Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l'histoire de l'empereur Napoléon, Tome 3
Author: Rovigo, Duc de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l'histoire de l'empereur Napoléon, Tome 3" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES DU DUC DE ROVIGO, POUR SERVIR À L'HISTOIRE DE L'EMPEREUR
NAPOLÉON.

       *       *       *       *       *

TOME TROISIÈME.

       *       *       *       *       *

PARIS,

A. BOSSANGE, RUE CASSETTE, N° 22.

MAME ET DELAUNAY-VALLÉE, RUE GUÉNÉGAUD, N° 25.

1828.

       *       *       *       *       *



CHAPITRE PREMIER.

L'Autriche menace de reprendre les armes.--Dispositions pour la
contenir.--Mesures administratives.--Organisation de la
Prusse.--L'empereur échelonne ses troupes sur la Vistule.--Prétentions
de l'Angleterre.--Blocus continental.


Pendant que nous achevions de disperser les forces qui nous étaient
opposées, l'empereur s'occupait d'asseoir sa position. Nous longions la
Bohême pour courir aux Russes; l'Autriche en prit occasion d'affecter
des craintes pour sa neutralité; et, comme si nous n'eussions pas eu
assez de l'hiver et des Moscovites, elle feignit de redouter que nous ne
franchissions les gorges de ses montagnes que pour la chercher.
L'empereur ne pouvait se méprendre au prétexte: l'irruption de la
Bavière lui avait appris le cas qu'il devait faire de la foi des
cabinets. Il appela une nouvelle conscription, la fit rapidement arriver
sur le Rhin, admit sous ses drapeaux les troupes de l'électeur de Hesse,
qui venaient d'être licenciées. Il les envoya, partie en France, partie
en Hollande et à Naples; il les éloigna, en un mot, des lieux où on eût
pu les ameuter contre nous. Il ne se borna pas à ces mesures; il fit
armer les places, occuper les débouchés qui couvrent l'Italie; il réunit
des troupes considérables à Vérone, à Brescia, sur l'Izonso; le roi de
Bavière en assembla sur l'Inn. Nous fûmes bientôt en mesure sur tous les
points.

Un autre objet non moins important était de régulariser l'action de la
conquête. L'empereur y pourvut avec la supériorité de vues qui lui était
propre; il donna une nouvelle organisation aux vastes possessions que le
sort des armes lui avait livrées; il divisa la Prusse en quatre
départemens, auxquels il assigna pour chefs-lieux, Berlin, Custrin,
Stettin et Magdebourg. Il fixa les limites de chacun, conserva les
subdivisions, les institutions qui pouvaient faciliter la marche des
affaires; il ne déplaça aucun fonctionnaire, laissa chacun gérer son
emploi, juger, administrer, et se borna à exiger qu'ils ne tournassent
pas contre lui la portion d'autorité dont il leur continuait
l'exercice[1]. Un administrateur général des finances et des domaines,
un receveur général des contributions, furent chargés de surveiller, de
diriger l'action de cette vaste machine, et de prendre les mesures que
les circonstances exigeraient. Chaque département reçut aussi un
commissaire impérial, qui assistait aux délibérations des chambres de
guerre et des domaines, et chaque province un intendant, qui remplissait
les fonctions de préfet. Des receveurs particuliers furent institués
pour veiller aux recettes, constater les versemens.

Les mouvemens, les passions qui agitaient la Prusse, exigeaient des
moyens de répression capables de réprimer le pillage et la malveillance.
Des brigades de gendarmerie furent détachées; le gouverneur général
devait en déterminer l'emplacement et la force, mais elles ne pouvaient
se recruter que parmi les propriétaires du pays. Les commandans
particuliers conservèrent, en outre, auprès d'eux, des piquets de
troupes françaises.

Berlin, comme centre du mouvement, méritait une attention particulière.
L'empereur unit sa magistrature aux élections: deux mille bourgeois se
réunirent, et choisirent soixante magistrats, pour les gouverner. Ils
formèrent également une garde nationale de seize cents hommes pour faire
la police de leur ville.

Les revenus, qui s'étendirent bientôt à la Hesse, au Hanovre, au duché
de Brunswick, au Mecklembourg et aux villes anséatiques, prévinrent le
gaspillage, assurèrent des rentrées abondantes, et pourvurent aux
besoins de l'armée, sans fouler le peuple.

L'empereur était encore occupé à organiser la Prusse, lorsque les
députés du palatinat de Posen vinrent lui présenter les voeux de leurs
concitoyens, et le solliciter de proclamer l'indépendance de leur
patrie. Il les accueillit avec une bienveillance particulière, mais
refusa de faire la reconnaissance qu'ils demandaient. «La France, leur
dit-il, n'a jamais reconnu les différens partages de la Pologne; je ne
puis néanmoins proclamer votre indépendance que lorsque vous serez
décidés à défendre vos droits, comme nation, les armes à la main, par
toutes sortes de sacrifices, celui même de la vie. On vous a reproché
d'avoir, dans vos continuelles dissensions civiles, perdu de vue les
vrais intérêts et le salut de votre patrie. Instruits par vos malheurs,
réunissez-vous, et prouvez au monde qu'un même esprit anime toute la
nation polonaise.»

Je cite cette réponse parce qu'elle fait voir combien sont dénués de
sens les reproches que l'on a faits à l'empereur de n'avoir pas proclamé
l'indépendance de la Pologne au début de la campagne de 1812.
L'indépendance est une force; rien ne peut l'empêcher de la reconnaître
lorsqu'elle existe, tandis que la proclamer lorsqu'elle n'existe pas,
c'est prendre pour un intérêt étranger un engagement dont on ne peut
mesurer les suites. L'empereur répéta, en 1812, ce qu'il avait dit en
1807, et ne pouvait, sans compromettre la France, faire plus qu'il n'a
fait.

Je reviens aux affaires de Prusse. Avec quelque instance que
Frédéric-Guillaume eût sollicité un armistice, l'empereur n'avait mis
qu'une médiocre confiance en ses protestations. C'était moins d'ailleurs
ce prince que l'Angleterre qu'il voulait atteindre, et il savait que
celle-ci, toujours ardente à provoquer la guerre, était insensible aux
malheurs de ses alliés. Il prit ses mesures en conséquence; il disposa
ses corps de manière à prendre immédiatement possession des places dont
il exigeait l'abandon, et à marcher aux alliés suivant que l'armistice
serait ou ne serait pas ratifié. Ses ordres avaient été donnés dans
cette double hypothèse; rien n'était précis comme les instructions qu'il
avait fait expédier au grand-duc de Berg.

«L'empereur, mandait à ce prince le major-général, me charge de vous
faire connaître qu'il vient de recevoir des dépêches du maréchal Davout,
datées de Sampolno, le 20, à deux heures du matin. Il résulte de ces
dépêches que les Russes sont arrivés, le 13, à Varsovie, et que, le 18,
ils avaient une avant-garde d'infanterie et de cavalerie le long de la
rivière de Bsura, c'est-à-dire à plus de dix lieues de Varsovie, sur
Jochazew et Lowicz. Par l'ordre que j'ai envoyé à ... le 18, je lui ai
prescrit, dans le cas où il ne serait pas entré à Thorn, de longer la
rive gauche de la Vistule, en s'étendant sur la droite. Le maréchal
Augereau a eu l'ordre de suivre les mouvemens du maréchal Lannes à une
journée en arrière. Sur ces entrefaites, l'armistice est venu. Le
maréchal Duroc est arrivé, le 20, à Grandentz pour rejoindre le
quartier-général du roi de Prusse; et, dans le cas où le roi de Prusse
aurait ratifié la suspension, l'empereur avait décidé que le maréchal
Lannes, avec son corps d'armée, occuperait Thorn; que le maréchal
Augereau occuperait Grandentz et Dantzick, et qu'enfin le maréchal
Davout occuperait Varsovie, mais dans le nouvel état de choses, S. M.
pense que le maréchal Davout seul ne suffirait pas pour occuper
Varsovie, même pendant le temps de l'armistice. L'intention de
l'empereur, monseigneur, est donc que vous vous rendiez à Varsovie avec
la brigade du général Milhaud, qui a été augmentée du 1er régiment de
hussards; avec la brigade du général Lasalle, partie aujourd'hui de
Berlin; avec les divisions Klein, Beaumont et Nansouty: ils sont avec le
maréchal Davout depuis plusieurs jours; enfin, avec le corps d'armée de
M. le maréchal Davout tout entier et celui de M. le maréchal Lannes, ce
qui fera plus de cinquante mille hommes. Si la suspension d'armes est
ratifiée, la cavalerie légère bordera la rivière de Bug, et le reste de
vos troupes à cheval sera cantonné à plusieurs jours de Varsovie, de
manière à pouvoir vivre facilement; et ces troupes s'étendraient
davantage à mesure que les Russes s'éloigneraient, et que les
dispositions de la suspension d'armes se trouveraient exécutées. Le
corps du maréchal Augereau occuperait Thorn, Grandentz et Dantzick,
tenant ses principales forces à Thorn. Voilà, monseigneur, les
dispositions pour le cas d'armistice.

«Si, dans la supposition contraire, la suspension d'armes n'est pas
ratifiée par le roi de Prusse, le maréchal Augereau maintiendra sa
brigade de cavalerie sur l'extrémité de la gauche, près de Grandentz,
bordant la Vistule, et il filera avec toute son infanterie, en suivant,
à une marche en arrière, le maréchal Lannes, à la rive gauche de la
Vistule, par Bresec et Koweld; de manière que, si vous pouviez penser
que l'ennemi voulût risquer une bataille avant d'évacuer Varsovie, le
maréchal Augereau puisse vous joindre, hormis sa cavalerie, qui
resterait toujours détachée le long de la Vistule pour observer la
gauche. Vous aurez bien soin, monseigneur, si l'ennemi passait la
Vistule à Varsovie, que le corps du maréchal Augereau se trouvât
toujours assez élevé le long de ce fleuve pour défendre le passage entre
Varsovie et Thorn, et maintenir la jonction du corps d'armée qui se
réunira à Posen avec celui de Varsovie. Ainsi donc vous recevrez cette
lettre le 24; vous expédierez de suite les ordres ci-joints aux
maréchaux Lannes et Augereau, et vous vous porterez de votre personne à
Sampolno, de manière à pouvoir arriver à Varsovie, avant le 30 du mois,
avec votre réserve de cavalerie et avec les corps des maréchaux Davout
et Lannes, si la suspension d'armes est ratifiée, et vous laisserez le
corps du maréchal Augereau à Thorn pour occuper Grandentz et Dantzick;
et si la suspension d'armes n'est pas ratifiée, vous arriverez à
Varsovie avec votre réserve de cavalerie, les corps des maréchaux
Davout, Lannes et Augereau, et vous aurez sur le champ de bataille
quatre-vingt mille hommes.

«Le 24 de ce mois, la tête du corps du maréchal Ney arrivera à Posen, où
son corps d'armée sera réuni le 26, fort d'environ douze mille hommes,
par les corps qu'il a été obligé de laisser, tant pour la garnison de
Magdebourg que pour l'escorte de prisonniers.

«Le 25, le corps entier du maréchal Soult sera réuni à
Francfort-sur-l'Oder. Enfin le prince Jérôme reçoit l'ordre de partir le
24 du blocus de Glogau, avec le corps bavarois, fort d'environ quatorze
à quinze mille hommes, et sera rendu le 28 de ce mois à Kalitsch.

«Je viens d'ordonner à la division de dragons du général Becker, qui est
avec le maréchal Lannes, de vous joindre à Sampolno; le 25e de dragons,
qui est parti aujourd'hui de Berlin, a reçu l'ordre de rejoindre la
division Becker.»

L'empereur, comme on vient de le voir, avait échelonné les troupes avec
une admirable prévoyance. Il était prêt; que la guerre fût suspendue ou
se continuât, il était également en mesure. Mais ces dispositions
n'atteignaient l'Angleterre que par ricochet: c'était cette puissance
qu'il s'agissait de toucher au vif. La victoire avait agrandi notre
influence; nous disposions d'une étendue de côtes immense; nous étions
maîtres de l'embouchure de la plupart des grands fleuves. L'empereur
résolut de la frapper avec les armes dont elle faisait usage. Elle avait
mis notre littoral en interdit; elle avait proclamé un blocus que ses
flottes étaient hors d'état de réaliser: il s'empara de cette conception
vigoureuse, et résolut de lui fermer le continent. La mesure était
sévère; mais l'Angleterre méconnaissait tous les droits: il fallait
mettre un terme à ses violences, la contraindre d'abjurer ses injustes
prétentions. La marche de la civilisation a depuis long-temps assigné des
bornes à la guerre: restreinte aux gouvernemens, l'action de ce fléau ne
s'étend plus aux individus; les propriétés ne changent plus de mains,
les magasins sont respectés, les personnes restent libres; les
combattans, ceux qui portent les armes, sont, de toute la population
vaincue, les seuls individus exposés à perdre leur liberté. Ces
principes sont consacrés par une foule de traités reconnus par tous les
peuples. Cependant les Anglais affichèrent tout à coup des prétentions
qu'ils n'avaient jamais élevées avant que la prise de Toulon et la
guerre de l'Ouest n'eussent anéanti notre marine. Ériger en maximes que
les propriétés particulières qui se trouvaient à bord des bâtimens de
commerce sous pavillon ennemi devaient être saisies et les passagers
faits prisonniers, c'était nous ramener aux siècles de barbarie où
paysans et soldats étaient réduits en esclavage, où personne n'échappait
au vainqueur qu'en lui payant rançon. Le ministre des relations
extérieures, chargé de développer la matière, flétrit justement les
odieuses prétentions de l'Angleterre et les considérations dont elle les
appuyait. Ses rapports firent sur nous une impression dont je conserve
encore le souvenir, le dernier surtout; il est ainsi conçu:

«Trois siècles de civilisation ont donné à l'Europe un droit des gens
que, selon l'expression d'un écrivain illustre, la nature humaine ne
saurait assez reconnaître.

«Ce droit est fondé sur le principe que les nations doivent se faire
dans la paix le plus de bien, et dans la guerre le moins de mal qu'il
est possible.

«D'après la maxime que la guerre n'est point une relation d'homme à
homme, mais d'État à État, dans laquelle les particuliers ne sont
ennemis qu'accidentellement, non point comme hommes, non pas même comme
membres ou sujets de l'État, mais uniquement comme ses défenseurs, le
droit des gens ne permet pas que le droit de la guerre, et le droit de
conquête qui en dérive, s'étendent aux citoyens paisibles sans armes,
aux habitations et aux propriétés privées, aux marchandises du commerce,
aux magasins qui les renferment, aux chariots qui les transportent, aux
bâtimens non armés qui les voiturent sur les rivières ou sur les mers;
en un mot, à la puissance et aux biens des particuliers.

«Ce droit, né de la civilisation, en a favorisé les progrès. C'est à lui
que l'Europe est redevable du maintien et de l'accroissement de ses
prospérités, au milieu des guerres fréquentes qui l'ont divisée.

«L'Angleterre seule a repris l'usage des temps barbares. La France a
tout fait pour adoucir du moins un mal qu'elle n'avait pu empêcher.
L'Angleterre, au contraire, a tout fait pour l'aggraver. Non contente
d'attaquer les navires du commerce, et de traiter comme prisonniers de
guerre les équipages de ces navires désarmés, elle a réputé ennemi
quiconque appartenait à l'État ennemi, et elle a aussi fait prisonniers
de guerre les facteurs du commerce et les négocians qui voyageaient pour
les affaires de leur négoce.

«Restée long-temps en arrière des nations du continent qui l'ont
précédée dans la route de la civilisation, et en ayant reçu d'elles tous
les bienfaits, elle a conçu le projet insensé de les posséder seule et
de les leur ôter. C'est dans cette vue que, sous le nom de droit de
blocus, elle a inventé et mis en pratique la théorie la plus
monstrueuse.

«D'après la raison et l'usage de tous les peuples policés, le droit de
blocus n'est applicable qu'aux places fortes. L'Angleterre a prétendu
l'étendre aux places du commerce non fortifiées, aux navires, à
l'embouchure des rivières.

«Une place n'est bloquée que quand elle est tellement investie, qu'on ne
puisse tenter d'en approcher, sans s'exposer à un danger imminent.
L'Angleterre a déclaré bloqués des lieux devant lesquels elle n'avait
pas un bâtiment de guerre. Elle a fait plus: elle a osé déclarer en état
de blocus des côtes immenses; et tout un vaste empire.

«Tirant ensuite d'un droit chimérique et d'un fait supposé la
conséquence qu'elle pouvait justement faire sa proie, et la faisait en
effet, de tout ce qui allait aux lieux mis en interdit par une simple
déclaration de l'amirauté britannique, et de tout ce qui en provenait,
elle a effrayé les navigateurs neutres, et les a éloignés des ports que
leur intérêt et que la loi des nations les invitaient à fréquenter.

«Le droit de défense naturelle permet d'opposer à son ennemi les armes
dont il se sert, et de faire réagir contre lui ses propres fureurs et sa
folie.

«Puisque l'Angleterre a osé déclarer la France entière en état de
blocus, que la France déclare à son tour que les îles britanniques sont
bloquées! Puisque l'Angleterre répute ennemi tout Français, que tout
Anglais ou sujet de l'Angleterre trouvé dans les pays occupés par les
armées françaises soit fait prisonnier de guerre! Puisque l'Angleterre
attente aux propriétés privées des négocians paisibles, que les
propriétés de tout Anglais ou sujet de l'Angleterre, de quelque nature
qu'elles soient, soient confisquées; que tout commerce de marchandises
anglaises soit déclaré illicite, et que tout produit de manufactures des
colonies anglaises trouvé dans les lieux occupés par les troupes
françaises soit confisqué!

«Puisque l'Angleterre veut interrompre toute navigation et tout commerce
maritime, qu'aucun navire venant des îles ou des colonies britanniques
ne soit reçu ni dans les ports de France, ni dans ceux des pays occupés
par l'armée française; et que tout navire qui tenterait de se rendre de
ces ports en Angleterre soit saisi et confisqué!

«... Aussitôt que l'Angleterre admettra le droit des gens que suivent
universellement les peuples policés; aussitôt qu'elle reconnaîtra que le
droit de guerre est un et le même sur mer que sur terre, que ce droit et
celui de conquête ne peuvent s'étendre ni aux propriétés privées, ni aux
individus non armés et paisibles, et que le droit de blocus doit être
restreint aux places fortes réellement investies, Votre Majesté fera
cesser ces mesures rigoureuses, mais non pas injustes, car la justice
entre les nations n'est que l'exacte réciprocité.»

L'empereur adopta les considérations et les mesures que lui proposait
son ministre. Il interdit tout commerce, toute correspondance avec
l'Angleterre; il déclara ce pays en état de blocus[2], l'isola
tout-à-fait du continent, et le plaça dans une situation dont il ne
tarda pas à sentir les fâcheuses conséquences.



CHAPITRE II.

L'armée entre en Pologne.--Chute du grand-maréchal.--Fatigues et
privations des troupes.--L'armée prend ses cantonnemens.--Le
quartier-général revient à Varsovie.


Ces mesures prises, l'empereur se mit en route pour la Pologne. Il
savait que l'armée russe continuait sa marche; il lui importait, pour le
succès de ses opérations ultérieures, de ne pas lui laisser le temps de
franchir la Vistule; autrement nous aurions été obligés de prendre nos
quartiers d'hiver dans une mauvaise position, entre l'Oder et la
Vistule, ou bien de repasser l'Oder pour hiverner en Prusse. Dans ce
cas, nous aurions découvert la Silésie, où nous avions des opérations à
suivre; nous aurions vu, en outre, l'armée prussienne se recruter de
tous les Polonais, qui, au lieu de cela, se rangèrent sous nos drapeaux.

D'après ces considérations, l'empereur se détermina à mettre l'armée en
campagne au mois de décembre; elle marcha à la fois sur Varsovie, Thorn
et Dirschau; elle ne rencontra ni obstacle, ni troupes russes, si ce
n'est quelques centaines de cosaques, à quinze ou vingt lieues en deçà
de Varsovie, auxquels elle ne fit point attention. Elle arriva sur les
bords du fleuve, dont on rétablit les ponts de bateaux avec les moyens
du pays.

Celui de Varsovie venait d'être brûlé; il était sur pilotis, on le
reconstruisit en bateaux; celui de Thorn, également sur pilotis, n'était
que légèrement endommagé; celui de Dirschau, qui était en bateaux, fut
rétabli de même.

Nous avions trouvé dans les arsenaux de Berlin tous les moyens de la
monarchie prussienne; réunis à ceux que nous avions, ils nous mettaient
à même d'aplanir en un instant des difficultés qui paraissaient
insurmontables. Par exemple, ces trois ponts furent rétablis si vite,
que les troupes ne furent pas retardées une heure: elles eurent à
traverser des boues affreuses entre l'Oder et la Vistule.

L'empereur fit ce trajet en voiture; celle qui était devant la sienne
versa, la nuit, dans un mauvais passage. Le maréchal Duroc, qui s'y
trouvait, eut la clavicule droite cassée; on fut obligé de le laisser
sur la place, et de l'envoyer chercher du premier village que l'on
rencontra.

L'empereur arriva le lendemain à Varsovie; son entrée dans cette ville
mit la Pologne en délire; il ne put y rester. L'armée russe
s'approchait, il n'y avait pas un instant à perdre; il fit passer la
majeure partie de l'armée par Varsovie pour la porter sur le Bug.

Le reste s'avança par Thorn, et vint par sa droite se mettre en
communication avec ce qui avait passé à Varsovie; tout ce qui avait
traversé la Vistule plus bas que Thorn marcha sur Marienbourg et Elbing.

Dantzick, dès ce moment, n'eut plus de communication avec sa métropole
(Koenigsberg) que par la langue de sable qui sépare le Frisch-Haff de la
mer.

La droite de l'armée, qui avait passé à Varsovie, eut bientôt rencontré
les Russes; ils se retirèrent par des plaines de terre noire et légère
qui étaient transformées en étangs de boue: il fallait quadrupler les
attelages de l'artillerie pour la faire avancer; aussi en avaient-ils
laissé une bonne partie en chemin.

L'empereur faisait manoeuvrer les corps qui avaient paru à Thorn, pour
venir couper la route de Preuss-Eylau à Varsovie, de manière à faire
abandonner ce chemin aux Russes; mais malheureusement ils trouvaient
aussi de la boue, et ne marchaient qu'à très petites journées pour ne
pas abandonner leur artillerie.

Le besoin de subsistances se fit bientôt sentir; on trouvait de quoi se
chauffer et nourrir les chevaux, mais aucun chariot de vivres n'était
encore entré même à Varsovie, et d'ailleurs il n'aurait pu arriver où
était l'armée; il n'y avait donc que la gaîté du caractère du soldat qui
pouvait lui donner la force de supporter toutes ces privations et toutes
ces fatigues. L'empereur se montrait beaucoup au milieu d'eux dans ces
momens de souffrance; il était toujours à cheval, et ne s'épargnait ni à
la boue, ni à la fatigue, ni aux dangers: aussi les soldats
l'accueillaient-ils toujours avec plaisir. Il causait avec eux; souvent
ils lui disaient les choses les plus singulières; un jour qu'il faisait
un temps affreux, l'un d'eux lui dit: «Il faut que vous ayez un fameux
coup dans la tête, pour nous mener sans pain par des chemins comme ça.»
L'empereur répondit: «Encore quatre jours de patience, et je ne vous
demande plus rien; alors vous serez cantonnés.» Et les soldats de
répondre: «Allons, quatre jours encore; eh bien! ce n'est pas trop, mais
souvenez-vous-en, parce que nous nous cantonnerons tout seuls après.» Il
aimait les soldats qui prenaient la liberté de lui parler, et riait
toujours avec eux; il était persuadé que ceux-là étaient les plus
braves.

À force d'opiniâtreté et de patience, on parvint enfin à joindre l'armée
russe à l'entrée de la forêt, au-delà de la petite ville de Pultusk, où
elle s'était formée pour couvrir la route qui mène par Macloff à
Preuss-Eylau, ainsi que celle qui mène par Ostrolenka vers Grodno.

L'empereur la fit attaquer sur-le-champ. On avait de part et d'autre
très peu de canons, de sorte que la mousqueterie fut vive; et comme à
chaque heure il nous arrivait quelque nouveau corps qui parvenait à se
tirer de la boue, nous eûmes, vers trois heures après midi, une
supériorité numérique si forte, que l'on attaqua de front la ligne
russe, qui fut rompue et dispersée dans les bois. On la poursuivit
pendant plusieurs jours. La partie de cette armée qui avait pris la
route de Preuss-Eylau tomba sur une suite d'échelons de corps de troupes
qui lui firent éprouver des pertes considérables, et lui prirent environ
cinquante ou soixante pièces de canon, avec sept ou huit mille hommes
prisonniers.

L'empereur tint parole aux troupes: il trouva qu'il y aurait eu de
l'inhumanité à leur en demander davantage; il fit prendre des
cantonnemens à l'armée.

Elle fut placée à cheval sur la Vistule, l'infanterie le plus resserrée
possible; la grosse cavalerie sur la rive gauche. La cavalerie légère
eut un mauvais hiver à passer, parce qu'elle resta dans le pays
qu'avaient abandonné les deux armées, et où elle fut sans cesse harcelée
par les cosaques.

L'armée russe se retira jusque derrière la Pregel, occupant Koenigsberg
comme point central.

L'empereur vint s'établir à Varsovie; c'était le 1er janvier 1807: il
comptait y rester jusqu'au retour de la belle saison, et employer ce
temps à tâcher de faire la paix.

Il envoya ordre à M. de Talleyrand de venir le joindre à Varsovie, et de
faire connaître aux ministres accrédités près de lui par les puissances
étrangères, qu'il désirait qu'ils y vinssent aussi. Cette mesure eut
plusieurs bons effets: d'abord ces divers agens étaient plus promptement
et plus exactement informés de tout ce qu'il y avait à leur communiquer,
et ensuite ils n'étaient pas dupes de tous les mauvais contes qui se
débitent dans une grande ville comme Paris. L'Autriche envoya, de
Vienne, au quartier impérial, à la place de M. de Metternich, qui resta
à Paris, le général Vincent. Je n'ai pas su si cette disposition avait
été la conséquence d'un désir manifesté par la France, ou une mesure du
gouvernement autrichien.

Tant de monde réuni à Varsovie en avait fait de nouveau une capitale. Il
y avait une exactitude dans tous les services de la maison civile de
l'empereur, qui faisait que le luxe et les agrémens de la manière de
vivre de France le suivaient partout, sans que cela fît ni étalage, ni
efforts: on était accoutumé à emballer et déballer avec une promptitude
incroyable; j'ai vu la même argenterie qui servait à Paris, servir à
l'armée, et retourner à Paris sans être endommagée le moins du monde.

Le séjour de Varsovie eut pour nous quelque chose d'enchanteur; au
spectacle près, c'était la même vie qu'à Paris: il y avait deux fois par
semaine concert chez l'empereur, à la suite desquels il tenait un cercle
de cour où se formaient beaucoup de parties de société. Un grand nombre
de dames de la première qualité s'y faisaient admirer par l'éclat de
leur beauté et par une amabilité remarquable. On peut dire avec raison
que les dames polonaises inspireraient de la jalousie à tout ce qu'il y
a de femmes gracieuses dans les autres pays les plus civilisés; elles
joignent, pour la plupart, à l'usage du grand monde, un fonds
d'instruction qui ne se trouve pas communément, même chez les
Françaises, et qui est fort au-dessus de celui qu'on remarque dans les
villes où l'habitude de se réunir est la suite d'un besoin. Il nous a
paru que les Polonaises, obligées de passer la belle moitié de l'année
dans leurs terres, s'y adonnaient à la lecture ainsi qu'à la culture des
talens, et que c'était ainsi que, dans les capitales, où elles vont
passer l'hiver, elles paraissent supérieures à toutes leurs rivales.

L'empereur, comme les officiers, paya tribut à leur beauté. Il ne put
résister aux charmes de l'une d'entre elles; il l'aima tendrement, et
fut payé d'un noble retour. Elle reçut l'hommage d'une conquête qui
comblait tous les désirs et la fierté de son coeur, et c'est la nommer
que dire qu'aucun danger n'effraya sa tendresse, lorsqu'au temps des
revers, il ne lui restait plus qu'elle pour amie.

C'était ainsi que se passait le temps à Varsovie. Les devoirs n'y
étaient cependant pas négligés. L'empereur travaillait à ravitailler son
armée et à se créer des approvisionnemens: la gelée était venue sécher
les chemins, les convois pouvaient voyager; mais le désordre de nos
administrations était à son comble, et au milieu d'un pays bien pourvu
nous étions au moment d'éprouver les plus insupportables privations.

À cette occasion, l'empereur prit un peu d'humeur contre l'intendant
général. Il n'y avait cependant pas trop de sa faute, il ne pouvait
qu'écrire et requérir; mais comme chaque général, dans les cantonnemens
occupés par les troupes sous ses ordres, agissait en maître absolu, il
défendait aux employés civils d'exécuter les réquisitoires de
l'intendant.

L'empereur fut obligé de soigner lui-même ce service, et de donner des
ordres sévères pour faire cesser les abus d'autorité, qui n'auraient pas
manqué de nous devenir funestes; en même temps, pour obvier à tout ce
qu'ils pourraient entraîner à l'avenir, il fit faire les
approvisionnemens de l'armée par la régence polonaise, qui écrivit
directement à tous ses agens dans les provinces: on leur donna ordre de
dresser procès-verbal de la moindre difficulté que leur feraient
éprouver les officiers-généraux ou autres employés militaires qui
tenteraient de les empêcher d'obéir aux réquisitoires qu'ils étaient
chargés d'exécuter pour l'approvisionnement de l'armée.

L'ordre s'établit alors, et nous vîmes arriver l'abondance à Varsovie.
Toutes les distributions furent assurées, et les magasins regorgèrent
bientôt. Il ne restait plus qu'à établir le service des hôpitaux, à
assurer à nos malades les moyens de soulager leurs souffrances et de
réparer leurs forces; l'empereur s'appliqua avec un soin particulier à
pourvoir à tout ce qu'exigeait leur fâcheuse position. On peut juger de
sa sollicitude à cet égard par les instructions suivantes qu'il avait
déjà adressées de Posen à l'intendant général.

     Posen, le 12 décembre.

«1° Il sera confectionné sans le moindre délai, à Berlin, six mille
matelas; on emploiera à cet effet les cent vingt mille livres de laine
qui se trouvent en magasin, et les seize mille aunes de toile
d'emballage ou de coutil qui sont tant à Berlin qu'à Spandau. À mesure
que deux cents matelas seront faits, ils seront envoyés à Posen, et
ainsi de tous successivement.

«2° Douze mille tentes seront sur-le-champ employées pour confectionner
neuf mille paires de draps, et douze mille autres tentes seront
également employées pour la confection de quarante mille chemises, et
pour celle de quarante mille pantalons, affectés au service des
hôpitaux. À mesure que cinq mille de chacun de ces objets seront
confectionnés, on les enverra par la voie la plus prompte à Posen, pour
être affectés au service des hôpitaux dans la Pologne.

«3° Il sera passé à Posen un marché pour la confection de mille
paillasses. M. l'intendant général fera requérir dans la Basse-Silésie
deux mille couvertures et deux mille matelas; il fera également requérir
à Stettin deux mille couvertures et deux mille matelas. Il sera requis
dans le département de Custrin, et plus particulièrement à Landsberg et
Francfort, quatre mille couvertures.

«4° Le prix des objets requis ainsi qu'il est ordonné ci-dessus, sera
fixé par l'intendant général, et la valeur en sera déduite sur la
contribution imposée à chaque département. À mesure qu'il y aura mille
couvertures de fournies de celles requises dans le département de
Custrin, elles seront dirigées sur Posen. On fera en sorte qu'il y en
ait mille de livrées avant le 18 décembre; il faut, à cet effet, prendre
de préférence celles qui sont déjà faites.

«5° Il sera attaché à chaque hôpital, en Pologne, un prêtre catholique
comme chapelain; il sera nommé par l'intendant général. Ce prêtre sera
aussi chargé de la surveillance des infirmiers, et il lui sera alloué à
cet effet une somme de 100 francs par mois, qui lui sera payée le 30 de
chaque mois.

«Les infirmiers seront payés tous les jours par les soins du chapelain,
à raison de 20 sous par jour, et indépendamment d'une ration de vivres
qui leur sera distribuée. Le directeur de l'hôpital paiera les
infirmiers en présence du chapelain, sur les fonds mis à sa disposition,
ainsi qu'il sera dit ci-après.

«6° L'intendant général, sur les fonds mis à sa disposition par le
ministre de la guerre, prendra des mesures pour que chaque directeur
d'hôpital ait toujours en caisse, et par avance, un fonds égal à 12
francs pour chaque malade que l'hôpital doit contenir par son
organisation. Ce fonds servira à payer la solde des infirmiers, à
subvenir à l'achat des menus besoins, comme oeufs, lait, etc. La viande,
le pain et le vin seront fournis par l'administration; en conséquence,
il est expressément défendu, et sous la responsabilité de chacun, de
faire aucune réquisition aux municipalités pour les petits alimens ou
menus besoins. Tous les huit jours, le commissaire des guerres chargé de
la surveillance de l'hôpital fera connaître à l'intendant général la
dépense faite sur le fonds de 12 francs par malade que peut contenir
l'hôpital, et qui aura été payée par l'économe pour le paiement des
infirmiers et pour l'achat des petits alimens, ainsi que pour le
blanchissage, afin que l'intendant général fasse de nouveaux fonds pour
remplacer ce qui aura été dépensé au fur et à mesure.

«Les commissaires des guerres chargés de la surveillance des hôpitaux en
sont responsables.

«7° Cet ordre étant commun à tous les hôpitaux de l'armée, à l'exception
du chapelain dans les hôpitaux hors de la Pologne, S. M. ordonne que
vingt-quatre heures après que les présentes dispositions seront connues
à qui de droit, toutes les pharmacies soient approvisionnées pour deux
mois, et pour le nombre de malades que les hôpitaux doivent contenir, en
payant comptant les médicamens aux apothicaires du lieu qui les
fourniront, et sur les fonds que l'intendant général mettra à cet effet
à la disposition des directeurs d'hôpitaux. S. M. ordonne que tout ce
qui peut être dû jusqu'à ce jour aux différens apothicaires qui, sur les
lieux, ont fourni nos hôpitaux, sera payé sans délai par les soins de
l'intendant général, et ce qui peut être dû, à Posen, aux apothicaires
leur sera payé aujourd'hui.

«L'intendant général prendra les mesures nécessaires, et le ministre de
la guerre mettra à sa disposition les fonds dont il aura besoin.

«8° L'inventaire général des achats de médicamens dont les pharmacies
des hôpitaux doivent être approvisionnées pour deux mois, sera envoyé au
bureau général des hôpitaux de l'armée; mais lesdits médicamens seront
payés avant la livrée desdits inventaires, et le seront sur les lieux
d'après l'ordonnance du commissaire des guerres chargé de la police de
l'hôpital, sur le crédit que lui aura ouvert l'intendant général. Les
intendans de province ou de département sont autorisés à faire acquitter
d'urgence ces ordonnances, sauf aux receveurs de province ou de
département à porter les ordonnances acquittées en paiement.

«9° Lorsqu'un médicament ne se trouvera pas dans la pharmacie de
l'hôpital, d'après l'approvisionnement fait en conséquence des
dispositions ci-dessus, le directeur d'hôpital sera, dans ce cas seul,
autorisé à acheter ce médicament où il le trouvera, sur le fonds des
petits alimens, c'est-à-dire sur celui de 12 francs; et dans les huit
jours au plus tard, toute dépense faite sur ce fonds par l'économe sera
visée par le commissaire des guerres chargé de la police de l'hôpital.

«10° Il sera pris des mesures pour qu'il soit fabriqué du bon pain
affecté au service des hôpitaux, et fait avec de la farine de froment;
M. l'intendant général fera, autant qu'il pourra, distribuer du vin de
Stettin, qui est le meilleur qu'on puisse se procurer.»

Indépendamment de ces minutieux détails que j'ai pris plaisir à citer,
parce qu'ils prouvent toute la sollicitude de l'empereur pour les
blessés, d'autres soins l'occupaient encore: il passait une partie de la
nuit avec M. de Talleyrand; il songeait sérieusement à faire la paix, et
à ce qu'il pouvait être obligé d'entreprendre pour en finir, si on ne
parvenait pas à nouer une négociation.

Cette pensée, ainsi que les détails de son armée, ne l'occupaient
cependant pas exclusivement. Pendant ses absences, le conseil des
ministres se tenait à Paris sous la présidence de l'archichancelier;
mais il ne s'y rapportait que des affaires d'un intérêt général. Les
rapports y étaient faits comme à l'empereur, et accompagnés d'un projet
de décret; mais lorsqu'il s'agissait de quelque chose de délicat qui
touchait la politique ou se rattachait à quelque projet d'un intérêt
particulier, les ministres lui en écrivaient confidentiellement, et
presque toujours il décidait sans l'intermédiaire de personne.

Quant au grand travail de tout le personnel de l'administration des
affaires locales des départemens ou des communes, il passait par la
secrétairerie d'État; ce qui donnait à M. Maret un crédit et une
influence considérable au-dehors.

Ce travail des ministres était apporté de Paris à l'armée par un
auditeur au conseil d'État, qui, en arrivant au quartier-général,
descendait chez le secrétaire d'État pour lui remettre tous les
portefeuilles dont sa voiture était remplie. Celui-ci les lisait tous,
et prenait ensuite les ordres de l'empereur pour le travail. Cette
habitude eut un mauvais résultat en ce qu'elle mécontenta plusieurs
ministres. Cela se conçoit aisément, parce que tout le travail
administratif passant d'abord entre les mains du secrétaire d'État, il
était naturel que ce fût lui qui, en le portant à la signature, donnât à
l'empereur des détails que le ministre avait omis pour abréger le
travail: c'est là précisément ce qui est devenu funeste, parce que le
succès d'une proposition d'un ministre quelconque dépendait de M. Maret.

Par exemple, dans les nominations aux places de finance, de tribunaux et
de l'administration de l'intérieur, il était devenu impossible de faire
passer l'homme que le ministre ne voulait pas admettre. Après une
révolution comme la nôtre, il n'y a guère d'hommes (dans la catégorie de
ceux propres aux emplois) qui n'aient eu quelque part à des faits que
l'opinion n'a pas toujours approuvés, et c'était là que l'on trouvait
facilement une cause d'exclusion, lorsqu'on voyait sur un travail de
proposition le nom de l'homme qui déplaisait. Comme le ministre qui le
proposait n'avait pas prévu un refus, et qu'il fallait bien pourvoir à
l'emploi vacant dans son département, M. Maret proposait de suite un
autre sujet; l'empereur en était satisfait, et appelait cela du zèle à
lui aplanir les difficultés. On se gardait bien de lui dire que les
ministres étaient fort mécontens de voir à chaque instant leurs
propositions ou tronquées ou rejetées; cela faisait rejaillir sur eux
une sorte de déconsidération: on les appelait méchamment les premiers
commis du secrétaire d'État. Personne ne s'abusait: on faisait croire à
l'empereur que l'on disait à Paris «que l'on ne comprenait rien à son
activité; qu'il n'était pas possible de lui en imposer, même sur les
moindres choses; qu'il lisait tout.» Basse adulation qui eut des
conséquences fâcheuses. Il se forma autour de la secrétairerie d'État
une clientelle composée de tous les postulans qui étaient en instance
auprès des autres ministères; avec eux arrivèrent les coteries de femmes
et d'hommes qui protégeaient telle personne au préjudice de telle autre,
et avec celles-ci les intrigues, qui sont toujours aux aguets du vent
qui souffle, et qui trouvèrent le moyen de s'introduire dans la
secrétairerie d'État: en sorte que ce n'était pas assez d'être agréé par
le ministre dans le département duquel on était placé, il fallait encore
être agréable au secrétaire d'État et à ses amis, d'abord pour être
nommé, puis ensuite pour être conservé, et être à l'abri de toute
atteinte et des suites de mauvais rapports.

Cette manière de travailler commença à Varsovie; elle était trop commode
à l'empereur, auquel on ne parlait pas des plaintes qu'elle excitait, et
trop avantageuse à quelqu'un qui recherchait le pouvoir, pour qu'elle
changeât jamais. Les ministres, malgré leur répugnance, durent s'y
soumettre, mais n'en furent pas plus satisfaits[3].

Je n'ai cité ceci que parce que j'ai vu, quelques années après, combien
de mal nous en avons éprouvé: j'ai été le premier à oser en faire la
remarque à l'empereur, et à lui dire que les nombreux ennemis que tout
cela nous faisait se réunissaient à ceux que nous n'avions pas cessé
d'avoir, et qu'un jour pourrait venir où le tort qu'ils nous feraient
serait irréparable.



CHAPITRE III.

Les Russes essaient de nous surprendre dans nos quartiers
d'hiver.--Mouvement de Mohrungen.--L'empereur me confie le commandement
du 5e corps.--Bataille d'Eylau.--Bernadotte.--Affaire d'Ostrolenka.


Le mois de janvier s'écoulait assez paisiblement; l'armée se reposait;
la tête de l'empereur n'était guère occupée de ce qui se passait à
Paris, mais bien de ce qui pouvait arriver autour de lui.

L'Autriche venait de rassembler un corps d'observation de quarante mille
hommes en Bohême; il pouvait devenir offensif le lendemain d'un revers,
surtout depuis que les souverains avaient adopté de ne plus déclarer la
guerre que par les hostilités, sans avertir ni faire connaître de
motifs.

L'empereur était très-préoccupé de ce qui pourrait résulter dans un cas
de succès comme dans un cas de malheur, et allait se déterminer à tenter
une nouvelle ouverture, lorsqu'une entreprise de l'armée russe vint
l'obliger de remettre la sienne en mouvement, le 31 janvier, par une
gelée à fendre les pierres. Voici comment cela arriva:

Le corps du maréchal Bernadotte était à notre extrême gauche; son
quartier-général était à Mohrungen. Il avait ordre d'étendre sa gauche
le plus possible, mais de manière à ne donner aucune inquiétude à
l'ennemi, avec lequel on voulait passer l'hiver en repos. Dans cette
position, il couvrait les opérations que l'on se disposait à ouvrir
devant Dantzick, et pour lesquelles on rassemblait un corps dont je
parlerai plus bas. On avait envoyé le général Victor pour en prendre le
commandement; mais il fut enlevé en chemin par un parti prussien sorti
de Colberg, et qui ne craignit pas de pousser jusqu'aux environs de
Varsovie.

Le maréchal Lefebvre fut envoyé pour remplacer le général Victor. La
rigueur de la saison ne permettait pas d'ouvrir la terre devant
Dantzick. La garnison n'entreprenait rien; ainsi le complétement du
corps qui devait agir contre cette place ne devenait pas pressant: on se
contenta d'observer.

À la droite du maréchal Bernadotte était le maréchal Ney, qui avait,
comme tout le monde, l'ordre de se tenir en repos. Tout à coup il lui
prend fantaisie, sans ordre, de porter son corps d'armée en avant. On
lui imputa des intentions d'intérêt personnel; on eut tort: on ne met
pas une armée en marche pour cela. À la vérité, le maréchal Ney marcha
sans en avoir reçu l'ordre, et découvrit, par son mouvement, la droite
du maréchal Bernadotte; mais aussi il rencontra en pleine route l'armée
russe qui venait à l'improviste fondre sur Bernadotte par son centre;
mouvement qui, sans cela, serait resté ignoré. Ney donna de suite
l'alarme à toute l'armée, jusqu'à Varsovie.

On fut bientôt revenu de l'opinion que l'ennemi ne voulait que repousser
des maraudeurs. On se convainquit qu'il était en pleine opération, dans
l'espérance de nous surprendre dans nos cantonnemens, de pouvoir nous
jeter au-delà de la Vistule, et, selon les circonstances, achever
l'hivernage sur ses bords, ou passer ce fleuve sur le pont de Dantzick.

Il n'y avait pas un moment à perdre; l'ennemi avait déjà l'initiative
sur nous, lorsque l'empereur envoya ordre à ses différens corps d'armée
de se centraliser, et de le rejoindre sur la route de Varsovie à
Koenigsberg. Il ordonna à Bernadotte de refuser sa gauche, et de se
retirer lui-même, s'il y était obligé, de manière à refuser toute la
gauche de l'armée, et de laisser l'ennemi s'enfoncer sur la
Basse-Vistule; c'est ce qu'exécuta ce maréchal. Il revint jusqu'à une
petite ville qu'on appelle Strasbourg. L'ennemi, en s'avançant sur notre
gauche, nous donnait autant d'avance par notre droite, qui marchait
toujours, que lui-même en prenait du côté opposé.

L'armée russe, indépendamment de sa masse principale, qui partait de
Koenigsberg, avait un corps de vingt-deux mille hommes en observation sur
le Bug, et menaçant Varsovie.

Les choses en étaient là lorsque l'empereur quitta cette ville en même
temps que les troupes. Il s'arrêta à Pultusk, où le maréchal Lannes
était resté malade, ayant été obligé de quitter le commandement du
cinquième corps, qui avait passé par cette ville pour aller s'opposer à
ce corps russe, qui était sur le Haut-Bug. Il alla voir ce maréchal, et
le trouva en si mauvais état, qu'il le fit transporter à Varsovie.

L'empereur passa ce jour-là à dix lieues plus loin que Pultusk; le soir,
étant couché, il me fit appeler et me demanda si je me sentais en état
d'aller commander le cinquième corps en place du maréchal Lannes.
J'acceptai; et, pendant que le prince de Neufchâtel écrivait les ordres
dont j'avais besoin, l'empereur me donna ses instructions: elles étaient
d'observer le corps russe de si près, qu'il ne pût ni faire un mouvement
sur lui pendant qu'il allait attaquer la grande armée russe, ni surtout
marcher à Varsovie, que je devais couvrir à tout prix; et enfin, si ce
corps russe n'était pas tellement fort que je pusse le culbuter, de le
faire, mais à coup sûr; me recommandant de ne pas me laisser séduire par
un espoir de succès.

Je quittai l'empereur, et passai chez le major-général, qui me remit une
lettre de commandement, avec les instructions qui devaient me diriger.
Les deux pièces étaient ainsi conçues:

     _Au général Savary._

     Praznitz, le 31 janvier.

«Je vous préviens, général, que la santé de M. le maréchal Lannes ne lui
permettant pas de commander son corps d'armée, S. M. vous donne une
marque éclatante de la confiance qu'elle porte à vos talens militaires,
en vous nommant commandant en chef du 5e corps.

«Vous partirez sur-le-champ pour vous rendre au quartier-général, à
Brock, où le plus ancien général de division de ce corps d'armée vous
fera recevoir. Vous ferez mettre votre nomination à l'ordre du corps
d'armée; vous jouirez des honneurs, appointemens et traitemens attachés
au grade de général en chef.»

     _Ordres et instructions pour le général Savary._

«Le 5e corps de la grande armée, que vous commandez, général, occupe en
ce moment Brock; le corps russe commandé par le général Essen occupe
Nur. Si les forces de ce général ne sont pas trop considérables, vous
devez l'attaquer, et le culbuter dans sa position de Nur; mais, pour peu
que les renseignemens que l'on aurait portassent à penser que le corps
du général Essen, au lieu de s'être affaibli, se serait augmenté, vous
vous bornerez à occuper Brock et Ostrolenka avec votre cavalerie.

«Vous consulterez le général Gazan et le général Campana, qui, étant
depuis long-temps en présence de l'ennemi, connaissent ses mouvemens.

«Que l'on reste en observation, qu'on attaque l'ennemi, ou qu'on n'ait
point de succès, le principal but du corps d'armée que vous commandez
est de couvrir la rive droite de la Narew, depuis la rivière de l'Omulew
(c'est-à-dire la petite rivière qui se jette près d'Ostrolenka) jusqu'à
Siérock; de garder la position de Siérock et la rive droite du Bug,
depuis Siérock jusqu'à la partie autrichienne.

«Il serait très utile, général, de faire construire un petit pont au
confluent de la Narew dans le Bug, c'est-à-dire au-dessus du confluent.
C'est un travail peu considérable, et ce pont sur le Bug rendrait
beaucoup plus faciles les subsistances à tirer de Varsovie.

«Vous ordonnerez que l'on travaille avec activité à la tête de pont de
Pultusk; car, en cas d'événement, la plus grande partie de votre corps
d'armée devrait se retirer sur Pultusk ou sur Ostrolenka; un régiment et
quelques pièces d'artillerie se retireraient aussi sur le Bug pour
garder la rive gauche de cette rivière. Vous sentez bien que ce que je
vous dis là est hypothétique, mais vous prouve la nécessité de
travailler à la tête de pont.

«Envoyez dans la Gallicie pour savoir si les nouvelles que l'on donne,
et qui font connaître que le général Essen se retire, sont vraies.

«Je dois vous faire observer qu'il faudra mettre quelque infanterie à
Ostrolenka avec quelques pièces de canon, sans quoi votre cavalerie
serait trop inquiétée. Jamais cette infanterie ne peut être compromise,
puisqu'en passant le pont elle se trouve couverte.»

Je me mis aussitôt en route, et allai prendre le commandement de ce 5e
corps, à Brock, en avant de Pultusk, au-delà de la Narew.

Je n'y fus pas très bien reçu, parce que tous les généraux de division
qui y étaient employés étaient mes aînés en grade; il fallut donc, par
de bons procédés, leur rendre supportable ce qui leur paraissait une
injustice.

Ce corps était composé de deux divisions d'infanterie, une aux ordres du
général Suchet, l'autre commandée par le général Gazan; de trois
régimens de cavalerie légère et d'une division de dragons, aux ordres du
général Becker: il devait être appuyé par le corps des grenadiers
réunis, commandés par le général Oudinot, qui en achevait la formation à
Varsovie, et avait reçu ordre de venir se placer à Pultusk.

J'avais pris le commandement du 5e corps le 2 février; le 5, je reçus
ordre de quitter ma position de Brock, et de venir me placer à
Ostrolenka pour me mettre en communication avec l'empereur, qui avait
rencontré l'avant-garde ennemie à Hoff, et se disposait à lui livrer
bataille.

Les troupes étaient bien souffrantes; elles étaient sans cesse à la
maraude pour trouver quelques pommes de terre. Je fis, par cette raison,
mon mouvement sur Ostrolenka par Pultusk, en remontant la Narew, au lieu
de le faire par un mouvement de flanc gauche, qui m'aurait fait perdre
un nombre considérable d'hommes isolés et de maraudeurs.

Je vis bientôt que j'avais mal fait; la faute tenait à ce que je
connaissais mal la topographie du pays. Si mon commandement avait daté
de quelques jours de plus, je n'aurais pas exposé la division Becker à
une défaite dont l'habileté de son général la préserva. Néanmoins je ne
me laissai pas décourager; je bouillonnais d'impatience d'en venir aux
mains à la première occasion que la fortune m'offrirait. Heureusement
pour moi, l'empereur était occupé d'autres choses; il ne vit que le
résultat de mon mouvement, qui, en définitive, s'était fait sans
accident, sans quoi j'aurais eu la tête lavée de main de maître, pour
m'y être pris comme je l'avais fait.

En approchant de l'armée ennemie, l'empereur resserrait les corps de la
sienne; il leur avait envoyé à chacun, par un officier différent,
l'ordre d'être rendus à Preuss-Eylau dans la journée du 8, _de manière à
pouvoir livrer bataille le 9_; il avait ajouté cette phrase afin que
chacun amenât tout ce dont il prévoyait avoir besoin.

Le malheur voulut que celui de ces officiers qui allait au corps du
maréchal Bernadotte fût un jeune homme sans expérience, qui, sans
prendre aucun renseignement en chemin, se dirigea sur le lieu qu'on lui
avait indiqué; il alla, de cette manière, se faire prendre par les
cosaques, sans avoir détruit sa dépêche, qui fut portée au général en
chef de l'armée russe. Ce petit accident, qui n'aurait eu que peu
d'importance dans toute autre circonstance, eut, comme on le verra, des
conséquences désastreuses dans celle-ci.

En voyant le contenu de l'ordre, le général Benningsen abandonna ses
projets, et ne songea qu'à réunir son armée; elle était déjà rassemblée.
Il prit immédiatement le chemin de Koenigsberg, et se trouva, le 7
février, en mesure d'attaquer l'armée française, qui ne devait être
réunie que dans la journée du 8, de manière à pouvoir opérer le 9.

L'empereur arriva la veille à Eylau avec le 7e corps, commandé par le
maréchal Augereau, la garde et le corps du maréchal Davout, à peu de
distance. Il fut en effet attaqué par toute l'armée russe le 8, à sept
heures du matin, par une neige très épaisse. Le 7e corps, serré en
colonne, fit une résistance extrêmement vigoureuse; mais la supériorité
du feu des ennemis parvint à éteindre le sien en décomposant les
régimens qui formaient ce corps. Le maréchal Davout arriva, et donna
vivement. Les ennemis marchaient toujours; déjà ils étaient près de
Preuss-Eylau, lorsque l'empereur fit donner la garde, dont l'artillerie
l'arrêta. Le combat de canon s'engagea, et devint terrible. Le maréchal
Soult et le maréchal Ney arrivèrent sur ces entrefaites. L'action
continua; des charges de cavalerie, conformément aux instructions qu'ils
avaient reçues, souvent répétées, empêchaient les progrès des Russes,
mais ne mettaient pas l'empereur en état d'entreprendre quelque chose de
décisif; on attendait le maréchal Bernadotte, qui avait quatre divisions
d'infanterie et deux de cavalerie. On ignorait l'aventure arrivée à
l'officier qui lui avait porté des ordres; on était impatient; on
envoyait à sa rencontre dans toutes les directions: ce fut en vain. On
fut obligé de gagner la nuit comme l'on put, et on s'estima heureux
d'avoir pu coucher sur le champ de bataille après tout ce que l'on avait
perdu.

Ce combat d'Eylau n'avait été donné par les Russes que pour faire
respecter leur retraite, qu'ils effectuèrent ensuite sur Koenigsberg,
sans coup férir. On les suivit, pour l'honneur des armes, avec de la
cavalerie; mais, pendant ce temps, on évacuait de Preuss-Eylau les
blessés avec tout le matériel inutile.

On accusa le général Bernadotte de n'être pas arrivé sur le champ de
bataille, encore bien que l'ordre ne lui fût pas parvenu. Ceci paraît
singulier; mais le fait est qu'il était en communication avec la
division de cuirassiers du général d'Hautpoult, lorsque celui-ci reçut
l'ordre de se réunir à l'empereur pour livrer bataille. Il a même dit
qu'il avait averti Bernadotte de son départ, et de ce qu'on allait
faire. Quoi qu'il en soit, d'Hautpoult arriva, fut tué, en sorte qu'on
ne put donner suite à cette affaire. D'ailleurs comment Bernadotte
n'avait-il pas marché d'après la communication que lui avait faite le
général d'Hautpoult? Il avait trop d'expérience de la guerre et de ses
événemens pour ne pas voir que, s'il n'avait pas reçu d'ordre direct,
c'est que quelque méprise ou quelque accident avait empêché qu'il ne lui
parvînt. Il attendit; enfin, il marcha lui-même avec son corps, autant
pour s'informer de ce qui se passait que pour mettre sa responsabilité à
couvert; mais il était trop tard. Arrivé près d'Osterode, il apprit le
mouvement rétrograde de l'armée, qui venait se placer derrière la
Passarge.

L'empereur eut l'air d'attribuer à la prise de l'officier une négligence
sur laquelle son opinion était arrêtée, il se souvint d'Iéna; mais le
mal était fait, il ne lui en parla qu'en termes de douceur.

Après cette mauvaise journée d'Eylau, nous nous trouvâmes heureux de
passer le reste de l'hiver derrière la Passarge, tandis que, sans la
prise de l'officier porteur de la dépêche de l'empereur au maréchal
Bernadotte, l'armée russe aurait continué son mouvement offensif sur la
Basse-Vistule; et l'empereur l'eût forcée de combattre acculée, ou au
Frisch-Haff, ou à la Vistule. Que l'on juge maintenant de la différence
qu'il y aurait eu dans les résultats: l'armée russe ne pouvait pas
manquer d'être détruite, la paix se serait faite sur-le-champ; au lieu
de cela, le succès de nos armes devint douteux, et la fierté empêcha
réciproquement de se rien proposer.

La position militaire de l'empereur était moins bonne qu'en partant de
Varsovie, tandis qu'elle aurait dû être infiniment meilleure; elle eut
des inconvéniens de toute espèce, dont un autre que lui ne se serait
jamais tiré. Avant d'en tracer le tableau, je vais achever de parler de
la bataille d'Eylau, que les Russes prétendent avoir gagnée, et que nous
voulons n'avoir pas perdue.

Bernadotte ayant déclaré qu'il n'avait pas reçu l'ordre de marcher, et
Berthier soutenant le lui avoir envoyé, on alla aux recherches sur le
registre des expéditions, et l'on trouva que l'officier qui avait été
porteur de cet ordre était un jeune élève de l'école de Fontainebleau,
qui rejoignait un régiment du corps du maréchal Bernadotte; on avait mal
à propos profité de son départ pour la transmission d'un ordre aussi
important. L'empereur en leva les épaules de pitié, et ne dit pas un mot
de reproche à Berthier. Bernadotte fut en partie justifié, quoiqu'il
n'eût fait aucun cas de l'avis que lui avait donné d'Hautpoult en
quittant sa position pour rejoindre la grande armée.

Si l'on appelle gagner une batailler, rester maître du champ de bataille
et suivre la retraite de son ennemi, il n'y a pas de doute que nous
n'ayons gagné celle d'Eylau; elle l'eût été bien mieux, et d'une manière
incontestable si l'armée russe, au lieu de se retirer sur Koenigsberg,
eût encore suivi son premier plan de se porter sur la Vistule, et eût
été forcée de l'abandonner par suite de la bataille. Au lieu de cela,
elle a suivi tranquillement son plan de retraite, elle ne peut donc
avoir perdu la bataille; il est bien vrai qu'elle n'a tiré aucun
avantage de sa supériorité, et que, si elle avait été commandée par un
homme comme l'empereur, c'en était fait de l'armée française; cela est
d'autant plus extraordinaire de la part du général russe, qu'il
connaissait le plan d'opérations de l'empereur, et qu'il n'a attaqué que
parce qu'il était convaincu qu'il surprendrait l'armée française dans
son mouvement de réunion, et que, de plus, il était assuré que
Bernadotte, avec quatre divisions d'infanterie et deux de cavalerie, ne
s'y trouverait pas. Ces considérations obscurcissent le succès des
Russes, surtout si l'on remarque que leur armée, dont le but avait été
de nous jeter derrière la Vistule, fut obligée d'aller passer le reste
de l'hiver derrière Koenigsberg, et de laisser l'armée française se
replacer dans la position qu'elle occupait auparavant derrière la
Passarge; elle couvrait ainsi le blocus de Dantzick, dont le siége fut
commencé au mois de mars, et mené jusqu'à la fin sans que les Russes
entreprissent de le faire lever (cette place ne capitula que le 12 de
mai). En cela, au moins, l'armée russe a manqué le but pour lequel elle
s'était mise en mouvement.

D'un autre côté, si l'on appelle perdre la bataille, la perte
considérable qu'a éprouvée l'armée française, dont les corps
combattaient l'un après l'autre, à mesure qu'ils arrivaient sur le champ
de bataille, contre toute l'armée russe, on peut dire, sous ce point de
vue, que les Français ont perdu la bataille; car cette perte fut telle
qu'il devenait impossible à notre armée de rien entreprendre d'offensif
le lendemain, et qu'elle aurait été complétement battue, si les Russes,
au lieu de se retirer, l'eussent attaquée de nouveau, parce que
Bernadotte ne pouvait arriver que le surlendemain.

Si l'on prétendait que, parce que le plan qu'avait l'empereur d'acculer
l'armée ennemie au Frisch-Haff, ou à la Vistule, pour la combattre avec
tous ses moyens réunis, a totalement manqué, il a perdu la bataille, ce
serait une erreur: ce plan ne manqua pas par suite de la bataille, mais
bien parce que, d'une part, les Russes se retirèrent, et que, de
l'autre, le corps de Bernadotte n'avait pas rejoint.

L'empereur aurait eu toute son armée réunie, que si l'armée russe, ayant
été informée de son projet, eût pris le parti de la retraite avant que
notre droite l'eût débordée, au lieu de poursuivre son premier mouvement
sur la Vistule, le plan de l'empereur aurait encore échoué, et à plus
forte raison avec toutes les circonstances qui survinrent.

Le fait est que les deux armées ont manqué chacune leur but; qu'elles se
sont trouvées après la bataille dans la même position qu'avant de
s'ébranler, et que leurs pertes ont été réciproquement sans résultats;
mais cet événement donna au moral et à l'opinion une secousse qui ne fut
point favorable à l'empereur, et sans son extrême habileté, il eût eu
des conséquences bien fâcheuses, que j'expliquerai plus loin. Je vais
auparavant terminer le récit des événemens militaires qui firent suite à
ceux d'Eylau.

L'empereur m'écrivit ce qui venait d'arriver en me mandant que, si je ne
pouvais rien entreprendre sur les ennemis, je vinsse me mettre en
communication avec la grande armée, dans la position qu'elle prenait
derrière la Passarge. La dépêche ne m'en disait pas autant que
l'officier qui en était porteur m'en racontait.

Après avoir réfléchi à ma situation, je me décidai à sortir de ma
position et à marcher aux ennemis: je fis porter ma cavalerie légère en
avant, et la fortune lui fit prendre un officier russe en dépêche, qui
était expédié en retour par le général en chef du corps d'observation
sur le Haut-Bug[4], au général en chef Benningsen, commandant la grande
armée russe. Par le contenu des lettres dont il était porteur, je vis
que le général Benningsen avait fait sonner haut son succès d'Eylau;
qu'il n'avait pas parlé de sa retraite, et avait donné ordre aux
généraux Essen et Muller, commandant le corps du Haut-Bug, de marcher
franchement sur moi et de m'attaquer; cet officier m'apprit qu'il avait
laissé ces deux généraux faisant leurs préparatifs pour exécuter cet
ordre.

J'étais à Sniadow, en avant d'Ostrolenka, lorsque cette circonstance
m'arriva, et j'y fus informé qu'un corps russe de quatre à cinq mille
hommes avait été envoyé pour me tourner par ma gauche, et avait déjà
passé la Narew, qui était gelée partout, à Tikolshin. Je ne crus pas
prudent de sortir de ma position d'Ostrolenka, d'autant plus que j'avais
encore un ou deux jours à marcher avant de joindre les Russes, et que,
pendant ce temps, ce corps de quatre à cinq mille hommes pouvait être
arrivé par la rive droite de la Narew et m'y faire beaucoup de mal;
d'ailleurs, les Russes venaient eux-mêmes m'attaquer, il était inutile
que je leur diminuasse le trajet en perdant de mes avantages. Je revins
donc le lendemain reprendre ma première position, et portai un corps de
troupes sur la rive droite de la Narew à la rencontre de celui que les
Russes y avaient envoyé.

Je ne tardai pas à être resserré par l'armée russe; le 15 février, je
l'étais à un point extrême, et je devais m'attendre à un événement;
j'adoptai pour dispositions de garder Ostrolenka en défensive, et de
prendre vivement l'offensive sur le corps qui venait par la rive droite.
Pour cela, je fis repasser mes troupes sur la rive droite derrière
Ostrolenka, ne laissant que trois brigades d'infanterie placées hors de
l'insulte du canon, dans les dunes de sable qui entourent cette ville;
je plaçai mon artillerie de manière à flanquer, de la rive droite, les
ailes des brigades d'infanterie dont je viens de parler; ma cavalerie me
fut inutile, et je la laissai en repos.

Je fis attaquer, le 16, de grand matin, le corps russe qui descendait la
rive droite de la Narew; il fut mené vivement par le général Gazan, qui
le rencontra en marche pour venir l'attaquer lui-même; il le refoula sur
une chaussée étroite entre deux bois, sans qu'il pût jamais s'arrêter
pour se déployer; et comme le général Gazan avait eu la précaution de le
faire prolonger par des colonnes d'infanterie qui passaient des deux
côtés de la route dans les deux bois, il le mena battant plus de deux
lieues, le fusillant à mi-portée de mousqueterie. Cette attaque eut un
succès si prompt, qu'il surpassa mon espérance.

J'entendais une bien vive canonnade à Ostrolenka; j'y envoyai le général
Reille, qui était chef d'état-major du corps d'armée; il y arriva bien à
propos pour me suppléer: les Russes débouchaient par les trois routes
qui arrivent à cette petite ville; ils la canonnaient avec à peu près
cinquante bouches à feu, et les officiers qui commandaient les troupes
demandaient des ordres.

Je voyais bien que l'on n'était pas très disposé à faire quelque chose
pour ma propre gloire; mais je ne fus pas dupe, et j'étais déterminé à
me faire obéir.

J'envoyai ordre au général Reille de tenir Ostrolenka jusqu'à mon
arrivée, ajoutant que je partais pour m'y rendre; je laissai Gazan
poursuivre son succès, en le prévenant de ne pas aller trop loin, parce
que je ne pouvais pas le faire échelonner, ayant besoin de mes troupes à
Ostrolenka où je courais.

J'y arrivai comme le général Reille venait de soutenir le choc de
l'attaque des trois colonnes russes, qui vinrent, sans tirer un coup de
fusil, sous la protection du feu de leur artillerie, pour forcer la
ville.

Le général Reille les attendit bravement jusqu'à portée de pistolet;
alors, comme ils ne pouvaient plus être protégés par leurs canons, il
fit habilement débusquer ses troupes et les accueillit par toute la
mitraille et la mousqueterie qu'il avait de prêtes à leur envoyer: il
les arrêta sur place, et son feu continuant avec la même vivacité, il
les fit rebrousser chemin.

Les deux colonnes qui venaient par les deux ailes pour forcer la ville
par le bord de la Narew, furent repoussées par le canon de la rive
droite. Le premier moment de fureur des Russes une fois passé, je fis à
la hâte repasser toute l'infanterie et la cavalerie sur la rive gauche;
je me déployai en avant de la ville, et après m'être formé, et couvert
de mon artillerie, je marchai droit aux ennemis et les menai battant
jusqu'à la nuit; je leur tuai beaucoup de monde, surtout à l'attaque du
général Gazan; je leur pris sept pièces de canon et trois drapeaux. Ils
me laissèrent environ mille blessés sur le terrain, mais je ne fis pas
un grand nombre de prisonniers; parce que je ne pus pas les poursuivre,
le général Oudinot ayant reçu l'ordre de partir avec son corps pour
rejoindre l'empereur.

Je perdis dans cette action le général Campana, qui fut tué; le général
Boussard fut grièvement blessé, ainsi que presque tous les colonels des
régimens que j'avais engagés.

Je fus satisfait, parce que le but de l'empereur était bien rempli: les
Russes s'en allèrent reprendre la position qu'ils avaient quittée pour
venir m'attaquer. La tranquillité de Varsovie fut assurée et la
communication avec l'empereur couverte. L'empereur lui-même fut
satisfait, il me fit l'honneur de me l'écrire et de m'envoyer le
grand-cordon de la Légion-d'Honneur avec le brevet d'une pension viagère
de 20,000 francs: il y avait un certain nombre de ces pensions sur la
Légion-d'Honneur; le général d'Hautpoult, qui venait de mourir, en avait
laissé une vacante. Mais comme chaque chose doit porter son correctif
avec soi, Berthier m'adressa une longue dépêche[5] qu'il sema de
conseils, d'assertions propres à tempérer la satisfaction que le succès
et les félicitations de l'empereur m'avaient causée. Ces conseils, sa
longue expérience l'autorisait sans doute à les donner, et je les reçus
avec reconnaissance; mais sa constance à reproduire une évaluation dont
je lui avais fait connaître l'inexactitude m'étonna. Je le lui
témoignai, il persista; de mon côté, je restai bien convaincu que
j'avais devant moi les forces que j'aurais à combattre.



CHAPITRE IV.

L'empereur à Osterode.--État de l'opinion.--Fouché.--Agitation du
cabinet de Madrid.--Mesures diverses de l'empereur--Le divan arme contre
les Russes.--Mission du général Gardanne.


Je me mis en mesure d'exécuter les ordres que m'avait transmis le
major-général; je me portai à Pultusk et me mis en communication avec
Osterode, où l'empereur s'était établi. J'étais à peine arrivé dans la
première de ces deux places, qu'il envoya le maréchal Masséna pour
prendre le commandement du cinquième corps, m'enjoignant de le rejoindre
le plus tôt possible.

Je le fis en passant par Varsovie, où M. de Talleyrand était encore avec
le corps diplomatique, que l'on s'applaudissait beaucoup de n'avoir pas
laissé à Paris dans une semblable circonstance; les contes qui se
débitaient auraient gâté l'opinion et le jugement de tous ses membres.

M. de Talleyrand servait l'empereur on ne pouvait pas mieux; il avait à
ménager l'Autriche, à laquelle l'événement d'Eylau donnait la tentation
d'en venir aux mains, d'autant plus qu'il venait d'y avoir à Vienne des
altercations entre notre ambassadeur et quelques personnages importans,
et que ces différends se seraient volontiers mis sur le compte de la
politique pour justifier une aigreur que l'on voulait exciter, afin de
la faire suivre d'une rupture. Heureusement, notre ambassadeur tint
ferme et fut prudent, et, par cette conduite, il aida M. de Talleyrand à
maintenir l'harmonie. D'un autre côté, il avait à donner de la confiance
à la régence polonaise, qui était fort effrayée, précisément au moment
où l'empereur lui demandait des efforts en tous genres.

L'administration de l'armée avait été transférée à Thorn; je trouvai
l'empereur à Osterode, à peu de choses près comme au bivouac;
travaillant, mangeant, donnant audience et couchant dans la même
chambre: il résistait à tout ce qui l'entourait, ainsi qu'au grand-duc
de Berg et au maréchal Berthier, qui le sollicitaient de repasser la
Vistule; lui seul tenait tête. Il venait de recevoir de Paris la
nouvelle de l'arrivée du bulletin de la bataille d'Eylau dans cette
capitale; les esprits en étaient retournés: ce n'étaient que
lamentations partout; les fonds publics avaient éprouvé une baisse
notable. Il comprit bien qu'il arriverait pis encore, si, à la suite de
cela, il repassait la Vistule: sa position morale était horrible; il
luttait contre tous; il tint tête à l'orage, eut du courage pour tout le
monde, et son inflexible opiniâtreté fit rentrer la raison dans les
têtes d'où elle était sortie.

Il écrivit d'une manière sévère au ministre de la police sur la baisse
des fonds, lui faisant observer qu'il ne pouvait qu'y avoir inertie de
sa part, puisqu'il n'y avait pas lieu à un pareil discrédit, ou bien
qu'il avait laissé le champ libre à la malveillance, habile à saisir
tout ce qui peut nuire à l'autorité souveraine.

Le ministre, effrayé par la seule pensée de voir, pour la seconde fois
de la campagne, l'empereur de mauvaise humeur contre lui, se procura une
lettre du général Defrance à son beau-père, dans laquelle il lui
racontait l'événement d'Eylau, ajoutant qu'il allait, avec sa brigade de
carabiniers, reprendre les cantonnemens qu'il avait auparavant derrière
la Vistule. Il envoya cette lettre à l'empereur, comme la cause du
mouvement des fonds publics, parce que, disait-il, le beau-père du
général Defrance l'avait fait circuler.

L'empereur gronda le général Defrance; mais le ministre avait fait un
lourd mensonge: il aurait mieux fait de dire que cette baisse provenait
de la frayeur dont tout le monde était atteint, chaque fois que l'on
voyait les destinées de la France et de chaque famille soumises à un
coup de canon. Mais il ne l'osait pas, et l'empereur, tout en grondant
le général Defrance, ne fut pas dupe du verbiage de son ministre; il
s'occupa moins de tout ce qui se passait à Paris que de ce qu'il avait à
faire à l'armée.

Il faisait réunir les élémens du corps du maréchal Lefebvre, qui devait
commencer le siége de Dantzick. Les pertes d'Eylau l'avaient obligé de
supprimer le 7e corps, dont les régimens étaient réduits à un bataillon;
le maréchal Augereau, qui l'avait commandé, ayant été blessé d'un coup
de feu, partit pour la France; une partie de ses troupes forma le noyau
du corps assiégeant.

Depuis que l'empereur avait fait la paix avec la Saxe, il avait demandé
au souverain de ce pays de porter son armée à Posen; elle y était
arrivée, et il la fit venir devant Dantzick au corps de siége. Il y
ajouta des troupes de Baden et de quelques principautés d'Allemagne, de
même que quelques corps francs qu'il avait fait former des déserteurs;
enfin il eut à la fin de mars une armée de siége respectable, quoique
composée de troupes de toutes les nations.

C'était lui seul qui soignait les détails infinis que cela entraînait;
en même temps, il avait son armée mobile à renforcer.

Après la bataille d'Iéna et l'occupation de la Prusse, il avait offert
la paix au roi de Prusse; après celle d'Eylau il aurait eu l'air de la
demander: d'ailleurs, le roi de Prusse s'était mis dans la dépendance de
l'empereur de Russie, dont les troupes étaient sa sauvegarde; il
n'aurait rien pu faire sans le lui communiquer, et l'empereur de Russie
n'était pas à l'armée, il était à Saint-Pétersbourg; une négociation
aurait donc été impossible à nouer. Cependant on essaya de parlementer;
on saisit des prétextes frivoles, mais on ne trouva que hauteur et
fierté, quelquefois même de l'arrogance.

Tout en ne négligeant pas les moyens d'amener un rapprochement, on
suivait vivement ceux de se rendre respectable.

On appela le corps du maréchal Mortier, qui était en Poméranie; il prit
le n° 7; on le grossit de quelques troupes saxonnes, et il remplit
complétement le vide qu'avait fait la disparition du corps d'Augereau.

