Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Contes pour les petits garçons
Author: Schmid, Christoph von, 1768-1854
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Contes pour les petits garçons" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



images generously made available by the Bibliothèque nationale de
France (BnF/Gallica)



CONTES POUR LES PETITS GARÇONS

5e SÉRIE PETIT IN-19.



[Illustration]



CONTES POUR LES PETITS GARÇONS

PAR SCHMIDT.

1885



LIMOGES EUGÈNE ARDANT ET Cie, ÉDITEURS



CONTES POUR LES PETITS GARÇONS.



DIEU.


M. Leblond était un négociant que son commerce avait obligé à faire un
long voyage en Amérique. Sa femme était restée en France avec deux
petits garçons, l'un qui n'avait que quelques mois, et l'autre âgé d'un
an de plus. L'absence du père dura plus de cinq ans.

Un matin que madame Leblond venait de faire faire à ses enfants leurs
prières, elle entendit l'aîné qui disait au plus jeune:--Ça m'ennuie de
prier le bon Dieu et de le remercier; le vois-je? me donne-t-il quelque
chose? La mère fut profondément affligée de ce propos impie; elle allait
appeler l'enfant pour le réprimander et lui faire une instruction,
lorsqu'on apporta une caisse que son mari lui envoyait. Les enfants
accoururent et ils virent qu'il y avait dans la caisse de belles étoffes
pour leur faire des habits ainsi qu'à leur mère, des confitures
d'ananas, d'autres sucreries d'Amérique, enfin de l'argent pour acheter
tout ce qui était nécessaire aux besoins de la famille. Il y avait aussi
une lettre dont la mère lut à ces fils ce passage: «Dis à mes chers
enfants qu'ils soient toujours bons et sages, nous serons bientôt
réunis. Quand ils pourront être auprès de moi, je leur ferai des
présents bien plus beaux que ceux contenus dans la caisse.» Adolphe, dit
la mère à son fils aîné, crois-tu que ton père existe? tu ne l'a jamais
vu.--Oh! maman, j'en suis bien sûr: d'abord vous m'en parlez toujours,
et puis voilà des cadeaux qu'il nous envoie, sans compter les belles
promesses qu'il nous fait dans sa lettre.--Bien, mon fils; mais comment
doutes-tu de l'existence de Dieu? je t'en parle tous les jours, la
lumière du soleil, les fruits, les fleurs, tout ce qu'il y a de bon et
de beau sur la terre, sont des présents qu'il fait à chaque instant à
toi et à tous les hommes. Le saint Evangile est un écrit qu'il a dicté
lui-même, et par lequel il nous promet à tous un bonheur éternel si nous
lui témoignons notre reconnaissance par une bonne conduite: tu vois
bien que tu as les mêmes motifs de croire à l'existence du bon Dieu que
de croire à l'existence de ton père.



LA PLUIE.


Un marchand, parti de bon matin, se rendait à la ville voisine. Il était
à cheval et avait une valise remplie d'or et d'argent, car il voulait
faire de grands achats. Il tombait une pluie violente, et l'eau
ruisselait sur les vêtements du pauvre homme.--En vérité, disait-il,
Dieu, qui fait tomber la pluie quand il veut, aurait bien pu attendre
jusqu'à ce soir!

La pluie cessa et le marchand arriva sur le bord d'un grand bois qu'il
lui fallut traverser. Quand il fut au milieu, il vit paraître deux
voleurs qui lui crièrent d'arrêter, et comme le marchand se sauvait de
toute la vitesse de son cheval, chacun d'eux voulut lui tirer un coup de
fusil, mais la longue pluie avait mouillé la poudre des voleurs, et
leurs fusils ne partirent pas.

Quand le marchand fut sorti du bois, il éleva les mains au ciel et
dit:--O Jésus, mon Dieu, j'ai murmuré contre vous et contre la pluie
qu'il vous plaisait d'envoyer, parce qu'elle m'incommodait dans mon
voyage. Cependant, cette pluie était un bienfait. Si le temps eût été
sec et beau, la poudre des voleurs se fut enflammée, ils m'eussent tué
et volé. Pardonnez-moi mon offense, ô mon Dieu! à l'avenir je me
soumettrai respectueusement à votre sage volonté.



LA SOURCE.


