Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l'histoire de l'empereur Napoléon, Tome 4
Author: Rovigo, Duc de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l'histoire de l'empereur Napoléon, Tome 4" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES DU DUC DE ROVIGO, POUR SERVIR À L'HISTOIRE DE L'EMPEREUR
NAPOLÉON.

TOME QUATRIÈME.

PARIS,

A. BOSSANGE, RUE CASSETTE, N° 22.

MAME ET DELAUNAY-VALLÉE, RUE GUÉNÉGAUD, N° 25.

1828.



CHAPITRE PREMIER.

Nouvelles de Portugal.--Concessions réciproques.--L'empereur Napoléon
m'offre l'ambassade de Russie.--Fin des conférences d'Erfurth.--Adieux
des deux souverains.--Le comte de Romanzow.--Conversation avec ce
seigneur.--Réponse négative de l'Angleterre aux ouvertures pacifiques
convenues à Erfurth.--Confiance de l'empereur dans son traité d'alliance
avec la Russie.


C'est pendant le séjour d'Erfurth que l'empereur reçut du général Junot
le rapport de ce qui était survenu en Portugal. Il lui envoyait le
traité qu'il avait conclu avec le général anglais Darlrymple pour
l'évacuation du Portugal.

Par le même courrier, l'empereur reçut des nouvelles de la flotte russe,
commandée par l'amiral Siniavine, que le général Junot avait trouvé à
Lisbonne. Cet amiral venait de son côté d'entrer en arrangement avec les
Anglais et avait consenti à mettre son escadre en otage en Angleterre,
jusqu'à la paix entre cette puissance et la Russie. L'empereur Napoléon
communiqua ces détails à l'empereur Alexandre, sans y ajouter aucune
réflexion, et l'empereur de Russie, de son côté, désapprouva la conduite
de son amiral; mais c'était un mal sans remède.

Les conférences d'Erfurth tiraient à leur fin sans avoir présenté le
moindre sujet d'inquiétude. Je me rappelle que notre ministre des
relations extérieures, me dit un jour en conversant, que l'empereur
n'obtiendrait rien de plus que ce qui avait été convenu précédemment;
que la Russie était fixée sur ces bases-là et n'en démordrait pas; il ne
m'en a pas dit davantage. J'ai cherché à quoi cela pouvait avoir
rapport, et je crois que ce ne pouvait être qu'à des propositions
d'arrangemens nouveaux dont la Prusse, et particulièrement la Silésie,
auraient été le sujet; je le crois d'autant plus que nous évacuâmes de
suite cette province, et que ce n'est réellement qu'alors que le traité
de Tilsit reçut sa pleine exécution. L'empereur se relâcha même un peu
sur l'article des contributions, et j'ai vu l'empereur de Russie en être
particulièrement satisfait. Il avait obtenu tout ce qu'il désirait, et
avait de même reconnu tout ce qui intéressait l'empereur Napoléon.

L'empereur de Russie envoya un ministre près du roi de Naples; il donna
ordre à celui qu'il avait eu près du roi Charles IV en Espagne, de
reprendre ses fonctions près du roi Joseph. Voilà donc également
l'empereur Napoléon satisfait, c'était à lui, après cela, à mettre son
frère sur le trône, il allait s'en occuper et y employer tous les moyens
de sa puissance. Il abandonna donc l'Allemagne à la foi des traités
qu'il avait signés, et crut que la paix ne pouvait être troublée,
puisqu'on regardait sa présence, c'est-à-dire, celle de ses troupes en
ce pays comme un motif d'inquiétude continuelle, et qu'il les retirait
pour les porter en Espagne.

Tout étant fini à Erfurth, on se disposa à se séparer, et auparavant
l'on résolut de faire encore une démarche en commun près de
l'Angleterre, pour tâcher de nouer seulement une négociation. Il fut
convenu que le comte de Romanzow, ministre des relations extérieures de
Russie, se rendrait à Paris avec des pleins-pouvoirs, pour donner suite,
en ce qui concernait la Russie, à la réponse que l'on devait attendre du
gouvernement anglais.

La veille du jour où l'empereur Alexandre quitta Erfurth, l'empereur me
fit appeler la nuit; il était couché et voulait me faire causer comme
cela lui arrivait quelquefois. Il me parla d'abord de tout autre chose
que de ce qu'il voulait me dire, puis me demanda si je retournerais
volontiers en Russie. «Non, Sire, lui dis-je, parce que c'est un climat
effroyable, et ensuite parce que si j'y retournais sur le pied de faveur
où j'y ai vécu six mois, j'y ferais mal vos affaires, pour lesquelles il
faut ne rien perdre des avantages que donne la gravité du caractère
ministériel. Autrement je ne pourrais jamais être que le courtisan de
l'empereur Alexandre, et non pas l'ambassadeur de France.»

Ma réponse prouva à l'empereur que je comprenais pourquoi il avait songé
à me renvoyer en Russie; il insista un peu, mais j'opposai de la
résistance; il me gronda légèrement, mais je tins bon. Il me dit: «Je
vois que vous êtes piqué de n'avoir pas été le premier ambassadeur après
la paix de Tilsit.» Je lui répliquai, en riant: «Un peu, Sire, quoique
j'aie fait des instances pour quitter Pétersbourg. Je voulais connaître
le terrain sur lequel on me faisait marcher, et on m'a répondu par la
nomination de M. de Caulaincourt. Maintenant je ne pourrais plus lui
succéder, parce que je courrais risque de gâter vos affaires, en voulant
suivre une marche toute différente de celle qu'il paraît avoir adoptée.»

L'empereur me répliqua: «Ainsi vous ne voulez pas y aller?»

Réponse. «Sire, je suis loin de le désirer; ensuite, si V. M. l'ordonne,
je suis prêt; mais je crois que vous n'y gagneriez pas la peine d'un tel
changement.»

L'empereur me répondit: «On m'avait dit que vous regrettiez la Russie,
et que vous y retourneriez avec plaisir.»

Je n'avais rien à dire de plus, sinon que j'avais joui en Russie de tout
ce qui peut éblouir l'ambition et la vanité; que j'étais confiant dans
l'opinion qu'on y aurait conservée de moi; mais qu'à moins d'ordre de sa
part, je désirais poursuivre ma carrière militaire. «Alors, me dit
l'empereur, n'en parlons plus.»

Je me reprochais en secret de n'avoir pas accepté, parce que j'étais sûr
de pouvoir détourner de grands malheurs, tout en ménageant la dignité et
même l'amour-propre des deux souverains. C'était tout ce qu'il y avait à
faire alors entre la France et la Russie; il fallait un ministère et un
ambassadeur sans raideur, qui se comptât lui-même pour rien, et qui
n'envisageât que l'harmonie des deux pays, laquelle consistait dans
celle des deux souverains, qui alors étaient dans la ferveur de leur
rapprochement. Nous verrons comment tout cela a tourné.

Le moment des adieux arriva; ils furent gracieux de part et d'autre.
L'empereur Alexandre vint dire adieu à l'empereur; ils eurent une longue
conversation, et se quittèrent pour monter à cheval. Ils sortirent
ensemble de la ville; et allèrent au pas jusqu'à la distance de deux
lieues, où les voitures de l'empereur Alexandre l'attendaient. Quant à
ce qu'ils se dirent pendant le trajet, personne n'en sut rien; mais il
est bien évident qu'ils s'intéressaient tous deux, parce que l'on ne
trotta même pas, et que par discrétion les deux suites restèrent à une
assez bonne distance en arrière. On arriva enfin aux voitures; ils
mirent tous deux pied à terre, se promenèrent encore à pied quelques
momens, puis se dirent adieu en s'embrassant. Je courus me rappeler aux
bontés de l'empereur Alexandre, qui m'embrassa en me disant: «Je ne
change jamais quand j'ai une fois accordé mon estime.» J'y ai compté
dans l'adversité, et j'ai eu tort.

Ainsi finit cette entrevue d'Erfurth, qui sera célèbre dans l'histoire.
Elle devait assurer le repos et le bonheur du monde, et elle ne fut
suivie que de calamités.

L'empereur revint à Erfurth au petit pas, n'articulant pas un mot, et
paraissant rêveur et pensif. Il avait donné congé à tous les souverains
et princes étrangers qui étaient à Erfurth. Il partit le lendemain pour
revenir à Paris sans s'arrêter nulle part. Nous y arrivâmes dans les
derniers jours d'octobre.

Le comte de Romanzow, qui nous suivait, arriva peu de jours après nous.
Il descendit d'abord dans un hôtel garni, puis l'empereur lui donna
l'hôtel du vice-roi d'Italie, qu'il fit pourvoir de laquais et de tout
ce qui était nécessaire à une grande représentation. Le comte de
Romanzow donna plusieurs dîners dans cet hôtel, et c'est à un de ces
repas que j'eus avec lui une conversation qui, dans l'intérêt de
l'empereur, augmenta encore mes regrets de n'avoir pas accepté
l'ambassade de Russie, en remplacement de M. de Caulaincourt, qui
sollicitait son retour à Paris.

Le comte de Romanzow me disait des choses si obligeantes, que quand bien
même il les aurait exagérées de moitié, je n'aurais pu qu'être
excessivement flatté de tout ce que l'empereur de Russie avait conçu de
moi. Il m'apprit dans cette conversation le prochain mariage de S.A.I.
la grande-duchesse Catherine avec un prince d'Oldembourg. Je me gardai
bien de lui supposer d'autre motif, en me faisant cette confidence, que
l'intention de me faire plaisir, en m'apprenant cet événement heureux
pour une princesse dont j'étais l'admirateur, et qui m'a toujours parue
digne d'occuper un des premiers trônes du monde; mais sans lui témoigner
autre chose que la part que je prenais à ce que sa majesté l'impératrice
mère allait trouver de bonheur dans une union formée par ses soins,
j'avoue que je ne pus comprendre comment notre ambassadeur ne traversait
pas ce dessein-là, même sans avoir d'instructions positives à ce sujet.
Quel mal y aurait-il eu pour l'Europe à ce qu'un prince d'Oldembourg
restât célibataire un an de plus ou de moins, tandis que la main de la
grande-duchesse Catherine pouvait être un lien de paix éternelle pour
deux pays entre lesquels il ne pouvait exister trop d'harmonie ou
d'intérêt d'union? c'était à quoi il fallait que travaillassent sans
cesse ceux qui par leurs fonctions étaient chargés de ces
rapprochemens-là.

Toutefois, je rends justice à M. de Caulaincourt: il en a eu la pensée.
J'ai lu ce qu'il écrivit sur ce sujet à un tiers, dans la persuasion que
cela serait mis sous les yeux de l'empereur; mais c'était précisément un
moyen de faire manquer un projet qu'il avait conçu que de l'éventer. La
première conséquence que l'on dût en tirer, c'est que cette
communication de sa part n'était que la suite d'une ouverture qui lui
avait été faite, et sur laquelle il aurait consenti à ne pas donner
d'explication avant d'avoir eu une réponse à la lettre dont je viens de
parler. Je sais qu'elle donna beaucoup d'humeur à l'empereur, parce
qu'il n'aimait ni à être deviné, ni à être prévenu, encore moins à
paraître influencé; et M. de Caulaincourt ignorait sans doute la scène
de M. Fouché, qui avait eu lieu l'hiver précédent; mais l'empereur
pouvait croire qu'il en avait été informé; aussi la lettre de M. de
Caulaincourt à ce tiers resta-t-elle sans réponse. Mais je donne à
penser à un homme raisonnable de quel côté l'empereur aurait penché, ou
du côté d'une princesse, belle, aimable, d'une instruction peu commune,
même parmi les souveraines célèbres, et dont la main resserrait une
alliance utile avec son frère, pour lequel l'empereur Napoléon avait
véritablement une amitié qu'il était aisé d'entretenir, ou bien d'une
princesse qui était alors inconnue à toute la France, dont les liens de
parenté seuls effarouchaient tout ce qui avait eu quelque part à la
révolution, et dont le père enfin avait été armé quatre fois contre
nous, souvent avec des circonstances que la politique seule pouvait
excuser. Il est vrai de dire que l'on fut bien rassuré et dédommagé de
la perte de la première, lorsque l'on connut tous les avantages
personnels de la seconde qui arriva parmi nous; mais cela était
indépendant de ce qu'il était possible de faire en Russie, en traversant
le mariage de la grande-duchesse Catherine; et puisque l'ambassadeur
avait lui-même songé à ce mariage, il devait agir de telle sorte que
cette princesse fût encore libre, lorsqu'on s'occupa en France d'en
chercher une.

Le comte de Romanzow resta à Paris jusqu'à l'arrivée de la réponse de
Londres; elle n'était autre chose qu'un refus qu'il était facile de
deviner, parce qu'il n'était pas raisonnable de supposer que
l'Angleterre entrât en arrangement avec la France depuis l'entreprise de
celle-ci sur l'Espagne, lorsqu'elle avait auparavant refusé la médiation
de la Russie après le traité de Tilsit, et il faut convenir que, dans
ces deux occasions, la Russie s'y livra de bonne foi, et voulait amener
une paix générale, autant, je crois bien, par bonne intention
philanthropique, que pour voir la France désarmer et pouvoir elle-même
bientôt reprendre des relations commerciales, de la privation desquelles
elle souffrait trop, le pays ne pouvant s'en passer.

Je crois bien aussi que s'il y avait eu des négociations ouvertes avec
l'Angleterre, l'empereur Napoléon se serait relâché de beaucoup de
choses, particulièrement en Allemagne; mais je ne sais à quelle fatalité
il a tenu que tout ce qui a été fait et écrit pour amener des
pourparlers, a toujours porté le caractère de défi ou un ton d'aigreur,
qui a constamment éloigné au lieu de calmer et de rapprocher. La mission
du comte de Romanzow étant ainsi terminée, il reprit le chemin de
Saint-Pétersbourg.

Vers cette époque, l'empereur ouvrit la session du corps-législatif, et
dans le discours d'usage dans ces circonstances, il s'exprima en ces
termes:

«L'empereur de Russie, mon illustre allié, et moi sommes unis dans la
paix comme dans la guerre. Je vais avec confiance rejoindre mon armée;
nous nous sommes mutuellement nécessaires, etc.» S'il n'y avait pas eu à
Erfurth une réciprocité d'engagemens et de confidences sur les projets
de l'avenir, il ne se serait pas expliqué de cette manière en face de la
nation, quinze jours après avoir quitté l'empereur de Russie. Il
comptait donc sur une paix profonde en Allemagne.



CHAPITRE II.

Arrivée de l'empereur à Bayonne.--Son entrée en Espagne.--Combat de
Somo-Sierra.--Madrid est sommé d'ouvrir ses portes.--Embarras des grands
de la cour d'Espagne.--Attaque.--Entrée à Madrid.--Correspondance de la
reine de Naples et de Ferdinand VII.--Nouvelles de l'armée
anglaise.--Marche pénible et périlleuse du Guadarama.--L'empereur à
pied à la tête de la colonne.--Poursuite de l'armée anglaise.--Témérité
du général Lefèvre-Desnouettes.--Arrivée d'un courrier de
France.--L'empereur investit le maréchal Soult du commandement de
l'armée.


L'empereur prit la route d'Espagne avec toute son armée. Il arriva à
Bayonne avec la rapidité d'un trait, de même que de Bayonne à Vittoria.
Il fit ce dernier trajet à cheval, en deux courses: de la première il
alla à Tolosa, et de la seconde à Vittoria, où il rejoignit le roi
Joseph qui y était retiré avec les débris de la première armée qui était
entrée en Espagne.

Il pressa tant qu'il put l'arrivée de toutes les troupes, et fit
commencer les opérations d'abord sur Saint-Ander, et en même temps sur
la Navarre et l'Aragon. Nous avions une telle supériorité, que toutes
ces expéditions se réduisirent à des marches, excepté en avant de
Burgos, où il fallut faire quelques efforts, et à Tudela, en Navarre, où
le maréchal Lannes livra bataille; le reste ne mérite pas la peine
d'être cité.

L'empereur se transporta à Burgos, où les troupes le rejoignirent; c'est
de là qu'il ordonna de recommencer le siége de Sarragosse, et fit
avancer son infanterie par la route de Arandadel-Duero, pendant que sa
cavalerie prenait le chemin de la plaine, par Valladolid.

Lui-même suivit, avec toute sa garde, la même route que son infanterie;
il n'allait jamais qu'à cheval. Le jour de son départ de Burgos, il vint
à Aranda, et le lendemain il s'approcha jusqu'à l'entrée de la gorge de
la Somo-Sierra, à un lieu nommé Boceguillas, où il campa au milieu de
ses troupes.

Le jour suivant, de très-bonne heure, il fut rejoint par le corps du
maréchal Victor, qui avait d'abord été envoyé pour appuyer le maréchal
Lannes, mais que l'on avait rappelé avant de partir d'Aranda, où l'on
avait appris la brillante affaire du maréchal Lannes à Tudela.
L'empereur fit de suite pénétrer le corps du maréchal Victor par la
vallée. Nous étions à la fin de novembre 1808, et comme la vallée est
bordée de montagnes très-hautes, dont le sommet est caché dans les
nuages, les Espagnols qui y étaient postés ne nous découvrirent que
lorsque nous étions déjà sur eux, sans quoi ils auraient pu nous faire
bien du mal.

Au puerto de la Somo-Sierra, ils avaient quinze pièces de canons qui, si
nous avions été aperçus de plus loin, nous auraient fait payer cher la
hardiesse avec laquelle elles furent enlevées. L'empereur était là de sa
personne; il fit former les lanciers polonais en colonne sur le grand
chemin; ils le montèrent ainsi au pas, jusqu'à ce que la batterie eût
commencé à tirer, alors, prenant le grand galop, ils l'enlevèrent avant
d'avoir reçu la seconde volée.

Cette audacieuse entreprise était commandée par le général Montbrun, et
fut exécutée par la cavalerie polonaise, qui, après avoir forcé le
passage, continua le galop jusqu'à Buitrago, où l'empereur vint coucher
ce soir-là.

Le lendemain il vint à Saint-Augustin, qui est le second relais de poste
en partant de Madrid par cette route là. Il attendit dans cette position
le reste de l'armée qui n'avait pu le suivre; il y fut également
rejoint, le 1er décembre, par son frère le roi Joseph.

L'empereur s'attendait que, si près de Madrid, la junte qui y gouvernait
enverrait faire des propositions; mais l'on ne considérait pas que nous
arrivions aussi vite que les mauvaises nouvelles, et que cette junte ne
pouvait pas encore être informée du mauvais état de ses affaires; elle
ignorait la bataille de Tudela, et croyait l'empereur encore bien loin,
lorsque le 2 décembre, de grand matin, il fit faire la circonvallation
de Madrid, et planter sa tente à portée de canon de la muraille.

Le général qui commandait les premières troupes qui s'approchèrent de la
ville la somma, selon l'usage, d'ouvrir ses portes. Il s'engagea un
parlementage à la gauche, pendant que l'on faisait attaquer le quartier
des gardes-du-corps et une des portes de la ville qui étaient à la
droite.

La marche de l'empereur avait été si rapide, que pas un des grands
personnages de la cour d'Espagne qui, après avoir prêté serment de
fidélité au roi Joseph, l'avaient abandonné pour rester parmi les
insurgés n'avait eu le temps de faire des dispositions pour s'enfuir.
Presque tous ceux qui étaient venus à Bayonne se trouvaient dans Madrid.
L'inquiétude commença à s'emparer d'eux; ils ne voyaient point de moyens
de résistance au dedans, et se regardaient comme perdus s'ils ne
parvenaient pas à désarmer la vengeance d'un vainqueur irrité. Ils
songèrent donc à employer leur influence pour lui faire ouvrir les
portes d'une capitale, de laquelle on ne se serait point rendu maître
sans des torrens de sang et des monceaux de ruines.

Ils portèrent tous les esprits à la modération, et parvinrent petit à
petit à faire abandonner l'idée d'une résistance inutile à l'intérêt de
la patrie, pour écouter des propositions plus conformes à l'intérêt de
chacun, d'autant plus que ce dernier parti était commandé par la
nécessité.

Malgré cela, on n'obtenait rien, et chaque fois que l'on approchait ou
de la muraille ou d'une porte, on y était reçu à coups de fusil.
L'empereur se détermina à faire ouvrir la muraille sur trois ou quatre
points où il y avait assez de distance entre elle et les premières
maisons de la ville pour y former des troupes.

Il choisit, entr'autres, le côté extérieur du jardin du Retiro, dont la
muraille en brique et crénelée fut démolie à coups de canon, sur une
largeur d'à peu près vingt toises.

On y fit de suite entrer les troupes en bon ordre. Ce seul mouvement
dégagea la porte d'Alcala, et porta les troupes jusqu'aux bords de la
promenade du Prado.

Les trois grandes rues qui aboutissent de la ville à cette promenade
étaient défendues par des coupures, derrière lesquelles il y avait un
bon parapet. Dans les premiers momens, il partit un feu de mousqueterie
assez vif des croisées des maisons qui se trouvent à l'entrée de ces
rues, particulièrement de l'hôtel Medina-Celi, mais on lui riposta si
vivement qu'on le fit taire, et comme on avait eu la maladresse de
laisser la porte cochère ouverte, nos soldats y entrèrent, tuèrent tout
ce qu'ils trouvèrent ayant les armes à la main; en même temps la maison
fut mise au pillage, de telle façon qu'on ôta aux autres l'envie de
s'exposer au même sort.

Le général Labruyère, qui était à la tête du 9e régiment d'infanterie
légère, fut tué d'un coup de fusil tiré d'une des fenêtres de cet hôtel
de Medina-Celi.

Cette position fit ouvrir les yeux aux membres de la junte, qui ne
voulurent pas exposer Madrid à un saccage qui allait devenir inévitable,
si une fois les troupes se répandaient dans les maisons.

Ils envoyèrent donc bien vite au camp de l'empereur des parlementaires
avec de pleins pouvoirs pour traiter de la reddition de Madrid, qui se
soumit et reconnut le roi Joseph; mais, comme nous n'avions pas pu
entourer la ville, à cause de son grand développement, il y eut une
émigration considérable la nuit suivante. La population, ainsi que les
milices andalouses qui composaient la garnison, sortirent par la porte
d'Aranjuez, et se rendirent par toutes les directions vers Valence, la
Manche et l'Estramadoure. On ne fit point d'efforts pour les en
empêcher; on laissa au temps le soin de les ramener.

Les troupes françaises entrèrent à Madrid, mais l'empereur ne s'y
établit point; il resta à Chamartin, distant de la ville d'environ deux
lieues. Le roi Joseph n'entra pas non plus dans sa capitale; il resta au
Pardo, château des rois d'Espagne, situé à une lieue de Madrid; mais de
là il commanda et organisa l'administration.

Les grands d'Espagne qui, après être venus à Bayonne, y avoir reconnu le
roi Joseph et lui avoir prêté serment de fidélité, l'avaient trahi,
étaient pour la plupart restés à Madrid et voulurent de nouveau
s'arranger avec lui, mais il ne voulut pas les recevoir; tous furent
arrêtés comme traîtres et envoyés en France, où ils furent détenus fort
long-temps. Un d'entre eux, M. le duc de St-Simon, manqua de perdre la
vie, parce qu'étant dans le même cas que les autres il avait été pris
les armes à la main, commandant une troupe d'insurgés: il aurait été
infailliblement victime de la sévérité des lois militaires, si
l'empereur ne se fût laissé toucher par les larmes de sa famille et ne
lui eût fait grâce.

On en usa envers les chefs de l'insurrection espagnole à peu près comme
ils en avaient agi envers le général Dupont, qu'ils dépouillèrent après
lui avoir accordé une capitulation. On s'empara donc de tout ce qu'ils
possédaient et on ne les ménagea en rien, comme on agit avec des hommes
qui n'ont point de foi.

Il n'est pas indifférent que l'on sache ici qu'en faisant la visite du
cabinet du duc de l'Infantado l'on trouva la correspondance de la reine
de Naples et du prince Royal de ce pays, avec le prince des Asturies,
qui, comme l'on sait, avait épousé une fille de la reine de Naples.

La plupart de ces lettres avaient été écrites dans le temps que les
Français s'emparaient du royaume de Naples, à la suite de l'ouverture du
port aux troupes russes et anglaises en 1805. On y voyait que dans ses
lettres, auxquelles celles-ci faisaient réponse, le prince des Asturies
avait témoigné à sa belle-mère une grande impatience de régner pour
contribuer à la venger.

Il est inconcevable que M. de l'Infantado n'eût pas pris plus de soin de
cacher des lettres de cette importance. Elles furent trouvées sur la
table de son cabinet dans deux vieilles boîtes où il y avait eu
auparavant des cigares de la Havanne.

L'empereur resta à Chamartin jusque vers la fin de décembre; il
cherchait partout des nouvelles de l'armée anglaise et était persuadé en
venant à Madrid qu'il la trouverait. Il le supposait parce qu'il la
considérait comme la principale force de l'insurrection, et qu'ainsi
elle n'aurait pas été loin de Madrid, afin de pouvoir l'animer d'une
part et de se retirer sur Cadix, si elle y était forcée. Mais tel était
le silence des Espagnols à notre égard, et la fatale insouciance de ceux
qui dirigeaient notre cavalerie, que, pendant que l'empereur envoyait
des troupes à cheval de Burgos sur Valladolid pour avoir des nouvelles,
l'armée anglaise était tout entière sur le Douro, occupant Zamora et
Toro sur cette rivière, et ayant son quartier-général à Salamanque.

L'empereur était livré à son impatience à Chamartin, lorsque le général
qui commandait à Valladolid lui envoya trois Français qui avaient été
faits prisonniers avec le corps du général Dupont et que la misère avait
forcés à prendre du service dans les corps francs que faisait lever
l'Angleterre. Ils avaient déserté aussitôt qu'ils avaient su les
Français arrivés à Valladolid, et venaient donner avis que toute l'armée
anglaise était à Salamanque ayant son avant-garde à Zamora; qu'ils l'y
avaient laissée, je crois le 10 ou le 11 du mois, et qu'elle ne songeait
pas encore à se retirer, parce que les bâtimens de transports n'étaient
pas arrivés. Ces soldats parlaient si clairement de tout ce qu'ils
avaient vu que l'empereur ajouta foi à leur rapport: il les fit
récompenser; mais il prit de l'humeur de n'avoir appris ces détails que
par le zèle de ces trois soldats, tandis qu'il avait dans les environs
de Valladolid plus de dix régimens de cavalerie qui ne lui donnaient
aucune nouvelle.

Que l'on juge des regrets qu'il dut éprouver d'avoir été amené à Madrid,
qui ne pouvait pas lui échapper, lorsqu'il était encore en mesure de
prendre tous les avantages possibles sur l'armée anglaise, dont la
présence faisait toute la force de l'insurrection d'Espagne!

Il donna sur-le-champ ordre à l'armée de partir dans le jour même pour
traverser la chaîne de montagnes qui sépare la province de Madrid de
celle de Ségovie, en se dirigeant par le Guadarama, c'est-à-dire la
route de Madrid au palais et couvent de l'Escurial. L'empereur partit le
lendemain matin, veille de Noël; il faisait beau en partant, et le
soleil nous accompagna jusqu'au pied de la montagne. Nous trouvâmes la
route remplie d'une profonde colonne d'infanterie qui gravissait
lentement cette montagne, assez élevée pour conserver de la neige
jusqu'au mois de juin. Il y avait en avant de cette infanterie un convoi
d'artillerie qui rétrogradait, parce qu'un ouragan de neige et de
verglas, accompagné d'un vent effroyable, rendait le passage dangereux;
il faisait obscur comme à la fin du jour. Les paysans espagnols nous
disaient qu'il y avait à craindre d'être enseveli sous la neige, comme
cela était arrivé quelquefois. Nous ne nous rappelions pas d'avoir eu
aussi froid en Pologne; cependant l'empereur était pressé de faire
passer ce défilé à son armée, qui s'accumulait au pied de la montagne,
où il n'y avait aucune provision. Il fit donner ordre qu'on le suivît,
et qu'il allait lui-même se mettre à la tête de la colonne.
Effectivement il passa avec le régiment des chasseurs de sa garde à
travers les rangs de l'infanterie; il fit ensuite former ce régiment en
colonne serrée, occupant toute la largeur du chemin; puis ayant fait
mettre pied à terre aux chasseurs, il se plaça lui-même à pied derrière
le premier peloton et fit commencer la marche. Les chasseurs marchaient
à pied pêle-mêle avec leurs chevaux, dont la masse rendait l'ouragan nul
pour ceux qui les suivaient, et en même temps ils foulaient la neige de
manière à indiquer une trace bien marquée à l'infanterie.

Il n'y avait que le peloton de la tête qui souffrait beaucoup.
L'empereur était bien fatigué de marcher, mais il n'y avait aucune
possibilité de se tenir à cheval. Je marchais à côté de lui; il prit mon
bras pour s'aider, et le garda jusqu'au pied de la montagne, de l'autre
côté du Guadarama. Il avait le projet d'aller ce soir-là jusqu'à
Villa-Castin, mais il trouva tout le monde si épuisé et le froid si
excessif qu'il arrêta à la maison de poste, au pied de la montagne; elle
se nomme Espinar.

Tel était le zèle avec lequel tout le monde le servait, que dans cette
mauvaise maison qui était seule pour l'immensité de monde qui était là,
on fit arriver le mulet qui portait son bagage; de sorte qu'il eut un
bon feu, un lit et un souper passable. Dans ces occasions-là, l'empereur
n'était pas égoïste, comme on a voulu le faire croire: il ne savait pas
ce que c'était que de penser au lendemain, lorsqu'il n'était question
que de lui; il partageait son souper et son feu avec tout ce qui avait
pu le suivre; il allait jusqu'à forcer à manger ceux qu'il voyait en
avoir besoin, et qui étaient retenus par la discrétion.

On passa à cette maison d'Espinar une triste nuit. Des soldats périrent
même de froid, mais enfin l'exemple que l'empereur avait donné, avait
fait passer tout le monde par un défilé qui aurait demandé deux jours
pour tout autre que lui.

Il s'arrêta un jour à Villa-Castin pour rallier les traînards, puis on
partit à longue marche pour arriver sur le Douro, que l'on passa à
Tordesillas le second jour.

L'empereur allait lui-même fort vite pour être plus tôt informé de ce
qu'on aurait pu découvrir en avant. Il apprit à Tordesillas que l'armée
anglaise était partie de Salamanque et avait passé le Douro à Zamora,
prenant sa route vers le royaume de Léon. Il était d'une impatience sans
pareille de ne point voir son infanterie arriver, et était bien
mécontent qu'on ne lui eût pas fait connaître huit jours plus tôt la
présence de l'armée anglaise à Salamanque; néanmoins il espérait encore
en avoir quelques débris. Le corps du maréchal Ney étant arrivé le
premier, il partit lui-même avec, et se rendit, par un temps affreux, à
peu près à travers champs, jusqu'à Valderas, où il eut connaissance de
l'arrivée à Léon d'un corps qu'il y avait fait marcher de Burgos.

Il s'arrêta à Valderas pour attendre des nouvelles de tout ce qui le
suivait, et envoyer des reconnaissances dans toutes les directions; on
commençait déjà à sentir que l'on approchait de l'armée anglaise. Les
paysans répondaient, lorsqu'on leur faisait des questions sur les
troupes anglaises, qu'elles avaient passé il y avait tant d'heures, et
suivaient le chemin de Benavente. L'empereur pressait tant qu'il
pouvait, mais les boues étaient épouvantables, et l'artillerie ne
pouvant pas suivre, les autres troupes étaient obligées de l'attendre;
cela donna quelqu'avance à l'armée anglaise. Enfin l'impatience fit
envoyer le régiment des chasseurs à cheval de la garde en avant pour
atteindre l'arrière-garde de l'armée ennemie. Le général
Lefèvre-Desnouettes qui le commandait, impatient d'en venir aux prises,
se lança sans précaution, et arriva au bord de l'Exla, au moment où les
ennemis venaient de rompre le pont sur lequel on passait cette rivière
pour arriver à Benavente. Il voit la cavalerie ennemie à l'autre bord,
et forme de suite le hardi projet d'aller la culbuter. Il cherche
long-temps un gué dans les eaux de la rivière, considérablement enflée
par les pluies qui tombaient depuis quelques jours; mais enfin il en
trouve un, et passe la rivière avec quatre escadrons de chasseurs de la
garde, à la tête desquels il marche à la cavalerie anglaise qui était de
l'autre côté; il est bientôt assailli par le nombre, qui le ramène
battant jusqu'au gué, où tout aurait été pris sans l'adresse des
chasseurs qui le repassèrent promptement; mais le général Lefèvre
voulut, en brave homme, ne repasser que le dernier, et fut pris avec
soixante chasseurs de son régiment.

L'empereur reçut cette nouvelle à Valderas; elle lui fit beaucoup de
peine, parce qu'il aimait les chasseurs de la garde par-dessus tout.
Mais il ne condamnait pas la détermination courageuse de leur colonel,
qu'il aurait cependant voulu voir plus prudent.

Il partit lui-même de Valderas aussitôt que la cavalerie y arriva, et se
porta avec elle sur Benavente, ordonnant à l'infanterie de suivre. Les
pluies avaient encore augmenté la rivière de l'Exla au point que l'on ne
pouvait plus passer au gué qui avait favorisé les chasseurs. Il fallut
en chercher un autre; on ne le trouva que très tard au-dessous du pont;
on y fit passer toute la cavalerie; l'empereur y passa lui-même, et on
marcha de suite sur Benavente, que l'on dépassa encore de beaucoup dans
la nuit, en prenant le chemin d'Astorga. On trouva dans la ville de
Benavente des matériaux pour raccommoder le pont de l'Exla, sur lequel
l'infanterie passa toute la nuit.

L'empereur coucha à Benavente, et y resta le lendemain pour faire
prendre de l'avance à l'armée. L'on suivait les Anglais de près, mais
ils ne nous abandonnaient rien. Nous trouvions beaucoup de chevaux de la
cavalerie anglaise morts sur le chemin, et nous remarquions qu'il leur
manquait à tous un pied. Nous apprîmes depuis que le cavalier anglais
qui perdait son cheval était obligé d'en apporter le pied à son
capitaine pour lui prouver qu'il était mort; autrement il aurait été
suspecté de l'avoir vendu.

Nous commencions à les serrer de près; notre avant-garde couchait tous
les soirs en vue de l'arrière-garde ennemie; mais notre colonne était
d'une longueur infinie, et avait de la peine à se serrer et à se réunir.
C'était l'ouragan que nous avions éprouvé en passant le Guadarama, ainsi
que la boue et les pluies de Valderas, qui nous avaient mis dans cet
état de procession, qui durait depuis plusieurs jours.

L'empereur était si impatient qu'enfin il partit de Benavente pour
suivre l'armée sur le chemin de la Corogne; j'étais avec lui; il allait
au grand galop, lorsqu'un officier, qui venait de Benavente, d'où il
était parti quelques instans après nous, nous dit qu'il venait de
quitter un courrier de Paris qui courait après l'empereur. Sur ce
rapport l'empereur arrêta, mit pied à terre, et fit établir un feu de
bivouac sur le chemin, où il resta par une neige très-froide et
très-épaisse, jusqu'à l'arrivée du courrier. Le prince de Neuchâtel
était avec lui; il ouvrit la valise du courrier, et remit à l'empereur
les lettres qui étaient pour lui.

Quoique sa figure ne changeât presque jamais, je crus cependant
remarquer que ce qu'il venait de lire lui donnait à penser, d'autant
plus que nous remontâmes à cheval, et qu'il ne dit pas un mot jusqu'à
Astorga, où il arriva sans avoir repris le galop.

À Astorga, il ne parla plus d'aller à la Corogne. Il y attendit toute
l'armée, et passa la revue des différens corps de troupes à mesure
qu'ils arrivaient.

Le parti de l'armée anglaise était pris; elle se retirait, et ne pouvait
pas aller moins loin qu'à la Corogne. La question était de savoir si
elle y trouverait ses transports arrivés lorsqu'elle-même le serait:
dans ce cas rien ne pouvait s'opposer à son embarquement, ou bien si
elle serait obligée d'attendre ses transports, ce qui alors aurait donné
à notre armée un temps qu'elle aurait pu mettre à profit.

L'empereur donna le commandement de l'armée au maréchal Soult, et lui
recommanda de marcher promptement de manière à ne pas laisser prendre
haleine aux Anglais. Il le prévint qu'il allait de sa personne rester
encore un jour ou deux à Astorga; qu'il en demeurerait davantage à
Benavente, où il attendrait de ses nouvelles, soit pour revenir sur la
Corogne, si les Anglais étaient forcés de tenir dans cette province,
soit pour aller à Valladolid, si les Anglais se rembarquaient.

Le maréchal Soult partit et poussa l'arrière-garde anglaise de si près,
que son avant-garde avait souvent affaire avec elle. Le général Auguste
Colbert fut tué dans une de ces rencontres, et emporta les regrets de
tous ses camarades. Tous les jours l'empereur recevait de l'armée des
nouvelles qui lui faisaient connaître jusqu'où elle avait marché, et où
étaient les Anglais. Il était encore à Benavente lorsqu'il apprit
l'entrée de nos troupes dans Lugo, et peu de jours après il eut avis de
l'arrivée à la Corogne des transports destinés à embarquer l'armée
anglaise. Il vit dès lors que rien n'empêcherait cette armée d'arriver
en Angleterre, et il ne songea plus qu'à partir de Benavente.



CHAPITRE III.

L'empereur à Valladolid.--Le général Legendre.--Députation de la ville
de Madrid.--Audience que lui accorde l'empereur.--Le roi Joseph entre à
Madrid.--Nouvelles de France.--Conversation avec l'empereur à ce
sujet.--Disposition des relais.--Retour de l'empereur à Paris.--M. de
Metternich.


L'empereur fit placer ses relais pour arriver à Valladolid dans un seul
jour; il ramena toute la garde à pied et à cheval dans cette ville, où
il resta quelque temps; il envoya de là le maréchal Lannes commander le
siége de Sarragosse, et il prit plusieurs autres dispositions relatives
à la sûreté de l'armée et à la promptitude de ses opérations.

Il reçut, à Valladolid, un officier de la cour de Milan, qui venait lui
apporter la nouvelle de la naissance d'un enfant du vice-roi d'Italie;
mais il eut de l'impatience en recevant un de ses anciens officiers
d'ordonnance qui, en remplissant une mission à la Corogne, au
commencement de l'insurrection, y avait été fait prisonnier: on l'avait
gardé prisonnier à bord d'un vaisseau pendant cinq ou six mois, et il
venait de recouvrer sa liberté, par l'entrée des troupes françaises à la
Corogne. Il vint nous apprendre que le jour où l'affaire qui avait eu
lieu entre le maréchal Soult et les Anglais, en avant de la Corogne, et
dans laquelle le général en chef de l'armée anglaise Moore avait été
tué; ce jour, dis-je, les transports de l'armée anglaise n'étaient pas
encore arrivés. L'empereur ne put être maître d'un mouvement d'humeur;
il renouvela encore sa plainte de n'avoir pas été prévenu comme il
aurait dû l'être de la présence des Anglais à Salamanque et à Zamora; il
aurait été à eux avant d'aller à Madrid, et il les aurait combattus avec
une supériorité de quatre contre un. Il gronda les uns et les autres,
mais il le faisait toujours en riant, et jamais il n'était si près
d'accorder une marque de bonté à quelqu'un que lorsqu'il venait de lui
bien laver la tête.

C'est aussi pendant qu'il était à Valladolid qu'il apprit du ministre de
la guerre l'arrivée à Toulon des généraux Dupont et Marescot, les mêmes
qui avaient signé la capitulation de Baylen. Cela lui échauffa de
nouveau la bile, et il donna des ordres sévères à leur égard.

Le général Legendre, qui était le chef d'état-major de ce corps d'armée,
était revenu en France quelque temps avant, et n'avait pas craint de
venir trouver l'empereur à Valladolid. L'empereur le reçut à une parade,
et ne voulut pas le voir auparavant; c'était le 17e régiment
d'infanterie qui était passé en revue ce jour-là. Il y avait trente
généraux et plus de trois cents officiers présens, lorsque l'empereur
fit approcher le général Legendre; il le traita sévèrement, et lui dit,
entre autres choses: «Vous étiez un des colonels de l'armée que
j'estimais le plus, et vous vous êtes rendu un des instrumens de cette
honteuse transaction de Baylen! Comment, vous, ancien soldat de l'armée
d'Italie! votre main n'a-t-elle pas séché avant de signer une pareille
iniquité? et, pour couronner l'oeuvre, vous vous rendez l'organe d'une
fourberie pour abuser votre camarade Videl qui était hors d'affaire, et
le forcer à subir le déshonneur imposé à ses troupes, sans lui dire
pourquoi vous veniez le chercher!»

Le général Legendre s'excusait du moins mal qu'il pouvait: il disait
qu'il n'avait rien pris sur lui; qu'il n'avait fait qu'exécuter les
ordres du général en chef. L'empereur eut l'air de se laisser persuader,
mais sans être dupe; il se fâchait d'autant plus fort qu'il y avait un
grand nombre d'officiers de tous grades qui l'écoutaient, et qui
pouvaient d'un jour à l'autre se trouver dans la même position où
s'étaient trouvées les troupes du général Dupont. Il ne punit pas le
général Legendre, parce que tel était l'empereur: quand un homme lui
était connu par plusieurs actions de courage, une faute ne le perdait
pas dans son esprit, surtout lorsque cet homme n'était, à proprement
parler, qu'un être obéissant. Un autre individu qui aurait eu pour lui
plus d'actions de courage que le premier, mais qui, n'agissant qu'avec
méditation et réflexion, aurait commis une faute semblable, il la lui
aurait comptée en raison des moyens que son jugement, son éducation et
sa position lui fournissaient pour l'éviter, en sorte que dans une
circonstance pareille, commune à deux hommes différens, l'un était
traité avec indulgence et l'autre perdu sans retour dans son esprit,
c'est-à-dire que, sans le priver de ce que ses services lui avaient
acquis, il ne fallait plus rien demander pour lui.

C'est à Valladolid que l'empereur reçut une députation considérable de
la ville de Madrid. Elle venait lui demander de permettre que le roi
Joseph entrât à Madrid; il était toujours resté au Pardo, parce que
l'empereur voulait voir comment les affaires d'Espagne se dessineraient
avant de faire entrer le roi dans une capitale d'où il aurait pu être
dans le cas de sortir une seconde fois.

J'étais présent lorsqu'il reçut cette députation. Il avait pour
interprète M. Hédouville, ministre de France près le prince primat
d'Allemagne, qu'il avait fait venir à son quartier-général, parce qu'il
parlait très-bien l'espagnol. Il aimait M. Hédouville, qu'il avait connu
avant la révolution.

L'empereur demanda à la députation «si c'était une démarche libre et
exempte de toute insinuation qu'elle faisait en ce moment, et ajouta
que, si cette mission n'était pas la suite d'un mouvement sincère de
leur part, elle ne pouvait lui être agréable, et qu'il leur rendait leur
liberté.»

Il aurait fallu les voir tous se prosterner et jurer qu'ils étaient
venus d'eux-mêmes, après s'être réunis entre eux à Madrid, avec
l'approbation du roi, dont ils avaient l'autorisation, pour venir près
de l'empereur exprimer leurs voeux.

L'empereur leur répondit: «Si c'est ainsi, votre démarche m'est
agréable, et je vais m'expliquer avec vous.

«Si vous désirez avoir le roi parmi vous pour l'aider à éclairer vos
compatriotes, et à éviter une guerre civile, pour le servir comme de
bons Espagnols et ne pas faire comme ceux qui, après lui avoir prêté
serment de fidélité à Bayonne, l'ont abandonné à la plus légère
apparence d'un danger, je consens à ce qu'il aille demeurer avec vous;
mais alors, messieurs, vous m'en répondez tous personnellement.

«Si, au contraire, vous ne demandez le roi que comme un moyen de vous
soustraire aux charges inséparables de la présence d'une aussi grande
armée, je veux vous désabuser. Tout ce que vous souffrez me fait
d'autant plus de mal, que je voulais l'éviter en faisant par vous-mêmes
les changemens que je suis obligé d'appuyer par les armes. La présence
du roi à Madrid ne changera rien à cette position-là, à moins que vous
ne vous hâtiez de lui rallier tous les hommes sensés de votre patrie,
lesquels, une fois qu'ils se seront prononcés, produiront bientôt un
grand changement et amèneront le calme, sans lequel il ne sera pas
possible de rétablir l'ordre dans vos cités, en proie aux agitations et
aux troubles.

«Réfléchissez-y bien, et ne vous exposez pas à quelques résultats
fâcheux, si vous n'avez pas la ferme résolution de le servir.»

Tous protestèrent de leurs sentimens, et furent étonnés de la franchise
du discours de l'empereur. Ils le supplièrent de croire à la sincérité
avec laquelle ils serviraient le roi, ajoutant que jamais ils ne
prendraient aucune part directe ni indirecte aux agitations politiques
dont le pays était affligé: enfin ils renouvelèrent leurs instances pour
avoir le roi.

L'empereur leur répondit qu'il se fiait à leur parole; qu'ils pouvaient
s'en retourner et voir le roi au Pardo; qu'il allait lui écrire et lui
faire connaître qu'il ne mettait plus aucun obstacle à son entrée à
Madrid. Elle eut effectivement lieu, et l'administration espagnole se
mit en devoir de s'établir et de faire respecter son autorité. Si, avant
cela, on eût pu joindre l'armée anglaise et la forcer à une bataille
qu'elle eût infailliblement perdue, l'administration du roi Joseph
aurait fait plus de prosélytes; mais, faute de ce succès, les Espagnols
restèrent froids. D'un autre côté, nos troupes devenaient tellement à
charge par leur exigence et par les vexations de beaucoup d'officiers
supérieurs, et même de généraux, que les habitans se livrèrent au
désespoir.

Ils commencèrent par opposer de l'inertie à ce qu'on leur demandait; les
difficultés de vivre et de communiquer, au lieu de s'aplanir,
s'accrurent; les plus forts voulurent être obéis en conquérans, et les
Espagnols, que l'on aurait pu persuader, ne voulurent point être
asservis. On s'excita des deux côtés, et bientôt tout fut en armes. Il
ne faut pas mettre en doute que la mauvaise conduite d'une bonne partie
des officiers qui ont exercé des commandemens particuliers en Espagne, a
plus contribué au soulèvement absolu du pays que les événemens de guerre
qui nous ont été défavorables.

L'empereur attendit à Valladolid la nouvelle de l'entrée du roi à
Madrid. Il y reçut plusieurs courriers de Paris qui lui donnèrent de
l'humeur. Il me fit un jour appeler pour me questionner sur des choses
dont il supposait que je serais informé.

C'est le cas de dire ici qu'avant de partir de Paris il avait eu plus
d'un motif pour faire partir le grand-duc de Berg. Je partageais
l'opinion de ceux qui lui supposaient le projet de succéder à
l'empereur; son esprit avait assez de complaisance pour se laisser aller
à cette illusion, et des intrigans en France n'auraient pas demandé
mieux que de voir à la tête du gouvernement un homme qui aurait eu
continuellement besoin d'eux, et dont ils auraient tiré tel parti que
bon leur eût semblé. Je ne crois pas que le grand-duc de Berg se fût
jamais prêté à quelque tentative sur la personne de l'empereur; mais
comme les machinateurs d'intrigues avaient mis en principe que
l'empereur périrait ou à la guerre ou par un assassinat, chaque fois
qu'on le voyait partir pour l'armée, on tenait prêt quelque projet qui
était toujours désappointé par son heureux retour.

Lorsqu'on le vit partir pour l'Espagne, cela fut bien pis; ces mêmes
hommes parlaient qu'il y serait assassiné avant d'avoir fait dix lieues;
et comme ils savaient que l'habitude de l'empereur était d'être à cheval
et partout, ils se plaisaient à n'entrevoir aucun moyen pour lui
d'éviter un malheureux sort. En conséquence, ils mirent les fers au feu
de plus belle. Voilà pourtant comment l'empereur était servi par des
hommes dont le devoir était de rassurer l'opinion et de l'éclairer, au
lieu de la laisser errer en lui donnant eux-mêmes l'exemple d'une
vacillation qui ne put jamais s'arrêter.

Chaque fois qu'ils voyaient l'empereur revenir heureusement, ils ne
trouvaient d'autre moyen de se tirer du mauvais pas où ils s'étaient mis
qu'en se dénonçant réciproquement.

L'empereur me demanda si j'étais dans l'habitude de recevoir des lettres
de Paris. Je lui répondis que non, hormis celles de ma famille, qui ne
me parlait jamais d'affaires. C'est dans cet entretien qu'il me dit
qu'on le servait mal; qu'il fallait qu'il fît tout, et qu'au lieu de lui
faciliter la besogne il ne rencontrait que des gens qui avaient pris
l'habitude de le traverser. Il ajouta: «C'est ainsi que ces gens-là
entretiennent les espérances des étrangers, et me préparent sans cesse
de nouveaux embarras, en leur laissant entrevoir la possibilité d'une
désunion en France; mais qu'y faire? ce sont des hommes qu'il faut user
tels qu'ils sont.»

Je lui disais tout ce que je pensais, et mon opinion sur cette matière
était formée sur la manière de voir de plusieurs bons serviteurs qui
désiraient autant que moi la continuation de ses succès, et auxquels je
faisais part de mes craintes sur les résultats de toutes ces intrigues.

Il ne me dit pas un mot de son retour prochain à Paris. Il me dit qu'il
allait envoyer un officier d'ordonnance à Saint-Pétersbourg; c'est ce
qui me fit penser que ce retour à Paris avait été résolu dans sa rêverie
de Benavente à Astorga, d'autant plus que le courrier dont il avait lu
les dépêches sur le grand chemin était expédié par M. de Champagny. Je
sus par le prince de Neuchâtel, qui avait reçu une lettre du roi de
Bavière, que ce souverain avait mandé à l'empereur de se mettre en
mesure vis-à-vis de l'Autriche, qui armait et préparait tous les
ressorts de la monarchie; c'était la première fois qu'elle levait la
landwehr. Il lui envoyait copie de la dépêche que lui avait adressée son
ministre à Vienne. Je m'expliquai alors tout ce que j'avais remarqué
depuis huit jours, et je devinai la cause de l'envoi d'un officier
d'ordonnance à Saint-Pétersbourg.

L'empereur donna ses instructions sur la marche qu'il voulait que l'on
suivît pour les opérations militaires tant en Navarre qu'en Aragon et en
Catalogne; il organisa la formation de l'armée mobile, pour l'emploi de
laquelle il laissa une instruction générale, et fit partir la garde pour
Burgos, où elle devait rester jusqu'à de nouveaux ordres. Il ne l'emmena
pas d'abord, parce qu'il ne savait encore rien de positif sur ce qu'il
ferait; ses projets étaient subordonnés à ce qu'entreprendraient les
ennemis.

Il fit mettre ses chevaux de selle en relais sur le chemin de Valladolid
à Burgos, avec un piquet de chasseurs à chacun des relais, de manière à
n'avoir que trois à quatre lieues d'un relais à l'autre. Ces
dispositions se prenaient souvent et sans bruit chez l'empereur. Pour
les comprendre, il faut savoir que son écurie de chevaux de selle était
divisée par brigades de neuf chevaux, dont deux étaient pour lui, et les
sept autres pour les personnes de son service qui ne le quittaient pas.
L'écurie des chevaux de traits était divisée par relais; un relais était
composé de trois attelages. Il y avait un piquet attaché à chaque
brigade, comme à chaque relais. Ainsi, lorsque l'empereur avait vingt
lieues à parcourir à cheval, c'était ordinairement six brigades qui
allaient se placer sur le chemin à faire. Les chevaux des palefreniers
portaient des porte-manteaux où étaient des rechanges complets et des
portefeuilles avec papier, plume, encre et cartes de géographie; ils
portaient aussi des lunettes d'approche. S'il fallait faire vingt lieues
en calèche ou en voiture, c'étaient six relais qui marchaient au lieu de
six brigades de chevaux de selle. Les uns et les autres étaient
numérotés ainsi que les piquets d'escorte, et pouvaient s'assembler la
nuit sans que cela causât le moindre mouvement.

Les aides-de-camp de l'empereur étaient tenus d'avoir dans ces cas-là un
cheval à chaque brigade; mais lorsque l'on voyageait en voiture, ils y
avaient place.

L'empereur partit donc ainsi de Valladolid de grand matin, par une belle
gelée, et vint au grand galop de chasse jusqu'à Burgos. Il y arriva en
cinq ou six heures: jamais souverain n'a fait autant de chemin à cheval
aussi rapidement. Il avait également fait placer des relais d'attelage
depuis Burgos jusqu'à Bayonne, en sorte qu'il n'arrêta qu'un moment à
Burgos et alla à Bayonne sans sortir de sa voiture. Il n'y resta qu'une
matinée, et partit de suite pour Paris. Il allait si vite, que personne
ne put le suivre. Il y arriva seul vers les derniers jours de janvier.
Son retour aussi subit fut un événement: on ne l'attendait pas de tout
l'hiver; les plaisirs de cette saison y occupaient la société, et en
général celle de Paris tourne peu ses regards vers les affaires; une
comédie nouvelle y fait parler bien plus que dix batailles perdues ou
gagnées. Un étranger apprend à Paris tout ce qu'il veut savoir, et un
Français y peut ignorer tout ce qui l'intéresse, sans pour cela cesser
d'avoir sa journée bien employée.

C'était M. le comte de Metternich qui était dans ce moment-là
ambassadeur d'Autriche en France. Il était revêtu de ce caractère depuis
à peu près 1806. Il y avait eu, entre la paix qui a terminé la campagne
de 1805 et son arrivée, un intérim rempli par le général baron de
Vincent. Je ne suis pas bien fixé sur l'époque à laquelle il présenta
ses lettres de créance; mais il n'y avait pas fort long-temps qu'il
était parmi nous, qu'il avait déjà une connaissance très approfondie de
toutes les intrigues dont le pavé de Paris fourmille toujours. L'on eut
beau appeler l'attention de M. Fouché sur les personnes qui
fréquentaient les intimités des ambassadeurs; on n'en obtint rien, et
j'ai connu tels ambassadeurs qui avaient à Paris un espionnage monté
dans toutes les parties; politique, administration, opinion et
galanterie, tout y était soigné. Ils s'en servaient habilement pour
faire lancer des sornettes au ministre de la police, qui a été souvent
leur dupe.

M. de Metternich avait poussé ses informations si loin, qu'il serait
devenu impénétrable pour un autre que l'empereur. Il était parvenu à
faire arriver à l'oreille du ministre de la police tout ce qu'il lui
convenait de lui faire dire, parce qu'il disposait en dominateur d'une
personne (la discrétion m'empêche de la nommer, ce serait une révélation
inutile) dont M. Fouché avait un besoin indispensable.

De sorte que c'était souvent lui qui était l'auteur de quelques contes
dont M. Fouché venait entretenir l'empereur. Il se persuadait qu'il le
mettait dans une lanterne; mais il y avait longtemps que l'empereur ne
croyait plus à ses informations. L'on ne tarda pas à voir l'aigreur se
manifester dans nos relations avec l'Autriche; cette puissance fit
paraître (je crois dans le courant de février ou vers la fin de ce mois)
une sorte de manifeste dans lequel elle déclarait que, dans le but
d'assurer son indépendance, elle allait prendre des mesures propres à la
mettre à l'abri de toutes les entreprises qui pourraient être formées
contre elle. Cette déclaration en pleine paix, lorsque la France venait
de retirer ses armées de l'Allemagne, ne pouvait assurément pas reposer
sur des motifs d'inquiétude raisonnables; elle paraissait plutôt être le
signal d'une nouvelle croisade dans une circonstance que l'on
considérait comme favorable au recouvrement de ce que cette puissance
avait perdu dans les guerres précédentes. C'est ainsi que cela fut
envisagé.



CHAPITRE IV.

Réception du corps diplomatique.--Paroles de l'empereur à M. de
Metternich.--Protestations de la cour de Saint-Pétersbourg.--Degré de
confiance qu'y ajoute l'empereur.--Préparatifs de guerre.--Opinion
publique.


Cette déclaration de l'Autriche venait de paraître depuis très-peu de
temps, lorsqu'arriva un des jours d'étiquette où l'empereur était dans
la coutume de recevoir le corps diplomatique.

Toutes les personnes qui le composaient avaient l'habitude de se former
en cercle dans la salle du trône, dans laquelle elles entraient selon
leur date de résidence à Paris (usage adopté entre les envoyés des
grandes puissances), et l'empereur commençait par sa droite à en faire
le tour, en causant successivement avec chacun des ambassadeurs,
ministres, envoyés, etc. Ce jour-là, en arrivant à M. de Metternich, il
s'arrêta, et comme l'on s'attendait à quelque scène, d'après la
connaissance que tout le monde avait de la déclaration du gouvernement
autrichien, il régna un silence profond lorsqu'on vit l'empereur en face
de M. de Metternich. Après le compliment d'usage, il lui dit: «Eh bien!
voilà du nouveau à Vienne; qu'est-ce que cela signifie? est-on piqué de
la tarentule? qui est-ce qui vous menace? à qui en voulez-vous?
voulez-vous encore mettre le monde en combustion? Comment! lorsque
j'avais mon armée en Allemagne, vous ne trouviez pas votre existence
menacée, et c'est à présent, qu'elle est en Espagne, que vous la trouvez
compromise! Voilà un étrange raisonnement. Que va-t-il résulter de cela?
c'est que je vais armer, puisque vous armez; car enfin je dois craindre,
et je suis payé pour être prudent.»

M. de Metternich protestait que sa cour n'avait aucun projet semblable,
que ce n'étaient que des précautions que l'on prenait dans une
circonstance où la situation de l'Europe paraissait le commander, mais
que cela ne couvrait aucun autre projet.

L'empereur répliqua: «Mais où avez-vous pris ces inquiétudes? Si c'est
vous, monsieur, qui les avez communiquées à votre cour, parlez, je vais
vous donner moi-même toutes les explications dont vous aurez besoin pour
la rassurer. Vous voyez qu'en voulant porter votre cour à affermir sa
sécurité, vous avez troublé la mienne, et en même temps celle de
beaucoup d'autres.»

M. de Metternich se défendait, et il lui tardait de voir rompre cet
entretien, lorsque l'empereur lui dit: «Monsieur, j'ai toujours été dupe
dans toutes mes transactions avec votre cour; il faut parler net, elle
fait trop de bruit pour la continuation de la paix et trop peu pour la
guerre.»

Il passa ensuite à un autre ambassadeur, et acheva ainsi l'audience, à
la suite de laquelle il y eut assurément plus d'un courrier expédié.
Celui de M. de Metternich à sa cour fut sans doute pressant, car
l'Autriche rassemblait déjà ses armées, tandis que l'empereur n'avait
pas encore les premiers élémens de la sienne à sa disposition. On appela
sur-le-champ une conscription; on l'habilla à la hâte, et on la fit
partir en voiture. La garde, qui était encore à Burgos en Espagne, eut
ordre de se rendre en Allemagne.

Jamais l'empereur n'avait été pris si fort au dépourvu. Il ne revenait
pas de cette guerre; il nous disait: «Il faut qu'il y ait quelques
projets que je n'aperçois pas, car il y a de la folie à me faire la
guerre. Ils me croient mort, nous allons voir comment cela ira cette
fois-ci. Et puis ils diront que c'est moi qui ne peux rester en repos;
que j'ai de l'ambition, lorsque ce sont leurs bêtises qui me forcent
d'en avoir. Au reste, il n'est pas possible qu'ils aient songé à me
faire la guerre seuls; j'attends un courrier de Russie: si les choses y
vont comme j'ai lieu de l'espérer, je la leur donnerai belle.»

Ce courrier attendu de Russie ne tarda pas à arriver; il apportait la
réponse aux dépêches dont l'officier d'ordonnance qui avait été expédié
de Valladolid était chargé. Alexandre renouvelait l'assurance de ses
sentimens, apprenait succinctement à l'empereur Napoléon ce qui avait eu
lieu entre lui et l'Autriche au sujet des projets de cette dernière
puissance. Notre ambassadeur, M. de Caulaincourt, écrivait d'une manière
plus positive encore. Il racontait que l'Autriche avait envoyé M. le
prince Schwartzemberg[1] à Saint-Pétersbourg pour solliciter une
alliance et faire entrer la Russie dans un nouveau projet de guerre
contre la France, mais que l'empereur Alexandre avait rejeté toutes ces
propositions, et se montrait ferme dans la résolution qu'il avait prise
de rester dans les sentimens qu'il avait manifestés à l'empereur
Napoléon. Bien plus, il déclarait qu'il ne resterait pas indifférent à
l'agression à laquelle son allié pourrait être exposé par suite du refus
qu'il exprimait à l'ambassadeur d'Autriche. M. de Caulaincourt était
fort rassurant: ce qu'il voyait, comme ce qu'on lui disait, lui
inspirait une sécurité parfaite. Le colonel Boutourlin nous a appris
plus tard combien tout cela était cependant peu sincère. «L'empereur
Alexandre, nous dit-il, ne pouvait méconnaître l'esprit des dispositions
du traité de Tilsit; mais les circonstances malheureuses où se trouvait
l'Europe à l'époque où il l'avait souscrit, lui avaient prescrit
d'éloigner à tout prix la guerre. Il s'agissait surtout de gagner le
temps nécessaire pour se préparer à soutenir convenablement la lutte que
l'on savait bien être dans le cas de se renouveler un jour.» Voilà dans
quelles dispositions Alexandre avait traité, la bonne foi avec laquelle
il avait posé les armes. Sa conduite ne fut pas plus franche dans
l'alliance qu'elle ne l'avait été dans la négociation, et s'il ne viola
pas, presque au sortir d'Erfurth, les engagemens qu'il avait pris, s'il
ne fit pas cause commune avec l'Autriche, ce fut par suite de
l'impossibilité où l'avait mis la dispersion de ses armées, occupées
contre la Suède et la Turquie, de soutenir efficacement cette
puissance[2]. Mais l'enthousiasme qu'il avait affecté durait encore. On
était bien loin d'exagérer la profonde duplicité que nous a révélée
Boutourlin. Il est vrai cependant qu'il y a une règle naturelle où tout
se mesure, et qui est comme la pierre de touche à laquelle on reconnaît
les fausses monnaies: cette règle, que l'ambassadeur n'eût pas dû
méconnaître, est le bon sens et la droiture.

Il y avait à peine quatre mois que l'entrevue d'Erfurth avait eu lieu:
on ne pouvait avoir oublié tout ce qui y avait été dit. Or, que nous
fallait-il pour nous donner le temps de finir, si ce n'était de
maintenir la paix en Allemagne? Qui est-ce qui le pouvait, ou du
souverain qui venait d'en retirer son armée, ou de celui qui y avait
tout le poids de sa puissance physique et morale? surtout quand cette
même puissance avait suffi en 1805 pour décider l'Autriche à une guerre
à laquelle elle a déclaré qu'elle n'avait pas pensé auparavant. Était-ce
une chose déraisonnable de supposer que cette puissance (la Russie),
réunie d'intention et d'efforts avec la France, empêcherait l'Autriche
d'entrer seule en campagne, lorsque cette même Autriche avait eu besoin,
quatre ans auparavant, d'être stimulée par la Russie pour entrer dans la
coalition contre la France? Ce serait choquer le bon sens que de vouloir
persuader que les Autrichiens eussent osé commencer la guerre, si les
Russes leur avaient déclaré positivement qu'ils entreraient aussitôt en
campagne avec nous, ou qu'ils eussent même paru disposés à le faire. Si
donc les Autrichiens ont commencé, c'est qu'ils ont été assurés au moins
d'une neutralité armée, semblable à celle qu'eux-mêmes avaient observée
après la bataille d'Eylau. Voilà ce qu'il était si important à
l'empereur de savoir, et ce qu'il ne sut que trop tard par l'expérience
des faits.

Ce qui commença à donner de l'inquiétude, c'est que l'on apprit que dans
le conseil de guerre qui fut tenu à Vienne au retour du prince
Schwartzemberg de Saint-Pétersbourg, la guerre fut résolue, malgré les
objections du général Meyer, membre de ce conseil, qui déclara net que
faire la guerre à la France sans le concours de la Russie était une
folie. L'opinion du général Meyer était de quelque poids à cette
époque-là, et pour que l'on ne s'y rendît pas, il fallait que l'on eût
quelques espérances dont on n'avait pas entretenu le conseil.

L'empereur se flattait toujours, d'après ce que lui avait mandé M. de
Caulaincourt, que la Russie ne s'en tiendrait pas à observer la
neutralité, et que ses menaces seraient suivies de quelques effets qui
retiendraient l'Autriche. Mais il fut désabusé en apprenant par son
ambassadeur à Vienne, ce qui s'était passé au retour du prince
Schwartzemberg. Il prit bien vite son parti, c'est-à-dire la résolution
de ne compter que sur lui; et tout ce qui lui avait été promis à Tilsitt
et à Erfurth se réduisit de la part de la Russie, à faire paisiblement
ses affaires avec ses ennemis, et à nous laisser le soin de nous
arranger avec les nôtres, supposant sans doute que c'était nous faire
une grande grâce que de ne pas se joindre à eux. Je n'ai jamais vu
l'empereur aussi calme qu'en apprenant ces détails. Il disait: «Nous
allons voir si la Russie est une puissance, et si elle marchera pour moi
comme elle a marché pour les Autrichiens en 1805. Je suis son allié; on
m'attaque; je réclame son secours; nous verrons comment je serai
secouru.»

Il se plaignait de la manière dont il était servi, et il avait bien
quelque raison; mais il n'y avait pas de temps à perdre pour se mettre
en mesure; il demanda au plus vite les contingens des souverains et
princes confédérés; ces troupes devaient former la majeure partie de son
armée. Il donna ses ordres en Italie, en même temps prépara en France
tout ce qui devait précéder et s'exécuter après son départ.

