Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Germania - Moeurs des anciens Germains
Author: Tacitus, Caius Cornelius, 56-120
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Germania - Moeurs des anciens Germains" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



images generously made available by the Bibliothèque
nationale de France (BnF/Gallica)



                             TACITE

                     MŒURS DES ANCIENS GERMAINS


                        traduit du latin

                               par

              L'ABBÉ LEGENDRE, CHANOINE DE L'ÉGLISE DE PARIS


    NOUVELLE ÉDITION, A. MAME ET Cie, IMPRIMEURS--LIBRAIRES à TOURS.

                              1851



                             PRÉFACE
contenant quelques remarques relatives aux usages anciens et modernes
            des Germains, des Gaulois et des Français.


Quelle que soit l'origine des Français, qu'il ne s'agit point de discuter
ici; quelque système qu'on embrasse, on ne peut méconnaître dans les mœurs
des premiers temps de la monarchie beaucoup de points de conformité avec
celles des anciens Germains, dont Tacite nous a laissé le tableau. Aussi,
en réimprimant les _Mœurs des Français_, a-t-on cru devoir y joindre
_les Mœurs des Germains_, décrites avec tant d'énergie par Tacite.

C'est en rapprochant de cette manière les idées que les historiens nous
donnent des anciens peuples de l'Europe, dont tous les habitants actuels
sont les successeurs plus ou moins éloignés; c'est en rassemblant tous
les traits qui servent à les caractériser et en les confrontant avec les
modernes, qu'on peut reconnaître l'analogie ou la différence de ces
peuples.

Avant que la domination romaine fût établie dans les Gaules, les Gaulois
et les Germains différaient peu pour la façon de vivre. De vastes forêts
couvraient également leur pays; on y trouvait fort peu de villes et
seulement quelques villages; la chasse et la guerre partageaient tout leur
temps. C'étaient des incursions perpétuelles, et souvent des émigrations
d'une partie de la nation dans des pays fort éloignés du sien. Beaucoup de
petits souverains, qu'on doit plutôt considérer comme des chefs de parti,
divisaient en peuplades ce grand peuple, qui n'avait presque aucune
relation au dehors.

La guerre que César fit dans les Gaules apporta de grands changements à
cette manière de vivre. En prenant possession de leurs conquêtes, les
Romains introduisirent de nouveaux usages, et les Gaulois se civilisèrent
bien plus en deux cents ans de commerce avec leurs vainqueurs, qu'ils
n'avaient fait pendant tout le temps qui avait précédé cette révolution.
L'abbé Le Gendre parle des Français de la Gaule qui chassèrent les Romains
de la Gaule; il décrit aussi les usages qu'ils laissèrent après eux et qui
subsistèrent même après qu'ils eurent abandonné le pays. Ces époques sont
voisines de celles que nous peint Tacite. Cet historien écrivait sous les
empereurs, et alors les armées romaines n'ayant pas encore pénétré bien
avant dans la Germanie, elle avait conservé jusque-là ses premières
habitudes. C'est donc en comparant l'état naturel des Germains, vivant
encore sous leurs tentes, avec les premiers temps de notre monarchie, que
le lecteur pourra mieux voir la gradation qui a conduit les Français à
certains usages qui subsistent encore parmi nous. Ensuite, en rapprochant
quelques-unes de nos coutumes actuelles, et en les comparant avec les
mœurs simples des Gaulois ou avec celles de l'ancienne Germanie, le
tableau s'enrichira de plusieurs traits aussi curieux qu'intéressants.

La guerre était la principale occupation des Germains et des Gaulois; il
n'y avait donc qu'un peuple guerrier qui pût se poser parmi eux. Tels
étaient les Francs qui s'y établirent, et dont nous sommes en partie la
postérité. Ainsi c'est aux exercices de la vie militaire ou de la chasse
que se rapportent les principaux usages qui nous sont communs avec ces
deux peuples.

Les anciens habitants de la Germanie avaient un tempérament robuste et
une taille proportionnée à leur force; une éducation dure les préparait de
bonne heure aux fatigues de la guerre et de la chasse; les Gaulois étaient
élevés pour les mêmes travaux. Aujourd'hui ce n'est pas la force du corps
qui caractérise communément notre nation; mais si nous ne sommes pas plus
vigoureux, devons-nous en rejeter la faute sur notre climat? Une éducation
moins délicate nous procurerait des forces égales à notre courage. On
semble croire parmi nous que la force du corps n'est plus une qualité
militaire; on convient qu'il fallait nécessairement autrefois être robuste,
lorsqu'un casque et une cuirasse de fer étaient l'habillement ordinaire
des guerriers; lorsqu'on portait des armes si pesantes, que nous ne
pourrions plus y tenir. Aujourd'hui, dit-on, il ne faut que de la valeur;
avec cette seule qualité on est sûr de vaincre. Il est vrai que dans une
action, dans une bataille, la supériorité du courage peut assurer la
victoire; mais, à la guerre, n'y a-t-il que des combats? Combien de
fatigues n'a-t-on pas à essuyer continuellement! La valeur suffit-elle
pour résister à des marches longues et pénibles, quand il s'agit de passer
plusieurs jours et plusieurs nuits sous les armes, quand il faut se frayer
une route à travers des lieux presque inaccessibles? Un écrivain qui dit
éloquemment des vérités fortes fait cette objection aux Français: «Comme
les Carthaginois, vous eussiez été vainqueurs à Trébie, à Cannes, à
Trasimène; mais vous n'eussiez point franchi les Alpes.» Les fatigues font
plus périr de nos troupes que le fer des ennemis. Quelle impression ne
fait pas sur nous le seul changement de climat! Nous n'en avons que trop
fait l'épreuve dans toutes nos guerres en Italie.

Il est donc plus important qu'on ne pense de se fortifier le corps de
bonne heure et de l'endurcir par le travail. Il n'est pas douteux que les
exercices auxquels on façonne notre jeunesse pourraient nous former des
corps robustes, si l'on n'y cherchait moins à se procurer des avantages
solides qu'à se donner des grâces et des agréments.

Les Français ont conservé beaucoup de rapports avec les Germains; mais
c'est à l'endroit de l'inconstance. Ces peuples, au dire de Tacite,
étaient incapables d'un long travail, et n'avaient que le premier feu;
c'est aussi le reproche qu'on nous fait avec assez de fondement. Nous
sommes terribles au début d'un combat; il faut que nous ravissions la
victoire; car, si nous la disputons longtemps, nous courons risque de la
perdre. Il y a cependant eu des occasions où nous avons fait voir autant
de fermeté que de valeur; on nous a vus essuyer tranquillement le feu des
ennemis, attendre le moment favorable pour attaquer, et après plusieurs
actions meurtrières, revenir à la charge avec plus d'ardeur que jamais.
Mais, quoique ces sortes d'exemples ne soient pas rares chez nous, il faut
convenir que le caractère distinctif de notre valeur est l'impétuosité du
premier choc.

Le faste qui règne aujourd'hui parmi nos troupes présente un tableau bien
différent de la simplicité guerrière, conservée avec tant de soin chez les
Germains et les Gaulois. Ils ne dépensaient rien en parures; tout leur
luxe consistait a peindre leurs boucliers avec quelque couleur éclatante.
Malgré l'obligation qu'on impose aux officiers de ne paraître qu'avec
l'habit de leur régiment, surtout en temps de guerre, quels riches
vêtements ne portent-ils pas quelquefois sous un modeste uniforme?
C'est en vain que nos rois ont fait de sages règlements pour réprimer
le luxe militaire: on y étale une magnificence, un goût de somptuosité
très-préjudiciables à la discipline et à la promptitude des opérations.
Tous les jours les officiers se plaignent qu'ils se ruinent au service;
mais, n'est-ce pas à eux-mêmes qu'ils doivent s'en prendre? Leur paye
suffirait à leurs besoins, si les tentations et les superfluités ne
multipliaient mal à propos leurs dépenses. La simplicité qui régnait dans
les vêtements des Germains faisait aussi le caractère distinctif du reste
de la nation; si le défaut contraire a gagné les cours et les armées en
Allemagne, du moins le gros de la nation paraît encore retenir de ce
côté-là bien des usages venant de ses ancêtres.

Les Germains n'osaient paraître en public sans avoir leurs armes; ils ne
les quittaient pas même dans leurs maisons, ou plutôt sous leurs cabanes;
mais ils ne pouvaient les porter que quand ils étaient parvenus à l'âge
viril; et ils ne commençaient jamais à les prendre que de l'agrément du
chef de leur canton. C'était un des principaux de la nation ou un des
plus proches parents du novice guerrier qui lui donnait publiquement ses
premières armes; et c'est vraisemblablement de cette ancienne coutume
qu'est dérivé l'établissement de la chevalerie en France, ou la cérémonie
de l'accolade. On ne recevait pas indistinctement, chez nous, toutes
sortes de personnes dans l'ordre des chevaliers: c'était la plus haute
dignité où pût aspirer un militaire; il fallait être d'une illustre
extraction pour parvenir à cet honneur. La chevalerie avait des lois
auxquelles les princes et les rois eux-mêmes se soumettaient sans
répugnance.

On ne montait aux grades militaires chez les Germains, qu'après avoir
donné des preuves de valeur; les soldats se disputaient à qui occuperait
le premier rang et combattrait le plus près du prince; c'était une honte
pour le chef de la nation de n'être pas le premier à charger l'ennemi,
et un déshonneur pour les soldats de ne pas seconder le courage de
leur commandant. La principale force de leurs armées consistait dans
l'infanterie, dont les mouvements égalaient presque en rapidité ceux de
la cavalerie. Lorsqu'il n'y avait point de guerre chez eux, la noblesse
allait chercher ailleurs l'occasion de se signaler. Ils étaient obligés de
prendre ce parti; car un peuple qui négligeait la culture des terres ne
pouvait se soutenir que par le brigandage. Les Germains abandonnaient le
soin de l'agriculture aux femmes, aux vieillards et aux infirmes; en temps
de paix, la jeunesse passait ses jours dans l'inaction. «C'est une chose
tout à fait surprenante, dit Tacite, que ces mêmes hommes qui ne peuvent
vivre en repos aiment tant l'oisiveté.» On voit ici plusieurs traits qui
peuvent convenir aux anciens habitants de la France.

