet de la cité. Honorius fixa ces présens à une livre d'or,
et l'empereur faisait distribuer aux magistrats et aux personnes de
distinction, d'autres monnaies ou médailles, le plus souvent frappées à
son image. On trouvera des lampes semblables à la nôtre, rapportées par
Bellori (_Luc. sep. P. III, Tab. V_) et Passeri (_Luc. fic. P. I, Tab.
VI_).

FIG. V. Lampe à une seule mèche. Victoire aîlée, tenant une palme et
une couronne, et posant sur un globe; c'est ainsi que la Victoire est
ordinairement représentée sur les médailles.

[Illustration: page 47]



PLANCHE IV.
(_P. 7, 8, t. VIII de l'Edition royale_.)


Nous nous contentons de rapporter dans cette planche les médaillons
de plusieurs lampes, dont la forme est peu curieuse; on y voit des
gladiateurs en différentes attitudes. L'opinion que les mânes ou les
dieux infernaux s'appaisaient par le sang humain, paraît avoir été
l'origine des combats de gladiateurs, si l'on en juge par la coutume
barbare d'immoler des prisonniers de guerre ou des esclaves dans les
funérailles des princes et des grands. L'invention de ces combats est
le plus communément attribuée aux étrusques, dont les monumens funèbres
offrent souvent de telles représentations. Quoi qu'il en soit, le goût
en fut porté jusqu'à la fureur chez les Romains, qui les admettaient
comme un divertissement au milieu des festins. Non contens d'en jouir
comme d'un spectacle, des hommes libres, des chevaliers, des sénateurs
se plaisaient à s'y livrer. Les femmes même partagèrent cette fureur, et
l'empereur Sévère fut obligé de rendre un édit pour leur interdire ces
jeux sanglans. C'était le spectacle qui excitait le plus la curiosité du
peuple. Les empereurs le faisaient principalement donner à l'ouverture
des guerres, sans doute pour exciter le courage dans l'âme des soldats.
Les occasions en étaient, au reste, très-fréquentes. Les magistrats,
et sur-tout les édiles, faisaient donner des combats de gladiateurs, en
prenant possession de leurs charges; mais ce spectacle paraît avoir
été particulièrement consacré aux pompes funèbres, dans celles même
de simples particuliers, qui le prescrivaient fréquemment par leurs
testamens, et faisaient des legs ou des fondations pour qu'il fût
renouvelé à chaque anniversaire. On peut donc considérer comme lampes
sépulcrales, plusieurs de celles qui portent des images de gladiateurs.
Ces figures ne sont point toujours un monument des combats exécutés en
l'honneur des morts: l'image des cérémonies, qu'on n'avait pu exécuter,
suffisait dans l'opinion religieuse pour appaiser les mânes.

FIG. I. Gladiateur frappé à mort, et qui a abandonné ses armes.

FIG. II Celui-ci, un genou en terre, semble attendre son adversaire,
prêt à se couvrir de son bouclier et à frapper. Son casque est surmonté
d'une aigrette; le vainqueur enlevait cette aigrette, et la montrait au
peuple en signe de sa victoire: de-là Juvénal les appelle _Pinnirapi_.

FIG. III. Le casque de celui-ci est hérissé de pointes; il est prêt à
combattre et dans l'attitude proprement dite _status_, en garde.

FIG. IV. Dans ce groupe, le vainqueur considère son ennemi renversé,
comme pour s'assurer s'il est mort, prêt, sans doute, à l'action cruelle
exprimée par _repetere_, lorsque le peuple, non content de voir
couler le sang, demandait la mort du blessé, en criant au vainqueur de
l'achever: ce que celui-ci confirmait au peuple en disant, après avoir
frappé, _habet_.

FIG. V. Ce jeune homme nu, tenant une lance et un petit bouclier
(_parma_), pourrait ne pas être de l'espèce des gladiateurs, et exprimer
ici un Génie de la guerre, ou celui du dieu Mars.

FIG. VI. Le vainqueur paraît tendre la main au vaincu pour le secourir:
cet acte d'humanité, que nous n'avons point encore vu exprimé dans
d'autres monumens, rend notre lampe précieuse. C'était au peuple que le
vaincu demandait la vie, en élevant le doigt en l'air. Nous voyons sans
doute ici ces gladiateurs représentés au moment qui suit cette action.
De cette coutume venait l'expression _ad digitum pugnare_, quand les
deux champions convenaient de ne point se faire de quartier jusqu' ce
signe.

FIG. VII. Figure de mime, coiffé d'un bonnet pointu, armé d'un bouclier
et d'un bâton fendu propre à faire du bruit; cette caricature pourrait
donner à penser qu'on admettait quelquefois des bouffons dans les jeux
des gladiateurs: on sait, au reste, que les mimes faisaient partie des
pompes funèbres.

FIG. VIII. Athlète armé de cestes pour le combat du Pugilat.


[Illustration: page 62]



PLANCHE V.
(_P. 9, t. VIII de l'Edition royale_.)


FIG. I. Dans cette lampe, un homme couché par terre saisit un taureau
fougueux par les cornes: un cheval lancé au galop, la bride
flottante sur le cou, est de l'autre côté. Ce groupe représente
très-vraisemblablement la chasse du taureau, qui avait lieu dans les
jeux du cirque. César, étant dictateur, donna le premier aux Romains
le spectacle de cette chasse, inventée par les Thessaliens. Un cavalier
poursuivait le taureau flanc à flanc, et lorsque l'animal était fatigué,
il lui sautait sur le dos et le renversait à terre par les cornes.
(_Plin. VIII_, 45.--_Suet. Claud._ 21.) Une ancienne épigramme peint
vivement cette course, et représente le Thessalien jetant un nœud
dans les cornes du taureau, qu'il fait plier et qu'il renverse en un
clin-d'œil. (_Reiske. Anth._ 728.) Ici le cavalier étendu par terre,
profite habilement de sa situation pour entraîner l'animal; l'ordonnance
du groupe donne à penser que cet homme s'est élancé de son cheval sur le
taureau, qu'il a glissé par le mouvement rapide de la course, et qu'il
saisit la victoire avec présence d'esprit: il serait encore possible que
cette situation fût un tour d'adresse. Ces sortes de jeux, qui se sont
conservés dans nos provinces méridionales, et sur-tout en Espagne, se
font pied comme à cheval, et donnent encore de nos jours l'occasion
d'admirer ce que peut l'adresse contre la force.

FIG. II. Cette autre lampe représente un quadrige en pleine course;
suivant un exemple fréquent, les accessoires sont négligés et le char
est représenté par une roue seulement. Le conducteur est vêtu d'une
ample tunique resserrée par des bandes servant de ceinture; d'une main
il agite son fouet, et de l'autre tient les rênes qui sont liées autour
de son corps: cet usage avait pour but de s'assurer des chevaux, et de
les gouverner avec plus de force; il mettait cependant très-souvent
le conducteur en grand péril: c'est ainsi que Sophocle a peint Oreste;
qu'Euripide, Ovide et Sénèque ont peint Hippolyte entraîné dans ces
nœuds dangereux; c'est encore ce que notre divin Racine, qui avait une
connaissance profonde de l'antiquité, a exprimé dans ce vers bien connu:

Dans les rênes lui-même il tombe embarrassé.

[Illustration: 55]



PLANCHE VI
(_P. 10, II, t. V de l'Edition royale_).


Fig. I. Le sujet de cette lampe vraiment curieuse est un coq avec une
palme, qui dénote la victoire remportée par cet oiseau dans un combat.
Les combats de coqs étaient célèbres dans la Grèce. Ælien rapporte que
lorsque Thémistocle marchait contre les Perses, il fit remarquer à son
armée deux coqs qui se battaient avec acharnement, animant ses soldats,
par cet exemple, à combattre courageusement pour leur patrie; et qu'à
cette occasion, une loi prescrivit que chaque année, dans un jour
déterminé, on donnerait sur le théâtre d'Athènes, le spectacle d'un
combat de coqs. Ces oiseaux avaient des maîtres pour les dresser (_avium
lanistæ_). On leur faisait manger de l'ail pour les rendre plus ardens,
et on armait leurs pattes d'éperons de fer; ce qui a donné lieu au
proverbe grec, _lève l'éperon quand tu combats_. Les plus estimés
étaient ceux de Rhodes et de Tanagra en Béotie. Les spectateurs
s'intéressaient si vivement à la victoire de l'un des deux champions,
qu'ils faisaient en leur faveur des gageures considérables, au point
même de dissiper leur patrimoine, si l'on en croit Columelle (_VIII_,
2.). Ces spectacles, dans son opinion, paraissaient avoir été plus
propres aux anciens Grecs qu'aux Romains. Pline, du moins, en parlant de
son temps, dit que tous les ans on donnait, à Pergame, un spectacle
de coqs. Le coq combattant servait de signe pour les monnaies des
Dardaniens; on voit un coq avec deux épis (peut-être deux palmes) sur
une médaille de _Dardanis_ ou Troye (_Thes. Brit. tome_ I, p. 254); on
le trouve avec la palme, comme dans notre lampe, sur une autre médaille
d'Athènes (_Ibidem, pl._ 213). On donnait encore, dans la Grèce et à
Rome, des combats de cailles, qui se signalaient aussi-bien que les
coqs par leur courage et leur obstination. Les Anglais se montrent
très-curieux de ces sortes de combats, et ne sont pas moins fous dans
leurs gageures que ceux dont parle Columelle; ils ont pris le goût
de ces jeux dans les Indes, où les grands en font un de leurs
divertissemens. Un combat de coqs est le sujet d'une très-belle et
curieuse gravure d'Earlom, ou l'on voit un coq, tenant pour le colonel
Mordaunt, se battre victorieusement contre le champion d'un Nabab. On
pourrait citer en plaisantant les combats de coqs qui se donnaient pour
Auguste et pour Antoine. Le coq d'Auguste était toujours vainqueur.
(_Plut. Vie d'Ant._)

FIG. II. La cigogne qu'on voit sur cette lampe, est le symbole de la
piété filiale, et, par cette raison, elle pourrait désigner une lampe
sépulcrale; c'était aussi le symbole du printemps (_titulus tepidi
temporis_): on voit la cigogne sur les médailles des familles _Antonia_
et _Cœcilia_.

FIG. III et V. Ces deux lampes, chacune à deux mèches, sont sans
figures, mais elles méritent d'être remarquées pour leur forme, la
beauté du travail, et le goût des ornemens.

FIG. IV. Cette lampe, endommagée, et d'un travail assez grossier, est
intéressante par le sujet qui représente Cybèle assise entre deux lions,
et ayant auprès d'elle, d'un côté, le jeune _Atys_; de l'autre un arbre
d'où pendent des tambours (_tympana_), et sur ses genoux, une clé ou un
autre objet; sa tête est couronnée de tours. La plupart de ces objets
se devinent pour être les attributs de la déesse, plutôt qu'ils ne se
distinguent. On célébrait en l'honneur de Cybèle, dite la mère des Dieux
ou la _grande mère_, outre les fêtes si fameuses, des fêtes de nuit dans
l'intérieur des familles, de veillées (_pervigilia_). On pourrait dire
avec quelque fondement, que les lampes qui représentent Cybèle et _Atys_
ensemble, ou séparément, étaient consacrées à ces sortes de fêtes.