Cette levée de boucliers de la part de l'Autriche fut un coup
d'assommoir pour l'opinion publique. On se voyait de nouveau dans des
guerres interminables, et comme la session du corps-législatif était
terminée, on ne put se servir de ce moyen pour éclairer les esprits sur
cet événement et calmer les inquiétudes que causait cette guerre
inattendue. Lorsque l'opinion en France n'est point dirigée, elle
divague et devient le jouet des intrigues qui la font servir à quelques
projets. C'est ce qui arriva dans ce cas-ci. Faute d'avoir fait
connaître la conduite de l'Autriche, la malveillance lui donna tous les
honneurs de cette nouvelle guerre, dont on eut soin de rattacher la
cause à l'entreprise sur l'Espagne.

L'ambassadeur d'Autriche, qui était resté à Paris, d'où il servait
très-bien les projets de sa cour, eut grand soin de profiter d'une
disposition d'opinion qui lui était si favorable, en se servant des
moyens dont j'ai parlé plus haut pour faire croire que l'Autriche ne se
dévouait que pour la cause de l'Espagne, qui était celle de toutes les
puissances. Il l'avait tellement dit qu'il le faisait répéter par le
ministre de la police lui-même, dont il avait fait sa dupe. Il m'a été
rapporté au ministère de la police même, des choses extraordinaires à
cette occasion, et qui m'ont, avec plusieurs autres, démontré que M.
Fouché n'avait jamais persuadé que des hommes connus pour être crédules,
et qu'il avait toujours été dupé par tous ceux un peu clairvoyans qu'il
avait cru jouer. Il fit à l'empereur un tort notable cette année en
laissant établir cette opinion qui n'avait d'autre but que de le
dépopulariser, lorsqu'au contraire il aurait dû lutter contre elle,
l'éclairer, ou au moins en combattre les effets.

Cela lui aurait été d'autant moins difficile que la guerre que
commençait l'Autriche n'avait pas pour motif l'entreprise de la France
sur l'Espagne; mais au contraire c'était dans cette entreprise, où elle
savait toute l'armée française engagée, qu'elle puisait l'espérance des
succès qu'elle se flattait d'obtenir, et au moyen desquels elle aurait
justifié son agression.

Il est au moins juste d'observer que, quoi que l'on eût pu dire ou
faire, on n'eût pas calmé les esprits, ni ramené cette faveur d'opinion
dont l'empereur jouissait après le traité de Tilsitt. On avait obtenu à
cette époque une paix qui avait coûté tant de sacrifices, que l'on ne
put s'accoutumer à l'idée de voir évanouir si promptement toutes les
espérances qui s'y étaient déjà rattachées. On n'avait plus la guerre
qu'avec l'Angleterre, et on ne pouvait pas comprendre qu'il fallût
passer par Madrid pour arriver aussi à faire une paix avec ce pays-là.
On ignorait que l'affaire d'Espagne avait, par un concours particulier
d'événemens, pris une autre tournure que celle qu'on voulait lui donner
d'abord, si les choses avaient été conduites comme elles devaient
l'être, et l'on ne pardonnait pas qu'un projet médité et préparé eût eu
pour résultat de remettre en question tout ce qui semblait devoir être
immuablement fixé après le traité de Tilsitt.

Si l'on avait été heureux tout aurait été trouvé le mieux du monde; on
ne le fut pas, et tout fut blâmé. Je ne répéterai pas ici tout ce qui
fut dit à ce sujet. La plupart des personnes qui parlaient d'affaires en
déraisonnaient. Il suffira de dire qu'après le traité de Tilsitt nous
n'avions plus de paix à conclure qu'avec l'Angleterre, et que dix-huit
mois après nous avions de plus la guerre avec l'Espagne et l'Autriche,
ce qui, pour la politique anglaise, était la même chose que si nous
avions continué à l'avoir avec la Russie et la Prusse; et, tout bien
considéré, cette situation était plus désavantageuse pour nous que si
nous eussions continué la guerre au lieu de faire la paix à Tilsitt,
parce que nos deux adversaires alors étaient épuisés, tandis que les
deux nouveaux étaient en très-bon état, frais et dispos. En effet,
c'était la même chose pour le peuple en France, c'est-à-dire que c'était
encore des conscriptions et autres charges publiques, qui étaient
toujours mises en contraste avec les prospérités et les accroissemens
des autres intérêts nationaux, qui étaient si encourageans. Il y avait
mille bons raisonnemens à faire pour entretenir l'esprit national,
l'empêcher de se détériorer et de s'abandonner au découragement comme
cela arriva.

Il n'y avait qu'à rapporter les choses comme elles s'étaient passées; on
ne pouvait rien y perdre, et peut-être au contraire y eût-on gagné; mais
en s'entêtant à garder le silence, on laissa le champ libre à la
malveillance, qui, petit à petit, détacha de l'empereur l'intérêt
national. Il ne s'abusait pas; il voyait bien la différence de sa
situation présente d'avec celle de Tilsitt, et il aurait bien voulu en
être encore à ce point-là; mais tout cela était indépendant de lui, et
il ne dut songer qu'à ne pas être victime de ses ennemis ni de la
confiance qu'il avait mise en des alliés, sur l'attachement desquels il
avait compté jusqu'alors. Il avait besoin d'être rassuré sur ce dernier
point. Il semblait qu'un sentiment secret lui disait qu'il ne devait pas
beaucoup en espérer. Cependant il s'arrêtait avec plaisir à l'idée que
cette circonstance allait resserrer l'alliance entre lui et l'empereur
de Russie.

Un jour que j'avais l'honneur d'être dans sa voiture seul avec lui, il
me dit: «Il paraît que cela va bien en Russie[3]; ils font marcher
cinquante mille hommes en Pologne pour m'appuyer; c'est quelque chose,
mais je comptais sur davantage.»--Je lui répondis: «Ainsi la Russie fait
pour nous à peu près ce que fit la Bavière. Certes ce ne sont pas ses
cinquante mille hommes qui empêcheraient les Autrichiens de
commencer[4]; il y a plus, dis-je, c'est que je crois que, s'ils ne
donnent que ce nombre-là, cette armée n'agira pas, et je ne serais pas
étonné que cela fût convenu d'avance parce que cela est trop ridicule,
lorsqu'ils ont mis en 1805 plus de deux cent mille hommes contre nous.»

L'empereur me répondit: «Aussi je compte plus sur moi que sur eux.»

Il était cependant bien cruel d'être obligé de se rendre à d'aussi
tristes pensées, après avoir eu son ennemi à sa discrétion en 1807, et
ne lui avoir imposé de condition que celle de devenir son ami. Que l'on
se rappelle tout ce que l'empereur pouvait faire au lieu de conclure la
paix à Tilsitt; on va voir tout ce qui lui en a coûté pour avoir été
généreux envers ses ennemis. La Russie avait une armée occupée en
Finlande contre les Suédois; mais les Suédois ne menaçaient point
Pétersbourg. Elle avait une autre armée en Moldavie contre les Turcs:
ceux-ci étaient aussi bien éloignés de prendre l'offensive, et, même en
supposant qu'ils eussent pu la prendre, les armées turques ne peuvent
jamais être dangereuses pour une armée européenne lorsqu'elles ont de
longues marches à faire. Malgré tout cela la Russie devait encore faire
plus qu'elle n'a fait pour remplir son alliance avec nous. Elle pouvait
bien lever du monde; elle a su le faire toutes les fois que cela lui est
devenu nécessaire. Des démonstrations seules eussent suffi pour arrêter
les Autrichiens et nous donner le temps d'avancer prodigieusement les
affaires d'Espagne. Mais il fallut y renoncer; l'empereur donna pour
instruction dans ce pays de faire le siége de Sarragosse et des places
de Catalogne, de pacifier la Castille, mais de ne pas pénétrer dans le
sud au-delà de la Manche. Il reçut à la fin de février la nouvelle de la
reddition de Sarragosse après une défense dont l'histoire offre peu
d'exemples. Il ne se passait pas un jour qu'il ne fit quelques créations
nouvelles pour augmenter l'armée qu'il devait emmener en Allemagne et
qui n'existait encore que sur le papier.



CHAPITRE V.

Rappel des Français qui servent à l'étranger.--Motifs de cette
mesure.--Situation de l'armée.--Mesures diverses.--L'empereur passe le
Rhin.--Le garde forestier et sa fille.--Arrivée à l'armée.--Position
critique de Davout.--Berthier.--Mission que je reçois.--Je réussis à
franchir les avant-postes ennemis.--Défense de Ratisbonne.--Le maréchal
Davout fait son mouvement.--Situation dans laquelle se trouve
l'empereur.


Au mois de mars l'empereur fit partir le maréchal Berthier pour aller
réunir sur le Danube les divers contingens des troupes des princes
confédérés. Pour lui, il avait encore quelques affaires qui le
retenaient à Paris.

C'est à cette époque qu'il faisait prendre une mesuré législative pour
obliger tous les Français de naissance, ou ceux qui l'étaient devenus
par la réunion de quelque nouveau territoire, à quitter le service
militaire étranger. L'empereur observait qu'en Prusse, comme en Russie
et en Autriche, la plupart des officiers à talens étaient Français, et
il trouvait inconvenant que, quand la patrie ne repoussait pas un
citoyen, il allât porter chez ses ennemis le fruit de l'éducation qu'il
avait reçue dans les institutions de son pays.

On a beaucoup crié contre cette mesure, qu'il n'a cependant étendue
qu'aux militaires; les négocians ou artisans ont toujours été les
maîtres d'aller où bon leur semblait. Il faisait courir dans tous les
dépôts des régimens pour que l'on en fît partir tous les hommes en état
de faire la campagne, et qu'on les envoyât en poste à Strasbourg. Tout
cela se faisait à peu près comme il l'ordonnait; il partait des hommes
des dépôts; il en arrivait à l'armée; mais déjà l'administration
militaire, tant de l'intérieur que de l'armée, n'avait presque plus de
ces hommes à grandes ressources qui trouvent toujours ce dont ils ont
besoin. On les avait éparpillés en faisant des conquêtes, de sorte que
l'armée éprouva des besoins dans tout ce qui était particulièrement
confié aux soins de ces messieurs. L'empereur fut obligé d'y pourvoir
lui-même, et d'ajouter aux combinaisons du général les embarras du
munitionnaire[5]. Ces choses-là paraissent des misères, mais l'on ne
tarde guère à reconnaître que c'est un point capital.

L'empereur voulait s'étourdir sur les observations qu'on lui en faisait,
et d'ailleurs il n'avait pas de remède à y apporter; il était pris au
dépourvu, et s'il n'avait pas été là lui-même jamais on n'eût tiré une
armée des ressources qu'il avait. Le moment de l'employer arriva
beaucoup plus tôt qu'il n'aurait fallu. Il est nécessaire de dire
d'abord que le seul corps français que nous eussions alors en Allemagne
était celui du maréchal Davout, que l'on avait fait venir du duché de
Varsovie (où il était resté), par la Saxe et les pays neutres et
confédérés, jusque sur les bords du Danube, à Ratisbonne. Les troupes
venant de France formèrent les corps du maréchal Masséna et du général
Oudinot. Les Bavarois donnèrent trois belles divisions; les
Wurtembergeois une très-forte; les Badois de même, et le reste des
troupes des petits princes formèrent une autre division.

Les ordres que l'empereur avait donnés au prince de Neuchâtel, en
l'envoyant à l'armée, étaient ceux-ci:

«Si les ennemis n'entreprennent rien, vous laisserez les troupes dans
leurs positions jusqu'à mon arrivée; mais s'ils commencent les
hostilités, vous réunirez bien vite l'armée derrière le Lech[6].»

Il était dans une pleine sécurité à Paris, lorsqu'il reçut un courrier
du roi de Bavière, qui lui apprenait que les Autrichiens avaient passé
l'Inn (rivière qui sépare l'Autriche de la Bavière), ayant toutefois
publié une déclaration par laquelle ils annonçaient qu'ils entraient en
Bavière, et ayant, je crois, sommé quelques unes de nos troupes qui s'y
trouvaient de se retirer.

L'empereur était tranquille, quoique cette déclaration vînt un peu trop
tôt. Il expédia un courrier à Saint-Pétersbourg pour prévenir qu'il
marchait, et recommandait à son ambassadeur de faire en sorte que son
alliance avec ce pays ne lui fût pas inutile. Il expédia aussi en Italie
pour que l'on se préparât à prendre l'offensive; mais, comme on le
verra, les Autrichiens y prévinrent le vice-roi, qui y commandait notre
armée. Ayant donné ses derniers ordres à Paris, l'empereur partit le 11
avril 1809, et alla sans s'arrêter jusqu'à Strasbourg, où il se fit
rendre quelques comptes, puis il passa le Rhin. Il descendit à Kehl pour
visiter les travaux de fortifications qu'il y faisait exécuter[7], et
recommanda aux ingénieurs beaucoup d'activité. Il alla de là par Rastadt
à Durlach, où il vit le prince et la princesse de Baden, qui y étaient
venus pour lui rendre hommage à son passage. Il ne s'y reposa que deux
heures, et partit pour Stuttgard. Le roi de Wurtemberg envoya à sa
rencontre jusqu'à sa frontière, et le fit accompagner jusqu'à
Louisbourg, résidence d'été, où la cour de Wurtemberg était déjà
établie.

L'empereur ne s'y arrêta qu'une nuit; il venait d'apprendre que le roi
de Bavière, avec toute sa famille, avait été obligée de se retirer de
Munich, et se trouvait à Dillingen, sur le Danube, et que les troupes
bavaroises étaient vers Abensberg, pour se mettre en communication avec
le maréchal Davout, qu'il sut par là être encore à Ratisbonne, car il
l'en croyait parti. Il ne pouvait pas s'expliquer comment ce maréchal
était encore là, ou comment le roi de Bavière avait été obligé de
quitter sa capitale: ces deux idées étaient incohérentes. Cela le
tourmenta, et il partit de suite pour se rendre à l'armée. Le prince de
Neuchâtel avait son quartier-général à Donawert, où l'empereur lui avait
dit de l'établir.

En partant de Louisbourg, nous ne prîmes pas la route qui mène à Ulm,
nous prîmes la même que nous avions suivie en 1805, et nous vînmes
déboucher des montagnes (où le Neker prend sa source) à Dillingen.
L'empereur ne s'était point arrêté depuis Louisbourg. Il soupa ce soir
chez un officier forestier du roi de Wurtemberg, où le grand-maréchal
avait fait préparer un repas. L'empereur aimait à causer avec les
propriétaires de toutes les maisons dans lesquelles on le faisait
descendre. Cet officier forestier était un fort brave homme. L'empereur
lui fit beaucoup de questions sur sa famille, et il apprit qu'il n'avait
qu'une fille en âge d'être mariée, mais qu'il était sans fortune.
L'empereur dota cette demoiselle d'une manière proportionnée à sa
condition, en sorte que ce jour vit luire pour elle l'espérance d'un
avenir heureux, dont elle vouera sans doute la reconnaissance à son
bienfaiteur.

Nous arrivâmes à Dillingen la nuit, et nous descendîmes chez le roi de
Bavière, qui était couché, n'ayant pas été prévenu de l'arrivée de
l'empereur. Il se leva, et ils causèrent une heure ensemble, puis nous
repartîmes à l'instant pour Donawert. Nous y trouvâmes le prince de
Neuchâtel; mais peu après nous vîmes l'empereur dans une colère que nous
ne pouvions pas nous expliquer: il disait à Berthier: «Mais ce que vous
avez fait là me paraît si étrange, que, si vous n'étiez pas mon ami, je
croirais que vous me trahissez; car enfin Davout se trouve en ce moment
plus à la disposition de l'archiduc Charles qu'à la mienne.»

Cela était vrai par le fait; le prince de Neuchâtel avait interprété
l'ordre de l'empereur d'une manière particulière, qui faillit nous
amener un grand désastre tout en commençant la campagne.

On se rappelle que l'empereur lui avait écrit en ces termes: «Si les
ennemis commencent les hostilités, vous rassemblerez l'armée derrière le
Lech.»

Mais ce prince n'avait pas pris pour un commencement d'hostilités le
passage de l'Inn, celui de l'Iser, et l'occupation de la moitié de la
Bavière par les Autrichiens (à la vérité il n'y avait pas eu un coup de
canon de tiré); en sorte qu'il avait laissé le corps du maréchal Davout
à Ratisbonne et les Bavarois à Abensberg.

L'empereur partit de suite pour Neubourg, présageant déjà quelque
fâcheux événement. Il passa par Raïn, où il faisait construire une tête
de pont sur le Lech, et où se rassemblaient les contingens de plusieurs
princes d'Allemagne; il s'y arrêta un moment pour voir en quel état elle
était, et continua jusqu'à Neubourg, où il arriva en même temps que les
divisions de cuirassiers qui étaient aussi restées en Allemagne. Le soir
il reçut du maréchal Lefèvre (auquel il avait donné le commandement des
Bavarois) l'avis que la communication entre lui et le maréchal Davout
était coupée; qu'il venait de lui arriver un officier de hussards avec
un piquet, qui avait laissé le maréchal coupé en arrière de Ratisbonne.
Cet officier voulant venir avec son piquet par le grand chemin, avait
été mené vivement par des chevau-légers autrichiens jusqu'aux portes
d'Abensberg. Ce rapport donna de vives inquiétudes à l'empereur; il
m'envoya chercher et me donna l'ordre suivant: «Lisez ce rapport de
Lefèvre que je viens de recevoir. Il faut, coûte que coûte, que vous me
trouviez un moyen de pénétrer chez le maréchal Davout, que Berthier a
laissé à Ratisbonne: voici ce que je désire qu'il fasse, mais qui est
subordonné à ce qui se passe autour de lui, dont je n'ai pas de
nouvelles assez certaines pour donner un ordre précis. S'il pouvait
garder sa position de Ratisbonne en restant en communication avec moi,
jusqu'à ce que je sois joint par Masséna, Oudinot et les autres troupes
confédérées, ce serait un grand avantage, parce qu'en gardant Ratisbonne
il empêche la réunion du corps autrichien qui est en Bohême (commandé
par le général Klenau[9]) avec l'armée de l'archiduc Charles, et me
donne par là une force double pour battre celui-ci, surtout si, comme je
l'espère, je parviens à lui couper sa retraite sur l'Inn: ce serait là
le mieux. Mais je ne crois pas que Davout puisse m'attendre; il sera
attaqué avant que je puisse aller à son secours: c'est là ce qui
m'occupe. S'il peut garder Ratisbonne, c'est une chose immense pour les
suites de la campagne, mais s'il ne le peut pas, qu'il rompe le pont de
manière à ce que l'on ne puisse pas le raccommoder et qu'il vienne se
mettre en communication avec moi; de cette manière la réunion du général
Klenau à l'archiduc n'aura pas lieu, et nous verrons après; mais qu'il
se garde bien de rien risquer ni d'engager ses troupes avant de m'avoir
rejoint.»

L'empereur était à Neubourg lorsqu'il m'expédia. Je partis de suite et
vins par Ingolstadt joindre le quartier-général du maréchal Lefèvre, où
celui du prince royal de Bavière, qui commandait une division de l'armée
de son père, était établi. Je demandai au maréchal une escorte pour
Ratisbonne, et pour réponse il me mena en avant d'Abensberg et me montra
effectivement les postes autrichiens, qui étaient placés à une portée de
canon d'Abensberg sur le chemin même de Ratisbonne. Néanmoins je
m'arrangeai de telle sorte qu'à l'aide d'une escarmouche que le prince
royal de Bavière fit engager et d'un détachement de cinquante
chevau-légers de son propre régiment qui devaient me servir d'escorte,
je me jetai à gauche dans les bois qui bordent le Danube. J'y laissai
respirer les chevaux un moment, et m'abandonnant à la conduite d'un des
chevau-légers bavarois qui était natif des environs, il me mena
déboucher juste à l'entrée de la plaine qui se trouve au bord du Danube,
entre le bois que nous venions de traverser et le bourg appelé Abbach,
sur la grande route, à deux milles allemands de Ratisbonne.

Avant de sortir du bois j'entendais un tiraillement qui me donnait de
l'inquiétude sur la rencontre que j'allais faire de l'autre côté.
Effectivement un des chevau-légers qui étaient en avant revint me dire
que l'on voyait des piquets de cavalerie qui tiraillaient dans la plaine
en avant d'Abbach. J'y courus, et je vis des troupes opposées les unes
aux autres, sans pouvoir distinguer quelles pouvaient être les nôtres.
J'attendis dans cette incertitude une bonne demi-heure que l'escarmouche
m'apprît quelque chose, et je vis effectivement déboucher d'Abbach des
hussards habillés en blanc. Comme les Autrichiens n'en avaient pas de
vêtus ainsi, je jugeai que ce ne pouvaient être que des hommes de notre
5e régiment, que je savais être au corps du maréchal Davout.

Je courus à eux, et je ne m'étais pas trompé; mais ils ne savaient rien
du maréchal Davout, en sorte que je fus obligé d'aller à Ratisbonne. J'y
trouvai le 65e régiment d'infanterie, commandé par le colonel Coutard,
homme du premier mérite, comme on va en juger.

Il m'apprit que le maréchal Davout était parti le matin avec toute
l'armée sur l'avis d'un mouvement de l'archiduc Charles tendant à le
tourner par sa droite; que l'on avait fait des efforts pour détruire le
pont, mais que c'était une maçonnerie indestructible[10]; qu'il avait
fallu abandonner cette idée, de sorte que le maréchal Davout ayant eu
peur de livrer ce passage au corps autrichien de M. de Klenau qui serait
venu aussitôt l'attaquer, n'avait laissé ce colonel à Ratisbonne avec
son régiment uniquement que pour défendre le pont.

La ville est tout entière sur la rive droite; elle est entourée d'un bon
fossé et d'une muraille à la romaine, mais d'un développement beaucoup
trop étendu pour être défendu par un seul régiment. D'ailleurs, l'armée
manoeuvrant sur la rive droite du Danube, il ne paraissait pas que ce
serait par là qu'il serait forcé.

Ce colonel avait fait des dispositions admirables pour défendre son pont
et pour employer son régiment de la manière la plus avantageuse
possible. Je restai deux heures avec lui pour lui expliquer les
intentions de l'empereur, dont il devenait l'exécuteur, puisque le
maréchal Davout les avait prévenus en ce qui concernait son corps
d'armée. On commençait à entendre le canon au loin dans la campagne; je
me dirigeai sur le bruit, et ne tardai pas à trouver le maréchal Davout
engagé avec son corps d'armée contre toute celle de l'archiduc Charles.
L'affaire se passait à la hauteur d'Abbach, à une lieue sur la droite du
chemin, en allant d'Abbach à Ratisbonne; je crois que le village
s'appelle Tanereberg. Je le joignis sur le champ de bataille, au moment
où il remportait un avantage, et je lui appris l'arrivée de l'empereur à
l'armée, en lui faisant connaître ce dont il m'avait chargé pour lui; il
avait déjà manoeuvré comme s'il en avait été informé. À la vérité, ne
sachant pas l'arrivée de l'empereur, il ne comptait pas faire de
mouvement par sa droite; il projetait au contraire ne pas trop
s'éloigner de Ratisbonne, tant pour porter secours aux troupes qu'il y
avait laissées que pour empêcher la jonction du général Klenau avec
l'archiduc Charles.

Mais l'empereur voulait tirer encore un parti de plus de ce même corps
d'armée; en conséquence, le maréchal Davout fit de suite ses
dispositions. Il envoya d'abord des cartouches d'infanterie au régiment
qui était dans Ratisbonne. Malheureusement la route était déjà
interceptée, et ces munitions furent prises. Ce petit accident, qui ne
semble qu'une bagatelle, eut des conséquences bien malheureuses, comme
on va le voir.

Le maréchal Davout fit marcher son armée par son flanc droit, ayant en
tête les deux divisions Morand et Gudin, avec une division de
cuirassiers, et vint le soir de ce même jour se mettre en communication
avec les Bavarois, en prenant position à portée de canon d'Abensberg.
J'étais revenu avec mon détachement de chevau-légers bavarois, par le
même chemin que j'avais pris le matin, et du quartier du maréchal
Lefèvre je vins la nuit trouver l'empereur à Ingolstadt. Il était couché
sur un banc de bois, les pieds près d'un poêle dans lequel il y avait du
feu, et la tête sur un havre-sac de soldat, ayant une carte de
géographie étendue à côté de lui. Le maréchal Duroc seul était dans la
même pièce que lui.

L'empereur attendait avec impatience des nouvelles du maréchal Davout.
Il avait reçu toutes sortes de rapports sur la canonnade que l'on avait
entendue toute la matinée, et ne croyait pas que j'aurais pu parvenir
jusque là.

Il commença d'abord par me gronder d'avoir entrepris, à ce qu'il disait,
cette extravagance; mais bref il fut bien aise d'avoir des nouvelles du
maréchal Davout, tellement que j'avais à peine achevé de lui dire ce que
j'avais vu, qu'il monta à cheval et partit au galop à travers toutes les
troupes confédérées, et arriva lui-même à Abensberg.



CHAPITRE VI.

L'armée prend les armes.--Le prince royal de Bavière.--Distribution des
forces autrichiennes.--Affaire d'Abensberg.--Prise de
Landshut.--Bataille d'Eckmuhl.--Masséna.--Prise de Ratisbonne.--Le
prince Charles réussit à s'échapper.


Selon sa coutume, l'empereur commença sa visite par les bivouacs des
troupes, qui, de la droite à la gauche, l'eurent bientôt vu et reconnu;
en sorte qu'aucun soldat ne doutait plus de la campagne. Il fit de suite
prendre les armes à l'armée bavaroise, et la forma en avant d'Abensberg.
Il n'était escorté et accompagné que d'officiers et de troupes
bavaroises; le prince royal de Bavière était à côté de lui dans ce
moment-là. L'empereur lui frappant sur l'épaule, lui dit: «Eh bien,
prince royal, voilà comme il faut être roi de Bavière, quand ce sera
votre tour, et ces messieurs vous suivront toujours; autrement, si vous
restez chez vous, chacun ira se coucher; alors, adieu l'état et la
gloire.»

Les officiers bavarois qui parlaient français le répétèrent en allemand,
et cela courut parmi les soldats bavarois, qui, comme ceux des autres
nations, jugent bien de la vérité.

Les deux divisions Gudin et Morand étant prêtes, l'empereur en fit pour
le moment un corps d'armée dont il donna le commandement au maréchal
Lannes, qui, la veille ou l'avant-veille, était arrivé de Sarragosse. Il
joignit à ce corps une brigade de chasseurs à cheval avec la division de
cuirassiers du général Saint-Sulpice. Les Bavarois, c'est-à-dire deux
divisions, celle du prince royal et celle du général Deroy, marchèrent
avec le maréchal Lefèvre, à la suite du reste du corps du maréchal
Davout, qui avait encore avec lui les deux divisions Saint-Hilaire et
Friant.

La division bavaroise du général Wrede étant plus à droite, elle suivit
la direction du corps du maréchal Lannes. C'est de ce jour-là que
l'empereur à commencé les manoeuvres qui eurent un si brillant résultat.

Les Autrichiens avaient commencé la campagne avec quatre armées; savoir:
une en Italie, sous l'archiduc Jean; une en Gallicie, sous l'archiduc
Ferdinand; une en Bohême, sous M. de Klenau; la grande armée, sous
l'archiduc Charles, en Bavière, et un petit corps détaché pour appuyer
les insurgés du Tyrol, était commandé par M. de Bellegarde.

La grande armée, sous l'archiduc Charles, avais pris sa ligne
d'opérations par Vienne, Wels, Braunau, et était venue passer l'Iser à
Landshut, d'où elle avait jeté un corps passablement fort sur Abensberg,
puis avait pris la route de Ratisbonne avec toutes ses forces pour y
attaquer le maréchal Davout. À la suite de l'armée de l'archiduc, se
trouvait la réserve de grenadiers, commandée par le prince Jean
Lichtenstein, puis les équipages de ponts, etc., etc. Indépendamment des
troupes régulières, ils avaient levé et armé la landwehr (garde
nationale), ce qui leur donnait un personnel de troupes considérable.

Le mouvement de l'archiduc sur Ratisbonne avait eu pour but de rallier à
lui le corps de Bohême, et au moyen de ce qu'il aurait occupé la ville
qui couvre le pont, tous les événemens de la campagne se seraient passés
autour de cette ville, par l'occupation de laquelle il aurait couvert
Vienne. Pendant que l'archiduc travaillait à l'exécution de cette partie
de son plan d'opérations, l'empereur fit forcer et mener l'épée dans les
reins le corps autrichien qui était venu de Landshut sur Abensberg; on
le culbuta et on le mit dans une déroute complète; la nuit seule empêcha
qu'il ne fût entièrement pris ce jour-là. On recommença le lendemain de
très bonne heure à le poursuivre, et l'on entra pêle-mêle avec lui dans
Landshut. Il voulut en défendre le pont; il s'engagea une fusillade d'un
bord de l'Iser à l'autre, et nous aurions infailliblement vu le pont de
l'Iser brûlé, si le général Mouton, aide-de-camp de l'empereur, ne fût
venu l'enlever de vive force avec un bataillon du 57e régiment.

On prit à Landshut des bagages et des parcs à l'infini, des ponts de
bateaux, en un mot, un matériel immense.

Mais nous y apprîmes que toute la réserve de grenadiers, aux ordres du
prince Jean de Lichtenstein, était partie de Landshut deux jours avant
pour Ratisbonne, en sorte que toute l'armée de l'archiduc Charles se
trouvait réunie et en état d'agir. Comme elle était beaucoup plus forte
que le maréchal Davout, il se trouvait dans un danger imminent.
L'empereur, heureusement, fut rejoint à Landshut par le maréchal
Masséna[11], auquel il avait écrit ces paroles flatteuses: _Activité,
activité, vitesse, je me recommande à vous_. Le maréchal, dont ces mots
avaient stimulé le zèle, avait précipité son mouvement, et était arrivé
sur le champ de bataille comme l'action finissait. Il n'amenait que de
bien jeunes soldats, ainsi que le général Oudinot; mais encore c'était
un assez bon renfort. Ils venaient l'un et l'autre d'Augsbourg.

Les Wurtembergeois arrivèrent aussi. L'empereur passa la journée à
Landshut, ne faisant qu'y questionner tout le monde. Il s'impatientait
de ne pas voir arriver ses secrétaires, ni le matériel de son cabinet.
Il était venu depuis Paris avec une telle rapidité que rien n'avait pu
le suivre. Il vivait comme un soldat, et avait à peine de quoi se
changer. Il n'avait pour chevaux de monture que ceux que le roi de
Bavière lui avait prêtés, les siens étant fort loin en arrière; ils
n'étaient pas même arrivés à Strasbourg.

Son habitude de juger les Autrichiens était si extraordinaire, qu'il
arrivait toujours à point nommé lorsqu'il ordonnait un mouvement contre
eux. Il calcula qu'il n'avait pas de temps à perdre pour manoeuvrer sur
l'archiduc Charles, qui aussitôt qu'il aurait su sa ligne d'opérations
sur Landshut coupée, ne ménagerait rien, soit pour forcer Ratisbonne,
soit pour écraser le maréchal Davout.

En conséquence, il ne laissa qu'un faible corps; il donna le
commandement de ce corps au maréchal Bessières (duc d'Istrie), parce que
la garde, qui venait d'Espagne à marches forcées, devait arriver à
Landshut peu de jours après. Le maréchal Bessières la commandait en chef
en avant de Landshut, pour observer le corps des Autrichiens, commandé
par le général Hiller, qu'on venait de déloger, et il partit avec le
reste de l'armée par la route de Ratisbonne, le lendemain du jour où il
était parti d'Abensberg pour venir à Landshut.

Un peu avant d'arriver à Eckmuhl, distant de cinq lieues de Ratisbonne,
nous trouvâmes les avant-postes de l'aile gauche de l'armée de
l'archiduc Charles, qui était appuyée au bourg d'Eckmuhl même, et dont
tout le front était couvert par une petite rivière que l'on nomme le
Laber.

L'empereur ne prit que le temps de les reconnaître pendant que l'on
formait les troupes à mesure qu'elles arrivaient sur le bord de la
rivière. Dans le même temps, le maréchal Davout se mettait en
communication avec nous en prenant position sur le prolongement de notre
gauche; il y avait trois jours qu'il était dans une horrible situation,
depuis le jour où j'avais été lui porter les ordres de l'empereur, et
qu'il avait dû se séparer des divisions Gudin et Morand. À la vérité, il
avait avec lui le maréchal Lefèvre, avec deux divisions bavaroises,
pouvant être enlevé d'un moment à l'autre.

On ne dépensa pas son temps à manoeuvrer, on attaqua de suite, en
débordant la gauche des ennemis. Ils avaient flanqué le village
d'Eckmuhl de beaucoup d'artillerie; le village lui-même était garni
d'infanterie. On fit passer la rivière par l'infanterie de notre droite,
au moyen d'une quantité de moulins et autres usines, dont le cours d'eau
est bordé, et qui ont presque toutes un moyen de passer d'un bord à
l'autre.

Ce mouvement seul déconcerta l'infanterie qui était dans le village
d'Eckmuhl, et c'est dans ce même instant que l'empereur m'envoya porter
au général Saint-Sulpice l'ordre de former sa division en colonne par
division, et de forcer le passage d'Eckmuhl, de manière à enlever toute
l'artillerie autrichienne qui flanquait le village.

Le général Saint-Sulpice eut pendant deux cents toises à essuyer un feu
de canon qui lui aurait causé un mal effroyable s'il n'avait pas mené sa
cavalerie si rapidement. Son premier escadron eut à souffrir, mais les
autres n'eurent rien; il enleva toute l'artillerie ennemie, et repoussa
sa cavalerie fort loin, sans lui laisser reprendre aucun avantage dans
le reste de la journée. Le général qui commandait sa première brigade,
et qui comme tel se trouvait à la tête de la colonne, était le général
Clément; il aurait dû y être tué mille fois, et ne perdit qu'un bras. Le
colonel du régiment de cuirassiers qui formait la tête de la colonne
était M. de Berkeim.

L'empereur fut fort content de la hardiesse de ce mouvement, qui
facilita le débouquement de toute l'armée par le village d'Eckmuhl. Le
reste de l'après-midi se passa en manoeuvres pour déborder successivement
toutes les positions que les ennemis prenaient en se retirant.

Il n'y avait plus moyen pour les Autrichiens d'éviter une grande
bataille; ce à quoi l'empereur voulait les amener, ou bien à repasser le
Danube s'ils avaient un pont, ce que l'on ignorait encore. On les serra
le plus près que l'on put, et jusqu'à la nuit on les fit charger par
notre cavalerie jusque dans les plaines de Ratisbonne.

Une bataille était inévitable pour le lendemain; nous y comptions
lorsque nous apprîmes par les prisonniers faits dans la journée que la
ville de Ratisbonne s'était rendue depuis deux jours par capitulation,
et que le 65e régiment avait été fait prisonnier et conduit en Bohême.

Cette nouvelle dérangea nos espérances, soit que l'archiduc Charles
livrât bataille, parce qu'alors il aurait avec lui le corps du général
Klenau, soit qu'il ne voulût pas la livrer, parce qu'il avait le pont de
Ratisbonne pour se retirer, et que la ville seulement pouvant être
défendue, elle nous aurait occupés long-temps. Nous nous en approchâmes
tant que nous pûmes, et l'empereur vint mettre son quartier-général ce
soir-là, 22 avril, (onzième jour de son départ de Paris) dans un château
où l'archiduc Charles avait eu le sien toute la journée. Il n'avait même
abandonné le projet d'y passer encore cette nuit que fort tard dans
l'après-midi, car nous soupâmes avec les mets qui avaient été préparés
pour lui et sa suite.

Ce mouvement nous donna à craindre qu'il n'eût adopté le parti de la
retraite. L'empereur, selon sa coutume, ne voulut prendre aucun repos
qu'il ne sût où chaque division de son armée avait pu se placer après la
marche et les travaux de la journée, et il ordonna que l'on se tînt prêt
pour commencer le lendemain à la pointe du jour, si l'ennemi était dans
sa position.

Comme on ne vit pas beaucoup de feux la nuit, on jugea qu'ils étaient en
mouvement, et effectivement le lendemain nous ne trouvâmes plus dans la
plaine que leur cavalerie avec quelques pièces d'artillerie; on se porta
dessus sans les tâter, et après deux charges de cuirassiers on les avait
tellement acculés à la ville que tous leurs canons ne purent y entrer.
Ils les abandonnèrent après en avoir dételé les chevaux, qu'ils
emmenèrent, et fermèrent les portes avec précipitation dans la crainte
que nous ne pénétrassions en ville avec eux.

C'est dans ces deux charges que nous vîmes qu'indépendamment du pont de
Ratisbonne, ils avaient jeté un pont de bateaux au-dessous du pont de
pierre, et c'est par ce pont que se retira toute la cavalerie ennemie.

La ville était encore encombrée de troupes tant à pied qu'à cheval;
aussi fut-elle défendue toute la journée, et l'on fut obligé d'attendre
l'arrivée de nos colonnes d'infanterie pour en commencer l'attaque.

Ainsi que je l'ai dit, Ratisbonne est entourée d'une muraille soutenant
une banquette à sa partie supérieure, et ayant ses portes flanquées de
tours. Les Autrichiens avaient garni les unes et les autres de soldats
d'infanterie, ce qui rendait l'approche de la muraille dangereuse et
empêchait d'enfoncer les portes. On fut obligé d'avoir recours à
l'emploi de l'artillerie. Tout le monde était si fatigué, et l'empereur
entre autres, que chacun s'endormait, et quelqu'ordre qu'on eût pu
donner, il aurait été mal exécuté.

On fit approcher des pièces de douze bavaroises si près, que dans moins
de deux heures elles eurent abattu un pan tout entier de la muraille
d'enceinte de la ville.



CHAPITRE VII.

Attaque de Ratisbonne.--L'empereur est blessé.--Alarmes des soldats.--Le
colonel Coutard.--L'empereur suit l'ennemi.--Affaires d'Italie.--Le
général Cohorn.--Bataille d'Ebersberg.--Horrible aspect du champ de
bataille.--Paroles de l'empereur.--Arrivée à Saint-Polten.


L'empereur était impatient d'entrer dans Ratisbonne; il se leva de
dessus le manteau sur lequel il était étendu, pour ordonner l'attaque;
il était à pied à côté du maréchal Lannes. Il appelait le prince de
Neuchâtel, lorsqu'une balle tirée de la muraille de la ville vint lui
frapper au gros orteil du pied gauche; elle ne perça point sa botte,
mais malgré cela lui fit une blessure fort douloureuse, en ce qu'elle
était sur le nerf, qui était enflé par la chaleur de ses bottes, qu'il
n'avait pas quittées depuis plusieurs jours.

J'étais présent lorsque cela est arrivé. On appela de suite M. Yvan, son
chirurgien, qui le pansa devant nous et tous les soldats qui étaient
aussi présens: on leur disait bien de s'éloigner; mais ils approchaient
encore davantage. Cet accident passa de bouche en bouche; tous les
soldats accoururent depuis la première ligne jusqu'à la troisième. Il y
eut un moment de trouble, qui n'était que la conséquence du dévouement
des troupes à sa personne; il fut obligé aussitôt qu'il fut pansé de
monter à cheval pour se montrer aux troupes. Il souffrait assez pour
être obligé d'y monter du côté hors montoir, étant soutenu par dessous
les bras. Si la balle eût donné sur le cou-de-pied, au lieu de donner
sur l'orteil, elle l'aurait infailliblement traversé; l'heureuse étoile
fit encore son devoir cette fois-ci. Après ce petit accident,
l'ouverture faite à la muraille ayant été reconnue praticable, on
disposa l'assaut. De plus, on trouva dans le fond du fossé une petite
porte de jardin qui communiquait dans la ville; on profita des deux
moyens: on descendait des deux fossés par beaucoup d'échelles, et on
entrait en ville par l'ouverture faite à la muraille et par la porte du
jardin.

Pendant toute cette attaque, l'artillerie foudroyait les parties de la
muraille ainsi que les tours d'où il partait de la mousqueterie
autrichienne, et l'artillerie bavaroise entre autres se fit remarquer.

L'attaque réussit complétement; on pénétra dans Ratisbonne, on s'empara
d'un grand nombre de soldats autrichiens qui étaient encore dans les
rues et de tous ceux qui garnissaient les remparts, ainsi que des
réserves destinées à les soutenir qui ne purent pas regagner le pont du
Danube. On fit de suite passer ce fleuve à quelques troupes pour suivre
les Autrichiens; mais le reste de l'armée, sans perdre de temps,
s'achemina vers Straubing. L'empereur s'établit à Ratisbonne, où il
resta quelques jours, pour disposer un autre mouvement, et donner de
l'avance à l'armée pendant qu'il guérissait son pied.

Nous trouvâmes dans Ratisbonne le colonel du 65e régiment, qui avait
trouvé moyen de ne pas être emmené prisonnier, et qui s'était caché en
ville jusqu'à l'entrée de nos troupes. Il nous apprit que, dans
l'après-midi du jour où le maréchal Davout avait quitté les hauteurs en
avant de la ville, il avait été attaqué au pont du Danube par le corps
de M. de St-Siran, qui avait fait de vains efforts ce jour-là et le
lendemain pour forcer le passage, et qu'au contraire lui, colonel du 65e
régiment, l'avait tellement repoussé, qu'il lui avait fait huit cents
prisonniers, mais qu'il avait presque totalement brûlé ses munitions; au
point qu'il fit distribuer à son régiment les cartouches qui se
trouvèrent dans les gibernes des prisonniers et des morts. Néanmoins il
serait encore parvenu à défendre le pont contre le général Klenau,
lorsque la réserve de grenadiers commandée par le prince Jean de
Lichtenstein, arrivant de Landshut par la route d'Eckmuhl, menaça de
donner l'escalade à la ville, et de passer tout au fil de l'épée, s'il
n'entrait pas de suite en capitulation; une résistance était impossible,
il n'avait pas de quoi garnir le quart de la muraille. Après avoir
soigné la défense du pont, il fut donc obligé d'en passer par des
conditions dures pour lesquelles il n'était pas fait; sa glorieuse
résistance était digne d'un meilleur sort.

Ceci se passait à Ratisbonne, moins de soixante-douze heures avant
l'arrivée de l'empereur avec toute son armée; que l'on juge maintenant
de ce qui serait arrivé ou de ce qui aurait pu arriver, si, au lieu
d'avoir eu un régiment dans Ratisbonne, le maréchal Davout avait pu y
mettre une brigade avec des munitions; à coup sûr la ville aurait été
défendue en même temps que le pont; alors comment aurait fui l'archiduc
Charles, qui n'avait que ce point de retraite?

On n'est pas fondé à croire qu'il aurait livré bataille, n'étant pas
rejoint par le corps de M. de Klenau, puisqu'il n'a pas cru devoir le
faire après que ce général eut opéré sa jonction. Il n'aurait pas pu
jeter un pont de bateaux sous les murs de Ratisbonne; d'ailleurs de la
ville on l'aurait détruit en lançant des radeaux chargés de pierres au
courant du fleuve. On ne peut rien avancer sur ce qui n'est pas arrivé;
mais si l'archiduc Charles n'avait pu s'ouvrir un chemin à travers nos
rangs, il aurait été réduit à la plus triste des extrémités pour un
général d'armée. Que l'on compulse l'histoire et que l'on y trouve une
combinaison aussi hardie, menée à point nommé d'aussi loin, et exécutée
le douzième jour du départ de Paris, avec une armée dont la moitié des
soldats étaient encore un mois auparavant dans leurs champs, la pioche à
la main, et ne comprenaient rien à tout ce qu'ils avaient fait depuis si
peu de temps.

Cette manoeuvre est un des chefs-d'oeuvre des immortels travaux de
l'empereur.

Il fit, comme je viens de le dire, marcher l'armée par Straubing,
Scharding et Etturding. Elle se trouvait avoir moins de chemin à faire
pour arriver à Vienne que l'archiduc Charles, et l'on ne rencontra pas
d'arbustes jusqu'à la Traun, au-delà de Lintz.

L'empereur revint de Ratisbonne à Landshut, où il trouva la garde à pied
et à cheval réunie, arrivant d'Espagne. Il marcha de suite de Landshut à
Muhldorf, où il passa l'Iser, et vint s'arrêter à Burckhausen, sur la
Salza. Il avait fait marcher à sa droite la division bavaroise du
général Wrede, pour repousser le corps autrichien du général Bellegarde,
qui était dans le pays de Salzbourg, et qu'il voulait empêcher de se
jeter sur Vienne, en l'obligeant à parcourir un grand arc de cercle,
dont la division Wrede ne parcourait que la corde, et cela réussit
effectivement. Le corps ne put arriver à Vienne, et fut obligé d'aller
gagner le Danube beaucoup plus bas.

Nous trouvions les ponts brûlés partout. Cela nous fit perdre du temps
pour les raccommoder; heureusement le bois est extrêmement commun dans
ces pays-là, sans quoi les difficultés nous seraient devenues bien
préjudiciables; nous en surmontions beaucoup à l'aide de l'équipage des
pontons autrichiens que nous avions pris à Landshut.

Le général autrichien Hiller, qui commandait le corps qui depuis les
bords de l'Iser se retirait devant nous, avait toujours le temps de
s'établir, et nous le trouvions tout reposé lorsque nous arrivions; il
reprenait ensuite de l'avance pendant que nous rétablissions un pont.

Pendant le séjour de quarante-huit heures que l'empereur fit à Landshut,
avant d'en partir pour venir sur Vienne, il reçut du vice-roi d'Italie
la fâcheuse nouvelle que les Autrichiens, au début de la campagne,
avaient eu sur lui des avantages marqués. Il avait d'abord passé l'Adige
et marchait aux ennemis, qui étaient sur le Tagliamento, lorsqu'il fut
attaqué à Sacile, où il éprouva des pertes qui l'obligèrent à se retirer
derrière la Piave.

Les Autrichiens ne purent pas donner beaucoup de suite à leurs succès,
parce qu'ils apprirent presque aussitôt la marche de l'empereur sur
Vienne, et qu'ils furent obligés par ce mouvement d'évacuer toute
l'Italie; en sorte que l'armée d'Italie, sous les ordres du vice-roi,
reprit l'offensive presque aussitôt, et n'eut plus que des succès
pendant tout le reste de la campagne.

On eut beaucoup de peine à réparer les passages de la Salza, mais on
regagna le temps perdu au moyen de ce que l'on eut deux ponts pour la
passer, savoir: celui de la ville que l'on avait raccommodé, et celui de
bateaux que l'on avait jeté. On croyait être retardé à Braunau; mais, à
notre grande satisfaction, les ennemis en avaient détruit les
fortifications depuis la guerre; ainsi nous arrivâmes à Wels, sur la
Traun, sans nous arrêter, et en même temps que l'armée, qui avait passé
par Scharding, et arrivait sur cette même rivière par Lintz. Le point où
elle devait la traverser se nomme Ebersberg; en cet endroit, la rivière
est divisée en une quantité de bras, qui ont obligé de construire un
pont d'une longueur égale à celle des plus larges fleuves, et fort
étroit, et, pour surcroît de contrariété, la rive autrichienne,
c'est-à-dire la droite, était escarpée au point de nous découvrir de
fort loin, même avant d'arriver à l'entrée du pont sur la rive gauche.

En débouchant de Lintz pour s'approcher de la rivière, le maréchal
Masséna avait la tête de la colonne.

L'empereur était resté à Wels, pour voir si l'on parviendrait à forcer
le passage d'Ebersberg; dans le cas contraire, il aurait fait déboucher
par Wels et marcher sur l'Ems (l'Ems coule dans la même direction que la
Traun, à quelques lieues plus loin vers Vienne), mais malheureusement
cela ne devint pas nécessaire: le maréchal Masséna fit forcer le pont
d'Ebersberg, où il se passa un fait d'armes qu'on peut regarder comme
une des plus grandes extravagances de courage dont les histoires
militaires offrent l'exemple.

Il y avait dans le corps d'armée un général Cohorn, descendant du fameux
ingénieur de ce nom, qui, à la tête de sa brigade, passa au pas de
course toute la longueur de ce pont sous le feu de six pièces de canon
placées à l'extrémité et sous une grêle de mitraille et de mousqueterie
qui lui était tirée de plusieurs étages de l'autre rive, et qui devenait
plus meurtrière à mesure qu'il approchait de la rive droite. Il y avait
de quoi reculer d'effroi en voyant la difficulté naturelle; mais rien ne
pouvait intimider cet intrépide général, dont le caractère se raidissait
au danger; il arrive malgré tout à la rive opposée. Les ennemis
n'avaient pas eu le temps de brûler le pont, ils en avaient seulement
ôté quelques solives auprès de la porte de la ville; mais le général
Cohorn pénètre partout, et parvient jusqu'à l'intérieur d'Ebersberg,
repoussant devant lui tout ce qui lui avait disputé le passage du pont.

Les ennemis vont se rallier à quelques centaines de toises dans la
plaine au-delà, et Cohorn, ne consultant que son courage, va les
attaquer, au lieu de rester embusqué dans les haies et jardins dont la
ville était entourée du côté de la campagne, et d'attendre dans cette
position que le maréchal Masséna eût fait passer assez de troupes pour
l'appuyer. Cette témérité lui coûta cher: il fut repoussé et ramené en
déroute jusque sur la porte d'Ebersberg; on n'observait plus de rangs;
chaque soldat allait par le chemin qu'il croyait le plus court; la
compagnie qui était de garde à la porte de la ville imagine de fermer la
porte pour arrêter par-là la déroute et sauver le pont.

Elle fit bien en cela, mais cette opération devint funeste à la brigade
de Cohorn, qui, s'étant enfilée dans un chemin creux fort profond, ne
put pas se servir de sa mousqueterie, et resta ainsi fusillée de la
partie supérieure pendant quelques minutes, jusqu'à ce qu'elle fût
dégagée par les troupes que le maréchal Masséna avait fait passer à
gauche de la ville pour venir prendre à dos celles qui faisaient tant de
mal au général Cohorn. Sans ce mouvement, il était perdu sans ressource.

Les Autrichiens en se retirant canonnèrent les vergers d'Ebersberg, dans
lesquels nos troupes s'établissaient, et mirent ainsi le feu à la ville,
qui fut réduite en cendre jusqu'à la dernière maison; tous les
malheureux blessés qui s'y étaient réfugiés furent brûlés. Nous en
trouvâmes deux ou trois de vivans au milieu de la place, où les flammes
n'avaient pu les atteindre; mais le reste des rues et des maisons
présentait le plus hideux spectacle des maux que souffre l'humanité pour
les querelles des rois, et il n'y a pas d'amour de la gloire qui puisse
justifier un pareil massacre. Pour achever le tableau, il suffira de
dire que l'incendie était à peine achevé que l'on fut obligé de faire
passer les cuirassiers d'abord, puis l'artillerie à travers la ville
pour les porter sur la route de Vienne. Que l'on se figure tous ces
hommes morts, cuits par l'incendie, foulés ensuite aux pieds des
chevaux, et réduits en hachis sous les roues du train d'artillerie. Pour
sortir de la ville par la porte où le général Cohorn avait perdu tant de
monde, on marchait dans un bourbier de chair humaine cuite qui répandait
une odeur infecte. Cela fut au point que pour tout enterrer, on fut
obligé de se servir de pelles comme pour nettoyer un chemin bourbeux.

L'empereur vint voir cet horrible tableau; en le parcourant il nous dit:
«Il faudrait que tous les agitateurs de guerres vissent une pareille
monstruosité; ils sauraient ce que leurs projets coûtent de maux à
l'humanité.»

Cohorn avait avec lui un régiment d'infanterie légère, composé de
Corses, qui avait tenu la tête de la colonne pendant son attaque.
L'empereur passait à côté d'eux et leur parlait en italien pour voir
s'ils n'étaient pas démoralisés par la perte qu'ils avaient éprouvée. Un
d'eux lui répondit: «Oh! il y en a encore pour deux fois.»

Il parla ensuite au général Cohorn avec bonté de son trait de courage,
mais lui fit observer que s'il n'avait pas été aussi emporté et qu'il
eût attendu les troupes qui le suivaient avant d'attaquer, toute cette
perte n'aurait pas eu lieu; néanmoins Cohorn resta dans son esprit
recommandé comme un homme d'une grande valeur.

L'armée se mit en marche de suite, et arriva de bonne heure à Ems. Cette
ville est sur la rive gauche de la rivière de ce nom, laquelle est
encore très-forte, et a un pont en bois que le général Hiller avait
aussi brûlé. Nous fûmes obligés de rester là deux jours pour le
raccommoder et en faire un de bateaux. Après que l'on eût passé la Salza
à Burckhausen, on se contenta du pont sur pilotis qui y était, on
rechargea sur les haquets les pontons autrichiens avec lesquels on avait
fait le pont de bateaux. Ils servirent à en faire un à Ens, ainsi que
quelques bateaux que l'on trouva au bord du Danube, à l'embouchure de
l'Ens, qui n'est pas à une lieue de là.

De cette manière on faisait passer l'armée sur les deux ponts à la fois,
et on réparait ainsi le temps perdu pour la marche à la reconstruction
de tous ces ponts.

De Ens, petite ville à cinq lieues de Lintz, l'empereur alla sans
s'arrêter jusqu'à Moelck; il logea à l'abbaye, et y resta un jour plein,
tant pour donner à toutes les troupes le temps d'arriver, que pour faire
prendre de l'avance à celles qui étaient déjà en avant.

De Moelck il vint jusqu'à Saint-Polten, où il apprit que le corps du
général Hiller avait pris en totalité ou au moins en grande partie le
chemin de Krems. Il s'arrêta à Saint-Polten pour voir ce que devenait le
mouvement, et s'il ne se liait pas avec l'arrivée de l'armée de
l'archiduc Charles, quoiqu'il ne fût guère présumable qu'elle pût être
déjà arrivée à cette hauteur, en ce qu'elle avait plus de chemin à faire
et de très-mauvaises routes.

Ce fut moi que l'empereur envoya pour observer le mouvement sur Krems.
Il m'expédia de Saint-Polten avec une brigade de cuirassiers, une
compagnie d'artillerie à cheval, et un régiment d'infanterie.

Je vins m'établir à Mautern, où j'appris qu'effectivement la veille, les
troupes du général Hiller avaient repassé le Danube, sur le pont qui
était reconstruit à neuf depuis la dernière guerre; mais je fus frappé
en remarquant que le général Hiller ne l'avait pas brûlé, et avait
seulement retiré les madriers de deux arches à notre bord; on avait même
laissé les poutres, de sorte qu'en deux heures de travail, une compagnie
d'ouvriers aurait rétabli le pont d'autant plus aisément que par la
nature du terrain, le feu de la rive gauche l'aurait protégé contre
celui de la rive droite.

Les gens de l'endroit où j'étais, qui avaient été la veille à Krems (à
l'autre bord) me rapportèrent qu'on y attendait dans peu de jours
l'archiduc Charles, et je ne doutai point qu'on ne gardât le pont de
Krems que pour lui faciliter un passage lorsqu'il serait arrivé, et lui
donner par-là les moyens de couvrir Vienne. J'envoyai un de mes
aides-de-camp faire ce rapport à l'empereur, qui était encore à
Saint-Polten. Il me le renvoya de suite avec ordre de brûler le pont et
de revenir le joindre à Vienne.

Je fis tirer quelques coups de canon sur les postes qui étaient à
l'autre bord, et je fis prendre les armes à mes troupes. Les ennemis
crurent que j'allais entreprendre le passage, ils allumèrent eux-mêmes
le pont, qui fut consumé en quelques heures sans qu'il en restât
vestige; il faut croire qu'ils avaient prévu ce cas, et qu'ils avaient
fait des dispositions pour l'incendier.

Après cette opération je remis mes troupes en marche pour Vienne, où
j'arrivai le lendemain.



CHAPITRE VIII.

L'empereur à Schoenbrunn.--Siége de Vienne.--Passage d'un bras du
Danube.--Bombardement.--Capitulation.--Position des armées.--Passage du
Danube la nuit.--J'accompagne le premier débarquement.--Construction des
ponts.--L'armée passe le fleuve.


L'empereur était pour la seconde fois au château de Schoenbrunn, où il
avait eu son quartier-général en 1805. Il avait fait occuper les
faubourgs de Vienne, mais la ville avait fermé ses portes, et avait même
envoyé quelques coups de canon des remparts.

L'archiduc Maximilien y était enfermé; mais il n'y avait d'autres
troupes que quelques dépôts et la bourgeoisie, à laquelle on avait
distribué les fusils de l'arsenal.

Vienne a une bonne enceinte régulière et moderne, des fossés d'une
très-grande profondeur, un chemin couvert, mais point d'ouvrages
avancés. Le glacis est bien découvert, et les faubourgs sont bâtis à la
distance voulue par les réglemens militaires. Les faubourgs sont
très-grands, et depuis l'irruption des Turcs on les a entourés d'un
retranchement revêtu en maçonnerie, ce qui forme un vaste camp
retranché, qui ferme avec de bonnes barrières, et que l'on ne pourrait
pas escalader. L'empereur vit bien que si Vienne ne se rendait pas sous
peu de jours, l'archiduc Charles arriverait, et que rien ne
l'empêcherait d'accumuler son armée dans cette vaste enceinte des
faubourgs, d'où elle déboucherait sur nous par autant de points qu'elle
voudrait, et nous mettrait par-là dans une position d'autant plus
fâcheuse que l'empereur comptait sur les ressources qu'il allait trouver
dans Vienne, et dont il voulait augmenter ses moyens. Il fit le tour de
cette immense enceinte, et, avant de rentrer chez lui, il ordonna au
général d'artillerie Andréossi, qui était avec lui, et qui auparavant
était notre ambassadeur à Vienne, de faire réunir le soir de ce même
jour tous les obusiers de l'armée, et de les placer comme il le jugerait
convenable pour qu'à commencer de dix heures du soir il ouvrît un feu de
bombardement, qu'il ne cesserait que lorsque la ville aurait demandé à
parlementer. Il fit en même temps sommer l'archiduc de remettre la
place[12]. Ce prince ne répondit pas d'une manière satisfaisante; le
général Andréossi exécuta l'ordre, et réunit, je crois, trente-deux
obusiers, qui furent placés dans un lieu reconnu à l'avance, et d'où, à
très-petite portée, on pouvait faire sillonner les obus dans la plus
grande largeur de la ville.

Indépendamment de cette disposition, l'empereur alla lui-même, avec une
des divisions du corps de Masséna, faire exécuter à l'extrémité de la
promenade du Prater le passage du bras du Danube qui sépare cette île de
la terre ferme; le point était défendu par quelques milices qu'on
éloigna à coups de canon, et au moyen de bateaux que l'on alla détacher
à la nage de l'autre bord[13], on passa d'abord les troupes, puis on
construisit un pont. Dès lors nous étions les maîtres d'incendier le
grand pont, appelé du Tabor, parce que rien ne pouvait s'opposer à ce
que nous pénétrassions jusque-là.

L'empereur ordonna de faire passer dans l'île du Prater la division du
général Boudet, et il revenait à son quartier-général à Schoenbrunn la
nuit lorsqu'en passant à hauteur des faubourgs de Vienne, nous vîmes
commencer le feu des obusiers, qui était un véritable bouquet
d'artifice; il y avait toujours dix ou douze obus en l'air; aussi le feu
éclata-t-il presque aussitôt dans plusieurs endroits. Cela, joint à
l'occupation de l'île du Prater, ayant sans doute démontré aux généraux
ennemis que l'armée de l'archiduc Charles arriverait en vain; qu'elle
trouverait le pont du Tabor détruit, et qu'il était par conséquent
inutile d'exposer Vienne à un incendie total, ils se déterminèrent à
parlementer. Ils firent la nuit même repasser le Danube au peu de
troupes qu'ils avaient; l'archiduc Maximilien donna ses pouvoirs pour
que l'on entrât en capitulation pour la ville, et il suivit les troupes
sur la rive gauche du Danube, en faisant brûler le pont du Tabor
aussitôt après son passage.

Le lendemain Vienne se rendit, sans autres conditions que celles que
l'on stipule ordinairement pour les villes de guerre, et le 12 mai, à un
mois du départ de l'empereur de Paris, nos troupes en prirent
possession.

On y trouva des ressources en tout genre, et en un mot nous nous
trouvâmes riches d'une capitale de laquelle nous pouvions disposer comme
de Paris.

Dès les premiers jours de l'occupation de Vienne, nous apprîmes
l'arrivée de l'armée de l'archiduc Charles de l'autre côté de Danube.
Elle était bien plus nombreuse que la nôtre, et elle aurait pu nous
donner de l'inquiétude si elle avait entrepris de suite un passage du
fleuve; c'était le seul moyen de nous faire évacuer Vienne sur-le-champ,
et je crois que c'est là la principale raison qui a déterminé l'empereur
à tant hâter son passage du Danube, afin de tenir l'archiduc Charles sur
la défensive. Les frondeurs ont beaucoup parlé sur une opération de
cette importance entreprise avec aussi peu de moyens, mais ils n'ont pas
observé tous les motifs que l'empereur avait de s'y décider; c'est le
cas de dire que la critique est aisée, mais l'art difficile.

Effectivement, l'empereur n'avait pas le tiers des moyens qui étaient
indispensablement nécessaires au passage du Danube, soit en bateaux,
soit en cordages et autres apprêts. Il avait, dès que la guerre lui
avait paru inévitable, chargé le ministre de la marine de lui expédier
des marins de la flottille[14], mais notre marche avait été si rapide,
qu'ils n'avaient pas eu le temps d'arriver. L'empereur avait des
officiers d'artillerie et du génie si laborieux et créateurs de
ressources, qu'il lui a suffi de leur dire qu'il était déterminé à
l'exécuter pour qu'ils trouvassent les moyens de faire réussir cette
entreprise. On peut dire ici que si l'armée russe avait fait une
diversion en notre faveur, nous n'eussions pas été obligés de passer le
Danube; à la vérité, elle n'était pas prête; mais pourquoi ne
l'était-elle pas? Elle n'avait pas plus de chemin à faire que nous, qui
avions amené des troupes depuis Burgos.

Nous voyions arriver toutes les semaines un officier de l'empereur de
Russie à notre quartier-général; il y avait un commerce de lettres fort
actif entre la Russie et nous; c'était un commerce de bataillons qu'il
nous aurait fallu, mais enfin l'on en était privé, et il n'y eut de
ressources que celles que l'on pouvait trouver en soi-même.

L'armée était postée depuis les environs de Saint-Polten jusqu'en face
de Presbourg; l'empereur avait été obligé d'envoyer un petit corps
d'observation dans la vallée de Neustadt, pour défendre le défilé qui
conduit en Italie. Les esprits de la population étaient plus portés à la
résistance, et même disposés à l'exaltation, que dans la guerre
précédente; en sorte que la position de l'armée avait cet inconvénient
de plus, lequel aurait pu devenir grave, en cas qu'elle eût éprouvé un
revers.

L'armée autrichienne de Gallicie venait d'entrer dans le duché de
Varsovie et avait pénétré jusqu'à la capitale, que la brave petite armée
polonaise avait été obligée d'évacuer en passant sur la rive droite de
la Vistule, dans l'espérance qu'elle y serait bientôt jointe par l'armée
russe (l'armée autrichienne était arrivée par la rive gauche). Le prince
Poniatowski, qui commandait les Polonais, déploya dans cette campagne un
grand courage et un grand talent.

L'empereur, maître de Vienne, était entouré de difficultés sans nombre;
il avait en outre à craindre l'armée autrichienne d'Italie, qui, en se
retirant, pouvait lui faire un mal incalculable avant qu'il pût être
rejoint par l'armée du vice-roi. C'eût été bien pis si dans ces
conjonctures l'armée de l'archiduc Charles eût passé le Danube.

Ce sont toutes ces considérations qui ont forcé l'empereur à le passer
lui-même. Il eut encore dans cette occasion du courage pour tout le
monde; car personne n'augurait bien de cette opération, qui paraissait
légère, à laquelle on n'osait rien objecter à cause de l'empereur, dont
on craignait de combattre les décisions. Enfin, le 19 mai au soir, il
fit descendre de Vienne tous les moyens de navigation qui avaient été
réunis dans le bras du Danube qui entoure le Prater; nous n'avions
qu'une compagnie de pontonniers, il en aurait fallu six.

Tous ces moyens furent rassemblés ainsi que les troupes au bord du
fleuve, à quelques centaines de toises au-dessus du village
d'Elbersdorf, lequel est lui-même à près de deux lieues au-dessous de
Vienne.

Il était presque nuit, au moins on ne pouvait pas être aperçu de la rive
ennemie, lorsque l'empereur lui-même fit embarquer les premiers
bataillons qui devaient aller prendre poste à la rive gauche; il faisait
lui-même placer les soldats dans les bateaux, où il les arrangeait de
manière à ce qu'il en tînt le plus grand nombre possible; il fit devant
lui distribuer des cartouches, et parla presque à chaque soldat. Il fit
suivre le transport, d'un bateau disposé pour recevoir deux pièces de
canon qu'il y fit embarquer sans leurs caissons, mais avec un nombre de
gargousses et de boîtes à mitraille suffisant pour ce qu'on allait
entreprendre. Le convoi quitta la rive droite du Danube à la nuit close,
le 19 mai, et aborda à la rive gauche du fleuve, dans une vaste île
appelée la Lobau, qui avait été reconnue et jugée d'avance convenable à
cet objet. Elle se trouve précisément en face du village d'Elbersdorf à
la rive droite; elle est très-grande, et était alors toute couverte de
bois comme une forêt. Elle est traversée dans sa plus grande longueur de
deux petits bras du Danube, qui peuvent avoir chacun dix-huit ou vingt
pieds de large. Lorsque le Danube est bas, ils n'ont qu'un filet d'eau,
guéable partout pour des enfans; mais du jour au lendemain ils sont
eux-mêmes de petits fleuves; après les deux bras on trouve celui qui
sépare définitivement l'île de Lobau de la rive gauche; il est aussi
fort que la Moselle en France, très rapide et sans gué. Les Autrichiens
avaient un fort poste dans l'île. Ils le relevaient tous les jours au
moyen d'un bateau qui était placé en face de la petite ville
d'Euzerfdorf (à la rive gauche) qui jouissait des pâturages de l'île. Ce
poste ne mettait que deux ou trois sentinelles sur le bord du grand
fleuve, et se tenait à une cahutte appelée la Maison du Garde-Chasse,
qui conservait les faisans dont l'île entière était pleine.

