Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Antiquités d'Herculanum, Tome V., (Vol. 5 of 6)
Author: Piroli, Tommaso, 1752-1824, Piranesi, Francesco, Piranesi, Pietro
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Antiquités d'Herculanum, Tome V., (Vol. 5 of 6)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



                      ANTIQUITÉS D'HERCULANUM



                              GRAVÉES
                          PAR TH. PIROLI

                               AVEC
                 UNE EXPLICATION PAR S.-PH. CHAUDÉ;

                           ET PUBLIÉES
                  PAR F. ET P. PIRANESI, FRÈRES.


                              TOME V.

                         BRONZES.--TOME II



À PARIS

     {PIRANESI, Frères, place du Tribunal, n°. 1354;
CHEZ {LEBLANC, Imprimeur-Libraire maison
     { Abbatiale Saint-Germain-des-Prés, n°. 1121.



                          AN XIV. = 1805.



[Illustration:]



PLANCHE I.
(_Pl 2, 3, t. VI de l'Édition royale._)


FIG. I. Nous suivons un ordre naturel en commençant la suite des figures
entières par les Divinités. Jupiter, le souverain des Dieux, doit
paraître le premier; on le reconnaît facilement à ce caractère donné de
grandeur et de majesté, à sa chevelure touffue, à sa barbe épaisse et
profonde, et au foudre dont il reste un fragment dans sa main droite.
Tout le nu du bras gauche est une restauration moderne. L'artiste, par
imitation de quelques statues antiques, n'a mis dans la main du Dieu
qu'une portion du sceptre. Le sceptre est donné avec raison à Jupiter,
comme l'un de ses principaux attributs. Quelques fois ce n'est qu'un
long bâton (_hasta_) marque d'honneur des premiers rois: souvent il
est surmonté d'un aigle, d'un petit globe ou d'un fleuron. Ovide
peint Jupiter appuyé sur un sceptre d'ivoire (_Mét._ I. 180.). Les
Pythagoriciens croyaient ce sceptre, de bois de cyprès, arbre consacré
à la mort qui sert de passage à l'immortalité. Le sceptre seul était
quelquefois l'emblème de Jupiter, et c'est dans ce sens redoutable qu'on
l'employait dans les alliances et les traités de paix (_Serv._ 12. _Œn._
206.)

On s'est dispensé de donner ici quatre autres petites figures de Jupiter
qui suivent celle-ci dans l'édition royale.

FIG. II. Cette idole, de style étrusque, ayant sur la tête un voile
et une couronne radiée, paraîtrait, avec assez de vraisemblance,
représenter Junon. Elle tient une pomme ou plutôt une grenade, fruit
mystérieux consacré à Junon _Argive_. Sous ce nom, Junon avait un temple
fameux fondé par Jason, chez les Toscans, dans le Picentin. La grenade
que Philostrate croit révérée comme un symbole de fécondité, était aussi
un attribut de Vénus _Genitrix_. On sait que, sous ce titre, Vénus,
était souvent confondue avec Junon.

FIG. I.--Hauteur, 7 p°.
FIG. II.--1 P. 5 lig.

[Illustration:]



PLANCHE II
(_P. 4, 5, t. VI de l'Edition royale._)


FIG. I. On retrouve encore dans ce bronze le style étrusque. Cette
dénomination de style étrusque ou toscan, peut, comme nous l'avons
observé ailleurs, se rapporter au style grec antérieur Phidias. Les
Etrusques n'ont fait que copier ce style primitif; de là on a donné à
ce style le nom de _tuscanicus_. A remarquer seulement la couronne
surmontée de petites pommes, et la corne d'abondance, on serait porté
à reconnaître ici une figure de Pomone; mais la réunion de tous les
attributs paraît peu lui convenir. Ce n'est pas non plus une Junon; les
rapports qu'on a essayé de trouver entre cette Déesse et la figure, ne
sont pas exacts. Une Déesse avec la corne d'abondance et avec la patère,
est constamment désignée sur les médailles par le nom de _Concordia_,
en grec _Homonoia_. La patère signifie les libations et les rites sacrés
qui avaient lieu dans les alliances; la corne d'abondance signifie les
biens qui sont l'effet de la concorde et de la paix. Les globules de la
couronne paraissent représenter des gemmes; l'un des bracelets en est
orné, l'autre est un _ophis_; les pendans d'oreilles sont d'une forme
particulière. L'habillement se termine vers le cou par une espèce de
collet, ornement qui en paraît détaché. Tous ces détails ramènent encore
l'idée des richesses produites par la concorde.

FIG. II. _Pallas_ tenant une patère, et dans l'attitude de s'appuyer sur
une lance qui manque. Ce bronze, d'un excellent travail, reçoit encore
un nouveau prix de l'argent, habilement employé former les écailles de
l'égide, les ornemens du cimier, les boutons de l'habit, l'anneau, les
yeux, et les ongles des pieds et des mains. Les draperies, dont les
plis sont de la plus grande élégance, se rapportent à la description que
Pausanias fait de la statue de Pallas à Athènes. Cette Déesse prenait
le nom de _Pallas_ de ce qu'elle était sortie toute armée du cerveau
de Jupiter: sous le nom de _Minerve_, c'était la fille de la Mémoire,
l'intelligence suprême ou la sagesse, cette force secrète avec laquelle
la nature agit d'elle-même et produit tout, suivant l'explication
d'Athénagore (_in Apolog. p. 209_); c'est ce que signifiait cette
inscription posée dans le temple de Saïs en Égypte, où elle était
adorée: «Je suis tout ce qui fut, ce qui est, ce qui sera, et nul mortel
n'a encore soulevé mon voile». (PLUT, _De Is. et Os._).

FIG. I.--Hauteur, 9 p°.
FIG. II.--Hauteur, 7 p°. 6 lig.

[Illustration]



PLANCHE III.
(_P. 6, t. VI de l'Edition royale._)


La finesse du travail, la grâce et la vérité de la pose, nous ont engagé
a présenter cette petite statue de _Pallas_ sous un double aspect.
La main gauche élevée devait tenir la pique. On avait cherché, dans
l'isolement de l'index, une intention, une expression religieuse qu'on a
remarquée, avec plus de justesse, dans quelques autres statues antiques.
Si ce mouvement était ici l'effet d'un geste déterminé, il ne serait pas
donné à la main gauche. La naissance de Minerve est le plus bel emblême
que la Mythologie nous offre de la sagesse ou de la Providence divine;
c'est par excellence «la seule fille d'un seul père». (_Arist. Hym. in
Min._). »L'auteur, le souverain de l'univers, n'avait point d'égale en
dignité avec qui il pût la créer; il se recueillit en lui-même et de
soi-même, l'engendra et l'enfanta». La Déesse porte sur une patère la
chouette, l'un de ses attributs distinctifs. La patère, dans la main
d'une Divinité, annonce qu'elle est favorable, et l'oiseau symbolique
semble désigner particulièrement que ses faveurs se répandent sur
son peuple d'Athènes. Phidias, pour flatter le peuple, n'avait point
dédaigné d'exposer la chouette à la vénération publique avec là statue
de Minerve.

Hauteur, 5 p°. 5 lig.

[Illustration]



PLANCHE IV.
(_P. 7, 8, t. VI de l'Edition royale._)


FIG. I. _Minerve_ tenant une chouette dans la main. C'est ainsi qu'on
représentait la Déesse sous le nom d'_Archegetis_ (conductrice ou plutôt
auteur de l'origine). La chouette, emblême de la vigilance et de la
prudence, d'attribut de la divinité protectrice d'Athènes, était devenue
en quelque sorte le symbole du peuple même. La figure de cet oiseau
était frappée sur les monnaies; elle servait de marque et de sceau
public, et, dans la main de Minerve, signifiait la ville protégée par
elle.

FIG. II. _Pallas_ tenant sa lance d'une manière offensive. On peut la
considérer ici comme vengeresse.

FIG. III. Autre _Pallas_ d'un très-bon travail. Il manque la main
droite, et probablement la lance.

FIG. IV. Autre _Minerve_, curieuse par le cimier aîlé qu'elle porte sur
la tête. On trouve sur quelques gemmes des figures de Minerve avec
des aîles au cimier, emblême de la vélocité et d'une irrésistible
impétuosité. L'égide de côté se rapporte au même sens; la Déesse la
porte toujours ainsi lorsqu'elle est aîlée. Le casque de Minerve est
aîlé sur presque toutes les médailles d'argent de la République Romaine.
Les Etrusques donnaient aussi des aîles leurs Minerves, quelques fois
sur le cimier, quelques fois aux épaules; ici le cimier a la forme du
bonnet phrygien. On le voit de même dans un vase étrusque publié par
Demster (_tome I, pl. 30 et 32_).

Hauteur de chaque Figure, 3 p°. 4 lig.

[Illustration]



PLANCHE V.
(_P. 9, 10, t. VI de l'Edition royale._)


FIG. I. On peut, avec beaucoup de vraisemblance, reconnaître un Neptune
dans cette petite statue d'un très-bon travail, et dont la base est
enrichie d'ornemens en argent. C'est dans cet aspect féroce, dans ces
cheveux hérissés, dans cette barbe touffue, dans cette large poitrine,
dans cette complexion ferme et robuste, qu'il faut chercher les traits
qui caractérisent le Dieu souverain des mers. Les poètes appelaient les
hommes farouches et cruels, les fils de Neptune, comme ils disaient fils
de Jupiter, les hommes magnanimes et généreux; la mer était l'image de
la violence et de la fureur. Neptune, au-lieu du trident, son attribut
distinctif, porte ici une longue lance pointue, dans laquelle on peut
reconnaître cet instrument nautique désigné sous le nom de _contus_, qui
servait à sonder les rivages et à dégager les vaisseaux. Pausanias (_VI,
25_) en parlant d'une statue de Neptune jeune, en Elide, dit que le
Dieu était appuyé de ses deux mains sur une lance; on voyait encore
à Athènes, au rapport du même auteur (_I, 2_) la statue de Neptune
combattant à cheval une lance à la main. On a déduit de ce témoignage
et de quelques passages pris dans les poètes, que l'antiquité honorait
_Neptune équestre_, en reconnaissance de l'art de dompter les chevaux,
art inventé par ce Dieu. Mais, sans avoir recours à des applications
forcées, il nous suffira de faire remarquer ici que la figure parle
d'elle-même, et que d'ailleurs on trouve dans le bronze l'indication
d'une pièce transversale qui formait probablement le trident endommagé
par le temps.

FIG. II. Victoire portant un trophée, monument étrusque, comme le
démontrent le style et les ornemens de la figure. Les Toscans décoraient
leur Victoire de colliers, différant en cela des Grecs et des Romains
qui leur donnaient la palme pour attribut. Les bracelets à gemmes,
les colliers et les couronnes radiées étaient la parure des divinités
étrusques; celle-ci porte en écharpe une tresse où paraissent des
feuilles et des croissans: nous avons déjà remarqué ces croissans comme
servant d'ornemens aux harnais des chevaux (_Peint, tom. II, pl. 44_).
La chaussure fermée est encore du costume. La Victoire est ici sans
aîles, comme on la représentait à Athènes et dans l'Élide.

FIG. I.--Hauteur, 8 p°.

FIG. II.--Hauteur, 7 p°. 9 lig.

[Illustration]



PLANCHE VI.
(_P. 11, 12, t. VI de l'Édition royale._)


Ce bronze d'une grande beauté, que nous donnons sous deux aspects
différens, représente une Diane chasseresse avec ses attributs les
plus distincts. Ses cheveux soigneusement relevés, sont retenus par de
longues tresses qui se terminent sur le sommet de la tête en forme de
croissant. Son vêtement est l'habit succinct; relevé dans la ceinture,
il la recouvre, et, retombant à double étage, il s'arrête au-dessus
du genou: on croit reconnaître, dans le bronze, ces rayures qui font
appeler par Callimaque la robe de Diane, _robe rayée_; la peau d'une
bête fauve lui ceint la taille et prête aussi un ornement à ses
brodequins; cette chaussure est étroitement lacée et garnie de boutons,
c'est l'_endromide_ des chasseurs. La Déesse est dans l'attitude de
décocher une flèche.

