Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Antiquités d'Herculanum, Tome I., (Vol. 1 of 6)
Author: Piranesi, Pietro, Piranesi, Francesco, Piroli, Tommaso, 1752-1824
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Antiquités d'Herculanum, Tome I., (Vol. 1 of 6)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



                        ANTIQUITÉS D'HERCULANUM,

                               GRAVÉES
                           PAR TH. PIROLI,

                             ET PUBLIÉES
                     PAR F. ET P. PIRANESI, FRÈRES.



                            TOME PREMIER.

                              PEINTURES.



À PARIS,

     {PIRANESI, Frères, place du Tribunal, n° 1354;
CHEZ {LEBLANC, Imprimeur-Libraire, place et maison
     {Abbatiale St.-Germain-des-Prés, n° 1121.



                           AN XII. = 1804.



À SON EXCELLENCE
LE C. EN CHAPTAL,
MINISTRE DE L'INTÉRIEUR.



CITOYEN MINISTRE,

LES ANTIQUITÉS D'HERCULANUM ont offert une source féconde de richesses
aux arts et aux manufactures. En dédiant cette Édition à leur illustre
Protecteur, nous lui offrons un faible hommage de notre reconnaissance,
et regardons comme une nouvelle faveur l'accueil dont il l'honore.

Nous avons l'honneur d'être, avec le plus profond respect,
DE VOTRE EXCELLENCE,

Les très-humbles et très-obéissons serviteurs,

TH. PIROLI, GRAVEUR.
F. ET P. PIRANESI, ÉDITEURS.



AVERTISSEMENT
DES ÉDITEURS.


En offrant au Public cette nouvelle Edition des _Antiquités
d'Herculanum_, nous avons eu pour but de mettre cette riche Collection
portée d'un grand nombre d'amateurs et d'artistes, et de suppléer en
quelque sorte à la grande Edition in-folio de Naples, assez rare et
très-dispendieuse. La gravure, exécutée à l'eau-forte par THOMAS PIROLI,
conserve par-tout la grâce, l'esprit et le sentiment des productions
originales. Chaque planche est accompagnée d'une page de texte, qui
indique le lieu et l'époque des découvertes, la dimension du sujet, les
traits mythologiques qui s'y rapportent, et l'opinion qui paraît la plus
admissible sur son explication. Depuis que l'Ouvrage des _Antiquités
d'Herculanum_ a paru, les Antiquaires les plus distingués ont fixé leurs
regards sur cette magnifique réunion de monumens de toute espèce: ils en
ont fait l'objet de leurs études et de leurs recherches, et quelquefois
ils ont découvert ce qui avait échappé aux premiers commentateurs. Le
texte ajouté à l'édition romaine n'était qu'un extrait de celui des
Académiciens d'_Herculanum_; nous avons pensé que les acquéreurs de
cette nouvelle Edition ne nous sauraient pas mauvais gré de les faire
jouir des avantages que le temps fournit pour l'explication des
Antiques; nous avons en conséquence inséré dans le texte quelques
opinions qui nous ont paru préférables aux premières, et nous nous
sommes empressés de corriger quelques équivoques qui s'étaient glissées
dans le texte de l'édition romaine. On peut donc considérer cet Ouvrage
comme devant être une source d'agrément pour l'amateur et d'instruction
pour l'artiste: c'est, en effet; une mine inépuisable à exploiter; un
sentiment exquis, une grâce enchanteresse, un style noble et pur,
offrent, dans tous ces précieux restes, des modèles à suivre, soit que
nous nous arrêtions à ces peintures délicieuses qui retracent les scènes
agréables de la vie privée ou des faits héroïques, qui présentent, sous
mille formes variées, les Divinités présidant aux sciences, aux arts,
aux jeux naïfs de l'enfance, etc., soit que nous considérions ces
ustensiles admirables par leurs formes et leurs ornemens, ou bien ces
bronzes curieux, objets du culte public ou familier: toute cette
Collection renferme un intérêt particulier pour les arts relatifs à la
décoration, et qui savent embellir jusqu'aux objets appliqués aux
usages les plus simples. Le goût qui s'est répandu parmi les artistes
qui dirigent nos fabriques et nos manufactures; la perfection apportée
dans l'exécution de leurs travaux, rendent les étrangers tributaires de
l'industrie nationale: et nous croirons avoir atteint un but utile, en
lui fournissant des alimens.

Cette Edition offre un 6e. volume, qui n'a point encore été publié par
l'Auteur.

Le 1er, le 2e. et le 3e. volumes contiennent les Peintures.
Le 4e, les Bustes et Bas-reliefs en bronze;
Le 5e, les Statues en bronze;
Et le 6e, les Lampes et Candélabres.



PLANCHE I.


Cette peinture est sur marbre et d'une seule couleur; on l'appelle par
cette raison _monochrome_. On en trouva quatre de cette espèce;
celle-ci, découverte dans les fouilles de Résine le 24 mai 1786, a le
mérite très-rare d'offrir le nom du peintre et des figures. Dans
l'inscription grecque, _Alexandre Athénien peignait_, nous trouvons le
nom et la patrie de l'artiste; et, par la forme des caractères, nous
pouvons juger qu'il a fleuri à la plus belle époque des arts. Les noms
de _Latone_ et de _Niobé_, ceux de _Phoebé_, d'_Hileaira_ et d'_Aglaé_,
la plus jeune des Grâces, sont connus dans la Mythologie.

Trois des personnages paraissent converser; les deux autres, dans des
attitudes pleines de grâce, jouent aux osselets, nommés astragales chez
les Grecs, et _tali_ chez les Latins.


1er. SUJET.--Hauteur, 1 P. 3 p°.--Largeur, 1 P. 1 p°. 9 lig.
2e. SUJET.--Hauteur, 4 p°.--Largeur, 1 P. 1 p°. 9 lig.



PLANCHE II.


Dans ce second _monochrome_, un héros, dont l'attitude est aussi fière
qu'animée, attaque un Centaure à l'instant où il porte la main sur une
jeune princesse qui le repousse avec frayeur. On croit y reconnaître
_Hippodamie_, épouse de _Pirithoüs_, que le centaure _Euritus_ voulait
ravir, mais à qui Thésée ou quelque autre héros donna la mort pour
venger cet attentat. Ce fut la cause de la fameuse guerre des Centaures
et des Lapithes, si bien décrite par OVIDE (_Métam. XII, 210 et suiv._).

Ce marbre peint, d'une belle conservation, fut trouvé, ainsi que les
deux suivans, dans les fouilles de Résine, le 24 mai 1749.

Hauteur, 11 p°. 6 lig.--Largeur, 1 P. 4 p°. 4 lig.



PLANCHE III.


Cette peinture a tellement souffert des outrages du temps, qu'à peine en
retrouve-t-on les contours.. Cet accident ne contribue pas peu à en
rendre l'explication difficile. On peut y voir l'une des aventures de
Neptune, quand _Rhéa_ trompa en sa faveur la voracité de _Saturne_, ou
l'enfantement secret de _Cérès_ qui donna le jour à la déesse _Regina_
et au cheval _Arion_, ou peut-être mieux l'éducation d'_Achille_,
suivant Homère; on retrouverait alors dans le vieillard à demi-nud, et
en partie couvert d'une peau, _Phœnix_, accompagné de la nourrice.
L'autel témoignerait le sentiment religieux qu'il inspire à son élève,
et la femme majestueuse qui tient un poulain par la bride serait le
symbole de la _Région de Phtie_, renommée par ses excellens chevaux, et
dans laquelle Achille prit naissance.

Hauteur, 11 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°. 9 lig.



PLANCHE IV.


Cette peinture semble nous offrir la représentation de quelque scène
tragique. On y voit trois figures dont les masques et les gestes
expriment la douleur et les larmes; elles portent des habillemens longs,
rayés en travers, qui leur descendent jusqu'aux pieds, et couvrent une
partie de leur chaussure. Si les traits n'étaient pas chargés, et si
dans la première figure on ne distinguait pas visiblement la bouche
travers le masque, on pourrait croire que ce sont trois _pleureuses_,
telles que les Antiquaires en ont reconnu dans plusieurs monumens; mais
aucune autorité ne permet de croire que ces sortes de femmes se
servissent de masques dans les cérémonies funèbres, où leur caractère
était d'exprimer au vrai sur leurs visages la tristesse et le désespoir.

Hauteur, 11 p°. 6 lig.--Largeur, 1 P. 4 p°. 9 lig.



PLANCHE V.


Ce fragment, l'un des plus grands de la collection, représente _Thésée_
en Crète. Le héros est nu et d'une taille gigantesque; de sa main
gauche, où l'on remarque un anneau, il porte sa massue pleine de noeuds.
On voit autour de lui, dans des attitudes variées, pleines de grâce et
d'expression, les jeunes Athéniens et les jeunes filles sortant de la
porte du labyrinthe. A ses pieds est étendu le _Minotaure_ couvert de
blessures; on le voit ici, comme dans d'autres monumens antiques, avec
la tête de _Taureau_, et le reste du corps conservant la forme humaine.
La Déesse assise sur un rocher, le carquois sur l'épaule et l'arc à la
main, est _Dyctinna_, ou la Diane Crétoise, placée ici pour mieux
déterminer la contrée où se passe la scène.