L'empereur m'ordonna d'accompagner le premier débarquement et de revenir
dans la nuit lui dire comment cela aurait été. Je me mis dans une
nacelle conduite par deux pontonniers, et j'arrivai avec tout le convoi
à la rive ennemie. Les sentinelles donnèrent l'alerte, mais on ne nous
opposa aucune résistance, et toute la nuit fut employée à passer de
nouvelles troupes dans l'île de Lobau, en même temps que les officiers
d'artillerie faisaient construire le pont. Ce dernier devait être d'une
longueur immense, et divisé en deux parties, parce qu'il se trouvait un
îlot de sable au milieu du fleuve; mais les deux ponts ensemble
formaient une longueur de deux cent quarante toises. On employa toute la
journée du 20 mai à achever cette construction, pendant laquelle
l'empereur ne quitta pas le bord du fleuve, veillant lui-même à ce que
le passage des troupes en bateaux ne discontinuât point pendant que l'on
achevait les ponts.

Dans la matinée du 20 on vint rendre compte à l'empereur que les ennemis
avaient effectué un débarquement au-dessus de Vienne à un village appelé
Nusdorf, qui est, à proprement parler, un des faubourgs de la ville,
tant il en est près. Il ne craignait pas un grand événement à la suite
de ce passage, parce que les troupes qui se rendaient de Saint-Polten à
Vienne, pour se trouver au passage du Danube, arrivaient précisément à
cette hauteur-là dans le moment du passage des Autrichiens, aussi
n'eut-il aucune suite; il se réduisit à nous donner de l'inquiétude
pendant deux heures. L'empereur était si soigneux de ne rien laisser
derrière lui qui pût compliquer son entreprise, qu'il profita du moment
où l'on faisait les ponts pour m'envoyer à Nusdorf avec une brigade de
cuirassiers, afin d'être rassuré sur ce que pouvait devenir le
débarquement, que je trouvai repassé à la rive gauche. Je n'eus donc
qu'à aller et revenir joindre l'armée.

Le 21, les ponts étaient entièrement achevés; ils n'avaient coûté tant
de peines que parce que l'on manquait de moyens, et que, pour remplacer
les ancres, par exemple, on avait été obligé de se servir de fardeaux,
tels que des pièces de canon autrichiennes que l'on fixait à l'extrémité
des câbles, mais ces fardeaux tombant sur un fond de gravier ne s'y
enfonçaient pas assez pour résister à la chasse du courant, en sorte que
les bateaux descendaient malgré tout ce que l'on faisait pour les tenir
en position fixe. Les officiers d'artillerie qui travaillèrent à ce pont
firent un tour de force en le mettant en état de passer l'armée.

L'armée défila toute l'après-midi du 20 et la journée du 21 mai; on jeta
le pont sur le dernier bras du Danube avec les pontons autrichiens pris
à Landshut. Ils étaient sur des haquets et pouvaient se transporter
partout. À la faveur d'un rivage fourré de bois d'une assez grande
profondeur, on déboucha à la rive gauche, entre les villages d'Essling
et d'Aspern, cependant un peu plus près de ce dernier que du premier. On
les occupa comme points de défense en utilisant les clôtures de
muraille, les cimetières et les jardins. À mesure que les troupes
débouchaient on se développait en prenant du terrain en avant.



CHAPITRE IX.

Affaire d'Ebersdorf.--Ardeur des troupes.--Ordre de bataille de
l'armée.--Bataille d'Essling.--Le pont sur le Danube est rompu.--Belle
conduite du général Mouton.--Le maréchal Lannes mortellement
blessé.--Douleur et regrets de Napoléon.--Mort du général
Saint-Hilaire.--Retraite.--Napoléon tient conseil au bord du fleuve avec
Masséna et Berthier.


Le corps du maréchal Masséna était déjà passé ainsi que deux divisions
de cuirassiers, lorsque les Autrichiens, qui occupaient une position non
loin de là, arrivèrent. Depuis le 19, ou au moins le 20, c'est-à-dire la
veille, ils ne pouvaient plus avoir d'incertitude sur le point de notre
passage; ils avaient donc eu le temps de rassembler leur armée et de
marcher; néanmoins ils ne furent pas entreprenans, et je crois que si
nous n'avions pas cherché à nous étendre trop ce soir-là, ils ne nous
auraient pas attaqué, et nous aurions évité une mauvaise affaire, dans
laquelle nous avons éprouvé des pertes qui nous ont fait faute le
lendemain.

Le soleil se couchait, lorsqu'on fit déboucher d'entre les villages
d'Essling et d'Aspern. On ne marcha pas cent toises dans cette vaste
plaine, que l'on y fut sillonné de coups de canon qui venaient dans
toutes les directions. On voulut écarter cette foudroyante artillerie en
faisant charger la cavalerie à outrance. On parvint effectivement à se
donner du large à notre droite, mais à notre gauche nous fûmes acculés
jusqu'au village d'Aspern, dont les ennemis occupèrent la moitié sans
que nous pussions les en déloger. La nuit fit cesser le combat qui avait
été meurtrier pour nous. Nous y éprouvâmes une perte en tués et blessés
qui n'allait guère moins qu'à cinq ou six mille hommes; mais surtout
nous y consumâmes une grande quantité de munitions. Nous passâmes la
nuit à une petite portée de fusil des Autrichiens, et les sentinelles
étaient, dans certains endroits, à moins de trente pas les unes des
autres. Dans cette position, il était difficile qu'une des deux armées
fît un mouvement sans que l'autre en fût avertie aussitôt, d'autant plus
qu'elles n'étaient séparées par aucun obstacle et se trouvaient sur le
même terrain.

L'empereur vint passer la nuit au bivouac sur le sable, au bord du
Danube, qu'il ne repassa pas; il était ainsi à moins de trois cents
toises de l'armée autrichienne. Toute la nuit fut employée à faire
passer les troupes de la rive droite à la rive gauche; cela allait
lentement parce qu'à chaque instant il arrivait des accidens au pont. Ce
fut avec beaucoup de peines et de soins que l'on parvint à faire arriver
sur la rive gauche tout le corps du maréchal Oudinot et du maréchal
Lannes, la garde à pied et quelques troupes de réserve. On fut en
mouvement toute la nuit pour se trouver en mesure contre une attaque que
l'on craignait de la part des ennemis pour le lendemain à la pointe du
jour. C'était le 22 mai; le jour commençait à deux ou trois heures du
matin; l'empereur était déjà à cheval, et allait parcourir les lignes de
son armée; chaque fois qu'il paraissait, il y excitait le délire: on
commença à crier _Vive l'empereur!_ et comme l'on était à portée de
fusil de l'armée ennemie, elle prit aussi les armes et commença la
première à nous envoyer quelques coups de canon, à travers les
brouillards qui nous masquaient, et qui règnent toujours le long des
bords du Danube. Un de ces coups de canon tua le cheval du général
Monthion, dans le groupe de l'empereur.

Les généraux pressaient l'empereur pour qu'il leur permît de commencer
l'attaque, afin, disaient-ils, de profiter du premier élan des soldats.
Il ne le voulait pas trop, parce qu'il attendait le corps du maréchal
Davout qui était encore de l'autre côté du Danube, ainsi que la division
de cuirassiers du général Nansouty, avec la majeure partie de la garde à
cheval et beaucoup de troupes alliées; mais on le poussa tant, qu'il se
rendit, et laissa commencer les mouvemens offensifs à trois heures et
demie du matin. Le maréchal Masséna déboucha à la gauche par le village
d'Aspern; il avait avec lui les divisions des généraux Molitor, Legrand,
Carra-Saint-Cyr, et une division de réserve, commandée par le général
Démont. Le maréchal Lannes déboucha à la droite du maréchal Masséna,
entre Aspern et Essling; il avait avec lui la division Saint-Hilaire et
la division du général Oudinot, et en réserve, la division du général
Boudet. Derrière, en deuxième ligne, était la garde à pied, composée de
deux régimens de fusiliers, de deux régimens de tirailleurs et de deux
régimens de la vieille garde; savoir: un de grenadiers et un de
chasseurs. En cavalerie, nous avions une brigade de cavalerie légère aux
ordres du général Marulaz; deux autres sous les ordres du général
Lasalle; la division de cuirassiers que commandait avant le général
d'Espagne (tué la veille), et la division du général Saint-Sulpice;
quelques escadrons de la garde, Polonais, chasseurs et dragons. Sur la
rive droite, prêt à passer, se trouvait le maréchal Davout avec la
division du général Friant et celles des généraux Morand et Gudin qui
étaient rentrés à son corps d'armée; le général Vandamme avec les
Wurtembergeois, la division Nansouty et le reste de la garde à cheval.
Les Bavarois avaient été envoyés dans le Tyrol pour combattre les
insurgés et couvrir Munich; je crois qu'ils avaient une de leurs
divisions, celle du général Wrede, vers Lintz: l'empereur aimait le
général Wrede, et le tenait près de lui toutes les fois qu'il le
pouvait.

Nous perçâmes, dans cet ordre, par notre gauche et par notre centre,
nous tenant en observation à notre droite, où était placée notre
cavalerie. Je marchais avec le maréchal Lannes, qui se tenait à la
division Saint-Hilaire. Comme nous traversions une plaine immense,
toutes les troupes étaient formées selon l'ordre profond, les unes en
carrés et les autres en colonnes.

La canonnade commença presque aussitôt que nous fûmes ébranlés; elle
était meurtrière parce que, outre que nous étions près, nous présentions
des masses. Les ennemis étaient aussi formés en carrés par échiquier et
commencèrent un feu de mousqueterie qui ne nous faisait pas autant de
mal qu'il aurait pu nous en faire s'ils avaient eu quelques bataillons
déployés, comme, de notre côté, nous les eussions bien maltraités, si,
au lieu d'avoir eu des troupes composées de soldats aussi neufs, nous
eussions eu des troupes exercées comme l'étaient celles du camp de
Boulogne que l'on pouvait hardiment ployer et déployer sous le feu sans
craindre le désordre. Nous persistions à pénétrer dans cette ligne
d'échiquier lorsque la mitraille et la mousqueterie décomposant nos
colonnes, nous forcèrent d'arrêter et d'engager un feu de canon et de
mousqueterie, avec le désavantage du nombre. Chaque quart d'heure que
nous passions dans cette position rendait encore le désavantage plus
grand. Il fut dès lors facile de prévoir que non-seulement la journée ne
pouvait pas avoir une issue heureuse, mais qu'au contraire elle se
terminerait probablement par quelqu'événement fâcheux; on essaya de
balancer tous ces désavantages par des charges de cuirassiers que l'on
fit donner successivement dans plusieurs directions; mais il avaient à
peine percé la ligne d'infanterie des Autrichiens qu'ils étaient ramenés
battant par leur cavalerie trois fois supérieure. À tous ces
inconvéniens se joignit celui du manque de munitions, qui fut général
vers huit heures et demie du matin. À cette heure on voyait courir par
tout le champ de bataille des officiers qui demandaient où était le parc
aux munitions, et il était encore de l'autre côté du Danube. On
éprouvait de même le besoin de troupes nouvelles; on attendait avec
impatience le corps du maréchal Davout, lorsque des officiers qui
avaient été envoyés pour le chercher vinrent apprendre que le grand pont
du Danube était rompu.

Les ennemis, en nous repoussant la veille, avaient pris, au bord du
fleuve, une position d'où ils découvraient notre pont d'un bout à
l'autre; ils s'imaginèrent de remplir de pierres les plus gros bateaux
qu'ils purent se procurer, et de les lancer au courant du fleuve. Ce
moyen leur réussit trop bien, car, de nos deux ponts, un fut enlevé en
entier et l'autre détruit dans une bonne moitié de sa longueur.
L'insuffisance de barques et de pontonniers de notre côté nous avait
empêché de construire une estacade pour couvrir notre pont, et cela nous
devint funeste. Cet événement, qui fut bientôt connu des troupes qui
combattaient, leur fit perdre l'espérance d'être secourus, et l'on vit
petit à petit la retraite des divers corps s'opérer successivement. Dans
le fait, on ne pouvait pas exiger d'eux que, sans munitions, ils
restassent dans une position où leur destruction était certaine.

L'empereur ordonna la retraite et la dirigea lui-même en restant au
milieu d'une canonnade à laquelle nous ne répondions plus; elle devenait
plus incommode à mesure que nous nous retirions sur le pont qui
communiquait à l'île de la Lobau, lequel faisait le centre d'un cercle
dont l'artillerie occupait la circonférence. Notre gauche ainsi que
notre centre ne rendaient le terrain que pied à pied, et n'étaient pas
encore rentrés entre les villages d'Essling et d'Aspern, d'où ils
avaient débouché le matin, lorsque les ennemis firent une attaque de
vive force à notre droite et enlevèrent le village d'Essling qui était
défendu par la division Boudet. Le salut de notre retraite était dans la
reprise prompte de ce poste duquel les ennemis seraient arrivés à notre
pont bien avant les maréchaux Masséna et Lannes. La situation était des
plus critiques; le désordre allait commencer, lorsque l'empereur donna
l'ordre à son aide-de-camp, le général Mouton, de prendre la brigade des
fusiliers de la garde et d'attaquer sur-le-champ. Le général Mouton, qui
avait bien jugé de l'importance de son succès, ne perd pas un moment, se
met lui-même à la tête des fusiliers et les fait entrer au pas de charge
dans le village d'Essling, sans s'inquiéter du nombre de troupes auquel
il avait affaire, et il emporte le village où l'on se maintint jusqu'à
ce qu'on eut l'ordre de l'évacuer. Ce coup de vigueur nous donna les
moyens de faire notre retraite. Le brave général Mouton, grièvement
blessé, fut forcé de quitter le champ de bataille.

Le maréchal Lannes rentra dans la position de laquelle il était parti le
matin pour attaquer; il essaya de la garder, et il avait mis pied à
terre, parce que le canon des ennemis s'était tellement rapproché qu'il
y avait de la témérité à rester à cheval; la cavalerie avait depuis
long-temps repassé le bras du Danube, et était dans l'île de Lobau;
l'empereur venait lui-même de quitter le champ de bataille où il avait
donné ses derniers ordres sur la manière dont on devait repasser le
pont, et il était occupé à faire placer de l'artillerie dans l'île de
Lobau pour protéger la retraite de nos colonnes, lorsqu'on vint lui
annoncer que le maréchal Lannes venait d'avoir les jambes emportées d'un
coup de canon. Il en fut vivement affecté et versa des larmes. Pendant
qu'on lui racontait les détails de cet événement, il aperçut le brancard
sur lequel on rapportait le maréchal Lannes du champ de bataille. Il le
fit diriger à l'écart, et voulut être seul auprès de lui; il l'embrassa
en fondant en larmes; le maréchal Lannes, épuisé par une grande perte de
sang, lui dit d'une voix basse: «Adieu, sire; vivez pour tous, et
accordez quelque souvenir à un de vos meilleurs amis, qui dans deux
heures n'existera plus.» Cette scène fut touchante et causa une vive
émotion à l'empereur. Peu de temps auparavant on avait rapporté le
général Saint-Hilaire, blessé aussi d'un coup de canon au pied; il en
mourut quinze jours après. La perte du maréchal Lannes fut sentie de
toute l'armée: elle mettait le complément aux malheurs de la journée.

Les ennemis ne furent point entreprenans dans notre retraite, ils nous
laissèrent toute l'après-midi entre Aspern et Essling, et ce ne fut que
vers les quatre heures du soir que nous nous retirâmes dans le bois qui
couvre l'extrême bord du fleuve, que nous repassâmes la nuit sans être
inquiétés. On reploya le pont de bateaux qui était sur le bras du
fleuve. On jeta sur des haquets les pontons dont il était formé, ainsi
que les ancres, poutrelles, cordages, madriers, et on les envoya au pont
du grand bras, où ils servirent à remplacer les bateaux que le courant
avait emportés[15]. Dès le 24 au matin, toute l'armée se trouvait dans
l'île de Lobau, infanterie, cavalerie, artillerie, état-major, blessés,
en un mot tout. Le 22, à la nuit close, l'empereur y était lui-même
encore; il vint sur le bord du grand fleuve dont le pont était détruit:
le Danube était enflé, parce que nous étions dans la saison de la fonte
des neiges du Tyrol, en sorte que, même les deux petits bras qui
traversaient l'île et que l'on avait toujours passés à pied sec ou au
moins à gué, étaient devenus des torrens dangereux, sur lesquels il
fallut construire des ponts en chevalets.

L'empereur les passa en nacelle; j'étais avec lui ainsi que le prince de
Neuchâtel. Nous ne pûmes pas faire passer nos chevaux, et fûmes obligés
de continuer notre marche à pied. Arrivés au bord du Danube, l'empereur
s'assit sous un arbre en attendant le maréchal Masséna qu'il avait
envoyé chercher. Il arriva bientôt, et l'empereur forma un petit conseil
pour avoir les opinions de ce qui était là, sur ce qu'il convenait de
faire dans la situation où l'on était.

Que l'on se figure l'empereur assis entre Berthier et Masséna au bord du
Danube, regardant le pont dont il restait à peine quelques débris. Le
corps du maréchal Davout de l'autre côté du grand fleuve et toute
l'armée derrière eux dans cette île de Lobau, séparés des ennemis par un
seul bras du Danube de trente ou quarante toises de large, et n'ayant
aucun moyen de l'en retirer: il fallait bien une âme comme la sienne
pour ne pas en être découragé. Il s'attendait bien aux opinions que l'on
allait lui émettre, de repasser le Danube comme l'on pourrait,
abandonnant ce que l'on n'aurait aucun moyen d'enlever, c'est-à-dire
toute l'artillerie, les chevaux, etc., etc.

L'empereur écouta toutes les raisons qu'on voulut lui donner, puis il
dit: «Mais, Messieurs, c'est comme si vous me donniez le conseil d'aller
à Strasbourg: si je repasse le Danube, il faut que j'évacue Vienne,
parce que les ennemis vont le repasser après moi, et dès lors ils me
mèneront peut-être à Strasbourg. Dans l'état où je suis, la seule
défense que j'aie contre eux maintenant, c'est de pouvoir passer sur la
rive gauche du fleuve s'ils passaient sur la rive droite, de manoeuvrer
ainsi autour de Vienne, qui est ma capitale et le centre de mes
ressources. Si je repasse le Danube, et que l'archiduc aille le passer à
Lintz par exemple, il faudra que je marche à Lintz, au lieu que dans la
position où je suis, s'il l'entreprend, je passerai et le suivrai
jusqu'à ce qu'il soit revenu sur moi. Il est impossible que je m'éloigne
de Vienne sans y laisser une perte de vingt mille hommes, dont dix mille
rentreront dans leurs rangs avant un mois.»

Il ramena tout le monde à son opinion, et quoique l'on n'eût pas été
fâché de pouvoir aller se reposer au-delà du Danube, il fallut faire son
sacrifice et rester dans l'île. Le maréchal Masséna prit le commandement
de toutes les troupes qui s'y trouvaient; l'empereur lui donna une
instruction écrite sur la défense qu'il voulait qu'il fît, si, comme il
le croyait, il venait à être attaqué.



CHAPITRE X

L'empereur repasse le fleuve.--Arrivée de douze cents marins de la
garde.--Stratagème des Autrichiens pour détruire nos ponts.--Prodigieuse
activité de l'empereur.--Construction d'un pont sur pilotis.--L'empereur
expédie des ordres au prince Eugène, en Italie, et à Marmont, en
Dalmatie.--Dispositions générales.--Gratifications distribuées dans les
hôpitaux.--Reconnaissance des blessés.


Cette disposition prise, il fit embarquer sur les débris du pont les
ingénieurs et sapeurs qui se trouvaient dans l'île, pour les faire
repasser à la rive droite, et lui-même s'embarqua avec le prince de
Neuchâtel et moi pour la même destination. Nous traversâmes le Danube
vers minuit; l'empereur était exténué de fatigue; je lui donnai le bras
pour marcher jusqu'à la maison qu'il occupait au village d'Ebersdorf
avant le passage du fleuve. Son esprit travaillait, mais n'était point
agité; en arrivant, il se jeta sur de la paille et prit quelques momens
de repos. Il n'y avait pas deux heures qu'il faisait jour, que déjà il
était à cheval, parcourant les bivouacs des troupes qui n'avaient pu se
trouver à l'affaire, à cause de la rupture du pont.

La méchanceté s'est plu à représenter l'empereur comme un homme méfiant,
et dans cette circonstance, où des hommes malintentionnés pouvaient
entreprendre sur sa personne tout ce qu'ils auraient voulu, il n'eut
pour garde, à son quartier-général, que la légion portugaise, qui le
soignait avec autant d'exactitude qu'auraient pu le faire des vétérans
de l'armée d'Italie.

La première chose dont il s'occupa fut de réunir quelques bateaux pour
envoyer des subsistances dans l'île Lobau; on fut assez heureux pour
réussir à en pourvoir l'armée.

On s'occupa de faire descendre de tous les points du Danube des bateaux
et des agrès pour reconstruire des ponts, et l'on y parvint. Ils étaient
déjà rétablis, et on allait faire repasser la cavalerie, lorsque les
Autrichiens recommencèrent à nous lancer des bateaux chargés de pierres,
qui les rompirent de nouveau. Heureusement que cela arriva en plein
jour, et que l'on put faire courir après les débris du pont avec des
nacelles qui, en descendant plus rapidement, rattrapaient les débris,
les conduisaient à la rive gauche, d'où, avec beaucoup d'efforts, on les
remontait jusqu'aux ponts. Ce pénible travail aurait encore été sans
résultat si nous n'avions vu arriver un corps de douze cents matelots,
venant d'Anvers, commandés par des officiers de la marine. Ce corps
était suivi d'un bataillon d'ouvriers de toutes professions, aussi de la
marine; cet envoi nous sauva. Les matelots furent sur-le-champ réunis
aux pontonniers; on tint en croisière, dans le courant du fleuve, une
quantité de très-petites nacelles, toutes montées par un nombre
proportionné de ces matelots. Les nacelles se tenaient sur les bancs de
sable qui bordent les îles dont le cours du Danube est parsemé, et
lorsqu'elles voyaient arriver un bateau ou radeau, elles forçaient de
rames pour le joindre, les matelots montaient à bord et conduisaient
l'embarcation à bon port, en sorte que les mêmes bateaux qui
détruisaient nos ponts la veille finirent par nous donner des moyens de
les réparer. Dès-lors ils ne furent plus rompus, et l'on put faire
repasser à la rive droite toute la cavalerie, l'artillerie, ainsi que
tout ce qui était inutile; les chevaux n'avaient vécu que de l'herbe et
des feuilles de l'île depuis le jour de la bataille.

C'était un grand avantage que d'avoir rétabli les ponts et de les avoir
mis à l'abri d'une rupture au moyen de toutes les nacelles garnies de
matelots, et desquelles on avait formé une estacade.

L'empereur renvoya les troupes dans les cantonnemens qu'elles occupaient
avant cette malheureuse opération; il ne laissa dans l'île que le
maréchal Masséna avec son corps. Il ne concevait pas que, le lendemain
de la bataille, les Autrichiens n'eussent pas approché toute leur
artillerie sur le bord du bras du Danube qui les séparait de l'île, et
qu'ils n'eussent pas fait un feu de canon dont pas un coup n'aurait été
perdu; ils auraient eu d'autant plus beau jeu que nous n'avions pas de
quoi leur répondre, et que nous étions les uns sur les autres dans cette
île. Cela nous fit présumer qu'ils méditaient un passage du fleuve sur
un point plus haut que Vienne.

L'empereur plaça son armée de manière à pouvoir la réunir en un jour; il
garda près de lui toute l'infanterie qui avait repassé de l'île sur la
rive droite et la fit camper. Il travailla à la réorganisation de son
artillerie; c'est à cette occasion qu'il nomma le général La Riboissière
premier inspecteur de l'artillerie, à la place du général Songis,
atteint d'une maladie mortelle. On prit également des mesures pour
procurer des chevaux de remonte à la cavalerie; tous les ordres qu'il
avait à donner pour cela furent expédiés dans une soirée, et il songea
dès le lendemain à recréer les matériaux nécessaires pour effectuer un
nouveau passage, qu'il voulait exécuter, disait-il, dans un mois. Il
n'avait eu qu'un pont sur le bras du Danube qui le séparait des ennemis,
et il voulut en avoir quatre, quoiqu'il n'eût pas le premier bateau pour
la construction des trois qu'il demandait. Il fit établir dans l'île de
Lobau le bataillon des ouvriers de la marine avec les ingénieurs de ce
corps qui étaient venus avec eux; il y fit conduire de Vienne des bois
de toute grandeur et de toute espèce.

En très-peu de jours, tous les bateaux dont il avait besoin furent sur
leur quille, et bientôt après lancés à l'eau, dans un des petits bras
qui traversent l'île. Ce travail fit beaucoup d'honneur aux
ingénieurs-constructeurs de la marine. En même temps que l'on faisait
ces pontons dans l'île de Lobau, l'empereur faisait exécuter la
construction d'un pont sur pilotis, sur toute la largeur du Danube. Ce
fut le général Bertrand, son aide-de-camp, qui exécuta ce magnifique
ouvrage; Bertrand était, en sa qualité d'officier du génie, un des
meilleurs que la France ait eus depuis M. de Vauban; il s'établit
lui-même avec tous les officiers du génie et les bataillons de sapeurs,
aux bords du fleuve.

On avait trouvé dans l'inépuisable arsenal de Vienne des bois en
profusion destinés à la réparation des ponts de Vienne et de Krems; des
cordages, des ferrures, et enfin quarante moutons à sonnettes pour
frapper les pilotis. Tout cela fut amené à Ebersdorf, et on changea les
environs de ce village en chantiers de construction semblables à ceux
d'un grand port. On travaillait tout à la fois à enfoncer les pilotis, à
scier les bois, les planches et à faire des bateaux. Jamais
l'intelligence humaine n'embrassa autant de détails à la fois. Pendant
que l'on s'occupait des moyens de franchir le fleuve, on ne négligeait
pas ceux de défendre l'île de Lobau, qui devaient aussi être ceux qui
protégeraient le passage à la rive gauche. On borda le bras du Danube
d'épaulemens et d'embrasures, que l'on garnit de pièces d'artillerie
autrichiennes, tirées de l'arsenal de Vienne, dont le général La
Riboissière avait réuni tous les ouvriers, lesquels étant
très-malheureux, avaient consenti à travailler pour avoir la ration du
soldat. Cette partie de l'administration de l'armée créa des prodiges,
et mit sur pied une artillerie immense de tout calibre. L'activité que
l'on déploya pour créer des ressources ne pouvait à peine se concevoir
par ceux même qui en étaient les témoins, et, à plus forte raison, ne
peut se peindre par une narration qui aurait toujours l'air exagéré.

En même temps qu'il faisait travailler dans les arsenaux et les
chantiers, l'empereur songea à recomposer un personnel tellement
nombreux, qu'il ne fût plus exposé à une mauvaise journée comme celle du
22 mai, ni même à une affaire douteuse. Ce que son génie imagina, et ce
que son esprit eut d'obstacles à surmonter n'est pas croyable. Il envoya
d'abord ordre au vice-roi, qui commandait l'armée d'Italie, de ne pas
perdre de temps pour lui amener son armée, ce que ce prince fit
sur-le-champ; il avait quatre belles divisions. Il manda également au
général Marmont, qui commandait en Dalmatie, de venir le rejoindre sans
perdre un moment; ce général avait avec lui deux divisions, et ne
pouvait arriver à Vienne qu'à travers un nombre infini de difficultés,
presque toutes capitales. L'événement d'Essling avait été répandu avec
soin et profusion par les agens de l'Autriche, qui ne négligeaient rien
de ce qui pouvait soutenir l'espérance des sujets de leur monarchie; en
sorte que le général Marmont, en traversant toutes ces provinces, ne
rencontra partout que soulèvement et mauvaise volonté. Il fallait être
animé par un sentiment plus fort que celui de l'amour du devoir, pour
vaincre toutes ces difficultés et amener un corps de vieilles troupes en
bon état; ce service fut senti par l'empereur, qui aimait Marmont, et
fut bien aise d'avoir une occasion de lui témoigner qu'il était content
de lui.

Au commencement de la campagne, il avait envoyé des maréchaux ou
généraux français pour commander les contingens des différens princes
confédérés; cela était ainsi convenu, sans préjudice à l'autorité des
généraux de ces princes, qui commandaient tout ce qui était relatif aux
détails militaires et à la discipline des corps. Il n'avait mis ces
généraux à la tête de ces contingens que parce qu'ils étaient plus
accoutumés à sa manière de vouloir être obéi, et pour correspondre avec
le prince de Neuchâtel, dans la même forme que les autres généraux
français. C'est ainsi que le maréchal Bernadotte avait été envoyé pour
prendre le commandement de l'armée saxonne, qui formait deux belles
divisions d'infanterie et une de cavalerie. Avant que l'armée
autrichienne qui était en Bohême fût réunie à celle de l'archiduc
Charles, le corps saxon couvrait Dresde; mais depuis que cette jonction
avait eu lieu, et qu'il n'y avait plus que quelques partisans qui
entraient en Saxe, l'empereur avait appelé à lui ce corps saxon, qui
arriva le dernier, à cause des détours qu'il eut à faire. Il manda aussi
au roi de Bavière de faire quelques efforts extraordinaires de plus
contre les insurgés du Tyrol, afin de pouvoir en retirer une division
bavaroise, pour l'appeler à lui au besoin. Tous les ordres nécessaires à
la recomposition du personnel de son armée étaient donnés et expédiés
dans les premiers jours qui suivirent le 22 mai. Il ne lui restait plus
qu'à soigner les troupes qu'il avait avec lui et à les empêcher de se
fondre, comme cela arrive d'ordinaire dans des circonstances de guerre
difficiles. Il s'attacha aux hôpitaux; il les faisait visiter
régulièrement par ses aides-de-camp. Après la bataille, il fit porter
par les mêmes officiers une gratification de 60 fr. en écus à chaque
soldat blessé, et depuis 150 jusqu'à 1,500 fr. aux officiers, selon les
différens grades; il en envoya de plus considérables aux généraux qui
étaient dans cet état. Pendant plusieurs jours, les aides-de-camp de
l'empereur n'eurent que cela à faire: pour mon compte, j'ai été employé
deux jours entiers pour faire cette distribution dans trois hôpitaux.
L'empereur avait recommandé qu'on ajoutât tout ce qui était fait pour
consoler ces malheureux blessés. Par exemple, on procédait à ces visites
d'hôpitaux en grand uniforme, accompagné du commissaire des guerres, des
officiers de santé et du directeur. Le secrétaire de l'hôpital marchait
en avant avec le registre des malades; il les nommait, ainsi que le
régiment auquel ils appartenaient, et l'on mettait douze écus de cinq
francs à la tête du lit du blessé; pour cela, on était suivi de quatre
hommes de la livrée de l'empereur, qui portaient des corbeilles pleines
d'argent; l'argent de ces gratifications n'était pas pris dans les
caisses de l'armée: c'était celui de la cassette particulière de
l'empereur qui y fournissait.

On aurait fait un recueil bien précieux pour l'histoire et pour la
gloire de l'empereur de toutes les expressions de la reconnaissance de
ces braves gens, ainsi que de celles qu'ils employaient pour exprimer
leur amour et leur dévouement à sa personne. Quelques-uns ne devaient
même pas dépenser ces douze écus; mais aux portes du tombeau, de grosses
larmes disaient encore qu'ils étaient sensibles à ce souvenir de leur
général. L'empereur en toutes choses ne me parut jamais si admirable que
quand il s'occupait de ses soldats; c'était lui dilater le coeur que de
leur faire du bien et de lui dire qu'il en était aimé. On l'a accusé de
ne les avoir pas ménagés! mais ils n'ont jamais eu à affronter aucun
danger qu'il ne fût à leur tête; il faisait tous les métiers en un jour,
et il n'y a que la plus lâche malveillance qui puisse calomnier le
sentiment qui lui était le plus naturel, et qui est un des mille droits
que ses immenses travaux lui donnent aux hommages de la postérité. Les
soldats le chérissaient, et il les aimait tous; aucun ne peut lui avoir
conservé plus d'attachement qu'il n'en avait pour eux[16].

Il passa un mois de juin excessivement laborieux. Il était encore à
Ebersdorf, où il avait le projet de rester jusqu'au moment de passer le
Danube, lorsqu'il fut obligé d'en partir pour venir remettre son
quartier-général à Schoenbrunn; il restait à Ebersdorf parce qu'il se
persuadait que les ennemis ne le laisseraient pas tranquille, et il
voulait être prêt à saisir ce que la fortune lui présenterait d'heureux.



CHAPITRE XI.

Fâcheuse impression que fait la bataille d'Essling.--Détresse des
Viennois.--L'empereur d'Autriche persiste à intercepter les
arrivages.--Détails sur la mort du maréchal Lannes.--Conduite de la
Russie.--Réorganisation de l'armée.--L'archiduc Jean menace de déboucher
par Presbourg.--Dispositions pour attaquer la place.--Le prince Charles
demande qu'on les suspende.--Les proclamations des archiducs.


La bataille d'Essling semblait avoir volcanisé toutes les têtes
allemandes; en Prusse particulièrement, on voulait éclater, et si l'on
n'avait regardé un second succès comme indubitable de la part des
Autrichiens, on n'eût été retenu par rien; on voulait agir à coup sûr.
L'opinion était telle, qu'un colonel d'un régiment de hussards, nommé
Schill, ne craignit pas de sortir de sa garnison, à la tête de son
régiment, et de l'emmener faire le vagabond et le partisan dans des
contrées où il n'y avait pas de troupes françaises. Le roi de Prusse
désavoua la conduite de ce colonel; mais l'on est autorisé à penser que,
si le colonel Schill n'avait pas connu les sentimens secrets du prince
et de la nation, il n'eût pas osé agir ainsi, et compromettre de nouveau
la monarchie prussienne. On le fit poursuivre par des troupes
westphaliennes, et il fut tué vers Stralsund.

L'effet moral avait agi tout-à-fait contre nous; il avait suffi aux
autorités allemandes de défendre dans tout le pays, d'apporter aucune
subsistance à Vienne, pour qu'elles fussent obéies; on n'entendait
parler que d'insurrection dans les pays que nos troupes évacuaient pour
venir grossir l'armée. La position était difficile, et elle devint
critique, parce que la disette se fit sentir. Il n'y eut plus de pain
chez les boulangers; les groupes, les queues de populace s'attroupaient
à leurs portes; on fut obligé d'y mettre des gardes. C'est alors qu'on
vit l'empereur se promener à cheval dans les faubourgs et travailler
avec l'intendant de l'armée à ramener l'abondance à Vienne, avec le même
zèle que s'il avait travaillé pour la population de Paris. Cependant,
que craignait-il pour ses troupes? les magasins de l'armée étaient
pleins, et si la populace de Vienne avait voulu se révolter, il ne lui
devait aucun ménagement.

Il nous disait quelquefois: «Par Dieu! l'empereur d'Autriche se ferait
bien plus d'honneur en repassant le Danube et délivrant sa capitale, que
d'affamer ses sujets, et me laisser le soin de les préserver des maux
auxquels sa haine pour moi les expose.»

Il ne faut pas omettre de dire que, dans cette affligeante position, les
magistrats de Vienne vinrent supplier l'empereur de leur permettre
d'envoyer une députation à l'empereur d'Autriche, pour obtenir de lui
qu'il lui donnât des ordres pour laisser passer sur le Danube et par la
frontière de la Hongrie des subsistances dont ses sujets de Vienne
avaient besoin.

L'empereur leur accorda leur demande, et les fit conduire aux
avant-postes. Ils allèrent effectivement au quartier-général de leur
souverain; mais, soit que le prince ait cru que c'était une ruse de
notre part pour avoir des subsistances, soit qu'il ait eu d'autres
motifs pour ne pas accorder à la députation tout ce qu'elle demandait,
elle revint avec la douleur de n'avoir pas obtenu ce qu'elle avait
désiré; ce ne fut qu'un peu plus tard que l'empereur d'Autriche donna
une latitude entière à cet égard, et nous connûmes que ce ne fut
qu'après qu'il eut appris que nous n'étions pas les premiers intéressés
à cet acte d'humanité.

Pendant le séjour que l'empereur fit à Ebersdorf, il allait tous les
jours après midi voir le maréchal Lannes, qui n'avait pu être transporté
plus loin que dans une maison du village. Un jour, on vint lui dire que
le maréchal Lannes voulait le voir; il y courut. Le délire commençait à
prendre cet infortuné général, dont les esprits se ranimèrent en voyant
l'empereur. Il avait rêvé qu'on voulait l'assassiner, et lui disait que
ne pouvant pas marcher, il l'avait prié de venir pour qu'il puisse le
défendre. L'empereur fut affligé de le voir en cet état; les médecins le
prièrent de sortir parce que le malade était au plus mal; il revint chez
lui tout triste. Deux heures après, on vint encore lui dire que le
maréchal Lannes voulait lui dire adieu. Il y alla; mais en arrivant, le
médecin, M. Yvan, vint à sa rencontre pour lui dire qu'il était mort
depuis quelques minutes. Ainsi finit un des hommes les plus braves qui
aient été dans nos armées. Il eut une carrière trop courte pour ses
amis, mais sans égale pour l'honneur et la gloire.

L'empereur fut très sensible à cette perte sous beaucoup de rapports. Il
partit d'Ebersdorf le soir même: nous étions dans les premiers jours de
juin, la chaleur était excessive; pour éviter l'incommodité de la
poussière, l'empereur fit rester derrière tout ce qui l'accompagnait,
c'est-à-dire à peu près une cinquantaine de personnes de tous les
grades.

Il m'emmena seul en avant; je me doutais qu'il voulait me parler de
Russie, et effectivement c'était ce qui l'occupait. Il me demanda ce que
je pensais du tour qu'on lui avait joué dans ce pays-là, en ajoutant:
«Bien m'a valu de ne pas compter sur des alliés comme ceux-là; que
pouvait-il m'arriver de pis en ne faisant pas la paix avec les Russes?
et quel avantage ai-je à leur alliance, s'ils ne sont pas en état de
m'assurer la paix en Allemagne? Il est plus vraisemblable qu'ils se
seraient aussi mis contre moi, si un reste de respect humain ne les eût
empêché de trahir aussitôt la foi jurée; il ne faut pas s'abuser: ils se
sont tous donnés rendez-vous sur ma tombe, mais ils n'osent s'y réunir.

«Que l'empereur Alexandre ne vienne pas à mon secours, c'est concevable;
mais qu'il laisse envahir Varsovie à la face de son armée, on peut en
croire tout ce que l'on veut; ce n'est pas une alliance que j'ai là, et
j'y suis dupé. Il croit peut-être me faire une grande grâce en ne me
faisant pas la guerre; parbleu! si j'avais pu me douter de cela avant de
commencer les affaires d'Espagne, je m'inquiéterais peu du parti qu'il
pourrait prendre. Et puis, on dira que je manque à mes engagemens et que
je ne peux pas rester tranquille!»

Il m'adressait ensuite la parole pour me demander ce que je croyais de
St-Pétersbourg; ma réponse fut celle-ci: «Je crois, Sire, que tout
sentiment personnel de l'empereur de Russie pour V. M. étant mis à part,
il n'est pas fâché de vous voir occupé, et que les Autrichiens
n'auraient jamais commencé la guerre injuste dans laquelle nous voilà
engagés, s'ils n'avaient été assurés au moins de l'inaction des Russes.
Mais je crois aussi que dans toute la Russie, l'empereur est encore le
seul qui tienne encore à l'alliance avec nous; que de tous côtés on le
tiraille pour le faire déclarer, et que, si nous lui en fournissons le
prétexte, ce sera lui ôter le peu de force qu'il oppose encore à
l'opinion de tout ce qui l'entoure, et conséquemment lui donner beau
jeu. Il est bien vrai aussi que nous ne gagnons rien à cette alliance,
sinon que la Russie ne nous fera pas la guerre; mais elle n'empêchera
pas qu'on nous la fasse, et je crois que ce sera fort bien faire que de
n'être pas dans le cas de compter sur ses efforts, quoiqu'il ne puisse
guère se rencontrer une occasion dans laquelle nous en ayions plus
besoin.»

L'empereur m'écouta, mais ne répliqua pas un mot; il continua à marcher
au pas jusqu'à la porte des faubourgs de Vienne, où il prit le galop
jusqu'à Schoenbrunn. Son quartier-général resta à ce château jusqu'au
moment de rouvrir la campagne; mais tous les jours il venait visiter
l'île de Lobau ainsi que les travaux du grand pont.

Chaque semaine qui s'écoulait ainsi dans le repos, lui donnait un
avantage immense; les régimens se recomposaient, l'artillerie se
réorganisait; les munitions de guerre autrichiennes nous furent d'un
grand secours. L'empereur travaillait continuellement et chacun suivait
son exemple. Les travaux les plus extraordinaires qu'on eût jamais faits
en campagne furent ceux que le génie exécuta sur le Danube, cette
année-là. Les armées romaines n'ont rien fait de pareil dans leurs
immortels travaux. On n'attendait que l'entière perfection des nôtres
pour commencer les opérations qui devaient mettre fin à la campagne. Les
armées autrichiennes ne restaient pas oisives, mais elles n'allaient pas
aussi vite que nous en besogne. La plus considérable, sous les ordres de
l'archiduc Charles, qui avait réuni à lui celle du général Klenau, était
campée presque perpendiculairement au Danube, ayant sa gauche au village
de Margraff-Neusiedl, son centre à Wagram et sa droite vers Aderklaw.
Cette armée avait une avant-garde le long du bord du Danube, en face de
l'île de Lobau. Celle qui était dans le duché de Varsovie, quoique du
double plus forte que l'armée polonaise du prince Poniatowski, ne put
jamais la forcer à un engagement désavantageux à celle-ci, qui se
couvrit d'honneur dans toutes les occasions où elle était obligée
d'accepter le défi. Si elle eut été aidée en la moindre chose, elle eût
pris l'offensive en grand et aurait indubitablement obtenu des succès
dignes de son patriotisme et du courage particulier aux militaires de
cette nation. Mais les Russes promettaient sans cesse de marcher, et ne
bougeaient jamais. Ces assurances de secours n'avaient pour but que de
les compromettre[17].

La grande armée autrichienne faisait faire quelques préparatifs d'un
passage à Presbourg. Il y avait un équipage de pont, et les Autrichiens
venaient de s'emparer, en face de cette ville, d'une petite île très
rapprochée de la rive droite dont elle n'était séparée que par un
très-petit bras du Danube, en sorte qu'ils auraient pu établir leur
grand pont tout à leur aise. Si ce passage leur avait réussi, la
position de l'empereur aurait été critique, parce que la jonction des
armées autrichiennes aurait été opérée par ce seul fait, et, comme il
n'y a que six lieues de Presbourg à Vienne, tous nos travaux d'Ebersdorf
auraient été abandonnés, malgré l'importance dont il était pour nous de
les continuer.

L'empereur ordonna au maréchal Davout de forcer les ennemis à évacuer
cette île, et cela fut aussitôt exécuté; il accompagna l'attaque qu'il
en fit d'une centaine d'obus qu'il envoya dans Presbourg. Ces
démonstrations suffirent: l'état-major autrichien se plaignit de voir
cette grande ville exposée aux ravages de l'incendie, et demanda qu'elle
fût épargnée. L'empereur y consentit[18]; dès ce moment, les projets de
passage furent abandonnés.

L'armée autrichienne qui venait d'évacuer l'Italie était arrivée sur le
plateau en avant de la ville de Raab, sur la rivière de ce nom, en même
temps que l'armée sous les ordres du vice-roi d'Italie venait de
traverser les montagnes qui séparent l'Allemagne de l'Italie.

Le vice-roi avait marché contre l'armée qui était en avant de Raab. Il
eut un peu de peine à se maintenir sur le plateau, mais en payant de sa
personne, il ramena les troupes à la charge, et non seulement il parvint
à s'y maintenir, mais il entama l'armée autrichienne et la força à
repasser la Raab après avoir mis une garnison dans la ville de ce nom,
dont il fit le blocus sur-le-champ. L'empereur était pressé d'avoir
cette place pour qu'il ne restât plus de passage aux ennemis sur cette
rivière, et qu'il pût appeler le vice-roi à prendre part aux grands
événemens qu'il préparait et dont le moment approchait.

On pressa tant les travailleurs qu'en peu de jours l'on put ouvrir le
feu de la tranchée. Les ennemis ne voulurent sans doute point sacrifier
une ville importante en pure perte, puisqu'ils avaient adopté une autre
manière d'employer l'armée qu'ils avaient dans cette partie. Ils la
rappelèrent sur la rive gauche du Danube et elle vint se placer à
Presbourg, d'où elle se tint en communication avec l'archiduc Charles
par les ponts établis sur la Marche, rivière qui sépare la Hongrie de la
Moravie.

Les Autrichiens étaient alors vraiment en mesure; ils auraient même pu
rappeler les corps qu'ils avaient en Pologne; les Polonais n'étaient
point à craindre pour une masse comme celle qu'ils avaient alors. En
supposant même que les Russes eussent été franchement contre eux, ils
étaient si éloignés qu'ils n'auraient pu arriver qu'après l'événement.
Mais au lieu de cela, ils attendaient que l'empereur fût prêt; la
frayeur que son nom leur inspirait était telle qu'ils ne songeaient qu'à
ce qu'il allait faire, sans envisager ce que leur force permettait
d'entreprendre.

L'empereur ne manquait pas un seul jour de passer la revue de quelques
troupes, d'examiner lui-même si les ordres qu'il avait donnés avaient
été exécutés; il allait tous les après-midi dans l'île de Lobau visiter
les constructions; c'est dans ces revues qu'il faisait le contrôle des
ordres qu'il avait donnés. Lorsqu'il était ainsi au milieu des officiers
d'artillerie et du génie on ne pouvait plus l'en arracher, et il était
toujours nuit close lorsque nous rentrions à Schoenbrunn.

Le moment tant désiré arriva enfin. En vingt-deux jours d'un travail
sans exemple, le génie de l'armée, sous les ordres du général Bertrand,
mit à perfection un pont sur pilotis d'une rive du Danube jusqu'à
l'autre, c'est-à-dire d'une longueur de deux cent-quarante toises; ce
pont servait d'estacade à celui de bateaux qui resta au-dessous; et
au-dessus de celui sur pilotis, il y en avait un autre sur pilotis, de
huit à dix pieds de large, qui servait à la fois d'estacade au grand et
en même temps au passage pour les petites communications continuelles
qui auraient pu interrompre celui des colonnes qui défilaient sur les
deux grands ponts. Indépendamment de ces moyens-là, il y avait trois
larges ponts sur chevalets pour passer les deux petits bras qui
traversaient l'île de Lobau, et enfin, dans une espèce de cloaque qui
communiquait au bras qui nous séparait des ennemis, se trouvait: 1°
l'équipage des ponts qui avaient servi au passage du 20 mai, plus trois
autres équipages neufs que l'empereur avait fait construire dans l'île
sur le bord de ce cloaque. Ils étaient ainsi rangés: les deux qui
étaient dans le fond étaient formés par fraction de deux bateaux garnis
de leurs agrès, déjà recouverts de leurs poutrelles et madriers, de
manière que, pour construire le pont, cela se réduisait à assembler cinq
ou six de ces pièces ainsi disposées. Celui qui était à l'embouchure du
cloaque était tout composé, recouvert de ses madriers, et devait être
ainsi lancé d'une seule pièce, quoiqu'il eût deux cent quarante pieds de
long. C'est un officier du corps du génie de la marine qui en fut
l'inventeur et qui se chargea de le mettre en place. Cet ouvrage a paru
si extraordinaire que l'artillerie en a pris le modèle que j'ai vu
depuis à Paris dans la salle du Conservatoire des objets d'art de ce
corps. Le pont qui avait servi au premier passage fut rechargé sur des
haquets, et de plus encore un pont fait en bateaux du commerce, fut
disposé dans le grand Danube, de manière à pouvoir être jeté à
l'embouchure du bras que nous avions à franchir. Le bord de ce dernier
bras du fleuve était dans toute sa longueur garni d'un grand nombre de
pièces d'artillerie autrichiennes, auxquelles on avait fait faire des
affûts neufs à l'arsenal de Vienne. La plupart de ces pièces étaient
d'un très-gros calibre, et se trouvaient auparavant sur les remparts de
Vienne, sans affûts ou dans les fossés. On avait réuni à Ebersdorf des
subsistances pour toute l'immense armée qui allait s'y rendre;
l'administration de l'armée était préparée aussi sous le rapport des
hôpitaux.

Le mois de juin s'était écoulé sans orage ni au loin ni autour de nous;
l'empereur fit expédier à tous les corps les ordres de réunion à
Ebersdorf; ils étaient écrits et signés depuis plusieurs jours; ils
portaient la date précise de leur expédition et l'heure du jour à
laquelle il fallait être rendu à Ebersdorf. Les officiers qui devaient
les porter étaient retenus au quartier-général, d'où ils ne pouvaient
pas s'absenter. Toutes ces dispositions étant prises, l'empereur resta
encore un ou deux jours à Schoenbrunn, où il travailla avec M. Maret, qui
lui apportait régulièrement les portefeuilles des ministres, lesquels
arrivaient chaque semaine à l'armée par un auditeur au conseil d'état,
comme je l'ai déjà dit.



CHAPITRE XII.

L'armée se concentre dans l'île de Lobau--Disposition d'attaque.--Le
parlementaire autrichien.--Pont d'une seule pièce.--Violent
orage.--L'empereur est à cheval toute la nuit.--Le corps d'Oudinot
engage l'action.


L'empereur partit de Schoenbrunn le 2 juillet dans l'après-midi, pour
venir mettre de nouveau son quartier-général à Ebersdorf; il me donna
l'ordre d'y faire venir le lendemain le reste des bagages de tout le
grand quartier-général, et de ne laisser aucun Français à Schoenbrunn.

Le 3, à la pointe du jour, il monta à cheval, et donna des ordres pour
que toute sa suite se rendît à ses tentes, qui étaient dressées dans
l'île de Lobau.

Dès l'après-midi de la journée du 2 juillet les troupes commencèrent à
arriver dans toutes les directions, dans la nuit du 2 au 3, dans la
journée du 3, dans la nuit du 3 au 4 et enfin dans la journée du 4.
Elles défilèrent sur les deux ponts pour être placées dans l'île de
Lobau. Cent cinquante mille hommes d'infanterie, sept cent cinquante
pièces de campagne et trois cents escadrons de cavalerie composaient
l'armée de l'empereur. Les différens corps d'armée se plaçaient dans
l'île selon l'ordre dans lequel ils devaient passer les ponts du dernier
bras, afin d'éviter les encombremens.

Le général Oudinot prit l'extrême droite, derrière lui était le corps du
maréchal Davout, à la gauche, derrière le corps de Masséna, était
l'armée d'Italie, à côté d'elle le corps de Marmont qui arrivait de
Dalmatie, à sa gauche était Bernadotte qui venait d'arriver avec les
Saxons. Je ne me rappelle pas où étaient placés les Wurtembergeois; je
crois qu'ils ne devaient arriver qu'en réserve.

La cavalerie fut placée derrière l'infanterie. On était tellement serré
dans cette île qu'on s'y touchait en tous sens.

Le 4, l'empereur fit rejeter à la même place qu'au 20 mai le pont qui
avait servi au premier passage, et le maréchal Masséna fit de suite
occuper les bois fourrés qui bordent le cours du bras du Danube dans
cette partie, mais rien de plus. Vraisemblablement cela donna un grand
éveil aux ennemis, puisque le même jour ils envoyèrent un
officier-général en parlementaire, sous un prétexte dont je ne me
souviens plus, mais au fait pour tâcher de savoir ce que nous faisions
dans cette île. On amena ce parlementaire à l'empereur, qui ordonna de
lui débander les yeux et lui dit: «Monsieur, je me doute pourquoi l'on
vous a envoyé ici: tant pis pour votre général s'il ne sait pas que
demain je passe le Danube avec tout ce que vous voyez. Il y a cent
quatre-vingt mille hommes; les jours sont longs; malheur aux vaincus! Je
ne puis vous laisser retourner à votre armée, on va vous conduire à
Vienne dans votre famille, où vous resterez jusqu'à l'issue de
l'événement.»

L'empereur savait que ce général, qui s'appelait Wolf, était frère de
Mme de Kaunitz, laquelle était du nombre des dames qui n'avaient pas eu
le temps de sortir de Vienne à notre approche, et il le fit
effectivement conduire chez elle.

On a peine à concevoir comment l'armée autrichienne, au centre de son
pays, ignorait nos dispositions au point de n'avoir pas eu la précaution
d'appeler l'armée qui était à Presbourg, d'où elle aurait dû être partie
le 2 au plus tard. Mais la fortune couronnait les veilles et les travaux
de l'empereur; elle voulut que son armée fût prête la première. Cette
île de Lobau était une vallée de Josaphat; tels qui s'étaient quittés
depuis six ans sans jamais s'être rencontrés depuis, se retrouvaient là
sur le bord du Danube. Le corps du général Marmont, qui arrivait de
Dalmatie, était composé de quelques corps qu'on n'avait pas vus depuis
le camp de Boulogne.

Le 4 après midi tout était prêt, et l'on n'apercevait sur la rive
ennemie aucune disposition extraordinaire. Aussitôt que la nuit fut
arrivée, l'empereur étant à cheval fit commencer lui-même l'opération
par la droite où était le corps du général Oudinot; tout était si bien
disposé que le pont fut jeté dans un instant; que ces troupes y
passèrent et occupèrent le point qu'elles étaient chargées d'enlever.
J'ai omis de dire que dans la matinée du 4, il fit jeter un second pont
pour le corps du maréchal Masséna, à deux cents toises environ
au-dessous de celui qui avait servi au premier passage. Ce second pont
fut canonné par les Autrichiens toute la journée, sans que non seulement
aucun homme, mais encore aucun bateau ne fût touché. On avait formé ce
pont avec les excédans des matériaux.

Après avoir vu établir le pont destiné au corps du général Oudinot,
l'empereur vint faire jeter les trois ponts qui étaient réunis dans le
cloaque dont je viens de parler. Comme on n'avait plus eu besoin du
corps des matelots pour la conservation du grand pont de bateaux, on
l'avait départi au service de tous ces différens ponts, en sorte qu'il y
avait une surabondance de bras partout.

Le pont d'une seule pièce sortit le premier; il était précédé d'une
nacelle montée par des pontonniers vigoureux. Ils avaient avec eux une
ancre qu'ils allèrent jeter à la rive opposée, et sur laquelle d'autres
pontonniers hâlaient le pont où ils étaient eux-mêmes placés. La
cinquenelle qui devait le fixer était disposée d'avance, et il n'y eut
plus qu'à l'amarrer aux deux extrémités; cette besogne fut si bien faite
qu'à la dixième minute après la sortie de ce pont hors du cloaque, les
troupes passaient dessus.

Les deux autres ponts furent jetés dans le même moment, mais demandèrent
un peu plus de temps, néanmoins le tout réussit à point nommé. Les
ennemis s'en étaient à peine aperçus d'abord: il fit cette nuit-là un
orage qui avait trempé tout le monde, et les gardes se tenaient à l'abri
d'une pluie qui tombait par torrens; elle était si violente, que
personne n'aurait travaillé si l'empereur n'avait pas été là lui-même.
Il était à pied au bord du fleuve, écoutant ce qui passait à la rive
ennemie, examinant lui-même les pontonniers qui le reconnaissaient au
milieu de l'obscurité, et mouillé comme s'il avait été trempé dans le
Danube. À cet orage accompagné d'éclairs et de tonnerre se joignait le
vacarme effroyable de toute cette artillerie qui garnissait les
batteries le long du fleuve; elles vomirent pendant deux heures des
boulets, des obus et de la mitraille sur la rive ennemie; aussi nos
troupes y descendirent-elles sans rencontrer aucune difficulté.

Tous les ponts ayant été jetés, l'empereur ordonna que l'on fît passer
les troupes, et pendant qu'elles défilaient il vint prendre un peu de
repos, ayant été toute la nuit à cheval par cet orage; il n'y avait avec
lui que le vice-roi d'Italie, le prince de Neuchâtel et moi. Il ne resta
pas long-temps sans remonter à cheval; c'était alors le 5 au matin. Il
passa sur la rive gauche, et commença à rectifier l'ordre de bataille de
son armée, qui, après avoir passé, se trouva dans l'ordre suivant:

Masséna à la gauche, ayant sous ses ordres Molitor, Boudet, Legrand et
Carra Saint-Cyr;

À sa droite Bernadotte avec les Saxons; à la droite de celui-ci Oudinot,
et enfin à l'extrême droite le maréchal Davout avec les divisions
Friant, Gudin et Morand;

En seconde ligne était à gauche le vice-roi avec les quatre divisions de
l'armée d'Italie; à sa droite, Marmont avec deux divisions;

En réserve, la garde à pied, composée de six régimens;

En troisième ligne, la cavalerie, composée de quatre divisions de
cavalerie légère, de trois de dragons, de trois de cuirassiers; de la
garde, ayant quatre régimens, et enfin de la cavalerie saxonne. Le
premier mouvement que fit toute cette armée, après avoir effectué son
passage, c'est-à-dire à dix heures du matin, fut de changer de front sur
l'extrémité de l'aile gauche, portant l'aile droite en avant. Ce
mouvement fut très-long. La droite avait plus de deux lieues à faire
pour arriver en ligne. L'empereur ne faisait que courir çà et là pour
reconnaître le terrain, en attendant que son armée fût placée; il fit ce
jour-là un chemin incroyable. Il avait encore sa brillante santé, et
pouvait rester à cheval autant qu'il le voulait. Dans les soixante-douze
heures des journées des 4, 5 et 6 juillet, il passa au moins soixante
heures à cheval. Il était environ deux heures après midi lorsque son
armée eut achevé son mouvement, et qu'il put la pousser en avant. Il
s'attendait à rencontrer quelques obstacles dans la plaine de l'autre
côté du Danube, comme des redoutes fermées qui auraient empêché le
déploiement de ses colonnes; au lieu de cela, tout se retirait devant
lui, et le seul moment où l'on pouvait le combattre avantageusement,
celui du passage des ponts, ne lui coûta pas un homme. Il témoignait son
étonnement de ne pas trouver l'armée autrichienne, et qu'on lui laissât
ainsi franchir autant d'obstacles sans lui rien disputer. On ne savait
pas encore d'une manière positive le parti qu'avait pris l'armée de
l'archiduc qui était à Presbourg. L'empereur avait admis l'hypothèse où
elle aurait rejoint l'archiduc Charles, qu'il supposait informé de son
passage. Lorsque son armée fut prête, il la fit marcher droit devant
elle, et ce ne fut que vers quatre heures du soir qu'elle arriva en vue
de l'armée autrichienne, qui n'avait point bougé de sa position de
Wagram[19]. À cette heure seulement nous apprîmes que le corps qui était
à Presbourg ne l'avait pas rejoint. Or, comme il ne pouvait plus
effectuer cette jonction sans faire un grand détour, l'empereur ne
s'occupa point de lui, et ne songea qu'à faire attaquer l'archiduc
Charles, dont la position, quoique fort bonne, était trop étendue pour
ne pas présenter des points faibles.

Vers six heures du soir, la canonnade s'engagea au centre des deux
armées; notre droite marchait encore, parce que la position de la gauche
des ennemis refusait un peu, en sorte qu'il ne s'y passa rien ce
soir-là.

Notre gauche eut affaire avec la droite des ennemis, mais ce ne fut que
peu de chose: il n'y avait de part et d'autre que le projet de se placer
pour le lendemain. Au centre, cela fut plus sérieux: l'empereur voyant
l'armée ennemie si près, essaya de faire déboucher par notre centre,
pour pénétrer s'il était possible et s'établir sur le plateau où se
trouvait l'armée autrichienne, ne voulant toutefois mettre de
l'opiniâtreté qu'à ce qu'il était possible d'obtenir.

On laissa reposer les troupes un moment. Le point où se trouvait le
général Oudinot étant le plus avancé, il fut le premier en mesure
d'attaquer; on le fit appuyer par une division de l'armée d'Italie.
L'empereur avait ordonné que ces deux colonnes attaquassent ensemble: la
division de l'armée d'Italie avait un peu plus d'espace à parcourir, en
sorte qu'elles ne montèrent point ensemble. La division du général
Oudinot se présenta la première à la crête du plateau, d'où elle fut
presque aussitôt culbutée et repoussée dans un grand désordre, que l'on
répara en établissant de la cavalerie pour rallier les soldats, qui, à
la vérité, rentrèrent de suite dans leurs rangs malgré le feu du canon.

La division de l'armée d'Italie ne fut pas plus heureuse: elle avait en
tête le 106e régiment; il fut chargé tout en se montrant sur le plateau
et ramené battant jusqu'en bas, sous la protection de notre artillerie;
il perdit un de ses aigles dans cette occasion.

L'empereur était présent dans ce moment de confusion, et ne voulut pas
donner de suite à ces deux attaques, parce que la nuit approchait.
D'ailleurs un événement décisif pour le lendemain était infaillible. On
avait eu un exemple du mal que nous avait fait la perte du 21 mai au
soir pour la bataille du lendemain 22. En sorte que l'empereur ordonna
de prendre position, et de ne pas commencer d'hostilités, afin de passer
la nuit tranquillement. Il établit son bivouac entre les grenadiers et
chasseurs à pied de la garde, qu'il avait fait approcher jusqu'à la
première ligne; il fit appeler les généraux qui commandaient en chef des
corps d'armée, et passa une grande partie de la nuit avec eux à causer
de tout ce qu'il était possible qui arrivât le lendemain.

Le maréchal Masséna avait fait la veille du passage du Danube une chute
de cheval qui l'obligea de se faire conduire en calèche sur le champ de
bataille. L'empereur avait voulu lui donner un successeur, mais il le
supplia de n'en rien faire; néanmoins l'empereur prévoyant bien que dans
une journée qui allait être aussi laborieuse, le maréchal Masséna ne
pourrait pas se transporter en calèche partout où il pourrait aller à
cheval, il mit près de lui un de ses aides-de-camp.

L'empereur avait d'abord eu la pensée de m'y envoyer; il m'en avait même
parlé, quoique je fusse chargé près de lui du service de M. de
Caulaincourt, et que je lui fusse très-nécessaire; mais il ne voulait
pas désobliger le maréchal Masséna, qui dans ce cas aurait quitté son
corps d'armée. Il préféra envoyer Reille, qui avait été aide-de-camp du
maréchal, et accoutumé à lui obéir, afin qu'il eût avec lui quelqu'un de
confiance.

Le corps du maréchal Masséna n'était pas encore en ligne avec nous;
l'empereur en renvoyant le maréchal Masséna à ses troupes, lui dit de
les amener le lendemain matin pour se réunir à la grande armée.

Il renvoya successivement à leurs corps tous les officiers-généraux; il
n'y eut que le maréchal Davout qui demeura près de lui une grande partie
de la nuit.

La plaine sur laquelle était bivouaquée l'armée était si dépouillée
d'arbres et d'habitations, qu'il n'y eut pas un feu depuis la droite
jusqu'à la gauche. On eut beaucoup de peine à trouver une couple de
bottes de paille, et quelques débris de portes pour faire un très-petit
feu à l'empereur; tout le monde coucha dans son manteau, et l'on eut
grand froid toute la nuit.

Je la passai debout près du feu, parce que l'empereur m'avait chargé de
veiller à ce qu'on répondît aux officiers et ordonnances, qui dans ces
circonstances-là courent la nuit à travers les lignes, cherchant le plus
souvent l'empereur et les généraux qui commandent les corps d'armée; il
était soigneux des plus petites choses la veille d'une bataille, et
voulait qu'on ne laissât passer personne sans lui donner les indications
dont il avait besoin.

Il ne dormit pas beaucoup cette nuit-là; je m'étais mis devant lui pour
lui garantir les yeux de l'ardeur du feu avec les pans de mon manteau,
et soit qu'il eût froid, ou qu'il eût l'esprit trop occupé, il était
debout avec le jour; il ne fit prendre les armes que vers quatre heures
du matin: c'était le 6 juillet 1809.



CHAPITRE XIII.

L'ennemi commence l'attaque.--Notre gauche est défaite.--L'empereur
parcourt la ligne deux fois au milieu d'une grêle de boulets.--Mort de
Bessières.--Paroles de l'empereur.--Le général
Reille.--Macdonald.--Résultats de la bataille de Wagram.--Pressentiment
du général Lasalle avant la bataille.--Sa mort.


Les ennemis commencèrent l'attaque par leur gauche sur notre droite,
c'est-à-dire sur le corps du maréchal Davout, qui se présentait au
village de Margraff-Neusiedl. Du point où nous étions, nous appelions le
village la Tour-Carrée, parce qu'il y a effectivement un vieux château
féodal, surmonté d'une grosse tour carrée que l'on apercevait de tous
les points de la plaine.

