Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Antiquités d'Herculanum, Tome II., (Vol. 2 of 6)
Author: Piroli, Tommaso, 1752-1824, Piranesi, Francesco, Piranesi, Pietro
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Antiquités d'Herculanum, Tome II., (Vol. 2 of 6)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



                        ANTIQUITÉS D'HERCULANUM.

                               GRAVÉES
                           PAR TH. PIROLI

                             ET PUBLIÉES
                    PAR F. ET P. PIRANESI, FRÈRES.


                             PEINTURES.

                              TOME II.


À PARIS

     {PIRANESI, Frères, place du Tribunat, n°. 1354;
CHEZ {LEBLANC, Imprimeur-Libraire, place et maison
     {Abbatiale St.-Germain-des-Prés, n°. 1121.


                           AN XII. = 1804.



PLANCHE I.


Le Dieu de la poésie est représenté assis sur un trône, et jouissant de
ce calme heureux, ami des vers et de l'imagination. Toute son attitude
caractérise le repos, sur-tout ce bras replié sur sa tête, ainsi qu'on
le voit dans plusieurs monumens antiques; sa main droite repose sur une
lyre à onze cordes; une longue draperie retombe avec négligence de son
épaule, glisse le long de son corps, et, laissant nu toute la partie
supérieure, vient se rassembler sur ses cuisses. Le Dieu est couronné de
lauriers, et près de lui s'élève un rameau de cet arbre qu'il chérit. Ce
rameau rappelle l'usage des chanteurs qui tenaient à la main une
branche de laurier quand ils ne s'accompagnaient pas sur la lyre,
de-là l'expression proverbiale chez les Grecs, _chanter au laurier_;
la branche de laurier pourrait aussi avoir trait aux purifications
religieuses auxquelles présidait Apollon. Le peintre a peut-être voulu
représenter ici _Apollon Musagètes_, le guide des Muses; c'est du-moins
l'attribut que nous lui donnons ici, en lui faisant précéder les Muses,
la tête de ce volume.

Cette peinture et les suivantes, d'égale proportion, furent trouvées
ensemble dans les fouilles de Résine, en 1755; les ornemens qu'on voit
au bas, sont indépendans des sujets.

SUJET PRINCIPAL.--Hauteur, 11 p°. 2 lig.--Largeur, _idem_.



PLANCHE II.


Après Apollon, Considéré comme Dieu des arts et de la poésie, se
présentent les Muses, ces aimables divinités auxquelles ont sacrifié les
beaux génies de l'antiquité, et dont le culte a été transmis fidèlement
jusqu'à nous. Le divin Homère, leur premier favori, les reconnaît au
nombre de neuf; Hésiode les nomme dans l'ordre suivant, que nous avons
adopté: _Clio, Euterpe, Thalie, Melpomène, Terpsichore, Erato,
Polymnie, Uranie et Calliope_. On a varié souvent dans les attributs qui
conviennent à chacune d'elles; aucun monument ne fait mieux autorité que
les peintures précieuses de l'antique Herculanum; les inscriptions dont
chaque figure est accompagnée fixent toutes les incertitudes; c'est un
mérite très-rare, et qui rachète quelques légères négligences qu'on a
pu remarquer dans quelques unes d'entr'elles; ces incorrections ont fait
penser que l'artiste n'en était pas l'inventeur, mais qu'il les avait
copiées d'après d'excellens originaux. En remontant à une plus haute
antiquité, ou en supposant des modèles arrêtés, on accorderait ces
figures un degré d'authenticité encore plus précieux. Quoi qu'il en
soit, cette suite est vraîment inappréciable. On ne doit pas chercher
dans les couleurs des draperies, des intentions particulières pour
chacune de ces divinités; c'est plutôt l'effet du caprice qu'une
allusion mystérieuse. On remarquera, avec plus de justesse, que les
tuniques longues (_talares_), l'agencement modeste des draperies et
l'expression douce qui règne dans les traits des Muses, conviennent aux
_chastes_ Sœurs. Cette précieuse collection, envoyée en présent par
le roi de Naples, orne actuellement le cabinet de l'Impératrice, à la
Malmaison.

La planche que nous avons sous les yeux offre la figure de _Clio_; on
lit son nom et ses fonctions sur le volume à demi-roulé qu'elle tient
à la main (CLIO, L'HISTOIRE). Au volume est attachée une petite feuille
qui paraît destinée à porter le titre de l'ouvrage. La petite cassette
cylindrique (_scrinium_) remplie de rouleaux, nous apprend que les
bibliothèques étaient composées de semblables cassettes. Catulle y fait
allusion, en disant qu'il n'en avait emporté qu'une seule à la campagne.

SUJET PRINCIPAL.--Hauteur, 11 p°. 2 lig.--Largeur, _idem_.



PLANCHE III.


Nous sommes privés de la figure d'_Euterpe_ qui, dans l'ordre adopté,
aurait dû suivre celle de _Clio_: Les injures du temps l'avaient
tellement altérée, qu'il fut impossible de la sauver et même de la
reconnaître; nous l'aurions vue sans doute, fidelle ses fonctions,
appliquée à jouer des deux flûtes.

La Muse que nous donnons ici, est désignée par l'inscription qu'on lit à
ses pieds (THALIE, LA COMÉDIE); elle est couronnée et porte sur sa tête
une coiffe de couleur verte. _Thalie_ et _Melpomène_ sont les seules
qui portent cette coiffure dans ce recueil. Notre Thalie est vêtue d'une
tunique verte, bordée de rouge, et dont les manches arrivent jusqu'aux
poignets, d'un manteau à franges (_Palla fimbriata_) et d'un petit
corset rouge à manches courtes. On remarque, sur-tout, la petite pièce
de pourpre en quarré long, attachée sur le devant du manteau, et qui
paraît être une de ces _tesseræ_, pièces de rapport sur les habits
grecs. Le masque comique et le _pedum_ ou bâton pastoral que porte la
Muse, correspondent à l'art auquel elle préside, et à la signification
du mot comédie, _chant de-village_, ennobli par ses succès, et que
Ménandre, Plaute et Térence ont rendu digne d'amuser les citoyens les
plus instruits de la Grèce et de Rome. Le _pedum_ est aussi un symbole
de la poésie pastorale et bucolique laquelle cette Muse préside,
suivant la remarque de M. Visconti. Le masque, d'après la description
de _Pollux,_ 1. IV, § 149, pourrait désigner l'un de ces valets, dits
_conducteurs ou principaux,_ qui menaient l'intrigue de la pièce. Thalie
signifie _fleurie,_ ou, dans une autre acception également suivie,
quoique prise d'une métaphore, signifie _gaie, joyeuse_. Cette dernière
acception convient mieux aux fonctions de Thalie.

Hauteur, 1 P. 3 p°. 4 lig.--Largeur, 11 p°. 2 lig.



PLANCHE IV.


L'inscription qu'on lit en grec au-dessous de cette figure la fait
connaître avec précision (MELPOMENE, LA TRAGÉDIE). Le peintre, sans
s'arrêter aux diverses opinions qui balancent entre cette Muse, Euterpe
et Terpsichore, l'empire de la scène tragique, paraît s'être attaché au
sentiment qui lui a paru le mieux fondé ou le plus généralement reçu
de son temps; c'est aussi celui qui a prévalu. La Muse a la tête ceinte
d'un voile, d'une bandelette et d'une couronne; elle est vêtue d'une
tunique blanche qui lui recouvre les pieds, et dont les manches
s'arrêtent aux coudes, d'un manteau ou grand _peplum_ de même couleur
attaché en ceinture, et d'une autre tunique plus courte. On peut
remarquer que les tuniques des acteurs tragiques devaient couvrir les
pieds, à l'effet de cacher les cothurnes dont la semelle épaisse de
plusieurs pouces relevait la taille de l'acteur: cette chaussure est
visible dans le bas-relief représentant les neuf Muses, qui est passé du
Capitole au Musée Napoléon. Notre Melpomène s'appuie de la main droite
sur une massue, et dans la gauche, elle tient un masque tragique. La
massue semble allusive aux actions des héros qui font le sujet de la
poésie tragique, et rappelle Hercule et ses imitateurs, qui se rendirent
célèbres dans l'antiquité.

Hauteur, 1 P. 3 p°. 4 lig.--Largeur, 11 p°. 2 lig.



PLANCHE V.


Cette Muse préside à la poésie lyrique, ainsi que l'exprime
l'inscription grecque (TERPSICHORE, LA LYRE). Les chants poétiques et
les sons harmonieux de son instrument guident les danses sacrées; de son
nom de Terpsichore, _qui se plaît à la danse._ Le chœur des danseurs se
portait autour de l'autel, de la droite à la gauche, pour exprimer le
mouvement de l'Univers d'orient en occident, et revenait de la gauche
à la droite pour figurer le mouvement des planètes d'occident en
orient (_Luc. de Salt_.) Ainsi, l'ode était divisée en strophe et en
anti-strophe, qui répondaient dans le chant à ces deux mouvemens.
Les hymnes d'Apollon se chantaient en dansant au son de la lyre ou
_cithare_. Aussi Pindare les appelle-t-il _puissans par la lyre_. Celle
que porte notre Muse est montée de sept cordes et se termine par une
écaille de tortue; c'est la lyre citée par Horace (_testudo_), celle
inventée par le jeune Mercure, et décrite avec des détails si précieux
dans un hymne Homérique. La Muse est vêtue d'une tunique longue, de
couleur changeante, n'ayant que la manche gauche comme pour laisser
plus de liberté au bras droit; son manteau est bleu, et sa chevelure est
retenue par une bandelette et une couronne de laurier.

Hauteur, 1 P. 3 p°. 4 lig.--Largeur, 11 p°. 2 lig.



PLANCHE VI.