Cette peinture, avec plusieurs autres, se trouvait dans une grande salle
qu'on prit d'abord pour un temple. On en fit la découverte dans les
fouilles de Résine, en 1739.


1er SUJET.--Hauteur, 5 P. 3 p°.--Largeur, 4 P. 4 p°.
2 AUTRES.--Hauteur, 10 p°.--Largeur, 1 P. 11 p°.



PLANCHE VI


L'explication la plus raisonnable qu'on puisse donner à cette peinture,
est quelle représente _Hercule_ et son fils _Télèphe_, fruit d'un
commerce clandestin avec _Augé_, fille d'_Alée_, roi d'Arcadie, et qui
fut nourri par une biche. La belle figure de femme assise, couronnée de
fleurs, ayant à ses côtés une corbeille de fruits, et tenant un long
bâton rustique, peut personnifier l'_Arcadie_ et le mont _Parthenius_,
sur lequel _Télèphe_ fut exposé, ou représenter la déesse _Tellus_,
nourrice des enfans; ce que semble indiquer plus particulièrement le
lion pacifique qui est à ses pieds; derrière elle est le dieu _Pan_
avec sa flûte à sept tuyaux et le _pedum_; à côté d'Hercule, on voit
une Divinité avec des ailes, une couronne d'olivier et des épis dans la
main gauche. Ce pourrait être _Cérès_ ou la _Providence_ qui montre
l'enfant au héros, en lui indiquant, dans l'aigle, l'emblème de sa
postérité.

Cette peinture fait le pendant de la précédente; elle est du même
style, et fut trouvée dans les fouilles de Résine avec le _Thésée_.

Hauteur, 6 P. 3 p°.--Largeur, 4 P. 7 p°.



PLANCHE VII


Cette fresque, admirable dans toutes ses parties, représente le premier
des travaux d'_Hercule_, quand, encore au berceau, il étouffe les deux
serpens suscités par _Junon_ pour le faire périr. Le mouvement
d'_Alcmène_ exprime avec vivacité toute la terreur dont elle est
pénétrée. D'un côté, on voit _Amphytrion_ avec le sceptre, comme un des
princes d'Argos, et portant la main à l'épée pour chasser les serpens,
suivant la belle description que Théocrite nous a laissée de cet
événement; de l'autre côté, un pédagogue tient dans ses bras _Iphiclus_
effrayé, bien différent de l'intrépide enfant. Pline, en nous donnant la
description d'une semblable peinture de _Zeuxis_, pourrait faire
soupçonner que celle-ci en est l'imitation. On doit faire attention au
costume barbare dont le peintre a revêtu le pédagogue; ce costume est
convenable à la condition d'esclave, d'où étaient ordinairement tirés
les pédagogues aux temps héroïques. _Hercule_ porte un collier, parure
qui était en usage parmi les enfans de distinction. L'ornement qui est
au bas est indépendant du sujet.


1er SUJET.--Hauteur, 3 P. 11 p°.--Largeur, 3 P. 9 p°.
2e SUJET.--Hauteur, 1 P. 2 p°. 4 lig.--Largeur, 3 P. 9 p°.



_PLANCHE VIII_.


Cette excellente peinture représente le jeune _Achille_ apprenant du
centaure _Chiron_ à toucher de la lyre: tout y est digne d'attention;
l'attitude du Centaure ainsi décrite par Stace; la peau qui le couvre
comme le premier chasseur, ou comme suivant de _Bacchus_; l'herbe dont
il est couronné qui n'est point le lierre, ornement ordinaire des
Centaures, mais qui paraît être l'une des herbes auxquelles il a donné
son nom, et décrites par Pline; enfin, l'archet qui se distingue des
formes les plus connues. La chaussure d'Achille s'accorde mal peut-être
avec la nudité du héros _aux pieds légers_; mais rien n'est mieux saisi
que le geste des doigts en devoir de toucher les cordes de la lyre; on
admire sur-tout la tête du Centaure et les formes gracieuses et
délicates d'Achille. L'architecture, qui fait le fond du tableau, ne
correspond point à la perfection des figures. Cette peinture fut trouvée
avec la suivante, à Résine, en 1739.

Dans les deux ronds sont représentés deux ministres de _Bacchus_. Le
premier porte d'une main un flambeau, et de l'autre un instrument qui
paraît propre à l'attiser; le second porte un ruban et un tyrse.


1er SUJET.--Hauteur, 3 P. 11 p°.--Largeur, 3 P. 9 p°.
2 RONDS.--Diamètre de chacun, 1 P. 4 p°.



PLANCHE IX.


Parmi les beaux ouvrages du célèbre Polygnote, Pausanias parle d'une
figure du satyre _Marsias_ assis sur un rocher, et enseignant au jeune
_Olympe_ à jouer de la flûte; c'est le même sujet que l'artiste a rendu
ici avec tant d'habileté. La grâce et la beauté du jeune Olympe forment
une heureuse opposition avec la robuste virilité de Marsias; l'air de
tête de ce dernier et l'expression générale du tableau montrent assez
que l'artiste a voulu en faire le pendant de celui qui précède, _Chiron_
et _Achille_. Les ornemens d'architecture qui couvrent le fond de chaque
tableau indiquent que ces deux groupes étaient placés dans la même
salle, et faisaient partie de sa décoration.

L'ornement qui est au bas n'a aucune relation avec le sujet.


1er SUJET.--Hauteur, 3 P. 7 p°.--Largeur, 3 P. 5 p°. 6 lig.
2e SUJET.--Hauteur, 1 P.--Largeur, 3 P. 5 p°. 6 lig.



PLANCHE X.


On ne peut s'empêcher de reconnaître ici le cyclope _Polyphême_, célèbre
par son amour pour _Galatée_, et par les dédains que lui fit essuyer sa
difformité; mais le peintre s'est écarté de l'opinion commune, en nous
représentant son cyclope sous des traits qui ne sont point difformes; il
lui donne trois yeux, et dément ainsi l'entreprise d'_Ulisse_ racontée
par les poëtes et les mythologues. Un passage de _Servius_ sur l'Enéide
(_liv._ III, _vol._ 6) vient cependant motiver le caprice du peintre:
_Multi illum dicunt, unum habuisse oculum, alii duos, alii tres_; le
cyclope tient sa lyre d'une main; de l'autre, il est prêt à recevoir
d'un Génie monté sur un _Dauphin_, messager de sa _Galatée_, des
tablettes de la même forme que celle qui était usitée pour les
_distiques amoureux_; l'air triste et empressé avec lequel il tend la
main, semble exprimer à-la-fois son amour et ses craintes.

La peinture qui est au bas représente un _Amour_ guidant un char attelé
de deux cygnes.

1er SUJET.--Hauteur, 1 P. 9 p°.--Même largeur.
2e SUJET.--Hauteur, 8 p°.--Largeur, 1 P.



PLANCHE XI.


Les opinions ont beaucoup varié dans l'explication de cette peinture
trouvée dans les fouilles de Résine en 1740. Est-ce le dévouement
d'_Alceste_, ou l'entrevue de ces frères implacables, _Ethéocle_ et
_Polinice_, ou le jugement d'_Oreste_ dans l'_Aréopage_? Nous pencherons
plutôt à voir ici la belle scène de la reconnaissance d'Oreste dans
l'Iphigénie en Tauride d'_Euripide_. Nous retrouvons Oreste dans le
jeune homme sombre et pensif, assis sur un siége couvert de la peau d'un
animal; cette vierge qui pleure en l'embrassant, exprime avec vérité sa
soeur _Iphigénie_ à l'instant ou elle le reconnaît; le jeune homme assis
devant lui, tenant une feuille déroulée, et qui paraît, en la lisant,
désigner Oreste, sera son ami _Pilade_. Il nomme à la prétresse ce même
frère auquel il devait remettre sa lettre; la jeune fille et la vieille
peuvent représenter le _choeur_ qui promet le silence; le vieillard,
frappé d'étonnement, sera le roi _Thoas_; enfin, la statue revêtue
d'une chlamyde avec le carquois suspendu à l'épaule, sera celle de
_Diane_, que les fugitifs devaient enlever.

Hauteur, 5 P.--Largeur, 4 P.



PLANCHE XII.


Si l'on a vu dans la peinture précédente, _Oreste_ reconnu par
_Iphigénie_, celle-ci, quoique trouvée dans un lieu et dans un temps
différent, offrira la continuation de la même aventure. _Euripide_ est
encore le guide qui nous expliquera le sujet de cette scène. Voici donc
_Oreste_ et _Pilade_, conduits par un satellite du roi à la mer, pour y
être purifiés; les mains liées derrière le dos, le front ceint de
bandelettes, et les tempes couronnées comme victimes destinées au
sacrifice; voilà la statue de la Déesse sur la Table sacrée; auprès sont
deux vases. _Iphigénie_ intime aux citoyens l'ordre de s'écarter de la
cérémonie mystérieuse, et invoque secrètement la Déesse pour le succès
de l'enlèvement médité; l'une des ministres de la prêtresse porte une
lampe allumée, et l'autre paraît occupée à ranger dans la cassette le
reste des instrumens sacrés.

