Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Formules pour l'esprit
Author: Smarandache, Florentin, 1954-
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Formules pour l'esprit" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Europe at http://dp.rastko.net.



FLORENTIN SMARANDACHE

FORMULES POUR L'ESPRIT



Traduit du roumain
par
Chantal Signoret
de
l'Université de Provence



1983

Editions Express
FES, MAROC



Titre original: FORMULE PENTRU SPIRIT



"État-de-moi."


Les poèmes d'Ovidiu Florentin[1], de sa plaquette. "Formules pour
l'esprit" (editura Litera, Bucuresti, 1981), "bleus comme l'heure et
tendres comme la timidité, assaillis de quiétude et vaincus d'appels"
--ainsi qu'il le déclare dans une ars poetica d'ouverture: "Avant le
propos"--, ayant quelques "vers herbeux, grandis dans le duvet ouaté d'un
songe", "au corps vert comme la vie, aux yeux bleus comme l'espérance",
"plus pure que la santé"--tel qu'il nous le confie, dans la conclusion:
"Au-delà du propos", avec des symboles heureusement choisis auprès d'une
onde distinctive du novecentisme montal--ungarettienne, non assimilée
intégralement, nous donnent, toutefois, la certitude d'une voix lyrique,
se trouvant, évidemment, en un permanent _"état-de-moi"_--comme il nous
le dit dans un titre qui se veut une lyro-définition de l'esprit
("L'esprit est un état-de-moi")--voix dont nous entendrons parler dans
les saisons futures de la poésie roumaine contemporaine, en aucun cas
dans le registre des clameurs, de mode passagère, mais, plutôt,
psalmodiale. L'arc voltaïque des existences d'Ovidiu Florentin se
déploie entre _infini et poème_--_l'infini et le poème_ illustrant la
dichotomie optative: "Je vis en de nombreux lieux, en plusieurs/lieux à
la fois--et dans chaque / vers je laisse seulement l'une de mes vies,
rien / qu'une vie. // L'éloignement sera mon tombeau, / et mon cercueil:
l'infini!" (Avant le propos); "Le temps se suspend à mon cou / telle une
meule de pierre / ...// Mais je vis, je vis jusque dans la rue / jusque
dans la ville / jusque dans la chambre où je travaille". (L'esprit est
un état-de-moi). Remarquable est chez ce poète l'acuité de la
perception, bien entendu, transmise au récepteur par une suite de
métaphores révélatrices, par des syntagmes d'une véritable force
poétique: "Parmi l'herbe le temps joue / nu-pieds / ...// et les
questions déambulent, leurs langues tirées / comme vipères, prêtes à
mordre." (_Le rouge du sang s'écoule toujours en moi_); "Les maïs /
allument des fanals / sous leurs ailes.";

"Soutenues par leurs béquilles / les illusions cheminent, / à travers la
boue de la nuit / les étoiles marchent / en bottes." (_La lumière pèse
lourdement en veilleuse_); "Hélas, l'esprit / heurte le corps." (_Parc
sans amoureux_); "Air aux yeux de bronze"; "Guêpiers chtoniques / de
corydales ..."; "Je lis les rivières et les écris / avec des pierres";
"Il pleut si longuement que croissent mousses et lichens /juste sur le
coeur." (_La vie, la pauvre, perd son temps_) etc.

La lecture fidèle des poèmes d'Ovidiu Florentin nous convainc que le
poète il atteint "de son front le chant du rossignol".


  15 août 1982.

          ION PACHIA TATOMIRESCU


[1] Nom de plume de Florentin Smarandache



AVANT LE PROPOS

Sur les cordes de la Langue de feu nous nous consumons pareils à une
guitare. Des lettres sonores dans les livres d'heures fleurissent, et
nous glissons vivants entre les hautes pages ...

Comme une armée, les chimères viennent à nous, domestique blessure en
notre âme fluide. Le sommeil se brise en doux éclats de rêve, semblables
aux bois sur la braise.