C'était la bravoure, et non l'argent, qui faisait anciennement parvenir
aux premiers emplois de l'armée. On n'achetait point l'honneur de se
sacrifier pour la patrie; mais la soif du pillage mettait les armes à la
main de la plupart des soldats; car tout le butin qu'ils faisaient était
pour eux: on sait ce qui arriva au sujet du vase de Soissons. On suit
aujourd'hui le parti des armes par des motifs plus nobles: l'honneur,
l'amour de la gloire, le service de l'État et celui du prince, font encore
des héros parmi les Français; mais l'oisiveté de la noblesse en temps de
paix n'a que trop de conformité avec celle des Germains.

Un autre trait de ressemblance qui se trouve entre nous et les anciens
Germains, c'est que les guerres générales de la nation n'empêchaient point
les combats particuliers. Chez eux, chacun prenait parti et s'engageait
dans les querelles selon les liaisons des familles; mais les haines
n'étaient pas immortelles: les torts mêmes et les injures se réparaient
par des amendes. Convenons, à la honte de nos mœurs, que nous poussons
quelquefois plus loin la vengeance; mais aussi félicitons notre siècle de
s'être bien corrigé de la folie des duels.

Tacite rapporte que les femmes de la Germanie suivaient leurs maris à la
guerre. Il ne dit pas s'il entrait dans cette pratique, qui a été aussi
celle des premiers Gaulois, d'autre raison que l'usage; mais aujourd'hui
nos dames françaises, infiniment plus délicates, ne supporteraient pas
le plus court voyage, et nos mœurs sur ce point ne sauraient souffrir la
moindre comparaison avec celles de ces peuples. D'ailleurs une meilleure
discipline a banni presque partout des armées cet attirail si contraire au
bon ordre et aux opérations de la guerre. Cependant, sans que les femmes
s'en mêlent, malgré les règlements les plus sévères, malgré les lois les
plus sages, la mollesse semble s'introduire de plus en plus dans nos
armées; un officier riche ne pense qu'à se procurer au milieu d'un camp
toutes les commodités et tous les plaisirs de la vie oisive. Bonne table,
excellents vins, domestiques nombreux et magnifiques équipages, aucune
recherche ne lui manque. On n'y est pas même privé de spectacles, et l'on
a vu dans les guerres de Flandres, à la suite de nos armées, des troupes
de comédiens et de courtisanes. Cette condescendance des commandants
est pourtant bien dangereuse, puisque c'est par là que les peuples les
plus belliqueux ont insensiblement dégénéré de leur valeur et se sont
abâtardis. Les délices de Capoue ruinèrent l'armée d'Annibal; et les
Carthaginois, après tant de victoires éclatantes, furent ensevelis sous
les ruines de leur république. L'histoire est remplie de pareils exemples,
qui doivent faire trembler les nations les plus distinguées par leur
courage. Dans la guerre qu'Alexandre fit à Darius, le roi de Perse lève
des troupes innombrables et marche à leur tête avec son harem; les femmes
dans cette armée égalaient presque le nombre des combattants. L'armée
macédonienne, qui ne faisait qu'une poignée d'hommes en comparaison de
celle des Perses, n'était composée que de soldats, et Alexandre fut
vainqueur. Tant que les Romains vécurent dans la pauvreté, rien ne put
résister à leurs armes. Le luxe, la mollesse, le goût des plaisirs
s'introduisent chez ces fiers conquérants; ils sont assujettis à leur tour,
et l'univers est vengé.

        .........._Sævior armis
        Luxuria incubuit, victumque utciscitur orbem._

Les Germains faisaient peu de cas des richesses, et leur pauvreté fit leur
force. On sait bien qu'il ne faut pas toujours regarder comme une vertu le
mépris que certains peuples barbares ou sauvages ont pour l'or et l'argent;
telle nation n'est souvent bornée aux seuls besoins de la vie que parce
que son indigence lui laisse ignorer ce qui peut en faire les douceurs.
Heureuse ignorance, qui produit les mêmes effets que la vertu! car enfin
il faut convenir que l'amour excessif des richesses est très-préjudiciable
aux mœurs. L'indifférence des Germains pour l'or et l'argent, et en
général pour les richesses, fait dire à Tacite qu'ils avaient une bonne
foi et une fidélité à toute épreuve dans leurs affaires. La candeur, que
ce judicieux historien met à si haut prix, est très-rare en effet chez les
peuples qui aiment trop le faste, la magnificence, la bonne chère et les
amusements de tout genre, parce qu'ils emploient toute leur industrie à se
procurer ces biens factices, dont la privation les rendrait malheureux.
Or, pour parvenir à ce but, on a toujours recours aux moyens les plus
prompts et les plus faciles, sans s'inquiéter de savoir s'ils sont
légitimes ou non. C'est pour cela qu'on voit aujourd'hui tant d'artifices
ouverts ou cachés, tant de fraudes, de parjures et de mauvaise foi.

L'article du luxe nous conduit naturellement à ce qui regarde les femmes.
Le sexe était en grande considération chez les Germains. On dit que des
armées entières, près d'être défaites, furent soutenues par les femmes,
qui venaient se présenter aux coups et à une captivité certaine; ce que
leurs maris appréhendaient encore plus pour elles que pour eux-mêmes.
Lorsqu'il s'agissait de recevoir des otages, les Germains demandaient
surtout des filles de familles distinguées, et les regardaient comme le
plus sûr garant des conventions. Ils croyaient même que le sexe avait
quelque chose de divin, et ses avis ou ses conseils étaient écoutés. Il y
eut même plusieurs femmes regardées par ces peuples comme des divinités ou
des prophétesses, et cela d'après une véritable conviction, et non par
flatterie.

Mais, malgré l'extrême respect qu'ils avaient généralement pour le sexe,
ils punissaient sévèrement les femmes qu'ils surprenaient en adultère. On
commençait par leur raser la tête, on les dépouillait ensuite en présence
de leur famille, et on les conduisait par tout le pays à coups de bâton.

Les Germains, dans toutes les actions et les circonstances de la vie
civile, marquaient le même goût pour la modestie et les bonnes mœurs. Il
n'était pas permis aux jeunes gens de communiquer de trop bonne heure
ensemble. On ne mariait les filles que dans la force de l'âge, pour
qu'elles fussent plus en état de supporter les travaux, les peines et les
fatigues du ménage. Quant au mariage, les Germains, dans le choix d'une
épouse, ne suivaient que les penchants de leur cœur, et les femmes
n'apportaient point de dot à leurs époux. Nous ne savons pas si les
Gaulois étaient aussi désintéressés; mais parmi nous, c'est presque
toujours l'intérêt qui préside aux mariages. On associe la plupart du
temps deux personnes, parce qu'il existe entre elles égalité de biens et
de naissance; mais la figure, le caractère, l'esprit, sont comptés à peu
près pour rien.

Du temps de Tacite, les Germains étaient plongés dans les ténèbres de
l'idolâtrie; ils adoraient principalement Mercure, et dans certains
sacrifices ils immolaient des victimes humaines. Ces peuples avaient
aussi une grande foi aux augures, et n'entreprenaient rien sans avoir
consulté le vol des oiseaux ou le hennissement des chevaux. Lorsqu'il
s'agissait de faire la guerre, un de leurs soldats se battait contre un
des prisonniers ennemis, et par ce combat particulier on jugeait du succès
de l'entreprise.

Les prêtres avaient beaucoup d'autorité chez les Gaulois, ainsi que chez
leurs voisins; on trouve parmi les premiers à peu près les mêmes dieux,
et quelques-unes des cérémonies religieuses qui s'observaient chez les
Germains. Le christianisme abolit entièrement ce faux culte et les autres
restes du paganisme. Il fit surtout d'heureux progrès sous nos premiers
rois; mais les peuples, quoique chrétiens, conservèrent longtemps des
restes de leur ancienne barbarie. Clovis lui-même laisse échapper de
temps en temps des traits de cruauté qui font frémir. Si les Français
ne consultaient plus, comme autrefois, les devins et les entrailles des
animaux, il régnait encore parmi eux beaucoup de superstitions absurdes.
Telles sont les preuves prétendues juridiques qui se faisaient par le fer,
par le feu, par l'eau, par le duel.

Les Germains, dans les assemblées générales de la nation, étaient
accroupis par terre, ayant leurs genoux près de leurs oreilles;
quelquefois ils étaient couchés sur le dos ou sur le ventre, et dans ces
bizarres postures ils réglaient les affaires d'État avec autant de gravité
que les sénateurs romains. Les sauvages de l'Amérique et ceux de l'Afrique
tiennent leurs assemblées dans les mêmes postures, qui paraissent avoir
été habituelles à toutes les nations, dans les premiers temps où elles se
sont rassemblées en société après la dispersion générale. Les phases de
la lune réglaient les temps des assemblées ordinaires; elles se tenaient
communément à la pleine lune, et quelquefois à la nouvelle. Les affaires
de peu d'importance étaient décidées sommairement par les principaux du
pays; mais il fallait le concours de toute la nation pour celles qui
étaient plus graves. Le peuple était juge en certaines matières, et il
rendait la justice dans un conseil général de la nation.

Les assemblées des Français, dont parle l'abbé Le Gendre, avaient quelque
chose de plus imposant, elles sont aussi d'un temps bien plus moderne.
On les tenait en rase campagne, les premiers jours de mars et de mai; les
évêques, les abbés, les ducs et les comtes y assistaient. C'était là qu'on
faisait le procès aux personnes de distinction; qu'on délibérait sur la
guerre et sur la paix; qu'on donnait des tuteurs aux enfants du souverain;
qu'on établissait de nouvelles lois; qu'on partageait les États et les
trésors du roi mort, lorsqu'il n'avait pas pourvu lui-même à sa succession,
et que le jour était fixé pour la proclamation du nouveau roi. Enfin
c'était dans ces diètes, ou assemblées générales, qu'on réglait tout ce
qui avait rapport au gouvernement.