Le petit Guillaume était plein de fougue et d'impétuosité; quelque chose
qu'il fit, il s'y livrait avec trop d'ardeur. Parfois il travaillait
avec tant d'acharnement qu'il se rendait malade. Dans ses jeux il
mettait tant de vivacité et d'abandon que souvent il se faisait des
blessures dangereuses. Un jour que, dans l'été il courait après des
papillons, il se livra avec emportement à ce plaisir, et se mit tout en
nage et hors d'haleine. Mourant de soif, il rencontra une belle source
dont l'eau claire comme le cristal, et froide comme la glace, coulait à
l'ombre d'un bocage. Guillaume se précipita vers cette eau et en but à
longs traits: à peine eut-il commis cette imprudence qu'il se sentit
malade et ne put qu'à grand'peine retourner chez son père; on le mit au
lit, il fut pris d'une fièvre dangereuse, et sa vie fut en danger.

--Ah! mon père, disait-il un jour, qui eût pensé que cette belle source
contînt un poison si dangereux? que les apparences sont trompeuses.--Tu
accuses à tort la source, répondit le père; c'est elle qui fournit le
ruisseau dont nous buvons l'eau chaque jour, jamais elle ne nous a nui;
mais toi, tu l'as rendue malfaisante en la prenant la plus fraîche
possible, au moment où ton corps était tout bouillant de chaleur; c'est
ton imprudence qui a fait un poison de cette eau salutaire: n'oublie pas
que l'excès corrompt les meilleures choses.



LES POMMES.


Tous les vices se tiennent par la main, la gourmandise mène le vol.
Philibert était un petit gourmand: de la fenêtre de sa chambre, il
voyait de belles pommes dans un jardin près de là, Il succomba à la
tentation que l'aspect de ce fruit lui faisait éprouver, et de grand
matin il chercha à pénétrer dans le jardin où se trouvait l'objet de sa
convoitise. Il découvrit à la haie qui en formait la clôture un petit
trou qu'il parvint à agrandir, et y passa avec grande peine en
s'égratignant les mains et en salissant ses vêtements. Il arriva enfin
auprès du pommier et se hâta de remplir de plus beaux fruits les poches
de son habit. Au moment où il allait partir, il vit arriver le maître du
jardin, qui se mit à sa poursuite. Comme Philibert courait bien, il
parvint à temps au trou de la haie, engagea promptement sa tête et ses
épaules; mais, comme l'espace était juste, les poches gonflées de pommes
ne purent passer, et le retinrent comme dans un piége.

Le maître du jardin arriva, et après avoir ri de grand coeur de
l'aventure singulière, il reprit ses pommes, fustigea le voleur et lui
dit:--C'est la chose même que tu as volée qui est cause que tu es puni
pour ton vol.



L'ENVIEUX.


Un jardinier, qui était fort habile cultivateur, cultivait dans son
terrain les plus beaux légumes et les plus beaux fruits. Il se levait
de grand matin, se couchait tard, et travaillait tout le jour.

Il y avait dans le voisinage un autre jardinier, qui n'était pas moins
habile, mais qui était envieux de tout ce qui arrivait d'heureux à son
prochain. Chaque fois qu'il voyait que les arbres ou les autres plantes
du premier donnaient de belles espérances, il en était tout soucieux:
c'était bien pire quand ces espérances se réalisaient: il était dèsolé.
Une année il avait remarqué que la treille de son voisin annonçait une
superbe récolte, tandis que la sienne ne promettait rien de bon, sans
doute parce qu'elle était moins bien exposée. Ne pouvant résister au
désir de satisfaire son envie, il se leva la nuit et coupa toutes les
plus belles branches des ceps de vigne de son confrère; il s'en alla
sans qu'on l'eût vu, et le lendemain apprit avec joie que celui-ci était
plongé dans la douleur.

Or, dans ce temps-là on ne connaissait pas l'art de tailler la vigne;
l'on ne savait pas que pour obtenir des raisins beaux et bons il faut
retrancher à chaque pied la plus grande partie des branches nouvelles.
L'on fut donc bien étonné de voir que la treille, loin de souffrir,
produisit des raisins en très-grande abondance et délicieux.

L'envieux éprouva une telle douleur qu'il en tomba malade. Mais son
voisin, qui réfléchit sur cet événement, comprit qu'il avait eu lieu
parce qu'en retranchant une partie des branches, toute la sève de chaque
pied de vigne avait profité au fruit.

De cette observation, il déduisit l'art de tailler la vigne, qui devint
pour lui une source de fortune. L'envieux en mourut de dépit.



LES CAILLOUX.