Nous dilatons le poème en symboles (et le resserrons), mais la métaphore
ouvre une fenêtre envahie de soleil. L'écriture couche sa vie sur le
papier;

    idées qui la tètent comme on tète une mère,
    images verticales--au bord éclairées telles les firmes électriques,
    vers bleus comme l'heure et tendres comme la timidité, assaillis de
  quiétude et vaincus d'appels, avec de blancs murmures de sources ou de
  suie nocturne.

  Comment rétablir mon origine, par de menues choses (souvent grandes) à
  foison, quand tout ce que j'énonce me semble avoir été déjà dit par
  d'autres?

  Je vis en de nombreux lieux, en plusieurs lieux à la fois--et dans
  chaque vers je laisse seulement l'une de mes vies, rien qu'une vie.

  L'éloignement sera mon tombeau, et mon cercueil: l'infini!

Comme l'oiseau en vol tondons l'arc docile de la poésie! Et libérons sa
flèche vers la cible mouvante de l'Eternité!



  CES NOIRS DÉPARTS DE MES PUPILLES


  Avec des fruits aux rameaux
  dénuement --
  arbres en cadence,
  pieds nus.
  Le moulin
  trait de son eau
  la source,
  et dans le pâturage:
  délire-de-roses.
  Coulent les humbles larmes
  de ciel.

  La tranquillité mesure
  mes éloignements --
  ces noirs départs
  de mes pupilles.



  * * *


  Tombent les feuilles. Les arbres demeurent les mains vides.
  Les allées serpentent longuement entre les tombeaux.
  Tombent les feuilles. Les arbres demeurent les mains vides.
  J'erre nu-pieds sur les mots.

    Les objets alentours, je les atteins
    de ma quiétude.

  Tard vers le soir je pose mon oreille sur le ciel
  comme sur un oiseau mort.
  Tombent les feuilles. Les arbres demeurent les mains vides.
  J'erre nu-pieds sur les mots.



  L'ESPRIT EST UN ÉTAT-DE-MOI


  La nuit s'abandonne comme un asile de vieillards.
  La neige écoute aux portes
  et le vent décapite les arbres.
  La nuit s'abandonne comme un asile de vieillards.
  Près des poêles, les enfants retournent en leurs mères.

  Le temps se suspend à mon cou
  tel une meule de pierre,
  le vent décapite les arbres.

  Mais je vis, je vis jusque dans la rue
    jusque dans la ville
    jusque dans la chambre où je travaille.

  La nuit s'abandonne comme un asile de vieillards
  et l'esprit,
    l'esprit est un état-de-moi.



  DES CONTOURS D'ENVOL SE BRISENT


  Une grande roue
  de crépuscule
  est crucifiée
  sur une crête.

  Des arbres livides
  vagabondent tête découverte,
  roi dans les rues --
  le vent du nord
  aux poches vides.

  Des contours d'envol
  se brisent --
  et vous, ceux qui ne pensez pas,
  ô, vous, objets,
  vous nous donnez, à nous,
  vos blessures.



  COUCHER DE SOLEIL


  La mélancolie d'un coucher de soleil
  m'enveloppe
  en ondes pâles,
  les sens glissent paisibles
  d'En-Haut --
  comme anges d'or.

  Gracile s'élève
  la fumée de la jeunesse
  au temps passé.

  Demain
  va mourir
  à la nuit.



  LE ROUGE DU SANG S'ÉCOULE TOUJOURS EN MOI


    Parmi l'herbe le temps joue
    nu-pieds.

  La lampe palpite en larmes de soir.
  Toujours en moi s'écoule le rouge du sang,
  et les questions déambulent, leurs langues tirées
  comme vipères, prêtes à mordre.

    Le ciel dort tel un matou
    son museau posé sur ses pattes.

  La lampe palpite en larmes de soir.
  Toujours en moi s'écoule le rouge du sang.
  Et les questions déambulent, leurs langues tirées
  comme vipères, prêtes à mordre.



  LES HAUTEURS EN AIGLES CROISSENT


  Fragiles perce-neige
  de sous la glace attirent
  le printemps,
  éclatent
  les sources-de-l'univers,
  et dans un petit zéphyr
  sourires aux lèvres
  moi je me tatoue.