Ce ne fut que plus de trois cents ans après Hugues Capet, qu'on connut en
France ce que nous appelons _formalités de justice_. Dans les premiers
temps de la monarchie, les particuliers étaient jugés par des personnes
de leur profession: le clergé par les ecclésiastiques, la milice par les
guerriers, la noblesse par les gentilshommes; cet usage d'être jugés par
ses _pairs_, par des hommes de même état que soi, s'est conservé jusqu'à
présent en Angleterre, et la justice n'en est pas plus mal administrée.
Ainsi les affaires ne traînaient pas en longueur comme aujourd'hui; on
n'avait pas encore trouvé le secret d'embrouiller les choses les plus
claires par les coupables subtilités d'une chicane ruineuse. La seule
juridiction des évêques s'étendait à la plus grande partie des affaires.
Cet ordre jouissait parmi nous d'une autorité presque sans bornes, soit
par respect pour leur caractère, soit par l'opinion qu'on avait de leur
capacité et de leurs vertus. De là cette extension d'autorité, qui depuis
a été restreinte dans ses limites naturelles.

Tous les crimes, à l'exception des cas de lèse-majesté, n'étaient punis
que par des amendes pécuniaires. Les Français étaient moins sévères dans
les premiers temps de la monarchie, qu'ils le sont devenus, à punir les
crimes qui intéressent la société. Les Germains, au contraire, pendaient
les traîtres et les déserteurs; ils plongeaient les fainéants de
profession dans la bourbe d'un marais, et les y laissaient expirer.

Dans tous les divertissements des Germains, on voyait la simplicité, ou
plutôt la rusticité de leurs mœurs. Ils n'avaient qu'une sorte de
spectacle: leurs jeunes gens sautaient tout nus entre des pointes d'épées
et de javelots[1]. Ceux qui montraient le plus d'adresse dans cet exercice
étaient fort applaudis: c'était leur unique récompense. Les Français,
par leur fréquentation avec les Romains, qui étaient passionnés pour les
spectacles, avaient contracté le même goût, et voyaient avec beaucoup
de satisfaction les _plaisantins_, les _jongleurs_ et les _pantomimes_.
On sait jusqu'à quel degré de perfection les derniers avaient porté leur
art; les plaisantins étaient des bouffons qui débitaient des contes ou des
facéties, et les jongleurs jouaient de la vielle. Notre passion pour les
spectacles, qui s'est manifestée de bonne heure, n'en a point hâté les
progrès. Ils ont été lents à se former; ce n'est qu'après bien des
tâtonnements que nous avons eu un théâtre, et il y a bien loin des
mystères aux chefs-d'œuvre tragiques et comiques qui font l'honneur de la
scène française.

    [Note 1: Les Suisses en ont conservé quelque chose:
    leur _danse aux épées_ rappelle cet usage.]

Les Francs, peuple tout guerrier, qui ne respirait que les armes,
négligeaient entièrement les lettres; et les anciens peuples de la Gaule
étaient plongés comme eux dans une profonde ignorance. Mais, par quelques
monuments qui subsistent encore, on voit que, dès le siècle même qui
précéda nos premiers rois, les langues savantes n'étaient pas tout à fait
inconnues aux Gaulois; et sans doute les relations de ce peuple avec les
Romains lui procurèrent des connaissances qui n'étaient point parvenues
jusqu'en Germanie. En effet, il y eut peu de temps après des académies à
Marseille, à Toulouse, à Bordeaux, à Autun, etc.; mais ces établissements
furent détruits au commencement du Ve siècle, par l'inondation des
barbares qui vinrent fondre dans les Gaules. Ce ne fut que sous
Charlemagne que les sciences commencèrent à refleurir; toutefois elles ne
jetèrent pas un grand éclat jusqu'au règne de François Ier; ce n'était
que l'aurore d'un beau jour. Il était réservé à Louis XIV de porter la
littérature et les arts à leur plus brillante époque. Depuis ce siècle
heureux, qu'on distingue comme ceux d'Alexandre et d'Auguste, nos mœurs se
sont de plus en plus éloignées de celles des anciens Germains, dont nous
tirons en partie notre origine, et de celles des peuples de la Gaule, dont
nous descendons plus directement.



                        DES MŒURS DES GERMAINS

                              PAR TACITE.


I. La Germanie, depuis les Gaules, le pays des Grisons et la Hongrie,
est renfermée entre le Rhin et le Danube. Du côté des Daces et des
Sarmates, elle est bornée par des montagnes et par des nations
très-belliqueuses. L'océan y forme de grands golfes et des îles immenses,
dans lesquelles on a découvert, par la voie des armes, de nouveaux pays et de
nouveaux peuples. Le Rhin prend sa source chez les Grisons, et, descendant
du sommet des Alpes, va se décharger bien loin dans la mer du Nord, en
déclinant un peu vers l'occident. Le Danube, qui tombe du mont Abnobe par
une pente douce et facile, arrose diverses provinces, et va se rendre dans
la mer Noire par six embouchures; la septième se perd dans des marais.


II. Je crois que les Germains sont originaires du pays qu'ils habitent,
et que cette nation s'est formée sans l'alliance d'aucun peuple étranger;
car ceux qui d'abord sont allés à la recherche d'un nouveau sol arrivaient
sur des vaisseaux; or l'Océan septentrional est trop effrayant pour avoir
attiré la curiosité des premiers hommes, puisque même à présent il est
redoutable à nos navires. Mais, outre les dangers qu'il y a de s'embarquer
sur une mer terrible et inconnue, qui est-ce qui voudrait abandonner
l'Asie, l'Italie ou l'Afrique, pour venir habiter la Germanie? Les terres
y sont incultes; le climat y est rude et fâcheux; le séjour en est triste,
et ne peut plaire qu'à ceux dont il est la patrie. Ils n'ont point
d'autres histoires ni d'autres annales que d'anciens vers qu'ils récitent
de temps en temps pour célébrer la gloire d'un dieu né de la terre, nommé
Tuiscon, et de son fils Mann; ce sont là les premiers habitants du pays
et la tige de la nation. Mann eut trois fils, qui donnèrent leurs noms à
toute la Germanie. De là vinrent les Ingevons, peuples qui habitent le
long des côtes de l'Océan, les Herminons, qui s'établirent au milieu du
pays, et les Istevons, qui occupèrent le reste de la contrée. Quelques-uns,
usant de la liberté qu'on a de mentir en des sujets si éloignés,
attribuent à Mann plusieurs autres enfants, dont ils font venir les
Marses, les Gambriviens, les Suèves et les Vandales, et ils prétendent
qu'anciennement les Germains ont porté ces différents noms; car,
disent-ils, celui de Germanie est nouveau, ils vient de ceux qui les
premiers franchirent le Rhin et passèrent dans les Gaules, lesquels
s'appelaient Tongres ou Germains: de sorte que toute la nation reçut
dans la suite, ou par honneur, ou par crainte, le nom du peuple qui la
subjugua. Ils assurent qu'Hercule, le plus vaillant de tous les hommes,
a été parmi eux, et ils chantent encore ses louanges lorsqu'ils vont au
combat.


III. Ils ont aussi des poëmes qu'ils appellent _bardits_; ils les récitent
pour exciter leur courage. Ils jugent du succès de la bataille par leurs
cris, et selon qu'ils sont plus ou moins violents, ils prennent de la
terreur, ou en inspirent, comme si ce n'était pas tant un concert de voix
qu'une expression de leur valeur. Ils affectent principalement des accents
rudes et sauvages, qu'ils rendent encore plus effrayants en mettant leurs
boucliers près de leurs bouches d'une manière qui augmente de beaucoup le
son naturel de leurs voix. On dit qu'Ulysse, dans ses longs et fabuleux
voyages, fut porté par la tempête en Germanie, où il bâtit, sur le bord du
Rhin, une ville qu'il nomma Aschelbourg. On ajoute qu'il y avait un autel
qui lui était consacré, sous le titre de fils de Laërte, et qu'il en reste
encore des monuments avec des inscriptions grecques sur les frontières des
Grisons et de la Germanie: c'est ce que je ne prétends ni repousser ni
appuyer de preuves; je laisse à chacun la liberté de prêter ou de refuser
crédit à cette opinion.


IV. Je suis de l'avis de ceux qui tiennent que les Germains n'ont point été
abâtardis par le commerce et l'alliance des autres peuples; c'est pourquoi
ils ont une physionomie qui leur est commune et particulière à leur
nation. Ils ont les cheveux blonds, les yeux bleus, le regard farouche, la
taille robuste; le corps incapable d'un long travail, et propre seulement
à soutenir le premier choc, supportant avec peine le chaud et la soif, et
plus facilement le froid et la faim: ce qui est un effet du climat.


V. À l'égard du pays, quoiqu'il y ait quelque différence entre ses
diverses provinces, cependant, à le prendre en général, il est plein de
bois et de marais, plus humide du côté des Gaules, et plus sujet aux vents
vers l'Autriche et la Bavière. Il est fertile en blé, mais il produits peu
de fruits; abondant en troupeaux, qui sont les plus grands biens de ces
peuples, ou, pour mieux dire, leurs seules richesses: le bétail y est
très-fécond, il est ordinairement petit et sans cornes. Ces peuples n'ont
ni or, ni argent, soit que les dieux leur aient refusé ces présents par
haine ou par amour; mais je ne voudrais pas affirmer qu'ils n'eussent
point de mines de ces métaux; car qui est-ce qui les a cherchées? Tout ce
qu'on peut dire, c'est qu'ils n'ont pas pour ces choses autant d'avidité
que les autres nations. On voit même parmi eux de la vaisselle d'argent,
qui a été donnée à leur ambassadeurs ou à leurs princes; mais ils n'en
font pas plus de cas que de celle de terre. Ceux qui demeurent sur nos
frontières recherchent l'argent comme moyen de commerce, et connaissent
certaines pièces anciennes de notre monnaie, qu'ils aiment mieux que
les autres, par exemple celles qui portent la marque d'une scie ou d'un
chariot. Ceux qui habitent plus avant dans le pays négocient avec la
simplicité des premiers hommes, par échange. Ils aiment mieux l'argent que
l'or, sans autre raison, je crois, que parce qu'il leur est plus commode
pour acheter des choses de peu de valeur.