Cette figure de Diane est suivie, dans l'édition royale, de quatre
autres petites qui offrent peu d'intérêt, et que nous nous dispensons de
rapporter ici.

Hauteur, I P. 5 lig.

[Illustration 21]



PLANCHE VII.
(_P. 14, t. VI de l'Édition royale._)


On peut dire ce petit bronze d'un fini précieux et d'une délicatesse
exquise; il représente une Vénus appuyée du bras gauche sur un tronc
autour duquel s'enlace un Dauphin, tandis que de la main droite la
Déesse s'apprête à ôter ou à remettre sa sandale. Elle porte au bras
un large bracelet, et au bas des jambes l'ornement dit _periscélis_.
La grâce et la beauté de cette figure rappelle les plus beaux modèles;
l'action annonce Vénus au bain; c'est le motif que saisit Praxitèle pour
excuser l'innovation hardie de représenter sans voile la plus belle des
Divinités: un exemple si favorable pour faire briller les ressources de
l'art, fut suivi par tous les grands maîtres et par leurs imitateurs.
Le Dauphin placé près de Vénus rappelle le mythe de sa naissance. Cette
allégorie n'est nulle part mieux exprimée que dans la belle statue
dite la _Vénus de Médicis_, où l'on voit sur le Dauphin les deux Amours
présens sa naissance, Himeros et Eros. Le Dauphin désigne donc par-tout
Vénus _aphrodite_ ou marine. On peut encore étendre plus loin l'emblème
de ce poisson, de tous le plus sensible à la volupté; comme le ramier,
il connaît les douceurs de l'union conjugale (_Pline. IX_, 8.); il
quitte les grottes profondes pour venir à la surface des eaux entendre
une voix mélodieuse, et suivre les humains; c'est enfin dans l'empire de
Neptune, le messager des affaires amoureuses, et sa figure brille parmi
les constellations célestes, par la reconnaissance d'Amphitrite (_Igin.
Astr. poet. II._ 17.)

Hauteur, 5 p°.

[Illustration 24]



PLANCHE VIII.


FIG. I. VÉNUS, d'une exécution précieuse. Près d'elle est un vase
couvert d'une draperie qu'elle soulève. On voit souvent placés près de
Vénus, ces sortes de vases, assez grands, qu'on a mal-à-propos confondus
avec les albâtres servant à contenir des parfums. Il est peu d'amateurs
d'antiquités qui ne possèdent de ces petits flacons nommés albâtres,
de la matière dont ils étaient primitivement formés, faits ensuite de
toutes sortes de pierres précieuses, de terre cuite même, et d'or et
d'argent. On peut encore en prendre une idée par la comparaison que fait
Pline de ces flacons, à des perles taillées en forme de poire, et à des
boutons de rose. Les grands vases ne sont autre chose que des aiguières
(_hydriæ_); donnés comme attribut distinctif à Vénus, ils rappellent ces
soins délicats qui entretiennent l'éclat de la beauté, comme la rosée
nourrit la fraîcheur des filles du printemps.

FIG. II. Autre Vénus. Elle est occupée à arranger ses cheveux;
une draperie qui paraît avoir glissé par négligence, s'est arrêtée
au-dessous de la ceinture.

Nous omettons trois petites figures de la même Divinité, peu
intéressantes.

Hauteur de chaque Figure, 5 p°. 3 lig.

[Illustration 26]



PLANCHE IX.
(_P. 18, 23, t. VI de l'Édition royale._)


FIG. I. Un jeune homme nu, le casque en tête, sans aucun autre ornement
ni attribut. Les mains sont placées de sorte qu'elles paraissent avoir
tenu quelque objet, peut-être une lance; la poitrine large et relevée
est un signe de force. L'opinion la plus vraisemblable est que cette
figure représente le dieu Mars. Nous l'avons déjà vu nu et imberbe
dans une peinture (_tome III, pl. 15_). Nous avons aussi fait quelques
remarques sur un casque ras assez semblable à celui-ci (_Bronz. t. IV,
pl. 43_). Eschyle distingue Mars par ce seul nom, _la Divinité au
casque d'or_. Il faut considérer ici le casque, seul attribut donné à
ce bronze, comme celui du Dieu de la guerre. Parmi les différens surnoms
donnés cette Divinité, on remarque celui d'_Enyalius_; sous ce nom,
quelques Mythologues ont cru retrouver une autre Divinité; un fils du
dieu Mars, adoré ou confondu avec celui-ci.

FIG. II. Ce bronze également précieux par le travail et la rareté,
représente un Cabire, que l'on reconnaît au fer ou ciseau qu'il tient
à la main, et principalement au bonnet pointu qui lui est propre. Nous
avons eu occasion de parler de ces Divinités dans les peintures (_tome
III, pl. 23_). Quoique leur culte mystérieux ait été universellement
répandu, leurs images sont extrêmement rares. De toutes les recherches
qui ont été faites à leur sujet, on peut déduire qu'il s'était établi
sous le patronage des Cabires, une sorte de confrérie ou de société
philantropique, dont l'esprit dérivait du respect qu'inspiré l'utilité
des arts mécaniques. Les attributs des Cabires étaient le bonnet pointu
et le marteau de Vulcain. On retrouve l'esprit de cette société dans
tous les âges, il s'est du-moins perpétué chez les modernes dans
différentes institutions, et, en remontant à son origine, on le voit
sortir des montagnes de la Phrygie, dites Cabires, c'est-à-dire du sein
des peuples les plus anciens qui soient connus par l'histoire profane.
Les mystères cabiriques étaient proprement dits _samothraciens_ de l'île
de Samothrace, où régnait le culte des Cabires, et où se faisaient les
initiations.

FIG. I.--Hauteur, 9 p°. 6 lig.

FIG. II.--Hauteur, 8 p°. 6 lig.

[Illustration 29]



PLANCHE X.
(_P. 19, t. V de l'Édition royale._)


FIG. I. Pallas. Il lui manque la main droite, et la lance ou un autre
instrument qu'elle tenait de la gauche.

FIG. II. Apollon tenant son carquois fermé et son arc débandé, signe de
clémence et de faveur, comme nous avons déjà eu occasion de l'observer
ailleurs.

FIG. III. Hercule avec la peau du lion et la massue.

FIG. IV. Esculape avec une patère et le serpent entortillé à son bâton.

Ces quatre Divinités appartiennent à la médecine. On sait qu'Apollon en
fut l'inventeur, et qu'Esculape son fils en fit un art. Hercule était le
médecin des Messéniens dans toutes leurs maladies (_Arist. in Hert. p.
61._); il était surnommé _Alexicacus_ (qui repousse les maux). Dans une
inscription, il est appelé _Salutifer_ (_Muratori, LXII, 9.--LXV. 5._).

Minerve avait des temples dans la Grèce sous le nom d'_Ophthalmitis_
et d'_Hygea_, et à Rome sous le nom de _Medica_: on indique encore les
ruines de ce dernier temple.

Hauteur de chaque Figure, 3 p°. 10 lig.

[Illustration 31]



PLANCHE XI.
(_P. 20, t. VI de l'Édition royale._)


Cette figure d'Hercule joint le mérite de la conservation au mérite de
l'exécution. La peau du lion, la massue, servent moins encore à la faire
reconnaître, que le caractère imprimé à ce bronze. Nous avons déjà
fait remarquer combien les anciens observaient religieusement, dans
les images de leurs Dieux, la physionomie une fois reçue: «d'un aspect
terrible, d'une taille élevée, robuste, nerveux, les cheveux crépus,
le teint basané, le nez aquilin et des yeux d'azur lançant une flamme
foudroyante,» tel est le portrait d'Hercule, tracé par les écrivains;
ces mêmes traits se retrouvent facilement dans tous les monumens de la
peinture, de la sculpture et de la statuaire.

Ce bronze est actuellement dans le Cabinet de S.M. l'Impératrice et
Reine, à la Malmaison. Les proportions de cette statue sont un peu
lourdes.

Hauteur, 2 pieds 2 pouces.

[Illustration 33]



PLANCHE XII.
(_P. 24, t. VI de l'Édition royale._)


Ce bronze précieux par la beauté du travail et par sa rareté, représente
une jeune femme qui, de la pointe de ses pieds réunis, se tient debout
sur un globe. Cette seule indication toute particulière, semble suffire
pour faire reconnaître la Fortune. Souvent on voit cette inconstante
Déesse représentée avec une roue ou un globe auprès d'elle, et
quelques fois sous le nom de _Redux_, avec le globe à la main. Nous ne
connaissons point de monumens où elle soit posée sur le globe; mais cet
emblème se retrouve dans d'anciennes traditions et d'anciens écrits.
Dans le tableau de Cébès, la Fortune est ainsi décrite: «Quelle est
cette femme qui paraît être comme une aveugle et une furieuse, et qui
se tient debout sur une pierre ronde?--C'est la Fortune non-seulement
aveugle, mais encore folle et sourde, et cet attribut dévoile bien sa
nature.--Quel est-il cet attribut?--De rester debout sur une pierre
ronde.--Eh! qu'est-ce que cela signifie?--Qu'aucun de ses dons n'est
sincère ni stable, et que la chute sera profonde et cruelle à qui osera
se fier à elle». C'est cette _pierre ronde_ des anciens artistes que
leurs successeurs ont remplacé par une roue. L'antiquité du symbole
reproduit dans ce bronze, peut faire penser qu'il est d'ouvrage
étrusque. L'union des jambes si agréablement motivée, s'accorde avec
cette opinion, confirmée par le collier de gemmes et de rayons.
Cette figure pourrait être la déesse _Nortia_ des Toscans, reconnue
communément pour être la même que la Fortune. Ses cheveux sont
rassemblés sans recherche dans un nœud fixé derrière la tête; une
tunique courte sans manches, soutenue sur les épaules par deux agraffes;
une seconde tunique tombant sur les pieds, forment son vêtement
souple et léger; d'une main elle tient avec grâce l'un des bouts de la
première; de l'autre, elle soulève un pan de la seconde, et les plis
cèdent, sur tout son corps, l'aspérité des formes de la jeunesse. C'est
encore l'image de la Fortune Vierge, décrite par Varron, et revêtue de
deux robes ondoyantes.

Le globe sur lequel pose la figure, est orné d'un feston de feuilles de
laurier: cette particularité fait douter M. Viscontí de l'explication
donnée. Ce globe ne serait-il pas une cortine, un couvercle de trépied,
et la danseuse ne serait-elle pas la prêtresse de Delphes, saisie de
l'inspiration du Dieu?

Hauteur, 1 pied 1 pouce 6 lig.

[Illustration 36]



PLANCHE XIII.
(_P. 25, 26, t. VI de l'Édition royale._)


Cette Fortune, ouvrage d'un excellent artiste, se présente, avec ses
attributs les plus connus, le timon et la corne d'abondance. Elle porte
de plus, sur la tête, le groupe des symboles qui appartiennent à Isis,
la fleur du lotus (ciselée en argent), les plumes, le _modius_ ou
boisseau. Nous avons déjà fait remarquer (_Tome IV, pl. III_) que la
Fortune partageait avec la Divinité des Égyptiens, les emblêmes de
l'abondance; et en effet, Apulée (_Met. XI_) ne fait d'Isis et de
la Fortune qu'une même Divinité; mais c'est, pour emprunter ses
expressions, «cette Fortune clairvoyante qui, de l'éclat de sa lumière,
illumine tous les autres Dieux», Déesse opposée à la Déesse aveugle, la
divine Providence elle-même. On sait combien les opinions sur la Fortune
ont été variées; les uns lui ont donné l'empire de toutes les choses
accidentelles; les autres, des choses suivies, qui dépendent de l'ordre
de l'univers soumis à l'immuable destin. Elle était adorée comme versant
ses influences sur les sexes, les ordres de l'état, les villes, les
nations entières et les souverains qui les gouvernent: de-là les temples
élevés à la Fortune virile, à celle des femmes (_Muliebris_), à la
Fortune équestre, à la Fortune d'Antium, de Préneste, à la Fortune du
peuple Romain, à celle d'Auguste; on honorait jusqu'à la Fortune de
la journée. Nous croyons pouvoir nous dispenser de rapporter plusieurs
petites figures de la Fortune, qui suivent dans l'édition originale
celle que nous donnons ici en deux dessins. Ce beau bronze réunit tout
ce qui peut satisfaire la curiosité. Nous ferons encore remarquer
le bracelet en forme de serpent; il ne paraît pas ici un ornement
ordinaire. Symbole de la santé, symbole de la Divinité chez les
Égyptiens, on le voit encore attribué à d'autres images de la Fortune.
On admirera l'élégance et la belle distribution des plis de la draperie;
l'écharpe dentelée qui forme un nœud sur la poitrine, se rencontre
souvent dans les figures d'Isis. Enfin, cette belle figure peut être
considérée comme l'emblème le plus complet de la Divinité qui préside à
la félicité humaine.