  Les douces grues cendrées apportent sur leurs ailes
  la chaleur,
  les hauteurs
  en aigles croissent,
  et les monts de leurs cimes
  déchirent, l'azur.



  VIGNOBLE CUEILLI PAR LE SOLEIL


  Vignoble cueilli
  par le soleil
  et écrasé
  de lumières.

  Comme une nacelle
  fendant l'espace
  la lune
  s'humilie dans les eaux....

  Les maïs
  allument des fanals
  sous leurs ailes.

  On entrevoit des paysans
  dans le long et grand chariot
  du firmament.



  LA MORT RESTERA VIVANTE


  Une marche funèbre conduit
  la bruine tardivement.
  Ce sont les feuilles tachées
  de mélancolie.
    Le temps aussi grandit sur les tombes.

  Les yeux se ferment dans les orbites
  comme au fond des cercueils,
  mais les rêves passent encore
  déchaussés dans les ruelles.
    La mort restera vivante!



  LE SILENCE COMME UNE BARQUE


  En toutes choses il se fait
  tard:

  aulnes -- la tête lourde de sommeil
    penchée vers le sol,
  acacias -- fatigués d'une longue station
    debout.

  Le soir éteint le ciel.

  Passent encore les vents en une
  barque d'air.
  Dans la rue, une lanterne allumée
  irradie la haie de sa lumière.



  LA MUSIQUE EST UN SONGE AUX YEUX OUVERTS


  La Troisième Symphonie de Beethoven. Les violons
  traversent de leurs cordes nos oreilles.
  Les spectateurs sont assis et observent les sons.

  La Troisième Symphonie de Beethoven. Les archets
  se meuvent uniformément
  comme une armée au pas cadencé.
  Les spectateurs sont assis et observent les sons.

  La Troisième Symphonie de Beethoven. Quelques
  personnes jettent sur scène des larmes.

  La musique,
  la musique est un songe aux yeux ouverts.

  Les spectateurs ont abandonné leurs corps sur les chaises
  -- comme des bagages en surplus --
    et rêvent, rêvent autant qu'il se peut
  et leurs songes filent entre les étoiles.

  La Troisième Symphonie de Beethoven.
  La Troisième Symphonie
  La Symphonie

    et au final, au final chacun s'éveille
    de lui-même et part
      de lui-même....

  Le rideau tombe comme une nuit de décembre.



  JEUNE COMME UN MATIN


  Ainsi qu'un commencement
  tendre je suis
  sous le carillon vivant
  de l'orient,
  et mon heure
  érige sa tour.

  Tel un ciel ingénu
  qu'élève
  cependant le crépuscule --
  je m'incline tremblant
  vers Demain.



  LA LUMIÈRE PÈSE LOURDEMENT EN VEILLEUSE


  Souffle le vent souffle, et les arbres
  les arbres me tournent le dos.

  La lumière pèse lourdement
  en veilleuse.
  A la fenêtre -- les grilles
  de ténèbres.

  Soutenues par leurs béquilles
  les illusions cheminent,
  à travers la boue de la nuit
  les étoiles marchent
  en bottes.

  Souffle le vent souffle, et les arbres
  les arbres me tournent le dos.



  S. O. S.


  Hier ainsi, aujourd'hui beaucoup plus
  le navire sur la tempête reçoit fortement, plus fortement
  des coups dans sa proue.

  La mer injurie et fuit,
  les chiens des vagues
  nous aboient.
  L'eau se dresse sur
  deux pattes,
  des deux autres elle s'appuie sur le pont.

  Le mât tombe à genoux
  et prie.

  Surviennent en glapissant des meutes de vagues,
    et de toutes parts.
  Prostituée de la mer --
  la voile.

  L'équipage s'accroche de ses ongles,
  de ses dents, de ses pieds à tout ce qui
    demeure encore, à une planche,
  et plus réellement:
    à une espérance --
  mais chacun se noie
  en lui-même;
  nos esprits
  flottent encore grelottants
  dans des canots de sauvetage.

