Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Antiquités d'Herculanum, Tome IV., (Vol. 4 of 6)
Author: Piranesi, Pietro, Piranesi, Francesco, Piroli, Tommaso, 1752-1824
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Antiquités d'Herculanum, Tome IV., (Vol. 4 of 6)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



                       ANTIQUITÉS D'HERCULANUM

                               GRAVÉES
                           PAR TH. PIROLI

                                AVEC
                  UNE EXPLICATION PAR S.-PH. CHAUDÉ;

                             ET PUBLIÉES
                    PAR F. ET P. PIRANESI, FRÈRES.


                               TOME IV.

                               BRONZES.



A PARIS

     {PIRANESI, Frères, place du Tribunat, n°. 1354;
CHEZ {LEBLANC, Imprimeur-Libraire, maison
     {Abbatiale Saint-Germain-des-Prés, n°. 1121.


                           AN XIII. = 1805.



AVERTISSEMENT.


Nous suivons, dans cette Édition, la classification adoptée par les
Académiciens d'Herculanum. La peinture a occupé trois volumes; deux
volumes renfermeront ce que la Statuaire a vu ressusciter des fouilles
de la Campanie, c'est-à-dire, les Bronzes, Bas-reliefs, Bustes
et Statues; car, selon Pline, cette dénomination s'applique
particulièrement à l'art de jeter en bronze, et les productions du
ciseau appartiennent à la sculpture. La rareté des bronzes a fait
compter pour une richesse précieuse, ceux qui ont été recueillis dans
ces villes antiques et souterraines. Si l'on trouve dans ces ouvrages
moins de recherche que dans les productions du pinceau, ils offrent
peut-être plus de finesse, plus de sentiment, un goût plus épuré, et
surtout à un degré plus sensible, cette vive empreinte qui décèle le
génie et la science profonde de l'artiste. Cette collection se rend
également intéressante, sous le rapport de l'art et de l'histoire civile
et religieuse.

Pour ne point interrompre la suite des Bustes et des Statues, nous les
ferons précéder de quelques Bas-reliefs, qui ne sont point en assez
grand nombre pour former une série particulière: les Bas-reliefs
avec les Bustes formeront le premier volume; le second renfermera les
Statues.



PLANCHE I.
(_P. 257, t. V de l'Edition royale._)


Tout concourt à donner un grand prix à ce bas-relief; la matière,
le travail, la variété des objets, la beauté de la composition,
l'expression des figures et le choix du sujet. La plaque est d'argent,
en forme de bouclier, avec un crochet au revers pour la suspendre:
c'était sur des boucliers semblables que les anciens faisaient
représenter les images et les actions de leurs ancêtres. La mort de
Cléopâtre parait faire le sujet de cette composition, toute pittoresque.
Cette reine infortunée, dont la beauté n'a pu désarmer son vainqueur,
a fait couler la mort dans ses veines. Ses derniers soupirs sont encore
pour l'amant qu'elle a perdu; assise, affaissée par l'effet du poison,
la tête penchée sur l'épaule, les yeux mourans, elle expire dans les
bras de l'une de ses fidelles esclaves; c'est Carmione, la plus âgée,
elle qui prit soin de l'étendre sur le lit royal, parée d'habits
somptueux, et qui la suivit chez les morts après avoir rempli ces
derniers devoirs. Debout, considérant sa maîtresse dans l'attitude de
la douleur, est la jeune Irais, qui la suivit la première. Un Amour,
accablé de tristesse, est appuyé sur les genoux de la reine, et déplore
sa fin malheureuse. C'est ainsi que nous avons vu ce même Dieu pleurant
l'infortune d'Ariadne (_Peint. t. II, pl. XV_) et éteignant son
flambeau devant Narcisse (_Id. t. III, pl. XLVI et XLVII_). Aux pieds de
Cléopâtre est le panier de figues renversé, sensible allusion au récit
de Plutarque. Les accessoires représentent l'intérieur d'un appartement;
c'est ce que désignent le lit, dont on voit une partie, la draperie
tendue (_aulœa_) et la petite statue élevée sur une colonne tronquée.
La pomme, le vase, la guirlande de myrte et les deux colombes, désignent
clairement Vénus dans cette image. Malgré l'heureuse application que
l'on peut faire à la mort de Cléopâtre, de plusieurs traits de notre
bas-relief, l'explication n'en est pas pleinement satisfaisante; M.
Visconti pense que ce sujet appartient à la Mythologie; la figure
allégorique de l'Amour ou de Cupidon, ne paraît pas convenir une
histoire; la statue de Vénus et l'offrande des colombes, ne paraissent
pas convenir à celle de Cléopâtre: il croit donc que le sujet est Phèdre
avec la nourrice, comme sur plusieurs bas-reliefs où l'on voit de même
la figure de Cupidon; ses offrandes n'ont pu lui rendre Vénus favorable,
et le panier renversé indique qu'elle veut se laisser mourir de faim.

Diamètre, 5 pouces 8 lignes.



PLANCHE II.
(_P. 261, t. V de l'Edition royale._)


Ce bas-relief, sur une lame d'argent, est d'un bon travail; on y voit
un Satyre aux longues cornes, ceint de la nébride, faisant une offrande
devant un Hermès, posé sur un autel rustique. Il est assis, attitude qui
convient à une cérémonie religieuse, et joue d'une lyre à sept cordes:
quoiqu'il soit rare de voir les Satyres avec la lyre, on les retrouve
cependant dans plusieurs monumens, avec cet instrument qui n'est point
étranger aux suivans de Bacchus. L'Hermès barbu, et ayant les cheveux
roulés autour de la tête, pourrait représenter Bacchus Indien; mais
l'objet du sacrifice semble désigner une divinité champêtre d'un ordre
inférieur, peut-être Sylvain, souvent représenté sous la forme d'un
Hermès. L'autel est ceint d'une guirlande; contre l'arbre est posé un
_pedum_, ou plutôt le bâton de chasseur, dit _lagobolos_ parce qu'il
servait à assommer les lièvres; sur l'autel est une coupe, qu'on peut
supposer pleine de lait; aux branches de l'arbre est suspendue une peau
d'animal, dont les oreilles allongées semblent être celles d'un lièvre;
on voit encore sur la pierre où le Satyre est assis, la peau d'un animal
sauvage, tel qu'un tigre ou une panthère. Ce Satyre paraît donc offrir à
la divinité un sacrifice en reconnaissance d'une heureuse chasse, et de
la fécondité des troupeaux.

Il paraît probable que ces petits bas-reliefs en argent, et quelquefois
en bronze, de forme ronde, ont servi de fonds à des miroirs métalliques.
Le Musée Napoléon en possède un en bronze doré, trouvé dans un tombeau,
avec le miroir rond métallique.

Trouvé à _Portici_, et gravé de la grandeur de l'original.



PLANCHE III.
(_P. 263, t. V de l'Edition royale._)


Ces trois Fortunes, relevées en bosse sur argent, sont parfaitement
semblables entre elles, et ont les mêmes attributs. Cette réunion
des trois figures rappelle qu'il y avait à Rome un temple aux trois
Destinées (_tria fata_) qu'on révérait, comme on faisait trois Parques
et trois Grâces, divinités qui se confondent dans l'antiquité reculée.
Le boisseau sur la tête de la Fortune, comme sur celles d'Isis et de
Sérapis, est l'emblême de l'abondance; cet emblême se retrouve encore
avec plus d'extension dans la corne d'Amalthée. Le timon désigne la part
que prend la Fortune dans le gouvernement des empires et des affaires
humaines; le croissant et l'étoile expriment sa domination sur tout
l'univers, et peut-être ces signes, qui accompagnent presque toujours
la déesse, expriment-ils l'opinion de quelques philosophes, qui
attribuaient à l'influence des corps célestes, et surtout de la lune,
tous les événemens heureux et malheureux. Chaque figure est encâdrée
dans le frontispice d'un petit temple; dans le fronton de celui du
milieu, on voit une partie du Capricorne, signe qui se retrouve dans
les médailles comme horoscope, avec les autres emblêmes _de la fortune
d'Auguste_, et qui semblerait désigner ici particulièrement la fortune
de ce prince.

Trouvées à _Civita_, et gravées de la grandeur de l'original.



PLANCHE IV
(_P. 264, t. V de l'Edition royale._)


Ce petit bronze, d'un travail délicat, est plaqué d'argent dans les
reliefs; il représente Esculape avec sa fille Hygie ou _Salus_, déesse
de la santé. On reconnaît facilement le dieu à sa barbe, à ses cheveux,
et a la verge entourée d'un serpent. Sa compagne porte pour attribut la
tasse sacrée, d'où l'on voit sortir un serpent, particularité qui donne
beaucoup de prix à ce petit monument. La déesse tient aussi dans sa
main une petite branche qui n'a point été observée par les Académiciens
d'Herculanum, et que l'on peut croire être la panacée. Les figures
posent sur un autel, et sont encâdrées par un ornement de feuilles de
laurier et de festons. Le laurier était consacré aux trois divinités qui
présidaient à la médecine, Esculape, Hygie et Telesphore: on attribuait
aux feuilles de cet arbre une vertu extraordinaire; on l'employait dans
les triomphes pour purifier les soldats du sang versé dans les combats;
on s'en servait dans les lustrations; on disait de celui qui était
rassuré contre les dangers, qu'il portait un bâton de laurier. Dans les
Hiéroglyphes, le symbole d'une guérison miraculeuse était une colombe
qui tenait dans son bec une branche de laurier. L'usage de consacrer des
tablettes de métal et de marbre pour solution d'un vœu à une
divinité dont on croyait avoir obtenu quelque grace ou faveur, était
très-répandu, et l'on peut regarder celle-ci comme l'une de ces
représentations votives. Trouvé à _Portici_, et gravé de la grandeur de
l'original.



PLANCHE V.
(_Préface de l'Edition originale, page 37._)


La main votive dont nous donnons ici la figure sous un double aspect,
se rend, par la multiplicité des symboles, plus curieuse que celles déjà
connues. Comme dans les autres, les trois premiers doigts sont ouverts,
et les deux derniers fermés. On remarque près de la base, dans une
cavité, une femme avec un petit enfant; il semble que le sujet du
vœu soit exprimé par ces figures, et qu'il se rapporte à un heureux
accouchement. L'homme assis, les pieds posés sur une tête de bélier,
tenant élevé l'index de chaque main, revêtu du costume phrygien ou
persan, habit que les anciens ont donné, par convention, à tous les
Orientaux, paraît être ici, sous la figure d'un ministre ou d'un
prophête, le symbole du culte mithriaque. Le serpent, la grenouille, le
lézard, la balance, la fleur, le fouet, le _tympanum_, le sistre, les
cymbales, etc. font allusion aux Divinités révérées par l'auteur de
l'offrande, ou à sa croyance religieuse, Il serait difficile de tirer
un sens clair et précis de ces sortes d'énigmes, qui, peut-être, n'en
avaient pas un bien formé pour ceux même qui les inventaient; on peut
les regarder comme les rêves d'esprits blessés par la superstition,
ou exaltés par une pieuse reconnaissance, qui voulaient remercier ou
appaiser tous les Dieux qu'ils avaient implorés, ou dont ils craignaient
le courroux. Aussi n'a-t-on réuni, dans l'explication de ces sortes de
monumens, que des conjectures qui semblent se combattre comme les idées
superstitieuses qui les ont produits. Le lecteur curieux pourra recourir
aux auteurs qui en ont parlé; Lorenzo Pignorio, Tommassini, Delachausse,
Gori, Montfaucon, Caylus, etc. Les Antiquaires donnent à ces
mains votives le nom de _Mains de bronze_ ou de _Mains Panthées_,
c'est-à-dire, consacrées à tous les Dieux.

Celle-ci fut trouvée dans les fouilles de Résine, en 1746.

Hauteur, 6 pouces.