VI. On voit par leurs armes que le fer leur manque. Il y en a peu qui
aient des épées ou des pertuisanes. Leur javelot, ou ce qu'ils appellent
la framée, a le fer petit et étroit; ils sont très-adroits à s'en servir,
soit qu'ils combattent de près ou de loin. La cavalerie n'a que la lance
et le bouclier. L'infanterie est armée de dards, et chaque soldat en a
plusieurs qu'il sait lancer avec beaucoup de force et d'adresse; ils ne
sont point embarrassés par leurs habits, ni par leurs armes; ils n'ont
qu'une saye pour tout vêtement. Ils ne dépensent rien en parures, et ils
ne sont curieux que de teindre leurs boucliers de quelque belle couleur.
Il y en a peu qui aient des cuirasses, et encore moins des casques. Leurs
chevaux n'ont ni vitesse, ni beauté; ils ne sont point exercés comme les
nôtres à toutes sortes d'évolutions; ils ne savent que tourner à droite et
aller en avant, en formant le rond; de manière qu'il n'y en a point qui
soit le dernier. A considérer leurs troupes en général, l'infanterie est
la meilleure; c'est pourquoi ils la mêlent parmi la cavalerie, dont elle
égale la vitesse: ils choisissent pour cela les jeunes gens les mieux
faits, qu'ils mettent aux premiers rangs. Ils en prennent cent de chaque
canton: ce nombre, qui ne désignait d'abord que des gens d'une riche
taille, est devenu dans la suite un titre et le prix du courage. Leur
armée est rangée par bataillons et par escadrons. Ils croient que c'est
plutôt une marque de prudence que de lâcheté, de reculer, pourvu qu'on
revienne à la charge. Ils emportent leurs morts, même au plus fort du
combat. C'est une infamie parmi eux d'abandonner son bouclier, et ceux à
qui ce malheur est arrivé n'oseraient plus se trouver aux assemblées ni
aux sacrifices, et plusieurs qui s'étaient échappés de la bataille se sont
étranglés pour ne point survivre à leur déshonneur.


VII. Dans l'élection des rois, ils ont égard à la noblesse; mais dans
leurs généraux ils ne considèrent que la valeur. La puissance royale n'est
ni absolue, ni souveraine. Les généraux mêmes commandent plutôt par leur
exemple que par leur rang. Quand on les voit donner les premiers dans une
action, c'est moins l'obéissance qu'une noble émulation qui engage à les
suivre. Il n'y a que les prêtres qui aient droit d'emprisonner et de punir;
et les peines qu'ils ordonnent ne sont pas tant prises pour un supplice,
ni pour un effet de leur autorité, que pour un commandement des dieux
qu'ils croient présider aux batailles; c'est pour se rappeler la présence
de ces dieux qu'ils portent à la guerre certaines figures qu'ils
conservent avec soin dans les bois sacrés. Le motif principal qui excite
leur valeur vient de ce qu'ils ne s'enrôlent pas au hasard; ils suivent
l'étendard de leurs familles, d'où ils peuvent entendre les cris de leurs
femmes et de leurs enfants qui sont les plus assurés témoins de leur
bravoure, et comme les hérauts de leur gloire. C'est auprès de leurs
mères et de leurs femmes qu'ils se retirent lorsqu'ils sont blessés,
et elles ont le courage de sucer leurs plaies et de leur porter des
rafraîchissements dans le combat.


VIII. On dit que des armées entières, sur le point d'être défaites, ont
été reformées par les femmes, qui venaient se présenter aux coups et à
une captivité presque certaine; ce que leurs maris appréhendent plus pour
elles que pour eux-mêmes. Lorsqu'il s'agit de recevoir des otages, ils
demandent surtout des filles nobles; ils les regardent comme un gage
très-assuré. Ils croient même que ce sexe a quelque chose de divin, ils
ne négligent ni leurs conseils, ni leurs réponses. Nous avons vu sous
Vespasien une Velleda qui a passé longtemps parmi eux pour une déesse. Ils
ont eu depuis la même opinion à peu près d'Aurinia et de plusieurs autres,
auxquelles ils ont témoigné la vénération la plus grande, et cela par une
véritable conviction et nullement par flatterie.


IX. De tous les dieux, ils adorent particulièrement Mercure, et lui
sacrifient même des hommes en certaines rencontres. Ils immolent à Hercule
et à Mars des victimes ordinaires. Une partie des Suèves adore Isis. Je
n'ai rien trouvé de certain sur l'origine de ce culte; mais le vaisseau
qui sert d'attribut à cette divinité me fait augurer que son culte a été
introduit chez les Suèves par des étrangers. Au reste, les Germains ne
croient pas que ce soit honorer les dieux, de les peindre comme des hommes,
ou de les renfermer dans les temples; ils se contentent de leur consacrer
des bois et des forêts, dans l'obscurité desquels ils imaginent que réside
la divinité.


X. Ils sont fort adonnés aux augures et aux sorts, et n'y observent pas
grande cérémonie. Ils coupent une branche de quelque arbre fruitier en
plusieurs pièces, et le marquent de certains caractères. Ils les jettent
ensuite, au hasard, sur un drap blanc. Alors le prêtre, si c'est en public,
ou le père de famille, si c'est dans quelque maison particulière, lève
chaque brin trois fois, après avoir invoqué les dieux, et les interprète
selon les caractères qu'il y a faits. Si l'entreprise se trouve défendue,
ils ne passent point plus avant; car on ne consulte point deux fois sur un
même sujet, en un même jour; mais si elle est approuvée, on jette le sort
une seconde fois, pour en avoir la confirmation. Ils consultent aussi le
vol et le chant des oiseaux: le hennissement des chevaux est encore pour
eux un présage très-assuré. Ils en nourrissent de blancs dans leurs bois
sacrés, et ils croiraient faire une profanation s'ils les employaient aux
usages ordinaires. Quand il veulent les consulter, ils les attèlent au
char de leurs dieux, et le prêtre ou le roi les suit, et observe leur
hennissement. Il n'y a point d'augure qui soit regardé comme plus certain,
je ne dis pas seulement par le peuple, mais par les grands mêmes et par
les prêtres; car ils les prennent pour les compagnons des dieux, dont ils
ne se disent que les ministres. Ils se servent encore d'un autre moyen
pour connaître l'issue des grandes guerres: ils font battre un d'entre eux
avec un des prisonniers qu'ils ont faits sur l'ennemi, et ils jugent du
succès de la guerre par ce combat.


XI. Les grands décident seuls des affaires de peu d'importance; à l'égard
de celles qui sont de quelque conséquence, la connaissance en est réservée
à la nation. Il y a certaines choses dont le peuple seul a droit de juger;
mais il faut toujours que ce soit en présence des principaux de la nation.
Leurs assemblées se tiennent à des jours marqués; le temps de la pleine
lune et de la nouvelle est celui qu'ils jugent le plus favorable pour cela,
à moins qu'il ne survienne quelque affaire imprévue qui ne souffre point
de retard. Ils comptent par nuits, et non par jours comme nous faisons;
et leurs décrets sont datés de la nuit, et non du jour, parce qu'il leur
semble que la nuit marche devant. Ils ont un défaut qui tient à leur
liberté: c'est qu'ils ne s'assemblent pas tous à la fois, ni à une heure
certaine; l'un vient plus tôt et l'autre plus tard, selon sa convenance:
de sorte qu'ils sont quelquefois deux ou trois jours à s'assembler.
Ils sont armés dans le conseil, et chacun se place où il lui plaît.
Les prêtres seuls ont droit d'imposer silence et de faire justice des
coupables. Après que le roi ou le chef de l'assemblée a dit son avis,
chacun parle selon son âge et selon le rang qu'il tient dans l'État par
sa noblesse, ou par la réputation que lui ont acquise sa valeur ou son
esprit. L'autorité consiste plutôt dans l'art de persuader que dans le
pouvoir d'ordonner. Quand ils ne goûtent pas un avis, ils le témoignent
par leurs murmures; s'ils l'adoptent, ils font bruire leurs armes: c'est,
parmi eux, la plus belle et la plus honorable manière de donner son
approbation.


XII. C'est dans le conseil qu'on met les criminels en accusation, et
qu'ils ont à défendre leur tête. La peine varie selon la nature du crime.
On pend à un arbre les traîtres et les déserteurs; les fainéants et les
lâches, qu'on regarde comme infâmes, sont plongés dans un bourbier que
l'on couvre d'une claie. Ce genre de supplice fait voir que l'infamie doit
être ensevelie dans un oubli éternel, au lieu que ceux qui sont coupables
d'autres crimes doivent être punis à découvert pour servir d'exemple. Pour
des fautes moins graves, on fait payer l'amende, qui consiste à donner un
cheval ou quelque bétail. Une partie de cette amende appartient au roi
ou au peuple, le reste à celui qui est offensé ou à ses proches. On élit
aussi dans ces assemblées ceux qui doivent rendre la justice dans les
bourgs et dans les villages, et chacun d'eux prend avec soi cent personnes
du peuple pour former son conseil.