  "Sauvez nos âmes",
  sauvez-les,
  vous les sauvez!



  LES SOUCIS COMMENCENT A FOURMILLER LE LONG DES RUES


  Une fontaine de ciel
  révèle l'orient.
  Les saules reflètent
  en un enfant-de-ruisseau
  le regard sensuel
  du corps.

  Le long des rues commencent à fourmiller
  les soucis,
  des hommes plein la bouche.
  A la périphérie les peupliers
  portent sur leurs épaules
  des sentiers.



  LARMES DE FER


  De quelles souffrances
  se compose la vérité?
  (questions maculées de sang
  sur le visage).

  Les soldats versent des larmes
  de fer
  (c'est un passage par les choses
  de la douleur).

  Un oeil penche sa main
  au dehors:
  l'on voit nos traces
  sur le temps.



  SEUL PARMI LES ÉTOILES


  Comme une jeune fille alanguie,
  le soir tombe à genoux
  auprès du carreau.

  Ciel aux yeux noirs.

  Dans les tympans la tranquillité
  fait son lit pour dormir.
  Les choses, toutes, sont devenues égales
  à elles-mêmes...
  Une libellule se débat encore
  vigoureusement
  en une clepsydre...

  -- S'il vous plaît, ne m'attendez point,
  je m'attarderai un peu
  parmi les étoiles.



  DE LA LUMIÈRE NOUS RECUEILLERONS TOUT LE MIEL


  Mai en fleur
  suspendu à un rameau.

  Une usine
  de sentiments
  commence son travail,
  décharné et ardent
  l'oeillet
  brise sa tête
  contre soleil,
  au visage doucement
  suinte
  notre rêve matinal.

  De la lumière
  nous recueillerons tout le miel --
  sans gaspillage!



  MON SANG EST UN VOYAGEUR


  Place propos
  sur propos
  pour la montée,
  ou pour les non-propos.

  La pente n'est
  qu'un chemin
  dans le Chemin initial.

  Mon sang est
  un voyageur,
  qui t'attire
  sur le rivage.



  EN CET OISEAU SE TROUVE UN ENVOL


  Explosion du champ
  en perce-neige
  (l'oeil de verre
  regarde
  au dehors).

  De symboliques graines
  en marche forcée
  de la vase extraient
  la lumière.

  Sur un rameau incliné,
  en cet oiseau se trouve
  un envol.



  LE DOUX CORPS DE LA POÉSIE


  Avant la rivière
  le tumulte --
  emmitouflé par les hommes.
  Entre les flocons-de-soleil
  le sourire édenté
  d'un enfant.

  Tout à côté de moi,
  galopant parmi les mots,
  le doux corps
  de la poésie --
  au Front voûté
  de firmament.



  PARC SANS AMOUREUX


  ... châtaigniers vigoureux
  revêtus de haillons.

  Sur un banc près du lac
  un baiser --
  et nulle part des amoureux.

  ... roses agitées
  de pensées.

  Et la nuit sublime
  se dresse à quatre pattes
  sur la lune.

  L'eau respire, respire dans les roseaux.

  Hélas, l'esprit
  heurte le corps.



  DE LA COULEUR DES PLEURS


  ... midi attristé comme une conserve
  de poisson abîmé ...

  Il y a des rues pleines de creux.
  Et la vie est trépas.

  Moi je suis le maître de tout
  ce qui n'existe pas.
  Je vis en mon dehors.

  Le vent tire l'herbe
  par la chevelure.
  A la poubelle
  la pluie est chat.

    Je donne au lavage quelques
    vers sordides.

  Ce temps
  est mon non-temps.



  LECTURE A L'ESPRIT


  Je suis allongé, la main sous la tête ...
  Le titre d'un livre
  serpente comme un cri
  au-dessus.

  Du désir d'être
  lustré par l'absolu,
  je commence à lire
  accroché de mots
  par les hameçons des yeux:

  les lettres bondissent de leur place,
  elles me tirent par la main,
  apportent l'étranger
  sous mes sens,
  font tapage et tumulte
  et me piaillent aux oreilles
  à la vitesse du siècle.