Hauteur: 1 P. 2 p°.

[Illustration 39]



PLANCHE XIV.
(_P. 29, t. VI de l'Édition royale._)


Les connaisseurs ont regardé cette statue comme l'ouvrage en bronze
le plus précieux et le plus parfait qui reste de l'antiquité, digne
en quelque sorte d'entrer en comparaison avec les chefs-d'œuvre de la
sculpture en marbre. Pline, parmi les nombreuses statues en bronze les
plus estimées de son temps, cite les Mercures de Polyclète, de Naucydès,
de Cephissodore et de Pisicrate; c'est une chose vraîment remarquable
que, de tant de fameuses statues de bronze de Polyclète, de Silanion, de
Pythagoras, de Lysippe et d'autres excellens statuaires, aucune ne soit
parvenue jusqu'à nous. On doit, sans-doute, en attribuer la cause aux
incendies, aux saccages dont les cités, et Rome particulièrement, furent
si fréquemment la proie, et sur-tout à l'avidité des barbares qui ne
voyaient que du métal dans les œuvres du génie; le marbre, inutile pour
eux, fut plus respecté, et des merveilles de l'art qui ont survécu à
tant de nations, font encore aujourd'hui la gloire de celles qui les
possèdent. Ce Mercure, ainsi que d'autres monumens plus fragiles, que
nous avons déjà exposés, n'a dû sa conservation qu'à l'engloutissement
d'une cité toute entière, qui, après plusieurs siècles, rend toutes ses
richesses à la terre d'où elle avait été effacée. Oh! combien il est
consolant pour le génie qui tend à l'immortalité de voir par quels
miracles dans tout l'univers la gloire des arts échappe encore au temps
destructeur!

Trouvé à _Portici_, le 3 août 1758.

Hauteur, 4 Pieds.

[Illustration 42]



PLANCHE XV.
(_P. 31, t. VI de l'Édition royale._)


Voici la même statue de Mercure que nous offrons sur un autre point
de vue. Les aîles au talon, se trouvant le seul attribut de la
figure, auraient pu la faire prendre pour l'image de Persée, si de la
comparaison des monumens, il ne résultait une opinion bien établie en
faveur du messager des Dieux. On voit dans Béger (_Thes. Brand, t. III,
p. 236_) une figure semblable assise sur un rocher, n'ayant pour tout
attribut que les talonnières et une bourse à la main, qui ne peut
convenir à Persée. Notre Mercure tient dans la main droite un fragment
qui paraît appartenir au caducée ou à la verge avec laquelle le Dieu
conduisait les ames aux enfers. L'état de repos ne paraît pas convenir
à ce messager si bien employé; cependant ce choix d'attitude, quoique
rare, n'est pas sans exemple; Pausanias (_II, 3_) fait mention d'une
statue de bronze que possédaient les Corinthiens, représentant Mercure
assis, ayant à ses côtés un bélier. Béger donne encore une très
rare médaille de Tibère, où l'on voit au revers Mercure assis sur un
promontoire; l'antiquaire observe qu'en Afrique, sur le _promontoire
de Mercure_, était située la ville de _Clupea_, à laquelle appartient
peut-être cette médaille. On élevait des temples sur les promontoires,
et on y consacrait des statues de Mercure; on regardait, sans doute, ces
lieux comme un point de repos pour le divin messager. Ainsi Virgile le
peint se reposant sur le mont Atlas, et de-là se précipitant vers les
flots comme un oiseau (_Æn. IV, p. 252_). Le poète l'appelle _Cyllénius_
du mont Cyllène en Arcadie, où Mercure était né; ce lieu lui était cher,
et peut encore servir à motiver la pose où il est ici représenté. Nous
devons observer que le rocher est moderne; on n'a point trouvé la
pierre ou le bronze antique qui servait d'appui à la figure; mais la
restauration paraît suffisamment justifiée par toute l'attitude.

Hauteur, 4 Pieds.

[Illustration 45]



PLANCHE XVI.
(_P. 35, t. VI de l'Édition royale._)


On reste indécis, après avoir examiné ce bronze, s'il représente
Mercure ou Persée; les attributs du Dieu et du Héros peuvent aisément se
confondre. On voit le plus souvent Mercure coiffé du chapeau, ou Pétase
aîlé, rarement le fils de Danaé porte ce chapeau: cependant c'est
quelquefois son seul attribut, et quelquefois le fils de Maïa n'en a pas
d'autre que les talonnières. Béger a publié un Mercure avec le
diadème (_Th. Brand. t. III, p. 236_). Cet ornement qu'on remarque ici
paraîtrait devoir plutôt appartenir au roi d'Argos. La figure portait,
sans doute, quelque objet qui l'aurait fait reconnaître d'une manière
plus assurée: à considérer le mouvement de la main repliée, on pourrait
présumer que l'objet qu'elle renfermait était rond; si l'on suppose que
c'était une pomme, il faut se décider en faveur de Mercure apportant
au berger Pâris la pomme qu'il doit décerner, pour prix de la beauté, à
l'une des trois Déesses.

Ce superbe bronze se voit actuellement à la Malmaison, dans le Cabinet
de S.M. l'Impératrice et Reine.

Hauteur, 2 P. 8 p°.

[Illustration 47]



PLANCHE XVII.
(_P. 36, t. VI de l'Edition royale._)


La beauté, la délicatesse des formes, mieux encore que le thyrse,
font reconnaître dans cet excellent bronze, une figure de Bacchus. Ses
cheveux longs et relevés avec une sorte de négligence appartiennent
encore à ce même caractère de mollesse: «Toujours semblable à lui-même,
ses traits répondent à sa nature; parmi les garçons c'est une fille,
parmi les filles c'est un garçon; parmi les adultes il est imberbe; il
charme toujours (_Arist. H. in Bacc. p. 53_)». Sa main élevée avec grâce
paraît devoir tenir un vase. Ce Bacchus rappelle celui du tome II des
peintures, pl. 33.

Hauteur, 1 P. 4 p°.

[Illustration 49]



PLANCHE XVIII.
(_P. 38, t. VI de l'Edition royale._)

Nous avons déjà eu occasion de faire remarquer les traits
caractéristiques auxquels on peut distinguer entre eux les Faunes, les
Satyres et les Silènes, dont les attributs ont été souvent confondus.
(Voyez _Peint, tom. I, pl. 16._). Ce bronze représente un Faune, dont
l'action vive et pétulante fait le caractère; comme un air sauvage,
le front étroit, les oreilles longues et la queue au bas du dos, en
désignent l'espèce: la queue est sur-tout leur signe distinctif. On
rencontre souvent, dans les monumens bachiques, ces figures exprimant
la joie folle et emportée de l'ivresse. Les Faunes représentaient les
antiques et sauvages habitans des campagnes et des forets. Vêtus de la
dépouille des bêtes fauves, laissant à ces peaux les parties saillantes,
comme les oreilles, les pattes et la queue, l'imagination a pris plaisir
à confondre cet extérieur bizarre avec leurs personnes; c'est ainsi
qu'on se forma l'idée des Centaures, en voyant les premiers hommes à
cheval. Ces images enfantées par la peur ou par la superstition, furent
consacrées par le langage métaphorique des poètes, et ce qui demeura,
pour les sages de l'antiquité, un emblême ingénieux du dérèglement des
passions, fut, pour le vulgaire, l'objet d'un culte extravagant. Tous
les êtres monstrueux dont on forma la suite de Bacchus, se perpétuèrent
encore dans l'imagination par les représentations théâtrales; et les
poètes se servirent adroitement, et souvent avec trop de licence, de ces
personnages, pour répandre à pleines mains le sel de leurs sarcasmes.
C'est cet abus choquant dans un siècle plus poli, qu'Horace a combattu
en réglant le caractère convenable aux Faunes introduits sur la scène
(_Art. poét. 244._).

Hauteur, 8 p°.

[Illustration 52]



PLANCHE XIX.
(_P. 40, t. VI de l'Édition royale._)


Ce beau bronze représente encore un jeune Faune; assis sur un tas
de pierres, un bras replié sur la tête, l'autre pendant, il est dans
l'abandon du sommeil. Outre les cornes naissantes, il a sous le cou deux
excroissances de chair en forme de _figues_, semblables à celles qu'on
remarque quelquefois dans les chevreaux; ce signe est commun aux Faunes
et aux Satyres. Delà est venu, chez les Latins, le nom de _Ficarius
Faunus_ donné au dieu Faune.

Hauteur, 3 P. 6 p°.

[Illustration 54]



PLANCHE XX.
(_P. 41, t. VI de l'Édition royale._)


Ce bronze, d'un goût et d'un fini précieux, représente un Marsyas, ou,
pour s'exprimer plus généralement, un Silène; la couronne de lierre
(dont les feuilles sont en argent); les oreilles de chèvre, seul signe
qui s'écarte de la nature humaine, le front chauve, la barbe épaisse, et
la maturité de l'âge qui se fait sentir dans le visage et dans tout le
corps, tout concourt à le caractériser. La position des mains et des
doigts, la contraction de la bouche et les plis du front indiquent qu'il
jouait de la flûte, quoique l'instrument soit perdu. Le socque qu'il a
sous le pied droit paraît destiné marquer la mesure, et c'est peut-être
le _Crupèze_ décrit par Pollux (_VII, 87_) dont les Béotiens se
servaient habilement, et qui les faisait appeler _Crupezophores_.

Hauteur, 10 pouces.

[Illustration 56]



PLANCHE XXI.
(_P. 42, t. VI de l'Édition royale._)


Ce bronze est compté parmi les plus belles statues du Musée Royal; c'est
un Silène ou un Faune étendu sur une peau de bête fauve, et appuyé
sur une outre. L'abandon de l'ivresse ne peut être rendu avec plus de
vérité, et la nature de ce suivant de Bacchus a permis à l'artiste de
la montrer, pour ainsi-dire, dans toute sa nudité. Il est encore bien
caractérisé par le diadême et les corymbes, par les oreilles pointues et
les deux excroissances qui lui pendent sous le cou. Anacréon (_Od. 38_)
se compare à Silène, qui, quoique vieux, boit et danse à l'égal des
jeunes gens, et qui, pour sceptre, tient une outre au-lieu de la férule.
Si notre Silène ne s'est point fait un sceptre de son outre, il s'en
fait un coussin digne de son trône et de sa joyeuse indolence.

Hauteur, 4 P. 6 p°.

[Illustration 58]



PLANCHE XXII.
(_P. 43, t. VI de l'Edition royale._)


Nous donnons un second dessin du Silène ivre, qui fait le sujet de la
planche précédente. On saisira mieux, dans celui-ci, toute l'expression
et le geste remarquable que fait le personnage bachique avec les doigts
de la main droite. L'index déployé, il presse le doigt du milieu sur le
pouce pour produire ce claquement, signe de mépris et d'insouciance. Ce
jeu des doigts était une circonstance remarquable dans la célèbre statue
de Sardanapale, décrite par Aristobule, chez Athénée (_XII, 7_). La
statue en marbre de ce roi voluptueux était élevée sur son tombeau;
il faisait ce même geste; dans l'inscription on lisait: _Mange, bois,
divertis-toi_; et le geste semblait dire: Tout le reste ne vaut pas
cela.