Floret servait comme garçon chez un marchand d'eau-de-vie; il s'était
habitué à en boire de plus en plus, si bien qu'à la fin il en consommait
chaque jour une demi-bouteille, que son maître lui donnait comme gages.
Cette boisson funeste détruisait sa santé; il fut obligé d'appeler le
médecin, qui lui dit qu'il périrait bientôt s'il ne cessait de boire de
l'eau-de-vie.--L'habitude est trop bien prise, répondit Floret, il faut
chaque jour que je vide cette bouteille, je ne puis m'en empêcher.

Le lendemain, le médecin vint et lui dit: J'ai songé à un autre moyen;
prenez cette boîte de cailloux, et tous les matins vous en jetterez
trois dans votre bouteille. Si vous avez soin d'y laisser et les
nouveaux et les anciens, la liqueur cessera de vous être nuisible; mais
surtout ne changez pas de bouteille!

Le malade exécuta l'ordonnance, et comme chaque jour sa bouteille
contenait moins d'eau-de-vie, il se déshabitua peu à peu de cette
funeste boisson, et ne s'aperçut de la ruse du médecin que lorsque la
bouteille fut toute pleine de cailloux.



LA PIERRE.


Philippe était un homme riche, dur et grossier; il maltraitait tous ceux
qu'il employait à son service. Il se prit de querelle avec un pauvre
journalier auquel il demandait une chose impossible. Celui-ci fut
obligé d'abandonner le travail qu'il avait commencé. Philippe, furieux,
prit une pierre et la jeta à ce malheureux, qu'il atteignit. Le
journalier alla ramasser la pierre et la mit dans sa poche, pensant
qu'un jour ou l'autre il trouverait l'occasion de rendre à Philippe coup
pour coup.

En effet, ce mauvais riche fut, dans sa vieillesse, réduit à la
mendicité, et il vint demander l'aumône à la porte de la cabane du
journalier. Celui-ci accourut avec sa pierre, en se disant que le
moment de la vengeance était arrivé. Mais à la vue des haillons du
ci-devant riche et de son air misérable, il s'arrêta et dit:--Je vois
bien que l'homme ne doit jamais se venger, car si notre ennemi est fort
et puissant, l'on court du danger en le faisant; la vengeance ne sera
donc l'oeuvre que d'un fou. Si au contraire notre ennemi est faible et
dangereux, il serait infâme d'en abuser pour le maltraiter sans
crainte; la vengeance alors serait l'acte d'un lâche.



LE PAIN.


La ville de Blois était désolée par une grande disette. Un homme riche,
voulant soulager ceux qui avaient le plus besoin de secours, réunit chez
lui vingt enfants des plus pauvres familles. Il fit apporter une grande
corbeille et leur dit:--Il y a là-dedans vingt pains, vous en aurez
chacun un, partagez-vous-les dès à présent. Chaque jour vous en
trouverez autant ici à la même heure.

A ces mots, les enfants se précipitèrent vers la corbeille et se
disputèrent à qui aurait le pain le plus gros et le mieux cuit. Quand
chacun eut le sien, ils se retirèrent sans remercier leur bienfaiteur;
il ne resta dans la salle que la petite Fanny, qui s'était tenue à
l'écart; elle s'approcha alors de la corbeille, prit le pain qui avait
été dédaigné par tous les autres, puis elle alla baiser la main de
l'homme généreux qui le lui donnait, se retira tranquillement, et porta
ce pain à sa mère qui était malade, pour le partager avec elle.

Le lendemain, les choses se passèrent de même, mais le pain qui resta à
Fanny était de moitié plus petit que les autres. Elle le prit sans
murmurer, remercia le bienfaiteur comme la veille, et remit le pain à
sa mère. Lorsque celle-ci l'entama, elle en vit sortir une grande
quantité de pièces d'argent.--Va les rapporter, dit-elle à Fanny, c'est
sans doute par accident que cet argent se trouve dans le pain.

Fanny s'empressa d'obéir à sa mère, mais le bienfaiteur refusa de
reprendre la somme. Gardez-là, mon enfant, lui dit-il, c'est exprès que
je l'ai fait mettre dans le plus petit pain, afin que votre modération
et votre gratitude eussent leur récompense.



LE CLOU.


Paul sella son cheval pour aller porter au propriétaire de la ferme
qu'il occupait le prix de son loyer. Au moment de monter à cheval, il
vit qu'il manquait un clou à l'un des fers.--Ce n'est pas la peine de le
remettre, se dit-il, faute d'un clou mon cheval ne restera pas en route.

