Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de la Révolution française, Tome 10
Author: Thiers, Adolphe, 1797-1877
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Révolution française, Tome 10" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)
at http://gallica.bnf.fr



HISTOIRE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

_PAR M.A. THIERS_ DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE

NEUVIÈME ÉDITION

TOME DIXIÈME



M DCCC XXXIX



DIRECTOIRE.



CHAPITRE XIII.

EXPÉDITION D'ÉGYPTE. DÉPART DE TOULON; ARRIVÉE DEVANT MALTE; CONQUÊTE
DE CETTE ILE. DÉPART POUR L'ÉGYPTE; DÉBARQUEMENT A ALEXANDRIE; PRISE
DE CETTE PLACE. MARCHE SUR LE CAIRE; COMBAT DE CHÉBREÏSS. BATAILLE DES
PYRAMIDES; OCCUPATION DU CAIRE. TRAVAUX ADMINISTRATIFS DE BONAPARTE EN
ÉGYPTE; ÉTABLISSEMENT DE LA NOUVELLE COLONIE. BATAILLE NAVALE D'ABOUKIR,
DESTRUCTION DE LA FLOTTE FRANÇAISE PAR LES ANGLAIS.


Bonaparte arriva à Toulon le 20 floréal an VI (9 mai 1798). Sa présence
réjouit l'armée, qui commençait à murmurer et à craindre qu'il ne fût
pas à la tête de l'expédition. C'était l'ancienne armée d'Italie. Elle
était riche, couverte de gloire, et on pouvait dire d'elle, que sa
_fortune était faite_. Aussi avait-elle beaucoup moins de zèle à faire
la guerre, et il fallait toute la passion que lui inspirait son général,
pour la décider à s'embarquer et à courir vers une destination inconnue.
Cependant elle fut saisie d'enthousiasme en le voyant à Toulon. Il y
avait huit mois qu'elle ne l'avait vu. Sur-le-champ Bonaparte, sans lui
expliquer sa destination, lui adressa la proclamation suivante:

    «SOLDATS!

    «Vous êtes une des ailes de l'armée d'Angleterre. Vous avez fait la
    guerre de montagnes, de plaines, de siége; il vous reste à faire la
    guerre maritime.

    «Les légions romaines, que vous avez quelquefois imitées, mais pas
    encore égalées, combattaient Carthage tour à tour sur cette mer et
    aux plaines de Zama. La victoire ne les abandonna jamais, parce que
    constamment elles furent braves patientes à supporter la fatigue,
    disciplinées et unies entre elles.

    «Soldats, l'Europe a les yeux sur vous! vous avez de grandes
    destinées à remplir, des batailles à livrer, des dangers, des
    fatigues à vaincre; vous ferez plus que vous n'avez fait pour la
    prospérité de la patrie, le bonheur des hommes, et votre propre
    gloire.

    «Soldats, matelots, fantassins, canonniers, cavaliers, soyez unis;
    souvenez-vous que le jour d'une bataille vous avez besoin les uns
    des autres.

    «Soldats, matelots, vous avez été jusqu'ici négligés; aujourd'hui la
    plus grande sollicitude de la république est pour vous: vous serez
    dignes de l'armée dont vous faites partie.

    «Le génie de la liberté qui a rendu, dès sa naissance, la république
    l'arbitre de l'Europe, veut qu'elle le soit des mers et des nations
    les plus lointaines.»

On ne pouvait pas annoncer plus dignement une grande entreprise, en la
laissant toujours dans le mystère qui devait l'envelopper.

L'escadre de l'amiral Brueys se composait de treize vaisseaux de ligne,
dont un de 120 canons (c'était _l'Orient_, que devaient monter l'amiral
et le général en chef), deux de 80, et dix de 74. Il y avait de plus
deux vaisseaux vénitiens de 64 canons, six frégates vénitiennes et
huit françaises, soixante-douze corvettes, cutters, avisos, chaloupes
canonnières, petits navires de toute espèce. Les transports réunis tant
à Toulon qu'à Gênes, Ajaccio, Civita-Vecchia, s'élevaient à quatre
cents. C'étaient donc cinq cents voiles qui allaient flotter à la fois
sur la Méditerranée. Jamais pareil armement n'avait couvert les mers.
La flotte portait environ quarante mille hommes de toutes armes et dix
mille marins. Elle avait de l'eau pour un mois, des vivres pour deux.

On mit à la voile le 30 floréal (19 mai), au bruit du canon, aux
acclamations de toute l'armée. Des vents violens causèrent quelque
dommage à une frégate à la sortie du port. Les mêmes vents avaient causé
de telles avaries à Nelson, qui croisait avec trois vaisseaux, qu'il
fut obligé d'aller au radoub dans les îles Saint-Pierre. Il fut ainsi
éloigné de l'escadre française, et ne la vit pas sortir. La flotte vogua
d'abord vers Gênes, pour rallier le convoi réuni dans ce port, sous
les ordres du général Baraguai-d'Hilliers. Elle cingla ensuite vers la
Corse, rallia le convoi d'Ajaccio, qui était sous les ordres de
Vaubois, et s'avança dans la mer de Sicile, pour se réunir au convoi
de Civita-Vecchia, qui était sous les ordres de Desaix. Le projet de
Bonaparte était de se diriger sur Malte, et d'y tenter en passant une
entreprise audacieuse dont il avait de longue main préparé le succès par
des trames secrètes. Il voulait s'emparer de cette île, qui, commandant
la navigation de la Méditerranée, devenait importante pour l'Égypte,
et qui ne pouvait manquer d'échoir bientôt aux Anglais, si on ne les
prévenait.

L'ordre des chevaliers de Malte était comme toutes les institutions du
moyen-âge: il avait perdu son objet, et dès lors sa dignité et sa
force. Il n'était plus qu'un abus, profitable seulement à ceux qui
l'exploitaient. Les chevaliers avaient en Espagne, en Portugal, en
France, en Italie, en Allemagne, des biens considérables, qui leur
avaient été donnés par la piété des fidèles pour protéger les chrétiens
allant visiter les saints lieux. Maintenant qu'il n'y avait plus de
pèlerinages de cette espèce, le rôle et le devoir des chevaliers étaient
de protéger les nations chrétiennes contre les Barbaresques, et de
détruire l'infame piraterie qui infeste la Méditerranée. Les biens de
l'ordre suffisaient à l'entretien d'une marine considérable; mais les
chevaliers ne s'occupaient aucunement à en former une: ils n'avaient que
deux ou trois vieilles frégates, ne sortant jamais du port, et quelques
galères qui allaient donner et recevoir des fêtes dans les ports
d'Italie. Les baillifs, les commandeurs, placés dans toute la
chrétienté, dévoraient dans le luxe et l'oisiveté les revenus de
l'ordre. Il n'y avait pas un chevalier qui eût fait la guerre aux
Barbaresques. L'ordre n'inspirait d'ailleurs plus aucun intérêt. En
France on lui avait enlevé ses biens, et Bonaparte les avait fait saisir
en Italie, sans qu'il s'élevât aucune réclamation en sa faveur. On a vu
que Bonaparte avait songé déjà à pratiquer des intelligences dans Malte.
Il avait gagné quelques chevaliers, et il se proposait de les intimider
par un coup d'audace, et de les obliger à se rendre; car il n'avait ni
le temps ni les moyens d'une attaque régulière contre une place réputée
imprenable. L'ordre, qui depuis quelque temps pressentait ses dangers en
voyant les escadres françaises dominer dans la Méditerranée, s'était mis
sous la protection de Paul Ier.

Bonaparte faisait de grands efforts pour rejoindre la division de
Civita-Vecchia; il ne put la joindre qu'à Malte même. Les cinq cents
voiles françaises se déployèrent à la vue de l'île, le 21 prairial (9
juin), vingt-deux jours après la sortie de Toulon. Cette vue répandit
le trouble dans la ville de Malte. Bonaparte, pour avoir un prétexte de
s'arrêter, et pour faire naître un sujet de contestation, demanda au
grand-maître la faculté de faire de l'eau. Le grand-maître, Ferdinand de
Hompesch, fit répondre par un refus absolu, alléguant les réglemens,
qui ne permettaient pas d'introduire à la fois plus de deux vaisseaux
appartenant à des puissances belligérantes. On avait autrement accueilli
les Anglais quand ils s'étaient présentés. Bonaparte dit que c'était là
une preuve de la plus insigne malveillance, et sur-le-champ fit ordonner
un débarquement. Le lendemain, 22 prairial (10 juin), les troupes
françaises débarquèrent dans l'île, et investirent complètement
Lavalette, qui compte trente mille âmes à peu près de population, et qui
est l'une des plus fortes places de l'Europe. Bonaparte fit débarquer de
l'artillerie pour canonner les forts. Les chevaliers répondirent à son
feu, mais très mal. Ils voulurent faire une sortie, et il y en eut un
grand nombre de pris. Le désordre se mit alors à l'intérieur. Quelques
chevaliers de la langue française déclarèrent qu'ils ne pouvaient pas
se battre contre leurs compatriotes. On en jeta quelques-uns dans les
cachots. Le trouble était dans les têtes; les habitans voulaient qu'on
se rendît. Le grand-maître, qui avait peu d'énergie, et qui se souvenait
de la générosité du vainqueur de Rivoli à Mantoue, songea à sauver ses
intérêts du naufrage, fit sortir de prison l'un des chevaliers français
qu'il y avait jetés, et l'envoya à Bonaparte pour négocier. Le traité
fut bientôt arrêté. Les chevaliers abandonnèrent à la France la
souveraineté de Malte et des îles en dépendant; en retour, la France
promit son intervention au congrès de Rastadt, pour faire obtenir au
grand-maître une principauté en Allemagne, et à défaut, elle lui assura
une pension viagère de 300,000 francs et une indemnité de 600,000 francs
comptant. Elle accorda à chaque chevalier de la langue française 700 fr.
de pension, et 1,000 pour les sexagénaires; elle promit sa médiation
pour que ceux des autres langues fussent mis en jouissance des biens de
l'ordre, dans leurs pays respectifs. Telles furent les conditions au
moyen desquelles la France entra en possession du premier port de la
Méditerranée, et de l'un des plus forts du monde. Il fallait l'ascendant
de Bonaparte pour l'obtenir sans combattre; il fallait son audace
pour oser y perdre quelques jours, ayant les Anglais à sa poursuite.
Caffarelli-Dufalga, aussi spirituel que brave, en parcourant la place
dont il admirait les fortifications, dit ce mot: _Nous sommes bien
heureux qu'il y ait eu quelqu'un dans la place pour nous en ouvrir les
portes._

Bonaparte laissa Vaubois à Malte, avec trois mille hommes de garnison;
il y plaça Régnault (de Saint-Jean-d'Angely), en qualité de commissaire
civil. Il fit tous les règlemens administratifs qui étaient nécessaires
pour l'établissement du régime municipal dans l'île, et il mit
sur-le-champ à la voile pour cingler vers la côte d'Égypte.

Il leva l'ancre le 1er messidor (19 juin), après une relâche de dix
jours. L'essentiel maintenant, était de ne pas rencontrer les Anglais.
Nelson, radoubé aux îles Saint-Pierre, avait reçu du lord Saint-Vincent
un renfort de dix vaisseaux de ligne et de plusieurs frégates, ce qui
lui formait une escadre de treize vaisseaux de haut bord, et de quelques
vaisseaux de moindre importance. Il était revenu le 13 prairial (1er
juin) devant Toulon; mais l'escadre française en était sortie depuis
douze jours. Il avait couru de Toulon à la rade du Tagliamon, et de la
rade du Tagliamon à Naples, où il était arrivé le 2 messidor (20 juin),
au moment même où Bonaparte quittait Malte. Apprenant que les Français
avaient paru vers Malte, il les suivait, disposé à les attaquer s'il
parvenait à les joindre.

Sur toute l'escadre française, on était prêt au combat. La possibilité
de rencontrer les Anglais était présente à tous les esprits et
n'effrayait personne. Bonaparte avait réparti sur chaque vaisseau de
ligne cinq cents hommes d'élite, qu'on habituait tous les jours à la
manoeuvre du canon, et à la tête desquels se trouvait un de ces généraux
si bien habitués au feu sous ses ordres. Il s'était fait un principe sur
la tactique maritime, c'est que chaque vaisseau ne devait avoir qu'un
but, celui d'en joindre un autre, de le combattre et de l'aborder. Des
ordres étaient donnés en conséquence, et il comptait sur la bravoure des
troupes d'élite placées à bord des vaisseaux. Ces précautions prises, il
cinglait tranquillement vers l'Égypte. Cet homme qui, suivant
d'absurdes détracteurs, craignait les hasards de la mer, s'abandonnait
tranquillement à la fortune, au milieu des flottes anglaises, et avait
eu l'audace de perdre quelques jours à Malte pour en faire la conquête.
La gaieté régnait sur l'escadre; on ne savait pas exactement où l'on
allait, mais le secret commençait à se répandre, et on attendait avec
impatience la vue des rivages qu'on allait conquérir. Le soir, les
savans, les officiers-généraux qui étaient à bord de _l'Orient_, se
réunissaient chez le général en chef, et là commençaient les ingénieuses
et savantes discussions de l'Institut d'Égypte. Un instant, l'escadre
anglaise ne fut qu'à quelques lieues de l'immense convoi français, et
de part et d'autre on l'ignora. Nelson commençant à supposer que les
Français s'étaient dirigés sur l'Égypte, fit voile pour Alexandrie,
et les y devança; mais ne les ayant pas trouvés, il vola vers les
Dardanelles, pour tâcher de les y rencontrer. Par un bonheur singulier,
l'expédition française n'arriva en vue d'Alexandrie que le surlendemain,
13 messidor (1er juillet). Il y avait un mois et demi à peu près qu'elle
était sortie de Toulon.

Bonaparte envoya chercher aussitôt le consul français. Il apprit que les
Anglais avaient paru l'avant-veille, et les jugeant dans les parages
voisins, il voulut tenter le débarquement à l'instant même. On ne
pouvait pas entrer dans le port d'Alexandrie, car la place paraissait
disposée à se défendre; il fallait descendre à quelque distance, sur
la plage voisine, à une anse dite du Marabout. Le vent soufflait
violemment, et la mer se brisait avec furie sur les récifs de la côte.
C'était vers la fin du jour. Bonaparte donna le signal et voulut aborder
sur-le-champ. Il descendit le premier dans une chaloupe; les soldats
demandaient à grands cris à le suivre à la côte. On commença à mettre
les embarcations à la mer, mais l'agitation des flots les exposait à
chaque instant à se briser les unes contre les autres. Enfin, après
de grands dangers, on toucha le rivage. A l'instant une voile parut à
l'horizon; on crut que c'était une voile anglaise: «_Fortune_, s'écria
Bonaparte, _tu m'abandonnes! quoi! pas seulement cinq jours!_» La
fortune ne l'abandonnait pas, car c'était une frégate française qui
rejoignait. On eut beaucoup de peine à débarquer quatre ou cinq mille
hommes, dans la soirée et dans la nuit. Bonaparte résolut de marcher
sur-le-champ vers Alexandrie, afin de surprendre la place, et de ne pas
donner aux Turcs le temps de faire des préparatifs de défense. On se
mit tout de suite en marche. Il n'y avait pas un cheval de débarqué;
l'état-major, Bonaparte et Caffarelli lui-même, malgré sa jambe de bois,
firent quatre à cinq lieues à pied dans les sables, et arrivèrent à la
pointe du jour en vue d'Alexandrie.

Cette antique cité, fille d'Alexandre, n'avait plus ses magnifiques
édifices, ses innombrables demeures, sa grande population; elle était
ruinée aux trois quarts. Les Turcs, les Égyptiens opulens, les négocians
européens habitaient dans la ville moderne, qui était la seule partie
conservée. Quelques Arabes vivaient dans les décombres de la cité
antique; une vieille muraille flanquée de quelques tours enfermait la
nouvelle et l'ancienne ville, et tout autour régnaient les sables qui,
en Égypte, s'avancent partout où la civilisation recule.

Les quatre mille Français, conduits par Bonaparte, y arrivèrent à la
pointe du jour: ils ne rencontrèrent sur cette plage de sable qu'un
petit nombre d'Arabes, qui, après quelques coups de fusil, s'enfoncèrent
dans le désert. Bonaparte partagea ses soldats en trois colonnes: Bon,
avec la première, marcha à droite, vers la porte de Rosette; Kléber,
avec la seconde, marcha au centre vers la porte de la Colonne; Menou,
avec la troisième, s'avança à gauche vers la porte des Catacombes. Les
Arabes et les Turcs, excellens soldats derrière un mur, firent un
feu bien nourri; mais les Français montèrent avec des échelles, et
franchirent la vieille muraille. Kléber tomba le premier, frappé d'une
balle au front. On chassa les Arabes de ruine en ruine, jusqu'à la
ville nouvelle. Le combat allait se prolonger de rue en rue, et devenir
meurtrier; mais un capitaine turc servit d'intermédiaire pour négocier
un accord. Bonaparte déclara qu'il ne venait point pour ravager le pays,
ni l'enlever au Grand-Seigneur, mais seulement pour le soustraire à la
domination des Mameluks, et venger les outrages que ceux-ci avaient
faits à la France. Il promit que les autorités du pays seraient
maintenues, que les cérémonies du culte continueraient d'avoir lieu
comme par le passé, que les propriétés seraient respectées, etc.....
Moyennant ces conditions, la résistance cessa: les Français furent
maîtres d'Alexandrie le jour même. Pendant ce temps, l'armée avait
achevé de débarquer. Il s'agissait maintenant de mettre l'escadre à
l'abri, soit dans le port, soit dans l'une des rades voisines, de
créer à Alexandrie une administration conforme aux moeurs du pays, et
d'arrêter un plan d'invasion pour s'emparer de l'Égypte. Pour le moment,
les dangers de la mer et d'une rencontre avec les Anglais étaient
passés; les plus grands obstacles étaient vaincus avec ce bonheur qui
semble toujours accompagner la jeunesse d'un grand homme.

L'Égypte, sur laquelle nous venions d'aborder, est le pays le plus
singulier, le mieux situé, et l'un des plus fertiles de la terre. Sa
position est connue. L'Afrique ne tient à l'Asie que par un isthme de
quelques lieues, qu'on appelle l'isthme de Suez, et qui, s'il était
coupé, donnerait accès de la Méditerranée dans la mer de Indes,
dispenserait les navigateurs d'aller à des distances immenses, et au
milieu des tempêtes, doubler le cap de Bonne-Espérance. L'Égypte est
placée parallèlement à la mer Rouge et à l'isthme de Suez. Elle est la
maîtresse de cet isthme. C'est cette contrée qui, chez les anciens
et dans le moyen-âge, pendant la prospérité des Vénitiens, était
l'intermédiaire du commerce de l'Inde. Telle est sa position entre
l'Occident et l'Orient. Sa constitution physique et sa forme ne sont pas
moins extraordinaires. Le Nil, l'un des grands fleuves du monde, prend
sa source dans les montagnes de l'Abyssinie, fait six cents lieues dans
les déserts de l'Afrique, puis entre en Égypte, ou plutôt y tombe, en
se précipitant des cataractes de Syène, et parcourt encore deux cents
lieues jusqu'à la mer. Ses bords constituent toute l'Égypte. C'est
une vallée de deux cents lieues de longueur, sur cinq à six lieues de
largeur. Des deux côtés elle est bordée par un océan de sables. Quelques
chaînes de montagnes, basses, arides et déchirées, sillonnent tristement
ces sables, et projettent à peine quelques ombres sur leur immensité.
Les unes séparent le Nil de la mer Rouge, les autres le séparent du
grand désert, dans lequel elles vont se perdre. Sur la rive gauche du
Nil, à une certaine distance dans le désert, serpentent deux langues de
terre cultivable, qui font exception aux sables, et se couvrent d'un peu
de verdure. Ce sont les _oasis_, espèces d'îles végétales, au milieu de
l'océan des sables. Il y en a deux, la grande et la petite. Un effort
des hommes, en y jetant une branche du Nil, en ferait de fertiles
provinces. Cinquante lieues avant d'arriver à la mer, le Nil se partage
en deux branches, qui vont tomber à soixante lieues l'une de l'autre,
dans la Méditerranée, la première à Rosette, la seconde à Damiette. On
connaissait autrefois sept bouches au Nil; on les aperçoit encore, mais
il n'y en a plus que deux de navigables. Le triangle formé par ces deux
grandes branches et par la mer a soixante lieues à sa base et cinquante
sur ses côtés; il s'appelle le Delta. C'est la partie la plus fertile de
l'Égypte, parce que c'est la plus arrosée, la plus coupée de canaux. Le
pays tout entier se divise en trois parties, le Delta ou Basse-Égypte,
qu'on appelle Bahireh; la Moyenne-Égypte, qu'on appelle Ouestanieh; la
Haute-Égypte, qu'on appelle le Saïd.

Les vents étésiens soufflant d'une manière constante du nord au sud,
pendant les mois de mai, juin et juillet, entraînent tous les nuages
formés à l'embouchure du Nil, n'en laissent pas séjourner un seul
sur cette contrée toujours sereine, et les portent vers les monts
d'Abyssinie. Là ces nuages s'agglomèrent, se précipitent en pluie
pendant les mois de juillet, août et septembre, et produisent le
phénomène célèbre des inondations du Nil. Ainsi, cette terre reçoit par
les débordemens du fleuve, les eaux qu'elle ne reçoit pas du ciel. Il
n'y pleut jamais, et les marécages du Delta, qui seraient pestilentiels
sous le ciel de l'Europe, ne produisent pas en Égypte une seule fièvre.
Le Nil, après son inondation, laisse un limon fertile, qui est la seule
terre cultivable sur ces bords, et qui produit ces abondantes moissons
consacrées autrefois à nourrir Rome. Plus l'inondation s'est étendue,
plus il y a de terre cultivable. Les propriétaires de cette terre,
nivelée tous les ans par les eaux, se la partagent tous les ans par
l'arpentage. Aussi l'arpentage est-il un grand art en Égypte. Des canaux
pourraient étendre l'inondation, et auraient l'avantage de diminuer la
rapidité des eaux, de les faire séjourner plus long-temps, et d'étendre
la fertilité aux dépens du désert. Nulle part le travail de l'homme ne
pourrait avoir de plus salutaires effets; nulle part la civilisation ne
serait plus souhaitable. Le Nil et le désert se disputent l'Égypte, et
c'est la civilisation qui donnerait au Nil le moyen de vaincre le désert
et de le faire reculer. On croit que l'Égypte nourrissait autrefois
vingt millions d'habitans, sans compter les Romains. Elle était à peine
capable d'en nourrir trois millions quand les Français y entrèrent.

L'inondation finit à peu près en septembre. Alors commencent les travaux
des champs. Pendant les mois d'octobre, novembre, décembre, janvier,
février, la campagne d'Égypte présenté un aspect ravissant de fertilité
et de fraîcheur. Elle est couverte alors des plus riches moissons,
émaillée de fleurs, traversée par d'immenses troupeaux. En mars les
chaleurs commencent; la terre se gerce si profondément, qu'il est
quelquefois dangereux de la traverser à cheval. Les travaux des champs
sont alors finis. Les Égyptiens ont recueilli toutes les richesses de
l'année. Outre les blés, l'Égypte produit les meilleurs riz, les plus
beaux légumes, le sucre, l'indigo, le séné, la casse, le natron, le lin,
le chanvre, le coton, tout cela avec une merveilleuse abondance. Il lui
manque des huiles; mais elle les trouve vis-à-vis, en Grèce; il lui
manque le tabac et le café, mais elle les trouve à ses côtés, dans
la Syrie et l'Arabie. Elle est aussi privée de bois, car la grande
végétation ne peut pas pousser sur ce limon annuel que le Nil dépose sur
un fond de sable. Quelques sycomores et quelques palmiers sont les
seuls arbres de l'Égypte. A défaut de bois on brûle la bouse de vache.
L'Égypte nourrit d'immenses troupeaux. Les volailles de toute espèce y
fourmillent. Elle a ces admirables chevaux, si célèbres dans le monde
par leur beauté, leur vivacité, leur familiarité avec leurs maîtres, et
cet utile chameau, qui peut manger et boire pour plusieurs jours, dont
le pied enfonce sans fatigue dans les sables mouvans, et qui est comme
un navire vivant pour traverser la mer des sables.

Tous les ans arrivent au Caire d'innombrables caravanes, qui abordent
comme des flottes des deux côtés du désert. Les unes viennent de la
Syrie et de l'Arabie, les autres de l'Afrique et des côtes de Barbarie.
Elles apportent tout ce qui est propre aux pays du soleil, l'or,
l'ivoire, les plumes, les schalls inimitables, les parfums, les gommes,
les aromates de toute espèce, le café, le tabac, les bois et les
esclaves. Le Caire devient un entrepôt magnifique des plus belles
productions du globe, de celles que le génie si puissant des occidentaux
ne pourra jamais imiter, car c'est le soleil qui les donne, et dont leur
goût délicat les rendra toujours avides. Aussi le commerce de l'Inde
est-il le seul dont les progrès des peuples n'amèneront jamais la
fin. Il ne serait donc pas nécessaire de faire de l'Égypte un poste
militaire, pour aller détruire violemment le commerce des Anglais. Il
suffirait d'y établir un entrepôt, avec la sûreté, les lois et les
commodités européennes, pour attirer les richesses du monde.

La population qui occupe l'Égypte est, comme les ruines des cités qui la
couvrent, un amas des débris de plusieurs peuples. Des Cophtes, anciens
habitans de l'Égypte, des Arabes, conquérans de l'Égypte sur les
Cophtes, des Turcs conquérans sur les Arabes, telles sont les races dont
les débris pullulent misérablement sur une terre dont ils sont indignes.
Les Cophtes, quand les Français y entrèrent, étaient deux cent mille au
plus. Méprisés, pauvres, abrutis, ils s'étaient voués, comme toutes les
classes proscrites, aux plus ignobles métiers. Les Arabes formaient la
masse presque entière de la population; ils descendaient des compagnons
de Mahomet. Leur condition était infiniment variée; quelques-uns, de
haute naissance, faisant remonter leur origine jusqu'à Mahomet lui-même,
grands propriétaires, ayant quelques traces du savoir arabe, réunissant
à la noblesse les fonctions du culte et de la magistrature, étaient,
sous le titre de scheiks, les véritables grands de l'Égypte. Dans
les divans, ils représentaient le pays, quand ses tyrans voulaient
s'adresser à lui; dans les mosquées, ils composaient des espèces
d'universités, où ils enseignaient la religion, la morale du Koran, un
peu de philosophie et de jurisprudence. La grande mosquée de Jemil-Azar
était le premier corps savant et religieux de l'Orient. Après ces
grands, venaient les moindres propriétaires, composant la seconde et
la plus nombreuse classe des Arabes; puis les prolétaires, qui étaient
tombés dans la situation de véritables ilotes. Ces derniers étaient des
paysans à gages, cultivant la terre sous le nom de fellahs, et vivant
dans la misère et l'abjection. Il y avait une quatrième classe d'Arabes,
c'étaient les Bédouins ou Arabes errans: ceux-là n'avaient pas voulu
s'attacher à la terre; c'étaient les fils du désert. Montés sur des
chevaux ou des chameaux, conduisant devant eux des troupeaux nombreux,
ils erraient, cherchant des pâturages dans quelques oasis, ou venant
annuellement ensemencer les lisières de terre cultivable, placées sur
le bord de l'Égypte. Leur métier était d'escorter les caravanes ou de
prêter leurs chameaux pour les transports. Mais, brigands sans foi,
ils pillaient souvent les marchands qu'ils escortaient ou auxquels ils
prêtaient leurs chameaux. Quelquefois même, violant l'hospitalité
qu'on leur accordait sur la lisière des terres cultivables, ils se
précipitaient sur cette vallée du Nil, qui, large seulement de cinq
lieues, est si facile à pénétrer; ils pillaient les villages, et,
remontant sur leurs chevaux, emportaient leur butin dans le fond du
désert. La négligence turque laissait leurs ravages presque toujours
impunis, et ne luttait pas mieux contre les brigands du désert qu'elle
ne savait lutter contre ses sables. Ces Arabes errans, divisés en tribus
sur les deux côtés de la vallée, étaient au nombre de cent ou cent vingt
mille, et fournissaient vingt ou vingt-cinq mille cavaliers, braves,
mais bons pour harceler l'ennemi, jamais pour le combattre.

La troisième race enfin était celle des Turcs; mais elle était aussi peu
nombreuse que les Cophtes, c'est-à-dire qu'elle s'élevait à deux cent
mille individus au plus. Elle se partageait en Turcs et Mameluks. Les
Turcs, venus depuis la dernière conquête des sultans de Constantinople,
étaient presque tous inscrits sur la liste des janissaires; mais on sait
qu'ils ne se font ordinairement inscrire sur ces listes que pour
avoir les privilèges des janissaires, et qu'un très petit nombre sont
réellement au service. Il n'y en avait que peu d'entre eux dans la
milice du pacha. Ce pacha, envoyé de Constantinople, représentait le
sultan en Égypte; mais à peine escorté de quelques janissaires, il avait
vu s'évanouir son autorité par les précautions même que le sultan Sélim
avait prises autrefois pour la conserver. Ce sultan, jugeant que par
son éloignement l'Égypte pourrait échapper à la domination de
Constantinople, qu'un pacha ambitieux et habile pourrait s'y créer un
empire indépendant, avait imaginé un contre-poids, en instituant la
milice des Mameluks. Mais comme on ne peut pas vaincre les conditions
physiques qui rendent un pays dépendant ou indépendant d'un autre, au
lieu du pacha, c'étaient les Mameluks qui s'étaient rendus indépendans
de Constantinople et maîtres de l'Égypte. Les Mameluks étaient des
esclaves achetés en Circassie. Choisis parmi les plus beaux enfans du
Caucase, transportés jeunes en Égypte, élevés dans l'ignorance de leur
origine, dans le goût et la pratique des armes, ils devenaient les plus
braves et les plus agiles cavaliers de la terre. Ils tenaient à honneur
d'être sans origine, d'avoir été achetés cher, et d'être beaux et
vaillans. Ils avaient vingt-quatre beys, qui étaient leurs propriétaires
et leurs chefs. Ces beys avaient chacun cinq ou six cents Mameluks.
C'était un troupeau qu'ils avaient soin d'alimenter, et qu'ils
transmettaient quelquefois à leur fils, et plus souvent à leur Mameluk
favori, qui devenait bey à son tour. Chaque Mameluk était servi par deux
fellahs. La milice entière se composait de douze mille cavaliers à peu
près, servis par vingt-quatre mille ilotes. Ils étaient les véritables
maîtres et tyrans du pays. Ils vivaient ou du produit des terres
appartenant aux beys, ou du revenu des impôts établis sous toutes les
formes. Les Cophtes, que nous avons déjà dits livrés aux plus ignobles
fonctions, étaient leurs percepteurs, leurs espions, leurs agens
d'affaires; car les abrutis se mettent toujours au service du plus fort.
Les vingt-quatre beys, égaux de droit, ne l'étaient pas de fait. Ils se
faisaient la guerre, et le plus fort, soumettant les autres, avait
une souveraineté viagère. Il était tout à fait indépendant du pacha
représentant le sultan de Constantinople, le souffrait tout au plus au
Caire dans une sorte de nullité, et souvent lui refusait le _miri_,
c'est-à-dire l'impôt foncier, qui, représentant le droit de la conquête,
appartenait à la Porte.

L'Égypte était donc une véritable féodalité, comme celle de l'Europe
dans le moyen âge; elle présentait à la fois un peuple conquis, une
milice conquérante, en révolte contre son souverain; enfin une ancienne
classe abrutie, au service et aux gages du plus fort.

Deux beys supérieurs aux autres dominaient en ce moment l'Égypte. L'un,
Ibrahim-Bey, riche, astucieux, puissant; l'autre, Mourad-Bey, intrépide,
vaillant et plein d'ardeur. Ils étaient convenus d'une espèce de partage
d'autorité, par lequel Ibrahim-Bey avait les attributions civiles,
et Mourad-Bey les attributions militaires. Celui-ci était chargé des
combats; il y excellait, et il avait l'affection des Mameluks, tous
dévoués à sa personne.

Bonaparte, qui au génie de capitaine savait unir le tact et l'adresse du
fondateur, et qui avait d'ailleurs administré assez de pays conquis pour
s'en être fait un art particulier, jugea sur-le-champ la politique qu'il
avait à suivre en Égypte. Il fallait d'abord arracher cette contrée à
ses véritables maîtres, c'est-à-dire aux Mameluks. C'était cette classe
qu'il fallait combattre et détruire par les armes et la politique.
D'ailleurs on avait des raisons à faire valoir contre eux, car ils
n'avaient cessé de maltraiter les Français. Quant à la Porte, il fallait
paraître ne pas attaquer sa souveraineté, et affecter au contraire de
la respecter. Telle qu'elle était devenue, cette souveraineté était peu
importante. On pouvait traiter avec la Porte, soit pour la cession de
l'Égypte, en lui faisant certains avantages ailleurs, soit pour un
partage d'autorité qui n'aurait rien de fâcheux; car en laissant le
Pacha au Caire, comme il y avait été jusqu'ici, et en héritant de la
puissance des Mameluks, on n'avait pas grand'chose à regretter. Quant
aux habitans, il fallait, pour se les attacher, gagner la véritable
population, c'est-à-dire celle des Arabes. En respectant les scheiks, en
caressant leur vieil orgueil, en augmentant leur pouvoir, en flattant un
désir secret qu'on trouvait en eux, comme on l'avait trouvé en Italie,
comme on le trouve partout, celui du rétablissement de l'antique
patrie, de la patrie arabe, on était assuré de dominer le pays et de se
l'attacher entièrement. Bien plus, en ménageant les propriétés et les
personnes, chez un peuple qui était habitué à regarder la conquête comme
donnant droit de meurtre, de pillage et de dévastation, on allait causer
une surprise des plus avantageuses à l'armée française; et si, en outre,
on respectait les femmes et le prophète, la conquête des coeurs était
aussi assurée que celle du sol.

Bonaparte se conduisit d'après ces erremens aussi justes que profonds.
Doué d'une imagination tout orientale, il lui était facile de prendre
le style solennel et imposant qui convenait à la race arabe. Il fit des
proclamations qui étaient traduites en arabe et répandues dans le pays.
Il écrivit au pacha: «La république française s'est décidée à envoyer
une puissante armée pour mettre fin aux brigandages des beys d'Égypte,
ainsi qu'elle a été obligée de le faire plusieurs fois dans ce siècle
contre les beys de Tunis et d'Alger. Toi, qui devrais être le maître
des beys, et que cependant ils tiennent au Caire sans autorité et sans
pouvoir, tu dois voir mon arrivée avec plaisir. Tu es sans doute déjà
instruit que je ne viens point pour rien faire contre l'alcoran ni le
sultan. Tu sais que la nation française est la seule et unique alliée
que le sultan ait en Europe. Viens donc à ma rencontre, et maudis avec
moi la race impie des beys.» S'adressant aux Égyptiens, Bonaparte leur
adressait ces paroles: «Peuples d'Égypte, on vous dira que je viens pour
détruire votre religion. Ne le croyez pas; répondez que je viens vous
restituer vos droits, punir les usurpateurs, et que je respecte plus que
les Mameluks Dieu, son prophète et le Koran.» Parlant de la tyrannie
des Mameluks, il disait: «Y a-t-il une belle terre? elle appartient aux
Mameluks. Y a-t-il une belle esclave, un beau cheval, une belle maison?
cela appartient aux Mameluks. Si l'Égypte est leur ferme, qu'ils
montrent le bail que Dieu leur en a fait. Mais Dieu est juste et
miséricordieux pour le peuple, et il a ordonné que l'empire des Mameluks
finît.» Parlant des sentimens des Français, il ajoutait: «Nous aussi,
nous sommes de vrais musulmans. N'est-ce pas nous qui avons détruit le
pape, qui disait qu'il fallait faire la guerre aux musulmans? N'est-ce
pas nous qui avons détruit les chevaliers de Malte, parce que ces
insensés croyaient que Dieu voulait qu'ils fissent la guerre aux
musulmans? Trois fois heureux ceux qui seront avec nous! Ils
prospéreront dans leur fortune et leur rang. Heureux ceux qui seront
neutres! Ils auront le temps de nous connaître, et ils se rangeront avec
nous. Mais malheur, trois fois malheur à ceux qui s'armeront pour les
Mameluks et combattront contre nous! Il n'y aura pas d'espérance pour
eux; ils périront.»

Bonaparte dit à ses soldats: «Vous allez entreprendre une conquête
dont les effets sur la civilisation et le commerce du monde sont
incalculables. Vous porterez à l'Angleterre le coup le plus sûr et le
plus sensible, en attendant que vous puissiez lui donner le coup de
mort.

«Les peuples avec lesquels nous allons vivre sont mahométans; leur
premier article de foi est celui-ci: _Il n'y a pas d'autre Dieu que
Dieu, et Mahomet est son prophète_. Ne les contredisez pas; agissez avec
eux comme nous avons agi avec les Juifs, avec les Italiens. Ayez des
égards pour leurs muphtis et leurs imans, comme vous en avez eu pour les
rabbins et pour les évêques. Ayez pour les cérémonies que prescrit le
Koran, pour les mosquées, la même tolérance que vous avez eue pour les
couvens, pour les synagogues, pour la religion de Moïse et celle de
Jésus-Christ. Les légions romaines protégeaient toutes les religions.
Vous trouverez ici des usages différens de ceux de l'Europe, il faut
vous y accoutumer. Les peuples chez lesquels nous allons entrer traitent
les femmes autrement que nous. Souvenez-vous que dans tous les pays,
celui qui viole est un lâche.

«La première ville que nous rencontrerons a été bâtie par Alexandre.
Nous trouverons à chaque pas de grands souvenirs, dignes d'exciter
l'émulation des Français.»

Sur-le-champ Bonaparte fit ses dispositions pour établir l'autorité
française à Alexandrie, pour quitter ensuite le Delta et s'emparer du
Caire, capitale de toute l'Égypte. On était en juillet, le Nil allait
inonder les campagnes. Il voulait arriver au Caire avant l'inondation,
et employer le temps qu'elle durerait, à faire son établissement. Il
ordonna que tout demeurât dans le même état à Alexandrie, que les
exercices religieux continuassent, que la justice fût rendue comme avant
par les cadis. Il voulut succéder seulement aux droits des Mameluks,
et établir un commissaire pour percevoir les impôts accoutumés. Il
fit former un divan, ou conseil municipal, composé des scheiks et des
notables d'Alexandrie, afin de les consulter sur toutes les mesures que
l'autorité française aurait à prendre. Il laissa trois mille hommes en
garnison à Alexandrie, et en donna le commandement à Kléber, que sa
blessure devait, pour un mois ou deux, condamner à l'inaction. Il
chargea un jeune officier du plus rare mérite, et qui promettait un
grand ingénieur à la France, de mettre Alexandrie en état de défense et
d'y faire pour cela les travaux nécessaires. C'était le colonel Crétin,
qui, à peu de frais et en peu de temps, exécuta à Alexandrie des travaux
superbes. Bonaparte donna ensuite des ordres pour mettre la flotte à
l'abri. C'était une question de savoir si les gros vaisseaux pourraient
entrer dans le port d'Alexandrie. Une commission de marins fut chargée
de sonder le port, et de faire un rapport. En attendant, la flotte fut
mise à l'ancre dans la rade d'Aboukir. Bonaparte ordonna à Brueys de
faire promptement décider la question, et de se rendre à Corfou, s'il
était reconnu que les vaisseaux ne pouvaient pas entrer dans Alexandrie.

Après avoir vaqué à ces soins, il fit ses dispositions pour se mettre en
marche. Une flottille considérable chargée de vivres, d'artillerie, de
munitions et de bagages, dut longer la côte jusqu'à l'embouchure de
Rosette, entrer dans le Nil, et le remonter en même temps que l'armée
française. Il se mit ensuite en marche avec le gros de l'armée, qui,
privée des deux garnisons laissées à Malte et Alexandrie, était forte de
trente mille hommes à peu près. Il avait ordonné à sa flottille de
se rendre à la hauteur de Ramanieh, sur les bords du Nil. Là il se
proposait de la joindre et de remonter le Nil parallèlement avec elle,
afin de sortir du Delta et d'arriver dans la Moyenne-Égypte, ou Bahireh.
Pour aller d'Alexandrie à _Ramanieh_, il y avait deux routes, l'une à
travers les pays habités, le long de la mer et du Nil, l'autre plus
courte et à vol d'oiseau, mais à travers le désert de _Damanhour_.
Bonaparte n'hésita pas, et prit la plus courte. Il lui importait
d'arriver promptement au Caire. Desaix marchait avec l'avant-garde; le
corps de bataille suivait à quelques lieues de distance. On s'ébranla le
18 messidor (6 juillet). Quand les soldats se virent engagés dans cette
plaine sans bornes, avec un sable mouvant sous les pieds, un ciel
brûlant sur la tête, point d'eau, point d'ombre, n'ayant pour reposer
leurs yeux que de rares bouquets de palmiers, ne voyant d'êtres vivans
que de légères troupes de cavaliers arabes, qui paraissaient et
disparaissaient à l'horizon, et quelquefois se cachaient derrière
des dunes de sable pour égorger les traînards, ils furent remplis de
tristesse. Déjà le goût du repos leur était venu, après les longues et
opiniâtres campagnes d'Italie. Ils avaient suivi leur général dans une
contrée lointaine, parce que leur foi en lui était aveugle, parce qu'on
leur avait annoncé une terre promise, de laquelle ils reviendraient
assez riches pour acheter chacun un champ de six arpens. Mais quand ils
virent ce désert, le mécontentement s'en mêla, et alla même jusqu'au
désespoir. Ils trouvaient tous les puits, qui de distance en distance
jalonnent la route du désert, détruits par les Arabes. A peine y
restait-il quelques gouttes d'une eau saumâtre, et très insuffisante
pour étancher leur soif. On leur avait annoncé qu'ils trouveraient à
Damanhour des soulagemens; ils n'y rencontrèrent que de misérables
huttes, et ne purent s'y procurer ni pain ni vin, mais seulement
des lentilles en assez grande abondance et un peu d'eau. Il fallut
s'enfoncer de nouveau dans le désert. Bonaparte vit les braves Lannes
et Murat eux-mêmes saisir leurs chapeaux, les jeter sur le sable, les
fouler aux pieds. Cependant il imposait à tous: sa présence commandait
le silence, et faisait quelquefois renaître la gaieté. Les soldats ne
voulaient pas lui imputer leurs maux; ils s'en prenaient à ceux qui
trouvaient un grand plaisir à observer le pays. Voyant les savans
s'arrêter pour examiner les moindres ruines, ils disaient que c'était
pour eux qu'on était venu, et s'en vengeaient par de bons mots à leur
façon. Caffarelli surtout, brave comme un grenadier, curieux comme un
érudit, passait à leurs yeux pour l'homme qui avait trompé le général,
et qui l'avait entraîné dans ce pays lointain. Comme il avait perdu une
jambe sur le Rhin, ils disaient: _Il se moque de ça lui, il a un pied en
France._ Cependant, après de cruelles souffrances, supportées d'abord
avec humeur, puis avec gaieté et courage, on arriva sur les bords du Nil
le 22 messidor (10 juillet), après une marche de quatre jours. A la vue
du Nil et de cette eau si désirée, les soldats s'y précipitèrent, et en
se baignant dans ses flots oublièrent toutes leurs fatigues. La division
Desaix, qui de l'avant-garde était passée à l'arrière-garde, vit galoper
devant elle deux ou trois centaines de Mameluks, qu'elle dispersa avec
quelques volées de mitraille. C'étaient les premiers qu'on eût vus.
Ils annonçaient la prochaine rencontre de l'armée ennemie. Le brave
Mourad-Bey, en effet, ayant été averti, réunissait toutes ses forces
autour du Caire. En attendant leur réunion, il voltigeait avec un
millier de chevaux autour de notre armée, afin d'observer sa marche.

L'armée attendit à Ramanieh l'arrivée de la flottille; elle se reposa
jusqu'au 25 messidor (13 juillet), et en partit le même jour pour
Chébreïss. Mourad-Bey nous y attendait avec ses mameluks. La flottille,
qui était partie la première, et qui avait devancé l'armée, se trouva
engagée avant de pouvoir être soutenue. Mourad-Bey en avait une aussi,
et du rivage il joignait son feu à celui de ses _djermes_ (vaisseaux
légers égyptiens). La flottille française eut à soutenir un combat des
plus rudes. L'officier de marine Perrée, qui la commandait, déploya
un rare courage; il fut soutenu par les cavaliers qui étaient arrivés
démontés en Égypte, et qui, en attendant de s'équiper aux dépens
des Mameluks, étaient transportés par eau. On prit deux chaloupes
canonnières à l'ennemi, et on le repoussa. L'armée arriva dans cet
instant; elle se composait de cinq divisions. Elle n'avait pas encore
combattu contre ces singuliers ennemis. A la rapidité, au choc des
chevaux, aux coups de sabre, il fallait opposer l'immobilité du
fantassin, sa longue baïonnette, et des masses faisant front de tous
côtés. Bonaparte forma ses cinq divisions en cinq carrés, au milieu
desquels on plaça les bagages et l'état-major. L'artillerie était
aux angles. Les cinq divisions se flanquaient les unes les autres.
Mourad-Bey lança sur ces citadelles vivantes mille ou douze cents
cavaliers intrépides, qui, se précipitant à grands cris et de tout le
galop de leurs chevaux, déchargeant leurs pistolets, puis tirant leurs
redoutables sabres, vinrent se jeter sur le front des carrés. Trouvant
partout une haie de baïonnettes et un feu terrible, ils flottaient
autour des rangs français, tombaient devant eux, ou s'échappaient dans
la plaine de toute la vitesse de leurs chevaux. Mourad, après avoir
perdu deux ou trois cents de ses plus braves cavaliers, se retira pour
gagner le sommet du Delta, et aller nous attendre à la hauteur du Caire,
à la tête de toutes ses forces.

Ce combat suffit pour familiariser l'armée avec ce nouveau genre
d'ennemis, et pour suggérer à Bonaparte la tactique qu'il fallait
employer avec eux. On s'achemina sur le Caire. La flottille se tenait
sur le Nil à la hauteur de l'armée. On marcha sans relâche pendant les
jours suivans. Les soldats eurent de nouvelles souffrances à essuyer,
mais ils longeaient le Nil, et pouvaient s'y baigner tous les soirs. La
vue de l'ennemi leur avait rendu leur ardeur. «Ces soldats, déjà un peu
dégoûtés des fatigues, comme il arrive toujours quand on a assez de
gloire, je les trouvais, dit Bonaparte, toujours admirables au feu.»
Pendant les marches l'humeur revenait souvent, et après l'humeur les
plaisanteries. Les savans commençaient à inspirer beaucoup de respect
par le courage qu'on leur voyait déployer: Monge et Bertholet, sur la
flottille, avaient montré à Chébreïss un courage héroïque. Les soldats,
tout en faisant des plaisanteries, étaient pleins d'égards pour eux. Ne
voyant pas paraître cette capitale du Caire, si vantée comme une des
merveilles de l'Orient, ils disaient qu'elle n'existait pas, ou bien que
ce serait comme à Damanhour, une réunion de huttes. Ils disaient encore
qu'on avait trompé ce pauvre général, qu'il s'était laissé déporter
comme _un bon enfant_, lui et ses compagnons de gloire. Le soir, quand
on s'était reposé, les soldats qui avaient lu ou entendu débiter les
contes des Mille et une Nuits, les répétaient à leurs camarades, et
on se promettait des palais magnifiques et resplendissans d'or. En
attendant, on était toujours privé de pain, non que le blé manquât, on
en trouvait partout au contraire; mais on n'avait ni moulin, ni four.
On mangeait des lentilles, des pigeons, et un melon d'eau exquis,
connu dans les pays méridionaux sous le nom de _pastèque_. Les soldats
l'appelaient _sainte pastèque_.

On approchait du Caire, et là devait se livrer la bataille décisive.
Mourad-Bey y avait réuni la plus grande partie de ses Mameluks, dix
mille à peu près. Ils étaient suivis par un nombre double de fellahs,
auxquels on donnait des armes, et qu'on obligeait de se battre derrière
les retranchemens. Il avait rassemblé aussi quelques mille janissaires,
ou spahis, dépendans du pacha, qui, malgré la lettre de Bonaparte,
s'était laissé entraîner dans le parti de ses oppresseurs. Mourad-Bey
avait fait des préparatifs de défense sur les bords du Nil. La grande
capitale du Caire se trouve sur la rive droite du fleuve. C'était sur la
rive opposée, c'est-à-dire sur la gauche, que Mourad-Bey avait placé
son camp, dans une longue plaine qui s'étendait entre le Nil et les
pyramides de Giseh, les plus hautes de l'Égypte. Voici quelles étaient
ses dispositions. Un gros village, appelé Embaheh, était adossé au
fleuve. Mourad-Bey y avait ordonné quelques travaux, conçus et exécutés
avec l'ignorance turque. C'était un simple boyau qui environnait
l'enceinte du village, et des batteries immobiles, dont les pièces
n'étant pas sur affût de campagne ne pouvaient être déplacées. Tel était
le camp retranché de Mourad. Il y avait placé ses vingt-quatre mille
fellahs et janissaires, pour s'y battre avec l'opiniâtreté accoutumée
des Turcs derrière les murailles. Ce village, retranché et appuyé
au fleuve, formait sa droite. Ses Mameluks, au nombre de dix mille
cavaliers, s'étendaient dans la plaine entre le fleuve et les pyramides.
Quelques mille cavaliers arabes, qui n'étaient les auxiliaires des
Mameluks que pour piller et massacrer dans le cas d'une victoire,
remplissaient l'espace entre les pyramides et les Mameluks. Le collègue
de Mourad-Bey, Ibrahim, moins belliqueux et moins brave que lui, se
tenait de l'autre côté du Nil, avec un millier de Mameluks, avec ses
femmes, ses esclaves et ses richesses, prêt à sortir du Caire, et à
se réfugier en Syrie, si les Français étaient victorieux. Un nombre
considérable de djermes couvraient le Nil, et portaient toutes les
richesses des Mameluks. Tel était l'ordre dans lequel les deux beys
attendaient Bonaparte.

Le 3 thermidor (21 juillet), l'armée française se mit en marche avant
le jour. Elle savait qu'elle allait apercevoir le Caire et rencontrer
l'ennemi. A la pointe du jour, elle découvrit enfin à sa gauche, au-delà
du fleuve, les hauts minarets de cette grande capitale, et à sa droite,
dans le désert, les gigantesques pyramides dorées par le soleil. A
la vue de ces monumens, elle s'arrêta comme saisie de curiosité et
d'admiration. Le visage de Bonaparte était rayonnant d'enthousiasme;
il se mit à galoper devant les rangs des soldats, et leur montrant les
pyramides: _Songez_, s'écriait-il, _songez que du haut de ces pyramides
quarante siècles vous contemplent_. On s'avança d'un pas rapide. On
voyait, en s'approchant, s'élever les minarets du Caire, on voyait
grandir les pyramides, on voyait fourmiller la multitude qui gardait
Embaheh, on voyait étinceler les armes de ces dix mille cavaliers,
brillans d'or et d'acier, et formant une ligne immense. Bonaparte fit
aussitôt ses dispositions. L'armée, comme à Chébreïss, était partagée
en cinq divisions. Les divisions Desaix et Régnier formaient la droite,
vers le désert; la division Dugua formait le centre, les divisions Menou
et Bon formaient la gauche, le long du Nil. Bonaparte, qui, depuis
le combat de Chébreïss, avait jugé le terrain et l'ennemi, fit ses
dispositions en conséquence. Chaque division formait un carré; chaque
carré était sur six rangs. Derrière étaient les compagnies de grenadiers
en pelotons, prêtes à renforcer les points d'attaque. L'artillerie était
aux angles; les bagages et les généraux au centre. Ces carrés étaient
mouvans. Quand ils étaient en marche, deux côtés marchaient sur le
flanc. Quand ils étaient chargés, ils devaient s'arrêter pour faire
front sur toutes les faces. Puis quand ils voulaient enlever une
position, les premiers rangs devaient se détacher, pour former des
colonnes d'attaque, et les autres devaient rester en arrière, formant
toujours le carré, mais sur trois hommes de profondeur seulement,
et prêts à recueillir les colonnes d'attaque. Telles étaient les
dispositions ordonnées par Bonaparte. Il craignait que ses impétueux
soldats d'Italie, habitués à marcher au pas de charge, eussent de
la peine à se résigner à cette froide et impassible immobilité des
murailles. Il avait eu soin de les y préparer. Ordre était donné surtout
de ne pas se hâter de tirer, d'attendre froidement l'ennemi, et de ne
faire feu qu'à bout pourtant.

On s'avança presque à la portée du canon. Bonaparte, qui était dans
le carré du centre, formé par la division Dugua, s'assura, avec une
lunette, de l'état du camp d'Embabeh. Il vit que l'artillerie du camp,
n'étant pas sur affût de campagne, ne pourrait pas se porter dans la
plaine, et que l'ennemi ne sortirait pas des retranchemens. C'est sur
cette prévision qu'il basa ses mouvemens. Il résolut d'appuyer avec ses
divisions sur la droite, c'est-à-dire sur le corps des Mameluks, en
circulant hors de la portée du canon d'Embabeh. Son intention était
de séparer les Mameluks du camp retranché, de les envelopper, de les
pousser dans le Nil, et de n'attaquer Embabeh qu'après s'être défait
d'eux. Il ne devait pas lui être difficile de venir à bout de la
multitude qui fourmillait dans ce camp après avoir détruit les Mameluks.

Sur-le-champ il donna le signal. Desaix, qui formait l'extrême droite,
se mit le premier en marche. Après lui venait le carré de Régnier, puis
celui de Dugua, où était Bonaparte. Les deux autres circulaient autour
d'Embabeh, hors de la portée du canon. Mourad-Bey qui, quoique sans
instruction, était doué d'un grand caractère et d'un coup d'oeil
pénétrant, devina sur-le-champ l'intention de son adversaire, et résolut
de charger pendant ce mouvement décisif. Il laissa deux mille Mameluks
pour appuyer Embabeh, puis se précipita avec le reste sur les deux
carrés de droite. Celui de Desaix, engagé dans les palmiers, n'était pas
encore formé, lorsque les premiers cavaliers l'abordèrent. Mais il se
forma sur-le-champ, et fut prêt à recevoir la charge. C'est une masse
énorme que celle de huit mille cavaliers galopant à la fois dans une
plaine. Ils se précipitèrent avec une impétuosité extraordinaire sur la
division Desaix. Nos braves soldats, devenus aussi froids qu'ils avaient
été fougueux jadis, les attendirent avec calme, et les reçurent, à bout
portant, avec un feu terrible de mousqueterie et de mitraille. Arrêtés
par le feu, ces innombrables cavaliers flottaient le long des rangs,
et galopaient autour de la citadelle enflammée. Quelques-uns des plus
braves se précipitèrent sur les baïonnettes, puis, retournant leurs
chevaux et les renversant sur nos fantassins, parvinrent à faire brèche,
et trente ou quarante vinrent expirer aux pieds de Desaix, au centre
même du carré. La masse, tournant bride, se rejeta du carré de Desaix
sur celui de Régnier qui venait après. Accueillie par le même feu, elle
revint vers le point d'où elle était partie; mais elle trouva sur ses
derrières la division Dugua que Bonaparte avait portée vers le Nil, et
fut jetée dans une déroute complète. Alors la fuite se fit en désordre.
Une partie des fuyards s'échappa vers notre droite, du côté des
pyramides; une autre, passant sous le feu de Dugua, alla se jeter dans
Embabeh, où elle porta la confusion. Dès cet instant le trouble commença
à se mettre dans le camp retranché. Bonaparte s'en apercevant, ordonna
à ses deux divisions de gauche de s'approcher d'Embabeh, pour s'en
emparer. Bon et Menou s'avancèrent sur le feu des retranchemens,
et arrivés à une certaine distance, firent halte. Les carrés se
dédoublèrent; les premiers rangs se formèrent en colonnes d'attaque,
tandis que les autres restèrent en carré, figurant toujours de
véritables citadelles. Mais au même instant les Mameluks, tant ceux
que Mourad avait laissés à Embabeh, que ceux qui s'y étaient réfugiés,
voulurent nous prévenir. Ils fondirent sur nos colonnes d'attaque,
tandis qu'elles étaient en marche. Mais celles-ci s'arrêtant
sur-le-champ, et se formant en carré avec une merveilleuse rapidité,
les reçurent avec fermeté, et en abattirent un grand nombre. Les uns
se rejetèrent dans Embabeh, où le désordre devint extrême; les autres,
fuyant dans la plaine, entre le Nil et notre droite, furent fusillés
ou poussés dans le fleuve. Les colonnes d'attaque abordèrent vivement
Embabeh, s'en emparèrent, et jetèrent dans le Nil la multitude des
fellahs et des janissaires. Beaucoup se noyèrent; mais comme les
Égyptiens sont excellens nageurs, le plus grand nombre d'entre eux
parvint à se sauver. La journée était finie. Les Arabes, qui étaient
près des pyramides et qui attendaient la victoire, s'enfoncèrent dans
le désert. Mourad, avec les débris de sa cavalerie, et le visage tout
sanglant, se retira vers la Haute-Égypte. Ibrahim, qui de l'autre rive
contemplait ce désastre, s'enfonça vers Belbeys, pour se retirer en
Syrie. Les Mameluks mirent aussitôt le feu aux djermes qui portaient
leurs richesses. Cette proie nous échappa, et nos soldats virent pendant
toute la nuit des flammes dévorer un riche butin.

Bonaparte plaça son quartier-général à Giseh, sur les bords du Nil, où
Mourad-Bey avait une superbe habitation. On trouva, soit à Giseh, soit
à Embabeh, des provisions considérables, et nos soldats purent se
dédommager de leurs longues privations. Ils trouvèrent des vignes
couvertes de magnifiques raisins dans les jardins de Giseh, et les
eurent bientôt vendangées. Mais ils firent sur le champ de bataille un
butin d'une autre espèce, c'étaient des schalls magnifiques, de belles
armes, des chevaux, et des bourses qui renfermaient jusqu'à deux ou
trois cents pièces d'or; car les Mameluks portaient toutes leurs
richesses avec eux. Ils passèrent la soirée, la nuit et le lendemain à
recueillir des dépouilles. Cinq à six cents Mameluks avaient été tués.
Plus de mille étaient noyés dans le Nil. Les soldats se mirent à les
pêcher pour les dépouiller, et employèrent plusieurs jours encore à ce
genre de recherche.

La bataille nous avait à peine coûté une centaine de morts ou blessés;
car si la défaite est terrible pour des carrés enfoncés, la perte est
nulle pour des carrés victorieux. Les Mameluks avaient perdu leurs
meilleurs cavaliers par le feu ou par les flots. Leurs forces étaient
dispersées, et la possession du Caire nous était assurée. Cette capitale
était dans un désordre extraordinaire. Elle renferme plus de trois cent
mille habitans, et elle est remplie d'une populace féroce et abrutie,
qui se livrait à tous les excès, et voulait profiter du tumulte pour
piller les riches palais des beys. Malheureusement la flottille
française n'avait pas encore remonté le Nil, et nous n'avions pas le
moyen de le traverser pour aller prendre possession du Caire. Quelques
négocians français, qui s'y trouvaient furent envoyés à Bonaparte par
les scheiks, pour convenir de l'occupation de la ville. Il se
procura quelques djermes pour envoyer un détachement qui rétablît la
tranquillité et mît les personnes et les propriétés à l'abri des fureurs
de la populace. Il entra le surlendemain dans le Caire, et alla prendre
possession du palais de Mourad-Bey.

A peine fut-il établi au Caire, qu'il se hâta d'employer la politique
qu'il avait déjà suivie à Alexandrie, et qui devait lui attacher le
pays. Il visita les principaux scheiks, les flatta, leur fit espérer le
rétablissement de la domination arabe, leur promit la conservation de
leur culte et de leurs coutumes, et réussit complètement à les gagner
par un mélange de caresses adroites et de paroles imposantes, empreintes
d'une grandeur orientale. L'essentiel était d'obtenir des scheiks de la
mosquée de Jemil-Azar une déclaration en faveur des Français. C'était
comme un bref du pape chez les chrétiens. Bonaparte y déploya tout ce
qu'il avait d'adresse, et il y réussit complètement. Les grands scheiks
firent la déclaration désirée, et engagèrent les Égyptiens à se
soumettre à l'envoyé de Dieu, qui respectait le prophète, et qui venait
venger ses enfans de la tyrannie des Mameluks. Bonaparte établit au
Caire un divan, comme il avait fait à Alexandrie, composé des principaux
scheiks et des plus notables habitans. Ce divan ou conseil municipal
devait lui servir à gagner l'esprit des Égyptiens, en les consultant,
et à s'instruire par eux de tous les détails de l'administration
intérieure. Il fut convenu que dans toutes les provinces il en serait
établi de pareils, et que ces divans particuliers enverraient des
députés au divan du Caire, qui serait ainsi le grand divan national.

Bonaparte résolut de laisser exercer la justice par les cadis. Dans son
projet de succéder aux droits des Mameluks, il saisit leurs propriétés,
et fit continuer au profit de l'armée française la perception des droits
précédemment établis. Pour cela il fallait avoir les Cophtes à sa
disposition. Il ne négligea rien pour se les attacher, en leur faisant
espérer une amélioration dans leur sort. Il fit partir des généraux avec
des détachemens, pour redescendre le Nil, et aller achever l'occupation
du Delta, qu'on n'avait fait que traverser. Il en envoya vers le Nil
supérieur pour prendre possession de l'Égypte-Moyenne. Desaix fut placé
avec sa division à l'entrée de la Haute-Égypte, dont il devait faire
la conquête sur Mourad-Bey, dès que les eaux du Nil baisseraient avec
l'automne. Chacun des généraux, muni d'instructions détaillées, devait
répéter dans tout le pays ce qui avait été fait à Alexandrie et au
Caire. Ils devaient s'entourer des scheiks, capter les Cophtes, et
établir la perception des impôts pour fournir aux besoins de l'armée.

Bonaparte s'occupa ensuite du bien-être et de la santé des soldats.
L'Égypte commençait à leur plaire: ils y trouvaient le repos,
l'abondance, un climat sain et pur. Ils s'habituaient aux moeurs
singulières du pays, et en faisaient un sujet continuel de
plaisanteries. Mais, devinant l'intention du général avec leur sagacité
accoutumée, ils jouaient aussi le respect pour le prophète, et riaient
avec lui du rôle que la politique les obligeait à jouer. Bonaparte fit
construire des fours pour qu'ils eussent du pain. Il les logea dans les
bonnes habitations des Mameluks, et leur recommanda surtout de respecter
les femmes. Ils avaient trouvé en Égypte des ânes superbes et en grand
nombre. C'était un grand plaisir pour eux de se faire porter dans les
environs et de galoper sur ces animaux à travers les campagnes. Leur
vivacité causa quelques accidens aux graves habitans du Caire. Il fallut
défendre de traverser les rues trop vite. La cavalerie était montée sur
les plus beaux chevaux du monde, c'est-à-dire sur les chevaux arabes
enlevés aux Mameluks.

Bonaparte s'occupa aussi de maintenir les relations avec les contrées
voisines, afin de conserver et de s'approprier le riche commerce de
l'Égypte. Il nomma lui-même l'émir-haggi. C'est un officier choisi
annuellement au Caire, pour protéger la grande caravane de la Mecque.
Il écrivit à tous les consuls français sur la côte de Barbarie, pour
avertir les deys que l'émir-haggi était nommé, et que les caravanes
pouvaient partir. Il fît écrire par les scheiks au shérif de la Mecque,
que les pèlerins seraient protégés, et que les caravanes trouveraient
sûreté et protection. Le pacha du Caire avait suivi Ibrahim-Bey
à Belbeys. Bonaparte lui écrivit, ainsi qu'aux divers pachas de
Saint-Jean-d'Acre et de Damas, pour les assurer des bonnes dispositions
des Français envers la Sublime-Porte. Ces dernières précautions étaient
malheureusement inutiles, et les officiers de la Porte se persuadaient
difficilement que les Français, qui venaient envahir une des plus riches
provinces de leur souverain, fussent réellement ses amis.

Les Arabes étaient frappés du caractère du jeune conquérant. Ils ne
comprenaient pas qu'un mortel qui lançait la foudre fût aussi clément.
Ils l'appelaient le digne enfant du prophète, le favori du grand
_Allah_; ils avaient chanté dans la grande mosquée la litanie suivante:

«Le grand _Allah_ n'est plus irrité contre nous! Il a oublié nos fautes,
assez punies par la longue oppression des Mameluks! Chantons les
miséricordes du grand _Allah_!

«Quel est celui qui a sauvé des dangers de la mer et de la fureur de ses
ennemis _le Favori de la victoire_? Quel est celui qui a conduit sains
et saufs sur les rives du Nil _les braves de l'Occident_?

«C'est le grand _Allah_, le grand _Allah_, qui n'est plus irrité contre
nous. Chantons les miséricordes du grand _Allah_!

«Les beys mameluks avaient mis leur confiance dans leurs chevaux; les
beys mameluks avaient rangé leur infanterie en bataille.

«Mais _le Favori de la victoire_, à la tête _des braves de l'Occident_,
a détruit l'infanterie et les chevaux des Mameluks.

«De même que les vapeurs qui s'élèvent le matin du Nil sont dissipées
par les rayons du soleil, de même l'armée des Mameluks a été dissipée
par _les braves de l'Occident_, parce que le grand _Allah_ est
actuellement irrité contre les Mameluks, parce que _les braves de
l'Occident_ sont la prunelle droite du grand _Allah_.»

Bonaparte voulut, pour entrer davantage dans les moeurs des Arabes,
prendre part à leurs fêtes. Il assista à celle du Nil qui est une des
plus grandes d'Égypte. Ce fleuve est le bienfaiteur de la contrée: aussi
est-il en grande vénération chez les habitans, et il est l'objet d'une
espèce de culte. Pendant l'inondation, il s'introduit au Caire par un
grand canal; une digue lui interdit l'entrée de ce canal, jusqu'à ce
qu'il soit parvenu à une certaine hauteur; alors on la coupe; et le jour
destiné à cette opération est un jour de réjouissance. On déclare la
hauteur à laquelle le fleuve est parvenu, et quand on espère une grande
inondation, la joie est générale, car c'est un présage d'abondance.
C'est le 18 août (1er fructidor) que cette espèce de fête se célèbre.
Bonaparte avait fait prendre les armes à toute l'armée, et l'avait
rangée sur les bords du canal. Un peuple immense était accouru,
et voyait avec joie _les braves de l'Occident_ assister à ses
réjouissances. Bonaparte, à la tête de son état-major, accompagnait les
principales autorités du pays. D'abord un scheik déclara la hauteur à
laquelle était parvenu le Nil: elle était de vingt-cinq pieds, ce qui
causa une grande joie. On travailla ensuite à couper la digue. Toute
l'artillerie française retentit à la fois au moment où les eaux
du fleuve se précipitèrent. Suivant l'usage, une foule de barques
s'élancèrent dans le canal pour obtenir le prix destiné à celle qui
parviendrait à y entrer la première. Bonaparte donna le prix lui-même.
Une foule d'hommes et d'enfans se plongeaient dans les eaux du Nil,
attachant à ce bain des propriétés bienfaisantes. Des femmes y jetaient
des cheveux et des pièces d'étoffes. Bonaparte fit ensuite illuminer la
ville, et la journée s'acheva dans les festins. La fête du prophète ne
fut pas célébrée avec moins de pompe; Bonaparte se rendit à la grande
mosquée, s'assit sur des coussins, les jambes croisées comme les
scheiks, dit avec eux les litanies du prophète, en balançant le haut de
son corps et agitant sa tête. Il édifia tout le saint collège par sa
piété. Il assista ensuite au repas donné par le grand scheik, élu dans
la journée.

C'est par tous ces moyens que le jeune général, aussi profond politique
que grand capitaine, parvenait à s'attacher l'esprit du pays. Tandis
qu'il en flattait momentanément les préjugés, il travaillait à y
répandre un jour la science, par la création du célèbre Institut
d'Égypte. Il réunit les savans et les artistes qu'il avait amenés, et
les associant à quelques-uns de ses officiers les plus instruits, il en
composa cet Institut, auquel il consacra des revenus, et l'un des
plus vastes palais du Caire. Les uns devaient s'occuper à faire une
description exacte du pays, et en dresser la carte la plus détaillée;
les autres devaient en étudier les ruines, et fournir de nouvelles
lumières à l'histoire; les autres devaient en étudier les productions,
faire les observations utiles à la physique, à l'astronomie, à
l'histoire naturelle; les autres enfin devaient s'occuper à rechercher
les améliorations qu'on pourrait apporter à l'existence des habitans par
des machines, des canaux, des travaux sur le Nil, des procédés adaptés
à ce sol si singulier et si différent de l'Europe. Si la fortune devait
nous enlever un jour cette belle contrée, du moins elle ne pouvait nous
enlever les conquêtes que la science y allait faire; un monument se
préparait qui devait honorer le génie et la constance de nos savans,
autant que l'expédition honorait l'héroïsme de nos soldats.

Monge fut le premier qui obtint la présidence. Bonaparte ne fut que le
second. Il proposa les questions suivantes: rechercher la meilleure
construction des moulins à eau et à vent; remplacer le houblon qui
manque en Égypte, dans la fabrication de la bière; déterminer les lieux
propres à la culture de la vigne; chercher le meilleur moyen pour
procurer de l'eau à la citadelle du Caire; creuser des puits dans les
différens endroits du désert; chercher le moyen de clarifier et de
rafraîchir l'eau du Nil; imaginer une manière d'utiliser les décombres
dont la ville du Caire était embarrassée, ainsi que toutes les anciennes
villes d'Égypte; chercher les matières nécessaires pour la fabrication
de la poudre en Égypte. On peut juger par ces questions de la tournure
d'esprit du général. Sur-le-champ les ingénieurs, les dessinateurs,
les savans, se répandirent dans toutes les provinces pour commencer la
description et la carte du pays. Tels étaient les soins de cette colonie
naissante et la manière dont le fondateur en dirigeait les travaux.

La conquête des provinces de la Basse et Moyenne-Égypte s'était faite
sans peine, et n'avait coûté que quelques escarmouches avec les Arabes.
Il avait suffi d'une marche forcée sur Belbeys pour rejeter Ibrahim-Bey
en Syrie. Desaix attendait l'automne pour enlever la Haute-Égypte à
Mourad-Bey, qui s'y était retiré avec les débris de son armée.

Mais, pendant ce temps, la fortune venait d'infliger à Bonaparte le
plus redoutable de tous les revers. En quittant Alexandrie, il avait
fortement recommandé à l'amiral Brueys de mettre son escadre à l'abri
des Anglais, soit en la faisant entrer dans Alexandrie, soit en la
dirigeant sur Corfou; mais surtout de ne pas rester dans la rade
d'Aboukir, car il valait mieux rencontrer l'ennemi à la voile, que de le
recevoir à l'ancre. Une vive discussion s'était élevée sur la question
de savoir si on pouvait faire entrer dans le port d'Alexandrie les
vaisseaux de 80 et de 120 canons. Il n'y avait pas de doute pour les
autres; mais pour les deux de 80 et pour celui de 120, il fallait un
allégement qui leur fît gagner trois pieds d'eau. Pour cela il était
nécessaire de les désarmer ou de construire des demi-chameaux. L'amiral
Brueys ne voulut pas faire entrer son escadre dans le port à cette
condition. Il pensait qu'obligé à de pareilles précautions pour ses
trois vaisseaux les plus forts, il ne pourrait jamais sortir du port
en présence de l'ennemi, et qu'il pourrait ainsi être bloqué par une
escadre très-inférieure en force; il se décida à partir pour Corfou.
Mais étant fort attaché au général Bonaparte, il ne voulait pas mettre
à la voile sans avoir des nouvelles de son entrée au Caire et de son
établissement en Égypte. Le temps qu'il employa, soit à faire sonder les
passes d'Alexandrie, soit à attendre des nouvelles du Caire, le perdit,
et amena un des plus funestes événemens de la révolution et l'un de ceux
qui, à cette époque, ont le plus influé sur les destinées du monde.

L'amiral Brueys s'était embossé dans la rade d'Aboukir. Cette rade est
un demi-cercle très-régulier. Nos treize vaisseaux formaient une ligne
demi-circulaire parallèle au rivage. L'amiral, pour assurer sa ligne
d'embossage, l'avait appuyée d'un côté vers une petite île, nommée
l'îlot d'Aboukir. Il ne supposait pas qu'un vaisseau pût passer entre
cet îlot et sa ligne pour la prendre par derrière; et, dans cette
croyance il s'était contenté d'y placer une batterie de douze,
seulement pour empêcher l'ennemi d'y débarquer. Il se croyait tellement
inattaquable de ce côté, qu'il y avait placé ses plus mauvais vaisseaux.
Il craignait davantage pour l'autre extrémité de son demi-cercle. De
ce côté, il croyait possible que l'ennemi passât entre le rivage et sa
ligne d'embossage; aussi y avait-il mis ses vaisseaux les plus forts
et les mieux commandés. De plus, il était rassuré par une circonstance
importante, c'est que cette ligne étant au midi, et le vent venant
du nord, l'ennemi qui voudrait attaquer par ce côté aurait le vent
contraire, et ne s'exposerait pas sans doute à combattre avec un pareil
désavantage.

Dans cette situation, protégé de sa gauche par un îlot, qu'il croyait
suffisant pour fermer la rade, et vers sa droite par ses meilleurs
vaisseaux et par le vent, il attendit en sécurité les nouvelles qui
devaient décider son départ.

Nelson, après avoir parcouru l'Archipel, après être retourné dans
l'Adriatique, à Naples, en Sicile, avait obtenu enfin la certitude
du débarquement des Français à Alexandrie. Il prit aussitôt cette
direction, afin de joindre leur escadre et de la combattre. Il envoya
une frégate pour la chercher et reconnaître sa position. Cette frégate
l'ayant trouvée dans la rade d'Aboukir, put observer tout à l'aise notre
ligne d'embossage. Si l'amiral, qui avait dans le port d'Alexandrie une
multitude de frégates et des vaisseaux légers, avait eu la précaution
d'en garder quelques-uns à la voile, il aurait pu tenir les Anglais
toujours éloignés, les empêcher d'observer sa ligne, et être averti de
leur approche. Malheureusement il n'en fit rien. La frégate anglaise,
après avoir achevé sa reconnaissance, retourna vers Nelson, qui, étant
informé de tous les détails de notre position, manoeuvra aussitôt vers
Aboukir. Il y arriva le 14 thermidor (1er août), vers les six heures du
soir. L'amiral Brueys était à dîner; il fit aussitôt donner le signal
du combat. Mais on s'attendait si peu à recevoir l'ennemi, que le
branle-bas n'était fait sur aucun vaisseau, et qu'une partie des
équipages était à terre. L'amiral envoya des officiers pour faire
rembarquer les matelots et pour réunir une partie de ceux qui étaient
sur les convois. Il ne croyait pas que Nelson osât l'attaquer le soir
même, et il croyait avoir le temps de recevoir les renforts qu'il venait
de demander.

Nelson résolut d'attaquer sur-le-champ, et de tenter une manoeuvre
audacieuse, de laquelle il espérait le succès de la bataille. Il voulait
aborder notre ligne par la gauche, c'est-à-dire par l'îlot d'Aboukir,
passer entre cet îlot et notre escadre, malgré les dangers des
bas-fonds, et se placer ainsi entre le rivage et notre ligne
d'embossage. Cette manoeuvre était périlleuse, mais l'intrépide Anglais
n'hésita pas. Le nombre des vaisseaux était égal des deux côtés,
c'est-à-dire de treize vaisseaux de haut-bord. Nelson attaqua vers huit
heures du soir. Sa manoeuvre ne fut d'abord pas heureuse. _Le Culloden_,
en voulant passer entre l'îlot d'Aboukir et notre ligne, échoua sur un
bas-fonds. _Le Goliath_ qui le suivait, fut plus heureux, et passa;
mais poussé par le vent, il dépassa notre premier vaisseau, et ne put
s'arrêter qu'à la hauteur du troisième. Les vaisseaux anglais _le Zélé_,
_l'Audacieux_, _le Thésée_, _l'Orion_, suivirent le mouvement, et
réussirent à se placer entre notre ligne et le rivage. Ils s'avancèrent
jusqu'au _Tonnant_, qui était le huitième, et engagèrent ainsi notre
gauche et notre centre. Leurs autres vaisseaux s'avancèrent par
le dehors de la ligne, et la mirent entre deux feux. Comme on ne
s'attendait pas dans l'escadre française à être attaqué dans ce sens,
les batteries du côté du rivage n'étaient pas encore dégagées, et nos
deux premiers vaisseaux ne purent faire feu que d'un côté; aussi l'un
fut-il désemparé, et l'autre démâté. Mais au centre où était _l'Orient_,
vaisseau amiral, le feu fut terrible. _Le Bellérophon_, l'un des
principaux vaisseaux de Nelson, fut dégréé, démâté, et obligé d'amener.
D'autres vaisseaux anglais, horriblement maltraités, furent obligés de
s'éloigner du champ de bataille. L'amiral Brueys n'avait reçu qu'une
partie de ses matelots; cependant il se soutenait avec avantage; il
espérait même, malgré le succès de la manoeuvre de Nelson, remporter la
victoire, si les ordres qu'il donnait en ce moment à sa droite étaient
exécutés. Les Anglais n'avaient engagé le combat qu'avec la gauche et le
centre; notre droite, composée de nos cinq meilleurs vaisseaux, n'avait
aucun ennemi devant elle. L'amiral Brueys lui faisait signal de mettre
à la voile, et de se rabattre extérieurement sur la ligne de bataille;
cette manoeuvre réussissant, les vaisseaux anglais qui nous attaquaient
par le dehors, auraient été pris entre deux feux; mais les signaux
ne furent pas aperçus. Dans un cas pareil, un lieutenant ne doit pas
hésiter à courir au danger, et de voler au secours de son chef. Le
contre-amiral Villeneuve, brave, mais irrésolu, demeura immobile,
attendant toujours des ordres. Notre gauche et notre centre restèrent
donc placés entre deux feux. Cependant l'amiral et ses capitaines
faisaient des prodiges de bravoure, et soutenaient glorieusement
l'honneur du pavillon. Nous avions perdu deux vaisseaux, les Anglais
aussi en avaient perdu deux, dont l'un était échoué, et l'autre démâté;
notre feu était supérieur. L'infortuné Brueys fut blessé, il ne voulut
pas quitter le pont de son vaisseau: «Un amiral, dit-il, doit mourir en
donnant des ordres.» Un boulet le tua sur son banc de quart. Vers onze
heures, le feu prit au magnifique vaisseau _l'Orient_. Il sauta en
l'air. Cette épouvantable explosion suspendit pour quelque temps cette
lutte acharnée. Sans se laisser abattre, nos cinq vaisseaux engagés,
_le Franklin_, _le Tonnant_, _le Peuple-Souverain_, _le Spartiate_,
_l'Aquilon_, soutinrent le feu toute la nuit. Il était temps encore
pour notre droite de lever l'ancre, et de venir à leur secours. Nelson
tremblait que cette manoeuvre ne fût exécutée; il était si maltraité
qu'il n'aurait pu soutenir l'attaque. Cependant Villeneuve mit enfin à
la voile, mais pour se retirer, et pour sauver son aile qu'il ne croyait
pas pouvoir exposer avec avantage contre Nelson. Trois de ses vaisseaux
se jetèrent à la côte; il se sauva avec les deux autres et deux
frégates, et fit voile vers Malte. Le combat avait duré plus de quinze
heures. Tous les équipages attaqués avaient fait des prodiges de valeur.
Le brave capitaine _Du Petit-Thouars_ avait deux membres emportés; il se
fit apporter du tabac, resta sur son banc de quart, et, comme Brueys,
attendit d'être emporté par un boulet de canon. Toute notre escadre,
excepté les vaisseaux et les deux frégates emmenés par Villeneuve, fut
détruite. Nelson était si maltraité qu'il ne put pas poursuivre les
vaisseaux en fuite.