Cette peinture est une des plus belles, des plus délicates et des plus
parfaites qui soient sorties des fouilles de la Campanie. Il semble que
le peintre ait voulu employer tout son art et se surpasser lui-même, en
représentant sous des traits si aimables cette Muse consacrée à l'Amour
et qui lui doit son nom; il l'a sans doute invoquée; inspiré et plein
d'elle même, il a retracé son image. Elle est vêtue d'une tunique rose
avec une bordure bleue; son manteau, d'une teinte verdâtre, voltige
agréablement derrière elle, forme sur le devant des plis en forme de
ceinture, et retombe avec grâce en accusant ses formes; une tresse de
cheveux s'échappe sous sa couronne de laurier; elle est attentive aux
sons qu'elle tire de son instrument; elle en touche les cordes d'une
main avec le _plectrum_ ou l'archet, de l'autre avec ses doigts
délicats; cet instrument, garni de neuf cordes, a par le haut la forme
de la lyre connue, mais il s'alonge par le bas et présente, comme dans
la lyre dite _testudo_, un creux qui donne plus de valeur aux sons.
L'inscription (_ERATO PSALTRIAN_) signifie les fonctions de cette Muse
accoutumée à accompagner avec le jeu des instruments à cordes, les
danses les plus voluptueuses. C'est ce que les Grecs entendent par le
mot _psallein_; et en effet, les danses nuptiales étaient du ressort
d'_Erato_. Le manteau qui voltige sur ses épaules indique peut-être que
la Muse réunit au son de sa lyre, des mouvemens réglés par l'art de la
danse, et cadencés sur la musique.

Hauteur, 1 P. 3 p°. 4 lig.--Largeur, 11 p°. 2 lig.



PLANCHE VII.


Polymnie semble être ici la Muse de la pantomime; son attitude, son
doigt sur la bouche, indiquent le silence et la méditation. «Muettes
rivales de la voix, les mains de Polymnie retraçaient des images
sensibles; silencieuse et prudente, cette mère de la danse expliquait
avec ses gestes une figure ingénieuse». Ce passage de _Nonnus_
(_Dionys., v._ V. 140 _et suiv._) et l'opinion de Cassiodore (_I.
ép._ 20) prouvent la justesse de l'intention du peintre. L'inscription
(POLYMNIE, LA FABLE) en donne aussi l'explication. Cette fille de la
mémoire, qui lui doit particulièrement son nom, selon l'étymologie prise
de l'orthographe que nous suivons ici, conserve le souvenir des actions
héroïques et de l'histoire des Dieux, et vient les exposer aux hommes,
dans son silence éloquent et ingénieux; C'est à ce motif qu'elle a
dû, chez les Romains, le surnom de _Musa tacita_; mais comme la
gesticulation faisait partie de l'instruction des orateurs qui doivent
accompagner, avec les gestes les plus convenables, le débit de leurs
harangues, il est arrivé que, par une espèce de contradiction apparente,
la _Muse silencieuse_ est devenue aussi la Muse de l'éloquence et de
l'art oratoire.

Une tunique verte et un manteau bleu forment le vêtement de cette
Polymnie.

Hauteur, 1 P. 3 p°. 4 lig.--Larg. 11 p°. 2 lig.



PLANCHE VIII.


Uranie, qui tire son nom du ciel, préside à la connaissance des corps
célestes, de leurs mouvemens et de leurs influences. Le globe qu'elle
tient d'une main et la verge (_radius_) avec laquelle elle semble
l'indiquer, sont des attributs qui se retrouvent dans tous les monumens
où cette Muse est représentée. Ces symboles si connus ont sans doute
paru suffisans au peintre pour le dispenser de donner une inscription à
sa figure. Uranie est vêtue d'une tunique jaune, à manches courtes, et
d'un manteau bleu; ses cheveux sont arrangés avec soin; elle porte des
bracelets. Comme _Clio_, elle est assise sur un _hémicycle_; ce siége,
favorable à l'application et à l'étude, ne paraît pas donné sans
intention ces deux Muses.

SUJET PRINCIPAL--Hauteur, 11 p°. 2 lig.--Largeur, _idem._



PLANCHE IX.


Calliope, la Muse de la poésie héroïque, quoique placée la dernière dans
la suite d'Hésiode, paraît mériter la préséance par sa dignité et son
excellence sur ses compagnes. Homère et Virgile revendiquent pour elle
la première place; c'est elle qu'ils ont invoquée quand ils appellent,
le premier la _Déesse_, le second la _Muse_, qui doit leur dévoiler les
anciens événemens. C'est _Calliope_ qu'Horace fait descendre du ciel
quand il va chanter les Dieux; on la reconnaît ici à son attitude pleine
de noblesse, au volume qu'elle tient de ses deux mains, à l'inspiration
qui règne dans ses traits, au doigt levé qui semble accompagner son
récit. L'inscription (CALLIOPE, LE POÈME) précise l'intention du peintre
sans la rendre plus claire; la Muse est couronnée du lierre et de ses
fruits, couronne ordinaire des poètes. Ses draperies, de la plus grande
élégance, répondent à la dignité de son caractère; une longue tunique
sans manches lui recouvre les pieds, une seconde descend au-dessous du
genou, et son manteau qui retombe sur son bras vient se nouer avec grace
vers le milieu du corps. Le rouleau ou volume se trouve quelquefois
entre les mains de sa sœur Clio; mais les anciens artistes ont donné le
plus souvent pour symbole distinctif, à Calliope, les tablettes cirées
ou _pugillaria_, lorsque ses images ne sont accompagnées d'aucune
inscription. M. Visconti a relevé fort ingénieusement le rapport plus
particulier que les tablettes cirées ont avec les ouvrages en vers;
elles donnent la facilité d'effacer l'écrit, de corriger ou d'améliorer
les expressions. Le rouleau de parchemin ou de _papyrus_ est par
conséquent plus propre à Clio, qui écrit l'histoire en prose, qu'à
Calliope, dont le style épique demande le plus grand soin.

Hauteur, 1 P. 3 p°. 4 lig.--Largeur, 11 p°. 2 lig.



PLANCHE X.


La franchise et la pureté du dessin, l'accord harmonieux des couleurs
et la grâce qui brille dans ces figures, charment les amateurs; mais
la curiosité est ici moins satisfaite que le goût. Les rayons qui
environnent la tête des deux premières figures, indiquent des Divinités;
la troisième, qui porte pour couronne une branche d'olivier, serait
une nymphe; elle dévoile ses charmes en étendant sa draperie; l'une des
divinités la fixe avec attention, tandis que l'autre est distraite; une
divinité champêtre, dont les formes se confondent avec le rocher, paraît
préciser la scène par sa présence et s'y intéresser. Sont-ce les trois
Gorgones dont Euryalé et Steno étaient immortelles à l'exclusion de
Méduse avec Atlas changé en rocher? Est-ce l'aventure de Callisto et de
Jupiter, qui prend la figure de Diane pour tromper cette nymphe, et
qui se trouve ici sous les deux figures, suivant quelques exemples
semblables, dans les monumens antiques? N'est-ce pas aussi la réunion du
Soleil, de la Lune et de l'Aurore, enfans du vieux Hypérion. On remarque
dans les trois figures une ressemblance qui ne rend pas l'explication
plus facile.

SUJET PRINCIPAL.--Hauteur, 2 P.--Largeur, 2 P. 6 p°.



PLANCHE XI.


On regrette souvent, en admirant les beaux ouvrages de l'antiquité, de
ne pouvoir en retrouver le sujet. La perte de la tradition nous rend
plus nécessaire le secours des symboles et des accessoires; quand
il sont obscurs et mal conservés, on risque de se perdre dans des
explications plus ingénieuses que vraisemblables. On trouve, dans cette
charmante peinture, quelques rapports avec une fable d'Apollonius de
Rhodes (_Arg. III, v. 7 et suiv._); mais on ne voit dans les personnages
aucun des attributs qui conviennent aux Déesses qui font le sujet de la
fable. Le poète raconte la visite que Junon et Pallas, protectrices de
Jason, firent à Vénus, pour obtenir son secours en faveur du héros, dans
sa périlleuse entreprise. Les Déesses trouvent la Reine des Amours sous
un portique, occupée à tresser ses beaux, cheveux qui tombent sur ses
épaules; Vénus, en faisant accueil aux Déesses, rassemble dans sa main
ses cheveux encore en désordre, et demeure, pendant la conversation,
dans l'attitude gracieuse que rappelle notre tableau; cette attitude
peut bien aussi n'exprimer que le repos et l'attention. Le vase est trop
grand pour être le vase aux parfums, qui accompagne assez ordinairement
la figure de Vénus; c'est plutôt l'urne d'une nymphe. La figure qui est
debout, le coude appuyé sur la base d'une colonne, est noble et sévère;
elle parle, et ses traits sont pleins de vie. La troisième figure est
remarquable par sa belle simplicité; elle est enveloppée toute entière
dans son manteau; sa main levée et rapprochée du menton, d'accord avec
l'expression de ses traits, indique une grande attention. Son siège a un
marche-pied, et, plus élevé que celui du premier personnage, il rappelle
une convenance d'usage dans l'antiquité. Quel que soit le sujet de
cette rare peinture, on ne peut trop en admirer la belle ordonnance, le
sentiment de convenance qui y règne, l'unité d'intérêt, le bon goût des
draperies et l'harmonie des teintes.

Hauteur, 1 P. 10 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°. 8 lig.



PLANCHE XII.


Cette peinture se classe au premier rang, parmi celles recueillies dans
les fouilles, pour le mérite de la composition et de l'expression; mais
la médiocrité de l'exécution a fait penser que ce pouvait être la copie
de quelque excellent original. Le sujet paraît être l'éducation de
_Bacchus_; la scène peut indiquer le mont _Meros_, que ce Dieu a rendu
célèbre dans l'Inde. On voit les trois nymphes qui ont pris soin de son
enfance; la plus apparente presque nue, avec une peau de chèvre qui lui
traverse l'épaule, et une couronne de feuillage, se fait remarquer par
une attitude pittoresque et gracieuse; elle présente un raisin au jeune
Dieu, que le vieux Silène élève dans ses bras; l'enfant tend ses deux
mains avec vivacité pour le saisir, et rappelle heureusement l'invention
du vin, qui lui est attribuée de cette manière. Aux pieds de Silène, est
son âne étendu et endormi, couronné de feuillage et portant un bât
ou une espèce de selle assez semblable aux nôtres; plus loin est une
panthère qui lèche un _tympanum_ garni de grelots; sur le côté, on voit
Mercure presque nu, assis sur un tonneau ou fût de colonne, touchant
sa lyre de la main gauche, et tenant de la droite un archet et un autre
objet difficile à reconnaître; il est coiffé du pégase aîlé; un Satyre
est prêt à détacher sa chaussure aîlée (_talaria_), mais il est distrait
par l'action du jeune Dieu. Mercure, inventeur de la lyre (_testudo_)
et du langage, se trouve heureusement réuni avec les nourrices et
l'instituteur de Bacchus. Il fait encore, avec convenance, partie de
la scène, comme ayant apporté l'enfant aux trois nymphes, afin qu'elles
prissent soin de son éducation.