Le prince Jérôme avait assez avancé les opérations en Silésie pour qu'on
pût lui retirer quelque chose; on lui prit deux divisions bavaroises: il
jeta les hauts cris, mais on ne l'écouta pas.

On fit venir en poste, de France, tout ce qui était dans les dépôts des
différens régimens; on imprima décidément un grand mouvement à la
Pologne, et on ne craignit pas de se compromettre avec elle, ni de la
compromettre vis-à-vis de qui que ce fût.

L'empereur envoya ordre à son ambassadeur à Constantinople de faire
déclarer la guerre aux Russes par les Turcs; c'étaient les travaux
d'Hercule, cependant il fut obéi.

Il écrivit au roi d'Espagne pour réclamer l'exécution des conditions de
l'alliance qu'il avait contractée avec lui, et lui demander de faire
passer en France un corps de troupes dont il détermina la force, et de
le mettre à sa disposition pour l'appeler sur l'Elbe au besoin, bien
entendu qu'il passait dès-lors à la solde de la France. Enfin il peignit
la situation de l'Europe au sénat, et demanda qu'on rappelât, par
précaution, la conscription de 1807, ce qui fut fait.

Il fut partout servi à souhait, hormis de l'Espagne, qui fit des
observations que je n'ai pas trop bien connues; mais elle avait fait
paraître, au mois d'octobre précédent, une proclamation au peuple
espagnol, tendant à le porter aux armes. Comme le gouvernement n'avait
donné à ce sujet aucune explication préalable, on ne put se défendre
d'inquiétude, d'autant plus que l'empereur avait déjà été trompé deux
fois, et que les souverains paraissaient avoir renoncé à toute espèce de
loyauté vis-à-vis de lui, ne reconnaissant de juste que ce qui pouvait
être exécuté.

Cependant nos liaisons avec l'Espagne étaient si étroites et si
anciennes, que l'on se défendait encore, quoique mal, d'un mauvais
soupçon. On avait déjà su que l'intrigue ennemie, qui poursuivait notre
politique, de cabinet en cabinet, avait trouvé quelque accès près de
celui de Madrid, où le prince de la Paix, qui y était soutenu en grande
partie par la pensée qu'il nous était agréable, avait dû se relâcher et
céder pour ne pas faire éclater l'orage qui le menaçait. Les intrigues
des favoris, des confesseurs, des chevaliers, avaient quelquefois porté
le trouble dans l'intérieur de la famille du roi, qui avait été obligé
de parler en maître à ses enfans, et d'envoyer dans leurs terres ou au
couvent les courtisans et les confesseurs.

À la distance où était l'empereur, on n'en voyait le mal qu'avec un
verre à multiplians, en sorte que, quoiqu'ayant l'air rassuré, on resta
impatient de savoir à quoi on devait attribuer ce changement subit de la
part de l'Espagne; elle en avait trop fait par sa proclamation pour le
maintien de la sécurité, et pas assez pour faire la guerre, si tel avait
été son projet.

L'empereur reçut bien toutes les excuses qu'on lui donna, d'autant qu'il
était occupé ailleurs sérieusement; il ne devait donc pas fournir à ses
ennemis une circonstance favorable pour se rapprocher de l'Espagne, mais
il n'en resta pas moins convaincu qu'il y avait quelque chose à revoir
dans ses affaires avec ce pays.

Il en insista d'autant plus sur l'entrée en France du contingent
espagnol, et on le lui fournit; il le fit venir dans les villes
anséatiques pour relever les Hollandais, qui vinrent remplacer le corps
de Mortier dans la Poméranie; un autre corps espagnol passa en Italie.

Tous les ordres qu'il avait à donner pour le recrutement et le
ravitaillement de l'armée étaient partis; tout ce qu'il avait à
communiquer à ses alliés l'était aussi, et enfin les coups de levier qui
devaient ébranler de tous côtés la puissance de ses ennemis étaient
donnés; il avait envoyé jusqu'en Perse, pour porter cette puissance à
prendre les armes. Ses ennemis personnels ont envenimé cette démarche,
en lui donnant un motif d'ambition, dont le but aurait été de
s'approcher de l'Inde: l'empereur n'a pas donné à son ambassadeur
d'autres instructions que de suivre avec activité tout ce qui pouvait
amener les Persans à établir une armée régulière, et à les rendre assez
menaçans pour obliger les Russes à diviser les forces qu'ils avaient
contre lui[6]. Les Anglais eux-mêmes gagnaient à cela, et sont
aujourd'hui les plus intéressés à reprendre l'ouvrage de l'empereur dans
cette partie.

La Perse doit devenir pour l'Inde, ce que la Pologne et la Suède ont été
pour l'Europe jusqu'à leur destruction.

Si au lieu d'être resté dans un trou comme Osterode, où chacun était
sous sa main et où il pouvait faire marcher tout le monde, l'empereur
eût été se mettre dans une grande ville, il aurait employé trois mois
pour faire ce qu'il obtint en moins d'un mois.



CHAPITRE V.

Siége de Dantzick.--Le général Kalkreuth.--L'ambassadeur du shah de
Perse arrive à Finkenstein.--L'armée ennemie se remet en
campagne.--Bernadotte et Soult.--Affaire de Heelsberg.--Murat s'entête à
faire donner la cavalerie.--L'empereur envoie à son secours.--Je suis
chargé de conduire les fusiliers de la garde à l'ennemi.--Belle conduite
de cette jeunesse.


Aussitôt que le soleil eut reparu et séché la terre, l'empereur fit
camper toute l'infanterie dans chaque corps d'armée; dès-lors il vint
établir son quartier-général à Finkenstein, où il resta jusqu'au
renouvellement des opérations qui terminèrent la campagne.

C'est de là qu'il fit commencer sérieusement le siége de Dantzick; cette
place n'était pas encore bloquée par la langue de terre qui sépare le
Frisch-Haff de la mer, et le gouverneur, le général Manstein, avait été
relevé par le maréchal Kalkreuth. Cette ville, d'un immense
développement, exigea des remuemens de terre considérables, et le siége
fut long, laborieux et savant; les détails seraient trop longs à
rapporter ici.

On l'attaqua avec l'artillerie prussienne que l'on tira de Stettin, de
Custrin et de Breslau; on fut obligé de faire la descente du fossé dans
les règles, et de faire brèche. On en était là, nous étions pressés par
la belle saison, qui devait probablement remettre les armées en
campagne, lorsque la garnison demanda, vers la mi-mai, à sortir avec les
honneurs de la guerre, pour aller rejoindre son armée.

Tout bien considéré, l'empereur imagina qu'en faisant traîner le siége
plus long-temps, il s'exposait à voir la saison trop avancée pour
espérer finir la campagne cette même année, au lieu qu'en réunissant à
son armée le corps de siége, et en marchant de suite, il était
vraisemblable qu'il trouverait encore l'armée russe en cantonnement, où
on la croyait hors d'état d'agir, puisqu'elle n'entreprenait rien pour
faire lever le siége; alors il y avait lieu d'espérer que le résultat
serait décisif et amenerait la paix.

Il ordonna donc qu'on accordât à M. de Kalkreuth les conditions qu'il
demandait, et le maréchal Lefebvre, avec son corps d'armée, entra dans
la place vers le 14 ou 15 de mai: cette ville fut d'une immense
ressource pour nous; on y établit l'administration de l'armée, et on se
prépara à commencer les hostilités.

La Perse venait d'envoyer un ambassadeur à l'empereur; il vint de
Constantinople joindre notre quartier-général à Finkenstein. L'empereur
le mena à Dantzick pour voir le spectacle d'une armée européenne; ce
grave Oriental ne concevait pas pourquoi, puisque nous étions ennemis,
nous ne faisions pas couper la tête à tous les habitans: il était
curieux de tout, la parade l'amusait beaucoup; il demandait comment il
pouvait se faire que tous les soldats marchassent ensemble, et il aimait
particulièrement la musique militaire. Il demandait si l'empereur
voudrait bien lui donner quelques uns des musiciens, comme s'ils avaient
été des esclaves.

L'empereur ne resta à Dantzick que le temps nécessaire pour voir la
place, et visiter les travaux du siége; il les approuva tous. Il donna
audience de congé à l'ambassadeur de Perse, qui retourna chez lui, à
Téhéran (en Perse), et l'on envoya comme notre ambassadeur en ce pays le
général Gardanne, gouverneur des pages. Il faisait cette campagne comme
aide-de-camp de l'empereur, et lui témoigna le désir d'aller en Perse;
il emmena avec lui des officiers de toutes armes, et partit. La paix se
fit pendant qu'il était encore à Constantinople.

Il y avait à peine sept à huit jours que l'empereur était rentré à
Finkenstein, de retour de Dantzick, que le maréchal Ney fut attaqué le 5
juin à Guttstadt, où il avait son quartier-général: comme il était très
en avant de la ligne de l'armée, il fut tourné par sa gauche, perdit son
parc de munitions, et eut beaucoup de difficultés à revenir se placer
derrière la Passarge; il s'y maintint cependant jusqu'à ce que toute
l'armée fût rassemblée.

Au moment où les hostilités recommencèrent, l'armée était postée ainsi:

Bernadotte occupait la gauche derrière la Passarge, depuis le
Frisch-Haff, ayant sa droite au pont de Spanden, où il avait fait faire
une bonne tête de pont; il avait à sa droite le maréchal Soult, dont le
quartier était à Mohrungen; ses troupes étaient sur la Passarge, dont il
avait fait couper le pont.

L'empereur fut mécontent de la coupure de ce pont; il nous disait:
«Voyez, Bernadotte a agi plus militairement, il a gardé son pont, et
Soult, qui aurait dû le garder plutôt que Bernadotte, l'a coupé; par là
il s'est mis dans l'impossibilité d'aller secourir Ney, que les Russes
n'auraient pas attaqué peut-être, s'ils avaient su que Soult avait
conservé un pont sur la Passarge, parce que le corps qui a tourné Ney se
serait exposé à une destruction totale.»

À la droite de Soult était le maréchal Ney, et à la droite de ce dernier
Davout.

Le reste était en deuxième ligne.

Après l'affaire de Guttstadt, les Russes vinrent pour forcer aussi le
maréchal Bernadotte dans sa tête de pont de Spanden; ils y furent
repoussés, et le maréchal blessé à la tête par une balle qui lui entra
derrière l'oreille. Il fut obligé de quitter l'armée, et fut relevé par
le général Victor, qui venait d'être échangé contre le général Blücher,
pris à Lubeck, comme on peut se le rappeler.

Les Russes firent la faute de ne pas se retirer de suite et de nous
donner le temps d'arriver.

Le maréchal Soult, qui était à la gauche du maréchal Ney, vint sur
Guttstadt; la droite, où était le corps du maréchal Davout, se porta
également d'Osterode sur Guttstadt.

Le général Victor et le maréchal Mortier, qui étaient à la gauche et au
centre, marchèrent devant eux, en passant la Passarge à Spanden.

Les grenadiers réunis, la garde, ainsi que des troupes nouvellement
arrivées de France en poste, marchèrent aussi des environs de
Finkenstein sur Guttstadt; la cavalerie en fit de même.

Ce mouvement s'exécuta avec une rapidité incroyable; le 8 juin, tout
était concentré derrière la Passarge, que l'on passa le 9. On poussa
devant soi la cavalerie légère ennemie, et on entra le même soir à
Guttstadt. Le 10, de grand matin, l'on partit en descendant l'Alle, et
vers le soir on accula l'arrière-garde ennemie sur le bord de cette
rivière, à Heelsberg; la majeure partie de l'armée ennemie occupait la
rive droite, qui est beaucoup plus élevée que la rive gauche; toute son
artillerie y était portée.

Le grand-duc de Berg s'entêta à faire donner plusieurs fois sa
cavalerie, qui avait fait des merveilles toute la matinée, mais qui,
arrivée sous le feu de ce canon, fut assaillie de boulets qui
l'obligèrent à rétrograder; elle le fit en désordre; les Russes la
firent poursuivre par quelques escadrons, qui achevèrent de la mettre en
déroute totale.

Heureusement pour elle, l'empereur, qui, du point où il observait,
l'avait vue s'engager maladroitement, avait bien vite fait marcher la
brigade des fusiliers de la garde avec douze pièces de canon pour
prévenir une échauffourée; il m'en donna le commandement.

Cette brigade, nouvellement formée, n'était pas encore une troupe sûre.
Elle était composée de deux régimens de très beaux jeunes gens.

Pour arriver dans la plaine où manoeuvrait le grand-duc de Berg, j'avais
un long défilé de marais et un village à traverser; je ne me mis pas en
mouvement sans inquiétude, parce que c'était le seul chemin par lequel
notre cavalerie pouvait se retirer, si elle avait été culbutée avant que
j'eusse achevé de passer; cependant il le fallait, et je le fis au pas
le plus accéléré possible, et sur le plus grand front que je pouvais
montrer: bien m'en prit, car à peine étais-je formé dans la plaine, à
deux cent cinquante toises de l'autre côté du défilé, ayant en avant
deux bataillons déployés et mes deux ailes serrées en colonne, et à
peine ma dernière pièce était-elle en batterie, que je fus enveloppé par
la déroute de notre cavalerie, qui revenait sur le défilé pêle-mêle avec
la cavalerie russe. Je n'eus que le temps d'ouvrir le feu de tout mon
front; il arrêta la cavalerie russe et donna à la nôtre le temps de se
rallier et de se reformer.

Les Russes avaient fait suivre leur cavalerie par de l'infanterie et du
canon, qu'ils avaient placé dans des redoutes ébauchées, en avant de
Heelsberg, du côté par où nous arrivions. Il fallut s'engager avec
ceux-là. La canonnade et la fusillade furent vives, et j'aurais eu une
mauvaise journée, si une des divisions du maréchal Soult, commandée par
le général Saint-Hilaire, qui était à ma droite, ainsi qu'une du
maréchal Lannes[7], commandée par le général Verdier, qui était à ma
gauche, n'eussent pas joint leurs feux aux miens; néanmoins je fus bien
maltraité: je couchai encore à deux cents toises en avant du terrain sur
lequel j'avais combattu; mais j'éprouvai une perte considérable: j'eus à
regretter la mort du général de brigade Roussel, et j'eus plusieurs
caissons de munitions, entre autres un d'obus, qui sautèrent pendant le
combat, et qui nous firent beaucoup de mal, étant formés dans un ordre
serré.

Sans l'intrépidité du commandant de notre artillerie, le colonel
Greiner, qui fit un feu des plus vifs et des plus meurtriers, j'aurais
été enfoncé et par conséquent sabré et pris par toute la cavalerie russe
qui m'entourait et qui venait déjà de maltraiter la nôtre; le danger
était d'autant plus grand, que la division Saint-Hilaire était en
retraite décidée.

J'eus une explication vive avec le grand-duc de Berg, qui m'envoya, dans
le plus chaud de l'action, l'ordre de me porter en avant et d'attaquer;
j'envoyai l'officier qui me l'apportait à tous les diables, en lui
demandant s'il ne voyait pas ce que je faisais. Ce prince, qui voulait
commander partout, aurait voulu que je cessasse mon feu, dans le moment
le plus vif, pour me mettre en marche; il ne voulait pas voir que
j'aurais été détruit avant d'arriver: il y avait un quart d'heure que
mon artillerie échangeait de la mitraille avec celle des Russes, et il
n'y avait que la vivacité de la mienne qui me donnât de la supériorité.

La nuit arriva bien à propos: pendant que tout sommeillait, l'empereur
m'envoya chercher pour venir lui parler. Il était content du coup
d'essai de cette jeune troupe; mais il me gronda pour avoir manqué au
grand-duc de Berg; et en me défendant, je me hasardai à lui dire que
c'était un extravagant qui nous ferait perdre un jour quelque bonne
bataille; et qu'enfin il vaudrait mieux pour nous qu'il fût moins brave,
et eût un peu plus de sens commun. L'empereur me fit taire en me disant
que j'étais passionné, mais il n'en pensa pas moins.

Le lendemain, c'était le 11 juin, les Russes restèrent toute la journée
en avant d'Heelsberg; on releva de part et d'autre ses blessés; et nous
en avions autant que si nous avions eu une grande bataille. L'empereur
était de fort mauvaise humeur; le maréchal Davout venait d'arriver, il
le fit manoeuvrer sur notre gauche, et son seul mouvement fit évacuer aux
Russes leur position en avant d'Heelsberg; ils repassèrent l'Alle, et
dans la nuit du 11 au 12 ils partirent pour Friedland.

L'empereur coucha le 12 à Heelsberg, et, selon son habitude, il alla
visiter la position que les ennemis avaient occupée la veille; il devint
furieux lorsqu'il vit que l'on avait été assez imprudent pour venir se
faire mitrailler d'un bord de la rivière à l'autre, comme cela était
arrivé.

C'est à Heelsberg qu'il apprit du bourguemeister, que l'empereur de
Russie était l'avant-veille en ville avec le roi de Prusse, et qu'ils en
étaient partis avant l'armée. Le 13 nous partîmes de bon matin pour
aller à Preuss-Eylau; l'empereur y coucha la nuit du 13 au 14. Notre
cavalerie ne put fournir un rapport précis de la marche de l'armée
ennemie, en sorte que ce fut encore l'empereur, qui, de son cabinet,
ordonna de marcher sur trois directions où il était impossible que
l'armée russe n'eût pas été chercher à passer pour gagner les bords de
la Pregel et couvrir Koenigsberg; il jugeait des opérations de l'ennemi
d'après ce qu'il aurait fait à sa place.

Il fit marcher le maréchal Soult avec le grand-duc de Berg sur
Koenigsberg, où ce dernier affirmait que s'était retirée l'armée ennemie;
il fit marcher le corps de Davout à la droite de celui du maréchal
Soult, et l'empereur garda avec lui le reste de l'armée.

Il avait fait marcher dès la veille, après midi, par le chemin de
Friedland; c'était le général Oudinot, qui, avec les grenadiers réunis,
était en tête de la colonne, sous les ordres du maréchal Lannes; la
division des cuirassiers du général Nansouty était de cette colonne.



CHAPITRE VI.


L'armée russe repasse sur la rive droite.--L'empereur ne peut croire à
cette imprudence.--Nos colonnes débouchent.--Belle conduite du général
Dupont.--L'action devient générale.--Bataille de Friedland.--Les Russes
sont culbutés.


Les grenadiers du général Oudinot étaient en face de Friedland le matin
du 14, à la pointe du jour. L'armée russe était de l'autre côté de la
rivière; elle apprend qu'il n'y a devant elle que cette division de
grenadiers, et conçoit le projet d'aller à elle et de l'attaquer avec
toute la supériorité qu'elle était en mesure de lui opposer, ne se
doutant pas qu'elle serait soutenue aussi promptement. Effectivement
elle passe le pont, et attaque avec furie le maréchal Lannes; il avait
les divisions d'Oudinot et de Verdier. Nous étions dans la saison des
grands jours, qui, sous cette latitude-là, n'ont presque pas de nuit.

L'empereur est presque aussitôt averti; il part de Preuss-Eylau,
pressant la marche de la garde à pied et à cheval, ainsi que celle du
maréchal Ney, du maréchal Mortier et du corps de Bernadotte, que
commandait le général Victor.

Il ne tarda guère à arriver sur le champ de bataille, où il trouva le
maréchal Lannes, qui venait de prendre une position à l'entrée des bois
qui bordent la circonférence de la plaine autour de Friedland. Il avait
soutenu, depuis la pointe du jour, avec une grande infériorité de
forces, un combat qui avait déjà coûté passablement de monde.

L'empereur, en arrivant, alla lui-même reconnaître l'armée russe; il ne
croyait pas qu'elle resterait de ce côté-ci de Friedland; il ne
concevait pas son but, puisqu'elle était inférieure en forces à ce qu'il
pouvait lui opposer: la position lui paraissait si extraordinaire, qu'il
envoya en reconnaissance tous les officiers qui étaient autour de lui.
Il me donna, à moi, l'ordre de m'en aller seul, le long du bois qui
était à notre droite, chercher un point d'où l'on pût découvrir le pont
de Friedland, et, après avoir bien observé si les Russes passaient sur
notre rive ou bien s'ils repassaient sur la rive droite, de venir lui en
rendre compte.

Je pus exécuter cet ordre avec facilité; je revins trouver l'empereur,
et lui dire que non seulement les Russes ne se retiraient pas, mais
qu'au contraire ils passaient tous sur notre rive, et que chaque
demi-heure on voyait leurs masses grossir sensiblement; qu'ainsi il
fallait s'attendre à ce qu'ils seraient prêts dans une bonne heure.

«Hé bien! moi, dit l'empereur, je le suis; j'ai donc une heure sur eux,
et, puisqu'ils le veulent, je vais leur en donner; aussi-bien c'est
aujourd'hui l'anniversaire de Marengo; c'est un jour où la fortune est
pour moi.» Il avait fait former ses colonnes dans les immenses bois à la
lisière desquels s'était placé le maréchal Lannes; l'artillerie seule
était sur les grands chemins, et ne sortait pas non plus du bois; par
bonheur pour nous, il y avait dans le bois trois belles et larges
percées qui permettaient de mettre dans chacune une colonne d'infanterie
et une de cavalerie ou d'artillerie.

Tout ce que l'empereur attendait était arrivé; on laissa une demi-heure
au soldat pour se reposer; on s'assura, par les plus minutieuses
observations, si les armes étaient en bon état, si chaque soldat était
amplement pourvu de munitions. Cela fini, l'empereur, qui était sur le
terrain, fit déboucher tout à la fois: ses instructions étaient données
comme pour une manoeuvre d'exercice; aussi on ne s'arrêta point. Il y
avait un défilé à passer pour joindre les Russes à la mousqueterie.
L'empereur avait prévu l'embarras, et chaque colonne le traversa par un
passage différent, de sorte qu'elles se formèrent toutes ensemble de
l'autre côté. La majeure partie de la cavalerie était à notre gauche.

L'empereur pressa l'attaque: le maréchal Ney occupait la droite sur le
champ de bataille; à sa gauche, en échelons, était le corps du général
Victor; à la gauche de celui-ci était le maréchal Mortier, qui avait peu
de monde, et à la gauche de Mortier était le maréchal Lannes.

En deuxième ligne, au centre, était la garde, et en deuxième ligne, à sa
gauche, était la brigade de fusiliers, dont l'empereur me fit reprendre
le commandement pour cette action. Lors du commencement de l'attaque
l'armée était généralement en échelons, la droite en tête, refusant
légèrement sa gauche.

Le maréchal Ney commença, et s'engagea très vivement; ses troupes
s'emportèrent, et voulurent, d'un premier élan, insulter jusqu'au pont
de Friedland. La division qui l'avait entrepris fut si vertement
ramenée, qu'elle aurait entraîné infailliblement le reste de ce corps
d'armée si la première division du corps de Victor, commandée par le
général Dupont, n'eût fait, fort à propos, sans l'ordre de son maréchal,
un changement de direction à droite, et n'eût chargé rudement tout ce
qui poursuivait le maréchal Ney.

J'ai entendu l'empereur louer, d'une manière toute particulière, ce
mouvement du général Dupont, et dire hautement qu'il avait beaucoup
avancé la bataille. Le maréchal Ney arrêta ses troupes, les reforma, et
attaqua de nouveau, si rapidement, que l'on s'aperçut à peine de son
accident.

Le mouvement que venait de faire le général Dupont avait allumé le feu
d'un bout à l'autre de la ligne, et c'est à cette bataille, comme à
celle d'Eylau, que l'on vit encore déployer une artillerie effroyable;
le corps de Bernadotte, entre autres, que commandait Victor, avait réuni
quarante-huit pièces de canon dans la même batterie; c'est avec cela
qu'il reçut l'attaque de la colonne russe qui venait à lui. Le général
en chef russe vit bientôt qu'il avait fait une faute; qu'il trouvait des
forces considérables où il ne croyait rencontrer qu'une division; il
aurait voulu être encore de l'autre côté de la rivière; mais il ne
pouvait entreprendre d'y repasser sans s'exposer à perdre son armée: le
gant était jeté, il aima mieux le ramasser de bonne grâce. Nous étions
déjà si près de lui qu'il n'eut que le temps de se former en beaucoup de
carrés, qui se flanquaient réciproquement, et une fois dans cette
position, qui le privait d'une grande partie de son feu, il attendit une
destruction devenue inévitable. Ses masses étaient amoncelées en avant
de Friedland; acculées à la ville elles formaient le centre d'un
demi-cercle dont nous occupions presque toute la circonférence. Chaque
coup de nos canons portait, et démolissait les carrés russes l'un après
l'autre. Vers six heures du soir, l'empereur les fit aborder à la
mousqueterie, ce fut leur coup de grâce: leurs masses furent tellement
décomposées, que l'on ne remarquait plus d'ordre dans leurs
dispositions, et, par suite d'un instinct naturel à l'homme, tous ceux
qui faisaient partie de ces débris cherchèrent leur salut en fuyant vers
le pont. Ils furent obligés d'y renoncer parce que l'artillerie de notre
centre, qui tirait dans cette direction, en faisait un carnage affreux.
Ils se jetèrent alors pêle-mêle dans la rivière avant de s'être assurés
s'il y avait un gué: beaucoup s'y noyèrent[8], mais d'autres trouvèrent
un gué en face de notre gauche; dès-lors rien ne put retenir le reste,
qui s'enfuit vers ce point, sans ordre et semblable à un troupeau de
moutons.

Les Russes avaient à leur droite vingt-deux escadrons de cavalerie, qui
protégeaient cette retraite; nous en avions plus de quarante, par
lesquels nous aurions dû les faire charger; mais, par une fatalité sans
exemple, les quarante escadrons ne reçurent aucun ordre, et ne montèrent
même pas à cheval; ils restèrent, pendant toute la bataille, pied à
terre, sur un vaste terrain, en arrière de notre gauche. En voyant cela,
j'ai regretté sincèrement le grand-duc de Berg: s'il eût été là, il
n'eût pas manqué d'employer ces quarante escadrons, et certes pas un
Russe n'échappait.

La nuit était close, et le feu éteint; notre armée coucha dans la
position où elle avait combattu. L'empereur passa aussi cette nuit au
bivouac, et, le lendemain, à la pointe du jour, il était à cheval,
parcourant les lignes de ses troupes, dont les soldats dormaient encore,
et étaient fort fatigués. Il défendit qu'on les éveillât pour lui rendre
des honneurs, ainsi que cela était d'usage; il passa ensuite sur le
champ de bataille des Russes: c'était un spectacle hideux à voir; on
suivait l'ordre des carrés russes par la ligne des monceaux de leurs
cadavres; on jugeait de la position de leur artillerie par les chevaux
morts. On pouvait se dire avec raison qu'il fallait que les souverains
eussent de bien grands intérêts à démêler en faveur de leurs peuples
pour nécessiter une semblable destruction.

On prit à Friedland beaucoup d'artillerie, environ quinze ou vingt mille
blessés et quatre ou cinq mille prisonniers.



CHAPITRE VII.

L'empereur reçoit la nouvelle de la prise de Koenigsberg.--Je suis nommé
gouverneur de cette place.--Ressources de toute espèce.--Affluence des
blessés qui rejoignent leurs corps.--Organisation et tenue des
hôpitaux.--Les Russes demandent un armistice.--Entrevue de Tilsitt.


L'armée russe, qui ne consistait plus que dans quelques bataillons des
régimens des gardes, prit en toute hâte le chemin du Niémen par
Tilsitt[9].

Nous partîmes de suite pour la suivre, et arrivâmes le même jour 15, à
Vehlau sur la Pregel. Les Russes en avaient brûlé le pont; mais il y
avait un bon gué pour la cavalerie: l'infanterie se fit un pont avec le
bois dont ce pays-là est couvert. L'empereur resta à Vehlau la journée
du 16, pour faire défiler son armée; il y reçut le même jour la nouvelle
de l'occupation de Koenigsberg, cela lui fit grand plaisir: il m'en nomma
le gouverneur, ainsi que de la Vieille-Prusse, et ne me donna pas
d'autres instructions que d'empêcher le pillage, de bien soigner les
hôpitaux, et de lui envoyer abondamment des vivres et des munitions pour
l'armée qui marchait sur Tilsitt.

J'arrivai à Koenigsberg le 17; le maréchal Soult y avait son
quartier-général, et son corps d'armée était campé sous les murs de
cette grande ville.

En faisant la reconnaissance des magasins, je fus bien étonné d'y
trouver de quoi nourrir toute la grande-armée pendant au moins quatre
mois: c'était un bien grand avantage que cette prise de Koenigsberg, si
l'on avait dû continuer la guerre. La ligne d'opérations fut établie par
cette ville, Braunsberg et Marienbourg ou Marienverder.

L'empereur était si prévoyant, que, dès les premiers jours de mon
installation à Koenigsberg, je recevais de tous les points de la Vistule
où nous avions des établissemens, des colonnes entières de soldats de
tous les corps, qui, sortant des hôpitaux où ils avaient été bien guéris
de leurs blessures, avaient été formés en bataillons de marche, et
réunis à des conscrits venant de France, et sous la conduite d'officiers
de différens corps sortis aussi des hôpitaux. À leur arrivée à
Koenigsberg, ils étaient équipés complétement, et encadrés dans les corps
auxquels ils appartenaient avant d'aller à l'hôpital.

Il y avait des jours où je recevais jusqu'à sept mille hommes de toutes
armes: or, j'ai été trente jours à Koenigsberg, pendant lesquels j'ai
reçu plus de cinquante mille hommes, que j'ai envoyés aux différens
corps de l'armée. Cette affluence, et les fonctions dont j'étais revêtu,
me firent porter mon attention sur une branche d'administration à
laquelle j'avais donné peu d'importance jusqu'alors: je fus curieux de
connaître l'organisation et la tenue des hôpitaux. Je fis des
recherches, et j'acquis de nouvelles preuves que l'empereur n'était pas
moins admirable dans sa sollicitude pour les blessés, que dans ses
combinaisons de batailles. Le compte-rendu que lui adressa quelques mois
plus tard l'intendant général, montre l'intérêt avec lequel il suivait
tous les détails qui intéressaient la vie des hommes; je reproduis
quelques fragmens de cette pièce remarquable, parce qu'elle fera
apprécier le reproche d'indifférence pour les victimes de la guerre, si
grotesquement imaginé par des écrivains qui sûrement ne l'ont jamais
faite.

     _Première époque._

«Après le combat de Saalfeld et la bataille d'Iéna, le nombre des
blessés s'élevait à plus de cinq mille; la marche rapide de l'armée par
des routes difficiles n'avait pas permis aux magasins des hôpitaux de
suivre le mouvement général; ainsi on n'eut d'autres moyens de secours
que ceux que l'on trouva dans les caissons d'ambulance des divisions, et
ceux bien insuffisans que l'on prit à l'ennemi: il fallut se procurer
des ressources dans le pays même. On frappa des réquisitions d'effets et
de denrées; on établit des hôpitaux sur tous les points susceptibles de
recevoir des malades, les principaux furent à Saalfeld, Iéna, Erfurt,
Schlitz, Weimar, Hall, Nieubourg, etc.; avant la fin d'octobre, la ligne
d'évacuation fut établie sur l'armée, par Leipsick, Wittemberg, Potsdam
et Berlin: elle fut ensuite prolongée jusqu'à Posen.

«Ce fut dans cette dernière ville qu'on travailla à se procurer des
ressources pour la campagne de Pologne; S. M. ordonna de confectionner
des chemises avec la toile de trente mille tentes qui venaient d'être
prises au campement à Berlin: cette ressource était précieuse dans le
moment. Quatre mille cinq cent quatre-vingt-seize matelas et six mille
cinq cent trente-cinq couvertures furent livrés par les villes de
Custrin, Stettin, Francfort et Glogau; cette fourniture était imputable
sur la contribution de guerre, et coûta 316,225 francs 44 centimes;
cependant les effets du magasin général, partis de Broberg, étaient
dirigés sur Custrin. Les ordonnances des corps d'armée, et les
commissaires des guerres des divisions remplaçaient à mesure, par des
réquisitions, les effets qui avaient été consommés dans les différentes
affaires.

«La défaite du général Blücher, et la prise de Lubeck, avaient fourni
beaucoup de blessés; la fatigue avait aussi développé des maladies: des
hôpitaux furent ouverts à Hambourg, Lunebourg, Lubeck, etc., et
entretenus aux frais du pays. En général la plupart des dépenses des
hôpitaux, jusqu'à l'arrivée de l'armée française à Varsovie, furent
supportées par les villes conquises; la caisse de l'armée fournit des
fonds pour la solde des officiers de santé et autres employés, ainsi que
pour les achats d'alimens légers et d'autres dépenses extraordinaires
dans plusieurs établissemens.

«De cette manière, dans moins de deux mois et demi, une ligne
d'évacuation fut établie depuis Iéna, Hambourg et Lubeck, jusqu'à
Varsovie.

«Avant le premier janvier 1807, tous les hôpitaux établis dans le
Wurtemberg et la Bavière étaient évacués, et les malades en étaient tous
sortis, à l'exception d'environ deux cents incurables qui furent évacués
sur Strasbourg; et le seul hôpital qui fût encore en activité dans cette
partie, était celui de _Braunau_, qui recevait les malades de la
garnison.

«Pendant cette époque, la mortalité fut dans la proportion de cinquante
sur mille malades, ou de vingt-un hommes pour dix mille journées.

     _Deuxième époque._

«Cette époque a été la plus pénible pour le service des hôpitaux:
l'armée se trouvait dans un pays où les communications étaient
difficiles, soit par le mauvais état des chemins, soit par le défaut de
moyens de transport; cependant, après l'affaire de Pultusk, il y avait
en Pologne plusieurs milliers de blessés ou de malades, et il fallait
créer ou organiser des hôpitaux pour les recevoir. Les emplacemens
étaient peu convenables; on n'avait ni effets, ni fournitures, ni
ustensiles.

«Les employés et les officiers étaient en nombre insuffisant; plusieurs
avaient été retenus dans les établissemens qui se trouvaient sur les
derrières de l'armée; cependant, avant la fin du mois de janvier, il y
avait vingt-un hôpitaux en activité dans la seule ville de _Varsovie_,
et plus de dix mille malades y avaient été reçus. Le mobilier et
quelques denrées provenaient de réquisitions; mais on avait passé des
marchés pour la fourniture du pain, du vin et des médicamens. Les
malades arrivaient dans ces établissemens sur des voitures ou des
traîneaux; ceux qui étaient légèrement blessés, s'y rendaient à pied:
c'est ainsi qu'on trouva moyen d'évacuer en partie les établissemens de
première ligne de _Nasielzk_ et _Pultusk_.

«Après la bataille d'Eylau, on eut besoin de faire de nouveaux efforts;
on était éloigné des grandes villes, qui eussent pu offrir de grandes
ressources. Les hôpitaux que l'on réussit à établir se trouvèrent
encombrés, parce que les évacuations étaient difficiles.

«L'empereur ayant désiré que l'on constatât, par un recensement exact,
le nombre de nos blessés après la bataille d'_Eylau_, et aux affaires
qui l'avaient précédée, il fut fait le même jour une revue nominative
dans tous ces hôpitaux: le résultat en est établi dans un des états
ci-joints.

«On ouvrit des hôpitaux à Bromberg, Fordon, Schwedt, Nieubourg,
Dirschau, Marienverder, Marienbourg, et Elbing.

«Dans quelques uns de ces établissemens, le vin, les alimens légers
étaient payés sur le fonds des hôpitaux; il en était de même pour les
dépenses de propreté et de médicamens.

«Pendant cette époque, le nombre des morts fut dans la proportion de
soixante-dix-neuf sur mille malades, ou de vingt-neuf sur dix mille
journées.

     _Troisième époque._

«Dans les premiers jours de mai, les circonstances étaient beaucoup plus
favorables: la prise de Dantzick le 27 mai, et postérieurement
l'occupation de Koenigsberg, facilitaient l'arrivage des subsistances et
le passage des évacuations. Elles se faisaient par le Frisch-Haff, sur
Elbing et Dantzick, et ensuite sur Bromberg, par Marienbourg, Mewe,
Marienverder, etc. L'encombrement des hôpitaux de la Pologne avait cessé
en partie; on avait précédemment évacué sur Breslau environ trois mille
malades; ils y trouvèrent de superbes casernes qui servirent d'hôpitaux.
Le pays fournit le mobilier, les subsistances, les médicamens; on n'eut
besoin que de quelques officiers de santé français pour surveiller et
diriger le traitement: le plus grand nombre de ces malades sortit après
guérison.

«Cependant, le nombre des malades augmenta journellement jusqu'au mois
de juin 1807. Il était, le 30, de vingt-sept mille trois cent
soixante-seize, et on calculait, à cette époque, que le nombre des
établissemens en activité pouvait en recevoir plus de cinquante-sept
mille; mais la prompte paix qui fut le résultat de la victoire de
Friedland, obligea de resserrer la ligne des hôpitaux, pour évacuer le
pays qui allait être rendu à l'ennemi.

«Tous les malades qui se trouvaient sur la rive droite de la Vistule
durent être envoyés à _Thorn_ et _Bromberg_ avant le 31 juillet; il n'y
eut d'exception, à cet égard, que pour les hôpitaux de Koenigsberg,
Elbing, Marienverder et Marienbourg.

«Au 24 juillet, il n'y avait plus que quatre cent soixante-dix malades à
Koenigsberg; jusqu'au 25 août il y eut six cent quatorze entrans, sept
cent trente-quatre sortans et quarante-deux morts; ainsi, à cette
dernière époque, il restait deux cent huit malades, qui furent presque
tous évacués après guérison.

«Cet hôpital fut formé le 20 novembre 1807. Par suite de cette mesure
d'évacuation, les hôpitaux de Thorn et de Bromberg étaient menacés
d'encombrement; il fallait prévenir cet inconvénient: on passa un marché
pour le transport des malades par le canal de la _Netz_, et on les
évacua sur Custrin, Berlin, Spandau, Potsdam et Magdebourg; plus de
vingt mille malades furent transportés de cette manière. Ceux qui
appartenaient au 3e corps restèrent en Pologne, et ceux du 4e furent
répartis dans les hôpitaux entre l'_Oder_ et la _Vistule_.

«L'hôpital d'Elbing et celui de Marienbourg furent conservés. Le premier
fut supprimé le 26 mars 1808, après la guérison de presque tous les
malades; le dernier subsiste encore et va être évacué.

«Pendant cette époque, le nombre des morts fut dans la proportion de
quatre-vingt-quinze sur mille malades, ou de trente-cinq sur dix mille
journées.

     _Quatrième époque._

«Au mois de décembre 1807, les évacuations étaient finies; les malades
ne sortaient des hôpitaux qu'après guérison, pour rejoindre leurs corps.
La ligne d'établissement s'étendait depuis _Elbing_ jusqu'à _Mayence_,
et embrassait la Pologne, la Silésie, la Saxe, la Poméranie, la
Westphalie, le Hanovre et les villes anséatiques. Chaque établissement
recevait les malades des corps cantonnés aux environs, en sorte que les
hommes guéris n'avaient qu'un court trajet à faire pour rejoindre leurs
régimens. Dès le mois de septembre 1807, les officiers de santé français
avaient remplacé les officiers de santé du pays, que le besoin du moment
avait forcé de mettre en activité.

«Les hôpitaux avaient des fournitures et des effets en quantité
suffisante; les comptes et les registres de l'état civil étaient tenus
avec autant de soin que dans l'intérieur. Le pays faisait presque tous
ces frais, comme par le passé; les officiers de santé, les employés et
les servans français étaient seuls payés par la caisse des hôpitaux. Il
n'y avait eu exception, à cet égard, que pour les hôpitaux de
_Leipsick_, de _Weisserfels en Saxe_: on avait passé un marché à la
journée, à raison de 1 fr. 50 cent. pour l'un, et de 1 fr. 60 cent. pour
l'autre. Enfin, dans plusieurs établissemens, et notamment dans ceux de
la Pologne, on acheta le pain blanc, les alimens légers, et quelques
objets de pansement et de médicamens; cette objection avait cessé
entièrement lorsqu'on avait eu connaissance de la décision de
l'empereur, du 31 octobre 1807, qui laissait les dépenses quelconques
des hôpitaux à la charge du pays où ils étaient établis.

«Depuis cette époque, le service dans toute l'étendue de l'armée a été à
la charge des villes.

«Ce principe a éprouvé depuis une autre modification, relativement au
duché de _Varsovie_; l'empereur, d'après une convention conclue avec la
cour de Saxe, ordonna que toutes les dépenses de l'armée en Pologne
seraient acquittées par la caisse française, et même remboursées à
partir du 17 septembre 1807. Les paiemens devaient se faire en bons de
Saxe, et le remboursement était l'objet d'une liquidation, dont
l'ordonnateur en chef du 3e corps eut la direction.

«Une somme de 575,000 francs en bons de Saxe, fut mise à la disposition
de cet ordonnateur pour assurer le service des hôpitaux de la Pologne;
mais on ne trouvait point d'entrepreneurs pour les hôpitaux, ce qui
laissait beaucoup d'inquiétudes pour l'avenir; ces incertitudes
cessèrent, le ministre de l'intérieur du duché de _Varsovie_ consentit à
un accommodement, au moyen duquel la journée du soldat revint à 2 fr. 30
cent. et celle d'officier à 3 francs, payables en bons, ou susceptibles
de compensation avec la valeur des magasins réunis à la Pologne. Ces
prix étaient très élevés, mais le 3e corps ayant quitté la Pologne, il
n'y eut pas beaucoup de malades dans les hôpitaux du duché.

«Vers le commencement du printemps de 1808, le nombre des malades
augmenta beaucoup, et plusieurs points furent menacés d'encombrement: on
ouvrit quelques nouveaux établissemens, et on donna de l'extension à
ceux qui existaient déjà, et toute inquiétude fut bientôt dissipée à cet
égard.

«Cependant, il y avait dans les hôpitaux un grand nombre de militaires,
que leurs infirmités ou leurs blessures rendaient incapables de servir;
ils couraient risque d'y contracter de nouvelles maladies.

«Ce fut l'objet d'un rapport à son altesse le prince vice-connétable,
qui autorisa le renvoi de ces invalides en France, après leur avoir fait
subir deux inspections. La première, dans l'hôpital où ils se
trouvaient; la dernière, qui était définitive, dans trois villes
centrales, _Berlin_, _Hanovre_, et _Francfort-sur-le-Mein_. Cette
inspection eut pour résultat de débarrasser l'armée de quelques
centaines de bouches inutiles.

«Trois cent quatre-vingt-seize militaires furent visités à Berlin, et
trente-neuf à Hanovre; sur ce nombre, soixante-quatorze furent réformés
définitivement, et deux cent soixante-un furent envoyés en convalescence
aux dépôts de leurs corps. On n'a pas eu de renseignemens exacts sur
l'inspection qui devait avoir lieu à _Francfort_, parce que M. le
maréchal duc de Valmy l'a fait faire à Mayence, et que les résultats en
ont été adressés directement au ministre de la guerre. Elle a dû être
moindre que celle du _Hanovre_.

«La position stationnaire de l'armée fit penser qu'on pourrait profiter
de la belle saison pour établir des hôpitaux près les eaux minérales.
_Warbrunn_, en Silésie, et _Rehbourg_, dans le Hanovre, furent désignées
par le premier médecin comme les points les plus convenables.
Malheureusement les corps d'armée ne purent envoyer leurs malades aussi
promptement qu'il eût été à désirer, et l'étendue de chaque
établissement ne permettait pas de les traiter tous à la fois. Les
malades durent être admis successivement; plus de cinq cents militaires,
soldats et officiers, ont pris les eaux, et le sixième de ce nombre en a
ressenti les effets salutaires. Les corps qui ont envoyé des malades aux
eaux sont le 3e et le 4e, et la division de grenadiers. Les 5e et 6e ont
fourni principalement des officiers. Celui du prince de Ponte-Corvo n'a
envoyé qu'une trentaine d'hommes, parce que les événemens survenus en
Danemarck ne lui ont pas permis d'en envoyer un plus grand nombre. Les
hôpitaux d'eaux minérales ont été formés le 1er octobre.

«Au mois de juin 1808 les ambulances de tous les corps d'armée se
trouvaient approvisionnés au grand complet; mais l'empereur, ayant
décidé qu'il serait attaché à chaque régiment d'infanterie et de
cavalerie de la grande armée, un caisson d'ambulance, muni d'objets de
premiers secours, des mesures furent prises pour l'exécution de cette
décision.

«Les régimens qui n'avaient pas de caissons reçurent des fonds pour en
faire construire sur le modèle adopté par le ministre directeur de
l'administration de la guerre, et on demanda en France le linge à
pansement, la charpie et les caisses de chirurgie qui devaient servir à
l'approvisionnement de ces caissons. Soixante assortimens de ce genre
furent envoyés et distribués aux 1er, 5e et 6e corps, à la division des
grenadiers, et à vingt-deux régimens de la réserve de cavalerie.

«Cinquante-six nouveaux assortimens envoyés de France sont encore
arrivés à Berlin, et sont destinés aux différens régimens de l'armée du
Rhin et des villes anséatiques.

«On n'a point acheté ces objets dans ces pays, parce qu'ils auraient
coûté beaucoup plus; et d'ailleurs la qualité en est bien meilleure en
France. Cette observation est surtout applicable au linge à pansement et
aux caisses de chirurgie.

Pendant tout le cours de 1808 on a travaillé à faire blanchir et réparer
les effets du magasin général, et ceux qui y ont été versés des autres
établissemens de l'armée, et on a cherché à compléter
l'approvisionnement de charpie et de linge dans le cas où l'armée
devrait entrer en campagne. Quatre mille livres de charpie et douze
mille aunes de toile blanche ont été achetées à Berlin; deux mille
matelas ont été confectionnés avec des laines qui existaient en magasin;
le linge hors de service a été converti en bandes et compresses. On a
fait quarante caisses de linge préparé, et autant de caisses de premiers
secours pour la pharmacie. Enfin on s'est procuré six mille paires de
draps à une place. Cette dernière fourniture complétait un
approvisionnement indispensable pour la guerre, et elle était
avantageuse dans tous les cas par la modicité du prix d'achat. La paire
de draps revenait à 16 francs 70 centimes, pendant qu'elle était estimée
20 francs en France, malgré la différence de qualité dans la toile.

«Tous ces objets furent emballés, et le magasin fut prêt à suivre le
mouvement de l'armée.

On donna des ordres pour faire expédier sur le magasin général tous les
objets appartenant à l'administration française dans les hôpitaux, à
mesure que ces objets devenaient disponibles par la diminution du nombre
des malades; et on calcula approximativement que ces objets, une fois
réunis, formeraient environ vingt-quatre mille demi-fournitures.

«Le magasin général des médicamens était approvisionné pour assurer le
service de l'armée pendant deux mois. Dans le courant de mars,
l'empereur donna l'ordre d'y verser le quinquina saisi par les douanes à
Hambourg. Il y en avait trois mille quatre cent vingt livres, suivant le
procès-verbal de réception dressé à Berlin le 9 avril. Malgré cette
précieuse ressource, on ne s'écarta point du système d'économie qu'on
avait suivi jusqu'alors. Afin de ménager les ressources du pays, on fit
des essais pour le remplacement du quinquina par des amers ou l'écorce
du marronnier; mais les épreuves n'ayant point été assez multipliées, il
n'a pas été possible d'apprécier bien au juste l'efficacité des
médicamens qu'on essayait.

Les travaux du matériel n'ont pas fait négliger les autres parties du
service. Les registres de l'état civil ont été tenus avec une régularité
qui ne laissait rien à désirer. Les feuilles d'appel des militaires
décédés dans les hôpitaux de l'armée ont été dressées afin de faciliter
les moyens de satisfaire aux demandes des familles; enfin, on a suivi
ponctuellement les dispositions arrêtées par le ministre directeur de
l'administration de la guerre, pour la destination à donner aux effets
laissés par des morts. On s'est assuré chaque mois de l'exécution
précise de ces dispositions dans tout l'arrondissement de l'armée.

«Pendant cette époque, le nombre des morts a été dans la proportion de
trente-cinq sur mille malades, ou de treize sur dix mille journées.»

Qu'on juge d'après ces détails, qu'on aura sans doute trouvés bien
longs, si l'empereur était un homme à coeur dur qui livrait bataille pour
le plaisir de la livrer, et pour qui les souffrances de ses soldats
n'étaient rien. Qu'on me cite un souverain qui ait gémi davantage du
prix auquel s'achète la gloire, et qui ait fait preuve d'une sollicitude
plus paternelle pour les blessés? Mais il est un fait que personne ne
contestera, c'est l'enthousiasme et le dévoûment que les soldats avaient
alors pour sa personne; c'est, au moment où je parle, le respect
religieux qu'ils ont tous gardé pour sa glorieuse mémoire. Ils disent
que ce n'est pas lui qui causait leurs maux, et que c'était à lui seul
qu'ils devaient les consolations et les bienfaits.

Qu'on me pardonne cette digression, je reprends le fil de mon récit.

L'armée avait réparé ses pertes; elle avait des magasins dans
Koenigsberg, dans Dantzick et tout le long de la Vistule; une navigation
par le Frisch-Haff de Dantzick à Koenigsberg, un canal superbe de
Koenigsberg à Tilsitt; on pouvait donc transporter dans cette dernière
ville une surabondance de tout.

De plus, les ennemis avaient fait construire à Koenigsberg un équipage de
ponts de bateaux, qu'ils destinaient au passage de la Vistule; je
trouvai cet équipage tout entier avec ses agrès à Koenigsberg; ainsi ce
n'était donc pas le passage du Niémen qui nous aurait arrêtés. Avec cela
plus d'armée russe, tout au plus vingt ou vingt-cinq mille Prussiens, en
y comptant ce qui était rentré de la garnison de Dantzick.

En outre, l'empereur avait les corps des maréchaux Davout et Soult qui
ne s'étaient pas trouvés à la bataille, et il était au 20 juin, ayant
détruit l'armée ennemie.

Je demande à tout homme raisonnable si un souverain qui aurait aimé la
guerre, qui l'aurait préférée à tout, qui aurait eu une ambition
dangereuse pour la sûreté des autres États, si, dis-je, un souverain
possédé de ce mal pouvait désirer une position meilleure? et si l'on ne
doit pas rendre justice à celui qui a renoncé à tous les avantages qu'il
avait, pour accepter les conditions qu'on est venu lui demander, tandis
que peu de mois auparavant on avait refusé les siennes!

Il n'y a nul doute que, dans cette position, l'empereur pouvait ce qu'il
aurait voulu; quels qu'eussent été ses projets, leur exécution ne l'eût
pas obligé de passer plus que l'automne en Pologne.

Par exemple, s'il eût passé le Niémen (cela pouvait être fait avant le
24 juin), il est incontestable qu'il se fût trouvé sur la Dwina dans les
premiers jours de juillet; il n'y avait pas de bataille à redouter; il
n'y avait pas d'armée ennemie; qu'arrivé à Wilna, il eût proclamé
l'indépendance de la Pologne, et il y a d'autant moins de doute qu'elle
n'eût éclaté avec transport, que les Polonais vinrent même avant Tilsitt
demander s'ils pouvaient commencer. Il enlevait d'abord à l'armée russe
les moyens de se recruter et de se remonter; elle n'aurait pu le faire
qu'avec des Russes, et par conséquent au milieu d'une infinité
d'embarras, parce qu'on ne l'aurait pas laissée en paix.

L'empereur avait, pour armer les Polonais, tous les arsenaux prussiens,
indépendamment de tout ce qu'il avait tiré d'ailleurs, comme de France,
par exemple; qui est-ce qui aurait pu s'opposer à l'exécution de ce
projet, qu'enfin il aurait bien fallu suivre si la paix ne s'était pas
faite? Ce n'auraient pas été les Russes ni les Prussiens.

Était-ce l'Autriche? Il n'y avait plus que cette puissance qui fût
intéressée à intervenir.

Or, nous avions une armée considérable en Italie et en Dalmatie; et
avant que l'armée russe eût été ravitaillée, nous aurions eu le temps de
descendre sur les Autrichiens et de terminer avec eux, pendant que l'on
aurait habillé et exercé les Polonais; ce qui aurait bien été aussi vite
fait que chez les Russes. On eût donc été en état de se présenter en
campagne la saison suivante, si l'on y avait été obligé.

L'empereur avait ordonné qu'on réunît dans le Dauphiné et lieux
environnans, la portion de conscription provenant des départemens
méridionaux; elle aurait pu passer en Italie pour y grossir l'armée.

Cependant, malgré tous ces avantages, la paix s'est conclue; on est bien
obligé de convenir qu'au moins il n'y a pas eu d'opposition de la part
de l'empereur, et qu'il n'avait pas d'autre projet de ce côté-là.

C'est ici le moment de parler d'autres choses que des événemens de
guerre, et de se rendre un compte fidèle de tout ce qui s'est passé
depuis l'arrivée de l'empereur à Tilsitt, jusqu'à son départ pour Paris.

À Tilsit, il y eut un parlementage entre notre avant-garde et
l'arrière-garde russe. Un officier de celle-ci fut envoyé avec une
lettre à l'adresse du général en chef de l'armée française, pour
proposer un armistice. On sut que l'empereur de Russie était de l'autre
côté du Niémen, dans un village très peu éloigné. L'empereur ne voulait
pas être trompé, comme cela était déjà arrivé; il voulait bien faire la
paix; mais, si elle ne devait pas se conclure, il ne voulait point d'un
armistice qui n'aurait été qu'à son désavantage. Pour éviter toutes ces
observations que l'on rend moins bien dans une lettre que dans une
conversation, il envoya le maréchal Duroc porter sa réponse. Je crois
qu'il fut reçu par le prince Labanow[10], qui était arrivé depuis peu
avec quelques milliers de basquirs, de kalmouks et de cosaques, le tout
formant à peu près dix mille hommes. Cela ne produisit pas d'autre effet
sur nous que de nous persuader que c'était le _nec plus ultra_ des
efforts de la puissance russe dans cette campagne, d'autant plus que
c'était la première fois qu'elle avait recours à l'emploi des peuplades
asiatiques.

Le prince Labanow, qui n'avait pas de pouvoir pour traiter l'objet de la
mission du maréchal Duroc, en référa à l'empereur de Russie, qui était
très près et commandait son armée; il proposa au maréchal Duroc de le
voir. Celui-ci répondit que si l'empereur de Russie témoignait le désir
d'avoir des explications sur l'objet de sa mission ou de l'entendre de
lui, il ne faisait non seulement aucune difficulté de se rendre près de
lui, mais qu'il saisirait avec empressement cette occasion de lui rendre
ses hommages. Cette disposition du maréchal Duroc satisfit tant le
prince Labanow, qu'il l'eut bientôt amené chez l'empereur de Russie.

Je crois bien que le maréchal Duroc n'avait pas commission de proposer
une entrevue; mais il avait au moins l'ordre de ne pas la refuser, si on
la désirait; c'est-à-dire de se borner à répondre que cela n'avait pas
été prévu, lorsqu'il avait été dépêché, mais que si c'était l'intention
de l'empereur Alexandre, il allait retourner en faire part à l'empereur,
et lui rapporterait sa réponse. Je le crois d'autant mieux, que le
maréchal Duroc est revenu à Tilsit, et est retourné une seconde fois
près de l'empereur de Russie, et que c'est à la suite de cette seconde
mission que l'on a préparé tout à Tilsit pour cette célèbre entrevue. Ce
qui me confirme dans cette opinion, c'est que j'ai vu entre les mains de
M. de Talleyrand, qui venait d'arriver à Koenigsberg, la lettre par
laquelle l'empereur lui ordonnait de venir à Tilsit, et dans laquelle il
y avait cette phrase: «On me demande une entrevue: je ne m'en soucie que
médiocrement; cependant je l'ai acceptée; mais si la paix n'est pas
faite dans quinze jours, je passe le Niémen.»

Je reçus en même temps l'ordre de disposer l'équipage de pont que
j'avais trouvé dans l'arsenal, de manière à pouvoir l'expédier au
premier mot. Je fis part de cette circonstance à M. de Talleyrand. «Ne
vous pressez pas, me répondit ce ministre; à quoi bon pousser au-delà du
Niémen? qu'aller chercher derrière ce fleuve? Il faut que l'empereur
abandonne ses idées sur la Pologne; cette nation n'est propre à rien, on
ne peut organiser que le désordre avec elle. Nous avons un autre compte
bien autrement important à régler. Voici une occasion honorable d'en
finir avec ceux-ci, il ne faut pas la laisser échapper.» Je ne compris
rien d'abord au discours ni aux prévisions du diplomate; ce ne fut que
plus tard, lorsque je le vis dérouler ses projets sur l'Espagne, que je
me les expliquai. M. de Talleyrand partit le même soir pour Tilsit,
après, toutefois, avoir envoyé un courrier à Constantinople pour
prévenir le général Sébastiani de ce qui allait probablement se faire.

L'entrevue eut effectivement lieu, le lendemain ou le surlendemain du
second retour du maréchal Duroc. L'empereur, qui était gracieux dans
tout ce qu'il faisait, avait fait établir, au milieu de la rivière, un
large radeau, sur lequel était construit un grand salon bien décoré et
bien couvert, avec deux portes opposées, précédées chacune d'une petite
salle d'attente; on n'aurait rien fait de mieux avec les ouvriers de
Paris. La toiture était surmontée de deux girouettes, l'une à l'aigle de
Russie, l'autre à l'aigle de France; les deux portes d'entrée étaient
également surmontées des mêmes armes.

Le radeau fut placé au plus juste milieu du fleuve, présentant les deux
portes d'entrée du salon aux deux rives opposées.

Les deux empereurs arrivèrent en même temps sur les deux rives, et
s'embarquèrent au même moment; mais l'empereur Napoléon ayant un canot
bien armé, monté par des marins de la garde, arriva le premier dans le
salon, et alla à la porte opposée, qu'il ouvrit; il se plaça sur le bord
du radeau pour recevoir l'empereur Alexandre, qui avait encore un peu de
trajet à faire, n'ayant pas eu d'aussi bons rameurs que l'empereur
Napoléon.

L'accueil qu'ils se firent fut amical, au moins il en eut l'air; ils
restèrent assez long-temps ensemble, et se quittèrent avec le même
extérieur que l'on avait remarqué lorsqu'ils s'étaient abordés.

Le lendemain, l'empereur de Russie vint s'établir à Tilsit, avec un
bataillon de sa garde; on avait eu soin de faire évacuer la portion de
la ville où il devait loger, ainsi que le bataillon; et quoique l'on fût
très à l'étroit, on ne pensa jamais à se donner du large en s'étendant
dans la partie destinée aux Russes.

Le jour de l'entrée de l'empereur Alexandre à Tilsit, toute l'armée prit
les armes; la garde impériale borda la haie sur trois rangs, depuis
l'embarcadaire jusqu'au logement de l'empereur, et jusqu'à celui de
l'empereur de Russie; l'artillerie le salua de cent un coups de canon,
au moment où il mit pied à terre à l'endroit où l'empereur Napoléon
l'attendait pour le recevoir; il avait poussé la recherche jusqu'à
envoyer de chez lui tout ce qui devait meubler la chambre à coucher de
l'empereur Alexandre[11]; le lit était un lit de campagne de l'empereur;
il l'offrit à l'empereur Alexandre, qui parut accepter ce cadeau avec
plaisir.

Cette réunion, la première de ce genre et de cette importance dont
l'histoire nous ait transmis le souvenir, attira à Tilsit une foule de
curieux de cent lieues à la ronde; M. de Talleyrand était arrivé, et
l'on commença à parler d'affaires après les complimens d'usage.

Le ministre des affaires étrangères de Russie était M. de Budberg, homme
absolument incapable de négocier avec M. de Talleyrand: aussi les
questions se décidaient-elles par les deux souverains.

Ces conférences impériales durèrent une quinzaine de jours; on parlait
d'affaires le matin, on dînait ensemble, et pour passer le reste de la
journée on faisait manoeuvrer quelques unes des troupes des corps d'armée
qui étaient aux environs.

L'empereur de Russie avait plus à traiter pour la Prusse que pour lui.
L'empereur Napoléon avait plusieurs intérêts; d'abord la Pologne,
c'est-à-dire la partie qu'il occupait et à laquelle il avait fait
prendre les armes, puis la Turquie, à laquelle il avait fait déclarer la
guerre aux Russes.

La Suède avait le malheur d'être gouvernée par un prince qui avait pris
conseil de la haine, et qui ne voulait pas comprendre que lorsque la
France se battait avec la Russie, cela devait tourner au profit de la
Suède comme de la Pologne et de la Turquie; il était en guerre contre
nous, et, quoi qu'on ait tenté, on ne put faire changer la politique de
ce prince, qui, dans cette occasion montra moins de sens que les Turcs.

Ces derniers avaient été malheureux dans leur guerre; après s'être
réveillés lentement d'un long assoupissement, ils entrèrent en campagne,
comme ils avaient coutume de le faire; mais l'Europe était changée, et
leurs antagonistes, déjà redoutables pour eux dans leurs guerres
précédentes, avaient plus qu'eux suivi les progrès des lumières; la
Porte vit trop tard qu'il lui fallait faire des efforts extraordinaires;
elle s'y détermina, et au moment de les employer, il éclata dans ce pays
une révolution de sérail qui les neutralisa: le sultan fut déposé, et
retenu prisonnier par un de ses propres neveux, qui s'était assuré des
moyens de faire réussir sa coupable entreprise.



CHAPITRE VIII.

Révolution de sérail.--Le sultan Sélim est étranglé.--Son successeur se
montre peu favorable à la France.--L'empereur ne sait que présumer de la
politique turque.--Il abandonne les intérêts des Osmanlis.--Les
Grecs.--Considérations générales sur les vues et la politique de
l'empereur.--Méprise de la France.


L'ambassadeur de France, le général Sébastiani, surpris par cet
événement, ne se déconcerta pas, et songea à précipiter l'usurpateur. Il
trouva les moyens de communiquer avec le sultan déposé et captif, et
déjà il avait fait mettre l'armée turque en marche sur Constantinople,
dont elle n'était pas éloignée, lorsque cet usurpateur, effrayé du sort
qui va l'atteindre, entre comme un furieux chez son oncle, et l'étrangle
de ses propres mains. Cependant l'armée turque arriva, et il fut fait
justice de cet homme dénaturé. Un autre neveu de l'infortuné sultan lui
succéda.

Je n'ai su ces événemens que sommairement; mais il est vrai que ce
mouvement que l'armée turque fut obligée de faire devint funeste aux
provinces de cet empire qui sont situées sur la rive gauche du Danube,
lesquelles passèrent de suite sous la domination russe. L'armée turque
ne put pas les reconquérir.

Cette révolution de Constantinople changea réciproquement la politique
de l'Europe envers cette puissance, et la sienne envers le reste de
l'Europe. Il arriva malheureusement que nous traitions de la paix dans
un moment où nous devions stipuler pour un sultan avec lequel nous
ignorions sur quel pied et en quels termes nous allions être. Le temps
était trop court pour s'assurer à la fois des intentions du nouveau
sultan, et pour régler avec les Russes la position dans laquelle on
voulait se placer. Cependant la Turquie ne pouvait pas y être considérée
comme un objet indifférent; on ne pouvait s'expliquer pour quelle cause
cette révolution de sérail s'était faite; puisque le sultan étranglé
était notre allié et notre ami, on soupçonna son successeur de favoriser
la faction ennemie de la France. On le crut d'autant mieux que ce sultan
avait fait décapiter le prince Sutzo, comme agent du parti français; il
avait effectivement rendu compte à notre ambassadeur, que la Porte, dont
il était alors premier drogman, traitait de la paix avec l'Angleterre,
ce qui était vrai.

À travers toutes les catastrophes orientales, on jugea que, quoi que
l'on fît à Constantinople, on ne s'y établirait jamais d'une manière
durable. Les Russes y entretenaient avec activité une influence qui
était leur affaire principale, et depuis qu'ils étaient possesseurs de
la majeure partie des côtes de la mer Noire et des embouchures des
fleuves qui s'y jettent après avoir traversé les États russes, leur
domination s'y faisait sentir sans qu'on pût y apporter du contre-poids.
La nation grecque commençait à entrevoir le moment où elle secouerait le
joug sous lequel elle gémit depuis si long-temps. Le gouvernement turc
était sans ressort, et n'offrait aucun point d'appui où poser le levier
dont le jeu pouvait l'affermir. On venait de perdre le seul prince avec
lequel on pût stipuler d'une manière à peu près sûre.

En Europe, on considérait les Turcs moins comme une nation que comme une
grande tribu à laquelle les Grecs sont devenus supérieurs, et qu'ils
pourraient bien un jour rejeter en Asie, étant aidés par une forte
puissance. On préféra donc s'arranger avec la Russie, indépendamment des
Turcs, et au moyen de la politique, qui justifie les actions des
souverains, nous nous servîmes de la circonstance de la mort du sultan
pour abandonner la nation. Fîmes-nous bien? fîmes-nous mal? je ne m'en
établis pas le juge; mais du moins il faut convenir que nous ne fîmes
point une action loyale, d'autant plus que c'était nous qui leur avions
fait faire la guerre.

Une considération qui détermina encore à abandonner les Turcs fut
celle-ci: nous traitions en gardant la majeure partie de nos conquêtes;
c'était la résolution prise; on ne pouvait donc pas raisonnablement
exiger que les Russes rendissent les provinces turques dont ils
s'étaient emparés, sans que la Porte puisse les reconquérir. Or, si déjà
les Russes menaçaient de ruiner l'empire de Constantinople, que
devait-il devenir après la perte de ses provinces? Pour le soutenir, il
fallait évidemment soutenir la guerre avec tous les moyens de la nation,
et par conséquent ne se dessaisir d'aucun des avantages dont on se
trouvait pourvu, et renoncer à l'ouvrage dont on s'occupait pour
commencer celui qu'il y aurait eu à faire; c'est-à-dire marcher à la
destruction de l'empire russe. Ce plan fut proposé à l'empereur; mais il
était occupé d'une autre idée; il voulait mettre fin à la guerre, et
contracter une alliance dont il avait besoin en Europe. Il croyait
pouvoir le faire avec l'empereur de Russie, pour lequel il se sentait de
l'attraction.

Si l'on partait du point qui avait, jusqu'à cette époque, servi de
régulateur à la politique de la France vis-à-vis des puissances
orientales, il n'y a nul doute que l'on serait autorisé à dire que c'est
une grande faute que d'avoir abandonné les Turcs à Tilsitt; moi-même,
quoique soumis à l'empereur en tout, j'ai trouvé que nous manquions à la
loyauté; mais, en examinant les choses de près et sans passion, on ne
peut s'empêcher de justifier l'empereur, s'il a eu le projet de prendre
dans le Levant une position meilleure, d'autant plus qu'il avait bien
pénétré ce qui devait infailliblement arriver dans ces contrées, surtout
lui n'étant plus sur la scène du monde, et la France sous une minorité.

Dans le cours de son administration, il avait fait faire beaucoup
d'observations sur l'Orient, et il y avait été bien servi.

Pendant que toutes les nations de l'Europe avaient les regards tournés
vers la révolution française, et qu'en général les idées anciennes
faisaient petit à petit place aux nouvelles, avec lesquelles on était
successivement obligé de transiger, les Turcs sont restés dans leur
léthargie, et ont fini par se trouver à une distance très grande de
celle à laquelle ils étaient déjà, à la fin de leur dernière guerre avec
la Russie et l'Autriche.

La disparition de la Pologne et de la Suède a particulièrement pesé sur
eux; les moyens de ces deux puissances, jadis leurs alliées, étant
passés entre les mains de leurs ennemis, leur sort est devenu
indubitable, et il ne faut pas être profond politique pour voir que la
Turquie ne sera bientôt plus qu'une vassale de la Russie.

Toutes les nations qui ont intérêt à la conservation des Turcs, n'ont
pas fait assez d'attention aux différentes routes que les Russes se sont
ouvertes à travers ce pays; tout le monde a été plus ou moins accessible
à la séduction du cabinet de Saint-Pétersbourg, qui fera payer fort cher
les services qu'il a rendus pour la destruction de la France. Il y a
travaillé avec ardeur, parce que cela assurait l'exécution de ses
projets à venir, en ne la faisant dépendre que de lui; mais il n'a pas
cessé de faire marcher sa politique dans le Levant, et, depuis
vingt-cinq ans, il s'est distribué dans les îles de la Grèce et dans la
Géorgie plus de bagues, de diamans au chiffre de l'empereur de Russie,
qu'il n'y en a eu de données dans toutes les autres cours de l'Europe.

Les Grecs, qui sont naturellement observateurs et commerçans, n'ont pas
tardé à s'apercevoir de ce qui pouvait les favoriser. La mesure qu'a
prise le gouvernement français de rendre le commerce du Levant libre,
servira les Grecs au gré de leurs désirs, et ils ont commencé à voir
luire l'espérance depuis qu'en France et en Italie ils ont part aux
mêmes faveurs de commerce que les nationaux de ce pays.

La guerre ayant introduit le commerce anglais dans la Méditerranée, et
lui-même ayant été exclu des ports d'Italie, les Grecs en sont devenus
les facteurs, et se sont ainsi créé une marine marchande, qui compte
déjà au-delà de mille bâtimens de toute grandeur, et qui ont remplacé
ceux que la France avait autrefois dans ces mers, sous le nom de
bâtimens de caravane.

Les établissemens français dans les échelles du Levant ont vu leurs
affaires passer successivement entre les mains des Grecs, qui sont
devenus riches de la dépouille de la France. Avec l'opulence sont venus
les goûts de luxe et de science, parce que l'on sait que l'ambition est
inutile aux Grecs, puisque les Turcs ne les admettent dans aucun emploi;
ils n'ont pas même le droit d'être armés. Mais sous le rapport des
sciences et des arts, ils ont fait de grands pas pendant que les Turcs
dormaient. Aujourd'hui les Grecs ont des colléges dans toutes les îles,
et trois grands, entre autres, à Smyrne, Chio et Athènes, où leur
populeuse jeunesse apprend, avec des succès remarquables, les langues;
le latin; dont ils traduisent tous les bons auteurs; l'histoire, et
particulièrement celle de leur pays; la géographie, les mathématiques,
la physique et la chimie; ils ont des postes, et des professeurs
excellens dans toutes les parties. Leur goût est borné par la crainte de
s'attirer des impositions arbitraires de la part du gouverneur turc; en
sorte que les bénéfices de leur commerce sont enfouis et dérobés aux
regards observateurs.

Voilà donc une nation riche, industrieuse et savante qui, chaque jour,
sent mieux le poids de sa servitude qu'avant d'avoir pu en juger par des
objets de comparaison désavantageux pour elle. Dans cette situation,
elle tourne ses regards vers un libérateur[12], et secondera des efforts
qui doivent lui devenir aussi profitables.

Il y a vingt-cinq ans, on aurait eu de la peine à faire raccommoder une
chaloupe en Grèce; aujourd'hui on y fait des vaisseaux, de la
tonnellerie, de la corderie, de la voilerie; on y travaille le fer et le
cuivre comme à Marseille; il y a beaucoup de fabriques, entre autres une
verrerie à l'île de Chio, qui aura plus d'un imitateur; et il est à
remarquer que tous les établissemens commencent en adoptant les mêmes
perfections que toutes les nations étrangères ont fini par préférer
après avoir traversé les âges.

Un peuple nombreux, robuste et sobre, comme le Grec, qui a tous les
germes d'un retour à la civilisation, ne peut pas reculer; il y est sans
cesse rappelé par les souvenirs de son histoire, et il n'est pas
difficile de prévoir qu'il doit nécessairement reprendre un rang parmi
les nations indépendantes[13]; il n'a besoin pour cela que de secouer le
joug des Turcs. Les Grecs les méprisent, mais ils les craignent, et ils
n'ont pas assez de confiance en eux-mêmes pour tenter de secouer le joug
seuls.

Il faut que les Turcs s'écroulent, ou par la guerre, ou par l'intrigue,
ou par vétusté; ce qui ne peut tarder. Alors les Grecs n'auront plus
qu'à se reconstituer, si la puissance prépondérante le leur permet; ils
auront, dans un même jour, un gouvernement d'hommes sages et éclairés,
une foule de jeunes gens très instruits, une marine, une armée, enfin
une industrie et des richesses, qui ne craindront plus de se montrer
lorsqu'elles seront protégées.

Le résultat de cette émancipation des Grecs sera immense pour la
puissance riveraine de la Méditerranée, et le commerce français achèvera
d'en être chassé. On a beau vouloir s'en imposer sur cette époque, elle
est marquée et réservée au règne de l'empereur Alexandre[14]: il ne
voudra pas laisser à son successeur le rôle de régénérateur de la Grèce;
tout lui permet de hâter cet événement, qui, comme tous ceux de cette
importance, n'ont qu'un moment pour éclore, après quoi ils avortent ou
rencontrent des difficultés.

Si, comme cela est probable, la catastrophe des Turcs arrive, on voudra
venir à leur secours, au moins on peut le penser; mais il ne sera plus
temps: les troupes russes seront aux Dardanelles avant l'arrivée des
flottes qui voudront protéger les Turcs. Il n'y aura donc qu'une guerre
par terre qui sera de quelque effet; mais les puissances qui pourraient
la faire efficacement n'ont pas toutes le même intérêt à ce que la
marine de guerre et marchande russe ne vienne point dans la
Méditerranée; aussi les Anglais, qui sont prévoyans, ont pris à l'avance
les îles Ioniennes, et nous les verrons aller en Égypte lorsque les
Turcs s'écrouleront: c'est le seul point d'où ils pourront rester encore
quelque temps les maîtres exclusifs du commerce de l'Inde, jusqu'à ce
que les idées d'indépendance y soient inoculées.