Hauteur, 4 P. 6 p°.

[Illustration 60]



PLANCHE XXIII.
(_P. 44, t. VI de l'Edition royale._)


Cette figure curieuse servait à la décoration d'une fontaine, découverte
dans les fouilles de Portici au mois de décembre 1754; elle tenait le
milieu parmi dix autres plus petites, toutes servant au dégorgement des
eaux. Le vieux Faune ou Silène, comme on voudra l'appeler, couronné de
lierre, la barbe divisée en longues moustaches, est à cheval, d'un air
très-sérieux, sur une outre qu'il tient par les oreilles, et dont la
large bouche donnait passage à l'eau. Il se tient en bon écuyer, le
corps droit et les jambes pendantes, approchant du ventre de sa monture,
ses talons armés d'une chaussure grossière. Ces figures bachiques
étaient souvent employées à répandre les eaux des fontaines. Le caprice
de l'artiste en variait à son gré les intentions. Si l'on voulait
supposer ici quelque intention allégorique, on pourrait rappeler le
proverbe grec: «Le vin est un bon cheval pour qui a du chemin à faire»;
mais il faudrait penser aussi que le bon Silène croit tenir entre les
jambes une outre plus généreuse, et qui épanche autre chose que le
trésor des nymphes.


Hauteur, 1 P. 3 p°. 6 lig.
[Illustration 62]



PLANCHE XXIV.
(_P. 45, t. VI de l'Édition royale._)


Comme le précédent, ce Faune ou Silène faisait partie de la décoration
dont nous avons parlé; couronné de lierre, ayant des oreilles de chèvre,
la barbe longue et bouclée, sa corpulente virilité n'a rien de plus
gracieux. L'eau s'épanchait de l'outre sur laquelle il s'appuie. De
l'usage fréquent de ces figures était dérivé le nom de _Silanus_ (le
même que _Silenus_) pour exprimer le tuyau d'une fontaine.

Hauteur, 11 pouces 7 lignes.

[Illustration 64]



PLANCHE XXV.
(_P. 46, t. VI de l'Édition royale._)


Autre Faune de la même fontaine. On remarque en lui les mêmes attributs
bachiques, les mêmes signes de virilité, exprimés dans ses compagnons.
Cette poitrine large, hérissée de poils, ne désigne pas seulement une
nature robuste et sauvage, c'est aussi l'emblème des qualités généreuses
qui suivent une forte complexion, le courage, la prudence et la sagesse.
Homère et les anciens poètes se plaisent, dans leur langage mâle
et naïf, à peindre les grands cœurs sous cette rude enveloppe. Si
l'observation n'a point d'application pour ces figures muettes et
grotesques, on pourra cependant se souvenir que le masque de Silène en
est, pour ainsi-dire, le type, et que ce précepteur de Bacchus est l'un
des premiers sages de l'antiquité. Notre Faune caresse une panthère qui
vomissait de l'eau; un autre Faune semblable lui servait de pendant.

Hauteur, 1 pied 8 lignes.

[Illustration 66]



>PLANCHE XXVI.
(_P. 47 et suiv, t. VI de l'Édition royale._)


Les quatre enfans ou génies que nous rassemblons dans cette planche,
faisaient encore partie de la décoration de la fontaine; les instrumens
qu'ils portent servaient à en répandre les eaux.

Dans le premier, on reconnaît un petit Faune d'un aspect gracieux; les
cornes commencent naître sur son front; d'une main, il tient une corne,
vase à boire; de l'autre, un petit outre. On faisait des outres de
la peau de divers animaux, et de différentes dimensions; les plus
portatives se nommèrent d'abord chez les grecs _ascoi_, ensuite
_flascoi_, flacons. Parmi les vases antiques, dits improprement
étrusques, on en trouve beaucoup qui ont conservé la forme de ce vase
primitif qu'ils ont remplacé.

Les deux autres Génies s'appuient sur un masque supporté par une
petite colonne. L'arrangement des cheveux dans ces Génies, mérite
quelqu'attention: c'est une coiffure qui appartient l'enfance; elle se
nommait vulgairement _scorpion_, de la forme que prenait la touffe de
cheveux liés sur le sommet du front, lorsque les pointes se divisaient
en deux boucles: les Athéniens l'appelaient aussi _crobilos_, quand la
touffe n'offrait qu'une seule pointe conique, ressemblant à une pomme de
pin. On remarque cette même coiffure dans les images de la jeunesse, sur
les médailles. Nous pourrions considérer ces enfans comme des génies de
Fleuves. Les Fleuves n'étaient pas toujours représentés sous la figure
d'un vieillard barbu. Le fleuve Agrigente en Sicile, le fleuve Melès de
Smyrne, se montraient sous l'aspect d'un enfant riant et gracieux: les
médailles nous offrent souvent les Fleuves sous cette image agréable.
On sait encore que les jeunes garçons étaient chéris des nymphes;
elles enlevèrent Hylas; elles prirent soin de l'enfance de Jupiter, de
Bacchus, de Pan, d'Aristée, d'Énée, et de plusieurs autres. L'enfance
près des eaux est du-moins un emblême ingénieux de leur fécondité.

Des deux autres enfans, l'un tient un dauphin sous le bras, l'autre
porte sur l'épaule un vase, proprement dit _hydria_.

Hauteur, 1 P. 2 p°.

[Illustration 69]



PLANCHE XXVII.
(_P. 52, t. VI de l'Edition royale._)


FIG. I. On peut reconnaître un _Dieu Lare_ dans cette figure de style
étrusque. Les images certaines des Lares, qui présidaient aux quartiers
de Rome, et que plusieurs bas-reliefs, accompagnés d'inscriptions, nous
ont fait connaître, ne nous laissent aucun doute sur le véritable sujet
de ce bronze. Toutes les collections et les cabinets des curieux en
possèdent de semblables, mais ordinairement plus petites. La corne
d'abondance est le symbole de la bonté de ces divinités domestiques et
locales; la patère paraît demander des libations et recommander leur
culte; l'habit succinct les présente comme des ministres des grands
Dieux, employés sans cesse à parcourir la terre et à y répandre
leurs bienfaits. M. Visconti, dans ses savantes explications du musée
Pio-Clémentin (_t. IV, pl. dernière_) a fixé le caractère qu'offrent les
images des dieux Lares: nous aurons occasion d'en parler encore au
sujet de la planche suivante. La robe gonflée par le vent est une
particularité qui semble indiquer que la divinité protectrice est en
grand mouvement ou placée dans un vestibule: on remarque encore une
draperie qui lui pend sur l'épaule, et dont une partie lui sert de
ceinture; c'est une espèce de _palliolum_ ou petit manteau. La chaussure
est le socque proprement dit: c'est le soulier qui ne passait pas la
cheville du pied, et qui, étant en Italie la chaussure la plus commune,
est devenue l'emblème de la comédie; sur le soulier est une languette
destinée à recouvrir les attaches: c'est ce qui donne lieu à une
plaisanterie d'un poète comique, rapportée par Athénée, et qui, de nos
jours, ne paraîtra pas d'un bon sel, «que les femmes ont de la langue
jusque sur leurs souliers». (_Ath. XV, 6. p. 677_).


FIG. II. Ce bronze, d'un excellent travail, représente un Echanson,
proprement dit _Pocillateur_, tenant d'une main un _rhyton_, terminé en
forme d'animal, et de l'autre une coupe. L'habit succinct est relatif à
ses fonctions, et le reste de son ajustement rappelle ce que dit Pétrone
d'un bel enfant qui servait à table dans le festin de Trimalchion,
couvert des attributs de Bacchus; c'est précisément ce qu'on remarque
ici dans les brodequins passés sur les souliers, dans le diadème, dans
les feuilles et les corymbes de lierre, et sur-tout dans les cornes
postiches.

FIG. I.--Hauteur, 1 P. 11 p°.

FIG. II.--Hauteur, 1 P. 2 p°.

[Illustration 72]



PLANCHE XXVIII.
(_P. 54, 55, t. VI de l'Édition royale._)


La première de ces figures tenant un _rhyton_ et une patère, ayant une
couronne et l'habit succinct, est un dieu Lare; l'autre, plus richement
vêtue, la tête ceinte d'une bandelette dont les bouts retombent sur les
épaules, paraît être un _Camille_ ou ministre des sacrifices. Les images
des dieux Lares n'étaient pas seulement placées dans les carrefours,
dans les vestibules et les pièces intérieures des maisons, elles
servaient encore à décorer les buffets et les tables mêmes; quand elles
ont cette destination, on ne les voit guère sans quelqu'attribut de
Bacchus; et le plus commun, le plus caractéristique est précisément le
_rhyton_, ce vase primitif. L'usage suivi dans les festins servirait
encore appuyer cette opinion, si elle n'avait pour elle l'autorité de
plusieurs monumens connus. «Après le premier service, on enlevait les
tables, on jetait au feu tous les restes; un enfant appelait les Dieux
propices; on apportait de nouvelles tables couvertes de fruits et de
vases de vin; on posait les dieux Lares sur la table; quelquefois on les
promenait dans la salle en les donnant à baiser aux convives; ensuite
on portait les saluts au bon Génie ou Bacchus, aux autres Dieux, et aux
hommes qu'on voulait honorer» (_Serv. in Æn. liv. 730.--Petron. cap.
60_). Le respect qu'on portait à ces Dieux familiers, témoins de toutes
les actions privées et secrètes, était peut-être le sentiment religieux
le plus profond. On peut en voir une preuve dans le soin que fait
prendre Virgile au vieux Anchise, de sauver ses dieux Lares de sa ville
embrâsée, comme son plus cher trésor.

FIG. I.--Hauteur, 5 pouces 6 lignes.

FIG. II.--Hauteur, 5 pouces 10 lignes.

[Illustration 75]



PLANCHE XXIX.
(_P. 56, 57 t. VI de l'Édition royale._)


FIG. I. Ce bronze, d'un excellent travail, représente un beau
jeune homme qu'on reconnaîtra facilement encore pour un Camille ou
_Pocillateur_ sacré. Il porte un sceau (_situla_) et un éventail
formé de plumes, qui désignent ses fonctions; il a l'habit succinct à
demi-manches; ses cheveux arrangés avec soin, sont ornés d'une couronne
dont les bandelettes retombent sur les épaules. Sa figure est d'une
grande beauté, et donne penser que, suivant l'usage rapporté par
Athénée, il a été choisi dans la fleur de la jeunesse pour porter les
choses sacrées. Les prêtres et les ministres du culte devaient être
exempts de toute imperfection; ceux qui approchaient les Dieux devaient
leur plaire par un extérieur agréable: c'était un noble hommage qu'on
faisait à la Divinité de ses propres dons. «En effet, la beauté est le
plus riche de nos biens, le plus agréable aux Dieux et aux hommes; tous
les autres font naître l'envie et produisent des ennemis; la beauté se
concilie la bienveillance de tous (_Dion. Chris. Or. XXIX_), à moins
qu'il n'en soit quelquefois autrement parmi les femmes (_Luc. in
char._). Le beau n'est autre chose que ce qui plaît, et ce qui déplaît
n'est pas beau (_Xenoph. in conv._).» Cette passion du beau était, chez
les anciens, un sentiment religieux, et nous voyons, par leurs ouvrages,
combien ce sentiment a élevé et fécondé leur génie.

FIG. II. Ce bronze paraît être d'un bon style étrusque. C'est encore
un Camille ou un _Pocillateur_; son action seule peut déterminer son
caractère; les palmes tournées vers le ciel conviennent au moment de la
prière, il tourne sur la pointe des pieds, et on peut supposer que ce
personnage exécute une danse religieuse. Cette action pourrait aussi
convenir au danseur d'un banquet; les cheveux bouclés en longs anneaux
(_calamistrati_) appartiennent à un personnage de cette profession.

Il paraît que cette dernière figure avait une coupe ou une patère dans
la main gauche.