Telle fut la célèbre bataille navale d'Aboukir, la plus désastreuse que
la marine française eût encore soutenue, et celle dont les conséquences
militaires devaient être les plus funestes. La flotte qui avait porté
les Français en Égypte, qui pouvait les secourir ou les recruter, qui
devait seconder leurs mouvemens sur les côtes de Syrie, s'ils en avaient
à exécuter, qui devait imposer à la Porte, la forcer à se payer de
mauvaises raisons, et l'obliger à souffrir l'invasion de l'Égypte, qui
devait enfin, en cas de revers, ramener les Français dans leur patrie,
cette flotte était détruite. Les vaisseaux des Français étaient brûlés,
mais ils ne les avaient pas brûlés eux-mêmes, ce qui était bien
différent pour l'effet moral. La nouvelle de ce désastre circula
rapidement en Égypte, et causa un instant de désespoir à l'armée.
Bonaparte reçut cette nouvelle avec un calme impassible. «Eh bien!
dit-il, il faut mourir ici, ou en sortir grands comme les anciens.» Il
écrivit à Kléber: «Ceci nous obligera à faire de plus grandes choses que
nous n'en voulions faire. Il faut nous tenir prêts.» La grande âme de
Kléber était digne de ce langage: «Oui, répondit Kléber, il faut faire
de grandes choses; _je_ prépare mes facultés_.» Le courage de ces grands
hommes soutint l'armée, et en rétablit le moral. Bonaparte chercha à
distraire ses soldats par différentes expéditions, et leur fit bientôt
oublier ce désastre. A la fête de la fondation de la république,
célébrée le 1er vendémiaire, il voulut encore exalter leur imagination,
et fit graver sur la colonne de Pompée le nom des quarante premiers
soldats morts en Égypte. C'étaient les quarante qui avaient succombé en
attaquant Alexandrie. Ces quarante noms, sortis des villages de France,
étaient ainsi associés à l'immortalité de Pompée et d'Alexandre. Il
adressa à son armée cette singulière et grande allocution, où était
retracée sa merveilleuse histoire:

    SOLDATS!

    «Nous célébrons le premier jour de l'an VII de la république.

    «Il y a cinq ans, l'indépendance du peuple français était menacée;
    mais vous prîtes Toulon, ce fut le présage de la ruine de vos
    ennemis.

    «Un an après, vous battiez les Autrichiens à Dego.

    «L'année suivante, vous étiez sur le sommet des Alpes.

    «Vous luttiez contre Mantoue, il y a deux ans, et vous remportiez la
    célèbre victoire de Saint-Georges.

    «L'an passé, vous étiez aux sources de la Drave et de l'Izonzo, de
    retour de l'Allemagne.

    «Qui eût dit alors que vous seriez aujourd'hui sur les bords du Nil,
    au centre de l'ancien continent?

    «Depuis l'Anglais, célèbre dans les arts et le commerce, jusqu'au
    hideux et féroce Bédouin, vous fixez les regards du monde.

    «Soldats, votre destinée est belle, parce que vous êtes dignes de ce
    que vous avez fait, et de l'opinion qu'on a de vous. Vous mourrez
    avec honneur comme les braves, dont les noms sont inscrits sur cette
    pyramide, ou vous retournerez dans votre patrie couverts de lauriers
    et de l'admiration de tous les peuples.

    «Depuis cinq mois que nous sommes éloignés de l'Europe, nous avons
    été l'objet perpétuel des sollicitudes de nos compatriotes. Dans ce
    jour, quarante millions de citoyens célèbrent l'ère des gouvernemens
    représentatifs, quarante millions de citoyens pensent à vous; tous
    disent: C'est à leurs travaux, à leur sang que nous devons la paix
    générale, le repos, la prospérité du commerce et les bienfaits de la
    liberté civile.»



CHAPITRE XIV.

EFFET DE L'EXPÉDITION D'ÉGYPTE EN EUROPE. CONSÉQUENCES FUNESTES DE LA
BATAILLE NAVALE D'ABOUKIR.--DÉCLARATION DE GUERRE DE LA PORTE.--EFFORTS
DE L'ANGLETERRE POUR FORMER UNE NOUVELLE COALITION.--CONFÉRENCES AVEC
L'AUTRICHE A SELZ. PROGRÈS DES NÉGOCIATIONS DE RASTADT.--NOUVELLES
COMMOTIONS EN HOLLANDE, EN SUISSE ET DANS LES RÉPUBLIQUES ITALIENNES.
CHANGEMENT DE LA CONSTITUTION CISALPINE; GRANDS EMBARRAS DU DIRECTOIRE
A CE SUJET.--SITUATION INTÉRIEURE. UNE NOUVELLE OPPOSITION SE PRONONCE
DANS LES CONSEILS.--DISPOSITION GÉNÉRALE A LA GUERRE. LOI SUR LA
CONSCRIPTION.--FINANCES DE L'AN VII.--REPRISE DES HOSTILITÉS. INVASION
DES ÉTATS ROMAINS PAR L'ARMÉE NAPOLITAINE.--CONQUÊTE DU ROYAUME DE
NAPLES PAR LE GÉNÉRAL CHAMPIONNET.--ABDICATION DU ROI DE PIÉMONT.


L'expédition d'Égypte resta un mystère en Europe longtemps encore après
le départ de notre flotte. La prise de Malte commença à fixer les
conjectures. Cette place réputée imprenable et enlevée en passant, jeta
sur les argonautes français un éclat extraordinaire. Le débarquement en
Égypte, l'occupation d'Alexandrie, la bataille des Pyramides, frappèrent
toutes les imaginations en France et en Europe. Le nom de Bonaparte, qui
avait paru si grand quand il arrivait des Alpes, produisit un effet plus
singulier et plus étonnant encore arrivant des contrées lointaines
de l'Orient. Bonaparte et l'Égypte étaient le sujet de toutes les
conversations. Ce n'était rien que les projets exécutés; on en supposait
de plus gigantesques encore. Bonaparte allait, disait-on, traverser la
Syrie et l'Arabie, et se jeter sur Constantinople ou sur l'Inde.

La malheureuse bataille d'Aboukir vint, non pas détruire le prestige de
l'entreprise, mais réveiller toutes les espérances des ennemis de la
France, et hâter le succès de leurs trames. L'Angleterre, qui était
extrêmement alarmée pour sa puissance commerciale, et qui n'attendait
que le moment favorable pour tourner contre nous de nouveaux ennemis,
avait rempli Constantinople de ses intrigues. Le Grand-Seigneur n'était
pas fâché de voir punir les Mameluks, mais il ne voulait pas perdre
l'Égypte. M. de Talleyrand, qui avait dû se rendre auprès du divan pour
lui faire agréer des satisfactions, n'était point parti. Les agens de
l'Angleterre eurent le champ libre; ils persuadèrent à la Porte que
l'ambition de la France était insatiable; qu'après avoir troublé
l'Europe, elle voulait bouleverser l'Orient, et qu'au mépris d'une
antique alliance, elle venait envahir la plus riche province de l'empire
turc. Ces suggestions et l'or répandu dans le divan n'auraient pas suffi
pour le décider, si la belle flotte de Brueys avait pu venir canonner
les Dardanelles; mais la bataille d'Aboukir priva les Français de tout
leur ascendant dans le Levant, et donna à l'Angleterre une prépondérance
décidée. La Porte déclara solennellement la guerre à la France[1], et,
pour une province perdue depuis long-temps, se brouilla avec son amie
naturelle, et se lia avec ses ennemis les plus redoutables, la Russie
et l'Angleterre. Le sultan ordonna la réunion d'une armée, pour aller
reconquérir l'Égypte. Cette circonstance rendait singulièrement
difficile la position des Français. Séparés de la France, et privés
de tout secours par les flottes victorieuses des Anglais, ils étaient
exposés en outre à voir fondre sur eux toutes les bordes de l'Orient.
Ils n'étaient que trente mille environ pour lutter contre tant de
périls.

[Note 1: 18 fructidor an VI (4 septembre).]

Nelson victorieux vint à Naples radouber son escadre abîmée, et recevoir
les honneurs du triomphe. Malgré les traités qui liaient la cour de
Naples à la France, et qui lui interdisaient de fournir aucun secours à
nos ennemis, tous les ports et les chantiers de la Sicile furent ouverts
à Nelson. Lui-même fut accueilli avec des honneurs extraordinaires. Le
roi et la reine vinrent le recevoir à l'entrée du port, et l'appelèrent
le héros libérateur de la Méditerranée. On se mit à dire que le triomphe
de Nelson devait être le signal du réveil général, que les puissances
devaient profiter du moment où la plus redoutable armée de la France,
et son plus grand capitaine, étaient enfermés en Égypte, pour marcher
contre elle, et refouler dans son sein ses soldats et ses principes. Les
suggestions furent extrêmement actives auprès de toutes les cours. On
écrivit en Toscane et en Piémont, pour réveiller leur haine jusqu'ici
déguisée. C'était le moment, disait-on, de seconder la cour de Naples,
de se liguer contre l'ennemi commun, de se soulever tous à la fois sur
les derrières des Français, et de les égorger d'un bout à l'autre de la
Péninsule. On dit à l'Autriche qu'elle devait profiter du moment où les
puissances italiennes prendraient les Français par derrière, pour les
attaquer par devant, et leur enlever l'Italie. La chose devait être
facile, car Bonaparte et sa terrible armée n'étaient plus sur l'Adige.
On s'adressa à l'Empire dépouillé d'une partie de ses états, et réduit
à céder la rive gauche du Rhin; on chercha à tirer la Prusse de sa
neutralité; enfin on employa auprès de Paul Ier les moyens qui pouvaient
agir sur son esprit malade, et le décider à fournir les secours si
long-temps et si vainement promis par Catherine.

Ces suggestions ne pouvaient manquer d'être bien accueillies auprès de
toutes les cours; mais toutes n'étaient pas en mesure d'y céder. Les
plus voisines de la France étaient les plus irritées et les plus
disposées à refouler la révolution; mais par cela seul qu'elles étaient
plus rapprochées du colosse républicain, elles étaient condamnées aussi
à plus de réserve et de prudence, avant d'entrer en lutte avec lui.
La Russie, la plus éloignée de la France, la moins exposée à ses
vengeances, soit par son éloignement, soit par l'état moral de ses
peuples, était la plus facile à décider. Catherine, dont la politique
habile avait tendu toujours à compliquer la situation de l'Occident,
soit pour avoir le prétexte d'y intervenir, soit pour avoir le temps de
faire en Pologne ce qu'elle voulait, Catherine n'avait pas emporté sa
politique avec elle. Cette politique est innée dans le cabinet russe;
elle vient de sa position même: elle peut changer de procédés ou de
moyens, suivant que le souverain est astucieux ou violent; mais elle
tend toujours au même but, par un penchant irrésistible. L'habile
Catherine s'était contentée de donner des espérances et des secours
aux émigrés; elle avait prêché la croisade sans envoyer un soldat. Son
successeur allait suivre le même but, mais avec son caractère. Ce prince
violent et presque insensé, mais du reste assez généreux, avait d'abord
paru s'écarter de la politique de Catherine, et refusé d'exécuter le
traité d'alliance conclu avec l'Angleterre et l'Autriche; mais après
cette déviation d'un moment, il était bientôt revenu à la politique
de son cabinet. On le vit donner asile au prétendant, et prendre les
émigrés à sa solde, après le traité de Campo-Formio. On lui persuada
qu'il devait se faire le chef de la noblesse européenne menacée par
les démagogues. La démarche de l'ordre de Malte, qui le prit pour son
protecteur, contribua à exalter sa tête, et il embrassa l'idée qu'on lui
proposait, avec la mobilité et l'ardeur des princes russes. Il offrit sa
protection à l'Empire, et voulut se porter garant de son intégrité. La
prise de Malte le remplit de colère, et il offrit la coopération de
ses armées contre la France. L'Angleterre triomphait donc à
Saint-Pétersbourg comme à Constantinople, et elle allait faire marcher
d'accord des ennemis jusque-là irréconciliables.

Le même zèle ne régnait pas partout. La Prusse se trouvait trop bien de
sa neutralité et de l'épuisement de l'Autriche pour vouloir intervenir
dans la lutte des deux systèmes. Elle veillait seulement à ses
frontières du côté de la Hollande et de la France, pour empêcher la
contagion révolutionnaire. Elle avait rangé ses armées de manière à
former une espèce de cordon sanitaire. L'Empire, qui avait appris à ses
dépens à connaître la puissance de la France, et qui était exposé à
devenir toujours le théâtre de la guerre, souhaitait la paix. Les
princes dépossédés eux-mêmes la souhaitaient aussi, parce qu'ils étaient
assurés de trouver des indemnités sur la rive droite; les princes
ecclésiastiques seuls, menacés de la sécularisation, désiraient la
guerre. Les puissances italiennes du Piémont et de la Toscane ne
demandaient pas mieux qu'une occasion, mais elles tremblaient sous la
main de fer de la république française. Elles attendaient que Naples ou
l'Autriche leur donnât le signal. Quant à l'Autriche, quoiqu'elle fût la
mieux disposée des cours formant la coalition monarchique, elle hésitait
cependant avec sa lenteur ordinaire à prendre un parti, et surtout elle
craignait pour ses peuples déjà très épuisés par la guerre. La France
lui avait opposé deux républiques nouvelles, la Suisse et Rome, l'une
sur ses flancs, l'autre en Italie, ce qui l'irritait fort et la
disposait tout à fait à rentrer en lutte; mais elle aurait passé
par-dessus ces nouveaux envahissemens de la coalition républicaine, si
on l'avait dédommagée par quelques conquêtes. C'est pour ce but qu'elle
avait proposé des conférences à Selz. Ces conférences devaient
avoir lieu dans l'été de 1798, non loin du congrès de Rastadt, et
concurremment avec ce congrès. De leur résultat dépendaient la
détermination de l'Autriche et le succès des efforts tentés pour former
une nouvelle coalition.

François (de Neufchâteau) était l'envoyé choisi par la France. C'est
pour ce motif qu'on avait désigné la petite ville de Selz, à cause de sa
situation sur les bords du Rhin, non loin de Rastadt, mais sur la
rive gauche. Cette dernière condition était nécessaire, parce que la
constitution défendait au directeur sortant de s'éloigner de France
avant un délai fixé. M. de Cobentzel avait été envoyé par l'Autriche.
Dès les premiers momens on put voir les dispositions de cette puissance.
Elle voulait être dédommagée, par des extensions de territoire, des
conquêtes que le système républicain avait faites en Suisse et en
Italie. La France voulait avant tout qu'on s'entendît sur les événemens
de Vienne, et que des satisfactions fussent accordées pour l'insulte
faite à Bernadotte. Mais l'Autriche évitait de s'expliquer sur ce point,
et ajournait toujours cette partie de la négociation. Le négociateur
français y revenait sans cesse; du reste il avait l'ordre de se
contenter de la moindre satisfaction. La France aurait voulu que le
ministre Thugut, disgracié en apparence, le fût réellement, et qu'une
simple démarche, la plus insignifiante du monde, fût faite auprès de
Bernadotte, pour réparer l'outrage qu'il avait reçu. M. de Cobentzel
se contenta de dire que sa cour désapprouvait ce qui s'était passé
à Vienne, mais il ne convint d'aucune satisfaction, et il continua
d'insister sur les extensions de territoire qu'il réclamait. Il était
clair que les satisfactions d'amour-propre ne seraient accordées
qu'autant que celles d'ambition auraient été obtenues. L'Autriche
disait que l'institution des deux républiques romaine et helvétique, et
l'influence évidente exercée sur les républiques cisalpine, ligurienne
et batave, étaient des violations du traité de Campo-Formio, et une
altération dangereuse de l'état de l'Europe; elle soutenait qu'il
fallait que la France accordât des dédommagemens, si elle voulait qu'on
lui pardonnât ses dernières usurpations; et pour dédommagement, le
négociateur autrichien demandait de nouvelles provinces en Italie.
Il voulait que la ligne de l'Adige fût portée plus loin, et que les
possessions autrichiennes s'étendissent jusqu'à l'Adda et au Pô,
c'est-à-dire que l'on donnât à l'empereur une grande moitié de la
république cisalpine. M. de Cobentzel proposait de dédommager la
république cisalpine avec une partie du Piémont; le surplus de ce
royaume aurait été donné à l'archiduc de Toscane; et le roi de Piémont
aurait reçu en dédommagement les états de l'Église. Ainsi, au prix d'un
agrandissement pour lui en Lombardie, et pour sa famille en Toscane,
l'empereur aurait sanctionné l'institution de la république helvétique,
le renversement du pape et le démembrement de la monarchie du Piémont.
La France ne pouvait consentir à ces propositions par une foule de
raisons. D'abord elle ne pouvait démembrer la Cisalpine à peine formée,
et replacer sous le joug autrichien des provinces qu'elle avait
affranchies, et auxquelles elle avait promis et fait payer la liberté;
enfin elle avait, l'année précédente, conclu un traité avec le roi de
Piémont, par lequel elle lui garantissait ses états. Cette garantie
était surtout stipulée contre l'Autriche. La France ne pouvait donc pas
sacrifier le Piémont. Aussi François (de Neufchâteau) ne put-il adhérer
aux propositions de M. de Cobentzel. On se sépara sans avoir rien
conclu. Aucune satisfaction n'était accordée pour l'événement de Vienne.
M. de Degelmann, qui devait être envoyé à Paris comme ambassadeur,
n'y vint pas, et on déclara que les deux cabinets continueraient de
correspondre par leurs ministres au congrès de Rastadt. Cette séparation
fut généralement prise pour une espèce de rupture.

Les résolutions de l'Autriche furent évidemment fixées dès cet instant;
mais avant de recommencer les hostilités avec la France, elle voulait
s'assurer le concours des principales puissances de l'Europe. M.
de Cobentzel partit pour Berlin, et dut se rendre de Berlin à
Saint-Pétersbourg. Le but de ces courses était de contribuer avec
l'Angleterre à former la nouvelle coalition. L'empereur de Russie avait
envoyé à Berlin l'un des plus importans personnages de son empire, le
prince Repnin. M. de Cobentzel devait réunir ses efforts à ceux du
prince Repnin et de la légation anglaise, pour entraîner le jeune roi.

La France, de son côté, avait envoyé l'un de ses plus illustres citoyens
à Berlin; c'était Sièyes. La réputation de Sièyes avait été immense
avant le règne de la convention. Elle s'était évanouie sous le niveau
du comité de salut public. On la vit renaître tout à coup, lorsque les
existences purent recommencer leurs progrès naturels; et le nom de
Sièyes était redevenu le plus grand nom de France, après celui de
Bonaparte; car en France, une réputation de profondeur est ce qui
produit le plus d'effet après une grande réputation militaire. Sièyes
était donc l'un des deux grands personnages du temps. Toujours boudant
et frondant le gouvernement, non pas comme Bonaparte, par ambition,
mais par humeur contre une constitution qu'il n'avait pas faite, il
ne laissait pas que d'être importun. On eut l'idée de lui donner une
ambassade. C'était une occasion de l'éloigner, de l'utiliser, et surtout
de lui fournir des moyens d'existence. La révolution les lui avait
enlevés tous, en abolissant les bénéfices ecclésiastiques. Une grande
ambassade permettait de les lui rendre. La plus grande était celle de
Berlin, car on n'avait d'envoyés ni en Autriche, ni en Russie, ni en
Angleterre. Berlin était le théâtre de toutes les intrigues, et Sièyes,
quoique peu propre au maniement des affaires, était cependant un
observateur fin et sûr. De plus, sa grande renommée le rendait
particulièrement propre à représenter la France, surtout auprès de
l'Allemagne, à laquelle il convenait plus qu'à tout autre pays.

Le roi ne vit pas arriver avec plaisir dans ses états un révolutionnaire
si célèbre; cependant il n'osa pas le refuser. Sièyes se comporta avec
mesure et dignité; il fut reçu de même, mais laissé dans l'isolement.
Comme tous nos envoyés à l'étranger, il était observé avec soin, et pour
ainsi dire séquestré. Les Allemands étaient fort curieux de le voir,
mais ne l'osaient pas. Son influence sur la cour de Berlin était nulle.
C'était le sentiment de ses intérêts qui seul inspirait le roi de Prusse
contre les instances de l'Angleterre, de l'Autriche et de la Russie.

Tandis qu'en Allemagne on travaillait à décider le roi de Prusse, la
cour de Naples, pleine de joie et de témérité depuis la victoire de
Nelson, faisait des préparatifs immenses de guerre, et redoublait ses
sollicitations auprès de la Toscane et du Piémont. La France, par une
espèce de complaisance, lui avait laissé occuper le duché de Bénévent.
Mais cette concession ne l'avait point calmée. Elle se flattait de
gagner à la prochaine guerre une moitié des états du pape.

Les négociations de Rastadt se poursuivaient avec succès pour la France.
Treilhard, devenu directeur, et Bonaparte parti pour l'Égypte, avaient
été remplacés au congrès par Jean Debry et Roberjot. Après avoir
obtenu la ligne du Rhin, il restait à résoudre une foule de questions
militaires, politiques, commerciales. Notre députation était devenue
extrêmement exigeante, et demandait beaucoup plus qu'elle n'avait droit
d'obtenir. Elle voulait d'abord toutes les îles du Rhin, ce qui était
un article important, surtout sous le rapport militaire. Elle voulait
ensuite garder Kehl et son territoire, vis-à-vis Strasbourg; Cassel et
son territoire, vis-à-vis Mayence. Elle voulait que le pont commercial
entre les deux Brisach fût rétabli; que cinquante arpens de terrain
nous fussent accordés en face de l'ancien pont de Huningue, et que
l'importante forteresse d'Ehrenbreitstein fût démolie. Elle demandait
ensuite que la navigation du Rhin, et de tous les fleuves d'Allemagne
aboutissant au Rhin, fût libre, que tous les droits de péage fussent
abolis; que les marchandises fussent, sur les deux rives, soumises à un
même droit de douane; que les chemins de halage fussent conservés,
et entretenus par les riverains. Elle demandait enfin une dernière
condition fort importante, c'est que les dettes des pays de la rive
gauche cédés à la France fussent transportées sur les pays de la rive
droite, destinés à être donnés en indemnité.

La députation de l'Empire répondit avec raison que la ligne du Rhin
devait présenter une sûreté égale aux deux nations; que c'était la
raison d'une sûreté égale, qui avait été surtout alléguée, pour faire
accorder cette ligne à la France; mais que cette sûreté n'existerait
plus pour l'Allemagne, si la France gardait tous les points offensifs,
soit en se réservant les îles, soit en gardant Cassel et Kehl, et
cinquante arpens vis-à-vis Huningue, etc. La députation de l'Empire ne
voulut donc pas admettre les demandes de la France, et proposa pour
véritable ligne du partage, le _thalweg_, c'est-à-dire le milieu du
principal bras navigable. Toutes les îles qui étaient à droite de cette
ligne devaient appartenir à l'Allemagne, toutes celles qui étaient à
gauche devaient appartenir à la France. De cette manière, on plaçait
entre les deux peuples le véritable obstacle qui fait d'un fleuve une
ligne militaire, c'est-à-dire le principal bras navigable. Par suite de
ce principe, la députation demandait la démolition de Cassel et de Kehl,
et refusait les cinquante arpens vis-à-vis Huningue. Elle ne voulait pas
que la France conservât aucun point offensif, lorsque l'Allemagne
les perdait tous. Elle refusait avec moins de raison la démolition
d'Ehrenbreitstein, qui était incompatible avec la sûreté de la ville
de Coblentz. Elle accordait la libre navigation du Rhin, mais elle la
demandait pour toute l'étendue de son cours, et voulait que la France
obligeât la république batave à reconnaître cette liberté. Quant à la
libre navigation des fleuves de l'intérieur de l'Allemagne, cet article
dépassait, disait-elle, sa compétence, et regardait chaque état
individuellement. Elle accordait le chemin de halage. Elle voulait que
tout ce qui était relatif aux péages et à leur abolition fût renvoyé à
un traité de commerce. Elle voulait enfin, relativement aux pays de
la rive gauche cédés à la France, que leurs dettes restassent à leur
charge, par le principe que la dette suit son gage, et que les biens de
la noblesse immédiate fussent considérés comme propriétés particulières,
et conservés à ce titre. La députation demandait accessoirement que les
troupes françaises évacuassent la rive droite et cessassent le blocus
d'Ehrenbreitstein, parce qu'il réduisait les habitans à la famine.

Ces prétentions contraires donnèrent lieu à une suite de notes et de
contre-notes, pendant tout l'été. Enfin, vers le mois de vendémiaire an
VI (août et septembre 1798), le _thalweg_ fut admis par la députation
française. Le principal bras navigable fut pris pour limite entre la
France et l'Allemagne, et les îles durent être partagées conséquemment à
ce principe. La France consentit à la démolition de Cassel et de Kehl,
mais elle exigea l'île de Pettersau, qui est placée dans le Rhin à peu
près à la hauteur de Mayence, et qui est d'une grande importance pour
cette place. L'Empire germanique consentit de son côté à la démolition
d'Ehrenbreitstein. La libre navigation du Rhin et l'abolition des péages
furent accordées. Il restait à s'entendre sur l'établissement des ponts
commerciaux, sur les biens de la noblesse immédiate, sur l'application
des lois de l'émigration dans les pays cédés, et sur les dettes de ces
pays. Les princes séculiers avaient déclaré qu'il fallait faire toutes
les concessions compatibles avec l'honneur et la sûreté de l'Empire,
afin d'obtenir la paix, si nécessaire à l'Allemagne. Il était évident
que la plupart de ces princes voulaient traiter; la Prusse les
y engageait. Quant à l'Autriche, elle commençait à montrer des
dispositions toutes contraires, et à exciter le ressentiment des princes
ecclésiastiques contre la marche des négociations. Les députés de
l'Empire, tout en se prononçant pour la paix, gardaient cependant la
plus grande mesure, par la crainte que leur causait l'Autriche, et
louvoyaient entre celle-ci et la Prusse. Quant aux ministres français,
ils montraient une extrême raideur; ils vivaient à part, et dans une
espèce d'isolement, comme tous nos ministres en Europe. Telle était la
situation du congrès à la fin de l'été de l'an VI (1798).

Pendant que ces événemens se passaient en Orient et en Europe, la
France, toujours chargée du soin de diriger les cinq républiques
instituées autour d'elle, avait eu des soucis sans fin. C'étaient des
difficultés continuelles pour y diriger l'esprit public, pour y faire
vivre nos troupes, pour y mettre d'accord nos ambassadeurs avec nos
généraux, pour y maintenir enfin la bonne harmonie avec les états
voisins.

Presque partout il avait fallu faire comme en France, c'est-à-dire,
après avoir frappé sur un parti, frapper bientôt sur l'autre. En
Hollande on avait exécuté, le 3 pluviôse (22 janvier), une espèce de 18
fructidor pour écarter les fédéralistes, abolir les anciens règlemens,
et donner au pays une constitution unitaire, à peu près semblable à
celle de la France. Mais cette révolution avait tourné beaucoup trop au
profit des démocrates. Ceux-ci s'étaient emparés de tous les pouvoirs.
Après avoir exclu de l'assemblée nationale tous les députés qui leur
paraissaient suspects, ils s'étaient eux-mêmes constitués en directoire
et en deux conseils, sans recourir à de nouvelles élections. Ils avaient
voulu par là imiter la convention nationale de France, et ses fameux
décrets des 15 et 18 fructidor. Ils s'étaient entièrement emparés
depuis de la direction des affaires, et ils sortaient de la ligne où le
directoire français voulait maintenir toutes les républiques confiées à
ses soins. Le général Daendels, l'un des hommes les plus distingués du
parti modéré, vint à Paris, s'entendit avec nos directeurs, et repartit
pour aller en Hollande porter aux démocrates le coup qu'on leur avait
récemment porté à Paris, en les excluant du corps législatif par
les scissions. Ainsi, tout ce qu'on faisait en France, il fallait
immédiatement après le répéter dans les états qui dépendaient d'elle.
Joubert eut ordre d'appuyer Daendels. Celui-ci se réunit aux ministres,
et avec le secours des troupes bataves et françaises, dispersa le
directoire et les conseils, forma un gouvernement provisoire, et fit
ordonner de nouvelles élections. Le ministre de France, Delacroix, qui
avait appuyé les démocrates, fut rappelé. Ces scènes produisirent
leur effet accoutumé. On ne manqua pas de dire que les constitutions
républicaines ne pouvaient marcher seules, qu'à chaque instant il
fallait le levier des baïonnettes, et que les nouveaux états se
trouvaient sous la dépendance la plus complète de la France.

En Suisse, l'établissement de la république _une et indivisible_ n'avait
pas pu se faire sans combats. Les petits cantons de Schwitz, Zug,
Glaris, excités par les prêtres et les aristocrates suisses, avaient
juré de s'opposer à l'adoption du régime nouveau. Le général
Schauembourg, sans vouloir les réduire par la force, avait interdit
toute communication des autres cantons avec ceux-ci. Les petits cantons
réfractaires coururent aussitôt aux armes et envahirent Lucerne, où ils
pillèrent et dévastèrent. Schauembourg marcha sur eux, et après quelques
combats opiniâtres, les réduisit à demander la paix. Le gage de cette
paix avait été l'acceptation de la constitution nouvelle. Il fallut
employer aussi le fer et même le feu pour réprimer les paysans du
Haut-Valais, qui avaient fait une descente dans le Bas-Valais, dans le
but d'y rétablir leur domination. Malgré ces obstacles, en prairial
(mai 1798), la constitution était partout en vigueur. Le gouvernement
helvétique était réuni à Arau. Composé d'un directoire et de deux
conseils, il commençait à s'essayer dans l'administration du pays. Le
nouveau commissaire français était Rapinat, beau-frère de Rewbell.
Le gouvernement helvétique devait s'entendre avec Rapinat pour
l'administration des affaires. Les circonstances rendaient cette
administration difficile. Les prêtres et les aristocrates, postés dans
les montagnes, épiaient le moment favorable pour soulever de nouveau
la population. Il fallait se tenir en garde contre eux, nourrir et
satisfaire l'armée française qu'on avait à leur opposer, organiser
l'administration, et se mettre en mesure d'exister bientôt d'une
manière indépendante. Cette tâche n'était pas moins difficile pour le
gouvernement helvétique que pour le commissaire français placé auprès de
lui.

Il était naturel que la France s'emparât des caisses appartenant aux
anciens cantons aristocratiques, pour payer les frais de la guerre.
L'argent contenu dans les caisses, et les approvisionnemens renfermés
dans les magasins formés par les ci-devant cantons, lui étaient
indispensables pour faire vivre son armée. C'était l'exercice le plus
ordinaire du droit de conquête; elle aurait pu sans doute renoncer à ce
droit, mais la nécessité la forçait d'en user dans le moment. Rapinat
eut donc ordre de mettre le scellé sur toutes les caisses. Beaucoup de
Suisses, même parmi ceux qui avaient souhaité la révolution, trouvèrent
fort mauvais qu'on s'emparât du pécule et des magasins des anciens
gouvernemens. Les Suisses sont, comme tous les montagnards, sages et
braves, mais d'une extrême avarice. Ils voulaient bien qu'on leur
apportât la liberté, qu'on les débarrassât de leurs oligarques, mais ils
ne voulaient pas faire les frais de la guerre. Tandis que la Hollande et
l'Italie avaient souffert, presque sans se plaindre, le fardeau énorme
des campagnes les plus longues et les plus dévastatrices, les patriotes
suisses jetèrent les hauts cris pour quelques millions dont on s'empara.
Le directoire helvétique fit de son côté apposer de nouveaux scellés sur
ceux qui venaient d'être apposés par Rapinat, et protesta ainsi contre
la mesure qui mettait les caisses à la disposition de la France. Rapinat
fit sur-le-champ enlever les scellés du directoire helvétique, et
déclara à ce directoire qu'il était borné aux fonctions administratives,
qu'il ne pouvait rien contre l'autorité de la France, et qu'à l'avenir
ses lois et ses décrets n'auraient de vigueur qu'autant qu'ils ne
contiendraient rien de contraire aux arrêtés du commissaire et du
général français. Les ennemis de la révolution, et il s'en était glissé
plus d'un dans les conseils helvétiques, triomphèrent de cette lutte et
crièrent à la tyrannie. Ils dirent que leur indépendance était violée,
et que la république française, qui avait prétendu leur apporter la
liberté, ne leur apportait en réalité que l'asservissement et la misère.
L'opposition ne se manifestait pas seulement dans les conseils, elle
était aussi dans le directoire et dans les autorités locales. A Lucerne
et à Berne, d'anciens aristocrates occupaient les administrations; ils
apportaient des obstacles de toute espèce à la levée de quinze millions
frappés sur les anciennes familles nobles pour les besoins de l'armée.
Rapinat prit sur lui de purger le gouvernement et les administrations
helvétiques. Par une lettre du 28 prairial (16 juin), il demanda au
gouvernement helvétique la démission de deux directeurs, les nommés
Bay et Pfiffer, celle du ministre des affaires étrangères, et le
renouvellement des chambres administratives de Lucerne et de Berne.
Cette demande, faite avec le ton d'un ordre, ne pouvait être refusée.
Les démissions furent données sur-le-champ; mais la rudesse avec
laquelle se conduisit Rapinat fit élever de nouveaux cris, et mit tous
les torts de son côté. Il compromettait en effet son gouvernement, en
violant ouvertement les formes pour faire des changemens qu'il eût
été facile d'obtenir par d'autres moyens. Sur-le-champ, le directoire
français écrivit au directoire helvétique pour désapprouver la conduite
de Rapinat, et pour donner satisfaction de cette violation de toutes
les formes. Rapinat fut rappelé; néanmoins les membres démissionnaires
demeurèrent exclus. Les conseils helvétiques nommèrent, pour remplacer
les deux directeurs démissionnaires, Ochs, l'auteur de la constitution,
et le colonel Laharpe, le frère du général mort en Italie, l'un des
auteurs de la révolution du canton de Vaud, et l'un des citoyens les
plus probes et les mieux intentionnés de son pays.

Une alliance offensive et défensive fut conclue entre les républiques
helvétique et française le 2 fructidor (19 août). D'après ce traité,
celle des deux puissances qui était en guerre avait droit de requérir
l'intervention de l'autre et de lui demander un secours dont la
force devait être déterminée suivant les circonstances. La puissance
requérante devait payer les troupes fournies par l'autre; la libre
navigation de tous les fleuves de la Suisse et de la France était
réciproquement stipulée. Deux routes devaient être ouvertes, l'une de
France à la Cisalpine, en traversant le Valais et le Simplon, l'autre de
France en Souabe, en remontant le Rhin et en suivant la rive orientale
du lac de Constance. Dans ce système des républiques unies, la France
s'assurait deux grandes routes militaires pour se rendre dans les états
de ses alliés, et être en mesure de déboucher rapidement en Italie ou en
Allemagne. On a dit que ces deux routes transportaient le théâtre de
la guerre dans les états alliés. Ce n'étaient pas les routes, mais
l'alliance avec la France qui exposait ces états à devenir le théâtre de
la guerre. Les routes n'étaient qu'un moyen d'accourir plus tôt et de
les protéger à temps, en prenant l'offensive en Allemagne ou en Italie.

La ville de Genève fut réunie à la France, ainsi que la ville de
Mulhausen. Les bailliages italiens, qui avaient long-temps hésité entre
la Cisalpine et la république helvétique, se déclarèrent pour celle-ci,
et votèrent leur réunion. Les ligues grises, que le directoire aurait
voulu réunir à la Suisse, étaient partagées en deux factions rivales,
et balançaient entre la domination autrichienne et la domination
helvétique. Nos troupes les observaient. Les moines et les agens
étrangers amenèrent un nouveau désastre dans l'Underwalden. Ils firent
soulever les paysans de cette vallée contre les troupes françaises. Un
combat des plus acharnés eut lieu à Stanz, et il fallut mettre le feu
à ce malheureux bourg pour en chasser les fanatiques qui s'y étaient
établis.

Les mêmes difficultés se présentaient de l'autre côté des Alpes. Une
espèce d'anarchie régnait entre les sujets des nouveaux états et
leurs gouvernemens, entre ces gouvernemens et nos armées, entre nos
ambassadeurs et nos généraux. C'était une épouvantable confusion. La
petite république ligurienne était acharnée contre le Piémont, et
voulait à tout prix y introduire la révolution. Grand nombre de
démocrates piémontais s'étaient réfugiés dans son sein, et en étaient
sortis armés et organisés, pour faire des incursions dans leur pays,
et essayer d'y renverser le gouvernement royal. Une autre bande était
partie du côté de la Cisalpine, et s'était avancée par Domo-d'Ossola.
Mais ces tentatives furent repoussées et une foule de victimes
inutilement sacrifiées. La république ligurienne n'avait pas renoncé
pour cela à harceler le gouvernement de Piémont; elle recueillait et
armait de nouveaux réfugiés, et voulait elle-même faire la guerre. Notre
ministre à Gênes, Sotin, avait la plus grande peine à la contenir. De
son côté, notre ministre à Turin, Ginguené, n'avait pas moins de peine à
répondre aux plaintes continuelles du Piémont, et à le modérer dans ses
projets de vengeance contre les patriotes.

La Cisalpine était dans un désordre effrayant. Bonaparte en la
constituant n'avait pas eu le temps de calculer exactement les
proportions qu'il aurait fallu observer dans les divisions du territoire
et dans le nombre des fonctionnaires, ni d'organiser le régime municipal
et le système financier. Ce petit état avait à lui seul deux cent
quarante représentans. Les départemens étant trop nombreux, il était
dévoré par une multitude de fonctionnaires. Il n'avait aucun système
régulier et uniforme d'impôts. Avec une richesse considérable, il
n'avait point de finances, et il pouvait à peine suffire à payer le
subside convenu pour l'entretien de nos armées. Du reste, sous tous les
rapports, la confusion était au comble. Depuis l'exclusion de quelques
membres du conseil, prononcée par Berthier, lorsqu'il avait voulu faire
accepter le traité d'alliance avec la France, les révolutionnaires
l'avaient emporté, et le langage des jacobins dominait dans les conseils
et les clubs. Notre armée secondait ce mouvement et appuyait toutes les
exagérations. Brune, après avoir achevé la soumission de la Suisse,
était retourné en Italie, où il avait reçu le commandement général
de toutes les troupes françaises, depuis le départ de Berthier pour
l'Égypte. Il était à la tête des patriotes les plus véhémens. Lahoz,
le commandant des troupes lombardes, dont l'organisation avait été
commencée sous Bonaparte, abondait dans les mêmes idées et les mêmes
sentimens. Il existait, en outre, d'autres causes de désordres dans
l'inconduite de nos officiers. Ils se comportaient dans la Cisalpine
comme en pays conquis. Ils maltraitaient les habitans, exigeaient des
logemens qui, d'après les traités, ne leur étaient pas dus, dévastaient
les lieux qu'ils habitaient, se permettaient souvent des réquisitions
comme en temps de guerre, extorquaient de l'argent des administrations
locales, puisaient dans les caisses des villes sans alléguer aucune
espèce de prétexte que leur bon plaisir. Les commandans de place
exerçaient surtout des exactions intolérables. Le commandant de Mantoue
s'était permis, par exemple, d'affermer à son profit la pêche du
lac. Les généraux proportionnaient leur exigence à leur grade, et
indépendamment de tout ce qu'ils extorquaient, ils faisaient avec
les compagnies des profits scandaleux. Celle qui était chargée
d'approvisionner l'armée en Italie, abandonnait aux états-majors
quarante pour cent de bénéfice; et on peut juger par là de ce qu'elle
devait gagner pour faire de pareils avantages à ses protecteurs. Par
l'effet des désertions, il n'y avait pas dans les rangs la moitié des
hommes portés sur les états, de manière que la république payait le
double de ce qu'elle aurait dû. Malgré toutes ces malversations, les
soldats étaient mal payés, et la solde du plus grand nombre était
arriérée de plusieurs mois. Ainsi, le pays que nous occupions était
horriblement foulé, sans que nos soldats s'en trouvassent mieux. Les
patriotes cisalpins toléraient tous ces désordres sans se plaindre,
parce que l'état-major leur prêtait son appui.

A Rome, les choses se passaient mieux. Là, une commission, composée de
Daunou, Florent et Faypoult, gouvernait avec sagesse et probité le pays
affranchi. Ces trois hommes avaient composé une constitution qui
avait été adoptée, et qui, sauf quelques différences, et les noms qui
n'étaient pas les mêmes, ressemblait exactement à la constitution
française. Les directeurs s'appelaient des consuls, le conseil des
anciens s'appelait le sénat; le second conseil le tribunal. Mais ce
n'était pas tout que de donner une constitution, il fallait la mettre en
vigueur. Ce n'était pas, comme on aurait pu le croire, le fanatisme des
Romains qui s'opposait à son établissement, mais leur paresse. Il n'y
avait guère d'opposans que dans quelques paysans de l'Apennin, poussés
par les moines, et du reste faciles à soumettre. Mais il y avait dans
les habitans de Rome, appelés à composer le consulat, le sénat et le
tribunal, une insouciance, une inaptitude extrême au travail. Il fallait
de grands efforts pour les décider à siéger de deux jours l'un, et ils
voulaient absolument des vacances pour l'été. A cette paresse il
faut joindre une inexpérience et une incapacité absolues en fait
d'administration. Il y avait plus de zèle dans les Cisalpins, mais
c'était du zèle sans lumière et sans mesure, ce qui le rendait tout
aussi funeste que l'insouciance. Il était à craindre que, dès le
départ de la commission française, le gouvernement romain tombât en
dissolution, par l'inaction ou la retraite de ses membres. Et cependant
on aimait beaucoup les places à Rome, on les aimait comme on le fait
dans tout état sans industrie.

La commission avait mis fin à toutes les malversations qui avaient été
commises au premier moment de notre entrée à Rome. Elle s'était emparée
de la gestion des finances, et les dirigeait avec probité et habileté.
Faypoult, qui était un administrateur intègre et capable, avait établi
pour tout l'état romain un système d'impôts fort bien entendu. Il était
parvenu ainsi à suffire aux besoins de notre armée; il avait payé tout
l'arriéré de solde non-seulement à l'armée de Rome, mais encore à
la division embarquée à Civita-Vecchia. Si les finances eussent été
conduites de la même manière dans la Cisalpine, le pays n'eût pas été
foulé, et nos soldats se fussent trouvés dans l'abondance. L'autorité
militaire était à Rome entièrement soumise à la commission. Le général
Saint-Cyr, qui avait remplacé Masséna, se distinguait par une sévère
probité; mais, partageant le goût d'autorité qui devenait général
chez tous ses camarades, il paraissait mécontent d'être soumis à la
commission. A Milan surtout, on était fort peu satisfait de tout ce qui
se faisait à Rome. Les démocrates italiens étaient irrités de voir les
démocrates romains annulés ou contenus par la commission. L'état-major
français, duquel relevaient les divisions stationnées à Rome, voyait
avec peine une riche partie des pays conquis lui échapper, et soupirait
après le moment où la commission quitterait ses fonctions.

C'est à tort qu'on ferait au directoire français un reproche du désordre
qui régnait dans les pays alliés. Aucune volonté, si forte qu'elle fût,
n'aurait pu empêcher le débordement des passions qui les troublaient, et
quant aux exactions, la volonté de Napoléon lui-même n'a pas réussi à
les empêcher dans les provinces conquises. Ce qu'un seul individu, plein
de génie et de vigueur, n'aurait pu exécuter, un gouvernement composé
de cinq membres, et placé à des distances immenses, le pouvait encore
moins. Cependant il y avait dans la majorité de notre directoire le plus
grand zèle à assurer le bien-être des nouvelles républiques, et la plus
vive indignation contre l'insolence et les concussions des généraux,
contre les vols manifestes des compagnies. Excepté Barras, qui était de
moitié dans tous les profits des compagnies, qui était l'espoir de tous
les brouillons de Milan, les quatre autres directeurs dénonçaient
avec la plus grande énergie ce qui se faisait en Italie. Larévellière
surtout, dont la sévère probité était révoltée de tant de désordres,
proposa au directoire un plan qui fut agréé. Il voulait qu'une
commission continuât à diriger le gouvernement romain, et à contenir
l'autorité militaire; qu'un ambassadeur fût envoyé à Milan, pour y
représenter le gouvernement français, et y enlever toute influence à
l'état-major; que cet ambassadeur fût chargé de faire à la constitution
cisalpine les changemens qu'elle exigeait, comme de réduire le nombre
des divisions locales, des fonctionnaires publics, et des membres des
conseils; qu'enfin cet ambassadeur eût pour adjoint un administrateur
capable de créer un système d'impôt et de comptabilité. Ce plan fut
adopté. Trouvé, naguère ministre de France à Naples, et Faypoult, l'un
des membres de là commission de Rome, furent envoyés à Milan pour
exécuter les mesures proposées par Larévellière.

Trouvé devait, aussitôt qu'il serait arrivé à Milan, s'entourer des
hommes les plus éclairés de la Cisalpine, et convenir avec eux de tous
les changemens qu'il était nécessaire de faire soit à la constitution,
soit au personnel du gouvernement. Il devait ensuite, quand tous ces
changemens seraient arrêtés, les faire proposer dans les conseils de la
Cisalpine, par des députés à sa dévotion, et au besoin les appuyer de
l'autorité de la France. Il devait cependant cacher sa main autant qu'il
serait possible.

Trouvé, rendu de Naples à Milan, y fit ce qu'on lui avait ordonné. Mais
le secret de sa mission était difficile à garder. On sut bientôt qu'il
venait changer la constitution, et surtout réduire le nombre des places
de toute espèce. Les patriotes, qui sentaient bien, à la conduite de
l'ambassadeur, que les réductions porteraient sur eux, étaient furieux.
Ils s'appuyèrent sur l'état-major de l'armée, fort indisposé lui-même
contre l'autorité nouvelle qu'il lui fallait subir, et on vit s'établir
une lutte scandaleuse entre la légation française et l'état-major
français, entouré des patriotes italiens. Trouvé et les hommes qui se
rendaient chez lui, furent dénonces, avec une extrême violence dans les
conseils cisalpins. On prétendit que le ministre français venait violer
la constitution, et renouveler l'un de ces actes d'oppression que le
directoire avait exercés sur toutes les républiques alliées. Trouvé
essuya des désagrémens de toute espèce, de la part des patriotes
italiens et de nos officiers. Ceux-ci se conduisirent avec la dernière
indécence, dans un bal qu'il donnait, et y causèrent le plus grand
scandale. Ces scènes étaient déplorables, surtout à cause de l'effet
qu'elles produisaient sur les ministres étrangers. Non-seulement on leur
donnait le spectacle des plus fâcheuses divisions, mais on les insultait
dans les dîners diplomatiques, en buvant, à leur face, à l'extermination
de tous les rois. Le plus véhément jacobinisme régnait à Milan. Brune et
Lahoz partirent pour Paris, afin d'aller se ménager l'appui de Barras.
Mais le directoire, averti d'avance, était inébranlable dans ses
résolutions. Lahoz eut l'ordre de repartir de Paris, à l'instant même où
il arrivait. Quant à Brune, il lui fut prescrit de retourner à Milan, et
d'y concourir aux changemens que Trouvé allait faire exécuter.

Après avoir accompli les diverses modifications nécessaires à la
constitution, Trouvé assembla chez lui les députés les plus sages, et
les leur soumit. Ils les approuvèrent; mais le déchaînement était si
grand, qu'ils n'osèrent pas se charger de les proposer eux-mêmes aux
deux conseils. Trouvé fut donc obligé de déployer l'autorité française,
et d'exercer ostensiblement un pouvoir qu'il aurait voulu cacher. Du
reste, peu importait, au fond, le mode employé. Il eût été absurde à
la France, qui avait créé ces républiques nouvelles et qui les faisait
exister par son appui, de ne pas profiter de sa force pour y établir
l'ordre qu'elle croyait le meilleur. Le fâcheux était qu'elle n'eût pas
fait le mieux possible dès le premier jour et en une seule fois, afin de
ne plus être obligée de renouveler ces actes de sa toute-puissance. Le
30 août (13 fructidor an VI), Trouvé assembla le directoire et les deux
conseils de la Cisalpine; il leur présenta la nouvelle constitution
et toutes les lois administratives et financières que Faypoult avait
préparées. Les conseils étaient réduits de deux cent quarante à cent
vingt membres. Les individus à conserver dans les conseils et le
gouvernement étaient désignés. Un système d'impôt régulier était établi.
Il y avait des impôts personnels et indirects, système qu'on essayait
d'établir dans le moment en France, et qui déplaisait beaucoup aux
patriotes. Tous ces changemens furent approuvés et adoptés. Brune avait
été obligé de fournir l'appui des troupes françaises. Aussi la colère
des patriotes cisalpins fut-elle vaine, et la révolution se fit sans
obstacles. Il fut décidé en outre qu'une prochaine convocation des
assemblées primaires aurait lieu, pour approuver les changemens faits à
la constitution.

La tâche de Trouvé était achevée; mais le gouvernement français, voyant
le soulèvement que ce ministre avait excité, pensa qu'il n'était pas
possible de le laisser dans la Cisalpine, qu'il fallait lui donner une
autre ambassade, et envoyer à Milan un homme étranger aux dernières
querelles. Malheureusement le directoire se laissa imposer un ci-devant
membre des jacobins, qui était devenu un souple et bas courtisan de
Barras, qui avait été associé par lui au trafic des compagnies, et
placé sur la voie des honneurs; c'était Fouché, dont Barras surprit la
nomination à ses collègues. Fouché partit pour remplacer Trouvé, et
celui-ci dut se rendre à Stuttgard. Mais Brune, profitant du départ
de Trouvé, se permit, avec une audace qui n'est explicable que par la
licence militaire qui régnait alors, de faire à l'ouvrage du ministre de
France les plus graves changemens. Il exigea la démission de trois des
directeurs nommés par Trouvé, il changea plusieurs ministres, et fit
différentes altérations à la constitution. L'un des trois directeurs
dont il avait demandé la démission, Sopranzi, ayant courageusement
refusé de la donner, il le fit saisir de force pas ses soldats, et
arracher du palais du gouvernement. Il se hâta ensuite de convoquer les
assemblées primaires, pour leur faire approuver l'oeuvre de Trouvé,
modifiée comme elle venait de l'être par lui. Fouché, qui arriva dans
cet intervalle, aurait dû s'opposer à cette convocation, et ne pas
permettre qu'on fît sanctionner des changemens que le général n'avait
pas eu mission de faire; mais il laissa Brune agir à son gré. Les
modifications de Trouvé, et les modifications plus récentes de Brune,
furent approuvées par les assemblées primaires, soumises à la fois au
pouvoir militaire et à la violence des patriotes.

Quand le directoire français apprit ces détails, il ne faiblit point. Il
cassa tout ce qu'avait fait Brune, il le destitua, et chargea Joubert
d'aller rétablir les choses dans l'état où les avait mises Trouvé.
Fouché fit des objections; il prétendit que la constitution nouvelle,
étant approuvée avec les changemens que Brune y avait apportés, il
serait d'un mauvais effet d'y revenir encore. Il avait raison, et il
gagna même Joubert à son avis. Mais le directoire ne devait pas souffrir
de pareilles hardiesses de la part de ses généraux, et surtout il ne
devait pas leur permettre d'exercer un pareil pouvoir dans les états
alliés. Il rappela Fouché lui-même, qui, de cette manière, ne passa que
peu de jours dans la Cisalpine, et il ordonna le rétablissement intégral
de la constitution, telle que Trouvé l'avait faite au nom de la France.
Quant aux individus auxquels Brune avait arraché leur démission, on les
engagea à la renouveler, pour éviter de nouveaux changemens.

La Cisalpine resta donc constituée comme le directoire avait voulu
qu'elle le fût, sauf la destitution de quelques individus changés par
Brune. Mais ces changemens continuels, ces tiraillemens, ces luttes
de nos agens civils et militaires, étaient du plus déplorable effet,
décourageaient les nouveaux peuples affranchis, déconsidéraient la
république-mère, et prouvaient la difficulté de maintenir tous ces corps
dans leur orbite.

Les événemens de la Cisalpine furent gravement reprochés au directoire,
car il est d'usage de tout changer en griefs contre un gouvernement
qu'on attaque, et de lui faire un crime des obstacles même qu'il
rencontre dans sa marche. La double opposition qui commençait à
reparaître dans les conseils attaqua diversement les opérations
exécutées en Italie. Le thème était tout simple pour l'opposition
patriote: on avait commis un attentat, disait-elle, contre
l'indépendance d'une république alliée; on avait même commis une
infraction aux lois française, car la constitution cisalpine qu'on
venait d'altérer était garantie par un traité d'alliance, et ce traité,
approuvé par les conseils, ne pouvait être enfreint par le directoire.
Quant à l'opposition constitutionnelle, ou modérée, il était naturel de
s'attendre à son approbation plutôt qu'à ses reproches, parce que les
changemens faits dans la Cisalpine étaient dirigés contre les patriotes
exclusifs. Mais dans cette partie de l'opposition se trouvait Lucien
Bonaparte. Il cherchait des sujets de querelle au gouvernement, et il
croyait d'ailleurs devoir défendre l'oeuvre de son frère, attaquée par
le directoire. Il cria, comme les patriotes, que l'indépendance des
alliés était attaquée, que les traités étaient violés, etc.

Les deux oppositions se prononçaient plus ouvertement de jour en jour.
Elles commençaient à contester au directoire certaines attributions
dont il avait été pourvu par la loi du 19 fructidor, et dont il avait
quelquefois fait usage. Ainsi cette loi lui donnait le droit de fermer
les clubs, ou de supprimer les journaux dont la direction lui paraîtrait
dangereuse. Le directoire avait fermé quelques clubs devenus trop
violens, et supprimé quelques journaux qui avaient donné des nouvelles
fausses et imaginées évidemment dans une intention malveillante. Il y
eut un journal, entre autres, qui prétendit que le directoire allait
réunir à la France le pays de Vaud: le directoire le supprima. Les
patriotes s'élevèrent contre cette puissance arbitraire, et demandèrent
le rapport de plusieurs des articles de la loi du 19 fructidor. Les
conseils décidèrent que ces articles resteraient en vigueur jusqu'à
l'établissement d'une loi sur la presse; et un travail fut ordonné pour
la préparation de cette loi.

Le directoire essuya également de fortes contradictions en matière de
finances. Il s'agissait de clore le budget de l'an VI (1797-1798), et de
proposer celui de l'an VII (1798-1799). Celui de l'an VI avait été fixé
à 616 millions; mais sur les 616 millions, il y avait eu un déficit de
62 millions, et, outre ce déficit, un arriéré considérable dans les
rentrées. Les créanciers, malgré la solennelle promesse d'acquitter le
tiers consolidé, n'avaient pas été payés intégralement. On décida
qu'ils recevraient, en paiement de l'arriéré, des bons recevables en
acquittement des impôts. Il fallait fixer sur-le-champ le budget de l'an
VII, dans lequel on allait entrer. Les dépenses furent arrêtées à 600
millions, sans la supposition d'une nouvelle guerre continentale. Il
fallut réduire les contributions foncière et personnelle, beaucoup
trop fortes, et élever les impôts du timbre, de l'enregistrement, des
douanes, etc. On décréta des centimes additionnels pour les dépenses
locales, et des octrois aux portes des villes pour l'entretien des
hôpitaux et autres établissemens. Malgré ces augmentations, le ministre
Ramel soutint que les impôts ne rentreraient tout au plus qu'aux trois
quarts, à en juger par les années précédentes, et que c'était les
exagérer beaucoup que de porter les rentrées effectives à 450 ou
500 millions. Il demanda donc de nouvelles ressources, pour couvrir
réellement la dépense de 600 millions; il proposa un impôt sur les
portes et fenêtres, et un impôt sur le sel. Il s'éleva à ce sujet de
violentes contestations. On décréta l'impôt sur les portes et fenêtres,
et on prépara un rapport sur l'impôt du sel.

Ces contradictions n'avaient rien de fâcheux en elles-mêmes, mais elles
étaient le symptôme d'une haine sourde, à laquelle il ne fallait que des
malheurs publics pour éclater. Le directoire, parfaitement instruit de
l'état de l'Europe, voyait bien que de nouveaux dangers se préparaient,
et que la guerre allait se ranimer sur le continent. Il ne pouvait guère
plus en douter au mouvement des différens cabinets. Cobentzel et Repnin
n'avaient pu arracher la Prusse à sa neutralité, et l'avaient quittée
avec un grand mécontentement. Mais Paul Ier, complètement séduit, avait
stipulé un traité d'alliance avec l'Autriche, et on disait ses troupes
en marche. L'Autriche armait avec activité; la cour de Naples ordonnait
l'enrôlement de toute sa population. Il eût été de la plus grande
imprudence de ne pas faire de préparatifs, en voyant un pareil
mouvement, depuis les bords de la Vistule jusqu'à ceux du Volturne. Nos
armées étant singulièrement diminuées par la désertion, le directoire
résolut de pourvoir à leur recrutement par une grande institution, qui
restait encore à créer. La convention avait puisé deux fois dans la
population de la France, mais d'une manière extraordinaire, sans laisser
de loi permanente pour la levée annuelle des soldats. En mars 1793, elle
avait ordonné une levée de trois cent mille hommes; en août de la même
année, elle avait pris la grande et belle résolution de la levée en
masse, génération par génération. Depuis, la république avait existé
par cette mesure seule, en forçant à rester sous les drapeaux ceux qui
avaient pris les armes à cette époque. Mais le feu, les maladies en
avaient détruit un grand nombre; la paix en avait ramené un grand nombre
encore dans leurs foyers. On n'avait délivré que douze mille congés,
mais il y avait eu dix fois plus de déserteurs; et il était difficile
d'être sévère envers des hommes qui avaient défendu pendant six années
leur patrie, et qui l'avaient fait triompher de l'Europe au prix de leur
sang. Les cadres restaient, et ils étaient excellens. Il fallait
les remplir par de nouvelles levées, et prendre, non pas une mesure
extraordinaire et temporaire, mais une mesure générale et permanente;
il fallait rendre une loi, enfin, qui devînt, en quelque sorte, partie
inhérente de la constitution. On imagina la conscription.

Le général Jourdan fut le rapporteur de cette loi grande et salutaire,
dont on a abusé comme de toutes les choses de ce monde, mais qui n'en a
pas moins sauvé la France et porté sa gloire au comble. Par cette loi,
chaque Français fut déclaré soldat de droit, pendant une époque de sa
vie. Cette époque était de vingt à vingt-cinq ans. Les jeunes gens
arrivés à cet âge étaient partagés en cinq classes, année par année.
Suivant la nécessité, le gouvernement appelait des hommes en commençant
par la première classe, celle de vingt ans, et par les plus jeunes de
chaque classe. Il pouvait successivement appeler les cinq classes, au
fur et à mesure des besoins. En temps de paix, les conscrits étaient
obligés de servir jusqu'à vingt-cinq ans. Ainsi la durée du service des
soldats variait d'une année à cinq, suivant qu'ils avaient été pris de
vingt-cinq à vingt ans. En temps de guerre, cette durée était illimitée;
c'était au gouvernement à délivrer des congés, quand il croyait le
pouvoir sans inconvénient. Il n'y avait d'exemption d'aucune espèce,
excepté pour ceux qui s'étaient mariés avant la loi, ou qui avaient déjà
payé leur dette dans les guerres précédentes. Cette loi pourvoyait ainsi
aux cas ordinaires; mais dans les cas extraordinaires, lorsque la patrie
était déclarée en danger, le gouvernement avait droit, comme en 93, sur
la population entière; et la levée en masse recommençait.

Cette loi fut adoptée sans opposition, et considérée comme l'une
des plus importantes créations de la révolution[2]. Sur-le-champ le
directoire demanda à en faire usage, et réclama la levée de deux cent
mille conscrits, pour compléter les armées et les mettre sur un
pied respectable. Cette demande fut accordée par acclamations le 2
vendémiaire an VII (23 septembre 1798). Bien que les deux oppositions
contrariassent souvent le directoire, par humeur ou jalousie, cependant
elles voulaient que la république conservât son ascendant en présence
des puissances de l'Europe. Une levée d'hommes exige une levée d'argent.
Le directoire demanda, en sus du budget, 125 millions dont 90 pour
l'équipement de deux cent mille conscrits, et 35 pour réparer le dernier
désastre de la marine. La question était de savoir où on les prendrait.
Le ministre Ramel prouva que les bons pour le remboursement des deux
tiers de la dette étaient rentrés presque en totalité, qu'il restait 400
millions en biens nationaux, lesquels étaient libres par conséquent,
et pouvaient être consacrés aux nouveaux besoins de la république.
On décréta en conséquence la mise en vente de 125 millions de biens
nationaux. Un douzième devait être payé comptant, le reste en
obligations des acquéreurs, négociables à volonté, et payables
successivement dans un délai de dix-huit mois. Elles devaient porter
intérêt à cinq pour cent. Ce papier pouvait équivaloir à un paiement
au comptant, par la facilité de le donner aux compagnies. Les biens
devaient être vendus huit fois le revenu. Cette ressource ne fut
pas plus contestée que la loi de recrutement, dont elle était la
conséquence.

[Note 2: Elle fut rendue le 19 fructidor an VI (5 septembre).]

Le directoire se mit ainsi en mesure de répondre aux menaces de
l'Europe, et de soutenir la dignité de la république. Deux événemens de
médiocre importance venaient d'avoir lieu, l'un en Irlande, l'autre à
Ostende. L'Irlande s'était soulevée, et le directoire y avait envoyé le
général Humbert avec quinze cents hommes[3]. Malheureusement un envoi
de fonds que devait faire la trésorerie ayant été retardé, une seconde
division de six mille hommes, commandée par le général Sarrazin, n'avait
pu mettre à la voile, et Humbert était resté sans appui. Il s'était
maintenu longtemps, et assez pour prouver que l'arrivée du renfort
attendu aurait changé entièrement la face des choses. Mais, après une
suite de combats honorables, il venait d'être obligé de mettre bas les
armes avec tout son corps. Un échec de même nature, essuyé par les
Anglais, venait de compenser cette perte. Les Anglais venaient par
intervalles lancer quelques bombes sur nos ports de l'Océan, ils
voulurent faire un débarquement à Ostende, pour détruire les écluses;
mais, poursuivis à outrance, coupés de leurs vaisseaux, ils furent pris
au nombre de deux mille hommes.

[Note 3: Il débarqua le 5 fructidor (22 août) et fut battu et fait
prisonnier le 22 (8 septembre) par le général Cornwallis.]

Bien que l'Autriche eût contracté une alliance avec la Russie et avec
l'Angleterre, et qu'elle pût compter sur une armée russe et sur un
subside anglais, néanmoins elle hésitait encore à rentrer en lutte avec
la république française. L'Espagne qui voyait avec peine l'incendie
rallumé sur le continent, et qui craignait également les progrès du
système républicain et sa ruine, car dans un cas elle pouvait être
révolutionnée, et dans l'autre punie de son alliance avec la France,
l'Espagne s'était interposée de nouveau pour calmer des adversaires
irrités. Sa médiation, en provoquant des discussions, en faisant naître
quelque possibilité d'arrangement, amenait de nouvelles hésitations à
Vienne, ou du moins de nouvelles lenteurs. A Naples, où le zèle était
furibond, on était indigné de tout délai, et on voulait trouver une
manière d'engager la lutte, pour forcer l'Autriche à tirer le fer. La
folie de cette petite cour était sans exemple. Le sort des Bourbons
était, à cette époque, d'être conduits par leurs femmes à toutes les
fautes. On en avait vu trois à la fois dans le même cas: Louis XVI,
Charles IV et Ferdinand. Le sort de l'infortuné Louis XVI est connu.
Charles IV et Ferdinand, quoique par des voies différentes, étaient
entraînés, par la même influence, à une ruine inévitable. On avait fait
prendre au peuple de Naples la cocarde anglaise; Nelson était traité
comme un dieu tutélaire. On avait ordonné la levée du cinquième de la
population, espèce d'extravagance, car il eût suffi d'en bien armer le
cinquantième, pour prendre rang parmi les puissances. Chaque couvent
devait fournir un cavalier équipé; une partie des biens du clergé avait
été mise en vente; tous les impôts avaient été doublés; enfin ce faiseur
de projets malheureux, dont tous les plans militaires avaient si mal
réussi, et que la destinée réservait à des revers d'une si étrange
espèce, Mack avait été demandé à Naples pour être mis à la tête de
l'armée napolitaine. On lui décerna le triomphe avant la victoire, et
on lui donna le titre de libérateur de l'Italie, le même qu'avait porté
Bonaparte. A ces grands moyens on ajoutait des neuvaines à tous les
saints, des prières à saint Janvier, et des supplices contre ceux qui
étaient soupçonnés de partager les opinions françaises.

La petite cour de Naples continuait ses intrigues en Piémont et en
Toscane. Elle voulait que les Piémontais s'insurgeassent sur les
derrières de l'armée qui gardait la Cisalpine, et les Toscans sur les
derrières de celle qui gardait Rome. Les Napolitains auraient profité de
l'occasion pour attaquer de front l'armée de Rome; les Autrichiens en
auraient profité aussi pour attaquer de front celle de la Cisalpine,
et on augurait de toutes ces combinaisons, que pas un Français ne se
sauverait. Le roi de Piémont, prince religieux, avait quelques scrupules
à cause du traité d'alliance qui le liait à la France; mais on lui
disait que la foi promise à des oppresseurs n'engageait pas, et que les
Piémontais avaient le droit d'assassiner jusqu'au dernier Français. Du
reste, les scrupules étaient moins ici le véritable obstacle que la
surveillance rigoureuse du directoire. Quant à l'archiduc de Toscane, il
manquait entièrement de moyens. Naples, pour le décider, promettait de
lui envoyer une armée par la flotte de Nelson.

Le directoire, de son côté, était sur ses gardes, et il prenait ses
précautions. La république ligurienne, toujours acharnée contre le roi
de Piémont, avait enfin déclaré la guerre à ce prince. A une haine
de principes se joignait une vieille haine de voisinage; et ces deux
petites puissances en voulaient venir aux mains à tout prix. Le
directoire intervint dans la querelle, signifia à la république
ligurienne qu'il fallait poser les armes, et déclara au roi de Piémont
qu'il se chargeait de maintenir la tranquillité dans ses états, mais
que, pour cela, il fallait qu'il y occupât un poste important. En
conséquence, il lui demanda de laisser occuper par les troupes
françaises la citadelle de Turin. Une pareille prétention n'était
justifiable que par les craintes que la cour de Piémont inspirait. Il y
avait incompatibilité entre les anciens et les nouveaux états, et ils
ne pouvaient pas se fier les uns aux autres. Le roi de Piémont fit
de grandes remontrances; mais il n'y avait pas moyen de résister aux
demandes du directoire. Les Français occupèrent la citadelle, et
commencèrent sur-le-champ à l'armer. Le directoire avait détaché l'armée
de Rome de celle de la Cisalpine, et lui avait donné, pour la commander,
le général Championnet, qui s'était distingué sur le Rhin. L'armée était
disséminée dans tout l'état romain; il y avait dans la Marche d'Ancône
quatre à cinq mille hommes commandés par le général Casa-Bianca; le
général Lemoine était avec deux ou trois mille hommes sur le penchant
opposé de l'Apennin, vers Terni. Macdonald, avec la gauche, forte de
cinq mille hommes à peu près, était répandu sur le Tibre. Il y avait à
Rome une petite réserve. L'armée dite de Rome était donc de quinze à
seize mille hommes au plus. La nécessité de surveiller le pays, et la
difficulté d'y vivre, nous avaient obligés de disperser nos troupes; et
si un ennemi actif et bien secondé avait su saisir l'occasion, il aurait
pu faire repentir les Français de leur isolement.

On comptait beaucoup sur cette circonstance à Naples; on se flattait de
surprendre les Français et de les détruire en détail. Quelle gloire de
prendre l'initiative, de remporter le premier succès, et de forcer enfin
l'Autriche à entrer dans la carrière, après la lui avoir ouverte!
Ce furent là les raisons qui engagèrent la cour de Naples à prendre
l'initiative. Elle espérait que les Français seraient facilement battus,
et que l'Autriche ne pourrait plus hésiter, quand une fois le fer serait
tiré. M. de Gallo et le prince Belmonte-Pignatelli, qui connaissaient
un peu mieux l'Europe et les affaires, s'opposaient à ce qu'on prît
l'initiative; mais on refusa d'écouter leurs sages conseils. Pour
décider ce pauvre roi, et l'arracher à ses innocentes occupations, on
supposa, dit-on, une fausse lettre de l'empereur, qui provoquait le
commencement des hostilités. Dès lors les ordres de marche furent
donnés pour la fin de novembre. Toute l'armée napolitaine fut mise en
mouvement. Le roi lui-même partit avec un grand appareil, pour assister
aux opérations. Il n'y eut pas de déclaration de guerre, mais une
sommation aux Français d'évacuer l'état romain: ils répondirent à cette
sommation en se préparant à combattre, malgré la disproportion du
nombre.

Dans la situation respective des deux armées, rien n'était plus facile
que d'accabler les Français, dispersés dans les provinces romaines, à
droite et à gauche de l'Apennin. Il fallait marcher directement sur leur
centre, et porter la masse des forces napolitaines entre Rome et Terni.
La gauche des Français, placée au-delà de l'Apennin pour garder les
Marches, eût été coupée de leur droite, placée en deçà pour garder les
rives du Tibre. On les eût ainsi empêchés de se rallier, et on les
aurait ramenés en désordre jusque dans la Haute-Italie. La Péninsule
du moins eût été délivrée; et la Toscane, l'état romain, les Marches,
seraient entrés sous la domination de Naples. Le nombre des troupes
napolitaines rendait ce plan encore plus facile et plus sûr; mais il
était impossible que Mack employât une manoeuvre aussi simple. Comme
dans ses anciens plans, il voulut envelopper l'ennemi par une multitude
de corps détachés. Il avait près de soixante mille hommes, dont quarante
mille formaient l'armée active, et vingt mille les garnisons. Au lieu
de diriger cette masse de forces sur le point essentiel de Terni, il
la divisa en six colonnes. La première, agissant sur les revers de
l'Apennin, le long de l'Adriatique, dut se porter par la route d'Ascoli
dans les Marches; la seconde et la troisième, agissant sur l'autre côté
des monts, et se liant à la précédente, durent marcher, l'une sur Terni,
l'autre sur Magliano; la quatrième et la principale, formant le corps de
bataille, fut dirigée sur Frascati et sur Rome; une cinquième, longeant
la Méditerranée, eut la mission de parcourir les Marais Pontins, et de
rejoindre le corps de bataille sur la voie Appienne; enfin la dernière,
embarquée sur l'escadre de Nelson, fut dirigée sur Livourne, pour
soulever la Toscane et fermer la retraite aux Français. Ainsi tout était
préparé pour les envelopper et les perdre tous, mais rien ne l'était
pour les battre auparavant.

C'est dans cet ordre que Mack se mit en marche avec ses quarante mille
hommes. La quantité de ses bagages, l'indiscipline des troupes, le
mauvais état des chemins, rendaient ses mouvemens très lents. L'armée
napolitaine formait une longue queue, sans ordre et sans ensemble.
Championnet, averti à temps du péril, détacha deux corps pour observer
la marche de l'ennemi, et protéger les corps isolés qui se repliaient.
Ne croyant pas pouvoir conserver Rome, il résolut de prendre une
position en arrière, sur les bords du Tibre, entre Civita-Castellana
et Civita-Ducale, et là de concentrer ses forces pour reprendre
l'offensive.

Tandis que Championnet se retirait sagement, et évacuait Rome, en
laissant huit cents hommes dans le château Saint-Ange, Mack s'avançait
fièrement sur toutes les routes, et semblait ne pouvoir trouver de
résistance. Il arriva aux portes de Rome le 9 frimaire an VII (29
novembre 1798), et y entra sans obstacle. On avait préparé au roi une
réception triomphale. Ce pauvre prince, traité en conquérant et en
libérateur, fut enivré de l'espèce de gloire militaire qu'on lui avait
apprêtée. Du reste, on lui conseillait un noble usage de la victoire, et
il invita le pape à venir reprendre possession de ses états. Cependant
son armée, moins généreuse que lui, commit d'horribles pillages. La
populace romaine, avec sa mobilité accoutumée, se précipita sur les
maisons de ceux qu'on accusait d'être révolutionnaires, et les dévasta.
La dépouille mortelle du malheureux Duphot fut exhumée et indignement
outragée.

Pendant que les Napolitains occupaient ainsi leur temps à Rome,
Championnet exécutait avec une rare activité l'habile détermination
qu'il avait prise. Sentant que le point essentiel était au centre sur
le Haut-Tibre, il fit prendre à Macdonald une forte position à
Civita-Castellana, et le renforça de toutes les troupes dont il put
disposer. Il transporta une partie des forces qu'il avait dans les
Marches, au-delà de l'Apennin, et ne laissa au général Casa-Bianca que
ce qui lui était strictement nécessaire pour retarder de ce côté la
marche de l'ennemi. Lui-même courut à Ancône pour hâter l'arrivée de ses
parcs et des munitions. Ne s'effrayant pas plus qu'il ne fallait de ce
qui se préparait sur ses derrières en Toscane, il chargea un officier,
avec un faible détachement, d'observer ce qui se passait de ce côté.

Les Napolitains rencontrèrent enfin les Français sur les différentes
routes qu'ils parcouraient. Ils étaient trois fois plus nombreux, mais
ils avaient affaire aux fameuses bandes d'Italie, et ils trouvèrent que
la tâche était rude. Dans les Marches, la colonne qui s'avançait par
Ascoli fut repoussée au loin par Casa-Bianca. Sur la route de Terni,
un colonel napolitain fut enlevé avec tout son corps par le général
Lemoine. Cette première expérience de la guerre avec les Français était
peu faite pour encourager les Napolitains. Cependant Mack fit ses
dispositions pour enlever la position qu'il sentait la plus importante,
celle de Civita-Castellana, où Macdonald se trouvait avec le gros de nos
troupes. Civita-Castellana est l'ancienne Veïes. Elle est placée sur un
ravin, dans une position très forte. Les Français tenaient plusieurs
postes éloignés qui en couvraient les approches. Le 14 frimaire an VII
(4 décembre), Mack fit attaquer Borghetto, Nepi, Rignano, par des forces
considérables. Il dirigea par la rive opposée du Tibre une colonne
accessoire, qui devait s'emparer de Rignano. Aucune de ces attaques ne
réussit. L'une des colonnes, mise en fuite, perdit toute son artillerie.
Une seconde, enveloppée, perdit trois mille prisonniers. Les autres,
découragées, se bornèrent à de simples démonstrations. Nulle part
enfin les troupes napolitaines ne purent soutenir le choc des troupes
françaises. Mack, un peu déconcerté, renonça à enlever la position
centrale de Civita-Castellana, et commença à s'apercevoir que ce n'était
pas sur ce point qu'il aurait fallu essayer de forcer la ligne ennemie.
C'est à Terni, point plus rapproché de l'Apennin, et moins défendu par
les Français, qu'il aurait dû frapper le coup principal. Il songea dès
lors à dérober ses troupes, et à les reporter de Civita-Castellana sur
Terni. Mais pour cacher ce mouvement, il aurait fallu une rapidité
d'exécution impossible avec des troupes sans discipline. Il fallut
plusieurs jours pour faire repasser le Tibre au gros de l'armée; et
Mack ralentit encore par sa propre faute une opération déjà trop
lente. Macdonald, qu'il croyait retenir à Civita-Castellana par des
démonstrations, s'était déjà transporté de Civita-Castellana au-delà
du Tibre. Lemoine avait été renforcé à Terni. Ainsi, les Napolitains
avaient été prévenus sur tous les points qu'ils se proposaient de
surprendre. Le premier mouvement du général Metsch, de Calvi sur
Otricoli, n'amena qu'un désastre. Le 19 frimaire (9 décembre), ramené
d'Otricoli sur Calvi, ce général fut entouré et obligé de mettre bas les
armes, avec quatre mille hommes, devant un corps de trois mille cinq
cents. Dès cet instant, Mack ne songea plus qu'à rentrer dans Rome, et à
se replier de Rome jusqu'au pied des montagnes de Frascati et d'Albano,
pour y rallier son armée, et la renforcer de nouveaux bataillons.
C'était là une triste ressource, car ce n'était pas la quantité des
soldats qu'il fallait augmenter, c'était leur qualité qu'il aurait fallu
changer; et ce n'était pas en se retirant à quelques lieues du champ de
bataille qu'on pouvait trouver le temps de leur donner la discipline et
la bravoure.

Le roi de Naples, en apprenant ces tristes événemens, sortit furtivement
de Rome, où il était entré quelques jours auparavant en triomphe. Les
Napolitains l'évacuèrent en désordre, à la grande satisfaction des
Romains, qui étaient déjà beaucoup plus importunés de leur présence,
qu'ils ne l'avaient été de celle des Français. Championnet rentra dans
Rome dix-sept jours après en être sorti. Il avait mérité véritablement
les honneurs du triomphe. Se concentrant habilement avec quinze ou seize
mille hommes, il avait su reprendre l'offensive contre quarante mille,
et les avait poussés en désordre devant lui. Championnet ne voulut pas
se borner à la simple défense des États romains, il conçut le projet
audacieux de conquérir le royaume de Naples avec sa faible armée.
L'entreprise était difficile, moins à cause de la force de l'armée
napolitaine que de la disposition des habitans, qui pouvaient nous faire
une guerre de partisans fort longue et fort dangereuse. Championnet
n'en persista pas moins à s'avancer. Il partit de Rome pour suivre
la retraite de Mack. Il lui fit sur la route une grande quantité de
prisonniers, et mit dans une déroute complète la colonne qui avait été
débarquée en Toscane, et dont il ne s'échappa que trois mille hommes.

Mack, entièrement démoralisé, se replia rapidement dans le royaume de
Naples, et ne s'arrêta que devant Capoue, sur la ligne du Volturne. Il
fit choix de ses troupes les meilleures, les plaça devant Capoue et
sur toute la ligne du fleuve, qui est très profond, et qui forme une
barrière difficile à franchir. Pendant ce temps, le roi était rentré
à Naples, et son retour subit y avait jeté la confusion. Le peuple,
furieux des échecs essuyés par l'armée, criait à la trahison, demandait
des armes, et menaçait d'égorger les généraux, les ministres, tous ceux
auxquels il attribuait les malheurs de la guerre. Il voulait égorger
aussi tous ceux qu'on accusait de désirer les Français et la révolution.
Cette cour odieuse n'hésita pas à donner aux lazzaronis des armes dont
il était facile de prévoir l'usage. A peine ces espèces de barbares
eurent-ils reçu les dépouilles des arsenaux, qu'ils s'insurgèrent et
se rendirent maîtres de Naples. Criant toujours à la trahison, ils
s'emparèrent d'un messager du roi, et l'assassinèrent. Le favori Acton,
auquel on commençait à attribuer les malheurs publics, la reine, le roi,
toute la cour, étaient dans l'épouvante. Naples ne paraissait plus un
séjour assez sûr; l'idée de se réfugier en Sicile fut aussitôt conçue
et adoptée. Le 11 nivôse (31 décembre), les meubles précieux de la
couronne, tous les trésors des palais de Caserte et de Naples, et un
trésor de vingt millions, furent embarqués sur l'escadre de Nelson, et
on fit voile pour la Sicile. Acton, l'auteur de toutes les calamités
publiques, ne voulut pas braver les dangers du séjour de Naples, et
s'embarqua avec la reine. Tout ce qu'on ne put pas emporter fut brûlé.
Ce fut au milieu d'une tempête, et à la lueur des flammes des chantiers
incendiés, que cette cour lâche et criminelle abandonna à ses dangers le
royaume qu'elle avait compromis. Elle laissa, dit-on, l'ordre d'égorger
la haute bourgeoisie, accusée d'esprit révolutionnaire. Tout devait être
immolé, jusqu'au rang de notaire. Le prince Pignatelli resta à Naples,
chargé des pouvoirs du roi.

Pendant ce temps, Championnet s'avançait vers Naples. Il avait commis
à son tour la même faute que Mack; il s'était divisé en plusieurs
colonnes, qui devaient se joindre devant Capoue. Leur jonction à travers
un pays difficile, au milieu d'un peuple fanatique et soulevé de toutes
parts contre les prétendus ennemis de Dieu et de saint Janvier, était
fort incertaine.

Championnet, arrivé avec son corps de bataille sur les bords du
Volturne, voulut faire une tentative sur Capoue. Repoussé par une
nombreuse artillerie, il fut obligé de renoncer à un coup de main, et de
replier ses troupes, en attendant l'arrivée des autres colonnes. Cette
tentative eut lieu le 14 nivôse an VII (3 janvier 1799). Les paysans
napolitains, insurgés de toutes parts, interceptaient nos courriers et
nos convois. Championnet n'avait aucune nouvelle de ses autres colonnes,
et sa position pouvait être considérée comme très critique. Mack profita
de l'occasion pour lui faire des ouvertures amicales. Championnet,
comptant sur la fortune des Français, repoussa hardiment les
propositions de Mack. Heureusement il fut rejoint par ses colonnes, et
il convint alors d'un armistice, aux conditions suivantes: Mack devait
abandonner la ligne du Volturne, céder la ville de Capoue aux Français,
se retirer derrière la ligne des Regi-Lagni du côté de la Méditerranée,
et de l'Ofanto, du côté de l'Adriatique, et céder ainsi une grande
partie du royaume de Naples. Outre ces concessions de territoire, on
stipula une contribution de huit millions en argent. L'armistice fut
signé le 22 nivôse (11 janvier).