PLANCHE VI.
(_P. 1re, t. V de l'Edition royale._)

Chez tous les peuples, nous voyons la religion s'envelopper de mystères;
parmi les anciens Grecs et Romains, l'idée d'un Être suprême, seul
moteur de toutes les causes et régulateur de l'univers, était, pour
ainsi-dire, le secret des philosophes, et cette grande vérité paraissait
trop sublime pour être communiquée au vulgaire grossier, dont la
superstition se nourrissait de toutes les erreurs du polythéisme. On en
retrouve les traces plus ou moins développées dans leurs écrits; mais
c'est sur-tout dans les monumens que les opinions religieuses se cachent
sous les symboles. Le bronze que nous avons sous les yeux, semblerait
appartenir à ces sortes de monumens mystérieux; il représente un
Croissant, surmonté de deux petits bustes, avec l'aigle portant la
foudre au milieu; cet aigle annonce, dans les médailles et dans les
pierres gravées, la présence invisible du grand Jupiter. La tête de
Diane, de Proserpine ou d'Isis au milieu du croissant, annonce la
puissance de la Divinité manifestée dans cet astre. Ici le symbole de
Jupiter semble le montrer comme le régulateur des temps figurés dans
les têtes du Soleil et de la Lune, qui, en séparant le jour et la nuit,
forment le mois exprimé par le croissant. Les mutations constantes de
la Lune ont été les premières observées, et le cours de cet astre est
la mesure la plus sensible et la plus antique qui ait servi à diviser
l'année. «Le mouvement perpétuel du Soleil, dit le poète Aristide (_Hym.
in Jov. p._ 13) au-dessus et au-dessous de la terre, est le commandement
donné par Jupiter au Soleil, d'éclairer tout le monde; et les cours de
la Lune et les révolutions de toutes les étoiles, sont une disposition
de Jupiter». Ce passage s'applique merveilleusement à notre bronze, et
pourrait aussi aider à l'explication d'autres monumens, où l'on voit la
tête même de Jupiter avec le croissant. C'est aussi comme régulateur
des jours et des nuits, que Jupiter recevait chez les Romains le nom de
_Lucetius_ et de _Diespiter_ (_Diei pater_); cependant, en adoptant
une explication plus simple, et qui a été appliquée avec autorité des
monumens du même genre, on pourrait voir, dans notre bronze, l'apothéose
de deux personnages révérés, ou un hommage votif pour la naissance de
deux jumeaux, ou peut-être encore le symbole de Jupiter, d'Hécate, ou de
Castor et Pollux.

Sur la même planche, on voit un buste de Pallas, avec le casque et
l'égide, et une femme aîlée qui peut représenter une Victoire.



PLANCHE VII
(_ P. 2 et 3, t. V de l'Edition royale._)


Le premier de ces quatre bustes appartient Jupiter. On reconnaît le père
et le maître des Dieux, à son épaisse chevelure, à sa barbe touffue, au
diadême qu'il porte, et mieux encore à ce visage majestueux, conforme à
l'idée qu'en ont laissée les poètes et les anciens artistes. Ce bronze
ressemble au fameux buste du capitole, et nous ferons remarquer ici,
d'après l'observation du savant éditeur de ce Musée (_Mus. cap. t. II_),
quel soin, quelle exactitude apportaient les anciens, non-seulement
à retracer les véritables images des hommes illustres, mais encore à
conserver dans les têtes de leurs Dieux et des héros, une ressemblance
souvent idéale, mais consacrée par la description des poètes, ou par
les premières images que l'art avait produites. Il y avait, dans cette
attention, un certain principe de religion qui conserva long-temps ce
sentiment du vrai beau, d'où l'esprit de l'homme, après l'avoir trouvé,
ne tend que trop, par l'effet de son inconstance naturelle, à s'écarter;
on connaît ce passage d'Homère (_Il. a. v. 528_): «Le fils de Saturne
abaissa ses noirs sourcils, les cheveux vénérables du roi s'agitèrent
sur sa tête immortelle, et il fit trembler le vaste olympe». C'est
d'après cette description, a remarqué un ancien, qu'Euphranor forma,
avec son pinceau, l'image de Jupiter, et que Phidias la jeta en bronze.
«Nous connaissons la face des Dieux, dit Cicéron (_de N. D. I. 30_),
comme l'ont voulu les peintres et les modeleurs, et non-seulement leur
visage, mais encore leurs ornemens, leur âge, leurs vêtemens; ainsi l'on
peut dire que Jupiter est barbu, qu'Apollon est imberbe, que Minerve
a les yeux bleus, et Neptune, verdâtres». Des idées ainsi consacrées
s'établissent, avec le temps, comme la vérité même.

Le second buste est celui de Junon, qu'on reconnaît à sa couronne
radiée, et au voile qui couvre sa poitrine.

Dans le troisième, on voit un Hercule, distingué par la couronne
de peuplier, attachée avec une bandelette ou diadême, sorte de
consécration, et dont les traits se rapportent aux portraits connus.

Dans le quatrième, est figurée une Diane, dont les cheveux tressés sans
ornement étranger, viennent former sur sa tête deux crochets allusifs au
croissant; elle porte le carquois et une peau de chèvre ou l'égide.

FIG. supérieure.--Hauteur, environ 3 p°. 4 lig.
FIG. inférieure.--Hauteur, environ 4 p°.



PLANCHE VIII.
(_P. 3 et 4, t. V de l'Edition royale._)


Il serait difficile de fixer le caractère de ce premier buste; c'est un
fragment d'une statue entière. La coiffe et le diadême peuvent désigner
une Junon, une Vesta ou une Diane. Le buste casqué représente le dieu
Mars sans barbe, comme ce Dieu est représenté le plus souvent. Le
troisième buste représente un suivant de Bacchus, couronné de feuilles
de lierre et de corymbes; sa barbe épaisse, la nébride qu'il porte en
écharpe, et son âge, qui est celui de la vigueur, indiquent un Faune
ou Satyre d'un âge mûr: les Grecs les appelaient du nom commun de
_Silènes_. La figure du quatrième buste est moins équivoque; elle
appartient à Silène, le nourricier de Bacchus; le front chauve,
l'enfoncement du front à la naissance du nez, l'enchâssement exhorbitant
de la prunelle, sa barbe descendant en touffes régulières et longues,
tous ces traits sont dans le caractère; la bandelette lui convient
aussi, comme prêtre et ministre de Bacchus: tel était le Silène que
Bacchus enfant lutinait dans ses jeux. Le Dieu arrache, en badinant,
les poils qui hérissent la poitrine de Silène, ou lui pince ses oreilles
pointues; il lui claque sa tête chauve et son court menton, et de son
pouce délicat lui presse ses narines de singe (_Nemesianus, Ecl. III,
31_).



PLANCHE IX.
(_P. 5 et 6, t. V de l'Edition royale_.)


Au premier coup-d'œil, on croirait reconnaître un Faune dans ce buste;
mais, avec un peu d'attention, on remarquera que, dans cette nature
mixte, tout ce gui n'appartient point à la nature humaine a un rapport
évident avec les formes d'un taureau, et nullement avec celles d'un
chevreau ou d'un bouc. Une expression divine, quoique féroce, répandue
sur cette figure, et tous les traits qui la caractérisent, doivent
s'appliquer à Bacchus lui-même. Mais alors c'est Bacchus _Sabazius_, le
fils de Jupiter et de Proserpine, proprement dit _Zagreus_, ce Bacchus
tué par les Titans, et qui cependant reparut depuis sous différentes
formes. Ce n'est plus ce Bacchus dont la beauté est celle d'une tendre
Vierge; c'est celui dont Athénée a conservé le portrait (_II, 1, p. 35_)
«adolescent, indompté, ayant l'aspect d'un taureau; jeune et non jeune».
Euripide voulant représenter Bacchus courroucé, le fait aussi paraître
avec la figure d'un taureau; c'est le caractère qu'on peut saisir dans
le regard, dans les lèvres épaisses, dans les traits ramassés, dans la
touffe de poil naissante sur le front et dans l'oreille extraordinaire
de la figure. Les cornes et le serpent appartiennent particulièrement
à ce Dieu, qui semble offrir le symbole d'une ivresse immodérée et
furieuse.

Les formes grasses et potelées, les cheveux longs du second buste,
semblent désigner une femme; le caractère de la figure appartient à
l'espèce des Faunes; la couronne de lierre avec les corymbes la classe
évidemment parmi les suivans de Bacchus; la grenade qu'elle porte à la
main rend ce bronze rare et précieux. Quoique ce fruit soit compté au
nombre des objets contenus dans la ciste mystique, il n'a point encore
été remarqué sur aucun des monumens relatifs aux mystères. Suivant un
ancien Mythe, la grenade naquit du sang de Bacchus _Zagréus_, mis en
pièces par les Titans, et il était défendu d'en manger les fruits dans
les fêtes de Cérès.

CHAQUE BUSTE.--Hauteur, 7 p°. 9 lig.



PLANCHE X.
(_P. 7, t. V de l'Edition royale_.)


L'expression riante et animée de cette figure, et ses attributs,
appartiennent clairement à Bacchus; ses cheveux touffus sont tressés
avec des branches de lierre garnies de corymbes, et un large diadême
dont les bandes retombant par devant, semblent en faire partie; le bras
resserré dans l'une de ces bandes, peut être l'emblême de l'enchaînement
des forces par l'ivresse. Mais ce que cette figure a plus de
remarquable, ce sont les aîles qu'on lui voit très-rarement. «Les
Amycléens, dit Pausanias (_III, 19_) adoraient spécialement Bacchus,
auquel ils donnaient, autant qu'il me semble, le surnom de _Psylas_;
les Doriens appellent les aîles de ce nom _Psylas_, le vin soulève les
hommes et rend l'esprit léger, comme les aîles portent les oiseaux». Ce
passage qu'on a cité en faveur de ce bronze, donne plutôt l'explication
du sens moral que peuvent offrir à l'esprit les aîles ajoutées à
Bacchus, comme symboles, qu'il ne prouve que le Dieu ait été adoré
sous la forme aîlée; nous remarquerons seulement que ces figures aîlées
doivent, en général, être plutôt considérées comme les génies des Dieux,
que comme les divinités mêmes. Parmi les génies de Bacchus, l'ancienne
Mythologie a fait une mention distinguée d'_Acratus_: son nom signifie
_Merum_, ou le vin sans mélange d'eau; c'est le génie de l'ivresse.

Hauteur, 10 p°.



PLANCHE XI.
(_P. 8, t. V de l'Edition royale_.)


Le diadême, les corymbes de lierre, le voile qui couvrent la tête de
cette figure, indiquent, selon les Académiciens d'Herculanum, un prêtre
de Bacchus; les prêtres sacrifiaient aux dieux la tête voilée, usage
venu à Rome de la Phrygie. Les ministres du culte affectaient aussi dans
leur costume d'imiter leurs divinités, et cette coiffure, _mitra_,
dont Bacchus était l'inventeur, lui avait fait donner le surnom de
_mitrophore_; le geste expressif de l'index élevé, est, sans-doute,
relatif aux mystères; on a cité à ce propos ce vers d'Orphée: «Jupiter,
Pluton, le Soleil et Bacchus ne sont qu'un seul»: comme si tous ces
Dieux se trouvaient réunis dans Bacchus. C'est pour cela qu'il a été
considéré comme le Dieu universel, et qu'il a été appelé _Panthée
(Auson. ép. 29 et 30)_. Cependant les accessoires qui peuvent déterminer
le caractère de ce buste, servent à M. Visconti pour appuyer une opinion
différente; c'est Hercule, habillé en femme, à la cour d'Omphale, et
célébrant, avec la reine de Lydie, les fêtes de Bacchus. La célèbre
pierre gravée, du cabinet d'Orléans, où Hercule jeune paraît voilé
jusqu'au menton, de la même manière, rend cette opinion presque
démontrée.

Hauteur, 8 p°.



PLANCHE XII.
(_P. 9 et 10, t. V de l'Edition royale_.)


La figure du premier buste est couronnée de feuilles, de corymbes de
lierre et de grappes de raisin; dans un pan de sa draperie, elle porte
des raisins et des figues, et de la main droite elle penche un vase
sur les fruits, comme si elle les arrosait. L'expression gracieuse
et délicate de la tête, la jeunesse dont elle brille, conviennent à
Bacchus, qui partage avec Apollon le don d'une beauté toujours nouvelle;
mais les fibules qui attachent la draperie sur les bras, portent à
croire que c'est une nymphe, l'une des nourrices ou compagnes du Dieu,
et qui tempère sagement la force de ces fruits par le mélange de
l'eau; ce mélange était sacré chez les peuples polis de la Grèce;
il n'appartenait qu'aux barbares de boire le vin pur, et c'est ce
qu'Anacréon appelle _boire à la scythique_. De-là, peut-être, cette
différence du Bacchus sauvage et furieux dont nous avons parlé
précédemment (_pl. IX_), et du Bacchus vainqueur et législateur des
peuples de l'Orient, portant dans sa beauté immortelle le caractère
d'une divinité bienfaisante. La proportion du mélange était
ordinairement de trois parties d'eau sur deux de vin, et les plus sobres
suivaient celle de cinq à deux.