[Illustration: 60]



PLANCHE VII.
(_P._ 11, 12, _t. VIII de l'Edition royale_.)


FIG. I. On voit sur cette lampe l'un de ces gladiateurs, dits,
_Retiarii_, de leur manière de combattre. Le gladiateur _Retiarius_
portait d'une main _des rets_, dont il cherchait à envelopper son
adversaire; son arme principale était un harpon ou un trident; il avait
quelquefois de plus un poignard ou une épée courte, comme on le voit
ici; son vêtement était une tunique; il portait un bonnet (_pileus ou
galerus_) qui devait laisser à découvert son visage, qu'il présentait
avec affectation aux spectateurs. L'adversaire était désigné
généralement par le nom de Gaulois, et plus particulièrement par
celui de _Mirmillon_; c'est encore à celui-ci que paraît appartenir la
dénomination de _Secutor_, employée par Suétone dans la description d'un
combat, où un _Retiarius_, reprenant l'avantage, tue coups de trident
les cinq ennemis vainqueurs de son parti (_Caligul._ 30). Ce combat
bizarre était l'image d'une pêche, et, pour la rendre plus complète,
le _Mirmillon_ portait sur son casque un poisson; et son ennemi, en le
poursuivant, s'écriait: «J'en veux au poisson, je n'en veux point à toi:
ô Gaulois, pourquoi me fuis-tu»? Juvénal, dans la 8e Satyre (_v._ 200
_et suiv._), fait paraître un sénateur, _Gracchus_, s'exposant, sous
le rôle d'un _Retiarius_ mal-habile, à une ignominie plus grave que des
blessures: nulle part l'appareil de ce genre de combat n'est décrit avec
plus de précision.

FIG. II à VI. Lampe à trois mèches, en forme d'autel à trois pans, sur
lequel pose une espèce de vase quadrangulaire; trois figures servent
d'ornement à chaque face de l'autel. Dans l'une, on peut reconnaître
Apollon; dans la seconde, le dieu Mars; et dans la troisième, la
Fortune, désignée par le sceptre et la corne d'abondance, si ce n'est la
Concorde, suivant ce que nous en avons dit propos de la _pl. II du
tome V_. Ces Divinités sont, sans doute, réunies dans ce monument comme
l'objet d'une dévotion particulière. Les détails que nous donnons de
cette lampe curieuse la présentent sous tous les aspects. Le dessin
au trait est le plan du pied sous lequel on lit _C. CORVINVS_, nom qui
paraît être celui du fabricant.

[Illustration: 63]



PLANCHE VIII.
(_P._ 13, 14, _de l'Édition royale_.)


FIG, I et II. Lampe à quatorze mèches, en forme de barque. Les quatre
traverses semblent exprimer les bancs des rameurs, proprement dits
_transtra_.

FIG. III et IV. La forme de cet ustensile a, paru peu appropriée à une
lampe; cependant, et malgré la petitesse de son orifice, elle répugne
encore plus à l'espèce de vase, dit _infundibulum_ ou _guttus_, à
laquelle on a voulu la rapporter. Nous ne reconnaissons dans ce vase
autre chose qu'une lampe, dont la mèche très-mince devait fournir une
lumière de longue durée, destinée probablement éclairer un tombeau: le
petit bassin qui est au milieu servait à introduire l'huile. La figure
représente un gladiateur.

FIG. V et VI. Cette lampe à douze mèches est d'une forme élégante
et d'un bon travail. Deux branches de chêne avec les feuilles et des
glands, en font l'ornement. Les couronnes de chêne sont très-fréquentes
sur les lampes comme sur les médailles. On peut considérer les deux
branches ou comme exprimant la récompense civique, ou comme un emblême
relatif au culte de Jupiter et de Junon, Divinités protectrices des
cités, et auxquelles le chêne était consacré.

[Illustration: 66]



PLANCHE IX.
(_P._ 15, 16, _t. VIII de l'Edition royale_.)


FIG. I. Lampe à une seule mèche. Du milieu s'élève une anse avec un œil
pour servir à la suspendre.

FIG. II. Lampe, à douze mèches, semblable celle de la planche
précédente.

FIG. III. Celle-ci est remarquable par sa triple forme dont chacune a
son récipient, sa bouche et son orifice, sans communication. La lampe
du milieu figure une conque; les deux lampes latérales sont en forme
de colombes ou d'oies; ce qui pourrait annoncer que cette espèce de
candélabre servait aux veillées de Vénus ou de Priape. La séparation des
récipients indiquerait qu'on allumait une mèche à mesure qu'une
autre s'éteignait. On retrouve les traces de cet usage dans une jolie
épigramme de l'Anthologie (_VII, ép._ 16) «Cléophantide tarde encore, et
déjà, s'affaiblissant peu à peu, va s'éteindre la _troisième_ lumière:
ah! pourquoi avec la lumière ne s'éteint point le feu qui me consume!
combien de fois, combien ne m'a-t-elle pas juré par Vénus, qu'elle
viendrait sur la brune! Mais la parjure se rit et des hommes et des
Dieux».

FIG. V et VI. Cette lampe produisant neuf lumières, est garnie de
trois anses servant à la suspendre. Les masques qui en font l'ornement,
indiquent qu'elle était destinée à un théâtre ou à une salle de festin.
Martial désigne l'emploi de ces lampes dans les festins, sous la
dénomination de _Polymixi_, à plusieurs lumignons. Si les lampes de
métal étaient plus en usage dans les maisons aisées que celles de terre,
ces dernières cependant n'étaient point dédaignées, et la délicatesse
qui se fait remarquer dans l'exécution de la nôtre, prouve qu'on y
mettait quelque prix.

[Illustration: 69]



PLANCHE X.
(_P._ 17, 18, _t. VIII de l'Edition royale_.)


FIG. I. Nous ne reconnaissons point, avec les Académiciens d'Herculanum,
une chouette dans l'oiseau imprimé sur cette lampe; c'est plutôt un
épervier, emblême du Soleil, ou de la divinité d'Osiris. Cet oiseau
pourrait encore être considéré dans une lampe, comme augural. Il
avait été désigné comme tel, et placé au premier rang par Phœnomoë,
prophétesse du temple de Delphes; on en tirait des augures pour les
mariages et pour la prospérité des troupeaux (_Pline, liv. X, chap._ 8).

FIG II. Lampe remarquable seulement par l'entourage du médaillon et la
finesse du travail.

Les quatre autres lampes ont pour ornement différentes figures
d'animaux qui, comme victimes, peuvent être l'expression d'une dévotion
particulière envers la Divinité, à laquelle chacun d'eux est consacré.

FIG. III. Une chèvre. On sacrifiait une chèvre blanche à Vénus
populaire, et une chèvre noire Pluton. C'était aussi, suivant Servius,
l'une des victimes qu'on offrait à Esculape.

FIG. IV. Un lapin mangeant un raisin. Comme dévastateur des vignes, cet
animal était, ainsi que le lièvre, consacré à Bacchus; c'est ce qui est
formellement exprimé dans cette épigramme de l'Anthologie (_VI, cap._ 7,
_ep._ 7). «Je vis un lièvre couché dans une vigne consacrée à Bacchus,
et mangeant le raisin. J'avertis le vigneron, et celui-ci d'un coup
de pierre écrasa la tête à l'animal, et, le prenant, dit tout joyeux:
J'offre à-la-fois à Bacchus, la victime et le dédommagement». Les
lièvres et les lapins étaient encore consacrés Vénus, aux Amours et à
Diane.

FIG. V. Un porc; c'était la victime particulière du dieu Silvain et des
dieux Lares: on l'offrait aussi à Vénus, à Minerve, aux Dieux nuptiaux
et à Priape.

FIG. VI. Un daim, animal consacré à Diane. Les daims et les chevreaux
appartiennent encore Bacchus et à ses suivans, à cause de leur
pétulance.

[Illustration 72]



PLANCHE XI.
(_P._ 19 _de l'Edition royale_.)


FIG. I. Lampe de bronze à deux becs, d'une forme élégante et d'un
travail précieux. Le corps de la lampe est orné d'arabesques; et l'anse,
d'un feuillage en éventail. Il part de l'anse une petite chaîne qui
vient se rattacher au pied de l'oie ou du cygne, groupé avec un petit
génie prêt l'étouffer. Ce groupe, qui sert ici de couvercle, est,
sans doute, l'emblême de la force de l'amour. La même action se trouve
répétée dans plusieurs monumens antiques.

FIG. II et III. Ces deux dessins représentent les plans de la même
lampe, pris en dessus et en dessous, en ôtant le bouchon orné du petit
groupe.

[Illustration 74]



PLANCHE XII.
(_P._ 22, 40, _t. VIII de l'Edition royale_).


Six lampes de terre cuite, dont nous donnons les médailles seulement.

Fig. I et II. Diane ou la Lune caractérisée par le croissant, et Apollon
ou le Soleil caractérisé par les rayons. Ces Divinités qui président à
la lumière, ou leurs emblêmes, servent très-fréquemment d'ornemens aux
lampes.

Fig. III. Un Pégase grossièrement exprimé. Cet emblême convient à
la lampe d'un poète: si la lampe est sépulcrale, le cheval aîlé fait
allusion au transport des âmes dans l'Olympe, comme on le voit,
dans quelques médailles et dans quelques pierres gravées, exprimer
l'apothéose: telle est la médaille d'Antinoüs, sur laquelle Mercure
guide Pégase portant au ciel cet autre Ganimède (_Passeri Gemm. astrif.
t. III, p._ 115); telle est encore la gemme, où l'on voit Drusus
Germanicus s'élevant au ciel sur le cheval ailé (_Spanh. de us. et
prœest. Num. p._ 277).

Fig. IV. Griffon, emblême du Soleil ou d'Apollon, comme le démontre,
sans parler d'autres.

_Tome VI_. LAMPES. monumens, la statue du musée Napoléon, salle des
Saisons; cet emblème appartiendrait fort bien à un musicien. C'est ainsi
que le Griffon que l'on voit dans un bas-relief de la villa Albani,
désigne le talent de la femme d'un certain Hermias, à laquelle ce
monument de la piété conjugale est consacré. (_Gaet. Marini. Marm. Alb._
p. 78).

Fig. V et VI. Une écrevisse et un bélier. On ne peut les considérer ici
comme signes du Zodiaque: le bélier du Zodiaque est dans une attitude
différente, et les anciens n'ont jamais donné la forme de l'écrevisse,
mais toujours celle d'un crabe, au signe qui suit les gémeaux.

Fig. VII et VIII. Lampe de bronze en forme de barque, et vue de face et
de profil; l'anse est ornée d'un beau masque tragique, dont l'épaisse
chevelure est frisée en anneaux ou cannelures; d'où l'on disait, les
cheveux ainsi arrangés, _calamistrati_.