A une lieue de chez lui, Paul vit que le cheval avait perdu le fer où
il manquait un clou: Je pourrais bien, dit-il, faire remettre un fer à
la forge voisine, mais je perdrais trop de temps; mon cheval arrivera
bien à la ville avec trois fers.

Plus tard, le cheval prit une épine et se blessa:--Je pourrais, se
dit-il encore, faire soigner ma monture; mais il n'y a plus qu'un quart
de lieue d'ici à la ville;--elle terminera bien la route comme ça.

Quelques minutes après, le cheval en boitant fit un faux pas, tomba, et
Paul se démit l'épaule; on le transporta dans un village près de là, où
pendant dix jours il fallut soigner l'homme et le cheval. Il était bien
désolé de perdre ainsi son temps et son argent. Il se disait à part
lui:--Il n'y a pas de petites négligences; si j'avais mis un clou, mon
cheval n'aurait pas perdu son fer; il ne serait pas blessé; si je
l'eusse fait panser à temps, je ne me serais pas démis l'épaule. Cette
leçon me profitera pour l'avenir.



L'ÉCU.


Thomas était un villageois plein de pitié; il avait à son service un
charretier qui avait la coupable habitude de jurer, de s'emporter et de
dire les plus grossières injures aux hommes et aux animaux; son maître
lui faisait de fréquentes réprimandes et lui représentait que c'était
offenser Dieu que d'agir ainsi.--Vraiment, répondit-il, je voudrais bien
me corriger; mais l'habitude est plus forte que moi, il m'est impossible
de la vaincre.

Un matin, Thomas dit à son charretier:--Tiens, voilà un écu tout neuf;
je te le donnerai ce soir, si d'ici-là tu ne prononces pas un jurement
et si tu ne te livres à aucun emportement. Le charretier accepta le
marché avec grand plaisir.

En vain les autres domestiques s'efforcèrent de lui faire perdre l'écu,
et s'entendirent entre eux pour le mettre hors de lui; le charretier sut
se défendre de leurs attaques sans colère, sans injures et sans
jurements.

Quand le soir fut venu. Thomas lui donna l'écu en disant:--Rougis
d'avoir pu faire pour une misérable pièce d'argent ce que ni ton
affection pour ton maître ni la crainte de Dieu n'avaient pu obtenir de
toi. Le charretier sentit que le reproche était juste; il fit de
véritables efforts pour se corriger, et y parvint.



L'AVEUGLE.


André était aveugle de naissance; un jour qu'il revenait de l'église, il
marchait fort lentement et se guidait à l'aide du bâton qu'il tenait à
la main. Lucas, son cousin, lui dit:--Je parie dix écus que je courrai
plus vite que toi.

Les personnes qui se trouvaient là s'indignèrent de cette mauvaise
plaisanterie, elles furent fort étonnées d'entendre l'aveugle
répondre:--J'accepte le pari, mais à condition que tu me laisseras
choisir le moment de la course. Lucas fut enchanté, et il voulait qu'on
déposât l'argent dans les mains d'un des assistants. Sa joie fut moins
vive quand André lui dit:--Nous partirons ce soir au coup de minuit et
nous verrons qui arrivera le premier à la ville voisine.

Les deux concurrents se mirent en route à l'heure dite; la nuit était
très-obscure et le chemin traversait un bois épais. André, pour lequel
la clarté du jour et l'obscurité étaient la même chose, arriva deux
heures après à la ville, car il était habitué à parcourir ce chemin sans
le secours de ses yeux; quant à Lucas, il s'égara dans la forêt; après
être tombé vingt fois, il retourna sans s'en apercevoir sur ses pas, de
sorte que l'aveugle à son retour le rencontra tout près du village.

Tout le monde rit aux dépens de Lucas, qui perdit ses dix écus. André
refusa de profiter de l'argent d'un pari et le distribua aux pauvres.



LES TROIS BRIGANDS


Dans un bois, trois brigands se tenaient en embuscade. Il vint à passer
un marchand, qui portait avec lui des sommes considérables et des
objets de grands prix; les brigands le tuèrent et s'emparèrent de tout
ce qu'il possédait. Ils résolurent de faire bonne chère. Le plus jeune
se chargea d'aller à la ville voisine pour acheter du vin, des viandes
cuites, enfin tout ce qui était nécessaire pour bien se régaler.

A peine fut-il parti que les deux autres se dirent:--Si nous étions
seuls à partager ces trésors, ils nous suffiraient pour vivre.
Débarrassons-nous de cet autre quand il reviendra avec ses provisions.
Dès que nous l'aurons tué, nous partagerons en frères, et nous irons
vivre loin de ce pays.