Le style du second buste peut le faire croire de travail étrusque, ou,
pour s'exprimer avec plus de justesse, d'ancien style grec; les lignes
droites, l'adhérence des membres au corps qui en font le caractère,
attestent la jeunesse de l'art; les Etrusques reçurent, à une époque
très-reculée, les arts de la Grèce, ils conservèrent long-temps, avec
une espèce de religion, ce même style, sans le changer ni l'améliorer.
Comme imitateurs, ils eurent dans l'exécution quelque chose de plus
lourd, et qui distingue encore aux yeux exercés, leurs ouvrages de ceux
de leurs premiers maîtres. La figure est une Pomone, qu'on reconnaît
aux différens fruits qu'elle porte dans son giron; elle est coiffée d'un
voile, posé sur une élévation formée par les cheveux sur le front. C'est
cette élévation qu'on nomme _tutulus_, et qui se rencontre souvent dans
les figures dites étrusques. Le collier, orné de bulles, est aussi un
ornement étrusque; ce collier et les yeux sont en argent.

CHAQUE BUSTE.--Hauteur, 6 p°.



PLANCHE XIII.
(_P. 11, 12, t. V de l'Edition royale_.)


Ce buste précieux porte le nom du personnage célèbre qu'il représente,
du prince des orateurs. _Démosthène_ naquit à Athènes, environ trois
siècles avant celui d'Auguste. L'amour de la patrie arma son éloquence
contre les rois de Macédoine. Après une vie agitée, forcé, par la fureur
d'Antipâtre, de chercher un asyle dans une terre étrangère, il n'en
trouva plus que dans la mort même, et prit du poison dans l'île de
Calaurie, l'an III de la 114e olympiade (le 16 octobre, 122 ans avant
l'ère chrétienne). «Voilà, dit Pausanias (l. VIII) où cet amour extrême
de Démosthène pour les Athéniens, le conduisit; et il me semble qu'on a
dit avec raison, qu'un homme trop dévoué à l'intérêt public, et qui
se fie trop à la faveur populaire, meurt bien rarement tranquille». Ce
buste fut découvert, en 1753, dans les fouilles de Résine, dans le
même édifice où l'on trouva les _Papyrus_ et la plus grande partie des
bustes. A cette époque, on ne connaissait point de portrait authentique
du célèbre orateur. Un marbre trouvé à Tarragon, cité par Fabri (_Ill.
imag. n°. 55_) et par Bellori (_Ill. rhét. n°. 79_), portait le nom de
_Démosthène_; mais la jeunesse et la privation de la barbe semblaient
indiquer, dans cette tête, un autre Démosthène, peut-être le fils
d'Alcisthène, capitaine des Athéniens, commandant une flotte au siége
de Syracuse, où il perdit la vie, selon Thucydide (_l. III, p. 9l_) et
autres historiens. On a remarqué que, dans l'inscription, la forme de
l'_epsilon_ et du _sigma_ répondait à celle du temps d'Auguste. Si
ce n'est point un signe assez certain pour fixer l'âge de ce bronze,
l'excellence du travail ne l'en place pas moins aux beaux temps de
l'art.

Hauteur, 6 p°. 3 lig.



PLANCHE XIV.
(_P. 13, 14, t. V de l'Edition royale._)


La ressemblance qu'on saisit entre ce buste et le précédent, peut y
faire reconnaître le même personnage, _Démosthène_. Plus grand, mieux
conservé, on remarque dans les traits plus de jeunesse et une expression
plus vive; mais, dans tous les deux, on trouve ce trait caractéristique
qui rappelle cette difficulté dans l'articulation, vaincue par la
constance de l'orateur, la lèvre inférieure très-mince, et comme
attachée aux dents. Plutarque, dans la vie de Démosthène (_l. II, p.
847_) fait mention de deux statues, qu'on voyait à Athènes en deux lieux
différens. On lisait au bas de la statue de bronze, cette inscription,
posée par les Athéniens: «Si la valeur de Démosthène eût égalé son
éloquence, la Grèce ne serait point encore vaincue ni asservie au
Macédonien. Sa statue, ajoute-t-il, est placée près le _Perischœnasma_
(ou enceinte de cordes) à l'autel des douze Dieux: c'est l'ouvrage de
Polyeucte. Par la suite, et après sa mort, les Athéniens lui érigèrent
une statue dans le _Forum_, sous l'archonte Gorgias». On pourrait croire
que, entre ces deux statues, il existait la même différence que l'on
remarque dans nos deux bustes. Dans le premier, Démosthène est calme et
serein, tel sans-doute qu'il parut après avoir pris le poison, ainsi
que le décrit Lucien, intrépide et riant. Dans celui-ci, c'est l'orateur
foudroyant, tel que le peint une épigramme de l'Anthologie (_V. 3._)
d'après une statue de bronze: «Mais il n'était point tranquille;
enveloppé dans de grandes pensées, il roulait dans son esprit de
profonds desseins; tel il s'élevait en fureur contre les Macédoniens.
Certes, cette image morte semblait lancer de ses lèvres les paroles
ardentes; mais l'art l'en empêchait, l'art qui l'avait enchaîné dans le
bronze le forçait à se taire».

Hauteur, 11 p°.



PLANCHE XV.
(_P. 15, 16 de l'Edition royale_.)


Le nom de _Zénon_ se fait lire sur la base de ce buste; mais
l'inscription ne suffit pas pour désigner clairement le personnage.
Diogène Laërce nomme huit Zénon; d'autres en comptent jusqu'à quinze.
Les plus célèbres sont Zénon d'Elée et Zénon de _Cittium_, petite ville
de l'île de Chypre; le premier dialecticien subtil passe pour fils ou
pour disciple de Parménide, et pour maître de Périclès; en parlant de
ce philosophe, Platon dit qu'il était de l'âge d'environ quarante
ans, d'une taille élevée, et d'une figure agréable. Le second, chef et
fondateur de la secte des Stoïciens, était, suivant le portrait qu'en
donne Laërce (_liv. VII_) petit, très-brun, faible, délicat et maigre,
ayant les jambes grosses, et le cou penché d'un côté; du reste, l'air
sombre, dur et amer. Les Athéniens, l'honorèrent pour son savoir et
sa probité; ils lui confiaient la garde des clés de la ville; ils lui
décernèrent une couronne d'or et une statue de bronze. Ses compatriotes
lui rendirent le même honneur, pensant que l'image d'un tel homme était
l'ornement de leur cité; et cette statue, respectée par Caton, seule, ne
fut point vendue dans la confiscation du royaume de Chypre (_D. Laërce,
VII, 6, Pline, XXXIV, 8._) Zénon de _Cittium_ ne commença à s'appliquer
la philosophie qu'à l'âge de trente ans, il suivit pendant plus de
vingt ans Cratès, Stilpon et Xénocrate; il est probable qu'il était
sexagénaire quand il ouvrit son école au portique. Il mourut âgé de 98
ans; d'où il suit que ses portraits doivent porter l'empreinte d'une
vieillesse très-avancée. Il ne paraît point que notre bronze réponde à
l'idée qu'on doit se faire de ces deux personnages; les monumens connus
sous le nom de _Zénon_, n'offrent pas de point de comparaison assez
frappant, pour fixer ici l'incertitude. Trouvé dans la maison d'un
Epicurien, ce buste semblerait être celui de l'un des Zénon de cette
secte. L'un des plus illustres philosophes qui lui appartinrent, fut
Zénon le Sidonien, le huitième nommé par Laërce (_VII, 35_) disciple
d'Apollodore; il se distingua par la clarté de ses pensées et de ses
discours, et laissa beaucoup d'écrits (_id. X, 25_). Cicéron parle aussi
d'un Zénon qu'il entendait souvent à Athènes, «Notre Philon, dit-il,
avait coutume de l'appeler le coryphée des Epicuriens (_De N. D. I.
21_)». On sait que l'école d'Épicure était suivie des personnages les
plus distingués du siècle d'Auguste; et les sectateurs se faisaient,
sans-doute, un honneur de posséder les images de leurs maîtres.

Hauteur, 6 p°. 3 lig.



PLANCHE XVI.
(_P. 17, 18, t. V de l'Edition royale_.)


Le successeur d'Épicure, _Hermarque_, revit dans ce buste précieux; nous
y trouvons non-seulement les traits de cet illustre philosophe, mais
encore son véritable nom, qui paraît avoir été altéré par les auteurs
grecs et latins, qui, en le nommant, ont supprimé la lettre _r_.
L'inscription du bronze fait une autorité victorieusement confirmée par
un _Papyrus_ trouvé dans le même lieu, et dans lequel on lit le nom
du philosophe écrit de la même manière. Diogène Laërce a conservé le
testament d'Épicure, qui légua à son ami son jardin, ses livres et son
école.... «A condition, dit-il, qu'ils assigneront (il parle de ses
héritiers) le jardin et tout ce qui en dépend, à Hermaque (on trouve
par-tout le nom ainsi altéré), fils d'Agemarque de Mytilène, et à
ceux qui, avec lui, s'appliquent la philosophie, et à ceux qu'Hermaque
laissera pour successeurs dans la philosophie, afin qu'ils s'y exercent
à la philosophie...; de plus, qu'Aminomaque et Timocrate (ses
héritiers) donneront la maison située à Mélite (quartier d'Athènes) pour
habitation, à Hermaque et à ses compagnons dans la philosophie, tant
qu'Hermaque vivra...; qu'ils donneront tous nos livres à Hermaque...;
qu'ils partageront tous les revenus avec Hermaque, afin que tout se
fasse avec le conseil du même Hermaque, qui a vieilli avec nous dans la
philosophie, et qui a été laissé par nous pour chef et maître de tous
ceux qui philosophaient avec nous». Voilà, sans-doute, un bel éloge
de la vie, du savoir et du caractère de notre Hermarque. Laërce dit
ailleurs (_l. X, 13._): «Il était fils d'un père pauvre, et, dans le
principe, il s'était appliqué à l'art oratoire. On a de lui ces beaux
ouvrages: vingt-deux lettres d'_Empedocle_, un traité des _Disciplines_,
un traité contre Platon, un autre contre Aristote. Il mourut de
paralysie, et fut un homme vraîment illustre». Cicéron (_de Finib. lib.
III, p. 30_) rapporte un lettre écrite Hermarque par Épicure, le jour
même qu'il mourut; il lui recommanda les fils de Métrodore, en lui
disant: «Comme il est digne de cette affection que tu as conçue dès
l'enfance pour moi et pour la philosophie, etc.» Nous aimons à rapporter
toutes ces preuves d'une longue amitié entre des hommes célèbres: une
longue amitié est l'éloge le plus touchant qui suive leur mémoire.

Hauteur, 7 p°. 8 lignes.



PLANCHE XVII.
(_P. 19, 20, t. V de l'Edition royale._)


La ressemblance parfaite de ce buste qui porte le nom d'_Épicure_, avec
l'Hermès du Capitole, qu'on pouvait regarder comme le seul portrait
connu de ce philosophe, fait une double autorité en faveur de ces
monumens, et confirme les remarques judicieuses de l'auteur du musée
Capitolin. (Voyez _pl. V et XI, et pag. 14, t. I._) Peu de noms sont
aussi fameux dans la philosophie, et il n'est point de secte qui ait eu
d'aussi nombreux partisans dans l'antiquité. L'indulgence extrême
des principes de son fondateur, ou, pour mieux dire, l'abus que les
disciples firent des préceptes de leur maître, flatta le goût de la
volupté, entraîna plus d'esprits que la sagesse qui les modérait, et
appela l'animadversion des hommes sévères sur les Epicuriens. Subjugué
par une indolence naturelle qui, peut-être, prenait sa source dans
la faiblesse de son tempérament, Épicure se livra à une philosophie
contemplative. Concevant la béatitude dans le plus parfait loisir, qui
consiste à n'incommoder ni soi-même, ni les autres, il crut indigne de
la majesté divine, de se mêler des affaires du monde; il abandonna
tout au hasard. Les atômes formèrent l'univers par des combinaisons
fortuites; les lois du mouvement et le poids intrinsèque de la matière
qui avait tout formé, suffisaient également pour tout gouverner. Du
reste, la vie et les mœurs d'Épicure et de ses partisans méritèrent des
respects. Cicéron en fait lui-même un bel éloge (_de Finib. II. 25._)
en disant... «et de ce qu'il fut (Epicure) un excellent homme, de ce
que plusieurs Épicuriens furent et sont aujourd'hui fidèles en amitié,
constans dans toute la vie, graves, modérant leur conduite, non sur
la volupté, mais sur le devoir; il me semble y reconnaître plus de
principes d'honnêteté que de volupté. En effet, plusieurs vivent de
manière, que leur vie réfute leurs discours; et comme on estime que les
autres hommes parlent mieux qu'ils n'agissent, ceux-ci me semblent, au
contraire, agir mieux qu'ils ne parlent». Ce célèbre philosophe naquit
à Gargethe (contrée de l'Attique) l'an III de la 109e. olympiade, et
mourut âgé de soixante-deux ans, la seconde année de la 127e. olympiade.
Ses sectateurs célébraient sa fête au mois de janvier de chaque année,
et faisaient un repas solennel, le 20 de chaque mois, en mémoire de
Métrodore, ami d'Épicure, et d'Épicure lui-même, comme il l'avait
prescrit par son testament.