XIII. Quelque chose qu'on fasse, soit en public, soit en particulier, on a
toujours ses armes. Lorsqu'on est en âge de les porter, on ne peut point
les prendre de soi-même; il faut y être autorisé par la commune. Voici
comment cela se pratique. Quand on est assemblé, un des principaux ou bien
le père, et à son défaut le plus proche parent, donne solennellement la
lance et le bouclier au jeune homme qui se présente pour porter les armes.
C'est là sa robe virile; c'est le premier honneur qu'il reçoit, et son
entrée dans les dignités. Auparavant il ne faisait partie que de la
maison; alors il devient membre de la république. La grande noblesse, ou
le mérite extraordinaire des ancêtres, fait qu'on élit quelquefois pour
princes des jeunes gens; et il n'y a point de honte à les recevoir, ni
à les suivre. Il y a même en cela des degrés d'honneur qui se prennent
de l'estime qu'ils font de ceux qui s'attachent à eux: de sorte que les
particuliers disputent souvent à qui sera le premier à la suite d'un
prince, comme les princes de leur côté ont aussi des contestations à qui
aura de plus braves gens à sa suite. Il est de la grandeur d'un prince de
se voir toujours environné d'une nombreuse et brillante jeunesse qui lui
sert d'ornement durant la paix et de rempart durant la guerre. Cela ne
lui est pas seulement glorieux parmi sa nation, mais parmi les nations
voisines. Cela fait qu'on le recherche par ambassades et par présents, et
que sa seule réputation le met souvent à l'abri des guerres.


XIV. Quand on en vient aux mains, il est honteux pour le prince de n'être
pas le premier en valeur, et pour ceux de sa suite de ne pas l'égaler.
Ils font vœu de le suivre partout et de le défendre. Ils rapportent à
sa gloire leurs plus belles actions, et c'est une infamie éternelle de
lui survivre dans la mêlée. Le prince combat pour la victoire; et ils
combattent pour le prince. S'il n'y a point de guerre dans leurs pays,
la jeune noblesse va chercher dans les pays étrangers l'occasion de se
signaler, car le repos leur est insupportable; et d'ailleurs ils ne
peuvent entretenir leur nombreuse suite et soutenir leur dépense que
par la guerre. Ils reçoivent de la libéralité du prince pour lequel ils
combattent, ou quelque cheval de bataille, ou quelque arme sanglante et
victorieuse. La table des grands est en quelque sorte la solde de la
noblesse; elle n'est pas délicate, mais elle est abondamment couverte. La
guerre et le pillage fournissent à la dépense. Rien ne peut les engager à
cultiver la terre et à en attendre la récolte, ils aiment mieux provoquer
l'ennemi au combat et recevoir des blessures honorables. Il leur paraît
lâche d'acquérir à la sueur de leur front ce qu'ils peuvent emporter au
prix de leur sang.


XV. Quand ils ne vont point à la guerre, ils passent le temps à boire et
à dormir plutôt qu'à aller à la chasse. Les plus braves gens parmi eux ne
font rien. La conduite du ménage et le soin de l'agriculture est abandonné
aux femmes, aux vieillards et aux infirmes. Les autres passent les jours
dans la paresse; c'est, une chose tout à fait surprenante que les mêmes
hommes qui ne peuvent vivre en repos se complaisent dans l'oisiveté.
Les communes et les particuliers font divers présents au prince, tant
du revenu de leurs terres que de leurs troupeaux, ce qui lui est en même
temps et honorable et utile. Ils aiment surtout à recevoir des présents de
leurs voisins, comme des chevaux, des harnais, des baudriers et des armes.
Nous leur avons enseigné à prendre de l'argent.


XVI. Il n'est pas nécessaire de remarquer qu'ils n'ont point de villes;
car cela est connu de tout le monde; ils n'ont pas même des bourgs à notre
manière. Chacun, selon qu'il lui plaît, se loge près d'une fontaine, d'un
bois ou d'un champ, sans joindre sa maison à celle de son voisin; soit
qu'ils ignorent l'art de bâtir, soit qu'ils appréhendent le feu. Ils
n'ont pas l'usage du ciment ni de la tuile, et se servent communément de
matières qu'ils emploient sans leur donner de forme. Il y a des endroits
qu'ils enduisent plus proprement d'une terre pure et luisante, qui imite
les traits et les couleurs de la peinture. Ils pratiquent des excavations
souterraines qu'ils couvrent de fumier; c'est là qu'ils serrent leurs
grains et qu'ils se retirent en hiver et même durant la guerre; l'ennemi
se contente de ravager la campagne et d'emporter ce qu'il trouve. La
difficulté qu'il y a de découvrir les endroits où ils se cachent fait
qu'on renonce à les chercher.


XVII. Ils n'ont pour tout habit qu'une saie attachée par une agrafe; ou
simplement par une épine. Le reste du corps est nu; c'est pourquoi ils
passent les jours entiers auprès de leur foyer. Les plus riches ont des
habits, non pas larges et amples à la façon des Parthes et des Sarmates,
mais serrés et marquant la forme des membres. Ils se vêtent aussi de
fourrures; c'est tout leur ornement. Ceux de la frontière sont moins
recherchés que les autres dans la manière dont il s'habillent. Ils ne
choisissent que les peaux les plus belles, et y entremêlent encore pour
ornement des pièces de quelque fourrure plus précieuse qui leur vient par
mer de très-loin et de parages inconnus. Les femmes y sont vêtues comme
les hommes, si ce n'est qu'elles portent une espèce de chemise de lin,
sans manches, bordée de rouge; et cet habillement leur laisse les bras et
une partie de la poitrine découverts.


XVIII. Les mariages y sont chastes; et c'est ce qu'on ne peut trop louer
parmi eux; car ils sont presque les seuls barbares qui se contentent d'une
femme; et si quelques-uns d'entre eux en prennent plusieurs, c'est plutôt
par ton que par volupté. Elles ne leur apportent rien en mariage; au
contraire, elles reçoivent d'eux quelques présents. Ce ne sont pas des
parures, mais une couple de bœufs pour la charrue, un cheval tout harnaché,
le bouclier avec la lance et l'épée. Les parents examinent ces présents
et les reçoivent. Elles donnent aussi de leur côté quelques armes à leurs
maris. Voilà leur lien conjugal, leur cérémonie, leur hyménée: la femme
apprend ainsi qu'elle n'est point appelée à une vie oisive et délicieuse,
mais à être la compagne des travaux de son mari, à prendre part à ses
dangers, et à suivre sa fortune dans la paix et dans la guerre. C'est là
ce que signifient les bœufs, les armes et le cheval. Tel est le plan de
vie qu'elle doit suivre jusqu'à sa mort. Elle est obligée de faire de
semblables présents aux femmes de ses fils, et de conserver inviolablement
cette coutume dans sa famille.


XIX. La chasteté ne court point risque d'être corrompue par les festins,
par les assemblées, ni par les spectacles; les hommes et les femmes ne
savent point non plus écrire; de sorte qu'il y a peu d'adultères parmi
cette immense population; et quand il s'en trouve, le mari a droit d'en
faire justice sur-le-champ. Il rase sa femme, la dépouille en présence de
ses parents et la chasse devant lui par tout le bourg à coups de bâton; il
n'est pour elle ni excuse, ni pardon. Ni son âge, ni ses richesses, ni sa
beauté ne sauraient lui trouver un autre mari, car on ne rit point là des
vices, et le rôle de corrupteur ou celui de corrompu n'y ont point passé
dans les mœurs. Ils font encore mieux en quelques provinces; car on n'y
souffre pas même de secondes noces, et une femme prend un mari comme on
prend un corps et une âme. Elle n'étend point au delà ses pensées, ni ses
espérances: ce n'est pas tant son mari que son mariage qu'elle aime. C'est
une abomination parmi eux de se défaire de ses enfants ou d'en limiter le
nombre. En un mot, les bonnes mœurs ont plus de pouvoir en ce pays que les
bonnes lois n'en ont partout ailleurs.


XX. L'éducation rude et grossière que reçoivent ces peuples ne contribue
pas peu à les rendre grands et robustes comme nous les voyons. Les mères
nourrissent leurs enfants; elles ne les font point allaiter par des
esclaves ou des étrangères. On ne distingue pas le fils du maître de celui
du serviteur; ils ne sont pas nourris plus délicatement l'un que l'autre.
Ils sont couchés pêle-mêle parmi le bétail, jusqu'à ce que l'âge les
sépare et que la valeur les fasse connaître. Ils ne se livrent que tard
aux femmes; c'est pourquoi ils ont une jeunesse vigoureuse. Ou ne se
presse point de marier les filles; elles deviennent aussi grandes et aussi
robustes que leurs maris. Ils sont donc en la force de leur âge lorsqu'ils
s'épousent; c'est pourquoi ils produisent des enfants qui deviennent
vigoureux comme leurs pères. On y fait autant de cas de ceux de sa
sœur que des siens propres. Quelques-uns même tiennent ce degré de
consanguinité plus fort et les aiment mieux en otage, comme si nous avions
plus d'attachement pour eux parce qu'ils étendent plus loin notre parenté.
Ce sont pourtant les enfants qui héritent, et à leur défaut, les oncles et
les frères, sans qu'il y ait de testament. Plus un homme a de parents et
d'alliés, plus sa vieillesse est honorable; car on a moins d'estime pour
ceux qui manquent de postérité.


XXI. C'est une espèce d'obligation pour chacun d'embrasser les amitiés et
les inimitiés de sa famille; mais les haines n'y sont pas implacables.
L'homicide même se rachète par une certaine quantité de bétail, que toute
la famille reçoit comme indemnité; satisfaction très-salutaire, car les
inimitiés ne sont nulle part aussi dangereuses que dans les pays libres.
Il n'y a pas de nations qui se plaisent autant à exercer l'hospitalité.
C'est un crime de fermer sa maison à qui que ce soit. Quand vous arrivez
chez quelqu'un, il vous donne ce qu'il a; et lorsqu'il n'a plus rien, il
vous mène lui-même chez son voisin, qui vous fait le même accueil; on ne
distingue point en cela l'ami de l'étranger. Quand vous sortez, si votre
hôte vous demande quelque chose, vous ne pouvez pas le refuser honnêtement;
mais vous pouvez aussi lui demander ce qu'il vous plaira, sans craindre
qu'il vous refuse. Ils se plaisent à faire et à recevoir des présents;
mais comme ils oublient ceux qu'ils font, ils ne se croient point obligés
par ceux qu'on leur a faits. Ils se reçoivent poliment, mais sans apparat.


