Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La cathédrale de Strasbourg pendant la Révolution. (1789-1802)
Author: Reuss, Rodolphe, 1841-1924
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La cathédrale de Strasbourg pendant la Révolution. (1789-1802)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                                  LA
                       CATHÉDRALE DE STRASBOURG
                         PENDANT LA RÉVOLUTION



           Études sur l'histoire politique et religieuse
                              de l'Alsace

                              (1789-1802)



                                  PAR

                             RODOLPHE REUSS

                                  1888



                                 PRÉFACE.


La plupart de nos lecteurs connaissent, au moins dans ses traits
généraux, l'histoire des édifices religieux de Strasbourg pendant la
crise révolutionnaire. Changés en magasins de fourrages, en ateliers
militaires, voire même en étables, après la suppression du culte, ils
furent tous plus ou moins maltraités par l'administration terroriste et
ses adhérents, de 1793 à 1794. Ornements extérieurs, vitraux, pierres
tombales, inscriptions funéraires, mobilier d'église, furent enlevés
ou détruits, là où ne se trouva point quelque citoyen habile et
courageux, pour empêcher, du moins partiellement, ces actes de violence
et de profanation. La cathédrale devait être tout naturellement
exposée, plus que toute autre église, à des attentats de ce genre.
Le sort de cet édifice pendant la durée de la Révolution n'est pas
inconnu, sans doute, le récit des scènes tour-à-tour émouvantes
et tumultueuses, dont il fut alors le théâtre, a été sommairement
retracé dans la plupart des descriptions archéologiques consacrées
à ce monument de l'art, depuis un demi-siècle et plus. Mais notre
cathédrale est si chère à tout enfant de Strasbourg, quelles que
soient du reste ses opinions politiques et religieuses, elle tient
une si grande place dans ses impressions artistiques et ses souvenirs
d'enfance, qu'on ne verra pas sans quelque intérêt, je l'espère, un
tableau plus étendu des événements qui se rapportent, de près ou de
loin, à son histoire d'alors.

Ce sera retracer d'ailleurs en même temps quelques-unes des pages les
plus instructives et les plus curieuses de l'histoire générale de
Strasbourg, pendant cette période si troublée de son existence. On
connaît la lutte acharnée qui suivit partout la promulgation de la
malencontreuse Constitution civile du clergé. En Alsace, comme dans
les autres provinces du royaume, l'antagonisme entre les prêtres
réfractaires et les prêtres assermentés vint compliquer la situation
politique, déjà si tendue, et contribua, plus que tout le reste, à
faire dévier la Révolution. Cette lutte, encore aujourd'hui peu connue
dans ses détails, se rattache d'une façon trop intime à l'histoire
matérielle et morale de la cathédrale, pour que nous puissions nous
dispenser de la raconter ici. Elle forme le prologue douloureux du
drame terroriste de 1793, et nous arriverons par elle aux saturnales
qui suivirent l'écrasement et la disparition, au moins momentanée,
des deux partis prétendant également représenter l'Eglise catholique.
Quand une fois le préposé constitutionnel du diocèse du Bas-Rhin eut
dû suivre dans la retraite le fastueux prince-évêque mis au ban de
la Nation, la cathédrale s'appela bientôt le Temple de la Raison, sans
que, pour cela, l'auguste déesse y vint élire domicile. Quelques jours
avant la chute de Robespierre, un nouveau baptême en fit le sanctuaire
de l'Etre Suprême et ce n'est que six ans plus tard, dans la dernière
année du XVIIIe siècle, que la basilique du moyen âge redevint une
église chrétienne.

Les deux dates de 1789 à 1802 nous fourniront donc les limites
extrêmes du cadre de ces nouvelles causeries strasbourgeoises, pour
lesquelles j'ose réclamer un peu de la bienveillance que le public
a bien voulu montrer à ses devancières. Fidèle au système suivi
jusqu'ici, nous nous efforcerons, cette fois encore, de ne pas charger
ces pages d'une érudition fatigante, sans nous écarter en rien de la
plus scrupuleuse exactitude dans les détails de notre récit. Il sera
basé tout entier sur les sources authentiques qui existent en si
grand nombre pour l'histoire de cette époque. Nous avons utilisé
les procès-verbaux manuscrits des Conseils de la Commune, ceux de la
_Société des Amis de la Révolution_, que la Bibliothèque municipale
possède en partie, les milliers de brochures et de feuilles volantes,
qui inondèrent notre ville de 1789 à 1795, et parlèrent à notre
population, si paisible en général, le langage de toutes les passions,
au nom de tous les partis. Nous tenons à signaler en particulier les
renseignements puisés dans les papiers de feu M. Louis Schnéegans,
le savant conservateur des archives municipales, mort il y a bientôt
trente ans. M. L. Schnéegans avait voué un vrai culte à notre
cathédrale, et son ambition suprême était de lui consacrer une œuvre
définitive, basée sur tous les documents originaux encore accessibles
et qui nous aurait fait assister au développement graduel de cette
création magistrale à travers les âges. Pendant vingt ans il fouilla
sans relâche les dépôts publics et les collections particulières,
entassant avec une activité fièvreuse des matériaux toujours plus
nombreux. Puis la mort vint et l'enleva avant même qu'il eût pu
commencer l'ouvrage qui lui tenait à cœur. Ses papiers, légués à la
Bibliothèque de la Ville par sa veuve, témoignent seuls aujourd'hui de
ce long et fatigant labeur. C'est en les mettant en ordre naguère, en
y retrouvant les extraits des pièces officielles de l'époque de la
Terreur, que l'idée nous est venue de traiter cette matière tout en
élargissant notre cadre, et c'est un devoir pour nous de payer ici
notre tribut de reconnaissance à la mémoire du défunt.

Un mot encore, avant de terminer cette courte préface. Nous ne saurions
nous flatter de contenter tout le monde, en entrant dans le vif de
notre sujet et en traitant avec certains détails des questions aussi
délicates que celles que nous rencontrerons sur notre chemin. La
Révolution est trop près de nous, ou plutôt, tous, tant que nous
sommes, que nous le voulions ou non, nous sommes encore trop plongés
dans le grand courant historique, né de 1789, pour que les idées
et les impressions si contradictoires d'alors ne soient pas toujours
vivantes parmi nous. Toutes les émotions, douces ou violentes,
par lesquelles ont passé nos grands-pères, tous les sentiments
d'enthousiasme, de haine ou d'effroi qu'ils ont ressentis au spectacle
des scènes que nous allons voir ensemble, vibrent encore dans nos
âmes, et les malheurs communs eux-mêmes n'ont pu faire disparaître
encore chez tous cet antagonisme bientôt séculaire. Je dois donc
forcément me résigner à choquer une partie de mes lecteurs, soit
en jugeant autrement certains hommes et leurs actions, soit en
n'appréciant pas comme eux certains événements historiques.
Peut-être même aurai-je le malheur de mécontenter à la fois
les partisans de l'ancien régime et ceux des idées nouvelles, les
adhérents de l'unité catholique et ceux de la libre pensée, en
m'efforçant de rester équitable pour les uns et pour les autres. Je
tâcherai du moins de ne froisser, de parti pris, aucune conviction
sincère, et de ne jamais oublier qu'il y a sans doute parmi mes
lecteurs plus d'un descendant des personnages qui figureront dans mon
récit. Mais je revendique en même temps pour moi le droit le plus
évident de l'historien, celui de signaler avec franchise les erreurs
et les fautes du passé, d'autant que c'est le seul moyen parfois d'en
empêcher le retour. On voudra donc bien m'accorder à l'occasion
le bénéfice de cette parole bien connue d'un orateur célèbre:
„L'histoire doit des égards aux vivants; elle ne doit aux morts que
la vérité!”



                                 NOTES
                       POUR SERVIR A L'HISTOIRE
                                 DE LA
                       Cathédrale de Strasbourg
                        pendant la Révolution.



                                   I.


Au moment où s'ouvrait l'année 1789, la Cathédrale de Strasbourg,
autour de laquelle allaient s'engager tant de compétitions, puis des
luttes si violentes, semblait devoir jouir en toute tranquillité des
hommages que les touristes de l'Europe entière venaient payer à ses
splendeurs. Jamais ses visiteurs n'avaient été plus nombreux, ainsi
que l'attestent encore tant de noms, obscurs ou connus, gravés avec
plus ou moins d'art sur les pierres mêmes du vieil édifice. Il avait
été débarrassé depuis peu des misérables échoppes et boutiques,
groupées autour de sa base et que nous représentent les gravures du
dix-huitième siècle. L'architecte de la Cathédrale, Jean-Georges
Gœtz, les avait remplacées par ces arcades néo-gothiques, d'un goût
remarquablement pur pour l'époque, qui lui forment encore aujourd'hui
comme une ceinture. On l'avait enlaidie, par contre, il faut bien
l'avouer, en dressant sur la plate-forme cette lourde et massive demeure
des gardiens, que cent ans d'existence n'ont pas rendue plus attrayante
à nos yeux. Fière de ses richesses artistiques, elle l'était
plus encore de ses richesses matérielles et du nombreux et brillant
état-major ecclésiastique groupé dans son chœur et tout autour de
ses autels.

Dans cette France de l'ancien régime, où foisonnaient les grands noms
nobiliaires, il n'y avait point de chapitre qui pût rivaliser, même de
loin, avec celui de l'Eglise Cathédrale de Strasbourg. Son chef
était à la fois prince de la très sainte Eglise romaine et prince
du Saint-Empire romain-germanique. Il avait été grand-aumônier de
France, ambassadeur à Vienne, et, malgré les révélations fâcheuses
du procès du Collier, le dernier des Rohan qui ait porté la mître
strasbourgeoise, continuait à tenir le premier rang dans la province.
Autour de lui venaient se ranger vingt-quatre prélats, chanoines
capitulaires ou domiciliaires, presque tous princes, soit en France,
soit en Allemagne, ou du moins comtes du Saint-Empire. Trois Rohan,
quatre Hohenlohe, un Croy, un La Trémoille s'y rencontraient avec
deux Truchsess, six Kœnigsegg et quatre princes ou comtes de Salm. Les
autres stalles capitulaires étaient vacantes en 1789 et ne devaient
plus être occupées.

Au-dessous de ces grands seigneurs, richement dotés et splendidement
logés pour la plupart, se trouvaient les vingt prébendiers
bénéficiaires du Grand-Chœur, le personnel de la maîtrise, le
clergé séculier, attaché à la paroisse de Saint-Laurent et toute une
série de fonctionnaires ecclésiastiques accessoires. Privilégiés
de l'ordre des choses existant, ils devaient perdre forcément à tout
changement politique ou social. Aussi ne pouvaient-ils être qu'hostiles
aux idées nouvelles qui allaient enfin bouleverser l'Etat, après
avoir, depuis longtemps déjà, travaillé les esprits. Dès l'aurore
de la Révolution, c'est à l'ombre de la Cathédrale que viennent
se grouper les éléments de résistance et ce que nous appellerions
aujourd'hui le parti réactionnaire.

Une ordonnance royale avait convoqué, le 7 février 1789, les
différents ordres en Alsace afin de nommer leurs députés respectifs
aux Etats-Généraux de Versailles. Le 10 mars suivant, le Magistrat de
Strasbourg prenait un arrêté qui fixait la nomination des électeurs
primaires de la ville au 18 de ce mois et prescrivait en même temps de
donner lecture de ce long document au prône du dimanche, 15 mars, afin
que nul des citoyens ou habitants de la cité ne pût en ignorer.
C'est donc à cette date du 15 mars 1789 que commence, à vrai dire,
l'histoire de la Cathédrale pendant la période révolutionnaire,
et que sous ses voûtes retentirent pour la première fois des
déclarations d'ordre politique, bien différentes de celles qui
venaient les frapper d'ordinaire. Le 18 mars suivant, les vieilles
cloches, qui jadis appelaient, au début de chaque année, la
bourgeoisie de la petite République au _Schwœrtag_ traditionnel,
convoquèrent pour la première fois les citoyens au scrutin général
de la nation française.

Avant même que les _représentants_ de la bourgeoisie de Strasbourg,
élus en ce jour, eussent nommé, dans un second scrutin, les deux
députés de la ville, à la date du 8 avril, le prince-évêque avait
vu sortir, lui aussi, son nom de l'urne électorale. Dans l'assemblée
du clergé des districts réunis de Wissembourg et de Haguenau, le
cardinal de Rohan avait été choisi comme l'un des députés de cet
ordre. Sans doute il ne se souciait point alors de reparaître à la
cour, ou plutôt il craignait que Louis XVI ne voulût point reprendre
l'ordre d'exil qu'il lui avait intimé quelques années auparavant.
Il refusa donc de quitter son fastueux palais de Saverne, et c'est son
grand-vicaire, l'abbé d'Eymar, qui fut nommé à sa place et joua plus
tard, comme nous le verrons, un rôle assez actif parmi les _droitiers_
de la Constituante.

Nous n'avons rien trouvé dans nos sources qui nous permette de
rattacher, de près ou de loin, l'histoire spéciale de la Cathédrale
à celle des événements qui se déroulèrent d'une façon si
vertigineuse, dans les mois qui suivirent, sous les yeux de l'Europe
étonnée, soit à Paris, soit à Versailles, et dont le contre-coup
se fit rapidement sentir à Strasbourg. L'illumination spontanée d'une
partie de la ville, dans la soirée du 18 juillet, quand arriva la
nouvelle de la prise de la Bastille, ne s'étendit pas, naturellement,
aux édifices publics, et bien qu'elle „dût être générale ès
jours suivants”, comme le dit Rochambeau dans ses Mémoires, rien ne
prouve qu'on ait trouvé le temps de garnir la tour de ses lumignons
traditionnels avant le soulèvement de la populace et le sac de
l'Hôtel-de-Ville (19-21 juillet 1789), qui portèrent un instant le
désordre des esprits à leur comble. L'émeute militaire de la garnison
de Strasbourg, qui vint se greffer d'une manière inattendue sur ces
premiers troubles, dès le début du mois suivant, la nouvelle des
décisions de l'Assemblée Nationale prises dans la nuit fameuse du 4
août, poussèrent, on le sait, l'ancien Magistrat à se démettre de
ses fonctions et à remettre le pouvoir aux _représentants_ élus de la
bourgeoisie. Ceux-ci, désireux de réformes, mais voulant ménager les
transitions, formèrent un Magistrat intérimaire, composé de citoyens
ayant la confiance générale, et qui devait rester en fonctions
jusqu'au règlement définitif de la constitution municipale.

Jusqu'à ce moment la concorde avait été à peu près générale dans
les rangs de la population strasbourgeoise. Si la misère trop réelle
des classes pauvres; si les excitations de certains agents secrets,
encore mal connus aujourd'hui, avaient amené des désordres
regrettables, la grande masse de la bourgeoisie urbaine, ralliée
autour de ses représentants librement choisis au mois de mars, s'était
prononcée, d'une part, pour l'abolition du gouvernement de l'oligarchie
patricienne, mais n'entendait pas renoncer non plus à certains de
ses privilèges, à une situation particulière au sein de la nation
française. Par suite de l'abolition de tous les droits féodaux, cette
situation devait forcément se modifier. L'extension de plus en plus
grande donnée par la majorité de l'Assemblée Nationale aux décrets
du 4 août tendait à priver la ville de Strasbourg de tous les droits
et revenus régaliens de son petit territoire et à bouleverser de fond
en comble non seulement l'administration de nos finances, mais encore
son organisation judiciaire, ecclésiastique et politique tout entière.
Il ne pouvait convenir aux chefs nouveaux de la cité, désignés par
la confiance publique, de délaisser, sans effort pour le sauver,
le dépôt des franchises séculaires héritées de leurs pères. La
correspondance du Magistrat avec MM. Schwendt et de Türckheim, nos
députés à Versailles, nous montre en effet qu'ils ne faillirent
point à cette tâche. Le 1er octobre 1789 ils votèrent même une
_Déclaration de la ville de Strasbourg_ à la Constituante, qu'on peut
regarder comme les dernières paroles de la „ci-devant République
souveraine”. Le Magistrat y déclarait „renoncer avec empressement
à tous ceux de ses droits dont il croit le sacrifice utile à
l'Etat”, mais faire ses réserves les plus claires et les plus
précises au sujet des autres, et il demandait en concluant que la
„prospérité d'une des parties du territoire national ne fût
pas sacrifiée à l'apparence d'une amélioration et à un système
d'uniformité”.

Ces doléances, qui donnèrent lieu, selon Schwendt, à „un peu de
murmure” quand on les résuma, selon l'usage parlementaire d'alors,
devant la Constituante, étaient assurément, à ce moment précis de
notre histoire locale, l'expression sincère de l'opinion professée
par l'immense majorité des _bourgeois_ de la ville. Mais elles ne
répondaient nullement, par contre, aux sentiments du grand nombre des
_habitants_ non admis au droit de bourgeoisie, qui formaient alors une
partie notable de la société strasbourgeoise. Cet élément, plus
spécialement français de la population, composé de fonctionnaires
royaux, d'officiers, de professeurs, d'artistes, de commerçants,
n'avait rien à perdre et tout à gagner à la chute définitive de
l'ancien régime local. Ce n'était donc pas une réforme, mais une
révolution complète qu'il appelait de ses vœux. Comme ce groupe
comptait bon nombre d'esprits distingués, des parleurs diserts, des
hommes actifs et remuants, comme il répondait d'ailleurs aux tendances
du jour, il sut s'emparer peu à peu d'une partie de l'opinion
publique, grâce à la presse, grâce à la _Société des Amis de
la Révolution_, qu'il fonda d'abord à lui seul. Puis, gagnant des
adhérents chaque jour plus nombreux dans les couches populaires de
langue allemande, également tenues à l'écart et sans influence, il
forma comme une _gauche_ militante à côté, puis en face de la
masse plus calme de la haute et moyenne bourgeoisie, libérale et
conservatrice à la fois.

Presque au même moment s'opérait une scission analogue eu sens
opposé. Parmi les grands propriétaires terriens, les princes
étrangers possessionnés en Alsace, qui venaient protester l'un après
l'autre contre une interprétation trop large des décrets du 4 août,
il y avait un groupe tout particulièrement menacé, le clergé, dont
les biens avaient en Alsace une étendue si considérable. Pour les
seigneurs ecclésiastiques la négation de leurs droits seigneuriaux
n'était pas seulement une perte grave, mais la ruine à peu près
complète. Quand on regarde sur une carte d'Alsace de ce temps
l'étendue des territoires du prince-évêque de Strasbourg et du
prince-évêque de Spire, du Grand-Chapitre, des abbayes de Marmoutier
et de Neubourg, des chapitres de Murbach et de Neuwiller, sans compter
des seigneuries de moindre importance; on comprend l'anxiété profonde
qui travaillait le haut clergé de la province. Il était évident,
alors déjà, que la Constituante finirait par prendre une décision
radicale pour parer à la banqueroute, et que les biens du clergé
seraient employés à combler le gouffre béant, sauf à dédommager, le
plus modestement possible, les usufruitiers de ces immenses richesses.
Cette perspective, si tourmentante pour tout le clergé français,
devait particulièrement émouvoir le monde ecclésiastique d'Alsace.

A Strasbourg, où la présence d'une nombreuse population protestante
avait tenu de tout temps en éveil le sentiment catholique, où
d'incessantes immigrations, habilement favorisées, et des conversions
nombreuses avaient réussi à faire prédominer le culte romain, banni
jusqu'en 1681, sur l'ancienne bourgeoisie luthérienne, ces sentiments
de crainte et de mécontentement, faciles à comprendre, étaient
partagés par un grand nombre d'habitants. On n'a qu'à parcourir l'un
des petits _Almanachs d'Alsace_ d'avant 1789, pour se rendre compte
du grand nombre de fonctionnaires judiciaires, financiers et
ecclésiastiques, attachés et vivant du clergé, qui se trouvaient
alors à Strasbourg. Ils avaient jusqu'ici laissé passer sans
se révolter le mouvement politique qui entraînait les esprits;
quelques-uns même s'y étaient associés avec un enthousiasme un peu
naïf, mais assurément sincère. Mais quand ils virent se dessiner
à l'horizon ce qu'ils regardaient comme une spoliation de l'Eglise,
l'indifférence des uns, la sympathie des autres s'évanouirent. Des
sentiments hostiles commencèrent à se glisser dans les cœurs et à
y faire lever les premiers germes d'une dissidence que nous verrons
s'affirmer plus tard. Et c'est ainsi que, dès la fin de 1789, nous
voyons se dessiner, vaguement encore, mais déjà perceptibles pour
l'observateur attentif, trois groupes distincts dans la population de
Strasbourg. Jouant pour le moment le rôle le plus en évidence, nous
trouvons d'abord le gros de la bourgeoisie protestante et catholique,
sincèrement libérale, aux aspirations humanitaires et réformatrices,
mais non encore entièrement décidée à s'absorber entièrement, à
se perdre joyeusement dans l'unité constitutionnelle de la France
de demain. A côté de lui, plus à gauche, le groupe de plus en
plus nombreux des Français de l'intérieur, des enthousiastes, des
impatients, des politiques ambitieux au flair subtil, attirant à
lui les couches populaires, comprimées jusqu'ici par le régime
oligarchique, et visant avant tout à ce but désiré. Vers la droite
enfin, un troisième groupe, presque exclusivement catholique, se
méfiant dès lors de toute proposition novatrice et chez lequel les
atteintes portées à la propriété ecclésiastique allumaient déjà
bien des colères, que les questions religieuses proprement dites
allaient singulièrement aviver l'année suivante.



                                  II.


Il a pu sembler à quelques-uns de nos lecteurs que cet exposé
général de la situation des esprits à Strasbourg, nous entraînait
bien loin de la Cathédrale et de notre sujet plus restreint. Mais ils
comprendront bientôt, j'espère, que cet aperçu, résumé dans les
limites du possible, était nécessaire pour les orienter sur ce qui
va suivre. Si l'on ne parvenait à se rendre nettement compte des
dispositions morales de la population strasbourgeoise, dès le début
de la crise, tout le cours subséquent de la Révolution dans nos
murs risquerait fort de rester une énigme ou de donner naissance à
d'étranges malentendus.

Le prince Louis de Rohan, l'un des plus menacés, il est vrai, puisqu'il
avait sept cent mille livres de rente à perdre, fut aussi l'un des
premiers à se rendre compte de la gravité du danger. On se rappelle
qu'il avait refusé d'abord de siéger à la Constituante. Quand il vit
que l'Assemblée Nationale entamait sérieusement la discussion sur les
moyens de combler le déficit, il profita de la mort de l'abbé Louis,
l'un des députés du clergé alsacien, pour se faire envoyer à
sa place à Versailles. Il y parut dans la séance du 12 septembre,
s'excusant sur sa mauvaise santé d'avoir tant tardé à paraître
à son poste et faisant l'éloge du patriotisme de ses collègues; il
prêta même avec une bonne grâce parfaite le serment civique, exigé
des députés. Mais il ne lui servit à rien d'avoir „énoncé son
hommage et son respect”, comme Schwendt l'écrivait le lendemain au
Magistrat de Strasbourg, et ce n'est pas de pareilles démonstrations
qui pouvaient détourner la majorité de l'Assemblée du vote final du
2 novembre, qui mettait les biens du clergé à la disposition de la
Nation. A partir de ce moment le cardinal se retourne franchement vers
la droite et devient bientôt l'un des plus fougueux, comme l'un
des plus directement intéressés parmi les protestataires, qui font
entendre à Versailles leurs doléances contre cette mesure radicale.
Pour un temps les récriminations bruyantes du prince-évêque s'y
mêlèrent aux plaintes plus discrètes de la ville de Strasbourg. Car,
en novembre encore, nous voyons M. Schwendt, l'un de nos députés, se
débattre contre les décisions du Comité féodal de l'Assemblée et
tâcher de persuader à ses collègues qu'il fallait laisser au
moins certains de leurs droits exceptionnels à ses commettants. Il
s'appuyait, nous dit-il, dans cette discussion, bientôt oiseuse, „sur
les motifs énoncés également par M. le cardinal de Rohan, fortifiés
encore par notre capitulation particulière.”

Mais il était trop tard pour qu'on pût s'arrêter à des
considérations de ce genre. Surtout après les tristes journées du 5
et 6 octobre, après la translation forcée de la famille royale dans la
capitale, où les députés de la nation s'installèrent à sa suite,
il n'y avait rien à espérer désormais pour le maintien des droits
historiques qui choquaient l'esprit géométrique de la Constituante.
On y était résolu à „ne pas se relâcher sur la rigueur des
principes”, comme l'écrivait M. Schwendt, et son collègue, M. de
Türckheim, l'avait si bien compris, qu'il donna sa démission, sous
prétexte de maladie, mais en réalité pour ne pas assister, le cœur
brisé, à la chute définitive du vieux régime strasbourgeois qui
l'avait vu naître et dont il fut l'un des derniers et plus honorables
représentants. Il avait raison; au point où en était la Révolution
française, c'était une illusion de croire que quelques articles du
traité de Munster ou de la capitulation de 1681 empêcheraient les
conséquences logiques des postulats de la raison pure, auxquels
l'Assemblée constituante dut ses plus beaux élans civiques, mais aussi
ses fautes politiques les plus déplorables.

Bientôt cependant la différence d'attitude s'accentua; les autorités
municipales, contenues, dirigées, calmées par l'habile commissaire du
roi, Frédéric de Dietrich, que ses goûts, son ambition légitime, ses
talents naturels poussaient du côté des novateurs, se résignèrent
peu à peu au cataclysme inévitable. Le clergé, au contraire, auquel
manquait une influence modératrice pareille, éleva de plus en plus la
voix, ce qui n'était pas le moyen de se faire écouter de bonne grâce.
Qu'on lise plutôt ce que disait le Grand-Chapitre de la Cathédrale
dans un mémoire, imprimé chez Levrault, avant la translation même
de la Constituante à Paris. Après avoir rappelé aux législateurs de
Versailles que „le respect des propriétés était une des premières
lois que l'auguste assemblée a prononcé”, et que „privé de
ses dîmes, de ses droits seigneuriaux, le Grand-Chapitre serait
anéanti”, le document déclarait que cette ruine „se ferait
amèrement sentir au grand nombre de familles qui doivent leur existence
ou leur bien-être à la magnificence des seigneurs qui le composent.”
Il ajoutait encore qu'il „serait impossible que le culte divin se
fît dorénavant avec la magnificence imposante que les étrangers ont
toujours admirée.” Si de pareils arguments n'étaient pas de nature
à faire grande impression sur les jansénistes et les voltairiens de la
majorité de l'Assemblée nationale, elle devait ressentir d'autant plus
vivement la menace qui se cachait sous les formes polies du mémoire.
„Le Prince-Evêque, y lisait-on, et le Grand-Chapitre de la ville de
Strasbourg se sont soumis volontairement au roi; ils l'ont reconnu
pour souverain seigneur et protecteur, _à condition que la France les
maintiendra dans leurs droits, leurs privilèges, leurs propriétés._
Sa Majesté le leur a promis. _Les puissances étrangères ont garanti
l'inviolabilité de ce pacte_...” Ce n'était qu'une figure de
rhétorique sans conséquence, que l'affirmation dans une phrase
finale, de la confiance du Grand-Chapitre en la „sagesse et la sainte
équité” de l'Assemblée, qu'elle se hâterait de prouver par ses
actes „_aux puissances garantes_” et à la France elle-même”[1].

[Note 1: _Pour le Grand-Chapitre de la Cathédrale de Strasbourg_.
Strasb., Levrault, 1789, 4 pages in-4°.]

Plus tard, alors qu'on eut quelque peu perdu l'espoir d'intimider
l'Assemblée Nationale, on essaya de la gagner. Le 30 novembre, un
grand nombre de dignitaires du clergé diocésain se réunissaient à
Strasbourg pour signer, d'accord avec son chef, une déclaration portant
abandon au trésor royal de la moitié des revenus d'une année
entière au nom de l'Eglise d'Alsace, à condition que la Constituante
confirmerait ses droits et privilèges. Cette démarche, appuyée par
des centaines de signatures, eut naturellement aussi peu de succès que
la première [2].

[Note 2: Réclamations et protestations du Clergé du diocèse de
Strasbourg et de celui de toute la Basse-Alsace. S. 1. 1790, in-18.]

On pense bien que des délibérations de ce genre et des documents
pareils provoquaient une émotion passablement vive dans la population
strasbourgeoise. Si c'était là le langage des pièces officielles, sur
quel ton ne devait-on pas parler dans les _poêles_ des tribus, dans les
cafés et les tavernes? A coup sûr, l'attitude du clergé, comme celle
plus calme du Magistrat, y suscitaient des attaques fort vives et des
applaudissements non moins énergiques. La liberté de presse, quoique
existant de fait, était alors encore une conquête trop récente pour
que nous puissions suivre, à ce moment déjà, par les journaux locaux
et les feuilles volantes, les fluctuations de l'opinion publique. Ce
n'est que quelques mois plus tard que commence la véritable bataille
et l'éclosion de ces innombrables pièces de tout genre qui font le
bonheur et plus souvent encore le désespoir du collectionneur et
de l'historien. Nous pouvons deviner cependant que le clergé
strasbourgeois ne négligea rien pour se concilier l'opinion publique.
C'est ainsi qu'au moment où s'accentuait le débat sur les biens
ecclésiastiques, nous voyons paraître dans les journaux un _Avis aux
pères de famille,_ émanant de la maîtrise des enfants de chœur de
la Cathédrale. Il annonçait l'ouverture prochaine, rue Brûlée, d'une
„Académie en faveur des enfants de la ville, où l'on enseignera les
langues allemande, française et latine, la géographie, l'histoire,
la musique, le dessin et la danse”, et où l'on „attachera tout
particulièrement à la formation du caractère, des mœurs et de la
religion des enfants”[3]. L'ouverture d'un établissement de ce
genre, à cet instant précis, ne devait-elle pas réfuter l'accusation
courante que les richesses de la Cathédrale ne concouraient à aucune
œuvre méritoire, et bien constater devant tous „le désir de se
rendre utile aux citoyens de Strasbourg”?

[Note 3: Affiches de Strasbourg, 5 septembre 1789.]

De pareilles démarches ne pouvaient manquer d'atteindre, au moins
partiellement, le but proposé, c'est-à-dire de provoquer un courant
sympathique aux intérêts de l'Eglise dans la population de la ville.
Ce qui devait également faciliter la tâche des chefs du parti,
c'était le mécontentement, fort explicable, de la population
catholique, en présence des décrets, annoncés déjà, de l'Assemblée
Nationale (et qui devaient en effet intervenir plus tard), qui
exceptaient les biens ecclésiastiques protestants d'Alsace de la vente
des biens nationaux, comme ayant été sécularisés dès le temps de
la Réforme. Aussi, quand on dut procéder, en février 1790, aux
premières élections municipales, d'après les lois édictées par
l'Assemblée Nationale, on put constater déjà les fruits de cet
antagonisme à la fois politique et religieux. Le parti libéral
modéré présentait comme maire au suffrage des électeurs le
commissaire du roi, Frédéric de Dietrich, qui, depuis le mois de
juillet 1789, se montrait infatigable à maintenir l'ordre public,
habile à ménager les transitions nécessaires et se prononçait pour
la fusion complète des dissidences locales dans un même sentiment
de dévouement à la grande patrie. Cette candidature fut vivement
combattue par le parti catholique; l'un de ses chefs, le baron de
Schauenbourg, essaya même de faire déclarer Dietrich inéligible,
comme n'ayant point résidé assez longtemps à Strasbourg. D'autres
membres influents du parti, l'abbé Rumpler, le fantastique auteur de
la _Tonnéide_ et de l'_Histoire véritable de la mort d'un chanoine
qui vit encore_; Ditterich, professeur de droit canon à l'Université
catholique; le médecin Lachausse, s'étaient employés, paraît-il, à
la même besogne. A la candidature de Dietrich ils opposaient celle de
l'ex-ammeister Poirot, très habilement choisie. Il pouvait symboliser
en effet l'ancien régime local, encore cher à bien des cœurs, sans
cependant appartenir aux familles régnantes proprement dites et sans
éveiller par suite les ressentiments populaires. Bon catholique, comme
il le prouva bientôt, on savait qu'on pouvait compter sur lui dans
les crises futures, qui déjà venaient assombrir l'horizon. Aussi le
scrutin du 8 février ne donna-t-il que 3312 suffrages à Dietrich,
tandis que 2286 voix se portèrent sur le nom de Poirot. On était loin
de l'unanimité des suffrages qui se serait manifestée sans doute, si
le vote avait eu lieu six mois auparavant. La liste tout entière des
officiers municipaux et des notables, qui, d'après l'organisation
nouvelle, constituaient le Conseil général de la commune, était
étrangement panachée et, dans son ensemble, donnait entière
satisfaction aux _modérés_ de toutes les nuances, car elle renfermait
l'état-major du futur parti constitutionnel, avec une prédominance
assez sensible de l'élément catholique. Pour s'en assurer, on n'a
qu'à parcourir la liste des élus, où figuraient, par exemple,
à côté de Poirot, François Brunon de Humbourg, syndic du
Grand-Chapitre; François-George Ditterich, professeur de droit canon;
François-Antoine Kœgelin, curé de Saint-Etienne; Christophe-Louis
Daudet, receveur de l'Œuvre Notre-Dame; François-Louis Frischhelt,
receveur du Grand-Chapitre; Joseph-Ulrich Zaiguélius, curé de
Saint-Pierre-le-Vieux; François-Louis Rumpler, chanoine, sans compter
d'autres noms connus encore aujourd'hui, les Zaepffel, les Kentzinger,
les Hervé, etc. Sur les cinquante-huit noms de cette liste, trente
et un au moins appartiennent à des catholiques; mais cette imposante
majorité n'était qu'apparente. Elle allait se diviser, presque au
début, en deux fractions de plus en plus hostiles. L'une comprendra des
hommes très modérés, pour ne pas dire très tièdes dans leur foi et
plus attachés à leurs convictions politiques qu'à leurs obligations
religieuses; l'autre les représentants militants de la doctrine
ecclésiastique, décidés à lui rester fidèles, même dans son
conflit avec le pouvoir civil.



                                 III.


Mais avant d'entrer dans le récit de ces conflits déplorables qui
devaient si profondément affecter le sort des édifices religieux
catholiques de notre ville et tout particulièrement celui de la
Cathédrale, il nous reste encore quelques instants de calme et de paix
publique, où nous pourrons rencontrer le vieux sanctuaire du moyen
âge sous un autre aspect que celui d'une citadelle prise d'assaut et
occupée par une garnison étrangère. La municipalité nouvelle, sortie
du scrutin de février, avait décidé de célébrer son entrée en
fonctions par des cérémonies civiles et religieuses, et d'appeler
sur sa gestion future les bénédictions divines, par la bouche des
prédicateurs de tous les cultes. Aussi la voyons-nous, à la date du
18 mars, se rendre en cortège à l'Hôtel-de-Ville, pour y recevoir les
pouvoirs des mains du Magistrat intérimaire, resté jusqu'à ce jour en
fonctions. De là le cortège officiel se dirige vers la place d'Armes,
où l'on avait érigé une immense estrade et que couvrait une foule
compacte. C'est devant cette masse d'auditeurs que M. de Dietrich,
après avoir prêté le serment civique, ainsi que ses collègues,
fit un appel chaleureux à la concorde de tous les bons citoyens.
„Sacrifions, leur dit-il, tout esprit de parti; réunissons-nous
pour toujours! Que la France apprenne que les Strasbourgeois ne forment
qu'une seule famille de citoyens; embrassons-nous comme des frères. Je
vais le premier vous en donner l'exemple. On verra que nous n'avons plus
qu'un même cœur, que nous sommes indissolublement liés par les
liens sacrés de la liberté et du patriotisme.” Et le procès-verbal
officiel de la fête continue en ces termes: „Le respectable maire
s'est alors livré à la douce effusion de son cœur; à l'instant
même, chacun éprouvant le même sentiment, on a vu le spectacle
touchant des citoyens de tout âge, de toute qualité, de tout culte,
confondus dans les bras les uns des autres, les cœurs aussi vivement
affectés. Ce ne fut qu'au milieu des sanglots que les citoyens purent
s'écrier: Vive la Nation, Vive le Roi, Vive la Constitution, notre
Maire et la Municipalité!”

C'est au milieu de l'enthousiasme trop passager de cette scène
fraternelle que le cortège, suivi par des milliers de citoyens, se
remit en marche pour se rendre à la Cathédrale, au son de toutes les
cloches de la ville, au bruit de l'artillerie de la place, à travers
les rangs de la garde nationale qui formait la haie le long des rues et
présentait les armes, en battant aux champs. Le suisse et le bedeau de
la Cathédrale vinrent recevoir les autorités à la grande porte de
la nef et les menèrent aux bancs préparés devant la chaire, où
les officiers municipaux et les notables prirent place, tandis que les
détachements de la garde nationale se rangeaient sur les bas-côtés
et qu'entre eux se groupaient les orphelins, les enfants trouvés, les
pensionnaires de la maison des pauvres des différents cultes. „Un
peuple immense” remplissait le reste de l'église. M. l'abbé de
Kentzinger, prêtre du diocèse de Strasbourg et secrétaire de la
légation de France à la cour électorale de Trèves, monte alors en
chaire et prononce un discours sur ce verset du cent quarante-troisième
psaume: „Bienheureux est le peuple dont Dieu est le Seigneur!” Ce
qui caractérise cette homélie à la fois religieuse et politique,
ce qui fait que l'on doit s'y arrêter un instant, c'est le souffle
patriotique qui l'anime, c'est l'affirmation répétée de la
nécessité de l'accord entre la religion et la loi civile, c'est
l'assurance donnée au maire que „tous les citoyens de la croyance de
l'orateur” sauront reconnaître son zèle, et apprécier ses talents
„avec autant d'empressement que si vous étiez né dans notre
Eglise”. „Il existera parmi nous, j'aime à le croire, un échange
mutuel de franchise, de loyauté, de confiance, et quand il s'agira du
salut de la patrie, nous penserons tous de même.” L'orateur terminait
en insistant sur le respect dû à la religion, mère de toutes les
vertus. „Nous lui conserverons, s'écriait-il, la majesté et le
respect que les peuples les plus éclairés se sont fait une gloire
de lui accorder; en un mot, nous serons chrétiens, frères, amis.
Français, nous crierons tous: Vive la Nation, vive la Loi, vive le
Roi!” On ne pouvait parler en termes plus convenables et même plus
chaleureux, dans une église catholique, en une pareille occurence, et
rien ne nous autorise à douter de la sincérité de l'orateur au moment
où il faisait entendre ces appels à la concorde et au respect des
choses les plus respectables. Nous apprenons cependant, par une note
du procès-verbal officiel, qu'à ce moment déjà, des fidèles,
„en très petit nombre, à la vérité et d'une conscience plus que
timorée” (ce sont les propres expressions de l'abbé de Kentzinger)
avaient désapprouvé le cri final du prédicateur, estimant „que la
maison du Seigneur devait retentir uniquement de ses louanges”. Aussi
celui-ci dut-il ajouter une note apologétique au bas de son discours
pour expliquer à ces mécontents que „la majesté de notre Seigneur
Jésus-Christ ne pouvait être blessée par l'expression des vœux que
forme en sa présence, pour la prospérité publique, tout un peuple
assemblé. „N'est-ce pas à lui, dit l'orateur, que ces vœux
sont adressés? N'est-ce point à lui encore que j'ai demandé ces
bénédictions? Oui, ces sentiments étaient dans mon cœur et je
croirai toujours rendre un hommage agréable à la divinité quand
je publierai hautement et en tous lieux mon amour pour la Nation
française, mon obéissance à la Loi, mon profond respect pour le Roi
et mon désir ardent de le voir heureux; c'est l'Evangile surtout qui
m'a rendu bon citoyen”.

Ce cri, dont s'étaient offusqués quelques-uns des auditeurs, mille
fois répété par les voix de la foule, „retentit jusqu'aux voûtes
de ce superbe édifice, de même que celui de: Vive la Constitution!”
Puis le maire et ses nouveaux collaborateurs quittèrent leur banc et
montèrent au chœur, où le maître des cérémonies les installa sur
des bancs couverts de tapisseries. „M. le maire, dit gravement le
procès-verbal, avait le fauteuil et le carreau”. Les membres du
Grand-Chapitre et du Grand-Chœur avaient pris place dans leurs stalles
armoriées; près d'eux se tenaient les chapitres des collégiales de
Saint-Pierre-le-Vieux et de Saint-Pierre-le-Jeune; plus en arrière le
clergé des paroisses et les communautés religieuses. Le commandant
de Strasbourg, les officiers de la garnison, les professeurs des deux
Universités strasbourgeoises faisaient face au Conseil de la Commune,
sur la gauche du chœur. C'est en présence de cette imposante
assemblée, où les fidèles se confondaient pour la première fois avec
les hérétiques, que le _Te Deum_ fut entonné par le prince François
de Hohenlohe, chanoine, comte officiant, et chanté à grands chœurs
par l'orchestre de la Cathédrale. Combien, parmi tous les assistants
de cette cérémonie religieuse, sans précédent dans l'histoire de
Strasbourg, se doutaient-ils que ce serait aussi la dernière où se
manifesterait de la sorte l'entente cordiale de tous les citoyens? Et
cependant quelques mois à peine les séparaient du moment fatal où la
discorde allait diviser les esprits et envenimer ces mêmes cœurs qui
s'épanchaient à cette heure en de douces espérances, destinées à
n'être que des illusions fugitives. Dans l'adresse à l'Assemblée
Nationale, proposée par Dietrich à la foule assemblée sur la place
d'Armes et votée d'acclamation, il était dit: „Réunis sur cette
place où nos pères ne se donnèrent qu'à regret à la France, nous
venons de cimenter par nos serments notre union avec elle. Nous avons
juré d'obéir avec respect aux lois que vous aurez décrétées et qui
auront été sanctionnées ou acceptées par le Roi. Nous avons juré
et nous jurons de verser jusqu'à la dernière goutte de notre sang
pour maintenir la Constitution. Si la ville de Strasbourg n'a pas eu la
gloire de donner, la première, l'exemple aux autres villes du royaume,
elle aura du moins celle, d'être, par l'énergie du patriotisme de
ses habitants, un des boulevards les plus forts de la liberté
française!”

Dans la séance du 30 mars M. Schwendt déposa cette adresse sur le
bureau de l'Assemblée Nationale, qui „applaudit à l'expression des
sentiments et au patriotisme du maire, officiers municipaux et habitants
de la ville de Strasbourg et par mention faite à son procès-verbal,
en a témoigné sa satisfaction.” Qui donc aurait pu se douter que
l'accord entre eux n'était point parfait? Qui donc aurait osé soutenir
alors que beaucoup d'entre les citoyens de Strasbourg deviendraient
bientôt infidèles à leur serment de respect aux lois décrétées
par l'Assemblée Nationale, et que cette dernière aurait sous peu
des résolutions bien différentes à prendre au sujet de la
„patriotique” cité? Mais la Constituante n'avait point encore rendu
le décret malencontreux qui devait ébranler, plus que tout autre, la
royauté constitutionnelle et saper par la base la partie politique de
son œuvre; et d'ailleurs, nul, parmi les plus sagaces observateurs
des événements du jour, ne pouvait se douter alors des conséquences
incalculables qu'aurait pour la France et la monarchie la Constitution
civile du clergé.



                                  IV.


La sagesse des nations a proclamé depuis des siècles „qu'à chaque
jour suffit sa tâche”, et ce précepte s'applique aux peuples
tout autant qu'aux individus. Malheur aux pouvoirs souverains, qu'ils
s'appellent monarques absolus ou Conventions républicaines, s'ils
prétendent doubler les étapes et devancer le développement naturel
des masses, en les entraînant de force vers un but peut-être
désirable, mais qu'ils sont encore seuls à désirer atteindre! Les
intentions les plus pures ne les préserveront ni des désordres
ni même de la révolte des foules qu'ils violentent, et dont la
résistance provoquera chez eux-mêmes de nouvelles violences. Ce fut
là cependant la faute grave que commit l'Assemblée Nationale. Dans
sa hâte à proclamer partout des principes abstraits et surtout à
les mettre en pratique, elle ne se rendit pas un compte suffisant des
dangers qu'elle se créait elle-même, des ferments de discorde
qu'elle semait à pleines mains, et qui rendirent impossible en France
l'organisation d'un régime plus stable, librement accepté par la
majorité des citoyens du pays.

Un mémorable et tout récent exemple aurait dû cependant ouvrir les
yeux aux législateurs de la Constituante. L'empereur Joseph II, le plus
novateur et le plus humain des princes de son temps, venait de mourir,
le cœur brisé, poursuivi jusqu'à son heure dernière par les
accusations mensongères et les cris de haine de ses sujets, qu'il avait
tâché pourtant de rendre heureux. Et c'étaient les privilégiés de
l'Eglise et de la noblesse qui avaient réussi à soulever les masses
aveugles contre leur bienfaiteur. La tâche de mettre à exécution les
décrets du 4 août et du 2 novembre 1789 était déjà bien délicate,
en dehors de toute complication nouvelle. Priver une aristocratie
puissante de ses privilèges séculaires, saisir aux mains du clergé de
France ces millions de biens-fonds qu'il possédait alors, c'était
une de ces entreprises politiques qui absorbent, à elles seules, toute
l'énergie et toute l'habileté des premiers hommes d'Etat d'un royaume.
Elle était réalisable pourtant, parce que les ordres privilégiés
étaient détestés ou craints par la majorité du pays, et parce que
tout le monde, au sein de cette majorité, pouvait se rendre compte que
c'était la lésion de ses intérêts matériels surtout qui soulevait
les clameurs de la minorité dépouillée par la législation nouvelle.
Encore aurait-il fallu s'appliquer, pour réussir, à bien expliquer aux
masses rurales, restées très accessibles à l'influence du clergé,
que la religion n'était pas en jeu dans la mise en circulation des
vastes domaines, si longtemps immobilisés par la main-morte. Les
paysans l'auraient compris à la longue, et l'immense majorité du
clergé lui-même, restée très pauvre, au milieu du luxe de ses
chefs, n'avait aucun motif pour protester indéfiniment contre la
sécularisation des biens ecclésiastiques.

Mais loin d'agir de la sorte, l'Assemblée Nationale, tout imbue
d'idées philosophiques, indifférente aux questions religieuses ou
n'en soupçonnant point l'importance, sembla vouloir, comme à plaisir,
éveiller les pires soupçons, et légitimer d'avance les accusations
les plus violentes. Elle manifesta de bonne heure l'intention de ne
pas se borner à la saisie des propriétés ecclésiastiques ou à
la réglementation des émoluments du clergé, mais de retoucher
l'organisation même de l'Eglise de France. Longtemps avant la date
à laquelle parut le décret sur la Constitution civile du clergé, il
avait pu servir d'épouvantail aux sacristies, pour agiter les masses
et pour leur inspirer des sentiments profondément hostiles aux
législateurs et aux lois nouvelles.

Nulle part cette disposition si contradictoire des esprits, chez les
législateurs parisiens et chez les populations rurales, ne se montra
plus accentuée que dans les contrées catholiques de l'Alsace. Chez
nous, le décret du 2 novembre 1789 suffit, à lui seul, à mettre
le feu aux poudres. Il y avait à cela plusieurs raisons; d'abord la
richesse exceptionnelle des domaines ecclésiastiques menacés, puis
la proximité de la frontière étrangère, assurant l'impunité par la
fuite aux meneurs hostiles, la qualité de prince du Saint-Empire que
possédait toujours l'évêque de Strasbourg, la présence en Alsace
d'autres territoires princiers sur lesquels la souveraineté de
l'Assemblée Nationale pouvait sembler ne pas devoir s'étendre. La plus
importante pourtant des causes qui amenèrent les mouvements dont nous
allons avoir à nous entretenir, ce fut la docilité confiante et naïve
des populations rurales catholiques de la Haute-et de la Basse-Alsace,
vis-à-vis de leurs conducteurs spirituels, non seulement dans le
domaine religieux, mais sur le terrain économique et politique
lui-même. Et le jour où les agents officiels ou secrets du cardinal
et des princes purent par surcroît lancer dans la foule l'accusation
terrible qu'on en voulait à la foi de l'Eglise, le courant
contre-révolutionnaire se dessina dans toute la province avec une
violence qui permettait de prévoir les plus redoutables conflits.

Dans la séance du 14 avril 1790, l'abbé d'Eymar, grand-vicaire de
l'évêché et l'un des députés du clergé de la Basse-Alsace, avait
prononcé un long discours, assez habilement tourné d'ailleurs, pour
demander à l'Assemblée que les biens ecclésiastiques de la province
fussent, provisoirement au moins, distraits de ceux qui devraient être
mis en vente au profit de la nation. Il n'avait rien obtenu cependant,
si ce n'est un décret qui renvoyait la discussion de sa motion à
une date indéterminée et refusait par conséquent de protéger
les domaines d'Alsace contre la mesure générale votée par la
Constituante.

Cette motion de l'abbé d'Eymar et l'accueil qui lui fut fait à Paris,
encouragea néanmoins la Chambre ecclésiastique de l'Evêché de
Strasbourg à envoyer à tous les bénéficiaires ou fermiers de biens
ecclésiastiques dans notre province, une circulaire imprimée, signée
de M. Zæpffel, secrétaire de ladite Chambre, et qui les engageait à
s'opposer énergiquement à toute tentative de dresser inventaire, au
nom du gouvernement, du mobilier ou des titres des chapitres, corps
et communautés ecclésiastiques d'Alsace. Un modèle de protestation
formelle contre toute opération de ce genre accompagnait la circulaire
du 29 avril, qu'un correspondant strasbourgeois anonyme signalait
à l'indignation publique dès le 6 mai et qui figure au _Moniteur
universel_ du 20 mai suivant. Le maire de Strasbourg, M. de Dietrich,
crut également de son devoir de saisir l'Assemblée de ces menées
illégales, et dans sa séance du mardi soir, 18 mai, la Constituante
se livra sur la situation ecclésiastique et politique de l'Alsace à un
débat approfondi, que l'abbé d'Eymar essaya vainement d'esquiver,
en affirmant que l'Assemblée était trop peu nombreuse pour discuter
efficacement. Reubell, le député de Colmar, appartenant à la gauche
avancée d'alors, incrimina tout spécialement son collègue, en
signalant la protestation du chapitre de Neuwiller, rédigée par
d'Eymar lui-même, dénonça non moins vertement l'un des notables du
Conseil général de Strasbourg, le professeur Ditterich, déjà nommé,
pour avoir présenté la protestation de l'évêque de Spire contre les
mêmes décrets. Il accusait en outre le clergé d'empêcher de toutes
ses forces l'organisation des nouvelles municipalités, parce qu'elles
seraient plus favorables, vraisemblablement, à la vente des biens
ecclésiastiques.

L'Assemblée Nationale, facilement convaincue de la vérité de ces
assertions, difficiles d'ailleurs à nier, décrète aussitôt que son
président „se retirera auprès du Roi pour le supplier de donner
incessamment tous les ordres nécessaires pour maintenir le calme et
la tranquillité dans les départements du Haut-et Bas-Rhin”. Elle
déclare en outre qu'elle „improuve la conduite tenue tant par le
sieur Ditterich, notable de la commune de Strasbourg, que par le
sieur Bénard, bailli de Bouxwiller”, accusé d'avoir organisé des
réunions illégales.

Deux jours plus tard, Louis XVI sanctionnait le décret et mandait aux
corps administratifs des deux départements de le publier et de s'y
conformer en ce qui les concerne; le 30 mai 1790, la proclamation royale
était affichée sur les murs de Strasbourg et de la banlieue. Mais
si la grande majorité des populations urbaines, de la bourgeoisie
protestante et catholique était dévouée aux idées nouvelles, et si
par conséquent l'Assemblée Nationale pouvait compter sur elle, il n'en
était pas de même chez les populations de la campagne. On en eut la
preuve au commencement de juin, alors que les électeurs, appelés à
constituer le Conseil général du nouveau département du Bas-Rhin,
procédèrent à leurs choix. Il est impossible de ne pas voir
l'influence dominante du clergé dans la liste des élus; en fait
de noms strasbourgeois, elle ne portait que ceux de personnalités
entièrement acquises à sa cause: l'ex-ammeister Poirot, Ditterich,
Lacombe, de Schauenbourg, Kentzinger, Zaepffel, Weinborn, etc. Les
élections pour le Conseil du district de Strasbourg furent au contraire
franchement constitutionnelles, et dès ce moment l'administration
départementale fut dirigée dans un esprit nettement opposé à celui
du Directoire du district et à la majorité du Conseil général de la
Commune de Strasbourg. Aussi n'allons-nous pas tarder de les voir entrer
en conflit; mais, dès ce moment, la violence des polémiques engagées
à l'occasion de ces élections diverses, violence attestée par le
ton des pamphlets allemands et français échangés à Strasbourg,
montrèrent qu'un accord sincère n'était plus guère possible.

L'illusion de la concorde cependant devait durer quelque temps encore,
tant elle est naturelle au cœur de l'homme et tant il paraissait
pénible aux meilleurs esprits d'alors de ne pas continuer à marcher
vers la liberté, la main dans la main de leurs frères. C'est ce qu'on
vit bien lors de la grande fête patriotique des gardes nationales
d'Alsace, de Lorraine et de Franche-Comté, qui eut lieu chez nous du
12 au 14 juin 1790. Ces journées de la _Confédération de Strasbourg_
furent célébrées dans la plaine des Bouchers, au milieu d'un
enthousiasme général, débordant et sincère. Peu de fêtes populaires
ont été plus belles et plus pures dans la longue série de celles que
notre ville a vues pendant des siècles, et si les récits contemporains
en paraissent aujourd'hui légèrement emphatiques et déclamatoires, du
moins on y sent palpiter l'âme d'une population heureuse de se sentir
libre et fière de son bonheur. Cette fois-là, le concours d'une
immense population du dehors ne permit pas de célébrer, même
les cérémonies ecclésiastiques, dans l'intérieur d'un édifice
religieux. La Cathédrale ne joua donc qu'un rôle assez insignifiant
dans ces fêtes. Il faut mentionner pourtant que, le 11 juin 1790, la
garde nationale „obtint la permission de pavoiser les tourelles et
la pointe de la flèche de pavillons aux couleurs de la Nation”. M.
Frédéric de Dietrich les reçut sur la plate-forme et fit dresser ces
premiers drapeaux tricolores, déployés à Strasbourg, aux acclamations
générales. ”Ce spectacle vu des rives opposées du Rhin, dit le
procès-verbal officiel, apprit à l'Allemagne que l'empire de
la liberté est fondé en France.” Puis le 13 juin, au soir, la
municipalité, „pour donner à cette fête tout l'éclat dont elle
était digne”, fit illuminer à grands frais (l'illumination coûta
1798 livres) la flèche de la Cathédrale. Cette illumination de
l'édifice se répéta dans la soirée du lendemain.

Dans la plaine des Bouchers, devant l'autel de la Patrie, tous les
gardes civiques avaient solennellement juré d'être fidèles à la
nation, d'obéir à la loi, et „de faire exécuter, toutes les fois
qu'ils en seraient requis légalement, les décrets de l'Assemblée
Nationale, acceptés ou sanctionnés par le Roi, comme étant
l'expression de la volonté générale du Peuple français.” L'un
des chanoines de Saint-Pierre-le-Vieux, M. de Weitersheim, frère du
commandant en chef de la garde nationale de Strasbourg, avait béni
les drapeaux de „l'armée citoyenne” à l'autel de la plaine des
Bouchers et s'était écrié vers la fin de son discours: „Campés
autour de l'arche d'union, comme jadis les Israélites, nous
consommerons le pacte solennel avec Dieu, la Nation, la Loi et le Roi...
Venez, amis de Dieu, venez, zélés défenseurs de la patrie... vous
anéantirez les complots des détracteurs de la Constitution, vous serez
les soutiens de l'Etat, les défenseurs de la liberté et la gloire de
la Nation. Après avoir combattu avec courage et fermeté les ennemis
intérieurs et extérieurs, vous entrerez triomphants au séjour
céleste des héros de l'éternité!”[4]

[Note 4: _Procès-verbal de la Confédération de Strasbourg_, chez
Dannbach, 1790, in-8°.]

Ces paroles semblaient assurément écarter toute idée de lutte et de
conflit sérieux. Mais à ce moment la vente des biens ecclésiastiques
n'avait point encore commencé en Alsace; le décret de l'Assemblée
Nationale y restait toujours lettre morte, et c'était pour proroger
peut-être cette trêve dernière avant la lutte, que le haut clergé
protestait aussi haut de son attachement à la Constitution de l'Etat.
Bientôt un fait nouveau devait se produire. Le cardinal de Rohan
donnait sa démission de député à la Constituante et, pour diriger
plus à l'aise la résistance du clergé d'Alsace et de ses ouailles,
élisait domicile dans son château d'Ettenheim, en terre d'Empire,
sur la rive droite du Rhin. C'était le commencement de la
contre-révolution.



                                  V.


C'était le 13 juin 1790 que le prince-évêque de Strasbourg arrivait
à sa résidence d'Ettenheimmünster, accompagné d'une suite de
soixante personnes. Il n'y trouva sans doute pas tout le confort auquel
il était habitué dans son palais somptueux de Saverne, car, dès
les premiers jours de juillet, il s'adressait à la municipalité de
Strasbourg pour la prévenir de son intention de passer „quelque
temps” à Ettenheim, terre d'Empire, et d'y faire transporter des
meubles par eau et par voiture. M. de Dietrich lui fit répondre
verbalement qu'il ne connaissait aucune défense s'opposant à la
sortie des meubles, autres que l'argenterie, et qu'on lui fournirait un
laisser-passer dès que le jour de ces envois serait fixé. Après
mûre réflexion cependant, le départ et le déménagement du prélat
parurent suspects au maire et, pour mettre sa responsabilité à
couvert, il saisit de la question, à la date du 11 juillet, les
administrateurs du district, plus spécialement chargés par la loi de
la surveillance des biens ecclésiastiques. Les membres du district,
réunis quatre jours plus tard, arrêtaient d'écrire à la
municipalité „que les meubles qui appartiennent à l'Evêché de
Strasbourg, étant dévolus à la Nation, leur transport en terre
étrangère ne peut être toléré, mais que la libre disposition
de ceux qui appartiennent au cardinal de Rohan ne peut lui être
contestée.” Le Directoire du district chargeait par conséquent les
officiers municipaux de s'opposer provisoirement „à l'extraction et
transport de tous les meubles, tant du palais épiscopal que des maisons
de plaisance dont jouissaient les évêques de Strasbourg,” puis de
procéder sans délai „à l'inventaire du mobilier, comme aussi des
titres et papiers dépendants de tous les bénéfices, corps, maisons et
communautés situés dans l'étendue de la banlieue.”

Dès le 17 juillet, le corps municipal mettait à exécution la
première partie de ce mandat. Quant aux mesures d'inventaire, le
Conseil général de la Commune montra d'abord quelque hésitation.
Dans sa séance du 21 juillet, on décida d'interroger tout d'abord
les comités de l'Assemblée Nationale, afin de prier cette dernière
d'interpréter elle-même ses décrets des 14 et 20 avril dernier,
les biens du Grand-Chapitre et ceux de l'Evêché de Strasbourg
„ne pouvant être regardés comme purement nationaux, les sujets de
l'évêché de l'autre côté du Rhin ayant contribué, ainsi que ceux
d'Alsace, à la bâtisse du palais épiscopal et à l'acquisition de
ses meubles, et l'Assemblée Nationale elle-même ayant considéré les
évêques en Alsace, pour raison de possession, sous la double
qualité d'évêques et de princes du Saint-Empire.” Evidemment la
municipalité de Strasbourg ne tenait pas à prendre l'initiative du
séquestre des biens nationaux et préférait agir seulement en vertu
d'un ordre supérieur.

Le Directoire du district, auquel revint l'affaire, s'empressa en effet
de saisir de la question le Comité ecclésiastique, formulant ainsi
sa demande: „Le cardinal de Rohan doit-il être considéré comme
bénéficier français, possédant des biens dans l'étranger, ou
doit-il l'être comme prince étranger, possédant des biens en
France?” La réponse ne pouvait être douteuse, puisqu'il s'agissait
d'un membre de la représentation nationale elle-même. L'Assemblée
n'était pas d'ailleurs favorablement disposée pour l'évêque
émigré. Déjà dans la séance du 27 juillet, au soir, le ministre des
affaires étrangères, M. de Montmorin, avait averti les comités que le
cardinal, fixé à demeure sur la rive droite du Rhin, se coalisait avec
ceux des princes allemands qui refusaient d'accepter de la France une
indemnité pécuniaire pour leurs territoires annexés. Aussi dans la
séance du 30 juillet, fut-il résolu, à une forte majorité, sur le
rapport de M. Chasset, que le relevé des meubles, effets, titres et
papiers de l'Evêché et du Grand-Chapitre serait fait incessamment, à
la diligence de la municipalité de Strasbourg, et qu'aucun enlèvement
de meubles ne serait permis avant la clôture de l'inventaire. Au cours
de son discours, le rapporteur avait exprimé tout son étonnement de
ce que l'état de santé du cardinal, qui l'empêchait d'assister aux
séances de l'Assemblée, lui permettait de siéger à la Diète de
Ratisbonne. Aussi le décret de la Constituante portait-il en outre
„que M. le cardinal de Rohan viendra, dans le délai de quinzaine,
prendre sa place dans l'Assemblée Nationale et y rendre compte de sa
conduite, s'il y a lieu”[5].

[Note 5: Toutes les pièces officielles de cette correspondance sont
reproduites dans la _Strassburger Chronik_ de Saltzmann, du 13 août
1790, ou dans le _Nationalblatt_ d'Ehrmann, à la même date.]

On a pu voir, par ce qui précède, qu'aucune mesure n'avait encore
été prise en juillet 1790, pour mettre à exécution dans notre
province le décret du 2 novembre 1789, bien qu'il eût été confirmé
depuis par celui du 18 mars 1790. Les administrateurs locaux, choisis
par le suffrage des électeurs, même les plus dévoués au nouvel
ordre de choses, ne se souciaient pas de brusquer les événements,
en présence des dispositions de la majeure partie de la population
catholique d'Alsace. Mille petits incidents, insignifiants en
eux-mêmes, permettaient de présager une vive résistance, le jour où
la lutte s'engagerait, et se produisaient jusque dans Strasbourg même.
C'est ainsi que dans les premiers jours de juillet les élèves du
Collège royal (épiscopal) avaient assailli la boutique d'un marchand
d'estampes venu de Paris, qui avait garni sa devanture de gravures
satiriques contre la noblesse et le clergé, comme il s'en produisait
alors en grand nombre. Ils les avaient mis en pièces, la garde
nationale avait dû intervenir, et le tribunal de police, désireux de
calmer tout le monde, avait condamné les jeunes délinquants à payer
le dégât et frappé le marchand d'une amende pour exhibition d'images
non autorisées par la police[6].

[Note 6: _Politisch-Litterarischer Kurier_ du 15 juillet 1790.]

La bonne harmonie n'était pourtant pas encore troublée partout, et
dans maints districts ruraux l'accord entre les protestants et les
catholiques était parfait, la question des biens ecclésiastiques
n'ayant point encore été posée au fond de nos campagnes. C'est ainsi
que lors de la fête de la Fédération, célébrée le 14 juillet à
Plobsheim, les paysans protestants de la localité avaient invité le
curé, qui était en même temps le maire élu du village, à venir
assister à leur culte, puis s'étaient joints à leurs concitoyens
catholiques pour la célébration de la messe. A la fin de cette
double cérémonie, les ecclésiastiques des deux cultes s'étaient
fraternellement embrassés au milieu des acclamations joyeuses de leurs
ouailles. Le même accord touchant se manifestait encore dans une fête
patriotique, célébrée à Barr, le 25 août, et vers la même date
les curés de Northeim, Schnersheim, Kuttolsheim s'entendaient avec les
pasteurs de Hürtigheim, Ittenheim, Quatzenheim, etc... pour procéder
en commun à la bénédiction des drapeaux des villages protestants et
catholiques du Kochersberg[7]. A Strasbourg aussi, dans la journée du
9 septembre, toutes les autorités constituées, sans distinction
de culte, assistaient à la messe funèbre dite à la Cathédrale en
mémoire des victimes du massacre de Nancy et en l'honneur du jeune
Desilles, tombé ce jour-là, comme héros du devoir, dans les rues
ensanglantées de la capitale lorraine.

[Note 7: _Nationalblatt für den Niederrhein_, 30 juillet, 3 septembre
1790.]

Mais cet accord ne devait plus subsister longtemps. La presse
_patriotique_ commençait à se plaindre de l'inexécution de la plupart
des décrets de la Constituante relatifs au clergé. La totalité des
journaux, allemands pour la plupart, qui paraissaient à Strasbourg,
était du côté de la représentation nationale, bien qu'avec des
nuances très variées; chose curieuse, ils étaient rédigés à peu
près tous par des journalistes protestants. A côté de l'ancienne
_Strassburgische privilegirte Zeitung_, antérieure à la Révolution,
étaient venus se placer la _Strassburger Chronik_ et la _Chronique de
Strasbourg_, journal bilingue de Rodolphe Saltzmann, le _Patriotisches
Wochenblatt_ de Simon, le _Politisch-Litterarischer Kurier_, publié
chez Treuttel, le _Nationalblatt für das niederrheinische Département_
de Jean Ehrmann, les _Woechentliche Nachrichten für die deutschredenden
Bewohner Frankreich's_. Un peu plus tard allaient surgir encore la
_Geschichte der gegenwärtigen Zeit_ de Simon et Meyer, le _Courrier
de Strasbourg_ de Laveaux, et d'autres feuilles radicales, que nous
rencontrerons sur notre chemin. Le parti plus spécialement catholique,
qui allait devenir tout à l'heure le parti contre-révolutionnaire,
n'avait pas à ce moment d'organe attitré dans nos murs; on s'y
abonnait sans doute à l'une ou l'autre des feuilles royalistes de
la capitale, mais on s'y servait également--même plus activement
peut-être--d'officines secrètes, pour entretenir l'agitation dans
les esprits à la ville et à la campagne, pour organiser partout
une propagande à outrance, d'autant plus dangereuse qu'elle était
clandestine et partant presque insaisissable pour les organes de la loi.

Tous ces journaux étaient à peu près unanimes à défendre la mise en
vente des _biens nationaux_; ils différaient seulement par le plus ou
moins de hâte qu'ils mettaient à réclamer l'exécution des lois. Leur
influence se faisait naturellement sentir à peu près exclusivement
dans les sphères protestantes; c'est ainsi que nous avons relevé une
adresse de communes rurales de la Basse-Alsace, lue à l'Assemblée
Nationale dans la séance du 27 juillet, l'assurant de leurs sentiments
patriotiques et s'offrant à acheter les biens du clergé situés
dans leur banlieue. Tous ces villages, sans exception, Rittershofen,
Oberbetschdorf, Pfulgriesheim, Mundolsheim, Schiltigheim, etc., ont une
population protestante. Des tirages à part d'articles de journaux, des
brochures spéciales en langue allemande étaient répandus gratuitement
dans les campagnes, et la _Société des Amis de la Constitution_ de
Strasbourg travaillait tout particulièrement à stimuler de la sorte
les esprits quelque peu rétifs de la population rurale.

Les partisans du clergé répondaient, soit par des protestations
ouvertes, annonçant carrément du haut de la chaire une
contre-révolution prochaine, dans les centres propices, comme Obernai
ou Türkheim, soit par des brochures imprimées outre-Rhin et virulentes
au possible. C'est ainsi qu'un homme, appelé plus tard à jouer un
rôle marquant dans l'histoire du clergé catholique d'Alsace, l'abbé
Liebermann, écrivait en réponse à une brochure anonyme de Hans
Wohlgemeint, qui engageait les paysans d'Alsace à participer à l'achat
des biens nationaux, une autre brochure, également anonyme, intitulée
_Hans Bessergemeint an das liebe Landvolk_ et qui débutait
ainsi: „Est-il permis d'acheter des biens
ecclésiastiques?--Non.--Pourquoi?--La réponse est inscrite au
septième commandement: Tu ne voleras point!”

Naturellement les patriotes s'indignaient de tous ces pamphlets qui
niaient si catégoriquement les droits souverains de l'Assemblée
Nationale. De temps à autre, ils essayaient de les atteindre par la
vindicte publique. C'est ainsi que le 16 septembre, Xavier Levrault, le
président de la _Société des Amis de la Constitution_, dénonçait
l'une d'elles au procureur-général-syndic du département comme
absolument inconstitutionnelle. Le lendemain, M. de Schauenbourg
lui faisait parvenir une réponse très courtoise, pour remercier
la Société de son zèle pour le bien public, et annonçait que le
Directoire du département allait lancer une proclamation „afin
de montrer au public combien nous détestons les efforts de ceux qui
veulent contrecarrer l'Assemblée Nationale.” Mais c'était eau
bénite de cour et l'affaire en restait là, les sympathies de
l'autorité départementale étant notoirement du côté de l'ancien
ordre de choses. Si la situation finit par changer, c'est que le
cardinal de Rohan lui-même, las sans doute de temporiser, adressa le
23 août, depuis Ettenheimmünster, une lettre au président de
l'Assemblée Nationale, lettre qui fut lue dans la séance du 1er
septembre, et dont les formes polies voilaient à peine les intentions
ironiques et l'absolue fin de non-recevoir. En voici les principaux
passages:

„Monsieur le président,

„Les affaires les plus graves, les intérêts les plus précieux
m'ont forcé à me rendre dans mon diocèse. Il s'agissait de calmer
des troubles nés dans la partie située de l'autre côté du Rhin. Ma
santé affaiblie depuis longtemps m'a forcé d'avertir le clergé de
mon diocèse que je ne pourrais plus le représenter... J'ai appris
avec douleur que ma conduite a été travestie aux yeux de l'Assemblée
Nationale et qu'elle a désiré ma présence pour me justifier. Je
voudrais que ma santé me permît de partir sur-le-champ, mais il m'est
impossible de supporter la voiture. J'envoie en attendant un précis
justificatif... Je n'ai pu me refuser, même pendant mon séjour à
Versailles et à Paris, à former les mêmes demandes que la noblesse
et le clergé d'Alsace. Ma qualité de prince de l'Empire m'a obligé de
joindre mes réclamations à celles des autres princes de l'Allemagne...
Il n'y a rien que de légal dans ma conduite.” Le cardinal ajoutait
qu'un autre motif pour lequel il ne se rendrait point à Paris, c'était
la crainte de compromettre sa dignité de député en s'exposant aux
plaintes et à la mauvaise humeur de ses nombreux créanciers, n'étant
pas en état de les satisfaire depuis la perte des revenus qu'il leur
avait abandonnés. Il exprimait, en terminant, l'espoir que l'Assemblée
„trouverait dans sa sagesse les moyens d'acquitter des dettes aussi
légitimes.”

L'effet ne fut pas absolument celui qu'avait espéré peut-être le
cardinal en appelant les bénédictions divines sur les travaux de
ses collègues. L'Assemblée Nationale refusa en effet la démission
qu'offrait Rohan, et renvoya finalement sa lettre au Comité des
rapports, „après que différents autres comités, même celui de
mendicité, eurent été proposés.”



                                  VI.


Pendant que le cardinal de Rohan refusait ainsi de revenir de
l'étranger, les membres du Grand-Chœur de la Cathédrale de
Strasbourg, enhardis sans doute par la longanimité du gouvernement et
de l'administration départementale, poussaient l'audace jusqu'à faire
tenir à leurs fermiers une circulaire, datée du 18 septembre, qui
portait „que le décret du 2 novembre et tous ceux qui en sont la
suite, ne peuvent concerner les biens ecclésiastiques des églises
catholiques et luthériennes d'Alsace.” Aussi l'on „conseillait
sérieusement” aux paysans, non seulement de ne pas acheter des biens
appartenant au Grand-Chœur, mais ”de continuer à livrer aux vrais
propriétaires desdits biens... les canons et redevances ordinaires...
Ce ne sera que par ruse et finesse, par force et par violence, y
disait-on, que les biens que vous tenez à ferme vous seront ôtés.”

Une pièce plus explicite encore, imprimée sans lieu ni date, mais
appartenant évidemment à ces mêmes semaines d'automne 1790, était
intitulée: „A tous les habitans des Villes, Bourgs et Villages des
seigneuries du Prince-Evêque et du Grand-Chapitre de la Cathédrale
et principalement aux fermiers des terres de l'Eglise de Strasbourg.”
Elle était signée du Grand-Ecolâtre de la Cathédrale, prince Joseph
de Hohenlohe, évêque de Léros _i. p._, coadjuteur de l'Evêché et
principauté de Breslau. „Elevé en Alsace, disait le rédacteur de
ce document curieux, cette province depuis quarante ans est devenue ma
patrie. Je l'ai toujours aimée; les Alsaciens sont mes compatriotes.
L'avis que j'adresse dans ces circonstances aux habitants des lieux qui
appartiennent au Prince-Evêque ou au Grand-Chapitre, peut être utile
à tous les Alsaciens. C'est cet espoir qui me détermine à donner à
cet avis la plus grande publicité.

Le moment où vous reconnaîtrez son importance, où vous vous
féliciterez d'y avoir déféré, n'est pas éloigné. Ceux que cet
avertissement aura garanti du piège, raconteront à leurs enfants
quelles séductions, quels mensonges on avait mis en usage pour
compromettre leur fortune; le spectacle de leur bonheur sera le prix des
soins que je me serai donné pour les sauver......”

Suit un tableau des plus idylliques, dépeignant le bonheur, vrai ou
supposé, des paysans qui, depuis des siècles, ont cultivé les terres
de l'Evêché, sans voir augmenter la modique redevance qu'ils payaient
à l'Eglise. „Ce qui mettait le comble au bonheur de vos pères,
c'était l'assurance que rien ne pourrait l'interrompre. Votre sort
semble attaché à celui de la Cathédrale... Les traités solennels
qui garantissent les droits, les privilèges du Prince-Evêque et
du Grand-Chapitre, ceux du Clergé..., ces traités, mes chers
compatriotes, subsistent dans toute leur force; ils sont la base sur
laquelle repose votre bonheur: rien ne peut l'ébranler. L'Empire et son
auguste Chef, ainsi que toutes les Couronnes garantes ne le permettront
pas. On se garde bien de vous le dire. On ne vous dit pas non plus,
qu'en dehors de cette redoutable sauvegarde, les biens de l'Eglise sont
inaliénables, que personne au monde n'a le droit de les envahir ou d'en
disposer.... De là cet anathème du Concile de Trente prononcé contre
tous ceux qui oseraient vendre ou acheter ces biens, ou même seulement
prêter leur ministère à ce commerce sacrilège.

„D'après ces vérités, jugez, mes chers compatriotes, ce que vous
devez penser des gens qui font tant d'efforts pour vous engager à
acquérir des biens ecclésiastiques. J'apprends avec joie que tous les
bons laboureurs, écoutant la voix de leur conscience, de l'honneur,
de leur véritable intérêt, se sont refusés à ces perfides
sollicitations. C'est donc à ceux qui pourraient se laisser tromper que
j'adresse cet écrit. Je les avertis solennellement que ces biens,
pour lesquels on excite leur cupidité, ne peuvent être vendus, que
l'Assemblée, qui se dit Nationale, n'a pas le droit d'en disposer; que
ceux qui auront l'imprudence d'en acquérir quelques parties, perdront
le prix qu'ils en auront donné; qu'ils le perdront sans ressource,
sans recours. La grande publicité de cet avertissement ne leur laissera
même pas le faible prétexte de dire: Je l'ignorais.”

Quelle que puisse être l'opinion du lecteur sur le fond même de la
question, il avouera qu'il est difficile d'imaginer une attaque plus
directe contre une loi votée par la représentation nationale et
sanctionnée par le roi. L'immense publicité donnée aux deux pièces
que nous venons d'analyser, ne pouvait donc manquer d'exciter une
fermentation générale dans les départements du Rhin. M. de Dietrich,
dès qu'il eut connaissance de la notification du Grand-Chapitre,
colportée à travers la ville par le bedeau de Saint-Pierre-le-Jeune,
se hâta de l'expédier à Paris, où l'on en donna lecture dans la
séance du 15 octobre suivant. Elle provoqua, comme on le pense bien, un
vif mouvement d'indignation dans la majorité, qui la renvoya d'urgence
au Comité des biens nationaux. Celui-ci présenta son rapport dans
la séance de l'Assemblée Nationale du 17 octobre; on vota des
remercîments à la municipalité de Strasbourg, et le président
en fonctions fut chargé de se retirer auprès du roi, pour le prier
d'envoyer sur-le-champ les ordres nécessaires en Alsace, afin d'en
faire exécuter enfin les décrets du 2 novembre. En vain l'abbé
d'Eymar, le défenseur habituel des privilégiés d'Alsace à la
Constituante, qui n'avait point assisté à la séance, adressait-il
de Strasbourg un mémoire justificatif, fort habilement rédigé, au
président de l'Assemblée Nationale. S'il réussissait à se disculper
(et ce nous semble avec bonheur) de l'accusation de faux lancée contre
lui par quelques-uns des orateurs de la gauche, il devait échouer
forcément dans sa tentative de représenter les dispositions de ses
collègues du clergé comme éminemment pacifiques et conciliantes.
„Je supplie, disait-il, l'Assemblée Nationale d'être en garde contre
ceux qui, faisant parade d'un faux zèle, excitent à chaque instant ses
inquiétudes, provoquent ses rigueurs contre de prétendus ennemis de
ses décrets et lui peignent les ecclésiastiques de cette province sans
cesse occupés à soulever le peuple. Ce qui serait le plus propre à le
soulever, monsieur le président, c'est s'il voyait de telles calomnies
accueillies, car il sait bien qu'elles sont sans fondement[8]...” Il
fallait une assurance rare pour parler ce langage à la représentation
nationale au moment où l'on faisait distribuer dans tous les villages
du Haut-et du Bas-Rhin les objurgations politiques et les anathèmes
ecclésiastiques que nous avons fait passer tout à l'heure sous les
yeux du lecteur. Aussi la lettre de M. d'Eymar ne produisit-elle aucun
effet sur ses collègues, et lui-même en infirmait singulièrement la
valeur en donnant sa démission de député dès le mois de novembre et
en allant rejoindre à l'étranger le prélat émigré, dont il était
le vicaire-général.

[Note 8: _Lettre de M. l'abbé d'Eymar, député du clergé d'Alsace_.
(Strasbourg, 31 octobre 1790.) S. lieu ni date. 4 pages in-4°.]

Cependant les ordres, sollicités par la Constituante, étaient arrivés
en Alsace et le 5 novembre, le Directoire du district de Strasbourg, le
plus dévoué de tous aux idées nouvelles, répondait indirectement
aux manifestes de l'évêque et du Grand-Chapitre en faisant afficher
la mise en vente des premiers biens nationaux dans le département du
Bas-Rhin. Mais, même dans notre ville, personne n'osa s'exposer aux
revendications futures du clergé et pendant plusieurs semaines aucun
acquéreur ne se présenta. Cette démarche provoqua seulement des
protestations nouvelles de la part de l'évêque de Spire, dont le
diocèse s'étendait sur la partie septentrionale de notre département,
puis de celle du Grand-Chapitre de la Cathédrale, qui déposait ses
doléances au pied du trône dans le langage suivant:

    „Sire,

    „C'est avec la plus profonde douleur que le Grand-Chapitre
    de la Cathédrale de Strasbourg se voit contraint de porter
    à Votre Majesté des plaintes de l'oppression inouïe qu'il
    éprouve. Certes, il est affreux d'ajouter une peine, une
    inquiétude à toutes celles dont le cœur paternel de Votre
    Majesté est assiégé. Tant qu'il a été possible d'espérer
    que l'Assemblée Nationale, mieux informée, aurait égard aux
    réclamations de l'Eglise de Strasbourg, que le temps et la
    réflexion l'éclaireraient sur leur justice et leur importance,
    et sur les conséquences de la violation éclatante de tant de
    traités, nous avons souffert, avec une résignation digne
    de notre amour pour Votre Majesté, les procédés les plus
    révoltants.

    „Depuis que nous avons uni nos justes réclamations des droits
    les plus sacrés à celles que les autres princes et Etats de
    l'Empire ont portées à la diète de Ratisbonne, on a mis
    le comble à cette étonnante spoliation. Les effets de la
    Cathédrale inventoriés, le scellé apposé aux archives, les
    maisons estimées et mises en vente, ne nous laissent plus
    de doute sur le projet de notre destruction. La nouvelle
    organisation du clergé y met le sceau; elle troublera les
    consciences, elle portera un coup mortel à la religion
    elle-même dans ces provinces.

    „Le devoir le plus saint et le plus impérieux nous oblige
    donc de protester solennellement au pied du trône contre ces
    excès et nous force d'invoquer la médiation et la protection
    de l'Empire et des couronnes garantes des traités qui assurent
    notre existence.

    „Nous admirons, Sire, nous invoquons vos vertus, et la
    confiance qu'elles nous inspirent nous fait espérer que Votre
    Majesté daignera prendre sous sa sauvegarde la réserve de tous
    nos droits.”

    Le 13 novembre 1790 le même corps ecclésiastique faisait
    parvenir également au Directoire du département du Bas-Rhin la
    protestation suivante:

    „Lorsqu'au mépris des traités garantis par les premières
    puissances de l'Europe, sans égard aux réclamations du
    Grand-Chapitre de la Cathédrale de Strasbourg, il se
    voit dépouillé de ses possessions, de ses droits, de ses
    privilèges, et qu'il est au moment de se voir chassé de son
    église; lorsque l'étrange organisation qu'on prétend donner
    au clergé de la Basse-Alsace, après l'avoir dépouillé de
    ses biens, malgré ces mêmes traités, prépare la ruine de la
    religion dans cette province, l'honneur et les intérêts les
    plus saints nous commandent de protester à la face de l'Europe
    contre les décrets spoliateurs et destructeurs de l'Assemblée
    Nationale.

    „Nous venons de porter au pied du trône nos plaintes
    respectueuses. Nous avons supplié Sa Majesté de prendre sous
    sa sauvegarde la réserve de nos droits. Nous invoquons la
    protection de Sa Majesté impériale et royale, celle de tout
    l'Empire et des hautes puissances garantes. Nous déclarons
    solennellement par les présentes au Directoire séant à
    Strasbourg que nous protestons contre tout ce qui s'est fait
    et tout ce qu'on pourrait encore entreprendre contre le
    prince-évêque et le Grand-Chapitre de la Cathédrale de
    Strasbourg, et nous ajoutons à cette déclaration solennelle
    celle de notre amour, de notre dévouement et de notre profond
    respect pour la personne sacrée de Sa Majesté.

    „Signé de la part et au nom du Grand-Chapitre de la
    Cathédrale de Strasbourg,

    „JOSEPH, prince de Hohenloë-Bartenstein,

    „_pro tempore senior_, coadjuteur de Breslau.”

Ce qui montre bien combien les foules sont crédules, c'est qu'au moment
même où des actes aussi explicites faisaient éclater à tous les yeux
la disposition véritable du haut clergé de notre province, des
bruits circulaient en ville affirmant des vues et des sentiments tout
contraires. On prétendait que le cardinal allait revenir à Strasbourg,
qu'il y avait même repris domicile, qu'il allait administrer son
diocèse en se conformant aux lois nouvelles; on racontait que deux
ecclésiastiques marquants, Zaiguélius et Brendel, venaient de prêter
le serment civique à l'installation du tribunal de district, etc. Les
cœurs flottaient entre la colère et la crainte, entre l'espoir d'une
réconciliation au moins passagère et le désir d'en venir une bonne
fois aux mains avec l'adversaire intraitable. Cet équilibre instable
des esprits dans la population strasbourgeoise, à ce moment précis de
notre histoire, se marque d'une façon curieuse dans les élections qui
eurent lieu en novembre pour le renouvellement des officiers municipaux
et des notables de la commune. Il ne fut possible à aucun parti
d'organiser des listes assurées d'un succès immédiat. Les scrutins
se prolongèrent pendant plusieurs jours, et deux ou trois noms à peine
réussissaient à sortir à la fois, avec une majorité suffisante, de
l'urne électorale. Mais en définitive les éléments progressistes
triomphèrent, non sans peine, à Strasbourg.

Un épisode singulier s'était produit au cours du scrutin. Dans les
douze sections on distribua des placards, allemands et français,
adressés _aux citoyens de Strasbourg_, et proposant d'élire comme
notable „M. Louis-Regnard-Edmond Rohan[9], évêque de Strasbourg et
cardinal”. On y lisait aussi que „M. Rohan était prêt à signer la
formule du serment civique”[10]. C'était une fausse nouvelle, à coup
sûr, mais il serait intéressant de savoir si l'on avait à faire dans
ce cas aux naïves chimères de quelques conciliateurs à outrance, ou
plutôt à quelque mystificateur émérite, qui se gaussait aux dépens
de la crédulité de nos bons ancêtres. En présence de l'aigreur
croissante qui perçait de toutes parts, c'est sans contredit à cette
dernière hypothèse qu'il convient de donner la préférence. Personne
ne pouvait plus attendre alors sérieusement un événement pareil ni
se bercer d'espérances si trompeuses. Aussi la mauvaise humeur du parti
vaincu dans la lutte se manifesta-t-elle d'une façon visible jusque
dans la délibération du Conseil général du département, prise sur
la réquisition de son procureur-syndic, le lendemain même du scrutin.
Alléguant l'audace irréligieuse de certaines polémiques dans la
presse, et notamment un article des _Affiches de Strasbourg_, du 19
novembre, „dans lequel le divin Auteur de la religion chrétienne et
ses apôtres sont comparés à des sectaires”, cette pièce officielle
invitait la municipalité de Strasbourg „d'enjoindre aux auteurs des
papiers publics d'être plus circonspects à l'avenir, de porter à la
religion les respects dont nos législateurs nous ont donné l'exemple,
et dont l'amour de l'ordre et de la tranquillité aurait dû leur faire
une loi, sous peine d'être poursuivis comme perturbateurs du repos
public”. Des „perturbateurs” autrement inquiétants que quelques
journalistes constitutionnels allaient cependant entrer en scène et
faire éclater l'orage qui menaçait depuis de longs mois les masses
récalcitrantes et leurs hardis meneurs en Alsace.

[Note 9: Le décret du 19 juin 1790 avait aboli les titres de noblesse.]

[Note 10: _Geschichte der gegenwartigen Zeit_ et _Pol. Litt. Kurier_ du
19 novembre 1790.]



                                 VII.


En effet, vers l'automne, la situation s'aggrave et la lutte s'accentue,
la question de la Constitution civile du clergé venant se greffer sur
la question des biens ecclésiastiques. On sait que les jansénistes de
l'Assemblée Nationale, croyant briser ainsi plus facilement l'influence
de l'Eglise dans l'Etat, avaient imaginé de refondre l'organisation
ecclésiastique de la France tout entière. Ils se flattaient
d'éliminer de la sorte les éléments les plus récalcitrants au point
de vue politique, sans s'apercevoir qu'ils faisaient surgir une crise
infiniment plus grave dans le domaine religieux. Sans s'inquiéter de
savoir si leur compétence en droit canon serait admise par l'Eglise,
sans rechercher une entente préalable sur la matière avec le
Saint-Siège, ils avaient entraîné dans cette voie fatale leurs
collègues de la Constituante, aussi bien les voltairiens sceptiques
que les déistes, disciples de Rousseau. Le 12 juillet 1790 avait vu
s'achever la Constitution civile du clergé, que Louis XVI, malgré
ses répugnances intimes, dut sanctionner le 24 août suivant. La lutte
autour de l'ordre de choses nouveau avait été des plus vives,
et aujourd'hui encore la loi du 12 juillet compte des défenseurs
convaincus et des adversaires acharnés.

Nous n'avons point à discuter ici la valeur intrinsèque de la
Constitution civile du clergé et à examiner, par exemple, s'il était
possible d'établir le gouvernement d'une Eglise infaillible sur des
bases démocratiques. Il est positif que certaines de ses prescriptions
étaient puériles et même absurdes; il est également certain que
d'autres principes, proclamés par elle et combattus à outrance par le
clergé, furent admis en fin de compte par lui quand les temps furent
changés. L'Eglise, qui refusait tout aux sollicitations peu sincères
du faible Louis XVI, céda sur bien des points, dix ans plus tard, à
l'énergique pression de Bonaparte.

Mais là n'est pas la question, qui, du moins à notre avis, doit seule
préoccuper l'histoire impartiale. La Constitution civile du clergé ne
fut pas seulement une usurpation de pouvoir, si l'on se place au point
de vue de l'Eglise, ce fut avant tout une faute impardonnable au point
de vue politique. L'histoire universelle est là pour nous prouver
qu'on n'a jamais renversé d'une façon durable que ce que l'on a su
remplacer. Les révolutions religieuses ne sont donc légitimes que
lorsqu'elles sortent d'un grand mouvement d'opinion publique, d'un
irrésistible élan de la conscience religieuse, comme le christianisme
au premier et la Réforme au seizième siècle. Alors ces mouvements
sont féconds en conséquences heureuses et leurs adversaires eux-mêmes
en profitent à la longue. Mais comment un mouvement pareil aurait-il pu
se produire en France, à la fin du dix-huitième siècle, si corrompu
dans ses mœurs et si blasé sur toute idée religieuse? Ce qui
restait alors de religion dans le pays se concentrait dans des âmes
généralement hostiles à tout changement, même extérieur, et
l'organisation nouvelle ne comptait parmi ses clients qu'une minorité
infime d'esprits vivant d'une véritable vie religieuse.

L'acceptation de la Constitution civile du clergé par l'Assemblée
Nationale conduisait donc forcément à l'établissement d'un culte
dédaigné, dès l'abord par l'immense majorité des âmes pieuses, et
soutenu, pour des motifs politiques seulement, par une minorité
qui n'en usait guère elle-même au fond. La nouvelle Eglise était
condamnée ainsi d'avance à périr, même si elle avait trouvé un
plus grand nombre de défenseurs vraiment dignes de défendre une cause
religieuse. On pouvait bien réunir autour des urnes un certain nombre
d'électeurs pour élire, d'après la nouvelle loi, des curés, voire
même des évêques, mais ils se dispensaient ensuite d'assister au
prône et, le plus souvent, ne réussissaient pas à y faire aller leurs
familles. Tandis que, jusqu'à ce moment, les membres du bas clergé,
sortis du peuple, avaient été, du moins en majeure partie, dévoués
à la cause populaire, ils se voyaient maintenant placés entre la loi
et leur conscience, qui, façonnée par l'éducation de l'Eglise, devait
naturellement leur défendre toute désobéissance aux évêques et au
Saint-Père sur le terrain religieux. Les défenseurs de la Constitution
civile du clergé avaient beau jurer qu'ils ne touchaient en rien
aux questions dogmatiques, que la foi de l'Eglise restait entière.
A strictement parler, ils disaient vrai; beaucoup de bons catholiques
l'admettent aujourd'hui, et des croyants sincères le reconnurent même
alors.

Mais il n'en restait pas moins vrai que la loi nouvelle proclamait le
schisme, en séparant l'Eglise de France du chef de la chrétienté
catholique, en brisant la puissante hiérarchie sur laquelle elle
s'appuyait jusque-là. A moins d'être volontairement aveugle, on ne
pouvait se dissimuler le formidable conflit qui éclaterait, de Bayonne
à Landau, dans chaque paroisse du royaume, du moment qu'on passerait
de la théorie pure dans le domaine des faits. C'est cet aveuglement,
volontaire ou non, qui constitue l'un des griefs les plus sérieux
contre les orateurs et les philosophes de la Constituante. L'ignorance
ou la légèreté sont également coupables chez ceux qui décident des
destinées d'un grand peuple, et l'on ne peut épargner l'une au moins
de ces épithètes aux représentants de la France quand on les voit
jeter un pareil ferment de discorde nouvelle dans les masses
déjà surexcitées par la crise politique. Ce ne fut pas l'œuvre
particulière de l'Assemblée Nationale seulement qui fut détruite dans
les convulsions de cette seconde révolution, greffée sur la première,
c'est l'ensemble même des idées libérales de 1789 qui faillit y
périr tout entier.

Quand le vote décisif eut eu lieu, quand la Constituante eut déclaré
démissionnaires tous les évêques et curés qui ne prêteraient pas le
nouveau serment imposé par la loi, elle eut elle-même comme une vision
fugitive des difficultés du lendemain. Longtemps après avoir reçu
la sanction royale, le décret du 12 juillet resta lettre morte.
Ceux d'entre les ecclésiastiques qui siégeaient comme députés
et refusaient le serment ne songèrent pas à quitter l'Assemblée
Nationale, et continuèrent à occuper leurs sièges épiscopaux, leurs
cures de ville ou de campagne, exerçant leur ministère au milieu de
l'approbation de leurs ouailles. Cette période d'hésitation ne
pouvait durer pourtant. Ayant décrété la révolution théorique dans
l'Eglise, il était dans la logique des faits que l'Assemblée Nationale
décrétât également sa mise en pratique. C'est ce qu'elle fit enfin
dans sa séance du 27 novembre, et c'est à ce moment aussi que la
question de la Constitution civile du clergé, qui n'avait encore guère
préoccupé les esprits dans notre province, devint subitement aiguë
pour l'Alsace.

Le cardinal de Roban, désormais à l'abri de toute atteinte des lois
dans la partie transrhénane de son diocèse, fut l'un des premiers
parmi les hauts dignitaires de l'Eglise à prendre la parole pour
protester contre les mesures de la Constituante, au moment où celle-ci
libellait son décret du 27 novembre. Dans les derniers jours du
mois, l'imprimeur de l'Evêché, Le Roux, publiait à Strasbourg une
_Instruction pastorale_ détaillée de Son Altesse éminentissime,
Monseigneur le cardinal de Rohan, prince-évêque de Strasbourg, signée
à Ettenheimmünster, le 28 novembre 1790.

Le cardinal y fulminait avec vigueur contre „les hommes pleins
d'amour-propre, ennemis de la paix, enflés d'orgueil, plus amateurs de
la volupté que de Dieu” qui „travaillent de concert pour miner le
trône et l'autel.” Il se déclarait „prêt non seulement à parler,
mais à verser son sang pour la cause de Dieu et de son Eglise”, et
procédait ensuite à l'énumération de tous les motifs qui devaient
empêcher les fidèles d'accepter „l'organisation du clergé par des
personnes étrangères au ministère saint.” Après avoir rappelé
les doctrines constantes de l'Eglise à ce sujet, il affirmait, non sans
contredire de la sorte certaines protestations antérieures, qu'il ne
se plaignait pas des décrets qui dépouillent le clergé, et qu'il
„serait même au comble de ses vœux si ce dépouillement guérissait
les plaies de l'Etat.” Il concluait en disant que tout chrétien
„peut faire serment d'observer les lois, en tant qu'elles ne sont
pas contraires aux objets qui concernent essentiellement la religion et
l'autorité spirituelle que Dieu a confié à son Eglise.” Mais comme
les chrétiens „ne peuvent reconnaître pour pasteurs légitimes
que ceux que leur donne l'Eglise”, il résultait de l'_Instruction
pastorale_ l'obligation pour tout ecclésiastique de refuser le serment,
sous peine d'être considéré comme schismatique et d'encourir les
punitions réservées à de pareils coupables.

Le cardinal de Rohan ordonnait en même temps que ce mandement serait
lu au prône du dimanche suivant par tous les curés, vicaires et
prédicateurs de son diocèse. C'était une déclaration de guerre au
pouvoir civil qui allait être promulguée de la sorte dans toutes les
paroisses catholiques d'Alsace. Le manifeste épiscopal se terminait
bien par des paroles onctueuses sur la douceur de „vivre dans la
paix” et par l'invocation du „Dieu d'amour et de paix”, mais cette
phraséologie de convention ne pouvait faire illusion sur la véritable
portée du document. Il faut bien avouer, d'autre part, qu'on se figure
difficilement, à cette date, un prince de l'Eglise usant d'un langage
différent de celui que nous venons d'entendre. La génération d'alors
allait se trouver en présence d'une de ces antinomies, insolubles en
théorie, et qui provoquent des conflits grandioses, comme l'histoire
en a déjà tant vu entre l'Eglise et l'Etat, conflits de principes
également exclusifs et qui se terminent d'ordinaire au moyen de quelque
coup de force brutale, sauf à renaître plus tard avec une nouvelle
violence. Quand un souffle puissant d'indépendance et de foi libre
agite les esprits, c'est l'Eglise qui recule et plie; quand au contraire
ce souffle fait défaut, l'Etat autocratique ou révolutionnaire, les
politiques souples et déliés, ou terrifiants, finissent d'ordinaire
par avoir le dessous, parce que du côté de l'Eglise on invoque un
principe qui, même égaré, même allégué sans raison, reste toujours
auguste et sacré, celui de la liberté des consciences.

Il n'en est point d'autre qui permette de juger avec quelque justice les
partis ennemis dans une lutte religieuse pareille. C'est à sa lumière
que nous tâcherons d'apprécier les événements qui vont se dérouler
en Alsace et tout particulièrement à Strasbourg. Nous honorerons la
liberté de conscience chez le prêtre réfractaire, qui sacrifie sa
position mondaine, et bientôt la sécurité de son existence, aux
exigences de sa foi religieuse. Nous la respecterons aussi chez le
prêtre assermenté sincère, qui ne croit pas impossible d'unir les
vertus ecclésiastiques à la pratique des devoirs du citoyen, et quand
nous verrons bientôt les partis se déchirer avec rage et se couvrir
d'injures, nous tâcherons de rendre à chacun d'eux la justice qu'ils
se refusent l'un l'autre, sans voiler les fautes et les excès que
l'histoire est obligée de leur reprocher à tous.



                                VIII.


La déclaration du cardinal de Rohan fut immédiatement dénoncée à la
Société des Amis de la Constitution de notre ville. Dans sa séance
du 30 novembre, un membre appela l'attention de ses collègues sur
cette „insolente protestation” et demanda qu'on la signalât à
l'Assemblée Nationale. La réunion fut unanime à „témoigner son
horreur pour un écrit dont chaque phrase est un monument de calomnie
et d'hypocrisie intéressée”, et adopta la proposition, qui fut
également votée, deux jours plus tard, par la municipalité, sur la
proposition du procureur-syndic de la commune. Déjà le maire avait
fait saisir chez l'imprimeur et chez un relieur les formes et de
nombreux exemplaires de l'_Instruction pastorale_. Les journaux
strasbourgeois applaudissaient à ces actes de rigueur et se plaisaient
à faire ressortir la différence marquée entre l'attitude du clergé
catholique et celle des ministres du culte protestant. Ils rapportaient
tout au long les prières patriotiques prononcées chaque jour au
Séminaire protestant pour appeler les bénédictions divines sur les
travaux de l'Assemblée Nationale, et signalaient l'entrain avec lequel
les jeunes théologiens de l'Internat de Saint-Guillaume se faisaient
inscrire sur les listes de la garde nationale. La Société populaire
décidait, quelques jours plus tard, qu'elle ne s'en tiendrait pas à
cette mesure plus négative, mais qu'elle chargerait des commissaires
de faire des extraits des Canons de l'Eglise et de les traduire dans les
deux langues, afin de les répandre parmi le peuple, pour lui montrer
que les plus anciennes constitutions ecclésiastiques elles-mêmes
prescrivaient l'élection des évêques par tout le peuple
chrétien[11]. Elle espérait les meilleurs résultats de cette campagne
théologique.

[Note 11: Procès-verbaux manuscrits de la Société des Amis de la
Constitution, séance du 3 décembre 1790.]

Cependant le clergé n'avait point osé suivre jusqu'au bout, du moins
à Strasbourg, les instructions du prince de Rohan et donner lecture de
son mandement aux fidèles. Quelque bien disposée que fût la majorité
du Directoire du département, elle avait craint pourtant d'exciter le
mécontentement public en connivant à pareille transgression de la loi.
Saisi d'ailleurs par une dénonciation formelle des administrateurs du
district, le président du Directoire, l'ex-ammeister Poirot, avait
pris un arrêté défendant toute communication officielle du factum
épiscopal. Cette soumission apparente du clergé strasbourgeois fit
même naître chez certains observateurs superficiels des espérances
tout à fait illusoires quant aux sentiments intimes et à l'attitude
future de l'immense majorité des ecclésiastiques d'Alsace. Trop
semblable en son optimisme à la majorité de l'Assemblée Nationale,
la bourgeoisie libérale de Strasbourg ne se rendait que fort
imparfaitement compte de la véritable disposition d'esprit des masses
catholiques.

Elle s'exagérait volontiers des faits sans importance majeure, comme
la réception, à la Société populaire, d'un recollet défroqué,
dont les effusions patriotiques étaient vivement acclamées[12]. Elle
applaudissait aux attaques virulentes contre la ladrerie de l'évêque
fugitif, quand, dans la même séance où le P. David avait pris la
parole, un jeune peintre, nommé Guibert, dénonçait Rohan comme
refusant d'acquitter une vieille dette de cinq cents livres, et faisait
le récit de son pèlerinage à Ettenheim pour obtenir au moins un
à-compte, pèlerinage dont il était revenu sans le sol. Ce n'était
pas cependant par des épigrammes, par des attaques personnelles de
ce genre, quelque justifiées qu'elles pussent être, qu'on pouvait
espérer vider la question religieuse. Le cardinal, tout criblé de
dettes peu honorables, n'en restait pas moins le chef obéi du parti
catholique en Alsace, et ceux qui en doutaient encore allaient être
forcés d'en convenir tout à l'heure eux-mêmes.

[Note 12: Procès-verbaux de la Société, 14 décembre 1790.]