Hauteur, 3 P. 2 p°. 8 lig.--Largeur, 2 P. 5 p°. 3 lig.



PLANCHE XIII.


Ce sujet, expliqué par d'autres monumens antiques, est la lutte de Pan
et de Cupidon. Le vieux Silène, maître et juge du combat, tient la palme
destinée au vainqueur. En considérant ces deux figures comme les
Génies de l'Amour et de la Nature, on trouve le sens de cette fiction
ingénieuse. Sans doute l'Amour sera vainqueur et ne fera point mentir
son ancienne devise, _omnia vincit Amor_; déjà le maître nous révèle la
faiblesse de l'adversaire, en paraissant prêt à le soutenir; l'Amour est
sans armes et n'a besoin que de sa propre force. Bacchus, dont le dieu
Pan fut l'ami et le compagnon, témoin du combat, sourit aux efforts des
deux champions. Couronné de pampres et de raisins, chaussé de cothurnes
jaunes, il tient sa longue pique ornée d'une touffe de feuillage avec un
ruban rouge, et armé d'un fer. Dans la suite, il changea ce fer en une
pomme de pin, ou l'enveloppa dans des feuilles de lierre et de pampre,
pour rendre moins dangereuses les fureurs de ses suivans. L'arme prit
alors le nom de _thyrse_. Le Dieu, dans l'attitude du repos, a laissé
glisser son manteau couleur de pourpre, et se montre à demi-nu. Derrière
lui est une jeune femme vêtue de blanc et coiffée à la grecque avec un
diadême d'or; ce costume qui appartient à une princesse, semble désigner
Ariadne; elle ornait d'un ruban le sceptre du jeune Dieu, et s'est
arrêtée pour donner son attention à la scène.

Cette peinture intéressante fut trouvée à Résine en 1747.

Hauteur, 2 P.--Largeur, 1 P. 9 p°.



PLANCHE XIV.


Ariadne abandonnée dans l'île de Naxos, célébrée par les beaux vers
d'Ovide et de Catulle, revit encore dans les belles peintures de la
Campanie; cette touchante aventure est le sujet du tableau que
nous avons sous les yeux, et fait celui des deux suivans, avec des
circonstances différentes. La composition de ce premier est d'une belle
simplicité. La malheureuse amante vient de se réveiller; elle écarte le
voile qui la couvrait pendant son fatal sommeil; elle voit s'éloigner à
pleines voiles le vaisseau qui emporte l'ingrat Thésée. La figure
dont le mouvement annonce le commandement, paraît être celle du héros
fugitif. On ne voit que l'arrière du vaisseau; il est garni de deux
timons assez souvent en usage chez les anciens; on y retrouve ce
plancher, dit _catastroma_, saillant en dehors, et qui était destiné à
faciliter le combat et la descente des gens de guerre. Le sommet de la
poupe, dit _aplustre_, est orné d'un fleuron en forme de queue d'oiseau;
cet ornement est relatif à la forme totale du navire, dont la proue
figurait ordinairement une tête d'oie, et tout le corps, celui de ce
même oiseau qui paraît en avoir fourni le modèle. En revenant à la belle
abandonnée, nous remarquerons le collier, les bracelets et le cercle
d'or (_periscelis_) qu'elle porte au bas de la jambe, parure de
distinction; le matelas, les coussins amoncelés dont les ornemens
indiquent la richesse; et la draperie blanche qui lui sert de
couverture. L'expression de la figure est d'une grande beauté, et se
trouve fidèlement retracée dans Catulle (_De Nup. Pel. et Theb._)

Du bord où vient mourir l'onde retentissante,
Tu vois fuir ton Thésée, ô malheureuse amante!
Que d'un trouble mortel tu sens ton cœur atteint!
Sur ton front pâlissant le désespoir est peint;
Ton œil n'est point trompé; d'un trop pénible songe,
L'aurore ne vient point dissiper le mensonge.
C'est toi, te voilà seule, et de ces bords affreux
L'onde emporte l'ingrat échappé de tes nœuds.
Triste enfant de Minos! sans couleur, haletante,
Dans le marbre glacé telle est une bacchante.
Tes blonds cheveux épars sont le jouet des vents;
Ton jeune sein franchit ses liens impuissans;
Ce voile à ton insu te laisse à demi-nue,
Et les pleurs sans couler sont tremblans dans ta vue.

PH. CH.

Hauteur, 1 P. 3 p°.--Largeur, 1 P. 2 p°. 6 lig.



PLANCHE XV.


Ariadne à son réveil, comme dans le tableau précédent, voit fuir
Thésée qui l'abandonne, demi-nue, dans une attitude semblable, parée
de bracelets, d'un riche collier et de pendans. Elle est accompagnée de
deux figures; l'une est l'Amour pleurant, tenant son arc et ses traits
renversés; l'autre une Divinité aîlée, qui prend une part très-vive à
la scène, en indiquant d'un air menaçant le vaisseau qui s'éloigne. Les
voiles en sont d'une teinte obscure, et rappellent l'oubli funeste qui
causa la perte d'Égée, père du héros. Cette Divinité aîlée pourrait être
_Némésis_, déesse implacable et vengeresse des torts des amans. C'est
à ce titre et avec ces attributs qu'elle avait des statues à Smyrne,
au rapport de Pausanias (_lib. I, 33_). La vivacité de son mouvement
s'accorde avec cette explication, et peut faire allusion à la fatalité
attachée à ces voiles obscures. Le timon qu'on voit sur le rivage est un
témoin de la précipitation du héros.

SUJET PRINCIPAL.--Hauteur, 1 P. 6 p°.--Largeur, _idem_.



PLANCHE XVI.


Ariadne, tranquille encore, goûte les douceurs du sommeil; elle est
couchée sur un matelas à l'ombre d'une tente, la tête appuyée sur un
oreiller blanc, les cheveux retenus par une bandelette et les bras parés
de bracelets. Rarement une peinture antique, un monument ne se retrouve
pas dans quelques passages des anciens: «Vois, dit _Philostrate_, vois
Ariadne, ou plutôt le sommeil lui-même; à moitié nue; vois son sein, son
cou renversé, sa gorge délicate; son aisselle droite est découverte,
sa main gauche s'appuie sur la draperie, afin que le vent ne puisse
pas dévoiler ce qui doit rester caché». Faible obstacle pour le satyre
audacieux qui expose cette beauté aux regards du jeune Dieu de Naxos.
«Tu ne seras pas long-temps abandonnée; tu te trouveras seule à ton
réveil, cette joyeuse troupe sera partie; tu dois verser des pleurs,
ainsi le veut l'Amour: mais le jeune Dieu reviendra et tu seras
consolée». Bacchus en effet se retira, suivant le récit de Nonnus
(_Dionys., XLVII, v. 271 et suiv._), et ne revint que lorsque la belle
eut bien pleuré la trahison du héros. Le Dieu s'appuie sur son père
nourricier, le vieux Silène, tel que le peint Lucien (_in Baccho_):
«ramassé dans sa petite taille, gras et pansu, les narines ouvertes,
etc.». De l'autre côté, un objet plus gracieux, Cupidon, l'entraîne
vers Ariadne, vive image de la force de l'amour, que nous retrouverons
répétée dans une autre peinture. Dans un coin du tableau, au-dessus des
rochers, paraît un petit Satyre, qui considère aussi la belle dormeuse.
Dans le lointain, on distingue une Bacchante portant une corbeille ou
plutôt le van mistique, et plusieurs personnages formant le cortège. Le
mérite de la composition, très-supérieur à celui de l'exécution, peut
faire penser que ce tableau est la copie d'un excellent original.

Hauteur, 1 P. 10 p°. 4 lig.--Largeur, 1 P. 7 p°. 3 lig.



PLANCHE XVII.


Cette peinture est l'une de celles de la collection où brillent le plus
la finesse de l'art, la grâce du dessin et la beauté du coloris; c'est
l'ouvrage d'une excellente main: mais il est à regretter que le sujet
en demeure obscur et incertain. Ce personnage debout, appuyé sur un
pilastre ou sur un autel, est une Divinité assez clairement caractérisée
par l'auréole qui rayonne autour de sa tête; la délicatesse de ses
traits et de ses formes le fait reconnaître pour le fils de Latone.
«Toujours jeune et gracieux, jamais le plus léger duvet n'ombragea
la lèvre d'Apollon, pas même celui qui naît sur la lèvre d'une jeune
fille». (_Call. H. in Ap. v. 36_). Son arc débandé en signe de paix ou
de faveur, son carquois fermé, ses cheveux blonds et longs, ceints
d'une bandelette, cette longue chlamyde de pourpre, s'accordent avec ses
attributs, quoique les brodequins jaunes, remontant à mi-jambe, ne se
rencontrent pas fréquemment dans ses images. La figure assise sur un
siége d'une belle forme, est vêtue d'une tunique très-fine, agraffée sur
le bras; un manteau d'un jaune doré la recouvre avec élégance, sa main
droite en a rejeté une partie, et la tunique qui a glissé laisse à
découvert l'épaule, une partie du sein et du bras: on pourrait supposer
une intention dans cette négligence; l'abandon de l'attitude et
l'inclinaison de la tête semblent indiquer un sentiment de soumission;
l'expression du visage n'est point la tristesse, c'est plutôt un
léger contentement mêlé de pudeur; ces cheveux longs, la couronne de
feuillage, le rameau de laurier que porte cette jeune femme, toutes ces
circonstances annoncent une initiée à la science de la divination. On
pourrait penser que le peintre a voulu représenter _Cassandre_ qui en
reçoit le don d'Apollon, pour prix des faveurs qu'elle lui a promises:
c'est plus probablement la _Pythie_ ou la _Sibylle_ frappée d'une
crainte religieuse à l'aspect du Dieu qui l'inspire. Le collier d'or
formé de chaînons que porte la figure, est un ornement remarquable.
Il se trouvait dans le fond du tableau une troisième figure tellement
altérée, qu'on n'a pu la distinguer, peut-être eût-elle jeté plus de
jour sur ce sujet mystérieux.