J'ai ouï dire que c'était le prince Jean de Lichtenstein qui conduisait
l'attaque contre le maréchal Davout; elle fut menée avec assez de
vivacité pour nous persuader qu'elle était une entreprise sérieuse de la
part des ennemis sur ce point; nous pouvions leur supposer le projet de
déborder notre droite pour communiquer avec le corps qui devait être en
marche de Presbourg. Mais, quel que fût leur projet, l'empereur ordonna
au maréchal Davout de les repousser vivement, et lui envoya la division
de cavalerie de Nansouty qui avait une compagnie d'artillerie à cheval,
pour lui aider à profiter d'un succès. Il est à observer que le maréchal
avait déjà la division de cuirassiers du duc de Padoue, laquelle était,
avant la bataille d'Essling, celle que commandait le général d'Espagne.
Le combat fut bientôt engagé. L'empereur s'y porta, et fit marcher dans
cette direction toute la garde à pied et à cheval, avec toute son
artillerie, s'attendant à voir paraître le corps qui venait de
Presbourg; mais à peine l'empereur était-il arrivé, que nous vîmes
l'armée autrichienne en mouvement pour se retirer de devant le maréchal
Davout, et faisant la manoeuvre opposée à la nôtre. L'empereur arrêta le
mouvement de la garde, et se mit à observer ce que faisaient les
ennemis. Le général Reille arriva du corps de Masséna dans ce moment-là,
et nous annonça que les choses allaient mal de ce côté-là, que tout
l'effort de l'armée autrichienne se portait sur ce point, et qu'il n'y
avait pas un moment à perdre pour s'y porter, c'est-à-dire traverser le
champ de bataille entier de la droite à la gauche. L'empereur commença
par renvoyer avec le général Reille le prince de Neuchâtel, qui, un jour
de bataille, ne se ménageait pas et observait bien; il fit faire à la
garde le mouvement inverse à celui qu'elle venait de faire. Elle
l'exécuta en faisant marcher en tête son artillerie composée de
quatre-vingts bouches à feu. L'empereur passa le long du front de
bandière de toutes les troupes et arriva à la gauche qui n'existait
plus, c'est-à-dire, que le corps du maréchal Masséna était dans un état
complet de dissolution, et les quatre divisions qui le composaient ne
présentaient pas un seul corps réuni; en sorte que la gauche de notre
armée était effectivement le corps des Saxons commandé par Bernadotte,
qui, une heure avant, était à la droite du maréchal Masséna.

Voici comment cela s'était passé.

Le maréchal Masséna avait manoeuvré toute la matinée pour se rallier à la
grande armée. Pendant qu'il faisait ce mouvement, l'armée autrichienne
renforçait considérablement sa droite dans le projet d'attaquer notre
gauche; il arriva de là que le maréchal Masséna fut écrasé dans un si
court espace de temps, que l'on eut à peine le temps d'aviser à lui
porter du secours. En effectuant son mouvement de jonction avec
l'empereur, il avait dû faire attaquer le village d'Aderklaw; la
division du général Carra-Saint-Cyr en fut chargée. Le 24e régiment
d'infanterie légère, ayant la tête de la colonne, donna le premier et si
vivement, qu'il emporta le village; la fortune semblait avoir pris le
soin de faire trouver de l'autre côté de ce village d'Aderklaw un large
chemin creux (celui qui mène à Wagram), où ce brave régiment aurait été
à couvert jusqu'à hauteur des épaules des soldats. Le bon sens indiquait
de se mettre dans ce chemin, qui était une redoute naturelle; mais, par
une faute capitale de celui qui commandait là, on fit franchir le chemin
creux au 24e régiment pour le poster à l'entrée du village, où, étant
découvert de la tête aux pieds, il éprouva un feu de mousqueterie des
plus meurtriers, fut chargé après avoir essuyé une grande perte, et dans
le désordre de sa retraite, il entraîna le reste de la division de
Saint-Cyr, qui avait beaucoup de troupes alliées, telles que les Badois,
Darmstadt, etc., etc.

La déroute de ces troupes amena celle des troupes commandées par les
généraux Legrand et Boudet. Ce dernier perdit toute son artillerie, et,
en un mot, notre gauche n'était plus qu'une large trouée par laquelle la
droite de l'armée autrichienne pénétrait si avant, que les b ies de
l'île de Lobau, qui avaient protégé notre passage, furent obligées de
recommencer leur épouvantable feu pour arrêter les colonnes ennemies,
qui marchaient effrontément à nos ponts; la droite des ennemis prenait
position perpendiculairement à l'extrémité de notre gauche, ce qui nous
avait obligés de faire faire un coude à celle-ci, afin d'opposer du feu
à celui des ennemis.

Ils avaient placé de l'artillerie qui tirait à l'angle, c'est-à-dire au
coude, en même temps qu'ils nous canonnaient sur les deux côtés de
l'angle.

Je ne sais pas ce qu'avait l'empereur, mais il resta une bonne heure à
cet angle qui était véritablement un égout à boulets; comme il n'y avait
point de mousqueterie, le soldat était immobile et se démoralisait.
L'empereur sentait bien mieux que personne que cette situation ne
pouvait durer long-temps, et il ne voulait pas s'éloigner afin de
pouvoir remédier aux désordres; dans le moment du plus grand danger, il
passa en avant de la ligne des troupes, monté sur un cheval blanc comme
la neige (on appelait ce cheval l'Euphrate; il venait du sophi de Perse,
qui lui en avait fait présent). Il alla d'un bout à l'autre de la ligne,
et revint sur ses pas par le même chemin; je laisse à penser combien il
passa de boulets autour de lui; je le suivais, je n'avais les yeux que
sur lui, et je m'attendais à chaque instant à le voir tomber.

Lorsqu'il eut vu ce qu'il voulait voir, il fit ses dispositions; toute
la garde venait d'arriver à cette périlleuse gauche.

Il ordonna à son aide-de-camp, le général Lauriston, qui en commandait
les quatre-vingts pièces d'artillerie, de les porter dans une seule
batterie sur le centre de l'armée ennemie.

Il fit suivre cette batterie par la division de la jeune garde, que
commanda pour cette opération le général Reille, qui auparavant était
près du maréchal Masséna. Il se plaça à la gauche de Lauriston, à la
droite de cette même batterie, et fit marcher les deux divisions de
l'armée d'Italie, qui étaient sous les ordres du maréchal Macdonald.

Ces trois masses s'avancèrent dans la direction d'Aderklaw; elles furent
suivies de la cavalerie de la garde, dont l'empereur ne garda avec lui
que le régiment des grenadiers à cheval.

Le reste de la cavalerie fut dirigé pour arrêter la marche de la droite
des Autrichiens.

L'empereur avait ordonné qu'aussitôt que la trouée qu'il allait faire au
centre serait exécutée, on fît charger toute la cavalerie, en prenant à
revers tout ce qui avait pénétré à l'extrémité de notre gauche; il
venait de donner des ordres en conséquence au maréchal Bessières[20],
qui partait pour les exécuter, lorsqu'il fut abattu par le plus
extraordinaire coup de canon que l'on ait vu: un boulet en plein fouet
lui ouvrit sa culotte depuis le haut de la cuisse jusqu'au genou, en lui
sillonnant la cuisse d'un zigzag comme si c'eût été la foudre qui l'eût
frappé; il en fut jeté à bas de cheval au point que nous le crûmes tous
tué roide; le même boulet emporta sa fonte de pistolet et le pistolet.
L'empereur l'avait vu tomber aussi, mais ne le reconnaissant pas dans le
premier moment, il avait demandé: «Qui est celui-là? (c'était son
expression ordinaire) on lui répondit: «C'est Bessières, sire;» il
retourna son cheval en disant: «Allons-nous-en, car je n'ai pas le temps
de pleurer; évitons encore une scène.» (Il voulait parler des regrets
que lui avait coûtés le maréchal Lannes.) Il m'envoya voir si Bessières
vivait encore, on venait de l'emporter; la connaissance lui était
revenue; il n'avait que la cuisse paralysée.

Ce malheureux coup de canon mit la cavalerie sans chef pendant le quart
d'heure le plus important de la journée, et où l'on devait en tirer un
parti immense. Immédiatement après cet accident, l'empereur m'envoya
porter au général Nansouty l'ordre de charger ce qui était devant lui,
c'est-à-dire la droite des Autrichiens qui s'étaient réunie en grosse
masse. La division Nansouty avait six régimens, parmi lesquels étaient
les deux de carabiniers; il avait derrière lui celle du général
Saint-Sulpice, qui en avait quatre.

Je le trouvai dans une situation peu propre à encourager; il était sous
une canonnade extrêmement meurtrière; il reçut l'ordre de charger, et se
mit en devoir de l'exécuter; il partit au trot; mais la canonnade des
Autrichiens était tellement vive qu'elle arrêta cette division, qui
perdit sur place douze cents chevaux emportés par le boulet; elle ne
pouvait pas en perdre davantage en chargeant à fond, et si elle avait pu
le faire elle aurait obtenu un résultat immense, en ce qu'elle aurait
pris une bonne partie de la droite des Autrichiens. Pendant ce temps,
l'artillerie de la garde faisait au centre des ennemis un ravage
effroyable et tel que pouvaient le faire quatre-vingts pièces de canon
de douze et de huit servies par l'élite de l'artillerie. Les troupes du
général Reille s'avancèrent jusqu'à Aderklaw; et le général Macdonald,
qui était à la droite de cette batterie, donna à toute l'armée le
spectacle d'un courage admirable, en marchant à la tête de ses deux
divisions formées en colonnes et les conduisant sous une pluie de
mitraille et de boulets jusque dans les lignes ennemies, et cela en les
faisant marcher au pas sans quelles éprouvassent le moindre
désordre[21].

Le feu du canon et la marche de Macdonald ouvrirent le centre des
ennemis, et séparèrent leur droite du reste de l'armée. L'empereur, qui
était présent sur le terrain, voulut encore faire profiter la cavalerie
de cette belle occasion; il envoya dire à la garde de charger; mais soit
que l'ordre fût mal rapporté, il ne s'exécuta point; et cette immense et
superbe cavalerie ne nous fit pas un prisonnier, tandis que si elle
avait été entre les mains d'un homme vaillant et résolu, elle en aurait
fait sans nombre. Il y eut un moment où un grand quart de l'armée
autrichienne était à prendre: c'est dans cette occasion-là que nous
avons regretté le grand-duc de Berg; c'était l'homme qu'il aurait fallu
dans un moment comme celui-là.

L'empereur était fort mécontent de la cavalerie, et disait sur le
terrain même: «Mais elle ne m'a jamais rien fait de pareil. Elle sera
cause que cette journée sera sans résultat.» Il en a gardé rancune très
long-temps aux généraux qui commandaient les régimens de cavalerie de sa
garde, et sans d'autres services anciens et recommandables ils les
aurait punis exemplairement.

Malgré toutes ces fautes l'événement était décidé en notre faveur; à
deux heures et demie après midi, la droite des ennemis était retirée, et
cherchait à se réunir à son armée, en évitant la trouée que nous avions
faite à son centre. À notre droite, le maréchal Davout était monté sur
le plateau de Margraff-Neusiedl, et s'y maintenait avec succès.

L'empereur fit attaquer Wagram par le corps d'Oudinot, appuyé des deux
autres divisions de l'armée d'Italie. Cette colonne pénétra aussi sur la
position des Autrichiens, et s'y maintint toute la soirée; l'ennemi se
mit en retraite sur tous les points, vers les quatre heures, nous
abandonnant le champ de bataille, mais sans prisonniers ni canons, et
après s'être battu d'une manière à rendre prudens tous les hommes à
entreprise téméraire; on le suivit sans trop le presser, car enfin il
n'avait pas été entamé, et nous ne nous soucions pas de le faire
remettre en bataille avant d'en avoir détaché quelque lambeau. Le corps
du maréchal Masséna s'était réorganisé et avait repris sa position.

Quoiqu'il n'y eût rien de douteux pour la gloire de nos armes, nous ne
menâmes pas notre poursuite fort loin; car nous n'allâmes pas jusqu'à la
grande route qui conduit de Vienne à Brême. Les Autrichiens marchèrent
toute la nuit, et se retirèrent par la route de Vienne à Znaim, et par
la traverse de Wolkersdorf aussi sur cette ville de Znaim. L'empereur
coucha sur le champ de bataille au milieu de ses troupes. Sa tente était
à peine dressée qu'il y eut une alerte qui se communiqua dans un instant
par toute l'armée, où elle faillit mettre le désordre; elle commença par
des maraudeurs, qui s'étant éloignés furent chassés par des partis de
cavalerie de l'armée de l'archiduc Ferdinand, qui était arrivé sur la
rivière de la Marche, et qui cherchait sans doute à se mettre en
communication avec la grande armée. On courut aux armes de toutes parts,
mais cette alerte n'eut aucune suite.

Ainsi se termina cette mémorable journée de Wagram, dont les résultats
sur le champ de bataille ne répondirent pas aux laborieux travaux et aux
savantes conceptions qui en avaient précédé les dispositions; il aurait
fallu dans l'armée encore quelques-uns de ces hommes accoutumés à tirer
parti d'un succès, et à enlever les troupes dans un moment décisif.
C'est l'empereur seul qui y a tout fait, et qui, par sa présence a
contenu tout au moment du désastre de notre gauche.

La population entière de Vienne monta sur les édifices de la ville et
sur les remparts, d'où elle fut témoin de la bataille; le matin les
dames y étaient dans l'espérance de notre défaite, et à deux heures
après midi tout le monde à Vienne était dans la tristesse. On pouvait
voir la retraite de l'armée autrichienne comme si l'on avait été sur le
terrain même.

L'armée autrichienne nous tint tête presque partout; elle était
très-nombreuse, elle aurait même dû avoir encore l'armée qui était à
Presbourg, et quoiqu'elle eût beaucoup de landwehr médiocrement
instruite, elle a eu dans la journée deux circonstances notables où elle
pouvait mieux faire. La première était de ne pas abandonner l'attaque
faite sur notre droite au commencement de l'action; par là elle aurait
retenu ce grand mouvement de troupes que nous reportâmes de notre droite
à notre gauche. La seconde était de donner suite au succès obtenu par sa
droite sur le corps d'armée de Masséna, et de faire agir vivement son
centre avant d'attendre que nous eussions amené sur le point où était
Masséna, cent pièces de canon et autant d'escadrons avec trois divisions
d'infanterie fraîche, qui ont réparé nos affaires. L'armée autrichienne
n'avait aucune raison pour se retirer; elle était plus forte que nous,
en ce qu'un tiers de notre armée était composé de troupes étrangères,
dont l'amalgame avec les nôtres avait plus d'un inconvénient. Mais enfin
elle s'est retirée, et elle n'a sans doute pas cru pouvoir s'exposer
plus long-temps à d'autres événemens dans l'issue desquels elle n'avait
pas de confiance.

L'empereur parcourait le champ de bataille le soir lorsqu'on vint lui
annoncer la mort du général Lasalle, qui venait d'être tué par un des
derniers coups de fusil qui avaient été tirés. Il en avait eu un
singulier pressentiment le matin. Il s'était toujours plus occupé de sa
gloire que de sa fortune. La nuit qui précéda la bataille il paraissait
avoir pensé à ses enfans, il s'éveilla pour écrire à la hâte une
pétition à l'empereur en leur faveur; il l'avait mise dans sa
sabredache. Lorsque l'empereur passa le matin devant sa division, le
général Lasalle ne lui parla pas; mais il arrêta M. Maret, qui passa un
moment après, pour lui dire que, n'ayant jamais rien demandé à
l'empereur, il le priait de se charger de cette pétition, en cas qu'il
lui arrivât malheur: et quelques heures après il n'était plus.

L'empereur fut médiocrement content de la bataille de Wagram; il aurait
voulu une seconde représentation de Marengo, d'Austerlitz ou de Iéna, et
il avait soigné tout pour obtenir ce résultat; mais bien loin de là,
l'armée autrichienne était entière; elle partait pour aller se jeter
dans quelque position qui aurait nécessité encore de nouveaux efforts de
conception pour l'amener à un engagement suivi d'un meilleur résultat.
De plus, elle pouvait parvenir à réunir à elle l'armée qui venait de
Presbourg, et nous n'avions de notre côté plus de renforts à attendre.
Nous n'étions que trop persuadés qu'il ne fallait pas compter sur
l'armée russe; tout ce que nous avions gagné de ce côté, c'est qu'elle
ne se réunirait pas aux Autrichiens dans un moment qui ne semblait pas
encore être celui de l'abandon des faveurs de la fortune envers nous;
elle ne mit en mouvement qu'un corps de quinze mille hommes, et sa
coopération se borna à essayer de gagner de vitesse les Polonais à
Cracovie: ce qui a toujours paru suspect à l'empereur.

Les grands événemens de guerre sont toujours suivis d'un état moral qui
forme l'opinion pour ou contre un des deux partis; la bataille d'Essling
nous avait rendu l'opinion défavorable; celle de Wagram détruisit ce que
la première avait produit de fâcheux, et nous rendit un peu de notre
première popularité; ce qui acheva de nous ramener l'opinion, qui
s'entêtait à douter de notre succès, c'est que nous suivîmes l'armée
autrichienne dans sa retraite.



CHAPITRE XIV.

L'empereur à la recherche des blessés.--Paroles de l'empereur à la vue
d'un colonel tué la veille.--Le maréchal des logis des
carabiniers.--Paroles de l'empereur à Macdonald.--Bernadotte.--Ordre du
jour secret de l'empereur, au sujet de ce maréchal.--Schwartzenberg
propose un armistice.--L'empereur l'accepte.


Le lendemain, 7, l'empereur parcourut à cheval le champ de la bataille
comme cela était sa coutume, et pour voir si l'administration avait fait
exactement enlever les blessés; nous étions au moment de la récolte, les
blés étaient fort hauts et l'on ne voyait pas les hommes couchés par
terre. Il y avait plusieurs de ces malheureux blessés qui avaient mis
leur mouchoir au bout de leur fusil, et qui le tenaient en l'air pour
que l'on vînt à eux. L'empereur fut lui-même à chaque endroit où il
apercevait de ces signaux; il parlait aux blessés, et ne voulut point se
porter en avant que le dernier ne fût enlevé. Il ne garda personne avec
lui, et il ordonna au maréchal Duroc de se charger de les faire relever
tous et de faire activer le service des ambulances; le général Duroc
était connu par son exactitude et sa sévérité, c'est pourquoi l'empereur
aimait à lui donner quelquefois des commissions comme celle-là.

En parcourant le champ de bataille il s'arrêta sur l'emplacement
qu'avaient occupé les deux divisions de Macdonald; il présentait le
tableau d'une perte qui avait égalé leur valeur. La terre était labourée
de boulets. L'empereur reconnut parmi les morts un colonel dont il avait
eu à se plaindre. Cet officier, qui avait fait la campagne d'Égypte,
s'était mal conduit après le départ du général Bonaparte et avait montré
de l'ingratitude envers son bienfaiteur, croyant sans doute plaire au
général qui lui avait succédé. Au retour de l'armée d'Égypte en France,
l'empereur, qui avait eu des bontés pour lui dans la guerre d'Italie, ne
lui témoigna aucun ressentiment, mais il ne lui accorda aucune des
faveurs dont il comblait tous ceux qui avaient été en Égypte. En le
voyant étendu sur le champ de bataille, l'empereur dit: «Je suis fâché
de n'avoir pu lui parler avant la bataille, pour lui dire que j'avais
tout oublié depuis long-temps.»

À quelques pas de là, il trouva un jeune maréchal-des-logis de
carabiniers qui vivait encore quoiqu'il eût la tête traversée d'un
biscayen; mais la chaleur et la poussière avaient coagulé le sang
presque aussitôt, de sorte que le cerveau ne reçut aucune impression de
l'air. L'empereur mit pied à terre; lui tâta le pouls, et, avec son
mouchoir, il lui débouchait les narines, qui étaient pleines de terre.
Lui ayant mis un peu d'eau-de-vie sur les lèvres, le blessé ouvrit les
yeux, parut d'abord insensible à l'acte d'humanité dont il était
l'objet; puis, les ayant ouverts de nouveau, il les fixa sur l'empereur,
qu'il reconnut; ils se remplirent de larmes, et il aurait sangloté s'il
en avait eu la force. Le malheureux devait mourir, à ce que dirent les
chirurgiens qu'on appela.

Après avoir parcouru le terrain sur lequel l'armée avait combattu,
l'empereur fut au milieu des troupes, qui commençaient à se mettre en
marche pour suivre l'armée ennemie. En passant près de Macdonald il
s'arrêta, et lui tendit la main en lui disant: «Touchez là, Macdonald!
Sans rancune: d'aujourd'hui nous serons amis, et je vous enverrai, pour
gage, votre bâton de maréchal que vous avez si glorieusement gagné
hier.» Macdonald avait été dans une sorte de disgrâce depuis plusieurs
années; on aurait eu de la peine à expliquer pourquoi, autrement que par
l'intrigue et la jalousie à laquelle un noble caractère est toujours en
butte. La méchanceté était parvenue à le faire éloigner par l'empereur,
et la fierté naturelle de son âme l'avait empêché de faire aucune
démarche pour se rapprocher d'un souverain qui le traitait moins bien
qu'il croyait le mériter.

Les années de gloire se passaient et Macdonald ne prenait part à rien,
lorsque la déclaration de guerre de 1809 détermina l'empereur à
l'envoyer commander un corps d'armée sous les ordres du vice-roi
d'Italie. La fortune couronna sa constance, et la victoire le remit à un
poste qu'il s'est montré digne d'occuper dans des circonstances où tant
d'autres le dégradaient à l'envi et perdirent l'estime de leurs
compatriotes.

L'armée prit les deux routes de Vienne à Znaim et de Vienne à Brenn;
l'empereur suivit cette dernière route jusqu'à Wolkersdorf, et fit
prendre, de là, la traverse qui mène à Znaim.

Il coucha le 7 à Wolkersdorf, d'où il écrivit encore à l'empereur de
Russie.

Le 8 il alla coucher en arrière de la position de ses troupes, qui
étaient déjà arrivées à Znaim, où l'on avait atteint l'arrière-garde des
Autrichiens.

Le 9, de grand matin, il expédia des ordres dans plusieurs directions,
et eut une assez forte indisposition, résultat de tous ses travaux et de
toutes ses veilles. Cela l'obligea à prendre un peu de repos pendant que
les troupes marchaient.

Le maréchal Bernadotte vint dans ce moment-là pour voir l'empereur, qui
avait défendu qu'on le dérangeât avant qu'il eût lui-même appelé; je
refusai de l'introduire. J'ignorais encore ce qui l'amenait. J'avais vu
la mollesse avec laquelle ses troupes avaient combattu; il n'avait
cessé, dès le début de la campagne, de se plaindre du peu d'élan, de
l'inexpérience de ses soldats[22], et du peu de confiance que montraient
leurs chefs[23]. J'aurais épuisé toutes suppositions avant d'imaginer
que, démentant tout à coup l'opinion fâcheuse qu'il avait donnée de leur
courage, il avait rêvé que c'étaient eux qui avaient décidé la victoire
que nous venions de remporter. L'empereur connut bientôt cet
inconcevable ordre du jour, manda le trop avantageux maréchal, et lui
retira ses troupes. La leçon ne suffit pas; Bernadotte, persistant à
soutenir les ridicules félicitations qu'il avait adressées aux Saxons,
les fit insérer dans les journaux. L'empereur fut outré de cette
conduite; il ne pouvait tolérer qu'on inventât à la fois une
inconvenance et un mensonge, mais ne voulait pas non plus blesser des
hommes qui avaient exposé leur vie pour le servir. L'incartade était
néanmoins trop forte, il ne crut pas pouvoir la laisser passer. Il donna
un ordre du jour qu'il chargea le major-général de ne laisser connaître
ni au public ni aux Saxons, dont il avait donné le commandement au
général Reynier. «Mon cousin, lui écrivait-il, vous trouverez ci-joint
un ordre du jour que vous enverrez aux maréchaux, en leur faisant
connaître que c'est pour eux seuls; vous ne l'enverrez pas au général
Reynier; vous l'enverrez aux deux ministres de la guerre; vous
l'enverrez aussi au roi de Westphalie.

«Sur ce, je prie Dieu, etc., etc.»

       *       *       *       *       *

     _Ordre du jour._

     En notre camp impérial à Schoenbrunn, le 11 juillet 1809.

Sa Majesté témoigne son mécontentement au maréchal prince de Ponte-Corvo
pour son ordre du jour daté de Léopoldau, le 7 juillet, qui a été inséré
à une même époque dans presque tous les journaux, dans les termes
suivans: «Saxons, dans la journée du 5 juillet, sept à huit mille
d'entre vous ont percé le centre de l'armée ennemie, et se sont portés à
Deutsch-Wagram, malgré les efforts de quarante mille hommes, soutenus
par cinquante bouches à feu; vous avez combattu jusqu'à minuit, et
bivouaqué au milieu des lignes autrichiennes. Le 6, dès la pointe du
jour, vous avez recommencé le combat avec la même persévérance, et au
milieu des ravages de l'artillerie ennemie, vos colonnes vivantes sont
restées immobiles comme l'airain. Le grand Napoléon a vu votre
dévouement; il vous compte parmi ses braves. Saxons, la fortune d'un
soldat consiste à remplir ses devoirs; vous avez dignement fait le
vôtre. Au bivouac de Léopoldau, le 7 juillet 1809. Le maréchal
commandant le 9e corps, Bernadotte.» Indépendamment de ce que Sa Majesté
commande son armée en personne, c'est à elle seule qu'il appartient de
distribuer le degré de gloire que chacun a mérité--Sa Majesté doit le
succès de ses armes aux troupes françaises et non à aucun étranger.
L'ordre du jour du prince de Ponte-Corvo, tendant à donner de fausses
prétentions à des troupes au moins médiocres, est contraire à la vérité,
à la politique et à l'honneur national. Le succès de la journée du 5 est
dû aux corps des maréchaux duc de Rivoli et Oudinot, qui ont percé le
centre de l'ennemi, en même temps que le corps du duc d'Auerstedt le
tournait par sa gauche.--Le village de Deutsch-Wagram n'a pas été en
notre pouvoir dans la journée du 5; ce village a été pris, mais il ne
l'a été que le 6 à midi par le corps du maréchal Oudinot.--Le corps du
prince de Ponte-Corvo n'est pas resté _immobile comme l'airain_: il a
battu le premier en retraite; Sa Majesté a été obligée de le faire
couvrir par le corps du vice-roi, par les divisions Broussier et
Lamarque, commandées par le maréchal Macdonald, par la division de
grosse cavalerie aux ordres du général Nansouty et par une partie de la
cavalerie de la garde. C'est à ce maréchal et à ses troupes qu'est dû
l'éloge que le prince de Ponte-Corvo s'attribue.--Sa Majesté désire que
ce témoignage de son mécontentement serve d'exemple, pour qu'aucun
maréchal ne s'attribue la gloire qui appartient aux autres.--Sa Majesté
cependant ordonne que le présent ordre du jour, qui pourrait affliger
l'armée saxonne, quoique les soldats sachent bien qu'ils ne méritent pas
les éloges qu'on leur donne, restera secret, et sera seulement envoyé
aux maréchaux commandant le corps d'armée. NAPOLÉON.»

Après quelques heures de sommeil, l'indisposition qui avait forcé
l'empereur à s'arrêter se passa, et il partit de suite pour se diriger
sur Znaim, où l'on entendait une assez vive canonnade.

Nous y arrivâmes en coupant la grande route de communication de Znaim à
Brunn, et nous nous arrêtâmes au corps du général Marmont, qui était
engagé avec l'arrière-garde ennemie. Un orage survint qui sépara un
moment les combattans, et, de notre côté, il gâta les chemins au point
que l'on ne pouvait plus faire avancer l'artillerie dans les terres
fortes de la Moravie.

L'empereur, qui avait eu de la fièvre de fatigue toute la nuit, eut
encore cette averse sur les épaules sans qu'il se trouvât là un toit
pour le mettre à l'abri.

Marmont avait reçu le matin un parlementaire du prince de Schwartzemberg
qui couvrait la retraite des Autrichiens; il lui proposait un armistice;
Marmont n'étant pas autorisé à le conclure, ne put que répondre qu'il
allait en référer à l'empereur, et qu'en attendant sa réponse il
donnerait suite à ses opérations.

L'empereur avait reçu cet avis avant de partir de son quartier-général;
il ne voulut point donner de réponse avant d'avoir vu lui-même l'état
des choses, et ce que la fortune pourrait offrir d'avantageux à
entreprendre.

Lorsqu'il fut arrivé sur le terrain, il reconnut que l'armée
autrichienne était déjà en retraite, et qu'il allait être obligé
d'entrer dans un système de manoeuvres compliquées pour la forcer à une
nouvelle bataille, c'est-à-dire recommencer un calcul de probabilités,
de chances pour et contre, et enfin remettre tout en problème.

Je suis fermement convaincu que s'il avait compté sur le secours de
l'armée russe, il n'aurait pas balancé à chercher une nouvelle occasion
d'amener les Autrichiens à un autre engagement; mais les Russes, qui lui
donnaient de belles paroles, n'agissaient pas, et l'empereur dut
craindre que s'il avait avec les Autrichiens une affaire malheureuse
comme il n'avait pas de réserve, les Russes ne se réunissent à eux pour
achever notre destruction.

Une foule de considérations de tout genre le déterminèrent à finir cette
guerre, dans laquelle il avait été engagé bien malgré lui. On s'est plu
à le peindre comme un homme qui ne pouvait vivre sans une guerre; et
cependant, dans toute sa carrière, c'est lui qui a toujours fait la
première démarche pacifique, et j'ai été mille fois le témoin de tout ce
qu'il lui en coûtait de regrets quand il fallait recommencer la guerre.
Avant la première et inouïe agression dont il fut l'objet en 1805, il
croyait fermement à la foi jurée, et ne se serait jamais persuadé
qu'aucun monarque cherchât à acquérir de la gloire par des moyens comme
ceux qui furent employés contre lui cette année-là. Il regardait un
traité comme inviolable tant que les conditions en étaient exactement
observées, et ce n'est qu'après avoir été convaincu, dans trois
occasions, que les monarques ne reconnaissaient point de bornes lorsque
leur puissance leur permettait de les franchir, qu'alors il s'est de son
côté déterminé à faire usage de la sienne.

Je viens de dire qu'il se détermina à finir cette guerre. Voici comment
il s'y prit. Il saisit le prétexte de la réponse à faire au
parlementaire du prince Schwartzenberg.

Il m'envoya porter au général Marmont l'ordre d'envoyer un de ses
aides-de-camp dire au prince de Schwartzenberg, que l'empereur venait de
l'autoriser à conclure l'armistice au sujet duquel il lui avait écrit le
matin, si toutefois cela était encore dans ses intentions, ce dont il le
priait de l'informer, afin qu'il pût prendre ses dispositions en
conséquence, et en rendre compte à l'empereur.

Les troupes étaient encore en présence lorsque le parlementaire du
général Marmont arriva chez les Autrichiens, et le prince de
Schwartzenberg, qui était là, répondit de suite qu'il acceptait
l'armistice, et nomma des commissaires pour régler les limites du pays
que les deux armées allaient occuper; le soir même, au camp de
l'empereur l'armistice fut signé entre le prince de Neufchâtel et les
commissaires autrichiens. Notre armée reprit absolument les mêmes
positions qu'elle avait occupées après la bataille d'Austerlitz, et dès
le lendemain chaque corps de troupes partit pour un cantonnement,
passant ainsi rapidement d'un état de guerre outré à celui d'un repos
parfait. L'empereur nomma ce même soir trois maréchaux d'empire, qui
furent les généraux Macdonald, Marmont et Oudinot. Pour le premier, cela
parut juste.

De ce camp au-dessus de Znaim, l'empereur revint mettre son
quartier-général à Schoenbrunn où il arriva le 10 ou le 11 au soir; il en
était parti le 1er ou le 2, et avait mené pendant ces huit ou neuf jours
une vie extrêmement fatigante. Au milieu des occupations que lui
donnaient les affaires de l'armée, il ne laissait pas d'ouvrir les
dépêches de Paris, et de prêter l'oreille à ce que les lettres des uns
et des autres apprenaient.



CHAPITRE XV.

Nouvelles de Portugal.--Le maréchal Soult.--Bruits
singuliers.--Expédition anglaise à Walcheren.--Prise de Flessingue par
les Anglais.--La garde nationale est mobilisée pour couvrir
Anvers.--Conduite de Fouché à cette occasion.--Le pape.--Troubles à
Rome.--Cette ville est réunie à l'empire.--Soulèvement dans le
Tyrol.--Hoffer.--M. de Metternich.--Le prince Jean de
Lichtenstein.--Conférences pour traiter de la paix.--L'empereur fait
camper l'armée.--Il passe la revue des différens corps.--Sentimens du
maréchal Marmont pour l'empereur.--Paroles de Napoléon aux autorités de
Brunn.--Singulier recours en grâce d'un soldat.--Clémence de l'empereur.


La bataille d'Essling avait glacé tout le monde, et nos intrigans ayant
conçu de nouvelles espérances à Paris y avaient remis les fers au feu
pour profiter de plusieurs circonstances qui leur parurent propres à
favoriser leurs projets.

Les Anglais, qui avaient évacué l'Espagne au mois de janvier, y étaient
retournés par Lisbonne, et avaient marché contre le maréchal Soult, qui,
de la Corogne, s'était avancé à Oporto. Il fut obligé d'abandonner son
artillerie et de se retirer par des chemins difficiles, à travers mille
obstacles que son talent lui fit surmonter.

Il parvint jusqu'à Schoenbrunn des bruits tendant à faire croire qu'il se
serait passé des choses extraordinaires dans ce pays-là, dont on
supposait que le maréchal Soult voulait usurper la souveraineté; il est
certain que l'on a fait là-dessus mille versions. Quelques-unes
paraissaient mériter attention, parce que l'on avait généralement cru
que l'empereur était perdu après la bataille d'Essling, et qu'ayant vu
le grand-duc de Berg devenir roi de Naples, à la suite de faits d'armes
glorieux, on pouvait supposer que chacun de ses contemporains était
atteint de la même ambition. L'empereur traita tout cela de folie; cette
affaire lui parut absurde; il en rit beaucoup. Néanmoins, il écrivit au
maréchal Soult, _qu'il ne conservait que le souvenir d'Austerlitz_[24],
parce que l'on en avait trop parlé autour de lui pour que le maréchal
Soult pût se persuader que l'empereur avait tout ignoré, et si
l'empereur avait gardé le silence, cela aurait inquiété le maréchal.

L'empereur ne conserva effectivement de ressentiment contre personne, il
fit approfondir cette affaire, dont on ne connut jamais bien le fond;
lui seul put en avoir une opinion motivée, mais je ne l'ai jamais
entendu parler sur ce sujet. Depuis ce temps il est resté dans ma pensée
qu'il avait accordé à ces bruits plus d'intérêt que nous n'avions cru
d'abord, et que cela ne contribuerait pas peu à le déterminer à finir
ses guerres le plus tôt qu'il pourrait.

L'information de cette affaire fut suivie de la mise en jugement d'un
officier de dragons, qui fut convaincu d'avoir été plusieurs fois
clandestinement à l'armée anglaise; il alléguait pour sa défense qu'il y
avait été envoyé; mais comme il ne put pas en exhiber la preuve, il fut
traité comme un transfuge, et subit la peine prononcée contre les
coupables de ce crime.

Une autre expédition anglaise venait de débarquer dans l'île de
Walcheren à l'embouchure de l'Escaut; j'ai dit plus haut que l'on avait
pris tout ce qu'il y avait dans les dépôts pour composer l'armée que
l'on était forcé de ramener encore une fois en Autriche. En sorte que
l'on eut recours aux Hollandais pour défendre l'île et la place de
Flessingue, où il n'y avait qu'une faible garnison française, commandée
par le général Monnet, dans lequel l'empereur avait une grande
confiance, quoiqu'il lui fût revenu sur son compte quelques rapports
défavorables: on l'accusait d'avoir favorisé le commerce interlope, et
d'avoir gagné de grosses sommes par ce moyen.

Au grand étonnement de l'empereur, Flessingue se rendit, ainsi que toute
l'île de Walcheren; dès ce moment il crut à tous les rapports qu'on lui
avait faits, mais il n'était plus temps, et il fallait s'occuper tout à
la fois de reprendre l'île, et de couvrir le port d'Anvers dans lequel
l'empereur avait déjà enfoui des millions en constructions, en
approvisionnemens de toute espèce, et où de plus il avait une flotte. À
cette même époque, les Anglais vinrent brûler une escadre française qui
était à l'ancre dans la rade de l'île d'Aix. Nous y perdîmes cinq
vaisseaux. L'empereur fut fort mécontent de la conduite de la marine
dans cette occasion; il observait que quand on aurait voulu favoriser
les Anglais, on n'aurait pas fait pis, parce que le bon sens indiquait
pour dernière ressource de faire rentrer l'escadre dans la Charente.

Ce n'était pas de Vienne qu'il pouvait faire un mouvement de troupes en
faveur de cette partie de la frontière; d'ailleurs la paix n'était pas
faite, et il était loin d'avoir des troupes de trop. Si la guerre avait
dû continuer, il aurait même été impolitique de paraître réduit à cette
extrémité.

Il ordonna donc en France de prendre des mesures pour couvrir Anvers et
former une armée à opposer à celle des Anglais. Le ministre de
l'intérieur, qui était M. Cretet, venait de mourir, l'empereur n'avait
pas eu le temps de pourvoir à son remplacement, et il avait chargé M.
Fouché, ministre de la police, de soigner par intérim le travail du
ministère de l'intérieur. Pour exécuter les ordres de l'empereur, il n'y
avait pas d'autre moyen que de mobiliser une partie de la garde
nationale, et l'on profita de la latitude que l'empereur avait donnée
pour appeler aux armes les gardes nationaux, non-seulement dans les
départemens voisins de la frontière menacée, mais encore dans toute la
France, et jusque dans le Piémont. Celle de Paris fut prête la première,
M. Fouché se mit à la tête de ce mouvement. L'empereur n'en était point
inquiet, parce qu'il était en position de faire la paix, si cela était
devenu nécessaire; mais on lui adressa beaucoup de rapports sur des
projets que l'on supposait au ministre de la police, dans le cas où il
surviendrait une occasion favorable à leur exécution. Dans le fait, il
parut singulier à tout le monde de voir lever la garde nationale du
Piémont pour marcher au secours d'Anvers contre une entreprise qui
partait de Flessingue; cela donna à penser à l'empereur, surtout
lorsqu'il sut que M. Fouché lui proposait pour commander les gardes
nationaux qui se rassemblaient à Anvers, le maréchal Bernadotte, qui
venait d'être renvoyé de l'armée; néanmoins il n'en fit aucune
observation, mais il devint attentif. À ces inconvéniens il s'en joignit
d'autres: l'Italie avait été entièrement évacuée de troupes qui toutes
avaient été appelées à l'armée; on venait d'y demander une conscription
qui avait excité de petits soulèvemens dans quelques endroits: la
douceur n'ayant pas suffi pour les calmer, on employa des moyens
coercitifs qui ne réussirent pas mieux.

D'un autre côté le pape, encouragé par les événemens qui se passaient,
et qu'on lui exagérait, rompit tout-à-fait avec nous. La source de cette
aigreur tenait à des circonstances politiques qui étaient déjà loin de
l'époque dont il s'agit. La coalition de 1805 avait surpris un corps de
quinze à vingt mille Français dans la presqu'île d'Otrante. Les Anglais
croisaient dans la Méditerranée; les Russes étaient attendus à Naples;
les alliés pouvaient d'un instant à l'autre se saisir de la citadelle
d'Ancône qui était sur notre ligne de communication, et que le pape
n'avait point armée. Napoléon demanda au souverain pontife de la mettre
en état ou de la laisser occuper par un corps capable d'assurer nos
derrières. Pie VII s'y refusa, prétendit qu'il était également le père
de tous les fidèles, qu'il ne pouvait ni ne devait armer contre aucun
d'eux. La France répliqua que ce n'était point contre des fidèles qu'il
s'agissait d'agir, mais seulement de fermer l'Italie aux hérétiques;
qu'il n'y avait pas encore long-temps que le cabinet papal avait armé;
la bannière de saint Pierre avait récemment marché contre la France à
côté de l'aigle autrichienne; elle pouvait donc marcher aujourd'hui
contre l'Autriche à côté de l'aigle française. Le pape persista,
accueillant tous les agens de troubles que la coalition soudoyait en
Italie; les circonstances devinrent plus fâcheuses, il fallut assurer
nos communications avec Naples; on fut obligé d'occuper Rome et de
saisir les Marches. Le conclave se répandit en menaces, on les méprisa.
La cour pontificale, à laquelle on laissait librement exhaler sa bile,
s'imagina qu'on la craignait et devint plus audacieuse. La guerre
d'Autriche éclata, elle crut la circonstance favorable et lança sa bulle
d'excommunication. La bataille d'Essling eut lieu, l'agitation se
répandit dans le peuple, le pape se barricada; les troupes françaises
étaient bravées, insultées, l'exaspération était à son comble. Un
engagement pouvait avoir lieu d'un instant à l'autre; le général
français ne voulut pas en courir la responsabilité. Il fit prévenir le
pape du danger auquel ses mesures de défense l'exposaient, il n'obtint
rien et fit enlever ce souverain pontife, afin de prévenir un malheur
qu'une balle perdue, un incident imprévu pouvait amener.

L'empereur n'apprit l'événement qu'après coup; il n'y avait plus à s'en
dédire. Il approuva ce qui avait été fait, établit le pape à Savone,
puis réunit Rome à l'empire français, en annulant la donation de
Charlemagne. Tout le monde fut fâché de cette réunion, parce que tout le
monde désirait la paix; on ne prit intérêt au pape que parce que cela
offrait un moyen de nuire à l'empereur.

Depuis long-temps, l'empereur était mécontent de la cour de Rome; elle
avait cherché à souffler la discorde en France en envoyant secrètement
des bulles à des maisons religieuses, quoique cette conduite fût opposée
aux stipulations du concordat. L'administration publique avait été
obligée d'intervenir dans cette affaire. Au moment de toutes les
insurrections partielles de l'Italie, l'on soupçonna les prêtres d'en
être les moteurs et de n'agir qu'en vertu des instructions de Rome;
c'est en grande partie parce que l'on reconnut cette cour ennemie des
idées libérales que l'on voulait consolider en France et en Italie, que
l'on se détermina à l'attaquer ouvertement, parce que l'on crut que cela
ne coûterait pas plus de temps ni de soins qu'il n'en faudrait pour
triompher de toutes les tracasseries qu'elle ne cessait de susciter
partout où elle faisait pénétrer son influence. On y serait
indubitablement parvenu si l'empereur n'eût pas été engagé dans des
travaux qui fixaient son attention, et l'empêchaient de donner aux
affaires de Rome toute celle qu'elles méritaient. J'aurai encore
plusieurs occasions de parler du mal qu'elles nous ont fait, et de
déplorer que nous n'ayons pu les éviter.

En Allemagne les esprits étaient plus tranquilles, mais n'étaient pas
plus contens: les Westphaliens se soulevaient; un fils du duc de
Brunswick avait levé une légion avec laquelle il courait le pays, et les
Tyroliens résistaient avec avantage aux Bavarois. Presque toute l'armée
de ce pays était occupée à cette guerre d'insurrection. Ces montagnards
étaient commandés par un de leurs compatriotes, nommé Hoffer, artisan et
propriétaire. Cet homme, né brave et actif, était dirigé par le baron
d'Homayr. Il souleva ses compatriotes, les mena avec beaucoup d'adresse
et les ramena victorieux de plusieurs entreprises. Dans cette position,
l'empereur avait plus d'embarras après sa victoire qu'il n'en avait eu
en commençant la campagne. Tout cela le détermina à traiter le plus tôt
qu'il pourrait.

L'Autriche avait laissé à Paris son ambassadeur M. le comte de
Metternich; nous étions déjà maîtres de Vienne, qu'il était encore dans
son hôtel à Paris, où on lui en voulait un peu de cette guerre, que l'on
regardait comme la conséquence des rapports qu'il avait faits à sa cour.
On a su depuis qu'il n'y avait eu qu'une part ordinaire, mais non
instigative.

Le ministre de la police, qui s'était plaint plusieurs fois de sa
présence au milieu de la capitale, avait reçu ordre de le faire conduire
à Vienne, où il était arrivé depuis peu, escorté par un officier de
gendarmerie. Par suite de l'armistice conclu, il avait été renvoyé à
l'armée autrichienne. Peu de temps après, il s'établit des
communications entre les quartiers-généraux des deux armées. Elles
commencèrent, selon l'usage, par n'être relatives qu'à l'échange des
prisonniers; il n'y en avait pas beaucoup des deux côtés, car je ne
crois pas que, pendant tout le cours de la campagne, nous en eussions
fait plus de vingt mille, et les Autrichiens ne nous en avaient fait
guère moins. Le commissaire qui vint le premier de la part de l'empereur
d'Autriche, fut le prince Jean de Lichtenstein. On était accoutumé à le
voir arriver chaque fois qu'il était question d'ouvertures pacifiques,
et il n'était malgré cela jamais le dernier lorsqu'il fallait nous faire
la guerre.

L'empereur l'estimait particulièrement beaucoup, et je lui ai entendu
dire qu'il aurait voulu le voir arriver comme ambassadeur à Paris, parce
qu'avec un esprit comme le sien, les deux états n'auraient jamais été en
guerre.

J'ai eu occasion de voir ce prince chez lui à Vienne, où nous parlâmes
des affaires qui occupaient tout le monde dans ce moment-là, et dans le
cours de la conversation, il me montra un pouvoir que lui avait donné
l'empereur d'Autriche pour traiter de la paix. Quoiqu'il ne fût conçu
qu'en quatre lignes, écrites sur une simple feuille de papier à lettre,
il était au moins la preuve de la grande estime dont jouissait le prince
Jean de Lichtenstein en Autriche, et de celle que son maître avait pour
lui. De notre côté, l'empereur lui en accordait aussi, et il avait
spécialement recommandé que l'on plaçât des sauvegardes à son château de
Fellerberg près de Vienne, et qu'on n'y logeât aucune troupe, (cela ne
lui avait été demandé par personne). Je crois que c'est en traitant de
l'échange des prisonniers que l'on a commencé à parler d'une paix
définitive. L'Autriche la désirait d'autant plus, que nous écrasions le
pays, et nous avions aussi beaucoup de raisons de ne pas la rejeter. On
fut donc bientôt d'accord sur un lieu de conférences, où se rendirent,
de la part de l'Autriche, MM. de Metternich, et, je crois M. de Stadion
(je n'ose assurer que ce dernier y fût); de notre côté, ce fut M. de
Champagny qui y assista. On choisit d'abord une petite ville située sur
la route de Presbourg à Raab, que je crois être Altenbourg. Ce lieu fut
choisi parce que, depuis l'armistice, toute la grande armée autrichienne
avait fait une marche considérable par sa gauche, pour aller se réunir à
l'armée de l'archiduc Jean, dans la Hongrie: la nôtre était restée dans
ses cantonnemens, et le lieu dans lequel les conférences se tiendraient
lui était indifférent. Cette réunion, dans laquelle on se faisait
réciproquement beaucoup des politesses, sembla bientôt ne devoir pas
être aussi expéditive en affaires qu'on s'en était flatté. La peur était
passée, et chacun commençait à élever des difficultés qui n'eussent pas
manqué de ramener encore des batailles.

L'Autriche, au milieu de toutes ses guerres, avait eu aussi des têtes
ardentes; et en même temps qu'il se formait dans ses armées des hommes
impatiens de recommencer une guerre avec la France, il se formait aussi,
dans ses cités, des philosophes qui réfléchissaient sur la source de
toutes ces entreprises si souvent renouvelées contre un souverain qui
avait le premier consacré les droits des peuples, qui tenait le sceptre
par la volonté et le voeu d'un peuple qui l'avait proclamé et élevé sur
le pavois.

Les philosophes, tout en maudissant la guerre, ne pouvaient s'empêcher
de condamner les agresseurs, et de justifier celui dont les trophées
étaient cependant si coûteux à leur patrie. Ils faisaient partout des
prosélytes, et nous eûmes occasion de reconnaître combien l'on est dans
l'erreur en France lorsqu'on croit que des contrées éloignées manquent
de lumières et de civilisation: nous avons trouvé plus d'idées libérales
et philosophiques dans des pays que nous croyions à peine civilisés, que
dans des provinces de France qui sont la patrie de plusieurs hommes
célèbres par l'étendue de leurs connaissances et de leurs lumières. Tous
les philosophes allemands nous offraient plus d'un moyen de troubler la
société; les Hongrois nous envoyèrent des députés chargés de connaître
jusqu'à quel point nous serions disposés à appuyer une insurrection
tendant de leur part à recouvrer leur indépendance.

Il n'aurait pas été impossible d'exciter du mécontentement en Bohême;
tous ces différens moyens furent offerts à l'empereur, qui les fit
écouter, mais qui ne reçut aucun des envoyés qui étaient venus dans les
environs de son quartier-général. Il voulait sincèrement la paix, et
trouvait de quoi la faire honorable sans démembrer la monarchie
autrichienne. Il avait parfois de l'humeur contre les plénipotentiaires
qui ne terminaient rien, et dans la crainte d'être encore joué, il fit
camper toute l'armée dans chacun des arrondissemens qu'elle occupait. En
même temps il fit construire un vaste camp retranché sur la rive gauche
du Danube en face de Vienne.

Il y fit rétablir le pont sur pilotis qui avait été brûlé, et ajouta
deux ponts de bateaux à cette communication.

De tous côtés on recommença à déployer de l'activité, et à se préparer à
tout événement; c'est à cette époque qu'il fit la revue des différens
corps de l'armée, l'un après l'autre, se rendant lui-même aux lieux où
ils étaient campés. Il commença par celui du général Marmont, qui était
campé à Krems; il en fut si content qu'il suffisait que le nouveau
maréchal lui demandât quelque chose pour qu'il le lui accordât de suite.
Le maréchal Marmont, dans son délire d'être maréchal de France, ne
savait comment exprimer sa reconnaissance pour l'empereur d'avoir été
élevé à la première dignité militaire; quoique depuis Marengo il ne se
fût pas même trouvé sur un champ de bataille. Le sort l'en avait
éloigné, et il voyait bien que cette distinction de l'empereur, dans la
première occasion où il s'était fait voir en ligne, n'était qu'une
marque de sa bienveillance pour lui. Il se regardait donc comme obligé à
la justifier, plutôt qu'il ne la considérait comme une récompense,
puisqu'il n'avait pas encore eu l'occasion de la mériter. Je me rappelle
qu'un jour, étant allé à la chasse avec l'empereur, dans le parc du
château impérial de Luxembourg, où résidait ordinairement l'empereur
d'Autriche, je me trouvai revenir avec le maréchal Marmont. Nous étions
tous deux seuls dans la même calèche; il ne m'entretenait que de son
bonheur, me répétant mille fois que la fortune l'avait servi à souhait,
qu'il n'avait point d'enfans et n'en aurait vraisemblablement point;
que, conséquemment, il n'avait pas besoin de s'occuper d'acquérir des
richesses, parce qu'en servant bien l'empereur, il lui ferait bien, tôt
ou tard, cent mille écus de rente; qu'avec cela, pourvu qu'il lui permît
de vivre près de lui comme un de ses plus anciens amis, lorsqu'il
n'aurait plus de guerre à faire, il serait heureux de lui consacrer sa
vie et de l'employer à la direction de travaux qui intéressassent sa
gloire. Rien ne paraissait plus noble que de tels sentimens.

De Krems l'empereur alla à Brunn pour voir le corps du maréchal Davout,
qui était campé en grande partie sur l'ancien champ de bataille
d'Austerlitz.

L'empereur logea à Brunn dans le même local qu'il avait occupé en 1805.
Il reçut les autorités de la province, qui profitèrent de l'occasion
pour solliciter des dégrèvemens de charges. L'empereur leur répondit:
«Messieurs, je sens tout ce que vous souffrez; je gémis avec vous des
maux que la conduite de votre gouvernement a fait tomber sur vous; je
n'y puis rien. Il y a à peine quatre ans que votre souverain me jura non
loin d'ici, à la bataille d'Austerlitz, que jamais il ne s'armerait
contre moi; je croyais à une paix éternelle entre nous deux, et ce n'est
pas moi qui l'ai violée. Certainement si je n'avais pas cru à la loyauté
dont on m'avait fait tant de protestations, je ne m'en serais pas allé
comme je l'ai fait alors. Lorsque les monarques abusent des droits dont
les a investis la confiance des peuples, et qu'ils attirent sur eux
autant de calamités, ceux-ci ont le droit de la leur retirer.»

Un des membres des autorités prit la parole pour justifier son maître,
et finit sa réplique par cette phrase. «Rien ne pourra nous détacher de
notre bon François.»

L'empereur reprit avec humeur: «Vous ne m'avez pas compris, Monsieur, ou
vous avez mal interprété ce que je viens de dire comme principe général.
Qui vous parle de vous détacher de l'empereur François? je ne vous ai
pas dit un mot de cela; soyez-lui fidèle dans la bonne comme dans la
mauvaise fortune; mais alors souffrez et ne vous plaignez pas, parce
qu'autrement c'est un reproche que vous lui adressez.»

Après avoir congédié les autorités, il alla visiter la citadelle de
Brunn qu'il faisait armer et approvisionner. En en faisant le tour, il
vit pendre un cordon par une des fenêtres de la prison; à l'extrémité
était attaché un morceau de papier avec ces mots: «Grâce! grâce!»
L'empereur me chargea de m'informer de ce que cela voulait dire, et, sur
mon rapport, il ordonna qu'on fît paraître le soldat qui était dans
cette prison, à la revue du corps d'armée du maréchal Davout, qu'il
passait le lendemain. Il alla parcourir toutes les positions qu'il avait
fait occuper en 1805, et reconnaissait tous les chemins et les sentiers,
aussi bien que s'ils avaient été ceux des environs de Saint-Cloud.

Le lendemain il visita la position qu'il avait la veille de la bataille,
remonta sur le centon que défendait notre gauche, puis il revint à la
butte où son bivouac avait été établi la nuit qui avait précédé la
bataille. Il fit placer le corps du maréchal Davout dans le même ordre
qu'observaient ceux des maréchaux Lannes et Soult avant de commencer
l'action, et dans cette position, il en passa la revue, selon sa
coutume, régiment par régiment, et n'en omettant pas un sans avoir
parcouru les rangs de chaque compagnie, et vu chaque soldat. Il arriva
au régiment auquel appartenait le soldat qui l'avait imploré la veille;
son colonel l'avait fait mettre à sa droite. L'empereur était à pied; en
s'approchant de la compagnie des grenadiers, il s'arrêta devant le
soldat qui s'était mis à genoux, et demanda ce que cela voulait dire. Le
colonel répondit que c'était l'homme qui lui avait demandé grâce hier à
la citadelle. Là-dessus l'empereur, qui ne s'en souvenait plus,
questionna et demanda dans quel cas il était. Ce malheureux homme, dans
un moment d'ivresse, avait porté la main sur son supérieur, et il devait
passer à un conseil de guerre, d'où il n'y avait aucune espérance de le
sauver. L'empereur demanda tout haut: «Est-ce un brave homme?» Tous les
grenadiers répondirent: «Oh! oui, Sire, un bon soldat que nous
connaissons, et qui ne reste pas derrière.» Alors l'empereur,
s'approchant de ce malheureux qui était toujours à genoux, le prit par
les deux oreilles, et lui secouant la tête, moitié par bonté et moitié
avec un air de sévérité! il lui dit: «Comment, tu es un bon soldat, et
tu fais des choses comme celles-là! Dis-moi ce que tu serais devenu si
j'avais tardé à venir, seulement d'un jour.» Puis lui ayant donné deux
tapes avec la main creuse, il lui dit: «Va-t-en à ta compagnie, et
n'oublie pas cette leçon.» Dans ce moment il partit un cri de vive
l'empereur! de la droite à la gauche du régiment. Il aurait fallu
entendre ces acclamations! Comment pouvait-on s'étonner du délire qui
s'emparait de l'esprit des troupes lorsqu'elles le voyaient passer? Il
leur laissait dire tout ce qu'elles voulaient, lorsqu'elles souffraient,
et jamais elles ne lui auraient refusé de faire un effort, parce
qu'elles étaient toujours enlevées et électrisées par sa présence.

La revue du corps d'armée dura très tard, et l'empereur ne rentra à
Brunn, qu'à la nuit. Tous les généraux dînèrent avec lui ce soir-là. En
causant avec eux, il leur adressa cette question. «Voici la deuxième
fois que je viens sur le champ de bataille d'Austerlitz; y viendrai-je
encore une troisième?» On lui répondit: «Sire, d'après ce que l'on voit
tous les jours, personne n'oserait parier que non.»

Il partit de Brunn le lendemain, et vint par Goding, tout le long de la
rivière de la Marche, jusqu'à Marchek, et rentra à Vienne après avoir
parcouru le champ de bataille de Wagram.



CHAPITRE XVI.

Grandes parades de Schoenbrunn.--L'empereur court le danger d'être
assassiné.--Détails sur l'assassin.--L'empereur le fait comparaître
devant lui.--Conversation avec ce jeune fanatique.--Distribution de
faveurs au 15 août.--Nouvelles de l'état des affaires
d'Espagne.--Réflexions de l'empereur à ce sujet.


Peu de jours après cette course, l'empereur alla passer la revue des
Saxons, dont le quartier-général était à Presbourg; il revint de cette
visite faire celle de Raab et du cours de la rivière de ce nom. Il
traversa le lieu des conférences diplomatiques, où il donna une courte
audience aux plénipotentiaires. En rentrant à Vienne, au retour de cette
revue d'une grande partie des cantonnemens de l'armée, il pressa encore
davantage les travaux militaires: on travaillait comme si l'armistice
allait être rompu. On le croyait, parce que l'on ne voyait rien de
rassurant dans tout ce qui se passait depuis l'ouverture des
conférences.

L'empereur avait tous les jours, dans la cour du château de Schoenbrunn,
une grande parade, à laquelle il faisait venir successivement les hommes
qui sortaient des hôpitaux, ainsi que tous les régimens qui avaient le
plus souffert, afin de s'assurer par lui-même si on les soignait, et
s'il leur rentrait du monde. Ces parades attiraient beaucoup de curieux,
qui venaient exprès de Vienne pour voir cet imposant spectacle.

Il avait soin de faire assister à ces cérémonies militaires tous les
généraux et administrateurs de l'armée qui étaient à une distance
raisonnable, et c'était dans ces occasions-là qu'il se faisait rendre
compte des causes de la non-exécution des ordres qu'il avait donnés.

C'est à une de ces parades qu'il manqua d'arriver un événement sur
lequel on a fait mille versions déraisonnables. Nous étions à la fin de
septembre; l'empereur passait la revue de quelques régimens de ligne
dans la cour du château de Schoenbrunn; il y avait toujours un monde
prodigieux à ces parades, et l'on mettait des sentinelles de distance en
distance pour écarter la foule.

L'empereur venait de descendre le perron du château, et traversait la
cour pour gagner la droite du régiment qui formait la première ligne,
lorsqu'un jeune homme de bonne mine s'échappa de la foule dans laquelle
il était à attendre l'arrivée de l'empereur, et vint au devant de lui,
en demandant à lui parler. Comme il s'expliquait assez mal en français,
l'empereur dit au général Rapp, qui était là, de voir ce que voulait ce
jeune homme. Le général Rapp vint lui parler; mais ne pouvant pas
comprendre ce qu'il lui disait, il le regarda comme un pétitionnaire
importun, et dit à l'officier de gendarmerie de service de le faire
retirer. Celui-ci appelle un sous-officier, et fait conduire le jeune
homme en dehors du cercle, sans y donner plus d'attention. On n'y
pensait plus, lorsque l'empereur revenant à la droite de la ligne des
troupes, le même jeune homme qui avait passé en arrière de la foule,
sortit précipitamment du point où il s'était porté en second lieu, et
vint de nouveau parler à l'empereur qui lui répondit: «Je ne puis vous
comprendre; voyez le général Rapp.» Le jeune homme portait la main
droite dans la poitrine comme pour prendre une pétition, lorsque le
prince de Neuchâtel, en le prenant par le bras, lui dit: «Monsieur, vous
prenez mal votre temps; on vous a dit de voir le général Rapp.» Pendant
ce temps, l'empereur avait marché dix pas le long du front des troupes,
et Rapp l'avait suivi. C'est alors que le prince de Neuchâtel dit à
l'officier de gendarmerie de conduire ce jeune homme hors du cercle et
de l'empêcher d'importuner l'empereur.

L'officier de gendarmerie avait de l'humeur d'être ainsi dans le cas de
renvoyer deux fois le même homme. Il le fit un peu rudoyer, et c'est en
le prenant au collet qu'un des gendarmes s'aperçut qu'il avait quelque
chose dans sa poitrine, d'où l'on tira un énorme couteau de cuisine,
tout neuf, auquel il avait fait une gaîne de plusieurs feuilles de
papier gris, ficelée avec du gros fil. Les gendarmes le menèrent chez
moi, pendant que l'un d'eux venait me chercher. Pour éviter des
longueurs, je rapporterai en peu de mots son aventure.

Ce jeune homme était le fils d'un ministre protestant d'Erfurth; il
n'avait pas plus de dix-huit à dix-neuf ans, avec une physionomie qui
n'aurait pas été mal à une femme; il avait entrepris de tuer l'empereur,
parce qu'on lui avait dit que les autres souverains ne feraient jamais
la paix avec lui; et comme l'empereur était plus fort qu'eux tous, il
avait résolu de le tuer, pour que l'on eût plus tôt la paix.

On lui demanda quelle lecture il aimait. Il répondit: «L'histoire; et
dans toutes celles que j'ai lues, il n'y a que la vie de la Vierge
d'Orléans[25] qui m'ait fait envie, parce qu'elle avait délivré la
France du joug de ses ennemis; et je voulais l'imiter.»

Il était parti d'Erfurth sur sa seule résolution, emmenant un cheval de
son père; le besoin le lui avait fait vendre en chemin, et il avait
écrit à son père de ne pas s'en mettre en peine; que c'était lui qui
l'avait pris, pour exécuter un voyage qu'il avait promis de faire,
ajoutant que l'on entendrait bientôt parler de lui. Il avait été deux
jours à Vienne à prendre des renseignemens sur les habitudes de
l'empereur, et était venu à la parade une première fois pour étudier son
rôle et voir où il pourrait se placer. Lorsqu'il eut tout reconnu, il
alla chez un coutelier acheter cet énorme couteau de cuisine que l'on
trouva sur lui, et revint à la parade pour exécuter son projet.

Pendant que le jeune homme me faisait cet aveu, la parade défilait, et
je ne rejoignis l'empereur que dans son cabinet, pour lui rendre compte
du danger qu'il avait couru sans s'en douter. Le général Rapp le lui
avait déjà rapporté, et il ne voulait pas y croire, jusqu'à ce que, lui
ayant montré le couteau pris sur le jeune homme, il répondit d'un air à
moitié moqueur: «Ah! cependant il paraît qu'il y a quelque chose; allez
me chercher le jeune homme, je veux le voir.»

Il retint les généraux qui avaient assisté à la parade, et qui étaient
encore dans les salles du château, et leur parla de cette aventure.
J'arrivai avec le jeune homme. En le voyant entrer, l'empereur fut saisi
d'un mouvement de pitié, et dit: «Oh! oh! cela n'est pas possible, c'est
un enfant.» Puis il lui demanda s'il le connaissait. Celui-ci, sans
s'ébranler, lui répondit: «Oui, Sire.»

L'empereur. «Et où m'avez-vous vu?»

Réponse. «À Erfurth, Sire, l'automne passé.»

L'empereur. «Pourquoi vouliez-vous me tuer?»

Réponse. «Sire, parce que votre génie est trop supérieur à celui de vos
ennemis et vous a rendu le fléau de notre patrie.»

L'empereur. «Mais ce n'est pas moi qui ai commencé la guerre; pourquoi
ne tuez-vous pas l'agresseur? cela serait plus juste.»

Réponse. «Oh non! Sire! Ce n'est pas votre majesté qui a fait la guerre;
mais comme elle est toujours plus forte et plus heureuse que tous les
autres souverains ensemble, il était plus aisé de vous tuer que d'en
tuer tant d'autres, vos ennemis, qui ne sont pas aussi à craindre parce
qu'ils n'ont pas autant d'esprit.»

L'empereur. «Comment auriez-vous fait pour me tuer?»

Réponse. «Je voulais vous demander si nous aurions bientôt la paix, et
si vous ne m'aviez pas répondu, je vous aurais plongé le couteau dans le
coeur.»

L'empereur. «Mais les militaires qui m'entourent vous auraient d'abord
arrêté avant que vous n'eussiez pu me frapper, ensuite ils vous auraient
mis en pièces.»

Réponse. «Je m'y attendais bien, mais j'étais résolu à mourir.»

L'empereur. «Si je vous faisais mettre en liberté, iriez-vous chez vos
parens, et abandonneriez-vous votre projet?»

Réponse. «Sire, si nous avions la paix, oui; mais si nous avons encore
la guerre je l'exécuterai.»

L'empereur fit appeler le docteur Corvisart qui avait été mandé quelques
jours auparavant de Paris à Vienne, où il était arrivé. Comme dans ce
moment il se trouvait dans les appartemens de l'empereur, il le fit
entrer, et, sans lui rien expliquer, il lui fit tâter le pouls à ce
jeune homme et lui demanda comment il était. M. Corvisart lui répondit
que le pouls était un peu agité, mais que l'homme n'était point malade;
que cette agitation n'était qu'une légère émotion nerveuse. Ce fut alors
que l'empereur lui dit: «Eh bien! ce jeune homme vient de cent lieues
d'ici pour me tuer;» il lui conta ce que je viens de dire.

On ramena ce malheureux jeune homme à Vienne, où il fut traduit à un
conseil de guerre et exécuté. On l'avait mis en prison à Vienne;
l'empereur partit pour Paris sans donner d'ordre à son égard: ces
détails-là ne le regardaient pas, et ce fut l'autorité qui remettait
Vienne aux Autrichiens, qui traduisit ce jeune homme devant une
commission militaire avec les documens qui existaient sur lui. Il était
difficile que l'on osât prendre sur soi de ne pas en débarrasser la
société.

Cette singulière aventure fit penser plus d'une bonne tête: on avait vu
combien il s'en était peu fallu qu'elle ne réussît, et on commença à
craindre que l'exemple de ce jeune fanatique ne trouvât des imitateurs.
Puis, comme on oublie tout, cette affaire passa comme les autres.

Elle fut cependant sue à Vienne, et on ne manqua pas de trouver des
hommes qui prétendirent qu'elle avait des ramifications; on eut beaucoup
de peine à se convaincre que le projet n'était sorti que de cette jeune
tête.