C'est vraisemblablement parce que l'empereur avait envisagé les choses
sous ce rapport-là à Tilsit, qu'il renonça à soutenir seul les Turcs, et
il aima mieux saisir les avantages que lui avait donnés la guerre, pour
profiter d'une catastrophe inévitable, que de remettre encore les armes
à la main pour juger une difficulté qu'il était le maître de faire
tourner à sa guise, dans ce moment-là, en s'alliant avec les Russes, et
en les intéressant à son système politique[15].

L'Autriche avait une armée d'observation en Gallicie et en Bohême,
c'est-à-dire sur nos derrières; son ambassadeur, M. de Vincent, était,
ainsi que tout le corps diplomatique, à Varsovie, et ne pouvait pas
pénétrer ce qui se faisait à Tilsit, d'où l'on avait écarté tout ce qui
n'était pas partie contractante. L'Autriche y envoya directement, de
Vienne, le général Stuterheim, qui y arriva pendant les conférences; il
eut soin de prendre sa route de manière à éviter Koenigsberg, où bien
certainement je l'aurais retenu; il était chargé des complimens d'usage
en pareil cas; mais je crois que le véritable motif de sa mission était
de suppléer à ce que M. de Vincent se trouvait dans l'impossibilité de
faire à Varsovie.

M. de Stuterheim était parti de Vienne après que l'on y avait su la
bataille de Friedland: venait-il savoir quels en seraient les résultats
pour les Russes, juger de ce qu'ils pouvaient encore, et leur donner des
paroles de consolation de la part de sa cour: cela n'était pas
invraisemblable; comme aussi il pouvait avoir la mission inverse,
c'est-à-dire en cas que les Russes fussent perdus, et la Pologne
régénérée, ainsi que cela dépendait de l'empereur alors, M. de
Stuterheim pouvait être chargé d'un arrangement à conclure avec la
France pour ce cas-là.

Je pense bien que le ministère de l'empereur a considéré les choses sous
les deux points de vue, et qu'il s'en est servi pour décider l'empereur
à faire la guerre. Or, comme il ne cherchait qu'à lier une puissance à
son système, et à contracter une alliance pour la France et lui, il crut
l'avoir trouvée, et renonça au reste. On ne pourra pas du moins le
suspecter de mauvaise foi; et il lui paraissait moins difficile de
rapprocher la Russie de la France que la France de l'Autriche. Les
Prussiens avaient donné une mission semblable à M. Haugwitz en 1805.

Après la bataille de Friedland, les moyens de l'empereur Napoléon
étaient immenses. La Russie n'avait plus d'armée, et l'empereur pouvait,
en quelques marches au-delà du Niémen, se trouver maître de la meilleure
partie des moyens de recrutement de la Russie, comme du reste de la
Prusse. La Pologne pouvait être régénérée, et son armée organisée avant
que les armées autrichiennes pussent se mettre en opération. Tout cela
ne se fit pas, parce que l'empereur Napoléon cherchait de bonne foi une
alliance, et les conférences de Tilsit eurent lieu. Les deux puissances
ne cherchant qu'à se rapprocher, ne songèrent qu'à s'accorder, ce qui
faisait l'objet de leurs désirs, et non à ouvrir de nouvelles
contestations.

La France demandait à la Russie d'entrer franchement dans sa querelle
contre l'Angleterre, et de consentir à des changemens en Espagne, qui
devaient d'abord être le départ de la maison régnante pour l'Amérique,
et la réunion des cortès pour le changement de la dynastie, c'est-à-dire
recommencer l'ouvrage de Louis XIV en sens inverse.

La Russie demandait la Finlande et les provinces turques, jusqu'au
Danube, avec les arrangemens que les localités obligeraient de prendre,
telles que l'émancipation des Serviens; et, si cela était possible, la
séparation de la Hongrie.

La révolution de sérail, qui venait d'éclater à Constantinople contre le
sultan Sélim, et le rapprochement subit de son successeur avec
l'Angleterre, donna de l'inquiétude à l'empereur Napoléon, qui n'avait
plus assez de temps pour refaire là sa politique. On pouvait craindre
que les Anglais ne fissent faire la paix aux Turcs, et que l'armée russe
de Moldavie ne vînt réparer les pertes de Friedland. Si cela était
arrivé, la Russie aurait traîné en longueur, et donné à l'Autriche la
possibilité d'entreprendre quelque chose avec succès; il aima donc mieux
saisir ce qui se présentait que de courir de nouvelles chances; il
traita sans les Turcs, et laissa les Russes continuer leurs opérations
contre eux, et en retour, les Russes promirent de le laisser agir de
même en Espagne.

Les Russes allèrent franchement contre les Suédois et les Turcs; mais
les affaires d'Espagne ayant pris une fâcheuse tournure, l'empereur
Napoléon en prévit les suites et demanda l'entrevue d'Erfurth pour
affermir sa politique avec la Russie. Il en revint moins satisfait qu'il
ne l'espérait; mais cependant loin de la pensée de croire à la guerre
qui eut lieu en 1809. Elle fit évanouir sa confiance dans son alliance
de Tilsit, et en demandant les provinces Illyriennes au mois d'octobre
1809, c'était un chemin de plus qu'il voulait s'ouvrir pour marcher au
secours des Turcs, sans compliquer sa politique en passant par des pays
étrangers; il était alors résolu de défendre les Turcs, trouvant que la
Russie avait déjà trop acquis par la seule résistance que lui-même
éprouvait en Espagne.

Il aurait cependant voulu s'unir à cette puissance; mais il vit que son
ouvrage de Tilsit était à refaire en entier, puisque la seule guerre que
la Russie pouvait faire aux Anglais était par le commerce, qui était
protégé à peu de chose près comme auparavant: on vendait à Mayence du
sucre et du café qui venait de Riga. Dès lors il ne restait que les
inconvéniens du traité de Tilsit, sans aucun de ses avantages; et il se
détermina à son alliance avec l'Autriche, avec la résolution de
reprendre tous les avantages qu'il avait après Friedland. Depuis le
mariage la Russie le voyait bien, ou du moins il ne lui était pas permis
d'en douter.

Si la guerre de 1812 avait été heureuse, il n'y a pas de doute que
l'Illyrie ne fût point restée détachée de l'Autriche; et c'est pourquoi
l'empereur en avait fait un gouvernement séparé, afin de pouvoir la
négocier plus facilement.

Maintenant que la France ne porte plus d'ombrage à la Russie, doit-on
croire qu'elle se gênera davantage pour exécuter ce qu'elle n'avait pas
craint d'entreprendre avant. Il y aurait de la déraison à le penser.
Peut-être y mettra-t-elle un peu plus de temps; mais le résultat sera le
même. Son commerce la pousse dans la Méditerranée, et il faudra malgré
elle qu'elle arrive aux Dardanelles. Il n'y a pas un Grec qui n'en soit
convaincu et ne l'attende. Les Russes n'ont que des armes à porter à
cette population, qui tend à sortir du joug qui pèse sur elle, et les
Russes le savent.



CHAPITRE IX.

L'empereur Napoléon cède aux instances de l'empereur
Alexandre.--L'autocrate prend une part de la dépouille de son allié.--Le
roi et la reine de Prusse à Tilsit.--Formation du royaume de
Westphalie.--M. de Nowosilsow avertit l'empereur Alexandre de se
rappeler le sort de son père.


L'empereur de Russie fut obligé de nous faire, de son côté, des
abandons.

Le ministre français proposait d'abord de rayer la Prusse du nombre des
puissances, et ce n'est assurément qu'aux instances de l'empereur de
Russie qu'elle doit d'avoir été conservée; elle fit des pertes énormes,
mais il n'y avait pas de compensation à donner pour leur restitution:
elle fut donc obligée d'y souscrire.

L'empereur de Russie lui-même prit à la Prusse, sur les bords de la
Narew, le district de Bialystock; nous devions donc, nous, ennemis, nous
attendre à ne pas être taxés de spoliation en la divisant comme nous
l'avons fait, parce qu'enfin, si la conquête est un droit, nous l'avions
acquis.

Le roi de Prusse et même la reine de Prusse vinrent à Tilsitt[16], pour
chercher à conjurer cette ruine; ils y furent reçus avec égards,
beaucoup de démonstrations de respect; mais ni l'un ni l'autre
n'obtinrent rien. L'empereur de Russie, leur protecteur, fut obligé de
songer à lui, ne pouvant rien faire pour eux.

Il y avait bien autour de l'empereur Napoléon un petit parti qui
cherchait à éloigner la paix dans des vues particulières d'ambition; M.
de Talleyrand le voyait, et se hâtait tant qu'il pouvait de conclure. Un
jour qu'il sortait du cabinet de l'empereur, il trouva dans le salon à
côté le grand-duc de Berg, qui, pendant ces conférences, se donnait
beaucoup de mouvement pour obtenir quelques portions de territoire qu'il
trouvait à sa convenance; M. de Talleyrand lui dit haut devant tout le
monde: «Monseigneur, vous nous avez fait faire la guerre, mais vous ne
nous empêcherez pas de faire la paix». Il n'en dit pas davantage, et
quitta la compagnie; la paix se signa effectivement deux ou trois jours
après.

L'empereur de Russie reconnut tout ce qu'on voulait lui faire
reconnaître à Austerlitz, et s'il avait accepté le rendez-vous qui lui a
été proposé alors, il aurait épargné la vie de bien des braves gens, et
aurait empêché le malheur d'un grand nombre de familles.

À Tilsit, la Prusse rendit tout ce qu'elle avait acquis depuis
l'avènement de Frédéric II au trône, excepté la Silésie; mais elle
perdit Magdebourg.

La Hesse, le duché de Brunswick, avec quelques autres territoires,
formèrent le royaume de Westphalie, que l'empereur de Russie reconnut.

La portion de la Pologne qui était échue à la Prusse, dans les divers
partages, fut érigée en grand-duché de Varsovie[17], et placée sous la
domination de la Saxe.

L'empereur de Russie reconnut aussi la possession du Hanovre par la
France; il lui rendit Corfou. En général, il fut d'accord avec
l'empereur Napoléon, non seulement sur les changemens qui étaient la
conséquence du traité patent, mais encore sur d'autres changemens que
l'empereur méditait et dont il avait conféré avec lui; j'expliquerai du
mieux qu'il me sera possible les raisons que j'ai de le croire.

Comme la Russie était encore en guerre avec la Porte, il ne fut stipulé
autre chose sinon que nous emploierions nos bons offices pour déterminer
la Porte à faire la paix; et je crois, sans en être bien assuré, que
nous avions consenti à la cession des provinces occupées par les Russes
au moment de l'ouverture des négociations, bien entendu que dans le cas
où les Turcs se refuseraient à traiter, notre intervention cesserait
sur-le-champ, c'est ce qui arriva; ils furent indignés d'être abandonnés
dans une querelle dont ils ne s'étaient mêlés que par respect pour leur
alliance avec nous; et je viens d'expliquer comment nous fûmes obligés
de les abandonner, et il est juste d'ajouter que le nouveau sultan avait
cherché à nous devancer en faisant la paix avec l'Angleterre, qui
ensuite la lui aurait fait faire avec les Russes. Dès ce moment, il
fallut renoncer plus que jamais à rien obtenir de la Turquie, et notre
ambassadeur, après avoir joui à Constantinople de la plus haute estime
et de la plus grande faveur, ne fut tranquille que lorsqu'il eut obtenu
son rappel.

Les choses réglées à Tilsitt[18], les deux souverains se quittèrent
paraissant s'estimer et s'aimer beaucoup; l'empereur Napoléon accompagna
l'empereur de Russie jusque sur la rive gauche du Niémen, où la garde
Russe était en bataille; c'est là qu'en s'embrassant l'empereur Napoléon
détacha sa croix de la Légion-d'Honneur, et l'attacha à la boutonnière
du grenadier qui était à la droite du premier rang de la garde russe, en
disant: «Tu te souviendras que c'est le jour où nous sommes devenus
amis, ton maître et moi.»



CHAPITRE X.

Retour de l'empereur.--Ivresse de la France.--Fêtes: Opéra de
Trajan.--Mission pour Saint-Pétersbourg.--Instructions de
l'empereur.--Mon arrivée à Pétersbourg.--Exaspération contre les
Français.--J'ai peine à trouver un logement.--L'empereur Alexandre.


Après la paix de Tilsit, l'empereur revint à Koenigsberg; il n'y resta
que peu de temps, après quoi il partit pour Paris en passant par Dresde,
où il s'arrêta deux jours.

La France était en délire et croyait jouir d'une paix qui serait suivie
d'une longue série de bonheur. L'empereur arriva à Saint-Cloud avec la
rapidité d'un trait, et deux jours plus tôt qu'on ne l'attendait; il fut
content de tout ce qu'il vit, et fut convaincu que l'administration
n'avait failli en rien pendant sa longue absence. Tout prospérait,
finances, industrie, et en général tout ce qui touche à la félicité
publique.

Il vint de tous les points de la France des députations lui présenter
des hommages avec des assurances de dévouement. Il en eut pour plus de
quinze jours à recevoir les uns et les autres; il aurait eu de quoi être
enivré, s'il n'avait su depuis long-temps apprécier tout cela à sa juste
valeur. On était d'autant plus aise de le revoir, que l'on n'ignorait
pas à combien d'avantages il avait renoncé pour mettre fin à la guerre.

Paris fut tout en fête; il était entré un argent énorme provenant des
contributions levées en Prusse[19]; lequel, joint à celui qui aurait dû
être envoyé pour l'entretien de l'armée, et qui n'en était pas sorti,
avait répandu partout une aisance inconnue jusqu'alors. Des travaux
publics étaient ouverts partout; les différentes classes d'artisans
avaient leurs métiers en activité; chacun d'eux gagnait honorablement sa
vie et de quoi augmenter ses jouissances. Grandes routes nouvelles,
canaux et établissemens publics, tout était entrepris à la fois et
marchait avec un ordre admirable. Il fallait bien que l'administration
fût confiée à des mains habiles et probes, pour qu'aucune partie de
cette immense machine ne restât en souffrance, ou n'embarrassât l'autre.

Dans le nombre des fêtes publiques qui eurent lieu à cette occasion, il
ne faut pas omettre l'opéra du triomphe de Trajan. Le ministre de la
police, qui n'avait point de témoignage de son zèle à donner, par des
travaux semblables à ceux des ministres de l'intérieur, des finances et
autres; qui, de plus, ne pouvait en faire accroire sur la part qu'il
avait eue à l'enthousiasme public résultant des heureux événemens qui
avaient amené la paix, ayant au contraire lieu de craindre une nouvelle
réprimande pour avoir mal fait son devoir dans deux occasions pendant la
même campagne, le ministre, dis-je, eut recours à l'adulation pour
désarmer une colère dont il se croyait menacé, lors même que l'empereur
n'y pensait pas. C'est pour cela qu'il fit faire l'opéra de Trajan, dont
il ne récompensa même pas l'auteur, duquel je tiens ces détails. Ce
dernier prit le sujet de son poëme dans le trait que j'ai rapporté
relativement à madame la princesse de Hatzfeld de Berlin.

Cet opéra plut beaucoup par le spectacle magnifique qui y était étalé,
et par tout ce que les grâces et les talens des incomparables actrices
de ce théâtre peuvent offrir de mieux dans ce genre. La musique eut le
même succès; mais la louange était trop directe et ne plut point. On
aurait dû mettre plus de tact dans la manière de l'adresser; aussi
l'empereur ne put-il pas en supporter la représentation, et cependant il
eut plusieurs fois l'occasion d'entendre dire qu'on lui imputait d'avoir
donné l'ordre de faire cet opéra. C'était assez l'habitude de se
retrancher derrière son autorité, quand on ne se sentait pas la force de
braver la critique.

Malgré le zèle du ministre, l'empereur ne fut point dupe; il avait une
adresse pour deviner tout ce qui ne lui paraissait pas naturel. Il
apprit une quantité de petites intrigues qui avaient eu lieu à Paris
pendant son absence, et desquelles il aurait dû être informé par son
ministre, qui eut l'air de les avoir ignorées. J'en parlerai plus bas,
parce que c'est sous mon administration que l'empereur apprit, d'une
manière évidente, les motifs qu'on avait eus de les lui cacher. Il resta
persuadé depuis lors qu'on n'avait cherché qu'à l'abuser.

Sa confiance dans M. Fouché était disparue; il ne lui disait plus rien,
il le laissait faire. Je dirai tout à d'heure ce qu'il en arriva, et ce
qui faillit perdre le ministre de la police pour jamais. Mais avant je
veux rendre compte de ce qui se passait à Pétersbourg, parce que c'est
le moment d'en parler.

Avant de quitter Koenigsberg, l'empereur me fit appeler; il venait de
voir le corps du maréchal Soult. Après m'avoir gardé quelques minutes,
il me dit: «Je viens de faire la paix; on me dit que j'ai eu tort, que
je serai trompé; mais, ma foi, c'est assez faire la guerre, il faut
donner du repos au monde. Je veux vous envoyer à Saint-Pétersbourg, en
attendant que j'aie fait choix d'un ambassadeur; je vous donnerai pour
l'empereur Alexandre une lettre qui sera votre lettre de créance. Vous
ferez là mes affaires: souvenez-vous que je ne veux faire la guerre avec
qui que ce soit; et établissez-vous sur ce principe-là. Ce serait me
déplaire beaucoup que de ne pas m'éviter de nouveaux embarras. Voyez
Talleyrand, il vous dira ce qu'il y a à faire pour le moment, et ce qui
a été réglé entre l'empereur de Russie et moi. Je vais laisser reposer
l'armée dans les pays que je dois encore occuper, et faire achever le
paiement des contributions. C'est le seul cas qui pourrait ramener des
difficultés; mais tenez-vous pour dit que je n'en rabattrai rien. Vous
aurez à presser le départ d'un ambassadeur; faites en sorte que le choix
tombe sur un homme qui ne vienne pas chez nous pour y faire ce qu'ont
fait ceux que nous avons déjà eus.

«Je vous ferai envoyer le traité secret après que j'aurai reçu vos
premiers rapports. Dans vos conversations, évitez soigneusement tout ce
qui peut choquer. Par exemple, ne parlez jamais de guerre; ne frondez
aucun usage, ne remarquez aucun ridicule: chaque peuple a ses usages, et
il n'est que trop dans l'habitude des Français de rapporter tout aux
leurs, et de se donner pour modèles. C'est une mauvaise marche, qui vous
empêchera de réussir en vous rendant insupportable à toute la société.
Enfin, si je puis resserrer mon alliance avec ce pays, et y faire
quelque chose de durable, ne négligez rien pour cela. Vous avez vu comme
j'ai été trompé avec les Autrichiens et les Prussiens; j'ai confiance
dans l'empereur de Russie, et il n'y a rien entre les deux nations qui
s'oppose à un entier rapprochement; allez y travailler.»

C'était là toute ma mission; elle était pacifique; et n'avait rien qui
sentît l'envoyé d'un conquérant. L'empereur partit le même soir pour
Paris, et le lendemain je me mis en route pour Pétersbourg. Nous
commencions l'évacuation des bords du Niémen, lorsque je traversai ce
fleuve, et de l'autre côté étaient encore les milices asiatiques que le
prince Labanow avait amenées pour former une réserve à l'armée du
général Benningsen, qui revenait de la bataille de Friedland.

La garde russe était partie depuis quelques jours, et ce qui restait là
de troupes russes, comme sauvegarde de cet empire, ne pouvait pas être
opposé à un seul de nos corps d'armée.

J'arrivai à Pétersbourg le 14 juillet, vers onze heures du matin; je fus
frappé d'admiration en me trouvant dans une aussi belle ville après
avoir traversé un pays à l'extrémité duquel j'aurais été moins surpris
de rencontrer le chaos; mais il faut être arrivé jusqu'à la porte pour
s'apercevoir que l'on approche d'une grande capitale.

J'avais envoyé la veille les officiers qui étaient avec moi, afin de
retenir un logement convenable, pour moi et pour tout ce qui
m'accompagnait. Mais quel fut mon étonnement de les trouver encore le
lendemain, cherchant eux-mêmes où s'établir: l'opinion était tellement
montée contre les Français, que dans aucun hôtel garni on ne voulait me
loger; j'ai été au moment d'être obligé d'avoir recours à des moyens
extraordinaires, lorsque le plus heureux hasard me fit rencontrer, dans
le propriétaire de l'hôtel de Londres, un homme qui était de mon
département; il passa sur toutes les considérations et me logea.

Le jour même de mon arrivée à Saint-Pétersbourg, j'eus l'honneur d'être
présenté à l'empereur de Russie et de lui remettre la lettre dont
j'étais porteur pour lui. Il était établi dans un petit château de
plaisance nommé Kamemostrow, distant d'une bonne lieue de la ville,
au-delà de la Neva.

J'étais bien loin de m'attendre à un accueil aussi bienveillant que
celui que j'en reçus. Cette première réception ne fut qu'une
conversation de bonté de sa part; elle ne dura qu'un quart d'heure, et
il la termina en me faisant l'honneur de me faire inviter à dîner pour
le lendemain; c'est dans l'après-dîner de ce jour-là, qu'étant resté
seul avec lui, il me prit à part et commença la première conversation
d'affaires. Je dois hommage à la vérité, et convenir qu'en le quittant
j'étais convaincu qu'il tiendrait toutes les conditions de son alliance
avec nous; mais aussi il me parla de sa position vis-à-vis des Turcs, en
termes si clairs, que je ne pouvais me méprendre sur la conclusion qu'il
en tirerait.

Il me répétait souvent que l'empereur lui avait dit qu'il n'avait point
d'engagemens avec le nouveau sultan, que les changemens survenus dans le
monde changeaient naturellement les relations des différens États entre
eux. Je vis bien que cette matière avait été le sujet de plus d'un
entretien à Tilsit; mais comme l'empereur Napoléon ne m'avait pas parlé
de cela, je ne pouvais qu'écouter sans répondre. Je fus persuadé
dès-lors qu'il ne demanderait pas mieux que de ne pouvoir pas faire la
paix avec la Porte, parce que la conséquence était naturelle dans ce
cas; et je ne pus mettre hors de mon esprit qu'il y avait eu entre eux
deux quelque confidence réciproque sur des projets médités depuis
long-temps; parce que je ne pouvais pas me persuader que nous eussions
renoncé aux Turcs, sans quelque convention de la part de la Russie de
nous laisser faire ailleurs, par compensation, ce qui pourrait nous
convenir. J'ai même de fortes raisons pour croire qu'à ce même Tilsit il
fut question de l'Espagne.

C'était la seule affaire qui occupât sérieusement l'empereur; et comme
il ne voulait plus de guerre, comment aurait-il manqué l'occasion de
parler au seul monarque qui pouvait la faire d'une manière inquiétante
pour nous, d'un projet qui l'aurait infailliblement rallumée, s'il avait
été dans l'intention de s'y opposer. Il était bien plus naturel et
raisonnable de le lui communiquer franchement, puisque le même monarque
avait, de son côté, un autre projet, dont l'exécution pouvait être
traversée par la France, si elle n'y avait pas préalablement donné son
assentiment.

Ce qui me confirme encore dans cette opinion, c'est que, lors du
commencement des affaires d'Espagne (que j'expliquerai tout à l'heure),
on débitait à Saint-Pétersbourg, aussi-bien que dans les autres villes,
des contes de toutes les façons sur ce qui se préparait à Madrid.
L'empereur de Russie ne l'ignorait pas: il ne m'en dit que quelques
mots, et l'empereur, qui m'écrivait de Paris toutes les semaines, ne
m'en parlait pas du tout. Or, comme il avait à coeur de resserrer son
alliance avec la Russie, qui aurait pu souffrir par le seul fait de son
entreprise sur l'Espagne, il n'aurait pas manqué de me faire adresser
des instructions à ce sujet, si tout n'avait été convenu d'avance à
Tilsit: il ne le fit pas, parce qu'il avait bien jugé que cela ne serait
pas nécessaire.

J'ai passé six mois à Saint-Pétersbourg, comblé des bontés de l'empereur
Alexandre à un tel point, qu'il ne m'avait plus laissé le moyen de me
renfermer dans la gravité du caractère diplomatique, si j'avais eu à
traiter d'affaires importantes. Je le sentais bien; mais j'eus le
bonheur de n'en avoir que d'agréables, car ces six mois furent ce qu'on
appelle, dans le mariage, la lune de miel; je n'avais que de bonnes
communications à faire; je n'étais, à proprement parler, que
l'intermédiaire confidentiel d'un échange de courtoisie accompagnée de
dons de toutes les espèces. Je n'ai point perdu le souvenir de tous ces
heureux temps-là, où il nous était permis de nous livrer à l'espérance
de jouir d'un bonheur acheté par beaucoup de fatigues et de dangers.

L'accueil de la société envers moi et ce qui m'accompagnait, était en
raison inverse des bontés de l'empereur Alexandre. Pendant les six
premières semaines de mon séjour chez lui, je n'ai pu me faire ouvrir
aucune porte, et, hormis les jours où j'avais l'honneur de dîner chez
l'empereur, la promenade publique était mon seul amusement; et chez
l'empereur même, je voyais la première noblesse partir le soir pour
quelques assemblées ou bals, et moi je revenais tristement à mon
secrétaire. L'empereur de Russie voyait tout cela, il aurait voulu qu'on
eût agi autrement; mais toutefois je n'ai jamais eu l'air, vis-à-vis de
lui, d'en souffrir, et je n'en ai jamais parlé.



CHAPITRE XI.

Pétersbourg.--Fêtes de Petershoff.--Les princes de la maison de Bourbon
se retirent soudainement.--Communications de l'empereur Alexandre à cet
égard.--Réponse de l'empereur Napoléon.--Les princes peuvent venir
habiter Versailles.--Mission de M. de Blacas.--Ma biographie.--Allusions
de l'impératrice.


Au moment de mon arrivée à Pétersbourg, on récitait publiquement, dans
les églises, des prières contre nous et particulièrement contre
l'empereur Napoléon. Comme j'arrivai le premier en Russie, je recueillis
tout ce qu'on y avait semé. Pendant cette rigoureuse quarantaine à
laquelle je fus soumis, j'employai mon temps à visiter tout ce que cette
belle ville offre de curieux: c'est en la parcourant que j'ai entendu
moi-même, dans des églises, réciter les prières dont je viens de parler;
il est vrai de dire que l'empereur de Russie ne se les rappelait plus,
et qu'il les fit cesser aussitôt.

Pétersbourg est bâti avec tout le luxe d'Italie et la profusion de
granit et de marbre que les historiens nous rapportent avoir été
remarquée dans les villes anciennes dont le nom seul nous est resté. On
n'y voyait pas encore de musée ni d'académie de belles-lettres; mais le
germe de la civilisation se reconnaissait partout, et, avec fort peu de
temps, ce pays fera peut-être trembler le monde. Ses peuples sont neufs
et vigoureux; ils ne sont point énervés par la jouissance; chaque guerre
qu'ils feront vers l'occident leur apportera quelque connaissance de
plus. C'est, selon moi, une bien grande faute de la part des souverains
qui gouvernent des pays riches et des peuples aisés, que d'ouvrir leurs
barrières à ceux qui viennent pour y prendre, sans jamais y rien
apporter que le fléau inséparable d'une multitude avide de jouissances
qui lui étaient inconnues: les Russes en connaissent maintenant le
chemin, qui les empêchera d'essayer de le reprendre?

J'ai eu occasion de voir les fêtes de Petershoff. C'est un très beau
spectacle: je l'ai trouvé assez ressemblant à celui que présentent en
France les fêtes de Saint-Cloud, lorsque l'empereur est dans cette
résidence; mais j'ai trouvé la classe des bourgeois et artisans russes
plus aisée et étalant plus de luxe dans sa mise extérieure qu'on ne le
voit dans la classe correspondante en France.

Petershoff a été construit à l'imitation de Marly près Saint-Germain. La
cour y a une quantité de petits pavillons isolés les uns des autres, et
contenant chacun tout ce qui est nécessaire à l'établissement complet
d'une maison de représentation. L'empereur Alexandre me fit donner un de
ces petits pavillons pour le temps que durèrent les fêtes de Petershoff,
et il eut la bonté de s'occuper de moi les jours où le public et la cour
étaient tout occupés de lui.

Les fêtes ont régulièrement lieu pendant les premiers jours d'août. On y
célèbre le jour de naissance ou de nom de sa majesté l'impératrice-mère.
Elle donne à toute la Russie l'exemple d'une grande piété et de grandes
vertus; sa protection est accordée à tous les établissemens de charité,
et, en général, son nom est inséparable des actes de bienfaisance de ce
pays-là.

C'est au retour de Petershoff à Pétersbourg que j'appris la nomination
de M. de Champagny au ministère des relations extérieures, et celle de
M. de Talleyrand à la dignité de vice-grand-électeur; on apprit aussi,
par le gouverneur de Mittau, le départ des princes de la maison de
Bourbon, qui étaient retirés dans cette résidence. Ils s'étaient
embarqués pour la Suède: je n'en ai pas connu le motif; mais ce que je
me rappelle très bien, c'est que l'empereur Alexandre m'envoya chercher
tout exprès, et me dit: «Général (c'est ainsi qu'il m'appelait), je vous
ai fait demander pour vous communiquer ce que je viens de recevoir de
mon gouverneur à Mittau.» Il me montra la lettre, qu'il avait eu la
bonté de faire traduire en français. «Vous verrez, ajouta-t-il, qu'il me
rend compte du départ inopiné du comte de Lille et de sa famille; je
n'en ai pas été prévenu d'une autre manière, et n'ai reçu à l'avance, ni
même au moment de leur départ, aucune communication relativement à cette
résolution dont je ne devine pas le motif. J'ai voulu vous en faire part
pour que vous en rendiez compte chez vous, afin que l'empereur ordonne
ce qu'il jugera convenable. Vous savez que, plus d'une fois, les
déplacemens de cette famille ont été, en France, les précurseurs
d'agitations, et je serais désespéré que l'empereur crût que j'y ai la
moindre part. Ce n'est pas qu'en mon particulier je croie qu'il eût la
moindre chose à redouter de ces princes: je ne connaissais pas le comte
de Lille, quoiqu'il résidât à Mittau. En partant pour la Moravie, en
1805, je ne pouvais passer par cette ville sans lui faire une visite.

«Je suis persuadé, qu'à moins d'événemens bien extraordinaires que
l'intelligence humaine ne peut pas prévoir, cette famille ne remontera
jamais sur le trône; elle finira comme celle des Stuarts.»

Je reçus cette communication avec le respect que je devais, et
conformément aux ordres d'Alexandre, j'en rendis compte à l'empereur
Napoléon.

Ce départ me surprit; je ne savais à quoi l'attribuer. Je me mis à
écouter ce qu'en disaient les salons, et j'appris que cette fuite
précipitée était attribuée à quelques démarches de ma part. L'on ne
craignait pas même de répandre, qu'on avait laissé entrevoir à la
famille royale qu'elle n'était pas à l'abri d'une nouvelle entreprise
semblable à celle qui avait été tentée lorsqu'elle habitait Varsovie.
Tout cela étant de l'énigme pour moi, je n'en devins que plus curieux,
et je saisis une des occasions de mes entretiens particuliers avec
l'empereur Alexandre pour m'en expliquer. J'ai appris de lui-même,
qu'effectivement il y avait eu une entreprise formée contre les jours du
comte de Lille, tandis qu'il habitait Varsovie; que son opinion avait
été long-temps incertaine là-dessus, mais qu'il avait fini par
reconnaître que c'était l'oeuvre de quelque basse intrigue à laquelle un
gouvernement comme celui de l'empereur Napoléon n'avait pu jamais avoir
part. Ce ne fut qu'après mon installation au ministère, en 1810, que je
pus approfondir ce que cela signifiait, et je sus effectivement que l'on
n'y avait connu cette affaire que par le bruit qu'avait fait alors
l'administration prussienne de Varsovie, qui avait voulu lui donner une
suite sérieuse; et j'appris que les soupçons s'étaient arrêtés sur un
sieur Galomboyer, chef de division aux relations extérieures de France,
qui, à cette époque-là, avait effectivement paru à Varsovie; qu'il y
avait eu des rapports avec des serviteurs de la maison du roi, qu'il en
était parti subitement lorsque tout fut découvert, était revenu en
France, et était mort peu de temps après son arrivée, sans avoir été
réemployé.

Ce ne fut qu'alors que je m'expliquai combien étaient naturelles les
craintes du roi, en voyant arriver à Pétersbourg un ministre de
l'empereur, et qui était en même temps un homme de sa confiance.

Je donne ces détails au public, parce qu'il existe encore des
contemporains de l'époque où ces faits ont eu lieu, et qui pourront
juger de leur véracité.

J'étais encore occupé d'éclaircir cette affaire, lorsque je reçus la
réponse que l'empereur fit à ma dépêche; elle était conçue en ces
termes:

«M. le général Savary, j'ai reçu votre lettre de ... Remerciez
l'empereur Alexandre de la communication qu'il vous a chargé de me
faire. Il est dans l'erreur s'il croit que j'attache la moindre
importance à ce que peut faire le comte de Lille; s'il est las d'habiter
la Russie, il peut venir à Versailles, je ferai pourvoir à tout ce qui
lui sera nécessaire. Sur ce, je prie Dieu qu'il vous ait, etc., etc.»

Je suis très sûr d'avoir laissé cette lettre dans le nombre de celles
que j'ai remises à mon successeur, comme document appartenant à
l'ambassade: s'il l'a conservée, elle doit se retrouver dans le dossier
du mois de septembre 1807, ou du mois d'octobre; mais j'atteste sur ma
vie qu'elle est vraie, à de très légers changemens près dans les
expressions de la dernière phrase. Je l'ai laissée dans les dossiers de
ma correspondance, afin que, si mon successeur rencontrait encore
quelques cas semblables, il fût dispensé d'en écrire à Paris pour
connaître les intentions de l'empereur sur cette matière.

Lorsque cette lettre me parvint, cette question était déjà loin, et il
n'en fut plus fait mention dans les conversations subséquentes: il y en
avait une autre qui m'occupait dans ce moment-là. L'empereur Napoléon,
d'après les arrangemens de Tilsit, avait érigé la Hesse, avec quelques
pays qu'il y avait réunis, en royaume de Westphalie, et y avait placé le
prince Jérôme, le plus jeune de ses frères. Le mariage de ce prince avec
la fille du roi de Wurtemberg venait de se conclure à Paris, et l'on
m'avait envoyé des lettres des nouveaux époux pour leur tante
l'impératrice-mère de Russie: je ne voulais point faire une affaire
ministérielle de ce message, d'autant plus que je n'avais d'autre
caractère officiel que celui que la bonté de l'empereur Alexandre
m'accordait; ce fut donc à lui-même que je confiai les deux lettres, en
ne lui cachant pas que le peu de bienveillance[20] que je savais à
l'impératrice-mère pour nous, m'avait ôté le courage de lui demander la
permission de les lui remettre moi-même.

L'empereur Alexandre les reçut, en me disant qu'il s'en chargeait; il
partait pour Paulwski, où résidait sa mère, et effectivement je reçus le
lendemain les deux réponses aux deux missives dont il avait daigné se
charger; elles étaient accompagnées d'une lettre de l'empereur Alexandre
pour moi, qui aurait satisfait la vanité d'un premier-ministre.
J'envoyai le tout à Paris, cherchant par tous les moyens possibles à
persuader à l'empereur que l'ouvrage de Tilsit pouvait se consolider, et
j'ajoutai que je ne pouvais qu'être satisfait de tout ce que je voyais.

Il y avait à Pétersbourg, comme envoyé de M. le comte de Lille, M. de
Blacas; il y était arrivé peu de temps après moi. Les affaires qu'il
pouvait y venir traiter ne devaient point m'occuper; elles étaient
purement domestiques. Je ne fais aucun doute que si j'avais demandé son
éloignement, si même j'avais laissé entrevoir que cela me faisait
plaisir, j'aurais été satisfait à l'instant; mais j'étais si loin de
cette pensée, qu'ayant connu une partie des objets de sa mission, sur
laquelle il avait de la peine à obtenir satisfaction, j'ai contribué à
faire disparaître les difficultés qu'il rencontrait; non pas que j'en
aie fait l'objet d'une communication officielle, mais j'ai employé un
moyen qui a également réussi.

M. de Blacas avait, entre autres choses, à solliciter des réparations
d'ameublement pour l'appartement qu'occupait madame la duchesse
d'Angoulême. Était-ce un motif vrai ou apparent de sa mission? au moins
on le disait dans la société; le fait est que, soit crainte d'un côté de
se mettre l'envoyé de la France à dos, ou, ce qui est vraisemblable, le
peu de temps convenable que l'on avait pour entretenir l'empereur
Alexandre de ces sollicitations, M. de Blacas restait sans rien obtenir.
Lorsque je sus ce qui l'occupait dans le moment, un des premiers usages
que j'aie fait de la faveur que l'on m'avait accordée a été de
m'expliquer là-dessus en termes catégoriques, vis-à-vis des personnes
auxquelles M. de Blacas avait affaire; ajoutant que, si je ne craignais
pas de blesser l'empereur Alexandre, je prendrais des mesures pour que
les réparations qu'on sollicitait fussent exécutées, et me chargerais
d'y faire face, bien persuadé que je serais approuvé par l'empereur.
Cela fut droit à son adresse, et M. de Blacas a sûrement ignoré ces
détails.

Au milieu de l'ennui dont j'étais accablé, et de la tristesse qui était
entrée dans mon esprit, j'étais allé dans un grand magasin de librairie:
en y cherchant ce que je ne trouvais pas, je jetai les yeux sur quelques
pamphlets imprimés en Angleterre, contre les Français, et
particulièrement contre l'empereur. J'en achetai la collection la plus
complète que je pus réunir; ma voiture en était pleine: je les ai lus
tous d'un bout à l'autre; et, comme véridiquement parlant, c'était un
tissu de mensonges parmi lesquels j'avais peine à deviner même ce que
les auteurs avaient voulu dire, quoique je connusse toutes les personnes
dont ils parlaient, je n'eus besoin d'aucun des secours de la
philosophie pour en supporter la lecture.

C'étaient cependant ces méprisables productions qui avaient formé
l'opinion sur nous, aussi bien en Russie qu'en Angleterre, et notre
ministre de la police n'avait fait paraître aucune réponse à tous ces
mensonges. Je trouvai ma note biographique dans un de ces ouvrages,
accompagnée de mon portrait physique et moral; ni l'un ni l'autre
n'était flatté: l'on me disait le fils d'un suisse de porte cochère; que
je m'étais engagé, à la suite de quelque mauvaise action, pour me
dérober à la justice; et qu'à travers les désordres de la révolution,
j'avais fait remarquer ma perspicacité dans les scènes sanglantes dont
elle a offert le tableau. Mon extrait de naissance aurait pu répondre à
cette injurieuse assertion; mais enfin cette idée était logée dans
toutes les têtes.

Mon portrait moral était encore pire, et à en croire ces lumineux
directeurs de l'opinion de la multitude, il n'y avait guère d'exécuteur
de hautes-oeuvres qui eût mieux mérité que moi les épithètes qu'ils me
prodiguaient.

Quoique, au fond, je ressentisse une peine vive d'être présenté sous ces
couleurs à l'opinion des étrangers, qui pouvait toujours réagir un peu
sur celle de mes compatriotes, je pris le seul parti qui me convenait,
ce fut de descendre dans ma conscience; elle est toujours le meilleur
juge des hommes de bien, et dans cette occasion elle ne m'inspira que du
mépris pour ces sortes d'accusations. Elle me conseilla bien; car il
n'en est resté dans mon coeur aucun ressentiment, quoique j'aie eu plus
d'une fois l'occasion de me venger.

Je pris donc le parti de rire de tout cela, et d'employer tout mon
esprit à aider aux plaisanteries que l'on cherchait à m'en faire. On a
tant d'avantage sur les imposteurs, lorsque l'on se sent honnête homme,
que je me retirais toujours victorieux de ces sortes d'explications. Je
me rappelle qu'un jour je dînais chez l'empereur de Russie; il n'y avait
jamais moins de douze ou quinze personnes: l'impératrice régnante me fit
l'honneur de m'adresser la parole, en me disant: «Général, de quel pays
êtes-vous?--Madame, je suis de la Champagne.--Mais votre famille
est-elle française?--Oui, madame, elle est aussi de la Champagne, de
Sedan, qui est le pays où l'on fait les beaux draps.--Je vous croyais
étranger, on m'avait dit que vous étiez Suisse.--Madame, je vois ce que
votre majesté veut dire; je sais qu'on l'a écrit; j'ai lu tout cela, et
je la prie de ne pas arrêter son opinion sur de pareilles productions.»
L'impératrice vit que je l'avais devinée, et la conversation en resta
là. Le hasard avait fait que le même jour j'avais lu ce qui me
concernait dans les pamphlets dont je viens de parler. L'impératrice de
Russie avait probablement voulu s'assurer s'ils avaient dit la vérité,
et elle avait un jugement trop sain pour ne pas mettre la justice du
côté où elle devait être.

Différentes petites circonstances de cette espèce contribuèrent à me
rendre la société moins défavorable, et, peu à peu, je parvins, non sans
peine, à me faire ouvrir les portes des maisons devant lesquelles,
quinze jours avant, il aurait fallu que j'ouvrisse la tranchée; et comme
les extrêmes se touchent dans le monde, et surtout en Russie, j'eus, par
la suite, autant à faire pour me dérober aux prévenances du grand monde
que j'avais eu besoin de patience pour supporter ses rigueurs.

Je ferai observer ici que c'était précisément dans ce temps que
l'ambassadeur de Russie arrivait à Paris. Je m'étais employé à le
recommander, ainsi que toute sa suite, à tout ce que les cercles de
cette capitale présentaient de dames aimables; je n'en avais excepté
aucune. Paris était enivré de plaisir lorsqu'ils y arrivèrent: on les
invitait partout, et certes, alors, je n'étais pas payé de retour en
Russie. J'en ai agi ainsi, parce que les premières dépêches d'un
ambassadeur se ressentent toujours de l'impression qui a frappé son
esprit en arrivant, laquelle dépend aussi fort souvent de l'accueil
qu'il a reçu tant du souverain que de la société.

Mon but fut rempli, et j'eus lieu d'être bien dédommagé de toutes les
bouderies que l'on m'avait faites, lorsqu'on ne put douter que j'avais
évité un accueil pareil à la légation russe qui allait à Paris.



CHAPITRE XII.

Les Turcs refusent notre médiation.--Le général Guilleminot.--L'empereur
Alexandre va inspecter son armée.--Invitation de
l'impératrice.--Questions de cette princesse sur le goût de Napoléon
pour le spectacle.--Surprise de Copenhague.--Indignation que cet
attentat cause en Russie.


L'empereur Alexandre venait de recevoir des nouvelles de Turquie. Les
Turcs refusaient de faire la paix. Ceci a besoin d'être expliqué.

Il avait été convenu à Tilsit que la France interposerait ses bons
offices pour amener la conclusion de la paix entre la Russie et la
Porte. En exécution de cet article du traité, l'empereur Napoléon avait
fait envoyer à l'armée turque le général Guilleminot, pour aplanir les
différends, après en avoir fait écrire au général Sébastiani, son
ambassadeur à Constantinople.

Les Turcs voulurent bien traiter; mais, lorsqu'ils virent qu'il était
question de céder aux Russes la Valachie et la Moldavie, et que nous les
laissions dans cette position, leur indignation se manifesta; les bonnes
gens avaient assez de bon sens pour voir que nous nous étions arrangés à
leurs dépens. Ils disaient avec raison: «Que nous serait-il arrivé de
pis, si, au lieu d'être vainqueurs, les Français avaient été battus?»
Ils avaient raison, et peut-être ne devions-nous pas les abandonner, au
risque de faire une campagne de plus.

Ils déclarèrent donc qu'à moins qu'on ne leur restituât les provinces
qu'ils avaient perdues, ils ne traiteraient pas, et renonceraient à
l'intervention de la France. Ils allèrent même jusqu'à demander la
restitution d'un vaisseau de guerre qu'ils venaient de perdre dans
l'Archipel, à la suite d'un combat entre leur escadre et l'escadre
russe, lequel vaisseau était déjà emmené par celle-ci.

Les Russes auraient volontiers fait la paix avec les Turcs; ils en
avaient besoin, mais pas au point de signer des conditions ridicules:
j'oserai même ajouter que, si l'on avait insisté un peu, ils n'auraient
pas couru de nouveaux risques pour conserver les deux provinces en
question.

Les choses en étaient là lorsque l'empereur Alexandre m'envoya chercher
pour me les expliquer, et me demander si je pouvais prendre sur moi
d'écrire au général Guilleminot, pour qu'il s'employât à faire entendre
raison aux Turcs, tant sur la paix que sur l'armistice préalablement
nécessaire pour la négocier. Je le fis en termes précis, quoique cela
fût tout-à-fait en dehors de mes instructions. Ce qui m'y décida, c'est
que je ne voulais pas laisser à l'empereur de Russie le moindre doute
sur la sincérité des sentimens dont j'étais quelquefois chargé de lui
renouveler l'assurance. Je lui remis moi-même ma lettre ouverte, et il
la fit parvenir au général Guilleminot; elle ne produisit aucun effet.
Le général Guilleminot fut obligé de quitter les Turcs sans en avoir
rien pu obtenir, et la guerre continua.

L'empereur Alexandre s'occupait beaucoup de la réorganisation de son
armée aux frontières de Pologne. Il avait, après les malheurs de
Friedland, demandé de grands efforts à la nation russe, en hommes,
chevaux et denrées; tout cela venait d'arriver aux lieux où était son
armée. Il partit de Saint-Pétersbourg, pour aller diriger lui-même
l'emploi de tous ces moyens; et, quoique la saison fût mauvaise, il fit
le trajet avec une incroyable rapidité.

Je restai à Pétersbourg pendant son absence, et je fus aussi surpris que
flatté d'être invité une fois à dîner chez l'impératrice régnante. Sa
soeur, la princesse Amélie de Bade, y était, ainsi que le comte de
Romanzoff, ministre des relations extérieures, et M. le comte
Kotchoubey, ministre de l'intérieur.

Je cite ces détails, parce qu'à ce dîner sa majesté l'impératrice mit la
conversation presque continuellement sur la France et sur Paris. Il
était difficile de parler de quelque chose qu'elle ne connût pas. Notre
littérature lui était extrêmement familière; elle me faisait l'honneur
de me parler de nos spectacles; elle aimait nos productions tragiques,
et connaissait le mérite de tous nos bons acteurs. Elle me dit:
«L'empereur aime-t-il le spectacle?--Beaucoup, madame, et préférablement
la tragédie.--Quelles sont celles qu'il préfère?--Madame, il aime
beaucoup tous les ouvrages de Racine et de Corneille.--Je le conçois
sans peine; mais encore y a-t-il du choix dans ces chefs-d'oeuvre-là?--Je
l'ai vu aller souvent voir jouer _Mithridate_.--Ne fait-il jamais jouer
_Mérope_?--Pardonnez-moi, madame.»

Je crus d'abord qu'il y avait dans cette question une intention maligne,
et que l'impératrice voulait faire allusion à Polyphonte; mais je ne me
déconcertai pas: peut-être, au reste, était-ce une conséquence de ce que
je m'étais imaginé sur la manière dont on pensait généralement à notre
égard en Russie.

L'empereur Alexandre revint de Pologne fort content de son armée; ses
pertes étaient réparées, et il avait préparé le mouvement de la portion
de cette même armée, qu'il voulait porter en Finlande pour attaquer
cette province, et forcer enfin la Suède à faire la paix.

Nous étions à la fin d'octobre, lorsque les premières colonnes des
troupes destinées à agir contre les Suédois arrivèrent à Pétersbourg
pour y passer la Neva; l'empereur les passait en revue corps par corps.
Il m'a quelquefois permis de l'accompagner à ces sortes de revues, et
j'étais étonné de voir des troupes en aussi bon état après une aussi
longue route.

À cette même époque, les Anglais venaient de s'emparer de Copenhague et
de la flotte danoise. Il n'y avait qu'un cri en Russie contre cette
agression; le ministre de Danemarck à Saint-Pétersbourg se donnait
beaucoup de mouvement pour obtenir des secours de la part des Russes,
qui ne pouvaient rien dans ce moment-là.

L'empereur Napoléon m'écrivit de Paris à ce sujet, et me disait que cet
événement le contrariait fort, mais qu'il était le résultat de la
politique équivoque du Danemarck, qui, dans la campagne précédente,
avait retiré toutes ses troupes des îles pour les réunir en Holstein, où
elles s'étaient encore trouvées lors de l'apparition des Anglais, et
n'avaient pu porter du secours à la capitale. Cette disposition avait
été prise par le gouvernement danois, sans doute par un effet de la même
influence qui agissait contre nous-mêmes en Espagne; et, dans le cas où
un malheur nous serait arrivé, ils auraient été prêts à prendre le parti
qui aurait été le plus conforme à leurs intérêts.

Néanmoins la Russie sentit cette perte du Danemarck, dont la flotte
était un bon tiers de la garantie de neutralité de la Baltique.
L'empereur Alexandre fit déclarer par son ministre, à l'ambassadeur
d'Angleterre, qu'il prendrait fait et cause en faveur du Danemarck, et
qu'il ne resterait pas indifférent à l'agression dont cette puissance
avait été la victime.

Le mois d'octobre se passa sans rien offrir de remarquable; les liens
entre la Russie et la France se resserraient. L'empereur Alexandre
lui-même luttait contre l'opinion la plus générale, qui ne nous était
pas favorable; et, en ce qui dépendait de la France, je m'efforçai de
lui rendre facile ce que je lui voyais faire pour ramener tout le monde
à sa manière de penser. Rien n'était égal à l'irrévérence avec laquelle
la jeunesse russe osait s'expliquer sur le compte de son souverain.
Quelquefois je me suis trouvé obligé d'en reprendre plusieurs et de
relever leurs inconvenantes réflexions. Pendant quelque temps, je conçus
de l'inquiétude sur la suite que ces licences pourraient avoir dans un
pays où les révolutions de palais n'avaient été que trop communes. Je me
mis dès-lors à observer, sous ce rapport, les plus audacieux parleurs,
qui ne tendaient à rien moins qu'à porter toute cette jeunesse à la plus
criminelle des entreprises. J'étudiai toutes les conjurations qui ont eu
lieu en Russie depuis un siècle. La dernière était si récente, que tous
les contes absurdes qui se débitaient sur elle étaient encore le sujet
des conversations de plusieurs méchantes coteries de société, dont
Pétersbourg a, comme plusieurs grandes villes, le malheur d'être
affligé.

Lorsque des circonstances politiques qui surviennent, sortent de la
sphère de leurs petites idées, il part de ces coteries un déluge de
mauvais quolibets, de faux avis, et de tout ce qui peut égarer le
jugement des bons citoyens, accoutumés à suivre l'exemple de
l'obéissance. Tous ces énergumènes ne sont pas redoutables pour un
gouvernement fort; mais ils s'attachent à toutes ses actions, comme la
rouille s'attache aux métaux, et les corrode. On est tout étonné
d'apercevoir, au bout d'un certain laps de temps, le mal qu'on a éprouvé
de ces chenilles qu'on a négligé d'écraser lorsque le temps pour le
faire était favorable.

J'eus le courage d'écouter tout ce que l'on voulut me dire sur la mort
de l'empereur Paul. Les divers récits de cette scène tragique me
faisaient connaître beaucoup de détails personnels sur des hommes de
marque, et il serait heureux que des ambassadeurs eussent beaucoup de
renseignemens comme ceux que je pus mettre sur mes tablettes.

Voici ce que j'ai appris sur cet événement, car mon auteur était un
grand personnage russe, ami de l'empereur Paul; c'est sa propre
narration que je rapporte. Je pourrais le nommer, parce que je le crois
mort depuis; mais l'autorité de son nom ne donnerait pas plus de force à
la vérité pour les Russes contemporains qui liront ces Mémoires.



CHAPITRE XIII.

Conspiration contre l'empereur Paul.--Le comte P...--Le général B...--Le
grand-duc.--Assassinat de l'empereur Paul.--On répand qu'il est mort de
maladie.--Position critique de l'empereur Alexandre.--Le maréchal Soult
intercepte une ébauche de conspiration.--Ses ramifications.


L'empereur Paul était monté fort tard sur le trône; il avait eu à
supporter les hauteurs de tous les favoris de sa mère, et de plus il
avait été souvent en butte aux intrigues des courtisans, qui, pour faire
valoir leur zèle, lui avaient plus d'une fois supposé des projets de
rébellion et de vengeance pour le meurtre de son père Pierre III. Ces
désagrémens avaient empoisonné sa jeunesse, et avaient jeté dans son
esprit des dispositions de méfiance, qui étaient toujours accompagnées
d'aigreur envers tout ce qu'il soupçonnait avoir eu quelque part aux
persécutions qu'il avait éprouvées.

Lorsqu'il fut empereur, il ne se défia pas des ressentimens du grand-duc
Paul, et s'occupa un peu trop à faire justice de ceux dont il avait eu à
se plaindre. Il se fit par là beaucoup d'ennemis; la plupart étaient
puissans de richesse et d'honneurs, auxquels les hommes renoncent
difficilement: les soupçons et la terreur régnèrent bientôt autour de
lui; au lieu de ramener les esprits par la douceur, il les exaspéra par
de la sévérité. Il crut, en vain, se faire des amis par des libéralités
qu'il porta jusqu'à la profusion la plus irréfléchie; il était dans le
même jour, bon jusqu'à la faiblesse, sévère jusqu'à l'inhumanité, et
quelquefois injuste jusqu'à la cruauté, autant qu'irrésolu et variable
jusqu'à la démence; à tel point qu'il rendit des ukases ridicules pour
interdire l'usage des chapeaux ronds et des pantalons, et pour défendre
de porter les cheveux coupés à la française: on était puni du knout
lorsque l'on était trouvé en contravention avec de pareilles lois!!

Cette manière de gouverner ne pouvait pas donner de sécurité pour
l'avenir à tous ceux qui croyaient avoir quelque chose à redouter de la
versatilité de son caractère et de sa violence: ce parti était nombreux,
et songea dès-lors à sa sûreté. En Russie, comme dans tous les autres
pays, c'est un très petit nombre d'individus riches, et le plus souvent
mal famés, qui s'emparent du domaine de l'opinion publique, qu'ils
dirigent pour ou contre le souverain, selon qu'il leur plaît ou ne leur
plaît pas; leur aréopage le juge sans appel, et, une fois qu'ils ont
prononcé, ils ne s'occupent plus que de l'exécution de leur arrêt: ce
fut le cas de l'empereur Paul.

Ses sujets le condamnèrent sous les prétextes les plus frivoles, et les
passions, qui ne calculent pas, l'accusèrent de tout ce qu'il y avait de
plus déraisonnable et à la fois de plus criminel. Les plus ardens à le
précipiter du trône furent bientôt d'accord; mais de grandes difficultés
traversaient l'exécution de ce dessein: c'est à Moscou qu'il se trama,
parce que, dans cette ville éloignée de la cour, on peut s'envelopper de
tout le mystère qu'exige une pareille entreprise.

Elle ne pouvait réussir sans la participation du gouverneur militaire de
Saint-Pétersbourg, qui est tout à la fois le chef des citoyens, le
général de la garnison et le gardien de l'empereur. Il exerce une
surveillance qui lui eût infailliblement fait découvrir les petites
menées par lesquelles il était nécessaire de commencer cette entreprise.
Les conjurés prirent donc la résolution d'associer le gouverneur
militaire à leurs projets: ce gouverneur était le comte de P...
L'empereur Paul avait une extrême confiance en lui, et ne l'avait fait
gouverneur de cette capitale que parce qu'il le regardait comme le plus
attaché à sa personne et le plus incorruptible: ce comte P... était un
homme profondément astucieux, et, à ce qu'il paraît, d'une duplicité de
caractère semblable à celle des personnages principaux que l'on voit
figurer dans les révolutions d'Orient. Un conjuré, dont je dois taire le
nom, se chargea de sonder P..., sans lui rien dire du projet arrêté,
mais de connaître directement de lui-même sa manière de penser sur
l'empereur, et sur tout ce qui était le sujet du mécontentement général.
P... s'ouvrit, et la confiance s'établit entre lui et le conjuré, qui ne
manqua pas de lui répéter souvent que l'extrême confiance dont il
jouissait en ce moment ne tarderait pas à être suivie d'un exil en
Sibérie, aussitôt qu'un envieux, dont les hommes en place ne manquent
jamais, serait parvenu à entretenir l'empereur un instant; que cela ne
dépendait que d'une maîtresse, et qu'enfin, avec un homme du caractère
de l'empereur, rien n'était stable. M. de P... sentit toute la force de
ce raisonnement, et vit bien qu'il était le précurseur de quelque chose:
lorsqu'on lui eut déroulé le projet, il s'engagea dans l'entreprise, et
en connut tous les conjurés, dont il devint dès-lors le chef, parce que
la réussite dépendait de lui. Il demanda quelques jours pour y
réfléchir; il comprit bien que, si le coup manquait, il devenait lui
seul plus coupable que les autres, dont les dépositions l'auraient
accablé, et que, s'il réussissait, il devait craindre le ressentiment du
grand-duc qui allait monter sur le trône, ainsi que celui de la veuve,
qui ne mettrait pas de bornes à ses vengeances; qu'enfin si le projet
venait à s'éventer avant son exécution, il avait à mettre les apparences
de son infidélité à l'abri des reproches que l'empereur Paul lui aurait
adressés: il songea à parer à tous ces incidens.

Son emploi lui donnait beaucoup d'accès dans l'intérieur de l'empereur,
et il n'était pas sans savoir que Paul faisait éprouver à son fils
plusieurs désagrémens semblables à ceux dont il avait lui-même eu tant à
se plaindre étant grand-duc. P..., au lieu de calmer l'empereur,
l'excita, et lui parla en termes ambigus de ce qu'il voyait et entendait
dire, laissant entrevoir à l'empereur qu'il fallait bien que les plus
audacieux comptassent sur l'impunité qu'on leur avait sans doute promise
pour oser parler de la sorte.

De pareilles réflexions ne manquèrent pas d'atteindre leur but; elles
mettaient dans l'esprit de l'empereur une méfiance sombre qui le porta
jusqu'à suspecter ses propres enfans, et à les entourer de surveillans:
c'était ce que P... voulait. Le grand-duc, poursuivi par les soupçons de
son père, fut réduit à se rapprocher de P..., qui, d'un mot, pouvait
attirer sur lui un accès de fureur de Paul, accès dont les suites
étaient imprévoyables.

Le gouverneur militaire, ainsi placé entre le père et le fils, jouait à
coup sûr; il gagna la confiance du grand-duc en l'entretenant du malheur
auquel lui, P..., serait exposé s'il venait à recevoir l'ordre de le
faire arrêter; qu'il n'osait pas répondre que cela n'arrivât pas d'un
instant à l'autre; qu'il ne pouvait deviner quel était celui qui montait
la tête de l'empereur contre ses enfans, mais qu'il était exaspéré au
dernier point. Il était difficile qu'une pareille duplicité n'en imposât
pas à une âme neuve comme celle du grand-duc, qui commençait à trembler
sur le sort qui lui était réservé.

Lorsque M. de P... l'eut amené au point d'anxiété où il voulait le voir,
avant de lui rien communiquer, il se décida à l'en entretenir, en
commençant par lui faire un tableau effrayant de l'état dans lequel les
profusions de son père avaient mis les finances de l'empire, ainsi que
l'état d'humiliation sous laquelle on vivait, avec la perspective de se
voir chaque jour arraché à sa famille, mutilé, et jeté en exil pour le
reste de sa vie; ajoutant que la fureur avec laquelle on procédait à ces
sortes d'exécutions menaçait tout le monde, depuis le plus grand
jusqu'au plus petit; qu'enfin lui-même y était exposé; qu'il venait lui
donner une preuve de son dévouement à sa personne en le prévenant de
prendre ses précautions, parce qu'il serait peut-être une des premières
victimes. Un pareil discours était bien fait pour achever de troubler
une âme déjà alarmée.

Le grand-duc demandait le remède à opposer à cet orage, qu'il voulait
détourner; P... répliquait de manière à augmenter les inquiétudes que
ses artifices avaient jetées dans l'esprit du prince, et s'engagea, pour
dernière preuve de fidélité, à lui donner avis des ordres qu'il pourrait
recevoir contre lui, en lui faisant observer que, s'il prenait un parti
sans l'en prévenir (comme de s'enfuir), il l'exposait à tous les
ressentimens de l'empereur, qui ne lui pardonnerait pas cette
infidélité; qu'en conséquence il le sommait, avant tout, de lui donner
sa parole d'honneur de se conformer à ce qu'il lui proposerait dès qu'il
aurait reçu l'ordre en question, si toutefois il arrivait. Le grand-duc
donna la parole (assure-t-on), et crut ainsi avoir un protecteur dans le
gouverneur militaire; tandis qu'au contraire le gouverneur rendait ce
prince l'instrument de sa perfidie.

Les choses en étaient à ce point lorsque P... fait parvenir, avec
adresse, à l'empereur, par une voie détournée, quelques avis sur les
dangers dont il est menacé; ce moyen lui réussit encore. L'empereur
l'envoya chercher, et, lui ayant communiqué l'avis qu'il venait de
recevoir, lui témoigna son étonnement de ce qu'il n'avait pas su cela,
et ne lui en avait pas parlé. P... répondit qu'il n'ignorait rien du
projet, et qu'il prenait des mesures pour le prévenir; il en récita
quelques détails à l'empereur, qui parut tranquille en voyant que son
gouverneur militaire s'était occupé de la sûreté de sa personne. Il fut
tout-à-fait rassuré lorsque M. de P... lui eut dit qu'il attendait la
liste des conjurés, qu'on devait lui donner le même jour; mais qu'il
n'avait encore osé faire arrêter personne, parce qu'il lui était revenu,
et qu'il était forcé de l'avouer à Sa Majesté, que ses enfans n'étaient
pas étrangers à cette entreprise; qu'il ne pouvait pas l'assurer, mais
qu'enfin, si ses soupçons se vérifiaient et étaient fondés, il lui
demandait quelle conduite il devait tenir dans cette circonstance, tant
pour empêcher le grand-duc d'être averti que pour lui ôter les moyens
d'échapper.

L'empereur, enchanté de tant de zèle, lui ordonna, dans ce cas-là, de ne
point balancer à l'arrêter. P... répondit que, bien que son dévouement
fût sans bornes, comme il pourrait se faire que ce ne fût pas lui-même
qui exécutât cet ordre, et qu'il pourrait arriver un malheur si le
grand-duc résistait, il voulait avoir un mandat signé de l'empereur pour
que le grand-duc n'eût rien à répliquer, et qu'il obéît.

L'empereur Paul trouva la mesure sage, et signa de suite le mandat, que
P... emporta; il alla avec cette pièce chez le grand-duc, et, la lui
montrant, lui dit que, quoi qu'il eût pu faire, l'arrêt fatal était
prononcé; qu'il n'y avait plus à feindre; qu'il fallait prendre un
parti; que lui, gouverneur militaire pourrait bien différer de quelques
jours l'exécution de l'ordre qu'il voyait, mais qu'enfin il ne pourrait
pas l'éluder, et que, dès ce moment, il était obligé de le faire
observer; qu'il l'en prévenait[21]. Il avait un intérêt immense à ce que
le grand-duc ne vît personne à qui il aurait pu s'ouvrir, et qui lui
aurait donné le sage conseil d'aller trouver son père.

Lorsque P... le vit bien abattu, il alla promptement rassembler les
principaux chefs des conjurés, avec lesquels il convint de tout, du
jour, de l'heure et des officiers de leur connaissance qu'il ferait en
sorte de faire tomber de garde cette nuit-là au château; enfin, il leur
donna le mot d'ordre; et, après qu'il eut arrêté toutes les
dispositions, il revint trouver le grand-duc, et lui dit qu'il n'y avait
plus à balancer; que toute la ville et la garnison se prononceraient
pour lui s'il voulait se décider pour le salut de tout le monde et pour
le sien; qu'il n'était point question d'une scène sanglante, mais que
l'on était décidé à ôter le pouvoir à son père pour l'en revêtir, s'il
était décidé à faire grâce aux auteurs de cette révolution et à ne pas
les poursuivre; qu'autrement lui, P..., ne répondait de rien, parce
qu'une fois qu'il aurait exécuté l'ordre de son père de l'arrêter, si,
comme il n'en faisait aucun doute, l'empereur Paul était victime d'une
conjuration, il n'y avait rien de moins sûr qu'on appelât le grand-duc à
lui succéder, à moins qu'on ne fût tout-à-fait rassuré sur les
poursuites qu'il pourrait être disposé à exercer contre ceux qui
l'auraient mis sur le trône.

Un argument aussi perfidement imaginé était trop fort pour un coeur neuf
comme celui auquel on s'adressait, après avoir pris les précautions de
lui fermer toutes les portes de salut. Dans cette situation, le
grand-duc s'appuya encore sur celui qui le perdait, et promit tout ce
qu'on voulût pourvu qu'on ne fît point de mal à son père. Cet
assentiment une fois obtenu, P... eut encore un autre soin: ce fut de
prévoir le cas où le coup manquerait, ou bien celui où il serait éventé.
On verra comment il s'y prit pour se ménager une retraite; il va d'abord
retrouver les conjurés, et fixe l'exécution à la nuit même; ils se
réunissent dans la maison de l'un d'eux; ils partent la nuit, vêtus de
leurs uniformes et armés de leurs épées, au nombre de treize ou quatorze
en tout. P... avait fait mettre de garde des officiers à lui pour toute
main; avec le mot d'ordre les conjurés passent partout dans les
vestibules et les appartemens du palais: c'était au château
Saint-Michel.

Ils arrivent, de pièce en pièce, jusqu'à celle qui précède la chambre à
coucher de l'empereur: il y avait, pour toute garde, un cosaque qui
était couché sur un matelas. Il se lève en sursaut, et jette un cri
perçant en prononçant le mot _trahison!_ il tombe aussitôt percé de
coups. Les conjurés se jettent à la porte de la chambre à coucher, une
lumière à la main: sept d'entre eux restent à la première porte de
l'appartement, les sept autres entrent dans la chambre et vont droit au
lit; ils n'y trouvent personne, et se croient déjà perdus, persuadés que
l'empereur n'avait pas passé la nuit chez lui. Le courage en abandonne
quelques uns qui voulaient fuir, mais les autres les retinrent, lorsque
l'un d'eux, B..., observe que le lit de l'empereur est encore chaud.
L'empereur Paul, au cri du cosaque, s'était jeté à bas de son lit, et,
soit qu'il eût perdu la tête, ou qu'il fût mal éveillé, au lieu de se
couler par la porte qui, de la tête de son lit, ouvrait sur un petit
passage qui menait chez l'impératrice, et alors il était sauvé, il se
blottit derrière un paravent à glace, sans avoir eu le temps de mettre
aucun vêtement. Les conjurés délibéraient sur ce qu'ils allaient faire,
lorsque B..., plus froid dans le crime, se met à chercher par toute la
chambre, et découvre l'empereur: il appelle ses complices, en lançant
des épithètes ironiques à la malheureuse victime, et, la prenant par le
bras, il l'amène au milieu de la chambre; là commencent des injures et
des reproches que tous lui adressent, après quoi ils lui proposent
d'abdiquer: il s'y refuse; le moment était décisif.

Les conjurés qui étaient restés à la première porte venaient presser les
autres d'en finir, disant qu'ils entendaient du bruit; enfin, l'un
d'entre eux, qui s'en vantait encore à table, lorsqu'il commandait
l'armée en 1807, dit aux autres: «Messieurs, le vin est versé, il faut
le boire.» En même temps il assène un coup sur la tête du monarque
infortuné; dès-lors les monstres le prennent à la gorge, le mutilent par
tout le corps, et terminent par l'étrangler avec sa propre écharpe: ils
lui avaient donné un coup à la partie supérieure de l'oeil, qui avait
fait une plaie[22].

Ce meurtre commis, ils le remirent dans son lit, et le couvrirent. Ils
emportèrent le cadavre du cosaque, et s'en allèrent chacun chez soi,
comme s'ils n'avaient rien fait. Ils rencontrèrent P..., qui s'avançait,
avec un bataillon des gardes, pour venir au secours de l'empereur si le
coup avait manqué; mais voyant qu'il avait réussi, ce fut au secours des
conjurés qu'il venait: il avait enfin pour troisième but de mettre le
grand-duc à l'abri d'une entreprise de leur part.

Le jour avait à peine éclairé le lendemain de cette sanglante
catastrophe, que toute la ville en était informée; on fit répandre le
bruit que l'empereur était mort d'une attaque d'apoplexie, et l'on
disposa tout ce qui était d'usage dans cette circonstance, tant pour lui
succéder, ce qui était dans l'ordre naturel, que pour lui rendre les
derniers devoirs.

On plaça le corps sur un lit de parade, selon la coutume; et, pour que
le sang qui, dans la strangulation, s'était porté avec abondance à la
plaie qu'il avait au-dessus de l'oeil, ne fît point faire de réflexions
aux spectateurs, qui commençaient à méditer sur cet événement
extraordinaire, on eut soin de lui mettre du blanc sur le visage, de
manière à réparer l'altération qui était la suite des mauvais traitemens
qu'on lui avait fait éprouver. Personne ne fut dupe: les gens qui
l'avaient lavé, habillé, pour le mettre sur le lit de parade, et ceux
qui l'avaient trouvé, le matin en entrant dans sa chambre, donnèrent
tous les détails que l'on voulut apprendre. De plus, le sang du cosaque
avait rougi le parquet, et l'on est toujours bien mieux informé de ce
qui se passe au fond du palais des rois, lorsque cela blesse la morale
publique, que l'on ne sait ce qui concerne l'intérieur d'un particulier.

Après cette exposition publique, l'empereur Paul fut inhumé avec toute
la pompe due à son rang.

La vérité ne tarda pas à se découvrir: le grand-duc Alexandre voulut la
savoir tout entière, et l'impératrice veuve n'entendait à aucun
ménagement. Si justice n'a pas été faite sur-le-champ, de tout ce qui
avait eu part à ce crime, c'est probablement par crainte des troubles
que le crédit des conjurés eût probablement excités dans l'empire:
néanmoins les meurtriers, atteints par l'indignation publique, furent
exilés; presque tous moururent dans leurs terres, loin de la capitale.

En écoutant ce récit de la bouche de ceux qui n'avaient pas perdu le
souvenir des bontés de l'empereur Paul, je fus effrayé de la facilité
avec laquelle les conjurés s'étaient accordés et avaient exécuté un tel
projet, sans qu'une seule circonstance fût venue le traverser, ni que le
remords fût entré dans l'âme d'aucun d'entre eux: je frémis en pensant
que le sort d'un monarque, celui de tout un État, était à la merci d'un
simple officier qui, le plus souvent, se trouve, par l'effet du hasard,
placé au poste principal, et sur la fidélité duquel reposent tous les
intérêts de la société.

Plus j'y réfléchissais, plus je croyais voir dans tout ce que
j'entendais et dans ce que j'apercevais, les premiers élémens d'une
conspiration de la même nature. Ce qui contribua à me le persuader, fut
l'arrivée subite, à Saint-Pétersbourg, d'un aide-de-camp du maréchal
Soult (M. de Saint-Chamans), que ce maréchal m'envoya en courrier, des
bords de la Vistule, où était encore son corps d'armée. Le maréchal
Soult avait saisi une correspondance toute fraîche, dans laquelle, parmi
beaucoup de lettres pleines, de phrases énigmatiques, il y en avait qui,
d'un bout à l'autre, ne traitaient que d'une matière semblable. Je me
rappelle que, dans une de ces lettres entre autres, il y avait ces
expressions: «Est-ce que vous n'avez donc plus chez vous des P..., des
Pl..., des N..., des B..., ni des V...?[23]» Ces lettres étaient écrites
de la Prusse à des Russes. Quoiqu'elles me parussent plutôt être la
production de quelque imagination exaltée, que la conséquence d'un
commencement d'entreprise criminelle, je trouvai le cas trop grave pour
me charger de la responsabilité, en prenant sur moi de ne pas les
communiquer à l'empereur Alexandre, d'autant plus que je devais supposer
qu'il aurait probablement quelques informations d'autre part; et
d'ailleurs je devais saisir cette occasion de lui prouver ma
reconnaissance des bontés qu'il avait pour moi.

Je m'y pris donc du mieux qu'il me fut possible pour les lui faire
parvenir, en l'informant de l'arrivée de M. de Saint-Chamans; il voulut
bien ne voir, dans cette communication, que les sentimens qui me
l'avaient dictée, et m'en témoigner de la satisfaction. Je me permis de
l'engager à ne pas trop se fier sur les apparences extérieures, en lui
faisant observer que c'était déjà être bien gardé que de faire croire
que l'on se gardait, parce que, d'ordinaire, les assassins sont des
lâches. Je le trouvai là-dessus tout-à-fait indifférent, et il me dit
même: «Je ne crois pas qu'ils l'osent», faisant allusion à ceux qui en
auraient eu la pensée; «j'ai confiance dans l'attachement de mes sujets;
mais si, enfin, ils veulent le faire, qu'ils le fassent, mais je ne leur
céderai en rien: d'ailleurs, il ne faut pas croire tout ce que l'on dit;
dans ce pays-ci on parle beaucoup, mais on n'est pas méchant.»

Je me trouvai soulagé d'un grand poids, lorsque je vis entre ses mains
tout ce que m'avait envoyé le maréchal Soult. Sans être plus satisfait
de la mauvaise disposition d'esprit dont j'étais moi-même le juge, je
n'osais m'en plaindre, parce que réellement l'empereur Alexandre y
faisait tout ce qu'il pouvait: l'opinion d'une ville comme
Saint-Pétersbourg ne pouvait pas se retourner facilement, et il fallait
de la patience pour obtenir ce que l'on désirait; la violence eût tout
gâté.