XXII. On ne s'y lève que fort tard, et d'abord on entre au bain qui est
ordinairement chaud, à cause du climat qui est extrêmement froid. Ensuite
on se met à table, et chacun a la sienne à part. Ils prennent leurs armes
pour aller à leurs affaires, et souvent même ils ne les quittent pas
pendant le repas. Ce n'est point une honte parmi eux de passer les jours
et les nuits entières à boire; aussi les querelles y sont-elles fréquentes,
comme parmi les ivrognes; et elles se terminent plus souvent par des
coups que par des injures. C'est pourtant dans les festins que se font le
réconciliations et les alliances; c'est là qu'ils traitent de l'élection
des princes et de toutes les affaires de la paix et de la guerre. Ils
trouvent ce temps-là plus opportun, parce qu'on n'y déguise point sa
pensée et que l'esprit s'y échauffe et s'y porte aux résolutions hardies.
Cette nation, exempte de ruse et de dissimulation, découvre alors ses
sentiments avec liberté et franchise; mais la décision de l'affaire est
renvoyée au lendemain: ainsi ils délibèrent alors qu'ils ne sauraient
feindre, et ils décident lorsqu'ils ne peuvent se tromper.


XXIII. Ils boivent une certaine liqueur faite d'orge ou de froment,
en manière de vin; mais ceux de la frontière achètent du vin de leurs
voisins. Leur nourriture est fort simple; elle consiste en fruits sauvages,
en lait caillé et en venaison fraîche. Ils satisfont leur appétit sans
apprêt et sans assaisonnements; mais ils n'ont pas la même sobriété pour
la boisson; et qui voudrait leur donner à boire autant qu'ils en désirent,
viendrait à bout d'eux plutôt par leur intempérance que par les armes.


XXIV. Ils n'ont qu'une sorte de spectacles. Leurs jeunes gens sautent tout
nus entre les pointes d'épées et de javelots. Ils ont fait un art de cet
exercice, qui est maintenant en crédit, quoiqu'il n'y ait point d'autre
récompense que le plaisir des spectateurs. Ce qui est surprenant, c'est
leur passion pour le jeu. Ce plaisir leur tient lieu d'une affaire plus
importante, et ils s'en occupent si sérieusement, et avec tant d'ardeur
dans le gain et dans la perte, qu'un homme, après avoir joué tout son bien,
se joue lui-même, et s'il perd, il va volontairement en servitude: quand
même il serait le plus fort et le plus robuste, il souffre que l'autre le
lie et le vende, car le gagnant rougirait de garder le vaincu. Cette façon
d'agir nous paraît un trait de folie; mais ils la regardent comme un acte
de justice et de bonne foi.


XXV. Ils n'emploient pas leurs esclaves, comme nous faisons, à divers
travaux dans la famille; ils ont leur ménage séparé, et on les oblige à
payer tous les ans une certaine quantité de blé, d'étoffe ou de bétail,
comme on fait avec des fermiers; on ne leur demande rien de plus; du reste,
la femme et les enfants font ce qui est à faire dans la maison. Rarement
ils mettent leurs esclaves aux fers, ou les maltraitent pour les forcer
à travailler. Ils les tueraient plutôt, non point par punition, ni pour
l'exemple, mais par un mouvement violent, comme on tue son ennemi, avec
cette différence qu'à l'égard de l'esclave il y aurait impunité. Les
affranchis n'y sont guère plus considérés que les esclaves, car ils n'ont
aucune autorité dans la maison ni dans l'État, si ce n'est dans les
endroits où il y a des souverains, et où ils deviennent quelquefois plus
puissants que les seigneurs du pays. Mais il n'en est pas de même ailleurs,
et c'est une grande marque de liberté.


XXVI. Ils ne connaissent ni usure, ni intérêt; c'est pourquoi ils s'en
abstiennent plus scrupuleusement que si on le leur avait défendu. Ils
cultivent tantôt une contrée, tantôt une autre, et ils partagent les
terres selon le nombre et la qualité des personnes; l'étendue du pays
empêche qu'il y ait le moindre différend entre eux à ce sujet. Ils ne
labourent pas un même champ tous les ans; ils ne s'amusent pas à cultiver
un jardin, ni à arroser une prairie. Ils se contentent de les semer, et
n'ajoutent rien à la fertilité de la terre par le soin de la culture. Ils
ne partagent pas l'année en quatre saisons comme nous: ils ne connaissent
que l'hiver, le printemps et l'été. Le nom et les richesses de l'automne
leur sont inconnus.


XXVII. Leurs funérailles sont sans pompe et sans magnificence. Ils se
servent seulement de quelque bois particulier pour brûler le corps d'une
personne de condition: ils brûlent en même temps ses armes et quelquefois
son cheval; mais ils ne jettent point de parfum sur le bûcher, et ils n'y
brûlent pas les vêtements du mort. Leurs tombeaux sont faits de gazon,
et ils méprisent l'appareil des nôtres, comme une chose qui est à charge
aux vivants et aux morts. Ils quittent bientôt le deuil, mais non pas la
douleur et l'affliction. Il est bienséant aux femmes de pleurer, et il
convient aux hommes de conserver la mémoire des personnes qui leur sont
chères. Voilà ce que j'ai appris en général de l'origine et des mœurs des
Germains.


XXVIII. Je parlerai en particulier des coutumes de chaque nation, et je
commencerai par les peuples qui sont venus de la Germanie dans les Gaules.
César, le plus illustre de tous les écrivains, nous apprend que la
puissance des Gaulois a été autrefois beaucoup plus considérable qu'elle
n'est à présent: c'est pourquoi il est assez croyable que ces peuples ont
aussi passé en Germanie. Le Rhin n'était pas une assez forte barrière pour
leur courage, avant que les empires fussent établis et que les dominations
fussent certaines. Les Helvétiens (ou les Suisses) occupèrent le pays qui
est entre le Rhin, le Mein et la forêt Noire; et les Boïens, autre peuple
de la Gaule, ont donné leur nom à la Bohème, quoique ce pays ait depuis
reçu d'autres habitants. On doute si les Osiens ont passé de la Germanie
dans la Pannonie, ou les Aravisiens de la Pannonie dans la Germanie; car
ils ont tous le même langage et les mêmes coutumes; d'ailleurs les pays
qu'ils habitent ne sont pas meilleurs les uns que les autres, et ils
vivaient autrefois dans la même liberté et dans une égale indigence.
Ceux de Trèves et les Nerviens affectent de venir des Germains, pour se
distinguer de la mollesse des Gaulois par la gloire de leur origine. Les
Vangions, les Tréboces et les Némètes (autrement ceux de Spire, de Worms
et de Strasbourg) en viennent plus assurément, et ceux de Cologne même,
quoiqu'ils aiment mieux porter le nom d'Agrippiniens que celui d'Ubiens,
parce que le premier désigne une colonie romaine. Aussi ont-ils été placés
en deçà du Rhin, pour servir de digue contre l'inondation des barbares, et
non pas pour être plus en sûreté.


XXIX. Mais de tous ces peuples les Bataves sont les plus vaillants. Ils
habitent une île du Rhin. Ils sont Cattes d'origine, et ils quittèrent
leur pays dans une guerre civile, pour faire partie de notre empire. Aussi
leur fait-on l'honneur de ne pas les charger d'impôts, ainsi que les
autres peuples qu'on méprise; mais ils sont réservés pour le combat, comme
le fer et les armes. Les Mattiens (ou les habitants du Vétérave et du
Westerwaal) sont dans la même obéissance; car la grandeur romaine a porté
ses conquêtes jusqu'au delà du Rhin, qui était l'ancienne borne de notre
empire. Quoiqu'ils demeurent parmi nos ennemis, ils ne laissent pas
d'avoir le cœur et l'inclination romaine; du reste ils ressemblent aux
Bataves, si ce n'est qu'ils paraissent tirer une nouvelle vigueur de leur
position et de leur climat. Je ne compte point entre les Germains ceux des
Gaulois qui, habitant au delà du Rhin et du Danube, cultivent les terres
qu'on appelle Serves: ce sont les plus pauvres et les plus inconstants
des Gaulois, qui n'ayant rien à craindre, ni à perdre, à cause de leur
pauvreté, se sont emparés d'un pays qui n'appartenait à personne. Et comme
nous avons depuis avancé nos garnisons et reculé nos frontières, ils
vivent en repos à l'abri de notre domination, comme s'ils étaient au
milieu de notre empire.


XXX. Plus loin sont les Cattes, dont le pays commence et finit à la
forêt Noire. Il n'est pas si plein, ni si marécageux que le reste de la
Germanie; mais il est coupé de montagnes qui s'abaissent peu à peu. Ces
peuples sont d'une corpulence forte et ramassée; ils ont une physionomie
extrêmement fière et l'esprit élevé. Du reste, ils ont toute l'adresse et
toute la conduite des Germains: ils savent choisir leurs chefs et leur
obéir, garder leurs rangs, saisir l'occasion, ménager leur force, ordonner
de jour, se fortifier la nuit, s'appuyer sur la valeur plutôt que sur la
fortune, et ce qui est très-rare pour des barbares, et un effet de la
discipline, ils savent faire plus de fond sur la personne du chef que sur
celle du soldat. Toute leur force est dans l'infanterie, qu'ils chargent
d'outils et de provisions outre ses armes. Les autres peuples cherchent
volontiers à se battre; mais les Cattes font vraiment la guerre: ils ne
s'amusent pas à courir et à escarmoucher comme la cavalerie, qui est aussi
prête à fuir qu'à combattre. Ils savent que la précipitation est sœur de
la crainte, et la prudence voisine de la fermeté.