FIG. I.--Hauteur, 8 p°. 4 lig.

Fie. II.--Hauteur, 8 pouces.

[Illustration 78]



PLANCHE XXX.
(_P. 58, 59, t. VI de l'Édition royale._)


Nous réunissons, dans une seule planche, ces deux excellentes statues de
bronze, qui, opposées l'une à l'autre, forment une action parfaite. Ce
sont deux lutteurs en présence qui rassemblent leurs forces dans une
pose étudiée, tout prêts à s'attaquer. La description que fait
Héliodore (_X, p. 505_) de Théagène s'apprêtant à la lutte, s'adapte
merveilleusement au sujet. «Théagène, dit-il, prit de la poussière, s'en
frotta les bras et les épaules tout humides de sueur; ensuite, étendant
les deux bras en avant, affermi sur les pieds, les genoux un peu pliés,
courbant et voûtant le dos et les épaules, fléchissant le cou d'un côté;
enfin, renforçant et rassemblant toutes les parties de son corps,
il attendait avec impatience le moment de la lutte». En voyant nos
athlètes, on retrouve tous les traits de cette vive peinture. Leur
beauté répond à l'idée qu'on se forme, d'après les écrits des anciens,
des jeunes gens dont la force, la grâce et l'agilité s'étaient
développées dans les exercices de la gymnastique, et notamment de la
palestre, qui avait pour but de faire valoir tous les avantages du
corps. Aucune de leurs formes n'est altérée par l'effort de leur vigueur
concentrée, c'est en cela que réside la perfection de cet art: qu'on les
anime, la force ou l'adresse décidera de la victoire; mais le spectateur
est content, et l'esprit satisfait ne demande rien au-delà de ces belles
poses.

Ces deux figures, de grandeur naturelle, ont été trouvées ensemble
dans les fouilles de Portici, en 1754; et comme ces sortes de statues
servaient de décoration aux gymnases, on est porté à croire que
celles-ci ont décoré le gymnase d'Herculanum. Il n'y avait presque
point de ville grecque qui n'eût un gymnase. Celui de Naples était très
antique et très-célèbre, et une ville aussi florissante qu'Herculanum
n'a pas dû être privée d'un tel monument.

FIG. I.--Hauteur, 4 P. 7 p°.

FIG. II.--Hauteur, 3 P. 2 p°.

[Illustration 81]



PLANCHE XXXI.
(_P. 60, t. VI de l'Édition royale._)


Cette petite statue déjà précieuse par le travail, le deviendrait encore
davantage, si, parmi les héros auxquels conviennent ses attributs,
on pouvait déterminer celui qu'elle représente. Le pied posé sur une
pierre, le genou plié, le coude appuyé sur le genou, la tête levée et
le regard fixe, son attitude, expriment le repos et l'attention. Cette
attitude de choix se trouve répétée dans quelques monumens antiques.
Rien dans les formes n'appartient au beau idéal; c'est l'expression
naïve de la nature. Le diadême, les cornes de taureau qui paraissent sur
sa tête, la chlamide héroïque, semblent être une espèce d'apothéose en
faveur du personnage. Nous avons déjà eu occasion de faire remarquer que
les cornes de taureau étaient l'emblème de la force et de la puissance;
nous les avons vu faire partie d'une armure dans un trophée. Démétrius
Poliocerte est représenté dans quelques médailles avec des cornes de
taureau, soit par allusion à son habileté, comme inventeur de machines
guerrières, soit par imitation des attributs de Bacchus, dont il
affectait de suivre les traces. On voit aussi dans les médailles,
Alexandre avec des cornes de bélier, en mémoire de Jupiter Ammon, dont
il voulait passer pour fils, on voit Lysimaque et Magas paraître dans
leurs images avec le même signe. Dans un oracle antique rapporté par
Pausanias (_X, 15_), Attale, roi de Pergame, vainqueur des Gaulois, est
nommé _fils du taureau_. Séleucus Nicator (ou vainqueur) fondateur du
royaume et de la race des Séleucides, s'était rendu célèbre par un acte
de vigueur et de force digne des temps héroïques; seul il avait pris et
rapporté à l'autel un taureau sauvage qui s'était échappé d'un sacrifice
offert par Alexandre. Les Athéniens lui érigèrent, en mémoire de cette
prouesse, une statue de bronze avec des cornes de taureau (_Lib. in
Antioch. p. 351. Paus. I, 16._); et c'est ainsi que le représentent
ses médailles. On penche à voir ce prince dans notre bronze, et l'on
rapporte son attitude au moment où il prend les augures sur le mont
Casius pour la fondation de Séleucie, ou sur le mont Sylphius pour la
fondation d'Antioche. La trop grande jeunesse du héros représenté dans
ce bronze, est la circonstance seule, mais bien remarquable, qui paraît
s'opposer à cette dernière explication.

Hauteur, 1 pied.

[Illustration 84]

[Illustration 85]



PLANCHES XXXII et XXXIII.
(_P. 51, t. VI de l'Édition royale._)


On reconnaîtra facilement Alexandre-le-Grand dans cette statue équestre
de petite proportion, que nous donnons sous un double aspect. On a pour
comparaison la tête en marbre placée dans le musée Napoléon, et un assez
grand nombre de pierres gravées et de médailles, quoique ces derniers
monumens ne puissent pas être regardés comme contemporains de l'illustre
conquérant. L'empereur Caracalla, qui voulut se faire passer pour
un autre Alexandre, prit soin d'en renouveler la mémoire, en faisant
élever, dans tous les temples, des statues à double face, comme celles
de Janus, présentant sa tête d'un côté, et de l'autre celle du Héros. La
nôtre, aussi belle que rare, est l'ouvrage d'un excellent artiste, ou
du moins une copie faite avec la plus grande habileté sur un précieux
original. On sait qu'Alexandre, par une fierté digne de sa grandeur, ne
voulut point permettre de retracer son image à d'autres qu'à Apelles,
en peinture, à Pyrgotélès en pierres fines, et à Lysippe en bronze. Le
statuaire représenta son illustre modèle dans toutes ses actions, en
le prenant à l'enfance; «lui seul, dit Plutarque (_De fort. Alex.,
Or. II_), il sut exprimer dans le bronze le caractère d'Alexandre, sa
beauté, et en-même-temps son courage, tandis que les autres artistes,
ne voulant imiter l'inflexion de son cou, la vivacité et la placidité
de ses yeux, ne savaient point conserver cet aspect viril et d'un
lion». Voilà le trait principal qui distinguait Alexandre et le rendait
supérieur aux autres hommes, quoique d'une taille médiocre. Il avoit le
front élevé, les yeux bien fendus et brillans, le nez aquilin, les joues
gracieusement colorées, les cheveux blonds et bouclés; une sorte de
négligence n'ôtait rien en lui, à une certaine majesté qui résultait
d'une exacte proportion des parties du corps; il portait la tête penchée
sur l'épaule gauche, comme dans l'habitude de regarder le ciel; c'est
ce que Lysippe avait saisi avec tant d'habileté, et une épigramme de
l'Anthologie en conserve aussi la vive expression (_IV, 8, ép. 87_).
«Lysippe a rendu l'audace d'Alexandre et toute sa beauté. Quelle force
n'a pas ce bronze! les yeux tournés vers le ciel, il semble dire: la
terre est à moi; ô Jupiter! règne dans le ciel». Il serait hors de
propos de parler ici des faits glorieux qui ont signalé la carrière
de notre Héros; l'histoire en est assez connue: comme nos observations
doivent se borner aux monumens que nous expliquons, nous rappellerons
seulement les dates qui fixent une époque célèbre dans l'histoire des
arts. On place la naissance d'Alexandre l'an Ier de la 106e olympiade,
le 6 du mois _hécatombéon_, qui revient au 20 juillet de l'an 356 avant
J.-C., vers l'an 400 de la fondation de Rome, la nuit même que le temple
de Diane à Ephèse fut incendié. Les historiens sont moins d'accord sur
l'époque précise de sa mort; tous conviennent qu'il mourut peine âgé de
33 ans, vers l'an Ier de la 114e olympiade, qui revient à l'an 324 avant
J.-C. Cette courte vie parut remplie d'un tel bonheur qu'on s'en forma
une idée superstitieuse, d'après laquelle ceux qui portaient l'image
d'Alexandre, croyaient devoir réussir dans toutes leurs entreprises; on
sait qu'Auguste lui-même se servait de cette image pour cachet. Cette
opinion a contribué à en multiplier les copies.

Nous revenons à l'examen de notre beau bronze; l'artiste, en
représentant le Héros combattant à cheval, la tête nue, a, sans
doute, voulu conserver tous les traits et le caractère de la tête,
en-même-temps qu'il démontre l'intrépidité du guerrier. Il est armé
d'une épée, et cette épée rappelle le fer admirable par sa trempe et sa
légèreté, présent du Roi des Citiéens, et dont Plutarque le représente
armé la bataille d'_Arbelle_; cet auteur fait aussi mention d'un riche
ceinturon, ouvrage antique d'Hélicon, présent de la ville de Rhodes;
le Roi en porte un sur sa cuirasse. Sur son épaule est suspendue
la chlamide macédonienne, différente de l'ancien manteau des temps
héroïques, dit _Chlaina_, en ce qu'elle est plus large par le bas.
Pompée, qui trouva la chlamide d'Alexandre parmi les richesses de
Mithridate, en fit l'un des plus beaux ornemens de son triomphe. Cette
chlamide est encore célèbre, en ce que l'architecte Dinocrates en donna,
par adulation, la forme au plan d'Alexandrie. Le cheval, richement
harnaché, offre, dans sa tête animée, dans son large poitrail, l'idée du
fameux Bucéphale; il se trouve _rassemblé_ par l'arrêt que le héros
lui imprime, prêt à foudroyer un ennemi; l'attitude donnée au héros est
aussi hardie que savante.

Trouvé à _Portici_ en 1761.

FIG. I.--Hauteur, 1 P. 6 p°.

FIG. II.--Hauteur, _idem._

[Illustration 90]

[Illustration 91]



PLANCHES XXXIV et XXXV
(_P. 63, 64, t. VI de l'Édition royale._)


Une Amazone à cheval, prête à lancer un javelot, est le sujet de ce
bronze dont nous donnons un double dessin. Quelques auteurs ont regardé
l'histoire des Amazones comme fabuleuse: elle est liée à l'histoire des
temps héroïques; sous ce rapport, elle appartient aux arts; et, sans
entrer dans les discussions des critiques, nous devons la considérer
comme consacrée par les monumens. Cette nation de femmes guerrières
semble s'éteindre ou se perdre dans l'obscurité, après sa reine
Thalestris qui se présenta à Alexandre pour avoir une postérité d'une si
belle source: c'est, en effet, l'époque où les progrès des sciences et
des lumières mettent un terme aux belles fictions dont s'emparait le
génie de la poésie et des arts. _Marpésie_ est leur première reine
en Scythie; elle eut quatre filles célèbres, _Orithye_, _Antiope_,
_Melanippe_ et _Hippolyte_. Hercule pénétra dans leur pays en l'absence
d'Orithye; il désarma Melanippe, arracha à Antiope sa ceinture,
sauve-garde ou symbole de la virginité dont les Amazones étaient
extrêmement jalouses. Hippolyte fut prisonnière de Thésée qui l'épousa;
la vengeance arma ses compagnes; de-là cette célèbre guerre des Amazones
dans l'Attique, guerre qui devint l'objet des fameuses peintures du
Pécile à Athènes. Après Orithye régna Penthésilée, qui fut tuée par
Achille au siège de Troie: ce combat est représenté sur les pierres
gravées. L'un des plus beaux ouvrages de Phidias était son Amazone
appuyée sur une longue lance. Dans un vase grec admirable, du cabinet
de M. Durand, illustré par MM. Visconti et Millin, on voit Hippolyte
à cheval, armée de la lance, combattant contre Thésée. L'arme la plus
ordinaire des Amazones est la hache à deux tranchans; on les voit aussi
avec l'arc et le javelot comme dans notre bronze même. Presque tous les
Grecs s'accordent à dire que les Amazones se brûlaient la mamelle droite
pour être plus habiles à tirer de l'arc, et que leur nom dérivait de
cette mutilation. On voit, malgré cela, dans les monumens, les Amazones
avec la mamelle droite bien entière, mais découverte, comme on le
remarque ici. L'arme défensive de ces guerrières était le bouclier
échancré en forme de croissant (_pelta_). La nôtre porte un cothurne qui
ne revêt qu'une partie de la jambe, et qui laisse le pied à découvert.
Son vêtement est la robe courte avec la ceinture. Son attitude est
pleine d'aisance; elle manie son cheval avec dextérité, et le coursier
impétueux obéit bien à la main qui le guide. Le harnais est composé
d'une selle plate à laquelle tient le poitrail, d'une large sangle, et
d'une bride complète avec le mors. Ce grouppe est d'une belle exécution.