[Illustration 77]



PLANCHE XIII.
(_P._ 23, _t. VIII de l'Edition royale_.)


Fig. I et II. Trois poissons et un lion courant. Le lion pourrait être
considéré comme un signe du Zodiaque: il serait moins heureux d'en dire
autant des trois poissons.

Fig. III et IV. Lampe de bronze. L'anse est ornée d'arabesques à jour,
sur lesquels pose une chauve-souris, les aîles étendues. Le premier
emblême qu'offre cet animal, est celui de l'approche de la nuit, et
il est là comme pour avertir de chasser l'obscurité par la lumière des
lampes. On pourrait encore voir, dans sa présence, une intention plus
recherchée; il rappelle l'aventure des filles laborieuses de Minée, qui
s'attirèrent le courroux de Bacchus pour avoir profané ses fêtes par le
travail. Alors cette lampe devient sacrée, comme appartenant aux fêtes
de Bacchus, et rappelant le respect qu'on doit à cette divinité. La
chauve-souris peut encore servir d'emblème à l'amour du travail qui fuit
le sommeil, ou bien à l'amour maternel; car cet oiseau étant le seul
qui puisse offrir le lait à ses petits, il servait à exprimer dans les
tableaux, la mère qui prenait ces tendres soins. Les lampes étaient au
nombre des apophorètes, c'est-à-dire, des présens qui se faisaient dans
les festins, aux saturnales et au nouvel an; et l'on peut penser que les
personnes délicates savaient ajouter quelque prix à leurs dons par des
emblèmes ou par des allusions ingénieuses.

[Illustration 80]



PLANCHE XIV.
(_P._ 25, 26, _t. VIII de l'Edition royale_.)


FIG. I. Lampe de bronze à deux becs. L'anse est surmontée d'un masque.
La forme convexe du couvercle donnerait à penser qu'il servait à un
double usage, c'est-à-dire, à éteindre la lumière: quelques personnes
avaient coutume, par une sorte de superstition, de laisser les lampes
s'éteindre d'elles-mêmes; mais l'odeur désagréable qui se répand après
l'extinction, et dont la malignité, selon Aristote, va jusqu'à produire
l'avortement, détournait les gens éclairés de cette pratique incommode
et dangereuse.

FIG. II. Autre lampe de bronze, qui n'a rien de remarquable, si ce
n'est le couvercle en forme de ces vases, dits _gutti_ ou _infundibula_,
servant verser l'huile goutte à goutte.

FIG. III. Cette lampe singulière prend sa forme principale d'une feuille
de figuier, sur laquelle se déploient en arabesques des fleurs de
lotus ou d'hyacinthe. Du milieu sort une demi-figure coiffée du bonnet
phrygien, ayant à la main un _pedum_ ou un autre instrument, et tenant
des fruits dans le pli forme sur son sein, par la draperie qui descend
de son épaule: il serait difficile de rapporter la figure avec précision
à quelque Divinité connue. Peut-être a-t-on eu l'intention d'exprimer
Atis, Le favori de Cybèle, entouré des productions de la terre.

FIG. IV. Cette lampe fracturée a pour sujet principal un masque scénique
d'une grande beauté; les autres ornemens sont également finis et
recherchés: on peut la ranger parmi les monumens bachiques. Les têtes
de griffons qui paraissent aux côtés, conviennent à Bacchus; et, comme
emblêmes du Soleil, désignent l'Orient, où le Dieu donna ses lois, et
vit naître son culte.

[Illustration 83]



PLANCHE XV.
(_P_, 27, 69, _t. VIII de l'Edition royale_.)


FIG. I. Lampe de terre à dix mèches. Elle est d'une si petite
proportion, qu'on ne peut supposer qu'elle a été mise en usage. On
trouve, dans les cabinets des amateurs, divers ustensiles remarquables
comme celui-ci, par leur petitesse; et l'on doit se rappeler à
cette occasion qu'on faisait chez les anciens, ainsi que parmi nous,
l'imitation en petit d'une infinité d'objets pour amuser les enfans;
ces présens avaient lieu principalement le jour natal, de la part des
parens, des amis et même des serviteurs. Les poètes comiques nous ont
aussi conservé la mémoire de ces usages (_Plaut. Bud. IV_, 4, _v_. 110).
L'inscription qui est sous la lampe porte _C. TV. PRI._ qu'on peut lire
_Caius TVllius PRIscus_ ou _PRImitivus_ ou _PRImus_; noms qui désignent,
sans doute, le fabricant.

FIG. II. Lampe à deux mèches en forme de poisson.

FIG. II. Autre à quatre mèches, remarquable seulement par le croissant
qui termine l'anse.

FIG. II. Autre en forme d'oiseau grossièrement exprimé. Un trou sur le
dos servait à introduire l'huile; à la place des ailes sont les godets
pour placer les mèches. On reconnaît une colombe dans cet oiseau, qui
peut signifier que la lampe est une de celles consacrées aux veillées de
Vénus.

FIG. II. Lampe de bronze. L'anse est ornée d'une tête de cheval; de la
bouche part une chaîne qui se rattache à l'anneau d'un bouton fermant
l'ouverture de la lampe; le support est un trépied à griffes de lion,
orné d'une large feuille travaillée avec recherche.

FIG. V. Autre lampe de bronze, dont l'anse se termine en tête de
griffon. Elle a pour support un trépied élégant, dont le motif est
l'union de trois dauphins, ayant dans la bouche une conque marine, et
soutenant un disque avec leurs queues.

[Illustration 86]



PLANCHE XVI.
(_P_. 28, _t. VIII de l'Edition royale_.)


Lampe de bronze à trois becs, représentée de face et de profil; son
couvercle a pour ornement une figure qui se tient en équilibre sur un
seul pied. Le bonnet pointu dont ce baladin est coiffé, était propre
aux mimes et aux danseurs; il porte une espèce de ceinture ou plutôt de
caleçon, dite chez les Romains _subligar_ ou _subligaculum_; cette pièce
de vêtement, que les hommes et les femmes employaient dans les bains,
était particulièrement à l'usage de tous les acteurs, de peur que les
yeux du public, dit Cicéron, ne fussent offensés par quelqu'accident
contraire à la pudeur. Notre baladin tient dans sa main droite une
chaîne où pend un instrument à pointe et à crochet, destiné à gouverner
le lumignon. Le couvercle est tout-à-fait mobile, et la figure n'y tient
elle-même que par une aiguille, et peut s'enlever à volonté. La
lampe, ainsi ornée de la figure, paraît destinée à être posée sur un
candélabre.

[Illustration 88]



PLANCHE XVII.
(_P_. 29, _t. VIII de l'Edition royale_.)


FIG. I. Sur cette lampe, on voit un jeune homme aîlé et coiffé
d'un bonnet pointu, tenant un objet qu'on a pris pour un instrument
champêtre, mais qui pourrait être aussi une espèce d'étendard
(_vexillum_).

FIG. II. Lampe à deux mèches, ayant pour ornement deux figures placées
sur des piédestaux. Leur attitude est celle que nous avons considérée
sur d'autres antiques, comme étant propre aux dieux Lares. Cette lampe
était, sans doute, destinée brûler devant ces divinités domestiques.

FIG. III. On voit dans celle-ci une tête d'éléphant assez mal figurée,
mais dont on distingue bien les défenses et la trompe. La tête
d'éléphant peut être l'emblème d'une victoire ou d'une conquête.

FIG. IV. Lampe à deux mèches, caractérisée par le croissant et par la
figure qui est celle de Diane, ou d'une nymphe de sa suite. La tête
a une expression sévère; les cheveux négligés sont retenus par des
bandelettes; l'épaule est nue; l'arc est traité avec le plus grand soin,
et l'on remarque à l'extrémité, entre deux boutons, la place destinée à
recevoir la corde.

FIG. V. Le personnage vêtu d'une ample draperie et armé de thyrse, donne
à cette lampe un caractère bachique.

FIG. VI. Celle-ci, de la même forme que la quatrième, a pour sujet un
Amour ou un Génie tenant deux pommes ou deux balles, trophées glorieux
de la beauté, ou emblèmes des jeux de l'enfance.

[Illustration 91]



PLANCHE XVIII.
(_P_. 30, 31, _t. VIII de l'Edition royale_.)

FIG. I et V. Dans ces deux lampes, on remarque le buste d'un jeune homme
ou d'une jeune femme, ayant derrière elle un croissant dont les pointes
s'élèvent au-dessus des épaules. Dans la première, on voit de plus un
aigle posant sur un globe, et levant la tête vers les cieux. L'oiseau de
Jupiter ne laisse aucun doute sur le sens de cet emblème qui exprime une
apothéose, dont le personnage demeure inconnu. Cet honneur n'appartenait
point exclusivement aux Empereurs: de simples citoyens le recevaient
de la piété et de la vénération de leurs proches. Les médailles
représentent les âmes déifiées dans la Lune, parce qu'une opinion
religieuse admettait que cet astre devenait leur séjour (_Buonarotti
Med. p._ 44 _à_ 46). Dans les médailles des deux Faustines, on voit la
Lune au-dessous de la figure avec la légende _SIDERIBVS RECEPTA_,
_reçue parmi les astres_. Ici la situation de la figure entre la Lune
et l'aigle de Jupiter, semble exprimer que l'âme s'élève jusque dans
l'Olympe. Les deux lampes peuvent se ranger dans la classe des lampes
sépulcrales.

FIG. II. Le Dauphin entrelacé avec le trident, consacre cette lampe à
Neptune. On peut en dire autant de la Fig. VII.

FIG. III. Un temple, deux dauphins et un dragon, ou monstre marin.
Cette lampe pourrait être regardée comme un monument votif, consacré en
reconnaissance d'un heureux voyage.

FIG. IV. Cette figure symbolique posant sur deux dauphins, ayant la
tête chargée d'ornemens peu distincts, peut représenter quelque divinité
marine. Au caractère sinistre imprimé dans ses traits, nous ne sommes
point éloignés d'y reconnaître l'image de Scylla.

FIG. V. Un corbeau tenant une branche de laurier, emblême relatif à
Apollon.

FIG. VIII, IX et X. Lampe, ou plutôt espèce de lanterne qui devait se
compléter par une garniture mobile. Nous en donnons la vue, la coupe
et le plan; le cylindre qui part du fond était destiné recevoir le
lumignon, comme l'atteste l'orifice noirci par la fumée; l'huile
s'introduisait par l'un des côtés, et se répandait par un trou dans le
récipient principal.

[Illustration 94]



PLANCHE XIX.
(_P_. 32, 33 et 34, _t. VIII de l'Edition royale_.)

FIG. I. Cette lampe de terre, d'un dessin très médiocre, a pour sujet
deux mains unies avec le caducée: c'est le signe bien connu de la
concorde et de la bonne-foi. Ce symbole était devenu le plus usité pour
exprimer l'alliance conjugale; après les guerres civiles, il servit
d'étendard aux compagnies romaines, et l'on trouve souvent ce signe
militaire sur les médailles avec l'épigraphe: _Concordia militum_.