La frise représente des Amours ou Génies jouant ou combattant avec des
sangliers et une panthère.

SUJET PRINCIPAL.--Hauteur, 1 P. 3 p°. 8 lig.--Largeur, 1 P. 3 p°. 8 lig.



PLANCHE XVIII.

(_XIX de l'Édition royale._)


La dispute d'Apollon et de Marsyas, et le supplice affreux auquel ce
malheureux chanteur fut condamné par le jugement des Muses, sont assez
célèbres dans la Mythologie. On voit ici le Dieu vainqueur, couronné,
assis sur un siége orné d'un coussin, tenant sa lyre d'une main, et de
l'autre l'archet (_plectrum_). Une Muse est à ses côtés et tient une
guirlande dont elle est prête à parer la lyre; elle est vêtue d'une
tunique brodée, ouvrage phrygien qui rappelle le lieu de la scène. Le
jeune Olympe, portant une simple chlamyde et coiffé du bonnet phrygien,
se jette aux pieds du Dieu pour implorer la grâce de son maître. Le
bourreau, dont les habits tiennent au costume des barbares, attend,
le couteau à la main, l'ordre d'exercer son ministère; il considère sa
victime, l'infortuné Marsyas, déjà dépouillé et attaché à un arbre. Si
le coloris répondait, dans cette peinture, à la beauté de la composition
et à l'expression des figures, on pourrait la compter parmi les plus
belles de la collection.

Hauteur, 6 p°. 6 lig.--Largeur, 1 P. 5 p°. 9 lig.



PLANCHE XIX.

(_XX de l'Édition royale._)


Cette peinture représente un Chœur bachique, tels qu'ils avaient lieu
dans les fêtes du Dieu, pendant les sacrifices et autour des temples. La
première figure assise joue des deux flûtes; la seconde des _crotales_;
le vieillard prend le caractère d'un Silène et joue du _tympanum_; la
quatrième figure tient une lyre, et la vieille assise sur un tabouret
garni d'un coussin, est une prêtresse de celles dites _Géraires_. Ses
cheveux sont enveloppés d'un linge (_mitra_); sa tunique est à longues
manches; elle porte d'une main une patère, de l'autre une feuille
qui paraît être la _nymphée_, servant d'aspersoir dans les cérémonies
religieuses. Souvent les anciens donnaient cette forme aux éventails
(_flabella_) dont ils se servaient pour exciter le feu sacré. Les
trois jeunes femmes ont des tuniques à franges, ornement de luxe et de
cérémonie; la joueuse de flûte porte une coiffe qui lui couvre le cou,
et qui pourrait faire partie de l'espèce de cape propre à sa profession;
la prêtresse seule est chaussée; les autres personnages ont les pieds
nus. Cette distinction est fondée peut-être sur l'âge et la dignité de
la prêtresse.

Cette peinture et les sept qui suivent furent trouvées dans les fouilles
de Portici.

Hauteur, 6 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 4 p°. 3 lig.



PLANCHE XX.

(_XXI de l'Édition royale._)


Cette peinture représente le départ d'une Procession bachique; la marche
s'ouvre par une jeune fille jouant des deux flûtes; vient ensuite une
femme portant d'une main le vase pour les libations, dit _guttum_ ou
_gutturnium_, parce qu'il laissait échapper la liqueur goutte à goutte;
elle porte dans l'autre main une corbeille ornée de rubans; elle est
suivie d'une autre femme qui porte un coffre contenant les symboles
mystérieux de Bacchus, ou bien peut-être l'_arche sacrée_, allusive à
la naissance de ce Dieu, ou à sa statue forgée par Vulcain, et qui échut
dans le partage des dépouilles de Troie, au grec _Eurypyle_. Le jeune
homme presque nu, assis sur un siége d'une forme remarquable et tenant
un sceptre, paraît être le directeur de la cérémonie. La femme appuyée
sur un pilastre, et qui converse avec lui, peut être une des _géraires_
ou la reine du sacrifice.

Hauteur, 6 p°. 6 lig.--Largeur, 1 P. 4 p°. 3 lig.



PLANCHE XXI.
(_XXII et XXIII de l'Édition royale._)


Ces deux tableaux sont encore relatifs aux mystères de _Bacchus_. Dans
le premier, le jeune homme presque nu, assis et portant un thyrse, est
le Dieu lui-même. Il paraît recevoir les offrandes que deux Prêtresses
ou Bacchantes couronnées lui présentent; le geste de la main, déployant
trois doigts, est marqué par les anciens, comme l'un de ceux dont
on accompagnait la parole. Le jeune homme debout, vêtu d'une simple
chlamyde, porte une bandelette et un thyrse; c'est peut-être _Ampelus_,
jeune favori du Dieu des vendanges. La femme élégamment drapée et
couronnée, est peut-être une _Hiérophantesse_ ou l'une des nourrices du
dieu Thébain.

L'autre tableau, qui fait le pendant du premier, représente la Déesse
que les Latins appelaient _Libera_, et que les Grecs ont souvent
confondue avec _Proserpine_, fille de Cérès et compagne de Bacchus, dans
les cérémonies les plus mystérieuses. La femme largement drapée, dans
l'attitude du repos, souvent répétée dans les monumens, peut être
Cérès, sa mère; le Génie des mystères, un flambeau à la main, paraît lui
indiquer sa fille qui est de retour des royaumes sombres. La jeune fille
recouverte d'un grand manteau, portant un thyrse environné de rubans ou
de bandelettes, paraît être l'_Initiée_ laquelle on destine la couronne
qui se voit dans les mains de la Déesse. Une autre figure semble en
marche pour aller déposer des offrandes sur un autel, comme dans le
premier tableau.

CHAQUE SUJET.--Hauteur, 5 p°. 3 lig.--Largeur, 1 P. 4 p°.



PLANCHE XXII.


Le premier de ces tableaux représente les Noces d'un jeune Héros; il
a une épée à la main. Cupidon l'escorte et le présente à l'épouse,
assistée d'une autre femme qui s'appelait _Pronuba_ par les Latins,
et qui remettait la nouvelle mariée entre les bras de son époux. Deux
autres femmes préparent une assiette pleine d'offrandes à poser sur
l'autel des Dieux qui président aux mariages. Il n'y a pas assez de
données pour déterminer le héros, dont les noces sont représentées dans
ce tableau.

Le second représente les Mystères de Bacchus, que l'on appelait
_Ityphalliques_, et où l'on considérait ce Dieu comme l'une des
divinités qui présidaient la génération. Sous ce point de vue, les deux
tableaux ont quelques rapports entre eux. La première figure assise,
coiffée d'un bandeau dont les bouts retombent sur les épaules, vêtue
d'une tunique _talaire_ à longues manches, de couleur violette, et d'un
manteau agraffé sur l'épaule, fait le geste connu du silence; suit un
vieillard debout, couronné de feuillages, portant une tunique rouge,
également _talaire_, et un manteau; il tient la main sur la poitrine et
paraît pénétré d'une crainte religieuse et de respect. Ces deux figures
sont probablement celles du _Hiérophante_ et de la _Hiérophantesse_. La
figure d'enfant, vêtu de la chlamyde qui revient couvrir mystérieusement
la poitrine, la tête couronnée et le thyrse à la main, est celle de
Bacchus; il tient un vase sacré, d'une forme singulière, peut-être
destiné aux ablutions. Un signe remarquable par son exagération et
célèbre dans ces mystères, désigne la figure plutôt pour une statue que
pour un personnage. La femme voilée porte un serpent, symbole révéré des
orgies.

CHAQUE SUJET.--Hauteur, 5 p°. 6 lig.--Largeur, 1 P. 4 p°. 6 lig.



PLANCHE XXIII.
(_XXVI et XXVII de l'Édition royale._)


La première planche rassemble deux fragmens de Peinture, dont le second
est trop altéré pour donner lieu à aucune explication. Le premier
représente une Femme coiffée d'un bandeau, dont les bouts retombent
sur ses épaules, parée de pendans et de bracelets, et vêtue d'une ample
draperie; elle reçoit des mains d'une jeune fille une ceinture ou un
collier que l'état de la peinture n'a pas permis de bien distinguer.
La feuille de _nymphée_ qu'elle tient à la main, et dont on se servait
comme d'aspersoir, semble désigner une prêtresse; on aperçoit encore les
jambes nues d'un jeune homme qui doit être couché ou prosterné.

Dans la seconde planche, on voit une figure de Bacchus assise, tenant un
thyrse rustique et un petit sceptre; deux prêtresses portant des objets
relatifs au culte, et plus loin un petit autel avec un thyrse. Cette
peinture s'est aussi trouvée fort endommagée.

CHAQUE SUJET.--Hauteur, 5 p°. 6 lig.--Largeur, 1 P. 4 p°. 7 lig.



PLANCHE XXIV.
(_XXIX de l'Édition royale_).


Prêtresses de Bacchus ou de Cérès, toutes les deux vêtues de tuniques
violettes, et couronnées de feuillages; la première tient un _tympanum_
garni de grelots, une corbeille de feuilles nouvelles, et des
bandelettes; la seconde porte une patère et une branche fleurie en forme
de massue, peut-être une tige de _férule_; elles pourraient l'une et
l'autre se préparer aux _thalysies_, sacrifice où l'on offrait à Bacchus
et à Cérès les prémices de la terre, pendant les fêtes _Haloënnes_ ou
des _Aires_.

Hauteur, 2 P. 1 p°. 6 lig.--Largeur, 3 P. 2 p°.