Trouvé dans les premières fouilles de Portici.

FIG. I.--Hauteur, 9 pouces. FIG. II.--Hauteur, _idem._

[Illustration 95]



PLANCHE XXXVI.
(_P. 66, t. VI de l'Édition royale._)


Ce beau cheval de bronze est le seul morceau entier et bien conservé,
d'un quadrige découvert en 1736 dans les fouilles de Résine, près le
théâtre. On sait que les quadriges se plaçaient en l'honneur des dieux,
ainsi que des généraux qui avaient bien mérité de la patrie, sur le
sommet des temples et des arcs-de-triomphe, dans le _forum_ et dans
les lieux les plus remarquables d'une cité: il est vraisemblable que
celui-ci décorait le portique du théâtre. La caisse du char était d'un
excellent travail: nous donnons dans la planche suivante trois figures
qui servaient d'ornement à cette caisse.

Ce cheval, dont la conservation a paru merveilleuse au milieu du
désastre qui a mis en pièces ses compagnons, a été placé au milieu de la
cour du Musée royal de Portici, avec cette inscription imitée de celle
qu'on lisait en Elide, au rapport de Pausanias, sur une colonne de
bois, seule échappée de l'incendie du palais d'Enomaiis, embrâsé par la
foudre:

    EX QVADRIGA ÆNEA
    SPLENDIDISSIMA
    CVM SVIS JVGALIBVS
    COMMINVTA AC DISSIPATA
    SVPERSTES ECCE EGO VNVS
    RESTO
    NONNISI REGIA CVRA
    REPOSITIS APTE SEXCENTIS
    IN QVÆ VESVVIVS ME
    ABSYRTI
    INSTAR DISCERPSERAT
    MEMBRIS.

Hauteur, 7 pieds.

[Illustration 98]



PLANCHE XXXVII.
(_P. 67, 68 et 69, t. VI de l'Édition royale._)


Les trois figures réunies dans cette planche sont de bas-relief, et
servaient d'ornement à la caisse du char dont nous avons fait mention
dans l'explication précédente.

FIG. I. _Junon Reine_, dont l'attribut distinctif est ici la couronne
radiée. L'expression sérieuse de la figure, l'austérité du costume,
conviennent encore au caractère de cette Déesse, mais sur-tout
l'agencement de cet ample manteau qui vient lui former un voile sur la
tête. On sait que cette coiffure était celle des matrones, et on la voit
très-souvent donnée, sur les médailles, aux images de Junon. Les manches
de la tunique sont fermées par un rang de fibules, ornement qui n'est
pas rare dans les monumens antiques.

FIG. II. _Jupiter imberbe_. Cette figure n'est pas celle d'Apollon,
comme les Académiciens d'Herculanum penchaient à le croire; elle n'en
a aucun des attributs; la forme de la chevelure et le jet du manteau
conviennent à Jupiter; la draperie d'Apollon, dans les figures
demi-nues, est une chlamyde. L'attitude est celle que nous présente un
grand nombre d'images de Jupiter; la foudre était dans la main droite,
la patère dans la gauche: on voit presque toujours Jupiter avec une
barbe majestueuse et touffue; mais on l'adorait aussi comme enfant,
adolescent et jeune homme: on le trouve imberbe dans quelques monumens
assez rares à-la-vérité. Cette privation de la barbe est surtout
reconnue par le nom d'_Axur_, sous lequel Jupiter était révéré chez les
Grecs et chez les Romains. Ici il se présente, selon l'opinion de M.
Visconti, une raison de plus pour représenter ce Dieu sans barbe; c'est
que l'intention de l'artiste peut avoir été d'offrir, sous l'emblême
de la Divinité, quelqu'empereur romain. Nous en verrons un exemple
authentique dans la _planche XLIII_ de ce volume. On pourrait,
peut-être, également retrouver une princesse romaine, dans la figure de
Junon.

FIG. III. La tête de ce _dieu Mars_ est évidemment un portrait romain,
et vient à l'appui de notre première conjecture. Les Romains n'ont que
rarement représenté ce Dieu à demi-nu, avec la chlamyde seule, la lance
à la main et le casque en tête: leurs médailles lui donnent la cuirasse,
et l'offrent tout armé, à-peu-près comme il est ici.

FIG. I.--Hauteur, 2 P. 1 p°.

FIG II. et III.--Hauteur, 2 P. 1 p°. 8 lig.

[Illustration 101]



PLANCHE XXXVIII.
(_P. 71, t. VI de l'Édition royale._)


Les Canephores dont nous avons déjà parlé dans le Ier volume de cet
ouvrage, étaient, à proprement parler, de jeunes Athéniennes qui, dans
les fêtes de Minerve, portaient dans des corbeilles des objets sacrés
et peu connus: on a donné ensuite ce nom à celles qui, dans les fêtes
de Bacchus et de Cérés, portaient aussi les cistes mystiques et les
corbeilles où étaient renfermées les offrandes et les choses destinées
aux sacrifices. Le développement que donnait aux grâces naturelles du
corps l'attitude et le mouvement de ces femmes religieuses, choisies
parmi les plus nobles et les plus belles d'une cité, offrait des modèles
aux artistes qui se plaisaient à les répéter. Les objets que doivent
porter ces figures manquent souvent dans les monumens, soit par les
ravages du temps, soit par une négligence des artistes. Le nom de
Canephores ou de Cistophores, porteuses de corbeilles ou de cistes
mystiques, semble être devenu un nom de convention, leurs fonctions
pouvant être de porter tout autre objet, comme un vase, une aiguière,
et leur dénomination variant alors chez les anciens Grecs, suivant les
attributs. Ainsi Pline a nommé _la Canephore_ une statue de Scopas; et
Cicéron décrit, sous le même nom, deux statues de bronze, ouvrage de
Polyclète, volées par Verrès. Celle que nous avons sous les yeux porte
les cheveux longs, arrangés avec soin, resserrés sur les épaules avec
un ruban, et frisés par le bout en longs anneaux; cette particularité
la distingue des ménades et des pleureuses dans les fêtes d'Adonis, qui
portaient leurs cheveux longs et épars, les unes en signe de fureur, les
autres en signe de deuil; son vêtement qui lui laisse les bras nus, est
composé d'une tunique longue et d'un _peplum_.

Trouvée, ainsi que les suivantes, dans les fouilles de Portici.

Hauteur, 5 P. 8 p°.

[Illustration 104]



PLANCHE XXXIX.
(_P. 70, t. VI de l'Édition royale._)


Les Canephores étaient assistées dans les processions par des
personnages d'un rang inférieur. Les étrangers qui formaient à Athènes
une classe à part, sous la dénomination d'_Epelydes_, n'étaient admis
aux sacrifices qu'en faveur de ce service; les hommes portaient des
vases, leurs femmes une _hydria_ ou aiguière, et leurs filles un
parasol, un siège pliant ou d'autres ustensiles. Ils payaient un
certain tribut pour ces privilèges, qui étaient plutôt une marque de
bienveillance que d'orgueil de la part des Athéniens. En rapportant cet
usage, qui pourrait expliquer quelque figure antique, nous n'en ferons
point d'application à ces deux figures; les ranger dans la classe des
Epelydes, ce serait donner une conjecture trop hasardée, et que ne peut
motiver suffisamment la situation de leurs mains. Il n'y a aucun motif
qui porte penser ici aux cérémonies des Panathénées, et nous nous
bornons à considérer ces figures comme de jeunes femmes employées à une
pompe ou cérémonie religieuse.

FIG. I.--Hauteur, 5 P.

FIG. II.--Hauteur, 4 P. 9 p°.

[Illustration 106]



PLANCHE XL.
(_P. 78, 74, t. VI de l'Édition royale._)


Nous donnons deux dessins de cette statue pour faire voir l'ajustement
du petit _peplum_, espèce de manteau particulièrement à l'usage des
femmes, qui descendait jusqu'à la ceinture, et s'attachait sur les
épaules avec des agraffes. Cet habillement laissait les bras découverts,
et quand la tunique était sans manches, comme dans ce bronze, on disait
de ce costume, _aller à la dorique_. Cet usage était celui des filles de
Sparte, qu'une humeur austère semblait plutôt défendre, que ne faisaient
les voiles de la pudeur. Un étranger s'écriait en voyant passer une
Spartiate: Ah! quel beau bras!--Mais il n'est pas public, répondit-elle.
Quand les tuniques avaient des manches, on appelait le vêtement à
l'ïonienne; c'était la mode suivie à Athènes. Ce bronze nous paraît
représenter une Canephore, ou une femme qui s'apprête pour une cérémonie
religieuse. Ses cheveux flottent en longs anneaux sur son cou, et sa
tête est ceinte d'un riche diadême.

Hauteur, 5 P. 5 p°.

[Illustration 108]



PLANCHE XLI.
(_P. 76, t. VI de l'Édition royale._)


Le costume de cette figure semble la ranger dans la même classe que
les précédentes; il est cependant plus riche. Le diadème qui ceint sa
chevelure ondoyante est parsemé de pierreries, représentées dans le
bronze par des ornemens relevés en argent; c'est la couronne que Virgile
donne aux princesses royales (_Æn. I, 659._) Les bouts du diadème sont
réunis et cachés par un nœud formé avec les cheveux; la tresse employée
à cet usage laisse à découvert le milieu du cou, sur lequel flotte avec
élégance le reste des cheveux divisés en boucles. La tunique longue
est ornée par le bas d'un bord couronné de rayons; les mêmes rayons se
trouvent répétés au bas du manteau, dessus et au revers. Cette femme,
qui est une prêtresse ou un personnage de grande distinction, paraît
occupée d'une cérémonie sacrée, à laquelle on doit attribuer la pose
remarquable dans laquelle elle étend les deux bouts de son manteau. Le
bout qui enveloppe la main gauche, dont on distingue les doigts, indique
que l'étoffe est transparente.

Hauteur, 5 P. 2 p°.

[Illustration 110]



PLANCHE XLII.
(_P. 76, t. VI de l'Édition royale._)


Le petit _peplum_ des femmes grecques n'était pas toujours succinct;
il avait quelquefois des aîles qui descendaient jusqu'aux talons. Dans
notre bronze, on voit le manteau court par devant, tomber par derrière
jusqu'à terre. C'est une prêtresse ou une femme représentée dans une
action religieuse. L'attitude des mains renversées et tournées vers le
ciel, pourrait se rapporter à la prière; mais elle n'est cependant pas
assez prononcée pour qu'on y reconnaisse absolument cet acte de piété.
La prière se trouve indiquée sans équivoque dans d'autres figures
de femmes, auxquelles Pline a donné le nom d'_adorantes_, et dont M.
Visconti a indiqué dans ses œuvres plusieurs copies antiques: un
objet que tiendrait la figure entre ses mains, comme une bandeau sacré
(_vitta_ ou _infula_) pourrait aussi expliquer son attitude. Les figures
précédentes sont pieds nus; celle-ci porte une espèce de sandales pour
chaussure.

Hauteur, 3 P. 10 p°.