FIG. II. Bellori (_par. II, pl. XXIV_), et Montfaucon (_tom. V, pl.
CXXIV_), rapportent une lampe absolument semblable à la nôtre, à
l'exception que la flèche, dont la forme est ici très distincte, paraît
être un thyrse chez ces auteurs. Ils ont vu, dans ce jeune homme, un
suivant de Bacchus, prêt à frapper, ou menaçant un chien, qui s'élance
sur lui; l'instrument noueux et recourbé est plutôt un bâton de chasse
qu'une massue héroïque. Il faut corriger les dessins de Santi-Bartoli,
ordinairement inexacts, par le nôtre, et reconnaître dans ce sujet
Actæon, qui se défend de ses propres chiens, aux yeux desquels il
paraissait être un cerf. Un sarcophage de la villa Borghèse représente
Actæon presque dans la même attitude.

FIG. III. Cette lampe en terre cuite est l'une des plus curieuses de la
collection; posant sur une base, elle forme une espèce de candélabre. La
figure principale représente le génie d'Hercule appuyé sur une massue;
la peau du lion vient se nouer sur sa poitrine, et ses aîles étendues
embrassent le corps de la lampe. La tête qui sert d'ornement à la base
est un masque bachique orné de feuilles de vigne ou de lierre, avec des
fleurs ou des corymbes. Hercule et Bacchus, dont la présence est ici
rappelée par des symboles, sont deux Divinités souvent réunies dans le
culte des anciens.

FIG. IV. Cette lampe, d'un travail médiocre, ayant pour ornement quatre
chiens en course, appartient au culte de Diane.

[Illustration 97]



PLANCHE XX.
(_P._ 35, 36, _t. VIII de l'Edition royale_.)


Les cinq premières figures sont les médaillons d'autant de lampes.

FIG. I. Tête du dieu Pan, dont le caractère réside dans les cornes et
les oreilles de bouc, et dans la barbe épaisse.

FIG. II. Masque de satyre.

FIG. III. Masque comique caractérisé par la largeur de la face,
l'élévation des sourcils, et les cheveux roulés en couronne; coiffure
propre aux valets sur la scène.

FIG. IV. Masque de faune ou de silène; il est groupé avec une draperie,
comme les masques le sont très-souvent dans les ouvrages de l'art.

FIG. V. Masque tragique, comme on le voit par l'expression larmoyante
et la chevelure en tresses relevées sur le front, et pendantes sur
les côtés. La bouche fermée semble indiquer que c'est le masque d'un
danseur, ceux des histrions ayant ordinairement la bouche ouverte.

Les masques scéniques, dans les monumens funéraires, font allusion à la
brièveté de la vie dans laquelle nous ne faisons qu'un rôle éphémère;
les masques de faunes, de satyres et des Divinités champêtres,
rappellent aussi les jouissances passagères que la mort inattendue
vient terminer. Les anciens regardaient ces images multipliées comme un
avertissement continuel de mettre à profit, pour la sagesse ou pour les
plaisirs, les instans rapides et sans retour.

FIG. VI à XIV. Sept lampes, dont deux sous les nos IX. et X, XII et
XIII, sont représentées en deux dessins: ces lampes ne sont remarquables
que par les inscriptions exprimées en relief sur le fond. On trouve
ordinairement dans ces petits monumens, les noms au second cas, comme
_VETILI_, _ATIMETI_, et il faut sous-entendre _ex officinâ_, _ex
figlinâ_... de la fabrique ou de la tuilerie d'un tel. _ATIMETI_ est un
surnom; il en est de même de _CELSI_ écrit en grec: _VETILI_ et _TITIN_,
c'est-à-dire _Titinni_, sont des noms de famille. Les deux autres
inscriptions, nos VIII et XI, sont moins claires, et pourraient contenir
des abréviations. La dernière lampe porte pour signe l'empreinte de deux
pieds humains, où l'on voit les inscriptions PVI et PVR. On a trouvé
dans les fouilles d'Herculanum plus d'une vingtaine de lampes, avec
l'empreinte de deux pieds ou d'un seul. On peut, avec quelque raison,
considérer cette marque comme une espèce de cachet. On connaît des
anneaux qui se distinguent par le même signe; c'est particulièrement
le symbole de la possession et de la propriété: les lettres qui
l'accompagnent en complètent le sens, en indiquant un nom, comme
_Publius VIbius PURpuratus_, ou tout autre qui s'accorderait avec les
mêmes initiales.

[Illustration 101]



PLANCHE XXI.
(_P._ 38, 39 et 40, _t. VIII de l'Édition royale_.)


Huit lampes de bronze, chacune de la même forme, avec une anse recourbée
qui se termine par des têtes d'animaux. Ces figures peuvent exprimer une
dévotion envers les Divinités auxquelles chacune d'elle est consacrée.
Ainsi, le cygne se rapporte à Vénus, le cheval à Neptune, le dauphin au
même Dieu ou à Apollon, la panthère à Bacchus, le lion à Cybèle. Le roi
des animaux peut encore rappeler les exploits d'Hercule, ou s'offrir
comme symbole de la force.

[Illustration 103]



PLANCHE XXII.
(_P._ 44, 45, _t. VIII de l'Édition royale_.)


FIG. I et II. Lampe de bronze vue de face et de profil, d'un beau
travail et d'une forme élégante.

FIG. III et IV. Autre lampe de bronze, avec un couvercle à charnière.
Le principal ornement est une coquille qui forme l'anse; on y voit aussi
deux pommes: ces divers emblèmes conviennent au culte de Vénus.

FIG. V. Lampe de terre, comme le sont les deux autres. Le médaillon,
orné d'un bel entourage, représente un lion à crinière flottante,
assis pacifiquement comme un chien: ce lion peut offrir l'emblème de la
modération.

FIG. VI. On voit sur cette lampe un vaisseau, dont la proue est ornée
d'une tête de panthère. Les anciens se plaisaient presque toujours à
donner aux proues des vaisseaux la forme d'un animal, et c'était de-là
que le navire tirait quelquefois son nom. Le petit bateau qui accompagne
le bâtiment est de la même forme.

FIG. VII. Cette lampe, assez semblable pour la forme à celle du n°. V,
a pour ornement deux colombes posées sur les anses du même vase, et
becquetant ensemble le même fruit ou la même feuille. Ces deux oiseaux
semblent offrir l'emblême de l'union conjugale, dans laquelle tous
les biens sont en commun. Ce symbole se rencontre fréquemment dans les
monumens sépulcraux.

[Illustration 106]



PLANCHE XXIII.
(_P._ 47, 48 et 49, _t. VIII de l'Édition royale._)


FIG. I. Cette lampe de terre fracturée a pour entourage une couronne de
feuilles, et porte au milieu du médaillon une croix enrichie de divers
ornemens, comme seraient des pierreries: ce même signe se retrouve sur
cinq lampes publiées par Arringhi (_Rom. Sotterr. lib. III_, 22), et sur
trois autres rapportées par Delachausse (_ Mus. Rom. sect. V, tab. I et
seq._). Il ne reste aucun doute que la croix représentée sur ces lampes
ne soit le symbole du christianisme, qu'il ne faut pas confondre avec
d'autres symboles égyptiens qui ont avec celui-ci quelque ressemblance.
Le frêle monument que nous publions, trouvé dans les fouilles de
Pompéia, serait l'un des plus anciens du christianisme, si l'on pouvait
supposer que l'existence de cette lampe a précédé la destruction
d'Herculanum par le Vésuve; mais c'est une circonstance dont il est
permis de douter. M. Dutheil a lu l'Institut une savante dissertation,
où il a prouvé que ces mêmes lieux ne cessèrent pas d'être habités dans
les âges suivans, quoique les villes détruites n'aient jamais recouvré
leur première splendeur, et que les traces en aient presqu'entièrement
disparu sous les villes qui leur ont succédé. Ce fait expliquerait
comment des monumens plus modernes peuvent se trouver confondus sous des
ruines avec ceux des villes antiques de la Campanie.

FIG. II. Lampe de terre d'un travail grossier, ornée d'un croissant et
d'une tête de bœuf, dont cet ustensile emprunte toute la forme.
Cette lampe peut offrir l'emblême des grands sacrifices, ou plutôt se
rapporter au culte égyptien d'Isis, dont le croissant est le symbole, et
à celui du bœuf Apis.

FIG. III. Le bas-relief de cette lampe exprime deux figures nues
penchées sur un cratère à hauteur d'appui; l'une, versant l'eau d'un
vase dans le bassin, est sans contredit une esclave, tandis qu'on
reconnaît dans la seconde la maîtresse attentive à l'exécution de ses
ordres: il s'agit sans doute ici de soins relatifs à la toilette.

FIG. IV et V. La même lampe en deux dessins; elle est à deux lumières
opposées; du milieu s'élève une anse avec un œil pour la suspendre.

FIG. VI et VII. Lampe de bronze en deux vues; elle est d'un bon travail;
l'anse est formée par deux branches qui embrassent le flanc, et viennent
se réunir à une feuille de lierre en éventail, d'où pend une chaîne avec
le bouchon servant de couvercle.

FIG. VIII et IX. Autre lampe de bronze d'une forme à-peu-près semblable,
garnie de trois chaînes pour la suspendre. Sur la partie supérieure,
on remarque un rat qui s'avance vers le lumignon; ce qui exprime
ingénieusement l'avidité de ces buveurs d'huile, dont Minerve, dans
la guerre des rats et des grenouilles, poëme attribué à Homère, refuse
d'embrasser la cause, «parce que, dit-elle, ils me font de grands
dégâts, qu'ils mangent mes couronnes, et rongent mes lampes pour en
avoir l'huile».

[Illustration 110]



PLANCHE XXIV.
(_P._ 51, _t. VIII de l'Édition royale_).


Belle lampe de bronze à trois becs. Les trois dessins en offrent la
vue sous deux aspects, avec la coupe au trait de l'un des trois becs,
jusqu'au milieu du corps de la lampe. Les ornemens en sont recherchés et
d'un travail élégant; ils consistent en trois masques et en guirlandes
de feuillage tressées avec des bandelettes; trois chaînes qui
s'attachent à chaque bec servaient à la suspendre; une quatrième chaîne
s'attache le bouton qui ferme le trou du milieu.

[Illustration 112]



PLANCHE XXV.
(_P._ 50, 52, _t. VIII de l'Édition royale._)


FIG. I et II. Lampe de bronze garnie de chaînes pour la suspendre,
représentée en deux dessins; elle est à deux becs, dont chacun est
surmonté d'un aigle, les ailes étendues, et tenant la foudre dans ses
serres, emblême qui semble annoncer que cet ustensile est consacré à
Jupiter.

FIG. III. Autre lampe de bronze à deux becs, ornée d'un masque sur les
deux faces, et garnie de chaînes.