Le troisième brigand se disait de son côté:--Si je pouvais me défaire de
mes deux compagnons, tout l'argent serait pour moi! Je vais empoisonner
leur vin, ils en boiront, ils périront tous deux, et je posséderai seul
les trésors du marchand.

En effet, il acheta des vivres, mêla dans le vin un poison violent et
retourna dans le bois.

A peine fut-il arrivé près de ses compagnons, que ceux-ci se jetèrent
sur lui et le tuèrent à coup de poignard. Ils se mirent ensuite à
manger, burent du vin auquel était mêlé le poison, et expirèrent dans
des douleurs atroces. Juste punition de la providence! preuve nouvelle
que les méchants ne peuvent se fier les uns aux autres.



LA MÉSANGE


Regarde, disait Xavier à sa soeur, voici une jolie mésange qui se perche
sur un arbre; je vais y placer mon trébuchet, et je suis sûr que tout à
l'heure j'aurai l'oiseau en ma possession. Il grimpa sur l'arbre, tendit
son piége et se cacha avec sa soeur dans un épais taillis. La pauvre
mésange fut en effet bientôt prise. Xavier escalada l'arbre de nouveau,
mais en descendant il tomba et se blessa à la main; dans sa chute le
trébuchet s'ouvrit et la mésange s'échappa.

--Bon Dieu! Xavier, lui dit sa soeur, à quel danger tu t'exposes; ne
monte plus sur les arbres, car en montant tu pourrais te tuer.--Oh! ma
chute est un accident, répondit-il en riant, qui ne m'empêcherait pas de
recommencer tout de suite, mais ce serait peine perdue: la mésange
connaît maintenant le piége; elle n'en approchera plus.--Si ce que tu
dis est vrai, mon frère, cet animal sans raison est plus sage que toi,
car il fuit le piége qui l'a pris, et toi, à peine échappé à un danger
mortel, tu le braverais de nouveau pour satisfaire une fantaisie.



LES MARRONS.


Alfred était cité pour sa gourmandise; dès qu'il avait quelque argent,
il l'employait à acheter des gâteaux et des sucreries. Il aspirait tout
le long du jour au moment de se mettre à table, et après avoir bien bu
et bien mangé, il s'efforçait encore d'attraper quelque chose dans
l'office ou dans le buffet.

Un marchand vint proposer à son père de lui vendre des marrons de Lyon;
comme on n'en cultivait pas dans le pays, Alfred ne savait ce que
c'était; il demanda au marchand si ces fruits bruns étaient bons à
manger; celui-ci répondit qu'ils étaient excellents, surtout quand on
les mettait cuire sous la cendre chaude. Le père d'Alfred ne tomba pas
d'accord avec le marchand et ne lui acheta pas de marrons, mais Alfred
eut l'adresse de lui en dérober plusieurs poignées qu'il cacha dans ses
poches.

Aussitôt il descend à la cuisine; tandis que la cuisinière est occupée
dehors, il met ses marrons sur le foyer, les couvre de cendre rouge, de
charbons brûlants, et attend avec impatience le moment de goûter de ces
fruits dont on lui avait vanté la saveur: il écoutait avec plaisir le
bruit que les marrons commençaient à faire, lorsque tout-à-coup l'un
d'eux fait explosion et lance au visage du petit gourmand, qui se tenait
tout près, les cendres avec les charbons.

Alfred, étourdi, aveuglé, se mit à courir dans la cuisine en poussant
des cris, en se cognant contre les meubles et contre les murs. Le père
accourt, et quand il s'est assuré que son fils n'est pas blessé, il lui
inflige la punition que méritaient et sa gourmandise et son vol.



LE PAIN ET L'EAU.


Désiré, qui avait pour père un riche propriétaire, déjeunait un matin
dans une chambre basse donnant sur la rue. La maison de son père ne se
ressentait sans doute pas de la disette qui régnait alors et de la
cherté des vivres, car la table était chargée de mets de toute espèce.

Le pauvre Guillot, gardeur de moutons dans la montagne, n'avait, lui, à
manger que le quart du nécessaire; étant venu ce jour-là à la ville, il
vit Désiré à table, s'approcha de la fenêtre et lui demanda un petit
morceau de pain:--Va-t'en, répondit celui-ci, je n'ai pas de pain pour
toi.