A la campagne, en effet, les doléances de l'évêque étaient prises
fort au sérieux; le bas clergé répandait à pleines mains les
protestations de ses supérieurs; les colporteurs juifs étaient
chargés (chose bizarre!) de la propagande des écrits séditieux et
l'indignation contre les persécutions infligées à la religion était
générale. C'était un cas bien exceptionnel quand on pouvait annoncer
au club strasbourgeois le triomphe des principes constitutionnels,
comme son correspondant de Bürckenwald près Wasselonne, qui se vantait
d'avoir facilement détruit l'effet du prône chez ses concitoyens par
quelques observations calmes et sensées[13]. Comment d'ailleurs
cela aurait-il été possible autrement chez des populations assez
arriérées et naïves pour qu'on pût leur expédier, sous le cachet
(naturellement falsifié) de l'Assemblée Nationale, des ballots entiers
de pamphlets incendiaires, imprimés dans les officines d'outre-Rhin!
Les maires eux-mêmes, auxquels parvenaient ces envois, les
distribuaient avec empressement à leurs administrés comme documents
officiels et n'y mettaient peut-être aucune malice[14]. On ameutait
surtout les paysans contre les acquéreurs de biens ecclésiastiques;
dans certains villages les officiers municipaux annonçaient de
confiance que ces ventes étaient défendues par le gouvernement[15],
et cela encore ne paraissait pas extraordinaire à ces pauvres cervelles
troublées et mises à l'envers par le prodigieux bouleversement des
deux dernières années.

[Note 13: Procès-verbaux du 10 décembre 1790.]

[Note 14: _Wöchentliche Nachrichten für die deutschredenden Bewohner
Frankreichs_, du 10 décembre 1790.]

[Note 15: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 18 décembre 1790.]

La vente des biens nationaux se poursuivait en effet avec une lenteur
désespérante en Alsace. Les journaux du chef-lieu annonçaient, il est
vrai, le 22 novembre, la mise en vente de quelques-unes des principales
maisons ecclésiastiques de Strasbourg, l'Hôtel de Neuwiller (mise
à prix 60,000 livres), l'Hôtel d'Andlau (26,000 livres), celui de
Massevaux (32,000 livres), etc. Mais ce ne fut que le 17 décembre que
l'administration du district réussit enfin à trouver des acquéreurs
pour quelques biens nationaux à la campagne. Ce fut l'ancien
_schultheiss_ de Kuttolsheim qui, le premier, s'enhardit à payer
4000 livres pour les biens curiaux de son village, et cet acte de
„patriotisme” parut tellement extraordinaire que la Société des
Amis de la Constitution résolut de le fêter par un grand banquet,
dont la description remplit plusieurs colonnes des feuilles publiques
d'alors. Négociants et soldats, fonctionnaires, ouvriers et paysans y
participèrent, et le président du district offrit au dessert un fusil
au héros de la fête, pour se défendre contre les agressions
des mauvais citoyens, détail significatif et qui montre bien la
surexcitation des esprits à ce moment de notre histoire locale[16]. Une
fois la glace rompue, les acquéreurs se présentèrent en plus grand
nombre, surtout à Strasbourg, où, dès le 20 décembre, nous voyons
MM. Charpentier et Nagel se rendre acquéreurs des maisons de deux
chanoines de Saint-Pierre-le-Jeune, MM. de Régemorte et Jeanjean.

[Note 16: Précaution parfaitement justifiée d'ailleurs, il faut
l'avouer, par les infâmes excitations que ne cessaient de faire
entendre alors certains pamphlétaires, comme par exemple l'auteur de
l'écrit _Lieber Herr Mayer und Mitbrüder_, condamné par jugement
du tribunal de Strasbourg, du 30 décembre 1790, et qui proposait
„d'assommer en masse ceux qui achèteraient pour un florin de biens
ecclésiastiques”. On trouvera des extraits de ce factum, sur lequel
nous aurons à revenir, dans Heitz, _Contre-Révolution en Alsace_, p.
46 et suiv.]

Mais la lutte allait éclater, plus violente encore, sur un terrain
moins accessible à des considérations d'ordre matériel et plus
favorable par suite à l'attitude intransigeante du clergé! Nous avons
vu que l'Assemblée Nationale avait prescrit, depuis de longs mois,
d'inventorier les biens des chapitres et collégiales et de réunir
leurs archives à celles des districts. En vertu de cette loi,
le transfert des dossiers et parchemins du chapitre de
Saint-Pierre-le-Jeune avait été fixé par les autorités compétentes
au 3 janvier 1791. A peine cette mesure avait-elle été décidée,
qu'on vit se répandre en ville des bruits de nature à exciter les
alarmes de la population catholique du quartier. Des fauteurs de
troubles y couraient les rues et les maisons, annonçant la suppression
du culte, affirmant que les administrateurs du district avaient donné
l'ordre d'enlever tous les vases sacrés et de procéder à la fermeture
de l'église. De pareilles excitations devaient porter leurs fruits. Une
foule de curieux, entremêlés de fanatiques, parmi lesquels les
femmes du peuple se distinguaient par leurs intempérances de langage,
accoururent vers quatre heures et demie du soir, se ruèrent dans le
sanctuaire et quelques forcenés se mirent à sonner le tocsin. L'émoi
fut grand par toute la ville; M. de Dietrich réunit à la hâte le
corps municipal, fit prendre les armes à la garde nationale et la
dirigea, renforcée par plusieurs pelotons de la garnison, vers le lieu
du tumulte. Mais la présence des troupes ne fit qu'irriter encore la
colère toute gratuite des émeutiers en jupon; elles se mirent à jeter
du gravier et des pierres à la tête des soldats et l'on eut beaucoup
de peine à dissiper l'attroupement à la tombée de la nuit et sans
effusion de sang. Le transfert des archives ne put être opéré que le
jour suivant, et se fit alors sans encombre.

L'opinion publique avait été vivement frappée par cette prise
d'armes, par ce „tumulte ourdi par les bonzes, avec le concours de la
pire canaille”, comme l'écrivait le lendemain l'un des journaux de
Strasbourg. La municipalité tâcha de prévenir le retour de pareils
excès, en affichant, dès le 4 janvier, une proclamation chaleureuse à
tous les habitants de la ville, les suppliant de ne pas prêter la main
„à des desseins criminels, des erreurs bien graves ou des impostures
bien coupables.” Elle s'adressait en particulier aux ecclésiastiques
de tous les cultes pour leur demander leur concours: „Lorsque le
peuple se trompe, c'est à eux à lui montrer les premiers chrétiens,
sujets fidèles, n'oser tirer le glaive que pour la patrie, martyrs pour
leur Dieu, quand il les appelait à ce sanglant hommage, mais toujours
soumis à l'autorité. C'est à eux à sauver à la religion des
horreurs qui effrayent et dégradent l'humanité.” M. de Dietrich
promettait en terminant le plus entier respect pour les intérêts
religieux de ses administrés: „Tous les membres (du corps municipal)
sacrifieront leur vie avant de laisser outrager la religion ou violer
les loix, qu'ils ont juré de respecter, la religion qui est chère à
tous les bons citoyens, les loix dont l'observance est nécessaire pour
le bonheur de celui-même qui croit qu'elles blessent ses intérêts,
car leur mépris serait le commencement de l'anarchie la plus
cruelle.” Il était malheureusement plus facile de réunir ainsi ces
deux principes hostiles dans une même période que de les amener à
coexister pacifiquement dans la vie politique; c'est parce qu'elle n'a
pas su résoudre le problème posé par ce redoutable dilemme, que
la Révolution française, après avoir donné de si magnifiques
espérances, a fini par un avortement si tragique.

Le lendemain, 5 janvier, le maire adressait encore une circulaire
spéciale à tous les curés et pasteurs de la ville, au sujet de ces
troubles regrettables, avec prière d'en donner lecture au prône du
dimanche suivant. Mais ce n'étaient pas les circulaires patriotiques
de quelques autorités municipales qui pouvaient arrêter l'essor des
parties adverses, qui se croyaient dorénavant tout permis. Pendant
qu'on enflammait le zèle contre-révolutionnaire des campagnes, dans
les villes mêmes les garnisons étaient sollicitées, soit par leurs
officiers nobles eux mêmes, soit par des émissaires clandestins
subalternes, à faire cause commune avec les champions du trône et de
l'autel. On distribuait à celle de Strasbourg de l'argent, des cocardes
blanches, des brochures royalistes, cadeaux qui n'étaient pas toujours
bien reçus, puisqu'on nous assure que les grenadiers de l'un des
régiments de notre ville, après avoir bu l'argent offert à la
santé de la Nation, avaient arboré ladite cocarde....au fond de leurs
hauts-de-chausses[17].

[Note 17: _Geschichte der gegenw. Zeit_, du 14 janvier 1791.]

Quant à la population civile, on tâchait de la mettre également
en émoi par les inventions les plus absurdes; témoin la pièce
intitulée: _Dénonciation; on veut donc encore nous désunir?_ qui
répondait à ces bruits calomnieux et qui date de ces premiers jours
de janvier. „Les bons citoyens de Strasbourg, y était-il dit,
catholiques et protestants, viennent d'apprendre qu'on va de maison en
maison pour insinuer aux hommes simples et crédules que les protestants
sont prêts à s'emparer de la Cathédrale, des deux églises de
Saint-Pierre et de celles des Capucins. Ils s'empressent de manifester
l'indignation qu'excite dans toute âme honnête ces coupables intrigues
et ces menées ténébreuses, que les ennemis de la paix et du bon ordre
osent voiler du prétexte de la religion. Les protestants déclarent que
jamais ils n'ont pu concevoir un semblable projet, et les catholiques
dévoués à la chose publique protestent de leur côté..... qu'ils
doivent à la justice de reconnaître que les protestants se sont
toujours montrés incapables de pareilles actions, que le soupçon même
serait une injure pour ceux-ci, et que ce bruit, que l'on cherche
à accréditer, ne peut être que le fruit de l'imposture et de la
calomnie.”

Si une partie au moins de la population strasbourgeoise se laissait
prendre à d'aussi ridicules mensonges, on devine quel accueil faisaient
certains groupes, plus particulièrement intéressés, aux mesures
nécessitées par la mise en pratique des articles de la Constitution
civile du clergé. Le 4 janvier 1791, la Constituante avait enfin exigé
de ses propres membres ecclésiastiques le serment prescrit par la loi
nouvelle, sous peine d'être déclarés déchus des fonctions qu'ils
avaient occupées jusque-là. On dut alors procéder également en
province à la réalisation des décrets, toujours différée dans un
esprit de modération peut-être excessive, puisqu'on avait laissé le
temps à l'opinion contraire de s'aigrir par de longues polémiques
et de se fortifier en même temps par le manque, au moins apparent,
d'énergie gouvernementale. Mais on s'y prit maladroitement à
Strasbourg. Le 14 de ce mois le procureur-général syndic du
département, M. de Schauenbourg, adressait à Mgr. Lanz, évêque de
Dora _i.p._ et suffragant du cardinal, ainsi qu'à MM. Donery et de
Martigny, prévots des chapitres secondaires, une copie officielle
des décrets de l'Assemblée Nationale, afin d'empêcher „que les
ci-devant chapitres, ignorant la rigueur des lois, ne s'exposassent
à quelques scènes scandaleuses en continuant leurs fonctions.” La
lettre était quelque peu équivoque; elle avait l'air de viser toutes
les fonctions ecclésiastiques en général, alors qu'elle ne devait que
notifier la cessation des cérémonies canoniales, et nullement celle
du culte public de ces trois églises. L'était-elle à dessein? Les
chanoines se méprirent-ils, de propos délibéré, sur le sens de
l'injonction que leur transmettait l'autorité civile? Beaucoup le
crurent alors[18], et plusieurs, sachant de quelles petites perfidies
sont capables les partis en temps de lutte, pencheront sans doute à
le croire encore aujourd'hui. Toujours est-il que le résultat de cette
démarche, dont la municipalité n'avait reçu aucune notification
préalable, faillit être désastreux; les chanoines des trois
chapitres, touchés de la notification, firent cesser brusquement
tous les offices, tant à la Cathédrale qu'aux deux églises de
Saint-Pierre, sous prétexte de se montrer soumis à la loi, qui
pourtant ne visait que les collégiales pour l'heure présente.

[Note 18: Voy. par exemple le _Pol. Litt. Kurier_ du 17 janvier 1791.
Dans la _Déclaration du procureur-général syndic du département_,
etc. (s. l. ni d.), publiée quelques jours plus tard, M. de
Schauenbourg n'explique aucunement son attitude ambiguë, mais nous
fournit d'abondants témoignages de son antipathie pour M. de Dietrich.
Il va jusqu'à affecter de croire que les pièces officielles,
imprimées par ordre du maire, sont supposées!]

Quand le lendemain, les cloches, qui depuis tant d'années appelaient
les fidèles au culte, ne se firent point entendre, l'émotion fut
grande dans le public, on le croira sans peine. On avait donc eu raison
de dire que la loi nouvelle en voulait à la religion même et que
l'ère des persécutions allait s'ouvrir! Le ressentiment du maire et
des administrateurs du district est également facile à comprendre. Ils
étaient officiellement responsables de la tranquillité publique et se
voyaient brusquement à la veille de troubles nouveaux, sans avoir été
prévenus des mesures qui vraisemblablement allaient les faire naître.

M. de Dietrich écrivit encore à la hâte, le 15 au soir, aux
curés des paroisses de Saint-Laurent, de Saint-Pierre-le-Vieux et
de Saint-Louis, pour les inviter à célébrer le service divin, le
lendemain, comme à l'ordinaire; et pour les prier de passer le
soir même à l'Hôtel-de-Ville, afin de s'entendre avec eux sur la
réglementation des offices dans les paroisses catholiques. Il envoyait
en même temps à M. Dupont, le remplaçant temporaire d'Ignace
Pleyel, comme maître de chapelle de la Cathédrale, l'ordre formel de
fonctionner le lendemain à la grand'messe de la Cathédrale, avec tous
ses acolytes, afin de remplacer les chantres du Grand-Chœur. Il fallait
en effet montrer aux bonnes âmes, inquiétées par les bruits répandus
dans le public, qu'on ne songeait aucunement à supprimer les services
des paroisses, en prononçant la suspension des chapitres conformément
à la loi.

Mais en même temps que la municipalité essayait de rassurer ainsi
les catholiques de la ville, elle voulut marquer aussi son entière
obéissance à l'Assemblée Nationale, en faisant afficher, ce même
samedi, 15 janvier, un arrêté qui enjoignait aux ecclésiastiques
fonctionnaires publics de prêter le serment, selon la formule votée le
26 décembre 1790, dans les lieux indiqués par ladite loi, et ce, dans
le délai de huitaine. Deux jours au plus tard avant l'expiration de ce
délai, les ecclésiastiques devraient venir déclarer à la Mairie
leur intention de prêter le serment, et se concerter avec le maire pour
fixer le moment de la prestation solennelle. L'arrêté du 15 janvier
n'avait rien à voir, au fond, avec la suppression des chapitres; mais
sa publication n'en fut pas moins malencontreuse, car elle contribua
pour sa part à entretenir l'agitation dans les esprits. Depuis si
longtemps on parlait du serment obligatoire sans qu'on l'eût réclamé
du clergé; celui-ci s'était habitué à croire qu'on n'oserait plus le
lui demander. Cette brusque invitation à se décider dans la huitaine,
montrait tout à coup aux plus insouciants combien la crise devenait
aiguë et réclamait une décision immédiate de la part de tous ceux
qui voulaient continuer à figurer parmi les salariés de l'Etat. Aussi
les meneurs du parti, voyant le désarroi général, pensèrent sans
doute qu'autant valait entamer de suite le combat que de recommencer à
nouveaux frais huit jours plus tard. Ils décidèrent donc de maintenir
dès ce jour la grève du clergé séculier, qui pourtant aurait pu
fonctionner tranquillement une semaine de plus, avant de se prononcer,
au vœu de la municipalité, pour ou contre l'acceptation des lois
ecclésiastiques nouvelles.

Le maire avait fait imprimer, dès le soir même du 15 janvier, la
lettre adressée par lui aux administrateurs du district, les lettres
écrites aux différents curés, la réponse du Directoire du district,
toutes les pièces officielles en un mot, qui devaient permettre au
public de juger en connaissance de cause le prologue du grand conflit
qui allait s'engager à Strasbourg, comme dans la France entière. La
bourgeoisie éclairée des deux cultes se prononça, comme on pouvait
le prévoir, en grande majorité, d'une manière approbative. Pour elle,
les ecclésiastiques étaient avant tout, selon la phrase consacrée
d'alors, des „officiers de morale publique”, salariés par l'Etat,
et comme tels, devant obéissance aux prescriptions légales, plus
encore que les simples citoyens.

Mais le petit peuple catholique et les femmes de toutes les classes ne
jugeaient pas la question à ce point de vue juridique ou philosophique.
Ces groupes nombreux se sentaient lésés dans leurs intérêts
religieux, et leurs consciences s'alarmaient à l'idée de perdre
bientôt les conducteurs spirituels dont ils avaient suivi jusqu'ici
docilement les conseils. Leur mécontentement s'exhalait en plaintes
plus ou moins violentes; on avait beau leur dire que la Constituante
ne voulait nullement expulser brutalement les curés et vicaires en
fonctions, ni interrompre en aucun lieu l'exercice salarié du culte
public. Ceux-là même qui refuseraient le serment seraient admis à
continuer leurs fonctions jusqu'après l'élection de leurs successeurs
[19]. Les masses n'entrent jamais dans l'examen des nuances, qu'il
s'agisse de questions politiques ou religieuses. Il leur faut des
drapeaux aux couleurs bien voyantes, même un peu criardes, des
professions de foi bien explicites et bien ronflantes, et le clergé
disposait pour la bataille d'un signe de ralliement et d'un mot d'ordre,
à nuls autres pareils, le maintien de l'unité de l'Eglise et de la
liberté des consciences.

[Note 19: Copie d'une lettre du Comité ecclésiastique à MM. les
officiers municipaux de Strasbourg, du 16 janvier 1791. Strasb.,
Dannbach, 1791, 4 pages in-4°.]

Aussi le dimanche, 16 janvier, vit-il les différentes églises
catholiques de Strasbourg remplies d'une foule compacte de fidèles des
deux sexes, venus les uns pour voir s'il se passerait quelque chose, ou
ce qui allait se passer, les autres pour supplier le Ciel d'intervenir
en faveur de la bonne cause. Tout ce monde était ému, plus bruyant que
recueilli, et des voix s'élevaient parfois pour accuser la tyrannie du
gouvernement et la municipalité. Cela se faisait avec d'autant moins
de gêne que les prêtres ne se montraient nulle part, ce jour là, soit
pour éviter, comme ils le dirent plus tard, les insultes de quelques
exaltés, soit encore pour réveiller dans les âmes dévotes le
sentiment attristant de leur futur abandon spirituel. Des groupes de
soldats et de gardes nationaux stationnaient dans l'enceinte sacrée,
suivant de l'œil les manifestants les plus exaltés et procédant, le
cas échéant, à leur arrestation provisoire.

Nous avons conservé un tableau assez fidèle de la disposition des
esprits dans le parti catholique à Strasbourg en cette journée, dans
une lettre écrite sur les lieux, le lendemain même, par un membre du
Conseil général du Haut-Rhin, bon catholique, qui séjournait pour
affaires dans notre ville. Voici quelques passages de cette lettre de M.
Mueg:

„... Il y a beaucoup de fermentation à Strasbourg par rapport aux
lois de la Constitution civile du Clergé et le serment qu'on exige des
prêtres; les Collégiales et le Grand-Chœur ont cessé samedi
dernier leurs heures canoniales; mais ils ont déposé au Directoire du
département des protestations très énergiques contenant le motif de
leur obéissance, qui est de prévenir les troubles. En effet, le peuple
catholique a vu cette diminution trop sensible de l'éclat du service
divin avec le plus grand chagrin. On se porte avec empressement dans les
églises pour y faire des prières publiques, auxquelles les prêtres
n'assistent point, parce qu'ils n'oseraient le faire sans s'exposer à
être poursuivis comme perturbateurs du repos public... Hier, dimanche,
dans l'après-dîner, un insolent qui s'est trouvé à ces prières
publiques, à la Cathédrale, s'est permis de dire tout haut qu'il
n'y aura point de repos jusqu'à ce qu'on ait massacré ces gueux de
prêtres. Cela a excité une rumeur. Des soldats d'artillerie présents
lui ont mis la main sur le corps. La sœur de ce particulier, qui se
trouvait aussi à l'église, voyant son frère aux prises, s'est jeté
entre lui et les soldats, et je crois qu'il leur est échappé [20].
Cela a fait tant de train que le maire en a été averti... On a envoyé
un ou plusieurs détachements aux portes de la Cathédrale, et pendant
le reste de la soirée et toute la nuit, la ville a été croisée par
nombre de patrouilles. On craint le moment de la prestation du serment
des prêtres, fixé à dimanche prochain, et plus encore le jour de
l'élection des nouveaux fonctionnaires, à laquelle il faudra en venir,
si l'Assemblée Nationale persiste dans la rigueur de ses décrets....
Le Directoire du département est dans le plus grand embarras; il en a
écrit à l'Assemblée Nationale [21]....

[Note 20: Nous devons faire remarquer qu'il y a une version infiniment
plus vraisemblable de cet épisode de la Cathédrale dans la _Geschichte
der gegenwärtigen Zeit_ (17 janvier 1791). D'après ce journal, cet
interrupteur aurait demandé, sur un ton séditieux et usant de paroles
inconvenantes, la réouverture du chœur et aurait été empoigné
là-dessus par quelque artilleurs _patriotes_ et conduit à la Mairie.]

[Note 21: _Nouvelle Revue catholique d'Alsace_. Rixheim 1886, p. 118.]



                                  IX.


Mais ce n'étaient pas ces agitations, purement extérieures, qui
préoccupaient le plus les dépositaires de l'autorité publique. La
population strasbourgeoise n'a jamais montré beaucoup de goût pour les
brutalités révolutionnaires, et même aux heures les plus troubles
de notre histoire moderne, la guerre des rues n'y a point traduit en
pratique, comme autre part, l'anarchie des esprits. Le danger de la
situation semblait ailleurs; les chefs du parti constitutionnel le
voyaient dans la tentative d'une organisation plus complète du parti
catholique et contre-révolutionnaire, opposant club à club, tribune
à tribune, et déchaînant sur Strasbourg et sur l'Alsace, si agités
déjà, toutes les horreurs de la guerre civile, au moment précis
où l'attitude des puissances étrangères commençait à inspirer des
craintes sérieuses aux patriotes.

Pour nous, qui étudions aujourd'hui les choses à distance, ces
craintes peuvent paraître exagérées, quand nous considérons quels
faits leur donnèrent naissance; mais il ne faut point oublier dans quel
état d'excitation continuelle se trouvait alors l'esprit public. Voici
donc ce qui avait motivé les inquiétudes et les soupçons du parti
constitutionnel: Dans la journée du samedi, 15 janvier, quinze citoyens
catholiques avaient fait au Bureau municipal la notification, exigée
par le décret du 14 décembre 1789, sur les réunions publiques, de
leur intention de s'assembler paisiblement et sans armes, le lendemain,
dimanche, à deux heures de relevée, dans la chapelle du Séminaire.
Ils avaient déclaré verbalement qu'on discuterait dans cette réunion
la circonscription des paroisses, et qu'on rédigerait une adresse, soit
au Roi, soit au Corps législatif, à ce sujet.

Le lundi matin, le maire, qui n'avait encore reçu que des
renseignements assez vagues sur la réunion de la veille, recevait une
seconde notification de la part des mêmes citoyens, portant que ladite
assemblée serait continuée le jour même, à une heure, au Séminaire,
la pétition n'ayant pu être achevée. Le Bureau municipal enregistra
cette déclaration, conformément à la loi, mais le maire fit observer
en son nom aux commissaires de la réunion qu'ils étaient responsables
des décisions qui seraient prises; qu'on avait le droit de réclamer
communication de leurs procès-verbaux, et qu'on espérait d'ailleurs de
leur attachement à leur devoir qu'ils ne délibéreraient pas sur des
objets proscrits par la loi.

Peu après le départ de ces délégués, deux dépositions furent
faites, l'une au procureur de la commune, l'autre au secrétariat de la
Mairie, constatant qu'une grande fermentation régnait dans la réunion
du Séminaire et que les délibérations y avaient porté sur des
matières directement contraires aux décrets de l'Assemblée Nationale.
Sur le vu de ces pièces, M. de Dietrich fit convoquer immédiatement
le Conseil général de la commune, pour lui faire part de ses
appréhensions. On décida de mander immédiatement à la barre le
président, Jean-François Mainoni, marchand-épicier dans la Grand'Rue,
à l'enseigne de l'_Aigle Noir_, et le premier secrétaire, Jean-Nicolas
Wilhelm, homme de loi, afin de les interroger à ce sujet. Au moment où
ils arrivaient à l'Hôtel-de-Ville, le secrétaire du conseil donnait
lecture d'une troisième notification, émanant de l'assemblée du
Séminaire. Se disant „composée de la presque totalité des citoyens
catholiques” de Strasbourg, elle avait arrêté „qu'elle aurait
dorénavant des séances régulières, tous les dimanches et jeudis,
à une heure”, assurant d'ailleurs qu'elle „s'occupait surtout
à maintenir la paix, l'union et le bon ordre.” En d'autres termes,
l'assemblée des catholiques du Séminaire, toute fortuite d'abord,
entendait se transformer en club politique, comme il en existait alors
des milliers dans le royaume.

Le maire, ayant courtoisement fait prendre place au bureau aux
personnages cités devant le conseil, demanda tout d'abord communication
des procès-verbaux de la réunion, afin qu'on pût se rendre compte de
l'esprit qui y avait régné. Mainoni répondit, non sans embarras, que
celui de la première séance avait seul été rédigé, que celui de
la seconde n'était pas encore mis au net. Le secrétaire Wilhelm dut
partir alors pour produire au moins la pièce existante, mais il resta
si longtemps absent qu'on envoya l'un des sergents de la municipalité
à sa recherche pour le ramener avec son procès-verbal. Quand ce
dernier fut lu, on constata qu'il ne mentionnait absolument que la
nomination d'un président et de ses assesseurs. De l'objet des débats,
pas un mot. Il était évident qu'on cachait quelque chose; il y avait
donc quelque chose à cacher. Vivement interpellé, le président
Mainoni dut avouer „qu'il y avait été question ensuite de laisser
tout ce qui concerne la religion, notamment les paroisses et le culte,
sur l'ancien pied”, et qu'à la séance de ce jour on avait arrêté
de présenter à ces fins une adresse au Roi Très-Chrétien, un
mémoire au Département, et une lettre au Pape, pour le prier de faire
part aux catholiques de Strasbourg de sa manière de voir sur le serment
imposé aux ecclésiastiques[22]. Il dit encore qu'on avait décidé de
continuer les séances „pour délibérer sur des objets relatifs à
la conservation de la religion.” Le secrétaire Wilhelm ajoutait, pour
pacifier les esprits, que les séances seraient publiques et que les
citoyens de tous les cultes pourraient y venir.

[Note 22: La _Lettre des citoyens catholiques de Strasbourg à N.S.
Père le pape Pie VI_ (s. lieu ni date, 4 p. in-4°), signée Wilhelm,
et datée du 19 janvier, fut imprimée à part et répandue dans les
deux langues en nombreux exemplaires. Elle est d'ailleurs rédigée en
termes nullement hostiles dans la forme au gouvernement. Mais c'était
le fait même de la correspondance avec un souverain étranger que
frappait la loi.]

Après cet exposé des faits, qui ne s'était produit qu'avec quelque
répugnance, le procureur de la Commune prit la parole. La loi du 26
décembre 1780 porte, dit-il en substance, que toutes les personnes
ecclésiastiques ou laïques qui se coaliseront pour combiner un refus
d'obéir aux décrets seront poursuivies comme perturbateurs du repos
public. Il priait en conséquence le Conseil général de retirer
aux membres de l'association du Séminaire le droit de s'assembler
désormais, „sauf aux dits membres à se réunir pour délibérer
sur tout autre objet non contraire à la loi.” Il proposait en outre
d'envoyer un courrier à l'Assemblée Nationale pour lui faire part
des faits qui venaient de se passer à Strasbourg. Après une courte
discussion, le Conseil général de la Commune décidait en effet
d'envoyer un exprès à Paris pour solliciter l'envoi de commissaires
dans le Bas-Rhin, afin d'y faire mettre à exécution les décrets de
l'Assemblée sur la Constitution civile du clergé; en attendant les
instructions demandées à Paris, l'assemblée du Séminaire était
autorisée provisoirement à continuer ses séances, à charge des
particuliers qui la composent „d'être responsables des événements
qui pourront résulter de leurs délibérations.” En même temps on
décidait de demander à la Constituante que le nombre des paroisses
de la ville et de la citadelle resterait le même; c'était montrer aux
catholiques qu'on entendait protéger leurs droits dans la mesure du
possible.

Au moment où le Conseil général prenait ces décisions, que l'on ne
saurait qualifier d'illibérales, un nouvel incident se produisit, qui
devait singulièrement envenimer les choses. Un membre de la Société
populaire, le négociant Michel Rivage, qui assistait à la séance, se
présenta tout à coup à la barre, demandant à faire une communication
d'importance, intéressant l'ordre et la tranquillité publique. „Vu
les circonstances”, le maire lui donna la parole. Il raconta alors,
pour employer ses propres expressions, „la démarche indécente que
quelques habitantes de cette ville se sont permises ce matin, en allant
porter un écrit de caserne en caserne”, et pria le Conseil général
de mander par devers lui ces dames pour les interroger et connaître
les instigateurs de cette étrange et coupable démarche. En même temps
qu'il mettait sa dénonciation par écrit, on apportait en séance
un exemplaire de la pièce dénoncée, expédiée par M. de Klinglin,
commandant des troupes de ligne, à M. de Dietrich.

Voici en effet ce qui s'était passé: Trois voitures chargées de dames
appartenant à la bonne société catholique, et députées, disait la
rumeur publique, par six cents autres, réunies à cet effet, étaient
parties de l'hôtel du département; à la tête de ces dames se
trouvaient Mme Poirot en personne et Mme Mainoni, la femme du président
de l'assemblée du Séminaire. Elles s'étaient fait conduire au
quartier de Royal-Infanterie, y avaient demandé l'adjudant Migniot,
et quand il s'était présenté à la portière du carrosse, les
occupantes, fort excitées, lui avaient demandé protection pour la
religion catholique et remis des paquets d'imprimés à distribuer
parmi ses camarades. L'adjudant s'était empressé de les porter à ses
supérieurs, et ces dames n'avaient pas été plus heureuses dans les
autres casernes. Elles coururent même grand risque d'être maltraitées
par les soldats, gagnés à la cause populaire, et l'on nous
raconte--espérons que le bruit était faux--qu'au poste de la place
d'Armes on avait déjà préparé des verges pour les fouetter, si elles
avaient passé par là [23].

[Note 23: _Geschichte der gegenw. Zeit_, 19 janvier 1791.]

C'était donc, en somme, une équipée ridicule et manquée, mais qui
n'en contribua pas moins à échauffer les esprits.

Le Conseil général se sépara, le 17 au soir, après avoir approuvé
une „proclamation à tous les citoyens amis de la religion, de la
loi et de l'ordre”, qui recommandait le calme et la concorde. Les
catholiques s'étant plaint de ce que les protestants s'exprimaient
d'une façon blessante sur leur compte, le maire pria les pasteurs
de travailler tout spécialement à l'apaisement des esprits, et pour
répondre à ce vœu, Blessig, le plus éloquent et le plus populaire
d'entre eux, rédigea le lendemain une brochure allemande „Les
protestants de Strasbourg à leurs frères catholiques”, pour
témoigner du bon vouloir de ses coreligionnaires. Mais ce même
jour aussi, la Société des amis de la Constitution, réunie sous la
présidence de Le Barbier de Tinan, votait l'envoi d'une adresse au
Conseil général, pour réclamer la révocation de la permission
provisoirement accordée à la Société des catholiques romains--c'est
ainsi qu'elle s'appelait maintenant elle-même--de continuer ses
séances. Elle décidait en outre de dénoncer à l'Assemblée Nationale
les femmes sorties du département pour répandre parmi les troupes
des écrits insidieux et contraires aux lois. Enfin des délégués
spéciaux devraient déclarer aux divers corps de la garnison „que la
façon dont ils ont reçu ces dames fait autant honneur à leurs mœurs
qu'à leur patriotisme”.

D'autres esprits, moins enflammés, se contentèrent de décocher des
épigrammes plus ou moins spirituelles contre l'immixtion du beau sexe
dans les luttes politiques. Il circula en ville une „Chanson sur les
extravagances catholiques du beau sexe de Strasbourg”, à chanter sur
l'air de _Calpidgi_, qui commençait ainsi:

  Quelle est donc cette bande joyeuse?
  Ce sont des dames scrupuleuses,
  Qui s'en vont en procession
  Epauler la religion (_bis_),
  Et dans ce pieux exercice
  Les vieilles, jeunes et novices
  Vont demander soulagement
  A messieurs du département.

Bien que la pièce soit rare, il nous serait impossible d'en citer la
plupart des couplets, un peu trop lestement troussés à la hussarde,
pour prendre place autre part que dans un _Recueil de chansons
historiques strasbourgeoises_ qui se fera peut-être quelque jour. On
ne se borna point à des chansons. Les soldats, encouragés par les
allocutions des patriotes irrités et par la licence générale qu'on ne
réprimait guère dans les rangs de l'armée, allèrent, dans la nuit
du 19 au 20 janvier, donner une sérénade aux principales d'entre
les ambassadrices cléricales, accompagnés de la musique du corps
d'artillerie, et chantèrent sous leurs fenêtres le _Ça ira_ et une
autre chanson, sans doute populaire à ce moment: _Où allez-vous,
Monsieur l'abbé?_ Le lendemain encore, mis sans doute en verve par ce
premier exploit, des députations des régiments circulaient en ville,
distribuant chez ces dames des cartes de visite, avec enjolivement
d'épigrammes. Elles „sentaient le corps de garde[24], de l'aveu d'un
des journalistes les plus zélés à suivre la campagne contre cette
manifestation féminine, et qui eut à en souffrir personnellement de
son activité patriotique un peu trop intempérante, Mme Mainoni lui
ayant intenté un procès en diffamation, dont nous ignorons d'ailleurs
l'issue[25].

[Note 24: „_Im Grenadierton geschrieben_.” _Gesch. der gegenw.
Zeit_, 21 janvier 1791.]

[Note 25: Simon, le rédacteur en chef de la _Geschichte der
gegemvärtigen? Zeit_. Nous devons dire d'ailleurs, pour avoir parcouru,
la plume à la main, tous ces journaux de Strasbourg, que leur ton, sans
être toujours poli (il est parfois brutal), n'offre rien de semblable
aux attaques vraiment ignobles que nous aurons à signaler
tantôt contre la vie privée des adversaires, dans les pamphlets
contre-révolutionnaires, rien de cet art savamment perfide de
déshonorer sans scrupule un adversaire politique ou religieux, que
nous constatons dans la presse bien pensante ou révolutionnaire de
nos jours. C'était alors l'enfance de l'art, et d'ailleurs l'exiguité
seule de leur format (4 pages petit in-4°) aurait obligé nos feuilles
locales à n'être au fond que des recueils de faits divers.]

Dans la séance du Conseil général de la Commune, tenue deux jours
plus tard, le 20 janvier, à 9 heures, M. de Dietrich commença par
annoncer que la municipalité avait dénoncé les séditieuses à
l'accusateur public; puis il donna lecture de plusieurs dépositions
et témoignages, recueillis dans l'intervalle, et qui donnaient
aux assemblées du Séminaire un tout autre cachet que celui d'une
inoffensive réunion occupée à débattre „la circonscription des
paroisses”. Il y était dit que le sieur Wilhelm, secrétaire de
la Société, avait déclaré à la tribune que la religion était
en danger, et qu'il fallait envoyer un pressant appel aux curés
des villages catholiques voisins. Puis l'ancien notable Ditterich,
professeur à l'Université épiscopale, s'était, à son tour, dans un
discours pathétique, lamenté sur les persécutions qui menaçaient la
foi, et avait déclaré parjures et dignes du mépris de leurs ouailles
tous les prêtres qui prêteraient le serment. Nous savons même que
plusieurs des plus exaltés proposèrent de réclamer (auprès des
puissances garantes?) l'exécution stricte des traités de Westphalie et
de faire ainsi appel à l'étranger. Ce détail, qui, mieux que tout
le reste, marque la surexcitation des esprits dans cette réunion
du Séminaire, fut, il est vrai, soigneusement dissimulé dans les
dépositions des citoyens appelés à la barre, mais il est avoué par
un des pamphlets contre-révolutionnaires les plus haineux, écrits à
ce moment, le _Junius Alsata_[26].

[Note 26: Junius Alsata aux membres des départements, districts et
municipalités du Haut-et Bas-Rhin. S. l. 1791, p. 13.]

Des faits plus graves encore furent allégués. Un nommé Kaetzel, de
Gambsheim, vint attester qu'un émissaire de la réunion catholique
était venu, le mardi, 18, à 5 heures du matin, dans son village,
situé à quelques lieues de Strasbourg, pour appeler les habitants
au secours de leur religion, menacée à Strasbourg. On affirmait que
quatre-vingt-trois villages de l'évêché s'étaient clandestinement
coalisés pour prendre les armes au premier signal, et toute part faite
à l'exagération naturelle de ces temps troublés, ce que nous verrons
plus tard, rend très probable l'existence de conciliabules destinés,
dès ce moment, à s'opposer à l'exécution des lois sur le clergé.

Une discussion des plus vives s'engage alors au sein de la
représentation municipale. Les uns plaident la théorie répressive,
les autres parlent en faveur de la liberté, même pour ceux qui en
abusent; on se croirait transporté dans une des enceintes législatives
où se discutent encore aujourd'hui ces graves problèmes. La discussion
durait encore, quand on apporta dans la salle un factum imprimé, _Avis
au public_, que l'assemblée du Séminaire venait de mettre au jour. Cet
_Avis_ contient en appendice deux pièces, une _Adresse au Roi_, qui lui
demande de suspendre la Constitution civile du clergé, une _Lettre à
N.S.P. le pape Pie VI_, qui l'interroge sur la valeur du serment imposé
aux ecclésiastiques fonctionnaires publics et promet d'obéir à sa
décision souveraine.

La production de cette pièce fit pencher la balance du côté de la
rigueur. La majorité du Conseil trouva séditieuse une adresse qui
s'opposait à la mise en vigueur des lois du royaume, sanctionnées par
le roi, et plus encore l'invitation adressée à un prince étranger
à s'immiscer dans les affaires de la nation. Elle déclare par suite
absolument défendues les réunions du Séminaire; elle intime au
président et à ses assesseurs l'ordre de ne plus se réunir pour
délibérer, même entre eux seuls, et les prévient que la force
publique sera mise en mouvement pour empêcher toute tentative
semblable. Le Directoire du département et celui du district seront
avertis de ce qui s'est passé et priés d'employer toute leur influence
pour calmer l'agitation suscitée dans les campagnes. Une députation,
composée de six membres, dont un seul protestant, leur est envoyée à
cet effet.

On peut se figurer quelle dut être, de part et d'autre, la
surexcitation de nos bourgeois, réactionnaires ou constitutionnels,
quand ils entendirent battre la générale, quand ils virent amener des
canons sur les principales places publiques, accourir les députations
des gardes nationales de Schiltigheim, Westhoffen, Wasselonne, et autres
communes patriotiques, mettant leurs bayonnettes à la disposition des
autorités municipales.

Les adversaires de la Constitution civile du clergé ne se tinrent pas
néanmoins pour battus. Le soir même du 20 janvier, une députation de
la „Société romaine-catholique-apostolique” présentait au bureau
municipal une pétition nouvelle pour obtenir le droit de se réunir,
offrant de réviser les adresses incriminées et d'en effacer tout ce
qui pouvait leur donner une apparence de révolte. Ce motif, allégué
fort habilement, ne put convaincre la municipalité. Elle répondit que
la loi ne connaissait pas de _Société romaine-catholique-apostolique_,
mais seulement des _citoyens_, sans distinction de culte, et qu'elle ne
pourrait répondre qu'à une association qui n'afficherait pas ainsi ses
tendances confessionnelles. „Qu'à cela ne tienne, répondirent les
catholiques; nous changerons de nom.” Et dès le 22 janvier, douze
citoyens déposaient à la mairie une notification, portant qu'ils
„sont dans l'intention de former une société paisible et tranquille,
que la loi autorise qu'ils verront avec plaisir MM. les officiers
municipaux honorer les séances de leur surveillance, et qu'ils ont fait
choix du Poêle des Charpentiers pour y tenir leurs assemblées sous le
nom d'_Amis de l'Union_, le mardi et le samedi de chaque semaine.”

Le même jour encore, le Conseil général leur donnait acte de leur
déclaration; il ne leur refusait pas la permission d'user d'une
liberté constitutionnelle, „mais, attendu le dommage dont a menacé
récemment la chose publique une société, qui, après avoir invoqué
la loi pour se former, s'est bientôt permis d'attaquer la loi-même”,
il rendait personnellement responsables les signataires de tous les
événements qui pourraient arriver de leur réunion, et enjoignait
au corps municipal de faire surveiller la nouvelle société de très
près.

Le tribunal du district, saisi par réquisitoire de M. François-Joseph
Krauss, accusateur public, ne se montra pas fort sévère non plus
contre MM. Mainoni et Wilhelm, accusés, „d'un mépris trop marqué
pour la loi.” Sur le rapport du juge, M. Louis Spielmann, le tribunal,
considérant l'imprimé _Avis au public_ „comme une démarche
illégale, d'autant plus répréhensible qu'elle peut compromettre
la tranquillité publique”, déclarait que cet écrit serait et
demeurerait supprimé comme dangereux, et que tous les citoyens seraient
tenus de rapporter au greffe les exemplaires déjà distribués.
Défense était faite d'en colporter ou vendre aucun exemplaire. Pour le
surplus, M. Louis Zaepffel, juge, est chargé d'en informer et de faire
plus tard le rapport qu'il appartiendra.

Mais la Société des Amis de l'Union n'était pas destinée à vivre
plus longtemps que son aînée. Le 24 janvier, au moment où le Conseil
général de la commune allait lever la séance, on introduisit dans
son sein le procureur-syndic du district qui venait l'alarmer par la
perspective de dangers nouveaux. Il avait reçu la visite des sieurs
Belling et Widenloecher, maire et procureur de la commune de Molsheim,
arrivés en toute hâte pour lui faire part de l'état d'esprit de leurs
administrés. Des instigateurs, envoyés „par les gens du Séminaire,
renaissant de leurs cendres sous le nom captieux de Société de
l'Union”, avaient provoqué à Molsheim une véritable levée de
boucliers contre les décrets de l'Assemblée Nationale. Les ultras
de la vieille ville épiscopale avaient forcé par leurs menaces les
officiers municipaux eux-mêmes à signer les protestations envoyées de
Strasbourg, etc.[27].

[Note 27: Nous devons faire observer que ce maire, Belling, loin d'être
un _patriote_ fougueux, fut plus tard accusé de connivence avec les
non-jureurs.]

A l'audition de ce rapport, le Conseil général décida, séance
tenante, que le Poêle des Charpentiers serait fermé, et la Société
suspendue jusqu'à l'arrivée des commissaires de l'Assemblée
Nationale, dont la municipalité avait instamment demandé la venue.

On peut juger de l'irritation des chefs du parti catholique de
Strasbourg par un curieux pamphlet, imprimé, comme toutes ces
pièces, sans indication de lieu, ni nom d'imprimeur, et contenant une
soi-disante _Lettre écrite de Pont-à-Mousson_, dont l'auteur demande
à son correspondant ce qui se passe dans notre cité. L'ami répond de
Strasbourg, à la date du 25 janvier: „Si vous arriviez en ce
moment, ne rencontrant que des patrouilles, voyant toutes les avenues
hérissées de bayonnettes, le canon braqué sur la place d'Armes, des
postes d'observation sur la plate-forme de la Cathédrale, vous diriez
que vos concitoyens ont réellement échappé aux horreurs d'une guerre
civile...” Et cependant quelle a été la cause innocente de tout ce
tumulte? „Nos concitoyens catholiques se sont réunis pour rédiger
des adresses à l'Assemblée Nationale et au roi, aux fins de conserver
leurs paroisses et tous les ornements nécessaires à la majesté de
leur culte.”

On a vu par ce qui précède qu'on s'était occupé de bien autre chose
encore au Séminaire. C'est ce qu'avoue d'ailleurs le pamphlétaire
anonyme en ajoutant: „Dans le premier mouvement de leur zèle
irréfléchi, ces citoyens se sont permis dans leurs délibérations,
qui ont été imprimées, des réflexions très hasardées sur les
décrets.... A l'instant M. le maire a crié à la coalition.... On
a imaginé de faire courir le bruit que passé 80 communautés se
disposaient à entrer en ville pour massacrer les luthériens. Le maire
a fait le même roman à l'Assemblée Nationale.... Chacun se regarde et
se demande ce que cela signifie; on se demande si le crédit dont M.
le maire jouit, peut lui permettre de pareilles farces.... Le fait est
encore que si l'on avait quelque trouble à essuyer, on ne pourrait
que l'attribuer à l'indignation qu'excitent depuis longtemps parmi
les catholiques, les réflexions indécentes, les calomnies atroces,
l'insolence peu commune des trois gazetiers luthériens, les sieurs
Salzmann, Meyer et Simon, véritables brigands, que depuis six mois
les luthériens sages auraient dû faire périr eux-mêmes sous le
bâton.”

Disons encore, pour n'avoir plus à revenir sur ce sujet, que la
_Société des Amis de l'Union_ fit une dernière tentative pour sauver
son existence, quand les commissaires royaux furent effectivement
arrivés en Alsace. Quelques notables se firent recommander à eux par
leurs amis du Directoire du département, et leur présentèrent une
requête tendant à lever la suspension provisoire de leurs séances.
Mais les représentants du roi ne firent pas bon accueil à cette
demande. „Reconnaissant, d'après les propres termes de la pétition,
que la Société qui demande à se former est la même qui est
provisoirement interdite par la commune et le district” et
„considérant que cette reproduction d'un délit, qui a été déjà
poursuivi, est un outrage direct à la loi”, ils refusèrent non
seulement d'accorder l'autorisation demandée, mais saisirent encore de
„l'exposé inconstitutionnel de ces citoyens” l'accusateur public
du tribunal du district, afin qu'il le joignît au dossier de sa
plainte „contre les ci-devant membres de la Société des
catholiques-romains.”

Ainsi se termina ce curieux épisode des luttes politico-religieuses de
notre cité, que nous avons raconté avec quelque détail, parce qu'il
est mal et peu connu, et qu'il permet de saisir sur le vif l'attitude et
les dispositions des deux partis, qui vont s'entre-déchirer en Alsace.
Les catholiques y ont le beau rôle; ils invoquaient les libertés
constitutionnelles, solennellement garanties à tous. Ils voulaient s'en
servir--cela est incontestable pour tout esprit impartial--pour attaquer
les lois et pour battre en brèche les pouvoirs constitués. Mais cela
était à prévoir dès l'abord, et leur attitude hostile n'aurait pas
dû effaroucher à ce point les partisans de l'Assemblée Nationale,
qu'ils succombassent à la tentation de supprimer la liberté des uns
pour garantir le respect de l'autre. Ils auraient pu se souvenir du mot
de l'historien romain qu'il faut toujours préférer une liberté, même
périlleuse, à la tutelle du pouvoir, imposée dans les intentions les
plus pures. Que gagnait-on d'ailleurs à la suppression des associations
catholiques? La municipalité aurait plus facilement surveillé des
menées ouvertes; elle n'empêchait pas, à coup sûr, les menées
souterraines qui reprirent de plus belle. Par sa manière d'agir, elle
donnait au contraire aux catholiques le droit de se proclamer victimes
de l'arbitraire, de se dire plus maltraités que tous les radicaux et
jacobins du royaume. Sans doute, il est toujours difficile, et surtout
en temps de révolution, de maintenir les esprits récalcitrants,
sans paraître sortir soi-même de la légalité. Mais tout était
préférable à la violation, au moins apparente, d'un droit reconnu
par l'Etat, puisque elle permettait aux pires ennemis de toute liberté
véritable, à ceux qui ne l'ont jamais voulue sincèrement que pour eux
seuls, de se poser en martyrs de la liberté pour tous.



                                  X.


Pendant les quelques jours qui séparèrent les débats orageux,
relatés tout à l'heure, de la dissolution définitive de l'Association
catholique, les autorités du département, du district et de la cité
avaient également pris en main la question du serment civique. Elle
était de la dernière urgence, car l'Assemblée Nationale, obtempérant
au vœu du Conseil général de la commune, avait demandé au roi,
dans sa séance du 20 janvier, l'envoi immédiat de trois commissaires
spéciaux en Alsace, afin d'y calmer l'effervescence des esprits et d'y
faire observer les lois.

Il importait que les représentants de l'autorité suprême pussent,
dès leur arrivée, constater que tout au moins les autorités
municipales n'étaient point récalcitrantes. Aussi le maire
adressa-t-il à chacun des ecclésiastiques, fonctionnaires publics à
Strasbourg, un exemplaire de l'arrêté du 15 janvier, avec une lettre
circulaire, réclamant une réponse immédiate. Mais dans la séance
du Conseil, tenue le 22 janvier suivant. M. de Dietrich était obligé
d'avouer que les réponses reçues étaient fort peu satisfaisantes.
Un très petit nombre d'ecclésiastiques avait consenti à prêter le
serment, et encore en l'entourant de réserves et de restrictions que la
loi défendait d'accepter. Plusieurs avaient cru devoir immédiatement
publier leur réponse. Le plus remarquable peut-être de ces écrits,
tant par l'habile modération dans la forme que par son ton digne et
résigné, était la _Réponse de Joseph-Charles-Antoine Jœglé, curé
de Saint-Laurent de la Cathédrale, à la lettre de M. le maire_,
etc. [28]. Il y déclarait ne pas pouvoir, en conscience, adhérer aux
décrets, sans déplaire à son Dieu, ne reconnaître que le cardinal de
Rohan pour son évêque, et proclamait d'avance la nullité radicale de
tous les actes ecclésiastiques de son successeur éventuel.

[Note 28: S. l. ni nom d'impr., 4 p. 4°.]

Une adhésion se produisit cependant à la séance du 22 janvier. On y
donna lecture d'une lettre de l'abbé Brendel, professeur de droit
canon à l'Université catholique et membre du Conseil général de
la commune, qui annonçait être prêt à obéir à la loi, et
faisait remarquer seulement qu'il avait déjà prêté le serment
constitutionnel en substance, lors de son installation comme notable, en
novembre dernier. Ce n'est pas sans une certaine hésitation que Brendel
avait pris son parti, car on affirme (sans que nous ayions pu vérifier
le fait) qu'il s'était joint d'abord à ses collègues universitaires
pour repousser la Constitution civile du clergé.

Le conseil de la Commune fut si satisfait de cette adhésion presque
inespérée qu'il décida sur-le-champ de faire exprimer à Brendel,
par une députation de quatre membres, toutes ses félicitations sur ce
„qu'il avait donné l'exemple honorable et glorieux de la soumission
à la loi.” Il fixa en même temps la prestation du serment au
lendemain même, dimanche, 23 janvier, afin qu'on pût connaître
enfin, d'une façon nette et précise, les amis et les ennemis de la
Constitution nouvelle.

Ce jour même, un personnage que nous avons déjà nommé, que nous
nommerons souvent encore, l'un des types les plus originaux de ce
temps, fantasque, excentrique, craint de ses amis plus encore que de ses
adversaires, mais au demeurant assez sympathique à cause de son courage
et de sa franchise, le chanoine Rumpler, en un mot, avait essayé de
concilier les éléments inconciliables en dressant une formule de
serment que la municipalité consentait à recevoir comme annexe au
procès-verbal officiel [29], mais qui ne put être employée, puisque
les ecclésiastiques récalcitrants en exigeaient l'insertion dans le
procès-verbal lui-même.

[Note 29: Formule d'une déclaration dont le projet a été conçu par
un prêtre vertueux, fonctionnaire de la Commune, etc. S. l. ni nom
d'imprim., 3 p. 8°.]

En publiant quelques jours plus tard cette pièce désormais inutile,
pour constater ses tentatives civiques, l'abbé Rumpler ajoutait: „Il
est à présumer d'après cela que l'éloignement de ces messieurs
pour tous les moyens propres à maintenir l'ordre et la paix, sans
compromettre la religion, ne part nullement du fond de leur cœur, et
que c'est plutôt l'effet de quelque impulsion _étrangère_. „Il
voulait désigner par là les efforts de plus en plus fructueux du
cardinal de Rohan pour hâter la crise religieuse et politique en
Alsace, et bientôt il put constater lui même avec quelle docilité
l'on obéissait dans les cercles bien pensants à cette influence
étrangère. Pour avoir voulu jouer le rôle malencontreux de
conciliateur, il fut mis à l'index dans les sociétés qu'il
fréquentait de préférence. Il nous a donné, dans une nouvelle
brochure, une description bien amusante de ses mésaventures chez M.
de Martigny, ci-devant doyen de Saint-Pierre-le-Vieux, chez Mme de
Loyauté, Mme de Pithienville, femme du major de la place, et autres
dévotes aristocratiques de Strasbourg[30].

[Note 30: Lettre au rédacteur de la _Chronique de Strasbourg_. S.l. ni
nom d'impr., 7 p. 8º.]

Pendant la nuit du samedi au dimanche, les postes de la garnison et de
la garde nationale furent partout sous les armes, et les libations des
défenseurs de l'ordre et de la loi durent être nombreuses, car ils
affirmèrent le lendemain avoir vu apparaître les trois couleurs
nationales sur la face de la lune. Ce ne furent pas, dit naïvement un
journal, quelques sentinelles isolées, mais des chambrées entières
qui constatèrent ce miracle constitutionnel: un cercle d'un rouge
intense, puis un autre d'un bleu sombre autour du noyau, d'une blancheur
argentée, de l'astre nocturne[31]. Et l'estimable gazetier d'ajouter
que „troupes de ligne et gardes nationaux avaient été touchés
jusqu'aux larmes à l'aspect de cette lune patriotique, transformée en
une gigantesque cocarde nationale.”

[Note 31: C'était, on le sait, la disposition primitive de la cocarde
tricolore.]

Après tout ce que nous venons de dire sur la situation des esprits à
Strasbourg, on ne s'étonnera guère en voyant le rôle prépondérant
joué par la force militaire dans la cérémonie plus ou moins
religieuse du lendemain. Quelle différence entre cette prestation de
serment à la Constitution civile du clergé et l'enthousiasme qui
avait enflammé les cœurs lorsqu'on avait prêté, le 14 juillet, d'une
bouche unanime, le serment patriotique dans la plaine des Bouchers!
Aujourd'hui l'aspect des rues était morne; sur les principales places
de la ville on avait amené des canons, on les avait chargés à
mitraille devant les curieux; évidemment la municipalité craignait des
mouvements populaires, soit de la part des habitants même de la ville,
soit de celle des paysans catholiques du dehors.

Ce fut entouré de bayonnettes que le corps municipal se rendit à
l'église Saint-Louis, dont le curé Valentin avait, seul de tous les
titulaires de Strasbourg, fait connaître son intention de prêter le
serment. Après l'avoir reçu, le cortège se rendit à la citadelle,
dont le curé, le Père capucin Ambroise Hummel, avait, il est vrai,
fourni une réponse semblable, mais qui s'en repentit au dernier moment.
Car il ajouta, paraît-il, quelques restrictions à mi-voix, lorsqu'il
prononça la formule du serment à l'autel, et le greffier n'ayant
pas voulu les insérer au procès-verbal officiel, dressé dans la
sacristie, il écrivit le lendemain une lettre au maire, qui fut
répandue à profusion dans la ville et les campagnes, et dans laquelle
il rétractait solennellement son serment, „le cœur navré de
douleur”, et le déclarait nul et non avenu. On peut suivre chez
cet humble capucin tout le développement, pour ainsi dire, du drame
psychologique qui a dû se passer alors dans l'âme de milliers de
prêtres. Ils sont tiraillés en sens contraire par leurs devoirs
ecclésiastiques et le désir de conserver leur place au milieu de leurs
ouailles, par l'obéissance à leurs supérieurs hiérarchiques et la
peur du châtiment céleste d'une part, par leurs sentiments de citoyen
d'autre part et la crainte des punitions légales, de l'exil et de
la misère. Comme aux plus sombres jours du moyen âge, où s'était
déroulée la grande lutte entre l'Empire et la Papauté, nous voyons
reprendre le duel gigantesque entre le pouvoir civil et le pouvoir
religieux et les peuples, comme les individus, en devenir les victimes.

Quelques bons plaisants pouvaient bien imaginer une transaction
bouffonne entre l'Ancienne et la Nouvelle Loi, témoin le feuille
volante, rarissime, imprimée alors à Strasbourg, qui présente un sens
bien différent selon qu'on en lit le contenu en une colonne, de gauche
à droite, ou bien en deux colonnes, de haut en bas, et qui paraîtra
peut-être curieuse à nos lecteurs; la voici:

                           Serment civique
                             à deux faces
          trouvé chés un frippier, dans la poche d'un habit,
                  acheté à l'encan d'un impartial.


  A la nouvelle Loi              je veux être fidèle,
  Je renonce dans l'âme          au régime ancien,
  Comme article de foi           je crois la Loi nouvelle,
  Je crois celle qu'on blâme     opposé à tout bien.
  Dieu vous donne la paix,       Messieurs les démocrates,
  Noblesse désolée,              au diable allez-vous en;
  Qu'il confonde à jamais        tous les aristocrates,
  Messieurs de l'Assemblée       ont seuls tout le bon sens.

En réalité aucune transaction n'était plus possible, puisqu'il
fallait prendre immédiatement et définitivement parti pour
l'Assemblée Nationale ou le pape.

On a vu dans quel sens l'immense majorité du clergé catholique de
Strasbourg s'était prononcée. Le parti contre-révolutionnaire aurait
dû être ravi des résultats obtenus, puisqu'un si faible contingents
„d'apostats” avait seul osé rester fidèle aux lois de la patrie.
Mais ce serait mal connaître les partis extrêmes que d'attendre jamais
d'eux qu'ils apportent quelque bon sens, même en leurs triomphes.
Ce qu'on entendit chez lui furent bien moins des cris de joie que des
imprécations contre les quelques prêtres qui se détachaient de la
masse compacte du clergé refusant le serment. C'est qu'on avait compté
d'abord sur une abstention complète, sur une grêve totale, amenée
par l'unanime coalition de tous les laïques et les ecclésiastiques
fidèles. Et maintenant l'on voyait que non seulement de nombreux
laïques désertaient la bonne cause, mais que des théologiens même
comme Brendel, un homme qui pourtant, depuis vingt ans, enseignait le
droit canon à tous les prêtres du diocèse, déclaraient ne rien
voir de contraire à la foi religieuse dans la Constitution civile du
clergé. Une pareille attitude, le langage d'un Rumpler, la conduite
d'un Gobel, évêque _in partibus_ de Lydda, et député de l'Alsace,
faisaient craindre des défections nouvelles, et avivaient les
haines religieuses dont nous allons voir éclater tout à l'heure les
explosions violentes.

Le 27 janvier 1791, les trois commissaires du Roi, délégués dans les
départements du Rhin, arrivaient à Strasbourg, vers quatre heures du
soir. C'étaient MM. J. J. Foissey, premier juge au tribunal de Nancy,
plus tard membre obscur de l'Assemblée législative; Mathieu Dumas,
ancien adjudant de La Fayette, directeur du Dépôt de la guerre,
et plus tard comte de l'Empire; Jean-Marie Hérault-de-Séchelles,
commissaire du Roi près le tribunal de cassation, le futur
conventionnel, ami de Danton, avec lequel il périt sur l'échafaud.
Toutes les cloches étaient en branle et les drapeaux tricolores
flottaient sur les tourelles de la Cathédrale quand la voiture
des représentants, escortée par la garde nationale de Wasselonne,
d'Ittenheim et de Schiltigheim, fit son entrée en ville et s'arrêta
à l'ex-Hôtel du Gouvernement de la province. Les députations de la
Municipalité, du District, de la Société populaire les y attendaient,
mais MM. du Département s'étaient tous fait excuser pour cause de
maladie. „Oui, c'est vrai, disait une feuille locale; ils sont tous
malades; espérons que l'énergie de MM. les commissaires saura les
guérir!”

L'arrivée des représentants de l'autorité monarchique
constitutionnelle irrita les représentants de l'ancien régime
jusqu'à la folie. Ce mot n'est pas trop fort quand on parcourt certains
pamphlets anonymes, publiés alors soit en français, soit en allemand,
et qui prêchent non seulement la désobéissance et la révolte, mais
l'assassinat. Dès leur arrivée, les commissaires avaient fait afficher
une proclamation, datée du 30 janvier 1791, et qui faisait appel à
l'obéissance de tous les citoyens à la loi, promettant d'ailleurs
„le plus profond respect pour la religion et ses dogmes” et
s'engageant à „remplir avec ardeur le ministère de paix et de
surveillance dont un citoyen couronné a daigné revêtir des citoyens
pleins de zèle.” Voici comment on répondait dans le parti des ultras
à ces paroles conciliantes. Prenons d'abord une brochure intitulée
_Coup d'œil alsatien sur la lettre des Commissaires_, etc.[32]. Les
commissaires du Roi y sont qualifiés de „jacobins auxquels il ne
manque que la considération publique, que les qualités qui obtiennent
la considération” et „leur proclamation offre tout ce que le
charlatanisme a d'impudence.” On y parle de M. de Dietrich, en des
termes également choisis; c'est „le digne chef de ces barbares,
l'âme de ces assemblées, le détestable agent des Jacobins, de ces
monstres qui déchirent la France et qui la dévorent, un homme noté,
taré, dénoncé à toute l'Europe, ce maire dont le nom sera désormais
la seule injure, dont rougiront les plus grands scélérats.”

[Note 32: S. l. ni nom d'impr., 18 p. 8°. Pour cette pièce, comme
pour beaucoup d'autres, le nombre de fautes d'impression dont elles
fourmillent doit faire admettre une impression à l'étranger, soit à
Kehl, soit à Offembourg, Ettenheim, etc.]

Plus brutal encore est le ton d'une pièce analogue, _A MM. les trois
dogues, attaqués d'une rage lente et arrivés en Alsace peur s'y faire
guérir_, etc.[33]. „Nos sollicitudes, y est-il dit aux trois dogues
(les commissaires du Roi!), pour la guérison de vos chères
santés sont sans bornes. Nous désirons ardemment qu'elles soient
_exhaussées_; nous n'en désespérons pas. Jusqu'ici notre prudence
nous a préservé du venin qui circule dans les veines de notre maire
nommé Le Bœuf[34] à plus d'un titre.”

[Note 33: Imprimé dans la cave du maire de Strasbourg, février 1791,
seconde année du règne de la rage, 2 p. 4°.]

[Note 34: Mme de Dietrich était une demoiselle Ochs, de Bâle.]

Pour guérir les commissaires, il faut les faire fouetter d'abord par un
vigoureux suisse, puis leur appliquer sur l'épaule un fer rouge
marqué d'un V majuscule, premier voyelle d'un saint qui préside à
la guérison de la maladie, etc., etc. Nous répugnons à transcrire la
suite de cette rhapsodie, qui semble avoir servi de modèle à certaines
polémiques contemporaines nées dans les mêmes milieux.

Un pamphlet allemand, _Bericht an alle Strassburger... welche in dieser
Stadt das Jagdrecht haben_[35], n'y va pas par d'aussi longs détours.
„Trois bêtes fauves, un lion, un tigre, un léopard, sont arrivées
ici; elles sont avides de carnage et de sang humain. Partout où elles
ont passé, elles ont laissé des traces de leur cruauté naturelle...
La rage éclate en eux, leurs yeux étincellent, leur bouche écume,
leur langue distille le poison... Tous les bons chasseurs sont invités
à se mettre en chasse... leur parcours journalier est déjà connu;
presque chaque soir ils se glissent de leur repaire dans le trou
pestilentiel des Constitutionnels. On promet de la part du Comité de
police un notable pourboire à qui délivrera la ville de ces trois
bêtes immondes.”

[Note 35: Une page 4°. En tête, comme dans les publications
officielles, _Gesetz_, puis un prétendu article de loi: „Chaque
propriétaire est autorisé à abattre ou faire abattre sur ses terres
toute espèce de gibier quelconque.”]

Nous préférons encore la prose de Junius Alsata[36], qui, toute
perfide qu'elle est, témoigne du moins d'une certaine culture d'esprit,
bien qu'elle soit inspirée par des passions également intransigentes.
Ecoutez sur quel ton il s'adresse aux administrateurs de la cité:
„Vous aussi vous ne craignez pas d'exiger de vos pasteurs un
exécrable serment, vous aussi vous torturez leurs consciences. Tantôt
vous ne rougissez pas de les entourer de séductions pour les faire
succomber, tantôt vous leur permettez les restrictions que leur
prescrit le devoir, mais votre déloyauté omet ces restrictions dans un
procès-verbal infidèle et travestit des officiers publics en insignes
faussaires, tantôt les menaces triomphant de la pusillanimité, et les
bayonnettes extorquent ce serment. Partout vous tenez vos malheureux
pasteurs en suspens entre l'apostasie et la faim, entre l'infamie et la
mort... Il en est parmi vous qui ont bu jusqu'à la lie dans la coupe
de la démagogie et se sont enivrés de toutes ses fureurs. Implacables
destructeurs, tigres altérés de sang, sont-ils en état d'écouter la
voix de l'honneur?... Mais il en est plusieurs dont j'entends vanter la
prudence et les bonnes intentions. C'est-à-dire qu'on doit vous savoir
gré de n'être pas des cannibales; mais n'est-ce pas un moyen perfide
d'exécuter plus sûrement les lois de nos tyrans? Je vois ici, comme
dans le reste de la France, les propriétés envahies, les fortunes
renversées, la religion en pleurs, ses ministres persécutés et
avilis... Quels plus grands maux pourriez vous faire si vous étiez
imprégné de tout le venin des enragés?”

[Note 36: Junius Alsata aux membres des départements, districts, etc.,
8°.]

Le nouveau Junius fait appel, lui aussi, comme d'autres auparavant, à
l'intervention étrangère. „Il est donc abrogé, ce traité, par la
toute-puissante autorité de la toute-puissante Assemblée?... Soyez
tranquilles, citoyens; il sera observé, ce traité, sinon de gré, du
moins de force. L'Europe saura venger des traités solennels de l'injure
qui leur est faite par d'impuissants décrets forgés dans l'ivresse et
le délire.”

Nous parlions tout à l'heure de la retenue au moins relative de ce
dernier pamphlet; cependant là, comme dans les autres, l'invective et
la calomnie personnelle atteignent les dernières limites. Que dire, par
exemple, de cet ignoble portrait de M. de Dietrich, la bête noire des
fanatiques religieux et des réactionnaires d'alors, avant qu'il
ne montât lui-même comme contre-révolutionnaire sur l'échafaud?
Assurément on peut juger son rôle et son caractère de façons fort
diverses; mais à quel degré le fanatisme politique et religieux
devait-il posséder un homme pour qu'il pût tracer un pareil croquis du
maire de Strasbourg:

„Un infâme surtout est ce vil insecte, qui doit la vie au souffle
impur de Mirabeau. Séditieux comme lui, lâche et perfide comme lui,
comme lui ingrat et parjure, comme lui livré par goût à une basse
crapule, à un libertinage honteux, étranger à tout principe de
morale, à tout sentiment religieux comme lui. S'il lui cède en
talents, il l'égale en perversité.... Le pillage de l'Hôtel-de-Ville,
la destitution d'honnêtes et vertueux magistrats, l'intrusion de sujets
aussi méprisables que lui dans l'administration, la dilapidation
des fonds publics, la ruine du commerce, la fuite de la noblesse,
l'anéantissement de la religion, tels sont ses hauts faits. Ses
moyens sont la corruption, l'intrigue, l'affectation d'une indécente
popularité, l'espionnage et la délation. Hardi jusqu'à l'impudence,
il accuse, il accuse encore; sommé de fournir ses preuves, il recule en
lâche et désavoue sans pudeur. Il serait trop redoutable sans la peur,
qui monte en croupe et galope avec lui. C'est elle qui le rend bas
et rampant; c'est elle qui a dicté ses lettres infâmes.... La peur
n'est-elle pas toujours la compagne du crime?”

Nous arrêterons ici ces extraits. Quelques-uns de nos lecteurs
penseront même peut-être que nous nous y sommes attardé trop
longtemps. On nous permettra de n'être pas de cet avis. Il faut être
juste pour tout le monde; il faut l'être surtout pour ceux qu'on sera
forcément amené à condamner plus tard. Or, si l'on veut comprendre
les pires excès de l'époque révolutionnaire, si l'on veut apprécier
avec équité la conduite de ceux qui figurèrent dans ces scènes
néfastes de notre histoire, il n'est pas permis de faire abstraction de
ces provocations continuelles, de ces excitations à la guerre
civile, et jusqu'à l'assassinat des autorités légales, qui devaient
exaspérer le parti adverse et dont le résultat inévitable et fatal
devait être la Terreur. Après avoir harcelé de toutes manières le
taureau populaire, de quel droit vous plaignez-vous si la bête affolée
vous renverse et vous écrase? Nous avons promis de parler avec respect
et sympathie de ces prêtres qui, fidèles à leur foi, refusèrent
le serment et souffrirent pour elle. Mais ce n'est pas aux tristes
pamphlétaires anonymes, prêtres on laïques, qui viennent de passer
sous nos yeux, que nous rendrons jamais un pareil hommage; instruments
de haine religieuse et de discorde civile, ils ont été tout à la fois
mauvais citoyens et mauvais chrétiens.



                                  XI.


Dès le 28 janvier, M. de Dietrich, agissant sans doute par l'ordre
des commissaires royaux, s'était adressé au cardinal de Rohan, en
personne, pour le sommer de se déclarer d'une façon catégorique
relativement à ses intentions futures, et pour l'avertir que l'on
procéderait à l'élection d'un nouvel évêque s'il ne donnait sa
réponse avant l'expiration des délais fixés par la loi. Le cardinal
la tenait prête depuis longtemps, car, dès le 29, il envoyait
d'Ettenheim une déclaration hautaine. Il s'étonnait qu'après sa
lettre pastorale, suffisamment claire pourtant, on lui demandât des
explications nouvelles, affirmait que ses décisions étaient immuables
comme les principes de la Sainte-Eglise-catholique-romaine, et se
félicitait de ce que ses subordonnés restassent, fermes comme lui,
dans leur devoir et leur foi.

Il fallait donc procéder à la nomination d'un autre évêque pour le
département du Bas-Rhin, appelé dorénavant à former à lui seul
un diocèse. A vrai dire, c'est pour cette grave affaire surtout que
l'Assemblée Nationale avait envoyé ses délégués à Strasbourg.
Des curés, on allait en trouver un certain nombre, plus ou moins
recommandables assurément, mais qui n'étaient pas, en somme,
inférieurs de beaucoup au bas-clergé dépossédé par la loi nouvelle.
Mais découvrir en Alsace un évêque acceptable et surtout accepté des
fidèles, était chose autrement difficile. La situation se compliquait
d'ailleurs visiblement dans les campagnes et les petites villes rurales,
à mesure qu'on y faisait mine d'exécuter enfin les décrets de la
Constituante. Dès le 1er février les journaux annonçaient l'envoi
de troupes de ligne à Molsheim, Obernai, Rosheim, pour „réprimer le
fanatisme surexcité par des prêtres indignes” et le „paysan bon
catholique”, dont on allait citant le mot: „Nous pouvons très bien
nous passer de M. le cardinal, peut-il aussi bien se passer de nous?”
ne semble pas avoir compté beaucoup de confrères, s'il a jamais
existé[37].

[Note 37: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 2 février 1791.]

Les commissaires du Roi eux-mêmes ne savaient à quoi se résoudre en
présence de cette effervescence religieuse, à laquelle on ne croyait
guère à Paris. Dans une lettre adressée aux officiers municipaux
de Strasbourg, ils adoptaient l'échappatoire puéril de parler
d'une lettre _supposée_ du pape, et d'un avis _supposé_ du
ci-devant-évêque, alors que personne autour d'eux n'avait de doutes
au sujet de l'authenticité des déclarations citées plus haut, et
répandues dans les villes et les campagnes[38]. Bientôt les menaces ne
suffirent plus pour maintenir dans l'obéissance les esprits échauffés
de part et d'autre. Dès le 8 février, on amenait de Molsheim deux
prêtres, Hirn et Cyriaque Sick, pour les incarcérer dans les prisons
du chef-lieu comme perturbateurs du repos public. Les journaux libéraux
de Strasbourg racontaient même avec indignation que „quelques
misérables canailles” avaient crié: Vive l'empereur Léopold! à
Colmar[39].

[Note 38: _Affiches de Strasbourg_, 3 février 1791.]

[Note 39: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 14 février 1791.]

Sur le rapport de ses envoyés, l'Assemblée Nationale prit, dans sa
séance du 11 février, de nouvelles mesures de rigueur contre les
récalcitrants. Elle suspendit le Directoire du département tout
entier[40], prescrivant que la conduite du procureur-général-syndic,
M. de Schauenbourg, serait particulièrement examinée; elle ordonna
qu'on procédât sans désemparer à l'élection d'un nouvel évêque.
La conduite de la municipalité et du district recevait de vifs éloges.
Le professeur Ditterich et l'homme de loi Wilhelm, les plus compromis
dans les débats inconstitutionnels au Séminaire, étaient sous le coup
d'un mandat de comparution depuis quelques jours déjà. Il fut changé
en un mandat d'arrêt le 28 février suivant; mais quand les agents de
la justice se présentèrent au domicile des inculpés, ils durent se
borner à constater leur absence. Tous deux s'étaient enfuis de l'autre
côté du Rhin et nous retrouverons la signature de Wilhelm sous plus
d'un manifeste contre-révolutionnaire de l'entourage de Rohan.

[Note 40: La suspension de ce corps fut chansonnée par un _patriote_
inconnu, d'une verve poétique d'ailleurs douteuse, dans la _Complainte
sur la mort tragique du Très-Haut, Très-Puissant, Très-Bigot et Très
Aristocratique Seigneur Département du Bas-Rhin_. S.l., 2 p. 8º.]

Quant à Ditterich, disons seulement qu'il alla s'établir en Bavière,
où il obtint de l'Electeur le titre de _Wirklicher Regierungsrath_,
et fut décoré de l'ordre du Christ, par le Saint-Père, pour services
rendus à la cause catholique[41].

[Note 41: _Strassburgische Zeitung_, 27 janvier 1792.]

Le nouveau Directoire provisoire du département était composé
d'hommes dévoués au parti constitutionnel, quoique très modérés
encore, comme Jacques Brunck, Jacques Mathieu, etc. Seul Rühl y
représentait les partisans futurs de la République à venir, mais
lui-même, à cette date, ne se disait pas encore républicain. Quand
cette mesure préliminaire eut été prise, on convoqua les électeurs
du Bas-Rhin, chargés par la Constitution du soin de choisir l'évêque.
Le nouveau procureur-général-syndic, M. Mathieu, les invita par une
lettre circulaire, datée du 21 février, à venir accomplir le grand
acte civique et religieux, devenu si étranger aux mœurs chrétiennes
depuis les temps de la primitive Eglise. Il y incriminait „la
résistance opiniâtre de M. le cardinal de Rohan, ci-devant évêque de
Strasbourg, à l'exécution des décrets de l'Assemblée Nationale, son
absence inexcusable qui laisse son Eglise cathédrale privée de son
premier pasteur, son refus réitéré et constant de prêter le serment
prescrit par la loi à tous les ecclésiastiques fonctionnaires publics,
l'audace et la perfidie de ses prétendues instructions pastorales,
qu'il a fait répandre dans son diocèse et qui y ont porté des
terreurs, vaines, à la vérité, mais des troubles trop réels.”

La circulaire se terminait par ces mots: „L'élection aura lieu le
dimanche, 6 du mois prochain, en l'Eglise cathédrale de cette ville,
à l'issue de la messe paroissiale. Vous voudrez bien vous trouver
à Strasbourg, le samedi, 5, à dix heures du matin, pour constituer
l'assemblée électorale, en choisir le président, le secrétaire et
les scrutateurs[42].”

[Note 42: Cette pièce, légèrement ampoulée, selon le goût de
l'époque, qui s'imposait dans les camps les plus opposés, provoqua
de la part du parti clérical un pamphlet d'une violence extrême, la
„Lettre familière de Mathieu l'aîné à Jacques Mathieu. S.l. ni nom
d'imprim., 8 p. 4°,” dans laquelle on faisait dire, entre autres, au
procureur par son frère, qu'il était „un petit fripon, qui ne croit
ni à Dieu ni au diable, qui n'a pas plus de religion qu'un chien, et
qui est persuadé que la nature lui a refusé une âme”]

Le candidat du parti constitutionnel était désigné depuis longtemps
par cette fraction de l'opinion catholique, qui consentait à
reconnaître la validité des décrets de l'Assemblée Nationale:
c'était l'abbé Brendel, professeur de droit canon à l'Université
catholique et membre du Conseil général de la Commune. Bien connu à
Strasbourg, il s'agissait de le recommander aux électeurs patriotes du
dehors. Le dimanche, 20 février, il vint donc à la Cathédrale, à dix
heures du matin, pour y prêter solennellement le serment civique devant
les commissaires du Roi et le Conseil de la Commune. Le procès-verbal
officiel de la cérémonie nous montre qu'un grand nombre des
catholiques, bons patriotes d'ailleurs, qui siégeaient dans cette
assemblée, s'abstinrent en cette occasion de figurer parmi leurs
collègues; les noms des Hervé, Levrault, Arbogast et Lachausse s'y
trouvent seuls parmi les noms des notables protestants.

Avant de prêter le serment, Brendel monta en chaire et prononça un
discours dans les deux langues, pour expliquer sa conduite aux fidèles.
Il y déclarait „qu'il aimait sa religion au-dessus de tout, qu'il
était aussi invariablement et inviolablement attaché à ses saintes
lois qu'à celles de la patrie, et que rien ne pourrait jamais le
séparer de son divin Sauveur.” Mais il ajoutait ensuite: „Soutenir
que le dogme coure le moindre risque, que la religion va périr par la
Constitution civile du clergé, est un blasphême. C'est injurier, c'est
calomnier le Roi qui a sanctionné ces décrets; c'est injurier, c'est
calomnier nos augustes représentants qui les ont portés; c'est enfin
un crime de lèse-nation.”... Le pape, „notre Saint-Père”, n'en
reste pas moins „la pierre fondamentale de l'édifice mystique de la
religion de Jésus-Christ; il reste le point de ralliement de tous les
fidèles, le centre de l'humanité.”[43]

[Note 43: Discours prononcé par M. Brendel avant de prêter son serment
dans l'Eglise cathédrale, etc. Strasb., s. nom d'impr., 1791 12 p.
8°.]

Il est plus que douteux qu'il ait réussi à convaincre un seul parmi
ses auditeurs, j'entends de ceux qui n'étaient pas convaincus d'avance.
Sans doute un poète inconnu lui adressait une ode chaleureuse, et plus
longue encore, imprimée aux frais des contribuables, et dans laquelle
Brendel était l'objet des plus pompeux éloges:

  „O d'un Dieu bienfaisant le ministre et l'image,
  Toi qui sers à la fois et pares les autels,
  De tous les vrais Français reçois le juste hommage,
  La vertu sur leurs cœurs a des droits immortels....”

Mais l'inquiétude perçait même là, parmi les fleurs de rhétorique
prodiguées à foison:

  „Que lui répondrez-vous, trop coupables pasteurs,
  Aveugles ou méchants, égarés ou perfides,
  D'une idole brisée adorateurs stupides
  Et d'un rang qui n'est plus, lâches adulateurs?
  Laissez-là vos vains syllogismes
  Et vos criminelles noirceurs;
  Ses vertus condamnent vos mœurs
  Et ses lumières vos sophismes....”

Elle est plus visible encore, cette inquiétude, dans le procès-verbal
officiel, dressé à la Mairie, quand le cortège eut quitté la
Cathédrale. Nous y voyons les commissaires du Roi inviter Brendel à
venir prendre son logement en leur hôtel, et à quitter le Séminaire,
où l'on craignait pour lui les attentats ou du moins les insultes de
quelques fanatiques.

Le maire, à son tour, insiste sur ce déplacement, „non qu'on croie
qu'il y ait pour lui le moindre danger à rester dans son ancienne
demeure, mais pour prévenir toute altération d'accord que la
diversité d'opinions pourrait, dans ces premiers instants, faire
naître entre ses confrères et lui”.[44]

[Note 44: Procès-verbaux des délibérations du Conseil, etc., 1791, p.
116.]

On sentait donc bien que le schisme se consommait par la prestation
même du serment civique et que les „schismatiques” officiels
étaient aux yeux de l'Eglise et des masses les croyants véritables.
Les réponses nombreuses des non-jureurs et leurs réfutations du
discours de Brendel allaient d'ailleurs en fournir une preuve nouvelle
et convaincante.[45] Le clergé d'Alsace, considéré dans son ensemble,
refuserait de lui obéir, et la population catholique avait manifesté
presque partout, à ce moment même, son antipathie pour les principes
des constitutionnels.

[Note 45: L'une des meilleures parmi ces réponses, rédigée par un
polémiste habile auquel l'arme de l'ironie était familière, est
intitulée: _Remarques sur le discours prononcé par M. l'abbé
Brendel.... par un de ses confrères_. S.l.,16 p. 8º.]

Le même dimanche où Brendel avait pris la parole à la Cathédrale, on
avait dû lire dans toutes les églises du département l'instruction de
l'Assemblée Nationale sur la Constitution civile du clergé. La presque
totalité des prêtres en exercice s'étant refusé à le faire, des
officiers municipaux, ceints de leur écharpe, avaient donné lecture
de ce document du haut de la chaire! Dans la Cathédrale on avait massé
des troupes sous les armes, et non sans raisons, paraît-il.

„Un tas de femmelettes et de bonshommes, dit un journal de la
localité, ont essayé de s'y conduire d'une manière inconvenante et
ont été conduits au poste de la Mairie. Cela a quelque peu calmé le
reste et l'on a chanté gaîment dans les rues et les casernes le: Ça
ira!”

Malgré cette expérience décourageante, le Directoire du département
décidait le 22 février qu'on enverrait à chaque municipalité du
Bas-Rhin deux exemplaires du discours de Brendel, et que l'un d'eux
serait lu au prône par le curé. S'il s'y refuse, les officiers
municipaux donneront publiquement lecture de l'autre à tous les
citoyens réunis à la maison commune.

Les commissaires du Roi avaient tout particulièrement enjoint qu'on
surveillât cette distribution dans les campagnes avec le plus grand
soin et qu'on y employât, s'il le fallait, des moyens extraordinaires,
afin que „le bienfait de la vérité ne soit pas détourné par des
mains ennemies et corruptrices.”

Le premier à ouvrir le feu contre „l'usurpation” menaçante du
gouvernement, fut le cardinal de Rohan en personne. Il lançait, sous la
date du 21 février, de sa résidence d'Ettenheim, un _Mandement pour
le carême de 1791_, par lequel il donnait ses ordres et prescriptions
ecclésiastiques, comme seul vrai chef des fidèles d'Alsace, sans se
préoccuper si ses droits y étaient encore reconnus.[46] Il sait qu'il
peut compter--on le voit suffisamment à son langage--sur sa milice
sacrée. La plus grande partie de ce document est remplie par un tableau
de la désolation qui règne dans l'Eglise de France et surtout dans
celle de notre province. Ce tableau ne manque pas d'une certaine
grandeur, bien qu'il soit fortement entaché de rhétorique. Nous en
citerons seulement le passage relatif à la Cathédrale, „qu'une
antiquité respectable destina à être la mère-église de ce vaste
diocèse, où trois fois au moins par jour, on entendait retentir,
depuis dix à douze siècles, l'harmonie édifiante des chants et des
cantiques divins, où des ministres de différents grades étaient
voués successivement à continuer, selon l'esprit des canons, le
service majestueux du culte et ses cérémonies augustes.... aujourd'hui
dépouillée de ses ornements précieux, nue et muette, pour ainsi dire,
et ne recueillant plus sous ses voûtes interdites que les pleurs et les
gémissements des fidèles, à la place de cette psalmodie perpétuelle
que nos pères n'ont cessé d'envisager comme un commerce incessant
entre le ciel et la terre, comme une source abondante de grâces et de
bénédictions”.[47]

[Note 46: On le reconnaissait si bien encore comme évêque de
Strasbourg que les éditeurs d'almanachs eux-mêmes, à Strasbourg,
dont plusieurs étaient pourtant _patriotes_, n'osaient le rayer de
leur calendrier, ni comme évêque ni comme prince souverain. On s'en
plaignait amèrement dans certaines sphères. (_Gesch. der gegenw.
Zeit_, 2 mars 1791.)]

[Note 47: Mandement pour le carême de 1791. S. loc., 10 p. in-fol.]

Mais Rohan crut devoir prendre une seconde fois la parole quand il vit
qu'on passait outre à ses protestations et que l'élection d'un
nouvel évêque devait avoir lieu, malgré ses anathèmes. Il fit
donc paraître une déclaration nouvelle, adressée à tous les
ecclésiastiques du diocèse, et datée du 2 mars [48]. Il y protestait
derechef contre l'introduction du schisme en Alsace, contre ceux qui
veulent „déchirer la robe de Jésus-Christ” et lancent des lettres
de convocation, absolument illégales, puisque „le peuple n'est
compétent, ni dans le droit ni dans le fait, à nous élire un
successeur, en supposant même que notre siège fût vacant.... Il
est impossible de déposer arbitrairement _ceux que le Saint-Esprit
a établis_.... [49] Toute personne qui aurait la témérité de
prétendre à notre siège, n'est pas un véritable pasteur; il n'est
qu'un intrus, et, selon l'expression de l'Ecriture, un larron et un
voleur.... Nous déclarons intrus et schismatiques tous les prêtres
qui voudraient exercer la juridiction spirituelle autrement que par
les pouvoirs reçus de nous.” Mais c'étaient aux fidèles laïques
surtout que s'adressaient les sombres perspectives d'avenir déroulées
à la fin de cette pièce. „Ha, mes frères, nous vous le disons dans
l'amertume de notre âme, vous n'auriez plus de véritables pasteurs,
vous n'auriez plus les sacrements de l'Eglise, vous seriez privés enfin
de tous les moyens de salut et de consolation.... Celui d'entre vous qui
concourrait par son suffrage à l'élection d'un faux évêque, ou qui
communiquerait avec cet évêque des schismatiques, élèverait un mur
de séparation entre l'Eglise et lui” [50]. On espérait évidemment
terrifier ainsi tous les électeurs catholiques et les éloigner du
scrutin qui devait s'ouvrir dans la huitaine. Jusqu'à quel point ces
espérances allaient-elles se réaliser? C'est ce qu'amis et adversaires
des lois nouvelles auraient été bien empêchés de préciser d'une
façon tant soit peu vraisemblable, tant les opinions divergèrent
là-dessus jusqu'au moment décisif.

[Note 48: Déclaration de S.A.E. Mgr le cardinal de Rohan,
prince-évêque de Strasbourg, à tous les curés, vicaires, etc. S.
loc, 8 p. 4°.]

[Note 49: C'est Rohan lui même, le héros du procès du Collier et
de tant d'aventures scandaleuses, qui souligne sa vocation par le
Saint-Esprit.]

[Note 50: En France il ne manque jamais d'esprits prêts à rire de
tout. Aussi ne faut-il point s'étonner si les protestations solennelles
de Rohan provoquèrent des réponses plus frivoles que ne le comportait
la situation. Nous mentionnerons, entre autres, un _Cantique spirituel
sur le mandement très peu spirituel du ci-devant évêque de
Strasbourg_ (S.l., 2 p. 8°), qui commence ainsi: „A ses curés
ignorants, Rohan encore s'adresse”, mais dont les couplets sont trop
grivois pour être cités ici.]

Un point des instructions dressées par l'Assemblée Nationale au sujet
de l'élection des curés et des évoques préoccupait surtout l'opinion
publique à Strasbourg. Par une inattention singulière, à moins
qu'elle ne fût voulue, tous les citoyens actifs pour les premiers, tous
les électeurs du département [51] pour les seconds, étaient appelés
au scrutin sans distinction de culte. En Alsace, où le nombre des
protestants était considérable, la question présentait une gravité
exceptionnelle et deux courants d'opinion très contradictoires s'y
pouvaient observer depuis des semaines et des mois, sur la matière.
L'un, que nous appellerons plus particulièrement ecclésiastique,
protestait contre l'immixtion d'éléments étrangers dans une lutte
purement confessionnelle. Dès novembre 1790, un des journaux de
Strasbourg avait publié un dialogue très sensé pour engager les
protestants à ne pas intervenir dans les affaires intérieures de
l'Eglise catholique, puisqu'ils n'entendaient pas sans doute permettre
à leurs concitoyens romains de leur octroyer un jour des ministres
luthériens de leur choix [52]. Nous ajouterons que le corps pastoral
de Strasbourg partageait tout entier cette manière de voir, la seule
équitable et rationnelle en définitive.

[Note 51: C'est-à-dire les électeurs du _second degré_, élus dans
les assemblées primaires par tous les citoyens _actifs_, pour choisir
à leur tour les députés.]

[Note 52: _Pol. Litt. Kurier_, 16 novembre 1790.]

Mais il y avait aussi bon nombre de citoyens qui, se plaçant à un
point de vue spécialement politique, arrivaient à des conclusions fort
différentes; on les aurait appelés sans doute des opportunistes,
dans le langage semi-barbare inventé par la presse contemporaine.
Les protestants, disaient-ils, sont presque tous de sincères
constitutionnels; s'ils abandonnent les catholiques à eux-mêmes,
peut-être bien que l'élection ne pourra point se faire, une partie au
moins des électeurs catholiques refusant de participer au vote. Il faut
donc prendre part au scrutin, par patriotisme et pour faire triompher la
loi, dont la lettre (et peut-être l'esprit) sont en notre faveur[53].
Pour être exact, il nous faut ajouter que certains catholiques
eux-mêmes parlaient, et très énergiquement, dans ce sens. L'auteur
ecclésiastique d'une brochure allemande anonyme s'écrie en s'adressant
aux électeurs protestants: „Est-ce que le fardeau du mécontentement
de tous les récalcitrants doit donc peser uniquement sur les épaules
de vos concitoyens catholiques, fidèles à la loi? Sans vous, il
n'y aura pas de majorité suffisante pour en imposer à nos
adversaires”[54].

[Note 53: _Pol. Lit. Kurier_, 5 mars 1791.]

[Note 54: _Schreiben eines katholischen Geistlichen an die
protestantischen Wahlmanner des Nieder-Rheinischen Départements_. S.
loc. 20 p. 8º.]

A la séance de la Société des Amis de la Constitution, tenue le
2 mars, un membre avait également donné lecture d'une adresse aux
électeurs protestants, les invitant à participer à l'élection, et
„leur faisant envisager toute indifférence de leur part dans cette
importante opération comme un crime envers leurs commettants.” La
Société avait approuvé le document et en avait voté l'impression
dans les deux langues. Mais ces arguments eux-mêmes, quelque facile
qu'il soit d'en saisir la valeur au point de vue politique, ne font que
mieux ressortir tout ce que la situation avait d'anormal et de faux, et
l'on ne peut que regretter, au point de vue des principes, le concours
d'un certain nombre d'électeurs protestants dans un vote de ce genre.
Il faut que le parti des assermentés se soit senti bien faible pour
tenir à ce concours, qui devait fournir pourtant aux adversaires un
argument si victorieux dans la campagne dirigée contre „l'évêque
luthérien” futur.

C'est le 6 mars, on se le rappelle, que les électeurs du Bas-Rhin
devaient se réunir à la cathédrale pour procéder au choix d'un
nouvel évêque. Afin de les amener au chef-lieu en nombre plus
considérable--du moins il est permis de supposer une arrière-pensée
à cet arrangement--on avait fixé au même jour l'élection par ces
mêmes électeurs d'un juge au tribunal de cassation du royaume. Dès le
5, la plupart étaient arrivés à Strasbourg, et dans l'après-midi la
Société des Amis de la Constitution avait tenu à leur intention une
de ses séances allemandes, afin de leur mieux inculquer sans doute
leurs devoirs patriotiques. On les avait harangués jusqu'au moment
où la cloche de la cathédrale vint les appeler à l'opération
préliminaire de la constitution du bureau, afin d'empêcher que des
influences contraires ne les détournassent de voter le lendemain.
Mais il ne faudrait pas supposer que les électeurs bons catholiques
se fussent rendus au „repaire” en question, ni fussent demeurés
accessibles aux théories constitutionnelles. Le clergé non assermenté
travaillait trop énergiquement pour que pareille défection fût
possible, et sans doute il y eut ce soir-là d'autres conciliabules,
dont les journaux ne parlèrent point et dont on ne publiera jamais les
procès-verbaux.

Le matin du 6 mars, vers dix heures, le bureau nommé la veille ouvrit
la séance. Ni la municipalité strasbourgeoise ni les commissaires du
Roi n'avaient voulu y être représentés, pour n'avoir pas l'air
de peser sur la décision des électeurs. Par contre, quelques
ecclésiastiques (auxquels un caprice bizarre de la loi ne permettait
d'intervenir à aucun degré dans les opérations du scrutin) avaient
réussi à s'introduire dans la nef de la cathédrale, pour distribuer
aux citoyens réunis la déclaration du cardinal de Rohan. Elle avait
été lue, le matin même, au prône de toutes les églises, sauf à
celle de Saint-Louis, où le curé Valentin avait su déjouer cette
lecture manifestement illégale[55]. Cinq cent vingt électeurs à
peu près étaient présents, autant qu'on peut en juger par
l'étude contradictoire des témoignages contemporains. En effet, les
procès-verbaux officiels ne nous donnent pas, je le crains, une image
absolument exacte de ce qui se passa ce jour-là sous les voûtes de
notre vieille cathédrale. A les lire, on dirait une cérémonie des
plus calmes, des plus sereines, entremêlée seulement d'émotions
généreuses et se terminant par les embrassades obligatoires de ce
temps. Si nous consultons au contraire certaines correspondances de
journaux étrangers, la discussion aurait été vive, les débats fort
orageux, la rupture entre les différentes tendances politiques plus que
bruyante et „les plus grandes indécences se seraient commises dans
le temple du Seigneur.” Le _Ristretto_ de Francfort-sur-le-Mein,
par exemple, racontait que certains électeurs avaient réclamé tout
d'abord la réintégration du Directoire suspendu; que d'autres avaient
sommé le président de l'assemblée de leur exhiber un certificat de
décès du cardinal de Rohan, puisqu'on voulait leur faire nommer
un nouvel évêque. Le maire Dietrich et les commissaires n'auraient
réussi à arracher un vote à la majorité qu'en les tenant pour
ainsi dire, en chartre privée, comme un jury d'Angleterre, etc. Pour
exagérés que soient des récits de ce genre, ils doivent contenir une
part de vérité, sauf le dernier point cependant qu'on peut hardiment
qualifier d'absurde, puisque les témoignages catholiques eux-mêmes
constatent que quatre-vingt-dix électeurs, d'après les uns, plus
de cent, d'après les autres, sortirent avant le vote et sans être
aucunement molestés. Il appert aussi d'une discusion postérieure
engagée à la Société constitutionnelle qu'un des électeurs fit, à
l'église même, „un discours insinuant”, mais qui manqua son effet;
pour déterminer les protestants à ne pas prendre part au vote[56].
Quatre cent dix-neuf électeurs restèrent en séance, après le départ
des opposants, et déposèrent leurs bulletins dans l'urne. Sur ce
nombre, 317 voix se portèrent sur l'abbé Brendel. Les autres se
dispersèrent sur d'autres candidats; quelques-unes échurent
au chanoine Rumpler, qui, d'avance, avait protesté contre toute
candidature, assurant „qu'il avait déjà bien assez de peine à
sauver sa pauvre âme et qu'il croirait celles de ses concitoyens en
fort mauvaises mains, s'il devait être leur pasteur[57]”. Il avait
même poussé la précaution jusqu'à faire distribuer la veille aux
visiteurs du club une feuille volante par laquelle il promettait de
payer comptant mille louis aux pauvres, si un seul citoyen venait
affirmer qu'il avait sollicité ses suffrages.

[Note 55: Délibérations de 1791, II, p. 142.]

[Note 56: Procès-verbaux manuscr., 6 mars 1791.]

[Note 57: Lettre au Chroniqueur de Strasbourg, p. 6-7.]

Il nous manque malheureusement un chiffre important pour apprécier
avec exactitude la signification de ce vote, au point de vue de
la disposition générale des esprits: celui du nombre légal des
électeurs du second degré dans le Bas-Rhin. Cependant les pamphlets
contre-révolutionnaires ne soulèvent jamais la question d'illégalité
au point de vue du nombre absolu. L'anonyme qui nous a décrit cette
élection avec l'animosité la plus marquée, dans sa _Manière nouvelle
d'élire les évêques en France_, est le seul à prétendre qu'il n'y
a pas eu plus de _cinquante_ électeurs catholiques au scrutin de la
cathédrale. Il prétend aussi qu'on a trouvé dans l'urne „au moins
cent suffrages de plus qu'il n'y avait d'électeurs”. Mais si l'on
ajoute à ces „quelques mauvais catholiques, âmes vénales”, la
„poignée de luthériens” et les „quelques calvinistes” qui
ont jeté „dans l'urne fatale leurs billets souillés du nom de
Brendel[58]”; on sera loin du compte fourni par le procès-verbal
officiel, qui ne pouvait essayer de cacher le nombre des votants
véritable.

[Note 58: De la manière nouvelle d'élire les évêques en France.
S.l. 23 p. 4°. La même brochure a aussi paru en allemand _Von der
neumodischen Art_, etc.]

On voit combien la passion entraînait, loin de la vérité, ceux-mêmes
qui prétendaient la défendre et à quoi se réduit, même dans
leurs déclamations les plus violentes, l'influence des électeurs
hérétiques. Ils furent au plus une centaine de votants[59], et si leur
participation fut regrettable (mais non illégale), elle ne put en
aucun cas décider du résultat du vote, puisque Brendel était le
seul candidat sérieux, et qu'il eût obtenu, même sans une seule voix
protestante, la grande majorité des suffrages. Nous avons retrouvé
une autre preuve péremptoire de la fausseté des allégations du
pamphlétaire anonyme, cité à l'heure, dans les procès-verbaux
manuscrits de la Société des _Amis de la Constitution_. Dans ses
séances des 5, 6 et 7 mars on peut relever sur les registres _cent
quatre-vingt-cinq_ demandes d'électeurs, sollicitant leur affiliation
comme correspondants de la Société.

[Note 59: _Strassb. Zeitung_, 19 mars 1791.]

A en juger par leurs noms et celui du lieu de leur résidence, l'immense
majorité de ces visiteurs est catholique. On y rencontre les noms
des Gerber, des Humbourg et des Freppel, et s'ils se sont fait
volontairement inscrire au foyer même de la révolution locale, ils
ont rempli, à coup sûr, leurs obligations civiques au scrutin de la
Cathédrale.

Il n'était pas encore midi que déjà le président de l'assemblée
électorale rendait visite au maire à l'Hôtel-de-Ville, pour lui
communiquer le résultat du vote et lui annoncer que ses collègues et
lui désiraient qu'il fût chanté, le jour même, après vêpres, un
_Te Deum_ solennel en action de grâces pour célébrer cette heureuse
élection, „qui contribuera à calmer les esprits agités et à
rétablir la tranquillité dans le département.” M. de Dietrich
requit sur-le-champ M. Jæglé, non encore remplacé dans ses fonctions
de curé de Saint-Laurent, de faire les préparatifs nécessaires à cet
objet; mais, comme il fallait bien le prévoir après la lettre de cet
ecclésiastique, citée dans un chapitre précédent, cette demande
se heurta au refus de concours le plus absolu. Il aurait donc été
beaucoup plus simple et plus logique à la fois de ne pas réclamer
les services d'un réfractaire avéré, mais de le considérer, dès ce
jour, comme démissionnaire. Le maire s'adressa alors à M. Valentin,
curé de Saint-Louis, et celui-ci promit de venir officier au _Te Deum_,
assisté de ses vicaires.

M. de Dietrich invitait en même temps le Conseil général de la
Commune à se rendre en corps à la Cathédrale „pour y féliciter M.
l'évêque, un de ses collègues, aussi respectable par son civisme que
par ses principes de religion.” Mais d'abord, réuni à la hâte
dans la salle de ses séances, il prenait connaissance de la lettre
de Jæglé „se refusant à tout ce qui pourrait faire soupçonner sa
soumission à l'évêque que l'Assemblée Nationale venait de créer”,
et décidait que le curé de Saint-Laurent serait dénoncé à
l'accusateur public comme réfractaire à la loi.

Sur ces entrefaites, l'abbé Brendel arrivait lui-même à la séance et
se voyait salué par des „applaudissements universels”. Il prenait
place à la droite du maire, tandis que les commissaires du Roi
siégeaient à sa gauche; puis le procureur de la Commune demandait la
parole pour requérir l'enlèvement des armoiries des Rohan ainsi que de
celles des différents chanoines du ci-devant Grand-Chapitre, sculptées
sur le trône épiscopal et sur les stalles du chœur. Le Conseil
décida que tous ces restes de la féodalité, contraires au décret
du 23 juin, seraient enlevés avant la célébration de la messe
d'intronisation du nouvel évêque. Début bien timide encore, mais
effectif pourtant, de cette triste campagne contre les souvenirs
du passé, qui allait se poursuivre avec une véhémence croissante
jusqu'au triomphe des iconoclastes stupides de 1793 et 1794! Sans
doute nul ne songeait encore, parmi les bourgeois modérés du Conseil
général de 1791, aux saturnales qui devaient déshonorer notre ville
quelques années plus tard. Mais ils ont frayé la voie, établi le
principe, et c'est aux principes faux qu'il faut s'opposer le plus
énergiquement, en politique comme ailleurs, si l'on ne veut pas en
subir plus tard, à son corps défendant, les pires conséquences.