FIG. IV. Lampe de bronze d'un bon travail; dans l'un des becs, est un
lumignon trouvé avec la lampe même. La conservation d'une substance
aussi périssable, intacte après un laps de dix-sept siècles, est une
singularité qui rend ce monument extrêmement curieux. Il est vrai que ce
lumignon n'a point été trouvé à la place qui lui convient, et où il est
représenté; il était renfermé dans l'intérieur de la lampe, et la lampe
se trouvait hermétiquement fermée par la cendre qui s'était condensée
autour du bouchon et dans les ouvertures. La privation de l'air
extérieur, et surtout de l'humidité, a permis, comme l'on sait,
l'entière conservation d'objets très-corruptibles, sur-tout quand ces
objets étaient renfermés dans des corps métalliques, ou quand ils
y étaient adhérens; ainsi on a trouvé des bonnets de laine dans des
casques de bronze, des morceaux de bois tenant à des poignées de métal,
et des monnaies de bronze retenant encore la toile qui les enveloppait.
La matière du lumignon est de lin non filé, mais en étoupe tortillée en
deux branches, comme une corde imparfaite. Le lin paraît avoir été la
matière le plus constamment employée à cet usage, dans une antiquité
très-reculée. La culture du coton, très-anciennement en vigueur sur les
confins de l'Égypte et de l'Arabie, suivant le témoignage de Pline (_L.
XIX, I_), ne s'était guère répandue en Europe que quelques siècles après
cet écrivain, par le moyen des Arabes qui l'introduisirent en Espagne.
On se servait encore pour les lampes, de _papyrus_ et de bouillon-blanc.
Le chanvre était d'un usage très-commun, mais il servait plus
particulièrement pour les lanternes, où le lumignon devait avoir plus de
fermeté.

FIG. V et VI. Pincettes dont on se servait pour gouverner le lumignon.

FIG. VII. Crochet faisant office de mouchettes.

[Illustration 115]



PLANCHE XXVI.
(_P._ 53, 54, _t. VIII l'Edition royale_.)


Les vases de bronze que nous donnons ici, nous ont paru appartenir au
service des lampes, comme destinés à contenir de l'huile. En consultant
les ornemens, on trouve cependant à ces vases un caractère bachique;
nous nous bornons à en donner la description sans rien affirmer sur leur
emploi.

FIG. I. Ce dessin, au trait, offre le profil d'un vase pris du côté de
l'anse, qui, dans celui-ci comme dans les suivans, fait le principal
ornement. Cette anse est formée par la figure d'un jeune satyre posant
sur un panier de raisin, et tenant dans chacune de ses mains une branche
qui va, par-dessus son épaule, s'unir au bord du vase. Le corps du vase
est absolument semblable à celui qu'on remarque sous le n° VII.

FIG. II et III. Ce vase est plus simple dans sa forme et dans ses
ornemens que le premier. L'anse est formée par une branche contournée,
ornée de feuillures: elle se termine par un médaillon, d'où sort une
tête de jeune homme, coiffée du bonnet phrygien.

FIG. IV, V et VI. L'anse de ce vase a pour sujet un Hermès d'Hercule,
proprement dit _Herméracle_, et se termine par une coquille. Le Dieu est
sans barbe: la peau du lion est jetée sur son épaule, et ses bras
sont enveloppés dans sa draperie. On rencontre des herméracles pareils
exécutés en marbre: le musée Napoléon en possède plusieurs.

FIG. VII, VIII et IX. Sur l'anse de ce vase est encore appliqué un
Hermès offrant la figure d'un jeune suivant de Bacchus; ce demi-Dieu
joue avec un lièvre, animal qui se trouve souvent dans les sujets
bachiques. Les autres attributs qui terminent l'anse sont aussi tous
bachiques; c'est le masque d'un jeune faune appliqué sur une peau de
panthère dont on voit pendre les pattes.

[Illustration 118]



PLANCHE XXVII.
(_P._ 55, 56, _t. VII de l'Edition royale_.)


FIG. I, II et III. Coupe et profil d'un petit vase destiné à recevoir
une lumière, dont l'effet était modéré par un couvercle à charnière,
percé de plusieurs trous; cette lampe était une espèce de veilleuse.
Sur le côté, on voit une petite anse. L'intérieur est rempli de plomb
jusqu'à la hauteur désignée par la teinte, dans le premier dessin; ce
qui donne au vase une assiette solide. Le cylindre indiqué dans la coupe
est de laiton; il est mobile, et faisait, dans le vase, office de lampe.
Le trait, n°. II, est celui d'un bassin, dans lequel on plaçait le vase
par une attention de propreté.

FIG. IV. Ce dessin représente une lanterne portative de forme
cylindrique, et faite de cuivre jaune; les montans sont de métal
fondu; le fond est soutenu par trois pieds en forme de boule. Le cercle
supérieur est couronné par une calotte percée de quelques trous: cette
calotte est mobile à volonté. Pour porter la lanterne fermée, la main
devait embrasser les deux branches d'où pendent les chaînes, et qui
servent de poignée. Pour ouvrir la lanterne, on élevait la branche
supérieure qui faisait monter le couvercle par le moyen du clou qui joue
dans la première branche, et de la chaîne attachée à ce clou. Sur le
plateau du fond, pose la petite lampe de forme cylindrique: nous en
donnons la coupe qui fait voir le lamperon où se plaçait le lumignon.
Sur le sommet du couvercle, est une inscription en caractères pointés,
que nous répétons au-dessus du dessin d'une manière plus lisible,
quoique les lettres mal formées ne permettent pas de la déchiffrer
parfaitement. On peut lire _TIBURTI CATUS, Tiburtius Catus_, et ces
noms peuvent être ceux du fabricant. Si on lit _TIBURTl CATIS_, il
se présente deux sens différens: l'un serait _TIBURTl CATl Sum_,
_j'appartiens à Tiburtus Catus_; ce qui ne s'éloigne pas de la coutume
qu'avaient les anciens d'indiquer de cette manière le maître d'objets ou
d'êtres de nature à s'égarer; on trouve de semblables inscriptions sur
des colliers de chiens, de cerfs et d'autres animaux, sur ceux même
qu'on mettait au cou des esclaves; l'autre sens serait _TIBURTINUS CATI
Servus, Tiburtinus esclave de Catus;_ et ce _Tiburtinus_ (nom d'esclave,
rapporté par Gruter DCCCLXXXIV, n°. II), aurait eu l'emploi particulier
de porter la lanterne devant son maître, _lanternarius_ ou _lampadarius
servus_. La lanterne se trouve ici destituée de l'enveloppe transparente
qui devait la compléter, comme le désignent précisément les deux bandes
de métal fixées par des attaches à une petite distance des montans, et
une pareille bande circulaire qui règne sur le fond. La matière le plus
communément employée à cet usage paraît avoir été la corne; de-là vient
que Plaute désigne une lanterne par le mot même de _cornu_ (_Amph. act_.
I, I. 185). Pline dit à ce sujet que la meilleure corne était celle que
donnait une espèce de bœufs sauvages qu'il nomme _uri_ (_l. XI._ 37). On
ne manque point non plus d'autorités prises dans les écrits des anciens,
pour avancer qu'on entourait encore les lanternes avec la peau des
vessies, ou avec d'autres membranes, ainsi qu'avec de la toile frottée
d'huile. On pourrait même soupçonner que la propriété du verre, adaptée
au même usage, n'a pas été ignorée des anciens. Le premier des écrivains
qui parle des fenêtres de verre, est Lactance, qui florissait sur la
fin du troisième siècle: sans entrer à cet égard dans aucune discussion,
nous nous contenterons de rapporter une autorité qui parle avec plus
de force, c'est-à-dire, la conservation de quelques morceaux de verre
trouvés à une fenêtre dans Pompéia, et déposés au musée de Portici.

FIG. V. Nous ne suivons pas les académiciens d'Herculanum dans leurs
recherches sur la véritable étymologie du mot _lanterna_, mais nous
rapportons avec eux, comme très-curieux, quoiqu'étranger à la collection
d'Herculanum, un monument trouvé dans un village près de Capoue: on voit
par l'inscription, qu'il a été érigé par un certain _Marcus Hordionius
Philargurus Labeo_ lanternier, à son épouse _Flavia Claudia Philumina_;
outre le titre bien exprimé de la profession, _LANTERNARIUS_, on
en trouve encore sur le monument le signe bien distinct, une petite
lanterne entourée de son enveloppe.

[Illustration 123]



PLANCHE XXVIII.
(_P._ 55, 58, _t. VI de l'Edition royale_).


FIG. I, II et III. Trépieds en bronze qu'on peut regarder comme destinés
à servir de support à des lampes. Nous n'avons rien à faire remarquer
dans ces trois pièces, que les ornemens; la gravure les expose avec
clarté.

FIG. IV, V et VI. Lampe de bronze à une seule mèche; elle est
remarquable par la queue pliante qui sert à la porter; la première
partie de cette queue naît à la réunion de deux têtes d'oiseaux qui
s'appliquent à la lampe; la seconde partie se termine en patte de
lièvre; se pliant en dessus, elle s'arrête en dessous sur l'alignement
de la première, qu'elle rencontre à angle droit.

[Illustration 125]



PLANCHE XXIX.
(_P._ 61, _t. VIII de l'Edition royale_.)


FIG. I. Lampadaire en bronze; il prend sa forme de deux troncs d'arbres
qui s'élèvent sur une plinthe quarrée, portée par des pieds de bœuf; sur
le sommet du tronc principal, est posé un disque ou plateau destiné à
recevoir la lampe.

FIG. II. Autre lampadaire de bronze avec son plateau; sa forme est
prise d'une canne à nœuds, se divisant par le bas en branches qui font
trépied.

FIG. III et IV. Lampe de bronze d'un très beau travail, avec des
ornemens recherchés. Elle pose sur un support en forme de trépied à
griffes de lion, et orné de mascarons sur chaque face.

[Illustration 127]



PLANCHE XXX.
(_P_. 62, 63, _t. VIII de l'Edition royale_.)


FIG. I. Le support de cette lampe peut être mis au nombre des
candélabres; c'est une colonne cannelée élevée sur une base; la base est
formée de trois pattes de lion, et les pattes sont unies par un ornement
en arabesques et des coquilles; le chapiteau est de fantaisie; dessus
pose un vase à deux anses, lequel porte la lampe dont le couvercle est
levé: le tout est de bronze et d'un travail élégant.

FIG. II. Autre Lampe avec son support; il est formé d'un tronc d'arbre,
orné de quelques feuilles et de glands. Le socle est fait au tour, et
pose sur un trépied à griffes de lion.

[Illustration 129]



PLANCHE XXXI.
(_P._ 64, _tome VIII de l'Edition royale._)


Une figure grotesque sert de principal motif ce lampadaire; c'est une
espèce de Silène, dont la physionomie, le geste et l'attitude ont
une expression comique et théâtrale. Il a pour tout vêtement un court
manteau jeté sur ses épaules; sa chaussure est le socque orné d'une
languette; le perroquet perché au milieu des deux branches, n'est point
sans rapport avec l'expression ridicule du personnage. Chaque branche du
candélabre se termine par un plateau destiné à supporter les lampes. La
figure pose sur une base quarrée à trois degrés, qui a pour support des
griffes de lion, montées chacune sur de petits socles ronds.