Quand on apprit à Naples la nouvelle de l'armistice, le peuple se livra
à la plus grande fureur, et cria plus vivement encore qu'il était trahi
par les officiers de la couronne. La vue du commissaire chargé de
recevoir la contribution de huit millions porta la multitude aux
derniers excès; elle se révolta, et empêcha l'exécution de l'armistice.
Le tumulte fut porté à un tel degré, que le prince Pignatelli,
épouvanté, abandonna Naples. Cette belle capitale resta livrée aux
lazzaronis. Il n'y avait plus aucune autorité reconnue, et on était
menacé d'un horrible bouleversement. Enfin, après trois jours de
tumulte, on parvint à choisir un chef qui avait la confiance des
lazzaronis, et qui avait quelques moyens de les contenir: c'était le
prince de Moliterne. Pendant ce temps, les mêmes fureurs éclataient dans
l'armée de Mack. Ses soldats, loin de s'en prendre de leurs malheurs à
leur lâcheté, s'en prirent à leur général, et voulurent le massacrer. Le
prétendu libérateur de l'Italie, qui avait reçu un mois auparavant les
honneurs du triomphe, n'eut d'autre asile que le camp même des Français.
Il demanda à Championnet la permission de se réfugier auprès de lui. Le
généreux républicain, oubliant le langage peu convenable de Mack dans
sa correspondance, lui donna asile, le fit asseoir à sa table, et lui
laissa son épée.

Championnet, autorisé par le refus fait à Naples d'exécuter les
conditions de l'armistice, s'avança sur cette capitale, dans le but de
s'en emparer. La chose était difficile, car un peuple immense, qui,
en rase campagne, eût été balayé par quelques escadrons de cavalerie,
devenait très redoutable derrière les murs d'une ville. On eut quelques
combats à livrer pour approcher de la place, et les lazzaronis
montrèrent là plus de courage que l'armée napolitaine. L'imminence du
danger avait redoublé leur fureur. Le prince de Moliterne, qui voulait
les modérer, avait cessé bientôt de leur convenir, et ils avaient pris
pour chefs deux d'entre eux, les nommés Paggio et Michel le fou. Ils se
livrèrent, dès cet instant, aux plus grands excès, et commirent toute
espèce de violences contre les bourgeois et les nobles accusés de
jacobinisme. Le désordre fut poussé à un tel point, que toutes les
classes intéressées à l'ordre souhaitèrent l'entrée des Français. Les
habitans firent prévenir Mack qu'ils se joindraient à lui pour livrer
Naples. Le prince de Moliterne lui-même promit de s'emparer du fort
Saint-Elme, et de le livrer aux Français. Le 4 pluviôse (23
janvier), Championnet donna l'assaut. Les lazzaronis se défendirent
courageusement; mais les bourgeois s'étant emparés du fort Saint-Elme
et de différens postes de la ville, donnèrent entrée aux Français. Les
lazzaronis, retranchés néanmoins dans les maisons, allaient se défendre
de rues en rues, et incendier peut-être la ville; mais on fit prisonnier
un de leurs chefs, on le traita avec beaucoup d'égards, on lui promit
de respecter saint Janvier, et on obtint enfin qu'il fît mettre bas les
armes à tous les siens.

Championnet, dès cet instant, se trouva maître de Naples et de tout le
royaume: il se hâta d'y rétablir l'ordre et de désarmer les lazzaronis.
D'après les intentions du gouvernement français, il proclama la
nouvelle république. Un nom antique lui fut donné, celui de république
parthénopéenne. Telle fut l'issue des folies et des méchancetés de la
cour de Naples. Vingt mille Français et deux mois suffirent pour déjouer
ses vastes projets, changer ses états en république. Cette courte
campagne de Championnet lui valut sur-le-champ une réputation brillante.
L'armée de Rome prit dès lors le titre d'armée de Naples, et fut
détachée de l'armée d'Italie. Championnet devint indépendant de Joubert.

Pendant que ces événemens avaient lieu dans la Péninsule, la chute du
royaume de Piémont était enfin consommée. Déjà, par une précaution que
les circonstances légitimaient assez, Joubert s'était emparé de la
citadelle de Turin, et l'avait armée avec l'artillerie prise dans les
arsenaux piémontais. Mais cette précaution était fort insuffisante dans
l'état présent des choses. Le trouble régnait toujours dans le Piémont:
les républicains faisaient sans cesse de nouvelles tentatives, et
venaient même de perdre six cents hommes, pour avoir essayé de
surprendre Alexandrie. Une mascarade sortie de la citadelle de Turin,
où toute la cour était représentée, et qui était à la fois l'oeuvre des
Piémontais et des officiers français que les généraux ne pouvaient pas
toujours contenir, avait failli provoquer un combat sanglant dans
Turin même. La cour de Piémont ne pouvait pas être notre amie, et la
correspondance du ministre de Naples avec M. de Priocca, ministre
dirigeant de Piémont, le prouvait assez. Dans des circonstances
pareilles, la France, exposée à une nouvelle guerre, ne pouvait pas
laisser, sur ses communications des Alpes, deux partis aux prises et un
gouvernement ennemi. Elle avait, sur la cour de Piémont, le droit que
les défenseurs d'une place ont sur tous les bâtimens qui en gênent ou
en compromettent la défense. Il fut décidé qu'on forcerait le roi de
Piémont à abdiquer. On soutint les républicains, et on les aida à
s'emparer de Novarre, Alexandrie, Suze, Chivasso. On dit alors au roi
qu'il ne pouvait plus vivre dans des états qui se révoltaient, et qui
allaient être bientôt le théâtre de la guerre: on lui demanda son
abdication, en lui laissant l'île de Sardaigne. L'abdication fut signée
le 19 frimaire (9 décembre 1798). Ainsi les deux princes les plus
puissans de l'Italie, celui de Naples et de Piémont, n'avaient plus, de
leurs états, que deux îles. Dans les circonstances qui se préparaient,
on ne voulut pas se donner l'embarras de créer une nouvelle république,
et en attendant le résultat de la guerre, il fut décidé que le Piémont
serait provisoirement administré par la France. Il ne restait plus à
envahir en Italie que la Toscane. Une simple signification suffisait
pour l'occuper; mais on différait cette signification, et on attendait,
pour la faire, que l'Autriche se fût ouvertement déclarée.



CHAPITRE XV.

ÉTAT DE L'ADMINISTRATION DE LA RÉPUBLIQUE ET DES ARMÉES AU COMMENCEMENT
DE 1799.--PRÉPARATIFS MILITAIRES.--LEVÉE DE 200 MILLE
CONSCRITS.--MOYENS ET PLANS DE GUERRE DU DIRECTOIRE ET DES PUISSANCES
COALISÉES.--DÉCLARATION DE GUERRE A L'AUTRICHE.--OUVERTURE DE
LA CAMPAGNE DE 1799.--INVASION DES GRISONS.--COMBAT DE
PFULLENDORF.--BATAILLE DE STOCKACH.--RETRAITE DE JOURDAN.--OPÉRATIONS
MILITAIRES EN ITALIE.--BATAILLE DE MAGNANO; RETRAITE DE
SCHÉRER.--ASSASSINAT DES PLÉNIPOTENTIAIRES FRANÇAIS A RASTADT.--EFFETS
DE NOS PREMIERS REVERS.--ACCUSATIONS MULTIPLIÉES CONTRE LE
DIRECTOIRE.--ÉLECTIONS DE L'AN VII.--SIÈYES EST NOMMÉ DIRECTEUR, EN
REMPLACEMENT DE REWBELL.


Tel était l'état des choses au commencement de l'année 1799. La guerre,
d'après les événemens que nous venons de rapporter, n'était plus
douteuse. D'ailleurs les correspondances interceptées, la levée de
boucliers de la cour de Naples, qui n'aurait pas pris l'initiative sans
la certitude d'une intervention puissante, les préparatifs immenses de
l'Autriche, enfin l'arrivée d'un corps russe en Moravie, ne laissaient
plus aucune incertitude. On était en nivôse (janvier 1799), et il était
évident que les hostilités seraient commencées avant deux mois. Ainsi
l'incompatibilité des deux grands systèmes que la révolution avait
mis en présence était prouvée par les faits. La France avait commencé
l'année 1798 avec trois républiques à ses côtés, les républiques batave,
cisalpine et ligurienne, et déjà il en existait six à la fin de
cette année, par la création des républiques helvétique, romaine et
parthénopéenne. Cette extension avait été moins le résultat de l'esprit
de conquête, que de l'esprit de système. On avait été obligé de secourir
les Vaudois opprimés: on avait été provoqué à Rome à venger la mort du
malheureux Duphot, immolé en voulant séparer les deux partis: à Naples
on n'avait fait que repousser une agression. Ainsi on avait été
forcément conduit à rentrer en lutte, il est constant que le directoire,
quoique ayant une immense confiance dans la puissance française,
désirait cependant la paix, pour des raisons politiques et financières;
il est constant aussi que l'empereur, tout en désirant la guerre,
voulait l'éloigner encore. Cependant tous s'étaient conduits comme
s'ils avaient voulu rentrer immédiatement en lutte, tant était grande
l'incompatibilité des deux systèmes.

La révolution avait donné au gouvernement français une confiance et
une audace extraordinaire. Le dernier événement de Naples, quoique peu
considérable en lui-même, venait de lui persuader encore que tout devait
fuir devant les baïonnettes françaises. C'était du reste l'opinion de
l'Europe. Il ne fallait rien moins que l'immensité des moyens réunis
contre la France, pour donner à ses ennemis le courage de se mesurer
avec elle. Mais cette confiance du gouvernement français dans ses
forces était exagérée, et lui cachait une partie des difficultés de sa
position. La suite a prouvé que ses ressources étaient immenses, mais
que dans le moment elles n'étaient pas encore assez assurées pour
garantir la victoire. Le directoire, outre la France, avait à
administrer la Hollande, la Suisse, toute l'Italie, partagées en
autant de républiques. Les administrer par l'intermédiaire de leur
gouvernement, était, comme on l'a vu, encore plus difficile que si on
avait commandé directement chez elles. On n'en pouvait presque
tirer aucune ressource, ni en argent ni en hommes, par le défaut
d'organisation. Il fallait cependant les défendre, et dès lors combattre
sur une ligne qui, depuis le Texel, s'étendait sans interruption jusqu'à
l'Adriatique, ligne qui, attaquée de front par la Russie et l'Autriche,
était prise à revers par les flottes anglaises, soit en Hollande, soit à
Naples. Les forces qu'une telle situation militaire exigeait, il fallait
les tirer de France seulement. Or, les armées étaient singulièrement
affaiblies. Quarante mille soldats, les meilleurs, étaient en Égypte
sous notre grand capitaine. Les armées restées en France étaient
diminuées de moitié par l'effet des désertions que la paix amène
toujours. Le gouvernement payait le même nombre de soldats, mais il
n'avait peut-être pas cent cinquante mille hommes effectifs. Les
administrations et les états-majors faisaient le profit sur la solde,
et c'était une surcharge inutile pour les finances. Ces cent cinquante
mille hommes effectifs formaient des cadres excellens, qu'on pouvait
remplir avec la nouvelle levée des conscrits; mais il fallait du temps
pour cela, et on n'en avait pas eu assez depuis rétablissement de
la conscription. Enfin, les finances étaient toujours dans le même
délabrement, par la mauvaise organisation de la perception. On avait
voté un budget de 600 millions, et une ressource extraordinaire de 125
millions, prise sur les 400 millions restans de biens nationaux; mais
la lenteur des rentrées, et l'erreur dans l'évaluation de certains
produits, laissaient un déficit considérable. Enfin la subordination, si
nécessaire dans une machine aussi vaste, commençait à disparaître. Les
militaires devenaient très difficiles à contenir. Cet état de guerre
perpétuelle leur faisait sentir qu'ils étaient nécessaires; ils en
devenaient impérieux et exigeans. Placés dans des pays riches, ils
voulaient en profiter, et ils étaient les complices de toutes les
spoliations. Ils voulaient aussi faire triompher leurs opinions là où
ils résidaient, et n'obéissaient qu'avec peine à la direction des agens
civils. On l'a vu dans la querelle de Brune avec Trouvé. Enfin, dans
l'intérieur, l'opposition qu'on a vu renaître depuis le 18 fructidor,
et prendre deux caractères, se prononçait davantage. Les patriotes,
réprimés aux dernières élections, se préparaient à triompher dans les
nouvelles. Les modérés critiquaient froidement, mais amèrement,
toutes les mesures du gouvernement, et suivant l'usage de toutes les
oppositions, lui reprochaient même les difficultés qu'il avait à
vaincre, et qui étaient le plus souvent insurmontables. Le gouvernement,
c'est la force même: il faut qu'il triomphe; tant pis pour lui s'il ne
triomphe pas. On n'écoute jamais ses excuses, quand il explique pourquoi
il n'a pas réussi.

Telle était la situation du directoire à l'instant où la guerre
recommença avec l'Europe. Il fit de grands efforts pour rétablir l'ordre
dans cette grande machine. La confusion régnait toujours en Italie. Les
ressources de cette belle contrée étaient gaspillées, et se perdaient
inutilement pour l'armée; quelques pillards en profitaient seuls. La
commission chargée d'instituer et d'administrer la république romaine
venait de terminer ses fonctions, et aussitôt l'influence des
états-majors s'était fait sentir. On avait changé les consuls jugés
trop modérés. On avait rompu les marchés avantageux pour l'entretien
de l'armée. La commission, dans laquelle Faypoult avait la direction
financière, avait conclu un marché pour l'entretien et le paiement des
troupes stationnées à Rome, et pour le transport de tous les objets
d'art envoyés en France. Elle avait adjugé en paiement des biens
nationaux pris sur le clergé. Le marché, outre qu'il était modéré sous
le rapport du prix, avait l'avantage de fournir un emploi aux biens
nationaux. Il fut cassé, et donné ensuite à la compagnie Baudin,
qui dévorait l'Italie. Cette compagnie se faisait appuyer par les
états-majors, auxquels elle abandonnait un pour cent de profit. Le
Piémont, qu'on venait d'occuper, offrait une nouvelle proie à dévorer,
et la probité de Joubert, général en chef de l'armée d'Italie, n'était
pas une garantie contre l'avidité de l'état-major et des compagnies.
Naples surtout allait être mise au pillage. Il y avait dans le
directoire quatre hommes intègres, Rewbell, Larévellière, Merlin et
Treilhard, que tous les désordres révoltaient. Larévellière surtout,
le plus sévère et le plus instruit des faits par ses relations
particulières avec l'ambassadeur Trouvé et avec les membres de la
commission de Rome, Larévellière voulait qu'on déployât la plus grande
énergie. Il proposa et fit adopter un projet fort sage; c'était
d'instituer dans tous les pays dépendans de la France, et où résidaient
nos armées, des commissions chargées de la partie civile et financière,
et tout à fait indépendantes des états-majors. A Milan, à Turin, à Rome,
à Naples, des commissions civiles devaient recevoir les contributions
stipulées avec les pays alliés de la France, passer les marchés, faire
tous les arrangemens financiers, fournir en un mot aux besoins des
armées, mais ne laisser aucun maniement de fonds aux chefs militaires.
Les commissions avaient cependant l'ordre de compter aux généraux les
fonds qu'ils demanderaient, sans qu'ils fussent obligés de justifier
pourquoi; ils n'en devaient compte qu'au gouvernement. Ainsi l'autorité
militaire était encore bien ménagée. Les quatre directeurs firent
adopter la mesure, et on signifia à Schérer l'ordre de la faire exécuter
sur-le-champ avec la dernière rigueur. Comme il montrait quelque
indulgence pour ses camarades, on lui signifia qu'il répondrait de tous
les désordres qui ne seraient pas réprimés.

Cette mesure, quelque juste qu'elle fût, devait blesser beaucoup les
états-majors. En Italie surtout ils parurent se révolter; ils dirent
qu'on déshonorait les militaires par les précautions qu'on prenait à
leur égard, qu'on enchaînait tout à fait les généraux, qu'on les
privait de toute autorité. Championnet, à Naples, avait déjà tranche du
législateur, et nommé des commissions chargées d'administrer le pays
conquis. Faypoult était envoyé à Naples pour s'y charger de toute la
partie financière. Il prit les arrêtés nécessaires pour faire rentrer
l'administration dans ses mains, et révoqua certaines mesures fort mal
entendues, prises par Championnet. Celui-ci, avec toute la morgue des
gens de son état, surtout quand ils sont victorieux, se regarda comme
offensé; il eut la hardiesse de prendre un arrêté par lequel il
enjoignait à Faypoult et aux autres commissaires de quitter Naples
sous vingt-quatre heures. Une pareille conduite était intolérable.
Méconnaître les ordres du directoire et chasser de Naples les envoyés
revêtus de ses pouvoirs, était un acte qui méritait la plus sévère
répression, à moins qu'on ne voulût abdiquer l'autorité suprême et
la remettre aux généraux. Le directoire ne faiblit pas, et grâce à
l'énergie des membres intègres qui voulaient mettre fin aux gaspillages,
il déploya ici toute son autorité. Il destitua Championnet, malgré
l'éclat de ses derniers succès, et le livra à une commission militaire.
Malheureusement l'insubordination ne s'arrêta pas là. Le brave Joubert
se laissa persuader que l'honneur militaire était blessé par les arrêtés
du directoire; il ne voulut pas conserver le commandement aux conditions
nouvelles prescrites aux généraux, et donna sa démission. Le directoire
l'accepta. Bernadotte refusa de succéder à Joubert, par les mêmes
motifs. Néanmoins le directoire ne céda pas et persista dans ses
arrêtés.

Le directoire s'occupa ensuite de la levée des conscrits, qui
s'exécutait lentement. Les deux premières classes ne pouvant pas fournir
les deux cent mille hommes, il se fit autoriser à les prendre dans
toutes les classes, jusqu'à ce que le nombre requis fût complet. Pour
gagner du temps, il fut décidé que les communes seraient chargées
elles-mêmes de l'équipement des nouvelles recrues, et que cette dépense
serait comptée en déduction de la contribution foncière. Ces nouveaux
conscrits, à peine équipés, devaient se rendre sur les frontières, y
être formés en bataillons de garnison, remplacer les vieilles troupes
dans les places et les camps de réserve, et dès que leur instruction
serait suffisante, aller rejoindre les armées actives.

Le directoire s'occupait aussi du déficit. Le ministre Ramel, qui
administrait toujours nos finances avec lumière et probité, depuis
l'établissement du directoire, après avoir vérifié le produit des
impôts, assurait que le déficit serait de 65 millions, sans compter tout
l'arriéré provenant du retard dans les rentrées. Une violente dispute
s'engagea sur la quotité du déficit. Les adversaires du directoire ne le
portaient pas à plus de 15 millions. Ramel prouvait qu'il serait de 65
au moins, et peut-être même de 75. On avait imaginé l'impôt des portes
et fenêtres, mais il ne suffisait pas. L'impôt du sel fut mis en
discussion. Alors de grands cris s'élevèrent: on opprimait le peuple,
disait-on, on faisait porter les charges publiques sur une seule classe,
on renouvelait les gabelles, etc. Lucien Bonaparte était celui des
orateurs qui faisait valoir les objections avec le plus d'acharnement.
Les partisans du gouvernement répondaient en alléguant la nécessité.
L'impôt fut rejeté par le conseil des anciens. Pour en remplacer le
produit, on doubla l'impôt des portes et fenêtres; on décupla même celui
des portes cochères. On mit en vente les biens du culte protestant, on
décréta que le clergé protestant recevrait des salaires en dédommagement
de ses biens. On mit à la disposition du gouvernement les sommes à
recouvrer sur les propriétaires de biens restés indivis avec l'état.

Malheureusement toutes ces ressources n'étaient pas assez promptes.
Outre la difficulté de porter le produit de l'impôt au niveau de 600
millions, il y avait un autre inconvénient dans la lenteur des rentrées.
On était encore réduit, cette année comme dans les précédentes, à donner
des délégations aux fournisseurs sur les produits non rentrés. Les
rentiers, auxquels on avait, depuis le remboursement des deux tiers,
promis la plus grande exactitude, étaient payés eux-mêmes avec des bons
recevables en acquittement des impôts. Ainsi on se trouvait de nouveau
réduit aux expédiens.

Ce n'était pas tout que de réunir des soldats et des fonds pour les
entretenir, il fallait les distribuer d'après un plan convenable, et
leur choisir des généraux. Il fallait, comme nous l'avons dit, garder la
Hollande, la ligne du Rhin, la Suisse et toute l'Italie, c'est-à-dire
opérer depuis le golfe de Tarente jusqu'au Texel. La Hollande était
couverte d'un côté par la neutralité de la Prusse, qui paraissait
certaine; mais une flotte anglo-russe devait y faire un débarquement, et
il était urgent de la protéger contre ce danger. La ligne du Rhin était
protégée par les deux places de Mayence et de Strasbourg; et quoiqu'il
fût peu probable que l'Autriche vînt essayer de la percer, il était
prudent de la couvrir par un corps d'observation. Soit qu'on prît
l'offensive ou qu'on l'attendît, c'était sur les bords du Haut-Danube,
vers les environs du lac de Constance, ou en Suisse, qu'on devait
rencontrer les armées autrichiennes. Il fallait une armée active qui,
partie de l'Alsace ou de la Suisse, s'avancerait dans les plaines de
la Bavière. Il fallait ensuite un corps d'observation pour couvrir la
Suisse; il fallait enfin une grande armée pour couvrir la Haute-Italie
contre les Autrichiens, et la Basse-Italie contre les Napolitains et les
Anglais réunis.

Ce champ de bataille était immense, et il n'était pas connu et jugé
comme il l'a été depuis, à la suite de longues guerres et de campagnes
immortelles. On pensait alors que la clé de la plaine était dans les
montagnes. La Suisse, placée au milieu de la ligne immense sur laquelle
on allait combattre, paraissait la clé de tout le continent; et la
France, qui occupait la Suisse, semblait avoir un avantage décisif. Il
semblait qu'en ayant les sources du Rhin, du Danube, du Pô, elle en
commandât tout le cours. C'était là une erreur. On conçoit que deux
armées qui appuient immédiatement une aile à des montagnes, comme les
Autrichiens et les Français quand ils se battaient aux environs de
Vérone ou aux environs de Rastadt, tiennent à la possession de ces
montagnes, parce que celle des deux qui en est maîtresse peut déborder
l'ennemi par les hauteurs. Mais quand on se bat à cinquante ou cent
lieues des montagnes, elles cessent d'avoir la même importance. Tandis
qu'on s'épuiserait pour la possession du Saint-Gothard, des armées
placées sur le Rhin ou sur le Bas-Pô auraient le temps de décider du
sort de l'Europe. Mais on concluait du petit au grand: de ce que les
hauteurs sont importantes sur un champ de bataille de quelques lieues,
on en concluait que la puissance maîtresse des Alpes devait l'être
du continent. La Suisse n'a qu'un avantage réel, c'est d'ouvrir des
débouchés directs à la France sur l'Autriche, et à l'Autriche sur la
France. On conçoit dès lors que, pour le repos des deux puissances et
de l'Europe, la clôture de ces débouchés soit un bienfait. Plus on peut
empêcher les points de contact et les moyens d'invasion, mieux on fait,
surtout entre deux états qui ne peuvent se heurter sans que le continent
en soit ébranlé. C'est en ce sens que la neutralité de la Suisse
intéresse toute l'Europe, et qu'on a toujours eu raison d'en faire un
principe de sûreté générale.

La France, en l'envahissant, s'était donné l'avantage des débouchés
directs sur l'Autriche et l'Italie, et, en ce sens, on pouvait regarder
la possession de la Suisse comme importante pour elle. Mais si la
multiplicité des débouchés est un avantage pour la puissance qui
doit prendre l'offensive, et qui en a les moyens, elle devient un
inconvénient pour la puissance qui est réduite à la défensive, par
l'infériorité de ses forces. Celle-ci doit souhaiter alors que le nombre
des points d'attaque soit aussi réduit que possible, afin de pouvoir
concentrer ses forces, avec avantage. S'il eût été avantageux pour la
France, suffisamment préparée à l'offensive, de pouvoir déboucher
en Bavière par la Suisse, il était fâcheux pour elle, réduite à la
défensive, de ne pouvoir pas compter sur la neutralité suisse; il était
fâcheux pour elle d'avoir à garder tout l'espace compris de Mayence à
Gênes, au lieu de pouvoir, comme elle le fit en 1798, concentrer ses
forces, entre Mayence et Strasbourg d'une part, et entre le Mont-Blanc
et Gênes de l'autre.

Ainsi, l'occupation de la Suisse pouvait devenir dangereuse pour la
France, dans le cas de la défensive. Mais elle était fort loin de se
croire dans un cas pareil. Le projet du gouvernement était de prendre
l'offensive partout et de procéder, comme naguère, par des coups
foudroyans. Mais la distribution de ses forces fut des plus
malheureuses. On plaça une armée d'observation en Hollande, et une autre
armée d'observation sur le Rhin. Une armée active devait partir de
Strasbourg, traverser la forêt Noire, et envahir la Bavière. Une
seconde armée active devait combattre en Suisse pour la possession des
montagnes, et appuyer ainsi d'un côté celle qui agirait sur le Danube,
et de l'autre celle qui agirait en Italie. Une autre grande armée devait
partir de l'Adige pour chasser tout à fait les Autrichiens jusqu'au-delà
de l'Izonzo. Enfin, une dernière armée d'observation devait couvrir la
Basse-Italie, et garder Naples. On voulait que l'armée de Hollande fût
de vingt mille hommes, celle du Rhin de quarante, celle du Danube
de quatre-vingt, celle de Suisse de quarante, celle d'Italie de
quatre-vingt, celle de Naples de quarante, ce qui faisait en tout trois
cent mille hommes indépendamment des garnisons. Avec de pareilles
forces, cette distribution devenait moins défectueuse. Mais si, par la
levée des conscrits, on pouvait, dans quelque temps, porter nos armées à
ce nombre, on était loin d'y être arrivé dans le moment. On ne pouvait
guère laisser que dix mille hommes en Hollande. Sur le Rhin on pouvait
à peine réunir quelques mille hommes. Les troupes destinées à composer
cette armée d'observation étaient retenues dans l'intérieur, soit pour
surveiller la Vendée encore menacée, soit pour protéger la tranquillité
publique pendant les élections qui se préparaient. L'armée destinée à
agir sur le Danube était au plus de quarante mille hommes, celle de
Suisse de trente, celle d'Italie de cinquante, celle de Naples de
trente. Ainsi, nous comptions à peine cent soixante ou cent soixante-dix
mille hommes. Les éparpiller du Texel au golfe de Tarente, était la
chose du monde la plus imprudente.

Puisque le directoire, emporté par l'audace révolutionnaire, voulait
prendre l'offensive, il fallait alors, plus que jamais, choisir les
points d'attaque, se réunir en masse suffisante sur ces points, et ne
pas se disséminer, pour combattre sur tous à la fois. Ainsi, en Italie,
au lieu de disperser ses forces depuis Vérone jusqu'à Naples, il
fallait, à l'exemple de Bonaparte, en réunir la plus grande partie sur
l'Adige; et frapper là les grands coups. En battant les Autrichiens sur
l'Adige, il était assez prouvé qu'on pouvait tenir en respect Rome,
Florence et Naples. Du côté du Danube, au lieu de perdre inutilement des
milliers de braves au pied du Saint-Gothard, il fallait diminuer l'armée
de Suisse et du Rhin, grossir l'armée active du Danube, et livrer avec
celle-ci une bataille décisive en Bavière. On pouvait même réduire
encore les points d'attaque, rester en observation sur l'Adige, n'agir
offensivement que sur le Danube, et là, porter un coup plus fort et
plus sûr, en grossissant la masse qui devait le frapper. Napoléon et
l'archiduc Charles ont prouvé, le premier par de grands exemples, le
second par des raisonnemens profonds, qu'entre l'Autriche et la France,
la querelle doit se vider sur le Danube. C'est là qu'est le chemin le
plus court pour arriver au but. Une armée française victorieuse en
Bavière, rend nuls tous les succès d'une armée autrichienne victorieuse
en Italie, parce qu'elle est beaucoup plus rapprochée de Vienne.

Il faut dire, pour excuser les plans du directoire, qu'on n'avait point
encore embrassé d'aussi vastes champs de bataille, et que le seul homme
qui l'aurait pu alors était en Égypte. On dissémina donc les cent
soixante mille hommes, ou environ, actuellement disponibles, sur la
ligne immense que nous avons décrite, et dans l'ordre que nous avons
indiqué. Dix mille hommes devaient observer la Hollande, quelques mille
le Rhin; quarante mille formaient l'armée du Danube, trente mille celle
de Suisse, cinquante mille celle d'Italie, trente celle de Naples. Les
conscrits devaient bientôt renforcer ces masses, et les porter au nombre
fixé par les plans du directoire.

Le choix des généraux ne fut guère plus heureux que la conception
des plans. Il est vrai que depuis la mort de Hoche, et le départ de
Bonaparte, Desaix et Kléber pour l'Égypte, les choix étaient beaucoup
plus limités. Il restait un général dont la réputation était grande
et méritée, c'était Moreau. On pouvait être plus audacieux, plus
entreprenant, mais on n'était ni plus ferme ni plus sûr. Un état défendu
par un tel homme ne pouvait périr. Disgracié à cause de sa conduite
dans l'affaire Pichegru, il avait modestement consenti à devenir simple
inspecteur d'infanterie. On le proposa au directoire pour commander en
Italie. Depuis que Bonaparte avait tant attiré l'attention sur cette
belle contrée, depuis qu'elle était comme la pomme de discorde entre
l'Autriche et la France, ce commandement semblait le plus important.
C'est pourquoi on songea à Moreau. Barras s'y opposa de toutes ses
forces. Il donna des raisons de grand patriote, et présenta Moreau comme
suspect, à cause de sa conduite au 18 fructidor. Ses collègues eurent
la faiblesse de céder. Moreau fut écarté, et resta simple général de
division dans l'armée qu'il aurait dû commander en chef. Il accepta
noblement ce rang subalterne et au-dessous de ses talens. Joubert et
Bernadotte avaient refusé le commandement de l'armée d'Italie, on sait
par quels motifs. On songea donc à Schérer, ministre de la guerre. Ce
général, par son succès en Belgique et sa belle bataille de Loano,
s'était acquis beaucoup de réputation. Il avait de l'esprit, mais un
corps usé par l'âge et les infirmités; il n'était plus capable de
commander à des jeunes gens pleins de force et d'audace. D'ailleurs il
s'était brouillé avec la plupart de ses camarades, en voulant apporter
quelque rigueur dans la répression de la licence militaire. Barras le
proposa pour général de l'armée d'Italie. On dit que c'était pour le
faire sortir du ministère de la guerre, où il commençait à devenir
importun par sa sévérité. Cependant les militaires que l'on consulta,
notamment Bernadotte et Joubert, ayant parlé de sa capacité comme on en
parlait alors dans l'armée, c'est-à-dire avec beaucoup d'estime, il fut
nommé général en chef de l'armée d'Italie. Il s'en défendit beaucoup,
alléguant son âge, sa santé, et surtout son impopularité, due aux
fonctions qu'il avait exercées; mais on insista et il fut obligé
d'accepter.

Championnet, traduit devant une commission, fut remplacé dans le
commandement de l'armée de Naples par Macdonald. Masséna fut chargé du
commandement de l'armée d'Helvétie. Ces choix étaient excellens, et la
république ne pouvait que s'en applaudir. L'importante armée du Danube
fut donnée au général Jourdan. Malgré ses malheurs dans la campagne de
1798, on n'avait point oublié les services qu'il avait rendus en 1793
et 1794, et on espérait qu'il ne serait pas au-dessous de ses premiers
exploits. Puisqu'on ne la donnait pas à Moreau, l'année du Danube
ne pouvait être en de meilleures mains. Malheureusement elle était
tellement inférieure en nombre, qu'il eût fallu, pour la commander avec
confiance, l'audace du vainqueur d'Arcole et de Rivoli. Bernadotte eut
l'armée du Rhin; Brune celle de Hollande.

L'Autriche avait fait des préparatifs bien supérieurs aux nôtres. Ne se
confiant pas comme nous dans ses succès, elle avait employé les deux
années écoulées depuis l'armistice de Léoben, à lever, à équiper et à
instruire de nouvelles troupes. Elle les avait pourvues de tout ce qui
était nécessaire, et s'était étudié à choisir les meilleurs généraux.
Elle pouvait porter actuellement en ligne deux cent vingt-cinq mille
hommes effectifs, sans compter les recrues qui se préparaient encore. La
Russie lui fournissait un contingent de soixante mille hommes, dont
on vantait dans toute l'Europe la bravoure fanatique, et qui étaient
commandés par le célèbre Suwarow. Ainsi la nouvelle coalition allait
opérer sur le front de notre ligne avec environ trois cent mille hommes.
On annonçait deux autres contingens russes, combinés avec des troupes
anglaises, et destinés, l'un à la Hollande, l'autre à Naples.

Le plan de campagne de la coalition n'était pas mieux conçu que le
nôtre. C'était une conception pédantesque du conseil aulique, fort
désapprouvée par l'archiduc Charles, mais imposée à lui et à tous les
généraux, sans qu'il leur fût permis de la modifier. Ce plan reposait,
comme celui des Français, sur le principe que les montagnes sont la clé
de la plaine. Aussi des forces considérables étaient-elles amoncelées
pour garder le Tyrol et les Grisons, et pour arracher, s'il était
possible, la grande chaîne des Alpes aux Français. Le second objet que
le conseil aulique semblait le plus affectionner, c'était l'Italie. Des
forces considérables étaient placées derrière l'Adige. Le théâtre de
guerre le plus important, celui du Danube, ne paraissait pas être celui
dont on s'était le plus occupé. Ce qu'on avait fait de plus heureux de
ce côté, c'était d'y placer l'archiduc Charles. Voici comment étaient
distribuées les forces autrichiennes. L'archiduc Charles était, avec
cinquante-quatre mille fantassins et vingt-quatre mille chevaux, en
Bavière. Dans le Voralberg, tout le long du Rhin, jusqu'à son embouchure
dans le lac de Constance, le général Hotze commandait vingt-quatre mille
fantassins et deux mille chevaux. Bellegarde était dans le Tyrol avec
quarante-six mille hommes, dont deux mille cavaliers. Kray avait sur
l'Adige soixante-quatre mille fantassins et onze mille chevaux, ce qui
faisait soixante-quinze mille hommes en tout. Le corps russe devait
venir se joindre à Kray, pour agir en Italie.

On voit que les vingt-six mille hommes de Hotze, et les quarante-six
mille de Bellegarde, devaient agir dans les montagnes. Ils devaient
gagner les sources des fleuves, tandis que les armées qui agissaient
dans la plaine tâcheraient d'en franchir le cours. Du côté des Français,
l'armée d'Helvétie était chargée du même soin. Ainsi, de part et
d'autre, une foule de braves allaient s'entre-détruire inutilement sur
des rochers inaccessibles, dont la possession ne pouvait guère influer
sur le sort de la guerre[4].

[Note 4: Toutes ces assertions sont motivées au long par l'archiduc
Charles, le général Jomini et Napoléon.]

Les généraux français n'avaient pas manqué d'informer le directoire de
l'insuffisance de leurs moyens en tout genre. Jourdan, obligé d'envoyer
plusieurs bataillons en Belgique, pour y réprimer quelques troubles,
et une demi-brigade à l'armée d'Helvétie pour remplacer une autre
demi-brigade envoyée en Italie, ne comptait plus que trente-huit mille
hommes effectifs. De pareilles forces étaient trop disproportionnées
avec celles de l'archiduc, pour qu'il pût lutter avec avantage. Il
demandait la prompte formation de l'armée de Bernadotte, qui ne comptait
pas encore plus de cinq à six mille hommes, et surtout l'organisation
des nouveaux bataillons de campagne. Il aurait voulu qu'on lui permît
d'attirer à lui, ou l'armée du Rhin, ou l'armée d'Helvétie, en quoi
il avait raison. Masséna se plaignait, de son côté, de n'avoir ni les
magasins, ni les moyens de transport indispensables pour faire vivre son
armée dans des pays stériles et d'un accès extrêmement difficile.

Le directoire répondait à ces observations que les conscrits allaient
rejoindre et se former bientôt en bataillons de campagne; que l'armée
d'Helvétie serait incessamment portée à quarante mille hommes, celle
du Danube à soixante; que dès que les élections seraient achevées, les
vieux bataillons, retenus dans l'intérieur, iraient former le noyau de
l'armée du Rhin. Bernadotte et Masséna avaient ordre de concourir aux
opérations de Jourdan, et de se conformer à ses vues. Comptant toujours
sur l'effet de l'offensive, et animé de la même confiance dans ses
soldats, il voulait que, malgré la disproportion du nombre, ses généraux
se hâtassent de brusquer l'attaque et de déconcerter les Autrichiens
par une charge impétueuse. Aussi les ordres furent-ils donnés en
conséquence.

Les Grisons, partagés en deux factions, avaient hésité long-temps entre
la domination autrichienne et la domination suisse. Enfin ils avaient
appelé les Autrichiens dans leurs vallées. Le directoire, les
considérant comme sujets suisses, ordonna à Masséna d'occuper leur
territoire, en faisant aux Autrichiens une sommation préalable de
l'évacuer En cas de refus, Masséna devait attaquer sur-le-champ. En même
temps, comme les Russes s'avançaient toujours en Autriche, il adressa, à
ce sujet, deux notes, l'une au congrès de Rastadt, l'autre à l'empereur.
Il déclarait au corps germanique et à l'empereur, que, si dans l'espace
de huit jours un contre-ordre n'était pas donné à la marche des Russes,
il regarderait la guerre comme déclarée. Jourdan avait ordre de passer
le Rhin aussitôt ce délai expiré.

Le congrès de Rastadt avait singulièrement avancé ses travaux. Les
questions de la ligne du Rhin, du partage des îles, de la construction
des ponts, étant terminées, on ne s'occupait plus que de la question
des dettes. La plupart des princes germaniques, excepté les princes
ecclésiastiques, ne demandaient pas mieux que de s'entendre, pour éviter
la guerre; mais soumis la plupart à l'Autriche, ils n'osaient pas se
prononcer. Les membres de la députation quittaient successivement
le congrès, et bientôt on allait se trouver dans l'impossibilité de
délibérer. Le congrès déclara ne pas pouvoir répondre à la note du
directoire, et en référa à la diète de Ratisbonne. La note destinée à
l'empereur fut envoyée à Vienne même et resta sans réponse. La guerre se
trouvait donc déclarée par le fait. Jourdan eut ordre de traverser le
Rhin, et de s'avancer, par la forêt Noire, jusqu'aux sources du Danube.
Il franchit le Rhin le 11 ventôse an VII (1er mars). L'archiduc Charles
franchit le Lech le 13 ventôse (3 mars). Ainsi les limites que les deux
puissances s'étaient prescrites étaient franchies, et on allait de
nouveau en venir aux mains. Cependant, tout en faisant une marche
offensive, Jourdan avait ordre de laisser tirer les premiers coups
de fusil à l'ennemi, en attendant que la déclaration de guerre fût
approuvée par le corps législatif.

Pendant ce temps Masséna agit dans les Grisons. Il somma les Autrichiens
de les évacuer le 16 ventôse (6 mars). Les Grisons se composent de la
haute vallée du Rhin et de la haute vallée de l'Inn, ou Engadin.
Masséna résolut de passer le Rhin près de son embouchure dans le lac de
Constance, et de s'emparer ainsi de tous les corps répandus dans les
hautes vallées. Lecourbe, qui formait son aile droite, et qui, par
son activité et son audace extraordinaires, était le général le plus
accompli pour la guerre des montagnes, devait partir des environs du
Saint-Gothard, franchir le Rhin vers ses sources, se jeter dans la
vallée de l'Inn. Le général Dessoles, avec une division de l'armée
d'Italie, devait le seconder en se portant de la Valteline dans la
vallée du Haut-Adige.

Ces habiles dispositions furent exécutées avec une grande vigueur. Le 16
ventôse (6 mars) le Rhin fut franchi sur tous les points. Les soldats
jetèrent des charrettes dans le fleuve, et passèrent dessus comme sur un
pont. En deux jours, Masséna fut maître de tout le cours du Rhin, depuis
ses sources jusqu'à son embouchure dans le lac de Constance, et prit
quinze pièces de canon et cinq mille prisonniers. Lecourbe, de son côté,
n'exécutait pas avec moins de bonheur les ordres de son général en chef.
Il franchit le Rhin supérieur, passa de Dissentis à Tusis dans la vallée
de l'Albula, et, de cette vallée, se jeta hardiment dans celle de l'Inn,
en traversant les plus hautes montagnes de l'Europe, couvertes encore
des neiges de l'hiver. Un retard forcé ayant empêché Dessoles de se
porter de la Valteline sur le Haut-Adige, Lecourbe se trouvait exposé au
débordement de toutes les forces autrichiennes cantonnées dans le Tyrol.
En effet, tandis qu'il s'avançait hardiment dans la vallée de l'Inn
et marchait sur Martinsbruck, Laudon se jeta avec un corps sur ses
derrières; mais l'intrépide Lecourbe, revenant sur ses pas, assaillit
Laudon, l'accabla, lui fit beaucoup de prisonniers, et recommença sa
marche dans la vallée de l'Inn.

Ces débuts brillans semblaient faire croire que dans les Alpes comme à
Naples, les Français pourraient braver partout un ennemi supérieur
en nombre. Ils confirmèrent le directoire dans l'idée qu'il fallait
persister dans l'offensive, et suppléer au nombre par la hardiesse.

Le directoire envoya à Jourdan la déclaration de guerre qu'il avait
obtenue des conseils[5], avec l'ordre d'attaquer sur-le-champ. Jourdan
avait débouché par les défilés de la forêt Noire, dans le pays compris
entre le Danube et le lac de Constance. L'angle formé par ce fleuve et
ce lac va en s'ouvrant toujours davantage, à mesure qu'on avance en
Allemagne. Jourdan, qui voulait appuyer sa gauche au Danube, et sa
droite au lac de Constance, pour communiquer avec Masséna, était donc
obligé, à mesure qu'il s'avançait, d'étendre toujours sa ligne, et de
l'affaiblir par conséquent d'une manière dangereuse, surtout devant un
ennemi très supérieur en nombre. Il s'était d'abord porté jusqu'à Mengen
d'un côté, et jusqu'à Marckdorf de l'autre. Mais apprenant que l'armée
du Rhin ne serait pas organisée avant le 10 germinal (30 mars), et
craignant d'être tourné par la vallée du Necker, il crut devoir faire
un mouvement rétrograde. Les ordres de son gouvernement et le succès de
Masséna le décidèrent à remarcher en avant. Il fit choix d'une bonne
position entre le lac de Constance et le Danube. Deux torrens, l'Ostrach
et l'Aach, partant à peu près du même point, et se jetant l'un dans le
Danube, l'autre dans le lac de Constance, forment une même ligne droite,
derrière laquelle Jourdan s'établit. Saint-Cyr, formant sa gauche, était
à Mengen; Souham, avec le centre, à Pfullendorf; Férino, avec la droite,
à Barendorf.

[Note 5: Cette déclaration de guerre fut faite le 22 ventôse an VII
(12 mars).]

D'Haupoult était placé à la réserve. Lefebvre, avec la division
d'avant-garde, était à Ostrach. Ce point était le plus accessible de la
ligne: placé à l'origine des deux torrens, il présentait des marécages
qu'on pouvait traverser sur une longue chaussée. C'est sur ce point que
l'archiduc Charles, qui ne voulait point se laisser prévenir, résolut de
porter son principal effort. Il dirigea deux colonnes à la gauche et
à la droite des Français contre Saint-Cyr et Férino. Mais sa masse
principale, forte de près de cinquante mille hommes, fut portée tout
entière sur le point d'Ostrach, où se trouvaient neuf mille Français au
plus. Le combat commença le 2 germinal (22 mars) au matin et fut des
plus acharnés. Les Français déployèrent à cette première rencontre
une bravoure et une opiniâtreté qui excitèrent l'admiration du prince
Charles lui-même. Jourdan accourut sur ce point; mais l'étendue de sa
ligne et la nature du pays ne permettaient pas que, par un mouvement
rapide, il transportât les forces de ses ailes à son centre. Le passage
fut forcé, et, après une résistance honorable, Jourdan se vit obligé de
battre en retraite. Il se replia entre Singen et Tuttlingen.

Un échec à l'ouverture de la campagne était fâcheux; il détruisait ce
prestige d'audace et d'invincibilité dont les Français avaient besoin
pour suppléer au nombre. Cependant l'infériorité des forces avait rendu
cet échec presque inévitable. Jourdan ne renonça pas pourtant à prendre
l'offensive. Sachant que Masséna s'avançait au-delà du Rhin, se fiant à
la coopération de l'armée du Danube, il se croyait obligé de tenter un
dernier effort pour soutenir son collègue, et l'appuyer en se portant
vers le lac de Constance. Il avait un autre motif de se reporter en
avant: c'était le désir d'occuper le point de Stokach, où se croisent
les routes de Suisse et de Souabe, point qu'il avait eu le tort
d'abandonner en se retirant entre Singen et Tuttlingen. Il fixa son
mouvement au 5 germinal (25 mars.)

L'archiduc Charles n'était pas encore assuré de la direction qu'il
devait donner à ses mouvemens. Il ne savait s'il devait diriger sa
marche ou sur la Suisse, de manière à séparer Jourdan de Masséna, ou
vers les sources du Danube, de manière à le séparer de sa base du Rhin.
La direction vers la Suisse lui semblait la plus avantageuse pour les
deux armées, car les Français avaient autant d'intérêt à se lier à
l'armée d'Helvétie que les Autrichiens en avaient à les en séparer. Mais
il ignorait les projets de Jourdan, et voulait faire une reconnaissance
pour s'en assurer. Il avait projeté cette reconnaissance pour le
5 germinal (25 mars), le jour même où Jourdan de son côté voulait
l'attaquer.

La nature des lieux rendait la position des deux armées extrêmement
compliquée. Le point stratégique était Stokach, où se croisent les
routes de Souabe et de Suisse. C'était là la position que Jourdan
voulait reprendre, et que l'archiduc voulait garder. La Stokach, petite
rivière, coule en faisant beaucoup de détours, devant la ville du même
nom, et va finir son cours sinueux dans le lac de Constance. C'était sur
cette rivière que l'archiduc avait pris position, Il avait sa gauche
entre Nenzingen et Wahlwies, sur des hauteurs, et derrière l'un des
circuits de la Stokach; son centre était placé sur un plateau élevé,
nommé le Nellemberg, et en avant de la Stokach; et sa droite sur le
prolongement de ce plateau, le long de la chaussée qui va de Stokach à
Liptingen. Elle se trouvait, comme le centre, en avant de la Stokach.
L'extrémité de cette aile était couverte par les bois épais qui
s'étendent sur la route de Liptingen. Il y avait de grands défauts dans
cette position. Si la gauche avait la Stokach devant elle, le centre et
la droite l'avaient à dos, et pouvaient y être précipités par un effort
de l'ennemi. En outre, toutes les positions de l'armée n'avaient qu'une
même issue vers la ville de Stokach, et en cas d'une retraite forcée, la
gauche, le centre, la droite, seraient venus s'entasser par une seule
route, et auraient pu amener, en s'y rencontrant, une confusion
désastreuse. Mais l'archiduc, en voulant couvrir Stokach, ne pouvait pas
prendre d'autre position, et la nécessité était son excuse. Il n'avait
à se reprocher que deux véritables fautes: l'une de n'avoir pas fait
quelques travaux pour mieux garder son centre et sa droite, et l'autre
d'avoir trop porté de troupes à sa gauche, qui était suffisamment
protégée par la rivière. C'est l'extrême désir de conserver le point
important de Stokach, qui lui fit distribuer ainsi ses troupes. Il avait
du reste l'avantage d'une immense supériorité numérique.

Jourdan ignorait une partie des dispositions de l'archiduc, car rien
n'est plus difficile que les reconnaissances, surtout dans un pays aussi
accidenté que celui où agissaient les deux armées. Il occupait toujours
l'ouverture de l'angle formé par le Danube et le lac de Constance, de
Tuttlingen à Steusslingen. Cette ligne était fort étendue, et la nature
du pays, qui ne permettait guère une concentration rapide, rendait
cet inconvénient encore plus grave. Il ordonna au général Férino, qui
commandait sa droite vers Steusslingen, de marcher sur Wahlwies, et à
Souham, qui commandait le centre vers Eigeltingen, de se porter sur
Nenzingen. Ces deux généraux devaient combiner leurs efforts pour
emporter la gauche et le centre de l'archiduc, en passant la Stokach et
en gravissant le Nellemberg. Jourdan se proposait ensuite de faire agir
sa gauche, son avant-garde et sa réserve sur le point de Liptingen, afin
de pénétrer à travers les bois qui couvraient la droite de l'archiduc,
et de parvenir à la forcer. Ces dispositions avaient l'avantage de
diriger la plus grande masse des forces sur l'aile droite de l'archiduc,
qui était la plus compromise. Malheureusement toutes les colonnes de
l'armée avaient des points de départ trop éloignés. Pour agir sur
Liptingen, l'avant-garde et la réserve partaient d'Emingen-ob-Ek, et
la gauche de Tuttlingen, à la distance d'une journée de marche. Cet
isolement était d'autant plus dangereux, que l'armée française, forte de
trente-six mille hommes environ, était inférieure d'un tiers au moins à
l'armée autrichienne.

Le 5 germinal (25 mars) au matin, les deux armées se rencontrèrent.
L'armée française marchait à une bataille, celle des Autrichiens à une
reconnaissance. Les Autrichiens, qui s'étaient ébranlés un peu avant
nous, surprirent nos avant-gardes, mais furent bientôt refoulés sur tous
les points par le gros de nos divisions. Férino à la droite, Souham au
centre, arrivèrent à Wahlwies, à Orsingen, à Nenzingen, au bord de la
Stokach, au pied du Nellemberg, ramenèrent les Autrichiens dans leur
position du matin, et commencèrent l'attaque sérieuse de cette position.
Ils avaient à franchir la Stokach et à forcer le Nellemberg. Une longue
canonnade s'engagea sur toute la ligne.

A notre gauche, le succès était plus prompt et plus complet.
L'avant-garde, actuellement commandée par le général Soult, depuis une
blessure qu'avait reçue Lefebvre, repoussa les Autrichiens qui s'étaient
avancés jusqu'à Emingen-ob-Ek, les chassa de Liptingen, les mit en
déroute dans la plaine, les poursuivit avec une extrême ardeur, et
parvint à leur enlever les bois. Ces bois étaient ceux mêmes qui
couvraient la droite autrichienne; en poursuivant leur mouvement, les
Français pouvaient la jeter dans le ravin de la Stokach, et lui causer
un désastre. Mais il était clair que cette aile allait être renforcée
aux dépens du centre et de la gauche, et qu'il fallait agir sur elle
avec une grande masse de forces. Il fallait donc, comme dans le plan
primitif, faire converger sur ce même point l'avant-garde, la réserve
et la gauche. Malheureusement le général Jourdan, se confiant dans le
succès trop facile qu'il venait d'obtenir, voulut atteindre un objet
trop étendu, et au lieu d'amener Saint-Cyr à lui, il prescrivit à ce
général de faire un long circuit, pour envelopper les Autrichiens et
leur couper la retraite. C'était trop se hâter de recueillir les fruits
de la victoire, quand la victoire n'était pas remportée. Le général
Jourdan ne garda sur le point décisif que la division d'avant-garde et
la réserve confiée à d'Haupoult.

Pendant ce temps, la droite des Autrichiens, voyant les bois qui la
couvraient forcés par l'ennemi, fit volte-face, et disputa avec une
extrême opiniâtreté la chaussée de Liptingen à Stokach, qui traverse ces
bois. On se battait avec acharnement, lorsque l'archiduc accourut en
toute hâte. Jugeant le danger avec un coup d'oeil sûr, il retira les
grenadiers et les cuirassiers du centre et de la gauche pour les
transporter à sa droite. Ne s'effrayant pas du mouvement de Saint-Cyr
sur ses derrières, il sentit que Jourdan repoussé, Saint-Cyr n'en serait
que plus compromis, et il résolut de se borner à un effort décisif vers
le point actuellement menacé.

On se disputait les bois avec un acharnement extraordinaire. Les
Français, très inférieurs en nombre, résistaient avec un courage que
l'archiduc appelle admirable; mais le prince chargea lui-même avec
quelques bataillons sur la chaussée de Liptingen, et fit lâcher prise
aux Français. Ceux-ci perdirent les bois, et se trouvèrent enfin dans
la plaine découverte de Liptingen, d'où ils étaient partis. Jourdan fit
demander du secours à Saint-Cyr, mais il n'était plus temps. Il lui
restait sa réserve, et il résolut de faire exécuter une charge de
cavalerie pour reprendre les avantages perdus. Il lança quatre régimens
de cavalerie à la fois. Cette charge, arrêtée par une autre charge que
firent à propos les cuirassiers de l'archiduc, ne fut pas heureuse. Une
confusion horrible se mit alors dans la plaine de Liptingen. Après avoir
fait des prodiges de bravoure, les Français se débandèrent. Le général
Jourdan fit des efforts héroïques pour arrêter les fuyards; il fut
emporté lui-même. Cependant les Autrichiens, épuisés de ce long combat,
n'osèrent pas nous poursuivre.

La journée fut dès lors finie. Férino et Souham s'étaient maintenus,
mais n'avaient forcé ni le centre ni la gauche des Autrichiens.
Saint-Cyr courait sur leurs derrières. On ne pouvait pas dire que la
bataille fût perdue: les Français, inférieurs du tiers, avaient conservé
partout le champ de bataille, et déployé une rare bravoure; mais avec
leur infériorité numérique, et l'isolement de leurs différens corps,
n'avoir pas vaincu, c'était être battu. Il fallait sur-le-champ
rappeler Saint-Cyr, très compromis, rallier l'avant-garde et la réserve
maltraitées, ramener le centre et la droite. Jourdan donna sur-le-champ
des ordres en conséquence, et prescrivit à Saint-Cyr de se replier le
plus promptement possible. La position de ce dernier était devenue très
périlleuse; mais il opéra sa retraite avec l'aplomb qui l'a toujours
signalé, et il regagna le Danube sans accident. La perte avait été à peu
près égale des deux côtés, en tués, blessés ou prisonniers. Elle était
de quatre à cinq mille hommes environ.

Après cette journée malheureuse, les Français ne pouvaient plus tenir la
campagne, et ils devaient chercher un abri derrière une ligne puissante.
Devaient-ils se retirer en Suisse ou sur le Rhin? Il était évident qu'en
se retirant en Suisse, ils combinaient leurs efforts avec l'armée
de Masséna, et pouvaient par cette réunion reprendre une attitude
imposante. Malheureusement le général Jourdan ne crut pas devoir en
agir ainsi; il craignait pour la ligne du Rhin, sur laquelle Bernadotte
n'avait réuni encore que sept à huit mille hommes, et il résolut de
se replier à l'entrée des défilés de la forêt Noire. Il prit là une
position qu'il croyait forte, et laissant le commandement à son chef
d'état-major Ernould, il partit pour Paris, afin d'aller se plaindre
de l'état d'infériorité dans lequel on avait laissé son armée. Les
résultats parlaient beaucoup plus haut que toutes les plaintes du monde,
et il valait bien mieux qu'il restât à son armée que d'aller se plaindre
à Paris.

Très heureusement le conseil aulique imposait à l'archiduc une faute
grave, qui réparait en partie les nôtres. Si l'archiduc, poussant ses
avantages, eût poursuivi sans relâche notre armée vaincue, il aurait pu
la mettre dans un désordre complet, et peut-être même la détruire. Il
aurait été temps alors de revenir vers la Suisse pour assaillir Masséna,
privé de tout secours, réduit à ses trente mille hommes, et engagé dans
les hautes vallées des Alpes. Il n'eût pas été impossible de lui couper
la route de France. Mais le conseil aulique défendit à l'archiduc
de pousser vers le Rhin avant que la Suisse fût évacuée: c'était la
conséquence du principe, que la clé du théâtre de la guerre était dans
les montagnes.

Pendant que ces événemens se passaient en Souabe, la guerre se
poursuivait dans les Hautes-Alpes. Masséna agissant vers les sources du
Rhin, Lecourbe vers celles de l'Inn, Dessoles vers celles de l'Adige,
avaient eu des succès balancés. Il y avait au-delà du Rhin, un peu
au-dessus du point où il se jette dans le lac de Constance, une position
qu'il était urgent d'emporter, c'était celle de Feldkirch. Masséna y
avait mis toute son opiniâtreté, mais il y avait perdu plus de deux
mille hommes sans résultat. Lecourbe à Taufers, Dessoles à Nauders,
avaient livré des combats brillans, qui leur avaient valu à chacun trois
ou quatre mille prisonniers, et qui avaient amplement compensé l'échec
de Feldkirch. Ainsi les Français, par leur vivacité et leur audace,
conservaient la supériorité dans les Alpes.

Les opérations commençaient en Italie, le lendemain même de la bataille
de Stokach. Les Français avaient reçu environ trente mille conscrits, ce
qui portait la masse de leurs forces en Italie à cent seize mille hommes
à peu près. Ils étaient distribués ainsi qu'il suit: trente mille hommes
de vieilles troupes gardaient, sous Macdonald, Rome et Naples. Les
trente mille jeunes soldats étaient dans les places. Il restait
cinquante-six mille hommes sous Schérer. De ces cinquante-six mille
hommes, il en avait été détaché cinq mille sous le général Gauthier pour
occuper la Toscane, et cinq mille sous le général Dessoles pour agir
dans la Valteline. C'étaient donc quarante-six mille hommes qui
restaient à Schérer pour se battre sur l'Adige, point essentiel, où il
aurait fallu porter toute la masse de nos forces. Outre l'inconvénient
du petit nombre d'hommes sur ce point décisif, il en était un autre
qui ne fut pas moins fatal aux Français. Le général n'inspirait aucune
confiance, il n'avait pas assez de jeunesse, comme nous l'avons dit; il
s'était d'ailleurs dépopularisé pendant son ministère. Il le sentait
lui-même, et il n'avait pris le commandement qu'à regret. Il allait
pendant la nuit écouter les propos des soldats sous leurs tentes, et
recueillir de ses propres oreilles les preuves de son impopularité.
C'étaient là des circonstances bien défavorables, au début d'une
campagne grande et difficile.

Les Autrichiens devaient être commandés par Mélas et Suwarow. En
attendant, ils obéissaient au baron de Kray, l'un des meilleurs
généraux de l'empereur. Avant même l'arrivée des Russes, ils comptaient
quatre-vingt-cinq mille hommes dans la Haute-Italie. Soixante mille, à
peu près, étaient déjà sur l'Adige. Dans les deux armées l'ordre avait
été donné de prendre l'offensive. Les Autrichiens devaient déboucher de
Vérone, longer le pied des montagnes, et s'avancer au-delà du fleuve, en
masquant toutes les places. Ce mouvement avait pour but d'appuyer celui
de l'armée du Tyrol dans les montagnes.

Schérer n'avait reçu d'autre injonction que de franchir l'Adige. La
commission était difficile, car les Autrichiens avaient tout l'avantage
de cette ligne. Elle doit être assez connue par la campagne de 1796.
Vérone et Legnago, qui la commandent, appartenaient aux Autrichiens.
Jeter un pont sur quelque point que ce fût, était très dangereux, car
les Autrichiens, ayant Vérone et Legnago, pouvaient déboucher sur le
flanc de l'armée, occupée à tenter un passage. Le plus sûr, si on
n'avait pas eu l'ordre de prendre l'offensive, eût été de laisser
déboucher l'ennemi au-delà de Vérone, de l'attendre sur un terrain qu'on
aurait eu le temps de choisir, de lui livrer bataille, et de profiter
des résultats de la victoire pour passer l'Adige à sa suite.

Schérer, obligé de prendre l'initiative, hésita sur le meilleur parti
à adopter, et se décida enfin pour une attaque vers sa gauche. On se
souvient sans doute de la position de Rivoli, dans les montagnes, à
l'entrée du Tyrol, et fort au-dessus de Vérone. Les Autrichiens en
avaient retranché toutes les approches, et formé un camp à Pastrengo.
Schérer résolut de leur enlever d'abord ce camp, et de les rejeter de
ce côté au-delà de l'Adige. Les trois divisions Serrurier, Delmas et
Grenier, furent destinées à cet objet. Moreau, devenu simple général de
division sous Schérer, devait, avec les deux divisions Hatry et Victor,
inquiéter Vérone. Le général Montrichard, avec une division, devait
faire une démonstration sur Legnago. Cette distribution de forces
annonçait l'incertitude et les tâtonnemens du général en chef.

L'attaque eut lieu le 6 germinal (26 mars), lendemain de la bataille de
Stokach. Les trois divisions chargées d'assaillir par plusieurs points
le camp de Pastrengo, l'enlevèrent avec une valeur digne de l'ancienne
armée d'Italie, et s'emparèrent de Rivoli. Elles prirent quinze cents
prisonniers aux Autrichiens et beaucoup de canons. Ceux-ci repassèrent
l'Adige à la hâte sur un pont qu'ils avaient jeté à Polo, et qu'ils
eurent le temps de détruire. Au centre, sous Vérone, on se battit pour
les villages placés en avant de la ville. Kaim mit à les défendre et à
les reprendre une opiniâtreté inutile. Celui de San-Massimo fut pris
et repris jusqu'à sept fois. Moreau, non moins opiniâtre que son
adversaire, ne lui laissa prendre aucun avantage, et le resserra dans
Vérone. Montrichard en faisant une démonstration inutile sur Legnago,
courut de véritables dangers. Kray, trompé par de faux renseignemens,
s'était imaginé que les Français allaient porter leur principal effort
sur le Bas-Adige; il y avait dirigé une grande partie de ses forces, et
en débouchant de Legnago il mit Montrichard dans le plus grand péril.
Heureusement celui-ci se couvrit des accidens du terrain, et se replia
sagement sur Moreau.

La journée avait été sanglante, et tout à l'avantage des Français, à la
gauche et au centre. On pouvait évaluer la perte des Français en tués,
blessés et prisonniers, à quatre mille, et celle des Autrichiens à huit
mille au moins. Cependant, malgré l'avantage que les Français avaient
eu, ils n'avaient obtenu que des résultats peu importans. A Vérone, ils
n'avaient fait que resserrer les Autrichiens; au-dessus de Vérone, ils
les avaient rejetés, il est vrai, au-delà de l'Adige, et avaient acquis
le moyen de le passer à leur suite en rétablissant le pont de Polo; mais
malheureusement il était peu important de franchir l'Adige sur ce point.
On doit se souvenir que la route qui longe extérieurement ce fleuve
vient traverser Vérone, et qu'il n'y a pas d'autre issue pour déboucher
dans la plaine. Ce n'était donc pas tout que de franchir l'Adige à Polo;
on se trouvait, après l'avoir franchi, en face de Vérone, dans la même
position que Moreau au centre, et il fallait enlever la place. Si, dans
la journée même, on eût profité du désordre dans lequel l'attaque du
camp de Pastrengo avait jeté les Autrichiens, et qu'on se fût hâté de
rétablir le pont de Polo, peut-être aurait-on pu entrer dans la place
à la suite des fuyards, surtout à la faveur du combat opiniâtre que
Moreau, de l'autre côté de l'Adige, livrait au général Kaim.

Malheureusement, rien de tout cela n'avait été fait. Cependant on
pouvait réparer cette faute en agissant vivement le lendemain, et en
transportant la masse des forces devant Vérone et au-dessus, vers le
pont de Polo. Mais Schérer hésita trois jours de suite sur le parti
qu'il avait à prendre. Il faisait chercher une route au-delà de l'Adige,
qui permît d'éviter Vérone. L'armée était indignée de cette hésitation,
et se plaignait hautement de ce qu'on ne profitait pas des avantages
remportés dans la journée du 6 (26). Enfin le 9 germinal (29 mars), on
tint un conseil de guerre, et Schérer se décida à agir. Il forma le
projet singulier de jeter la division Serrurier au-delà de l'Adige par
le pont de Polo, et de porter la masse de son armée entre Vérone et
Legnago, pour y tenter le passage du fleuve. Pour opérer le transport de
ses forces, il porta deux divisions de sa gauche à sa droite, les fit
passer derrière son centre, et les exposa à des fatigues inutiles, par
des chemins mauvais, entièrement ruinés par les pluies.

Le 10 germinal (30 mars), le nouveau plan fut mis à exécution.
Serrurier, avec sa division forte de six mille hommes, franchit seul
l'Adige à Polo, tandis que le gros de l'armée se transportait plus bas,
entre Vérone et Legnago. Le sort de la division Serrurier était facile à
prévoir. Engagée, après avoir franchi l'Adige, sur une route qui était
fermée par Vérone, et qui formait ainsi une espèce de cul-de-sac, elle
courait de grands hasards. Kray, jugeant très bien sa situation, dirigea
contre elle une masse de forces trois fois supérieure, et la ramena
vivement sur le pont de Polo. La confusion se mit dans ses rangs, le
fleuve ne fut repassé qu'en désordre. Des détachemens furent obligés de
se faire jour, et quinze cents hommes restèrent prisonniers. Schérer,
en apprenant cet échec, qui était inévitable, se contenta de ramener la
division battue, et de la rapprocher du Bas-Adige, où il avait concentré
maintenant la plus grande partie de ses forces.

On passa plusieurs jours encore à tâtonner de part et d'autre. Enfin
Kray prit une détermination, et résolut, tandis que Schérer se portait
sur le Bas-Adige, de déboucher en masse de Vérone, de se porter dans
le flanc de Schérer, et de l'acculer entre le Bas-Adige et la mer. La
direction était bonne; mais heureusement un ordre intercepté instruisit
Moreau du plan de Kray; il en informa sur-le-champ le général en chef,
et le pressa de faire remonter ses divisions, pour faire front du côté
de Vérone, par où l'ennemi allait déboucher.

C'est en exécutant ce mouvement, que les deux armées se rencontrèrent,
le 16 germinal (5 avril), aux environs de Magnano. Les divisions Victor
et Grenier, formant la droite vers l'Adige, remontèrent le fleuve
par San-Giovanni et Tomba, afin de se porter jusqu'à Vérone. Elles
accablèrent la division Mercantin, qui leur était opposée, et
détruisirent en entier le régiment de Wartensleben: ces deux divisions
arrivèrent ainsi presque à la hauteur de Vérone, et furent en mesure de
remplir leur objet, qui était de couper de cette ville tout ce que Kray
en aurait fait sortir. La division Delmas, qui devait se porter au
centre, vers Butta-Preda et Magnano, se trouva en retard, et laissa à
la division autrichienne de Kaim la faculté de s'avancer jusqu'à
Butta-Preda, et de former ainsi un saillant vers le milieu de notre
ligne. Mais Moreau à la gauche, avec les divisions Serrurier, Hatry et
Montrichard, s'avançait victorieusement. Il avait ordonné à la division
Montrichard de changer de front, pour faire face à Butta-Preda, vers le
point où l'ennemi avait fait une pointe, et il marchait avec ses deux
autres divisions vers Dazano. Delmas, arrivé enfin à Butta-Preda,
couvrait notre centre, et dans ce moment la victoire semblait se
déclarer pour nous, car notre droite, complètement victorieuse du côté
de l'Adige, allait couper aux Autrichiens la retraite sur Vérone.

Mais Kray jugeant que le point essentiel était à notre droite, et qu'il
fallait renoncer au succès sur tous les autres points, pour l'emporter
sur celui-là, y dirigea la plus grande masse de ses forces. Il avait un
avantage sur Schérer, c'était le rapprochement de ses divisions, qui lui
permettait de les déplacer plus facilement. Les divisions françaises, au
contraire, étaient fort éloignées les unes des autres, et combattaient
sur un terrain coupé de nombreux enclos. Kray tomba à l'improviste avec
toute sa réserve sur la division Grenier. Victor voulut venir au secours
de celui-ci, mais il fut chargé lui-même par les régimens de Nadasty et
de Reisky. Kray ne se contenta pas de ce premier avantage. Il avait fait
rallier sur les derrières la division Mercantin, battue le matin; il la
lança de nouveau sur les deux divisions Grenier et Victor, et décida
ainsi leur défaite. Ces deux divisions, malgré une vive résistance,
furent obligées d'abandonner le champ de bataille. La droite étant
en déroute, notre centre se trouva menacé. Kray ne manqua pas de s'y
porter; mais Moreau s'y trouvait, et il empêcha Kray de poursuivre son
avantage.

La bataille était évidemment perdue, et il fallait songer à la retraite.
La perte avait été grande des deux côtés. Les Autrichiens avaient eu
trois mille morts ou blessés, et deux mille prisonniers. Les français
avaient eu un nombre égal de morts et de blessés, mais ils avaient
perdu quatre mille prisonniers. C'est là que fut blessé mortellement le
général Pigeon, qui pendant la première campagne d'Italie avait déployé
aux avant-gardes tant de talent et d'intrépidité.

Moreau conseillait de coucher sur le champ de bataille, pour éviter le
désordre d'une retraite de nuit, mais Schérer voulut se replier le
soir même. Le lendemain, il se retira derrière la Molinella, et le
surlendemain, 18 germinal (7 avril), sur le Mincio. Appuyé sur Peschiera
d'un côté, sur Mantoue de l'autre, il pouvait opposer une résistance
vigoureuse, rappeler Macdonald du fond de la Péninsule, et, par cette
concentration de forces, regagner la supériorité perdue dans la journée
de Magnano. Mais le malheureux Schérer avait entièrement perdu la tête.
Ses soldats étaient plus mal disposés que jamais. Maîtres depuis trois
ans de l'Italie, ils étaient indignés de se la voir arracher, et ils
n'imputaient leurs revers qu'à l'impéritie de leur général. Il est
certain que, pour eux, ils avaient fait leur devoir aussi bien que dans
les plus beaux jours de leur gloire. Les reproches de son armée avaient
ébranlé Schérer autant que sa défaite. Ne croyant pas pouvoir tenir sur
le Mincio, il se retira sur l'Oglio, puis sur l'Adda, où il se porta le
12 avril. On ne savait où s'arrêterait ce mouvement rétrograde.

La campagne était à peine ouverte depuis un mois et demi, et déjà nous
étions en retraite sur tous les points. Le chef d'état-major Ernould,
que Jourdan avait laissé avec l'armée du Danube à l'entrée des défilés
de la forêt Noire, avait pris peur en apprenant une incursion de
quelques troupes légères sur l'un de ses flancs, et s'était retiré en
désordre sur le Rhin. Ainsi, en Allemagne comme en Italie, nos armées,
aussi braves que jamais, perdaient cependant leurs conquêtes, et
rentraient battues sur la frontière. Ce n'est qu'en Suisse que nous
avions conservé l'avantage. Là, Masséna se maintenait avec toute la
ténacité de son caractère; et, sauf la tentative infructueuse sur
Feldkirch, il avait toujours été vainqueur. Mais, établi sur le saillant
que forme la Suisse entre l'Allemagne et l'Italie, il était placé entre
deux armées victorieuses, et il devenait indispensable qu'il se retirât.
Il venait en effet d'en donner l'ordre à Lecourbe, et il se repliait
dans l'intérieur de la Suisse, mais avec ordre, et en gardant l'attitude
la plus imposante.

Nos armes étaient humiliées, et nos ministres allaient devenir à
l'étranger les victimes du plus odieux et du plus atroce attentat. La
guerre étant déclarée à l'empereur, et non à l'empire germanique, le
congrès de Rastadt était resté assemblé. On était près de s'entendre sur
la dernière difficulté, celle des dettes; mais les deux tiers des états
avaient déjà rappelé leurs députés. C'était un effet de l'influence de
l'Autriche, qui ne voulait pas qu'on fît la paix. Il ne restait plus au
congrès que quelques députés de l'Allemagne, et la retraite de l'armée
du Danube ayant ouvert le pays, on délibérait au milieu des troupes
autrichiennes. Le cabinet de Vienne conçut alors un projet infâme,
et qui jeta un long déshonneur sur sa politique. Il avait fort à se
plaindre de la fierté et de la vigueur que nos ministres avaient
déployées à Rastadt. Il leur imputait une divulgation qui l'avait
singulièrement compromis aux yeux du corps germanique, c'était celle des
articles secrets convenus avec Bonaparte pour l'occupation de Mayence.
Ces articles secrets prouvaient que, pour avoir Palma-Nova dans le
Frioul, le cabinet autrichien avait livré Mayence, et trahi d'une
manière indigne les intérêts de l'Empire. Ce cabinet était fort irrité,
et voulait tirer vengeance de nos ministres. Il voulait de plus se
saisir de leurs papiers, pour connaître quels étaient ceux des princes
germaniques qui, dans le moment, traitaient individuellement avec la
république française. Il conçut donc la pensée de faire arrêter nos
ministres, à leur retour en France, pour les dépouiller, les outrager,
peut-être même les assassiner. On n'a jamais su cependant si l'ordre de
les assassiner avait été donné d'une manière positive.

Déjà nos ministres avaient quelque défiance, et sans craindre un
attentat sur leurs personnes, ils craignaient du moins pour leur
correspondance. En effet, elle fut interrompue le 30 germinal, par
l'enlèvement des pontonniers qui servaient à la passer. Nos ministres
réclamèrent; la députation de l'Empire réclama aussi, et demanda si le
congrès pouvait se croire en sûreté. L'officier autrichien auquel on
s'adressa ne fit aucune réponse tranquillisante. Alors nos ministres
déclarèrent qu'ils partiraient sous trois jours, c'est-à-dire le
9 floréal (28 avril), pour Strasbourg, et ils ajoutèrent qu'ils
demeureraient dans cette ville, prêts à renouer les négociations dès
qu'on en témoignerait le désir. Le 7 floréal un courrier de la légation
fut arrêté. De nouvelles réclamations furent faites par tout le congrès,
et il fut demandé expressément s'il y avait sûreté pour les ministres
français. Le colonel autrichien qui commandait les hussards de
Szecklers, cantonnés près de Rastadt, répondit que les ministres
français n'avaient qu'à partir sous vingt-quatre heures. On lui demanda
une escorte pour eux, mais il la refusa, et assura que leurs personnes
seraient respectées. Nos trois ministres, Jean Debry, Bonnier et
Roberjeot, partirent le 9 floréal (28 avril), à neuf heures du soir. Ils
occupaient trois voitures avec leurs familles. Après eux venaient la
légation ligurienne et les secrétaires d'ambassade. D'abord on fit
des difficultés de les laisser sortir de Rastadt; mais enfin tous les
obstacles furent levés, et ils partirent. La nuit était très sombre. A
peine étaient-ils à cinquante pas de Rastadt, qu'une troupe de hussards
de Szecklers fondit sur eux le sabre à la main, et arrêta les voitures.
Celle de Jean Debry était la première. Les hussards ouvrirent violemment
la portière, et lui demandèrent, en un jargon à demi barbare, s'il était
Jean Debry. Sur sa réponse affirmative, ils le saisirent à la gorge,
l'arrachèrent de sa voiture, et, aux yeux de sa femme et de ses enfans,
le frappèrent de coups de sabre. Le croyant mort, ils passèrent aux
autres voitures, et égorgèrent Roberjeot et Bonnier dans les bras de
leurs familles. Les membres de la légation ligurienne et les secrétaires
d'ambassade eurent le temps de se sauver. Les brigands chargés de
cette exécution pillèrent ensuite les voitures, et enlevèrent tous les
papiers.

Jean Debry n'avait pas reçu de coup mortel. La fraîcheur de la nuit lui
rendit l'usage de ses sens, et il se traîna tout sanglant à Rastadt.
Quand cet attentat fut connu, il excita l'indignation des habitans
et des membres du congrès. La loyauté allemande fut révoltée d'une
violation du droit des gens, inouïe chez des nations civilisées, et qui
n'était concevable que d'un cabinet à demi barbare. Les membres de la
députation restés au congrès prodiguèrent à Jean Debry, et aux familles
des ministres assassinés, les soins les plus empressés. Ils se réunirent
ensuite pour rédiger une déclaration, dans laquelle ils dénonçaient au
monde l'attentat qui venait d'être commis, et repoussaient tout soupçon
de complicité avec l'Autriche. Ce crime, connu sur-le-champ de toute
l'Europe, excita une indignation universelle. L'archiduc Charles écrivit
à Masséna une lettre pour annoncer qu'il allait faire poursuivre
le colonel des hussards de Szecklers; mais cette lettre froide et
contrainte, qui prouvait l'embarras du prince, n'était pas digne de
lui et de son caractère. L'Autriche ne répondit pas, et ne pouvait pas
répondre, aux accusations dirigées contre elle.

Ainsi, la guerre était implacable entre les deux systèmes qui
partageaient le monde. Les ministres républicains, mal reçus d'abord,
puis outragés pendant une année de paix, venaient enfin d'être
assassinés indignement, et avec autant de férocité qu'on aurait pu le
faire entre nations barbares. Le droit des gens, observé entre les
ennemis les plus acharnés, n'était violé que pour eux.

Les revers si peu attendus qui signalèrent le début de la campagne,
l'attentat de Rastadt, produisirent l'impression la plus funeste au
directoire. Dès le moment même de la déclaration de guerre, les deux
oppositions commençaient à perdre toute mesure: elles n'en gardèrent
plus aucune quand elles virent nos armées battues et nos ministres
assassinés. Les patriotes, repoussés par le système des scissions, les
militaires, dont on avait voulu réprimer la licence, les royalistes, se
cachant derrière ces mécontens de différente espèce, tous s'armèrent
à la fois des derniers événemens pour accuser le directoire. Ils lui
adressaient les reproches les plus injustes et les plus multipliés. Les
armées, disaient-ils, avaient été entièrement abandonnées. Le directoire
avait laissé leurs rangs s'éclaircir par la désertion, et n'avait mis
aucune activité à les remplir au moyen de la conscription nouvelle. Il
avait retenu dans l'intérieur un grand nombre de vieux bataillons, qui,
au lieu d'être envoyés sur la frontière, étaient employés à gêner la
liberté des élections; et à ces armées ainsi réduites à un nombre si
disproportionné avec celui des armées ennemies, le directoire n'avait
fourni ni magasins, ni vivres, ni effets d'équipement, ni moyens de
transport, ni chevaux de remonte. Il les avait livrées à la rapacité des
administrations, qui avaient dévoré inutilement un revenu de six cents
millions. Enfin il avait fait, pour les commander, les plus mauvais
choix. Championnet, le vainqueur de Naples, était dans les fers, pour
avoir voulu réprimer la rapacité des agens du gouvernement. Moreau était
réduit au rôle de simple général de division. Joubert, le vainqueur du
Tyrol, Augereau, l'un des héros d'Italie, étaient sans commandement.
Schérer, au contraire, qui avait préparé toutes les défaites par son
administration, Schérer avait le commandement de l'armée d'Italie, parce
qu'il était compatriote et ami de Rewbell. On ne s'en tenait pas là.
Il y avait d'autres noms qu'on rappelait avec amertume. L'illustre
Bonaparte, ses illustres lieutenans, Kléber, Desaix, leurs quarante
mille compagnons d'armes, vainqueurs de l'Autriche, où étaient-ils?...
En Égypte, sur une terre lointaine, où ils allaient périr par
l'imprudence du gouvernement, ou peut-être par sa méchanceté. Cette
entreprise, si admirée naguère, on commençait à dire maintenant que
c'était le directoire qui l'avait imaginée pour se défaire d'un guerrier
célèbre qui lui faisait ombrage.

On remontait plus haut encore: on reprochait au gouvernement la guerre
elle-même; on lui imputait de l'avoir provoquée par ses imprudences à
l'égard des puissances. Il avait envahi la Suisse, renversé le pape et
la cour de Naples, poussé ainsi l'Autriche à bout, et tout cela sans
être préparé à entrer en lutte. En envahissant l'Égypte, il avait décidé
la Porte à une rupture. En décidant la Porte, il avait délivré la Russie
de toute crainte pour ses derrières, et lui avait permis d'envoyer
soixante mille hommes en Allemagne. Enfin, la fureur était si grande,
qu'on allait jusqu'à dire que le directoire était l'auteur secret de
l'assassinat de Rastadt. C'était, disait-on, un moyen imaginé pour
soulever l'opinion contre les ennemis, et demander de nouvelles
ressources au corps législatif.

Ces reproches étaient répétés partout, à la tribune, dans les journaux,
dans les lieux publics. Jourdan était accouru à Paris pour se plaindre
du gouvernement et pour lui imputer tous ses revers. Ceux des généraux
qui n'étaient pas venus, avaient écrit pour exposer leurs griefs.
C'était un déchaînement universel, et qui serait incompréhensible si on
ne connaissait les fureurs et surtout les contradictions des partis.