Certes nul d'entre les mandataires de la cité ne songeait à de
pareilles scènes de tristesse et d'horreur en se dirigeant en cortège
vers la Cathédrale, suivis des officiers de la garde nationale, et
voyant, au dire des journaux, les patriotes accourir de toutes parts, en
faisant retentir les airs de leurs cris de joie[60]. Il était touchant
de voir, selon le _Courrier politique et littéraire_, tous ces
électeurs, sans différence de religion, se pressant au culte de
la Cathédrale et suppliant le Très-Haut de bénir leurs efforts.
„L'aristocratisme, dit un autre, a reçu aujourd'hui le coup de
grâce; nos électeurs ont remporté une victoire qui fonde la paix
intérieure d'une façon inébranlable.” Illusions singulières et
bien peu flatteuses pour l'intelligence politique de l'écrivain, si
réellement elles étaient sincères! Les corps de musique militaire qui
faisaient retentir la nef du bruit sonore de leurs instruments pendant
qu'on présentait au peuple le nouvel évêque, pouvaient bien étouffer
un instant les réflexions fâcheuses, mais le soir, à la Société
constitutionnelle, les discours prononcés prouvaient bien que le
sentiment de sécurité n'était pas si général, la certitude de la
victoire pas si grande qu'on avait bien voulu l'afficher. On y dressait
la liste des électeurs qui avaient quitté l'assemblée; on proposait
de l'envoyer aux communes du département pour que chaque citoyen sût
lesquels d'entre eux avaient trahi la confiance des patriotes. Une
grande députation de vingt-quatre membres était envoyée cependant
à Brendel pour féliciter „l'évêque-apôtre” de son éclatant
succès[61].

[Note 60: _Strassb. Zeitung_. 8 mars 1791.--_Pol. Litt. Kurier_, 7 mars
1791.]

[Note 61: Procès-verbaux manuscr., 6 mars 1791.]



                                  XII.


Le lendemain, 7 mars, une nouvelle cérémonie religieuse ramenait la
foule à la Cathédrale. Après avoir dit une messe solennelle,
Brendel, se conformant aux prescriptions de la loi, prêtait le serment
épiscopal prescrit par la Constituante, devant les commissaires du
Roi, les autorités constituées et le peuple. Les électeurs, encore
présents à Strasbourg, occupaient des sièges réservés dans le
chœur, et les bons bourgeois, attirés en foule par un spectacle
nouveau, contemplaient avec curiosité les paysans endimanchés qui
se prélassaient dans les hautes stalles, sculptées avec art, où
siégeaient naguère encore les princes et les comtes du Saint-Empire.
Comme on n'avait pu enlever leurs armoiries à si brève échéance,
elles avaient été cachées sous les amples draperies du chœur.

L'homme qui ouvrait, ce jour là, la série des évêques
constitutionnels du Bas-Rhin, qu'il devait clôre aussi plus tard,
François Antoine Brendel[62], habitait notre ville depuis un quart de
siècle déjà. Fils d'un marchand de bois du Spessart, il était né à
Lohr, en Franconie, en 1735, et avait été élevé pour la prêtrise à
Haguenau et Pont-à-Mousson, puis au Séminaire de Strasbourg. En 1765
il avait débuté comme prédicateur à la Cathédrale, et quatre ans
plus tard ses supérieurs l'appelaient à la chaire de droit canon
de l'Université épiscopale. Quoiqu'il eût été accusé déjà
de velléités schismatiques, lors des querelles qui agitèrent le
catholicisme allemand, vingt ans auparavant, à propos de la publication
du livre de Fébronius contre l'autocratie pontificale, Brendel n'avait
absolument rien d'un novateur ni d'un chef de parti religieux. On
affirme qu'il avait associé d'abord ses protestations contre la
loi nouvelle à celles de ses collègues du Séminaire. Cédait-il
maintenant aux sollicitations de Dietrich et de ses amis, aux
conseils d'une ambition, après tout, permise, ou bien ses convictions
religieuses intimes furent-elles la cause finale et déterminante qui
le rallièrent au schisme? Nul ne pourrait se flatter de répondre à ce
sujet d'une façon impartiale et complètement satisfaisante.

[Note 62: M. l'abbé Gloeckler a démontré que son nom de famille
était proprement Braendtler. (_Gesch. des Bisth. Strassburg_, II, p.
60.)]

Brendel nous apparaît dès lors, et nous apparaîtra de plus en
plus, dans la suite de ce récit, comme un homme correct, instruit, ne
méritant aucunement les calomnies lancées par les non-jureurs contre
sa vie publique et privée, mais aussi comme une nature inquiète, sans
élan, sans enthousiasme sincère pour les principes qu'il est chargé
de défendre. Quelle différence entre lui et l'abbé Grégoire, ce
curé de la Constituante, devenu, lui aussi, évêque dans la nouvelle
Eglise, mais qui se refuse, en pleine Convention nationale, à déposer
sa soutane et à renier sa foi, tandis que Brendel, aux débuts de la
Terreur, se hâte d'envoyer sa démission de conducteur suprême de son
diocèse, au moment précis où il y aurait eu quelque grandeur à la
refuser aux puissants du jour!

Ce n'était pas avec un chef d'un caractère aussi mal trempé et d'une
constitution physique aussi maladive, que les constitutionnels pouvaient
espérer gagner une partie, presque perdue d'avance, par la force même
des choses, mais qu'on pouvait du moins contester avec honneur. Dans les
crises religieuses surtout, il faut aux groupes rebelles à l'autorité
de la tradition, des génies puissants ou des dévouements à toute
épreuve. Assurément Brendel était meilleur prêtre et même plus
intelligent que le cardinal de Rohan, mais il n'avait pas derrière lui,
comme son rival, l'Eglise universelle tout entière et ne songea pas un
seul instant à se produire comme apôtre ou martyr.

Il lui aurait fallu pourtant un courage à toute épreuve, rien que pour
affronter le flot d'invectives et de calomnies qui se déversa sur lui
dès que son élection fut connue. Dans un écrit dirigé contre Brendel
et qu'on trouva spirituel d'endosser au grand fournisseur israélite,
Cerf-Beer, on peut lire des phrases comme la suivante: „La couleur de
ses cheveux, la coupe de son visage, sa saleté et ses goûts le font
paraître juif. Il a deux côtes enfoncées, une hernie, beaucoup de
service (_sic_) et les infirmités qui en sont la suite”[63]. A ces
prétendues révélations intimes, les constitutionnels essayaient
de riposter en répandant une gravure satirique, intitulée la
_Contre-Révolution_, et sur laquelle „Rohan-Collier” figure comme
tambour-major; Mme de La Motte, son „aide-de-lit-de-camp”, galoppe
sur un âne aux côtés de Son Eminence, dont les oreilles sont
dissimulées par celles de maître Aliboron; suivent d'autres
personnages, et l'abbé d'Eymar ferme comme porte-bannière cette
édifiante procession[64].

[Note 63: Cerf-Behr aux Trois-Rois (les trois commissaires du Roi). S.
1. 10 p. 8°. M. le chanoine Guerber, dans son panégyrique de l'abbé
Liebermann, n'a pas trouvé ce texte suffisamment significatif; il
l'a aggravé en imprimant, p. 93: „la saleté de ses goûts.” On
appréciera le raffinement du pieux hagiographe.]

[Note 64: _Geschichte der geg. Zeit_, 5 avril 1791.]

Au début de ces virulentes polémiques, le nouveau dignitaire de
l'Eglise n'était pas à Strasbourg. Dès le 8 mars il était parti pour
Paris, afin de recevoir la consécration canonique des mains des trois
évêques que la Constituante avait réussi à grand peine à trouver
pour cette cérémonie jugée, même par elle, indispensable. Il s'y
montrait le 14 mars aux Jacobins, accompagné de son collègue Gobel,
député du Haut-Rhin, évêque de Lydda, puis archevêque de Paris,
et de Victor de Brogie, et prononçait dans cette enceinte, depuis
si fameuse, une harangue patriotique, vivement applaudie par les
assistants[65].

[Note 65: _Pol. Litt. Kurier_, 23 mars 1791.]

Ce même jour on signalait dans notre ville une tentative nouvelle
de l'ancien évêque pour agiter les esprits. Six gardes nationaux
amenaient à la Mairie, au milieu des quolibets populaires, une
demoiselle arrêtée au pont de Kehl et sous les jupes de laquelle
on avait découvert un paquet d'écrits incendiaires, adressés à
un citoyen strasbourgeois. Un comte inconnu, déclarait-elle au
commissaire, l'avait prié de remettre ce paquet au destinataire; mais
ne sachant pas l'allemand, elle n'avait pu deviner si la transmission
de la missive présentait quelque danger. Au moment où elle protestait
ainsi de son ignorance de la langue allemande, un quidam, assistant
à l'interrogatoire, s'écrie en allemand: „Je la connais
bien, celle-là; elle a maugréé devant moi contre l'Assemblée
Nationale!”--„_Eyewohl, ich bin die nit_!” réplique, dans un
moment d'oubli, la donzelle, dont la voix est étouffée par les éclats
de rire[66]. Mais à quoi servaient au fond toutes les mesures de
rigueur et comment même les employer avec suite, puisqu'on n'avait
personne pour remplacer ceux qui refusaient toute obéissance!
On imprimait généreusement aux frais de la commune les discours
d'adhésion des rares ecclésiastiques qui daignaient se rallier[67],
afin que leur exemple donnât du courage aux autres, et cependant
la première liste des prêtres assermentés, mise au jour par les
autorités départementales, ne comptait pas plus de _quarante-huit_
noms, en y consignant tous les ex-religieux des couvents supprimés
en Alsace, et qui sollicitaient une cure[68]. Pourtant le nouveau
Directoire avait itérativement fixé la date du 20 mars comme terme
de rigueur pour la prestation du serment. Passé ce délai, tous les
non-jureurs devaient être expulsés de leur presbytère, comme ayant
cessé d'être fonctionnaires publics.

[Note 66: _Geschichte der geg. Zeit_, 15 mars 1791.]

[Note 67: Discours prononcé par M. l'abbé Petit dans la cathédrale de
Strasbourg. Str. Dannbach, 15 p. 8°.]

[Note 68: _Namen der Römisch-Apostolisch-Katholischen Priester, welche
den Eyd, u.s.w._ S. l. ni date, 1 p. fol.]

Afin de déterminer sans doute un courant de civisme parmi les
populations rurales récalcitrantes, les commissaires du Roi
adressèrent, à la date du 18 mars, une _Proclamation aux Français
habitant le département du Bas-Rhin_, relative à la _Déclaration_
de Rohan. „C'est le cri expirant du fanatisme”, disaient-ils de
ce document. „Dans le délire le plus grossier, un évêque appelle
traître, voleur, assassin, apostat, le pasteur qui lui succède.
Pontife déserteur, il voudrait remonter par des anathèmes sur un
siège qui n'est plus donné qu'aux vertus.” Puis ils faisaient un
pompeux éloge de Brendel, „ce pasteur digne des premiers siècles et
des plus beaux jours de l'Eglise par ses vertus, nouvel Ambroise, qui,
demandé à la fois par deux religions, a paru confondre un instant tous
les cultes dans des acclamations universelles.” La pièce se terminait
par cet élan lyrique d'une emphase ridicule en tout temps, mais
tout particulièrement absurde à l'heure présente: „L'Eglise de
Strasbourg, cette vénérable mère des églises du département, cet
antique édifice, qui annonce de si loin la majesté du Dieu qu'on
y révère, ce temple national, va briller d'un nouvel éclat. La
religion, la loi, la paix garantissent votre félicité sous leur triple
tutelle. Nos cœurs se plaisent à s'arrêter à cette douce idée. O
jours de prospérité prochaine! O sort meilleur des hommes vertueux!
Confusion des pervers! Rétablissement, stabilité de la concorde!
Triomphe de la justice!”

De pareilles effusions prêtaient trop à la satire et à l'attaque
pour qu'elle ne se produisît pas de toutes parts, tantôt habile et
chaleureuse, éloquente parfois, tantôt aussi complètement brutale et
calomnieuse. Il serait oiseux d'entrer dans de longues citations à
ce sujet, mais nous choisirons un seul passage dans l'un des meilleurs
d'entre ces pamphlets, pour montrer l'animosité croissante qui
travaillait les esprits. C'est la _Lettre des soi-disant frères et
concitoyens des prétendus commissaires du Roi_, qui porte comme
devise significative: „Notre Religion et nos Traités de paix,
nos Privilèges et le Roi” et qui est ouvertement dirigée contre
„l'infâme libellé” des trois envoyés de la Constituante. Voici
sur quel ton l'on s'adressait à la représentation nationale: „Le
bref du Pape est arrivé; la foudre va éclater. Commissaires
scandaleux et profanes, infâmes agents de l'impiété, du schisme et de
l'imposture, vous voudriez, en renversant nos tabernacles, y poser vos
idoles.... Notre Evêque n'est pas déserteur comme vous osez l'avancer
insolemment, il peut lancer l'anathème; qu'il fulmine et que ce coup de
foudre vous anéantisse!... Bientôt notre évêque légitime nous sera
rendu. Celui que vous avez fait élire par un groupe de protestants
forcenés sera jeté dans les fers, indigne usurpateur qui aura encore
été puiser quelques nouveaux vices dans une capitale corrompue.”

On avouera que, venant de la part des défenseurs de l'ex-ambassadeur
à Vienne et de l'ancien grand-aumônier de la Cour de France, cette
accusation dénote une audace superbe. Mais le trait final est plus
significatif encore. ”Doubles caméléons, imposteurs atroces, ne
croyez plus nous voir obéir. Votre règne est passé... Servez-vous, si
vous l'osez, de la prétendue autorité dont l'Assemblée Nationale et
le Roi vous ont investis, mais tremblez, oui, tremblez! Nous appellerons
à notre secours toutes les puissances garantes de nos traités de paix
et de nos privilèges. Nous les seconderons, nous ouvrirons nos portes
à nos libérateurs, et nous livrerons les auteurs infâmes de nos
maux aux supplices qu'ils méritent, s'il en est toutefois qui puissent
égaler leurs forfaits!”

Donc encore et toujours, comme argument décisif et menace dernière,
l'appel à l'étranger, la trahison de la patrie, qui n'existe plus pour
ces âmes enfiellées. En faut-il davantage pour expliquer toutes les
haines qui se manifesteront plus tard? Un pareil aveuglement devait
amonceler contre ceux qui proféraient de semblables paroles des
ressentiments irrépressibles, dont la poussée formidable allait
bientôt écraser l'Eglise, entraînant, hélas, des milliers
d'innocents avec des milliers de coupables.



                                 XIII.


La puissance de l'Eglise catholique, comme celle de toute Eglise,
réside, en dernière analyse, dans sa force d'action sur l'opinion
publique. C'est une cause de grandeur, mais c'est aussi, par moments,
une cause de faiblesse. Aux heures de foi complète, absolue, elle a
pu renverser d'une parole les empereurs et les rois, tant les peuples,
courbés sous sa main, croyaient non seulement leurs destinées
terrestres, mais leur félicité éternelle attachées à la plus humble
obéissance vis-à-vis du Vicaire du Christ. Mais quand vinrent les
révoltes heureuses du XVe siècle, quand, au siècle suivant, le grand
mouvement religieux de la Réforme eut conquis la moitié de l'Europe,
cette puissance formidable, ébranlée par tant d'assauts, diminua
là-même où elle ne disparut pas complètement. La lutte acharnée
des confessions hostiles au XVIIe siècle ne se termina point par son
triomphe, et la période suivante sembla même devoir marquer sa ruine
définitive. L'esprit nouveau qui envahit alors les couches supérieures
de la société sapait par la base les enseignements et l'autorité
de l'Eglise, et pour beaucoup d'observateurs superficiels le fameux:
„Ecrasez l'infâme!” a dû retentir comme un hallali suprême. Les
papes eux-mêmes avaient travaillé dans ce sens, en détruisant de leur
main leur plus puissant appui, la Compagnie de Jésus. Un clergé de
campagne, ignorant et misérable, des abbés spirituels et libertins
à la ville, des prélats grands seigneurs qui ne rougissaient pas de
mendier les faveurs de la Du Barry dans les boudoirs de Versailles, ne
semblaient pas des champions capables de relever jamais le prestige si
profondément déchu de l'Eglise universelle. Pourrait-elle résister
longtemps encore à l'attaque combinée des gouvernants schismatiques,
des philosophes et bientôt aussi des despotes athées?

Parmi ses défenseurs officiels eux-mêmes, beaucoup ne l'espéraient
guère malgré leurs fières paroles, et parmi ses adversaires, la
plupart étaient convaincus que „le règne de la superstition”
allait enfin finir. Et c'est cependant cette grande, cette effroyable
crise des dernières années du siècle, qui sauva pour longtemps
l'Eglise catholique. C'est de cette époque de souffrances que date le
renouveau de sa vigueur, c'est la proscription qui a fait remonter
dans ce tronc antique la sève longtemps engourdie. Elle réveille les
dévouements, surexcite les courages anoblit pour un moment jusqu'à ces
figures convulsées par la haine et ces bouches vomissant l'injure que
nous venons de voir et d'entendre. Aussi l'Eglise sort-elle de cette
crise, réputée mortelle, matériellement amoindrie, mais infiniment
supérieure, au point de vue moral, à ce qu'elle était naguère, et
bientôt même infiniment plus puissante. Malheureusement elle en sort
aussi, remplie d'une haine profonde pour toutes les idées libérales,
pour les aspirations les plus généreuses de la nature humaine. Les
premiers germes du Syllabus ont surgi dans ces âmes de prêtres,
traqués partout au nom des principes de la Constitution civile du
clergé, et qui ne pouvaient pas ne pas maudire des doctrines qui les
jetaient dans l'exil et les prisons, et jusque sur l'échafaud.

Grâce à la différence des langues, grâce à la tenue relativement
correcte d'un clergé vivant entouré d'hérétiques, grâce à la
simplicité d'esprit de nos populations, effrayées de toute nouveauté,
l'Alsace avait peu souffert, dans son ensemble, du contact avec les
démolisseurs du XVIIIe siècle. Aussi n'y eut-il point de province
du royaume, sans en excepter les contrées de l'ouest, où la lutte
religieuse fut plus âpre que chez nous. Ceux qui croyaient le
catholicisme mort ou mourant, durent en faire bientôt la rude
expérience, et constater, une fois de plus, qu'on n'abat pas les
convictions religieuses à coups d'arrêtés ou de décrets.

Nous venons de voir les colères suscitées parmi les catholiques par
l'élection de Brendel qu'ils avaient crue impossible. A côté de ces
attaques anonymes, il faut placer les protestations officielles, plus
dignes assurément dans la forme, mais non moins véhémentes pour
le fond. Dès le 12 mars, le Grand-Chapitre de la Cathédrale avait
déclaré nulle et non avenue la nomination de Brendel, par l'organe de
son doyen, le prince Joseph de Hohenlohe, réfugié à Lichtenau dans le
pays de Bade. Le 21 mars suivant Rohan signait à son tour une _Monition
canonique_, adressée à „F.A. Brendel, prêtre naturalisé du
diocèse de Strasbourg, se portant pour évêque dudit diocèse”,
ainsi qu'au clergé régulier et séculier et à tous les fidèles.

Cette immense pancarte, surmontée des armes épiscopales, était
destinée à être affichée dans chaque commune d'Alsace, et le style
en était calculé pour jeter la terreur et la colère dans l'âme des
naïves populations rurales de notre province. Le cardinal y racontait
d'abord, à sa manière, la nomination de Brendel; puis il déclarait
que, voulant montrer „sa tendresse paternelle” au coupable, il
ne lui lançait pas immédiatement l'anathème, mais lui accordait un
délai de huit jours pour „confesser ses torts et réparer le scandale
public de son intrusion”. S'il ne le fait pas, il sera sous le coup de
l'excommunication majeure; la célébration des saints mystères lui
est interdite; tous les sacrements qu'il administrera seront des
profanations et des sacrilèges; tous les curés et les vicaires qui
lui obéiront seront des schismatiques et leur absolution nulle et sans
aucune valeur. Tout curé déposé par lui, reste seul légitime pasteur
de sa paroisse. Rohan frappe ensuite d'interdiction la Cathédrale et
notamment le chœur, en n'exceptant que la chapelle Saint-Laurent, aussi
longtemps qu'elle sera desservie par le curé actuel. Enfin „comme les
temps deviennent, hélas, de plus en plus mauvais, et que nous touchons
peut-être au moment où les prêtres fidèles à la conscience seront
obligés de se cacher dans les antres et forêts, et ne pourront
administrer les sacrements de l'Eglise qu'au péril de leur vie,
nous déclarons le temps pascal ouvert dès à présent pour tous les
fidèles du diocèse et leur permettons de recevoir la communion pascale
de la main de tout prêtre qui ne sera pas souillé par la prestation
du serment abominable exigé des ecclésiastiques fonctionnaires
publics.”

Ce monitoire devait être non seulement affiché aux portes de chaque
église, mais publié au prône et porté de la sorte à la connaissance
de tous les fidèles. Ce fut comme un étrange souhait dé bienvenue
de l'Alsace catholique à Brendel, quand il revint, le 21 mars, à
Strasbourg. Dans les village du Kochersberg qu'il traversa, les femmes
entourèrent, en pleurant et en criant, sa voiture, lui demandant pour
quels motifs il voulait abolir les processions, la confession, etc.
Voilà ce que les non-jureurs avaient réussi à faire croire à ces
pauvres dévotes, mais la situation ne laissait pas d'être singulière
pour un évêque; aussi se hâta-t-il de les rassurer en promettant de
rendre au culte toute son ancienne splendeur[69].

[Note 69: _Geschichte der geg. Zeit_, 23 mars 1791.]

Brendel avait charmé les loisirs de son voyage de Paris à Strasbourg
en composant sa première lettre pastorale, qui fut immédiatement
mise sous presse et livrée à la publicité, le 23 mars. Le ton en
est autrement modeste que celui du manifeste de Rohan. Il y parle de
la puissance divine qui se manifeste à certaines époques, et qui le
soutiendra maintenant qu'il vient d'accepter un si redoutable fardeau.
Il raconte à ses ouailles qu'il „a reçu l'huile sainte de la
consécration dans la capitale de l'Empire français, de la main des
pontifes, successeurs des apôtres..., qui pouvaient seuls nous revêtir
de l'institution canonique et du caractère sacré de l'épiscopat.”

Il terminait en annonçant à ses ouailles la maladie et le
rétablissement du roi, et ordonnait qu'on chantât un _Te Deum_ en
action de grâces pour célébrer cette convalescence, le vendredi
prochain, 25 du mois, à trois heures de l'après-midi, dans la
Cathédrale, en présence de tout le clergé de Strasbourg et des
citoyens conviés à cette fête. On devait en agir de même, le
dimanche suivant, dans toutes les paroisses du diocèse[70].

[Note 70: Mandement. François-Antoine Brendel, par la miséricorde
divine, etc. S. 1. 3 p. fol.]

La rédaction de cette première communication directe adressée aux
fidèles pouvait sembler habile, en ce sens qu'elle impliquait de la
part des non-jureurs désobéissants, non seulement un affront au nouvel
évêque, mais à la majesté royale, et qu'elle les mettait par suite
dans une situation fausse, qu'ils fonctionnassent ou non dans leurs
paroisses.

Mais d'autre part, les intentions de l'auteur étaient si évidentes,
que sa lettre, fort applaudie à la Société constitutionnelle, ne
trouva que peu d'écho dans les campagnes et fut même ignorée de la
majorité des communautés rurales. Aussi bien, cette pièce manquait
absolument de nerf. Son rédacteur ne pouvait espérer convaincre les
autres, puisqu'il n'avait pas, trop visiblement, foi en lui-même. On ne
peut donc s'empêcher de trouver passablement ridicule l'ode pindarique
que lui remettait le lendemain l'un des membres de la Société des
Amis de la Constitution, M. Claude Champy, pour le féliciter de son
éloquence et pour célébrer d'avance son intronisation solennelle. Le
poète s'écriait dans un transport de lyrisme exubérant:

  „Où suis-je et quel jour magnifique
  Luit sur cette heureuse cité?
  Quelle est cette fête civique
  Et cette auguste solennité?
  Dans nos temples sacrés quelle foule se presse.
  Dans les airs ébranlés l'airain tonne sans cesse:
  Tout d'un jour de triomphe étale la splendeur.
  Peuple, j'éprouve aussi le transport qui t'inspire.
  Et je vais sur ma lyre
  Célébrer avec toi notre commun bonheur.”

Après ce pompeux exorde, M. Champy s'adressait au cardinal de Rohan:

  „Esclave décoré d'une pourpre vénale,
  De ce peuple indigné la fable et le scandale.
  Tes impudiques mains profanaient l'encensoir.
  Vois tomber aujourd'hui tes grandeurs usurpées,
  Vois tes fureurs tombées
  Et de les assouvir perds le coupable espoir!”

La pièce, fort étendue, et que nous n'infligerons pas plus longuement
au lecteur, se termine naturellement par la glorification du successeur
de Rohan:

  „De ses prédécesseurs effaçant les injures
  Au Dieu qu'ils outrageaient, ses mains simples et pures
  Offriront un encens digne de sa grandeur.
  Sa voix désarmera la céleste colère;
  Du ciel et de la terre
  Un vertueux pontife est le médiateur”[71].

[Note 71: Ode sur l'installation de l'évêque de Strasbourg. S. 1. 4 p.
4°.]

Mais ces hommages, assurément sincères, n'apportaient au nouvel
évêque que l'adhésion politique d'un nombre restreint de citoyens
fort peu religieux de tempérament, et ne pouvaient même lui garantir
la sécurité complète et le respect de sa personne au sein de la
ville la moins fanatisée de son diocèse. En effet, les journaux de
Strasbourg avaient beau s'écrier que la journée du 25 serait „un
jour inoubliable dans les annales de la cité”[72]. L'intronisation
de Brendel, malgré la pompe officielle dont elle avait été entourée,
donna lieu pourtant à des manifestations significatives que ne
pouvaient affecter d'ignorer les dépositaires de l'autorité publique.
La municipalité avait résolu de célébrer dignement l'avènement
d'un ancien collègue. Aussi la Cathédrale était-elle pavoisée,
les cloches sonnaient à toute volée, quand le Conseil général se
présenta en corps au Séminaire pour escorter l'évêque à son
église paroissiale. Les commissaires du roi, les administrateurs du
département et du district s'étaient joints au cortège, en tête
duquel marchait Brendel en rochet et camail.

[Note 72: _Strasb. Zeitung_, 26 mars 1791.]

Arrivé dans le chœur, l'évêque se rendit devant le maître-autel,
après avoir revêtu les habits pontificaux, précédé de l'abbé
Neuville, qui lui portait la mitre. Là il prêta le serment prescrit
aux évêques par la loi nouvelle, puis il célébra la grand'messe.
Les curieux ne manquaient pas, assurément, au service, mais le
procès-verbal dressé à l'Hôtel-de-Ville, à l'issue de la
cérémonie, ne portait que treize signatures d'ecclésiastiques.
C'est tout ce qu'on avait pu réunir en cette occasion pourtant
solennelle[73]. Aucun de ses propres élèves du Séminaire n'avait
consenti à reconnaître l'autorité du nouvel évêque; tous avaient
préféré quitter l'école plutôt que d'adhérer au schisme. Partout
l'on constatait cette même résistance dans les rangs du clergé,
dirigée par d'habiles organisateurs et qui répondait si bien au
génie souple et tenace de l'Eglise catholique. Les femmes elles-mêmes
s'affichaient dans l'entrain de la lutte. Malgré l'ordre formel du
maire, les sœurs grises refusaient d'accompagner les Enfants trouvés,
dont elles dirigeaient l'éducation, à la messe pontificale de Brendel.
Bien plus, quand le receveur de l'hospice les eut ramenés à leur
domicile, elles s'emparèrent des enfants pour les conduire à la messe
de l'Eglise des Récollets; parce qu'elles ne jugeaient pas la première
valable. Le Conseil général punit leur désobéissance en les
renvoyant sur-le-champ de la maison des Enfants trouvés[74].

[Note 73: Procès-verbal dressé sur la prestation du serment, etc.
Strasb., Dannbach, 1791, 13 p. 8°.]

[Note 74: Délibérations du Conseil général, 1791. p. 159-160.]

L'après-midi du même jour devait être célébré le _Te Deum_ pour la
convalescence du roi. Toute la garnison était sous les armes et formait
la haie, depuis la Mairie jusqu'à l'entrée de la Cathédrale, sur le
parcours des corps constitués, qui faisaient pour la seconde fois
en douze heures ce pieux pèlerinage. Les Amis de la Constitution
remplaçaient dans le cortège les ecclésiastiques non assermentés,
qui brillaient par leur absence. Le _Te Deum_ fut chanté avec
accompagnement de toutes les musiques militaires, au milieu d'un
concours prodigieux de populaire; puis les autorités continuèrent
leur marche processionnelle vers le Temple-Neuf, et de là vers
l'Eglise réformée pour y assister à des services d'actions de grâces
analogues. Le soir, les édifices publics et la Cathédrale furent
illuminés. Mais dès le lendemain on avait à signaler de divers
côtés des agissements contre-révolutionnaires nouveaux. Une femme,
nommée Barbe Zimber, épouse d'un chantre de la Cathédrale, était
arrêtée dans le courant de la journée au pont de Kehl, essayant
d'introduire en fraude, sous ses larges jupes, un ballot d'exemplaires
du _Monitoire_ de Rohan[75]. Puis, vers le soir, un fait infiniment plus
grave se produisait dans l'enceinte sacrée elle-même.

[Note 75: On en fit une chanson grivoise: Excommunication trouvée sous
les jupes d'une femme. Anecdote strasbourgeoise. S.l., 2 p. 8°.]

Encouragé sans doute par l'accueil de la veille, Brendel avait voulu
entonner lui-même le _Salve Regina_ à l'autel. Tout à coup le curé
Jæglé surgit à ses côtés et déclare que c'est à lui seul que
revient le droit d'officier à Saint-Laurent. L'évêque refuse d'abord
de céder la place au prêtre non assermenté, qu'entoure une foule de
femmes surexcitées; puis, pour éviter un scandale public, il invite
Jæglé à le suivre à la sacristie. Quand ils furent en face l'un
de l'autre, le dialogue devint plus que vif entre eux, et Jæglé ne
craignit pas d'accabler Brendel de reproches et le somma même de
se démettre. Désespérant de convaincre un interlocuteur aussi peu
maître de lui-même, Brendel ressort de la sacristie, se dirige vers
l'autel et s'y met en prière. Mais les mégères qui l'entourent
s'exaltent de plus en plus: „Oh, le vilain roux! oh, le Judas!”
crient-elles, et finalement elles le bousculent et frappent de plusieurs
coups sa jambe gauche, pendant qu'il leur tourne le dos, agenouillé
devant l'autel. Sans l'intervention fort opportune de quelques gardes
nationaux accourus en entendant ce vacarme, l'évêque aurait été
roué de coups dans sa propre Cathédrale[76].

[Note 76: C'est là sans doute ce qu'un écrivain récent appelle, la
larme à l'œil, „_die Rohheiten Brendel's gegen den wurdigen Pfarrer
Jœglé_”; exemple topique de la façon dont on écrit l'histoire dans
un certain parti.--Voy. sur ces scènes les Délibérations du Conseil
général, p. 166-172, _Strasb. Zeitung_, 29 mars 1791, et _Lettre à
L. Ed. de Rohan soi-disant landgrave d'Alsace, qui a été évêque de
Strasbourg et qui enrage de ne l'être plus_, etc. Strasb., 1er avril, 8
p. 4°.]

On le reconduisit à son domicile, au milieu des clameurs de la foule
ameutée, et non sans qu'il subît en chemin de nouvelles insultes. La
Société constitutionnelle était en séance au moment où l'on vint y
raconter ces événements si regrettables. Elle jura solennellement de
défendre l'évêque, lui envoya sur-le-champ des députés pour lui
témoigner ses regrets et dénonça Jæglé à la municipalité comme
principal auteur de ces troubles. Le lendemain le Conseil général se
réunissait en séance extraordinaire, et le maire lui rendait compte
des scènes survenues à la Cathédrale. Les représentants de la
cité, considérant que „l'impunité plus longtemps prolongée ne fait
qu'enhardir les infractions à la loi, et que c'est à une trop longue
indulgence que l'on doit attribuer les écrits scandaleux qui tendent
à soulever le peuple contre l'autorité légitime”, arrêtaient qu'on
„inviterait le corps municipal à faire mettre le sieur Jæglé en
état d'arrestation, qu'il serait dénoncé à l'accusateur public comme
réfractaire à la loi et perturbateur de la tranquillité publique,
pour lui être son procès fait et parfait”. Ils déclaraient en outre
„scandaleux, séditieux, attentatoire à l'autorité souveraine de la
nation et à celle du roi” l'écrit imprimé du ci-devant évêque de
Strasbourg et demandaient qu'on le mît sous les yeux de l'Assemblée
Nationale, avec les autres pièces „qui ont décelé la perfide
coalition dont M. le cardinal de Rohan s'est déclaré le chef.
L'Assemblée Nationale sera priée de le déclarer déchu de
l'inviolabilité que la loi assure aux représentants de la nation, pour
lui être son procès fait par la Haute-Cour nationale comme criminel de
lèse-nation.”

Le Conseil général avait de bonnes raisons pour rendre l'accusateur
public „personnellement responsable” de tous les délais de la
procédure et pour „inviter le tribunal à s'occuper promptement, par
tous les moyens que les lois ont mis à sa disposition”, de l'affaire
Jæglé, car ces honorables magistrats ne firent aucune diligence
pour instruire sur des faits de notoriété publique, même après des
injonctions aussi formelles. Quand enfin le tribunal rendit son arrêt,
le 7 avril, il déclara Jæglé „insuffisamment convaincu d'avoir
été le fauteur des troubles” et prononça son acquittement, à la
grande indignation des journaux patriotes[77]. Le curé de Saint-Laurent
n'osa pas cependant affronter plus longtemps l'orage, et quitta la
ville pour se réfugier de l'autre côté du Rhin. Il fit bien, car le
lendemain de sa fuite clandestine arrivait à Strasbourg le décret de
l'Assemblée Nationale qui le renvoyait devant la Haute-Cour d'Orléans.

[Note 77: _Gesch. der geg. Zeit_, 13 avril 1791.]

La procédure suivie contre Barbe Zimber, la femme de Blaise Bürkner,
chantre de la Cathédrale, sur laquelle on avait saisi dix-sept
exemplaires du _Monitoire_ de Rohan, amena des résultats plus
pratiques. Comme la prisonnière avouait avoir reçu ces papiers de
Jean-Nicolas Wilhelm, l'homme de loi contumace, déjà souvent nommé,
le tribunal décida que les papiers du fugitif seraient mis sous
scellés, lui-même appréhendé au corps et le procès continué à la
fois contre lui et sa complice.

Mais toutes ces mesures ne suffisaient plus pour enrayer le fanatisme
religieux déchaîné. Dès le 30 mars un nouveau scandale se produisait
à la Cathédrale. Un instituteur, nommé Gabriel Gravier, y était
mis en arrestation pour avoir tenu une conduite indécente et troublé
l'ordre public au moment où l'un des prêtres assermentés donnait la
bénédiction aux fidèles. Le corps municipal, „considérant que ce
citoyen était parfaitement libre de ne pas assister à la célébration
du culte, s'il choquait ses convictions religieuses, et que sa conduite
malhonnête était d'autant plus répréhensible qu'il était un
éducateur de la jeunesse”, le condamna à huit jours de prison, à
l'affichage du jugement à cent exemplaires, dans les deux langues,
et le menaça d'interdiction, s'il se laissait aller jamais à la
récidive[78].

[Note 78: Extrait des registres de police. Strasb. Dannbach, placard
in-fol.]

Le 31 mars, le Directoire du département entrait à son tour dans la
lice en décidant que, dans la quinzaine, tous les religieux du Bas-Rhin
quitteraient l'habit monastique pour ne plus se distinguer des autres
citoyens. Le décret de l'Assemblée Nationale, qui prescrivait cette
mesure, datait du 14 octobre 1790! Pour éviter une répétition du
scandale Jæglé dans les églises de la ville, on faisait procéder
ensuite au scrutin pour la nomination des six nouveaux curés de
Strasbourg. Elus le 3 avril, ils étaient solennellement préconisés
le lendemain par Brendel à la Cathédrale[79], et leur activité, pour
restreinte qu'elle fût, ne laissait pas d'irriter au plus haut point
les réfractaires. Les violences sont désormais à l'ordre du jour;
dans les rues même de notre ville on voit un ecclésiastique non-jureur
frapper l'abbé Ledé, pour avoir prêté le serment et être dénoncé
pour ce fait à l'accusateur public[80]. Dans les campagnes, les
électeurs _patriotes_ sont persécutés par le clergé et ses
adhérents. C'est ainsi qu'à Wœrth le curé et son vicaire
excommunient le représentant de la commune qui avait voté pour
Brendel[81], et les journaux du temps sont remplis de détails
analogues[82].

[Note 79: On en trouvera la liste dans la _Gesch. der geg. Zeit_, 5
avril 1791.]

[Note 80: Procès-verbaux de la Société des Amis de la Constitution,
27 février 1791.]

[Note 81: _Strasb. Zeitung_, 5 avril 1791.]

[Note 82: Ces excommunications répétées montrent bien combien peu les
protestants seuls avaient nommé Brendel. On ne se serait pas donné le
ridicule gratuit d'excommunier des hérétiques qui ne s'en portaient
pas plus mal.]

Les professeurs du Collège royal, suivant l'exemple de ceux du
Séminaire, avaient également refusé tous le serment. On décida
que le mathématicien Arbogast, professeur à l'Ecole militaire, en
prendrait la direction provisoire, et que l'un des rares jureurs,
l'abbé Petit, y serait placé comme vice directeur. Il fallait pourtant
encore trouver des maîtres, et pour avoir le loisir d'en découvrir, on
licencia pendant quelques semaines les élèves. A l'opposé des grands
séminaristes, qui suivirent dans l'exil leurs professeurs, les petits
collégiens, moins solidement inféodés à l'autel, ne purent résister
à l'annonce de trois semaines de vacances extraordinaires. „Eux,
naguère encore aristocrates décidés, se mirent à crier: Vive la
Nation! et à chanter _Ça ira!_”[83].

[Note 83: _Strassb. Zeitung_, 5 avril 1791.]

Pendant ce temps, le récit des troubles religieux, toujours croissants,
qui désolaient l'Alsace, avait enfin produit quelque impression sur les
esprits de la capitale. L'Assemblée Nationale avait chargé Victor de
Broglie de lui présenter un rapport à ce sujet. Sur l'audition de ce
rapport, et après avoir pris l'avis des cinq comités réunis, elle
avait décrété, le 4 avril, „qu'il y avait lieu à accusation, tant
contre le cardinal de Rohan, ci-devant évêque de Strasbourg, comme
prévenu principalement d'avoir tenté, par diverses menées et
pratiques, de soulever les peuples dans les départements du Haut
et Bas-Rhin et d'y exciter des révoltes contre les lois
constitutionnelles, que contre les sieurs Jæglé, ci-devant curé de
Saint-Laurent de Strasbourg; Zipp, curé de Schierrheit; Ignace Zipp,
son neveu, vicaire audit lieu; Jean-Nicolas Wilhelm, homme de loi;
Etienne Durival, se disant ingénieur, et la nommée Barbe Zimber, femme
du sieur Biaise Bürkner, chantre à la Cathédrale de Strasbourg, tous
prévenus d'être les agents, complices, fauteurs et adhérents du sieur
Louis-René-Edouard de Rohan.”

L'Assemblée demandait en conséquence au roi de donner ses ordres pour
faire arrêter les personnes susnommées et les faire transférer sous
bonne garde dans les prisons d'Orléans, où l'officier chargé des
fonctions d'accusateur public près la Haute-Cour nationale provisoire
devrait instruire leur procès. Louis XVI ne se fit pas prier pour
donner la sanction constitutionnelle à cette mesure, dirigée contre
un homme qu'il détestait, et pour cause. Il promulgua la loi dès le 6
avril[84], et l'on ne risque rien à supposer qu'il aurait appris sans
chagrin que „l'officier de la gendarmerie nationale”, auquel était
confié le soin d'exécuter ces arrestations, avait réussi dans sa
mission. Pour le moment, cela va sans dire, la loi restait à l'état
de lettre morte, puisque tous les coupables principaux se trouvaient en
dehors du territoire français et sous la protection des baïonnettes
de la légion de Mirabeau. On ne pouvait guère mettre la Haute-Cour en
mouvement pour juger la bonne femme d'un chantre de la Cathédrale!

[Note 84: Loi qui ordonne l'arrestation du sieur L. R. Ed. de Rohan,
etc. S. l. 3 p. 4°.]

M. de Dietrich et ses amis politiques avaient réclamé d'autres mesures
encore de la Constituante. Déçus dans leur espoir de rallier une
fraction notable du clergé aux lois nouvelles, et comprenant qu'il
fallait essayer du moins de créer un clergé assermenté, si l'on ne
voulait renoncer dès le début à gagner du terrain dans les campagnes,
ils avaient sollicité quelques modifications aux articles de la loi
qui réglait les conditions exigées des candidats à des fonctions
publiques ecclésiastiques. Pour répondre à leurs vœux, qu'elle
reconnut légitimes, l'Assemblée Nationale rendit un décret
qui accordait des dispenses d'âge et de stage préalable pour la
consécration sacerdotale, mais qui devait surtout alléger la tâche
des autorités constitutionnelles dans les départements bilingues et
frontières, en leur permettant d'appeler chez eux des ecclésiastiques
étrangers. Pendant un an, provisoirement, tout prêtre pouvait être
admis à fonctionner dans les paroisses abandonnées, soit comme curé,
soit comme vicaire, sans avoir à justifier de la qualité de Français.
Allemands, Suisses et Luxembourgeois viendraient-ils remplacer les
ecclésiastiques nationaux, qui restaient introuvables? Viendraient-ils
surtout en assez grand nombre, en qualité suffisamment respectable
aussi, pour qu'on pût organiser une Eglise sérieuse? C'était là
le nœud de la question vitale qui préoccupait si fort, et non sans
raison, les chefs du parti constitutionnel en Alsace.

Il n'y avait plus à s'y tromper, en effet. Le 20 mars avait passé,
comme toutes les dates fixées antérieurement par le gouvernement, sans
lui amener autre chose que de bien rares transfuges. La perspective de
vivre au milieu de populations hostiles, excitées sous main, n'était
guère attrayante, et ceux-là même qui prêtaient le serment pour
trouver de quoi vivre, ne se souciaient pas d'aller prêcher au fond des
campagnes. Dans les villes, grâce aux sociétés populaires, qui
alors soutenaient encore les représentants du culte, les curés
constitutionnels avaient, sinon de nombreux auditoires, du moins
une sécurité matérielle à peu près complète. L'incartade des
satellites de Jæglé ne se renouvela plus à Strasbourg, puisque les
patriotes veillaient désormais sur leurs prêtres et promettaient
d'user de moyens violents pour réprimer à l'avenir des scènes
pareilles. Lors de l'installation des nouveaux curés de la ville, le
journal de Simon et Meyer disait d'avance: „Tous les nerfs de bœuf
de Strasbourg sont achetés, et une bonne portion de verges est toute
prête, ainsi que les pompes à feu, pour calmer nos femmelettes
exaltées.[85]” Et le parti clérical répondait sur le même ton dans
le pamphlet le _Dîner patriotique_, en faisant dire à Brendel: „Sans
la garde nationale protestante et les troupes de ligne, vous auriez vu
comme ces nouveaux curés eussent été reçus, puisque moi-même j'ai
manqué d'être crossé, mais crossé à coups de pied[86].”

[Note 85: _Gesch. der geg. Zeit._ 10 avril 1791.]

[Note 86: Le _Dîner patriotique_ (S. 1. 24 p. 8º) est une satire,
ignoble à bien des égards, mais composée par un esprit mordant et
sagace qui a bien vu le faible d'adversaires détestés. On nous y
montre Dietrich, Levrault, Brendel et Mathieu s'entretenant à cœur
ouvert, après boire, sur la situation du pays et de leur parti et s'y
disant de dures vérités. Brendel surtout y est outrageusement traîné
dans la boue.]

C'est toujours, on le voit, le même esprit brutal qui régente les
masses, sans acception de parti, que ce soit le fanatisme religieux
ou anti-religieux qui les enflamme, qu'ils s'appellent jacobins ou
cléricaux, royalistes ou républicains de toute nuance. L'aveuglement
volontaire des partis est tel qu'aujourd'hui même vous rencontrerez
des hommes „honnêtes” se lamentant sur les traitements
révolutionnaires subis par quelques dévotes exaltées, tandis qu'ils
trouveront naturelles les cruantés exercées sur les huguenots du
seizième siècle, ou riront même des femmes des jacobins publiquement
fouettées par la jeunesse dorée après thermidor. Il serait si simple
pourtant, alors qu'on ne peut empêcher toujours de pareilles violences,
de s'entendre au moins pour les flétrir avec un égal mépris, d'où
qu'elles viennent et sous quelque drapeau qu'elles se produisent!

Le 16 avril un nouveau renfort arrive aux récalcitrants: _Roma locuta
est_, Rome a parlé. On se rappelle que l'assemblée des catholiques
réunis au Séminaire avait demandé au Saint-Père ce qu'il fallait
penser des nouvelles lois ecclésiastiques. Pie VI répondit enfin à
„ses chers fils, les habitants catholiques de Strasbourg”. Il leur
témoignait toute son estime pour le courage héroïque, la sagesse et
la constance de Rohan, seul pasteur légitime de ce troupeau, l'autre
n'étant qu'un odieux intrus. Le cardinal s'empressa de porter ce bref
à la connaissance de _son_ clergé, par mandement du 2 mai, l'on pense
avec quelle satisfaction profonde. Désormais Brendel a beau se dire
„en communion avec le Saint-Siège apostolique”, il n'est plus aux
yeux de la foule qu'un apostat et un mécréant. Tous les catholiques un
peu fervents, qui avaient hésité encore entre leur foi religieuse et
leurs devoirs civiques, se retirent d'un mouvement où leur situation
devient dorénavant impossible. C'est ainsi que M. de Humbourg, l'ancien
syndic du chapitre de la Cathédrale, était resté jusqu'à ce jour
officier municipal; dès qu'il apprend que la sentence papale va être
rendue, il donne sa démission d'élu de la cité, pour aller rejoindre
les membres du chapitre à Offembourg[87]. Rohan lui-même prenait une
attitude plus aggressive, si possible. On racontait qu'il allait fonder
à Oberkirch un journal allemand à l'usage des campa pagnes, intitulé
_Der Wahrheitsfreund_, et dirigé par Nicolas Wilhelm[88]. Des lettres
anonymes arrivaient de tous les côtés au nouvel évêque, le menaçant
des vengeances célestes, lui fixant comme dernier terme pour venir
à résipiscence le jeudi-saint, et éveillant tout autour de lui
l'appréhension de scènes de désordre nouvelles, jusque dans
l'enceinte de la Cathédrale[89]. C'est que les espérances des
contre-révolutionnaires s'exaltaient, à ce moment déjà, dans la
contemplation des chances d'une lutte intérieure, appuyée sur le
dehors, et que le spectre de la guerre étrangère et civile montait,
menaçant, à l'horizon.

[Note 87: _Strassb. Zeitung_, 16 avril 1791.]

[Note 88: _Pol. Litt. Kurier_, 19 avril 1791.]

[Note 89: _Strassb. Zeitung_, 21 avril 1791.]



                                 XIV.


Escomptant les dispositions bien connues de quelques-uns des principaux
souverains de l'Europe qu'effrayait la rapide propagation des idées
révolutionnaires, l'émigration commençait dès lors à rêver la
revanche par les armes et à travailler les cours étrangères pour y
trouver un appui. Parmi tous ceux que nous voyons s'agiter alors pour
organiser à bref délai l'action contre-révolutionnaire, le cardinal
de Rohan fut un des plus fougueux. Il est vrai qu'il était aussi de
ceux qui avaient le plus perdu et qui supportaient le plus impatiemment
cette perte. Prince souverain de l'Empire, il était également
plus libre de ses mouvements que les émigrés vivant sur territoire
d'antrui. Sans doute il n'était plus le bénéficier richissime que
nous avons connu au début de la Révolution; ses quelques bailliages
d'outre-Rhin n'étaient pas de taille à lui fournir des revenus très
considérables. Par arrêt du 18 février 1791, la cour suprême de
Wetzlar l'avait bien autorisé à contracter un emprunt forcé de 45,000
florins, avec les cinq villages du bailliage d'Oberkirch, mais un arrêt
supplémentaire du 30 mars l'obligeait à donner d'abord aux communes
elles-mêmes les garanties de remboursement nécessaires[90]. D'ailleurs
ce n'est pas avec des sommes pareilles qu'on pouvait soutenir une
guerre. Il commença cependant à réunir des recrues, aidé par le
frère émigré de Mirabeau, le fameux vicomte, qu'à cause de l'ampleur
de ses formes, ses anciens collègues de la Constituante avaient appelé
Mirabeau-Tonneau.

[Note 90: _Strassb. Zeitung_, 19 avril 1791.]

Mais les négociants badois ne se soucièrent pas d'abord de fournir les
uniformes nécessaires, parce que Rohan prétendait ne payer qu'un quart
des dépenses au comptant et prendre le reste à crédit[91]. Cette
gêne ne dura pas, il est vrai, et, de quelque côté qu'il l'ait reçu,
l'argent finit par arriver. Dès le 26 avril on écrivait d'Ettenheim à
la _Gazette de Strasbourg_ que l'ex-évêque avait maintenant une garde
bien organisée de trois cents hommes, bien uniformés, portant l'habit
noir à revers jaunes, au brassard brodé d'une tête de mort avec cette
devise: La victoire ou la mort[92]!

[Note 91: _Pol. Litt. Kurier_, 18 avril 1791.]

[Note 92: _Strassb. Zeitung_, 27 avril 1791.]

Les troupes réunies depuis longtemps déjà par le prince de Condé,
et principalement formées par les déserteurs qui passaient en masse
la frontière[93], se rapprochaient à ce moment de Strasbourg et les
bruits les plus alarmants circulaient dans notre ville. On y affirmait
que les forces de l'émigration allaient franchir le fleuve près de
Rhinau marcher directement sur Obernai, Rosheim, Molsheim et Mutzig,
centres du „fanatisme”, pour pénétrer par la vallée de la Bruche
en Lorraine et susciter partout la contre-révolution. On racontait que
les ecclésiastiques renvoyés de leurs cures n'avaient donné qu'un
congé de quelques jours à leurs domestiques, que des notabilités bien
connues (on désignait notamment Poirot et Zæpffel) circulaient dans
les campagnes pour exciter les esprits, etc. Sans doute les rédacteurs
des journaux patriotes essayaient d'enflammer le courage de leurs
lecteurs en leur montrant les feux s'allumant partout sur la crête des
Vosges, et „l'armée noire et jaune” écrasée dans les gorges
de nos montagnes[94]. Mais les riverains du territoire allemand n'en
étaient pas plus rassurés pour cela. Heureusement que, pour le moment,
tout n'était qu'un faux bruit. Il importait de le mentionner cependant,
puisque l'agitation profonde qu'il excita chez les amis comme chez
les ennemis du nouveau régime en Alsace, amena de part et d'autre une
recrudescendence d'inimitiés sur le terrain religieux.

[Note 93: Pour ne citer qu'un exemple, tous les officiers du régiment
de Beauvaisis, en garnison à Wissembourg, désertèrent le 17 avril.
Quinze cents hommes de troupe ne conservèrent qu'un capitaine et quatre
lieutenants officiers de fortune. _Strassb. Zeitung_, 20 avril 1791.]

[Note 94: _Strassb. Zeitung_, 25 avril 1791.]

Les commissaires du Roi avaient quitté Strasbourg dans les derniers
jours d'avril, espérant bien à tort que leur présence ne serait plus
nécessaire pour contenir les récalcitrants, ou desespérant peut-être
aussi de les ramener à l'obéissance[95]. Après leur départ les
autorités du département et du district continuèrent à procéder
à l'épuration des non-jureurs. Pour montrer que leur justice était
égale pour tous, elles avaient également réclamé le serment
civique de tous les pasteurs, professeurs et ministres luthériens et
réformés, et le 1er mai, les membres du Convent ecclésiastique,
les professeurs de l'Université protestante, ceux du Gymnase et les
maîtres d'écoles avaient prêté le serment requis devant le corps
municipal[96], puis le dimanche, 7 mai suivant, ç'avait été le tour
des „ministres de la Confession helvétique.” Le chanoine Rumpler
avait protesté, non sans malice, ni sans raison, contre cette idée
bizarre, d'assermenter des hérétiques à la Constitution civile du
clergé, et il avait demandé qu'on insérât ses protestations
au procès-verbal. Mais Richard Brunck, le fameux helléniste, lui
répondit brusquement qu'en ce cas on y insérerait des sottises[97].
Et cependant l'ancien commissaire des guerres était un modèle
d'urbanité. C'est à ce diapason que se maintenait désormais la
discussion entre adversaires politiques, quand on consentait encore à
discuter, s'entend.

[Note 95: Foissey quitta Strasbourg le 25 avril, ses collègues le 27.
_Pol. Lit. Kurier_, 25 avril 1791.]

[Note 96: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 2 mai 1791.]

[Note 97: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 4 mai 1791.]

Si les protestants n'éprouvaient aucune répugnance à se rallier
ainsi au nouvel ordre des choses, les „écclésiastiques” non
assermentés, les membres des ordres religieux dissous, faisaient
partout leurs préparatifs de départ. Le 2 mai, les Capucins du grand
cloître de Strasbourg passaient le Rhin avec une longue série de
fourgons bien remplis[98]; deux jours plus tard, leurs confrères
du couvent des Petits-Capucins suivaient leur exemple. L'émigration
faisait ainsi d'incessants progrès parmi la population _cléricale_
de la ville et des campagnes, et il devenait urgent de trouver les
ecclésiastiques patriotes nécessaires pour le service des paroisses
rurales, si le culte officiel ne devait être partout interrompu. C'est
pourquoi le Directoire du district convoqua les électeurs pour le 8
mai, à huit heures du matin, dans l'ancien palais épiscopal des Rohan,
afin de continuer les élections relatives à la nomination des curés
constitutionnels. Le district de Strasbourg avait compté jusque-là,
sur une population catholique de 71,240 âmes, 109 prêtres séculiers
en fonctions[99]. Il n'aurait pu être question de conserver un pareil
chiffre de fonctionnaires, qu'on n'avait aucun espoir d'atteindre
jamais, même si la Constitution nouvelle n'avait pas expressément
diminué le nombre des curés et des desservants. A l'heure indiquée,
l'assemblée électorale se réunit sous la présidence de M. Thomassin;
elle comptait un peu plus de cent membres. Plusieurs électeurs avaient
écrit pour excuser leur absence, en l'expliquant par les menaces
dont ils avaient été l'objet de la part de leurs coreligionnaires
fanatisés par les prêtres réfractaires. Aussi la réunion
décida-t-elle, avant d'aborder son ordre du jour, de formuler
une véhémente protestation contre les agissements du clergé non
assermenté; elle est trop longue pour que nous la rapportions ici, mais
nous en citerons la conclusion pratique. On y demandait à l'Assemblée
Nationale l'éloignement de leur domicile de tous les prêtres qui se
seraient refusés à prêter le serment, „afin de soustraire leurs
anciennes ouailles à leurs excitations incendiaires et de les empêcher
eux-mêmes de maltraiter leurs successeurs.” Puis les scrutins pour
une vingtaine de cures se succédèrent sans incident notable pendant
toute la journée, et se terminèrent le lendemain, 9 mai, par la
proclamation solennelle du nom des nouveaux élus, qui se fit à la
Cathédrale, avant la célébration de la messe[100]. Un tiers d'entre
eux étaient d'anciens capucins; aucune des cures n'avait été
disputée par deux concurrents, tant la pénurie de candidats était
grande. Ce n'est pas du Bas-Rhin que venaient les rares déclarations
d'adhésion d'ecclésiastiques demandant „à être mis dans la
prochaine gazette” comme ayant prêté le serment, „_antern zu einem
exembel des gehorsams_[101]” Quand, par hasard, il surgissait quelque
recrue inattendue, on s'empressait d'annoncer le fait dans tous les
journaux, et de féliciter les nouveaux arrivants comme des héros
patriotes. Ce fut le cas, par exemple, pour les trois séminaristes
alsaciens, Joseph Parlement et les deux frères Roch, qui
s'échappèrent du séminaire du prince-évêque de Spire à Bruchsal
et traversèrent le Rhin dans une barque de pêcheur pour revenir à
Strasbourg et se mettre aux ordres de Brendel[102].

[Note 98: Ils emportaient, disait-on, mille muids de vin, 125 quartauds
de blé, 7 quintaux de lard, 5 quintaux de beurre fondu et 150,000
livres en numéraire. _Strassb. Zeitung_, 4 mai 1791.]

[Note 99: On comptait alors dans la ville même 35,000 catholiques
contre 20,000 protestants, dans les villages du district, 36,240
catholiques contre 18,520 protestants. Il y avait de plus 2830
israélites. _Affiches de Strasbourg_, 9 avril 1791.]

[Note 100: _Verbal Prozess der Wahlversammlung der Wahlmänner u. s. w.
vom 8. Mai 1791._ S. 1. 14 p. 8°.]

[Note 101: Voy. le numéro du _Pol. Lit. Kurier_, 14 avril 1791. Cette
pièce émanant de quelques curés, vicaires et religieux de Dannemarie,
Altkirch, Hagenbach, etc., écrite dans un allemand inouï, était
adressée: „_An Herren Zeitungsschreiber Augsburgiseher Profession zu
Strassburg_.”]

[Note 102: _Strassb. Zeitung_, 16 mai 1791.]

On comprend d'ailleurs que l'enthousiasme fût médiocre et le désir
d'exercer l'apostolat de „la religion nouvelle” au sein de nos
populations rurales peu répandu. On avait fait circuler sur le compte
des prêtres assermentés de tels mensonges[103] que, dans certaines
communes au moins, leur vie n'était pas en sûreté. C'est ainsi que le
nouveau curé de Bischheim, l'abbé Gelin, dénonçait deux paysans de
Suffel-Weyersheim comme ayant voulu le tuer dans la nuit du 12 au 13
mai; mais comme le seul témoin à charge était la sœur de Gelin et
qu'ils protestèrent de leur innocence, le tribunal du district les
acquitta quelques jours plus tard, bien que leur apparition nocturne
au presbytère dût paraître bien étrange[104]. Les journaux tout
spécialement fondés pour éclairer les paysans n'étaient pas lus par
eux, et certains d'entre eux, au moins, comme le journal allemand:
_Le Franc, feuille patriotique populaire alsacienne_, n'étaient pas
rédigés de manière à pouvoir être compris par les masses,
peu accessibles aux déductions abstraites et aux raisonnements
philosophiques[105]. Elles voyaient mettre aux enchères les biens
de l'Eglise, vendre au plus offrant le mobilier de leur évêque, ses
tapisseries de haute-lisse, ses somptueuses porcelaines de Chine et
ses urnes du Japon[106], elles entendaient leurs conducteurs spirituels
maudire les persécuteurs et les vouer aux tourments éternels; cela
faisait sur elle une toute autre impression que la lecture d'une
dissertation sur les droits de l'homme et du citoyen.

[Note 103: Le 10 mai, le vicaire épiscopal Taffin, le futur juge au
tribunal révolutionnaire, sortait de la Cathédrale après avoir dit
la messe, quand un paysan l'arrête et le prie de lui dire la formule du
serment civique. Un peu étonné, Taffin satisfait à son désir et
le paysan de s'en aller, l'air tout joyeux.--Pourquoi me demandez-vous
cela? dit l'ex-chanoine messin.

--„Notre curé nous a dit qu'en le prêtant on abjurait la
Sainte-Vierge, le pape et toute l'Eglise catholique. Mais je vois bien
maintenant qu'il a menti. Nous le chasserons.” Malheureusement
ces paysans à l'esprit investigateur étaient fort rares. _Strassb.
Zeitung_, 17 mai 1791.]

[Note 104: _Strassb. Zeitung_, 16 mai, 6 juin 1791.]

[Note 105: _Dev Franke, ein patriotisches Volksblatt_, commença à
paraître en mars 1791. mais ne vécut pas très longtemps.]

[Note 106: _Affiches_, 16 mai 1791.]

Ce qui rendait les dispositions des populations rurales plus dangereuses
encore, c'étaient les espérances contre-révolutionnaires qui
se rattachaient à leurs antipathies religieuses. Plus on étudie
l'histoire de cette époque, plus on se rend compte de la faute immense
commise par l'Assemblée Nationale, en ajoutant cet élément fatal de
discorde à toutes les causes de désunion qui travaillaient le royaume
et menaçaient surtout les départements sur la frontière. C'est par
haine des _jureurs_ que les paysans catholiques d'Alsace devinrent en
partie les alliés des Rohan, des Mirabeau, des Condé, menaçant dès
lors le sol de la patrie, et servirent d'intermédiaires et d'espions
aux traîtres, qui attendaient le signal de la lutte ouverte pour
déserter à l'étranger.

Tout indiquait, vers la fin de mai 1791, qu'une crise terrible allait
éclater, soit à l'intérieur, soit au dehors. En Alsace, le nouveau
commandant de la province, M. de Gelb, était un militaire, longtemps
retraité, cassé par l'âge, sans autorité sur ses troupes et
soupçonné dès lors d'incivisme, soupçon que son émigration devait
justifier plus tard. Quoique Strasbourgeois de naissance, on avait été
fort mécontent chez nous de lui voir confié un poste aussi difficile;
ses adversaires l'avaient même accusé de travailler en secret à
la destruction du nouvel ordre des choses[107]. En tout cas, il ne
surveillait pas ses officiers et sans cesse on en voyait circuler
quelques-uns, avec ou sans déguisements, sur le chemin d'Ettenheim
à Strasbourg[108]. Sous ses yeux, on recrutait dans la garnison des
volontaires pour la légion de Mirabeau[109]. Des espions de Rohan
sillonnaient le pays déguisés en mendiants, en maquignons, etc., pour
distribuer des appels à la révolte et entraîner la jeunesse au delà
du Rhin[110]. On en arrêtait un à Habsheim et son arrestation était
suivie de celle du curé du village, ainsi que de son collègue de
Krembs[111]. Les municipalités des localités qu'on croyait douteuses
étaient bombardées de lettres pastorales, déclarations, bulles et
autres imprimés qui arrivaient non-affranchis. Celle de Mutzig se
plaignit d'avoir à payer en un jour trente-six sols de port pour
des envois postaux de ce genre[112]! Dans la Société des Amis de la
Constitution, on donnait lecture d'une correspondance échangée
entre le procureur-syndic du district, Acker, et le prince Joseph de
Hohenlohe, du Grand-Chapitre de la Cathédrale. Le procureur ayant
réclamé les titres et pièces relatives aux propriétés du
Chapitre, le prince lui répondait que, dans peu de jours, l'armée
contre-révolutionnaire allemande passerait le Rhin, réinstallerait
l'ancien ordre de choses et remettrait chacun à sa place[113].

[Note 107: On disait qu'il avait un dépôt d'écrits incendiaires
dans sa campagne à l'île des Epis. _Gesch. der gegenw. Zeit_, 26 mars
1791.]

[Note 108: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 20 mai 1791.]

[Note 109: _Strassb. Zeitung_, 18 mai 1791.]

[Note 110: Un agent de Bernhardswiller amenait, en huit jours, vingt-six
jeunes gens de Bernhardswiller et d'Obernai à Ettenheimmünster.
_Strassb. Zeitung_, 1er juin 1791.]

[Note 111: _Pol. Litt. Kurier_, 9 juin 1791.]

[Note 112: _Strassb. Zeitung_, 30 mai 1791.]

[Note 113: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 24 mai 1791.]

A Strasbourg même, les partisans de l'ancien régime semblaient
espérer et préparer un prompt revirement. Les journaux signalaient
les distributions d'argent (fort modestes d'ailleurs, à ce qu'il nous
semble, et peu dangereuses) du chirurgien Marchal à de vieilles
femmes dévotes[114]. Ils racontaient aussi comment le receveur de
l'Œuvre-Notre-Dame, M. Daudet, ayant à payer leurs gages quotidiens de
huit sols aux six gardiens de la Cathédrale, avait tendu à l'un
deux un assignat de quatre-vingt livres, total _nominal_ exact de leur
salaire mensuel à tous, en criant d'un air moqueur: Vive la Nation!
Quand le pauvre gardien l'avait supplié de le satisfaire en monnaie, il
l'avait renvoyé, disant qu'il n'avait pas d'autre argent[115]. Sans
une veuve, bonne patriote, qui leur versa le montant de l'assignat,
les modestes fonctionnaires de l'Œuvre auraient perdu douze livres en
changeant le papier chez un banquier. „Mais Daudet n'est-il pas
un coquin?” disait la _Gazette de Strasbourg_ en manière de
péroraison[116]. Rodolphe Saltzmann, son rédacteur, était pourtant
l'un des plus modérés parmi les défenseurs des idées nouvelles, et
figurera bientôt parmi les _réactionnaires_ les plus haïs.

[Note 114: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 24 mai 1791.]

[Note 115: Dans la justification, passablement embarrassée, que M. de
Türckheim, administrateur des oeuvres charitables de la Ville, fit de
son subordonné (_Strassb. Zeitung_, 13 juin), il dut reconnaître que
Daudet avait à ce moment plusieurs centaines de francs en numéraire
dans sa caisse; ce qui semble bien indiquer qu'il voulait narguer et
punir le civisme des gardiens de la Cathédrale.]

[Note 116: _Strassb. Zeitung_, 10 juin 1791.]

Dans les environs les rixes se multipliaient entre les habitants des
villages catholiques et les soldats cantonnés chez eux ou dans leur
voisinage. A Oberschaeffolsheim, ils attaquèrent un détachement du
13e de ligne (ancien Bourbonnais) et blessèrent grièvement deux des
soldats. Le curé non assermenté qui les avait poussés, dit-on, à
cet acte de sauvagerie, fut arrêté et conduit en ville sur une voiture
découverte; en y arrivant à dix heures du soir, il fut reçu à
la porte par une foule en émoi, qui se précipita sur l'escorte, en
criant: à la lanterne! Sans l'énergique intervention de la garde
nationale, le malheureux aurait été écharpé[117]. Le lendemain, le
même Saltzmann, dont nous venons de parler, „protestait au nom des
véritables amis de la liberté contre ce cri sanguinaire, qui est le
contraire de la justice”[118]; mais les esprits, emportés par la
passion, n'étaient plus capables d'écouter d'aussi sages conseils.
Il semblerait que la réalité, pourtant bien triste déjà, ne leur
fournissait pas de scènes assez lugubres. L'imagination surexcitée des
_patriotes_ hantée par des visions terrifiantes, inventait des projets
de meurtre et d'assassinat, auxquels elle croyait sans doute elle-même.
Un journal affirmait qu'un ecclésiastique réfractaire de Strasbourg
avait engagé l'une de ses jeunes pénitentes à demander à se
confesser à l'évêque Brendel, puis à tuer l'intrus d'un bon coup
de couteau, dans le confessionnal[119]. Le rôle des Judith et des
Charlotte Corday n'est pas, fort heureusement, dans le tempérament de
nos jeunes Alsaciennes, et l'anecdote tout entière nous semble de la
fabrique du journaliste radical qui l'offrit au public.

[Note 117: _PoL Litt. Kurier_, 24 juin 1791.]

[Note 118: _Strassb. Zeitung_, 23 juin 1791.]

[Note 119: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 7 juin 1791.]

Mais si l'on pouvait hardiment absoudre le beau sexe, et même le sexe
fort, de toute intention réelle d'homicide contre le chef de diocèse,
il n'en était pas de même, ni pour l'un ni pour l'autre, quant aux
délits de police correctionnelle. L'histoire particulière de la
Cathédrale nous offre, à ce moment, quelques curieux exemples de
l'irrévérence brutale ou raffinée des fervents catholiques à
l'égard des mystères de leur propre religion et des indécences
auxquelles les entraînait dans leurs propres lieux de culte une trop
fervente dévotion. La première en date de ces affaires est celle
du sieur Julien d'Espiard, lieutenant au régiment de ci-devant
Bourbonnais, qui pénétra le 12 mai dans la Cathédrale pendant qu'on y
célébrait le culte et s'y conduisit d'une façon bruyante, sifflotant
et répondant à la sentinelle qui le rappelait au respect du saint
lieu: „Il n'y a plus de religion; il n'y a donc plus rien à
respecter!”[120] Arrêté par la force armée et conduit devant
le maire, il fut condamné par le corps municipal à „tenir prison
pendant deux fois vingt-quatre heures pour avoir manqué de respect
dans l'Eglise cathédrale au respect que tous doivent aux lieux
saints[121].” Six semaines plus tard, le même individu se faisait
encore remarquer pour avoir tenu après boire dans un endroit public
„des propos incendiaires et despectueux contre la Nation”, et la
municipalité le condamnait derechef à huit jours de prison[122]. Exclu
de son régiment, ce singulier défenseur de la foi terminait dignement
sa carrière en se rendant à Ettenheim et en affirmant là-bas
en justice que Dietrich et ses collègues l'avaient salarié pour
assassiner Rohan[123].

[Note 120: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 27 mai 1791.]

[Note 121: Extrait des registres de police de la municipalité, du 17
mai 1791. Dannbach, placard in-fol.]

[Note 122: Extrait des registres de police, etc., du 11 juillet 1791.]

[Note 123: Extrait des délibérations du corps municipal, du 6
septembre 1791. Dannbach. 7 p. 4°.]

L'autre incident se produisit quelques semaines plus tard, lors de la
fête des Rogations. Brendel avait annoncé pour ce jour la procession
usuelle dans l'intérieur et sur le parvis de la Cathédrale. La
municipalité craignait des troubles pour cette fête, les radicaux
aussi, témoin la brutale invitation de Simon aux bons patriotes, de
mettre pour ce jour-là quelques bons nerfs de bœuf en saumure, afin
de calmer les démangeaisons des jeunes et vieilles bigotes qui seraient
tentées de déranger les offices[124]. La garde-nationale était sur
pied; il se trouva néanmois une jeune personne assez désireuse
de faire parler d'elle (car elle ne pouvait espérer la couronne du
martyre), pour proférer à haute voix quelques sarcasmes blessants sur
la procession qui défilait devant elle. Son zélé défenseur, dont
nous allons entendre tout à l'heure les accents passionnés, déclare
bien que cette procession „n'était effectivement composée que de
deux pelés, quatre tondus et six pouilleux, bien faits pour accompagner
F. A. Brendel,„ mais on avouera que ce n'est pas une excuse.

[Note 124: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 1er juin 1791.]

La jeune fille fut arrêtée par le piquet de garde à la Cathédrale
et conduite devant le maire, qui la tança vertement sans lui infliger
d'ailleurs, à notre sû, de peine légale quelconque. Or voici quel
accès de folie furieuse cette scène de gaminerie provoqua dans le
cerveau d'un trop effervescent ami de l'Eglise et de l'ancien régime.
„Elle fut enlevée, dit-il, par ces infâmes satellites aux trois
couleurs, par ces cannibales, qui, non contents de l'arracher à son
foyer, l'ont meurtrie de coups, et l'ont traînée, le visage tout
ensanglanté, à la municipalité. Cette pauvre fille, indignée du
traitement affreux que cette canaille nationale exerçait sur elle,
appelait les honnêtes gens à son secours... Elle n'en fut pas moins
menée devant le Grand-Inquisiteur. Cet oiseau de proie se réjouissait
d'avance de la capture et esperait, la tenant sous ses griffes, d'en
faire une victime de sa rage constitutionnelle.... N'y aura-t-il jamais.
disais-je à deux de mes voisins, un homme assez ami du bien et de
l'humanité, pour brûler la cervelle ou pour enfoncer le fer vengeur
dans le cœur de ce scélérat?--Nous le jurons, diront-ils[125]”...

[Note 125: Lettre à M. le maire de Strasbourg. 3 juin 1791. S. 1. 4 p.
8°.]

On se demande, en lisant des appels au poignard pareils, à propos de
si mesquines affaires, si leurs auteurs anonymes étaient dans leur bon
sens, s'ils étaient de pauvres fous ou de misérables scélérats.
Un sceptique nous répondra qu'ils étaient sans doute fort lucides et
n'auraient pas fait tort peut-être au voisin d'un centime, mais qu'ils
étaient „sous l'influence des passions politiques.”

C'était sous l'influence aussi de ces mêmes passions que les
autorités du district envoyaient aux sacristains des différentes
églises l'ordre direct d'avoir à faire abattre les armoiries
sculptées qui se trouvaient dans ces églises; en d'autres termes,
c'était la destruction, la mutilation du moins, des nombreux
monuments funéraires conservés alors dans nos édifices religieux.
La municipalité fut saisie de cette réquisition singulière dans sa
séance du 12 mai. Elle avait sacrifié naguère aux tendances du jour
en proscrivant les écussons armoriés de la Cathédrale; elle resta
plus fidèle maintenant aux vrais principes: „Sur le rapport de
l'administrateur des établissements publics,... considérant que cet
ordre, de quelque part qu'il soit émané, s'éloigne du décret du
19 juin 1790, parce que ces armoiries dans les églises constatent un
tribut de vénération payé à des familles qui ont bien mérité de la
patrie, intéressent des familles régnicoles et étrangères et sont
le plus souvent liées à des décorations et forment des monuments
publics, vu le décret et ouï le procureur de la Commune, le Bureau
municipal arrête qu'il n'y a pas lieu de donner suite à la destruction
des armoiries dans les églises”[126].

[Note 126: Délibération du Conseil général. 12 mai 1791.]

Des gens auxquels il ne fut pas nécessaire de donner des ordres
péremptoires pour faire disparaître les emblèmes de l'ancien régime,
furent les Israélites de Mutzig. Lorsque Rohan était revenu en Alsace,
après le procès du Collier, ils avaient orné leur synagogue de
l'écusson des Rohan et y avaient placé de plus un grand cadre
contenant une prière pour leur illustre protecteur, le cardinal. Ils se
hâtèrent maintenant de briser l'écusson, mais, en gens pratiques, ils
conservèrent la prière calligraphique, encadrée dans leur temple,
en y substituant seulement le nom de Brendel à celui de l'évêque
proscrit[127].

[Note 127: _Strassb. Zeitung_. 30 mai 1791.]

Brendel cependant faisait tous les efforts possibles pour organiser
le clergé constitutionnel de son diocèse; les recrues désirées
arrivaient peu à peu, surtout des contrées rhénanes, en moins grand
nombre assurément qu'on ne l'avait espéré d'abord, mais en nombre et
surtout en qualité suffisante pour lui constituer un état-major très
présentable, auquel il ne manquait que les soldats. Dans le courant
des mois de juin et de juillet on voyait débarquer à Strasbourg les
professeurs J.-J. Kæmmerer, de Heidelberg et Antoine Dereser, de Bonn,
puis encore Joseph Dorsch et le plus connu, le plus tristement célèbre
de tous, Euloge Schneider. Docteurs et professeurs en théologie des
universités épiscopales rhénanes, leur libéralisme religieux ou le
besoin de liberté politique les avait rendus suspects dans leur pays
et ils venaient chercher une sphère d'activité plus vaste, un air plus
respirable, sous le ciel de la France. Reçus à bras ouverts par
le parti constitutionnel, ils se voyaient bientôt installés comme
maîtres dans les chaires abandonnées du grand Séminaire et comme
vicaires épiscopaux à la Cathédrale. Natures exaltées pour la
plupart, ces hommes étaient d'une valeur morale très diverse. Il y en
avait de profondément pieux et honnêtes, comme le bon Dereser, dont la
conduite pendant la Terreur mérite toutes nos sympathies; il y en avait
aussi que le besoin d'aventures amenait parmi nous, bien plus que la
soif d'indépendance religieuse. Parmi ces derniers il faut nommer avant
tout Euloge Schneider, que sa faconde oratoire et des vers érotiques
médiocres, doublement choquants sous la plume d'un ancien moine,
avaient fait connaître déjà dans certains milieux lettrés
d'Allemagne[128]. Le 6 juin déjà, Kæmmerer avait paru à la Société
des Amis de la Constitution, pour y prêter le serment civique et pour
annoncer la publication d'un journal de langue allemande, consacré
spécialement aux affaires ecclésiastiques d'Alsace. Le 30 juin,
les journaux de Strasbourg annonçaient l'arrivée de Schneider, le
professeur démissionnaire de l'académie de Bonn, et sa nomination
comme vicaire épiscopal[129].

[Note 128: _Gedichte von Eulogius Schneider, 2te Auflage, Frankfurt am
Main_, 1790, p. 40, 45, 73, 74, 91, 127.]

[Note 129: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 30 juin 1791.]

Comme l'entrée en fonctions des nouveaux venus vint coïncider avec la
fuite de Varennes et que durant plusieurs jours les esprits surexcités
ne s'occupèrent pas d'autre chose que de la „grande trahison” du
malheureux Louis XVI, ils n'attirèrent pas d'abord sur eux l'attention
du public. Le moyen de s'intéresser à quelques prêtres schismatiques
étrangers, alors que le sort du royaume était en suspens et que
la guerre civile semblait devoir éclater à nos portes! Une plume
élégante et habile a trop bien raconté cet épisode célèbre de la
Révolution au point de vue de notre histoire locale, il y a quelques
années déjà, pour que nous songions à nous y arrêter ici[130]. Il
fallait seulement le mentionner en passant, car il acheva d'aigrir les
esprits les plus modérés en Alsace, pour peu qu'ils eussent à cœur
de conserver les conquêtes libérales des dernières années. On ne se
contenta pas de brûler en effigie Bouillé, Klinglin et Heywang, les
généraux déserteurs, sur la place d'Armes[131], on demanda hautement
la déchéance du souverain, traître à tous ses serments[132],
et l'attachement monarchique, très marqué jusqu'ici, du parti
constitutionnel alsacien s'effaça devant le sentiment supérieur de
l'attachement à la patrie[133].

[Note 130: G. Fischbach, La fuite de Louis XVI. Strasbourg, 1878, 8°.]

[Note 131: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 30 juin 1791.]

[Note 132: _Strassburg. Zeitung_, 7 juillet 1792.]

[Note 133: On peut se rendre compte de cette disposition des esprits
les plus modérès en lisant la poésie d'Auguste Lamey _An Frankreich's
Schutzgeist_, insérée dans la _Gesch. der gegenw. Zeit_ du 29 juin
1791.]

La crise religieuse devait forcément se ressentir, elle aussi, de cette
tentative de réaction politique, et la haine anti-religieuse du parti
radical trouva un nouvel aliment dans la persuasion que c'était surtout
l'influence du clergé qui avait poussé le faible Louis XVI à cette
démarche, dont la duplicité ne fut dépassée que par le complet
insuccès.

On n'était pas encore revenu de cette chaude alarme, quand les nouveaux
vicaires épiscopaux débutèrent successivement à la Cathédrale, dans
le courant de juillet et d'août. Ce fut d'abord le chantre de Minette,
Nannette et Babette, Euloge Schneider, qui, le 10 de ce mois, vint
y prononcer un sermon sur _l'Accord de l'Evangile avec la nouvelle
Constitution française_[134]; plus tard Antoine Joseph Dorsch y prêcha
sur _la Liberté_[135], etc. Vers la même époque aussi paraissaient
les premiers numéros du journal dirigé par Kæmmerer,
devenu supérieur du grand Séminaire, intitulé _Die neuesten
Religionsbegebenheiten in Frankreich_[136], et destiné à devenir le
moniteur officiel de l'Eglise schismatique. Les uns et les autres, parmi
ces étrangers, montraient un enthousiasme, sans doute sincère à ce
moment, pour toutes les conquêtes de la Révolution et tâchaient d'y
découvrir la réalisation des promesses de l'Evangile. Les uns et les
autres parlaient en termes chaleureux de la nécessité de lutter
contre le „fanatisme” des prêtres et les tendances
contre-révolutionnaires des masses, et gagnaient ainsi l'appui des
journaux et des sociétés patriotiques, sans cependant que leur
auditoire habituel en fût notablement accru.

[Note 134: _Die Uebereinstimmung des Evangeliums mit der neuen
Staatsverfassung der Franken_. Strassb., Lorenz, 1791. 16 p. 8°.]

[Note 135: _Ueber die Freiheit. eine Predigt._ Strassb., Treuttel. 1791,
16 p. 8°.]

[Note 136: Depuis le 1er juillet 1791.]

Autant la crainte avait été vive au moment de la fuite de Louis XVI,
autant la réaction avait semblé relever partout la tête, quand le
faux bruit de la réussite de ce projet avait couru l'Alsace, autant
la colère contre les fauteurs, plus ou moins authentiques, de ces
désordres perpétuels fut profonde après cette vive alerte. C'est à
partir de cette époque que nous voyons se multiplier les expéditions
„nationales” contre les bourgs et villages réfractaires, les
poursuites contre les prêtres non-jureurs, contre les correspondants
ouverts et secrets de l'émigration. „Il est temps d'en finir avec
l'aristocratie dans notre département”, disait la _Gazette de
Strasbourg_, en énumérant une série d'attentats commis contre les
_patriotes_[137]. Elle répétait en termes plus convenables ce que
le „Véritable Père Duchène” disait sur un ton plus ordurier:
„Toujours en Alsace, toujours du grabuge et des précautions maudites
dans cette contrée, où il y a tout autant d'aristo-jeanfoutres que
de poux dans la culotte d'un gueux. Est-ce qu'on ne réduira pas cette
engeance insolente”[138]?

[Note 137: _Strassb. Zeitung_, 15 juillet 1791.]

[Note 138: Quarante-quatrième lettre bougrement patriotique. Paris,
Châlon, 1791. 8 p. 8°.]

Le _Courrier politique et littéraire_ lui-même, si pacifique
d'ordinaire, publiait des traductions allemandes du _Ça ira_ et
annonçait, en assez mauvais vers, que le jour était proche où tous
„les tyrans par la grâce de Dieu, les calotins, les aristocrates
et leurs maîtresses, ne se nourriraient plus de la graisse du
pays”[139].

[Note 139: _Pol. Litt. Kurier_, 15 juillet 1791.]

L'Assemblée Nationale donnait un encouragement officiel à ces
sentiments d'irritation en faisant partir de nouveaux commissaires pour
l'Alsace, chargés de concerter avec les autorités départementales des
mesures de répression plus efficaces contre les fauteurs de désordres
publics. MM. Régnier, Chasset, de Custine, arrivèrent à Strasbourg
dans la première semaine de juillet, et le 12 du mois avait lieu une
réunion générale de tous les membres du Directoire du département,
de ceux du Directoire du district et de ceux du Conseil général de
la Commune, pour aviser à la situation troublée de la province. Les
commissaires de l'Assemblée Nationale s'y rendirent, accompagnés des
commandants militaires, et en leur présence, les chefs des différents
corps énumérés tout à l'heure présentèrent un nouveau compte rendu
de la situation du département par rapport au clergé. „Après la
discussion la plus sérieuse et la plus approfondie”, voici les faits
qui furent reconnus, au dire du procès-verbal officiel, auquel nous
empruntons les lignes suivantes[140]:

[Note 140: Délibération du Directoire du département du Bas-Rhin, du
12 juillet 1791. Strasb. Levrault.]

„Le cardinal de Rohan, ci-devant évêque de Strasbourg, et les
membres des ci-devant chapitres, s'opposent ouvertement, de concert avec
l'évêque de Spire et l'Electeur de Mayence, à l'établissement
dans les départements du Haut et du Bas-Rhin, de la Constitution
française....

„Cette opposition est établie par les protestations signifiées de
leur part au département du Bas-Rhin, qu'ils ont présentées à la
Diète de Ratisbonne, en réclamant l'appui et les forces des princes
étrangers...

„Ils sont déterminés à soutenir cette opposition à main armé.
Déjà un corps de troupes est armé; ce corps est placé sur la rive
droite du Rhin, depuis Ettenheim jusqu'à Kehl, et journellement il
insulte et maltraite les Français, particulièrement les citoyens de
Strasbourg que leurs affaires obligent de passer le Rhin....

„Pour propager ce système d'opposition et de rébellion, ils
emploient non seulement une partie des chanoines, mais encore les
ecclésiastiques fonctionnaires publics, réfractaires au serment et un
grand nombre de religieux.”

Le procès-verbal relate à la suite de cet exposé général une foule
d'exemples particuliers de l'insubordination des prêtres réfractaires,
de leurs appels à la révolte, des brutalités exercées par
les paysans fanatisés sur les ecclésiastiques constitutionnels.
Malheureusement cette liste ne renferme ni noms propres ni noms de lieux
et, par suite, l'intérêt historique qu'elle présenterait pour nous,
dans le cas contraire, est diminué dans une forte mesure[141].

[Note 141: Nous devons dire cependant qu'il n'est pas permis pour cela
de mettre ces faits en doute, car un certain nombre au moins d'entre eux
se trouvent mentionnés, avec indications précises, dans les feuilles
publiques et surtout dans le journal de l'abbé Kæmmerer.]

L'exposé des motifs de la délibérations du 12 juillet poursuit ainsi:
„Il se présente (donc) dans le département du Bas-Rhin deux partis
très prononcés et extrêmement opposés, dont l'un tient fortement
à toutes les parties de la Constitution décrétée par l'Assemblée
Nationale et l'autre fait les plus grands efforts pour en empêcher
l'établissement.... On reconnaît que la plus grande partie des villes,
et très éminemment celle de Strasbourg, animées du plus brûlant
patriotisme, ont accueilli avec transport la Constitution et sont
déterminées à la soutenir jusqu'à la mort. Un bon nombre de villages
sont dans les mêmes dispositions, mais dans la majorité de la campagne
on ne rencontre presque pas un partisan de l'heureuse régénération de
la France....

„Les mal-intentionnés sont en partie composés des personnes qui
vivaient des abus énormes dont cette contrée était opprimée
plus particulièrement qu'aucune province du royaume; mais les
ecclésiastiques, tant séculiers que réguliers, à quelques exceptions
près, sont les plus nombreux, les plus ardents détracteurs, les
ennemis les plus acharnés de la Constitution.

„Les excès auxquels ils se livrent viennent de deux causes:
l'ignorance extrême du plus grand nombre et l'attachement du surplus
aux principes ultramontains et aux princes étrangers..... La seconde
cause ne permet pas de différer un seul instant de garantir ce
département du danger imminent qui le menace.

„Ce danger résulte de la correspondance tantôt ouverte, tantôt
cachée, que les ecclésiastiques, tant réguliers que séculiers,
entretiennent, soit généralement avec les Français fugitifs et
devenus indignes de ce nom, soit particulièrement avec ceux d'entre eux
qui, dans une rébellion déclarée, sont déjà frappés de l'anathème
de la patrie et justement livrés aux tribunaux, soit avec ceux des
princes étrangers, possessionnés dans cette contrée... qui, sous des
prétextes odieux,... font les plus grands efforts pour susciter des
ennemis à la France....

„Dans cette position... il est d'une indispensable nécessité de
prendre, sans le moindre délai, une mesure qui puisse intercepter
sur-le-champ cette correspondance.... Pour arriver à ce but,... il n'y
a qu'un moyen; il consiste à réunir tous les ecclésiastiques, tant
séculiers que réguliers, en un seul et même lieu, dans lequel on soit
à même de s'assurer de la conduite des mal-intentionnés, ou de les
écarter des frontières à une distance telle qu'ils ne puissent être
nuisibles.”

Les corps administratifs et délibérants, qui déclaraient cette mesure
indispensable „pour le salut de tous”, ne se dissimulaient pas
qu'elle „semblait contraire aux lois et à la liberté.” Un pareil
internement était, en effet, contraire au principe de la liberté
individuelle, proclamé par la Constituante. Serait-il au moins
efficace? Cette mesure franchement révolutionnaire, qui en appelait
de la légalité au salut public, empêcherait-elle ces menées
incontestables et si dangereuses pour le pays, ou ne ferait-elle
qu'exaspérer encore des adversaires déjà redoutables? Evidemment les
hommes modérés et prudents, amis d'une sage liberté, qui mirent leurs
signatures au bas de la délibération du 12 juillet, espéraient un
résultat pareil. C'était leur excuse, quand ils forçaient tous les
curés, vicaires, supérieurs, professeurs et régents des collèges,
les chanoines et les religieux de tout ordre, qui n'avaient pas
encore prêté le serment, à se rendre dans le délai de huitaine
à Strasbourg, sauf à y être menés par la force publique s'ils
refusaient, pour y être internés dans les locaux communs, s'ils ne
préfèrent loger en ville à leurs frais. On leur permettait néanmoins
d'y continuer leurs exercices religieux; ceux qui prêteraient le
serment après s'être rendus à Strasbourg, étaient libres d'aller où
bon leur semblerait. Enfin il restait loisible à tout ecclésiastique
non assermenté d'échapper à l'internement en se retirant dans
l'intérieur du royaume, à quinze lieues des frontières.

Pour une loi des suspects, c'était assurément une loi bien modérée,
bien inoffensive, et certes ceux qui l'avaient provoquée par leurs
excitations incendiaires n'avaient pas le droit de s'en plaindre. Il
faut néanmoins regretter profondément que les circonstances aient paru
telles à ses promoteurs qu'ils n'aient pas cru pouvoir s'en passer,
car enfin, quoi qu'on puisse plaider en sa faveur, c'était une loi des
suspects.

L'Assemblée Nationale ne ratifia pas seulement dans leur ensemble les
mesures extraordinaires prises le 12 juillet. Dans sa séance du 17,
elle étendit de quinze à trente lieues de la frontière l'éloignement
forcé des prêtres non-jureurs. L'un des plus célèbres et des plus
éloquents parmi les orateurs de la droite, Malouet, avait demandé que
l'on ne prît point ainsi de mesure de sûreté générale, mais qu'on
fît leur procès individuellement à ceux qui désobéiraient aux lois.
C'était conforme aux vrais principes; mais un des députés alsaciens,
Reubell, répondit que tous les moines et les curés récalcitrants
des deux départements ne valaient pas les frais d'un seul procès
criminel[142]. Cette violente boutade termina la discussion et la loi
fut votée.

[Note 142: _Strassb. Zeitung_, 22 juillet 1791.]



                                  XV.


Au milieu d'un pareil antagonisme des esprits, on comprend que la
fête annuelle de la prise de la Bastille fût célébrée dans des
dispositions moins pacifiques et moins généreuses que l'année
précédente. Les cloches de la Cathédrale, sonnant à toute volée,
soir et matin, les drapeaux tricolores qui en ornaient la pyramide ne
pouvaient ramener la concorde chassée de tant de cœurs aigris. Aussi
les cérémonies officielles de la journée durent-elles sembler bien
froides à tous ceux qui se rappelaient l'enthousiasme de 1790. La fête
en question eut au moins une conséquence inattendue, qui se rattache
directement à l'histoire de la Cathédrale. Pour bien marquer les
sentiments fraternels de tous les citoyens, sans distinction de cultes,
en ce jour solennel, la Société des Amis de la Constitution
avait demandé qu'on cessât de sonner, chaque soir, du haut de la
plate-forme, l'antique cor d'airain, nommé le _Krœuselhorn_, et qui,
de temps immémorial, avertissait les juifs de passage à Strasbourg
qu'ils devaient quitter la ville. „C'est une honte pour nous qu'on
l'entende encore, s'était écrié l'un des orateurs du club; c'est une
plus grande honte qu'on exhibe chaque jour cette pièce à l'appui de la
barbarie de nos mœurs aux visiteurs étrangers”[143]. Sans doute,
la municipalité n'aurait pas mieux demandé que d'obtempérer à cette
demande si légitime, mais ses délibérations furent devancées par un
acte de souveraineté populaire, d'autant plus fait pour étonner que la
petite bourgeoisie de notre ville n'était alors guère tendre pour les
juifs. Peut-être aussi l'enlèvement dont il s'agit, fut-il motivé
moins par une impulsion humanitaire que par quelque pari fait après
boire. Quels qu'aient été d'ailleurs les motifs véritables qui l'ont
inspiré, toujours est-il que, dans la matinée du 17 juillet, l'un des
gardiens de la tour, nommé Jean-Melchior Kuhn, se présentait fort ému
à la Mairie. Il racontait à M. de Dietrich que trois inconnus,
„qui lui ont paru être des garçons bouchers”, avaient fait leur
apparition sur la plate-forme, s'étaient emparés „de la corne dite
_Griselhorn_”, et avaient disparu avec elle. Dans sa séance du 18, le
Corps municipal arrêta que ladite déclaration serait communiquée à
la police, à telle fin que de raison; „que cependant la sonnerie
de la corne, dite _Griselhorn_, sur la tour de la Cathédrale, sera
supprimée à l'avenir, que celle restante des deux cornes sera
déposée au cabinet de l'Université, et que l'autre, si elle est
retrouvée, sera laissée auxdits gardes pour pouvoir la montrer comme
un objet de curiosité aux personnes qui viendront visiter la tour de la
Cathédrale”[144]. Il faut bien croire que les patriotes exaltés qui
avaient commis ce détournement finirent par arriver à résipiscence
et restituèrent leur butin, car les deux cors d'airain figurèrent plus
tard parmi les curiosités entassées dans le chœur du Temple-Neuf.
Retrouvés sous les décombres de nos collections scientifiques, on peut
les voir encore aujourd'hui à la nouvelle Bibliothèque municipale,
mais notre génération chétive aurait bien de la peine, je le crains,
à leur arracher un son quelconque.

[Note 143: _Strassb. Zeitung_, 18 juillet 1791.]

[Note 144: Bureau municipal, procès-verbaux manuscrits, II, p. 636.]

Les mesures approuvées par l'Assemblée Nationale à l'égard du
clergé non assermenté allaient être mises en vigueur. Il était
difficile d'en contester l'urgence en présence des faits. En attendant
la guerre étrangère, la guerre civile avait commencé. Des légions
de moines d'outre-Rhin, Franciscains de Rastatt et autres, pénétraient
chaque jour dans les districts de Wissembourg et Haguenau pour y dire
la messe, procéder aux actes d'état civil, et faire de fructueuses
tournées dans les villages; ils revenaient au bercail, chargés de
beurre, de fromages et d'œufs, offerts par les âmes pieuses[145]. Les
autorités civiles, effrayées ou de connivence, laissaient faire.
„Ne se trouvera-t-il donc pas un seul maire, s'écriait la _Gazette
de Strasbourg_, pour prendre ces gaillards au collet et les fourrer
en prison?” Mais c'était là chose facile à dire au chef-lieu,
difficile à mettre en pratique à la campagne. Témoin ce qui se
passait, quelques jours plus tard, à Sessenheim. Les administrateurs de
cette commune, en majeure partie protestants, avaient arrêté, sur
la réquisition des autorités compétentes, quelques curés, qui
tâchaient d'exporter du numéraire de l'autre côté du Rhin. Un de
leurs collègues, le curé de Soufflenheim, apprend cette arrestation
dans la journée du 24 juillet. Aussitôt il fait battre la générale
au village, arme ses paroissiens, se met à leur tête et marche sur
Sessenheim, pour délivrer les prisonniers. Il avait fait annoncer, par
le crieur public, avant de se mettre en campagne, que tous les gens de
Soufflenheim qui ne se joindraient pas à l'expédition, seraient jetés
en prison et punis!

[Note 145: _Strassb. Zeitung_, 20 juillet 1791.]

Plusieurs citoyens de Sessenheim furent plus ou moins grièvement
blessés par les assaillants; mais les prêtres arrêtés étaient
déjà partis, sous escorte, pour Fort-Louis, de sorte que l'attaque
n'eut pas d'autres résultats. Ce qu'il y a de plus caractéristique
pour la situation, c'est, qu'en revenant chez eux, les habitants de
Soufflenheim furieux incarcérèrent en effet plusieurs _patriotes_ de
leur commune. On comprend que de pareils actes de désobéissance
aux lois poussassent les esprits les plus pacifiques aux mesures
violentes[146].

[Note 146: _Strassb. Zeitung_, 27 juillet 1791.]

Pendant ce temps, l'organisation de l'Eglise nouvelle n'avançait
guère. L'évêque Brendel avait beau promettre au Directoire du
département que le culte ne chômerait nulle part[147], il avait beau
détacher la plupart de ses vicaires épiscopaux à l'administration de
communes de son diocèse, Kæmmerer à Bouxwiller, Euloge Schneider à
Oberbronn, etc. On recevait si mal ses curés, quand on ne les expulsait
pas de leur presbytère sans autre forme de procès, qu'ils restaient
le moins longtemps possible, ne fût-ce que pour ne pas mourir de
faim[148]. A Strasbourg seul, et dans deux ou trois centres plus
importants, l'opinion publique était encore favorable aux jureurs et
de plus en plus montée contre les ecclésiastiques réfractaires au
serment. Elle accueillait avec sympathie la fête de la bénédiction
des nouveaux drapeaux de l'armée qu'on célébrait à la Cathédrale,
le 7 août[149]; elle applaudissait le lendemain à l'achat de la
résidence épiscopale, du palais somptueux des Rohan, par la Commune,
pour une somme de 129,000 livres en assignats[150]. Ce qui causait
cette joie dans la population strasbourgeoise, ce n'était pas tant
la satisfaction de posséder un Hôtel-de-Ville plus vaste et plus
majestueux, mais le contentement de voir, une fois de plus, les
représentants de la cité affirmer leur indifférence pour les
foudres sacerdotales et verser un appoint respectable dans les caisses
appauvries de l'Etat. La majorité des habitants du chef-lieu se
préoccupaient peu des clameurs affirmant que „dans la chaire de
la Cathédrale on ose ouvertement prêcher des hérésies, invectiver
contre la confession, et de cette chaire consacrée à la vérité faire
une chaire vendue à la calomnie et à l'impiété”[151].

[Note 147: _Ibid._, 1er août 1791.]

[Note 148: Les municipalités réactionnaires employaient d'ordinaire
le truc de refuser le certificat du serment de civisme aux curés et
desservants qui l'avaient prêté devant elles. Sans ce certificat, ils
ne pouvaient toucher leur traitement officiel. Voy. l'ouvrage déjà
cité de l'abbé Schwartz, II, p. 276.]

[Note 149: Délibérations du Conseil général, II, p. 384.]

[Note 150: _Strassb. Zeitung_, 9 août 1791.]

[Note 151: Contrepoison de la lettre pastorale de François-Antoine
Brendel. S. d. ni d. (1791), 8°, p. 6.]

Cependant à Strasbourg même, la municipalité, d'accord avec
l'évêque constitutionnel, dût prendre une série de mesures pour
empêcher l'animosité religieuse de se manifester davantage. Dans
les premiers jours d'août elle décida, sur l'ordre du Directoire
départemental, qu'à partir du 7 de ce mois, il serait défendu au
public de pénétrer dans les églises de Saint-Etienne, Sainte-Barbe,
Sainte-Marguerite et Saint-Jean; à partir du 4, on ne sonnerait
plus les cloches de ces églises. Seuls, les deux sanctuaires des
Petits-Capucins et de la Toussaint resteraient dorénavant ouverts
aux prêtres non assermentés, qui y „diront la messe, à l'heure
indiquée par M. l'évêque”. En outre, tous les prêtres, sans
exclusion des réfractaires, étaient admis à dire des messes basses
dans les églises paroissiales, s'ils s'entendaient préalablement à
ce sujet avec les titulaires de chaque paroisse. Les membres des ordres
monastiques des deux sexes sont autorisés à se faire dire la messe par
un prêtre de leur choix, mais il leur est défendu de laisser entrer
des étrangers dans leurs maisons pour assister à ce culte[152].

[Note 152: _Pol. Lit. Kurier_, 5 août 1791.]

En fermant ces quatre églises, on voulait empêcher les prêtres
non-jureurs d'exciter encore davantage leurs ouailles, la partie
féminine surtout; l'on espérait sans doute aussi faire refluer une
fraction au moins de leur auditoire vers les cérémonies du culte
schismatique et dans les lieux saints frappés d'interdit. On ne faisait
malheureusement qu'exaspérer les dévotes et pousser aux extrêmes les
ecclésiastiques eux-mêmes, tandis que les radicaux auraient désiré
la fermeture de _toutes_ les églises aux dissidents et trouvaient qu'on
montrait encore beaucoup trop d'égards pour le cardinal de Rohan et
ses séides[153]. Ce dernier faisait, de son côté, sans doute, de bien
mélancoliques réflexions en lisant à Ettenheim le récit des fêtes
données par la municipalité aux électeurs du Bas-Rhin dans les
vastes salons de son ancienne résidence et la description du banquet
patriotique, célébré sur la terrasse du bord de l'eau. Il devait
soupirer au tableau des farandoles populaires qui s'étaient déroulées
dans la splendide salle d'honneur, tapissée de glaces, ornée des
portraits de ses prédécesseurs, et dans laquelle le galant prélat
lui-même avait admiré jadis des toilettes plus élégantes et des
épaules plus aristocratiques que celles auxquelles la Révolution
frayait maintenant un passage[154].

[Note 153: _Pol. Lit. Kurier_, 7 sept. 1791.]

[Note 154: _Strassb. Zeitung_, 16 sept. 1791.]

Une fois encore, les bourgeois paisibles et les politiques à courte vue
purent croire qu'après tant de discussions fâcheuses et tant d'orages,
la paix allait renaître. Ce fut le jour où l'on célébra dans nos
murs la proclamation de la Constitution nouvelle, qui sortait enfin
des délibérations de l'Assemblée Nationale, amendée dans un sens
démocratique, après la fuite de Varennes. Caduque même avant sa
naissance, la Constitution de 1791 ne satisfaisait ni les libéraux
modérés ni les progressistes radicaux, sans parler, bien entendu, des
_ultras_ politiques et des fidèles dévoués à l'Eglise. Cependant le
fait même de son achèvement semblait promettre l'avènement d'une ère
nouvelle aux esprits altérés de repos. On pensait, dans les classes
bourgeoises du moins, que les mécontents finiraient par reconnaître
les faits accomplis, que l'antagonisme de l'ancien et du nouveau
régime s'effacerait avec le temps et que la crise religieuse, dont on
continuait à méconnaître l'importance politique et sociale, finirait,
elle aussi, par s'apaiser. La fête du 25 septembre fut donc acceptée
chez nous comme l'inauguration d'une période plus calme et plus
heureuse, et les autorités elles-mêmes eurent soin de la présenter
sous cet aspect à la population strasbourgeoise[155].