Le paysage au-dessous de cette peinture est d'une composition fort
agréable, et digne d'attention.

1er SUJET.--Hauteur, 5 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 2 p°. 6 lig.
2e SUJET.--Hauteur, 3 p°.--Largeur, 1 P. 2 p°. 6 lig.



PLANCHE XIII.

L'instrument que porte la femme représentée dans cette peinture, est une
épée renfermée dans son fourreau qui se termine par un bout en forme de
champignon; on trouve l'explication de cette singularité dans quelques
anciennes autorités (_Vid._ HEROD. _lib. III, cap. 64_; PAUSANIAS, _II,
16_). On a cru voir dans le sujet de ce tableau, _Didon_ abandonnée;
cette épée, la bandelette, ornement royal qui ceint ses cheveux en
désordre; l'habit rouge à longues manches qui pouvait se rapporter au
costume carthaginois; son âge et sa stature majestueuse; ce visage
à-la-fois triste et superbe; ces yeux égarés, et le désespoir exprimé
dans toute son attitude; ces degrés et la porte qui indiquerait
l'appartement supérieur destiné au repos et qu'elle viendrait de
quitter; tous ces traits rassemblés paraissaient se retrouver dans
Virgile, et faire reconnaître cette reine infortunée. Malgré ces
apparences, l'opinion, le plus généralement reçue aujourd'hui, nous
présente ici _Melpomène,_ Muse de la Tragédie; l'épée est l'un de ses
attributs reconnus; cette arme fait allusion aux meurtres de la scène
tragique, et plus particulièrement aux fureurs de _Médée;_ les manches
étroites qui descendent jusqu'aux poignets appartiennent au costume de
la scène; on les retrouve sur un grand nombre de figures représentant
cette Muse; on sait d'ailleurs que les manches des habits carthaginois
étaient très-larges. Le fond du tableau représente la scène d'une
manière peu différente de celle dont les miniatures de l'ancien
manuscrit de Térence nous la retracent.

Les deux pilastres sont peints sur un fond noir, et renferment des
symboles relatifs au culte de Bacchus ou d'Isis.

Le petit câdre offre une branche de fruits peints très-agréablement.

Sujet principal.--Hauteur, 3 P, 10 p°.--Longueur, 1 P. 7 p°.



PLANCHE XIV.


Cette peinture vraîment curieuse, trouvée, ainsi que les précédentes,
dans les fouilles de Résine, représente une _Cène_ voluptueuse. Les
figures et les accessoires méritent une égale attention: le lit avec une
couverture blanche; le vêtement du jeune homme qui pourrait être la
_synthèse,_ et qu'il a laissé glisser à moitié du corps, suivant
l'usage, à la fin du repas; la manière dont il se repose sur le coude,
et dont il boit; le vase en forme de corne (_rhyton_); la femme assise
au bord du lit, selon la coutume des Grecques et des Romaines, le
désordre de ses vêtemens, la _synthèse_ qui l'enveloppe jusqu'à
mi-corps, et le _peplum_ d'une grande finesse qui lui couvre le sein;
son réseau couleur d'or; la cassette apportée par une esclave, et qui
renferme probablement des parfums; la table ronde à trois pieds; le
_colum,_ ustensile percé où l'on mettait de la neige pour rafraîchir le
vin; et les trois vases pour faire des libations à _Jupiter,_ à
_Mercure_ et aux _Grâces;_ enfin, les fleurs semées sur la table et sur
le pavé: tout retrace précieusement l'usage et le costume.

L'ornement qui accompagne cette peinture n'y a point de rapport.

Sujet principal.--Hauteur, 1 P, 9 p°.--Longueur, 1 P. 7 p°.



PLANCHE XV.


La beauté du coloris, l'excellence du style, l'esprit de la composition
et le mouvement gracieux des figures donnent à cette peinture le plus
rare mérite. C'est une _Bacchante_ surprise par un _Faune_. Le site
montueux convient aux orgies de _Bacchus;_ il est semé de roches sur
lesquelles a été renversée la Bacchante dans l'instant où elle cherchait
à les franchir; la solitude l'a rendu aussi dangereux que ses aspérités.
Près du faune est le bâton recourbé (_pedum_) et la flûte à sept tuyaux
(_syrinx_); aux pieds de la Bacchante est un thyrse dont la pointe est
environnée de lierre. Comme instrument sacré, il est orné d'un ruban
rouge semblable à sa robe. Sur le fond du tambour garni de grelots
(_tympanum_), est peinte la figure d'un _Sistre_; un peu plus loin est
un autre instrument rond et sans fond qui pourrait bien être le
_Rhombe_, qu'une épigramme de l'Anthologie nous décrit comme faisant
partie de l'équipage des Bacchantes.

Le _Rhombe_ circulaire anime les Bacchantes.

Hauteur, 1 P, 4 p°. 6 lig.--Largeur, 1 P. 1 p°.



PLANCHE XVI.


Un Silène nu, à la barbe touffue, s'efforce d'embrasser un Hermaphrodite
également nu, qui semble le repousser et vouloir s'échapper de ses
mains. L'excellence du style et du coloris ne rendent en rien cette
peinture inférieure à la précédente; toutes les deux paraissent être de
la même main, et furent trouvées ensemble dans les fouilles de Résine.

Quoique les auteurs anciens aient fait usage indistinctement des noms de
faunes, de silènes et de satyres, les Antiquaires, pour la clarté des
descriptions, ont voulu les distinguer; ils se servent du nom latin de
_Faunes,_ pour désigner ces suivans de Bacchus qui ont entièrement la
forme humaine, et qui n'en diffèrent que par les oreilles de chèvre et
par la queue; les faunes, quand ils sont vieux et barbus, sont appelés
_Silènes,_ nom qui d'ailleurs était propre au père nourricier de
Bacchus; enfin, on donne le nom grec de _Satyres_ à ceux qui, avec les
mêmes signes, ont des cornes de bouc et la partie inférieure du corps
semblable à cet animal.

Les nymphes, sous diverses dénominations, peuplaient les montagnes, les
forêts et les eaux; elles avaient à se défendre des surprises des
Divinités rustiques. La représentation de ces scènes licencieuses
plaisait beaucoup aux anciens, qui portèrent jusqu'à la passion le goût
de ces tableaux que Pline désigne sous le nom de _libidines_. Quant aux
androgynes ou hermaphrodites, également rangés dans la classe des êtres
fantastiques, ils ne sont que les enfans d'une imagination égarée par
l'amour des voluptés, et qui a pris plaisir à réunir dans un seul
individu les attraits des deux sexes: les sujets des Bacchanales nous en
offrent souvent des images; et des groupes qui représentent la même
scène que cette peinture, existent en Angleterre et à Dresde.

Hauteur, 1 P. 4 p°. 6 lig.--Largeur, 1 P. 3 p°.



PLANCHE XVII.


Cette peinture et les onze suivantes de même grandeur furent détachées
des murs d'une salle découverte en 1749 dans les fouilles de la tour de
l'Annonciade, à _Civita_, où l'on pense que devait être à-peu-près
située la ville antique de _Pompeia_: on parlera ailleurs de cette salle
qu'on croit avoir été un _triclinium_, lieu destiné au repos et au
plaisir, et de diverses autres peintures qui s'y trouvaient; toutes
admirables par leur perfection, chacune d'elles a un mérite particulier
digne de notre attention. Celle-ci représente deux Danseuses; dans leur
mouvement, développé avec autant de vigueur que de grâce, chacune saisit
du pouce et de l'index le doigt _medium_ de sa compagne, pour former une
passe qui n'est point étrangère à nos danses modernes. Le vêtement de la
première est d'un tissu vert très-fin, transparent et bordé de rouge. Le
voile qui lui ceint la tête à plusieurs reprises paraît se rapporter
ce genre de coiffure que les anciens appelaient du nom générique de
_mitra_. Les draperies de la seconde Danseuse sont jaunes; l'une et
l'autre portent pour chaussure des semelles lacées avec des rubans
rouges.

Hauteur, 11 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°. 6 lig.



PLANCHE XVIII.


On ne peut assez admirer cette peinture; la sûreté du dessin, la pureté
du coloris, une grâce charmante dans l'agencement, tout fait reconnaître
la finesse de l'art et la perfection de l'exécution. Le mouvement de
cette jolie figure annonce la Danse; ses charmes sont encore relevés par
les bracelets et le collier de perle; un ruban blanc lie ses cheveux
blonds; son vêtement fin et léger de couleur jaune, avec une bordure
bleue, est abandonné au vent, et nous dérobe à peine une partie de son
corps.

«Les danseurs invitaient _Vénus_ à se mêler à leurs jeux; elle conduit
le choeur des Nymphes et des Grâces; elle danse au banquet des Dieux;
les perles nées dans son berceau font sa parure chérie».

C'est donc Vénus qui nous charme dans cette figure, ou c'est une jeune
Danseuse ou Bacchante qui la représente; nous la voyons exécuter dans un
banquet l'une de ces trois parties de la danse, le mouvement, la figure
et l'_indication_. Après un mouvement rapide, elle s'est arrêtée, et,
dans son attitude pleine de grâce, elle offre aux yeux des convives tous
les charmes de la Déesse même.

Hauteur, 11 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°. 6 lig.