[Illustration 131]



PLANCHE XXXII.
(_P._ 65, _tome VIII de l'Edition royale._)


Ce lampadaire a pour motif le tronc d'un chêne dépouillé et divisé en
cinq branches, d'où pendent autant de lampes, toutes d'une forme assez
simple. L'arbre est élevé sur une plinthe rectangulaire, ayant pour
support des griffes de lion.

[Illustration 133]



PLANCHE XXXIII.
(_P._ 66, 67, _t. VIII de l'Edition royale_).


FIG I. La tige de ce lampadaire emprunte sa forme des plantes bulbeuses
dont elle imite l'élégante souplesse dans ses contours. Les deux lampes,
dans leur forme bizarre, imitent des limaçons, dont l'un est à moitié
sorti de sa coquille. Ce n'est pas sans une sorte de convenance que cet
insecte est ici rapproché d'une espèce de végétaux qui se plaisent dans
les terrains humides. Le socle représente, en quelque sorte, un autel,
étant entouré d'un feuillage en festons et orné d'un crâne de bœuf.
La plinthe à griffes de lion est d'un travail précieux; sa surface est
enrichie d'arabesques damasquinés en argent, comme le sont les ornemens
de l'autel. Un semblable lampadaire pourrait être consacré à la nymphe
d'une fontaine.

FIG. II. Cet autre lampadaire, d'un travail également beau, est d'un
style plus sévère. Une colonne cannelée en fait le motif. L'ornement du
chapiteau tient par ses volutes à l'ordre ionique: mais il ne faut point
chercher dans ces compositions de fantaisie, les proportions et les
règles de l'art. Les artistes usaient sans réserve, dans ces sortes
d'ouvrages, du droit de s'abandonner à leur imagination. Au milieu des
volutes est un masque comique, et du sommet du chapiteau partent quatre
rameaux en arabesques, qui servaient suspendre les lampes. Le dessin
n'en montre que deux; le plan du chapiteau fait voir la distribution de
tous les quatre.

[Illustration 137]



PLANCHE XXXIV.
(_P_. 69, _tome VIII de l'Edition royale._)


Ce lampadaire offre une composition agréable et animée. Sur une base
quadrangulaire s'élève une colonne cannelée en spirales, qui ont peu de
profondeur. Sur le chapiteau pose une tête couronnée d'une branche de
lierre avec ses corymbes; c'est celle d'un esclave barbare caractérisé
par les moustaches: elle sert elle-même de lampe, comme le montre le
dessin pris de profil. On introduisait l'huile par le sommet, et de la
bouche sortait le lumignon. Près de la colonne, sur un socle rond, est
un enfant d'une expression naïve et dans une attitude gracieuse; dans
le pouce de sa main gauche est passé un anneau qui réunit trois chaînes,
deux servent à suspendre une lampe; à la troisième, qu'il relève de
la main droite, pend un crochet propre à gouverner le lumignon. Cette
seconde lampe prend sa forme d'un masque scénique orné de pampres.

[Illustration 138]



PLANCHE XXXV.
(_P_. 68, 70 et 71, _t. VIII de l'Edition royale_.)


FIG. I et III. Ces deux candélabres sont remarquables par leur mécanisme
qu'on saisira facilement à l'inspection du dessin. Le pied est formé
par trois traverses horizontales qui se démontent volonté. Le fût du
candélabre pose sur un plateau qu'il traverse par un tenon fixé en
dessous à l'aide d'une cheville; à partir de sa base, le fût s'élève en
forme de pilastre, surmonté d'un Hermès à deux faces. Un vase faisant
chapiteau pose sur la tête de chaque Hermès; ce vase couronné d'un
plateau, où doit être placée la lampe, s'élève et s'abaisse volonté, au
moyen d'une tige qui joue dans le pilastre, et qu'on arrête à la hauteur
convenable avec une clef. La figure qui sert d'ornement au premier
candélabre est celle de Jupiter; on la reconnaît au diadême et à la
barbe épaisse et majestueuse. Au revers, la tête se fait remarquer par
les cornes de Jupiter Ammon. L'Hermès de l'autre candélabre est celui
de Persée, comme peut le faire penser la tête de Méduse et un instrument
crochu qui représenterait la harpé. Sur l'autre face, le buste porte les
attributs ordinaires du fils de Maïa, la bourse et le caducée.

FIG. II. Lampadaire en forme de pilastre. La surface de la plinthe qui
sert de base, est ornée d'arabesques damasquinés en bronze même. Il est
à remarquer que, dans ce lampadaire comme dans tous les autres, et comme
le démontre le dessin de la planche précédente, la tige n'est point
située au milieu de la base, mais à l'une des extrémités; cette
précaution avait, sans doute, pour but de ménager en avant une table
commode, où l'on pouvait poser les vases à l'huile, ou d'autres
ustensiles nécessaires au service des lampes.

[Illustration 141]

[Illustration 142]

[Illustration 143]

[Illustration 144]

[Illustration 145]

[Illustration 146]

[Illustration 147]

[Illustration 148]

[Illustration 149]

[Illustration 150]



PLANCHES XXXVI--XLV.
(_P_. 72, 93, _t. VIII de l'Edition royale_.)


Nous avons précédemment désigné, par le nom de _lampadaire_, les
instrumens propres à porter à-la-fois plusieurs lampes, suspendues: ces
ustensiles ont le plus souvent la forme d'un tronc d'arbre, auquel on
n'a laissé que quelques branches dépouillées de leurs feuilles. Cette
invention nous offre l'imitation des arbres consacrés à un semblable
usage, dans les fêtes champêtres. Les _candélabres_ destinés à porter
une seule lumière ont une forme plus noble, mais qui doit sans doute
aussi son origine à quelque usage familier. Le trait qui distingue
particulièrement le candélabre est la canne ou le roseau qui servait à
porter la pomme de pin ou la torche allumée: on a fixé le roseau dans
le trépied qui la recevait momentanément; on a couronné la tige d'un
disque, d'un calice ou d'un chapiteau. L'art s'est ainsi emparé d'une
forme grossière; mais en l'embellissant, il a conservé la grâce qu'elle
empruntait à la nature; dans le candélabre le plus orné, quelque
chose rappelle toujours sa naissance. Souvent là tige est une colonne
cannelée; imitation d'un faisceau de cannes. Si c'est une colonne lisse,
sa légèreté s'éloigne de la proportion mâle de l'architecture. Peu-à-peu
le luxe a déployé des ornemens plus recherchés; le disque destiné à
porter la lampe a posé sur un chapiteau: celui-ci a pris la forme d'un
vase, et le vase a reçu tous les ornemens qui lui conviennent; il a été
embelli de feuilles de chênes et d'acanthe, de pampres, de bas-reliefs
saillans, ou de travaux délicats à très-bas-relief. Ces ornemens furent
prodigués sur la coupe et sur le disque, et jusque sur la cimaise de la
tige. La richesse du travail ajouta encore un nouveau prix à l'élégance;
le disque reçut de l'emploi des métaux, l'agrément des couleurs. Sa
surface damasquinée offrit des feuillages et des arabesques rendus avec
la délicatesse qui appartient à la peinture. Les pieds des candélabres
eurent aussi des ornemens plus recherchés. La tige sembla naître d'une
touffe de feuillage. Le trépied fut formé avec les pattes et les griffes
de divers animaux, mais sur-tout du lion. Des feuilles interposées avec
goût entre l'embranchement des pattes, servirent à les lier avec grâce:
on sauva aussi la nudité de leur union, en y appliquant des roses ou
des masques. Ce pied n'offrait pas un champ assez vaste pour recevoir
beaucoup d'ornemens, il fallut y ajouter un disque dont le travail
répondit à celui de la partie supérieure. On ne peut, de toutes ces
observations, déduire une règle générale pour la composition des
candélabres; il faut les ranger parmi les ouvrages qui permettent
beaucoup la fantaisie et au goût de l'artiste. Un exemple récent prouve
le parti qu'on peut tirer des beaux modèles de l'antiquité, en les
appliquant à nos usages modernes; nous voulons parler des candélabres de
fonte qui décorent le pont du Louvre, et qui servent, en supportant des
lanternes, l'éclairer pendant la nuit.

Les candélabres que nous publions, quelqu'élégans qu'ils soient, étaient
d'un usage familier: l'art à porté plus loin ses inventions et la beauté
d'exécution dans ceux qui étaient consacrés aux usages religieux. On
peut voir ce que l'antiquité nous a laissé de plus admirable en ce
genre, dans les œuvres de J.-B. Piranesi, et dans le _Musée Napoléon_,
récemment publié par ses fils à Paris. M. Visconti, dans son musée
_Pio-Clementino_, donne des notions très-intéressantes sur ces monumens
religieux, dont nous n'avons point à offrir de modèles dans notre
collection. Nous revenons donc aux candélabres dont nous avons exposé
les dessins. Ils sont de bronze, à l'exception d'un très-petit nombre
qui sont de fer; les ornemens sont de bas, ou très-bas-relief, sortis du
jet de la fonte presqu'entièrement finis; en sorte qu'il a fallu peu de
travail pour les polir. On ne trouve guère la trace de l'outil que dans
les reliefs très-bas dont la tranche demandait à être marquée avec plus
de profondeur. Pline nous apprend que les fabriques les plus célèbres
étaient celles de Tarente et de l'île d'Égine. En commentant le passage
de cet écrivain (_lib. LXIV_), il paraît que les premières excellaient
pour la beauté de la forme; et les secondes, pour la délicatesse et
le fini des ornemens: il serait difficile de décider auxquelles de ces
fabriques il faut attribuer nos candélabres. Nous avons déjà parlé d'une
magnifique habitation voisine d'Herculanum, dont le possesseur avait
pris plaisir rassembler une grande quantité d'ouvrages de l'art des
Grecs: c'est là qu'on trouva la plus grande partie des statues, et
presque tous les bronzes de notre collection; c'est là aussi qu'on a
trouvé ceux des candélabres dont le pied est couronné d'un disque. Cette
circonstance pourrait faire penser qu'ils sont d'un travail grec, et
plutôt des fabriques d'Égine, que de celles de Tarente.

La _pl. XLV_ représente les chapiteaux de divers candélabres, dont nous
ne donnons ni le fût, ni le pied, attendu que ces parties n'offrent
qu'une répétition de ce qu'on voit dans les autres planches. (_XVIII,
XIX_), et à l'aide des rapprochemens fournis par les connaissances des
machines en usage de nos jours, parvenir à donner une idée des pressoirs
qui complètent le cellier à l'huile de Stabie; c'est ce qu'on a essayé
dans le plan _pl. XLIX_. Les renvois de ce plan suffiront pour le faire
comprendre. Les voici en deux colonnes; dans la première, nous les
exprimons en latin pour être plus agréables à ceux de nos lecteurs qui
voudraient suivre le texte de Caton.

A Pavimentum torcularii.           A Pavé du cellier.

B Pavimentum inter binos stipites. B Pavé entre les deux poteaux.

C Parietes.                        C Murailles.

D Vasa instructa juga II.          D Vases accouplés.