  Se heurtant au tympan
  certaines boitent encore
  déposant leur cendre en couches
  sur le cerveau
  (moi, je loge dans une seconde
  inclinée légèrement vers le parfait).

  Entre les lignes, une voix
  me jette des fleurs
  (sa chaleur traverse mon esprit).

  Quelques personnages,
  chacun classé par séries
  d'après leur nom ou leur aspect
  s'éveillent devant moi
  m'invitant à la discussion,
  puis sortent en hâte de la page.

  Comme un enfant
  le temps saute sur les degrés des ans
  de feuille en feuille,
  en avant et en arrière
  de guerre lasse les jaunissant.

  Finalement je me réveille en lisant
  la même page depuis deux fois.



  ÉCOUTE LA TEMPÊTE QUE CHANTE LA DÉMENTE


  En putrides gémissements
  la mer
  par le rivage ceinte.
  Neptune y promène
  sa peine.

  Ecoute, écoute la tempête
  que chante la démente!...
  mais la mer brûle
  ses entrailles.
  La ville est
  dans les fureurs de vent,
  les yeux oints
  de pleurs.



  AIR AUX YEUX DE BRONZE


  Serpents de lumière ...
    Dans le ciel d'un nid
    public nombreux:
    des oiseaux miroitants
    élargissent la nue.

    Guêpiers chtoniques
    de corydales ...
    Des parfums diaphanes par les vallées
    quêtent leur fleur.

  Air aux yeux de bronze ...



  HISTOIRE DE LA LANGUE ROUMAINE


  On a découvert dans le sol
  de grands débris de mots
  du temps des Thraco-Gètes.
  (Ces mots que, pour engendrer la chaleur,
  nous brisons
  et livrons au feu
  près de la tempe).

  Ils chuchotent des étoiles, des plantes, des animaux,
    pleurent la rosée et sourient aux bourgeons.
  Ils taisent le silence, chantent le merle
    et font germer l'herbe
    et souffler la brise des régions orientales
    du coeur.



  FORMULES POUR L'ESPRIT


  L'effigie hideuse
  du temps
  sur le front.

  Fébrilement je cherche
  des formules
  (qui n'existent pas)
  pour l'esprit.

  Le cerveau
  transpire sur les tempes.

  A subsisté le reflet --
  temple
  où je me rencontre
  avec moi-même.



  L'AMOUR AUX LONGS CHEVEUX


  Je lis aussi les rivières, les arbres,
      l'air, la mer.

    Je lis les rivières et les écris
    avec des pierres,
    je lis les arbres
    et les écris avec des feuilles,
    je lis l'air et
    l'écris avec des nuages,
    je lis la mer et l'écris
    avec des méduses.

  J'écris aussi avec des pierres, des feuilles,
      des nuages, des méduses.

    Je lis l'amour aux longs cheveux --
    et pour écrire
    je trempe ma plume dans les larmes,
    dans les larmes.



  DE SA MÉLODIE JAILLISSENT DES SOURCES


  Sur la colline les bouleaux
  s'éclaircissent d'argent.

  Les acacias éclatent
  en rires
  de bourgeons,
  les lumières s'assemblent
  en orangers.

  Vois-tu cet oiseau-là?
  Ses ailes s'appuient
  sur l'azur.
  De sa mélodie
  jaillissent des sources.



  LEITMOTIVE


  Il pleut à plus infini....
  Ma présence parmi les hommes
  est absente.

  Les gouttes tombent sur l'asphalte
  telles des grenades,
    l'herbe est si lâche
  qu'elle penche à tout vent.

      Eh, que ne prendrais-je le temps par les cornes
      comme un taureau
      et ne le terrasserais-je au sol!

  Les gouttes tombent sur l'asphalte
  telles des grenades
  il pleut à plus infini.



  DE L'ÉTENDARD FLOTTE LA MÉTAPHORE


  L'automne peint sans éclat
  le cri des fleurs
  endormies.

  Sur les vieilles collines
  rumeur de bétail
  aux pis souples
  en ondes-de-raisins.