PLANCHE XIX.


Cette figure rivalise de beauté avec la précédente. Ses cheveux sont
blonds; le tissu jaune et transparent qui se joue en plis gracieux
paraît plutôt voiler que couvrir une partie de son corps; son front est
ceint d'un ruban bleu-céleste; de la main gauche elle soutient un disque
couleur d'argent, qui paraît avoir quelque rapport à sa danse et lui
servir de caractère distinctif.

«Telle se montrait _Vénus_, vierge encore, exposant aux regards la
beauté de ce corps parfait, et laissant deviner ses charmes les plus
secrets sous un léger tissu de lin, que soulève doucement le zéphir; la
blancheur de son corps s'unit à la lumière du ciel, et l'azur de son
voile se confond avec celui des flots». Cette description voluptueuse
d'_Apulée_ (Métam. X) a beaucoup de rapport avec notre Danseuse. Les
_Grâces_, les _Nymphes_ et les _Heures_ étaient également représentées
dans les danses avec les attributs que leur donnaient l'imagination des
peintres et des poètes; et les danseuses ont pu servir à leur tour de
modèles pour ces Divinités.

Les jolies frises à la suite de cette peinture et des cinq suivantes,
n'ont aucune relation avec le sujet.

Hauteur, 11 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°. 6 lig.



PLANCHE XX.


Voici une autre Danseuse dans le caractère d'une _Bacchante_. À
demi-nue, les cheveux épars, de la main gauche elle élève un tambour
garni de grelots (_tympanum_) qu'elle est prête à frapper de l'autre
main pour marquer la mesure de sa danse; elle est parée d'un collier et
de bracelets à double rang, qui paraissent formés de perles; sa robe
blanche et d'une grande finesse est bordée de rouge, couleur consacrée
Bacchus; les plis en sont élégans et bien entendus; ses sandales sont
attachées avec des rubans également rouges.

Parmi les personnages que les anciens aimaient à voir représenter par
leurs danseuses au milieu du festin, les Bacchantes offraient sans doute
un attrait piquant à leur goût pour le plaisir. Les poètes donnaient
leur caractère. «Presque nues, à peine couvertes d'une peau de tigre ou
d'un vêtement léger, prêtes à se livrer aux orgies de Bacchus, on les
voit détacher les bandelettes de leur chevelure et l'abandonner aux
vents, s'agiter vivement, et accompagner leurs mouvemens du bruit du
tambour; elles ne donnent pas moins l'image de l'ivresse de Vénus que
de Bacchus».

Le mouvement de notre Danseuse est plus composé; ses cheveux dénoués ne
sont pas encore en désordre; elle vient de commencer la danse.

Hauteur, 11 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°. 6 lig.



PLANCHE XXI.


Cette Danseuse se fait encore admirer par sa grâce et sa légèreté; ses
cheveux ne sont point épars, mais le lierre dont ils sont couronnés, la
peau de tigre ou de panthère qui de l'épaule gauche s'envole sous son
bras, nous font reconnaître une Bacchante. Elle fait résonner dans ses
mains les cymbales, dont le bruit harmonieux doit accompagner les
clameurs des Prétresses de Bacchus; les bracelets à double rang sont de
couleur d'or; son vêtement est de cette couleur d'azur que le galant
Ovide distingue parmi celles qui plaisaient le plus aux femmes.

Les Bacchantes ne sont pas toujours caractérisées par le désordre de
leur chevelure; on en trouve souvent, dans les monumens antiques, dont
les cheveux sont soigneusement arrangés. Un poète latin (_Corn. Gallus,_
l. IV) nous peint ainsi l'une de ces femmes voluptueuses: «Sa beauté
ingénue lui faisait donner le nom de _Candide;_ les tresses de ses
cheveux étaient divisées avec art; les cymbales retentissaient entre ses
mains agiles, et leur éclat se réfléchissait sur tout son corps; je la
vis danser et fus épris d'amour».

Hauteur, 11 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°. 6 lig.



PLANCHE XXII.


Cette figure svelte et gracieuse est vêtue d'une robe violette longue et
transparente; l'épaule et le bras nus, elle semble avoir suivi le
conseil du précepteur des amours, qui apprend à ses écolières que la
partie qui attire le plus les regards des amans est celle où ces belles
formes se confondent. (OVID. _de art. III, v._ 307.) Un voile léger jeté
sur l'autre épaule passe sur son sein, vient former un tour à son bras
droit, et voltige agréablement par derrière; son poignet est paré d'un
bracelet d'or; de légères semelles forment sa chaussure; les feuilles de
roseau dont ses cheveux blonds sont couronnés, le vase qu'elle porte
d'une main, le disque qu'elle soutient de l'autre, et où l'on distingue
trois figues, paraissent faire allusion à son caractère. C'est une
Naïade, suivante de Bacchus, ou une femme qui, sous ce personnage, fait
au Dieu l'offrande des prémices d'un fruit qui lui est consacré, ou
l'une de celles qu'on appelait pour servir dans les festins somptueux.
La couleur violette qui distingue son vêtement était très-recherchée des
femmes dans leur parure, et une profession en prenait à Rome le nom de
_violarii._

Hauteur, 11 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°.6 lig.



PLANCHE XXIII.


Cette jolie figure a beaucoup de rapport avec la précédente par
l'expression, quoique ses attributs lui donnent un caractère différent.
Sa couronne formée de tiges de blé, et sa robe blanche, ont quelque
rapport aux fêtes de Cérès, célébrées très-souvent par les anciens avec
celles de Bacchus. C'est encore une Danseuse appelée dans un festin;
elle porte un panier de la main droite, et de l'autre un disque; comme
sa compagne, elle est sans ceinture, et son vêtement flottant laisse
découvert le sein et le bras droit; au-lieu de sandales, elle porte des
chaussons. Cette figure rappelle la danse religieuse des _Cernophores;_
l'imitation des usages religieux embellit souvent les fêtes consacrées
aux plaisirs. La tunique flottante était une recherche des femmes
voluptueuses et des hommes qui s'en rapprochaient par leur goût; elle
prêtait à la grâce des mouvemens, et les ondulations produites par le
zéphir donnaient un attrait plus piquant aux formes que décélait la
transparence du vêtement.

Hauteur, 11 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°. 6 lig.



PLANCHE XXIV


Quelle est cette gracieuse figure? La blancheur de son vêtement, la
candeur qui règne dans ses traits, ont fait croire qu'elle représentait
la Paix. D'une main elle porte une branche chargée de deux fruits qui
ressemblent à des citrons; de l'autre, un sceptre couleur d'or. «La Paix
dispense les biens et nourrit la jeunesse; elle est agréable au fils
joyeux de Jupiter; le chantre des plaisirs veut qu'elle préside à la
joie de ses convives». L'image de cette Déesse est bien placée dans une
salle de festin; mais ce diadème, ce voile autour de la tête, ce manteau
azuré et les autres attributs, seront peut-être réclamés par Vénus.
Cythérée orna ses jardins de l'arbre à pommes d'or; un sceptre désigne
sa puissance; elle aime la couleur des flots où elle prit naissance; les
boucles de perles aux oreilles sont rarement oubliées dans les images de
cette Déesse, même en sculpture; et les médailles nous la représentent
souvent avec la même coiffure. N'est-ce pas aussi une Prêtresse de
Bacchus, qui préside au choeur des danseuses, représenté par cette suite
de peintures. Le sceptre était au nombre des marques de la dignité des
Prêtresses; les fruits et leurs prémices étaient consacrés à ce Dieu. Il
est souvent plus facile d'admirer l'habileté de l'artiste, que
d'assigner une intention à ses caprices.

Hauteur, 11 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°. 6 lig.



PLANCHE XXV.


Le sujet de cette peinture est d'une composition aussi piquante
qu'agréable. Un _Centaure,_ dans sa course rapide, emporte la
_Bacchante_ qui l'a subjugué; il ne peut fuir son vainqueur. Le genou
plié, la _Bacchante_ s'affermit sur la croupe de son captif, et foulant
d'un pied, dédaigneux ses bras liés derrière le dos, le tenant d'une
main par les cheveux; de l'autre, le pressant avec le bout inférieur,
d'un thyrse, elle le maîtrise à son gré. Ses cheveux blonds, abandonnés
aux vents, attestent la vélocité de la course, et son vêtement qui
s'échappe laisse briller, dans l'attitude la plus hardie, des formes le
plus heureusement dessinées. Ce groupe a quelque rapport avec les
célèbres Centaures sculptés par _Aristeas_ et _Papias,_ artistes
aphrodisiens. Les copies, antiques de ces statues nous font voir le plus
âgé des deux Centaures dompté par le génie de Bacchus, symbole de
l'ivresse et de la débauche; il a les mains attachées derrière le dos
comme celui de notre fresque, tandis que le plus jeune, adonné à la
chasse, est devenu lui-même la proie de Cupidon qui est assis sur sa
croupe. Dans les métopes du _Parthenon_, _Phidias_ a représenté les
Centaures comme des ravisseurs de jeunes femmes et de jeunes garçons.
Subjugués ou vainqueurs, ces êtres imaginaires nous offrent une nature
sauvage dégradée par l'intempérance et par les plaisirs les plus
effrénés; c'est le caractère que leur ont donné les artistes et les
poètes. On les voit aux noces de _Pirithoüs_ violer les saintes lois de
l'hospitalité; _Nessus_, enlevant _Déjanire_, périt sous les traits
d'_Hercule_; ce héros venge la soeur d'_Euristhée_ des attentats
d'_Homade_; _Rhaetus_ et _Hyleus_ reçoivent de la main d'_Atalante_ le
prix de leur témérité, et les Sirènes prennent le nom de
_Centauricides_, du nom de leurs victimes.