Dans les premiers jours de novembre, j'eus occasion de lui faire
remettre plusieurs pièces imprimées contenant les expressions les plus
injurieuses pour lui: c'étaient des productions toutes fraîches, de la
même espèce que celles qui avaient été débitées de Paris si long-temps
contre l'empereur Napoléon: il fit si bien qu'il en découvrit le
colporteur, et sut, par là, comment ces monstruosités avaient été
apportées dans ses États. Il fut moins sensible à l'outrage qu'on
dirigeait contre lui, qu'il n'était indigné de reconnaître que c'était
un Russe attaché à sa maison qui l'avait répandu; il le fit venir, lui
lava la tête d'importance, mais ne le punit pas.



CHAPITRE XIV.

L'empereur Alexandre se constitue en état d'hostilité avec
l'Angleterre.--Nomination du duc de Vicence à l'ambassade de
Pétersbourg.--le duc de Serra-Capriola.--Le comte de
Meerfeld.--L'opinion est peu favorable à mon successeur.--Moyens que
j'emploie pour la lui ramener.--Le comte de Mestre.--Audience de
congé.--Témoignage d'intérêt de l'empereur Alexandre.


C'est aussi dans les premiers jours de novembre que je reçus un courrier
de l'empereur, qui m'annonçait son départ pour l'Italie; le même
courrier m'apportait les instructions du ministre des relations
extérieures, pour réclamer l'exécution d'un des articles du traité
secret fait à Tilsit. M. Louis de Périgord en était porteur; il avait
aussi une lettre de l'empereur Napoléon pour l'empereur Alexandre; il
m'arriva à Saint-Pétersbourg, dans la matinée d'un jour où je dînais
chez l'empereur Alexandre; et comme dans la soirée ce souverain avait
l'habitude de m'entretenir à part, c'était ce moment-là que je prenais
pour ébaucher les affaires dont j'étais chargé. Dans cette occasion, je
lui parlai de l'arrivée de M. Louis de Périgord, qui était porteur d'une
lettre pour lui, que je lui remis, en lui demandant la permission de le
lui présenter le lendemain à la parade; il me l'accorda, et reçut la
lettre, qui était étrangère à un sujet qui faisait l'objet de la mienne.

L'empereur Alexandre me demanda si j'avais reçu quelque chose, et de
quoi on me parlait. «Sire, dis-je, on me charge de témoigner à votre
majesté le désir de la voir joindre sa puissance à la nôtre, pour nous
faire écouter de l'Angleterre, qui paraît n'avoir pas accepté, ou avoir
répondu d'une manière évasive aux ouvertures qui lui ont été faites
depuis le retour de l'empereur à Paris.--Fort bien, répondit-il, votre
maître ne m'en dit pas un mot; mais il suffit; je le lui ai promis, je
lui tiendrai parole; voyez Romanzoff, et venez me parler de cela
demain.»

Je n'y manquai pas; j'étais bien aise que l'empereur eût la nuit pour
penser au parti que j'allais lui proposer, parce que cela me donnait
aussi le temps de me préparer à répondre aux objections, et, dans ce cas
surtout, il devait naturellement y en avoir. Le lendemain, après avoir
reçu M. Louis de Périgord, l'empereur me parla le premier d'affaires, et
commença par me dire qu'il avait été convenu que l'on se réunirait pour
faire en commun une sommation à l'Angleterre, et lui offrir la médiation
de la Russie pour négocier la paix et qu'il lui semblait que c'était la
démarche préalable à faire.

Je répondis que cette démarche avait été faite; qu'il savait bien que
l'Angleterre avait décliné sa médiation; que, quant à la sommation, elle
était inutile de notre part, puisque depuis long-temps nous étions en
état d'hostilités; que, pour lui, il pouvait, si cela était dans ses
intentions, commencer par une sommation; mais que je ne croyais pas
qu'elle avançât les choses parce que, si l'Angleterre avait été disposée
à traiter, elle n'aurait pas refusé d'une manière si positive sa
médiation; il réfléchit un moment, et, reprenant la parole, il me dit:
«Je comprends cela, et puisqu'on le désire chez vous, je suis bien aise
de montrer de l'empressement à remplir mes engagemens; dès aujourd'hui,
je donnerai des ordres à Romanzoff», et il ajouta: «Je vous assure que
cela ne sera pas long.»

Effectivement, le surlendemain, on me remit la note que le gouvernement
russe se proposait de faire remettre à l'ambassadeur d'Angleterre; je
n'avais aucune observation à y faire, et elle fut envoyée le lendemain à
l'hôtel de l'ambassadeur, qui en accusa réception, en demandant ses
passe-ports.

Il y avait alors, tant dans la rivière de Saint-Pétersbourg que dans le
port de Cronstadt, plusieurs centaines de navires marchands anglais,
tous chargés en retour pour l'Angleterre; et quoique le principal but de
la France fût de frapper le commerce anglais, en faisant déclarer la
guerre à cette puissance par la Russie, qui n'avait aucun moyen maritime
pour la rendre de quelque efficacité, je n'eus pas l'air de m'apercevoir
de tout le loisir qu'on leur donnait pour s'éloigner, d'autant plus
qu'on y mettait de la décence; j'y mis de mon côté de la modération,
parce que cette mesure du gouvernement russe n'était pas populaire à
Pétersbourg, et que, si j'avais exigé que l'on employât de la rigueur,
je courais le risque de rompre la corde de l'arc, qui ne pouvait se
tendre qu'avec de la patience; l'on m'a su gré d'en avoir agi ainsi.

L'ambassadeur d'Angleterre partit par la Suède pour retourner à
Londres[24]. La campagne contre les Suédois en Finlande était ouverte,
et n'offrait aucun détail bien intéressant.

J'envoyai à l'empereur Napoléon tout ce qui m'avait été remis par le
ministre russe sur la question dont je viens de parler, et mon courrier
ne l'ayant pas trouvé à Paris, courut sur ses traces, et ne le joignit
qu'à Venise.

Vers la fin de novembre, je reçus l'avis officiel de mon remplacement à
Saint-Pétersbourg par M. de Caulaincourt, qui y était nommé ambassadeur.
Je m'occupais de chercher à lui louer un hôtel, afin qu'il fût établi
d'une manière convenable tout en arrivant, et j'avais réussi lorsque
l'empereur Alexandre, en me faisant demander le bail que j'en avais
passé, me fit entrer en possession d'un magnifique hôtel qu'il avait
fait acheter sur le grand quai de la Neva; il le donnait à la France en
retour de celui que l'empereur Napoléon avait donné à la Russie au
moment de l'arrivée de son ambassadeur à Paris. Nous gagnâmes à ce
marché, parce que l'hôtel que nous reçûmes à Saint-Pétersbourg était
bien plus complet que celui que nous avions donné à Paris.

L'empereur Alexandre eut la bonté de me dire des choses personnelles
extrêmement flatteuses sur la contrariété que lui causait mon rappel, et
je puis dire que, si j'éprouvais quelque satisfaction à quitter sa cour,
ce fut parce que je le trouvais personnellement trop entraînant. Comblé
de ses bontés comme je l'avais été, il était à craindre pour moi, que
dans des circonstances où il aurait fallu se retrancher dans l'austérité
du caractère diplomatique, la reconnaissance et l'attachement que
j'éprouvais pour lui m'en eussent empêché. Je me serais alors trouvé
dans une position gênante, ou obligé de trahir mon devoir pour suivre
une inclination bien naturelle: lui-même ne m'aurait pas estimé, et les
affaires dont on m'aurait chargé n'eussent pas été faites.

Je ne dois pas taire ici que l'opinion la plus générale de la société
était tout-à-fait défavorable à M. de Caulaincourt, et je m'aperçus
bientôt que cette mauvaise disposition apporterait des difficultés à la
marche qu'il aurait à tenir, pour la conduite des affaires que j'allais
lui remettre en bon chemin. En cherchant la cause de cette disposition,
je fus forcé d'en reconnaître la source dans la part qu'on lui supposait
avoir eue dans l'affaire du duc d'Enghien: j'étais déjà devenu assez
fort en Russie, par le retour de l'opinion en ma faveur pour l'employer
à servir mon successeur, auquel j'étais attaché par des liens d'amitié
étrangers à notre situation politique réciproque; je balançai d'autant
moins à le faire, qu'en rendant service à un camarade, je servais à la
fois mon pays, en lui aplanissant des difficultés qui, tôt ou tard,
auraient nui à ses intérêts.

L'on se gênait peu à Saint-Pétersbourg pour parler de M. de Caulaincourt
sous ce rapport, et je n'eus pas de peine à rencontrer l'occasion
d'entreprendre sa justification; je le fis encore pour l'empereur
Alexandre lui-même, qui ne m'en avait cependant pas parlé, mais qui ne
pouvait ignorer tout ce qui se disait autour de lui à ce sujet, et je
voulais que l'accueil qu'il allait faire à l'ambassadeur de France fût
dégagé de toute espèce de mauvaise impression ou arrière-pensée
fâcheuse.

Il y avait à Saint-Pétersbourg des petits cercles de conversations,
desquels s'écoulait, dans le reste de la société, tout ce que l'on
voulait y répandre. Ce moyen me parut le plus favorable à l'exécution de
mon projet: je choisis celui de M. de Laval[25], qui habite sur le quai
Anglais; je croyais, ce jour-là, y trouver plusieurs Russes, ainsi que
le duc de Serra-Capriola, ambassadeur de Naples, et M. le comte de
Mestre, ambassadeur du roi de Sardaigne; mais je n'y rencontrai que ce
dernier, de sorte que la conversation s'engagea, entre nous trois
seulement, sur les affaires du temps. En leur demandant leur amitié pour
mon successeur, je les vis à peu près muets; j'y étais préparé, et
j'ouvris l'explication que je désirais; elle est présente à ma mémoire.
À cette époque, j'ignorais la circonstance de la méprise qui avait rendu
le duc d'Enghien victime de son malheureux sort, puisque ce n'est qu'en
1812 que je l'ai appris; mais je connaissais tout ce que les pamphlets
avaient répandu sur cette catastrophe, et ils n'avaient pas ménagé M. de
Caulaincourt, non plus que moi. Il me fut donc facile de réfuter ce
qu'ils lui imputaient d'une scène à laquelle il n'avait pas assisté,
puisqu'il est vrai qu'il n'arriva à Paris que le lendemain de son
dénoûment; je le pouvais, et le fis avec d'autant plus de force que moi,
qui avais été à Vincennes, comme je l'ai dit dans le cours de ces
Mémoires, je ne l'y avais pas vu, et que je pouvais en cela redresser
l'injustice de ses accusateurs. Je ne savais que ce qu'il m'avait dit
lui-même de sa mission à Strasbourg, et cette communication de sa part
faisait toute la force de mon argument; mais j'étais loin de vouloir
étendre au-delà l'intérêt que mon amitié lui portait. Je lui en ai
depuis parlé à lui-même, et j'ai fait un appel à son honneur de me dire
si, dans cette circonstance, je pouvais avoir un autre but que
d'échanger avec lui la mauvaise couverture dont on l'enveloppait, en
arrivant, contre les avantages de position que je m'étais donnés. Je
n'ai laissé ignorer aucun de ces détails à M. de Caulaincourt à son
arrivée, et pendant les douze jours que j'ai passés avec lui à
Saint-Pétersbourg. S'il est vrai que, depuis mon départ, on lui ait
rapporté qu'on m'avait entendu dire, dans une société de trente
personnes, _que lui, M. de Caulaincourt, était étranger à cette affaire,
et qu'elle ne regardait que moi_[26], il avait les mêmes moyens de me
défendre; cela lui était plus facile que lorsque j'ai entrepris la même
chose pour lui, et je devais espérer le retour de mon procédé. Je lui en
ai donné une double preuve au mois d'avril 1813, en arrêtant le jeune
Ordener, qui, blessé de l'outrage fait à la cendre de son père, voulait
faire publier plusieurs pièces qu'il trouva dans les papiers de sa
succession. Je demande ce que cette publication aurait produit le
lendemain du jour où l'on venait de voir, dans les journaux, cette
justification, qui souleva l'opinion contre lui, lorsqu'on lut la lettre
qu'il écrivit à l'empereur Alexandre sur ce sujet, étant près de lui le
ministre de l'empereur Napoléon.

M. de Caulaincourt arriva à Saint-Pétersbourg vers le 10 ou le 15
décembre 1807. Je lui remis l'ouvrage que j'avais créé, et passai près
de lui tout le temps nécessaire pour lui donner les explications dont il
avait besoin; après quoi, je demandai mes audiences de congé. Celle que
me donna l'empereur fut presque amicale; sa fête se célébrait le 25
décembre; je voulus y assister; et c'est en m'invitant à dîner pour le
lendemain, qu'il m'emmena dans son cabinet pour me fournir l'occasion de
lui témoigner ma reconnaissance de tant de bontés. Il m'entretint assez
long-temps des matières politiques que j'avais traitées avec lui, et me
dit encore un mot du regret qu'il voulait bien avoir de mon départ, et,
enfin, en m'embrassant, il me donna congé. À tous ses bons procédés, il
joignit des témoignages de sa générosité: outre les diamans d'usage, qui
consistaient dans une tabatière de grand prix, il me fit remettre un
collier d'améthystes, qui était le plus bel ouvrage qu'il y eût chez le
joaillier de la couronne; il était accompagné de tous les accessoires de
cette parure; il y ajouta deux fourrures, l'une de martre zibeline, qui
fit l'admiration des dames de Paris, et l'autre d'oursin noir, d'une
égale rareté. Je partis de Russie comblé, et de plus j'étais persuadé
d'y avoir fait succéder une estime générale aux fâcheuses préventions
que j'avais trouvées établies contre moi en y arrivant.

Je pris mon chemin par Wilna, Varsovie et la Silésie. L'empereur
Alexandre avait donné ordre que l'on me fît accompagner par deux
feldjägers (courriers de cabinet) jusqu'à Varsovie, de sorte que je
n'éprouvai pas la moindre difficulté aux postes. En passant en Silésie,
je rencontrai la tête des colonnes des prisonniers russes, qui
retournaient de France dans leur pays. L'empereur les avait fait armer
et habiller en uniforme russe. Cette galanterie avait été appréciée en
Russie, où elle était connue avant mon départ. Ce fut le 16 janvier 1808
que j'arrivai à Paris, où j'eus encore le plaisir de m'entendre donner
des marques de satisfaction par l'empereur; j'y attachai d'autant plus
de prix que ce n'était pas trop son habitude, sans que pour cela il en
estimât moins.

Pendant plusieurs jours, il me questionna sur tout ce que j'avais
remarqué en Russie, et me demandait souvent si j'étais parti convaincu
qu'il pouvait faire quelque chose de solide dans ce pays-là; je
répondais affirmativement, car c'était mon opinion, et j'ai souvent
regretté d'avoir vu gâter des affaires qu'il était possible de toujours
tenir en bon train. Il n'y avait sorte de chose que l'empereur n'eût
préférée à l'idée d'aller recommencer la guerre au-delà de la Vistule;
il avait soigné cette ambassade de Russie de tout ce qui pouvait
contribuer aux succès qu'il en attendait; rien n'avait été épargné en
dépense, ni en détails de tout genre de tout ce qui compose la
représentation. Tout cela avait été porté jusqu'à la somptuosité.

L'on verra, par la suite de ces Mémoires, comment la confiance que
l'empereur avait placée dans cette alliance, a été petit à petit
altérée, au point d'avoir été suivie de la catastrophe qui a englouti
l'espérance et l'avenir de tant de familles dignes de l'estime publique.



CHAPITRE XV.

Expédition de Portugal.--Junot.--Composition de son armée.--Entrée à
Lisbonne.--Prévoyance du régent.--Nos troupes s'approchent
d'Espagne.--Considérations politiques.--Talleyrand.--Part véritable de
ce diplomate à l'entreprise sur la Péninsule.--Tentative inconcevable de
Fouché.


L'empereur avait passé la saison des chasses d'automne à Fontainebleau,
où il avait donné la première audience à l'ambassadeur de Russie, qui
était le général comte de Tolstoï, frère du grand-maréchal de la cour de
l'empereur Alexandre. Je vais rendre compte de ce qui s'est passé
pendant le séjour que fit la cour dans cette résidence.

Depuis le refus qu'avait fait l'Angleterre d'accepter la médiation de la
Russie pour négocier la paix avec la France, l'empereur avait sommé le
Portugal de prendre un parti, le menaçant de faire marcher contre lui
les troupes françaises, s'il persistait dans son alliance avec
l'Angleterre. Le prince régent de Portugal hésitait et répondait d'une
manière évasive aux sollicitations pressantes qu'on lui faisait faire à
la fois, à Lisbonne et par la voie de son ambassadeur à Paris, le comte
de Lima.

Il est à remarquer que le prince régent avait été un des premiers
souverains qui eussent recherché l'alliance de la France, et que
cependant, dès le temps du consulat, on avait été obligé de le faire
attaquer par les troupes françaises et espagnoles combinées, pour
l'obliger à entrer avec nous dans l'alliance contre l'Angleterre.
C'était cet ouvrage que l'on voulait recommencer: l'ambassadeur de ce
pays en France jugeant de ce qui allait arriver, crut qu'il pourrait
conjurer l'orage en allant lui-même à Lisbonne faire ouvrir les yeux à
son gouvernement sur les dangers d'invasion dont le Portugal était
menacé; il partit de Fontainebleau, et comme courrier près de son
souverain; mais il était trop tard, toute transaction était devenue
impossible; le prince n'eut d'autre parti à prendre que de s'embarquer
sur sa flotte pour le Brésil, abandonnant ainsi ses États d'Europe à ce
que la fortune en déciderait. Il partit effectivement avant l'arrivée du
corps de troupes qui s'approchait de sa frontière. Ce corps était
commandé par le général Junot, qui avait été gouverneur de Paris pendant
la longue absence de l'empereur. Les troupes qui le composaient avaient
été formées du troisième bataillon, et des escadrons de dépôt de
plusieurs des régimens qui étaient à la grande armée.

Il pénétra sur le territoire portugais, prit possession des places
fortes, sans rencontrer d'autre résistance que celle que lui opposaient
les torrens, les précipices, qu'il eut à franchir. Il parvint enfin à
vaincre tous ces obstacles, et, à force de constance, il triompha de la
faim et de la fatigue, et entra dans Lisbonne sans que le gouvernement
essayât de s'opposer à sa marche. Loin de la, le prince régent prit soin
de lui aplanir les difficultés. Il prévint ses vassaux que la défense
était inutile; qu'il allait s'absenter pour laisser écouler l'orage;
qu'il reviendrait quand la tempête serait passée, et venait, en
attendant, d'organiser un gouvernement chargé surtout de procurer de
bons logemens aux troupes françaises, de pourvoir à leurs besoins, et
d'empêcher qu'il ne leur fût fait aucune insulte[27]. On ne pouvait
faire les choses de meilleure grâce, ni être plus prévenant. Il n'avait
oublié qu'une chose, c'était de parler de l'imprudence qui attirait
l'orage sur ses États: il n'avait cependant pu imaginer que le traité
qui devait soulever toutes les forces de la Péninsule, ne nous avait pas
échappé, et que, quoique l'Espagne seule eût éclaté, nous savions à quoi
nous en tenir sur les projets du Portugal.

Pendant que l'empereur prenait ce parti vis-à-vis du Portugal, il fit
rapprocher des frontières d'Espagne, du côté de la Catalogne et de la
Navarre, deux corps d'armée, dont les troupes étaient encore bien moins
organisées que celles du corps du général Junot: ce n'étaient pour la
plupart que des bataillons de marche. On appelait ainsi des bataillons
que l'on formait des détachemens de plusieurs régimens différens, qui
avaient un long trajet à faire pour se rendre à la même armée. Les
meilleurs étaient composés d'hommes appartenant à trois régimens
différens; mais il y en avait dont les compagnies avaient des soldats de
plusieurs corps, et même des officiers tirés d'autres corps que ces
mêmes soldats; il fallait bien certainement que l'empereur crût n'avoir
pas de grandes opérations à faire exécuter pour s'être décidé à employer
des troupes dans cet état d'organisation; enfin la meilleure portion
était la conscription des provinces méridionales, qui avait été appelée
en 1806, lorsque l'on entra en Pologne, après que la Prusse eut refusé
de traiter et se fut jetée dans les bras des Russes, lorsque nous étions
à Berlin. L'empereur avait ordonné que cette portion de conscription
restât en France, et il l'avait fait organiser en plusieurs corps
réguliers, que l'on nomma légions: ces légions furent rassemblées à
Grenoble, Dijon, Toulouse, et, je crois, Bordeaux: cette disposition fut
prise après la bataille d'Eylau, et c'est d'Osterode que l'empereur
ordonna d'en former des corps de réserve, dont il donna le commandement
à des sénateurs qui avaient été militaires.

La proclamation de l'Espagne avait paru quelques mois auparavant;
l'armée d'observation de l'Autriche était dans les environs de Prague.
Ces corps de réserve auraient été grossir l'armée d'Italie, si
l'Autriche avait entrepris quelques hostilités, ou bien ces mêmes corps
auraient formé une armée pour s'opposer aux Espagnols, si la
proclamation de leur gouvernement avait été suivie de quelques
opérations offensives de sa part: ni l'un ni l'autre cas n'était arrivé,
et l'empereur trouva les légions disponibles à son retour de Tilsit.
C'est ici que commencèrent les affaires d'Espagne, que je crois
nécessaire de faire précéder de quelques détails.

On a débité avec affectation dans le monde que M. de Talleyrand avait
été d'un avis opposé à cette entreprise: il a pu convenir à quelques
esprits de parti de chercher à établir cette opinion, mais elle est
contraire à la vérité: non seulement il n'y était point opposé, mais
encore il la conseilla, et fut celui qui en posa les préliminaires; et
c'est dans le but de la terminer qu'il pressa tant la conclusion de la
paix à Tilsit, disant à l'empereur que son affaire la plus importante
était celle du Midi, d'où tôt ou tard un prince belliqueux pourrait
tenter d'ébranler son ouvrage, lui faisant remarquer qu'il avait suffi
d'une proclamation pour mettre tout le pays en alarme, et que, s'il y
avait eu une seconde bataille d'Eylau, ce qui pouvait arriver au centre
des provinces russes, où il aurait bien fallu aller si l'on n'avait pas
fait la paix, il était possible que les Espagnols et les Autrichiens
arrivassent à Paris avant qu'il pût en être informé; que, d'un autre
côté, s'il faisait la paix avec l'Angleterre sans avoir réglé à sa
convenance les affaires d'Espagne, il y fallait renoncer pour jamais,
parce qu'il retrouverait l'Europe contre lui aussitôt qu'il voudrait en
entreprendre l'exécution, au lieu que, si on était assez heureux pour
réussir, on traiterait avec l'Angleterre sur cette base, en faisant,
d'un autre côté, les sacrifices auxquels on pourrait être obligé de
souscrire. M. de Talleyrand est le premier qui ait songé à l'opération
d'Espagne; il avait préparé les ressorts qu'il fallait mettre en jeu
pour la faire consommer: il est bien vrai qu'il voulut la faire d'une
autre manière, et peut-être l'eût-il menée à meilleure fin.

Le hasard a voulu que, dans la circonstance où l'on aurait eu le plus
besoin de toutes les ressources de son esprit, de son habileté et de ses
talens, qui étaient dans tout le lustre que leur donnaient les succès
des armes de l'empereur, il se retirât des affaires. Par son absence, on
fut privé de tous ces moyens d'intrigues dont l'Espagne fourmillait, et
que M. de Talleyrand avait fait mouvoir à son gré pendant plus de dix
ans; en sorte que l'on attaqua la politique maladroitement en heurtant
des intérêts que l'on aurait pu se rendre favorables, si on ne les avait
pas d'abord effarouchés.

On a dit aussi que c'était par suite de son opposition à cette affaire
qu'il avait quitté le ministère: c'est une autre erreur, encore plus
lourde que la première; l'empereur lui en a voulu long-temps d'avoir
quitté la direction des affaires dans cette circonstance, pour une
question de vanité. Au retour de Tilsit, il avait fait Berthier
vice-connétable, ce qui le créait grand-dignitaire; il le remplaça, au
ministère de la guerre par le général Clarke, dont les talens
administratifs s'étaient développés en Prusse et à Vienne.

M. de Talleyrand voulait être grand-dignitaire; il souffrait de voir
l'archichancelier et Berthier au-dessus de lui. Il commença à dire qu'il
était fatigué; que sa santé ne lui permettait plus de suivre un
quartier-général; qu'il désirait de tout son coeur servir l'empereur,
mais qu'il avait besoin de repos: il fit parvenir cela par le moyen des
femmes qui avaient accès chez l'impératrice, et, enfin, l'empereur
devina le reste.

Il était trop content de M. de Talleyrand pour lui refuser ce qu'il
paraissait désirer si vivement; il le fit donc vice-grand-électeur, et,
ainsi que Berthier l'avait été, il fut remplacé au ministère par M. de
Champagny. L'empereur fut très fâché de ce changement, surtout dans la
circonstance qui approchait, et M. de Talleyrand ne tarda pas à s'en
repentir lui-même, parce que, une fois hors du ministère, il fut en
butte à une foule d'intrigues et de mauvais propos. On lui prêta toutes
sortes d'indiscrétions sur des faits antérieurs à sa retraite des
affaires et sur les projets à venir de l'empereur. L'empereur lui-même
disait-il quelque chose, on en raisonnait dans tous les sens, et on en
faisait des critiques méchantes que l'on attribuait à M. de Talleyrand.
N'ayant plus de conférences particulières, dans lesquelles il aurait pu
détruire les menées de ses ennemis, ces absurdités, quelque ridicules
qu'elles fussent, n'en laissaient pas moins une impression fâcheuse dans
l'esprit de l'empereur.

Il devint bientôt le point de mire de tout ce qui voulait faire fortune
et participer aux honneurs attachés à la place qu'il venait de quitter.
On chercha à le rendre odieux à l'empereur; on imagina mille contes,
productions de gens qui ne peuvent soutenir la concurrence de ceux dont
ils sont forcés de reconnaître la supériorité; guidés par leurs intérêts
particuliers, et poussés par les passions de ceux dont ils se sont
entourés, ils aiment mieux perdre un État entier en étouffant la lumière
autour du monarque, que de voir pâlir leur étoile en laissant accès aux
hommes qui véritablement peuvent le servir. L'empereur résista
long-temps; il continua à voir avec bonté M. de Talleyrand; mais comme
tout cède à l'importunité qui ne se rebute point, Talleyrand tomba
bientôt dans une sorte de disgrâce. Il n'abandonna pas néanmoins
l'entreprise qu'il avait suggérée à l'empereur; au contraire, il la
suivit avec constance, et profitant, avec son adresse ordinaire, d'une
inspiration de colère qui était échappée à Charles IV, il alla jusqu'à
vouloir intervertir l'ordre de succession au trône d'Espagne. Chargé,
conjointement avec le grand-maréchal, de suivre les négociations que le
prince de la Paix avait ouvertes au sujet du Portugal, il ne se borna
pas à demander que Charles IV livrât le commerce de ses colonies aux
Français, il voulait encore qu'il nous abandonnât celles de ses
provinces qui touchent nos frontières, et qu'il reçût en échange les
dépouilles du souverain qui s'était enfui à la vue de nos drapeaux.
Voici, au reste, une pièce qui fixe l'état où il avait placé la
question; c'est le compte-rendu de la dernière conférence qui eut lieu à
ce sujet entre lui et Izquierdo.

     Paris, 24 mars 1808.

     _Au prince de la Paix._

«L'état des affaires ne permet pas d'écrire tous les détails des
entretiens qu'après mon retour de Madrid j'ai eus ici par ordre de
l'empereur, avec le général Duroc, grand-maréchal du palais impérial, et
avec le vice-grand-électeur de l'empire, le prince de Bénévent.

«Je réduis mon discours à l'explication des moyens qui sont proposés
pour régler et même pour terminer à l'amiable les affaires qui pendent
entre l'Espagne et la France, car on m'a chargé de les faire connaître à
mon gouvernement, en recommandant la réponse le plus tôt possible.

«Il est notoire que plusieurs corps de troupes françaises se trouvent à
présent en Espagne: on ignore quel en sera le résultat. Quelques
arrangemens entre les gouvernemens des deux nations pourront empêcher de
mauvais effets et même produire un traité définitif et solennel sur les
bases qui suivent.

«1re base. Les Français pourront faire leur commerce dans les colonies
espagnoles aussi librement que s'ils étaient Espagnols, et les
Espagnols, dans les colonies françaises, comme s'ils étaient Français:
les uns et les autres paieront les droits de douanes, comme s'ils
étaient natifs du territoire. Cette prérogative leur appartiendra
exclusivement, de manière que la France ne l'accordera qu'aux Espagnols,
et l'Espagne, non plus, qu'aux Français.

«2me base. Le Portugal se trouve aujourd'hui sous le pouvoir de la
France: la nation française a besoin d'une route militaire pour le
passage continuel des troupes qui doivent y aller, avec l'objet de
conserver les garnisons et de défendre le pays contre les incursions des
Anglais. Il est vraisemblable que cette affaire produira beaucoup de
dépenses, de chagrins, d'obstacles, et même de fréquentes occasions de
désordres; tout serait parfaitement arrangé, si l'Espagne possédait
entièrement tout le Portugal: elle indemniserait la France, en lui
cédant l'équivalent sur le territoire des provinces contiguës à l'empire
français.

«3me base. Régler définitivement la succession au trône d'Espagne[28].

«4me base. Faire un traité offensif et défensif d'alliance, en stipulant
le nombre de troupes que chaque nation doit donner à son alliée dans le
cas de guerre.

«Voilà les bases sur lesquelles on pourra faire un traité définitif
capable de terminer heureusement la crise actuelle où les deux États se
trouvent aujourd'hui; mais, dans les affaires d'une telle nature, je ne
dois qu'obéir. Quand on parle de l'existence de l'État, de son honneur,
de son estime et de son gouvernement, les décisions doivent avoir leur
origine seulement dans le conseil du souverain; néanmoins, mon amour
ardent pour la patrie m'a inspiré de faire au prince de Bénévent les
observations qui suivent:

«1°. Accorder aux Français une liberté de commerce égale à celle des
Espagnols, c'est diviser les Amériques mêmes entre les nations française
et espagnole; et l'accorder exclusivement, c'est s'éloigner de plus en
plus de la paix, perdre toutes nos relations commerciales, et celles des
Français, avec l'Amérique, jusqu'à la signature de la paix avec
l'Angleterre, excepté seulement le cas où l'arrogance de cette puissance
serait châtiée. J'ai dit aussi que si mon souverain accédait à cet
article, il fallait y ajouter, que les marchands français qui voudraient
fixer leur domicile n'auraient pas les droits de citoyens, mais
seulement de demeurans, d'après les lois expresses qui ont servi de base
pour le domicile des étrangers jusqu'ici.

«2°. En parlant de l'affaire du Portugal, j'ai fait une réminiscence du
traité du 27 octobre dernier. J'ai cherché à faire connaître le
sacrifice du roi d'Étrurie, que le Portugal tout entier ne vaut rien
pour l'Espagne, s'il est séparé de ses colonies; que les habitans des
provinces contiguës aux Pyrénées ne souffriraient pas la perte de leurs
lois, exemptions, priviléges et langue, moins encore le changement de
souverain. J'ai ajouté aussi qu'il me serait absolument impossible de
signer la cession de la Navarre, parce que, si je le faisais, je serais
sans doute l'objet de l'exécration de tous mes compatriotes, à cause de
ma naissance en Navarre. À la fin, je n'ai pas hésité à dire que, si
l'intention définitive est de séparer du royaume d'Espagne lesdites
provinces contiguës aux Pyrénées, on pourrait créer un autre royaume,
nommé d'_Ibérie_, pour l'indemnité du roi d'Étrurie, sur les bases de
conserver aux habitans du pays leurs lois, exemptions, usages et langue,
et d'appartenir toujours à un prince de la famille royale des Bourbons
d'Espagne, et, qu'en autre cas, la séparation pourrait avoir lieu sous
le titre de vice-royauté, avec la condition d'être possédées toujours
par un prince _Infant d'Espagne_.

«3°. En parlant de la succession au trône d'Espagne, j'ai dit tout ce
que le roi notre seigneur m'avait fait l'honneur de m'ordonner, ainsi
que tout ce qui a été nécessaire pour démentir les calomnies inventées
par les méchans hommes d'Espagne, et racontées ici comme vérités,
jusqu'au point d'avoir perverti l'opinion publique.

«Relativement à l'alliance offensive et défensive, j'ai demandé au
prince de Bénévent si l'on projetait de réduire l'Espagne à l'état de la
confédération du Rhin, en lui imposant l'obligation de fournir des
troupes, ce qui serait réellement l'assujettir au paiement d'un tribut
de guerre, par honnêteté sous le nom d'alliance; car si l'Espagne est en
paix avec la France, jamais elle n'aura besoin des secours français pour
la défense du territoire espagnol, ainsi qu'on peut le voir dans les
îles Canariennes, les provinces de Buénos-Ayres et le port du Férol.
Quant à l'Afrique, elle est comptée pour rien.

«Sur l'affaire du mariage, le prince et moi sommes restés d'accord; il
n'y a pas eu de difficultés. Mais on m'a dit que dans le traité qui doit
avoir lieu, sur lesdites bases, on ne parlerait plus de mariage, pour
lequel il y aura convention séparée.

«Il n'y a pas aussi de difficultés sur le titre d'_Empereur des
Amériques_ que notre roi doit prendre.

«On m'a dit qu'il fallait répondre, sur l'acceptation des bases, tout de
suite, sans aucun délai, pour éviter les mauvais effets qui pourraient
en résulter.

«On m'a dit aussi qu'il fallait omettre tout acte ou mouvement
d'hostilité capable d'éloigner l'arrangement amiable qui peut encore
avoir lieu.

«J'ai été interrogé s'il était vrai que le roi notre seigneur projetait
d'aller en Andalousie; j'ai répondu que je n'en savais rien, et j'ai dit
la vérité. Croyez-vous (m'a-t-on dit alors) que Charles IV ait déjà fait
ce voyage? Je crois que non, ai-je répondu, parce que le roi, la reine
et le prince de la Paix restent tranquilles sur la bonne foi de
l'empereur.

«J'ai demandé la suspension de l'entrée des troupes françaises dans les
provinces intérieures de l'Espagne, jusqu'à ce que je reçusse la réponse
de cette note, et cependant que les troupes françaises qui sont en
Castille en sortissent. Je n'ai rien obtenu; on m'a fait espérer
seulement que si les bases étaient acceptées par le roi, on ordonnerait
que les troupes s'éloignassent de la province où LL. MM. se
trouveraient.

«Il y a ici des lettres datées d'Espagne, qui disent que quelques
troupes espagnoles marcheront vers Madrid par la route de Talavera, et
que V. A. m'en a donné avis par un courrier extraordinaire. J'y ai
répondu, en disant la vérité sur ce que je savais sur cet article.

«On présume que V. A. était partie pour Séville, en accompagnant le roi
et la reine; je n'en sais rien, et c'est pourquoi j'ai ordonné au
courrier qu'il ne s'arrêtât pas jusqu'au lieu de la résidence de V. A.

«Les troupes françaises n'arrêteront pas le courrier, du moins le
grand-maréchal du palais m'a offert cette sécurité.

     «Paris, 24 mars 1808. EUGÈNE IZQUIERDO.»

La révolution d'Aranjuez était faite lorsque cette dépêche arriva.

       *       *       *       *       *

Il s'était passé à Paris, avant mon retour, une autre affaire qui avait
donné beaucoup d'humeur à l'empereur: c'est lui-même qui me l'a apprise.
Il avait été peu satisfait de M. Fouché, et celui-ci voyant la France
entière dans l'ivresse, cherchait tous les moyens, de rentrer en grâce
en signalant son dévouement. Ce ministre, auquel on prêtait tant de
lumières et de finesse, était l'homme le plus mal informé de ce qui se
passait, et l'homme qui connaissait le moins les convenances et l'usage
du monde: c'était la conséquence naturelle de l'état dans lequel il
était resté. Ayant appartenu à tous les partis de la révolution, et les
ayant tour à tour abandonnés pour suivre le plus heureux dans le moment,
il n'avait pu se défaire des habitudes que cette manière de vivre lui
avait fait contracter; il était toujours dominé, lorsqu'au contraire il
croyait lui-même diriger les conducteurs. En suivant cette marche il se
trompait souvent; aussi l'empereur disait-il de lui: «M. Fouché veut
toujours être mon guide et conduire la tête de toutes les colonnes; mais
comme je ne lui dis jamais rien, il ne sait pas où il faut aller, et il
s'égare toujours.»

Je ne sais où M. Fouché avait pris que l'empereur voulait, ou du moins
était occupé d'un divorce. Comme il voyait que l'on ne négligeait rien
pour resserrer l'alliance avec la Russie, il imagina que, sans lui, on
n'aurait pas observé qu'il y avait dans la famille impériale russe une
princesse charmante, digne de la plus belle couronne du monde, dont elle
aurait encore rehaussé l'éclat par tous ses brillans avantages. On lui
dit que l'empereur avait quelque scrupule de séparer sa destinée de
celle d'une personne qu'il avait associée à son existence, et qui lui
témoignait sa reconnaissance par les soins les plus vigilans dans tout
ce qui pouvait l'intéresser.

M. Fouché entreprend de se placer entre les deux époux, et de faire
sortir de la tête de quelques sénateurs dont les opinions étaient
réglées d'ordinaire sur la sienne, l'idée de témoigner à l'impératrice
qu'elle ferait une démarche utile à l'État et en même temps agréable à
l'empereur, en lui proposant elle-même un divorce dont il n'osait
l'entretenir: il parla à ces sénateurs comme un homme qui avait une
instruction conforme au langage qu'il leur tenait, et tous approuvèrent;
aucun n'eut garde de faire la moindre objection. Le ministre, qui se
croit fort d'une opinion manifestée par d'autres, qu'il avait commencé
par établir, pousse l'audace jusqu'à venir lui-même trouver
l'impératrice, et ne craint pas de déchirer son coeur en l'entretenant de
la nécessité de faire un sacrifice si douloureux pour elle; il lui parle
du voeu du sénat et de la reconnaissance nationale.

La première pensée qui vint à l'impératrice fut que le ministre de la
police n'était que l'interprète de l'empereur, qui n'avait pas voulu
être témoin de ses larmes, et lui avait donné cette commission; mais
elle ne se déconcerta pas et lui répondit: «Monsieur, je dois ici
l'exemple de l'obéissance aux ordres de l'empereur; vous pouvez aller
lui dire qu'aucun sacrifice ne me coûtera, lorsqu'il sera accompagné de
la pensée consolante de m'être conformée à ses désirs.» Elle laissa le
ministre dans le salon et rentra chez elle. Ce n'était pas là ce que M.
Fouché voulait; il espérait nouer une longue conversation avec
l'impératrice, et la porter à cette démarche comme d'elle-même, en
faisant disparaître ce qui était relatif au sénat et à lui, au lieu que
ce congé qu'il reçut lui laissa tout le caractère officiel qu'il avait
pris pour son introduction.

L'empereur, qui dans la journée descendait souvent de son cabinet chez
l'impératrice, la trouva ce jour-là tout en larmes, et voulut en savoir
la raison; elle lui répondit: «Pouvez-vous me le demander, après ce que
vous m'avez fait dire. «C'était une énigme pour lui: il se la fit
expliquer, et resta stupéfait de l'audace de son ministre: il l'envoya
chercher, et jamais personne, dans quelque condition qu'il soit, n'a été
traité comme le fut le ministre de la police dans cette circonstance;
l'empereur était indigné, et l'on ne doit attribuer qu'à la facilité
avec laquelle il pardonnait les injures qui lui étaient personnelles,
qu'il lui ait permis de continuer l'exercice de ses fonctions dans une
place dont on pouvait si facilement abuser; mais il n'eut plus aucune
confiance en lui, et le considéra comme un homme qui avait un système
personnel à lui, auquel système il rapportait les affaires d'État; mais
dont tout le talent était de la subtilité, et qui n'avait que de
l'intrigue sans aucune suite d'idée, et particulièrement point
d'attachement pour lui. S'il s'était trouvé là un homme en état
d'exercer son emploi, il en aurait été pourvu à l'instant.

Cette audace du ministre de la police était seule capable de faire
rompre une alliance de cette nature avec la Russie, s'il y avait eu
toutefois des ouvertures de ce genre, parce qu'il donna tant de
publicité à ce projet pour en paraître l'auteur, que l'empereur n'aurait
eu l'air d'avoir contracté cette union que par la force d'une opinion
formée par son ministre, et dès-lors il n'en aurait retiré aucun fruit.



CHAPITRE XVI.

Formation de la gendarmerie d'élite.--Composition de ce corps.--Hôpital
de Sedan.--Création d'une nouvelle noblesse.--L'empereur ne haïssait pas
l'opposition.


M. Fouché parvint à se faire pardonner; il employa le grand-duc de Berg,
qui avait plusieurs raisons de le ménager, comme on le verra par la
suite de ces Mémoires; il s'appuya aussi de quelques membres de la
famille de l'empereur, qui avaient la faiblesse de croire qu'ils étaient
redevables à M. Fouché de tout le bien que l'empereur leur faisait;
qu'il écartait de son esprit tout ce que de prétendus méchans ne
cessaient de lui rapporter sur leur intérieur, tandis que jamais
personne n'en parlait à l'empereur, que lui, Fouché. Il avait une
habitude de lui dire: on a débité telle mauvaise chose qui aurait pu
nuire au prince un tel ou à madame une telle; on a tenu tel ou tel
mauvais propos; mais j'ai empêché que cela n'allât plus loin. On ne lui
avait rien dit; on ne disait ni ceci, ni cela; c'était lui qui avait
inventé les mauvais propos, et qui les mettait sur le compte d'un autre;
il en imposait à l'empereur en venant lui faire un faux rapport, auquel
il avait soin de faire une préface piquante; il avait beau y mettre de
l'esprit, son crédit était usé.

C'est dans ce temps-là qu'il a le plus abusé de la facilité qu'il avait
de jeter, sur la gendarmerie d'élite, tout l'odieux de son
administration et de ses actes particuliers. Il avait l'habitude, après
avoir attiré sur un individu une mesure de rigueur qui était la suite
d'un rapport qu'il avait fait précédemment, de dire aux personnes qui
s'intéressaient à celle qu'il avait fait frapper: «Ce n'est pas ma
faute; l'empereur ne me consulte plus: aussi il fait des choses en dépit
du bon sens; il a sa gendarmerie qui fait sa police; moi je n'ai plus
rien à faire qu'à prendre garde à moi-même, car un jour cela pourrait
bien être mon tour.»

C'est par des discours aussi artificieux que ce ministre astucieux
éloignait de lui tout l'odieux des mesures qu'il faisait prendre à
l'empereur. Lorsque je serai à l'époque où je lui ai succédé, je
rapporterai plus en détail ce qui le concerne.

C'est ici le moment de parler de cette gendarmerie d'élite, qui a été si
utile au ministre de la police pour voiler ses opérations, et être
accablée de l'odieuse opinion qu'il en avait donnée ou qu'il avait
laissé établir sur elle.

C'est moi qui ai créé ce corps, et je l'ai commandé huit ans; j'atteste
ici que jamais je n'ai reçu de l'empereur aucun ordre d'en employer les
gendarmes à un service qui ne fût pas rigoureusement conforme à leur
institution, et particulièrement aux dispositions des lois à l'égard de
la gendarmerie. Jamais l'empereur ne les a chargés d'aucune police
secrète, et j'atteste sur l'honneur, qu'avant d'être moi-même le chef de
celle de l'État, je n'avais pas la première idée de ce que cela pouvait
être; je me suis dit souvent qu'il aurait été heureux pour moi que la
gendarmerie d'élite m'eût offert quelques ressources en ce genre; mais
personne de ce corps n'y entendait rien, pas plus que moi alors. Je vais
plus loin; dans les huit ans que je l'ai commandée, je n'ai pas connu un
seul individu, dans ses rangs, auquel on eût osé aller proposer une
commission du genre de celles qu'on les accuse d'avoir remplies, et la
plupart de leurs accusateurs ou détracteurs n'auraient pas osé leur dire
en face la moindre partie de ce qu'on a imprimé contre eux depuis; je
n'avais pas un gendarme qui n'eût été sous-officier dans les rangs de
l'armée; tous m'étaient attachés parce que je ne craignais pas de
paraître pour les défendre contre la calomnie, et leur faire obtenir
justice. Leur attachement était la suite de leur estime, et quelle que
soit la persévérance de la basse récrimination qui les a fait dissoudre,
ils n'en sont que plus recommandables à l'estime publique. Quant à moi,
je regarderai toute m'a vie comme des jours heureux ceux où je pourrai
être utile à quelques uns d'eux.

Il y avait encore à Paris, au moment de mon retour de Russie, quelques
unes des députations que les départemens avaient envoyées pour
complimenter l'empereur; celle de mon département (les Ardennes) était
de ce nombre; elle vint me faire une visite, et me donna en corps un
dîner comme à un compatriote qu'elle estimait. Cette circonstance mit le
comble à tout ce que j'éprouvais de satisfaction à cette époque-là.

Parmi la députation du département des Ardennes, il y avait le maire de
la ville de Sedan, qui, avec quelques députés de cette ville, était en
instance pour obtenir d'abord un bâtiment de l'État pour un
établissement de bienfaisance publique, et qui, en second lieu,
sollicitait la remise, à l'hôpital militaire de cette ville, de la
dotation que le maréchal de Turenne lui avait donnée sur ses biens en la
fondant[29]. Cette dotation avait été engloutie dans la révolution, et
les héritiers de la maison de Bouillon, ayant eu leur fortune en grande
partie confisquée, entendaient que le paiement de cette dotation fût
reversé sur la portion des biens dont ils avaient été dépouillés. Le
ministère observait avec raison que si l'empereur commençait une fois à
faire droit à une réclamation de ce genre, toutes les villes qui étaient
dans le même cas que Sedan viendraient successivement réclamer, et qu'il
n'y avait aucune raison pour leur refuser ce que l'on aurait accordé à
celle-ci, en sorte que leur demande fut écartée.

Mes compatriotes espéraient que je pourrais vaincre les obstacles qu'ils
avaient rencontrés, et me priaient de les aider. Je saisis cette
occasion de leur témoigner combien j'étais attaché aux lieux où j'étais
né. Je donnai procuration au maire de Sedan, M. de Neuflize, l'homme le
plus considérable du pays, qui voulut bien s'en charger, de chercher
près de la ville une partie de bien d'une valeur égale au revenu de la
dotation du maréchal de Turenne, et à l'abri de toute espèce de
révolution, de confiscation ou aliénation, libre d'hypothèque, dont on
pût faire l'acquisition de suite, et que j'en ferais les fonds, en
mettant pour condition que cette acquisition ne serait rien autre chose
que la reconstitution de la dotation du maréchal de Turenne, telle
qu'elle existait avant la révolution, aux mêmes obligations de
reconnaissance envers sa mémoire, c'est-à-dire que ses armoiries
seraient replacées dans l'église, et que tous les ans, au 26 de juillet,
pour anniversaire de sa mort, on y célébrerait le service divin, comme
cela était d'habitude avant la révolution. Il fallut un rapport du
conseil d'État à l'empereur sur toutes ces propositions, qui furent
sanctionnées par un décret, et c'est depuis cette époque que l'hôpital
militaire de Sedan a recouvré ce qu'il avait perdu, c'est-à-dire une
rente de 1,200 fr., pour le capital de laquelle j'ai donné de mes
économies 40,000 fr.

C'est aussi au mois de janvier 1808, et pendant le mois de février
suivant, que l'empereur faisait discuter au conseil d'État son projet de
recréer une noblesse. Cette question causa beaucoup de débats; elle
trouva des contradicteurs, et il est à remarquer que l'empereur, à qui
on supposait des idées de despotisme, affectait toujours de faire
prendre, dans des cas semblables, la parole à ceux des conseillers
d'État qu'il savait être d'une opinion opposée à la sienne; il
recommandait toujours que l'on parlât franchement, disant quelquefois,
sur cette matière comme sur d'autres: «Ne ménagez pas la question
pendant qu'on la discute, parce qu'une fois qu'elle aura passé, et que
le décret en aura été signé, il n'y aura plus à y revenir, ni à se
plaindre.»

Il n'en a jamais voulu à personne pour avoir manifesté franchement de
l'opposition à ses opinions; il aimait qu'on les combattît, et il ne lui
en coûtait aucun effort pour revenir à celle qui lui était démontrée
être la plus raisonnable: c'était une bonne note dans son esprit, en
faveur de celui qui lui avait donné quelque lumière en lui résistant.

Cette question de noblesse fut vivement discutée; il en coûtait à tous
les hommes de la révolution de devenir transfuges à leur parti; mais,
cependant, elle passa, soit que la raison ou l'amour-propre l'eût
emporté, et, dans le mois de février, l'empereur créa seize ducs avec un
grand nombre de comtes et de barons; il me fit l'honneur de me
comprendre dans les seize premiers, et d'ajouter à cette faveur une
riche dotation, que j'ai perdue par suite des revers qui ont causé des
pertes semblables à tout ce qui vivait de ses bienfaits.



CHAPITRE XVII.

Le prince de la Paix dispose souverainement de toutes les ressources de
la monarchie espagnole.--Animadversion de la nation.--Il est forcé
d'avoir recours aux partis extérieurs.--La duchesse d'Orléans, M. de La
Bouillerie.--Nos troupes s'emparent d'une partie de
l'Espagne.--Conjuration d'Aranjuez.--Ferdinand proclamé roi d'Espagne.


Au mois de février 1808, l'empereur avait fait approcher sur l'extrême
frontière d'Espagne les troupes dont j'ai parlé plus haut; le Portugal
était occupé, et la politique de la Russie se dessinait de manière à
donner de la sécurité. Il avait signé, à Fontainebleau, le 27 octobre
1807, un traité avec l'Espagne, en vertu duquel une partie des provinces
portugaises restait en dépôt, dans nos mains, jusqu'à la paix; une autre
passait sous la domination de la reine d'Étrurie, qui nous cédait, en
échange, la Toscane; le reste constituait une autre souveraineté pour le
prince de la Paix, qui n'avait assurément pas obtenu cette élévation au
suprême pouvoir, sans quelque retour en services du genre de ceux qu'il
pouvait nous rendre, comme on pourra le juger.

Cet homme, qu'une faveur extraordinaire avait mis à la tête de toutes
les affaires d'Espagne, gouvernait la monarchie en maître absolu, depuis
plus de dix ans; il avait établi son pouvoir en faisant nommer ses
créatures aux emplois civils, militaires et ecclésiastiques, tant en
Espagne que dans les Indes.

Il était devenu l'arbitre de toutes les grâces, et s'était si bien rendu
maître des décisions du roi, qu'il répondait à tout ce qu'on lui
demandait: voyez Emmanuel (le prince de la Paix s'appelait Emmanuel
Godoi). Cette suprême autorité avait élevé contre lui une masse de
haine, qui contre-balançait la faveur dont il était comblé, parce qu'il
avait nécessairement commis beaucoup d'injustices pour établir sa
puissance. Le prince des Asturies était déjà entré au conseil; il avait
eu aussi à se plaindre des hauteurs du favori, qui ne craignait pas de
le blesser, en laissant apercevoir la source d'un despotisme qui ne
s'arrêtait même pas devant l'héritier de la couronne. Plus celui-ci
avançait en âge, plus il portait d'ombrage au prince de la Paix, qui ne
dissimulait plus son aversion pour lui. De son côté, le prince des
Asturies devint son ennemi, au point de saisir toutes les occasions de
travailler à sa perte; il y était encouragé par l'opinion publique, qui
faisait une justice sévère de la cour, et qui, ainsi que la fierté
nationale, tournait ses regards vers lui, et y rattachait ses
espérances.

De tous côtés on s'élevait contre le prince de la Paix, qui voyait
s'échapper un pouvoir qu'il exerçait depuis long-temps; bientôt il dut
recourir aux derniers expédiens pour le ressaisir. Il avait senti,
depuis long-temps, le besoin de consolider son autorité par la
protection d'une puissance étrangère, et il n'avait rien négligé pour se
rendre agréable à la France, qui avait accepté tout ce qui pouvait être
utile à son influence en Espagne, dont ce favori disposait sous tous les
rapports, et lui était ainsi devenu nécessaire à sa cour, qui le croyait
plus agréable que qui que ce soit à la France. Ses ennemis saisirent
encore ce moyen pour lui nuire, en disant qu'il était un traître; qu'il
avait vendu l'Espagne à la France, et en avait fait une de ces
vice-royautés, dans lesquelles on n'obéissait plus qu'aux ordres de
l'empereur.

D'un autre côté, on attribuait à la France tout le mal dont on croyait
avoir à se plaindre en Espagne, et on l'accusait d'y soutenir le prince
de la Paix. Cet état de choses amenait tous les jours de l'aigreur entre
les partisans du prince des Asturies et les créatures du favori, qui
craignaient sa disgrâce autant que les premiers désiraient son renvoi.
Les conseils du prince royal ne furent sans doute pas assez prudens, et
s'échauffèrent un peu en voyant la chaleur de l'opinion publique; ils
firent peut-être entrer dans son esprit le projet d'arrêter l'ambition
du prince de la Paix, en l'en rendant lui-même victime. Celui-ci, voyant
une catastrophe s'approcher, et toute l'Espagne prononcée, jugea qu'il
était perdu, lorsque les troupes françaises avancèrent sur le territoire
espagnol pour l'exécution du traité de Fontainebleau, dont il avait le
secret à peu près tout seul, et qui même n'était pas signé. Mais il vit
bien que l'on ne manquerait pas d'attribuer l'invasion qui en serait la
suite, au désir de le protéger personnellement.

En conséquence, pour consolider le reste du pouvoir qui lui était encore
nécessaire pour l'exécution de son projet, il ne vit de ressource que de
décider le roi Charles IV à écrire à l'empereur, pour lui faire part des
mésintelligences qui divisaient l'Espagne, et qu'il était assez
malheureux pour être forcé de reconnaître une trame contre ses jours,
ourdie jusque dans son propre palais, par des malheureux qui entouraient
son fils; et, en même temps, qu'il lui annonçait le projet d'en faire un
exemple, il lui demandait des conseils[30].

Ce dernier coup de vigueur rendit une nouvelle autorité au prince de la
Paix, mais il ne lui ramena pas l'opinion publique, qui s'attacha tout
entière au prince des Asturies, que l'on considéra comme sa victime.

Le prince des Asturies se vit dans une mauvaise position: on avait
arrêté ses plus fidèles partisans; on informait contre eux; il avait
tout à craindre des entreprises d'un homme à qui sa perte était
nécessaire. Il chercha à se mettre en mesure contre la malveillance du
favori; déjà il s'était adressé à l'empereur, et avait trouvé moyen de
lui faire parvenir une lettre, dans laquelle il lui demandait sa
protection contre des intrigans qui avaient juré sa perte, et voulaient
le rendre victime de l'ambition d'un homme qui ne mettait plus de bornes
aux humiliations qu'il lui faisait éprouver.

L'empereur avait répondu à la lettre du roi, mais il avait gardé le
silence à l'égard du prince des Asturies. Cette circonstance arriva au
retour du voyage que l'empereur avait fait en Italie, et je crois même
que c'est au moment de partir pour s'y rendre, qu'il reçut les deux
lettres dont je viens de parler.

Lorsque les troupes françaises entrèrent en Espagne, elles
rencontrèrent, en Catalogne, M. le prince de Conti, madame la duchesse
de Bourbon et madame la duchesse d'Orléans, qui y vivaient paisiblement,
depuis que, pour vendre leurs biens, le Directoire les avait obligés à
sortir de France, en leur faisant, à chacun, une pension de 20 ou 25,000
francs, qui leur étaient payés sur des certificats de vie, et en suivant
toutes les formalités prescrites pour les plus simples particuliers, qui
sont rentiers viagers de l'État; en sorte que ces princes étaient soumis
à tout ce qu'il y avait de plus outrageant, quoiqu'on ne leur payât pas
le dixième de ce qu'on leur avait pris, après les avoir forcés de
quitter la France. Ils avaient sans doute jugé inutile de réclamer. Les
choses étaient toujours restées dans cet état, lorsque l'empereur en
entendit parler, pour la première fois, par le général Canclaux, qui a
donné l'éveil sur la situation de ces princes: il était resté l'ami
chaud du prince de Conti. Puis le ministre des finances, M. le duc de
Gaëte vint l'en entretenir, et l'informer de tout ce qui était relatif à
ces princes. M. le duc de Gaëte avait fait son affaire personnelle de
celle-ci, et il connaissait si bien l'âme de l'empereur, qu'il avait
joint, au rapport qu'il lui faisait, un projet de décret pour porter
chaque pension à 60,000 francs, au lieu des 20 ou 25 du Directoire, et
portant dans sa rédaction que ces pensions seraient payées aux lieux de
la résidence de chacun des princes, par le soin du ministre du trésor,
qui verserait, pour cela, ces sommes à une maison de banque de Paris,
qui avait ordre de payer exactement, et de se pourvoir au trésor.

L'empereur signa de suite, en remerciant le ministre des finances. Ainsi
disparurent les formalités auxquelles on avait assujetti ces illustres
infortunés. Elles étaient telles qu'ils étaient obligés d'avoir un
procureur fondé de pouvoirs à Paris, et de lui envoyer des certificats
de vie signés des agens de la république, qui, sans doute, grapillaient
comme de coutume, autour de l'infortune.

L'empereur avait de même fait une pension à la nourrice de feu M. le
dauphin, ainsi qu'à celle de madame la duchesse d'Angoulême; c'était
madame la comtesse de Ségur, la mère, qui les lui avait demandées. Mais
une chose qui ne peut s'expliquer que par l'esprit de réaction, c'est
que, dans le commencement de la restauration, cette pension a été
supprimée, et n'a été payée de nouveau que long-temps après.

On a beaucoup dit que l'empereur était tyran et avide de spoliations; le
fait suivant prouve que ces actes étaient toujours l'oeuvre du ministre
proposant.

Le domaine extraordinaire était sous la direction de M. de La
Bouillerie, c'est-à-dire les caisses, car M. Defermon en était
l'intendant, et l'on avait réuni à ce domaine toutes les saisies
provenant de l'exécution des décrets prohibitifs de Berlin et de Milan.
Un jour, M. de La Bouillerie reçut, de l'intendant, l'avis qu'une saisie
de deux navires venait d'être faite au Havre; qu'elle était évaluée
environ 800,000 fr., dont il lui ordonnait de surveiller et de faire
opérer la rentrée. Il était fort tard quand M. de La Bouillerie reçut
cet avis, ainsi que les pièces qui l'accompagnaient.

Il y remarqua une extension outrée, que l'on s'était efforcé de donner
au sens des décrets de Berlin et de Milan, pour atteindre ces deux
navires. Il fit sur-le-champ un rapport particulier à l'empereur, chez
lequel il avait le droit d'entrer à toute heure; mais comme il était
déjà fort tard, et qu'il pouvait se faire que l'empereur ne pût pas lire
son rapport, M. de La Bouillerie écrivit lui-même en haut de la marge:

«Il est urgent d'envoyer de suite un courrier au Havre, porter l'ordre
de rendre les deux navires saisis.»

M. de La Bouillerie porta lui-même son rapport. L'empereur le fit entrer
de suite; il feuilleta le rapport, qui était très long, et, sans le
lire, il mit, de sa main, sous l'émargement de La Bouillerie, ces mots:
_Approuvé_. NAPOLÉON; ordonna à M. de La Bouillerie d'expédier l'ordre,
et garda le rapport, en lui disant de revenir le lendemain. Le courrier
fut expédié dans la nuit, et les navires rendus. Le lendemain, La
Bouillerie s'étant fait présenter, l'empereur lui dit: «j'ai lu votre
rapport, et je vous remercie d'avoir empêché que l'on me fît commettre
cette odieuse injustice; c'est comme cela qu'il faut me servir.»

Je reprends ma narration.

Lorsque les troupes furent arrivées sur les frontières, on les fit
entrer dans Saint-Sébastien, Pampelune, Roses, Figuières et Barcelone,
et dès-lors commencèrent nos premiers actes vis-à-vis des Espagnols.
Cette entrée sur le territoire fut attribuée au prince de la Paix, par
la partie adverse, et aux intrigues des partisans du prince des
Asturies, par ceux du prince de la Paix. Cette rivalité hâta le
dénoûment des événemens: le prince de la Paix avait l'air de croire que
ces prises de possession, et cette marche de troupes, n'avaient lieu que
pour assurer l'exécution du traité de Fontainebleau.

Le prince des Asturies, de son côté, ne voulait y voir qu'une trahison
du prince de la Paix, parce que l'opinion la plus générale l'accusait de
nous être vendu.

Le prince de la Paix lui-même joua l'homme effrayé, et peut-être
l'était-il réellement de la marche de nos troupes, qui étaient, d'une
part, arrivées à Burgos, et, de l'autre, entrées à Barcelone. Il déclara
qu'il n'y avait d'autre parti à prendre, pour la famille royale, que de
se retirer à Séville, et d'appeler la nation espagnole aux armes. Il
était convenu qu'il jouerait ce rôle pour faire partir le roi et sa
famille pour l'Amérique; qu'il les quitterait clandestinement à Séville,
pour venir jouir des avantages que lui assurait le traité de
Fontainebleau. Telle est la version que j'ai entendu faire, mais je n'ai
rien vu qui m'autorise à le penser, du moins quant au dessein de venir
jouir des vastes États qu'il s'était assurés. Loin de là, le prince de
la Paix connaissait le décret de Milan, qui nommait Junot gouverneur du
Portugal, et le chargeait de l'administrer au nom de l'empereur. Il
n'était donc plus question de la principauté des Algarves, et, sans
doute, ce prince ne se faisait plus illusion sur sa principauté. Il fit
assembler le conseil du roi au palais d'Aranjuez, et après y avoir
exposé les malheurs qui menaçaient la monarchie, il fit prévaloir son
avis et arrêter le départ de la famille royale pour Séville. C'est en
sortant de ce conseil que le prince des Asturies dit aux
gardes-du-corps, en traversant la salle dans laquelle ils se tenaient:

«Le prince de la Paix est un traître; il veut emmener mon père,
empêchez-le de partir.» Ce propos courut bientôt la ville, et la
populace se porta au palais du prince de la Paix, y mit tout en pièces,
et après les plus minutieuses recherches, elle le trouva caché dans un
grenier: il serait infailliblement devenu victime de ses fureurs, si,
pour le sauver, on ne se fût servi du nom même du prince des Asturies
pour le mener en prison.

Ce signal de révolte donné, elle prit presque aussitôt des caractères
qui effrayèrent le roi. On profita de ce moment pour lui demander son
abdication en faveur de son fils; il la donna pour sauver sa vie, et
resta dans sa résidence pendant que le prince des Asturies vint à
Madrid.

Cet événement a sans doute été accompagné de beaucoup de détails qu'il
serait intéressant de rapporter; mais la crainte d'être inexact m'oblige
à n'en parler que sommairement.

Cette révolution fut annoncée, sur tous les points de l'Espagne, par des
courriers; et la joie d'être débarrassé du prince de la Paix y excita de
l'enthousiasme.

Le grand-duc de Berg était arrivé à l'armée lorsqu'il apprit cet
événement; il reçut, par la même occasion, une lettre de Charles IV pour
Napoléon, par laquelle le roi d'Espagne faisait part à son allié de la
violence qui lui avait été faite.

«Monsieur mon frère, lui mandait-il, vous apprendrez sans doute avec
peine les événemens d'Aranjuez et leurs résultats; V. M. ne verra pas
sans quelque intérêt un roi qui, forcé d'abdiquer la couronne, vient se
jeter dans les bras d'un monarque son allié, se remettant en tout à sa
disposition, qui peut seule faire son bonheur, celui de toute sa famille
et de ses fidèles sujets. Je n'ai déclaré me démettre de ma couronne en
faveur de mon fils, que par la force des circonstances, et lorsque le
bruit des armes et les clameurs d'une garde insurgée me faisaient assez
connaître qu'il fallait choisir entre la vie et la mort, qui eût été
suivie de celle de la reine. J'ai été forcé d'abdiquer; mais rassuré
aujourd'hui, et plein de confiance dans la magnanimité et le génie du
grand homme qui s'est toujours montré mon ami, j'ai pris la résolution
de me remettre en tout ce qu'il voudra bien disposer de mon sort, de
celui de la reine et de celui du prince de la Paix. J'adresse à V. M. I.
et R. une protestation contre les événemens d'Aranjuez et contre mon
abdication. Je m'en remets et me confie entièrement dans le coeur de V.
M. Sur ce, je prie Dieu, etc.

«De V. M. I. et R., le très affectionné frère et ami,

     «CHARLES.»

«Je proteste et déclare que mon décret du 19 mars, par lequel j'ai
abdiqué la couronne en faveur de mon fils, est un acte auquel j'ai été
forcé pour prévenir de plus grands malheurs et l'effusion du sang de mes
sujets bien aimés; il doit, en conséquence, être regardé comme nul.

     «CHARLES.»

     Aranjuez, 21 mars 1808.

Le grand-duc de Berg envoya cette lettre à l'empereur, et le prévint
qu'il marchait, avec l'armée, sur Madrid, où il entra dans les premiers
jours d'avril 1808.



CHAPITRE XVIII.

Réflexions de Napoléon au sujet de la révolution d'Aranjuez.--Je pars
pour Madrid.--Instructions que me donne l'empereur.--L'infant don
Carlos.--L'épée de François Ier.--Lettre de l'empereur au grand-duc de
Berg.


L'empereur reçut ce courrier, à Saint-Cloud, un samedi soir. Le
lendemain, dimanche, à la messe, il paraissait un peu préoccupé, quoique
cela ne fût pas son habitude. Il avait fait partir la veille son
ambassadeur, M. de Tournon, pour porter au grand-duc de Berg de
nouvelles instructions.

Il m'envoya chercher, après que tout le monde fut retiré, et, me
conduisant dans le parc, où nous restâmes deux heures, il me parla
ainsi:

«Vous allez partir pour Madrid. On me mande de cette ville que le roi
Charles IV a abdiqué et que son fils lui succède, et en même temps l'on
m'apprend que cela est arrivé à la suite d'une révolution dans laquelle
le prince de la Paix paraît avoir succombé, ce qui me donne à penser que
l'abdication du roi n'a pas été volontaire. J'étais bien préparé à
quelques changemens en Espagne; mais je crois voir, à la tournure des
affaires, qu'elles prennent une marche tout autre que je ne croyais.
Voyez notre ambassadeur, et dites-moi ce qu'il a fait dans tout cela.
Comment n'a-t-il pas empêché une révolution que l'on ne manquera pas de
m'attribuer, et dans laquelle je suis forcé d'intervenir? Avant de
reconnaître le fils, je veux être instruit des sentimens du père: c'est
lui qui est mon allié, c'est avec lui que j'ai des engagemens; et s'il
réclame mon appui, je le lui donnerai tout entier, et le remettrai sur
le trône en dépit de toutes les intrigues. Je vois maintenant qu'il
avait raison d'accuser son fils d'avoir tramé contre lui: cet événement
le décèle; et jamais je ne donnerai mon assentiment à une pareille
action, elle déshonorerait ma politique et tournerait un jour contre
moi.

«Mais si l'abdication du père est volontaire, et, pour qu'elle le soit,
il faut qu'elle en porte les caractères, au lieu que celle-ci n'a que
ceux de la violence, alors je verrai si je puis m'arranger avec le fils
comme je m'arrangeai avec le père.

«Lorsque Charles-Quint abdiqua, il ne se contenta pas d'une déclaration
écrite, il la rendit authentique par les cérémonies d'usage en pareil
cas, il la renouvela plusieurs fois, et ne remit le pouvoir seulement
qu'après que tout le monde fut convaincu que rien autre chose que sa
volonté ne l'avait porté à ce sacrifice.

«Cette abdication avait un bien autre caractère que celle d'un souverain
dont on viole le ministère, et que l'on met entre la mort et la
signature de cet acte.

«Rien ne pourra me le faire reconnaître, avant qu'il ne soit revêtu de
toute la légalité qui lui manque; autrement, il suffira d'une troupe de
traîtres qui s'introduira, la nuit, chez moi, pour me faire abdiquer et
renverser l'État.

«Si le prince des Asturies règne, j'ai besoin de connaître ce prince, de
savoir s'il est capable de gouverner lui-même, et, dans ce cas, quels
sont ses principes.

«S'il doit gouverner par ses ministres, je veux savoir par quelle
intrigue il est dominé, et si nos affaires pourront rester à cette cour
sur le pied où elles étaient à la cour du roi son père.

«Je ne le crois pas, parce que les extrêmes se touchent en révolution;
et il est vraisemblable qu'un des grands moyens de popularité du nouveau
roi aura été l'intention manifestée de suivre une marche opposée à celle
de son père, qui, lui-même, m'avait déjà donné de l'inquiétude après
Iéna.

«Sans doute les alentours du prince des Asturies seront différens, et il
fera bien; cela m'importe peu. Le roi son père trouvait bien la manière
dont il s'était établi, ce n'était pas à moi à le désapprouver: j'avais
fini par m'en accommoder et par m'en trouver très bien.

«Je voudrais pouvoir m'établir sur le même pied avec le fils, et finir
d'une manière honorable avec le père.

«Si, comme je le crains, le fils a donné dans une marche opposée, il se
sera entouré de tout ce que le roi Charles IV avait éloigné de sa cour
et de ses affaires; alors je dois m'attendre à avoir des embarras, parce
que, les hommes se gouvernent le plus souvent par leurs passions, et que
ceux-ci, ayant attribué leur disgrâce à l'influence de la France, ne
laisseront échapper aucune occasion de s'en venger, si je leur en laisse
le temps et les moyens.

«Lorsque j'ai fait la paix avec les Russes, je pouvais rétablir la
Pologne, dont les sentimens étaient tout à moi. La confiance que j'ai
eue dans l'empereur de Russie, pour maintenir la paix en Europe et me
garantir, par son alliance, de nouvelles entreprises semblables à celles
dont j'ai heureusement triomphé, m'a fait abandonner mon projet, à la
renonciation duquel j'ai mis pour condition que l'empereur de Russie se
rendrait médiateur de la paix à laquelle je désire enfin amener
l'Angleterre, et qu'en cas de refus de la part de cette puissance, il
s'unirait avec moi dans la guerre contre elle, malgré tout ce que la
Russie a à souffrir d'une privation de commerce avec l'Angleterre!

«Il faudrait que l'on eût bien peu de sens en Espagne, si on croyait
que, n'ayant retiré que ce seul avantage de tous ceux que m'offrait une
guerre heureuse, je laisserais les Espagnols me préparer de nouveaux
embarras en s'alliant avec l'Angleterre, et donnant par là, à cette
puissance, des avantages beaucoup au-dessus de ceux que la déclaration
de guerre des Russes leur fait perdre.

«Je crains tout d'une révolution dont je ne conçois ni la direction ni
l'intrigue; le mieux du mieux serait d'éviter une guerre avec l'Espagne;
elle serait une sorte de _sacrilége_ (ce fut son expression); mais je ne
balancerai pas à la faire à la maison de Bourbon, si le prince qui veut
gouverner cet État adoptait une politique semblable.

«Je me trouverais alors dans la même position où se trouva Louis XIV,
lorsque ce monarque s'occupa de la succession de Charles II: on a dit
que c'était par ambition, mais non; c'est que s'il n'avait pas mis un de
ses petits-fils sur le trône d'Espagne, un archiduc d'Autriche y eût été
appelé; dès-lors l'Espagne devenait l'alliée naturelle de l'Angleterre,
et Louis XIV, dans toutes les guerres qu'il aurait eues, soit avec
l'une, ou avec l'autre de ces deux puissances, aurait eu bientôt les
deux ensemble à combattre. Comment aurait-il résisté à une guerre
maritime accompagnée d'attaques en Flandre, en Alsace, en Italie, en
Roussillon et en Navarre.

«Voilà le motif qui lui a fait faire la guerre en faveur de son
petit-fils; à la vérité il avait pour lui le testament de Charles II,
qui appelait le duc d'Anjou au trône d'Espagne, et malgré la légitimité
de ce titre, l'Autriche lui a fait la guerre pour mettre l'archiduc
Charles sur le trône d'Espagne.

«Ici ce n'est pas le même cas: le trône est occupé, il a même des
héritiers; cela rend la question plus compliquée, mais cela ne change
rien à la politique ni à l'intérêt des peuples; et la France a
aujourd'hui, comme elle l'avait dans ce temps-là, le même besoin de
rester alliée de l'Espagne, dans la paix comme dans la guerre.

«Tant que Charles IV aurait régné, je pouvais compter sur la paix, et je
n'avais que très peu de changemens à lui demander. Nous aurions bientôt
été d'accord si le prince de la Paix n'avait pas succombé, parce que
nous pouvions compter sur lui. Aussi vous voyez que les troupes que j'ai
fait marcher ne sont que des enfans et des dépôts.

«Mais si l'Espagne veut prendre une marche opposée, je ne balancerai pas
à y entrer, parce que ce pays peut, un jour, être gouverné par un prince
belliqueux, qui saura diriger contre nous toutes les ressources de cette
nation, et qui finira peut-être par se mettre en tête de faire rentrer
le trône de France dans sa famille; voyez où on en serait en France si
cela arrivait: c'est à moi à le prévoir et à en ôter les moyens à celui
qui pourrait l'entreprendre.

«Je vous le répète, si le père veut remonter sur le trône, je suis prêt
à le seconder; s'il persiste dans son abdication, mandez-moi ce que je
puis croire des sentimens du fils, et de ses alentours, que je ne
connais pas.

«Dans tous les cas, je ne reconnaîtrai pas la marche qui a été suivie
pour le faire succéder à son père; il faudra que cet acte soit _purifié_
par une sanction publique du roi Charles IV. Mais si je ne puis
m'arranger avec le fils ni avec le père, je ferai maison nette;
j'assemblerai les cortès, et je recommencerai l'ouvrage de Louis XIV; je
suis prêt pour ce cas là.