[Note 155: Voy. le préambule de la délibération du Corps municipal du
23 septembre, au sujet de la fête. _Pol. Lit. Kurier_, 24 sept. 1791.]

Le samedi, 24 septembre, une sonnerie générale annonçait l'ouverture
de la fête; l'artillerie des remparts tonnait au loin, les
étendards nationaux flottaient sur les quatre tourelles, et devant
l'Hôtel-de-Ville on hissait le drapeau de la fédération et le
drapeau blanc, symboles de l'union de tous les Français et de la paix
universelle.

Un détachement de gardes nationaux, escortant le secrétaire de police
et les huissiers municipaux, se portait successivement aux différents
carrefours de la ville, pour inviter tous les citoyens à participer
le lendemain à l'allégresse commune, à renoncer pour toujours aux
dissensions fâcheuses, à se rallier autour de la loi, en vivant
désormais comme des frères. Le lendemain matin, à six heures,
nouvelle sonnerie des cloches de toutes les églises de la ville et
de la banlieue. Les troupes de ligne et la garde nationale réunies se
formaient en bataille sur la place de la Cathédrale et sur la place
d'Armes. A neuf heures précises, on procédait devant le nouvel Hôtel
de-Ville à la première lecture de la Constitution, accueillie par des
cris de Vive la Nation! Vive le Roi!, prévus déjà dans le programme
officiel. Puis le cortège civique se mettait en marche, musique
et carabiniers en tête, le maire suivant les quatre fonctionnaires
municipaux qui portaient un exemplaire de la Constitution sur un
riche coussin de velours. Longeant la façade de la Cathédrale, les
autorités de tout rang suivaient la rue des Hallebardes, puis les
Grandes-Arcades, pour déboucher sur la place d'Armes, où se dressait
l'estrade destinée à les recevoir. Un détachement de la garde
nationale était allé prendre déjà l'évêque Brendel et le clergé
de la Cathédrale, revêtus de leurs habits sacerdotaux, pour les
conduire également au centre de ralliement de la fête, tandis qu'une
autre escouade faisait le même service d'honneur pour les ministres
protestants réunis au Temple-Neuf. Du haut de l'estrade de la place
d'Armes, il était donné lecture pour la seconde fois de l'acte
constitutionnel, puis l'évêque entonnait le _Te Deum_, accompagné
par la maîtrise du chœur de la Cathédrale, les musiques militaires de
tous les régiments en garnison à Strasbourg et les cloches de toutes
les églises.

Le soir, les maisons particulières étaient illuminées pour la plupart
et la pyramide en feu de la Cathédrale étincelait au loin; des bals
populaires étaient organisés au Miroir, au poêle des Pêcheurs, etc.,
tandis que des bandes de jeunes gens des deux sexes s'ébattaient en
rondes joyeuses sur la place du Broglie et sur la terrasse de l'ancien
château. Les amateurs de comédie pouvaient entrer gratis à la salle
de spectacle, où l'on jouait une pièce de circonstance[156]. Un
journal avait même invité la population strasbourgeoise à dîner, ce
jour-là, tout entière dans la rue, „afin de rendre plus palpable à
tous l'unité de la grande famille française”, mais nous doutons fort
que cette invitation ait trouvé grand écho[157].

[Note 156: _Strassb. Zeitung_, 26 et 27 sept. 1791. Tout le monde
fut content ce jour-là, sauf un grincheux qui se plaignait dans les
feuilles publiques que le régiment suisse de Vigier n'eût pas mis ses
guêtres blanches de gala pour une cérémonie pareille.]

[Note 157: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 22 sept. 1791.]

L'appel que les autorités civiles et les journaux constitutionnels
adressaient à cette occasion à la „petite minorité jusqu'ici
mécontente”, de ne pas continuer les hostilités, était certainement
sincère; cette sincérité se démontre aisément par le fait qu'en ce
moment même le Directoire du département cherchait, comme nous allons
le voir, à organiser un _modus vivendi_ ecclésiastique, qui, sans
infraction à la Constitution, permît aux catholiques strasbourgeois de
prier Dieu à leur façon. Il n'était pas moins légèrement naïf
de croire qu'on apaiserait toutes ces haines si vivaces en
disant: „Dorénavant tout doit être oublié et réciproquement
pardonné”[158]. „Nous n'avons rien à nous faire pardonner,
répondaient les non-jureurs; nous n'avons que faire de votre pardon.
Rendez-nous nos biens, nos églises, notre clergé; nous verrons
ensuite”. A leur point de vue, cette réponse était aussi logique
que légitime. Mais elle devait forcément provoquer l'indignation des
constitutionnels, qui se voyaient traités de voleurs pour prix de leurs
paroles conciliantes; elle devait enfin attirer sur les imprudents qui
jouaient avec le danger, un effrayant orage. Dès le mois de juin, un
correspondant de Waldersbach au Ban-de-la-Roche, que nous pensons être
le vénérable Oberlin lui-même, écrivait à propos d'un acte de
violence niaise commis là-bas par quelques fanatiques: „Est-ce que
les réactionnaires ne voient donc pas le terrible danger dans lequel
ils se jettent de gaité de cœur[159]?” Leur malheur et le nôtre
voulut qu'ils s'obstinassent à la braver.

[Note 158: _Ibid._, même numéro.]

[Note 159: _Pol. Lit. Kurier_, 11 juin 1791.]

Nous avons dit tout à l'heure que le Directoire du département était
désireux de prouver aux catholiques strasbourgeois qu'il entendait leur
laisser une liberté de culte complète, pourvu qu'ils se résignassent
à respecter également le clergé constitutionnel. Par arrêté du 29
septembre, il concédait à plusieurs notables l'usage de la ci-devant
église des Petits-Capucins pour y organiser des services religieux
non-conformistes, à la seule condition de prendre à bail ladite
église quand la nation la ferait mettre en vente. Le 1er octobre,
elle était ouverte aux fidèles et bientôt un public considérable
se pressait aux cérémonies qu'y célébraient des prêtres non
assermentés.

Tout le monde cependant n'avait pas approuvé cette concession; on
avait crié que le moment était bien mal choisi pour introduire, sous
l'égide des autorités, une secte nouvelle, etc. Mais le gros du parti
constitutionnel avait énergiquement soutenu le Directoire en cette
occurence. Rodolphe Saltzmann répondait aux mécontents dans la
_Gazette de Strasbourg_: „Chaque citoyen a le droit de réclamer un
culte libre, conforme à ses croyances particulières; il n'y a point
d'ailleurs de moyen plus sûr de combattre le fanatisme que la liberté,
car il ne vit que par la persécution” [160]. Simon lui-même,
infiniment plus radical, disait le même jour dans son journal: „Il ne
s'agit pas ici de prêtres récalcitrants et réfractaires, devant être
renvoyés à trente lieues de la frontière. Celui qui refuse uniquement
de prêter le serment civique, s'il est pour le reste un citoyen
paisible, ne peut, il est vrai, rester ou devenir fonctionnaire salarié
de l'Etat, mais tous ceux qui ont confiance en lui, peuvent librement
recourir à son ministère en particulier. Cela est aussi légal que
tout autre culte protestant, juif, turc ou payen”[161].

[Note 160: _Strassb. Zeitung_, 3 octobre 1791.]

[Note 161: _Gesch. der gegenw. Zeit._, 3 octobre 1791.]

Mais si l'on avait espéré gagner de la sorte la masse des catholiques
récalcitrants, on dût constater bientôt combien l'on s'était
trompé. Dès le 3 octobre, le corps municipal se vit obligé de sévir
derechef contre les agissements illégaux des prêtres non assermentés
et de leurs partisans. Les ecclésiastiques des différentes confessions
fonctionnaient encore à ce moment, provisoirement, comme officiers de
l'état civil. Naturellement le maire n'en pouvait reconnaître d'autres
que ceux que rétribuait la nation. Quand donc un décès avait lieu
dans une famille d'opposants, on ne pouvait s'y dispenser de faire venir
un curé ou un vicaire constitutionnel pour constater le décès et en
dresser acte. Mais au moment où ces fonctionnaires se présentaient
pour faire l'inhumation des personnes décédées, certains citoyens,
dit la délibération municipale, s'absentaient avec affectation,
laissant ignorer au prêtre célébrant les noms, âges et qualités du
défunt, ce qui le mettait dans une situation tout à fait illégale et
de plus foncièrement ridicule. L'arrêté du maire enjoignait donc
de ne plus prévenir à l'avenir les curés et vicaires, sans faire en
même temps la déclaration d'état civil détaillée, relativement aux
personnes décédées. Les prêtres, de leur côté, étaient tenus de
dénoncer dorénavant toute contravention semblable au procureur de la
Commune, pour être punie comme „propre à entretenir la désunion et
comme attentatoire au respect des autorités constituées”[162].

[Note 162: Délibération du Corps municipal du 3 octobre 1791. Strasb.,
Dannbach, placard in-fol.]

Le clergé constitutionnel ne gagnait pas grand'chose à de pareilles
mesures prises par ses amis; ni ses revenus matériels ni son autorité
morale ne pouvaient croître dans une atmosphère aussi peu faite pour
la discussion calme et raisonnée des principes opposés, qui n'est
possible d'ailleurs qu'entre gens qui se respectent. Il avait beau
faire connaître, de temps à autre, l'arrivée de champions nouveaux
et proclamer le nom des chanoines et professeurs allemands qui
venaient „se ranger sous le bienheureux drapeau des libertés
françaises”[163]; ces noms étaient inconnus pour la plupart aux
Strasbourgeois et la scène même de leur prestation de serment à la
Cathédrale n'attirait plus qu'un auditoire minime. Il n'y avait à
cela rien d'étonnant; les constitutionnels modérés étaient pour la
plupart protestants et les catholiques de naissance parmi eux, passaient
de plus en plus au parti avancé, qui voyait plus d'inconvénients que
d'avantages à s'unir à un parti religieux quelconque[164]. Mais ce
qui était plus grave pour l'avenir du clergé constitutionnel, c'est la
scission qui se préparait dans son sein même. Pour maintenir tous ces
éléments hétérogènes, moins mauvais assurément que leurs
ennemis ne se sont plu à le dire, mais chez lesquels l'enthousiasme
évangélique ne dominait pas, à coup sûr, il aurait fallu un esprit
supérieur, un caractère énergique, un homme ayant foi en sa mission
difficile. Or Brendel, nous l'avons dit, n'avait rien de tout cela;
aussi ne trouve-t-on nulle part la trace d'une influence sérieuse
de cet évêque sur son clergé. Ses propres vicaires épiscopaux
s'émancipaient sans crainte, jusqu'à formuler des vœux et des
principes hétérodoxes qui auraient suffi à aliéner à la nouvelle
Eglise les rares sympathies qu'elle pouvait encore conserver dans les
masses catholiques. C'est ainsi qu'Euloge Schneider, devenu l'un des
orateurs habituels du Club du Miroir, où sa faconde s'étalait plus
à l'aise que dans la chaire de la Cathédrale, avait réclamé plus
ou moins ouvertement le mariage des prêtres. Quelque partisan que l'on
puisse être d'une mesure de ce genre, il faut avouer que le moment
était on ne peut plus mal choisi pour la préconiser en public. On ne
s'étonnera donc pas d'apprendre que l'évêque, suivi par la grande
majorité de ses vicaires, ait protesté contre les théories de son
subordonné.[165] Kæmmerer, le rédacteur de cette affiche,
ayant déclaré que la manière de voir de Schneider avait excité
„l'extrême mécontentement” des signataires, la colère des
radicaux, alliés au vicaire dissident, se fit jour non seulement par
de violentes attaques dans les journaux, mais encore ce „chiffon
inconstitutionnel” fut arraché des murs par les _patriotes_
ardents. Quant à Schneider, perdant toute retenue, il répondit à son
supérieur, dans une séance du club, par la tirade suivante: „Il y
a un proverbe latin qui dit: Celui qui veut éviter Charybde, tombe
en Scylla. C'est à dire: J'ai été persécuté en Allemagne.--Par
qui?--Par les prêtres.--Pourquoi?--A cause de mes opinions politiques
et religieuses.--Je cherche un asile en France. J'y suis encore
persécuté.--Par qui?--Par les prêtres.--Pourquoi?--A cause de mes
opinions politiques et religieuses. Messieurs, on connaît l'esprit des
prêtres; ces messieurs sont partout les mêmes. Pour moi, je ne leur
oppose que le mépris et la loi. Je demande qu'on passe à l'ordre du
jour”[166].

[Note 163: Cet avis était daté du 22 octobre 1791.]

[Note 164: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 17 octobre 1791. _Neueste
Religionsbegebenheiten_, 15 octobre 1791.]

[Note 165: On peut étudier les premiers germes de cette dissidence dans
une polémique entre Simon et l'abbé Kæmmerer. _Gesch. der gegenw.
Zeit_, 8 octobre 1791.]

[Note 166: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 1er nov. 1791.]

On pense bien quelles gorges chaudes on faisait de ces quereller
intestines dans le camp des réfractaires et combien elles devaient
servir leur cause. Comment imposer en effet le respect de gens qui ne se
respectent pas eux-mêmes? Aussi le calme relatif, qui avait régné
en Alsace dans les dernières semaines, fit-il place bientôt à une
recrudescence d'agitations et de violences dont on trouvera l'édifiant
détail dans les feuilles locales de la fin d'octobre et du mois de
novembre. Ce n'était pas seulement au point de vue religieux que la
situation se rembrunissait. Dans la foule des gens qui s'en allaient
chaque dimanche, à pied ou en voiture, à Kehl[167], pour y assister au
service non conformiste[168], artisans ou bourgeois, plus d'un menait
de front avec sa dévotion des intrigues politiques. On allait jusqu'à
Offembourg porter des missives secrètes; on buvait tout au moins
dans les auberges de la petite ville badoise à la santé de
Mirabeau-Tonneau, etc., et les noms de ces piliers d'église étaient
notés par les patriotes et livrés dans les journaux à l'indignation
publique. L'un d'eux, le boucher Pulvermüller, ayant osé, le lendemain
d'une pareille escapade, se montrer aux Grandes-Boucheries, la cocarde
nationale au chapeau, faillit passer un mauvais quart d'heure au
milieu de ses collègues ameutés.[l69] Rohan, lui aussi, reprenait
l'offensive. Pour exaspérer ses adversaires plutôt que dans un but
pratique--il ne pouvait guère se faire d'illusions à ce sujet--il
frappait d'opposition la vente de ses domaines et de son palais
épiscopal, et son chargé d'affaires, n'ayant trouvé aucun huissier
pour signifier cette protestation au Directoire, avait l'audace de
réclamer un ordre formel au président du tribunal de district, nommé
Fischer, afin qu'il enjoignît à l'un des huissiers d'accepter cette
mission. Ce qu'il y a de plus étrange, c'est que M. Fischer, obéissant
à cette mise en demeure, signa l'ordre requis, mettant de la sorte
en suspicion la loi formellement votée par l'Assemblée Nationale et
sanctionnée par Louis XVI. Aussi fut-il dénoncé par le Département
pour excès de pouvoir au gouvernement central[170].

[Note 167: Kehl était d'autant plus mal noté aux yeux des patriotes
que, dès le mois de juin, le _Postamt_ de cette localité avait fait
savoir aux journaux avancés de Strasbourg qu'il n'expédierait plus
leurs numéros en Allemagne. _Gesch. der gegenw. Zeit_, 30 juin 1791.]

[Note 168: Le curé de Kehl, nommé Stebel, était connu comme un
fanatique de la plus belle eau. Voy. _Pol. Lit. Kurier_, 3 sept. 1791.]

[Note 169: _Gesch. der gegenw. Zeit,_ 20 octobre 1791.]

[Note 170: _Strassb. Zeitung_, ler novembre 1791.]

Ce qui était plus grave encore, plus insultant en tout cas, pour les
chefs de la municipalité strasbourgeoise, c'est que le cardinal faisait
très sérieusement continuer la procédure au sujet de la prétendue
tentative d'assassinat dirigée contre lui par le déserteur d'Espiard,
tentative déjà mentionnée plus haut. Le bailli Stuber d'Ettenheim
citait devant lui M. de Dietrich, le procureur de la Commune, Xavier
Levrault, et Gaspard Noisette fils, comme accusés d'avoir salarié
d'Espiard pour commettre ce crime, et s'indignait qu'on refusât
d'obtempérer à ses citations et qu'on ne qualifiât Rohan ni de prince
ni d'évêque, dans le refus qu'on lui faisait parvenir[171].

[Note 171: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 16 octobre 1791.]

Pendant qu'il accusait ainsi les Strasbourgeois de crimes imaginaires,
l'ex-prélat ne cessait d'exposer ses anciennes ouailles à toutes les
brutalités des bandes réunies sur ses territoires d'outre-Rhin[172].
Déjà, dans les derniers jours d'août, l'arrestation d'un candidat en
théologie, natif de Schiltigheim, et nommé Frühinsholz, saisi par les
soldats de Mirabeau et mis sous les verrous à Ettenheim, alors qu'il
allait visiter paisiblement un sien ami badois, le pasteur Lenz, de
Meisenheim, avait causé une vive émotion dans notre ville. La garde
nationale de Schiltigheim était descendue en corps à Strasbourg,
criant vengeance; les bataillons civiques, dont Frühinsholz faisait
partie, s'armaient eux aussi, sans attendre des ordres supérieurs. On
aurait pu craindre, un instant, une invasion spontanée du margraviat,
si le captif n'avait paru subitement, délivré de ses chaînes et
n'avait calmé ses amis[173]. En octobre, de nouvelles violences
ayant été signalées à la municipalité, celle-ci fit dresser
procès-verbal, le 10 octobre, des sévices subis par deux citoyens
actifs, Jean-Daniel Grimmeissen et Jean-Louis Kiener, aubergiste à
la _Ville de Vienne_, sur les terres do l'évêché de Strasbourg, à
Oberkirch. Y joignant toute une série de procès-verbaux antérieurs,
relatant des méfaits analogues, le Directoire du département adressa
ces pièces à l'Assemblée Nationale, par lettre du 18 octobre, et
réclama l'appui du gouvernement contre „des furieux sans aveu, sans
patrie, perdus pour la plupart de dettes et d'infamie, qui voudraient
immoler le repos de la France et de l'Allemagne à leur ambition et à
leur orgueil”[174].

[Note 172: Une correspondance datée d'Annweiler, dans le Palatinat,
relate que Rohan vient d'y faire enrôler une bande de tsiganes, hommes
et femmes, êtres sauvages au possible, pour renforcer sa petite armée.
_Pol. Lit. Kurier._ 3 octobre 1791.]

[Note 173: On pourrait recommander l'étude détaillée de cet épisode
héroï-comique à quelque jeune érudit _schilikois_. Voy. surtout
_Strassb. Zeitung_ du 1er et 6 sept. 1791.]

[Note 174: Délibération du Directoire du Bas-Rhin, du 10 octobre 1791.
S. I., 18 p. 4°.]

En même temps, les ecclésiastiques réfractaires, qui s'étaient
expatriés dans les mois précédents, rentraient en foule, obéissant
sans doute à un mot d'ordre secret, et chassaient en maint endroit
les desservants constitutionnels. C'était en vain que les autorités
départementales renouvelaient l'ordre de faire rétrograder les
non-jureurs, soit au delà du Rhin, soit à trente lieues de la
frontière. Que pouvaient-elles faire, là où les autorités locales
étaient terrorisées ou, plus souvent encore, complices? Aussi les
dispositions bienveillantes des constitutionnels s'évanouissaient-elles
forcément et l'ancienne colère se réveillait de plus belle, d'autant
plus intense, que le parti libéral se sentait impuissant en faveur de
la loi, du moment qu'il ne voulait pas renoncer à se servir uniquement
de moyens légaux. „C'est une admirable chose que la liberté des
cultes, disait la _Gazette de Strasbourg_, après avoir cité toute une
série de méfaits commis par les „fanatiques”; mais elle ne saurait
en définitive aller jusqu'à troubler la paix publique. Si vous voulez
jouir des avantages d'un pays libre, supportez-en les inconvénients. On
ne saurait tolérer que quelqu'un vive dans un pays sans obéir à ses
lois”[175].

[Note 175: _Strassb. Zeitung_, 21 octobre 1791.]

Cette indignation était d'autant plus naturelle que bien peu parmi les
prêtres réfractaires se donnaient la peine de distinguer entre leurs
devoirs religieux et leurs antipathies politiques, comme ce bon curé
d'Erstein, qui, lors de la célébration de la fête de la Constitution
dans cette ville, demanda la permission d'entonner tout le premier le
_Te Deum_ officiel[176], bien qu'il eût toujours refusé le serment. Si
l'on avait été partout aussi rassuré sur leurs sentiments civiques,
la tension des esprits aurait été infiniment moindre. Ce fut un
grand malheur pour l'Eglise--et non pas à cette époque seulement--de
s'inféoder volontairement à la réaction politique et de soulever
contre elle le seul sentiment qui puisse lutter dans les masses contre
le sentiment religieux, la passion de l'indépendance nationale et
l'amour de la patrie. Sous ce rapport, le clergé constitutionnel,
quoique composé pour un tiers au moins d'étrangers, comprit infiniment
mieux ce qu'il devait au pays et ce qu'il se devait à lui-même. On lit
avec une véritable satisfaction, par exemple, le récit de la fête de
la Constitution, célébrée à Bischheim. Le curé constitutionnel et
le rabbin juif s'y réunirent pour une même cérémonie religieuse,
haranguant alternativement leurs ouailles, puis s'embrassèrent devant
l'autel de la patrie, aux applaudissements de la foule, qui célébra
ce beau jour par un banquet fraternel, afin d'effacer le souvenir des
antipathies et des superstitions réciproques de deux cultes et de deux
races. Sans doute certains détails de ces récits de fête nous font
sourire aujourd'hui et nous paraissent surannés[177]. N'importe, on
aura beau déclamer contre la Révolution et ses nombreux excès; des
scènes pareilles nous la feront toujours aimer, car elles contrastent
singulièrement avec les excitations haineuses qui retentissent à nos
oreilles, et l'humble desservant schismatique de ce village d'Alsace
nous semble avoir mieux compris, du moins ce jour-là, le fond même du
christianisme que les prélats illustres dont s'inspirent _le Monde_ ou
_l'Univers_ et tant d'autres feuilles de combat.

[Note 176: _Strassb. Zeitung_, 9 novembre 1791.]

[Note 177: _Strassb. Zeitung_, 22 octobre 1791.--_Gesch. der gegenw.
Zeit._ 26 octobre 1791.]

La fin de l'année 1791 se passa relativement sans grands troubles à
Strasbourg. D'abord les élections municipales occupèrent les esprits
et l'antagonisme entre libéraux et radicaux s'y donna libre carrière.
Le 14 novembre, M. de Dietrich était renommé maire, le lendemain
Michel Mathieu était porté aux fonctions de procureur de la Commune et
la plupart des officiers municipaux, comme des notables, appartenaient
à la fraction modérée du parti constitutionnel. Mais malgré les
panégyriques de la _Gazette de Strasbourg_[178], leur popularité
n'était plus la même, et des attaques journalières, dirigées contre
leur politique ecclésiastique et civile, allaient prouver bientôt aux
coryphées du parti que les beaux jours des applaudissements unanimes
étaient passés pour toujours. Des éléments nouveaux se joignaient
sans cesse à la population strasbourgeoise et y acquéraient une
situation prépondérante. L'esprit _réfugié_, si je puis m'exprimer
de la sorte, y dominait de plus en plus, et l'impulsion générale de la
Révolution allait amener bientôt, ou du moins faciliter beaucoup des
crises d'ailleurs inévitables. Comme nous n'avons à nous occuper ici
que des faits se rattachant à l'histoire religieuse de Strasbourg, nous
serons bientôt au bout de ce chapitre.

[Note 178: _Strassb. Zeitung_, 15, 16 novembre 1791.]

Vers la fin de l'année, Brendel, désireux de faire oublier les
frasques d'Euloge Schneider, nommait vicaires épiscopaux trois
hommes de mérite, Dereser, ancien professeur à Bonn; Dorsch, ancien
professeur à Mayence, et Schwind, ancien professeur à Trêves, après
que ceux d'entre eux qui n'étaient point encore assermentés, eussent
prêté le serment civique. Cela se faisait à la Cathédrale, dans
la journée du 27 novembre[179]. Deux jours plus tard, l'Assemblée
législative, poussée par le désir de mâter le clergé rebelle,
décidait qu'à l'avenir les prêtres non-assermentés ne pourraient
plus fonctionner dans les églises louées par des citoyens isolés ou
des associations, pour leur servir de lieux de culte. C'était enlever
aux non-jureurs la possibilité d'un culte public; c'était faire perdre
sa raison d'être à cette organisation toute récente, imaginée
pour sauvegarder à la fois les droits de l'Etat et la liberté des
consciences[180]. Aussi peut-on dire que le décret du 29 novembre
marque le commencement de la persécution véritable pour l'Eglise
catholique, le moment où le gouvernement, jusque-là sur la défensive,
outrepasse décidément la limite qui devrait toujours être respectée,
empruntant à l'Eglise le système de tyrannie spirituelle qu'elle avait
exercé depuis tant de siècles, et sans aucun scrupule, partout où ses
moyens le lui avaient permis.

[Note 179: _Pol. Lit. Kurier_, 29 novembre 1791.]

[Note 180: _Gesch. der geg. Zeit_, 6 décembre 1791.]

Bientôt après, l'Assemblée renforçait également le décret contre
les prêtres insermentés rebelles, en ajoutant une aggravation de peine
à l'internement déjà prononcé contre eux. Le roi se refusa d'abord
à sanctionner ce nouveau décret, mais les associations patriotiques du
royaume le pressèrent de s'exécuter, par un pétitionnement général,
auquel se joignit également la Société des Amis de la Constitution
de Strasbourg, dans sa séance du 13 décembre. Elle fit tenir en
même temps une adresse à l'Assemblée législative, pour la remercier
d'avoir veillé de la sorte au respect des lois, et elle demanda au
Directoire du département de s'associer à cette démarche[181].

[Note 181: _Strassb. Zeitung_, 16 décembre 1791.]

Toutes ces mesures eurent un effet à peu près nul sur la situation
peu prospère de l'Eglise constitutionnelle à Strasbourg. En vain
les feuilles dévouées se réjouissaient-elles du départ forcé
des anciens fonctionnaires du culte, „bourrés de préjugés
ultramontains”, et de leur remplacement par des prêtres venus
d'Allemagne, si décidés à combattre „l'indicible et barbare
ignorance qui règne dans une grande partie de l'Alsace”[182]. Pour
éclairer et convertir ces „barbares”, il aurait fallu pouvoir s'en
faire entendre; malheureusement le public en question se refusait avec
une obstination de mauvais goût à se laisser édifier par tous les
orateurs distingués auxquels Brendel avait ouvert la chaire de la
Cathédrale, et qui, chaque dimanche et jour de fête, se faisaient
entendre en français et en allemand, sous des voûtes à peu près
désertes[183]. Nous avons retrouvé dans un recoin des _Affiches_
d'alors un relevé de quêtes qui en dit plus long à ce sujet que bien
des développements oratoires. Chaque année, l'on procédait dans les
paroisses catholiques et luthériennes de Strasbourg à une quête en
faveur de la Maison des Orphelins, quête qui se faisait d'ordinaire
le jour de la Toussaint. Or voici le relevé des dons versés dans les
sachets des six paroisses catholiques officielles, en 1791:

  Cathédrale.......... 5 livres    3 sols.
  Ste-Madeleine....... 2    --     18  --
  St-Pierre-le-Jeune.. „    --     11  --
  St-Pierre-le-Vieux.. „    --     7   --
  St-Jean............. „    --     2   --
  Citadelle........... „    --     1   --

[Note 182: _Strassb. Zeitung_, 21 décembre 1791.]

[Note 183: Cette réorganisation des services religieux est datée du 23
décembre. Le sermon allemand était prêché à la Cathédrale de 10-11
heures du matin, le sermon français de 2-3 heures de l'après-midi.]

Pour qui connaît l'esprit inné de charité des Strasbourgeois de tous
les cultes, un pareil chiffre est assurément caractéristique et prouve
le manque à peu près complet d'adhérents du culte constitutionnel
dans notre ville[184].

[Note 184: _Affiches_, 5 novembre 1791. Cherchant un point de
comparaison, nous avons constaté qu'en 1790 la quête avait encore
produit 49 livres.]

C'était donc avec des sentiments de haine réciproque, sous l'influence
d'un sourd malaise, qu'on quittait cette année „s'échappant à
l'horizon, enveloppée dans les voiles flottants du pâle crépuscule,
tandis que le bruit de ses pas se perd au firmament assombri”[185].
Elle avait vu s'évanouir déjà tant de belles espérances, tant de
rêves généreux, mais nul plus beau ni plus tristement démenti que
le rêve d'une paix religieuse universelle fondée sur la tolérance
fraternelle de tous. Bien peu d'entre ceux qui saluaient parmi nous
l'année nouvelle de leurs élucubrations lyriques[186] se doutaient
assurément de ce qu'elle leur apportait dans son sein, de tristesses et
de maux; mais c'était un esprit de combat qui les animait bien plutôt
qu'un esprit de paix, du moins sur le terrain religieux. Et cependant
gouvernants et gouvernés auraient pu faire également leur profit de
ce qu'écrivait, quelques semaines auparavant, le sagace correspondant
colmarien d'un des journaux modérés de Strasbourg: „Neuf dixièmes
des catholiques de notre district--il aurait pu dire aussi de l'Alsace
entière--sont non-conformistes. On ne saurait le répéter assez, ni
trop haut, que les remèdes héroïques ne servent absolument à rien
dans des maladies aussi graves. Puisque la Constitution nous promet une
tolérance absolue, il faudrait que l'administration évitât jusqu'à
l'ombre de toute persécution. Nous ne saurions nous cacher que nos
agissements ecclésiastiques n'aient causé de nombreuses défections
parmi les amis de la Constitution. Il n'y a qu'un moyen de réparer
les tristes suites de cette désertion fâcheuse, c'est de toujours
se conduire en sorte que tous soient obligés de renoncer à l'erreur
funeste qu'on veut les persécuter”[187].

[Note 185: Cette citation est empruntée à une très belle pièce de
vers du _Pol. Lit. Kurier_, 31 décembre 1791.]

[Note 186: _Neujahrswunsch eines Nachtwœchters, Gesch. der geg. Zeit_,
30 décembre 1791, etc.]

[Note 187: _Pol. Lit. Kurier_, 15 novembre 1791.]

Sages paroles, mais plus inutiles encore, car dans les époques de
crise, ce ne sont pas les modérés, mais les violents qui dominent,
et dans le double courant, qui va se choquer en sens contraire, nous
verrons sombrer à la fois l'Eglise et la liberté.



                                  XVI.


L'année 1792 ne marque d'une façon bien décisive, ni dans l'histoire
de la Cathédrale de Strasbourg, ni dans celle, plus générale, de la
lutte religieuse en Alsace. Nous avons déjà dit pourquoi. Si elle
voit se continuer la lutte entre les deux clergés qui se disputent
les âmes, la violence de la crise politique détourne peu à peu
l'attention des questions ecclésiastiques. La guerre extérieure
d'abord, puis la révolution du 10 août, la chute de la Constitution,
l'invasion étrangère, offrent aux simples curieux de plus piquants
spectacles, des sujets d'étude plus variés, aux masses indécises
de bien autres terreurs. Les plus acharnés aux querelles religieuses,
frappés comme par un vague pressentiment, semblent mettre parfois une
sourdine à leurs clameurs, réprimer par moments leurs antipathies si
profondes, pour prêter l'oreille à l'orage grondant au loin, qui, dans
un avenir prochain, balayera de sa toute-puissance brutale, et l'Eglise
réfractaire et l'Eglise assermentée.

Cette situation nettement établie, maintenant qu'une étude attentive
et minutieuse--trop minutieuse peut-être, au gré de certains
lecteurs--nous a fait connaître les différents partis, leur
antagonisme et leur manière d'agir, nous pourrons donner à notre
récit une allure un peu plus rapide.

Les premières semaines et les premiers mois de l'année nouvelle nous
montrent la situation religieuse en Alsace sensiblement la même, et
différant seulement par le détail de celle qui se présentait à nous
vers la fin de l'année précédente. Nous y voyons la population de
Strasbourg préoccupée de tous les bruits qui viennent d'Ettenheim et
des environs, suivant anxieusement les menées de l'_armée noire_ de
Rohan et de Mirabeau, accueillant, avec trop de crédulité peut-être,
tous les récits de trahison circulant sur le compte des autorités
municipales et autres, qui, le long de la frontière rhénane,
conspirent, dit-on, avec l'ancien prince-évêque Strasbourg[188]. Cette
anxiété continuelle se change par moments en émotion profonde, comme
tel jour où les incendiaires gagés doivent venir mettre le feu à la
ville, pour faciliter l'invasion ennemie[189].

[Note 188: _Strassb. Zeitung_, 5, 6 janvier 1792.]

[Note 189: Ce devait être dans la nuit du 18 janvier. (_Strassb.
Zeitung_, 19 janvier 1792.)]

Au dedans l'agitation contre les prêtres assermentés, loin de diminuer
dans les campagnes, se traduit par des attentats de plus en plus
nombreux. Le curé de Türckheim est assailli la nuit, dans sa maison,
par un homme masqué, qui se donne pour le diable en personne[190];
le desservant de Roedern inquiété par des coups de feu[191]; le
desservant d'Oberbronn également canardé pendant qu'il traverse la
forêt pour visiter une annexe[192]; le desservant d'Esch, saisi à la
gorge par un de ses paroissiens et presque étranglé à l'autel, au
milieu des éclats de rire de ses „pieuses” ouailles[193].

[Note 190: _Ibid_., 21 janvier 1792.]

[Note 191: _Ibid_., 31 janvier 1792.]

[Note 192: _Ibid_., 23 février 1792.]

[Note 193: _Ibid. cod. loco_ Voy. encore sur des faits analogues,
_Strassb. Zeitung_, 19 juin 1792.]

L'audace des prêtres réfractaires, qui savent que la guerre va venir
ajouter encore aux embarras du gouvernement, ne connaît plus de bornes.
Le curé d'Erstein, par exemple,--le non-conformiste, déchu de
son emploi, bien-entendu--force un patriote mourant d'abjurer la
Constitution _par devant les officiers municipaux_, et lui arrache la
promesse de rendre ses biens nationaux, enlevés à l'Eglise, avant de
lui donner l'absolution[194]. Dans cette même localité arrive un peu
plus tard un desservant constitutionnel; la municipalité n'ose pas
désobéir au Directoire du département et l'installe; mais après
avoir reçu son serment, elle se sauve en corps de l'église, laisse
le pauvre homme dire la messe tout seul et ne revient qu'après pour le
conduire au presbytère[195]. Il y a mieux encore. A Bischheim, le curé
réfractaire pénètre au village, escorté par quatre gendarmes, et
devant ces quatre représentants de la loi, qui auraient dû l'arrêter
sur l'heure comme un fauteur de troubles, il fait arracher la serrure
de l'église et y célèbre la messe, „sur l'invitation des gendarmes
nationaux”, à ce qu'il prétendra plus tard[196].

[Note 194: _Strassb. Zeitung_, 23 janvier 1792.]

[Note 195: _Ibid_., 8 février 1792.]

[Note 196: _Ibid_., 9 février 1792.]

Rien d'étonnant à ce que le clergé constitutionnel fût réellement
effrayé par une attitude aussi provoquante, à laquelle ne
s'attendaient en aucune façon les nombreux prêtres étrangers
qui venaient d'Allemagne pour entrer au service du schisme, et qui
s'étaient attendus à trouver chez leurs nouveaux paroissiens un peu de
l'enthousiasme facile qui les animait eux-mêmes. Les plus sérieux,
les plus dignes d'estime, en devenaient inquiets au fond de leurs
consciences, et se demandaient comment agir sur des foules si
récalcitrantes à leurs paroles. Nous avons un témoignage très
curieux, je dirais volontiers très touchant, de cette disposition
de certains esprits dans un sermon sur la _tolérance religieuse et
politique_, prêché par Antoine Dereser, le professeur d'exégèse au
Séminaire, à la Cathédrale, dans les premiers jours de février. Il
y renonce, pour ainsi dire, à séparer dès maintenant, l'ivraie du bon
grain. „Ne jugeons personne, ne condamnons personne. Abandonnons ce
soin à Dieu qui sera notre juge suprême. Un prêtre tranquille, qui
refuse le serment pour obéir à sa conscience, est aussi respectable
que moi, qui l'ai prêté pour obéir à la mienne.” Cœur tendre et
mystique, on voit qu'il regrette déjà, dans le tumulte des discussions
religieuses et politiques, „les jours bienheureux” où il a pu
enseigner, prier et prêcher paisiblement dans cette ville de Bonn, à
laquelle il dédie son sermon[197].

[Note 197: _Ueber religiœse und politische Toleranz, eine Amtspredigt_.
Strassburg, Heitz. 1792, 20 p. 8º.]

D'autres, plus actifs, plus remuants, moins chrétiens aussi, comme
son collègue l'abbé Philibert Simond, Savoyard d'origine et vicaire
général du diocèse, se lancent dans la politique, comme l'avait
déjà fait Euloge Schneider, et deviennent ses émules au Club du
Miroir. Ils y dissertent avec une faconde qui n'a rien d'évangélique,
sur des sujets qu'ils peuvent difficilement connaître et visent,
dès maintenant, au delà de la chaire sacerdotale, la tribune d'une
Assemblée Nationale[198].

[Note 198: Nous songeons surtout, en parlant de la sorte, au singulier
_Discours sur l'éducation des femmes_ prononcé par Philibert Simond
dans la séance du 10 janvier 1792, au Club des Amis de la Constitution.
(Strasb., Heitz. 20 p. 8º).]

Eux, du moins, parlaient et faisaient parler d'eux. Pour leur évêque,
il continue à s'effacer dans la pénombre.

C'est à peine si l'on trouve à glaner çà et là quelques menus
faits sur son compte. Le 12 février, il bénissait en grande pompe les
nouveaux drapeaux de la garnison, devant les corps administratifs,
la magistrature et l'état-major réunis dans la nef de la
Cathédrale[199]. Le lendemain, il disait au même endroit une messe
solennelle pour le repos de l'âme de son père, le vieux négociant
en bois de Franconie, décédé nonagénaire à Weinoldsheim, dans
le district de Wissembourg. Fidèle à l'amour paternel, plus encore
peut-être qu'à des convictions religieuses bien arrêtées, le
vieillard avait refusé, sur son lit de mort, le concours d'un prêtre
non assermenté[200].

[Note 199: _Strassb. Zeitung_, 14 février 1792.]

[Note 200: _Neueste Religionsnachrichten_, 17 février 1792.]

Deux jours plus tard, paraissait le mandement de carême du cardinal de
Rohan, „prince-évêque de Strasbourg, landgrave d'Alsace, proviseur
de Sorbonne”[201]. Cette pièce est d'un ton plus doux et d'un style
plus terne que les manifestes précédents du même personnage, sans
exprimer naturellement des idées bien différentes de celles qu'il
avait proclamées dans des occasions analogues. Le Directoire du
département arrêta sur-le-champ que ce document illégal serait
confisqué, et que le cardinal et son secrétaire Weinborn seraient
dénoncés par le procureur-général-syndic comme rebelles à la loi.
Il enjoignit à toutes les municipalités et procureurs des communes de
dénoncer également ceux qui distribueraient ce factum, comme aussi les
ecclésiastiques qui en donneraient lecture à leurs ouailles. En même
temps qu'il faisait afficher cet arrêté dans toutes les localités
du Bas-Rhin, il donnait avis à l'Assemblée législative de cette
tentative réitérée d'immixtion dans les affaires ecclésiastiques du
pays[202].

[Note 201: _Bischœfliche Verordnung die Fasten des Jahres 1792
betreffend_. S. loc., 10 p. 4º.]

[Note 202: _Gesch. der geg. Zeit_, 27 février 1792.]

Mais Rohan se préoccupait fort peu de ces dénonciations et ses curés
guère davantage. Ils lisaient le mandement de Rohan, déchiraient celui
de Brendel sous les yeux mêmes du messager officiel[203], levaient la
dîme ecclésiastique dans quelques recoins de nos montagnes, comme
si la Constituante n'avait jamais existé[204], frappaient des impôts
bénévoles sur leurs paysans obéissants[205], qu'ils surexcitaient par
leurs prédications et par leurs miracles[206], sans que les autorités
civiles pussent ou voulussent intervenir. Toutes les municipalités
ne se tiraient pas, comme celle de Soultz, par un trait d'esprit, des
difficultés multiples que faisait surgir une situation pareille[207].
Pendant ce temps la dureté des temps se faisait sentir de plus en plus.
Epuisées par les dépenses nécessaires pour la réorganisation d'une
armée qui manquait de tout, les caisses publiques étaient vides. Le
commerce et l'industrie ne marchant plus, l'enthousiasme de 1789 étant
tombé, les contributions patriotiques volontaires ne faisaient
plus rentrer d'argent dans le Trésor. Il en fallut donc venir aux
réquisitions de tous les métaux, susceptibles d'être transformés en
monnaie, et les cloches des églises furent naturellement visées tout
les premières. Déjà en novembre 1791, les administrateurs du district
de Strasbourg avaient invité les officiers municipaux à faire remettre
au directeur de la monnaie de notre ville „le bouton de cuivre, qui
jadis était placé sur la tour de la Cathédrale et qui se trouve
aujourd'hui dans les greniers de la fondation Notre-Dame”; le corps
municipal s'était empressé de décider, le 3 novembre, „qu'on ferait
dudit bouton l'emploi indiqué par ladite lettre, _s'il existe_”[208].
En mars 1792, les journaux annoncent que l'église métropolitaine a dû
sacrifier sur l'autel de la patrie quelques-unes de ses treize cloches,
et que Saint-Thomas aussi a laissé partir pour la monnaie l'une des
siennes, pesant 15 quintaux[209]. Le 20 avril suivant, le Directoire du
département, se conformant au décret de l'Assemblée Nationale du 16
mars, adresse un appel énergique à toutes les communes du Bas-Rhin,
les invitant à „faire transporter à l'Hôtel national de la monnaie
de Strasbourg toutes celles des cloches de leurs paroisses, dont l'usage
ne serait pas de nécessité indispensable pour établir les signaux
publics.” Outre les cloches de la Cathédrale et de Saint-Thomas,
la délibération mentionne encore avec reconnaissance les paroisses
protestantes de Saint-Pierre-le-Jeune, Saint-Pierre-le-Vieux,
Saint-Guillaume et Sainte-Aurélie, comme lui ayant déjà fait parvenir
des secours[210].

[Note 203: _Strassb. Zeitung_, 20 mars 1792.]

[Note 204: Le curé Rumpler, de Mühlbach, dans la vallée de la Bruche.
_Strassb. Zeitung_, 20 mars 1792.]

[Note 205: Le curé Grumaich, de Gundershoffen, _Strassb. Zeitung_, 20
mars 1792.]

[Note 206: Le grand crucifix dans le réfectoire des Capucins de
Blotzheim se mit à pleurer des larmes de sang. La municipalité fit
placer le crucifix au milieu de la salle et les pleurs cessèrent
aussitôt de couler. _Strassb. Zeitung_, 2 mars 1792.]

[Note 207: Un citoyen de cette localité vendait à ses concitoyens
de l'eau bénie par un prêtre non assermenté, à quatre sols la
bouteille, et faisait ainsi d'excellentes affaires. Le maire, loin
d'inhiber ce pieux trafic, déclara vouloir le légitimer, en lui
faisant prendre une patente de commerçant. _Strassb. Zeitung_, 2 mars
1792.]

[Note 208: Procès-verbaux manuscrits du corps municipal, II, p. 902.]

[Note 209: _Strassb. Zeitung_, 10 mars 1792.]

[Note 210: Délibération du Directoire du Bas-Rhin, du 20 avril 1792.
Strasb., Levrault, 4 p. 4°.]

La guerre prochaine est dorénavant la préoccupation dominante des
administrateurs du département, du district et de la commune. Si l'on
parvient à repousser l'invasion menaçante, on en finira, du coup, avec
les réfractaires religieux, privés de l'appui du dehors. A quoi
bon, dès lors, se fatiguer, avant le conflit suprême, par des luttes
partielles avec toute cette masse de citoyens récalcitrants aux lois de
l'Etat? C'est cette manière de voir qui l'emporte, évidemment, dans la
pratique, quand bien même on ne l'aurait jamais ainsi formulée d'une
façon théorique. L'évêque du Bas-Rhin a beau soumettre son projet
définitif sur les circonscriptions paroissiales aux autorités civiles;
il a beau leur demander qu'on procède aux élections pour les cures
vacantes; elles n'ont ni le temps ni l'argent nécessaires pour
s'occuper de choses aussi secondaires. Les candidats ne sont pas
nombreux, nous l'avons vu, et pourtant Brendel se voit obligé
d'annoncer dans les journaux qu'il ne pourra se servir de ceux qui
n'auraient pas d'excellents témoignages à produire, tant sous le
rapport du savoir que des mœurs, afin de diminuer encore le nombre
des postulants qui encombrent son antichambre et qu'il ne sait où
placer[211]. Le 21 mars il se voit obligé, malgré son flegme habituel,
de protester formellement contre ce manque de concours de la part des
corps administratifs[212]. Ce qui est autrement grave encore, c'est
que l'opinion publique se détache de plus en plus de cette éphémère
création, qui n'a point obtenu les résultats qu'en attendaient les
_politiques_. Sans doute le caractère personnel de plus d'un parmi les
représentants de l'Eglise constitutionnelle a déplu, a choqué les
meneurs des patriotes modérés strasbourgeois. Mais ce n'est pas
cependant à ces rancunes personnelles qu'il faut rattacher le
changement de ton, assez subit, que nous remarquons alors dans les
feuilles locales. On se rend compte, à contrecœur, un peu tard, mais
on se rend compte, du peu d'appui que le libéralisme politique peut
tirer de son alliance avec le culte schismatique. C'est lui qu'il faut
soutenir sans cesse, au lieu d'être soutenu par lui. Dès lors il
devient une machine de guerre surannée, qu'on abandonne à son triste
sort et qui n'inspire plus, à beaucoup du moins d'entre ses protecteurs
d'autrefois, qu'un médiocre intérêt.

[Note 211: _Gesch. der geg. Zeit_, 5 mars 1792.]

[Note 212: _Neueste Religionsnachrichten_, II. p. 93.]

On pourra se rendre compte, fort exactement, de cette disposition
nouvelle des esprits en prenant connaissance de la polémique qui
s'élève au mois de mars et d'avril entre Rodolphe Saltzmann, le
rédacteur de la _Gazette de Strasbourg_ et l'abbé Kæmmerer, le
directeur des _Neueste Religionsnachrichten_, au sujet de la mission
temporaire que Kæmmerer avait remplie, l'automne précédent, à
Bouxwiller, et durant laquelle il avait manifesté des tendances
passablement intolérantes et dominatrices[213]. Même le gouvernement
central croit devoir reporter son attention, de préférence, sur les
protestants d'Alsace, plus nombreux, plus capables de l'aider et plus
disposés à le faire. Dans la séance du 13 mars, le ministre de
l'intérieur recommande à l'Assemblée Nationale de secourir „les
prêtres protestants des départements du Rhin”, qui vivaient
principalement du revenu de leurs dîmes, aujourd'hui disparues, et qui
méritent d'autant plus la bienveillance des représentants du peuple
que, malgré ces pertes, ils sont restés chauds partisans de la
Constitution et poussent leurs ouailles à s'engager dans l'armée[214].

[Note 213: _Strassb. Zeitung_, 26 mars 1792. Voy. aussi _Ueber die
Aristokratie von Buchsweiler, Vikar Kæmmerers Schelten, und Vikar
Schneider's Bericht in der Konstitutions-Gesellschaft_. 1792. S. loc.,
12 p. 4°.]

[Note 214: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 20 mars 1792.]

La conséquence naturelle d'un pareil abandon, de la part des modérés,
devait être une conversion très accentuée vers la gauche, de la
part des représentants de l'Eglise schismatique, en tant qu'ils ne se
décourageaient pas entièrement, et se retiraient de la lutte. Les uns
désavouaient leurs faiblesses, comme le curé Krug de Bergbietenheim
qui, sur son lit de mort, signait devant le maire, le 29 mars, une
rétractation complète de ses erreurs[215], ou, comme le curé Maire
de Dachstein, révoquaient solennellement à l'église, devant leurs
ouailles réunies, un serment d'iniquité[216]. D'autres écrivaient à
leurs amis d'Allemagne, qu'ils étaient désespérés d'être tombés
dans un guêpier pareil, et les suppliaient de ne pas venir, , „s'ils
ne voulaient pas être ruinés de corps et d'âme”[217]. D'autres
se retiraient dans le Haut-Rhin; les plus militants, au contraire,
forçaient la note pour plaire aux Jacobins et pour regagner de leur
côté un appui, désormais perdu du côté de Dietrich et de ses
amis[218]. On sait que le maire, attaqué par les radicaux de toute
nuance et de toute nationalité, coalisés contre lui, avait été
moralement forcé de sortir avec ses amis de la Société des Amis de la
Constitution, séant au _Miroir_, et que les véritables fondateurs de
cette association, les patriotes de 1789, avaient fondé en février
1792 une autre société, siégeant à l'Auditoire du Temple-Neuf et
décriée bientôt comme le point de ralliement des aristocrates et des
_feuillants_. Les grands-vicaires et les vicaires de Brendel, affiliés
à la société primitive, restèrent tous au _Miroir_; lorsque quelques
esprits vraiment patriotiques proposèrent d'oublier les dissidences
intérieures en présence des dangers du dehors, et de fusionner
les deux associations, ce furent Simond et Euloge Schneider qui se
montrèrent les plus violents pour la négative, dans la séance du 1er
avril où fut discutée la motion, et qui la firent enfin rejeter[219].
Mais aussi la _Gazette de Strasbourg_ parlait-elle, quelques jours plus
tard, avec une amertume visible, de „M. l'évêque du Bas-Rhin qui
ne nous fait pas l'honneur d'envoyer ses vicaires à l'Auditoire” et
constatait-elle que dorénavant „le club du _Miroir_ est la colonne
sur laquelle s'appuient les prêtres assermentés”[220].

[Note 215: _Strassb. Zeitung_, 6 avril 1792.]

[Note 216: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 14 avril 1792.]

[Note 217: _Ibid._, même date.]

[Note 218: Euloge Schneider a publié dans son _Argos_ (2, 5, 9 octobre
1792) un tableau de l'état du clergé constitutionnel au printemps
1792, que nous croyons très vrai dans son ensemble, surtout au point de
vue de sa misère matérielle.]

[Note 219: _Strassb. Zeitung_, 3 avril 1792.]

[Note 220: _Ibid._, 12 avril 1792.]

Il fallait payer un pareil appui, quelque précaire qu'il pût être, en
forçant la note schismatique, pour se mettre au diapason des sentiments
jacobins d'alors. Ce n'était pas chose facile; pourtant nous nous
figurons qu'il n'y eut pas de mécontents dans le parti, le jour où le
professeur Schwind, vicaire épiscopal, vint prêcher à la Cathédrale
son sermon sur les _Papes dans toute leur nudité, parallèle entre la
vie de Jésus et celle de ses successeurs_[221]. Nous ne pensons pas
que jamais, dans une chaire, catholique de nom, l'on ait parlé dans des
termes pareils des pontifes qui se sont succédés sur le Saint-Siège;
nous doutons même fort, qu'au temps des luttes les plus âpres de
la Réforme „contre la grande prostituée de Babylone”, on ait
reproduit devant les oreilles de fidèles quelconques, un aussi long
catalogue de méfaits et de crimes. Nous ne discutons pas les faits
allégués dans les notes de cette œuvre oratoire; si quelques-uns sont
apocryphes, la plupart sont malheureusement bien et dûment constatés
par des témoignages irrécusables. Leur énumération, leur discussion
serait à sa place dans une œuvre d'histoire ou de controverse. On a
quelque peine cependant à croire qu'elles puissent contribuer en rien
à l'édification des âmes chrétiennes, et ce n'est pas la prose
ampoulée de l'orateur qui pourrait rendre plus attrayante à nos
yeux cette polémique massive et médiocrement évangélique[222].
Ce n'était pas, en tout cas, par des élucubrations pareilles
qu'on pouvait espérer ramener à soi les catholiques dissidents de
Strasbourg, plus que jamais dociles à leurs directeurs secrets[223].

[Note 221: _Die Pœpste in ihrer Blœsse,... vorgestellt am Ostermontag
in der Kathedralkirche..._ von F. K. Schwind. Strassburg, Levrault,
1792, 24 p. 8°.]

[Note 222: C'est ainsi qu'il appelle quelque part (p. 23) notre globe
terrestre „les latrines de l'univers”.]

[Note 223: On nous en cite, pour ce moment précis, un curieux exemple.
Le 29 mars, un fonctionnaire municipal, bon patriote, aborde dans la rue
l'abbé Bigaut, ci-devant vicaire à Saint-Etienne, et voulant juger
de la vérité des instructions reçues par le clergé réfractaire,
demande à se confesser à lui. L'autre y consent et notre homme lui
raconte qu'il s'est marié et que son union a été bénie par un
prêtre assermenté. L'abbé lui déclare alors qu'il commet un péché
mortel chaque fois qu'il use de ses droits conjugaux, et lui refuse
l'absolution, lui déclarant en outre que, s'il ne rétracte le serment
civique prêté comme fonctionnaire, il serait damné pour toute
l'éternité. C'est ce qu'on osait déclarer, à Strasbourg même, à un
représentant de l'autorité civile! (_Gesch. der gegenw. Zeit, 14 avril
1792_.)]

Depuis quelques mois le parti radical à Strasbourg s'était accru d'une
individualité qui mériterait bien d'attirer un jour l'attention
d'un historien local, car sa carrière ne manque pas de péripéties
intéressantes, et le personnage lui-même est un type caractéristique
des époques de révolution. M. Charles de Laveaux, avait commencé sa
carrière comme maître de langues à Berlin, et y avait publié, sous
le titre de _Nuits champêtres_, des idylles dans le genre de Gessner,
qui n'avaient rien de subversif[224]. Appelé comme professeur à la
fameuse _Karlsschule_ de Stouttgart, il s'y était pris de querelle
avec un officier supérieur de l'armée wurtembergeoise, et n'ayant
pu obtenir justice d'un soufflet reçu dans la bagarre[225], il avait
donné sa démission et s'en était venu chez nous, à Strasbourg, qui
paraissait alors aux bonnes âmes d'outre-Rhin le véritable Eldorado de
la liberté[226].

[Note 224: Les _Nuits champêtres_, par M. de Laveaux, 2e édition.
Berlin 1784, 1 vol. in-18.]

[Note 225: On trouvera un récit très détaillé de cette scène dans
la _Strassb. Zeitung_ du 7 mars 1791.]

[Note 226: _Strassb. Zeitung_, 7 juillet 1791.]

Mais il n'avait pas trouvé chez la population strasbourgeoise l'accueil
empressé sur lequel il comptait sans doute comme martyr de la bonne
cause. Son caractère, naturellement caustique, s'était aigri et il
avait fondé deux journaux, le _Courrier de Paris_ et le _Courrier de
Strasbourg_, qui, seuls rédigés alors en français, exerçaient
une influence assez considérable sur l'opinion publique à
l'intérieur[227]. Il se donna pour tâche de harceler incessamment
les modérés et M. de Dietrich, leur chef, et de déclamer contre la
tolérance accordée par eux aux perturbateurs du repos public. Fort
lié, pour le moment, avec Euloge Schneider et quelques-uns de ses
collègues, il soutenait la cause du clergé constitutionnel du ton
tranchant et violent qu'il portait en toute affaire.

[Note 227: L'un de ces journaux apportait aux lecteurs français de
Strasbourg le sommaire des feuilles parisiennes; l'autre envoyait à
Paris le récit, très fantaisiste souvent, de ce qui se passait sur les
bords du Rhin. Malheureusement le _Courrier de Strasbourg_ ne comptait
que peu d'abonnés à Strasbourg même et les numéros de ce journal
sont devenus excessivement rares aujourd'hui. Il parut de janvier à
décembre 1792.]

Un incident particulier lui sembla propre à forcer la main aux
administrateurs du département et à les entraîner à sa suite. Le
curé constitutionnel de Bœrsch, M. Schaumas, avait été maltraité de
la façon la plus indigne, par quelques paysans fanatisés, en présence
de prêtres réfractaires, qui riaient de son supplice, et laissé pour
mort sur la grande route[228]. Les autorités départementales n'ayant
pris que mollement en main cette affaire, Laveaux avait proposé le 18
avril, au matin, dans une séance extraordinaire du Club du _Miroir_, de
se réunir à main armée et de faire la chasse aux non-jureurs et aux
aristocrates dans tout le Bas-Rhin, pour les exterminer. Un
auditeur plus timide ayant insinué qu'il fallait demander pour cela
l'autorisation de l'Assemblée Nationale, Laveaux aurait répondu qu'on
en agirait certes ainsi, mais seulement quand l'expédition serait
menée à bonne fin. Le curé de Bœrsch, produit devant la réunion,
le corps couvert de plaies encore saignantes, excita l'indignation de la
société, qui vota son approbation, au moins théorique, à la croisade
contre les _noirs_, et une dénonciation contre le Directoire qui
manquait à tous ses devoirs en ne poursuivant pas les prêtres
fanatiques[229].

[Note 228: _Strassburger Zeitung_, 19 avril 1792.--_Neueste
Religionsbegebenheiten_, 20 avril 1792.]

[Note 229: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 25 avril 1792.--_Strassb.
Zeitung_, 3 mai 1792.]

Les autorités s'émurent du discours incendiaire de Laveaux. Le maire
convoqua les corps constitués à l'Hôtel-de-Ville pour le 21 avril,
et l'on y décida de dénoncer l'orateur au juge de paix, comme ayant
troublé le repos public. En même temps on délibérait une adresse aux
citoyens, qui commençait par ces mots: „Citoyens, le crime veille, il
souffle la discorde. Des esprits pervers redoutent leur nullité dans
le règne de l'ordre. Ils entretiennent sans relâche les passions
inquiètes, etc.[230].” Cette proclamation rappelait le texte de la
loi du 18 juillet 179l: „Toutes personnes qui auront provoqué
le meurtre, le pillage, l'incendie ou conseillé formellement la
désobéissance à la loi, soit par placards,... soit par des discours
tenus dans des lieux et assemblées publiques, seront regardées comme
séditieuses et les officiers de police sont autorisés à les arrêter
sur-le-champ.” Le maréchal Luckner, commandant l'armée du Rhin,
était prié de ne plus laisser dorénavant fréquenter les clubs à
ses soldats, les pasteurs et curés invités à lire la proclamation
municipale du haut de la chaire et le dimanche, 22 avril, à sept heures
du matin, Laveaux, arrêté à son domicile, était conduit en prison.
Dès le lendemain, on tirait au sort le jury d'accusation, qui, le 28,
autorisait la poursuite. Mais le jury de jugement, réuni le 15
mai, acquittait l'orateur, son intention délictueuse n'étant pas
suffisamment prouvée[231].

[Note 230: Délibération du corps municipal du 20 avril 1792. Strasb.,
Dannbach, placard in-fol.]

[Note 231: _Strassb. Zeitung_, 3 mai, 18 mai 1792. Euloge Schneider
avait vivement pris sa défense dans une brochure: _Ein Wort im Ernst
an die Bürger Strassburg's_, datée du 27 avril 1792. (Strasb., s. nom
d'imprim., 8 p. 8°.)]

Nous n'aurions point parlé si longuement de cette procédure, si
la motion de Laveaux n'avait amené le Directoire du département à
prendre, le lendemain même de son arrestation, une délibération
des plus importantes, relativement à la question religieuse. Il est
probable qu'il voulut se laver par là de l'accusation portée contre
lui, de ne point faire observer les décrets de l'Assemblée Nationale
contre les prêtres réfractaires, tout en affirmant, une fois de
plus, les sentiments de tolérance animant ce corps administratif.
Les considérants de cette délibération sont des plus optimistes.
„S'étant fait représenter les plaintes... sur les dissensions
qu'occasionne _dans quelques communes_ la diversité des opinions
religieuses; instruits que des gens malintentionnés... ont cherché
à troubler _la tranquillité qui a régné jusqu'ici dans le
département_;

„Considérant que la Constitution garantit la liberté de tous
les cultes dans l'empire, qu'en conséquence celui qui prétexte
les intérêts de sa religion et le sentiment de sa conscience pour
provoquer les esprits faibles et crédules à la sédition et à la
désobéissance aux lois, est un imposteur, un traître à la patrie...

„Voulant, sans gêner la liberté des opinions ni l'exercice d'aucun
culte, prévenir et empêcher l'intolérance d'une part, l'incivisme et
le fanatisme de l'autre,... les administrateurs du département

„Arrêtent:

„Toute personne qui aura outragé les objets d'un culte quelconque,
soit dans un lieu public, soit dans les lieux destinés à l'exercice de
ce culte, ou insulté les ministres en fonctions, ou interrompu par
un trouble public les cérémonies religieuses de quelque culte que ce
soit, sera saisie sur-le-champ, et condamnée à une peine qui pourra
être de 500 livres d'amende et d'une détention d'un an.....

„Tous prêtres non assermentés, ainsi que les curés ou vicaires
qui se permettraient d'exercer des fonctions publiques seront......
dénoncés à l'accusateur public pour être punis conformément à la
loi du 28 juin 1791.

„Le défaut de prestation du serment, prescrit par la loi du
26 décembre 1790, ne pourra être opposé à aucuns prêtres se
présentant dans une église paroissiale, succursale ou oratoire
national, seulement pour y dire la messe, pourvu toutefois qu'ils
en aient prévenu la municipalité et le curé ou desservant de la
paroisse, et soient convenus avec eux de l'heure à laquelle ils
pourront dire leurs messes sans gêner le culte de paroisse....

„Les édifices consacrés à un culte religieux par des sociétés
particulières et portant l'inscription qui leur sera donnée, seront
fermés aussitôt qu'il y aura été fait quelques discours contenant
des provocations directes contre la Constitution.... En conséquence, si
quelques prêtres non assermentés, cherchant à égarer la multitude,
traitaient d'intrus, de sacrilèges et schismatiques les ministres qui
ont prêté le serment prescrit par la loi, et représentaient comme
nuls les sacrements qu'ils administrent, les municipalités seront
tenues... de dénoncer les délinquants à l'accusateur public pour...
être poursuivis criminellement et punis comme perturbateurs de l'ordre
public.

„Lorsqu'à la réquisition du Directoire, l'évêque du département
enverra dans une commune un desservant ou un vicaire, la municipalité
sera tenue de convoquer dans les vingt-quatre heures le conseil de
la commune pour qu'il soit procédé, en sa présence, à son
installation....

„Elles seront en outre tenues de faire toutes les dispositions
convenables pour le protéger et lui assurer le libre exercice des
fonctions que la loi lui attribue.”

A la suite de cet arrêté, les administrateurs départementaux ont
placé une proclamation aux citoyens pour leur dire que, décidés à
faire respecter la loi, ils se refusaient à aller plus loin; que jamais
ils n'attenteraient à la liberté d'une classe de citoyens, qui vit,
comme les autres, sous la protection des mêmes lois, pour obéir aux
déclamations de quelques ambitieux, qui sans cesse, le mot de peuple
à la bouche, croient s'ériger en apôtres de la liberté, en flattant
bassement ses passions. „Fidèles à leurs serments, ils sont résolus
de périr à leur poste plutôt que d'ordonner, d'autoriser ou de
tolérer aucune mesure ni violence qu'ils regarderaient comme une
atteinte portée à la Constitution”[232]. On ne se trompera pas
en reconnaissant dans le libellé de cette énergique réponse
aux objurgations de Laveaux la plume de Xavier Levrault, alors
procureur-général-syndic, et l'un des plus marquants parmi les
libéraux strasbourgeois de l'époque.

[Note 232: Délibération du Directoire du 23 avril 1792. Strasb.,
Levrault, 8 p. 8°.]

Mais cette énergie dans la modération ne faisait l'affaire ni des
radicaux ni d'une partie au moins des prêtres assermentés. Au moment
même où la déclaration de guerre contre François de Hongrie arrivait
à Strasbourg et y était solennellement proclamée dans tous les
carrefours[233], la curiosité de la bourgeoisie strasbourgeoise était
tenue en éveil par une querelle violente qui s'était élevée
entre Kæmmerer et Saltzmann, puis entre le bouillant abbé et la
municipalité en personne. La cause première de cette nouvelle prise
de bec avait été aussi puérile que possible. Il paraît que depuis
longtemps les élèves du Collège National (l'ancien collège des
Jésuites) étaient en état d'hostilité avec leurs voisins, les
élèves du Séminaire épiscopal, échangeant avec eux des grimaces,
voire même des horions occasionnels. Un jour que l'abbé Schwind
conduisait les séminaristes à la promenade, un des élèves du
collège lui tira la langue en passant, et le révérend professeur
du Séminaire, désespérant d'obtenir du principal la punition du
coupable, se résigna à le châtier lui-même en lui donnant un
„léger” soufflet. Là-dessus, le principal du Collège, nommé
Chayron, accourt, une canne à épée à la main, suivi de plusieurs
sous-maîtres, saisit Schwind au collet, le secoue en agrémentant son
allocution d'épithètes fort malsonnantes, à ce qu'il paraît, et
soutenu par ses élèves qui „faisaient chorus en possédés contre
les prêtres”, il force le Séminaire et son représentant à une
fuite plus rapide qu'honorable. L'abbé Kæmmerer, supérieur
du Séminaire, écrivit _ab irato_, de sa meilleure encre, à la
municipalité, la menaçant de la colère du peuple, si elle ne faisait
prompte et entière justice de cet attentat[234]. Schneider, de son
côté, prit fait et cause pour ses collègues et voulut profiter de
l'occasion pour _tomber_ Saltzmann, devenu sa bête noire. Mais les deux
vicaires épiscopaux n'eurent pas à se féliciter de leur campagne. Le
rédacteur de la _Gazette de Strasbourg_, qui ne manquait pas de verve
à ses heures, malmena fort l'ex-professeur de Bonn, prenant texte
des attaques même contre sa personne pour le tourner à son tour
en ridicule. Schneider avait déclaré qu'il ne fréquentait pas de
conventicules de vieilles filles et de matrones dévotes, comme son
adversaire piétiste. „Certes non, réplique Saltzmann; on vous croira
là-dessus sur parole, car chacun sait que M. Schneider préfère la
société des jeunes filles et des femmelettes complaisantes et qu'il
sait fort bien où les trouver.”--„Je n'évoque pas d'esprits,”
avait écrit le prédicateur de la Cathédrale, faisant allusion aux
convictions mystiques de son adversaire.--„Nous le savons trop
bien, répond l'autre; votre philosophie ne dépasse pas les limites
sensuelles. De tout temps vous avez préféré avoir à faire avec les
corps.”--„Je reconnais maintenant combien je me suis trompé sur
votre compte; les écailles me tombent des yeux”, s'était exclamé
Schneider.--„Et nous donc? combien plus profonde a été notre
cécité à nous! C'est maintenant seulement que nous comprenons tout
ce que nous disaient sur votre compte tant de lettres reçues
d'Allemagne.” Et mêlant le ton grave au plaisant, Saltzmann ajoutait:
„Si MM. les ecclésiastiques assermentés ne lançaient pas toujours
l'injure contre leurs collègues réfractaires, s'ils prêchaient
l'Evangile et la pure morale, s'ils donnaient l'exemple des vertus
civiques, s'ils ne se mêlaient pas de tant d'intrigues, jamais le
fanatisme n'aurait fait parmi nous autant de progrès, et, malgré
tous les talents à la Schneider, leurs églises ne seraient pas si
vides”[235].

[Note 233: C'était le 25 avril au soir. _Gesch. der gegenw. Zeit_, 26
avril 1792.]

[Note 234: _Gesch. der gegenw. Zeit_, 23 avril 1792.]

[Note 235: _Strassb. Zeitung_, 24 avril 1792.]

Quant à l'abbé Kæmmerer, plus malheureux encore, il se voyait cité
devant le juge de police correctionnelle, pour avoir menacé l'autorité
d'un soulèvement populaire, trop heureux d'en être quitte pour un
avertissement sévère et la condamnation aux frais, après avoir dû
humblement demander pardon de son intempérance de langage et avoir
promis de mieux se surveiller désormais[236]. Il s'en dédommagea en
publiant, quelques jours plus tard, une brochure pour expliquer
aux fidèles que l'excommunication lancée par le pape contre les
schismatiques était sans force et nulle en droit. Sur ce sujet du
moins, il pouvait donner cours à son éloquence sans se brouiller avec
quelque nouvel ennemi[237].

[Note 236: _Strassb. Zeitung_, 30 avril 1792.]

[Note 237: _Abhandlung über die Exkommunikation oder den Kirchenbann,
von J. J. Kæmmerer._ Strassburg, Levrault, 1792, 36 p. 8°.]

Cependant cette conversion de l'opinion publique, autrefois si favorable
et maintenant indifférente, sinon franchement hostile, ne laissait pas
de tourmenter les plus sincères, comme aussi les plus habiles parmi les
représentants de l'Eglise constitutionnelle. Dans les mois qui suivent,
ils semblent avoir pris particulièrement à cœur de répondre aux
accusations de haine et d'intolérance portées contre eux. Les sermons
prêchés à la Cathédrale dans le courant de mai à juillet, pour
autant qu'ils ont été publiés alors, roulent à peu près tous sur
le thème de la charité chrétienne. Euloge Schneider prêche avec
une onction quelque peu factice, le cinquième dimanche après la
Pentecôte, sur _la conduite de Jésus vis-à-vis de ses ennemis_[238];
Dereser examine la question: _Un homme raisonnable et connaissant
Jésus, peut-il persécuter ses semblables au nom de la religion?_[239],
et conclut naturellement à la négative. Peut-être ne crut-on pas
suffisamment à leurs belles paroles, démenties, chez Schneider au
moins, par bien des actes contraires. Toujours est-il que la sympathie
publique et celle des pouvoirs constitués ne leur revient guère. On
le vit à l'occasion des processions annuelles, qui s'étaient produites
jusqu'à ce jour à l'extérieur des édifices sacrés. Mais cette
année, quand Brendel saisit le corps municipal de la question, dans
la séance du 12 mai, rappelant que son clergé avait été hué
et insulté par une foule ameutée contre lui, et demandant si la
municipalité peut lui garantir pour cette fois une protection efficace,
sans déploiement militaire, la réponse est négative. On lui conseille
de rester chez soi et le corps municipal finit par décréter qu'en
principe, toutes les processions se feront à l'intérieur des
églises[240].

[Note 238: _Das Betragen Jesu gegen seine Feinde, eine Amtspredigt_.
Strassb., Stuber, 1792, 14 p. 8°.]

[Note 239: _Kann ein vernünftiger Mensch... seine Mitmenschen um der
Religion willen... verfolgen? Eine Amtspredigt_. Strassb. Heitz, 1792,
16 p. 8°. Voy. encore _Das Bild eines guten Volkslehrers, entworfen von
E. Schneider_. Strassb., Lorenz, 16 p. 8°.]

[Note 240: _Strassb. Zeitung_, 14 mai 1792.]

La même réponse est donnée, un peu plus tard, au chanoine Rumpler,
l'ancien notable, qui a réclamé également pour le clergé non
assermenté la permission de fêter processionnellement la Fête-Dieu
en circulant autour de l'église des Petits-Capucins[241]. Le seul
privilège laissé au culte officiel semble avoir été la permission
accordée au moniteur du schisme de proférer un mensonge pieux, en
annonçant que la procession n'était pas sortie de la Cathédrale
„à cause du mauvais temps[242].” Rumpler étant allé porter ses
réclamations jusqu'au Directoire du département, ce dernier corps
avait dû prendre également position. Il s'était déclaré
d'une façon plus catégorique encore contre une faveur faite aux
constitutionnels. Ou bien _tous_ les cultes circuleront en pleine rue,
ou bien _aucun_, car la loi prescrit l'égalité de _tous_ les cultes.
Puis il avait, il est vrai, éconduit le chanoine, mais par là-même
renfermé Brendel et les siens sous les voûtes de Notre-Dame[243]. Ce
manque d'harmonie entre les autorités civiles et religieuses se montre
encore le dimanche, 3 juin, lors de la fête funèbre célébrée en
l'honneur de Simonneau, le malheureux maire d'Etampes, massacré par
la populace et les soldats qu'il voulait rappeler au devoir. Le conseil
général, en discutant le programme de la fête, avait décidé tout
d'abord qu'elle n'aurait point lieu à la Cathédrale même, comme
autrefois la fête en l'honneur de Desilles, mais sur la place, devant
l'édifice, vis-à-vis de la maison commune. Puis on avait voté qu'on
n'y inviterait pas spécialement les ecclésiastiques, „la loi n'en
connaissant plus”. Ceux d'entre eux qui voudront y assister, ne seront
plus en costume[244]. Il est donc incontestable qu'il y a, dès lors,
une tendance raisonnée de la part de l'autorité civile à s'affranchir
de toute collaboration avec un élément spécifique religieux, soit
que l'attitude du clergé constitutionnel, à la fois intolérante et
lâche[245], la froisse et la dégoûte, soit qu'elle ait perdu tout
espoir de s'en servir comme d'un auxiliaire utile. Mais les libéraux
modérés, en prenant cette attitude si nouvelle, ne s'en dissimulent
pas les dangers. Ils comprennent que les schismatiques vont se réunir
aux réfractaires et aux jacobins pour tenter de les écraser. „Nous
marchons entre deux abîmes, le despotisme et l'anarchie, écrit alors
Saltzmann. On veut nous jeter dans l'anarchie pour nous ramener plus
tôt au despotisme”[246]. Ce mot prophétique embrassait et résumait
en effet la longue période de notre histoire qui s'étend de la chute
de la royauté à la proclamation de l'Empire.

[Note 241: _Neueste Religionsnachrichten_, 1er juin 1792.]

[Note 242: _Ibid_., 8 juin 1792.]

[Note 243: _Strassb. Zeitung_, 1er juin 1792.--Aveuglement éternel
des partis! Au moment où les non-conformistes sollicitaient ainsi une
faveur, ils se montraient d'une violence fatale à leurs plus chers
projets. Un jeune homme, passant devant leur église, au moment du
culte, fut assailli, frappé par eux, vit ses habits mis en pièces,
puisqu'il n'avait pas ôté son chapeau dans la rue. (_Strassb.
Zeitung_, 11 juin 1792.)]

[Note 244: _Strassb. Zeitung_, 2 juin 1792.]

[Note 245: Le mot peut sembler dur et peut-être même contradictoire;
je ne le crois pas néanmoins injuste. Dans tous les cas de violences,
si nombreux, relevés à l'égard des prêtres assermentés du Bas-Rhin,
nous n'en avons pas rencontré un seul qui ait su faire face virilement
à l'ennemi. Ce sont des victimes, assurément, de la brutalité
fanatique des autres, mais des victimes rarement sympathiques. Quant
à leur intolérance, en voici encore un exemple: Le 7 juin, le curé
constitutionnel de Belfort empêchait l'inhumation d'un jeune volontaire
protestant du bataillon du Bas-Rhin, qui venait d'y mourir. Il refusait
de lui ouvrir le cimetière commun et on dut conduire le corps à
Héricourt. (_Strassb. Zeitung_, 16 juin 1792.)]

[Note 246: _Strassb. Zeitung_, 4 juin 1792.]



                                 XVII.


Le premier document dont nous ayons à parler en entrant dans la
période de la grande lutte décennale qui va ravager l'Europe, c'est la
lettre pastorale de l'évêque du Bas-Rhin, adressée, le 11 juin
1792, à ses „vénérables coopérateurs et à tous les fidèles
du diocèse”, afin „d'indiquer des prières publiques pour
la prospérité des armes de la Nation”. Cette pièce curieuse,
passablement longue et travaillée avec soin, est avant tout politique.
C'est le panégyrique de „ces droits imprescriptibles et sacrés que
la Providence a donnés à l'homme en le créant et dont la stipulation
est consignée dans le livre de la nature et dans celui de notre saint
Evangile”. Pour défendre ses conquêtes les plus légitimes, la
liberté, l'égalité, la France s'arme, combat et saura maintenir ses
droits. C'est en vain que ses adversaires, „spéculant sur l'ignorance
et la docilité superstitieuse des esprits, publient, par l'organe
d'imposteurs à gages, que la religion est détruite, tandis qu'en
respectant ses dogmes, en la rendant à son ordre primitif, nos sages
législateurs n'ont touché qu'à ses abus, qu'à ce qui en faisait la
douleur et le scandale.”

Cette guerre, „la première peut-être en France, remplira les vues
paternelles de l'Auteur de la Nature. Il verra d'un œil satisfait ses
enfants défendre leur héritage émané du ciel, que des despotes en
chef ou subalternes n'avaient usurpé sur nous qu'en faisant blasphémer
sa sagesse. L'humanité ne regardera pas comme un fléau une guerre
qui doit faire cesser les plus grands des fléaux, la tyrannie et la
guerre.... Cette guerre est sainte; elle affermira chez un peuple et
propagera chez d'autres ces lois sacrées de la nature, ces touchantes
maximes de l'Evangile, qui tendent à faire d'une société d'hommes une
famille de frères. Cette guerre enfin, nous oserons le dire, fera la
joie du genre humain et l'objet de son espoir chéri.” Le chef du
diocèse encourage ensuite tous les chrétiens dont la Providence
l'a fait pasteur, à l'union des cœurs, à la paix, à la concorde.
„Patriotes ou aristocrates, conformistes ou non-conformistes, eh
qu'importent à la Religion, à la Patrie, de stériles dénominations?
Vainement vous nous vanterez, les uns votre dévouement à la
Constitution, les autres votre zèle pour la foi de vos pères. Avant
tout, manifestez par des faits, montrez par des vertus, vous, votre
civisme, vous, votre conformité avec l'Evangile. Le patriotisme ne se
prouve point par un refrain; l'opinion seule ne forme pas le disciple de
Jésus-Christ.”

Et s'adressant tout particulièrement à ceux de ses concitoyens
qu'il supposait à bon droit faire des vœux pour l'ennemi, dans
leur fanatisme religieux, Brendel leur parlait ainsi: „Et vous, qui
pourtant prétendez que le Dieu des chrétiens se complaît en vous
seuls, vous n'êtes pas chrétiens si, perdant de vue l'Evangile pour
y substituer des erreurs anti-sociales, vous haïssez votre frère,
si vous le persécutez, si, dans vos décisions risibles, vous le
proscrivez même au delà du tombeau, parce qu'il a accueilli l'heureuse
régénération de la patrie et les salutaires réformes que sollicitait
l'intérêt du christianisme. Vous n'êtes pas chrétiens, si vos vœux
ou vos trames appellent ou préparent l'invasion de nos ennemis,
les divisions et la guerre entre Français, et la désolation de la
patrie....”

La lettre pastorale se terminait par l'annonce d'une messe votive _pro
tempore belli_, célébrée solennellement à la Cathédrale, le 24 juin
prochain, avec exposition du saint-sacrement et bénédiction, et
de prières spéciales qui commenceront dans toutes les églises du
diocèse, après réception de la présente circulaire[247].

[Note 247: Lettre pastorale de l'évêque du Bas-Rhin, etc. Strasb.,
Levrault, 10 p. 4°.]

Cette circulaire, l'une des meilleures, assurément, que Brendel ait
signées, ne dut faire néanmoins qu'une impression médiocre sur
l'esprit des masses. Les patriotes n'avaient pas besoin de la parole du
prêtre pour enflammer leur courage; les autres restèrent indifférents
et beaucoup sans doute, parmi les populations rurales, ne la connurent
jamais. Quel qu'ait été d'ailleurs son effet, la lettre épiscopale
est, pour de longues semaines, le dernier écho religieux qui vienne
frapper nos oreilles. Strasbourg est tout à la double anxiété des
rumeurs de la guerre civile au dedans, de la lutte qui va commencer
au dehors. La majorité de sa population bourgeoise, les chefs de ses
administrations locales apprennent avec indignation les saturnales qui
déshonorent Paris, l'invasion des Tuileries au 20 juin, préludant
à celle du 10 août. Leur libéralisme sincère et calme s'émeut au
spectacle de cette licence, décorée du nom de liberté.

Dans sa séance du 26 juin, le Conseil général de la commune vote
une adresse à l'Assemblée Nationale, demandant la punition des
perturbateurs du 20 juin, exemple trop peu suivi, hélas! de mâle
indépendance, vis-à-vis des meneurs de la capitale[248]. Quelques
jours plus tard, il décide de poursuivre le vicaire épiscopal Simond
devant le tribunal correctionnel, pour insultes et calomnies contre le
maire, et de donner de la sorte un avertissement sérieux aux jacobins
locaux[249].

[Note 248: _Strassb. Zeitung_, 28 juin 1792.]

[Note 249: _Strassb. Zeitung_, 6 juillet 1792.]

Le _Chant de guerre pour l'armée du Rhin_ paraît dans les _Affiches_
du 7 juillet, sans nom d'auteur[250]; le camp de Plobsheim est
renforcé, la discipline, fort relâchée, rétablie par quelques
exemples sévères[251]. Le pont de bateaux sur le Rhin est enlevé
en partie par les Autrichiens[252], dont on signale la présence à
Friesenheim, Emmendingen, Willstaett, etc. On interdit l'accès de la
plate-forme de la Cathédrale à tout le monde, sauf aux sentinelles
et aux citoyens munis d'un permis de la main du maire[253]. Les esprits
craintifs voient déjà les armées ennemies ravageant l'Alsace, et
l'on se raconte qu'il en est d'assez ineptes pour courir à Kehl, où
fonctionne un bureau d'assurances, auprès duquel, et moyennant douze à
quinze louis, on peut se procurer une sauvegarde valable pour le moment
prochain du sac de Strasbourg![254] Les esprits caustiques et frivoles
au contraire fredonnent la _marche des troupes aristocrates_, sur un air
des _Petits Savoyards_:

  ....Sur le front de la colonne
  Marche notre cardinal.
  On dirait Mars en personne;
  C'est un nouveau Loewendal.
  Frappant, taillant, battant, criant, jurant, sacrant.
  Vlà comme il arrive:
  „Oui, j'aurai mon Episcopat,
  „Car je suis sûr de mes soldats;
  „Allons, marchons, doublons le pas,
  „Frappons, coupons, taillons des bras.
  „Oui, j'aurai mon Episcopat!”[255]

[Note 250: _Affiches de Strasbourg_, 1792, p. 322. Ce n'est qu'en
octobre que paraît chez Storck et Stuber le _Chant de guerre des
Marseillais_ avec musique et la traduction allemande d'Euloge Schneider.
(_Affiches_ 27 octobre 1792.)]

[Note 251: Le cafetier Blessig qui a proféré des paroles injurieuses
pour Louis XVI est condamné à deux ans de fers. (_Strassb. Zeitung_,
11 juillet 1792.)]

[Note 252: Il était rétabli momentanément quelques jours plus tard.
(_Strassb. Zeitung_, 21 juillet 1792.)]

[Note 253: Procès-verbaux manuscrits du Corps municipal, 12 juillet
1792. Vol. III, p. 610.]

[Note 254: _Strassb. Zeitung_, 5 juillet 1792.]

[Note 255: La marche des troupes aristocrates, S. l. ni d., 2 p. 8°.]

Il y a recrudescence de dénonciations contre tous les prêtres
réfractaires et tous les _fanatiques_ qui servent d'espions sur
les deux rives du Rhin[256]. Mais d'autre part aussi, l'enthousiasme
patriotique s'éveille, les volontaires accourent; dans la journée du
29 juin, 591 jeunes Strasbourgeois se font inscrire dans les bataillons
de marche à l'Hôtel-de-Ville, et c'est à bon droit que les feuilles
strasbourgeoises sont fières d'un aussi brillant élan[257]. Parmi eux,
quatre séminaristes, trop jeunes pour être déjà consacrés et qui
s'enrôlent avec l'autorisation de Brendel[258]. Toutes les communes du
Bas-Rhin ne suivent pas d'ailleurs un si bel exemple, et les feuilles
du jour nous racontent qu'Obernai, Kosheim, Molsheim ne montrent aucun
enthousiasme, que les jeunes gens du district de Haguenau se sauvent
dans les forêts, évidemment sous l'influence et sur l'ordre du
clergé réfractaire, tandis que la plupart des cantons protestants se
distinguent par leur ardeur[259]. La présence de la Prusse dans
les rangs de la coalition cause également quelque stupeur à nos
journalistes: „Que Rohan et son _armée noire_ soient furieux contre
nous, qu'ils nous accusent d'avoir fait la Révolution, cela se comprend
encore; mais que le roi de Prusse, le chef du protestantisme allemand,
joigne ses armes à celles des catholiques fanatiques, c'est ce qui nous
paraît incompréhensible”[260].

[Note 256: _Strassb. Zeitung_, 25 juillet 1792.--_Argos_, 27 juillet
1792.]

[Note 257: _Strassb. Zeitung_, 31 juillet 1792.]

[Note 258: _Ibid_., 6 août 1792.]

[Note 259: _Ibid_., 10 août 1792.--Le maire de Dorlisheim, ayant reçu
le manifeste de Brunswick, y répondit à sa façon, en levant le double
de volontaires dans son village. (_Strassb. Zeitung_, 20 août 1792.)]

[Note 260: _Strassb. Zeitung_, 25 juillet 1792.]

Mais au milieu de cet élan même du sentiment patriotique à
Strasbourg, la discorde se maintient et continue son œuvre. Euloge
Schneider, qui possède enfin dans l'_Argos_ un organe, qu'il peut
remplir à sa guise de déclamations haineuses, attaque avec violence
les modérés, qui lui reprochent--à tort assurément--d'être un
Autrichien masqué, et se plaint qu'on ait manqué le jeter par
les fenêtres dans la chaleur des discussions qui se succèdent à
l'Hôtel-de-Ville. Plus au courant que les autres de ce qui se prépare
à Paris, il peut fièrement affirmer que la Providence ne le laissera
point succomber à la cabale de Dietrich[261]. Son collègue Kæmmerer
endosse l'uniforme de la garde nationale et dans une brochure, _Le
prêtre au corps de garde_, explique à ses collègues du troisième
bataillon, qu'ils ne doivent pas s'étonner de le voir un fusil à la
main. „Les vieux canons de l'Eglise n'ont plus d'autorité là où
commandent la nature et la religion”[262]. Laveaux et l'abbé Simond,
qui s'étaient rendus à Paris pour dénoncer à Roland le maire et le
Conseil municipal, reviennent également le 9 août à Strasbourg[263],
pour recommencer leurs attaques contre le _traître_ Dietrich. Il ne
s'en débarrasse pour un instant qu'en obtenant du vieux commandant de
Strasbourg, du général La Morlière, un arrêté d'expulsion contre
ces deux remuants personnages, dont les amis dénoncent chaque jour de
nouveaux complots, toujours imaginaires[264].

[Note 261: _Argos_, 31 juillet 1792. Schneider en avait fait paraître
le premier numéro le 3 juillet. Il n'avait d'ailleurs, de son propre
aveu, que 200 abonnés à la fin de l'année.]

[Note 262: _Der Priester auf der Wache, etwas für das Publikum_.
Strassb., Stuber, 1792, 8 p. 8°.]

[Note 263: _Strassb. Zeitung_, 13 août 1792.]

[Note 264: Ainsi l'on fouillait les couvents de femmes à Strasbourg,
pour y trouver des amas de munition de guerre qui n'existaient pas
naturellement. (_Strassb. Zeitung_, 13 août 1792.)]

Mais ce n'est pas à Strasbourg que va se dénouer la crise
révolutionnaire et que se joue la grande partie, toujours perdue par
les modérés contre les violents, depuis que le monde existe et que les
Etats se fondent et s'écroulent. Dès les premiers jours d'août, des
rumeurs plus ou moins vagues, précurseurs des événements eux-mêmes,
annoncent que la chute du trône se prépare à Paris, et que
les éléments avancés de l'Assemblée Nationale l'emportent
définitivement, avec l'aide du peuple de la capitale, sur la faible
majorité hésitante et divisée des constitutionnels. C'est alors que
Dietrich, réunissant à l'Hôtel-de-Ville les corps constitués de
la commune, du district et du département, leur inspire cette adresse
courageuse, mais imprudente en son langage et qui lui coûtera la tête.
On la connaît. Les signataires y déclarent à l'Assemblée Nationale
qu'ils n'obéiront qu'à la Constitution, „méconnaissant toute
autorité qui ne s'exprime pas en son nom”, et que „le jour où elle
sera violée, leurs liens seront brisés et qu'ils seront quittes de
leurs engagements”. Même avant que la lettre soit parvenue entre les
mains des destinataires, avant qu'on sache à Strasbourg ce qui
s'est passé dans la capitale durant la journée du 10 août, Euloge
Schneider, s'emparant de cette phrase malencontreuse, qui ne répondait
à rien de précis dans la pensée du rédacteur, mais qu'on pouvait
interpréter comme l'annonce d'une révolte ouverte, prononçait à
la „Société des amis de la Constitution”, dans la journée du 11
août, un discours menaçant contre les pétitionnaires, ses collègues:
„Eh bien, leur demandait-il, quand demain, quand après-demain, un
courrier nous annoncera que l'Assemblée Nationale a déposé le Roi,
que ferez-vous?... Vous érigerez-vous en république? Renoncerez-vous
aux liens qui vous unissent à la France? Ouvrirez-vous la porte aux
Autrichiens?”--„Oh non, continuait-il, il est impossible que vous
ayez conçu ce projet infernal; il est impossible que vous ayez calculé
toutes les suites de votre proposition sinistre. Non, vous êtes
Français, vous resterez Français. Le peuple qui vous a élus n'a
pas confié sa liberté à des monstres, il l'a confiée à des hommes
sujets à l'erreur, à la vérité, mais incapables de trahir la
patrie”[265].

[Note 265: Réflexions sur la pétition du Conseil général de la
commune contre la destitution de Louis XVI. Strasb., s. nom d'impr., 16
p. 8°.]

Le fougueux vicaire épiscopal, tout en pressentant l'issue des
événements, n'en est pas encore sûr; il daigne encore, on le voit,
ne pas mettre en doute le patriotisme de ses adversaires[266], et
l'attitude ferme des autorités civiles et militaires ne laisse pas
d'en imposer aux plus bruyants parmi leurs détracteurs. Dans sa
délibération du 13 août, le Conseil général du département
interdit tout rassemblement qui n'aurait pas pour objet l'exercice d'un
culte religieux. Il prescrit aux administrations communales de veiller
à ce que, sous prétexte d'assemblées religieuses, il ne se forme pas
de coalitions contre la Constitution; en cas de provocations pareilles,
les édifices religieux devront être immédiatement fermés[267]. Les
Braun, les Mathieu, les Saltzmann, les Levrault qui signaient cette
pièce, devaient bien savoir, au fond, que ce n'étaient pas les
prêtres réfractaires qui menaçaient le plus à ce moment la
Constitution de 1791, et que leurs ennemis ne songeaient pas à se
grouper en „assemblées religieuses” pour comploter leur perte.
Mais, paralysés par la perspective du sort qui les attend, ils n'osent
plus protéger, pour ainsi dire, la Constitution que par ce bizarre
détour.

[Note 266: Il ne leur rendait d'ailleurs que stricte justice. Répondant
à la _Gazette de Carlsrouhe_, du 5 septembre, R. Saltzmann disait:
„Si même il y a dans Strasbourg des citoyens mécontents de tout ce
qui vient d'arriver, ils n'en sont pas moins dévoués à leur patrie et
à la nation française et résolus à verser leur dernière goutte de
sang contre les ennemis du dehors. Ils méprisent l'exemple des citoyens
de Longwy, Verdun, etc.” (_Strassb. Zeitung, 24 sept. 1792.)]

[Note 267: Délibération du Conseil général du Bas-Rhin, du 13 août
1792. Strasb., Levrault. 4 p. 4°.]

Nous n'avons pas à raconter le contrecoup local des événements du
10 août, après la suspension de Louis XVI et la convocation d'une
Convention nationale; cela rentrerait dans l'histoire générale de
Strasbourg, qui ne nous occupe point ici. Les traits principaux en sont
connus d'ailleurs de tous nos lecteurs. Des commissaires de l'Assemblée
Nationale, Lazare Carnot, Ritter, du Haut-Rhin, Coustard et Prieur,
furent envoyés en Alsace munis de pleins pouvoirs pour déposer les
autorités récalcitrantes. Ils arrivèrent à Strasbourg le 20 août.
La majorité du Conseil général du département, se refusant à
ratifier les faits accomplis, fut cassée et treize jacobins, désignés
par les commissaires, remplacèrent les administrateur expulsés[268].
Le corps municipal se soumit, comme on pouvait s'y attendre, et fut
provisoirement conservé[269]. Mais ce n'était qu'un répit. Dès le
22 août, au matin, arrivèrent à Strasbourg des dépêches du
gouvernement exécutif provisoire. Roland envoyait à l'un des membres
de la minorité du Conseil, au docteur Lachausse, le décret destituant
Dietrich et les autres membres du bureau, et le chargeant lui-même de
l'administration provisoire de la cité. Convoquant immédiatement
le Conseil général de la commune, Dietrich lui donna lecture de ces
documents officiels et déposa ses pouvoirs entre les mains de son
successeur, au milieu de ses collègues en larmes et des nombreux
citoyens accourus à la triste nouvelle. C'est en sortant de cette
séance, que le vieux Brunck, le célèbre helléniste, tourmenté par
un pressentiment funeste, s'approche du maire en répétant le vers
célèbre:

    Le crime fait la honte et non pas l'échafaud[270].

[Note 268: Proclamation des commissaires, 21 août 1792. Strasb.,
Levrault, fol. Parmi les nouveaux venus nous trouvons encore un vicaire
épiscopal, Dorsch, le citoyen Engel, „ministre français du culte
luthérien”, puis les premiers hommes de la Terreur, Monet, Bentabole,
etc.]

[Note 269: Les commissaires de l'Assemblée Nationale lui demandèrent
seulement, par lettre du 22 août, que la place du Broglie fût appelée
promenade de l'Egalité et le Contades promenade de la Liberté, ce qui
fut immédiatement décrété. (_Strassb. Zeitung_, 23 août 1792.)]

[Note 270: _Strassb. Zeitung_, 24 août 1792.]

La _régénération_, comme on disait alors, des autres corps
constitués du département devait suivre naturellement; nous n'avons à
nous en occuper ici que pour montrer, par un nouvel exemple, comment
le clergé constitutionnel s'engageait de plus en plus dans le parti
radical. Le directoire du district de Haguenau „notoirement désigné
pour être contraire à la Révolution” et convaincu de „n'avoir
point exécuté les lois qui défendent aux prêtres insermentés
d'exercer aucunes fonctions publiques” ayant été cassé tout entier,
ce fut encore un des vicaires de Brendel, l'ex-chanoine Taffin, de
Metz, qui fut nommé président provisoire de l'administration du
district[271].

[Note 271: Délibération du Conseil général du Bas-Rhin, du 28 août
1792. Strasb., Levrault, 7 p. 4°.]

L'activité du clergé schismatique est plus visible encore dans les
jours suivants, alors qu'il s'agit de procéder dans les assemblées
primaires au choix des électeurs qui nommeront à leur tour les
députés à la Convention nationale. A Strasbourg, où la lutte fut
chaude entre les radicaux et les modérés, les premiers remportèrent
la victoire; à côté de quelques noms comme ceux de Thomassin[272],
du professeur Oberlin, et autres, figurent ceux de Monet, de Téterel
et autres jacobins, et toute une série de prêtres assermentés, à
commencer par Brendel lui-même, Taffin, les curés Valentin et Litaize,
etc., etc.[273]. Kæmmerer, infatigable la plume à la main, publie un
panégyrique spécial du 10 août, _La patrie sauvée ou l'Assemblée
Nationale dans toute sa grandeur_, pour exciter le zèle des
citoyens[274]. Schneider, dans son _Argos_, gourmande les localités
où le choix des électeurs s'est porté sur des hommes modérés ou
réactionnaires. Il avertit les „démagogues et laquais cléricaux”,
qu'il ne leur servira à rien d'envoyer un couple d'imbéciles ou de
coquins à Paris, où la majorité sera toujours saine, et s'indigne
qu'à Schlettstadt, par exemple, et à Molsheim, on ait jugé bon
d'expédier „l'écume de la population” au congrès électoral de
Haguenau[275].

[Note 272: Encore Thomassin venait-il de faire paraître un mémoire
justificatif. _A mes concitoyens_ (S. l. ni date, 11 p. 4°), où il
affirmait ses sentiments „d'adorateur de la liberté”.]

[Note 273: _Strassb. Zeitung_, 30 août 1792.]

[Note 274: _Das gerettete Vaterland oder die Nationalversammlung in
ihrer Grœsse dargestellt_. Strassb., Stuber, 1792. 16 p. 8°.]

[Note 275: _Argos_, 31 août 1792.]

Cependant sa confiance en la „majorité saine” de la population,
même d'Alsace, n'est point trompée. L'effervescence des esprits est
trop vive, les dangers extérieurs semblent trop grands à plusieurs
pour leur permettre encore le luxe de luttes intestines; la publication
de la correspondance secrète de Louis XVI, trouvée dans la fameuse
armoire de fer aux Tuileries, a trop justement indigné beaucoup de
patriotes, même modérés, pour que le scrutin ne tourne pas en faveur
des partisans décidés de la République. Euloge Schneider nous a
laissé le journal détaillé des opérations électorales de Haguenau
dans plusieurs numéros de son _Argos_. L'évêque Brendel est nommé
président de l'Assemblée contre Thomassin, le candidat des _noirs_.
Ses deux vicaires, Simond et Schneider, sont élus scrutateurs. Le jour
du vote, Brendel ouvre la séance en exhortant les électeurs à ne pas
nommer des „caméléons politiques”, mais „des hommes marchant
courageusement dans les sentiers de la Révolution”. Trois fois les
amis de Dietrich, pour le couvrir de l'immunité parlementaire, mettent
son nom dans l'urne; trois fois il reste en minorité contre Rühl,
Laurent et Bentabole. Parmi les autres élus, nous rencontrons l'abbé
Philibert Simond, enfin récompensé de tant d'intrigues, en attendant
qu'il porte sa tête sur l'échafaud, puis encore le pasteur Dentzel, de
Landau, que les vicissitudes révolutionnaires transformeront plus tard
en général de brigade[276].

[Note 276: _Strassb. Zeitung_, 7 sept. 1792.--_Argos_, 7 et 11 sept.
1792.]

Schneider lui-même, de plus en plus entraîné par le tourbillon
révolutionnaire et dégoûté, semble-t-il, de ses fonctions
sacerdotales, aspire à les quitter. Après les massacres de
Septembre[277], il ne craint pas d'en présenter l'apologie, tout en
espérant qu'ils ne seront pas nécessaires à Strasbourg, afin de se
recommander ainsi aux puissants du jour. N'est-il pas naturel que
le peuple perde patience, quand il voit comment les juges ordinaires
traitent les patriotes? A-t-on puni jusqu'ici un seul des agresseurs du
curé Henkel, de Düppigheim, ou du curé Schaumas, de Bœrsch? Comment
donc Acker, l'accusateur public départemental, l'ennemi des jacobins,
exerce-t-il ses fonctions? Il faut qu'il y ait dans chaque département
un bon accusateur public, sans quoi les administrateurs restent
impuissants à faire le bien. „L'accusateur public est l'âme même de
la justice”[278]. Il pose de la sorte, à l'avance, sa canditature à
la magistrature terroriste qui sera la dernière étape de sa curieuse
carrière. Mais, pour le moment, Acker ne songe pas à lui céder
la place, et c'est dans la carrière administrative civile que doit
débuter Schneider. Il va rejoindre son ex-collègue Taffin à Haguenau,
en qualité d'administrateur municipal de cette pauvre ville, privée
successivement de toutes ses autorités électives. Il y resta plus de
trois mois[279], bien qu'il revînt par intervalles à Strasbourg, pour
y prêcher.

[Note 277: Un des anciens membres du Directoire du département du
Bas-Rhin. M. Doyen, avait été massacré à l'Abbaye, où il était
prisonnier.]

[Note 278: _Argos_, 14 sept. 1792.]

[Note 279: _Ibid._, 21 sept. 1792.]

Au milieu de ce bouleversement du personnel supérieur de l'Eglise
constitutionnelle, les quelques âmes vraiment religieuses qu'elle
renfermait, à coup sûr, dans son sein, devaient se livrer à de bien
tristes réflexions. On s'occupait de moins en moins de leurs besoins
spirituels, et, parmi leurs nouveaux alliés eux-mêmes, il y en
avait qui leur faisaient brutalement comprendre qu'il serait temps
d'abandonner toutes ces simagrées et ces cérémonies, les aumusses,
surplis et soutanes, les ciboires, les ostensoirs et les cierges, les
rosaires et les madones habillées à la dernière mode, les processions
et le confessional, en un mot, tout ce qui constitue l'ensemble des
cérémonies du culte catholique[280]. On comprend combien ce
langage devait froisser des pratiquants sincères. Ce qu'il y a de
caractéristique, c'est qu'on put attribuer alors une pareille manière
de voir à un dignitaire même de l'Eglise constitutionnelle et qu'un
autre dignitaire de cette Eglise crut nécessaire de protester contre
une affirmation de ce genre[281].

[Note 280: _Priester, Tempel und Gottesdienst der Katholiken, eine hurze
Betrachtung von einem französischen Bürger in Strassburg_. Strassb.,
Stuber. 1792, 8 p. 8°.]

[Note 281: C'est ce que fit le bon Dereser dans les notes d'un sermon
bien curieux: _Darf ein katholischer Christ dem Gottesdienst eines
geschworenen Priester's beiwohnen?_, prêché le 3 septembre 1792.
(Strassb., Heitz, 16 p. 8°.) L'excellent homme y raconte qu'il a
conseillé à plus d'une personne, hommes, femmes, enfants, domestiques,
venus pour le consulter au confessionnal, de suivre de préférence au
sien, le culte non-conformiste, pour conserver la paix et l'accord
dans les familles. „Bonnes gens, leur disais-je, la larme à l'œil,
continuez plutôt à accompagner vos frères, plus faibles dans la foi,
dans leurs temples, pourvu que vous aimiez votre patrie et obéissiez à
ses lois. Que nos églises restent vides, pourvu que les familles
soient unies et que la loi divine de l'amour fraternel règne dans vos
cœurs!” (p. 15).]