Après que l'empereur eut réuni son armée en aussi bon état qu'elle
pouvait l'être après une si laborieuse campagne, il la fit manoeuvrer
souvent, et entretenait ainsi dans l'esprit des habitans une opinion
morale, qui lui aurait été favorable, s'il avait dû recommencer les
hostilités. C'est au 15 août 1809 que l'empereur, étant à Vienne, nomma
le prince de Neuchâtel prince de Wagram, le maréchal Masséna prince
d'Essling, et le maréchal Davout prince d'Eckmuhl. Il créa ducs les
ministres de la guerre, de la justice, des finances et des relations
extérieures (c'est-à-dire MM. Clarke, Reynier, Gaudin et Champagny),
ainsi que le ministre-secrétaire d'État, M. Maret. Les maréchaux
Macdonald et Oudinot furent également nommés, le premier duc de Tarente,
et le second duc de Reggio.

Il y eut ce jour du 15 août, anniversaire de la naissance de l'empereur,
un _Te Deum_ chanté à la métropole de Vienne, auquel assistèrent les
généraux de l'armée ainsi que les magistrats de la ville.

On venait d'apprendre par la voix publique, et particulièrement par les
journaux anglais, qu'il s'était livré en Espagne une bataille entre
notre armée et l'armée anglaise, et que le résultat avait été heureux
pour celle-ci. Nous attendions tous les jours le courrier qui devait en
apporter l'avis officiel avec des détails; mais la difficulté des
communications entre Madrid et Bayonne ne permettait pas que
l'impatience de l'empereur fût satisfaite. On attendit environ quinze
jours avant de voir arriver M. Carion de Nisas, qui était porteur de
cette nouvelle; il avait assisté à la bataille, et était bien informé de
tout ce qui concernait nos affaires en Espagne.

Tout ce qu'il raconta à l'empereur lui donna beaucoup d'humeur, et il
disait hautement que, bien que sa meilleure armée fût en Espagne, on n'y
faisait que des sottises. Je n'ai point fait cette campagne, mais voici
ce que j'en ai appris.

Le maréchal Soult, après sa malheureuse affaire d'Oporto, s'était retiré
par Guimarens, Montolegne et Orense sur Luego, où il rejoignit le
maréchal Ney, qui avait évacué la Corogne et réuni son corps d'armée. Il
avait été obligé de prendre cette route, parce que les Anglais l'avaient
débordé, et prolonger son mouvement en passant par Amarante et Chavez.

Ces troupes anglaises étaient un détachement considérable de l'armée de
lord Wellington, qui, pendant cette opération d'une partie de son armée,
remontait la vallée du Tage avec le reste, en même temps qu'une armée
espagnole s'avançait par la Manche sur Tolède.

Les maréchaux Soult et Ney, réunis à Luego, se concertèrent et
convinrent de faire ensemble un mouvement sur Orense pour battre les
Anglais, et disperser les rassemblemens d'insurgés qui les avaient déjà
rejoints.

Ils partirent en effet pour se porter sur Orense; mais, avant d'arriver
à ce point, le maréchal Soult prit à sa gauche et vint gagner Sanabria;
le maréchal Ney prétendit qu'il ne l'avait pas prévenu de ce changement
de résolution, qui le mit dans une position critique, ne l'ayant appris
que par un incident; le maréchal Soult dit lui en avoir fait part.
Lequel des deux croire? Je n'en sais rien; mais il n'est pas présumable
que le maréchal Soult ait pris plaisir à compromettre le maréchal Ney:
ce qui est plus vraisemblable, c'est que l'ordonnance ou officier
porteur de l'avis aura été pris en chemin.

Quelle que soit la manière dont le maréchal Ney ait été averti, il
suivit le mouvement du maréchal Soult en évacuant toute la Galice, et
ces deux corps vinrent passer l'Exla à Saint-Cébrian, pour se porter sur
Zamora. Ils vinrent ensuite par Salamanque à Plasencia, où ils furent
rejoints par le corps du maréchal Mortier, qui arrivait directement de
Valladolid.

Ces trois corps étaient réunis à Plasencia, lorsque M. de Wellington, en
remontant la vallée du Tage avec toute son armée, s'avança jusqu'à
Talavera de la Reyna. Au bruit de son approche, le roi était parti de
Madrid, avec les maréchaux Jourdan, Victor, et le corps du général
Sébastiani. Cette armée s'avança à la rencontre des Espagnols sur la
route de Madrid à Tolède, et à la rencontre des Anglais sur celle de
Madrid à Talavera.

Le roi fit prévenir les maréchaux réunis à Plasencia de son mouvement,
et leur ordonna de passer et de descendre dans la vallée du Tage. Soit
que son ordre arrivât trop tard, soit que lui-même eût trop précipité
son mouvement offensif sur l'armée anglaise, on n'obtint pas ce que l'on
avait espéré par un mouvement de manoeuvre; on réunit tout ce que l'on
pût du corps qui observait les Espagnols (c'était celui de Sébastiani) à
celui que les maréchaux Jourdan et Victor commandaient en avant sur
Talavera, et on attaqua maladroitement l'armée anglaise, qui se trouvait
dans la situation la plus avantageuse où la fortune pouvait la placer
pour nous, si les corps de Plasencia avaient pu prendre part à l'action.
Au lieu de cela, on l'engagea avec des troupes venues de Madrid; on se
disputa les hauteurs des positions, on perdit des deux côtés beaucoup de
monde, et on n'obtint aucun résultat. L'armée du roi, ne comptant plus
sur l'attaque des trois maréchaux qui étaient à Plasencia, se retira
pour se réunir au corps qui était opposé aux Espagnols, et couvrir
Madrid.

L'armée anglaise fut obligée de se retirer le lendemain, ayant eu avis
de la marche de l'armée des trois maréchaux, qui, étant partie de
Plasencia, pouvait arriver avant elle, non seulement au pont d'Almaraza,
mais à celui de l'Arzobispo, qui étaient, surtout ce dernier, les seuls
points de retraite du général Wellington.

Il ne fallait pas l'attaquer avant qu'on ne fût en mesure de les occuper
lorsqu'il se serait présenté pour repasser le Tage; il n'y avait même
aucun inconvénient à laisser attaquer les trois maréchaux les premiers,
et à se tenir prêt à suivre l'armée anglaise dans le mouvement
rétrograde qu'elle aurait dû faire pour aller défendre son point de
retraite. On aurait pu alors l'engager; et même la forcer à une action
désastreuse pour elle; au lieu de cela, on a été lui présenter une
occasion d'assurer sa retraite en faisant battre le corps destiné par sa
position à la poursuivre: aussi arriva-t-elle sans accident au pont de
l'Arzobispo, qu'elle trouva libre, et elle n'eut aucun engagement avec
l'armée des maréchaux. Cette campagne était le début de M. Wellington
dans la carrière de gloire qu'il a parcourue avec tant d'éclat depuis;
et nous étions destinés à voir les meilleures troupes de France, celles
de Boulogne, d'Austerlitz et de Friedland, condamnées à recevoir des
humiliations des ennemis, parce qu'elles étaient confiées à des mains
qui n'en surent pas tirer parti.

L'empereur levait les épaules de pitié en écoutant ces détails, et nous
qui étions témoins de la différence qu'il y avait entre l'armée
d'Espagne et celle qu'avait l'empereur en Allemagne, où il venait
d'exécuter de si prodigieuses choses, nous faisions déjà de tristes
réflexions sur l'état où la France pourrait être réduite lorsqu'il n'y
serait plus.

L'empereur nous disait, en parlant de ceux qui commandaient en Espagne
(sans désigner personne): «Ces gens-là ont bien de la présomption; on
m'accorde un peu plus de talent qu'à un autre, et pour livrer bataille à
un ennemi que je suis accoutumé à battre, je ne crois jamais avoir assez
de troupes; j'appelle à moi tout ce que je puis réunir: eux s'en vont
avec confiance attaquer un ennemi qu'ils ne connaissent pas, et
n'emmènent que la moitié de leur monde! Peut-on manoeuvrer ainsi? Il
faudrait que je fusse partout. Que n'ai-je eu ici les trois corps de
Soult, Ney et Mortier, j'en aurais fait voir de belles à ceux-ci» (les
Autrichiens)!

Il n'avait effectivement qu'un seul corps d'infanterie, celui du
maréchal Davout, qui fût composé d'aussi bonne troupes que celles qui
étaient en Espagne. Cette bataille de Talavera donna à l'empereur un
chagrin qui dura plusieurs jours; il concevait aisément une mauvaise
fortune de guerre, mais une faute que l'on pouvait éviter diminuait tout
de suite la bonne opinion qu'il avait eue de celui qui l'avait commise.
Malgré cela, il avait une bonté naturelle pour tous ceux qui avaient
servi sous lui longtemps, et quoiqu'il les grondât parfois, il leur
fournissait presque aussitôt les moyens de rentrer en grâce. Il ne
pardonnait rien aussi facilement que les torts que l'on avait eus envers
lui personnellement. Une bonne action détruisait, dans son esprit,
l'effet de dix fautes; mais un manque à l'honneur ou un manque de
courage perdait sans retour celui qui s'en rendait coupable.



CHAPITRE XVII.

Les conférences sont transportées à Vienne.--Chimères de quelques
intrigans.--Anecdote à ce sujet.--La paix est signée.--On fait sauter
les remparts de Vienne.--Deux enfans viennent de France demander la
grâce de leur mère.--Regret de l'empereur.--Singulière méprise.


On avait les yeux trop ouverts sur nos affaires dans toute l'Allemagne,
pour ignorer les moindres de nos revers; nos ennemis les comptaient
comme autant d'avantages pour eux, et en devenaient plus difficiles dans
les conférences où l'on traitait de la paix.

L'empereur était impatient des lenteurs des négociations, et, voulant
avoir ses plénipotentiaires plus à sa portée, il avait transféré à
Vienne le siége des conférences. C'était alors le prince Jean de
Lichtenstein qui était le principal plénipotentiaire pour l'Autriche. Ce
changement fut cause que l'on savait à peu près dans tout Vienne les
plus petits détails de ce qui se passait à ces conférences; cela
intéressait trop de monde pour que l'on eût rien négligé de ce qui
pouvait faire découvrir quelques particularités. Il y avait autour de
l'empereur quelques hommes qui s'opiniâtraient à croire que l'Autriche
était disposée à ne pas rester plus long-temps sous le joug d'un
gouvernement qui attirait sur elle autant de maux. Ces hommes ne
laissaient échapper aucune occasion d'entretenir l'empereur de chimères
qu'ils lui rapportaient comme l'opinion de plusieurs citoyens éclairés
de Vienne, tandis que ce n'étaient que les rêves de quelques hommes à
mouvement, dont les capitales ne manquent jamais. Dans presque tous les
pays, ces intrigans paraissent avoir le privilége de duper les hommes de
bien, et ceux de Vienne semblèrent avoir complètement réussi près des
hommes les plus marquans de tout ce qui était à l'armée de l'empereur.
Voici une anecdote qui m'a été racontée par un témoin oculaire. Le
maréchal Bessières était à sa première sortie, depuis la blessure qu'il
avait reçue à Wagram; il était venu voir l'empereur à l'heure de son
déjeuner, ce qui avait lieu après la parade; l'empereur avait fait
entrer le maréchal Bessières depuis quelques instans, lorsqu'on lui
annonça un personnage qu'il fit entrer sans le laisser attendre.
L'empereur, qui n'était pas accoutumé à le voir à cette heure-là, lui
demanda d'un ton gai: «Qu'y a-t-il de nouveau? que disent les habitans
de Vienne?» Croirait-on qu'il répondit de bonne foi: «Sire, ils sont
pénétrés d'admiration pour V. M., et chacun d'eux voit, dans le soldat
qu'il a à loger, un protecteur près du nouveau souverain qu'il plaira à
V. M. de leur donner?»

L'empereur ne répondit pas, parce qu'il ne croyait pas un mot de cela.
Il finissait son déjeuner, lorsque je me fis annoncer comme ayant un
compte à lui rendre; il était en assez belle humeur, et me demanda aussi
ce que disaient les Viennois. Je lui répondis «qu'ils nous donnaient à
tous les diables du matin au soir, et que bien sûrement ils
entreprendraient de se défaire de nous, si nous devions prolonger notre
séjour parmi eux.» L'empereur me répliqua (le maréchal Bessières
présent): «Ceci me paraît plus croyable, et il ne faut pas s'abuser. Si
la paix ne se fait pas, nous allons être entourés de mille Vendées; je
n'écoute pas les faiseurs de contes: il est temps de s'arrêter. Aussi
j'espère finir dans deux ou trois jours; cela ne tient qu'à des
bagatelles.» Effectivement, la paix fut signée très peu de jours après.
Avait-on fait circuler le bruit d'un projet de changement de dynastie
pour effrayer la maison d'Autriche et la faire hâter dans ses décisions?
Je l'ignore; mais, bien certainement, l'empereur n'a pas eu cette
idée-là, qui pouvait lui amener la guerre avec les Russes,
indépendamment des deux guerres qu'il avait déjà, et qu'il soutenait au
moyen de tous les efforts de son habileté. Je sais bien qu'on lui a
supposé le projet de former un parti dans la nation, et de proclamer le
grand-duc de Wurtzbourg empereur d'Autriche; mais je ne crois pas qu'il
ait jamais songé à une pareille chose. Il avait trop à faire en France
et en Espagne pour s'engager dans une entreprise qui aurait
infailliblement prolongé son séjour à Vienne.

Je me rappelle même qu'à cette époque, il me donna ordre de faire partir
de Paris un équipage de campagne en chevaux de selle, train, etc., pour
Bayonne, et, en même temps, d'écrire au grand-écuyer du roi d'Espagne,
pour que le roi lui envoyât quelques uns de ses meilleurs chevaux à
Burgos, où il comptait se rendre de suite[26].

La paix ayant été signée, elle fut envoyée à la ratification de
l'empereur d'Autriche, qui ne tarda pas à la donner. L'empereur fit une
proclamation aux habitans de Vienne, dans laquelle il les remerciait des
soins qu'ils avaient donnés aux blessés de l'armée; il leur témoignait
combien il avait souffert de ne pouvoir alléger les maux qui avaient
pesé sur eux, ajoutant que cette considération l'avait en partie décidé
à terminer la guerre, plus que la crainte de la chance des batailles.

Il terminait par leur dire que, si, pendant son long séjour près de leur
capitale, il ne s'était pas montré davantage au milieu d'eux, c'était
parce qu'il n'avait pas voulu détourner leurs respects et leurs hommages
de l'amour qu'ils portaient à leur souverain. Ces adieux firent beaucoup
de plaisir aux habitans de Vienne.

L'empereur leur avait laissé prendre un peu de licence. L'hiver
approchait; le petit peuple était très malheureux; il leur laissa couper
du bois dans les forêts impériales, et répondait aux employés
autrichiens, qui voulaient les en empêcher en faisant faire des
représentations à l'empereur: «Mais comment ferait l'empereur votre
maître? Il faudra bien que, non seulement il chauffe les malheureux,
mais il faudra qu'il les nourrisse: laissez-leur prendre du bois, et
mettez cela sur mon compte[27].»

Les magistrats de Vienne vinrent prendre congé de lui; ils lui
demandèrent d'épargner les remparts de la ville, que l'on avait minés
depuis un mois pour les faire sauter. L'empereur le leur refusa, en
observant qu'il était même dans leur intérêt qu'ils fussent détruits,
parce qu'il ne prendrait plus fantaisie à qui que ce fût d'exposer leur
ville à être brûlée, pour satisfaire une ambition particulière. Il dit
que cela avait même été son projet en 1805; mais qu'ayant été exposé,
cette fois-ci, ou à incendier Vienne, ou à courir des chances fâcheuses,
s'il n'avait pu s'en faire ouvrir les portes, il ne voulait plus à
l'avenir être dans ce cas.

Les magistrats furent obligés de se retirer, et lorsque l'empereur fut
parti, on mit le feu aux différens fourneaux de mine qui avaient été
établis sous les angles saillans de l'enceinte de la place; il y eut,
après l'explosion, seize ouvertures considérables. On fut très sensible
à Vienne à cette opération; on la regarda comme une flétrissure: mais
l'empereur n'avait que l'intention d'ouvrir la place de manière à ce
qu'on ne pût pas la défendre, et nullement celle d'humilier la
population.

Nous entendîmes la détonation de ces fourneaux à quelque distance de
Schoenbrunn. Par le traité de paix, on avait stipulé un temps déterminé
pour évacuer la capitale et les États autrichiens; ce fut le maréchal
Davout qui fut chargé de l'arrière-garde, et de remettre le pays aux
autorités autrichiennes. Il resta, en conséquence, encore quelque temps
à Vienne.

On a souvent parlé d'exécutions et on a mis sur le compte de l'empereur
des actes de rigueur auxquels il n'avait aucune part; il a toujours
sanctionné des jugemens rendus, mais jamais il n'a ordonné que l'on
traduisît qui que ce soit en jugement sans qu'auparavant il n'y ait eu
une information de suite, et qu'on ne lui ait présenté un rapport
accompagné d'une proposition, soit pour la mise en jugement ou en
liberté; et toujours il approuvait ce qu'on lui proposait. Avant de
partir de Vienne, il arriva une circonstance qui l'indisposa contre le
ministre de la police.

L'empereur rentrait un jour d'une course à cheval; il trouva dans la
cour du château une dame, d'un extérieur respectable accompagnée de deux
petits enfans; tous trois étaient en noir. L'empereur crut un instant
que c'était la veuve de quelque officier tué à la bataille. Il
s'approcha d'eux avec intérêt. Sa contenance changea quand il apprit
qu'elle amenait ces enfans de Caen en Normandie pour solliciter de
l'empereur la grâce de leur mère, condamnée à mort par le tribunal
criminel de cette ville.

L'empereur n'avait, pour le moment, aucun souvenir d'avoir entendu
parler de cette affaire; il voyait cependant qu'elle devait être bien
sérieuse pour que l'on fût venu de si loin pour lui demander la grâce
d'une condamnée. Cette dame n'était munie d'aucune lettre de
recommandation; elle venait absolument surprendre un mouvement de
sensibilité à l'empereur, qui lui demanda le nom de la personne en
faveur de laquelle elle intercédait. C'est alors qu'elle nomma madame de
D***; ce nom rappela à l'empereur toute l'affaire, et il répondit à
cette dame qu'il était fâché de ne pouvoir la dédommager d'un aussi
pénible voyage que celui qu'elle venait de faire, mais qu'il ne pouvait
lui répondre sans connaître l'opinion du conseil, surtout sur un cas
comme celui dont il était question, parce qu'il rappelait à son esprit
des circonstances tellement graves, qu'il ne croyait pas pouvoir user du
droit de faire grâce dans cette occasion.

J'ai vu le moment où il allait l'accorder; son coeur avait déjà prononcé,
mais d'autres considérations lui parlaient plus haut que la sensibilité;
il était fort en colère contre le ministre de la police, qui, après
avoir fait un grand éclat de cette affaire et s'en être fait un mérite,
donnait ensuite des passe-ports pour que l'on vînt lui demander grâce de
l'exécution d'un jugement sur lequel il ne lui avait rien écrit; il
disait avec raison: «Si c'est un cas graciable, pourquoi ne me l'avoir
pas écrit? et s'il ne l'est pas, pourquoi avoir donné des passe-ports à
une famille que je suis obligé de renvoyer désolée?» Il se plaignit
beaucoup de ce manque de tact de la part du ministre de la police.

La personne pour laquelle on demandait grâce à l'empereur était une
madame D***, divorcée d'avec son mari, et vivant fort légèrement avec
tout le monde. Après son divorce elle s'était retirée chez sa mère avec
ses deux enfans; elle habitait un château à sept ou huit lieues de Caen,
sur le bord d'une route.

Plusieurs fois la messagerie avait été arrêtée et volée non loin de là,
sans que l'on pût parvenir à découvrir les auteurs de ce brigandage, qui
était exercé par des hommes se disant chouans et royalistes, pour cacher
leur honteux trafic, mais qui, au fait, ne faisaient que voler pour leur
compte particulier. On cherchait partout des traces de ces voleurs,
lorsqu'un incident, qu'il serait trop long de raconter, vint en faire
découvrir quelques uns; on eut bientôt les autres: ils étaient tous de
ce qu'on appelait autrefois des gens comme il faut, appartenant à de
bonnes familles; mais ayant fréquenté de mauvaises compagnies, ils
s'étaient perdus. Madame D*** s'était associée à eux au point de leur
donner asile dans son château, où ils se réunissaient pour aller
commettre le vol, et où ils revenaient ensuite pour le partager après
l'avoir exécuté. Ses désordres l'avaient conduite à cet état
d'abaissement. Elle fut traduite devant le tribunal d'après les
dépositions des complices; elle y fut convaincue et condamnée.

Son avocat lui avait probablement conseillé de se déclarer enceinte,
afin d'obtenir une suspension à son exécution, et avoir le temps
d'envoyer sa mère et ses enfans demander sa grâce.

Si elle pouvait l'obtenir sans blesser la morale publique, c'était au
ministre à en informer l'empereur; si elle ne le pouvait pas, le
ministre ne devait pas laisser entreprendre un voyage à une famille qui
s'en est retournée pleurant tout le long du chemin, et laissant croire
qu'elle était victime de la cruauté de l'empereur.

Il arriva encore, avant de partir de Vienne, une aventure d'une autre
espèce qui aurait pu avoir des suites désagréables, si l'empereur
n'avait pas été si bien servi, que l'on y remédia sur-le-champ, sans que
cela pût paraître.

Il venait de signer la paix, et avait dicté à M. de Menneval, son
secrétaire intime, deux lettres, l'une pour l'empereur d'Autriche, et
l'autre pour l'empereur de Russie. Il n'attendit pas qu'elles fussent
copiées, et alla voir défiler la parade. M. de Menneval, les ayant
achevées, les mit sur le bureau de l'empereur afin qu'il les lût et les
signât à son retour (l'empereur avait l'habitude de relire ce qu'il
dictait); il disposa aussi deux enveloppes auxquelles il mit d'avance
les adresses pour avoir plus tôt expédié les lettres au retour de
l'empereur, qui ne tarda pas à rentrer.

Il lut et signa les deux lettres, et, pendant que M. de Menneval
ajoutait à l'une d'elles ce qu'il venait de lui ordonner, il s'amuse à
ployer l'autre lui-même, à la mettre dans l'enveloppe, à la cacheter, et
va lui-même la donner au général autrichien Bubna, qui était, depuis la
parade, à attendre dans le salon voisin. Celui-ci était déjà parti pour
le quartier-général de l'empereur d'Autriche, lorsque Menneval, voulant
mettre la deuxième lettre dans l'enveloppe, trouva que c'était
l'enveloppe de l'empereur de Russie qui était restée, et il avait en
main la lettre destinée à l'empereur d'Autriche; en sorte que le général
Bubna était parti avec la lettre destinée à l'empereur de Russie, dans
l'enveloppe à l'adresse de l'empereur d'Autriche. Il n'est pas
nécessaire, je crois, d'ajouter que ce n'était pas la même chose: aussi
l'empereur vint-il lui-même pour faire courir après le général Bubna,
que l'on joignit hors des grilles du château; on lui dit que l'empereur
désirait qu'il revînt, parce qu'il avait quelque chose à ajouter à la
lettre dont il était porteur. On les remit chacune dans leur enveloppe,
et cela ne se sut pas. Depuis cette anecdote, l'empereur ne se mêla plus
de l'expédition de ses dépêches, et laissa ce soin à M. de Menneval, qui
ne le quittait pas un seul jour.



CHAPITRE XVIII.

Pertes de l'Autriche.--Départ pour la France.--Arrivée à
Fontainebleau.--M. de Montalivet.--Opinion de l'empereur sur cette
famille.--Les rois de Saxe, de Wurtemberg et de Bavière à
Paris.--Véritable motif du divorce de l'empereur.--Le prince Eugène
chargé d'en parler à l'impératrice.--Cérémonie du divorce.


Par le traité de paix, l'Autriche perdit à peu près trois millions
d'habitans; elle céda la Gallicie avec les provinces illyriennes, et
quelques territoires dans l'Innviertel, ainsi que le pays de Salzbourg.
Les princes confédérés d'Allemagne eurent quelques augmentations de
territoire; la Bavière particulièrement se trouvait doublée en
population depuis 1805, et dans les deux guerres l'empereur avait remis
deux fois sur le trône le souverain de ce pays; son armée avait acquis
une gloire nationale en combattant avec nous. L'empereur aimait les
Bavarois; le général Wrede, entre autres, était un de ceux qu'il
distinguait le plus. Avant de quitter l'Allemagne, il lui donna une
terre de 36,000 livres de rente; elle était située à la frontière de la
Bavière, dans la portion de territoire qu'elle acquérait sur l'Autriche
par ce traité de paix.

Il fallait que l'Autriche eût eu bien peur des suites d'une reprise
d'hostilités pour s'être imposé de pareils sacrifices, ou bien qu'en y
souscrivant elle eût conservé une arrière-pensée, parce que dans le
nombre il y en avait d'incompatibles avec son existence. Il me semble
que, si cela m'eût concerné, je me serais fort méfié de cette
résignation. Je ne sais pas si l'empereur y croyait beaucoup; mais ce
qui est certain, c'est qu'en partant de Vienne il vint à Passau sur
l'Inn, où il faisait exécuter des travaux de fortifications immenses, et
qu'en les visitant tous, non seulement il n'ordonna pas d'en ralentir
l'activité, mais au contraire il recommanda de mettre cette place dans
le meilleur état de défense. Il avait ordonné que l'on y conduisît
l'artillerie qu'on avait prise à Vienne. Il resta deux jours à Passau à
attendre un courrier de Vienne que devait lui expédier M. de Champagny,
et ce n'est qu'après l'avoir reçu que définitivement il partit pour la
France.

Nous vînmes de Passau à Landshut, et de Freysing à Munich, où l'empereur
fut reçu comme un véritable libérateur; la cour était au château de
Nymphenbourg: c'est là où l'empereur descendit; il resta deux ou trois
jours chez le roi de Bavière, et vint ensuite à Augsbourg chez l'ancien
électeur de Trèves, qui, depuis le congrès de Ratisbonne était évêque
d'Augsbourg. Il dîna avec lui, et partit de suite pour Stuttgard. Il
voulut s'arrêter à Ulm chez M. de Grawenrenth, gouverneur civil du
cercle, qui avait été ministre du roi de Bavière près de lui pendant la
campagne de 1805. Il y soupa, et, ayant voyagé la nuit, il arriva le
lendemain de bonne heure chez le roi de Wurtemberg, dont la cour était
rentrée à Stuttgard: on lui fit une réception très-brillante; il y resta
également un jour, passa de même quelques instans à Carlsruhe, et arriva
à Strasbourg, où il ne s'arrêta que le temps nécessaire pour recevoir
des rapports sur tout ce qu'il avait ordonné de faire dans cette place
et à Kehl. De là il ne s'arrêta plus jusqu'à Fontainebleau, où il avait
ordonné à sa maison de venir le recevoir, ainsi qu'aux ministres de lui
apporter leur travail.

Mais il avait voyagé si vite, qu'il arriva le premier. Il n'y avait pas
encore un domestique d'arrivé; il attendit tout le monde en visitant les
appartemens neufs qu'il avait fait faire. C'est cette année que l'on
s'est servi, pour la première fois, du bâtiment situé dans la cour du
Cheval Blanc, où était auparavant l'école militaire, qui venait d'être
transférée à Saint-Cyr. Il l'avait fait arranger en appartemens
d'honneur, pour donner de l'ouvrage aux manufactures de Lyon et aux
ouvriers de Paris. Ce qu'il vint de monde de toutes parts, pour le voir,
ne peut se rendre; on ne trouvait pas d'expressions assez fortes pour
lui exprimer son amour et son dévoûment. S'il est un monarque autorisé à
compter sur les hommages des peuples qu'il gouverne, quel est celui qui
en a reçu plus de témoignages que l'empereur n'en a reçu des Français et
des populations d'un grand nombre d'autres pays?

L'impératrice, qui était à Saint-Cloud, vint à Fontainebleau, et peu
d'heures après son arrivée dans cette résidence, il y eut une réunion de
toutes les dames les plus gracieuses dont cette cour a été le modèle. Il
y en avait très peu qui n'eussent pas un mari, un frère, ou un fils,
soit avec l'empereur, soit dans l'armée, et je ne crois pas qu'il ait
oublié une seule fois de leur en donner lui-même des nouvelles en même
temps qu'il leur en demandait des leurs. Dans ces occasions-là, il était
moins un monarque qui venait recevoir des hommages et des marques de
soumission, qu'un bon et excellent père qui aimait à voir réuni autour
de lui tout ce qui touchait de près aux familles qu'il avait associées à
sa destinée. Ce palais de Fontainebleau avait été tiré de l'état de
ruine dans lequel il était tombé, et se trouvait, comme par magie,
rétabli dans un état de magnificence qu'on n'y vit jamais, même dans les
plus beaux jours de Louis XIV.

Nous étions arrivés à Fontainebleau le 29 octobre 1809, et l'empereur y
resta jusqu'au 21 novembre suivant. Pendant ces trois semaines, il
remplaça le ministre de l'intérieur, qui était mort pendant la campagne.
Entre plusieurs candidats, il choisit M. de Montalivet, alors
directeur-général des ponts et chaussées; il aimait beaucoup cette
famille. En en parlant, il se servait de cette expression: «C'est une
famille d'une rigoureuse probité, et composée d'individus d'affection;
je crois beaucoup à leur attachement.» Il avait bien raison, et il n'a
pas eu affaire à des ingrats, car M. de Montalivet était un homme de
bien dans toute l'extension du mot.

L'empereur partit pour rentrer à Paris et en même temps pour voir le roi
de Saxe, qui venait d'y arriver uniquement pour lui faire une visite et
le remercier d'avoir délivré ses États, et en second lieu de les avoir
agrandis. L'empereur lui fit donner le palais de l'Élysée, que l'on
avait garni de tout ce qui était nécessaire à sa représentation, et tout
ce qui composait les principales autorités de l'État s'empressa d'aller
offrir ses hommages à ce vertueux monarque. Son exemple fut suivi par
les autres princes confédérés, et nous vîmes arriver successivement le
roi de Wurtemberg, que l'empereur fit loger au palais du Luxembourg, et
le roi de Bavière, qui arriva un peu plus tard. Le prince primat ainsi
que d'autres des bords du Rhin vinrent également.

Cet hiver fut remarquable par ses fêtes et ses plaisirs, et en même
temps par le plus grand événement que nous eussions encore vu. Il y a eu
mille contes de débités sur les motifs qui ont déterminé l'empereur à
rompre les liens dans lesquels il s'était engagé depuis plus de quinze
ans, et à se séparer d'une personne qui fut la compagne de sa vie
pendant les circonstances les plus orageuses de sa glorieuse carrière.
On lui a supposé l'ambition de s'allier au sang des rois et on s'est plu
à répandre le bruit qu'il avait sacrifié toutes les autres
considérations à celle-là; on a été là-dessus dans une erreur absolue,
et aussi injuste à son égard qu'on l'est d'ordinaire envers ceux qui
sont au-dessus de nous. La vérité la plus exacte est que le sacrifice de
l'objet de ses affections a été le plus pénible qu'il ait éprouvé
pendant sa vie, et qu'il n'y a rien qu'il n'eût préféré à ce qu'il a été
obligé de faire par des motifs que je vais décrire.

On fut généralement injuste envers l'empereur, lorsqu'il mit la couronne
impériale sur sa tête; on ne l'a cru mû que par un sentiment d'ambition
personnelle, et on était dans une grande erreur. J'ai déjà dit qu'il lui
en avait coûté pour changer la forme du gouvernement, et que, sans la
crainte de voir l'État troublé de nouveau par les divisions qui sont
inséparables d'un gouvernement électif, il n'eût peut-être pas changé un
ordre de choses qui semblait être la première conquête de la révolution.

Depuis qu'il avait ramené la nation aux principes monarchiques, il
n'avait rien négligé pour consolider des institutions qui assuraient
tout à la fois le retour des premiers, et qui maintenaient la
supériorité des idées modernes sur les anciennes. La diversité
d'opinions ne pouvait plus après lui amener de troubles, relativement à
la forme du gouvernement; mais cela ne suffisait pas: il fallait encore
que la ligne d'hérédité fût déterminée d'une manière si précise, qu'elle
n'offrît plus à sa mort une occasion de querelles entre des prétendans,
parce que, si ce malheur était arrivé, il aurait suffi de la moindre
intervention étrangère pour rallumer la discorde parmi nous. Son
sentiment d'ambition particulière, dans ce cas, consistait à vouloir
faire passer son ouvrage à la postérité, et à transmettre à son
successeur un État fortement établi sur ses nombreux trophées.

Il ne pouvait se dissimuler que cette suite de guerres continuelles
qu'on lui suscitait, dans le dessein de diminuer sa puissance, n'avait
réellement d'autre but que de l'abattre personnellement, parce qu'avec
lui tombait toute cette puissance qui n'était plus soutenue par
l'énergie révolutionnaire qu'il avait lui-même comprimée, et pour
continuer à imprimer au dehors une terreur dominatrice, il aurait fallu
entretenir dans l'intérieur cette fièvre volcanique qui souvent sauve
les empires, mais qui, dirigée par une main habile, les mène quelquefois
à leur asservissement.

Il était toujours sorti victorieux des entreprises qui avaient été
formées contre lui; presque toutes avaient produit un effet contraire à
celui que ses ennemis s'étaient proposé, et c'est ainsi qu'eux-mêmes
avaient réuni dans sa main cette masse de moyens qui leur parut plus
redoutable encore avec un génie comme le sien; mais aussi, puisqu'ils
cherchaient si souvent à les lui arracher à lui-même, lorsqu'il
commandait ses armées en personne, que ne devait-on pas craindre qu'ils
entreprissent sous son successeur, qui d'abord ne pouvait être qu'un
collatéral, et, en deuxième lieu, qui aurait trouvé la nation épuisée,
l'armée dégoûtée et les ressorts de l'esprit public usés!

Ce sont ces considérations qui l'ont déterminé, et qui lui faisaient
quelquefois dire, en parlant de ses ennemis: «Ils se sont donné
rendez-vous sur ma tombe; mais c'est à qui n'y viendra pas le premier.»
Ce sont ces considérations, dis-je, qui l'ont déterminé à s'occuper du
choix de son successeur.

L'empereur n'avait point d'enfans; l'impératrice en avait deux, dont les
destinées semblaient déjà fixées, et il n'aurait pu tourner sa pensée
vers eux, sans tomber dans de graves inconvéniens, et sans faire quelque
chose d'imparfait, qui aurait porté son principe de destruction avec son
institution même. Je crois cependant que, si les deux enfans de
l'impératrice avaient été seuls dans sa famille, il aurait pris quelque
arrangement pour assurer son héritage au vice-roi, parce que la nation
eût passé par cette transaction sans secousse ni déchirement, et que
rien n'eût été dérangé de l'ordre qu'il avait établi. Le vice-roi était
un prince laborieux, ayant une âme élevée, connaissant très-bien
l'étendue de ses devoirs envers l'empereur, et il se serait lui-même
imposé l'obligation de consolider tout le système du gouvernement qui
lui aurait été remis.

Ce qui m'a donné cette opinion, c'est que j'ai toujours vu l'empereur
content de sa soumission, et il disait quelquefois qu'il n'avait pas
encore éprouvé un désagrément de la part du vice-roi. Il ne s'arrêta
pourtant pas à l'idée de fixer son héritage sur lui, parce que d'une
part il avait des parens plus proches, et que par là il serait tombé
dans les discordes qu'il voulait principalement éviter. Mais ensuite il
reconnaissait la nécessité de se donner une alliance assez puissante
pour que, dans le cas où son système eût été menacé par un événement
quelconque, elle eût pu lui servir d'appui et se préserver d'une ruine
totale. Il espérait aussi que ce serait un moyen de mettre fin à cette
suite de guerres dont il voulait sortir à tout prix.

Tels furent les motifs qui le déterminèrent à rompre un lien auquel il
était attaché depuis tant d'années: c'était moins pour lui que pour
intéresser un État puissant à l'ordre de choses établi en France. Il
pensa plusieurs fois à cette communication qu'il voulait faire à
l'impératrice, sans oser lui parler; il craignait pour elle les suites
de sa sensibilité, les larmes ont toujours trouvé le chemin le plus sûr
de son coeur. Cependant il crut avoir rencontré une occasion favorable à
son projet avant de quitter Fontainebleau; il en dit quelques mots à
l'impératrice, mais il ne s'expliqua pas avant l'arrivée du vice-roi,
auquel il avait mandé de venir: ce fut lui-même qui parla à sa mère et
la porta à ce grand sacrifice; il se conduisit dans cette occasion en
bon fils et en homme reconnaissant et dévoué à son bienfaiteur, en lui
évitant des explications douloureuses avec une compagne dont
l'éloignement était un sacrifice aussi pénible qu'il était sensible pour
elle. L'empereur ayant réglé tout ce qui était relatif au sort de
l'impératrice, qu'il établit d'une manière grande et généreuse, pressa
le moment de la dissolution du mariage, sans doute parce qu'il souffrait
de l'état dans lequel était l'impératrice elle-même, qui dînait tous les
jours et passait le reste de la soirée en présence de personnes qui
étaient les témoins de sa descente du trône. Il n'y avait entre lui et
l'impératrice Joséphine aucun autre lien qu'un acte civil tel que cela
était d'usage dans le temps où il s'était marié. Or, les lois avaient
prévu la dissolution de ces sortes de contrats; en conséquence à un jour
fixe, il y eut le soir chez l'empereur une réunion des personnes dont
l'office était nécessaire dans cette circonstance, parmi lesquelles
étaient M. l'archi-chancelier et M. Régnault de Saint-Jean-d'Angely. Là,
l'empereur fit à haute voix la déclaration de l'intention dans laquelle
il était de rompre son mariage avec Joséphine, qui était présente, et
l'impératrice, de son côté, fit en sanglotant la même déclaration.

Le prince archi-chancelier ayant fait donner lecture de l'article de la
loi, en fit l'application au cas présent, et déclara le mariage dissous.



CHAPITRE XIX.

L'impératrice Joséphine, son caractère, sa bonté.--Démêlés de Napoléon
et de son frère Louis, roi de Hollande.--Ordre d'intercepter des
dépêches.--Encore M. Fouché.--Position politique de l'empereur.


Les formalités une fois remplies, l'impératrice prit congé de
l'empereur, et descendit dans son appartement qui était au
rez-de-chaussée. D'après des arrangemens convenus à l'avance, elle
partit le lendemain matin, pour aller s'établir à la Malmaison. De son
côté, l'empereur alla le même jour à Trianon; il ne voulait pas rester
seul dans cet immense château des Tuileries, qui était encore tout plein
du souvenir de l'impératrice Joséphine. Elle descendit du rang suprême
avec beaucoup de résignation, en disant qu'elle était dédommagée de la
perte des honneurs par la consolation d'avoir obéi à la volonté de
l'empereur. Elle quitta la cour, mais les coeurs ne la quittèrent point;
on l'avait toujours aimée, parce que jamais personne ne fut si bonne. Sa
prévenance envers tout le monde fut la même étant impératrice qu'elle
l'avait été auparavant; elle donnait avec profusion et avec tant de
bonne grâce, qu'on aurait cru être impoli que de ne pas accepter; on ne
pouvait entrer chez elle sans en revenir comblé. Elle n'a jamais nui à
personne dans le temps de sa puissance; ses ennemis même en ont été
protégés; il n'y a presque pas eu un jour de sa vie où elle n'ait
demandé quelque grâce pour quelqu'un que souvent elle ne connaissait
pas, mais qu'elle savait mériter son intérêt; elle a établi un grand
nombre de familles, et dans ses dernières années elle était entourée
d'une peuplade d'enfans dont les mères avaient été mariées et dotées par
ses bontés. La méchanceté lui reprochait un peu de prodigalité dans ses
dépenses: faut-il l'en blâmer? On n'a pas mis le même soin à compter les
éducations qu'elle payait pour des enfans de parens indigens; on n'a
point parlé des aumônes qu'elle faisait porter à domicile. Toute sa
journée se dépensait à s'occuper des autres, et fort peu d'elle. Tout le
monde la regretta pour l'empereur parce qu'on savait qu'elle ne lui
disait jamais que du bien de presque tout ce qui le servait. Elle fut
même utile à M. Fouché, qui avait voulu en quelque sorte se rendre
l'instrument de son divorce un an plus tôt[28].

Pendant son séjour à Malmaison, le grand chemin de Paris à ce château ne
fut qu'une procession, malgré la mauvaise saison; chacun regardait comme
un devoir de s'y présenter au moins une fois la semaine.

L'empereur de son côté faisait ce qu'il pouvait pour s'accoutumer à être
seul à Trianon, où il avait été s'établir; il envoyait souvent savoir
des nouvelles de l'impératrice à Malmaison; je crois que sans ses
occupations il y aurait été le plus souvent lui-même.

À l'occasion de cet événement, il avait appelé à Paris quelques membres
de sa famille; ils vinrent lui tenir compagnie à Trianon; le roi et la
reine de Bavière arrivèrent aussi à Paris dans ce temps-là. Ce fut celui
des souverains de l'Allemagne qui y resta le dernier. L'hiver se passa
gaiement en bals masqués et autres divertissement de ce genre.
L'empereur recommanda lui-même que l'on procurât beaucoup de distraction
aux princes qui étaient venus lui faire visite. Il avait pris un soin
particulier de ce qui concernait la reine de Bavière, au service
d'honneur de laquelle il avait fait attacher des dames du palais de
l'impératrice. À la fin de janvier, tous les princes étaient retournés
chez eux; il ne restait à Paris que quelques membres de la famille de
l'empereur.

Au milieu de toutes ces distractions, l'empereur ne négligeait pas les
affaires publiques. Les Anglais avaient été forcés d'évacuer Flessingue
avec l'île de Walcheren, où les maladies avaient mis leur armée presque
tout entière à l'hôpital. Par suite de cette occupation de Flessingue
par les Anglais, l'empereur se plaignit au roi de Hollande de ce que ses
troupes n'avaient pas fait leur devoir[29]. Il y avait un petit fort
dans l'Escaut, appelé le fort de Bast, qui se rendit à la flotte
anglaise sans avoir tiré un coup de canon. Il prétendit que le port et
l'arsenal d'Anvers n'étaient pas suffisamment à couvert, avec des
voisins comme les Hollandais, et voulut, par suite de cette opinion,
prendre des arrangemens pour obtenir de lui une partie de la frontière
militaire de la Hollande de ce côté-là. Il trouva de la résistance dans
son frère, qui était aussi venu à Paris à l'occasion de la rupture du
mariage. Cette résistance devint sérieuse. Je ne sais qui est-ce qui
avait mis dans l'esprit du roi de Hollande que, pendant qu'il était à
Paris, l'empereur donnait des ordres aux troupes qui, depuis la paix
étaient revenues à Anvers, d'entrer à Berg-op-Zoom, Bois-le-Duc et
Breda, qui étaient les places de la nouvelle frontière que l'on voulait
occuper pour être maître de l'Escaut oriental et du reste du cours de la
Meuse, mais il est certain qu'il y avait un traître qui rapportait au
roi de Hollande des projets qu'il avait peut-être supposés lui-même à
l'empereur; car l'empereur, qui avait toujours des moyens particuliers
pour être informé de tout, fut averti que le roi se proposait d'envoyer
un courrier en Hollande, pour que ces trois places résistassent si les
troupes françaises se présentaient pour les occuper. On prétendit de
plus qu'il avait prescrit que quand même il y aurait un ordre de sa part
pour les remettre aux Français, il ne fallait pas y obtempérer avant
qu'il ne fût de retour dans ses états, voulant ainsi donner à penser
qu'il aurait peut-être perdu sa liberté, ou qu'on lui aurait surpris
cette transaction.

L'empereur, justement mécontent qu'on lui supposât un tel projet, le fut
particulièrement du mal que pouvait produire en Hollande une pareille
lettre, surtout lorsqu'il n'y avait aucun motif pour l'écrire. Il était
au Théâtre français, le soir du jour où il apprit ces détails; j'avais
eu l'honneur de l'accompagner. Il paraît qu'il était préoccupé de ce
qu'on lui avait dit, parce qu'il me fit approcher pour me donner à voix
basse l'ordre d'aller dire de sa part au ministre de la police de
prendre des mesures pour saisir aux barrières tous les courriers qui
partiraient de Paris pour la Hollande. Je trouvai le ministre chez lui;
il donna ses ordres en ma présence, et demanda ses chevaux en me disant
qu'il allait lui-même voir le roi de Hollande.

Il fallait bien qu'il craignît quelque chose par suite de ce qui avait
été rapporté à l'empereur, ou de ce que le roi de Hollande se proposait
de faire, parce que je ne lui avais rien dit, ne sachant rien moi-même.
Je vins rendre compte à l'empereur de l'exécution de ses ordres; il
était encore au spectacle, et parut un peu étonné que le ministre de la
police ait été voir le roi de Hollande aussi promptement. Voici comment
je me suis expliqué cela: le ministre de la police aimait à se mêler un
peu de tout, et ménageait tous les partis. Il est entré dans ma pensée
que c'était lui-même qui, après avoir jeté de l'inquiétude dans l'esprit
du roi, l'aurait entendu tenir quelques propos qu'il avait été rapporter
à l'empereur, et que, voyant l'ordre qu'il recevait de faire arrêter ses
courriers, il s'était hâté d'aller l'en avertir, afin qu'il prît des
précautions pour les dépêches importantes, laissant toutefois les
insignifiantes, afin que l'on saisît quelque chose qui prouvât que l'on
avait exécuté l'ordre donné. Arriva-t-il chez le roi avant ou après le
départ du courrier qui était parti ce soir-là, et qui fut arrêté à la
barrière: c'est ce que je ne sais pas; mais ce que j'ai fortement
soupçonné depuis, c'est que le courrier ayant été amené chez le ministre
de la police, celui-ci ne remit à l'empereur que ce qu'il convenait au
roi de Hollande de laisser voir, c'est-à-dire que si le courrier était
déjà parti lorsque le ministre a été chez le roi, il lui a rendu ses
dépêches, dont le roi a soustrait ce qu'il voulait, ou que s'il n'était
parti qu'après la visite du ministre, l'infidélité a été encore plus
facile.

Ce qu'il y a de certain, c'est que l'intention du roi était de résister
ouvertement, et que l'on attendait ses ordres en Hollande. Que portait
le courrier, si ce n'était cet ordre? L'empereur savait bien en quels
termes il était sur ce point avec le roi son frère, et n'était pas
surpris qu'il écrivît en conséquence en Hollande, où il savait que l'on
se disposait à la défense. Il fut bien plus étonné de ne rien voir dans
les dépêches qu'on lui apportait. Cela m'a donné à penser que le
ministre de la police ayant eu peur pour lui des suites d'une
explication qui aurait vraisemblablement eu lieu entre l'empereur et le
roi, si le ton des dépêches y avait donné lieu, il avait imaginé de les
duper tous deux, parce qu'indubitablement le roi se serait justifié en
disant que ses craintes venaient du ministre, et que l'empereur n'eût
pas manqué de dire à son frère que c'était ce même ministre qui l'avait
averti.

L'empereur ne dit rien, mais il n'en pensa pas moins, et je crois qu'il
mit cette anecdote au nombre de celles qu'il se proposait de ne pas
oublier lorsqu'il en serait temps.

Le roi de Hollande eut une belle occasion de se plaindre de la violence
qu'on lui faisait; les torts n'avaient pas l'air d'être de son côté;
mais cependant lorsqu'il vit l'empereur tellement prononcé pour obtenir
ce qu'il avait fait traiter officiellement par les relations
extérieures, il céda, et le maréchal Oudinot, qui était sur la
frontière, reçut ordre d'entrer en Hollande, et de prendre possession de
la partie cédée.

Après la paix, l'empereur avait fait retourner une grande quantité de
troupes vers l'Espagne, et le reste de l'armée était venu prendre des
quartiers dans les provinces allemandes dont le sort avait été remis à
sa disposition par les traités antérieurs. On s'écria beaucoup contre
cette mesure, qu'elle était une preuve que l'empereur cherchait déjà une
nouvelle guerre; on était dominé par la calomnieuse méchanceté, qui
empêchait de réfléchir que les troupes qui vivaient sur les provinces
étrangères, et qui étaient payées avec leur revenu, étaient autant de
dégrèvement pour le trésor public, qui aurait été dans l'obligation
d'envoyer au dehors des sommes énormes pour leur solde et entretien.

Les mêmes passions répliquaient qu'il n'y avait qu'à faire la paix! Mais
ce n'était que pour faire la paix qu'il gardait les provinces étrangères
et une aussi forte armée. Il avait dû la proportionner à toutes celles
que ses ennemis pouvaient lui opposer; il gardait les provinces
allemandes pour les rendre en retour de ce qu'il avait à demander à
l'Angleterre, tant pour lui que pour ses alliés.

Il n'avait aucun moyen de reconquérir les possessions françaises et
hollandaises d'outre-mer, dont les deux nations ont un égal besoin; mais
il avait en sa possession des provinces allemandes et des états entiers
à rendre ou à leur indépendance ou à leur ancienne domination, qui
étaient tous des alliés de l'Angleterre. Il fallait qu'il parvînt à
faire la paix avec elle de cette manière, ou que la guerre fût
éternelle.

L'Angleterre augmentait sa puissance dans les quatre parties du monde;
l'empereur n'augmentait la sienne qu'en Europe, et il ne retenait que ce
qui intéressait l'Angleterre, pour avoir en main de quoi régler ses
comptes avec elle. Croit-on, par exemple, que l'empereur eût jamais
voulu garder Dantzig, Lubeck, Hambourg, le Hanovre, la Hollande,
Erfurth, Fulde, etc, etc., etc.? Il aurait rendu tout cela pour le
rétablissement d'un équilibre dans les possessions d'outre-mer entre les
différentes puissances maritimes. Il y a même plus: c'est qu'il aurait
fini par séparer l'Italie de la France, si l'Espagne avait pu faire sa
révolution sans secousse ni guerre. Il n'a gardé l'Italie que pour la
préserver de ses anciennes habitudes, et en même temps pour en tirer des
moyens de résister à cette suite de coalitions qui se reformaient contre
lui aussitôt qu'il les avaient dissipées; s'il n'avait pas eu l'Italie,
il aurait succombé à la première entreprise qui eût été bien dirigée.
Elle lui donnait des hommes, de l'argent, des magasins, et mettait de
l'intervalle et des obstacles entre lui et ses ennemis. S'il avait
consenti à être indifférent envers l'Italie, il serait tombé de suite
moins qu'au rang de deuxième puissance. L'Italie ne pouvait être neutre;
la force des habitudes y reprenant son influence, elle eût été ingrate,
et eût bientôt porté tous nos moyens à nos ennemis; et l'empereur
n'ayant ni Naples ni l'Espagne, aurait été moins fort que ne l'était la
France avant la révolution, surtout lorsque le temps serait revenu où
les deux états auraient été gouvernés par des princes administrateurs,
et tout à la fois belliqueux qui auraient cherché à affermir leur
puissance en l'étendant.

Les princes, qui lui faisaient la guerre sous prétexte que sa puissance
troublait la sécurité de tout le monde, ne permettaient pas que l'on
s'effrayât de la leur, qui avait pris, pendant notre révolution et
avant, une extension au-delà de toutes bornes.



CHAPITRE XX.

Projets d'alliance.--L'empereur penche vers la Russie.--Réponse de
l'empereur Alexandre.--Intrigue.--Le chevalier de Florette.--M. de
Semonville.--Réponse de la cour de Vienne.--Embarras de l'empereur.--Il
consulte son conseil.--Diversité des opinions.


Nous étions à la fin de janvier 1810. Le divorce de l'empereur avait été
prononcé dans le mois précédent, et vraisemblablement il avait déjà
songé à former une nouvelle union avec une princesse qui, en resserrant
les liens d'une alliance utile pour la France, pourrait lui donner un
héritier que chacun regardait comme le seul obstacle au retour des
dissensions intestines.

Il n'y avait, à cette époque, de princesse en âge d'être mariée, dans
les familles qui régnaient sur de grands états, qu'en Russie; et en
Autriche S.A.I. madame l'archiduchesse Marie-Louise et une de ses soeurs,
plus âgées toutes deux que la princesse de Russie.

L'empereur n'avait alors que quarante ans, et quoique la disproportion
d'âge fût très-grande, il y avait plusieurs raisons qui l'avaient porté
à sacrifier les convenances particulières à la politique de l'état. Il
était, par inclination, attaché à l'empereur de Russie, avec lequel il
était en alliance, et, malgré le ressentiment que lui avait donné la
conduite de son armée dans la campagne qu'il venait de terminer, il
aurait encore saisi une occasion de resserrer des liens qui avaient paru
tant convenir à tous deux, d'autant plus que l'alliance avec la Russie
étant bien entretenue, et par conséquent bien observée, la paix ne
pouvait jamais être troublée en Europe. En second lieu, il n'y avait
rien entre ces deux grandes puissances qui s'opposât à une parfaite
intimité: elles étaient indépendantes l'une de l'autre, et leurs armées,
en se rencontrant, n'avaient appris qu'à s'estimer réciproquement; au
lieu qu'après tout ce qui s'était passé entre nous et l'Autriche, on ne
pouvait pas s'arrêter à l'idée de tourner ses regards vers ce côté.

On croit que c'est à la fin de décembre, ou au commencement de janvier
que l'empereur écrivit confidentiellement à M. de Caulaincourt, son
ambassadeur en Russie, relativement au projet qu'il avait de s'unir avec
la princesse Anne Paulowna, parce que je me rappelle qu'à un cercle au
château des Tuileries, après qu'il fut de retour de Trianon, il me
demanda à voix basse de lui désigner, parmi les dames qui étaient dans
le salon, quelle était celle dont la figure avait le plus de rapport
avec celle de la grande-duchesse Anne de Russie. Je me trouvais être le
seul Français de tout ce qui était là, qui avait eu l'honneur de la
voir; mais elle n'avait alors que seize ans, et quoiqu'elle promît déjà
beaucoup, j'eus de la peine à satisfaire sa curiosité. Il m'en reparla
encore une fois depuis, et je crois que si la réponse à la lettre qu'il
avait fait remettre par M. de Caulaincourt avait été telle qu'il la
désirait, il n'eût pas différé un moment à donner suite à ce projet. Il
l'attendait avec impatience, lorsqu'au lieu de ce qu'il espérait, il
reçut une lettre de l'empereur de Russie, qui n'acceptait ni ne
refusait[30].

Il fallait six semaines pour avoir une réponse à une demande faite de
Paris à Saint-Pétersbourg, parce que l'on accordait quinze jours pour la
communication officielle, et quinze jours à chaque courrier. Les six
premières semaines étaient donc passées en pure perte; mais pendant ce
temps-là les esprits travaillaient: on pariait pour et contre, parce que
dans une ville comme Paris, on sait tout, et on conjecture de tant de
manières différentes sur les choses que l'on ne sait pas, que souvent on
met le doigt sur la vérité.

On parlait assez du prochain mariage de l'empereur avec une princesse de
Russie, pour qu'il n'y ait plus qu'une opinion là-dessus, et chacun
cherchait déjà à se faire une position à la cour de la nouvelle
souveraine, lorsqu'un incident, oeuvre d'une intrigue, vint déranger tous
les calculs.

Depuis le dernier traité de paix, l'Autriche avait envoyé à Paris, comme
ambassadeur, M. le prince de Schwartzenberg (l'officier-général) sa
position était réellement pénible; et il fallait un bien grand
dévouement à son souverain pour venir occuper ce poste à Paris, après
des événemens aussi malheureux que ceux que l'Autriche avait éprouvés;
néanmoins il eut la constance d'y rester. Il avait chez lui des
assemblées auxquelles un grand nombre de personnes se rendaient.

La maison d'un ambassadeur ne manque jamais d'hommes assidus, lorsque le
dîner y est bon, et qu'avec cela le maître de la maison est poli. On
avait déjà commencé à prendre des habitudes chez le prince de
Schwartzenberg qui avait avec lui, comme chef d'ambassade, le chevalier
de Florette; celui-ci était fort connu à Paris, et je crois que c'est la
raison qui avait déterminé le choix qui en avait été fait.

M. de S***, sénateur, avait été autrefois ambassadeur de France en
Hollande, où il avait connu M. de Florette, qui y était employé à la
légation autrichienne dans ce pays[31].

Un certain soir, S*** étant chez l'ambassadeur d'Autriche (prince de
Schwartzenberg) y rencontra Florette, et dans un à parté que les
diplomates aiment toujours, S*** l'entretint des affaires du temps, et
du bruit qui courait du mariage prochain de l'empereur avec une
princesse de Russie; mais que cela n'était encore qu'un projet, parce
que rien n'était arrêté; en même temps il témoigna au chevalier de
Florette son étonnement de ce que la cour d'Autriche, qui avait de
belles princesses, ne faisait aucune démarche pour les faire préférer,
ajoutant que cela était maladroit, parce que c'était le seul moyen de
réparer les affaires; qu'il était d'ailleurs connu en Autriche que,
cette occasion une fois manquée, elles pourraient encore aller pis.

Le chevalier de Florette, soit qu'il soupçonnât quelque chose d'officiel
dans cette communication, ou qu'il la regardât comme une simple
conversation, ne manqua pas de répondre à M. de S*** comme un homme qui
était enchanté de l'entendre; et pour connaître le fond de la vérité de
ce qu'il lui disait, il lui répliqua que l'on serait sans doute très
flatté à Vienne de recevoir une proposition de cette nature, mais que la
bienséance ne permettait pas de parler de princesses dont le nom devait
être respecté, et qu'avant tout, il faudrait savoir comment cela serait
reçu aux Tuileries. Leur conversation finit là. M. de S*** vint
directement chez M. le duc de Bassano, secrétaire d'État; il le trouva
au moment où il allait partir pour travailler avec l'empereur. Il lui
rapporta la conversation qu'il venait d'avoir avec le chevalier de
Florette, avec cette différence qu'il la raconta comme si c'était M. de
Florette qui eût commencé à entrer en matière, et qui aurait dit: «Nous
n'osons point parler de nos princesses, parce que nous ne savons pas
comment cette proposition serait reçue, et malgré le désir que nous en
avons, nous devons attendre que les regards se tournent de notre
côté[32].»

Cette version était bien différente de la vérité l'on pouvait en induire
que l'Autriche désirait ce mariage, et avait même donné des instructions
secrètes à son ambassadeur, soit pour chercher à en parler, ou pour
répondre sur ce point, si le cas s'en était présenté. Dans la première
conversation, M. de S*** avait donné une sorte d'avis particulier à M.
de Florette, et il résultait de ce qu'il rapportait à M. de Bassano que
c'était M. de Florette qui lui avait fait entendre que l'Autriche
désirait cette alliance, pour laquelle elle n'osait se présenter de
crainte d'un refus. M. le duc de Bassano n'eut garde d'oublier de rendre
compte de cela à l'empereur; il le désirait, et l'empereur y prêta
l'oreille d'autant mieux, qu'il ne voyait pas net dans ce qui se passait
en Russie relativement à la question qu'il y faisait traiter. Comme rien
ne lui disait qu'elle se terminerait au gré de ses désirs, il chargea à
tout événement M. de Bassano de voir semi-officiellement le prince de
Schwartzenberg, comme s'il n'eût été question que d'approfondir quelles
seraient les intentions dans lesquelles on trouverait le cabinet de
Vienne sur cette proposition, si on la hasardait. L'ambassadeur ne put
que donner les meilleures assurances; mais demanda, pour plus de sûreté,
le temps d'expédier un courrier dont il ferait connaître la réponse à M.
le duc de Bassano: cela fut fait ainsi. Il y avait tant de brillant pour
les amours-propres particuliers dans cet événement, que l'on n'oublia
rien de tout ce qui pouvait le faire réussir; et en conséquence, le
sénateur, qui était ami du duc de Bassano, courut bien vite chez M. de
Florette pour lui dire où l'on en était avec la cour de Russie, afin
qu'il parût à la cour comme un homme bien informé, et qu'ils en
retirassent tout le petit crédit qui devait leur en revenir pour avoir
fait hâter cette négociation qui intéressait les deux pays.

Voilà donc un courrier sur le chemin de Vienne, pendant que l'on en
attendait un de Saint-Pétersbourg; il va et revient deux fois avant que
l'autre ait fait la moitié du chemin. Je ne pouvais comprendre quel
mauvais génie avait soufflé sur nos affaires avec ce pays-là, surtout
lorsque je vis que l'inquiétude de l'impératrice-mère sur l'âge trop
tendre de sa fille était à peu près sans réplique; mais au moins il n'y
aurait pas eu cette raison-là à alléguer, si l'aînée, qui avait alors
vingt ou vingt-un ans, avait encore été à marier. Que de conjectures il
est permis de tirer de cette malencontre! Pendant que la Russie faisait
des objections (car il fut un moment où l'empereur regardait la chose
comme faite, au point qu'il disait que cet événement amènerait sans
doute l'empereur de Russie à Paris); pendant, dis-je, qu'elle tardait à
se décider, le courrier de Vienne revint, apportant une réponse
satisfaisante à tout ce que l'on pouvait désirer, et à laquelle la
bienséance imposait de répondre avec le même empressement.

L'empereur se trouva donc placé entre une espérance, et une proposition
dont la conclusion dépendait de lui.

Il y avait beaucoup de raisons pour désirer de fixer promptement tous
les esprits, car chacun avait pris part à cet événement comme si cela
avait été sa propre affaire. À Paris, on aime tant à causer de tout, que
le mariage de l'empereur était devenu l'anecdote du jour et le sujet de
toutes les conversations. De son côté, il était aussi bien aise de se
voir marié, afin d'avoir l'esprit libre pour autre chose. Il voulut
cependant, dans cette grande occasion, consulter son conseil privé; il
fut assemblé aux Tuileries. Le roi de Naples, qui y fut un des plus
énergiques opposans à l'alliance autrichienne, M. l'archi-chancelier, M.
l'archi-trésorier, M. de Talleyrand, les ministres, au nombre desquels
était M. Fouché, en faisaient partie.

L'état de la question y fut posé tel qu'il était, c'est-à-dire, la
Russie ne disant pas non, mais alléguant des motifs de retard qui
couvraient peut-être d'autres projets étrangers à cet événement, tels
que quelques transactions politiques; et l'Autriche désirant l'alliance
de suite, et la présentant de bonne grâce.

L'empereur aimait à connaître les opinions de tout le monde; il demanda
d'abord ce qui vaudrait mieux pour la France, d'épouser une princesse de
Russie ou une princesse autrichienne. Beaucoup de voix furent en faveur
de la Russie, et l'empereur, en ayant demandé les motifs, eut occasion
de remarquer que le principal était la crainte qu'une princesse
autrichienne ne fût accessible à quelque ressentiment particulier par
suite de la mort du roi et de la reine de France, sa grande-tante. Or,
ce n'était là qu'une considération secondaire, qui intéressait quelques
personnes qui penchaient, par cette raison, pour la Russie, et
l'empereur n'ayant pas vu qu'on lui assignât des motifs raisonnables
pour en agir autrement, se décida pour S. A. I. madame l'archiduchesse
Marie-Louise, parce que son âge lui convenait mieux, et que la manière
avec laquelle l'Autriche la présentait était faite pour inspirer
beaucoup de confiance.

Cette décision une fois prise, on en mena l'exécution si rapidement, que
le même soir le contrat de mariage de l'empereur fut dressé, signé par
lui et envoyé à Vienne, en même temps que la demande en forme de la main
de S. A. I. madame l'archiduchesse Marie-Louise. Conséquemment, on
écrivit en Russie pour qu'il ne fût plus donné suite au projet que l'on
y avait formé. J'ai eu occasion, depuis, de me convaincre de l'opinion
que beaucoup de petits intérêts personnels avaient concouru à faire
changer aussi promptement les résolutions de l'empereur, et même que
quelqu'un, qui avait les facilités de l'approcher de très près, n'avait
pas nui aux projets de l'Autriche, pour réclamer, dans un autre temps,
l'intervention de cette puissance en faveur d'autres intérêts qui
devenaient étrangers à la France.

Comme ceci est purement une anecdote, quelque fondée qu'elle soit, je
n'ai pas jugé convenable de l'expliquer davantage. Lorsque l'empereur se
fut prononcé, tout le monde trouva qu'il avait pris le meilleur parti:
les uns disaient qu'une princesse russe aurait amené un schisme dans la
religion; d'autres, que l'influence russe nous aurait dominés de la même
manière qu'elle cherchait à s'établir partout. On aurait cependant pu
observer que l'exercice du rite grec n'aurait pas plus troublé l'église
que les protestans et les juifs.

Le peuple, c'est-à-dire la classe marchande, qui n'avait pas tout-à-fait
perdu confiance dans les augures, disait que les alliances avec
l'Autriche avaient toujours été fatales à la France, que l'empereur
serait malheureux, et mille autres prédictions superstitieuses dont la
fatalité a voulu qu'une partie se réalisât.



CHAPITRE XXI.

Voyage de Marie-Louise vers la France.--Impatience de l'empereur.--Il va
au-devant de la nouvelle impératrice.--Rencontre sur la route.--Arrivée
à Compiègne.--Propos indiscrets.--Cérémonie du mariage civil.


À cette grande époque de sa vie, l'empereur songea à y asseoir les noms
de ses plus anciens compagnons, et en les proclamant ainsi à la face de
la France, il leur donnait le témoignage d'un sentiment qui surpassait
sa bienveillance. Il envoya le prince de Neufchâtel pour demander la
main de l'archiduchesse Marie-Louise, en même temps qu'il envoya à
l'archiduc Charles une procuration pour l'épouser en son nom.

Depuis fort long-temps, il aimait le général Lauriston, qui avait été
son aide-de-camp. Il lui donna la commission d'aller à Vienne, et
d'accompagner l'impératrice jusqu'à Paris, comme capitaine des gardes.