«Je vais me rendre à Bayonne; si les circonstances l'exigent, j'irai à
Madrid, mais pour cela il faudrait que j'y fusse absolument forcé.»

Il me congédia, et je partis le même jour pour Madrid.

Chemin faisant, je rencontrais presqu'à chaque poste un courrier
espagnol qui allait à Paris, avec des dépêches pour l'ambassadeur
d'Espagne, que le nouveau roi s'était empressé d'accréditer près de
l'empereur.

Vers Poitiers, je rencontrai le comte de Fernand-Nuñez, chambellan de la
cour d'Espagne; il était porteur d'une lettre du roi Ferdinand VII pour
l'empereur, et allait à Paris.

À Bayonne, je trouvai l'infant don Carlos, qui venait au-devant de
l'empereur. Il croyait le trouver dans cette ville, d'après ce qui lui
avait été dit lors de son départ de Madrid. Lorsque j'entrai en Espagne,
je vis, dans toute la Biscaye, des arcs de triomphe élevés pour le
passage de l'empereur; le peuple espagnol était impatient de le voir
arriver, et vociférait partout contre le prince de la Paix.

Je rencontrai à Vittoria un officier français que le grand-duc de Berg
envoyait à l'empereur pour lui porter l'épée de François Ier, qu'il
avait demandée au cabinet de l'arsenal de Madrid; c'était un moyen de la
recouvrer qui n'effaçait pas l'affront de l'avoir vu conquérir. Louis
XIV aurait pu la demander cent ans avant le grand-duc de Berg; mais ce
monarque avait sagement pensé qu'il ne fallait pas outrager une nation
jusque dans les monumens de sa gloire. Les Espagnols furent sensibles à
cette offense, qui fit tort à la popularité du grand-duc de Berg.
L'empereur ne cessait cependant de lui recommander la plus grande
réserve. Sans doute il se défiait de ses accès de zèle ou d'ambition,
car j'avais déjà été précédé de plusieurs courriers, et cependant, je
n'étais pas en route qu'il lui expédia de nouvelles instructions. On
jugera, d'après la nature de cette pièce, de l'incertitude de ses idées,
et du point de vue sous lequel la question se montrait à ses yeux.

     _Lettre de l'empereur au grand-duc de Berg._

     29 mars 1808.

«Monsieur le grand-duc de Berg, je crains que vous ne me trompiez sur la
situation de l'Espagne, et que vous ne vous trompiez vous-même.
L'affaire du 19 mars a singulièrement compliqué les événemens: je reste
dans une grande perplexité. Ne croyez pas que vous attaquiez une nation
désarmée, et que vous n'ayez que des troupes à montrer pour soumettre
l'Espagne. La révolution du 20 mars prouve qu'il y a de l'énergie chez
les Espagnols. Vous avez affaire à un peuple neuf: il a tout le courage,
et il aura tout l'enthousiasme que l'on rencontre chez des hommes que
n'ont point usés les passions politiques.

«L'aristocratie et le clergé sont les maîtres de l'Espagne; s'ils
craignent pour leurs priviléges et pour leur existence, ils feront
contre nous des levées en masse _qui pourront éterniser la guerre_. J'ai
des partisans; si je me présente en conquérant, je n'en aurai plus.

«Le prince de la Paix est détesté, parce qu'on l'accuse d'avoir livré
l'Espagne à la France; voilà le grief qui a servi l'usurpation de
Ferdinand; le parti populaire est le plus faible.

«Le prince des Asturies n'a aucune des qualités qui sont nécessaires au
chef d'une nation; cela n'empêchera point que, pour nous l'opposer, on
en fasse un héros. Je ne veux pas que l'on use de violence envers les
personnages de cette famille: il n'est jamais utile de se rendre odieux
et d'enflammer les haines. L'Espagne a plus de cent mille hommes sous
les armes, c'est plus qu'il n'en faut pour soutenir avec avantage une
guerre intérieure; divisés sur plusieurs points, ils peuvent servir de
noyau au soulèvement total de la monarchie.

«Je vous présente l'ensemble des obstacles qui sont inévitables, il en
est d'autres que vous sentirez.

«L'Angleterre ne laissera pas échapper cette occasion de multiplier nos
embarras: elle expédie journellement des avisos aux forces qu'elle tient
sur les côtes du Portugal et dans la Méditerranée; elle fait des
enrôlemens de Siciliens et de Portugais.

«La famille royale n'ayant point quitté l'Espagne pour aller s'établir
aux Indes, il n'y a qu'une révolution qui puisse changer l'état de ce
pays: c'est peut-être celui de l'Europe qui y est le moins préparé. Les
gens qui voient les vices monstrueux de ce gouvernement, et l'anarchie
qui a pris la place de l'autorité légale, font le plus petit nombre; le
plus grand nombre profite de ces vices et de cette anarchie.

«Dans l'intérêt de mon empire, je puis faire beaucoup de bien à
l'Espagne. Quels sont les meilleurs moyens à prendre?

«Irai-je à Madrid? exercerai-je l'acte d'un grand protectorat, en
prononçant entre le père et le fils? Il me semble difficile de faire
régner Charles IV; son gouvernement et son favori sont tellement
dépopularisés, qu'ils ne se soutiendraient pas trois mois.

«Ferdinand est l'ennemi de la France, c'est pour cela qu'on l'a fait
roi. Le placer sur le trône sera servir les factions qui, depuis
vingt-cinq ans, veulent l'anéantissement de la France. Une alliance de
famille serait un faible lien: la reine Elisabeth et d'autres princesses
françaises ont péri misérablement, lorsqu'on a pu les immoler impunément
à d'atroces vengeances. Je pense qu'il ne faut rien précipiter, qu'il
convient de prendre conseil des événemens qui vont suivre... Il faudra
fortifier les corps d'armée qui se tiendront sur les frontières du
Portugal, et attendre...

«Je n'approuve pas le parti qu'a pris V. A. I. de s'emparer aussi
précipitamment de Madrid. Il fallait tenir l'armée à dix lieues de la
capitale. Vous n'aviez pas l'assurance que le peuple et la magistrature
allaient reconnaître Ferdinand sans constitution. Le prince de la Paix
doit avoir, dans les emplois publics, des partisans; il y a d'ailleurs
un attachement d'habitude au vieux roi, qui pouvait produire des
résultats. Votre entrée à Madrid, en inquiétant les Espagnols, a
puissamment servi Ferdinand. J'ai donné ordre à Savary d'aller auprès du
vieux roi voir ce qui se passe. Il se concertera avec V. A. I.
J'aviserai ultérieurement au parti qui sera à prendre; en attendant,
voici ce que je juge convenable de vous prescrire. Vous ne m'engagerez à
une entrevue, _en Espagne_, avec Ferdinand, que si vous jugez la
situation des choses telle que je doive le reconnaître comme roi
d'Espagne. Vous userez de bons procédés envers le roi, la reine et le
prince Godoy. Vous exigerez pour eux, et vous leur rendrez les mêmes
honneurs qu'autrefois. Vous ferez en sorte que les Espagnols ne puissent
pas soupçonner le parti que je prendrai: cela ne vous sera pas
difficile, _je n'en sais rien moi-même_.

«Vous ferez entendre à la noblesse et au clergé que, si la France doit
intervenir dans les affaires d'Espagne, leurs priviléges et leurs
immunités seront respectés. Vous leur direz que l'empereur désire le
perfectionnement des institutions politiques de l'Espagne, pour la
mettre en rapport avec l'état de civilisation de l'Europe, pour la
soustraire au régime des favoris... Vous direz aux magistrats et aux
bourgeois des villes, aux gens éclairés, que l'Espagne a besoin de
recréer la machine de son gouvernement; qu'il lui faut des lois qui
garantissent les citoyens de l'arbitraire et des usurpations de la
féodalité, des institutions qui raniment l'industrie, l'agriculture et
les arts. Vous leur peindrez l'état de tranquillité et d'aisance dont
jouit la France, malgré les guerres où elle s'est trouvée engagée; la
splendeur de la religion, qui doit son rétablissement au concordat que
j'ai signé avec le pape. Vous leur démontrerez les avantages qu'ils
peuvent tirer d'une régénération politique: l'ordre et la paix dans
l'intérieur, la considération et la puissance à l'extérieur. Tel doit
être l'esprit de vos discours et de vos écrits. Ne brusquez aucune
démarche. Je puis attendre à Bayonne, je puis passer les Pyrénées, et,
me fortifiant vers le Portugal, aller conduire la guerre de ce côté.

«Je songerai à vos intérêts particuliers, n'y songez pas vous-même... Le
Portugal restera à ma disposition... Qu'aucun projet personnel ne vous
occupe, et ne dirige votre conduite; cela me nuirait et vous nuirait
encore plus qu'à moi. Vous allez trop vite dans vos instructions du 14.
La marche que vous prescrivez au général Dupont est trop rapide; à cause
de l'événement du 19 mars, il y a des changemens à faire. Vous donnerez
de nouvelles dispositions; vous recevrez des instructions de mon
ministre des affaires étrangères. J'ordonne que la discipline soit
maintenue de la manière la plus sévère: point de grâce pour les plus
petites fautes. L'on aura pour l'habitant les plus grands égards; l'on
respectera principalement les églises et les couvens.

«L'armée évitera toute rencontre, soit avec les corps de l'armée
espagnole, soit avec des détachemens: il ne faut pas que d'aucun côté il
soit brûlé une amorce.

«Laissez Solano dépasser Badajoz, faites-le observer; donnez vous-même
l'indication des marches de mon armée pour la tenir toujours à une
distance de plusieurs lieues des corps espagnols. _Si la guerre
s'allumait, tout serait perdu_.

«C'est à la politique et aux négociations qu'il appartient de décider
des destinées de l'Espagne. Je vous recommande d'éviter des explications
avec Solano comme avec les autres généraux et les gouverneurs espagnols.

«Vous m'enverrez deux estafettes par jour; en cas d'événemens majeurs,
vous m'expédierez des officiers d'ordonnance; vous me renverrez
sur-le-champ le chambellan de T..., qui vous porte cette dépêche; vous
lui remettrez un rapport détaillé. Sur ce, etc.

     «_Signé_, NAPOLÉON.»

En arrivant à Madrid, je descendis chez le grand-duc de Berg, qui était
logé au palais du prince de la Paix.



CHAPITRE XIX.

Le grand-duc de Berg et le prince de la Paix.--Analogie de leurs
positions.--Charles IV invoque l'appui de l'empereur Napoléon.--Sa
protestation.--Escoiquiz.--Le duc de l'Infantado.--Ma conversation avec
ces deux personnages.--Je suis présenté à Ferdinand.


Le grand-duc de Berg avait conduit les affaires de l'empereur un peu
trop à sa manière, et je vis, à sa conversation, qu'il songeait à celles
de l'Espagne un peu pour lui. La portée d'esprit de ce prince n'était
pas des plus étendues, et les premiers malheurs que nous avons éprouvés
dans ce pays sont dus en grande partie à sa légèreté et à ses folles
espérances.

J'appris de lui que, depuis plusieurs années, il avait une
correspondance avec le prince de la Paix: la raison en aurait été
difficile à donner, et je ne puis me l'expliquer que par les réflexions
suivantes.

Ils étaient tous deux placés au même degré d'élévation dans les deux
pays, et n'avaient pas moins d'ambition l'un que l'autre. Leur fortune
ayant été la même, ils avaient cru devoir se rapprocher; mais, de la
part de Murat, c'était un calcul, comme on pourra en juger par la suite
de ces Mémoires, et de la part du prince de la Paix, c'était finesse,
parce qu'il n'avait pas le même genre d'ambition que le grand-duc de
Berg. Mais comme il était le seul homme vraiment fort que l'Espagne eût
alors, soit pour l'intrigue, soit pour la résolution, il avait jugé que
cette correspondance, outre qu'elle était sans inconvénient pour lui,
pouvait un jour lui devenir utile, si le grand-duc de Berg parvenait à
l'exécution du projet qu'il lui supposait.

À la réception de la lettre qu'il avait transmise à l'empereur, Murat
avait mis les troupes en mouvement, et avait envoyé l'adjudant-général
Monthion prendre les ordres de Charles IV; mais il n'était pas en route,
qu'il reçut une seconde lettre, qui lui était personnellement adressée:

«Monsieur et très cher frère, lui écrivait en italien le roi détrôné,
j'ai informé votre adjudant de tout ce qui s'est passé. Je vous prie de
me rendre le service de faire connaître à l'empereur la prière que je
lui fais de délivrer le prince de la Paix, qui ne souffre que pour avoir
été l'ami de la France, et de nous laisser aller avec lui dans le pays
qui conviendra le mieux à notre santé. Pour le présent, nous allons à
Badajoz; j'espère qu'avant que nous partions, vous nous ferez réponse,
si vous ne pouvez absolument nous voir, car je n'ai confiance que dans
vous et dans l'empereur. En attendant, je suis votre très affectionné
frère et ami de tout mon coeur.

     «CHARLES IV.»

À cette pièce était jointe une note, de la main de la reine d'Espagne,
non moins pressante, qui peint toute l'anxiété des souverains détrônés,
et donne une idée des violences qui avaient amené l'abdication; elle
était conçue en ces termes:

«Le roi mon mari, qui me fait écrire, ne pouvant le faire à cause des
douleurs et enflure qu'il a à la main droite, désirerait savoir si le
grand-duc de Berg voudrait bien prendre sur lui, et faire tous ses
efforts avec l'empereur pour assurer la vie du prince de la Paix, et
qu'il fût assisté de quelques domestiques ou chapelains. Si le grand-duc
pouvait aller le voir, ou du moins le consoler, ayant en lui toutes ses
espérances, étant son grand ami, il espère tout de lui et de l'empereur,
à qui il a toujours été très attaché. Que le grand-duc obtienne de
l'empereur qu'on donne au roi mon mari, à moi et au prince de la Paix de
quoi vivre ensemble tous trois dans un endroit bon pour nos santés, sans
commandemens ni intrigues, et nous n'en aurons certainement pas.
L'empereur est généreux: c'est un héros; il a toujours soutenu ses
fidèles alliés et ceux qui sont poursuivis. Personne ne l'est plus que
nous trois; et pourquoi? parce que nous avons toujours été ses fidèles
alliés. De mon fils nous ne pourrons jamais espérer, sinon misères et
persécutions. L'on a commencé à forger, et l'on continue, tout ce qui
peut rendre aux yeux du public et de l'empereur même, le plus criminel,
cet innocent ami et dévoué aux Français, au grand-duc et à l'empereur,
le pauvre prince de la Paix: qu'il ne croie rien; ils ont la force et
tous les moyens pour faire paraître comme véritable ce qui est faux.

«Le roi désire, de même que moi, de voir et de parler au grand-duc;
qu'il lui donne lui-même la protection qu'il a en son pouvoir. Nous
sommes bien sensibles à ces troupes qu'il nous a envoyées, et à toutes
les marques qu'il nous a données de son amitié. Qu'il soit bien persuadé
de celle que nous avons toujours eue et avons pour lui; que nous sommes
entre ses mains et celles de l'empereur, et que nous sommes bien
persuadés qu'il nous accordera ce que nous lui demandons, qui sont tous
nos désirs, étant entre les mains d'un si grand et généreux monarque et
héros.»

La reine ne se contenta pas de réclamer la protection du grand-duc au
nom de son mari, elle la sollicita elle-même[31]. La reine d'Étrurie
joignit ses instances à celles de sa mère. Toute cette correspondance
portait l'empreinte de la consternation et de l'abattement. Il fallait
que la violence eût été bien grande, que la menace eût été bien loin,
pour avoir réduit toute cette famille à craindre pour son existence, à
ne plus songer qu'à implorer un asile où la vie fût sauve et les besoins
physiques assurés.

Charles IV était naturellement, pour le grand-duc, le roi des Espagnes,
jusqu'à ce que son gouvernement lui eût fait connaître que Ferdinand
était devenu le chef de la nation espagnole. Il dut céder à ses
instances, à celles de la reine, qui étaient plus vives encore, et prit
le prince de la Paix sous la protection de ses drapeaux: il fit plus, il
envoya une garde d'honneur à Charles IV, et annonça ouvertement, jusqu'à
plus ample information, qu'il ne reconnaissait pas d'autre souverain
d'Espagne.

Dès-lors le parti du prince des Asturies, c'est-à-dire la nation, et le
grand-duc de Berg furent en observation réciproque, et, par conséquent,
en méfiance l'un de l'autre.

J'étais fort mécontent de ce que j'apercevais, et qui n'était que le
résultat de la conduite de deux partis l'un envers l'autre, qui ne
voulaient pas apprécier la position du général en chef; il était
difficile qu'on ne jugeât pas, par sa conduite, de la nature des
instructions qu'il avait reçues. Il se permettait d'ailleurs une foule
d'actes qu'elles ne commandaient pas. Les Espagnols ne savaient
qu'augurer, et je n'étais pas moi-même plus avancé. Tout ce que je
voyais était contraire à ce que l'empereur m'avait dit. Je ne fus pas
long-temps dans l'incertitude. Lorsque le grand-duc de Berg commençait
le chapitre de notre ambassadeur (M. de Beauharnais), il en disait des
choses déraisonnables et marquées au coin de la passion: je ne doutai
plus dès-lors de la réalité des projets que je ne faisais d'abord que
soupçonner, et je me hâtai de les traverser.

J'allai chez notre ambassadeur, qui jouissait de beaucoup d'estime à
Madrid, où il servait bien, mais n'intriguait pas. Lorsque j'entrai chez
lui, il y avait dans son cabinet un prêtre espagnol de haute stature,
qu'il me présenta, et je sus après que c'était le confesseur du prince
des Asturies (M. d'Escoiquiz). Il venait entretenir l'ambassadeur de
France de tout ce qui tourmentait le roi Ferdinand, et du désir qu'il
avait de faire ce qui plairait à l'empereur.

M. de Beauharnais était embarrassé, il n'avait point de lettres de
créance près du nouveau roi. On ne lui avait adressé aucune instruction
depuis la révolution d'Aranjuez, et il se trouva d'autant plus à son
aise en me voyant arriver, que le grand-duc de Berg le traitait mal.

M. d'Escoiquiz, particulièrement, était impatient de causer avec moi,
qui venais de Paris, afin d'aller rapporter au roi Ferdinand ma
conversation.

Nous causâmes effectivement très longuement; je ne connaissais de
l'Espagne que son histoire et sa carte de géographie, et n'avais pas la
première idée de toutes les intrigues qui ont désolé ce malheureux pays
pendant une longue suite d'années.

Le cabinet de Madrid avait été accoutumé à traiter l'argent à la main,
et on avait l'air de croire que je ne venais que pour faire mon prix.

L'abbé d'Escoiquiz m'inspira de la vénération, par l'attachement que je
lui vis manifester pour son prince: ce bon chanoine versait un torrent
de larmes à la seule pensée de le voir malheureux. La confiance
s'établit entre nous deux, autant que cela se pouvait dans une première
conversation, et je commençai à lui témoigner mon étonnement d'un
changement si subit de l'Espagne à notre égard, et sans motif. Le
chanoine se défendait de ce projet, et assurait que le roi n'avait rien
tant à coeur que de continuer à bien vivre avec la France. Je lui dis que
je ne pouvais m'empêcher de remarquer que, jusqu'à présent, les
apparences ne répondaient pas aux bonnes intentions dont il me donnait
l'assurance, parce que ce qui frappait le regard de l'observateur
impartial, c'était l'attitude du gouvernement espagnol vis-à-vis de
notre armée, et celle de notre armée vis-à-vis de lui; qu'enfin il était
difficile que, de part et d'autre, cela n'occasionnât pas un peu
d'aigreur, ce qui était au moins une maladresse dans une circonstance
pareille, où l'Espagne avait tant besoin de l'intervention de la France,
pour une révolution qu'elle commençait, et qui pouvait devenir une
seconde représentation de la nôtre, d'autant plus qu'il ne faudrait,
pour la contrarier, qu'appuyer le rappel du père au trône; ce qui était
une chose facile, puisque une bonne partie de l'Espagne, tout en se
réjouissant d'être débarrassée du prince de la Paix, était cependant
fort attachée au roi Charles IV, et que la masse de la nation
n'approuvait assurément pas la violence qui lui avait été faite pour lui
arracher la couronne; que, quant à l'empereur, cet événement le
contrariait d'autant plus qu'il n'y était pas préparé.

On lui a bien envoyé des courriers, ajoutai-je, mais il n'en recevra pas
un avant de savoir si le roi Charles IV est content, parce que c'est
avec lui qu'il a des engagemens, et, avant d'en prendre avec son fils,
il faut qu'il règle avec le père. Ce sera malgré lui qu'il interviendra
dans une discussion d'intérieur de famille; mais il ne permettra pas
qu'elle se termine à son préjudice. C'est à tous les Espagnols qui
entourent le roi à le préserver d'une direction qui serait le résultat
de la récrimination de quelques favoris, parce que nous n'attendrions
pas, pour nous trouver offensés, que vos armées fussent sur la Bidassoa.

Le bon chanoine m'écoutait très attentivement, et me disait, de tout son
coeur, qu'il était bien malheureux que l'empereur n'eût pas envoyé un
autre maréchal pour commander l'armée en Espagne; mais qu'il ne pouvait
me cacher que le grand-duc de Berg se conduisait mal avec le roi. Il
entendait, sans doute, qu'il ne l'avait pas reconnu; mais cependant il
ajoutait quelques détails de plus, comme d'insister sur la mise en
liberté du prince de la Paix, et de faire répandre partout le bruit que
l'empereur ne reconnaîtrait pas le prince des Asturies comme roi; que
c'était cela qui jetait de l'inquiétude partout, et refroidissait
l'enthousiasme. Il finit par me demander la permission d'aller rapporter
cette conversation au roi, et de lui dire en même temps où j'étais logé.

La conversation que j'eus avec notre ambassadeur, après le départ du
chanoine Escoiquiz, me confirma dans l'opinion où j'étais déjà, que la
révolution d'Aranjuez n'était que la suite d'une conjuration, ourdie de
longue main, et qui venait d'éclater dans une circonstance qui avait
paru favorable à l'exécution des projets du parti ennemi du prince de la
Paix, et je commençai à m'expliquer l'empressement que l'on mettait à
obtenir l'assentiment de l'empereur, sans lequel cette révolution ne
pouvait se consolider. On était plus occupé d'obtenir le sien que celui
des autres puissances de l'Europe, parce qu'on ne doutait pas qu'elles
ne l'auraient jamais refusé à un nouvel ordre de choses qui pouvait
diminuer l'influence de la France en Espagne. En même temps j'acquis la
preuve que l'abdication du roi Charles IV n'avait pas été volontaire;
autrement elle eût été solennelle, revêtue de toute la pompe qu'un
peuple aussi formaliste que l'Espagnol met à tous ses actes.

Peu d'heures après être rentré chez moi, je reçus la visite du duc de
l'Infantado, président du conseil de Castille, homme jouissant d'une
grande faveur auprès du prince des Asturies. Il sortait de chez le roi
Ferdinand, et avait entendu le rapport de M. Escoiquiz, qui venait de me
quitter. Nous eûmes ensemble à peu près la même conversation que celle
que j'avais eue avec le chanoine; mais il me demanda si je voulais voir
le roi. Je lui répondis que je serais flatté d'avoir cet honneur-là, si
telle était sa volonté; mais que je lui faisais observer que je n'avais
aucune mission pour l'entretenir, et que je ne pourrais que lui répéter
ce que j'avais dit à M. d'Escoiquiz, ainsi qu'à lui. Il me répliqua
qu'il serait bien aise que j'entendisse, de la bouche du roi lui-même,
l'expression des sentimens qui l'animaient pour la France, et l'empereur
en particulier. À cela je n'avais rien à répondre, et je lui dis que
j'attendrais les ordres du roi Ferdinand.

Il me quittait, lorsque, s'arrêtant, il me demanda: «Comment le
traiterez-vous?--Que voulez-vous dire? répondis-je.--Mais, oui, dit le
duc de l'Infantado; l'appellerez-vous Votre Majesté?» Je ne pus
m'empêcher de rire, et de dire au président du conseil de Castille que
c'était jouer à des jeux d'enfans; que peu importait que je le saluasse
du titre de majesté ou de sultan, puisque je n'étais point accrédité
près de lui; que l'on ne pourrait jamais rien arguer de l'expression
dont je me serais servi, et que le roi me faisant, comme à un voyageur,
l'honneur de m'admettre près de lui, je me servirais de l'expression qui
lui serait la plus agréable; qu'autrement je déclinerais la proposition
du duc de l'Infantado.

Je ne m'abusai point sur le but de cette visite de M. de l'Infantado; il
avait été une victime du prince de la Paix, et n'avait été rappelé de
ses terres que par le prince des Asturies. Il était bon Espagnol, mais
naturellement mal disposé pour la France, à l'influence de laquelle il
attribuait toutes les tracasseries auxquelles il avait été en butte.

Il y avait à peine quarante-huit heures que j'étais à Madrid, que je
voyais partout un extrême désir de faire sanctionner la révolution
d'Aranjuez; si elle avait été naturelle, on n'aurait pas été aussi
inquiet.

M. de l'Infantado vint me chercher dans l'après-midi, et je crois que
c'est lui qui me conduisit chez le roi Ferdinand; peut-être fut-ce une
autre personne du palais, mais toujours est-il que M. de l'Infantado
vint me prévenir que le roi me recevrait après son dîner.

J'y allai, et, sans me faire attendre, on m'introduisit dans son
cabinet: il y avait avec lui le chanoine Escoiquiz, le duc de San-Carlos
et M. de Ovallos. Je le saluai comme je l'avais dit à M. de l'Infantado,
et m'exprimai ainsi:

«Sire, l'empereur ne prévoyait pas que j'aurais l'honneur d'être
présenté à Votre Majesté, et ne m'a chargé d'aucune mission près d'elle;
il venait d'apprendre sommairement ce qui s'était passé à Aranjuez:
comme il n'y était pas préparé, il en a été étonné, et en a cherché la
cause.

«L'attachement qu'il portait au roi votre père lui a fait prendre un
grand intérêt à ce qui lui est arrivé, et, dans son premier mouvement,
il a craint que la révolution qui a placé Votre Majesté sur le trône, en
paraissant dirigée contre des projets que l'on suppose à la France, ne
fût le signal d'une rupture entre deux pays qui ont essentiellement
besoin l'un de l'autre; dans ce cas, l'empereur est tout préparé. Je
crois qu'il n'entre point dans les intentions de Votre Majesté de lui
faire la guerre; mais, sire, on est souvent entraîné par une masse
d'opinions que l'on n'est plus maître de ramener, lorsqu'une fois elle a
été mise en mouvement; et il faut avouer que ce qui frappe les regards
des moins clairvoyans, c'est un revirement subit de tout ce que l'on
voyait il y a moins de quinze jours. On ne nous accuse pas encore, mais
on y pense.»

Le roi et ses deux conseillers m'interrompirent pour me dire: «Non, on
n'en veut pas à la France; on croit que vous voulez protéger le prince
de la Paix, et cela indispose contre vous; dans le fait, cela ne vous
regarde pas.

--«J'ignorais que nous nous occupassions de cette question-là; je
conçois l'effet qu'elle produirait.» On m'objecta que le grand-duc de
Berg le réclamait tous les jours.

--«Je ne le savais pas; mais cependant ce serait un bien léger motif
pour commencer une querelle. Le prince de la Paix a pu nous intéresser
beaucoup dans le temps qu'il était l'arbitre de tout en Espagne; telle
était la volonté du roi: nous n'avions pas d'observations à y faire, et
nous avons trouvé plus simple de nous arranger avec le favori; mais
notre intérêt, sous ce rapport, l'abandonne avec son crédit.

«Je ne vois qu'un cas où nous le couvririons de notre protection: ce
serait celui où le roi Charles IV la réclamerait, parce que nos liens
avec lui ne sont pas rompus, et, jusqu'à ce que Votre Majesté soit
reconnue, nous suivrons ponctuellement nos engagemens avec le roi son
père. Or, comme il s'est mis sous la protection de notre armée, elle
fera son devoir, s'il était dans le cas de le lui demander.

«Je le répète à Votre Majesté, l'empereur est inquiet de la marche que
peut prendre cet événement; il a besoin de connaître si les sentimens de
Votre Majesté sont les mêmes que ceux qui animaient votre père, et si
nos rapports politiques doivent souffrir de ce changement.»

Le roi, ou, pour dire plus vrai, le chanoine Escoiquiz et M. de
San-Carlos reprirent vivement: «Ah! mon Dieu non; nous voulions vivre
avec l'empereur encore mieux qu'on y vivait auparavant.

--«Je le crois, messieurs; mais il faut que les effets répondent aux
assurances que vous m'en donnez, et vous conviendrez que, jusqu'à
présent, les apparences ne sont pas en votre faveur. Je rendrai un
compte fidèle des uns et des autres; au reste, l'empereur met tant
d'intérêt à ce qui se passe en Espagne, qu'il s'approche lui-même de la
frontière, et je suis assuré qu'en ce moment il est parti de Paris. Il
recevra mon courrier en chemin, ainsi que beaucoup d'autres que lui
adresseront les différentes autorités qui sont ici. Vous avez à craindre
que beaucoup de rapports ne vous soient pas aussi favorables que vous
paraissez le croire, et que l'empereur ne veuille prendre aucun parti
avant de s'être entendu avec Charles IV sur tout ceci, parce qu'il sait
ce qu'il peut perdre par l'effet de sa retraite, et il n'y restera pas
indifférent avant de connaître sur quel pied il sera avec son
successeur: voilà la disposition d'esprit où je l'ai laissé.»

Mon audience se termina là, et je reçus congé.



CHAPITRE XX.

Le roi et la reine d'Espagne réclament l'assistance du grand-duc de
Berg.--Considérations qui décident Ferdinand à se rendre à Bayonne.--Il
s'arrête à Vittoria.--Entretien avec ses ministres.--Réflexions sur
l'écrit de M. Cevallos.


Je fus en causer avec le grand-duc de Berg, qui, de son côté, était en
communication très active avec le roi Charles IV, la reine et le prince
de la Paix; ils étaient restés à Aranjuez, et lui écrivaient plusieurs
fois par jour. Le général qui commandait la division française postée à
Aranjuez servait d'intermédiaire. Leurs lettres, les détails qu'il
donnait lui-même, étaient déchirans.

«Conformément aux ordres de Votre Altesse Impériale, lui mandait-il le
23 mars, je me suis rendu à Aranjuez avec la lettre de Votre Altesse
pour la reine d'Etrurie. Il était huit heures du matin; la reine était
encore couchée: elle se leva de suite, et me fit entrer. Je lui remis
votre lettre. Elle m'invita à attendre un moment, en me disant qu'elle
allait en prendre lecture avec le roi et la reine. Une demi-heure après,
je vis entrer la reine d'Étrurie avec le roi et la reine d'Espagne.

«Sa Majesté me dit qu'elle remerciait Votre Altesse Impériale de la part
que vous preniez à ses malheurs, d'autant plus grands que c'est un fils
qui s'en trouve l'auteur. Le roi me dit que cette révolution avait été
machinée; que de l'argent avait été distribué, et que les principaux
personnages étaient son fils et M. Cavallero, ministre de la justice;
qu'il avait été forcé d'abdiquer pour sauver la vie de la reine et la
sienne; qu'il savait que, sans cet acte, ils auraient été assassinés
pendant la nuit; que la conduite du prince des Asturies était d'autant
plus affreuse, que, s'étant aperçu du désir qu'il avait de régner, et
lui approchant de la soixantaine, il était convenu qu'il lui céderait la
couronne lors de son mariage avec une princesse française, ce que le roi
désirait ardemment.

«Le roi a ajouté que le prince des Asturies voulait qu'il se retirât
avec la reine à Badajoz, frontière de Portugal; qu'il lui avait observé
que le climat de ce pays ne lui convenait pas, qu'il le priait de
permettre qu'il choisît un autre endroit, qu'il désirait obtenir de
l'empereur la permission d'acquérir un bien en France, et d'y finir son
existence. La reine m'a dit qu'elle avait prié son fils de différer le
départ pour Badajoz, qu'elle n'avait rien obtenu, et qu'il devait avoir
lieu lundi prochain.

«Au moment de prendre congé de Leurs Majestés, le roi me dit: J'ai écrit
à l'empereur, entre les mains duquel je remets mon sort. Je voulais
faire partir ma lettre par un courrier; mais je ne saurais avoir une
occasion plus sûre que la vôtre. Le roi me quitta alors pour entrer dans
son cabinet. Bientôt après, il en sortit tenant à la main la lettre
ci-jointe, qu'il me remit, et il me dit encore ces mots: Ma situation
est des plus tristes; on vient d'enlever le prince de la Paix, qu'on
veut conduire à la mort. Il n'a d'autre crime que celui de m'avoir été
toute sa vie attaché. Il ajouta qu'il n'y avait sorte de sollicitations
qu'il n'eût faites pour sauver la vie de son malheureux ami, mais qu'il
avait trouvé tout le monde sourd à ses prières et enclin à l'esprit de
vengeance; que la mort du prince de la Paix entraînerait la sienne;
qu'il n'y survivrait pas.

Le grand-duc voyait tous les soirs la soeur du roi Ferdinand, la reine
d'Étrurie, qui habitait le château de Madrid avec son frère. Cette
princesse n'était pas contente de la retraite de son père: elle perdait,
avec son existence, ses espérances et celles de son fils; en
conséquence, elle ne cachait rien au grand-duc de Berg de tout ce qu'il
avait envie de connaître du despotisme de son frère, avec qui elle
passait sa vie. On n'ignorait donc rien des mauvaises intentions du roi
Ferdinand envers la France; et toutes ces communications faisaient la
matière de fréquens rapports à l'empereur. Il était bien difficile qu'il
se formât une autre idée que celle qu'il avait déjà sur ces événéméns,
en voyant d'où partaient les informations qu'on lui envoyait; cependant
il n'y ajoutait pas une confiance exclusive, et n'en devenait que plus
impatient de connaître la vérité.

Le grand-duc de Berg montrait un désir de voir partir le roi qui ne
pouvait que lui déplaire beaucoup; et je crois que, s'il s'est décidé
aussi promptement qu'il l'a fait à venir traiter ses affaires
personnelles lui-même, c'est qu'il a craint que la résolution de
l'empereur ne fût prise d'après une quantité d'avis qu'il aurait reçus
de tous côtés, de la part de personnes qu'il soupçonnait ne lui être pas
favorables, et ensuite parce qu'il savait que son père avait protesté
contre son abdication, et qu'il craignait qu'en remontant sur le trône,
il ne reprît son ministre le prince de la Paix, dont les ressentimens
auraient mis le prince des Asturies dans la plus fâcheuse position.

Je ne sais pas ce qui fut objecté dans le conseil tenu avant de
s'arrêter au parti de venir à Bayonne; mais cette observation n'a pas dû
manquer d'y être exposée une des premières.

J'allai rendre à M. le duc de l'Infantado la visite qu'il m'avait faite,
et il m'apprit le départ du roi pour le lendemain, me disant qu'il
serait parti le jour même, s'il n'avait pas fallu un jour au moins pour
placer les relais sur la route.

Je demandai la faveur d'accompagner le roi, uniquement par ce motif-ci:
j'étais venu de Bayonne à Madrid à franc étrier, ainsi que cela était
alors l'usage de voyager en Espagne; j'étais à peine arrivé, qu'il
fallait refaire le même chemin, de la même manière, pour arriver près de
l'empereur en même temps que Ferdinand, et je trouvai beaucoup plus
commode de prier le grand-écuyer du roi de comprendre un attelage pour
moi dans les relais destinés à ce prince. Je l'obtins, et c'est ce qui a
fait que ma voiture s'est trouvée dans le convoi des siennes.

M. le duc de l'Infantado ne paraissait pas content de ce départ:
était-ce parce qu'il y soupçonnait un piége, ou parce qu'il se doutait
que l'empereur serait déjà informé de quelques particularités sur
lesquelles on aurait de la peine à s'expliquer d'une manière
satisfaisante? Je l'ignore; mais il est bien resté dans mon esprit qu'il
n'en était pas satisfait. Pour un piége, il n'y en avait pas; il n'était
pas autorisé à le croire, ou du moins, s'il avait des motifs pour le
soupçonner, il ne serait pas excusable de ne pas s'être opposé de toute
sa force à un voyage dans lequel il croyait que le roi courait des
dangers. S'il avait d'autres craintes, il devait descendre dans sa
conscience, et savoir si elles étaient fondées: il n'y avait qu'elle qui
pouvait le rassurer.

Toutes ces incertitudes, de la part d'une cour qui recherchait tant
l'appui de la nôtre, n'étaient pas faites pour inspirer de la confiance,
et recommandaient au contraire beaucoup de prudence dans les engagemens
que l'on allait prendre avec elle.

Je prévins le grand-duc de Berg de la résolution du roi. En entrant chez
lui, pour lui faire cette communication, j'y trouvai M. de la Forest
(notre dernier ministre en Prusse): l'empereur l'avait envoyé pour être
encore mieux informé de ce qui se passait à Madrid. Il avait sans doute
des instructions pour tous les cas qui pouvaient arriver.

Le roi Ferdinand VII partit comme il l'avait annoncé, et nomma son
oncle, l'infant don Antonio, pour présider au gouvernement pendant son
absence. Je suivis le roi, qui alla coucher le premier jour à Buitrago,
où j'eus l'honneur de dîner avec lui. Le deuxième jour, il vint à
Arenda-del-Duero, et le troisième, à Burgos: il y avait dans cette ville
plusieurs grands personnages espagnols, entre autres M. de Valdez et M.
de la Cuesta, tous deux grands partisans de la révolution contre le
prince de la Paix, et ennemis très prononcés de la France; ils furent
ceux que le roi accueillit le mieux et auxquels il donna le plus de
marques de sa bienveillance. Nous avions à Burgos un petit corps de
troupes, commandé par le maréchal Bessières, duc d'Istrie. Ce maréchal
était naturellement bon observateur, et sans que nous ayons été dans le
cas d'échanger nos opinions, il ne me cacha pas que tout ce qu'il
apercevait ne lui inspirait aucune confiance.

Je laissai le roi au milieu de l'enivrement que lui causaient les
premiers honneurs qu'il recevait des Espagnols, et ne vins que le soir à
son logement, pour apprendre à quelle heure il partirait le lendemain.
Lorsque j'en fus informé, je revins m'entretenir avec le maréchal
Bessières, et en même temps l'en prévenir, afin qu'il rendît les
honneurs dus au roi au moment de son départ, ce qu'il fit, en mettant
ses troupes sous les armes, et en faisant saluer par son artillerie.

Le roi arriva à Vittoria, où il fut reçu avec les mêmes démonstrations
qu'à Burgos, et où se trouvaient réunies les autorités civiles et
militaires des provinces de Biscaye et d'Alava.

Nous avions également à Vittoria une division aux ordres du général
Verdier.

Le soir, je me rendis au quartier du roi, ainsi que je l'avais fait à
Burgos, pour prendre l'heure du départ que je croyais devoir s'effectuer
le lendemain; le roi ne me reçut pas, et me fit dire par M. de Cevallos
qu'il était fatigué.

C'est ici qu'eut lieu cette conversation dont M. de Cevallos a parlé
dans son Mémoire[32], où elle est rapportée d'une manière
invraisemblable pour un homme de sens et accoutumé aux affaires. Ce
Mémoire est écrit dans le style d'un homme qui a été plus occupé de se
justifier aux yeux d'un parti violent, avec lequel il lui importait de
se raccommoder, que dans le style d'un homme impartial qui n'aurait rien
eu à redouter de la vérité. Voici, mot à mot, comme les choses se sont
passées.

Le logement du roi était peu spacieux; après la pièce qui précédait
celle où il couchait, il n'y en avait pas une autre où on pût
s'entretenir.

Ce fut donc lui, M. de Cevallos, qui me mena dans la chambre où le
chanoine Escoiquiz était couché: il était indisposé, mais cependant il
prit part à notre conversation, à laquelle étaient aussi présens les
ducs de l'Infantado et de San-Carlos.

M. de Cevallos parla le premier, et me dit d'un ton assez impoli:
«Monsieur, le roi n'ira pas plus loin; ce n'était même pas son projet de
venir jusqu'ici; il y attendra l'empereur, s'il vient; d'ailleurs, il
n'est pas encore arrivé à Bayonne, et il ne nous convient pas que le roi
d'Espagne aille l'attendre; il faut au moins que l'empereur l'ait fait
prévenir de son arrivée.»

M. de Cevallos parlait mal le français, et comme je ne parlais pas
l'espagnol, M. de l'Infantado était obligé de répondre souvent pour M.
de Cevallos.

«Monsieur, répondis-je, le roi est le maître de rester où il veut, comme
il a été le maître de partir. Cette résolution a été prise dans son
conseil, comme l'a été sans doute celle dont vous me faites part.
Cependant, j'ai du regret de ce changement, parce que sur ce qui m'a été
dit à Madrid, de l'intention où était le roi de venir au-devant de
l'empereur, je me trouve avoir annoncé cette résolution en prévenant
l'empereur de son départ, et en lui envoyant l'itinéraire de sa marche.
Je vais avoir l'air d'un homme qui ne s'est pas fait informer, ou qui a
été dupe; ou bien, s'il en était autrement, ce changement de
détermination de la part du conseil du roi ne peut manquer de lui donner
beaucoup à penser. Puisque je me trouve en communication avec vous sur
cette partie de vos affaires, sans avoir aucune mission pour m'en
charger (je l'ai dit au roi lorsque j'ai eu l'honneur de lui être
présenté), pouvez-vous me faire connaître les motifs qui vous ont portés
à suspendre la marche du roi?

--«Nous ne l'ayons pas suspendue, dit M. de Cevallos, le roi ne devait
même aller qu'à Burgos, et cependant il est venu jusqu'ici.

--«Monsieur, repris-je, ce n'est pas moi qu'on abuse. Le roi est parti
de Madrid avec l'intention d'aller voir l'empereur, et vous ne pouvez me
nier qu'en ce moment même les relais ne soient placés sur la route d'ici
à Bayonne. Croyez-vous que la remarque ne m'en sera pas faite? il y a
donc un motif pour ce changement. Que vous ne me le disiez pas, je le
conçois, vous en êtes le maître; mais que vous prétendiez m'abuser par
une question d'étiquette, j'en croirai ce que je voudrai, et ne serai
point votre dupe. Je ne vous ai point pressé de partir, et j'ai commencé
par vous dire que je n'avais près de votre maître aucun caractère.

«Puisque vous soumettez à l'étiquette la situation du roi, par la même
raison, nous nous conformerons à la nôtre, qui a aussi ses difficultés;
de cette manière, les deux souverains viendront chacun de leur côté
jusqu'à l'extrémité du pont de la Bidassoa.»

Cevallos. «Mais c'est ainsi que cela devait être, et que cela s'est déjà
passé.»

--«Fort bien, Messieurs, il y aura encore à faire mesurer exactement la
longueur du pont, afin que chacun fasse le même nombre de pas.
J'ajouterai à tout cela une observation: c'est que l'empereur n'a pas
manifesté le désir de cette visite d'étiquette; vous viendriez à
Irun[33], qu'il ne serait pas obligé de venir à Saint-Jean-de-Luz[34].
Attendez-vous de lui qu'il vienne vous reconnaître roi d'Espagne, et
peut-être vous prêter foi et hommage pour le Roussillon? Mais, Monsieur,
aux yeux de l'empereur, le trône d'Espagne n'est pas vacant, c'est
Charles IV qui l'occupe. S'il nous appelle à son aide, il nous trouvera
prêts à le servir; à quoi bon alors prendre tant de soins de ce que l'on
fera et de ce que l'on croit ne devoir pas faire. L'étiquette sur
laquelle vous vous appuyez ne peut apporter de difficultés dans une
question où elle n'a point de droits; si c'est elle qui est la règle de
votre conduite, elle ne permettait peut-être pas au roi de sortir de
Madrid, dans ce cas-ci; et si vous avez eu d'autres motifs pour porter
le roi à cette démarche, ce qui est plus vraisemblable, c'est à vous à
juger si vous avez assez fait en l'amenant jusqu'ici, et à réfléchir aux
conséquences qui peuvent être le résultat d'une réticence sur laquelle
on pensera ce que l'on voudra, puisque vous ne voulez en donner aucune
explication.»

Le chanoine Escoiquiz prit la parole, et, de son lit, me répondit qu'il
était inutile de me cacher l'inquiétude où l'on était; qu'il revenait de
tous côtés que l'empereur était mal disposé pour le roi, et qu'il ne le
reconnaîtrait pas. Il ajouta: «Combien il serait malheureux pour moi et
pour ces messieurs, en voulant servir le roi, d'être cause de sa perte.»
Enfin, il me dit que cette idée s'était emparée d'eux, et qu'il ne
pouvait me dissimuler tout le chagrin qu'il en éprouvait.

«À cela, je n'ai rien à répondre; il ne m'est rien parvenu depuis mon
départ de Paris, et je ne suis point autorisé à donner à l'instruction
de l'empereur une autre interprétation que celle qui était manifestée
par les sentimens dans lesquels il m'a parlé en m'envoyant en Espagne.
Je n'y ai rien aperçu qui pût faire augurer ce que vous craignez. Si,
depuis, le roi a appris quelque chose de plus, comme je l'ignore, je ne
puis m'en faire juge. Vous ne m'avez pas manifesté cette crainte-là en
partant de Madrid; elle vous est venue depuis; il faut prendre garde ici
d'attirer le mal que vous redoutez. Je ne puis vous guérir de la peur;
c'est à vous à voir si elle est fondée.»

Cevallos. «Mais nous n'avons pas besoin de l'empereur; nous nous
arrangerons bien sans son secours; nous ne voulons rien avoir à faire
avec lui.

--«Monsieur, voilà une mauvaise réponse, parce que l'on ne fait pas ce
que l'on veut en ce monde; et si l'empereur veut avoir affaire avec
vous, il faudra bien malgré vous avoir affaire avec lui.»

Cevallos. «Mais pouvez-vous assurer le roi que l'empereur le
reconnaîtra.

--«Je n'en sais rien; je ne suis autorisé ni à l'affirmer ni à en
douter, et il n'y a rien à arguer de ce que je puis dire là-dessus,
parce que je ne connais rien de la détermination de l'empereur. Mais je
crois en conscience qu'avant tout il veut éviter une guerre avec
l'Espagne. Il m'a dit, en m'en parlant, qu'il la regarderait comme une
_guerre sacrilége_; mais aussi je suis convaincu que sa détermination
sera subordonnée à ce qu'il aura appris et à ce qu'il jugera par ce
qu'il verra. Tout cela dépend de vous. Descendez dans votre conscience,
et voyez si ce qui s'y trouve est conforme à ce que l'empereur peut
désirer. Surtout ne croyez pas l'abuser; vous savez qu'il est difficile
de le tromper.»

Cevallos. «Le roi a les meilleures intentions pour la France, mais il ne
veut dépendre que de lui. La France s'est trop mêlée de nos affaires; il
faut que cela finisse.

--«Ceci peut s'entendre de bien des manières. Est-ce un congé que vous
nous donnez, ou que vous voulez prendre? Sans y être autorisé, je
prendrai sur moi d'accepter l'un et l'autre, et vous laisserai,
Monsieur, la responsabilité des conséquences.

Cevallos. «Mais je ne vois pas pourquoi l'empereur voudrait se mêler de
nos affaires; avons-nous manqué à quoi que ce soit de notre alliance?

--«L'empereur se mêle de vos affaires parce qu'elles sont devenues
celles d'Espagne, et que celles d'Espagne sont liées aux siennes. Peu
lui importe qui régnera en Espagne lorsque ses relations avec ce pays
n'en souffriront pas. Enfin, Monsieur, en dernière analyse, ou vous avez
le projet de lui résister, et alors il prendra son parti; ou bien vous
avez l'intention de le satisfaire, et dans ce dernier cas vous ne devez
pas être embarrassés de lui en donner la preuve, puisque, vous
particulièrement, monsieur de Cevallos, vous savez bien mieux qu'aucun
de ces Messieurs ce que l'empereur peut désirer; ayant été attaché au
prince de la Paix, vous connaissez toutes nos relations les plus intimes
avec votre pays. Je ne comprends rien à toutes les objections que vous
me faites, et je ne puis que préjuger qu'elles cachent de mauvais
desseins...

«Avez-vous le projet de faire la guerre? Nous serons bientôt prêts...

«Nous soupçonnez-vous de mauvaises intentions envers le roi? il serait
trop tard pour en être effrayé; et comment, dans ce cas, vous
justifierez-vous de l'avoir amené jusqu'ici au milieu de nos troupes?
N'est-il pas ici sous notre garde et à notre dévotion? Nous avons ici
une division d'infanterie, une à Brivierca, et une à Burgos; si vous
commencez les hostilités, dites-moi par où vous vous retirerez?

«Avez-vous le projet d'être pour nous ce que l'Espagne a été sous le
père du roi Ferdinand? Si cela est, d'où viennent toutes vos
inquiétudes, qui ne sont propres qu'à nous en communiquer d'autres? Si
le roi se sent disposé à satisfaire l'empereur, pourquoi craindrait-il
d'aller le joindre n'importe où, s'expliquer franchement avec lui, tant
sur ce qui a amené son avénement au trône, que sur ce qui peut en être
la suite? Il me semble que cette conduite serait conforme aux sentimens
qui ont porté le prince des Asturies à avoir recours à l'empereur pour
fléchir son père offensé. Cette époque est récente: comment, à travers
tout ce qui tourmente votre imagination, ne vous êtes-vous pas aussi
arrêtés à l'idée que la première réception de l'empereur serait
peut-être un peu froide[35]? Parce qu'enfin il est l'aîné en âge et en
droit; mais une fois la règle des bienséances observée et les intérêts
nationaux réglés d'une manière conforme à notre vieille alliance,
pourquoi ne serait-il pas le premier à reconnaître le roi Ferdinand?
Montrez-moi l'impossibilité que cela soit ainsi? cela dépend plus de
vous que de l'empereur.

«Je vais, au reste, aller le rejoindre, et lui dirai tout ce qu'il faut
craindre, ainsi que ce que l'on doit espérer, et je ne doute pas qu'il
ne me renvoie ici sous deux ou trois jours.»

Je quittai ces messieurs pour m'occuper de mon voyage à Bayonne.



CHAPITRE XXI.

Encore M. Cevallos.--Retour à Bayonne.--Arrivée de l'empereur dans cette
ville.--Je lui rends compte de ma mission.--Vues de l'empereur.


J'avais emmené de Paris à Madrid le fils aîné de M. Hervas; il avait
besoin de s'y rendre, et cela me convenait d'autant mieux que je ne
savais pas un mot d'espagnol. Je le pris aussi avec moi pour retourner à
Bayonne.

Pendant que l'on disposait ma voiture, et que l'on cherchait mes mules,
ce qui n'est pas l'affaire d'un instant en Espagne, je le priai d'aller,
de ma part, trouver M. de Cevallos, et de lui dire que je ne concevais
rien à l'opposition qu'il m'avait manifestée d'autant plus que, si ma
mission en Espagne avait eu quelque but obscur ou équivoque, je me
serais encore moins attendu à le rencontrer dans mon chemin, puisque
depuis qu'il était employé aux affaires d'Espagne, il avait fait
ouvertement profession d'être dévoué aux intérêts de la France; qu'il
avait été l'intermédiaire dont le prince de la Paix s'était servi encore
récemment pour les arrangemens conclus à Fontainebleau entre la France
et l'Espagne; qu'il ne pouvait douter que la faction qui avait fait
succomber le prince de la Paix n'ignorait pas la part qu'il avait eue à
sa confiance, et que, lorsqu'elle se serait servi de lui, il
n'échapperait pas à ses ressentimens, comme tout ce qui avait été
attaché à ce premier ministre, dont il avait épousé la soeur; qu'enfin,
dans tous les cas, il ne pouvait manquer de devenir victime du juste
ressentiment de la France, dont il dénaturait les intentions, après
avoir servi ses projets pendant aussi long-temps.

M. Hervas trouva M. de Cevallos, et fit ma commission: on verra dans peu
que ce dernier était d'une opinion tout opposée à celle qu'il
manifestait dans cette circonstance-là.

Je partis pour Bayonne, où j'arrivai quelques heures avant l'empereur
que l'on attendait de Bordeaux. M. de Champagny, alors ministre des
relations extérieures, y était arrivé, et je l'entretins long-temps de
tout l'embarras que je prévoyais avant de parvenir à rétablir l'harmonie
entre nous et l'Espagne; je lui dis que je n'épargnerais pas l'empereur
dans les détails que je lui donnerais, et que, sans rien préjuger de la
marche qu'il adopterait pour s'établir en Espagne sur le pied où il
était avant la révolution dans laquelle il était forcé d'intervenir, je
le préviendrais de l'opposition qu'il rencontrerait partout; que l'on
avait osé lui supposer des projets desquels on parlait tout haut chez le
grand-duc de Berg; que je ne savais qu'en croire, parce que l'empereur
ne m'avait paru déterminé à rien encore; que j'ignorais si depuis il
avait changé d'avis, mais que l'on devait se méfier beaucoup de
l'opinion que le grand-duc de Berg ne manquerait pas de vouloir donner,
tant des individus que des dispositions du pays même; qu'il avait déjà
fait un tort notable aux sentimens qui animaient les Espagnols pour la
France et pour l'empereur, particulièrement avant qu'il allât y
commander.

J'ajoutai que cette révolution espagnole pouvait mener l'empereur
au-delà de ce que l'on croyait, et que j'étais persuadé que nous
n'avions jamais jugé ce pays qu'à travers toutes les intrigues qui
l'avaient gouverné sous l'abri de notre protection; mais qu'aujourd'hui
que l'idole (le prince de la Paix) était abattue, nous allions voir le
peuple espagnol prendre un essor qui trouverait des imitateurs.

L'empereur arriva le même soir, et eut un long entretien avec M. de
Champagny, qui lui rendit compte de ma conversation. Il ne tarda pas à
me faire appeler. Il n'avait encore reçu d'Espagne que les rapports
journaliers du grand-duc de Berg, dans les lumières duquel il avait
moins de confiance que dans son courage au moment d'un danger. Il avait
aussi reçu toutes les lettres que le roi Charles IV, ainsi que la reine,
avaient écrites au grand-duc: tout cela occupait son esprit, mais ne
suffisait pas pour l'éclairer. Il me garda une grande partie de la nuit
pour lui raconter tout ce que j'avais vu et fait; il était contrarié de
tout ce que je lui apprenais, et surtout mécontent des projets qu'on lui
supposait; je lui répondis que cela n'était que la conséquence de tout
ce qui se répandait autour du grand-duc de Berg, ajoutant que, s'il
n'agissait pas d'après des instructions de lui, il était grandement tenu
d'y prendre garde, qu'autrement on lui préparait beaucoup d'embarras.

L'empereur me répliqua: «Mais enfin, le prince des Asturies, quel homme
est-ce? Gouvernera-t-il, ou sera-t-il gouverné? De quelle manière
pourrai-je m'arranger avec lui, ou bien faudra-t-il y renoncer? Je ne
suis pas prêt pour ce dernier cas, parce que, si, comme vous le dites,
cela doit amener la guerre, je voudrais l'éviter.»

Je répondis à l'empereur: «Sire, on m'a manifesté les meilleures
intentions du monde; pour des promesses, j'en ai plein mes poches,
autant du prince que des ministres; mais, pour vous les garantir, je
m'en garderai bien»; et je lui racontai tout ce que l'on m'avait dit, et
qu'on vient de lire.

«Il n'y a nul doute, ajoutai-je, que la révolution d'Aranjuez n'ait été
faite contre le gré du roi Charles IV, et que conséquemment son
abdication n'ait été à peu près forcée, n'y en aurait-il pour preuve que
l'empressement du roi Charles IV à se mettre sous la protection de nos
troupes, qui, en effet, le gardent au palais d'Aranjuez; et, de l'autre
part, le même empressement que témoigne le prince des Asturies, de voir
Votre Majesté sanctionner l'événement qui le met sur le trône, parce que
cela une fois fait, il n'y aura pas la plus légère difficulté à obtenir
l'assentiment des autres puissances de l'Europe.

«Je ne crois pas que vous parveniez à être en Espagne, avec le prince
Ferdinand, sur le même pied qu'avec son père, quoiqu'il le promette:
cela ne dépendra pas de lui, et c'est l'espérance qu'il a donnée à ses
adhérens de secouer le joug de la France, qui lui a prêté toute la force
d'opinion qui, dans ce moment, s'est ralliée à lui, au point que lutter
contre ce prince serait lutter contre la nation, qui nous sera
entièrement opposée sur ce point.

«Il manifeste les meilleures dispositions pour Votre Majesté; mais il
est tourmenté de tout ce qu'on lui dit: que Votre Majesté ne le
reconnaîtra pas; qu'une fois arrivé à Bayonne, il ne pourra plus en
sortir. Il a de la peine à se le persuader; mais néanmoins cela occupe
son esprit, et paraît lui avoir fait prendre la résolution de rester à
Vittoria.

«Pour gouverner par lui-même, il ne le peut pas; il a reçu une éducation
de palais, et n'a pas la première idée d'une affaire de gouvernement. Ce
seront des ministres qui feront tout pendant qu'il trônera, et ses
ministres me paraissent avoir des principes qui ne vous conviendront
guère.»

L'empereur répliqua: «Voilà une affaire qui se présente mal; mais où
a-t-il pris que je ne le reconnaîtrais pas: cela dépendra de lui, sinon
je remets son père sur le trône. Je m'accommodais si bien avec lui
qu'avant d'être instruit des projets du prince des Asturies, je faisais
des voeux pour qu'il vécût cent ans; mais s'il faut que je me brouille
avec le fils, je ne commencerai pas par faire ce qu'il désire de moi:
j'aime mieux voir sur le trône d'Espagne un de mes amis qu'un de mes
ennemis. D'où lui vient donc cette peur qu'il a conçue de moi?

--«Plusieurs causes y ont concouru: d'abord sa position, qui le rend
inquiet. Peut-être se reproche-t-il quelque chose, je n'en sais rien; et
comme il est naturellement timide, il a conçu beaucoup de frayeur du
grand-duc de Berg, dont il se plaint beaucoup, comme voulant le
dépopulariser, et cherchant à lui nuire personnellement; il a cru voir
dans cette conduite la conséquence des ordres donnés par V. M., et cela
lui donne à penser.

«Par exemple, le grand-duc insiste chaque jour pour obtenir la liberté
du prince de la Paix; il a mis là toute sa sollicitude, et semble n'être
venu en Espagne que pour le délivrer, tandis que, d'un autre côté, il
met tout en oeuvre contre le prince des Asturies. Il y a au moins de la
maladresse à vouloir détacher la nation d'un prince qui est l'objet de
son culte en ce moment, et d'employer tous ses moyens à en protéger un
autre qui est l'objet de son exécration: la moindre conséquence d'une
telle conduite est un cri de vengeance contre nous, et l'on part de là
pour déranger toutes les têtes et les préparer aux troubles.»

L'empereur répondit: «Je n'ai pas dit un mot qui ressemble à ce que vous
me dites. Il faut que le grand-duc de Berg soit fou.

--«Je ne le crois pas si fou; mais il fait beaucoup de calculs dans
lesquels il se trompe, sans doute; et je ne serais pas surpris qu'il eût
envisagé les choses comme devant tourner à son profit. Il paraît s'être
mis dans la tête qu'il remplacera le roi d'Espagne.»

L'empereur ne put s'empêcher de rire. Il me demanda ce que pensaient les
ministres du prince Ferdinand.

«Les ministres du prince sont tout aussi inquiets que lui, et partagent
la résolution qu'il a prise d'attendre à Vittoria, après cependant lui
avoir conseillé de partir de Madrid. Je crois que c'est à Burgos qu'ils
ont commencé à être atteints de frayeur, autant par ce qu'on leur aura
dit dans cette ville, que par ce qu'ils auront pu recevoir de Madrid,
d'où on leur expédie un courrier tous les jours; et je crois qu'après le
départ du roi, le grand-duc de Berg aura voulu aller trop vite en
besogne, et qu'on le leur a écrit.

«Les ministres du prince des Asturies sont des hommes de parti: ils ont
une manière d'envisager cette révolution qui ne vous conviendra pas, du
moins je le pense; d'ailleurs la plupart ne connaissent pas assez les
affaires de leur pays, et il n'est pas possible que l'Espagne n'ait pas
des hommes plus forts que ceux-là. Si V. M. ne trouve pas un moyen de
les appeler près d'elle, elle aura mille peines à savoir la vérité,
d'autant plus qu'il n'est pas certain que le prince des Asturies vienne
à Bayonne.

--«Il faudra cependant bien que nous nous entendions ici ou ailleurs;
autrement, comment s'arranger?

--«Alors il faut que V. M. lui rende de la sécurité.»

Il était très tard, l'empereur était fatigué, et il me congédia en me
disant: «Nous verrons cela demain, la nuit porte conseil. Je ne fais
aucune difficulté de lui écrire, si nous devons nous entendre; mais
c'est que, dans le cas contraire, il sera autorisé à dire que je l'ai
attiré dans un guet-à-pens, et, dans le fait, cela en aura l'air. D'un
autre côté, s'il ne vient pas, je marche pour m'entendre avec le père,
et assembler les cortès à Madrid. Si le prince des Asturies avait été
bien conseillé, j'aurais dû le trouver ici; mais je conçois, d'après
tout ce que vous me dites, qu'il a eu peur des démonstrations du
grand-duc de Berg. Allez vous reposer, et tenez-vous prêt à partir
demain.»

Il me fit effectivement appeler le lendemain, après qu'il eut reçu
l'estafette de Madrid. Il y répondit par le courrier qui m'accompagna,
et me remit une lettre pour le prince des Asturies, en me disant: «Allez
le trouver et remettez-lui cette lettre de ma part. Laissez-lui faire
ses réflexions. Il n'y a pas de finesse à employer, cela l'intéresse
plus que moi; qu'il fasse ce qu'il voudra. Sur votre réponse, ou sur son
silence, je prendrai mon parti, ainsi que des mesures pour qu'il n'aille
pas ailleurs que près de son père.» Il ajouta: «Voyez où mènent les
mauvais conseils; voilà un prince qui, peut-être, ne régnera pas dans
quelques jours, ou qui apportera à l'Espagne une guerre avec la France.
Parbleu, les peuples sont bien à plaindre lorsqu'ils tombent en de
pareilles mains! Allez au plus vite.»

Il écrivit au grand-duc de Berg, et lui ordonna de ne pas souffrir que
l'on attentât à la vie du prince de la Paix, de se le faire remettre, et
de prendre des mesures pour le lui envoyer à Bayonne, en le préservant
de tout accident en chemin. Il lui dit aussi, par le même courrier, de
lui envoyer M. Dazenza, le ministre des Indes, ainsi que plusieurs
autres Espagnols éclairés et jouissant d'une considération bien acquise;
il voulait s'en former un conseil, avant de se décider à quelque chose.



CHAPITRE XXII.

On dissuade Ferdinand de poursuivre son
voyage.--Urquijo.--Considérations qu'il oppose à la politique des
ministres de Ferdinand.--Lettre de l'empereur Napoléon à Ferdinand.


Je revins rapidement à Vittoria, mais tout avait changé depuis mon
départ. Plusieurs Espagnols étaient accourus auprès de Ferdinand. Ils
lui avaient représenté l'imprudence de sa démarche, la facilité de
revenir sur ses pas; et s'ils ne lui avaient pas fait abandonner la
résolution de poursuivre son voyage, ils l'avaient du moins fort
ébranlé. Urquijo, ancien ministre de Charles IV, fut celui de tous qui
insista le plus vivement sur les dangers de passer la frontière. Il a
lui-même rendu compte de la discussion qu'il eut à cet égard avec les
conseillers de Ferdinand. Je reproduis sa relation, parce qu'elle prouve
qu'on n'employa ni insinuations, ni supercheries pour déterminer ce
prince à poursuivre sa route, et que tout fut spontané de sa part ou de
celle de ses ministres. Elle est ainsi conçue:

     _À D. Gregorio de la Cuesta, capitaine-général de la
     Vieille-Castille._

«Mon cher ami, j'ai reçu hier à midi la lettre datée du 11, que vous
m'envoyâtes par l'exprès; je montai de suite à cheval, et je suis arrivé
en cette ville à trois heures et demie du soir: notre ami Mazzanedo n'a
pas pu m'accompagner, parce qu'il était au lit, à cause d'une forte
attaque de goutte, et ceci a été son bonheur, puisque, outre l'inutilité
du voyage, il aurait été témoin de scènes très désagréables. Vous me
témoignez, dans votre lettre, que je serai très bien reçu, d'après ce
que vous aviez entendu dire au roi Ferdinand et à sa suite à l'égard de
ma personne, et que vous ne doutiez pas que, par mes persuasions et les
notions qu'ils pourraient avoir acquises, ils s'arrêteraient dans un
voyage si dangereux, et n'iraient pas plus avant.

«Quant au premier point, vous avez très bien prévu, et moi-même je ne
pouvais en douter, puisque le roi, à peine assis sur son trône, avait
déclaré spontanément injuste et arbitraire tout ce que j'avais souffert
par la voie du même Cevallos, qui avait été l'un des ministres qui
avaient signé les ordres pour toutes les vexations faites contre ma
personne pendant sept ans. Lorsque j'arrivai, je me présentai à Sa
Majesté, qui venait d'arriver depuis une demi-heure; elle me traita avec
la plus grande bonté, me combla d'honneurs et m'invita à son dîner. Ceux
qui l'accompagnaient m'ont fait beaucoup de politesse, particulièrement
les ducs de San-Carlos et de l'Infantado; j'ai eu aussi le plaisir de
revoir mes amis Muzquiz et Labrador.

«La seconde partie est la plus affligeante; je crois qu'ils sont tous
aveugles, et marchent à une ruine inévitable. J'ai exposé la manière
dont le _Moniteur_ (qu'ils n'avaient pas bien lu à ce qu'il paraît)
rapportait le tumulte d'Aranjuez qui occasionna l'abdication du roi
Charles IV; je leur ai fait voir que le langage de ces gazettes n'était
que l'explication des desseins de l'empereur; je leur ai rappelé la
proclamation adressée aux Espagnols en 1805, parce que depuis ce temps
j'ai toujours cru que Napoléon projetait d'éteindre la dynastie régnante
en Espagne, comme absolument contraire à l'élévation de la sienne; que
ce dessein n'avait été suspendu que jusqu'au moment d'une occasion
favorable, et qu'elle venait de se présenter dans les malheureux démêlés
du père avec le fils, arrivés à l'Escurial; que les projets de
l'empereur se faisaient voir clairement par la manière dont il avait
rempli l'Espagne de troupes, et pris possession des places fortes, des
arsenaux et de la capitale; que, dans cette même ville de Vittoria, le
roi et tous ceux qui l'accompagnaient étaient comme dans une prison, et
gardés à vue par le général Savary, et que l'ordre que j'avais observé,
depuis mon entrée, pour l'emplacement des troupes et la situation des
casernes, tout venait à l'appui de mes soupçons.

«Après tout cela, je leur demandai quel était l'objet de leur voyage;
comment le souverain d'une monarchie telle que celle de l'Espagne et des
Indes avilissait sa dignité aussi publiquement? comment on le conduisait
vers un royaume étranger, sans invitation, sans préparatifs, sans toute
l'étiquette que, dans de pareils cas, on doit observer, et sans avoir
été reconnu comme roi, puisqu'on l'appelait toujours le prince des
Asturies? qu'ils devaient se rappeler l'île des Faisans dans les
Pyrénées, où on prit tant de précautions pour l'entrevue qui devait y
avoir lieu entre les souverains d'Espagne et de France; qu'il y eut un
égal nombre de troupes des deux côtés de la rivière Bidassoa, et qu'on
pesa jusqu'aux harnais afin d'éviter toute crainte.

«Étonnez-vous-en, mon cher ami: on m'a seulement répondu qu'ils allaient
contenter l'ambition de l'empereur par quelques cessions de territoire
et de commerce. Je ne pus m'empêcher de dire, en entendant cette
réponse: Vous pouvez lui donner toute l'Espagne.

«Il y en eut qui parlèrent de guerre éternelle entre les deux nations,
de construire deux forteresses inexpugnables dans chacune des deux
Pyrénées, d'avoir toujours sous les armes cent cinquante mille hommes,
enfin de mille autres chimères. Je fis observer seulement que, du côté
des Pyrénées occidentales, il n'existait d'autre place plus forte que
Pampelune, et que, d'après les généraux les plus expérimentés, et parmi
plusieurs, mon ami le général Vnutia (à qui je l'avais moi-même entendu
dire), elle offrait très peu de résistance; qu'on n'avait pas les cent
cinquante mille hommes; qu'une grande partie de l'armée avait été
envoyée au nord, sous le prétexte du traité d'alliance; que les armées
ne s'organisaient pas, ni les forteresses ne se construisaient pas dans
un jour; que la guerre perpétuelle était un délire, car les nations
avaient leurs relations naturelles, et elles étaient très intimes avec
la France et très resserrées; qu'il ne fallait pas confondre celles-ci,
dans les États, avec les hommes qui se trouvent momentanément à leur
tête; et surtout qu'il ne s'agissait aujourd'hui que d'abolir la
dynastie des Bourbons en Espagne, en imitant l'exemple de Louis XIV, et
d'établir celle de France, et qu'ils allaient eux-mêmes inviter
l'empereur à le faire. L'Infantado (sur qui je crois que mon langage a
fait plus d'impression), qui sentit le poids de mes réflexions, me dit:
Serait-il possible qu'un héros tel que Napoléon fût capable de se
souiller d'une semblable action, quand le roi se met entre ses mains de
la meilleure foi possible? Je lui répondis: Lisez _Plutarque_, et vous
trouverez que tous ces héros de la Grèce et de Rome n'acquirent leur
renommée et leur gloire qu'en montant sur des milliers de cadavres, mais
qu'on oubliait tout cela, et qu'on le lisait sans attention, voyant
seulement les résultats avec respect et étonnement; qu'il devait se
rappeler des couronnes que Charles V avait enlevées, des cruautés qu'il
avait exercées envers les souverains prisonniers de guerre, ou par la
perfidie, et malgré cela, il était compté parmi les héros; qu'il ne
devait pas oublier non plus que nous en avions fait autant avec les
empereurs et rois des Indes, et que, si nous voulions défendre ces
actions sous prétexte de religion, on pourrait bien le faire maintenant
sous prétexte de politique; qu'il pouvait appliquer cela à l'origine de
toutes les dynasties de l'univers; que, dans notre Espagne ancienne, on
trouvait des exemples d'assassinats de rois par des usurpateurs qui
s'étaient ensuite assis sur le trône, et que même, dans les siècles
postérieurs, nous avions celui qui avait été commis par le bâtard
Henrique II, et l'exclusion de la famille de Henri IV; que les dynasties
autrichienne et des Bourbons dérivaient de cet inceste, ainsi que de ces
crimes, et que par conséquent ils ne devaient pas avoir confiance dans
les héros, ni permettre que Ferdinand s'en allât plus avant vers la
France.

«Mais quel motif, au moins apparent, m'a-t-il dit, pourrait justifier la
conduite que vous supposez à l'empereur? Je lui répondis que le langage
du _Moniteur_ me faisait voir qu'il ne reconnaissait pas Ferdinand comme
roi; qu'il disait que l'abdication de son père avait été faite au milieu
d'un tumulte populaire et des armes, que Charles IV lui-même
l'avouerait, s'il était nécessaire; que, sans parler de ce qui était
arrivé au roi de Castille Jean Ier, il y avait eu deux abdications
pendant le règne des dynasties autrichienne et des Bourbons: une faite
par Charles Ier d'Espagne, ou Charles V d'Allemagne, et l'autre par
Philippe V; et que, dans ces deux abdications, on avait procédé avec le
plus grand calme et la plus sage délibération, et que même ceux qui
représentaient la nation demandèrent jusqu'où l'abdication devait
s'étendre, en cas que les personnes qui devaient régner de suite en
seraient empêchées, et que c'est par cette raison que Philippe V régna
une seconde fois, après la mort de Louis Ier, en faveur de qui S. M.
avait renoncé à la couronne; enfin qu'il est à craindre que si le père
réclame contre la violence de son abdication, et qu'ils poursuivent le
voyage jusqu'à Bayonne, aucun d'eux ne règne, et que tous les Espagnols
soient malheureux.

«Il me répliqua alors que l'Europe et la France même condamnerait ce
trait, et que l'Espagne pourrait devenir redoutable, étant soutenue par
l'Angleterre. Je lui répondis sur les trois points. Quant à l'Europe,
elle était pauvre et sans moyens pour entreprendre de nouvelles guerres
sans union, parce que les intérêts particuliers, et les vues ambitieuses
de chaque souverain et de chaque État avaient plus de force que la
nécessité de faire de grands sacrifices pour détruire le système adopté
par la France depuis sa funeste révolution. Je lui expliquai, pour
preuve de ce que j'avançais, la conduite des coalitions, leurs plans mal
combinés, leurs défections, et que le résultat de ces ligues avait
lui-même produit l'accroissement de la France; que je ne voyais d'autre
cour que celle de Vienne capable de s'opposer actuellement aux projets
de l'empereur, si l'Espagne se soulevait, et qu'elle serait appuyée par
l'Angleterre; mais que si la Russie, l'Allemagne et le monde européen se
montraient contraires à ce système, l'Autriche essuierait des revers et
perdrait une partie de son territoire, nous perdrions entièrement notre
marine, et l'Espagne serait seulement le théâtre de la guerre des
Anglais contre la France, et où jamais ils ne seraient exposés, à moins
qu'ils n'eussent quelque chose à gagner, puisque l'Angleterre n'est pas
une puissance capable de tenir tête à la France dans une guerre
continentale; enfin que tout finirait par une conquête après avoir
produit notre désolation.