Le nouveau Conseil général du département avait commencé par
enlever, par arrêté du 31 août, les registres de baptême, de mariage
et de décès, aux mains des ecclésiastiques non assermentés, pour
les confier exclusivement à la municipalité de chaque commune. Il
autorisait seulement les curés, desservants et pasteurs, reconnus par
l'Etat ou non, à se transporter au greffe de la mairie pour y inscrire
les actes en question, sous les yeux du greffier, sans pouvoir déplacer
jamais les registres[282]. On peut supposer que cette demi-mesure fut
prise dans un intérêt pratique, bon nombre de communes n'ayant sans
doute personne sous la main, capable de rédiger lui-même les actes en
question. Mais cette _laïcisation_ de l'état civil, qui les frappait,
eux aussi, dans une certaine mesure, ne suffisait pas au zèle
intolérant de quelques uns des représentants du clergé
constitutionnel. Maintenant qu'ils étaient au pouvoir, ils entendaient
faire marcher leurs collègues administratifs. „Est-il vrai, demandait
Schneider dans son _Argos_, que les églises, déshonorées par des
non-jureurs, ne sont pas encore fermées? Est-il possible que le
président du département s'intéresse à ce culte, dont le principe
est de ne pas reconnaître d'autres prêtres que ceux ennemis de
la nation? N'a-t-on donc pas assez d'une seconde révolution? En
désire-t-on, à tout prix, une troisième? Eh bien, malheur à ceux
qui la provoqueront!... Nous démontrerons prochainement que tous les
défenseurs des prêtres réfractaires sont ou bien des imbéciles, ou
bien des coquins”[283].

[Note 282: Délibération du 31 août 1792. Strasb., Levrault, 4 p.
4°.]

[Note 283: _Argos_, 25 sept. 1792.]

Les sommations d'Euloge Schneider étaient dorénavant de celles qu'on
ne pouvait plus négliger sans danger. Aussi ne s'étonnera-t-on point
de voir le Conseil général du département prendre, à trois jours de
là, le 28 septembre, l'arrêté suivant:

„Le Conseil général,

„Considérant que les prêtres insermentés n'ont profité du droit
qu'a tout citoyen d'honorer l'Etre suprême de la manière qu'il juge
le plus convenable, que pour saper insensiblement les fondements de la
liberté;

„Considérant encore qu'il ne s'est réuni autour des autels, dont
les prêtres insermentés ont été les ministres, que ceux des citoyens
dont l'aristocratie a fait suspecter les intentions; que les églises
qui leur ont servi de refuge ont constamment retenti de maximes
inciviques, même séditieuses; que ces motifs, développés en la
présence des commissaires du pouvoir exécutif, à la séance du 22
de ce mois, les ont portés à requérir la fermeture de l'église des
ci-devant Petits-Capucins de Strasbourg;

„Considérant enfin que ces mêmes motifs sont applicables à toutes
les églises du département, arrête, comme mesure générale de
police, que toutes les églises et chapelles desservies par des prêtres
insermentés resteront fermées quant à présent, même celles des
ordres non encore supprimés....

„Autorise néanmoins les prêtres qui ne seraient pas éloignés du
royaume[284] en vertu de la loi du 26 août dernier[285] à se vouer à
l'exercice de leur culte dans les églises de ceux qui sont salariés
par le Trésor public, en se concertant avec eux, enjoint aux
municipalités de veiller, sous leur responsabilité, à l'exécution du
présent arrêté”[286].

[Note 284: Singulière inadvertance de rédaction pour un arrêté daté
de „l'an premier de la République française”!]

[Note 285: La loi du 26 août bannissait précisément du territoire
français tous les prêtres non assermentés. Il ne reste donc que
les prêtres jureurs, mais pensionnés ou momentanément sans
position officielle, auxquels puisse s'appliquer cette autorisation du
Directoire.]

[Note 286: Extrait du registre des délibérations du Conseil général,
du 28 sept. 1792. Strasb., Levrault, 4 p. 4°.]

Dorénavant les prêtres non assermentés sont donc hors la loi: l'un
des derniers actes de l'Assemblée législative, suivie bientôt dans
cette voie par la Convention nationale, leur a imposé, pour punition
du seul refus de serment, l'exil loin de la terre natale. Mais comment
exécuter cette mesure rigoureuse, dernier legs de la monarchie déjà
détruite[287] à la République qui va naître? Ce n'est pas dans les
villes, où résident des forces militaires suffisantes et une garde
nationale dévouée, qu'il sera difficile de saisir ces malheureux,
coupables d'obéir à leur conscience, et de les enfermer ensuite dans
des lieux de réclusion désignés d'avance. Mais à la campagne, mais
sur les frontières, à proximité des armées étrangères, il sera
bien difficile de les surprendre au milieu de leurs ouailles dévouées,
qui ne veulent pas s'en séparer, et même à Strasbourg il y en a qui
résident encore dans leur domicile particulier, au lieu d'être reclus
au Séminaire, et qui „continuent à se faufiler dans les rues, en
semant partout leur venin mortel”[288].

[Note 287: La loi est du 26 août; la proclamation de la République se
fit à Strasbourg le 26 septembre. (_Strassb. Zeitung._ 28 sept. 1792.)]

[Note 288: _Argos_, 23 oct. 1792.]

C'est le moment où la persécution véritable commence qu'Euloge
Schneider choisit pour revenir de Haguenau et prêcher à la Cathédrale
sur la _vengeance du sage et du chrétien_. Vraiment, à l'entendre,
on est profondément édifié de sa charité chrétienne. „Il faut
pardonner à ceux qui nous maudissent, il faut aimer ceux qui nous
persécutent; il faut imiter Jésus implorant le pardon de son Père
céleste pour ses assassins. Effaçons la dernière étincelle de haine
dans nos cœurs, aimons nos frères égarés de toute notre âme;
alors seulement nous serons les enfants de Dieu”[289]. Cependant,
en examinant de plus près cette prose onctueuse, on aperçoit bien le
vague de ces exhortations évangéliques. On l'aperçoit encore mieux
en parcourant un sermon analogue, prêché par le même orateur,
presque jour par jour, un an plus tôt, et traitant de _la conduite d'un
patriote éclairé et chrétien vis-à-vis des non-conformistes_.
Là aussi il enjoint de ne pas haïr ceux qui ne partagent pas notre
manière de voir. Il déclare à ses auditeurs que, de même qu'il n'y
a point d'uniformité dans la création divine, il ne saurait y en avoir
dans la nature humaine. Chaque homme est libre de se créer sa religion
lui-même, et les lois n'ont rien à y voir. Mais il ajoute:

„Comment pourrions-nous détester des frères qui adorent le même
Dieu, qui confessent le même Evangile, qui reconnaissent le même
évêque suprême, le même pontife que nous? Si seulement ils
obéissent à la loi, s'ils satisfont à leurs obligations civiques,
qu'ils aient leurs temples particuliers, leurs opinions personnelles,
leurs réunions religieuses séparées. Nous leur montrerons que nous
connaissons la Constitution et l'Evangile.... La maladie de nos frères
est le fanatisme, et jamais le fanatisme n'a été guéri par la
persécution. Persécuter les fanatiques, c'est verser de l'huile dans
le feu; vouloir les écraser, c'est leur infuser une vie nouvelle.
Parcourez l'histoire de tous les temps, c'est la leçon qu'elle vous
enseignera, mes frères”[290].

[Note 289: _Die Rache des Weisen und des Christen, eine Amtspredigt._
Strassb., Lorenz u. Schuler, 1792, 14 p. 8°. Dans la préface,
Schneider nous raconte qu'il a publié ce sermon uniquement pour
répondre à une calomnie dirigée contre lui. Des ennemis à lui, trop
lâches pour l'attaquer directement, avaient, dit-il, persuadé à des
volontaires logés chez eux que je monterais ce dimanche en chaire pour
démontrer que Dieu n'existait pas. Justement irrités, ces jeunes gens
vinrent à la Cathédrale, jurant qu'ils me _descenderaient_ de chaire
à coups de fusil. Qu'on juge maintenant mes calomniateurs! Voy. aussi
l'_Argos_ du 2 novembre 1792.]

[Note 290: _Das Betragen eines aufgeklœrten und christlichcn Palrioten
gegen die sogenannten Nichtconformisten_. Strassb., Lorenz, im dritten
Jahre der Freiheit, 14 p. 8°.]

A coup sûr, on ne peut qu'applaudir à ces paroles; mais l'orateur qui
les prononçait le 11 octobre 1791, sous les voûtes de la Cathédrale,
n'apparaît-il pas à nos yeux comme un comédien méprisable quand
soudain nous nous rappelons les dénonciations postérieures du
journaliste de l'_Argos_ et la situation légale faite à ces „frères
fanatiques” dont il parlait avec une charité vraiment édifiante? Il
ne songe plus aujourd'hui à leur offrir des temples particuliers et
des réunions religieuses indépendantes; d'une année à l'autre, ses
convictions--si jamais il en eut de bien arrêtées--ont fléchi, et
pour se mettre au niveau des haines de son nouveau parti, il oublie la
justice des demandes qu'il accueillait naguère et se contente de vagues
déclamations sans aucune sanction effective. Nous préférons encore
la haine farouche et franche des terroristes que nous allons voir à
l'œuvre, à cette phraséologie doucereuse qui, par de plus longs
détours, aboutira finalement à la même guillotine. Et cependant, à
la date où nous sommes arrivés, Euloge Schneider appelait encore Marat
un incendiaire et le désignait avec Robespierre comme „les apôtres
de l'assassinat”[291].

[Note 291: _Argos_, 30 oct. 1792. Il faut remarquer cependant que dès
lors, depuis son séjour à Haguenau, Schneider se faisait aider dans
la rédaction de l'_Argos_ par un réfugié holsteinois, nommé
Butenschœn, nature fort exaltée, mais moralement bien supérieure à
l'ancien professeur de Bonn. On ne sait donc pas s'il faut porter au
crédit de l'un ou de l'autre ces protestations indirectes contre les
héros de la Terreur.]

Cette phraséologie religieuse, dernier souvenir de son éducation
monastique, finit d'ailleurs assez rapidement par peser à Schneider.
Dans un discours prononcé quelques jours plus tard seulement, à
Haguenau, pour célébrer la conquête de la Savoie, il s'écriait:
„Quoi? des hommes libres s'arrêteraient encore à des disputes
de théologie, à des sophismes de prêtre, à des subtilités
scolastiques?... Aimons les hommes, faisons le bien et laissons les
disputes aux prêtres. Puisse cette grande vérité pénétrer dans tous
les cœurs!”[292].

[Note 292: Discours prononcé à l'occasion de la fête civique
célébrée à Haguenau le 4 novembre 1792. Haguenau, Kœnig, 1792, 8 p.
8°.]

Entre temps, la République nouvelle s'organisait de plus en plus comme
un gouvernement de combat. Les „fanatiques” continuaient à tenir
leur place à côté des aristocrates et des _feuillants_ dans la série
des monstres qu'un „vrai patriote” jurait d'exterminer à tout
propos. C'est aussi contre eux que „les citoyennes de la commune
de Strasbourg”--elles n'étaient que soixante-quinze ce
jour-là!--venaient réclamer des piques au Conseil général
du Bas-Rhin, afin de combattre ces „éternels ennemis de la
patrie”[293]. Mais le clergé constitutionnel ne bénéficiait en
aucune manière de ces colères croissantes; il était, tout comme
l'autre, mis en suspicion. Nous savons qu'un arrêté du département
avait enlevé l'état civil aux prêtres non assermentés; un nouvel
arrêté de la municipalité de Strasbourg, en date du 24 octobre, en
déchargeait également les prêtres assermentés, sous le prétexte
d'éviter les difficultés surgissant sans cesse entre eux et la
population strasbourgeoise[294]. Comme ils ne prêchaient guère et
confessaient aussi peu, on allait bientôt pouvoir démontrer que ces
„officiers de morale publique” étaient parfaitement inutiles. Ils
remplissaient moins encore les fonctions de missionnaires politiques,
que semblait leur proposer Roland, le ministre de l'intérieur, dans
une circulaire curieuse, adressée „aux pasteurs des villes et des
campagnes” et datée du 6 novembre 1792; non pas assurément qu'ils
refusassent cette mission, mais puisqu'ils ne trouvaient pas, du moins
en Alsace, les auditeurs qu'il leur aurait fallu pour la remplir avec
fruit.

[Note 293: Extrait des délibérations du Conseil général, du 22
octobre 1792. Strasb., Levrault, 4 p. 4°. Le citoyen Didier fut chargé
de fournir le plus promptement possible des piques aux pétitionnaires.]

[Note 294: _Strassb. Zeitung_, 1er nov. 1792.]

Ils s'écartaient d'ailleurs, dans leurs sermons et leurs doctrines,
de plus en plus du terrain où la conciliation aurait été possible.
Après avoir sincèrement protesté au début qu'ils ne songeaient
pas à bouleverser les prescriptions de l'Eglise, ils en
venaient--quelques-uns du moins--à réclamer des changements,
légitimes en eux-mêmes, mais qui logiquement devaient les faire sortir
du catholicisme. On se rend compte du chemin parcouru par les novateurs
quand on lit, par exemple, le sermon prononcé par Schwind à la
Cathédrale, le jour de la fête de l'Immaculée Conception. Il
traite _des vœux monastiques, du célibat des prêtres et autres
mortifications volontaires_[295]. Nous n'avons rien à redire, si ce
n'est au point de vue du goût, au tableau retracé par l'orateur, de
la misère de ces „myriades d'eunuques légaux” qui peuplent les
empires catholiques; nous comprenons à la rigueur sa colère en parlant
„des décrets insensés que le tigre Hildebrand, l'ami de la comtesse
Mathilde, si loin de la pureté angélique lui-même”, imposa jadis à
tous les prédicateurs de l'Evangile. Seulement nous avons quelque peine
à comprendre qu'une harangue pareille ait pu être prononcée dans une
église catholique et par le remplaçant d'un homme qui se disait
en „communion avec le Saint-Siège apostolique”. Quelques mois
auparavant, Brendel--on s'en souvient peut-être--avait solennellement
protesté contre des doctrines analogues dans la bouche de Schneider;
elles avaient été émises au club pourtant et non pas, comme ici,
dans l'enceinte sacrée. Mais les événements ont marché; mais il faut
rester en faveur auprès des puissants du jour, et Brendel se tait.

[Note 295: _Rede über Gelübde, Ehelosigkeit der Geistlichen und andre
Selbstpeinigungen_. Strassb., Levrault, 1792, 19 p. 8°.]

Cependant un moment d'arrêt semble se produire dans le développement
du radicalisme en Alsace. La population de ces contrées, sincèrement
patriotique dans sa majorité, mais calme et réfléchie, a retrouvé
son équilibre, perdu dans la tourmente qui suivit le 10 août. Les
dangers extérieurs sont momentanément écartés, l'armée prussienne
est en retraite, les armées de la République sont entrées à Mayence
et à Francfort, et quand le corps électoral du Bas-Rhin se réunit
en novembre, à Wissembourg, pour désigner des suppléants à
la Convention nationale, pour renouveler le Conseil général du
département et les autres fonctionnaires dont le mandat est expiré,
la majorité penche visiblement du côté des modérés. Malgré les
efforts d'Euloge Schneider, qui s'y démène avec violence, la grande
majorité du Conseil général leur est acquise; deux amis de
Dietrich, alors en prison, sont désignés comme suppléants pour la
représentation nationale, et si Monet passe comme procureur-syndic du
Bas-Rhin, Schneider, porté pour le poste vacant d'accusateur public
par les radicaux, ne parvient pas à l'emporter sur le candidat des
libéraux et des conservateurs réunis [296].

[Note 296: Schneider nous a donné un compte rendu fort détaillé et
naturellement très partial aussi, mais bien vivant, de ces luttes dans
les numéros de l'_Argos_ du 20, 27, 30 novembre 1792.]

Bientôt après, le 6 décembre, le succès de ce que les jacobins
appellent „l'hydre réactionnaire” s'accentue davantage encore,
lors des élections municipales de Strasbourg. Les chefs du parti
constitutionnel sont à peu près tous élus; Dietrich lui-même figure
parmi les notables [297], sans qu'aucun des noms sortis de l'urne puisse
donner sérieusement ombrage à un patriote sincère et éclairé.
Pas un partisan de l'ancien régime, pas un citoyen qui n'accepte
franchement la République, pourvu qu'elle soit raisonnable et libérale
[298]. Le nouveau Conseil le déclare dans une adresse à la Convention
Nationale. D'ailleurs les corps nouvellement élus s'empressent de
fournir des preuves convaincantes de leur civisme. Le Conseil
général du Bas-Rhin, informé dans sa séance du 12 décembre qu'en
contravention à la loi du 26 août, „des prêtres rebelles à
la patrie fomentent dans différents endroits, à l'abri de leurs
travestissements, l'incivisme et le désordre; que d'autres, qui avaient
quitté la République, s'empressent d'y revenir en foule pour
déchirer de nouveau son sein”, arrête en séance publique que
les municipalités dans lesquelles se trouvent encore des prêtres
insermentés seraient tenues de les faire saisir à l'instant et de les
livrer aux organes de la loi pour leur faire subir leur peine, à
savoir la détention pendant dix ans. Il déclare les municipalités
personnellement responsables de leur négligence à remplir leurs
devoirs, et invite tous les bons citoyens à dénoncer aux autorités
les prêtres réfractaires et ceux qui leur ont donné une retraite,
s'exposant de la sorte à être punis comme leurs complices [299].

[Note 297: Pourtant Laveaux venait d'écrire dans le _Courrier de
Strasbourg_ du 12 novembre que Dietrich avait reçu de Berlin six
millions pour gagner les Strasbourgeois à la Prusse!]

[Note 298: Liste du Conseil général de la commune, publiée le 22
décembre 1792. Placard in-fol.]

[Note 299: Délibération du Conseil général du 12 décembre 1792.
Strasb., Levrault, 4 p. 4°.]

Déjà, quelques semaines auparavant, le Directoire du département
avait fait emprisonner le chanoine Rumpler „pour désordres notoires
causés par cet ecclésiastique.” Rumpler, toujours intrépide et
gouailleur, en avait appelé de cette condamnation administrative à
Roland; le ministre de l'intérieur, convaincu par son épître du
civisme de cet ecclésiastique--et certainement avec raison--avait
ordonné de suspendre cette incarcération. Cette simple mesure de
justice lui avait valu de violentes attaques de Laveaux, naguère encore
son admirateur, et qui maintenant lui déclare qu'„inviolablement
soumis à la loi, les amis de la liberté à Strasbourg ne
reconnaîtraient jamais de dictateur”[300].

[Note 300: _Courrier de Strasbourg_, 13 nov. 1792.]

La municipalité, de son côté, remplissait tous ses devoirs. Elle
faisait afficher régulièrement sur la voie publique la liste des biens
d'émigrés confisqués au profit de la nation; on y voit figurer, en
novembre et décembre, ceux du prince Auguste-Godefroy de la Trémoille,
ci-devant grand-doyen du chapitre de Strasbourg; de N. Lantz,
suffragant du ci-devant évêché de Strasbourg; du prince Chrétien de
Hohenlohe-Waldenbourg-Bartenstein, autre grand dignitaire de l'église
cathédrale, etc. Mais les esprits s'enflammaient de plus en plus dans
la capitale; la lutte entre la Gironde et la Montagne s'engageait à
propos de la politique extérieure et du procès de Louis XVI, et
les plus modérés eux-mêmes y perdaient la tête dans la fièvre
universelle, quand ils séjournaient quelques mois dans cette fournaise.
Il était donc inévitable que la municipalité nouvelle, comme
l'ancienne, fût dénoncée à la Convention pour cause de
_modérantisme_, et cela par les mêmes hommes qui avaient juré de
perdre Dietrich et qui réussirent dans leur projet. Les députés
de Strasbourg eux-mêmes contribuèrent à la calomnier devant leurs
collègues. Lassée devant ces accusations perpétuelles, une partie du
Conseil général du Bas-Rhin demanda l'envoi de commissaires pour
les examiner et les réduire à néant. Le 25 décembre, au soir, les
députés Reubell, Hausmann et Merlin arrivaient en effet à Strasbourg,
se montrant disposés à faire bonne justice et à reconnaître le
patriotisme de la cité [301]. Mais ils allaient être remplacés
bientôt. La ville de Strasbourg, elle aussi, avait demandé des juges,
et dans la séance du 23 décembre la Convention avait entendu les
discours des deux délégués, Rollée-Baudreville et Mathias Engel
[302]. Mais l'effet de leurs assurances fut détruit par les députés
du Bas-Rhin, chargés par leurs amis, les jacobins de Strasbourg,
de réclamer des commissaires plus énergiques, c'est-à-dire plus
prévenus. Ils n'épargnèrent rien pour arriver au but. Laurent, en
particulier, déclara que l'esprit public était si malade à Strasbourg
que, si l'on ne se hâtait pas, dans six semaines les Autrichiens y
seraient reçus à bras ouverts [303]. La majorité de la Convention
n'avait pas mieux demandé que l'en croire sur parole, et trois nouveaux
délégués, Rühl, Dentzel et Couturier, étaient désignés aussitôt
pour faire une enquête sur place et suspendre, le cas échéant, toutes
les autorités constituées [303].

[Note 301: _Strassb. Zeitung_, 26 déc. 1792.]

[Note 302: Discours prononcés à la barre de la Convention nationale,
le 23 décembre, etc. S.l. ni d., 6 p. 8°.]

[Note 303: Ce même Laurent avait signé, comme notable, la protestation
de Dietrich contre la déchéance de Louis XVI. _Quatre mois_ plus tard,
il écrivait: „Louis Capet est très malade, et, malgré l'intrigue de
ses médecins, il n'en reviendra pas. Ce sera probablement le remède
de M. Guillotin qui terminera la crise”. C'est la lâcheté de
pareils hommes, plus encore que l'audace des jacobins, qui seule a rendu
possible la Terreur.]

[Note 304: _Strassb. Zeitung_, 29 déc. 1792.]

C'est dans l'attente de cette visite omineuse que devaient s'écouler,
pour les habitants de Strasbourg, les derniers jours de l'année. Au
moment d'en voir s'évanouir les heures finales, dans sa séance du 31
décembre, le Conseil général du département avait tenu à montrer
qu'il continuait vaillamment la croisade contre le _fanatisme_.
Constatant que, dans nombre de communes, les maîtres d'école
insermentés excitaient la jeunesse à la désobéissance aux lois,
et après avoir été les complices des prêtres, étaient devenus
eux-mêmes les principaux agents du fanatisme, il décrétait que tous
les instituteurs qui refuseraient le serment seraient immédiatement
destitués et portés sur la liste des suspects. On invitera en même
temps la Convention nationale à étendre aux maîtres d'école la loi
du 26 août dernier, „afin de purger la République du poison de la
doctrine pernicieuse qu'ils y perpétuent”[305].

[Note 305: Extrait des délibérations du Conseil général, du 31
décembre 1792. Strasb., Levrault, 8 p. 4°.]

Un autre vote pris le 31 décembre est non moins caractéristique dans
un autre sens; c'est celui par lequel le corps municipal refusait de
payer une somme de 700 livres que le Directoire du département voulait
imputer au budget de l'Œuvre Notre-Dame, et qui avait été dépensée
dans l'année pour la décoration intérieure du chœur de la
Cathédrale, après qu'on y eût enlevé les armoiries des évêques et
des chanoines [306]. Les modérés se déclaraient bien prêts à
payer les dépenses ordinaires du culte constitutionnel [307], mais
ils jugeaient superflu de solder les tentures et les draperies de leurs
anciens alliés, passés maintenant au club des jacobins. Ce fut l'un
des rares points sur lesquels ils devaient se trouver d'accord avec
leurs successeurs, comme nous le verrons bientôt.

[Note 306: Procès-verbaux manuscrits du Corps municipal, 31 déc.
1792.]

[Note 307: Les traitements des prêtres constitutionnels de Strasbourg,
acquittés en décembre 1792, ne forment plus qu'un total de 4210 livres
15 sols. La plupart des vicaires de Brendel étaient à d'autres postes,
et ses curés aussi.]

Pour ce qui est de l'histoire de l'édifice lui-même, dont le passé
sert de cadre et de centre de ralliement à ces tableaux historiques, il
n'y a qu'un fait unique à mentionner. La loi du 14 août avait ordonné
la conversion de tous les monuments publics de bronze en canons. En
portant cet ordre de l'Assemblée législative à la connaissance du
public, la municipalité provisoire décrétait en même temps que tous
les restes de la féodalité, tous les emblèmes du fanatisme, qui se
trouvaient encore dans les temples ou sur d'autres édifices publics,
seraient détruits sans délai [308]. C'est en exécution, sans doute,
de cet arrêté municipal qu'on enlevait, le 25 octobre 1792, avec
des ménagements qui firent défaut plus tard, leurs sceptres et leurs
couronnes de pierre aux trois statues équestres de Clovis, de Dagobert
et de Rodolphe Ier, qui ornaient la façade principale de notre
Cathédrale[309]. Les tristes mutilations de l'année suivante font
paraître celle-ci bien inoffensive.

[Note 308: _Affiches_, 13 oct. 1792.]

[Note 309: Hermann, _Notices_, I, 384.]



                                 XVIII.


L'année 1793 marque une époque de crise violente dans les destinées
de la Cathédrale de Strasbourg, comme aussi dans l'histoire religieuse
de l'Alsace. Dans la première moitié de l'année, les luttes des
partis au sein de la Convention nationale, la guerre étrangère et
la guerre civile grandissante détournent l'attention des masses
des questions religieuses proprement dites. L'Eglise catholique
_conformiste_ essaie encore de lutter pour l'existence contre
l'indifférence et le mauvais vouloir croissant des autorités civiles;
mais, délaissée de tous les côtés à la fois, elle perd bientôt
toute raison d'être. Quand la tourmente révolutionnaire pousse enfin
les vrais meneurs des clubs et de la plèbe radicale au pouvoir, le
clergé assermenté ne tente même pas de résister à l'orage; il
s'effondre et disparaît. Comme la dissidence catholique est depuis
longtemps proscrite et que les cultes protestants sont également
supprimés, le christianisme tout entier semble avoir sombré dans
la tourmente. Un court moment le néant seul règne dans nos églises
jusqu'au jour où des fanatiques d'un genre nouveau viennent inaugurer
sur leurs autels le culte de la déesse Raison.

A notre point de vue spécial, l'histoire de cette année fatidique
peut donc se partager en deux chapitres distincts. Le premier comprendra
l'histoire de la lente et peu glorieuse agonie du catholicisme officiel
et devra forcément rapporter en résumé les principaux moments de
l'histoire politique de Strasbourg, afin de permettre au lecteur de
s'orienter au milieu des détails qui suivront dans le second chapitre.
Celui-ci sera consacré au tableau de la religion hébertiste dans nos
murs et aux exhibitions bizarres qu'il provoquera sous les voûtes de
„l'ex-Cathédrale”. Nous avons vu tout à l'heure que, dès les
derniers mois de l'année 1792, la municipalité strasbourgeoise
témoignait une grande froideur pour les intérêts et les besoins
du clergé constitutionnel. On en trouve une preuve nouvelle dans la
manière dont elle accueille une pétition, présentée le 23 décembre,
par le „citoyen évêque du Bas-Rhin”, les curés et les préposés
laïques des paroisses catholiques au corps municipal. C'était une
protestation motivée contre le décret de l'Assemblée législative du
4 septembre précédent, qui mettait les frais du culte à la charge des
communautés religieuses. Les pétitionnaires exposaient que le nombre
des conformistes était bien trop faible à Strasbourg pour y subvenir
à de pareilles dépenses, et que les fidèles se sentiraient lésés
dans leurs droits si on les abandonnait de la sorte à leurs ressources
insuffisantes.

Mais la municipalité ne s'occupa de cette demande que dans la séance
du 7 janvier 1793 et passa, sans longues discussions, à l'ordre du
jour, bien que la somme réclamée par Brendel pour „un culte modeste
et décent à la Cathédrale et dans les autres églises paroissiales”
ne dépassât pas le chiffre de trois mille livres assignats[310].

[Note 310: Corps municipal, procès-verbaux manuscrits, 7 janvier 1793.]

L'attitude de la presse radicale répondait à celle des corps
constitués. L'_Argos_ d'Euloge Schneider est rempli de récriminations
violentes contre les ecclésiastiques assermentés des deux cultes. Il
leur reproche de ne point travailler à répandre la vraie religion
et l'amour de la République, comme c'est leur devoir, et se plaint
amèrement d'avoir été persécuté par ses supérieurs chaque fois
qu'il a voulu ouvrir les yeux aux masses ignorantes. „C'est si
commode, s'écrie-t-il, de n'avoir d'autre occupation que de faire le
signe de la croix, de dire la messe, de porter des vêtements brodés
d'or et de brailler des psaumes latins, sans être obligé de
rien penser, de rien sentir et de rien enseigner.” Les ministres
protestants étaient confondus par lui dans un même anathème.
Après le premier élan du seizième siècle, eux aussi sont restés
stationnaires et retardent maintenant de trois siècles sur le progrès
général des lumières[311].

[Note 311: _Argos_, 29 janvier 1793. Une preuve de l'antipathie
profonde de Schneider pour les protestants, qui l'avaient, croyait-il,
abandonné, en même temps qu'un spécimen curieux de son talent dans
le genre satirique, c'est le récit intitulé: _Das Froschkloster zu
Abdera_, imité de Wieland, et dans lequel il ridiculise le Chapitre de
Saint-Thomas et l'Internat de Saint-Guillaume (_Argos_, 4 mai 1793.)]

C'était, pour le dire en passant, une injustice criante à l'égard
de certains au moins des ministres protestants de Strasbourg que de
les accuser de n'être pas au niveau des sentiments patriotiques de la
nation, prise dans son ensemble. En ce moment même le prédicateur de
la paroisse française de Saint Nicolas, Mathias Engel, composait et
faisait distribuer à ses ouailles des „cantiques” qui devaient
réjouir le cœur de tout bon républicain, et où on pouvait lire des
vers comme ceux-ci:

  Auteur de nos jours, Dieu suprême...
  Reçois notre serment civique:
  Certains de l'immortalité,
  Nous vivrons pour la République,
  Nous mourrons pour la Liberté! [312]

[Note 312: Cantique sur la liberté, par le citoyen Enguel. S. lieu ni
date, 7 p. 8°.]

Ce qui, plus que tout le reste, irritait Schneider, c'est que les curés
et desservants d'origine alsacienne avaient si peu fait pour combattre
les superstitions du passé. Plus intelligents et plus cultivés, les
prêtres venus d'Allemagne avaient aussi montré plus de bonne volonté
pour répandre la bonne semence, mais pour cette raison même ils
avaient éveillé les sourdes rancunes de l'évêché. N'avait-on pas
osé offrir à deux savants professeurs, venus d'outre-Rhin, de modestes
places de vicaire? Et quand ils se plaignaient de l'exiguïté de leurs
traitements, on leur répondait par des sarcasmes. C'est ainsi que
l'ex-procureur Levrault avait dit un jour: „Les apôtres n'étaient
pas non plus salariés par l'Etat, et quand ils étaient persécutés,
nul n'envoyait la troupe à leur aide”[313].

[Note 313: _Argos_, 5 février 1793.]

Le clergé constitutionnel ne remplissait donc pas, aux yeux des bons
patriotes, le rôle qu'ils avaient rêvé pour lui; on lui donna dès
lors des auxiliaires, qu'il ne vit sans doute pas fonctionner avec
plaisir à ses côtés. A Strasbourg du moins, les officiers municipaux
furent chargés de lire et de commenter en chaire, une fois par semaine,
devant les fidèles assemblés, les écrits dont la Convention avait
ordonné l'impression et l'envoi aux départements. Le citoyen Lanfrey
fut chargé de ce service à la Cathédrale[314]. On tâchait également
de suppléer à l'apathie des curés en encourageant le zèle des
maîtres d'école, chargés de répandre les principes civiques parmi
la jeune génération. C'est ainsi que le corps municipal accordait au
sieur Nicolas, maître d'école de la Cathédrale, un supplément de
chandelles pour tenir une classe du soir[315].

[Note 314: Corps municipal, procès-verbaux manuscrits du 28 janvier
1793.]

[Note 315: _Ibid._, 11 février 1793.]

Pendant ce temps aussi la mise en vente des immeubles du Grand-Chapitre
et des dignitaires de l'Eglise, des vins et des meubles de l'ancien
prince-évêque allaient bon train, et les feuilles publiques étaient
remplies d'annonces judiciaires à cet effet, comme aussi les coins
des rues ornés de placards qui mettaient tous ces biens, _intra_ comme
_extra muros_, à la disposition des capitalistes patriotes[316].

[Note 316: _Affiches de Strasbourg_, 12 janvier, 26 janvier, 22 juin,
27 juillet 1793, et les nombreux placards avec les _premières_,
_deuxièmes_ et _troisièmes_ proclamations relatives aux biens
d'immigrés, du 23 février, 4 mars, 23 mars, etc., etc.]

L'excitation des esprits, naturellement croissante avec l'approche
des dangers du dehors, était encore augmentée par les dénonciations
incessantes des jacobins de Strasbourg; ils provoquaient à Paris
des inquiétudes qui se traduisaient par des mesures aussi violentes
qu'elles étaient inutiles. Dès février, la Convention Nationale,
cédant aux appels de la Société du Miroir, avait envoyé de nouveaux
commissaires dans le Bas-Rhin, munis de pouvoirs extraordinaires.
Ceux-ci, les représentants Couturier et Dentzel, l'ex-ministre de
Landau, s'adressaient à la municipalité, le 11 février 1793, et, pour
obvier aux „manoeuvres ténébreuses qui s'opposent au succès de la
révolution sur cette frontière”, ils ordonnaient l'expulsion de la
ville et l'internement loin des frontières d'une série de notables
strasbourgeois, que nous connaissons comme d'excellents patriotes et
parmi lesquels nous citerons seulement Michel Mathieu, l'helléniste
Richard Brunck et „le gazetier Saltzman”. Bon nombre aussi
recevaient un avertissement sévère et se voyaient sommés „d'être
plus circonspects à l'avenir et de baisser devant la loi un front
respectueux”[317].

[Note 317: Lettre des citoyens commissaires, députés de la Convention
Nationale... à la Municipalité de Strasbourg. Strasb., Levrault, 1793,
8 p. 4°.]

C'était le commencement de ces proscriptions répétées qui allaient
sévir bientôt à Strasbourg contre les éléments modérés de notre
ville et frapper indistinctement les rares partisans de l'ancien régime
et les adhérents sincères des libertés nouvelles.

On ne saurait douter qu'Euloge Schneider n'ait été l'un des plus
zélés à charger ses anciens protecteurs et amis; il entrait, de la
sorte, dans l'esprit de ses fonctions nouvelles. Le 3 février, il avait
gravi, pour la dernière fois, les marches de la chaire, illustrée
par Geiler, à la Cathédrale, et prêché sur les _opinions de Jésus
relativement aux feuillants et aux fanatiques de son temps_[318]; sur la
couverture de la brochure imprimée, il ne s'intitulait plus „vicaire
épiscopal”, mais „professeur de religion républicaine”. Peu
de jours après, les commissaires de la Convention Nationale le
désignaient pour le poste d'accusateur public auprès du tribunal
criminel du Bas-Rhin, et le 18 février, il adressait un réquisitoire
officiel au corps municipal pour être installé dans ses
fonctions[319]. En effet, le lendemain les autorités constituées
procédaient à son installation solennelle, et l'ex-professeur de Bonn,
l'ex-vicaire de Brendel, prononçait, devant un auditoire sans doute
partagé dans ses impressions intimes, un discours dans lequel il
s'expliquait sur la façon dont il entendait sa terrible mission[320].

[Note 318: _Die Aeusserungen Jesu über die Fanatiker und Feuillants
seiner Zeit, eine Predigt_. Strassb., Stuber, 1791, 16 p. 8°.]

[Note 319: Procès-verbaux mss. du Corps municipal, 18 février 1793.]

[Note 320: _Argos_, 28 février 1793.]

Un autre de ses collègues ecclésiastiques à la Cathédrale avait
quitté, encore avant lui, la carrière sacerdotale qui n'offrait plus
grand avenir à tant d'ambitions remuantes. Le „citoyen” Dorsch
avait été appelé à Mayence, conquise par le général Custine, comme
l'un des administrateurs provisoires de cette cité, et y avait porté,
comme le montre une lettre, reproduite par l'_Argos_, toute la haine
des prêtres assermentés radicaux pour les modérés strasbourgeois
vaincus[321].

[Note 321: _Argos_, 21 février 1793.]

Sans doute les Strasbourgeois de vieille roche n'avaient pas accepté
sans protestations les mesures dictatoriale des commissaires de
la Convention; ils étaient amis de la liberté, mais se sentaient
profondément froissés de voir une tourbe d'aventuriers étrangers,
accourus de l'intérieur et du dehors, s'abattre sur leur ville et
vouloir les dominer. La majorité des douze sections de la commune avait
envoyé à Paris les citoyens Lauth et Philippe Liebich, pour
réclamer le rapport de ces mesures extraordinaires, outrage gratuit au
patriotisme de Strasbourg. Ceux-ci parlèrent avec énergie à la barre
de la Convention Nationale, dans sa séance du 5 avril, essayant de
démasquer leurs calomniateurs, „les maîtres d'arithmétique, les
régents de collège, les maîtres de langue qui voudraient être les
maîtres de la ville”[322], et malgré les efforts des porte-voix de
la Société des Jacobins, également présents à Paris, ils avaient
semblé l'emporter un instant; des Montagnards avérés comme Rühl
avaient pris leur défense, et le président les avait admis aux
honneurs de la séance. Mais la lutte entre la Gironde et la Montagne
prenait chaque jour un caractère plus aigu, et les exaltés, d'avance
assurés de la victoire, continuèrent, sans trop s'inquiéter de cet
échec passager, leur lutte à outrance contre les personnes et les
institutions qui leur étaient odieuses. Ils pressentaient, dirait-on,
que, le lendemain de la crise, la bourgeoisie de Strasbourg, toujours
malhabile à flatter les pouvoirs du jour ou ceux du lendemain, se
trouverait, au moins de cœur, non du „côté du manche”, mais avec
ceux qu'aurait balayés le mouvement révolutionnaire.

[Note 322: Paroles d'un député à la Convention, citées dans
l'_Extrait d'une lettre de Paris_ du 5 avril 1793. S. lieu d'impression
ni nom d'imprimeur, 4 p. 4°.]

C'est à ce mois d'avril, précédant l'établissement de la Terreur,
qu'appartient aussi la première saisie d'immeubles ecclésiastiques
réquisitionnés pour les besoins de la Nation. On entasse des
provisions de fourrages à la Toussaint; on décharge des grains au
Temple-Neuf; on avertit l'évêque qu'il faut changer l'église de
Saint-Jean en magasin pour l'armée et qu'il ait à pourvoir, comme
il l'entend, à ce que le service de la paroisse ne soit pas
interrompu[323]. Un peu plus tard, le corps municipal décide de faire
décrocher le grand tableau, symbolisant l'union de Strasbourg et de la
France, qui se trouve dans la salle de ses séances et de se concerter
avec le citoyen Melin, peintre, pour y faire disparaître les fleurs
de lys sur le manteau de la figure symbolique de la France. Il s'occupe
également de faire remplacer les boutons de métal qui se trouvent
encore sur l'uniforme d'un certain nombre de gardes nationaux, et sur
lesquels se lit encore le mot prohibé de _Roi_[324]; il délègue
un commissaire de police, assisté de deux témoins, pour enlever
les armoiries du citoyen Arroi, ci-devant attaché au Grand-Chapitre,
sculptées, contrairement à la loi, sur le fronton de sa demeure[325].

[Note 323: Procès-verbaux du Corps municipal, 9 avril 1793.]

[Note 324: Corps municipal, procès-verbaux du 13 mai 1793.]

[Note 325: _Ibid._, 22 avril 1793.]

Entre temps, le tribunal criminel du Bas-Rhin commence à prononcer ses
arrêts sur les réquisitoires de Schneider. Par un curieux hasard, l'un
des premiers--l'un des premiers que nous connaissions, au moins,--daté
du 3 mai, concerne une accusation pour insultes, adressées au clergé
constitutionnel, intentée à Martin Maurer, vigneron à Reichsfelden,
dans le district de Barr. Le 16 avril, travaillant dans son vignoble,
ce pauvre homme s'est écrié, paraît-il: „Que la foudre écrase les
_patriotes_ et les prêtres assermentés! Ils sont tous des hérétiques
et ont trahi leur religion!” Pour ce grave méfait, Maurer est
condamné par le tribunal à faire amende honorable, tête nue et à
genoux, sous l'arbre de la liberté à Reichsfelden, à y rétracter
publiquement ses blasphèmes, et à en demander pardon à la
République, à la municipalité et aux prêtres constitutionnels. Puis
il sera conduit à Schlestadt, exposé durant deux jours au pilori,
orné de l'inscription suivante: „Aristocrate et fanatique”, et
finalement reconduit à Strasbourg, pour y rester en prison jusqu'au 10
août[326].

[Note 326: _Argos_, 7 mai 1793.]

C'était prendre peut-être bien à cœur la considération du clergé
conformiste, au moment où l'on se préparait à le déclarer inutile,
mais enfin c'était une condamnation régulière et légale, prononcée
par des jurisconsultes de profession, les Elwert, les Silbernad, etc.,
qui passaient déjà pour modérés et réactionnaires.

Voilà sans doute pourquoi ces procédures semblaient encore trop
longues et trop compliquées à l'accusateur public du Bas-Rhin. Quinze
jours plus tard, il réclamait dans l'_Argos_ des pro cédés plus
sommaires contre les ennemis de la patrie, l'établissement d'un
_tribunal révolutionnaire_ qui s'affranchirait de toutes les formes
et arguties légales. „Qui donc entrave notre unité, s'écriait
Schneider.--Les aristocrates et les fanatiques. Ce sont eux qu'il faut
dompter. Et par quel moyen?--Par la guillotine, par rien d'autre que la
guillotine”[327].

[Note 327: _Argos_, 23 mai 1793.]

L'écrasement de la Gironde, opéré dans les journées du 31 mai et du
1er juin, grâce à la coopération de la Montagne et de la Commune
de Paris, allait lui donner la joie de voir se réaliser bientôt ce
dernier souhait. Il ne se doutait pas, le malheureux, qu'il serait
lui-même, un peu plus tard, victime de ce mépris pour toutes les
formes protectrices de la justice, qu'il appelait de tous ses vœux!

L'exaspération de l'ancien vicaire épiscopal n'était pas d'ailleurs
sans motifs. L'accueil favorable fait par la majorité de la Convention
nationale aux républicains modérés, en avril, avait ravivé pour un
temps le courage de la bourgeoisie de Strasbourg. Dans les réunions des
douze sections de la ville une lutte des plus vives s'était engagée
entre les jacobins et leurs adversaires, lutte dirigée par le comité
central des douze sections, formé de modérés, auxquels s'étaient
même ralliés quelques-uns des chefs de l'ancien parti catholique.
Euloge Schneider s'était jeté dans la bataille avec toute
l'impétuosité de sa nature fougueuse et mobile, et dans la séance du
club du 7 mai, il était allé jusqu'à déclarer que le comité central
était d'accord avec les Autrichiens et les Prussiens.

Ripostant à cette insinuation ridicule et perfide par une
contre-accusation non moins absurde, la huitième section, dont
Schneider faisait partie, se réunissait le 12 mai pour examiner
l'attitude du nouvel accusateur public. Après une discussion des plus
animées, visant „les calomnies proférées par le prêtre allemand
Schneider” et constatant que „ledit prêtre ne cherche qu'à semer
la discorde entre les citoyens; vu qu'il est Allemand de Cologne et
domicilié depuis deux ans seulement à Strasbourg, et qu'il
semble payé par les ennemis extérieurs et intérieurs du pays”,
l'assemblée décidait de réclamer auprès du gouvernement la
déportation de Schneider hors des frontières de la République. afin
de rétablir la paix et la tranquillité dans les esprits[328].

[Note 328: _Argos_, 4 juin 1793.]

Cette décision, appuyée par la signature des citoyens Wehrlen, Grün,
Stromeyer, Spielmann, Schatz, etc., trouva de nombreux approbateurs à
Strasbourg. Le comité des sections réunies, présidé par le sieur
Metz, „chef des fanatiques” élevé par les feuillants à cette
dignité pour gagner le concours du parti catholique, au dire de
Schneider[329], élaborait même, à la date du 23 mai, une protestation
des plus énergiques contre l'influence montante du jacobinisme dans
la capitale et l'envoyait à Rühl pour la déposer sur le bureau de
la Convention nationale. Mais ce document parvint à Paris au moment
précis où les amis d'Euloge Schneider l'emportaient sur toute la
ligne, et ne servit qu'à incriminer d'une façon plus spécieuse la
population si loyale et si patriotique de la cité frontière.

[Note 329: _Argos_, 18 juillet 1793.]

Aussi faut-il voir avec quelle jubilation l'_Argos_ accueille la
nouvelle des événements qui viennent de s'accomplir dans la capitale
et l'ordre d'arrêter les chefs des sections _modérées_ de Strasbourg,
les Thomassin, les Schœll, les Ulrich, les Noisette et autres. Il
applaudit aux avertissements donnés aux Beyckert, aux Metz, aux Edel,
aux Fries, aux Mosseder, etc., signalés comme _suspects_. Seulement il
trouve qu'on est peut-être trop sévère pour ceux des non-conformistes
qui se détournent de l'Eglise constitutionnelle par pure ignorance, et
qu'il faut „les éduquer et non les tourmenter”. C'est aux riches
protestants qu'il faut s'en prendre avant tout; il n'y en a pas un seul
sur la liste des suspects[330], et cependant „c'est là le nœud de
la situation”[331]. Schneider se livre ensuite à une caractéristique
perfide de tous ces adversaires qui l'avaient si longtemps tenu en
échec et qui sont enfin à terre: Metz, Ostertag, Lacombe, les meneurs
des _fanatiques_; Fries, le pédagogue de Saint-Guillaume, qui a
fomenté, selon la faible mesure de ses forces, la haine de la liberté
chez ses élèves. Mais c'est surtout contre „Salzmann, ce _bon_
Salzmann”, que s'épanche le courroux du moine défroqué. „A mon
avis, s'écrie-t-il, il a plus nui à la République que toute une
armée ennemie. Sans sa feuille infernale, l'esprit public dans les
deux départements du Rhin ne serait peut-être jamais tombé aussi
bas[332].”

[Note 330: C'était là un mensonge gratuit de la part de Schneider; il
savait fort bien que Beyckert, Schœll, Fries, Edel, Weiler, Mosseder,
etc., étaient protestants.]

[Note 331: „_Man vergesse nicht die Pfründner des reichen
Thomasstiftes; hier, hier ist der Knoten!_” (_Argos_, 11 juin 1793.)]

[Note 332: _Argos_, 18 juin 1793.]

Ces dénonciations haineuses, qui appelaient comme sanction la
guillotine, maintenant qu'on entrait sous le régime de la Terreur,
n'empêchaient pas Euloge Schneider de parler par moments d'un ton plus
conforme aux vrais principes. „Nous respectons, était-il dit dans une
adresse de la _Société des Amis de la liberté_, signée par lui comme
vice-président, nous respectons la liberté des opinions, mais nous
condamnons les menées des hypocrites et des traîtres. Nous distinguons
entre un frère égaré et ceux qui l'ont perdu. Nous voulons instruire
l'un et démasquer l'autre. Notre religion commune est l'amour des
hommes, notre temple la patrie, nos offrandes l'obéissance à la loi.
Nous ne reconnaissons pas de patriotisme qui ne soit fondé sur la
vertu, pas de politique qui ne s'appuie sur la morale”[333]. Mais ces
déclarations de tolérance abstraite ne tiraient pas à conséquence;
en admettant même qu'elles fussent sincères, la force des choses
poussait les exaltés en avant et, comme le disait un jour M. Renan,
„la révolution ne permet à personne de sortir du branle qu'elle
mène. La terreur est derrière les comparses; tour à tour exaltant les
uns et exaltés par les autres, ils vont jusqu'à l'abîme. Nul ne peut
reculer, car derrière chacun est une épée cachée, qui, au moment où
il voudrait s'arrêter, le force à marcher en avant.”

[Note 333: _Die Gesellschaft der Freunde der Freiheit und Gleichheit an
die Bürger der zwœlf Sektionen Strassburg's_, 14. Juin 1793. S. nom de
lieu ni d'imprim., 7 p. in-18.]

La révolution du 31 mai n'eut pas d'effet immédiat apparent sur la
situation ecclésiastique, du moins en Alsace. Les cultes continuèrent
à être célébrés comme à l'ordinaire dans les mois qui suivirent.
Que leur liberté d'allures fût encore pleinement respectée à la
veille même de ces événements, nous le voyons par l'autorisation
accordée au curé de la Robertsau, l'abbé Chrétien Gillot, de
célébrer le dimanche de l'octave de la Fête-Dieu, par une procession
solennelle en dehors de son église.[334] La circulaire du citoyen
Garat, ministre de l'intérieur, datée du 1er juin 1793 et adressée
aux administrateurs des départements, doit être mise sans doute encore
à l'actif de l'ancienne majorité girondine et n'est point attribuable
aux nouveaux détenteurs du pouvoir, bien que sa publication coïncide
avec les débuts du nouveau régime.

[Note 334: Procès-verbaux du Corps municipal, 27 mai 1793.]

Cette circulaire réitérait l'interdiction du port des vêtements
ecclésiastiques en dehors des fonctions sacerdotales, interdiction
prononcée depuis de longs mois déjà. Mais le ton en était âpre et
tristement significatif. „Les ecclésiastiques amis de l'ordre et de
la révolution, y disait le ministre, sentiront combien il importe à la
manifestation de leurs principes qu'ils ne conservent pas plus longtemps
un vêtement que persistent encore à porter des prêtres ennemis de la
République, qui cherchent par de vains efforts à faire de ce vêtement
l'étendard et l'aliment de la révolte (_sic_)... S'il est quelque
reste de raison dans les hommes avides du sang de leurs concitoyens et
de l'anéantissement de leur patrie, l'intérêt personnel doit
leur dire que cet habit distinctif appelle sur eux à tout moment
l'indignation et la colère des bons citoyens, et qu'aux jours d'une
effervescence qu'ils auraient sans doute eux-mêmes excitée dans
d'autres intentions, ce moyen de reconnaissance pourrait en faire de
malheureuses victimes”[335]. Le Directoire du département faisait
afficher partout la lettre ministérielle, par arrêté du 5 juin; c'est
douze jours plus tard seulement que la municipalité faisait à son tour
défense aux curés et aux ministres de se montrer dans les rues avec
les insignes distinctifs de leurs fonctions[336].

[Note 335: Délibération du Directoire du département du Bas-Rhin, du
5 juin 1793. S. lieu ni nom d'imprim., 4 p. fol.]

[Note 336: Corps municipal, procès-verbaux du 17 juin 1793.]

Disons tout de suite que l'évêque Brendel reçut cette notification
le 20 juin et qu'il s'empressa de protester contre l'ordre reçu, en
alléguant que le décret de la Convention n'était applicable qu'aux
ci-devant congrégations religieuses, mais non aux prêtres assermentés
et fidèles à la nation. Du reste, en sa qualité d'évêque chargé
de l'administration de tout un diocèse, il se regardait comme étant
toujours et partout dans l'exercice de ses fonctions; il demandait donc
au corps municipal de revenir sur son vote. Mais celui-ci, ayant pris
connaissance de sa lettre, décida, dans sa séance du 11 juillet,
sans longs débats, qu'il n'y avait pas lieu à délibérer[337]. Les
représentants de la cité faisaient bientôt après un accueil tout
aussi peu favorable aux réclamations des anciens fonctionnaires du
culte catholique, qui demandaient à la municipalité leurs indemnités
arriérées. On avait, il est vrai, chargé le compositeur Pleyel,
alors directeur de l'orchestre de la Cathédrale, de dresser un état
nominatif de tous les employés des différentes paroisses, et la
municipalité avait ensuite transmis cette pièce au Directoire du
district. Mais, soit que celle-ci se fût perdue en chemin, soit que,
dans la confusion croissante de tous les services publics, il n'y
eût plus d'ordre ni de responsabilité nulle part, aucune réponse
ne venait, et finalement on renvoyait le règlement de la question au
département, qui ne s'en occupa pas sans doute avec plus de zèle que
la commune ou le district[338].

[Note 337: Corps municipal, procès-verbaux du 11 juillet 1793.]

[Note 338: Corps municipal, procès-verbaux du 29 juillet 1793.]

Cette attitude peu sympathique du corps municipal vis-à-vis des
questions religieuses ne l'empêchait pas toutefois de conserver avec le
clergé des deux cultes des rapports occasionnels et même courtois, si
son républicanisme ombrageux n'y trouvait point à redire. C'est ainsi
que nous le voyons adresser des félicitations officielles au pasteur
Jean-Georges Eissen, du Temple-Neuf, ancien aumônier de Royal-Suédois,
au sujet de son opuscule: _Galerie de la République française ou
Collection de quelques faits et dits mémorables des Français libres,
à l'usage de la jeunesse_. Il décide même d'en acheter un certain
nombre d'exemplaires et de les distribuer aux écoles françaises de
Strasbourg[339].

[Note 339: Corps municipal, procès-verbaux du 27 juin 1793.]

Pendant ce temps la Convention nationale mutilée avait rapidement
achevé la discussion de la Constitution nouvelle, cette Constitution de
1793 qui ne fut jamais mise en vigueur, parce que les utopistes
radicaux eux-mêmes, qui l'avaient réclamée, puis votée, la jugeaient
inapplicable dans la situation désastreuse du pays. Elle devait être
envoyée solennellement aux départements pour être sanctionnée par le
vote populaire, et l'un des représentants du Bas-Rhin fut chargé de
la porter à Strasbourg. Ce fut le 8 juillet 1793 que Dentzel, muni des
pouvoirs extraordinaires, arrivait dans notre ville et descendait à la
Maison-Rouge, au son des cloches de toutes les églises et au bruit
du canon, „porteur du nouveau Livre de vie”[340]. Immédiatement
conduit à l'Hôtel-de-Ville par une députation des corps
administratifs, il y donna lecture, à la foule assemblée, de l'acte
constitutionnel, „fruit incorruptible de la Montagne”.

[Note 340: _Argos_, 11 juillet 1793.]

La lecture achevée, l'assemblée tout entière se lève au bruit
des salves d'artillerie et des sonneries des grandes cloches de la
Cathédrale, et, „les mains tendues vers le ciel, jure l'unité et
l'indivisibilité de la République, l'adhésion la plus entière à
la Constitution républicaine et la mort des conspirateurs et des
tyrans”. Puis le maire Monet prononce un discours emphatique sur
la situation présente, à la fin duquel il convie les citoyens „à
délibérer en philanthropes sur des lois douces et philosophiques,
posant avec sagesse les fondements d'une gloire impérissable et d'un
bonheur éternel”. Ces paroles sont accueillies aux cris de: Vive la
République! vive l'égalité! et „portent dans tous les cœurs, au
dire du procès-verbal officiel, l'amour de l'union, annonçant une
réconciliation parfaite et l'aurore d'un bonheur qui ne doit plus avoir
de terme”. Le procureur de la commune, Hermann, homme très modéré
de caractère et d'opinions, mais que la municipalité épurée avait
maintenu jusqu'à ce jour en fonctions, puisqu'il lui fallait au
moins _un_ fonctionnaire au courant des services administratifs et des
compétences législatives[341], vient s'associer, lui aussi, à ces
manifestations d'un enthousiasme naïf ou forcé, et déclarer que la
liberté remportera sous peu la victoire sur les esclaves du fanatisme,
et que l'hydre de la guerre civile sera étouffée dans son propre sang.
Enfin l'on introduit dans l'enceinte une députation des écoliers du
Gymnase, et le jeune Ehrenfried Stœber, le futur poète et polémiste
libéral du temps de la Restauration, harangue Dentzel et l'assure que
la jeunesse de la cité partage les transports des autres citoyens et
que la postérité la plus éloignée bénirait ce jour comme le
plus beau de ceux qu'a vus la commune de Strasbourg[342]. Affirmation
sincère sans doute dans la bouche de l'adolescent exalté, mais
trop souvent répétée depuis quatre années dans tant d'occasions
solennelles, au milieu de scènes trop contradictoires, pour ne
pas provoquer maintenant chez les esprits plus rassis, soit des
appréhensions nouvelles, soit au moins un triste sourire!

[Note 341: Rien ne donne une idée plus singulière et plus affligeante
à la fois de la façon dont on _administrait_ alors les affaires de
la ville, au milieu des agitations quotidiennes de la politique, que
certains faits relatés aux procès-verbaux du Corps municipal, p.
ex. sur la gestion de la citoyenne Demart, directrice de la Maison des
Enfants-Trouvés, de connivence avec le garçon-chirurgien Schmidt, son
amant (18 mars 1793).]

[Note 342: Procès-verbal de la séance publique du Conseil général de
la Commune de Strasbourg, du lundi 8 juillet 1793. Strasbourg, Dannbach,
14 p. 8°.]

Le soir, à la séance du club des Jacobins, les citoyennes des tribunes
entonnèrent la _Marseillaise_, puis Euloge Schneider prononça le
panégyrique de la Constitution nouvelle, qui, „du coup, termine tous
nos différends et qui, de même que la loi de Jéhovah, est née sur
la sainte Montagne, au milieu du grondement de la colère populaire, du
tonnerre des armes et des éclairs”. La sanction de la Constitution
par le vote populaire n'était et ne pouvait être, dans les
conjonctures présentes, qu'une vaine formalité. Le 9 juillet le corps
municipal annonçait aux citoyens de Strasbourg que la grande cloche de
la Cathédrale[343] les appellerait, le 14 juillet, à ratifier l'acte
„qui doit anéantir l'anarchie, éteindre les torches de la guerre
civile et fixer à jamais les destinées de la France”[344]. Ceux
d'entre les habitants qui répondirent à l'appel vinrent en effet
déposer dans l'urne des votes approbatifs, et, dès le soir du 14
juillet, une nouvelle sonnerie des cloches et les salves d'artillerie
tirées sur les remparts annonçaient l'adhésion presque unanime des
sections de la commune. „Partout, dit la _Gazette de Strasbourg_ (que
Saltzmann ne rédige plus), partout on ne voit que réjouissances et
gaîté, et tout le monde s'épanouit à la douce perspective
d'un avenir heureux”[345]. Quelques-uns cependant devaient être
mécontents au fond, puisqu'on vit paraître immédiatement après une
brochure, prudemment anonyme et ne décelant pas son lieu d'impression,
intitulée: _Euloge Schneider, prêtre, puis accusateur public et
bientôt... rien_, dans laquelle l'ex-vicaire épiscopal était livré
à la risée publique. Schneider, qui attribuait, nous ne savons
pourquoi, ce factum aux commis de l'administration départementale, y
répondit avec une verve à la fois rageuse et sentimentale dans un des
prochains numéros de l'_Argos_[346].

[Note 343: Ce fut à ce moment aussi, le 12 juillet, qu'on installa le
télégraphe optique des frères Chappe sur la coupole du chœur de la
Cathédrale. X. Kraus, _Kunst und Alterthum in Elsass-Lothringen_, I, p.
423.]

[Note 344: Procès-verbaux du Corps municipal, 9 juillet 1793.]

[Note 345: _Strassb. Zeitung_, 15 juillet 1793.]

[Note 346: _Argos_, 27 juillet 1793.]

Pendant ce temps, la crise s'accentuait à Paris, comme en province.
Les armées de la République rétrogradaient sur le Rhin, et le
gouvernement, craignant de plus en plus „les complots liberticides”
des ennemis de l'intérieur et du dehors, redoublait de violences, sur
les frontières surtout. C'est par son ordre, sans doute, que, le 29
juillet, le Conseil général du département allait jusqu'à interdire
et supprimer provisoirement toutes les correspondances avec l'étranger,
comme étant „le plus grand aliment des traîtres”[347]. Bientôt
après, les papiers du général Custine, déposés chez le citoyen
Zimmer, notaire, étaient mis sous scellés[348] et les propriétés
de Dietrich confisquées comme biens d'émigré[349]. Puis c'était
Edelmann, le facteur d'orgues et le compositeur, l'un des plus
estimables pourtant parmi les jacobins de la municipalité, qui
proposait de dresser à Strasbourg une liste complète des citoyens
suspects[350].

[Note 347: Délibération du Conseil général du Bas-Rhin, du 29
juillet 1793. placard in-folio.--Déjà le 11 juin, le Directoire
du département avait défendu les correspondances en „langue
hébraïque”.]

[Note 348: Corps municipal, procès-verbaux du 5 août 1793.]

[Note 349: Corps municipal, procès-verbaux du 3 août 1793.]

[Note 350: Corps municipal, procès-verbaux du 12 août 1793.]

En même temps, la chasse aux symboles de l'ancien régime, délaissée
pendant quelque temps, reprenait de plus belle. On dénonçait au corps
municipal les lys en fer forgé de la grille de l'église Saint-Louis,
la „figure de pierre du ci-devant ordre des Récollets” sur le
portail de leur église, les armoiries subsistant encore sur la façade
de la „maison Darmstadt, vers la promenade de l'Egalité”[351]. Les
administrateurs de Saint-Thomas se hâtaient de signaler eux-mêmes, à
qui de droit, la présence des armes de Courlande et de fleurs de lys
sur le monument du maréchal de Saxe, et priaient le Conseil de prendre
lui-même les mesures qu'il jugera bonnes, dans sa sagesse, pour
concilier le décret qui demande la destruction des symboles de
la royauté avec cet autre qui prescrit le respect des monuments
historiques. Le corps municipal se montra raisonnable dans sa réponse;
il enjoint aux chanoines de Saint-Thomas de ne rien faire qui
puisse dégrader un monument national, mais d'attendre un décret
interprétatif qu'il a demandé lui-même à la Convention, dès
l'année dernière[352].

[Note 351: Corps municipal, procès-verbaux du 22 juillet 1793.]

[Note 352: Corps municipal, procès-verbaux du 14 août 1793.]

Pour exalter encore les esprits, la Société des Jacobins décidait de
fêter, le 10 août, l'unité et l'indivisibilité de la République;
mais elle n'osa point encore, comme cela devait arriver bientôt,
célébrer la fête dans une enceinte sacrée. Le cortège solennel,
précédé d'un grand char, sur lequel trônait la Liberté, entourée
de six jeunes filles costumées en Grâces, se dirigea depuis le Miroir
jusqu'à la Finckmatt. Les Jacobins, le bonnet rouge sur la tête,
suivaient le char, assez nombreux; mais, au témoignage d'Euloge
Schneider lui-même, l'élément féminin faisait un peu défaut. Les
„aristocrates strasbourgeoises” avaient préféré voir passer le
cortège sous leurs fenêtres que de s'y mêler. Et quand, après avoir
dansé la Carmagnole à la Finckmatt, on s'assit „sur la terre du bon
Dieu” pour prendre part à un modeste banquet, l'entrain ne fut
pas grand, car „seuls, les vrais sans-culottes étaient réellement
joyeux”[353].

[Note 353: _Argos_, 17 août 1793.]

Ces fêtes bruyantes à ce moment critique, cette joie qui s'harmonisait
si facilement avec la guillotine, exaspéraient la majorité de
la population de Strasbourg. Dans la soirée du 19 au 20 août,
l'instrument du supplice fut assailli par la foule au moment où il
passait sous les fenêtres de Schneider, et renversé par elle, pendant
qu'elle poussait des clameurs violentes contre l'accusateur public, le
traitant de va-nu-pieds, venu du dehors [354], et demandant sa
tête. Les autorités militaires et municipales ne se pressèrent pas
précisément de rétablir l'ordre, et l'ex-vicaire épiscopal, qui ne
brillait point par son courage, dût ressentir cette nuit-là les affres
de la mort. Dans le numéro suivant de son journal, il s'écriait: „La
Providence m'a protégé jusqu'ici; mais s'il faut que les feuillants
trempent leurs lèvres altérées dans mon sang, je ne forme qu'un
vœu, c'est qu'on épargne ma sœur, et que ma mort soit utile à
la patrie!”[355]. Quelques mois plus tard, la prophétie s'était
accomplie, mais ce n'étaient pas les feuillants qui s'étaient chargés
de la réaliser.

[Note 354: „_So ein Hergelaufener_”; les mots sont rapportés par
Schneider lui-même, _Argos_, 24 août 1793.]

[Note 355: _Argos_, 24 août 1793.]

Le lendemain soir, une certaine fermentation se manifestait dans
les rues, sillonnées de jeunes gens dont plusieurs étaient armés;
quelques citoyennes, faisant partie du Club du Miroir, étaient
arrêtées au sortir de la séance, pour avoir mal parlé de la garde
nationale, et châtiées avec des verges de bouleau „sur une partie
de leur personne que la municipalité ne protège pas encore par ses
arrêtés”[356]. C'était une gaminerie peu décente, mais rien de
plus. Le nouveau commandant de la place de Strasbourg, le général
Dièche, y répondit néanmoins par une mesure dictatoriale, expulsant
en masse tous les anciens membres des Conseils de la ville libre, des
corps ecclésiastiques, des fonctionnaires de l'Etat, en un mot, tout
ce qui touchait à l'ancien régime[357]. Schneider, de son côté,
promptement revenu de sa terreur, se répandit en menaces: „Mon cœur
est sans fiel, je le déclare en présence de l'Etre suprême! mais je
poursuivrai le feuillantisme, le fédéralisme, le royalisme, l'usure,
la fourberie, jusqu'à la mort. Paix aux bons citoyens, mort aux
fédéralistes et aux traîtres!”[358].

[Note 356: _Strassb. Zeitung_, 23 août 1793.]

[Note 357: Proclamation: Les circonstances, etc., du 26 août 1793. Un
placard in-folio dans les deux langues.]

[Note 358: _Argos_, 29 août 1793.]

Au milieu de tous ces bruits de guerre et de discorde civile, les
questions religieuses semblaient reculer bien à l'arrière-plan. Les
membres du clergé réfractaires, cachés ou en fuite, espéraient
que leur rentrée s'opérerait prochainement sous la protection des
baïonnettes autrichiennes ou prussiennes. Ils n'essayaient plus de
grouper leurs adhérents, du moins à Strasbourg, où leur ancien lieu
de culte, l'église des Petits-Capucins, était occupée par quatre
cents prisonniers de guerre[359]. Quant au clergé constitutionnel, il
était en pleine dissolution. De l'évêque Brendel on n'entend plus
parler, et ses curés et vicaires s'occupent de tout autre chose que de
prêcher. Les uns sont commissaires du gouvernement révolutionnaire,
comme Anstett, chargé de surveiller les „fanatiques” du
Kochersberg, et que nous entendons déclarer que la compassion n'est pas
une vertu républicaine. D'autres, comme Taffin, déclarent hautement
que lorsqu'il n'y aura plus de prêtres, il n'y aura plus de
scélérats. Euloge Schneider lui-même nous raconte une anecdote
singulièrement édifiante au sujet de la manière dont cet ex-chanoine
de Metz entend la cure d'âme. Les paysans de Niederschæffolsheim sont
venus lui demander un nouveau vicaire. Il leur répond: „A quoi bon?
Ils seront pourtant prochainement abolis tous ensemble.” Les braves
gens insistent néanmoins et vont jusqu'à l'évêque, qui leur adresse
un desservant. Mais Schramm, un autre défroqué, va les relancer jusque
chez eux, les traite d'imbéciles, et leur déclare que ce „jupon
noir” ne pourra leur servir à rien. Effrayés par ces menaces, les
bons paysans décident, en gens prudents, de ne plus mettre le pied
à l'église, et c'est ainsi que s'éteint l'une des paroisses
constitutionnelles du Bas-Rhin[360].

[Note 359: Corps municipal, procès-verbaux du 29 août 1793.]

[Note 360: _Argos_, 14 et 17 septembre 1793.]

Ceux même d'entre les prêtres assermentés qui restent à leur poste,
ou bien s'occupent de chants guerriers et d'hymnes politiques, plus que
de leur prône[361], ou bien ils déshonorent les derniers moments de
leur existence en se déchirant entre eux. C'est encore Schneider
qui nous montre ce malheureux clergé, si décimé déjà par les
défections antérieures, se réjouir des blessures que des frères
reçoivent dans la lutte, et les jureurs d'origine alsacienne saluer
avec une joie indécente le décret de la Convention Nationale
éloignant du territoire ou condamnant à la prison les étrangers nés
dans l'un des territoires actuellement en guerre avec la République,
parce qu'ils espéraient être débarrassés de la sorte de leurs
confrères immigrés d'Allemagne.

[Note 361: _Lied am Abend vor einer Schlacht, mit Musik_, de Sévérin
Averdonk, curé d'Uffholz, dédié à ses frères sans-culottes.
(_Argos_, 15 août 1793.)]

„Comme vous vous lamentiez déjà, s'écrie le rédacteur de l'_Argos_
avec une amère ironie; vos larmes coulaient à la pensée de vous
séparer de ces amis des lumières, qui vous tenaient tant à cœur, à
cause de tous vos jours fériés, de vos messes grassement payées, de
vos servantes-maîtresses! Calmez-vous.... les représentants du peuple
ont décidé que ce décret ne les regardait en aucune façon. Il faut
en effet avoir des oreilles fort longues pour croire pareilles choses,
et un vrai cœur de prêtre pour les désirer!”[362].

[Note 362: _Argos_, 15 août 1793.]

La Convention Nationale avait contribué puissamment elle-même à
renverser l'édifice de l'Eglise constitutionnelle par son décret du 19
juillet, déclarant qu'aucune loi ne pouvait priver de leur traitement
les ministres du culte catholique qui voudraient contracter mariage. Les
évêques qui apporteraient un obstacle au mariage de leurs subordonnés
seront déportés hors du territoire de la République[363]. Pour hâter
encore l'émancipation sacerdotale, un nouveau décret, du 7 septembre
1793, promettait un traitement d'office à tous les prêtres inquiétés
par leurs communes pour raison de mariage[364]. La tentation devenait
trop grande pour maint ecclésiastique, de jouir ouvertement des
plaisirs de ce monde, tout en conservant un salaire officiel. Quant aux
communautés constitutionnelles, elles ne voulaient point, à de rares
exceptions, d'un sacerdoce aussi profane; elles refusèrent de le
reconnaître plus longtemps, et c'est peut-être ce que désiraient au
fond les promoteurs de cette étrange mesure.

[Note 363: Ce décret du 19 juillet fut promulgué par le Directoire du
département du Bas-Rhin, le 21 août 1793.]

[Note 364: La promulgation de ce second décret eut lieu à Strasbourg,
le 17 septembre 1793.]

On n'en était pas encore, en effet, à ce moment précis, à vouloir
rompre déjà nettement avec tout culte public. On peut s'en rendre
compte en étudiant les articles de Schneider dans l'_Argos_. Ballotté
entre les dernières réminiscences de son état primitif et le désir
de rester dans le courant révolutionnaire, il louvoyait, incertain de
son attitude future. Dans un travail intitulé de: _De l'état religieux
du Bas-Rhin_, il affirmait que dans tout Etat vraiment libre l'exercice
de tout culte devait être absolument libre aussi. Seulement il
déclarait qu'un culte, employant d'autres moyens de propagande que la
persuasion par la raison, commettait un crime contre la loi. Dans ces
questions religieuses tout dépend de la bonne volonté des masses; les
prêtres n'ont absolument rien à leur ordonner. ”Nous ne voulons
pas dire cependant par là qu'il ne doive plus y avoir ni religion ni
prêtres. La religion chrétienne reste sans contredit un auxiliaire
puissant pour le perfectionnement de la race humaine. Tout bon chrétien
sera un véritable patriote. Quiconque essaie de détruire la religion
est, à mon avis, un homme dangereux et nuisible. Mais il faut
absolument qu'elle soit enseignée dans toute sa pureté„[365]. Et
il partait de là pour démontrer que ni le catholicisme actuel ni le
protestantisme (bien que ce dernier fût d'essence républicaine) ne
répondaient à cette religion idéale. Plus tard encore, en octobre,
il se proposait de composer un livre de prières républicain, pour bien
établir que son Dieu était un sans-culottes et non un ci-devant[366].

[Note 365: _Argos_, 5 septembre 1793. Ce qu'il entendait par la pureté
de sa morale, il le montrait quelques jours plus tard par ses articles
sur Marat: „Un temps viendra où sa tombe, à Paris, sera regardée
avec une reconnaissance respectueuse; suis ses traces, jeune homme, et
l'immortalité t'attend!” (_Argos_, 19 septembre 1793.)]

[Note 366: _Argos_, 12 octobre 1793.]

Un seul prêtre de l'Eglise constitutionnelle semble avoir fait alors à
Strasbourg œuvre d'honnête homme et de croyant: c'est le bon Dereser,
que nous avons eu déjà plusieurs fois l'occasion de nommer, et dont la
sympathique physionomie repose un peu de tant de types d'aventuriers
et de renégats. Dans une brochure non datée, mais publiée sans
doute vers la fin de septembre, il tente un dernier effort pour
ramener l'entente entre les catholiques de Strasbourg, entre tous ceux
”auxquels la conservation de leur religion tient à cœur[367].

[Note 367: _Einladung zur Wiedervereinigung an die katholischen Bürger
Strassburg's, denen die Erhaltung ihrer Religion am Herzen liegt._
Strassburg, Heitz und Levrault. 1793, 16 p. 8°.]

Cet écrit, qui constitue en même temps une espèce d'autobiographie,
renferme une série de considérations développées avec beaucoup de
force, pour engager _tous_ les catholiques de la ville à se grouper en
face des dangers qui les menacent _tous ensemble_. Cette réconciliation
est _nécessaire_ si nous voulons continuer d'exister; elle est
_possible_ si nous voulons être chacun de bonne foi. On travaille
activement, dans la nouvelle République, à la chute du christianisme;
Dereser le prouve par des citations nombreuses de journaux et d'orateurs
populaires de la capitale. Il faut protester contre cette _spoliation
de l'Eglise_, à laquelle on a pris ses _biens patrimoniaux_ contre un
_salaire perpétuel_, et dont on voudrait confisquer maintenant jusqu'à
ce modeste salaire. En présence de cette situation, il faut nous unir
pour supporter fraternellement les dépenses de notre culte, sans
quoi on fermera nos églises, nous serons obligés de nous cacher dans
quelque obscure chapelle, et bientôt dans les maisons; l'Eglise de
nos pères aura vécu. Pour gagner les catholiques réfractaires à
sa cause, il affirme qu'il reconnaît le pape Pie VI comme le père de
l'Eglise universelle, qu'il n'a cessé de prier pour lui, qu'il baptise,
enterre et bénit les mariages au nom de la foi catholique, apostolique
et romaine. „Venez m'entendre; assistez à mes instructions
religieuses, que je fais régulièrement à la Cathédrale, tous les
dimanches, de deux à trois heures; vous verrez que je suis aussi
bon catholique que vous. Fixez-moi le jour et l'heure où je devrai
solennellement affirmer devant vous la suprématie spirituelle du
Saint-Père, dans les limites de sa puissance légitime, et je le ferai
par serment, avec une grande joie. Mais réunissez-vous pendant qu'il
en est temps encore, avant que l'ennemi commun triomphe. Je parle
uniquement par amour pour vous. Que peut m'apporter, à moi, cette
réunion si désirée? Rien qu'un surcroît de travail, alors que je
succombe déjà presque à la tâche; rien que des calomnies des ultras
contre mon patriotisme, des dénonciations auprès des commissaires
de la Convention Nationale. Ecoutez donc ma voix, ne laissez pas vos
enfants sans instruction chrétienne, sans leçons de morale. Venez me
causer en amis, exaucez ma confiance en Dieu et votre bon cœur et notre
réconciliation feront rougir les ennemis de notre sainte religion!”

C'était sans doute une utopie de croire possible alors une réunion
pareille, même à la veille d'une chute commune, mais c'était au moins
une pensée généreuse de vouloir la tenter et de s'occuper encore avec
une conviction profonde de ces graves questions, alors que tant
d'autres désertaient le sanctuaire et se préparaient à le couvrir
de blasphêmes. Aussi le nom de Dereser mérite-t-il de rester dans la
mémoire de tous ceux parmi nous, qui ne croient pas impossible, malgré
tant d'échecs, l'alliance de la religion et de la liberté.

Mais le moment n'était pas propice à de pareilles effusions, et les
esprits n'étaient plus disposés à les comprendre. Le 23 août 1793,
la Convention Nationale décrétait la levée en masse, et chargeait
ses commissaires d'aller veiller à l'exécution de la loi. Les
représentants Milhaud et Lacoste, en tournée à Strasbourg, y
promulguèrent le décret le 8 septembre et le 9, une délibération
du Directoire du département annonçait au public que les cloches de
toutes les églises allaient sonner durant quarante-huit heures, pour
avertir les citoyens que la patrie était en danger. Tous les habitants
mâles, âgés de plus de 18 ans et de moins de 45, devaient se rendre
immédiatement à Haguenau, emportant pour huit jours de vivres. Le
premier bataillon de la garde nationale devait partir dans les douze
heures pour le Fort-Vauban, sur les bords du Rhin[368]. La _Gazette de
Strasbourg_ s'écriait: „Hier, à cinq heures, le tocsin national
a commencé de sonner; tous les citoyens étaient sous les armes.
Puisse-t-il sonner le glas funèbre de tous nos ennemis, ouverts ou
cachés!”[369]. Le lendemain, les canons de la ville et ceux de la
citadelle commençaient le bombardement de Kehl, et peu de jours après,
le décret du 17 septembre sur les suspects remplissait d'un nombre
croissant de prisonniers le vaste Séminaire épiscopal, construit en
1769, à l'aide des contributions de l'Alsace catholique tout entière,
par le cardinal-évêque de Rohan, deuxième de ce nom[370].

[Note 368: Corps municipal, procès-verbaux du 11 septembre 1793.]

[Note 369: _Strassb. Zeitung_, 19 septembre 1793.]

[Note 370: Gloeckler, _Geschichte des Bisthums Strassburg_, II, p. 21.]

Enfin, cédant à leurs propres craintes, à la pression du dehors, aux
clameurs des Jacobins avides de places ou voyant partout des traîtres,
les représentants séjournant à Strasbourg, Milhaud et Guyardin,
procédaient, le 6 octobre 1793, à une épuration générale de
toutes les autorités constituées. Directoire et Conseil général
du département, Directoire et Conseil général du district, corps
municipal et notables de la Commune de Strasbourg sont également
expurgés. Dix-huit citoyens sont exclus et déclarés suspects, les uns
comme feuillants et agioteurs, les autres comme ci-devant ou protecteurs
d'aristocrates, d'autres encore comme ayant appartenu à la faction
de Dietrich, ou comme fanatiques ayant recelé des prêtres
réfractaires[371]. Des autorités municipales, sorties en majeure
partie des „couches sociales nouvelles”, ramoneurs, bateliers,
marchands de vin, cafetiers, tonneliers et baigneurs, furent installés
à l'Hôtel-de-Ville[372], un Comité de surveillance et de sûreté
générale de huit membres, choisis parmi les plus purs des Jacobins,
fut nommé et installé le 8 octobre, sous la présidence de Monet.
Ceux-là même qui, comme Schneider, avaient naguère encore trouvé
que „la conduite des représentants du peuple vis-à-vis des
administrateurs du département frisait, sinon le despotisme, au moins
la folie”[373], applaudirent à ce coup de force nouveau, car il leur
donnait enfin le pouvoir, ce pouvoir entier, absolu, qu'ils rêvaient
d'exercer depuis si longtemps déjà, pour écraser les ennemis de la
République et leurs propres adversaires.

[Note 371: Liste des personnes destituées par arrêté du 6 octobre
1793. Un placard grand in-folio, dans les deux langues, sans lieu
d'impression.]

[Note 372: Conseil général de la Commune de Strasbourg, publié par
ordre de la municipalité, 8 octobre 1793.]

[Note 373: _Argos_, 1er octobre 1793.]

Non pas qu'il n'y ait eu, même alors, parmi les hommes portés
subitement au pinacle, des caractères honnêtes et des patriotes
dévoués. Mais, instruments inconscients ou dociles entre les mains des
meneurs, ils vont laisser s'accomplir les saturnales de la Révolution,
quand ils ne s'y associeront pas eux-mêmes. Remplis d'une haine
profonde pour l'Eglise catholique, bien que la moitié, pour le moins,
soient catholiques de nom, les dépositaires nouveaux de l'autorité
municipale vont inaugurer leur carrière en chassant les derniers
catholiques de leurs temples, en attendant que la Convention nationale
leur dénie jusqu'au droit même à l'existence.



                                  XIX.


C'est dans les premiers jours d'octobre seulement que commence à
Strasbourg la véritable Terreur, jusque-là passablement bénigne,
malgré l'exemple encourageant donné par la capitale. Nous n'avons pas
à la raconter ici dans sou ensemble; il nous suffira de voir comment
ses représentants autorisés parmi nous inaugurent dans nos murs le
culte de la Raison, tout en exerçant leur zèle aveugle d'iconoclastes
contre les plus beaux monuments du passé.

La Convention nationale n'a pas tout d'abord donné dans les
déplorables excès auxquels l'entraînera plus tard le fanatisme
politique; même après la chute de la Gironde, le décret du 6 juin
1793 venait punir de deux ans de fers la dégradation des monuments
nationaux quelconques, parmi lesquels on comptait aussi les
églises[374]. A Strasbourg l'administration de l'Œuvre Notre-Dame
continuait à fonctionner comme par le passé, et bien que le receveur
de cette œuvre, M. Daudet de Jossan, fût connu comme fort peu
sympathique au régime républicain, nous ne voyons pas, dans les
délibérations du Corps municipal, qu'on ait songé, soit à
négliger les soins dus à l'entretien de la Cathédrale[375], soit
à l'inquiéter dans sa propre gestion. Encore au mois d'août
l'administration discute longuement et paternellement une pétition des
six gardiens de la tour, réclamant une augmentation de traitement, vu
la cherté des vivres et la perte de tout casuel, causée par l'absence
complète d'étrangers[376]. On expose à cette occasion, au sein du
conseil, que „à la vérité le service des gardiens est augmenté
par la sonnerie de la cloche du Conseil général et des assemblées
primaires, et par la vigilance à laquelle ils sont astreints pour
obvier aux dégâts de la jeunesse irréfléchie qui afflue depuis
quelques années sur la tour; que leur casuel est réduit à rien, parce
qu'on y monte gratuitement; mais qu'ils suppléent à cela par un débit
de vin, de bière et autres rafraîchissements; que d'ailleurs ils
peuvent aussi bien travailler sur la tour que chez eux, parce qu'on
choisit toujours des bonnetiers pour cette place.” On finit cependant
par leur rendre les émoluments de 1781, mi-argent, mi-denrées, ce qui,
vu la situation du marché, constituait une amélioration positive de
leur situation[377].

[Note 374: Ce décret fut promulgué par l'administration du Bas-Rhin le
15 juillet 1793.]

[Note 375: Nous le voyons par le règlement des comptes du citoyen
Streissguth, chaudronnier, et du citoyen Mathieu Edel, fondeur,
approuvé par la municipalité, bien qu'ils montassent à plus de 7000
livres, somme considérable pour des finances embarrassées comme celles
de Strasbourg. (Corps municipal, procès-verbaux mscr., 18 juillet
1793.)]

[Note 376: Nous apprenons par cette pétition que le traitement des
gardiens avait consisté, jusqu'en 1781, en 144 livres en numéraire,
huit sacs de grains, quatre cordes de bois et six cents fagots. A cette
date le service, qui était de vingt-quatre heures, fut diminué de
moitié, et le traitement porté à 400 livres, en retranchant toute
autre _compétence_. Depuis 1781, le traitement n'avait été augmenté
que de 24 livres.]

[Note 377: Corps municipal, procès-verbaux, 5 août 1793.]

Les premières atteintes portées à la propriété de l'Œuvre
Notre-Dame et le premier dépouillement de la Cathédrale se justifient
aisément par les nécessités pressantes de la défense nationale, et
ne sauraient provoquer d'objections sérieuses. Le 11 septembre 1793, le
Corps municipal était saisi d'une réquisition des citoyens Barbier et
Tirel, délégués par le Comité du Salut public pour l'exécution des
décrets du 23 juillet et du 3 août, relatifs à la fonte des cloches,
ordonnée par toute la république. Les deux commissaires demandaient
les ouvriers nécessaires pour faire démonter et transporter à
l'Arsenal les vingt-sept cloches disponibles dans les différentes
églises de la ville, chaque édifice religieux ne devant conserver
qu'une cloche unique. Après que l'administrateur chargé des travaux
publics a fait des réserves au sujet des cinq cloches de la flèche de
la Cathédrale, nécessaires aux divers services municipaux, le Conseil
arrête que les vingt-sept cloches seront démontées sans retard et
livrées contre reçu au citoyen Lépine, directeur de l'artillerie
à l'Arsenal. Les préposés de chaque paroisse seront invités
à désigner eux-mêmes la cloche qu'ils désirent garder pour les
sonneries religieuses. Les cloches de la Cathédrale seront démontées
par les ouvriers de l'Œuvre Notre-Dame, sauf recours au Trésor
national, et le corps municipal se réserve formellement le droit de
demander, à qui de droit, le payement des cloches de la Cathédrale et
de celles des paroisses protestantes qui ne sont pas propriété de la
nation[378].

[Note 378: Corps municipal, procès-verbaux, 11 septembre 1793.]

Mais quelques jours plus tard, les prescriptions vexatoires commencent,
sans qu'on soit encore en droit cependant d'accuser les administrateurs
de la cité d'un vandalisme volontaire. Le 19 septembre 1793, le
Directoire du Bas-Rhin promulguait le décret de la Convention
nationale, du 2 de ce mois, ordonnant aux corps administratifs de
détruire partout les portraits et effigies des rois. De ce moment la
Cathédrale était directement menacée, puisque sa façade portait les
statues équestres de plusieurs monarques; il ne semble pas pourtant
que la municipalité d'alors ait songé à s'en prévaloir pour faire
du zèle. Puis on vint déranger les morts dans leurs tombeaux. Les
quantités de plomb ou d'étain que pouvaient fournir les cercueils
déposés dans les caveaux de nos églises étaient certainement
minimes, car ce luxe était peu usité à Strasbourg, et d'ailleurs,
depuis 1529, les inhumations dans l'enceinte de la ville n'étaient
plus autorisées que fort rarement et pour de très hauts personnages.
Néanmoins le Directoire du département adressait, le 28 septembre,
à la municipalité un ordre relatif aux cercueils de cette catégorie,
l'invitant „à mettre sur-le-champ ces monuments de l'orgueil à la
disposition du général Lépine, afin d'être convertis en canons et
balles.” Le Corps municipal, allant aux informations, apprend que
tous les cercueils de Saint-Thomas sont déjà livrés, sauf celui
du maréchal de Saxe, et délègue l'un de ses membres pour faire les
perquisitions nécessaires dans les autres églises[379].

[Note 379: Corps municipal, procès-verbaux, 30 septembre 1793.]

C'est seulement dans la séance du 10 octobre, alors que la
municipalité a été déjà _régénérée_, que ce délégué, le
citoyen Edelmann, présente à ses collègues le procès-verbal sur
l'enlèvement desdits cercueils et les reçus du citoyen Jacquinot,
garde d'artillerie. Dans l'un de ces cercueils (il n'est pas dit
dans quelle église on l'a trouvé) des bracelets en or ont été
découverts. Le Corps municipal décide qu'ils seront estimés par un
orfèvre et que le produit de la vente sera versé en monnaie de cuivre
dans le tronc des pauvres[380].

[Note 380: _Ibid._, 10 octobre 1793.]

Toutes ces mesures devaient laisser, et laissaient en effet le gros
du public assez indifférent. Il n'en fut pas de même pour un nouvel
arrêté du Directoire du Bas-Rhin, portant la date du 14 octobre,
et rendant exécutoire pour le département le décret du 5 octobre
précédent sur l'ère républicaine. Cette injonction ne se rapportait
plus à quelques privilégiés, morts ou vivants, de l'ancien régime;
elle atteignait tout le monde, l'humble artisan, le négociant, comme
l'homme d'affaires et l'agriculteur indifférent à la politique. Si les
âmes pieuses étaient indignées de cette rupture officielle de l'Etat
avec le christianisme, les esprits pratiques étaient agacés par les
néologismes bizarres qui venaient compliquer inutilement leurs affaires
au dedans et surtout au dehors. Aussi bien l'on peut affirmer que
l'introduction d'un nouveau calendrier ne fut possible en France
que parce qu'elle était alors en guerre, partant sans relations
de commerce, avec l'Europe presque tout entière. Même ainsi, la
résistance latente du public et jusqu'à celle des autorités locales
demeuré sensible. C'est ainsi qu'à Strasbourg l'ère chrétienne reste
en usage sur les documents officiels eux-mêmes, jusqu'au 1er novembre,
concurremment avec l'ère nouvelle, et, près d'un mois plus tard,
le Corps municipal est obligé de réitérer aux imprimeurs l'ordre
pressant de supprimer les indications de l'ancien calendrier en tête
des journaux, sur les annonces des ventes, affiches de spectacles,
etc.[381].

[Note 381: Corps municipal, procès-verbaux, 11 novembre 1793.]

L'introduction de la chronologie républicaine coïncide pour
notre ville avec les semaines les plus agitées de la période
révolutionnaire. On sait que, le 13 octobre 1793, Wurmser, Brunswick et
Condé, forçant les lignes de Wissembourg, pénétrèrent en Alsace, et
s'avancèrent, les jours suivants, jusqu'aux bords de la Moder. Le 16,
les émigrés entrent triomphalement dans Haguenau, où l'élément
contre-révolutionnaire domine, où des villages catholiques tout
entiers viennent à leur rencontre, drapeau blanc en tête, et de
nombreux jeunes gens s'engagent dans les régiments de Condé. De toutes
parts on y voit accourir moines et curés, désireux de rentrer dans
leurs couvents et leurs presbytères sous la protection des bayonnettes
ennemies. Le 17, les corps français, rejetés encore plus en arrière,
se retranchent à Schiltigheim et Hoenheim, presque sous le canon de
Strasbourg; Wurmser établit son quartier-général à Brumath, et ses
avants-postes, dirigés par le prince de Waldeck, occupent la Wanzenau
et poussent jusqu'à la _Cour d'Angleterre_. En même temps la garde
nationale de Strasbourg est requise d'urgence pour occuper les batteries
du Rhin et pour répondre à la cannonade furieuse qui part des
retranchements autrichiens près de Kehl (12-15 octobre[382]). On se
figure aisément quelle devait être la surexcitation des esprits dans
nos murs; et nous n'avons qu'à nous reporter à nos propres souvenirs,
à ce lendemain de la défaite de Froeschwiller, au spectacle
inoubliable qui se déroula devant nos yeux dans la matinée du 7 août
1870, pour nous faire une idée exacte du désarroi de Strasbourg en ces
journées terribles.

[Note 382: Ajoutons à tout cela que l'élite de la jeunesse
strasbourgeoise était cernée dans le Fort-Vauban (Fort-Louis), et
qu'elle allait être obligée de capituler quelques semaines plus
tard. Voy. pour tous ces détails le récit détaillé de Strobel et
Engelhardt, ou celui de M. Seinguerlet.]

A cette crise dangereuse devait correspondre et correspond en effet
une recrudescence de mesures révolutionnaires. Huit représentants en
mission, réunis momentanément à Strasbourg, y créent, le 15 octobre,
le fameux tribunal révolutionnaire, que présidera l'ex-chanoine
Tanin, et près duquel Euloge Schneider fonctionnera comme commissaire
civil[383]. Quelques jours plus tard, nous voyons introduire les
cartes de civisme, obligatoires pour tous les citoyens; on décrète
l'arrestation de tous les suspects et les visites domiciliaires
nocturnes. Puis, le 1er novembre, Saint-Just et Lebas frappent un impôt
forcé de neuf millions de livres sur les riches; ils réquisitionnent
deux mille lits, dix mille paires de souliers, dix mille manteaux, qui
vont pourrir, en majeure partie, dans les magasins de l'Etat, quand
ils ne sont pas scandaleusement dilapidés par des fonctionnaires
infidèles. Dans leur frénésie dictatoriale, les proconsuls de la
Convention, multipliant les mesures de rigueur, vont jusqu'à menacer
les citoyens qui leur adresseraient des suppliques de plus de dix
lignes, de les traiter „comme suspects de vouloir interrompre le
cours de la Révolution”[384]. La terreur des uns, la bonne volonté
patriotique des autres mettaient ainsi des ressources précieuses au
service de la république en danger; mais la plupart de ces exorbitants
arrêtés et de ces proclamations emphatiques étaient parfaitement
inutiles pour atteindre ce résultat, en même temps qu'injurieux au
dernier point pour le civisme des habitants de Strasbourg; ils ne les
ont jamais pardonné à leurs auteurs et ils avaient raison. Quand
on étudie de plus près et de sang-froid toutes ces agitations
théâtrales, on s'affermit toujours davantage dans la conviction que ce
n'est pas à elles que la France dut alors son salut; l'on éprouve
le besoin de protester, au nom de la vérité historique, contre
la légende toujours encore répétée, qui, de ces épileptiques
révolutionnaires, a fait des héros antiques ou de grands hommes
d'Etat.

[Note 383: _Livre Bleu_, I: Copie exacte du soi-disant protocole, etc.]

[Note 384: _Livre Bleu_, I, nº XXXV.]

Parmi les mesures, décrétées alors par les commissaires de la
Convention, ou prises sous leur impulsion directe, nous n'avons à
mentionner que celles qui se rapportent aux questions ecclésiastiques.
Dans la matinée du 15 octobre, le nouveau maire, le Savoyard Monet,
faisait fermer le Temple-Neuf, pour le transformer en magasin
de fourrages[385]; puis, quelques jours après, l'église de
Saint-Guillaume et celle de Saint-Pierre-le-Jeune étaient saisies à
leur tour, sous des prétextes analogues. Une interdiction formelle
du culte n'avait pas encore eu lieu, mais elle ne devait pas se faire
attendre. Ne se sentant pas absolument sûr de pouvoir manier à son
gré la majorité des Jacobins de Strasbourg, puisqu'il ne comprenait
ni ne pouvait parler leur langue, Monet avait conçu le projet, fort
goûté des représentants en séjour, d'amener à Strasbourg un corps
de _missionnaires_ de la Révolution, qui chaufferaient l'esprit public
et lui serviraient, personnellement, de gardes-du-corps dévoués. Il
recruta, sans grandes difficultés, dans les clubs patriotiques de la
Moselle, de la Meurthe, des Vosges, du Doubs, de la Haute-Saône et
autres départements limitrophes, une soixantaine d'individus, attirés
par l'appât d'une haute-paye, d'un bon logis et d'un couvert assuré,
comme aussi par l'honneur d'un rôle politique à remplir. Téterel
(le ci-devant M. de Lettre), de Lyon; Moreau dit Marat, Richard,
l'ex-prêtre Delattre, de Metz, et l'ex-prêtre Dubois, de Beaune,
étaient les plus marquants d'entre les personnages de la _Propagande_.
„Affublés d'un costume particulier, disait d'eux quelques mois plus
tard un homme qui les connaissait bien, l'un des plus ardents jacobins
de Strasbourg, le „sans-culotte” Massé, en grande robe, longs
sabres attachés par-dessus, en moustaches et en bonnets rouges, ils
se promenaient dans les rues, passaient les troupes en revue, les
haranguaient et se proclamaient partout les patriotes par excellence,
la crème des révolutionnaires et les sauveurs du département du
Bas-Rhin”[386]. On les logea au ci-devant Collège national,
le général Dièche leur fournit une garde de douze hommes, des
ordonnances à cheval pour leurs dépêches, et la municipalité se fit
un devoir de satisfaire aux réquisitions multiples adressées par ces
apôtres gourmands à l'Hôtel-de-Ville[387].

[Note 385: Friesé (V, p. 268) raconte cette fermeture comme témoin
oculaire.]

[Note 386: _Livre Bleu_, I, p. 187, nº CII: Histoire de la Propagande
et des miracles qu'elle a faits.]

[Note 387: Le texte même d'un certain nombre de ces réquisitions est
reproduit au _Livre Bleu_, T. I, n° XLII.]

Cette troupe de zélotes devait poursuivre à Strasbourg une double
mission. D'abord ils voulaient nationaliser ou, comme on disait alors,
_franciliser_ l'Alsace, encore beaucoup trop allemande au gré de
certains conventionnels[388]. Mais, en second lieu, ils venaient
travailler à „déraciner le fanatisme”, à faire disparaître les
derniers restes de l'exercice public d'un culte antérieur, pour les
remplacer tous par celui de la Nature et de la Raison. Ils firent, dès
leur arrivée, les motions les plus singulières et les plus violentes
au Club des Jacobins. Les uns d'entre les _propagandistes_ voulaient
opérer l'union rapide des races et des religions en forçant juifs
et chrétiennes à s'épouser; les autres demandaient que tout
ecclésiastique qui ne se _déprêtriserait_ pas dans les vingt-quatre
heures fût mis au cachot; d'autres encore se répandaient en
violentes invectives contre le fondateur du christianisme. Les Jacobins
strasbourgeois d'origine protestante, politiques exaltés, mais n'ayant
pas absolument désavoué tout sentiment religieux, étaient choqués
de ces déclamations à la fois grossières et frivoles. Le brave
cordonnier Jung, quoique nouvellement appelé au Conseil municipal par
les commissaires de la Convention eux-mêmes, ne put s'empêcher
de prendre contre eux, en plein club, la défense de l'honnête
sans-culotte Jésus-Christ[389].

[Note 388: Dissertation sur la francilisation de la ci-devant Alsace,
par Rousseville. (Strasbourg) Levrault, 1er ventôse an II, 16 p. 8°.
C'est une des plus curieuses et des plus caractéristiques productions
de ce temps.]

[Note 389: Butenschoen, le collaborateur de Schneider, l'applaudissait
dans l'_Argos_ du 22 brumaire (12 nov. 1793) et déclarait que „le
Christ était aussi honnête et loyal que le citoyen Jung.”]

Sans doute qu'au fond du cœur, Euloge Schneider lui-même était
exaspéré d'avoir à renier des croyances si hautement affirmées par
lui, naguère encore, pour rester au niveau de son ancienne popularité.
Mais il lui était difficile de ne pas s'exécuter, car ces démagogues
nouveaux-venus le dépassaient déjà, malgré les éloges qu'il
prodiguait aux immolations les plus inutiles[390]. Aussi ce serait trop
dire que d'affirmer que l'ex-vicaire épiscopal essaya de lutter contre
le courant anti-religieux qui dominait alors à Strasbourg; il était
trop pusillanime et trop ambitieux pour remonter un courant quelconque.
Pendant quelques semaines, il se borne pourtant à traiter les questions
politiques, tâtant, pour ainsi dire, le pouls à l'opinion publique et
ne voulant pas se compromettre ou se déshonorer par une abjuration
sans retour. Il masque, il est vrai, ses hésitations par des sorties
violentes. „On ne peut pas dompter les tigres, écrivait-il dans
l'_Argos_. Et nos tigres qui sont-ils? Ah, ce sont les prêtres, les
ci-devant, les égoïstes! Mais votre heure dernière est arrivée,
prêtres fanatiques! Le Dieu, que depuis si longtemps vous provoquiez,
a remis sa foudre vengeresse entre les mains du peuple, et celui-ci vous
traitera avec justice, mais sans pitié”[391]. Il hésite toujours;
racontant, par exemple, dans son journal comment le conventionnel
Fouché, l'ex-oratorien trop connu, en mission dans la Nièvre, vient
d'y défendre tout culte public, et de faire détruire images
saintes, crucifix et confessionnaux, il se demande bien: „Strasbourg
imitera-til cet exemple?” mais il ne s'explique nullement à ce
sujet[392].

[Note 390: Le 22 octobre 1793, il s'écriait en parlant de
Marie-Antoinette, dans l'_Argos_, avec une joie sinistre: „Elle doit
être arrivée actuellement aux Enfers!”]

[Note 391: _Argos_, 10 du 2e mois (31 octobre) 1793.]

[Note 392: _Argos_, 26 octobre 1793.]

Plus curieuse encore par ses réticences est, à cet égard, la
correspondance qu'il imagine entre la Cathédrale de Strasbourg et
celle de Fribourg. „Pourquoi fais-tu tant de vacarme? demande la
tour brisgovienne, en entendant résonner le tocsin strasbourgeois qui
déclare la patrie en danger. Le Roi Très Chrétien est-il venu
chez vous? Ou bien est-ce notre Saint-Père le Pape? Vos juifs et
vos protestants se sont-ils convertis? Toutes les jeunes filles de
Strasbourg sont-elles devenues religieuses ou bien encore les femmes ne
prennent-elles plus leur café l'après-midi?” Voici ce que répond à
ces questions saugrenues la vieille basilique alsacienne:

    „Citoyenne Cathédrale[393],

    „J'ai carillonné parce que je suis républicaine et tu ne
    m'as pas comprise parce que tu es esclave. Voici ma réponse à
    tes sottes questions: Le roi très-chrétien n'a plus de tête,
    le saint-père plus de mains; non seulement les juifs et les
    protestants, mais la nation tout entière s'est convertie aux
    _Droits de l'Homme_. Nos filles, grâce à Dieu, n'ont aucun
    penchant pour la vie monastique... Mais j'ai carillonné aussi
    pour l'enterrement de tous les despotes; j'ai annoncé notre
    Révolution à l'Allemagne et quand je prendrai de nouveau
    la parole, toute la terre tremblera. Par les cendres du grand
    Erwin, qui nous créa toutes deux, je te somme d'éveiller les
    peuples de la Germanie, de les appeler à revendiquer leurs
    droits éternels. L'heure est venue; pourquoi tardent-ils
    encore?”