Hauteur, 7 p.º 8 lig.



PLANCHE XVIII.
(_P. 25, 26, t. V de l'Edition royale_.)


Un marbre du Capitole portant le nom de _Métrodore_, offre assez de
ressemblance avec ce buste, pour lui faire donner le même nom. Ce
philosophe, né à Lampsaque, fut l'ami fidèle d'Épicure, et n'en fut
séparé que par la mort, qui l'enleva sept ans auparavant, à l'âge de
cinquante-trois ans: «Homme de bien en toutes choses, et qui ne se
laissa point avilir devant l'adversité ni devant la mort même», il
partagea les respects des Epicuriens avec leur fondateur. Épicure le
voulut lui-même; et par son testament, après avoir assuré le sort des
enfans de Métrodore, il ordonna que, le 20 de chaque mois, ses
disciples honoreraient la mémoire de son ami avec la sienne; ce qui
fut religieusement observé tant que dura la secte Épicurienne: preuve
touchante d'une amitié profonde, legs généreux et unique par lequel
un ami rappelle un ami, qui s'était éteint avant lui, à une succession
inaliénable, à une portion de cette gloire qui fait le patrimoine
des grands hommes dans la postérité. Métrodore aimait, et prit pour
concubine ou pour femme, la courtisanne _Léontium_, disciple elle-même
d'Epicure, célèbre par sa beauté, par l'élégance de ses mœurs, par son
esprit, et par ses lettres contre Théophraste. Il mourut d'hydropisie,
et s'il paraît ici plus jeune et plus sec que dans le marbre du Capitole
(voyez _Mus. Cap. tom. I. pl. 5._), on peut supposer que notre buste le
représente avant sa maladie.

Trouvé à Résine, ainsi que les cinq qui précèdent, en 1753.

Hauteur, 6 p°. 10 lignes.



PLANCHE XIX.
(_P. 27, 28, t. V de l'Edition royale_.)


Des têtes attribuées à Platon, sur la foi de quelques inscriptions
apocryphes, ont fait regarder comme des portraits de ce philosophe, des
figures à longue barbe, avec les cheveux artistement arrangés, marques
de mollesse qui paraissent à peine convenir aux plus efféminés des
hommes. La même erreur a eu son application dans le bronze que nous
avons sous les yeux. M. _Visconti_, dans son explication de la statue
appelée le _Sardanapale (Mus. Pio-Clem. t. II, pl. 41_), a prouvé que
toutes ces images représentent Bacchus _pogon_ ou barbu. Cette opinion
se fortifie par la comparaison des monumens; c'est ainsi qu'on
retrouve dans le bas-relief, connu auparavant sous le nom du _Festin
de Trimalchion_, le Bacchus Indien, parfaitement semblable au prétendu
Sardanapale. D'autres figures antiques citées par l'éditeur du musée
_Pio-Clémentin_, portent ces mêmes signes de mollesse, que les peuples
de l'Orient attribuèrent au Dieu qui les soumit par les plaisirs. M.
d'Hancarville (_t. I, pl. 104_) avait été du même avis, par rapport au
bronze qui fait le sujet de cette planche, et qui, pour l'excellence de
l'art, comme pour la finesse de l'exécution, est l'un des plus parfaits
que les siècles aient respectés. L'inclinaison de la tête est un
attribut divin qui, comme on sait, désigne les Dieux favorables, se
penchant vers les mortels (_respicientes_). La bandelette qui sert
à retenir plusieurs touffes de cheveux, est un ornement dont on voit
rarement privées les têtes de Bacchus; c'est le diadême qu'il inventa,
ou, si l'on veut, le _credemnon_, espèce de voile qui couvrait
quelquefois toute la tête, et quelquefois se portait plissé ou roulé en
forme de turban. On peut voir le rapprochement de plusieurs images du
Bacchus barbu, dans les _Monumens antiques du musée Napoléon, publiés
par F. et P. PIRANESI, frères. Paris, 1804, t. II, pl. 3 et suiv._

Trouvé à Résine, en 1759

Hauteur, 2 P. 1 p°. 6 lig.



PLANCHE XX.
(_P. 29, 30, t. V de l'Edition royale_.)


On ne trouve à faire, dans les monumens connus, aucun rapprochement
assez exact pour déterminer quel est ce personnage. Le seul rapport
qu'on croyait y saisir était avec Architas de Tarente. Cette
dénomination n'était appuyée que sur l'ajustement de la coiffure,
qui paraissait ressembler à celle d'une tête que l'on voyait sur une
médaille attribuée par Fulvius Ursinus à ce philosophe. Il a été prouvé
postérieurement, que la tête représentée sur la médaille ne pouvait pas
être le portrait d'Architas: d'ailleurs, nous observerons, en adoptant
l'opinion de M. _Visconti_, que la coiffure en question, ou cette espèce
de turban, ne se voit ordinairement que sur les têtes d'Esculape. Il a
cru pouvoir en inférer que ce buste et le portrait en marbre du Capitole
ayant la même coiffure, mais une physionomie bien différente, sont les
portraits de quelques médecins célèbres. Ce bonnet leur a été donné
comme à des personnes obligées de marcher malgré l'intempérie des
saisons, et aux heures de la nuit, ayant, d'ailleurs, particulièrement
soin de leur santé; par cette même raison, Galien a le bonnet sur la
tête dans un médaillon de Commode, du cabinet impérial.

Hauteur, 1 pied 10 p°.



PLANCHE XXI.
(_P. 31, 32, t. V de l'Edition royale_.)


Le caractère sombre, farouche et méprisant de cette tête, est à-peu-près
la seule autorité qui puisse la faire attribuer à _Héraclite_; cette
expression, plutôt qu'une ressemblance marquée dans les traits, est le
seul rapport que ce bronze ait avec les figures antiques que l'on croit,
et non sans beaucoup d'incertitude, celles de ce personnage. Trouvé dans
les fouilles de Résine, en 1723, dans un même lieu avec le buste de la
planche suivante, qui lui servait de pendant, et qu'on a dit être
un _Démocrite_, on peut encore déduire de cette opposition quelque
vraisemblance, pour faire de celui-ci un Héraclite. Ce philosophe,
fils de Blison d'Ephèse, florissait vers la 69e olympiade, et mourut
d'hydropisie à l'âge de 60 ans (_Laërce, X, 1 et 3_). Il affecta
d'écrire avec obscurité; ce qui lui fit donner le nom de _Scoteinos_,
obscur, auquel Lucrèce (_I, 640_) fait allusion par ce jeu de mots,
_Clarus ob obscuram linguam_. Son système se réduisait établir le
feu pour principe de tout. Laërce le peint comme un homme altier,
dédaigneux, atrabilaire «portant par-tout des yeux inquiets, prêt fuir
à la moindre trace des pas humains»; une dureté inflexible semble avoir
fait le fond de son caractère. Il jugeait tous ses compatriotes dignes
de mort, pour avoir exilé Hermodore, son ami: on sait avec quel mépris
il rejeta les prières des Ephésiens, qui lui demandaient des lois.
Comment concilier une telle misanthropie avec ces sentimens de pitié et
de compassion, partant d'une âme généreuse, qui l'auraient fait pleurer
sur les folies des hommes! On ne doit voir, dans cette opinion, qu'une
métaphore adoptée par le vulgaire, dont Lucien et Juvénal se sont
emparés, comme d'une arme tranchante du ridicule; qu'une erreur déjà
reçue par les peintres du temps de Sidonius Apollinaris, qui rapporte
(_l. IX, p. 9_) qu'on peignait Héraclite les yeux fermés, à cause de ses
pleurs continuels. Plutarque regarde ce récit comme une fable, et Bayle
en démontre l'invraisemblance.

Hauteur, 2 pieds 9 lig.



PLANCHE XXII.
(_P. 33, 34, t. V de l'Edition royale._)


Ce buste mis en opposition avec le précédent, pourrait, comme nous
l'avons annoncé, représenter un _Démocrite_. Les artistes et les poètes
satyriques ont pris plaisir à opposer un rieur au pleureur atrabilaire.
Suivant Sidonius Apollinaris, déjà cité, on peignait Démocrite les
lèvres ouvertes par le rire. Ce philosophe vraîment grand, d'un
caractère gai et plaisant, fut regardé comme un fou par ses
compatriotes, les Abdéritains, qui cependant l'aimaient beaucoup, et
lui érigèrent des statues de bronze. On n'en connaît point d'images
authentiques. La tête de Démocrite et celle d'Héraclite étaient des
sujets de caprice, et pour ainsi-dire de convention, pour exprimer une
opposition morale. Laërce rapporte que le philosophe d'Abdère vécut cent
neuf ans; il paraît du-moins certain qu'il arriva à un âge très-avancé.
Les statues érigées en l'honneur des hommes célèbres, après leur mort,
portent le caractère du dernier âge du personnage. Les artistes se
faisaient un devoir d'une fidélité scrupuleuse, et suivaient les
premiers modèles, ou du-moins la tradition. La jeunesse de notre buste
paraîtrait donc peu convenir à Démocrite. D'après cette remarque, on a
cherché d'autres rapprochemens, et l'on a imaginé que la physionomie
de ce buste pouvait se rapporter à Aristippe: si l'expression de
gaîté qu'on y remarque ne répugne point au caractère de ce voluptueux
philosophe, on doit considérer que les portraits attribués à ce dernier
n'ont aucun degré d'authenticité; et nous croyons plus sage de demeurer
dans l'incertitude, que d'adopter une opinion erronée.

Trouvé à Résine avec les deux précédens, en 1753.

Hauteur, 2 pieds 1 pouce 10 lig.



PLANCHE XXIII.
(_P. 35, 36, t. V de l'Edition royale_.)


L'extrême ressemblance de ce buste avec les têtes antiques, que l'on
croit être celles de Sénèque, peut faire reconnaître ici cet illustre
philosophe. On n'en connaît point de très-authentiques, et les
Antiquaires n'ont guère eu pour comparaison que le portrait dont ils ont
pris les traits dans ses écrits même, et dans ceux des auteurs qui en
ont parlé. Cependant on a cité un médaillon du genre des _Contorniates_,
qui portait le nom de Sénèque, avec une tête semblable à celle que
nous examinons. On peut voir les rapprochemens donnés pour éclaircir la
question, dans le musée _Capitolin_ (_t. II, p. 6_). On a aussi élevé
quelques doutes sur les têtes qui portaient la barbe, en raison de ce
que Sénèque vivait à la cour, dans un temps où tout le monde se rasait;
cependant la barbe peut se trouver dans les images de Sénèque, comme un
attribut philosophique et, en quelque sorte, conventionnel.

Trouvé à Résine, en 1754.

Hauteur, 1 pied 4 p.º 9 lignes.



PLANCHE XXIV.
(_P. 37, 38, t. V de l'Edition royale_).