Quelques mois s'écoulèrent, et par une chaude journée d'automne, Désiré
était allé à la chasse dans la montagne; il s'égara en poursuivant une
pièce de gibier et arriva, après une longue marche, dans un canton
tout-à-fait inhabité, où les passages étaient d'un accès fort difficile.
Il erra longtemps sous le brûlant soleil du midi, monta, descendit vingt
fois, et se fatigua beaucoup; en outre, il était affamé, mourant de
soif. Il trouva bien dans sa carnassière un morceau de pain pour
satisfaire son appétit; mais quand il eut mangé, sa soif devint plus
ardente encore; il n'avait rien pour l'apaiser. Dans ce moment il aurait
payé un verre d'eau au poids de l'or.

Enfin il aperçut, sur une montagne voisine de l'endroit où il était, un
homme qui gardait des moutons. Il courut vers lui pour lui demander à
boire. O bonheur! en approchant, il vit que le berger avait une grande
cruche pleine d'eau; cette boisson lui semblait cent fois plus désirable
que les meilleurs vins, et il espérait bien qu'il allait s'en régaler.
Mais, hélas! quand il fut tout près il reconnut le pauvre Guillot; il se
hasarda cependant à lui demander un verre d'eau.--Allez-vous-en, lui
répondit celui-ci, je n'ai pas d'eau pour vous.

Vraiment Désiré offrit-il de payer cette eau vingt sous le verre, puis
cent sous, puis vingt francs. Guillot refusa obstinément.

Désiré eut de nouveau recours aux prières, et le berger lui
répondit:--Je n'ai l'intention ni de vous refuser mon eau, ni de vous la
vendre; mais j'ai voulu vous faire voir combien il est dur d'être
repoussé quand on souffre de la faim ou de la soif. Buvez donc tant que
vous voudrez, et n'oubliez plus que les besoins des pauvres sont aussi
impérieux que les vôtres.

Cette leçon fit apercevoir à Désiré toute la dureté de sa conduite
passé; il récompensa magnifiquement Guillot, et depuis se montra
charitable envers tous les nécessiteux.



L'HARMONIE


Un jeune homme élevé dans une retraite absolue n'avait jamais entendu de
musique. Une maladie dont il fut atteint le rendit complètement sourd;
on l'emmena dans une grande ville pour le soigner et faire en sorte de
lui rendre l'ouïe.

Pendant qu'on le traitait, son père le mena dans une maison où il y
avait un concert. Le sourd rit beaucoup de tous les mouvements, de
toutes les grimaces des exécutants. Il demanda ce que faisaient ces
gens-là. On lui dit que c'était de la musique; alors il répétait à tout
le monde que la musique était la chose la plus folle et la plus ridicule
du monde; qu'il ne concevait pas quel but l'on voulait atteindre en
frottant l'un contre l'autre certains instruments, et en soufflant dans
d'autres;--puisque cela ne produisait rien, disait-il, très-certainement
tous ces musiciens sont des fous.

Le jeune homme guérit et recouvra la faculté d'entendre. On le mena de
nouveau au concert. Quels furent sa surprise et ses transports! Il
comprenait alors la raison de tout ce qui lui avait semblé si absurde;
chaque mouvement des doigts, chaque souffle de la bouche, produisait
son effet, et tous ces effets réunis formaient un ensemble
ravissant.--Oh! que j'étais fou moi-même, disait-il, je voulais juger de
la musique et je n'entendais pas!

Un vieillard qui se trouvait là dit à son fils:--Mon enfant, n'oublie
pas les paroles de ce jeune homme, et si jamais tu avais la tentation de
juger des voies de la providence divine ou de te plaindre de ce qui
arrive, souviens-toi que nous sommes relativement à l'oeuvre de Dieu
dans la même situation qu'un sourd qui entend la musique. Songe que
quand après notre mort, nos yeux seront ouverts, nous verrons régner
dans le monde une harmonie plus parfaite que celle du meilleur concert,
et que si nous ne la voyons pas ici-bas, c'est que nous sommes aveugles,
de même que ce jeune homme était sourd.

FIN.



TABLE

Dieu.                5
La Pluie.           10
La Source.          13
Les Pommes.         16
L'Envieux.          19
Les Cailloux.       23
La Pierre.          26
Le Pain.            29
Le Clou.            33
L'Écu.              36
L'Aveugle.          39
Les trois Brigands. 42
La Mésange.         46
Les Marrons.        48
Le Pain et l'Eau.   52
L'Harmonie.         58

FIN DE LA TABLE


Limoges.--Imp. E. ARDANT et Cie.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Contes pour les petits garçons" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home