[Note 393: Dans l'original allemand, la lettre est adressée au _Bürger
Münsterthurm_. (_Argos_, 12 du 2e mois [2 novembre] 1793.)]

Il n'y a pas, dans tout cet article, qui s'y prêtait pourtant, une
allusion à la situation religieuse. Encore le 9 novembre, dans un
autre travail, intitulé: „Est-il possible aux prêtres de devenir
raisonnables?” Schneider, tout en usant d'un langage brutal dans
son dialogue, probablement fictif, avec l'abbé Kaemmerer, son ancien
collègue, essaie plutôt d'engager les exaltés à conserver les
prêtres vraiment éclairés et vraiment patriotes[394]. Son travail est
presque une apologie, quand on le compare au langage qui se tenait à
ce même moment au Club des Jacobins, tel que le rapporte leur
procès-verbal: „Un membre monte à la tribune et annonce que la
dernière heure des prêtres constitutionnels est venue. La Société,
impatiente depuis longtemps de voir le sol de la liberté purgé de
cette vermine, s'associe aux vues de l'orateur et approuve les moyens
proposés par lui”[395]. Ces moyens proposés pour la destruction
de la „vermine”, nous allons les voir à l'œuvre; ils peuvent
d'ailleurs se résumer en un seul: l'abus de la force brutale.

[Note 394: _Argos_ du 19 brumaire (9 novembre 1793). Schneider rencontre
Kaemmerer venant du corps-de-garde en uniforme, et le supérieur du
Séminaire dit en riant à son collègue: „J'ai le bon Dieu dans ma
giberne”, puisqu'il veut aller porter le viatique à un mourant. A la
fin de la conversation, Schneider dit à Kaemmerer: „Je te pardonne
d'être prêtre; si nous devons on avoir, je souhaite qu'ils te
ressemblent tous!”]

[Note 395: Heitz, Sociétés politiques, p. 291.]

Les représentants du peuple près l'armée du Rhin ouvrirent
l'attaque par un arrêté du 17 brumaire (7 novembre), qui ordonnait
la destruction de tous les symboles religieux. Deux jours plus tard, la
Commission provisoire du département du Bas-Rhin interdisait tout acte
d'un culte quelconque „pendant la guerre”[396]. Les autorités se
sentaient encouragées à des actes de ce genre par les démarches d'une
partie du clergé lui-même. Voici, par exemple, ce que l'abbé Jean
Scherer, vicaire constitutionnel de Bischheim-au-Saum, écrivait à
l'évêque Brendel, à la date du 7 novembre: „Citoyen, trop longtemps
j'ai appartenu, contre mon gré, à la horde noire des prêtres; il
est temps que je m'en arrache pour devenir tout à fait homme. Je vous
invite donc à me rayer de la liste de vos aveugles idolâtres. Votre
concitoyen Jean Scherer”[397]. Nous allons en entendre encore bien
d'autres, parlant le même langage, et si l'on ne savait pas toute
l'influence du milieu sur les esprits vulgaires et les volontés
faibles, on serait saisi d'un violent mépris pour la majorité de ce
clergé constitutionnel, si prêt à se stigmatiser lui-même comme un
troupeau des pires hypocrites. Mais il est permis de croire que beaucoup
de ses membres n'ont été que lâches et que, s'ils renièrent si
bruyamment leurs convictions antérieures, c'était pour écarter
plus sûrement de leur côté les dangers nullement imaginaires qui
menaçaient alors tout ce qui, de près ou de loin, avait vécu de
l'autel.

[Note 396: On peut voir dans ces derniers mots comme un sentiment de
pudeur, empêchant de nier d'une façon définitive une des libertés
élémentaires garanties par la Constitution républicaine.]

[Note 397: _Argos_, 29 brumaire (19 nov. 1783). On y cite aussi quelques
passages, vraiment topiques, de son dernier sermon.]

L'un des administrateurs du district de Strasbourg, nommé Daum,
publiait également, en ces jours agités, une _Instruction aux gens
de la campagne sur l'arrêté du 17 brumaire_, qui montre bien l'esprit
dominant dans le parti victorieux. Après s'être félicité d'abord
de la disparition de „Louis le Rogné” (_der Abgekiirzte_), Daum
continuait en ces termes: „Maintenant c'est le tour des calotins et
de toutes les belles choses qui viennent de ces tristes sires. Tous les
hommes raisonnables se refusent à tolérer plus longtemps des prêtres
et veulent détruire les derniers restes d'un fanatisme scandaleux.
Toutes les personnes intelligentes rient au nez d'un calotin et lui
déclarent catégoriquement que son métier consistait surtout à
tricher les gens et à changer ses ouailles en bêtes brutes.... Il faut
bien que vous compreniez tout cela, puisque les citoyens instruits vous
répéteront tous cette même vérité, puisqu'ils vous la crieront aux
oreilles, et qu'au besoin l'on raccourcira les têtes trop têtues pour
vouloir la saisir. Il n'y a qu'une seule religion, qui est de ressembler
à Dieu, en faisant le bien, d'aimer ses frères, de ne point tromper ni
mentir, de défendre la liberté et l'égalité; il n'est pas d'autres
autels que celui de la patrie. Toutes les simagrées (_Firlefanz_)
ecclésiastiques doivent cesser, les prêtres doivent devenir de bons
pères de famille, des hommes. J'inviterai prochainement tous les
prêtres du district à se marier[398]. S'il surgissait des obstacles de
ta part (Daum parle au peuple des campagnes), ou de celle des calotins,
la guillotine, le tribunal révolutionnaire et l'armée révolutionnaire
te mettraient bien vite au pas!”[399].

[Note 398: Un décret de la Convention du 25 brumaire allait déclarer
que les prêtres mariés n'étaient exposés ni à la réclusion ni à
la déportation. Ce décret, promulgué à Strasbourg, le 14 frimaire,
détermina plus d'une vocation matrimoniale.]

[Note 399: _Unterricht über den Schluss der Repräsentanten... für
die Leute auf dem Lande_, 20 brumaire. Placard in-folio sans nom
d'imprimeur.]

Au moins les paysans de nos campagnes ne pouvaient se plaindre
désormais qu'on leur parlât un langage inintelligible. Ces paroles
étaient suffisamment claires; mais qu'elles devaient navrer les esprits
modérés et confiants qui avaient travaillé naguère à gagner les
populations rurales réfractaires aux idées nouvelles et qui voyaient
maintenant se réaliser à la lettre toutes les prédictions pessimistes
des défenseurs de l'ancien régime! S'il est un motif qui doive rendre
odieux aux partisans de la liberté véritable, tous ces extravagants
révolutionnaires, c'est l'acharnement aveugle avec lequel ils se
sont appliqués à réaliser les pires prophéties des champions de la
contre-révolution, et par conséquent à justifier toutes ses paroles
haineuses et à réhabiliter, pour ainsi dire, ses actes les plus
provocateurs.

Le 25 brumaire (15 novembre) le corps municipal reproduisait la défense
du département relative à l'exercice d'un culte quelconque; il
interdisait notamment les sonneries des trompettes sur la plate-forme de
la Cathédrale et l'emploi des cloches restées dans les églises[400].
Bientôt aussi les presbytères des communes qui ont renoncé au culte
public, sont „consacrés au culte de l'humanité souffrante”[401].
Le 21 brumaire, un article de l'_Argos_, intitulé _Les Prêtres
salariés_, marquait le passage définitif de Schneider dans le camp
des novateurs. „Le culte et la morale, disait cet article, n'ont
absolument rien de commun. Ces messieurs noirs devraient avouer
eux-mêmes que la pure morale est tout et que le reste n'est que
tromperies et simagrées ridicules.... Gardons donc la morale et que le
reste s'en aille à tous les diables! Venez, prêtres, dépouillez
le vieil Adam et devenez hommes! La nature vous récompensera de vos
sacrifices, sinon, restez des bêtes brutes et dévorez la paille et le
foin théologiques jusqu'à ce que les nécessités de l'existence aient
eu raison de votre obstination!”[402].

[Note 400: Corps municipal, procès-verbaux, 25 brumaire an II.] [Note
401: Décret de la Convention promulgué à Strasbourg, le 11 frimaire
an II.]

[Note 402: _Argos_, 26 brumaire an II. Il est vrai qu'on ne sait pas
si l'article est de Schneider ou de Butenschœn, mais la suite de notre
récit montrera que Schneider avait pris son parti.]

Tout ce que nous venons de voir et d'entendre jusqu'ici sont les
déclarations d'une guerre à mort aux différentes formes du
christianisme, plutôt que des tentatives d'organisation d'une religion
nouvelle. Ces tentatives se produisent pour la première fois dans une
séance de la municipalité du 27 brumaire (17 novembre). Le maire Monet
y propose à ses collègues d'annoncer solennellement aux citoyens
qu'à l'avenir le _decadi_ sera le seul jour de repos, et de destiner
un bâtiment public à la célébration du culte national. Le
decadi prochain, 30 de ce mois, lui semble tout désigné pour cette
cérémonie, et il demande au Conseil de choisir dans son sein
une commission pour fixer les détails de la cérémonie. Le corps
municipal, „applaudissant à la proposition du maire, arrête que
l'édifice de l'église cathédrale sera destiné à servir à la
célébration du culte national, et que cette fête sera notifiée aux
citoyens par un avis imprimé dans les deux langues. Les commissaires
désignés pour ordonner la fête sont les citoyens Martin et
Bierlyn”[403].

[Note 403: Corps municipal, procès-verbaux, 27 du 2e mois, an II.]

Le procès-verbal de cette séance, qui marque une date mémorable dans
les annales religieuses de Strasbourg, porte les signatures autographes
des citoyens Butenschœn, Gerold, Grimmer, Martin, Mertz, Schatz et du
greffier Rumpler[404]. Monet, quoique présent à la séance, ne l'a
point signé.

[Note 404: Il ne faut pas confondre le greffier Henri-Ignace Rumpler
avec son fougueux homonyme, l'abbé Rumpler, dont nous avons déjà
souvent parlé.]

Les meneurs du club des Jacobins avaient pris leurs mesures pour mettre
immédiatement à profit ce vote, facile d'ailleurs à prévoir.
Il s'agissait en effet de ne pas manquer l'effet de la fête du 30
brumaire, et, pour cela, de gagner d'avance les uns et d'effrayer les
autres par un déploiement considérable des forces révolutionnaires.
Les députés plus ou moins réguliers d'une série de sociétés
populaires, celles de Beaune, Chalon-sur-Saône, Lunéville, Phalsbourg,
Pont-à-Mousson, Nancy, Sarrebourg, etc., séjournaient alors à
Strasbourg. Ils avaient demandé déjà la convocation d'une assemblée
générale des autorités constituées et de la Société des Jacobins,
dans le plus vaste local de la cité, pour y procéder à une de ces
scènes de fraternisation théâtrales que la Fédération de 1790 avait
mises autrefois à la mode, mais qui contrastaient maintenant d'une
façon si lugubre avec la haine profonde des partis, acharnés à
s'entre-détruire. Le moment sembla propice aux meneurs pour s'emparer
de la Cathédrale. Le mot d'ordre circule dans les sections, et, à
trois heures de l'après-midi, quelques heures seulement après le vote
du corps municipal, le tocsin convoque les citoyens de Strasbourg en
assemblée générale. La nef de la Cathédrale se remplit d'une foule
d'adeptes et de simples curieux, et à quatre heures les autorités,
la Propagande, le Club, ouvrent la séance „au milieu de la masse du
peuple, qui se presse dans l'enceinte de cet édifice”[405].

[Note 405: Tous les détails qui suivent sont tirés du
„Procès-verbal de l'Assemblée générale... réunie au Temple de
la Raison, le 27 jour (_sic_) de l'an II.” Strasbourg, Dannbach, 8 p.
8º.]

Monet commence par remercier les frères des départements voisins
„d'être venus partager les dangers de cette frontière et
nous développer les principes de la Révolution pour porter les
départements du Rhin à la hauteur des circonstances.” Puis les
orateurs du dehors et ceux de la Société populaire alternent
„pour présenter au peuple des considérations patriotiques sur les
égarements du despotisme et de l'ignorance, sur les attentats des
meneurs perfides qui le conduisent à sa perte. Pour rendre ce peuple à
la raison, à la philosophie, il faut déchirer le bandeau du fanatisme
dont l'ignorance ceint doublement les esprits sur cette frontière. Le
prêtre a toujours été d'accord avec le tyran pour enchaîner le genre
humain, abusant du nom du ciel pour empêcher l'homme d'user des droits
de la nature. L'ambition et l'intérêt ont créé tous les dogmes dont
les prêtres ont fasciné l'imagination des hommes. Il n'en est aucun
qui soit de bonne foi, à moins qu'il ne soit un imbécile; tous ne sont
que d'habiles charlatans dont il est temps de détruire le prestige;
celui du prêtre assermenté n'est pas plus respectable que celui du
réfractaire. Le ministre d'aucun culte ne pourra prouver qu'il est
vraiment l'ami de la Liberté et de l'Egalité qu'en apportant sur
l'autel de la Raison et de la Philosophie les titres que la superstition
avaient inventés et en faisant l'aveu que leurs dogmes sont autant
d'impostures.”

Ces vérités, „développées avec le caractère brûlant du
patriotisme, ont été vivement applaudies”, dit le procès-verbal
officiel. Les orateurs français, affirme-t-il, ont été souvent
interrompus par les acclamations du Peuple. Un officier municipal s'est
fait entendre ensuite en allemand. Il a éveillé le même enthousiasme
en affirmant que l'Etre suprême n'a d'autre temple digne de lui que
l'Univers et le cœur de l'homme de bien. Si réellement les mêmes
acclamations ont salué la profession de foi du Vicaire Savoyard
et l'exposé des doctrines matérialistes d'un Helvétius et d'un
d'Holbach, nous en devrons conclure que le bon „Peuple” de
Strasbourg avait encore fort à faire pour débrouiller le chaos des
systèmes philosophiques qui devaient assurer son bonheur.

Toutes ces belles harangues n'étaient cependant que le prélude
de l'action véritable, la _parade_ extérieure, s'il est permis de
s'exprimer avec autant d'irrévérence sur le compte d'aussi marquants
personnages. On visait, en effet, un but précis, et la foule une fois
_allumée_, les meneurs du club allaient l'atteindre. L'un des membres
de la Propagande se lève et demande „que le Peuple énonce son
vœu sur les prêtres”. Le procès-verbal raconte qu'il „a été
consulté dans les deux langues et que des acclamations générales ont
annoncé qu'il n'en voulait plus reconnaître”. Le citoyen maire monte
à la tribune pour recevoir ce serment au milieu des cris de joie, et
il augmente encore l'enthousiasme en annonçant qu'au prochain jour
décadaire on consacrerait le lieu de la séance à un Temple de la
Raison. La partie est gagnée désormais, et le président peut même
se hasarder jusqu'à demander „si quelqu'un avait à proposer des
réclamations”.--„Personne n'a voulu en faire”, raconte naïvement
le procès-verbal, et nous ne serons pas assez cruels pour nous étonner
de sa candeur.

On comprend qu'après avoir fait de si bonne besogne, l'Assemblée se
soit levée remplie d'allégresse et que son „cortège majestueux”
se soit déroulé, au chant de l'Hymne à la Liberté, à travers les
rues de Strasbourg, jusqu'au local de la Société populaire, où les
discours reprennent et où „l'on a répété les maximes éternelles
qui avaient électrisé le Peuple au Temple de la Raison”. Les
transports de la joie y ont été si violents--c'est toujours notre
procès-verbal qui l'affirme--„qu'il n'a été possible de suivre
aucune délibération, et que tous se sont retirés chez eux avec la
joie qu'inspire un événement aussi important. Elle s'est terminée
par une illumination générale et spontanée qui a terminé cette belle
journée”.

C'est ainsi que se passa „le grand jour de la préparation” et cette
„fête comme jamais encore Strasbourg n'en avait célébré dans le
domaine religieux”; pour la première fois „les voûtes de l'antique
Cathédrale avaient retenti de paroles inspirées parla Raison pure”,
et les plus endurcis avaient versé des larmes quand au milieu des
ténèbres, rendues plus opaques par un petit nombre de lumières,
des milliers de voix avaient entonné le refrain: Amour sacré de la
patrie![406]. Il y a quelque trace d'un véritable enthousiasme dans
ce compte rendu de l'_Argos_, rédigé sans doute par Butenschœn, et
l'historien scrupuleux ne se permettra pas de nier absolument la bonne
foi d'un certain nombre de ceux qui versèrent ces larmes de joie en
croyant assister à la „chute définitive du fanatisme”. Pour les
principaux meneurs du parti cependant, l'excuse d'une „foi athée”
et d'un „apostolat de la Raison” paraît bien difficile à soutenir;
ils ne voyaient dans ces scènes à effet qu'un moyen d'établir ou
de consolider leur pouvoir, et leurs convictions philosophiques
d'aujourd'hui ne furent ni plus fermes ni plus constantes que n'avaient
été leurs convictions religieuses de la veille.

[Note 406: _Argos_, 29 brumaire (19 nov. 1793).]

C'est avec une confiance entière dans la réussite de son œuvre,
que la commission chargée d'organiser la fête du 18 brumaire pouvait
désormais se livrer à son travail. Elle décida d'abord que les
autorités constituées n'y assisteraient pas comme telles; sans doute
qu'on craignait trouver dans leurs rangs trop de récalcitrants, même
parmi les Jacobins convaincus[407]. Elle arrête de plus que les murs
de la Cathédrale seraient ornés des tableaux allégoriques que „les
sans-culottes de Zürich ont envoyé, il y a trois cents ans, aux
sans-culottes de Strasbourg”. Bizarre réminiscence du _Hirsebrei_
historique, apparaissant au milieu de scènes si différentes![408].

[Note 407: En parcourant les signatures du procès-verbal que nous avons
largement extrait tout à l'heure, on constate combien grand est le
nombre des absents parmi les représentants du Département, du District
et de la Municipalité.]

[Note 408: Corps municipal, procès-verbaux, 28 brumaire an II (18 nov.
1793).]

Le corps municipal, de son côté, employa les quelques jours qui le
séparaient de la grande manifestation dont s'entretenait la ville
entière, pour frapper un coup, destiné à impressionner vivement les
masses populaires, tant de la ville que de la campagne. Le 28 brumaire,
il prenait connaissance d'un réquisitoire du procureur-syndic
provisoire du district, réclamant des punitions sévères contre les
imprimeurs Lorenz et Schuler, dont le calendrier pour 1794 renfermait
encore la phrase stéréotype: „Par ordre supérieur on célébrera
dans toute l'Alsace les grandes fêtes suivantes”[409]. L'imprimeur
J.-H. Heitz est également incriminé et mérite, lui aussi, une
réprimande sévère, puisque dans son almanach il emploie encore les
termes prohibés de Haute et de Basse-Alsace[410]. Le procureur de la
commune, le citoyen Schatz, annonce qu'il a fait saisir déjà par la
police toute l'édition de l'almanach de Schuler, soit environ douze
mille exemplaires. Le Corps municipal, après avoir approuvé cette
première saisie, arrête qu'on fera confisquer également les almanachs
de Heitz, qui donnent l'ère ancienne et que, par affiches apposées
dans les rues, on invitera les citoyens à rapporter à la Mairie les
exemplaires de ces calendriers déjà achetés par eux, afin qu'ils
y soient immédiatement détruits[411]. En effet, le citoyen Grimmer,
administrateur de la police, faisait afficher, le jour même, un avis
dans les deux langues, portant cet ordre à la connaissance des bons
bourgeois et des bonnes femmes de Strasbourg, qui ne s'étaient pas
encore aperçus sans doute du danger que leur _Messager boiteux_ faisait
courir à la chose publique[412].

[Note 409: Le calendrier publié par Lorenz et Schuler était l'ancien
Almanach de Welper.]

[Note 410: Le calendrier publié par Heitz était le _Alter und neuer
Schreibkalender_, qui datait, lui aussi, du XVIIe siècle, et avait
été imprimé jusqu'en 1740 par la veuve Pastorius.]

[Note 411: Corps municipal, 28e du 2e mois (19 nov. 1793).]

[Note 412: Placard petit in-fol. dans les deux langues, sans nom
d'imprimeur.]

Enfin le grand jour arriva. „Le peuple de Strasbourg avait abjuré
dans une assemblée publique toutes les superstitions; il avait
déclaré solennellement et librement qu'il ne voulait plus reconnaître
d'autre culte que celui de la Raison, d'autre religion que celle de
la Nature. Il annonça à ses magistrats que son intention était
de célébrer la divinité qu'il venait de substituer à ses idoles
anciennes et ridicules”[413]. Dès le matin, les jacobins ardents
affluaient au local de leurs séances, accompagnés de citoyennes,
„amies de la République”, vêtues de blanc et portant le bonnet de
la liberté. „Cet habillement simple rendait chez elles les charmes
de la nature bien plus puissants que les ornements empruntés d'un luxe
corrupteur.”

[Note 413: Cette citation et toutes les suivantes sont prises dans le
procès-verbal officiel, intitulé: „Description de la fête de la
Raison, célébrée pour la première fois à Strasbourg, le jour de
la 3e décade de brumaire de l'an II de la République.” Strasbourg,
Dannbach, 16 p. 8º.]

Vers neuf heures du matin, le cortège se mit en marche. A sa tête on
portait le buste de Marat, entouré de faisceaux et de piques, ornées
de rubans tricolores. Les „citoyennes” ouvraient le défilé,
suivies par les patriotes de tout rang et les délégués des Sociétés
populaires du dehors. En passant devant la demeure des représentants en
mission, le citoyen Baudot vint se mêler à la foule pour „participer
à l'un des premiers hommages rendus, depuis l'existence du monde, à
la Vérité”. Après avoir encore pris à la Mairie les autorités
constituées, tant civiles que militaires, la foule se porta, „au son
d'une musique guerrière et en répétant mille fois les chants de la
liberté”, vers la Cathédrale, ou, pour parler d'une façon plus
correcte, vers le Temple de la Raison.

„Ce temple, dit le récit officiel, avait été pendant quinze
siècles le théâtre de l'imposture. A la voix de la Philosophie,
il fut purifié en trois jours de tous les ornements ridicules qui
servaient aux cérémonies du fanatisme. On ne voyait plus la moindre
trace de superstition.” Il n'en coûta pas trop cher à la caisse
de „la fondation ci-devant Notre-Dame”, car les frais de cette
destruction systématique de tous les ornements d'église de la
Cathédrale ne s'élevèrent qu'à la somme de 393 livres 10 centimes,
certifiée exacte par les inspecteurs des bâtiments de la Commune[414].
Mais qui saura jamais exactement pour combien de milliers de livres
furent alors brisés, démolis ou volés des objets d'arts et des
antiquités précieuses!

[Note 414: Corps municipal, procès-verbaux, 21 frimaire (11 décembre
1793).]

Sur le grand portail de la façade, dont les statues n'avaient pas
encore disparu, on avait dressé un écriteau portant ces mots: „La
lumière après les ténèbres.” Un gigantesque drapeau déroulait
ses plis au-dessus de l'entrée[415]. Au fond du chœur s'élevait un
échafaudage en planches, représentant, plus ou moins exactement, une
montagne. Au sommet de celle-ci se trouvait la statue de la Nature et
celle de la Liberté qui s'élançait vers elle. „A leur côté l'on
voyait deux génies dont l'un foulait aux pieds des sceptres brisés
et l'autre tenait un faisceau, lié par un ruban tricolore, symbole
des quatre-vingt-cinq départements réunis, appuyé sur la tête du
fanatisme, étendu à ses pieds.”

[Note 415: Il devait être de bonne taille, puisqu'on paya 76 livres
15 sols au citoyen Jean Krafft, tapissier, et 12 livres au citoyen
Jean-Jacques Krieg, menuisier, qui l'avaient fourni. Corps municipal,
procès-verbaux, 21 frimaire (11 décembre 1793).]

„La montagne était escarpée de rochers; quelques-uns semblaient
s'être détaché tout récemment de sa cîme et on voyait que quelque
catastrophe terrible s'était nouvellement passée dans son sein.
Des monstres à face humaine, des reptiles à demi ensevelis sous les
éclats de rocher, semblaient se débattre sous ces ruines de la nature.
Ces monstres portaient avec eux les attributs de ce qu'ils furent
autrefois, des livres où on lisait des erreurs, des encensoirs, des
poignards. Là on voyait des prêtres de toutes les sectes: des rabbins
avec les feuilles lacérées du Talmud, des ministres catholiques
et protestants qui semblaient se charger encore de leurs anathèmes
réciproques. Parmi ces prêtres on en remarquait un surtout, couvert
d'un costume religieux, cachant la perversité de son âme sous les
dehors de la pénitence et cherchant à séduire l'innocence d'une jeune
vierge qu'il voulait corrompre. Plus bas les mêmes hommes étaient
encore désignés sous la figure d'un animal immonde, couché dans la
fange et levant cependant une tête altière.

„Au bas de la montagne était un marais d'où semblaient s'élever
des exhalaisons impures. On y remarquait deux autres monstres au visage
abattu, à l'œil étincelant, qui jetaient des regards terribles vers
le sommet de la montagne, comme pour l'accuser de leur malheur. L'un
d'eux portait dans ses mains une couronne teinte de sang, l'autre
cachait un livre ouvert où on lisait, à travers ses doigts, des
mensonges et des horreurs.”

Nous avons reproduit dans son ensemble la description du procès-verbal
officiel, n'ayant trouvé nulle part des renseignements plus clairs
sur cette bizarre peinture, qui caractérise admirablement, par ses
détails, la haine anti-religieuse et le mauvais goût des organisateurs
de la fête. Evidemment il ne saurait être question ici d'une
création _plastique_, qui aurait coûté un temps infini et des sommes
considérables. Même si l'on admet qu'il s'agit uniquement d'une
espèce de décor de théâtre, brossé rapidement par quelques-uns
des artistes jacobins que possédait alors Strasbourg[416], il faudrait
admettre qu'on y travailla longtemps avant la décision officielle de la
municipalité, relative à la fête. Ce serait une preuve de plus que le
coup fût monté de longue main.

[Note 416: On peut admettre aussi, si la tâche artistique paraissait
trop compliquée pour nos futurs iconoclastes, une espèce de tableaux
vivants, tous ces personnages allégoriques étant représentés par des
figurants de bonne volonté.]

L'intérieur de la nef était orné de drapeaux tricolores. La chaire
de Geiler avait été démolie--heureusement avec les précautions
nécessaires--et remplacée par une large tribune où flottaient
également des bannières nationales. L'une portait en lettres d'or
cette sentence: „Le trône et l'autel avaient asservi les hommes”,
l'autre: „La raison et la force leur ont rendu leurs droits.” Quand
la foule se fut groupée sur de vastes gradins étagés le long des
murs, un orchestre nombreux se fit entendre, puis le „Peuple”
entonna l'_Hymne à la Nature_:

  „Mère de l'Univers, éternelle Nature,
  Le Peuple reconnaît ton pouvoir immortel:
  Sur les pompeux débris de l'antique imposture

  Ses mains relèvent ton autel,
  Par ton culte fleurit la vertu, le génie,
  Et l'homme n'est heureux que par tes douces lois;

  Conduit par la douleur au terme de la vie.
  Il renaît encore à ta voix.

  Venez, juges des rois, l'Europe vous contemple;
  Venez, sur les erreurs étendez vos succès:
  La sainte Vérité vous conduit en ce temple
  „Et s'y fixera pour jamais”[417].

[Note 417: Culte de la Raison. Hymne à la Nature. Strasb., Dannbach, 4
p. in-18.]

Quand les dix mille chanteurs--c'est le chiffre indiqué par notre
procès-verbal--eurent terminé ce chant „d'un accord majestueux et
sublime”, le maire Monet gravit les degrés de la tribune pour
leur exposer le véritable esprit du culte qu'ils devaient professer
désormais, maintenant qu'ils étaient affranchis de l'esclavage,
après avoir été si longtemps „enterrés vivants dans une tombe
cadavéreuse”, maintenant que „le souffle de la liberté purifie
une enceinte, où, depuis des siècles, le prêtre façonnait l'homme au
crime, à la stupidité, à l'ignorance.”

Nous ne saurions reproduire ici ce long et sentimental discours, où
se reflète tout l'incroyable désordre d'idées et la phraséologie
ridicule qui marqua trop souvent la fin du dix-huitième siècle. Qui
sait pourtant si ce tyran imberbe, qui le prenait si haut avec les
meilleurs citoyens de Strasbourg, ne fit pas verser de douces larmes à
ses auditrices, en suppliant la Nature „de rallumer dans nos cœurs la
flamme expirante de la sensibilité”, et en lui demandant que „les
noms attendrissants de père, d'enfant, d'épouse n'abordent désormais
qu'avec un doux frémissement sur nos lèvres”?

Après lui, le citoyen Adrien Boy, chirurgien en chef de l'armée
du Rhin, prend la parole pour dire son fait au fanatisme: „L'union
fraternelle du despotisme avec les prêtres est l'infâme lien qui nous
a tenu pendant des siècles sous la verge de nos oppresseurs.... Mais le
jour des restitutions est enfin arrivé; il faut que les fripons de
tous les genres disparaissent; il faut que les prêtres rentrent dans le
néant; car, en deux mots, à quoi serviraient-ils désormais?... Ce ne
sont plus des prêtres, ce ne sont plus des dogmes religieux qu'il nous
faut, ce ne sont plus des pratiques superstitieuses, ce sont des vertus
sociales.... Que des hypocrites intolérants ne souillent plus de leur
présence la terre des hommes libres. C'est en les chassant dans les
régions étrangères, c'est en extirpant jusqu'au dernier rejeton
de cette race infernale que nous pourrons parvenir à éclairer nos
frères.... Il est temps de demander à la Convention nationale qu'elle
consacre ce principe: „Il ne peut exister, dans un Etat libre, un
culte salarié par l'Etat. Ceux qui veulent des prêtres peuvent les
payer, ceux qui veulent des autels et des saints de bois, peuvent en
faire fabriquer et les loger dans leurs maisons....”

Le citoyen Boy s'adresse ensuite aux prêtres républicains, les
engageant à se hâter d'abjurer „un métier devenu en éxécration
à tous les amis du bon sens et de la vérité”! les jeunes doivent
prendre un fusil et courir à la frontière, les vieux doivent tâcher
au moins de se rendre dignes par leur attitude de vivre parmi des
républicains. „Quant à vous, qui, quoique prêtres constitutionnels,
n'êtes ni plus tolérants ni plus vertueux que vos prédécesseurs,
prenez garde: La guillotine est en permanence... Unissez-vous à nous,
citoyens de Strasbourg, nous voulons vous rendre libres. Il faut le
dire, vous vous êtes tenus couchés jusques à présent. Eh bien,
levez-vous en révolutionnaires et marchez avec nous! Point de grâce
aux fripons, aux aristocrates, aux intrigants et aux modérés!
S'ils sont connus, la fille de Guillotin leur tend les bras; nous le
demandons, nous le voulons[418]”.

[Note 418: Discours prononcé dans le Temple de la Raison, le 30
brumaire, par le citoyen Boy. Strasb., Dannbach, 13 p. in-18.]

Devant des sommations aussi menaçantes et catégoriques, il fallait
avoir un courage véritable pour ne pas y obéir. Aussi Schneider
n'hésita-t-il pas à faire en ce jour le dernier sacrifice qui
lui restait à faire, pour se rendre propices les démagogues
révolutionnaires; mais il le fit sans doute avec une honte secrète,
avec la crainte, trop justifiée, que ce reniement un peu tardif ne
suffirait pas à le sauver. Lui-même n'a point jugé à propos de nous
conserver le texte de son discours dans l'_Argos_, et Monet, son rival
et son ennemi personnel, ne lui accorde que peu de lignes dans son
procès-verbal officiel. „L'accusateur public, dit-il, après
avoir fait sentir le ridicule de toutes les religions qui se disent
révélées, adressa ces paroles à l'assemblée: Peuple, voici en trois
mots toute ta religion: adore un Dieu, sois juste et chéris ta
patrie! Il donna quelques développements de ces principes de la morale
universelle, et finit par abdiquer l'état de prêtre qu'il embrassa par
séduction et comme victime de l'erreur”[419].

[Note 419: On le voit, même à ce moment, Euloge Schneider se refusait
à quitter le terrain d'un vague déisme; les metteurs en scène du
culte de la Raison ne le lui pardonnèrent pas.]

De nouveaux chants se firent entendre, en l'honneur de la Raison, de
la Morale sainte et de l'Etre suprême, puis commença le défilé des
prêtres, curés et vicaires constitutionnels, moines défroqués, etc.,
„qui vinrent abjurer leurs erreurs et promettre de ne plus tromper
le peuple, en lui annonçant des mensonges auxquels ils déclarèrent
n'avoir jamais cru eux-mêmes.”

Ceux qui ne pouvaient percer la foule, ou qui--nous permettrons-nous
d'ajouter--ne se souciaient pas de pousser jusqu'au bout leurs tristes
palinodies, remettaient aux représentants de l'autorité leurs
déclarations signées et leurs lettres de prêtrise. Parmi ces derniers
se serait trouvé l'évêque lui-même, si nous en croyons une allusion
de l'_Argos_: „Brendel, l'évêque, remit également ses ridicules
paperasses (_papierene Narrenpossen_) pour qu'on les brûlât, mais les
folies accumulées sous son crâne ne seront peut-être calmées que par
un changement d'air”[420].

[Note 420: _Argos_, 2 frimaire (22 nov. 1793).]

Le programme de la fête ne semblait pas épuisé cependant et la
Propagande murmurait. „Aucun ministre du culte de Moïse ou de
Luther n'a encore paru à la tribune, pour y renoncer à ses pratiques
superstitieuses!” s'écrie l'un de ses membres. Le fait était exact;
peu d'ecclésiastiques protestants se trouvaient ce jour-là dans
l'enceinte de la Cathédrale[421] et nul d'entre eux ne se sentait
poussé vers l'apostasie. Il y en eut un pourtant--et nous regrettons de
ne pas connaître le nom de cet homme de cœur--qui n'y put tenir,
quand ces cris se firent entendre. Au risque de se faire écharper, il
s'élance à la tribune, où sa présence est saluée d'abord par
des applaudissements vigoureux. Mais ils s'éteignent comme par
enchantement, quand il „prend la parole, non pas pour abjurer les
principes monstrueux de l'imposture, mais pour se récrier contre
l'intolérance et pour en appeler à l'Evangile, dont le fourbe, dit
notre procès-verbal, avait pendant quarante ans défiguré la morale
sublime.”

[Note 421: _Ibid_. „_Die grossen Thiere kamen gar nicht, die kleinen
sprachen solchen Unsinn dass man sie von der Kanzel jagte_.”]

„Cet outrage fait à la vérité dans son temple, au moment de
l'inauguration de ses autels, ce blasphême contre la raison, prononcé
par une bouche accoutumée au sacrilège, fut vengé sur-le-champ. Le
déclamateur séditieux fut couvert des huées du peuple, qui, d'une
voix unanime, lui cria qu'il ne voulait plus entendre ses maximes
erronnées, et le força d'abandonner un lieu qu'il profanait par sa
présence.”

Tous les hommes de bonne volonté ayant enfin abjuré, le représentant
du peuple Baudot voulut contribuer aussi, pour sa part, à rehausser
l'éclat de la fête. Après avoir „félicité le peuple d'être
arrivé à cette époque heureuse, où tout charlatanisme, sous quelque
forme qu'il voulût se reproduire, devait disparaître, il annonça que
lui-même, en sa qualité de médecin, abjurait une profession qui ne
tenait son crédit que de la crédulité et de l'imposture.” Inutile
d'ajouter que des acclamations réitérées saluèrent cette clôture
inattendue de la fête de la Raison.

Après qu'on eût encore brûlé devant l'autel de la déesse „des
ossements de saints béatifiés par la cour de Rome et quelques
parchemins gothiques”, le Peuple, légèrement fatigué par cette
séance de trois heures, quitta „l'enceinte sacrée, où il venait
d'exprimer ses vœux religieux sans hypocrisie et sans ostentation”,
pour se rendre sur la place de la Cathédrale, qui allait s'appeler
maintenant la place de la Responsabilité. On y avait dressé un immense
bûcher „qui consumait, au milieu des cris d'allégresse, les sottises
écrites par la folie humaine”. Quinze charretées de titres et de
documents tirés des archives de l'Evêché, servirent à alimenter les
flammes, dans lesquelles fut jetée aussi „l'effigie des despotes
et des tyrans ecclésiastiques qui avaient régné dans la ville de
Strasbourg et souillé une atmosphère que cet autodafé vient de
purifier”. On ne saura jamais tout ce que cet acte „symbolique” a
détruit de documents précieux pour notre histoire d'Alsace.

Le représentant Baudot, s'arrachant non sans peine à ce spectacle
plein d'attraits, se rend encore à la Maison commune où, dans la
salle des séances, il procède à l'installation solennelle du buste
de Marat. Il y cite aux magistrats présents l'exemple mémorable du
dévouement de ce grand homme et les invite à sacrifier leur vie, s'il
le faut, pour le bonheur public. Puis la foule, suffisamment haranguée,
se répand en chantant dans les rues; elle danse gaiement sur les places
publiques, une illumination „spontanée” témoigne partout de
la satisfaction générale des citoyens, et dans cette masse immense
d'hommes réunis, „l'humanité n'eut pas une larme à répandre et
le magistrat ne trouva pas l'occasion de faire usage des pouvoirs de la
loi.” Ce que le procès-verbal n'ose pas nous raconter, mais ce que
nous révèle l'_Argos_, c'est que „l'enthousiasme du Peuple” alla
jusqu'à illuminer la guillotine sur la place d'Armes, et que c'est
autour de l'instrument terrible, éclairé par les lampions, que
jacobins et jacobines dansèrent la Carmagnole jusque bien avant dans la
nuit[422], terminant ainsi „cette journée mémorable qui fera époque
dans les annales de la philosophie et dans l'histoire du monde”.

[Note 422: _Argos_, 2 frimaire (22 nov. 1793).]

Il n'est pas difficile de deviner les sentiments qu'éprouvait en
réalité la majorité de la population strasbourgeoise en présence
de scènes pareilles, mais elle se gardait bien de les manifester, en
présence de la „fille de Guillotin” qui lui tendait les
bras[423]. Quant à la petite église des novateurs, elle était dans
l'enchantement. „Le voici donc arrivé, s'écriait Butenschœn, ce
jour que rêvaient tous les bons citoyens, devant lequel tremblaient
les sots et les méchants! Jamais journée ne fut plus sainte, ni plus
grande. La seule religion digne d'êtres raisonnables, la religion de
la Raison, vient d'être proclamée par un peuple régénéré. Soyez
raisonnables et vous serez heureux!” Puis il ajoute cette prophétie,
dont il a dû bien rire ou rougir, dix ans plus tard, alors qu'il
était recteur de l'Université impériale de Mayence, pour Sa Majesté
Napoléon Ier: „Quand un voyageur allemand visitera Strasbourg et
demandera où se trouve la Cathédrale, chacun lui répondra avec
un sourire: Nous ne connaissons plus ni Cathédrale ni Chapitre de
Saint-Thomas; nous fréquentons seulement le Temple de la Raison et
la Société populaire. S'il demande: où demeure M. l'évêque, M. le
pasteur?, on lui répondra: Nous ne connaissons pas ces bipèdes-là;
mais si vous voulez faire la connaissance des éducateurs du peuple,
voici une douzaine de braves sans-culottes! Et je parie que si ce
voyageur était le Christ ou Martin Luther, il verserait des larmes
de joie et dirait: Voilà ce que je désirais! Voilà ce qui doit
être!”[424].

[Note 423: Il est intéressant de constater la proportion tout à fait
anormale de noms étrangers qui ont signé le procès-verbal officiel de
la _Description_; immigrés de l'Allemagne et immigrés de l'intérieur
y dépassent de beaucoup le nombre des Strasbourgeois de naissance.
Parmi les premiers, un Prussien, le baron de Clauer; un Holsteinois,
Butenschœn; Cotta, de Stuttgart, etc. Pour les seconds, on aurait
l'embarras du choix parmi une vingtaine de noms.]

[Note 424: _Argos_, 2 frimaire an II.]



                                  XX.


L'un des anciens collaborateurs les plus actifs de Brendel et de
Schneider à la Cathédrale, l'abbé Kæmmerer, ne se contenta pas
d'abjurer ses anciennes erreurs, mais, d'une plume toujours facile,
entreprit de se faire le journaliste du culte nouveau, comme il avait
été celui des théories constitutionnelles. A quelques jours de là,
il lançait dans le public le premier numéro d'une revue allemande,
intitulée: _La Religion de la Vertu et de la Raison_, consacré presque
exclusivement à la fête du Décadi, „qui doit seule rester sacrée
pour nous, le dimanche étant adapté au climat et au caractère de
l'Oriental au sang chaud, et non pas au nôtre.” L'ex-professeur
y déclarait aussi que „quiconque ne renonce pas de cœur à la
célébration du dimanche, méprise la loi et blesse la divinité, qui
veut l'ordre et l'harmonie”[425].

[Note 425: _Die Religion der Tugend und Vernunft über die Feier der
Decaden_. Erstes Heft, von J.-J. Kæmmerer. Strassburg, Pfeiffer, 32 p.
18.]

Si ses explications ne satisfirent pas tout le monde, elles parurent
du moins plus que suffisantes aux pouvoirs publics. Dans la séance du
duodi, 2 frimaire an II (22 novembre), le corps municipal prenait la
délibération suivante:

„Vu la délibération de la commission provisoire du département, du
jour d'hier, par laquelle ladite commission, considérant que la veille
la majorité du peuple de Strasbourg a solennellement et librement émis
son vœu pour ne plus reconnaître et vouloir d'autre culte que celui
de la Raison, d'autre temple que celui qui lui est consacré, et que,
laisser exister dans cette cité d'autre culte public que celui de la
Raison, serait vouloir propager l'erreur et derechef vouloir asservir un
peuple libre sous le despotisme le plus monstrueux, celui du fanatisme;
considérant en outre qu'il existe encore différents temples dans cette
commune, dans lesquels des sectaires des différents cultes se rendent
pour y écouter la doctrine impure et mensongère de prêtres imposteurs
et de ministres fourbes; que tolérer plus longtemps des abus aussi
criminels et aussi préjudiciables au triomphe de la liberté, assise
sur la base fondamentale de la Raison, serait se rendre complice de
nouveaux attentats portés à la liberté du peuple régénéré; a
arrêté que la municipalité de cette ville sera invitée à faire
clore tous les temples de cette commune, hormis celui consacré à
la Raison et de disposer de ces bâtiments pour le service de la
République.

„Ouï le procureur de la commune, la commission a ordonné la
communication de la délibération ci-dessus à l'administrateur de la
police et à celui des travaux publics, en chargeant le premier de faire
clore incessamment les églises, temples, synagogues et autres lieux
destinés à un culte public dans cette ville, à l'exception du temple
de la Raison...

„Sur l'observation que, pour affermir le culte de la Raison, il serait
nécessaire d'établir une instruction suivie, où les citoyens puissent
apprendre à connaître et à respecter leurs droits et leurs devoirs,
il a été arrêté qu'il sera nommé un comité chargé de proposer un
mode d'instruction publique pour les citoyens...” Sont nommés dans ce
but les membres du corps municipal Martin, Bierlyn et Butenschœn[426].

[Note 426: Corps municipal, procès-verbaux manuscrits, 2 frimaire an
II]

Dans cette même séance de la municipalité provisoire, Monet
communique à ses collègues les déclarations remises jusqu'à ce jour
par les citoyens ci-après dénommés, et par lesquelles ils abdiquent
leur qualité d'ecclésiastiques et de ministres du culte, et renoncent
aux fonctions qu'ils ont jusqu'ici exercées. Sur cette liste deux noms
seuls nous intéressent, ceux de deux ci-devant vicaires épiscopaux
attachés au service de la Cathédrale, les citoyens Lex et Gross. „Et
le maire ayant dit que quelques-unes de ces déclarations renfermaient
des passages dont la publication pourrait servir à extirper ce qui
pourrait rester encore de fanatisme et de superstition.

„Vu un exemplaire du décret du 23 du 2e mois, relatif aux abdications
des ministres de tout culte,

„Ouï le procureur de la commune,

„La commission municipale fait consigner les déclarations
mentionnées sur ses registres; elle invite le maire à en envoyer la
liste certifiée à la Convention nationale, à continuer à faire de
même tous les quinze jours pour les déclarations du même genre qu'il
recouvrera à l'avenir; autorise le maire à faire extraire, imprimer et
distribuer les passages les plus marquants de ces déclarations, dont il
croira la publication utile à l'entière destruction du fanatisme et de
la superstition”[427].

[Note 427: Corps municipal, procès-verbaux manuscrits. 2 frimaire an
II.]

C'est en vertu de ce vote que Monet publia, quelques semaines plus tard,
une brochure restée célèbre dans les annales de la révolution
à Strasbourg, intitulée: _Les prêtres abjurant l'imposture_, et
contenant les lettres de démission et d'abjuration d'un certain nombre
d'ecclésiastiques des deux cultes[428]. Nous nous abstiendrons d'en
faire usage, puisque après la Terreur plusieurs des personnages dont on
y citait les lettres, déclarèrent que Monet avait, en maint endroit,
travesti leur style et leur pensée, sans qu'ils eussent alors le
courage de produire une réclamation, qui les aurait conduits sans doute
à l'échafaud[429]. Mais même dans les textes, tels qu'ils étaient
donnés par le maire, il y en avait bien peu dont les auteurs
„dévoilassent les fourberies de leurs ministères”, comme il
l'affirmait dans sa préface, calomniant de propos délibéré des gens
fort pusillanimes, bien plutôt qu'apostats éhontés. Les malheureux
qui consentirent alors à déclarer qu'ils n'avaient été membres du
sacerdoce que pour le terrasser et l'avilir, furent en petit nombre
parmi nous, malgré les applaudissements et les honneurs que pouvait
leur valoir ce surcroît d'ignominie[430].

[Note 428: _Les prêtres abjurant l'imposture_. Strasbourg Dannbach,
s.d., 29 p. 18. La brochure a aussi paru dans une traduction allemande
_Die Priester wollen Menschen werden_.]

[Note 429: Voy. p. ex. l'opuscule de Philippe-Jacques Engel, pasteur à
Saint-Thomas, _Beytrag zur Geschichte der neuesten Religions-Revolution_
u. s. w. Strassb., Lorenz u. Schuler, im dritten Jahr, 16º. Le pasteur
Petersen, de la paroisse réformée, proteste, dès le 8 nivôse,
contre l'abus fait de son nom. (Procès-verbaux manuscrits de la
municipalité.)]

[Note 430: Une foule de ces curés constitutionnels défroqués furent
placés par Schneider dans l'administration révolutionnaire. La
Convention votait d'ailleurs, le 22 novembre 1793, des secours à tous
les évêques, curés, vicaires qui abdiqueraient leur état. Ce décret
fut promulgué à Strasbourg le 8 décembre suivant.]

Les israélites ne furent pas mieux traités que les chrétiens. Leurs
synagogues étaient fermées par ordre supérieur, leurs livres saints
réunis pour en faire un „autodafé à la Vérité”. La circoncision
même était défendue, „loi inhumaine qui opère sanguinairement
sur l'enfant mâle qui naît, comme si la nature n'était point
parfaite”[431]. Le 12 frimaire le procureur de la commune requérait
le corps municipal d'abolir les bouchers israélites (_schæchter_),
„cette superstition religieuse étant entièrement contraire aux
principes de la Raison, et d'autant plus que plusieurs des citoyens
dudit culte étant, ainsi qu'il est notoire, constamment attaqués de
la gale, les parties de la viande maniée par eux pourraient être
nuisibles à la santé d'autres citoyens”. La commission crut devoir
passer à l'ordre du jour sur cette proposition spéciale, mais elle
décida que quatre de ses membres, Bierlyn, Cotta, Mertz et Butenschœn,
lui ferait incessamment rapport sur tous les actes ou signes d'un culte
extérieur quelconque qui pourraient encore exister dans la commune et
sur les moyens de les abolir[432].

[Note 431: Je me permets de renvoyer, pour plus de détails, à mon
opuscule _Seligmann Alexandre ou les tribulations d'un Israélite
pendant la Terreur_, Strasb., 1880, in-16.]

[Note 432: Corps municipal, procès-verbaux manuscrits, 12 frimaire (2
déc.) an II.]

C'est peut-être en apprenant ce vote du corps municipal qu'un
brave batelier, nommé Jean Dürr, craignant d'être dénoncé comme
„fanatique”, s'empressa d'annoncer dans les journaux que l'un de
ses bateaux, qui avait été autrefois baptisé le _Saint-Pierre_,
s'appelait dorénavant le _Républicain français_, et que les _clefs_
du prince des apôtres, qui lui servaient d'armoiries, s'étaient
métamorphosées en un couple de _poissons_[433].

[Note 433: _Affiches de Strasbourg_, 1793, p. 437. Le citoyen Fietta
s'adresse au corps municipal pour demander ce qu'il doit faire avec
les estampes et les livres ornés de fleurs de lys. (Procès-verbaux, 5
frimaire an II.)]

Quelque zélés cependant qu'ils fussent pour la propagation du culte
nouveau, ni les anciens habitants de Strasbourg ni la plupart des
immigrés d'outre-Rhin, qui composaient la commission provisoire
municipale, n'auraient songé d'eux-mêmes à pousser la „propagande
par le fait” jusqu'au point extrême où nous allons la voir arriver,
grâce à l'impulsion des commissaires de la Convention nationale,
aidés de la cohue propagandiste, accourue dans nos murs. Les faits
que nous avons à raconter maintenant resteront la honte éternelle des
barbares qui les ont ordonnés ou commis, et montrent, mieux que tout le
reste, jusqu'à quel degré d'inintelligente sauvagerie le fanatisme à
la fois politique et anti-religieux a pu faire descendre les Saint-Just,
les Lebas et leurs tristes acolytes.

Nous avons dit que la Cathédrale n'avait point encore subi de
dégradations sérieuses au moment où l'on y avait inauguré le culte
de la Raison. Dans la séance du 9 brumaire (30 octobre) la société
des Jacobins avait bien décidé qu'on enlèverait les belles grilles
de fer placées entre le chœur et la nef, mais la proposition était
motivée par l'intention patriotique de forger des armes avec le métal
refondu et ne semble avoir visé aucune destruction ultérieure. C'est
le 4 frimaire (24 novembre) seulement que les représentants en mission
„chargent la municipalité de Strasbourg de faire abattre dans la
huitaine toutes les statues de pierre qui sont autour du temple de la
Raison et d'entretenir un drapeau tricolore sur la tour du temple”.
Cet ordre laconique et brutal, plus digne d'un émule de Mummius que
d'un ex-noble raffiné de l'ancien régime, créa, nous n'en saurions
douter, une vive émotion à l'Hôtel-de-Ville. L'influence de Monet
n'y était pas encore absolument prépondérante dans la commission
municipale, aux séances de laquelle il assistait d'ailleurs avec
une irrégularité que nous avons pu constater en parcourant les
procès-verbaux déposés aux archives de la ville. On n'osa pas
désobéir ouvertement aux terribles proconsuls qui faisaient trembler
les départements du Rhin. L'administrateur des travaux publics, le
citoyen Gerold, transmit encore le jour même le réquisitoire de
Saint-Just et de Lebas au maître serrurier Sultzer, pour qu'il
procédât à l'enlèvement des portes de bronze de la façade. On
les croyait massives, et c'est cette supposition erronée qui fit
probablement commencer la destruction par elles. Il y avait en outre
un prétexte de défense patriotique à invoquer dans l'espèce. Mais
l'attente des ordonnateurs de la mesure, comme celle des travailleurs,
fut complètement déçue; les battants étaient en bois, recouverts
seulement d'une mince couche de bronze, „à peine plus épaisse qu'une
feuille de papier à lettre”, au dire de l'un des spectateurs de cette
scène douloureuse du 24 novembre. Ce fut un maigre butin de 137 livres
de métal seulement que l'on put remettre, à la fin de l'opération, au
garde de l'arsenal, le citoyen Jacquinot[434].

[Note 434: L. Klotz, Recherches sur un bas-relief en bronze. (_Bulletin
de la Société des monuments historiques_, IX, p. 235.)]

Dans les jours suivants, quelques-unes des statues les plus
compromettantes furent encore enlevées, mais en petit nombre seulement.
Il est permis de croire que les images équestres des „tyrans”
Clovis, Dagobert et Rodolphe de Habsbourg furent des premières à
tomber. Puis l'on s'en tint là. Dans sa séance du 12 frimaire (2
décembre) la majorité du corps municipal, composée des citoyens
Butenschœn, Gerold, Grimmer, Cotta, Birckicht, Merz et Schatz, osa
même prendre une délibération qui la plaçait en contradiction
formelle avec l'arrêté du 4 du même mois, qu'elle visait:

„Sur le rapport de l'administrateur des travaux publics, que le
drapeau tricolore était déjà arboré sur ladite tour, qu'il avait
aussi donné les ordres pour faire abattre toutes les statues isolées,
placées à l'extérieur dudit temple; qu'une partie en était
actuellement abattue et que l'autre le serait aussi vite que la rareté
actuelle des ouvriers le permettait; que, quant au grand nombre des
statues qui font partie de l'architecture même, et qui ne pourraient
être enlevées sans dégrader l'édifice, il croyait que la loi
s'opposait à leur démolition;

„Vu encore le décret de la Convention nationale du 6 juin 1793, qui
prononce la peine de deux années de fers contre quiconque dégradera
les monuments nationaux, et ouï le procureur.

„La commission municipale a approuvé les mesures susdites prises par
l'administrateur des travaux publics; elle a arrêté qu'il en sera fait
part auxdits représentants du peuple, et qu'il leur sera observé en
même temps que l'édifice de la Cathédrale tenant un rang distingué
parmi les monuments nationaux, la commission municipale croit que ce
serait contrevenir à la susdite loi en abattant les statues qui font
partie de l'architecture dudit édifice”[435].

[Note 435: Corps municipal, procès-verbaux manuscrits, 12 frimaire an
II.]

Un seul des membres présents, le citoyen Bierlyn, refusa de s'associer
à cette manifestation de désobéissance. Dans le cours de la séance,
Monet étant survenu, le maire fit la motion de rapporter cette partie
de l'arrêté, en se bornant à demander aux représentants de
conserver les ornements dont la démolition nuirait à la _solidité_
de l'édifice. Mais, malgré ces efforts, ses collègues repoussèrent
cette atténuation de leur pensée, et l'on doit leur savoir gré de
cette résistance honorable, quoique vaine en définitive. Elle
était d'autant plus caractéristique pour l'amour traditionnel des
Strasbourgeois pour leur Cathédrale, qu'il ne s'y mêlait aucune trace
de sentiment religieux. Ces mêmes hommes venaient de baptiser dans la
même séance plusieurs des rues de la ville de façon à satisfaire les
terroristes les plus orthodoxes[436], et ils terminaient leur besogne
administrative de ce jour en décidant qu'on choisirait quatre lieux de
réunion pour célébrer dans les différents quartiers le culte de la
Raison, où des instituteurs volontaires développeront, chaque décadi,
à leurs auditeurs, „les premières bases de la morale et tout ce qui
a rapport aux principes de liberté”[437].

[Note 436: La rue Saint-Louis devenait rue de la Guillotine, la rue
des Serruriers la rue de la Propagande révolutionnaire, le quai
Saint-Nicolas le quai du Bonnet-Rouge; ayant été remplacés, peu de
semaines plus tard, par d'autres dénominations, quand la ville tout
entière subit un baptême de ce genre, ces noms sont peu connus.]

[Note 437: Corps municipal, procès-verbaux, 12 frimaire an II.]

Le lendemain, 13 frimaire, les membres de la commission municipale
communiquaient aux représentants, absents pour quelques jours de
Strasbourg, la décision qu'ils venaient de prendre, en insistant sur
ce que toutes les statues placées à l'extérieur du temple, „qui
auraient pu nous rappeler le souvenir de notre esclavage ou réveiller
nos anciens préjugés”, étaient déjà renversées ou allaient
l'être incessamment[438].

[Note 438: Livre Bleu, I, pièces à l'appui, p. 36.]

Mais les représentants n'eurent pas même à intervenir directement
pour réprimer ces velléités de résistance. Monet, furieux de n'avoir
pu convaincre ses collègues la veille, adressait à Grerold la pièce
suivante:

„L'administrateur des travaux publics est requis de faire enlever dans
le plus bref délai, en conséquence de l'arrêté des représentants du
peuple Saint-Just et Lebas, toutes les statues du temple de la Raison;
en conséquence de requérir non seulement les ouvriers, mais les
citoyens en état de se servir d'un marteau, pour les abattre le plus
promptement possible. L'administrateur me donnera reçu des présentes.
Le 14 frimaire an II[439].

„P. F. Monet, maire.”

[Note 439: _Ibid_., p. 37.]

Il n'y avait plus qu'à s'exécuter, puisque aussi bien, au refus
des officiers municipaux, les „citoyens en état de se servir d'un
marteau” n'auraient pas moins exécuté leur œuvre de Vandales.
On commença le 17 frimaire. L'administrateur des travaux publics
fit néanmoins un dernier effort pour arracher à la destruction tant
d'œuvres d'art, créées par la foi naïve des sculpteurs du moyen
âge. Secondé par quelques ouvriers honnêtes, il fit desceller d'abord
avec précaution, et non pas briser, comme on le lui prescrivait, les
statues qui couvraient la façade. Soixante-sept statues furent ainsi
conservées, puis cachées par ses soins; mais bientôt il ne fut plus
possible de procéder avec ces ménagements contre-révolutionnaires.
Les ouvriers furent surveillés, on leur adjoignit des gens moins
scrupuleux, qui culbutèrent de haut et firent voler en éclats une
foule de statuettes et même des ornements qui n'avaient à coup sûr
rien de blessant pour le plus farouche jacobin. C'est ainsi qu'on
abattit les pommes de pin qui terminaient les tourelles et les
arabesques de la prétendue croix, au sommet de la flèche. Il est vrai
que les destructeurs les prenaient pour des fleurs de lys!

L'intérieur de la Cathédrale ne fut pas épargné davantage; le
maître-autel, la célèbre chaire de Geiler, les fonts baptismaux, de
magnifiques boiseries, furent démolis ou brisés; les épitaphes de
tant d'hommes célèbres grattées ou martelées. Nous ne saurions
entrer dans l'énumération des détails; ils furent consignés, après
la Terreur, dans un procès-verbal officiel, daté du 6 germinal an
III, et dressé par des architectes experts, à ce commis par le nouveau
corps municipal[440]. Ce procès-verbal constate la disparition de deux
cent trente-cinq statues, sans compter les autres objets mutilés
ou détruits. On peut trouver que c'est peu en fin de compte. Il ne
faudrait pas pourtant attribuer la conservation du reste à
quelque repentir soudain des iconoclastes strasbourgeois. Ils ont
consciencieusement abattu ce qu'ils pouvaient atteindre; mais les
ouvriers de l'Œuvre Notre-Dame, seuls initiés au métier dangereux
de grimpeurs dans cette montagne immense de pierres de taille, ne
mettaient, on le pense bien, aucune bonne volonté à leur travail de
démolisseurs, et les autres, manœuvres improvisés, ne se souciaient
nullement de risquer leur peau. Ce fut donc à ras du sol seulement
que la destruction fut complète, au moins en apparence. Une partie des
statues du grand portail fut conservée néanmoins, comme nous venons
de le dire, grâce à la connivence de l'honnête Gerold, et put être
replacé plus tard dans les niches qu'elles remplissaient autrefois.
Le 19 frimaire, le travail prescrit par Saint-Just et Lebas était
déclaré terminé, quoiqu'il y eût certes encore moyen de détruire
bien des choses.

[Note 440: Ce procès-verbal est condensé dans Hermann, _Notices_, I, p
382-384.]

Un savant renommé, le professeur Hermann, le fondateur de notre Musée
d'histoire naturelle, le frère de l'ancien procureur de la commune, du
futur maire de Strasbourg, avait suivi, le cœur serré, ces mutilations
indignes. D'accord sans doute avec une partie de la commission
municipale, il adressait, pendant que l'opération durait encore, la
demande suivante aux membres du district:

„Citoyens administrateurs,

„Les statues que vous faites ôter de la ci-devant Cathédrale,
aujourd'hui temple de la Raison, se détachent assez entières. Elles
mériteraient d'être conservées dans le cabinet national, servant à
l'histoire de l'art de la sculpture, du costume des temps où elles
ont été faites et à l'histoire en général; plusieurs étant
allégoriques et expriment le génie et les idées de ces siècles
reculés. La volonté de la Convention nationale étant d'ailleurs
que les pièces de l'art et de la curiosité qui pourront servir à
l'instruction soient conservées, je vous invite de recommander aux
ouvriers de ménager ces statues le plus possible et de leur faire
assigner une place où elles soient à l'abri de toutes injures,
jusqu'à ce qu'elles puissent en trouver une où elles seront disposées
d'une manière qui réponde aux vues de la Convention nationale.
Strasbourg, le 18 frimaire l'an II de la République française une et
indivisible.

„Hermann, professeur[441].”

[Note 441: _Bulletin de la Société des monuments historiques_, 2e
série, vol. I, p. 88.]

Un certain nombre de têtes mutilées furent recueillies également par
le savant naturaliste et déposées à la Bibliothèque de la ville,
ornées d'épigrammes latines contre Monet, Téterel et Bierlyn, les
chefs des iconoclastes; il savait bien que ceux-ci ne pourraient rien
y comprendre[442].Bizarre destinée des choses d'ici-bas! Transmis
aux générations suivantes, ces restes de la sculpture du moyen âge
reposaient encore au rez-de-chaussée du chœur du Temple-Neuf quand le
bombardement de 1870 vint les envelopper dans un autre cataclysme, plus
destructeur encore que celui de la Terreur. Et cependant ils ont
surgi de nouveau, effrités et demi-calcinés, de cet immense amas
de décombres. L'on peut contempler encore aujourd'hui ces têtes de
Christs, d'anges et d'apôtres à la nouvelle Bibliothèque municipale,
et les réflexions surgissent d'elles-mêmes, graves et mélancoliques,
en face de ces créations mutilées d'époques si lointaines, qui,
d'âge en âge, ont été les témoins inconscients et les victimes des
passions sauvages et de la barbarie des hommes.

[Note 442: Hermann, _Notices_, I, p. 393.]



                                  XXI


Les symboles du culte chrétien étant ainsi proscrits et le culte
nouveau inauguré dans toute sa splendeur, la municipalité se mit à
veiller avec une sollicitude paternelle à ce que les prescriptions
légales du calendrier nouveau fussent soigneusement observées, à ce
que rien, chez les Strasbourgeois, ne vînt rappeler les errements de
l'ancien régime. Une _Instruction sur l'ère des Français_, datée
du Sextidi, 16 frimaire, et signée des officiers municipaux Grimmer
et Cotta, nous reste comme témoignage de ce zèle civique. Elle est
adressée „à nos concitoyens qui habitent Strasbourg ou y font des
voyages” et mêle, de la façon la plus naïve, les considérations
politiques aux détails du ménage. „Il est nommément défendu, sous
l'animadversion la plus sévère, de laisser subsister dans l'ère des
Français, en quelle manière que ce soit, l'abus des lundis bleus.”
Les citoyens sont derechef invités à rapporter à la Mairie tous les
calendriers _vieux style_, et les ménagères auront à procéder „au
nettoyement de la vaisselle et au balayage des chambres”, non plus le
samedi, mais „le dernier jour ouvrier de la décade”[443].

[Note 443: Instruction sur l'ère des Français, du 16 frimaire (6
décembre 1793). Strasbourg, Dannbach, texte français et allemand, 8 p.
4°.]

On voulait--cela se voit dans toutes les manifestations des pouvoirs
publics d'alors--étouffer par la crainte ce qui restait de sentiments
religieux dans les masses. Les journaux se taisaient ou s'associaient
aux attaques de la Propagande; seul l'_Argos_, exclusivement dirigé
par Butenschœn, pendant qu'Euloge Schneider promenait la guillotine à
travers l'Alsace, conservait une attitude moins agressive vis-à-vis
des idées vaincues. Cet Allemand libre-penseur ne pouvait se défaire,
presque malgré lui, des réminiscences chrétiennes de sa jeunesse;
il lui répugnait de se joindre à la curée des propagandistes, qui
rêvaient d'implanter l'athéisme par la terreur et aspiraient bien plus
à la domination terrestre qu'au royaume des cieux. Le 22 frimaire,
il publiait encore une poésie du poète alsacien Th.C. Pfeffel,
toute empreinte d'un véritable sentiment religieux, bien qu'elle
fut destinée, elle aussi, à servir aux cérémonies du culte de la
Raison[444].

[Note 444: _O Vernunft in deren Strahlen_, etc. _Argos_, 22 frimaire (12
décembre 1793).]

Mais lui même et la fraction plus modérée de son parti tout entière,
allaient être frappés d'un coup terrible, qui devait paralyser pour
longtemps leur influence. Le 23 frimaire, son ami, son rédacteur en
chef, Euloge Schneider, à peine rentré dans Strasbourg avec sa jeune
épouse barroise, était arrêté par ordre des commissaires de
la Convention; conduit, le 25 au matin, sur la place d'Armes, il y
subissait la honte d'une exposition publique sur la guillotine, au
milieu des huées et des outrages de la foule, et se voyait ensuite
dirigé sur Paris, pour y connaître toutes les angoisses d'une longue
attente de la mort. Son propre journal n'osa point mentionner d'abord
la brusque catastrophe qui frappait ainsi l'ex-vicaire de Brendel; ni le
numéro du 24 ni celui du 26 frimaire ne mentionnent son nom, et c'est
le 28 seulement que Butenschœn mettait cette déclaration significative
en tête du journal de ce jour: „Si Schneider est criminel, que
sa tête tombe sur l'échafaud! C'est la sentence impitoyable que je
prononcerais si j'étais juge”[445]. Nous n'avons pas à nous arrêter
plus longuement sur cet épisode, qui ne touche qu'indirectement à
notre sujet. Mais Euloge Schneider a tenu pendant trois ans une
place trop considérable dans l'histoire religieuse de Strasbourg et
particulièrement dans celle de la Cathédrale, pour qu'il ne faille
pas mentionner au moins cette disparition subite d'un homme qui n'était
point sans talents et que nous avons vu tomber de plus en plus bas, sous
l'influence des passions les plus diverses. De nos jours certains de
ses compatriotes ont tenté de réhabiliter sa mémoire et de rendre
intéressant et sympathique ce prêtre dévoyé que ses convoitises et
ses rancunes changèrent en pourvoyeur de la guillotine. On nous vantait
naguère encore sa modération relative, on supputait le nombre des
existences qu'il eût pu détruire et qu'il a consenti à ne point
abréger. On n'oublie qu'une chose, c'est qu'il les aurait sacrifiées
de grand cœur, si, de la sorte, il avait pu sauver la sienne. Témoin
la rage aveugle avec laquelle il chargeait le malheureux Dietrich, alors
qu'il était déjà lui-même prisonnier à l'Abbaye! Assurément la
Terreur ne diminua point à Strasbourg quand Schneider captif eut été
entraîné loin de nos murs, aussi peu qu'elle cessa dans Paris
après le meurtre de Marat; mais, dans l'une et l'autre occurence, les
honnêtes gens eurent au moins la consolation de reconnaître un effet
de la justice divine dans cette fin tragique et méritée. Nature
vaniteuse et sensuelle, rancunière et lâche, Schneider fut toujours un
instrument du parti qui dominait à l'heure présente. S'il a succombé
finalement aux accusations, reconnues aujourd'hui calomnieuses, de
rivaux jaloux et non moins criminels que lui, il n'a point bénéficié
dans l'avenir de la haine légitime qu'inspirèrent ces hommes de
sang[446]. La conscience publique supporte, hélas, bien des ignominies,
mais il en est qu'elle ne saurait amnistier et l'une des plus odieuses
à contempler c'est, à coup sûr, de voir les représentants attitrés
d'une religion d'amour égorger leurs frères pour leurs opinions
politiques. Aussi les noms des Joseph Lebon, des Chabot, des Fouché,
des Euloge Schneider, sont-ils et resteront-ils à bon droit parmi les
plus exécrés de cette époque néfaste de la Terreur.

[Note 445: _Argos_, 28 frimaire an II (18 décembre 1793). Peut-être
aussi les deux numéros précédents étaient-ils déjà composés au
moment de l'arrestation de Schneider.]

[Note 446: Il y a beaucoup de vérités dans la feuille volante
que Schneider fit imprimer en prison (_Euloge Schneider, ci-devant
accusateur public, aujourd'hui détenu à la prison de l'Abbaye, à
Robespierre l'aîné, représentant du peuple_. S. lieu d'impr., 4
p. 4°) et qui est datée du 18 pluviôse; les accusations de ses
adversaires étaient absurdes en partie, en partie fort exagérées.
Mais cette même pièce suffirait à le faire condamner au point de
vue moral, car elle fait ressortir, bien malgré l'auteur, toute la
versatilité de cette nature ambitieuse et mal équilibrée.]

Le jour même où l'_Argos_ annonçait enfin le sort de Schneider à ses
lecteurs, le Conseil municipal, présidé par son infatigable adversaire
Monet, prenait connaissance d'une nouvelle liste d'écclésiastiques
_déprétrisés_; nous relevons dans le nombre les noms du
„ci-devant évêque Brendel” et de Laurent, „ci-devant vicaire
épiscopal”[447]. Dans cette même séance le maire saisissait ses
collègues d'une pétition du citoyen Freiesleben qui réclamait quatre
cents livres pour avoir composé quatre grands chœurs et deux duos,
le tout à grand orchestre, en l'honneur de la fête d'inauguration
du Temple de la Raison. Le citoyen Ingweiler, de son côté, demandait
quarante-huit livres pour avoir copié ladite musique. Le Conseil
décide „d'accorder les fonds sur la caisse où il appartiendra”,
c'est-à-dire sans doute sur celle de l'Œuvre-Notre-Dame. Ce n'étaient
pas là d'ailleurs les plus grosses sommes à payer; le véritable quart
d'heure de Rabelais ne sonne pour le Corps municipal que dans une des
séances suivantes, quand le peintre Heim, le graveur Guérin et le
menuisier Strohé eurent présenté leurs comptes „pour ouvrages et
fournitures faites pour l'élévation d'un monument de la Nature au
Temple de la Raison de cette commune”, ledit mémoire se montant
à 1340 livres. Guérin, l'artiste bien connu, et le citoyen Bernard,
imprimeur en taille-douce, firent parvenir en outre à nos édiles une
seconde facture, „pour une planche représentant ledit monument et
pour cinq cents épreuves de cette épreuve”; coût: 233 livres. Le
Conseil arrêta que ces deux sommes seraient payées „sur les fonds
assignés par les représentants du peuple pour être employés aux
réparations civiques qui doivent donner les formes républicaines aux
anciennes empreintes de cette commune” (_sic_)[448].

[Note 447: Procès-verbaux manuscrits du 28 frimaire an II (18 décembre
1793).]

[Note 448: Procès-verbaux manuscr. du 24 nivôse (13 janvier 1794).]

Le 2 nivôse, c'est une troisième série de simples démissionnaires
ou de bruyants apostats que le Conseil municipal consigne avec mention
honorable dans ses procès-verbaux. Beaucoup de ces malheureux font
du zèle anti-religieux pour échapper d'autant plus sûrement à la
guillotine, comme ce curé qui déclarait à la Convention elle-même,
en lui envoyant ses lettres de prêtrise, „qu'au lieu d'envoyer des
âmes au ciel, il voulait donner dorénavant de solides défenseurs à
la patrie et à la République”[449]. A cette même date on entend
aussi le rapport des citoyens Monet et Sarez, envoyés à Paris pour
présenter à la Convention les vases sacrés des églises et temples de
Strasbourg et „pour lui faire agréer l'hommage de la reconnaissance
de la municipalité pour ses glorieux travaux”. Les délégués
déposent sur la table du Conseil les „quittances pour les vases en
vermeil et en argent, les pierreries et les ornements fins” [450].

[Note 449: _Strassburg. Zeitung_, 3 pluviôse (22 janvier 1794).]

[Note 450: Procès-verbaux manuscrits, 2 nivôse (22 décembre 1793).]

Le 5 nivôse, la municipalité décidait que la lecture des lois
nouvelles, promulguées par la représentation nationale, serait faite
dorénavant au Temple de la Raison, chaque décadi, à neuf heures du
matin, par le maire, ou, à son défaut, par un officier municipal.
„Soyez fidèles, concitoyens, disait l'affiche, à entendre
l'expression de la Volonté Nationale; soyez-le de même à la remplir
exactement. Le républicain français ne voit au-dessus de lui que la
Loi; son premier devoir est de la respecter et de lui obéir” [451].

[Note 451: Les officiers municipaux de la Commune à leurs concitoyens,
5 nivôse (25 décembre). Dannbach, placard in-fol.]

Ce fut le lendemain de ce jour, le 26 décembre 1793, que le premier
membre de l'ancien clergé non jureur de la Cathédrale monta sur
l'échafaud. Enfant de Strasbourg, l'abbé Jean-Louis-Frédéric Beck,
avait appartenu comme vicaire à la paroisse de Saint-Laurent. Docile
aux ordres de son évêque, il avait émigré de bonne heure en
Allemagne, après avoir refusé le serment. Lorsque les Autrichiens
occupèrent la Basse-Alsace, après la prise des lignes de Wissembourg,
Beck était rentré dans le pays à leur suite, avec tant d'autres
prêtres réfractaires et avait accepté des fonctions ecclésiastiques
comme aumônier de l'hôpital de Haguenau. Malade au moment de
l'évacuation subite de cette ville par les Impériaux, ses amis avaient
essayé de le soustraire à la vindicte des pouvoirs publics en le
transportant en voiture du côté du Rhin. Mais il avait été arrêté
par une patrouille dans la forêt de Haguenau, le jour de Noël et
dirigé sur-le-champ sur sa ville natale. Son sort ne pouvait être
douteux d'après les lois terribles promulguées contre les émigrés
par la Convention nationale. Quarante-huit heures après son
arrestation, le jeune prêtre expirait courageusement sous le couperet
de la guillotine. Il avait du moins eu la consolation suprême de
pouvoir célébrer une dernière fois la messe dans son cachot, grâce
à la connivence de son père et du geôlier de la prison [452].

[Note 452: Schwartz, II, p. 351. Winterer, _La persécution religieuse_,
etc., p. 262.]

Un pasteur protestant, le vieux ministre de Dorlisheim, nommé Fischer,
l'avait précédé sur l'échafaud. Il avait été condamné à
mort dès le 4 frimaire (24 novembre), par Euloge Schneider et ses
collègues, comme „ayant tenu des propos inciviques et entravé les
progrès de la Révolution” [453].

[Note 453: Livre Bleu, T.I. Copie exacte du soi-disant protocole du
tribunal révolutionnaire, p. 36.]

Dans cette crise d'irréligion, où le nom de Dieu est proscrit, où
les préceptes de pure morale, les plus respectables en eux-mêmes,
affectent un ton déclamatoire et prudhommesque à la fois [454], on
doit une mention particulière et répétée à l'honnêteté courageuse
de Butenschœn, le successeur de Schneider à la direction de l'_Argos_.
Quels qu'aient été, en d'autres circonstances, les torts de ce
Holsteinois égaré sur les rives de l'Ill, on ne peut qu'applaudir à
l'énergie dont il fait preuve, à ce moment, en s'opposant au club et
dans son journal, aux déclamations furibondes des propagandistes et
surtout de Delattre, ex-curé de Metz, contre „le grand charlatan
Jésus-Christ”. Il faut lire dans l'_Argos_ du 8 nivôse sa
protestation, comme aussi celle du cordonnier Jung, jacobin convaincu
s'il en fût, mais écœuré par l'impiété bruyante des apostats
défroqués qui dominaient alors Strasbourg. „Je déclare avoir
infiniment plus appris du „grand charlatan”, disait ce dernier, que
du jeune insolent qui a osé l'insulter. Ah, que ce doit être une âme
petite et vile que celle de l'homme qui a pu bafouer ainsi le meilleur,
le plus respectable des hommes! On aurait dû étouffer ce misérable au
berceau, car il me semble irrémédiablement perdu pour tout ce qui est
noble, honnète et bon” [455].

[Note 454: On en peut citer comme exemple _Les vingt-cinq préceptes de
la Raison_, imprimés à Strasbourg chez Treuttel et Würtz (4 p.
8°), où „les sans-culottes” sont invités „à inspirer à leurs
femmes, avec aménité, les vertus sociales et républicaines”, et
à se souvenir que „la Montagne, centre des vertus, est le point de
ralliement de tout bon citoyen”.]

[Note 455: _Argos_, 8 nivôse an II (28 décembre 1793).]

Arrêté bientôt après, comme suspect, et peut-être pour cette
franchise même, sur l'ordre des représentants Baudot et Lacoste, dans
la nuit du 10 janvier 1794, Butenschœn ne fut pas transféré, comme
ses compagnons d'infortune, dans les prisons de Dijon. Il resta à
Strasbourg, nous ne savons grâce à l'intervention de qui, et put même
continuer à faire paraître son journal, dans lequel il ne cessa
de proclamer les principes d'un déisme honnête, voire même un
peu mystique [456]. Courage doublement honorable alors que les
représentants en mission venaient de nommer son principal adversaire,
le citoyen Delattre, président d'une commission révolutionnaire,
chargée de „juger, d'une façon plus accélérée, tous les suspects
qui encombrent les maisons d'arrêt et lieux de détention de la
ci-devant Alsace”! [457].

[Note 456: _Die Bergpredigt Christi erklârt von einem Republikaner_,
_Argos_, 4 pluviôse an II (23 janvier 1794).]

[Note 457: J.B. Lacoste et M. Baudot, représentants du peuple près
les armées du Rhin, etc. Strasbourg, 6 pluviôse an II, S. lieu
d'impression, 4 p. 4°.]

C'est au moment où les représentants et les adhérents de tous les
cultes étaient ainsi traqués et poursuivis à Strasbourg, que l'agent
national du district, le citoyen Maynoni, s'adressait, avec un à propos
rare, à ses concitoyens, pour porter à leur connaissance une
pompeuse circulaire du Comité de salut public, qui recommandait aux
représentants de l'autorité centrale dans les départements de veiller
avec sollicitude à la liberté des cultes. „Le fonctionnaire public,
était-il dit dans cette pièce, signée par Robespierre, Couthon,
Barère et leurs collègues, n'appartient à aucune secte, mais il sait
qu'on ne commande point aux consciences; il sait que l'intolérance et
l'oppression fait des martyrs, que la voix seule de la raison fait des
prosélytes... Il est de ces impressions tellement enracinées que le
temps seul peut les détruire... La politique ne marche pas sans la
tolérance, la philosophie la conseille, la philanthropie la commande...
Bientôt le fanatisme n'aura plus d'aliments. A le bien prendre,
ce n'est déjà plus qu'un squelette qui, réduit chaque jour en
poussière, doit insensiblement tomber sans efforts et sans bruit, si,
assez sage pour ne pas remuer ces restes impurs, on évite tout ce qui
peut lui permettre d'exhaler tout à coup des miasmes pestilentiels et
orageux qui, inondant l'atmosphère politique, porteraient en tous lieux
la contagion et la mort!” [458].

[Note 458: L'agent national du district de Strasbourg à ses
concitoyens. Strasbourg, le 14 pluviôse an II (2 février 1794). S.
lieu d'impression, texte français et allemand, 10 p. 4°.]

Cette ligne de conduite prudente, bien que tracée dans le langage
emphatique de l'époque, avait-elle quelque chance d'être suivie par
les hommes actuellement au pouvoir dans notre ville, ces conseils de
modération allaient-ils être suivis? Les scènes nouvelles auxquelles
nous allons assister dans le Temple de la Raison permettront à chaque
lecteur d'en juger par lui-même.



                                 XXII.


Ce fut dans sa séance du 18 pluviôse que la Société des Jacobins
décida de célébrer, le décadi prochain, une fête en l'honneur de la
mort de Louis XVI, invitant tous les bons citoyens à se joindre à elle
dans le Temple de la Raison, „pour se réjouir d'avoir vu luire
ce beau jour où le dernier tyran de France a porté sa tête sur
l'échafaud” [459]. Aussi voyons-nous dans la matinée du 20 pluviôse
(8 février 1794), une foule de curieux, sinon de patriotes bien
convaincus, se presser dans la nef de la Cathédrale pour écouter la
harangue solennelle que le citoyen Boy, ce chirurgien de l'armée du
Rhin, que nous avons entendu déjà, avait été chargé de prononcer
„pour célébrer l'anniversaire de la mort du tyran Capet.”
Les paroles qui retentirent, ce jour-là, sous les vieilles voûtes
gothiques, durent réveiller d'une façon bien singulière les échos
endormis de tant de _Te Deum_ chantés, récemment encore, en l'honneur
et pour la gloire des Bourbons. Rien ne peut donner une impression plus
saisissante des vicissitudes humaines que d'entendre ces déclamations
furibondes, succédant, dans l'enceinte sacrée, aux hymnes liturgiques
et aux périodes onctueuses des orateurs chrétiens, et dans lesquelles
on promet „d'amener le règne paisible de la philosophie et de la
vérité” par les canons et par l'échafaud.

[Note 459: _Strassb. Zeitung_, 18 pluviôse an II (6 février 1794).]

„La république, disait Boy, va célébrer à jamais l'anniversaire
d'un si beau jour: la mort d'un roi est la fête d'un peuple libre...
C'est la plus belle époque de la révolution française; c'est en ce
jour que le peuple rassemblé dans toutes les communes renouvellera avec
enthousiasme le serment de mourir libre et sans roi, et, par le récit
des crimes de Capet, enracinera dans l'âme des jeunes citoyens cette
haine implacable pour la royauté, ce monstre qui causa trop longtemps
les malheurs de la France... C'est par l'histoire des rois que les âmes
républicaines s'affermissent; c'est par l'histoire des rois que l'on
apprend à les détester.”

Après avoir tracé, d'un pinceau rapide et quelque peu fantaisiste, le
tableau des bouleversements par lesquels avait passé la France, de 1789
à 1794, l'orateur officiel s'écrie dans un nouvel accès de lyrisme:
„O jour à jamais mémorable! jour heureux d'où date la liberté
française, oui tu seras toujours présent dans nos cœurs. Capet n'est
plus! Quel hommage rendu à la justice, à l'humanité! Les grands
coupables sont donc atteints par le fer vengeur du peuple! Le crime
sur le trône est donc aussi la proie de l'échafaud! Raison, justice,
liberté, voilà votre ouvrage!... Voyez le génie triomphant de la
France tenant en ses mains la tête ensanglantée de Capet. Ne craignez
pas, citoyens, de jeter les yeux sur cette image terrible; votre
sensibilité ne peut en être émue: c'est la tête d'un roi et vous
êtes républicains. Venez voir aussi, exécrables tyrans, monstres
nés pour le malheur du monde, nobles, prêtres, princes et rois, venez!
Voilà le sort qui vous est dû; voilà le sort qui vous attend!”

Le citoyen Boy continuait longtemps encore sur le même ton, mis à la
mode par Robespierre, Saint-Just et Barère, poussant, dans le style
le plus fleuri. aux violences les plus accentuées contre
„les intriguants, les lâches, les ambitieux, les
contre-révolutionnaires”, dont il faut faire évanouir les
criminelles espérances.

Son long discours, prononcé du haut d'une chaire, „jadis le siège
impur du mensonge et de l'erreur”, et pour l'édification d'un peuple,
qui „veut venir à l'école des républicains et non pas à l'école
des prêtres”, qui „veut des décades et non pas des dimanches”,
se termine par un sauvage appel aux armes contre la perfide Albion.
„Guerre, guerre éternelle aux ennemis du genre humain, guerre
éternelle surtout aux Anglais! Que l'odieux rivage où tant de crimes
ont été médités, voie au printemps prochain nos flottes formidables
aborder et réduire par le fer et le feu cette infâme cité, séjour
des courtisans et des rois, et que dans la place où Londres est bâtie,
il ne reste plus que ces mots terribles, écrits en caractères de sang:
La nation française a vengé l'humanité sur les féroces Anglais. Vive
la République! Vive la Liberté!” [460].

[Note 460: Discours prononcé dans le Temple de la Raison, le décadi 20
pluviôse... par le citoyen Boy. Strasbourg, Levrault, 15 p. 80.]

Quelques jours après cette fête, une nouvelle attaque se produisit
contre la Cathédrale et vint troubler le repos des morts qui y
sommeillaient depuis plus ou moins longtemps déjà. Une délibération
du Directoire du district de Strasbourg, en date du 15 pluviôse,
enjoignait au corps municipal d'exécuter une réquisition du ministre
de la guerre, relative à tous les matériaux renfermés dans les
caveaux funéraires et pouvant être utilisés pour le service de
l'artillerie. „Considérant, disait cette délibération, qu'il est du
devoir des municipalités de détruire les monuments que le fanatisme
a érigé à l'orgueil des despotes et de leurs créatures,... tous les
matériaux qui ont servi aux cercueils des anciens évêques, seigneurs,
etc., seront enlevés et portés à l'Arsenal. Pour ne point faire
courir de dangers à la santé publique, on déposera les cercueils dans
des endroits bien aérés, on les y fondra en barres de plomb de vingt
à vingt-cinq livres et l'on calcinera les cadavres avec de la chaux
vive”[461]. Nous n'avons pu retrouver malheureusement d'indication
plus détaillée sur les violations de sépultures qui durent être
la conséquence des mesures ordonnées par les citoyens Didierjean,
Brændlé, Schatz, Christmann et Mainoni; mais il y a tout lieu
d'admettre qu'elles ont été mises à exécution dans toutes les
églises de la ville, et principalement à la Cathédrale, la seule qui
contint des tombes épiscopales.

[Note 461: Nous n'avons pu retrouver le texte français de cette
délibération; nous la traduirons de la _Strassb. Zeitung_, 27
pluviôse (15 février 1794).]

Le 28 pluviôse, les autorités civiles et militaires installaient
solennellement dans le Temple de la Raison, la nouvelle Commission
révolutionnaire, présidée par l'ex-curé Delattre. Elle se composait,
en dehors de ce personnage, des citoyens Mulot, juge à Bitche; Adam
aîné, juge militaire à l'armée de la Moselle; Neumann, accusateur
public du Bas-Rhin; Fibich fils, de Strasbourg, et Altmayer, accusateur
public de la Moselle.

Les Strasbourgeois ne restèrent pas longtemps dans l'ignorance sur
les motifs qui avaient amené la constitution de ce nouveau tribunal de
sang. On les exposa devant eux avec une franchise qui ne laissait
rien à désirer dans sa brutalité. Ce fut encore Adrien Boy, le
représentant attitré de l'éloquence jacobine du moment, qui se
chargea de cette tâche dans un discours, prononcé dans la Cathédrale,
le décadi, 30 pluviôse, et qui traitait surtout de la corruption des
mœurs et de l'esprit public. „Egoïstes, s'écriait-il, agioteurs,
accapareurs, fanatiques, modérés, aristocrates, et toute la race
infernale des ennemis du lieu public, vous qui, depuis l'aurore de notre
sainte Révolution, avez été assez imbéciles, assez lâches, ou
assez pervers pour ne pas abjurer vos détestables principes,... si vous
n'êtes pas assez vertueux pour aimer la patrie, soyez du moins assez
prudents pour craindre les supplices qu'elle réserve à ses indignes
enfants... Chaque goutte de sang versée par les défenseurs de la
liberté, servira un jour à imprimer votre arrêt de mort. Citoyens
du Haut-et Bas-Rhin, c'est à vous en particulier que ceci s'adresse...
Déjà le fanatisme, ce monstre armé par les prêtres, frémissant
et confus à la voix de la raison, cache dans la poussière sa tête
hideuse, il rugit en secret, mais... le génie de la liberté le
tient enchaîné... Le peuple se passe ici de prêtres; il s'habituera
insensiblement à les détester tous...”

A la suite de ce préambule, venait se placer une accusation en règle,
aussi violente que mensongère, contre le patriotisme de la grande
majorité de la population alsacienne. „Si le fanatisme est dans les
fers, en revanche l'égoïsme domine insolemment. L'apathie naturelle
au caractère allemand lui a donné naissance; il sera difficile de le
détruire, il sera donc difficile de former l'esprit public dans ces
départements. Citoyens, faut-il que vos frères vous adressent
sans cesse des reproches mérités? Ne voulez-vous jamais être
républicains?... Que voulez-vous enfin? Qu'espérez-vous?... La
contre-révolution? Elle est impossible, vous n'êtes pas assez
insensés pour en douter. Le rétablissement de la royauté? Nous
péririons plutôt et vous péririez avec nous. Ne pensez pas être plus
forts que le reste de la République. Vous n'êtes rien quand elle a
dit: Je veux. Si vous résistez, des millions de bras sont prêts à
vous anéantir.”

Suit une tirade enflammée contre les „charlatans ecclésiastiques”,
où l'exagération de la haine aboutit au grotesque. „En vain la
raison essayait de vous éclairer sur les crimes de ces imposteurs; en
vain vous étiez témoins de leur vie impudique et licencieuse: il vous
était défendu de voir, de sentir et de parler... Vous payiez pour
venir au monde; vous payiez pour vous marier; vous payiez pour être
enterrés; vous payiez pour ne pas être damnés... Depuis que vous
n'en avez plus (de prêtres), êtes-vous plus à plaindre? L'ordre des
saisons est-il dérangé? Etes-vous moins aimés de vos épouses,
moins caressés par vos enfants? Les infirmités vous assiègent-elles
davantage?...”

Voici enfin quelques passages de la péroraison: „Le nouveau tribunal
révolutionnaire a mis la justice à l'ordre du jour. Citoyens des
départements du Rhin, je vous en conjure encore, soyez Français, soyez
républicains. Il est si doux de n'avoir aucun reproche à se faire.
L'homme vertueux, le bon citoyen regarde la guillotine sans pâlir;
l'égoïste, l'accapareur, l'agioteur, l'aristocrate frémit à chaque
instant du jour. Citoyens, que cette comparaison, simple mais vraie,
vous serve de leçon!... L'humanité, dans une crise révolutionnaire,
ne consiste pas à être avare de sang, mais bien à répandre tout
celui des coupables. J'aime mieux que l'on guillotine dix mille
aristocrates, dix mille scélérats, que de voir périr un bon, un
vertueux républicain. Anéantir le crime, c'est assurer le règne de la
vertu... Hommes pusillanimes, hommes sentimentals de l'ancien régime,
vous allez crier que je suis un tigre, un barbare, un cannibale enfin.
Non, je suis un homme juste et peut-être plus sensible que vous; mais
est-il question d'écouter sa sensibilité quand la patrie est au
bord de l'abîme?... Par les moyens indispensables de rigueur, les
départements du Rhin seront convertis à la République... mais
si, contre toute attente, l'habitude de l'esclavage, le pouvoir du
fanatisme, la corruption enfin étaient tels, que la République ne pût
confier une de ses frontières les plus importantes aux citoyens de
ces départements, vous concevez, citoyens, quel est le sort qui vous
attend. Le sol fertile que vous habitez deviendra le partage des braves
sans-culottes, et vous en serez chassés avec ignominie”[462].

[Note 462: Discours prononcé dans le Temple de la Raison... le 30
pluviôse... par le citoyen Boy. Strasbourg, sans nom d'impr., 15 p.
4°.]

C'était un langage d'une insolence pareille qu'on osait tenir à la
population de notre ville! Pourtant, dès les premiers jours, elle
s'était, dans sa grande majorité, prononcée pour les idées de
liberté et, dans le moment même, elle donnait les preuves les plus
convainquantes d'un ardent patriotisme[463]. Aussi l'on comprend
aisément combien les déclamations furibondes de ces rhéteurs de bas
étage ont dû exaspérer les Strasbourgeois d'alors, et leur ont fait
saluer avec enthousiasme le jour heureux qui les délivra des tyrans,
dont le contrôle inquisiteur et les dénonciations incessantes
s'étendaient aux plus mesquins détails de leur existence privée.
C'est ainsi qu'on dénonçait en ces jours mêmes, „certaine classe
évaporée d'êtres du sexe féminin, _was man gewöhnlich Jungfern in
Strassburg nennt_” qui, malgré l'arrêté fameux de Saint-Just, s'est
remise à porter les vieilles coiffures locales. „Ces créatures,
s'écrie la _Gazette de Strasbourg_, veulent prouver par leur costume
suranné, gothique et servile qu'elles ne veulent pas être des
républicaines. Fi!”[464]. Peu après, les autorités enjoignent
à tout propriétaire d'un jardin de luxe d'avoir à ensemencer ses
plates-bandes et ses massifs de pommes de terre, d'orge ou de trèfle,
sous peine d'être traité de suspect[465]. Un autre jour on va jusqu'à
défendre de „fabriquer toute espèce de pâtisserie, sous peine de
confiscation, d'amende et d'être en outre déclaré suspect et traité
comme tel”[466].

[Note 463: Rien de plus caractérisque d'ailleurs que les contradictions
perpétuelles des personnages officiels de l'époque à ce sujet. Ainsi
les administrateurs du Bas-Rhin vantent au Comité de salut public ce
„peuple docile et bon”, au moment même où Boy le dénonce. (Copie
de la lettre écrite le 8 ventôse, an II, en réponse aux mensonges...
d'un écrit intitulé: _Euloge Schneider_, etc. Strasb., Levrault, 7 p.
4°.)]

[Note 464: _Strassb. Zeitung_, 7 ventôse (25 février 1794). Bientôt
les rigueurs de l'autorité suivirent les dénonciations bénévoles.
Le directoire du district frappait d'une prison de huit jours les
femmes qui n'auraient point honte de sortir sans cocarde, et, en cas de
récidive, les déclarait suspectes. (_Strassb. Zeitung_, 21 germinal,
an II)]

[Note 465: Délibération du directoire du district de Strasbourg, 19
ventôse (9 mars 1794). Heitz, 8 p., 4°.]

[Note 466: Délibération du directoire du département, 21 germinal,
placard in-fol., sans nom d'impr.]

Heureusement que le vieux sanctuaire du moyen âge n'était pas toujours
occupé par des orateurs aussi sanguinaires que celui qu'on vient
d'entendre, ni aussi hostiles à tout sentiment religieux. On y
réunissait, par exemple, le 8 germinal, les défenseurs invalides de la
patrie, et les familles de ceux d'entre eux qui avaient péri, afin
que l'officier municipal, commissaire aux secours, leur donnât les
renseignements nécessaires pour être admis au bienfait de la loi du
21 pluviôse[467]. On y faisait entendre peut-être „la prière
du républicain dans le Temple de la Raison” que publiait alors
l'_Argos_[468], toujours encore prêt, malgré les mésaventures de
Butenschœn, à prendre le parti du „défenseur des droits de l'homme,
du confident des sans-culottes, de l'ennemi des prêtres, victime des
despotes, du sage de Palestine, dont le cœur débordait d'un amour
ardent pour ses frères” et qu'il présentait comme „le modèle des
républicains”[469]. Mais cette tendance déiste, qui allait triompher
bientôt à Paris et par suite à Strasbourg, et marquer l'apogée de
la puissance de Robespierre, n'avait pas encore pour elle l'appui des
puissants du jour et ses partisans strasbourgeois ne pouvaient donc
empêcher l'œuvre de vandalisme de suivre son triste cours. Dans les
derniers jours de mars les administrateurs du district envoyaient une
lettre à la municipalité, „portant qu'il existe plusieurs bâtiments
publics en cette commune, qui blessent la vue du patriote par les signes
de féodalité et de superstition qui les déshonorent; que la
sphère de l'horloge du bâtiment ci-devant Saint-Guillaume est encore
surmontée d'une fleur de lys pour marquer les heures, que le Temple
de la Raison même en offre de trop marquants du côté de la chapelle
ci-devant Saint-Laurent, pour ne pas choquer l'œil du républicain;
qu'enfin la tour est surmontée d'une croix qui ne peut convenir qu'aux
temples du fanatisme.”

[Note 467: Délibération du corps municipal, 8 germinal, an II (28 mars
1794), placard in-fol.]

[Note 468: _Gebet für Republikaner im Tempel der Vernunft, Argos_ 6
germinal (26 mars 1794). Nous disons peut-être, car dans la lettre des
„sans-culottes”, Massé, Jung, Vogt et Wolff, qui se trouve au Livre
Bleu, I, p. 192, la Propagande est catégoriquement accusée d'avoir
proscrit la langue allemande au Temple de la Raison.]

[Note 469: Argos, 24 ventôse (14 mars 1794).]

Le corps municipal, évidemment partagé entre la crainte de se
compromettre et le désir de ne pas mutiler davantage la Cathédrale, si
éprouvée déjà, répondit par une délibération presque évasive.

„Sur le rapport fait par l'administration des travaux publics...,
que les ouvriers sont continuellement occupés à enlever les croix des
ci-devant églises, que pourtant il est très possible qu'il s'en trouve
encore,” la municipalité déclare qu'il „est très injuste de taxer
l'administration de négligence”; qu'il a été adressé copie de
la lettre du district à l'administrateur de la ci-devant fondation
Notre-Dame, et que ce dernier a présenté des observations concernant
l'enlèvement, observations approuvées par l'architecte inspecteur des
travaux de la commune. Le corps municipal arrête en conséquence „que
les inspecteurs des bâtiments de la commune seront de nouveau invités
à faire les recherches les plus exactes et les plus scrupuleuses,
pour découvrir tout ce qui pourrait se trouver en cette commune
représentant des signes de superstition et de féodalité, et renvoie
au District les pièces et le plan concernant l'enlèvement de la croix
sur la flèche du Temple de la Raison, aux fins de décider si, d'après
la loi sur la conservation des monuments qui intéressent les
arts, ladite flèche doit rester intacte ou bien si la partie
de l'architecture au-dessous du bouton est dans le cas d'être
enlevée”[470].

[Note 470: Procès-verbaux manuscrits, 12 germinal an II (1er avril
1794).]

Un court sursis fut obtenu de la sorte; il ne s'était pas encore
trouvé d'énergumène dans le Conseil pour proposer d'abattre cette
flèche splendide, l'orgueil de notre cité. Mais le moment était
proche où de pareilles discussions allaient être possibles, car
un premier renouvellement du Conseil général de la Commune avait
introduit, le 11 pluviôse, Téterel parmi les nouveaux officiers
municipaux, et celui du 4 floréal allait lui donner pour un instant
dans ce corps une influence considérable[471].

[Note 471: Listes officielles du Conseil général de la Commune de
Strasbourg, signées Rumpler. Strasbourg, 11 pluviôse, 4 floréal an
II, placards in-fol.]



                                 XXIII.


L'énergumène dont nous venons de transcrire le nom, et qui faillit
être plus néfaste à notre Cathédrale que tous les terroristes
réunis, était un des nombreux aventuriers que la crise
révolutionnaire avait attirés dans notre province. Antoine Téterel,
né, dit-on, vers 1759 dans le Lyonnais, était un séminariste
défroqué qui s'installa comme professeur de français et de
mathématiques à Strasbourg, en 1789. Il s'appelait alors M. de Lettre,
nom qui ne lui appartenait pas davantage, peut-être, que tant d'autres
désignations nobiliaires usurpées par les hommes de lettres de
l'époque[472].

[Note 472: Voy. les Notices de M. E. Barth dans la _Revue d'Alsace_,
1882, p. 540.]

Intimement lié avec les Laveaux, les Monet, les Simond, il devint, pour
ainsi dire, leur commissionnaire attitré au club des Jacobins de
Paris, ainsi qu'à la barre de la Convention Nationale. Son zèle
fut récompensé par les représentants en mission et, à partir de
l'automne 1793, nous le voyons figurer, à divers titres, dans la
nomenclature administrative et judiciaire du Bas-Rhin.

Il tenait à faire preuve de civisme et, par des propositions
extraordinaires, à se distinguer, même en pareil moment, parmi les
extrêmes. C'est poussé sans doute par ce sentiment de vanité féroce
qu'il en vint à faire dans la séance des Jacobins du 24 novembre
1793, la motion qui conservera son souvenir parmi nous, d'une façon peu
flatteuse d'ailleurs. „Téterel, dit le procés-verbal, fait la motion
de faire abattre la tour de la Cathédrale jusqu'à la plate-forme. Les
Représentants et Bierlin, membre du club, appuient cette motion, par
la raison que les Strasbourgeois regardent avec fierté cette pyramide,
élevée par la superstition du peuple, et qu'elle rappelle les
anciennes erreurs”[473]. Cependant, malgré l'appui des représentants
du peuple, la motion ne fut pas adoptée dans son ensemble. On se
contenta, nous l'avons vu, de détruire les statues qui couvraient la
façade de l'édifice.

[Note 473: Heitz, Sociétés politiques de Strasbourg, p. 302.]

D'après une tradition constante[474], Téterel, nommé officier
municipal, aurait repris la proposition, faite cinq mois auparavant au
club, en modifiant quelque peu les considérants de sa motion sauvage.
Devant ses collègues du Conseil municipal il ne pouvait décemment
alléguer, comme un motif de démolition, l'amour des Strasbourgeois
pour leur Cathédrale. On nous dit qu'il prétendit que l'existence
de cette flèche altière blessait profondément le sentiment de
l'_égalité_. Un seul membre l'appuya, au dire du bon Friesé,
peut-être ce même Bierlin, qui déjà s'était proclamé son séïde.
Cependant les autres élus de floréal n'osèrent pas repousser
purement et simplement la demande de ce nouvel Erostrate. On ne
saurait prétendre avec justice qu'ils ne s'intéressaient pas à la
Cathédrale; nous en avons la preuve certaine dans un arrêté qu'ils
prirent durant les derniers jours d'avril, sur la réquisition du
Directoire du district, pour écarter de ses fonctions Daudet de Jossan,
le receveur de l'administration de l'Œuvre Notre-Dame.