On a cru, sur de faibles conjectures, voir dans ce bronze l'image de la
célèbre _Sapho_ de Mytilène, également renommée par l'excellence de ses
poésies et par ses amours. Si l'on doit, avec quelques auteurs anciens,
reconnaître une autre Sapho de la ville d'Erèse en l'île de Lesbos; si
l'on sépare celle dont les vers de feu ont été dictés par Apollon et par
l'Amour, de celle qui éteignit, dans les flots de Leucade, sa funeste
passion pour Phaon; c'est toujours la première qui doit s'offrir à nos
yeux dans les images attribuées à Sapho, tel que le bronze que nous
publions. La ville de Mytilène voulut attacher sa propre gloire à Sapho,
en en faisant frapper la figure sur sa monnaie: mais la tête de profil
qui se voit sur quelques rares médailles, n'a pas, pour faire preuve,
une ressemblance assez décidée avec les têtes en sculpture, auxquelles
un ciseau moderne a ajouté le nom de cette femme célèbre. Elle
florissait vers la 42e. olympiade. Fille de Scamandronyme, elle demeura
encore jeune, veuve d'Arcolas, homme riche, dont elle eut une fille,
nommée Chlidé. Dans un passage conservé par Stobée (_Serm. XLIX_)
elle-même se dit _vieille_, expression qu'on doit, peut-être, regarder
comme métaphorique, et désignant qu'elle avait passé le premier âge des
amours. On croit qu'elle cessa de vivre vers l'âge de trente-cinq ans;
elle fut aimée d'Alcée, d'Anacréon, d'Archiloque et d'Hipponacte. Il
n'est resté de ses poésies que deux Odes et quelques passages conservés
par les Rhéteurs. Il n'est personne qui ne connaisse cette peinture si
vive, si profonde et si vraie des tourmens de l'amour, que Boileau a
fait passer dans notre langue. On peut encore chercher quelque trace
du génie de Sapho dans l'Héroïde d'Ovide (_Epist. XV_): les érudits la
croient formée de traits empruntés à la Muse Grecque; on l'a dit petite,
très-brune, ayant les yeux étincelans et l'air mâle. Une épigramme de
l'Anthologie nous réconcilie avec son visage, dont on a supposé trop
gratuitement la laideur (_IV, 27, Ep. 19._). «Peintre, la nature même
devenue en toi artisan, a fait la Muse de _Mytilène_; le feu s'élance
de ses yeux et découvre cette libre pensée, féconde en vives images; la
carnation vraie et sans recherche conserve sa simplicité native; et ce
visage où la vivacité se confond avec la gravité, nous montre une Muse
dans une Vénus».

Trouvé à Résine, en 1758.

Hauteur, 1 P. 8 p°. 10 lig.



PLANCHE XXV.
(_P. 39, 40, t. V de l'Edition royale._)


En commençant la série des bustes, nous avons exposé les images de
plusieurs personnages illustres dans les lettres et dans la philosophie,
que des inscriptions ou des autorités nous ont fait reconnaître avec
plus de certitude que nous n'en apporterons dans l'explication des
figures qui en forment la suite; celles-ci peuvent généralement être
attribuées à des personnages recommandables par leurs vertus guerrières,
par leur rang ou par leur fortune. Le bronze que nous avons sous les
yeux, comparé avec une tête en marbre noir, expliquée par _Fabri_ (n°.
49) peut, comme ce monument, représenter Scipion l'Africain l'ancien
(_P. Cornelius_) qui vainquit Annibal, rendit Carthage tributaire; qui,
cité dans sa vieillesse par les tribuns du peuple, refusa de répondre
à une accusation dont la honte retombait sur ses concitoyens, et vint
mourir à _Liternum_, près de Cumes, aujourd'hui _Patria_. Fabri n'a pas
laissé connaître les motifs qui l'avaient déterminé à croire que la
tête en question était le portrait de ce grand homme. Le seul motif
de l'avoir trouvée à Liternum, où, selon le témoignage de Tite-Live
(_XXXVIII, 56_) on voyait le monument de Scipion avec sa statue, n'avait
pas paru suffisant aux académiciens d'Herculanum pour leur faire adopter
cette dénomination. Ils penchaient, comme a fait depuis Winckelmann, à
reconnaître dans les deux antiques, l'Emilien, destructeur de Carthage.
M. Carlo Fea, dans ses notes à l'Histoire des Arts de Winckelmann (_t.
II, p. 365, Paris, 1802_) a développé d'une manière judicieuse
toutes les raisons qui peuvent dissiper les doutes; et, d'après ses
discussions, nous ne pouvons nous empêcher de reconnaître dans les têtes
en question, le portrait certain de Scipion l'Africain l'ancien.

Hauteur, 1 pied 9 pouces.



PLANCHE XXVI.
(_P. 41, 42, t. V de l'Edition royale._)


Les traits de ce bronze offrent une grande ressemblance avec les
médailles de Sylla et avec quelques autres monumens antiques qu'on
rapporte à ce personnage (_Tesoro. br. tom. II, p. 168.--Fabri, n°.
50.--Morelli, fam. corn. pl. 4, nº 1 et 2.--Mus. rom. sect. II, pl.
56_). Seulement ici on le retrouve plus jeune, différence qui peut
rappeler une époque antérieure au consulat auquel il parvint à l'âge de
49 ans. Il s'était déjà rendu célèbre par la guerre contre les alliés,
dans laquelle il ruina les mêmes villes où nous avons trouvé tant
d'objets précieux, Herculanum, Pompéia et Stabia. Il avait obtenu la
couronne civique de _gramen_, pour avoir défait une nombreuse armée
avec la perte d'un seul homme, s'il en faut croire ce trait et plusieurs
autres semblables d'un bonheur extraordinaire. Ce bonheur frappa
tellement ses contemporains, que Sylla en reçut le nom de _Felix_; et,
certes, on peut regarder comme la preuve d'un bonheur bien rare, que
l'inventeur des proscriptions, celui qui fit périr dans les guerres
civiles soixante mille citoyens romains, qui fit massacrer froidement,
dans Rome, sept mille de ses concitoyens supplians et désarmés, vécût et
mourût tranquillement au milieu de tant d'ennemis, après avoir abdiqué
l'autorité. «Jamais sa fortune, dit Salluste (_Bell. Jug. p. 129_) ne
fut au-dessus de son habileté, et on a douté s'il fut plus fort ou
plus heureux». On remarque bien dans notre bronze l'expression de cette
audace et de cette présence d'esprit qui rendirent Sylla victorieux
dans toutes ses entreprises, et pour achever de se le figurer, on peut
ajouter à ces traits ce qu'en a dit un ancien: «Ses yeux bleus avaient
quelque chose de farouche, que la couleur de son visage rendait encore
plus terrible; c'était une rougeur âpre comme semée de blanc, ce
qui donna lieu à ce mot d'un bouffon d'Athènes: Sylla est une mûre
saupoudrée de farine (_Plut. in Syll._)».

Hauteur, 1 pied 10 pouces 6 lig.



PLANCHE XXVII.
(_P. 43, 44, t. V de l'Edition royale._)


On ne peut donner sur ce bronze qu'une conjecture très-hasardée, en
s'attachant à une ressemblance éloignée avec les médailles de M. Emilius
Lépidus, l'un des triumvirs (_voyez Vaillant, fam. Rom., t. I, fam. Æm.
6.--Morelli, fam. Æm. 2. Fabri, n°. 1_). La faveur de César, proclamé
dictateur par Lépide, lorsque celui-ci n'était encore que préteur, fut
la source de sa fortune. Sans aucun mérite personnel, il fut deux fois
consul, triompha sans avoir jamais combattu, se trouva à la tête de plus
de vingt légions, incapable de les commander; non-seulement triumvir,
mais arbitre de la fortune de ses deux compagnons, il sut si peu faire
usage de son pouvoir, qu'il fut dépouillé du commandement par Antoine,
qui s'était jeté dans ses bras en suppliant, et réduit ensuite par
Octave, qui, seul et désarmé, entra dans son camp et déchira ses
drapeaux, à demander qu'il lui laissât seulement la vie. C'est bien à ce
personnage qu'on peut appliquer cette épigramme de l'Anthologie: «Non,
la fortune n'a point voulu t'élever pour son plaisir, mais seulement
pour montrer qu'elle peut tout, puisqu'elle a pu t'élever».

Hauteur, 2 pieds.



PLANCHE XXVIII.
(_P. 45, 46, t. V de l'Edition royale._)


Ce beau bronze offre assez de ressemblance avec la figure très-connue
d'Auguste, pour faire reconnaître ici cet Empereur (_voyez mus. Cap. t.
II, pl. 2_). Octave, neveu de C. César par sa mère, prit le nom de
C. Cæsar Octavianus, après avoir été adopté par son oncle, et, par la
suite, celui d'Auguste, qui lui fut décerné par le sénat. Le portrait
qu'en donne Suétone (_Oct. 79_) peut compléter l'idée qu'on s'en forme
d'après les monumens. Ses traits, d'une grande beauté, avaient encore
une grâce que l'âge n'altéra jamais; son visage était calme et serein,
soit qu'il parlât, soit qu'il gardât le silence; il avait les yeux
clairs et brillans, les dents rares, petites et cariées, les cheveux
légèrement bouclés et tirant sur le roux, les sourcils réunis, les
oreilles médiocres; son nez saillant par le haut, fléchissait par
le bas. Il avait le teint brun-clair et était petit de stature.
L'inscription grecque qu'on lit sur notre bronze (_Apollonius, fils
d'Archias, Athénien_, le _fit_) nous offre un nom que plusieurs artistes
ont rendu célèbre. Les principaux sont Apollonius de Rhodes, qui fit,
avec Tauriscus, le groupe fameux, dit vulgairement le taureau Farnèse;
l'Athénien, auteur du torse du Belveder, mais fils de Nestor et non
d'Archias; et un autre Apollonius, dont on lit le nom sur une gemme du
musée Farnèse (_Stosch. Pierres gr. pl. 12_) représentant une Diane.
Si le nôtre n'est pas le même que ce dernier, il mérite au-moins, au
jugement des connaisseurs, de prendre place dans cette liste honorable.

On peut remarquer que l'artiste s'est exprimé dans l'inscription au
temps parfait _fit_, et non _faisait_, ainsi qu'on le voit le plus
souvent; on a regardé cette locution comme une preuve de confiance que
d'habiles artistes se permettaient rarement, comme s'ils n'osaient point
croire leurs ouvrages parfaits ou finis; cependant elle n'est pas si
rare qu'on a paru le croire d'après Pline, qui n'en reconnaissait que
trois exemples, et il serait facile d'en citer un assez grand nombre.

Hauteur, 1 pied 11 pouces 4 lig.



PLANCHE XXIX.
(_P. 47, 48, t. V de l'Edition royale._)


Ce buste, trouvé avec le précédent dans les fouilles de Portici, en
1753, semble lui servir de pendant; et si, dans le premier, on reconnaît
Auguste, on peut voir dans celui-ci son épouse Livie. Parmi les
médailles assez rares qui portent le nom de cette princesse (_Patin, à
Suet. cap. 63, XI, n°. 4. Vaillant, num. col. t. I, p. 77_). Plusieurs
offrent un rapport assez exact avec les traits et la coiffure de cette
figure, pour favoriser cette opinion. La jeunesse qui brille dans les
deux têtes, nous offrirait ce couple illustre à l'époque de son union.
_Livie Drusilla_, fille de Livius Drusus Claudianus, épousa, à peine
sortie de l'enfance, Tibère Néron, dont elle eut Tibère, qui fut ensuite
empereur. Son premier fils avait trois ans, et elle était enceinte de
son second fils Drusus, quand son mari fut obligé de la céder à Auguste,
avec lequel elle avait déjà une intrigue amoureuse. L'oracle consulté
sur ce mariage, si nous devions nous en rapporter à Prudence, poète
chrétien du 5.e siècle, ne contraria point la suprême puissance, et fit
cette réponse adroite qui renferme autant de sel que de complaisance:
«Que les torches de l'hyménée ne pouvaient jamais s'allumer plus à
propos que lorsque la nouvelle épouse apportait dans l'union conjugale,
des marques de sa fécondité». En conciliant les opinions différentes des
écrivains, on trouve que Livie n'avait pas plus de vingt ans quand elle
passa dans les bras d'Auguste, qui en avait alors vingt-cinq; l'âge des
personnages dans les deux bronzes, se rapporte assez à cette remarque.
D'autres ont cru voir dans le dernier, Julie, fille d'Auguste et de
Scribonia, souvent confondue dans les médailles avec sa belle-mère;
mais en laissant des conjectures qui peuvent toujours être combattues,
peut-être devrait-on plutôt reconnaître dans ces bustes en forme
d'Hermès, quelques divinités, à-moins que l'on ne se plût à considérer
cette forme même, comme un signe d'adulation, comme l'indice de
l'apothéose.