PLANCHE XXV.
(_XXX de l'Édition royale._)


La figure de femme, qui fait l'un de ces deux sujets, est remarquable
par la grâce de la pose et par la beauté du dessin. Ses draperies jetées
largement laissent à demi-nu une partie du sein et le bras droit; elle
porte une chevelure qui, aux Académiciens de Naples, a paru postiche;
ils ont cru voir des plumes sur la tête de cette figure; mais peut-être
ne sont-ce que des fleurs et des bouts de rubans. Elle tient de la main
droite un instrument fort long, et qui semble, par sa forme, destiné
porter un flambeau; de l'autre main, elle soutient un tube surmonté d'un
aigle: on a cru voir, avec peu de vraisemblance, que c'était une trompe;
ce pourrait être une partie des montans d'un siége ou trône portatif
d'argent.

Le second personnage couronné de lierre, vêtu d'un simple _pallium_,
ayant des souliers qui couvrent entièrement le pied, et qui, sans cette
couronne, à sa barbe bouclée, à sa physionomie pensive, paraîtrait un
philosophe, n'est probablement qu'un poète, auteur des drames ou des
hymnes qui faisaient partie de la fête à laquelle ces figures paraissent
faire allusion.

SUJET PRINCIPAL.--Hauteur, 1 P. 5 p°. 7 lig.--Largeur, 1 P.



PLANCHE XXVI.
(_XXXIV de l'Édition royale._)


La première de ces figures représente un Hermaphrodite. Il relève avec
grâce une longue draperie blanche posée sur sa tête; cette draperie
retombe sur son bras gauche et la cuisse droite, en laissant à découvert
les formes qui le font reconnaître. Son attitude est pleine de mollesse,
et il porte cette feuille que nous avons déjà remarquée, employée
quelquefois comme aspersoir et souvent comme éventail (_flabellum_):
elle paraît destinée ici à ce dernier usage. Cette feuille, d'un jaune
roux, pourrait se rapporter à l'espèce de lierre nommée par Pline
(_XXIV_, 10) _cissos erythranos_; elle pourrait aussi appartenir une
espèce de nymphæa. La fable de la nymphe _Salmacis_ (_vide_ OVID. _Met.
IV._) explique parfaitement le sens mystérieux que les anciens
donnaient ces figures d'Androgynes; leur imagination, vive et brillante,
personnifiait toutes les passions et se plaisait à en voir répéter
les images. La figure d'Hermaphrodite décorait ordinairement les bains
communs à l'un et l'autre sexe, et rappelait, dans ce lieu, l'allégorie
de sa naissance.

La seconde figure, posant sur un ornement, qui paraît une partie de
chapiteau ionique dessiné sur le côté, et soutenant un fût d'une forme
capricieuse, est elle-même un ornement d'architecture. C'est un _Atlas_,
suivant la dénomination des Grecs; un _Télamon_, suivant celle des
Latins. Les figures de femme ainsi employées prennent le nom de
_Cariatides_ (_vide_ VITR. _IV_, 10). La nudité de cette figure,
la couronne, le rameau, le disque, la draperie jetée sur le bras,
conviennent particulièrement un _Camille_ ou Ministre des sacrifices.
Les attributs des Télamons ou des Cariatides varient selon le caprice du
décorateur, ou suivant le genre d'édifice auquel ils sont destinés.

CHAQUE SUJET.--Hauteur, 8 p°.--Largeur, 11 p°..



PLANCHE XXVII.
(_XXXVII de l'Édition royale._)


Cette peinture offre une Décoration au milieu de laquelle est un
personnage qui peut représenter un _Camille_ ou Ministre de sacrifice.
Il porte un rameau, peut-être allusif aux lustrations, et une corbeille
qui peut contenir les restes du sacrifice, que les servans recueillaient
avec soin, comme ayant la vertu de conserver la santé. Ses pieds et ses
jambes sont revêtus de bandes de lin (_fasciæ crurales_) quelquefois en
usage chez les Romains. Le jeune bouc de couleur rouge qu'on voit sur
une table de marbre avancée, paraît placé là comme la statue de cet
animal, et annoncer que le lieu est consacré à Bacchus. Sous les pieds
du jeune homme est un tableau où l'on voit un léopard poursuivant un
jeune cerf. Tout est capricieux dans cette Décoration; et, comme nous
l'avons déjà observé, on ne doit supposer au peintre d'autre
intention que celle de couvrir agréablement une surface par des sujets
dionysiaques.

Hauteur, 1 P. 10 p°..--Largeur, 1 P. 6 p°.



PLANCHE XXVIII.
(_XL de l'Édition royale._)


Cette peinture représente une Victoire. Les poètes et les peintres la
dépeignent aîlée, telle qu'on la voit ici, pour exprimer sa rapidité
ou son inconstance; c'est à son inconstance que fait allusion cette
épigramme de l'Anthologie à l'occasion d'une statue de la Victoire,
frappée de la foudre à Rome:

«La Victoire a perdu ses aîles, et ne pourra jamais
s'éloigner de toi».

Cette Victoire est vêtue d'une large tunique blanche; ses cheveux
arrangés sur le sommet de la tête voltigent derrière elle; elle a le
bras gauche passé dans un bouclier enlevé à l'ennemi, ou symbole des
trophées; elle porte à la main une couronne de chêne, telle qu'on
la voit sur les médailles des Empereurs, avec la légende _ob cives
servatos_. Les feuilles de cette couronne sont brillantées d'or
pur, qu'on voit quelquefois employé comme couleur dans ces peintures
antiques.

Hauteur, 1 P. 3 p°. 7 lig.--Largeur, 10 p°. 8 lig.



PLANCHE XXIX.
(_XLII de l'Édition royale._)


La franchise du pinceau, l'agrément du coloris répondent, dans ces deux
peintures, à la simplicité et à la vivacité de la composition. Deux
Satyres velus et barbus, le front armé de longues cornes, se battent à
coups de tête contre des boucs. On voit dans Béger (_Th. Br. p._ 154)
une pierre gravée qui représente un Panisque en semblable combat.
L'inclination libidineuse de ces animaux révérés chez les Égyptiens,
comme symboles de la nature productive, aussi-bien que celle de leurs
antagonistes, semble offrir la rivalité pour cause de ce combat. Nos
Satyres résisteront mieux, sans doute, que le jeune Sybarite Cratis,
qui, au rapport d'Ælien (_H. A. VI_, 42.) expia ses bizarres amours,
victime de la jalousie de son dur et fier rival. Ils ont les bras
repliés sur le dos, et combattent généreusement à armes égales: cette
circonstance peut encore donner l'idée d'un jeu occasionné par les fêtes
de Bacchus.

CHAQUE SUJET.--Hauteur, 8 p°.--Largeur, 11 p°.



PLANCHE XXX.
(_LIX de l'Édition royale._)


Cette peinture curieuse représente une Cérémonie et un sacrifice suivant
le rite égyptien. Le feu sacré s'enflamme sur l'autel à quatre cornes,
dont la forme se retrouve dans un grand nombre de médailles et de
monumens. Sur la marche de l'autel, on remarque les Ibis, oiseaux sacrés
chez les Égyptiens. Tous les personnages sont en action et tiennent
des sistres ou différens instrumens du même genre, tels que celui
formé d'une chaîne de quatre anneaux et un autre composé d'une aiguille
servant d'axe à un cercle garni de grelots. La figure la plus apparente
du bas du tableau, est celle d'une femme à genoux, la tête ceinte d'une
couronne et dans l'attitude de faire une offrande; elle est vêtue d'une
tunique blanche et d'un manteau rouge, dont une partie, retombant sur
l'épaule, est ornée de franges, habillement qu'on remarque dans les
cérémonies religieuses des Égyptiens. Derrière elle est un jeune homme,
tenant un sistre et une branche, ayant la tête rase, nu jusqu'à la
ceinture, et du reste enveloppé d'une draperie blanche; c'est le costume
particulier des prêtres. Un autre costume remarquable est celui du
personnage qui danse au sommet des degrés; il est d'une teinte brune,
barbu et revêtu d'un habit succinct de couleur violette, qui ne couvre
que le buste, en forme de cuirasse, habit qui convient un dieu guerrier
et conquérant, comme l'était _Osiris_. Ce personnage paraît faire le
sujet principal du tableau; ce n'est probablement qu'un prêtre, dans
l'habit d'Osiris sortant du temple, au milieu du bruit des acclamations
et des instrumens sacrés, et qui, peut-être, comme celui de Juvénal,
joue l'_Anubis_ et se moque de la superstitieuse crédulité de ses
dévots. La scène se passe à l'entrée d'un temple, ou, pour mieux dire,
dans le _peribolos_ ou enceinte extérieure, comme l'annoncent les deux
colonnes, les cinq degrés et l'épistyle; chaque colonne est ceinte d'une
guirlande de lierre, plante consacrée à Osiris, et décorée d'une branche
de palmier; au milieu est suspendue une couronne de feuillage. Tous les
personnages sont pieds nus en signe de respect. Les ordres grecs, la
structure du temple et le palmier qui domine le mur latéral, semblent
désigner que cette solemnité se passe Alexandrie.

SUJET PRINCIPAL.--Hauteur, 2 P. 3 p°. 6 lig.--Largeur, 2 P. 2 p°. 3 lig.