Pour honorer la mémoire du maréchal Lannes (duc de Montebello), il nomma
sa veuve dame d'honneur de la nouvelle impératrice; il ne pouvait pas
lui donner une plus grande marque de son estime, car elle n'avait encore
alors aucun titre pour arriver à une position qui devait la mettre tout
d'un coup à la tête de la haute société.

Il fit partir sa soeur, la reine de Naples, pour aller jusqu'à Braunau, à
la rencontre de l'impératrice; elle était accompagnée de quatre dames
d'honneur. Nous avions encore à cette époque-là, à Braunau, le corps du
maréchal Davout qui achevait l'évacuation de l'Autriche. Il prit les
armes à l'arrivée de l'impératrice, et lui fit une réception aussi
brillante que cette petite ville pouvait le permettre.

La reine de Naples reçut l'impératrice à Braunau[33], où se fit la
cérémonie de la remise de sa personne par les officiers chargés par son
père de l'accompagner, de même que la remise de ses effets, et
l'impératrice, une fois habillée avec tout ce qui avait été apporté de
la garde-robe qui lui était destinée à Paris, passa tout-à-fait avec le
service de ses dames du palais, et donna audience de congé à tout ce qui
l'avait accompagné de Vienne, et qui allait y retourner. Tout cela se
fit à l'instant même, c'est-à-dire qu'une heure après son arrivée à
Braunau, tout était fini.

On partit de suite pour Munich, Augsbourg, Stuttgard, Carlsruhe et
Strasbourg. Elle fut reçue dans les cours étrangères avec un très-grand
éclat, et à Strasbourg avec enthousiasme: on attachait tant d'espérances
à ce mariage, que tous les coeurs volaient à sa rencontre.

L'empereur avait été à Compiègne pour la recevoir; toute la cour y
était. Il lui écrivait tous les jours par un page, qui allait à franc
étrier lui porter sa lettre et en rapporter la réponse. Je me rappelle
que, lorsque la première arriva, l'empereur ayant laissé tomber
l'enveloppe, on s'empressa de la ramasser et de venir la montrer au
salon, pour juger de l'écriture de l'impératrice: il semblait que ce fût
son portrait que l'on courait voir. On interrogeait les pages qui
revenaient d'auprès d'elle; en un mot, nous étions déjà devenus des
courtisans aussi empressés que le furent jamais ceux de Louis XIV, et
nous n'étions presque plus ces hommes qui avaient dompté tant de
peuples.

L'empereur n'était pas moins impatient que nous, et était plus intéressé
à connaître ce qui lui arrivait; il avait vraiment l'air amoureux. Il
avait ordonné que l'impératrice vînt par Nancy, Châlons, Reims et
Soissons. Il savait, pour ainsi dire, où elle se trouvait à chaque heure
de la journée.

Le jour de son arrivée, il partit lui-même le matin avec son
grand-maréchal, et s'en alla seul avec lui dans une voiture simple,
après avoir laissé ses ordres au maréchal Bessières, qui était resté à
Compiègne.

L'empereur prit ainsi le chemin de Soissons et de Reims, jusqu'à ce
qu'il rencontrât la voiture de l'impératrice, que son courrier fit
arrêter sans mot dire. L'empereur sortit de la sienne, courut à la
portière de celle de l'impératrice, qu'il ouvrit lui-même, et monta dans
la voiture. La reine de Naples, voyant l'étonnement de l'impératrice,
qui ne comprenait pas ce que cela voulait dire, lui dit: «Madame, c'est
l'empereur;» et il revint avec elle et la reine de Naples jusqu'à
Compiègne.

Le maréchal Bessières avait fait monter à cheval toute la cavalerie qui
était à la résidence. Cette troupe, ainsi que tous les généraux et
aides-de-camp de l'empereur, se rendit sur la route de Soissons, à un
pont de pierre, dont je ne me rappelle pas le nom, qui est cependant
très connu; mais c'est à ce même pont que Louis XV alla recevoir madame
la dauphine, fille de Marie-Thérèse, qui fut l'infortunée reine de
France.

Il était nuit lorsque l'impératrice arriva, et nous avions été mouillés
en l'attendant. Bien heureusement, il était inutile de chercher à
l'apercevoir, car je crois que nous nous serions mis sous les roues de
sa voiture pour en découvrir quelque chose.

La population de Compiègne avait trouvé moyen de se placer dans les
vestibules du château, et lorsque l'impératrice arriva, elle fut reçue
au pied du grand escalier par la mère et la famille de l'empereur, toute
la cour, les ministres et un grand nombre de personnes considérables. Il
est inutile de dire sur qui les yeux furent fixés depuis le commencement
de l'ouverture de la portière de la voiture jusqu'à la porte des
appartemens; tout était dans l'ivresse et dans la joie.

Il n'y eut point de cercle ce soir-là, chacun se retira de bonne heure.

Selon l'étiquette entre les cours étrangères, l'empereur était bien
l'époux de l'archiduchesse Marie-Louise; mais d'après le Code civil il
ne l'était pas encore: néanmoins on dit qu'il fit un peu comme Henri IV
avec Marie de Médicis. Au reste, je ne répète que les mauvais propos du
lendemain, parce que j'ai fait profession d'être véridique. Le monde
prétendait tout voir et tout savoir; quant à moi, qui y voyais clair
tout autant qu'un autre, je n'ai rien trouvé à redire à ce que je n'ai
pas vu, malgré ce qu'on en dit: mais si cela m'eût regardé, j'en eusse
fait tout autant.

C'était mon tour à coucher cette nuit-là dans le salon de service;
l'empereur avait été s'établir hors du château, à sa maison de la
chancellerie: on serait venu la nuit me dire que Paris brûlait, que je
n'aurais pas été le réveiller, dans la crainte de ne trouver personne.

Le lendemain fut un jour fatigant pour la jeune souveraine, en ce que
des personnes qu'elle connaissait à peine lui en présentaient une foule
d'autres qu'elle ne connaissait pas du tout.

L'empereur présenta lui-même ses aides-de-camp, qui furent flattés de
cette marque de bonté de sa part; la dame d'honneur présenta les dames
du palais et les autres personnes du service d'honneur.

Le lendemain du jour de cette présentation, l'empereur partit pour
Saint-Cloud avec l'impératrice; les deux services d'honneur suivirent
dans des voitures séparées; on n'entra point à Paris: on vint gagner
Saint-Denis, le bois de Boulogne et Saint-Cloud; toutes les autorités de
Paris s'étaient rendues à la frontière du département de la Seine, du
côté de Compiègne; elles étaient suivies de la plus grande partie de la
population, qui se livrait à la joie et à l'enthousiasme.

Il y avait à Saint-Cloud, pour la recevoir, un monde prodigieux: les
princesses de la famille impériale d'abord, parmi lesquelles on
remarquait la vice-reine d'Italie, qui venait pour la première fois à
Paris; la princesse de Bade, les dignitaires, les maréchaux de France,
les sénateurs, les conseillers d'État. Il était grand jour, lorsqu'on
arriva à Saint-Cloud.

Ce ne fut que le surlendemain qu'eut lieu la cérémonie du mariage civil
dans la galerie de Saint-Cloud. On avait dressé une estrade à son
extrémité, sur laquelle était une table avec des fauteuils pour
l'empereur et l'impératrice, des chaises et des tabourets pour les
princes et princesses; il n'y avait de présens que les personnes qui
étaient attachées à ces différentes cours. Lorsque tout fut disposé, le
cortège se mit en marche depuis les appartemens de l'impératrice, et
vint, en traversant les grands appartemens, par le salon d'Hercule dans
la galerie, où il se plaça, d'après l'ordre de l'étiquette, sur
l'estrade qui avait été préparée. Tout le monde avait sa place désignée,
de sorte que, dans un instant, il régna beaucoup d'ordre et un grand
silence.

L'archi-chancelier était à côté d'une table recouverte d'un riche tapis
de velours, sur laquelle était un registre que tenait M. le comte
Regnault de Saint-Jean-d'Angely, secrétaire de l'état civil de la
famille impériale. Après avoir pris les ordres de l'empereur, le prince
archi-chancelier lui demanda à haute voix: «Sire, Votre Majesté a-t-elle
intention de prendre pour sa légitime épouse S. A. I. madame
l'archiduchesse Marie-Louise d'Autriche, ici présente?» L'empereur
répondit: «Oui, monsieur.» Alors, l'archi-chancelier, s'adressant à
l'impératrice, lui dit: «Madame, est-ce la libre volonté de V. A. I. de
prendre pour son légitime époux S. M. l'empereur Napoléon, ici présent?»
Elle répondit: «Oui, monsieur.» Alors l'archi-chancelier, reprenant la
parole, déclara au nom de la loi et des institutions de l'empire que S.
M. l'empereur Napoléon et S. A. I. madame l'archiduchesse Marie-Louise
d'Autriche étaient unis en mariage. Le comte Regnault de
Saint-Jean-d'Angely présenta l'acte à signer à l'empereur, puis à
l'impératrice, et ensuite à tous les membres de la famille[34], ainsi
qu'aux personnes dont l'office leur permettait d'avoir cet honneur.

Après la cérémonie, le cortége se remit dans le même ordre pour
retourner aux appartemens. C'était pour le lendemain que chacun
réservait sa curiosité, et effectivement personne n'était préparé à
l'imposant spectacle dont un million de Français furent témoins. Pour le
représenter fidèlement, il n'est pas besoin de préparer son imagination
à voir tout en beau, parce que l'on ne peut pas tomber dans
l'exagération en peignant tout ce qui fut étalé en pompe, en
magnificence et en luxe ce jour-là.



CHAPITRE XXII.

Cortége.--Entrée à Paris.--Cérémonie religieuse aux Tuileries.--Conduite
des cardinaux.--Explication à ce sujet.--Départ de l'empereur et de
l'impératrice pour la Belgique.--Canal de Saint-Quentin.--Anvers.--M.
Decrès.--Immenses résultats dus aux talens et à l'activité de ce
ministre.--Retour de l'empereur à Paris.--Effet que produit la nouvelle
impératrice.


Jamais aucune cour ne déploya autant de magnificence, et quoique je
parle en présence de beaucoup de contemporains qui liront ces Mémoires,
je ne puis m'empêcher de retracer au souvenir de ceux qui auront encore
du plaisir à se les rappeler, les détails de cet événement, auquel
chacun participait à l'envi, et que personne n'eût osé croire aussi
voisin d'une catastrophe[35].

L'empereur et l'impératrice partirent de Saint-Cloud dans la même
voiture, attelée de huit chevaux isabelles; une autre voiture vide,
attelée de huit chevaux gris, la précédait[36]; c'était celle destinée
pour l'impératrice. Trente autres voitures à fond d'or, superbement
attelées, composaient le cortége; elles étaient remplies des dames et
officiers des services d'honneur, ainsi que ce qui devait, par ses
emplois, avoir l'honneur d'y être admis. Toute la garde à cheval
escortait ce convoi, qui partit de Saint-Cloud vers huit à neuf heures
du matin. Il passa par le bois de Boulogne, la porte Maillot, les
Champs-Élysées, la place de la Révolution, le jardin des Tuileries, où
toutes les voitures passèrent par-dessous le grand péristyle, en
s'arrêtant pour donner aux personnes qui étaient dedans le temps de
mettre pied à terre.

Depuis la grille de la cour du château de Saint-Cloud, les deux côtés du
chemin étaient bordés d'une multitude qui paraissait si considérable,
qu'il fallait que la population des campagnes fût accourue à Saint-Cloud
et à Paris ce jour-là.

Cette foule allait en augmentant à mesure que l'on approchait de Paris;
à partir de la barrière jusqu'au château des Tuileries, elle était
inconcevable. Le long des Champs-Élysées, il y avait, de distance en
distance, des orchestres qui exécutaient des morceaux de musique. La
France avait l'air d'être dans l'ivresse. Comme chacun faisait à
l'empereur des sermens de fidélité, de dévoûment! Comme il eût été taxé
de folie celui qui eût osé prédire alors tout ce que l'on a vu depuis!

Lorsque toutes les voitures furent arrivées, le cortége se reforma en
ordre dans la galerie de Diane aux Tuileries, et marcha par un couloir
qui avait été pratiqué exprès pour arriver à la galerie du Museum, dans
laquelle il entra par la porte qui est à son extrémité du côté du
pavillon de Flore.

Ici commençait un nouveau spectacle: les deux côtés de cette immense
galerie étaient garnis, d'un bout à l'autre, d'un triple rang de dames
de la bourgeoisie de Paris; rien n'égalait la variété du tableau
qu'offrait cette quantité de jeunes personnes de toutes conditions,
parées de leur jeunesse encore plus que de leurs ajustemens.

Le long des deux côtés de la galerie régnait une balustrade, afin que
personne ne dépassât l'alignement, en sorte que le milieu de ce beau
vaisseau restait libre; et c'est par là que s'avançait le cortége, que
tout le monde put dévorer des yeux jusqu'à l'autel. Le vaste salon qui
est au bout de la galerie où se faisait ordinairement l'exposition des
tableaux, avait été disposé en chapelle. On avait établi dans tout son
pourtour un triple rang de loges magnifiquement ornées; elles étaient
toutes remplies des dames les mieux mises, ainsi que de tout ce qu'il y
avait de plus considérable à Paris à cette époque. Le grand-maître des
cérémonies plaçait les personnes du cortége à mesure qu'elles arrivaient
dans la chapelle; on ne pouvait pas désirer plus d'ordre qu'on en
observa dans cette cérémonie.

La messe fut célébrée par S. E. monseigneur le cardinal Fesch, et le
mariage la suivit. C'est ici le moment de parler d'une anecdote qui fut
remarquée de beaucoup de monde, et qui eut des suites fâcheuses.

Le ministre des cultes avait convoqué tout le haut clergé qui se
trouvait à Paris, ainsi que les évêques les plus voisins. Tous
assistèrent à la cérémonie en habits pontificaux; il n'y manqua que les
cardinaux, qui, excepté deux qui se présentèrent à la messe, ne prirent
pas même le soin de faire connaître les motifs de leur absence.
J'expliquerai cela tout à l'heure; mais le mariage n'en eut pas moins
lieu. Le cortége retourna dans le même ordre au château des Tuileries,
où l'empereur resta quelques jours pour recevoir les félicitations de
toutes les autorités et des différens corps administratifs.

Il avait la conduite insolente des cardinaux dans l'esprit. Il blâma
d'abord le ministre de la police de n'avoir pas su leur projet ou de ne
l'avoir pas prévenu; mais les cardinaux n'y perdirent rien: il commença
par les exiler de Paris, et les envoya demeurer dans des lieux
différens, à cinquante lieues de la capitale au moins.

Ces cardinaux se trouvaient à Paris depuis que le pape avait été amené à
Savone. L'empereur attendait qu'il eût un moment de loisir pour
s'occuper des affaires ecclésiastiques, et, à cette fin, il avait mandé
près de lui le sacré collége; le mariage arriva avant qu'il eût pu y
donner quelques soins, et ces prélats saisirent cette occasion de
montrer le mauvais esprit dont ils étaient animés.

À Paris, ils étaient sous la direction du ministre des cultes, qui
n'avait pas manqué de les inviter, chacun séparément et par écrit, à se
trouver à la chapelle des Tuileries le jour du mariage de l'empereur; et
leur bouderie aurait pu faire grand mal à l'effet moral que produisait
ce grand événement, si le bon sens n'avait pas été plus fort que les
passions des ennemis de l'empereur, qui, n'osant pas approuver la
conduite des princes de l'église, ne manquèrent pas de répandre que le
pape leur avait défendu d'assister à cet hymen. Dans un autre temps, on
aurait levé les épaules de pitié à une pareille conduite; mais comme
nous avions beaucoup d'âmes pieuses sur lesquelles elle pouvait faire un
mauvais effet, on jugea à propos de la réprimer d'une manière
exemplaire. L'empereur aurait eu grand tort d'en agir autrement: il
devait sévir contre des hommes qui venaient, dans le palais même du
gouvernement, dire à l'épouse du chef de l'État qu'elle ne pouvait pas
être unie légitimement en mariage avec celui qu'elle épousait de l'aveu
de sa famille, en présence de l'Europe entière et de la patrie; c'est
comme s'ils lui avaient dit: «Vous ne pouvez pas être la femme légitime
de l'empereur; c'est à vous de voir si vous consentez à être sa
concubine.» Il n'y avait pas d'autre interprétation à donner à leur
conduite, et c'est ce qui irrita particulièrement l'empereur, qui, dans
cette occasion, fut trop bon envers des insensés qui, oubliant la
sainteté de leur ministère, ne s'en servaient que pour jeter de l'odieux
sur une jeune princesse qu'il y avait tant d'intérêt à montrer dans
toute sa pureté à la nation entière, dont les regards étaient fixés sur
elle.

Quel motif prétendaient-ils alléguer? Que l'empereur était marié, que le
pape n'avait point autorisé son divorce? Il y a eu un acte délivré à ce
sujet par l'officialité de Paris. J'ai déjà dit que l'empereur n'avait
point été marié devant l'église avec l'impératrice Joséphine,
conséquemment l'église n'avait rien à voir dans son divorce; il était
marié civilement: or, les lois prévoyaient le cas de divorce; l'on
n'avait rien fait que d'après elles. Suivant les dogmes de ces
perturbateurs, ce devait plutôt être la première femme de l'empereur qui
aurait dû être considérée comme une concubine que celle qu'il prenait
devant l'église.

Mais si ce n'était pas ce motif qui les a portés à commettre cet acte
d'inconvenance, il ne pouvait y avoir que la raison d'excommunication:
or, s'il en eût été ainsi, l'empereur aurait encore eu un bien grand
tort de ne pas faire enfermer des excitateurs qui ne venaient en France
que pour prêcher la désobéissance et mettre le schisme dans l'église;
car enfin il en serait résulté, tôt ou tard, que les prêtres des
paroisses auraient dû prêcher la croisade contre lui.

Il n'y a pas un souverain qui n'eût tiré une vengeance éclatante de
cette conduite; et s'il ne l'a pas punie comme elle le méritait, c'est
qu'un esprit fort comme le sien s'est mis au-dessus de cette
tracasserie. Il en a cependant tiré de la force pour répondre aux
argumens qu'on lui fit, lorsque, quelques mois après, il voulut terminer
les affaires du clergé. J'en parlerai un peu plus bas.

Peu de jours après les grandes cérémonies du mariage, l'empereur
retourna à Compiègne avec l'impératrice. Ce voyage fut composé d'une
société brillante et choisie, et le temps se passait en plaisirs. Tout
le monde admirait comme l'empereur était aux petits soins pour sa
nouvelle épouse; il faisait tous les jours inviter quelques personnes à
dîner, pour lui fournir des occasions de connaître celles dont il
voulait la voir approcher. Elle avait une grande timidité qui lui avait
gagné beaucoup de coeurs, et on était heureux pour elle de voir
l'empereur la soigner autant qu'il le faisait.

On ne resta pas plus de huit jours à Compiègne. Avant qu'il emmenât
l'impératrice faire un voyage en Belgique, il passa par St-Quentin; de
Saint-Quentin pour venir à Cambrai, il passa sous la voûte souterraine
du canal qui joint l'Escaut à l'Oise; ce canal était achevé, et avant
d'y introduire les eaux, l'empereur voulut passer dans le lit encore à
sec. Ce grand travail est tout-à-fait son ouvrage, et il portera à la
postérité le témoignage de ses sollicitudes pour tout ce qui intéressait
l'amélioration de position des provinces où il était possible d'exécuter
d'aussi grandes conceptions. Certainement si l'empereur ne fût pas venu
au gouvernement, ce canal, qui était projeté long-temps avant lui,
n'aurait jamais été achevé.

De Cambrai, il alla à Bruxelles, et de Bruxelles à Anvers. Ce voyage
était un véritable triomphe, on n'était fatigué que de plaisirs et
d'honneurs.

Le grand-duc de Wurtzbourg en faisait partie, ainsi que la reine de
Naples; plusieurs ministres, tant Français qu'étrangers, accompagnaient
aussi l'empereur. M. le comte de Metternich était du nombre. De
Bruxelles à Malines, l'empereur fit voyager l'impératrice en bateau par
le canal de navigation qui joint ces deux villes. Il s'arrêta avant
d'arriver à Malines pour s'embarquer sur le Ruppel, dans des chaloupes
de la marine militaire, que le ministre de la marine avait fait remonter
dans cette rivière jusqu'à Ruppelmonde.

Nous fûmes de là par eau jusqu'à Anvers, et l'empereur n'avait pris ce
moyen que pour voir lui-même les vaisseaux de l'escadre d'Anvers, que le
ministre de la marine avait été obligé de faire remonter jusque dans la
rivière de Ruppel pendant que les Anglais occupaient Flessingue, d'où
l'on craignait qu'ils n'entreprissent de les brûler, comme ils avaient
fait de ceux de Rochefort dans la même campagne.

Quelques vaisseaux étaient redescendus à Anvers, et nous n'en trouvâmes
plus que six dans le Ruppel. Nous arrivâmes à Anvers à travers un nuage
épais de fumée de poudre à canon, occasionné par le salut que fit chaque
bâtiment de guerre en voyant passer les canots qui portaient l'empereur
et sa suite. C'était presque l'effet d'une bataille navale.

Nous restâmes huit jours à Anvers; l'empereur y fut retenu aussi
long-temps, parce qu'il fallut résoudre une difficulté qui se
renouvelait tous les ans; c'était de trouver un moyen d'abriter les
vaisseaux des dommages que leur occasionnaient les glaces à la fin de
chaque hiver. On avait été obligé jusqu'alors d'avoir recours à des
expédiens sur lesquels on ne pouvait pas trop compter. De la multitude
de projets qui furent soumis à l'empereur, il n'adopta que celui de
creuser un bassin dans l'intérieur de la ville, et de lui donner assez
de capacité pour contenir toute l'escadre. Il n'y avait que la
prodigieuse activité de l'empereur qui pût faire exécuter de pareils
projets presque aussitôt qu'ils étaient conçus; je dis presque aussitôt,
car je crois que cet énorme bassin fut en état de recevoir la flotte au
mois de novembre ou de décembre, et nous étions alors dans les premiers
jours de mai.

Ce port d'Anvers présentait chaque année quelque nouveau prodige.
Certes, le ministre de la marine, M. Decrès, contre lequel on criait
tant, ne pouvait pas mieux répondre à ses ennemis qu'en leur disant:
Imitez-moi; car, toute partialité à part, il est un des hommes de cette
époque qui savait le mieux entendre et exécuter les idées de l'empereur.

Il a créé plus de moyens maritimes, c'est-à-dire de vaisseaux et de
frégates, qu'on n'en avait construit avant lui depuis Louis XIV, à quoi
il faut ajouter le port de Cherbourg, ouvrage au-dessus de tout ce qu'on
vante tant des Romains; celui d'Anvers, ses chantiers, son bassin;
l'élargissement de l'ouverture de celui de Flessingue, de manière à y
faire entrer les plus gros vaisseaux de guerre; l'augmentation du port
de Brest, et enfin, dans le temps, la nombreuse flottille de Boulogne.
Si avec tous ces immenses résultats nous n'avons pas eu une marine,
est-ce de la faute de cet habile ministre? Non, sans doute, il ne
manquait que des hommes.

On n'embarquait plus que des conscrits, que l'on faisait matelots comme
on les aurait faits soldats. Aussi toutes les fois qu'un bâtiment était
rencontré en sortant, il était pris; mais s'il parvenait à gagner la
haute mer, et à la tenir pendant quelques mois, son équipage s'était
formé, et il pouvait, sans aucun danger, se mesurer avec un bâtiment de
la même force que lui. On a été fort injuste envers le ministre de la
marine, en lui attribuant nos désastres.

L'empereur vit lancer un vaisseau, puis il fut faire une reconnaissance
du cours de l'Escaut et de tous ses bras.

Son frère, le roi de Hollande, qui retournait de Paris à Amsterdam,
passa à Anvers pour prendre congé de lui. En poursuivant son voyage, il
évita de passer par le pays qu'il venait d'être forcé de céder à la
France.

En partant d'Anvers, l'empereur alla voir Berg-op-Zoom, Breda,
Gertruidenberg, Bois-le-Duc, ainsi que toute la fortification du cours
de la Meuse. Il revint par Laken, Gand, Ostende, Lille, Calais,
Boulogne, Dieppe, le Havre et Rouen. Il était de retour à Saint-Cloud le
1er juin.

Attaqué d'une fièvre violente à Breda, j'avais obtenu de revenir à
Paris. J'ai été bien étonné de lire, il n'y a pas long-temps, dans les
Mémoires de M. Ouvrard, que l'empereur m'avait envoyé à Paris pour
l'observer, lui, M. Ouvrard. En vérité, il se fait bien de l'honneur, et
il se croit sans doute un personnage bien important. Il aurait été, en
tout cas, le premier individu qui eût été pour moi l'objet d'une
semblable mission. D'ailleurs, qu'il se persuade bien que, si la chose
avait été comme il le dit, je ne lui aurais pas fait d'autre honneur que
de le placer en lieu sûr, si cela en avait valu la peine; comme je l'ai
fait la seule fois qu'on m'ait jamais parlé de lui, ainsi qu'on le verra
dans le chapitre suivant.

Au retour de ce voyage de Belgique, l'impératrice avait déjà une idée
des Français; elle en avait été bien reçue partout, et commençait
elle-même à s'accoutumer à un pays où tout ce qu'elle voyait pouvait lui
donner l'espérance d'y vivre heureuse long-temps. Elle avait reçu cette
excellente éducation qui l'avait persuadée qu'une femme ne doit pas
avoir de volonté, parce qu'elle ne pouvait pas savoir à qui elle était
destinée; il aurait été question d'aller vivre dans les déserts, qu'elle
n'aurait pas fait la moindre observation. Habitudes passives qui plus
tard nous ont fait bien du mal.

On commençait à l'aimer et à se féliciter d'avoir une souveraine exempte
d'intrigues, et dans l'esprit de laquelle chacun pourrait être en bonne
situation, sans avoir rien à redouter des suites des bavardages de cour.
Les personnes qui venaient à la cour de loin en loin, et qui dès-lors la
voyaient moins, prenaient pour de la roideur cette timidité naturelle
qu'elle a conservée jusqu'au jour où elle nous a quittés. Ces personnes
avaient tort, et je crois qu'elles s'en faisaient accroire à
elles-mêmes, par suite de leur habitude de tout rapporter à la vieille
cour de Versailles. Une chose contribuait encore à rendre l'impératrice
timide pendant les premiers mois de son séjour en France; c'est qu'elle
parlait le français moins facilement en arrivant qu'elle ne l'a parlé
depuis. Elle le comprenait très-bien; mais dans une conversation où elle
aurait été obligée de s'observer parler, la construction de nos phrases
lui demandait quelque soin, ce qui l'obligeait en quelque sorte à faire
mentalement la traduction de la phrase allemande, qui lui venait sans
effort, en langue française, dont les expressions n'arrivaient pas aussi
vite.

Elle ne s'est jamais aperçue combien ce léger embarras que l'on
remarquait en elle, dans ces occasions, lui donnait de grâces.



CHAPITRE XXIII.

M. Ouvrard.--Ordre de son arrestation.--Détails à ce sujet.--Anecdote
curieuse.--Le sénateur désappointé.--L'empereur me nomme ministre de la
police.--Sensation que fait cette nouvelle à Paris.--M. Fouché me laisse
un renseignement.--Instructions que me donne l'empereur.


Il y avait à peine huit jours que l'empereur était de retour à
Saint-Cloud, qu'il arriva un changement de ministère. On lui avait dit
que le ministre de la police négociait avec l'Angleterre, et que le
sieur Ouvrard, que l'on ne croyait avoir été qu'en Hollande, avait été à
Londres, et avait rapporté des lettres à M. le duc d'Otrante. On
accompagnait cela de détails si positifs, que l'empereur le crut et
voulut savoir la vérité. Il se détermina à faire arrêter le sieur
Ouvrard, mais comme il se méfiait du ministre de la police, il me fit
donner directement l'ordre de faire faire cette arrestation dans le jour
même, et cela avant la fin du conseil des ministres, qui se tenait ce
jour-là à Saint-Cloud, sans quoi M. Ouvrard serait averti, et je ne le
trouverais plus; et, une fois arrêté, de le faire conduire en prison où
il devait être mis au secret. J'étais à Saint-Cloud moi-même lorsque je
reçus cet ordre écrit de la main et signé de M. le duc de Bassano, qui
me l'apporta dans le salon où j'étais. Je ne connaissais ni la demeure
ni la figure de M. Ouvrard; de plus, il était deux heures, et le conseil
des ministres finissait ordinairement entre cinq et six heures. Depuis
que j'avais l'honneur de servir l'empereur, c'était la seconde fois
qu'il me faisait donner un ordre semblable: dans les deux cas, il avait
lieu de suspecter de l'infidélité de la part du ministre de la police.

Cela ne m'était jamais arrivé auparavant, et cela ne m'arriva jamais
depuis, c'est-à-dire que, pendant seize ans, il ne s'est servi que deux
fois de moi, dont on croyait qu'il se servait tous les jours, pour de
semblables missions.

Je revenais à Paris en rêvant par quel moyen je connaîtrais la demeure
de M. Ouvrard, lorsqu'il me vint dans la pensée qu'une personne que je
connaissais à Paris pourrait me donner son adresse. J'y allai, et sans
lui avoir dit un mot du motif de ma visite, elle me pria de ne pas
rester, mais de revenir, si je le désirais, vers cinq heures, parce
qu'elle attendait deux visites pour lesquelles on lui avait demandé de
fermer la porte; j'insistai pour rester et ne voulus point sortir
qu'elle ne m'eût dit qui elle attendait. Comme cette personne croyait
n'avoir aucune raison pour taire ces deux visites, elle me nomma M. de
Talleyrand et M. Ouvrard. Quand cette rencontre eût été faite pour moi,
elle n'aurait pu arriver plus à propos pour m'aider à trouver quelqu'un
que je ne connaissais pas, et qu'il fallait avoir dans un temps donné.

J'eus l'air contrarié de cette visite et mis une espèce d'instance pour
que je ne trouvasse plus personne à cinq heures, ayant quelque chose à
lui dire en particulier: on me le promit. Je courus bien vite au
quartier des gendarmes dont j'étais le colonel, et je choisis un
capitaine, homme de fort bonne compagnie (il avait été avant la
révolution écuyer de main de Mme la comtesse d'Artois), incapable de
manquer aux bienséances comme à son devoir, et qui, en même temps,
connaissait de vue M. de Talleyrand. J'avais fait d'avance tous les
ordres écrits dont il pouvait avoir besoin; je lui dis de quoi il était
question, et lui donnai les renseignemens que je venais d'acquérir
fortuitement. Il alla droit à la maison que je lui avais indiquée; il ne
s'en laissa pas refuser la porte, je l'en avais prévenu, et il arriva
effectivement jusqu'au salon, où il trouva M. de Talleyrand, qu'il
connaissait, avec M. Ouvrard, qu'il cherchait et qu'il ne connaissait
pas: il engagea la conversation avec lui comme ayant à lui parler en
particulier.

M. Ouvrard sortit, il lui montra les ordres dont il était porteur, et
s'en fit suivre dans une voiture qu'il avait préparée pour le conduire à
Vincennes. Arrivé à ce château, le concierge ne voulut pas le recevoir
sans un ordre du ministre de la police, de sorte que l'on fut obligé de
déposer M. Ouvrard au greffe jusqu'à ce que l'on fût venu à Paris
demander à M. le duc d'Otrante l'ordre dont on avait besoin; j'avais
oublié que cette formalité était nécessaire, et si, comme on le prétend,
j'avais eu une surveillance quelconque dans cette maison, j'aurais bien
pu en faire ouvrir la porte sans le secours de M. le duc d'Otrante. On
le trouva comme il revenait de Saint-Cloud; il avait reçu des ordres de
l'empereur, et ne refusa point ceux qu'on lui demandait concernant M.
Ouvrard. Mais il eut encore une belle occasion d'accabler la gendarmerie
de mille autres faits étrangers à celui-ci. Lorsqu'il sut comment M.
Ouvrard avait été trouvé, il se persuada qu'on me l'avait livré par
perfidie; il en a voulu à cette personne, qui n'en était pas plus
coupable que lui. Il lui dit tant de balivernes sur moi, que pendant
long-temps nous vécûmes en bouderie ouverte, tellement que je me promis
bien de le revaloir à M. Fouché.

J'étais retourné le soir du même jour à Saint-Cloud. L'empereur, en me
voyant arriver, me demanda si j'avais trouvé M. Ouvrard, et sur ma
réponse, il donna quelques ordres que je ne me rappelle pas.

Le jeudi et le vendredi se passèrent ainsi sans nouvelles; le samedi,
j'étais de service près de lui, et il ne me dit pas un mot. Le
lendemain, qui était un dimanche, en entrant dans le salon où il donnait
le lever, il me vit encore, parce que l'aide-de-camp qui descendait de
service y entrait d'ordinaire avec celui qui le montait. C'est seulement
alors qu'il me demanda si je restais à Saint-Cloud, et sur ma réponse
négative, il me dit de ne pas partir, qu'il me ferait appeler dans la
journée.

Il y eut messe comme à l'ordinaire, et l'on y vit les personnes qui
étaient accoutumées d'y venir. Aucun changement ne s'annonçait encore;
après la messe, étant resté absolument seul, je crus que l'empereur
m'avait oublié, et je m'en fus chez la duchesse de Bassano lui demander
à dîner, voulant me tenir à portée de revenir, si on m'appelait, et ne
m'en aller qu'après que l'empereur serait couché. Madame de Bassano
habitait une maison de campagne située à Sèvres, absolument en face du
pont. J'étais loin de croire que je reviendrais un jour sur des détails
qui ne me paraissaient mériter alors aucune attention.

Pendant que j'étais chez madame la duchesse de Bassano à attendre son
mari pour dîner, nous le vîmes arriver de Paris, menant dans sa voiture
M. le comte de S***, sénateur; j'étais si accoutumé à voir sortir des
portefeuilles de la voiture de M. le duc de Bassano que je ne fis pas
attention que, dans le nombre de ceux que l'on en retirait, il se
trouvait celui du ministre de la police; mais je remarquai bien que l'on
sortait de cette voiture un paquet à M. le comte de S***, lequel paquet
renfermait un habit de sénateur avec tout ce qui en dépend, et enfin une
épée et un chapeau à plumes. Comme j'avais vu le sénateur à la messe le
matin, je ne pouvais concevoir comment il était retourné à Paris, ayant
à revenir à Saint-Cloud aussi promptement; je le lui demandai, et il me
répondit qu'il avait à faire des visites à de vieilles douairières à
Versailles, et qu'il attendait sa voiture pour y aller.

M. le duc de Bassano avait des comptes à rendre à l'empereur avant de
dîner, en sorte que nous fûmes obligés de l'attendre, et pendant
l'intervalle nous allâmes, M. de S*** et moi, faire une promenade dans
le parc; c'est lui qui m'apprit que le ministère de la police venait
d'être retiré à M. Fouché, et que M. le duc de Bassano était dans le
moment allé en reporter le portefeuille à l'empereur. Alors je commençai
à m'expliquer ce que signifiaient le paquet, l'épée et le chapeau, ainsi
que le retour du sénateur. Je voulus lui en faire mon compliment, qu'il
refusa, en me protestant qu'il ne voulait rien au monde.

Pendant que nous étions à nous promener, il arriva à cheval un piqueur
des écuries de l'empereur avec un deuxième cheval de main; il venait me
chercher au plus vite. J'étais en bas de soie, et dans une toilette fort
peu convenable à un écuyer. Néanmoins, le piqueur me pressant,
j'imaginai de mettre mes souliers dans ma poche, et de passer les bottes
de M. de Bassano par-dessus mes bas de soie. Dans la maison que je
quittais, on était à cent lieues de se douter de ce qui allait
m'arriver, et on riait autant que moi de mon accoutrement. J'arrivai à
Saint-Cloud au galop, et rechaussai mes souliers au vestibule pour
entrer aux grands appartemens. L'empereur était las de m'attendre; il
allait monter en calèche pour faire sa promenade accoutumée avec
l'impératrice, lorsqu'on m'annonça. Il me fit entrer tout seul, quoique
M. l'archi-chancelier fût là, qui savait tout et ne disait rien; puis en
souriant, l'empereur me dit: «Eh bien! Savary, voilà une grande affaire;
je vais vous faire ministre de la police. Vous sentez-vous la force de
remplir cette place?» Je répondis que je me sentais bien le courage de
lui être dévoué toute ma vie; mais que je n'avais aucune idée de cette
besogne, à quoi il répliqua que tout s'apprenait.

Il fit entrer de suite l'archi-chancelier et M. le duc de Bassano, qui
me remit la formule du serment, que je prêtai, et auquel, certes, je
n'ai pas manqué.

Je revins avec M. le duc de Bassano dîner chez lui; il me recommanda de
n'en rien dire, et cela était inutile; j'étais plus mort que vif. Il n'y
avait pas de voyages ni d'événemens auxquels je ne fusse plus préparé
qu'à occuper un emploi de cette espèce. J'en eus une courbature, et ne
pus ni manger ni parler pendant le dîner, après lequel le sénateur et la
maîtresse de la maison s'approchèrent du duc de Bassano pour lui
demander des nouvelles de la nomination du ministre. Je l'entendis leur
répondre, en me montrant de l'oeil: «Le voilà, le ministre de la police.»
Ils en parurent aussi étonnés que moi. Le sénateur n'alla point faire de
visites aux douairières de Versailles, et remporta son paquet à Paris.

Nous allâmes à Paris, M. le duc de Bassano et moi, pour qu'il me fît
remettre l'hôtel du ministère de la police. Je ne rentrai chez moi que
fort tard, n'ayant nulle envie de dormir, et ne pouvant m'accoutumer à
l'idée de quitter ma profession pour prendre des fonctions dont j'avais
réellement peur.

Le lendemain, lorsqu'on lut cette nomination dans le _Moniteur_,
personne ne voulait y croire. L'empereur aurait nommé l'ambassadeur de
Perse, qui était alors à Paris, que cela n'aurait pas fait plus de peur.
J'eus un véritable chagrin de voir la mauvaise disposition avec laquelle
on parut accueillir la nomination d'un officier-général au ministère de
la police, et si je ne m'étais senti une bonne conscience, je n'aurais
pas trouvé le courage dont j'avais besoin pour résister à tout ce que
l'on disait à ce sujet.

J'inspirais de la frayeur à tout le monde; chacun faisait ses paquets,
on n'entendait parler que d'exils, d'emprisonnemens et pis encore; enfin
je crois que la nouvelle d'une peste sur quelque point de la côte
n'aurait pas plus effrayé que ma nomination au ministère de la police.
Dans l'armée, où l'on savait moins ce que c'était que cette besogne, on
trouva ma nomination d'autant moins extraordinaire, que tout le monde
croyait que j'y exerçais déjà quelque surveillance; cependant je puis
assurer sur l'honneur qu'avant d'être ministre, l'empereur ne m'a jamais
chargé d'aucune mission de cette espèce, hors dans les deux occasions
que j'ai citées. Les hommes de l'armée qui le faisaient dire étaient
précisément, comme de coutume en pareil cas, ceux qui dénonçaient leurs
camarades chaque fois qu'ils en trouvaient l'occasion; et en mettant
cela sur moi, ils écartaient le soupçon de dessus eux. J'ai lu leurs
rapports, j'ai respecté jusqu'à présent un secret qui n'était pas le
mien; mais il ne faut pas prendre la modération pour de l'oubli.

Jusqu'à l'époque de mon entrée dans les hautes fonctions
administratives, je n'avais jamais envisagé le monde ni les affaires
sous les rapports où j'ai été obligé d'apprendre à les connaître. Ce
changement de situation m'obligea à mettre hors de mon esprit tout ce
qui l'avait occupé jusqu'alors, pour y substituer les nouveaux élémens
sur lesquels j'allais l'appliquer.

J'étais dans la confiance que mon prédécesseur me laisserait quelques
documens propres à diriger mes premiers pas; il me demanda de rester
dans le même hôtel que moi, sous prétexte de rassembler, en même temps
que les effets, les papiers qu'il avait à me communiquer; j'eus la
simplicité de le laisser trois semaines entières dans son ancien
appartement, et le jour qu'il en sortit, il me remit pour tout papier un
mémoire contre la maison de Bourbon, lequel avait au moins deux ans de
date; il avait brûlé le reste, au point que je n'eus pas traces de la
moindre écriture. Il en fut de même lorsqu'il fallut me faire connaître
les agens, de sorte que le fameux ministère de M. Fouché, dont j'avais
eu, comme tout le monde, une opinion extraordinaire, commença à me
paraître très peu de chose, ou au moins suspect, puisque l'on faisait
difficulté de me remettre ce qui intéressait le service de l'État; et
plus j'ai été, plus je me suis convaincu que nous avions été dupes de la
plus impudente charlatannerie dont on ait eu d'exemple, comme on sera à
portée de le juger par la suite de ces Mémoires.

Je n'ai pas été long-temps à me persuader que ce ministère n'avait
jamais eu une direction dans l'intérêt de l'empereur, que l'on s'en
était servi pour se faire une position près de lui, et en même temps
contre lui, et qu'il était un instrument dangereux dans les mains d'un
agitateur qui ne reconnaissait d'autres devoirs que de suivre la ligne
de la prospérité.

Néanmoins, j'ai été utile à mon prédécesseur dans son revers de fortune;
il m'a dû le recouvrement de grands capitaux qu'il avait mal à propos
cru devoir mettre à l'abri d'une saisie qui n'était que l'effet de la
peur dont son imagination était atteinte; l'empereur était mécontent de
lui, mais ne lui voulait aucun mal, et jamais je ne me suis vu dans le
cas d'apaiser dans son esprit aucun ressentiment contre M. le duc
d'Otrante.

En me mettant à la tête de ce ministère, l'empereur me donna cette
instruction en se promenant dans le parc de Saint-Cloud.

«Voyez tout le monde, ne maltraitez personne; on vous croit dur et
méchant, ce serait faire beau jeu à vos ennemis que de vous laisser
aller à des idées de réaction; ne renvoyez personne; si par la suite
vous avez à vous plaindre de quelqu'un, il ne faudra pas le déplacer
avant six mois, et encore lui trouver une place égale à celle que vous
lui ôterez. Pour me bien servir, il faut bien servir l'État; ce n'est
pas en faisant faire mon éloge, lorsqu'il n'y a pas lieu, que l'on me
sert, on me nuit au contraire, et j'ai été fort mécontent de tout ce qui
a été fait jusqu'à présent là-dessus. Quand vous êtes obligé d'user des
voies de rigueur, il faut toujours que cela soit juste, parce qu'alors
vous pouvez les mettre sur le devoir de votre charge. Ne faites pas
comme votre prédécesseur, qui mettait sur mon compte les rigueurs que je
ne lui commandais pas, et qui s'attribuait les grâces que je lui
ordonnais de faire, quoique souvent il ignorât jusqu'aux moindres
détails relatifs à ceux qui en étaient les objets. Traitez bien les
hommes de lettres, on les a indisposés contre moi en leur disant que je
ne les aimais pas; on a eu une mauvaise intention en faisant cela; sans
mes occupations je les verrais plus souvent. Ce sont des hommes utiles
qu'il faut toujours distinguer, parce qu'ils font honneur à la France.

«Pour bien faire la police, il faut être sans passions; méfiez-vous des
haines; écoutez tout, et ne vous prononcez jamais sans avoir donné à la
raison le temps de revenir.

«Jusqu'à présent, on m'a peint comme très méchantes un grand nombre de
personnes que je ne connais pas, les unes sont exilées, d'autres sont en
surveillance. Il faudra me faire un rapport sur tout cela, je ne crois
pas à tout le mal qu'on m'en a dit; mais comme on ne m'a plus parlé
d'elles, elles en sont restées là et doivent souffrir. Ne vous laissez
pas mener par vos bureaux; écoutez-les, mais qu'ils vous écoutent et
qu'ils suivent vos directions.

«J'ai changé M. Fouché, parce qu'au fond je ne pouvais pas compter sur
lui; il se défendait contre moi, lorsque je ne lui commandais rien, et
se faisait une considération à mes dépens. Il cherchait toujours à me
deviner pour ensuite paraître me mener, et comme j'étais devenu réservé
avec lui, il était dupe de quelques intrigans et s'égarait toujours;
vous verrez que c'est comme cela qu'il aura entrepris de faire la paix
avec l'Angleterre; je vous écrirai à ce sujet, je veux savoir comment
cette idée-là lui est venue.»

Cette instruction me donna du courage; pendant les premiers jours,
j'allais au rapport chez l'empereur pour chercher de la force plutôt que
pour lui porter rien qui vaille, et je m'aperçus bientôt qu'il avait
plus d'une garde à carreau, et que c'était sans doute pourquoi il avait
patienté si long-temps avec M. Fouché, ayant toujours un moyen de
prévenir sa méchanceté.

La confiance me vint petit à petit; sans être méchant, j'étais parvenu à
trouver aussi une assez bonne dose de malice, de laquelle j'ai fait un
bon usage dans le cours de mon ministère. J'aurai occasion d'en citer
plusieurs circonstances.



CHAPITRE XXIV.

Situation politique de la France.--L'empereur fait redemander ses
lettres à M. Fouché.--M. Ouvrard est remis en
liberté.--Fagan.--Hennecart.--Intrigue de M. Fouché.


C'est le 3 juin 1810 que je suis entré dans les fonctions de ministre de
la police, environ six semaines après le mariage de l'empereur,
c'est-à-dire lorsque toute la France était encore dans l'enthousiasme
qu'avait excité cet événement. Jamais l'empereur n'avait paru plus fort
qu'après son alliance avec la puissance qui semblait être sa rivale
irréconciliable, et après avoir donné un gage de son désir de la paix,
en même temps que la preuve non équivoque qu'il n'était atteint d'aucun
projet subversif du pouvoir de la maison d'Autriche, ainsi qu'on s'est
plu à le répandre. En France, on se repaissait d'idées de tranquillité
auxquelles se rapportaient toutes les conjectures et toutes les
espérances: on se voyait au mieux avec l'Autriche, on ne craignait pas
la Prusse, et on n'entrevoyait plus rien à démêler avec les Russes.

Il n'y avait plus qu'avec l'Espagne et avec l'Angleterre que nous avions
la guerre; on faisait marcher une grande partie des troupes d'Allemagne
vers l'Espagne, en sorte que la question ne pouvait pas y rester
long-temps indécise; on y avait même fait prendre l'offensive en
Andalousie, en faisant marcher par la Siera-Morena l'armée qui avait
combattu à Talavera, et qui, depuis lors, occupait la Manche. Je
reviendrai à l'Espagne; mais je vais raconter les événemens dans l'ordre
où ils sont survenus. Je ne saurais trop répéter que la France était
ivre de joie et d'espérance, et qu'il n'y avait rien à faire pour former
l'opinion sur le mariage de l'empereur. Il y aurait même eu de
l'imprudence à faire supposer que les expressions d'allégresse
universelle étaient le résultat de quelques soins administratifs.

Je crois avoir dit plus haut qu'avant de partir de Vienne, l'empereur
avait fait des dispositions pour se rendre en Espagne aussitôt qu'il
serait arrivé à Paris; mais tous ces événemens et les suites d'un nouvel
hymen lui firent abandonner ce projet; pourtant il laissa la garde
impériale, ainsi que son train de guerre, s'avancer jusqu'en Castille,
parce que cela avait l'air de ne le précéder que de quelques jours, et
ne pouvait produire qu'un bon effet sur les troupes et sur les ennemis.

Avant de parler de la situation générale des affaires, j'ai besoin
d'achever ce qui est relatif à M. le duc d'Otrante. L'empereur, en lui
retirant le portefeuille du ministère, lui avait donné, comme une marque
de son estime, le gouvernement de Rome; il était au moment de partir,
lorsque l'empereur lui fit redemander les lettres qu'il lui avait
écrites pendant le cours de son administration. L'habitude était de les
renvoyer au cabinet de l'empereur, afin de prévenir le mauvais usage que
l'on aurait pu en faire, particulièrement de celles adressées à un
ministre de la police; M. Fouché n'avait pas prévu cela, et fit dire
qu'il les avait brûlées. Cette réponse non seulement ne satisfit pas
l'empereur, mais il lui retira sa commission de gouverneur de Rome, et
lui ordonna de voyager en Italie; néanmoins il ne lui retira aucun des
nombreux bienfaits dont il l'avait couvert[37].

Cette légèreté d'avoir brûlé les lettres de l'empereur lui donna de
l'humeur; il n'y crut d'abord pas, et regarda cette réponse comme une
défaite, d'autant plus que l'idée d'un projet d'abuser de ces lettres ne
discordait pas avec celle d'avoir voulu ouvrir directement des
communications avec l'Angleterre sans la participation de l'empereur,
qui ne pouvait revenir de cette folie. C'est alors qu'il m'écrivit pour
que je me fisse rendre compte de suite de tout ce qui concernait cette
intrigue, que j'étais bien éloigné de soupçonner avoir été aussi
importante.

On se rappelle d'abord que M. Ouvrard était à Vincennes; je reçus ordre
de laisser entrer dans le donjon une personne du cabinet de l'empereur,
qui était envoyée pour l'interroger: c'était M. Mounier, qui était à
cette époque auditeur au conseil d'État. Je crus d'abord qu'on ne l'en
avait chargé que parce que j'étais considéré comme un novice, mais je ne
tardai pas à en connaître la véritable raison. Je n'ai su les détails de
la mission qui avait amené la détention de M. Ouvrard que plusieurs
années après, et c'est lui-même qui me les a appris. L'on avait dit à
l'empereur qu'il avait été en Angleterre; c'est sur cette base qu'il fut
interrogé; or comme l'assertion était fausse, l'interrogatoire n'aboutit
à rien; on fut donc obligé de le remettre en liberté, parce que l'on
reconnut qu'il n'était pas sorti de Hollande, où il avait été autorisé à
se rendre. M. Ouvrard était un homme trop adroit pour donner de la prise
sur lui; il n'avait répondu à M. Mounier qu'en lui remettant une lettre
pour l'empereur, dans laquelle il se disculpait, mais l'empereur n'y
avait pas foi.

L'on n'était pas encore satisfait de ce que l'on apprenait, l'empereur
persistait à soutenir que quelqu'un avait été de Paris à Londres, et
c'était sur cela qu'il voulait qu'on dirigeât ses recherches. Je n'avais
pas encore beaucoup d'expérience; mais cependant je fis si bien
feuilleter les registres des allans et venans d'Angleterre, que je
découvris qu'un sieur Fagan y avait fait deux voyages successifs en très
peu de temps. Ce Fagan était connu à la police, et je l'envoyai
chercher; il ne me déguisa rien: c'était un ancien officier irlandais au
service de France, qui menait à Paris une conduite fort équivoque, mais
qui n'avait aucune raison pour cacher ses actions.

Il me déclara que, vivant fort paisiblement à Paris, un M. Hennecart,
qu'il connaissait, était venu le voir et lui dire que M. le duc
d'Otrante cherchait quelqu'un qui pût aller en Angleterre pour remplir
la mission la plus délicate dont un homme de talent pût être chargé, et
que lui, Hennecart, s'était engagé à le lui trouver, demandant toutefois
de prévenir cette personne avant de le lui faire connaître. Cet
Hennecart dit à Fagan que le duc d'Otrante était chargé d'affaires
diplomatiques, et que lui, Fagan, pouvait se faire beaucoup d'honneur et
une belle position en servant le ministre de la police dans cette
occasion. Fagan accepta; alors Hennecart lui dit de se présenter sous un
prétexte quelconque chez le duc d'Otrante, auquel Hennecart ne dirait
rien de leur conversation, afin de donner une entière sécurité au
ministre, qui n'accorderait pas sa confiance à un indiscret.

On verra pourquoi Hennecart recommandait si fort à Fagan de ne pas dire
au duc d'Otrante qu'ils s'étaient vus; c'est que lui-même, Hennecart,
n'avait pas vu le duc d'Otrante, et quoiqu'il fût agent de police, il
servait dans cette circonstance une autre intrigue. Fagan alla voir le
duc d'Otrante, qui le connaissait sous les mêmes rapports qu'il
connaissait Hennecart; en bon serviteur, il lui parle des facilités
d'informations qu'il peut avoir à Londres, où il connaissait
particulièrement le marquis de Wellesley, et enfin offre au ministre son
dévoûment.

M. Fouché n'eut garde de laisser échapper cette occasion de pénétrer ce
qu'il ne savait qu'imparfaitement par la correspondance d'Amsterdam,
d'autant plus qu'il ne se doutait pas du piége, parce que Fagan était
agent de police. En conséquence, le voilà qui donne à ce messager argent
et instructions pour aller à Londres, et en même temps il lui indique
une voie pour qu'il lui expédie ses rapports, afin qu'ils échappent à la
curiosité des observateurs.

À peine cette mission était-elle donnée à Fagan, que Hennecart arrive
chez lui pour le féliciter, et après les complimens d'usage, il lui dit
qu'il a encore à l'entretenir d'une chose pour l'avantage de sa fortune
personnelle, à lui Fagan, et il commença par lui parler des protections
qu'il pouvait obtenir près de l'empereur même contre un caprice ou une
injustice du duc d'Otrante, qui pouvait enfin être trompé par un mauvais
rapport. Fagan l'ayant prié de s'expliquer, Hennecart lui parla net, et
lui dit que, s'il voulait lui envoyer de Londres à lui-même la copie de
tous les rapports qu'il serait dans le cas d'adresser à M. Fouché, il
lui promettait qu'il s'en trouverait bien, parce que, disait-il, les
rapports seront remis directement à l'empereur par M. le duc de Bassano,
qui les tiendra de M. de S***, à qui je les remettrai. Fagan, après
avoir réfléchi, accepta, et comme Hennecart n'eut pas de peine à lui
démontrer la nécessité d'être informé le premier pour avoir le temps de
faire parvenir, aussitôt que pourrait le faire M. Fouché, le rapport
qu'il lui adresserait, il fut convenu que l'un aurait sur l'autre
l'intervalle d'un ordinaire de courrier. Ce dernier point réglé, le
sieur Fagan partit pour Londres.

C'est maintenant le cas de dire par quel motif M. le duc d'Otrante l'y
envoya, et pour me faire mieux comprendre, je vais reprendre les choses
de plus haut.



CHAPITRE XXV.

Plans de l'empereur.--Son désir de faire la paix avec
l'Angleterre.--Tentatives par le roi de Hollande.--M. de Labouchère
autorisé par l'empereur.--M. Ouvrard employé par M. Fouché.--Une
intrigue renverse les espérances de pacification.--Détails.


Depuis que l'empereur s'était allié à la maison d'Autriche, il croyait
avoir atteint le but vers lequel il tendait, qui était de lier une
grande puissance au système établi en France, et par conséquent avoir
assuré la paix en Europe, c'est-à-dire qu'il ne se croyait plus exposé à
être encore traversé par quelque nouvelle coalition; il n'avait donc
plus que la paix à faire avec l'Angleterre, et pour que l'Espagne ne
devînt pas une difficulté, c'est-à-dire pour que sa possession ne pût
pas être contestée, et pût être comptée comme un effet négociable pour
la France au moment où l'on aurait pu entrer en négociation avec
l'Angleterre, il faisait marcher dans la Péninsule des forces tellement
considérables, que la conquête devait lui en être assurée. Elles se
réunirent toutes en Castille; ensemble elles composaient l'armée dont
l'empereur avait le projet d'aller prendre le commandement, et depuis
qu'il s'était déterminé à rester à Paris, il avait envoyé le maréchal
Masséna pour le commander, avec l'ordre de marcher droit à l'armée
anglaise en Portugal, en même temps que l'armée, sous les ordres du roi
et du maréchal Soult, qui était son major-général, marcherait en
Andalousie et sur Cadix. Avec ces deux grandes opérations se liaient
aussi celles que le général Suchet conduisait en Catalogne, où il
faisait les siéges successifs des places qui bordent le cours de l'Èbre,
et qui couvrent cette province.

Ce vaste plan d'opérations avait été dressé par l'empereur, et il
s'était flatté que, quoique absent de l'armée, la même obéissance et le
même désir de faire son devoir auraient animé tous ceux qui devaient y
coopérer; malheureusement il arriva le contraire. J'en parlerai
lorsqu'il en sera temps.

La paix avec l'Angleterre lui tenait plus à coeur; il se voyait entre les
mains de quoi donner des compensations à cette puissance, tant en retour
de ce qui lui était nécessaire d'en obtenir qu'en dédommagement des
sacrifices qu'on aurait pu lui demander, sans avoir de moyens d'appuyer
les réclamations qu'on était dans le cas de lui adresser; car telle
était notre position, qu'il fallait que l'Angleterre le voulût bien,
autrement il ne pouvait y avoir de terme à la guerre.

On avait employé deux fois l'intervention de la Russie pour ouvrir une
négociation avec le gouvernement anglais; celui-ci l'avait rejetée dans
des termes qui n'offraient même pas les moyens de lui faire préciser les
termes de son refus, de sorte que l'on en était encore à croire en
Angleterre au projet d'une puissance continentale universelle de la part
de l'empereur, comme on croyait en France à un projet de puissance
maritime et commerciale exclusive de la part de l'Angleterre.

L'empereur, malgré ces contrariétés, ne voulait pas croire à
l'impossibilité de faire comprendre des propositions raisonnables en
retour de celles qu'il était disposé à écouter; il chercha les moyens de
faire sonder les dispositions du ministère à Londres, afin de savoir ce
qu'il était permis d'en espérer. Cette démarche ne pouvait pas être
faite directement, parce qu'elle eût porté son cachet, et qu'en cas de
refus, tous les inconvéniens eussent été pour l'empereur
personnellement.

La Hollande avait encore plus besoin de la paix maritime que la France;
le roi Louis y jouissait de l'estime des peuples qu'il gouvernait, et
lui-même ne craignait pas de dire à l'empereur tout ce qu'il entrevoyait
de fâcheux pour lui, s'il devait encore régner long-temps sur un pays
auquel il ne restait plus de ressources, et qui était encore blessé
depuis la dernière réunion à la France, d'une partie de son territoire.

C'est par lui-même, avec l'approbation de l'empereur, que se firent les
premières démarches vis-à-vis de l'Angleterre; elles portèrent le masque
d'affaires de commerce simples. La maison Hopp d'Amsterdam était celle
qui avait le plus de relations avec l'Angleterre, et qui, par sa grande
considération, pouvait, en y traitant ses propres affaires, prendre le
caractère qui devait appartenir à celles qu'elle aurait traitées entre
les deux gouvernemens. Cette maison avait un de ses associés, M. de
Labouchère, qui était allié à une famille du haut commerce de Londres.

Ce fut sur lui que le roi de Hollande jeta les yeux pour la mission
qu'il s'était chargé de remplir; il donna des instructions à M. de
Labouchère, et un passe-port avec lequel il se rendit à Londres. Il
avait des moyens de se faire accueillir qui étaient naturels, et qui le
dispensaient de tout ce qui aurait pu apporter des entraves à ses
démarches; il était d'ailleurs connu pour un homme si estimable, que
tout ce qu'il aurait pu dire ne pouvait être atteint de la suspicion. M.
de Labouchère adressait ses rapports à la maison Hopp d'Amsterdam, qui
les remettait au roi, lequel les faisait parvenir à l'empereur.

Non-seulement M. de Labouchère, dans ses premières dépêches, était
rassurant sur les dispositions du gouvernement anglais, mais il était
encore encourageant, et il se flattait que, pour peu qu'il y eût un peu
de bonne volonté dans les concessions, tout pourrait s'arranger au gré
des impatiens désirs de tout le monde, parce que, lorsqu'on en serait
venu à négocier ouvertement sur le chapitre des sacrifices réciproques,
le premier une fois fait, on eût été facilement d'accord sur les choses
essentielles, et on ne se serait point arrêté à des bagatelles qui ne
pouvaient être mises en comparaison avec les pertes énormes que cet état
de guerre causait continuellement.

Les choses allaient assez bon train, lorsque M. le duc d'Otrante fut
informé que M. de Labouchère était en Angleterre; il faut observer qu'il
avait pu le savoir, soit par la correspondance du commerce de Londres
avec celui de Paris, ou par celle du commerce de Londres, d'abord, avec
Amsterdam, et ensuite d'Amsterdam avec Paris. Cet avis fut accompagné de
détails assez piquans pour éveiller la curiosité de M. le duc d'Otrante,
qui pouvait d'ailleurs avoir un autre motif, parce qu'un ministre de la
police est autorisé à tout suspecter; mais dans ce cas-ci, il paraît
n'avoir eu que celui d'être informé de ce qui se préparait à l'horizon
politique pour régler la marche qu'il devait prendre lui-même. Il lui
fut facile de se donner le moyen d'être bien informé de ce que faisait
M. de Labouchère à Londres, parce que celui-ci était fort lié avec M.
Ouvrard qu'il fit venir, et auquel il parla de circonstances qui
pouvaient favoriser des spéculations. Enfin, sans lui témoigner le
moindre désir de curiosité, il lui dit que c'était avec l'assentiment de
l'empereur qu'il lui tenait ce langage, et lui proposa d'aller à
Amsterdam pour être l'intermédiaire entre lui, Fouché, et M. de
Labouchère, qui était à Londres, et avec lequel il se mettrait en
communication en lui écrivant aussitôt son arrivée, pour tâcher de
pénétrer ce qu'il faisait à Londres, et enfin, que d'Amsterdam il lui
enverrait à Paris ses rapports. M. Fouché n'avait pas encore dit un mot
de tout cela à l'empereur, qui, de son côté, ne lui disait plus rien
depuis long-temps.

M. Ouvrard ne fut pas autorisé à se douter que le ministre abusait du
nom de l'empereur. Il partit donc pour Amsterdam, persuadé qu'il y était
envoyé par ordre de l'empereur, et écrivit en conséquence à M. de
Labouchère, qui, sans se départir de la marche qui lui avait été tracée
avant de quitter la Hollande, continua à lui adresser ses rapports à la
maison Hopp, pour qu'elle les remît au roi, qui les renvoyait à
l'empereur. Néanmoins, comme il connaissait beaucoup M. Ouvrard, il lui
accusa réception de ses lettres, et peut-être que pour se préserver
lui-même du soupçon d'intrigue particulière, dont on aurait pu accuser
sa discrétion, si les affaires étaient venues à mal tourner, il se
détermina à instruire sommairement M. Ouvrard de ce qui se passait et de
ce qu'il espérait, d'autant plus qu'il ne lui aurait pas été défendu de
saisir une occasion favorable pour une grande opération de commerce.

Ce ne fut qu'après que M. Fouché eut reçu les premières lettres que M.
Ouvrard lui écrivait comme à quelqu'un qu'il supposait non seulement au
fait de la mission de M. de Labouchère, mais qu'il croyait chargé de le
diriger, et qu'en un mot il regardait comme le véritable négociateur
entre la France et l'Angleterre; ce n'est qu'alors, dis-je, que M.
Fouché parla à l'empereur du voyage de M. Ouvrard en Hollande, ne disant
pas que c'était lui qui l'avait envoyé, mais qu'il n'avait pas eu de
raison pour lui refuser un passe-port, d'autant plus qu'il était
correspondant de la maison Hopp, avec laquelle il avait à régler, et que
de temps en temps il lui donnait des nouvelles. Il se crut suffisamment
en règle après avoir rendu ce compte à l'empereur; il ne parla même du
voyage de M. Ouvrard que pour se trouver à couvert si les choses étaient
venues à mauvaise fin, et qu'on les eût imputées à M. Ouvrard.
L'empereur retint cela, mais n'en devint pas plus communicatif avec M.
Fouché, qui fut obligé de deviner ce qui se traitait à Londres sur ce
que M. Ouvrard lui mandait d'Amsterdam, d'après les lettres qu'il
recevait de M. de Labouchère. Celui-ci avait trop d'esprit pour écrire
ce qui ne pouvait pas se dire, de sorte que la curiosité de M. Fouché
était continuellement excitée et jamais satisfaite; il en voyait
cependant assez pour juger que l'empereur travaillait à la paix, et il
en conclut qu'il fallait prendre ce langage: en même temps, il songea à
tirer sa part de la considération dans l'oeuvre de la paix, en faisant
tout ce qui était nécessaire pour fasciner les yeux de la multitude, et
en persuadant que c'était lui qui l'avait faite, ou qui avait forcé à la
faire. Il allait hardiment, parce qu'il la croyait sûre, persuadé que
l'empereur était en négociations ouvertes. Il en parlait aux uns pour
qu'ils en parlassent à leur tour, et en même temps il ne négligeait rien
de ce qui pouvait le tenir régulièrement informé de l'état de cette
question, autour de laquelle il tournait sans pouvoir la pénétrer. Il
était inquiet d'une chose, c'est que, comme il avait coutume de
s'attribuer tout ce qui était populaire, si la paix était venue à se
faire sans qu'il en fût prévenu, sa prévoyance aurait été en défaut, et
son crédit s'en serait altéré.

C'est en parlant ainsi de la paix avec l'Angleterre qu'il promettait à
tout le monde, qu'il fit attacher sur lui des yeux observateurs, et
qu'il revint aux oreilles de M. de Bassano, ou de M. de S***[38], que M.
Fouché traitait de la paix avec l'Angleterre par le canal de M. Ouvrard,
qui était à Amsterdam, et l'on ajoutait qu'il allait et revenait de
Londres dans cette ville: soit curiosité, soit jalousie de la part de
ceux qui, ayant fait le mariage de l'empereur, convoitaient des
ministères, ou au moins celui vers lequel ils voyaient que M. Fouché
tendait[39], ils voulurent déjouer son projet, ou son intrigue si elle
avait été tramée contre l'État.