[Note 474: D'après les récits de Friesé (V. 330), Schnéegans,
Strobel, etc. Mais nous devons dire, pour rendre hommage à la vérité
historique, que nous n'avons point trouvé trace de cette nouvelle
motion dans les procès-verbaux da Corps municipal, conservés aux
Archives de la Mairie. Cela ne veut pas dire qu'elle n'ait point été
faite, mais la preuve authentique n'en existe point.]

L'arrêté continuait en ces termes: „Considérant que la conservation
du bâtiment de la ci-devant Cathédrale, aujourd'hui Temple de
la Raison, exige par la nature de sa construction, une suite non
interrompue de travaux et de soins, à quelles fins il existe un atelier
particulier sous la surveillance d'un architecte-inspecteur, le Corps
municipal arrête que, pour ne pas exposer à la dégradation ce
monument de l'art, le Directoire du district sera invité à continuer
cet atelier et cette surveillance de l'inspecteur, jusqu'à ce qu'il
ait pris, aux mêmes fins, telles autres mesures qu'il jugera
convenables”[475]. Néanmoins ils eurent recours à un subterfuge
pour sauver l'édifice du danger dont le menaçait Téterel. Ils lui
répondirent qu'une mesure de ce genre coûterait trop cher et ferait
peu d'effet, et qu'on réveillerait bien autrement le civisme des
populations en plantant le symbole de la liberté sur cette pyramide
gigantesque, pour annoncer au loin la fin de l'esclavage aux populations
rhénanes. Cette motion prévalut; il fut décidé que le bonnet des
Jacobins serait arboré sur la croix, surmontant la lanterne, et vers
la mi-mai, on hissa, non sans causer de nombreux dégâts, l'immense
coiffure phrygienne en tôle, badigeonnée d'un rouge vif, jusqu'au
sommet de l'édifice[476]. Les bras de la croix furent dissimulés
derrière d'immenses guirlandes de feuilles de chêne, fabriquées
du même métal. Pendant de longs mois, ce bizarre couvre-chef domina
Strasbourg et les campagnes environnantes. Plus tard, après la Terreur,
il fut réclamé par J.-J. Oberlin, l'infatigable bibliothécaire de la
ville, et conservé parmi les curiosités historiques de la cité,
à côté de la marmite des Zurichois et la vieille bannière
strasbourgeoise. Beaucoup de nos contemporains l'ont encore contemplé
sans doute, dans une salle du second étage du Temple-Neuf, avant qu'il
ne s'abimât, comme maint autre souvenir, infiniment plus précieux, du
passé, dans l'immense brasier du 24 août 1870.

[Note 475: Procès-verbaux du Corps municipal, 11 floréal (30 avril
1794).]

[Note 476: Hermann (Notices, I, p. 387) indique très catégoriquement
la date du 4 mai comme celle où le bonnet rouge fut placé sur la
Cathédrale; Schnéegans et d'autres ont répété cette date. Mais les
procès-verbaux du Conseil municipal disent non moins catégoriquement
que ces travaux ont été faits du 23 floréal au 5 prairial,
c'est-à-dire du 12 mai au 13 juin. (Procès-verbaux manuscrits, 9
thermidor an II.)]

Cependant une réaction sensible allait se produire contre les
saturnales du culte de la Raison. Le 24 février 1794, Hébert, le
principal créateur de ce culte, Anacharsis Clootz, et leurs amis plus
proches, périrent sur l'échafaud. Ils furent suivis, le 5 avril, par
Danton, Camille Desmoulins, Chaumette et leurs partisans, sacrifiés
comme les premiers, à la jalousie toujours en éveil de Robespierre.
Dans sa chute, le fougueux tribun du club des Cordeliers entraîna
l'un des anciens vicaires de l'évêque constitutionnel du Bas-Rhin,
le député Philibert Simond, accusé d'avoir voulu „renverser la
République et lui donner un tyran pour maître.” Traduit devant le
tribunal révolutionnaire, le 21 germinal, il fut guillotiné trois
jours plus tard avec un autre membre de l'ancien clergé d'Alsace, l'ex
constituant Gobel, évêque démissionnaire de Paris, et le général
Beysser, de Ribeauvillé[477]. Pour mieux faire ressortir la turpitude
de ses adversaires, pour faire diversion peut-être au sombre effroi qui
saisit la Convention elle-même à cette recrudescence de la Terreur,
Robespierre choisit ce moment pour organiser un culte nouveau. Dans la
séance du 17 germinal, Couthon venait annoncer le dépôt prochain
de rapports relatifs à la reconnaissance d'un Etre suprême, et
Butenschœn s'écriait d'un ton lyrique, en donnant cette nouvelle aux
lecteurs de l'_Argos_: „Je puis annoncer l'heureuse nouvelle que la
Convention nationale s'est occupée de la création d'un culte divin,
digne de citoyens libres; maintenant je puis m'écrier avec le vieillard
Siméon: Seigneur, laisse partir ton serviteur en paix!”[478]. Le
rédacteur de la _Gazette de Strasbourg_ écrivait, lui aussi, quelques
semaines plus tard, en parlant du rapport de Robespierre à la séance
du 18 floréal: „La faction hébertiste, dont Schneider et ses
acolytes étaient les partisans fanatiques, voulaient abrutir la nature
humaine; cette faction infâme voulait abolir toute morale et arracher
aux âmes toute pensée d'immortalité”[479].

[Note 477: _Strassburger Zeitung_, 27 germinal (16 avril 1794). Le Corps
municipal décida, le 5 floréal, qu'on lirait, le décadi prochain, au
temple de la Raison, le rapport fait à la Convention sur la conjuration
de Danton, Desmoulins et leurs complices.]

[Note 478: _Argos_, 24 germinal (13 avril 1794).]

[Note 479: _Strassburger Zeitung_, 23 floréal (12 mai 1794).]

Puis des voix officielles, plus autorisées que celles de simples
journalistes, se font entendre. C'est ainsi, pour ne citer qu'un
exemple, que les administrateurs du district de Strasbourg s'adressent
à la Convention pour „mêler leurs hommages à ceux de tous les
bons citoyens”, pour la féliciter „d'avoir consolidé à jamais
l'édifice majestueux de la République” en reconnaissant l'Etre
suprême, et d'avoir „terrassé, du sommet de la montagne, le monstre
hideux de l'athéisme et ses déhontés partisans, qui voulaient laisser
le crime sans frein et sans remords, la vertu sans récompense, le
malheur sans consolations et sans espoir d'un meilleur avenir”[480].

[Note 480: Les administrateurs du district de Strasbourg à la
Convention nationale. S. date ni nom d'impr., 4 p., 4°, dans les deux
langues.]

Dans sa séance du quintidi, 5 prairial (24 mai), le Corps municipal
décidait que „vu l'arrêté du Comité de Salut public du 18
floréal, qui ordonne que l'inscription _Temple de la Raison_ au
frontispice des édifices ci-devant consacrés au culte, sera remplacée
par les mots de l'article Ier du décret de la Convention nationale
du 18 floréal: „Le Peuple français reconnaît l'Etre suprême et
l'immortalité de l'âme”, le rapport et le décret du 18 floréal
seront lus publiquement les jours de décade pendant un mois dans ces
édifices”[481].

[Note 481: Procès-verbaux du Corps municipal, 5 prairial (24 mai
1794).]

En attendant qu'une grande cérémonie officielle vînt inaugurer
cette quatrième transformation du culte public à la Cathédrale et
réinstaller sous ses voûtes l'Etre suprême, ce „bon Dieu, auquel on
permettait de nouveau d'exister”, selon la spirituelle épigramme
de Pfeffel, son nom s'y voyait invoqué déjà, lors de la fête
célébrée le 12 prairial, pour commémorer la chute de la Gironde,
qui „permit de respirer aux dignes représentants siégeant sur la
montagne.” Dès la veille, une sonnerie de trompettes avait annoncé,
du haut de la plate-forme, cette réjouissance jacobine et le bonnet
rouge au sommet de l'édifice avait ”consterné les vils esclaves de
l'Autriche”[482]. Une tentative d'assassinat, plus ou moins avérée,
avait été faite naguère contre l'incorruptible idole des clubs;
c'est ce qui explique comment les patriotes réunis à la Cathédrale
jurèrent ce jour-là, sur la proposition de leur président,
Lespomarède, de „surveiller de plus près les conspirateurs, les
traîtres et les assassins”, et remercièrent en même temps l'Etre
suprême d'avoir protégé Robespierre et Collet d'Herbois „contre un
monstre payé par Pitt, pour ravir au genre humain deux de ses amis les
plus dévoués et les plus éclairés[483].”

[Note 482: _Strassburger Zeitung_, 13 prairial (1er juin 1794).]

[Note 483: Heitz, Sociétés politiques, p. 355.]

C'est au moment où le culte national, récemment institué, allait
entrer en vigueur, que nous rencontrons sur notre chemin un nouveau
témoin de la foi catholique. Parmi ceux qui, jadis, avaient officié
dans l'enceinte de la basilique strasbourgeoise, se trouvait un jeune
prêtre, natif de Châtenois, Henri-Joseph-Pie Wolbert, vicaire de la
paroisse de Saint-Laurent et chapelain du Grand-Chœur. Bien que soumis
à la déportation pour refus de serment, Wolbert avait refusé de
quitter Strasbourg pendant la Terreur, pour y continuer en secret
l'exercice de son ministère. Arrêté pendant la visite qu'il faisait
à l'une de ses ouailles, traduit devant le tribunal révolutionnaire
et condamné, sans débats, il mourut avec le courage serein d'un
martyr[484]. Deux pauvres femmes, deux laveuses, qui l'avaient
généreusement caché chez elles, Marie Nicaise et Catherine Martz,
furent guillotinées le même jour que lui, comme ses complices; une
troisième, plus heureuse, la couturière Marie Feyerschrod, ne fut
condamnée qu'à la prison[485].

[Note 484: Schwartz, II, p. 354. Winterer, p. 254.]

[Note 485: _Strassburger Zeitung_, 16 prairial (4 juin 1794).]

Mais l'attention publique ne s'arrêtait pas longtemps, alors, à ces
douloureux spectacles; c'est à peine si les journaux les mentionnaient
en passant et les larmes qu'ils arrachaient sans doute aux âmes pieuses
étaient obligées de couler en secret. D'ailleurs, tout se préparait
pour la grande fête officielle, qui devait se célébrer à Strasbourg,
comme à Paris, où Robespierre et ses adhérents intimes faisaient, on
le sait, tous leurs efforts pour lui donner de l'éclat. Les autorités
civiles et militaires de notre ville n'auraient pas mieux demandé que
de „faire grand”, elles aussi. Seulement l'argent manquait quelque
peu dans les caisses publiques. Un des membres du Conseil municipal eut
alors une idée lumineuse, ainsi rapportée dans les procès-verbaux:
„Un membre ayant présenté une adresse aux citoyens de la commune,
relative aux frais que pourraient occasionner les réparations et
les décorations républicaines du temple de l'Etre suprême et le
dépouillement des ornements ridicules de la superstition, le Corps
municipal a approuvé cette rédaction et en a ordonné l'impression
dans les deux langues et l'affichage”[486]. En même temps les poètes
se mettaient à l'œuvre; Auguste Lamey composait, sur la mélodie
de vieux cantiques luthériens, ses _Chants décadaires_ et faisait
recommander par les journaux la vente du premier d'entre eux, _A la
fête de l'Etre suprême_, aux habitants des communes rurales, à trois
sols l'exemplaire[487]. Butenschœn, lui aussi, faisait imprimer un
cantique, surmonté du bonnet phrygien et orné de la devise: Liberté,
Egalité[488]. Dans l'_Argos_, un troisième versificateur entonnait
un _Hymne_ plus ou moins poétique, suivi d'exhortations en prose, d'un
style fleuri, où l'on pouvait lire, entre autres, des phrases comme
celle-ci: „Voyez ces sauveurs de l'humanité, levez vos regards vers
Jésus et Socrate, vers Rousseau et Marat, tous ces grands cœurs dont
vous connaissez le nom!”[489].

[Note 486: Procès-verb. manuscr, 16 prairial an II.]

[Note 487: _Strassb.Zeitung_,12 prairial (31 mai 1794).]

[Note 488: _Zu Ehren des Höchsten_, Strassburg, Lorenz und Schuler, 4
p., 18°.]

[Note 489: _Argos_, 18 prairial (6 juin 1794).]

Une autre manière de diminuer les frais de la fête, dont s'avisa
la municipalité, fut d'inviter tous les citoyens à offrir à leurs
frères indigents les moyens de se réjouir, eux aussi, durant le
grand jour qui s'approche. Il faut avouer malheureusement que les
procès-verbaux ne témoignent pas d'un grand empressement de la
population plus aisée à répondre à cette invitation charitable. Une
seule offre un peu considérable, à mentionner; c'est celle du citoyen
J.-H. Weiler, qui envoie à l'Hôtel-de-Ville une lettre „portant que
le Corps municipal ayant pris les mesures les plus sages pour rendre
la fête consacrée à l'Etre suprême qui sera célébrée décadi
prochain, la plus pompeuse et la plus touchante, et qu'il voit que les
citoyens de cette commune qui depuis longtemps sont livrés à la dure
privation de la viande, s'empressent de répondre à ces vues, et de
reconnaître avec la municipalité l'Etre suprême et ses bienfaits;
qu'il croit pouvoir augmenter l'allégresse de cette fête en s'offrant
de distribuer gratuitement deux livres de viande à chaque famille,
d'après le mode qui sera adopté par le Corps municipal, pourvu que
cette distribution tourne au profit des seuls patriotes”[490]. Le
Conseil accepte naturellement cette offre généreuse et charge le
citoyen Grimmeisen de surveiller la distribution. Une mention honorable
encore aux citoyens Dalmer et Weishaar, qui offrent quarante mesures
de bière, devant être distribuées, par portions égales, au pied des
quatre arbres de la liberté de la commune. Quant à des distributions
de victuailles, faites par la municipalité elle-même, nous n'en avons
point trouvé d'autre trace qu'une décision au sujet de trente livres
de fromage offertes aux „enfants orphelins et à ceux de la Patrie,
pour les faire participer à l'allégresse de la fête”[491].

[Note 490: Procès-verbaux du Corps municipal, 19 prairial (7 juin
1794).]

[Note 491: Procès-verbaux du 19 prairial an II.]

Le peu d'empressement du public aisé n'a point troublé cependant
l'enthousiasme du rédacteur du procès-verbal officiel de la
description de la fête de l'Etre suprême; il n'a aucun doute au sujet
de la sincérité de l'élan général qui se manifeste dans cette
journée du 20 prairial, et nous allons le suivre, en résumant son
récit, afin de voir quel rôle la Cathédrale eut à y jouer. Dès
l'aurore, une décharge d'artillerie annonce ce jour „d'allégresse
publique”. A huit heures, une seconde décharge donne aux citoyens le
signal de se réunir à la Maison commune, pour aller de là au Temple
de l'Etre suprême. „Une foule innombrable se pressait à l'envi de
partager l'hommage sincère rendu au Père de l'espèce humaine, qui put
en ce jour abaisser un regard de confiance sur des enfants tous dignes
de lui, sur un culte, où son essence n'était point dégradée, qui
n'était pas souillé par les mystères, la doctrine absurde et la
coupable hypocrisie des prêtres.” Des vétérans écartaient la foule
compacte des spectateurs sans violence et „par le seul respect porté
à la vieillesse par le Français régénéré.” Une musique militaire
ouvrait le cortège, puis marchait un „bataillon scolaire”, formé
de „jeunes citoyens”[492], puis encore de „jeunes citoyennes”
vêtues de blanc, aux écharpes tricolores, des adolescents armés de
sabres, les orphelins de la Patrie, et une foule immense de matrones,
couronnées de fleurs, avec leurs enfants portant des bouquets et
chantant des hymnes patriotiques.

[Note 492: Extrait des registres du Corps municipal du 12 messidor.
Placard in-folio, imprimé dans les deux langues, avec remercîment
spécial à ces jeunes citoyens et portant organisation de leur
bataillon.]

La masse des citoyens, dont les rangs étaient unis entre eux par des
guirlandes de feuillage, était suivie par toute une série de groupes
professionnels ou politiques distincts. Des cultivateurs conduisaient
une charrue, attelée de deux bœufs „au front panaché de rubans
tricolores.” Quatre citoyennes représentant les quatre Saisons, en
guidaient une cinquième, la déesse de l'Abondance. Des militaires de
toute arme portaient une petite Bastille, et „les citoyens occupés à
l'extraction du salpêtre, des emblèmes annonçant que le ciel protège
le peuple qui prépare la chute des rois et des oppresseurs de la
terre.” Plus loin l'on aperçoit la France, la Suisse, la Pologne et
l'Amérique, représentées par des citoyens vêtus des costumes
propres à ces pays, et „paraissant dans leur allégresse, nourrir
l'espérance certaine du bonheur qui plane sur ces contrées.” En
avant de la Société populaire marchent, portant des branches de
laurier, „les citoyennes occupées à la confection des effets de
campement des armées”, puis des femmes encore, la Liberté, la
Justice, l'Egalité, la Félicité publique. Les Jacobins suivaient,
portant les bustes des martyrs glorieux de la liberté, et accompagnés
des „citoyennes habituées à fréquenter leurs tribunes.” Le
cortège était terminé par les autorités civiles et militaires, qui
s'avançaient, au milieu d'une double rangée de canonniers, à travers
les rues ornées de banderolles tricolores et de guirlandes de
fleurs, „formant un coup d'œil que l'âme attendrie savourait avec
délices.”

C'est ainsi que le peuple de Strasbourg se portait vers le Temple de
l'Etre suprême, „dépouillé des vestiges impies du sacerdoce.” La
place et les portails avaient été ornés d'arbres et l'intérieur
de la Cathédrale était arrangé en vaste amphithéâtre, capable de
recevoir une foule immense. Au milieu s'élevait sur une montagne
un autel de forme antique, où étaient gravées en bas-relief les
principales époques de la Révolution. Sur cette montagne „les jeunes
citoyennes viennent déposer leurs fleurs, leurs gerbes et leurs fruits,
mais elles en sont elles-mêmes le plus bel ornement. Un parfum
suave, jeté par leurs mains pures, s'élève vers la voûte; un doux
saisissement, un saint respect préparaient le silence nécessaire dans
une aussi nombreuse assemblée...” Une fanfare de trompettes annonce
alors l'ouverture de la cérémonie, puis „une symphonie mélodieuse
élève les âmes vers l'auteur des êtres”, et un poète, inconnu
pour nous, vient déclamer une _Ode à L'Etre suprême_:

  ...Etre infini, ton culte est le règne de l'homme.
  Tu voulus sa grandeur, non le pouvoir de Rome;
  L'homme libre élevant vers toi son front serein
  T'offre le pur encens des vertus de sa vie.
         Lorsque l'esclave impie
  Rampe au pied de Terreur, du marbre et de l'airain...

  Dieu de la liberté, du peuple et du courage.
  Les prêtres et les rois nous voilaient ton image;
  Nous voulons t'adorer loin des prêtres, des rois.
  Nous avons retrouvé tes traits dans la nature;
         Sa voix fidèle et pure
  A dicté nos devoirs, notre culte et nos lois!

Espérons que la musique d'Ignace Pleyel, l'ex-maître de chapelle de
la Cathédrale, présentait plus d'attraits que ces vers médiocres. Il
avait été mis à contribution, lui aussi, pour la cérémonie de ce
jour. „Pleyel, dit notre procès-verbal, devenu agriculteur depuis que
la Révolution a ramené l'amour des champs..., inspiré par un sujet
aussi beau, avait composé une pièce brillante et majestueuse, dont les
paroles, extraites de la _Journée de Marathon_, étaient chantées par
un chœur nombreux de jeunes citoyennes, unissant les grâces de leur
âge au civisme et à la vertu.”

Ces „harmonieux accords” sont interrompus par le discours d'un
orateur, également anonyme, qui dépeint à la foule „les dangers
de la doctrine aride de l'athéisme, en intéressant tous les cœurs
sensibles à l'existence de la divinité.” Mais nous ne nous
arrêterons pas aux flots de rhétorique dont il inonda son auditoire,
non plus qu'à la harangue analogue du représentant du peuple Lacoste.
De nouveaux chœurs se font entendre et les masses qui se pressaient
sous la voûte du temple, se séparent enfin „dans un enthousiasme
général”[493] en entonnant cette dernière strophe:

  „Potentats, qui sur la terre
  Tremblez dès l'aube du jour,
  Votre impuissante colère
  Va vous perdre sans retour;

  Vous voulez réduire en cendre
  Le sol de la Liberté;
  Dans la tombe il faut descendre
  Et croire à l'Egalité.”

[Note 493: Sur cet enthousiasme, plus ou moins général, voy. aussi la
_Strassburger Zeitung_, 21 prairial (9 juin 1794).]

Ce que fut la fête, au sortir de la Cathédrale, nous ne le savons
que par les derniers mots du procès-verbal. „L'indigence, dit-il, en
rentrant dans ses foyers, y trouva un repas frugal.... le civisme fit
couler, sur le soir, une boisson saine aux pieds des divers arbres de
la liberté. Une partie de la nuit se passa encore en fête et en
allégresse. Le bonnet rouge placé sur la pointe extrême de la tour du
temple, que l'on avait illuminée, paraissait dans l'ombre une étoile
flamboyante, proclamant les droits du peuple et le bonheur du monde”
[494].

[Note 494: Procès-verbal et description de la fête de l'Etre suprême
célébrée le 20 prairial. Strasbourg, Dannbach, 16 p., 8°. Signé par
le maire et tout le Corps municipal, ce document a été rédigé sans
doute par le citoyen Doron, secrétaire-greffier adjoint.]

Dès le lendemain, le corps municipal était mis en devoir d'examiner la
carte à payer. Deux mémoires, l'un de 130 livres 60 centimes,
l'autre de 1377 livres 35 centimes, lui étaient présentés par les
entrepreneurs chargés de „dépouiller le Temple de l'Etre suprême
des ornements ridicules de la superstition” [495]. Le 24 prairial
paraissait un nouvel appel du comité chargé de réunir les fonds
pour couvrir cette dépense et pour orner la Cathédrale „d'emblèmes
républicains” [496]. Les citoyens Labeaume, Zabern, Fischer, Dietsch,
Chenevet et Læmmermann y exprimaient leur vive douleur de ce que
„beaucoup de citoyens restent froids vis-à-vis de l'émotion
universelle produite par la fête décadaire... Voulez-vous être
égoïstes? Non, alors déposez votre offrande sur l'autel de la
patrie!” Personne n'aimait alors à passer pour égoïste; trop de
gens avaient été conduits dans les prisons strasbourgeoises comme
suspects de ce crime. Aussi finalement la souscription volontaire
atteignit-elle le total fort honnête de 34,406 livres en assignats
[497]. C'est sur ce fonds patriotique que furent réglés les mémoires
mentionnés plus haut; c'est avec cet argent aussi que l'horloger
Maybaum dut construire l'horloge décadaire réclamée par Téterel pour
la tour de la Cathédrale [498] et que furent renouvelés les quatre
drapeaux tricolores, fort usés déjà, ornant les tourelles de la
flèche. Ils furent choisis „de l'étoffe la plus solide” pour
pouvoir „continuer à annoncer les victoires que remportent
les troupes de la République sur les esclaves des despotes
coalisés”[499]. Enfin, plus tard encore, le jour même où tombait
Robespierre, le Conseil municipal soldait un dernier compte, et le plus
considérable de tous, toujours sur le même fonds des contributions
volontaires. „Vu, disait la délibération, l'état des frais
occasionnés par la construction d'un bonnet rouge et de quatre
guirlandes, servant d'ornement à la tour du temple dédié à l'Etre
suprême, ouvrages faits depuis le 23 floréal dernier jusqu'au 25
prairial, appuyés des pièces justificatives nécessaires, ledit état
présenté par Burger, maçon, spécialement chargé de l'inspection
desdits ouvrages, qui se monte à la somme de 2991 livres 68 centimes.

[Note 495: Procès-verbaux manuscrits, 21 prairial (9 juin 1794).]

[Note 496: Procès-verbaux du Corps municipal.]

[Note 497: Strassburger Zeitung,29 prairial (17 juin8 prairial (27 mai
1794). Maybaum s'engagea 1794).]à la livrer en quatre ou cinq mois, si
on lui fournissait des ouvriers et les matières premières.]

[Note 498: Friese, V. p. 330.]Téterel fut délégué pour lui fournir
du fer et du charbon. (Procès-verbaux, 1er messidor [19 juin 1794]).]

[Note 499: Procès-verbaux du Corps municipal, 15 messidor (3 juillet
1794).]

„Et sur les observations faites par l'administrateur des biens publics
que les citoyens Karth, négociant, Galère, tapissier, et Burger,
maçon, satisfaits d'avoir contribué à la décoration dudit temple,
renoncent au payement qu'ils auraient à réclamer; ouï l'agent
national,

„le Corps municipal arrête qu'il sera payé audit citoyen Burger le
montant de l'état, portant la somme de 2991 livres 68 centimes, contre
quittance valable, sur les fonds provenant des dons des habitants de
cette commune, pour décorations républicaines du Temple dédié
à l'Eternel; arrête en outre qu'il sera fait mention civique au
procès-verbal du don généreux des citoyens Burger, Galère et
Karth”[500].

[Note 500: Procès-verbaux du Corps municipal, 9 thermidor (27 juillet
1794).]

Nous ne nous arrêterons pas longuement aux fêtes civiques qui
suivirent celle du 20 prairial. Il semblerait que durant cette époque
immédiatement antérieure à la fin de la Terreur, on ait tenté
d'étouffer la conscience publique révoltée, sous le bruit des
acclamations officielles et des réjouissances publiques et de cacher
ainsi le spectacle hideux de la guillotine fonctionnant sans relâche
sur la place de la Révolution. Le 20 messidor, la Cathédrale
était illuminée pour célébrer les victoires de la république aux
Pays-Bas[501] et l'on dansait au Broglie ou plutôt sur la place de
l'Egalité. Six jours plus tard, les autorités civiles et militaires
convoquaient la population strasbourgeoise au temple de l'Etre suprême
pour célébrer l'anniversaire du 14 juillet 1789. Un cortège, analogue
à celui que nous venons de décrire, partait du champ de la Montagne,
vulgairement dit Finckmatt, portant les bustes de Marat, de Châlier
et de Lepelletier, pour aboutir à la Cathédrale, où les discours
alternèrent avec des chants patriotiques et un hymne spécial du
citoyen Labartasse. Un banquet frugal était offert ensuite aux
défenseurs de la patrie, mutilés dans les combats, et la fête se
terminait par une représentation gratuite au théâtre[502].

[Note 501: _Strassburger Zeitung_, 22 messidor (10 juillet 1794).]

[Note 502: Plan de la fête du 26 messidor, Strasbourg, Dannbach, 8
p., 8°.--Voy. aussi le compte rendu de la _Strassburger Zeitung_, 28
messidor (16 juillet 1794).]

Cette mise en scène d'un lyrisme aussi froid que pompeux, n'empêchait
pas le sang de couler en province, tout comme à Paris. Le lendemain
même du jour où les „groupes d'adolescents” de Strasbourg avaient
chanté:

  „Nourris de civisme et de gloire,
  Notre cœur n'est pas corrompu.
  Nous croissons près de la victoire,
  Parmi des leçons de vertu,
  Affranchis de l'horreur profonde
  Qu'éprouvaient nos tristes ayeux...”

ils pouvaient assister, sur la place d'Armes, au spectacle de
l'exécution d'une vieille femme de soixante-quatre ans, nommée
Françoise Seitz, traduite devant le tribunal révolutionnaire pour
avoir distribué des brochures royalistes à des soldats de l'armée du
Rhin, et condamnée, puis guillotinée, le jour même, à cinq heures
du soir. C'étaient là sans doute aussi les „leçons de vertu”
chantées par le poète![503].

[Note 503: _Strassburger Zeitung_, 29 messidor (17 juillet 1794).]

Mais c'est surtout dans le langage des représentants du peuple
en mission dans nos départements, que l'on pouvait constater la
recrudescence terroriste de ces dernières semaines qui précèdent la
chute de Robespierre[504]. La proclamation du 4 thermidor, publiée
à Strasbourg par Hentz et Goujon, atteint, si elle ne dépasse pas en
violence, les arrêtés de Lebas et Saint-Just: „Instruits par leurs
propres yeux de l'état déplorable où se trouve l'esprit public
dans les départements du Haut et Bas-Rhin... que là... les prêtres
exercent un empire révoltant, tiennent les citoyens dans une oisiveté
scandaleuse, pendant plusieurs jours des décades, sous prétexte
du culte religieux, tandis que la terre demande des bras...; qu'ils
profitent de cette oisiveté qu'ils commandent, pour prêcher la
révolte, corrompre les mœurs et exciter le désordre[505].

[Note 504: Il faut dire qu'ils étaient stimulés par les Jacobins de
Strasbourg. La lettre des administrateurs du département du Bas-Rhin,
datée du 14 messidor (Livre Bleu, I, p. 169), réclamait précisément
la mesure prise par les représentants.]

[Note 505: Le motif principal de la colère des représentants était le
renversement d'un arbre de la liberté à Hirsingen, dans le Haut-Rhin.]

„Que l'ignorance et la superstition sont telles dans ces départements
que le peuple est toujours sous le despotisme et méconnaît la
révolution... qu'il est prouvé par une foule de renseignements que les
prêtres conspirent contre la patrie... qu'ils séduisent les femmes et
corrompent les mœurs, qu'ils machinent en secret la contre-révolution,
qu'ils ont tous dans le cœur, même quand ils parlent de leur
attachement aux lois, langage équivoque dans leur bouche...

„Que le résultat de leurs manœuvres dans ces départements est une
ignorance totale des lois de la liberté... qu'un autre résultat non
moins funeste de ces prédications audacieuses et fanatiques est un
relâchement de l'esprit public...

„Les représentants du peuple arrêtent: Tous les prêtres des
départements ci-dessus désignés seront sur-le-champ mis en
arrestation et conduits à la citadelle de Besançon, où ils seront
enfermés et traités comme gens suspects”[506]...

[Note 506: Les représentants du peuple envoyés près les armées du
Rhin et de la Moselle. Strasbourg, 4 thermidor, grand placard in-folio,
dans les deux langues, s. nom d'impr.]

Cet arrêté qui, d'un trait de plume, et sans examiner la situation
personnelle des individus qu'il frappait, déclarait suspects tous les
ministres des cultes, les protestants et les israélites aussi bien que
les prêtres constitutionnels, est la mesure la plus radicale peut-être
qui ait été prise dans notre province contre la libre manifestation
d'un sentiment religieux quelconque. La chute inopinée des terroristes
à Paris empêcha de mettre partout à exécution la mesure ordonnée
par Hentz et Goujon et confiée par eux aux bons soins du général
Dièche, le piteux ivrogne auquel était confiée pour lors la
sécurité de Strasbourg. Mais de nombreux ecclésiastiques de tous les
cultes furent traînés néanmoins dans les cachots de la citadelle de
Besançon[507].

[Note 507: Voy. Winterer, p. 183-188, et pour les pasteurs protestants
et les ministres officiants israélites les lettres du pasteur Gerold.
de Boofzheim, l'une des victimes, publiées par nous. _Bilder aus der
Schreckenszeit_. Strassburg, Bull, 1883, 18°.]

La seule chose qui puisse nous étonner dans le langage des deux
proconsuls, c'est qu'ils reprochent aux autorités départementales
une „honteuse inertie” vis-à-vis de ces désordres imaginaires ou
réels, et les accusent de ne pas „appesantir la hache vengeresse des
lois sur le méchant qui conspire.” Les administrateurs du Bas Rhin,
tout au moins, ne méritaient pas ce reproche; leur langage était d'un
jacobinisme à satisfaire les plus exigeants, du moins dans le domaine
religieux. Qu'on écoute plutôt ce qu'ils écrivaient à Hentz et à
Goujon, en date du 7 thermidor:

„L'ancien orgueil des jongleurs chrétiens avait fait élever des
clochers insolents sur les édifices consacrés à leurs billevesées
religieuses. L'œil stupide du peuple s'était accoutumé à voir
avec respect ces monuments de la superstition et de son esclavage.
Aujourd'hui... rien de ce qui peut en perpétuer le souvenir ne doit
exister dans une terre libre. Ordonnez donc, citoyens représentants que
tous les clochers et tours soient abattus, excepté cependant ceux
qui, le long du Rhin, seront reconnus être utiles aux observations
militaires, et celui du temple dédié à l'Etre suprême, à
Strasbourg, qui présente un monument aussi hardi que précieux et
unique de l'ancienne architecture[508]...

[Note 508: Téterel dut être furieux de cette restriction, faite par
des hommes qu'il regardait comme ses émules; elle s'explique par
le fait qu'il y avait au Directoire quelques administrateurs,
Strasbourgeois de naissance.]

„Cette opération fera le plus grand bien au moral des citoyens...
elle épurera l'horizon devant les âmes fortes qui ne voient que la
pureté du culte de l'Etre suprême, elle portera un dernier coup
à l'aristocratie, et au prestige funeste des prêtres.... Plus de
clochers, plus d'insultes à l'égalité, plus d'aliment à la faiblesse
ou au crime!”[509].

[Note 509: Livre Bleu I. p. 172.]

Cette pièce était signée Ulrich, président, Sagey, Carey, Rivet
et Barbier, secrétaire général. Peut-être bien les députés de la
Convention auraient-ils tâché de satisfaire les pétitionnaires, si
le temps ne leur avait manqué. On sait ce qui arriva. Le 10 thermidor,
alors qu'on célébrait à Strasbourg la fête de Barra et Viala,
conformément au décret de la Convention du 23 messidor[510], la tête
de Robespierre tombait à Paris sous le couperet de la guillotine, et
sa mort mettait fin à la crise terroriste, contre le gré de bon
nombre d'entre ceux qui s'étaient coalisés contre la dictature et le
dictateur. La nouvelle en arriva relativement tard à Strasbourg ou, du
moins, n'y fut regardée comme authentique qu'après des hésitations
prolongées; ainsi c'est le 15 thermidor seulement (2 août) que la
_Gazette de_ _Strasbourg_ enregistra la condamnation de Robespierre et
de ses „complices”[511].

[Note 510: Hymnes qui se chanteront à la fête de Barra et Viala,
célébrée à Strasbourg, le 10 thermidor. Strasbourg, Dannbach,8 p.,
8°.]

[Note 511: _Strassburger Zeitung_, 15 thermidor (2 août 1794).--Il
courait alors à Strasbourg des bruits insensés sur Robespierre.
Le même journal, dans son numéro du 26 thermidor, racontait qu'il
„avait voulu obtenir de force la main de la jeune Capet, pour être
plus facilement reconnu par les puissances étrangères.”]

Monet, le fervent admirateur du héros jacobin vivant, s'empressa de
joindre ses imprécations contre le „monstre” terrassé, à celles
de tant d'autres, terroristes comme lui. Dès le 14 thermidor, il
réunit le Conseil général de la commune de Strasbourg en séance
publique extraordinaire, pour lui faire voter une adresse à la
Convention nationale, flétrissant „les complots liberticides” des
traîtres qui avaient prétendu „asseoir leur tyrannie sur les débris
sanglants de l'autorité nationale.” Les citoyens des tribunes furent
invités à signer également cette adresse et „se précipitant dans
l'enceinte, présentèrent dans cet accord civique, le spectacle le plus
touchant aux républicains, qui y trouvèrent dans ce moment de crise un
délassement pour leur âme affaissée”[512]...

[Note 512: Extrait des registres du Conseil général, 14 thermidor,
Strasbourg, Dannbach, 4 p., 4°.]

Ce n'était pas sans raison que les citoyens de Strasbourg témoignaient
d'une joie assurément sincère en félicitant la Convention de la chute
du „tyran”. Ils pressentaient que le chef de la Montagne une fois
abattu, ses sectateurs en province tomberaient bientôt à leur tour et
que Robespierre, Saint-Just et Lebas entraîneraient à leur suite leurs
valets et leurs courtisans locaux, les Honet, les Téterel, les Mainoni
et tous les héros de la Propagande. Cet espoir ne devait pas les
tromper.



                                 XXIV.


La journée du 10 thermidor ne changea pas d'abord les destinées de
la Cathédrale. Comme pour faire oublier les événements accomplis à
Paris, et qui allaient avoir leur contre-coup à Strasbourg, le maire
Monet et la municipalité organisèrent, quelques jours plus tard, une
nouvelle et grande fête populaire, dont le point de ralliement devait
être également le temple de l'Etre suprême. Dans sa séance du 18
thermidor, le corps municipal délibéra longuement sur l'organisation
d'un cortège républicain, destiné à fêter l'anniversaire du 10
août, „le jour de cette explosion terrible où le Français donna à
la terre outragée l'exemple d'un roi marchant du trône au supplice”,
et le programme, arrêté ce jour-là, fut exactement suivi[513].

[Note 513: Plan de la fête du 23 thermidor, célébrée à Strasbourg,
l'an II. Strasb., Dannbach, 13 p. in-8°.]

Le 22 thermidor, à six heures du soir, des officiers municipaux
grimpèrent aux tourelles de la Cathédrale, pour y fixer, au bruit
des trompettes et des cymbales, quatre piques, surmontées de bonnets
rouges, et autant de drapeaux tricolores, offerts la veille par le 3e
et le 6e bataillon de la garde nationale[514]. Le lendemain matin, dès
cinq heures, les mêmes trompettes sonnent „la terreur des rois et
le réveil du peuple”, puis les curieux voient se former lentement
le cortège aux seize groupes, qui doit aller de la maison commune
au temple de l'Etre suprême, accompagné de citoyennes costumées,
„représentant les deux sublimes passions des Français, la Liberté
et l'Egalité.” Nous ne nous arrêterons pas à détailler ce
spectacle; toutes ces processions révolutionnaires se ressemblent et
la description de l'une peut dispenser de refaire celle des autres.
La foule des acteurs et des spectateurs s'étant engouffrée sous les
voûtes de la Cathédrale, une grande symphonie d'Ignace Pleyel en
réveille tous les échos. Musique singulièrement expressive, il faut
le croire, car, au dire du procès-verbal, elle ne décrit pas seulement
les bruits de la lutte à main armée, mais „laisse entrevoir, dans
le lointain, le conciliabule secret des républicains conspirant
avec énergie contre la monarchie homicide, pendant que les citoyens
incertains se débattent dans de douloureuses angoisses.” Un citoyen
gravit ensuite les degrés de la nouvelle tribune des orateurs,
construite en bois de chêne[515], et prononce un discours „analogue
à la circonstance”, puis commencent les chants des solistes,
répondant aux chœurs de la foule. Une mère qui a perdu son fils,
vient déclamer des vers qui se terminent ainsi:

„Mon fils vient d'expirer, mais je n'ai plus de roi.”

[Note 514: Procès-verbaux manuscrits du corps municipal, 21 thermidor
(8 août 1794).]

[Note 515: Elle coûta 2368 livres à la municipalité. Procès-verbaux
manuscrits, 1er jour complémentaire an II (17 septembre 1794).]

Puis un citoyen, debout sur les marches de l'autel, dressé au milieu
du temple, adresse à la Liberté des couplets, mis en musique par
François Reinhard. Assise sur une estrade, au milieu des guerriers
blessés, la Liberté se lève alors et répond par d'autres couplets,
dont nous ne citerons que le dernier:

  „O vous, peuples de tout pays,
  Soyez un, comme est un le jour qui vous éclaire,
  Formez autour du globe une chaîne d'amis,
  Que cette chaîne soit la seule sur la terre.
                L'acier luit,
                L'airain gronde,
              Et tout Français dit:
  Je ferai mon bonheur par le bonheur du monde.”

Le soir, la tour de la Cathédrale est brillamment illuminée, des
banquets populaires et des danses publiques animent les rues et les
places de la cité.

La masse d'attributs et de décors de toute espèce que nécessitait la
mise en scène de ces réjouissances officielles amena, quelques jours
plus tard, la création de fonctions administratives nouvelles. Par
délibération du corps municipal, le citoyen Ferdinand Berger fut
chargé de créer, au temple de l'Etre suprême, „un magasin de tous
les objets de représentation pour orner les fêtes publiques”. Il
devait exercer en même temps la surveillance à l'intérieur du temple,
y entretenir la propreté et y faire les arrangements nécessaires pour
les fêtes décadaires et nationales. Un traitement de six cents livres
lui était accordé[516]. On doit supposer que Berger fut impuissant à
maintenir, à lui seul, l'ordre dans l'enceinte sacrée; en effet, dans
sa séance du 12 fructidor, le corps municipal, „instruit du désordre
qui règne au temple de l'Etre suprême, les jours de fête”,
arrêtait que cinq citoyens, nommés _censeurs_, veilleront au maintien
du bon ordre, vu „que dans un lieu consacré à la divinité, il doit
être observé la plus grande décence”. Ils seront assistés de trois
gardes de police et porteront à leur boutonnière, durant leur
service, une carte avec l'inscription: Surveillance du temple de l'Etre
suprême[517].

[Note 516: Procès-verbaux manuscrits du 2 fructidor (19 août 1794).
Le 4 floréal an III, le corps municipal supprimait ces fonctions et
attribuait la surveillance de l'édifice au concierge du temple.]

[Note 517: Procès-verbaux du corps municipal, 12 fructidor (29 août
1794).]

Mais malgré tous les soins apportés par les meneurs du jour à
l'organisation de ces fêtes, malgré l'attrait que leur pompe
extérieure devait forcément exercer sur l'imagination des masses,
l'heure de la réaction allait sonner bientôt pour tout ce qui
rappellerait, de près ou de loin, le règne de Robespierre. Le
représentant Foussedoire, envoyé en mission à Strasbourg, n'osa pas
encore, il est vrai, rompre ouvertement avec les Jacobins, et se laissa
même guider par eux dans plusieurs de ses mesures politiques; mais il
s'empressa du moins d'inviter tous les bons citoyens à se rassurer
et à reprendre confiance; il entrouvrit la porte des prisons[518], il
accorda la parole aux patriotes républicains, tyrannisés par Monet et
ses acolytes. Ce n'était plus là le ton des Saint-Just et des Lebas,
des Baudot et des Lacoste, des Hentz et des Goujon[519]. Le sans-culotte
Massé, revenu de Besançon, put déclarer à la Société populaire,
dans la séance du 17 fructidor, qu'il y avait à Strasbourg „un tas
de scélérats encore impunis”, et s'il réclamait, avec la même
ardeur, le châtiment des feuillants et des „valets de Dietrich”, il
insista surtout pour la nomination de commissaires qui rechercheraient
les auteurs de tous les actes arbitraires et de tous les abus
d'autorité qui avaient eu lieu dans notre ville „sous la dictature
de l'infâme Robespierre”[520]. Aussi, quand Foussedoire quitta notre
ville, la majorité de la population, habituée de longue date aux
traitements les plus durs et les plus injustes, de la part de la
Convention nationale, conserva-t-elle un souvenir reconnaissant à ce
„messager de paix”[521].

[Note 518: Soixante-seize suspects furent relâchés par lui (_Strassb.
Zeitung_, 17 sept. 1794); mais les derniers prisonniers du Séminaire ne
sortirent que le 5 novembre suivant. (_Strassb. Zeitung_, 16 brumaire an
III, 6 nov. 1794.)]

[Note 519: Voy. sa lettre dans la _Strassb. Zeitung_ du 15 fructidor
(1er sept. 1794).]

[Note 520: Discours prononcé à la Société populaire dans sa séance
du 17 fructidor. Strasb. s. date, 15 p. 8°]

[Note 521: _Strassb. Zeitung_, 5 brumaire III (26 octobre 1794).]

Ce fut sous l'inspiration du représentant en mission, désireux de se
concilier les masses populaires, que le corps municipal réorganisa les
fêtes décadaires au temple de l'Etre suprême, de manière à rendre
à la population de langue allemande, si nombreuse à Strasbourg, la
part légitime que les terroristes de la Propagande avaient su lui
enlever d'une manière absolue. Il fut décidé que l'on inviterait tous
les bons citoyens à prononcer alternativement des discours dans les
deux langues aux fêtes décadaires du temple de l'Etre suprême; un
registre fut ouvert à la mairie pour que les orateurs de bonne volonté
pussent s'y inscrire d'avance[522]. En prenant cette décision, le corps
municipal répondait assurément au vœu public, ainsi qu'en témoigne
cette correspondance de la _Gazette de Strasbourg_: „Chaque fois que
nous visitons, le jour de décade, le temple de l'Etre suprême, pour
y recevoir l'enseignement d'une morale épurée de toute superstition,
nous regrettons qu'un si grand nombre de nos citoyens et citoyennes,
qui ne comprennent pas la langue française, n'y puissent participer,
et pourtant ce sont précisément ces gens-là qui en auraient le plus
besoin. On leur a pris leurs vieilles idoles, on leur a dit que l'Etre
suprême n'exige point de la part du premier des êtres créés,
l'hommage d'un esclave, et, à peine se sont-ils montrés disposés à
accepter cet enseignement, qu'il ne leur est plus inculqué que dans
une langue dont ils comprennent à peine quelques phrases d'un usage
journalier. Sans doute on s'efforce de leur enseigner la langue d'un
peuple libre, mais on ne peut l'enseigner à des vieillards de soixante
ans. Et le paysan qu'absorbe la culture de son champ, comment doit-il
s'y prendre?”[523].

[Note 522: Procès-verbaux du corps municipal, 5 vendémiaire III (26
sept. 1791).]

[Note 523: _Strassb. Zeitung_, 12 vendémiaire an III (3 octobre 1794).]

L'appel de la municipalité fut entendu; un certain nombre d'orateurs
se firent inscrire, et dès le 10 vendémiaire la série de ces
„prédications laïques” allemandes à la Cathédrale commençait
par un discours d'un réfugié allemand, nommé Lehne, „citoyen
français de Mayence”, empreint d'un sentiment religieux sincère,
bien que fort anticatholique et d'un style très déclamatoire. Il fut
imprimé avec ce vers de Voltaire pour devise: „Dieu ne doit point
pâtir des sottises du prêtre”[524]. Un autre réfugié, Frédéric
Cotta, de Stuttgart, ex-officier municipal à Strasbourg, et arrêté
comme suspect après la chute de Schneider, prit la part la plus active
à la réorganisation de ce culte de langue allemande. Il venait d'être
acquitté par le tribunal révolutionnaire de Paris[525], et tenait à
faire preuve d'un républicanisme militant et sincère, peut-être aussi
à venger ses amis et lui-même sur le maire et les siens. Il nous reste
de lui bon nombre de harangues, prononcées alors à la Cathédrale,
et dont quelques-unes sont des documents historiques importants
pour l'histoire contemporaine de Strasbourg[526]. Nous citerons tout
spécialement le „discours sur _l'amour de la patrie_, prononcé
devant les citoyens de Strasbourg rassemblés pour l'adoration de l'Etre
suprême” le 2e décadi de brumaire[527], discours qui respire un
enthousiasme généreux pour la liberté et défend la mémoire des
amis de Cotta, Jung, Edelmann, Martin, victimes des dénonciations
calomnieuses des Téterel et des Monet. Euloge Schneider lui-même y
est l'objet d'une tentative de réhabilitation, qui nuisit beaucoup
à l'effet des autres parties du discours et valut à l'orateur des
attaques virulentes, dont la publication, même clandestine, était,
elle aussi, un „signe des temps”[528].

[Note 524: _Rede auf das Fest des hœchsten Wesens... von Lehne.
frœnkischem Bürger aus Mainz_. Strassb., Treuttel u. Würtz, 16 p.
8°.]

[Note 525: _Strassb. Zeitung_, 2 vendémiaire an III (23 sept. 1794).]

[Note 526: Voy. p ex. le discours: _Es geht, es wird gehen, Gott ist mit
uns, Rede für das Fest des Frankenvolkes_. Strassb. Stuber, 3. Décadi
des Vendemiaire, am 3ten Jahr, 8°.]

[Note 527: _Die Fülle der Vaterlandsliebe, zum Andenken der
Freiheitsmärtyrer_, u. s. w. Strassb., Treuttel, 15 p. 8º. Les notes
de ce discours sont fort curieuses pour l'histoire de la période de la
Terreur à Strasbourg.]

[Note 528: Dans une feuille volante allemande de la municipalité de
Wasselonne datée du 30 novembre 1794, où l'on rappelle les faits et
gestes de Cotta comme commissaire révolutionnaire dans cette commune et
où l'on proteste contre l'éloge de cette bête enragée
(_Bluthund_) de Schneider dans un discours „patriotico-moralisant et
schneidérien-liberticide”. Le ton de cette pièce, imprimée sans
doute outre-Rhin, rappelle déjà tout-à-fait le ton des pamphlets
clérico-royalistes de 1791.]

Vers la même époque, en octobre 1794, le citoyen Auguste Lamey,
alors secrétaire de la justice de paix du troisième arrondissement de
Strasbourg, terminait la publication de ses _Chants décadaires pour
les Français du Rhin_, qui avaient paru déjà, pour la plupart,
en feuilles volantes, et offrait ainsi un recueil de cantiques
républicains aux fidèles de langue allemande, assidus au culte du
décadi; recueil d'autant plus facile à utiliser que la plupart des
chants du jeune poète s'adaptaient à des mélodies de cantiques bien
connues, au moins de la population protestante d'Alsace[529].

[Note 529: _Dekadische Lieder fur die Franken am Rheinstrom_. Strassb.
Zeitungscomptoir, 3tes Jahr der Republik, 18°. Ajoutons que ce culte
décadaire ne se célébrait pas seulement dans les grandes villes. Nous
avons p. ex. un discours analogue, tenu en l'honneur des martyrs de la
liberté à Barr, par Jacques Dietz, teinturier (Strasb., Stuber, 30
messidor an II).]

En même temps renaissait le respect pour les monuments du culte
indignement mutilés naguère, et les administrateurs jacobins
eux-mêmes se croyaient obligés de formuler à ce sujet des professions
de foi qui contrastaient singulièrement avec leurs agissements les plus
récents. Les citoyens formant le directoire du district de Strasbourg
s'écriaient avec onction: „Inscrivons sur tous les monuments et
gravons dans tous les cœurs cette sentence: Les barbares et les
esclaves détestent les sciences et détruisent les monuments des arts;
les hommes libres les aiment et les conservent”[530]. Un peu plus
tard, un véritable réquisitoire était dressé contre les iconoclastes
qui avaient détruit, autant qu'ils avaient pu, la façade de la
Cathédrale. L'abbé Grégoire avait présenté, le 20 octobre 1794,
un rapport à la Convention nationale sur les outrages subis pendant
la Terreur par les monuments publics et les œuvres d'art et y avait
mentionné, mais en passant, les mutilations de la „pyramide
de Strasbourg”[531]. Dans une lettre adressée au célèbre
conventionnel. un autre Allemand réfugié à Strasbourg, George
Wedekind, entreprit d'éclairer ce dernier et le public cultivé en
général, sur la gravité des actes de vandalisme commis a Strasbourg
et sur la conduite des meneurs jacobins du dedans et du dehors, à
l'occasion de ces actes[532]. De pareilles attaques, qui n'étaient
point encore sans danger, préparaient, à cour échéance, la chute
définitive des personnages politiques contre lesquels elles étaient
dirigées. Quand enfin Monet fut écarté du pouvoir, dont il avait tant
abusé, et disparut de Strasbourg pour n'y plus reparaître[533], on put
s'écrier, en empruntant les paroles d'une des feuilles locales, „la
joie éclate sur le visage de chaque citoyen, la justice, la liberté,
l'humanité sont de nouveau à l'ordre du jour”[534]. Quelles haines
profondes le jeune jacobin savoyard avait suscitées dans les cœurs,
on le peut voir encore aujourd'hui en parcourant le cruel portrait qu'a
retracé de lui l'un de ses anciens administrés dans la _Gazette de
Strasbourg_ du 26 novembre 1794[535]. Le contentement devint plus
grand encore quand les Comités de la Convention prononcèrent, le 8
décembre, la fin de l'état de siège et la destitution du général
Dièche, l'inepte et brutal commandant de la place, qui s'était
montré, dès l'origine, l'instrument docile des pires terroristes[536].

[Note 530: L'administration du District à ses concitoyens. Strasb., 7
vendémiaire an III, 7 p. 4°.]

[Note 531: _Strassb. Zeitung_, 14 brumaire an III (4 nov. 1794).]

[Note 532: _Etwas vom Vandalismus in Strassburg. im andern Jahre der
Republik verübt, Schreiben an Bürger Grégoire_. Strassb., Treuttel u.
Würtz, 16 p. 8º.]

[Note 533: On sait que ses protecteurs furent assez puissants pour le
soustraire à toute punition pour ses actes arbitraires et pour lui
procurer une place dans les bureaux du Ministère de la guerre,
place qu'il occupait encore en 1814, docile instrument du despotisme
impérial, après l'avoir été du despotisme jacobin.]

[Note 534: _Strassb. Zeitung_, 15 brumaire an III (5 nov. 1794).]

[Note 535: _Strassb. Zeitung_, 6 frimaire (26 nov. 1794). On l'y
dépeint comme le sultan de Strasbourg, impitoyable pour les enfants
gémissants qui demandent à voir un père, se mourant en prison, mais
jetant volontiers le mouchoir aux belles, imberbe, aux yeux baissés
vers terre, à là figure féminine, comme lady Milwood, la célèbre
favorite du prince, dans _Amour et Cabale_, de Schiller.]

[Note 536: _Strassb. Zeitung_, 24 frimaire (14 déc. 1794).]

Un des domaines de la vie publique et privée où la réaction contre
l'exorbitante compression subie par l'opinion, se fit le plus rapidement
sentir, fut assurément le domaine religieux. Les meneurs de la
Convention qui s'étaient flattés de détruire ou du moins de modifier
profondément la foi de l'immense majorité de la nation française,
durent s'avouer bientôt qu'ils connaissaient mal la nature humaine.
Partout les convictions, naguère encore proscrites, recommençaient à
s'affirmer sans crainte, à Strasbourg, comme à Paris et dans le
reste de la France. En vain la Convention, profondément irritée de
ce réveil de „l'hydre du fanatisme”, qu'elle croyait domptée,
refusait-elle encore de s'associer à ce mouvement irrésistible. Quand,
dans la séance du 1er nivôse, Grégoire réclame à la tribune la
liberté des cultes, l'Etat n'en salariant aucun, mais les protégeant
tous, et prononce ce mot célèbre et tristement prophétique: „Un
peuple qui n'a pas la liberté du culte, sera bientôt un peuple sans
libertés”, des murmures violents interrompent le courageux évêque
de Blois, et, sur la motion de Legendre, l'assemblée passe à l'ordre
du jour aux cris de: Vive la République![537].

[Note 537: _Strassb. Zeitung_, 7 nivôse III (27 déc. 1794).]

Mais de pareils votes importaient peu à l'opinion publique, qui
se prononçait, presque unanimement, pour la reprise des anciennes
habitudes, qu'elles fussent contraires ou non aux lois nouvelles. Dès
le 8 nivôse, le nouveau maire provisoire de Strasbourg, le citoyen
André, et ses collègues du corps municipal étaient obligés de
rappeler officiellement à leurs concitoyens la défense de chômer et
de fermer les magasins un autre jour que le décadi. Mais--symptôme
significatif!--ils le faisaient sur un ton doux et paternel, réclamant
l'obéissance, comme un devoir „prescrit impérieusement par les
circonstances, puisqu'il en résulterait la perte d'un temps qui n'a
jamais été plus précieux, et que cette perte nuirait essentiellement
à la chose publique”[538]. Un magistrat même, l'un des juges au
tribunal criminel de Strasbourg, le citoyen Albert, de Schlestadt,
publiait à ce moment un calendrier populaire, rempli non seulement
d'anecdotes des plus violentes contre les Jacobins (ce qui était
de mode alors), mais renfermant le vieux calendrier chrétien,
parallèlement au calendrier républicain, ce qui était positivement
illégal[539].

[Note 538: Délibération du corps municipal de la commune de
Strasbourg, du 8 nivôse an III. placard in-folio.]

[Note 539: _Neuer und aller Kalender für das dritte Jahr der Republik_
(alte Zeitrechnung 1794-1795), 26 p. 4°. S. lieu d'impression ni nom
d'imprimeur.]

Ce mouvement prit une intensité plus grande encore, quand, dans les
premiers jours de janvier 1795, le représentant Edme-Barthélemy Bailly
fut envoyé en mission à Strasbourg, pour y examiner de plus près les
griefs des _modérés_ contre les Jacobins, toujours encore influents
dans certains milieux, surtout au Département, et dont se plaignaient
amèrement les notables de notre ville. Le 20 nivôse (9 janvier),
cet ancien oratorien, ex-professeur au collège de Juilly, prêtre
assermenté d'ailleurs, et, qui plus est, marié, réunit les citoyens
de la commune au temple de l'Etre suprême pour leur exposer, dans une
longue harangue, ses idées sur les vrais principes de la justice et
de la liberté[540]. Il y invita les patriotes présents à revenir
le lendemain dans la même enceinte, pour y choisir une commission qui
l'aiderait à _purifier_ les administrations civiles et militaires.
Bailly était engagé, bien plus avant que Foussedoire, dans la
réaction thermidorienne; son modérantisme frisait d'assez près les
opinions royalistes pour qu'il faillît être déporté au 18 fructidor
de l'an V, et son tempérament placide en faisait d'ailleurs l'ennemi
de toutes les violences. Entouré et dirigé par les anciens
constitutionnels et les républicains modérés, à peine sortis de
prison, il résolut, dès son arrivée, de mettre fin aux menées
révolutionnaires de leurs implacables adversaires, non sans employer,
à son tour, des mesures passablement dictatoriales.

[Note 540: _Strassb. Zeitung_, 22 nivôse III (11 janvier 1795).]

Ce fut entouré d'un „Conseil du représentant du peuple” dans
lequel figuraient des hommes comme J. J. Oberlin, Laquiante, Schœll
et Mayno, des _suspects_ de la veille, que Bailly se présenta le
lendemain, 21 nivôse, à la Cathédrale, pour y présider l'assemblée
générale, convoquée vingt-quatre heures auparavant. On peut se
figurer dans quel sens se firent les désignations des commissaires
épurateurs, qui devaient exclure les citoyens indignes de la confiance
publique et proposer au représentant des fonctionnaires nouveaux. Le
28 nivôse, leur besogne était achevée, et Bailly, revenant
une troisième fois au temple de l'Etre suprême, exprimait aux
Strasbourgeois, charmés d'entendre un pareil langage, tous ses regrets
sur leurs maux passés. „En proie, leur dit-il, aux calomnies les plus
atroces, vous avez gémi plus d'un an sous l'oppression la plus cruelle.
La Commune de Strasbourg, qui a fait tant de sacrifices pour la patrie,
a été présentée à la France comme foyer de contre-révolution.
Des brigands étrangers, se disant patriotes exclusifs, ont voulu la
réduire au désespoir pour la perdre et l'anéantir plus sûrement.”

L'orateur, faisant ensuite appel au calme et à la concorde entre tous
les citoyens, donna lecture de la liste des citoyens proposés pour
la réorganisation des autorités constituées, et consulta, dit le
procès-verbal, le peuple sur chaque individu présenté. Le même
„peuple” peut-être, qui naguère acclamait les noms de Téterel,
Bierlyn ou Monet, salua non moins chaleureusement celui des nouveaux
membres de la Commune, du District, du Département, etc., qui
représentaient des tendances opposées. Avec des hommes comme Koch au
Département, ou Schertz au District, avec Mathieu et Brackenhoffer au
Corps municipal, Fréd. Herrmann comme agent national, Schweighæuser,
Momy, Zimmer comme notables, Laquiante et Spielmann aux tribunaux, Mayno
à la présidence du tribunal de commerce, Eschenauer et Schützenberger
comme chefs de bataillon de la garde nationale, les _modérés_ étaient
absolument les maîtres de la situation à Strasbourg, et rentraient, le
front haut, dans toutes les positions électives dont les Jacobins les
avaient expulsés en octobre 1793.

Le même jour, la Société populaire, dernier refuge des _montagnards_
strasbourgeois, était épurée de même. „Il est temps que la Terreur
finisse, avait dit Bailly à ses membres; le char de la Révolution ne
doit plus marcher sur des cadavres; il doit rouler sur une terre pure et
régénérée.” Elle fut si bien épurée qu'elle en mourut; à partir
de janvier 1795, elle n'a plus d'histoire.

Les nouveaux tribunaux inaugurèrent leurs travaux par une mesure de
clémence, en prononçant l'acquittement de cent soixante-deux pauvres
paysans du Bas-Rhin, émigrés pendant la Terreur et tenus en prison
depuis leur retour, dans l'attente journalière de la déportation,
sinon de la peine capitale[541].

[Note 541: _Strassb. Zeitung_, 3 pluviôse III (22 janvier 1795).]

Bien que médiocres républicains, sans doute, ils voulurent payer leur
dette de reconnaissance à la République en se joignant au cortège des
représentants du peuple, Bar et Bailly, quand ceux-ci se rendirent à
la Cathédrale, le 2 pluviôse, pour y célébrer l'anniversaire de la
mort de Louis XVI. L'édifice était rempli, depuis neuf heures, d'une
foule immense, malgré le froid rigoureux; elle écouta la harangue
de Bailly qui se termina par le cri de: Guerre à mort à la
royauté![542], et quand il eut fini, „dix mille citoyens, les bras
levés vers le ciel, jurèrent haine éternelle aux rois et à toute
espèce de tyrannie.” Puis l'orchestre, réorganisé par les soins de
l'un des officiers municipaux, nommé Hubschmann, joua la symphonie
de Pleyel, composée pour la fête du 10 août[543], tandis que
„le peuple contemplait avec complaisance les nouvelles autorités
constituées.... C'était la fête du cœur et le triomphe de la vertu
et de la justice”[544].

[Note 542: Circonstance curieuse et qui devait nuire quelque peu au
sérieux de l'orateur lui-même, Bailly avait voté contre la peine de
mort, lors du procès de Louis XVI devant la Convention.]

[Note 543: Cette musique réorganisée coûtait 15.000 livres à la
ville. Procès-verbaux du 13 pluviôse (1er février 1795). On trouvera
les noms de tous les membres de l'orchestre dans le procès-verbal du 28
ventôse (18 mars 1795.)]

[Note 544: Discours prononcés par le représentant du peuple Baillv...,
suivi du procès-verbal, etc. Strasb., Treuttel et Würtz, 19 p. 4°.]

Tout le monde, naturellement, ne partageait pas cette allégresse.
Le représentant Foussedoire incriminait même, à la tribune de la
Convention, les opérations de Bailly comme „dangereuses pour la
liberté”, dans la séance du 7 pluviôse, et s'attirait une réplique
violente de la part d'un notable strasbourgeois[545]. Quelques-uns des
nouveaux administrateurs eux-mêmes, effrayés du bruit qui se faisait
autour de leur nom, et craignant un retour offensif des Jacobins, se
dérobaient aux honneurs et à la gestion des affaires publiques. C'est
ainsi que le nouveau maire, Mathieu, qualifié „d'homme dangereux”
à la tribune de la capitale, préféra céder la place au citoyen
Keppler, d'Andlau, qui fut alors nommé maire provisoire. Mais la grande
majorité de la bourgeoisie strasbourgeoise n'était guère tourmentée
de craintes semblables; elle se réveillait de sa longue torpeur;
chacun parlait librement, attaquait l'adversaire d'hier ou songeait à
présenter sa propre apologie. La vérité sur le régime de la Terreur
se faisait jour de toutes parts. Le pasteur Philippe-Jacques Engel
en dévoilait les iniquités religieuses[546], Ulrich annonçait
l'apparition prochaine de son fameux _Livre Bleu_, qui nous a conservé
tant de documents curieux sur cette époque néfaste[547]; le 25
ventôse enfin (15 mars 1795), Frédéric Hermann, le nouvel agent
national de la commune, déposait sur le bureau du corps municipal son
rapport sommaire relatif aux dégradations subies par la Cathédrale et
aux auteurs et provocateurs présumés de ces actes coupables. Quelques
jours plus tard, la municipalité décida que ces pièces seraient
transmises à l'accusateur public près le tribunal du département,
pour qu'il en prît connaissance, et qu'on dresserait un procès-verbal
détaillé sur l'état actuel de la Cathédrale[548].

[Note 545: Gaspard Noisette, député suppléant du Bas-Rhin aux
rédacteurs du _Narrateur_. Paris, s. nom d'imprim., 1 feuille 4°, en
français et en allemand.]

[Note 546: _Beytrœge zur Geschichte der neuesten Religionsrevolution
in Strassburg_. Voy. _Strassburger Zeitung_, 21 pluviôse (9 février
1795).]

[Note 547: _Strassb. Zeit._, 16 ventôse (6 mars 1795).]

[Note 548: Procès-verbaux manuscrits du corps municipal, 25 ventôse
(15 mars), 2 germinal (22 mars), 15 germinal (4 avril 1795).]

Pendant ce temps c'était, à Paris, un échange continuel de
compliments entre la majorité de la représentation nationale et la
population de Strasbourg. Dans la séance du 24 pluviôse, Bailly en
avait fait le plus complet éloge; un de ses collègues, Richou, vint
également témoigner de son patriotisme[549]. Quatre jours plus
tard, ce sont des députés de la ville qui viennent exprimer leur
reconnaissance à la barre de la Convention et remercier Bailly de
son œuvre d'apaisement; puis encore c'est Dentzel, l'ex-pasteur de
Wissembourg, le futur général de brigade, qui prononce un panégyrique
en leur honneur, après les avoir bien rudoyés jadis[550]. Et pourtant,
à ce moment précis de notre histoire, la réaction s'annonçait
déjà; ainsi les femmes strasbourgeoises, ne „voulant pas passer pour
Jacobines”, supprimaient la cocarde tricolore, ornement obligatoire
jusque-là, et se faisaient rappeler sévèrement à l'ordre par la
municipalité pour cette infraction aux lois, passible de six années de
réclusion, en cas de récidive![551].

[Note 549: _Strassb. Zeitung_, 2 ventôse (20 février 1795).]

[Note 550: _Strassb. Zeitung_, 4 ventôse (22 février 1795).]

[Note 551: Délibération du Corps municipal du 22 pluviôse an III (10
février 1795). Strasb., Dannbach, 4 p. 4°, français et allemand.]

C'est au beau milieu de cet échange de félicitations que la Convention
nationale rendit, le 3 ventôse (21 février 1795), le célèbre décret
qui mit fin à l'arbitraire légal sur le terrain religieux. Elle
déclarait dans ce document que la nation ne salarierait aucun culte,
mais qu'elle n'en troublerait dorénavant aucun; qu'elle ne fournirait
de locaux officiels à aucun d'entre eux; que les cérémonies publiques
et les costumes sacerdotaux ne seraient pas tolérés. Les inscriptions
extérieures, relatives au culte étaient également défendues, et
pour empêcher la reconstitution de la main-morte, les donations par
testament et la constitution de rentes aux paroisses nouvelles étaient
prohibées. Mais la loi permettait la vente ou la location des anciennes
églises à des particuliers; elle autorisait les collectes privées
pour l'entretien du culte, et donnait ainsi, si non la liberté dans
son sens le plus large, du moins la possibilité de vivre, à toutes
les communautés religieuses vraiment vivaces, comptant des adhérents
sincères et un clergé dévoué.

Qu'on l'eut prévu ou non, la loi du 3 ventôse donna le signal de la
résurrection générale du catholicisme. Immédiatement des lieux de
culte furent ouverts à Paris et la messe y fut dite „sans produire
aucune émotion dans le peuple”, ainsi que le constatait un
correspondant de la _Gazette de Strasbourg_, dès le 7 ventôse[552].
„Le peuple veut son dimanche; eh bien, qu'on le lui laisse, et: Vive
la République! Il ne l'en aimera que mieux. Serait-ce bien raisonnable
de s'exposer à des troubles pour un calendrier?” Cette parole,
ajoutée d'un air détaché par le journaliste local, montre avec quelle
rapidité l'opinion publique s'apprêtait à revenir en arrière, du
moins à Strasbourg. Aussi l'effet de la loi de ventôse fut-il presque
instantané dans les départements du Rhin. Au bout de peu de jours
les prêtres y affluèrent en masse. Dans une correspondance, datée
de Neuchâtel, une de nos feuilles strasbourgeoises racontait que,
sur douze cents prêtres réfugiés dans ce canton, les trois-quarts
étaient déjà rentrés en France[553]. Ils revenaient d'autant plus
volontiers d'outre-Rhin qu'ils y avaient bien de la peine à vivre[554].
Les fugitifs laïques suivirent les membres du clergé réfractaire
dans ce retour de l'exil. Dix mille citoyens, dit-on, avaient franchi le
Rhin, près de Lauterbourg, soit en barques, soit sur des radeaux,
dans une seule quinzaine, vers la fin de ventôse[555]. Les églises
se repeuplaient partout dans les campagnes: à Strasbourg même, les
fournisseurs du clergé rouvraient leurs magasins et annonçaient dans
les journaux leurs surplis, leurs nappes d'autel et leurs étoles[556].
Les prêtres non assermentés reprenaient même possession de leurs
presbytères avec un sans-gêne tel que l'agent national du district
de Strasbourg, le citoyen Ferat, se vit obligé de rappeler à ses
administrés que tous les prêtres, ayant refusé le serment prescrit
par la loi, „ne sauraient se présenter impunément, et bien moins
encore reprendre l'exercice de leurs fonctions. La loi qui les frappe
de mort n'est point rapportée... ils doivent, au moment qu'il seront
découverts, être envoyés à la maison de justice du département
pour être, dans les vingt-quatre heures, livrés à l'exécuteur
des jugements criminels... La loi du 22 germinal, rendue contre les
receleurs d'ecclésiastiques sujets à la déportation, et qui prononce
contre eux la peine de mort, est encore en pleine vigueur et n'est
nullement révoquée ou atténuée par le décret du 3 ventôse. Ce
dernier décret assure la liberté de tous les cultes exercés dans
des lieux privés sous les yeux de la police; il n'accorde point à des
hommes qui ont renoncé aux droits des citoyens, et que les lois ont
condamnés comme ennemis de la patrie, la faculté de reparaître sur le
sol républicain”[557].

[Note 552: _Strassb. Zeitung_, 7 ventôse (25 février 1795).]

[Note 553: _Strassb. Zeitung_, 7 germinal (27 mars 1795).]

[Note 554: Un bailli wurtembergeois en offrait comme jardiniers et
domestiques pour les empêcher de mourir de faim. _Strassb. Zeitung_,
1er vendémiaire (22 sept. 1794).]

[Note 555: _Strassb. Zeitung_, 11 germinal (10 avril 1795).]

[Note 556: Les citoyens Jæggi, près du pont Saint-Guillaume, et Nagel,
au Luxhof. _Strassb. Zeitung_, 18 germinal (11 messidor an III).]

[Note 557: L'agent national du district de Strasburg à ses concitoyens,
7 germinal an III (27 mars 1795). Strasb., Lorenz, placard in-folio,
dans les deux langues.]

Mais ces avertissements et ces menaces restent à peu près sans effet;
le culte décadaire est abandonné de plus en plus, malgré les efforts
de la municipalité strasbourgeoise pour y attirer le public[558], et
bientôt celle-ci est obligée de supprimer les séances d'après-midi
au temple de l'Etre suprême, séances consacrées à la lecture et
à l'exposition des lois nouvelles, personne ne se rendant plus à ces
réunions décadaires[559]. Quand le représentant Richou arrive
à Strasbourg, dans les premiers jours de mai, et qu'il exprime aux
officiers municipaux l'espoir trompeur que le culte décadaire n'est pas
négligé dans cette commune, on se hâte d'insérer dans les journaux
que le représentant du peuple viendra demain à la Cathédrale, afin
qu'il y trouve un auditoire de curieux à qui parler[560]. La même
précaution est nécessaire pour amener un public à la séance
dans laquelle il raconte aux citoyens „les derniers forfaits des
Jacobins”, lors de cette journée du 2 prairial[561], dont l'issue
provoquait le suicide de Rühl, l'un des derniers députés montagnards
du Bas-Rhin[562].

[Note 558: Elle décide p. ex. de faire exécuter au temple de l'Etre
suprême un Hymne à la Vertu, composé à Paris par le citoyen
Jacques-Philippe Pfeffinger. Procès-verbaux du 29 germinal (18 avril
1795).]

[Note 559: Procès-verbaux du 8 floréal (27 avril 1795).]

[Note 560: Procès-verbaux du 19 floréal (8 mai 1795).]

[Note 561: Procès-verbaux du 8 prairial (27 mai 1795).]

[Note 562: Voy. sur la fin de Rühl le livre de M.J. Claretie intitulé:
_Les derniers Montagnards._]

Nul doute que la tentative suprême des Jacobins du faubourg
Saint-Antoine pour ressaisir le pouvoir, n'ait précipité dans une
certaine mesure le mouvement de la réaction religieuse, malgré
les sentiments intimes de la majorité des conventionnels. Cherchant
désormais son point d'appui dans la bourgeoisie, pour résister
au sourd mécontentement des prolétaires aigris et fanatiques,
l'assemblée dût lui payer son concours par la loi du 11 prairial (30
mai 1795), qui rendait provisoirement l'usage des édifices nationaux,
non encore aliénés, aux fidèles, avec l'autorisation de s'en
servir comme de lieux de culte. Or, dans la plupart des communes, et
spécialement à Strasbourg, aucune vente d'église, encore consacrée
au culte, n'avait eu lieu jusqu'à ce jour, pour des motifs faciles
à comprendre. L'article IV de loi de prairial portait que si les
adhérents de différents cultes voulaient se servir d'une même
église, la municipalité devrait veiller à ce que les usagers communs
se comportent entre eux avec décence et s'y rendent à des heures
convenables, préalablement fixées par elle. Cet article était
né sans doute du désir de concilier les exigences probables et
contradictoires des sectataires du culte décadaire, de ceux de l'Eglise
constitutionnelle et de ceux d'entre les catholiques-romains qui
se résigneraient à reconnaître les lois de la République. Cette
dernière clause était obligatoire en effet; l'article V portait:
„Nul ne pourra exercer le ministère, s'il ne fait devant la
municipalité de sa résidence acte de soumission aux lois de la
République.” C'était un frein, bien faible il est vrai, mais
c'était un frein pourtant contre les prêtres réfractaires qui ne
rentreraient au pays que pour y semer la discorde et pour tramer des
complots contre-révolutionnaires. La Convention, se sachant près de sa
fin et visant le suffrage des masses, en vue des élections prochaines,
alla même bientôt encore plus loin dans ses concessions. Dans une
circulaire du 29 prairial, son comité de législations déclarait que
cette „soumission aux lois” ne se rapportait pas au passé, qu'elle
n'impliquait point, par conséquent, d'adhésion à la Constitution du
clergé, loi périmée depuis, l'établissement de la République. Cette
déclaration était habile autant que juste au point de vue légal. A
vrai dire, elle offrait à tous les ecclésiastiques, fidèles à leur
foi religieuse, et uniquement préoccupés de la garantir, une amnistie
complète. On ne leur demandait que d'adhérer aux lois de l'Etat,
et l'Etat n'ayant plus de législation religieuse, ils pouvaient les
reconnaître sans aucun scrupule de conscience. Si jamais moment fut
propice à une réconciliation entre le gouvernement et les membres du
clergé, ce fut le printemps de 1795. Un peu de prudence et de douceur
chez les uns répondant à une tolérance toute nouvelle chez l'autre,
en aurait facilement fait les frais.

Malheureusement, il faut bien l'avouer, la majorité des membres du
clergé catholique, du moins en Alsace, ne sut pas prendre l'attitude
que lui commandait son intérêt bien entendu. Les prêtres revenus au
pays se croyant certains d'une victoire prochaine, plus complète,
se montrèrent insoumis aux lois, trop souvent haineux contre les
constitutionnels, prêchèrent contre les lois sur le divorce, contre
la suppression des ordres monastiques, et prêtèrent même la main
aux menées des émigrés politiques. On leur demandait simplement
d'affirmer, en honnêtes gens, leur soumission au régime existant pour
participer ensuite aux libertés communes. A peu d'exceptions près--et
leurs plus chaleureux défenseurs n'osent pas le nier--ils refusèrent
cette adhésion, condition de leur séjour pacifique en Alsace; ils
disaient la messe en cachette, distribuaient clandestinement les
sacrements et violaient ainsi la condition préalable de l'engagement
tacite, impliqué par leur retour. Quand par hasard ils consentaient à
prêter le serment, ils l'entouraient de restrictions si bien combinées
que l'acte demeurait sans signification réelle, leur soumission „ne
devant être préjudiciable en aucune façon à la doctrine et à la
discipline de l'Eglise catholique”[563].

[Note 563: Gyss, _Histoire d'Obernai_, II, p. 416. Avec une formule
pareille on niait, à mots couverts, toute la législation nouvelle,
issue de la Révolution.]

C'est donc armés en guerre, et non pas disposés à la soumission, que
nous voyons rentrer dans le Haut et le Bas-Rhin la foule des prêtres
réfugiés en Suisse ou en Allemagne; on ne saurait s'étonner de
remarquer bientôt après, parmi nos populations rurales, une agitation
qui rappelle l'effervescence de 1791 à 1793. Il était impossible que
la Convention ne s'en aperçût pas, et s'en étant aperçue, qu'elle ne
fût pas tentée de les réprimer avec vigueur. Aussi quand nous verrons
succéder une réaction violemment anticléricale à une ère fort
courte d'apaisement et de calme, nous la regretterons à coup sûr,
au nom de la liberté, mais nous la trouverons expliquée par les lois
même de l'histoire.



                                 XXV.


Pour le moment, ces perspectives plus lointaines ne troublaient pas
encore les esprits, du moins à Strasbourg. Le décret du 11 prairial y
avait été promulgué quatre jours plus tard, et, dès le 22 de ce mois
(10 juin 1795), les catholiques de Strasbourg, habilement groupés par
quelques-uns de leurs conducteurs spirituels qui ne les avaient point
délaissés durant la tourmente[564], venaient réclamer aux autorités
civiles le bénéfice de cette loi nouvelle. Une délégation de
citoyens laïques présenta requête pour prendre possession de
quelques-uns des sanctuaires délaissés et le Corps municipal, en
majorité protestant, s'empressa d'accéder à leur demande[565]. La
délibération du 22 prairial est très caractéristique, au point de
vue des dispositions religieuses de la majorité strasbourgeoise et
marque un chapitre nouveau dans l'histoire de la Cathédrale. Nous en
donnons par conséquent les principaux passages:

[Note 564: Parmi eux il faut nommer en première ligne l'abbé Colmar,
le futur évêque de Mayence, qui se promenait dans les rues de
Strasbourg, au plus fort de la Terreur, déguisé en général de
brigade, faisant ses instructions religieuses dans les mansardes, etc.
Voy. Winterer, p. 254.]

[Note 565: D'après M. l'abbé Guerber, le premier culte catholique
strasbourgeois aurait été célébré de nouveau à Saint-Louis, à la
Pentecôte 1795. (Vie de Liebermann. p. 137.)]

„Vu une pétition revêtue de 2014 signatures et portant que les
catholiques de Strasbourg, toujours fidèles à leur sainte religion,
viennent de nouveau promettre à la municipalité la soumission la plus
entière aux lois et au gouvernement, et demandent qu'il lui plaise
mettre à leur disposition le temple dit de l'Etre suprême ou
Cathédrale, pour y exercer leur culte, comme du passé, en se
conformant en tous points au décret du 11 de ce mois,

„Vu aussi ledit décret et ouï l'agent national,

„Le Corps municipal arrête ce qui suit: Le Temple de l'Etre suprême,
ci-devant Eglise cathédrale, sera mis à la disposition des citoyens
catholiques de cette commune, pour l'exercice de leur culte, sous les
conditions prescrites par le décret susdit.

„Le Bureau des travaux publics fera enlever l'amphithéâtre construit
dans l'intérieur du Temple, qui barre le chœur et gênerait l'exercice
du culte[566].

[Note 566: Ces changements furent passablement onéreux, puisque le
peintre Heim, à lui seul, recevait 600 livres pour sa part dans
les travaux de restauration de la nef. Procès-verbaux manuscrits, 4
vendémiaire (26 sept. 1795).]

„Le Corps municipal rappelle aux citoyens auxquels l'usage dudit
temple est accordé, les dispositions de la loi sur le libre exercice
des cultes et notamment aussi la peine qu'ils encourraient d'après
l'article V du décret du 11 courant, s'ils admettaient ou appellaient
au ministère de leur culte un citoyen qui ne se serait pas fait
donner acte par la municipalité de sa soumission aux lois de la
République.”

Mais ce n'est là que la première moitié de cette délibération
d'une si haute importance. Elle ne rend pas seulement la Cathédrale aux
catholiques: elle montre la municipalité se prononçant dès le premier
jour, pour les anciens réfractaires et contre les constitutionnels.
En effet la pétition, dont nous venons de parler, n'était pas seule
parvenue à la maison commune, et d'autres fidèles réclamaient, eux
aussi, l'usage du Temple de l'Etre suprême. A leur tête se trouvait
l'abbé Rumpler, et la délibération du Conseil nous renseigne sur la
teneur de sa demande.

„Vu la déclaration du citoyen Rumpler, dit-elle, prenant la qualité
de prêtre catholique, apostolique et romain, portant qu'il déclare et
en demande acte à la municipalité: 1° qu'il veut être constamment
soumis aux lois de la République française, dont il est membre, et
qu'il est pleinement convaincu que par cette soumission au gouvernement
politique de sa patrie, il ne fait que remplir le devoir d'un chrétien
en même temps que celui d'un citoyen; 2° qu'il déclare aussi qu'il
entend exercer désormais son culte dans le temple principal de la
cité, qui, suivant le décret du 11 courant, doit être incessamment
restitué à son usage primitif, après qu'il aura été purgé et
évacué des échaffaudages y établis par les agents de Robespierre,
à moins qu'il ne plaise à la municipalité lui abandonner, aux termes
dudit décret, ce temple dans l'état où il se trouve, auquel cas le
déclarant le fera évacuer à ses frais et emploiera le produit net
des bois de charpentes qui y sont, tant à la reconstruction des
autels qu'au rétablissement des autres parties nécessaires au service
divin...

„Le Corps municipal donne acte au citoyen Rumpler de sa soumission
aux lois de la République... et considérant que le Temple ci-devant
Cathédrale, a été mis à la disposition des citoyens catholiques
de cette commune, c'est à ces citoyens qu'il appartient d'appeler ou
d'admettre des ministres pour leur culte,

„Le Corps municipal arrête qu'il n'y a lieu de délibérer sur le
surplus de ladite déclaration.”

En même temps qu'il réclamait la Cathédrale, le comité des bourgeois
catholiques avait demandé sans doute à la municipalité d'enlever
les inscriptions placées au fronton de l'édifice, au moment où l'on
proclamait l'existence de l'Etre suprême. Celle-ci n'osa pourtant
répondre à ce vœu avant d'avoir interrogé à ce sujet le
représentant en mission dans le Bas-Rhin. Le citoyen Richou répondit
de Schlestadt, le 19 prairial, que la loi, ordonnant l'établissement
d'une inscription sur le portail de la Cathédrale, n'étant pas
rapportée, il serait prématuré de la faire disparaître. Mais il
autorisait l'enlèvement des inscriptions placées au-dessus des portes
latérales de l'édifice et le Corps municipal s'empressa d'en voter
l'éloignement[567].

[Note 567: Procès-verbaux manuscrits du corps municipal, 22 prairial
an III (10 juin 1795). Les membres présents à cette séance décisive
furent les citoyens Keppler, maire; Démichel, Ehrmann, Ehrlenholtz,
Fischer, Reichardt, Saum, Schnéegans, Hübschmann, officiers
municipaux, et Hermann, agent national.]

Désireux de prouver sa bonne volonté à ses concitoyens catholiques,
le Conseil fit commencer en outre immédiatement la transformation de
la Cathédrale. Tout l'appareil des fêtes civiques en fut éloigné et
c'est à peine si l'on y laissa subsister pour le moment la tribune
des orateurs, où devait continuer à se faire la lecture des lois
nouvelles, mais de manière à ne pas troubler l'exercice du culte.
Un arrêté municipal du 28 prairial rétablissait les dénominations,
chères aux fidèles, de rue du Dôme et de place du Dôme, au lieu
des noms révolutionnaires de rue de la Philosophie et de place de la
Responsabilité[568].

[Note 568: Délibération du corps municipal du 28 prairial an III,
Strasbourg, Dannbach, 4 p. 4°.]

Le 12 messidor (30 juin), une autre délibération ordonnait
l'enlèvement de l'inscription du portail principal, épargnée d'abord,
sur l'ordre de Richou; poussant la condescendance jusqu'aux dernières
limites, les administrateurs de la cité votèrent, ce même jour, sur
la demande des „commissaires préposés catholiques”, la démolition
d'un monument dressé dans la chapelle (Saint-Laurent?) „aux mânes
des Français morts pour la patrie”, sous prétexte qu'il encombrait
le local. On ajoutait bien, pour excuser cette destruction peu
patriotique, que le monument n'était pas digne de ceux qu'il devait
honorer et qu'on l'élèverait plus tard, avec des matériaux plus
choisis, sur une des places de la cité[569]. Mais ce fut un des
innombrables monuments, pompeusement décrétés par les autorités de
l'époque révolutionnaire, qui ne virent jamais le jour.

[Note 569: Procès-verbaux manuscrits du 12 messidor (30 juin 1795).]

Le 15 messidor, pour bien marquer que l'autorité civile ne prétend
plus rien à la Cathédrale, on licencie l'orchestre des musiciens du
Temple de l'Etre suprême, en les avertissant _rétrospectivement_,
qu'ils ne seront plus salariés depuis le premier du mois[570]; le
25 messidor enfin, l'on accorde aux „citoyens catholiques” la
démolition de la tribune aux orateurs qui les gêne, en décidant que
la promulgation des lois se fera dorénavant à l'Hôtel-de-Ville[571].
On leur en donne même les bois de charpente, afin qu'ils puissent
se construire une nouvelle chaire, „l'ancienne ayant été
vandalisée”[572]. On le voit à ces concessions successives, nous
sommes à la lune de miel des rapports entre l'Eglise et la Commune; que
de chemin parcouru depuis dix mois!

[Note 570: Corps municipal, procès-verbaux du 15 messidor (3 juillet
1795).]

[Note 571: Procès-verbaux manuscrits du 25 messidor (13 juillet 1795).]

[Note 572: Corps municipal, procès-verbaux du 19 thermidor (30 juillet
1795).--L'ancienne chaire n'avait pas été détruite, on le sait,
puisque nous l'admirons encore aujourd'hui, mais démolie soigneusement
au début de la Terreur. Les catholiques ne voulaient sans doute pas
l'exposer à des dangers nouveaux en la remettant dès alors en place.]

Cependant--il faut bien signaler le fait pour rester fidèle à la
vérité historique,--toutes ces avances, toutes ces faveurs
même n'engagent guère les anciens réfractaires à se montrer
reconnaissants. Nous avons recherché, avec une curiosité fort
naturelle, les noms des ecclésiastiques catholiques qui, conformément
aux lois, seraient venus prêter serment d'obéissance à la
République, pour exercer librement ensuite leur ministère. Eh bien,
tandis que la liste des ministres protestants, des Blessig, des
Eissen, des Oertel, etc., est passablement fournie, les procès-verbaux
officiels n'ont conservé trace d'aucune autre déclaration
d'allégiance catholique que précisément de celle de l'abbé Rumpler,
enregistrée plus haut. Il faut donc en conclure que les membres du
clergé catholique, présents à Strasbourg, acceptèrent tous les
bénéfices du décret de prairial sans se soumettre aux obligations
préalables exigées par lui, et que la municipalité de Strasbourg,
entraînée par le courant de l'opinion publique, a sciemment fermé les
yeux à cette infraction si grave à la loi. Nous savons, en effet,
que le nouveau maire Keppler, natif d'Andlau, passait dans les cercles
républicains de Strasbourg pour un „archifanatique”. On
nous raconte, par exemple, qu'il avait placé, contrairement aux
prescriptions légales, un poste d'honneur à l'entrée de la
Cathédrale, dès la réouverture du culte, avec la consigne d'arrêter
immédiatement l'évêque Brendel ou l'abbé Rumpler, s'ils osaient
se montrer dans l'intérieur de l'édifice[573]. Il n'est donc point
étonnant qu'un fonctionnaire aussi bien pensant ait négligé les
formalités que ses fonctions officielles l'appelaient à surveiller de
très près. Il est moins étonnant encore que ses collègues et
lui, saisis d'une protestation de Rumpler contre leur décision du 22
prairial, comme ayant „affecté de vouloir lui contester la qualité
de prêtre catholique” et comme ayant, „d'après les caquets des
malveillants, cru devoir prendre parti contre lui,” aient passé
derechef à l'ordre du jour sur ses plaintes et sa demande réitérée.
Pour ne pas accorder à l'impétrant le lieu de culte qu'il réclamait,
le Conseil allégua qu'il n'avait point à prendre parti dans
les disputes intérieures ecclésiastiques et les „querelles
d'orthodoxie” de ses administrés[574]. Manière de voir assurément
louable et tout à fait digne d'approbation! Malheureusement pour nos
magistrats municipaux, ils avaient commencé tout d'abord à la mettre
en oubli, au détriment de ceux auxquels ils donnaient une si belle
réponse.

[Note 573: _Unpartheyische Grundsœtze und Warnungen für die
Wahlmœnner des Niederrhein's von einem Republikaner_. Strassb., im 4zen
Jahr, 8°, p. 32. On trouve dans cette brochure une caractéristique
détaillée et fort curieuse de tous les personnages réactionnaires
d'alors dans le Bas-Rhin.]

[Note 574: Corps municipal, procès-verbaux manuscrits du 28 messidor
(16 juillet 1795).]

Un épisode caractéristique de la hardiesse avec laquelle les prêtres
non-jureurs essayaient de reprendre possession de leur ancienne
situation, se produisait, à ce moment même, aux portes de Strasbourg,
à Wolfisheim[575], où certains exaltés voulurent arracher par leurs
menaces, une rétractation du serment civique au curé constitutionnel
qui se trouvait depuis quatre ans dans la paroisse. Sur son refus, on
en vint aux coups et l'on se battit, à coups de serpette, sur le seuil
même du sanctuaire[576].

[Note 575: _Strassb. Zeit._, 23 thermid. (10 août 1795).]

[Note 576: On peut se rendre compte des dispositions du clergé
réfractaire d'alors en lisant la curieuse biographie de Liebermann
par M. l'abbé Guerber; Liebermann était alors curé d'Ernolsheim et
_commissaire épiscopal_ dans le Bas-Rhin, de 1795 à 1798.]

Cette disposition des esprits étant assez générale dans les villes et
surtout dans les campagnes alsaciennes, on comprend facilement que les
assemblées primaires du Bas-Rhin, réunies le 20 fructidor (7 septembre
1795) pour voter sur l'acceptation de la nouvelle constitution,
élaborée par la Convention nationale, aient accepté, à la majorité,
le gouvernement directorial, mais aient repoussé, avec un rare
ensemble, l'article additionnel qui prescrivait de choisir deux tiers
des députés nouveaux parmi les anciens conventionnels, afin de
protéger la stabilité des institutions républicaines. Les électeurs
du second degré, choisis à Strasbourg, sont tous des _modérés_,
protestants ou catholiques; on n'a qu'à citer le nom des Metz, des
Lauth, des Levrault, des Brunck, des Koch, etc.[577]. Mais la Convention
n'entendait pas recevoir son congé de la part des électeurs français
et n'attribuait pas sans raison, peut-être, leurs dispositions hostiles
à l'influence grandissante du clergé réfractaire. Aussi le décret du
20 fructidor (6 septembre) bannit-il à perpétuité tous les prêtres
déportés et rentrés sur le territoire français, comme moteurs des
mouvements qui menacent la paix publique. Ils ont quinze jours pour
passer la frontière. S'ils reviennent, ils seront traités comme
émigrés, c'est-à-dire condamnés à mort, sans autre forme de
procès. Tous les corps administratifs sont rendus responsables de
l'exécution de ces mesures. Les prêtres qui, tout en faisant
leur soumission, ajouteraient des restrictions à leur serment et
exerceraient le culte dans les maisons particulières ou les locaux
publics, seront mis en prison; les propriétaires de ces locaux payeront
cent livres d'amende.

[Note 577: _Strassb. Zeitung_, 21, 22 fructidor (8, 9 septembre 1795).]

En même temps, de nouveaux représentants, envoyés en mission dans
les départements, devaient veiller à l'exécution de ces ordres et
travailler l'esprit public. C'est ainsi que le premier jour de l'an IV,
le représentant du peuple Fricot réunissait les citoyens de Strasbourg
au Temple-Neuf pour leur exposer la nécessité d'un contrôle sévère
sur les prêtres et les émigrés, comme „émissaires de l'ennemi et
adversaires de la République”. La _Gazette de Strasbourg_ affirmait
que ce discours avait été „entendu avec approbation”[578], mais
l'attitude générale de la population nous permet d'en douter quelque
peu. Les autorités municipales, en tout cas, se montraient on ne peut
plus accommodantes dans leurs rapports avec les anciens fonctionnaires
et mandataires du cardinal de Rohan[579].

[Note 578: _Strassb. Zeitung_, 23 septembre 1793.]

[Note 579: Nous faisons allusion aux dénonciations de Rumpler contre
les sieurs Zæpffel et Weinborn, chefs de la communauté catholique,
présentées au District, et discutées par le corps municipal. Ce
dernier „considérant qu'aucun fait précis n'était articulé”,
passa à l'ordre du jour, le 5 vendémiaire an IV (27 sept. 1795).
Quinze jours plus tard il n'aurait plus osé agir ainsi. Nous savons
d'ailleurs aujourd'hui que tout ce clergé était en rapports constants
avec l'émigré Rohan. (Guerber, Liebermann, pages 143-159.)]

La Convention ne pouvait cependant fermer les jeux à l'évidence et
méconnaître entièrement la puissance du mouvement religieux qui
menaçait de s'insurger contre elle. Afin de garder de son côté les
électeurs qui ne mêlaient pas d'arrière-pensées politiques à leurs
préoccupations ecclésiastiques, elle résolut de confirmer, une
fois de plus, les concessions faites sur le terrain de la liberté
religieuse. Dans la séance du 6 vendémiaire, le représentant
Génissieux proposait et défendait une série de mesures formant une
espèce de code de droit ecclésiastique, et qui furent votées par
la majorité de l'assemblée. Le décret du 6 vendémiaire donnait à
chaque citoyen le droit d'exercer librement son culte en se soumettant
aux lois. La République n'en salariait aucun et nul citoyen n'était
obligé de s'y associer. Chaque réunion de culte était soumise à
la surveillance de l'autorité civile, chargée de garantir la paix
publique. Si quelque malveillant dérangeait ou troublait l'une de ces
réunions, il était passible au maximum de 500 livres d'amende et
de deux ans de prison. Aucun ministre des cultes ne peut entrer en
fonctions s'il n'a signé une déclaration expresse de soumission
aux lois de la République. Si elle ne contient pas explicitement
la reconnaissance de la souveraineté du peuple, l'autorisation de
fonctionner sera nulle et non avenue. Le prêtre qui rétracte sa
déclaration sera banni à perpétuité du territoire français. Aucun
ecclésiastique ne pourra porter en public un costume distinctif; aucun
objet de culte ne pourra être exposé en dehors de l'église ou
des musées publics. Les donations perpétuelles sont défendues aux
fidèles, les attaques contre la République, faites dans une réunion
religieuse, punies de mort[580]. Les principaux points, précédemment
acquis par la loi de prairial n'étaient donc pas remis en question.

[Note 580: _Strassb. Zeitung_, 13 vendémiaire (5 octobre 1795).]

Mais c'était autre chose, c'était beaucoup plus, que réclamait une
partie notable de l'opinion publique. L'insurrection royaliste de
Paris se chargea de le démontrer. Nous n'avons pas à raconter ici la
journée du 13 vendémiaire, dont l'insuccès raffermit pour un temps
les anciens montagnards, pour autant qu'il en restait, et valut au
général Bonaparte, vainqueur des sections royalistes, le commandement
de l'armée d'Italie. Constatons seulement qu'une nouvelle réaction,
mais en sens contraire, suivit, sur le terrain religieux, l'échec
politique des partisans de l'ancien régime. Le gouvernement directorial
vit dès lors dans le clergé un dangereux ennemi; il devait surtout
le considérer comme tel dans les départements frontières, où
les intrigues de tout genre, les conspirations, les trahisons même
pouvaient sembler plus faciles, et où les sympathies publiques se
manifestaient plus vivement qu'ailleurs pour un régime modérateur et
modéré.

L'Alsace rentrait alors tout particulièrement dans cette catégorie; à
Strasbourg, par exemple, les choix obligatoires pour les ex-députés
à la Convention, étaient tous tombés sur les plus marquants des
adversaires du jacobinisme, sur un Boissy d'Anglas, un Lanjuinais,
un Bailly, un Henri Larivière, etc.[581]. Aussi les autorités
supérieures avaient-elles l'œil sur la municipalité et, dès les
premiers jours de novembre, le District la sommait-elle d'exécuter
dans les vingt-quatre heures les lois contre les prêtres sujets à
la déportation. Dans sa séance du 6 novembre, le Corps municipal, ne
pouvant guère se refuser à obéir aux lois, décida de faire constater
tout d'abord par l'administrateur de la police si des prêtres de
cette catégorie séjournaient dans la commune[582]. Le fait était de
notoriété publique; il fallut cependant quatre jours (temps plus
que suffisant pour faire échapper les plus menacés) jusqu'à ce que
l'autorité municipale fût saisie d'une liste nominale des citoyens
soumis à la rigueur des lois. Cette liste portait, comme sujets à
la déportation: Louis Colmar, ex-régent de troisième au Collège
national; Jean-Louis Kæuffer, prêtre séculier; Jean-Guillaume-René
Videlange, ex-prébendaire de Saint-Pierre-le-Vieux, et François-Xavier
Schweighæuser, „qui n'ont jamais prêté les serments exigés.”
Sont sujets à réclusion: François Vacquerie, ex-jésuite, âgé
de quatre-vingt-seize ans; Joseph Jung, récollet; Jacques Sigel,
ex-chanoine à Saverne. Quelques autres ecclésiastiques semblent
également placés dans une situation plus ou moins irrégulière et
l'on devra consulter l'administration supérieure à leur égard; ce
sont les abbés Rumpler[583], Rauscher, Bourste et Hobron. Celui dont on
s'occupe surtout, est un personnage qui fut très influent,
semble-t-il, dans le sein de la communauté catholique d'alors, l'abbé
Montflambert[584]. Sorti de France longtemps avant la Révolution,
Montflambert avait été ordonné prêtre à Paderborn en Westphalie,
après avoir séjourné comme précepteur dans une famille polonaise
pendant dix ans. Chassé de Varsovie par l'invasion russe en mai 1794,
il était rentré en France en prairial de l'an III (juin 1795) et
n'ayant jamais exercé le ministère dans sa patrie, n'avait pas été
dans le cas de prêter ou de refuser le serment prescrit au clergé
constitutionnel[585]. Mais il n'avait pas non plus rempli les conditions
imposées par les lois du 11 prairial et du 6 vendémiaire; était-il
passible pour cela de la déportation comme prêtre réfractaire?

[Note 581: _Strassb. Zeitung_, 16 octobre 1795.]

[Note 582: Procès-verbaux du corps municipal, 15 brumaire (6 novembre
1795).]

[Note 583: On ne peut voir dans la mention de ce nom qu'une malice
individuelle du rapporteur ou l'expression d'un mauvais vouloir plus
général du conseil; Rumpler avait prêté serment, on le sait, et sa
situation n'était donc nullement irrégulière.]

[Note 584: Procès-verbaux du corps municipal, 19 brumaire (10 novembre
1795).]

[Note 585: Procès-verbaux manuscrits, 7 frimaire an IV (28 novembre
1795).]

L'administration départementale, moins bienveillante ou plus soumise à
la loi, transmit, le 27 brumaire (18 novembre 1795), à la municipalité
l'ordre de déporter Colmar, Schweighæuser, Kæuffer et Videlange et
de soumettre à une surveillance minutieuse les nommés Jung, Sigel
et Vacquerie. Le corps municipal n'avait qu'à s'incliner devant cette
injonction, mais il s'arrangea sans doute de manière à laisser échap
per les proscrits[586]. Le 7 frimaire (28 novembre 1795) il annonçait
au Département que les quatre prêtres s'étaient absentés de la
commune avant qu'on eût pu les saisir, mais cet insuccès ne semble
lui causer aucun regret[587]. Aussi cette apathie de la municipalité
parut-elle dangereuse à l'administration départementale; le 21
décembre 1795, elle prenait la délibération suivante:

Considérant que la loi du 3 brumaire dernier, concernant les prêtres
qui sont dans le cas de la déportation, a été dictée par les dangers
de la patrie, qu'elle est le résultat du vœu bien prononcé, de
l'arracher aux trames liberticides... considérant que l'insouciance ou
la malveillance de quelques fonctionnaires, ouvre à ces hommes, que la
loi proscrit, des asyles sûrs contre son exécution; considérant enfin
qu'il est temps de prendre des mesures sévères qui atteignent tous les
coupables,

Arrête, que dans les communes où se trouvent des prêtres sujets à
la déportation ou à la réclusion, sans que les agents municipaux
les aient fait arrêter... ainsi que ceux qui leur donnent asyle...
ces fonctionnaires seront sur-le-champ livrés au tribunal criminel
du département, pour leur faire appliquer la peine de deux années
de détention prononcée par la loi du 3 brumaire; charge surtout les
commissaires du pouvoir exécutif près les administrations municipales
de tenir la main à l'exécution de cette loi... et dans le cas où
l'administration départemantale serait instruite que ces commissaires
ne remplissent pas leurs devoirs à cet égard... elle provoquera
leur destitution près du Directoire exécutif et leur punition comme
complices”[588].

[Note 586: Procès-verbaux manuscrits du 4 frimaire an IV (25 novembre
1795).]

[Note 587: Procès-verbaux du 7 frimaire an IV.]

[Footenote 588: Délibération de l'administration du département du
Bas-Rhin, du 30 frimaire an IV, placard in-fol. dans les deux langues.]