E Trapetes.                        E Meules.

F Areæ.                            F Aires.

G Canales.                         G Rigoles.

H Lacus.                           H Bassins où se rendait l'huile.

I Fora cum foraminibus.            I Cuves avec des trous, où l'on
                                     mettait égoûter les olives
                                     triturées avant de les jeter sur le
                                     pressoir.

K Arbores.                         K Arbres jumeaux, ou un seul arbre
                                     fendu dans lequel descendait la
                                     poutre.

L Stipites.                        L Poteaux.

M Trabes planæ.                    M Madriers.

N Trabeculæ vel tigni.             N Soliveaux ou aiguilles.

O Præla.                           O Poutre ou grand arbre du pressoir.

P Laigulæ prœlorum.                P Languettes des poutres.

Q Sucula cum senis foraminibus.    Q Treuil à six trous.



[Illustration 156]

[Illustration 157]

[Illustration 158]

[Illustration 159]



PLANCHE XLVI.--XLIX.
(_Préf. de l'Edition royale._)

Nous donnons, dans ces quatre planches, le plan et les détails d'un
moulin ou pressoir à huile, découvert en 1779 à Gragnano, l'ancienne
Stabie. Nous suivrons le plus succinctement qu'il nous sera possible,
les Académiciens d'Herculanum, dans l'explication qu'ils en ont donnée,
et dans l'heureuse application qu'ils ont faite, de la description du
pressoir de Caton, aux vestiges du pressoir de Stabie.

La _planche XLVI_ offre le plan général du pressoir avec trois coupes du
cellier où il était situé, appelé par les anciens _cella olearia,
cella torcularia_, ou bien d'un nom commun à la machine _torculum_ et
_torcular_. La longueur de la pièce était de 46 pieds et demi romains
antiques; la largeur, de 16 pieds un quart; le pavé entre les deux
vasques portait 17 pieds un quart: il était formé avec un ciment, dont
les murs étaient aussi revêtus à la hauteur de 5 pieds et demi[2].

[Footnote 2: Nous employons la mesure romaine antique pour faciliter les
rapprochemens avec le texte de Caton. Vérification faite sur plusieurs
pieds romains conservés à Portici, cette mesure répond à-peu-près, à 11
pouces du pied français; elle se divisait en 16 doigts.]


La machine à presser les olives, indiquée dans le plan par la lettre G,
est exposée en détail dans la _planche XLVII_:

Elle est placée dans une cuve assez profonde, _fig._ I, et consiste en
deux meules en forme de segment de sphère, qui se meuvent autour d'un
cylindre. Les olives sont pressées entre la partie convexe de ces
meules, et les parois de la cuve. Dans le cylindre, est un pivot qui
recevait une barre; cette barre était assujétie par la plaque de fer
qu'on voit dans le dessin des mêmes parties, pris en dessus, _fig._
2; la barre traversait les deux meules percées, comme le montrent les
_fig._ 3 et 4 Ce mécanisme est facile à saisir, et la _fig._ 5, dont
nous renvoyons en note l'explication, le démontrera d'une manière
satisfaisante[3]. Les dimensions des parties étant calculées, il s'est
trouvé que le diamètre de la cuve, pris extérieurement, était de 3 pieds
10 doigts, et l'épaisseur du bord, de 5 doigts; l'espace entre le bord
et le cylindre, de 14 doigts. La meule a de diamètre 1 pied et 7 doigts;
et de grosseur, 12 doigts et demi: chaque côté du trou des meules a,
dans la partie convexe, un demi-pied, mais il se rétrécit du côté plat,
et diminue jusqu'à 6 doigts et demi.

[Footnote 3: Cette figure offre la construction géométrique de la
machine, prise dans une coupe verticale qui passe par son axe. Sur
la ligne horizontale AB, égale au demi-diamètre de la cuve en pierre,
s'élève du point B, comme point central, la perpendiculaire CD qui
représente l'axe. Prenons sur la ligne AB la portion AE égale à 5 doigts
du pied romain antique, qui formera l'épaisseur du bord de la cuve;
il reste la ligne BE pour rayon interne de la cuve. Tirons une ligne
indéterminée HG, qui coupe perpendiculairement en deux parties égales,
le rayon BE au point F.--Entre la ligne HG et l'axe de la cuve CD, à
la distance de 2 doigts et demi, tirons la ligne IK parallèle à HG,
laquelle donnera le côté du cylindre qui s'élève au milieu de la cuve,
comme IB en désignera le rayon. Établissons la ligne LM parallèle à la
ligne AB, et à la distance du tiers de EI, et nous aurons déterminé
la situation de l'axe linéaire des meules. Le centre de la courbure de
chacune d'elles, se trouvera au point N de la ligne LM, distante de
L, de la huitième partie de BE; de ce centre, et avec le rayon NE,
décrivons l'arc GEH qui s'arrête sur la corde GH, et nous aurons formé
un segment de sphère qui constituera chacune des deux meules. Dans l'arc
EG, prenons le point O distant de E d'une huitième partie de la ligne
BE, ou donnant la même mesure que LN; de ce point, tirons par N la ligne
indéterminée NO, sur laquelle nous prendrons le point P distant de N de
2 doigts: ce point déterminera le centre de la concavité interne de la
cuve, ayant pour rayon PO; enfin, prenant N pour centre avec le rayon NQ
égal à LB, nous couperons la ligne CD, et le point de section Q fixera
la hauteur du cylindre, dont la superficie plane sera parallèle au bord
de la cuve.]

Les _fig._ 6 _et_ 7 font voir de face et de côté, une portion d'un tube
formé de deux plaques de fer appliquées l'une sur l'autre, lesquelles
ont dû, sans doute, revêtir un morceau de bois que le temps avait tout
consumé. On remarque, dans le tube, les pointes d'un grand nombre de
clous qui y fixaient le morceau de bois. Ce tube, trouvé dans le trou de
l'une des meules, servait probablement de caisse au moyeu. Le fragment,
_fig._ 8, est un anneau qui entourait l'extrémité du moyeu. Les _fig._
9 _et_ 10 représentent le pivot enchâssé dans un tube et une plaque de
fer: on a vu la situation de ces deux objets dans les _fig._ 1 _et_ 2.

Caton-le-Censeur, dans son livre de _Re rusticâ_, donne la description
d'un moulin ou pressoir olives, qu'on retrouve très-exactement dans la
machine de Stabie. Pour rendre plus sensible ce rapprochement curieux,
on reproduit dans la _planche XLVIII_, la machine de Caton; on a suivi
la construction qu'il en prescrit dans les chapitres 20, 21 et 22, et
d'après les dimensions du plus petit pressoir, prises dans le chapitre
135 (_Édit. de Math. Gesner_).

La _fig._ 1 fait voir la machine entière, prise extérieurement,
c'est-à-dire la cuve, dite par Caton _trapetum_, et plus
particulièrement _mortarium_. Au milieu on voit le cylindre
(_miliarium_), lequel s'élève au-dessus des bords de la cuve. Sur le
cylindre, est la barre (_cupa_) percée au milieu d'un trou où se trouve
un tube de fer (_fistula ferrea_), par lequel passe le pivot (_columella
ferrea_). Aux deux côtés opposés du noyau, sont les deux meules
(_orbes_) qui sont fixées dans leur place par des chevilles de fer
(_clavi_)> enfin, dans le noyau qui se trouve entre les roues, sont deux
trous (_foramina dextera sinistraque_). En dehors de ces trous, sont
clouées ces petites plaques que Caton nomme _sublaminas pollulas
et minutas_, et qui ont pour but d'empêcher que les trous ne
s'agrandissent, lorsqu'on y fiche les petites barres (_cupæ minusculæ_),
représentées dans la _fig._ 2, où la machine est dessinée en dessus.
Dans les _fig._ 3 _et_ 4, on a l'une des roues de face et de profil: on
y remarque le trou pour le passage de l'axe (_foramen orbis_), qui va
en se rétrécissant vers le côté plat. Caton ne parle point de cette
particularité que nous restituons d'après la machine de Stabie, et qui
devait exister, afin que le moyeu (_modiolus_), restât bien ferme dans
sa boîte. Cette différence est rendue sensible dans la _fig._ 5, qui
montre la coupe de toute la machine: on voit au milieu le cylindre,
ayant au centre le pivot de fer, et le moyeu pris en long et dessiné
sous différens aspects, _fig._ 7, 8 _et_ 9. Enfin, la _fig._ 6
représente la barre qu'on voit en place dans les _fig._ 1 _et_ 2; on a
fait le noyau quarré, parce qu'il est tel dans la machine de Stabie, et
qu'il semble aussi ne devoir pas être autrement. Le dessous est garni
d'une plaque de fer (_tabula ferrea_). La partie de la barre qui entre
dans les moyeux, est revêtue de quatre plaques recourbées (_imbrices
ferrei_), clouées avec de petits clous (_clavuli_); au bout de ces
plaques, est un fer (_ferrum librarium_), qui embrasse la barre, et
dans lequel est un trou pour y ficher la cheville qui retient les roues,
comme on le voit dans la _fig._ 1. Entre le clou et la roue, entre
celle-ci et la partie quarrée de la barre, sont des rondelles de fer
(_armillæ ferreæ_), qu'on a tâché d'indiquer dans les _fig._ 1 _et_ 2.

D'après toutes ces descriptions, on conçoit facilement comment le
pressoir de Caton était mis en mouvement. Deux hommes placés à chaque
extrémité de la barre, la faisaient tourner sur le pivot du cylindre,
et les deux meules qui se suivaient, écrasaient les olives contre
les parois de la cuve et du cylindre, sans briser le noyau qui étant
très-dur, n'éprouvait pas pour cela assez de pression, quand on
observait dans la situation des roues la distance prescrite par Caton.
Il paraît que les anciens écrivains de l'économie rustique, ont tous eu
l'opinion que la trituration du noyau donnait à l'huile un mauvais goût
(Voyez _Caton, cap._ 66--_Colum. lib._ 12, _cap._ 50_, _et autres_). On
ne doit point en conclure qu'on prenait toujours la précaution indiquée;
l'huile plus commune pouvait trouver son usage, sur-tout pour les
lampes, Caton parle lui-même de meules de rechange pour remplacer
celles qui s'égrenaient: ce qui ne pouvait guère avoir lieu que quand
on écrasait les noyaux. Caton, après avoir donné les préceptes sur
la manière de construire un pressoir à olives, donne le détail de la
dépense qu'il occasionnait; l'incertitude des érudits sur la valeur des
signes employés dans ce passage, ne permet pas de le connaître à fond.
Le même auteur nous apprend qu'on tirait des meules des carrières
situées aux environs de Sessa, qui en fournissent encore aujourd'hui,
et de celles de Nola et de Pompéia. On a reconnu, en effet, que notre
pressoir était d'une lave très-antique qui se trouve dans la situation
de cette ville, très-au-dessus des terrains de Civita et de Rapillo,
jusqu'au fleuve Sarno. Indépendamment de la machine que nous avons
essayé de décrire avec la plus grande exactitude, on remarquera dans le
plan et les coupes (_pl. XLVI_) les vestiges de deux autres machines ou
pressoirs proprement dits, servant à exprimer l'huile des olives déjà
triturées. Les deux vasques marquées HI sur le plan, ont dû faire partie
de ces pressoirs. Chacune des deux vasques, a, sur le côté opposé au
mur, un bord ou marge marquée _a_, où il restait un conduit de plomb qui
aboutissait à un grand vase de terre cuite C. Le plan montre l'orifice
du vase; la coupe en montre la forme inférieure sur la ligne AB, et la
hauteur au-dessus du pavé sur la ligne CD. Près de la bouche de chaque
vase, s'élève un petit massif de maçonnerie dont la surface est un
plan incliné; celui de droite est recouvert d'une tuile: ces massifs
faisaient probablement l'office d'égoûtoirs. Bans les vasques, sont
trois trous _d, e, f_, tous ayant un bord et une certaine profondeur
(comme on le voit dans les deux sections CD, EF) qui arrive à un petit
souterrain _g_, indiqué dans le plan et dans la coupe. On descendait
dans ce souterrain par le petit puits _h_. Chaque puits a un bord qui
s'élève un peu au-dessus du plan de la vasque: on voit un bord semblable
autour du trou _f_. À l'un des trous _d_, on voit un creux en forme de
niche, et enfin sur le pavé de la vasque I, s'élèvent quatre cercles de
fer, liés deux à deux, _i, i_. En combinant les traces du pressoir
sur le plan, c'est-à-dire les vasques, les vases de terre cuite, les
conduits en plomb, les trous, leur communication avec un souterrain, on
peut à l'aide de la description donnée par Caton (_cap._)