Pour peu qu'on se souvienne des faits, on peut répondre à tous ces
reproches. Le directoire n'avait pas laissé éclaircir les rangs des
armées, car il n'avait donné que douze mille congés; mais il lui avait
été impossible d'empêcher les désertions en temps de paix. Il n'y a pas
de gouvernement au monde qui eût réussi à les empêcher. Le directoire
s'était même fait accuser de tyrannie en voulant obliger beaucoup de
soldats à rejoindre. Il y avait, en effet, quelque dureté à ramener sous
les drapeaux des hommes qui avaient déjà versé leur sang pendant six
années. La conscription n'était décrétée que depuis cinq mois, et il
n'avait pas eu le moyen, en aussi peu de temps, d'organiser ce système
de recrutement; et surtout d'équiper, d'instruire les conscrits, de les
former en bataillons de campagne, et de les faire arriver en Hollande,
en Allemagne, en Suisse, en Italie. Il avait retenu quelques vieux
bataillons, parce qu'ils étaient indispensables pour maintenir le repos
pendant les élections, et parce que l'on ne pouvait confier ce soin à de
jeunes soldats, dont l'esprit n'était pas formé, et l'attachement à
la république pas assez décidé. Une raison importante avait de plus
justifié cette précaution: c'était la Vendée, travaillée encore par
les émissaires de l'étranger, et la Hollande, menacée par les flottes
anglo-russes.

Quant au désordre de l'administration, les torts du directoire n'étaient
pas plus réels. Il y avait eu des dilapidations sans doute, mais presque
toutes au profit de ceux mêmes qui s'en plaignaient, et malgré les
plus grands efforts du directoire. Il y avait eu dilapidation de trois
manières: en pillant les pays conquis; en comptant à l'état la solde des
militaires qui avaient déserté; enfin, en faisant avec les compagnies
des marchés désavantageux. Or, toutes ces dilapidations, c'étaient les
généraux et les états-majors qui les avaient commises et qui en avaient
profité. Ils avaient pillé les pays conquis, fait le profit sur la
solde et partagé les profits des compagnies. On a vu que celles-ci
abandonnaient quelquefois jusqu'à quarante pour cent sur leurs
bénéfices, afin d'obtenir la protection des états-majors. Schérer, vers
la fin de son ministère, s'était brouillé avec ses compagnons d'armes
pour avoir essayé de réprimer tous ces désordre. Le directoire s'était
efforcé, pour y mettre un terme, de nommer des commissions indépendantes
des états-majors, et on a vu comment Championnet les avait accueillies
à Naples. Les marchés désavantageux faits avec les compagnies, avaient
encore une autre cause, la situation des finances. On ne donnait aux
fournisseurs que des promesses, et alors ils se dédommageaient sur le
prix, de l'incertitude du paiement. Les crédits ouverts cette
année s'élevaient à 600 millions d'ordinaire, et à 125 millions
d'extraordinaire. Sur cette somme, le ministre avait déjà ordonnancé 400
millions pour dépenses consommées. Il n'en était pas rentré encore 210;
on avait fourni les 190 de surplus en délégations.

Il n'y avait donc rien d'imputable au directoire, quant aux
dilapidations. Le choix des généraux, excepté pour un seul, ne devait
pas lui être reproché. Championnet, après sa conduite à l'égard des
commissaires envoyés à Naples, ne pouvait pas conserver le commandement.
Macdonald le valait au moins, et était connu par une probité sévère.
Joubert, Bernadotte, n'avaient pas voulu du commandement de l'armée
d'Italie. Ils avaient désigné eux-mêmes Schérer. C'est Barras qui avait
repoussé Moreau, c'est lui seul encore qui avait voulu la nomination de
Schérer. Quant à Augereau, sa turbulence démagogique était une raison
fondée de lui refuser un commandement, et du reste, malgré ses qualités
incontestables, il était au-dessous du commandement en chef. Quant à
l'expédition d'Égypte, on a vu si le directoire en était coupable, et
s'il est vrai qu'il eût voulu déporter Bonaparte, Kléber, Desaix et
leurs quarante mille compagnons d'armes. Larévellière-Lépaux
s'était brouillé avec le héros d'Italie pour sa fermeté à combattre
l'expédition.

La provocation à la guerre n'était pas plus le fait du directoire
que tous les autres malheurs. On a pu voir que l'incompatibilité des
passions déchaînées en Europe avait seule provoqué la guerre. Il n'en
fallait faire un reproche à personne; mais, dans tous les cas, ce
n'étaient certainement pas les patriotes et les militaires qui avaient
droit d'accuser le directoire. Qu'eussent dit les patriotes si on n'eût
pas soutenu les Vaudois, puni le gouvernement papal, renversé le roi
de Naples, forcé celui de Piémont à l'abdication? N'étaient-ce pas
les militaires qui, à l'armée d'Italie, avaient toujours poussé à
l'occupation de nouveaux pays? La nouvelle de la guerre les avait
enchantés tous. N'étaient-ce pas d'ailleurs Bernadotte à Vienne, un
frère de Bonaparte à Rome, qui avaient commis des imprudences, s'il y en
avait eu de commises? Ce n'était pas la détermination de la Porte qui
avait entraîné celle de la Russie; mais la chose eût-elle été vraie,
c'était l'auteur de l'expédition d'Égypte qui pouvait seul en mériter le
reproche.

Rien n'était donc plus absurde que la masse des accusations accumulées
contre le directoire. Il ne méritait qu'un reproche, c'était d'avoir
trop partagé la confiance excessive que les patriotes et les militaires
avaient dans la puissance de la république. Il avait partagé les
passions révolutionnaires et s'était livré à leur entraînement. Il avait
cru qu'il suffisait, pour le début de la guerre, de cent soixante-dix
mille hommes; que l'offensive déciderait de tout, etc. Quant à ses
plans, ils étaient mauvais, mais pas plus mauvais que ceux de Carnot
en 1796, pas plus mauvais que ceux du conseil aulique, et calqués
d'ailleurs en partie sur un projet du général Jourdan. Un seul homme en
pouvait faire de meilleurs, comme nous l'avons dit, et ce n'était pas la
faute du directoire si cet homme n'était pas en Europe.

Du reste, c'est dans un intérêt d'équité que l'histoire doit relever
l'injustice de ces reproches; mais tant pis pour un gouvernement quand
on lui impute tout à crime. L'une des qualités indispensables d'un
gouvernement, c'est d'avoir cette bonne renommée qui repousse
l'injustice. Quand il l'a perdue et qu'on lui impute les torts des
autres, et ceux même de la fortune, il n'a plus la faculté de gouverner,
et cette impuissance doit le condamner à se retirer. Combien de
gouvernemens ne s'étaient-ils pas usés depuis le commencement de la
révolution! L'action de la France contre l'Europe était si violente,
qu'elle devait détruire rapidement tous ses ressorts. Le directoire
était usé comme l'avait été le comité de salut public, comme le fut
depuis Napoléon lui-même. Toutes les accusations dont le directoire
était l'objet, prouvaient, non pas ses torts, mais sa caducité.

Du reste, il n'était pas étonnant que cinq magistrats civils, élus au
pouvoir, non à cause de leur grandeur héréditaire ou de leur gloire
personnelle, mais pour avoir mérité un peu plus d'estime que leurs
concitoyens, que cinq magistrats, armés de la seule puissance des lois
pour lutter avec les factions déchaînées, pour soumettre à l'obéissance
des armées nombreuses, des généraux couverts de gloire et pleins de
prétentions, pour administrer enfin une moitié de l'Europe, parussent
bientôt insuffisans, au milieu de la lutte terrible qui venait de
s'engager de nouveau. Il ne fallait qu'un revers pour faire éclater
cette impuissance. Les factions alternativement battues, les militaires
réprimés plusieurs fois, les appelaient avec mépris les _avocats_, et
disaient que la France ne pouvait être gouvernée par eux.

Par une bizarrerie assez singulière, mais qui se voit quelquefois dans
le conflit des révolutions, l'opinion ne montrait quelque indulgence que
pour celui des cinq directeurs qui en aurait mérité le moins. Barras,
sans contredit, méritait à lui seul tout ce qu'on disait du directoire.
D'abord, il n'avait jamais travaillé, et il avait laissé à ses collègues
tout le fardeau des affaires. Sauf dans les momens décisifs, où il
faisait entendre sa voix plus forte que son courage, il ne s'occupait de
rien. Il ne se mêlait que du personnel du gouvernement, ce qui convenait
mieux à son génie intrigant. Il avait pris part à tous les profits des
compagnies, et justifié seul le reproche de dilapidation. Il avait
toujours été le défenseur des brouillons et des fripons; c'était lui qui
avait appuyé Brune et envoyé Fouché en Italie. Il était la cause des
mauvais choix des généraux, car il s'était opposé à la nomination de
Moreau, et avait fortement demandé celle de Schérer. Malgré tous ses
torts si graves, lui seul était mis à part. D'abord il ne passait pas,
comme ses quatre collègues, pour un _avocat_, car sa paresse, ses
habitudes débauchées, ses manières soldatesques, ses liaisons avec
les jacobins, le souvenir du 18 fructidor qu'on lui attribuait
exclusivement, en faisaient en apparence un homme d'exécution, plus
capable de gouverner que ses collègues. Les patriotes lui trouvaient
avec eux des côtés de ressemblance, et croyaient qu'il leur était
dévoué. Les royalistes en recevaient des espérances secrètes. Les
états-majors, qu'il flattait et qu'il protégeait contre la juste
sévérité de ses collègues, l'avaient en assez grande faveur. Les
fournisseurs le vantaient, et il se sauvait de cette manière de la
défaveur générale. Il était même perfide avec ses collègues, car tous
les reproches qu'il méritait, il avait l'art de les rejeter sur eux
seuls. Un pareil rôle ne peut pas être long-temps heureux, mais il peut
réussir un moment: il réussit dans cette occasion.

On connaît la haine de Barras contre Rewbell. Celui-ci, administrateur
vraiment capable, avait choqué, par son humeur et sa morgue, tous
ceux qui traitaient avec lui. Il s'était montré sévère pour les gens
d'affaires, pour tous les protégés de Barras, et notamment pour les
militaires. Aussi était-il devenu l'objet de la haine générale. Il était
probe, quoique un peu avare. Barras avait l'art, dans sa société, qui
était nombreuse, de diriger contre lui les plus odieux soupçons. Une
circonstance malheureuse contribuait à les autoriser. L'agent du
directoire en Suisse, Rapinat, était beau-frère de Rewbell. On avait
exercé en Suisse les exactions qui se commettaient dans tous les pays
conquis, beaucoup moins cependant que partout ailleurs. Mais les
plaintes excessives de ce petit peuple avare avaient causé une rumeur
extrême. Rapinat avait eu la commission malheureuse de mettre le scellé
sur les caisses et sur le trésor de Berne; il avait traité avec hauteur
le gouvernement helvétique; ces circonstances et son nom, qui était
malheureux, lui avaient valu de passer pour le Verrès de la Suisse, pour
l'auteur de dilapidations qui n'étaient pas son ouvrage; car il avait
même quitté la Suisse, avant l'époque où elle avait le plus souffert.
Dans la Société de Barras on faisait de malheureux calembours sur son
nom, et tout retombait sur Rewbell, dont il était le beau-frère. C'est
ainsi que la probité de Rewbell s'était trouvée exposée à toutes les
calomnies.

Larévellière, par son inflexible sévérité, par son influence dans les
affaires politiques d'Italie, n'était pas devenu moins odieux que
Rewbell. Cependant, sa vie était si simple et si modeste, qu'accuser
sa probité eût été impossible. La société de Barras lui donnait des
ridicules. On se moquait de sa personne, et de ses prétentions à
une papauté nouvelle. On disait qu'il voulait fonder le culte de la
théophilanthropie, dont il n'était cependant pas l'auteur. Merlin et
Treilhard, quoique moins anciens au pouvoir, et moins en vue que Rewbell
et Larévellière, étaient cependant enveloppés dans la même défaveur.

C'est dans cette disposition d'esprit que se firent les élections de
l'an VII, qui furent les dernières. Les patriotes, furieux, ne voulaient
pas être exclus cette année, comme la précédente, du corps législatif.
Ils s'étaient déchaînés contre le système des scissions, et s'étaient
efforcés de le flétrir d'avance. Ils y avaient assez réussi, pour qu'en
effet on n'osât plus l'employer. Dans cet état d'agitation, où l'on
suppose à ses adversaires tous les projets qu'on en redoute, ils
disaient que le directoire, usant, comme au 18 fructidor, des moyens
extraordinaires, allait proroger pour cinq ans les pouvoirs des députés
actuels, et suspendre pendant tout ce temps l'exercice des droits
électoraux. Ils disaient qu'on allait faire venir des Suisses à Paris,
parce qu'on travaillait à organiser le contingent helvétique. Ils firent
grand bruit d'une circulaire aux électeurs, répandue par le commissaire
du gouvernement (préfet) auprès du département de la Sarthe. Ce n'était
pas une circulaire, comme nous en avons vu depuis, mais une exhortation.
On obligea le directoire à l'improuver par un message. Les élections,
faites dans ces dispositions, amenèrent au corps législatif une quantité
considérable de patriotes. On ne songea pas cette année à les exclure du
corps législatif, et leur élection fut confirmée. Le général Jourdan,
qui avait raison d'imputer ses revers à l'infériorité numérique de
son armée, mais qui manquait à sa raison accoutumée en imputant au
gouvernement le désir de le perdre, fut envoyé de nouveau au corps
législatif, le coeur gros de ressentimens. Augereau y fut envoyé aussi,
avec un surcroît d'humeur et de turbulence.

Il fallait choisir un nouveau directeur. Le hasard ne servit pas la
république, car, au lieu de Barras, ce fut Rewbell, le plus capable des
cinq directeurs, qui fut désigné pour membre sortant. Ce fut un grand
sujet de satisfaction pour tous les ennemis de ce directeur, et une
occasion nouvelle de le calomnier plus commodément. Cependant, comme il
avait été élu au conseil des anciens, il saisit une occasion de répondre
à ses accusateurs, et le fit de la manière la plus victorieuse.

Il fut commis, à la sortie de Rewbell, la seule infraction aux lois
rigoureuses de la probité, qu'on, pût reprocher au directoire. Les cinq
premiers directeurs, nommés à l'époque de l'institution du directoire,
avaient fait une convention entre eux, par laquelle ils devaient
prélever sur leurs appointemens, chacun dix mille francs, afin de les
donner au membre sortant. Le but de ce noble sacrifice était de ménager
aux membres du directoire la transition du pouvoir suprême à la vie
privée, surtout pour ceux qui étaient sans fortune. Il y avait même
une raison de dignité à en agir ainsi, car il était dangereux pour la
considération du gouvernement, de rencontrer dans l'indigence l'homme
qu'on avait vu la veille au pouvoir suprême. Cette raison même décida
les directeurs à pourvoir d'une manière plus convenable au sort de
leurs collègues. Leurs appointemens étaient déjà si modiques, qu'un
prélèvement de dix mille francs parut déplacé. Ils résolurent d'allouer
une somme de cent mille francs à chaque directeur sortant. C'était cent
mille francs par an qu'il en devait coûter à l'état. On devait demander
cette somme au ministre des finances, qui pouvait la prendre sur l'un
des mille profits qu'il était si facile de faire sur des budgets de
six ou huit cents millions. On décida de plus que chaque directeur
emporterait sa voiture et ses chevaux. Comme tous les ans le corps
législatif allouait des frais de mobilier, cette dépense devait être
avouée, et dès lors devenait légitime. Les directeurs décidèrent de plus
que les économies faites sur les frais de mobilier seraient partagées
entre eux. Certes, c'était là une bien légère atteinte à la fortune
publique, si c'en était une; et tandis que des généraux, des compagnies,
faisaient des profits si énormes, cent mille francs par an, consacrés
à donner des alimens à l'homme qui venait d'être chef du gouvernement,
n'étaient pas un vol. Les raisons et la forme de la mesure l'excusaient
en quelque sorte. Larévellière, auquel on en fit part, ne voulut jamais
y consentir. Il déclara à ses collègues qu'il n'accepterait jamais sa
part. Rewbell reçut la sienne. Les cent mille francs qu'on lui donna
furent pris sur les deux millions de dépenses secrètes, dont le
directoire était dispensé de rendre compte. Telle est la seule faute
qu'on puisse reprocher collectivement au directoire. Un seul de ses
membres, sur les douze qui se succédèrent, fut accusé d'avoir fait des
profits particuliers. Quel est le gouvernement au monde, duquel on
puisse dire la même chose?

Il fallait un successeur à Rewbell. On souhaitait avoir une grande
réputation, pour donner un peu de considération au directoire, et on
songea à Sièyes, dont le nom, après celui de Bonaparte, était le plus
important de l'époque. Son ambassade en Prusse avait encore ajouté à sa
renommée. Déjà on le considérait, et très justement, comme un esprit
profond; mais depuis qu'il était allé à Berlin, on lui attribuait
la conservation de la neutralité prussienne, qui du reste était due
beaucoup moins à son intervention qu'à la situation de cette puissance.
Aussi le regardait-on comme aussi capable de diriger le gouvernement que
de concevoir une constitution. Il fut élu directeur. Beaucoup de gens
crurent voir dans ce choix la confirmation du bruit généralement répandu
de modifications très prochaines à la constitution. Ils disaient
que Sièyes n'était appelé au directoire que pour contribuer à ces
modifications. On croyait si peu que l'état des choses actuel pût se
maintenir, qu'on voyait dans tous les faits des indices certains de
changement.



CHAPITRE XVI.

CONTINUATION DE LA CAMPAGNE DE 1799; MASSÉNA RÉUNIT LE COMMANDEMENT
DES ARMÉES D'HELVÉTIE ET DU DANUBE, ET OCCUPE LA LIGNE DE LA
LIMMAT.--ARRIVÉE DE SUWAROW EN ITALIE. SCHÉRER TRANSMET LE COMMANDEMENT
A MOREAU. BATAILLE DE CASSANO. RETRAITE DE MOREAU AU-DELA DU PÔ ET DE
L'APENNIN.--ESSAI DE JONCTION AVEC L'ARMÉE DE NAPLES; BATAILLE DE LA
TREBBIA.--COALITION DE TOUS LES PARTIS CONTRE LE DIRECTOIRE.--RÉVOLUTION
DU 30 PRAIRIAL.--LARÉVELLIÈRE ET MERLIN SORTENT DU DIRECTOIRE.


Dans l'intervalle qu'on mit à faire dans le gouvernement les
modifications que nous venons de raconter, le directoire n'avait cessé
de faire les plus grands efforts pour réparer les revers qui venaient de
signaler l'ouverture de la campagne. Jourdan avait perdu le commandement
de l'armée du Danube, et Masséna avait reçu le commandement en chef de
toutes les troupes cantonnées depuis Dusseldorf jusqu'au Saint-Gothard.
Ce choix heureux devait sauver la France. Schérer, impatient de quitter
une armée dont il avait perdu la confiance, avait obtenu l'autorisation
de transmettre le commandement à Moreau. Macdonald avait reçu l'ordre
pressant d'évacuer le royaume de Naples et les états romains, et de
venir faire sa jonction avec l'armée de la Haute-Italie. Tous les vieux
bataillons retenus dans l'intérieur étaient acheminés sur la frontière;
l'équipement et l'organisation des conscrits s'accéléraient, et les
renforts commençaient à arriver de toutes parts.

Masséna, à peine nommé commandant en chef des armées du Rhin et de
Suisse, songea à disposer convenablement les forces qui lui étaient
confiées. Il ne pouvait prendre le commandement dans une situation plus
critique. Il avait au plus trente mille hommes, épars en Suisse depuis
la vallée de l'Inn jusqu'à Bâle; il avait en présence trente mille
hommes sous Bellegarde dans le Tyrol, vingt-huit mille sous Hotze, dans
le Voralberg, quarante mille sous l'archiduc, entre le lac de Constance
et le Danube. Cette masse de près de cent mille hommes pouvait
l'envelopper et l'anéantir. Si l'archiduc n'avait pas été contrarié par
le conseil aulique et retenu par une maladie, et qu'il eût franchi le
Rhin entre le lac de Constance et l'Aar, il aurait pu fermer à Masséna
la route de France, l'envelopper et le détruire. Heureusement il n'était
pas libre de ses mouvemens; heureusement encore on n'avait pas mis
immédiatement sous ses ordres Bellegarde et Hotze. Il y avait entre les
trois généraux un tiraillement continuel, ce qui empêchait qu'ils se
concertassent pour une opération décisive.

Ces circonstances favorisèrent Masséna, et lui permirent de prendre une
position solide et de distribuer convenablement les troupes mises à sa
disposition. Tout prouvait que l'archiduc ne voulait qu'observer la
ligne du Rhin du côté de l'Alsace, et qu'il se proposait d'opérer en
Suisse, entre Schaffouse et l'Aar. En conséquence, Masséna fit refluer
en Suisse la plus grande partie de l'armée du Danube, et lui assigna
des positions qu'elle aurait dû prendre dès le début, c'est-à-dire
immédiatement après la bataille de Stokach. Il avait eu le tort de
laisser Lecourbe engagé trop long-temps dans l'Engadine. Celui-ci fut
obligé de s'en retirer, après avoir livré des combats brillans, où il
montra une intrépidité et une présence d'esprit admirables. Les Grisons
furent évacués. Masséna distribua alors son armée depuis la grande
chaîne des Alpes jusqu'au confluent de l'Aar dans le Rhin, en
choisissant la ligne qui lui parut la meilleure.

La Suisse, présente plusieurs lignes d'eau, qui, partant des grandes
Alpes, la traversent tout entière, pour aller se jeter dans le Rhin. La
plus étendue et la plus vaste est celle du Rhin même, qui, prenant sa
source non loin du Saint-Gothard, coule d'abord au nord, puis s'étend
en un vaste lac[6], dont il sort près de Stein, et court à l'ouest vers
Bâle, où il recommence à couler au nord pour former la frontière de
l'Alsace. Cette ligne est la plus vaste, et elle enferme toute la
Suisse. Il y en a une seconde, celle de Zurich, inscrite dans la
précédente: c'est celle de la Lint, qui, prenant sa source dans les
petits cantons, s'arrête pour former le lac de Zurich, en sort sous le
nom de Limmat, et va finir dans l'Aar, non loin de l'embouchure de cette
dernière rivière dans le Rhin. Cette ligne, qui n'enveloppe qu'une
partie de la Suisse, est beaucoup moins vaste que la première. Il y en
a enfin une troisième, celle de la Reuss, inscrite encore dans la
précédente, qui du lit de la Reuss passe dans le lac de Lucerne, et
de Lucerne va se rendre dans l'Aar, tout près du point où se jette la
Limmat. Ces lignes commençant à droite contre des montagnes énormes,
finissant à gauche dans de grands fleuves, consistant tantôt en des
rivières, tantôt en des lacs, présentent de nombreux avantages pour la
défensive. Masséna ne pouvait espérer de conserver la plus grande, celle
du Rhin, et de s'étendre depuis le Saint-Gothard jusqu'à l'embouchure
de l'Aar. Il fut obligé de se replier sur celle de la Limmat, où il
s'établit de la manière la plus solide. Il plaça son aile droite, formée
des trois divisions Lecourbe, Ménard et Lorge, depuis les Alpes jusqu'au
lac de Zurich, sous les ordres de Férino. Il plaça son centre sur la
Limmat, et le composa des quatre divisions Oudinot, Vandamme, Thureau et
Soult. Sa gauche gardait le Rhin, vers Bâle et Strasbourg.

[Note 6: Le lac de Constance.]

Avant de se renfermer dans cette position, il essaya d'empêcher par un
combat la jonction de l'archiduc avec son lieutenant Hotze. Ces deux
généraux placés sur le Rhin, l'un avant l'entrée du fleuve dans le
lac de Constance, l'autre après sa sortie, étaient séparés par toute
l'étendue du lac. En franchissant cette ligne, afin de s'établir devant
celle de Zurich et de la Limmat, où s'était placé Masséna, ils devaient
partir des deux extrémités du lac, pour venir faire leur jonction
au-delà. Masséna pouvait choisir le moment où Hotze ne s'était pas
encore avancé, se jeter sur l'archiduc, le repousser au-delà du Rhin,
se rabattre ensuite sur Hotze, et le repousser à son tour. On a calculé
qu'il aurait eu le temps d'exécuter cette double opération, et de battre
isolément les deux généraux autrichiens. Malheureusement il ne songea à
les attaquer qu'au moment où ils étaient près de se réunir, et où ils
étaient en mesure de se soutenir réciproquement. Il les combattit sur
plusieurs points le 5 prairial (24 mai), à Aldenfingen, à Frauenfeld, et
quoiqu'il eût partout l'avantage, grace à cette vigueur qu'il mettait
toujours dans l'exécution, néanmoins il ne put empêcher la jonction, et
il fut obligé de se replier sur la ligne de la Limmat et de Zurich,
où il se prépara à recevoir vigoureusement l'archiduc, si celui-ci se
décidait à l'attaquer.

Les événemens étaient bien autrement malheureux en Italie. Là, les
désastres ne s'étaient point arrêtés.

Suwarow avait rejoint l'armée autrichienne avec un corps de vingt-huit
ou trente mille Russes. Mélas avait pris le commandement de l'armée
autrichienne. Suwarow commandait en chef les deux armées, s'élevant au
moins à quatre-vingt-dix mille hommes. On l'appelait l'_invincible_. Il
était connu par ses campagnes contre les Turcs, et par ses cruautés
en Pologne. Il avait une grande vigueur de caractère, une bizarrerie
affectée et poussée jusqu'à la folie, mais aucun génie de combinaison.
C'était un vrai barbare, heureusement incapable de calculer l'emploi de
ses forces, car autrement, la république aurait peut-être succombé.
Son armée lui ressemblait. Elle avait une bravoure remarquable, et
qui tenait du fanatisme, mais aucune instruction. L'artillerie, la
cavalerie, le génie, y étaient réduits à une véritable nullité. Elle
ne savait faire usage que de la baïonnette, et s'en servait comme les
Français s'en étaient servis pendant la révolution. Suwarow, fort
insolent pour ses alliés, donna aux Autrichiens des officiers russes,
pour leur apprendre le maniement de la baïonnette. Il employa le langage
le plus hautain, il dit que les _femmes_, _les petits-maîtres_, _les
paresseux_, devaient quitter l'armée; que les parleurs occupés à fronder
le service souverain seraient traités comme des égoïstes, et perdraient
leurs grades, et que tout le monde devait se sacrifier pour délivrer
l'Italie des Français et des athées. Tel était le style de ses
allocutions. Heureusement, après nous avoir causé bien du mal, cette
énergie brutale allait rencontrer l'énergie savante et calculée, et se
briser devant elle.

Schérer ayant entièrement perdu l'usage de ses esprits, s'était
promptement retiré sur l'Adda, au milieu des cris d'indignation des
soldats. De son armée de quarante-six mille hommes, il en avait perdu
dix mille, ou morts ou prisonniers. Il fut obligé d'en laisser à
Peschiera ou Mantoue encore huit mille, et il ne lui en resta ainsi que
vingt-huit mille. Néanmoins si, avec cette poignée d'hommes, il avait su
manoeuvrer habilement, il aurait pu donner le temps à Macdonald de le
rejoindre, et éviter bien des désastres. Mais il se plaça sur l'Adda
de la manière la plus malheureuse. Il partagea son armée en trois
divisions. La division Serrurier était à Lecco, à la sortie de l'Adda du
lac de Lecco. La division Grenier était à Cassano, la division Victor à
Lodi. Il avait placé Montrichard, avec quelques corps légers, vers le
Modénois et les montagnes de Gênes; pour maintenir les communications
avec la Toscane, par où Macdonald devait déboucher. Ses vingt-huit
mille hommes, ainsi dispersés sur une ligne de vingt-quatre lieues, ne
pouvaient résister solidement nulle part, et devaient être enfoncés
partout où l'ennemi se présenterait en forces.

Le 8 floréal (27 avril) au soir, au moment même où la ligne de l'Adda
était forcée, Schérer remit à Moreau la direction de l'armée. Ce brave
général avait quelque droit de la refuser. On l'avait fait descendre
au rôle de simple divisionnaire, et maintenant que la campagne était
perdue, qu'il n'y avait plus que des désastres à essuyer, on lui
donnait le commandement. Cependant, avec un dévouement patriotique
que l'histoire ne saurait trop célébrer, il accepta une défaite, en
acceptant le commandement le soir même où l'Adda était forcé. C'est ici
que commence la moins vantée et la plus belle partie de sa vie.

Suwarow s'était approché de l'Adda sur plusieurs points. Quand le
premier régiment russe se montra à la vue du pont de Lecco, les
carabiniers de la brave 18e légère sortirent des retranchemens, et
coururent au-devant de ces soldats, qu'on peignait comme des colosses
effrayans et invincibles. Ils fondirent sur eux la baïonnette croisée,
et en firent un grand carnage. Les Russes furent repoussés. Il venait
de s'allumer un admirable courage dans le coeur de nos braves; ils
voulaient faire repentir de leur voyage les barbares insolens qui
venaient se mêler dans une querelle qui n'était pas la leur. La
nomination de Moreau enflammait toutes les âmes, et remplit l'armée de
confiance. Malheureusement la position n'était plus tenable. Suwarow,
repoussé à Lecco, avait fait passer l'Adda sur deux points, à Brivio et
à Trezzo, au-dessus et au-dessous de la division Serrurier, qui formait
la gauche. Cette division se trouva ainsi coupée du reste de l'armée.
Moreau, avec la division Grenier, livra à Trezzo un combat furieux, pour
repousser l'ennemi au-delà de l'Adda, et se remettre en communication
avec la division Serrurier. Il combattit avec huit ou neuf mille hommes
un corps de plus de vingt mille. Ses soldats, animés par sa présence,
firent des prodiges de bravoure, mais ne purent rejeter l'ennemi au-delà
de l'Adda. Malheureusement Serrurier, auquel on ne pouvait plus faire
parvenir d'ordre, n'eut pas l'idée de se reporter sur ce point même
de Trezzo, où Moreau s'obstinait à combattre pour se remettre en
communication avec lui. Il fallut céder, et abandonner la division
Serrurier à son sort. Elle fut entourée par toute l'armée ennemie, et se
battit avec la dernière opiniâtreté. Enveloppée enfin de toutes parts,
elle fut obligée de mettre bas les armes. Une partie de cette division,
grâce à la hardiesse et à la présence d'esprit d'un officier, se sauva
par les montagnes en Piémont. Pendant cette action terrible, Victor
s'était heureusement retiré en arrière avec sa division intacte. Telle
fut la fatale journée dite de Cassano, 9 floréal (28 avril), qui
réduisit l'armée à environ vingt mille hommes.

C'est avec cette poignée de braves que Moreau entreprit de se retirer.
Cet homme rare ne perdit pas un instant ce calme d'esprit dont la nature
l'avait doué. Réduit à vingt mille soldats, en présence d'une armée
qu'on aurait pu porter à quatre-vingt-dix mille, si on avait su la faire
marcher en masse, il ne s'ébranla pas un instant. Ce calme était
bien autrement méritoire que celui qu'il déploya lorsqu'il revint
d'Allemagne, avec une armée de soixante mille hommes victorieux, et
pourtant il a été beaucoup moins célébré! tant les hasards des passions
influent sur les jugemens contemporains!

Il s'attacha d'abord à couvrir Milan, pour donner le moyen d'évacuer
les parcs et les bagages, et pour laisser aux membres du gouvernement
cisalpin, et à tous les Milanais compromis, le temps de se retirer sur
les derrières. Rien n'est plus dangereux pour une armée que ces familles
de fugitifs, qu'elle est obligée de recevoir dans ses rangs. Elles
embarrassent sa marche, ralentissent ses mouvemens, et peuvent
quelquefois compromettre son salut. Moreau, après avoir passé deux
jours à Milan, se remit en marche pour repasser le Pô. A la conduite
de Suwarow, il put juger qu'il aurait le temps de prendre une position
solide. Il avait deux objets à atteindre, c'était de couvrir ses
communications avec la France, et avec la Toscane, par où s'avançait
l'armée de Naples. Pour arriver à ce but important, il lui parut
convenable d'occuper le penchant des montagnes de Gênes; c'était le
point le plus favorable. Il marcha en deux colonnes: l'une, escortant
les parcs, les bagages, tout l'attirail de l'armée, prit la grande route
de Milan à Turin; l'autre s'achemina vers Alexandrie, pour occuper les
routes de la rivière de Gênes. Il exécuta cette marche sans être
trop pressé par l'ennemi. Suwarow, au lieu de fondre avec ses masses
victorieuses sur notre faible armée, et de la détruire complètement, se
faisait décerner à Milan les honneurs du triomphe par les prêtres, les
moines, les nobles, toutes les créatures de l'Autriche, rentrées en
foule à la suite des armées coalisées.

Moreau eut le temps d'arriver à Turin, et d'acheminer vers la France
tout son attirail de guerre. Il arma la citadelle, tâcha de réveiller
le zèle des partisans de la république, et vint rejoindre ensuite la
colonne qu'il avait dirigée vers Alexandrie. Il choisit là une position
qui prouve toute la justesse de son coup d'oeil. Le Tanaro, en tombant
de l'Apennin, va se jeter dans le Pô au-dessous d'Alexandrie. Moreau se
plaça au confluent de ces deux fleuves. Couvert à la fois par l'un et
par l'autre, il ne craignait pas une attaque de vive force; il gardait
en même temps toutes les routes de Gênes, et pouvait attendre l'arrivée
de Macdonald. Cette position ne pouvait être plus heureuse. Il occupait
Casale, Valence, Alexandrie; il avait une chaîne de postes sur le Pô
et le Tanaro, et ses masses étaient disposées de manière qu'il pouvait
courir en quelques heures sur le premier point attaqué. Il s'établit là
avec vingt mille hommes, et y attendit avec un imperturbable sang-froid
les mouvemens de son formidable ennemi.

Suwarow avait mis très heureusement beaucoup de temps à s'avancer. Il
avait demandé au conseil aulique que le corps autrichien de Bellegarde,
destiné au Tyrol, fût mis à sa disposition. Ce corps venait de descendre
en Italie, et portait l'armée combinée à beaucoup plus de cent mille
hommes. Mais Suwarow, ayant ordre d'assiéger à la fois Peschiera,
Mantoue, Pizzighitone, voulant en même temps se garder du côté de la
Suisse, et ignorant d'ailleurs l'art de distribuer des masses, n'avait
guère plus de quarante mille hommes sous sa main, force du reste très
suffisante pour accabler Moreau, s'il avait su la manier habilement.

Il vint longer le Pô et le Tanaro, et se placer en face de Moreau. Il
s'établit à Tortone, et y fixa son quartier-général. Après quelques
jours d'inaction, il résolut enfin de faire une tentative sur l'aile
gauche de Moreau, c'est-à-dire du côté du Pô. Un peu au-dessus du
confluent du Pô et du Tanaro, vis-à-vis Mugarone, se trouvent des îles
boisées, à la faveur desquelles les Russes résolurent de tenter un
passage. Dans la nuit du 22 au 23 floréal (du 11 au 12 mai), ils
passèrent au nombre à peu près de deux mille, dans l'une de ces îles, et
se trouvèrent ainsi au-delà du bras principal. Le bras qui leur restait
à passer était peu considérable, et pouvait même être franchi à la nage.
Ils le traversèrent hardiment, et se portèrent sur la rive droite du Pô.
Les Français, prévenus du danger, coururent sur le point menacé. Moreau,
qui était averti d'autres démonstrations faites du côté du Tanaro,
attendit que le véritable point du danger fût bien déterminé pour s'y
porter en force: dès qu'il en fut certain, il y marcha avec sa réserve,
et culbuta dans le Pô les Russes qui avaient eu la hardiesse de le
franchir. Il y en eut deux mille cinq cents tués, noyés ou prisonniers.

Ce coup de vigueur assurait tout à fait la position de Moreau dans le
singulier triangle où il s'était placé. Mais l'inaction de l'ennemi
l'inquiétait; il craignait que Suwarow n'eût laissé devant Alexandrie un
simple détachement, et qu'avec la masse de ses forces il n'eût remonté
le Pô, pour se porter sur Turin et prendre la position des Français
par derrière, ou bien qu'il n'eût marché au-devant de Macdonald. Dans
l'incertitude où le laissait l'inaction de Suwarow, il résolut d'agir
lui-même, pour s'assurer du véritable état des choses. Il imagina de
déboucher au-delà d'Alexandrie, et de faire une forte reconnaissance.
Si l'ennemi n'avait laissé devant lui qu'un corps détaché, le projet
de Moreau était de changer cette reconnaissance en attaque sérieuse,
d'accabler ce corps détaché, et puis de se retirer tranquillement par
la grande route de la Bochetta, vers les montagnes de Gênes, afin d'y
attendre Macdonald. Si au contraire il trouvait la masse principale, son
projet était de se replier sur-le-champ, et de regagner en toute hâte
la rivière de Gênes, par toutes les communications accessibles qui
lui restaient. Une raison qui le décidait surtout à prendre ce parti
décisif, c'était l'insurrection du Piémont sur ses derrières. Il fallait
qu'il se rapprochât de sa base le plus tôt possible.

Tandis que Moreau formait ce projet fort sage, Suwarow en formait
un autre qui était dépourvu de sens. Sa position à Tortone était
certainement la meilleure qu'il pût prendre, puisqu'elle le plaçait
entre les deux armées françaises, celle de la Cisalpine et celle de
Naples. Il ne devait la quitter à aucun prix. Cependant il imagina
d'emmener une partie de ses forces au-delà du Pô, pour remonter le
fleuve jusqu'à Turin, s'emparer de cette capitale, y organiser les
royalistes piémontais, et faire tomber la position de Moreau. Rien
n'était plus mal calculé qu'une pareille manoeuvre; car, pour faire
tomber la position de Moreau, il fallait essayer une attaque directe
et vigoureuse, mais par-dessus tout ne pas quitter la position
intermédiaire entre les deux armées qui cherchaient à opérer leur
jonction.

Tandis que Suwarow divisait ses forces, en laissant une partie aux
environs de Tortone, le long du Tanaro, et portant l'autre au-delà du Pô
pour marcher sur Turin, Moreau exécutait la reconnaissance qu'il avait
projetée. Il avait porté la division Victor en avant pour attaquer
vigoureusement le corps russe qu'il avait devant lui. Il se tenait
lui-même avec toute sa réserve un peu en arrière, prêt à changer cette
reconnaissance en une attaque sérieuse, s'il jugeait que le corps russe
pût être accablé. Après un engagement très-vif, où les troupes de Victor
déployèrent une rare bravoure, Moreau crut que toute l'armée russe était
devant lui: il n'osa pas attaquer à fond, de peur d'avoir sur les bras
un ennemi trop supérieur. En conséquence, entre les deux partis qu'il
s'était proposé d'adopter, il préféra le second, comme le plus sûr. Il
résolut donc de se retirer vers les montagnes de Gênes. Sa position
était des plus critiques. Tout le Piémont était en révolte sur ses
derrières. Un corps d'insurgés s'était emparé de Céva, qui ferme la
principale route, la seule accessible à l'artillerie. Le grand convoi
des objets d'arts recueillis en Italie, courait risque d'être enlevé.
Ces circonstances étaient des plus fâcheuses. En prenant les routes
situées plus en arrière, et qui aboutissaient à la rivière du Ponent,
Moreau craignait de trop s'éloigner des communications de la Toscane,
et de les laisser en prise à l'ennemi, qu'il supposait réuni en masse
autour de Tortone. Dans cette perplexité, il prit sur-le-champ son
parti, et fit les dispositions suivantes. Il détacha la division Victor,
sans artillerie ni bagages, et la jeta par des rentiers praticables à
la seule infanterie, vers les montagnes de Gênes. Elle devait se hâter
d'occuper tous les passages de l'Apennin pour se joindre à l'armée
venant de Naples, et la renforcer, dans le cas où elle serait attaquée
par Suwarow. Moreau, ne gardant que huit mille hommes au plus, vint avec
son artillerie, sa cavalerie, et tout ce qui pouvait suivre les sentiers
des montagnes, gagner l'une des routes charretières qui se trouvaient en
arrière de Céva, et aboutissaient dans la rivière du Ponent. Il faisait
un autre calcul, en se décidant à cette retraite excentrique, c'est
qu'il attirerait à lui l'armée ennemie, la détournerait de poursuivre
Victor et de se jeter sur Macdonald.

Victor se retira heureusement par Acqui, Spigno et Dego, et vint occuper
les crêtes de l'Apennin. Moreau, de son côté, se retira avec une
célérité extraordinaire sur Asti. La prise de Céva, qui fermait sa
principale communication, le mettait dans un embarras extrême. Il
achemina par le col de Fenestrelle la plus grande partie de ses parcs,
ne garda que l'artillerie de campagne qui lui était indispensable,
et résolut de s'ouvrir une route à travers l'Apennin, en la faisant
construire par ses propres soldats. Après quatre jours d'efforts
incroyables, la route fut rendue praticable à l'artillerie, et Moreau
fut transporté dans la rivière de Gênes sans avoir rétrogradé jusqu'au
col de Tende, ce qui l'eût trop éloigné des troupes de Victor détachées
vers Gênes.

Suwarow, en apprenant la retraite de Moreau, se hâta de le faire
poursuivre; mais il ne sut deviner ni prévenir ses savantes
combinaisons. Ainsi, grâce à son sang-froid et à son adresse, Moreau
avait ramené ses vingt mille hommes sans les laisser entamer une seule
fois, en contenant au contraire les Russes partout où il les avait
rencontrés. Il avait laissé une garnison de trois mille hommes dans
Alexandrie, et il était avec dix-huit mille à peu près dans les environs
de Gênes. Il était placé sur la crête de l'Apennin, attendant l'arrivée
de Macdonald. Il avait porté la division Lapoype, le corps léger de
Montrichard, et la division Victor, sur la Haute-Trebbia, pour les
joindre à Macdonald. Lui se tenait aux environs de Novi, avec le reste
de son corps d'armée. Son plan de jonction était profondément médité.
Il pouvait attirer l'armée de Naples à lui par les bords de la
Méditerranée, la réunir à Gênes, et déboucher avec elle de la Bochetta;
ou bien la faire déboucher de la Toscane dans les plaines de Plaisance,
et sur les bords du Pô. Le premier parti assurait la jonction,
puisqu'elle se faisait à l'abri de l'Apennin, mais il fallait de nouveau
franchir l'Apennin, et donner de front sur l'ennemi, pour enlever la
plaine. En débouchant au contraire en avant de Plaisance, on était
maître de la plaine jusqu'au Pô, on prenait son champ de bataille sur
les bords même du Pô, et en cas de victoire on y jetait l'ennemi. Moreau
voulait que Macdonald eût sa gauche toujours serrée aux montagnes,
pour se lier avec Victor qui était à Bobbio. Quant à lui, il observait
Suwarow, prêt à se jeter dans ses flancs dès qu'il voudrait marcher à
la rencontre de Macdonald. Dans cette situation, la jonction paraissait
aussi sûre que derrière l'Apennin, et se faisait sur un terrain bien
préférable.

Dans ce moment, le directoire venait de réunir dans la Méditerranée des
forces maritimes considérables. Bruix, le ministre de la marine, s'était
mis à la tête de la flotte de Brest, avait débloqué la flotte espagnole,
et croisait avec cinquante vaisseaux dans la Méditerranée, dans le but
de la délivrer des Anglais, et d'y rétablir les communications avec
l'armée d'Égypte. Cette jonction tant désirée était enfin opérée, et
elle pouvait nous redonner la prépondérance dans les mers du
Levant. Bruix dans ce moment était devant Gênes. Sa présence avait
singulièrement remonté le moral de l'armée. On disait qu'il apportait
des vivres, des munitions et des renforts. Il n'en était rien; mais
Moreau profita de cette opinion, et fit effort pour l'accréditer. Il fit
répandre le bruit que la flotte venait de débarquer vingt mille hommes,
et des approvisionnemens considérables. Ce bruit encouragea l'armée, et
diminua beaucoup la confiance de l'ennemi.

On était au milieu de prairial (premiers jours de juin). Un événement
nouveau venait d'avoir lieu en Suisse. On a vu que Masséna avait occupé
la ligne de la Limmat ou de Zurich, et que l'archiduc, débouchant en
deux masses des deux extrémités du lac de Constance, était venu border
cette ligne dans toute son étendue. Il résolut de l'attaquer entre
Zurich et Bruk, c'est-à-dire entre le lac de Zurich, et l'Aar, tout le
long de la Limmat. Masséna avait pris position, non pas sur la Limmat
elle-même, mais sur une suite de hauteurs qui sont en avant de la
Limmat, et qui couvrent à la fois la rivière et le lac. Il avait
retranché ces hauteurs de la manière la plus redoutable, et les avait
rendues presque inaccessibles. Quoique cette partie de notre ligne,
entre Zurich et l'Aar, fût la plus forte, l'archiduc avait résolu de
l'attaquer, parce qu'il eût été trop dangereux de faire un long détour
pour venir tenter une attaque au-dessus du lac, le long de la Lint.
Masséna pouvait profiter de ce moment pour accabler les corps laissés
devant lui, et se procurer ainsi un avantage décisif.

L'attaque projetée s'exécuta le 4 juin (16 prairial). Elle eut lieu sur
toute l'étendue de la Limmat, et fut repoussée partout victorieusement,
malgré l'opiniâtre persévérance des Autrichiens. Le lendemain
l'archiduc, pensant que de pareilles tentatives doivent se poursuivre,
afin qu'il n'y ait pas de pertes inutiles, recommença l'attaque avec
la même opiniâtreté. Masséna, réfléchissant qu'il pouvait être forcé,
qu'alors sa retraite deviendrait difficile, que la ligne qu'il
abandonnait était suivie immédiatement d'une plus forte, la chaîne de
l'Albis, qui borde en arrière la Limmat et le lac de Zurich, résolut de
se retirer volontairement. Il ne perdait à cette retraite que la ville
de Zurich, qu'il regardait comme peu importante. La chaîne des monts
de l'Albis, longeant le lac de Zurich, et la Limmat jusqu'à l'Aar
présentant de plus un escarpement continu, était presque inattaquable.
En l'occupant on ne faisait qu'une légère perte de terrain, car on ne
reculait que de la largeur du lac et de la Limmat. En conséquence, et
s'y retira volontairement et sans perte, il s'y établit d'une manière
qui ôta à l'archiduc toute envie de l'attaquer.

Notre position était donc toujours à peu près la même en Suisse.
L'Aar, la Limmat, le lac de Zurich, la Lint et la Reuss, jusqu'au
Saint-Gothard, formaient notre ligne défensive contre les Autrichiens.

Du côté de l'Italie, Macdonald s'avançait enfin vers la Toscane.
Il avait laissé garnison au fort Saint-Elme, à Capoue et à Gaëte,
conformément à ses instructions. C'était compromettre inutilement des
troupes qui n'étaient pas capables de soutenir le parti républicain, et
qui laissaient un vide dans l'armée active. L'armée française, en se
retirant, avait laissé la ville de Naples en proie à une réaction
royale, qui égalait les plus épouvantables scènes de notre révolution.
Macdonald avait rallié à Rome quelques milliers d'hommes de la division
Garnier; il avait recueilli en Toscane la division Gauthier, et dans le
Modénois le corps léger de Montrichard. Il avait formé ainsi un corps de
vingt-huit mille hommes. Il était à Florence le 9 prairial (25 mai).
Sa retraite s'était opérée avec beaucoup de rapidité, et un ordre
remarquable. Il perdit malheureusement beaucoup de temps en Toscane, et
ne déboucha au-delà de l'Apennin, dans les plaines de Plaisance, que
vers la fin de prairial (milieu de juin).

S'il eût débouché plus tôt, il aurait surpris les coalisés dans un tel
état de dispersion, qu'il aurait pu les accabler successivement, et
les rejeter au-delà du Pô. Suwarow était à Turin, dont il venait de
s'emparer, et où il avait trouvé des munitions immenses. Bellegarde
observait les débouchés de Gênes; Kray assiégeait Mantoue, la citadelle
de Milan et les places. Nulle part il n'y avait trente mille Autrichiens
ou Russes réunis. Macdonald et Moreau, débouchant ensemble avec
cinquante mille hommes auraient pu changer la destinée de la campagne.
Mais Macdonald crut devoir employer quelques jours pour faire reposer
son armée, et réorganiser les divisions qu'il avait successivement
recueillies. Il perdit ainsi un temps précieux, et permit à Suwarow de
réparer ses fautes. Le général russe, apprenant la marche de Macdonald,
se hâta de quitter Turin, et de marcher avec vingt mille hommes de
renfort, pour se placer entre les deux généraux français, et reprendre
la position qu'il n'aurait jamais dû abandonner. Il ordonna au général
Ott, qui était en observation sur la Trebbia, aux environs de Plaisance,
de se retirer sur lui, s'il était attaqué; il prescrivit à Kray de lui
faire passer de Mantoue toutes les troupes dont il pourrait disposer;
il laissa à Bellegarde le soin d'observer Novi, d'où Moreau devait
déboucher, et il se disposa à marcher lui-même dans les plaines de
Plaisance, à la rencontre de Macdonald.

Ces dispositions sont les seules qui, pendant la durée de cette
campagne, aient mérité à Suwarow l'approbation des militaires. Les deux
généraux français occupaient toujours les positions que nous avons
indiquées. Placés tous deux sur l'Apennin, ils devaient en descendre
pour se réunir dans les plaines de Plaisance. Moreau devait déboucher de
Novi, Macdonald de Pontremoli. Moreau avait fait passer à Macdonald la
division Victor pour le renforcer. Il avait placé à Bobbio, au penchant
des montagnes, le général Lapoype avec quelques bataillons, pour
favoriser la jonction, et son projet était de saisir le moment où
Suwarow marcherait de front contre Macdonald, pour donner dans son
flanc. Mais il fallait pour cela que Macdonald se tînt toujours appuyé
aux montagnes, et n'acceptât pas la bataille trop loin dans la plaine.

Macdonald s'ébranla vers la fin de prairial (milieu de juin). Le corps
de Hohenzollern, placé aux environs de Modène, gardait le Bas-Pô. Il
fut accablé par des forces supérieures, perdit quinze cents hommes, et
faillit être enlevé tout entier. Ce premier succès encouragea Macdonald,
et lui fit hâter sa marche. La division Victor, qui venait de le
joindre, et de porter son armée à trente-deux mille hommes à peu près,
forma son avant-garde. La division polonaise de Dombrowsky marchait à
la gauche de la division Victor; la division Rusca les appuyait toutes
deux. Quoique le gros de l'armée, formé par les divisions Montrichard,
Olivier et Watrin, fût encore en arrière, Macdonald, alléché par le
succès qu'il venait d'obtenir sur Hohenzollern, voulut accabler Ott, qui
était en observation sur le Tidone, et ordonna à Victor, Dombrowsky et
Rusca, de marcher contre lui à l'instant même.

Trois torrens, coulant parallèlement de l'Apennin dans le Pô, formaient
le champ de bataille: c'étaient la Nura, la Trebbia et le Tidone. Le
gros de l'armée française était encore sur la Nura; les divisions
Victor, Dombrowsky et Rusca s'avançaient sur la Trebbia, et avaient
l'ordre de la franchir pour se porter sur le Tidone, afin d'accabler
Ott, que Macdonald croyait sans appui. Elles marchèrent le 29 prairial
(17 juin). Elles repoussèrent d'abord l'avant-garde du général Ott des
bords du Tidone, et l'obligèrent à prendre une position en arrière vers
le village de Sermet. Ott allait être accablé, mais dans ce moment
Suwarow arrivait à son secours, avec toutes ses forces. Il opposa le
général Bagration à Victor qui marchait le long du Pô; il reporta Ott au
centre sur Dombrowsky, et dirigea Mélas à droite sur la division Rusca.
Bagration ne fut pas d'abord heureux contre Victor, et fut forcé de
rétrograder; mais au centre, Suwarow fit charger la division Dombrowsky
par l'infanterie russe, jeta dans son flanc deux régimens de cavalerie,
et la rompit. Dès cet instant, Victor, qui s'était avancé sur le Pô, se
trouva débordé et compromis. Bagration, renforcé par les grenadiers,
reprit l'offensive. La cavalerie russe, qui avait rompu les Polonais
au centre, et qui avait ainsi débordé Victor, le chargea en flanc, et
l'obligea à se retirer. Rusca, à droite, fut alors obligé de céder
le terrain à Mélas. Nos trois divisions repassèrent le Tidone, et
rétrogradèrent sur la Trebbia.

Cette première journée, où un tiers de l'armée au plus s'était trouvé
engagé contre toute l'armée ennemie, n'avait pas été heureuse.
Macdonald, ignorant l'arrivée de Suwarow, s'était trop hâté. Il résolut
de s'établir derrière la Trebbia, d'y réunir toutes ses divisions, et de
venger l'échec qu'il venait d'essuyer. Malheureusement, les divisions
Olivier, Montrichard et Watrin étaient encore en arrière sur la Nura, et
il résolut d'attendre le surlendemain, c'est-à-dire le 1er messidor (19
juin), pour livrer bataille.

Mais Suwarow ne lui laissa pas le temps de réunir ses forces, et il se
disposa à attaquer dès le lendemain même, c'est-à-dire le 30 prairial
(18 juin). Les deux armées allaient se joindre le long de la Trebbia,
appuyant leurs ailes au Pô et à l'Apennin. Suwarow, jugeant sagement
que le point essentiel était dans les montagnes, par où les deux armées
françaises pourraient communiquer, porta de ce côté sa meilleure
infanterie et sa meilleure cavalerie. Il dirigea la division Bagration,
qui d'abord était à sa gauche le long du Pô, vers sa droite contre les
montagnes. Il les plaça avec la division Schweikofsky sous les ordres
de Rosemberg, et leur ordonna à toutes deux de passer la Trebbia vers
Rivalta, dans la partie supérieure de son cours, afin de détacher les
Français des montagnes. Les divisions Dombrowsky, Rusca et Victor,
étaient placées vers ce point, à la gauche de la ligne des Français. Les
divisions Olivier et Montrichard devaient venir se placer au centre, le
long de la Trebbia. La division Watrin devait venir occuper la droite,
vers le Pô et Plaisance.

Dès le matin du 29 prairial (17 juin), les avant-gardes russes
attaquèrent les avant-gardes françaises, qui étaient au-delà de la
Trebbia, à Casaliggio et Grignano, et les repoussèrent; Macdonald, qui
ne s'attendait pas à être attaqué, s'occupait à faire arriver en ligne
ses divisions du centre. Victor, qui commandait à notre gauche, porta
aussitôt toute l'infanterie française au-delà de la Trebbia, et mit
un moment Suwarow en péril. Mais Rosemberg, arrivant avec la division
Schweikofsky, rétablit l'avantage, et, après un combat furieux, dans
lequel les pertes furent énormes des deux parts, obligea les Français à
se retirer derrière la Trebbia. Pendant ce temps, les divisions Olivier,
Montrichard, arrivaient au centre, la division Watrin à droite, et une
canonnade s'établissait sur toute la ligne. Après avoir échangé quelques
boulets, on s'arrêta de part et d'autre sur les bords de la Trebbia qui
sépara les deux armées.

Telle fut la seconde journée. Elle avait consisté en un combat vers
notre gauche, combat terrible, mais sans résultat. Macdonald, disposant
désormais de tout son monde, voulait rendre décisive la troisième
journée. Son plan consistait à franchir la Trebbia sur tous les points,
et à déborder les deux ailes de l'ennemi. Pour cela, la division
Dombrowsky devait remonter la rivière jusqu'à Rivalta, et la passer
au-dessus des Russes. La division Watrin devait la franchir presque à
son embouchure dans le Pô, et gagner l'extrême gauche de Suwarow. Il
comptait en même temps que Moreau, dont il attendait la coopération
depuis deux jours, entrerait en action ce jour-là au plus tard. Tel fut
le plan pour la journée du 1er messidor (19 juin). Mais une horrible
échauffourée eut lieu pendant la nuit. Un détachement français ayant
traversé le lit de la Trebbia pour prendre position, les Russes se
crurent attaqués et coururent aux armes. Les Français y coururent de
leur côté. Les deux armées se mêlèrent et se livrèrent un combat de
nuit, où des deux côtés on s'égorgeait, sans distinguer amis ni ennemis.
Après un carnage inutile, les généraux parvinrent enfin à ramener leurs
soldats au bivouac. Le lendemain les deux armées étaient tellement
fatiguées par trois jours de combats et par le désordre de la nuit,
qu'elles n'entrèrent en action que vers les dix heures du matin.

La bataille commença à notre gauche, sur la Haute Trebbia. Dombrowsky
franchit la Trebbia à Rivalta, malgré les Russes. Suwarow y détacha
le prince Bagration. Ce mouvement laissa à découvert les flancs de
Rosemberg. Sur-le-champ Victor et Rusca en profitèrent pour se jeter sur
lui en passant la Trebbia. Ils s'avancèrent avec succès et enveloppèrent
de toutes parts la division Schweikofsky, où se trouvait Suwarow. Ils la
mirent dans le plus grand danger; mais elle fit front de tous côtés et
se défendit vaillamment. Bagration, apercevant le péril, se rabattit
promptement sur le point menacé, et obligea Victor et Rusca à lâcher
prise. Si Dombrowsky, saisissant le moment, se fût de son côté rabattu
sur Bagration, l'avantage nous serait resté sur ce point, qui était le
plus important, puisqu'il touchait aux montagnes. Malheureusement il
resta inactif, et Victor et Rusca furent obligés de se replier sur la
Trebbia. Au centre, Montrichard avait passé la Trebbia vers Grignano;
Olivier l'avait franchie vers San-Nicolo. Montrichard marchait sur le
corps de Forster, lorsque les réserves autrichiennes, que Suwarow
avait demandées à Mélas, et qui défilaient sur le derrière du champ de
bataille, donnèrent inopinément dans les flancs de sa division. Elle
fut surprise, et la 5e légère, qui avait fait des prodiges en cent
batailles, s'enfuit en désordre. Montrichard se vit obligé de repasser
la Trebbia. Olivier, qui s'était avancé avec succès vers San-Nicolo, et
avait vigoureusement repoussé Ott et Mélas, se trouva découvert par la
retraite de Montrichard. Mélas alors, donnant contre-ordre aux réserves
autrichiennes, dont la présence avait jeté le trouble dans la division
Montrichard, les dirigea sur la division Olivier, qui fut forcée à son
tour de repasser la Trebbia. Pendant ce temps la division Watrin, portée
inutilement à l'extrême droite, où elle n'avait rien à faire, s'avançait
le long du Pô, sans être d'aucun secours à l'armée. Elle fut même
obligée de repasser la Trebbia, pour suivre le mouvement général de
retraite. Suwarow, craignant toujours de voir Moreau déboucher sur ses
derrières, fit de grands efforts le reste de la journée pour passer la
Trebbia, mais il ne put y réussir. Les Français lui opposèrent sur toute
la ligne une fermeté invincible, et ce torrent, témoin d'une lutte si
acharnée, sépara encore pour la troisième fois les deux armées ennemies.

Tel fut le troisième acte de cette sanglante bataille. Les deux armées
étaient désorganisées. Elles avaient perdu environ douze mille hommes
chacune. La plupart des généraux étaient blessés. Des régimens entiers
étaient détruits. Mais la situation était bien différente. Suwarow
recevait tous les jours des renforts, et n'avait qu'à gagner au
prolongement de la lutte. Macdonald, au contraire, avait épuisé toutes
ses ressources, et pouvait, en s'obstinant à se battre, être jeté en
désordre dans la Toscane. Il songea donc à se retirer sur la Nura,
pour regagner Gênes par derrière l'Apennin. Il quitta la Trebbia le 2
messidor (20 juin) au matin. Une dépêche, dans laquelle il peignit à
Moreau sa situation désespérée, étant tombée dans les mains de Suwarow,
celui-ci fut rempli de joie, et se hâta de le poursuivre à outrance.
Cependant la retraite se fit avec assez d'ordre sur les bords de la
Nura. Malheureusement, la division Victor, qui soutenait depuis quatre
jours des combats continuels, fut enfin rompue, et perdit beaucoup de
prisonniers. Macdonald eut cependant le temps de recueillir son armée
au-delà de l'Apennin, après une perte de quatorze ou quinze mille
hommes, en tués, blessés ou prisonniers.

Très heureusement, Suwarow, entendant le canon de Moreau sur ses
derrières, se laissa détourner de la poursuite de Macdonald. Moreau, que
des obstacles insurmontables avaient empêché de se mettre en mouvement
avant le 30 prairial (18 juin), venait enfin de déboucher de Novi, de se
jeter sur Bellegarde, de le mettre en déroute, et de lui prendre près
de trois mille prisonniers. Mais cet avantage tardif était inutile, et
n'eut d'autre résultat que de rappeler Suwarow, et de l'empêcher de
s'acharner sur Macdonald.

Cette jonction, de laquelle on attendait de si grands résultats, avait
donc amené une sanglante défaite; elle fit naître entre les deux
généraux français des contestations qui n'ont jamais été bien
éclaircies. Les militaires reprochèrent à Macdonald d'avoir trop
séjourné en Toscane, d'avoir fait marcher ses divisions trop loin
les unes des autres, de manière que les divisions Victor, Rusca et
Dombrowsky furent battues deux jours de suite, avant que les divisions
Montrichard, Olivier et Watrin fussent en ligne; d'avoir cherché, le
jour de la bataille, à déborder les deux ailes de l'ennemi, au lieu
de diriger son principal effort à sa gauche vers la Haute-Trebbia; de
s'être tenu trop éloigné des montagnes, de manière à ne pas permettre à
Lapoype, qui était à Bobbio, de venir à son secours; enfin de s'être,
par-dessus tout, beaucoup trop hâté de livrer bataille, comme s'il eût
voulu avoir seul l'honneur de la victoire. Les militaires, en approuvant
le plan savamment combiné par Moreau, ne lui ont reproché qu'une
chose, c'est de n'avoir pas mis de côté tout ménagement pour un ancien
camarade, de n'avoir pas pris le commandement direct des deux armées, et
surtout de n'avoir pas commandé en personne à la Trebbia. Quoi qu'il
en soit de la justesse de ces reproches, il est certain que le plan de
Moreau, exécuté comme il avait été conçu, aurait sauvé l'Italie. Elle
fut entièrement perdue par la bataille de la Trebbia. Heureusement,
Moreau était encore là pour recueillir nos débris et empêcher Suwarow
de profiter de son immense supériorité. La campagne n'était ouverte que
depuis trois mois, et, excepté en Suisse, nous n'avions eu partout que
des revers. La bataille de Stokach nous avait fait perdre l'Allemagne;
les batailles de Magnano et de la Trebbia nous enlevaient l'Italie.
Masséna seul, ferme comme un roc, occupait encore la Suisse, le long de
la chaîne de l'Albis. Il ne faut pas oublier cependant, au milieu de ces
cruels revers, que le courage de nos soldats avait été inébranlable et
aussi brillant qu'aux plus beaux jours de nos victoires; que Moreau
avait été à la fois grand citoyen et grand capitaine, et avait empêché
que Suwarow ne détruisît d'un seul coup nos armées d'Italie.

Ces derniers malheurs fournirent de nouvelles armes aux ennemis du
directoire, et provoquèrent contre lui un redoublement d'invectives.
La crainte d'une invasion commençait à s'emparer des esprits. Les
départemens du Midi et des Alpes, exposés les premiers au débordement
des Austro-Russes, étaient dans une extrême fermentation. Les villes de
Chambéry, de Grenoble et d'Orange, envoyèrent au corps législatif des
adresses qui firent la plus vive sensation. Ces adresses renfermaient
les reproches injustes qui circulaient depuis deux mois dans toutes
les bouches; elles revenaient sur le pillage des pays conquis, sur
les dilapidations des compagnies, sur le dénûment des armées, sur le
ministère de Schérer, sur son généralat, sur l'injustice faite à Moreau,
sur l'arrestation de Championnet, etc. «Pourquoi, disaient-elles, les
conscrits fidèles se sont-ils vus forcés de rentrer dans leurs foyers,
par le dénûment où on les laissait? Pourquoi toutes les dilapidations
sont-elles restées impunies? Pourquoi l'inepte Schérer, signalé comme un
traître par Hoche, est-il resté si longtemps au ministère de la guerre?
Pourquoi a-t-il pu consommer, comme général, les maux qu'il avait
préparés comme ministre? Pourquoi des noms chers à la victoire sont-ils
remplacés par des noms inconnus? Pourquoi le vainqueur de Rome et de
Naples est-il en accusation?......»

On a déjà pu apprécier la valeur de ces reproches. Les adresses qui les
contenaient obtinrent l'honneur de l'impression, la mention honorable,
et le renvoi au directoire. Cette manière de les accueillir prouvait
assez les dispositions des deux conseils. Elles ne pouvaient être plus
mauvaises. L'opposition constitutionnelle s'était réunie à l'opposition
patriote. L'une composée d'ambitieux qui voulaient un gouvernement
nouveau, et d'importans qui se plaignaient que leurs avis et leurs
recommandations n'eussent pas été assez bien accueillis; l'autre formée
de patriotes exclus par les scissions du corps législatif, ou réduits au
silence par la loi du 19 fructidor; elles voulaient également la ruine
du gouvernement existant. Ils disaient que le directoire avait à la fois
mal administré et mal défendu la France; qu'il avait violé la liberté
des opinions, opprimé la liberté de la presse et des sociétés
populaires. Ils le déclaraient à la fois faible et violent; ils allaient
même jusqu'à revenir sur le 18 fructidor, et à dire que, n'ayant pas
respecté les lois dans cette journée, il ne pouvait plus les invoquer en
sa faveur.

La nomination de Sièyes au directoire avait été l'un des premiers motifs
de ces dispositions. Appeler au directoire un homme qui n'avait cessé
de regarder comme mauvaise la constitution directoriale, qui déjà, par
cette raison, avait refusé d'être directeur, c'était annoncer en quelque
sorte qu'on voulait une révolution. L'acceptation de Sièyes, dont on
doutait à cause de ses refus antérieurs, ne fit que confirmer ces
conjectures.

Les mécontens de toute espèce, qui voulaient un changement, se
groupèrent autour de Sièyes. Sièyes n'était point un chef de parti
habile; il n'en avait ni le caractère à la fois souple et audacieux, ni
même l'ambition; mais il ralliait beaucoup de monde par sa renommée.
On savait qu'il trouvait tout mauvais dans la constitution et le
gouvernement, et on se pressait autour de lui, comme pour l'inviter
à tout changer. Barras, qui avait su se faire pardonner son ancienne
présence au directoire par ses liaisons et ses intrigues avec tous les
partis, s'était rapproché de Sièyes, et était parvenu à se rattacher
à lui, en livrant lâchement ses collègues. C'est autour de ces deux
directeurs que se ralliaient tous les ennemis du directoire. Ce parti
avait songé à se donner l'appui d'un jeune général qui eût de la
réputation, et qui passât, comme beaucoup d'autres, pour une victime du
gouvernement. La position de Joubert, sur lequel on fondait de grandes
espérances, et qui était sans emploi depuis sa démission, avait fixé le
choix sur lui. Il allait s'allier à M. de Sémonville, en épousant une
demoiselle de Monthelon. On l'avait rapproché de Sièyes; on le fit
nommer général de la 17e division militaire, celle de Paris, et on
s'efforça d'en faire le chef de la nouvelle coalition.

On ne songeait point encore à faire des changemens; on voulait d'abord
s'emparer du gouvernement, sauver ensuite la France d'une invasion,
et on ajournait les projets constitutionnels à une époque où tous les
périls seraient passés. La première chose à obtenir était l'éloignement
des membres de l'ancien directoire. Sièyes n'y était que depuis une
quinzaine; il y était entré le 1er prairial, en remplacement de Rewbell.
Barras s'était sauvé de l'orage comme on a vu. Toute la haine se
déchargeait contre Larévellière, Merlin et Treilhard, tous trois fort
innocens de ce qu'on reprochait au gouvernement.

Ils avaient la majorité, puisqu'ils étaient trois, mais on voulait leur
rendre impossible l'exercice de l'autorité. Ils avaient résolu d'avoir
les plus grands égards pour Sièyes, de lui pardonner même son humeur,
afin de ne pas ajouter aux difficultés de la position, celles que des
divisions personnelles pourraient encore faire naître. Mais Sièyes était
intraitable; il trouvait tout mauvais, et il était en cela de très bonne
foi; mais il s'exprimait de manière à prouver qu'il ne voulait pas
s'entendre avec ses collègues pour porter remède au mal. Un peu infatué
de ce qu'il avait vu dans le pays d'où il venait, il ne cessait de leur
dire: «Ce n'est pas ainsi qu'on fait en Prusse.--Enseignez-nous donc,
lui répondaient ses collègues, comment on fait en Prusse; éclairez-nous
de vos avis, et aidez-nous à faire le bien.--Vous ne m'entendriez pas,
répliquait Sièyes; il est inutile que je vous parle; faites comme vous
avez coutume de faire.»

Tandis que, dans le sein du directoire, l'incompatibilité se déclarait
entre la minorité et la majorité, les attaques les plus vives se
succédaient au dehors de la part des conseils. Il y avait déjà querelle
ouverte sur les finances. La détresse, comme on l'a dit, provenait de
deux causes, la lenteur des rentrées et le déficit dans les produits
supposés. Sur 400 millions déjà ordonnancés pour dépenses consommées,
210 millions étaient à peine rentrés. Le déficit dans l'évaluation des
produits s'élevait, suivant Ramel, à 67 et même à 75 millions. Comme
on lui contestait toujours la quotité du déficit, il donna un démenti
formel au député Génissieux dans _le Moniteur_, et prouva ce qu'il
avançait. Mais que sert de prouver dans certains momens? On n'en accabla
pas moins le ministre et le gouvernement d'invectives; on ne cessa
pas de répéter qu'ils ruinaient l'état, et demandaient sans cesse de
nouveaux fonds pour fournir à de nouvelles dilapidations. Cependant,
la force de l'évidence obligea à accorder un supplément de produits.
L'impôt sur le sel avait été refusé; pour y suppléer, on ajouta un
décime par franc sur toutes les contributions, et on doubla encore celle
des portes et fenêtres. Mais c'était peu que de décréter des impôts,
il fallait assurer leur rentrée par différentes lois, relatives à leur
assiette et à leur perception. Ces lois n'étaient pas rendues. Le
ministre pressait leur mise en discussion; on ajournait sans cesse, et
on répondait à ses instances en criant à la trahison, au vol, etc.

Outre la querelle sur les finances, on en avait ouvert une autre. Déjà
il s'était élevé des réclamations sur certains articles de la loi du
19 fructidor qui permettaient au directoire de fermer les clubs et de
supprimer les journaux sur un simple arrêté. Un projet de loi avait été
ordonné sur la presse et les sociétés populaires, afin de modifier la
loi du 19 fructidor, et d'enlever au directoire le pouvoir arbitraire
dont il était revêtu. On s'élevait beaucoup aussi contre la faculté que
cette loi donnait au directoire de déporter à sa volonté les prêtres
suspects, et de rayer les émigrés de la liste. Les patriotes, eux-mêmes
semblaient vouloir lui enlever cette dictature, funeste seulement à
leurs adversaires. On commença par la discussion sur la presse et les
sociétés populaires. Le projet mis en avant était l'ouvrage de Berlier.
La discussion s'ouvrit dans les derniers jours de prairial (au milieu
de juin). Les partisans du directoire, parmi lesquels se distinguaient
Chénier, Bailleul, Creuzé-Latouche, Lecointe-Puyraveau, soutenaient que
cette dictature accordée au directoire par la loi du 19 fructidor,
bien que redoutable en temps ordinaire, était de la plus indispensable
nécessité dans la circonstance actuelle. Ce n'était pas, disaient-ils,
dans un moment de péril extrême qu'il fallait diminuer les forces du
gouvernement. La dictature qu'on lui avait donnée le lendemain du 18
fructidor lui était devenue nécessaire, non plus contre la faction
royaliste, mais contre la faction anarchique, non moins redoutable que
la première, et secrètement alliée avec elle. Les disciples de Baboeuf,
ajoutaient-ils, reparaissaient de toutes, parts, et menaçaient la
république d'un nouveau débordement.

Les patriotes, qui fourmillaient dans les cinq-cents, répondaient avec
leur véhémence accoutumée aux discours des partisans du directoire. Il
fallait, disaient-ils, donner une commotion à la France, et lui rendre
l'énergie de 1793, que le directoire avait entièrement étouffée en
faisant peser sur elle un joug accablant. Tout patriotisme allait
s'éteindre si on n'ouvrait pas les clubs, et si on ne rendait pas la
parole aux feuilles patriotiques. «Vainement, ajoutaient-ils, on accuse
les patriotes, vainement on feint de redouter un débordement de leur
part. Qu'ont-ils fait ces patriotes tant accusés? Depuis trois ans ils
sont égorgés, proscrits, sans patrie, dans la république qu'ils ont
contribué puissamment à fonder et qu'ils ont défendue. Quels crimes
avez-vous à leur reprocher? ont-ils réagi contre les réacteurs? Non. Ils
sont exagérés, turbulens; soit. Mais sont-ce là des crimes? Ils parlent,
ils crient même, si l'on veut; mais ils n'assassinent pas, et tous les
jours ils sont assassinés...» Tel était le langage de Briot (du Doubs),
du Corse Aréna, et d'une foule d'autres.

Les membres de l'opposition constitutionnelle s'exprimaient autrement.
Ils étaient naturellement modérés. Ils avaient le ton mesuré, mais amer
et dogmatique. Il fallait, suivant eux, revenir aux principes trop
méconnus, et rendre la liberté à la presse et aux sociétés populaires.
Les dangers de fructidor avaient bien pu valoir une dictature momentanée
au directoire, mais cette dictature donnée de confiance, comment en
avait-il usé? Il n'y avait qu'à interroger les partis, disait Boulay
(de la Meurthe). Quoique ayant tous des vues différentes, royalistes,
patriotes, constitutionnels, étaient d'accord pour déclarer que le
directoire avait mal usé de sa toute-puissance. Un même accord, chez des
hommes si opposés de sentimens et de vues, ne pouvait pas laisser de
doute, et le directoire était condamné.

Ainsi les patriotes irrités se plaignaient d'oppression; les
constitutionnels, pleins de prétentions, se plaignaient du mal-gouverné.
Tous se réunirent, et firent abroger les articles de la loi du 19
fructidor relatifs aux journaux et aux sociétés populaires. C'était là
une victoire importante, qui allait amener un déchaînement d'écrits
périodiques et le ralliement de tous les jacobins.

L'agitation allait croissante vers les derniers jours de prairial.
Les bruits les plus sinistres couraient de toutes parts. La nouvelle
coalition résolut d'employer les tracasseries ordinaires que les
oppositions emploient dans les gouvernemens représentatifs pour obliger
un ministère à se retirer. Questions embarrassantes et réitérées,
menaces d'accusation, on mit tout en usage. Ces moyens sont si naturels,
que, sans la pratique du gouvernement représentatif, l'instinct seul des
partis les découvre sur-le-champ.

Les commissions des dépenses, des fonds et de la guerre, établies dans
les cinq-cents pour s'occuper de ces divers objets, se réunirent, et
projetèrent un message au directoire. Boulay (de la Meurthe) fut chargé
du rapport, et le présenta le 15 prairial. Sur sa proposition, le
conseil des cinq-cents adressa au directoire un message par lequel
il demandait à être instruit des causes des dangers intérieurs et
extérieurs qui menaçaient la république, et des moyens qui existaient
pour y pourvoir. Les demandes de cette nature n'ont guère d'autre effet
que d'arracher des aveux de détresse, et de compromettre davantage le
gouvernement auquel on les arrache. Un gouvernement, nous le répétons,
doit réussir: l'obliger à convenir qu'il n'a pas réussi, c'est l'obliger
au plus funeste de tous les aveux. A ce message furent jointes une foule
de motions d'ordre, qui toutes avaient un objet analogue. Elles étaient
relatives au droit de former des sociétés populaires, à la liberté
individuelle, à la responsabilité des ministres, à la publicité des
comptes, etc.

Le directoire, en recevant le message en question, résolut d'y faire une
réponse détaillée, dans laquelle il tracerait le tableau de tous les
événemens, et exposerait les moyens qu'il avait employés, et ceux qu'il
se proposait d'employer encore, pour retirer la France de la crise où
elle se trouvait. Une réponse de cette nature exigeait le concours de
tous les ministres, pour que chacun d'eux pût fournir son rapport. Il
fallait au moins plusieurs jours pour le rédiger; mais ce n'est pas ce
qui convenait aux meneurs des conseils. Ils ne voulaient pas un état
exact et fidèle de la France, mais des aveux prompts et embarrassés.
Aussi, après avoir attendu quelques jours, les trois commissions qui
avaient proposé le message firent aux cinq-cents une proposition
nouvelle, par l'organe du député Poulain-Grand-Pré. C'était le 28
prairial (16 juin). Le rapporteur proposa aux cinq-cents de se déclarer
en permanence jusqu'à ce que le directoire eût répondu au message du 15.
La proposition fut adoptée. C'était jeter le cri d'alarme, et annoncer
un prochain événement. Les cinq-cents firent part aux anciens de leur
détermination, en les engageant à suivre leur exemple. L'exemple en
effet fut imité, et les anciens siégèrent aussi en permanence. Les
trois commissions des dépenses, des fonds, de la guerre, étant trop
nombreuses, furent changées en une seule commission, composée de
onze membres, et chargée de présenter les mesures exigées par les
circonstances.

Le directoire répondit, de son côté, qu'il allait se constituer en
séance permanente, pour hâter le rapport qu'on lui demandait. On conçoit
quelle agitation devait résulter d'une pareille détermination. On
faisait, comme d'usage, courir les bruits les plus sinistres: les
adversaires du directoire disaient qu'il méditait un nouveau coup
d'état, et qu'il voulait dissoudre les conseils. Ses partisans
répandaient au contraire qu'il y avait une coalition formée entre tous
les partis pour renverser violemment la constitution. Rien de pareil
n'était médité de part ni d'autre. La coalition des deux oppositions
voulait seulement la démission des trois anciens directeurs. On imagina
un premier moyen pour l'amener. La constitution voulait que le directeur
entrant en fonctions eût quitté la législature depuis un an révolu. On
s'aperçut que Treilhard, qui depuis treize mois siégeait au directoire,
était sorti de la législature le 30 floréal an V, et qu'il avait été
nommé au directoire, le 26 floréal an VI. Il manquait donc quatre jours
au délai prescrit. Ce n'était là qu'une chicane, car cette irrégularité
était couverte par le silence gardé pendant deux sessions, et d'ailleurs
Sièyes lui-même était dans le même cas. Sur-le-champ la commission des
onze proposa d'annuler la nomination de Treilhard. Cette annulation eut
lieu le jour même du 28 et fut signifiée au directoire.

Treilhard était rude et brusque, mais n'avait pas une fermeté égale à
la dureté de ses manières. Il était disposé à céder. Larévellière
était dans une tout autre disposition d'esprit. Cet homme honnête et
désintéressé, auquel ses fonctions étaient à charge, qui ne les avait
acceptées que par devoir, et qui faisait des voeux tous les ans pour
que le sort le rendît à la retraite, ne voulait plus abandonner ses
fonctions depuis que les factions coalisées paraissaient l'exiger. Il
se figurait qu'on ne voulait expulser les anciens directeurs que pour
abolir la constitution de l'an III; que Sièyes, Barras et la famille
Bonaparte, concouraient au même but dans des vues différentes, mais
toutes également funestes à la république. Dans cette persuasion, il ne
voulait pas que les anciens directeurs abandonnassent leur poste. En
conséquence, il courut chez Treilhard, et l'engagea à résister. «Avec
Merlin et moi, lui dit-il, vous formerez la majorité, et nous nous
refuserons à l'exécution de cette détermination du corps législatif,
comme illégale, séditieuse, et arrachée par une faction.» Treilhard
n'osa pas suivre cet avis, et envoya sur-le-champ sa démission aux
cinq-cents.

Larévellière, voyant la majorité perdue, n'en persista pas moins à
refuser sa démission, si on la lui demandait. Les meneurs des cinq-cents
résolurent de donner tout de suite un successeur à Treilhard. Sièyes
aurait voulu faire nommer un homme à sa dévotion; mais son influence
fut nulle dans cette occasion. On nomma un ancien avocat de Rennes,
président actuel du tribunal de cassation, et connu pour appartenir
plutôt à l'opposition patriote qu'à l'opposition constitutionnelle.
C'était Gohier, citoyen probe et dévoué à la république, mais peu
capable, étranger à la connaissance des hommes et des affaires. Il fut
nommé le 29 prairial, et dut être installé le lendemain même.