  Semblable à un arc-en-ciel
  de l'étendard flotte
  la métaphore.



  ICÔNE


  Les beaux
  seins me piquent
  comme deux petites cornes d'agneau.
  Tes jeunes années
  m'étreignent.
  Sur les épaules
  la chevelure mouillée dans la nuit
  glisse en longs murmures.
  Tes lèvres, de verre,
  cinglent mes joues,
  et ton coeur
  dissout mon être
  comme les vagues dispersant
  les sables sur le rivage.
  Ô si loin
  est l'azur de tes yeux
  que la symphonie de l'amour
  a seulement une ouverture.



  LA BELLE SE LAMENTE TELLE UN POMMIER


  "Objet égoïste
  le miroir --
  toi seule te révèle
  solitude!"

  (Et la belle se lamente, se lamente
  telle un pommier
  devant son miroir
  comme en face de sa propre conscience --

  et quelque part, au loin,
  on entend chuter
  les vaines illusions).



  VOUS ME SURPRENDREZ MENDIANT UN UNIVERS


  Pleurent les heures entre les années,
  heures demeurées
  blanches statues
  dans la lave sombre
  du temps.

  L'horizon (rempli-de-honte)
  se courbe devant moi,
  à travers les bois le vent
  en corde pend.

  Là, au bord
  de l'espace,
  vous me surprendrez mendiant
  un Univers.



  LA VIE, LA PAUVRE, PERD SON TEMPS


    Les nuages pendent
    comme des lustres immondes.

  Il pleut si longuement que croissent mousses et lichens
  juste sur le coeur.
  La vie, la pauvre,
  vois comme elle perd son temps.
    L'aquilon
    par d'insolents ondoiements
    me donne des gifles légères
    sur le visage.
  Il pleut si longuement que croissent mousses et lichens
  juste sur le coeur,
  et la vie, la pauvre,
  vois comme elle perd son temps!



  L'INTÉRIEUR MEUBLÉ D'UNE POÉSIE


  Poèmes galants
  cravate au cou
  étalés sur la scène.
    Les danseurs passent bras dessus, bras dessous,
    avec quelque mélodie.

    Un papillon
    sur chaque parole.
  Et dans l'intérieur meublé
  d'une poésie
  le poète tient encore
  entre ses dents
  le verbe ultime.



  LES PAYSANS DÉFILAIENT ...

  Les paysans défilaient
  salis par la suie de la nuit
  dans le lourd char grinçant
  du Temps,
  attelant les boeufs à l'essieu du monde.

  Visages ciselés dans la tristesse de pierre
  au sommeil étendu entre les gênes
  et les rêves brisés dans la tête,
  ils passaient comme de longues cataractes
  qui tombent sans trêve
  et ne rencontrent plus la terre.
  Ils passaient dans les sabots souillés
  de la pauvreté,
  sur les chemins cariés de boue,
  à l'ombre des peupliers qui avaient bu le ciel,
  sous la fournaise qui avait signé en noir
  sur leurs lèvres rassasiées de faim.

  Ils passaient, leurs pantalons tachés de déprime
  et leur blouse pleurée par la sueur
  laissant des glèbes dans la révolte de charrue.


  Entre les blessures sacrées,
  des vents réunis en conversation
  déchaînaient des flûtes emplies de doïnas

  Les paysans défilaient
  dans le lourd char grinçant
  de l'Histoire,
  tirant derrière eux l'essieu du monde.



  LA FOURNAISE SE RÉVÈLE TOUTE NUE


  Les âges de l'eau
  mis en cercles
  vers l'infini....
  L'accordéon
  de la mer
  respire exténué.
  Sur un coussin d'air
  un albatros.

  La fournaise se révèle
  toute nue.
  Dans les parcs en attente
  des bancs.

  Torpide sous la coupole céleste
  le soleil a gelé.
  Et regarde fixement.

  La fournaise se révèle --
  nue.



  SOUS SES AILES L'AIGLE IMPÉRIAL ÉTREINT LA NUE


  Dans l'air ludique
  une noce évanescente
  de hérons.