PLANCHE XXXI
(_LX de l'Édition royale._)


Cette peinture, qui fait le pendant de la précédente, trouvée avec
elle dans les fouilles de _Portici_, retrace une solemnité en l'honneur
d'Isis, divinité qu'on ne séparait pas d'Osiris, son époux et son frère.
Sur le devant est l'autel orné d'une guirlande; un prêtre excite le feu
sacré avec un éventail, semblable à ceux encore en usage de nos jours;
près de lui est un autre ministre vêtu d'une tunique blanche, étroite et
à longues manches, tenant un long bâton et un autre instrument en
forme de sceptre, attribut appartenant aux héraults des cérémonies
(Hieroceryces); au pied des degrés est un autre ministre tenant un
instrument semblable et un sistre. Les assistans sont rangés sur deux
files; en tête et d'un côté est un joueur de flûte, et de l'autre, deux
personnages consacrés au culte; onze degrés conduisent au parvis du
temple; de chaque côté, sur un grand appui, est un Sphinx, la tête
surmontée d'une feuille de _lotus_; une balustrade ferme l'entrée du
temple. Le chef des prêtres, le _Prophête_, est revêtu d'une tunique
_talaire_, et d'une sorte de mante à franges dans laquelle il enveloppe
ses mains pour porter l'_hydria_, le vase à l'eau, symbole de la Déesse
même, offert à l'adoration du peuple. Deux figures se voient sur le même
plan; l'une, qui paraît un prêtre, a la tête rase, et porte une draperie
au-dessous du sein; il joue du sistre, et semble regarder l'autre
figure: celle-ci est une femme habillée en Isis, revêtue de longs habits
et d'une chlamyde peinte de diverses couleurs; elle a les cheveux longs
et porte un sistre et un seau, telle que nous voyons la Déesse dans
plusieurs monumens postérieurs à la conquête d'Alexandre. On remarque
les _Ibis_ au pied de l'autel comme dans le sujet précédent. L'instant
de la cérémonie paraît être celui où le prêtre congédiait l'assistance,
en offrant à sa vénération le vase sacré avant de fermer le temple.
(_Vide. Clem. Alex. Str. v._ p. 633).

SUJET PRINCIPAL.--Hauteur, 2 P. 3 p°. 6 lig.--Largeur, 2 P. 2 p°. 3 lig.



PLANCHE XXXII.
(_I, t. III de l'Édition royale._)

L'inspiration et la divinité règnent dans cette belle figure d'Apollon.
Le Dieu se repose et médite de nouveaux chants; sa tête est environnée
d'un cercle lumineux (_nimbus_); ses cheveux flottans sont ceints d'une
couronne de laurier; une chlamyde violette, attachée sur les épaules,
laisse en liberté son bras droit et découvre une partie de ce beau corps
où brille la jeunesse; sa lyre, appuyée sur un autel recouvert d'une
draperie, conserve sa forme primitive et encore grossière: la lyre fut
d'abord formée d'une tête de taureau dépouillée; les cornes servaient de
montans pour soutenir la traverse où venaient s'attacher les cordes; le
_plectrum_, que nous nommons archet, était un véritable pied de chèvre,
et sa forme antique rappelle son origine. Cette peinture fut trouvée à
_Portici_ avec la suivante.

Hauteur, 2 P. 6 lig.--Largeur, 1 P. 6 p°. 7 lig.



PLANCHE XXXIII.
(_II, t. III de l'Édition royale._)


Une jeunesse éternelle est également l'apanage d'Apollon et de Bacchus;
elle brille dans cette figure réunie à une mollesse, à une grâce
charmante. Le Dieu du vin est couronné du lierre et de sa fleur, une
double bandelette forme un diadême sur son front; appuyé d'un bras sur
son autel, il élève l'autre négligemment en tenant un vase d'or d'une
forme agréable, et dont les anses, qui remontent du pied jusqu'au bord,
semblent désigner le vase appelé _carchesium_; ses cheveux bouclés
retombent sur son cou; une draperie, d'un blanc jaune, glisse de son
épaule sur l'autel et vient à peine envelopper une partie de la cuisse.
La nudité des figures d'Apollon et de Bacchus n'est, sans doute, qu'un
hommage rendu à la beauté de leurs formes. Fulgence (_II, 15, l. 7_)
y cherche un sens mystique, en observant qu'on représente Bacchus la
poitrine nue, soit parce que l'ivresse rejette les voiles de la pudeur,
soit parce qu'elle découvre les secrets du cœur. Le Dieu porte un thyrse
formé d'une longue canne armée d'un fer de lance, ornée de bandelettes
et d'une touffe de feuillage.

Hauteur, 2 P. 6 lig.--Largeur, 1 P. 6 p°. 7 lig.



PLANCHE XXXIV.
(_III, t. III de l'Édition royale._)


L'aventure connue de la Lune et d'Endymion (les modernes disent, avec
peu d'exactitude, de Diane et d'Endymion), fait le sujet de cette
peinture. Le beau chasseur est mollement abandonné ce profond sommeil
qui l'a rendu célèbre, faveur qu'il demanda au maître des Dieux, suivant
une fable; punition qu'il en reçut, suivant une autre, pour avoir, comme
Ixion, osé devenir amoureux de Junon. Ici le beau jeune homme ne recevra
aucune punition, si le sommeil ne le prive pas de ses sens. Une Déesse
descend du ciel, conduite par Cupidon; la Lune, Sélène elle-même, a
quitté le char brillant de son astre; son ample manteau, de couleur
changeante, voltige autour d'elle; elle paraît demi-nue; ses cheveux,
arrangés avec soin sur le front et détachés derrière la tête, sont
agités par l'air; sa tête est rayonnante, ses bras sont parés de
bracelets. Entraînée par l'amour, sa démarche est timide et retenue;
elle s'avance sur la pointe des pieds, dans la crainte d'éveiller le
beau chasseur: «Ô Déesse! seule heureuse en tes ardeurs discrètes, le
beau chasseur ne s'éveillera pas». Tout son corps cède à la langueur
d'un repos parfait; ses doigts glissent le long de ses dards paisibles.
Si pourtant on en croit les récits recueillis par Pausanias (_V, 1_)
le beau dormeur donna cinquante filles à la Déesse. Une bandelette ou
diadème ceint ses cheveux, ornement donné, peut-être ici, au roi d'Elis.
Nous ne chercherons point le sens que plusieurs auteurs anciens ont
supposé à cette fable ingénieuse. Le sommeil d'Endymion était passé en
proverbe: mais soit que ce personnage n'ait été qu'un chasseur qui se
reposait, le jour, des courses nocturnes; soit que, le premier, il ait
observé le cours de la Lune, la fiction mythologique a trop de charmes
pour la détruire, et nous l'adopterons avec les poètes et les peintres.
De nos jours l'un de nos artistes s'en est sur-tout emparé avec succès.
Qui n'a pas admiré ce tableau de M. _Girodet_, où Endymion est endormi à
l'ombre d'un épais feuillage? Ce n'est point la figure de la Déesse qui
descend du ciel, c'est elle-même dans toute sa puissance; rassemblée
toute entière dans ses rayons amoureux, elle perce à travers les
branches que Cupidon vient d'écarter en sa faveur, et se précipite en
flots de lumière sur la bouche du tranquille dormeur. Un si bel
exemple prouve que rien n'est épuisé, et que les sources du génie sont
intarissables.


Hauteur, 2 P. 2 p°.--Largeur, 1 P. 10 p°.



PLANCHE XXXV.
(_IV, t. III de l'Édition royale._)


Cette peinture est aussi précieuse par le sujet qu'elle représente, que
par sa beauté. Voilà le fameux bélier envoyé par la nymphe Néphelé pour
sauver les enfans qu'elle avait eus d'Athamas, poursuivis par la
jalouse Ino. La malheureuse _Hellé_ vient de tomber dans les flots; elle
implore, de la voix et de la main, le secours de son frère, _Phrixus_
emporté par le bélier qui fuit rapidement sur la plaine liquide. Phrixus
a tendu en vain une main secourable à cette fille infortunée, elle va
disparaître et laisser son nom à cette mer perfide, pour monument de son
malheur. L'_Hellespont_ rappellera sa triste aventure au voyageur qui
passera le détroit entre Sestos et Abydos. Phrixus immolera le bélier à
Jupiter, sur les bords du Phase; ce fameux bélier, placé dans le ciel,
brillera parmi les astres, et sa riche toison deviendra un jour le sujet
de l'expédition des Argonautes et la conquête de Jason. Cette toison est
représentée blanche. Il faut donc croire, avec Apollonius (_II. 1147_)
que la toison devint d'or par l'attouchement de Mercure.

Cette peinture fut trouvée à _Civita_, en 1760.

Hauteur, 1 P. 9 p°.--Largeur, 1 P. 2 p°. 7 lig.



PLANCHE XXXVI.
(_V, t. III de l'Édition royale._)


Cette peinture, dont le champ est vert, représente une Nymphe vêtue
d'une tunique jaune. Ses cheveux blonds sont tressés avec soin autour
d'un diadême; elle a les pieds nus, elle paraît marcher et cueillir en
passant une fleur sur la tige qui s'élève auprès d'elle; elle porte
une corne d'abondance où l'on voit quelques fleurs; c'est l'une des
_Heures_, compagnes de l'Aurore ou de Flore, cueillant les fleurs
qu'elle sèmera sur son passage; ou bien c'est _Chloris_ elle-même,
l'amante, l'épouse de Zéphir, régnant dans son empire. Ces Divinités
sont représentées vêtues d'habits teints de vives couleurs empruntées
des fleurs même. L'habillement de cette Nymphe prend le nom particulier
de _crocota_, du _crocus_ ou safran dont elle est teinte.

Cette peinture fut trouvée à _Gragnano_, en 1759.

Hauteur, 1 P. 2 p°.--Largeur, 10 p°.



PLANCHE XXXVII.
(_VI, t. III de l'Édition royale._)


Parmi les rapports que cette peinture pouvait offrir avec quelques
traits de l'histoire héroïque, les Académiciens de Naples paraissent
s'être attachés particulièrement à la reconnaissance d'Ulysse et de
Pénélope. Cependant le costume du jeune guerrier devait écarter cette
idée, et semble devoir fixer toutes les incertitudes. Comment ne pas
reconnaître le beau _Pâris_ dans cet habit phrygien qui s'éloigne en
tout du costume grec, et qui est tel que nous l'ont décrit Euripide et
Virgile! Ce bonnet, bien différent du bonnet marin que Polygnote avait
approprié à Ulysse; la tunique à longues manches, les pantalons formant
des plis sur les jambes désignent aussi, dans les monumens, ce favori
de Vénus; ces armes lui appartiennent; c'est l'arc, ce sont les flêches,
ces flêches qui tueront Achille. Au-lieu d'Ulysse et de Pénélope, M.
_Visconti_ voit ici, avec plus de vraisemblance, Pâris séduisant Hélène.
L'épouse de Ménélas paraît dans ce combat de l'Amour et de la Pudeur,
qu'Ovide a retracé dans ses Héroïdes, qu'un artiste grec a exprimé dans
un bas-relief publié par Winckelmann, et éclairci par des inscriptions
grecques. Ces yeux baissés et ce doigt levé annoncent encore
l'incertitude; le fils de Priam semble vouloir la dissiper; il présente
la main ouverte en signe de bonne foi. La princesse est assise sur
un siége d'un beau travail et orné d'un marche-pied, circonstance qui
désigne toujours une personne de distinction. Ses cheveux blonds, en
partie relevés, laissent échapper de longues tresses sur ses épaules;
elle est vêtue d'une tunique couleur d'or et d'un manteau violet. La
négligence qu'on remarque dans l'arrangement de ses cheveux et de ses
draperies, semble annoncer l'accès facile que l'hospitalité donne à son
séducteur auprès d'elle. Cette peinture remarquable par la finesse et
la vérité de l'expression, par la pose des figures et le costume, fut
trouvée à _Gragnano_ en 1759.