Cela leur fut facile par le moyen de cet Hennecart[40], que M. de S***
avait tout-à-fait gagné. De son côté, Hennecart, quoiqu'attaché au
ministère de la police, avait gagné les sieurs Vera père et fils, qui
étaient tous deux employés supérieurs à la préfecture de police,
laquelle était presque continuellement en rivalité avec le ministère de
la police; par ce moyen, lorsqu'on voulait jouer un mauvais tour à M.
Fouché, on donnait un mauvais bulletin à Hennecart, qui le remettait au
sieur Vera, et celui-ci au préfet de police, qui ne manquait pas d'en
faire la matière d'une anecdote de police pour l'empereur. C'était par
de misérables moyens comme ceux-là qu'on entravait la marche des
affaires les plus importantes en faisant parade d'un zèle exclusif et
sans pareil pour le service de l'empereur. Je ne puis pas assurer si M.
de Bassano rapporta à l'empereur que M. Fouché était en négociations
ouvertes avec l'Angleterre par le moyen d'Ouvrard, et si c'est
l'empereur qui l'aurait, par suite, chargé de prendre des informations
sur ce que pouvait faire M. Ouvrard, soit à Amsterdam ou à Londres; ou
bien si lui, M. de Bassano, avait fait prendre des informations avant
d'en rendre compte à l'empereur. Néanmoins j'ai toujours cru qu'on lui
en avait fait parvenir le premier avis par la préfecture de police,
ainsi que je viens de le dire. Du reste, voici un fait exactement vrai.

Lorsque j'eus reçu la déclaration du sieur Fagan, dont j'ai parlé tout à
l'heure, je fis venir le sieur Hennecart et lui parlai un peu vivement
en ces termes:

«Monsieur, vous qui m'avez fait tant d'offres de service, qui m'avez
parlé de l'ingratitude du duc d'Otrante envers l'empereur, qui trouvez
si bien que l'on ait fait arrêter M. Ouvrard, je trouve, moi, que
personne ne mérite mieux que vous un pareil traitement, et si vous ne me
répondez pas catégoriquement, cela pourra bien vous arriver tout à
l'heure.

«Qui est-ce qui a dit d'aller engager Fagan à se charger d'une mission
pour l'Angleterre?» Il me répondit, d'un ton fort consterné, qu'à la
vérité il avait été le trouver et le lui proposer; que cela avait été
arrangé entre M. de S*** et lui, et que, sans cette intrigue, ils ne
seraient jamais parvenus à déplacer M. Fouché pour me faire entrer au
ministère. Je lui répondis: «Comment! vous ne me connaissiez pas, et
vous me vouliez tant de bien!»

Il crut m'en imposer en me disant que l'opinion me désignait comme le
seul homme, entre ceux dévoués à l'empereur, capable de bien remplir
cette place, etc., etc. Enfin il me raconta tout ce que je viens de dire
sur ce qui s'était passé entre Fagan et lui, en ajoutant qu'il n'avait
fait cela que de concert avec S***, et que c'était à S*** qu'il
remettait les bulletins que Fagan lui envoyait.

Ainsi M. Fouché, dont l'habileté a été tant vantée, avait employé dans
cette circonstance, si délicate pour lui, un agent qui, quoiqu'à ses
gages, lui avait été mis dans la main par M. de S***, qui préparait sa
perte[41]. Si M. de S*** n'était pas d'accord avec M. de Bassano, il l'a
dupé en lui remettant, comme venant d'une autre source, des bulletins
qui venaient de Fagan; et s'il était d'accord avec M. de Bassano, tous
deux ont complètement dupé M. Fouché.

Je n'ai pas encore dit quel était le motif de celui-ci en envoyant Fagan
à Londres: il pouvait en avoir deux.

1° Comme Fagan disait avoir des moyens d'introduction près du marquis de
Wellesley, il pouvait par là connaître l'état de la question entre le
ministre et les propositions de la partie dont M. de Labouchère était
l'organe, et au moyen de la correspondance de Fagan (qui avait causé
avec M. de Wellesley), comparée avec celle de M. Ouvrard, laquelle était
extraite des lettres de M. Labouchère, qui avait de même causé avec le
marquis de Wellesley. M. Fouché pouvait être très près de deviner les
intentions des deux partis qui traitaient, et juger d'avance du
résultat, et en même temps conjecturer quelles devaient être les
instructions des négociateurs.

C'est au retour du premier voyage que fit Fagan, que M. Fouché ne douta
plus du succès des négociations de paix, et qu'il s'arrangea, soit pour
s'attribuer dans l'opinion la gloire d'avoir amené l'Angleterre à
conclure la paix, ce que personne n'avait pu faire jusqu'alors; soit
pour s'emparer de la négociation, lorsque le moment serait arrivé où
l'empereur aurait voulu et en même temps pu traiter ouvertement, parce
qu'alors il lui aurait dit qu'il était au fait de la question, qu'il la
suivait des yeux depuis long-temps, ce qui, selon lui, aurait paru un
assez grand avantage pour que l'empereur le nommât négociateur, puis
enfin ministre des relations extérieures, où il aspirait à arriver,
étant las de la police. C'était là son motif en envoyant Fagan à
Londres; mais il s'empressa trop de faire le négociateur, et se trompa
de chemin comme un homme qui veut conduire ceux qui ne lui ont pas dit
où ils veulent aller. Il renvoya son messager à Londres, d'où il était
parti peu auparavant, ayant vu et entretenu le marquis de Wellesley. Il
se présenta de nouveau chez ce ministre, auquel il rapporta des
conversations, et peut-être même des légèretés de M. Fouché, qui était
aussi ministre, et qui pouvait paraître à Londres chargé par l'empereur
de négocier. Voilà donc ce Fagan qui se trouva avoir une sorte de
caractère, parce qu'enfin le marquis de Wellesley pouvait bien accorder
autant de confiance à ce que Fagan lui disait de la part de M. Fouché,
que M. Fouché paraissait en avoir accordé à ce que ce même Fagan lui
avait rapporté de la part du marquis de Wellesley; mais malheureusement
pour M. Fouché, ce que Fagan disait au marquis de Wellesley ne
ressemblait pas tout-à-fait à ce dont M. de Labouchère l'entretenait, et
que Fouché ne pouvait pas savoir aussi promptement, par la raison que ce
qui devait être envoyé à M. de Labouchère était adressé directement de
Paris au roi de Hollande, de là à Londres, et que M. Fouché ne pouvait
en être informé qu'après que l'avis était revenu sur ses pas,
c'est-à-dire lorsque M. de Labouchère avait bien voulu en écrire à M.
Ouvrard, qu'il croyait informé du motif de son séjour à Londres. Il
résulta de ce tripotage que le marquis de Wellesley fut autorisé à
croire qu'on voulait le duper, ou que l'on faisait jouer à M. de
Labouchère le rôle d'une dupe pour bercer les Hollandais de l'espérance
de la paix, puisqu'il lui parlait dans un sens, et que M. Fouché lui
faisait parler dans un autre qui ne pouvait pas être exactement conforme
au premier; il ne soupçonnait pas la sincérité de celui qui ne craignait
pas de prendre un caractère officiel, et n'accordait pas autant de
confiance à celui qui cependant la méritait mieux que l'autre, mais qui,
n'étant pas autorisé à prendre un caractère, pouvait être désavoué quand
on voudrait.

Il chercha auquel des deux il devait ajouter foi, et, ne voyant que des
contradictions dans ce que l'un et l'autre disaient, il ne put voir là
que de l'intrigue, et cessa toute communication avec tous deux, et
bientôt après leur fit donner l'ordre de quitter l'Angleterre, observant
que, si la France avait réellement envie de faire la paix, elle devait
avoir d'autres moyens à employer pour se faire entendre.

Il fallut bien rendre compte à l'empereur du retour de M. de Labouchère
à Amsterdam; on lui avait caché l'envoi du sieur Fagan à Londres, en ne
lui remettant les bulletins de ce Fagan, par M. de S***, que comme des
bulletins de la négociation de M. Fouché, sans explications. L'empereur
ne connaissait que le départ de M. Ouvrard pour Amsterdam, et comme on
se garda bien de l'éclairer sur celui de Fagan pour Londres (que M. de
Bassano ignorait peut-être lui-même), il attribua naturellement à M.
Ouvrard ces bulletins de la négociation de M. Fouché. C'est pourquoi
l'empereur crut d'abord que M. Ouvrard avait été lui-même à Londres, et
il ordonna son arrestation. On y poussa l'empereur, parce que l'on
voulait lui persuader que M. Ouvrard était le prête-nom de M. de
Talleyrand, que l'on voulait écarter comme un homme qui faisait peur.

Je laisse aux hommes éclairés à former leur opinion sur cette intrigue,
qui ressemble même plutôt à de la fourberie de laquais qu'à de la haute
intrigue. Ils jugeront, dans toute cette suite de piéges tendus à la
bonne foi, quel est celui qui a été le plus coupable.



CHAPITRE XXVI.

Le roi de Hollande abdique.--Il nomme la reine
régente.--Réflexions.--Inquiétudes de l'empereur.--Opinion de l'empereur
Alexandre sur le blocus continental.--Détails sur le chagrin de
l'empereur Napoléon à la nouvelle de l'abdication de son
frère.--Considérations politiques.--La Hollande est réunie à l'empire
français.


Il fallut renoncer à l'espérance de faire la paix, et cette nouvelle
produisit encore un plus mauvais effet en Hollande qu'en France. Le
désespoir s'empara de la majeure partie du commerce. Le roi lui-même,
dont les goûts pour la solitude s'accordaient peu avec les agitations de
circonstances aussi graves; le roi, effrayé d'avance de désordres qu'il
regardait comme inévitables, et ne sentant pas en lui sans doute
l'énergie nécessaire pour y faire face, se laissa aller à son
inclination naturelle. Il se détermina tout à coup à abdiquer un pouvoir
qu'il avait reçu, pour ainsi dire, malgré lui, et il ne craignit pas de
susciter à l'empereur de nouveaux embarras, en laissant, par son départ
subit, la Hollande sans gouvernement.

Il est bien vrai que, par son acte d'abdication, il avait nommé la reine
régente; mais ce n'était pas dans une monarchie nouvelle, comme l'était
celle de Hollande, qu'une reine étrangère pouvait exercer une
souveraineté, d'autant plus que, moins encore que son mari, elle était
en état d'apporter remède à des maux dont la perspective l'avait
déterminé à se retirer.

Il était inutile de se dissimuler qu'il devait arriver de deux choses
l'une, ou que le gouvernement serait assez fort pour comprimer tous les
mécontens, c'est-à-dire tous les Hollandais, ou bien que ceux-ci
secoueraient le joug de la France et appelleraient les Anglais, et alors
une régente étrangère au pays, placée tout à coup à la tête des
affaires, pouvait-elle réunir des forces assez imposantes pour faire
respecter son autorité et contenir des soulèvemens; en supposant même
que, jeune et sans expérience, elle eût assez de force morale pour
résister au déchirant tableau d'une nation divisée, malheureuse, et qui
n'aurait pas manqué de lui attribuer tous les maux qui l'accablaient?

Dans un état de paix et de tranquillité, où un esprit juste, éclairé,
joint à un coeur généreux et élevé, peut suffire pour administrer, sans
doute la Hollande n'aurait pu mieux trouver que sa régente; mais les
circonstances n'étaient ni aussi favorables ni aussi heureuses, et il y
avait des intérêts qui parlaient plus haut que les siens.

Le roi de Hollande a été blâmé sous beaucoup de rapports: on lui a
généralement reproché d'avoir abandonné des peuples qui lui rendaient
justice et ne lui avaient refusé ni fidélité ni obéissance; d'avoir, par
sa retraite, attiré sur eux des maux qu'il aurait évités en les
préservant au moins de tous ceux qui sont inséparables de l'écroulement
d'un gouvernement. Enfin on lui a reproché d'avoir, par son acte
d'abdication, désigné l'empereur comme la cause d'un sacrifice qu'il
s'imposait, tandis que sa santé et surtout ses goûts de retraite y
avaient plus de part que l'influence de l'empereur sur la Hollande;
influence d'ailleurs qui était moindre peut-être qu'elle ne l'avait été
sous le gouvernement électif de ce pays.

Ce n'était pas sans raison que l'empereur disait quelquefois, en parlant
de ses frères, qu'aussitôt qu'ils étaient revêtus d'un pouvoir, ils
adoptaient la politique de celui auquel ils avaient succédé, en sorte
qu'il avait peu gagné au change, ajoutant qu'il ne lui en coûterait pas
davantage de faire gouverner tous ces pays par des vice-rois.

À peine le foi de Hollande eut-il signé son abdication, qu'il partit
incognito, passa par les États de son frère qui régnait en Westphalie,
traversa la Saxe pour se rendre d'abord, dit-on, aux eaux de Toeplitz en
Bohême, puis enfin alla s'établir à Gratz en Styrie, où il vécut sans
suite comme un simple citoyen.

L'empereur était au château de Rambouillet, lorsqu'il eut connaissance
de cette abdication. La première nouvelle en était arrivée à Paris par
le commerce, et comme il n'avait rien reçu par ses relations
officielles, il conçut de l'inquiétude sur quelques menées particulières
du pays même, dont la retraite du roi aurait été probablement un des
résultats convenus. Il fut un moment fort occupé de cette idée, jusqu'à
ce que l'officier-général qui commandait ses troupes en Hollande l'eût
rassuré par toutes les mesures qu'il avait prises pour préserver les
troupes hollandaises de toute participation à un mouvement étranger que
l'on croyait lié avec le parti qui avait décidé le roi à abdiquer.

L'exécution rigoureuse du système continental était devenue l'ancre de
salut de l'empereur, en ce qu'elle pouvait seule amener l'Angleterre à
conclure la paix. Ce système, contre lequel l'opinion s'est tant
soulevée, avait été mûrement médité et fortement conçu. Quitte à
anticiper un peu sur l'ordre des faits, qu'on me permette de m'appuyer
ici du témoignage non suspect de l'empereur Alexandre.

En 1814, ce monarque avait l'habitude d'aller quelquefois rendre visite
à l'impératrice Marie-Louise au château de Schoenbrunn. Il y rencontra M.
de Menneval qu'il reconnut aisément, et dans le cours de la conversation
il lui raconta que, pendant le voyage qu'il venait de faire en
Angleterre après la paix de Paris, il avait voulu avoir le coeur net sur
l'effet qu'on s'était promis du système continental; qu'il ne s'en était
pas tenu à de simples observations verbales; qu'il avait été à
Manchester, à Birmingham et autres grandes villes manufacturières
d'Angleterre; qu'il avait bien vu, bien examiné, bien questionné, et
qu'il en avait rapporté la conviction que, si ce système eût encore duré
un an, l'Angleterre aurait inévitablement succombé, ajoutant que c'était
une grande et belle conception dont il n'avait jamais compris toute la
force.

Mais ce que la perspicacité de l'empereur Alexandre n'avait aperçu qu'en
1814, le génie de l'empereur Napoléon l'avait senti dès l'origine; aussi
mettait-il une grande importance à l'exécution de cette mesure si
effective, et cependant si peu comprise. La Hollande était la partie de
l'Europe la plus essentielle à faire observer à cause de ses
innombrables affluens et de la diversité de ses relations commerciales.

L'empereur avait souvent eu à se plaindre au roi Louis de la négligence
qui était apportée sur ses côtes à l'exécution d'un système qui
l'intéressait autant que lui; mais, par son opposition et son
opiniâtreté que l'empereur n'a jamais pu vaincre, et par ses menées
sourdes, le roi Louis a nui, au lieu d'aider. On ne saurait nier que son
abdication et sa fuite n'aient fait un grand tort à l'empereur dans
l'opinion.

Un témoin oculaire qui se trouvait près de l'empereur, quand il reçut le
courrier qui lui annonçait cet événement, m'a raconté qu'il ne l'avait
jamais vu aussi atterré; qu'il avait gardé quelque temps le silence,
puis qu'en sortant de cette espèce de stupeur momentanée, il avait paru
vivement ému. Il ne pensait pas alors à l'influence que cette
circonstance aurait sur la politique, il ne songeait qu'à l'ingratitude
de son frère. Il était frappé au coeur. «Concevez-vous, disait-il, une
malveillance aussi noire du frère qui me doit le plus? Quand j'étais
lieutenant d'artillerie, je l'élevai sur ma solde; je partageai avec lui
le pain que j'avais, et voilà ce qu'il me fait!» Et l'émotion de
l'empereur était si vive, qu'on assure que la douleur lui arracha
quelques sanglots.

Le roi Louis a voulu paraître quitter le diadème sans fortune, et a
voulu qu'on crût à Gratz qu'il était pauvre. Il a dédaigneusement refusé
et protesté dans les gazettes étrangères contre l'apanage que l'empereur
faisait à la reine. Il ne m'appartient pas de traiter cette question
personnelle; je pourrais cependant faire l'énumération de tout ce que
Louis Bonaparte devait à l'empereur, et je pourrais bien aussi raconter
ensuite comment il s'est conduit envers son bienfaiteur, qui lui a
reproché, à son lit de mort, dans son testament politique, d'avoir
publié contre lui un livre appuyé de pièces dénaturées et même fausses.

L'empereur n'avait jamais pensé à opprimer la Hollande, il s'était même
prêté à tout ce qui pouvait alléger la situation des Hollandais, sans
annuler les effets de son système. Il avait accordé des licences et
autres priviléges commerciaux; mais dans la position nouvelle où se
trouvaient les choses, que fallait-il qu'il fît? Abandonner la Hollande
à elle-même? Oui, sans doute, s'il avait voulu que le lendemain elle
devînt anglaise, et qu'elle ne rendît plus mauvaise encore notre
position avec l'Angleterre.

Cette puissance ne demandait pas mieux que de traiter séparément avec
tous nos alliés sans nous, et nous n'avions de moyens, pour la
déterminer à nous écouter, qu'en ne nous séparant pas d'eux, et en
opprimant même ceux qu'elle était le plus intéressée à voir ménager. Il
n'y avait donc, dans l'intérêt de la politique à laquelle la Hollande
était soumise, que deux partis à prendre dans la circonstance où
l'événement l'avait placée, savoir, l'occuper comme conquête, ou bien la
réunir définitivement à l'empire. Quel était des deux le moins
désastreux pour elle, et le plus conforme aux intérêts de la France?

Pour occuper la Hollande comme conquête, il aurait fallu y envoyer une
armée et en retirer les troupes nationales, c'est-à-dire qu'il aurait
fallu retirer une portion de celles qui étaient en Espagne pour les
porter en Hollande; ce qui était déjà un grave inconvénient, parce qu'il
n'y avait pas un régiment de trop dans cette partie. En second lieu,
l'occupation de la Hollande de cette manière aurait dû nécessairement
être calculée sur sa défense extérieure, sur celle des places dont elle
est couverte, enfin sur le maintien de l'ordre public et de la
soumission de toute une population répandue sur une surface de pays
coupé de canaux dans tous les sens; les grandes villes seules auraient
exigé une armée pour les contenir, si le moment était devenu favorable
pour un soulèvement. Faute de toutes ces précautions, on se serait
exposé à voir arriver une armée anglaise en Hollande, où elle aurait été
secondée par une insurrection générale du pays avec le secours de
laquelle elle serait devenue inexpugnable à travers tous les obstacles
qu'elle aurait pu mettre entre elle et nous.

En occupant la Hollande comme conquête, il aurait fallu lui laisser ses
administrateurs, ses lois et toutes ses coutumes, et néanmoins la
couvrir de douaniers dont le nom seul suffisait pour la porter à la
révolte.

À tous ces inconvéniens se serait joint le pire de tous, qui aurait été
nécessairement d'être soumise à une autorité militaire, contre
l'arbitraire de laquelle elle n'aurait point eu de recours. Dans cette
situation, elle aurait éprouvé tous les désavantages d'une réunion, et
n'eût eu aucuns des dédommagemens qu'elle pouvait y trouver, tels que de
ne pas ressortir de la volonté d'un général particulier, d'avoir ses
représentans au sénat, au corps-législatif, au conseil d'État et à la
cour de cassation; de ne pouvoir pas être plus foulée qu'autre province
de France; de confondre sa dette nationale avec celle de la France, qui
devenait tout entière garant des engagemens du gouvernement hollandais
sous ce rapport, et enfin de voir disparaître la ligne de douaniers qui
était sur sa frontière territoriale.

Depuis long-temps, le gouvernement n'avait plus d'existence extérieure
que celle que lui avait acquise son ancienne réputation; toutes les
sources de sa prospérité publique s'étaient successivement taries; la
représentation même du gouvernement de cet État était devenue un fardeau
pour lui, et ne pouvant pas s'affranchir, un grand nombre de Hollandais
préféraient leur réunion à la France plutôt que d'être exposés aux
vexations continuelles inséparables d'un changement continuel de
gouvernement.

Il eût sans doute mieux valu que l'on ne fût pas réduit à cette
extrémité, mais l'événement avait été indépendant de la volonté de
l'empereur; antérieurement il avait eu des circonstances moins
désavantageuses, pour réunir ce pays à la France (si cela avait été son
projet), que celles dans lesquelles l'abdication de son frère le força
de le faire.

Il eût sans doute mieux aimé lui voir prendre le courage de supporter le
fardeau de ce gouvernement, mais il n'avait rien pu sur ses
déterminations; il ne dut donc penser qu'à prévenir les effets fâcheux
qu'elle pouvait avoir pour la France, avant même d'envisager les
intérêts des Hollandais. D'autres considérations, ajoutées à celle-là,
lui firent prendre le parti de réunir définitivement la Hollande, plutôt
parce qu'il ne savait qu'en faire que dans le but d'augmenter sa
puissance. Lorsqu'il décréta cette réunion, le corps-législatif n'était
pas assemblé: il ne pouvait donc le consulter.

L'on s'est beaucoup récrié en Europe sur cette occupation définitive de
la Hollande, qui faisait disparaître du nombre des puissances un pays à
l'existence duquel presque toutes les nations de l'Europe étaient
intéressées. Toutes y avaient des relations, et la plupart en avaient
fait leur maison de banque. Aussi toutes prirent-elles part au sort
qu'on lui imposait, et commencèrent-elles alors à s'échanger leurs
sentimens sur cet acte politique, qui ne plut à aucune. On n'entra point
dans les raisons qui avaient déterminé l'empereur, on trouva meilleures
celles que l'on avait de lui résister; et si, dès ce moment, il n'y eut
pas encore entre elles de communications à ce sujet, il y eut au moins
une conformité d'opinion. Cet acte politique de l'empereur devint le
signal d'une nouvelle croisade contre lui, et on ne tarda pas à
s'apercevoir que tous les princes disposés à se coaliser ne cherchaient
plus qu'une main dans laquelle ils remettraient le sceptre de leur
ligue. Je reviendrai sur ce point lorsque j'aurai parlé d'autres détails
qui doivent avoir ici leur place.



CHAPITRE XXVII.

Changement dans l'administration hollandaise.--Effet que produit en
France la réunion de la Hollande.--Mort du prince d'Augustembourg.--La
couronne de Suède est offerte à Bernadotte.--État dans lequel je trouve
le ministère de la police.--Papiers de la famille d'Orléans.--L'empereur
les lit.--Ses paroles à ce sujet.


En réunissant la Hollande, on prit toutes les mesures qui parurent
devoir rendre cette opération le moins désagréable possible aux
Hollandais. L'empereur recommanda que l'on y envoyât comme préfets ce
que l'administration française offrait de plus probe et de plus
recommandable. Il en fut de même dans toutes les autres branches de
l'administration; il n'y eut que les maires et quelques employés des
finances qui restèrent à leur poste.

Les autres employés hollandais vinrent en France occuper les places des
Français qui avaient été envoyés pour les remplacer. On ne négligeait
rien de ce qui semblait devoir amener une fusion parfaite et étouffer
les germes de dissensions intestines; on n'y parvint pas, parce que les
intérêts commerciaux du pays rendaient les Hollandais sourds à toute
espèce d'arrangemens qui ne leur laissaient pas entrevoir le retour de
leur navigation, à laquelle ils devenaient chaque jour plus étrangers.
On espéra tout du temps; mais une suite d'événemens malheureux fit
bientôt perdre cette espérance.

La réunion de la Hollande ne plut pas en France, autant parce que l'on
entrevoyait que cela rallumerait la guerre, que parce que l'on ne
comprenait pas une extension de puissance qui dépassait les bornes des
intelligences même peu ordinaires. Il y eut beaucoup de censeurs dont le
caractère indépendant de toute crainte fit écouter des réflexions
très-justes sur cet accroissement de territoire.

On voulait toujours s'obstiner à croire que l'empereur réunissait
définitivement tout ce qui lui convenait, tandis que le terme de ces
réunions était soumis à l'époque où ses parties adverses rendraient
elles-mêmes ce qu'elles avaient réuni à leur domination, en vertu de
titres qui ne valaient pas mieux que ceux qu'il se donnait. En même
temps que les censeurs critiquaient, il y avait des courtisans qui
louaient, et il était devenu à la mode de rechercher jusqu'où s'était
étendu l'empire romain dans sa plus grande splendeur, comme si, à moins
d'être déshonorée, la France eût dû reculer les bornes de son territoire
jusque-là. Ce n'était le langage ni des uns ni des autres qui
influençait les décisions de l'empereur, dont les opérations avaient un
but dont il n'entretenait peut-être pas ceux qui auraient pu le servir;
et pendant ce temps-là elles étaient dénaturées par de vaniteux
courtisans dont l'astucieuse malveillance ne tardait pas à s'en emparer.

C'est à cette même époque que mourut d'une mort singulière le prince
d'Augustembourg, qui avait été élu par la diète de Suède prince
héréditaire de ce pays, dont le roi, fort âgé, n'avait point d'enfans.

Cet événement mit les Suédois dans l'obligation de procéder à une
nouvelle élection; ils témoignèrent des dispositions à faire un choix
qui les rapprochât de la France. On ne les repoussa point: ils
connaissaient de réputation le maréchal Bernadotte, ils avaient été en
communication avec lui pendant la guerre de 1809, et en avaient été bien
traités. Ils penchèrent pour lui entre tous les choix qu'ils auraient pu
faire. L'empereur n'en fut pas fâché: il n'était pas fort content du
maréchal Bernadotte; mais il avait une vieille amitié pour tout ce qui
avait servi en Italie, en sorte que non seulement il ne contraria pas le
choix de la diète, qui était une sorte d'hommage rendu à l'armée
française dans les rangs de laquelle elle venait choisir un roi, mais
même il l'agréa, et donna au maréchal Bernadotte tout ce qui lui était
nécessaire pour arriver en Suède d'une manière convenable au rang qu'il
allait occuper. Il lui donna un million de son propre argent.

C'est là la première époque de mon entrée dans l'administration, et je
commençais déjà à voir que tout ce qui se disait sur la réunion de la
Hollande était le pendant de ce qui s'était dit sur l'Espagne.

Je n'apercevais rien dans la marche de mon prédécesseur qui pût
m'indiquer le chemin à prendre pour aller à la rencontre de ce qui me
paraissait devoir corroder l'opinion. Je croyais le ministère dont
j'étais pourvu une puissance, et je ne le voyais qu'un fantôme; il me
semblait être dans un tambour sur lequel chacun frappait sans que je
pusse connaître autre chose que le bruit. Je demandais à tout ce qui
m'entourait comment faisait M. Fouché, et l'on me répondait le plus
souvent qu'il laissait faire ce qu'il ne pouvait empêcher.

J'étais aussi honteux de mon embarras que tourmenté de ne pouvoir le
surmonter, et si je n'avais été encouragé par des hommes de bien que je
trouvai dans le ministère même, et auxquels on rendait bien peu de
justice, j'aurais fait comme le roi Louis. Le courage me vint, et il me
ramena de la confiance. J'avais heureusement une mémoire extraordinaire
pour retenir les noms et les lieux.

Je voyais bien que M. Fouché m'avait joué en brûlant son cabinet[42], et
je pris le parti de m'en créer un autre. De ma vie je n'avais employé
des agens; je ne connaissais même pas assez le monde dans lequel il
était nécessaire de les lancer pour leur donner une direction sans me
découvrir moi-même.

Mon inexpérience des hommes de la révolution, avec lesquels ma charge
m'obligeait à être journellement en contact, me fit sentir la nécessité
de chercher dans le passé la prévoyance pour l'avenir.

J'avais depuis ma jeunesse une grande prévention contre le duc
d'Orléans: c'était la suite des opinions où l'on était à l'époque de mon
entrée au service, et elle s'était fortifiée par tout ce que j'entendais
depuis que nos salons s'étaient repeuplés des débris de naufrage de tous
les partis.

J'employai plus d'un mois à lire seul toutes les volumineuses liasses
des papiers du duc d'Orléans, lesquelles étaient encore dans le même
état qu'elles avaient été apportées au ministère depuis leur saisie, et,
malgré que je fusse souvent dérangé, j'en vins à bout.

Je sentais mon opinion personnelle se redresser souvent à la lecture de
tous ces papiers. J'y en trouvai de singuliers, en ce qu'ils étaient
d'hommes que j'entendais souvent déclamer contre le duc d'Orléans, et
j'avais sous les yeux la preuve qu'ils étaient ses obligés. J'y trouvai
même des reçus d'argent, et dans presque tous une reconnaissance,
exprimée de manière à ne laisser aucun doute sur son motif.

Je fis un choix de ceux de ces papiers qui concernaient des hommes que
je voyais fort assidus aux Tuileries, et d'autres qui cherchaient à
acquérir du crédit.

Je portai un jour tout cela à l'empereur à Rambouillet; là il y avait
ordinairement peu de monde, et l'on trouvait plus de temps pour la
conversation. Comme je ne savais pas lui mentir, je lui dis que, vaincu
par toutes mes craintes d'être un jour en défaut vis-à-vis de lui, et
par ce que j'avais entendu dire toute ma vie contre le duc d'Orléans, je
m'étais méfié de l'avenir et de moi, et avais puisé dans les archives de
la maison d'Orléans, qui étaient à mon ministère, les papiers que je lui
apportais, en ajoutant qu'il y en avait de curieux. L'empereur les prit
en me disant: «J'étais bien informé que les archives de cette maison
existaient là; mais on m'avait dit que l'on n'y avait rien trouvé: ceci
prouverait, ou que l'on ne s'en est pas occupé, ou qu'on l'a jugé peu
important.»

Il m'emmena dans le quinconce qui lui servait de promenade sous les
fenêtres du château, près du grand étang.

Il lut tout d'un bout à l'autre, ce qui dura long-temps, puis il fit
quelques tours en silence, et me dit: «Vous voyez qu'il ne faut jamais
juger sur les apparences; vous étiez prévenu contre ce prince, et si
vous aviez trouvé occasion de nuire à quelques-unes de ses créatures,
vous eussiez écouté les ressentimens que l'on avait excités en vous, et
qui venaient peut-être de ceux qui sont ses obligés; vous avez donc bien
fait de vous livrer à cette recherche: c'est toujours ainsi qu'il faut
faire. Il m'est bien prouvé que le duc d'Orléans n'était pas un méchant
homme. S'il avait eu les vices dont on entache sa mémoire, rien ne
l'aurait pu empêcher d'exécuter le projet qu'on lui a supposé: il n'a
été que le levier dont se sont servis les meneurs de cette époque, qui
l'ont compromis avec eux, pour trouver des prétextes de lui extorquer de
l'argent, et il paraît bien qu'une fois qu'ils ont commencé, les
demandes n'ont plus eu de bornes.

«Il ne faudrait même pas s'étonner que tout ceux qui étaient ses
débiteurs se fussent entendus sur le moyen de lui arracher quittance, et
n'eussent tramé sa perte en soulevant contre lui l'indignation publique.
L'exacte vérité est que le duc d'Orléans s'est trouvé dans une
circonstance extraordinaire qu'il ne pouvait prévoir, lorsqu'il est
entré dans la révolution, ce qui prouve qu'il y était entré franchement
comme toute la France. Que voulait-on qu'il fît? L'exaspération des
partis, à cette époque, lui avait fermé les pays étrangers. Je
n'approuve pas ce qu'il a fait; mais je le plains, et ne voudrais être
le garant de personne, si le sort l'avait jeté dans une situation
semblable. C'est une grande leçon que l'histoire recueillera.

«Je n'ai nul intérêt à m'occuper de cela: je crois bien que le parti du
duc d'Orléans a existé au temps de nos discordes; je crois même qu'il se
ranimerait, si le trône devenait vacant; mais, tant que je vivrai, c'est
une chimère qui ne ferait point de prosélytes.

«Chacun a tout ce qu'il espérait avoir, et même au-delà; croyez-vous
qu'il ne soit pas aussi assuré de posséder avec moi qu'avec le duc
d'Orléans? Voyez vous-même combien d'existences je menacerais, si je
devenais accessible à la crainte d'après ce que vous m'apportez là;
c'est-à-dire que je ne verrais plus de sécurité pour personne, parce que
les faiseurs viendraient aussi m'assiéger, et quand une fois on sévit,
le plus sage a de la peine à s'arrêter. Voilà mon opinion, et il ne faut
plus me parler de cela sans de graves raisons. Brûlez tout ce fatras, et
laissez tous ces gens-là en repos: qu'ils ne sachent jamais que j'ai lu
cela, je conçois l'embarras dans lequel ils seraient; il y en a
d'ailleurs dont je fais cas. Ils ont cru que c'était le bon parti alors,
ils pouvaient avoir raison.

«Je n'épouse aucun parti que celui de la masse; ne cherchez qu'à réunir,
ma politique est de compléter la fusion. Il faut que je gouverne avec
tout le monde sans regarder à ce que chacun fait: on s'est rallié à moi
pour jouir en sécurité; on me quitterait demain, si tout rentrait en
problème.»



CHAPITRE XXVIII.

M. Fouché ne me fait connaître que quelques agens subalternes.--Moyens
que j'emploie pour découvrir les autres.--Je trouve de la bonne
volonté.--Mon oratoire se remplit, les saints de toutes les classes n'y
manquent pas.--Intrigans de Paris.--Intrigans d'été dans la haute
société.--Complaisance des courtisans pour l'empereur.--Bals
masqués.--Bienfaisance de l'empereur.--Les femmes de Paris.


M. Fouché s'était joué de moi en me désignant des agens qui étaient des
hommes de la dernière classe et que même il ne recevait pas, hormis un
ou deux individus qui lui permirent de me les présenter. Il ne m'en fit
pas connaître d'autres. Moi, je ne fus pas si fier; je les vis tous pour
savoir d'eux-mêmes à quoi on les employait: j'en trouvai qui valaient
mieux que leur extérieur, et je me suis bien trouvé d'avoir été généreux
envers eux. Mes premiers essais furent de ressaisir, par la ruse, tous
les fils qu'avait rompus mon prédécesseur par méchanceté. Mon
intelligence me fit bientôt trouver des moyens naturels qui m'y firent
réussir.

Il y a dans toutes les grandes administrations un registre d'adresses,
afin que les porteurs de lettres, qui sont des hommes que l'on a _ad
hoc_, sachent de quel côté ils doivent commencer leurs courses pour
abréger le chemin. Celui du ministère de la police était assez riche en
ces sortes d'indications. Il était gardé par les garçons de bureau, et
comme je ne voulais pas laisser apercevoir mon projet, je choisis un
soir où je pouvais me débarrasser de mon monde pour donner une longue
commission au domestique qui était de garde ce soir-là, et je lui permis
d'aller se coucher, au lieu de rentrer chez moi; il ne fut pas plus tôt
dehors, que j'allai moi-même enlever le registre, ainsi que la liasse
des reçus que les commissionnaires ont soin de conserver en cas de
réclamation sur la remise des lettres.

Je me renfermai dans mon cabinet pour faire moi-même le relevé de ces
adresses. Quelques-unes désignaient la profession. Je passai la nuit à
le copier et à chercher dans la liasse des reçus tous ceux qui portaient
la date d'un même jour pouvant correspondre à celui où M. Fouché formait
la liste des convives de ses dîners de représentation, qui avaient lieu
les mercredis, en hiver seulement; ceux-là ne piquaient pas autant ma
curiosité que ceux dont je n'apercevais pas le motif qui avait pu les
faire mander au ministère. Lorsque j'eus finis, je remis les choses à
leur place.

J'avais une belle légende de noms et d'adresses; il y en avait dans le
nombre qui m'étaient connus, et que j'aurais cherchés plutôt en Chine
que sur ce catalogue.

Il y avait plusieurs noms qui n'étaient désignés que par une majuscule;
je jugeai bien que ce devait être les meilleurs, et je vins à bout de
les connaître, en leur jouant le tour dont je parlerai, et que
l'embarras de ma situation rendait excusable, d'autant plus qu'il
n'avait que le caractère de la curiosité.

Je divisai mon catalogue d'adresses par arrondissement, c'est-à-dire en
douze parties, et chargeai quelqu'un, dans chaque arrondissement, de me
faire la note détaillée de ce qu'était chacun des individus désignés, de
quel pays il était, depuis quand il était à Paris, de quoi il y vivait,
ce qu'il y faisait, et de quelle réputation il jouissait; sans donner
d'autres motifs de ma demande, je fus servi à souhait, parce qu'il n'y a
pas de ville en Europe où l'on retrouve aussi promptement qu'à Paris, un
homme déjà connu. Le simple bon sens me fit apercevoir ce qui pouvait me
convenir, dans ces renseignemens, et je ne craignis pas de porter un
jugement favorable à mes projets, sur quelques-uns qui étaient
précisément les agens de mon prédécesseur. Je les fis mander par billet
à la troisième personne, et sans indiquer d'heure pour l'audience;
seulement j'eus soin de les appeler à des jours différens. Aucun n'y
manqua, et ils reprirent naturellement leurs habitudes de venir à la
nuit. L'huissier de mon cabinet, en me les annonçant, me remettait le
billet que je leur avais écrit, et qui leur avait servi pour entrer chez
moi. Avant de les faire entrer, je retenais un moment l'huissier, pour
lui demander si ce monsieur ou cette dame venaient souvent voir le duc
d'Otrante, et à quelle heure. Il était rare qu'il ne les connût pas.
Alors je savais comment il fallait recevoir la personne annoncée, qui
arrivait persuadée que je savais tout, qu'autrement on ne l'eût pas
devinée. J'avais soin de prendre l'air d'avoir été informé par M. Fouché
lui-même, et moyennant des promesses de discrétion, j'eus bientôt
renouvelé les relations de tout ce monde-là avec mon cabinet.

Les noms à lettres majuscules finirent aussi par y venir. Pour les
connaître, j'employai le moyen d'agens habitués, qui prirent dans toutes
les maisons portant les numéros indiqués sur l'adresse des renseignemens
sur les personnes dont les noms commençaient par la majuscule.
Quelquefois il y en avait plusieurs dont le nom commençait par la même
lettre; je me fis donner les mêmes notes sur le compte de chacune, et
lorsque j'étais embarrassé par la similitude des noms, j'imaginais de
leur écrire encore à la troisième personne, sans mettre leurs noms, mais
seulement la majuscule, qui était le seul renseignement que j'eusse;
j'envoyais porter mes lettres par les garçons de mon bureau, qui étaient
le plus souvent connus des portiers, chez lesquels ils allaient
quelquefois, et comme ces derniers sont d'ordinaire très au fait des
allées et venues des personnes qui logent chez eux, ils ne manquaient
jamais de porter la lettre à la personne à laquelle elle était destinée,
quoiqu'il n'y eût qu'une majuscule pour désignation sur l'adresse; ils
étaient accoutumés à voir arriver ces sortes de lettres ployées et
cachetées de la même manière. La personne qui la recevait se croyait
prise, et ne songeait plus qu'à faire un nouvel arrangement; elle ne
concevait pas qu'on l'eût nommée au nouveau ministre sans sa permission.
Quelquefois le portier remettait à la même personne les deux lettres
qu'on lui avait apportées avec la même majuscule pour adresse, ce qui
était une preuve que je ne m'étais pas trompé, et celle-ci, en venant à
mon cabinet, les rapportait toutes deux, en m'observant que c'était sans
doute par inadvertance qu'on lui avait écrit deux fois. Cela était mis
facilement sur le compte d'une erreur, parce que chaque lettre indiquait
un jour différent pour se rendre chez moi. De cette manière, je connus
toutes les relations de M. Fouché, que je croyais bien plus nombreuses,
et surtout bien plus précieuses. Il m'est arrivé que, dans une maison où
il y avait deux noms semblables, le portier était nouveau et remit les
lettres aux deux personnes pour lesquelles il les croyait destinées.
Elles m'arrivèrent toutes deux; mais comme l'huissier connaissait la
bonne, je ne manquai pas de trouver dans la note statistique de l'autre
de quoi justifier son appel près de moi. J'employai encore un autre
moyen pour retrouver toutes les traces de mon prédécesseur: j'ordonnai à
mon caissier de m'avertir lorsque les habitués se présenteraient pour
toucher de l'argent; je n'entendais par habitués que ceux qui n'avaient
point de fonctions ostensibles. Le premier mois, la fierté eut le
dessus, je ne vis personne; mais le second, on reconnut qu'il n'y avait
pas de sot métier, et qu'il n'y avait que de sottes gens: on vint, sous
un prétexte quelconque, demander au bureau si on continuerait à payer;
je reçus tout le monde, ne diminuai les émolumens de personne, et
augmentai considérablement la plupart de ceux que j'employais, et de
tout ce qui travaillait sous moi. Ce petit noviciat, auquel je fus forcé
pour me créer des instrumens qu'on aurait dû me laisser, ne me nuisit
pas, mais ne m'avait pas découvert des sources d'informations bien
précieuses; je ne concevais pas qu'il n'y eût que cela, car je ne voyais
pas de quoi employer la moitié de la somme que l'empereur donnait pour
cet article, dont cependant il restait peu de chose à la fin de chaque
année.

Je tirai encore de cette petite ruse une autre leçon, c'est que j'appris
que l'on pouvait se mettre en relation avec la société sous mille
rapports dont, auparavant, je n'aurais jamais osé faire la proposition à
qui que ce fût. Cela me donna connaissance du degré d'estime qu'il faut
accorder aux hommes et le taux des complaisances de chacun, qui est
subordonné à leur position, à leur goût pour les désordres, et à leur
inclination pour l'inconduite.

Chez d'autres, je pris des moyens obliques pour arriver au même but; je
trouvais qu'un homme était déjà assez malheureux d'en être réduit là, et
je crus y gagner davantage en les obligeant d'une manière à leur relever
l'âme, au lieu de l'avilir. Chez plusieurs, cela m'a réussi; je recevais
leurs avis, et les rémunérais en les remerciant. Ceux-là sont venus me
voir lorsque la fortune m'a abandonné, et les autres ne m'ont pas donné
signe de vie; quelques-uns même m'ont calomnié.

Ce peu de connaissances que j'avais acquis m'avait donné la hardiesse de
chercher les moyens de l'étendre; je vis bientôt que je n'avais eu peur
que d'une ombre, car j'avais poussé les informations si loin, que
moi-même j'avais peine à y croire. Lorsque j'eus ainsi meublé mon
oratoire, je songeai à l'employer. La haute société, comme celle du
commerce et de la bourgeoisie, se divise aisément par coteries; je ne
mis pas long-temps à faire ma division, et j'étais parvenu à la faire
d'une manière assez juste pour me tromper rarement sur le nom des
personnes qui avaient composé une assemblée, un bal, ou ce que l'on
appelait alors une _bouillotte_, lorsque j'étais averti qu'il y en avait
une dans telle où telle maison[43]. Il ne faut pas croire que l'on
mettait pour cela de l'importance à savoir tout ce qui s'y disait; il y
aurait eu autant de peine à en recueillir quelque chose d'utile qu'à
compter les grains de sable du bord de la mer. Mais ce qui faisait le
sujet d'une observation constante, c'était l'attention de remarquer si
l'on ne venait pas profiter de ces réunions pour y répandre quelques
mauvais bruits, ou des nouvelles désastreuses, comme quelques projets de
guerre, ou de nouveaux plans de finance; les colporteurs malveillans
avaient ordinairement le soin de semer cela dans les cercles qu'ils
savaient composés des personnes dont les intérêts pouvaient en être le
plus aisément alarmés. Lorsque le cas se présentait, l'observateur
écoutait le conteur, et en le fréquentant, il manquait rarement de
découvrir où il avait pris la nouvelle dont il venait tourmenter les
paisibles citoyens. C'est ainsi que l'on était parvenu à former des
listes de tous les débiteurs de contes, et, lorsqu'ils se mettaient dans
le cas d'être réprimés, on leur faisait tout à la fois solder le compte
de leurs indiscrets bavardages.

Il y a à Paris une classe d'hommes qui vivent aux dépens de la crédulité
et de la bonhomie des autres: ceux-là ont un grand intérêt à être
informés de tout, vrai ou faux; ils ont un compte courant qu'ils
chargent de tout ce qu'ils apprennent; c'est avec ces gentilles
bagatelles qu'ils paient leur dîner ou leur place au spectacle; ils
portent une nouvelle pour en écouter une autre. Ce sont des hommes
précieux pour un ministre de la police; il les a sans peine en les
tirant des mauvaises affaires où ils ne manquent jamais de se jeter. On
s'en sert pour donner de la publicité à ce qu'on veut répandre, pour
découvrir d'où part la publicité que l'on donne à ce qu'il faut taire.

L'intrigue marche toujours, parce qu'elle à des besoins continuels qui
l'obligent à avoir l'esprit toujours dans l'activité. Un intrigant sans
activité est bientôt à l'hôpital, et celui qui a de l'activité
trouverait moyen de tondre sur un oeuf.

Un intrigant connaît les liaisons de coeur de tous ses amis; il conseille
l'amant et l'amante, les brouille, les réconcilie; il étudie les haines,
les passions; il observe les dérangemens de conduite des autres, en les
associant à ceux de la sienne propre; il y a peu de lieux intéressans où
il n'ait pas les yeux ou les oreilles. Cherchez-vous le soir un homme de
plaisir? il sait dans quelle partie galante on doit le trouver, chez
quel restaurateur il aura dîné, à quel spectacle il aura été. Est-ce une
étourdie? il la connaît de même à l'étiquette du sac.

Il n'y a pas dans le monde une petite ville où l'on trouve plus vite un
individu que l'on cherche qu'à Paris.

L'été, lorsque toute la haute société est dans ses châteaux, on sait
moins promptement ce que l'on veut savoir; mais il y a aussi un moyen
infaillible de découvrir ce qu'on croit utile de savoir. Les parties de
château ont des charmes de bien des espèces. Avec un peu d'habitude de
la bonne compagnie, on connaît, avant la fin de la mauvaise saison,
toutes les parties de campagne qui doivent avoir lieu depuis la fin de
juin jusqu'en novembre. On sait que dans tel mois c'est telle société
qui est à tel château, d'où elle va le mois suivant à tel autre, et où
elle est remplacée par telle autre. On fait ainsi le tour de toute une
province, et il arrive rarement que les personnes qui ont fait cette
promenade ne disent pas à leur retour tout ce qu'elles ont vu ou
entendu; et si l'on a un motif d'être informé de ce qui s'est passé dans
une de ces maisons, il est bien rare que ce qui vous revient innocemment
ne vous mette pas sur la trace de ce qu'il y aurait de plus important à
connaître.

La plupart de ces châteaux ont des messagers qui portent et rapportent
les lettres de leurs sociétés du bureau de poste le plus voisin. S'il y
avait quelque chose de sérieux, on aurait cent moyens d'en être prévenu,
parce que l'innocence ne se déguise pas, et que, quand elle se trouve à
côté des coupables, elle les décèle ingénument. On a attribué à une
inquisition de la part de l'empereur tout ce que l'imagination de
quelques esprits faibles ou déraisonnables croyait apercevoir ou
éprouver en tracasseries, tandis que ce n'étaient que les effets de
l'animosité de quelques esprits particuliers, qui, pour mieux se venger,
se donnaient le manteau de l'autorité. J'ai connu des individus qui
croyaient l'empereur indisposé contre eux, et j'ai su depuis que même il
ne connaissait pas leurs noms, ou n'avait d'eux qu'une bonne opinion.

On croyait que l'empereur mettait un grand intérêt à connaître des
détails de ménage, ainsi que toutes les particularités qui les
concernaient; je sais même qu'il est arrivé à M. Fouché de se servir, en
parlant de cela, de cette expression: «L'empereur! vous ne le connaissez
pas; il voudrait pouvoir faire la cuisine de tout le monde.» Il m'a tenu
à moi-même ce propos. Certainement de tous ceux qui ont occupé le
ministère de la police, s'il y a eu quelqu'un que l'empereur n'eût pas
craint de charger des menus détails qui auraient excité sa curiosité, ce
quelqu'un c'était moi. Or, je déclare que, dans les quatre années que
j'ai occupé cette charge, jamais il ne m'a demandé aucune particularité
sur l'intérieur de qui que ce soit, excepté lorsqu'il était question de
pourvoir quelqu'un d'un emploi auquel était attaché une considération
qui entraînait les hommages d'une portion de la société ou d'un pays
entier, comme une préfecture, par exemple; alors il voulait absolument
que l'on fût sans reproche, et j'ai vu quelques cas où la
déconsidération que des écarts avaient attirée sur un intérieur privait
une famille d'une aisance qui lui serait arrivée sans cet inconvénient.

Cependant on était étonné que l'empereur connût une assez bonne quantité
de petites histoires amusantes, que l'on croyait ne pouvoir être
arrivées jusqu'à lui que par le ministre de la police. Avant de l'être
moi-même, je le croyais aussi; mais voici où l'empereur puisait des
informations. Il n'était pas toujours dans son cabinet; il voyait du
monde; il aimait la société, et particulièrement celle des femmes, et il
faut convenir que, depuis vingt-cinq ans, ce sexe a adopté un genre de
passe-temps et d'occupations si différent de celui auquel il se livrait
dans les cercles, où, avec les mêmes agrémens, il cultivait et meublait
davantage son esprit, qu'il n'est presque plus possible de faire parler
une femme sur le compte d'une autre, sans que la médisance n'ait une
grande part à la conversation. Il résultait de là, que la jalousie et la
rivalité, pour obtenir des grâces, faisaient commettre des
indiscrétions, ou débiter des calomnies. Il y avait l'hiver des bals
masqués de cour, qui étaient les seuls amusemens dans lesquels
l'empereur avait les avantages de l'incognito, et où il pouvait causer à
son aise; j'ai souvent fait partie de sa suite dans ces sortes
d'occasions. J'ai même été avec lui à ceux du grand Opéra, à ceux de
cour. La société, quoique nombreuse, était choisie; tout le monde se
savait dans la meilleure compagnie, et malgré cela il y a eu plusieurs
tours de joués qui étaient de véritables guet-apens. L'empereur avait-il
besoin de charger le ministre de la police de le mettre au courant de
toutes ces misères? Il avait bien d'autres soins à lui confier, et il ne
manquait pas de courtisans pour lui en dire plus qu'il n'aurait voulu en
entendre, si une fois il avait permis que l'on fatiguât son oreille de
semblables narrations. Je dois cependant un hommage à la vérité: il m'a
quelquefois demandé des détails concernant des familles, et cela à deux
époques de l'année, à Noël et le jour du 15 août, qui était sa fête. Il
indiquait lui-même les noms des familles, et il n'avait d'autre but que
celui de connaître l'état de malaise de chacune, pour saisir cette
occasion de venir à leur secours. J'ai connu beaucoup de dons de cent
mille francs, qu'il a donnés à la fois dans un seul ménage, et beaucoup
d'une somme moindre. Ce n'est pas mon secret; je n'ai pas le droit de le
divulguer, mais ceux qui les ont reçus et qui me liront pourront juger
si je ne dis pas la vérité.

J'ai reçu vingt lettres de lui, par lesquelles il m'ordonnait
fréquemment des rapports sur l'état de fortune des familles
d'officiers-généraux des services desquels il était satisfait.

Les premières lettres que j'ai reçues de lui étaient relatives aux
exilés et aux prisonniers d'État. J'en parlerai plus tard.

Il est néanmoins juste de dire, à la louange de la société des femmes de
Paris, qu'elle gagne beaucoup à être connue dans ses détails intérieurs.
J'ai eu maintes preuves des calomnies dont elle était chargée, et je ne
crois pas que, hormis un petit nombre de femmes pour lesquelles la
célébrité est un besoin de l'âme, il y ait un pays où l'on trouve autant
de coeurs élevés qui ont placé leurs affections dans l'accomplissement de
leurs devoirs, et j'ai vu aussi que ceux qui s'arrogeaient le droit de
les décrier étaient toujours ceux qui en étaient le moins distingués.



CHAPITRE XXIX.

Position dans laquelle je me trouve.--Organisation nouvelle de la
police.--Commissaires dans les départemens.--Diverses
améliorations.--Voitures publiques.--Anecdote à ce sujet.


Lorsque j'eus divisé les sociétés de Paris, je m'occupai à faire
descendre la surveillance jusque dans toutes les classes d'artisans qui
habitent les faubourgs; cela me regardait moins que le préfet de police,
mais j'étais bien aise d'être dans la possibilité de retrouver moi-même
les traces d'un mouvement agitateur, s'il était arrivé que je ne fusse
pas satisfait des rapports que la préfecture m'aurait adressés: c'était
uniquement par précaution. Je m'étais déjà aperçu que le moyen le plus
puissant de mon administration était de faire agir les haines et les
rivalités, comme c'était son devoir d'en prévenir les effets; il est
dangereux d'en faire usage, et il faut se sentir un grand fonds de
probité pour ne pas craindre d'en abuser, ou d'être trompé soi-même par
des informations dictées par une animosité ou une passion particulière.
Je n'en fis guère usage que pour être informé des antécédens qui me
manquaient, et desquels j'avais un extrême besoin pour connaître le
personnel avec lequel j'étais journellement en rapport. J'étais étranger
à la révolution, je n'avais connu ni les assemblées nationales, ni les
clubs, ni les déchiremens de la guerre civile, et par conséquent
j'ignorais tout ce qui était relatif aux hommes qui avaient marqué dans
ces différentes circonstances, et qui cependant occupaient la plupart
des emplois considérables: les hommes de la révolution avaient fait leur
domaine de toutes les charges publiques. J'étais comme un aveugle au
milieu de tout cela. On venait manger mes bons dîners, les carrosses
faisaient queue à la porte de mon hôtel; ma représentation était grande,
il n'y avait guère de lundi où je ne visse pas quatre cents personnes:
mais si j'avais été obligé de tirer une conclusion, ou de me former une
opinion de tout ce que l'on m'avait dit dans ces tumultueuses soirées,
j'aurais induit en erreur et n'aurais fait qu'un mensonge; je le voyais
bien, aussi n'ai-je pas choisi là mon régulateur.

Je me voyais seul de mon parti et sans appui ni preneurs, non pas que
j'eusse des arrière-projets qui me missent dans l'obligation d'y avoir
recours, mais parce que, dans le pays que j'habitais et sur le terrain
que j'exploitais, il me fallait des armes contre le ridicule, qui est en
France l'ennemi le plus puissant que l'on puisse faire agir contre un
homme en place. Je résolus donc de me faire une clientelle, et comme
tous mes collègues avaient une avance de dix ans sur moi, pendant
lesquels ils avaient bien renforcé la leur, je devais marcher au même
but par toutes les routes qu'il m'était possible de m'ouvrir pour me
trouver au pair.

Je commençai par m'emparer d'autorité de la nomination à toutes les
places qui ressortaient de la préfecture de police; cela était
considérable, et me convenait d'autant mieux, qu'elles étaient fort
répandues et fournissaient des moyens d'information tout naturels si le
cas d'un désordre était arrivé. J'aimais mieux le témoignage d'un homme
qui, étant sur les lieux, avait vu ce qu'il me disait, qu'un rapport
fait dans un cabinet, et qui n'avait été établi qu'après en avoir
défalqué ce qui pouvait être à la charge de tel ou tel individu qu'on
protégeait. J'aimais à connaître la vérité, et m'en rapportais assez à
mon jugement pour ne pas m'en laisser imposer; d'ailleurs s'il y avait
quelques bontés à avoir pour quelqu'un, j'étais spécialement jaloux d'en
être le dispensateur immédiat: c'était le dédommagement de la plus
désagréable besogne qui fût jamais.

J'eus de la peine à m'approprier la nomination aux places de la
préfecture de police; et il fallut un décret impérial pour cela;
l'empereur même ne se souciait pas de changer ce qui existait, et je fus
obligé de lui démontrer que c'était pour le plus grand avantage de son
service que je réclamais ces nominations.

Je pus dès-lors me créer des moyens d'informations, et tous les employés
de la préfecture y gagnèrent, parce qu'ils dépendaient plus de la
manière dont ils remplissait leurs devoirs, que d'un mauvais rapport,
comme ils y étaient auparavant exposés.

Petit à petit je me donnai de bons commissaires de police dans les
grandes villes et dans celles à grandes communications; j'avais soin
qu'ils fussent des hommes non seulement lettrés, mais d'une perspicacité
propre à suivre une information avec beaucoup de bonnes formes, et sans
que l'intérêt de la société en souffrît. Je récompensais ceux qui
faisaient beaucoup sans attirer de plaintes, et je changeais de
résidence tous ceux qui faisaient porter des plaintes contre eux; mais
je n'abandonnais jamais un homme courageux, qui ne se ménageait pas dans
les informations.

Lorsque je voyais un agent placé dans un poste où il ne trouvait pas de
quoi employer la moitié de ses moyens, je le faisais placer sur un plus
grand théâtre.

J'avais déjà posé un grand nombre de jalons qui me servaient plutôt
comme points de recours que comme moyens d'informations, lorsque je
voulus faire établir le réglement sur la police des domestiques, qui, à
Paris, composent une armée. Ce qui m'y avait déterminé, c'est que
j'avais remarqué que la plus grande partie des vols étaient commis par
des domestiques; tous les hommes détenus pour quelque prévention de
délits étaient des domestiques.

Il n'y a pas de ville au monde où l'on prenne moins de renseignemens
qu'à Paris sur un domestique qui se présente pour entrer au service
d'une maison.

Les mauvais sujets connaissent aussi les imperfections de la société,
c'est là le champ qu'ils ont mis en exploitation. Lorsqu'un voleur
s'échappe d'une prison ou des galères, il vient à Paris; il commence par
se mettre domestique pour avoir des occasions de connaître des
camarades, et de faire ses observations sous la sauve-garde de ses
maîtres. Cette nombreuse classe d'hommes ne peut pas être subdivisée de
manière à y établir une surveillance, j'en vins cependant à bout sous
l'administration de M. Pasquier.

Je n'avais en vue que les intérêts des propriétaires en proposant la
mesure par laquelle il serait défendu à qui que ce soit de prendre un
domestique qui n'aurait pas son livret visé à la préfecture de police.
Ces livrets ressemblaient à ceux que l'on donne aux soldats.

On écrivait sur la première feuille le nom, l'âge, le signalement, le
nom des pères et mères, le pays et la profession du sujet; la date de
son arrivée à Paris en relatant les attestations de bonne conduite.

Si les propriétaires n'en avaient pas pris sans qu'ils eussent de
livret, il en serait résulté que tous les domestiques auraient été
obligés de se présenter à la préfecture pour se pourvoir de ce livret,
et celle-ci aurait profité de cette circonstance pour les enregistrer
tous et en faire des listes par ordre alphabétique dans lesquelles elle
aurait ensuite examiné s'il y avait quelques noms ou signalemens qui
eussent du rapport avec ceux qu'elle recherchait.

Dans la mesure que je proposais, un propriétaire devait s'emparer du
livret de son domestique, et lorsqu'il le renvoyait, il écrivait dessus
le jour qu'il avait quitté son service, sans y ajouter de réflexions; il
pouvait en envoyer séparément, mais non les mettre sur le livret, afin
de ne pas exposer ces malheureux à des injustices. Il ne remettait pas
le livret au domestique, mais il le renvoyait à la préfecture, qui
enregistrait dans la note de cet homme sa sortie de la maison dans
laquelle il était placé, et y mentionnait les motifs de son renvoi, si
le maître les avait fait connaître.

Le domestique était obligé de se représenter à la préfecture dans un
délai très court pour reprendre son livret; autrement il était puni
d'autant de jours de prison qu'il en avait mis à se mettre en règle, de
même que le maître du logement qui lui aurait donné asile sans s'être
assuré qu'il avait son livret.

Cette mesure, simplement administrative, bonne dans toutes ses
dispositions, qui ne coûtait que peu de soins et devait produire de très
bons résultats, trouvait cependant de l'opposition au conseil d'État; il
y eut des esprits de travers qui ne virent dans ma proposition qu'un
moyen d'espionnage contre leur intérieur, et qui s'élevèrent comme des
énergumènes contre elle; elle n'eût pas passé sans M. Pasquier, qui en
démontra l'utilité, et dont le bon esprit triompha de toutes les
oppositions. Il l'emporta; la mesure fut mise à exécution, et dès les
premiers mois elle mit entre les mains de l'administration, je crois,
neuf cents ou mille individus, qui étaient tous ou déserteurs de
l'armée, ou échappés de prisons, de galères, ou en fuite de leur pays
pour quelque poursuite de justice, ils devinrent observateurs les uns
des autres, et cela alla bien pendant quelque temps.

Je voulus profiter des momens que je croyais favorables pour faire
organiser de même les cochers de fiacres et de cabriolets, qui sont à
Paris au nombre d'environ trois mille; mais malgré les motifs puissans
que je faisais valoir pour y réussir, la même opposition de la part du
conseil d'État prévalut, et je fus obligé d'y renoncer.

Je voulais diviser les fiacres de Paris, ainsi que les cabriolets, par
compagnies de vingt-cinq, et les mettre à l'entreprise: un entrepreneur
aurait souscrit pour une ou plusieurs compagnies; une société se serait
réunie pour souscrire pour une ou pour plusieurs aussi. Les obligations
auraient été d'avoir toujours les voitures d'une même compagnie de la
même couleur, ainsi que les chevaux du même poil par compagnie; les
cochers vêtus en manteaux de la même couleur et en chapeaux de toile
cirée; de soumettre les chevaux à la visite des vétérinaires tous les
mois, et une peine d'amende, si l'on voyait sur la place un cheval
attaqué de la morve, du farcin, de la gale ou de la pousse, etc., etc.
Il y aurait eu également une amende d'imposée, si les harnois n'avaient
pas été en état de solidité; elle aurait été supportée par le cocher, si
le harnois ou une partie quelconque de l'équipement était venu à se
rompre pendant une course. Il y aurait eu une amende plus forte, à la
charge de l'entrepreneur, si la voiture ou une roue avait manqué et mis
les personnes qui auraient été dedans dans l'obligation de mettre pied à
terre avant d'être rendues où elles devaient être conduites.

L'administration gagnait à cela, 1° d'avoir de bons répondans dans la
personne des entrepreneurs; 2° d'avoir des voitures plus propres, d'un
meilleur service; 3° d'avoir des chevaux moins hideux; et dont la bonne
santé n'aurait point exposé ceux qui auraient pu se trouver à côté
d'eux, et enfin elle aurait gagné sous un rapport qui n'était pas
indifférent pour elle.

Il y a des fiacres à Paris qui portent des numéros composés de quatre
chiffres; il y a peu de mémoires qui soient capables de les bien
retenir, au lieu qu'en ne les numérotant que par compagnie, tout le
monde pouvait dire: J'avais la 20e voiture de la première compagnie. Si
ç'avait été le soir qu'on l'aurait pris, comme les chevaux d'une même
compagnie auraient été de la même couleur, et que la voiture elle-même
aurait eu sa couleur, tout le monde, en sortant d'une partie de plaisir,
pouvait dire: À telle heure dans telle rue, j'ai pris une voiture jaune
ayant des chevaux gris; voilà déjà la compagnie désignée, il ne me reste
plus qu'à rechercher dans vingt-cinq cochers quel était celui qui se
trouvait dans le quartier, ce qui est une bagatelle, parce que ceux qui
n'ont rien à se reprocher accuseront toujours vrai, et que le coupable
restera pour le dernier, s'il ne se fait pas connaître de suite[44]. Si
j'avais pu faire adopter cette mesure, il aurait fallu moins d'un an
pour que Paris n'eût plus que de bonnes remises pour voitures publiques
avec des équipages et des cochers à l'avenant, et que ces hideuses
voitures eussent disparu. De plus les cochers, qui sont des hommes de
toute main, auraient été soumis à un examen, et placés sous la
responsabilité des entrepreneurs, qui n'auraient pas pu prendre des
hommes qui n'auraient pas eu leur livret de la préfecture de police.

M. Pasquier ne put faire passer ce projet, qui était fondé sur de bons
principes et sur les meilleures intentions administratives possibles, en
sorte que je dus laisser tel qu'il était ce cloaque, où tous les mauvais
sujets allaient se mettre à l'abri des recherches actives dont ils
étaient l'objet. J'avais beaucoup entendu louer l'administration de M.
Lenoir, qui était lieutenant de police à la fin du règne de Louis XVI;
je voulais que celle de la préfecture la surpassât, et elle était déjà
capable de faire des choses auxquelles M. Lenoir n'aurait pas pu
atteindre, quoique la surveillance fût plus facile à exercer de son
temps qu'actuellement.

Avant 1790 les maîtrises existaient encore; elles divisaient
naturellement la population par profession. Les jurandes et les
corporations des différens artisans existaient aussi, et établissaient
une division dans la partie de la population la plus remuante. De plus,
le guet à cheval et le guet à pied étaient sous les ordres du lieutenant
de police, ce qui donnait à M. Lenoir d'immenses ressources, tant pour
être informé que pour réprimer ou prévenir de fâcheux événemens. Lors de
mon entrée en fonctions, au contraire, les troupes municipales de Paris
même étaient sous les ordres du chef militaire de la capitale et sous
l'autorité immédiate du ministre de la guerre. Ce ne fut qu'un an après
que j'obtins de faire créer cette légion de gendarmerie à pied et à
cheval qui existe aujourd'hui, et de la faire mettre sous les ordres
immédiats du préfet de police.

Au bout de quelques mois, j'en étais venu à être bien informé de ce qui
arrivait à Paris par la poste et par les messageries, de même que de ce
qui partait des grandes villes de France pour la capitale; cela n'était
pas nécessaire, mais cela entrait dans les matériaux qui composaient les
renseignemens auxquels on pouvait être dans le cas de recourir.

Cette surveillance était bonne pour rechercher les causes d'un fait,
mais je ne voyais pas encore de quoi aller à la rencontre de ce qu'il
pouvait être très important de prévenir. C'est ce qui me donna une autre
pensée: je laissai la préfecture s'occuper de Paris, que je commençais à
connaître assez pour comprendre ce que l'on m'en disait, et revins
l'envisager sous un autre rapport.