Hauteur, 1 P. 4 p°. 4 lignes.



PLANCHE XXX.
(_P. 49, 50, t. V de l'Edition royale._)


Sans recourir à des conjectures recherchées, on pourrait reconnaître
dans ce bronze une tête de Mercure; les cheveux crépus, l'inclinaison de
la tête; le rapport facile à saisir entre ses traits et ceux du Mercure
précédemment dénommé l'_Antin_, favoriseraient cette explication. On
a vu dans la sévérité de cette figure, une expression mélancolique
qui convenait au portrait moral de ce neveu chéri d'Auguste, son fils
adoptif, ce prince vertueux, digne de la fortune à laquelle il était
destiné, moissonné dans la fleur de la jeunesse, les amours du peuple
romain: «_Marcellus_ adolescent, dit Sénèque, d'un esprit vif, d'un
génie puissant, d'une frugalité et d'une retenue bien admirables dans
son temps et dans sa fortune, patient dans le travail, éloigné des
voluptés, capable de porter tout le poids que son oncle lui aurait
imposé, et pour parler ainsi, tout l'édifice de la grandeur qu'Auguste
eut voulu fonder sur lui (_Sen. ad Marc. 2_). Il tomba, et sa vingtième
année s'arrêta devant lui (_Prop. III, E. XII, 35_). Jeune homme
distingué par sa beauté et ses armes brillantes; mais le front peu
joyeux et le visage abattu (_Virg. Æn. VI, 863_)». Si rien ici ne
répugne à ce portrait touchant, si quelques gemmes antiques ayant
avec notre bronze un grand degré de ressemblance, ont mérité la même
application (_Fabri, n°. 87.--Mus. Fiorent, t. I, tav. II, n° 5.--Mus.
Cap. t. II, tav. IV, etc._); nous devons dire aussi qu'aucune autorité
suffisante ne l'a confirmée, et nous ne rapportons cette opinion que
parce que la mémoire se repose agréablement sur un prince regretté de
son siècle, et dont la conservation eut peut-être sauvé le peuple romain
de l'oppression et de l'avilissement où il tomba sous ses maîtres après
Auguste.

Hauteur, 1 pied 7 p°.



PLANCHE XXXI.
(_P. 51, 52, t. V de l'Edition royale._)


On a trouvé, dans ce buste, quelques traits de ressemblance avec le
buste de _Caïus Cæsar_, fils aîné de M. Agrippa, et de Julie, fille
d'Auguste. Ces rapprochemens incertains cèdent à un examen plus exact
qui nous fait reconnaître la figure de _Drusus_, fils unique de Tibère.
Les traits de ce jeune prince sont bien assurés par les médailles
romaines qui présentent sa tête de profil, et ils se rapportent d'une
manière évidente à ceux représentés par notre bronze. Né violent et
cruel, il a pu, dans le cours d'une vie peu glorieuse, abrégée par le
poison, être jugé plus digne de son père que de son rang. Il s'exposa au
mépris du peuple, en prostituant sa dignité dans les danses publiques,
dans les spectacles et dans la débauche. Indigné de l'élévation
monstrueuse de Séjan, il sut trop peu le ménager, et, s'étant emporté
jusqu'à le frapper, il augmenta, par la soif de la vengeance, la fureur
du ministre, déjà irrité de rencontrer un tel obstacle à son ambition.
Séjan s'associa dans son crime, l'épouse adultère du prince, et Drusus
mourut empoisonné. Tibère crut long-temps, ou parut croire que la mort
de son fils avait été causée par ses excès; et telle était l'opinion
qu'on avait de cette cour infâme, que l'on soupçonna l'empereur
d'avoir eu part à un crime si odieux; et si, par la suite, ce soupçon
s'évanouit, ce fut moins par l'horreur qu'il devait inspirer, que par la
connaissance de la vérité, qui éclata par l'aveu de la femme répudiée
de Séjan. Tibère déploya alors une sévérité qui ne parut en lui qu'un
prétexte de cruauté. Il voulut cependant épargner Livie, mais en vain;
Antonia, la mère de la perfide adultère, la fit mourir de faim.

Hauteur, 2 pieds.



PLANCHE XXXII.
(_P. 53, 54, t. V de l'Edition royale._)


COMME on avait penché à voir dans le bronze précédent la figure de Caïus
Cæsar, on s'attachait à saisir dans celui-ci les traits de ressemblance
qu'il pouvait offrir avec les médailles de Lucius Cæsar, son frère puîné
(_Noris, p. 86, 92, 164, Patin. Vaill. Morelli_). Ce dernier, mort
à Marseille à l'âge de 18 ans, partagea avec son frère, qui ne lui
survécut que deux ans, les regrets de l'empereur, regrets si vifs,
qu'Auguste ne put s'empêcher de les témoigner dans son testament, en
instituant Tibère son successeur, bien qu'il appelle ce dernier moitié
de lui-même. C'est à cette affection, plutôt qu'au mérite des deux
frères, qu'on doit attribuer cette marque insigne d'adulation que
leur donna la colonie de Nîmes, en leur dédiant le beau monument,
vulgairement nommé la _Maison quarrée_, qu'on admire encore de nos
jours dans cette même ville. On peut voir à ce sujet les savantes
dissertations publiées par M. Legrand dans la magnifique édition des
Antiquités de la France, sur les dessins de M. Clérisseau, page 64
(_Paris, Didot aîné_, 1804).

En montrant un Drusus à la place de Caïus, nous avons, en partie,
détruit l'analogie qui militait en faveur du présent bronze. L'autorité
tirée des médailles est, comme on le voit, très-difficile à appliquer
aux monumens que le défaut d'inscriptions rend incertains. Sans ce
secours, les médailles mêmes exigent une critique très-sévère et
très-approfondie. La diversité des artistes, la différence de leur
habileté, l'âge successif des personnages représentés, concourent à
multiplier les difficultés, et à augmenter l'incertitude. Au-lieu d'un
personnage romain, M. Visconti ne serait pas éloigné de reconnaître dans
cette antique une tête d'Hercule jeune.

Hauteur, 1 P. 8 p°. 3 lignes.



PLANCHE XXXIII.
(_P. 55, 56, t. V de l'Edition royale._)

Si l'induction qu'on a tirée de la comparaison avec plusieurs médailles,
rencontre juste (_Haym. t. I, p. 240.--Séguin, Sel. num. p. 319 et
autres_), ce buste pourrait être celui de la première Agrippine, dite
_majeure_, pour la distinguer de celles qui l'ont suivie, d'Agrippine,
fille de M. Agrippa, et de Julie, épouse de Germanicus, femme d'un
courage et d'une habileté supérieurs à son sexe: ayant ensemble les
vertus d'un grand homme et celles d'une honnête femme, on la vit
remplir, contre les Germains, la charge d'un bon capitaine, et sauver
l'armée; d'une chasteté impénétrable suivant l'expression de Tacite, son
âpre fermeté servit de sauve-garde à sa famille, et la défendit contre
Séjan. Exilée par Tibère dans l'île Pandataire, elle donna, en se
laissant périr de faim, une dernière preuve de cette rare constance qui
fit le fonds de son caractère. Mère trop féconde cependant, et digne
d'une meilleure postérité, elle compta parmi ses enfans le farouche
Caligula et trois filles incestueuses, dont l'une fut cette infâme
Agrippine, mère de Néron. Notre bronze offre encore une ressemblance peu
légère avec l'image de cette dernière, bien connue par les médailles, et
encore quelque rapport avec le buste suivant de Caligula, circonstances
qui viennent à l'appui de notre conjecture.

Hauteur, 7 p°.



PLANCHE XXXIV.
(_P. 57, 58, t. V de l'Edition royale._)


Nous avons, dans l'explication précédente, annoncé ce buste comme
celui de C. Caligula. Cette dénomination est également confirmée par
la comparaison des médailles et par le portrait que les historiens ont
laissé de cet empereur, portrait qui s'applique parfaitement au bronze
que nous avons sous les yeux. Tout l'extérieur de Caligula répondait à
la cruauté brutale et farouche de son âme.

«Il était d'une taille élevée et disproportionnée, ayant le corps
énorme, le cou et les jambes extrêmement minces, les tempes enfoncées,
les yeux creux et fixes, le front large et irrégulier, les cheveux
rares, et manquant sur le sommet de la tête; ajoutez qu'il affectait de
rendre atroce une physionomie que la nature n'avait déjà rendu que trop
affreuse (_Suet. Calig._ 50); en un mot, son seul aspect était le plus
horrible des tourmens (_Sen. de irâ, III_, 18)». Ce monstre, dont aucun
autre n'égale l'insolence et la brutalité, qui osa prononcer l'horrible
vœu que le peuple romain n'eût qu'une seule tête pour la trancher d'un
seul coup, termina sa vie sous les poignards d'une conjuration à l'âge
de 28 ans. Élevé dans les camps, Caïus avait reçu le nom de Caligula de
celui d'une chaussure, espèce de brodequin, qu'il affectait de porter
pour plaire à la soldatesque.

Hauteur, 1 pied 2 pouces.



PLANCHE XXXV.
_(P. 59, 60, t. V de l'Édition royale._)


La noblesse égyptienne portait les cheveux bouclés, comme on le voit
ici, jusqu'à l'âge de puberté: mais par une fausse application du
costume et d'autres remarques, on a attribué des têtes semblables à
Ptolomée Apion, roi de Cyrène; cette dénomination s'est trouvée dénuée
de fondement, et nous croyons qu'on rencontrera plus juste, en prenant
pour terme de comparaison les médailles connues de la première Bérénice,
dite la grande, qui, femme d'un obscur Macédonien, devint celle du
premier Ptolomée, surnommé Soter. Ne laissant rien à la fortune des
faveurs qu'elle put obtenir, elle fixa la couronne sur la tête de son
fils Ptolomée Philadelphe, que le roi, par complaisance pour elle, au
mépris des enfans qu'il avait eus de ses trois premières femmes, plaça
lui-même sur son trône; ce grand prince en descendit après un règne
glorieux de trente-neuf ans, disant qu'il était plus beau d'être père
d'un roi, que roi lui-même. Les médailles de Bérénice acquièrent toute
l'authenticité possible par l'effigie de Ptolomée Soter qu'on voit au
revers (_Musée du baron Ronchi_); et en remarquant le rapport qu'elles
ont avec notre bronze, nous ajouterons encore que la physionomie de
cette figure a une expression douce et délicate, qui ne décèle rien
de viril, et qui paraît appartenir à la célèbre reine, avec plus de
vraisemblance qu' Ptolomée Appion.

Hauteur, 1 P. 8 p°. 6 lig.



PLANCHE XXXVI.
(_P. 61, 62, t. V de l'Edition royale._)


Le rapport qu'on avait cherché entre cette belle tête et celle de
Ptolomée Philadelphe, se trouve dénué de fondement. Les médailles de ce
prince offrent un portrait tout différent: on se rangera donc avec plus
de raison, du sentiment de ceux des académiciens d'Herculanum qui ont
cru cette figure celle d'un athlète couronné, ou de l'opinion de M.
_Visconti_, qui a démontré le rapport évident qu'elle offre avec les
têtes d'Hercule jeune, et particulièrement avec un herméracle à deux
faces, du musée Pio-Clémentin (_tome 6, p. 22_). Cette double tête
est ceinte d'une couronne _tortillée_, d'où sortent, de distance en
distance, des feuilles de peuplier, comme ici on en voit sortir, des
feuilles de laurier avec de grosses baies. L'Hermès en question devient
encore pour nous d'une grande autorité, en ce qu'il était placé dans
un lieu où la jeunesse grecque, après les exercices de la palestre, se
ceignait la tête de cette espèce de couronne qu'on doit reconnaître
pour un ornement athlétique. Si quelque chose rend ici son espèce moins
douteuse, ce sont les feuilles du laurier qui paraît être celui que
Pline nomme _laurier Delphique_: «Plus vert, à grosses baies rouges,
dont on couronnait à Delphes les vainqueurs, et à Rome les triomphateurs
(_XV, 30_)». Ceci pourrait encore servir à confirmer la remarque que
nous avons faite au sujet des pommes (_mela_) dont parle l'épigramme de
l'Anthologie, rapportée dans cet ouvrage (_tome III, 56_). Ces pommes,
ainsi dites par une dénomination générale, ne sont autre chose que les
baies du laurier Delphique. Les couronnes athlétiques, différentes des
couronnes agonales, auxquelles se rapportent celles garnies de rubans
pendants (_lemniscatœ_), sont quelquefois dites _roulées_; alors on peut
les regarder comme plus semblables à celle d'une autre tête d'Hercule
(_mus. Pio-Clem. à l'endroit cité_) où l'on remarque, de distance
en distance, des nœuds en forme de fleurs, tirés des bandelettes qui
composent la couronne. Ce sont ces mêmes nœuds qui, selon l'explication
qu'en donne Pascalio (_de Coronis, l. III, c. 12_) paraissent désignés
par l'expression de _tori_, dont s'est servi Ciceron (_Orat. §. 6._)

Hauteur, 1 P. 11 p°. 2 lignes.