Ce n'était pas assez d'avoir exclu Treilhard, on voulait arracher du
directoire Larévellière et Merlin. Les patriotes surtout étaient furieux
contre Larévellière; ils se souvenaient que quoique régicide, il n'avait
jamais été montagnard, qu'il avait lutté souvent contre leur parti
depuis le 9 thermidor, et que l'année précédente il avait encouragé le
système des scissions. En conséquence, ils menacèrent de le mettre
en accusation, lui et Merlin, s'ils ne donnaient pas tous deux leur
démission. Sièyes fut chargé de faire une première ouverture, pour les
engager à céder volontairement à l'orage.

Le 29 au soir, jour de la sortie de Treilhard, Sièyes proposa une
réunion particulière des quatre directeurs chez Merlin. On s'y rendit.
Barras, comme si on se fût trouvé en danger, y vint avec le sabre au
côté, et n'ouvrit point la bouche. Sièyes prit la parole avec embarras,
fit une longue digression sur les fautes du gouvernement, et balbutia
longtemps avant d'en venir au véritable objet de la réunion. Enfin
Larévellière le somma de s'expliquer clairement. «Vos amis, répondit
Sièyes, et ceux de Merlin vous engagent tous deux à donner votre
démission.» Larévellière demanda quels étaient ces amis. Sièyes n'en put
nommer aucun qui méritât quelque confiance. Larévellière lui parla alors
avec le ton d'un homme indigné de voir le directoire trahi par ses
membres, et livré par eux aux complots des factieux. Il prouva
que jusqu'ici sa conduite et celle de ses collègues avaient été
irréprochables, que les torts qu'on leur imputait n'étaient qu'un
tissu de calomnies, puis il attaqua directement Sièyes sur ses projets
secrets, et le jeta dans le plus grand embarras par ses véhémentes
apostrophes. Barras, pendant tout ce temps, garda le plus morne silence.
Sa position était difficile, car seul il avait mérité tous les reproches
dont on accablait ses collègues. Leur demander leur démission pour des
torts qu'ils n'avaient pas, et qui n'étaient qu'à lui seul, eût été
trop embarrassant. Il se tut donc. On se sépara sans avoir rien obtenu.
Merlin, qui n'osait pas prendre un parti, avait déclaré qu'il suivrait
l'exemple de Larévellière.

Barras imagina d'employer un intermédiaire pour obtenir la démission de
ses deux collègues. Il se servit d'un ancien girondin, Bergoeng, que le
goût des plaisirs avait attiré dans sa société. Il le chargea d'aller
voir Larévellière pour le décider à se démettre. Bergoeng vint dans la
nuit du 20 au 30, invoqua auprès de Larévellière l'ancienne amitié qui
les liait, et employa tous les moyens pour l'ébranler. Il lui assura que
Barras l'aimait, l'honorait, et regardait son éloignement comme injuste,
mais qu'il le conjurait de céder, pour n'être pas exposé à une tempête.
Larévellière demeura inébranlable. Il répondit que Barras était dupe
de Sièyes, Sièyes de Barras, et que tous deux seraient dupés par
les Bonaparte; qu'on voulait la ruine de la république, mais qu'il
résisterait jusqu'à son dernier soupir.

Le lendemain 30, Gohier devait être installé. Les quatre directeurs
étaient réunis; tous les ministres étaient présens. A peine
l'installation fut-elle achevée, et les discours du président et du
nouveau directeur prononcés, qu'on revint à l'objet de la veille. Barras
demanda à parler en particulier à Larévellière; ils passèrent tous deux
dans une salle voisine. Barras renouvela auprès de son collègue les
mêmes instances, les mêmes caresses, et le trouva aussi obstiné. Il
rentra, assez embarrassé de n'avoir rien obtenu, et craignant toujours
la discussion des actes de l'ancien directoire, qui ne pouvait pas être
à son avantage. Alors il prit la parole avec violence, et n'osant pas
attaquer Larévellière, il se déchaîna contre Merlin qu'il détestait, fit
de lui la peinture la plus ridicule et la plus fausse, et le représenta
comme une espèce de fier-à-bras, méditant, avec une réunion de
coupe-jarrets, un coup d'état contre ses collègues et les conseils.
Larévellière, venant au secours de Merlin, prit aussitôt la parole,
et démontra l'absurdité de pareilles imputations. Rien dans le
jurisconsulte Merlin, en effet, ne ressemblait à ce portrait.
Larévellière retraça alors l'historique de toute l'administration du
directoire, et le fit avec détail pour éclairer les ministres et le
directeur entrant. Barras était dans une perplexité cruelle; il se
leva enfin, en disant: «Eh bien! c'en est fait, les sabres sont
tirés.--Misérable, lui répondit Larévellière avec fermeté, que parles-tu
de sabres? Il n'y a ici que des couteaux, et ils sont dirigés contre des
hommes irréprochables, que vous voulez égorger, ne pouvant les entraîner
à une faiblesse.»

Gohier voulut alors servir de conciliateur, mais ne put y réussir. Dans
ce moment, plusieurs membres des cinq-cents et des anciens s'étant
réunis, vinrent prier les deux directeurs de céder, en promettant qu'il
ne serait point dirigé contre eux d'acte d'accusation. Larévellière leur
répondit avec fierté qu'il n'attendait point de grâce, qu'on pouvait
l'accuser, et qu'il répondrait. Les députés qui s'étaient chargés de
cette mission retournèrent aux deux conseils, et y causèrent un nouveau
soulèvement en rapportant ce qui s'était passé. Boulay (de la Meurthe)
dénonça Larévellière, avoua sa probité, mais lui prêta mal à propos des
projets de religion nouvelle, et accusa beaucoup son entêtement, qui
allait, dit-il, perdre la république. Les patriotes se déchaînèrent avec
plus de violence que jamais, et dirent que puisqu'ils s'obstinaient, il
ne fallait faire aucune grâce aux directeurs.

L'agitation était au comble, et la lutte se trouvant engagée, on ne
savait plus jusqu'où elle pourrait être poussée. Beaucoup d'hommes
modérés des deux conseils se réunirent, et dirent que, pour éviter des
malheurs, il fallait aller conjurer Larévellière de céder à l'orage. Ils
se rendirent auprès de lui dans la nuit du 30, et le supplièrent, au nom
des dangers que courait la république, de donner sa démission. Ils lui
dirent qu'ils étaient exposés tous aux plus grands périls, et que s'il
s'obstinait à résister, ils ne savaient pas jusqu'où pourrait aller la
fureur des partis. «Mais ne voyez-vous pas, leur répondit Larévellière,
les dangers plus grands que court la république? Ne voyez-vous pas que
ce n'est pas à nous qu'on en veut, mais à la constitution; qu'en cédant
aujourd'hui, il faudra céder demain, et toujours, et que la république
sera perdue par notre faiblesse? Mes fonctions, ajouta-t-il, me sont à
charge; si je m'obstine à les garder aujourd'hui, c'est parce que
je crois devoir opposer une barrière insurmontable aux complots des
factions. Cependant, si vous croyez tous que ma résistance vous expose
à des périls, je vais me rendre; mais je vous le déclare, la république
est perdue. Un seul homme ne peut pas la sauver; je cède donc, puisque
je reste seul, et je vous remets ma démission.»

Il la donna dans la nuit. Il écrivit une lettre simple et digne pour
exprimer ses motifs. Merlin lui demanda à la copier, et les deux
démissions furent envoyées en même temps. Ainsi fut dissous l'ancien
directoire. Toutes les factions qu'il avait essayé de réduire s'étaient
réunies pour l'abattre, et avaient mis leurs ressentimens en commun. Il
n'était coupable que d'un seul tort, celui d'être plus faible qu'elles;
tort immense, il est vrai, et qui justifie la chute d'un gouvernement.

Malgré le déchaînement général, Larévellière emporta l'estime de tous
les citoyens éclairés. Il ne voulut pas, en quittant le directoire,
recevoir les cent mille francs que ses collègues étaient convenus de
donner au membre sortant; il ne reçut pas même la part à laquelle il
avait droit sur les retenues faites à leurs appointemens; il n'emporta
pas la voiture qu'il était d'usage de laisser au directeur sortant. Il
se retira à Andilly, dans une petite maison qu'il possédait, et il y
reçut la visite de tous les hommes considérés que la fureur des partis
n'intimidait pas. Le ministre Talleyrand fut du nombre de ceux qui
allèrent le visiter dans sa retraite.



CHAPITRE XVII.

FORMATION DU NOUVEAU DIRECTOIRE. MOULINS ET ROGER-DUCOS REMPLACENT
LARÉVELLIÈRE ET MERLIN.--CHANGEMENT DANS LE MINISTÈRE.--LEVÉE DE TOUTES
LES CLASSES DE CONSCRITS.--EMPRUNT FORCÉ DE CENT MILLIONS.--LOI DES
OTAGES.--NOUVEAUX PLANS MILITAIRES.--REPRISE DES OPÉRATIONS EN
ITALIE; JOUBERT GÉNÉRAL EN CHEF; BATAILLE DE NOVI, ET MORT DE
JOUBERT.--DÉBARQUEMENT DES ANGLO-RUSSES EN HOLLANDE.--NOUVEAUX TROUBLES
A L'INTÉRIEUR; DÉCHAÎNEMENT DES PATRIOTES; ARRESTATION DE ONZE
JOURNALISTES; RENVOI DE BERNADOTTE; PROPOSITION DE DÉCLARER LA PATRIE EN
DANGER.


Les années usent les partis, mais il en faut beaucoup pour les épuiser.
Les passions ne s'éteignent qu'avec les coeurs dans lesquels elles
s'allumèrent. Il faut que tout une génération disparaisse; alors il ne
reste des prétentions des partis que les intérêts légitimes, et le
temps peut opérer entre ces intérêts une conciliation naturelle et
raisonnable. Mais avant ce terme, les partis sont indomptables par la
seule puissance de la raison. Le gouvernement qui veut leur parler le
langage de la justice et des lois leur devient bientôt insupportable, et
plus il a été modéré, plus ils le méprisent comme faible et impuissant.
Veut-il, quand il trouve des coeurs sourds à ses avis, employer la
force, on le déclare tyrannique, on dit qu'à la faiblesse il joint la
méchanceté. En attendant les effets du temps, il n'y a qu'un grand
despotisme qui puisse dompter les partis irrités. Le directoire était ce
gouvernement légal et modéré qui voulut faire subir le joug des lois aux
partis que la révolution avait produits, et que cinq ans de lutte et de
réaction n'avaient pas encore épuisés. Ils se coalisèrent tous, comme on
vient de le voir, au 30 prairial, pour amener sa chute. L'ennemi commun
renversé, ils se trouvaient en présence les uns des autres sans aucune
main pour les contenir. On va voir comment ils se comportèrent.

La constitution, quoique n'étant plus qu'un fantôme, n'était pas abolie,
et il fallait remplacer par une ombre le directoire déjà renversé.
Gohier avait remplacé Treilhard; il fallait donner des successeurs à
Larévellière et à Merlin. On choisit Roger-Ducos et Moulins. Roger-Ducos
était un ancien girondin, homme honnête, peu capable et tout-à-fait
dévoué à Sièyes. Il avait été nommé par l'influence de Sièyes sur les
anciens. Moulins était un général obscur, employé autrefois dans la
Vendée, républicain chaud et intègre, nommé comme Gohier par l'influence
du parti patriote. On avait proposé d'autres notabilités ou civiles
ou militaires, pour composer le directoire; mais elles avaient été
rejetées. Il était clair, d'après de pareils choix, que les partis
n'avaient pas voulu se donner des maîtres. Ils n'avaient porté au
directoire que ces médiocrités, chargées ordinairement de tous les
_interim_.

Le directoire actuel, composé, comme les conseils, de partis opposés,
était encore plus faible et moins homogène que le précédent. Sièyes, le
seul homme supérieur parmi les cinq directeurs, rêvait, comme on l'a vu,
une nouvelle organisation politique. Il était le chef du parti qui se
qualifiait de modéré ou de constitutionnel, et dont tous les membres
cependant souhaitaient une constitution nouvelle. Il n'avait de collègue
dévoué que Roger-Ducos. Moulins et Gohier, tous deux chauds patriotes,
incapables de concevoir autre chose que ce qui existait, voulaient la
constitution actuelle, mais voulaient l'exécuter et l'interpréter dans
le sens des patriotes. Quant à Barras, appelé naturellement a les
départager, qui pouvait compter sur lui? Ce chaos de vices, de passions,
d'intérêts, d'idées contraires, que présentait la république mourante,
il en était à lui seul l'emblème vivant. La majorité, dépendant de sa
voix, était donc commise au hasard.

Sièyes dit assez nettement à ses nouveaux collègues qu'ils prenaient la
direction d'un gouvernement menacé d'une chute prochaine, mais qu'il
fallait sauver la république si on ne pouvait sauver la constitution. Ce
langage déplut fort à Gohier et à Moulins, et fut mal accueilli par eux.
Aussi dès le premier jour les sentimens parurent peu d'accord. Sièyes
tint le même langage à Joubert, le général qu'on voulait engager dans le
parti réorganisateur. Mais Joubert, vieux soldat de l'armée d'Italie, en
avait les sentimens; il était chaud patriote, et les vues de Sièyes lui
parurent suspectes. Il s'en ouvrit secrètement à Gohier et à Moulins,
et parut se rattacher entièrement à eux. Du reste, c'étaient là des
questions qui ne pouvaient arriver qu'ultérieurement en discussion. Le
plus pressant était d'administrer et de défendre la république menacée.
La nouvelle de la bataille de la Trebbia, répandue partout, jetait
tous les esprits dans l'alarme. Il fallait de grandes mesures de salut
public.

Le premier soin d'un gouvernement est de faire tout le contraire de
celui qui l'a précédé, ne serait-ce que pour obéir aux passions qui
l'ont fait triompher. Championnet, ce héros de Naples si vanté, Joubert,
Bernadotte, devaient sortir des fers ou de la disgrâce, pour occuper les
premiers emplois. Championnet fut mis sur-le-champ en liberté et nommé
général d'une nouvelle armée qu'on se proposait de former le long des
Grandes-Alpes. Bernadotte fut chargé du ministère de la guerre. Joubert
fut appelé à commander l'armée d'Italie. Ses triomphes dans le Tyrol,
sa jeunesse, son caractère héroïque, inspiraient les plus grandes
espérances. Les réorganisateurs lui souhaitaient assez de succès et de
gloire pour qu'il pût appuyer leurs projets. Le choix de Joubert était
fort bon sans doute, mais c'était une nouvelle injustice pour Moreau,
qui avait si généreusement accepté le commandement d'une armée battue,
et qui l'avait sauvée avec tant d'habileté. Mais Moreau était peu
agréable aux chauds patriotes, qui triomphaient dans ce moment. On lui
donna le commandement d'une prétendue armée du Rhin qui n'existait pas
encore.

Il y eut en outre divers changemens dans le ministère. Le ministre
des finances, Ramel, qui avait rendu de si grands services depuis
l'installation du directoire, et qui avait administré pendant cette
transition si difficile du papier-monnaie au numéraire, Ramel avait
partagé l'odieux jeté sur l'ancien directoire. Il fut si violemment
attaqué, que, malgré l'estime qu'ils avaient pour lui, les nouveaux
directeurs furent obligés d'accepter sa démission. On lui donna pour
successeur un homme qui était cher aux patriotes, et respectable pour
tous les partis: c'était Robert Lindet, l'ancien membre du comité de
salut public, si indécemment attaqué pendant la réaction. Il se défendit
long-temps contre la proposition d'un portefeuille: l'expérience qu'il
avait faite de l'injustice des partis, devait peu l'engager à rentrer
dans les affaires. Cependant il y consentit par dévouement à la
république.

La diplomatie du directoire n'avait pas été moins blâmée que son
administration financière. On l'accusait d'avoir remis la république en
guerre avec toute l'Europe, et c'était bien à tort, si l'on considère
surtout quels étaient les accusateurs. Les accusateurs, en effet,
étaient les patriotes eux-mêmes, dont les passions avaient engagé de
nouveau la guerre. On reprochait surtout au directoire l'expédition
d'Égypte, naguère si vantée, et on prétendait que cette expédition avait
amené la rupture avec la Porte et la Russie. Le ministre Talleyrand,
déjà peu agréable aux patriotes, comme ancien émigré, avait encouru
toute la responsabilité de cette diplomatie, et il était si vivement
attaqué qu'il fallut en agir avec lui comme avec Ramel, et accepter sa
démission. On lui donna pour successeur un Wurtembergeois, qui, sous les
apparences de la bonhomie allemande, cachait un esprit remarquable, et
que M. de Talleyrand avait recommandé comme l'homme le plus capable de
lui succéder. C'était M. Reinhard. On a dit que ce choix n'avait été que
provisoire, et que M. Reinhard n'était là qu'en attendant le moment où
M. de Talleyrand pourrait être rappelé. Le ministère de la justice
fut retiré à Lambrechts, à cause de l'état de sa santé, et donné à
Cambacérès. On plaça à la police Bourguignon, ancien magistrat, patriote
sincère et honnête. Fouché, cet ex-jacobin, si souple, si insinuant, que
Barras avait intéressé dans le trafic des compagnies, et pourvu ensuite
de l'ambassade à Milan, Fouché, destitué à cause de sa conduite en
Italie, passait aussi pour une victime de l'ancien directoire. Il devait
donc prendre part au triomphe décerné à toutes les victimes; il fut
envoyé à La Haye.

Tels furent les principaux changemens apportés au personnel du
gouvernement et des armées. Ce n'était pas tout que de changer les
hommes, il fallait leur fournir de nouveaux moyens de remplir la tâche
sous laquelle leurs prédécesseurs avaient succombé. Les patriotes,
revenant, suivant leur usage, aux moyens révolutionnaires, soutenaient
qu'il fallait aux grands maux les grands remèdes. Ils proposaient
les mesures urgentes de 1793. Après avoir tout refusé au précédent
directoire, on voulait tout donner au nouveau; on voulait mettre dans
ses mains des moyens extraordinaires, et l'obliger même d'en user. La
commission des onze, formée des trois commissions des dépenses, des
fonds et de la guerre, et chargée, pendant la crise de prairial,
d'aviser aux moyens de sauver la république, conféra avec les membres du
directoire, et arrêta avec eux différentes mesures qui se ressentaient
de la disposition du moment. Au lieu de deux cent mille hommes, à
prendre sur les cinq classes de conscrits, le directoire put appeler
toutes les classes. Au lieu des impôts proposés par l'ancien directoire,
et repoussés avec tant d'acharnement par les deux oppositions, on
imagina encore un emprunt forcé. Conformément au système des patriotes,
il fut progressif, c'est-à-dire qu'au lieu de faire contribuer chacun
suivant la valeur de ses impôts directs, ce qui procurait tout de suite
les rôles de la contribution foncière et personnelle pour base de
répartition, on obligea chacun de contribuer suivant sa fortune. Alors
il fallait recourir au jury taxateur, c'est-à-dire frapper les riches
par le moyen d'une commission. Le parti moyen combattit ce projet et dit
qu'il était renouvelé de la terreur, que la difficulté de la répartition
rendait encore cette mesure inefficace et nulle, comme les anciens
emprunts forcés. Les patriotes répondirent qu'il fallait faire supporter
les frais de la guerre, non pas à toutes les classes, mais aux riches
seuls. Les mêmes passions employaient toujours, comme en le voit, les
mêmes raisons. L'emprunt forcé et progressif fut décrété; il fut fixé à
cent millions, et déclaré remboursable en biens nationaux.

Outre ces mesures de recrutement et de finances, on dut en prendre une
de police contre le renouvellement de la chouannerie, dans le midi et
les départemens de l'ouest, théâtres de l'ancienne guerre civile. Il se
commettait là de nouveaux brigandages; on assassinait les acquéreurs
de biens nationaux, les hommes réputés patriotes, les fonctionnaires
publics: on arrêtait surtout les diligences, et on les pillait. Il y
avait parmi les auteurs de ces brigandages beaucoup d'anciens Vendéens
et chouans, beaucoup de membres des fameuses compagnies du Soleil, et
aussi beaucoup de conscrits réfractaires. Quoique ces brigands, dont la
présence annonçait une espèce de dissolution sociale, eussent pour but
réel le pillage, il était évident, d'après le choix de leurs victimes,
qu'ils avaient une origine politique. Une commission fut nommée pour
imaginer un système de répression. Elle proposa une loi, qui fut appelée
loi des otages, et qui est demeurée célèbre sous ce titre. Comme on
attribuait aux parens des émigrés ou ci-devant nobles, la plupart de ces
brigandages, on voulut en conséquence les obliger à donner des otages.
Toutes les fois qu'une commune était reconnue en état notoire de
désordre, les parens ou alliés d'émigrés, les ci-devant nobles, les
ascendans des individus connus pour faire partie des rassemblemens,
étaient considérés comme otages et comme civilement et personnellement
responsables des brigandages commis. Les administrations centrales
devaient désigner les individus choisis pour otages, et les faire
enfermer dans des maisons choisies pour cet objet. Ils devaient y vivre
à leurs frais et à leur gré, et demeurer enfermés pendant toute la durée
du désordre. Quand les désordres iraient jusqu'à l'assassinat, il devait
y avoir quatre déportés pour un assassinat. On conçoit tout ce qu'on
pouvait dire pour ou contre cette loi. C'était, disaient ses partisans,
le seul moyen d'atteindre les auteurs, des désordres, et ce moyen était
doux et humain. C'était, répondaient ses adversaires, une loi des
suspects, une loi révolutionnaire, qui, dans l'impuissance d'atteindre
les vrais coupables, frappait en masse, et commettait toutes les
injustices ordinaires aux lois de cette nature. En un mot, on dit pour
et contre tout ce qu'on a vu répété si souvent dans cette histoire sur
les lois révolutionnaires. Mais il y avait une objection plus forte que
toutes les autres à faire contre cette mesure. Ces brigands ne provenant
que d'une véritable dissolution sociale, le seul remède était dans une
réorganisation vigoureuse de l'état, et non dans des mesures tout-à-fait
discréditées, et qui n'étaient capables de rendre aucune énergie aux
ressorts du gouvernement.

La loi fut adoptée après une discussion assez vive, où les partis qui
avaient été un moment d'accord pour renverser l'ancien directoire se
séparèrent avec éclat. A ces mesures importantes, qui avaient pour but
d'armer le gouvernement de moyens révolutionnaires, on en ajouta qui,
sous d'autres rapports, limitaient sa puissance. Ces mesures accessoires
étaient la conséquence des reproches faits à l'ancien directoire. Pour
prévenir les scissions à l'avenir, on décida que le voeu de toute
fraction électorale serait nul; que tout agent du gouvernement cherchant
à influencer les élections serait puni pour attentat à la souveraineté
du peuple; que le directoire ne pourrait plus faire entrer des troupes
dans le rayon constitutionnel sans une autorisation expresse; qu'aucun
militaire ne pourrait être privé de son grade sans une décision d'un
conseil de guerre; que le droit accordé au directoire de lancer des
mandats d'arrêt ne pourrait plus être délégué à des agens; qu'aucun
employé du gouvernement ou fonctionnaire quelconque ne pourrait être ni
fournisseur, ni même intéressé dans les marchés de fournitures; qu'un
club ne pourrait être fermé sans une décision des administrations
municipale et centrale. On ne put pas s'entendre sur une loi de la
presse; mais l'article de la loi du 19 fructidor, qui donnait au
directoire la faculté de suppression à l'égard des journaux, n'en
demeura pas moins aboli; et en attendant un nouveau projet, la presse
resta indéfiniment libre.

Telles furent les mesures prises à la suite du 30 prairial, soit pour
réparer de prétendus abus, soit pour rendre au gouvernement l'énergie
dont il manquait. Ces mesures, qu'on prend dans les momens de crise, à
la suite d'un changement de système, sont imaginées pour sauver un état,
et arrivent rarement à temps pour le sauver, car tout est souvent décidé
avant qu'elles puissent être mises à exécution. Elles fournissent tout
au plus des ressources pour l'avenir. L'emprunt des cent millions, les
nouvelles levées, ne pouvaient être exécutés que dans quelques mois.
Cependant l'effet d'une crise est de donner une secousse à tous les
ressorts et de leur rendre une certaine énergie. Bernadotte se hâta
d'écrire des circulaires pressantes, et par vint de cette manière à
accélérer l'organisation déjà commencée des bataillons de conscrits.
Robert Lindet, auquel l'emprunt des cent millions n'ouvrait aucune
ressource actuelle, assembla les principaux banquiers et commerçans
de la capitale, et les engagea à prêter leur crédit à l'état. Ils y
consentirent, et prêtèrent leur signature au ministère des finances.
Ils se formèrent en syndicat, et en attendant la rentrée des impôts,
signèrent dès billets dont ils devaient être remboursés au fur et à
mesure dès recettes. C'était une espèce de banque temporaire établie
pour le besoin du moment.

On voulait faire aussi de nouveaux plans de campagne; on demanda un
projet à Bernadotte, qui se hâta d'en présenter un fort singulier,
mais qui heureusement ne fut pas mis à exécution. Rien n'était plus
susceptible de combinaisons multipliées qu'un champ de bataille aussi
vaste que celui sur lequel on opérait. Chacun en y regardant devait
avoir une idée différente; et si chacun pouvait la proposer et la faire
adopter, il n'y avait pas de raison pour ne pas changer à chaque instant
de projet. Si, dans la discussion, la diversité des avis est utile, elle
est déplorable dans l'exécution. Au début, on avait pensé qu'il fallait
agir à la fois sur le Danube et en Suisse., Après la bataille de
Stokach, on ne voulut plus agir qu'en Suisse, et on supprima l'armée du
Danube. En ce moment, Bernadotte pensa autrement; il prétendit, que la
cause des succès des alliés était dans la facilité avec laquelle ils
pouvaient communiquer, à travers les Alpes, d'Allemagne en Italie.
Pour leur interdire ces moyens de communication, il voulait qu'on leur
enlevât le Saint-Gothard et les Grisons à l'aile droite de l'armée de
Suisse, et qu'on formât une nouvelle armée du Danube, qui reportât la
guerre en Allemagne. Pour former cette armée du Danube, il proposait
d'organiser promptement l'armée du Rhin, et de la renforcer de vingt
mille hommes enlevés à Masséna. C'était compromettre celui-ci, qui avait
devant lui toutes les forces de l'archiduc, et qui pouvait être accablé
pendant ce revirement. Il est vrai qu'il eût été bon de ramener la
guerre sur le Danube, mais il suffisait de donner à Masséna les moyens
de prendre l'offensive, pour que son armée devînt elle-même cette
armée du Danube. Alors il fallait tout réunir dans ses mains, loin de
l'affaiblir. Dans le plan de Bernadotte, une armée devait être
formée sur les Grandes-Alpes, pour couvrir la frontière contre les
Austro-Russes du côté du Piémont. Joubert, réunissant les débris de
toutes les armées d'Italie, et renforcé des troupes disponibles à
l'intérieur, devait déboucher de l'Apennin, et attaquer Suwarow de vive
force.

Ce plan, fort approuvé par Moulins, fut envoyé aux généraux. Masséna,
fatigué de tous ces projets extravagans, offrit sa démission. On ne
l'accepta pas, et le plan ne fut point mis à exécution. Masséna
conserva le commandement de toutes les troupes, depuis Bâle jusqu'au
Saint-Gothard. On persista dans le projet de réunir une armée sur le
Rhin pour couvrir cette ligne. On forma un noyau d'armée sur les Alpes,
sous les ordres de Championnet. Ce noyau était à peu près de quinze
mille hommes. On envoya tous les renforts disponibles à Joubert, qui
devait déboucher de l'Apennin. On était au milieu de la saison, en
messidor (juillet); les renforts commençaient à arriver. Un certain
nombre de vieux bataillons, retenus dans l'intérieur, étaient rendus sur
la frontière. Les conscrits s'organisaient et allaient remplacer les
vieilles troupes dans les garnisons. Enfin, comme les cadres manquaient
pour la grande quantité de conscrits, on avait imaginé d'augmenter
le nombre des bataillons dans les demi-brigades ou régimens, ce qui
permettait d'incorporer les nouvelles levées dans les anciens corps.

On savait qu'un renfort de trente mille Russes arrivait en Allemagne,
sous les ordres du général Korsakoff. On pressait Masséna de sortir de
ses positions et d'attaquer celles de l'archiduc, pour tâcher de
le battre avant sa jonction avec les Russes. Le gouvernement avait
parfaitement raison sous ce rapport, car il était urgent de faire une
tentative avant la réunion d'une masse de forces aussi imposante.
Cependant Masséna refusait de prendre l'offensive, soit qu'il manquât
ici de son audace accoutumée, soit qu'il attendît la reprise des
opérations offensives en Italie. Les militaires ont tous condamné son
inaction, qui, du reste, devint bientôt heureuse par les fautes de
l'ennemi, et qui fut rachetée par d'immortels services. Pour obéir
cependant aux instances du gouvernement, et exécuter une partie du
plan de Bernadotte, qui consistait à empêcher les Austro-Russes de
communiquer d'Allemagne en Italie, Masséna ordonna à Lecourbe de
prolonger sa droite jusqu'au Saint-Gothard, de s'emparer de ce point
important et de reprendre les Grisons. Par cette opération, les
Grandes-Alpes rentraient sous la domination des Français, et les armées
ennemies qui opéraient en Allemagne, se trouvaient sans communication
avec celles qui opéraient en Italie. Lecourbe exécuta cette entreprise
avec l'intrépidité et la hardiesse qui le signalaient dans la guerre de
montagnes, et redevint maître du Saint-Gothard.

Pendant ce temps, de nouveaux événemens se préparaient en Italie.
Suwarow, obligé par la cour de Vienne d'achever le siège de toutes les
places, avant de pousser ses avantages, n'avait nullement profité de la
victoire de la Trebbia. Il aurait même pu, tout en se conformant à
ses instructions, se réserver une masse suffisante pour disperser
entièrement nos débris; mais il n'avait pas assez le génie des
combinaisons militaires pour agir de la sorte. Il consumait donc le
temps à faire des sièges. Peschiera, Pizzighitone, la citadelle de
Milan, étaient tombées. La citadelle de Turin avait eu le même sort.
Les deux places célèbres de Mantoue et d'Alexandrie tenaient encore, et
faisaient prévoir une longue résistance. Kray assiégeait Mantoue, et
Bellegarde Alexandrie. Malheureusement toutes nos places avaient été
confiées à des commandans dépourvus ou d'énergie ou d'instruction.
L'artillerie y était mal servie, parce qu'on n'y avait jeté que des
corps délabrés; l'éloignement de nos armées actives, repliées sur
l'Apennin, désespérait singulièrement les courages. Mantoue, la
principale de ces places, ne méritait pas la réputation que les
campagnes de Bonaparte lui avaient value. Ce n'était pas sa force, mais
la combinaison des événemens, qui avait prolongé sa défense. Bonaparte,
en effet, avec une dizaine de mille hommes, en avait réduit quatorze
mille à y mourir des fièvres et de la misère. Le général Latour-Foissac
en était le commandant actuel. C'était un savant officier du génie; mais
il n'avait pas l'énergie nécessaire pour ce genre de défense. Découragé
par l'irrégularité de la place et le mauvais état des fortifications, il
ne crut pas pouvoir suppléer aux murailles par de l'audace. D'ailleurs
sa garnison était insuffisante; et après les premiers assauts, il parut
disposé à se rendre. Le général Gardanne commandait à Alexandrie. Il
était résolu, mais point assez instruit. Il repoussa vigoureusement un
premier assaut; mais il ne sut pas voir dans la place les ressources
qu'elle présentait encore.

On était en thermidor (milieu de juillet); plus d'un mois s'était écoulé
depuis la résolution du 30 prairial et la nomination de Joubert. Moreau
sentait l'importance de prendre l'offensive avant la chute des places,
et de déboucher, avec l'armée réorganisée et renforcée, sur les
Austro-Russes dispersés. Malheureusement il était enchaîné par les
ordres du gouvernement qui lui avait prescrit d'attendre Joubert. Ainsi,
dans cette malheureuse campagne, ce fut une suite d'ordres intempestifs
qui amena toujours nos revers. Le changement d'idées et de plans dans
les choses d'exécution, et surtout à la guerre, est toujours funeste.
Si Moreau, auquel on aurait dû donner le commandement dès l'origine,
l'avait eu du moins depuis la journée de Cassano, et l'avait eu sans
partage, tout eût été sauvé; mais associé tantôt à Macdonald, tantôt à
Joubert, on l'empêcha pour la seconde et troisième fois de réparer nos
malheurs, et de relever l'honneur de nos armes.

Joubert, qu'on avait voulu, par un mariage et des caresses, attacher au
parti qui projetait une réorganisation, perdit un mois entier, celui de
messidor (juin et juillet), à célébrer ses noces, et manqua ainsi une
occasion décisive. On ne l'attacha pas réellement au parti dont on
voulait le faire l'appui, car il resta dévoué aux patriotes, et on lui
fit perdre inutilement un temps précieux. Il partit en disant à sa jeune
épouse: _Tu me reverras mort ou victorieux._ Il emporta, en effet, la
résolution héroïque de vaincre ou de mourir. Ce noble jeune homme, en
arrivant à l'armée dans le milieu de thermidor (premiers jours d'août),
témoigna la plus grande déférence au maître consommé auquel on
l'appelait à succéder. Il le pria de rester auprès de lui pour lui
donner des conseils. Moreau, tout aussi généreux que le jeune général,
voulut bien assister à sa première bataille, et l'aider de ses conseils:
noble et touchante confraternité, qui honore les vertus de nos généraux
républicains, et qui appartient à un temps où le zèle patriotique
l'emportait encore sur l'ambition dans le coeur de nos guerriers!

L'armée française, composée des débris des armées de la Haute-Italie et
de Naples, des renforts arrivés de l'intérieur, s'élevait à quarante
mille hommes, parfaitement réorganisés, et brûlant de se mesurer de
nouveau avec l'ennemi. Rien n'égalait le patriotisme de ces soldats,
qui, toujours battus, n'étaient jamais découragés, et demandaient
toujours de retourner à l'ennemi. Aucune armée républicaine n'a mieux
mérité de la France, car aucune n'a mieux répondu au reproche injuste
fait aux Français, de ne pas savoir supporter les revers. Il est vrai
qu'une partie de sa fermeté était due au brave et modeste général dans
lequel elle avait mis toute sa confiance, et qu'on lui enlevait toujours
au moment où il allait la ramener à la victoire.

Ces quarante mille hommes étaient indépendans de quinze mille qui
devaient servir, sous Championnet, à former le noyau de l'armée des
Grandes-Alpes. Ils avaient débouché par la Bormida sur Acqui, par la
Bochetta sur Gavi, et ils étaient venus se ranger en avant de Novi. Ces
quarante mille hommes, débouchant à temps, avant la réunion des corps
occupés à faire des siéges, pouvaient remporter des avantages décisifs.
Mais Alexandrie venait d'ouvrir ses portes, le 4 thermidor (22 juillet).
Le bruit était vaguement répandu que Mantoue venait aussi de les ouvrir.
Cette triste nouvelle fut bientôt confirmée, et on apprit que la
capitulation avait été signée le 12 thermidor (30 juillet). Kray venait
de rejoindre Suwarow avec vingt mille hommes; la masse agissante des
Austro-Russes se trouvait actuellement de soixante et quelques mille. Il
n'était donc plus possible à Joubert de lutter à chance égale contre un
ennemi si supérieur. Il assembla un conseil de guerre; l'avis général
fut de rentrer dans l'Apennin, et de se borner à la défensive, en
attendant de nouvelles forces.

Joubert allait exécuter sa résolution, lorsqu'il fut prévenu par
Suwarow, et obligé d'accepter la bataille. L'armée française était
formée en demi-cercle, sur les pentes du Monte-Rotondo, dominant toute
la plaine de Novi. La gauche formée des divisions Grouchy et Lemoine,
s'étendait circulairement en avant de Pasturana. Elle avait à dos le
ravin du Riasco, ce qui rendait ses derrières accessibles à l'ennemi qui
oserait s'engager dans ce ravin. La réserve de cavalerie, commandée
par Richepanse, était en arrière de cette aile. Au centre, la division
Laboissière couvrait les hauteurs à droite et à gauche de la ville
de Novi. La division Watrin, à l'aile droite, défendait les accès du
Monte-Rotondo, du côté de la route de Tortone. Dombrowsky avec une
division bloquait Seravalle. Le général Pérignon commandait notre aile
gauche, Saint-Cyr notre centre et notre droite. La position était forte,
bien occupée sur tous les points, et difficile à emporter. Cependant
quarante mille hommes contre plus de soixante mille avaient un
désavantage immense. Suwarow résolut d'attaquer la position avec sa
violence accoutumée. Il porta Kray vers notre gauche avec les divisions
Ott et Bellegarde. Le corps russe de Derfelden, ayant en tête
l'avant-garde de Bagration, devait attaquer notre centre vers Novi.
Mélas, demeuré un peu en arrière avec le reste de l'armée, devait
assaillir notre droite. Par une combinaison singulière, ou plutôt par un
défaut de combinaison, les attaques devaient être successives, et non
simultanées.

Le 28 thermidor (15 août 1799), Kray commença l'attaque à cinq heures du
matin. Bellegarde attaqua la division Grouchy à l'extrême gauche, et
Ott la division Lemoine. Ces deux divisions n'étant pas encore formées,
faillirent être surprises et rompues. La résistance opiniâtre de l'une
des demi-brigades obligea Kray à se jeter sur la 20e légère, qu'il
accabla en réunissant contre elle son principal effort. Déjà ses troupes
prenaient pied sur le plateau, lorsque Joubert accourut au galop sur le
lieu du danger. Il n'était plus temps de songer à la retraite, et il
fallait tout oser pour rejeter l'ennemi au bas du plateau. S'avançant
au milieu des tirailleurs pour les encourager, il reçut une balle qui
l'atteignit près du coeur, et l'étendit par terre. Presque expirant, le
jeune héros criait encore à ses soldats: _En avant, mes amis! en avant!_
Cet événement pouvait jeter le désordre dans l'armée; mais heureusement
Moreau avait accompagné Joubert sur ce point. Il prit sur-le-champ le
commandement qui lui était déféré par la confiance générale, rallia les
soldats, bouillans de ressentiment, et les ramena sur les Autrichiens.
Les grenadiers de la 34e les chassèrent à la baïonnette, et les
précipitèrent au bas de la colline. Malheureusement les Français
n'avaient pas encore leur artillerie en batterie, et les Autrichiens, au
contraire, sillonnaient leurs rangs par une grêle d'obus et de boulets.
Pendant cette action, Bellegarde tâchait de tourner l'extrême gauche par
le ravin du Riasco, qui a déjà été désigné comme donnant accès sur nos
derrières. Déjà il s'était introduit assez avant, lorsque Pérignon,
lui présentant à propos la réserve commandée par le général Clausel,
l'arrêta dans sa marche. Pérignon acheva de le culbuter dans la plaine,
en le faisant charger par les grenadiers de Partouneaux et par la
cavalerie de Richepanse. Ce coup de vigueur débarrassa l'aile gauche.

Grâce à la singulière combinaison de Suwarow, qui voulait rendre ses
attaques successives, notre centre n'avait pas encore été attaqué.
Saint-Cyr avait eu le temps de faire ses dispositions, et de rapprocher
de Novi la division Watrin, formant son extrême droite. Sur les
instances de Kray, qui demandait à être appuyé par une attaque vers
le centre, Bagration s'était enfin décidé à l'assaillir avec son
avant-garde. La division Laboissière, qui était à la gauche de Novi,
laissant approcher les Russes de Bagration à demi-portée de fusil,
les accabla tout à coup d'un feu épouvantable de mousqueterie et de
mitraille, et couvrit la plaine de morts. Bagration, sans s'ébranler,
dirigea alors quelques bataillons pour tourner Novi par notre droite;
mais, rencontrés par la division Watrin, qui se rapprochait de Novi, ils
furent rejetés dans la plaine.

On était ainsi arrivé à la moitié du jour sans que notre ligne fût
entamée. Suwarow venait d'arriver avec le corps russe de Derfelden. Il
ordonna une nouvelle attaque générale sur toute la ligne. Kray devait
assaillir de nouveau la gauche, Derfelden et Bagration le centre. Mélas
était averti de hâter le pas, pour venir accabler notre droite. Tout
étant disposé, l'ennemi s'ébranle sur toute la ligne. Kray, s'acharnant
sur notre gauche, essaie encore de la faire assaillir de front par
Ott; mais la réserve Clausel repousse les troupes de Bellegarde, et la
division Lemoine culbute Ott sur les pentes des collines. Au centre,
Suwarow fait livrer une attaque furieuse à droite et à gauche de Novi.
Une nouvelle tentative de tourner la ville est déjouée, comme le matin,
par la division Watrin. Malheureusement nos soldats, entraînés par
leur ardeur, s'abandonnent trop vivement à la poursuite de l'ennemi,
s'aventurent dans la plaine, et sont ramenés dans leur position. A une
heure le feu se ralentit de nouveau par l'effet de la fatigue générale;
mais il recommence bientôt avec violence, et pendant quatre heures les
Français, immobiles comme des murailles, résistent avec une admirable
froideur à toute la furie des Russes. Ils n'avaient fait encore que des
pertes peu considérables. Les Austro-Russes, au contraire, avaient été
horriblement traités. La plaine était jonchée de leurs morts et de leurs
blessés. Malheureusement le reste de l'armée austro-russe arrivait de
Rivalta, sous les ordres de Mélas. Cette nouvelle irruption allait se
diriger sur notre droite. Saint-Cyr, s'en apercevant, ramène la division
Watrin, qui s'était trop engagée dans la plaine, et la dirige sur un
plateau à droite de Novi. Mais tandis qu'elle opère ce mouvement, elle
se voit déjà enveloppée de tous côtés par le corps nombreux de Mélas.
Cette vue la saisit, elle se rompt, et gagne le plateau en désordre.
On la rallie cependant un peu en arrière. Pendant ce temps, Suwarow,
redoublant d'efforts au centre vers Novi, rejette enfin les Français
dans la ville, et s'empare des hauteurs qui la commandent à droite et
à gauche. Dès cet instant, Moreau, jugeant la retraite nécessaire,
l'ordonne avant que de nouveaux progrès de l'ennemi interdisent les
communications sur Gavi. A droite, la division Watrin est obligée de
se faire jour pour regagner le chemin de Gavi déjà fermé. La division
Laboissière se retire de Novi; les divisions Lemoine et Grouchy se
replient sur Pasturana, en essuyant les charges furieuses de Kray.
Malheureusement un bataillon s'introduit dans le ravin du Riasco, qui
passe derrière Pasturana. Son feu jette le désordre dans nos colonnes;
artillerie, cavalerie, tout se confond. La division Lemoine, pressée
par l'ennemi, se débande et se jette dans le ravin. Nos soldats sont
emportés comme la poussière soulevée par le vent. Pérignon et Grouchy
rallient quelques braves, pour arrêter l'ennemi et sauver l'artillerie;
mais ils sont sabrés, et restent prisonniers. Pérignon avait reçu sept
coups de sabre, Grouchy six. Le brave Colli, ce général piémontais qui
s'était si distingué dans les premières campagnes contre nous, et qui
avait ensuite pris du service dans notre armée, se forme en carré avec
quelques bataillons, résiste jusqu'à ce qu'il soit enfoncé, et tombe
tout mutilé dans les mains des Russes.

Après ce premier moment de confusion, l'armée se rallia en avant de
Gavi. Les Austro-Russes étaient trop fatigués pour la poursuivre. Elle
put se remettre en marche sans être inquiétée. La perte des deux côtés
était égale; elle s'élevait à environ dix mille hommes pour chaque
armée. Mais les blessés et les tués étaient beaucoup plus nombreux
dans l'armée austro-russe. Les Français avaient perdu beaucoup plus de
prisonniers. Ils avaient perdu aussi le général en chef, quatre généraux
de division, trente-sept bouches à feu et quatre drapeaux. Jamais ils
n'avaient déployé un courage plus froid et plus opiniâtre. Ils étaient
inférieurs à l'ennemi du tiers au moins. Les Russes avaient montré leur
bravoure fanatique, mais n'avaient dû l'avantage qu'au nombre, et
non aux combinaisons du général, qui avait montré ici la plus grande
ignorance. Il avait, en effet, exposé ses colonnes à être mitraillées
l'une après l'autre, et n'avait pas assez appuyé sur notre gauche, point
qu'il fallait accabler. Cette déplorable bataille nous interdisait
définitivement l'Italie, et ne nous permettait plus de tenir la
campagne. Il fallait nous renfermer dans l'Apennin, heureux de pouvoir
le conserver. La perte de la bataille ne pouvait être imputée à Moreau,
mais à la circonstance malheureuse de la réunion de Kray à Suwarow. Le
retard de Joubert avait seul causé ce dernier désastre.

Tous nos malheurs ne se bornaient pas à la bataille de Novi.
L'expédition contre la Hollande, précédemment annoncée, s'exécutait
enfin par le concours des Anglais et des Russes. Paul Ier avait stipulé
un traité avec Pitt, par lequel il devait fournir dix-sept mille Russes,
qui seraient à la solde anglaise, et qui agiraient en Hollande. Après
beaucoup de difficultés vaincues, l'expédition avait été préparée pour
la fin d'août (commencement de fructidor). Trente mille Anglais devaient
se joindre aux dix-sept mille Russes, et si le débarquement s'effectuait
sans obstacle, on avait l'espérance certaine d'arracher la Hollande
aux Français. C'était pour l'Angleterre l'intérêt le plus cher; et
n'eût-elle réussi qu'à détruire les flottes et les arsenaux de la
Hollande, elle eût encore été assez payée des frais de l'expédition. Une
escadre considérable se dirigea vers la Baltique, pour aller chercher
les Russes. Un premier détachement mit à la voile sous les ordres du
général Abercrombie, pour tenter le débarquement. Toutes les troupes
d'expédition une fois réunies devaient se trouver sous les ordres
supérieurs du duc d'York.

Le point le plus avantageux pour aborder en Hollande était l'embouchure
de la Meuse. On menaçait ainsi la ligne de retraite des Français, et
on abordait très près de La Haye, où le stathouder avait le plus de
partisans. La commodité des côtes fit préférer la Nord-Hollande.
Abercrombie se dirigea vers le Helder, où il arriva vers la fin d'août.
Après bien des obstacles vaincus, il débarqua près du Helder, aux
environs de Groot-Keeten, le 10 fructidor (27 août). Les préparatifs
immenses qu'avait exigés l'expédition, et la présence de toutes les
escadres anglaises sur les côtes, avaient assez, averti les Français
pour qu'ils fussent sur leurs gardes. Brune commandait à la fois les
armées batave et française. Il n'avait guère sous la main que sept mille
Français et dix mille Hollandais, commandés par Daendels. Il avait
dirigé la division batave aux environs du Helder, et disposé aux
environs de Harlem la division française. Abercrombie, en débarquant,
rencontra les Hollandais à Groot-Keeten, les repoussa, et parvint ainsi
à assurer le débarquement de ses troupes. Les Hollandais en cette
occasion ne manquèrent pas de bravoure, mais ne furent pas dirigés
avec assez d'habileté par le général Daendels, et furent obligés de se
replier. Brune les recueillit, et fit ses dispositions pour attaquer
promptement les troupes débarquées avant qu'elles fussent solidement
établies, et qu'elles eussent été renforcées des divisions anglaises et
russes qui devaient rejoindre.

Les Hollandais montraient les meilleures dispositions. Les gardes
nationales s'étaient offertes à garder les places, ce qui avait permis
à Brune de mobiliser de nouvelles troupes. Il avait appelé à lui la
division Dumonceau, forte de six mille hommes, et il résolut d'attaquer
dès les premiers jours de septembre le camp où venaient de s'établir
les Anglais. Ce camp était redoutable; c'était le Zip, ancien marais,
desséché par l'industrie hollandaise, formant un vaste terrain coupé
de canaux, hérissé de digues, et couvert d'habitations. Dix-sept mille
Anglais l'occupaient, et y avaient fait les meilleures dispositions
défensives. Brune pouvait l'assaillir avec vingt mille hommes au plus,
ce qui était fort insuffisant à cause de la nature du terrain. Il aborda
ce camp le 22 fructidor (8 septembre), et, après un combat opiniâtre,
fut obligé de battre en retraite, et de se replier sur Amsterdam. Il ne
pouvait plus dès cet instant empêcher la réunion de toutes les forces
anglo-russes, et devait attendre la formation d'une armée française pour
les combattre. Cet établissement des Anglais dans la Nord-Hollande amena
l'événement qu'on devait redouter le plus, la défection de la grande
flotte hollandaise. Le Texel n'avait pas été fermé, et l'amiral anglais
Mitchell put y pénétrer avec toutes ses voiles. Depuis longtemps les
matelots hollandais étaient travaillés par des émissaires du
prince d'Orange; à la première sommation de l'amiral Mitchell, ils
s'insurgèrent, et forcèrent Story, leur amiral, à se rendre. Toute la
marine hollandaise se trouva ainsi au pouvoir des Anglais, ce qui était
déjà pour eux un avantage du plus grand prix.

Ces nouvelles, arrivées coup sur coup à Paris, y produisirent l'effet
qu'on devait naturellement en attendre. Elles augmentèrent la
fermentation des partis, et surtout le déchaînement des patriotes, qui
demandèrent, avec plus de chaleur que jamais, l'emploi des grands moyens
révolutionnaires. La liberté rendue aux journaux et aux clubs en avait
fait renaître un grand nombre. Les restes du parti jacobin s'étaient
réunis dans l'ancienne salle du Manége, où avaient siégé nos premières
assemblées. Quoique la loi défendît aux sociétés populaires de prendre
la forme d'assemblées délibérantes, la société du Manége ne s'en
était pas moins donné, sous des titres différens, un président, des
secrétaires, etc. On y voyait figurer l'ex-ministre Bouchotte, Drouet,
Félix Lepelletier, Arena, tous disciples ou complices de Baboeuf. On y
invoquait les mânes de Goujon, de Soubrany et des victimes de Grenelle.
On y demandait, en style de 93, la punition de toutes les sangsues
du peuple, le désarmement des royalistes, la levée en masse,
l'établissement des manufactures d'armes dans les places publiques, et
la restitution des canons et des piques aux gardes nationales, etc. On y
demandait surtout la mise en accusation des anciens directeurs, auxquels
on attribuait les derniers désastres, comme étant les résultats de
leur administration. Quand la nouvelle de la bataille de Novi et des
événemens de Hollande fut connue, la violence n'eut plus de bornes. Les
injures furent prodiguées aux généraux. Moreau fut traité de tâtonneur;
Joubert lui-même, malgré sa mort héroïque, fut accusé d'avoir perdu
l'armée par sa lenteur à la rejoindre. Sa jeune épouse, MM. de
Sémonville, Sainte-Foy, Talleyrand, auxquels on attribuait son mariage,
furent accablés d'outrages. Le gouvernement hollandais fut accusé de
trahison; on dit qu'il était composé d'aristocrates, de stathoudériens,
ennemis de la France et de la liberté. Le _Journal des hommes libres_,
organe du même parti qui se réunissait à la salle du Manége, répétait
toutes ces déclamations, et ajoutait au scandale des paroles celui de
l'impression.

Ce déchaînement causait à beaucoup de gens une espèce de terreur.
On craignait une nouvelle représentation des scènes de 93. Ceux qui
s'appelaient les _modérés_, les _politiques_, et qui, à la suite de
Sièyes, avaient l'intention louable et la prétention hasardée de sauver
la France des fureurs des partis en la constituant une seconde fois,
s'indignaient du déchaînement de ces nouveaux jacobins. Sièyes surtout
avait une grande habitude de les craindre, et il se prononçait contre
eux avec toute la vivacité de son humeur. Au reste, ils pouvaient
paraître redoutables, car, indépendamment des criards et des brouillons
qui étalaient leur énergie dans les clubs ou dans les journaux, ils
comptaient des partisans plus braves, plus puissans, et par conséquent
dangereux, dans le gouvernement lui-même. Il y avait dans les conseils
tous les patriotes repoussés une première fois par les scissions, et
entrés de force aux élections de cette année, qui, en langage plus
modéré, répétaient à peu près ce qui se disait dans la société du
Manége. C'étaient des hommes qui ne voulaient pas courir la chance d'une
nouvelle constitution, qui se défiaient d'ailleurs de ceux qui voulaient
la faire, et qui craignaient qu'on ne cherchât dans les généraux un
appui redoutable. Ils voulaient de plus, pour tirer la France de ses
périls, des mesures semblables à celles qu'avait employées le comité
de salut public. Les anciens, plus mesurés et plus sages, par leur
position, partageaient peu cet avis, mais plus de deux cents membres le
soutenaient chaudement dans les cinq-cents. Il n'y avait pas seulement
dans le nombre des têtes chaudes comme Augereau, mais des hommes sages
et éclairés comme Jourdan. Ces deux généraux donnaient au parti patriote
un grand ascendant sur les cinq-cents. Au directoire, ce parti avait
deux voix: Gohier et Moulins. Barras restait indécis; d'une part, il se
défiait de Sièyes, qui lui témoignait peu d'estime et le regardait comme
pourri; d'autre part, il craignait les patriotes et leurs extravagances.
Il hésitait ainsi à se prononcer. Dans le ministère, les patriotes
venaient de trouver un appui dans Bernadotte. Ce général était beaucoup
moins prononcé que la plupart des généraux de l'armée d'Italie, et on
doit se souvenir que sa division, en arrivant sur le Tagliamento, fut en
querelle avec la division Augereau au sujet du mot _monsieur_, qu'elle
substituait déjà à celui de _citoyen_. Mais Bernadotte avait une
ambition inquiète; il avait vu avec humeur la confiance accordée à
Joubert par le parti réorganisateur; il croyait qu'on songeait à Moreau
depuis la mort de Joubert, et cette circonstance l'indisposant contre
les projets de réorganisation, le rattachait entièrement aux patriotes.
Le général Marbot, commandant de la place de Paris, républicain violent,
était dans le mêmes dispositions que Bernadotte.

Ainsi, deux cents députés prononcés dans les cinq-cents, à la tête
desquels se trouvaient deux généraux célèbres, le ministre de la guerre,
le commandant de la place de Paris, deux directeurs, quantité de
journaux et de clubs, un reste considérable d'hommes compromis, et
propres aux coups de main, pouvaient causer quelque effroi; et bien
que le parti montagnard ne pût renaître, on conçoit les craintes qu'il
inspirait encore à des hommes tout pleins des souvenirs de 1793.

On était peu satisfait du magistrat Bourguignon pour l'exercice des
fonctions de la police. C'était un honnête citoyen, mais trop peu
avisé. Barras proposa à Sièyes sa créature, qu'il venait d'envoyer à
l'ambassade de Hollande, le souple et astucieux Fouché. Ancien membre
des jacobins, instruit parfaitement de leur esprit et de leurs secrets,
nullement attaché à leur cause, ne cherchant au milieu du naufrage
des partis qu'à sauver sa fortune, Fouché était éminemment propre
à espionner ses anciens amis, et à garantir le directoire de leurs
projets. Il fut accepté par Sièyes et Roger-Ducos, et obtint le
ministère de la police. C'était une précieuse acquisition dans les
circonstances. Il confirma Barras dans l'idée de se rattacher plutôt au
parti réorganisateur qu'au parti patriote, parce que ce dernier n'avait
point d'avenir, et pouvait d'ailleurs l'entraîner trop loin.

Cette mesure prise, la guerre aux patriotes commença. Sièyes, qui avait
sur les anciens une grande influence, parce que ce conseil était tout
composé des _modérés_ et des _politiques_, usa de cette influence pour
faire fermer la nouvelle société des jacobins. La salle du Manége,
attenant aux Tuileries, était comprise dans l'enceinte du palais des
anciens. Chaque conseil ayant la police de son enceinte, les anciens
pouvaient fermer la salle du Manége. En effet, la commission des
inspecteurs prit un arrêté, et défendit toute réunion dans cette salle.
Une simple sentinelle placée à la porte suffit pour empêcher la réunion
des nouveaux jacobins. C'était là une preuve que, si les déclamations
étaient les mêmes, les forces ne l'étaient plus. Cet arrêté fut motivé
auprès du conseil des anciens par un rapport du député Cornet. Courtois,
le même qui avait fait le rapport sur le 9 thermidor, en profita pour
faire une nouvelle dénonciation contre les complots des jacobins. Sa
dénonciation fut suivie d'une délibération tendant à ordonner un rapport
sur ce sujet.

Les patriotes, chassés de la salle du Manége, se retirèrent dans un
vaste local, rue du Bac, et recommencèrent là leurs déclamations
habituelles. Leur organisation en assemblée délibérante demeurant la
même, la constitution donnait au pouvoir exécutif le droit de dissoudre
leur société. Sièyes, Roger-Ducos et Barras, à l'instigation de Fouché,
se décidèrent à la fermer. Gohier et Moulins n'étaient pas de cet avis,
disant que, dans le danger présent, il fallait raviver l'esprit public
par des clubs; que la société des nouveaux jacobins renfermait de
mauvaises têtes, mais point de factieux redoutables, puisqu'ils avaient
cédé devant une simple sentinelle quand la salle du Manége avait
été fermée. Leur avis ne fut pas écouté, et la décision fut prise.
L'exécution en fut renvoyée après la célébration de l'anniversaire du 10
août, qui devait avoir lieu le 23 thermidor. Sièyes était président du
directoire; à ce titre, il devait parler dans cette solennité. Il fit un
discours remarquable, dans lequel il s'attachait à signaler le danger
que les nouveaux anarchistes faisaient courir à la république, et
les dénonçait comme des conspirateurs dangereux, rêvant une nouvelle
dictature révolutionnaire. Les patriotes présens à la cérémonie
accueillirent mal ce discours, et poussèrent quelques vociférations. Au
milieu des salves d'artillerie, Sièyes et Barras crurent entendre des
balles siffler à leurs oreilles. Ils rentrèrent au directoire fort
irrités. Se défiant des autorités de Paris, ils résolurent d'enlever le
commandement de la place au général Marbot, qu'on accusait d'être un
chaud patriote et de participer aux prétendus complots des jacobins.
Fouché proposa à sa place Lefebvre, brave général, ne connaissant que la
consigne militaire, et tout à fait étranger aux intrigues des partis.
Marbot fut donc destitué, et le surlendemain, l'arrêté qui ordonnait la
clôture de la société de la rue du Bac fut signifié.

Les patriotes n'opposèrent pas plus de résistance à la rue du Bac que
dans la salle du Manége. Ils se retirèrent et demeurèrent définitivement
séparés. Mais il leur restait les journaux, et ils en firent un
redoutable usage. Celui qui se qualifiait _Journal des Hommes libres_
déclama avec une extrême violence contre tous les membres du directoire
qui étaient connus pour avoir approuvé la délibération. Sièyes fut
traité cruellement. Ce prêtre perfide, disaient les journaux patriotes,
a vendu l'a république à la Prusse. Il est convenu avec cette puissance
de rétablir en France la monarchie, et de donner la couronne à
Brunswick. Ces accusations n'avaient d'autre fondement que l'opinion
bien connue de Sièyes sur la constitution, et son séjour en Prusse. Il
répétait, en effet, tous les jours que les brouillons et les bavards
rendaient tout gouvernement impossible; qu'il fallait concentrer
l'autorité; que la liberté pouvait être compatible même avec la
monarchie, témoin l'Angleterre; mais qu'elle était incompatible avec
cette domination successive de tous les partis. On lui prêtait même cet
autre propos, _que le nord de l'Europe était plein de princes sages et
modérés, qui pourraient,_ _avec une forte constitution, faire le bonheur
de la France_. Ces propos, vrais ou faux, suffisaient pour qu'on lui
prêtât des complots qui n'existaient que dans l'imagination de ses
ennemis. Barras n'était pas mieux traité que Sièyes. Les ménagemens que
les patriotes avaient eus long-temps pour lui, parce qu'il les avait
toujours flattés de son appui, avaient cessé. Ils le déclaraient
maintenant un traître, un homme pourri, qui n'était plus bon à aucun
parti. Fouché, son conseil, apostat comme lui, était poursuivi des mêmes
reproches. Roger-Ducos n'était, suivant eux, qu'un imbécile, adoptant
aveuglément l'avis de deux traîtres.

La liberté de la presse était illimitée. La loi proposée par Berlier
n'ayant pas été accueillie, il n'existait qu'un moyen pour attaquer les
écrivains, c'était de faire revivre une loi de la convention contre ceux
qui, par des actions ou par des écrits, tendraient au renversement de la
république. Il fallait que cette intention fût démontrée pour que la loi
devînt applicable, et alors la loi portait peine de mort. Il était donc
impossible d'en faire usage. Une nouvelle loi avait été demandée au
corps législatif, et on décida qu'on s'en occuperait sur-le-champ. Mais
en attendant, le déchaînement continuait avec la même violence; et
les trois directeurs composant la majorité déclaraient qu'il était
impossible de gouverner. Ils imaginèrent d'appliquer à ce cas l'article
144 de la constitution, qui donnait au directoire le droit de lancer
des mandats d'arrêt contre les auteurs ou complices des complots tramés
contre la république. Il fallait singulièrement torturer cet article
pour l'appliquer aux journalistes. Cependant, comme c'était un moyen
d'arrêter le débordement de leurs écrits, en saisissant leurs presses
et en les arrêtant eux-mêmes, la majorité directoriale, sur l'avis de
Fouché, lança des mandats d'arrêt contre les auteurs de onze journaux,
et fit mettre le scellé sur leurs presses. L'arrêté fut signifié le 17
fructidor (3 septembre) au corps législatif, et produisit un soulèvement
de la part des patriotes. On cria au coup d'état, à la dictature, etc.

Telle était la situation des choses. Dans le directoire, dans les
conseils, partout enfin, les _modérés_, les _politiques_ luttaient
contre les patriotes. Les premiers avaient la majorité dans le
directoire comme dans les conseils. Les patriotes étaient en minorité,
mais ils étaient ardens, et faisaient assez de bruit pour épouvanter
leurs adversaires. Heureusement les moyens étaient usés comme les
partis, et de part et d'autre on pouvait se faire beaucoup plus de peur
que de mal. Le directoire avait fermé deux fois la nouvelle société des
jacobins et supprimé leurs journaux. Les patriotes criaient, menaçaient,
mais n'avaient plus assez d'audace ni de partisans pour attaquer le
gouvernement. Dans cette situation, qui durait depuis le 30 prairial,
c'est-à-dire depuis près de trois mois, on eut l'idée, si ordinaire à la
veille des événemens décisifs, d'une réconciliation. Beaucoup de
députés de tous les côtés proposèrent une entrevue avec les membres du
directoire pour s'expliquer et s'entendre sur leurs griefs réciproques.
«Nous aimons tous la liberté, disaient-ils, nous voulons tous la sauver
des périls auxquels elle se trouve exposée par la défaite de nos armées;
tâchons donc de nous entendre sur le choix des moyens, puisque ce choix
est notre seule cause de désunion.» L'entrevue eut lieu chez Barras. Il
n'y a pas et il ne peut pas y avoir de réconciliation entre les partis,
car il faudrait qu'ils renonçassent à leur but, ce qu'on ne peut obtenir
d'une conversation. Les députés patriotes se plaignirent de ce qu'on
parlait tous les jours de complots, de ce que le président du directoire
avait lui-même signalé une classe d'hommes dangereux et qui méditaient
la ruine de la république. Ils demandaient qu'on désignât quels étaient
ces hommes, afin de ne pas les confondre avec les patriotes. Sièyes, à
qui cette interpellation s'adressait, répondit en rappelant la conduite
des sociétés populaires et des journaux, et en signalant les dangers
d'une nouvelle anarchie. On lui demanda encore de désigner les
véritables anarchistes, pour se réunir contre eux et les combattre. «Et
comment nous réunir contre eux, dit Sièyes, quand tous les jours
des membres du corps législatif montent à la tribune pour les
appuyer?--C'est donc nous que vous attaquez? repartirent les députés
auxquels Sièyes venait de faire cette réponse. Quand nous voulons nous
expliquer avec vous, vous nous injuriez et nous repoussez.» L'humeur
arrivant, sur-le-champ on se sépara, en s'adressant des paroles plutôt
menaçantes que conciliatrices.

Immédiatement après cette entrevue, Jourdan forma le projet d'une
proposition importante, celle de déclarer la patrie en danger. Cette
déclaration entraînait la levée en masse et plusieurs grandes mesures
révolutionnaires. Elle fut présentée aux cinq-cents le 27 fructidor (13
septembre). Le parti modéré la combattit vivement, en disant que cette
mesure, loin d'ajouter à la force du gouvernement, ne ferait que
la diminuer, en excitant des craintes exagérées et des agitations
dangereuses. Les patriotes soutinrent qu'il fallait donner une grande
commotion pour réveiller l'esprit public et sauver la révolution. Ce
moyen, excellent en 1793, ne pouvait plus réussir aujourd'hui et n'était
qu'une application erronée du passé. Lucien Bonaparte, Boulay (de la
Meurthe), Chénier, le combattirent vivement, et on obtint l'ajournement
au lendemain. Les patriotes des clubs avaient entouré le palais des
cinq-cents en tumulte, et ils insultèrent plusieurs députés. On
répandait que Bernadotte, pressé par eux, allait monter à cheval, se
mettre à leur tête et faire une journée. Il est certain que plusieurs
des brouillons du parti l'y avaient fortement engagé. On pouvait
craindre qu'il se laissât entraîner. Barras et Fouché le virent
et cherchèrent à s'expliquer avec lui. Ils le trouvèrent plein de
ressentiment contre les projets qu'il disait avoir été formés avec
Joubert. Barras et Fouché lui assurèrent qu'il n'en était rien, et
l'engagèrent à demeurer tranquille.

Ils retournèrent auprès de Sièyes, et convinrent d'arracher à Bernadotte
sa démission, sans la lui donner. Sièyes, s'entretenant le jour même
avec Bernadotte, l'amena à dire qu'il désirait reprendre bientôt un
service actif, et qu'il regarderait le commandement d'une armée comme la
plus douce récompense de son ministère. Sur-le-champ, interprétant cette
réponse comme la demande de sa démission, Sièyes, Barras et Roger-Ducos
résolurent d'écrire à Bernadotte que sa démission était acceptée. Ils
avaient saisi le moment où Gohier et Moulins étaient absens pour
prendre cette détermination. Le lendemain même, la lettre fut écrite
à Bernadotte. Celui-ci fut tout étonné, et répondit au directoire une
lettre très-amère, dans laquelle il disait qu'on acceptait une démission
qu'il n'avait pas donnée, et demandait son traitement de réforme. La
nouvelle de cette destitution déguisée fut annoncée aux cinq-cents au
moment où l'on allait voter sur le danger de la patrie. Elle excita
une grande rumeur. «On prépare des coups d'état, s'écrièrent les
patriotes.--Jurons, dit Jourdan, de mourir sur nos chaises curules!--Ma
tête tombera, s'écrie Augereau, avant qu'il soit porté atteinte à la
représentation nationale.» Enfin, après un grand tumulte, on alla
aux voix. A une majorité de deux cent quarante-cinq contre cent
soixante-onze voix, la proposition de Jourdan fut rejetée, et la patrie
ne fut point déclarée en danger.

Quand les deux directeurs Gohier et Moulins apprirent le renvoi de
Bernadotte, décidé sans leur participation, ils se plaignirent à leurs
collègues, en disant qu'une pareille mesure ne devait pas être prise
sans le concours des cinq directeurs. «Nous formions la majorité, reprit
Sièyes, et nous avions le droit de faire ce que nous avons fait.»
Gohier et Moulins allèrent sur-le-champ rendre une visite officielle à
Bernadotte, et ils eurent soin de le faire avec le plus grand éclat.

L'administration du département de la Seine inspirait aussi quelque
défiance à la majorité directoriale, elle fut changée. Dubois de Crancé
remplaça Bernadotte au ministère de la guerre.

La désorganisation était donc complète sous tous les rapports: battue au
dehors par la coalition, presque bouleversée au dedans par les partis,
la république semblait menacée d'une chute prochaine. Il fallait qu'une
force surgît quelque part, soit pour dompter les factions, soit pour
résister aux étrangers. Cette force, on ne pouvait plus l'espérer d'un
parti vainqueur, car ils étaient tous également usés et discrédités;
elle ne pouvait naître que du sein des armées, où réside la force, et la
force silencieuse, régulière, glorieuse comme elle convient à une nation
fatiguée de l'agitation des disputes et de la confusion des volontés. Au
milieu de cette grande dissolution, les regards erraient sur les hommes
illustrés pendant la révolution, et semblaient chercher un chef. _Il ne
faut plus de bavards_, avait dit Sièyes, _il faut une tête et une épée_.
La tête était trouvée, car il était au directoire. On cherchait une
épée. Hoche était mort; Joubert, que sa jeunesse, sa bonne volonté,
son héroïsme, recommandaient à tous les amis de la république, venait
d'expirer à Novi. Moreau, jugé le plus grand homme de guerre parmi les
généraux restés en Europe, avait laissé dans les esprits l'impression
d'un caractère froid, indécis, peu entreprenant, et peu jaloux de se
charger d'une grande responsabilité. Masséna, l'un de nos plus grands
généraux, n'avait pas encore acquis la gloire d'être notre sauveur. On
ne voyait d'ailleurs en lui qu'un soldat. Jourdan venait d'être vaincu.
Augereau était un esprit turbulent, Bernadotte un esprit inquiet, et
aucun des deux n'avait assez de renommée. Il y avait un personnage
immense, qui réunissait toutes les gloires, qui à cent victoires avait
joint une belle paix, qui avait porté la France au comble de la grandeur
à Campo-Formio, et qui semblait en s'éloignant avoir emporté sa fortune,
c'était Bonaparte; mais il était dans les contrées lointaines; il
occupait de son nom les échos de l'Orient. Seul il était resté
victorieux, et faisait retentir aux bords du Nil et du Jourdain les
foudres dont il avait naguère épouvanté l'Europe sur l'Adige. Ce n'était
pas assez de le trouver glorieux, on le voulait intéressant; on le
disait exile par une autorité défiante et ombrageuse. Tandis qu'en
aventurier il cherchait une carrière grande comme son imagination, on
croyait que, citoyen soumis, il payait par des victoires l'exil qu'on
lui avait imposé. «Où est Bonaparte? se disait-on. Sa vie déjà épuisée
se consume sous un ciel dévorant. Ah! s'il était parmi nous, la
république ne serait pas menacée d'une ruine prochaine. L'Europe et les
factions la respecteraient également!» Des bruits confus circulaient sur
son compte. On disait quelquefois que la victoire, infidèle à tous les
généraux français, l'avait abandonné à son tour dans une expédition
lointaine. Mais on repoussait de tels bruits; il est invincible,
disait-on; loin d'avoir essuyé des revers, il marche à la conquête de
tout l'Orient. On lui prêtait des projets gigantesques. Les uns allaient
jusqu'à dire qu'il avait traversé la Syrie, franchi l'Euphrate et
l'Indus; les autres qu'il avait marché sur Constantinople, et qu'après
avoir renversé l'empire ottoman, il allait prendre l'Europe à revers.
Les journaux étaient pleins de ces conjectures, qui prouvent ce que les
imaginations attendaient de ce jeune homme.

Le directoire lui avait mandé l'ordre de revenir, et avait réuni dans
la Méditerranée une flotte immense, composée de marins français et
espagnols, pour ramener l'armée[7]. Les frères du général, restés à
Paris, et chargés de l'informer de l'état des choses, lui avaient envoyé
dépêches sur dépêches, pour l'instruire de l'état de confusion où était
tombée la république, et pour le presser de revenir. Mais ces avis
avaient à traverser les mers et les escadres anglaises, et on ne savait
si le héros serait averti et revenu avant la ruine de la République.

[Note 7: Il faut dire que cet ordre est contesté. On connaît un
arrêté du directoire, signé de Treilhard, Barras et Larévellière, et
daté du 7 prairial, qui rappelle Bonaparte en Europe. Larévellière, dans
ses mémoires, déclare ne pas se souvenir d'avoir donné cette signature,
et regarde l'arrêté comme supposé. Cependant l'expédition maritime de
Bruix resterait alors sans explication. Du reste, il est certain que le
directoire, à cette époque, souhaitait Bonaparte, et qu'il craignait son
ambition beaucoup moins que la férocité de Suwarow. Si l'ordre n'est
pas authentique, il est vraisemblable, et d'ailleurs il est de peu
d'importance, car Bonaparte était autorisé à revenir quand il le
jugerait convenable.]



CHAPITRE XVIII.

SUITE DES OPÉRATIONS DE BONAPARTE EN ÉGYPTE. CONQUÊTE DE LA HAUTE-ÉGYPTE
PAR DESAIX; BATAILLE DE SÉDIMAN.--EXPÉDITION DE SYRIE; PRISE DU
FORT D'EL-ARISCH ET DE JAFFA; BATAILLE DU MONT-THABOR; SIÉGE DE
SAINT-JEAN-D'ACRE.--RETOUR EN ÉGYPTE; BATAILLE D'ABOUKIR.--DÉPART DE
BONAPARTE POUR LA FRANCE.--OPÉRATIONS EN EUROPE. MARCHE DE L'ARCHIDUC
CHARLES SUR LE RHIN, ET DE SUWAROW EN SUISSE; MOUVEMENT DE MASSÉNA;
MÉMORABLE VICTOIRE DE ZURICH; SITUATION PÉRILLEUSE DE SUWAROW; SA
RETRAITE DÉSASTREUSE; LA FRANCE SAUVÉE.--ÉVÉNEMENS EN HOLLANDE; DÉFAITE
ET CAPITULATION DES ANGLO-RUSSES; ÉVACUATION DE LA HOLLANDE. FIN DE LA
CAMPAGNE DE 1799.


Bonaparte, après la bataille des Pyramides, s'était trouvé maître de
l'Égypte. Il avait commencé à s'y établir, et avait distribué ses
généraux dans les provinces, pour en faire la conquête. Desaix, placé
à l'entrée de la Haute-Égypte avec une division de trois mille hommes
environ, était chargé de conquérir cette province contre les restes
de Mourad-Bey. C'est en vendémiaire et brumaire de l'année précédente
(octobre 1798), au moment où l'inondation finissait, que Desaix avait
commencé son expédition. L'ennemi s'était retiré devant lui et ne
l'avait attendu qu'à Sédiman; là, Desaix avait livré, le 16 vendémiaire
an VII (7 octobre 1798), une bataille acharnée contre les restes
désespérés de Mourad-Bey. Aucun des combats des Français en Égypte ne
fut aussi sanglant. Deux mille Français eurent à lutter contre quatre
mille Mameluks et huit mille fellahs, retranchés dans le village de
Sédiman. La bataille se passa comme celle des Pyramides, et comme toutes
celles qui furent livrées en Égypte. Les fellahs étaient derrière les
murs du village, et les cavaliers dans la plaine. Desaix s'était formé
en deux carrés, et avait placé sur ses ailes deux autres petits carrés,
pour amortir le choc de la cavalerie ennemie. Pour la première fois,
notre infanterie fut rompue, et l'un des petits carrés enfoncé. Mais,
par un instinct subit et admirable, nos braves soldats se couchèrent
aussitôt par terre, afin que les grands carrés pussent faire feu sans
les atteindre. Les Mameluks, passant sur leurs corps, chargèrent les
grands carrés avec furie pendant plusieurs heures de suite, et vinrent
expirer en désespérés sur les baïonnettes. Suivant l'usage, les
carrés s'ébranlèrent ensuite, pour attaquer les retranchemens, et les
emportèrent. Pendant ce mouvement, les Mameluks, décrivant un arc de
cercle, vinrent égorger les blessés sur les derrières, mais on les
chassa bientôt de ce champ de carnage, et les soldats furieux en
massacrèrent un nombre considérable. Jamais plus de morts n'avaient
jonché le champ de bataille. Les Français avaient perdu trois cents
hommes. Desaix continua sa marche pendant tout l'hiver, et après une
suite de combats, devenu maître de la Haute-Égypte jusqu'aux cataractes,
il fit autant redouter sa bravoure que chérir sa clémence. Au Caire,
on avait appelé Bonaparte le sultan Kebir, _sultan de feu_; dans la
Haute-Égypte, Desaix fut nommé _sultan le juste_.

Bonaparte, pendant ce temps, avait fait une marche jusqu'à Belbeys, pour
rejeter Ibrahim-Bey en Syrie, et il avait recueilli en route les débris
de la caravane de la Mecque, pillée par les Arabes. Revenu au Caire, il
continua à y établir une administration toute française. Une révolte,
excitée au Caire par les agens secrets de Mourad-Bey, fut durement
réprimée, et découragea tout à fait les ennemis des Français[8]. L'hiver
de 1798 à 1799 s'écoula ainsi dans l'attente des événemens. Bonaparte
apprit dans cet intervalle la déclaration de guerre de la Porte, et les
préparatifs qu'elle faisait contre lui, avec l'aide des Anglais. Elle
formait deux armées, l'une à Rhodes, l'autre en Syrie. Ces deux armées
devaient agir simultanément au printemps de 1799, l'une en venant
débarquer à Aboukir, près d'Alexandrie, l'autre en traversant le désert
qui sépare la Syrie de l'Égypte. Bonaparte sentit sur-le-champ sa
position, et voulut, suivant son usage, déconcerter l'ennemi en le
prévenant par une attaque soudaine. Il ne pouvait pas franchir le désert
qui sépare l'Égypte de la Syrie, dans la belle saison, et il résolut
de profiter de l'hiver pour aller détruire les rassemblemens qui se
formaient à Acre, à Damas, et dans les villes principales. Le célèbre
pacha d'Acre, Djezzar, était nommé séraskier de l'armée réunie en Syrie.
Abdallah, pacha de Damas, commandait son avant-garde, et s'était avancé
jusqu'au fort d'El-Arisch, qui ouvre l'Égypte du côté de la Syrie.
Bonaparte voulut agir sur-le-champ. Il avait des intelligences parmi
les peuplades du Liban. Les Druses, tribus chrétiennes, les Mutualis,
mahométans schismatiques, lui offraient leur secours, et l'appelaient de
tous leurs voeux. En brusquant l'assaut de Jaffa, d'Acre et de quelques
places mal fortifiées, il pouvait s'emparer en peu de temps de la Syrie,
ajouter cette belle conquête à celle de l'Égypte, devenir maître
de l'Euphrate comme il l'était du Nil, et avoir alors toutes les
communications avec l'Inde. Son ardente imagination allait plus loin
encore, et formait quelques-uns des projets que ses admirateurs lui
prêtaient en Europe. Il n'était pas impossible qu'en soulevant
les peuplades du Liban, il réunît soixante ou quatre-vingt mille
auxiliaires, et qu'avec ces auxiliaires, appuyés de vingt-cinq mille
soldats, les plus braves de l'univers, il marchât sur Constantinople
pour s'en emparer. Que ce projet gigantesque fût exécutable ou non, il
est certain qu'il occupait son imagination; et quand on a vu ce qu'il
a fait aidé de la fortune, on n'ose plus déclarer insensé aucun de ses
projets.

[Note 8: Cet événement eut lieu le 30 vendémiaire an VII (21 octob.
1798).]

Bonaparte se mit en marche en pluviôse (premiers jours de février), à
la tête des divisions Kléber, Régnier, Lannes, Bon et Murat, fortes de
treize mille hommes environ. La division de Murat était composée de la
cavalerie. Bonaparte avait créé un régiment d'une arme toute nouvelle:
c'était celui des dromadaires. Deux hommes, assis dos à dos, étaient
portés sur un dromadaire, et pouvaient, grâce à la force et à la
célérité de ces animaux, faire vingt-cinq ou trente lieues sans
s'arrêter. Bonaparte avait formé ce régiment pour donner la chasse aux
Arabes, qui infestaient les environs de l'Égypte. Ce régiment suivait
l'armée d'expédition. Bonaparte ordonna en outre au contre-amiral Perrée
de sortir d'Alexandrie avec trois frégates, et de venir sur la côte de
Syrie pour y transporter l'artillerie de siége et des munitions. Il
arriva devant le fort d'El-Arisch le 29 pluviôse (17 février). Après un
peu de résistance, la garnison se rendit prisonnière au nombre de
treize cents hommes. On trouva dans le fort des magasins considérables.
Ibrahim-Bey ayant voulu le secourir, fut mis en fuite; son camp resta
au pouvoir des Français, et leur procura un butin immense. Les soldats
eurent beaucoup à souffrir en traversant le désert, mais ils voyaient
leur général marchant à leurs côtés, supportant, avec une santé débile,
les mêmes privations, les mêmes fatigues, et ils n'osaient se
plaindre. Bientôt on arriva à Gasah; on prit cette place à la vue de
Djezzar-Pacha, et on y trouva comme dans le fort d'El-Arisch, beaucoup
de matériel et d'approvisionnemens. De Gasah l'armée se dirigea sur
Jaffa, l'ancienne Joppé. Elle y arriva le 13 ventôse (3 mars). Cette
place était entourée d'une grosse muraille flanquée de tours. Elle
renfermait quatre mille hommes de garnison. Bonaparte la fit battre en
brèche, et puis somma le commandant, qui pour toute réponse coupa la
tête au parlementaire. L'assaut fut donné, la place emportée avec une
audace extraordinaire, et livrée à trente heures de pillage et de
massacres. On y trouva encore une quantité considérable d'artillerie et
de vivres de toute espèce. Il restait quelques mille prisonniers, qu'on
ne pouvait pas envoyer en Égypte, parce qu'on n'avait pas les moyens
ordinaires de les faire escorter, et qu'on ne voulait pas renvoyer à
l'ennemi, dont ils auraient grossi les rangs. Bonaparte se décida à une
mesure terrible, et qui est le seul acte cruel de sa vie. Transporté
dans un pays barbare, il en avait involontairement adopté les moeurs: il
fit passer au fil de l'épée les prisonniers qui lui restaient. L'armée
consomma avec obéissance, mais avec une espèce d'effroi, l'exécution
qui lui était commandée. Nos soldats prirent en s'arrêtant à Jaffa les
germes de la peste.