Hauteur, 1 P. 3 p°. 6 lig.--Largeur, 1 P.



PLANCHE XXXVIII
(_VII, t. III de l'Édition royale._)


Cette peinture ingénieuse est vulgairement désignée sous le nom de _la
Marchande d'Amours_. En s'arrêtant à cette dénomination, on admirera
l'esprit de la composition et la délicatesse avec laquelle elle est
rendue. Si l'on veut faire honneur à son auteur, d'un sens mystérieux,
tenant aux opinions des anciens sur l'Amour, on consultera leurs livres
avec nous, et l'on trouvera que ces trois Génies peuvent représenter
l'Amour dans ses différens états, le _besoin_, le _désir_ et la
_possession_. Ce sont les trois Amours de Scopas, _Eros_, _Himeros_ et
_Pothos_. C'est encore, si l'on veut, l'Amour céleste, l'Amour terrestre
et leur frère, participant de l'un et de l'autre, suivant Apulée. La
mère et la nourrice de l'Amour, suivant Platon, _Penia_ (_l'Indigence_)
sera caractérisée dans cette femme qui paraît disposer des Génies. Ses
cheveux mal soignés, la coiffe (_mitra_) coiffure commune et négligée,
la chaussure grossière, la tunique étroite et sur-tout les demi-manches
(_brachialia_) annoncent une femme pauvre et de condition basse ou
servile. La jeune femme assise, vêtue d'un habit bleu céleste et d'une
tunique verte, avec des bracelets et une chaussure couleur d'or, le
front couvert par le bandeau qui retient ses blondes tresses, sera
Vénus, la Déesse de la Beauté; celle qu'on voit derrière elle, vêtue
d'une draperie violette, sera sa compagne fidelle, _Pitho_ ou _Suada_,
Déesse de la Persuasion, qui attire et gagne tous les cœurs. L'un des
Amours, entre les genoux de Vénus, jouit du bonheur parfait dans la
contemplation de la beauté, c'est le charme de la _possession_; un autre
que Penia tire de sa prison, tend les bras à Vénus prêt à s'élancer
dans ceux de la Déesse, c'est l'ardeur du _désir_; le troisième, encore
engourdi dans sa cage, commence à s'animer; il bat les ailes, et le
_besoin_ d'aimer et d'être heureux l'avertit de l'existence. C'est ainsi
que l'ingénieux système de Platon (Voy. _le Banquet_) peut servir à
expliquer cette peinture précieuse; mais comme ce sujet appartient
aux Amours, quiconque reconnaît leur empire peut les consulter pour en
pénétrer le mystère.


Hauteur, 1 P. 3 p°.--Largeur, 1 P. 7 p°. 5 lig.



PLANCHE XXXIX.
(_IX, t. III de l'Édition royale._)


Ce Cygne à bonnes fortunes est le grand Jupiter; la belle abusée n'est
point Léda; ce cercle lumineux qui rayonne autour de sa tête annonce une
divinité, c'est la déesse _Némésis_. Jupiter n'a pu vaincre sa sévérité,
il a eu recours à la ruse. La tendre Vénus, sous la forme d'un aigle, a
poursuivi cet oiseau craintif; la Déesse lui donne asyle dans ses
bras; elle a quitté sa couche en désordre, et ce lit aux pieds dorés,
recouvert de draperies, sera complice du sommeil perfide qui va la
livrer, sans défense, à cet oiseau devenu trop audacieux. De cette
surprise naîtra l'œuf merveilleux; Mercure le déposera dans le sein de
Léda, et de cet œuf sortira la fameuse Hélène, dont l'épouse de Tindare
ne sera que la nourrice.

On peut regarder les poètes comme les pères de la fable. Dans leur
langage sublime, ils personnifiaient les passions, et la superstition
du vulgaire se créait des Divinités à la place des images du
discours. Cette fable (et c'est l'opinion de M. _Visconti_, fondée sur
_Pausanias_) paraît avoir pris sa source dans les expressions de quelque
ancien poète qui, pour exprimer l'enchaînement des malheurs dont la
funeste beauté d'_Hélène_ avait rempli la Grèce et l'Asie, avait dit
que cette princesse était fille de _Némésis_ ou de l'_indignation_ des
Dieux.

Hauteur, 2 P. 1 p°. 5 lig.--Largeur, 1 P. 6 p°. 7 lig.



PLANCHE XL.
(_XI, t. III de l'Édition royale._)


Qui ne reconnaît pas les trois Grâces, n'est pas digne de leurs faveurs.
Voici les trois sœurs de l'Amour, les compagnes inséparables de Vénus.
De ces Divinités dérivent les bienfaits et la reconnaissance, commerce
généreux qu'exprime leur union. (_Seneca de Benef_. I. 3). Ce sont elles
qui font le charme de la beauté; par elles, la beauté plaît en voulant
toujours plaire: heureuse condescendance qui rapporte incessamment de
nouveaux tributs. «Eh! quelle chose peut jamais être agréable à l'homme
sans les Grâces! elles embellissent tout; elles permettent les plaisirs
et défendent les excès; amies de la paix, elles défendent sur-tout
l'ivresse; elles caressent le sage qui leur sacrifie; elles se montrent
nues, car toute Grâce rejette l'ornement». Autrefois elles allaient
vêtues (_Pausanias_. IX. 35); l'Amour leur déroba leurs vêtemens pendant
qu'elles étaient au bain (_Anth. IV_. 19. _ép._. 24); mais la décence
leur sert toujours de voile; elles sont en présence de Vénus, telles
qu'on les voit ici. Ces filles aux belles tresses et toujours fleuries,
forment un nœud indissoluble. (_Hom. Pind. Hor._) Thalie, opposée aux
regards, enchaîne ses deux sœurs, et ses deux sœurs, qui s'offrent de
face, lui font un collier de leurs bras. (_Pithœus V et. ép. ib. IV.
Albricus. cap. V._). Ainsi, dans ce groupe enchanteur, l'œil embrasse
la beauté sous tous les aspects. L'une des Grâces tient une pomme, les
autres des rameaux et des fleurs: la pomme appartient à Vénus et aux
Amours; les fleurs, les feuillages et les fruits sont donnés souvent
aux Grâces dans les monumens, et peuvent faire allusion à leur ancienne
signification. Elles n'étaient pas, dans la Mythologie primitive,
différentes des Saisons. On ne comptait que trois Saisons dans les
climats et dans les temps qui ont vu naître les fables; et ces filles de
l'année sont, pour la terre et pour tous les vivans, les Ministres des
Grâces du ciel.

Hauteur, 1 P. 7 p°.--Largeur, 1 P. 3 p°. 10 lig.



PLANCHE XLI.
(_XII, t. III de l'Édition royale._)


Cette peinture curieuse semble se rapporter l'aventure de _Mercure_ avec
la déesse _Mania_ ou la nymphe _Lara_. Cette nymphe indiscrète révéla
Junon les amours de Jupiter et de Juturne; le maître des Dieux la punit
en lui arrachant la langue, et la confia à Mercure pour la conduire aux
enfers. Le messager s'en rendit amoureux, et la séduisit en passant dans
un bois; la nymphe devint mère des deux Lares. On reconnaît le divin
messager à ses brodequins aîlés, aux deux aîles qui prennent naissance
sur son front, comme on le voit dans plusieurs monumens antiques, et à
la baguette qui désigne sa puissance sur les ombres. L'épée posée sur
un rocher est aussi un attribut de ce Dieu; l'artiste s'est seulement
écarté de la tradition, en ne la représentant pas de cette forme
recourbée qui avait fait donner le nom de _harpé_ à cette épée du fils
de Maia. Les deux têtes couronnées de feuillages, dont l'une est sur la
branche d'un arbre, et l'autre sur un pieu au-dessous des figures,
sont, sans doute, encore relatives à une autre opinion religieuse;
elles semblent représenter ces têtes feintes (_oscilla_) qu'Hercule fit
substituer aux victimes en abolissant les sacrifices humains: ces signes
se suspendaient aux arbres et sur des perches. La nymphe, parée d'un
diadême d'or, d'un collier et de pendans formés de perles, s'appuie
sur Mercure et semble l'écouter avec faveur; son attitude est pleine
d'abandon et convient au repos qu'on cherche après une longue course;
une draperie couleur de laque forme tout son vêtement; le Dieu la
soulève et en rend la plus grande partie inutile. Le groupe est plein
de grâce, et le site agreste et sauvage ajoute à la beauté de la
composition.

Hauteur, 1 P. 8 p°. 5 lig.--Largeur, 1 P. 5 p°. 7 lig.



PLANCHE XLII.
(_XIII, t. III de l'Édition royale._)


Cette peinture dont le champ est bleu, représente une jeune et belle
Femme vêtue d'une tunique longue de couleur changeante, et d'un manteau
rouge qui voltige derrière elle; ses cheveux blonds sont relevés avec
soin; ses bras sont parés de bracelets d'or; elle porte un arc détendu
et une flêche ou plutôt un dard. Comme Diane, ou comme une nymphe de
sa suite, on la voit l'épaule découverte, le sein et le bras nus. Ces
habits longs, cependant, conviennent peu à une chasseresse. Diane, avec
l'arc et les flêches, n'est pas toujours représentée dans l'appareil
de la chasse; alors elle est armée pour punir les villes impies ou
les femmes qui ont mérité sa colère: on pourrait rapporter cette idée
l'intention du peintre; peut-être aussi ne doit-on voir, dans cette
figure, qu'une nymphe, qui la Déesse a remis ses armes pour en prendre
soin.