L'artiste s'est également rencontré avec les poètes dans l'image de la
servitude où nous assujétissent les passions. «Armée d'un fouet
redoutable, _Vénus_ menace les rebelles; comme des captifs enchaînés
dans ses noeuds magiques, elle nous instruit sous ses coups multipliés».

Hauteur, 11 P.--Largeur, 1 P. 3 p°. 6 lig.



PLANCHE XXVI.


Zeuxis fut le premier dont l'imagination vive et ardente, cherchant des
sujets extraordinaires pour exercer son pinceau, créa, dans sa
_Centauresse,_ cet être singulier qui rassemble les formes que nous
admirons le plus dans la nature. On ne sait pas si les poètes grecs les
plus anciens avaient donné des femmes aux Centaures; mais parmi les
Latins, Ovide est le premier qui ait reproduit sous les couleurs de la
poésie, ce caprice hardi du peintre grec. Nous ne rechercherons point
avec quelques écrivains, la possibilité de si étranges productions: les
monstres, dans la nature, font horreur; l'imagination sait embellir les
formes les plus bizarres; elle nous transporte dans un monde nouveau, où
tous les élémens de la nature se confondent pour produire ce beau idéal
que les artistes grecs ont toujours cherché. Les erreurs des premiers
peuples, et plus souvent les traits brillans de leurs sciences, se
retracent dans les chimères de l'antiquité; nous avons perdu le sens de
leur langage emblématique; mais leurs tableaux ont un charme
inexprimable qui nous plaira toujours, et le philosophe y trouve souvent
des leçons cachées qu'il nous explique. Il serait cependant difficile
de rendre compte de l'intention du peintre dans le groupe que nous
avons sous les yeux, si l'on doit y voir autre chose que la saillie
d'une imagination brillante.

La belle _Centauresse_ porte en croupe une jeune Bacchante vêtue d'une
tunique jaune, caractérisée par le thyrse et par ses cheveux en partie
épars, en partie attachés avec soin, ainsi qu'on le remarque dans
plusieurs monumens. Une draperie verte jetée sur son épaule vient passer
sur ses reins; un collier, un bracelet lui servent de parure. Quand
l'œil a perdu la trace des formes humaines, il suit celles qui leur
succèdent sous une nuance très-blanche; les oreilles allongées
participent, peut-être, de cette seconde nature, ou ne sont pas
différentes de celles de la figure peinte par Zeuxis, qui les empruntait
de la chèvre. De la main gauche, la Centauresse tient suspendu un feston
de feuillage qui se termine à l'extrémité par un bouton et des rubans;
l'autre bout est caché dans sa main droite passée sous l'épaule de la
jeune fille, et son mouvement indique qu'elle va lui ceindre la
guirlande en écharpe. La pose gracieuse de la Bacchante répond
parfaitement à cette intention.

Hauteur, 11 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°. 6 lig.



PLANCHE XXVII.


Ce _Centaure_ sans barbe enseigne à jouer de la lyre à un jeune homme
qu'il soutient légèrement. La nuance de la partie inférieure est un
bai-clair; les draperies sont violettes; le thyrse et le _tympanum_ que
l'on y voit suspendus, désignent un suivant de Bacchus. La lyre dont il
donne des leçons, nous rappelle _Chiron,_ qui montre au jeune _Achille_
l'art de jouer de cet instrument; d'ailleurs, les suivans de Bacchus
cultivent tous les genres de musique, et il n'est pas rare de voir la
lyre entre les mains des Centaures attelés à son char. Les cheveux
hérissés du Centaure sont assez dans le caractère des êtres rustiques
que les anciens poëtes rangent dans le cortége du Dieu de l'Ivresse,
tels que les Faunes, les Satyres, etc.

Hauteur, 11 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°. 6 lig.



PLANCHE XXVIII.


Le sujet que nous admirons ici n'a rien qui ne rappelle le pinceau qui a
produit les trois précédens; mais il est sensible que l'artiste s'est
surpassé lui-même dans les grâces et la délicatesse de l'exécution. Ce
charme inexprimable qui, au rapport de Lucien, donnait tant de prix à la
_Centauresse_ de Zeuxis, se reproduit dans celle-ci. Il réside dans
l'union subtile des deux natures de cet être imaginaire; la blancheur
répandue sur la carnation délicate de l'une, se distingue de celle qui
brille sur le manteau poli de la seconde; mais l'œil se perd dans les
nuances incertaines qui les séparent. Cette finesse, ces coups de
pinceau qui décèlent si souvent une main de maître, nous prouvent bien
que ces anciens artistes avaient une connaissance profonde de l'art;
leurs fautes n'étaient que des négligences; on s'aperçoit quelquefois de
leurs repentirs par les couches de couleur qui se retrouvent sur
l'enduit; mais souvent ils ne prenaient pas la peine de corriger les
premiers traits de leur pinceau. Ici le fini de l'exécution répond au
mérite d'une heureuse invention. L'attitude du groupe est admirable et
le mouvement plein de charmes. Le jeune homme, légèrement soutenu d'une
main sur l'épaule de sa belle compagne, lui présente une cymbale dorée
quelle est prête à frapper de la sienne, en-même-temps qu'elle touche
avec grâce les cordes de sa lyre. Leurs regards semblent se rencontrer
comme leurs instrumens harmonieux; l'arrangement de la chevelure dans
notre Centauresse semble, comme dans celle d'Ovide, annoncer le dessein
de plaire; son collier (_phalera_) forme une parure agréable et qui
semble sur-tout lui convenir, en rappelant ceux dont on parait les plus
nobles coursiers; la draperie qui voltige sur son bras est violette,
celle du jeune homme est jaune.

Hauteur, 11 p°.--Largeur, 1 P, 3 p°. 6 lig.



PLANCHE XXIX.


Ces deux peintures d'un excellent coloris furent trouvées dans les
fouilles de Résine, le 31 août 1748; elles représentent deux Siéges
majestueux enrichis d'ornemens recherchés, et accompagnés de
marche-pieds couleur d'or; cet accessoire nous autorise à voir ici cette
espèce de Siége qu'on appelait proprement un _trône;_ il convient aux
dieux et aux souverains. Les attributs et les amours ou génies qu'on
remarque aux côtés, nous apprennent à quelles divinités ces deux trônes
sont consacrés; sur l'un repose la colombe de _Vénus;_ le coussin est
couleur de rose; la draperie jetée sur le dossier et qui retombe sur les
bras, est de couleur verte changeante. L'un des génies y suspend une
guirlande qui paraît formée de feuilles de myrte; l'autre porte le
sceptre: ce trône attend la Reine des Amours. Le second appartient à son
belliqueux amant. Le casque de _Mars,_ surmonté d'un panache, est déposé
sur le coussin; l'un des génies soutient son grand bouclier; et l'autre
arrange une guirlande qui paraît composée de laurier, récompense de la
valeur. Rien n'est plus gracieux que la pose des quatre génies;
l'opposition que le peintre leur a donnée dans ces deux peintures qui
font pendant, est d'une heureuse intention. Les colliers et les cercles
d'or dont sont ornés le cou, les bras et les jambes de ces beaux enfans,
sont une parure distinguée.

Hauteur, 8 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 1 p°. 6 lig.



PLANCHE XXX.


On découvrit dans les fouilles de Résine, au mois de septembre 1748, ces
peintures et les suivantes, où sont représentés les Génies de la danse
et de la musique, des jeux de l'enfance, de quelques arts mécaniques et
de divers exercices. Dans le premier tableau, l'un des petits danseurs
est en mouvement, tenant d'une main une espèce de roseau fendu, dont le
bruit paraît devoir marquer la mesure; l'autre, prêt à partir, ajuste
une couronne de myrte sur sa tête, à l'envi de son compagnon déjà
couronné. Dans le second tableau, l'un, presque en repos, tient aussi un
roseau fendu; l'autre, en mouvement, porte sur l'épaule un long sceptre,
orné au bout d'une pomme ou d'une balle, et tient un disque ou plutôt un
petit tambour suspendu à un cordon. On peut considérer ce sceptre comme
destiné à servir de balancier, ou à faire briller l'adresse du danseur.
On sait à quel point les anciens ont porté le goût de la danse. Cet art,
également consacré par la religion et par le plaisir, faisait partie de
l'éducation publique chez plusieurs peuples; et les artistes ont pris
souvent plaisir à nous retracer les modèles qu'il leur offrait.

Hauteur, 8 p°. 3 lig--Largeur, 1 P. 1 p°. 6 lig.



PLANCHE XXXI.