  Le zéphyr nous emporte doucement
  sur des cornes acérées.

  Un cerf
  -- se mourant de jeunesse --
  agite son enfance
  entre les herbes légères.

  Sous ses ailes l'aigle impérial
  étreint la nue --
  plumage déployé.



  ATTEINS DE TON FRONT LE CHANT DU ROSSIGNOL


  "De son fourreau, poète, tire
  ton propos
  pour atteindre de ton front
  le chant du rossignol!"

  Et nous raccommoderons
  les heures
  entre elles
  d'un fil blanc
  de lumière.



  DÉBUT


  Le vent timide qui souffle léger
  le doux tourment du début
  assassine mes paroles
  avant de les écrire.

  Entre les saules barbus,
  parmi les chimères ensanglantées
  s'accroît le pouls de l'herbe,
  se rassemblent les heures affamées.

  Comme l'eau aux sources soupire
  de tristesse à la naissance,
  comme les rejets fendent l'écorce
  par passion de la croissance,
  ce début pèse lourdement
  sur ma tempe:
  Il me caresse, il me blesse.

  Ai-je surgi au couchant?



AU-DELÀ DU PROPOS


Nous respirons quotidiennement / l'air chargé de vers / remplis
d'épithètes / comme les arbres à fruits, / avec des éclats métalliques /
telle une femme violemment fardée sur les lèvres; / nous franchissons
les marches bondissantes / des mots syncopés, / et les symboles nous
ouvrent / la porte d'un tunnel souterrain. / Vers herbeux, / grandis /
dans le duvet ouaté / d'un songe, / déposés par le fleuve courant / d'un
style / en chaudes alluvions.

Dévorés par la Nature, incendiés par l'Amour, leur montée--descente dans
la réalité nous l'étayons sur les charpentes solides des métaphores.

Caressants comme le souffle léger d'un vent / aussi élevés que le rêve,
/ au corps / vert comme la vie, / aux yeux / bleus comme l'espérance /
et noirs comme la tristesse, / à l'écriture / aussi douce que l'amour /
et amère comme la souffrance / que ces Poèmes / portent la belle pensée
/ plus pure que la santé!



FORMULES POUR L'ESPRIT


"ETAT-DE-MOI", chronique par Ion Pachia Tatomirescu     3
Avant le propos                                         5
Ces noirs départs de mes pupilles                       7
* * *                                                   8
L'esprit est un état-de-moi                             9
Des contours d'envol se brisent                        10
Coucher de soleil                                      11
Le rouge du sang s'écoule toujours en moi              12
Les hauteurs en aigles croissent                       13
Vignoble cueilli par le soleil                         14
La mort restera vivante                                15
Le silence comme une barque                            16
La musique est un songe aux yeux ouverts               17
Jeune comme un matin                                   19
La lumière pèse lourdement en veilleuse                20
S. O. S.                                               21
Les soucis commencent à fourmiller le long des rues    23
Larmes de fer                                          24
Seul parmi les étoiles                                 25
De la lumière nous recueillerons tout le miel          26
Mon sang est un voyageur                               27
En cet oiseau se trouve un envol                       28
Le doux corps de la poésie                             29
Parc sans amoureux                                     30
De la couleur des pleurs                               31
Lecture à l'esprit                                     32
Écoute la tempête que chante la démente                34
Air aux yeux de bronze                                 35
Histoire de la langue roumaine                         36
Formules pour l'esprit                                 37
L'amour aux longs cheveux                              38
De sa mélodie jaillissent des sources                  39
Leitmotive                                             40
De l'étendard flotte la métaphore                      41
Icône                                                  42
La belle se lamente telle un pommier                   43
Vous me surprendrez mendiant un univers                44
La vie, la pauvre, perd son temps                      45
L'intérieur meublé d'une poésie                        46
Les paysans défilaient ...                             47
La fournaise se révèle toute nue                       49
Sous ses ailes l'aigle impérial étreint la nue         50
Atteins de ton front le chant du rossignol             51
Début                                                  52
Au-delà du propos                                      53





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Formules pour l'esprit" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home