PLANCHE XXXVII.
(_P. 63, 64, t. V de l'Edition royale._)


On s'est attaché à saisir quelque ressemblance entre ce beau bronze et
la tête qu'on voit avec le nom de Bérénice sur une médaille publiée
dans l'édition royale. Plusieurs reines ont illustré ce nom; celle de
la médaille serait la seconde Bérénice, femme de Ptolomée Evergète,
princesse vertueuse et guerrière, celle qui, au retour du roi
victorieux, se coupa les cheveux et les déposa, en accomplissement d'un
vœu, dans le temple d'Arsinoé; peu de temps après la chevelure disparut,
et l'astronome Conon publia que la chevelure de Bérénice avait été
transportée au ciel, où elle formait une constellation de sept étoiles,
situées en triangle près la queue du lion, flatterie ingénieuse qui
attacha un souvenir immortel au sacrifice de la vanité d'une bonne
épouse, et le rendit plus sûrement célèbre que des faits éclatans
confiés à des monumens périssables. Si l'on reconnaît ici Bérénice, il
faut supposer que la reine prit soin de l'ornement dont elle avait su
faire un si beau sacrifice, et qu'elle a recouvré sa parure; les tresses
relevées d'une manière élégante viennent former sur la tête une espèce
de diadême. La figure a une espression virginale et sévère: et si l'on
remarque avec nous qu'elle est d'une beauté idéale, on ne sera pas
éloigné, peut-être, de voir dans ce bronze une image de Diane.

Hauteur, 2 pieds 4 lignes.



PLANCHE XXXVIII.
(_P. 65, 66, t. V de l'Edition royale._)


Plusieurs bustes de cette suite ont paru appartenir à la race des
Ptolomée; mais les caractères n'en sont pas toujours assez frappans
pour réunir, dans leur dénomination, le sentiment des antiquaires. Les
académiciens d'Herculanum se contentent d'indiquer un léger rapport
des médailles avec ce bronze, en faveur du VIIe Ptolomée. Ce prince,
distingué par des vertus éminentes, est connu sous le nom de Philométor
(_ami de sa mère_), qu'il prit en reconnaissance des soins prudens
et généreux avec lesquels Cléopâtre administra le royaume pendant sa
minorité. M. Visconti reconnaît dans ce buste le portrait de Ptolomée
Ier, fils de Lagus, l'un des généraux d'Alexandre-le-Grand, fondateur
de la dynastie des Lagides, et du royaume grec d'Égypte, si nous pouvons
nous servir de cette expression pour exprimer la révolution qui se fit
dans les mœurs et dans le gouvernement de ce peuple, après la conquête
des Grecs. Chacun des Ptolomée se trouve particulièrement désigné par un
surnom; celui-ci eut le surnom glorieux de Soter ou de Sauveur, qui
lui fut décerné avec des honneurs divins, par la reconnaissance
des Rhodiens, dont il conserva la liberté contre les entreprises de
Démétrius. Son premier nom, moins fastueux, n'en est pas moins célèbre;
il l'honora lui-même en l'imprimant à sa race; peu sensible au reproche
qu'un grammairien osa lui adresser sur l'obscurité ou le mystère de sa
naissance, il sentit, sans-doute, que le nom du plus grand capitaine
qui servit sous Alexandre, était assez illustre. Il donnait à ce nom un
nouvel éclat par la splendeur de la puissance, par la gloire immortelle
qui résulte de la protection des lettres et des arts, et par cette
véritable grandeur qui naît de la modération: en effet, le fils de Lagus
eut la plus belle part dans l'héritage du conquérant de l'Asie, fonda la
bibliothèque d'Alexandrie, et, de son vivant, fit monter sur son trône
l'un de ses fils, en disant qu'il était plus beau d'être père de roi,
que roi soi-même.

Hauteur, 2 P. 7 p°.



PLANCHE XXXIX.
(_P. 67, 68, t. V de l'Edition royale._)


On a cru voir, dans ce buste, Ptolomée Lathyre, fils de Ptolomée
Physcon, le VIIIe de sa race. Ce surnom de Lathyre, celui que, parmi
plusieurs autres, les historiens emploient le plus généralement, paraît,
par sa signification grecque (_pois-chiche_) tirer son application d'un
signe qu'avait ce prince au visage, comme on vit appeler à Rome, pour
une cause pareille, les ancêtres de M. Tullius, du nom de Cicéron. Ce
prince guerrier passa presque tout son règne à défendre sa couronne,
et principalement contre son frère puîné, Ptolomée Alexandre, qu'au
préjudice de ses droits, Cléopâtre avait investi de la puissance royale.
M. Visconti trouve, dans la comparaison des médailles, une autorité plus
forte en faveur du portrait d'Antiochus Théos _(Dieu)_, roi de Syrie,
fils d'Antiochus, Ier Soter, et père de Séleucus II. Le nom de Théos
fut décerné à ce prince par les Milésiens, qu'il avait délivrés de
leur tyran Timarque. Antiochus II ne couvrit point, par sa gloire
personnelle, cet excès de l'adulation; malheureux dans ses guerres, il
se vit dépouiller, par la révolte des Parthes, de toutes les provinces
qu'il possédait au-delà de l'Euphrate. Cette époque mémorable est celle
de l'établissement de l'empire des Parthes, fondé par Arsace, et
qui devint si redoutable à tout l'Orient, et aux Romains même. Les
historiens placent cette époque trois ans avant la 133e olympiade,
environ trois cents ans avant Jésus-Christ.

Hauteur, 2 pieds 1 p°.



PLANCHE XL.
(_P. 69, 70, t. V de l'Edition royale._)


On reconnaît dans ce bronze, avec quelque vraisemblance, le portrait de
Ptolomée Alexandre, frère de Lathyre. Ce prince n'eut de roi que le
nom, tandis que sa mère Cléopâtre, qui le mit sur le trône pour régner
elle-même, en eut toute l'autorité. Cette Cléopâtre figure parmi les
illustres criminels de l'ambition: après avoir, par un artifice atroce,
attiré la haîne du peuple d'Alexandrie sur son fils Lathyre, qu'elle
fit expulser, elle osa conspirer contre la vie d'Alexandre, qu'elle
soutenait à sa place. Victime elle-même d'un crime aussi affreux, elle
périt assassinée par les ordres de ce même fils. Le parricide fut chassé
du trône où remonta son frère, et il périt en combattant pour s'emparer
du royaume de Cypre, vacant par le retour de Lathyre.

Hauteur, 2 P. 4 lignes.



PLANCHE XLI.
(_P. 61, 62, t. V de l'Edition royale._)


Ce buste, tout-à-fait inconnu, n'a de remarquable que la coiffure. Les
cheveux, qui paraissent naturellement crépus, sont disposés en anneaux
sur le front et sur les tempes; ils sont assujétis sur le sommet de la
tête qui reste lisse, par deux longues tresses partant des oreilles, et
formant un double tour. Ce costume et les traits de la figure, annoncent
un habitant de l'ancienne Mauritanie. Strabon parle du soin extrême
que prenaient ces peuples, de l'arrangement de leurs cheveux. On a
fait cette remarque à l'égard d'une tête du roi Juba; et, quoiqu'on
ait observé que les peuples de l'Asie, les Grecs, les Toscans, et des
Romains même, avaient l'usage de boucler leurs cheveux, le caractère de
notre buste ne peut être attribué qu'à un Maure ou à un Ethiopien.

Hauteur, 1 P. 8 p.º



PLANCHE XLII.
(_P. 63, 64, t. V de l'Edition royale._)


Le personnage que peut représenter ce buste est inconnu. Ses cheveux
longs et bouclés naturellement, peuvent seuls lui assigner un caractère.
On sait que les jeunes Grecs conservaient leur chevelure jusqu'à l'âge
de puberté. A cet âge, on la coupait pour l'offrir à Hercule, à Apollon
ou à quelque fleuve. Les enfans la conservaient aussi chez les Romains;
de-là on les appelait _Capillati_ ou _Comati_. Il paraît que la famille
des Cincinnatus conservait particulièrement cette parure, comme une
devise qui rappelait son premier auteur et l'origine de son nom. Suétone
accuse Caligula d'avoir enlevé cette distinction à un Cincinnatus. La
chevelure longue était particulièrement considérée comme une marque
de molesse qui distinguait les mignons et les jeunes gens adonnés aux
plaisirs. Anacréon, Horace, Pétrone, tous les poètes voluptueux vantent
les cheveux longs de leurs favoris. C'est ainsi que sont peints
les jeunes gens célèbres par leurs amours dans la fable, Hyacinthe,
Ganymède, Nirée, Achille et Thésée; Thésée qui, voulant, selon l'usage,
consacrer sa chevelure dans le temple d'Apollon Delphes, se la fit
seulement couper sur le front. La tête de notre bronze n'a rien dans les
traits qui convienne à l'un de ces personnages renommés par leur beauté;
on peut penser, avec quelque vraisemblance, qu'elle représente un
mignon, ou un jeune homme qui n'avait point encore quitté les bancs de
l'école.

Hauteur, 1 pied 6 p.º



PLANCHE XLIII.
(_P. 65, 66, t. V de l'Edition royale._)


Cette tête, d'un grand caractère, n'est donnée à aucun personnage connu.
Trouvée avec celle de Sylla, on pourrait présumer qu'elle est celle
de quelque chef de la ligue italienne dans la guerre des alliés, où
le capitaine Romain s'illustra. L'espèce de casque dont la tête est
couverte, n'est point sans exemple dans les monumens, quoique assez
rare. Homère peint Diomède partant pour espionner dans le camp ennemi,
avec un casque rase, sans aucun ornement; il nomme ce casque _Cataityx_;
on a cru que l'armure ainsi désignée se rapportait beaucoup à celle dite
_Cassis_, en usage chez les Etrusques et les Romains. Plutarque rapporte
que Camille fit faire à ses soldats des casques de fer lisses, afin
que l'épée de l'ennemi glissât dessus, et parât la force du coup.
On retrouve l'usage de cette armure dans des temps plus rapprochés,
puisqu'on la remarque dans des figures de la colonne Trajane (_Fabretti,
col. tr. p. 213_).

Hauteur, 2 P. 6 p°.



PLANCHE XLIV.


Nous terminerons ce volume en rassemblant dans quatre planches divers
petits bronzes représentant des animaux et des masques, et dont les
figures servent de vignettes et de culs-de-lampe à l'édition royale. La
naïveté qui règne dans ces petits sujets, et souvent la perfection avec
laquelle ils sont traités, prouvent combien le goût des anciens savait
se plier à tous les genres.

FIG. I (_Préf. pag. 3, 273 de l'Edition royale._)
Sphinx grec. Cette espèce de Sphinx se distingue par les aîles et par
les mamelles; le Sphinx égyptien était sans aîles: des Sphinx comme
celui-ci se trouvent souvent dans les monumens grecs, où ils sont un
attribut de Bacchus. Une pareille figure était l'emblème de l'île de
Chio, et paraît constamment sur les monnaies de cette île.

FIG. II (_pag. 71, 278, t. V de l'Edition royale._)
Truie votive avec une inscription. La truie fut la première victime
qu'on offrit dans les sacrifices. On l'immolait dans les traités de
paix, dans les noces, et généralement dans les lustrations et les
expiations. Chez les Romains, on sacrifiait une truie pleine à Hercule
et à Cérès avant le douzième jour des kalendes de janvier (_Macr. Sat.
III, 2_). Parmi les conjectures nombreuses données pour l'explication de
l'inscription, voici celle qui paraît la plus simple:

HER_culi_ VOE_sius_ M_arci_ L_ibertus._
A Hercule, Vœsius affranchi de Marcus.