Ces deux peintures offrent l'union de la danse et de la musique. Dans la
première, l'un des Génies joue d'une flûte double garnie de clefs pour
en varier les modulations; l'autre saute ou danse sur un seul pied avec
un bâton ou peut-être un balancier sur l'épaule, pour conserver
l'équilibre. Dans la seconde peinture, l'enfant armé d'un instrument,
dont l'extrémité fendue est retenue par un anneau, pourrait représenter
une espèce de danse que Pollux nomme _fissilia trahere;_ nous
remarquerons au reste plusieurs instrumens peu connus, et qui paraissent
tous répondre à la même intention, celle de produire un certain bruit
qui marque le temps ou la mesure. L'autre danseur accompagne ses pas du
son d'une lyre à six cordes dont il touche avec grâce.

Hauteur, 8 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 1 p°. 6 lig.



PLANCHE XXXII.


La première de ces peintures nous offre deux Génies dont l'action vive
et gracieuse retrace le même exercice que les précédentes. L'un porte
sur l'épaule un instrument à dix cordes dont la forme rappelle le
trigone antique, quoiqu'il ne soit point fermé par un troisième côté; il
danse et pince en-même-temps les cordes de la main droite. Son compagnon
paraît danser au son du même instrument; il tient dans chaque main deux
clous de bronze, espèce de crotales, dont on tirait des sons en les
frappant en cadence.

Dans la seconde peinture, on voit trois petits Génies occupés au même
jeu. Celui du milieu est l'acteur principal; il doit enlever le piquet
planté en terre, et vers lequel il doit arriver en suivant la corde qui
y est attachée. Les deux autres, armés de baguettes, s'y opposent avec
vivacité, l'un en poursuivant l'acteur, l'autre en le tirant à lui, par
le moyen de la corde, pour le frapper de son côté. La composition de ce
tableau est aussi piquante qu'animée.

Hauteur, 8 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 1 p°. 6 lig.



PLANCHE XXXIII.


Ces deux sujets font suite aux jeux enfantins. Le premier représente un
char à deux roues, tiré par deux enfans, et guidé par un troisième. La
forme du petit char (_Birotum_) est semblable à celle des chars en usage
dans les jeux du cirque, telle qu'elle se rencontre souvent dans les
monumens et sur les médailles. Celui-ci n'a qu'un seul timon, comme
destiné ordinairement à l'attelage d'un seul couple; on sait que les
timons se multipliaient quelquefois à raison de chaque attelage. Cet
exercice donnait aux enfans l'envie de paraître au cirque, et de se
distinguer dans ces jeux célèbres.

L'autre peinture offre le jeu vulgairement appelé _cligne-mussette_. On
y voit trois petits Génies; l'un d'eux se couvre les yeux avec les mains
pour donner aux autres le temps de se cacher; un second court avec
empressement pour se cacher, et retourne la tête pour s'assurer s'il
n'est point observé; le troisième, déjà tapi derrière une porte, épie
avec impatience celui qui doit chercher. Ces figures sont pleines de
grâce et de naïveté.

Hauteur, 8 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 1 p°. 6 lig.



PLANCHE XXXIV.

Dans la première peinture, on voit un enfant qui fait peur à un autre
avec un masque. Ce pauvre petit est tombé à la renverse, et tout dans
son mouvement exprime ingénuement sa frayeur; un troisième paraît venir
à son secours, et gronder celui qui l'a effrayé. Le caractère du masque
est chargé; il paraît avoir les traits d'un singe. Cette espèce de
masque était appelée _mormolycea,_ et son nom seul servait aux nourrices
pour faire peur aux enfans.

L'autre peinture a quelque chose de très-curieux; elle représente deux
Génies exerçant le métier de menuisier. On voit dans la boutique
l'établi avec le fer crochu ou _valet_ pour assujétir les planches, la
scie, le marteau, et une boîte à mettre les outils. Sur un support
attaché au mur est un petit vase destiné, peut-être, à contenir de
l'huile pour les outils. Chaque profession mécanique avait ses Dieux
protecteurs, auxquels les inscriptions donnent le nom de _Génies;_ celle
des charpentiers et des menuisiers formait, à Rome, l'une des
principales communautés. On appelait aussi Génie l'inclination qu'on
sentait pour exercer un art. L'intention du peintre peut se rapporter
l'un de ces motifs.

Hauteur, 8 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 1 p°. 6 lig.



PLANCHE XXXV


La première de ces peintures est très-curieuse, en ce qu'elle nous
retrace une opération rustique, avec des détails que les Auteurs anciens
ne nous ont transmis qu'avec beaucoup d'obscurité. Ces Génies
représentent les travaux des pressureurs, qui formaient à Rome une
communauté sous le nom latin de _Capulatores_. Un plateau, deux chevrons
plantés en terre, réunis par un troisième dans la partie supérieure,
quelques traverses et des coins de bois composent toute la machine, et
forment le pressoir. Il est du genre de ceux qu'on peut appeler
pressoirs à poids, plus anciens et plus simples que les pressoirs à vis.
Deux Génies, frappant en sens contraire avec des maillets, enfoncent les
coins, et font descendre les traverses dont la pression écrase le
raisin; on voit le moût couler par la rigole et tomber dans un grand
vase. Un Génie à part semble occupé à faire cuire le moût, qu'il remue
avec une spatule dans un vase placé sur un fourneau.

L'autre peinture représente une boutique de cordonnier. Deux Génies
assis sur des escabelles devant une table, exercent ce métier. On voit
quelques brodequins sur une tablette attachée au mur; de l'autre côté
est une armoire où sont rangés des formes et des vases qui peuvent
contenir la couleur dont on teignait les chaussures.

Hauteur, 8 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 1 p°. 6 lig.



PLANCHE XXXVI.


On ignorait tout-à-fait quel était le sujet du premier tableau. M.
_Visconti_ en a donné une explication heureuse fondée sur un
rapprochement de passages anciens et de plusieurs monumens. (_Voyez_
Museo Pio-Clem. _Tome IV page 2, note 2_). Ces Génies s'occupent autour
d'un métier à former une espèce de festons de laine qui devaient être
interrompus par de petits noeuds en ruban pourpre. Ces festons étaient
proprement dits _vittae_; ils formaient la parure ordinaire des temples,
des victimes, et de presque tous les objets du culte. Pour faciliter le
travail de ces petits ouvriers, des écheveaux de laine sont suspendus
autour du métier, sur la table duquel paraît un grand nombre de petits
anneaux de ruban pour en former les noeuds que nous venons d'indiquer.
Ces Génies font précisément l'opération que Stace a décrite dans
l'hémistiche suivant (THEB. II, v. 7381):

... _Nectunt discrimine vittas_.

Dans le second tableau, on voit deux petits Génies dans une attitude
gracieuse qui s'amusent à pêcher à la ligne.

Hauteur, 8 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 1 p°. 8 lig.



PLANCHE XXXVII.


Le Génie de la Chasse ne peut être représenté avec plus de vie, avec
plus de grâce. Il tient deux javelots de la main gauche; de l'autre, il
lance le trait qui va percer l'un des cerfs fugitifs; le battement de
ses aîles et sa draperie flottante répondent à la vivacité de son
action. Les cerfs sont d'une belle forme et s'élancent avec rapidité.
Les chiens sont tels que les décrit un auteur ancien (NEMESIANUS, _v.
108 et suiv._) «Elevés sur les jambes, la poitrine large, les flancs
effilés vers la croupe, la queue recourbée et les oreilles flottant avec
souplesse dans leur course». Le peintre n'a rien négligé pour exprimer
cet exercice chéri des rois et des héros, et qui préparait les Romains
la gloire, en développant leurs forces et en entretenant leurs membres
dans la vigueur. (_Voy._ HOR. I, _ép. XVIII_).

L'autre peinture offre deux Génies chacun sur un char tiré par des
dauphins accouplés à un timon; le second, cédant au sommeil et prêt
tomber dans la mer, semble faire allusion à l'aventure du fameux nocher
d'_Enée_.

Hauteur, 8 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 1 p°. 6 lig.



PLANCHE XXXVIII


La première de ces peintures offre un Génie assis dans un char et jouant
de la lyre. Le char est traîné par deux griffons guidés par un autre
Génie qui marche devant, et porte un bassin rempli de fruits. Le fond du
tableau est une draperie verte relevée dans le milieu par un gros noeud,
et dont les plis indiquent une suite de festons. Cet appareil, cette
marche solennelle, ces quadrupèdes ailés consacrés à _Apollon_, semblent
annoncer le fils de _Latone_. Ces Génies sont évidemment lés Génies
d'Apollon; la draperie peut faire allusion au pavillon sacré décrit par
_Euripide_ dans l'_Ion_ et que l'on érigeait à Delphes dans les fêtes de
ce Dieu. La lyre désignerait l'harmonie que ce Dieu puissant entretient
dans la nature, et le bassin de fruits serait l'hommage offert pour les
bienfaits qu'il répand sur la terre en la fécondant. Ce que cette
peinture a pu laisser à désirer pour le fini de l'exécution et la beauté
du coloris, est racheté par le mérite de l'invention, le mouvement et la
vie des figures. Elle fut trouvée dans les fouilles de Résine en 1748.
La suivante fut trouvée au même lieu en 1749; elle nous offre également
un sujet religieux, expliqué par l'inscription très-rare qu'on lit sur
le fond du tableau: GENIUS HUJUS LOCI MONTIS, _Génie de cette montagne_.
Ce jeune homme nu, couronné de feuillages et tenant une branche à la
main, vient de déposer son offrande sur l'autel rustique qui s'élève au
sommet de la montagne. Son action indique le silence qui convient au
mystère, à l'instant propice attendu religieusement, où le serpent vient
dévorer les fruits consacrés. On connaît le respect des anciens pour ce
reptile; né de la terre, il représente ici le Génie du lieu. Un passage
de Virgile se rapporte merveilleusement au sujet. (ÆN. _V. v._ 97).