«Quant au second point, du mécontentement de la France pour une conduite
aussi injuste de l'empereur, je suis entré diffusément dans
l'explication du caractère de cette nation; qu'elle est toujours
enchantée de tout ce qui est surprenant; qu'elle n'avait d'autre esprit
public pour agir, que l'impulsion donnée par le gouvernement; que, d'un
autre côté, la nation française elle-même gagnerait beaucoup pour
l'intérêt de son commerce, si les souverains des deux nations étaient
d'une même famille; que si l'empereur se contenait dans de certaines
limites d'agrandissement, et s'il consolidait son empire par de bonnes
institutions morales, la France l'adorerait, le regarderait comme un
libérateur de la terrible révolution dans laquelle la nation avait été
plongée, bénirait sa dynastie, et regarderait comme une gloire
l'occupation de plusieurs trônes de l'Europe par des membres de la
famille de son souverain, et que par conséquent l'argument n'effaçait
pas mes suspicions; que d'ailleurs nous ne devions jamais oublier que
les rois espagnols s'appelaient Bourbons, et qu'ils étaient une branche
de l'ancienne maison de France; qu'il existait en France beaucoup de
changement dans les fortunes, par la suppression de plusieurs
corporations privilégiées, des confiscations et des ventes; car il est
certain que tous les Français avaient eu plus ou moins de part dans la
révolution; que ces derniers, les littérateurs, ceux qui aiment la
réforme, les juifs et les protestans composent la partie la plus
nombreuse de la nation. Ils sont maintenant libres de l'oppression qui
pesait sur eux avant cette époque, et il est très probable qu'ils
regarderont sans chagrin l'anéantissement des Bourbons en Espagne,
craignant que l'un d'eux pourrait contraindre un jour peut-être les
Français à recevoir malgré eux un Bourbon, si l'Espagne était bien
gouvernée.

«Sur le troisième point, relativement à l'armement de notre nation, je
suis entré encore dans de plus grands détails; j'ai fait voir que par
malheur, depuis Charles V, la nation n'existe plus, parce qu'il
n'existait point réellement de corps qui la représentât, ni d'intérêts
communs qui la réunissent vers un même but; que notre Espagne était un
édifice gothique composé de morceaux avec autant de forces, de
priviléges, de législations et de coutumes qu'il y a presque de
provinces; que l'esprit public n'existe plus; que ces causes
empêcheraient la formation d'un gouvernement solidement constitué pour
réunir les forces, l'activité et le mouvement nécessaires; que les
émeutes et les tumultes populaires étaient de très courte durée; que
tous ces troubles produiraient des effets pernicieux dans nos Amériques,
parce que les naturels du pays voudraient développer leurs forces et
secouer le joug qui pesait beaucoup sur eux depuis la conquête de leur
pays; que l'Angleterre même les aiderait, en juste revanche de ce que
nous fîmes imprudemment, unis aux Français, pour soulever leurs
colonies; qu'on ne devait pas oublier les tentatives du cabinet de
Saint-James à Caracas et dans d'autres provinces de notre Amérique.
Enfin, mon ami, j'ai dit à l'Infantado tout ce qu'on peut dire sur les
dangers de ce voyage, et qu'il pouvait produire la ruine de notre
nation. Je me suis plus avancé encore: j'ai promis d'aller, en qualité
d'ambassadeur, à Bayonne, s'ils se désistaient du voyage; de parler,
faire des conventions avec l'empereur, et terminer cette affaire, autant
bien que possible, si désagréable, si mal commencée et dirigée; mais
qu'en attendant on pouvait faire partir, à minuit, le roi incognito par
une des maisons voisines de celle où logeait Sa Majesté, et le faire
conduire en Aragon; que M. Urbina, alcade de la ville, faciliterait les
moyens de cette fuite, qui, lorsqu'elle serait parvenue aux oreilles de
Napoléon, et qu'il saurait que le roi aurait la liberté d'agir par
lui-même, l'obligerait à changer ses plans. Mais tout a été inutile,
absolument tout.

«Après cet entretien, on m'a présenté don Joseph Hervas, qui m'a
confirmé dans l'opinion que l'empereur projetait de changer notre
dynastie; car il m'a prié d'agir de manière que le voyage de France
n'eût pas lieu. Ce jeune homme (qui a beaucoup d'esprit et de
clairvoyance, promet beaucoup et est un excellent Espagnol) vient
d'arriver de Paris avec le général Savary. Comme il est le beau-frère du
général Duroc, grand-maréchal du palais de l'empereur, il connaît tous
les complots de cette affaire; il me les a racontés, et se plaint du
mauvais traitement qu'il avait éprouvé à Madrid, et de ce qu'on n'avait
pas voulu l'écouter lorsqu'il avait voulu parler. Il me pria de lui
obtenir une audience particulière du duc de l'Infantado: je la lui ai
obtenue. Il a parlé, mais il n'a pu rien obtenir. M. Escoiquiz s'était
mis au lit, parce qu'il était enrhumé; il était entouré de beaucoup de
monde, de sorte que je n'ai pu lui parler. J'ignore sa manière de
penser, et même l'influence qu'il exerce sur les affaires. Labrador et
Muzquiz sont piqués de ce qu'on semble les mépriser; et qu'on ne les
consulte nullement et dans aucun cas, par la rivalité de M. Cevallos. Je
vois avec la plus profonde affliction qu'ils sont tous aveugles, et
qu'ils marchent tous vers le précipice.

«Le dîner fini, et S. M. s'étant retirée, un aide-de-camp est arrivé
avec des dépêches de l'empereur. Le ton avec lequel il s'est annoncé, en
exigeant que S. M. l'écoutât de suite; la condescendance qu'on lui
montra en l'annonçant au roi; la manière dont j'ai vu moi-même qu'on l'a
fait sortir, et la circonstance d'avoir compris quelque chose dans
l'affaire dont il était question, tout cela a aigri mon amour-propre
d'Espagnol, et j'ai pris enfin mon congé, leur rappelant, mais
inutilement, mes prédictions, et suis entré dans mon logement pour vous
écrire si diffusément, comme je l'ai fait, pour vous faire connaître ce
qui s'est passé; car demain à la pointe du jour, ou dans trois heures,
je pars pour Bilbao.

«Un officier de marine, appelé don Miguel de Alava, neveu du général de
marine de même nom, que vous connaissez, vient de me faire une visite
dans ce moment; il était chez moi quand j'y revins; il causait avec un
ami qui m'avait accompagné depuis Bilbao. En profitant de cette
occasion, je lui ai dit, ainsi qu'à tous ceux qui voulaient m'écouter,
que si le roi quittait l'Espagne, les Bourbons seraient éloignés pour
jamais du trône; que toute l'Espagne pourrait être dans la désolation,
et que nous aurions beaucoup à pleurer. J'ai parlé dans ce sens à M.
Alava, en désirant qu'il profite de l'influence qu'il peut avoir dans la
ville et dans la province pour tâcher de l'empêcher. C'est tout ce que
j'ai pu faire. On a beaucoup de considération pour moi dans cette
province, par la protection que j'ai procurée à ses habitans, et parce
que j'y ai pris naissance. Peut-être que les peuples verront plus clair
et feront plus; peut-être aussi déchireront-ils le voile épais qui
couvre les yeux de ces personnes.

«Quand je pris mon congé, il m'a semblé que le duc de l'Infantado était
piqué de voir que je ne pensais pas à les accompagner, au moins jusqu'à
Bayonne. Je lui ai dit que j'étais prêt à tout, si on voulait suivre mon
plan; mais que, dans le cas contraire, je ne voulais pas ternir ni
perdre ma réputation, seule idole de mon coeur. Vous serez témoin de
mille malheurs; je ne sais qui en est le coupable. Je plains l'Espagne,
et je retourne dans mon coin pour y pleurer. Plût à Dieu que toutes mes
craintes fussent vaines!

«Quand je serai sûr que vous êtes à Valladolid, je vous y écrirai, et en
attendant faites-moi le plaisir de dire bien des choses de ma part à
madame. Je suis bien triste. Adieu; vous savez que je suis toujours tout
à vous.

     «_Signé_, URQUIJO.»

     Vittoria, 13 avril 1808.

Cet aide-de-camp si brusque, et qui par conséquent cherchait si peu à
séduire, c'est moi. J'ignorais la résolution du conseil; tout me portait
même à la croire opposée à ce qu'elle était en effet. Les ministres de
Ferdinand n'avaient adopté des conseils d'Urquijo que ce qui pouvait les
compromettre. Au lieu de prendre une résolution franche, énergique, ils
n'avaient su se résoudre à rien. Ils voulaient courir les chances du
voyage, et cependant ils avaient essayé une sorte d'insurrection.
Vittoria était rempli de gens de la campagne, tous armés, et qui
certainement n'y étaient pas venus sans avoir été appelés, ni même sans
qu'on leur eût dit à quoi on se proposait de les employer.

Je ne fus tranquille que lorsque j'entendis le général Verdier, qui y
commandait nos troupes, me dire qu'il avait prévenu les rixes, en les
consignant dans leurs quartiers. Sans cette prévoyance de sa part, il
aurait suffi d'un excès de vin pour allumer la guerre entre la France et
l'Espagne; c'était, je crois, ce que l'on voulait, afin d'avoir une
occasion de se tirer de l'embarras où l'on croyait être. On n'aurait pas
manqué de s'en justifier en répandant partout que nous avions été les
agresseurs, et que nous avions voulu enlever le roi.

Néanmoins j'écrivis au maréchal Bessières, à Burgos, pour lui faire
connaître la position du général Verdier, et le prier de faire marcher
quelques troupes à Miranda, afin que nous pussions être secourus, en cas
d'une entreprise dans le genre des vêpres siciliennes. Il y fit
effectivement marcher quatre bataillons, avec six pièces de canon et six
escadrons de cavalerie.

Ce ne fut qu'après avoir reçu toutes les informations dont j'avais
besoin, et pris mes précautions, que je fis prévenir le prince des
Asturies de mon retour avec mission de lui remettre une lettre de la
part de l'empereur. Il envoya de suite un de ses officiers pour me
prendre et m'accompagner près de lui. La maison dans laquelle je l'avais
laissé presque seul quatre jours auparavant, était transformée en un
véritable corps-de-garde. La place de Vittoria, sur laquelle elle était
située, était un bivouac de paysans espagnols armés; le vestibule, ainsi
que les degrés de l'escalier de la maison, étaient jonchés de soldats,
d'hommes armés de poignards, au point de ne savoir où mettre le pied; et
jusqu'à la pièce qui précédait celle dans laquelle le prince se tenait,
les préparatifs de défense étaient tels que je n'en vis pas les
murailles.

Je fus introduit de suite près de Ferdinand, et, après les saluts
d'usage, je lui remis la lettre dont l'empereur m'avait rendu porteur.
Elle était conçue en ces termes:

«Mon frère, j'ai reçu la lettre de Votre Altesse Royale: elle doit avoir
acquis la preuve, dans les papiers qu'elle a eus du roi son père, de
l'intérêt que je lui ai toujours porté. Elle me permettra, dans la
circonstance actuelle, de lui parler avec franchise et loyauté. En
arrivant à Madrid, j'espérais porter mon illustre ami à quelques
réformes nécessaires dans ses États, et à donner quelque satisfaction à
l'opinion publique. Le renvoi du prince de la Paix me paraissait
nécessaire pour son bonheur et celui de ses peuples. Les affaires du
Nord ont retardé mon voyage. Les événemens d'Aranjuez ont eu lieu. Je ne
suis pas juge de ce qui s'est passé et de la conduite du prince de la
Paix; mais ce que je sais bien, c'est qu'il est dangereux pour les rois
d'accoutumer les peuples à répandre du sang et à se faire justice
eux-mêmes. Je prie Dieu que Votre Altesse Royale n'en fasse pas
elle-même un jour l'expérience. Il n'est pas de l'intérêt de l'Espagne
de faire du mal à un prince qui a épousé une princesse du sang royal, et
qui a si long-temps régi le royaume. Il n'a plus d'amis: Votre Altesse
Royale n'en aura plus, si elle est jamais malheureuse. Les peuples se
vengent volontiers des hommages qu'ils nous rendent. Comment,
d'ailleurs, pourrait-on faire le procès du prince de la Paix sans le
faire à la reine et au roi votre père? Ce procès alimentera les haines
et les passions factieuses; Le résultat en sera funeste pour votre
couronne; Votre Altesse Royale n'y a de droits que ceux que lui a
transmis sa mère. Si ce procès la déshonore, Votre Altesse Royale
déchire par là ses droits: qu'elle ferme l'oreille à des conseils
faibles ou perfides; elle n'a pas le droit de juger le prince de la
Paix; ses crimes, si on lui en reproche, se perdent dans les droits du
trône. J'ai souvent manifesté le désir que le prince de la Paix fût
éloigné des affaires. L'amitié du roi Charles m'a porté plus souvent à
me taire et à détourner les yeux des faiblesses de son attachement.
Misérables hommes que nous sommes! faiblesse et erreur, c'est là notre
devise. Mais tout peut se concilier: que le prince de la Paix soit exilé
d'Espagne, et je lui offre un refuge en France. Quant à l'abdication de
Charles IV, elle a eu lieu dans un moment où nos armées couvraient les
Espagnes; et aux yeux de l'Europe et de la postérité, je paraîtrais
n'avoir envoyé tant de troupes que pour précipiter du trône mon allié et
mon ami. Comme souverain voisin, il m'est permis de vouloir connaître
avant de reconnaître cette abdication. Je le dis à Votre Altesse, aux
Espagnols et au monde entier, si l'abdication du roi Charles est de pur
mouvement, s'il n'y a pas été forcé par l'insurrection et par l'émeute
d'Aranjuez, je ne fais aucune difficulté de l'admettre, et je reconnais
Votre Altesse Royale comme roi d'Espagne. Je désire donc causer avec lui
sur cet objet. La circonspection que je porte depuis un mois dans ces
affaires doit lui être garant de l'appui qu'elle trouverait en moi, si,
à son tour, des factions, de quelque nature qu'elles soient, venaient à
l'inquiéter sur son trône.

«Quand le roi Charles me fit part des événemens du mois d'octobre
dernier, j'en fus douloureusement affecté, et je pense avoir contribué,
par les insinuations que j'ai faites, à la bonne issue de l'affaire de
l'Escurial. Votre Altesse Royale avait bien des torts: je n'en veux pour
preuve que la lettre qu'elle m'a écrite, et que j'ai constamment voulu
oublier. Roi à son tour, elle saura combien les droits du trône sont
sacrés. Toute démarche près d'un souverain étranger, de la part d'un
prince héréditaire, est criminelle. Votre Altesse Royale doit se défier
des écarts et des émotions populaires.

«On pourra commettre quelques meurtres sur nos soldats isolés; mais la
ruine de l'Espagne en serait le résultat. J'ai vu avec peine qu'à Madrid
on ait répandu des lettres du capitaine-général de la Catalogne, et fait
tout ce qui pouvait donner du mouvement aux têtes!

«Votre Altesse Royale connaît ma pensée tout entière; elle voit que je
flotte entre diverses idées qui ont besoin d'être fixées. Elle peut être
certaine que, dans tous les cas, je me comporterai avec elle comme
envers le roi son père. Qu'elle croie à mon désir de tout concilier, et
de trouver des occasions de lui donner des preuves de mon affection et
de ma parfaite estime.

«Sur ce, je prie Dieu, etc.

     «NAPOLÉON.»

     Bayonne, le 16 avril 1808.

Nous parlâmes peu; je n'avais rien à ajouter à tout ce que j'avais eu
l'honneur de lui dire précédemment. La lettre était d'ailleurs si
positive, qu'il n'y avait pas à s'y méprendre: l'empereur s'était
expliqué sans détour.

Le conseil de Ferdinand, qui était là, et composé toujours des mêmes
personnes, ne parut pas fort satisfait de la manière dont s'exprimait
l'empereur, parce qu'il traitait le prince des Asturies d'altesse
royale. Je fus encore obligé de leur faire observer que l'empereur ne
pouvait pas employer d'autre expression, parce qu'enfin cette
reconnaissance de sa part n'était pas une chose faite; qu'il y avait
bien des points sur lesquels il était plus important de s'entendre que
sur celui-là: ceux-ci une fois réglés, dis-je, le reste me paraît
naturel.

Le roi me congédia en me disant qu'il me ferait connaître sa
détermination. Elle me fut communiquée à la sortie de son conseil; et
l'on me fit dire qu'il partirait le lendemain pour Bayonne, que je
pouvais en prévenir l'empereur.



CHAPITRE XXIII.

Émeute de Vittoria.--Ferdinand applaudit à la tentative.--M. de
l'Infantado.--Ferdinand continue son voyage.--Arrivée à
Bayonne.--Réception que lui fait l'empereur.--Idée qu'il prend de
Ferdinand.


Le roi était prêt à monter en voiture lorsqu'il éclata une émeute parmi
cette foule de gens que l'on avait imprudemment appelés de la campagne
dans la ville: en un instant, la place publique et les rues furent
remplies d'hommes en armes. Heureusement nos troupes étaient enfermées
dans leurs casernes; autrement on n'eût pas manqué d'insulter quelques
soldats, et comme il y avait une disposition réciproque à l'aigreur,
cela aurait eu des conséquences funestes.

Malgré la foule qui obstruait les issues qui aboutissaient au quartier
du roi, l'on parvint à faire approcher ses voitures à l'heure qu'il
avait désignée lui-même pour son départ. Celle dans laquelle il devait
monter était déjà au bas de l'escalier; tout à coup un redoublement de
fureur se manifeste parmi le peuple; j'étais moi-même en frac, et sans
aucune partie d'uniforme, au milieu de cette foule, en sorte que, sans
être reconnu, j'ai pu être témoin de ce que je rapporte.

Pendant que j'observais cette émeute, ma voiture était chez moi toute
prête à suivre celles du convoi du roi; j'étais persuadé que tout se
passerait avec calme, lorsqu'un individu d'une figure effroyable,
accompagnée d'un costume à l'avenant, et armé jusqu'aux dents,
s'approche de la voiture du roi, saisit d'une main les traits des huit
mules qui composaient l'attelage[36], et de l'autre, dans laquelle il
tenait une serpe qui ressemblait à une faucille, il coupe d'un seul coup
les traits de toutes les mules qui étaient fixées au même point d'arrêt.
Chacun chasse les mules; la foule crie des bravo, et le tumulte
s'échauffe; les autres voitures sont éloignées, et enfin le départ du
roi éprouve une opposition ouverte.

J'étais encore sur la place, lorsque le roi lui-même se montra à la
fenêtre en souriant à cette multitude, qui y répondit par mille cris de
_viva Fernando!_ C'est à ce moment-là que je fus atteint de la pensée
que cette scène dont j'étais témoin n'était qu'un jeu préparé. En effet,
comment en douter? Il y avait à Vittoria une compagnie de
gardes-du-corps et un bataillon de gardes espagnoles: les uns et les
autres étaient sous les armes devant le quartier du roi; c'était bien le
moins qu'ils pussent faire que d'empêcher que l'on insultât la voiture
du roi; s'ils ne l'ont pas fait, c'est qu'ils n'ignoraient pas que leur
maître n'était point offensé de ce mouvement et que peut-être on ne
l'avait fait que dans la persuasion de lui plaire.

En effet, depuis le départ de Madrid, le prince des Asturies était tout
changé: soit par ce qu'il avait vu en chemin, soit par ce qu'on lui
avait dit, il s'était cru le plus fort, et cependant il ne négligeait
pas les petits moyens, comme on le verra bientôt.

En parcourant cette émeute, je rencontrai M. le duc de l'Infantado, qui
se donnait beaucoup de peine pour la calmer; je m'approchai de lui, et
m'en fis reconnaître, en témoignant que je n'étais pas dupe de ce
désordre; il me répondit d'un ton sincère: «Général, au nom du ciel,
allez-vous en; que vos troupes ne paraissent point, sinon tout est
perdu, et je ne réponds de rien. Je vais faire mon possible pour calmer
ce désordre, et faire ramener les mules.»

Il tint parole, car en moins d'une demi-heure, sans que j'eusse besoin
de le voir, le roi était parti; il alla sans s'arrêter jusqu'à Irun,
c'est-à-dire à la dernière commune espagnole[38]. Il y passa la nuit, et
partit le lendemain pour Bayonne. Comme il n'y avait aucunes troupes
dans ce moment-là, on lui rendit peu d'honneurs de parade. L'empereur
n'était point logé en ville; il habitait une maison de campagne appelée
_Marac_, où il était avec moins de cent hommes de gardes.

Il avait envoyé le maréchal Duroc à la rencontre du prince des Asturies,
pour le saluer de sa part; mais je doute qu'il ait été omis une seule
des formalités que M. de Cevallos se plaint de n'avoir pas vu observer.
D'ailleurs, il faut considérer que le voyage de l'empereur n'était pas
un voyage de cour; il était à Marac sans étiquette, et ensuite, il en
aurait eu dans ce moment, qu'elle aurait toujours été différente pour le
prince des Asturies que pour le roi d'Espagne.

Cependant on le salua de l'artillerie des remparts, et tous les corps
civils et militaires lui rendirent leurs devoirs. L'empereur lui-même
fut le premier à aller le visiter; sa voiture ne s'étant pas trouvée
prête aussitôt qu'il le désirait, il s'y rendit à cheval. Je
l'accompagnai à cette visite; elle se passa comme elle le devait.

M. de Cevallos se plaint du logement qui avait été donné au roi; on ne
peut que lui répondre qu'il n'y avait pas une plus belle maison dans
Bayonne, et qu'on ne pouvait rien donner de mieux que ce que l'on avait.
Si M. de Cevallos avait eu moins de tourment dans l'esprit, il n'aurait
pas remarqué une chose si peu importante qu'un logement dans la
circonstance d'alors.

Au retour à Marac, l'empereur envoya prier le prince à dîner, et je
crois que c'est là où la mauvaise humeur aura commencé, parce que
l'empereur ne l'aura pas traité de majesté; il y avait beaucoup de
personnes du service de table qui étaient présentes.

Le prince des Asturies n'était venu à Bayonne que pour se faire
reconnaître roi; il croyait que cet acte ne consistait que dans une
expression que l'on aurait employée, et, sans considérer l'importance
que l'empereur mettait au changement de règne, il avait considéré comme
les moindres choses précisément celles sur lesquelles il aurait dû fixer
toute son attention, en ce qu'elles intéressaient bien plus la France
que le nom du monarque qui occupait le trône.

Malheureusement le prince avait été élevé dans un éloignement des
affaires, qui l'avait rendu étranger au rôle que sa naissance lui
destinait, et il n'avait autour de lui que des personnes qui ne
pouvaient pas le diriger dans une circonstance aussi importante pour
lui.

L'empereur nous dit, le soir, qu'il avait bien du regret de le trouver
si médiocre, et qu'il regrettait beaucoup son père. Le lendemain et les
jours suivans, il fit successivement appeler le duc de l'Infantado,
ainsi que les autres Espagnols qui l'avaient accompagné à Bayonne. Il ne
trouva pas encore ce qu'il cherchait, non pas qu'il ne les estimât
beaucoup, et particulièrement le duc de San-Carlos; mais il ne trouvait
en eux que des sentimens opposés à ceux qu'il était accoutumé à
rencontrer dans le ministère d'Espagne, et je crois que, sous ce
rapport, l'opinion qu'il s'en forma ne leur fut pas favorable. Il
commença à être gêné d'être obligé de parler lui-même d'affaires, parce
qu'un souverain grave toujours ce qu'il dit, et n'a plus de moyen de se
retirer, si par hasard il s'est trop avancé. Je crois que cette occasion
est une de celles où il a le plus désiré avoir près de lui M. de
Talleyrand, et qu'il l'aurait fait venir, s'il n'avait craint de blesser
M. de Champagny. L'empereur était ainsi; il lui arrivait souvent de
blesser, dans les moindres choses, des hommes faciles à irriter, et,
dans d'autres occasions, il sacrifiait ses propres intérêts à la crainte
d'offenser l'amour-propre d'un bon serviteur.

Je ne fais nul doute que, si M. de Talleyrand fût venu à Bayonne,
lorsqu'il en était temps encore, les affaires d'Espagne eussent pris une
tout autre marche. Il y aurait mis beaucoup de temps, parce qu'il aurait
parlé long-temps avant de rien écrire; en outre, il avait tant
d'aboutissans dans ce pays-là, qu'il aurait pu prendre, vis-à-vis de
ceux qui avaient accompagné le prince des Asturies, l'attitude qui
convenait à la question que l'on voulait traiter; il aurait pu former à
Bayonne une cour espagnole, en opposition avec celle du prince des
Asturies, qui aurait versé en Espagne le contre-poison de ce que
celle-ci y envoyait. M. de Champagny, nouvellement arrivé au ministère,
ne pouvait pas encore avoir tous ces avantages-là: faute de ce moyen, le
temps se passait à boire, à manger et à s'ennuyer; les journées ne
finissaient pas, lorsqu'elles auraient dû être trop courtes; il n'y
avait que pour la malveillance qu'elles n'étaient pas perdues. Cette
situation avait forcé de se reposer sur l'empereur pour tout; il était
obligé de discuter lui-même ce que, dans d'autres circonstances, on lui
aurait présenté tout fait; et, comme il avait mille autres occupations,
il était difficile qu'on ne le trouvât pas quelquefois de mauvaise
humeur, ce qui rebutait les personnes qui n'étaient pas accoutumées à
son travail. M. de Talleyrand avait cette excellente qualité, d'être
impassible; lorsqu'il ne trouvait pas l'empereur dans une disposition
d'esprit telle qu'il le fallait pour traiter le sujet dont il venait
l'entretenir, il n'en parlait pas avant d'avoir ramené le calme dans
lequel il aimait à voir l'empereur. Si par hasard on lui donnait un
ordre dans un moment d'humeur, il trouvait le moyen d'en éluder
l'exécution, et il était bien rare qu'on ne lui sût pas gré d'avoir pris
sur lui un retard qui avait toujours de bons effets.

Peu de jours après l'arrivée du prince des Asturies à Bayonne, le prince
de la Paix arriva, conduit dans une voiture, et accompagné d'un
aide-de-camp du grand-duc de Berg; il n'avait pas été reconnu en chemin.
L'empereur le fit descendre dans une maison de campagne, à une lieue de
Bayonne, par ménagement pour le prince des Asturies, et ce fut moi qui
allai le chercher, le lendemain de son arrivée, pour l'amener chez
l'empereur. Il y resta fort long-temps, et lui donna sans doute des
détails qui lui étaient inconnus jusqu'alors sur ces étranges événemens.

Il demeura dans cette maison de campagne jusqu'à l'arrivée du roi
Charles IV, qui, du palais d'Aranjuez, venait d'écrire à l'empereur, et
de lui déclarer que son intention n'avait point été d'abdiquer, qu'il y
avait été forcé: en même temps il le prévenait qu'il allait se rendre à
Bayonne, pour lui en renouveler l'assurance. Il arriva effectivement peu
de jours après avec la reine.



CHAPITRE XXIV.

Arrivée de Charles IV à Bayonne.--Il repousse Ferdinand.--Ses plaintes à
l'empereur.--On intercepte les dépêches de Ferdinand.--On y acquiert la
preuve de ses sentimens hostiles envers la France.--L'empereur reçoit la
nouvelle de l'insurrection de Madrid.--Réflexion de Charles IV.--Scène
violente entre le père et le fils.--Les irrésolutions de l'empereur sont
fixées.


L'empereur le fit recevoir comme roi d'Espagne. Tout ce qu'il y avait de
troupes à Bayonne prit les armes; l'artillerie tira cent et un coups de
canon, et les officiers attachés à la maison de l'empereur allèrent
augmenter son cortége, qui le conduisit au logement destiné auparavant
pour l'empereur lui-même.

J'étais à la descente de voiture. Le prince de la Paix était venu
quelques momens auparavant pour recevoir les ordres du roi. La cour de
la maison était fort petite; il ne put y entrer que la voiture du roi.
Ce respectable vieillard, en descendant de sa voiture, parla à tout le
monde, même à ceux qu'il ne connaissait pas, et, voyant ses deux enfans
au pied de l'escalier, où ils l'attendaient, il eut l'air de ne pas les
apercevoir; il dit à l'infant don Carlos: «Bonjour, Carlos.» La reine
l'embrassa. Il ne dit rien au prince des Asturies. Celui-ci s'avança
pour l'embrasser; le roi s'arrêta, manifesta un mouvement d'indignation,
et passa, sans s'arrêter, jusqu'à son appartement. La reine, qui le
suivait, fut moins sévère, et l'embrassa.

Le roi et la reine témoignèrent tous deux beaucoup de joie de revoir le
prince de la Paix, avec lequel ils se retirèrent. Les deux infans
prirent le chemin de leur logement.

Cette arrivée du roi Charles IV changeait tout-à-fait la position du
prince Ferdinand, et livrait son esprit à toutes les conjectures les
moins rassurantes pour la suite de ses projets, et je crois que c'est de
ce moment que sa conduite est devenue hostile. Ce n'est point, comme l'a
dit M. de Cevallos, le jour où il avait dîné chez l'empereur, que je
vins lui proposer la Toscane; ce ne fut que lorsque l'empereur eut
appris la protestation du père contre la violence qui avait été exercée
envers lui. Le prince des Asturies, qui ignorait cette circonstance,
refusa, et on ne lui parla plus de rien.

Le roi Charles IV vint dîner avec l'empereur le jour même de son
arrivée; il avait de la peine à monter le perron pour arriver au salon,
il disait à l'empereur, qui lui donnait le bras: «C'est parce que je
n'en puis plus, qu'on a voulu me chasser.» L'empereur lui répondit: «Oh!
oh! nous verrons! appuyez-vous sur moi, j'aurai de la force pour nous
deux.» À ce mot, le roi s'arrêta, et dit en regardant l'empereur: «Pour
cela, je le crois et l'espère.» Puis il reprit son bras, et continua de
monter jusqu'à l'appartement. Je ne sais ce qui s'est dit ni fait dans
la conversation qui précéda, ainsi que dans celle qui suivit le dîner;
mais l'on ne peut douter que toutes deux n'aient été relatives aux
affaires, parce que le prince de la Paix, qui dînait, ce jour-là, avec
nous, à la table du grand-maréchal, fut appelé chez l'empereur avant
même la fin du dîner.

Voilà ce qui se passait à Bayonne. À Madrid, il s'opérait une réaction,
parce que le grand-duc de Berg avait, aussitôt après la déclaration du
roi Charles IV, dissous la junte du gouvernement, présidée par l'infant
don Antonio, que le prince Ferdinand avait investi du pouvoir au moment
de son départ. Le grand-duc de Berg, sans doute d'après des insinuations
de l'empereur, avait été nommé, par Charles IV, lieutenant-général du
royaume, et il avait, en conséquence, saisi toute l'autorité. Il reçut
et ouvrit, comme tel, les paquets adressés de Bayonne, par le prince des
Asturies, à son oncle l'infant don Antonio, président de la junte du
gouvernement. Il les envoya aussitôt à l'empereur; et ce fut le mauvais
esprit des ordres que contenaient ces paquets, qui suggéra l'idée de les
faire arrêter à leur départ de Bayonne, parce que l'on présumait qu'il
s'en trouverait dedans pour Vittoria, Burgos, et autres lieux où nous
avions des troupes.

Le prince Ferdinand, qui voyait son père, sa mère et le prince de la
Paix en conférence journalière avec l'empereur, ne douta plus qu'il
était perdu, et, en conséquence, il eut recours aux partis extrêmes. À
quelques lieues de Bayonne, on arrêtait les courriers qu'il envoyait en
Espagne, ainsi que ceux qui en venaient; on les mettait dans une maison
où ils étaient gardés à vue, bien nourris et soignés, mais on leur
prenait leurs dépêches, que l'on apportait à l'empereur. Les premières
que l'on saisit donnèrent le regret de ne pas s'être avisé de ce moyen
plus tôt, parce qu'elles établissaient d'une manière évidente que le
prince des Asturies avait donné, en Espagne, des ordres dont on ne
devait pas tarder à éprouver les funestes effets. J'ai vu la lettre dans
laquelle il mandait à son oncle, en parlant de sa position, et d'un
Espagnol qui était à Madrid: «Méfie-toi de ***, c'est un traître dévoué
à ces coquins de Français, et qui fera manquer tout.» Il ajoutait:
«Bonaparte est venu aujourd'hui en ville; il n'y avait pas plus d'une
vingtaine de polissons qui couraient devant son cheval, en criant: _Vive
l'empereur!_ et encore étaient-ils payés par la police.» Et cette lettre
était d'un prince qui briguait son appui pour monter sur le trône, d'où
il venait de faire descendre son père! Un homme raisonnable aurait-il
osé, en voyant cela, conseiller à l'empereur de se fier à l'alliance
d'un tel prince? On a eu mille fois tort de ne pas imprimer tous ces
détails.

L'empereur causait de ces petites trahisons avec le prince de la Paix,
qui n'en était ni fâché ni étonné, et c'était avec lui qu'il traitait la
question qui l'occupait entre le père et le fils.

Ce que l'empereur apprenait par le prince de la Paix et par les autres
Espagnols qu'il avait ordonné au grand-duc de Berg de lui envoyer, et ce
qu'il voyait des sentimens du prince des Asturies et de ses alentours,
ne tarda pas à lui faire prendre la résolution de tenter de remettre le
père sur le trône. Ce parti n'était pas sans inconvéniens, parce que le
roi Charles IV étant très-âgé, le même embarras ne pouvait tarder
long-temps à se reproduire, et l'on eût alors trouvé le fils dans une
disposition d'esprit bien plus mauvaise encore. D'un autre côté, comment
l'exclure de son droit de succession? Cela ne pouvait se faire que par
suite d'une condamnation motivée, et avec le concours et l'assentiment
de la nation. D'ailleurs l'infant don Carlos ne présentait pas des
sentimens beaucoup plus conformes à la politique des deux pays, que ceux
de son frère, et le prince des Asturies avait déjà tellement échauffé
les esprits, qu'il aurait été impossible d'assembler les cortès sans
mettre toute l'Espagne en feu; puis un événement qui survint en ôta
tout-à-fait la pensée.

L'empereur se promenait à cheval; j'étais avec lui, lorsqu'il rencontra
un officier qui lui était envoyé à franc étrier de Madrid par le
grand-duc de Berg. Cet officier était M. Daneucourt, capitaine des
chasses, et officier d'ordonnance de l'empereur, qui avait été envoyé à
Madrid quelque temps auparavant.

Il était porteur des détails que ce prince donnait à l'empereur sur le
massacre des soldats isolés, des hôpitaux; et de tous les Français qui
étaient tombés sous le poignard d'une populace en furie dans la journée
du 2 mai. Les meneurs avaient bien organisé leur entreprise; l'arsenal
royal leur fut ouvert, le silence imperturbablement gardé, et, au signal
donné par eux, on assassina tout ce que l'on trouva de Français dans les
rues.

Les assassins avaient compté sur une surprise complète, et croyaient
qu'au moins, s'ils ne tuaient pas tout ce qui se trouvait à Madrid, ils
mettraient le reste en fuite; et afin qu'aucun n'échappât, ils avaient
fait prévenir partout, dans les villes et villages sur la route, qu'on
eût à se tenir prêt à tuer tout ce qui repasserait.

Heureusement ils commencèrent trop tard; les troupes furent bientôt sous
les armes, et, dans le premier moment, chaque officier particulier fit
de lui-même ce qui lui parut le plus utile dans une circonstance aussi
pressante. Les bataillons casernés près de l'arsenal y marchèrent de
suite sans attendre d'ordre, et tirèrent une vengeance sanglante de tout
ce qu'ils y trouvèrent enlevant des armes.

On marcha de même au grand hôpital, où ces misérables coupaient la gorge
aux soldats malades dans leurs lits. Le spectacle de tant de barbarie
excita la fureur des troupes, et il y eut un moment de représailles de
leur part qui coûta la vie à bien des malheureux. Une pareille scène ne
pouvait manquer d'être accompagnée de beaucoup de désordres; cependant,
quand le feu qui partait des croisées fut éteint, et que l'on put
traverser les rues sans recevoir des coups de fusil, on parvint à
ramener les troupes à l'ordre, et à modérer leur vengeance. Le calme se
rétablit. Nous perdîmes beaucoup d'officiers et de soldats qui se
promenaient, et qui furent victimes de leur sécurité; d'autres furent
tués par la mousqueterie qui partait des croisées.

À la lecture de ces détails, l'empereur fut transporté de colère; il
alla directement chez le roi Charles IV, au lieu de retourner chez lui;
je l'accompagnai. En entrant, il dit au roi: «Voyez ce que je reçois de
Madrid; je ne puis m'expliquer cela.» Le roi lut la lettre que
l'empereur venait de recevoir du grand-duc de Berg; il avait à peine
fini, que, d'une voix ferme, il dit au prince de la Paix: «Emmanuel,
fais chercher Carlos et Ferdinand.» Ils tardaient à arriver; le roi
Charles IV dit à l'empereur: «Ou je me trompe, ou les drôles savent
quelque chose de cela; j'en suis au désespoir, mais je ne m'en étonne
pas.»

Les deux infans arrivèrent; toutefois je ne pourrais pas assurer que
l'infant don Carlos vînt, parce que je crois me rappeler que ceci se
passa dans le temps qu'il eut une légère indisposition: mais, pour le
prince des Asturies, il entra dans le salon de son père, où étaient
l'empereur et la reine sa mère.

Nous ne perdîmes pas un mot de tout ce qui lui fut dit dans cette
occasion; le prince de la Paix écoutait avec nous. Le roi Charles IV lui
demanda d'un ton sévère: «As-tu des nouvelles de Madrid?» (Nous
n'entendîmes pas la réponse du prince.) Mais le roi repartit vivement:
«Eh bien! je vais t'en donner, moi»; et il lui raconta ce qui s'y était
passé. «Crois-tu, lui dit-il, me persuader que tu n'as eu aucune part à
ce _saccage_ (il employa cette expression), toi ou les misérables qui te
dirigent? Était-ce pour faire égorger mes sujets que tu t'es empressé de
me faire descendre du trône? Dis-moi, crois-tu régner long-temps par de
tels moyens?

«Qui est celui qui t'a conseillé cette monstruosité? N'as-tu de gloire à
acquérir que celle d'un assassin? Parle donc[39].»

Le prince se taisait, ou au moins nous ne l'entendîmes presque point;
mais nous entendîmes distinctement la reine qui lui disait:

«Eh bien! je te l'avais bien dit que tu te perdrais; voilà où tu te
mets, et nous aussi: tu nous aurais donc fait périr, si nous avions
encore été à Madrid? Comment l'aurais-tu pu empêcher?» Probablement le
prince des Asturies se taisait toujours, car nous entendîmes la reine
lui dire: «Eh bien! parleras-tu[40]? Voilà comme tu faisais; à chacune
de tes sottises tu n'en savais jamais rien.»

La position de Ferdinand devait être affreuse; la présence de l'empereur
le gênait horriblement, et ce fut l'empereur que nous entendîmes lui
dire, d'une voix assurée:

«Prince, jusqu'à ce moment je ne m'étais arrêté à aucun parti sur les
événemens qui vous ont amené ici; mais le sang répandu à Madrid fixe mes
irrésolutions. Ce massacre ne peut être que l'oeuvre d'un parti que vous
ne pouvez pas désavouer, et je ne reconnaîtrai jamais pour roi d'Espagne
celui qui le premier a rompu l'alliance qui depuis si long-temps
l'unissait à la France, en ordonnant le meurtre des soldats français,
lorsque lui-même venait me demander de sanctionner l'action impie par
laquelle il voulait monter au trône. Voilà le résultat des mauvais
conseils auxquels vous avez été entraîné; vous ne devez vous en prendre
qu'à eux.

«Je n'ai d'engagemens qu'avec le roi votre père; c'est lui que je
reconnais, et je vais le reconduire à Madrid, s'il le désire.»

Le roi Charles IV répliqua vivement: «Moi, je ne veux pas. Eh!
qu'irais-je faire dans un pays où il a armé toutes les passions contre
moi? Je ne trouverais partout que des sujets soulevés; et, après avoir
été assez heureux pour traverser sans pertes un bouleversement de toute
l'Europe, irai-je déshonorer ma vieillesse en faisant la guerre aux
provinces que j'ai eu le bonheur de conserver, et conduire mes sujets à
l'échafaud? Non, je ne le veux pas; il s'en chargera mieux que moi.»
Regardant son fils, il lui dit: «Tu crois donc qu'il n'en coûte rien de
régner? Vois les maux que tu prépares à l'Espagne. Tu as suivi de
mauvais conseils, je n'y puis rien; tu t'en tireras comme tu pourras; je
ne veux pas m'en mêler, va-t'en.»

Le prince sortit, et fut suivi par les Espagnols de son parti, qui
l'attendaient dans la pièce à côté.

Il aurait fallu voir comment, après cette scène, les Espagnols qui
avaient accompagné le prince des Asturies étaient soumis et humbles
devant le père, dont ils parlaient si mal avant son arrivée; ils
auraient baisé la terre sous ses pas.

L'empereur resta encore un gros quart d'heure avec le roi Charles IV, et
revint à Marac à cheval. Il n'allait pas vite, comme il en avait la
coutume. En chemin, il nous disait: «Il n'y a qu'un être d'un naturel
méchant, qui puisse avoir eu la pensée d'empoisonner la vieillesse d'un
père aussi respectable.» En même temps, il donna ordre à un officier
d'aller dire au prince de la Paix qu'il désirait qu'il vînt à Marac.

Ce fut ce même jour qu'il conclut tout ce qui concernait le prince des
Asturies et son frère don Carlos, ainsi que leur oncle l'infant don
Antonio, qui, étant tous trois ennemis du roi Charles IV, ne purent plus
rentrer en Espagne; on s'occupa de leur sort.

On négocia de même avec le roi Charles IV; il ne voulait point rentrer
en Espagne, du moins il le manifestait ouvertement. D'ailleurs il n'y
serait rentré qu'avec le prince de la Paix, auquel il était accoutumé
depuis un grand nombre d'années, et celui-ci ayant beaucoup de
vengeances à exercer et de ressentimens à redouter, il y aurait eu
nécessairement des scènes sanglantes; l'un et l'autre en redoutaient les
suites. On fut quelques momens indécis; puis enfin le roi Charles IV
demanda un asile en France à l'empereur, et lui céda tous ses droits sur
l'Espagne. Le même acte fut donné par les deux infans.



CHAPITRE XXV.

Titres des Bourbons d'Espagne à la couronne.--Politique de
l'empereur.--Convocation des notables.--L'insurrection se propage en
Espagne.--Les Bourbons abdiquent.--Dispositions militaires.--Arrivée de
Joseph Napoléon à Bayonne.--Coup d'oeil sur son administration à
Naples.--Constitution de Bayonne.


Je ne veux point ici entrer en discussion sur la légalité ou
l'illégalité de ces deux actes; je ne veux pas même examiner si un grand
nombre d'États en Europe n'ont pas perdu leur constitution, leur gloire
et leur nom par suite d'actes semblables appuyés par la force: je ne
veux que raconter ce dont j'ai été le témoin, ou ce que j'ai appris
d'une manière positive. Je pourrais cependant faire remarquer que,
lorsque Louis XIV entreprit de mettre son petit-fils sur le trône
d'Espagne, il n'avait de droits que ceux que la terreur lui avait
donnés, et sa puissance pour faire valoir le testament que les menaces
et l'habileté du duc d'Harcourt avaient arraché à Charles II. Le roi
d'Espagne ne se décida en faveur du duc d'Anjou, préférablement à
l'archiduc Charles d'Autriche, que dans la vue d'éviter le morcellement
de l'Espagne et le partage de ses États, que Louis XIV avait
successivement négocié avec le roi d'Angleterre, les États de Hollande
et l'empereur d'Allemagne.

Le duc d'Anjou fut reconnu roi d'Espagne par la France et ses alliés:
mais l'empereur Napoléon réunissait alors une puissance morale et
physique plus considérable que celle qu'avait Louis XlV dans ce
moment-là surtout. À la vérité, Charles II ne déshéritait personne et
une partie de la nation espagnole se déclara en faveur du duc d'Anjou;
l'Autriche néanmoins éleva des prétentions, les fit valoir par les
armes, et une autre partie de la nation espagnole se déclara pour elle.

La légitimité des droits des prétendans fut donc soumise au sort des
batailles. Cette longue guerre fut chanceuse, et Philippe V fut obligé
de sortir de Madrid plusieurs fois.

Si la mort de l'empereur d'Allemagne, qui survint, n'eût pas fait
appeler l'archiduc Charles au trône impérial, et n'eût par là
désintéressé la portion de la nation espagnole qui avait pris parti pour
lui; enfin, si ce même archiduc Charles eût été vainqueur, que serait
devenu le testament de Charles II? Sans doute l'archiduc Charles aurait
régné, et aurait, malgré le testament de Charles II, apporté le trône
d'Espagne dans la maison d'Autriche, qui serait devenue héritière
légitime de la souveraineté d'Espagne et des Indes, ainsi que l'était
Charles-Quint, et on eût dit que Louis XIV n'était qu'un ambitieux, un
usurpateur, etc., etc., et on ne lui aurait pas fait grâce de toutes les
intrigues qui ont dû être employées pour arracher le testament de
Charles II. La légitimité n'eut donc d'autre source que la victoire.

Que faut-il conclure de ce qu'il est arrivé le contraire? Rien, sinon
que Louis XIV a été heureux par l'effet d'une mort qui l'a dispensé
d'avoir à construire depuis le port de Cette, en Languedoc, et depuis
Perpignan jusqu'à Bayonne, une ligne de places fortes semblables à
celles qu'il faisait élever en Flandre, et en un mot, qui le mit dans
une position meilleure que celle où François Ier s'était trouvé. La même
nécessité se reproduisait dans ce cas-ci pour la France: à la vérité, le
trône d'Espagne ne courait aucun risque de passer dans la maison
d'Autriche; mais celui de France pouvait repasser dans la maison
d'Espagne, dont le trône était occupé par une famille avec laquelle il y
avait encore moins de possibilité de rapprochement qu'il ne pouvait y en
avoir entre l'Autriche et la France. Il est encore vrai de dire que
cette famille avait des héritiers: la difficulté était bien là; mais
fallait-il, pour des intérêts individuels, compromettre l'harmonie qui
confondait les deux nations, lorsque cette même considération avait été,
un siècle auparavant, le motif de la détermination qu'avait prise le roi
Charles II de transmettre son héritage à la maison de France?

Ce n'était ni par amour pour elle, ni par conviction de ses droits à sa
succession, qu'il l'avait fait: c'était par amour pour ses peuples,
auxquels il ne voulait pas léguer pour héritage, en mourant, une guerre
perpétuelle avec la France, qui aurait toujours eu un avantage sur eux,
ou enfin, parce qu'il était convaincu qu'en s'entre-détruisant toutes
deux, elles auraient servi la cause de leurs ennemis. Ce sage monarque
savait sans doute que les souverains sont souvent moins disposés à
sacrifier leurs sentimens personnels à l'intérêt des peuples qu'ils
gouvernent, qu'à employer les efforts de ces mêmes peuples à servir
leurs vengeances et leurs ressentimens particuliers.

L'empereur sentait néanmoins la faiblesse des deux titres qui le
mettaient en possession de l'Espagne. Il voyait bien qu'ils n'avaient
d'effet réel que de rendre le trône vacant, et par la raison que
lui-même n'était pas monté sur celui de France sans l'assentiment de la
nation, il voulait faire intervenir la nation espagnole dans le choix du
monarque qu'il voulait faire succéder aux princes de la maison de
Bourbon. C'est encore dans cette circonstance qu'il fut mal secondé, et
c'est encore une de celles où M. de Talleyrand lui aurait été le plus
utile.

L'empereur, faisant tout lui-même, envoya sur-le-champ un courrier à son
frère le roi de Naples, en lui mandant de venir sur-le-champ à Bayonne,
et en même temps il fit donner ordre en Espagne[41] qu'on envoyât
également à Bayonne, de chaque province et gouvernement, une députation
des hommes les plus considérables, tant dans le clergé que dans le civil
et le militaire: il voulait en faire une junte, avec laquelle il se
serait expliqué sur la politique qui le forçait à se mêler de leurs
affaires intérieures; c'était par eux qu'il voulait éclairer les
Espagnols, et ôter de leur esprit l'idée qu'il avait le projet de
conquérir l'Espagne. Il voulait, au contraire, leur démontrer que leur
sécurité pour l'avenir serait bien plus assurée sous un monarque dont le
premier intérêt personnel serait de repousser toute insinuation perfide
qui aurait pour but une séparation des intérêts de la nation d'avec ceux
de la France, parce que le premier effet qui en résulterait serait la
perte du trône pour le monarque, qui ne manquerait pas d'être sacrifié
par l'intrigue même qui serait parvenue à le séduire.

L'unique but de l'empereur était de lier indissolublement l'Espagne à la
France par des principes uniformes de gouvernement et par les mêmes
intérêts.

Le pays est géographiquement la continuation du sol de la France: il n'a
de communication qu'avec elle; au bout ce sont les colonnes d'Hercule;
enfin, il n'y a plus de Pyrénées. L'immense étendue de ses côtes le rend
vulnérable de ce côté, la proie de l'Angleterre sous une mauvaise
administration, et formidable sous une bonne.

Dans le système de l'empereur, comme dans tout autre temps, il était
dans l'intérêt de la France de mettre l'Espagne au niveau de la
civilisation, de lui donner des institutions qui l'attachassent à nous,
et d'extirper les causes du cancer qui la ronge.

Sous ce rapport, l'empereur faisait un acte de la plus haute politique
en même temps qu'une grande et bonne action: tout le mal a été dans la
forme; on a brusqué le dénoûment de l'affaire, et on n'a pas assez
ménagé l'amour-propre national.

Si Charles IV et son fils eussent convenu à ce grand projet, il les
aurait gardés pour s'aplanir des difficultés; mais indépendamment de ce
que l'état de dénûment de l'Espagne prévenait peu en leur faveur, il
reconnut, en les voyant, qu'il ne pouvait rien faire avec eux, et sentit
de même qu'il n'y avait qu'un homme lié à lui par des liens de parenté,
ou par le baptême du sang, qui pût réaliser un plan qui aurait eu
l'assentiment de tous les Espagnols éclairés, et même de la noblesse.

L'empereur ne s'attendait pas à trouver fondue dans la nation une
moinaille toute-puissante par ses relations dans chaque famille, car il
n'y en avait pas une, dans toutes les classes, qui n'eût un membre
prêtre ou moine, qui était le mentor, le suprême régulateur de ses
sentimens. Ce sont tous des hommes ignorans, sans éducation, et qui, par
leurs vices et leurs défauts, s'ingèrent bien mieux avec la population
que nos prêtres, qui ont tous fait quelques études, et sont soumis à une
discipline que ne subit pas, en Espagne, cette milice ignoble,
intolérante, superstitieuse, et ennemie furibonde de toute amélioration.
Cette milice est la seule cause de l'exaltation des Espagnols: elle n'a
eu qu'un mot d'ordre à donner pour exciter au plus haut degré les
esprits contre un ordre de choses qui allait amener la destruction de
tout ce qui favorisait la fainéantise et ses jouissances; elle seule en
fanatisant les peuples, renversa les projets de l'empereur.

Les Espagnols les plus à l'abri de ces entraînemens ont reconnu de suite
que la lutte était inutile; ayant peu d'espoir dans nos succès, et
témoins de l'influence des moines, ils se sont retirés et ont fini par
suivre le torrent.

Le sang africain coule encore dans les veines des Espagnols, séparés des
Européens; leur union avec nous aurait retrempé leur caractère et leurs
moeurs, aurait achevé leur civilisation, et, par suite, porté le coup de
grâce à l'Angleterre; mais l'on sait combien cette puissance est habile
à manier les élémens de discorde.

L'empereur voulait enfin entretenir cette junte du besoin qu'avait
l'Espagne d'adopter quelques principes libéraux, afin de la mettre plus
en harmonie autant avec la France qu'avec les autres puissances de
l'Europe, dont elle différait trop par la distance énorme à laquelle
elle était restée. Cette junte devait ramener le roi Joseph en Espagne,
après avoir pris connaissance de tout ce qui s'était passé à Bayonne
entre l'empereur et Charles IV. Indépendamment de cette mesure, les
cortès du royaume devaient être assemblées à Madrid, et procéder
constitutionnellement à l'élection du nouveau roi. On n'aurait pas eu
grand'peine à faire réussir cette élection: le roi Joseph était
avantageusement devancé par la réputation de ses qualités personnelles
et par la bonne administration qu'il avait établie dans le royaume de
Naples; de plus, il apportait avec lui des améliorations
constitutionnelles qui, depuis long-temps, étaient tellement désirées
par la nation espagnole, qu'il serait devenu en peu de temps l'objet de
l'amour de ce peuple.

Comment tout cela n'a-t-il pas eu lieu? C'est ce que je vais dire.

Peu de jours après que l'insurrection de Madrid eut éclaté, il s'en
manifesta de semblables à Valence, à Cadix, en Andalousie, en Aragon, en
Estramadure et à Santander, sur la côte de Biscaye. Les ordres du prince
Ferdinand étaient arrivés sur tous ces différens points, où le fanatisme
aveugle des prêtres et de la noblesse mit tout en armes contre nous.
L'empereur ne s'attendait pas à cela; il n'avait en Espagne, comme je
l'ai dit, que peu de troupes, encore étaient-elles moins propres à être
mises en mouvement que suffisantes pour appuyer un parti qui se serait
indubitablement déclaré pour ce que l'on voulait faire, si on avait
mieux agi dans cette entreprise, et qu'il ne fût pas survenu des
incidens qu'on ne pouvait prévoir.

Non seulement il fallut faire marcher les médiocres troupes que nous
avions vers les points importans qui, par leur population, influent sur
une grande étendue de pays; mais indépendamment de ce que nous n'en
retirâmes rien, c'est que ces mêmes lieux insurgés n'envoyèrent aucun
député à Bayonne. Le temps se passait et n'amenait point d'amélioration:
il ne put venir à Bayonne que les députés des quartiers que nous
occupions; cela était bien quelque chose, puisqu'ils étaient environ
cent vingt, en y comprenant les Espagnols qui étaient venus avec Charles
IV et les deux infans. Le témoignage de tout ce monde aurait produit
quelque chose; mais on verra comment il demeura sans aucun effet.

L'empereur, pour éviter des embarras et des scènes désagréables qui
auraient eu lieu journellement à l'arrivée de tous ces députés à
Bayonne, fit hâter ce qui concernait tant le roi Charles IV que les
infans. Le roi partit le premier pour Compiègne; il avait préféré cette
résidence, parce qu'on lui en avait beaucoup parlé sous le rapport de la
chasse, qu'il aimait passionnément. Les infans partirent après pour
Valençay. Comme l'empereur fut surpris lui-même par ce dénoûment, il ne
sut quelle résidence leur donner. Il demanda à M. de Talleyrand son
château de Valençay, et lui écrivit de s'y rendre lui-même pour recevoir
les princes, et leur tenir compagnie tant qu'ils le trouveraient bon. Il
n'y eut que le prince de la Paix avec un ou deux Espagnols qui suivirent
Charles IV. M. de San-Carlos et Escoiquiz furent aussi les seuls qui
n'abandonnèrent pas le prince des Asturies; M. de l'Infantado, Cevallos
et autres restèrent à Bayonne pour attendre le nouveau roi.

Il se passa huit ou dix jours entre le départ de Charles IV et des
infans, et l'arrivée à Bayonne du roi Joseph. Pendant ce laps de temps,
l'empereur ordonna, en Espagne, les mouvemens de troupes qu'il croyait
nécessaires au maintien de la tranquillité. Il fit envoyer le maréchal
Moncey à Valence avec une division de son corps d'armée, et porter le
général Dupont avec une division en Andalousie.

D'après les rapports du grand-duc de Berg, qui avait envoyé des
officiers sur tous les points de l'Espagne où nous n'avions pas de
troupes, et même jusqu'aux îles Baléares et à Ceuta en Afrique, il crut
pouvoir compter sur les sentimens du général Castaños, ainsi que sur les
troupes qu'il commandait au camp de Saint-Roch, vis-à-vis de Gibraltar.
L'illusion du grand-duc de Berg nous coûta cher.

Le maréchal Bessières, qui commandait à Burgos, fut chargé de contenir
l'insurrection des Gallices, et de faire en même temps un détachement
sur Santander où l'évêque s'était mis à la tête de la population armée.

L'on organisa à Bayonne un petit corps de troupes que l'on fit marcher
vers Saragosse, sous les ordres du général Lefebvre-Desnouettes. Tous
ces différens mouvemens s'exécutaient, lorsque le roi Joseph arriva à
Bayonne. L'empereur alla à sa rencontre jusqu'à plusieurs lieues de la
ville; je l'accompagnai ce jour-là. Il fit monter son frère dans sa
calèche, et le mena à Marac, sans s'arrêter au logement qui lui était
préparé à Bayonne. Les Espagnols qui étaient dans cette ville, tant ceux
qui étaient attachés à Charles IV qu'aux infans, ainsi que les députés
qui y étaient déjà arrivés, avaient été prévenus, par le ministre des
relations extérieures, de l'arrivée du roi à Marac: tous s'y trouvèrent
une heure avant qu'il y arrivât.

Ce prince quittait à regret le royaume de Naples, où il commençait à
jouir de tout le bien qu'il avait fait dans ce pays, et des immenses
améliorations qu'il y avait opérées. La renommée de quelques actes de
son administration, qui s'était répandue en Espagne, avait disposé
favorablement les Espagnols en sa faveur. Ce règne très court, qui fit
prendre au royaume de Naples une face nouvelle, est si peu connu, que
mes lecteurs me sauront gré de leur en tracer une esquisse rapide.

Lorsque le roi Ferdinand, comblant la mesure de tant de violations de la
foi jurée, recevait une armée anglo-russe dans ses États, il ne s'était
pas écoulé six semaines depuis qu'un traité de neutralité avec la France
avait été ratifié par lui[42]. À cette nouvelle, le roi Joseph fut
envoyé pour prendre le commandement d'une armée destinée à punir cette
inconcevable défection, en prenant possession du royaume de Naples.

À l'approche de l'armée française, les Anglais et les Russes s'étaient
retirés en Calabre, où ils essuyèrent plusieurs défaites, entre autres
celle de Campotenese, qui les décida à se rembarquer. Le roi Ferdinand
avait passé en Sicile, laissant ses États à la discrétion du vainqueur.
Le prince Joseph fit son entrée à Naples, où il fut reçu avec
enthousiasme. Son premier soin fut d'y organiser un gouvernement. Une
partie de l'armée française, sous le commandement des généraux Saint-Cyr
et Reynier, fut dirigée sur la province des Abruzzes, la Pouille,
Tarente et sur la Calabre; le maréchal Masséna fut chargé de garder
Naples et de presser le siége de Gaëte.

Après avoir fait ces dispositions, le prince Joseph partit pour visiter
les différentes provinces, et surtout la Calabre, pays infesté de
brigands, et habité par une population aussi sauvage que ses montagnes,
s'arrêtant dans tous les villages, entrant dans les églises où le peuple
se précipitait en foule, et partout accueilli par les acclamations de
toutes les classes.

Forcé de remettre à un autre temps l'expédition projetée contre la
Sicile, le prince Joseph continua son inspection, interrogeant les
administrations sur leurs besoins, et les peuples sur leurs sujets de
plaintes; recueillant des notes et des mémoires; faisant lever des plans
pour l'établissement de nouvelles routes, de ponts, et entre autres
celui d'un canal de communication entre les deux mers. Ce projet, que le
temps ne permit pas d'exécuter, devait puissamment contribuer à la
civilisation de la Calabre.

La nouvelle de son élévation au trône de Naples lui était parvenue au
fond de cette province. À son retour à Naples, il y fut reçu avec de
nouveaux transports; les malheureux Napolitains, en proie à l'anarchie
et décimés par la vengeance, levaient les mains vers leur libérateur, et
le début du nouveau roi lui donnait la confiance d'un heureux avenir.

Une des premières mesures du roi fut de former un conseil d'État, auquel
il appela les hommes les plus distingués que lui signalait la voix
publique, sans distinction de rang ni de parti, et qui le secondèrent
avec zèle dans le travail des réformes et des créations auquel il se
livra avec ardeur.

La féodalité, qui tenait le peuple dans une dépendance servile de
quelques familles, et que soutenait l'esprit de superstition, fut abolie
de l'aveu des nobles, qui se prêtèrent à cette réforme: ceux-ci furent
remboursés de leurs droits de propriété par des cédules acquittables sur
le produit de la vente des biens nationaux.

Les ordres monastiques furent supprimés; le produit de la vente des
biens qui en provenaient pourvut aux besoins du trésor public, et
contribua à la fondation de colléges et d'autres établissemens
d'instruction. Trois abbayes célèbres, entre autres celle du
Mont-Cassin, où étaient rassemblées des collections précieuses de
manuscrits et d'anciennes chartres, furent conservées; mais le nombre
des religieux fut réduit à celui nécessaire pour la conservation de ces
archives.

Les moines réformés qui étaient propres à l'instruction ou à propager
l'étude des sciences, reçurent une destination conforme à leurs talens;
d'autres furent envoyés comme curés dans les campagnes; quelques uns
furent réunis dans des établissemens formés sur le modèle du
Saint-Bernard, pour veiller à la sûreté des voyageurs dans les montagnes
de la Calabre et des Abruzzes, qui sont couvertes de neige pendant la
plus grande partie de l'année.

Les religieux que l'âge ou les infirmités condamnaient au repos furent
réunis et alimentés dans de grands établissemens formés à cet effet.

Le peuple et même les classes élevées croupissaient dans l'ignorance.
L'instruction publique excita la sollicitude du roi: de nouvelles écoles
normales furent créées, et dans chaque commune on vit s'élever des
écoles primaires pour les deux sexes. Trente écoles furent établies dans
les différens quartiers de Naples, et l'enseignement y était gratuit.

Chaque province eut un collége et une maison d'éducation de filles; une
maison centrale fut fondée à Averse pour recevoir les filles des
officiers et des fonctionnaires publics, sous la protection de la reine.
À la fin de chaque année, un concours était ouvert pour l'admission,
dans cette maison, des élèves les plus distinguées des maisons
d'éducation des provinces.

Des chaires, depuis long-temps vacantes dans les différentes facultés
des lettres ou des sciences, furent rétablies.

Une académie royale fut fondée sur le modèle de l'Institut de France.

Les deux conservatoires de musique furent réunis en un seul qui reçut
une meilleure organisation. L'usage infâme de la castration fut aboli.

L'académie de peinture reçut de nouveaux encouragemens; elle comptait
douze cents élèves.

Les fouilles furent encouragées à Pompéi et dans toute la grande Grèce.

Les douanes furent reculées jusqu'aux frontières.

Des fabriques d'armes furent établies sur différens points du royaume.

L'armée et la marine reçurent un commencement d'organisation.

Le recrutement dans les prisons fut aboli.

Quatre tribunaux furent institués pour vider les prisons encombrées de
malheureux qui y languissaient depuis nombre d'années.

Des dotations de biens nationaux furent assignées aux hôpitaux.

Une foule de taxes et de contributions de toute nature, établies sur des
bases arbitraires et inégales, disparurent et furent remplacées par un
seul impôt foncier qui répartit plus également les charges publiques.
L'ordre régna dans les finances.

La dette publique était en partie acquittée, et une caisse
d'amortissement, destinée à son extinction, fut créée et dotée. Les
fonds assignés au paiement de la dette nationale furent administrés par
une direction des domaines: ces fonds furent augmentés par les produits
des biens des ordres religieux supprimés, et par ceux des plaines
immenses de la Pouille, qui appartenaient à la couronne. Ces plaines
étaient, depuis les temps les plus reculés, enlevées à l'agriculture, et
destinées à la pâture d'innombrables troupeaux qui y affluaient chaque
année de tous les points du royaume: ce système nuisait à la culture des
terres; il fut aboli, au grand avantage du trésor public et de
l'agriculture.

La maison du Tasse, à Sorrente, fut réparée, et toutes les éditions des
oeuvres de ce grand poète y furent réunies sous la garde de son
descendant le plus direct, auquel un traitement fut alloué. Cette maison
était inaccessible; une route commode fut pratiquée pour y arriver.

Le roi s'occupa des embellissemens de la ville de Naples. Des réglemens
particuliers furent faits pour chaque objet de police. Au lieu de n'être
éclairée que par quelques lampes brûlant devant des madones, un système
d'éclairage par des réverbères y fut introduit. Sa nombreuse population,
adoucie par une administration paternelle, renonça à ses habitudes
d'oisiveté et de désordre, et eut des moyens de travail. Des ateliers de
lazzaroni furent établis: un emplacement avait été reconnu pour former
un village où devaient être employés ceux qui ne pouvaient pas l'être
dans la ville; deux mille d'entre eux étaient enrégimentés en compagnies
d'ouvriers occupés des travaux des routes.

La moitié de la liste civile, perçue en cédules hypothécaires, était
employée à acquérir des propriétés nationales dont le roi gratifia
plusieurs des officiers de l'armée et de sa cour: ces propriétés
entouraient sa principale résidence. Le but de ces largesses était
d'inspirer aux seigneurs napolitains le goût de la vie rurale.

Il encourageait les barons dont il traversait les terres à rétablir
leurs anciennes habitations, et à se montrer les protecteurs du pays et
les amis des pauvres: il s'en faisait accompagner dans ses voyages. Il
avait désigné plusieurs grandes maisons, sur les points les plus
éloignés de la capitale, pour y passer quelques mois de l'année, et être
à même de juger des progrès de ses institutions. Il était accessible à
tout le monde, nobles, ministres, officiers, fonctionnaires, dérogeant à
l'habitude de ses prédécesseurs, qui se renfermaient dans un petit
cercle de favoris. Il prêchait aux nobles la popularité, au peuple les
égards pour les propriétaires, qu'il lui montrait disposés à renoncer à
des droits dégradans et à des priviléges ruineux. À toutes les classes
de la nation, il présentait les Français comme des amis, concourant avec
lui à délivrer le pays des entraves qui s'opposaient à sa prospérité. Il
recommandait la justice et la modération, employant l'aménité de ses
formes et la sagesse de son caractère au succès de ses conseils et de
ses exemples.

Des routes carrossables furent ouvertes ou perfectionnées, qui
traversaient le royaume d'une extrémité à l'autre. La route des Calabres
n'était connue que par une contribution destinée à sa confection, et qui
n'y était point affectée: cette route fut achevée, et la contribution
abolie.

Les officiers de la maison du roi qui l'accompagnaient dans ses voyages
jouissaient de certains droits à la charge des villes: ces taxes
onéreuses furent abolies.

Pendant le court intervalle de temps que Joseph régna à Naples, il fit
plusieurs voyages dans des buts d'utilité et d'améliorations qu'il
poursuivit sans relâche. Après avoir chassé les ennemis du royaume et
pris Gaëte, dissipé les troubles et les insurrections qui éclatèrent, à
plusieurs reprises, dans les Calabres, et pacifié ces provinces par un
mélange de sévérité et de douceur, secondé par les gardes nationales que
commandaient les plus grands propriétaires, il revenait à Naples, riche
des connaissances qu'il avait recueillies sur les besoins et les désirs
des peuples, pour donner une nouvelle impulsion aux travaux des
ministères et des différentes sections du conseil d'État.

Il visita les Abruzzes, trouvant partout les routes couvertes par la
population qui y travaillait avec ardeur, et témoignait, par son
empressement à exécuter ses ordres, qu'elle comprenait leur utilité, et
qu'elle savait que cela était agréable au roi.

Les anciens chefs de bandes venaient voir le roi, qui ne refusait point
de les admettre, et avait même avec eux de longs entretiens: il employa
plusieurs d'entre eux, et n'eut point lieu de s'en repentir; d'autres
lui amenaient leurs troupes, qu'il incorpora dans des régimens, et qui
servirent bien.

Il présidait toujours le conseil d'État; et, quoique roi absolu, il ne
se décida jamais que par la pluralité des voix. La facilité avec
laquelle il parlait l'italien le servait merveilleusement pour démontrer
les théories d'administration et de gouvernement dont l'exemple de la
France avait prouvé la bonté.

Toutes les améliorations dont le royaume de Naples fut redevable à son
nouveau roi furent obtenues par la persuasion et par une fusion
habilement ménagée de tous les intérêts. Depuis son arrivée dans le
pays, il avait doublé les revenus publics de moitié: la dette, qui était
de cent millions, était réduite à cinquante millions, et les moyens
d'extinction étaient assurés.

Tous les germes de prospérité qui furent développés sous le règne de son
successeur étaient préparés, lorsqu'il fut appelé à Bayonne.

Ces résultats lui avaient concilié l'opinion. Les Espagnols se
montrèrent satisfaits de le voir appelé à régénérer leur patrie. «J'ai
eu l'honneur d'être présenté au roi, qui est arrivé hier de Naples,
mandait confidentiellement Cevallos à son ami Azara, et je crois que sa
seule présence, sa bonté et la noblesse de son coeur, qu'on découvre à la
première vue, suffiront pour pacifier les provinces, sans qu'il soit
besoin de recourir aux armes.» Le grand-inquisiteur et tous ses
subordonnés étaient pleins de fidélité et d'affection; tous formaient
des voeux pour que Joseph, chargé de régir la patrie, trouvât le bonheur
dans son sein, et l'élevât au degré de prospérité qu'on devait attendre
de lui.

Le duc de l'Infantado alla plus loin encore: «Nous éprouvons une vive
joie, dit-il au nom des grands d'Espagne, à Joseph; nous éprouvons une
grande joie en nous présentant devant Votre Majesté, les Espagnols
espérant tout de son règne.

«La présence de Votre Majesté est vivement désirée en Espagne, surtout
pour fixer les idées, concilier les intérêts et rétablir l'ordre si
nécessaire pour la restauration de la patrie espagnole. Sire, les grands
d'Espagne ont été célèbres long-temps pour leur fidélité envers leurs
souverains; Votre Majesté trouvera en eux la même fidélité et le même
dévoûment. Qu'elle reçoive nos hommages avec cette bonté dont elle a
donné tant de preuves à ses peuples de Naples, et dont la renommée est
venue jusqu'à nous.»

Je ne sais ce qui mécontenta le duc de l'Infantado; mais, malgré des
protestations aussi positives, il ne tarda pas à jouer le scrupule, à
insinuer à ses compatriotes des craintes sur ce qu'on allait exiger
d'eux. L'empereur en fut informé, et prit de l'humeur, parce que les
engagemens de M. de l'Infantado lui donnaient le droit d'attendre tout
autre chose. Si le prince de la Paix avait encore été à Bayonne,
j'aurais cru que cela venait de lui; il n'y était plus, mes soupçons
s'arrêtèrent sur M. de Cevallos.

L'empereur voulut donner une verte leçon à M. de l'Infantado; le roi
Joseph s'était retiré dans le cabinet de l'empereur.

M. de l'Infantado fut introduit; j'étais présent dans le salon, ainsi
que plusieurs de mes camarades, lorsque l'empereur lui dit d'un ton
sévère: «Monsieur, prétendriez-vous me jouer ou me braver? N'êtes-vous
resté ici que pour entraver au lieu d'aider à la conclusion des affaires
de votre pays, dans lesquelles vous m'aviez dit que vous vouliez
apporter toute votre influence? Que signifient les observations
d'incompétence par lesquelles vous cherchez à ébranler vos compatriotes?
Vous me prenez donc pour un insensé? Croyez-vous que c'est avec cent
Espagnols qui sont ici que je veux faire reconnaître un roi d'Espagne?
Parbleu! vous êtes bien abusés, si vous croyez que tous, et vous
particulièrement, vous n'aurez pas besoin de mon appui pour vous
soutenir près de vos compatriotes. Croyez-vous que je ne sache pas,
comme vous, qu'il n'y a que les cortès qui puissent proclamer le roi?
Mais qui est-ce qui peut les assembler? Voulez-vous que je les réunisse
ici? cela a-t-il le sens commun? Je veux que vous emmeniez le roi à
Madrid, et que, là, vous éclairiez vos compatriotes sur ce que vous avez
vu et fait. Je m'en rapporte à la masse des lumières, qui est plus
grande en Espagne que l'on ne pense, pour approuver et donner une force
nationale à une oeuvre fondée sur une politique raisonnable. Votre
conduite est d'autant plus étrange, que lorsque je vous ai parlé de tout
cela, en vous proposant de vous mettre à la tête des principales
affaires de l'Espagne, je vous ai moi-même fait l'observation que si
cela ne vous convenait point je ne le prendrais pas en mauvaise part. Je
vous ai offert de rester en France pendant une couple d'années; vous
aimez l'étude; vous y passerez le temps nécessaire pour que tout se
consolide en Espagne: vous m'avez répondu que non, que vous n'éprouviez
aucune répugnance, que vous entreriez avec plaisir dans les affaires de
votre pays; que je pouvais disposer de vous, et vous êtes le premier
dont j'aie à me plaindre! Il n'y a rien de pire que ce rôle-là; soyez un
honnête homme ou un franc ennemi. Je ne vous retiens pas; vous pouvez
demander un passe-port pour rejoindre les insurgés, je ne m'en
offenserai point; mais si vous restez, conduisez-vous bien, parce que je
ne vous manquerai pas.»

M. de l'Infantado fut fort embarrassé; il testa contre cette calomnie,
et renouvela les assurances de son dévoûment et de sa fidélité à ses
engagemens.

L'empereur s'apaisa, parce qu'il n'avait grondé aussi fort que pour
n'être plus dans le cas d'y revenir, tant avec M. de l'Infantado qu'avec
aucun autre Espagnol.