Bonaparte s'avança ensuite sur Saint-Jean-d'Acre, l'ancienne Ptolémaïs,
situé au pied du mont Carmel. C'était la seule place qui pût encore
l'arrêter. La Syrie était à lui s'il pouvait l'enlever. Mais Djezzar
s'y était enfermé avec toutes ses richesses et une forte garnison. Il
comptait sur l'appui de Sidney-Smith, qui croisait dans ces parages,
et qui lui fournit des ingénieurs, des canonniers et des munitions. Il
devait d'ailleurs être bientôt secouru par l'armée turque réunie en
Syrie, qui s'avançait de Damas pour franchir le Jourdain. Bonaparte se
hâta d'attaquer la place pour l'enlever comme celle de Jaffa, avant
qu'elle fût renforcée de nouvelles troupes, et que les Anglais eussent
le temps d'en perfectionner la défense. On ouvrit aussitôt la tranchée.
Malheureusement l'artillerie de siége, qui devait venir par mer
d'Alexandrie, avait été enlevée par Sidney-Smith. On avait pour toute
artillerie de siége et de campagne, une caronade de trente-deux, quatre
pièces de douze, huit obusiers, et une trentaine de pièces de quatre.
On manquait de boulets, mais on imagina un moyen de s'en procurer.
On faisait paraître sur la plage quelques cavaliers; à cette vue
Sidney-Smith faisait un feu roulant de toutes ses batteries, et les
soldats, auxquels on donnait cinq sous par boulet, allaient les ramasser
au milieu de la canonnade et de rires universels.

La tranchée avait été ouverte le 30 ventôse (20 mars). Le général du
génie Sanson, croyant être arrivé dans une reconnaissance de nuit au
pied du rempart, déclara qu'il n'y avait ni contrescarpe ni fossé. On
crut n'avoir à pratiquer qu'une simple brèche et à monter ensuite à
l'assaut. Le 5 germinal (25 mars), on fit brèche, on se présenta à
l'assaut, et on fut arrêté par une contrescarpe et un fossé. Alors on se
mit sur-le-champ à miner. L'opération se faisait sous le feu de tous les
remparts et de la belle artillerie que Sidney-Smith nous avait enlevée.
Il avait donné à Djezzar d'excellens pointeurs anglais, et un ancien
émigré, Phélippeaux, officier du génie d'un grand mérite. La mine sauta
le 8 germinal (28 mars), et n'emporta qu'une partie de la contrescarpe.
Vingt-cinq grenadiers, à la suite du jeune Mailly, montèrent à l'assaut.
En voyant ce brave officier poser une échelle, les Turcs furent
épouvantés, mais Mailly tomba mort. Les grenadiers furent alors
découragés, les Turcs revinrent, deux bataillons qui suivaient furent
accueillis par une horrible fusillade; leur commandant Laugier fut tué,
et l'assaut manqua encore.

Malheureusement la place venait de recevoir plusieurs mille hommes de
renfort, une grande quantité de canonniers exercés à l'européenne, et
des munitions immenses. C'était un grand siége à exécuter avec treize
mille hommes, et presque sans artillerie. Il fallait ouvrir un nouveau
puits de mine pour faire sauter la contrescarpe entière, et commencer un
autre cheminement. On était au 12 germinal (1er avril). Il y avait déjà
dix jours d'employés devant la place; on annonçait l'approche de la
grande armée turque; il fallait poursuivre les travaux et couvrir le
siége, et tout cela avec la seule armée d'expédition. Le général en chef
ordonna qu'on travaillât sans relâche à miner de nouveau, et détacha la
division Kléber vers le Jourdain pour en disputer le passage à l'armée
venant de Damas.

Cette armée, réunie aux peuplades des montagnes de Naplouse, s'élevait
à environ vingt-cinq mille hommes. Plus de douze mille cavaliers en
faisaient la force. Elle traînait un bagage immense. Abdallah, pacha de
Damas, en avait le commandement. Elle passa le Jourdan au pont d'Iacoub,
le 15 germinal (4 avril). Junot, avec l'avant-garde de Kléber, forte de
cinq cents hommes au plus, rencontra les avant-gardes turques sur la
route de Nazareth le 19 (8 avril). Loin de reculer, il brava hardiment
l'ennemi, et, formé en carré, couvrit le champ de bataille de morts, et
prit cinq drapeaux. Mais obligé de céder au nombre, il se replia sur la
division Kléber. Celle-ci s'avançait, et hâtait sa marche pour rejoindre
Junot. Bonaparte, instruit de la force de l'ennemi, se détacha avec la
division Bon, pour soutenir Kléber, et livrer une bataille décisive.
Djezzar, qui se concertait avec l'armée qui venait le débloquer, voulut
faire une sortie; mais, mitraillé à outrance, il laissa nos ouvrages
couverts de ses morts; Bonaparte se mit aussitôt en marche.

Kléber, avec sa division, avait débouché dans les plaines qui s'étendent
au pied du mont Thabor, non loin du village de Fouli. Il avait eu l'idée
de surprendre le camp turc pendant la nuit, mais il était arrivé trop
tard pour y réussir. Le 21 germinal (16 avril) au matin, il trouva
toute l'armée turque en bataille. Quinze mille fantassins occupaient le
village de Fouli, plus de douze mille cavaliers se déployaient dans la
plaine. Kléber avait à peine trois mille fantassins en carré. Toute
cette cavalerie s'ébranla et fondit sur nos carrés. Jamais les Français
n'avaient vu tant de cavaliers caracoler, charger, se mouvoir dans tous
les sens. Ils conservèrent leur sang-froid accoutumé, et les recevant à
bout portant par un feu terrible, ils en abattirent à chaque charge un
nombre considérable. Bientôt ils eurent formé autour d'eux un rempart
d'hommes et de chevaux, et abrités par cet horrible abatis, ils purent
résister six heures de suite à toute la furie de leurs adversaires. Dans
le moment Bonaparte débouchait du mont Thabor avec la division Bon. Il
vit la plaine couverte de feu et de fumée, et la brave division Kléber
résistant, à l'abri d'une ligne de cadavres. Sur-le-champ, il partagea
la division qu'il amenait en deux carrés; ces deux carrés s'avancèrent
de manière à former un triangle équilatéral avec la division Kléber, et
mirent ainsi l'ennemi au milieu d'eux. Ils marchèrent en silence, et
sans donner aucun signe de leur approche, jusqu'à une certaine distance:
puis tout à coup Bonaparte fit tirer un coup de canon, et se montra
alors sur le champ de bataille. Un feu épouvantable partant aussitôt des
trois extrémités de ce triangle, assaillit les Mameluks qui étaient au
milieu, les fit tourbillonner sur eux-mêmes, et fuir en désordre dans
toutes les directions. La division Kléber, redoublant d'ardeur à cette
vue, s'élança sur le village de Fouli, l'enleva à la baïonnette, et
fit un grand carnage de l'ennemi. En un instant toute cette multitude
s'écoula, et la plaine ne fut plus couverte que de morts. Le camp turc,
les trois queues du pacha, quatre cents chameaux, un butin immense,
devinrent la proie des Français. Murat, placé sur les bords du Jourdain,
tua un grand nombre de fugitifs. Bonaparte fit brûler tous les villages
des Naplousins. Six mille Français avaient détruit cette armée, que les
habitans disaient innombrable _comme les étoiles du ciel et les sables
de la mer_.

Pendant cet intervalle, on n'avait cessé de miner, de contre-miner
autour des murs de Saint-Jean-d'Acre. On se disputait un terrain
bouleversé par l'art des siéges. Il y avait un mois et demi qu'on était
devant la place, on avait tenté beaucoup d'assauts, repoussé beaucoup
de sorties, tué beaucoup de monde à l'ennemi; mais malgré de continuels
avantages, on faisait d'irréparables pertes de temps et d'hommes. Le 18
floréal (7 mai), il arriva dans le port d'Acre un renfort de douze mille
hommes. Bonaparte, calculant qu'ils ne pourraient pas être débarqués
avant six heures, fait sur-le-champ jouer une pièce de vingt-quatre sur
un pan de mur; c'était à la droite du point où depuis quelque temps
on déployait tant d'efforts. La nuit venue, on monte à la brèche, on
envahit les travaux de l'ennemi, on les comble, on encloue les pièces,
on égorge tout, enfin on est maître de la place, lorsque les troupes
débarquées s'avancent en bataille, et présentent une masse effrayante.
Rambaut, qui commandait les premiers grenadiers montés à l'assaut, est
tué. Lannes est blessé. Dans le même moment, l'ennemi fait une sortie,
prend la brèche à revers, et coupe la retraite aux braves qui avaient
pénétré dans la place. Les uns parviennent à ressortir; les autres,
prenant un parti désespéré, s'enfuient dans une mosquée, s'y
retranchent, y épuisent leurs dernières cartouches, et sont prêts à
vendre chèrement leur vie, lorsque Sydney-Smith, touché de tant de
bravoure, leur fait accorder une capitulation. Pendant ce temps, les
troupes de siége, marchant sur l'ennemi, le ramènent dans la place,
après en avoir fait un carnage épouvantable, et lui avoir enlevé huit
cents prisonniers. Bonaparte, obstiné jusqu'à la fureur, donne deux
jours de repos à ses troupes, et le 21 (10 mai) ordonne un nouvel
assaut. On y monte avec la même bravoure, on escalade la brèche; mais on
ne peut pas la dépasser. Il y avait toute une armée gardant la place et
défendant toutes les rues. Il fallut y renoncer.

Il y avait deux mois qu'on était devant Acre, on avait fait des pertes
irréparables, et il eût été imprudent de s'exposer à en faire davantage.
La peste était dans cette ville, et l'armée en avait pris le germe à
Jaffa. La saison des débarquemens approchait, et on annonçait l'arrivée
d'une armée turque vers les bouches du Nil. En s'obstinant davantage,
Bonaparte pouvait s'affaiblir, au point de ne pouvoir repousser de
nouveaux ennemis. Le fond de ses projets était réalisé, puisqu'il avait
détruit les rassemblemens formés en Syrie, et que de ce côté il avait
réduit l'ennemi à l'impuissance d'agir. Quant à la partie brillante de
ces mêmes projets, quant à ces vagues et merveilleuses espérances de
conquêtes en Orient, il fallait y renoncer. Il se décida enfin à lever
le siége. Mais son regret fut tel, que, malgré sa destinée inouïe, on
lui a entendu répéter souvent, en parlant de Sidney-Smith: _Cet homme
m'a fait manquer ma fortune_. Les Druses, qui pendant le siége avaient
nourri l'armée, toutes les peuplades ennemies de la Porte, apprirent sa
retraite avec désespoir.

Il avait commencé le siége le 30 ventôse (20 mars), il le leva le 1er
prairial (20 mai): il y avait employé deux mois. Avant de quitter
Saint-Jean-d'Acre, il voulait laisser une terrible trace de son passage:
il accabla la ville de ses feux, et la laissa presque réduite en
cendres. Il reprit la route du désert. Il avait perdu par le feu, les
fatigues ou les maladies, près du tiers de son armée d'expédition,
c'est-à-dire environ quatre mille hommes. Il emmenait douze cents
blessés. Il se mit en marche pour repasser le désert. Il ravagea sur sa
route tout le pays, et y imprima une profonde terreur. Arrivé à Jaffa,
il en fit sauter les fortifications. Il y avait là une ambulance pour
nos pestiférés. Les emporter était impossible: en ne les emportant pas,
on les laissait exposés à une mort inévitable, soit par la maladie, soit
par la faim, soit par la cruauté de l'ennemi. Aussi Bonaparte dit-il
au médecin Desgenettes, qu'il y aurait bien plus d'humanité à leur
administrer de l'opium qu'à leur laisser la vie; à quoi ce médecin fit
cette réponse, fort vantée: _Mon métier est de les guérir, et non de les
tuer_. On ne leur administra point d'opium, et ce fait servit à propager
une calomnie indigne, et aujourd'hui détruite.

Bonaparte rentra enfin en Égypte après une expédition de près de trois
mois. Il était temps qu'il y arrivât. L'esprit d'insurrection s'était
répandu dans tout le Delta. Un imposteur, qui s'appelait l'ange
El-Mohdhy, qui se disait invulnérable, et qui prétendait chasser les
Français en soulevant de la poussière, avait réuni quelques mille
insurgés. Les agens des Mamelucks l'aidaient de leur concours; il
s'était emparé de Damanhour, et en avait égorgé la garnison. Bonaparte
envoya un détachement, qui dispersa les insurgés, et tua l'ange
invulnérable. Le trouble s'était communiqué aux différentes provinces du
Delta; sa présence ramena partout la soumission et le calme. Il ordonna
au Caire des fêtes magnifiques, pour célébrer ses triomphes en Syrie.
Il n'avouait pas la partie manquée de ses projets, mais il vantait avec
raison les nombreux combats livrés en Syrie, la belle bataille du mont
Thabor, les vengeances terribles exercées contre Djezzar. Il répandit
de nouvelles publications aux habitans, dans lesquelles ils leur disait
qu'il était dans le secret de leurs pensées, et devinait leurs projets
à l'instant où ils les formaient. Ils ajoutèrent foi à ces étranges
paroles du sultan Kebir et le croyaient présent à toutes leurs pensées.
Bonaparte n'avait pas seulement à contenir les habitans, mais encore ses
généraux et l'armée elle-même. Un mécontentement sourd y régnait. Ce
mécontentement ne provenait ni des fatigues, ni des dangers, ni surtout
des privations, car l'armée ne manquait de rien, mais de l'amour du
pays, qui poursuit le Français en tous lieux. Il y avait un an entier
qu'on était en Égypte, et depuis près de six mois on n'avait aucune
nouvelle de France. Aucun navire n'avait pu passer: une sombre tristesse
dévorait tous les coeurs. Chaque jour les officiers et les généraux
demandaient des congés pour repasser en Europe. Bonaparte en accordait
peu, ou bien y ajoutait de ces paroles qu'on redoutait comme le
déshonneur. Berthier lui-même, son fidèle Berthier, dévoré d'une vieille
passion, demandait à revoir l'Italie. Il fut honteux pour la seconde
fois de sa faiblesse, et renonça à partir. Un jour l'armée avait formé
le projet d'enlever ses drapeaux du Caire, et de marcher sur Alexandrie
pour s'y embarquer. Mais elle n'en eut que la pensée, et n'osa jamais
braver son général. Les lieutenans de Bonaparte, qui donnaient tous
l'exemple des murmures, se taisaient dès qu'ils étaient devant lui, et
pliaient sous son ascendant. Il avait eu plus d'un démêlé avec Kléber.
L'humeur de celui-ci ne venait pas de découragement, mais de son
indocilité accoutumée. Il s'étaient toujours raccommodés, car Bonaparte
aimait la grande âme de Kléber, et Kléber était séduit par le génie de
Bonaparte.

On était en prairial (juin). L'ignorance des événemens de l'Europe et
des désastres de la France était toujours la même. On savait seulement
que le continent était dans une véritable confusion et qu'une nouvelle
guerre était inévitable. Bonaparte attendait impatiemment de nouveaux
détails, pour prendre un parti et retourner, s'il le fallait, sur le
premier théâtre de ses exploits. Mais avant, il voulait détruire la
seconde armée turque, réunie à Rhodes, dont on annonçait le débarquement
très prochain.

Cette armée, montée sur de nombreux transports, et escortée par la
division navale de Sydney-Smith, parut le 23 messidor (11 juillet) à
la vue d'Alexandrie, et vint mouiller à Aboukir, la même rade où notre
escadre avait été détruite. Le point de débarquement choisi par les
Anglais était la presqu'île qui ferme cette rade, et qui porte le même
nom. Cette presqu'île étroite s'avance entre la mer et le lac Madieh, et
vient se terminer par un fort. Bonaparte avait ordonné à Marmont, qui
commandait à Alexandrie, de perfectionner la défense du fort, et de
détruire le village d'Aboukir, placé tout autour. Mais au lieu de
détruire le village, on avait voulu le conserver pour y loger les
soldats, et on l'avait simplement entouré d'une redoute pour le protéger
du côté de la terre. Mais la redoute, ne joignant pas les deux bords de
la mer, ne présentait pas un ouvrage fermé, et associait le sort du fort
à celui d'un simple ouvrage de campagne. Les Turcs en effet débarquèrent
avec beaucoup de hardiesse, abordèrent les retranchemens le sabre au
poing, les enlevèrent, et s'emparèrent du village d'Aboukir, dont ils
égorgèrent la garnison. Le village pris, le fort ne pouvait guère tenir,
et fut obligé de se rendre. Marmont, commandant à Alexandrie, en était
sorti à la tête de douze cents hommes, pour courir au secours des
troupes d'Aboukir. Mais, apprenant que les Turcs étaient débarqués en
nombre considérable, il n'osa pas tenter de les jeter à la mer par une
attaque hardie. Il rentra dans Alexandrie, et les laissa s'établir
tranquillement dans la presqu'île d'Aboukir.

Les Turcs étaient à peu près dix-huit mille hommes d'infanterie. Ce
n'étaient pas de ces misérables fellahs qui composaient l'infanterie
des Mamelucks; c'étaient de braves janissaires, portant un fusil sans
baïonnette, le rejetant en bandoulière sur le dos quand ils avaient fait
feu, puis s'élançant sur l'ennemi le pistolet et le sabre à la main. Ils
avaient une artillerie nombreuse et bien servie; et ils étaient dirigés
par des officiers anglais. Ils manquaient de cavalerie, car ils avaient
à peine amené trois cents chevaux; mais ils attendaient l'arrivée de
Mourad-Bey, qui devait quitter la Haute-Égypte, longer le désert,
traverser les oasis, et venir se jeter à Aboukir avec deux à trois mille
Mamelucks.

Quand Bonaparte apprit les détails du débarquement, il quitta le
Caire sur-le-champ, et fit du Caire à Alexandrie une de ces marches
extraordinaires dont il avait donné tant d'exemples en Italie. Il
emmenait avec lui les divisions Lannes, Bon et Murat. Il avait ordonné à
Desaix d'évacuer la Haute-Égypte, à Kléber et Régnier, qui étaient
dans le Delta, de se rapprocher d'Aboukir. Il avait choisi le point de
Birket, intermédiaire entre Alexandrie et Aboukir, pour y concentrer ses
forces, et manoeuvrer suivant les circonstances. Il craignait qu'une
armée anglaise ne fût débarquée avec l'armée turque.

Mourad-Bey, suivant le plan convenu avec Mustapha-Pacha, avait essayé
de descendre dans la Basse-Égypte; mais rencontré, battu par Murat, il
avait été obligé de regagner le désert. Il ne restait à combattre
que l'armée turque, privée de cavalerie, mais campée derrière des
retranchemens, et disposée à y résister avec son opiniâtreté accoutumée.
Bonaparte, après avoir jeté un coup d'oeil sur Alexandrie, et sur les
beaux travaux exécutés par le colonel Crétin, après avoir réprimandé son
lieutenant Marmont, qui n'avait pas osé attaquer les Turcs au moment du
débarquement, quitta Alexandrie le 6 thermidor (24 juillet). Il était
le lendemain 7 à l'entrée de la presqu'île. Son projet était d'abord
d'enfermer l'armée turque par des retranchemens, et d'attendre, pour
attaquer, l'arrivée de toutes ses divisions; car il n'avait sous la main
que les divisions Lannes, Bon, Murat, environ six mille hommes. Mais
à la vue des dispositions faites par les Turcs, il changea d'avis, et
résolut de les attaquer sur-le-champ, espérant les renfermer dans le
village d'Aboukir, et les accabler d'obus et de bombes.

Les Turcs occupaient le fond de la presqu'île, qui est fort étroite. Ils
étaient couverts par deux lignes de retranchemens. A une demi-lieue en
avant du village d'Aboukir, où était leur camp, ils avaient occupé deux
mamelons de sables, appuyant l'un à la mer, l'autre au lac de Madieh, et
formant ainsi leur droite et leur gauche. Au centre de ces deux mamelons
était un village, qu'ils gardaient aussi. Ils avaient mille hommes au
mamelon de droite, deux mille à celui de gauche, et trois à quatre mille
hommes dans le village. Telle était leur première ligne. La seconde
était au village même d'Aboukir. Elle se composait de la redoute
construite par les Français, et se joignait à la mer par deux boyaux.
Ils avaient placé là leur camp principal et le gros de leurs forces.

Bonaparte fit ses dispositions avec sa promptitude et sa précision
accoutumées. Il ordonna au général Destaing de marcher avec quelques
bataillons sur le mamelon de gauche, où étaient les mille Turcs; à
Lannes, de marcher sur le mamelon de droite, où étaient les deux mille
autres, et à Murat, qui était au centre, de faire filer la cavalerie sur
les derrières des deux mamelons. Ces dispositions sont exécutées avec
une grande précision: Destaing marche sur le mamelon de gauche, et le
gravit hardiment; Murat le fait tourner par un escadron. Les Turcs, à
cette vue, abandonnent leur poste, rencontrent la cavalerie qui les
sabre et les pousse dans la mer, où ils aiment mieux se jeter que de se
rendre. Vers la droite, la même opération s'exécute. Lannes aborde les
deux mille Mamelucks; Murat les tourne; ils sont également sabrés et
jetés dans la mer. Destaing et Lannes se portent ensuite vers le centre,
formé par un village, et l'attaquent de front. Les Turcs s'y défendent
bravement, comptant sur un secours de la seconde ligne. Une colonne, en
effet, se détache du camp d'Aboukir; mais Murat, qui a déjà filé sur le
derrière du village, sabre cette colonne, et la repousse dans Aboukir.
L'infanterie de Destaing et celle de Lannes entrent au pas de charge
dans le village, en chassent les Turcs, qu'on pousse dans toutes les
directions, et qui, s'obstinant toujours à ne pas se rendre, n'ont pour
retraite que la mer, où ils se noient.

Déjà quatre à cinq mille avaient péri de cette manière; la première
ligne était emportée; le but de Bonaparte était rempli, et il pouvait,
resserrant les Turcs dans Aboukir, les bombarder, en attendant l'arrivée
de Kléber et de Régnier. Mais il veut profiter de son succès, et achever
sa victoire à l'instant même. Après avoir laissé reprendre haleine à ses
troupes, il marche sur la seconde ligne. La division Lanusse, restée
en réserve, appuie Lannes et Destaing. La redoute qui couvrait Aboukir
était difficile à emporter; elle renfermait neuf à dix mille Turcs. Vers
la droite, un boyau la joignait à la mer; vers la gauche, un autre boyau
la prolongeait, mais sans joindre tout à fait le lac Madieh. L'espace
ouvert était occupé par l'ennemi, et balayé par de nombreuses
canonnières. Bonaparte, habitué à porter ses soldats sur les plus
formidables obstacles, les dirige sur la position ennemie. Ses divisions
d'infanterie marchent sur le front et la droite de la redoute. La
cavalerie, cachée dans un bois de palmiers, doit l'attaquer par la
gauche, et traverser, sous le feu des canonnières, l'espace laissé
ouvert entre la redoute et le lac Madieh. La charge s'exécute; Lannes et
Destaing poussent leur brave infanterie en avant; la 32e marche l'arme
au bras sur les retranchemens, la 18e les tourne par l'extrême droite.
L'ennemi, sans les attendre, s'avance à leur rencontre. On se joint
corps à corps. Les soldats turcs, après avoir tiré leur coup de fusil
et leurs deux coups de pistolet, font étinceler leur sabre. Ils veulent
saisir les baïonnettes avec leurs mains; mais ils les reçoivent dans
les flancs, avant d'avoir pu les saisir. On s'égorge ainsi sur les
retranchemens. Déjà la 18e est près d'arriver dans la redoute; mais un
feu terrible d'artillerie la repousse et la ramène au pied des ouvrages.
Le brave Leturcq est tué glorieusement en voulant se retirer le dernier;
Fugières perd un bras. Murat, de son côté, s'était avancé avec sa
cavalerie, pour franchir l'espace compris entre la redoute et le lac
Madieh. Plusieurs fois il s'était élancé et avait refoulé l'ennemi;
mais, pris entre les feux de la redoute et des canonnières, il avait
été obligé de se reployer en arrière. Quelques-uns de ses cavaliers
s'étaient même avancés jusqu'aux fossés de la redoute; les efforts
de tant de braves paraissaient devoir être impuissans. Bonaparte
contemplait ce carnage, attendant le moment favorable pour revenir à
la charge. Heureusement les Turcs, suivant leur usage, sortent des
retranchemens pour venir couper les têtes des morts. Bonaparte saisit
cet instant, lance deux bataillons, l'un de la 22e, l'autre de la 69,
qui marchent sur les retranchemens et s'en emparent. A la droite, la 18e
profite aussi de l'occasion, et entre dans la redoute. Murat, de son
côté, ordonne une nouvelle charge. L'un de ses escadrons traverse cet
espace si redoutable qui règne entre les retranchemens et le lac, et
pénètre dans le village d'Aboukir. Alors les Turcs effrayés fuient de
toutes parts; on en fait un carnage épouvantable. On les pousse la
baïonnette dans les reins, et on les précipite dans la mer. Murat, à la
tête de ses cavaliers, pénètre dans le camp de Mustapha-Pacha. Celui-ci,
saisi de désespoir, prend un pistolet, et le tire sur Murat qu'il blesse
légèrement. Murat lui coupe deux doigts d'un coup de sabre, et l'envoie
prisonnier à Bonaparte. Les Turcs qui ne sont ni tués ni noyés se
retirent dans le fort d'Aboukir.

Plus de douze mille cadavres flottaient sur cette mer d'Aboukir, qui
naguère avait été couverte des corps de nos marins: deux ou trois mille
avaient péri par le feu ou le fer. Les autres, enfermés dans ce fort,
n'avaient plus d'autre ressource que la clémence du vainqueur. Telle est
cette extraordinaire bataille, où, pour la première fois peut-être, dans
l'histoire de la guerre, l'armée ennemie fut détruite tout entière.
C'est dans cette occasion que Kléber, arrivant à la fin du jour, saisit
Bonaparte au milieu du corps, et s'écria: _Général, vous êtes grand
comme le monde!_

Ainsi, soit par l'expédition de Syrie, soit par la bataille d'Aboukir,
l'Égypte était délivrée, du moins momentanément, des forces de la Porte.
La situation de l'armée française pouvait être regardée comme assez
rassurante. Après toutes les pertes qu'elle avait faites, elle comptait
vingt-cinq mille hommes environ, mais les plus braves et les mieux
commandés de l'univers. Chaque jour devait la faire mieux sympathiser
avec les habitans, et consolider son établissement. Bonaparte y était
depuis un an: arrivé en été avant l'inondation, il avait employé les
premiers momens à s'emparer d'Alexandrie et de la capitale, ce qu'il
avait obtenu par la bataille des Pyramides. Après l'inondation, et en
automne, il avait achevé la conquête du Delta, et confié à Desaix la
conquête de la Haute-Égypte. En hiver, il avait tenté l'expédition de
Syrie, et détruit l'armée turque de Djezzar au mont Thabor. Il venait,
en été, de détruire la seconde armée de la Porte à Aboukir. Le temps
avait donc été aussi bien employé que possible; et tandis que la
victoire abandonnait en Europe les drapeaux de la France, elle leur
restait fidèle en Afrique et en Asie. Les trois couleurs flottaient
triomphantes sur le Nil et le Jourdain, sur les lieux mêmes d'où est
partie la religion du Christ.

Bonaparte ignorait encore ce qui se passait en France, aucune des
dépêches du directoire ni de ses frères ne lui étant arrivée: il était
dévoré d'inquiétude. Pour tâcher d'obtenir quelques nouvelles, il
faisait croiser des bricks avec ordre d'arrêter les vaisseaux de
commerce, et de s'instruire par eux des événemens qui se passaient en
Europe. Il envoya à la flotte turque un parlementaire qui, sous le
prétexte de négocier un échange de prisonniers, devait tâcher d'obtenir
quelques nouvelles. Sidney-Smith arrêta ce parlementaire, l'accueillit
fort bien, et voyant que Bonaparte ignorait les désastres de la France,
se fit un malin plaisir de lui donner un paquet de tous les journaux. Le
parlementaire revint, et remit le paquet à Bonaparte. Celui-ci passa une
nuit entière à dévorer ces feuilles, et à s'instruire de tout ce qui
se passait dans sa patrie. Sur-le-champ sa détermination fut prise:
il résolut de s'embarquer secrètement pour l'Europe, et d'essayer la
traversée, au risque d'être saisi en route par les flottes anglaises.
Il demanda le contre-amiral Gantheaume, et lui enjoignit de mettre les
frégates _le Muiron_ et _la Carrère_ en état de faire voile. Il ne fit
part de son projet à personne, courut au Caire pour faire toutes ses
dispositions, rédigea une longue instruction pour Kléber, auquel il
voulait laisser le commandement de l'armée, et repartit aussitôt après
pour Alexandrie.

Le 5 fructidor (22 août), emmenant avec lui Berthier, Lannes, Murat,
Andréossy, Marmont, Bertholet et Monge, il se rendit, escorté de
quelques-uns de ses guides, sur une plage écartée. Quelques canots
étaient préparés; ils s'embarquèrent, et montèrent sur les deux frégates
_le Muiron_ et _la Carrère_. Elles étaient suivies des chebecks _la
Revanche_ et _la Fortune_. A l'instant même on mit à la voile, pour
n'être plus au jour en vue des croiseurs anglais. Malheureusement
un calme survint; on trembla d'être surpris, on voulait rentrer à
Alexandrie; Bonaparte ne le voulut pas. «Soyez tranquilles, dit-il, nous
passerons.» Comme César, il comptait sur la fortune.

Ce n'était pas, comme on l'a dit, une lâche désertion; car il laissait
une armée victorieuse, pour aller braver des dangers de tout genre,
et, le plus horrible de tous, celui d'aller porter des fers à Londres.
C'était une de ces témérités par lesquelles les grands ambitieux tentent
le ciel, et auxquelles ils doivent ensuite cette confiance immense qui
tour à tour les élève et les précipite.

Tandis que cette grande destinée était commise au hasard des vents ou
d'une rencontre, la victoire revenait sous nos drapeaux en Europe, et
la république sortait, par un sublime effort, des périls auxquels nous
venons de la voir exposée. Masséna était toujours sur la ligne de la
Limmat, différant le moment de reprendre l'offensive. L'armée d'Italie,
après avoir perdu la bataille de Novi, s'était dispersée dans l'Apennin.
Heureusement Suwarow ne profitait pas mieux de la victoire de Novi que
de celle de la Trebbia, et perdait dans le Piémont un temps que la
France employait en préparatifs. Dans ce moment, le conseil aulique,
aussi peu constant dans ses plans que l'avait été le directoire, en
imagina un qui ne pouvait manquer de changer la face des événemens. Il
était jaloux de l'autorité que Suwarow avait voulu exercer en Italie, et
avait vu avec peine que ce général eût écrit au roi de Sardaigne pour
le rappeler dans ses états. Le conseil aulique avait des vues sur le
Piémont, et tenait à en écarter le vieux maréchal. De plus, il régnait
peu d'accord entre les Russes et les Autrichiens; et ces raisons réunies
décidèrent le conseil aulique à changer entièrement la distribution
des troupes sur la ligne d'opération. Les Russes étaient mêlés aux
Autrichiens sur les deux théâtres de la guerre. Korsakoff opérait en
Suisse avec l'archiduc Charles, et Suwarow avec Mélas en Italie. Le
conseil aulique imagina de transporter l'archiduc Charles sur le Rhin,
et Suwarow en Suisse. De cette manière les deux armées russes devaient
agir toutes deux en Suisse. Les Autrichiens devaient agir seuls sur le
Rhin; ils devaient aussi agir seuls en Italie, où ils allaient être
bientôt renforcés par une nouvelle armée, destinée à remplir le
vide laissé par Suwarow. Le conseil aulique donna pour raison de ce
changement, qu'il fallait faire combattre ensemble les troupes de chaque
nation; que les Russes trouveraient en Suisse une température plus
analogue à leur climat, et que le mouvement de l'archiduc Charles sur
le Rhin seconderait l'expédition de Hollande. L'Angleterre ne pouvait
manquer d'approuver ce plan, car elle espérait beaucoup, pour
l'expédition de Hollande, de la présence de l'archiduc Charles sur le
Rhin, et elle n'était pas fâchée que les Russes, entrés déjà à Corfou,
et ayant le projet de s'emparer de Malte, fussent écartés de Gênes.

Ce revirement, exécuté en présence de Masséna, était excessivement
dangereux, et d'ailleurs il transportait les Russes sur un théâtre qui
ne leur convenait pas du tout. Ces soldats, habitués à charger en plaine
et à la baïonnette, ne savaient pas tirer un coup de fusil; et ce qu'il
faut par-dessus tout dans les montagnes, ce sont d'habiles tirailleurs.
Le conseil aulique qui, suivant l'esprit des cabinets, faisait passer
les raisons politiques avant les raisons militaires, défendit à ses
généraux de faire une seule objection, et ordonna la rigoureuse
exécution de ce plan, pour les derniers jours d'août (milieu de
fructidor).

On a déjà décrit la configuration du théâtre de la guerre et la
distribution des armées sur ce théâtre[9]. Les eaux partant des
Grandes-Alpes, et tantôt coulant en forme de fleuves, tantôt séjournant
en forme de lacs, présentaient différentes lignes inscrites les unes
dans les autres, commençant à droite contre une grande chaîne de
montagnes, et allant finir, à gauche, dans le grand fleuve qui sépare
l'Allemagne de la France. Les deux principales étaient celles du Rhin et
de la Limmat. Masséna, obligé d'abandonner celle du Rhin, s'était replié
sur celle de la Limmat. Il avait même été obligé de se retirer un peu en
arrière de celle-ci, et de s'appuyer sur l'Albis. La ligne de la Limmat
n'en séparait pas moins les deux armées. Cette ligne se composait de la
Lint, qui naît contre les Grandes-Alpes, dans le canton de Glaris, et se
jette ensuite dans le lac de Zurich; du lac de Zurich dans la Limmat,
qui sort de ce lac à Zurich même, et va se jeter enfin dans l'Aar près
de Bruck. L'archiduc Charles était derrière la Limmat, de Bruck à
Zurich. Korsakoff était derrière le lac de Zurich, attendant qu'on lui
assignât sa position. Hotze gardait la Lint.

[Note 9: Quelque soin que je mette à me rendre clair, je n'espère
pas faire comprendre les événemens qui vont suivre, si le lecteur n'a
pas sous les yeux une carte, quelque incomplète qu'elle soit. Cependant
ces événemens sont si extraordinaires, et ont décidé d'une manière si
positive le salut de la France, que je les crois dignes d'être compris,
et que j'engage le lecteur à consulter une carte. La plus mauvaise carte
de Suisse sera encore suffisante pour saisir l'ensemble des opérations.]

D'après le plan convenu, l'archiduc, destiné au Rhin, devait être
remplacé derrière la Limmat par Korsakoff. Hotze devait rester sur la
Lint avec le corps autrichien de Voralberg, afin de donner la main à
Suwarow arrivant d'Italie. La question était de savoir quelle route on
ferait prendre à Suwarow. Il avait à franchir les monts, et pouvait
suivre l'une ou l'autre des lignes qui coupent la Suisse. S'il préférait
pénétrer par la vallée du Rhin, il pouvait, en traversant le Splugen,
se rendre par Coire sur le Rhin-Supérieur, et faire là sa jonction avec
Hotze. On avait calculé qu'il pourrait être arrivé vers le 25 septembre
(3 vendémiaire an VIII). Ce mouvement avait l'avantage de s'opérer loin
des Français, hors de leur portée, et de ne dépendre ainsi d'aucun
accident. Suwarow pouvait également prendre une autre route, et au lieu
de suivre la ligne du Rhin, entrer par le Saint-Gothard dans la vallée
de la Reuss, et déboucher par Schwitz derrière la ligne de la Lint,
occupée par les Français. Cette marche avait l'avantage de le porter
sur le revers de la ligne ennemie; mais il fallait traverser le
Saint-Gothard occupé par Lecourbe; il fallait préparer un mouvement
de Hotze au-delà de la Lint, pour qu'il vînt tendre la main à l'armée
arrivant du Saint-Gothard; il fallait, pour seconder ce mouvement, une
attaque sur la Limmat; il fallait en un mot une opération générale sur
toute la ligne, et un à-propos, une précision difficiles à obtenir quand
on agit à de si grandes distances et en détachemens aussi nombreux. Ce
plan, que les Russes rejettent sur les Autrichiens, et les Autrichiens
sur les Russes, fut néanmoins préféré. En conséquence une attaque
générale fut prescrite sur toute la ligne, pour les derniers jours de
septembre. Au moment où Suwarow débouchait du Saint-Gothard dans la
vallée de la Reuss, Korsakoff devait attaquer au dessous du lac de
Zurich, c'est-à-dire le long de la Limmat, et Hotze au-dessus du lac,
le long de la Lint. Deux des lieutenans de Hotze, Linken et Jellachich,
devaient pénétrer dans le canton de Glaris, jusqu'à Schwitz, et donner
la main à Suwarow. La jonction générale une fois opérée, les troupes
réunies en Suisse allaient s'élever à quatre-vingt mille hommes. Suwarow
arrivait avec dix-huit mille; Hotze en avait vingt-cinq, Korsakoff
trente. Ce dernier avait en réserve le corps de Condé et quelques mille
Bavarois. Mais avant la jonction, trente mille sous Korsakoff, et
vingt-cinq mille sous Hotze, c'est-à-dire cinquante-cinq mille se
trouvaient exposés aux coups de toute l'armée de Masséna.

Le moment, en effet, où l'archiduc Charles quittait la Limmat, et où
Suwarow n'avait pas encore passé les Alpes, était trop favorable pour
que Masséna ne le saisît pas, et ne sortît point enfin de l'inaction
qu'on lui avait tant reprochée. Son armée avait été portée à
soixante-quinze mille hommes environ, par les renforts qu'elle avait
reçus; mais elle devait s'étendre du Saint-Gothard à Bâle, ligne immense
à couvrir. Lecourbe, formant sa droite, et ayant Gudin et Molitor sous
ses ordres, gardait le Saint-Gothard, la vallée de la Reuss et la
Haute-Lint, avec douze ou treize mille hommes. Soult, avec dix mille,
occupait la Lint jusqu'à son embouchure dans le lac de Zurich. Masséna,
avec les divisions Mortier, Klein, Lorge et Mesnard, formant un total de
trente-sept mille hommes, était devant la Limmat, de Zurich à Bruck. La
division Thureau, forte de neuf mille hommes, et la division Chabran de
huit, gardaient l'une le Valais, l'autre les environs de Bâle.

Masséna, quoique inférieur en forces, avait l'avantage de pouvoir réunir
sa masse principale sur le point essentiel. Ainsi il avait trente-sept
mille hommes devant la Limmat, qu'il pouvait jeter sur Korsakoff.
Celui-ci venait de s'affaiblir de quatre mille hommes, envoyés en
renfort à Hotze, par derrière le lac de Zurich, ce qui le réduisait à
vingt-six mille. Le corps de Condé et les Bavarois, qui devaient lui
servir de réserve, étaient encore fort en arrière à Schaffouse. Masséna
pouvait donc lancer trente-sept mille hommes contre vingt-six mille.
Korsakoff battu, il pouvait se rejeter sur Hotze, et après les avoir
tous deux mis en déroute, peut-être détruits, accabler Suwarow, qui
arrivait en Suisse avec l'espoir d'y trouver un ennemi vaincu, ou du
moins contenu dans sa ligne.

Masséna, averti des projets des ennemis, devança d'un jour son attaque
générale, et la fixa pour le 3 vendémiaire (25 septembre 1799). Depuis
qu'il était retiré sur l'Albis, à quelques pas en arrière de la Limmat,
le cours de cette rivière appartenait à l'ennemi. Il fallait le lui
enlever par un passage: c'est ce qu'il se proposa d'exécuter avec ses
trente-sept mille hommes. Tandis qu'il allait opérer au-dessous du lac
de Zurich, il chargea Soult d'opérer au-dessus, et de franchir la Lint
le même jour. Les militaires ont adressé un reproche à Masséna: il
fallait, disent-ils, plutôt attirer Suwarow en Suisse que l'en
éloigner: si donc, au lieu de laisser Lecourbe se battre inutilement au
Saint-Gothard contre Suwarow, Masséna l'eût réuni à Soult, il aurait été
plus assuré d'accabler Hotze, et de franchir la Lint. Au reste, comme le
résultat obtenu fut aussi grand qu'on pouvait le souhaiter, on n'a fait
ce reproche à Masséna que dans l'intérêt rigoureux des principes.

La Limmat sort du lac de Zurich à Zurich même, et coupe la ville en deux
parties. Conformément au plan convenu avec Hotze et Suwarow, Korsakoff
se disposait à attaquer Masséna, et pour cela il avait porté la masse de
ses forces dans la partie de Zurich qui est en avant de la Limmat. Il
n'avait laissé que trois bataillons à Closter-Fahr, pour garder un point
où la Limmat est plus accessible: il avait dirigé Durasof avec une
division près de l'embouchure de la Limmat dans l'Aar, pour veiller de
ce côté; mais sa masse, forte de dix-huit mille hommes au moins, était
en avant de la rivière, en situation offensive.

Masséna basa son plan sur cet état de choses. Il résolut de masquer
plutôt que d'attaquer le point de Zurich, où Korsakoff avait amassé ses
forces; puis, avec une portion considérable de ses troupes, de tenter
le passage de la Limmat à Closter-Fahr, point faiblement défendu. Le
passage opéré, il voulait que cette division remontât la Limmat sur la
rive opposée, et vînt se placer sur les derrières de Zurich. Alors il
se proposait d'attaquer Korsakoff sur les deux rives, et de le tenir
enfermé dans Zurich même. Des conséquences immenses pouvaient résulter
de cette disposition.

Mortier avec sa division, qui était forte de huit mille hommes, et
occupait la droite de ce champ de bataille, fut dirigé sur Zurich. Elle
devait contenir d'abord, puis attaquer la masse russe. Klein avec sa
division, qui était forte de dix mille hommes, devait être placé à
Altstetten, entre le point de Zurich et celui de Closter-Fahr, où l'on
allait tenter le passage. Elle pouvait ainsi ou se porter devant Zurich,
et donner secours à Mortier contre la masse russe, ou courir au point du
passage, s'il était nécessaire de le seconder. Cette division renfermait
quatre mille grenadiers, et une réserve de superbe cavalerie. La
division Lorge, avec une partie de la division Mesnard, devait exécuter
le passage à Closter-Fahr. Quinze mille hommes à peu près formaient
cette masse. Le reste de la division Mesnard devait faire des
démonstrations sur la Basse-Limmat, pour tromper et retenir Durasof.

Ces dispositions, qui ont fait l'admiration de tous les critiques,
furent mises à exécution le 3 vendémiaire an VIII (25 septembre 1799), à
cinq heures du matin. Les apprêts du passage avaient été faits près du
village de Dietikon, avec un soin et un secret extraordinaires. Des
barques avaient été traînées à bras, et cachées dans les bois. Dès le
matin, elles étaient à flot, et les troupes étaient rangées en silence
sur la rive. Le général Foy, illustré depuis comme orateur, commandait
l'artillerie à cette immortelle bataille; il disposa plusieurs batteries
de manière à protéger le passage. Six cents hommes s'embarquèrent
hardiment, et arrivèrent sur l'autre rive. Sur-le-champ ils fondirent
sur les tirailleurs ennemis, et les dispersèrent. Korsakoff avait mis
là, sur le plateau de Closter-Fahr, trois bataillons avec du canon.
Notre artillerie, supérieurement dirigée, éteignit bientôt les feux
de l'artillerie russe, et protégea le passage successif de notre
avant-garde. Lorsque le général Gazan eut réuni aux six cents hommes qui
avaient passé les premiers un renfort suffisant, il marcha sur les trois
bataillons russes qui gardaient Closter-Fahr. Ceux-ci s'étaient logés
dans un bois, et s'y défendirent bravement. Gazan les enveloppa, et fut
obligé de tuer presque jusqu'au dernier homme pour les déloger. Ces
trois bataillons détruits, le pont fut jeté. Le reste de la division
Lorge et partie de la division Mesnard passèrent la Limmat: c'étaient
quinze mille hommes portés au-delà de la rivière. La brigade Bontemps
fut placée à Regensdorf, pour faire face à Durasof, s'il voulait
remonter de la Basse-Limmat. Le gros des troupes, dirigé par le chef
d'état-major Oudinot, remonta la Limmat, pour se porter sur les
derrières de Zurich.

Cette partie de l'opération achevée, Masséna se reporta de sa personne
sur l'autre rive de la Limmat, pour veiller au mouvement de ses ailes.
Vers la Basse-Limmat, Mesnard avait si bien trompé Durasof par ses
démonstrations, que celui-ci s'était porté sur la rive, où il déployait
tous ses feux. A sa droite, Mortier s'était avancé sur Zurich par
Wollishofen, mais il y avait rencontré la masse de Korsakoff, posté,
comme on l'a dit, en avant de la Limmat, et avait été obligé de se
replier. Masséna arrivant dans cet instant ébranla la division Klein,
qui était à Altstetten. Humbert, à la tête de ses quatre mille
grenadiers, marcha sur Zurich, et rétablit le combat. Mortier renouvela
ses attaques, et on parvint à renfermer ainsi les Russes dans Zurich.

Pendant ce temps, Korsakoff, chagriné d'entendre du canon sur ses
derrières, avait reporté quelques bataillons au-delà de la Limmat; mais
ces faibles secours avaient été inutiles. Oudinot, avec ses quinze mille
hommes, continuait à remonter la Limmat. Il avait enlevé le petit camp
placé à Hong, ainsi que les hauteurs qui sont sur les derrières de
Zurich, et s'était emparé de la grande route de Vintherthur, qui donne
issue en Allemagne, et la seule par laquelle les Russes pussent se
retirer.

La journée était presque achevée, et d'immenses résultats étaient
préparés pour le lendemain. Les Russes étaient enfermés dans Zurich;
Masséna avait porté par le passage à Closter-Fahr quinze mille hommes
sur leurs derrières, et placé dix-huit mille hommes devant eux. Il était
difficile qu'il ne leur fît pas essuyer un désastre. On a pensé qu'il
aurait dû, au lieu de laisser la division Klein devant Zurich, la porter
par Closter-Fahr, derrière cette ville, de manière à fermer tout à fait
la route de Vintherthur. Mais il craignait que, Mortier restant avec
huit mille hommes seulement, Korsakoff ne lui passât sur le corps et ne
se jetât sur la Lint. Il est vrai que Korsakoff aurait rencontré
Soult et Lecourbe; mais il aurait pu rencontrer aussi Suwarow, venant
d'Italie, et on ne sait ce qui serait arrivé de cette singulière
combinaison.

Korsakoff s'était enfin aperçu de sa position, et avait porté ses
troupes dans l'autre partie de Zurich, en arrière de la Limmat. Durasof,
sur la Basse-Limmat, apprenant le passage, s'était dérobé; et évitant
la brigade Bontemps, par un détour, était venu regagner la route de
Vintherthur. Le lendemain 4 vendémiaire (26 septembre), le combat devait
être acharné, car les Russes voulaient se faire jour, et les Français
voulaient recueillir d'immenses trophées. Le combat commença de
bonne heure. La malheureuse ville de Zurich, encombrée d'artillerie,
d'équipages, de blessés, attaquée de tous côtés, était comme enveloppée
de feux. De ce côté-ci de la Limmat, Mortier et Klein l'avaient abordée,
et étaient près d'y pénétrer. Au-delà, Oudinot la serrait par derrière
et voulait fermer la route à Korsakoff. Cette route de Vintherthur,
théâtre d'un combat sanglant, avait été prise et reprise plusieurs fois.
Korsakoff, songeant enfin à se retirer, avait mis son infanterie en
tête, sa cavalerie au centre, son artillerie et ses équipages à la
queue. Il s'avançait ainsi formant une longue colonne. Sa brave
infanterie, chargeant avec furie, renverse tout devant elle, et s'ouvre
un passage; mais quand elle a passé avec une partie de la cavalerie, les
Français reviennent à la charge, attaquent le reste de la cavalerie
et les bagages, et les refoulent jusqu'aux portes de Zurich. Au même
instant, Klein, Mortier, y entrent de leur côté. On se bat dans les
rues. L'illustre et malheureux Lavater est frappé sur la porte de sa
maison, d'une balle par un soldat suisse ivre qui lui mit son fusil sur
la poitrine pour avoir de l'argent; il tomba atteint d'une blessure
grave à la cuisse dont il mourut quelques mois après. Enfin, tout ce qui
était resté dans Zurich est obligé de mettre bas les armes. Cent pièces
de canon, tous les bagages, les administrations, le trésor de l'armée
et cinq mille prisonniers, deviennent la proie des Français. Korsakoff
avait eu en outre huit mille hommes hors de combat, dans cette
lutte acharnée. Huit et cinq faisaient treize mille hommes perdus,
c'est-à-dire la moitié de son armée. Les grandes batailles d'Italie
n'avaient pas présenté des résultats plus extraordinaires. Les
conséquences pour le reste de la campagne ne devaient pas être moins
grandes que les résultats matériels. Korsakoff, avec treize mille hommes
au plus, se hâta de regagner le Rhin.

Pendant ce temps, Soult, chargé de passer la Lint au-dessus du lac de
Zurich, exécutait sa mission avec non moins de bonheur que le général
en chef. Il avait exécuté le passage entre Bilten et Richenburg. Cent
cinquante braves, portant leur fusil sur leur tête, avaient traversé la
rivière à la nage, abordé sur l'autre rive, balayé les tirailleurs, et
protégé le débarquement de l'avant-garde. Hotze, accouru sur-le-champ au
lieu du danger, était tombé mort d'un coup de feu, ce qui avait mis le
désordre dans les rangs autrichiens. Petrasch, succédant à Hotze, avait
en vain essayé de rejeter dans la Lint les corps qui avaient passé; il
avait été obligé de se replier, et s'était retiré précipitamment sur
Saint-Gall et le Rhin, en laissant trois mille prisonniers et du canon.
De leur côté, les généraux Jellachich et Linken, chargés de venir par la
Haute-Lint, dans le canton de Glaris, recevoir Suwarow au débouché du
Saint-Gothard, s'étaient retirés en apprenant tous ces désastres. Ainsi
près de soixante mille hommes étaient repoussés déjà de la ligne de
la Limmat, au-delà de celle du Rhin, et repoussés après des pertes
immenses. Suwarow, qui croyait déboucher en Suisse dans le flanc d'un
ennemi attaqué de tous côtés, et qui croyait décider sa défaite en
arrivant, allait trouver au contraire tous ses lieutenans dispersés, et
s'engager au milieu d'une armée victorieuse de toutes parts.

Parti d'Italie avec dix-huit mille hommes, il était arrivé au pied
du Saint-Gothard le cinquième jour complémentaire de l'an VII (21
septembre). Il avait été obligé de démonter ses Cosaques pour charger
son artillerie sur le dos de leurs chevaux. Il envoya Rosemberg avec
six mille hommes, pour tourner le Saint-Gothard par Disentits et le
Crispalt. Arrivé le 1er vendémiaire (23 septembre) à Airolo, à l'entrée
de la gorge du Saint-Gothard, il y trouva Gudin avec une des brigades de
la division Lecourbe. Il se battit là avec la dernière opiniâtreté; mais
ses soldats, mauvais tireurs, ne sachant qu'avancer et se faire tuer,
tombaient par pelotons sous les balles et les pierres. Il se décida
enfin à inquiéter Gudin sur ses flancs, et il l'obligea ainsi à céder
la gorge jusqu'à l'hôpital. Gudin, par sa résistance, avait donné à
Lecourbe le temps de recueillir ses troupes. Celui-ci, n'ayant guère
sous sa main que six mille hommes, ne pouvait résister à Suwarow qui
arrivait avec douze mille, et à Rosemberg qui, transporté déjà à
Urseren, en avait six mille sur ses derrières. Il jeta son artillerie
dans la Reuss, gagna ensuite la rive opposée en gravissant des rochers
presque inaccessibles, et s'enfonça dans la vallée. Arrivé au-delà
d'Urseren, n'ayant plus Rosemberg sur ses derrières, il rompit le pont
du Diable, et tua une multitude de Russes, avant qu'ils eussent franchi
le précipice en descendant dans le lit de la Reuss et en remontant
la rive opposée. Lecourbe avait fait ainsi une retraite pied à pied,
profitant de tous les obstacles pour fatiguer et tuer un à un les
soldats de Suwarow.

L'armée russe arriva ainsi à Altorf, au fond de la vallée de la Reuss,
accablée de fatigues, manquant de vivres, et singulièrement affaiblie
par les pertes qu'elle avait faites. A Altorf, la Reuss tombe dans
le lac de Lucerne. Si Hotze, suivant le plan convenu, avait pu faire
arriver Jellachich et Linken au-delà de la Lint, jusqu'à Schwitz, il
aurait envoyé des bateaux pour recevoir Suwarow à l'embouchure de la
Reuss. Mais après les événemens qui s'étaient passés, Suwarow ne trouva
pas une embarcation, et se vit enfermé dans une vallée épouvantable.
C'était le 4 vendémiaire (26 septembre), jour du désastre général sur
toute la ligne. Il ne lui restait d'autre ressource que de se jeter dans
le Schachental, et de passer à travers des montagnes horribles, où
il n'y avait aucune route tracée, pour pénétrer dans la vallée de
Muthenthal. Il se mit en route le lendemain. Il ne pouvait passer qu'un
homme de front dans le sentier qu'on avait à suivre. L'armée mit deux
jours à faire ce trajet de quelques lieues. Le premier homme était
déjà à Mutten, que le dernier n'avait pas encore quitté Altorf. Les
précipices étaient couverts d'équipages, de chevaux, de soldats mourant
de faim ou de fatigue. Arrivé dans la vallée de Muthenthal, Suwarow
pouvait déboucher par Schwitz, non loin du lac de Zurich, ou bien
remonter la vallée, et par le Bragel se jeter sur la Lint. Mais du côté
de Schwitz, Masséna arrivait avec la division Mortier, et de l'autre
côté du Bragel était Molitor, qui occupait le défilé du Kloenthal,
vers les bords de la Lint. Après avoir donné deux jours de repos à ses
troupes, Suwarow se décida à rétrograder par le Bragel. Le 8 vendémiaire
(30 septembre) il se mit en marche; Masséna l'attaquait en queue, tandis
que de l'autre côté du Bragel, Molitor lui tenait tête au défilé du
Kloenthal. Rosemberg résista bravement à toutes les attaques de Masséna,
mais Bagration fit de vains efforts pour percer Molitor. Il s'ouvrit la
route de Glaris, mais ne put percer celle de Wesen. Suwarow, après avoir
livré des combats sanglans et meurtriers, coupé de toutes les routes,
rejeté sur Glaris, n'avait d'autre ressource que de remonter la vallée
d'Engi, pour se jeter dans celle du Rhin. Mais cette route était encore
plus affreuse que celle qu'il avait parcourue. Il s'y décida cependant,
et après quatre jours d'efforts et de souffrances inouïes, atteignit
Coire et le Rhin. De ses dix-huit mille hommes, il en avait à peine
sauvé dix mille. Les cadavres de ses soldats remplissaient les Alpes. Ce
barbare, prétendu invincible, se retirait couvert de confusion et plein
de rage. En quinze jours, plus de vingt mille Russes et cinq à six mille
Autrichiens avaient succombé. Les armées prêtes à nous envahir étaient
chassées de la Suisse et rejetées en Allemagne. La coalition était
dissoute, car Suwarow, irrité contre les Autrichiens, ne voulait plus
servir avec eux. On peut dire que la France était sauvée.

Gloire éternelle à Masséna, qui venait d'exécuter l'une des plus belles
opérations dont l'histoire de la guerre fasse mention, et qui nous avait
sauvés dans un moment plus périlleux que celui de Valmy et de Fleurus!
Il faut admirer les batailles grandes par la conception ou le résultat
politique; mais il faut célébrer surtout celles qui sauvent. On doit
l'admiration aux unes et la reconnaissance aux autres. Zurich est le
plus beau fleuron de Masséna; et il n'en existe pas de plus beau dans
aucune couronne militaire.

Pendant que ces événemens si heureux se passaient en Suisse, la victoire
nous revenait en Hollande. Brune, faiblement pressé par l'ennemi,
avait eu le temps de concentrer ses forces, et après avoir battu les
Anglo-Russes à Kastrikum, les avait enfermés au Zip, et réduits à
capituler. Les conditions étaient l'évacuation de la Hollande, la
restitution de ce qui avait été pris au Helder, et l'élargissement sans
échange de huit mille prisonniers. On aurait souhaité la restitution de
la flotte hollandaise; mais les Anglais s'y refusaient, et on craignait,
en rejetant la capitulation, le mal qu'ils pouvaient faire au pays.

Ainsi se termina cette mémorable campagne de 1799. La république, entrée
trop tôt en action, et commettant la faute de prendre l'offensive, sans
avoir auparavant concentré ses forces, avait été battue à Stokach et
Magnano, et avait perdu ainsi par ces deux défaites l'Allemagne et
l'Italie. Masséna resté seul en Suisse, formait un saillant dangereux
entre deux masses victorieuses. Il s'était replié sur le Rhin, puis
sur la Limmat, et enfin sur l'Albis. Là, il s'était rendu inattaquable
durant quatre mois. Pendant ce temps, l'armée de Naples, tâchant de se
réunir à l'armée de la Haute-Italie, avait été battue à la Trebbia.
Réunie plus tard à cette armée par derrière l'Apennin, ralliée et
renforcée, elle avait perdu son général à Novi, avait été battue de
nouveau, et avait définitivement perdu l'Italie. L'Apennin était même
envahi et le Var menacé. Mais là avait été le terme de nos malheurs. La
coalition, revirant ses forces, avait porté l'archiduc Charles sur le
Rhin, et Suwarow en Suisse. Masséna, saisissant ce moment, avait
détruit Korsakoff privé de l'archiduc, et mis en fuite Suwarow privé
de Korsakoff. Il avait ainsi réparé nos malheurs par une immortelle
victoire. En Orient, de beaux triomphes avaient terminé la campagne.
Mais, il faut le dire, si ces grands exploits avaient soutenu la
république prête à succomber, s'ils lui avaient rendu quelque gloire,
ils ne lui avaient rendu ni sa grandeur ni sa puissance. La France était
sauvée, mais elle n'était que sauvée; elle n'avait point encore recouvré
son rang, et elle courait même des dangers sur le Var.



CHAPITRE XIX.

RETOUR DE BONAPARTE; SON DÉBARQUEMENT A FRÉJUS; ENTHOUSIASME QU'IL
INSPIRE.--AGITATION DE TOUS LES PARTIS A SON ARRIVÉE.--IL SE COALISE
AVEC SIÈYES POUR RENVERSER LA CONSTITUTION DIRECTORIALE.--PRÉPARATIFS
ET JOURNÉE DU 18 BRUMAIRE.--RENVERSEMENT DE LA CONSTITUTION DE L'AN III;
INSTITUTION DU CONSULAT PROVISOIRE.--FIN DE CETTE HISTOIRE.


Les nouvelles de la bataille de Zurich et de la capitulation des
Anglo-Russes se succédèrent presque immédiatement, et rassurèrent les
imaginations épouvantées. C'était la première fois que ces Russes
si odieux étaient battus, et ils l'étaient si complètement, que la
satisfaction devait être profonde. Mais l'Italie était toujours perdue,
le Var était menacé, la frontière du Midi en péril. Les grandeurs de
Campo-Formio ne nous étaient pas rendues. Du reste, les périls les
plus grands n'étaient pas au dehors, mais au dedans. Un gouvernement
désorganisé, des partis ingouvernables, qui ne voulaient pas subir
l'autorité et qui n'étaient cependant plus assez forts pour s'en
emparer; partout une espèce de dissolution sociale, et le brigandage,
signe de cette dissolution, infestant les grandes routes, surtout dans
les provinces déchirées autrefois par la guerre civile; telle était la
situation de la république. Un répit de quelques mois étant assuré par
la victoire de Zurich, c'était moins d'un défenseur qu'on manquait dans
le moment, que d'un chef qui s'emparât des rênes du gouvernement. La
masse entière de la population voulait à tout prix du repos, de l'ordre,
la fin des disputes, l'unité des volontés. Elle avait peur des jacobins,
des émigrés, des chouans, de tous les partis. C'était le moment d'une
merveilleuse fortune pour celui qui calmerait toutes ces peurs.

Les dépêches contenant le récit de l'expédition de Syrie, des batailles
du mont Thabor et d'Aboukir, produisirent un effet extraordinaire,
et confirmèrent cette idée que le héros de Castiglione et de Rivoli
resterait vainqueur partout où il se montrerait. Son nom se retrouva
aussitôt dans toutes les bouches, et la question _que fait-il_?
_quand vient-il_? se renouvela de toutes parts. S'il allait revenir!
disait-on... Par un instinct singulier, le bruit qu'il était arrivé
courut deux ou trois fois. Ses frères lui avaient écrit, sa femme aussi;
mais on ignorait si ces dépêches lui étaient parvenues. On a vu en effet
qu'elles n'avaient pu traverser les croisières anglaises.

Pendant ce temps, cet homme, objet de voeux si singuliers, voguait
tranquillement sur les mers, au milieu des flottes anglaises.
La traversée n'était pas heureuse, et les vents contraires la
prolongeaient. Plusieurs fois on avait vu les Anglais, et on avait
craint de devenir leur proie. Lui seul, se promenant sur le pont de
son vaisseau avec un air calme et serein, se confiant à son étoile,
apprenait à y croire et à ne pas s'agiter pour des périls inévitables.
Il lisait la Bible et le Koran, oeuvres des peuples qu'il venait de
quitter. Craignant, d'après les derniers événemens, que le midi de la
France ne fût envahi, il avait fait gouverner, non vers les côtes
de Provence, mais vers celles du Languedoc. Il voulait débarquer à
Collioure ou à Port-Vendres. Un coup de vent l'avait ramené vers la
Corse. L'île entière était accourue au-devant du célèbre compatriote. On
avait ensuite fait voile vers Toulon. On allait arriver, lorsque tout
à coup, au coucher du soleil, on vit sur le flanc gauche du vaisseau,
trente voiles ennemies: on les voyait au milieu des rayons du soleil
couchant. On proposait de mettre un canot à la mer pour aborder
furtivement à terre. Se confiant toujours dans le destin, Bonaparte
dit qu'il fallait attendre. L'ennemi, en effet, disparut, et le 17
vendémiaire an VIII (octobre 1799), à la pointe du jour, les frégates
_le Muiron_ et _la Carrère_, les chebecks _la_ _Revanche_ et _la
Fortune_, vinrent mouiller dans le golfe de Fréjus.

Les habitans de la Provence avaient craint, pendant trois années de
suite, l'invasion de l'ennemi. Bonaparte les avait délivrés de cette
crainte en 1796; mais elle leur était revenue plus grande que jamais
depuis la bataille de Novi. En apprenant que Bonaparte était mouillé sur
la côte, ils crurent leur sauveur arrivé. Tous les habitans de Fréjus
accoururent, et en un instant la mer fut couverte d'embarcations. Une
multitude, ivre d'enthousiasme et de curiosité, envahit les vaisseaux,
et, violant toutes les lois sanitaires, communiqua avec les nouveaux
arrivés. Tous demandaient Bonaparte, tous voulaient le voir. Il n'était
plus temps de faire observer les lois sanitaires. L'administration de la
santé dut dispenser le général de la quarantaine, car il aurait fallu
condamner à la même précaution toute la population, qui avait déjà
communiqué avec les équipages. Bonaparte descendit sur-le-champ à terre,
et le jour même voulut monter en voiture pour se rendre à Paris.

Le télégraphe, aussi prompt que les vents, avait déjà répandu sur
la route de Fréjus à Paris, la grande nouvelle du débarquement de
Bonaparte. Sur-le-champ la joie la plus confuse avait éclaté. La
nouvelle, annoncée sur tous les théâtres, y avait produit des élans
extraordinaires. Les chants patriotiques avaient remplacé partout les
représentations théâtrales. Le député Baudin (des Ardennes), l'un des
auteurs de la constitution de l'an III, républicain sage et sincère,
attaché à la république jusqu'à la passion, et la croyant perdue si un
bras puissant ne venait la soutenir, Baudin (des Ardennes) expira de
joie en apprenant cet événement.

Bonaparte était parti le jour même du 15 vendémiaire (9 octobre) pour
Paris. Il avait passé par Aix, Avignon, Valence, Lyon. Dans toutes ces
villes, l'enthousiasme fut immodéré. Les cloches retentissaient dans les
villages, et pendant la nuit des feux étaient allumés sur les routes. A
Lyon surtout, les élans furent plus vifs encore que partout ailleurs.
En partant de cette dernière ville, Bonaparte, qui voulait arriver
incognito, prit une autre route que celle qu'il avait indiquée à ses
courriers. Ses frères et sa femme, trompés sur sa direction, couraient
à sa rencontre, tandis qu'il arrivait à Paris. Le 24 vendémiaire (16
octobre), il était déjà dans sa maison de la rue Chantereine, sans que
personne se doutât de son arrivée. Deux heures après, il se rendit au
directoire. La garde le reconnut, et poussa, en le voyant, le cri de
_Vive Bonaparte!_ Il courut chez le président du directoire, c'était
Gohier. Il fut convenu qu'il serait présenté le lendemain au directoire.
Le lendemain 25, il se présenta en effet devant cette magistrature
suprême. Il dit qu'après avoir consolidé l'établissement de son armée
en Égypte, par les victoires du mont Thabor et d'Aboukir, et confié son
sort à un général capable d'en assurer la prospérité, il était parti
pour voler au secours de la république, qu'il croyait perdue. Il la
trouvait sauvée par les exploits de ses frères d'armes, et il s'en
réjouissait. Jamais, ajoutait-il en mettant la main sur son épée, jamais
il ne la tirerait que pour la défense de cette république. Le président
le complimenta sur ses triomphes et sur son retour, et lui donna
l'accolade fraternelle. L'accueil fut en apparence très flatteur, mais
au fond les craintes étaient maintenant trop réelles et trop justifiées
par la situation, pour que son retour fît plaisir aux cinq magistrats
républicains.

Lorsque après une longue apathie, les hommes se réveillent et
s'attachent à quelque chose, c'est avec passion. Dans ce néant où
étaient tombées les opinions, les partis et toutes les autorités, on
était demeuré quelque temps sans s'attacher à rien. Le dégoût des
hommes et des choses était universel. Mais à l'apparition de l'individu
extraordinaire que l'Orient venait de rendre à l'Europe d'une manière si
imprévue, tout dégoût, toute incertitude venaient de cesser. C'est
sur lui que se fixèrent sur-le-champ les regards, les voeux et les
espérances. Tous les généraux, employés ou non employés, patriotes ou
modérés, tous accoururent chez Bonaparte. C'était naturel, puisqu'il
était le premier membre de cette classe si ambitieuse et si mécontente.
En lui elle semblait avoir trouvé un vengeur contre le gouvernement.
Tous les ministres, tous les fonctionnaires successivement disgraciés
pendant les fluctuations du directoire, accoururent aussi auprès du
nouvel arrivé. Ils allaient en apparence visiter le guerrier illustre,
et en réalité observer et flatter l'homme puissant auquel l'avenir
semblait appartenir.

Bonaparte avait amené Lannes, Murat et Berthier, qui ne le quittaient
pas. Bientôt Jourdan, Augereau, Macdonald, Beurnonville, Leclerc,
Lefebvre, Marbot, malgré des différences d'opinions, se montrèrent
auprès de lui. Moreau lui-même fit bientôt partie de ce cortége.
Bonaparte l'avait rencontré, chez Gohier. Sentant que sa supériorité lui
permettait de faire les premiers pas, il alla à Moreau, lui témoigna
son impatience de le connaître, et lui exprima une estime qui le toucha
profondément. Il lui donna ensuite un damas enrichi de pierreries, et
parvint à le gagner tout à fait. En quelques jours Moreau fut de sa
cour. Il était mécontent aussi, et il allait avec tous ses camarades
chez le vengeur présumé. A ces guerriers illustres se joignirent des
hommes de toutes les carrières: on y vit Bruix, l'ex-ministre de la
marine, qui venait de parcourir la Méditerranée à la tête des flottes
française et espagnole, homme d'un esprit fin et délié, aussi habile à
conduire une négociation qu'à diriger une escadre. On y vit aussi M.
de Talleyrand, qui avait des raisons de craindre le mécontentement de
Bonaparte, pour n'être point allé en Égypte. Mais M. de Talleyrand
comptait sur son esprit, sur son nom, sur son importance, pour être bien
accueilli; il le fut bien. Ces deux hommes avaient trop de goût
l'un pour l'autre, et trop besoin de se rapprocher, pour se bouder
mutuellement. On voyait encore rue Chantereine Roederer, l'ancien
procureur de la commune, homme plein de franchise et d'esprit; Régnault
de Saint-Jean-d'Angély, ancien constituant auquel Bonaparte s'était
attaché en Italie, et qu'il avait employé à Malte, orateur brillant et
fécond.

Mais ce n'étaient pas seulement les disgraciés, les mécontens, qui
se rendaient chez Bonaparte. Les chefs actuels du gouvernement s'y
montrèrent avec le même empressement. Tous les directeurs et tous les
ministres lui donnèrent des fêtes, comme au retour d'Italie. Une grande
partie des députés des deux conseils se firent présenter chez lui.
Les ministres et les directeurs lui décernèrent un hommage bien plus
flatteur, ils vinrent le consulter à chaque instant sur ce qu'ils
avaient à faire. Dubois-Crancé, le ministre de la guerre, avait en
quelque sorte transporté son portefeuille chez Bonaparte. Moulins, celui
des directeurs qui s'occupait spécialement de la guerre, passait une
partie des matinées avec lui. Gohier, Roger-Ducos y allaient aussi.
Cambacérès, ministre de la justice, jurisconsulte habile, qui avait
pour Bonaparte le goût que les hommes faibles ont pour la force, et que
Bonaparte affectait de caresser pour prouver qu'il savait apprécier le
mérite civil; Fouché, ministre de la police, qui voulait échanger son
protecteur usé, Barras, contre un protecteur neuf et puissant; Réal,
commissaire près le département de la Seine, ardent et généreux
patriote, et l'un des hommes les plus spirituels du temps, étaient
également assidus auprès de Bonaparte, et s'entretenaient avec lui des
affaires de l'état. Il y avait à peine huit jours que le général était
à Paris, et déjà le gouvernement des affaires lui arrivait presque
involontairement. A défaut de sa volonté, qui n'était rien encore,
on lui demandait son avis. Pour lui, avec sa réserve accoutumée, il
affectait de se soustraire aux empressemens dont il était l'objet. Il
refusait beaucoup de monde, il se montrait peu, et ne sortait pour ainsi
dire qu'à la dérobée. Son visage était devenu plus sec, son teint plus
foncé. Il portait depuis son retour une petite redingote grise et un
sabre turc attaché à un cordon de soie. Pour ceux qui avaient eu la
bonne fortune de le voir, c'était un emblème qui rappelait l'Orient, les
Pyramides, le mont Thabor, Aboukir. Les officiers de la garnison,
les quatre adjudans de la garde nationale, l'état-major de la place
demandaient à lui être présentés. Il différait de jour en jour, et
semblait ne se prêter qu'à regret à tous ces hommages. Il écoutait, ne
s'ouvrait encore à personne, et observait toutes choses. Cette politique
était profonde. Quand on est nécessaire, il ne faut pas craindre
d'attendre. On irrite l'impatience des hommes, ils accourent à vous, et
vous n'avez plus qu'à choisir.

Que va faire Bonaparte? était la question que tout le monde s'adressait.
Elle prouvait qu'il y avait quelque chose d'inévitable à faire. Deux
partis principaux, et un troisième, subdivision des deux autres,
s'offraient à lui, et étaient disposés à le servir, s'il adoptait leurs
vues: c'étaient les patriotes, les modérés ou politiques, enfin les
_pourris_, comme on les appelait, corrompus de tous les temps et de
toutes les factions.

Les patriotes se défiaient bien de Bonaparte et de son ambition; mais
avec leur goût de détruire, et leur imprévoyance du lendemain, ils
se seraient servis de son bras pour tout renverser, sauf à s'occuper
ensuite de l'avenir. Du reste, il n'y avait de cet avis que les
forcenés, qui, toujours mécontens de ce qui existait, regardaient le
soin de détruire comme le plus pressant de tous. Le reste des patriotes,
ceux qu'on pouvait appeler les républicains, se défiaient de la renommée
du général, voulaient tout au plus qu'on lui donnât place au directoire,
voyaient même avec peine qu'il fallût pour cela lui accorder une
dispense d'âge, et souhaitaient par-dessus tout qu'il allât aux
frontières, relever la gloire de nos armes, et rendre à la république sa
première splendeur.

Les modérés ou politiques, gens craignant les fureurs des partis, et
surtout celles des jacobins, n'espérant plus rien d'une constitution
violée et usée, voulaient un changement, et souhaitaient qu'il se fît
sous les auspices d'un homme puissant. «Prenez le pouvoir, faites-nous
une constitution sage et modérée, et donnez-nous de la sécurité;»
tel était le langage intérieur qu'ils adressaient à Bonaparte. Ils
composaient le parti le plus nombreux en France. Il y entrait même
beaucoup de patriotes compromis, qui, ayant peur pour la révolution,
voulaient en confier le salut à un homme puissant. Ils avaient la
majorité dans les anciens, une minorité assez forte dans les cinq-cents.
Ils avaient suivi jusqu'ici la plus grande renommée civile, celle de
Sièyes, et s'y étaient d'autant plus attachés que Sièyes avait été plus
maltraité au Manége. Aujourd'hui ils devaient courir avec bien plus
d'empressement au-devant de Bonaparte, car c'était la force qu'ils
cherchaient, et elle était bien plus grande dans un général victorieux
que dans un publiciste, quelque illustre qu'il fût.

Les _pourris_ enfin étaient tous les fripons, tous les intrigans qui
cherchaient à faire fortune, qui s'étaient déshonorés en la faisant, et
qui voulaient la faire encore au même prix. Ils suivaient Barras et
le ministre de la police Fouché. Il y avait de tout parmi eux, des
jacobins, des modérés, des royalistes même. Ce n'était point un parti,
mais une coterie nombreuse.

Il ne faut pas, à la suite de cette énumération, compter les partisans
de la royauté. Ils étaient trop annulés depuis le 18 fructidor, et
d'ailleurs Bonaparte ne leur inspirait rien. Un tel homme ne pouvait
songer qu'à lui, et ne pouvait prendre le pouvoir pour le remettre à
d'autres. Ils se contentaient donc de faire nombre avec les ennemis du
directoire, et de l'accuser dans la langue de tous les partis.

Parmi ces différens partis, Bonaparte ne pouvait faire qu'un choix. Les
patriotes ne lui convenaient pas du tout. Les uns, attachés à ce qui
existait, se défiaient de son ambition; les autres voulaient un coup de
main, puis rien que des agitations interminables, et on ne pouvait rien
fonder avec eux. D'ailleurs ils étaient en sens contraire de la marche
du temps, et ils exhalaient leurs dernières ardeurs. Les _pourris_
n'étaient rien, ils n'étaient quelque chose que dans le gouvernement,
où ils s'étaient naturellement introduits, car c'est là que tendent
toujours leurs voeux. Au reste, il n'y avait qu'à ne pas s'en occuper;
ils devaient venir à celui qui réunirait le plus de chances en sa
faveur, parce qu'ils voulaient rester en possession des places et de
l'argent. Le seul parti sur lequel Bonaparte pût s'appuyer était celui
qui, partageant les besoins de toute la population, voulût mettre la
république à l'abri des factions, en la constituant d'une manière
solide. C'était là qu'était tout avenir, c'était là qu'il devait se
ranger.

Son choix ne pouvait être douteux: par instinct seul il était fait
d'avance. Bonaparte avait horreur des hommes turbulens, dégoût des
hommes corrompus. Il ne pouvait aimer que ces hommes modérés qui
voulaient qu'on gouvernât pour eux. C'était d'ailleurs la nation même.
Mais il fallait attendre, se laisser prévenir par les offres des partis,
et observer leurs chefs, pour voir avec lesquels d'entre eux on pourrait
faire alliance.

Les partis étaient tous représentés au directoire. Les patriotes
avaient, comme on l'a vu, Moulins et Gohier. Les pourris avaient Barras.
Les politiques ou modérés avaient Sièyes et Roger-Ducos.

Gohier et Moulins, patriotes sincères et honnêtes, plus modérés que leur
parti, parce qu'ils étaient au pouvoir, admiraient Bonaparte; mais ne
voulant se servir de son épée que pour la gloire de la constitution
de l'an III, ils souhaitaient de l'envoyer aux armées. Bonaparte les
traitait avec beaucoup d'égards; il estimait leur honnêteté, car il l'a
toujours aimée chez les hommes (c'est un goût naturel et intéressé chez
un homme né pour gouverner). D'ailleurs, les égards qu'il avait pour eux
étaient un moyen de prouver qu'il honorait les vrais républicains. Sa
femme s'était liée avec celle de Gohier. Elle calculait aussi, et elle
avait dit à madame Gohier: «Mon intimité avec vous répondra à toutes les
calomnies.»

Barras, qui sentait sa fin politique approcher, et qui voyait dans
Bonaparte un successeur inévitable, le détestait profondément. Il aurait
consenti à le flatter comme autrefois, mais il se sentait plus méprisé
que jamais par lui, et il en demeurait éloigné. Bonaparte avait pour cet
épicurien ignorant, blasé, corrompu, une aversion tous les jours plus
insurmontable. Le nom de _pourris_ qu'il avait donné à lui et aux siens,
prouvait assez son dégoût et son mépris. Il était difficile qu'il
consentît à s'allier à lui.

Restait l'homme vraiment important, c'était Sièyes, entraînant à sa
suite Roger-Ducos. En appelant Sièyes au directoire au moment du
30 prairial, il semblait qu'on eût songé à se jeter dans ses bras.
Bonaparte lui en voulait presque d'avoir pris la première place en son
absence; d'avoir fixé un moment les esprits, et d'avoir fait naître des
espérances. Il avait contre lui une humeur qu'il ne s'expliquait
pas. Quoique fort opposés par le génie et les habitudes, ils avaient
cependant assez de supériorité pour s'entendre et se pardonner leurs
différences, mais trop d'orgueil pour se faire des concessions.
Malheureusement ils ne s'étaient point encore adressé la parole, et deux
grands esprits qui ne se sont pas encore flattés, sont naturellement
ennemis. Ils s'observaient, et chacun des deux attendait que l'autre fît
les premiers pas. Ils se rencontrèrent à dîner chez Gohier. Bonaparte
s'était senti assez au-dessus de Moreau pour faire les premiers pas; il
ne crut pas pouvoir les faire envers Sièyes, et il ne lui parla pas.
Celui-ci garda le même silence. Ils se retirèrent furieux. «Avez-vous
vu ce petit insolent? dit Sièyes; il n'a pas même salué le membre d'un
gouvernement qui aurait dû le faire fusiller.--Quelle idée a-t-on eue,
dit Bonaparte, de mettre ce prêtre au directoire? il est vendu à la
Prusse, et, si on n'y prend garde, il vous livrera à elle.» Ainsi, dans
les hommes de la plus grande supériorité, l'orgueil l'emporte même sur
la politique. Si, du reste, il en était autrement, ils n'auraient plus
cette hauteur qui les rend propres à dominer les hommes.