[Illustration 112]



PLANCHE XLIII.
(_P. 77, t. VI de l'Édition royale._)


Le sceptre et la foudre caractérisent ce beau bronze de proportion
colossale, pour une statue de Jupiter, et c'est _Auguste_, le maître du
monde, dont les traits sont ici divinisés avec les attributs du maître
des Dieux. Tous les poètes contemporains ont appelé Auguste _dieu_ ou
_divin_. Il eut de son vivant même, dans les provinces de l'empire, des
temples et des prêtres comme une divinité. On doit être peu surpris de
le voir paraître ici avec les emblêmes de la puissance de Jupiter. Il
faut attribuer cette idée au respect qu'imprimait sa puissance,
qui parut surnaturelle à tout l'univers soumis. Dans les médailles
d'Auguste, les mêmes signes, une étoile et la couronne radiée sont les
marques de l'apothéose; dans ces médailles, quoique frappées après sa
mort, on le voit représenté avec les traits de la jeunesse, quand il est
surnommé _Divus_. Qu'il soit imberbe, lorsqu'il paraît sous la figure
de Jupiter, il n'y a rien de contraire aux traits caractéristiques de
la divinité, comme nous l'avons fait remarquer dans une explication
précédente, _pl. XXXVII_ de ce volume. Notre Auguste porte une bague au
doigt annulaire de la main gauche. On donnait l'anneau aux figures des
rois et des héros; nous l'avons vu au doigt de Thésée (_tome I, pl. V_);
il est plus rare de le trouver au doigt d'une divinité: l'anneau de
la statue porte pour signe la forme du _lituus_, ou bâton augural. Les
empereurs romains étaient revêtus de la dignité d'augures. Ce bronze
fut trouvé en 1741, dans les fouilles de Résine; il était placé dans un
temple ou plutôt dans un _forum_, qu'on peut supposer avoir été la cour
de la basilique augustale d'Herculanum (_curia basilicæ augustæ_): on
sait que Naples possédait un monument consacré sous ce titre. La statue
était placée au milieu de l'édifice; c'est ce qu'on appelait _templum
tenere_, expression qu'on retrouve dans Virgile à propos même d'Auguste
(_Georg. III, 16_). On doit encore attribuer à cette situation la
proportion colossale de la statue.

Hauteur, 9 Pieds.

[Illustration 115]



PLANCHE XLIV.
(_P. 78, t. VI de l'Édition royale_)


Cette autre statue colossale, érigée en l'honneur de l'empereur
_Claude_, est d'un excellent travail, et fut trouvée avec celle
d'Auguste dans le même lieu. Auguste est représenté comme une divinité,
et Claude comme un héros; c'est ce qui paraît par la nudité totale du
corps et le sceptre ou bâton de lance (_hasta pura_) sur laquelle il
s'appuie. Le bâton de lance était originairement un prix décerné à la
valeur par les généraux romains (_Polybe VI, 37_); il devint ensuite un
signe d'honneur: on remarque ce signe sur les médailles qu'Auguste fit
frapper en l'honneur de ses petits-fils, Lucius et Caïus Cæsar, princes
de la jeunesse. Le bâton de lance et la nudité distinguaient les statues
héroïques auxquelles les jeunes gens des gymnases servaient de modèles,
et qu'on nommait du nom d'Achille, achilleæ (_Plin. XXXIV, 5._)
L'empereur porte au doigt annulaire une bague avec le signe du _lituus_,
comme dans le premier bronze. L'inscription qu'on a trouvée sur une lame
de bronze qui revêtissait la base sur laquelle la statue était posée,
confirme les rapprochemens que l'on peut faire de la tête avec les
traits connus de Claude. Voici l'inscription telle qu'elle est figurée
sur la base, avec les lettres suppléées pour en donner le sens parfait:

TIberio. CLAVDIO. DRVSI. Filio. CAISARI. AVGVSTo.
GERMANICO. PONTIFici. MAXimo. TRibunitia. PotesTate.
VIII. ImPeratori XVI. COnsuli IIII. PatRi. PATRIæ. ceNSori.
EX TESTAMENTO.... mESSI. Lucii Filii Marci Nepotis
SENECÆ. MILITis. COHORtis. XIII. VRBANÆ ET
DEDICATioNI. EIVS. LEGAVIT MVNICIPIBus SINGVLIS.
HS. IIII. Nummos.

On voit par-là que ce bronze a été érigé en vertu du testament d'un
certain _Messius_, soldat de la treizième cohorte de la garde de Rome
(urbanæ), lequel avait légué pour la dédicace de la statue quatre
sesterces (environ 16 sous de notre monnaie) par tête de chacun de ses
concitoyens. Ce legs de quatre sesterces par tête était la libéralité
assez ordinairement en usage pour la dédicace des statues, comme
l'attestent plusieurs inscriptions; elle contribuait aux frais d'un
repas public, ou servait à des largesses qui en tenaient lieu sous
le nom de _sportulæ_: l'inscription, en énumérant les dignités de
l'empereur, détermine aussi l'époque du monument qu'on peut rapporter à
la 6e année de son règne, l'an 802 de Rome, et 49 de l'ère vulgaire.

Hauteur, 8 P. 6 p°.

[Illustration 118]



PLANCHE XLV.
(_P. 79, t. VI de l'Édition royale._)


En s'attachant à la ressemblance qu'offre la tête de cette belle statue
avec les images connues de _Néron-Claudius-Drusus_, on y reconnaîtra,
avec quelque certitude, cet illustre personnage représenté en habit de
sacrificateur. L'usage des Romains était de se couvrir la tête dans les
sacrifices, sans doute pour se recueillir en présence de la divinité,
et pour ne pas entendre des mots qui pouvaient être de mauvais augure,
_malè ominata verba_. Comme ils allaient tête nue quand ils étaient
vêtus de la toge, ils se servaient d'un pan même de la robe pour se
couvrir; cette remarque est confirmée par les médailles, et quelques
monumens: l'un des plus beaux que nous puissions citer, est la statue en
marbre du sacrificateur, au musée Napoléon, salle des Romains. L'anneau
que porte Drusus a pour signe le bâton augural (_lituus_) et confirme
le caractère sous lequel nous envisageons cette statue, et la dignité
d'augure dans la personne du prince. Aucun écrivain ne fait mention de
cette dignité, et nous n'en connaissons aucun monument. Drusus, fils de
Tibère-Claude-Néron et de Livie, était né trois mois après le mariage de
Livie avec Auguste, qui avait forcé son mari à la répudier. Auguste ne
se prévalut point du don que lui faisait la fortune, suivant le proverbe
qui se répandit à cette occasion: «Aux hommes heureux, il vient des fils
après trois mois». Le fils de Livie fut renvoyé à Néron. Drusus reçut
de ses victoires sur les Germains le nom de _Germanicus_, qui, par le
décret du sénat, devint le nom propre de son fils aîné; il couvrit de
gloire une courte vie. Sa beauté personnelle, l'aménité de ses mœurs,
lui gagnaient tous les cœurs. Juste envers lui-même et envers les
autres, il sut se faire et se conserver des amis (_Vell. Pater. II,
97_), et laissa une mémoire aussi recommandable par ses vertus privées,
que par ses vertus guerrières.

Les draperies sont traitées avec un art admirable. Trouvé dans les
fouilles de Résine, en 1741.

Hauteur, 8 P. 10 pouces.

[Illustration: 121]



PLANCHE XLVI.
(_P. 80, t. VI de l'Édition royale_).


Ce bronze offre quelque ressemblance avec les médailles d'_Antonia_,
fille de Marc-Antoine, nièce d'Auguste par sa sœur Octavie, et femme de
Néron-Drusus, princesse vertueuse et digne de son illustre époux; elle
fut mère de Germanicus, de l'empereur Claude et de Liville, femme du
second Drusus, qu'elle força à mourir de faim pour avoir empoisonné
son époux. Elle-même, dans sa vieillesse, fut forcée par son petit-fils
Caligula, à périr de ce genre de mort, suivant Dion, et par le poison,
suivant Suétone. Si les traits de ce bronze n'appartiennent pas à cette
princesse, il paraît du-moins par une inscription détachée, trouvée dans
les fouilles de Résine, qu'elle eut une statue à Herculanum. La coiffure
est celle que lui donnent les médailles. Une main étendue, l'autre à
demi-fermée, elle devait porter quelques attributs comme une divinité.
Nous avons vu que ces honneurs étaient souvent accordés aux empereurs,
aux impératrices et aux princes et princesses de leur sang. Sur quelques
médailles, on voit Antonia sous la figure de Cérès, couronnée d'épis;
sur d'autres, on voit Faustine tenant une pomme, avec la légende à
_Venus-Augusta_: c'est encore ainsi qu'on croit reconnaître Julie, fille
d'Auguste, dans la Cérès du musée Napoléon. L'anneau dont nous donnons
la figure à part, sur la même planche, porte un chaton où l'on remarque
un creux: cette gravure offre la figure d'un pavot; ce qui peut faire
conjecturer que les attributs de Cérès distinguaient cette statue
d'Antonia, à-moins que le creux n'indique la place d'une pierre
précieuse, incrustée jadis dans le chaton.

[Illustration: 124]



PLANCHE XLVII.
(_P. 81, t. VI de l'Édition royale_.)


On peut ranger cette statue, plus grande que nature, et d'un bon
travail, parmi les sujets inconnus. Elle fut découverte à Résine en
1741, près du lieu où était la statue de Vespasien, et on trouva dans
le voisinage, parmi un grand nombre de débris de statues de marbre et
de bronze, deux inscriptions, dont l'une portait: DOMITIÆ. CN.
F. DOMITIANI. CÆSARIS. D. D.; et l'autre, FLAVIÆ. DOMITILLÆ.....
VESPASIANI. CÆSAR. Mais ces inscriptions détachées ne peuvent servir
d'autorité pour reconnaître dans notre bronze quelque femme de la
famille de Vespasien, quand on ne trouve dans les monumens aucun
rapprochement à faire à l'appui de cette opinion. Cette figure voilée
avec une partie de son manteau ou _palla_, a, par le costume, quelque
rapport avec deux statues en marbre du musée Napoléon, salle des
Romains, connues sous la dénomination de vestales ou de matrones. La
nôtre porte un anneau ayant pour signe la forme du _lituus_. Cette
particularité remarquable nous montre que le sujet doit être une matrone
de la plus grande distinction, honorée du sacerdoce, et révérée comme
une flaminique, sorte de prêtresses qui se multipliaient à mesure que,
par l'apothéose des Césars, on peuplait le ciel de nouvelles divinités.

Hauteur, 6 P. 8 p°.

[Illustration 127]



PLANCHE XLVIII.
(_P. 82, t. VI de l'Édition royale._)


Il faut encore compter cette statue de bronze parmi les sujets inconnus;
elle est plus grande que nature et d'une belle exécution. La partie de
la draperie qui vient former un voile sur la tête, est une restauration
moderne. Découverte avec la précédente dans les fouilles de Résine, on
n'a pu lui rapporter avec succès une inscription trouvée quelque temps
auparavant dans le même lieu, et appartenant à un monument consacré
à Agrippine, fille de Germanicus, et mère de Néron: c'est
vraisemblablement une prêtresse ou une femme de distinction, représentée
par adulation sous un caractère sacré. L'anneau qu'on remarque à la
seconde phalange de l'index de la main droite, était d'un usage répandu,
et qui, selon Pline, s'étendait jusqu'aux simulacres des Dieux; il ne
donne aucun éclaircissement sur la figure. Cet usage paraît avoir
été particulièrement réservé aux femmes; les hommes, en le suivant,
s'exposaient au reproche de se montrer efféminés. L'anneau était souvent
le gage d'une promesse solennelle; entre deux amans, c'était celui de la
fidélité. Celle qui avait donné ou qui s'était laissé ravir son anneau,
se croyait religieusement engagée à de plus tendres faveurs; aussi les
jeunes gens cherchaient-ils souvent à surprendre ce gage fortuné. C'est
ainsi qu'Horace exhortait son jeune ami à faire ce larcin, dans les jeux
de la veillée, au doigt méchamment opiniâtre d'une jeune fille (_I.
Od. IX._) Celles qui voulaient se bien défendre portaient, sans doute,
l'anneau à la troisième phalange, et peut-être les plus indulgentes
auront-elles introduit l'usage de le porter à la seconde. Cet usage,
un peu libre dans le principe, ayant une fois passé en mode, a pu être
adopté comme une élégance par les femmes les plus sévères.