[Illustration 168]



PLANCHE L.

_Carte pour servir à l'intelligence des découvertes d'Herculanum, de
Pompéia, et des autres Villes antiques détruites par les éruptions du
Vésuve._


En publiant cette édition des antiquités d'Herculanum, nous avons cru
devoir nous arrêter au même point où l'édition royale de Naples s'est
trouvée suspendue. Un ouvragé de cette importance, commencé sur un si
beau plan, ne demeurera point, sans doute, imparfait. Les statues en
marbre, les ustensiles sacrés et domestiques, et d'autres antiquités,
doivent former différentes classes, et fournir la matière de plusieurs
autres volumes. Une grande partie de ces objets a été gravée pour
l'édition originale; M. Piroli s'était mis en mesure d'en suivre la
publication pas à pas; mais il a considéré qu'il serait indiscret de
prévenir, pour ainsi dire furtivement, une entreprise digne d'être
relevée et encouragée par l'auguste Souverain, devenu le possesseur de
ces trésors et des mines non fouillées qui en récèlent encore d'aussi
précieux. Nous partageons ce sentiment, et nous espérons que nos
lecteurs, en appréciant notre retenue, nous sauront aussi quelque gré
de l'empressement que nous mettrons à compléter notre édition, aussi-tôt
que nous pourrons nous permettre de le faire.

La carte que nous donnons ici ferme, en quelque sorte, le câdre que nous
avons adopté.

Elle montre la situation des villes antiques, détruites par le Vésuve,
et desquelles nous avons eu occasion de parler dans cet ouvragé, comme
du théâtre des découvertes. Il entre dans notre sujet de donner, sur
ces mêmes villes, quelques notions historiques et géographiques; c'est
l'objet de l'article qui termine ce volume.



TABLE DES MATIÈRES
CONTENUES
Dans le 6e Volume des Antiquités d'Herculanum
(LAMPES ET CANDÉLABRES).



A

ACTÆAON se défendant contre ses chiens,--Pl. 19, fig. II.

AIGLE déchirant un lièvre.--Pl. 3, fig. I.

ANIMAUX, (lampes ornées de figures ou de têtes d') emblèmes du culte de
diverses divinités.--Pl. 10, fig. III, IV, V, VI; et Pl. 21.

APOTHÉOSE, d'un personnage inconnu. (Lampes exprimant l').--Pl. 18, fig.
I et V.

B

BAIN. (Deux personnages préparant un)--Pl. 23, fig. III.

BALADIN. (Lampe dont le couvercle est surmonté d'une figure de)--Pl. 16.

BARQUE. (Lampe en forme de).--Pl. 8, fig. I.

BŒUF avec le _croissant_, emblême du culte égyptien.--Planch. 23, fig.
II.

C

CALEÇON. _Voyez_ BALADIN.

CANDÉLABRES à mécanisme, avec des figures en hermès.--Pl. 35.--_Autres_
de diverses espèces.----Pl. 36 à 45.

CARTE pour servir à l'intelligence de la découverte d'_Herculanum_, de
_Pompéia_, et des autres villes anciennes, détruites par les éruptions
du Vésuve.

CHAÎNES. (Lampe de bronze suspendue avec des)--Pl. 24 et 25.

CHAUVE-SOURIS. (Lampe de bronze ornée d'une)--Pl. 13, fig. III et IV.

CHIENS DE CHASSE.--Pl. 19, fig. IV.

CIGOGNE, symbole de la piété filiale.--Pl. 6, fig. II.

COLOMBES.--Pl. 22. fig. VII.

CONCORDE. (Symbole de la)--Pl. 19, fig. I.

COQS. (Combat de)--Pl. 6, fig. I.

COQUILLES, ornemens de lampes. Pl. 22, fig. III et IV.

COURONNES de chêne, ornemens de lampes.--Pl. 8, fig. V.

CROISSANT, emblème de Diane. Pl. 12, fig. I et II.

CROIX. (Lampe curieuse, ornée d'une)--Pl. 23, fig. I.

CYBÈLE et Attis.--Pl. 6, fig. III.

D

DAUPHINS sur des lampes consacrées à des divinités marines.--Pl. 18,
fig. II, III et IV.

DIANE.--pl. 17, fig. IV.

DIEUX LARES des quartiers de Rome. (Lampe consacrée aux)--Pl. 2, fig.
III.

DIEUX LARES domestiques. (Lampe consacrée aux)--Pl. 17, fig. II.

DIVINITÉS (Les trois grandes) réunies: Jupiter, Minerve et Junon. Pl. 1,
fig. I.

DIVINITÉS (Les trois grandes) égyptiennes: Isis, Osiris et Harpocrates.

E

ELÉPHANT sur une lampe, emblème d'une victoire.--Pl. 17, fig. III.

EPERVIER, lampe augurale.--Pl. 10, fig. I.

ETRENNES. (Lampe relative aux) Explication sur cet usage.--Pl. 3, fig.
III et IV.

F

FIGUIER. (Lampe en forme de feuille de) avec une figure au milieu.--Pl.
14, fig. III.

FORTUNE.--Pl. 1, fig. IV.

G

GÉNIE tenant un étendard.--Pl. 17, fig. I.

GÉNIE de la beauté.--Pl. 17, fig. VI.

GLADIATEUR, dit _Retiarius_, armé d'un filet.--Pl. 7, fig. I.

GLADIATEUR. (Plusieurs lampes représentant des)--Pl. 4.

GRIFFON, symbole du Soleil.--Pl. 12, fig. IV; pl. 15, fig. V.

GUTTUS, sorte de vase. (Lampe en forme de)--Pl. 8, fig. III et IV.

H

HERCULE avec sa grande coupe.--Pl. 2, fig. V.--vainqueur du Dragon qui
gardait les pommes d'or du jardin des Hespérides.--Pl. 3, fig. II.

HERCULE. (Génie d')--Pl. 19, fig. II.

I

INSCRIPTIONS. (Lampes remarquables par des)--Pl. 20, fig. VI à XIV.

JOUET d'enfant. (Petite lampe considérée comme un)--Pl. 15, fig. I.

JUPITER. (Lampe consacrée à)--Pl. 1, fig. II.

L

LAMPES. Leurs différentes espèces. _Voyez_ l'Avertissement en tête du
volume.

LAMPADAIRES en bronzes.--Pl. 29,--_Autres_, portant des lampes.--Pl.
30.--_Autre_, ayant pour motif une figure grotesque.--Pl. 31.
--_Autres_, en forme de tronc d'arbre.--Pl. 32 et 33.--_Autre_, en
forme de colonnes.--Pl. 33.--_Autre_, avec un enfant sur le même
piédestal.--Pl. 24.

LANTERNE, avec tous ses agrès.--Pl. 27.

LION sur des lampes.--Pl. 13, fig. II; pl. 22, fig. V.

LUMIGNON trouvé dans une lampe de bronze.--Pl. 25, fig. IV.

M

MASQUES. (Lampes ornées de)--Pl. 9, fig. V et VI; pl. 14, fig. I à IV;
pl. 17, fig. V; pl. 20; pl. 22, fig. VII et VIII.

MOULIN, ou Pressoir à huile, trouvé à Stabie. Plans et détails.--Pl. 46
à 59.

O

OIE. (Lampe en forme d')--Pl. 9. fig. II.

OIE étouffée par un génie. (Lampe de bronze, ayant pour ornement
une)--Pl. 11.

P

PÉGASE, symbole d'Apollon.--Pl. 12, fig. III.

POISSONS.--Pl. 13, fig. I; pl. 15, fig. II.

POULETS SACRÉS.--Pl. 11, fig. IV.

Q

QUADRIGE en pleine course.--Pl. 5, fig. II.

QUEUE pliante. (Lampe à)--Pl. 28, fig. IV à VI.

R

RAT sur une lampe de bronze.--Pl. 23, fig. VIII et IX.

T

TAUREAU. (Chasse au)--Pl. 5, fig. I.

TRÉPIEDS en tronze, pour servir de support à des lampes.--Pl. 28, fig.
I, II et III.

V

VAISSEAU. (Lampes en forme de)--Pl. 22, fig. VI.

VASES pour le service des lampes, avec des anses très-ornées.--Pl. 26.

VEILLEUSE. (Lampe faisant)--Pl. 18, fig. VIII, IX et X.

VICTOIRES.--Pl. II, fig. III.

VILLES _(Des anciennes) détruites par les éruptions du Vésuve;
dissertation placée à la suite de la CARTE._--Pl. 50.



_Fin de la Table._



DE L'IMPRIMERIE DE LEBLANC.

PLANCHES XXXVI et suivantes.



AVERTISSEMENT.

Les planches qui terminent cette livraison (nos XXXVI-XLII) et celles
qui doivent commencer la livraison prochaine, ne sont point susceptibles
d'une explication particulière. Nous relèverons ce qu'elles peuvent
offrir d'intéressant, en examinant dans un seul article ce genre de
monumens. Nous ne nous sommes point refusés à l'abondance des matières
lorsque le fonds en était riche, comme il est arrivé dans ce même
volume; et nous avons racheté d'avance le vide que nous sommes obligés
de laisser ici. Nous aurons aussi occasion de nous étendre davantage
à la fin de ce volume, le sixième de ceux que nous avons annoncés au
public.


(_Le Relieur supprimera ce feuillet._)





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Antiquités d'Herculanum, Tome VI., (Vol. 6 of 6)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home