XXXI. Il est une marque de courage qui se trouve quelquefois parmi les
braves de leur nation, c'est de se laisser croître le poil et la barbe
jusqu'à ce qu'ils aient tué quelqu'un du parti contraire; cela est
ordinaire aux Cattes: c'est alors seulement qu'ils se découvrent le visage,
comme s'ils n'osaient paraître auparavant, et que ce fût un devoir de
leur naissance, dont il fallût s'acquitter avant d'être avoués de leurs
parents et de leur patrie. Les faibles et les lâches demeurent toute leur
vie dans l'opprobre. Les plus vaillants portent un anneau de fer; ils le
regardent comme une marque d'ignominie, jusqu'à ce qu'ils aient mérité de
s'en délivrer par la mort d'un ennemi. Plusieurs blanchissent sous ces
fers, et sont également révérés des amis et des ennemis. Ce sont eux qui
forment la pointe dans les combats: de sorte que leur front de bataille
est toujours terrible; ils ne renoncent pas, même durant la paix, à cette
obligation d'avoir de la valeur; et ils ont toujours cet air martial qui
inspire de la crainte. Ces braves n'ont ni champs, ni maisons, ni aucun
embarras de la vie. Ils mangent tout ce qu'ils trouvent, et partout où ils
le trouvent; prodigues du bien d'autrui, méprisant le leur, jusqu'à ce que
la faiblesse de l'âge les rende incapables de mener une vie aussi dure.


XXXII. Après les Cattes, sont les Usipiens et les Tenctères; ils habitent
le long du Rhin, dans la partie où il commence à être assez large pour
leur servir de barrière. Les Tenctères excellent dans la cavalerie, comme
les Usipiens dans l'infanterie. Leurs ancêtres ont fondé cette réputation,
et leur postérité la conserve. L'équitation est pour eux un passe-temps
de tous les âges, depuis l'enfance jusqu'à la vieillesse. Les chevaux se
laissent par succession, et comme un héritage; et ce n'est pas toujours
le plus âgé qui en hérite, mais le plus vaillant.


XXXIII. Les Bructères étaient autrefois dans le voisinage des Tenctères;
mais les Chamaves et les Angrivariens les ont exterminés, du consentement
des autres nations, en haine de leur orgueil, ou par convoitise de leurs
biens, ou plutôt par une grâce particulière des dieux, qui ne nous ont pas
même envié le plaisir de ce spectacle. Plus de soixante mille barbares
ont été taillés en pièces à notre vue, non par nos armes, mais par celles
des barbares eux-mêmes. Que ces peuples conservent toujours entre eux de
l'inimitié, à défaut d'amour pour nous, puisque notre empire est parvenu
à ce point où il ne nous reste plus rien à souhaiter que la discorde chez
nos ennemis.


XXXIV. Derrière les Chamaves et les Angrivariens, sont les Dulgibiniens et
les Casvares, et autres nations moins connues. Devant sont les Frisons,
qui sont distingués en grands et en petits, selon la diversité de leurs
forces; et ils s'étendent le long du Rhin jusqu'à l'Océan, autour des
grands lacs qui sont fréquentés par nos navires. Nous avons même entrée
dans l'Océan de ce côté-là, et l'on met au delà d'autres colonnes
d'Hercule; soit que le courage de ce héros l'ait amené en des lieux si
reculés, soit qu'on lui attribue tout ce qui s'est fait de merveilleux en
ce monde. Drusus voulut savoir ce qui en était; mais il fut repoussé par
la tempête, comme si l'Océan eût été jaloux de voir sonder ses abîmes et
les mystères d'Hercule. Personne ne l'a osé tenter après lui, et l'on a
cru qu'il était plus respectueux de croire les secrets des dieux que de
les vouloir pénétrer.


XXXV. Telle est la Germanie du côté de l'occident. Elle a aussi une
étendue considérable vers le septentrion. On y rencontre d'abord les
Causses, qui s'étendent depuis les Frisons jusqu'aux Cattes, derrière
toutes les nations dont nous venons de parler. Non-seulement ils occupent
un si grand espace, mais ils le remplissent; de plus, ils se rendent
recommandables parmi ces peuples par leur justice et leur équité; c'est
par ces vertus qu'ils se soutiennent plutôt que par la force: exempts
d'ambition et d'envie, ils vivent en paix, sans exercer ni souffrir de
violence. C'est une des plus belles marques de leur valeur, de n'avoir
point besoin de faire la guerre pour maintenir leur autorité, et d'être
redoutables à leurs ennemis sans se servir de leurs armes. Cependant ils
sont toujours en état de se défendre; et comme ils ont beaucoup d'hommes
et de chevaux, et qu'ils peuvent mettre sur pied des armées nombreuses,
ils conservent tranquillement leur réputation et leur gloire.


XXXVI. À côté des Causses et des Cattes, sont les Chérusques, à qui une
longue paix a été plus agréable qu'avantageuse; car, parmi les nations
puissantes, les plus faibles ne jouissent que d'un repos trompeur et
lorsqu'on en vient aux mains, le droit du plus fort est toujours le
meilleur. La modération et la probité sont des noms qu'on ne donne qu'au
vainqueur. Ainsi les Chérusques, qui passaient autrefois pour un peuple
équitable et sage, sont à présent regardés comme lâches et timides. On
appelle sagesse la fortune des Cattes, qui les ont vaincus. Les Fosiens,
voisins des Chérusques, ont été enveloppés dans leur ruine, et ils ont eu
un malheur égal, après avoir eu un sort moins prospère.


XXXVII. Le long de la côte, on trouve les Cimbres, qui ne sont pas
aujourd'hui fort puissants, mais dont la gloire a fait beaucoup de bruit
et a porté bien loin leur renommée. On voit encore les marques de leur
grandeur sur l'une et l'autre rive du Rhin, dans le vaste espace de leur
camp. L'an 640 de la fondation de Rome, sous le consulat de Cecilius
Metellus et de Papirius Carbon, nous entendîmes le bruit de leurs armes.
Depuis, jusqu'au second consulat de Trajan, il y a deux cent dix ans que
nous travaillons à dompter l'Allemagne. Pendant tout ce temps-là, il y a
eu des chances diverses et des pertes considérables de part et d'autre.
Les Espagnols, les Gaulois, les Carthaginois, les Samnites, les Parthes
même ne nous ont pas plus souvent harcelés: car la liberté du Germain est
plus redoutable que la puissance des fils d'Arsace. Que peut nous opposer
l'Orient, si ce n'est la défaite de Crassus, encore bientôt vengée par
la victoire de Ventidius et la chute de Pacore? Mais les Germains ont
taillé en pièces cinq armées consulaires, qui avaient à leur tête les
Carbons, les Cassius, les Scaurus Aurelius, les Servilius Cepion et les
Cn. Manlius. Ils ont enlevé à César Varus avec trois légions; et nos
victoires ont été sanglantes. C. Marius ne les a pas impunément défaits
en Italie, ni Jules César dans les Gaules, ni Drusus, Néron et Germanicus
en Germanie. Ils ont bravé ensuite Caligula et ses menaces impuissantes;
et durant nos guerres civiles, voyant l'occasion favorable pour soumettre
les Gaulois, ils forcèrent notre camp. Depuis ils ont été repoussés; mais,
malgré nos vains triomphes, ils n'ont pas été vaincus.


XXXVIII. Parlons maintenant des Suèves. Ce n'est pas une seule nation,
comme les Cattes ou les Tenctères. Ils sont composés de plusieurs dont
chacune a son nom particulier, et ils occupent la plus grande partie
de la Germanie. Ils portent les cheveux relevés et noués par derrière.
C'est par là qu'on les distingue des autres Germains, et que parmi eux on
reconnaît les gens libres d'avec les esclaves. Tous ceux qui portent leurs
cheveux de cette manière dans le reste de la Germanie ne le font qu'à
leur imitation, ou pour quelque alliance particulière, et cela ne dure
que pendant la jeunesse, au lieu que les Suèves blanchissent sous cet
arrangement. Souvent ils se contentent de nouer leurs cheveux sur la tête;
mais les grands y apportent plus d'artifice. Voilà le soin innocent qu'ils
prennent de se parer; mais ce n'est pas pour plaire, c'est pour paraître
plus redoutables à leurs ennemis.


XXXIX. Les Semnons se vantent d'être les plus anciens et les plus nobles
d'entre les Suèves, et ils prouvent leur antiquité par celle de leur
religion. Ils s'assemblent à certains jours dans une forêt vénérable par
son ancienneté; et là, en présence des députés des autres nations, qui se
glorifient d'une même origine, ils égorgent un homme, commençant leurs
barbares mystères par cet horrible sacrifice. Ce qui redouble la terreur,
c'est que personne n'entre dans le bois qu'il ne soit lié, pour marque de
sa faiblesse et de la puissance du dieu qu'il adore. S'il tombe, il n'est
pas permis de le relever; il faut qu'il se roule par terre jusqu'à ce
qu'il soit hors de la forêt. Le but de cette superstition est de montrer
que cet endroit est le domicile du dieu à qui tout doit respect et
obéissance. La fortune des Semnons a étendu leur autorité. Ils sont
divisés en cent cantons, et par là ils s'estiment les chefs des Suèves.


XL. Les Langobards méritent une mention particulière, à cause de leur
petit nombre. Quoique environnés de nations puissantes, ils ne laissent
pas de se maintenir, non dans l'esclavage, mais en défendant leur liberté
par les armes. Ensuite viennent les Reudigniens, les Avions, les Angles,
les Varins, les Eudoses, les Suardons et les Nuithons, qui ont pour
remparts des forêts et des fleuves. Tout ce qu'ils ont de remarquable,
c'est qu'ils adorent, les uns et les autres, la Terre comme notre mère
commune; et ils l'appellent _Herthe_. Ils croient qu'elle se promène par
le monde et qu'elle se mêle des affaires des hommes. Ils ont même, dans
une des îles de l'Océan, une forêt qui lui est consacrée, où elle a un
chariot couvert, que nul n'ose approcher que son grand prêtre. Il observe
le temps qu'elle y entre, et plein de respect, il accompagne son char
traîné par deux génisses. Partout où elle passe, on célèbre sa venue par
des fêtes et des réjouissances publiques. Il est défendu alors de faire la
guerre: chacun resserre ses armes; la paix et l'oisiveté règnent partout.
Lorsque la déesse est ennuyée de la conversation des hommes, le grand
prêtre la ramène dans son temple. Alors, et le chariot et la couverture,
la déesse même, si on veut les croire, se plonge dans un lac où elle est
lavée par des esclaves, qui sont noyés sur-le-champ. De là cette terreur,
de là cette sainte ignorance, qui inspirent du respect pour des mystères
qu'on ne peut voir sans mourir.