Il dit, et de la tombe un serpent monstrueux
Sort en développant sept plis majestueux,
Embrasse mollement la tombe paternelle;
D'un or mêlé d'azur son écaille étincelle,
Et son émail changeant jette un éclat pareil
A l'écharpe brillante où s'empreint le soleil.
On s'étonne à sa vue; et lui sans violence,
Parmi les vases saints s'avançant en silence,
Glisse, effleure les mets, et, rassemblant ses nœuds,
Rentre au fond de la tombe et disparaît aux yeux.
_Quel est,_ dit le héros, _ce serpent tutélaire?
Est-ce un gardien sacré du tombeau de mon père?
Serait-ce de ces lieux le Génie inconnu?_

                                  DELILLE

Hauteur, 8 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 1 p°. 6 lig.



PLANCHE XXXIX.


Cette peinture et les suivantes, ayant pour sujet des décorations
d'architecture, furent trouvées dans les fouilles de Résine. On
chercherait vainement, dans ces compositions bizarres, les principes ou
l'application, des règles de l'art; on ne doit y considérer que l'essor
d'une imagination capricieuse, dont une grâce séduisante excuse à peine
les écarts. La peinture, qui n'est que l'ombre des arts plus imposans,
de la sculpture et de l'architecture, a pu jouer avec les formes les
plus sévères et produire des prestiges brillans, comme fait
l'imagination avec les ombres légères d'un songe. Les décorateurs, qui
n'avaient pour but que de remplacer la longue uniformité d'une surface
par des objets agréables à la vue, se sont abandonnés sans scrupule
tous leurs caprices. _Vitruve,_ ce grand maître de l'antiquité, dont le
livre conserverait encore les principes, si tous les monumens avaient
péri, s'est élevé avec une grande sévérité contre ces écarts qu'il
croyait pernicieux au bon goût. Il rappelle la peinture à sa première
destination, celle de représenter ce qui existe; il veut qu'elle soit
aussi vraie dans la représentation de l'architecture, que dans
l'imitation de tous les objets pris dans la nature; il ne peut souffrir
ces fûts de candélabres, ni ces cannes légères (_calami_) qui prennent
la place des colonnes, ni ces formes de crochets (_harpaginetuli_)
substitués au faîte imposant d'un édifice, tels qu'on les voit au
couronnement de la rotonde dans notre peinture, à laquelle on peut
parfaitement appliquer la critique de l'auteur latin. Cette rotonde
paraît former le milieu d'un ensemble de colonnades disposées d'une
manière pittoresque. Il manque la partie gauche et tout ce qui
répondrait au côté droit. L'arrangement des guirlandes et des feuillages
jette de l'agrément dans les espaces et sert à marquer les distances.
L'ordre ressemble à l'ionique, s'il peut être déterminé malgré le défaut
de proportions. On ne peut s'empêcher de reconnaître dans ces peintures
une vivacité singulière, réunie à tant de franchise et d'esprit, dans
les touches des ombres et des lumières, que Vitruve qualifiait
d'_aspérité_ le relief qu'elles produisaient. Et si l'on veut revenir
contre la condamnation du critique latin, on se rappellera que _Raphaël_
a adopté ce genre de peinture pour la décoration; et le goût général
avec lequel les anciens et les modernes l'ont affectionné, semble faire,
avec ce jugement implicite de Raphaël, une autorité qui contre-balance
l'opinion trop sévère que Vitruve avait de ce même genre.

Hauteur, 3 P. 3 lig.--Largeur, 4 P. 9 p°. 6 lig.



PLANCHE XL.


Cette décoration, du même goût que la précédente, est également
tronquée. Elle règne sur une bande qui forme comme le socle de la salle;
cette bande est divisée en trois parties. La partie inférieure qui sert
d'architrave, est ornée d'aîles et de bandelettes disposées
alternativement. La partie supérieure est agréablement ornée et figure
la corniche. Celle du milieu peut passer pour la frise (_zophorus_,
ainsi dite, parce qu'elle est ornée d'animaux); les modillons sont
figurés par des têtes ou mascarons, et les métopes par des cygnes et
d'autres oiseaux qui tiennent des couronnes suspendues sur un pavillon
ou sur une coquille; le portique quadrilatère forme le milieu de la
décoration; il est flanqué de deux autres de forme triangulaire, égaux
entre eux. Tous les trois sont couronnés d'une espèce de pavillon, et
reposent sur un soubassement propre à chacun d'eux: les chapiteaux
désignent l'ordre ionique; mais les colonnes effilées n'ont point de
base comme dans le dorique. A quelque distance des portiques, on en voit
naître un quatrième, dont on distingue seulement une colonne et un
contre-pilastre sur une base isolée des premières; l'intervalle entre
ces deux suites est occupé par une espèce de dais décoré intérieurement
de caissons, et sur le front, d'une frise et d'un tableau représentant
une biche marine. Sous le dais se voit un panier sacré ressemblant
ceux des _Canephores,_ avec ses anses et son couvercle. Ce panier est
suspendu par une guirlande qui s'attache au pavillon principal en
traversant les colonnes avec élégance, et dont le second feston paraît
devoir aller joindre une partie semblable au côté visible.

Hauteur, 3 P.--Largeur, 4 P. 9 p°. 6 lig.



PLANCHE XLI.


Au premier aspect, ce portique promet un édifice régulier; mais, avec
quelque attention, on y découvre les mêmes défauts et les mêmes
bizarreries que dans les décorations précédentes. Les colonnes, toujours
en forme de candélabres, paraissent tenir à l'ordre composite, si l'on
se borne à considérer le chapiteau, sa forme et sa proportion. Les bases
sont attiques et reposent sur un socle ou soubassement orné en partie
comme un piédestal avec une grande ouverture horizontale dans le milieu.
Le portique semble fermé par une enceinte à hauteur d'appui, dans le
genre de ceux qu'on appelait chez les anciens _plutei_; ils étaient
ordinairement de marbre ou de bois. Dans le fond, on voit un autre
portique d'ordre ionique dont la corniche, ornée de triglyphes et de
métopes, quoique d'un goût bizarre, tient beaucoup au dorique. Toute la
colonnade, comme les précédentes, est réunie par une guirlande qui
couronne un _tympanum_ ou un bouclier qu'on suspendait aux portes des
temples; cette remarque peut conduire à penser qu'on a voulu figurer ici
le _pronaos_ ou le vestibule d'un temple.


Hauteur, 4 P. 1 p°.--Largeur, 3 P.



PLANCHE XLII.


Cette planche présente deux fragmens de peintures différentes. La
première semble offrir le vestibule d'un grand palais. La colonne en
avant de la perspective, décorée d'ornemens bizarres, peut faire
supposer un autre édifice isolé. Les deux colonnes sur la droite du
tableau et l'espèce de therme ou de cariatide, placée à l'angle
saillant, indiquent des parties correspondantes qui concourent
soutenir la frise et la corniche d'une grande richesse; à travers la
porte, on découvre une colonnade ionique qui donne l'idée d'un portique
ou d'une cour (_peristylium_). La disposition des parties et la
dégradation des teintes dans ce tableau curieux, prouvent bien, contre
une opinion hasardée, la connaissance que les anciens avaient de la
perspective et de ses effets.

L'autre peinture, très-intéressante, semble offrir trois parties
distinctes et réunies par le seul caprice du décorateur; l'édifice
semble indiquer le _pronaos_ d'un temple qu'on peut supposer de Bacchus,
à cause de la statue de panthère, placée au pied d'une colonne. On peut
reconnaître le nombre impair des gradins, exigé par Vitruve (III, 3);
le _pluteus_ et la porte bien singulière, divisée en trois parties ou
battans; il n'y a de véritable que celui du milieu, les deux autres
étant dormans; aussi l'escalier n'a-t-il la largeur que de la seule
partie qui s'ouvre.

Hauteur, 8 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 1 p°. 6 lig.



PLANCHE XLIII.


On ne peut considérer, sans plaisir, cette peinture singulière. Sur un
portique d'ordre ionique, dont on ne voit que les chapiteaux avec la
corniche et la frise ornée de dauphins et de tritons, s'élève un édifice
construit en bois. Le chapiteau tient du corinthien; la corniche, le
frontispice et le toît ont quelque chose de fantasque et d'agréable. Sur
le flanc, se détache un morceau de travail semblable, consistant en deux
pilastres qui descendent jusqu'en bas de l'édifice inférieur, et dont
l'entablement porte un beau vase à deux anses et à col rétréci. On
pourrait penser que cet édifice représente un _coenaculum,_ ou une
espèce de belveder sur la plateforme d'une maison de plaisance. (_Voy_.
VITRUVE, _lib. II, cap. 8_). Les arbres qui l'environnent et dont on ne
voit que les sommités, confirment cette opinion.