Le moment d'humeur passé, l'empereur causa comme s'il ne se fût point
fâché; il fit appeler le roi Joseph, qui fut salué comme roi d'Espagne
par M. le duc de l'Infantado, ainsi que par les ministres espagnols, que
l'on fit entrer. Il s'entretint un moment avec eux. La curiosité me
porta à sortir du salon en même temps qu'eux, pour entendre ce qui se
dirait dans la pièce à côté, où tous les députés espagnols attendaient
le moment d'être présentés. Je m'approchai de la porte, et aussitôt
qu'après le congé donné par le roi aux ministres, elle s'ouvrit, je
sortis le premier. La curiosité dévorait tous ceux qui étaient dans le
salon; ils questionnaient à droite et à gauche. J'entendis M. de
Cevallos dire en français: «Ma foi il faudrait être bien difficile pour
ne pas aimer un roi comme celui-là, il a l'air si doux! il n'y a pas à
craindre qu'il ne réussisse pas en Espagne, il n'a qu'à s'y montrer au
plus vite.»

Le propos que M. de Cevallos tenait devant moi devait me faire croire à
sa profession de foi dont il était le cachet, et je fus bien étonné de
lire le pamphlet qu'il imprima moins d'un mois après.

Les députés furent introduits dans le salon un peu après que les
ministres en furent sortis. Le roi leur parla à tous, et chacun parut
content; ils revinrent fort tard à Bayonne. Dès le lendemain, les mêmes
Espagnols qui, huit jours auparavant, remplissaient des charges de cour
près de Charles IV et des deux infans, commencèrent à faire le même
service d'honneur près du roi Joseph.

Les notables espagnols que l'empereur avait convoqués étaient, du moins
en assez grand nombre, arrivés à Bayonne; ils étaient chargés de
discuter l'acte constitutionnel. Les principales dispositions du projet
qu'on leur présenta étaient aussi libérales, aussi judicieuses qu'ils
pouvaient le désirer: elles consacraient la division du trésor public et
de la liste civile; elles fixaient les bases du pouvoir législatif,
précisaient les attributions de l'autorité exécutive, consacraient
l'indépendance de l'ordre judiciaire, la liberté individuelle et la
liberté de la presse. La propagation des idées libérales, les
améliorations qui pourraient contribuer aux progrès de l'agriculture,
des manufactures, des sciences, des arts, de l'industrie, du commerce,
tout ce qui, en un mot, était de nature à assurer la prospérité de la
patrie espagnole était sanctionné.

Les notables accueillirent ce projet avec reconnaissance; ils y firent
les changemens qu'exigeaient les habitudes locales, et témoignèrent la
satisfaction qu'ils éprouvaient de voir enfin leurs droits garantis.
Tout marchait; chacun augurait bien de l'avenir.



CHAPITRE XXVI.

Le grand-duc de Berg tombe malade.--Je pars pour Madrid.--Instructions
que me donne l'empereur.--Situation des esprits à mon arrivée.--J'envoie
au secours de Dupont.--Cuesta marche contre le général Bessières.--Je
rappelle le corps qui occupe l'Andalousie.--Dupont conserve sa position.


Comme on vient de le voir, tout allait au mieux à Bayonne; mais il n'en
était pas de même en Espagne, et, pour surcroît de contrariété, le
grand-duc de Berg fut atteint d'une maladie grave, qui le mit dans
l'impossibilité de vaquer aux affaires. L'empereur voulait, avant de
faire partir le roi, que les vieux régimens qu'il faisait venir à
Bayonne y fussent arrivés, parce qu'ils devaient composer une réserve
qui aurait été en même temps la garnison de Madrid, et l'escorte du roi.
Ces régimens, au nombre de six, faisaient partie de ceux qui étaient
revenus en France après la paix de Tilsit. Cependant, comme il fallait
absolument quelqu'un pour suppléer au grand-duc de Berg, et qu'il n'y
avait personne à Bayonne, l'empereur m'envoya à Madrid, où je me trouvai
dans la plus singulière position où un officier-général se soit jamais
trouvé. Ma mission était de lire tous les rapports qui étaient adressés
au grand-duc de Berg, de faire les réponses, de donner tous les ordres
d'urgence; mais je ne devais rien signer: c'était le général Belliard
qui, en sa qualité de chef d'état-major, devait tout opérer. L'empereur
avait pris cette disposition, parce qu'il était dans l'intention de
faire partir le roi promptement, et qu'il était inutile de rien changer
avant son arrivée, époque à laquelle il m'aurait rappelé.

Il me donna des instructions verbales au moment de mon départ; elles
portaient en substance qu'il fallait, autant que possible, calmer les
esprits, et que, si je pouvais éviter les désordres, je me ferais
beaucoup d'honneur. Il me recommanda de ne pas perdre un moment pour
rétablir la communication entre Madrid et le général Dupont, qui avait
été envoyé en Andalousie, et duquel on n'avait pas de nouvelles depuis
vingt et un jours. Il me dit:

«L'essentiel dans ce moment-ci, c'est d'occuper beaucoup de points, afin
d'y répandre ce que l'on voudra inoculer aux Espagnols; mais pour éviter
des malheurs en s'éparpillant ainsi, il faut être sage, modéré, et faire
observer une grande discipline. Pour Dieu, ajouta-t-il, ne laissez point
piller. Je n'ai encore aucune nouvelle du parti qu'aura pris le général
Castaños, qui commande le camp de Saint-Roch. Le grand-duc me dit bien
qu'il lui a écrit; il s'en promet beaucoup de succès, mais vous savez
comme il est.

«Il ne faut rien entreprendre au-dessus des moyens des troupes que vous
avez: pour des renforts, vous savez où sont ceux que je pourrais vous
envoyer: ne vous mettez donc pas dans le cas d'en avoir besoin avant
qu'ils puissent arriver. Faites en sorte d'attendre l'arrivée du roi;
répandez le bruit de son départ, que je vais hâter, et alors laissez
agir les Espagnols, ne soyez que spectateur; mais ne négligez rien pour
assurer l'exactitude et la rapidité de vos communications: c'est une
affaire capitale, soit que l'insurrection fasse des progrès, soit
qu'elle se calme. La première chose en tout, c'est de se ménager de
bonnes informations.»

Je partis, un peu contrarié d'être obligé de retourner en Espagne, parce
que je n'augurais rien de bon des affaires de ce pays, et que j'ai
toujours eu de la répugnance à prendre part à des dissensions
intestines, même lorsque mes propres intérêts politiques auraient dû
m'en faire une loi.

J'arrivai à Madrid, où je ne vis que des visages inquiets, tant du côté
des Espagnols que de celui des Français, et ce ne fut pas le moindre des
obstacles que je rencontrai que de réchauffer tout le monde.

Le grand-duc de Berg partit quelques jours après mon arrivée, et avec
lui cette troupe de jeunes gens qui étaient venus sur ses pas briguer
les faveurs et les avancemens. On les avait tellement gâtés sous ce
rapport, qu'il n'y en avait aucun susceptible de la moindre constance;
ils aimaient les roses et les dangers du métier, mais ils en redoutaient
les épines.

J'avais eu ordre de m'établir au palais de Madrid, parce que tous les
établissemens militaires étaient voisins, et depuis l'affaire du 2 mai
on était sur ses gardes. L'état-major de l'armée y était par la même
raison, en sorte que l'on avait tout le monde sous la main.

Je ne m'en tins pas là: je fis fortifier l'ancien palais du Retiro, où
je fis construire un réduit autour de la manufacture de porcelaine, d'où
je fis déloger tous les ouvriers. Je réunis dans cette enceinte toutes
les munitions de guerre et de bouche de l'armée, avec tous les employés
d'administration, généraux, dépôts de troupes, et, en un mot, je ne
laissai dans les casernes que ce qui était dans le cas de prendre les
armes et de marcher où le besoin le commandait. Je défendis à quelque
officier que ce fût de loger ailleurs qu'avec sa troupe, fût-il obligé
de se mettre dans la même chambre que les soldats.

Lorsque j'arrivai à Madrid, on n'avait point reçu de nouvelles du
général Dupont depuis Cordoue, et l'on ne savait pas où il était.
J'envoyai la division Vedel, qui était à Tolède, pour le joindre, et lui
fis prendre la même route que celle qu'il avait suivie; en même temps,
je profitai de cette occasion pour informer le général Dupont de tout ce
qui s'était fait à Bayonne, et de l'état général des affaires en
Espagne: je lui disais que sa position en Andalousie n'était plus en
harmonie avec l'état des choses, qu'elles avaient changé depuis qu'il
était parti pour occuper cette province; que l'empereur m'avait bien
ordonné de l'y laisser, parce qu'il croyait encore que le corps espagnol
campé à Saint-Roch, sous les ordres du général Castaños, se réunirait à
lui, qu'il me l'avait même mis en ligne de compte dans le nombre des
troupes qui devaient se trouver sous ses ordres (à lui Dupont), mais
que, si je devais m'en rapporter aux bruits du pays, le corps de
Castaños s'était joint aux insurgés; que j'attendais un rapport pour me
décider sur le parti que j'aurais à prendre.

La division Vedel partit, et mit environ sept ou huit jours à pénétrer
jusqu'au général Dupont.

Le maréchal Moncey, qui avait été envoyé à Valence avec une seule
division, par le chemin horrible des montagnes de Cuença, avait été
enveloppé d'un silence absolu, presque depuis son départ; on n'en avait
aucune nouvelle. Je fis marcher une division sous les ordres du général
Frère, pour se mettre en communication avec lui. Comme je ne savais à
quel point se serait arrêté ce maréchal, je ne pus que faire suivre à la
division Frère la route qu'il avait tenue. Ce fut par ce général que
j'appris que l'attaque de Valence avait manqué, et que le maréchal
Moncey se retirait par Albacette. Sur ce rapport, j'envoyai la division
Frère à Saint-Clément, où elle rejoignit le maréchal Moncey.

Pendant que j'étais occupé de ces deux points, ceux qu'occupaient le
maréchal Moncey et le général Dupont, le maréchal Bessières, qui était à
Burgos, m'informa que le général espagnol Cuesta, qui était
capitaine-général de Castille, ou d'Estramadure, avait jeté le masque,
et marchait contre nous, et qu'en conséquence, lui, Bessières,
réunissait son corps d'armée et se portait sur Rio-Seco, me priant de le
faire appuyer par quelques troupes. Je lui envoyai une brigade
d'infanterie avec quatre pièces de canon et trois cents chevaux, qui lui
arrivèrent après la bataille, qu'il gagna à Rio-Seco même sur les
troupes espagnoles et les insurgés réunis.

De Saragosse, on me demandait également du renfort, et, qui plus est,
l'empereur, après avoir ordonné, de Bayonne, à la division Verdier, qui
était à Vittoria, de marcher à Saragosse, m'écrivait encore à Madrid de
me mettre en communication avec le corps de Saragosse, en plaçant
quelques troupes à Calahorra et Calatayud.

Les communications entre Madrid et Bayonne commençaient à devenir
gênées, même irrégulières, de sorte que, quand la réponse à une lettre
arrivait, l'état de la question était changé; je voyais, par ce que
l'empereur m'écrivait, combien il était dans l'erreur sur notre
position, et je pris sur moi de faire à ma tête. Je n'envoyai rien pour
me mettre en communication avec Saragosse. C'étaient les Français qui le
bloquaient, je me souciais peu d'avoir des nouvelles du siége; si les
Espagnols les avaient battus, ils avaient le pays, et j'étais dans
l'impuissance de leur envoyer des secours. J'envoyai ordre au maréchal
Moncey de ne pas s'occuper d'autre chose que de reposer ses troupes, et
de ne songer qu'à être en communication constante avec moi.

J'établis la mienne avec Bayonne d'une manière invariable, et dans cette
situation, j'attendis des nouvelles du général Dupont. Mon impatience à
cet égard m'avait rendu indifférent à tout; j'en reçus enfin. Le général
Vedel s'était mis en communication avec lui, et m'envoyait des lettres
du général Dupont lui-même, qui m'apprenait qu'après avoir été jusqu'à
Cordoue, il avait été obligé de se retirer à Andujar, où il gardait une
tête de pont sur le Guadalquivir; il me rendait compte de l'insurrection
de l'Andalousie, et de la part qu'y avait prise le corps du général
Castaños, qui était devant lui, ayant quitté les lignes de Saint-Roch,
où il était campé auparavant.

La guerre prenait, dans ces contrées, un caractère qu'il était important
de faire changer promptement par un succès décisif, et au lieu de cela,
nous éprouvâmes un revers désastreux. J'avais prévenu l'empereur que,
malgré son instruction, je prendrais sur moi de retirer le corps
d'Andalousie, parce que je craignais de ne pouvoir pas le soutenir. Il
me répondit que j'avais tort, que je devais l'y laisser, mais bien
assurer ma communication avec Andujar, de manière à pouvoir le rappeler
au premier moment.

Malgré l'ordre de l'empereur, je persistai dans mon opinion, et tout en
prévenant Dupont que l'empereur m'ordonnait de le tenir jusqu'à la
dernière extrémité en Andalousie, je prenais sur moi de lui ordonner de
l'évacuer sur-le-champ, et de repasser les montagnes, derrière
lesquelles il établirait son corps d'armée dans la Manche. Je
l'engageais à ne pas se laisser séduire par la gloire d'une opiniâtreté
qui était tout-à-fait hors de proportion avec les malheurs qui
pourraient en être la suite; je me servis même de cette expression:
_Surtout évitez un malheur dont les suites seraient incalculables_.

Ma lettre fut remise au général Dupont par Vedel; il m'en accusa
réception, et j'envoyai la copie de l'une et de l'autre à
l'empereur[43]. Il persistait à rester en Andalousie, en m'observant
qu'il n'aurait rien à craindre des troupes de Castaños, s'il avait une
fois réuni son corps d'armée. Lorsque sa lettre me parvint, les affaires
avaient empiré sur les autres points de l'Espagne; les craintes que sa
position m'inspirait devinrent encore plus vives.

Je me déterminai à faire partir une troisième division, celle du général
Gobert, à laquelle je joignis la seule brigade de cuirassiers qui était
en Espagne; je lui donnai ordre d'aller se poster à Manzanares, dans la
Manche, et de se mettre en communication avec le général Vedel. Je lui
remis une lettre qu'il devait faire parvenir au général Dupont. Par
cette communication, je prévenais le général que je faisais marcher la
division Gobert pour appuyer sa retraite, que je prévoyais devoir être
forcée, mais non pour protéger aucune opération en avant de lui, que je
lui défendais expressément d'entreprendre; que conséquemment il ne
pourrait appeler cette division à lui que dans le cas où la sûreté des
deux qu'il avait déjà serait compromise.

En même temps, j'ordonnai au général Gobert de me prévenir de tous les
ordres qu'il recevrait de la part du général Dupont.

Aussitôt qu'il eut atteint les échelons de communication du général
Vedel, il envoya ma dépêche au général Dupont, qui lui envoya en retour
l'ordre de passer la Sierra-Moréna, et de venir le joindre. J'en fus
averti par le général Gobert; sa lettre me jeta dans une agitation que
je ne puis rendre, et qui ne se calmait que par la confiance que j'avais
dans la prudence et dans les talens du général Dupont. Néanmoins je ne
pus être le maître d'un pressentiment que j'éprouvais; je me relevai la
nuit pour écrire à ce général quatre lignes, par lesquelles je lui
ordonnais impérativement de repasser la Sierra-Moréna avec ses trois
divisions, et de se mettre au plus vite en communication avec moi. Je
priai le général Belliard de faire partir cette lettre sur-le-champ par
un officier d'état-major bien escorté, afin que l'on n'eût aucun doute
sur son arrivée. Ce fut M. de Fénelon qui fut chargé de cette mission.



CHAPITRE XXVII.

M. de Fénelon est enlevé.--Ses dépêches sont transmises à
Castaños.--Faux mouvemens de nos généraux.--Les Espagnols interceptent
nos communications.--Le général Vedel culbute l'ennemi.--Inaction de
Castaños.--M. Villoutray.--Singulière sollicitude de cet
officier.--Position réciproque.--Castaños impose à
Dupont.--Capitulation.--Le général Legendre.


Ici commencèrent les malheureux événemens qui ont fait manquer
l'entreprise de l'empereur sur l'Espagne: ils ont besoin d'être
détaillés.

M. de Fénelon fut pris en descendant de la Sierra-Moréna, dans
l'Andalousie; ses dépêches furent portées au général Castaños, pendant
qu'il faisait conclure aux plénipotentiaires du général Dupont la
première et la plus honteuse transaction qui ait jamais terni l'honneur
de nos armes.

Voici comment ce malheureux événement arriva.

Le général Dupont était, de sa personne, à Andujar avec une de ses
divisions, je crois que c'était celle du général Barbou; il avait un
fort poste à Mengibar, sur le Guadalquivir, à quelques lieues au-dessus
d'Andujar. Il défendait donc la tête de pont d'Andujar, en même temps
qu'il observait le bac de Mengibar, où l'on passe le Guadalquivir. Il
avait fait venir la division Vedel à Baylen, sur la route de la
Sierra-Moréna à Andujar, à quatre lieues de cette ville, et celle du
général Gobert à la Caroline, à quatre lieues plus en arrière[44],
c'est-à-dire que les trois divisions, n'étant qu'à quelques lieues l'une
de l'autre, pouvaient, au besoin, être réunies dans le même jour.

Nous étions à la mi-juin: la chaleur était excessive, surtout en
Andalousie. Les Espagnols vinrent attaquer la tête de pont d'Andujar, je
crois le 14 ou le 15 de juin, et en même temps passèrent à Mengibar avec
quelques troupes. Le général Dupont envoie ordre au général Vedel, qui
était à Baylen, de marcher à la défense du passage de Mengibar, d'où il
retirait les troupes qui y étaient postées, en ayant besoin à Andujar,
où il était attaqué; et en même temps il donna ordre à la division
Gobert de s'approcher depuis la Caroline, où elle était, jusqu'à Baylen,
d'où venait de partir la division du général Vedel. Ce mouvement fut
bien fait.

Cette première attaque des Espagnols fut insignifiante; mais le
lendemain elle se renouvela, et parut vouloir devenir sérieuse.

Le général Dupont appela à Andujar la division Vedel, qu'il avait
envoyée la veille de Baylen à Mengibar, et elle dut quitter ce dernier
point au moment où les Espagnols faisaient mine de passer le fleuve;
heureusement que Vedel y laissa environ une brigade aux ordres du
général Liger-Belair: ce fut ce dernier qui appela le général Gobert à
son secours. Le général Dupont avait donné ordre à la division Gobert,
qui se trouvait à Baylen, de venir remplacer le général Vedel à
Mengibar. Le général Gobert trouva les ennemis déjà sur la rive droite
du Guadalquivir; il voulut les charger lui-même à la tête d'un escadron
de cuirassiers dont il était accompagné, et en payant bravement de sa
personne. Il fut tué dans cette misérable affaire. Cet événement, qui
n'eût été que de peu d'importance dans toute autre occasion, devint
funeste dans celle-ci.

Il fut remplacé dans le commandement de sa division par le général de
brigade Dufour, qui se trouvait à la tête de la colonne d'infanterie à
quelque distance en arrière, lorsqu'on vint le prévenir que c'était à
lui à commander la division; celui-ci ignorait sans doute ce qu'il y
avait à faire, quelles étaient les instructions qu'avait reçues le
général Gobert, en sorte qu'il fut dupe de tous les rapports qu'on lui
fit, entre autres, de celui par lequel on lui rendait compte que les
ennemis l'avaient tourné par la gauche, ce qui était une supposition
ridicule, parce qu'il n'y avait à Mengibar qu'un bac insuffisant pour
exécuter le passage du nombre de troupes nécessaire à cette opération.
Effectivement, la division espagnole qui était à Mengibar (elle était
commandée par le général suisse Reding) ne l'effectua pas; et,
d'ailleurs, si le général Dufour avait poussé jusqu'à Mengibar, il
aurait su s'il avait passé des troupes sur la rive droite du fleuve.

Le général Dufour, abusé par ce rapport, part avec sa division,
abandonnant le projet de s'approcher du fleuve, pour aller chercher les
ennemis qu'il supposait l'avoir tourné; il reprend la route de Baylen,
où on lui apprend, dit-il, qu'ils ont paru à Linarès, se dirigeant vers
les montagnes, sans doute pour intercepter les communications avec
Madrid. Sur ce nouveau rapport, il part de Baylen pour la Caroline,
ayant soin de faire prévenir le général Dupont, qui était encore à
Andujar, de son mouvement, ainsi que du motif qui l'avait déterminé[45].
Celui-ci, toujours au dire de Dufour, non seulement l'approuve, mais il
envoie encore à Baylen la division Vedel, qui était avec lui, pour
appuyer le général Dufour, qu'il supposait être devant lui, et non pas
courant après une chimère dont un bon capitaine de chasseurs à cheval
n'aurait pas été dupe.

Le général Vedel arrive à Baylen[46], où il passe la journée, et apprend
que le général Dufour est en marche sur la Caroline, où il croit trouver
l'ennemi. Cela paraissait si positif, qu'il ne vint pas à la pensée du
général Vedel d'envoyer une reconnaissance sur Mengibar (il y eût trouvé
M. de Reding), présumant que le général Dufour avait eu cette précaution
avant de prendre la résolution de marcher à la Caroline avec toute sa
division. Comme il avait ordre d'appuyer le mouvement du général Dufour,
il prévint le général Dupont que, conformément à son instruction, il
allait partir le lendemain avec sa division pour la Caroline. Il envoya
sa lettre au général Dupont, qui était resté à Andujar avec la division
Barbou.

Cette lettre lui fut portée par un maréchal-des-logis de chasseurs à
cheval, accompagné de treize chasseurs, qui partirent le soir de Baylen
pour Andujar; ils y arrivèrent de grand matin, et firent bien leur
commission. Le général Dupont répond de suite au général Vedel qu'il
approuve sa marche pour rejoindre le général Dufour, en le prévenant que
lui-même va partir d'Andujar le lendemain 17 pour se réunir à eux. Il
envoie cette lettre par le retour du même maréchal-des-logis de
chasseurs, qui repassa à Baylen à la pointe du jour, le lendemain du
départ du général Vedel. Il n'y avait point encore d'ennemis à Baylen:
il continua son chemin vers la Caroline, où il arriva sans coup férir,
et remit au général Vedel les lettres du général Dupont.

Comment concevoir que le général Dupont, ne soit pas parti de suite le
17, au lieu de remettre son mouvement au lendemain? Il était beaucoup
plus qu'autorisé à se retirer, puisqu'il en avait reçu l'ordre de moi.
Il était informé de l'état des choses derrière lui, et, qui plus est, en
supposant qu'il ait soupçonné que le général Dufour avait été dupe de
fausses informations, devait-il ne pas songer qu'en restant à Andujar,
il allait se retrouver dans le même embarras qu'avant d'avoir été
rejoint par les deux divisions que je lui avais envoyées sur ses
instances réitérées? Je ne sais quel motif l'a porté à ne partir que le
lendemain du jour où il reçut le maréchal-des-logis de chasseurs que lui
avait envoyé le général Vedel; mais voici ce qui en arriva.

Le général espagnol Reding (Suisse de nation) était resté à Mengibar, et
n'avait pas songé à tourner le général Dufour, qui était pour le moins
aussi fort que lui, et peut-être plus; aussi se contenta-t-il d'observer
le mouvement de Dufour sur la Caroline, sans rien faire qui pût déceler
son projet; et, voyant le général Dupont resté seul à Andujar, il passe
le Guadalquivir à Mengibar, et vient se placer à Baylen sur la
communication entre Dupont et Vedel. Il eut le temps de bien s'établir
et de se préparer à recevoir le général Dupont, qui effectivement arriva
le matin, ayant marché toute la nuit pour éviter la chaleur, et qui fut
fort surpris de trouver à Baylen les mêmes Espagnols qu'il croyait
poursuivis par les deux divisions de Dufour et de Vedel.

Il n'y avait pas deux partis à prendre, il se disposa à combattre pour
forcer le passage; les Espagnols l'avaient prévu, et avaient, dans tous
les cas, leur retraite assurée sur Mengibar. La canonnade s'engagea. On
a fait sur cette action toutes sortes de contes, tant sur la manière
dont elle fut engagée et conduite, que sur des motifs que l'on avait eus
d'employer les meilleures troupes à une autre destination qu'au
combat[47]. La vérité est que les troupes étaient exténuées de fatigue,
et que la chaleur les trouva le lendemain dans cet état d'épuisement,
sans une goutte d'eau. On ne peut se faire une idée, dans un climat
tempéré, de ce que c'est que cette souffrance; il faut l'avoir éprouvée
pour en juger. Une autre circonstance à ajouter à cela, c'est que le
général Dupont était malade, et que, dans cet état, il n'avait pas la
moitié de ses facultés.

M. de Reding sentait sa position mauvaise, parce qu'il n'obtenait point
de succès sur des troupes qu'il croyait prendre aussitôt qu'il les
aurait attaquées, mais surtout parce que, pendant l'action, on vint le
prévenir que les troupes qui avaient pris le chemin de la Caroline
(c'étaient Dufour et Vedel) s'étaient mises en marche pour revenir à
Baylen, et qu'elles ne tarderaient pas à paraître. M. de Reding se tira
habilement de la mauvaise situation où cette circonstance inattendue
l'aurait jeté. Il profita du moment où le général Dupont ne pouvait pas
encore être informé de la marche des généraux Vedel et Dufour, pour lui
envoyer proposer une suspension d'armes, afin d'entrer en accommodement,
si cela était possible. Cette proposition convenait d'autant mieux au
général Dupont, que le moins qu'il pouvait y gagner était un peu de
repos pour ses troupes, qui en avaient grand besoin.

Il accepta, et envoya près du général Reding des officiers pour régler
la position des troupes, et les conditions d'un armistice qui fut conclu
de suite. Il avait eu aussi la précaution d'envoyer en observation le
plus loin possible sur la route d'Andujar, par laquelle il était venu,
afin d'être prévenu, si le corps espagnol du général Castaños
s'approchait, parce qu'il présumait bien que ce général se serait mis à
sa poursuite immédiatement après qu'il aurait été averti de son départ
d'Andujar.

Il y avait à peine quelques heures que l'on était en armistice, que le
général Vedel paraît à la vue des Espagnols de l'autre côté de Baylen,
n'ayant que cette ville, que les Espagnols défendaient, entre lui,
Vedel, et le général Dupont.

Le général Vedel, voyant les ennemis, attaque de suite, et pousse
vivement tout ce qui est devant lui; il fait mettre bas les armes au
régiment espagnol de Jaen, le chasse de sa position, en lui enlevant
deux pièces de canon qui la défendaient: encore quelques efforts, et il
consommait la perte du général Reding, qui, s'il n'avait été pris ou
détruit, aurait dû stipuler pour lui dans les conditions qui devaient
suivre l'armistice existant, et dont il tira un bien autre parti.

Il envoie, au milieu de l'action, un parlementaire au général Vedel,
pour le prévenir de ce qui s'était passé entré lui et le général Dupont,
avec lequel il était en armistice. Le général Vedel ne veut entendre à
rien, et poursuit ses avantages, lorsqu'enfin la persévérance de M. de
Reding lui suggéra d'employer le général Dupont lui-même, par lequel il
fit intimer au général Vedel de suspendre son attaque, et il le comprit
dans l'armistice, en lui envoyant un de ses aides-de-camp, M. Barbara,
pour l'obliger à se conformer à ses dispositions. Vedel reçut un second
ordre de Dupont, de rendre au général Reding le régiment de Jaen et
l'artillerie qu'il avait pris, comme l'ayant été, disait-on,
postérieurement à l'armistice conclu entre la division Barbou, avec
laquelle Vedel n'avait cependant rien de commun.

Dès que Vedel se vit en communication avec son général en chef, qui lui
envoyait des ordres par un officier de son état-major, il s'y conforma:
c'était au général en chef à profiter de cette circonstance pour rendre
au moins sa position meilleure, s'il ne voulait pas détruire le général
Reding, qui resta ainsi à Baylen entre la division Dupont et celles de
Vedel et de Dufour, c'est-à-dire au milieu de plus de trois fois autant
de monde qu'il n'en avait. Il eut la constance d'y attendre l'arrivée de
son général en chef, M. de Castaños, avec lequel il ne pouvait
communiquer que par Mengibar et la rive gauche du Guadalquivir; encore
Castaños ne serait-il pas arrivé si tôt sans la sottise la plus
incroyable qui ait jamais été faite par un officier, quelque médiocre
qu'il puisse être; si ce n'était pas une turpitude, cela ne pourrait
être qualifié que de trahison.

Dupont avait envoyé un officier d'état-major, M. de Villoutray, sur la
route d'Andujar, le plus loin possible, pour être averti de l'approche
du général Castaños. Lorsque cet officier reçut les ordres du général
Dupont, l'armistice était conclu avec le général Reding. Que croirait-on
qu'il fit? Je le donne en mille au plus fin, et vais le raconter comme
il me l'a dit lui-même, lorsqu'il est venu à Madrid me rendre compte du
malheureux sort de ce corps d'armée.

Il alla depuis Baylen jusqu'à la première poste sur la route d'Andujar,
c'est-à-dire à deux lieues du pays, qui en font à peu près trois de
France; de ce point il pousse encore une reconnaissance un peu plus
loin, il n'aperçoit personne, le plus grand silence régnait autour de
lui, lorsqu'il entend le canon qui recommence à tirer à Baylen, ainsi
que la mousqueterie. Il ne lui vient pas dans l'esprit que ce canon
pouvait être celui du général Vedel, qui serait revenu de la Caroline au
bruit de celui du général Dupont, qui avait dû s'entendre toute la
matinée de Baylen à la Caroline, et qui avait dû déterminer Vedel à
revenir sur ses pas.

Il ne lui vint pas non plus dans l'esprit que ce pouvait être le général
Dupont qui essayait de nouveau de forcer le passage, ou qui se défendait
contre une perfidie dont on aurait voulu le rendre victime dans sa
mauvaise position; et au lieu de revenir à toutes jambes à Baylen
prévenir le général Dupont de ce qu'il avait observé, et lui dire que,
dans tout état de choses, il avait au moins cinq ou six heures avant
d'entendre parler de M. de Castaños, à la rencontre duquel il aurait pu
d'ailleurs être envoyé une seconde fois, si cela eût été nécessaire, cet
officier imagine tout le contraire: il va à la rencontre de M. de
Castaños, qu'il trouve à Andujar, se disposant à partir pour Baylen.
Peut-être même avait-il déjà commencé son mouvement; mais il ignorait
complétement ce qui se passait à Baylen, il n'avait pas encore reçu la
dépêche du général Reding qui lui en rendait compte.

Ce fut cet officier du général Dupont qui le mit officieusement au
courant de tout ce qui était arrivé, et qui lui dit qu'on l'attendait
pour traiter de l'évacuation de l'Andalousie par les troupes françaises.
M. de Castaños apprenant l'état des choses et la position malheureuse du
général Dupont, ne se fait pas prier plus long-temps de partir, et il
amène son armée au plus vite pour augmenter les embarras dont le général
Dupont ne savait déjà plus comment sortir.

Je laisse le lecteur juge de cette sottise comme de ce qui aurait pu
arriver à la division Reding, si cet officier, au lieu d'aller chercher
Castaños, fût venu dire à Dupont sur combien d'heures il pouvait compter
avant d'être attaqué par la route d'Andujar, sur laquelle il avait été
jusqu'à cinq lieues sans trouver personne. Vedel et Dufour étaient
arrives, et Dupont pouvait prendre d'abord toute la division Reding, et
écraser ensuite le corps de Castaños, sur lequel il aurait eu une
supériorité numérique hors de toute proportion.

L'arrivée de M. de Castaños rendait affreuse la position de la division
Barbou, avec laquelle se trouvait Dupont. Les Espagnols s'attachèrent à
empêcher la communication entre elle et celles de Vedel et de Dufour,
parce que cette division allait devenir le gage de tout ce qu'ils se
proposaient d'exiger. Je ne fais nul doute que, si le général Dupont
avait eu ses trois divisions rassemblées, comme il pouvait et aurait dû
les avoir sans les fautes de ses généraux; je ne fais nul doute, dis-je,
que, malgré son état maladif, le général Dupont aurait mal mené Castaños
et Reding; mais dans la malheureuse position où l'avait mise l'ineptie
de ceux qui exécutaient sous lui, il ne pouvait guère faire mieux que de
chercher à traiter.

Il avait par hasard avec lui le général Marescot, premier
inspecteur-général du génie, que l'empereur avait envoyé en
reconnaissance dans l'Andalousie, et qui, pour sa sûreté personnelle,
s'était réuni au corps du général Dupont; ce fut lui qu'il chargea
d'assister aux conférences avec le général Legendre et d'autres
officiers. Elles s'ouvrirent à Baylen, chez le général Castaños, qui
avait de même avec lui quelques officiers-généraux espagnols. Les
plénipotentiaires du général Dupont demandaient le libre passage par la
Sierra-Moréna, pour revenir à Madrid avec tous les corps d'armée. Ils
n'avaient pas autre chose à demander, et les Espagnols n'avaient
d'avantage de position sur le général Dupont que de tenir la division
Barbou séparée de celles des généraux Vedel et Dufour, par la position
qu'avait prise, à Baylen, le général Reding, lequel pouvait aussi être
considéré comme coupé du général Castaños par la position même de la
division Barbou, qui le séparait de ce général. Il n'y avait donc pas
plus de motifs pour imposer à la division française du général Barbou
des conditions que l'on aurait pu imposer, et que cependant l'on
n'imposa point à la division espagnole de Reding, qui était dans le même
cas, c'est-à-dire qu'il n'y avait pas même le cas d'une négociation, et
il fallait avoir perdu la tête pour se conduire comme l'ont fait les
généraux français qui étaient là présens. Par une absurdité sans
exemple, il fut posé en principe que les Français demandaient, et que
c'était aux Espagnols à accorder ou à refuser, et pas une voix ne se fit
entendre pour faire l'observation dont je viens de parler.

Cependant M. de Castaños ne manqua pas de considérer que sa division
Reding était, pour le moins, aussi compromise que l'était la division
Barbou, et qu'en dernière analyse le combat qui avait eu lieu entre ces
deux divisions, n'avait eu aucun résultat; il n'y avait point eu de
perte d'artillerie, ni de bataillons pris[48], ni enfin aucun de ces
événemens qui marquent le succès ou l'infériorité. Il considérait, en
outre, que le corps de Dupont, réuni, lui serait supérieur par sa
nombreuse cavalerie et son artillerie, et sa réunion était infaillible
au bout d'une demi-heure d'efforts de la part du général Vedel, auquel
il ne pouvait pas s'opposer, et qui était impatient de combattre. Il n'y
avait pas cinq cents toises entre les postes de Vedel et ceux de Barbou.
Il était bien, il est vrai, de sa personne à Baylen, chez le général
Reding, mais il avait à traverser la division Barbou, pour rentrer à son
corps sur la route d'Andujar, et il craignait que, si l'on se séparait
sans rien conclure, on eût vent de la supercherie, qui n'aurait pas
manqué de tourner contre lui. Il préféra donc ne pas gâter la bonne
affaire que la fortune lui présentait, en voulant obtenir trop. En
conséquence, il consentit un libre passage par la Sierra-Moréna, de tout
le corps qui était en Andalousie; l'acte en fut dressé et signé
sur-le-champ.

Tout était terminé, lorsqu'on apporta à Castaños les dépêches prises sur
le jeune M. de Fénelon, que j'avais ordonné que l'on fît partir de
Madrid, pour porter au général Dupont la lettre dans laquelle je donnais
à ce général l'ordre impératif de quitter l'Andalousie pour ramener son
corps d'armée sur Madrid, en me faisant connaître l'itinéraire de sa
marche, et s'il était suivi par les Espagnols, afin que je pusse aller à
sa rencontre avec tout ce que j'avais de troupes disponibles.

M. de Castaños, ayant lu cette dépêche, appela successivement dans une
pièce voisine les plénipotentiaires du général Dupont, et leur ayant
fait lire la lettre que j'écrivais au général Dupont, il leur dit:
«Messieurs, je venais de vous accorder le retour à Madrid, par la
Sierra-Moréna, pour vous et les troupes sous vos ordres; je suis bien
fâché du contre-temps qui survient, mais, voilà une lettre de votre
général en chef qui ordonne au général Dupont de revenir à Madrid, et je
dois m'y opposer; en conséquence, je change de résolution, et nous
allons parler d'autres arrangemens.» M. de Villoutray, qui était
présent, m'a rapporté mot pour mot ma lettre, qu'il m'a dit avoir lue
entre les mains du général Castaños, avoir bien reconnu mon écriture, et
l'avoir certifié aux généraux Marescot, Legendre, Pannetier, et à tout
ce qui était là de Français[49].

Il n'y avait donc plus de doute que c'était moi qui avais écrit et
ordonné que l'on se retirât sur Madrid. Peu importe par quelle voie mes
intentions avaient été connues, on avait reconnu mon écriture et ma
signature, conséquemment on était obligé de faire au moins tout ce qui
aurait été possible pour exécuter ce que je commandais, à moins d'en
être empêché par une force et des événemens majeurs. Or, ce que je
prescrivais était précisément les conditions qui venaient d'être
accordées par le général Castaños. On les avait obtenues avant de
connaître ma lettre; et pourquoi? parce que le général Castaños avait
cru ne pouvoir accorder moins à un corps d'armée qui était en état de se
mesurer avec lui, et même de le battre. Ma lettre ne diminuait rien de
la force du corps du général Dupont, qui était encore, après cette
circonstance, ce qu'il était avant qu'elle survînt; elle ne changeait
donc rien à sa situation; elle lui imposait au contraire le devoir de
recourir aux armes, si le hasard avait fait qu'il eût obtenu moins que
ce que j'ordonnais que l'on fît, puisqu'il avait encore son corps
entier, lorsqu'il connut les ordres que je lui envoyais; et il faut
avoir fait un singulier raisonnement en partant de cette lettre pour
faire le contraire de ce qu'elle prescrivait.

Et en supposant que, trompé moi-même par de faux rapports, je lui eusse
donné, par cette lettre, des ordres qui l'auraient mis dans une position
moins heureuse que celle qu'il avait obtenue, il aurait encore dû ne se
relâcher en rien des avantages auxquels la supériorité de ses armes lui
donnait le droit de prétendre, surtout les ayant obtenus avant d'avoir
reçu mes ordres, que, dans ce cas, il aurait pu méconnaître.

Ce raisonnement est un axiome du métier, et je rends trop de justice au
général Dupont, pour douter que, s'il avait été assez bien portant pour
monter à cheval, et venir lui-même juger ses ennemis et plaider ses
affaires, elles n'eussent tourné tout autrement. Au lieu de cela, elles
ont été livrées à des hommes qui se sont empressés de sortir d'embarras
à ses dépens, et qui n'ont pas eu honte de trouver les observations de
M. de Castaños fondées et raisonnables. Par suite de cet incident, ils
entrèrent dans une nouvelle négociation, en annulant la première
capitulation.

Croira-t-on que, sans tirer un coup de canon ni un coup de fusil depuis
la première capitulation, ils en signèrent une autre par laquelle ils
rendirent prisonnier de guerre, pour être conduit en France par mer,
tout le corps d'armée, qui devait défiler et mettre bas les armes, avec
la sotte condition qu'on les leur rendrait au moment de leur
embarquement pour la France? Enfin on eut l'infamie de ne pas rejeter un
article que le général espagnol y fit insérer, par lequel les malheureux
soldats qu'on sacrifiait lâchement furent déshonorés. On les obligea de
mettre leurs havresacs à terre, et sous prétexte de leur faire restituer
des effets d'église, qu'on les accusait d'avoir volés, on les soumit à
cette dégoûtante visite. Cette seconde capitulation portait qu'il y
aurait un nombre déterminé de caissons qui ne seraient point visités.
Eh! c'étaient ceux-là qui auraient dû l'être.

Enfin, après ces honteuses stipulations signées, on se mit en devoir de
les exécuter, et la division Barbou défila la première. Les généraux
Vedel et Dufour, qui n'étaient point tournés, ayant appris de quoi il
était question, s'arrangèrent de manière à partir à l'entrée de la nuit,
et reprirent le chemin de la Caroline, qu'ils suivirent pendant deux
jours.

Les Espagnols s'étant aperçus de ce mouvement, et n'ayant aucun moyen de
s'opposer à la retraite de ces deux divisions, imaginèrent celui-ci: ils
déclarèrent au général Dupont que, si ces deux divisions ne venaient pas
exécuter les conditions de la capitulation dans laquelle leur intention
avait été de les comprendre, ils n'exécuteraient point cette même
capitulation en ce qui concernait la division Barbou; qu'ils la
traiteraient avec toute la sévérité des représailles, et ne répondaient
pas des excès où ce manque de loyauté porterait la population révoltée.

On était véritablement dans la veine des sottises: cette menace fit peur
(on rougirait d'avouer pourquoi) au point que l'on envoya le général
Legendre, qui était le chef d'état-major du corps d'armée, courir après
les deux divisions de Vedel et de Dufour, pour les ramener. Il ne put
les joindre qu'à quatre lieues au-delà de la Caroline, et sans dire
autre chose à ces deux généraux, sinon qu'ils étaient compris dans une
capitulation d'évacuation qui avait été signée entre le général Dupont
et le général Castaños, il leur ordonna, de la part du général Dupont,
de ramener leurs divisions, les grondant même d'être partis du champ de
bataille sans ordre, et d'avoir ainsi compromis la vie des soldats de la
division Barbou. Ce général Legendre se garda bien de dire à ces deux
généraux qu'il venait les chercher pour leur faire mettre bas les armes,
quoique lui-même eût déjà fait procéder au désarmement de la division
Barbou avant de venir chercher Vedel et Dufour, qu'il abusait sciemment.

On a blâmé ces deux généraux d'avoir obéi; je doute qu'à leur place on
eût osé ne pas le faire. Étaient-ils autorisés à soupçonner un piége
dans ce que leur disait le chef d'état-major du corps d'armée au nom de
leur général en chef? Non: si l'on admettait ce principe, il en
résulterait les plus grands inconvéniens à la guerre, où l'on n'a le
plus souvent que des jeunes gens pour porter les ordres des généraux.
Devra-t-on les croire lorsqu'on ne les connaîtra pas personnellement, si
l'on doit douter de la véracité du chef d'état-major du corps d'armée,
qui vous porte lui-même un ordre du général en chef, surtout quand il a
soin de ne pas vous dire que c'est pour vous livrer aux ennemis?

Enfin, ces deux divisions revinrent à Baylen, d'où la division Barbou
était partie plusieurs jours auparavant. Elles furent remises aux
généraux espagnols, qui les séparèrent et désarmèrent, puis les mirent
en marche sur Séville.

Le général Dupont rendit ainsi un effectif de vingt-un mille hommes
d'infanterie, avec quarante pièces de canon et deux mille quatre cents
hommes de cavalerie, c'est-à-dire le bon tiers des troupes françaises
qui étaient en Espagne.

Si le général Legendre avait voulu, il aurait sauvé les deux divisions
de Dufour et de Vedel; il n'avait qu'à les suivre au lieu de les faire
revenir pour les déshonorer, mais tout le monde était plus occupé de
suivre de l'oeil les caissons réservés et non soumis à la visite. Enfin,
chacun fut puni par où il avait péché: les soldats, indignés d'être
soumis à cette honteuse visite, indiquèrent aux Espagnols les caissons
qu'ils regardaient comme la cause de l'affront qu'on leur avait fait, et
leur dirent qu'ils contenaient, bien plutôt que les havresacs, les
objets que l'on cherchait. Les Espagnols ne se le firent pas dire deux
fois, et les pillards furent pillés à leur tour. Si le général Dupont
avait commencé par cette précaution en se mettant en marche, il aurait
trouvé tout le monde prêt à faire son devoir.

Cette malheureuse armée fut victime de l'erreur de son général: la junte
insurrectionnelle d'Andalousie ne ratifia pas la capitulation, tout fut
fait prisonnier, et mourut de langueur ou de mauvais traitemens dans les
prisons d'Espagne; les moins malheureux furent ceux qui obtinrent d'être
livrés aux Anglais.

Le général Dupont, après ce désastre, était bien obligé de m'en rendre
compte; il m'écrivit une lettre fort courte, contenant la capitulation
qu'il avait ratifiée, et chargea M. de Villoutray de m'apporter cela à
Madrid; nous verrons tout à l'heure comment il y arriva. Retournons à
Bayonne.



CHAPITRE XXVIII.

Fâcheuse impression que fait en Espagne le désastre de Baylen.--La
Romana et Bernadotte.--Entrée de Joseph à Madrid.--Encore M.
Villoutray.--Mon opinion sur ce qu'il y avait à faire.--Événemens de
Portugal.--L'amiral Siniavin.


L'empereur venait de faire partir le roi Joseph pour Madrid, avec les
députés espagnols. Ce nombreux convoi était accompagné par deux vieux
régimens d'infanterie légère, et marchait, par conséquent, à petites
journées. Déjà l'on se flattait qu'avec de la douceur on insinuerait la
persuasion, et l'on espérait qu'arrivé à Madrid avec le cortége, l'on
pourrait commencer tout ce que l'on avait projeté pour nationaliser
l'ouvrage qui n'avait été qu'ébauché à Bayonne. Le roi ne fut reçu avec
enthousiasme nulle part, mais avec respect partout; il avait même gagné
quelque chose à se faire connaître personnellement.

Le malheur voulut qu'en passant à Burgos, les avant-coureurs de la
nouvelle de la défaite du général Dupont y arrivèrent presque aussitôt
que lui, parce que les juntes de Cordoue et de Séville étaient fort
actives dans leurs communications, et quoique le corps de Dupont ne fût
pas encore pris, on anticipait sur les événemens, en sorte que l'opinion
en était frappée, et la crainte retenait déjà beaucoup d'Espagnols qui,
comme dans tous les pays, se seraient volontiers jetés dans une
entreprise nouvelle; mais ils voulaient, auparavant, apercevoir des
espérances de réussite. On se détermina donc à attendre la confirmation
de l'événement dont on répandait le bruit, avant de prendre un
parti[50].

Le convoi des députés diminuait tous les jours, si bien que le roi
arriva à peu près seul à la maison de campagne de Chamartin, à deux
lieues de Madrid, le 21 juin au matin. Les nouvelles d'Andalousie
commençaient déjà à circuler dans la ville, où elles étaient parvenues
par des moyens extraordinaires; on n'y croyait pas, et moi
particulièrement, parce que je ne pouvais concevoir que le général
Dupont ne m'en eût rien fait dire. Néanmoins mes protestations ne
persuadaient pas. La première chose que me demanda le roi, lorsque
j'allai prendre ses ordres à Chamartin, ce fut des nouvelles
d'Andalousie, dont on lui avait déjà parlé. Je ne pouvais que lui
répondre que je ne concevrais pas qu'il y fût arrivé un malheur.

Le roi Joseph fit son entrée à Madrid le même jour, à quatre heures du
soir; il n'était escorté que par la garde à cheval de l'empereur. Je fis
mettre la garnison sous les armes, et la disposai en réserve sur toutes
les places, de manière à pouvoir agir, si cela devenait nécessaire.

Le cortége du roi était nombreux; mais aucun Espagnol, hormis le
capitaine-général de Navarre, ne l'accompagnait; les ministres, ainsi
que les députés qui étaient partis de Bayonne avec lui, l'avaient déjà
abandonné. Il y avait une assez grande curiosité parmi le peuple, même
quelques marques d'approbation; mais il y eut de la décence partout. Les
gardes wallonnes étaient sous les armes, et bordaient la haie au
château, où le roi descendit vers cinq heures du soir, le 21 juin. Il
reçut, le lendemain, les autorités de la ville de Madrid et plusieurs
Espagnols de marque, et commença de suite à prendre connaissance de
l'état des affaires du pays. Il est très probable que l'on se serait
accoutumé petit à petit à ce que cette révolution avait de choquant pour
la fierté espagnole, en considérant tout ce que les différentes classes
de la nation gagnaient à un changement qui aurait apporté plus d'égalité
dans les conditions. Malheureusement les correspondances particulières
apprirent de tous côtés le désastre du général Dupont, avec des détails
qui ne permettaient plus d'en douter; et enfin le commandant d'un des
bataillons placés sur la ligne de correspondance, depuis Madrid jusqu'à
la Sierra-Moréna, me rendit compte du passage par son poste, de M. de
Villoutray, allant à Madrid, escorté par un officier et un détachement
de cavalerie espagnole, venant de Baylen, et étant porteur de la
capitulation du général Dupont.

J'envoyai sur-le-champ ordre au commandant d'Aranjuez d'arrêter le
détachement de cavalerie espagnole, de le garder jusqu'à nouvel ordre,
et de faire partir M. de Villoutray en poste pour Madrid, où il arriva
le 29 juin, apportant l'acte conclu, à la suite de la journée du 20,
entre le général Dupont et le général Castaños.

Cet officier ne me donna d'abord que des détails obscurs, qui rendaient
ma curiosité plus impatiente. Je lui demandai pourquoi il m'avait amené
une escorte de cavaliers espagnols jusqu'à Madrid, où leur présence
aurait suffi pour encourager un soulèvement, au lieu de les laisser au
Puerto de la Sierra-Moréna, et de prendre les deux bataillons qui
gardaient ce passage, pour s'en faire escorter, puisqu'il revenait à
petites journées. Après quelques momens d'hésitation[51], il me dit
qu'il n'avait pas eu cette pensée, et qu'il s'était cru plus en sûreté
avec son escorte espagnole, pour traverser un pays qu'il me disait
insurgé. «Mais au moins, lui répondis-je, avez-vous dit à ces
bataillons, comme à ceux que vous avez dû trouver à Valdepenas, à
Manzanares et à Madrilejos, ainsi qu'à la brigade du général Laval, que
vous avez rencontrée, ce qui était arrivé au général Dupont? Puisque
vous me dites que le pays est insurgé, il va devenir très difficile de
communiquer avec eux.»

Il répliqua qu'en sa qualité de parlementaire il ne leur avait rien dit,
et plus tard, c'est-à-dire de retour à Paris, il m'avoua que du Puerto
de la Sierra-Moréna, où il avait trouvé les deux bataillons qui
gardaient ce passage, il avait écrit à Castaños de les envoyer chercher
comme faisant partie du corps d'Andalousie, tant il était loin de les
prévenir de se retirer. Les militaires qui me liront ne concevront pas
une pareille démence, et plaindront le général Dupont d'avoir été dans
le cas d'employer de tels hommes.

Castaños ne manqua pas de profiter de l'avis, et fut beaucoup mieux
servi par M. de Villoutray, dans le cours de sa campagne, qu'il ne
l'avait été par aucun officier de l'armée espagnole.

Le roi Joseph m'envoya chercher aussitôt qu'il reçut cette nouvelle,
pour avoir une opinion sur ce qu'il se proposait de faire. Je fus d'avis
de rappeler bien vite le corps du maréchal Moncey, qui était encore
entre San-Clemente et Aranjuez; d'envoyer prévenir le maréchal
Bessières, qui était en mouvement dans le royaume de Léon; de faire
également prévenir le général Verdier, qui continuait d'assiéger
Saragosse, afin qu'il prît garde à une insurrection qui devenait
probable, et enfin j'insistai fortement pour que l'on évacuât de suite,
de Madrid, les hôpitaux avec les administrations, et que l'on n'y gardât
que les troupes en état d'agir.

Le roi fit donner ses ordres de suite pour que l'on exécutât tout cela;
mais il me demandait si mon opinion était que l'on pût encore tenir en
Espagne après ce malheur. Je lui répondis franchement que je ne le
croyais pas; qu'il ne fallait compter sur aucun secours de France, où il
n'y en avait pas, à moins que l'on ne les tirât de la grande armée,
c'est-à-dire des bords de l'Oder, et qu'ayant leur arrivée, une
persévérance irréfléchie nous amenerait de nouveaux malheurs, parce que
le prestige attaché jusqu'à ce moment à nos armes venait de recevoir une
atteinte assez forte pour encourager une insurrection générale, qui
serait d'autant plus entreprenante, qu'elle ne verrait que des corps
isolés composés de très jeunes gens, qui lui présenteraient de nouveaux
succès encore plus faciles à obtenir que celui auquel nous devions si
peu nous attendre.

Le roi me dit: «En ce cas, vous évacueriez donc Madrid?»

Je répondis: «Oui assurément, sire, aussitôt que le général Castaños se
présenterait dans la Manche, quoique ce soit la capitale, et malgré
l'avantage que nous donne la fortification du Retiro, parce que, si
Castaños s'approche, il agira de concert avec une insurrection qui
éclatera dans la capitale, et sur toute la route depuis Madrid jusqu'à
Burgos; il a sur nous, dans ce moment-ci, un grand avantage moral: il
sait que nous n'avons pas plus de troupes à lui opposer que n'en avait
le général Dupont; il n'aura donc garde de manquer cette seconde
occasion d'acquérir une nouvelle gloire qui lui paraîtra sûre.--Mais que
dira l'empereur?--L'empereur grondera; mais cela ne tue pas. Eh! que
dirait-il, si on allait lui donner une seconde représentation de
Baylen?--Je sais bien que s'il était ici, il ne songerait pas à s'en
aller; mais aussi là où il se trouve, tout le monde obéit à l'envi,
personne ne se plaint. Ici nous sommes bien éloignés d'être dans ce
cas-là. Demandez quelque chose, tout le monde sera fatigué ou malade, au
lieu qu'un regard de l'empereur ferait relever tous ces câlins. Personne
ne peut faire ce que fait l'empereur: malheur à celui qui aura la
prétention de l'imiter! il s'y perdra.--Mon opinion est qu'il faut, sans
différer, lui écrire ce qui est arrivé; il jugera bien lui-même les
conséquences qui doivent en résulter. On aura le temps de recevoir ses
ordres, avant d'être trop loin pour les exécuter. D'ailleurs, avec les
moyens qui nous restent, et sans le secours d'aucun parti dans la
nation, les affaires d'Espagne doivent rentrer dans un cadre dont je ne
puis déterminer l'étendue; il faut adopter une autre marche, et ensuite
il est possible que le désastre de Dupont soit le signal d'un nouvel
incendie en Europe. L'empereur connaît sa position; il ne faut donc pas
l'engager plus avant qu'il n'a le projet d'aller, parce qu'à présent
c'est à lui à conquérir l'Espagne, et à voir ce qu'il veut y risquer.»

Cette conversation se termina là. Non seulement l'insurrection nous
gagnait en Espagne, mais c'était encore pis en Portugal: les Anglais
venaient d'opérer un débarquement de troupes à Cintra, près de
l'embouchure du Tage. Le général Junot, qui y commandait, ne put les
combattre avec son armée réunie, parce qu'il avait reçu ordre de faire
plusieurs détachemens, un, entre autres, d'une brigade entière qui
marchait, par l'Alentejo, pour se réunir au général Dupont. Ce mouvement
avait été ordonné en même temps qu'eut lieu le départ, de Madrid, du
corps du général Dupont. Sa première destination était Cadix, où nous
avions six vaisseaux qui y étaient restés depuis le malheureux événement
de Trafalgar.

Lorsque le général Dupont fut obligé de se retirer de Cordoue, les
communications devinrent si difficiles, que le général Junot ne put en
être prévenu. Il avait également un autre détachement très fort vers
Elvas, pour s'opposer aux entreprises du rassemblement espagnol qui se
faisait à Badajoz. Il lui devenait donc impossible d'obtenir un grand
avantage sur les troupes anglaises, dont le nombre avait été
proportionné à la force des nôtres en Portugal. Il fit rappeler de suite
tous ces détachemens; mais ils ne purent le rejoindre avant qu'il fût
forcé à un engagement avec l'armée anglaise. Il eût été bien important
pour les affaires d'Espagne que le général Junot eût eu un succès
décisif dans cette occasion, c'était le début des troupes anglaises dans
la Péninsule; mais au lieu d'avoir été battues, elles furent
victorieuses.

Le général Junot avait trouvé, en entrant à Lisbonne, l'escadre russe,
qui y était au mouillage; elle venait de la Méditerranée, et avait
appris la déclaration de guerre de la Russie à l'Angleterre, de sorte
que, n'osant pas continuer sa route pour la Baltique, elle était entrée
à Lisbonne. Si, en bon allié, l'amiral russe avait débarqué les troupes,
ainsi que les équipages qu'il avait à bord, et se fût chargé de la garde
de la ville, cela aurait donné quelques moyens de plus au général Junot;
mais, soit qu'il ne le voulût pas, ou que cela ne fût pas conforme à sa
manière particulière de voir sur une alliance qui avait plus d'un
censeur en Russie, le fait est qu'il ne le fit pas, en sorte que Junot
se trouva livré à ses propres forces. Il eut une affaire où, sans
emporter d'avantages, il n'en laissa pas prendre sur lui.

J'ai peu connu les détails qui l'ont précédée; mais le résultat fut
qu'il entra en négociation avec le général anglais, pour l'évacuation du
Portugal; il n'aurait sans doute pas obtenu d'autres conditions que
celles d'être prisonnier de guerre, sans le ton de fermeté avec lequel
il rejeta cette proposition, et ce n'est qu'à son opiniâtreté qu'il dut
d'obtenir une évacuation pure et simple, en faisant embarquer ses
troupes sur les mêmes transports qui avaient amené l'armée anglaise.
Elles furent ramenées à Rochefort et à La Rochelle.

Il eût sans doute mieux valu qu'il les ramenât par l'Espagne; mais, les
Anglais s'y refusaient, et la crainte de perdre beaucoup de monde, par
le fait de l'insurrection, lui fit accepter ce mode d'évacuation. Ce
second événement acheva de perdre les affaires du roi Joseph, car outre
qu'il diminuait considérablement nos forces, il porta un coup funeste au
moral du soldat, et ôta au roi toute confiance de la part des peuples.
Ce fut dans cette occasion qu'on eut lieu de se féliciter d'avoir fait
venir les troupes portugaises en France[52]; elles étaient peu
considérables, à la vérité; mais elles furent autant de moins contre
nous.

Peu de jours après l'arrivée à Madrid du porteur de la capitulation
d'Andalousie, les bataillons avancés sur la communication de Madrid avec
cette province, rendirent compte de l'approche de l'armée espagnole,
commandée par le général Castaños, qui venait de faire prisonniers les
deux bataillons qui gardaient le défilé du Puerto de la Sierra-Moréna.
Cela parut, à Madrid, un mouvement décidé sur la capitale, parce que M.
de Villoutray ne nous avait rien dit de la lettre qu'il avait écrite à
Castaños, en passant à la Sierra-Moréna, pour le prier d'envoyer
chercher ces deux bataillons; il avait eu soin de dire que l'armée
espagnole était très forte, mais aussi il ajoutait qu'il ne croyait pas
qu'elle vînt de si tôt à Madrid, ce qui paraissait une contradiction.

Dans tous les cas, on était déterminé à évacuer: on aurait pu attendre
encore douze ou quinze jours, mais il aurait toujours fallu en venir là.
Néanmoins nous fîmes mal, parce qu'en restant ce temps-là à Madrid, si
nous avions mieux su ce qui se passait en Andalousie, le siége de
Saragosse aurait pu se continuer; et si cette ville avait été prise, cet
événement aurait été un grand point pour la campagne suivante, au
commencement de laquelle il fallut employer un gros corps d'armée à
recommencer cette opération. D'un autre côté, les secours les plus près
que l'empereur pouvait envoyer étaient en Silésie; on jugea que, quelque
parti que l'on prît, on n'attendrait jamais, avec les moyens qui
restaient, le moment de l'arrivée de ceux qui devenaient nécessaires.

Toutes ces considérations portèrent le roi Joseph à ordonner
l'évacuation: elle commença le 3 juillet, et, le 4, tout était hors de
Madrid, sauf quelques malades que leur état ne permettait pas
d'emporter, et que l'on fut obligé de laisser dans les hôpitaux.

Le général Foy parle de cet événement à la page 118 et suivantes de son
quatrième volume. Comme il était en Portugal lorsque cet événement se
passa, il n'est pas étonnant qu'il n'en ait pas été mieux informé. C'est
moi qui fis partir de Madrid la colonne du général Lefebvre-Trevisani
pour appuyer Bessières, et cela, avant la rentrée à Madrid du corps de
Moncey et de la division Frère.

Ce fut également moi qui fis marcher le corps de Laval sur la route
d'Andalousie.

M. de Villoutray m'avait été expédié, par Dupont; mais comme il s'était
fait accompagner d'une escorte espagnole et voyageait à petites
journées, les courriers de l'insurrection l'avaient devancé, et c'est ce
qui me fit concevoir la nécessité du mouvement de Laval. Le roi avait
pris le commandement quand M. de Villoutray arriva à Madrid, et il n'y
avait plus de combinaison possible à faire en faveur de Dupont, dont les
troupes n'existaient plus; s'il en avait été autrement, on n'eût pas
attendu l'offre faite par le maréchal Moncey de marcher à son secours,
dont parle le général Foy, et que je n'ai apprise que par lui. Aller au
secours! de qui? Dupont était dans ce moment-là près d'arriver à Cadix
avec ses malheureux soldats; et puis quel moyen avait-on à employer pour
cela? L'auteur savait qu'il n'en existait aucun. Comment un homme comme
Foy a-t-il pu hasarder cette phrase? Je suis bien persuadé que si le
général Foy eût bien connu l'état des choses, il aurait été de mon
opinion. Assurément il ne devait pas être agréable à aucun maréchal de
France d'avoir à obtempérer à ce que je prescrivais d'après la position
où je me trouvais placé; mais peu importait alors aux affaires
l'amour-propre offensé de ces messieurs. Je le savais, je le voyais, et
si un seul, quel qu'il fût, avait essayé de s'affranchir de la déférence
qu'à ce titre il me devait, j'aurais su me servir de mon autorité pour
l'en faire repentir, et l'empereur m'eût approuvé, ainsi qu'il l'avait
fait en 1807. Foy est dans l'erreur. Très peu de jours après son
arrivée, le roi me fit apercevoir que ma présence le gênait autant
qu'elle contrariait les maréchaux, mes aînés en grade; mais je savais
que les troupes étaient bien loin de manquer de confiance en moi.
Néanmoins le roi m'envoya son aide-de-camp, le général Saligny, pour me
redemander la correspondance relative aux affaires militaires, ajoutant
que je n'aurais plus à m'en occuper, parce que cela devenait l'affaire
du roi.

Je rendis compte de ce fait, à l'instant même, à l'empereur; mais je ne
pus recevoir sa réponse: ce ne fut que plus tard que j'appris de
lui-même qu'il avait écrit à son frère de bonne encre, en lui disant
qu'avec des passions on ne voyait rien, et qu'il jugerait bientôt que,
de tout ce qui était en Espagne, j'étais le plus en état de comprendre
sa position et celle de ses affaires.

Je fus effectivement appelé au conseil qui eut lieu après l'arrivée de
M. de Villoutray, et je vis aisément que l'on était bien aise de pouvoir
couvrir sa responsabilité par mon vote, parce que l'on connaissait les
bontés de l'empereur pour moi. Je n'hésitai pas à être le premier à
donner mon opinion, qui était d'évacuer par la route de Burgos.

Le général Foy ne paraît pas l'approuver, mais en matière de guerre, que
je faisais à bonne école, depuis autant de temps que lui[53], son
jugement n'est pas pour moi sans appel. Dupont venait de perdre un bon
tiers des troupes en état de tenir la campagne; Garrot venait de me
faire connaître l'arrivée des Anglais en Portugal; Bessières était
fortement engagé dans les Gallices, et bien qu'il eût été rejoint par le
renfort que je lui avais envoyé, il n'était pas impossible que, vu
l'ardeur de l'insurrection, il fût bientôt dans la nécessité d'être
secouru; et c'était bien plus alors que dans le premier cas que j'aurais
mis l'armée dans une situation déplorable, si j'avais laissé battre
Bessières, surtout avant d'apprendre le sort du corps de Portugal, qui
ne put éviter d'être ramené en France par mer, ce que l'on ne pouvait
prévoir. Je savais la position du corps de Saragosse, et ses embarras
pour renvoyer l'équipage du siége.

Il y en avait pour le moins autant à Madrid, où l'on fut obligé de
doubler les attelages de l'artillerie pour ne laisser aucune voiture de
munition.

Dans cette position, un homme du métier m'eût-il conseillé d'abandonner
la ligne d'opérations de l'armée sur laquelle était le peu de magasins
qu'elle avait, où étaient ses fours, ses hôpitaux, la route d'étape de
ses renforts, pour aller en prendre une nouvelle par la Navarre? Il y
aurait eu de la folie à cela; et si je l'avais fait, et que Bessières
eût éprouvé un revers, par suite de l'abandon où je l'aurais placé, à
quoi eût abouti un mouvement sur Saragosse?

Les Espagnols auraient fait évacuer l'Ebre, en marchant à Bayonne. Voilà
les considérations qui ont motivé mon opinion dans le conseil dont parle
le général Foy, et l'empereur a été loin de me désapprouver. Il conserva
la même ligne d'opérations, en entrant en Espagne, l'automne suivante.

Assurément je ne prétends point à un suffrage unanime pour la part que
j'ai eue à la direction des affaires en Espagne; cependant j'observerai
aux critiques que toute la grande armée et les maréchaux y ont
successivement été employés, excepté le maréchal Davout, et l'on sait
comment cela a fini.

À la page 34 du même volume, le général Foy est dans une erreur plus
grande encore sur le genre de service auquel il prétend que j'étais
employé près de l'empereur: il veut sans doute désigner une police dans
l'armée; or, je donne un démenti formel à cette supposition. Pendant
tout le temps que j'ai servi l'empereur, il ne m'a jamais donné une
commission relative aux individus; souvent il m'a demandé mon opinion
sur des rapports de cette espèce, qui lui étaient adressés (de l'armée
même) par des officiers-généraux qui se servaient de ce moyen pour
capter sa confiance. C'était là sa vraie police parmi ces messieurs, et
elle ne laissait rien à faire à d'autres.

On n'entend pas, sans doute, par police, l'espionnage dans le camp
ennemi, d'où j'ai réussi souvent à tirer des renseignemens qui ont eu de
l'importance pour les opérations ultérieures.



CHAPITRE XXIX.

L'armée se retire.--Je rentre en France.--Détails de mon voyage.--Je
rejoins l'empereur à Toulouse.--Les deux ingénieurs.--Ce qui l'affectait
surtout dans la capitulation de Baylen.--Les hommes de la
révolution.--La Saint-Napoléon.--Empressement des courtisans.


Les troupes revinrent à petites journées; le premier jour, elles
couchèrent à Chamartin, à deux lieues de Madrid; le second, à deux
lieues plus loin: on allait aussi lentement que possible, pour mettre
plus facilement de l'ordre partout.

Le troisième jour, le roi Joseph vint de sa personne coucher à Buitrago.
C'est dans cette ville que je lui communiquai tout ce que je considérais
devoir être la suite du malheureux événement d'Andalousie, qui nous
obligeait à songer à notre sûreté, au lieu que nous comptions occuper ce
temps-là à conquérir par la confiance, ce à quoi il ne fallait plus
songer, et qu'enfin l'insurrection allait employer ce temps-là à
s'organiser, à faire prononcer la nation et à lui chercher des alliés.
Je lui fis observer que, n'ayant nullement besoin de moi, puisque
j'avais remis le commandement dont j'étais chargé avant son arrivée, je
croyais qu'il était urgent que j'allasse vers l'empereur, pour lui
parler de tout ce qui se passait, de manière à y attirer toute son
attention; qu'autrement les correspondances n'avaient qu'à être
interrompues, l'empereur ne saurait plus rien. Il fut de mon avis, et je
partis le soir même pour la France.

Mon voyage m'apprenait à chaque pas combien il était important de
prendre un parti. Je rencontrai partout des estafettes espagnoles
portant les détails de la capitulation de Baylen, et je voyais les têtes
s'échauffer. Je faillis, par suite d'une perfidie, être victime de cette
effervescence naissante.

Un maître de poste espagnol crut me reconnaître, et pour s'en assurer,
il me demanda si je n'étais pas passé chez lui six semaines auparavant,
allant à Madrid. Je répondis affirmativement, et je le vis aussitôt dire
quelques mots à l'oreille du postillon, qui était le guide de mon valet
de chambre, lequel courait devant moi. J'avais eu la précaution de
prendre un gendarme d'élite d'une bravoure éprouvée, et je le faisais
courir à côté de ma voiture.

En arrivant à la poste suivante, tout était en émeute; on allait se
porter sur moi, lorsque ce gendarme, qui, sans perdre de temps, avait
été seller un cheval dans l'écurie, me l'amena en me disant: «Mon
général, il n'y a pas de temps à perdre, montez mon cheval et
sauvez-vous, je vous rejoindrai hors du village.» Comme il n'était pas
homme à s'effrayer de peu de chose, je suivis son conseil, et laissai ma
voiture aux officiers qui étaient avec moi.

Heureusement la nuit approchait; je fis la course sans accident jusqu'à
la poste suivante, où le hasard fit qu'un régiment français était arrivé
le matin. Au lieu d'aller descendre à la poste, je fus chez le
commandant de ce régiment, où je payai bien mon postillon; mais je le
fis reconduire hors de la ville, et fermer la porte sur lui, sans le
laisser aller à la poste. Puis ayant ôté mon uniforme et pris le frac
d'un de mes domestiques, j'envoyai chercher des chevaux de poste de chez
le commandant même et comme pour lui; je partis de son logement et
déjouai ainsi la perfidie. Je fus bien avisé, car bien qu'il fût nuit,
en arrivant à la poste suivante, je trouvai encore la même émeute qui
attendait ma voiture. En voyant arriver des courriers, ils
s'approchèrent et me demandèrent en espagnol à moi-même: «Est-il encore
bien loin le seigneur général?» J'eus l'air de ne pas entendre malice à
cette question, et répondis en italien: «Dans un quart d'heure, il sera
ici.» J'en entendais qui se félicitaient déjà, mais je ne m'amusai pas à
la conversation; j'entrai moi-même dans l'écurie, et, glissant un double
napoléon au postillon, j'eus dans quelques minutes le meilleur bidet de
la poste, ainsi que mon fidèle gendarme. Je fis une grande civilité à la
foule, et, faisant claquer mon fouet, je gagnai des jambes. Ma voiture
arriva un quart d'heure après; mais indépendamment de ce qu'on leur dit
que je n'y étais plus, ils virent dedans trois officiers avec deux
domestiques, et quelques soldats qu'ils avaient eu la sage précaution de
prendre au régiment qu'ils avaient trouvé auparavant, et où j'avais
recommandé que l'on guettât leur passage: on les laissa passer sans leur
rien dire. Je me regardais comme hors d'affaire, parce que j'avais entre
les jambes le cheval qui devait me mener à Vittoria. Je me félicitais
d'avoir joué mes ennemis, lorsque je vis revenir à moi, à toute bride,
un cavalier que je reconnus pour mon valet de chambre. Il courait si
fort, que je pus à peine l'arrêter.

Il m'apprit qu'à chaque poste son postillon parlait au maître de poste,
mais qu'il ne savait pas ce qu'il lui disait, et qu'enfin il venait
d'être attaqué par une bande de gens armés qui attendaient sur le
chemin, et que son postillon était resté avec eux.

La position était critique; je n'étais pas tenté à retourner à la poste
d'où je venais. Je m'arrêtai un instant pour laisser prendre haleine aux
chevaux, et faire préparer les armes à mon gendarme et à mon valet de
chambre, et je préparai aussi les miennes. Le postillon qui
m'accompagnait, auquel j'avais déjà donné un double napoléon, avait
l'air d'un fort brave garçon; nous étions quatre, et mon valet de
chambre m'assurait que la bande était au moins de douze ou quinze hommes
armés; il n'y avait pas de proportion, mais nous n'avions pas d'autre
parti à prendre que d'essayer de passer à travers. Je partis donc avec
cette résolution, et après un quart d'heure de petit galop, je fus le
premier à l'apercevoir; elle avait un homme en observation sur le bord
du chemin, au sommet d'une petite élévation, et l'embuscade se trouvait
sur la pente de la colline, de l'autre côté. Il était nuit, je fis
mettre le pistolet à la main à mes hommes, et aussitôt que je vis cet
homme courir à toutes jambes pour prévenir ses camarades, je fis prendre
le grand galop, et arrivai avant lui au milieu de cette canaille, sur
laquelle nous fîmes feu; elle prit la fuite aussitôt, sans remarquer que
nous n'étions que quatre. J'arrivai ainsi à Vittoria, où ma voiture me
rejoignit. Là j'avais devancé les avis que l'on avait donnés de mon
voyage, et jusqu'à Bayonne je n'eus plus rien à redouter.

L'empereur était parti de cette ville peu après le roi Joseph, et avait
profité de la circonstance qui l'avait amené dans le Midi pour visiter
les départemens qu'il n'avait pas encore vus; il avait pris sa route par
Pau, Toulouse, Montauban, et c'est dans ce voyage qu'il forma le
département de Tarn-et-Garonne, dont Montauban est le chef-lieu, en
sorte que cette ville lui doit une nouvelle existence.

Pendant son séjour à Toulouse, il se rappela les contestations qu'avait
éprouvées un plan de travaux proposés sur un pont du canal du Languedoc,
et qui, malgré les opposans dans le conseil, avaient été exécutés, et
avaient réussi, à la gloire de l'auteur du projet.

Ces travaux avaient exigé la construction d'un pont à canal sur une
rivière.

L'empereur voulut voir par lui-même les travaux exécutés, et se
proposait d'en récompenser l'auteur sur le théâtre même de sa gloire. Il
fait prévenir le préfet, ainsi que l'ingénieur en chef des
ponts-et-chaussées (qui passait généralement pour l'auteur du projet et
pour celui de son exécution), de se rendre sur les lieux, au pont en
question. L'empereur, qui ne se faisait jamais attendre, arriva avant le
préfet, et trouva l'ingénieur en chef seul; il en était bien aise, parce
qu'il voulait lui témoigner de la bienveillance. Il se mit à causer art
avec cet ingénieur, et le mettait sur tous les points des difficultés
qu'il avait dû rencontrer dans d'aussi beaux travaux. L'ingénieur ne
répondait qu'avec embarras, et plus l'empereur lui disait de se mettre à
son aise, plus son embarras augmentait, au point que l'ingénieur trouva
un prétexte pour s'éloigner un moment.