Ainsi, le personnage que Bonaparte avait le plus d'intérêt à gagner,
était celui pour lequel il avait le plus d'éloignement. Mais leurs
intérêts étaient tellement identiques, qu'ils allaient être, malgré
eux-mêmes, poussés l'un vers l'autre par leurs propres partisans.

Tandis qu'on s'observait, et que l'affluence chez Bonaparte allait
toujours croissant, celui-ci, incertain encore du parti qu'il devait
prendre, avait sondé Gohier et Ducos, pour savoir s'ils voudraient
consentir à ce qu'il fût directeur, quoiqu'il n'eût pas l'âge
nécessaire. C'était à la place de Sièyes qu'il aurait voulu entrer au
gouvernement. En excluant Sièyes, il devenait le maître de ses autres
collègues, et était assuré de gouverner sous leur nom. C'était sans
doute un succès bien incomplet; mais c'était un moyen d'arriver au
pouvoir, sans faire précisément une révolution; et une fois arrivé, il
avait le temps d'attendre. Soit qu'il fût sincère, soit qu'il voulût les
tromper, ce qui est possible, et leur persuader qu'il ne portait pas son
ambition au-delà d'une place au directoire, il les sonda et les trouva
intraitables sous le rapport de l'âge. Une dispense, quoique donnée
par les conseils, leur paraissait une infraction à la constitution. Il
fallut renoncer à cette idée.

Les deux directeurs Gohier et Moulins, commençant à s'inquiéter
de l'ardeur que Bonaparte montrait pour les fonctions politiques,
imaginèrent de l'éloigner, en lui donnant le commandement d'une armée.
Sièyes ne fut pas de cet avis, et dit avec humeur que, loin de lui
fournir l'occasion d'une gloire nouvelle, il fallait, au contraire,
l'oublier et le faire oublier. Comme on parlait de l'envoyer en Italie,
Barras dit qu'il y avait assez bien fait ses affaires pour n'avoir
pas envie d'y retourner. Enfin il fut décidé qu'on l'appellerait pour
l'inviter à prendre un commandement, en lui laissant le choix de l'armée
à commander.

Bonaparte, mandé, se rendit au directoire. Il connaissait le propos de
Barras. Avant qu'on lui eût notifié l'objet pour lequel on l'appelait,
il prit la parole d'un ton haut et menaçant, cita le propos dont il
avait à se plaindre, et, regardant Barras, dit que s'il avait fait
sa fortune en Italie, ce n'était pas, du moins, aux dépens de la
république. Barras se tut. Le président Gohier répondit à Bonaparte que
le gouvernement était persuadé que ses lauriers étaient la seule fortune
qu'il eût rapportée d'Italie. Il lui dit ensuite que le directoire
l'invitait à prendre un commandement, et lui laissait d'ailleurs le
choix de l'armée. Bonaparte répondit froidement qu'il n'était pas encore
assez reposé de ses fatigues, que la transition d'un climat sec à un
climat humide l'avait fortement éprouvé, et qu'il lui fallait encore
quelque temps pour se remettre. Il se retira sans plus d'explication.
Un pareil fait devait avertir les directeurs de ses vues, et l'avertir
lui-même de leurs défiances.

C'était un motif de se hâter: ses frères, ses conseillers habituels,
Roederer, Réal, Régnault de Saint-Jean-d'Angély, Bruix, Talleyrand, lui
amenaient tous les jours des membres du parti modéré et politique dans
les conseils. C'étaient, dans les cinq-cents, Boulay (de la Meurthe),
Gaudin, Chazal, Cabanis, Chénier; dans les anciens, Cornudet, Lemercier,
Fargues, Daunou. Leur avis à tous était qu'il fallait s'allier au
vrai parti, au parti réformateur, et s'unir à Sièyes, qui avait une
constitution toute faite, et la majorité dans le conseil des anciens.
Bonaparte était bien de leur avis, et sentait qu'il n'avait pas de choix
à faire; mais il fallait qu'on le rapprochât de Sièyes, et c'était
difficile. Cependant les intérêts étaient si grands, et il y avait
entre son orgueil et celui de Sièyes des entremetteurs si délicats,
si adroits, que l'alliance ne pouvait pas tarder à se faire. M. de
Talleyrand eût concilié des orgueils encore plus sauvages que celui de
ces deux hommes. Bientôt la négociation fut entamée et achevée. Il fut
convenu qu'une constitution plus forte serait donnée à la France, sous
les auspices de Sièyes et de Bonaparte. Sans qu'on se fût expliqué sur
la forme et l'espèce de cette constitution, il fut sous-entendu qu'elle
serait républicaine, mais qu'elle délivrerait la France de ce que
l'un et l'autre appelaient les bavards, et donnerait aux deux esprits
puissans qui s'alliaient la plus grande part d'influence.

Un systématique rêvant l'accomplissement trop différé de ses
conceptions, un ambitieux voulant régir le monde, étaient, au milieu
de ce néant de tous les systèmes et de toutes les forces, éminemment
propres à se coaliser. Peu importait l'incompatibilité de leur humeur.
L'adresse des intermédiaires et la gravité des intérêts suffisaient pour
pallier cet inconvénient, du moins pour un moment: et c'était assez d'un
moment pour faire une révolution.

Bonaparte était donc décidé à agir avec Sièyes et Roger-Ducos. Il
montrait toujours le même éloignement pour Barras, les mêmes égards pour
Gohier et Moulins, et gardait une égale réserve avec les trois. Mais
Fouché, habile à deviner la fortune naissante, voyait avec le plus grand
regret l'éloignement de Bonaparte pour son patron Barras, et était
désolé de voir que Barras ne fît rien pour vaincre cet éloignement. Il
était tout à fait décidé à passer dans le camp du nouveau César; mais
hésitant, par un reste de pudeur, à abandonner son protecteur, il aurait
voulu l'y entraîner à sa suite. Assidu auprès de Bonaparte, et assez
bien accueilli, parce qu'il avait le portefeuille de la police, il
tâchait de vaincre sa répugnance pour Barras. Il était secondé par Réal,
Bruix, et les autres conseillers du général. Croyant avoir réussi, il
engagea Barras à inviter Bonaparte à dîner. Barras l'invita pour le
8 brumaire (30 octobre). Bonaparte s'y rendit. Après le dîner,
ils commencèrent à s'entretenir des affaires. Bonaparte et Barras
s'attendaient. Barras entra le premier en matière. Il débuta par des
généralités sur sa situation personnelle. Espérant sans doute que
Bonaparte affirmerait le contraire, il lui dit qu'il était malade, usé,
et condamné à renoncer aux affaires. Bonaparte gardant toujours le
silence, Barras ajouta que la république était désorganisée, qu'il
fallait, pour la sauver, concentrer le pouvoir et nommer un président;
et puis il nomma le général Hédouville, comme digne d'être élu.
Hédouville était aussi inconnu que peu capable. Barras déguisait sa
pensée, et désignait Hédouville pour ne pas se nommer lui-même. «Quant
à vous, général, ajouta-t-il, votre intention est de vous rendre à
l'armée; allez y acquérir une gloire nouvelle, et replacer la France à
son véritable rang. Moi, je vais me rejeter dans la retraite dont j'ai
besoin.» Bonaparte jeta un regard fixe sur Barras, ne répondit rien, et
laissa là l'entretien. Barras interdit n'ajouta plus une seule parole.
Bonaparte se retira sur-le-champ, et, avant de quitter le Luxembourg,
passa dans l'appartement de Sièyes. Il vint lui déclarer d'une manière
expresse qu'il voulait marcher avec lui seul, et qu'ils n'avaient plus
qu'à convenir des moyens d'exécution. L'alliance fut scellée dans cette
entrevue, et on convint de tout préparer pour le 18 ou le 20 brumaire.

Bonaparte en rentrant chez lui y trouva Fouché, Réal et les amis de
Barras. «Eh bien, votre Barras, leur dit-il, savez-vous ce qu'il m'a
proposé? de faire un président qui serait Hédouville, c'est-à-dire lui,
et de m'en aller, moi, à l'armée. Il n'y a rien à faire avec un pareil
homme.» Les amis de Barras voulurent réparer cette maladresse et
cherchèrent à l'excuser. Mais Bonaparte insista peu, et changea
d'entretien, car son parti était pris. Fouché se rendit aussitôt chez
Barras, pour lui faire des reproches, et pour l'engager à aller corriger
l'effet de ses gaucheries. Dès le lendemain matin, Barras courut chez
Bonaparte pour excuser ses paroles de la veille; il lui offrit son
dévouement et sa coopération à tout ce qu'il voudrait tenter. Bonaparte
l'écouta peu, lui répondit par des généralités, et à son tour lui parla
de ses fatigues, de sa santé délabrée, et de son dégoût des hommes et
des affaires.

Barras se vit perdu et sentit son rôle achevé. Il était temps qu'il
recueillît le prix de ses doubles intrigues et de ses lâches défections.
Les patriotes ardens n'en voulaient plus depuis sa conduite envers la
société du Manége; les républicains, attachés à la constitution de
l'an III, n'avaient que du mépris et de la défiance pour lui. Les
réformateurs, les politiques, n'y voyaient qu'un homme déconsidéré, et
lui appliquaient le mot de _pourri_, imaginé par Bonaparte. Il ne lui
restait que quelques intrigues avec les royalistes, au moyen de certains
émigrés cachés dans sa cour. Ces intrigues étaient fort anciennes:
elles avaient commencé dès le 18 fructidor. Il en avait fait part au
directoire, et s'était fait autoriser à les poursuivre, pour avoir dans
les mains les fils de la contre-révolution. Il s'était ainsi ménagé
le moyen de trahir à volonté la république ou le prétendant. Il était
question dans ce moment, avec ce dernier, d'une somme de quelques
millions, pour seconder son retour. Il est possible, du reste, que
Barras ne fût pas sincère avec le prétendant, car tous ses goûts
devaient être pour la république. Mais savoir au juste les préférences
de ce vieux corrompu, serait difficile. Peut-être les ignorait-il
lui-même. D'ailleurs, à ce point de corruption, un peu d'argent doit
malheureusement prévaloir sur toutes les préférences de goût ou
d'opinion.

Fouché, désespéré de voir son patron perdu, désespéré surtout de se voir
compromis dans sa disgrâce, redoubla d'assiduités auprès de Bonaparte.
Celui-ci, se défiant d'un pareil homme, lui cacha tous ses secrets; mais
Fouché ne se rebutant pas, parce qu'il voyait la victoire de Bonaparte
assurée, résolut de vaincre ses rigueurs à force de services. Il avait
la police, il la faisait habilement, et il savait que l'on conspirait
partout. Il se garda d'en avertir le directoire, dont la majorité,
composée de Moulins, Gohier et Barras, aurait pu tirer de ses
révélations un parti funeste aux conjurés.

Il y avait une quinzaine de jours que Bonaparte était à Paris, et
presque tout était déjà préparé. Berthier, Lannes, Murat, gagnaient
chaque jour les officiers et les généraux. Parmi eux, Bernadotte
par jalousie, Jourdan par attachement à la république, Augereau par
jacobinisme, s'étaient rejetés en arrière, et avaient communiqué
leurs craintes à tous les patriotes des cinq-cents; mais la masse des
militaires était gagnée. Moreau, républicain sincère, mais suspect aux
patriotes qui dominaient, mécontent du directoire qui avait si mal
récompensé ses talens, n'avait de recours qu'en Bonaparte. Caressé,
gagné par lui, et supportant très bien un supérieur, il déclara qu'il
seconderait tous ses projets. Il ne voulait pas être mis dans le secret,
car il avait horreur des intrigues politiques, mais il demandait à être
appelé au moment de l'exécution. Il y avait à Paris les 8e et 9e de
dragons, qui avaient servi autrefois sous Bonaparte en Italie, et qui
lui étaient dévoués. Le 21e de chasseurs, organisé par lui quand il
commandait l'armée de l'intérieur, et qui avait compté autrefois Murat
dans ses rangs, lui appartenait également. Ces régimens demandaient
toujours à défiler devant lui. Les officiers de la garnison, les
adjudans de la garde nationale, demandaient aussi à lui être présentés,
et ne l'avaient pas encore obtenu. Il différait, se réservant de faire
concourir cette réception avec ses projets. Ses deux frères, Lucien et
Joseph, et les députés de son parti, faisaient chaque jour de nouvelles
conquêtes dans les conseils.

Une entrevue fut fixée le 15 brumaire avec Sièyes, pour convenir du plan
et des moyens d'exécution. Ce même jour, les conseils devaient donner un
banquet au général Bonaparte, comme on avait fait au retour d'Italie. Ce
n'était point comme alors les conseils qui le donnaient officiellement.
La chose avait été proposée en comité secret; mais les cinq-cents, qui,
dans le premier moment du débarquement, avaient nommé Lucien président,
pour honorer le général dans la personne de son frère, étaient
maintenant en défiance, et se refusaient à donner un banquet. Il fut
décidé alors qu'on le donnerait par souscription. Du reste, le nombre
des souscripteurs fut de six à sept cents. Le repas eut lieu à l'église
Saint-Sulpice; il fut froid et silencieux: tout le monde s'observait et
gardait la plus grande réserve. Il était visible qu'on s'attendait à un
grand événement, et qu'il était l'ouvrage d'une partie des assistans.
Bonaparte fut sombre et préoccupé. C'était assez naturel, puisqu'au
sortir de là il allait arrêter le lieu et l'heure d'une conjuration. A
peine le dîner était-il achevé, qu'il se leva, fit avec Berthier le tour
des tables, adressa quelques paroles aux députés, et se retira ensuite
précipitamment.

Il se rendit chez Sièyes pour faire avec lui ses derniers arrangemens.
Là, on convint d'abord du gouvernement qu'on substituerait à celui qui
existait. Il fut arrêté qu'on suspendrait les conseils pour trois mois,
qu'on substituerait aux cinq directeurs trois consuls provisoires, qui,
pendant ces trois mois, auraient une espèce de dictature et seraient
chargés de faire une constitution. Bonaparte, Sièyes et Roger-Ducos,
devaient être les trois consuls. Il s'agissait ensuite de trouver les
moyens d'exécution. Sièyes avait la majorité assurée dans les anciens.
Comme on parlait tous les jours de projets incendiaires, formés par
les jacobins, on imagina de supposer de leur part un projet d'attentat
contre la représentation nationale. La commission des inspecteurs des
anciens, toute à la disposition de Sièyes, devait proposer de transférer
le corps législatif à Saint-Cloud. La constitution donnait, en effet,
ce droit au conseil des anciens. Ce conseil devait à cette mesure en
ajouter une autre qui n'était pas autorisée par la constitution, c'était
de confier le soin de protéger la translation à un général de son choix,
c'est-à-dire à Bonaparte. Les anciens devaient lui déférer en même temps
le commandement de la 17e division militaire et de toutes les troupes
cantonnées dans Paris. Bonaparte, avec ces forces, devait conduire le
corps législatif à Saint-Cloud. Là, on espérait devenir maître des
cinq-cents, et leur arracher le décret d'un consulat provisoire.
Sièyes et Roger-Ducos devaient donner ce jour même leur démission de
directeurs. On se proposait d'emporter celle de Barras, Gohier ou
Moulins. Alors le directoire était désorganisé par la dissolution de
la majorité; on allait dire aux cinq-cents qu'il n'y avait plus de
gouvernement, et on les obligeait à nommer les trois consuls. Ce plan
était parfaitement conçu, car il faut toujours, quand on veut faire
une révolution, déguiser l'illégal autant qu'on le peut, se servir
des termes d'une constitution pour la détruire, et des membres d'un
gouvernement pour le renverser.

On fixa le 18 brumaire pour provoquer le décret de translation, et le
19 pour la séance décisive à Saint-Cloud. On se partagea la tâche. Le
décret de translation, le soin de l'obtenir, fut confié à Sièyes et à
ses amis. Bonaparte se chargea d'avoir la force armée et de conduire les
troupes aux Tuileries.

Tout étant arrêté, ils se séparèrent. Il n'était bruit de toutes parts
que d'un grand événement près d'éclater. C'est toujours ainsi que cela
s'était passé. Il n'y a de révolutions qui réussissent que celles qui
peuvent être connues d'avance. Fouché d'ailleurs se gardait d'avertir
les trois directeurs restés en dehors de la conjuration. Dubois-Crancé,
malgré sa déférence pour les lumières de Bonaparte en matière de guerre,
était chaud patriote; il eut avis du projet, courut le dénoncer à Gohier
et à Moulins, mais n'en fut pas cru. Ils croyaient bien à une grande
ambition, mais non encore à une conjuration prête à éclater. Barras
voyait bien un grand mouvement; mais il se sentait perdu de toute façon,
et il se laissait lâchement aller aux événemens.

La commission des anciens, que présidait le député Cornet, eut la
mission de tout préparer dans la nuit du 17 au 18, pour faire rendre le
décret de translation. On ferma les volets et les rideaux des fenêtres,
pour que le public ne fût pas averti par les lumières du travail de
nuit qui se faisait dans les bureaux de la commission. On eut soin
de convoquer le conseil des anciens pour sept heures, et celui des
cinq-cents pour onze. De cette manière, le décret de translation devait
être rendu avant que les cinq-cents fussent en séance; et, comme toute
délibération était interdite par la constitution à l'instant où le
décret de translation était promulgué, on fermait par cette promulgation
la tribune des cinq-cents, et on s'épargnait toute discussion
embarrassante. On eut un autre soin, ce fut de différer pour certains
députés l'envoi des lettres de convocation. On fut certain par là que
ceux dont on se défiait n'arriveraient qu'après la décision rendue.

De son côté, Bonaparte avait pris toutes les précautions nécessaires. Il
avait mandé le colonel Sébastiani, qui commandait le 9e de dragons, pour
s'assurer des dispositions du régiment. Ce régiment se composait
de quatre cents hommes à pied et de six cents hommes à cheval. Il
renfermait beaucoup de jeunes soldats; mais les vieux soldats d'Arcole
et de Rivoli y donnaient le ton. Le colonel répondit du régiment à
Bonaparte. Il fut convenu que le colonel, sous prétexte de passer une
revue, sortirait à cinq heures de ses casernes, distribuerait son
monde, partie sur la place de la Révolution, partie dans le jardin des
Tuileries, et qu'il viendrait lui-même, avec deux cents hommes à cheval,
occuper les rues du Mont-Blanc et Chantereine. Bonaparte fit ensuite
dire aux colonels des autres régimens de cavalerie, qu'il les passerait
en revue le 18. Il fit dire aussi à tous les officiers qui demandaient
à lui être présentés, qu'il les recevrait le matin du même jour. Pour
excuser le choix de l'heure, il prétexta un voyage. Il avertit Moreau et
tous les généraux de vouloir bien se trouver rue Chantereine à la même
heure. A minuit, il envoya un aide-de-camp à Lefebvre pour l'engager à
passer chez lui à six heures du matin. Lefebvre était tout dévoué au
directoire; mais Bonaparte comptait bien qu'il ne résisterait pas à son
ascendant. Il n'avait fait prévenir ni Bernadotte ni Augereau. Il avait
eu soin, pour tromper Gohier, de s'inviter à dîner chez lui le 18 même,
avec toute sa famille, et en même temps, pour le décider à donner sa
démission, il le fit prier par sa femme de venir le lendemain matin, à
huit heures, déjeuner rue Chantereine.

Le 18 au matin, un mouvement imprévu de ceux mêmes qui concouraient à
le produire, se manifesta de toutes parts. Une nombreuse cavalerie
parcourait les boulevards; tout ce qu'il y avait de généraux et
d'officiers dans Paris se rendaient en grand uniforme rue Chantereine,
sans se douter de l'affluence qu'ils allaient y trouver. Les députés
des anciens couraient à leur poste, étonnés de cette convocation
si soudaine. Les cinq-cents ignoraient, pour la plupart, ce qui se
préparait. Gohier, Moulins, Barras, étaient dans une complète ignorance.
Mais Sièyes, qui depuis quelque temps prenait des leçons d'équitation,
et Roger-Ducos, étaient déjà à cheval, et se rendaient aux Tuileries.

Dès que les anciens se furent assemblés, le président de la commission
des inspecteurs prit la parole. La commission chargée de veiller à
la sûreté du corps législatif avait, dit-il, appris que des projets
sinistres se tramaient, que des conspirateurs accouraient en foule à
Paris, y tenaient des conciliabules, et y préparaient des attentats
contre la liberté de la représentation nationale. Le député Cornet
ajouta que le conseil des anciens avait dans les mains le moyen de
sauver la république, et qu'il devait en user. Ce moyen, c'était de
transférer le corps législatif à Saint-Cloud pour le soustraire aux
attentats des conspirateurs, de mettre pendant ce temps la tranquillité
publique sous la garde d'un général capable de l'assurer, et de choisir
Bonaparte pour ce général. A peine la lecture de cette proposition et du
décret qui la contenait était-elle achevée, qu'une certaine émotion
se manifesta dans le conseil. Quelques membres voulurent s'y opposer;
Cornudet, Lebrun, Fargues, Régnier, l'appuyèrent. Le nom de Bonaparte,
qu'on avait fait valoir, et de l'appui duquel on se savait assuré,
décida la majorité. A huit heures le décret était rendu. Il transférait
les conseils à Saint-Cloud, et les y convoquait pour le lendemain à
midi. Bonaparte était nommé général en chef de toutes les troupes
contenues dans la 17e division militaire, de la garde du corps
législatif, de la garde du directoire, des gardes nationales de Paris et
des environs. Lefebvre, le commandant actuel de la 17e division, était
mis sous ses ordres. Bonaparte avait ordre de venir à la barre recevoir
le décret, et prêter serment dans les mains du président. Un messager
d'état fut chargé de porter sur-le-champ le décret au général.

Le messager d'état, qui était le député Cornet lui-même, trouva les
boulevards encombrés d'une nombreuse cavalerie; la rue du Mont-Blanc, la
rue Chantereine, remplies d'officiers et de généraux en grand uniforme.
Tous accouraient se rendre à l'invitation du général Bonaparte. Les
salons de celui-ci étant trop petits pour recevoir autant de monde,
il fit ouvrir les portes, s'avança sur le perron, et harangua les
officiers. Il leur dit que la France était en danger, et qu'il comptait
sur eux pour l'aider à la sauver. Le député Cornet lui présentant le
décret, il s'en saisit, le leur lut, et leur demanda s'il pouvait
compter sur leur appui. Tous répondirent, en mettant la main sur
leurs épées, qu'ils étaient prêts à le seconder. Il s'adressa aussi à
Lefebvre. Celui-ci, voyant les troupes en mouvement sans son ordre,
avait interrogé le colonel Sébastiani, qui, sans lui répondre, lui avait
enjoint d'entrer chez le général Bonaparte. Lefebvre était entré avec
humeur. «Eh bien! Lefebvre, lui dit Bonaparte, vous, l'un des soutiens
de la république, voulez-vous la laisser périr dans les mains de ces
_avocats_? Unissez-vous à moi pour m'aider à la sauver. Tenez, ajouta
Bonaparte en prenant un sabre, voilà le sabre que je portais aux
Pyramides; je vous le donne comme un gage de mon estime et de ma
confiance.--Oui, reprit Lefebvre tout ému, jetons les _avocats_ à la
rivière!» Joseph avait amené Bernadotte; mais celui-ci, voyant de quoi
il s'agissait, se retira pour aller avertir les patriotes. Fouché
n'était point dans le secret; mais, averti de l'événement, il avait
ordonné la fermeture des barrières, et suspendu le départ des courriers
et des voitures publiques. Il vint en toute hâte en avertir Bonaparte,
et lui faire ses protestations de dévouement. Bonaparte, qui l'avait
laissé de côté jusqu'ici, ne le repoussa point, mais lui dit que ses
précautions étaient inutiles, qu'il ne fallait ni fermer les barrières,
ni suspendre le cours ordinaire des choses, qu'il marchait avec la
nation et comptait sur elle. Bonaparte apprit dans le moment que Gohier
n'avait pas voulu se rendre à son invitation; il en témoigna quelque
humeur, et lui fit dire par un intermédiaire qu'il se perdrait
inutilement en voulant résister. Il monta aussitôt à cheval pour se
rendre aux Tuileries, et prêter serment devant le conseil des anciens.
Presque tous les généraux de la république étaient à cheval à ses côtés.
Moreau, Macdonald, Berthier, Lannes, Murat, Leclerc, étaient derrière
lui comme ses lieutenans. Il trouva aux Tuileries les détachemens du 9e,
les harangua, et, après les avoir enthousiasmés, entra dans le palais.

Il se présenta devant les anciens, accompagné de ce magnifique
état-major. Sa présence causa une vive sensation, et prouva aux anciens
qu'ils s'étaient associés à un homme puissant, et qui avait tous les
moyens nécessaires pour faire réussir un coup d'état. Il se présenta à
la barre: «Citoyens représentans, dit-il, la république allait périr,
votre décret vient de la sauver! Malheur à ceux qui voudraient s'opposer
à son exécution; aidé de tous mes compagnons d'armes rassemblés ici
autour de moi, je saurai prévenir leurs efforts. On cherche en vain des
exemples dans le passé pour inquiéter vos esprits; rien dans l'histoire
ne ressemble au dix-huitième siècle, et rien dans ce siècle ne ressemble
à sa fin... Nous voulons la république..... Nous la voulons fondée sur
la vraie liberté, sur le régime représentatif... Nous l'aurons, je le
jure en mon nom, et au nom de mes compagnons d'armes.....» Nous le
jurons tous, répétèrent les généraux et les officiers qui étaient à la
barre. La manière dont Bonaparte venait de prêter son serment était
adroite, en ce qu'il avait évité de prêter serment à la constitution. Un
député voulut prendre la parole pour en faire la remarque; le président
la lui refusa, sur le motif que le décret de translation interdisait
toute délibération. On se sépara sur-le-champ. Bonaparte se rendit alors
dans le jardin, monta à cheval, accompagné de tous les généraux,
et passa en revue les régimens de la garnison, qui arrivaient
successivement. Il adressa une harangue courte et énergique aux soldats,
et leur dit qu'il allait faire une révolution qui leur rendrait
l'abondance et la gloire. Des cris de _vive Bonaparte!_ retentissaient
dans les rangs. Le temps était superbe, l'affluence extraordinaire: tout
semblait seconder l'inévitable attentat qui allait terminer la confusion
par le pouvoir absolu.

Dans ce moment, les cinq-cents, avertis de la révolution qui se
préparait, s'étaient rendus en tumulte à la salle de leurs séances. A
peine réunis, ils avaient reçu un message des anciens, contenant le
décret de translation. A cette lecture, une foule de voix avaient éclaté
à la fois; mais le président Lucien Bonaparte les avait réduites au
silence, en vertu de la constitution qui ne leur permettait plus de
délibérer. Les cinq-cents s'étaient séparés aussitôt; les plus ardens,
courant les uns chez les autres, formaient des conciliabules, pour
s'indigner en commun, et imaginer quelques moyens de résistance. Les
patriotes des faubourgs étaient en grande agitation, et s'ameutaient
autour de Santerre.

Pendant ce temps, Bonaparte, ayant achevé la revue des troupes, était
rentré aux Tuileries, et s'était rendu à la commission des inspecteurs
des anciens. Celle des cinq-cents avait entièrement adhéré à la
révolution nouvelle, et se prêtait à tout ce qu'on préparait. C'était là
que tout devait se faire, sous le prétexte d'exécuter la translation.
Bonaparte y siégea en permanence. Déjà le ministre de la justice
Cambacérès s'y était rendu. Fouché y vint de son côté. Sièyes et
Roger-Ducos venaient d'y donner leur démission. Il importait d'en avoir
encore une troisième au directoire, parce qu'alors la majorité étant
dissoute, il n'y avait plus de pouvoir exécutif, et on n'avait plus à
craindre un dernier acte d'énergie de sa part. On n'espérait pas que
Gohier ni Moulins la donnassent; on dépêcha M. de Talleyrand et l'amiral
Bruix à Barras, pour lui arracher la sienne.

Bonaparte distribua ensuite le commandement des troupes. Il chargea
Murat, avec une nombreuse cavalerie et un corps de grenadiers, d'aller
occuper Saint-Cloud. Serrurier fut mis au _Point-du-Jour_ avec une
réserve. Lannes fut chargé de commander les troupes qui gardaient les
Tuileries. Bonaparte donna ensuite à Moreau une commission singulière,
et certainement la moins honorable de toutes, dans ce grand événement:
il le chargea d'aller, avec cinq cents hommes, garder le Luxembourg.
Moreau avait pour instruction de bloquer les directeurs, sous prétexte
de veiller à leur sûreté, et de leur interdire absolument toute
communication au dehors. Bonaparte fit signifier en même temps au
commandant de la garde directoriale de lui obéir, de quitter avec sa
troupe le Luxembourg, et de venir se rendre auprès de lui aux Tuileries.
On prit enfin une dernière et importante précaution, avec le secours de
Fouché. Le directoire avait la faculté de suspendre les municipalités;
le ministre Fouché, agissant en sa qualité de ministre de la police,
comme s'il était autorisé par le directoire, suspendit les douze
municipalités de Paris, et leur enleva tout pouvoir. Il ne restait, par
ce moyen, aux patriotes, aucun point de ralliement, ni au directoire,
ni dans les douze communes qui avaient succédé à la grande commune
d'autrefois. Fouché fit ensuite afficher des placards, pour inviter les
citoyens à l'ordre et au repos, et leur assurer qu'on travaillait dans
ce moment à sauver la république de ses périls.

Ces mesures réussirent complètement. L'autorité du général Bonaparte
fut reconnue partout, bien que le conseil des anciens n'eût pas agi
constitutionnellement en la lui conférant. Ce conseil, en effet, pouvait
bien ordonner la translation, mais ne pouvait pas nommer un chef suprême
de la force armée. Moreau se rendit au Luxembourg, et le bloqua avec
cinq cents hommes. Le commandant de la garde directoriale, Jubé,
obéissant sur-le-champ aux ordres qu'il venait de recevoir, fit
monter sa troupe à cheval, et quitta le Luxembourg pour se rendre aux
Tuileries. Pendant ce temps, les trois directeurs, Moulins, Gohier
et Barras, étaient dans une cruelle perplexité. Moulins et Gohier,
s'apercevant enfin de la conjuration qui leur avait échappé, s'étaient
rendus dans l'appartement de Barras pour lui demander s'il voulait tenir
ferme avec eux, et former la majorité. Le voluptueux directeur était
dans le bain, et apprenait à peine ce que Bonaparte faisait dans Paris.
«Cet homme, s'écria-t-il avec une expression grossière, nous a tous
trompés.» Il promit de s'unir à ses collègues, car il promettait
toujours, et il envoya son secrétaire Bottot aux Tuileries pour aller à
la découverte. Mais à peine Gohier et Moulins l'eurent-ils quitté, qu'il
tomba dans les mains de Bruix et de M. de Talleyrand. Il n'était pas
difficile de lui faire sentir l'impuissance à laquelle il était réduit,
et on n'avait pas à craindre qu'il voulût succomber glorieusement en
défendant la constitution directoriale. On lui promit repos et fortune,
et il consentit à donner sa démission. On lui avait rédigé une lettre
qu'il signa, et que MM. de Talleyrand et Bruix se hâtèrent de porter
à Bonaparte. Dès cet instant, Gohier et Moulins firent pour parvenir
auprès de lui des efforts inutiles, et apprirent qu'il venait de se
démettre. Réduits à eux seuls, n'ayant plus le droit de délibérer, ils
ne savaient quel parti prendre, et ils voulaient cependant remplir
loyalement leurs devoirs envers la constitution de l'an III. Ils
résolurent donc de se rendre à la commission des inspecteurs, pour
demander à leurs deux collègues, Sièyes et Ducos, s'ils voulaient se
réunir à eux pour reconstituer la majorité, et promulguer du moins le
décret de translation. C'était là une triste ressource. Il n'était
pas possible de réunir une force armée, et de venir lever un étendard
contraire à celui de Bonaparte; dès lors il était inutile d'aller aux
Tuileries, affronter Bonaparte au milieu de son camp et de toutes ses
forces.

Ils s'y rendirent cependant, et on les y laissa aller. Ils trouvèrent
Bonaparte entouré de Sièyes, Ducos, d'une foule de députés et d'un
nombreux état-major. Bottot, le secrétaire de Barras, venait d'être fort
mal accueilli. Bonaparte, élevant la voix, lui avait dit: «Qu'a-t-on
fait de cette France, que j'avais laissée si brillante? j'avais laissé
la paix, j'ai retrouvé la guerre; j'avais laissé des victoires, j'ai
retrouvé des revers; j'avais laissé les millions de l'Italie, et j'ai
trouvé des lois spoliatrices et la misère. Que sont devenus cent mille
Français que je connaissais, tous mes compagnons de gloire? ils sont
morts!» L'envoyé Bottot s'était retiré atterré; mais dans ce moment la
démission de Barras était arrivée et avait calmé le général. Il dit à
Gohier et Moulins qu'il était satisfait de les voir; qu'il comptait
sur leur démission, parce qu'il les croyait trop bons citoyens pour
s'opposer à une révolution inévitable et salutaire. Gohier répondit avec
force qu'il ne venait avec son collègue Moulins que pour travailler
à sauver la république. «Oui, repartit Bonaparte, la sauver, et avec
quoi?... avec les moyens de la constitution, qui croule de toutes
parts?--Qui vous a dit cela? répliqua Gohier. Des personnes qui n'ont ni
le courage, ni la volonté de marcher avec elle.» Une altercation assez
vive s'engagea entre Gohier et Bonaparte. Dans ce moment, on apporta
un billet au général. Il contenait l'avis d'une grande agitation au
faubourg Saint-Antoine. «Général Moulins, dit Bonaparte, vous êtes
parent de Santerre?--Non, répondit Moulins, je ne suis pas son parent,
mais son ami.--J'apprends, ajouta Bonaparte, qu'il remue dans les
faubourgs; dites-lui qu'au premier mouvement je le fais fusiller.»
Moulins répliqua avec force à Bonaparte, qui lui répéta qu'il ferait
fusiller Santerre. L'altercation continua avec Gohier. Bonaparte lui dit
en finissant: «La république est en péril, il faut la sauver... _je le
veux_. Sièyes et Ducos ont donné leur démission; Barras vient de donner
la sienne. Vous êtes deux, isolés, impuissans, vous ne pouvez rien; je
vous engage à ne pas résister.» Gohier et Moulins répondirent qu'ils ne
déserteraient pas leur poste. Ils retournèrent au Luxembourg, où ils
furent dès ce moment consignés, séparés l'un de l'autre, et privés de
toute communication par les ordres de Bonaparte transmis à Moreau.
Barras venait de partir pour sa terre de Gros-Bois, escorté par un
détachement de dragons.

Il n'y avait donc plus de pouvoir exécutif! Bonaparte avait seul la
force dans les mains. Tous les ministres étaient réunis auprès de lui, à
la commission des inspecteurs. Tous les ordres partaient de là, comme
du seul point où il existât une autorité organisée. La journée s'acheva
avec assez de calme. Les patriotes formaient de nombreux conciliabules,
proposaient des résolutions désespérées, mais sans croire à la
possibilité de les exécuter, tant on redoutait l'ascendant de Bonaparte
sur les troupes!

Le soir on tint conseil à la commission des inspecteurs. L'objet de ce
conseil était de convenir, avec les principaux membres des anciens, de
ce qu'on ferait le lendemain à Saint-Cloud. Le projet arrêté avec
Sièyes était de proposer l'ajournement des conseils avec un consulat
provisoire. Cette proposition présentait quelques difficultés. Beaucoup
de membres des anciens, qui avaient contribué à rendre le décret
de translation, s'effrayaient maintenant de la domination du parti
militaire. Ils n'avaient pas cru que l'on songeât à créer une dictature
au profit de Bonaparte et de ses deux associés; ils auraient voulu
seulement que l'on composât autrement le directoire, et, malgré l'âge de
Bonaparte, ils auraient consenti à le nommer directeur. Ils en firent
la proposition. Mais Bonaparte répondit, d'un ton décidé, que la
constitution ne pouvait plus marcher, qu'il fallait une autorité plus
concentrée, et surtout un ajournement de tous les débats politiques qui
agitaient la république. La nomination de trois consuls et la suspension
des conseils jusqu'au 1er ventôse furent donc proposées. Après une
discussion assez longue, ces mesures furent adoptées. On choisit
Bonaparte, Sièyes et Ducos pour consuls. Le projet fut rédigé et dut
être proposé le lendemain matin à Saint-Cloud. Sièyes, connaissant
parfaitement les mouvemens révolutionnaires, voulait qu'on arrêtât dans
la nuit quarante des meneurs des cinq-cents. Bonaparte ne le voulut pas,
et eut à s'en repentir.

La nuit fut assez tranquille. Le lendemain matin, 19 brumaire (10
novembre), la route de Saint-Cloud était couverte de troupes, de
voitures et de curieux. Trois salles avaient été préparées au château:
l'une pour les anciens, l'autre pour les cinq-cents, la troisième
pour la commission des inspecteurs et pour Bonaparte. Les préparatifs
devaient être achevés à midi, mais ils ne purent l'être avant deux
heures. Ce retard manqua de devenir funeste aux auteurs de la révolution
nouvelle. Les députés des deux conseils se promenaient dans les jardins
de Saint-Cloud, et s'entretenaient ensemble avec une extrême vivacité.
Ceux des cinq-cents, irrités d'avoir été déportés en quelque sorte par
ceux des anciens, avant même qu'ils pussent prendre la parole, leur
demandaient naturellement ce qu'ils voulaient, ce qu'ils projetaient
pour la journée. «Le gouvernement est décomposé, leur disaient-ils;
eh bien, soit; nous convenons qu'il faut le recomposer, et qu'il en a
besoin. Voulez-vous, au lieu d'hommes ineptes et sans renommée, y porter
des hommes imposans; voulez-vous y porter Bonaparte?..... quoiqu'il
n'ait pas l'âge requis, nous y consentons encore.» Ces questions
pressantes, embarrassaient les anciens. Il fallait convenir qu'on
voulait autre chose, et qu'on avait le projet d'un renversement de
constitution. Quelques-uns d'entre eux firent des insinuations à ce
sujet; mais elles furent mal accueillies. Les anciens, déjà effrayés la
veille de ce qui s'était passé à la commission des inspecteurs, furent
ébranlés tout à fait, en voyant la résistance qui se manifestait dans
les cinq-cents. Dès ce moment, les dispositions du corps législatif
parurent douteuses, et le projet de révolution fut très compromis.
Bonaparte était à cheval à la tête de ses troupes; Sièyes et Ducos
avaient une chaise de poste, attelée de six chevaux, qui les attendait
à la grille de Saint-Cloud. Beaucoup d'autres personnages en avaient
aussi, se disposant, en cas d'échec, à prendre la fuite. Sièyes, du
reste, montra dans toute cette scène un rare sang-froid et une grande
présence d'esprit. On craignait que Jourdan, Augereau et Bernadotte
ne vinssent parler aux troupes. On donna l'ordre de sabrer le premier
individu qui se présenterait pour les haranguer, représentant ou
général, n'importe.

La séance des deux conseils s'ouvrit à deux heures. Dans les anciens,
des réclamations s'élevèrent de la part des membres qui n'avaient pas
été convoqués la veille pour assister à la discussion sur le décret de
translation. Ces réclamations furent écartées, puis on s'occupa d'une
notification aux cinq-cents, pour leur apprendre que le conseil était en
majorité, et prêt à délibérer. Aux cinq-cents, la délibération commença
autrement. Le député Gaudin, qui avait mission de Sièyes et de Bonaparte
d'ouvrir la discussion, parla d'abord des dangers que courait la
république, et proposa deux choses: premièrement de remercier les
anciens d'avoir transféré le corps législatif à Saint-Cloud, et
secondement de former une commission chargée de faire un rapport sur les
dangers de la république, et sur les moyens de pourvoir à ces dangers.
Si cette proposition avait été adoptée, on avait un rapport tout
préparé, et on eût proposé le consulat provisoire et l'ajournement.
Mais à peine le député Gaudin a-t-il achevé de parler, qu'un orage
épouvantable éclate dans l'assemblée. Des cris violens retentissent; on
entend de toutes parts: «A bas les dictateurs, point de dictature, vive
la constitution!--La constitution ou la mort! s'écrie Delbrel.... Les
baïonnettes ne nous effraient pas, nous sommes libres ici.» Ces paroles
sont suivies de nouveaux cris. Quelques députés furieux répètent
en regardant le président Lucien: «Point de dictature, à bas les
dictateurs!» A ces cris insultans, Lucien prend la parole. «Je sens
trop, dit-il, la dignité de président pour souffrir plus long-temps les
menaces insolentes de certains orateurs; je les rappelle à l'ordre.»
Cette injonction ne les calme pas, et les rend plus furieux. Après une
longue agitation, le député Grandmaison propose de prêter serment à la
constitution de l'an III. La proposition est aussitôt accueillie. On
demande de plus l'appel nominal. L'appel nominal est aussi adopté.
Chaque député vient à son tour prêter serment à la tribune, aux cris et
aux applaudissemens de tous les assistans. Lucien est obligé lui-même de
quitter le fauteuil, pour prêter le serment qui ruine les projets de son
frère.

Les événemens prenaient une tournure dangereuse. Au lieu de nommer une
commission pour écouter des projets de réforme, les cinq-cents prêtaient
un serment de maintenir ce qui existait, et les anciens ébranlés étaient
prêts à reculer. C'était une révolution manquée. Le danger était
imminent. Augereau, Jourdan, les patriotes influens, étaient à
Saint-Cloud, attendant le moment favorable pour ramener les troupes de
leur côté. Bonaparte et Sièyes arrêtent sur-le-champ qu'il faut agir, et
ramener à soi la masse flottante. Bonaparte se décide à se présenter aux
deux conseils à la tête de son état-major. Il rencontre Augereau, qui
d'un ton railleur lui dit: «Vous voilà dans une jolie position!--Les
affaires étaient en bien plus mauvais état à Arcole,» lui répond
Bonaparte; et il se rend à la barre des anciens. Il n'avait point
l'habitude des assemblées. Parler pour la première fois en public est
embarrassant, effrayant même pour les esprits les plus fermes, et dans
les circonstances les plus ordinaires. Au milieu de pareils événemens,
et pour un homme qui n'avait jamais paru à une tribune, ce devait être
bien plus difficile encore. Bonaparte, fort ému, prend la parole,
et d'une voix entrecoupée, mais forte, dit aux anciens: «Citoyens
représentans, vous n'êtes point dans des circonstances ordinaires, mais
sur un volcan. Permettez-moi quelques explications. Vous avez cru
la république en danger; vous avez transféré le corps législatif à
Saint-Cloud; vous m'avez appelé pour assurer l'exécution de vos décrets;
je suis sorti de ma demeure pour vous obéir, et déjà on nous abreuve
de calomnies, moi et mes compagnons d'armes: on parle d'un nouveau
Cromwell, d'un nouveau César. Citoyens, si j'avais voulu d'un tel rôle,
il m'eût été facile de le prendre au retour d'Italie, au moment du plus
beau triomphe, et lorsque l'armée et les partis m'invitaient à m'en
emparer. Je ne l'ai pas voulu alors, je ne le veux pas aujourd'hui.
Ce sont les dangers seuls de la patrie qui ont éveillé mon zèle et le
vôtre.» Bonaparte fait ensuite, toujours d'une voix émue, le tableau de
la situation dangereuse de la république, déchirée par tous les partis,
menacée d'une nouvelle guerre civile dans l'Ouest, et d'une invasion
vers le Midi. «Prévenons, ajoute-t-il, tant de maux; sauvons les deux
choses pour lesquelles nous avons fait tant de sacrifices, la liberté et
l'égalité...--Parlez donc aussi de la constitution!» s'écrie le député
Linglet. Cette interruption déconcerte un instant le général; mais
bientôt il se remet; et d'une voix entrecoupée il répond: «De
constitution! vous n'en avez plus. C'est vous qui l'avez détruite, en
attentant, le 18 fructidor, à la représentation nationale, en annulant,
le 22 floréal, les élections populaires, et en attaquant, le 30
prairial, l'indépendance du gouvernement. Cette constitution dont vous
parlez, tous les partis veulent la détruire. Ils sont tous venus me
faire confidence de leurs projets, et m'offrir de les seconder. Je
ne l'ai pas voulu; mais, s'il le faut, je nommerai les partis et les
hommes.--Nommez-les, s'écrient alors les opposans, nommez-les, demandez
un comité secret.» Une longue agitation succède à cette interruption.
Bonaparte reprend enfin la parole, et peignant de nouveau l'état où la
France est placée, engage les anciens à prendre des mesures qui puissent
la sauver. «Environné, dit-il, de mes frères d'armes, je saurai vous
seconder. J'en atteste ces braves grenadiers, dont j'aperçois les
baïonnettes, et que j'ai si souvent conduits à l'ennemi; j'en atteste
leur courage, nous vous aiderons à sauver la patrie. Et si quelque
orateur, ajoute Bonaparte d'une voix menaçante, si quelque orateur, payé
par l'étranger, parlait de me mettre hors la loi, alors j'en appellerais
à mes compagnons d'armes. Songez que je marche accompagné du dieu de la
fortune et du dieu de la guerre.»

Ces paroles audacieuses étaient un avis pour les cinq-cents. Les anciens
les accueillirent très bien, et parurent ramenés par la présence du
général. Ils lui accordèrent les honneurs de la séance.

Bonaparte, après avoir réchauffé les anciens, songe à se rendre aux
cinq-cents, pour essayer de leur imposer. Ils s'avance suivi de quelques
grenadiers; il entre, mais il les laisse derrière lui au bout de la
salle. Il avait à parcourir la moitié de l'enceinte pour arriver à la
barre. A peine est-il arrivé au milieu, que des cris furieux partent de
toutes parts. «Quoi, s'écrient une foule de voix, des soldats ici! des
armes! Que veut-on?... A bas le dictateur! à bas le tyran!» Un grand
nombre de députés s'élancent au milieu de la salle, entourent le
général, lui adressent les interpellations les plus vives! «Quoi! lui
dit-on, c'est pour cela que vous avez vaincu?... Tous vos lauriers sont
flétris... Votre gloire s'est changée en infamie. Respectez le temple
des lois. Sortez, sortez!» Bonaparte est confondu au milieu de la foule
qui le presse. Les grenadiers qu'il avait laissés à la porte, accourent,
repoussent les députés, et le saisissent au milieu du corps. On dit que
dans ce tumulte, des grenadiers reçurent des coups de poignard qui lui
étaient destinés. Le grenadier Thomé eut ses vêtemens déchirés. Il est
très possible que, dans le tumulte, ses vêtemens aient été déchirés,
sans qu'il y eût là des poignards. Il est possible aussi que des
poignards fussent dans plus d'une main. Des républicains qui croyaient
voir un nouveau César, pouvaient s'armer du fer de Brutus, sans être des
assassins. Il y a une grande faiblesse à les en justifier. Quoi qu'il
en soit, Bonaparte est emporté hors de la salle. On dit qu'il était
troublé, ce qui n'est pas plus étonnant que la supposition des
poignards. Il monte à cheval, se rend auprès des troupes, leur dit qu'on
a voulu l'assassiner, que ses jours ont été en péril, et est accueilli
partout par les cris de _vive Bonaparte!_

Dans ce moment l'orage continue, plus violent que jamais, dans
l'assemblée, et se dirige contre Lucien. Celui-ci déploie une fermeté et
un courage rares. «Votre frère est un tyran, lui dit-on; en un jour il
a perdu toute sa gloire.» Lucien cherche en vain à le justifier. «Vous
n'avez pas voulu, dit-il, l'entendre. Il venait vous expliquer sa
conduite, vous faire connaître sa mission, répondre à toutes les
questions que vous ne cessez d'adresser depuis que vous êtes réunis.
Ses services méritaient du moins qu'on lui donnât le temps de
s'expliquer.--Non, non, à bas le tyran! s'écrient les patriotes furieux.
Hors la loi! ajoutent-ils, hors la loi!» Ce mot était terrible, il avait
perdu Robespierre. Prononcé contre Bonaparte, il pouvait peut-être faire
hésiter les troupes, et les détacher de lui. Lucien, avec courage,
résiste à la proposition de mise hors la loi, et demande auparavant
qu'on écoute son frère. Il lutte long-temps au milieu d'un tumulte
épouvantable. Enfin, déposant sa toque et sa toge: «Misérables,
s'écrie-t-il, vous voulez que je mette hors la loi mon propre frère! Je
renonce au fauteuil, et je vais me rendre à la barre pour défendre celui
qu'on accuse.»

Dans ce moment, Bonaparte entendait du dehors la scène qui se passait
dans l'assemblée. Il craignait pour son frère; il envoie dix grenadiers
pour l'arracher de la salle. Les grenadiers entrent, trouvent Lucien au
milieu d'un groupe, le saisissent par le bras en lui disant que c'est
par ordre de son frère, et l'entraînent hors de l'enceinte. C'était le
moment de prendre un parti décisif. Tout était perdu si on hésitait. Les
moyens oratoires de ramener l'assemblée étant devenus impossibles, il
ne restait que la force; il fallait hasarder un de ces actes audacieux,
devant lesquels hésitent toujours les usurpateurs. César hésita en
passant le Rubicon, Cromwell en fermant le parlement. Bonaparte se
décide à faire marcher les grenadiers sur l'assemblée. Il monte à cheval
avec Lucien, et parcourt le front des troupes. Lucien les harangue. «Le
conseil des cinq-cents est dissous, leur dit-il, c'est moi qui vous le
déclare. Des assassins ont envahi la salle des séances, et ont fait
violence à la majorité; je vous somme de marcher pour la délivrer.»
Lucien jure ensuite que lui et son frère seront les défenseurs fidèles
de la liberté. Murat et Leclerc ébranlent alors un bataillon de
grenadiers, et le conduisent à la porte des cinq-cents. Ils s'avancent
jusqu'à l'entrée de la salle. A la vue des baïonnettes, les députés
poussent des cris affreux, comme ils avaient fait à la vue de Bonaparte.
Mais un roulement de tambours couvre leurs cris. _Grenadiers, en avant!_
s'écrient les officiers. Les grenadiers entrent dans la salle, et
dispersent les députés qui s'enfuient les uns par les couloirs, les
autres par les fenêtres. En un instant la salle est évacuée, et
Bonaparte reste maître de ce déplorable champ de bataille.

La nouvelle est portée aux anciens, qui en sont remplis d'inquiétude et
de regrets. Ils n'avaient pas souhaité un pareil attentat. Lucien se
présente à leur barre, et vient justifier sa conduite à l'égard des
cinq-cents. On se contente de ses raisons, car que faire dans une
pareille situation?... Il fallait en finir, et remplir l'objet qu'on
s'était proposé. Le conseil des anciens ne pouvait pas décréter à lui
seul l'ajournement du corps législatif et l'institution du consulat. Le
conseil des cinq-cents était dissous; mais il restait une cinquantaine
de députés, partisans du coup d'état. On les réunit, et on leur fait
rendre le décret, objet de la révolution qu'on venait de faire. Le
décret est ensuite porté aux anciens, qui l'adoptent vers le milieu
de la nuit. Bonaparte, Roger-Ducos, Sièyes, sont nommés consuls
provisoires, et revêtus de toute la puissance exécutive. Les conseils
sont ajournés au 1er ventôse prochain. Ils sont remplacés par deux
commissions de vingt-cinq membres chacune, prises dans les conseils,
et chargées d'approuver les mesures législatives que les trois consuls
auront besoin de prendre. Les consuls et les commissions sont chargés de
rédiger une constitution nouvelle.

Telle fut la révolution du 18 brumaire, jugée si diversement par les
hommes, regardée par les uns comme l'attentat qui anéantit l'essai de
notre liberté, par les autres comme un acte hardi, mais nécessaire, qui
termina l'anarchie. Ce qu'on en peut dire, c'est que la révolution,
après avoir pris tous les caractères, monarchique, républicain,
démocratique, prenait enfin le caractère militaire, parce qu'au milieu
de cette lutte perpétuelle avec l'Europe, il fallait qu'elle se
constituât d'une manière solide et forte. Les républicains gémissent
de tant d'efforts infructueux, de tant de sang inutilement versé pour
fonder la liberté en France, et ils déplorent de la voir immolée par
l'un des héros qu'elle avait enfantés. En cela le plus noble sentiment
les trompe. La révolution, qui devait nous donner la liberté, et qui a
tout préparé pour que nous l'ayons un jour, n'était pas, et ne devait
pas être elle-même la liberté. Elle devait être une grande lutte contre
l'ancien ordre de choses. Après l'avoir vaincu en France, il fallait
qu'elle le vainquît en Europe. Mais une lutte si violente n'admettait
pas les formes et l'esprit de la liberté. On eut un moment de liberté
sous la constituante, et il fut court; mais quand le parti populaire
devint menaçant au point d'intimider tous les esprits; quand il envahit
les Tuileries au 10 août; quand au 2 septembre il immola tous ceux qui
lui donnaient des défiances; quand au 21 janvier il obligea tout le
monde à se compromettre avec lui en trempant les mains dans le sang
royal; quand il obligea, en août 93, tous les citoyens à courir aux
frontières, ou à livrer leur fortune; quand il abdiqua lui-même sa
puissance, et la remit à ce grand comité de salut public, composé de
douze individus, y avait-il, pouvait-il y avoir liberté? Non; il y avait
un violent effort de passions et d'héroïsme; il y avait cette tension
musculaire d'un athlète qui lutte contre un ennemi puissant. Après ce
moment de danger, après nos victoires, il y eut un instant de relâche.
La fin de la convention et le directoire présentèrent des momens de
liberté. Mais la lutte avec l'Europe ne pouvait être que passagèrement
suspendue. Elle recommença bientôt; et au premier revers les partis se
soulevèrent tous contre un gouvernement trop modéré, et invoquèrent un
bras puissant. Bonaparte, revenant d'Orient, fut salué comme souverain,
et appelé au pouvoir. On dira vainement que Zurich avait sauvé la
France. Zurich était un accident, un répit; il fallait encore Marengo et
Hohenlinden pour la sauver. Il fallait plus que des succès militaires,
il fallait une réorganisation puissante à l'intérieur de toutes les
parties du gouvernement, et c'était un chef politique plutôt qu'un chef
militaire dont la France avait besoin. Le 18 et le 19 brumaire étaient
donc nécessaires. On pourrait seulement dire que le 20 fut condamnable,
et que le héros abusa du service qu'il venait de rendre. Mais on
répondra qu'il venait achever une tâche mystérieuse, qu'il tenait, sans
s'en douter, de la destinée, et qu'il accomplissait sans le vouloir. Ce
n'était pas la liberté qu'il venait continuer, car elle ne pouvait pas
exister encore; il venait, sous les formes monarchiques, continuer la
révolution dans le monde; il venait la continuer en se plaçant, lui
plébéien, sur un trône; en conduisant le pontife à Paris pour verser
l'huile sacrée sur un front plébéien; en créant une aristocratie avec
des plébéiens, en obligeant les vieilles aristocraties à s'associer à
son aristocratie plébéienne; en faisant des rois avec des plébéiens;
enfin en recevant dans son lit la fille des Césars, et en mêlant un sang
plébéien à l'un des sangs les plus vieux de l'Europe; en mêlant enfin
tous les peuples, en répandant les lois françaises en Allemagne, en
Italie, en Espagne; en donnant des démentis à tant de prestiges, en
ébranlant, en confondant tant de choses. Voilà quelle tâche profonde
il allait remplir; et pendant ce temps la nouvelle société allait se
consolider à l'abri de son épée, et la liberté devait venir un jour.
Elle n'est pas venue, elle viendra. J'ai décrit la première crise qui
en a préparé les élémens en Europe; je l'ai fait sans haine, plaignant
l'erreur, révérant la vertu, admirant la grandeur, tâchant de saisir les
profonds desseins de la Providence dans ces grands événemens, et les
respectant dès que je croyais les avoir saisis.


FIN DU DIXIÈME ET DERNIER VOLUME.



TABLE DES CHAPITRES CONTENUS DANS LE TOME DIXIÈME.



CHAPITRE XIII.

Expédition d'Égypte. Départ de Toulon; arrivée devant Malte; conquête
de cette île. Départ pour l'Égypte; débarquement à Alexandrie; prise
de cette place. Marche sur le Caire; combat de Chébreïss. Bataille des
Pyramides; occupation du Caire. Travaux administratifs de Bonaparte en
Égypte; établissement de la nouvelle colonie. Bataille navale d'Aboukir,
destruction de la flotte française par les Anglais.

CHAPITRE XIV.

Effet de l'expédition d'Égypte en Europe. Conséquences funestes de la
bataille navale d'Aboukir.--Déclaration de guerre de la Porte.--Efforts
de l'Angleterre pour former une nouvelle coalition.--Conférences avec
l'Autriche à Selz. Progrès des négociations de Rastadt.--Nouvelles
commotions en Hollande, en Suisse et dans les républiques italiennes.
Changement de la constitution cisalpine; grands embarras du directoire
à ce sujet.--Situation intérieure. Une nouvelle opposition se prononce
dans les conseils.--Disposition générale à la guerre. Loi sur la
conscription.--Finances de l'an VII.--Reprise des hostilités. Invasion
des états romains par l'armée napolitaine--Conquête du royaume de Naples
par le général Championnet.--Abdication du roi de Piémont.

CHAPITRE XV.

État de l'administration de la République et des armées au commencement
de 1799.--Préparatifs militaires.--Levée de 200 mille
conscrits.--Moyens et plans de guerre du directoire et des puissances
coalisées.--Déclaration de guerre de l'Autriche.--Ouverture de
la campagne de 1799.--Invasion des Grisons,--Combatte
Pfullendorf.--Bataille de Stockach.--Retraite de Jourdan.--Opérations
militaires en Italie.--Bataille de Magnano; retraite de
Schérer.--Assassinat des plénipotentiaires français à Rastadt.--Effets
de nos premiers revers.--Accusations multipliées contre le directoire.
--Élections de l'an VII.--Sièyes est nommé directeur, en remplacement de
Rewbell.

CHAPITRE XVI.

Continuation de la campagne de 1799; Masséna réunit le commandement
des armées d'Helvétie et du Danube, et occupe la ligne de la
Limmat.--Arrivée de Suwarow en Italie. Schérer transmet le commandement
à Moreau. Bataille de Cassano. Retraite de Moreau au-delà du Pô et de
l'Apennin.--Essai de jonction avec l'armée de Naples; bataille de la
Trebbia.--Coalition de tous les partis contre le directoire.--Révolution
du 30 prairial.--Larévellière et Merlin sortent du directoire.

CHAPITRE XVII.

Formation du nouveau directoire.--Moulins et Roger-Ducos remplacent
Larévellière et Merlin.--Changement dans le ministère.--Levée de toutes
les classes de conscrits.--Emprunt forcé de cent millions.--Loi des
otages.--Nouveaux plans militaires.--Reprises des opérations en
Italie; Joubert général en chef; bataille de Novi, et mort de
Joubert.--Débarquement des Anglo-Russes en Hollande.--Nouveaux troubles
à l'intérieur; déchaînement des patriotes; arrestation de onze
journalistes; renvoi de Bernadotte; proposition de déclarer la patrie en
danger.

CHAPITRE XVIII.

Suite des opérations de Bonaparte en Égypte. Conquête de la Haute-Égypte
par Desaix; bataille de Sédiman.--Expédition de Syrie; prise du
fort d'El-Arisch et de Jaffa; bataille du Mont-Thabor; siége de
Saint-Jean-d'Acre.--Retour en Égypte; bataille d'Aboukir.--Départ de
Bonaparte pour la France.--Opérations en Europe. Marche de l'archiduc
Charles sur le Rhin, et de Suwarow en Suisse: mouvement de Masséna;
mémorable victoire de Zurich; situation périlleuse de Suwarow; sa
retraite désastreuse; la France sauvée.--Événemens en Hollande; défaite
et capitulation des Anglo-Russes; évacuation de la Hollande. Fin de la
campagne de 1799.

CHAPITRE XIX.

Retour de Bonaparte; son débarquement à Fréjus; enthousiasme qu'il
inspire.--Agitation de tous les partis à son arrivée.--Il se coalise
avec Sièyes pour renverser la constitution directoriale.--Préparatifs et
journée du 18 brumaire.--Renversement de la constitution de l'an III;
institution du consulat provisoire.--Fin de cette histoire.


FIN DE LA TABLE.



TABLE ALPHABÉTIQUE DES MATIÈRES CONTENUES DANS CET OUVRAGE


Les chiffres romains indiquent le tome, et les chiffres arabes la page.

(Les numéros de pages réfèrent à l'édition originale. Ils ont été
retenus ici, bien que la présente édition n'ait pas de pagination)

  ABBAYE. Le peuple enfonce les portes de l'Abbaye pour délivrer
  les soldats des gardes-françaises. I, 80.
  Les Suisses faits prisonniers le 10 août y sont transférés. II, 270.
  Vingt-quatre prêtres sont égorgés dans la cour de l'Abbaye, 316-318.

  ABOUKIR. Bataille navale de ce nom. X, 51-57.
  Ses conséquences funestes. 61 et suiv.
  Autre bataille sanglante livrée par Bonaparte dans ce village;
  détails militaires. 304-310.

  ACRE (Saint-Jean d'). Siège de cette ville. (Voyez _Égypte_.)

  ADIGE. Raisons qui déterminent Bonaparte à placer ses lignes
  sur ce fleuve. VIII, 206-207.
  Description du cours de ce fleuve. 273 et suiv.
  Arrivée de Wurmser sur ce fleuve. 276 et suiv.

  ADMINISTRATION. Réorganisation nouvelle de l'administration
  des vivres. III, 130 et suiv.

  AGIOTAGE. Ce qui l'amène et sur quoi il s'exerce en 93. IV, 334
  et suiv.
  Quelques députés s'y livrent ou sont accusés de s'y livrer. 340-341.
  On les regarde comme agens de la faction étrangère. 341-342.
  Il se ranime en mai et avril 95. Ses causes. VII, 191 et suiv.
  Réunion des agioteurs au café de Chartres. Vaines précautions pour
  parer aux inconvéniens de ce trafic. 193.

  AGRICULTURE. Réglemens du gouvernement révolutionnaire pour
  l'amélioration de l'agriculture. VI, 87-88.

  AMI DU PEUPLE (l'), journal rédigé par Marat, II. 84.

  AMI DU ROI (l'). L'auteur de ce journal est mis en accusation. II, 84.

  ANGLETERRE. Politique de l'Angleterre à l'égard de la France, à l'époque
  de la révolution. I, 216-217.
  Sa guerre avec la France et sa prépondérance en Europe. VI, 34-48.
  Elle reste seule ennemie de la France après la soumission de la Vendée.
  Sa position politique. VII, 164 et suiv.
  Alarmes et détresse de l'Angleterre après nos victoires en Italie et
  au nord, et l'alliance avec l'Espagne. VIII, 266 et suiv.
  Situation embarrassante de l'Angleterre après les préliminaires de
  Léoben, Nouvelles négociations de paix. IX, 141-145.
  Conférences de Lille. 235-245.
  Projet de descente en Angleterre. 360 et suiv.
  Ses efforts pour organiser une nouvelle coalition contre la France. X,
  61 et suiv.

  AOÛT (10). Détails circonstanciés de cette journée. II, 234-257, 258 et suiv.
  Fête de l'anniversaire de cette journée. IV, 353-357.

  APPEL AU PEUPLE. Il est proposé et discuté dans la convention lors du
  procès du roi. III, 230 et suiv.

  APPROVISIONNEMENT. Difficultés qui empêchent l'approvisionnement de
  Paris. I, 108-109.

  ARCOLE. Détails de cette bataille. VIII, 367-374.

  ARGONNE. Divers combats sont livrés dans cette forêt. II, 352 et suiv.

  ARISTOCRATIE. Sa politique après le 14 juillet. I, 116-117.

  ARMÉE. État de l'armée et révoltes des troupes dans diverses provinces.
  I, 245 et suiv.

  ARMÉE RÉVOLUTIONNAIRE (l') est organisée. V, 58-60.
  Est licenciée. VI, 9.

  ARMÉES. Dispositions de nos armées pour s'opposer à l'invasion
  étrangère. II, 294 et suiv.

  ARMOIRE DE FER. III, 197-198.

  ARTOIS (le comte d') accueilli par des murmures. I, 16. Quitte la
  France. 105.

  ASSEMBLÉE CENTRALE de résistance à l'oppression, formée à Caen par des
  députés des départemens. IV, 206 et suiv.

  ASSEMBLÉE CONSTITUANTE. (Voy. _Assemblée nationale_.)

  ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE. Hommes qui la composent. II, 10 et suiv.
  Elle abolit les titres de _sire_ et de _majesté_. 17.
  Elle fait un décret contre les émigrés. 23 et suiv.
  Rend un décret contre les prêtres qui ne prêtaient pas le serment
  civique. 27-28.
  Suites de cette mesure. 28 et suiv.
  Requiert les électeurs et princes de l'empire de désarmer les émigrés.
  34-36.
  Met en accusation Monsieur et plusieurs autres émigrés. 58.
  Fait un décret pour prévenir toute modification de la constitution. 51.
  Décrète que la guerre est déclarée. 52 et suiv.
  Se déclare en permanence. 88.
  Décrète la déportation des prêtres. 89.
  Débats relatifs à une lettre écrite par Lafayette. 111 et suiv.
  Fait défiler devant elle les attroupemens armés du 20 juin. 131-132.
  Débats relatifs à l'affaire du 20 juin. 142 et suiv.
  Reçoit diverses pétitions relatives aux événemens du 20 juin. 146 et
  suiv.
  Fait un décret relatif à la levée des départemens. 156.
  Autre décret sur les gardes nationales. 157.
  Séance où elle délibère sur le projet de la commission des Douze, qui
  est adopté. 159-172.
  Séance du 7 juillet 1792. 173 et suiv.
  Elle déclare que _la patrie est en danger_. Suite de cette mesure.
  179 et suiv.
  Elle rend le décret de la suspension provisoire du roi. 257.
  Mesures qu'elle prend après le 10 août. 263 et suiv.
  Décrète la formation d'un camp sous Paris. 265.
  Organise la police, dite de _sûreté générale_. 276 et suiv.
  Elle décrète la formation d'un tribunal extraordinaire pour juger les
  crimes du 10 août. 283.
  Ordonne une levée de trente mille hommes. 304-305.
  Est dissoute, III, 23.

  ASSEMBLÉE NATIONALE. L'assemblée des députés du tiers-état prend ce
  titre, sur la proposition de Legrand. I, 56.
  Les communes se constituent en assemblée nationale. 56-57.
  Elle refuse de se séparer, d'après l'ordre du roi. 67.
  Déclare l'inviolabilité de ses membres. 68.
  Délibère sur les mandats impératifs. 73.
  Nomme un comité des subsistances. 77.
  Difficultés de sa position. 78.
  Elle vote une adresse au roi pour le renvoi des troupes. 84-85.
  Propose diverses mesures après les événemens des 12 et 13 juillet,
  et demande au roi le renvoi des troupes. 92.
  Continue le 14 juillet à s'occuper de la constitution,
  et nomme un comité pour préparer les questions. 93.
  Envoie, sur la proposition de Mirabeau, une députation au roi,
  Envoie une dernière députation au roi. Discours de Mirabeau. 94-95-101.
  Elle envoie à l'Hôtel-de-Ville une députation annonçant
  la réunion du roi avec la nation. 103.
  Fait une proclamation au peuple, sans résultat. 122.
  Discute la déclaration des droits de l'homme. 125.
  Abolit les privilèges féodaux et les privilèges des villes, _ibid._
  et suiv. Adopte l'emprunt de trente millions. 135.
  Fait la déclaration des droits de l'homme. 136 et suiv.
  Vote l'unité et la permanence de l'assemblée. 146.
  Vote le _veto_ suspensif. 147-148-149.
  Vote l'hérédité de la couronne et l'inviolabilité du roi. 150.
  Adopte un plan de Necker sur un impôt. 157.
  Débats relatifs à un message du roi. 166-167.
  Elle déclare qu'elle est inséparable du roi et qu'elle sera transportée
  à Paris. 177.
  Décrète que les biens du clergé sont à la disposition de l'état. 187 et
  suiv.
  Divise le royaume en départemens. 190.
  Discussion importante pour déterminer à qui appartient le droit de
  faire la paix et la guerre. 221 et suiv.
  Elle rend un décret relatif à ce droit. 225.
  Décrète l'émission de 400 millions d'assignats. 230.
  Abolit les titres féodaux. 236.
  Prend des mesures pour empêcher l'émigration. 265 et suiv.
  Mesures qu'elle prend relativement à la fuite du roi. 283 et suiv.
  Partis qui s'y forment et suite de ses travaux. Opposition qu'elle a à
  vaincre. 298-299.
  Elle rend un décret relatif à l'inviolabilité du roi. 301.
  Décrète qu'aucun de ses membres ne sera réélu. 305.
  Achève le travail de la constitution. 306.
  Déclare, le 30 septembre 1791, que ses séances sont terminées. 308.
  Réflexions sur ses travaux. Justification de ses actes.
  Récapitulation des objections présentées contre la constituante, et
  réfutation. II, 1-10.

  ASSIGNATS. Causes de leur création. Réflexions sur la nature du
  numéraire et du papier-monnaie. I, 226-227 et suiv.
  400 millions d'assignats forcés sont décrétés. 230.
  Une nouvelle création d'assignats est ordonnée. III, 27.
  Leur dépréciation en 93. IV, 327-329 et suiv.
  Conséquences de leur dépréciation sur le commerce et causes de leur
  avilissement. 329-330-332-333-334 et suiv.
  Moyens qu'on prend pour en amener la diminution. 379-380 et suiv.
  Nouvelle création d'assignats en 1794. VI, 89 et suiv.
  Leur dépréciation augmente. Leur état après le 9 thermidor. 270 et
  suiv.
  Continuent à se déprécier en 1795. Divers moyens proposés pour les
  retirer de la circulation. VII, 66-73.
  Ils continuent à baisser. Leur état en avril et en mai 1795. 191-193.
  Divers projets sont proposés pour les retirer et les relever. 194 et
  suiv.
  Projet de Bourdon (de l'Oise). Il est adopté. 199-202.
  Nouvelles mesures prises pour remédier à leur dépréciation. 242-247.
  Projet du directoire pour la rentrée des assignats et pour subvenir
  aux besoins du trésor public; ce projet est rejeté. Détails
  financiers à ce sujet. VIII, 51 et suiv. 40-45.
  Un projet d'emprunt forcé est adopté. 41 et suiv.
  La valeur des assignats est presque nulle. 107 et suiv.
  La planche en est brisée le 30 pluviôse. 109.

  AUGEREAU. Un des généraux de l'armée d'Italie. VIII, 143.
  Est envoyé à Paris par Bonaparte. Le directoire lui donne le
  commandement de la division militaire de Paris. IX, 226-228.
  Il s'empare des Tuileries le 18 fructidor. 275-278.
  Est nommé commandant de l'armée dite d'_Allemagne_, après la
  mort de Hoche. 302.
  Est dépossédé de son commandement de l'armée d'Allemagne. 370-371.

  AUTRICHE. Causes qui empêchent cette puissance de songer à la paix.
  VII, 135-136.

  BABOEUF. Fait un journal (_le Tribun du peuple_). Caractère et
  projets de ce démagogue. VIII, 97-98.
  Sa conspiration. Il est arrête. 115 et suiv.
  Est condamné à mort et exécuté. IX, 33.

  BAILLY. Il est nommé député. I, 37.
  Est chargé par le tiers-état de remettre une adresse au roi.
  Son caractère. 51.
  Il est arrêté à la porte de la salle des communes par les
  gardes-françaises. 61.
  Prête le premier le serment du Jeu de Paume. 62-63.
  Il se maintient à la présidence. 72.
  Est nommé successeur de Flesselles, sous le titre de maire de Paris.
  103.
  Difficultés qu'il éprouve pour l'approvisionnement de Paris. 108-109.
  Il propose un projet pour vendre les biens du clergé à la fois
  sans les discréditer. 226-227 et suiv.
  Détails de son procès et de son supplice. V, 170-171.

  BAPTISTE RENARD, domestique de Dumouriez, présenté à la convention. III,
  121.

  BARBAROUX. Son portrait. Ses plans de république dans le Midi. II, 120
  et suiv.

  BARBETS. Nom donné à des bandes de partisans piémontais. VIII, 210.

  BARNAVE. Son esprit, son union avec les Lameth et Duport. I, 119.
  Son discours sur le droit de faire la paix et la guerre. 222-223.
  Accompagne la famille royale de Varennes à Paris. 289-290.
  S'entend avec la cour. 293 et suiv.

  BARRAS. Est nommé général de l'armée de l'intérieur, le 12 vendémiaire.
  VII, 359.
  Son caractère. Sa conduite vis-à-vis des autres membres du directoire.
  IX, 3-4.
  Il nuisait à la considération du gouvernement par son luxe et sa
  prodigalité. 9 et suiv.
  Est seul épargné dans les accusations dont le directoire était l'objet.
  Pourquoi. X, 180 et suiv.

  BARRÈRE. Il est mis en état d'accusation. VI, 394, Est décrété
  d'arrestation. VII, 76.
  Est condamné à la déportation. 116.
  Est nommé député en l'an V. IX, 148.
  Sa nomination est abolie. 153.

  BARTHÉLEMY. Il est nommé directeur à la place de Letourneur. IX, 155 et
  suiv.
  Est arrêté le 18 fructidor et conduit au Temple. 278.
  Est condamné à la déportation. 285.

  BASSANO et SAINT-GEORGES. Batailles de ce nom. VIII, 309-312-315.

  BASTILLE (La). Le peuple, secondé par les gardes-françaises, s'empare de
  la Bastille. I, 95-98.

  BELGIQUE. Divisée en plusieurs partis après la bataille de Jemmapes.
  III, 125 et suiv.
  Des agens du pouvoir exécutif vont l'organiser révolutionnairement.
  294-295.
  Les Belges murmurent et se révoltent contre l'administration française.
  327-328.

  BERNADOTTE. Il est nommé général en chef de l'armée du Rhin. X, 140.
  Donne un plan de campagne au directoire. Ses défauts. 251-252.
  Il est renvoyé du ministère de la guerre. 280-281.

  BERTHIER. Général à l'armée d'Italie. VIII, 143.

  BEZENVAL. Son billet au commandant de la Bastille. I, 97.
  Il est incarcéré: on ordonne sa liberté, et presque aussitôt sa
  détention est maintenue. 116.

  BICÊTRE. Les massacres. II, 336-337.

  BIENS DU CLERGÉ. L'assemblée nationale décrète la vente de 400 millions
  de biens du clergé. I, 206.

  BIENS NATIONAUX, Projet de Bourdon (de l'Oise) pour faciliter leur vente.
  Il est adopté. VII, 199-202.
  On commence à le mettre à exécution. Ses résultats. 242 et suiv.

  BILLAUD-VARENNES. Un des exécuteurs du 2 septembre. II, 318-319, 328-329.
  II donne sa démission de membre du comité de salut public. VI, 289.
  Est mis en état d'accusation. 394.
  Fait aux Jacobins de violentes menaces contre les thermidoriens. 376-377.
  Est décrété d'arrestation. VII, 76.
  Est condamné à la déportation. 116.

  BONAPARTE. Officier au siège de Toulon. Propose d'attaquer le fort
  de l'Éguillette. V, 255 et suiv.
  Nommé général de brigade. Plan qu'il donne et fait adopter. VI, 52 et
  suiv.
  Nommé commandant en second de l'armée de l'intérieur, la nuit du 12
  vendémiaire. VII, 360-361.
  Ses opérations militaires dans la journée du 13. 361-367 et suiv.
  Chargé du commandement de l'armée de l'intérieur. VIII, 49.
  Il est nommé commandant de l'armée d'Italie. 125-126.
  Principales circonstances de la conquête du Piémont. 141-161.
  Ses négociations avec la cour de Turin. Il accorde un armistice au
  roi de Piémont. 155-157 et suiv.
  Sa proclamation aux soldats après les premières victoires d'Italie. 159.
  Conquête de la Lombardie. 173 et suiv.
  Son entrée à Milan. 181 et suiv.
  Nouvelle proclamation aux soldats à Milan. 188-189.
  Il reprend Pavie tombée au pouvoir de quelques bandes de paysans.
  191-193.
  Entre dans le territoire vénitien. 193 et suiv.
  Son entrevue avec divers envoyés vénitiens. 202 et suiv.
  Il signe un armistice avec Naples. 212-213.
  Pénètre dans les États romains et en Toscane. 214 et suiv.
  Perd la ligne de l'Adige. Ses combinaisons pour réparer cet échec.
  278 et suiv.
  Sa victoire de Lonato. 283-286.
  De Castiglione. 288 et suiv.
  Suite de ses opérations militaires et politiques en Italie. 293 et suiv.
  Bataille de Roveredo. 307-308. Sa marche sur la Brenta.
  Victoires de Bassano et de Saint-Georges. 308-312-315.
  Il fait conclure la paix avec Naples et Gènes. Ses négociations avec
  le pape. 345-351.
  Il organise la république cispadane. 352 et suiv.
  Sa position périlleuse à l'approche d'Alvinzy. Bataille d'Arcole.
  Détails militaires. 255-364-367-379.
  Sa conduite à l'armée contre les fournisseurs. Sa politique à
  l'égard des puissances italiennes. 407-408 et suiv.
  Ses dispositions militaires à la bataille de Rivoli. 411-414-423.
  Il prend Mantoue. 425 et suiv.
  Réflexions sur sa campagne en Italie. 428 et suiv.
  Sa conduite politique et militaire en Italie après l'affaire de
  Rivoli. Il marche contre les États romains et fait signer au pape
  le traité de Tolentino, IX, 50-55.
  Sa conduite envers les prêtres français retirés en Italie. 55-56.
  Il négocie inutilement avec Venise. 58-60.
  Son plan de campagne contre l'Autriche. Il passe le Tagliamento.
  60-67.
  Se rend maître du sommet des Alpes. 68-71.
  Son entrevue avec les envoyés vénitiens. Il écrit à leur gouvernement
  une lettre menaçante. 79-86.
  Marche sur Vienne. Sa lettre à l'archiduc Charles. Son entrée à
  Léoben. 86-90.
  Il signe les préliminaires de paix à Léoben. 91-102.
  Retourne en Italie et détruit la république de Venise. Détails de sa
  conduite politique et militaire. 116-131.
  Il propose le secours de son armée au directoire menacé. 193-194.
  Donne, le 14 juillet 1797, une fête aux armées. Envoie au directoire
  les adresses de toutes les divisions. 222-226 et suiv.
  Ses négociations avec l'Autriche après les préliminaires de Léoben.
  230-235.
  Ses négociations à Udine sont entravées par le directoire. Son
  mécontentement. 311 et suiv.
  Ses travaux en Italie. Il fonde la république cisalpine. 314-318.
  Se rend l'arbitre des différends entre les pays de la Valteline et
  les Grisons. 321-322.
  Conseils qu'il donne aux Génois sur leur constitution. 322-323.
  Il forme divers établissemens dans la Méditerranée. 323-326.
  Suite de ses négociations avec l'Autriche à Udine. Ses entrevues
  avec M. de Cobentzel. Il signe le traité de Campo-Formio. 328-335.
  Il est nommé général en chef de l'armée d'Angleterre. 338-339.
  Se dispose à quitter l'Italie. Ses dernières dispositions pour les
  affaires de ce pays. 339 et suiv.
  Il arrive à Paris. Réception qu'on lui fait. Ses paroles au directoire.
  Fête. 343-350.
  Suite de son séjour à Paris. Ses relations avec le directoire. 351-360.
  Il est chargé de la descente en Angleterre. Sa répugnance pour
  cette expédition. 362 et suiv.
  Il propose un projet d'expédition en Égypte. Le directoire l'agrée.
  Détails sur les préparatifs. 408-419.
  Il s'embarque à Toulon. Sa proclamation aux soldats. X, 1 et suiv.
  Il s'empare de l'île de Malte. 4-8.
  Arrive à Alexandrie et s'en rend maître. 11-13.
  Ses plans pour effectuer la conquête. Sa lettre au pacha. Discours
  à ses soldats. 23-27.
  Ses premières opérations politiques et militaires. 27 et suiv.
  Il s'établit au Caire après la bataille. Suite de ses opérations
  politiques et militaires. 42 et suiv.
  Il fonde l'Institut d'Égypte. 48 et suiv.
  Proclamation aux soldats, après la défaite d'Aboukir. 58.
  Il se met en marche pour la Syrie, prend Gaza et le fort d'El-Arisch,
  et commence le siége de Saint-Jean-d'Acre. 286-290-292.
  Remporte une grande victoire au mont Thabor. 295-297.
  Revient en Égypte. Va de là à Aboukir, où il remporte une sanglante
  victoire sur les Turcs. 300-304-310.
  Reçoit des nouvelles d'Europe, et part secrètement pour la France.
  311-312.
  Son retour en France. Enthousiasme qu'il inspire. Agitation de tous
  les partis à son arrivée à Paris. 336 et suiv.
  Sa conduite politique à Paris. Il se coalise avec Sièyes pour
  renverser la constitution directoriale. 345-350.
  Son entrevue avec Sièyes pour convenir de l'exécution de leur plan.
  353-356 et suiv.
  Il fait le 18 brumaire. 358-359-373. (Voy. _Brumaire_. )
  Est nommé consul provisoire. 383-384.