XLI. Les Suèves, dont je viens de parler, habitent le fond de la Germanie.
Il y en a d'autres le long du Danube, que je vais suivre maintenant comme
j'ai suivi le Rhin. On trouve d'abord les Hermundures, qui sont alliés des
Romains: aussi ont-ils le privilège, non-seulement de trafiquer sur notre
frontière, comme les autres; mais d'entrer dans notre pays, sans gardes
et sans escorte, jusqu'à la principale colonie que nous avons chez les
Grisons. Les autres ne voient que nos camps et nos armées, au lieu que
nous ouvrons à ceux-ci, volontairement, nos palais et nos maisons de
plaisance. L'Elbe prend sa source dans leur pays. C'est une rivière
fameuse, autrefois fréquentée par les Romains, et qui ne leur est connue
maintenant que de nom.


XLII. Après les Hermundures, sont les Narisques, et ensuite les Marcomans
et les Quades. Mais les plus puissants et les plus belliqueux sont les
Marcomans, qui ont conquis sur les Boïens, à la pointe de l'épée, le pays
où ils habitent. Les Quades et les Narisques ne leur cèdent guère pour la
valeur. Voilà le front de la Germanie du côté du Danube. Les Quades et les
Marcomans ont conservé jusqu'à notre temps des rois de leur nation, de
l'illustre sang de Marobodous et de Tuder. Maintenant ils obéissent à
des étrangers qui sont sous notre protection; mais nous les aidons plus
souvent de notre argent que de nos armes.


XLIII. Derrière sont les Marsignes, les Gothins, les Oses, les Buriens,
dont les premiers et les derniers, par leur langage et leur costume, nous
représentent les Suèves. Les Gothins parlent l'idiome des Gaules; les Oses,
celui de la Pannonie; ce qui montre qu'ils ne sont pas Germains d'origine,
outre qu'ils payent des impots aux Quades et aux Sarmates; et pour comble
d'infamie, les Gothins travaillent aux mines de fer. Tout ce pays est
couvert de forêts et de montagnes, qui servent d'habitation à ces peuples;
car ils ne descendent guère dans la plaine, et la Suève est coupée en deux
par une chaîne de montagnes, au delà desquelles sont divers peuples. Les
Ligiens sont les plus puissants. Ils sont divisés en plusieurs cantons;
mais les plus considérables sont les Ariens, les Hovelcons, les Manimes,
les Élysiens, les Naharvales. Ceux-ci ont un bois sacré qui est l'objet
d'une ancienne superstition. Le prêtre est vêtu en femme; la divinité
qu'on adore a quelque rapport avec Castor et Pollux, et s'appelle Alcé. Il
n'y a pourtant ni simulacres, ni traces d'une religion étrangère. De tous
ces peuples, les Ariens sont les plus puissants et les plus redoutés;
ils usent d'artifice pour augmenter encore la terreur de leur nom: ils
noircissent leurs corps et leurs boucliers avant d'aller au combat, et
choisissent la nuit la plus noire; de sorte qu'ils ressemblent à une armée
infernale, dont on ne peut seulement supporter la vue; car dans toute
espèce de guerre les yeux sont les premiers vaincus. Au delà des Ligiens,
sont les Gothons, sous la domination de rois qui les tiennent de court
un peu plus que le reste des barbares, mais non pas en dehors de toute
liberté. Proche de l'Océan, sont les Rugiens et les Lemoviens, peuples
aisés à reconnaître à leurs rondaches et à leurs courtes épées, ainsi qu'à
leur respect envers leurs princes.


XLIV. Au delà et dans l'Océan même, sont les Suyons, peuple puissant sur
mer et sur terre. Leurs vaisseaux sont différents des nôtres; ils ont
deux proues, pour aborder de tous côtés, et ne portent point de voiles.
Ces peuples ne se servent pas même de rames à notre manière; ils les
transportent tantôt d'un côté et tantôt d'un autre, comme cela se fait
quelquefois sur les rivières. Ils estiment les richesses, et ils obéissent
à un prince dont l'autorité est absolue et non dépendante. Ils ne sont pas
possesseurs de leurs armes, comme les autres peuples de Germanie; mais
elles sont enfermées sous la garde d'un esclave. La mer, qui les environne,
les défend de toute surprise, et ils savent que le soldat oisif est sujet
à s'oublier. D'ailleurs il n'est pas prudent à un prince de laisser des
armes à la disposition d'aucun citoyen, quel qu'il soit.


XLV. Au delà des Suyons, il y a une mer calme et presque immobile, qu'on
croit être la limite de la terre de ce côté-là; et l'on en juge ainsi par
la lumière du soleil qui se continue depuis son coucher jusqu'à son lever,
assez claire pour obscurcir les étoiles. La crédulité ajoute qu'on entend
le bruit qu'il fait en se précipitant dans les flots, et qu'on voit les
figures des dieux et les rayons qui entourent leurs têtes. C'est là
véritablement l'extrémité du monde. Sur la droite de cette mer, son rivage
est habité par les Estyens, dont la manière de vivre est semblable à celle
des Suèves, mais en diffère pour le langage, qui approche davantage du
breton, ils adorent la mère des dieux; comme symbole de leur superstition
ils portent sur eux des figures de sanglier, qui leur tiennent lieu de
défense et au moyen desquelles ils s'imaginent n'avoir rien à craindre de
leurs ennemis. La plupart n'ont pour armes que des bâtons. Ils sont moins
paresseux à cultiver la terre que le reste des Germains. Ils ont même la
patience d'aller chercher l'ambre jaune dans la mer, et parmi le sable du
rivage. Ils l'appellent _glese_; mais, comme des barbares qu'ils sont, il
n'en recherchent ni l'origine, ni la nature, et même, avant que le luxe
l'eût mis en crédit parmi nous, ils l'abandonnaient sur la plage parmi les
immondices que la mer rejette de son sein. Ils ne s'en servent à aucun
usage, et ne savent pas même le mettre en œuvre. Ils le vendent comme ils
le trouvent, et sont étonnés du prix qu'on leur en donne. Il est assez
probable que l'ambre est une gomme d'arbre qui se durcit, car on y voit
encore des insectes et des moucherons enfermés, qui ont été pris d'abord
dans la matière gluante. Pour moi, je crois qu'il y a des forêts fécondes
en Occident, aussi bien qu'en Orient, qui distillent des liqueurs
précieuses, comme les autres font le baume et l'encens; le soleil venant
à les durcir, elles tombent dans la mer voisine, et sont portées par
la tempête sur des côtes étrangères. On en peut juger par la nature de
l'ambre, qui brûle aisément et jette une flamme épaisse et odoriférante:
on peut l'étendre ensuite comme de la poix et de la résine. Les Sitons
suivent les Suyons. Ils sont semblables à leurs voisins, si ce n'est
qu'ils obéissent à des femmes; tant ils sont éloignés de comprendre
non-seulement la liberté, mais même l'esclavage. Ici s'arrête la
description du pays des Suèves.


XLVI. Je doute si je dois mettre au nombre des Allemands ou des Sarmates
les Peucins, les Vénèdes et les Fennes. Les Peucins, qu'on appelle aussi
Bastarnes, ne demeurent point dans des maisons: ils ont l'habit et le
langage des Germains, et n'aiment pas plus que ceux-ci le travail et
la propreté: par les alliances de leurs grands avec les Sarmates, ils
ont pris quelque chose des mœurs de ces peuples. Les Vénèdes aussi ont
beaucoup emprunté de leurs manières; car ils courent et ravagent tout
ce qu'il y a de forêts et de montagnes entre les Peucins et les Fennes.
On les met pourtant au nombre des Germains, parce qu'ils bâtissent des
maisons, portent des boucliers, se plaisent à marcher et à courir, au
lieu que les Sarmates ne vont qu'à cheval et en chariot. Les Fennes sont
extraordinairement sauvages et vivent dans une honteuse pauvreté. Ils
n'ont ni armes, ni chevaux, ni maison; ils se couchent par terre, se
nourrissent d'herbes, se couvrent de peaux. Toute leur espérance est dans
leurs flèches; comme ils n'ont point de fer, ils les arment d'un os taillé
en pointe. Les femmes vivent de la chasse comme les hommes, et vont après
eux pour partager le butin. Leurs habitations sont construites avec des
branches d'arbres entrelacées; il n'y a point d'autre retraite pour les
enfants, ni pour les vieillards, ni d'autre défense contre les injures du
temps ou les attaques des bêtes. Ils trouvent cette existence plus douce
que de cultiver la terre, et de bâtir des maisons, pour voir sa fortune et
celle d'autrui devenir un sujet éternel d'espérances et de craintes. Ils
sont parvenus à ce point si difficile, de n'avoir pas même à former un vœu,
n'ayant rien à craindre du côté des dieux, rien du côté des hommes. On
ajoute à cela quelques fables; par exemple, que les Hellusiens et les
Oxiones ont le visage d'un homme, et le reste de la bête. N'ayant par
vérifié le fait, je le laisse à décider.

FIN DE LA TRADUCTION DU TEXTE DE TACITE PAR L'ABBÉ LEGENDRE

       *       *       *       *       *

L'édition complète du livre de l'Abbé Legendre paru en 1851 comporte, à la
suite de la traduction de Tacite, un texte intitulé «MŒURS ET COUTUMES
DES FRANÇAIS DANS LES DIFFÉRENTS TEMPS DE LA MONARCHIE». Ce texte n'est
pas reproduit dans la présente édition du Projet Gutenberg. Il peut être
consulté sur le site de la Bibliothèque Nationale de France à l'adresse:
http://gallica.bnf.net

       *       *       *       *       *

FIN





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Germania - Moeurs des anciens Germains" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home