Dans cet intervalle l'empereur dit à ceux qui l'accompagnaient: «On me
trompe, ce n'est pas cet homme qui a fait ce pont-là; il n'en est pas
capable.» Il s'étendait là-dessus, lorsque le préfet arriva (je crois
que c'était M. Trouvé); il le pressa de lui dire la vérité, qu'il était
venu pour la savoir. Le préfet avoua en effet que l'ingénieur en chef
n'était ni auteur du projet, ni exécuteur des travaux, et que c'était un
ingénieur ordinaire du département qui avait fait l'un et l'autre.

L'empereur l'envoya chercher sur-le-champ, et s'informa de lui de tout
ce qu'il voulait savoir, et pendant la conversation, il lui disait: «Je
suis bien aise d'être venu moi-même, sans quoi j'aurais ignoré que vous
étiez l'auteur d'aussi beaux travaux, et je vous aurais privé de la
récompense à laquelle vous avez droit.» Il lui ordonna de le suivre à
Toulouse, écrivit sur-le-champ une réprimande sévère au ministre de
l'intérieur, et nomma ingénieur en chef l'ingénieur ordinaire, auteur
des travaux, et le fit venir à Paris.

L'autre n'eut que le désappointement de voir lui échapper ce qu'il
croyait déjà tenir, et que ses amis lui avaient sans doute préparé.

L'empereur revint par Rochefort, Nantes, Saumur et Tours, où je le
rejoignis. Comme il n'arriva que la nuit, je ne pus l'entretenir que le
lendemain matin. On m'avait fait craindre que j'en serais mal reçu;
mais, aurait-il dû me battre, j'étais résolu à ne lui point ménager les
couleurs du tableau. Je connaissais l'empereur; il n'aimait pas plus
qu'un autre les mauvaises nouvelles, mais il méprisait le mensonge, et
c'est lorsque ce misérable esprit d'adulation eut pris racine dans ses
alentours, qu'il devint impossible et même dangereux à ses meilleurs
serviteurs de persister dans l'austère vérité qu'ils mettaient dans
leurs rapports sur les objets dont il les avait chargés de prendre
connaissance. Ces courtisans, ces perfides adulateurs, étaient parvenus
à élever une telle barrière entre l'empereur et la vérité, qu'il a
ignoré des détails qui ont amené les circonstances les plus pénibles où
il se soit trouvé. J'étais accoutumé à mépriser l'opinion des
courtisans, et à avoir confiance dans la justice de l'empereur.
D'ailleurs il n'était pas question ici d'une affaire personnelle;
aurais-je dû être sacrifié, il fallait encore que la vérité fût connue
de lui. Je dois ajouter aussi qu'il avait un tel discernement, un tel
sentiment de justice, d'attachement pour ceux dans lesquels il avait
confiance, qu'il y avait non seulement sécurité, mais avantage à tout
lui dire. Il avait beau bouder ceux de ses amis qui lui disaient la
vérité, il revenait toujours à eux avec plus de confiance et d'estime
qu'auparavant. Nous causâmes effectivement très longuement, et je voyais
bien que ma narration l'occupait fortement; à chaque moment, il me
faisait répéter, et ne pouvait comprendre ce qui était arrivé en
Andalousie. Il me gronda d'y avoir envoyé autant de monde; mais je lui
répondis que ce n'était pas pour le perdre que je l'avais fait. De tout
ce qu'on pouvait lui apprendre de fâcheux, rien ne lui faisait autant de
peine que cet événement; il ne se dissimulait aucune des conséquences
qui pouvaient en résulter. Ce qui contribuait à lui donner beaucoup
d'humeur contre les généraux qui avaient signé cette capitulation,
c'était l'article de la visite des havresacs des soldats.

«J'aurais mieux aimé apprendre qu'ils sont morts, disait-il, que de les
savoir ainsi déshonorés, et encore sans combattre; cela ne se conçoit
pas, et je ne m'explique cette insigne lâcheté que par la crainte de
compromettre ce que l'on avait volé. Enfin, voilà tout ce qui pouvait
arriver de pis; c'est à présent une grande affaire. Allez-vous-en à
Paris, et nous reparlerons de tout cela.»

Il employait tous les chevaux de poste; mais je m'arrangeai si bien, que
j'arrivai à Paris aussitôt que lui. Il avait déjà dit au maréchal Duroc
de m'envoyer chercher, et il fallut lui rendre compte des plus minces
détails. Il scrutait tout, et ne pouvait pas comprendre qu'un corps
comme celui que commandait le général Dupont, qui aurait dû prendre le
corps de Castaños, eût été pris par lui sans avoir eu d'affaire à perdre
une pièce de canon. C'est dans le cours des enquêtes qu'il fit faire à
ce sujet qu'il apprit la sottise de l'officier qui avait été avertir
Castaños à Andujar, pour l'amener à Baylen, et qui ensuite avait écrit à
ce général d'envoyer chercher les deux bataillons qui étaient au Puerto
de la Sierra-Moréna: l'empereur en levait les épaules de pitié en
faisant le signe de la croix, ce qui était chez lui une marque du peu de
cas qu'il faisait des gens; il disait: «Il vaut mieux croire que c'est
par bêtise qu'il a fait cela; autrement il n'y aurait pas de mauvais
traitement qu'il n'eût mérité: mais comme je ne veux point de lâches
autour de moi, j'ai ordonné qu'on lui demandât sa démission.»

Quand l'on considère de sang-froid l'influence malheureuse qu'a eue la
capitulation de Baylen sur l'insurrection d'Espagne, on peut n'en être
qu'affligé; mais lorsqu'on remarque à quels incidens cet événement est
dû, on en est justement indigné; et est-ce avec bonne foi qu'on a pu
reprocher à l'empereur d'avoir puni avec trop de sévérité des généraux
qui, d'une part, déshonoraient leurs propres troupes, et qui, de
l'autre, compromettaient la plus grande entreprise qu'il ait formée?
L'empereur n'a eu que le tort de ne pas les punir assez ni plus tôt: la
sévérité qu'on lui reproche a été une véritable clémence, et il n'y a
pas un de ces mêmes généraux qui n'eût condamné, un an auparavant, à la
peine capitale celui de ses camarades qui aurait été traduit devant lui
pour un cas semblable.

Il donna à ce sujet plusieurs ordres; mais tel était un des malheurs de
la situation de l'empereur, qu'il avait pris, avec l'ouvrage de la
révolution, les hommes qu'elle avait formés: il n'y avait encore que les
grades subalternes qui fussent peuplés d'hommes nouveaux; les autres,
qui avaient parcouru ensemble les phases de la révolution, avaient en
commun leurs amis et leurs ennemis; lorsqu'on voulait en atteindre un,
toute la confédération courait aux armes, et c'est ce qui arriva dans ce
cas-ci. On n'osa pas résister ouvertement à l'empereur, mais on fit tant
et si bien, que l'exemple qu'il voulait faire tourna contre lui, en ce
que chacun de ces faux serviteurs se fit un mérite d'avoir désarmé une
colère que l'on avait eu soin d'exagérer, afin de faire mieux sentir le
prix du service que l'on rendait. Mais lorsqu'il était question d'un
homme sans appui, n'ayant que son courage, ces mêmes hommes
s'empressaient de le charger encore au-delà de ce qui l'accablait déjà:
par là, ils montraient leur zèle, et se donnaient du crédit de plus pour
servir leurs amis dans une autre occasion. Ces courtisans n'osaient
jamais dire ni oui, ni non; ils ne savaient qu'être les premiers à
s'humilier et à faire suspecter les intentions de ceux qui ne voulaient
pas s'abaisser comme eux, mais qui avaient plus de dévoûment.

L'empereur ne rentra à Saint-Cloud que le 13 août; sa fête avait lieu le
15: c'était un des jours solennels de l'année, où l'on voyait tout le
monde revenir, les uns de la campagne, les autres de la province, ayant
grand soin de dire à la ronde quelques contes qui faisaient voir combien
de chemin ils avaient fait pour avoir le bonheur de présenter leurs
hommages _à notre auguste empereur_, qui avait eu l'extrême bonté de
leur demander comment ils se portaient, ainsi que leur famille,
ajoutant: «Je m'en retourne bien content de l'avoir vu en bonne santé;
que Dieu nous le conserve pour le bonheur de tous. Ah! monsieur, je le
répète bien tous les jours, disaient les plus dévoués, que
deviendrions-nous sans lui? Moi, j'ai telle place, mon frère a celle-ci,
mon fils est là: nous ne pourrons jamais acquitter notre dette de
reconnaissance envers lui.»

C'était à peu près la même antienne tous les ans au 15 août, jour de la
naissance de l'empereur, et au 2 décembre, anniversaire de son sacre.

L'empereur écoutait tout cela, mais savait ce qu'il en devait croire;
cela voulait dire: Soyez toujours heureux, riche et puissant, et vous
pourrez compter sur le plaisir avec lequel nous recevrons vos bienfaits.
Il a cependant cru à la sincérité des sentimens de plusieurs, et il
ressentit beaucoup de chagrin d'être obligé de reconnaître qu'il s'était
trompé.

Le 15 août de cette année se passa encore gaîment, parce que l'on
ignorait les affaires d'Andalousie, et que l'on croyait à la
continuation de la prospérité ordinaire. Ce ne fut que quelque temps
après qu'on en eut connaissance, et il était curieux de voir comment les
courtisans, dont le métier n'est point de se trouver aux batailles,
arrangeaient les militaires qui, dans cette occasion, avaient jeté
quelques soucis sur le front devant lequel ces messieurs venaient
s'humilier, pour solliciter un regard de bonté qu'ils étaient heureux de
voir tomber sur leurs bassesses. L'empereur n'était pas dupe de tout
cela; il laissait faire à chacun son métier, sans négliger un moment les
affaires auxquelles il lui importait de songer; et après avoir vu tout
ce dont il était menacé par cet événement de Baylen, il prit un grand
parti.



CHAPITRE XXX.

Perplexité de l'empereur.--À quoi se réduit la question.--L'empereur
fait demander une entrevue à Alexandre.--Elle est fixée à
Erfurth.--Napoléon va à la rencontre d'Alexandre.--Protestations de
l'empereur d'Autriche.--Fêtes, spectacles.


L'armée était encore en Prusse, où elle devait séjourner et vivre
jusqu'à l'entier paiement des contributions dont ce pays avait été
frappé. L'empereur aurait bien voulu l'y laisser encore, d'abord parce
que c'était une manière commode de l'entretenir, et, en second lieu,
parce que la position dans laquelle il se trouvait était un moment
d'épreuve pour la sincérité des sentimens que paraissait lui avoir voués
l'empereur de Russie. Son alliance avec cette puissance pouvait n'être
basée que sur la nécessité, et dès-lors la présence de l'armée en
Allemagne en était la garantie; mais si elle l'était sur un retour franc
à la paix, et une renonciation à toute espèce d'entreprises semblables à
celles qui nous avaient ramenés en Allemagne en 1805 et 1806, il
pouvait, sans inconvénient, prendre cette armée pour la transporter en
Espagne; l'on ne pouvait qu'en concevoir de la sécurité en Allemagne. La
question, pour l'empereur, était donc celle-ci: «Si je puis laisser mon
armée en Allemagne, je n'aurai pas la guerre; mais comme je suis dans
l'obligation de la retirer presque en totalité, aurai-je pour cela la
guerre? Voilà, disait-il, le moment de juger de la solidité de mon
ouvrage de Tilsit.»

Il me fit l'honneur de me communiquer ses inquiétudes, et je persistai
dans l'opinion que les autres puissances ne cherchaient qu'une occasion
favorable pour entreprendre de nouveau de le détruire; j'ajoutai que si
la Russie ne s'en mêlait pas, cela deviendrait impossible, mais que,
d'un autre côté, si cette puissance n'était pas d'accord avec nous sur
l'entreprise d'Espagne, je ne faisais nul doute qu'on ne manquerait pas
de lui faire saisir ce motif pour éclater. L'empereur eut l'air rassuré
là-dessus; il me dit cependant que les affaires d'Espagne l'avaient
engagé plus loin qu'il ne croyait d'abord, mais que cela serait facile à
expliquer. Cette dernière observation me confirma encore dans l'opinion
où j'étais que l'empereur de Russie avait eu connaissance du premier
projet, et qu'il n'y avait qu'à s'expliquer sur la différence entre le
premier et le second; en même temps, je devinai le motif qui nous avait
fait abandonner les Turcs.

L'empereur me disait: «En retirant l'armée de Prusse, je vais faire
rapidement les affaires d'Espagne; mais aussi qui est-ce qui me
garantira de l'Allemagne? Nous allons le voir.»

Il venait de recevoir un courrier de Saint-Pétersbourg; quelques nuages
s'étaient déjà élevés; sans me dire en quoi consistait la difficulté, il
se plaignit de la manière dont on menait ses affaires en Russie; il
disait: «Caulaincourt m'a créé là des embarras, au lieu de m'en éviter.
Je ne sais où il a été engager une explication sur la Pologne, et se
laisser présenter une proposition par laquelle je m'engagerais à ne
jamais la rétablir; cette idée-là porte son ridicule avec elle. Comment!
j'irais entreprendre de rétablir la Pologne, lorsque j'ai la guerre en
Espagne, pour laquelle je suis obligé de retirer mon armée d'Allemagne!
C'est par trop absurde. Et si je ne puis songer à la Pologne, pourquoi
m'en faire une question? Je ne suis pas le Destin, je ne puis prédire ce
qui arrivera. Est-ce parce que je suis embarrassé, que l'on soulève
cette question? C'était au contraire le moment de l'éloigner: il y a là
quelque chose que je ne puis expliquer. Au reste, l'on me parle d'une
entrevue dans laquelle je pourrai régler mes affaires: j'aime encore
mieux l'accepter que de m'exposer à les voir gâter; au moins cela aura
l'avantage d'en imposer par un grand spectacle, et de me donner le temps
de finir avec cette Espagne.»

Telle était la situation d'esprit dans laquelle se trouvait l'empereur
vers la fin d'août 1808; elle était bien différente de celle dans
laquelle il s'était trouvé à la même époque l'année précédente.

Je crois que c'est alors qu'il ordonna à son ambassadeur en Russie de
fixer, avec l'empereur Alexandre, l'entrevue à Erfurth. Elle avait été
convenue à la paix de Tilsit, mais on n'en avait indiqué ni l'époque ni
le lieu.

Il fallut tout le mois de septembre pour s'entendre sur le jour des
départs de Saint-Pétersbourg et de Paris, afin que chacun réglât sa
marche, de manière à n'arriver ni trop tôt ni trop tard.

Ce fut l'empereur Napoléon qui fournit aux détails des gardes, logemens,
tables et menus frais de représentation, non seulement pour l'empereur
de Russie, mais encore pour les autres souverains qui vinrent à cette
entrevue. De sorte qu'il partit du service du grand-maréchal une troupe
de cuisiniers, de maîtres d'hôtel et de gens de livrées.

On envoya les sociétaires du Théâtre-Français pour jouer nos
chefs-d'oeuvre tragiques et nos meilleures comédies; enfin, on soigna,
dans les plus petits détails, tout ce qui devait contribuer aux
amusemens des souverains pendant leur séjour à Erfurth.

L'empereur partit de Paris dans les derniers jours de septembre, ou même
dans les premiers d'octobre[54]. Il alla jusqu'à Metz sans s'arrêter, et
passa, pendant cette course, la revue de tous les corps qui revenaient
de la grande armée pour se rendre en Espagne. Il les arrêtait même sur
le grand chemin, les examinait homme par homme, et leur faisait ensuite
continuer leur route. Il en agit ainsi jusqu'à Francfort.

Le mouvement qu'il faisait faire sur l'Espagne était considérable,
puisque de toute cette immense armée, il ne laissa en Allemagne que
quatre divisions d'infanterie, avec les cuirassiers et quelques régimens
de troupes légères, c'est-à-dire un quart de ce qu'il y avait
auparavant.

La nouvelle de l'entrevue d'Erfurth avait fait tant de bruit en
Allemagne, que de tous côtés l'on y arrivait; il y avait, chez le prince
primat à Francfort, un nombre prodigieux de princes d'Allemagne, qui s'y
étaient réunis pour rendre leurs hommages à l'empereur à son passage. Il
coucha chez le prince primat, où étaient, entre autres, le prince et la
princesse de Bade, ceux de Darmstadt, de Nassau, ainsi que beaucoup
d'autres. La contenance de chacun d'eux devant l'empereur était celle
qu'ils devaient avoir devant le protecteur de la confédération du Rhin,
et c'était à qui lui marquerait plus de respect et de soumission.

Il partit le lendemain, et alla sans s'arrêter jusqu'à Erfurth; il vit
en chemin le roi de Westphalie, qui était venu à sa rencontre depuis
Cassel jusqu'à la frontière de ses États. M. de Caulaincourt,
ambassadeur de France en Russie, était venu à la rencontre de
l'empereur, et nous rejoignit entre Erfurth et Gotha. Il nous apprit que
l'empereur de Russie attendait à Weimar l'arrivée de l'empereur à
Erfurth, en sorte que l'on se hâta, et nous arrivâmes à Erfurth de très
grand matin. On y avait fait venir quelques troupes, et le 1er régiment
de hussards, qui en faisait partie, avait été placé en plusieurs
détachemens, depuis Erfurth jusque près de Weimar, pour rendre honneur à
l'empereur Alexandre.

D'après des arrangemens, pris sans doute à l'avance, l'empereur monta à
cheval avec tout ce qui l'accompagnait. On avait fait suivre un cheval
pour l'empereur de Russie, et on avait poussé la recherche jusqu'à
envoyer prendre à Weimar la selle dont il avait coutume de se servir; on
l'avait apportée de Saint-Pétersbourg pour la mettre sur ce cheval.

Il alla ainsi jusqu'à trois lieues d'Erfurth, où l'on découvrit enfin le
cortége de l'empereur Alexandre, qui arrivait en voiture, suivi de douze
ou quinze calèches. L'empereur Napoléon arriva au galop, et mit pied à
terre, pour embrasser l'empereur de Russie, à la sortie de sa voiture.
La rencontre fut amicale, et l'abord franc, autant que peuvent l'être
les sentimens des souverains les uns envers les autres. Ils remontèrent
tous deux à cheval, et revinrent en conversant jusqu'à Erfurth. Toute la
population des campagnes bordait le grand chemin. Le temps était
magnifique et souriait à cet événement. L'artillerie des remparts les
salua, les troupes bordaient la haie, et toutes les personnes de marque
qui étaient venues à Erfurth, dans cette occasion, se trouvèrent au
logement qui avait été préparé pour l'empereur Alexandre, au moment où
il venait y mettre pied à terre, accompagné de l'empereur Napoléon.

Ce jour-là, ils dînèrent ensemble, ainsi que le grand-duc Constantin,
qui accompagnait son frère. Le grand-maréchal avait soin de faire tenir
dans la rue un homme qui revenait à toutes jambes prévenir, lorsque la
voiture de l'empereur Alexandre paraissait, et chaque fois qu'il est
venu chez l'empereur Napoléon, celui-ci s'est toujours trouvé au bas de
l'escalier pour le recevoir. La même chose avait lieu, lorsque c'était
l'empereur Napoléon qui allait chez l'empereur de Russie. Pendant tout
le séjour qu'ils firent à Erfurth, ils mangèrent presque tous les jours
ensemble, hormis ceux où ils avaient affaire chacun chez eux. Ensuite
vinrent les rois de Saxe, de Bavière, de Wurtemberg, de Westphalie, le
prince primat, les princes d'Anhalt, de Cobourg, de Saxe, de Weimar, de
Darmstadt, Baden, Nassau, et en général tout ce qui crut devoir venir
rendre hommage à une réunion de tant de puissances.

Le roi de Prusse n'y était pas; il s'y trouvait représenté par son frère
le prince Guillaume, qui avait résisté tout un hiver, à Paris, aux
désagrémens de la plus horrible situation dans laquelle un prince de son
rang puisse jamais se trouver, et qui sut s'en tirer avec l'estime et
l'intérêt de la société. C'est lui qui avait été chargé, près de
l'empereur, des affaires de la Prusse pendant l'hiver qui suivit le
traité de Tilsit.

L'empereur d'Autriche ne parut pas à l'entrevue. Les dispositions qu'il
avait prises, les levées, les réquisitions de tout genre qu'il pressait
dans ses États, avaient excité les réclamations de la France: ses
préparatifs n'étaient pas achevés; les protestations lui coûtaient peu,
il résolut d'essayer encore de donner le change à l'empereur Napoléon.
Il chargea le général Vincent, qu'il savait lui être agréable, d'aller
rendre à ce prince une lettre où il repoussait les doutes qu'on avait
élevés sur la persévérance de ses sentimens[55].

Il y avait aussi à Erfurth les princes héréditaires de Mecklenbourg,
Schwerin et Strélitz.

L'empereur Napoléon avait emmené le ministre des relations extérieures,
M. de Champagny; il avait, en outre, M. de Talleyrand, et comme
d'habitude, M. Maret et le prince de Neuchâtel.

Le général Oudinot avait été envoyé comme gouverneur à Erfurth, et le
maréchal Soult, dont le corps d'armée se rendait en Espagne, passa à
Erfurth tout le temps du séjour de l'empereur, laissant ainsi prendre de
l'avance à ses troupes, qu'il rejoignit à Bayonne.

Il vint aussi des princesses d'Allemagne, celle de Bade, ainsi que
quelques unes des différens pays du voisinage, la princesse de la
Tour-Taxis, celle de Wurtemberg, née Cobourg, etc., etc. Toutes les
matinées se passaient en visites. On dînait en réunions nombreuses, et
le soir on avait un bon spectacle. Comme on savait que l'empereur de
Russie avait l'ouïe dure, on avait fait disposer la salle de manière que
tous les souverains étaient à l'orchestre. Je me rappelle qu'à une
représentation d'_Oedipe_, au moment où l'acteur dit: «L'amitié d'un
grand homme est un bienfait des dieux», l'empereur de Russie se tourna
vers l'empereur Napoléon pour lui faire l'application de ce vers. Un
murmure flatteur, qui s'éleva dans toute l'assemblée, témoigna combien
on sentait la force et la justesse de cette application. La vie était
remplie de manière à ne pas voir le temps s'écouler.

En général, cette année offrit un singulier tableau! L'empereur Napoléon
était à Venise, au mois de janvier, entouré des hommages de toutes les
cours et princes de l'Italie. Au mois d'avril, il était à Bayonne,
entouré de celle d'Espagne et des grands personnages de ce pays, et
enfin, au mois d'octobre, il se trouvait à Erfurth en communication avec
tout ce que je viens de citer.

L'observateur qui a été témoin de ces rencontres ne peut s'expliquer
comment d'aussi heureux rapprochemens n'ont pas été suivis d'une paix
éternelle; et quelque respect que l'on ait pour les gouvernemens, l'on
ne peut s'empêcher de leur attribuer tout ce qui a fait disparaître la
franchise et la probité dans les transactions politiques qu'ils ont
signées, depuis plus de vingt ans, au nom des intérêts des peuples
qu'ils administrent: il faut bien qu'il y ait eu, ou duplicité, ou
mauvaise foi, ou manque de courage, ou ignorance volontaire, au moins
dans les cabinets, pour que, après s'être vus tant de fois, avoir eu
mille occasions de s'expliquer, la malheureuse humanité ait encore eu
tant de calamités à souffrir pour consoler l'amour-propre des uns et
satisfaire l'avidité des autres. Ces pensées sont tristes, et l'on ne
peut plus dire que, si la justice et la probité étaient bannies de chez
les hommes, elles se retrouveraient dans le coeur des rois.

Si à cette réunion d'Erfurth avait pu se joindre un ministre
d'Angleterre, les querelles du monde entier auraient pu s'arranger, et,
faute de cette puissance, on ne fit que préparer les désordres
effroyables qui sont survenus depuis. Les deux empereurs de Russie et de
France avaient respectivement des affaires à régler, de l'importance
desquelles il était difficile de juger assez sainement pour déterminer
lequel des deux devait être le plus empressé à accepter l'entrevue
d'Erfurth.

La Russie était encore occupée à la campagne qu'elle avait ouverte en
Finlande contre les Suédois, auxquels elle voulait arracher cette
province pour la réunir à sa couronne. C'est même à son arrivée à
Erfurth que l'empereur Alexandre a refusé de ratifier l'armistice
convenu entre son armée de Finlande et les Suédois. La Russie avait, en
outre, sa guerre de Turquie, qu'elle voulait pousser vivement; c'était
outre-passer ce qui avait été convenu à Tilsit à cet égard.

L'empereur de Russie revint encore à la proposition du partage de cette
puissance; mais l'empereur Napoléon détourna cette question. Depuis
Tilsit, il avait fait demander à son ambassadeur à Constantinople, le
général Sébastiani, ses idées personnelles sur cette proposition de
l'empereur de Russie. Cet ambassadeur fut tout-à-fait opposé à ce
projet, et, dans un long rapport qu'il remit à l'empereur à son retour
de Constantinople, il lui démontra la nécessité, pour la France, de ne
jamais consentir au démembrement de l'empire turc; l'empereur Napoléon
avait adopté cette opinion.

La Russie avait encore à demander, je crois, quelques mots d'explication
sur les projets futurs dont la Pologne pouvait être l'objet. Voilà les
questions qui étaient toutes dans l'intérêt des Russes; puis venaient
celles qui étaient dans l'intérêt des Prussiens, leurs alliés. D'après
le traité de Tilsit, dont l'empereur Alexandre était garant, la Prusse
devait payer à la France des sommes considérables, et l'armée française
devait rester en Prusse jusqu'à l'entier paiement de ces contributions.
Le roi de Prusse, pour avoir la paix, en avait passé par où l'on avait
voulu; mais depuis quelque temps il réclamait fortement contre des
sommes aussi exorbitantes, et profitait du moment où l'empereur était
engagé dans une nouvelle entreprise pour essayer de se faire remettre le
plus possible de ces impositions.

L'empereur de Russie s'y intéressa d'autant plus volontiers, que
l'évacuation de la Prusse était une stipulation du traité de Tilsit,
dont on avait différé l'exécution en proportion du retard de
l'acquittement des contributions, tellement que le roi de Prusse était
encore à Koenigsberg, et que nous occupions à peu près tous ses États,
quoique la paix fût faite depuis un an et plus.

L'empereur Napoléon avait, de son côté, de bien grands intérêts à faire
concourir la Russie aux changemens qu'il avait amenés en Europe depuis
la paix de Tilsit. Il avait, à la suite d'un arrangement fait avec la
maison d'Espagne, pris la Toscane sur le fils de l'infant de Parme, roi
d'Étrurie; ensuite, il avait très légèrement acquis des droits à la
succession de Charles IV, qui déshéritait ses enfans. Il avait donc
besoin de s'arranger avec l'empereur de Russie, afin qu'il n'apportât
aucun empêchement à un projet dont il avait déjà été question entre eux,
mais qui finissait autrement qu'on ne l'avait pensé. De plus, à la suite
de ce même projet, le grand-duc de Berg était monté sur le trône de
Naples en remplacement du roi Joseph, qui avait été appelé à celui
d'Espagne. Ces trois questions à régler avec les Russes étaient pour le
moins aussi importantes que celles que les Russes pouvaient avoir à
régler avec nous.

Tels étaient les véritables motifs de l'entrevue d'Erfurth, de laquelle
dépendait la tranquillité de l'Europe. Les deux plus puissans souverains
du monde réglaient eux-mêmes leurs affaires, dont celles de toutes les
autres puissances devaient dépendre. Si l'on ne peut rapporter en détail
ce qui fut dit entre eux, on doit penser que, n'ayant fait chacun trois
ou quatre cents lieues que pour s'entendre, ils se seront réciproquement
dit tout ce qui les intéressait, et qu'ils se seront de même passé tout
ce qu'ils désiraient entreprendre. Or, ce qui leur était nécessaire à
tous deux, pour donner suite à leurs projets ultérieurs, c'était de se
garantir la paix dont ils avaient besoin pour l'exécution de ces mêmes
projets. On ne peut pas supposer que l'entrevue d'Erfurth se soit passée
sans que l'on y ait agité tout ce qui pouvait paraître douteux dans la
politique des deux puissances, comme dans les sentimens des deux
souverains.

On pourrait donc juger de ce qui a été dit à Erfurth entre les deux
souverains, par ce qu'ils ont entrepris tous deux à la suite de cette
conférence, de même qu'on pourra juger de celui qui a manqué à ses
engagemens, par ce qui est survenu, et qui ne devait pas arriver (la
guerre d'Autriche). Il n'est pas besoin de longs raisonnemens pour
démontrer que, s'il y avait eu le moindre nuage entre les deux
souverains, la conséquence eût été, pour les Russes, de suspendre leur
expédition de Finlande, leur guerre contre les Turcs, et de se préparer
à revoir encore sur le Niémen l'armée française, qui, dans ce cas,
n'aurait pas évacué la Prusse; de même que, pour la France, la première
conséquence aurait été d'abandonner son entreprise sur l'Espagne, et de
mettre, autant que possible, les choses au point où elles étaient avant
toute espèce de dérogation au traité de Tilsit, en reprenant les
avantages de position que l'on avait à cette époque. Mais, loin de là,
l'harmonie entre ces deux souverains a été telle que non seulement ils
se sont accordé réciproquement tout ce qu'ils avaient à se demander,
mais que la France ayant manifesté quelque désir de voir changer
l'ambassadeur de Russie à Paris contre celui de Russie à Vienne,
l'empereur Alexandre s'empressa d'y obtempérer; et le prince Alexandre
Kourakin, qui était ambassadeur de Russie à Vienne, reçut ordre de venir
occuper le même poste à Paris. Le motif de ce changement était que son
prédécesseur, le général comte Tolstoy, plus militaire que diplomate,
s'engageait souvent à Paris dans des discussions de guerre avec des
généraux qui n'étaient pas plus diplomates que lui, mais aussi bons
militaires, et qu'il pouvait en résulter des inconvéniens, en ce que ces
généraux rapportaient comme des paroles d'oracle ce que leur avait dit
l'ambassadeur de Russie.

Les conférences d'Erfurth n'eurent pas un seul jour d'ombrage; les
souverains y étaient aux petits soins l'un pour l'autre, et tout
présentait le spectacle d'une union parfaite, dont tout le monde se
réjouissait.

Le duc de Saxe-Weimar, dont le fils avait épousé une soeur de l'empereur
de Russie, et chez lequel avait lieu, en quelque sorte, cette réunion,
donna une fête pleine de magnificence. Elle commença, par un déjeuner,
sous une tente absolument pareille à celle qu'avait l'empereur la veille
de la bataille d'Iéna; elle était tendue au même endroit; les feux de
bivouac étaient allumés à la même place. Il fallait que le duc de Weimar
se fût bien fait rendre compte de toutes ces particularités pour en
avoir retracé le souvenir aussi exactement. Après le déjeuner, on monta
à cheval, et il conduisit lui-même la compagnie absolument par la même
direction qu'avait suivie la tête de nos colonnes pour attaquer la ligne
prussienne; il fit de même suivre tout le mouvement qu'avait fait notre
armée, et, arrivé sur le terrain où la bataille avait été décidée, on y
trouva, de distance en distance, des baraques sur un alignement
déterminé; elles étaient garnies de fusils et de gardes-chasse.

À peine les souverains y avaient-ils pris chacun une place, que des
traqueurs, que l'on n'apercevait pas, commencèrent à faire lever une
quantité prodigieuse de gibier, qu'ils chassèrent sur les baraques, d'où
les tireurs les tuaient à loisir: c'était une seconde bataille d'Iéna
contre des perdreaux. Après cette chasse, on vint en faire une à tir au
cerf, puis on alla dîner à Weimar chez le duc régnant.

Le grand-maréchal Duroc avait eu soin d'y envoyer la troupe des acteurs
français qui était à Erfurth, de sorte que la soirée fut complète; elle
se termina par un bal qui dura toute la nuit.



NOTES

[1: Formule du serment. «Je jure d'exercer loyalement l'autorité qui
m'est confiée par Sa Majesté l'empereur des Français et roi d'Italie, de
ne m'en servir que pour le maintien de l'ordre et de la tranquillité
publique, de concourir de tout mon pouvoir à l'exécution des mesures qui
seront ordonnées pour le service de l'armée française, et de
n'entretenir aucune correspondance avec les ennemis.»]

[2: _Extrait des minutes de la secrétairerie d'État_.

En notre camp impérial de Berlin, le 21 novembre 1806.

«NAPOLÉON, empereur des Français et roi d'Italie, considérant,

«1° Que l'Angleterre n'admet point le droit des gens suivi
universellement par tous les peuples policés;

«2° Qu'elle répute ennemi tout individu appartenant à l'État ennemi, et
fait, en conséquence, prisonniers de guerre, non seulement les équipages
des vaisseaux armés en guerre, mais encore les équipages des vaisseaux
de commerce et des navires marchands, et même les facteurs de commerce
et les négocians qui voyagent pour les affaires de leur négoce;

«3° Qu'elle étend aux bâtimens et marchandises du commerce et aux
propriétés des particuliers le droit de conquête, qui ne peut
s'appliquer qu'à ce qui appartient à l'État ennemi;

«4° Qu'elle étend aux villes et ports de commerce non fortifiés, aux
havres et aux embouchures de rivières, le droit de blocus, qui, d'après
la raison et l'usage des peuples policés, n'est applicable qu'aux places
fortes;

«5° Qu'elle déclare bloquées des places devant lesquelles elle n'a pas
même un seul bâtiment de guerre, quoiqu'une place ne soit bloquée que
quand elle est tellement investie, qu'on ne puisse tenter de s'en
approcher sans un danger imminent;

«6° Qu'elle déclare même en état de blocus, des lieux que toutes ses
forces réunies seraient incapables de bloquer, des côtes entières et
tout un empire;

«7° Que cet abus monstrueux du droit de blocus n'a d'autre but que
d'empêcher les communications entre les peuples, et d'élever le commerce
et l'industrie de l'Angleterre sur la ruine et l'industrie du continent;

«8° Que tel étant le but évident de l'Angleterre, quiconque fait sur le
continent le commerce de marchandises anglaises, favorise par là ses
desseins et s'en rend complice;

«9° Que cette conduite de l'Angleterre, digne en tout des premiers âges
de la barbarie, a profité à cette puissance au détriment de toutes les
autres;

«10° Qu'il est de droit naturel d'opposer à l'ennemi les armes dont il
se sert, et de le combattre de la manière qu'il combat, lorsqu'il
méconnaît toutes les idées de justice et tous les sentimens libéraux,
résultat de la civilisation parmi les hommes;

«Nous avons résolu d'appliquer à l'Angleterre les usages qu'elle a
consacrés dans sa législation maritime.

«Les dispositions du présent décret seront constamment considérées comme
principe fondamental de l'empire, jusqu'à ce que l'Angleterre ait
reconnu que le droit de la guerre est un, et le même sur terre que sur
mer; qu'il ne peut s'étendre, ni aux propriétés privées, quelles
qu'elles soient, ni à la personne des individus étrangers à la
profession des armes, et que le droit de blocus doit être restreint aux
places fortes réellement investies par des forces suffisantes.

«Nous avons en conséquence décrété et décrétons ce qui suit:

Art. 1er. «Les îles britanniques sont déclarées en état de blocus.

Art. 2. «Tout commerce et toute correspondance avec les îles
britanniques sont interdits. En conséquence, les lettres ou paquets
adressés ou en Angleterre ou à un Anglais, ou écrits en langue anglaise,
n'auront pas cours aux postes, et seront saisis.

Art. 3. «Tout individu de l'Angleterre, de quelque état ou condition
qu'il soit, qui sera trouvé dans les pays occupés par nos troupes ou par
celles de nos alliés, sera fait prisonnier de guerre.

Art. 4. «Tout magasin, toute marchandise, toute propriété, de quelque
nature qu'elle puisse être, appartenant à un sujet de l'Angleterre, ou
provenant de ses fabriques ou de ses colonies, est déclarée de bonne
prise.

Art. 5. «Le commerce des marchandises anglaises est défendu; et toute
marchandise appartenant à l'Angleterre, ou provenant de ses fabriques et
de ses colonies, est déclarée de bonne prise.

Art. 6. «La moitié du produit de la confiscation des marchandises et
propriétés déclarées de bonne prise par les articles précédens, sera
employée à indemniser les négocians des pertes qu'ils ont éprouvées par
la prise des bâtimens de commerce qui ont été enlevés par les croisières
anglaises.

Art. 7. «Aucun bâtiment venant directement de l'Angleterre ou des
colonies anglaises, ou y ayant été depuis la publication du présent
décret, ne sera reçu dans aucun port.

Art. 8. «Tout bâtiment qui, au moyen d'une fausse déclaration,
contreviendra à la disposition ci-dessus, sera saisi; et le navire et la
cargaison seront confisqués comme s'ils étaient propriété anglaise.

Art. 9. «Notre tribunal des prises de Paris est chargé du jugement
définitif de toutes les contestations qui pourront survenir dans notre
empire ou dans les pays occupés par l'armée française, relativement à
l'exécution du présent décret. Notre tribunal des prises à Milan sera
chargé du jugement définitif desdites contestations qui pourront
survenir dans l'étendue de notre royaume d'Italie.

Art. 10. «Communication du présent décret sera donnée, par notre
ministre des relations extérieures, aux rois d'Espagne, de Naples, de
Hollande et d'Étrurie, et à nos autres alliés dont les sujets sont
victimes, comme les nôtres, de l'injustice et de la barbarie de la
législation maritime anglaise.

Art. 11. «Nos ministres des relations extérieures, de la guerre, de la
marine, des finances, de la police, et nos directeurs généraux des
postes, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du
présent décret.»

     _Signé_, NAPOLÉON.
]

[3: On peut juger de l'influence que M. Maret acquit dans cette
campagne: l'empereur resta dix mois absent, à quatre portefeuilles par
mois.]

[4: Le _Bug_ sépare le pays de la rive gauche de la Narew d'avec la
Gallicie.]

[5:
     _Au général Savary._

     Liebstadt, le 21 février.

«Vous recevrez demain, général, les avancements que vous avez demandés à
l'empereur pour votre corps d'armée. Je reçois votre lettre du 17, trois
heures après midi, que, par erreur, on avait datée du 28. Je vous dirai
de confiance, mon cher Savary, que l'empereur trouve vos dépêches
obscures, parce qu'il n'y a pas de division. Il faut d'abord raconter
les faits, présenter la position respective des deux armées, au moment
où vous écrivez: vous pouvez alors expliquer quelle est votre position,
mais en raisonnant il faut avoir soin de distinguer les différentes
hypothèses. Songez que la lettre à laquelle vous répondez est déjà loin
de la mémoire de l'empereur, et qu'en discutant ces lettres, il faut
poser les questions. Vous sentez que ce que je vous dis tient à mon
ancienne amitié pour vous et à ma vieille expérience.

«L'empereur est fâché que le général Oudinot vous ait quitté, parce
qu'ayant trouvé l'ennemi, il aurait fallu faire une demi-marche sur lui.
Il serait fâcheux pour vous qu'instruit du départ du général Oudinot, il
se reportât en avant pour se rapprocher de vous, et fît en quelque sorte
disparaître le fruit de votre victoire. Puisque vous avez envoyé le
général Suchet à Willenberg, et que les communications étaient libres,
vous deviez sentir que le départ du général Oudinot n'était plus d'une
pressante utilité.

«La saison, la leçon qu'a reçue le général Essen, le détermineront
vraisemblablement à se tenir tranquille; mais soyez bien persuadé qu'il
n'a que vingt mille hommes.

«Si vous pouvez vivre à Ostrolenka, l'intention de l'empereur est que
vous y réunissiez votre corps d'armée, d'abord parce qu'il faut évacuer
tous vos blessés. Faites quelques détachemens de cavalerie et quelques
détachemens d'infanterie pour soutenir les hommes à cheval, et qu'ils ne
puissent être compromis. Ces détachemens appuieront et soutiendront les
lignes de l'Omulew et même celle de la Wkra.

«Si vous ne pouvez pas vivre à Ostrolenka, l'intention de Sa Majesté est
que vous portiez votre quartier-général à Pultusk, occupant toujours
Ostrolenka par un corps composé d'infanterie, de cavalerie et
d'artillerie. Vous garderez la ligne de l'Omulew par des piquets
d'infanterie et de cavalerie détachés du corps d'observation
d'Ostrolenka.

«Au premier mouvement offensif que l'ennemi ferait sur Ostrolenka, le
corps d'observation se jetterait sur la rive droite de la Narew et
derrière l'Omulew, et s'il était forcé dans cette position, il se
retirerait derrière la petite rivière d'Orezyc. Dans cette circonstance,
vous manoeuvreriez de manière à soutenir vos postes de l'Orezyc, puisque
vos postes sur cette rivière couvriraient la communication de l'armée;
mais enfin, si les forces de l'ennemi étaient considérables, et que vous
crussiez devoir avec avantage le combattre à Pultusk, vous repasseriez
la Narew en gardant en force Siérock, dont les fortifications doivent
déjà avoir acquis un caractère de force imposant.

«Telle est votre instruction générale: vos opérations ne doivent jamais
être liées à celles de la grande armée; votre rôle est de défendre
Varsovie en défendant, autant que possible, Siérock et la Narew, et si
vous étiez forcé dans ces positions, vous défendriez Praga et la
Vistule. Vous sentez assez, général, que ceci n'est que dans le cas où
l'ennemi tenterait une grande opération sur vous, ce qui n'est pas
probable, car la position qu'une partie de la grande armée occupe à
Osterode et à Guttstadt lui en imposerait trop.

«Si l'ennemi, de son côté, se tient en observation, vous devez, comme je
vous l'ai dit, agir de manière à le tenir éloigné de nos communications,
et garder par un corps d'observation de cavalerie, d'infanterie et
d'artillerie, Ostrolenka et l'Omulew. Un seul régiment que le maréchal
Davout a laissé avec le général Grandeau à Mysziniec, en a tellement
imposé à l'ennemi, qu'il a maintenu les communications pendant quinze
jours, et cependant ce régiment se trouvait éloigné de vingt lieues, et
n'avait aucune ligne pour le couvrir.

«L'empereur, général, désire que vous cantonniez vos troupes, afin
qu'elles se reposent des fatigues qu'elles ont éprouvées. Vous pouvez
même les étendre jusqu'à Praznitz, où il y a une manutention; il y en a
aussi à Makow. La petite ville de Pultusk, Nasielzk et tous les pays
environnans sont à votre disposition. Vous pouvez donc en tirer ce qui
est nécessaire pour bien faire vivre votre armée, etc.

«Une division de dix mille Bavarois est en marche pour se rendre de la
Silésie à Varsovie; elle sera réunie à votre corps d'armée et concourra
au même but. L'empereur regarderait comme une chose nécessaire que vous
pussiez occuper Wiskowo. La légion polonaise qui se réunit à Varsovie
pourrait être chargée d'occuper ce point.

«Vous voyez, général, par le système d'opérations qui vous est prescrit,
que vous ne devez avoir aucun embarras d'équipages, bagages, etc., même
à Pultusk. Il suffit que vous y ayez seulement en magasin des farines,
du pain et de l'eau-de-vie pour votre corps d'armée pendant quinze
jours. Occupez vous essentiellement de l'administration, afin que votre
armée soit bien nourrie; faites reposer la division de dragons du
général Becker; enfin ayez de bons espions; tendez quelques embuscades,
et ordonnez quelques surprises, afin de faire quelques prisonniers; par
là vous obtiendrez des nouvelles. Écrivez-moi tous les jours, et
envoyez-moi l'état de vos cantonnemens.

«Je crois devoir vous observer, général, qu'en vous disant que vos
opérations n'ont rien de commun avec la grande armée cela n'a rapport
qu'aux grandes opérations militaires; car vous devez toujours avoir
l'oeil et porter un grand soin pour couvrir les communications de
Varsovie à Osterode, et, par conséquent, vous devez correspondre avec le
général Davout, qui aura des postes à Neidenburg. Vous voyez que cette
instruction se divise en deux: en grande opération de guerre, en cas que
l'ennemi prenne l'offensive, et en opération ordinaire pour rester en
observation, et couvrir les communications de Varsovie.

«Dans la première supposition, vous agissez seul;

«Dans la seconde il faut que vous ayez soin de couvrir les
communications de Varsovie.

«Vous trouverez ci-jointe la route de l'armée, qui se trouve défendue
par l'Omulew et la Wkra.» ]

[6:
     _Monsieur Decrès,_

«En lisant avec attention l'état de la marine du 1er avril, je vois avec
satisfaction le bon état de mon escadre de Cadix. Je vois avec peine
qu'à Toulon vous n'ayez pas encore fait armer _le Robuste_ et _le
Commerce de Paris_. Je voudrais savoir ces deux vaisseaux en rade, ce
qui me ferait cinq vaisseaux avec _l'Annibal_, _le Génevois_ et _le
Borée_.

«Le grand-seigneur me demande à force d'envoyer cinq vaisseaux devant
Constantinople, pour, avec son escadre, faire des incursions dans la mer
Noire. Il a, lui, quinze vaisseaux armés: faites donc sans retard, je
vous prie, mettre ces deux vaisseaux en rade; faites aussi commencer
_l'Ulm_ et _le Danube_; faites achever _le Donawerth_ et _le Superbe_ à
Gênes. Si _le Donawerth_ pouvait être fini, cela me donnerait six
vaisseaux de mon escadre de Toulon, six de celle de Cadix, cela me
ferait douze vaisseaux. Faites donc finir à Rochefort _le Tonnant_, afin
que j'aie là bientôt sept vaisseaux; faites finir à Lorient _l'Alcide_,
afin qu'avec _le Vétéran_ cela me fasse trois vaisseaux. Il faut que les
sept vaisseaux que j'ai à Brest soient mis en état de faire toute espèce
d'entreprises, même d'aller aux Indes. Je désire donc qu'au mois de
septembre je puisse disposer et faire partir, dans vingt-quatre heures,
pour les missions les plus éloignées, sept vaisseaux de Brest, trois de
Lorient, sept de Rochefort: total de l'Océan, dix-sept vaisseaux; six de
Cadix, compris _l'Espagnol_, six de Toulon: total de la Méditerranée,
douze. Total général, vingt-neuf vaisseaux. Le roi de Hollande aura
également sept vaisseaux propres à toute expédition; mais, pour arriver
à ce but, il n'y a pas un moment à perdre, puisque nous voilà déjà en
mai. Vous n'avez donc plus que quatre ou cinq mois. Ces vingt-neuf
vaisseaux ne me seront pas inutiles pour la guerre dans laquelle je suis
engagé. Je vous prie de faire des recherches, et de me faire une note
sur une expédition en Perse. Quatre mille hommes d'infanterie, dix mille
fusils, et une cinquantaine de pièces de canon sont désirés par
l'empereur de Perse. Quand pourraient-ils partir et où pourraient-ils
débarquer? Ils feraient un point d'appui, donneraient de la vigueur à
quatre-vingt mille hommes de cavalerie qu'il a, et obligeraient les
Russes à une diversion considérable. Je vous dirai, pour vous seul, que
j'envoie en ambassade extraordinaire le général Gardanne, mon
aide-de-camp; des officiers d'artillerie et du génie. Un ingénieur de la
marine, qui ne serait pas très utile en France, qui verrait les ports,
serait d'une grande utilité dans cette ambassade.

«J'ai vu avec plaisir le bon état de la petite division qui est à
Bordeaux. Ces quatre frégates paraissent être bonnes à toute espèce de
missions. La frégate qui est au port du Passage y restera-t-elle donc
perpétuellement? Quand les deux frégates qui sont au Havre iront-elles à
Cherbourg? Nous aurions là une division qui serait prête à tout. La
division qui est à Saint-Malo est-elle prête à tout? Cela nous ferait
dix frégates disponibles. Il y a deux ans nous avions fait partir
plusieurs frégates une à une pour nos îles. Ce serait-il le cas cette
année? Vous pouvez, à ce que je vois, augmenter la division de
Saint-Malo de _l'Avranches_. Je n'ai pas vu dans tous ces états de
situation _la Thétis_, qui revient de la Martinique. Il faudrait bien
cependant, si cela était possible, envoyer quelque chose à
Saint-Domingue, et à la Martinique quelque brick ou bâtimens légers.

«Sur ce, je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte et digne garde.

     «_Signé_, NAPOLÉON.»

     Finkenstein, 22 avril 1807.
]

[7: Le maréchal Lannes, après s'être rétabli à Varsovie, était venu
rejoindre l'empereur, et il avait pris le commandement d'un corps formé
avec des troupes qui venaient du siége de Dantzick et avec les
grenadiers réunis.]

[8: Quand on connaît l'accoutrement du soldat russe, on ne peut en être
étonné.]

[9: La garde russe, à cette époque-là, était composée

du régiment Fréologinski fort de      4 bataillons.
du régiment Semonwski                 2
du régiment Ismullowski               2
d'un bataillon de chasseurs           1
des grenadiers du corps               2

Total                                11 bataillons.

Les régimens Semonwski, Ismullowski et les grenadiers du corps furent
engagés à Friedland et souffrirent aussi; de sorte qu'il n'y avait que 5
bataillons qui fussent réellement intacts, chaque bataillon russe n'a
pas plus de 500 hommes.

Il y avait en cavalerie:

Les cosaques du corps                        100 hommes.
La garde à cheval, 5 escadrons               500
Les chevaliers-gardes, 5 escadrons           500
Les hussards du corps                        500
Le régiment des hussards, du grand-duc,
10 escadrons                                1000

Total                                       2600 hommes.

C'était cette troupe qui formait les 22 escadrons qui couvrirent la
retraite des Russes, après la bataille de Friedland.]

[10: Il est appelé en Russie Labanow Rostoski.]

[11: L'attention alla jusqu'à des cuisiniers, domestiques et autres
détails de ce genre.]

[12: On trouve dans toutes les maisons grecques un peu aisées, les
portraits des membres de la famille impériale russe, et de tous les
généraux des armées de ce même pays.]

[13: Avec lui il faut comprendre les Arméniens et les Juifs; dans
l'empire ottoman d'Europe, ces trois classes réunies égalent celle des
Turcs.]

[14: Le lecteur ne doit pas oublier que ces Mémoires étaient écrits
avant la mort de l'empereur Alexandre.]

[15: Lorsque l'on verra les Russes maîtres de Byzance, on se rappellera
les prédictions de l'empereur Napoléon, et l'on s'expliquera mieux
pourquoi il fit la guerre à la Russie, après qu'elle se fut elle-même
détachée de son alliance; pourquoi il s'était allié à l'Autriche;
pourquoi il avait fait entrer l'Espagne dans son système, et enfin de
quelle importance était l'occupation de l'Égypte à laquelle il pouvait
toujours atteindre ayant Ancône et Corfou.

Lorsque ce moment arrivera, que dira le commerce maritime de France et
que deviendra-t-il? n'ayant point de colonies, il rencontrera partout la
concurrence des étrangers, et il se trouvera grevé de plusieurs droits
de douane à leur profit, avant de rapporter dans la métropole des
denrées de retour, qui y seront apportées de tout côté à meilleur
compte.

Il sera bien temps alors de reconnaître l'erreur dans laquelle on est
tombé; on paiera cher l'égarement où l'on s'est laissé entraîner en
1814.]

[16: L'empereur ayant su que la reine de Prusse venait le voir (elle le
lui avait fait demander), envoya ses voitures, ses chevaux, ses écuyers
et ses gardes pour l'accompagner, la conduire jusqu'à Tilsit et ensuite
la ramener chez elle.]

[17: L'empereur rendit la liberté aux paysans et abolit le servage dans
le duché de Varsovie; ce bienfait, qui s'étendra sans doute aux autres
parties de la Pologne, date de l'entrée de l'empereur dans ce pays.]

[18: Je tiens d'un témoin qu'à Tilsit même, M. de Nowosilsow, employé à
la chancellerie russe, et fort attaché à l'empereur Alexandre, avait dit
à ce prince: «Sire, je dois vous rappeler le sort de votre père»; et que
l'empereur lui avait répondu: «Eh mon Dieu! je le sais, je le vois, mais
que voulez-vous que je fasse contre la destinée qui m'y conduit?» En
Russie les nobles sont-ils donc comme les janissaires à Constantinople,
faut-il leur plaire ou mourir?]

[19: _État des contributions de divers genres imposées aux pays conquis
dans la campagne._

Recouvrées au 31 octobre 1808.

Contribution extraordinaire de guerre... 311,661,982 f. 75 c.
Impositions ordinaires..................  76,676,960    66
Saisies des caisses.....................  16,171,587    62
Ventes..................................  66,842,119    50

                              Total..... 471,352,650 f. 53 c.

À recouvrer.

_Royaume de Westphalie._
Contributions de guerre.................  7,065,437 f. 63 c.
Impositions ordinaires..................  6,917,692    61

_Dantzick._
Contributions de guerre.................  1,229,643    14
Intérêts des obligations................  2,446,369    16
Comté de Hanau..........................      2,428    58

_Bayreuth._
Contributions de guerre.................      1,628    53
Pour les domaines suivant
  le traité du 15 octobre............... 15,000,000    00
Les fournitures pour
  l'armée...............................  2,000,000    00
Poméranie suédoise,
  contributions de guerre...............  1,728,559    97
Villes anséatiques, _ibid_.........  3,000,000    00

                                         39,391,759 f. 62 c.

                     Total général..... 510,744,410 f. 15 c.

                     _Report_..... 510,744,410 f. 15 c.

Aperçu estimatif de la valeur des fournitures
  prises sur l'ennemi ou faites par le pays et
  non imputées sur les contributions
Subsistances...........................  55,333,926 f. 44 c.
Hôpitaux...............................  18,177,957    50
Habillemens............................   7,636,950    43
Chevaux................................   6,840,920    00

_Artillerie._
3,000 pièces d'arbres à 75 fr.
  225,000 fr. des dépôts des mines,
  812,706 fr. 8 c......................    1,037,706   08
Bois de chauffage, à Berlin............    1,373,935   49
Porcelaine.............................       65,860   00
Métaux trouvés à la monnaie............       16,256   00

                                         90,483,511 f. 94 c.

                     Total général..... 601,227,922 f. 09 c.
]

[20: J'avais été informé que, très peu de jours auparavant, elle avait
dit dans son intérieur: «Je m'attends à apprendre un de ces jours que ce
petit Jérôme sera mon neveu»; et si on avait voulu en faire une mauvaise
plaisanterie, cela ne serait pas arrivé plus à propos.]

[21: Je sens que ces détails sont hardis; mais ils se débitaient
publiquement à Saint-Pétersbourg, encore pendant mon séjour; je les
rapporte tels qu'ils m'ont été donnés, comme je l'ai dit: je dois
ajouter que j'ai lu à la même époque, dans ce pays, des détails non
moins graves sur l'empereur Napoléon, et ils étaient faux.]

[22: Un gentilhomme digne de foi m'a rapporté que les conjurés avaient
envoyé sur-le-champ chercher le docteur W..., premier chirurgien actuel
de l'empereur de Russie, et lui avaient ordonné d'arranger cette plaie
et de tâcher de donner au visage un air d'apoplexie; que W... s'était
ensuite rendu chez le grand-duc, et lui avait dit que tout était fini.
«A-t-il abdiqué? demanda le grand-duc.--Il n'a pas voulu, répondit W...,
et il est mort.» La vérité se montra alors au grand-duc, mais il était
lui-même sous les poignards et il feignit de ne se douter de rien.]

[23: Meurtriers de l'empereur Paul.]

[24: Il est bon de remarquer que pendant mon séjour en Russie, j'avais
contracté des liaisons avec l'ambassadeur de Naples, le duc de
Serra-Capriola, qui était inconsolable du malheur arrivé à ses maîtres,
et qui chaque fois que nous conversions ensemble me priait ou de ne pas
les lui nommer, ou de le faire toujours d'une manière à ménager sa
douleur: je voulais savoir de lui comment sa cour avait pu se décider à
se jeter dans la coalition de 1805, où elle n'avait rien à gagner, et où
elle pouvait tout perdre; il me répondit nettement que ce n'était pas sa
cour qui s'y était jetée, qu'on l'y avait forcée; qu'il avait eu beau la
défendre ici; qu'il n'y avait rien gagné, et qu'en un mot, c'était de
Saint-Pétersbourg qu'ils avaient reçu l'ordre d'ouvrir leurs ports et de
marcher, m'observant qu'ils en recevaient une bien triste récompense.

L'ambassadeur d'Autriche, qui était M. le comte de Meerfeld, me disait à
peu près les mêmes choses à la même occasion; nous causions souvent de
guerre, et je lui demandais où ils avaient pu trouver un motif à celle
de 1805; eux surtout, les Autrichiens, qui étaient si épuisés des
guerres précédentes. Il me répondit que ce n'étaient pas eux qui y
avaient pensé; qu'ils s'en étaient au contraire défendus tant qu'ils
avaient pu, et que ce n'était que par suite des instigations de la
Russie qu'ils s'étaient enfin rendus, en ajoutant malicieusement: «Vous
verrez, vous verrez, dans quelques mois.»]

[25: M. de Laval est un émigré français qui a épousé une dame russe.]

[26: Je rapporte les propres expressions dans lesquelles il me l'a
raconté lui-même, dans ces derniers temps, en mai ou juin 1815, à
l'Élysée, à Paris.]

[27: «Après avoir inutilement fait tous mes efforts pour conserver la
neutralité, à l'avantage de nos vassaux chéris et fidèles; après avoir
fait, pour obtenir ce but, le sacrifice de tous mes trésors, m'être même
porté, au grand préjudice de mes sujets, à fermer mes ports à mon ancien
et loyal allié le roi de la Grande-Bretagne, je vois s'avancer vers
l'intérieur de mes États les troupes de S. M. l'empereur des Français.
Son territoire ne m'étant pas contigu, je croyais être à l'abri de toute
attaque de sa part; ces troupes se dirigent sur ma capitale. Considérant
l'inutilité d'une défense, et voulant éviter une effusion de sang sans
probabilité d'aucun résultat utile, et présumant que mes fidèles vassaux
souffriront moins dans ces circonstances si je m'absente de ce royaume,
je me suis déterminé, pour leur avantage, à passer avec la reine et
toute ma famille dans mes États d'Amérique, et à m'établir dans la ville
de Rio-Janeiro jusqu'à la paix générale. Considérant qu'il est de mon
devoir, comme de l'intérêt de mes sujets, de laisser à ce pays un
gouvernement qui veille à leur bien-être, j'ai nommé, tant que durera
mon absence... (ici est détaillée la composition du gouvernement).

D'après la confiance que j'ai en eux tous, et à la longue expérience
qu'ils ont des affaires, je tiens pour certain qu'ils rempliront leurs
devoirs avec exactitude; qu'ils administreront la justice avec
impartialité; qu'ils distribueront les récompenses et les châtimens
suivant les mérites de chacun; que mes peuples seront gouvernés d'une
manière qui décharge ma conscience.

«Les gouverneurs le tiendront pour dit; ils se conformeront au présent
décret, ainsi qu'aux instructions qui y sont jointes, et les
communiqueront aux autorités compétentes.

«Donné au palais de Notre-Dame d'Aduja, le 26 novembre 1807.

     «LE PRINCE.»

_Instructions._

«Les gouverneurs du royaume nommés par mon décret de ce jour, prêteront
le serment d'usage entre les mains du cardinal-patriarche.

«Ils maintiendront la rigoureuse observance des lois du royaume.

«Ils conserveront aux nationaux tous les priviléges qui leur ont été
accordés par moi et par mes ancêtres.

«Ils décideront à la pluralité des voix les questions qui leur seront
soumises par les tribunaux respectifs.

«Ils pourvoieront aux emplois d'administration et de finances, aux
offices de justice, dans la forme pratiquée jusqu'à ce jour.

«Ils défendront les personnes et les biens de mes fidèles sujets.

«Ils feront choix pour les emplois militaires de personnes dont ils
connaîtront les bons services.

«Ils auront soin de conserver, autant que possible, la paix dans le
pays; que les troupes de l'empereur des Français aient de bons logemens;
qu'elles soient pourvues de tout ce qui leur sera nécessaire pendant
leur séjour dans ce royaume; qu'il ne leur soit fait aucune insulte, et
ce, sous les peines les plus rigoureuses, conservant toujours la bonne
harmonie qui doit exister entre nous et les armées des nations avec
lesquelles nous nous trouvons unis sur le continent.

«En cas de vacance par mort ou autrement d'une des charges de gouverneur
du royaume, il sera pourvu au remplacement à la pluralité des voix; je
me confie en leurs sentimens d'honneur et de vertu. J'espère que mes
peuples ne souffriront pas de mon absence, et que, revenant bientôt
parmi eux avec la permission de Dieu, je les trouverai contens,
satisfaits et animés du même esprit qui les rend si dignes de mes soins
paternels.

     «LE PRINCE.»

«Donné au palais de Notre-Dame d'Aduja, le 26 novembre 1807.»]

[28: _Lettre de Charles IV à l'empereur Napoléon._

     «Monsieur mon frère,

«Dans le moment où je ne m'occupais que des moyens de coopérer à la
destruction de notre ennemi commun, quand je croyais que tous les
complots de la ci-devant reine de Naples avaient été ensevelis avec sa
fille, je vois avec une horreur qui me fait frémir, que l'esprit
d'intrigue la plus horrible a pénétré jusque dans le sein de mon palais;
hélas! mon coeur saigne en faisant le récit d'un attentat si affreux! mon
fils aîné, l'héritier présomptif de mon trône, avait formé le complot
horrible de me détrôner; il s'était porté jusqu'à l'excès d'attenter
contre la vie de sa mère. Un attentat si affreux doit être puni avec la
rigueur la plus exemplaire des lois. _La loi qui l'appelait à la
succession doit être révoquée; un de ses frères sera plus digne de le
remplacer et dans mon coeur et sur le trône_. Je suis dans ce moment à la
recherche de ses complices, pour approfondir ce plan de la plus noire
scélératesse, et je ne veux pas perdre un seul moment pour en instruire
V. M. I. et R., en la priant de m'aider de ses lumières et de ses
conseils.

«Sur quoi je prie, etc.

     «CHARLES.

     «À Saint-Laurent, ce 29 novembre 1807.»
]

[29: Le maréchal de Turenne est né à Sedan, et c'est lui qui a fondé
l'hôpital militaire de cette ville.]

[30: _Voyez_ ci-dessus la lettre de Charles IV, note 28.]

[31: _Lettre de la reine d'Espagne au grand-duc_ (écrite en français).

     «Monsieur mon frère,

«Je n'ai aucun ami, sinon V.A.I.; mon cher mari vous écrit, vous demande
votre amitié: seulement en vous et en votre amitié, nous nous confions
mon mari et moi. Nous nous unissons pour vous demander que vous nous
donniez la preuve la plus forte de votre amitié pour nous, qui est de
faire que l'empereur connaisse notre sincère amitié, de même que nous
avons toujours eue pour lui et pour vous, de même que pour les Français.
Le pauvre prince de la Paix, qui se trouve emprisonné et blessé pour
être notre ami, et qui vous est dévoué, de même qu'à toute la France, se
trouve ici pour cela, et pour avoir désiré vos troupes, de même parce
qu'il est notre unique ami. Il désirait et voulait aller voir V.A.I., et
actuellement il ne cesse de le désirer et l'espérer. V.A.I.,
obtenez-nous que nous puissions finir nos jours tranquilles dans un
endroit convenable à la santé du roi, qui est délicate, de même que la
mienne, avec notre ami, unique ami, l'ami de V.A.I., le pauvre prince de
la Paix, pour finir nos jours tranquillement. Ma fille sera mon
interprète, si je n'ai pas la satisfaction de pouvoir connaître et
parler à V.A.I.; pourrait-elle faire tous ses efforts pour nous voir?
quoique ce fût un instant de nuit, comme elle voudrait.

«L'adjudant-commandant de V.A.I. vous dira tout ce que nous lui avons
dit. J'espère que V.A.I. nous obtiendra ce que nous désirons et
demandons, et que V.A.I. pardonne nos griffonnages et oubli de lui
donner de l'altesse, car je ne sais où je suis, et croyez que ce n'est
pas pour lui manquer; l'assurance de toute mon amitié.

«Je prie Dieu, etc.

     «Votre très affectionnée,

     «LOUISE.»
]

[32: Mémoire publié au commencement de 1809.]

[33: Dernière ville d'Espagne du côté de Bayonne.]

[34: Dernière ville de France.]

[35: M. de Cevallos, dans son Mémoire, présente à ses lecteurs, comme le
motif qui a déterminé le roi à aller à Bayonne, la réponse qui termine
ici mon dialogue avec lui. Il la présente même d'une manière qui
prêterait à rire plutôt qu'elle ne paraîtrait un motif suffisant pour
avoir autorisé le départ du roi.

M. de Cevallos sait bien mieux que personne qu'il a obscurci la vérité,
dans la manière dont il a rapporté ce fait. Qui mieux que lui pouvait
savoir si le roi était dans l'intention de satisfaire la France? Il
n'ignorait pas ce que la France pouvait exiger et désirer de la part de
l'Espagne, dont il avait suivi les relations politiques les plus intimes
avec cette même France; et dès-lors qui est-ce qui pouvait mieux juger
que lui où se trouverait la difficulté, s'il devait y en avoir une? Je
ne lui ferai pas l'injure de croire qu'il l'ignorait ou qu'il ne l'avait
pas aperçu: il a donné trop de preuves de sa perspicacité en ce genre.
C'est sans doute parce qu'il connaissait les deux revers de la médaille
qu'il s'efforçait de m'exposer des difficultés sur lesquelles j'avais
l'avantage d'un homme qui, n'ayant rien à cacher, avait un argument
franc plus fort que le sien. M. de Cevallos avait trop d'esprit, sans
doute, pour être la dupe de qui que ce fût, mais ce n'était pas une
raison pour que je fusse la sienne.

En supposant que la réponse qu'il me prête soit vraie, il savait mieux
que moi si je m'abusais moi-même ou si je le trompais, puisqu'il
connaissait nos affaires avec son pays; dès-lors comment se
justifiera-t-il d'être parti d'un argument qu'il savait ne pouvoir être
vrai, pour avoir consenti au départ du roi? Il y a là quelque chose qui
ne peut s'expliquer que de ces deux manières: ou M. de Cevallos a
dénaturé ma réponse, et c'est ce que j'atteste; ou bien il a trahi le
roi dans l'intérêt d'une nouvelle fortune à laquelle il voulait
s'attacher, et dès-lors son Mémoire n'est qu'un pamphlet qu'il a écrit à
la hâte, pour se mettre à l'abri du ressentiment de ses compatriotes;
car on verra par la suite de ces Mémoires qu'il pouvait y être exposé.]

[37: Pour comprendre ceci, il faut connaître la manière dont on attelle
en Espagne; chaque mule d'un attelage a ses traits attachés à
l'avant-train de la voiture, de sorte que les mules de la tête de
l'attelage ont des traits de quarante pieds de long. Or, comme elles
sont accouplées deux à d'eux, il en résulte qu'il y avait une réunion de
seize traits à l'avant-train de la voiture du roi, en sorte que toutes
les mules furent dételées par le seul coup de serpe qui coupa les
traits.]

[38: Je ne pus le suivre ce jour-là, et ne le rejoignis que le lendemain
matin, après avoir marché toute la nuit.]

[39: Le roi Charles IV avait toujours à la main une très longue canne,
de laquelle il avait besoin pour marcher; ce vieillard était si indigné,
qu'il nous semblait qu'il allait s'oublier jusqu'à la lever sur son
fils, qui conservait une physionomie imperturbable. Nous pouvions
l'apercevoir par plusieurs ouvertures qu'il y avait à la porte du salon
où la scène se passait.]

[40: Elle s'approcha de lui en levant la main comme pour lui donner un
soufflet.]

[41: Le ministère espagnol à Madrid obéissait au lieutenant-général du
royaume nommé par Charles IV, et c'était le grand-duc de Berg.]

[42: Le 8 octobre 1805, le roi de Naples avait ratifié, à Portici, le
traité de neutralité conclu le 21 septembre précédent par son
ambassadeur à Paris, et le 20 novembre suivant, une escadre anglo-russe
débarquait à Naples 12,000 hommes de troupes.]

[43: Lorsque, par ordre de l'empereur, l'on me demanda des détails sur
les ordres que je pouvais avoir donnés au général Dupont, la copie de
cette lettre figurait parmi les pièces qui devaient servir à commencer
l'information sur la conduite du général Dupont; mais lors du jugement
prononcé au conseil d'État sur l'exposé de cette affaire, cette pièce
avait disparu. Je suis bien aise que cela ait été utile au général
Dupont; mais c'est une chose coupable que de servir l'un, en mettant
l'autre dans le cas d'être accusé d'imprévoyance.]

[44: Les lieues d'Espagne sont beaucoup plus fortes que celles de
France.]

[45: Le général Dupont assure n'avoir eu aucune nouvelle de ce
mouvement: c'est donc à Dufour de l'expliquer.]

[46: Andujar, Baylen et la Caroline sont distans entre eux d'une marche
ordinaire de troupes.]

[47: On prétend qu'on les employa à la garde de caissons contenant des
objets particuliers qui étaient la propriété de quelques généraux.]

[48: Vedel avait pris, au contraire, le régiment espagnol de Jaen: à la
vérité, il avait reçu ordre de le rendre.]

[49: M. de Villoutray était écuyer de l'empereur; il avait témoigné le
désir de servir militairement, et on l'avait envoyé en Espagne.]

[50: J'ai dit plus haut qu'après la bataille d'Eylau, l'empereur avait
réclamé le secours d'un corps d'armée espagnol qui devait être mis à sa
disposition par suite d'une stipulation antérieure avec Charles IV. Ce
corps, après avoir traversé la France pour venir jusque sur l'Elbe, se
trouvait dans les environs de Hambourg, lorsque les Anglais vinrent
attaquer Copenhague et prendre la flotte danoise. Il fit partie des
premières troupes que l'empereur fit marcher, sous le maréchal
Bernadotte, au secours des Danois, et il était encore dans ces parages
lorsque la révolution d Espagne commença. L'empereur, voyant la tournure
qu'elle prenait, manda au maréchal Bernadotte de prendre garde que les
Anglais n'embarquassent à l'improviste ce corps espagnol, commandé par
le marquis de la Romana. Bernadotte répondit qu'il était en mesure, et
qu'il garantissait les sentimens du marquis de la Romana. Cependant,
huit jours après, il fut obligé de rendre compte que les Anglais étaient
venus sur la côte et avaient embarqué le marquis de la Romana avec sept
mille hommes de son corps d'armée, dont nous apprîmes bientôt après
l'arrivée à la Corogne.

Le reste devait être embarqué peu de jours après; mais on prit des
mesures pour l'empêcher.]

[51: J'ai su depuis le motif pour lequel M. Villoutray s'était fait
escorter par une garde espagnole, et pourquoi il revenait à petites
journées: c'est parce qu'il voyageait dans une calèche à lui, conduite
par ses propres chevaux, et sa calèche était chargée d'objets non soumis
à la visite. Ce sont les seuls qui aient été sauvés de tout le corps
d'armée.]

[52: On a vu, plus haut, que le général Junot avait dissous l'armée
portugaise; l'empereur lui ordonna, depuis, de la réorganiser et de
l'envoyer à Bayonne. Il en déserta une bonne moitié en chemin, et l'on
forma du reste six beaux bataillons et un régiment de chasseurs à
cheval; ils servirent avec l'armée française de manière à mériter sa
confiance et son estime.]

[53: Nous étions capitaines ensemble à l'armée du Rhin, et fûmes tous
deux promus au grade de chef de bataillon à la même affaire, le second
passage du Rhin, de vive force, où je commandai les troupes du premier
débarquement qui prirent pied à la rive droite; depuis, Foy a suivi la
fortune de Moreau, et moi celle de l'empereur.]

[54: Il avait d'abord fait partir pour Naples le grand-duc de Berg, et,
à son retour d'Erfurth, il fit partir la grande-duchesse, qui était
restée de quelques semaines en arrière.]

[55:
     «Monsieur mon frère,

«Mon ambassadeur à Paris m'apprend que V. M. L. se rend à Erfurth, où
elle se rencontrera avec l'empereur Alexandre. Je saisis avec
empressement l'occasion qui la rapproche de ma frontière, pour lui
renouveler le témoignage de l'amitié et de la haute estime que je lui ai
vouée, et j'envoie auprès d'elle mon lieutenant-général le baron de
Vincent, pour vous porter, monsieur mon frère, l'assurance de ces
sentimens invariables. Je me flatte que V. M. n'a jamais cessé d'en être
convaincue, et que si de fausses représentations qu'on avait répandues
sur les institutions intérieures organiques que j'ai établies dans ma
monarchie lui ont laissé, pendant un moment, des doutes sur la
persévérance de mes intentions, les explications que le comte de
Metternich a présentées à ce sujet à son ministre les auront entièrement
dissipées. Le baron de Vincent se trouve à même de confirmer à V. M. ces
détails et d'y ajouter tous les éclaircissemens qu'elle pourra désirer.
Je la prie de lui accorder la même bienveillance avec laquelle elle a
bien voulu le recevoir à Paris et à Varsovie. Les nouvelles marques
qu'elle lui en donnera me seront un gage non équivoque de l'entière
réciprocité de ses sentimens, et elles mettront le sceau à cette entière
confiance qui ne laissera rien à ajouter à la satisfaction mutuelle.

«Veuillez agréer l'assurance de l'inaltérable attachement et de la
considération avec laquelle je suis, monsieur mon frère,

«De V. M. I. et R. le bon frère et ami.

     «FRANÇOIS.»

     Presbourg, le 18 septembre 1808.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l'histoire de l'empereur Napoléon, Tome 3" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home