On admirera dans la seconde peinture (_pl. 47 de l'édition royale_)
l'imagination et le caprice ingénieux de l'artiste. Il a représenté
d'une manière très-gracieuse, un perroquet attelé à un petit char et
guidé par un grillon qui tient les rênes entre ses dents; on trouve des
pierres gravées avec de semblables fantaisies qui pourraient bien
renfermer quelques allusions satiriques à des noms propres, ou bien
des anecdotes relatives à l'époque où vivait l'artiste.

1er SUJET.--Hauteur, 3 P. 4 p°.--Largeur, 3 P. 6 p°. 6 lig.
2e SUJET,--Hauteur, 1 P, 2 p°.--Largeur, 3 P. 6 p°.



PLANCHE XLIV.


La première peinture paraît offrir un vestibule; le caprice y règne
comme dans les précédentes, et n'exclut pas un certain agrément. Les
colonnes à chapiteaux ioniques, mais sans bases, portent la couverture
et une corniche que l'ornement presque en triglyphe et les modillons
rapprochent du dorique. La lionne ou panthère, le disque d'argent auquel
sont suspendus des festons entrelacés de rubans rouges, le tableau
au-dessus de l'édifice représentant une marine, sont des ornemens
disposés pour la grâce et l'effet pittoresque.

Dans le premier tableau (_pl. 50 de l'édit. royale_) qui est au-dessous,
on voit _Osiris_ ou quelqu'un de ses prêtres avec un masque à tête
d'épervier, surmontée de la fleur mystérieuse du _lotus_; il porte une
lance (_hasta_); vis-à-vis est un prêtre d'_Isis_ avec une longue barbe
et tenant en main un serpent; ce symbole, bien connu d'Isis, a rapport
la faculté de guérir, attribuée à cette divinité universelle; au milieu
est un autel avec le vase de l'eau du Nil, autre emblème propre à la
même déesse.

La peinture qui fait pendant représente aussi _Osiris_ et _Isis._ Le
premier a une longue barbe; chacune de ces divinités porte une lance, et
de l'autre main quelque chose de difficile à distinguer, probablement
le _tau_ ou la clef des digues, symbole du débordement annuel du Nil
qu'on croyait dû à Isis et à Osiris; au milieu on voit une table sur
laquelle est un oiseau qui semble s'élancer vers Isis; cet oiseau peut
rappeler les fables égyptiennes qui faisaient mention de la métamorphose
d'Isis en hirondelle; les vêtemens réticulaires sont les mêmes que ces
divinités portent sur la table isiaque ou dans d'autres monumens.

1er SUJET.--Hauteur, 2 P. 2 lig.--Largeur, 2 P. 9 lig.
2e et 3e SUJETS--Hauteur, 1 P.--Largeur, 1 P. 2 lig.



_PLANCHE XLV._

LE premier tableau représente un combat entre deux vaisseaux de guerre;
un autre, chargé de gens armés, paraît s'éloigner, tandis qu'un
quatrième, brisé contre un rocher et dévoré par les flammes, est prêt
disparaître, et ne montre plus que des débris. Parmi les flammes et les
flots on distingue une femme; on en reconnaît d'autres sur le troisième
vaisseau, ce qui n'a rien d'extraordinaire, puisqu'elles étaient reçues
sur les vaisseaux de guerre. Dans la petite île s'élève une chapelle
(_Sacellum_) avec une statue de Neptune; près de là est un guerrier, le
casque en tête et armé d'une pique. Il paraît que ces vaisseaux sont des
_birêmes;_ on y distingue facilement les deux rangs de rames; le premier
est évident, le second est visible aussi vers le bout des vaisseaux, où
l'on aperçoit les rames dans leur largeur: on voit ici clairement que
les rames ne composent pas un seul rang. Les boucliers suspendus aux
vaisseaux étaient un ornement ordinaire de la marine militaire. La tour
qui domine sur l'un des vaisseaux peut indiquer le vaisseau _Prétorien,_
c'est-à-dire, celui que montait le commandant. Dans l'autre tableau sont
peintes différentes espèces de poissons.

Chaque Sujet.--Hauteur, 1 P. 3 p°. 6 lig.--Largeur, 9 p°.



PLANCHE XLVI.


La variété des objets donne au premier de ces deux paysages beaucoup
d'intérêt. Sur le rivage est un édifice, avec des arbres d'un côté, et
de l'autre un pilastre qu'on pourrait prendre pour un phare, s'il avait
plus de corps et de solidité. En mer sont quatre vaisseaux chargés
d'équipages et de soldats. Trois ont sur les flancs une espèce de
parapet sur lequel sont suspendus des boucliers; le quatrième est décoré
d'une balustrade; le rameau de laurier planté sur la poupe indique
vraisemblablement quelque victoire. Des figures humaines en forme de
mascarons ornent les proues. L'autre rive offre un paysage agréable,
orné de collines, de plaines, et de fabriques. Celle qui se fait
remarquer par une longue colonnade pourrait être un _prætorium_ ou
château.

La seconde peinture (_pl. 50 de l'édition royale_) représente un édifice
champêtre sur le bord du Nil. L'Égypte est évidemment indiquée par le
crocodile et l'hippopotame, ainsi que par l'oie qui se rencontre
fréquemment dans la table isiaque et dans les autres monumens égyptiens.

1er SUJET.--Hauteur, 1 P. 11 p-°--Largeur, 4 P.
2e SUJET.--Hauteur, 1 P. 2 p°.--Largeur, 3 P. 4 p°.



_PLANCHE XLVII._


On a réuni ici les deux arbres avec les bandes qui occupent deux
planches dans l'_édition royale_ (_pl. 48 et 49 _); au-dessus de chaque
arbre est suspendu un bouclier d'or avec une tête de Méduse; du pied de
l'un des chênes s'élève une Dryade armée d'une coignée, comme attribut
de la nymphe gardienne de la forêt.

Le premier des petits tableaux qui sont au-dessous représente un petit
temple égyptien auquel on arrive par cinq degrés. La porte est ornée
d'un feston; on voit un buste dans la frise de l'architrave, et sur le
faîte un serpent de bronze désignant peut-être le serpent d'Isis. Les
degrés sont flanqués de deux bases longues sur lesquelles sont deux
crocodiles également de bronze; à gauche du temple, dans une niche
très-élevée, est une Idole égyptienne; l'édifice qui fait suite paraît
tenir au temple; et sur le cordon qui règne autour, siège Anubis en
forme de chien, comme pour veiller à sa garde (_latrator Anubis _). On
remarque différens personnages et un groupe plein de naïveté; c'est un
paysan conduisant un âne chargé de bouteilles, comme l'atteste la
transparence de la liqueur rouge qu'elles contiennent, et qui
s'efforce, en tirant l'animal par la queue, de le sauver de la gueule du
crocodile.

L'autre peinture n'est pas moins intéressante; c'est une vue du Nil avec
différens édifices, des tours et une espèce de moulin près d'une grande
maison de campagne; sur le devant on remarque une conserve pour les
eaux, défendue par une enceinte de palissades; au-dehors, une machine
curieuse pour puiser de l'eau, et dont un homme, assis sous une grande
tente, fait usage; plus loin, on voit un homme portant une lance et un
bouclier, qui attaque un crocodile.


1er et 2e SUJETS.--Hauteur, 3 P.--Largeur, 1 P. 8 p°.
3e et 4e SUJETS.--Hauteur, 1 P. 2 p°.--Larg. 3 P. 4 p°.



PLANCHE XLVIII.


CETTE planche réunit quatre morceaux servant d'ornemens dans l'édition
royale, aux pages ci-après citées. Le premier rond (_pag._ 174) offre un
paysage avec deux colonnes de front qui soutiennent un architrave
faisant ruines. Dans l'autre rond (_p._ 251) sur une base élevée, on
voit une statue qui pourrait être une _Leucothée;_ en mer est un
vaisseau, et dans le lointain une maison de plaisance. Le troisième de
forme longue (_pag._ 151) représente une maison de campagne magnifique,
avec plusieurs personnages; sur une base s'élève une statue de
_Neptune:_ Dans le quatrième (_page_ 143) on voit une tour quarrée avec
des fenêtres; un édifice somptueux soutenu dans l'eau sur des arcades;
l'horizon, d'autres fabriques, parmi lesquelles on distingue une
pyramide qui pourrait être un tombeau. On remarque dans cette peinture
les deux figures portant des culottes, pièce de vêtement qu'on n'avait
pas vu paraître jusqu'ici sur des monumens d'une date aussi ancienne,
qui répond au règne de Titus, ou même qui le devance. La colonne Trajane
en offre d'autres exemples; cependant, les auteurs de l'âge d'Auguste
font déjà mention des _campestria_, espèce de culottes, et ils en
supposent l'usage bien plus ancien.

1er et 2e SUJETS.--Diamètre, 1 P.
3e et 4e SUJETS.--Hauteur, 10 p°. 3 lig;--Largeur, 2 P. 2 p°.



FIN DU PREMIER VOLUME





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Antiquités d'Herculanum, Tome I., (Vol. 1 of 6)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home