En présence de pareils ordres, qui s'appuyaient sur une lettre du
ministre de l'intérieur, il n'était plus possible de tourner ou
de mettre absolument de côté la loi. Tous les prêtres refusant le
nouveau serment civique durent être écartés du ministère et--fait
caractéristique!--dès ce jour les catholiques romains de Strasbourg
n'eurent plus de sacerdoce. Nous n'avons pas à rechercher quelles
purent être en d'autres régions les dispositions morales du clergé
vis-à-vis du gouvernement légal du pays. Il est certain qu'ici du
moins, ces dispositions étaient absolument hostiles, puisqu'il ne
se trouva personne, parmi tous les prêtres habitant Strasbourg, pour
s'engager à respecter les lois de l'Etat, comme le demandaient les
décrets de prairial et de vendémiaire. Le 26 décembre 1795, l'abbé
Montflambert présidait une dernière réunion de prières à la
Cathédrale, puis il partait, lui aussi, pour l'exil[589]. Les
catholiques romains de notre ville se voyaient, une fois de plus, sans
conducteurs spirituels et la compression légale remplaçait derechef la
bienveillance et la tolérance qu'ils avaient fait si peu d'efforts pour
conserver à leur parti.

[Note 589: _Protokol und Verbalpvocess der teutschen Herren Bürgern in
Strassburg, welche den Gottes Dienst im Münster... wieder eingeführt,
u. s. w._, publié par extraits dans le _Katholisches Kirchen--und
Schulblatt_, de Strasbourg (année 1855, p. 9), par M. l'abbé Fues. Les
descriptions du chapitre suivant sont empruntées principalement à ce
curieux document qu'on devrait bien faire connaître _in extenso_.]



                                 XXVI.


Le départ des prêtres, et la crainte d'être mal vus ou peut-être
même emprisonnés, empêchèrent dès lors beaucoup de fidèles
d'assister aux réunions de prières à la Cathédrale ou de venir s'y
réunir le dimanche à leurs coreligionnaires. Ils renfermèrent les
manifestations de leur foi dans leurs maisons et une administration
municipale moins sympathique aurait pu arguer du délaissement de
l'édifice pour l'employer à d'autres usages. Cela n'était point à
craindre, il est vrai, pour le moment, mais rien ne garantissait la
stabilité de fonctionnaires aussi mal notés et les chefs, intelligents
autant qu'énergiques, de la communauté catholique résolurent de
conclure, pour ainsi dire, un nouveau bail avec la municipalité, afin
de s'assurer, en tout état de cause, la possession de la Cathédrale.
Il existait à Strasbourg, depuis la fin du dix-septième siècle,
une _Confrérie marianique des bourgeois allemands_, qui se recrutait
principalement parmi les artisans catholiques de notre ville et
jouissait d'une haute considération dans les sphères de la petite
bourgeoisie. C'est dans les rangs de cette confrérie que furent choisis
douze citoyens, fervents croyants tout d'abord, mais sans doute aussi
peu compromis que possible dans les affaires politiques du temps. Ils
se présentèrent comme délégués de tous les autres catholiques de la
ville devant les administrateurs des édifices publics et demandèrent
l'autorisation d'organiser à la Cathédrale des réunions de
prière exclusivement laïques, tous les dimanches, à deux heures de
l'après-midi[590].

[Note 590: _Kathol. Kirchen--und Schulblatt_, 1855, p. 9-10. Les noms de
ces douze citoyens étaient Xavier Antoine, Valentin Koehren, François
Lazar, François Kieffer, Arbogast Heim, Nicolas Varin, Antoine Wescher,
Etienne Hatter, Joseph Studer, Michel Schweighæuser, Michel Starck,
Laurent Detterer.]

Cette demande fut accordée sans peine et dès lors on vit à
Strasbourg, grâce à l'inclémence des temps, ce spectacle si curieux
et si contraire à l'esprit du catholicisme, la foi des fidèles se
passant de prêtres pour parler à Dieu et des réunions de culte,
considérées comme orthodoxes, et présidées pourtant par de simples
laïques. Ce fut le 10 janvier 1796 que furent inaugurés ces services
religieux, placés sous l'invocation des souffrances mortelles du
Christ[591]. L'un des Douze dirigeait les chants qu'accompagnaient les
orgues, et récitait les prières au nom des croyants assemblés. Le 12
février, on célébra la fête de la purification de la Sainte-Vierge,
et après une confession générale des péchés commis contre la mère
de Dieu, les nombreux assistants des deux sexes se prosternent à ses
pieds et l'un des directeurs la proclame à haute voix comme patronne et
protectrice de la cité[592]. Le 4 mars commence une neuvaine spéciale
en l'honneur de Saint-François-Xavier, instituée pour implorer la
miséricorde divine en faveur des prêtres persécutés [593]. Le
25 mars enfin, les cérémonies de la semaine de Pâques commencent,
malgré l'absence de prêtres. Un des Douze a composé une exhortation
aux fidèles, dont on donne lecture; les tableaux des quinze stations
de la croix, ayant appartenu jadis aux Pères franciscains, sont placés
contre les colonnes de la nef et la procession des fidèles se dirige de
station en station, au milieu du chant des cantiques, pour prier et pour
baiser la croix[594].

[Note 591: _Kirchen--und Schulblatt_, p. 47.]

[Note 592: _Kirchen--und Schulblatt_, p. 48]

[Note 593: _Ibid_., p. 49.]

[Note 594: _Ibid_., p. 129-130.]

Nous n'avons voulu qu'esquisser ici quelques-uns des principaux traits
de ce culte laïque, qui semble avoir eu d'autant plus de succès
qu'il répondait à de profonds besoins religieux chez une partie de la
population strasbourgeoise[595]. Ceux qu'intéresserait le détail des
cérémonies, devront se reporter au document dont nous avons tiré les
quelques renseignements fournis plus haut. Ce mémorial lui-même n'a
pas été, malheureusement, publié tout entier et ne saurait d'ailleurs
tout nous apprendre. Il est muet, par exemple--et nous comprenons le
silence prudent de ses rédacteurs--sur l'attitude du clergé proscrit
vis-à-vis de ces manifestations éclatantes, mais légèrement
insolites, de la piété catholique. Cependant on a peine à croire que
le cérémonial de toutes ces réunions religieuses n'ait pas été le
résultat de sa collaboration discrète. Les Douze ne furent sans doute
que les éditeurs, responsables vis-à-vis du pouvoir civil, de ce qui
s'est dit alors à la Cathédrale, et non les véritables auteurs des
sermons laïques prononcés par ces honorables citoyens.

[Note 595: Les préposés du culte catholique procédaient aussi à de
fréquentes quêtes à la Cathédrale, dont ils envoyaient le produit
à la municipalité pour l'Hospice des orphelins. Voy. p. ex. le
procès-verbal du 17 nivôse (7 janvier 1796).]

Le 2 janvier 1796, l'administration municipale avait dû enregistrer la
loi portant que les agents qui ne dénonceraient pas les prêtres
soumis à la déportation seraient sur-le-champ livrés au tribunal
criminel[596], mais elle n'en restait pas moins favorable, au fond
de l'âme, aux nouveaux proscrits. Le 9 janvier, elle accueillait
favorablement une pétition de la citoyenne Marie-Reine Montflambert,
qui demandait pour son frère, l'abbé, la permission de revenir
à Strasbourg[597]. Puis, quand le Directoire du département eut
itérativement ordonné son arrestation, elle osa déclarer nulle et non
avenue cette mesure du Directoire, Montflambert étant couvert par une
des exceptions de la loi sur les émigrés. Cette opposition n'empêcha
pas que le nom du prêtre fugitif ne fût porté sur la liste des
émigrés; mais jusqu'au bout, le Corps municipal persista dans sa
manière de voir et déclara que „l'arbitraire prenait la place de la
justice”[598].

[Note 596: Procès-verbaux du Corps municipal, 12 nivôse (2 janvier
1796).]

[Note 597: Procès-verbaux du 19 nivôse (9 janvier 1796).]

[Note 598: Procès-verbaux du 25 ventôse an IV (15 mars 1796). Il
semblerait pourtant que Montflambert ait fini par tomber entre les
mains de la police, car nous connaissons une délibération de
l'administration départementale du 5 vendémiaire an V, qui ordonne son
élargissement provisoire de la maison de réclusion. (Procès-verbaux
du corps municipal. 8 vendémiaire, 29 sept. 1796.)]

Les mêmes procès-verbaux, auxquels nous empruntons ces détails,
nous ont conservé la liste des lieux de culte ouverts à Strasbourg au
commencement de l'année 1796. Le culte „connu sous la dénomination
de culte catholique, apostolique et romain”, occupait l'édifice de
la ci-devant Cathédrale et l'église Louis; les protestants officiaient
aux temples Aurélie, Thomas, Nicolas, Guillaume, Pierre-le-Vieux,
l'Eglise-neuve (Temple-Neuf), la Ruprechtsau, et à l'auberge de la
Charrue, au faubourg de Pierres. Les israélites se réunissaient chez
Scheyen Netter, rue de la Lune; Abraham Auerbach, rue Sainte-Elisabeth;
Moïse Isaac, Vieux-Marché-aux-Vins, et Joseph Lehmann, rue du
Jeu-des-Enfants[599]. Il n'est pas fait mention ici d'un lieu de culte
pour les constitutionnels, mais il est cependant hors de doute qu'ils
célébraient leur culte à part, avant même d'être admis au partage
de la Cathédrale, comme nous le verrons bientôt.

[Note 599: Procès-verbaux du 12 nivôse an IV.]

Pendant ce temps la lutte s'engageait, avec un redoublement de violence,
entre le nouveau gouvernement de la République et les membres du
clergé pénitent, rentrés en foule dans leurs anciennes paroisses,
dans l'attente de jours meilleurs. Plus la connivence tacite des
autorités avait été grande durant de longs mois, plus la répression
dut sembler cruelle quand on se remit à sévir. Les municipalités
favorables au clergé furent frappées, comme les prêtres eux-mêmes.
La municipalité de Truchtersheim fut destituée pour avoir laissé
fonctionner des ecclésiastiques non-assermentés[600]; le président
de celle d'Obernai, le citoyen Apprédéris, se vit casser pour en avoir
hébergé dans sa demeure[601], et les malheureux eux-mêmes furent
traqués partout, jusque dans les hautes vallées des Vosges, pour
„écraser les ennemis de la République”[602]. Ces poursuites ne
restèrent pas infructueuses, et plusieurs de ceux qu'on recherchait,
furent en effet arrêtés. C'est ainsi que le tribunal criminel du
Bas-Rhin condamnait à la déportation sur les côtes de la Guyane le
curé Kappler, de Beinheim[603], puis l'abbé Heckel, ancien desservant
de Grossendorf[604]. Les armes les plus terribles, forgées pour
combattre l'Eglise hostile, devaient être employées elles-mêmes
dans l'ardeur de la lutte et sous l'influence funeste des haines
renaissantes. Dans les premiers jours de février on amenait captif aux
prisons de Strasbourg un prêtre condamné jadis à la déportation
et qui, avec un faux passe-port[605], était revenu dans sa paroisse;
c'était l'abbé Antoine-François Stackler, desservant de Neuve-Eglise.
Son identité sommairement reconnue, le tribunal prononça contre lui la
peine capitale et, le 3 février 1796, le jeune ecclésiastique montait
courageusement les marches de l'échafaud, dressé sur la place d'Armes,
salué comme un martyr par l'immense majorité de ses coreligionnaires,
quoique jugé plus sévèrement par les feuilles républicaines[606].

[Note 600: _Strassburger Weltbote_ (c'est le nouveau titre de la
_Strassburger Zeitung_, du futur _Courrier du Bas-Rhin_), 28 janvier
1796.]

[Note 601: _Strassb. Weltbote_, 15 février 1796.]

[Note 602: _Strassb. Weltbote_, 10 février 1796.]

[Note 603: _Strassb. Weltbote_, 19 mars 1796.]

[Note 604: _Strassb. Weltbote_, 11 avril 1796.]

[Note 605: La falsification fréquente de ces passe-ports est également
avouée par M. Guerber dans sa _Vie de Liebermann_, p. 137.]

[Note 606: _Strassb. Weltbote_, 4 février 1796. Voy. aussi sur Stackler
l'article de M. l'abbé Sifler dans la Revue catholique d'Alsace,
1868, p. 372--Nous rencontrons un trait de fanatisme religieux
épouvantable--s'il est authentique--chez l'une des paroissiennes de
Stackler, dans le _Strassb. Weltbote_ du 15 février 1796.]

Toutes les régions de notre province ne supportèrent pas avec un calme
résigné cette recrudescence dans la persécution religieuse; dans le
Kochersberg, par exemple, presque aux portes de Strasbourg, les paysans
catholiques proféraient des paroles menaçantes et l'on y armait,
disait-on, jusqu'aux garçons de douze ans, pour défendre les prêtres
réfractaires qui s'y tenaient cachés[607]. Huit demi-brigades de
gendarmes durent être établies à Dachstein, Molsheim, Mutzig,
Wasselonne, Westhoffen, Schirmeck et lieux environnants, pour y faire
respecter les arrêtés relatifs au clergé non-assermenté[608], et
surtout aussi celui du 13 ventôse, qui ordonnait d'enlever partout, sur
les églises, dans les cimetières, aux maisons particulières et sur
les grands chemins, les symboles religieux, croix, images des saints,
inscriptions diverses, ayant échappé jusqu'ici au marteau des
démolisseurs. Le piédestal même des crucifix devait être
immédiatement enlevé[609]. On peut se figurer aisément quelles
colères éveillaient d'aussi tyranniques décrets dans le cœur de nos
populations rurales. Il va sans dire que la défense de se servir des
cloches pour la célébration du culte, très rapidement tombée en
désuétude, du moins à la campagne, était réitérée sous les peines
les plus sévères[610].

[Note 607: _Strassb. Weltbote_, 17 mars 1796.]

[Note 608: _Strassb. Weltbote_, 26 mars 1796.]

[Note 609: _Strassb. Weltbote_, 25 mars 1796.]

[Note 610: Procès-verbaux du Corps municipal, 22 germinal (11 avril
1796) et 30 messidor (18 juillet 1796).]

Dans cette lutte, qui renaissait de la sorte âpre et passionnée, le
gouvernement devait nécessairement chercher à gagner des alliés,
dont l'intérêt immédiat les pousserait, non pas à s'associer à
des mesures persécutrices, mais à donner au moins l'exemple d'un
_loyalisme_ patriotique et de l'obéissance aux lois. Il était d'une
importance suprême pour lui de pouvoir montrer aux masses des groupes
religieux se disant et se croyant bons catholiques et se montrant bons
citoyens. La situation générale du pays devait amener et amena en
effet un rapprochement sensible entre les autorités civiles et l'ancien
clergé constitutionnel. Celui-ci n'avait pas attendu, pour organiser
son culte, supprimé par la Terreur, que le pouvoir lui devînt
favorable; au contraire. C'est au moment où la Convention nationale
semblait se désintéresser entièrement de la question religieuse,
pour gagner le clergé réfractaire, que les constitutionnels, sous la
conduite de Grégoire, avaient refait leurs cadres, par la célèbre
circulaire du 15 mars 1795[611]. Au mois de septembre, les anciens
curés assermentés du Haut-Rhin s'étaient réunis pour se donner une
organisation synodale dans le _presbytère_ de Soultz, avec le concours
de l'abbé Maudru, évêque constitutionnel des Vosges. Le 24 avril
suivant on avait procédé dans le même département à l'élection
d'un nouvel évêque et sur 12.800 suffrages exprimés--chiffre minime
quand on songe aux masses catholiques de la Haute-Alsace!--7000 voix
environ avaient porté l'abbé Berdolet au siège épiscopal[612].

[Note 611: Voy. sur cette question plus générale, que nous ne pouvons
aborder ici, le remarquable travail de M. Gazier, chargé de cours à
la Faculté des lettres de Paris, qui vient de paraître: _Etudes
religieuses sur la Révolution française._ Paris, 1887, 8°.]

[Note 612: On peut consulter sur ce mouvement dans la Haute-Alsace, mais
avec une défiance permise vis-à-vis d'un adversaire mortel de l'Eglise
constitutionnelle, l'ouvrage de M. Winterer, souvent déjà cité.]

Tandis que l'Eglise constitutionnelle du Haut-Rhin témoignait ainsi
d'une certaine vitalité, les prêtres assermentés ne faisaient guère
parler d'eux dans le département voisin, si l'on en excepte Strasbourg
même. On n'a pas oublié que bon nombre des membres du clergé dans le
Bas-Rhin, compatriotes et partisans de Schneider, avaient abandonné,
comme lui, le ministère, ou bien étaient retournés dans leur pays,
déçus dans leurs espérances religieuses et matérielles[613]. On se
rappelle aussi ce que nous avons dit du caractère apathique et de la
santé chancelante de l'évêque Brendel, et l'on ne s'étonnera
donc pas s'il ne s'est que faiblement associé au mouvement de
réorganisation provoqué par Grégoire et ses amis. Les mois de
captivité, passés au Séminaire, pendant la Terreur, avaient brisé le
peu de ressort qui pouvait rester à un homme, nullement fait pour agir
en temps révolutionnaire. Aussi n'est-ce pas Brendel, mais un
autre personnage, à nous bien connu, l'abbé Rumpler, qui travaille
indirectement à Strasbourg à la résurrection du mouvement
constitutionnel. Ce singulier original n'avait pas, à vrai dire,
d'antécédents qui l'appelassent à jouer ce rôle. Il n'avait jamais
fait partie du clergé assermenté; il avait été enfermé plus tard
pour avoir dit la messe en cachette et avait lutté, du fond de sa
prison, plus courageusement que bien d'autres, contre la tyrannie
de Monet et de Schneider[614]. Mais c'était une nature belliqueuse,
toujours en émoi, ulcérée par le souvenir de maintes avanies, à lui
faites par le haut clergé de l'ancien régime. Il était de plus bon
patriote et il se croyait en droit de reprocher à ses adversaires de ne
point l'être du tout. Peut-être aussi son amour-propre avait-il
été blessé de se voir écarté, lors de la réorganisation du
culte catholique, par les mandataires secrets du cardinal de Rohan,
Louis-Gilles Zæpffel et Claude Weinborn, l'un cousin germain du
promoteur de l'évêché, l'autre frère de l'ex-secrétaire de
l'officialité strasbourgeoise. Toujours est-il que Rumpler a
contribué, plus que tout autre, à travailler l'opinion publique contre
les réfractaires et contre la communauté catholique libre,
groupée soit à Saint-Louis, soit à la Cathédrale. En criblant
les „successeurs des douze apôtres de ses sarcasmes”, avec une
acrimonie peu chrétienne, il a plus fait pour soutenir les faibles
restes de l'Eglise constitutionnelle que celle-ci n'a fait elle-même,
sans cependant se déclarer catégoriquement pour elle. Combien faible
était cette Eglise à Strasbourg, on le voit par le petit nombre
des signataires qui viennent, une fois de plus, demander à la
municipalité, le 12 avril, l'usage de la Cathédrale pour les
citoyens Brendel, Kirchhoffer, Rosswag et Gross, „ci-devant prêtres
constitutionnels”[615].

[Note 613: Ceux qui restaient étaient devenus suspects au gouvernement;
ainsi, dans une lettre du 5 germinal an IV, le ministre de la police
s'informait du „prêtre autrichien” Kæmmerer, et demandait en vertu
de quels titres il résidait encore en France, où, „sous le masque
d'un patriotisme exalté, il s'occupe d'anéantir le gouvernement”.
Procès-verbaux du Corps municipal, 23 germinal (12 avril 1796).]

[Note 614: Pour apprécier l'énergie morale de Rumpler, il faut lire
les lettres virulentes et gouailleuses qu'il adressait, du fond de
sa prison, aux autorités départementales, pour protester contre la
tyrannie de „l'adolescent d'Annecy, du _mineur_ du Mont-Blanc”. Le
courage assurément ne lui faisait pas défaut. (Actes d'un bon apôtre,
Strasb., Dannbach et Gay, dix cahiers divers, p. 454-495.)]

[Note 615: Ils n'étaient que quarante-sept.]

La municipalité se voyait fort embarrassée, car, au point de vue
légal, sinon en équité, la Cathédrale était vacante. Il ne s'était
pas présenté, on le sait, un seul prêtre pour prêter le
serment préalable, exigé de tous les ministres d'un culte, et les
pétitionnaires pouvaient prétendre, avec assez de logique, qu'en
l'absence d'un célébrant, toute cérémonie religieuse était
impossible, et que le culte catholique ne se comprenait pas sans
un sacerdoce. Mais la municipalité ne songeait pas à expulser du
sanctuaire les préposés de la congrégation catholique, qui venaient
d'être renouvelés par le suffrage des électeurs[616]. Elle déclara
donc aux pétitionnaires qu'elle ne serait dans l'obligation d'accorder
l'usage commun d'un même édifice à des citoyens exerçant des cultes
différents ou prétendus tels, que si cet édifice était le seul dont
on put disposer, et sur la demande qui lui en serait faite, de _part
et d'autre_, par les intéressés. „Considérant que l'édifice connu
sous la dénomination de l'Eglise cathédrale a été réclamée, en
vertu de la loi, par un grand nombre de citoyens pour l'exercice du
culte dit catholique-apostolique-romain, et qu'il a été remis à leur
usage,... que ces citoyens sont encore aujourd'hui en possession de cet
édifice, où ils continuent d'exercer le culte qu'ils ont adopté et
qui paraît différer de celui qui convient aux pétitionnaires,... que
c'est sur l'assurance légale d'y être maintenus, qu'ils ont fait les
dépenses nécessitées par la nouvelle destination de l'édifice,...”
le Conseil finit par „estimer qu'il n'y a pas lieu de délibérer
sur la pétition susdite”. Il invite seulement l'administration
départementale à fournir aux impétrants l'une des autres églises
catholiques placées sous séquestre[617].

[Note 616: Procès-verbaux du Corps municipal, 17 germinal (6 avril
1796).]

[Note 617: Corps municipal, procès-verbaux manuscrits, 23 germinal (12
avril 1796).]

Le 8 floréal (27 avril), le Département accorde en effet
aux constitutionnels l'église de Saint-Louis, qu'on prend aux
catholiques-romains. Ceux-ci réclamèrent sans doute, car, le 20 du
même mois (9 mai), on transférait les pétitionnaires de Saint-Louis
à Saint-Pierre-le-Vieux[618]. Ce local ne suffit pas à la longue; le
24 mai treize citoyens demandèrent encore Saint-Pierre-le-Jeune pour
y célébrer un culte constitutionnel et cette demande dut
être accordée[619]. Comment finit-on par établir une espèce
d'_alternative_ dans le principal sanctuaire de la cité? C'est ce
que nous ne saurions dire, malgré nos recherches; cependant la chose
elle-même ne semble pas douteuse, puisque le _Journal de la confrérie
marianique_ mentionne, à la date du 3 juillet 1796, un „culte
latin”, célébré par un prêtre constitutionnel, dans le chœur de
la Cathédrale[620].

[Note 618: Procès-verbaux manuscrits, 23 floréal (12 mai 1796).]

[Note 619: Corps municipal, procès-verbaux du 2 prairial (21 mai
1796).]

[Note 620: _Kath. Kirchen--und Schulblatt_, 1855, p. 132.]

Peut-être doit-on voir là le résultat des attaques de Rumpler,
qui, précisément à cette époque, harcelait les préposés du culte
catholique avec une grande véhémence. „Vous êtes reconnus pour des
intriguants dans la bergerie du Seigneur, et pour des intrus dans
une _prépositure_ usurpée, dont les catholiques raisonnables vous
chasseront pour avoir la paix, s'ils consultent un peu le vœu des
citoyens catholiques, apostoliques et romains de la cité et des
fauxbourgs”[621]. Quand on le voit maltraiter ainsi „messieurs
les frères et cousins des docteurs d'outre-Rhin”, on devine que
l'antagonisme politique et le sentiment national entrent en jeu,
dans ces luttes intimes, à nous si mal connues, du catholicisme
strasbourgeois d'alors. On s'expliquerait assez bien que la
municipalité n'osât plus sacrifier entièrement les constitutionnels
à des gens aussi vivement accusés et mal notés sans doute auprès du
gouvernement de la République.

[Note 621: Appel pour les citoyens et citoyennes romano-évangéliques,
catholiques, apostoliques de la confession de Saint-Louis à Strasbourg,
25 juillet, fête du P. Jacob. Voy. aussi la préface de la _Tonnéide_,
de Rumpler (Argentcourt, Dannbach, an VII), ironiquement dédiée à
Zæpffel et Weinborn.]

Malheureusement nous savons très peu de chose sur cette seconde
période de l'histoire du culte constitutionnel à Strasbourg,
l'attention publique se détournant vers d'autres sujets et la
littérature des brochures et des pamphlets, si riche pour les années
1790 à 1795, nous faisant maintenant à peu près défaut. Brendel
fonctionna pour la dernière fois comme évêque à la consécration
du nouvel évêque du Haut-Rhin, Berdollet, cérémonie qui se fit
à Colmar, le 15 août 1796. Il y prononça un „discours plein
d'onction” et qui fit couler des larmes, au dire du rapport officiel.

Mais, depuis ce jour, il n'a plus accompli d'actes ecclésiastiques, et
de fait, la juridiction de Berdollet s'étendit, dans les années qui
suivirent, aux départements du Bas-Rhin et du Mont-Terrible. Nous ne
savons pas exactement quand Brendel résigna ses fonctions épiscopales,
mais ce dût être bientôt après la date indiquée tout à l'heure.
Quant au motif de sa décision, il ne l'a déposé dans aucun document
rendu public; un contemporain nous affirme que Brendel „ne donna à
la municipalité sa démission de la juridiction épiscopale que pour
opérer la réunion des différents partis”[622]. Il aurait donc
cru que, lui parti, les catholiques dissidents et les constitutionnels
pourraient s'entendre fraternellement sur la nomination d'un nouvel
évêque, moins compromis dans les luttes antérieures? On a quelque
peine à penser qu'il ait pu se livrer à de pareilles illusions.
Quoiqu'il en soit de cette réunion des différentes fractions
religieuses rêvée par Brendel, „mais à laquelle les fanatiques se
sont opposés”, nous voyons l'ancien évêque accepter bientôt les
fonctions, modestement rétribuées[623], d'archiviste départemental. A
partir de ce moment, il disparaît forcément des pages de ce récit.
Il ne survécut pas longtemps d'ailleurs à l'abandon de ses fonctions
épiscopales, ayant succombé, dès le 22 mai 1799, aux maladies qui
le minaient depuis longtemps déjà. Un „cortège de trois cents
patriotes, spontanément réunis”, l'accompagna jusqu'à sa dernière
demeure, tandis que des mégères, „égarées par un fanatisme hideux,
se pressaient dans les rues où le convoi devait passer, dirigeant
sourdement des imprécations et des injures grossières vers le
cercueil”. L'orateur qui parla sur sa tombe put affirmer que le mort
avait „constamment repoussé avec pitié toutes les tentatives que
l'hypocrisie fit à plusieurs reprises pour l'attirer à une lâcheté.
Ses derniers moments ont ressemblé à ceux de toute sa vie; il est
mort républicain”[624]. Le ton général du discours prononcé par le
citoyen Bottin semble indiquer que l'idée religieuse tenait bien peu
de place dans les dernières pensées du défunt. L'on ne saurait donc
s'étonner que l'Eglise constitutionnelle du Bas-Rhin ait misérablement
fini sous un tel chef. Un ardent apôtre lui-même aurait échoué sans
doute, vu la disposition d'esprit des masses, et Brendel, nous l'avons
dit autrefois, n'était rien moins qu'un apôtre.

[Note 622: Note manuscrite de la main de M. Laquiante, juge à
Strasbourg, sur mon exemplaire du discours de Bottin.]

[Note 623: Il est entièrement faux de dire qu'il avait „_ein
erkleckliches Einkommen_” comme le fait M. Guerber, Liebermann, p.
159.]

[Note 624: Eloge funèbre du citoyen Brendel, chef du bureau des
archives, ci-devant évêque constitutionnel du Bas-Rhin, mort le 3
prairial an VII, prononcé par le citoyen Bottin. Strasb., Levrault, s.
dat., 11 p. 8°.]

L'attitude des populations rurales restait en effet une cause
d'incessants soucis pour l'administration départementale et le
gouvernement de la République. Non contents de laisser inexécutée
les lois contre les prêtres rénitents, certaines municipalités du
Bas-Rhin s'étaient oubliées jusqu'à „tolérer des attroupements
formés dans leurs communes pour enlever des prêtres réfractaires
des mains de la troupe armée”; d'autres avaient „souffert que
les prêtres rebelles célébrassent publiquement le culte dans leurs
communes”; d'autres enfin avaient „laissé subsister, contrairement
à la loi, les signes extérieurs du culte”. Un arrêté du
Département, daté du 6 juillet, avait suspendu les adjoints et les
agents municipaux de Crastatt, Itterswiller, Kleingoeft, Mennolsheim,
Reuttenbourg et Sigrist comme coupables de ces méfaits. Par arrêté du
8 août, le Directoire de la République destituait ces fonctionnaires
désobéissants et prescrivait leur remplacement immédiat[625].
Quelques semaines après, le ministre de la police générale, le
citoyen Cochon, insistait, dans une nouvelle missive, sur l'expulsion
immédiate des prêtres insermentés, si nombreux encore en Alsace[626].
Une autre circulaire, datée du 6 fructidor, ordonnait d'enlever
sur-le-champ les croix et les images partout où elles subsistaient
encore. Cette dépêche officielle citait principalement Marmoutier
comme centre de _fanatisme_. On y sonne les cloches, on y fait des
processions au dehors, on y arbore même des cocardes blanches et le
drapeau blanc[627]. On peut supposer que ces objurgations officielles
restèrent, autant que par le passé, sans résultats pratiques.

[Note 625: Extrait des registres des délibérations du Directoire
exécutif. Paris, 21 thermidor an IV. Placard grand-fol. dans les deux
langues.]

[Note 626: _Strassb. Weltbote_, 9 fructidor (26 août 1796).]

[Note 627: _Strassb. Weltbote_, 17 fructidor (9 septembre 1796).]

La fin de l'année 1796 et les premiers mois de l'année suivante
s'écoulèrent sans faits marquants à signaler pour l'histoire
religieuse de l'Alsace et celle de notre Cathédrale. Malgré
les dispositions peu favorables du gouvernement, les _préposés_
catholiques n'ont pas été troublés dans la possession tranquille de
l'antique édifice.[628] Ils y célèbrent leurs réunions de prières,
et y font des quêtes fructueuses, qui semblent indiquer une affluence
de fidèles assez considérable. Le produit de ces collectes est en
partie consacré à l'achat de livres de piété pour les orphelins
de l'hospice communal, et les donateurs peuvent écrire à ce sujet
à l'administration municipale: „Les sentiments que l'administration
professe nous sont garants de son suffrage pour l'emploi de cette
somme”, sans craindre un refus d'approbation de sa part.[629]

[Note 628: Toutes les fêtes publiques du temps (fête de la Jeunesse,
au 27 mars 1797; fête en l'honneur de Hoche, au 14 octobre 1797,
etc.) se célèbrent soit au Temple-Neuf, soit sur la place d'Armes;
on n'emprunte à la Cathédrale que ses cloches. (Corps municipal,
procès-verbaux du 7 germinal an V et du 23 vendémiaire an VI.)]

[Note 629: Corps municipal, procès-verbaux manuscrits du 16 germinal
et du 12 floréal (5 avril, 1er mai 1797). La collecte du 20 germinal se
montait à 224 livres 19 sols.]

Les événements politiques du dehors semblent devoir favoriser
ce calme. En avril 1797, les électeurs français procèdent au
renouvellement par tiers des Conseils, et la plupart des conventionnels
sortants sont remplacés par des modérés ou même par des royalistes
avérés. Aussi, le 23 mai déjà, sur la proposition du représentant
Dumolard, on nommait au Conseil des Cinq-Cents une commission chargée
de réviser les lois et décrets relatifs à la police des cultes. La
majorité de cette commission était favorable, par politique ou par
conviction religieuse, aux vœux des catholiques. Elle le montre en
nommant rapporteur l'éloquent Camille Jordan, qui déposa, dès le
17 juin, un rapport resté célèbre et concluant à une liberté des
cultes à peu près complète. La mesure vexatoire du serment devait
être abolie, les processions permises[630], les cloches rendues aux
églises, les cimetières distribués entre les adhérents des cultes
divers, etc. Le 24 août la majorité des Conseils alla plus loin
encore; désireuse de rétablir la paix religieuse dans le pays, elle
rapporta, par la loi du 7 fructidor, toutes les lois antérieures,
relatives à la déportation ou à la réclusion des prêtres
non-assermentés. Mais le Directoire, en majorité formé d'anciens
conventionnels, trouva que cette mesure, et plusieurs autres,
entraînaient les pouvoirs publics sur une pente fatale à la
République.

[Note 630: Il paraît qu'on anticipa même sur cette autorisation, car
dès le commencement de juin, l'administration départementale se voyait
obligée de défendre de pratiquer les cérémonies du culte en
dehors des édifices choisis pour cet exercice. Corps municipal,
procès-verbaux du 20 prairial (8 juin 1797).]

Effrayés par la découverte de complots royalistes, plus ou moins
sérieux, craignant de perdre la direction des affaires, Rewbell, Barras
et La Réveillère-Lepaux s'appuyèrent sur le commandant de Paris, le
général Augereau, envoyé tout exprès dans la capitale par Bonaparte,
afin de prêter main-forte contre „les brigands modérés”. Dans
la matinée du 4 septembre, ils exécutèrent le coup d'Etat militaire
connu dans l'histoire sous le nom de la journée du 18 fructidor, le
premier d'une série de violences analogues, qui devaient déconsidérer
la représentation nationale et livrer enfin la France à la dictature
d'un seul.

Une des premières lois révoquées par les Conseils décimés fut celle
du 7 fructidor, et les ministres des cultes furent astreints derechef
à prêter le serment de haine à la royauté. L'Eglise affirmant encore
aujourd'hui, par la bouche de ses pontifes, qu'elle est indifférente
par principe aux formes politiques des Etats, la prestation de ce
serment n'aurait pas dû être nécessairement refusée par le clergé.
Elle le fut pourtant partout en Alsace, sur l'ordre exprès du cardinal
de Rohan qui, de l'autre côté du Rhin, surveillait toujours son
diocèse[631]. C'était montrer bien clairement que l'agitation
fomentée par le clergé dans le pays n'était pas seulement religieuse
mais encore contre-révolutionnaire. Les suites naturelles d'un refus
obstiné de ce genre ne se firent pas attendre. Le Directoire rentra
dans l'ornière jacobine qu'on venait à peine de quitter. A Strasbourg,
l'église de Saint-Louis et son mobilier furent mis en vente au plus
offrant, dès novembre 1797, par le ministère du commissaire de police
Braun et du revendeur Dollinger[632]. Afin d'éviter un sort semblable,
les préposés de la Cathédrale s'empressent de célébrer un _Te
Deum_ d'allégresse pour la conclusion du traité de Campo-Formio avec
François d'Autriche, première cérémonie politique à laquelle nous
les voyons s'associer[633]. Mais ils ne devaient plus jouir longtemps en
paix du sanctuaire qu'ils occupaient depuis deux ans. Dans les premiers
jours de décembre, le citoyen Rumpler, „sans désignation d'aucune
qualité”, présente une nouvelle requête à l'administration
municipale pour y officier à son tour. Profitant de ce que ni Zæpffel,
ni Weinborn, ni aucun des autres administrateurs n'osent prêter un
serment, interdit par leur ancien évêque, et répugnant à
leur conscience[34], il vient „réclamer ses droits de prêtre
catholique-romain”, sur une église où „il n'y a plus ni ministre
du culte ni administrateurs qui osent se montrer”, et demande „à
célébrer le sacrifice” pour „les nombreux citoyens qui l'ont
choisi pour dire la messe”.

[Note 631: Winterer, p. 277.]

[Note 632: Corps municipal, procès-verbaux du 21 brumaire (11 nov.
1797).]

[Note 633: Procès-verbaux du Corps municipal, 19 brumaire (9 nov.
1797).]

[Note 634: Cela était vrai; l'administration de la police municipale
constatait qu'aucun des onze préposés en exercice ne voulait prêter
serment, la plupart niant leur propre existence officielle, pour se
dispenser de cette corvée. Procès-verbaux du 12 frimaire an VI (2
décembre 1797).]

Le Corps municipal cherche un moyen de se soustraire à cette mise en
demeure. Bien que Rumpler ait déposé un volumineux dossier de pièces
à l'appui de sa demande, on lui déclare que, n'y trouvant pas le
serment exigé par la loi du 19 fructidor, on devait surseoir à
toute réponse [635]. Mais Rumpler, présent à la séance publique
du Conseil, se lève subitement et exhibe une attestation de la
municipalité d'Obernai, établissant qu'il a satisfait à la loi;
d'ailleurs il se déclare prêt à prêter le serment, une fois de
plus, séance tenante. Ne sachant plus alors quelle attitude prendre
vis-à-vis des catholiques, peu soucieuse de rien faire en faveur des
constitutionnels, l'administration municipale décide enfin de renvoyer
la question à celle du Département. Cinq jours après intervenait
une décision, facile à prévoir: Les préposés prêteront le serment
exigé par la loi, ou bien on leur fermera leur lieu de culte [636]. Un
délai de quatre jours étant écoulé sans que les administrateurs de
la paroisse catholique eussent obtempéré à la sommation contenue dans
la délibération du 17 frimaire, le Directoire du département prit, à
la date du 21 frimaire, une délibération „portant que la ci-devant
Cathédrale était fermée à toute espèce de culte, et le local
uniquement destiné à la réunion des citoyens lors des fêtes civiques
et décadaires.” Quelque peu satisfaite qu'elle fût de cette
mesure, la municipalité dut l'enregistrer cependant. Nous lisons au
procès-verbal de sa séance du 25 frimaire, que „vu le refus opposé
(par le Département) à la pétition de quinze citoyens, d'être
conservés dans l'usage de ladite Cathédrale”, on enverra copie de ce
refus au citoyen Fink, l'un des préposés au temporel du culte;
qu'ils devront remettre les clefs de l'édifice, et, qu'à partir du
30 frimaire, les fêtes décadaires y seront célébrées avec
décence[637]. Le Corps municipal eut un moment de satisfaction
cependant; il pouvait répondre le même jour à une troisième
pétition de l'infatigable Rumpler „qu'il n'y avait plus lieu de
délibérer” sur sa demande. Comme dans la fable, les deux plaideurs
ennemis étaient renvoyés dos à dos du procès et l'objet du litige
restait entre les mains d'un tiers plus heureux.

[Note 635: Procès-verbaux du 12 frimaire (2 déc. 1797).]

[Note 636: Procès-verbaux du Corps municipal, 17 frimaire (7 déc.
1797).]

[Note 637: Procès-verbaux du 25 frimaire (15 déc. 1797).]



                                XXVII.


L'année 1798 est marquée par un redoublement d'hostilités entre
l'Eglise et l'Etat. Une fois de plus, les représentants de l'autorité
civile, désespérant de gagner le concours du clergé, essaient de
l'écraser ou de le proscrire. L'arsenal des lois de combat édictées
depuis sept ans leur fournit toutes les armes désirables pour cette
lutte, et cependant ils seront obligés, eux aussi, d'avouer leur
impuissance finale. Peu sympathiques au clergé constitutionnel,
hostiles, en partie du moins, à tout sentiment religieux, les
détenteurs du pouvoir en reviennent au système inauguré par
Robespierre, aux fêtes symboliques à grand apparat, à l'imitation
maladroite des cérémonies grecques et romaines, à l'exploitation de
l'idée patriotique, opposée aux tendances catholiques. C'est alors
que l'un des membres du Directoire exécutif, La Réveillère-Lepaux,
inaugure à Paris son culte des _théophilanthropes_, travestissant,
malgré lui, une grande et belle idée par son cérémoniel absurde
et sa phraséologie ridicule. C'est alors aussi que nous voyons la
Cathédrale de Strasbourg redevenir, comme avant le 10 thermidor, le
centre officiel du républicanisme et le sanctuaire de la propagande
patriotique.

Il nous reste toute une série des discours prononcés à cette époque,
lors des fêtes décadaires, à la Cathédrale. Ils ont à peu près
tous le même caractère, et sont composés presque tous par un même
groupe de personnages. Le ministre de l'intérieur d'alors, François
(de Neufchateau), littérateur assez médiocre, bien qu'il ait été
de l'Académie française, avait prescrit d'employer à cette tâche
civique les fonctionnaires municipaux d'abord, puis les professeurs des
nouvelles Ecoles centrales, établies dans chaque département de la
République, et qui remplaçaient les anciens collèges. Il comptait sur
l'éloquence facile, le sérieux et le dévouement obligé des membres
de l'enseignement secondaire officiel, il pensait aussi que la parole
de ces citoyens respectables aurait une autorité plus considérable
que celle des énergumènes entendus pendant la Terreur. Sur le premier
point, son attente ne fut pas déçue; les discours--nous dirions
volontiers les homélies laïques--prononcés à la Cathédrale sont
l'expression, souvent émue, des sentiments les plus dignes de respect.
On y prêche, avec une conviction absolue, la croyance en Dieu, en
l'immortalité de l'âme, la tolérance religieuse et la charité,
l'oubli des haines politiques et la concorde entre tous les
citoyens[638]. La sainteté, l'indissolubilité du mariage n'ont jamais
trouvé de plus sincères défenseurs[639]. Mais à côté de l'exposé
de ces vérités générales et supérieures, la note polémique n'est
jamais absente; elle ne pouvait l'être sans manquer le but même de
l'institution. On y demande au ci-devant d'abjurer ses préjugés contre
l'égalité, au prêtre de reconnaître l'absurdité de bon nombre de
ses dogmes, au piétiste de renoncer à ses cérémonies enfantines, au
juif de se soustraire au rituel vieilli de ses rabbins. On exhorte les
électeurs à ne jamais donner leur voix à qui embrasse encore
d'un bras débile le fantôme de la royauté, à qui, poussé par le
fanatisme religieux, défend encore des superstitions honteuses[640].

[Note 638: _Das Glück der Freiheit, eine patriotische Rede auf den
Dekadi_, 10 ventôse, 6. S. nom d'auteur ni d'impr. Strassb., 8 p.
8°.--_Rede über den Muth des Republikaner's, gesprochen im Tempel
der Freiheit, am 20. Ventose, von Joh. Friedr Aufschlager, Beamter im
Finanzbüreau der Gemeinde_. Strassb., Dannbach. 8 p. 8°.--_Rede
über die patriotische Thätigkeit, gehalten am 20. Messidor von J. F.
Aufschlager_. Strassb., Dannbach. 16 p. 8°.]

[Note 639: _Ueber die Wichtigkeit der Ehe, eine Rede gehalten am Fest
der Ehegatten. den 10. Floreal, im Nationaltempel, von J. B. Escher,
Professor an der Centralschule_. Strassb., Dannbach, 15 p. 8°.]

[Note 640: _Einige Rathschläge für die Wahlmänner, Rede im Tempel der
Freiheit, gehalten am 20. Germinal, von J. F. Aufschlager_. Strassb.,
Dannbach, 14 p. 8°.]

De pareilles paroles devaient repousser naturellement la masse des
fidèles catholiques, aveuglément dévoués à leurs conducteurs
spirituels. Elles n'auraient point été proférées d'ailleurs, que les
orateurs n'auraient pas eu prise sur les citoyens de cette catégorie,
pour un autre motif. Beaucoup d'entre les „prédicants” du décadi
étaient protestants. Leur présence même dans la chaire de la
Cathédrale devait paraître un sacrilège aux âmes pieuses et, par
suite, ceux-là seuls allaient les entendre qui, d'avance, étaient
convaincus. La municipalité avait beau faire imprimer ces harangues,
pour les distribuer ensuite, il n'est pas présumable que leur influence
écrite ait été plus profonde que leur influence parlée.

Pour réussir, il manquait au Directoire, malgré tous ses efforts, le
prestige sanglant de la Terreur. Là où Robespierre lui-même et
ses proconsuls avaient pu supprimer avec peine, et pour quelques
mois seulement, les habitudes enracinées de l'ancien régime et les
traditions de la civilisation chrétienne, les Barras et les Merlin
n'auraient pas dû se flatter de réussir. Ils pouvaient bien exaspérer
l'opinion publique par des mesures vexatoires; ils devaient renoncer
à la dompter. Parmi ces mesures de plus en plus impopulaires, il faut
placer surtout les luttes incessantes pour maintenir le calendrier
décadaire contre le calendrier grégorien. Le Directoire insistait
partout, avec un soin jaloux, pour que l'année officielle fût seule
employée, et le public, d'autre part, s'obstinait à n'en plus
tenir compte. A Strasbourg le nombre des arrêtés, relatifs à cette
question, fut considérable, „l'administration municipale considérant
qu'elle n'avait pas de devoir plus sacré que de seconder, de tous ses
moyens, les mesures propres à la conservation de la république, et
à la destruction du royalisme et des routines théocratiques.” Dans
celui du 22 floréal, par exemple, il est ordonné que les paysans,
même ceux d'outre-Rhin, qui viendraient porter leurs provisions au
marché, un autre jour que les tridi et les octidi de chaque décade,
seraient poursuivis comme ayant encombré la voie publique; les travaux
de la voierie ne pourront être suspendus que le décadi; les ouvriers
qui prendraient congé les jours de dimanche ou de fête de l'ancien
calendrier, devront être congédiés; les bals publics et autres lieux
de rassemblement ne pourront être réglés que sur la décade et jamais
ouverts le dimanche; les écoles devront chômer exclusivement d'après
le calendrier républicain, etc.[641]. Mais ces menaces obligées
n'étaient pas, semble-t-il, sérieuses de la part du bureau municipal,
car les choses ne changèrent guère pour cela.

[Note 641: Délibération de l'administration municipale de la commune
de Strasbourg, du 22 floréal an VI (11 mai 1798). Strasb., Dannbach,
placard in-folio.]

Afin d'amener le public aux fêtes décadaires, la loi du 13 fructidor
(30 août 1798) prescrivit que dorénavant les mariages ne pourraient
plus être célébrés que les jours de fête décadaire, au temple de
la Liberté. C'était forcer, en effet, les plus récalcitrants parmi
les catholiques, à pénétrer, une fois au moins dans leur vie, dans
l'enceinte profanée de leurs anciennes églises, pour peu qu'ils
fussent désireux de contracter mariage, mais les cœurs n'étaient
pas gagnés pour cela; bien au contraire. A Strasbourg, cette loi fut
appliquée pour la première fois le 10 vendémiaire (10 octobre 1798);
la cérémonie eut lieu „au temple de la ci-devant Cathédrale, et ne
manqua pas d'être belle et touchante, malgré que le local y mît
de grands obstacles.” Le citoyen Démichel, président de
l'administration municipale, prononça à cette occasion un long
discours, dont l'impression fut ordonnée par ses collègues, et dans
lequel il faisait un pompeux éloge du décadi, „ce jour de repos
et de fête nationale, proscrit par le fanatisme, l'ignorance et la
déraison”, qui allait devenir, grâce à cette loi, „un jour de
réjouissance et de bonheur pour tous les citoyens français.”
Mais l'orateur était amené, dès l'exorde, à s'élever contre les
intentions perfides de ceux qui tenteraient d'engager des citoyens
timorés, enchaînés à la domination des prêtres, à se soustraire
à l'exécution d'une loi si bienfaisante. Cela ne témoignait pas, chez
„les jeunes et innocentes filles”, pas plus que chez „les jeunes
et tendres époux”, d'un grand empressement „à venir payer le
plus juste tribut à la nature et à la société, en présence de
l'intéressante jeunesse qui doit imiter un jour leur exemple.”
La plupart d'entre eux n'étaient guère enflammés de „ce saint
enthousiasme” qui devait les „délivrer des préjugés qui les ont
tenus enchaînés, pendant quatorze siècles, au char du fanatisme et de
la superstition”[642].

[Note 642: Discours prononcé lors de la première célébration des
mariages au temple de la Liberté, le 10 vendémiaire an VII, par le
citoyen Démichel, président de l'administration municipale. Strasb.,
Dannbach, 11 p. 8°.]

On dut reconnaître bientôt combien la Cathédrale était actuellement
mal aménagée pour ces réunions décadaires et les fêtes nationales.
Trois jours seulement après la célébration de cette première
cérémonie, la municipalité adressait aux Strasbourgeois une
proclamation solennelle, pour leur expliquer que le temple de la
ci-devant Cathédrale présentait bien le local nécessaire à ces
fêtes, mais que sa disposition actuelle ne saurait convenir à l'objet
auquel il est destiné. Il faudrait que tous les citoyens pussent
être placés commodément, que chacun puisse arriver à sa place
sans désordre ni tumulte. La fête du dernier décadi n'a pu être
environnée de l'éclat, de la décence, de la dignité qui doivent
accompagner une cérémonie aussi auguste et devant attirer dans tous
les temps un grand concours de citoyens. Malheureusement l'état de
la caisse commune ne lui permet pas de fournir seule à la dépense
nécessaire et les bons citoyens sont donc invités à se pénétrer de
l'importance de cet objet, des avantages qui doivent en résulter pour
eux-mêmes, et à contribuer, chacun selon ses facultés, aux frais de
réparations aussi urgentes qu'elles sont utiles[643].

[Note 643: L'administration municipale de la commune de Strasbourg à
ses concitoyens, 13 vendémiaire (4 octobre 1798), 4 p. 8°.]

Cette adresse, imprimée dans les deux langues, fut „distribuée avec
profusion” et une liste de souscription ouverte au bureau des travaux
publics. Un architecte, alors renommé dans notre ville, le citoyen
Weinbrenner, dressa le plan des constructions à faire pour rétablir
l'ancien amphithéâtre, et présenta le devis, qui se montait à 10,846
fr. 40 c. Dans sa séance du 17 frimaire seulement, le Corps municipal
décida de faire commencer incessamment les travaux par les ouvriers de
la commune[644]. Deux mois s'étaient donc écoulés depuis l'ouverture
de la souscription publique et l'on peut supposer qu'elle n'avait pas
été très fructueuse. Peut-être aussi la municipalité elle-même
n'avait-elle pas apporté grand zèle à hâter l'entreprise, vu les
sentiments intimes de la plupart de ses membres. Nous voyons, en effet,
dans l'intervalle le président même de l'administration, le citoyen
Hirschel, et l'un des officiers municipaux, Schnéegans, être obligés
de déposer l'écharpe municipale, et renvoyés devant les tribunaux
comme accusés de faux en écriture publique pour une singulière
histoire d'_escamotage_ (c'est le mot topique) d'un prêtre
réfractaire. Celui-ci, également nommé Hirschel, et parent sans doute
du fonctionnaire, avait été arrêté à Geispolsheim, mais il put
disparaître, durant le trajet à Strasbourg, sous le nom de Joseph
Hægeli, instituteur, grâce à la dextérité d'un nommé Rosset et à
la connivence présumée des susdits officiers municipaux[645]. Peu de
jours après, la municipalité tout entière s'attirait également une
verte semonce de la part du Département pour contrôler si mal les
prescriptions de la loi sur les décadis, „au point que les bouchers
poussaient l'insolence jusqu'à égorger leurs bestiaux dans la rue,
ces jours-là, et que les poissonniers étalaient avec une scrupuleuse
ponctualité les vendredis, mais avaient soin de supprimer leurs
étalages les jours connus dans le calendrier des cultes sous le nom de
dimanche”[646]. Ces reproches ne changèrent en rien la disposition
des esprits et les artisans, les ouvriers, les paysans continuèrent
à ne tenir aucun compte du calendrier officiel, comme nous le montre
l'amère philippique prononcée contre eux, à la Cathédrale, le 10
frimaire de l'an VII (31 décembre 1798) par le citoyen Bottin[647].

[Note 644: Corps municipal, procès-verbaux manuscrits, 17 frimaire (7
décembre 1798).]

[Note 645: _Ibid._, 1er brumaire (22 octobre 1798).]

[Note 646: Procès-verbaux manuscrits, 3 brumaire (24 octobre 1798).]

[Note 647: _Erste Rede über die Vollziehung der Gesetze, gehalten den
10. Frimaire... von dem Bürger Bottin_. Strassb., Levrault, 20 p. 8°.]

Etait-ce pour se laver de ce reproche d'indifférence ou par pur amour
de l'art, je ne sais, mais la municipalité procéda vers la même
époque à la réorganisation de l'orchestre municipal, qui fut placé
sous la direction du violoncelle Dumouchau père, avec une dépense
annuelle de 4950 livres[648]. Elle souscrivit également à la
„publication décadaire de plusieurs morceaux de poésie
allemande, destinés à consacrer des époques de la Révolution
et particulièrement à célébrer la morale et les fêtes
républicaines”. L'auteur en était le pasteur Schaller, de
Pfaffenhofen, bien connu dans la littérature alsatique par son poème
burlesque, la _Stuziade_, illustrée par le crayon de Zix. Mais la
souscription de nos autorités est si modeste qu'il n'est guère
probable qu'on ait pu distribuer un grand nombre d'exemplaires des
dithyrambes patriotiques du ministre de Pfaffenhofen au public ordinaire
des réunions de la Cathédrale[649].

[Note 648: Corps municipal, procès-verbaux, 15 brumaire (6 novembre
1798).]

[Note 649: Procès-verbaux manuscrits, 29 frimaire (19 décembre
1798).--La municipalité prit des exemplaires de ces chants pour
16 livres 50 centimes.]

Nous ne nous arrêterons plus longuement à la description de ces
différentes fêtes, que nous ont conservé les journaux du temps ou ces
plaquettes spéciales, procès-verbaux ou programmes, si recherchées
de nos collectionneurs d'alsatiques. Soit qu'on célèbre le 2 pluviôse
(21 janvier) „la juste punition du dernier roi des Français”[650],
soit qu'on fête, le 30 ventôse (20 mars), la Souveraineté du
peuple[651], ou le 10 prairial (22 mai), la Reconnaissance[652], les
détails de ces cérémonies ne varient guère et ressemblent à celles
que nous avons fait, si souvent déjà, passer sous les yeux du
lecteur. Elles ont peut-être un caractère plus factice encore et plus
théâtral que par le passé, et l'on ne peut s'empêcher de sourire,
en lisant, par exemple, dans le programme de la fête anniversaire
du supplice de Louis XVI: „La cérémonie se terminera par des
imprécations contre les parjures et une invocation à l'Etre suprême,
pour la prospérité de la République, lesquelles pièces seront
composées par les professeurs de l'Ecole centrale du Bas-Rhin.” Purs
exercices de rhétorique, où la violence du langage n'avait plus même
l'excuse d'une passion sincère et où les fonctionnaires de tout rang
se prêtaient, sans convictions bien profondes, au rôle de comparses et
d'acteurs![653].

[Note 650: Corps municipal, procès verbaux, 12 nivôse (1er janvier
1799).]

[Note 651: Procès-verbaux du corps municipal, 9 ventôse (27 février
1799).]

[Note 652: Fête de la Reconnaissance. L'administration centrale
du Bas-Rhin aux municipalités. 3 prairial an VII, 4 p. 4°.--Corps
municipal, procès-verbaux du 29 floréal et du 10 prairial (18, 29 mai
1799).]

[Note 653: Nous avons le droit de parler de la sorte quand nous
entendons au même moment la municipalité déclarer à l'administration
départementale, en majorité jacobine. „qu'elle imprime le cachet
fatal de sa réprobation sur le front obscène” des royalistes et des
jacobins. (Corps municipal, 28 nivôse an VII.)]

Un emportement plus spontané se fait sentir dans les nombreuses
manifestations auxquelles donna lieu l'attentat contre les
plénipotentiaires français de Rastatt, consommé le 28 avril 1799. Le
nom des victimes, Roberjot et Bonnier, retentit fréquemment sous
les voûtes de la Cathédrale, dans les semaines qui suivirent cette
violation sauvage du droit des gens. Toutes les cérémonies décadaires
s'y terminaient par le cri de: Vengeance contre la perfide Autriche!
Le 20 floréal, on y donne lecture d'une adresse de l'administration
départementale[654]; le 30 floréal, on y lit une proclamation du
Directoire[655], relatives toutes deux à ce sujet, et si la grande
fête funèbre du 20 prairial en l'honneur des deux envoyés français,
se déroula principalement sur la place d'Armes, le temple décadaire,
tout voilé de noir, „orné d'urnes, représentant les cendres
des citoyens Roberjot et Bonnier”, portait, lui aussi, ce jour-là
„l'empreinte lugubre du deuil de tous les citoyens”[656].

[Note 654: Procès-verbaux du Corps municipal, 20 floréal (9 mai
1799).]

[Note 655: Procès-verbaux du Corps municipal, 30 floréal (19 mai
1799).]

[Note 656: Procès-verbaux du Corps municipal, 13, 20, 30 prairial (1er,
8, 18 juin 1799).--_Trauerrede auf das Gedächtnissfest der zu Rastatt
gemeuchelmordeten fränkischen Friedensgesandten_. Strassb., Rupffer, 8
p 8°.]

L'assassinat de Rastatt devait amener également une recrudescence de
haine contre tous ceux qu'on pouvait soupçonner de connivence secrète
avec „les farouches Autrichiens”. „Habitants du Bas-Rhin,
s'écriait une proclamation de l'administration centrale du
département, pourriez-vous ne pas ouvrir enfin les yeux sur les dangers
imminents dont vous menace la présence de ces prêtres rebelles, de ces
émigrés cachés, qui surprennent depuis longtemps votre bon cœur? Ah,
ils sont vos ennemis les plus cruels, soyez en sûrs, ils ont le
cœur _autrichien_. Repoussez-les... débarrassez-vous de ces hôtes
dangereux!”[657]. Jusque dans l'intérieur des prisons, on redouble de
vigilance pour empêcher les prêtres détenus de communiquer entre eux,
et les surveillants sont sommés „d'observer scrupuleusement tous les
mouvements parmi lesdits prêtres, qui pourraient intéresser l'ordre
public et la cause de la liberté”[658]. Plusieurs d'entre
les ecclésiastiques, arrêtés alors, furent, sous le coup de
l'effervescence générale, jugés sommairement par des commissions
militaires et fusillés; d'autres, traduits devant les tribunaux comme
étant rentrés, malgré les lois, dans le pays, furent condamnés à
être déportés à la Guyane. Parmi eux se trouvait un des membres
du clergé de la Cathédrale, l'abbé Kaczorowski, ancien vicaire à
Saint-Laurent[659]. On peut dire, sans exagérer, qu'à aucun moment,
depuis la chute de Robespierre. le gouvernement n'avait été plus
hostile à l'Eglise catholique qu'à la veille du 18 brumaire. L'opinion
publique s'en rendait compte et ce ne fut pas peut-être une des
moindres raisons pour lesquelles elle applaudit à l'usurpation
triomphante du général Bonaparte[660].

[Note 657: L'administration centrale du département à ses concitoyens,
14 floréal an VII. Strasb., Levrault, placard gr. in-folio.]

[Note 658: Corps municipal, procès-verbaux, 23 floréal (12 mai 1799).]

[Note 659: Winterer, p. 289.]

[Note 660: Notons, à titre de curiosité, que le nom de Bonaparte
paraît, pour la première fois, passablement tard dans les
procès-verbaux de la municipalité de Strasbourg. A la date du 29
nivôse (18 janvier 1799) nous y lisons: „Le citoyen Adorne ayant
présenté un buste de Buonaparte, formé de bronze, l'administration
municipale l'a acheté et a autorisé l'administration des finances à
en payer au citoyen Adorne le prix demandé de 18 francs.”]



                                XXVIII.


Quelques jours après le coup d'Etat du 18 brumaire, le nouveau ministre
de l'intérieur, Laplace, lançait une circulaire aux administrations
départementales, protestant de l'intention des consuls de maintenir
la République, et les invitant „à ne négliger aucune occasion de
prouver à leurs concitoyens que la superstition n'aura pas plus à
s'applaudir que le royalisme des changements opérés”[661]. Le
ministre de la police générale, Fouché, suivait bientôt l'exemple
de son collègue et écrivait aux citoyens administrateurs: „Que
les insensés qui furent tour à tour persécuteurs et victimes se
persuadent bien que l'autel de la justice est le seul asile commun qui
leur reste après tant d'agitations et de troubles... Que les fanatiques
n'espèrent plus faire dominer un culte intolérant; le Gouvernement les
protège tous également, sans en favoriser aucun!”[662]. Ce que le
célèbre astronome disait en termes mesurés, et le jacobin défroqué
dans un langage plus brutal, semblait devoir indiquer, de la part du
gouvernement consulaire, l'observation du _statu quo_ dans la question
religieuse. Il n'en fut rien cependant. Sur ce terrain, plus encore que
sur celui de la politique, le changement fut rapide. Il n'en pouvait
être autrement d'ailleurs. Bonaparte l'eût-il voulu, qu'il n'aurait
pu enrayer le mouvement de réaction, favorable au catholicisme; mais
il n'y songeait pas. Le premier Consul n'était point encore ce César
enivré de sa propre grandeur et qui, dans l'aplatissement universel,
n'écoutait que la voix de son orgueil immense. Il savait ce
qu'attendait de lui l'opinion publique; il s'appliquait à la
satisfaire, pour la maîtriser plus tard, et, dans cette affaire,
rien ne fut plus contraire à la tradition jacobine que la conduite du
„Robespierre couronné”[663]. Absolument indifférent aux problèmes
moraux comme aux sentiments religieux proprement dits, Bonaparte n'agit
en ceci, comme toujours, qu'en vertu d'un intérêt politique bien
entendu, et c'était être bien naïf ou bien servile que de saluer en
lui le „grand chrétien”, le „nouveau Constantin”, le „nouveau
Cyrus”, le „pieux restaurateur des autels”, comme le faisaient à
l'envi les représentants de l'Eglise à la veille de la signature du
Concordat.

[Note 661: Paris, 30 brumaire an VIII (21 novembre 1799).]

[Note 662: Paris, 6 frimaire an VIII (27 novembre 1799).--Les deux
lettres sont reproduites dans une délibération de l'administration
centrale du Bas-Rhin, du 15 frimaire (6 décembre 1799). qui les porte
à la connaissance du public. Strasb., Levrault, placard gr. in-folio,
dans les deux langues.]

[Note 663: Nous employons cette expression consacrée, mais sans la
trouver exacte. Il n'y a point, à notre avis, de similitude entre le
théoricien à outrance et le conquérant qui n'a jamais reconnu que le
fait brutal.]

Dès le premier jour, les nouvelles autorités supérieures, les
préfets des départements reçurent pour instruction de fermer les yeux
sur les contraventions aux lois ecclésiastiques existantes, en tant
qu'on ne troublerait pas le repos public. Les prêtres réfractaires
apparurent partout, reçus avec enthousiasme dans les villes et les
campagnes, sauf par le parti républicain, qui se sentait désormais
surveillé et vaincu d'avance, malgré que la République continuât à
exister de nom. Dès le mois de décembre, l'un des plus hardis et
des plus dévoués représentants de la propagande catholique, l'abbé
Colmar, prêchait en pleine Cathédrale, sans autre ennui que d'avoir
à partager le sanctuaire avec les rares sectateurs du culte du
décadi[664].

[Note 664: Winterer, p. 299.]

Nous ne pouvons donner malheureusement que très peu de détails sur
cette dernière période, embrassée par notre récit. Il est facile
d'en comprendre la raison. La liberté de presse expire avec le 18
brumaire; donc, plus aucun de ces innombrables factums, pamphlets,
discours, proclamations, arrêtés, programmes de fête, etc., qui nous
ont fourni pour les dix années précédentes tant de traits oubliés
et de renseignements curieux. Les journaux, eux aussi, se détournent
absolument des questions religieuses et autres analogues, et sont tout
à la grande épopée militaire qui commence. Les archives civiles
n'ont plus guère de documents à exploiter à partir du moment où les
autorités délibérantes collectives sont remplacées par les agents
directs du gouvernement central, qui ne délibèrent pas, écrivent
et parlent peu, mais se contentent d'agir. De très précieux
renseignements sont évidemment renfermés dans les archives
épiscopales de Strasbourg, et c'est là que le futur historien trouvera
sans doute les éléments nécessaires pour retrouver les détails de la
renaissance du catholicisme strasbourgeois, à la veille et au lendemain
du Concordat. Mais, en attendant, ces documents n'ont point été
utilisés jusqu'ici par les nombreux ecclésiastiques de notre province
qui se sont occupés de son histoire religieuse, et l'on peut douter que
ces dossiers curieux soient confiés jamais à des mains profanes. Il
faut donc nous borner à réunir ici les quelques renseignements glanés
après de longues recherches, en souhaitant qu'ils soient complétés
bientôt par des écrivains à même de le faire avec quelque profit
pour la science.

Le premier document officiel que nous trouvions sur notre chemin, pour
l'année 1800, c'est une nouvelle circulaire de Fouché en date du 28
prairial (17 juin) et relative à l'interprétation de la loi du
21 nivôse dernier[665], exigeant de tous les prêtres qui veulent
commencer ou continuer l'exercice de leurs fonctions, une promesse de
fidélité à la Constitution. Le ministre de la police y déclare que
cette loi ayant aboli toutes les lois analogues ou antérieures, il est
temps de l'interpréter comme elle doit l'être, et de ne plus examiner
si les ministres d'un culte quelconque étaient assujettis à d'autres
serments. En d'autres termes, tout ce que l'on demande dorénavant au
clergé, c'est de s'engager à respecter la Constitution de l'an VIII;
à cette seule condition l'on oubliera la conduite antérieure de tous
les prêtres condamnés ou poursuivis avant le 18 brumaire. „Que les
temples de toutes les religions soient donc ouverts, s'écriait d'un ton
lyrique le fameux massacreur de Lyon; que toutes les consciences soient
libres, que tous les cultes soient également respectés! Mais que leurs
autels s'élèvent paisiblement à côté de celui de la patrie, et
que la première des vertus publiques, l'amour de l'ordre, préside à
toutes les cérémonies, inspire tous les discours et dirige tous les
esprits.”

[Note 665: 11 janvier 1800. C'était le don de joyeux avènement de
Bonaparte à l'Eglise catholique.]

Le nouveau préfet du département du Bas-Rhin, le citoyen Laumond,
faisait suivre la reproduction de cette circulaire d'un arrêté
comprenant sept articles. Ce document établissait que tout ministre
d'un culte qui faisait la _promesse_ de fidélité (il n'était plus
même question d'un serment) devant le maire de sa commune ou le
sous-préfet de son arrondissement, serait admis à l'exercer dans les
édifices y destinés, quelque ait été leur état politique avant la
loi du 21 nivôse dernier. Sans doute, ceux des ministres du culte qui
exerceront les fonctions relatives à leur ministère, sans avoir fait
la promesse demandée, seront dénoncés à la police et poursuivis.
Mais en réalité ces poursuites n'ont été faites nulle part. Sans
doute aussi le préfet défend encore l'exposition publique de signes
relatifs à un culte, mais on les voit partout. Il interdit les
cérémonies hors de l'enceinte de l'édifice choisi pour l'exercice du
culte; mais il ajoute que l'on peut le célébrer dans l'enceinte des
propriétés particulières, pourvu qu'outre les individus qui y ont
leur domicile, il n'y ait pas de rassemblement de plus de dix personnes.
Jamais, bien entendu, la police urbaine ni rurale n'apercevra dans
les parcs, les jardins, les cours et les champs (tous propriétés
particulières), plus de dix fidèles groupés pour une procession
quelconque. Le port d'un costume ecclésiastique n'aura pas été
poursuivi, je pense, avec plus de rigueur que les autres contraventions.

L'article le plus important peut-être de cet arrêté était celui
qui mettait les différentes sectes ou congrégations religieuses
entièrement sous la main de l'autorité civile. Il portait que
„lorsque les citoyens d'une même commune exerceront des cultes
différents ou prétendus tels, et qu'ils réclameront concurremment
l'usage du même local, il leur sera commun, et les maires, sous
l'approbation du sous-préfet, fixeront pour chaque culte les jours et
les heures les plus convenables, ainsi que les moyens de maintenir la
décence et d'entretenir la paix et la concorde”[666]. On le voit,
dans la pratique au moins, le maire ou plutôt le sous-préfet était
désormais le régulateur de la situation religieuse. S'il n'était pas
directement autorisé à suspendre le culte auquel il était hostile, il
lui était loisible, soit de lui fixer des heures impossibles, soit
des jours qui ne cadraient pas avec le calendrier décadaire, et de
supprimer ainsi virtuellement, soit le culte constitutionnel, soit les
fêtes républicaines. Or, en présence des dispositions bien connues
des autorités municipales, surtout dans nos campagnes, on pouvait
prédire d'avance ce qui allait arriver. Le clergé constitutionnel
ne vivrait plus que par la tolérance du gouvernement central, encore
intéressé à rendre plus docile le clergé réfractaire, en mesurant
les faveurs officielles à sa docilité croissante. Le jour où il
l'aurait amené à n'être plus qu'un „instrument de police morale”
entre les mains du pouvoir séculier, il lui sacrifierait sans
hésitation son frère ennemi. Il n'y a pas seulement un manque de
charité chrétienne dans ce mot d'un historien catholique que l'Eglise
constitutionnelle se donna au nouveau gouvernement, comme à tous les
autres, pour sauver sa misérable existence; il y a un manque d'équité
scientifique absolu. Ce n'est pas l'Eglise „schismatique”, c'est
l'Eglise catholique qui „s'est donnée” au nouveau gouvernement dès
qu'elle a senti qu'il était le plus fort, lui prodiguant toutes les
promesses qu'elle avait refusées à ses prédécesseurs, acceptant sans
doute ses avances, mais les payant de retour, et montrant sa souplesse
traditionnelle dans les affaires politiques, pour se ressaisir de la
domination religieuse à l'aide du bras séculier.

[Note 666: Arrêté du préfet du département du Bas-Rhin, du 29
messidor an VIII (18 juillet 1800). Strasb., Levrault, placard gr.
in-folio.]

Il faut bien l'avouer, pour qui n'observe cette période finale de la
Révolution religieuse qu'au point de vue de la vérité historique,
sans sympathies aveuglantes pour aucun des champions en présence, le
spectacle n'est pas précisément édifiant. Autant nous avons admiré
l'énergie de l'Eglise proscrite, les périls et les dangers courus
pour la foi, le martyre courageux de beaucoup de ses membres, autant
le spectacle de cette alliance nouvelle qui se forme entre le trône
et l'autel est peu fait pour éveiller les sympathies des amis de la
liberté. C'est elle qu'on finit par sacrifier, d'un commun accord,
quand il s'agira de cimenter l'alliance proclamée entre l'absolutisme
sacerdotal et le despotisme césarien.

Fait caractéristique! Dès le mois d'août 1800, cette entente entre le
gouvernement consulaire et le clergé était assez avancée pour qu'un
prêtre du diocèse de Strasbourg pût, non seulement rétracter en
public son allégeance au schisme, mais déclarer, dans un écrit
imprimé, qu'il reconnaissait comme chef spirituel et comme supérieur,
après le pape, ce cardinal de Rohan, l'un des chefs de l'émigration,
celui dont les mercenaires avaient combattu contre la France, et sur
lequel pesait l'arrêt terrible dont étaient alors frappés encore
légalement tous les émigrés[667]. En septembre, le préfet fait
afficher dans toutes les communes l'arrêté des consuls qui déclare
l'observation des jours fériés du calendrier officiel obligatoire pour
les seuls fonctionnaires. Les simples citoyens ont „le droit de vaquer
à leurs affaires tous les jours, en prenant du repos suivant leur
volonté.” Les jours de marché seront dorénavant réglés par
le préfet „selon les intérêts du commerce et la commodité des
habitants”[668].

[Note 667: _Ich Unterschriebener (Franz Joseph Gross, Weltpriester), u.
s. w. Am 1. Augustmonat 1800_. S. l. d'impr., 7 p. 18°.]

[Note 668: Arrêté relatif à l'observation des fêtes, du 15 fructidor
(2 septembre 1800). Strasb., Levrault, placard gr. in-folio.]

Pourtant, au début, il y a certaines hésitations, certains frottements
fâcheux, qui pourraient donner le change à un observateur superficiel.
Tous les prêtres rentrés dans le pays ou sortis de leurs retraites
cachées n'ont pu se résigner sur-le-champ à changer d'attitude.
L'allure de combat, devenue chez eux presque une seconde nature, se
maintient chez plusieurs; ils veulent bien jouir de la liberté nouvelle
qui leur est laissée, mais non la payer de retour. En Alsace, il en est
beaucoup qui, revenus dans leurs paroisses et officiant au grand jour,
persistent à refuser la promesse, aussi modérée que raisonnable, de
respecter la Constitution. Mais Bonaparte n'est pas homme à laisser
méconnaître ainsi ses volontés: une circulaire de Fouché, du 29
vendémiaire, enjoint aux préfets une enquête immédiate sur ces
prêtres rénitents, et le préfet Laumond ordonne en conséquence que
tout ecclésiastique qui ne justifiera pas d'avoir fait ladite promesse
sera „transféré sur la rive droite du Rhin”, c'est-à-dire
déporté hors de France[669]. Affiché dans toutes les communes
du Bas-Rhin, cet ordre supérieur contribua certainement à faire
comprendre à la plupart des récalcitrants que l'ère des hostilités
était fermée désormais et que l'opinion publique, avant tout
affamée de repos, n'appuierait plus des récriminations sur des points
secondaires. Tous ne purent se résigner cependant à obéir du coup à
cette législation civile, si longtemps méconnue ou violée par eux.
Encore en mai 1801, le ministre devait appeler l'attention de Laumond
sur les prêtres de plusieurs communes du département, qui, „abusant
de la tolérance du gouvernement, cherchaient à donner aux cérémonies
de leur culte la même publicité que s'il était encore dominant, et
préparaient, à l'occasion des fêtes, connues sous la désignation de
la Fête-Dieu et des Rogations, un appareil religieux qui serait moins
le signe de la ferveur que de la désobéissance aux lois”[670].

[Note 669: Le ministre de la police générale au préfet du Bas-Rhin
et Arrêté du préfet, du 15 frimaire (6 décembre 1800). Strasb.,
Levrault, placard gr. in-folio.]

[Note 670: Le ministre de la police générale au préfet du Bas-Rhin.
23 floréal an IX, et Arrêté du préfet du 29 floréal (19 mai 1801).
Strasb., Levrault, placard in-folio.]

Cela se passait au moment où déjà le Concordat avait été discuté
à Paris et allait être définitivement établi, après de longues
conférences, le 15 juillet 1801. Mais le premier Consul voulait montrer
au pape qu'il était le maître et qu'il fallait se soumettre, afin
que Pie VII n'eût pas la velléité de rouvrir la discussion, souvent
orageuse, soutenue par ses commissaires et se hâtât de ratifier le
grand traité qui amalgamait une fois de plus, en France, les affaires
du pouvoir temporel et celles de l'Eglise. Quand une fois le pape eut
apposé sa signature à ce document célèbre, ce qui eut lieu le 15
août, Bonaparte se montra plus coulant; il laissa fonctionner des
commissaires officieux qui, dans les futurs diocèses, réorganisèrent
le culte et la discipline ecclésiastique, longtemps avant la
promulgation officielle du Concordat. C'est ainsi qu'en Alsace une
commission, représentant l'ancien évêque et composée des abbés
Hirn, Kæuffer et Weinborn, réorganisa le culte dans le diocèse de
Strasbourg, bien que la démission de Rohan eût déjà été imposée
au pape, ainsi que celle de l'ancien vicaire général, M. d'Eymar.
Ce furent eux qui nommèrent l'abbé Liebermann secrétaire
diocésain[671]. Ce dernier, que nous avons mentionné autrefois comme
commissaire épiscopal de Rohan, avait prêché déjà le carême de
1801 à la Cathédrale avec un succès croissant. Mais il semble qu'à
côté des ministres du culte catholique l'autorité civile ait
laissé fonctionner encore pendant quelque temps ceux du clergé
constitutionnel. On nous raconte en effet que c'est le 4 octobre
seulement que la Cathédrale fut rendue (exclusivement) au culte
catholique. Le curé Hobron prêcha ce jour-là devant une foule
sanglotant de joie, et la messe y fut servie par un petit garçon,
Ferdinand Mühe, que beaucoup d'entre nous ont encore connu comme curé
de Saint-Louis et comme l'un des représentants les plus respectables et
les plus vénérés du clergé contemporain d'Alsace[672].

[Note 671: Guerber, _Liebermann_, p. 165.]

[Note 672: Guerber, _Liebermann_, p. 166-167.]

Le culte était encore _libre_ à ce moment, c'est-à-dire que le
clergé n'avait point d'investiture officielle et ne jouissait d'aucun
traitement assigné par l'Etat. Les frais du culte et l'entretien du
clergé étaient couverts à Strasbourg par des collectes volontaires
faites à domicile. Mais les arrangements arrêtés l'année
précédente entre le premier Consul et le Saint-Siège, et
inopinément augmentés, au grand émoi de ce dernier, par les fameux
soixante-dix-sept _Articles organiques_, allaient recevoir enfin force
de loi. Parmi les questions soulevées à cette occasion, l'une des plus
graves avait été la démission forcée d'un certain nombre d'évêques
de France, trop compromis dans leur lutte en faveur de l'ancien régime,
pour pouvoir réoccuper leurs sièges, et surtout aussi l'introduction
dans le corps épiscopal d'un certain nombre des évêques
constitutionnels. Bonaparte avait voulu récompenser de la sorte
quelques partisans fidèles et symboliser en outre la fusion des deux
clergés ennemis. Après de longues hésitations, le pape se soumit à
ce douloureux sacrifice; le Concordat put être porté devant le Corps
législatif, et, le 18 avril 1802, celui-ci le votait à une majorité
énorme.

Le Concordat, augmenté des articles organiques, donnait en substance à
Bonaparte un pouvoir autrement grand que celui que réclamait jadis
la Constituante. Jamais celle-ci n'aurait songé à revendiquer la
domination sur le clergé dans la mesure où nous la verrons s'exercer
durant le Consulat et sous l'Empire. Le pape Pie VII accordait à la
pression énergique et presque brutale d'un général heureux ce que le
pape Pie VI avait refusé sans cesse aux sollicitations respectueuses
du faible Louis XVI. C'est le premier Consul qui _nomme_ dorénavant les
évêques; le pape n'a plus qu'à leur donner l'institution canonique.
Ces évêques prêtent le _serment d'obéissance_ à l'Etat, et leurs
prêtres aussi. Le pape et le clergé reconnaissent expressément la
légalité de la vente des biens ecclésiastiques. Il y a plus; malgré
les protestations du Saint-Père, le clergé de France reconnaît les
articles organiques et règle sa conduite d'après les prescriptions de
ces articles, non encore ratifiés par le Saint-Siège. On se demande
vraiment à quoi bon cette longue et douloureuse résistance, si l'on
devait finir pourtant par se soumettre avec une humilité si complète.
Pourquoi donc a-t-on dépensé tant d'héroïsme à refuser ses prières
à la République, si l'on devait aboutir à la rédaction de ce fameux
„Catéchisme de l'Empire français”, l'un des plus tristes produits
du servilisme clérical et politique?

Parmi les départements de la République française, ceux de l'Alsace
furent des plus mal partagés par le Concordat du 18 avril, et l'on
comprend l'amertume de leur clergé militant à la nouvelle de ce qui se
préparait pour eux dans le domaine ecclésiastique. Nous avons déjà
dit que Rohan avait dû présenter sa renonciation au Saint-Siège. Il
ne pouvait convenir au gouvernement de voir cet ancien prélat de cour,
tristement immortalisé par les scandales du procès du Collier, cet
ex-prince du Saint-Empire, remonter sur son siège, si mal rempli
autrefois. Il continua donc de résider à Ettenheim, dans le margraviat
de Bade, où il mourut le 17 février 1803[673]. Mais le choix de son
successeur offrait de grandes difficultés, vu la disposition générale
des esprits. Pour enrayer sans doute l'esprit de réaction des
membres du clergé rentrés depuis peu dans le pays, pour y empêcher
l'explosion de haines longtemps contenues chez ceux qui y avaient été
si durement poursuivis, le gouvernement finit par arrêter son choix sur
un des douze évêques schismatiques qu'il voulait adjoindre au corps
épiscopal nouveau. L'ancien évêque du Haut-Rhin, qui depuis plusieurs
années avait également remplacé Brendel, avait été désigné pour
le siège d'Aix-la-Chapelle. Mais un homme, plus énergique encore
que lui pour la cause du schisme, vint le remplacer en Alsace. Pierre
Saurine, natif des Basses-Pyrénées, avait été nommé évêque
constitutionnel des Landes en 1791, et fut, avec Grégoire, après la
Terreur, un des plus actifs à reconstituer cette Eglise. Bonaparte le
désigna pour le siège de Strasbourg, afin qu'il y tînt en respect un
clergé qu'on supposait, non sans raison, fort tiède, au fond du cœur,
pour le régime nouveau, et dont le gouvernement suspectait fortement
les tendances politiques, acquises ou fortifiées pour beaucoup par
de longues années de séjour sur le territoire des ennemis de
la France[674]. Après un acte de soumission tout extérieur au
Saint-Siège, Saurine fut délié, le 4 avril 1802, des censures
ecclésiastiques. Le 9 avril déjà, le premier Consul le nommait
évêque de Strasbourg; il recevait la confirmation pontificale le 29
avril, et, le 4 juin suivant, il arrivait dans sa nouvelle résidence.

[Note 673: Les bourgeois catholiques de Strasbourg organisèrent en son
honneur, d'accord avec l'évêque Saurine, une cérémonie funèbre dans
la Cathédrale tendue de noir et décorée des blasons des Rohan, comme
au temps passé. (Boulay de la Meurthe, _Dernières années du duc
d'Enghien_. Paris, 1886, p. 37.)]

[Note 674: Combien vivaces étaient ces soupçons de Bonaparte, c'est
ce que montra bientôt après l'arrestation de Liebermann, accusé
de complots royalistes et retenu longtemps captif à Sainte-Pélagie.
Guerber, p. 189.]

On se préparait à l'y recevoir dans des dispositions d'esprit fort
peu sympathiques. Certains notables catholiques avaient voulu, la veille
même de la promulgation du Concordat, donner un libre cours à leur
joie en faisant mettre en branle toutes les cloches de la Cathédrale,
et des délégués des paroisses protestantes s'étaient joints à eux
pour solliciter également le libre usage de leurs cloches, autorisé
désormais par la loi nouvelle. Mais Laumond avait refusé d'accéder
à leur demande et en avait avisé le nouveau maire, J. F. Hermann. Il
avait cédé sur un point seulement, qui tenait beaucoup à cœur aux
catholiques, en autorisant l'ancien receveur de Notre-Dame, le citoyen
Daudet, devenu receveur des domaines nationaux, à faire enlever de la
flèche de la Cathédrale le fameux bonnet rouge qui l'ornait depuis
la Terreur[675]. Mais cet enthousiasme se changea bientôt en tristesse
quand les catholiques de la ville apprirent qu'un évêque à peine
sorti du schisme, et qu'on connaissait pour un homme d'un caractère
entier, allait leur arriver de la capitale. Le mécontentement général
fut tel qu'il fallut faire haranguer les fidèles par le plus populaire
des orateurs religieux d'alors, l'abbé Joseph-Louis Colmar; dans un
sermon, prêché à la Cathédrale le premier dimanche après Pâques,
il invita ses auditeurs à recevoir avec soumission celui que le
Saint-Père leur octroyait comme évêque[676].

[Note 675: Procès-verbaux de la municipalité, 27 germinal an X
(17 avril 1802).--Le poète populaire Jean-Daniel Pack consacra à
l'évènement une poésie allemande, imprimée chez Levrault, 1 p.
8°.]

[Note 676: Glœckler, II, p. 103.]

Pierre Saurine arrivait à Strasbourg avec la ferme résolution de faire
le calme dans les esprits, et de ne pas permettre que les prêtres qui
avaient partagé sa manière de voir et rentraient eu même temps que
lui dans les cadres officiels fussent sacrifiés aux pieuses rancunes du
parti triomphant. Il ne voulait pas exiger de rétractation expresse des
anciens prêtres constitutionnels et ne la leur extorqua jamais[677].
Il encourut ainsi, dès l'abord, les colères des membres du clergé qui
s'étaient distingués, dans le passé, par leur dévouement religieux,
mais aussi par leur antipathie contre le schisme. Dès après leur
première audience, avant même que Saurine eut ouvert la bouche en
public, leur jugement était arrêté sur son compte, et ce jugement
était d'une dureté extrême. „Nous sommes perdus!” se seraient-ils
écriés en sortant de l'antichambre épiscopale[678]. Pourquoi? Parce
que, cruellement persécutés naguère, on ne leur permettait pas
de persécuter à leur tour? Parce que, l'ordre étant rétabli dans
l'Eglise, on exigeait quelque obéissance de ceux qui avaient pris la
douce habitude de diriger et de commander au temps des dangers? Etait-ce
parce que, dans l'_Instruction_ adressée aux curés, vicaires et
desservants de son diocèse, le nouvel évêque déclarait que les
dissensions entre les prêtres étaient un véritable fléau et pour
la religion et pour la société, et que les prêtres qui s'y livrent,
même de bonne foi, sont indubitablement coupables[679]?

[Note 677: C'est seulement après 1814 que le fanatisme de la
Restauration força les derniers débris de l'Eglise constitutionnelle
à une abjuration solennelle ou à mourir sur la paille.]

[Note 678: Guerber, _Liebermann_, p. 171.]

[Note 679: Instruction adressée par l'évêque de Strasbourg aux
curés, desservants et autres prêtres de son diocèse. Strasb.,
Levrault, 38 p. 8°. Ajoutons, pour être absolument impartial, qu'ils
pouvaient avoir quelques griefs très légitimes, s'il est vrai, par
exemple, que Saurine ait laissé prêcher à la Cathédrale un ancien
capucin, le P. André, qui, pendant la Terreur, prêchait en bonnet
rouge dans les clubs, comparant Jésus-Christ à Robespierre et Marat.]

Nous ne nous chargerons pas de décider lesquels de ces motifs, ou quels
autres, guidèrent les meneurs de l'ancien clergé non-jureur dans
leur attitude hostile à leur supérieur ecclésiastique. Nous devons
constater seulement, d'après un témoignage indiscutable, que cette
hostilité ne désarma point dans la suite et qu'elle poussa, par
exemple, Liebermann à rédiger des factums anonymes contre son propre
évêque, reconnu par le Saint-Père[680]. Un de ces pamphlets que nous
venons de parcourir, et dans lequel les évêques constitutionnels sont
traités „d'écume du clergé de France”, nous présente un tableau
vraiment curieux de l'état d'esprit de certains prêtres au lendemain
du Concordat. Si cela ne nous éloignait trop du sujet plus limité de
cette étude, il faudrait citer ces élans lyriques à „Bonaparte,
héros de la France”, qu'on conjure „d'éloigner des rives paisibles
du Rhin ces hommes dangereux que la cabale des jacobins a su mettre
encore en avant pour fomenter les troubles, ces hommes pervers que la
majorité des fidèles repousse parce qu'ils.... retracent dans
leurs écrits et leur conduite les temps les plus abhorrés de la
Révolution”[681]. Les courageux champions de la foi, que nous
saluions naguère, et ces tristes dénonciateurs, ces calomniateurs de
leur chef spirituel, sont-ce vraiment les mêmes personnages? Hélas!
nous n'avions pas besoin de cette preuve nouvelle pour savoir que, même
chez les représentants les plus autorisés de la religion sur terre,
la nature humaine garde toujours quelques-unes de ses infirmités
morales[682].

[Note 680: Guerber, _Liebermann_, p. 175.]

[Note 681: Réponse à M. Saurine, évêque de Strasbourg. S. lieu ni
date (caractères typographiques d'outre-Rhin), 28 p. 8°.]

[Note 682: Encore en 1803, le nouveau préfet, M. Shee dut, avec des
circonlocutions polies, rappeler le clergé au respect de son évêque.
Le Conseiller d'Etat, préfet du Bas-Rhin, aux fonctionnaires du culte
catholique, apostolique et romain. Strasb., 13 floréal an XI (3 mai
1803), 2 p. 4°.]

Mais revenons, pour en finir, à notre vieille Cathédrale. Ce fut le 6
juin 1802 que Saurine y fut solennellement installé, en présence des
autorités civiles et militaires. Il prononça, du haut de la chaire,
une allocution développée, dans laquelle il s'étendait surtout sur
l'obéissance due à l'Etat et sur la tolérance envers les frères dont
les opinions étaient divergentes. „Tout ce qui n'est pas selon la
charité, répète-t-il avec insistance, est hors de la religion de
Jésus-Christ”[683]. Le lendemain, 7 juin, il disait sa première
messe au maître-autel, et sa stature imposante, sa voix sonore, ne
manquèrent pas d'impressionner la foule, malgré les préventions
répandues contre lui. „Dans ces moments il était beau comme un
ange”, disait longtemps plus tard l'abbé Mühe, qui lui servait la
messe, comme élève du Séminaire, aux débuts de son épiscopat[684].

[Note 683: Discours d'installation prononcé par Mgr l'évêque de
Strasbourg dans son église cathédrale,... le 17 prairial an X.
Strasb., Levrault, 1802, 21 pages 8°.]

[Note 684: Glœckler, II, p. 104.]



                                XXIX.


Nous sommes arrivés au but que nous nous étions fixé. Nous voulions
grouper autour de l'histoire matérielle du splendide édifice, cher à
tout cœur strasbourgeois, l'histoire des querelles religieuses dont il
fut le théâtre. Depuis les débuts du grand mouvement de 1789 jusqu'au
Concordat de 1802, nous avons fait passer sous les yeux du lecteur
les spectacles variés qui se sont déroulés dans l'enceinte de notre
Cathédrale, et raconté les péripéties des cultes opposés qui y ont
momentanément élu domicile. Revenus à notre point de départ, à la
prise de possession complète et paisible de la basilique du moyen
âge par le culte qui l'a créée, nous considérons notre tâche comme
finie.

Fruit de patientes recherches, prolongées durant plusieurs années, ce
modeste travail n'échappera pas aux critiques les plus diverses. Les
uns suspecteront son impartialité, malgré tous nos efforts; d'autres
feront de cette impartialité même un chef d'accusation nouveau.
J'espère que quelques-uns du moins reconnaîtront la bonne volonté de
l'auteur et sa préoccupation constante de ne blesser aucune conviction
sincère, tout en maintenant avec fermeté le droit de manifester les
siennes. Je demande surtout qu'on ne prenne pas pour une indécision de
caractère fâcheuse la liberté avec laquelle j'ai dispensé parfois
l'éloge et le blâme aux mêmes hommes, et semblé parler, à tour de
rôle, en faveur des partis les plus hostiles. Si j'ai agi de la sorte,
c'est précisément par un sentiment de justice. C'est que ces partis,
dont nous avons raconté l'histoire, ont eu tour à tour l'honneur de
défendre les vrais principes ou de souffrir pour eux, et le malheur
de les oublier ou de les méconnaître également, à certains jours.
L'histoire n'a pas le droit de sanctionner de semblables oublis et de
pareilles défaillances. A ses yeux, ceux-là seuls devraient avoir le
droit de parler hautement de tolérance, qui sont prêts à en accorder
le bénéfice à tous; ceux-là seuls sont les vrais amis de la liberté
qui la réclament aussi pour leurs adversaires. Assurément il faut
sauvegarder la liberté de conscience de ceux même qui la refusent aux
autres. Mais il ne faut pas leur permettre de proclamer qu'il est une
liberté légitimement acquise à la Vérité et qu'on refuse à bon
droit à l'Erreur, car cette théorie funeste, chère à tous
les sacerdoces, autorise les plus dures oppressions et les pires
despotismes. Il ne faut pas surtout que la palme des martyrs, noblement
gagnée par les uns, nous cache les violences et les petitesses des
autres. Il n'est pas permis à la science impartiale de canoniser
en bloc les pures victimes de la foi et les champions égoïstes de
l'ancien régime, les confesseurs dévoués des doctrines catholiques et
les agents secrets ou les espions des ennemis de la patrie.

La Révolution française, comme tout grand drame de l'histoire, est un
ensemble complexe des idées les plus opposées et des faits les plus
contradictoires. C'est se condamner d'avance à n'y rien comprendre
que de vouloir juger ces idées et ces faits à un point de vue trop
étroit, et en partant de doctrines préconçues. C'est se condamner
surtout à n'avoir aucune prise sur son époque que de lui demander
de renier ses origines, et de maudire les principes qui constituent
jusqu'à ce jour sa vie morale. En lançant l'anathème contre tout
ce qui s'est fait de 1789 au début du siècle, en confondant, dans un
aveuglement volontaire, les violences odieuses de la Terreur avec les
aspirations généreuses de la Constituante, d'imprudents rhéteurs ont
bien pu souffler la haine au cœur des masses catholiques et préparer
encore de mauvais jours aux idées sur lesquelles repose la société
moderne. N'en ont-ils pas préparé de plus sombres au Christianisme
lui-même, qui, longtemps avant la Révolution, proclamait l'égalité
de tous les hommes et la fraternité du genre humain?



                           TABLE DES MATIÈRES.



Pages.

Préface...................................... III

I. Strasbourg au moment de la Révolution.--La Cathédrale et le
Grand-Chapitre.--Antagonisme politique et religieux des parties
en Alsace..................................... 1

II. Le cardinal de Rohan.--Main mise sur les biens du clergé en
Alsace.--Protestations du Grand-Chapitre.--Les élections
municipales à Strasbourg et le parti catholique........... 13

III. Installation solennelle de la nouvelle municipalité à la
Cathédrale............................... 23

IV. Les biens ecclésiastiques et l'attitude du clergé.--Fête de
la Fédération.--Emigration de l'évêque et du
Grand-Chapitre.............. 31

V. Le cardinal de Rohan à Ettenheimmünster.--Séquestre mis sur
ses immeubles.--Dispositions des populations rurales en
Alsace.--La presse politique.--Refus du cardinal de revenir en France.............. 43

VI. Le Grand-Chapitre en conflit direct avec le
gouvernement.--Troubles dans les campagnes.--Mémoire
justificatif de l'abbé d'Eymar.--Pétition du Grand-Chapitre au
Roi........................................... 55

VII. La constitution civile du clergé.--L'acuité de la crise
en Alsace.--Instruction pastorale du cardinal de Rohan.... 68

VIII. La lutte des autorités civiles contre l'Eglise.--Ventes
de biens nationaux.--Mouvements à Strasbourg.--Cessation du
culte à la Cathédrale.

IX. Organisation de l'Association
catholique-romaine-apostolique.--Les dames catholiques aux
casernes.--La municipalité et la Société des Amis de la
Constitution dénoncent les menées du clergé à l'Assemblée
nationale.--Dissolution de l'Association.

X. L'Assemblée nationale envoie des commissaires en
Alsace.--Refus du clergé de prêter le serment
civique.--Exceptions.--Brendel.--Rumpler.--Cérémonie du
serment à la Cathédrale.--Pamphlets contre-révolutionnaires.

XI. Suspension du Directoire du département.--Déposition
du cardinal de Rohan.--Election de Brendel comme
évêque.--Mandement de Rohan.

XII. Intronisation de Brendel à la Cathédrale.--Polémiques
virulentes de la presse clandestine contre lui.

XIII. Monitoire canonique de Rohen.--_Te Deum_ pour la
convalescence de Louis XVI.--Le curé Jæglé traduit devant
la Haute-Cour d'Orléans.--Lettre du pape Pie VI aux
catholiques de Strasbourg.

XIV. L'émigration royaliste sur les territoires épiscopaux
d'outre-Rhin.--Le vicomte de Mirabeau.--Expulsion des
prêtres non-jureurs.--Agitation croissante des
campagnes.--Les nouveaux prêtres constitutionnels venus
d'Allemagne; Euloge Schneider.--Nouveaux commissaires de
l'Assemblée nationale en Alsace.

XV. Organisation lente et pénible du nouveau
clergé.--Soulèvements dans certaines communes rurales.--La
célébration du culte non-conformiste à Strasbourg.--Euloge
Schneider réclame le mariage des prêtres.--Persécutions
contre les réfractaires.

XVI. Acrimonie croissante de la lutte entre les deux
clergés.--Le gouvernement se désintéresse peu à peu du culte
constitutionnel.--Laveaux et le Club du Miroir réclament la
chasse aux prêtres.--Mesures de plus en plus rigoureuses
contre le clergé non-assermenté.

XVII. La France en guerre avec l'Europe.--Mandement de
Brendel.--Chute de la royauté.--Déposition des autorités
constitutionnelles à Strasbourg.--L'_Argos_ d'Euloge
Schneider.--Les prêtres réfractaires hors la
loi.--Commissaires de la Convention en Alsace.--Les premières
mutilations de la façade de la Cathédrale.

XVIII. Insuffisance morale du clergé constitutionnel.--Euloge
Schneider quitte le sacerdoce.--Mouvements hostiles au
radicalisme strasbourgeois.--Nouvelle épuration de la
municipalité, ordonnée par la Convention.--Destruction des
symboles religieux.--Fêtes jacobines.

XIX. La Terreur à Strasbourg.--Confiscations des trésors
d'église.--Cloches.--Violation de sépultures.--Cessation de
tout culte officiel.--Correspondance entre la Cathédrale de
Strasbourg et celle de Fribourg.--Le culte du Décadi--Le
Temple de la Raison.--Le maire Monet et „les prêtres abjurant l'imposture”.

XX. L'effondrement du culte constitutionnel.--Le vandalisme
révolutionnaire et la Cathédrale.--Mutilations diverses.

XXI. Les luttes intestines du jacobinisme à Strasbourg.--Chute
d'Euloge Schneider.--Martyrs catholiques.--La _Propagande_
révolutionnaire et l'_Argos_.

XXII Fête en l'honneur de „la mort du dernier tyran”.--Le
nouveau tribunal révolutionnaire installé au Temple de la Raison.

XXIII. Téterel réclame la démolition de la flèche de la
Cathédrale.--Le Temple de la Raison coiffé du bonnet
rouge.--Nouveaux martyrs catholiques.--Fête de l'Etre
suprême.--Les représentants Hentz et Goujon en
Alsace.--Paroxysme de la persécution religieuse.

XXIV. Le 10 thermidor. Réaction politique et
religieuse.--Mission du représentant Bailly.--Fin de la
dictature de Monet.--Tentatives de restauration du culte
catholique.--Loi du 11 prairial.

XXV. Constitution de la Société des catholiques-romains.--La
Cathédrale lui est abandonnée par la municipalité
nouvelle.--Loi du 6 vendémiaire.--Conflits entre la
municipalité et le Directoire du département
jacobin.--Recherches de prêtres non-assermentés fonctionnant
à Strasbourg.

XXVI. Expulsion des prêtres.--Culte catholique laïque à
la Cathédrale.--Grégoire et la reconstitution du culte
constitutionnel.--Election d'un évêque du Haut-Rhin.--Brendel
se démet de ses fonctions.--Loi du 7 fructidor.--Coup d'Etat
du 18 fructidor.--Fermeture des lieux de culte
catholique.--La Cathédrale rendue au culte décadaire........ 581

XXVII. Recrudescence des persécutions.--L'organisation
secrète des non-conformistes en Alsace.--Les derniers
martyrs.--Le culte décadaire à Strasbourg.--Le massacre
de Rastatt......... 611

XXVIII. Coup d'Etat du 18 brumaire.--Rapports conciliants
du pouvoir civil et de l'Eglise.--Le clergé se soumet aux
exigences de Bonaparte.--Démission de Rohan.--Le
concordat.--Installation de l'ex-évêque constitutionnel
Saurine à la Cathédrale............... 627

XXIX. Conclusion..................... 651



___________________________________
Strasbourg, typ. G Fischbach.--2685.



OUVRAGES DU MÊME AUTEUR


La destruction du protestantisme en Bohême. Seconde édition.
Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1808, in-8°.

La sorcellerie au seizième et au dix-septième siècles,
particulièrement en Alsace. Paris, Cherbuliez, 1871, in-8°.

Abraham Lincoln, conférence faite au profit des victimes de la guerre
en France. Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1872, in-12.

La chronique strasbourgeoise de J.-J. Meyer, l'un des continuateurs de
Kœnigshoven. Strasbourg, 1873, in-8°.

Le marquis de Pezay, un touriste parisien en Alsace au XVIIIème
siècle. Mulhouse, Bader. 1876. in-8°.

_Strassburger Chronik von 1677-1710. Memorial des Ammeisters Franciscus
Reisseissen_. Strassburg. Schmidt (Bull). 1877. in-8°.

_Die Beschreibung des bischœfflichen Krieges anno 1592. Eine
Strassburger Chronik_. Strassburg, Treuttel u. Würtz, 1878, in-8°.

Les tribulations d'un maître d'école de la Robertsau pendant la
Révolution. Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1879, in-18.

Pierre Brully, ministre de l'église française de Strasbourg,
1539-1545. Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1879, in-8°.

_Strassburg im dreissigjährigen Krieg. Fragment aus der Chronik des
Malers J.-J. Walther._ Strassburg, Treuttel u. Würtz, 1879. in-4°.

Notes pour servir à l'histoire de l'Eglise française de Strasbourg
(1545--1794). Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1880, in-8°.

L'Alsace pendant la Révolution française. I. Correspondance des
députés de Strasbourg à l'Assemblée nationale (année 1789). Paris,
Fischbacher, 1880, in-8°.

Vieux noms et rues nouvelles de Strasbourg. Causeries biographiques.
Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1883, in-16.

La justice criminelle et la police des mœurs au seizième et au
dix-septième siècles. Causeries strasbourgeoises. Strasbourg, Treuttel
et Würtz, 1885, in-16.

David Livingstone, missionnaire, voyageur et philanthrope, 1813-1873.
Paris, Fischbacher, 1885, in-8°.

Charles de Butré, un physiocrate tourangeau en Alsace (1724-1805)
d'après ses papiers inédits. Paris, Fischbacher, 1887, in-8°.

Louis XIV et l'Eglise protestante de Strasbourg au moment de la
révocation de l'Edit de Nantes. Paris. Fischbacher, 1887, in-12.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La cathédrale de Strasbourg pendant la Révolution. (1789-1802)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home