Hauteur, 5 P. 11 p°.

[Illustration 130]



PLANCHE XLIX.
(_P. 83, t. VI de l'Édition royale._)


Cette statue excède les proportions humaines; le sujet nous en est
inconnu, et nous nous bornerons à en considérer le mérite comme ouvrage
de l'art. La beauté du travail brille sur-tout dans l'agencement des
draperies; toute la figure respire un air de gravité qui semble convenir
à un personnage sacré; la situation des mains se rapporte à quelque
cérémonie, et semble ranger, selon l'opinion de M. Visconti, cette
statue parmi celles que Pline désigne sous le nom d'_Adorantes_, femmes
en prière. Nous avons déjà fait la même remarque à l'égard de la statue
expliquée _pl. XLII_ de ce volume. Nous ajouterons que l'on voit des
statues érigées aux épouses des Empereurs romains, dans cette même
attitude. Telle est la Livie du musée du Vatican, trouvée à Otricoli,
qui fait le pendant de la statue d'Auguste voilé, c'est-à-dire, en habit
de sacrificateur. Si la physionomie de la tête ne laisse pas reconnaître
ici une Impératrice, ce sera quelque femme de l'une des familles
les plus nobles et les plus puissantes de la Campanie, telles que la
_Calatoria, Mammia, Nonia, etc._

Cette figure porte, comme la précédente, un anneau à l'extrémité de
l'index de la main gauche.

Hauteur, 6 P. 2 pouces.

[Illustration 132]



PLANCHE L.
(_P. 84, t. VI de l'Édition royale._)


L'inscription gravée sur la base de cette belle statue, nous apprend
qu'elle a été érigée à _Marcus Calatorius, fils de Marcus Quartio, par
les citoyens et les habitans, à leurs frais_. Quand le public décernait
une statue, c'était lui qui en faisait les frais par une contribution
qui était ordinairement d'un as par tête. Souvent celui qui recevait
cet honneur faisait remise de la dépense; ce qui s'exprimait par
cette formule assez fréquente dans les inscriptions: _Honore contentus
impensam remisit._ Notre personnage a au-dessous de l'œil une verrue,
défaut qui, selon un passage d'Horace (_I. Sat. V, 60._) paraîtrait
avoir été commun dans la Campanie; il est revêtu de la toge et porte
un anneau avec le signe du _lituus_, qui se rapporte, ainsi que nous
l'avons dit, à quelque dignité sacerdotale. La main gauche est pliée
comme si elle tenait un volume, attribut qui désigne souvent un orateur,
un homme de lettres ou un magistrat. L'inscription ne fait mention
d'aucune dignité; et nous devons avertir que le bras, ayant été trouvé
séparément parmi plusieurs autres débris de statues, pourrait fort bien,
quoiqu'il s'adapte avec justesse à la proportion colossale du corps, ne
pas lui appartenir, et qu'on ne peut tirer aucune induction en faveur
de la figure, ni de l'anneau, ni du volume supposé: la tête même est
rapportée, elle était détachée; mais il n'y a point de doute qu'elle
n'appartienne au buste. La tête d'Auguste était de rapport comme
celle-ci, et, quoique adhérente à la statue, elle s'en détacha par la
dissolution de la soudure, lorsqu'elle eut été exposée au soleil. On
changeait souvent les têtes des statues. Nous en avons un exemple fameux
dans le colosse de Néron, auquel l'empereur Commode fit enlever la tête
pour y substituer la sienne. De-là vint, parmi les artistes, l'usage de
faire les statues de manière que l'on pût facilement enlever les têtes
et les remplacer par de nouvelles. La connaissance de ce fait doit
engager à apporter une grande attention dans l'examen des monumens
antiques, et peut servir à expliquer l'opposition ou le peu d'accord qui
se rencontre quelquefois entre les attributs et la figure.

Trouvée à Résine en 1743.

Hauteur, 6 P. 6 pouces.

[Illustration 135]



PLANCHE LI.
(_P. 85, t. VI de l'Édition royale._)


Le sujet de ce bronze, de même proportion que le précédent, auquel il
ne cède point en perfection, se fait également connaître par une
inscription: _A Lucius Mammius Maximus Augustal, les citoyens et
les habitons, à leurs frais._ La famille _Mammia_ paraît, par
les inscriptions recueillies Herculanum, avoir été l'une des plus
distinguées de la cité; elle était entrée par adoption dans la famille
_Annia_, très-considérée à Rome, à Naples, et dans toute la Campanie.
On apprend encore, par les mêmes autorités, que notre Lucius Mammius
Maximus vivait vers les dernières années de Claude, et qu'il devait être
riche, ayant élevé des statues à l'impératrice Livie, à Germanicus,
à Antonia, mère de Claude, et à Agrippine, épouse de cet empereur. La
dignité, exprimée par le titre d'_Augustal_, était un sacerdoce institué
par Tibère, en l'honneur d'Auguste (_Sodales Augustales_), conféré
par le sort à des personnes d'un rang distingué dans Rome. On en créa
ensuite dans toutes les villes de l'Italie et de l'empire, en l'honneur
de tous les Empereurs: c'était dans l'origine une charge, militaire
créée par Auguste lui-même, et sous ce rapport, les augustaux étaient
inférieurs aux décurions: sous le rapport religieux, ils formaient un
ordre distingué, exerçant une jurisdiction dans les choses sacrées, et
ayant une place assignée dans les spectacles publics: c'est ce qu'on
relève de diverses inscriptions publiées par Muratori (_MMXXV, 3,_ et
_CCCCLXXV, 3_); Gruter (_CCXV, 2_); Fabretti (_Insc. C. 3, n. 324, p.
170._) etc. Notre personnage porte un anneau dont la pierre est sans
incision. Cette statue, trouvée avec la précédente, dont elle forme le
pendant, était dans son intégrité, à l'exception de l'avant-bras droit
qui s'en trouvait détaché, mais qui lui appartient.

Hauteur, 6 P. 6 pouces.

[Illustration 138]



PLANCHE LII.
(_P. 90, t. VI de l'Édition royale._)


À ses grosses lèvres et à son nez écrasé, on reconnaît, dans cette
petite figure, un Éthiopien, ou du-moins un homme de quelqu'une de
ces nations africaines, que les anciens confondaient, à raison de leur
ressemblance entr'elles, et de leur voisinage. Ces nations fournissaient
le monde de saltimbanques, qui faisaient métier de leur souplesse et
de leur adresse. On les appelait dans les festins pour servir de
divertissement. Lucien peint ainsi un petit homme difforme, dansant,
faisant mille contorsions, récitant des vers avec des gestes ridicules,
et affectant la prononciation égyptienne. Celui-ci représente la même
action; il a pour vêtement une espèce de chemise sans manches, qu'Arrien
donne pour vêtement aux Indiens (_Hist. Ind. 16, p. 380._)

Hauteur, 6 pieds.

[Illustration 140]



PLANCHE LIII.
(_Vignettes p. 9, 11 et 3, 413, 414 de l'Édit. royale._)


Les trois petites statues équestres réunies dans cette planche, sont
de bas-relief. Trouvées avec les débris du char dont nous avons
fait mention pl. 36 de ce volume, il est vraisemblable qu'elles lui
appartenaient comme ornement. L'une représente un vieillard qu'on
reconnaît pour un Belge ou pour un ancien Gaulois; un barbare, suivant
l'expression romaine. Son costume est bien celui que décrit Strabon
(_VI, p. 196:_) «Les cheveux longs; au lieu de la tunique, un habit
court à manches, descendant jusqu'aux reins; les culottes ou pantalons
(_braccæ_)»; d'où vint à la Gaule le nom particulier de _braccata_. Le
cheval qu'il monte n'a, comme celui du premier cavalier, aucune espèce
de harnais. Son maître le gouverne de la voix, ou par la pression des
genoux; quelques peuples se servaient, à cet effet, d'une baguette:
c'était l'usage des Numides, des Gètes, et en général des Indiens.--La
troisième figure se rapporte parfaitement à ce que dit Agathias,
historien grec (_liv. III_), du costume des Francs: «La poitrine et les
épaules nues, ayant des pantalons qui remontent jusqu'aux hanches,
et leur couvrent les jambes».--Le second cavalier est un guerrier
en costume grec ou romain; son casque est orné d'un panache ou autre
ornement écarté en forme de fleur: il est revêtu d'une cuirasse et d'une
saie à trois rangs; ses jambes sont couvertes de brodequins; sa chlamyde
volante annonce la rapidité de la course; sa main élevée est supposée
tenir une lance ou une autre arme; son cheval a sur le dos un double
tapis.--Le cheval isolé a un harnais qui fait en-même-temps sangle et
poitrail; ce harnais qu'on remarque sur beaucoup de chevaux antiques,
semble avoir précédé l'invention de la bride, et avoir servi de moyen
pour retenir ou attacher le cheval. On trouve, dans des figures de la
colonne Trajane, quelques rapports sensibles avec celles que nous venons
de décrire.

FIG. I.--Hauteur, 4 pouces.

FIG. II.--Hauteur, 4 pouces 6 lig.

FIG. III.--Hauteur, 5 pouces.

FIG. IV.--Hauteur, 5 pouces.

[Illustration 143]



PLANCHE LIV.
(_Préface de l'Édition royale, page 9._)


Ce bronze curieux n'est point un produit des fouilles d'Herculanum ni
des environs; mais il a mérité une place parmi les monumens les plus
précieux rassemblés au musée de Portici. Il fut trouvé, en 1764, dans
l'île d'_Elbe_, sur les confins du territoire de Rio, entre Longone et
Porto-Ferrajo, dans l'ancien port, célèbre sous le nom d'_Argo_,
qu'on croit avoir été ainsi appelé du vaisseau des Argonautes qui y
relâchèrent dans leur voyage. On reconnaît, dans ce bronze, le style
étrusque pris l'époque la plus reculée, se rapprochant, dans sa
simplicité et dans sa timidité, du style égyptien, dont le caractère
principal est d'accoler au corps les bras et les jambes, et d'unir les
doigts des pieds et des mains, souvent d'une longueur démesurée. Ce
rapport qu'offre le goût dans les arts apportés en Italie par les
Colonies grecques, avec le goût des Égyptiens, est le monument le plus
irrécusable qui décèle la source des premières inventions, quoique la
Grèce, ingénieuse et jalouse, en ait fait disparaître la trace par la
perfection qui, d'un art humain, a fait un art presque divin. La toge
qui sert d'habit à la figure, était propre aux Toscans auxquels les
Romains l'ont depuis empruntée. Elle était, dans l'origine, étroite
et ouverte; elle enveloppait le corps, et, laissant libres le bras
et l'épaule droite, elle revenait sur l'épaule gauche. _Toga picta_
exprimait l'ornement en broderie, qu'on appelait _peint_ à cause de
sa perfection; cet ornement est tracé avec soin sur notre bronze. Les
sandales sont aussi une chaussure tout-à-fait étrusque. Le sujet de ce
bronze, peu facile à déterminer, est vraisemblablement une idole qui
correspond au lieu où elle a été trouvée. On croit que l'île d'Elbe,
nommée _Ilva_ par les Latins, _Æthalia_ par les Grecs, a été habitée
par une Colonie de la ville de _Populonia_, sur la côte opposée de
l'Étrurie. Si la Colonie apporta le culte de ses dieux, dont les
principaux paraissent avoir été Minerve, Mercure et Vulcain, ce dernier
fut probablement le plus honoré dans l'île d'Elbe, dont la richesse est
toute entière dans ses mines: il serait donc possible que cette figure
fût celle de Vulcain ou d'un Cabire.

Hauteur, 10 p°. 7 lignes.


Fin du cinquième Volume et des Bronzes.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Antiquités d'Herculanum, Tome V., (Vol. 5 of 6)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home