On sait que les affranchis joignaient à leur nom propre le nom de leur
patron, et que souvent ils prenaient ce nom seul. On en peut voir des
exemples dans _Muratori_ et dans _Gruter_; ce dernier fait mention de la
famille _Vœsia_ (P. CCCLXXIX, 12).

FIG, III (_ibid. pag. 4, 273_).
Chameau avec un double panier; c'est ce qu'on appelait proprement
_Clitellœ_.

FIG. IV (_ibid. pag. 95, 279_).
Biche d'un excellent travail.



PLANCHE XLV.

Fig. I (_pag. 25, 274, t. V de l'Édition royale._)


UN Amour assis sur le nœud que forment les queues de deux chevaux
marins; dans les jambes de ceux-ci on remarque deux dauphins. Ce joli
groupe, d'une excellente exécution, semble offrir l'allégorie de la
puissance de l'Amour sur la terre et sur la mer. C'est dans ce sens
qu'une épigramme de l'Anthologie le peint tenant une fleur d'une main et
de l'autre un Dauphin.

«Cet Amour nu, pourquoi rit-il? pourquoi est-il tranquille? pourquoi
n'a-t-il pas son carquois et ses flèches de feu? Ce n'est pas en vain
qu'il tient dans sa main un Dauphin et une fleur: dans celle-ci, il
tient la terre, et dans l'autre, la mer».

Fig. II (_ibid. pag. 57, 77. _)

Deux Mascarons, têtes de tigres. On en conserve au musée de Portici onze
autres semblables; ils furent trouvés tous ensemble dans les fouilles de
Résine en 1759; ils étaient disposés autour d'un grand réservoir d'eau,
ou vivier en quarré long, tout doublé en lames de plomb. A la gueule de
chaque tête, correspondait un tuyau en plomb pour servir à la décharge
du réservoir. Ces sortes de Mascarons, employés pour l'écoulement des
eaux dans les fontaines ou dans les vasques, prenaient leurs noms des
diverses figures qu'on leur donnait; de-là, ces noms de _Sylvains_, de
_Marsyas_, d'_Atlas_, de _Chiron_ et de _Canthare_, pris de la forme
d'un vase, qu'on lit dans plusieurs auteurs. Vitruve dit que l'extrémité
des tuiles, servant à l'écoulement des eaux sur les toîts, était en
forme de têtes de lion ou d'autres animaux; et, en effet, on a trouvé
une grande quantité de ces sortes de tuiles au temple d'Isis à Pompéia.
Tout le monde sait que l'usage ingénieux de ces figures, quoique moins
général, n'a pas été négligé par l'architecture moderne.



PLANCHE XLVI.

Fig. I (_pag. 42, 43, t. V de l'Édition royale._)

MASQUE bachique, clairement désigné par les attributs du Dieu des
vendanges, le diadême, le lierre avec ses corymbes, la jeunesse et la
gaîté de la figure.

Fig. II (_ibid. pag. 47, 277._)

Autre masque bachique. Le diadême et les corymbes, la figure même,
appartiennent clairement à un sujet Dionysiaque; mais les feuilles
longues qui percent à travers les cheveux sont un attribut moins connu,
à-moins qu'on ne veuille y reconnaître quelqu'espèce de lierre. Nous
pourrions encore faire remarquer que le myrte, le laurier, la palme, et
en général toutes les plantes et les fleurs, convenaient à Bacchus, l'un
des grands symboles de la fécondité de la nature.

Il est probable que ces deux masques représentent _Acratus_, génie
Dionysiaque, plutôt que la divinité principale des orgies.

Fig. III (_ibid. pag. 43, 277._)

Masque de Silène ou de Satyre. Les oreilles alongées qui semblent tenir
de la nature de la chèvre, appartiennent également à ces deux espèces de
suivans de Bacchus. Nous avons fait remarquer, dans ce même volume (n°.
_VIII_) et ailleurs, les signes qui les caractérisent.

Fig. IV (_ibid. pag. 51, 277._)

Autre masque de Silène.



PLANCHE XLVII.


Fig. I (_pag. 27, 275, t. V de l'Edition royale._)

Tête de lion avec un anneau mobile dans la gueule. Cette pièce, trouvée
à Portici, était fixée dans une planche, et paraît avoir, suivant
l'usage moderne, servi de poignée à une porte ou à un tiroir.

Fig. II (_ibid. pag. 51 et 277._)

Masque tragique d'un très-beau caractère.

Fig. IV (_ibid. pag. 63, 278_).

Un victimaire avec un sanglier. Cet animal est bien caractérisé par le
poil hérissé qui borde l'épine du dos, et par les défenses. La large
bande dont il est ceint est la parure du sacrifice. On désignait par ce
nom de victimaire les servans du sacerdoce, qui conduisaient et tuaient
les victimes; ils étaient nommés encore plus particulièrement _popœ_. On
les retrouve dans la colonne Trajane parfaitement semblables au nôtre,
nus jusqu'à la ceinture, avec une espèce de tablier, proprement dit
_limus_. Ce bronze est très-curieux en ce qu'il représente un sanglier
doux et privé. Il n'est point difficile, dit Varron (_de Re. R. III,
13_) de les apprivoiser et de les engraisser en les tenant dans une
garenne. On immolait le sanglier à Jupiter quand on faisait devant lui
un serment solennel; c'est le sacrifice que fit Agamemnon en jurant
qu'il n'avait point touché à Briséis; c'est celui qui était en usage
pour le serment des juges aux jeux olympiques. On sacrifiait aussi
le sanglier à Hercule, comme on le voit dans un monument publié par
Muratori (_LXII, 9_). La couronne que porte le victimaire pourrait
servir à faire connaître la divinité à qui est offert le sacrifice,
si cette couronne était plus distincte; on sait que les couronnes
des sacrificateurs se faisaient avec les feuillages ou les plantes
consacrées à la divinité qu'on célébrait; mais le bronze ne laisse pas
distinguer à quel arbre appartiennent les feuilles.



PLANCHE XLVIII.


Fig. I (_pag. 89, 279, t. V de l'Edition royale._)

Deux têtes de chevaux d'un beau travail, garnies de leurs harnois. Nous
avons déjà eu occasion de faire quelques remarques à ce sujet (_Peint,
t. II, N.° XLIV_)

Fig. II (_ibid. pag. 101, 279_).

Un lion, bas-relief. Il ne paraîtra peut-être pas inutile d'observer
que la plupart de ces petits bronzes, et particulièrement les masques,
servaient d'ornement à d'autres monumens auxquels ils étaient fixés.

Fig. III (_ibid. pag. 113, 280_).

Un bœuf isiaque, _Apis_ ou _Mnévis_, d'un excellent travail; il porte
sur la tête un croissant, symbole de la grande divinité des Égyptiens,
la même encore que la Lune.



FIN DU IVe VOLUME.--Ier DES BRONZES.



TABLE DES MATIÈRES
CONTENUES
Dans le 4e Volume des Antiquités d'Herculanum.
TOME Ier DES BRONZES, BAS-RELIEFS ET BUSTES.



A

ACRATUS, Génie de l'ivresse.--Planches 10 et 46.

AGRIPPINE, fille de M. Agrippa et de Julie, dite _majeure_.--Pl. 33

AMOUR avec des Chevaux marins.--Pl. 45.

ANTIOCHUS-LE-DIEU, Roi de Syrie. Bronze attribué aussi à _Ptolomée
Lathyre_.--Pl. 39.

APOLLONIUS. Remarques sur les Artistes de ce nom.--Pl. 28.

AUGUSTE.--Bronze en forme d'Hermès.--Pl. 28.

B

BACHIQUES (Figures).--Pl. 9, 11 et 12.

BACCHUS _Sabazius_ ou _Zagreus_.--Pl. 9.---pogon ou barbu.--Pl. 19.

BÉRÉNICE-LA-GRANDE, femme de Ptolomée Soter.--Pl. 35.

BÉRÉNICE II, femme de Ptolomée Evergète.--Pl. 37.

BICHE.--Pl. 44.

BŒUF _Apis_ ou _Mnévis_.--Pl. 44.

C

CAÏUS et Lucius CÆSAR, petit-fils d'Auguste. Portraits attribués, avec
peu de vraisemblance, à ces deux princes.--Pl. 31 et 32.

CALIGULA.--Pl. 34.

CASQUES ras.--Pl. 43.

CHAMEAU.--Pl. 44.

CHEVAUX. (Têtes de)--Pl. 48.

CHEVELURE de _Bérénice_.--Pl. 37.

CHEVEUX longs considérés comme marques de molesse.--Pl. 42.

CLÉOPATRE ou _Phèdre_ se laissant mourir. Bas-relief en argent.--Pl. 1.

COIFFURE en forme de turban, attribuée à un médecin.--Pl. 20.

D

DÉMOCRITE. (Tête attribuée à).--Pl. 22.

DÉMOSTHÉNES.--Pl. 13 et 14.

DIANE.--Pl. 7 et 8.

DRUSUS, fils unique de Tibère.--Pl. 31.

E

EPICURE.--Pl. 17.

ESCULAPE et HYGIE. Bronze plaqué en argent; bas-relief.--Pl. 4.

F

FORTUNES. (Trois) Bas-relief en argent.--Pl. 3.

G

GRENADES nées du sang de Bacchus.--Pl. 9.

H

HÉRACLITE. ( Portrait attribué à)--Pl. 21.

HERCULE.--Pl. 7.

HERCULE jeune. (Tête crue d')--Pl. 32. _Autre_ attribuée, sans
fondement, à _Ptolomée Philometor_.--Pl. 38.

HERMARQUE, philosophe Epicurien.--Pl. 16.

I

INCONNUS. ( Sujets ) Tête coiffée d'un turban, attribuée, sans
vraisemblance, à Architas.--Pl. 20. _Autre_ représentant un Maure.--Pl.
41. _Autre_ représentant un jeune homme avec les cheveux longs.--Pl. 42.
_Autre_ coiffée d'un casque ras.--Pl. 43.

INSCRIPTIONS. (Remarques sur le temps imparfait employé dans les)--Pl.
28.

JUNON.--Pl. 7.

JUPITER. (Symbole de)--Pl. 6.

JUPITER.--Pl. 7.

L

LAURIER. (Vertu attribuée au)--Pl. 4.

LAURIER delphique.--Pl. 35.

LÉPIDE, l'un des triumvirs.--Pl. 27.

LION.--Pl. 48.

LIVIE, femme d'Auguste. Buste en forme d'Hermès.--Pl. 29.

M

MAIN votive ou main de bronze.--Pl. 5.

MARCELLUS, fils d'Auguste.--Pl. 30.

MARS.--Pl. 7.

MASCARONS.--Têtes de tigre.--Pl. 45. _Autre_. Tête de lion.--Pl. 47.

MASQUES bachiques.--Pl. 46. _Autre_ tragique.--Pl. 47.

MÉTRODORE, philosophe Epicurien.--Pl. 18.

MIROIRS métalliques.--Pl. 2.

MITHRIAQUE. (Symbole du culte)--Pl. 5.

P

PALLAS.--Pl. 6.

PHÈDRE ou _Cléopâtre_.--Pl. 1.

PLATON. Figures attribuées, mal-à-propos, à ce philosophe.--Pl. 19.

POMONE. Figure étrusque.--Pl. 12.

PTOLOMÉE Ier, fils de Lagus; Bronze attribué aussi à _Ptolomée
Philométor_.--Pl. 38.

PTOLOMÉE (_Alexandre_) frère de Lathyre.--Pl. 40.

S

SABAZIUS.--_Voyez_ BACCHUS.

SANGLIER paré pour le sacrifice.--Pl. 47.

SAPHO.--Pl. 24.

SATYRE offrant un sacrifice à une Divinité champêtre. Bas-relief en
argent.--Pl. 2.

SCIPION l'Africain l'ancien.--Pl. 25.

SÉNÈQUE.--Pl. 23.

SILÈNES.--Pl. 8.

SPHINX grec.--Pl. 44.

SYLLA.--Pl. 26.

T

TRUIE votive.--Pl. 44.

V

VESTA ou _Diane_.--Pl. 8.

VICTIMAIRE avec un sanglier.--Pl. 47.

VICTOIRE.--Pl. 6.

Z

ZAGRÉUS. _Voyez_ BACCHUS.

ZENON.--Pl. 15.


Fin de la Table.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Antiquités d'Herculanum, Tome IV., (Vol. 4 of 6)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home