CHAPITRE XXX.

Exilés.--Prisonniers d'État.--Madame d'Aveaux.--Rappel des exilés du
faubourg Saint-Germain.--L'ancienne noblesse vient à la cour de
l'empereur.--MM. de Polignac sortent de Vincennes.


Pour dire les choses selon l'ordre dans lequel elles sont arrivées, j'ai
à rappeler que l'empereur m'avait ordonné de lui faire un rapport sur
les exilés et les prisonniers d'État.

Les premiers exilés dataient de 1805, c'est-à-dire du retour
d'Austerlitz; ils étaient, je crois, au nombre de quatorze. Je voulus
connaître moi-même les matériaux qui devaient servir de base au rapport
que je voulais en faire à l'empereur, et c'est à cette occasion que
j'acquis la conviction que l'empereur ignorait jusqu'à la moindre des
particularités qui concernaient les personnes qui avaient été frappées
par cette mesure. Il ne savait ce que je voulais lui dire lorsque je lui
en parlai; je fus curieux de savoir d'une manière précise ce qui avait
conduit à lui demander l'ordre d'exiler ces quatorze personnes. Voici la
version la plus exacte sur l'intrigue dont elles étaient victimes: j'ai
dit qu'en 1805, pendant que l'empereur faisait sa campagne d'Austerlitz,
les billets de banque ainsi que les fonds publics avaient éprouvé une
baisse notable, qui attira des réprimandes au ministre de la police.
Celui-ci s'excusa en disant que le faubourg Saint-Germain (qui se trouva
là fort à propos) gâtait l'opinion par toute sorte de contes; que
c'était lui qui avait débité de mauvaises nouvelles, qui avait mis en
doute les succès de l'armée, etc., etc. L'empereur se fâcha, et ordonna
que l'on fît une enquête à ce sujet; le ministre de la police fut
dès-lors obligé de s'expliquer, et de désigner les personnes qu'il
regardait comme les plus coupables de ces sortes de propos, et il reçut
l'ordre de leur signifier d'aller demeurer dans leurs terres. Il n'y eut
qu'un cri contre cette mesure, et dans la crainte qu'on ne la lui
attribuât, parce qu'il était difficile de persuader que, de l'armée,
l'empereur eût attaché de l'importance à des verbiages dont personne ne
pouvait l'avoir entretenu que la police, il eut grand soin de dire à ces
mêmes personnes qu'il était tout-à-fait étranger à ce qui leur arrivait;
que l'empereur lui avait donné un ordre direct, sur l'exécution duquel
il ne pouvait pas transiger; qu'il avait des polices partout, me
désignant toujours comme celui qu'il croyait être chargé par l'empereur
de ces sortes d'informations. Il accordait à ces personnes quelques
délais pour leur départ, et les renvoyait encore contentes, et à mille
lieues de penser que c'était lui qui s'était fait donner l'ordre de les
exiler.

Voilà le fait exact, et ce que je vais dire vient à l'appui. Lorsque je
présentai le rapport à l'empereur, j'eus avec lui quelques conversations
à ce sujet; je chargeai M. Fouché, parce que je connaissais ses sources
d'informations, lesquelles m'avaient déjà fourni mille détails si
révoltans sur des personnes recommandables de la société, que j'aurais
rougi d'en faire usage. Par exemple, le ministre avait fait croire à ces
exilés qu'il n'avait rien dit à l'empereur contre eux; voici la preuve
qu'il sacrifiait l'empereur à son intérêt particulier. Parmi ces
quatorze exilés se trouvait madame d'Aveaux, célèbre par sa grande
amabilité et par une fidélité constante en amitié pour une personne qui
professait un peu haut des opinions qui étaient particulièrement dans
les attributions du ministre de la police. Lorsque celui-ci dénonça le
faubourg St-Germain à l'empereur comme dénaturant les rapports qui
venaient de l'armée, il ne lui fut pas difficile de faire appliquer cela
à cette personne, qui vivait des bontés de madame d'Aveaux; il aurait
paru même plus étonnant de la voir oubliée que de la voir désignée la
première dans cette proscription. Dans les matériaux que j'ai trouvés
sur madame d'Aveaux, l'accusation dirigée contre elle était tout entière
basée sur la délation d'un domestique qui, je crois, avait eu à se
plaindre de sa maîtresse; or, comment supposer que l'empereur ait pu
entretenir des relations de cette nature qui eussent fait parvenir
jusqu'à lui la délation d'un domestique? Il ne faut pas beaucoup de sens
commun pour voir que, s'il avait été accessible à cette faiblesse, il ne
lui serait pas resté un moment pour ses autres occupations. D'ailleurs,
s'il avait, sans rapport préalable de la police, donné directement
l'ordre d'exiler tout ce monde, comment ce document concernant madame
d'Aveaux serait-il parvenu à la police, qui me l'a remis? Il est bien
plus probable que c'est la police qui se l'est procuré, et qu'elle en a
fait le motif de la mesure qui a été appliquée à madame d'Aveaux.

L'empereur me donna l'ordre de lever tous les obstacles qui s'opposaient
au retour de ces mêmes personnes dans leurs familles, excepté madame de
Chevreuse, madame de Staël, M. de Duras, M. de La Salle et madame
Récamier.

J'ai peut-être oublié quelqu'un, mais ma mémoire ne me le rappelle pas.
J'expliquerai mieux comment, après ces rappels, l'empereur se trouva
dans le cas de recourir encore aux exils.

Avant d'expliquer les motifs de l'exil de ceux-ci, il est juste de dire
que l'empereur, en rappelant les autres, ajouta: «Mais je ne vois pas là
dedans de quoi mettre un enfant en pénitence.» Il demanda à cette
occasion ce que l'on entendait lui dire toutes les fois qu'on se servait
de cette expression: «C'est le faubourg St-Germain,» et quelles étaient
les personnes que l'on voulait particulièrement désigner. C'est sur
cette demande que je fis faire cette longue liste d'individus, femmes et
hommes, à laquelle j'ajoutai toutes les notes que j'avais pu me procurer
sur chacun; je la lui remis comme l'état du troupeau dans lequel on
avait jusqu'alors choisi les victimes qu'on lui avait fait immoler,
lorsqu'on n'avait pas pu lui prouver son zèle par une oeuvre meilleure.

L'empereur, en lisant cette nomenclature, répétait sans cesse qu'il ne
se doutait pas qu'il existât autant d'individus des anciennes familles
nobles, et qu'il voulait qu'on lui présentât tout ce qui était encore en
âge de voir le monde.

Je ne me le fis pas dire deux fois; et c'est dès ce moment que j'avisai
aux moyens de les déterminer les uns et les autres à se faire présenter
à la cour, profitant même de la circonstance du mariage de l'impératrice
pour achever de lever les scrupules que quelques uns m'opposaient
encore; je réussis si bien que, hormis les grand'mamans, je fis rentrer
dans le monde tout ce qui était sur mon catalogue désigné comme ennemi
du gouvernement, et qui était l'objet de mille autres contes ridicules.
De cette manière, ces familles se trouvèrent hors de la portée de leurs
calomniateurs, qui n'eurent plus de possibilité de les rendre encore le
sujet de quelques mauvais rapports, qui auraient fini par les faire
exiler[45].

Les douairières murmuraient un peu, mais toute la jeunesse en général en
fut fort aise, parce que cela la fit inviter à tous les plaisirs, dont
elle faisait l'ornement. Je me trouvai particulièrement très bien de
cette mesure, en ce qu'elle me dispensait de jamais avoir rien de
désagréable à faire vis-à-vis de qui que ce fût; mais en même temps il
me resta dans l'esprit qu'il fallait qu'il y eût une raison pour que
l'on eût toujours fait un monstre de ce faubourg Saint-Germain, que l'on
pouvait dissiper avec des violons.

La vérité est que l'on s'en était fait un moyen de popularité; on lui
faisait croire qu'on le protégeait contre les rigueurs de l'empereur,
qui ne l'aimait pas et ne cherchait qu'une occasion de le frapper. C'est
ainsi qu'on l'indisposait en lui faisant peur de l'empereur, qui, de son
côté, était entretenu dans la persuasion que toutes ces anciennes
familles avaient de l'éloignement pour lui, parce qu'on ne cessait de
lui dire qu'elles ne passaient leur temps qu'à en dire du mal.

J'eus le bonheur de faire disparaître en grande partie cette désunion
d'une portion de la société avec l'autre, sans être obligé de contrarier
personne, et dès-lors ce que l'on appelait le faubourg Saint-Germain
était plus à la cour que dans une direction opposée comme auparavant. À
cette même époque, je pris sur moi de mettre en liberté sur parole MM.
de Polignac, dont la détention paraissait ne devoir plus avoir de terme;
je le fis sur les instances de personnes qui me répondirent qu'ils ne
chercheraient point à abuser de ce que je faisais à leur égard.

Je trouvai du plaisir à obliger ces deux messieurs, et j'en fus aussi
récompensé par un retour d'opinion de la société, qui me devint moins
défavorable qu'elle ne l'avait été à mon avènement au ministère. On
commençait à n'avoir plus autant peur de moi. J'avais mis avec intention
de la coquetterie à me charger d'améliorer le sort de MM. de Polignac;
je les avais envoyés chercher à Vincennes, et les fis entrer chez moi
par mon jardin, le jour même où je savais que madame de Polignac, qui me
prenant pour un ogre (d'après ce qu'on lui avait dit), devait venir chez
moi toute tremblante pour me demander de lui continuer la permission
d'aller les voir au donjon. Je la reçus dans mon cabinet, qui donnait
sur le jardin, et lui fis la surprise de lui remettre son mari et son
frère, qu'elle plaça, pour sa plus grande facilité à aller les visiter,
dans une maison de santé non loin du quartier qu'elle habitait
elle-même. L'empereur sut cela et ne m'en parla qu'en bons termes; ce
qui est une preuve de plus qu'il n'était pas naturellement rigoureux, et
que si, par un calcul très perfide, on ne lui avait pas aussi souvent
rompu la tête de mauvais rapports, jamais personne n'aurait été l'objet
d'une mesure de sévérité.

On s'est plu à répandre que l'empereur avait de la faiblesse pour les
anciens grands seigneurs, et qu'il se serait cru en république, s'il
n'en avait pas été entouré.

Ce reproche est mal fondé: l'empereur, en arrêtant les désastres de la
révolution, voulait couvrir tous les partis de sa puissante protection,
et les obliger à se rapprocher. Aurait-on voulu qu'il n'eût rappelé en
France tous ceux que le malheur des temps en avait fait sortir, que pour
achever plus sûrement leur destruction? On ne peut pas le penser.
Dès-lors il fallait les mettre à l'abri des traits de la méchanceté. Or,
pouvaient-ils être plus en sûreté qu'autour de sa personne? Si même il
les avait placés dans l'administration, quels cris n'aurait-on pas
jetés, quand même ils auraient été capables! Que pouvait-il faire
d'hommes de cour trop âgés pour se défaire des habitudes qu'ils avaient
contractées depuis leur enfance? Il semble qu'il ne pouvait mieux faire
que de les laisser dans leur sphère, c'est-à-dire les mettre à sa cour,
pour ne pas être dans le cas de les mettre à Vincennes, où les passions
d'un parti (que l'empereur contenait) cherchaient à les pousser.

Il faut les distinguer et bien connaître les catégories dans lesquelles
ils se subdivisaient, pour juger les reproches que l'on a adressés à
l'empereur de les avoir préférés à ceux d'illustration nouvelle.

La conduite de l'empereur a été toute politique dans ce cas-là. Il avait
pu remarquer, dès l'aurore de son entrée au pouvoir, que toute la
fortune foncière de France était encore possédée par celles des
anciennes familles nobles qui, après avoir fait la révolution de 89, y
avoir adhéré, n'avaient pas cessé d'habiter les anti-chambres de toutes
les factions qui s'étaient arraché le pouvoir depuis Robespierre
inclusivement, jusqu'au directoire, qui les lui légua avec le mobilier
du palais du Luxembourg.

Ces familles n'avaient garde de manquer de se rapprocher d'un
gouvernement plus fort que celui qu'elles venaient d'abattre, et qui
annonçait vouloir gouverner avec modération.

Aussi le premier consul fut-il dispensé d'en appeler aucune. Elles
mirent toutes de l'empressement à venir à lui, et l'on vit bientôt les
fauteuils du sénat occupés par MM. les ducs de Luynes, de Praslin et
autres, sans compter nombre de postulans.

Après ces familles, il y en avait d'autres, non moins illustres
autrefois, qui avaient pris le parti de l'émigration, sans courir la
chance des combats. De ce nombre sont les Archambaud, les Noailles et
autres. Ils avaient trouvé moyen de rentrer, même sous le directoire, en
produisant toute sorte de certificats, tels que des attestations qu'ils
n'avaient point porté les armes contre la France.

Le premier consul ne pouvait pas être plus sévère que le gouvernement
directorial. En conséquence, il régularisa la rentrée de ces familles,
en les rayant de la liste des émigrés, et en leur restituant ceux de
leurs biens qui n'étaient pas vendus, toutefois hormis les bois.

Les familles qui avaient pris parti dans la guerre civile étaient
rentrées dans l'état social commun, depuis le traité de pacification des
départemens de l'Ouest, et par conséquent leur fortune foncière leur
était garantie. Il ne restait, à proprement parler, que la pauvre
noblesse de province, qui avait émigré par principes d'honneur et de
dévoûment à la cause du roi, qui avait porté les armes comme simple
soldat dans l'armée de Condé, et qui, réduite à l'indigence après la
dissolution de ce corps, s'était abandonnée au généreux désespoir de
venir se jeter en France à tous risques et périls, sans même prendre la
peine de se procurer des passe-ports autres que ceux que le prince de
Condé lui avait fait délivrer en la licenciant. Cette confiance de sa
part ne fut point déçue: non seulement le premier consul défendit qu'on
l'inquiétât, mais il ordonna sous main qu'on ne repoussât pas, pour
cause d'émigration, les demandes que le plus grand nombre formait pour
obtenir de petites places dans les différentes branches de
l'administration, et je dois le dire à la louange de tous, aucun d'eux
n'a manqué aux principes d'honneur, ni aux engagemens qu'il avait
contractés.

Cette classe nombreuse et respectable se trouvait presque totalement
dépouillée, parce que le peu de bien qu'elle possédait avant son
émigration avait été plus facilement vendu, en raison des facilités
qu'avaient les acquéreurs pour les acheter.

Aussi le plus grand nombre d'entre eux était-il rentré de bonne foi dans
la classe industrielle.

Lorsque le premier consul eut pris la couronne impériale, et qu'il eut
éprouvé, par conséquent, le besoin de faire concourir à son lustre les
notabilités foncières du pays, il dut adopter toutes les familles qui
s'en trouvaient en possession. Il avait bien remarqué, le premier de
tous sans doute, qu'aucune des notabilités créées par sa gloire ne
possédait de fortune foncière patrimoniale, et il s'était imposé d'en
élever de là son institution des majorats, qui eut lieu plus tard, et
dans laquelle il surpassa en munificence tout ce que ses prédécesseurs
avaient fait, sans en excepter Louis XIV, et cela sans prendre une obole
dans le trésor public.

Par un étrange abus d'autorité, après la paix de 1814, on a dépouillé
tous ces donataires des biens qu'il leur avait donnés, dont personne
n'avait droit de les priver, et desquels on ne pouvait pas disposer, si
même il y avait force majeure, sans les indemniser. Les fureurs de
l'esprit de parti peuvent seules expliquer cette aberration d'esprit, et
il doit être permis d'espérer que ceux qui avaient acquis ces fortunes
en défendant leur pays trouveront un jour une administration assez
équitable pour les faire indemniser d'une spoliation qu'ils n'avaient
pas consentie; et je ne crains pas d'en appeler à l'honneur de ceux des
émigrés qui, ayant perdu leurs biens pour avoir porté les armes contre
la France, en ont obtenu le paiement en vertu d'une décision des
chambres.

L'empereur n'avait donc témoigné aucune préférence pour les anciennes
familles; il avait été juste envers elles, et hormis quelques têtes
exaltées auxquelles il voulut bien ne pas faire attention, et que l'on
classait généralement parmi les fous, il n'a eu à se plaindre d'aucune
de ces familles. Il les aimait, parce qu'il avait confiance dans
l'honneur de leur caractère; il s'en entourait avec plaisir, parce
qu'elles ne l'approchaient jamais qu'avec une respectueuse déférence.
Ces familles, de leur côté, s'étaient attachées à lui comme à un ancre
de salut, au sortir d'une tempête qui avait failli les engloutir.

Toutes s'étaient montrées sensibles à la gloire nationale, et au lustre
qu'il faisait rejaillir sur tous les genres de services, et j'en appelle
à ceux qui sont les plus opposés à ces familles, qu'ils disent quel est
l'individu, parmi elles, qui, étant attaché au service ou à la personne
de l'empereur, a fait un trafic de son devoir ou de son honneur pour se
créer une position nouvelle au milieu des désastres de 1814.



CHAPITRE XXXI.

Prisonniers d'État.--Leur nombre.--Leurs délits.--Prêtres
immoraux.--Visites annuelles des prisons d'État par deux conseillers
d'État.--Leurs rapports au conseil privé.--Anecdote sur deux
conseillers.


Dans les premières semaines de mon administration, l'empereur voulut
revoir les motifs de la détention des prisonniers d'État; je dus
commencer par les examiner moi-même, et j'avoue que je ne jetais qu'en
tremblant un regard observateur sur les registres de ces détenus, parce
que, d'après ce que j'avais entendu dire, je m'attendais à trouver des
gouffres où des victimes innocentes étaient enterrées toutes vivantes.
Dans quelle erreur l'on était, et combien la lâche calomnie s'est
exercée sur ce point! Je vais expliquer sans détour dans quel état j'ai
trouvé cette partie de mon administration.

On appelait prisonnier d'État un détenu qui ne pouvait pas être jugé par
les tribunaux, parce que sa famille s'était réunie pour demander sa
réclusion et éviter la diffamation d'un jugement qui aurait été porté
contre lui. Dans ce cas, la famille faisait une demande en forme à
l'administration locale, qui faisait constater la réalité des motifs que
les parens avaient pour faire détenir le membre de leur famille qui
avait encouru une peine infamante; après les avoir reconnus et
certifiés, l'administration du lieu en faisait un rapport au ministre de
la police, qui demandait l'agrément de l'empereur pour constituer le
prisonnier, et afin d'éviter des humiliations à sa famille, on le
transférait dans une maison de détention fort éloignée. Ceci avait, en
quelque sorte, remplacé les lettres de cachet de l'ancien régime; et
comme on n'avait plus de colonies où l'on pouvait, comme autrefois,
envoyer tous les mauvais sujets, il avait bien fallu adopter un moyen
d'en débarrasser la société, sur la demande et dans l'intérêt des
familles.

Après cette espèce de prisonniers, il y en avait une autre qui était
composée d'hommes ayant passé aux tribunaux pour des cas graves dans
lesquels ils avaient été impliqués, et dont ils s'étaient tirés par
quelques incidens qui les avaient mis hors de l'atteinte de la loi, mais
qui cependant n'en étaient pas moins les complices de quelques bandes de
chauffeurs, de voleurs de recette publique et de messageries, et qui,
croyant déguiser leurs désordres en les mettant sous la couleur d'un
parti, se donnaient le nom de royalistes, ou enfin qui étaient les
moteurs reconnus de tous les mauvais sujets d'un quartier. Ces hommes
étaient le plus souvent retenus après le jugement, soit à la requête du
procureur impérial près le tribunal même, ou à la demande de
l'administration des lieux, fondée sur la conservation de l'ordre et de
la tranquillité publique; mais jamais ils n'étaient retenus
arbitrairement.

Une troisième classe était celle des détenus pour délits politiques;
tout le monde s'imaginait qu'elle était fort nombreuse, et c'était celle
qui l'était le moins: elle ne s'élevait pas à plus de quarante personnes
sur la population de la France, de la Belgique, du Piémont, de la
Toscane et des États romains; ce n'est pas dans la proportion d'un par
million.

Il faut comprendre là dedans les individus arrêtés à la suite de la
guerre civile, et qui s'étaient derechef mis dans des entreprises
hasardeuses: la plus grande partie étaient susceptibles d'être renvoyés
devant des tribunaux spéciaux d'où assurément pas un ne serait revenu.
C'est l'empereur qui ne le voulut pas, parce que, disait-il, le temps
arrangeait tout, et qu'il rendrait la raison à ces individus, comme elle
était revenue à tant d'autres en France.

Il faut y comprendre ceux qui avaient été condamnés à mort, et dont la
peine avait été commuée en une détention indéfinie. Il faut enfin y
comprendre les prêtres qui avaient été arrêtés pour avoir employé leur
ministère à mettre le trouble dans les familles. Par exemple, j'ai connu
tels de ces misérables qui s'étaient servis de la confession pour porter
de jeunes femmes, assez faibles pour les écouter, à rompre le lien
conjugal qui les unissait avec leurs maris, sous prétexte que ceux-ci
avaient servi l'État, ou qu'ils avaient acheté des biens nationaux. Il y
en avait d'autres qui avaient refusé le baptême à des enfans nés de
mariages contractés pendant la révolution; enfin il y avait de ces
prêtres détenus pour avoir attiré chez eux, sous prétexte d'exercices de
piété, des jeunes filles qu'ils avaient ensuite soumises à toute la
dépravation la plus honteuse. Ce n'était pas par ménagement pour ces
hypocrites qu'on ne les avait point envoyés devant les tribunaux, mais
c'était à cause de la honte qui en serait retombée sur la famille des
enfans dont ils avaient souillé l'innocence, par ménagement pour le
clergé et par respect pour la morale publique.

Toutes ces différentes classes de prisonniers formaient un total de six
cents et quelques personnes, en y comprenant les étrangers, c'est-à-dire
ceux que l'on avait trouvés dans cet état en réunissant un pays à la
France, de même que les Espagnols qui, après avoir prêté serment au roi
Joseph, l'avaient trahi pour passer chez les insurgés où ils avaient été
repris[46].

Il ne s'est pas passé un an du règne de l'empereur, sans que lui-même
écrivît au ministre de la police, pour lui faire connaître qu'il avait
nommé par décret deux conseillers d'État pour aller faire la visite de
tous les prisonniers d'État, et qu'il eût (le ministre de la police) à
leur communiquer tous les documens en vertu desquels chacun était arrêté
et retenu. Il fallait alors remettre à ces deux conseillers d'État le
dossier de chaque détenu, et avec cette quantité de papiers, ils
faisaient le tour de toutes les prisons de France dans lesquelles ces
prisonniers se trouvaient renfermés.

Ils avaient un ordre du ministre de la police pour qu'on les leur ouvrît
autant de fois que bon leur semblerait. Ils avaient pour instruction de
visiter les prisonniers homme par homme, et afin que l'on n'en
soustrayât pas, ils commençaient par constater si l'état que leur avait
remis le ministre de la police à leur départ de Paris était conforme au
registre du greffe de la prison, d'après lequel on fait les feuilles de
dépense des prisonniers, en sorte que si on avait voulu en mettre un de
plus dans la prison sans l'enregistrer au greffe il en serait résulté
que le commandant de la maison ou château fort aurait dû l'entretenir de
ses propres deniers, ce qui serait une supposition invraisemblable. Par
là on s'assurait d'une manière bien évidente qu'il n'y avait pas un
prisonnier de plus que ceux que l'on montrait. Après cela, les
conseillers d'État les interrogeaient l'un après l'autre, et étaient
chargés de constater la validité des motifs pour lesquels ils étaient
détenus; ils écrivaient aux familles, ils voyaient les autorités des
lieux, et faisaient ainsi la censure rigoureuse du ministre de la
police.

Cette visite durait plusieurs mois, et c'était ordinairement au mois de
novembre que l'empereur entendait le rapport des conseillers d'État, qui
étaient le plus souvent de retour à la fin d'octobre. Ce rapport se
faisait en conseil privé, lequel était composé de l'archi-chancelier, de
l'archi-trésorier, du prince de Bénévent, du grand-juge, du ministre de
la guerre, de celui de l'intérieur, de celui de la police, des présidens
du tribunal de cassation, des présidens des sections de l'intérieur et
de législation du conseil d'État, de plusieurs sénateurs, des quatre
conseillers d'État attachés au ministère de la police, et enfin du
secrétaire d'État.

Devant ce conseil ainsi composé, les deux conseillers d'État lisaient
leurs rapports, et donnaient leur opinion sur chacun des prisonniers
qu'ils avaient visités; après qu'ils avaient parlé sur un individu, le
ministre de la police était obligé de faire connaître les motifs de sa
détention: alors l'empereur prenait l'opinion du conseil, membre par
membre, sur chaque individu; soit pour maintenir sa détention, soit pour
le mettre en liberté.

Tout ne pouvait pas se faire en une seule séance; mais peu importait, on
y revenait jusqu'à ce qu'il eût été prononcé sur le dernier prisonnier.

Après ce travail, le ministre-secrétaire d'État faisait le relevé des
individus mis en liberté et de ceux maintenus en détention; il adressait
au ministre de la police une expédition du procès-verbal de ces
différentes séances, avec le résultat du travail qui y avait été arrêté:
alors le ministre de la police délivrait aux commandans des différens
donjons où étaient les prisonniers, l'ordre de les mettre en liberté.

En supposant qu'il y eût eu quelques projets d'en éluder l'exécution,
cela n'aurait pas pu se faire, parce que le ministre-secrétaire d'État
faisait la même expédition au grand-juge qu'au ministre de la police; le
grand-juge chargeait les procureurs impériaux de veiller à l'exécution
des dispositions du décret de l'empereur, et de lui en rendre compte.

Voilà au juste l'équité avec laquelle on décidait de la liberté des
citoyens. Je n'ai jamais connu de _détentions cachées_[47], ni aucune
espèce de mauvais traitemens ordonnés par l'empereur, et j'ai reçu vingt
ordres de lui, dans lesquels il me recommandait de ne jamais me
permettre de sortir des bornes de la constitution, sans auparavant lui
faire connaître le cas qui aurait pu m'y obliger. J'ai même reçu une
fois une lettre de lui, dans laquelle il me disait qu'il y avait deux
arbitraires de trop en France, le sien et le mien.

Je me rappelle qu'à un de ces conseils privés, l'empereur s'aperçut que,
dans le rapport que lui avaient fait, de la visite des prisons, deux
conseillers d'État, qui étaient MM. Dubois et Corvetto, qu'il chargeait
assez souvent de ces sortes de tournées, ils ne présentaient pas
d'opinion à eux sur les notes que je leur avais remises, avant leur
départ, sur une prison des Alpes. L'empereur devina qu'ils n'y avaient
pas été. Il leur en fit la question; ils n'osèrent pas lui déguiser la
vérité, et ils se bornèrent à dire, pour leur justification, qu'ils
avaient appris son retour à Paris plus tôt qu'ils ne le pensaient, et
qu'ils n'avaient pas voulu allonger leur tournée, dans la crainte de lui
faire attendre leurs rapports. L'empereur leur témoigna beaucoup de
mécontentement, et les fit partir dès le lendemain pour leur faire
visiter cette prison.

FIN DU QUATRIÈME VOLUME.



NOTES

[1: Le même qui depuis a été ambassadeur à Paris.]

[2: «L'empereur Napoléon, tranquillisé (par les conventions d'Erfurth)
sur les affaires d'Allemagne, fit passer de puissans renforts à ses
armées d'Espagne, et se rendit lui-même dans la Péninsule pour diriger
les opérations dans une campagne brillante et qui semblait décisive; il
dispersa les armées espagnoles, réoccupa Madrid, et obligea une armée
anglaise qui s'était avancée jusqu'à Toro à se rembarquer à la Corogne.
Ces succès faisaient prévoir la conquête prochaine de toute la
Péninsule; mais l'activité que l'Autriche continuait à mettre dans ses
armemens obligea l'empereur des Français à quitter l'Espagne pour
retourner en toute hâte à Paris.

«Les sacrifices que le traité de Presbourg avait arrachés à l'Autriche
étaient trop grands pour que le cabinet de Vienne pût se résigner à les
supporter avec patience; mais la désorganisation de ses armées, suite
inévitable des revers multipliés qu'elle avait essuyés, l'avait empêché
jusque-là de se livrer à la réalisation des projets qu'elle nourrissait
en secret. Il n'avait pas saisi l'occasion que la guerre de la France
avec la Russie lui avait présentée; il jugea plus propice celle que
semblaient lui offrir les événemens d'Espagne et les embarras qu'ils
suscitaient à Napoléon.

«Le cabinet de Vienne commença donc avec sécurité les préparatifs de la
guerre. L'entrevue d'Erfurth augmenta les alarmes des ministres de
l'empereur François; mais comme leurs armemens n'avaient pas encore
atteint le degré de maturité convenable, ils résolurent de dissimuler
avec la France. Ils réussirent même à endormir l'empereur Napoléon, qui,
rassuré par leurs protestations, ne craignit pas de porter en Espagne la
majeure partie de ses forces. Profitant de ces circonstances, l'Autriche
poussa ses armemens avec une vigueur qui ne laissait plus de doute sur
la nature de ses projets.

«L'empereur Napoléon désirait sincèrement éviter une nouvelle guerre,
qui devait faire une diversion fâcheuse à ses affaires en Espagne; mais
toutes ses démarches pour en venir à un accommodement ne furent
considérées par les Autrichiens que comme un aveu de sa faiblesse, et ne
servirent qu'à les fortifier dans leurs projets, en leur persuadant
qu'ils prendraient la France au dépourvu.

«Le rôle que la Russie avait à jouer devenait difficile. D'un côté, il
n'était pas de son intérêt de coopérer à la ruine de la seule puissance
qui présentât encore une masse intermédiaire entre elle et l'empire de
Napoléon. D'un autre côté, elle ne pouvait refuser d'assister la France
sans violer ouvertement les engagemens contractés envers elle, et dont
aucune infraction de la part de Napoléon n'avait affaibli la sainteté.
D'ailleurs, quand même le cabinet de Pétersbourg, passant par dessus ces
considérations morales en faveur de plus hautes vues politiques, se fût
décidé à soutenir l'Autriche, il n'aurait pu le faire efficacement à
cause de l'éloignement de ses armées, occupées des affaires de la Suède
et de la Turquie, et le faible corps qui lui restait de disponible sur
les frontières de la Gallicie n'aurait fait que participer aux revers de
l'Autriche sans pouvoir y remédier.»

_Histoire militaire de la campagne de Russie_ par le colonel Boutourlin,
tom. 1er, p. 36.]

[3: Il avait reçu un second courrier de Saint-Pétersbourg.]

[4: Un corps de cinquante mille hommes n'était pas en état de prendre
l'offensive, et dès-lors aurait été sans cesse dans une position
d'observation.]

[5: «Paris, le 12 avril 1809.

Au prince de Neufchâtel,

Mon cousin,

Je reçois vos lettres du 8. Je trouve fort ridicule qu'on envoie des
farines de Metz et de Nancy sur Donawert; c'est le moyen de ne rien
avoir, d'écraser le pays de transports, et de faire de très grandes
dépenses. Je ne m'attendais pas à de pareilles mesures. Il était bien
plus simple de faire passer des marchés, dans un pays aussi abondant en
blé que l'Allemagne; on aurait eu en vingt-quatre heures tous les blés
et farines qu'on aurait voulu. Vous ne me mandez pas si les boulangers
et les constructeurs de fours, dont j'ai ordonné la réquisition à Metz,
Strasbourg et Nancy, sont arrivés. Je suis fâché que vous ne m'ayez pas
écrit là-dessus; cela est très-important. Faites lever une compagnie de
maçons bavarois à Munich. Je les prendrai à mes frais; vous savez qu'on
ne saurait trop en avoir. Je vous ai écrit hier matin par le télégraphe,
à midi par l'estafette: en réfléchissant sur les pièces que j'ai dans
les mains, je me confirme dans l'idée que l'ennemi veut commencer les
hostilités du 15 au 20. Je suppose que le duc de Rivoli arrivera le 15
sur le Leck, à Landsberg ou à Augsbourg. Il me tarde de savoir le jour
positif où le duc d'Auerstaedt arrivera à Ratisbonne avec son armée,
quand la cavalerie légère du général Montbrun et la grosse cavalerie du
général Nansouty arriveront entre Ratisbonne, Munich et le Leck, de
manière à pouvoir se former sur le Leck, si l'ennemi prenait l'offensive
avant que nous fussions prêts. Il me tarde aussi de vous savoir à
Augsbourg. Je suppose que, sans s'arrêter aux mesures prises, le
commissaire que j'ai envoyé à Donawert aura fait des marchés ou requis
le blé et la farine nécessaires. J'ai envoyé à Insbruck mon officier
d'ordonnance Constantin; dépêchez-lui un courrier pour qu'il vous donne
l'itinéraire des quatre mille hommes qui arrivent d'Italie par le Tyrol,
et des nouvelles de ce que l'ennemi fait de ce côté. Donnez ordre au
général Moulin, qui est à Strasbourg, de se rendre à Augsbourg pour
prendre le commandement de la ville.

Sur ce, etc.

_P.S._ Je vous prie bien de dire à Daru que mon intention est de ne rien
tirer de France de tout ce qu'on peut se procurer en Allemagne; qu'on
n'aille pas traîner à la suite de l'armée un tas de couvertures, de
matelas, de linge, ce qui occasionne d'immenses dépenses, et fait qu'on
manque de tout, tandis qu'avec l'argent qu'on y emploierait à Munich, à
Augsbourg, et partout où nous serons, on sera abondamment pourvu de
tout.

NAPOLÉON.»
]

[6: Paris, 10 avril 1809 à midi.

     Au prince de Neuchâtel.

     Mon cousin,

Je vous ai écrit par le télégraphe la dépêche ci-jointe. Des dépêches
interceptées, adressées à M. de Metternich par sa cour, et la demande
qu'il fait de ses passe-ports, font assez comprendre que l'Autriche va
commencer les hostilités, si elle ne les a déjà commencées. Il est
convenable que le duc de Rivoli se rende à Augsbourg avec son corps; que
les Wurtembergeois se rendent également à Augsbourg, et que vous vous y
rendiez de votre personne. Ainsi, vous aurez en peu de temps réuni à
Augsbourg beaucoup de troupes. Communiquez cet avis au duc de Dantzick.
La division Saint-Hilaire, les divisions Nansouty et Montbrun doivent
être à Ratisbonne depuis le 6; le duc d'Auerstaedt doit avoir son
quartier-général à Nuremberg. Prévenez-le que tout porte à penser que
les Autrichiens vont commencer l'attaque, et que, s'ils attaquent avant
le 15, tout doit se porter sur le Lech. Vous communiquerez tout cela
confidentiellement au roi de Bavière.--Écrivez au prince de Ponte-Corvo,
que l'Autriche va attaquer, que si elle ne l'a pas fait, le langage et
les dépêches de M. de Metternich font juger que tout cela est très
imminent; qu'il serait convenable que le roi de Saxe se retirât sur une
de ses maisons de campagne du coté de Leipsick.--Prévenez le général
Dupas, pour qu'il ne se trouve point exposé, et pour qu'en cas que
l'ennemi attaque avant que son mouvement ne soit fini, il se concentre
sur Augsbourg. Comme les Autrichiens sont fort lents, il serait possible
qu'ils n'attaquassent pas avant le 15; alors ce serait différent, car
moi-même je vais partir. Dans tous les cas, il n'y aurait pas
d'inconvénient que la cour de Bavière se tînt prête à faire un voyage à
Augsbourg. Si l'ennemi ne fait aucun mouvement, vous pourrez toujours
faire celui du duc de Rivoli sur Augsbourg; celui des Wurtembergeois sur
Ausbourg ou Raïn, selon que vous le jugerez convenable, et celui de la
cavalerie légère, et des _divisions Nansouty et Saint-Hilaire_ sur
Landshut ou Freising, selon les événemens. Le duc d'Auerstaedt aura son
quartier-général à Ratisbonne, et son armée se placera à une journée
autour de cette ville, et cela dans tous les événemens. Les Bavarois ne
feront aucun mouvement si l'_ennemi n'en fait pas_. Quant à la division
Rouger, elle se rapprochera de Donawert, si elle ne peut pas attendre la
division Dupas.

     NAPOLÉON.
]

[8: Depuis qu'il était devenu protecteur de la confédération du Rhin, il
avait acquis du prince de Baden, le territoire sur lequel avait été
construit l'ancien fort de Kehl sous Louis XIV, et il le fit
reconstruire.--Il faisait de même construire une tête de pont à
Mayence.]

[9: Ce corps de Klenau avait quarante mille hommes.]

[10: Le pont de Ratisbonne est le seul en pierre qui existe sur le
Danube depuis Ulm, où le fleuve est peu considérable, jusqu'à la mer. Ce
pont est un ouvrage des Romains. Il est construit en grès et briques
minces et liés avec du ciment de Pouzolane; ce monument est à l'abri des
destructions.]

[11: Lettre de Napoléon au maréchal Masséna.

     Donawert, le 18 avril 1809.

     Mon cousin,

Je reçois votre lettre; la division que vous avez à Landsberg, et les
quatre régimens de cavalerie légère, doivent tâcher de gagner Aicha, ou
au moins faire ce qu'ils pourront sur la route d'Augsbourg à Aicha; mais
il est indispensable que le général Oudinot, avec son corps et vos trois
autres divisions, que vos cuirassiers et ce que vous avez d'autre
cavalerie couchent à Pfaffenhofen. Dans un seul mot vous allez
comprendre ce dont il s'agit. Le prince Charles avec toute son armée a
débouché hier de Landshut sur Ratisbonne; il avait trois corps d'armée,
évalués à quatre-vingt mille hommes. Les Bavarois se sont battus toute
la journée avec son avant-garde, entre Siegenbourg et le Danube.
Cependant aujourd'hui 18, le duc d'Auerstaedt, qui a soixante mille
hommes français, part de Ratisbonne et se porte sur Neustadt; ainsi, lui
et les Bavarois agiront de concert contre le prince Charles. Dans la
journée de demain 19, tout ce qui sera arrivé à Pfaffenhofen de votre
corps, auquel se joindront les Wurtembergeois, une division de
cuirassiers et tout ce qu'on pourra, pourra agir, soit pour tomber sur
les derrières du prince Charles, soit pour tomber sur la colonne de
Freysing et de Maubourg, et enfin entrer en ligne. Tout porte donc à
penser qu'entre le 18, le 19 et le 20, toutes les affaires de
l'Allemagne seront décidées. Aujourd'hui 18, l'armée bavaroise peut
encore continuer à se battre sans grand résultat, puisqu'ils cèdent
toujours du terrain, ce qui harcèle et retarde d'autant la marche de
l'armée ennemie. Le duc d'Auerstaedt est prévenu de tout, et le général
Wrede lui envoie tous les prisonniers. Aujourd'hui il est possible que
l'on tire quelques coups de fusil. Entre Ratisbonne et le lieu où était
le prince Charles, il n'y avait encore que neuf lieues. Ce n'est donc
que le 19 qu'il peut y avoir quelque chose; et vous voyez actuellement
d'un coup d'oeil, que jamais circonstance ne voulut qu'un mouvement fût
plus actif et plus rapide que celui-ci. Sans doute que le duc
d'Auerstaedt, qui a près de soixante mille hommes, peut à la rigueur se
tirer honorablement de cette affaire; mais je regarde l'ennemi comme
perdu si Oudinot et vos trois divisions ont débouché avant le jour, et
si dans cette circonstance importante, vous faites sentir à mes troupes
ce qu'il faut qu'elles fassent. Envoyez des postes de cavalerie au loin.
Il paraît que les Autrichiens ont à Munich et sur cette direction un
corps de douze mille hommes. L'importance de votre mouvement est telle,
qu'il est possible que je vienne moi-même joindre votre corps. Votre
cavalerie qui était à Wachau peut en partir, se diriger et venir vous
rejoindre à Pfaffenhofen. Quant au général qui est à Landsberg, il forme
avec son corps notre arrière-garde, qui sera à six à sept lieues de
distance. Cela peut être utile et n'a pas d'inconvénient. S'il le faut,
il aura toujours rejoint le deuxième ou le troisième jour. Enfin, les
quatre régimens de cavalerie légère peuvent même, au plus tard après
demain, avoir rejoint votre tête.

Sur ce, je prie Dieu, etc.]

[12: Lettre du major-général à l'archiduc Maximilien.

     10 mars 1809.

     Monseigneur,

Le duc de Montebello a envoyé ce matin à Votre Altesse un officier
parlementaire, accompagné d'un trompette. Cet officier n'est pas revenu;
je la prie de me faire connaître quand elle a l'intention de le
renvoyer. Le procédé peu usité qu'on a eu dans cette circonstance,
m'oblige à me servir des habitans de la ville pour communiquer avec
Votre Altesse. S. M. l'empereur et roi, mon souverain, ayant été conduit
à Vienne par les événemens de la guerre, désire épargner à la grande et
intéressante population de cette capitale les calamités dont elle est
menacée. Elle me charge de représenter à Votre Altesse que, si elle
continue à vouloir défendre la place, elle occasionnera la destruction
d'une des plus belles villes de l'Europe, et fera supporter les malheurs
de la guerre à une multitude d'individus que leur état, leur sexe et
leur âge devraient rendre tout-à-fait étrangers aux maux causés par les
armes.

L'empereur mon souverain a manifesté dans tous les pays où la guerre l'a
fait pénétrer sa sollicitude pour épargner de pareils désastres aux
populations non armées. Votre altesse doit être persuadée que Sa Majesté
est sensiblement affectée de voir toucher au moment de sa ruine cette
grande ville, qu'elle regarde comme un titre de gloire d'avoir déjà
sauvée. Cependant, contre l'usage établi dans les forteresses, votre
altesse a fait tirer le canon du côté des faubourgs, et ce canon pouvait
tuer non un ennemi de votre souverain, mais la femme ou l'enfant d'un de
ses plus fidèles serviteurs. J'ai l'honneur d'observer à Votre Altesse
que, pendant cette journée, l'empereur s'est refusé à laisser entrer
aucunes troupes dans les faubourgs, se contentant seulement d'en occuper
les portes, et de faire circuler des patrouilles, pour maintenir
l'ordre. Mais si Votre Altesse continue à vouloir défendre la place, Sa
Majesté sera forcée de faire commencer les travaux d'attaque, et la
ruine de cette capitale sera consommée en trente-six heures, par le feu
des obus et des bombes de nos batteries, comme la ville extérieure sera
détruite par l'effet des vôtres. Sa Majesté ne doute pas que toutes ces
considérations n'influent sur Votre Altesse, et ne l'engagent à renoncer
à un projet qui ne retarderait que de quelques momens la prise de la
ville. Je prie Votre Altesse de me faire connaître sa dernière
résolution.

     _Signé_, ALEXANDRE BERTHIER.

]

[13: Ce bras est celui dont le commerce se sert pour la navigation; il
est toujours rempli de bateaux.]

[14: Monsieur le vice-amiral Decrès,

Je désire avoir un des bataillons de la flottille à l'armée du Rhin.
Voici quel serait mon but: faites-moi connaître s'il serait rempli.
Douze cents marins seraient fort utiles à cette armée pour le passage
des rivières et pour la navigation du Danube. Nos marins de la garde
m'ont rendu de grands services dans la dernière campagne; mais ils
faisaient un service qui était indigne d'eux. Les marins qui composent
les bataillons de la flottille savent-ils tous nager? sont-ils tous
capables de mener un bateau dans une rade ou dans une rivière?
savent-ils l'exercice d'infanterie? S'ils ont cette instruction, ils me
seront fort utiles. Il faudrait envoyer avec eux quelques officiers de
l'artillerie de marine, et une centaine d'ouvriers avec leurs outils. Ce
serait une grande ressource pour le passage et la navigation des
rivières. Sur ce, je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte garde.

     Paris, le 9 mars 1809.

     NAPOLÉON.
]

[15: Au maréchal Masséna,

     23 mai 1809, après minuit.

«L'empereur arriva au premier pont sur le petit bras. Le pont de
chevalets est rompu: on donne des ordres pour le réparer. Mais il est
nécessaire que vous y envoyiez des sapeurs pour faire deux ponts de
chevalets au lieu d'un. Ce qui sera plus long, c'est le premier pont sur
le grand bras, qui est à moitié défait, et qui ne peut être reconstruit
au plus tôt que vers la fin de la journée de demain. Il est donc
nécessaire que vous teniez fortement la tête du premier pont que vous
passez demain matin; c'est-à-dire de placer de l'artillerie et de
retirer les pontons, pour faire croire à l'ennemi, d'après votre
disposition, que nous nous réservons les moyens de rejeter le pont pour
passer, ce qui tiendra l'ennemi en respect. Mais le fait est qu'il
faudra, aussitôt que les pontons seront retirés, les faire charger sur
des haquets avec les cordages, ancres, poutrelles, madriers, etc., pour
les envoyer de suite au pont du grand bras, pour lequel il manque
quatorze ou quinze bateaux. Vous enverrez les compagnies de pontonniers
qui sont avec vous pour aider à faire le pont. Vous sentez combien tout
ceci demande d'activité, etc.

«L'empereur passe de l'autre côté pour activer tous les moyens, et
surtout pour faire passer des vivres. L'important est donc de vous tenir
fortement et avec beaucoup de canons dans la première île, et d'envoyer
vos pontons pour le pont rompu.

     «ALEXANDRE.»
]

[16: L'empereur ne voyait jamais faire des efforts de vaillance aux
troupes sans éprouver le besoin d'honorer la mémoire des braves de
quelque pays ou siècle que ce fût. Au milieu de ses occupations à
Vienne, en 1809, il fit quelque chose pour celle du chevalier Bayard. Ce
guerrier, comme l'on sait, était du Dauphiné; il était né en 1474, et
mourut en 1524, à la retraite de Rebec, dans le Milanais.

L'empereur fit relever et réparer à grands frais la chapelle dans
laquelle ce héros avait été baptisé au village de la Martinière.

L'empereur ordonna que l'on y portât en cérémonie le coeur du chevalier
Bayard, qui avait échappé aux fureurs insensées de nos discordes
civiles, et, pour donner plus de pompe à cet hommage rendu à la mémoire
du héros, l'empereur ordonna à toutes les autorités civiles et
militaires d'y assister, et en se rendant sur les lieux, de ne rien
omettre de tout ce qui pouvait donner un nouvel éclat aux vertus du
héros dont on régénérait la mémoire. On mit sur la boîte de plomb qui
contenait le coeur du chevalier sans peur et sans reproche une
inscription à sa louange. L'empereur l'avait dictée lui-même.]

[17: Lettre du prince Poniatowski au major-général.

     «Au quartier-général de Pulawy, le 27 juin 1809.

     «Monseigneur,

«J'avais eu l'honneur de porter à la connaissance de Votre Altesse
Sérénissime, en date du 21 de ce mois, que, malgré l'engagement positif
pris par le prince Galitzin, de faire passer ce jour deux divisions de
son armée au-delà du San, on ne s'apercevait d'aucune disposition pour
cet objet. En effet, sous prétexte de manque de vivres, cette mesure n'a
été effectuée qu'en partie deux jours après, avec la même lenteur qui a
caractérisé jusqu'ici tous les mouvemens des troupes russes. Ces retards
ont donné au corps autrichien, qui s'était porté sur la rive droite de
la Vistule, le temps de faire sa retraite avec la plus grande
tranquillité; on n'a, en aucune manière, cherché à l'inquiéter. La
connaissance certaine que, dès cette époque, on eut à l'armée
autrichienne que celle aux ordres du prince Galitzin ne passerait pas la
Vistule, a engagé l'archiduc Ferdinand à porter avec rapidité la plus
grande partie de ses forces, savoir: environ vingt-cinq mille hommes
jusque sur la Piliça, et de menacer ainsi les frontières du duché. Ce
mouvement m'a mis dans le cas de me porter sur Pulawy. Les troupes sous
mes ordres s'y trouvent depuis trois jours. Au moyen du pont que j'y ai
fait jeter sur la Vistule, je puis de ce point, sans quitter la
Gallicie, observer la marche ultérieure de l'ennemi, me porter au besoin
sur la rive gauche, et, en manoeuvrant sur une des extrémités de sa
ligne, lier par-là mes opérations avec celles des généraux Dombrowsky et
Sockolniki, qui, avec environ huit mille hommes, ont pris une position à
Gora. Toute ma cavalerie, jetée vers Zwolin et Radom, soutenue par
l'infanterie, observe les mouvemens de l'ennemi, et se trouve à portée
de se réunir sur le point où il sera possible d'agir le plus
avantageusement. Je ne négligerai aucune occasion, et quand même des
circonstances favorables ne permettraient point aux troupes polonaises
d'obtenir de nouveaux succès, je remplirai toujours les intentions de sa
majesté l'empereur, en occupant ici un corps de troupes autrichiennes
infiniment plus fortes que celles que j'ai à leur opposer. L'arrivée de
l'armée russe en Gallicie, et les événemens auxquels elle a donné lieu,
ayant permis à l'ennemi d'inquiéter une partie de la Gallicie située sur
la rive droite de la Vistule, cette circonstance a ralenti
nécessairement les nouvelles formations, et les généraux russes y
contribuent encore plus, en mettant partout où ils arrivent, des
employés autrichiens, qui se font un devoir de tourmenter les habitans,
et d'étouffer tout ce qui peut être contraire aux intérêts de leur
souverain. J'espère cependant que le zèle à toute épreuve des Galliciens
saura vaincre cette nouvelle entrave, et que nous ne serons point
frustrés des moyens qu'offre le pays pour ajouter à nos forces, si le
manque total d'armes ne met des bornes à leur désir de mériter une
patrie, en se rendant dignes de la protection de l'empereur. Veuillez
bien, Monseigneur, agréer l'assurance de ma haute considération.

Le général de division, commandant les troupes polonaises du neuvième
corps. «JOSEPH, prince PONIATOWSKI.»]

[18: Rapport du major-général au baron de Wimpfen.

     Schoenbrunn, le 30 juin 1809.

«Aussitôt que j'ai reçu votre lettre du 18, monsieur le baron de
Wimpfen, je l'ai mise sous les yeux de l'empereur. Les travaux que vous
avez faits devant Presbourg, les mouvemens de bateaux faits sur les
quais, l'occupation des îles retranchées, ont, d'après le rapport du
général français commandant, motivé l'attaque de cette ville. Il est
conforme aux principes de la guerre qu'on cherche à déjouer les projets
de son ennemi, et toutes les fois qu'on fait des préparatifs offensifs
près d'une grande ville, elle se trouve nécessairement exposée à de
grands dommages, et c'est à ceux qui ont choisi ce point d'opérations
qu'il faut les attribuer. Toutefois, monsieur le général Wimpfen, il a
suffi à S. M. de savoir qu'il était agréable à votre généralissime que
l'attaque de Presbourg cessât, pour qu'il m'ait autorisé à en donner
l'ordre. L'empereur, mon souverain, n'a pas fait attention aux
proclamations de jeunes princes sans expérience; mais il a été fâché que
S. A. I. l'archiduc Charles, pour lequel, depuis seize ans, il témoigne
l'estime due à ses grandes qualités, ait aussi tenu un langage que S. M.
n'attribue qu'à l'entraînement des circonstances. Elle vous prie de
faire agréer à votre généralissime ses complimens. Je vous prie,
Monsieur, etc.,

     «ALEXANDRE.»
]

[19: Tous les grands états militaires ont eu, pour la plupart, des
ingénieurs qui se sont amusés à lever la topographie des environs de la
métropole, et qui ont accompagné leurs reconnaissances d'un mémoire de
défense, en forme de plan de campagne, dans lequel ils indiquent les
positions à prendre dans un cas d'invasion de la part d'ennemis qui
pénétreraient jusqu'au centre de la monarchie. Ils ont tout prévu, et
ont donné des conseils pour toutes les circonstances. Les mémoires sont
accompagnés de beaux plans, où le campement de chaque corps est désigné;
la position des grand'gardes, des sentinelles, les moindres détails de
l'établissement du camp y sont rigoureusement soignés; mais ces hommes
habiles n'ont oublié qu'une chose, c'est de placer l'armée ennemie comme
il arrive toujours.

Nous avons trouvé dans le cabinet impérial de Vienne un ouvrage précieux
comme topographie, accompagné d'un mémoire de défense pour le cas où se
trouvait précisément la monarchie autrichienne. La carte des environs de
Vienne offrait le tracé d'un camp pour défendre le passage de la marche
en se plaçant à Schloshoff, et celui d'un second camp, en prenant
absolument la position qu'a prise l'archiduc Charles à Wagram.
L'ingénieur autrichien qui a fait ce bel ouvrage n'a pas dit un mot de
l'île de Lobau, ni de six ponts jetés dans une nuit, et certainement
s'il avait pu se douter que cette vaste île deviendrait une place
d'armes, de laquelle on ferait déboucher cent quatre-vingt mille hommes,
il n'aurait pas donné le conseil de les laisser passer librement, et
d'aller les attendre à Wagram.]

[20: Il commandait toute la cavalerie.]

[21: Dans les jours qui suivirent celui de la bataille, le général La
Riboissière qui commandait l'artillerie de l'armée, ayant besoin de
boulets, fit mettre à l'ordre de toute l'armée, qu'il paierait cinq sols
par boulet de canon ramassé sur le champ de bataille, et qui serait
rapporté au parc d'artillerie; je tiens de lui-même qu'on en rapporta
vingt-six mille autrichiens seulement. On peut bien évaluer que la
moitié n'a pu être trouvée.]

[22: Lettre de Bernadotte au major-général.

     «Retz, le 6 mai 1809.

     «Prince,

«J'ai reçu la lettre que Votre Altesse m'a écrite de Burckausen sous la
date du 30 avril. Votre Altesse ne me parlant plus de rester entre
Ratisbonne et la Bohême, je suis venu de Nabburg à Retz, et je me
dispose à entrer en Bohême par Waldmünchen. Le commandant du petit corps
laissé à Cham par le général Montbrun me marque qu'avant-hier ses postes
à Neumarck et Waldmünchen ont été attaqués et forcés de se replier sur
Furth et Schontal. Il me marque aussi que les avant-postes autrichiens
sur ce point sont forts de deux bataillons et six escadrons, et qu'ils
ont en outre quatre mille hommes campés à Klatau. Votre Altesse m'avait
autorisé à appeler à mon corps d'armée la division Dupas; mais elle a
reçu le même jour un ordre contraire. Depuis, Votre Altesse m'a annoncé
que je trouverais en marchant sur Ratisbonne des troupes françaises et
des renforts; je n'ai cependant encore aucun avis que des troupes
doivent se joindre à moi, et chaque jour j'éprouve de plus en plus
combien il serait essentiel que l'armée saxonne fût appuyée et stimulée
par l'exemple de troupes un peu plus aguerries qu'elles; cela me paraît
indispensable, surtout étant destinée à opérer isolément sur le flanc de
la grande armée. J'invite Votre Altesse à rappeler à l'attention de sa
majesté cet objet qui intéresse réellement le bien de son service, et de
me dire si je dois compter ou non sur quelques renforts de troupes
françaises.

     «J. BERNADOTTE.»
]

[23:

     «Au camp de Lintz, le 28 mai 1809.

     «Prince,

«M. Deveau vient de me remettre la lettre que Votre Altesse m'a écrite
d'Ebersdorf, sous la date du 26 mai. Votre Altesse a maintenant reçu ma
dernière lettre, par laquelle je lui exposais l'impossibilité où je me
trouve d'attaquer l'ennemi. J'ai l'honneur de lui répéter que je
croirais commettre une faute militaire très grave si je sortais de mes
positions devant Lintz. L'ennemi est sur mon front et sur mes deux
flancs, le long du Danube. Le général Kollowrath a reçu, depuis
l'affaire du 17, des renforts de la Bohême, et il vient encore d'arriver
à Zuelter dix mille hommes détachés de l'armée du prince Charles. Si je
marche en avant, je ne puis pas répondre qu'une colonne ennemie ne
pénètre par la droite ou par la gauche jusqu'au pont de Lintz. Votre
Altesse peut vérifier ma position sur la carte. J'ai devant moi un pays
hérissé de montagnes, où l'ennemi retranché et barricadé, peut, avec peu
de monde, disputer long-temps le passage. Il faudrait donc, pour
déboucher d'ici avec quelque espérance de succès, un corps plus nombreux
que le mien, et surtout des troupes aguerries et des généraux
expérimentés pour diriger les diverses colonnes. Les Saxons, je le
répète, sont hors d'état d'agir isolément, et il n'y a aucun de leurs
généraux à qui je puisse confier une opération détachée. Je prie Votre
Altesse de mettre ma situation sous les yeux de l'empereur. Il m'est
impossible, pour le moment, de rien entreprendre d'offensif sans
compromettre le pont de Lintz, auquel je pense que sa majesté tient
avant tout. Si j'avais huit à dix mille Français, je pourrais encore
tenter quelque chose, sans garantir de grands succès; j'aurais du moins
à compter sur l'énergie et sur l'expérience de ces troupes; mais, je le
répète, avec les Saxons je ne puis rien. Si l'ennemi vient à m'attaquer
avec les forces qu'il a, de beaucoup supérieures aux miennes, je me
regarderai comme fort heureux de pouvoir maintenir ma position. Dans
tous les cas, sa majesté peut être certaine que je ferai mon devoir.

     «J. BERNADOTTE.


«_P. S._ On a trompé Votre Altesse quand on lui a dit que le général
Kollowrath n'était pas devant moi; il n'a pas cessé d'y être; il a
aujourd'hui son quartier-général à Leonfelden, en arrière de ses camps
d'Hirschiag et d'Helmansed. Il se lie avec les troupes qui sont à
Haslach. Quant au général Jellachich, que Votre Altesse croit sur la
rive gauche du Danube, il était ces jours derniers en Styrie, et a dû se
retirer par le Buren.»]

[24: À Austerlitz le maréchal Soult était celui dont l'empereur avait
été le plus satisfait.]

[25: _La Pucelle_.]

[26: Je faisais le service du grand écuyer pendant cette campagne, M.
Caulaincourt étant en Russie, et le général Nansouty à sa division.]

[27: L'empereur a eu la pensée de faire paver les faubourgs de Vienne,
qui ne le sont pas: il voulait, disait-il, laisser ce souvenir aux
Viennois, mais il n'en a pas eu le temps.]

[28: Ce fut elle qui sollicita l'empereur de le remettre en fonctions
après la conjuration de George.]

[29: L'empereur disait qu'il n'avait laissé l'armée hollandaise dans le
pays, lorsqu'il était parti pour la dernière campagne, que parce qu'il
craignait pour Anvers, où il ne pouvait pas laisser de troupes, n'en
ayant pas suffisamment.]

[30: Indépendamment de la lettre à M. de Caulaincourt, la demande en a
été faite directement de l'empereur à l'empereur Alexandre, qui y a
répondu de sa main, qu'il allait consulter sa mère.]

[31: Je tiens ces détails du sénateur lui-même.]

[32: Depuis que j'ai écrit ces Mémoires, j'ai lu une petite brochure qui
paraît, au titre, être imprimée d'après une rédaction du général
Bertrand, sur des matériaux assemblés par lui et laissés, à ce que l'on
prétend, à l'île d'Elbe après le célèbre départ.

Dans cette brochure, il est fort question du mariage de l'empereur avec
l'archiduchesse Marie-Louise. Les détails que l'auteur en donne, quoique
ceux d'un homme qui paraît avoir été aux écoutes, sont inexacts dans le
point le plus important. C'est ce qui m'a fait douter de la vérité du
reste.

L'auteur prétend que M. Narbonne avait reçu à Vienne des ouvertures sur
ce mariage de la part de l'empereur d'Autriche. Voici ma réponse:

Après la paix de 1809, M. de Narbonne demanda à Vienne et obtint la
permission d'aller visiter messieurs de France qui habitaient à Trieste,
et a pu, à son retour par Vienne, y voir l'empereur d'Autriche; mais il
était de retour à Paris avant le divorce de l'empereur, et en pareille
matière, on ne s'expose pas à avancer ce dont on n'est pas sûr: un
courtisan ne s'expose pas à des regrets cuisans et Narbonne avait sa
fortune à faire.]

[33: On y avait construit et décoré élégamment un long salon avec des
portes aux deux extrémités.

L'impératrice entra par la porte qui était du côté de l'Autriche, en
même temps que la reine de Naples entrait par l'autre. Il y avait de ce
côté-là un appartement où l'impératrice fit sa toilette. Elle était
accompagnée des dames françaises, et donna sa main à baiser aux dames
allemandes, qui sortirent par la porte qui était de leur côté, et
partirent de suite.]

[34: L'oncle de l'impératrice, qui était alors grand-duc de Wurtzbourg,
était présent; il signa aussi.]

[35: Le mariage devant l'église a eu lieu le 8 ou le 9 avril 1810, et la
révolution de Fontainebleau est du 8 avril 1814.]

[36: Cette voiture n'était là que pour la représentation.]

[37: Comme duc d'Otrante une dotation évaluée à 90,000 francs net. Une
sénatorerie, évaluée à 30,000 fr. net, et même au-dessus; c'était celle
d'Aix en Provence. Il avait 200,000 francs de rente du produit de ses
économies pendant les neuf années de son administration, pendant tout le
cours desquelles il a eu environ 900,000 francs de revenus de toute
espèce, et venant de l'empereur, depuis le premier jusqu'au dernier
écu.]

[38: M. de S*** avait été ambassadeur en Hollande et avait des moyens
faciles d'informations à Amsterdam.]

[39: _Les relations extérieures_. Fouché n'avait pas cessé de convoiter
ce ministère depuis que M. de Talleyrand l'avait quitté.]

[40: Cet Hennecart est de Cambrai; c'était un émigré, anciennement
officier au régiment de Beauvoisis.]

[41: Mais il est juste d'observer que, si M. Fouché avait douté de sa
fidélité, il n'était pas autorisé à soupçonner les moyens employés pour
le corrompre, et quand même il les aurait découverts, il n'aurait pu
s'en plaindre; d'abord on ne l'eût pas cru, et ensuite il ne l'aurait
pas osé.]

[42: Pendant les deux dernières années de son administration, M. Fouché
avait fait rechercher soigneusement tous les écrits qui avaient été
publiés pendant la révolution, et dans lesquels on exaltait son
patriotisme, tels que sa correspondance avec le comité du salut public,
lorsqu'il était son commissaire à Lyon en 1793; il avait brûlé tout
cela.]

[43: La haute société et le haut commerce avaient des jours fixes dans
la semaine.

La bourgeoisie prenait assez généralement le dimanche.]

[44: En 1797, j'arrivai à Paris avec un de mes camarades, qui avait avec
lui un sac de 1,200 francs. C'était au mois de novembre; nous
descendîmes avec la messagerie rue des Fossés-Saint-Victor, vers six ou
sept heures du soir; nous y prîmes un fiacre pour nous rendre à notre
hôtel, rue de Richelieu. En arrivant, nous descendons, et prenons nos
effets avec tant de précipitation, que mon camarade oublie son sac.

Nous étions l'un et l'autre fort jeunes. C'était jour d'Opéra, nous
voulûmes finir notre journée à ce spectacle; il allait se terminer,
lorsque la mémoire rappela à mon compagnon son sac. Comment faire pour
courir après le fiacre? aucun de nous deux n'avait pris son numéro; il
était fort en peine, lorsqu'il me vint une idée.

J'avais remarqué que le fiacre était blanc, et avait un cheval de ce
poil avec un autre d'une autre couleur.

Je lui observai que peut-être le cocher ne se serait pas aperçu de notre
oubli, et qu'il se serait placé près de l'Opéra, espérant finir la
journée par ramener quelqu'un de son quartier; qu'il fallait nous mettre
à visiter toutes les voitures qui étaient autour de l'Opéra. Nous
trouvâmes effectivement la nôtre, qui était une des premières à la tête
de la file de celles qui devaient commencer à être appelées à la sortie
du spectacle. Nous montâmes dedans, et dîmes au cocher de nous conduire
rue des Fossés-Saint-Victor: il ne nous reconnut pas. Nous nous mîmes à
chercher dans la voiture, et nous trouvâmes le sac, qu'il avait
cependant mis dans le coffre de sa voiture. Comme il passait devant la
porte de notre hôtel, nous l'arrêtâmes. Il nous vit descendre avec notre
argent, et n'osa pas réclamer la moindre chose; il préféra avoir l'air
de ne pas s'être aperçu que ce sac était dans sa voiture, et se repentit
assurément d'avoir voulu gagner encore un petit écu en restant à la
sortie de l'Opéra.]

[45: Je dois faire observer que la plupart de ces jeunes femmes et de
ces jeunes gens avaient de vieux parens qui les élevaient dans un
éloignement total du nouvel ordre de choses établi en France, et qui
propageaient ainsi une opposition dans laquelle leurs enfans n'avaient
aucun intérêt de se ranger.

Une fois qu'ils furent échappés de la cage dans laquelle on les tenait
renfermés, ils firent tous comme ceux qui avaient pris leur parti depuis
dix ans.]

[46: On a méchamment imprimé, dans le commencement de 1814, un état des
prisonniers existans dans les maisons de détention de Paris, et l'on a
mis cela sur le compte des prisons d'État: c'est l'esprit de parti qui a
voulu confondre les détenus de toute espèce pour favoriser ses projets.
Il a mis les maisons de correction, celle pour dettes, celle des filles
publiques, celle des fous, etc., etc., dans la même catégorie. Tout ce
qui pouvait exciter la vengeance contre le gouvernement impérial lui
convenait.]

[47: Il n'y a eu de détention sous des noms supposés que dans deux cas,
pour éviter toute entreprise de communiquer au dehors. Elles
concernaient deux chefs d'insurgés espagnols, qui, dans les registres du
greffe, avaient d'autres noms; mais les conseillers d'État les
visitaient comme les autres tous les ans.

On avait pris le parti de leur donner de faux noms, pour que des
suborneurs n'entreprissent point de les faire évader.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l'histoire de l'empereur Napoléon, Tome 4" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home