Hauteur, 1 P. 2 p°. 1 lig.--Largeur, 9 p°. 9 lig.



PLANCHE XLIII.
(_XIV, t. III de l'Édition royale._)


Cette peinture fut l'une des premières découvertes qu'offrirent
les fouilles de Résine; elle se trouvait détachée du mur. Sa grande
antiquité et sa beauté la rendent également curieuse; il est regretter
qu'elle soit endommagée en plusieurs endroits. Le sanglier, dont on ne
voit que la hure et les pattes, peut faire soupçonner qu'elle a quelque
rapport avec la fameuse chasse de Calydon, et principalement avec la
guerre qui éclata entre les Curètes et les Étoliens pour ces glorieuses
dépouilles. _Méléagre_, suivant le récit d'Homère (_Ill. IX_) faisait
triompher les Étoliens; le héros, irrité des imprécations d'_Althœa_, sa
mère, dont il avait tué les frères, s'obstina à ne plus combattre; les
Étoliens vaincus implorèrent son secours: «leurs vieillards le priaient
en supplians, et lui députaient les prêtres les plus révérés». Méléagre,
après avoir résisté toutes les instances, se laissa toucher par les
larmes de _Cléopâtre_, son épouse. Le vieillard debout, vêtu d'une
draperie qui passe en écharpe sous le bras droit, ayant pour chaussure
des semelles attachées avec de minces courroies, serait le député des
Étoliens; la coiffure qui lui couvre la tête, peut désigner un prêtre;
le bâton long, qui n'est autre chose que le sceptre antique, l'anneau
qu'il porte un doigt de la main gauche, sont des marques de dignité.
L'inclinaison de la tête dans celui-ci annonce un suppliant. Le
vieillard assis, qui l'écoute avec intérêt, serait le roi _Œnée_, père
de Méléagre; il s'appuie sur un sceptre; il a pour vêtement la chlamyde
rejetée en arrière, selon le costume héroïque. La peinture dégradée ne
permet point de distinguer l'action du jeune homme écoutant une belle
femme largement drapée; c'est, sans doute, le prince, se laissant
fléchir par Cléopâtre, son épouse. Le chien de chasse armé d'un
collier à pointes acérées, la tête tournée vers lui, semble le désigner
ingénieusement.

Hauteur, 2 P. 7 p°. 5 lig.--Largeur, 2 P. 2 p°. 3 lig.



PLANCHE XLIV.
(_XV, t. III de l'Édition royale._)


Plusieurs Héros de l'antiquité se signalèrent par leur pudeur, et
devinrent célèbres par les dangers auxquels la fureur d'une amante
dédaignée les exposa. _Bellerophon_, insensible aux feux de l'épouse
de Prœtus, Sténobée ou Antée, suivant Homère, fut accusé par elle, et
vainquit la redoutable chimère qu'il eut à combattre. _Pélée_, le père
du grand Achille, fameux par sa lance, respectant l'hospitalité, refusa
de répondre aux voeux d'Astydamie, épouse d'Acaste, roi d'Iolchos; les
Dieux l'armèrent contre les bêtes féroces, auxquelles il fut exposé, et
la vertu fut encore sauvée. Mais le généreux _Hippolyte_, célébré
chez les anciens par Euripide et Sénèque, chez nous, par notre Racine,
exemple et victime de la vertu la plus pure, eut contre lui les fureurs
d'une marâtre méprisée, d'un père irrité et d'un Dieu trop prompt à
accomplir l'imprécation paternelle. C'est ce jeune Héros même qui nous
paraît faire le sujet de la peinture antique. La détestable _Œnone_
remplit son lâche ministère. _Phèdre_ assise sur un trône d'un beau
travail, avec un marche-pied, le front orné d'un bandeau richement
brodé, paraît à demi-vêtue; elle ajuste sa tunique sur l'épaule gauche;
son bras droit repose sur le dossier de son siége, recouvert d'une
draperie bleue qui paraît être son manteau; elle détourne la tête,
et laisse lire sur son visage l'attention, la honte et la colère. Le
pudique Hippolyte, vêtu de la simple chlamyde héroïque qui retombe
derrière les épaules, témoigne sa surprise et ses refus par le geste de
la main droite; c'est ce noble maintien, ce front où

    Brille de la vertu le sacré caractère.

Il porte la lance, arme célèbre des Héros. Un jeune écuyer, vêtu d'un
habit succinct, paraît au-dehors tenant un cheval par la bride; ce qui
fait allusion à la passion du fils de Thésée pour les coursiers et
pour la chasse. La bride du cheval est telle qu'on la remarque dans la
colonne Trajane, et semblable celle en usage de nos jours. Le poitrail
est orné d'un croissant, peut-être formé de la dent d'un animal sauvage,
suivant quelques auteurs, Le cheval porte une housse qui tenait lieu de
selle aux anciens.

La seconde peinture (_XVIII, t. III de l'Édit. roy._) représente une
Néréide se jouant avec un taureau marin; ses cheveux sont arrangés
avec soin et ornés d'une bandelette entrelacée de petites feuilles. Le
mouvement du taureau est plein de pétulance; la nymphe l'embrasse et le
regarde avec familiarité.

Sujet PRINCIPAL.--Hauteur, 2 P. 2 p°. 5 lig.--Largeur, 2 P. 7 p°.



PLANCHE XLV.
(_XVI, t. III de l'Édition royale._)


Cette peinture représente une Néréide portée par un cheval marin,
qu'elle guide avec des rênes. Son manteau, enflé par le vent, est d'un
rouge obscur, et fait briller la carnation délicate de son corps. Ce
manteau, qu'elle retient avec grâce par un bout, rappelle l'image que
Philostrate donne de _Galatée_ (_II Im. XVIII_). La nymphe porte des
cercles d'or aux poignets et au bas des jambes; ses cheveux blonds
voltigent sur ses épaules, et le cordon des rênes vient former une
croix sur sa poitrine: la souplesse de son corps répond parfaitement au
mouvement de la course. La couleur du cheval marin est eau de mer:
on appelait ces monstres _Hippocampi_, de leur désinence en queue de
poisson _Campa_.

Hauteur, 1 P. 6 p°.--Largeur, 2 P. 2 p°. 4 lig.



PLANCHE XLVI.
(_XVII, t. III de l'Édition royale._)


Ce monstre marin, couleur eau de mer, tacheté de marques rondes et
obscures, peut s'appeler une panthère marine. La nymphe qu'il porte,
mollement étendue sur sa croupe, .le dos nu et le sein voilé d'une
draperie légère agitée par le vent. Ses cheveux blonds relevés en
tresses, ses bracelets, ses pendans, formés de perles, annoncent le soin
de la parure, Dans une attitude charmante, elle verse d'un vase d'or,
dans une patère, une liqueur que le monstre lèche et savoure: sans-doute
c'est la liqueur de Bacchus, agréable à la panthère qui lui est
consacrée, et que la Néréide traite avec complaisance dans l'empire de
Neptune: «Vous êtes les premières, dit Orphée aux filles de Nérée, qui
avez enseigné les mystères augustes du divin Bacchus et de la chaste
Proserpine»; mais en se rappelant qu'_Ino_, la tante et la nourrice de
Bacchus, reçut l'immortalité parmi les filles de Nérée, on pourrait la
reconnaître dans cette nymphe. Cette peinture, sur champ rouge ainsi que
la précédente, lui servait de pendant, et fut trouvée avec elle dans les
fouilles de _Gragnano_ en 1760.

Hauteur, 1 P. 6 p°.--Largeur, 2 P. 2 p°. 4 lig.



PLANCHE XLVII.
(_XXIII, t. III de l'Édition royale._)


Le costume de cette figure qui se montre demi-nue, ses cheveux ceints
d'une couronne de lierre, et dont une partie retombe sur ses épaules, la
lyre dont elle touche les cordes, pourraient faire reconnaître dans
ce personnage, une de ces joueuses de cithare dissolues, qui étaient
admises dans les festins. Sa pose droite et resserrée, l'ornement
qu'elle porte sur la tête, ne démontrent, à parler raisonnablement,
qu'une figure de décoration, une cariatide peinte à caprice. Cette
observation semble ôter toute probabilité à l'opinion de ceux qui ont
voulu reconnaître, dans cette _Citharistria_, une Sapho, ou une des
Muses.

Hauteur, 1 P. 10 p°. 5 lig.--Larg. 1 P. 4 p°. 2 lig.



PLANCHE XLVIII.
(_XXIV, t. III de l'Édition royale._)


Ces deux figures semblent avoir quelque rapport entr'elles; toutes deux
sont peintes sur un fond blanc. La première représente un jeune Homme
n'ayant pour vêtemens qu'une tunique ronde, agraffée sur l'épaule
droite, nommée par Apulée (_Met. X_) Ephebica; ses cheveux sont noués
par derrière avec un ruban, et il tient un vase d'or de ses deux mains.
L'autre jeune Homme, ayant un habillement semblable, porte d'une main
une couronne d'or _radiée_; de l'autre un éventail formé de plumes, dont
la baguette et les cercles qui la fixent sont couleur d'or: ces deux
figures paraissent en mouvement, et rappellent les beaux enfans
qui servaient dans les festins. L'éventail de plumes est décrit par
plusieurs poètes: les plus riches étaient formés de plumes de paon
(_Prop. II, El. XVIII_, 59.--_Claud. in Eutr. I_, 109); les mignons s'en
servaient pour rafraîchir l'air autour de leurs maîtres. La couronne
radiée était en usage dans les noces.

CHAQUE SUJET.--Hauteur, 1 P. 5 lig.--Largeur, 8 p°. 3 lig.


FIN DU SECOND VOLUME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Antiquités d'Herculanum, Tome II., (Vol. 2 of 6)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home