  BONCHAMPS (De). Chef vendéen. IV, 90-91.
  Il est blessé à mort. V, 121.
  Fait délivrer les prisonniers. 122.

  BORDEAUX. Les fédéralistes y sont soumis. V, 132-133.

  BOUCHOTTE. Est nommé ministre de la guerre. IV, 44.

  BOUILLÉ. Sa position au milieu des partis. Son caractère. I, 201-202.
  Il soumet des régimens révoltés. Ses projets. 246-248.
  Il arrive trop tard à Varennes pour sauver le roi. 288-289.
  Il écrit à l'assemblée, et prend sur lui-même le projet de
  Fuite du roi. 294-295.

  BOZE. Peintre du roi. Suscite une lettre des girondins. II, 208.

  BRETAGNE (La). Est contraire à la révolution. IV, 78-79.
  État de ce pays en 1795. VII, 34 et suiv.
  Plusieurs chefs signent leur soumission à la république. 159-160
  et suiv.
  État de ce pays après la première pacification. De nouveaux
  Troubles s'y préparent. 263 et suiv.
  Expédition de Quiberon. 269-275-318.

  BRÉZÉ. (Le marquis de). Apporte les ordres du roi. I, 67.

  BRIENNE (De). Il est nommé ministre. I, 12.
  Mande le parlement à Versailles pour un lit de justice. 16.
  Il négocie avec le parlement. 17.
  Ses embarras. 19.
  Se retire du ministère. 23.
  On brûle son effigie. 35.

  BRIGANDS. Terreur mal fondée que leur nom répand dans toute
  la France. I, 122-123.

  BROGLIE (Le maréchal de). Reçoit le commandement des
  troupes. I, 82.

  BROTTIER. (Voy. _Royalistes_.)

  BRUEYS. Amiral de l'escadre d'Égypte. X, 3.
  Ses fautes et son courage à la bataille d'Aboukir. Il est tué. 51-57.

  BRUMAIRE (18). Préparatifs et journée du 18 brumaire. X.
  353-356-359-373.

  BRUNE. Nommé général en chef de l'armée de Hollande. X, 140.

  BRUNSWICK (Le prince de). On répand un manifeste de ce
  prince. II, 217.

  CALENDRIER. Il est réformé. V, 188-190.

  CALONNE (De). Arrive au ministère. I, 10.
  Son caractère, la confiance aveugle qu'il inspire. Il réunit les
  notables. 11.
  Écrit au roi pour justifier l'Angleterre accusée d'exciter des
  troubles. 220.

  CAMBON (de Montpellier), adversaire des fournisseurs. III, 131-132.
  Il en fait décréter trois par l'assemblée. 136.

  CAMP DE CÉSAR. Il est évacué par les Français. IV, 352.

  CAMPO-FORMIO. Traité de ce nom. Joie qu'il inspire en France.
  IX, 334 et suiv.

  CAMUS. Propose de réduire toutes les pensions du clergé à un
  taux infiniment modique. I, 189.

  CARNOT. Il est membre du comité de salut public. IV, 391.
  Dirige toutes les opérations militaires. V, 100 et suiv.
  Justifie sa conduite comme membre de l'ancien comité de salut public.
  VII, 99 et suiv.
  On n'ose pas le décréter à cause de ses services. 234.
  Est nommé directeur à la place de Sièyes, qui avait refusé.
  VIII, 10 et suiv.
  Vices de son plan d'opérations militaires en Italie. 185 et suiv.
  Son plan de campagne sur le Danube et sur le Rhin. 219 et suiv.
  Caractère de ce directeur. IX, 2-3-12 et suiv.
  Il se rend suspect à tous les partis et à ses collègues du
  directoire. 259-261.
  Prend la fuite le 18 fructidor. 278.
  Est condamné à la déportation. 285.

  CARRIER. Atroces exécutions qu'il fait faire à Nantes. VI, 144-148.
  Il est mis en accusation et envoyé au tribunal révolutionnaire. 373-374.
  Est condamné à mort. 394-395.

  CATHELINEAU. Coopère à la première insurrection vendéenne. IV, 84 et
  suiv.
  Il est nommé généralissime de l'armée vendéenne. 252.

  CATHERINE THÉOT. Cette femme fanatique institue une secte. VI, 109-111.
  Elle est arrêtée ainsi que presque toute sa secte. 129 et suiv.

  CAZALÈS. Défenseur éloquent de la noblesse. I, 117.

  CERCLES CONSTITUTIONNELS formés par les patriotes en l'an V, pour
  s'opposer à l'influence des Clichyens. IX,   189 et suiv.

  CHALIER. Il se fait remarquer à la tête du club central, à Lyon. IV, 75.
  Il demande un tribunal révolutionnaire pour Lyon. 76.

  CHAMPIONNET. Général à l'armée d'Italie. Ses opérations militaires
  dans les États-Romains contre l'armée de Naples. X, 106-113.
  Il s'empare du royaume de Naples. 113-115-121.
  Résiste aux ordres du directoire. Est destitué. 129.
  Est nommé général d'une nouvelle armée des Alpes par le
  Nouveau directoire. 242.

  CHABOT. Accepte l'offre de Grangeneuve de s'immoler tous deux pour
  enflammer les esprits contre la cour. Il ne se rend pas à l'endroit
  convenu. II, 191-192.
  Il demande que les Suisses soient conduits à l'Abbaye. 270.

  CHARETTE, chef vendéen. Son caractère. Il hésite d'abord et se rend aux
  instances des insurgés. S'empare de l'île de Noirmoutiers. IV,
  89-90.
  Il est amené à négocier avec les républicains pour la paix.
  VII, 139-142-145.
  Sa réception triomphale à Nantes. 146.
  Il continue à préparer la guerre, après sa soumission. Ses relations
  avec les princes et les émigrés. 162-163.
  Il se déclare de nouveau en guerre. VIII, 26.
  Fait d'inutiles efforts pour soutenir la guerre contre Hoche. 66 et
  suiv.
  Est poursuivi dans les bois et les montagnes. 130.
  Est pris et fusillé. 135-136.

  CHARLES (L'archiduc). Il remplace Clerfayt dans le commandement de
  l'armée du Bas-Rhin. VIII, 123.
  Son plan de campagne après sa retraite à Neresheim. 298 et suiv.
  Sa marche contre Jourdan. 300.

  CHÂTEAU. Le château des Tuileries est attaqué par le peuple. II, 134 et
  suiv.

  CHAUMETTE. Procureur-général de la commune. Organise la législature
  municipale. IV, 279.
  Il est arrêté. V, 372 et suiv.
  Sa condamnation et sa mort. 415.

  CHÉBREÏSS. (Combat de) en Égypte. X, 31-33.

  CHÉNIER (André). Sa mort. VI, 200.

  CHÉNIER (Marie-Joseph). Il fait un rapport sur les mesures les plus
  capables de réprimer les royalistes, après les événemens du 9 thermidor.
  VII, 185-188.

  CHOLET. Bataille de ce nom en Vendée. V, 318-322.

  CHOUANS. Leur situation en Bretagne, leur chef. VI, 322-324.

  CISALPINE (République). Organisée par Bonaparte. IX, 314-318.
  Situation de cette république en l'an VI. 376 et suiv.
  Triste état de cette république après le départ de Bonaparte. X, 84-86.
  Changemens faits à sa constitution. 89 et suiv.

  CISPADANE (République). Sa fondation. VIII, 352 et suiv.

  CLARKE. Mission de ce général à Vienne. VIII, 359.
  Sa négociation, avec le cabinet autrichien. Le projet d'armistice
  qu'il proposait est rejeté. 380-382 et suiv.

  CLERGÉ. Il s'oppose à la vérification des pouvoirs des communes. I, 45.
  (Voyez _Tiers-État_ et _Vérification_.)
  Vote sa réunion aux communes. 59.
  La majorité du clergé se réunit aux communes. 65.
  Il abdique ses priviléges. 125.
  Son rôle dans l'assemblée. 192.
  Ses manoeuvres au commencement de 1790. 204 et suiv.
  Il s'oppose par divers moyens à l'exécution de la constitution civile.
  233 et suiv.
  Une partie du clergé refuse de prêter le serment civique. Suite de ce
  refus. 257-238.

  CLICHY. CLICHYENS. Club de ce nom, formé par les députés de l'opposition
  du corps législatif. IX, 16-17.
  Ses manoeuvres pour obtenir un nouveau directeur de son choix. Diverses
  propositions faites au corps législatif. 151 et suiv.
  Plans de contre-révolution formés par les clichyens. 156 et suiv.
  Leur lutte avec le directoire dans les conseils. 158 et suiv.
  Leurs propositions financières aux cinq-cents. 165 et suiv.
  Motion d'ordre de l'un d'eux sur les événemens de Venise. 176 et suiv.
  (Voyez _Royalistes_.)
  Ils tâchent de s'opposer aux changemens dans le ministère projetés
  par le directoire. 203 et suiv.
  Leurs craintes après la nomination des ministres et la marche de Hoche.
  213 et suiv.
  Autres plans d'opposition. Leurs craintes sur les préparatifs du
  directoire. 266 et suiv.
  Résolutions désespérées qu'ils proposent. 271 et suiv.

  CLOOTZ. (Anacharsis), Prussien de naissance, est admis par l'assemblée à
  faire partie de la fédération. I, 235.
  Prêche la république universelle et le culte de la Raison. V, 195 et
  suiv.
  Il est exclu de la société des jacobins. 228.
  Est arrêté. 372.
  Son procès et son supplice. 374-379.

  CLUBS. Diverses assemblées se forment sous ce nom. I, 33.
  Club breton. 119.
  Leur importance augmente. 213.
  Ils deviennent dominateurs. II, 12.
  Les cinq-cents décrètent qu'aucune assemblée politique ne serait
  permise. IX, 218-219.

  CLUB ÉLECTORAL. Comment il se compose après le 9 thermidor. VI, 264-265.
  Il fait une adresse à la convention, pour demander la reconstitution
  de la municipalité de Paris, etc. 343-345.

  CLUB FRANÇAIS. Ce que c'était. II, 204.

  COALITION. Elle commence à agir avec activité. II, 210 et suiv.
  Envahit toutes nos frontières, en 93. IV, 214 et suiv.
  Le défaut d'union des coalisés paralyse leurs forces. 238
  État de la coalition au commencement de 1794. VI, 34-40-48.
  Tiédeur des puissances coalisées pour les intérêts des princes
  français. 326 et suiv.
  Plans de guerre de la nouvelle coalition, en 1799. Leurs défauts.
  X, 141 et suiv.

  COBENTZEL (M. de). Ce qu'il demande au nom de sa cour. II, 70.
  Suite de cette communication. 71.

  COBLENTZ. Les émigrés se transportent de Turin en cette ville. I, 263.
  Projets de la noblesse. 263-264 et suiv.

  COBOURG (Le prince de) Commandant en chef des coalisés dans le nord.
  VI, 62.

  COLLOT-D'HERBOIS. Il harangue Dumouriez aux Jacobins. III, 73-75.
  Cherche à sauver les ultra-révolutionnaires arrêtés. V. 302 et suiv.
  Fait avorter l'insurrection des ultra-révolutionnaires les 15
  et 16 ventôse. 362 et suiv. 370.
  Tentative d'assassinat sur lui. Elle échoue. Ses conséquences. VI, 96
  et suiv.
  Il donne sa démission de membre du comité de salut public, 289.
  Est mis en état d'accusation. 394.
  Est décrété d'arrestation. VII, 76.
  Est condamné à la déportation. 116.

  COMITÉ CENTRAL RÉVOLUTIONNAIRE. L'assemblée de la mairie
  prend ce nom. Elle s'occupe, dans plusieurs séances, des suspects
  et de l'enlèvement des députés. IV, 116 et suiv.

  COMITÉ DE DÉFENSE GÉNÉRALE. Il se réunit pour délibérer sur les moyens
  de salut public. II, 307-308.
  Pourquoi il fut établi. III, 296.

  COMITÉ CENTRAL DE SALUT PUBLIC. Nécessité de sa création. Ce que
  c'était: l'étendue de ses attributions. IV, 46-48.
  Il se réunit le 1er juin 1793. Divers avis y sont ouverts pour
  remédier à l'insurrection. Proposition de Garat. 167-169.
  Est chargé, après le 31 mai, de présenter un projet de constitution.
  194.
  Propose des moyens pour arrêter l'insurrection des départemens.
  202-203.
  Ses attributions. 276-277.
  Il perd sa popularité. 281-282.
  On lui adjoint Saint-Just, Couthon et Jean-Bon-Saint-André. 282.
  Est attaqué par divers partis après les échecs de nos armées. V, 51
  et suiv.
  La convention déclare qu'il conserve sa confiance. 54-55.
  Sa politique en décembre 93. 231 et suiv.
  Il fait arrêter des ultrà-révolutionnaires et des agioteurs. 238 et
  suiv.
  Rend des décrets relatifs aux détenus. 359.
  Sa politique au milieu des factions. 380 et suiv.
  Projets des membres du comité contre Danton. 383 et suiv.
  Sa politique après la mort de Danton et des hébertistes. Il concentre
  en ses mains tous les pouvoirs. VI, 2-5-9 et suiv.
  Abolit l'armée révolutionnaire, les ministères, les sociétés
  sectionnaires, etc. 9 et suiv.
  Sa dictature et sa position en 94. 104-107 et suiv.
  Il se partage en plusieurs groupes. Sa rivalité avec le comité de
  sûreté générale. 111 et suiv.
  Les divisions continuent. 128-131 et suiv.
  Les membres ennemis de Robespierre cherchent à s'emparer du pouvoir.
  157-159.
  Feinte réconciliation des comités divisés. 161-164.
  Il est réorganisé après le 9 thermidor. 238-239.
  Nouvelle épuration. 289-290.

  COMITÉ INSURRECTIONNEL. II, 190.
  En communication avec Pétion. 191.

  COMITÉ DE SÛRETÉ GÉNÉRALE. Il est recomposé après le 9 thermidor. VI,
  238.

  COMITÉ DE SURVEILLANCE. Ce que c'était. II, 275-276.
  Il fait exécuter des arrestations. 306-307.
  On y arrête le projet de massacrer les prisonniers. 310 et suiv.
  Il envoie une circulaire aux départemens pour recommander le
  meurtre des prisonniers. 337 et suiv.
  Ordonne des arrestations. III, 4.

  COMITÉS RÉVOLUTIONNAIRES. Leur nombre est réduit dans Paris et les
  départemens. VI, 258.

  COMITÉS. On décide qu'ils seront renouvelés par quart tous les mois. VI,
  237-238.
  Inconvéniens de cette mesure. 256 et suiv.
  Seize comités sont établis après le 9 thermidor. 257 et suiv.

  COMMERCE. État fâcheux du commerce en 1794. VI, 271-273-279.

  COMMISSAIRES. Les commissaires des assemblées primaires de toute la
  France arrivent à Paris. Leur réception. IV, 343 et suiv.

  COMMISSION DES DOUZE (La). Elle propose à l'assemblée un projet de salut
  public. II, 159 et suiv.

  COMMISSIONS. Douze commissions sont instituées par le comité de salut
  public en remplacement des ministères. VI, 10 et suiv.

  COMMUNE. Son pouvoir après le 10 août. II, 274-275.
  Elle est chargée de la garde de la famille royale. 278 et suiv.
  Mesures qu'elle prend contre les suspects. 305-306 et suiv.
  Sa puissance et ses exactions. III, 4 et suiv.
  Son opposition avec la convention. Elle est réprimée. 48-49-50.
  Ses membres sont renouvelés. 82.
  Elle s'oppose à une nouvelle insurrection. 344-345.
  Demande à la convention, au nom de trente-cinq sections, l'expulsion
  de vingt-deux de ses membres. IV, 61 et suiv.
  Soumet ses registres à la convention. 64.
  Ordonne une levée de douze mille hommes dans Paris et une taxe sur
  les riches. Troubles à ce sujet. 95 et suiv.
  Se plaint à la convention de l'arrestation d'Hébert et des calomnies
  dont elle est l'objet. 126-127.
  Hébert y est couronné. 138-139.
  Elle est destituée par le comité central révolutionnaire, le 31 mai.
  147 et suiv.
  Une députation de la commune insurrectionnelle est introduite à la
  convention. 156 et suiv.
  Elle se trouve chargée, après le 31 mai, de toute l'administration
  intérieure. 279.

  CONDÉ. (Le prince de). Il se met à la tête de six mille émigrés. II, 294.

  CONSCRIPTION. Loi sur la conscription décrétée en septembre 1798. X,
  98-101.

  CONSCRITS. La levée de toutes les classes est ordonnée après le 30
  prairial an VII. X, 350.

  CONSEIL EXÉCUTIF. Nom que prend le ministère après le 10 août. II, 263.
  Il seconde les plans militaires de Dumouriez. 350.
  Sa nouvelle organisation. III, 50-52.
  Il est aboli. VI, 10.

  CONSEIL DES ANCIENS. Nouveau pouvoir institué par la constitution de
  l'an III. VII, 334-335.

  CONSEIL DES CINQ-CENTS. Création de cette assemblée par la constitution
  de l'an III. VII, 334.
  Discussion violente au sujet de la loi du 3 brumaire. VIII, 87 et
  suiv.
  Premières opérations législatives en l'an V. Mesures adoptées
  ou proposées sur les émigrés, le culte et les finances, etc. IX,
  158-162 et suiv.
  Il rejette la proposition de Jourdan de déclarer la patrie en
  danger. X, 279-281.

  CONSEILS. Ils se plaignent au directoire de l'agglomération des troupes
  de Hoche près de Paris. IX, 248 et suiv.
  Les conseils sont dispersés le 18 fructidor. On leur refuse l'entrée
  du lieu de leurs séances. 279-280.
  Les députés attachés au directoire se réunissent à l'Odéon et à
  l'École de Médecine. Le directoire leur fait part de la conspiration
  royaliste. Les nouveaux conseils cassent plusieurs élections, et
  condamnent à la déportation plusieurs députés, deux directeurs, des
  journalistes, etc. 280-281-284-285.
  Les deux conseils sont dissous le 18 brumaire. (Voy. _Brumaire_.)

  CONSPIRATEURS DU 10 AOÛT. Ce qu'on entendait par là. II, 280.

  CONSTANT (Benjamin). Il publie une brochure qui produit de la sensation.
  VIII, 105-106.

  CONSTITUTION. Nécessité d'une constitution, exprimée par les cahiers;
  obstacles à vaincre pour l'établir. I, 74 et suiv.
  Discussions relatives à l'établissement de la constitution. 138 et suiv.

  CONSTITUTION CIVILE DU CLERGÉ. Les principales dispositions de ce projet
  sont adoptées. Réflexions. I, 232-233.

  CONSTITUTION DE L'AN II. Ses principaux articles. IV, 241-243.
  Une pétition contre cette constitution est repoussée par la convention.
  243-244.

  CONSTITUTION DIRECTORIALE OU DE L'AN III. Ses auteurs, ses principales
  dispositions. VII, 332-337.
  Elle est acceptée par les votes des sections de toute la France.
  346-347.
  État des esprits à l'époque de son établissement. VIII, 2 et suiv.
  Installation du nouveau gouvernement le 5 brumaire. 5 et suiv.
  Elle est détruite le 18 brumaire. (Voy. _Brumaire_. )

  CONTRE-RÉVOLUTIONNAIRES. Hardiesse de ce parti. Leurs tentatives dans le
  midi de la France. VII, 178-182 et suiv.

  CONVENTION. La convention nationale se constitue. III, 22 et suiv.
  Elle déclare la royauté abolie en France. 25.
  Séance du 24 septembre 1792. 28 et suiv.
  Elle se divise en côté droit et en côté gauche. 45-46.
  Se partage en divers comités. 52-53.
  Débats relatifs à l'accusation de Robespierre. 84 et suiv.
  Elle ordonne au comité de législation de donner son avis sur les
  formes du jugement de Louis XVI. 107-108.
  Longues discussions relatives à la mise en jugement de Louis XVI. 159
  et suiv.
  Elle déclare que le roi sera jugé par elle. 195.
  Discussions sur les formes du procès. _Ibid._ et suiv.
  Violens débats après la défense du roi. 226 et suiv.
  Séances du 14 au 17 janvier, où fut décrétée la mort du roi.
  247-248-256.
  Elle décrète qu'il ne sera pas sursis à l'exécution du roi. 258.
  Déclare la guerre à la Hollande et à l'Angleterre. 286.
  Mesures qu'elle prend pour faire face aux besoins de la guerre. 298
  et suiv.
  Elle rend divers décrets. 333-334.
  Débats relatifs à l'établissement du tribunal extraordinaire. 336 et
  suiv.
  Terreur de ses membres, menacés d'une insurrection. 342-343.
  Terribles mesures qu'elle prend pour la sûreté intérieure et
  extérieure. IV, 23 et suiv.
  Elle rend divers décrets relatifs aux événemens de la Belgique et à la
  famille d'Orléans. 38-39.
  Discussion au sujet des pétitions des sections et des divers actes de
  la commune. 61 et suiv.
  Divers décrets relatifs à des pétitions de Bordeaux, de Marseille et
  de Lyon. 108-109.
  Tumulte à l'occasion d'une femme des tribunes. 110 et suiv.
  Elle nomme une commission de douze membres pour observer les actes de
  la commune et protéger la représentation nationale. 114.
  Cette commission informe contre la commune et fait quelques
  arrestations. 122-125.
  Scènes violentes le 27 mai, à cause de l'attroupement et des pétitions
  des sections armées. 128 et suiv.
  Elle casse sa commission des Douze et annule ses actes. 134.
  Violente discussion à ce sujet le lendemain. 135 et suiv.
  Elle rapporte son décret relatif aux Douze. 137.
  Séance du 31 mai 1793. 147, 150 et suiv.
  Elle supprime la commission des Douze et décrète plusieurs mesures le
  3l mai. 164.
  Courte séance du 1er juin. 173.
  Séance du dimanche 2 juin 1793. 175-183.
  Elle vote l'ordre du jour sur les demandes des insurgés. 177.
  Plusieurs députés sont maltraités. 180.
  Elle est arrêtée par la force armée le 2 juin. 181-182.
  Vote l'arrestation des députés désignés par la commune. 183.
  Renouvelle tous les comités après le 31 mai. 194.
  Rend d'énergiques décrets contre les départemens insurgés. 204-205.
  Moyens qu'elle emploie contre les ennemis du dehors et contre les
  fédéralistes. 240-241.
  Elle décrète la constitution de l'an II. 242-243.
  Le 7 août 93 la convention admet les commissaires des départemens et
  les embrasse en signe de réconciliation. 246 et suiv.
  Elle décrète la levée en masse. 261-262.
  Décrets contre la Vendée, les suspects, les étrangers et contre les
  Bourbons. 288-391-394-395.
  Elle institue le gouvernement révolutionnaire. V, 56-57.
  Mesures qu'elle prend pour la guerre de la Vendée. 66-68.
  Débats relatifs à l'arrestation de Danton. 389 et suiv.
  Elle décrète la mise en accusation de Desmoulins, Danton et autres.
  394.
  Laisse tout faire aux comités. VI, 88-96.
  Commencement d'opposition contre Robespierre et les chefs du comité de
  salut public. 113-122 et suiv.
  Plusieurs membres se liguent contre les triumvirs. Dangers qui les
  menacent. 158-160.
  Séance du 9 thermidor. 203-211.
  Suite de la séance. 217 et suiv.
  Rapport de la loi du 22 prairial. 240.
  Débats relatifs à l'élargissement des suspects. 247 et suiv.
  Discussions au sujet de l'accusation portée par Lecointre (de
  Versailles). 281 et suiv.
  Elle ordonne qu'il lui sera fait un rapport général sur l'état de la
  république. 291-292.
  Séance du 20 septembre 1794. Rapport de Robert Lindet. 293 et suiv.
  Elle rend plusieurs décrets relatifs au commerce. 297 et suiv.
  Débats relatifs aux sociétés populaires. 346 et suiv.
  Vive discussion sur le même sujet. Un décret est rendu. 351-357.
  Querelles entre les thermidoriens et les membres de l'ancien
  gouvernement. 360 et suiv.
  Elle prend diverses mesures financières et politiques pour remédier à
  l'état fâcheux des affaires après la terreur. 364 et suiv.
  Décret réglant les formalités à remplir pour accuser un membre de la
  convention. 371-372.
  Querelles suscitées par les menaces de Billaud-Varennes aux jacobins.
  376 et suiv.
  Scènes violentes au sujet des événemens du 19 brumaire 1794, 383-386 et
  suiv.
  Elle rappelle dans son sein plusieurs députés proscrits. Scène violente
  à ce sujet. VII, 77 et suiv.
  Séances orageuses au sujet de la mise en accusation des anciens membres
  du comité de salut public, Carnot, Collot-d'Herbois, etc. 96 et suiv.
  Le 7 germinal, une troupe de femmes furieuses envahit la convention en
  demandant du pain. 102 et suiv.
  Journée du 12 germinal. Dangers de la Convention. Décret de déportation
  contre Billaud-Varennes, Collot-d'Herbois, Barrère, etc. Désarmement
  des patriotes. 108-116 et suiv.
  Elle prend diverses mesures pour comprimer la réaction royaliste amenée
  par le 9 thermidor. Questions financières. 184-185 et suiv.
  Le lieu de ses séances est envahi le 1er prairial an III. Scènes
  diverses, etc. (Voy. _Prairial_.) Elle ordonne l'arrestation de
  plusieurs députés montagnards. 204-207-221 et suiv.
  Scène funèbre à l'occasion de la mort de Féraud. 256 et suiv.
  Elle décrète la constitution de l'an III. 332-337.
  Décrète que les deux tiers de ses membres feront partie du nouveau
  corps législatif, et que les assemblées électorales feraient le choix.
  338. (Voy. _Décrets_.)
  Décret indiquant l'époque des assemblées primaires et électorales pour
  l'élection des nouveaux représentans. 347.
  Elle se déclare en permanence le 12 vendémiaire. Attaquée par les
  sections le 13, elle sort victorieuse. 355-370.
  Dernière lutte entre les partis de la convention après le 13
  vendémiaire. La convention déclare que sa session est terminée.
  379-385.
  Récapitulation des principaux actes de cette assemblée. Réflexions.
  385-388.

  CORDAY (Charlotte). Son histoire. Ses opinions républicaines. Son
  enthousiasme pour les girondins. Dévouement. IV, 260-262.
  Elle choisit Marat pour but de son dévouement, comme chef des
  anarchistes. 262.
  Le 13 juillet, elle se présente chez lui, etc. Elle tue Marat. 264-266.
  On répand que ce sont les girondins qui l'ont armée. 266.
  Détails de son procès. Son interrogatoire. Condamnation. Lettre à
  Barbaroux. Son supplice. 269-272.

  CORDELIERS. Le club de ce nom rivalise de violence avec celui des
  jacobins. II, 14.
  Ils projettent une insurrection contre la Convention. IV, 120.

  CORMATIN (Desotteux, baron de). Aventurier laissé par Puysaye en
  Bretagne, en qualité de major-général dans les provinces révoltées.
  VII, 34-35.
  Ses intrigues politiques. 225 et suiv.
  Il travaille à la pacification générale. 140 et suiv.
  Son rôle dans les négociations avec la Vendée. 144 et suiv.
  Il engage les chefs chouans de la Bretagne à se soumettre, et signe la
  paix. Son entrée à Rennes. 159-161.
  Suite de ses manoeuvres en Bretagne. 265 et suiv.
  Il est arrêté par ordre de Hoche et mis en prison. 268-269.
  Est déporté. VIII, 51.

  CORPS LÉGISLATIF. Son organisation dans les deux conseils après les
  élections de l'an V. IX, 153 et suiv.

  CÔTÉ DROIT. Ce que c'était. Qui sont les hommes qui le composaient dans
  l'assemblée législative. II, 10-11.
  Parti qui l'occupait dans la convention. III, 45.

  COUR (La). Elle presse la convocation des états-généraux, et fixe leur
  ouverture au 1er mai 1789. I. 23.
  Fait approcher des troupes de Paris. 82-83.
  Projette de conduire le roi à Metz. 159.
  Sa conduite inhabile et imprudente. 201 et suiv.
  Ses plans de contre-révolution. 206-207.

  COUTHON. Ses paroles à la tribune le 31 mai. IV, 182.
  Est nommé membre du comité de salut public. 296.
  Est envoyé en Auvergne par la convention pour soulever les populations
  contre Lyon. V, 85.
  Sa conduite au siége de cette ville. 88 et suiv.
  S'unit étroitement avec Robespierre et Saint-Just. VI, 111.
  Défend à la tribune les actes du comité. 125.
  Demande, de concert avec Robespierre, le sacrifice d'un grand nombre
  de députés. Dément à la tribune le projet qu'on leur suppose contre
  soixante membres de la Convention. 133-134.
  Ses paroles aux Jacobins. 185.
  Réclame et obtient l'impression du discours prononcé à la tribune par
  Robespierre, le 8 thermidor. 194.
  Sa proposition aux Jacobins. 198.
  Est décrété d'arrestation le 9 thermidor. 210.
  Est mis hors la loi avec ses complices. 219.
  Son supplice. 227-228.

  CULTE. L'ancien culte est aboli. Le culte de la _Raison_ est
  institué. Détails à ce sujet. V, 197-199-200-203 et suiv.
  La commune modifie son arrêté sur le culte. Le culte de la _Raison_
  est aboli. 230.
  Le comité de salut public songe à l'établissement d'une religion.
  Réflexions à ce sujet. VI, 17-21.
  Reconnaissance de l'Être-Suprême. 29 et suiv.
  La restitution des églises est accordée aux catholiques. VII, 249.

  CUSTINES. Nommé général de l'armée du Nord. IV, 103.
  Il est battu en mai 93. 220-221.
  Détails de son procès. Il est condamné à mort et exécuté. V,
  69-72-77-78.


  DAMPIERRE. Est nommé commandant en chef de l'armée du Nord après la
  défection de Dumouriez. IV, 43-44.

  DANTON. Principal orateur de la multitude. II, 202-203.
  Son caractère et ses moyens d'influence sur la multitude. 204.
  Le 10 août, il excite le peuple à l'insurrection. 235.
  Il est un des acteurs du 10 août. 262.
  Est nommé ministre de la justice. 264.
  Exposition de ses plans après le 10 août. 273.
  Sa prépondérance dans le conseil exécutif et son influence à Paris.
  303 et suiv.
  Résolu d'empêcher toute translation au-delà de la Loire. 304.
  Résolu de périr dans la capitale, mais en exterminant d'abord ses
  ennemis. _Ibid._
  Il veut faire peur aux royalistes. 309.
  A la nouvelle de la prise de Verdun, il fait décréter que l'on
  sonnera le tocsin. 312-313.
  Il est nommé député à la Convention. III, 9.
  Fait diverses motions à la convention. 32-33.
  Quitte le ministère sur la décision que les ministres ne seront plus
  pris dans le sein de la convention. 50.
  Propose et fait adopter une levée de 30,000 hommes à Paris. 330.
  Excuse Dumouriez à la Convention. IV, 21-22.
  Propose de former deux armées, de sans-culottes, l'une pour Paris,
  l'autre pour la Vendée. 99.
  On le croit l'auteur caché du mouvement contre les girondins.
  Sa conversation avec Meilhan. Réflexions sur son caractère. 143 et
  suiv.
  Ses paroles à la convention le 31 mai. 153 et suiv.
  Détails sur son caractère politique. Il commence à perdre sa
  popularité; il attire les défiances sur son caractère. 284 et suiv.
  Refuse de faire partie du comité de salut public. V, 64-66.
  Retourne à Paris; soupçonné par les révolutionnaires ardens. 210-211.
  Essaie de se justifier aux Jacobins. 222 et suiv.
  Devient l'objet de la haine des membres du comité de salut public.
  383-386.
  Il est arrêté. Suites de son arrestation. 388-389.
  Débats à la convention relatifs à son arrestation. 389 et suiv.
  Décrété de mise en accusation. Scènes au Luxembourg avec ses amis
  prisonniers. 394 et suiv.
  Il est transféré à la Conciergerie avec ses amis. 395 et suiv.
  Détails de son procès et sa mort. 394-412.

  DANTONISTES. Lutte des dantonistes et des hébertistes. V, 394-412.

  DAVID. Ordonnateur de la fête anniversaire du 10 août, IV, 353-354.
  Il boira la ciguë avec Robespierre. VI, 198.
  Il est arrêté. VII, 235.

  DÉCRETS (des 5 et 13 fructidor an III) soulèvent divers partis contre
  la convention. Mouvement dans les sections. VII, 338-339.

  DELESSART. Ce ministre est accusé par Brissot et Vergniaud. II, 55-S6.

  D'ENTRAIGUES (Le comte). Il est arrêté. Ses papiers et ses révélations à
  Bonaparte dévoilent les projets des royalistes. IX, 182-183.

  DÉPARTEMENS. Division de la France en départemens. I, 190.
  Divers départemens lèvent des hommes pour l'exécution du décret du
  camp de 20,000 hommes. II, 156.
  Opinion de divers départemens sur la marche du gouvernement et les
  divisions de la convention. Ce qui s'y passa. IV, 72 et suiv.
  Plusieurs départemens lèvent des hommes contre les Vendéens. 95.
  Presque tous sont près de prendre les armes contre la convention après
  le 31 mai. 196 et suiv.
  Mesures qu'on y prend dans ce but. 197-199.
  Suite du même sujet. 206 et suiv.
  Nouveaux détails sur l'insurrection. 222-223.
  Plusieurs départemens se désistent de l'insurrection. Échecs des
  fédéralistes. 246-249.
  Ils sont presque tous soumis. 259-260.

  DÉPUTATION. Liste des membres de la députation de Paris à la convention.
  III, 9-10.

  DÉPUTÉS. Les députés décrétés d'arrestation après le 31 mai, se
  répandent dans les départemens. IV, 198-199.

  DÉSARMEMENT de tous les citoyens suspects. IV, 25.

  DÉSERTION. Lois sur la désertion. VIII, 45-46.

  DESÈZE. Adjoint à la défense de Louis XVI. III, 219-220.
  Sa plaidoirie pour Louis XVI. 220 et suiv.

  DESMOULINS (Camille). Il ameute le peuple au Palais-Royal. I, 86-87.
  Son influence au Palais-Royal. 144-145.
  Il présente une pétition très hardie. II, 31.
  Nommé député à la convention par les électeurs de Paris. III, 9.
  Passe pour un modéré. IV, 286.
  Censure le comité de salut public dans un pamphlet, et prend la
  défense du général Dillon, en disant des vérités à tout le monde.
  287-288.
  Se justifie aux Jacobins et n'est pas exclu de la Société. V, 228-229.
  Il fait son journal, _le Vieux Cordelier_. 307-308.
  Il présente sa défense dans ce journal. 321 et suiv.
  Il est accusé aux jacobins. 333 et suiv.
  Continue à attaquer ses adversaires dans son journal. 351-355 et suiv.
  Il est arrêté. 388-389.
  Détails de son procès. Sa condamnation et son supplice. 394-398-411.

  D'ESPRÉMÉNIL. Son caractère. I, 15.
  Il dénonce au parlement un projet ministériel qui tendait à
  restreindre sa juridiction, 19-20.
  Il est arrêté en plein parlement. 22.
  Il propose de faire décréter le tiers-état. 70.
  Hué et poursuivi sur la terrasse des Feuillans. II, 214-215.

  D'ESTAING. Commandant de la garde nationale de Versailles. Son
  caractère. Sa lettre à la reine. I, 160.

  DETTE PUBLIQUE. Le remboursement des deux tiers de la dette est décrété
  par les conseils, après le 18 fructidor. IX, 504-509.

  DILLON. Son projet de retraite. II, 341.

  DÎMES. Discussions relatives à l'abolition des dîmes. I, 130 et suiv.
  L'abolition est décrétée. 132.

  DIRECTOIRE. Pouvoir exécutif créé par la constitution de l'an III, VII,
  335.
  Nomination des cinq directeurs. Détails à ce sujet. VIII, 7-9-11.
  Situation dangereuse du directoire au commencement de son
  administration. 12 et suiv.
  Prend diverses mesures pour remédier à la disette et aux malheurs
  financiers. 13-15 et suiv.
  Il est chargé de la nomination aux fonctions publiques. 47-48.
  Manière dont il use de son pouvoir et dont les directeurs se le
  partagent. 48 et suiv.
  Continuation de ses travaux administratifs. VIII, 82 et suiv.
  Ses plans militaires. 123 et suiv.
  Il négocie avec l'Angleterre. 340 et suiv.
  Suite. 356 et suiv.
  Il envoie Clarke en mission à Vienne. 359.
  Rompt les négociations commencées avec le cabinet anglais. 390.
  Son message aux conseils le 25 frimaire. 398 et suiv.
  Caractère des cinq directeurs; leurs divisions entre eux. IX, 2 et
  suiv.
  Situation du gouvernement dans l'hiver de l'an V. 1-17.
  Discussions relatives au tirage au sort du nouveau directeur pour
  l'an V. 150-151 et suiv.
  Sa lutte avec les conseils après les élections de l'an V, d'où résulte
  le coup d'état du 18 fructidor. 158 et suiv.
  Il commence à redouter un vaste complot d'après l'arrestation du comte
  d'Entraigues. 182-183 et suiv.
  Division des cinq directeurs au moment de leur lutte avec les factieux
  des conseils. 184 et suiv.
  Trois membres, Larévellière, Rewbell et Barras, prennent la résolution
  de faire un coup d'état. 185-188 et suiv.
  Leurs moyens d'appui pour ce projet, dans les patriotes de Paris.
  188 et suiv.; dans les armées. 190.
  Dispositions politiques de celle d'Italie. 191 et suiv.;
  de celle du Rhin 194 et suiv.;
  de celle de Sambre-et-Meuse. 195 et suiv.
  Résistance des directeurs contre l'opposition des clichyens au sujet
  de la réorganisation du ministère. 200 et suiv.
  Son embarras sur la décision à prendre au sujet des négociations
  commencées avec l'Angleterre et l'Autriche, 242 et suiv.
  Ses périls augmentent par l'opposition des conseils. Il prend des
  mesures pour réunir à Paris la force armée. 246 et suiv.
  Répond d'une manière énergique aux réclamations des conseils au sujet
  de la marche de Hoche. 250 et suiv.
  Trois des directeurs font les préparatifs du coup d'état du 18
  fructidor. 270-272 et suiv.
  Ils se réunissent chez Rewbell avec les ministres, en attendant le
  résultat de la journée. Leur plan. 273-274 et suiv.
  Exécution de ce plan le 18 fructidor. 275 et suiv.
  Il fait rendre aux conseils plusieurs lois qui lui restituent une
  puissance révolutionnaire. Journée du 18 fructidor. 282-285 et suiv.
  Réformes qu'il introduit dans l'administration. Deux nouveaux
  directeurs sont nommés à la place des déportés. 294 et suiv.
  Il destitue Moreau de son commandement. 296-297.
  Projette une descente en Angleterre. 360 et suiv.
  Déclare prendre les Vaudois sous sa protection, et envoie une armée en
  Suisse. 393 et suiv.
  Ses dispositions pour remédier aux désordres des républiques
  italiennes. X, 87-88 et suiv.
  Il propose et fait décréter la loi sur la conscription. 98-101. (Voyez
  _Conscription._)
  Ses moyens et ses plans de guerre pour la campagne de 1793. 123 et
  suiv.
  Ses dispositions pour s'opposer à la spoliation des pays alliés en
  Italie. 126 et suiv.
  Suite de ses plans pour la guerre. 132-134 et suiv.
  Généraux qu'il nomme. 138 et suiv.
  Accusations dont il est l'objet après nos premiers revers en 1759.
  Raisons qui le justifient. 172-175 et suiv.
  Nomination de Sièyes à la place de Rewbell. 187.
  Tous les partis se réunissent contre lui après nos défaites en Italie.
  (An VII.) 220 et suiv.
  Division entre les directeurs. 223-224.
  Révolution du 30 prairial. Destruction de l'ancien directoire.
  Treilhard, Larévellière et Merlin en sortent. 228-232-238.
  Formation du nouveau directoire. 239 et suiv.
  Ses premiers actes. 242 et suiv.
  Mesures prises par les conseils pour lui donner une nouvelle force.
  245-250.
  Ses plans de guerre. 251 et suiv.
  Sa lutte avec les patriotes. (Voyez _Patriotes_.)

  DISETTE. Désordre qu'elle amène le 4 octobre. I, 165-166.
  Après la seconde loi du _maximum_ la disette continue. Mesures
  que prend la commune pour y pourvoir. Désordres. V, 344-348 et suiv.
  Pendant l'affreux hiver de 1795 les grains et les bois de chauffage
  manquent à Paris. VII, 51 et suiv.
  Suite du même sujet. 73 et suiv.
  Les habitans de Paris sont mis à la ration. Violentes scènes et
  soulèvemens populaires. 79 et suiv.

  DIX AOÛT. II, 234 et suiv.

  DROITS FÉODAUX. Ils sont abolis. I, 125-126 et suiv.
  Difficultés et discussion qu'entraîné la proposition de leur
  abolition. 128-129.

  DROITS DE L'HOMME. Déclaration des droits de l'homme, I, 136 et suiv.

  DROUET. Reconnaît le roi à Sainte-Menehould et le fait arrêter à
  Varennes. I. 285-286.

  DUBOIS DE CRANCÉ. Il remplace Bernadotte au ministère de la guerre. X,
  281.

  DUCHASTEL. Malade, vote dans le procès de Louis XVI, pour le
  bannissement. III, 254.

  DUCHÊNE (Le père). Journal rédigé par Hébert. IV, 425.

  DUMOURIEZ. Son caractère. Ses plans militaires. Il est nommé ministre.
  II, 58 et suiv.
  Il prend le bonnet rouge en arrivant au ministère. 60.
  Son entrevue avec la reine. 65 et suiv.
  Extrait de ses mémoires, _Ibid._
  Il devient suspect à la Gironde et est soupçonné de dilapidations.
  82-85.
  Conseille au roi de sanctionner deux décrets. 91.
  Sa fermeté dans l'assemblée nationale. 104-105.
  Il donne sa démission. 105-106.
  Est nommé général en chef des armées du Nord et du Centre. 291.
  Cherche à s'opposer à l'invasion des Prussiens. 297.
  Son plan de campagne contre les Prussiens. 341 et suiv.
  Commencement d'exécution de son plan. Les Thermopyles de la France.
  345 et suiv.
  Nouvelles dispositions qu'il prend après les affaires de l'Argonne.
  356 et suiv.
  Il écrit à l'assemblée nationale. 359.
  Ses dispositions après la retraite des Prussiens. 373 et suiv.
  Conjectures sur sa mollesse après avoir sauvé le territoire. 375-376.
  Il se rend à Paris, à la convention et aux Jacobins. III, 69-73-75.
  Est fêté par les artistes, et reçoit la visite de Marat. 76-78-79.
  Repart pour l'armée. 81.
  Ses plans militaires. 109 et suiv.
  Il gagne la bataille de Jemmapes. 116-120.
  Ses projets politiques sur la Belgique. 123 et suiv.
  Suite de ses actes militaires et administratifs. 125 et suiv. 129.
  Il se plaint vivement du nouveau mode d'administration des vivres.
  134 et suiv.
  Suite de sa campagne en Belgique; ses succès et ses fautes. 138 et suiv.
  Son plan de campagne et commencement d'exécution. 298 et suiv.
  Il fait arrêter des agens du pouvoir exécutif. Ses menaces contre le
  gouvernement. 328-329.
  Il écrit une lettre audacieuse à la Convention. Suite de ses actes
  militaires. IV, 2.
  Il négocie avec l'ennemi. 13.
  Ses projets politiques. 14-16.
  Son traité avec l'ennemi. 18 et suiv.
  Il dévoile entièrement ses projets politiques. 27 et suiv.
  Est mandé à la barre de la convention. 31.
  Six volontaires font sur Dumouriez une tentative d'arrestation. 32-33.
  Plusieurs de ses projets échouent. 33.
  Il fait arrêter quatre députés de la Convention. 34-35.
  Sa tête est mise à prix. Troubles à Paris. 36-37.
  Il est abandonné par ses troupes, et se retire en Suisse. 39-42.
  Considérations sur son caractère et son rôle politique. 42-43.

  DUPORT. Son caractère. I, 15.

  DUPORTAIL. Ministre de la guerre. Désigné par Lafayette. I, 251.

  DUVERNE DE PRESLE. (Voy. _Royalistes_.)


  EDGEWORTH DE FIRMONT. Confesseur de Louis XVI. III, 263.
  Ses paroles sur l'échafaud. 270.

  ÉGYPTE. Projet d'une expédition en Égypte proposé par Bonaparte au
  directoire. Préparatifs secrets. IX, 408-414-419.
  État de l'escadre destinée à porter les troupes. X, 1-3.
  Route de Toulon à Alexandrie. Prise de Malte. 4-8.
  Entrée à Alexandrie. 12-13.
  Description de l'Égypte. Sa géographie. Ses habitans. 13-22.
  Route dans le désert d'Alexandrie au Caire. Mécontentement des soldats.
  Combat sur le fleuve et sur terre contre Mourad-Bey. Dispositions de
  l'ennemi près du Caire. 28-31-36.
  Bataille des Pyramides. 36-41.
  Fondation de l'Institut d'Égypte. Ses travaux. 48-50.
  Bataille navale d'Aboukir. Destruction de notre escadre. 51-57.
  Conquête de la Haute-Égypte par Desaix. Bataille de Sédiman. 286-288.
  Expédition en Syrie par Bonaparte. Prise du fort d'El-Arisch et Gaza.
  290-291 et suiv.
  Commencement du siége de Saint-Jean-d'Acre. Bataille du Mont-Thabor.
  292-297.
  Retour de l'armée en Égypte. Bataille d'Aboukir. 300-306-310.

  ELBÉE (d'). Chef vendéen. IV, 90.
  Il est tué à Cholet. V, 121-124.

  ÉLECTEURS. Réunis à l'Hôtel-de-Ville, ils livrent des armes au peuple.
  I, 87.
  Ordonnent la convocation des districts. 88.
  Composent une municipalité. _Ibid._
  Composent une milice bourgeoise de 48,000 hommes. 88-89.
  Un électeur distribue au peuple des bateaux de poudre. 90.
  Les électeurs se partagent en divers comités. I, 108.

  ÉLECTIONS. Elles se font à Paris et dans les provinces. I, 37.
  Travaux de l'assemblée nationale sur les élections. 191-192.
  --Mouvemens à Paris et en France à l'époque des élections de la
  convention. III, 8 et suiv.
  --Préparatifs des élections de l'an IV. Effervescence des partis. IX,
  33-36.
  --De l'an V. 146 et suiv.
  --De l'an VI. 404 et suiv.
  --De l'an VII. X, 183.

  ÉMIGRATION. Prend une attitude inquiétante. I, 263-264.
  Loi portée sur l'émigration. 268-269.

  ÉMIGRÉS. Époque où l'émigration commence à devenir considérable. I, 178.
  Ils lèvent des corps au nom du roi. 295.
  Se préparent obstinément à la guerre à Coblentz. Leur connivence
  avec la cour. II, 20-21 et suiv.
  Leurs manoeuvres sont dénoncées à l'assemblée législative. 33 et suiv.
  Débats dans les conseils sur la loi de la convention relative aux
  biens des émigrés. VIII, 89-90

  EMPRUNT FORCÉ. Mesures avisées pour son recouvrement. IV, 377 et suiv.
  Un nouvel emprunt forcé est proposé par le directoire et décrété. Mode
  de cet emprunt; ses effets. VIII, 41-42 et suiv.
  Il est fermé, 401.
  Un nouvel emprunt forcé est établi après la révolution de prairial. X,
  246.

  ÉPAULETIERS (les). Ce que c'était. V, 318.

  ESPAGNE. La paix est signée avec cette puissance. VII, 318-319.
  Traité d'alliance offensive et défensive avec la France. VIII, 263-264.

  ÉTATS-GÉNÉRAUX. Provoqués par un jeu de mots. I, 14.
  Renvoyés à cinq ans. 17.
  Convoqués. 23.
  Leur ouverture. 44.

  ÉTRANGERS. Ils sont décrétés d'arrestation. IV, 394.

  ÊTRE-SUPRÊME. Fête à l'Être-Suprême, le 8 juin 1794. Description et
  détails. VI, 115-118.

  ETTLINGEN. (Voy. _Rastadt_.)

  EUROPE. Situation politique de l'Europe et état des puissances
  étrangères au commencement de 1790. I, 215, 216 et suiv.
  Dispositions des souverains de l'Europe à l'égard de la France, après
  la fuite du roi à Varennes. 295-296.
  --Dispositions des souverains étrangers à l'égard de la France. II,
  18-19.
  --Projets des puissances étrangères à l'égard de la France après le 10
  août. II, 292 et suiv.
  --Dispositions des puissances étrangères après le 21 janvier. III, 271
  et suiv.
  Réflexions sur la politique de l'Europe. 280 et suiv.
  --État de l'Europe au commencement de 1794. VI, 34 et suiv.
  --Situation des états de l'Europe après la campagne de 1795. VIII, 122
  et suiv.
  --État de l'Europe en 1795. IX, 36 et suiv.
  --Mouvement dans les diverses cours, pour former une nouvelle coalition
  contre la France. X, 62 et suiv.

  ÉVÊCHÉ. Réunion de ce nom. Son but. IV, 47-48.
  Il s'y tient une assemblée. 138.
  On y nomme une commission de six membres chargés de trouver des moyens
  de salut public. 139.
  On y délibère sur une insurrection. 141-142.
  Les commissaires des sections s'y réunissent le 30 mai. 145.
  Ce comité d'insurrection est dénoncé après le 31 mai. 195.

  EXÉCUTIONS. Grandes exécutions des détenus, en juin 1794. VI, 134-138 et
  suiv.
  Commandées à Nantes par Carrier. 144-148;
  à Lyon, à Toulon, à Orange, à Bordeaux, à Marseille, par Fréron, Barras
  et Maignet. 148-149;
  dans le Nord, par Lebon. 149 et suiv.
  Ressentiment et indignation que la _terreur_ fait naître. 153.

  FAVORITE. Bataille de ce nom devant Mantoue. VIII, 424-425.

  FAVRAS (le marquis de). Il est soupçonné de comploter contre l'assemblée.
  Il est regardé comme l'agent de Monsieur. Son procès. I, 195 et suiv.
  Il est condamné à être pendu. Sa mort, 203-204.

  FÉDÉRALISME. Origine de ce mot. III, 17-18.

  FÉDÉRATION. Une fédération générale de la France est décidée à la
  municipalité. I, 234.
  La réunion générale des fédérés a lieu au Champ-de-Mars. 237 et suiv.
  Description de la fête. _Ibid._
  Seconde fête de la fédération. II, 184 et suiv.

  FÉRAUD. Ce député est assassiné au sein même de la convention par les
  révoltés du 1er prairial. VII, 209-211.
  Son assassin est arraché au supplice par les patriotes. Suite de cet
  événement. 229 et suiv.
  Honneurs que la convention rend à sa mémoire. Séance funèbre. Son éloge
  est prononcé par Louvet. 236 et suiv.

  FEUILLANS. Origine du club de ce nom. I, 213.
  Le club des feuillans opposé aux jacobins. II, 13-14.
  Faiblesse de ce parti. 109 et suiv.

  FÉVRIER (25) 1793. On pille les boutiques de quelques épiciers. IV, 313
  et suiv.

  FINANCES. État malheureux des finances. I, 226 et suiv.
  État des finances en 93. Mesures prises pour remédier à leur désordre.
  IV, 369 et suiv. 383.
  État des finances à la fin de 93. V, 180 et suiv.
  État et organisation des finances au commencement de 1794. VI, 88-90 et
  suiv.
  État des finances après le 9 thermidor. 270 et suiv.
  Détresse financière et commerciale en 1795. Diverses mesures prises par
  la convention pour y remédier. VII, 59-66 et suiv.
  Embarras des finances à l'avènement du directoire (1795). VII, 13 et
  suiv.
  Nouveaux détails sur les assignats. Création des mandats. Réflexions
  sur diverses questions des finances. 106 et suiv.
  Plan de finances pour l'an V. 400 et suiv.
  Coup d'oeil sur les finances en l'an V. Projets de l'opposition pour
  entraver le directoire dans ses moyens de pourvoir aux besoins du trésor
  public. IX, 165 et suiv.
  Le conseil des cinq-cents décrète diverses mesures favorable à ce
  projet. Les anciens les rejettent. 172-173.
  Mesures financières provoquées par le directoire, après le 18 fructidor.
  Remboursement des deux tiers de la dette. 303-309.
  Finances de l'an VII. X, 96 et suiv. 101-102.
  Moyens employés pour fournir aux dépenses, prochaines de la campagne de
  1799. 130-131.

  FLESSELLES (Le prévôt). Il promet au peuple 12,000 fusils. I, 89-90.
  Est accusé de trahison, traîné au Palais-Royal et tué d'un coup de
  pistolet. 98-99.

  FLEURUS. Victoire de ce nom. Événemens militaires avant et après la
  bataille. VI, 169-175 et suiv.

  FOUCHÉ. Envoyé en l'an VI à Milan par le directoire. X, 92-93.
  Nommé ministre de la police. 272.
  Se tourne du côté de Bonaparte. 354-355.
  Il tait la conjuration aux directeurs. 359.

  FOULON et BERTHIER. Ils sont tués par le peuple malgré l'opposition de
  Lafayette. I, 113-114.

  FOUQUIER-TINVILLE. Idées sanguinaires de cet accusateur public. VI,
  137-138 et suiv.
  Il est mis en accusation. 240.

  FRANCE. Situation politique et morale de la France sous Louis XVI et à
  l'époque de la révolution. I, 3 et suiv., 33 et suiv.
  Troubles et désordres en France après le 14 juillet. 122-123.
  État alarmant de la France en août 1789. 133 et suiv.
  État des esprits et situation politique au commencement de l'année
  1790. 192 et suiv.
  Troubles dans le Midi, en avril 1790. 212.
  Situation intérieure, les premiers mois de 1794. VI, 83 et suiv.
  État intérieur de la république dans l'été de 1796. VIII, 242 et suiv.
  Situation intérieure et rapports politiques avec l'Europe, après la
  retraite de nos armées d'Allemagne. 330 et suiv.
  Rapports de la France avec le continent en l'an VI. IX, 371 et suiv.
  Sa situation intérieure dans l'hiver de l'an VI. 400 et suiv.

  FRÉDÉRIC-GUILLAUME. Sa ligue anglo-prussienne. I, 216.

  FRUCTIDOR (18). Journée de ce nom. Principaux détails des événemens. IX,
  270-287.
  Augereau s'empare des Tuileries. 275-278.
  Les conseils sont repoussés du lieu de leurs séances. 280.
  Les conseils se forment de nouveau, et rendent tous les décrets que
  demande le directoire. Des députés et deux directeurs sont condamnés à
  la déportation. 280-288.
  Nécessité de ce coup d'état. Ses conséquences. 291 et suiv.

  GARAT. Il cherche à rassurer la convention sur ses craintes. Son
  discours IV, 130 et suiv.

  GARDES-DU-CORPS. Ils donnent un repas aux officiers de la garnison à
  Versailles. Suite de cette fête. I, 162 et suiv.

  GARDE-MEUBLE. Il est volé. Bruits qui coururent sur ce vol et sa
  destination. III, 6-7.

  GARDE NATIONALE. La milice bourgeoise prend le nom de garde nationale,
  et adopte la cocarde tricolore. I, 109-110.
  Débats au conseil des cinq-cents sur une nouvelle organisation de la
  garde nationale. IX, 276 et suiv.

  GÊNES. Paix avec cette république. VIII, 348.

  GENSONNÉ. Son rapport à l'assemblée législative sur les troubles de
  l'Ouest. II, 26-27.

  GEORGES (Saint-). Voy _Bassano_.

  GERLE (dom.) Chartreux, propose de déclarer la religion catholique la
  seule religion de l'État. I, 208.
  Il retire sa proposition. 209.

  GERMINAL (journée du 12). Les patriotes envahissent la convention. Ils en
  sont chassés, et ensuite désarmés en exécution d'un décret. VII,
  106-124.

  GIRONDINS. Origine de ce nom. Leur rôle dans l'assemblée législative.
  II, 11-13.
  Ils dominent dans le ministère. 62-82.
  Accusations dont ils sont l'objet, 302 et suiv.
  Leur position à la convention. III, 19 et suiv.
  Portraits de plusieurs d'entre eux. 12 et suiv.
  Sont accusés de fédéralisme, et de vouloir sacrifier Paris. 17-19.
  Essai de rapprochement et rupture. 21-22.
  Embarras et fâcheuse position des girondins après le 25 février. 320 et
  suiv.
  Menacés le 31 mai, se rendent tous armés à la convention. IV, 147.
  Se réunissent le 1er juin pour se concerter. 171-172.
  Sont mis en état d'arrestation. 189-190.
  Plusieurs sont envoyés devant le tribunal révolutionnaire, et d'autres
  sont mis en état d'arrestation. V, 78-79.
  Circonstances de leur procès. Un décret de circonstance leur ôte la
  parole. 152-163.
  Ils sont condamnés et exécutés. 164-167.

  GOHIER. Nommé directeur à la place de Treilhard. X, 232.
  Représentant des patriotes et président du directoire. 337-338.
  Il complimente Bonaparte à son retour d'Égypte. 338.
  Sa femme est liée avec Joséphine Bonaparte. 346.
  Il est sondé par Bonaparte, qui voudrait être directeur, et qui n'a
  pas l'âge nécessaire. 348.
  Altercation avec Bonaparte. 371-372.

  GORSAS. Son arrestation. III, 305.

  GOUVERNEMENT RÉVOLUTIONNAIRE. Effets des lois révolutionnaires. V, 128
  et suiv.

  GRANGENEUVE. Sa proposition à Chabot. II, 191-192.

  GRAND-LIVRE DE LA DETTE PUBLIQUE. Comment il fut institué en 93. Ses
  avantages financiers. IV, 371 et suiv.

  GRÉGOIRE (l'abbé). Se présente aux communes. I, 55.

  GRENELLE. La poudrière de Grenelle prend feu. VI, 290.
  Les patriotes attaquent le camp de Grenelle. VIII, 259 et suiv.

  GUADET. Fait une application historique aux circonstances du moment. IV,
  109-110.
  Propose la destitution des autorités de Paris, et le transfert de la
  convention à Bourges. 112-113.
  Son courage à la convention le 31 mai. 157-158.

  GUERRE. Premières dispositions des armées. II, 76-78.
  Échec du général Rochambeau. 78 et suiv.
  État des affaires militaires âpres le 10 août. 283 et suiv.
  Situation militaire de la France en octobre 1792, III, 55 et suiv.
  Affaires militaires en octobre et novembre 1792. 109 et suiv.
  Situation de nos armées sur le Rhin et aux Alpes à la fin de 1792. 142
  et suiv.
  Événemens militaires en Belgique. 289 et suiv.
  Nos armées éprouvent plusieurs revers. 324 et suiv.
  Dispositions de la convention pour trouver des hommes et de l'argent.
  IV, 103 et suiv.
  Situation militaire de la France en 93. 214 et suiv.
  État de l'armée du Nord: _ibid._;
  de l'armée de la Moselle: 218;
  du Rhin: _ibid._;
  d'Italie: 223-224;
  des Pyrénées: 226 et suiv.;
  de la Vendée. 229 et suiv.
  Victoire en Espagne en juillet 93. 256-257.
  Siége de Mayence. 309-320.
  Siége de Valenciennes par les ennemis. 320-323.
  Le camp de César est évacué par les Français. 351-352.
  Mouvement des armées en août 1793. V, 1 et suiv.
  État de l'armée du Rhin. 3-6.
  Commencement du siége de Lyon 6-10.
  Marche des troupes ennemies en août et septembre 1793. 21 et suiv.
  Victoire de Hondschoote. 24-25.
  Revers dans le Nord. 27-29.
  Échec de l'armée des Pyrénées. 32 et suiv.
  Organisation de l'armée de l'Ouest. 68.
  L'armée des Alpes repousse les Sardes. 86-87.
  Progrès de l'art de la guerre. Réflexions à ce sujet. 97 et suiv.
  Suite des opérations militaires à a frontière du Nord. 101-107.
  Victoire de Wattignies. 108-109.
  Les lignes de Wissembourg sont prises par l'ennemi. 124 et suiv.
  Jonction des armées du Rhin et de la Moselle. Les Autrichiens sont
  chassés des frontières. 146-251.
  Siége et prise de Toulon par les républicains. 252-261.
  Réflexions sur cette campagne, et récapitulation des principaux faits.
  292 et suiv.
  Préparatifs en France, de 1793 à 1794, pour la levée, l'équipement et
  l'armement des armées de terre et de mer. VI, 48-49.
  Premiers événemens de la campagne de 1794 aux Pyrénées: 54-56:
  aux Alpes et vers l'Italie: 56-60;
  au Nord. 60-73.
  Victoire de Turcoing. 71 et suiv.;
  en Vendée: 74 et suiv.;
  en Bretagne contre les chouans: 75-76;
  aux colonies. Révoltes à Saint-Domingue. 76 et suiv.
  Sur mer, combat du 13 prairial an II, destruction du vaisseau _le
  Vengeur_. 78-82.
  Reprise des opérations militaires en août 1794. 166 et suiv.
  Victoire de Fleurus. Événemens militaires avant et après la bataille.
  169-175.
  Reprise de Condé, Valenciennes, Landrecies et le Quesnoy. 301-304.
  Mouvemens de l'armée du Nord.
  Bataille de l'Ourthe. 306-308.
  Bataille de la Roër. 309 et suiv.
  Passage de la Meuse par Pichegru. 315 et suiv.
  Mouvemens et succès des armées de la Moselle et du Haut-Rhin,
  commandées par Michaud. 317-318.
  Situation de l'armée des Alpes et des Pyrénées. 318-320.
  Suite de la guerre de la Vendée. 320 et suiv.
  Situation de l'armée en Belgique à la fin de 1794. Prise de Nimègue.
  VII, 1-7.
  Projets pour la conquête de la Hollande. 7 et suiv.
  Notre armée se répand en Hollande par divers points, et occupe tout
  le pays. 20 et suiv.
  Suite des opérations militaires en Espagne, en Catalogue et aux
  Pyrénées. 27-29.
  État des armées après les événemens de prairial an III. 253 et suiv.
  Opérations de Jourdan, de Moreau, de Pichegru et de Kléber dans le
  Nord. 253-254.
  Situation de l'armée des Alpes sous Kellermann. 255 et suiv.
  Position militaire en Espagne. 257.
  Expédition de Quiberon. (Voy. _Quiberon_). 269-311.
  Passage du Rhin par Jourdan et Pichegru. 320 et suiv.
  Marche rétrograde de l'armée de Sambre-et-Meuse. 377-378.
  Jourdan repasse le Rhin. VIII, 19.
  Perte des lignes de Mayence. 20-22.
  Situation des armées du Rhin, des Alpes et des Pyrénées vers la fin
  de l'an IV. 55 et suiv.
  Détails de la bataille de Loano. 58-61.
  Expédition de l'Ile-Dieu. 62 et suiv.
  Réflexions sur la campagne de 1795. 76.
  Campagne de 1796. 140-241-278-326.
  État de l'armée d'Italie au commencement de la campagne de 1796. 141
  et suiv.
  Conquête du Piémont. 141-161.
  Conquête de la Lombardie. 173 et suiv.
  Bataille de Lodi. 178 et suiv.
  Passage du Mincio. 198-200.
  Entrée des Français dans les États-Romains et en Toscane. 214-217.
  Suite de la guerre sur le Danube et sur le Rhin. 218-219 et suiv.
  Passage du Rhin par Moreau, et suite des opérations militaires. 226 et
  suiv.
  Batailles de Rastadt et d'Ettlingen. 230 et suiv.
  État de nos armées en Allemagne et en Italie en août 1796. 241.
  Reprise des hostilités en Italie. État de notre armée. 272.
  Notre ligne sur l'Adige est forcée. 278-279.
  Bataille de Lonato. 283-286.
  Bataille de Castiglione. 288 et suiv.
  Opérations sur le Danube. Bataille de Neresheim. 297-298.
  L'armée de Sambre-de-Meuse est repoussée par l'archiduc. 300-301.
  Suite de la guerre d'Italie. Bataille de Roveredo. 303-307.
  Marche de Bonaparte sur la Brenta. Bataille de Bassano et de
  Saint-Georges. 308-312-315.
  Nouvel échec de l'armée de Sambre et Meuse a Wurtzbourg.
  Retraite. 316-317 et suiv.
  Retraite de Moreau. 321-326.
  Extrême danger de l'armée d'Italie. Bataille d'Arcole.
  355-364-367-370-395.
  Expédition d'Irlande. 379.
  Reddition du fort de Kelb. 404.
  Reprise des hostilités en Italie. 405 et suiv.
  Description du champ de bataille de Rivoli. Bataille de Rivoli.
  411-414-423.
  Bataille devant Mantoue ou de la _Favorite_. 424-425.
  Prise de Mantoue. 425 et suiv.
  Réflexions sur la campagne de 1796 en Italie. 428 et suiv.
  Reprise de la campagne en l'an V. État de l'armée de Sambre-et-Meuse:
  IX, 45 et suiv.; de l'armée du Haut-Rhin. 46-47.
  L'armée d'Italie est renforcée. 47-48.
  Nouvelle campagne contre l'Autriche. Passage du Tagliamento. 60-67.
  Combat de Tarwis. 68-72.
  Marche sur Vienne. 86 et suiv.
  Passage du Rhin à Neuwied par Hoche, à Diersheim par Desaix. 103.
  L'armée de Sambre-et-Meuse et celle du Rhin sont réunies en une seule,
  et le commandement en est donné à Hoche. 298.
  Expédition en Suisse, Brune s'empare de Berne. 395-398.
  Expédition d'Égypte. (Voy. _Égypte_). Reprise des hostilités en
  l'an VII. Une armée napolitaine envahit les États Romains. X, 109 et
  suiv.
  Manoeuvres de Championnet. _Ibid._ et suiv.
  Les Napolitains sont battus. Championnet rentre dans Rome. 111-113.
  Conquête du royaume de Naples. 113-119.
  Campagne de 1799. État de nos forces militaires et plans de guerre.
  122 et suiv., 132 et suiv., 135-137.
  Invasion des Grisons par Masséna. 144-145.
  Bataille de Stockach. Retraite de Jourdan. 149-153-157.
  Distribution de nos armées en Italie. Forces ennemies. Premières
  opérations de Schérer. Combats sanglans sous Vérone. 157-166.
  Bataille de Magnano. Retraite de Schérer. 164-167.
  Masséna réunit le commandement de l'armée du Danube et d'Helvétie, et
  occupe la ligne de la Limmat. 189-192 et suiv.
  Suite de la guerre en Italie. Arrivée de Suwarow. 193 et suiv.
  Moreau remplace Schérer dans le commandement. Bataille de Cassano.
  195-197.
  Retraite de Moreau au-delà du Pô et de l'Apennin. Détails de cette
  belle opération. 197-204.
  Combat sur la Limmat en Suisse (prairial an VII). 206 et suiv.
  Essai de jonction entre l'armée de Naples et celle de Moreau. 210 et
  suiv.
  Bataille de la Trebbia. 213-215 et suiv.
  Ses suites funestes. Retraite de Macdonald. 217-218.
  Reprise de la campagne. Mouvemens de Masséna vers les Grandes-Alpes
  (juillet 1799). 253-254.
  Suite des affaires en Italie. 254 et suiv.
  Joubert arrive à l'armée d'Italie pour remplacer Moreau. État de ses
  forces. Bataille de Novi. 256-265.
  Débarquement des Anglo-Russes en Hollande. Échec de Brune. 266-268.
  Nouveau plan du conseil aulique. Description du théâtre de la guerre en
  Suisse. Bataille de Zurich. 313 et suiv. 330.
  Désastre et retraite de Suwarow en Suisse. 327-330.
  Défaite des Anglo-Russes en Hollande par Brune. 330-331.
  Fin de la campagne de 1799. Ses résultats heureux. 331-332.

  HÉBERT. Journaliste. Il est arrêté. IV, 126.
  Ses cruautés à l'égard des prisonniers du Temple. V, 144 et suiv.
  Il est arrêté avec Ronsin, Vincent et autres. 371.
  Son procès et sa mort. 374-377-378-379.

  HÉBERTISTES. Lutte des hébertistes et des dantonistes. V.
  301-324-379-416.
  Manoeuvres et caractères de ce parti. 337-338 et suiv.
  Plusieurs d'entre eux sont arrêtés. 371 et suiv.
  Procès et supplice des principaux chefs. 374-379.

  HELVÉTIQUE (République). (Voy. _Suisse_).

  HENRIOT. Il est nommé commandant de la garde parisienne le 31 mai. IV,
  148.
  Fait tirer le canon d'alarme. 150.
  Barre le passage à la convention le 2 juin. 181-182.

  HÉRAULT-SÉCHELLES. Il est décrété de mise en accusation. V, 394.
  Son procès et sa mort. 398-412.

  HÉRÉDITÉ. L'hérédité du trône est votée. I, 150.
  Discussions relatives à l'hérédité de la couronne. _Ibid._ et
  suiv.

  HOCHE. Est nommé général de l'armée de la Moselle. V, 97.
  Sa manoeuvre dans les Vosges. 246-249.
  Il est nommé commandant en chef des armées du Rhin et de la Moselle.
  249.
  Est remplacé dans son commandement par Pichegru, et jeté en prison par
  ordre de Saint-Just. VI, 60.
  Est élargi. 243.
  Ses opérations militaires et politiques en Vendée (1795). VII, 37 et
  suiv.
  Suite de ses opérations en Bretagne. 149 et suiv.
  Il cherche à déjouer les projets des royalistes en Bretagne. 267 et
  suiv.
  Est nommé commandant de l'armée de l'Ouest. Ses dispositions pour
  s'opposer à la nouvelle expédition anglaise. VIII, 25 et suiv.
  Il cherche à amener la pacification définitive de la Vendée. Son plan.
  68-69 et suiv.
  Exécution de ses projets. 72 et suiv.
  Il est nommé commandant de l'armée dite des côtes de l'Océan. 126.
  Le directoire approuve tous ses plans sur la Vendée, et il continue à
  les exécuter. 126-127 et suiv.
  Par ses soins la Vendée et la Bretagne sont entièrement soumises.
  138-139.
  Il publie une lettre pour démentir certains bruits qu'on répandait sur
  lui et sur Bonaparte. 244-247.
  Conseille une expédition en Irlande. 265.
  Son expédition en Irlande. 390-395.
  Est nommé général de l'armée de Sambre-et-Meuse après la démission de
  Jourdan. 404.
  Il passe le Rhin à Neuwied. IX, 103.
  Ses dispositions politiques favorables au directoire menacé. Barras
  s'adresse à lui pour obtenir des troupes en cas de besoin. Détails de
  ses relations avec le directoire et de ses préparatifs pour cet objet.
  196 et suiv.
  Il est nommé ministre de la guerre en l'an V. 209.
  Suite de ses préparatifs pour soutenir le directoire. 210 et suiv.
  Suite de ses relations avec quelques membres du directoire pour le même
  objet. 219 et suiv.
  Ses opérations militaires dans l'affaire de Quiberon. (Voy. _Quiberon_).
  Sa mort. Réflexions sur sa carrière politique et militaire. 298-302.

  HOLLANDE. Conquête de ce pays. VII, 1-23.
  Esprit public en Hollande à l'arrivée des Français. 9-13 et suiv.
  Mesures politiques prises par la convention pour le gouvernement de la
  Hollande. 24 et suiv.
  La paix est signée avec cette puissance. Principales conditions du
  traité. 130-133.
  Sa situation en 1797. IX, 37 et suiv.
  Révolution dans ce royaume, qui se donne une constitution semblable à
  la constitution française. 372-375.
  Nouvelles commotions politiques dans l'hiver de l'an VI. X, 76.
  Débarquement des Anglo-Russes. 266-267.
  Les Anglo-Russes y sont défaits par Brune et évacuent le pays. 330-331.

  HONDSCHOOTE. Récit de cette victoire, et opérations militaires qui la
  précédèrent. V. 24-26.

  HÔTEL-DE-VILLE. Les électeurs s'y réunissent. I, 78.
  Confusion qui y règne dans les journées du 13 et du 14 juillet. 90.
  Arrivée de ceux qui avaient pris la Bastille. 98.
  Embarras de l'Hôtel-de-Ville après le 14 juillet. 108-109.
  Il est forcé le 4 octobre par des femmes et des hommes armés de piques.
  165.

  HOUCHARD. Envoyé au tribunal révolutionnaire. V. 96.

  ILE-DIEU. Expédition de ce nom. VIII, 62 et suiv.

  INSTITUT d'Égypte. (Voy. _Égypte_).

  INSTITUTIONS anglaises. Qui sont ceux qui les désiraient. I, 118 et suiv.

  INSURRECTION. Projet d'insurrection dans les faubourgs. II, 203 et suiv.
  Une grande insurrection est fixée pour le 10 août. 231-232.
  Celle du 31 mai est arrêtée. Par qui. IV, 145.
  Principaux détails sur cette insurrection. 146 et suiv., 158-159 et
  suiv.
  Événemens des 1er et 2 juin. IV, 166-170-171-173 et suiv.,
  176-180-183-184.

  IRLANDE. Expédition française dans ce pays. Elle échoue. VIII, 390-395.
  Léger échec des Français en Irlande. X, 102.

  ISNARD. Son discours à l'occasion d'un projet de décret relatif aux
  émigrés. II, 34-36.
  Sa réponse à la pétition de la section de la Fraternité. IV, 127.

  ITALIE. Tableau géographique et politique de cette contrée, à l'époque
  de la conquête par les Français. VIII, 161-169.
  Coup d'oeil sur l'état de l'opinion publique après la conquête de la
  Lombardie. 209 et suiv.
  Négociations avec divers états de ce pays. 268 et suiv.
  Insurrections révolutionnaires dans plusieurs villes. Perfidie des
  Vénitiens après le départ de Bonaparte. IX, 72 et suiv., 85.
  La révolution se propage après les préliminaires de Léoben. Soulèvement
  à Gènes. 134 et suiv.
  Fondation de la république cisalpine. Affaires de la Valteline.
  314-318-321.
  Événemens militaires de la campagne de 1799. (Voy. _Guerre_.)
  Fermentation des états italiens en l'an VI. 380 et suiv.
  Révolution à Rome, 381-388.
  Conquête de Naples. (Voy. _Naples_.) Désordres des républiques
  italiennes alliées. Changemens opérés dans la constitution cisalpine. X,
  83-89-94.
  Envahissement des États romains par les Napolitains. (Voy. _Guerre_.)
  Révolution du Piémont. 119 et suiv.

  JACOBINS. Club de ce nom. Son influence. I, 213.
  Ils adressent à l'assemblée une pétition demandant la déchéance du roi.
  302.
  Organisation du club de ce nom. II, 13.
  Robespierre se retranche aux Jacobins. Ils se prononcent contre les
  projets de guerre. 47-48.
  Leur projet de déposer le roi de vive force. 190-191 et suiv.
  Leur puissance après le 10 août. 272-274.
  Grande puissance de leur club. Les riches équipages qui se pressent à
  la porte. Affiliations nombreuses. Marat y paraît encore étrange. III,
  70-73.
  Agitation qui y règne après l'accusation de Robespierre, par Louvet, à
  la convention. 91 et suiv.
  Font divers projets pour remédier à la disette. 310.
  Vive discussion au sujet du pillage du 25 février. 315-16.
  Une populace armée se présente à ce club. 341-342.
  Se prononcent contre les agitateurs. 348 et suiv.
  Projets des jacobins à la suite de la chute des girondins. Mesures
  qu'ils prennent pour profiter de la victoire du 31 mai. IV, 191.
  Leur rôle après le 31 mai. 279 280.
  Discussion au sujet du renouvellement et de la prorogation du comité de
  salut public. 293-296.
  Séance du 7 août 179, à laquelle assistent les commissaires des
  départemens. Discours de Robespierre. 348-349.
  Décident, sur la motion de Robespierre, que leur société sera épurée.
  V, 221-222.
  Plusieurs membres sont exclus. 228-229.
  Séance du 6 prairial an II, après la tentative d'assassinat sur
  Robespierre et Collot-d'Herbois. VI, 102-107.
  Font une pétition à la convention, dirigée indirectement contre les
  comités. 185 et suiv.
  Le club est ouvert de nouveau et épuré après le 9 thermidor. 363.
  Sont réprimés dans les provinces. 334 et suiv.
  Ceux de Paris tâchent de se défendre après la réaction du 9 thermidor.
  335 et suiv.
  Rumeur au club de Paris, menacé d'épuration par la convention. 348 et
  suiv.
  Mesures qu'ils prennent pour éluder le décret rendu contre les
  sociétés populaires. 258-259.
  Séances orageuses au club de Paris au sujet du procès de Carrier.
  374-375 et suiv.
  Leur salle est investie par un attroupement. Tumulte et scènes
  violentes dans Paris. 383 et suiv.
  Leurs séances sont suspendues. Réflexions sur ce club. 388 et suiv.
  Leur société étant dissoute, ils se réfugient au club électoral.
  390-391. (Voy. _Club électoral_.)

  JANVIER (21). Une fête anniversaire de la mort de Louis XVI est
  instituée par les conseils. La première se célèbre le 1er pluviôse an
  IV. VIII, 92-93.

  JEAN DE BRY. Propose de juger à la fois Marat et Robespierre. III, 107.

  JEMMAPES. Bataille de ce nom. Événemens militaires qui y ont rapport.
  III, 114 et suiv.

  JEU DE PAUME. La salle du Jeu de Paume devient le lieu des séances de
  l'assemblée nationale. Les députés assemblés dans le Jeu de Paume
  prêtent le serment de ne pas se séparer avant l'établissement d'une
  constitution. I, 62-63.
  On fait louer la salle pour empêcher une nouvelle séance. 64-65.

  JEUNESSE DORÉE. Parti auquel on donna ce nom. VI, 338.

  JORDAN (Camille). Son rapport aux cinq-cents sur la liberté des cultes.
  IX, 162 et suiv.

  JOUBERT. Est nommé par le nouveau directoire commandant de l'armée
  d'Italie, et remplace Moreau. X, 243.
  Est tué à la bataille de Novi. 260.

  JOUR DE L'AN. Cérémonial aboli par l'assemblée législative à propos des
  hommages rendus au roi dans ce jour. II, 44.

  JOURDAN. Est nommé général en chef de l'armée du Nord. V, 97.
  Gagne les batailles de l'Ourthe et de la Roër. VI, 309 et suiv.
  Manoeuvres du général pour favoriser le passage du Rhin par Moreau.
  VIII, 221 et suiv.
  Passe le Rhin. 228-238 et suiv.
  Est repoussé sur le Mein par l'archiduc Charles. 300-301.
  Est battu à Wurtzbourg, et bat en retraite. VIII, 318-319.
  Nommé député en l'an V. IX, 147-148.
  Est appelé au commandement de l'armée du Danube. X, 140.
  Ses opérations militaires dans la campagne de 1799. (Voy. _Guerre_.)
  Propose aux cinq-cents de déclarer la patrie en danger (17 fructidor
  an VII). Sa proposition est rejetée. 279-281.

  JOURNAUX. Divers journaux, représentant les opinions des partis, sont
  publiés au commencement du directoire. VIII, 54.
  Licence des journalistes., VIII, 396-397.

  JUILLET (12, 13, 14). Le peuple parcourt les rues avec les bustes de
  Necker et du duc d'Orléans. Le régiment de Royal-Allemand le disperse.
  I, 87.
  Les gardes-françaises font feu sur le Royal-Allemand. _Ibid_. Le
  peuple force les barrières, pille les greniers de Saint-Lazare, et
  prend des armes au Garde-Meuble. 89.
  Divers bruits se répandent sur les projets hostiles de la cour. 93-94.
  Le peuple enlève les canons de l'Hôtel des Invalides, et court à la
  Bastille. 95-96.
  Suites de ces journées. 98-99.

  JUIN (20). Événemens de cette journée. Ses causes. II, 124-140.
  Suites de cette journée. 141 et suiv.

  KAIRE (Le). (Voy. _Égypte_.)

  KELH. Reddition de ce fort par Moreau. VIII, 404.

  KERSAINT. Donne sa démission à la convention nationale, pour ne pas
  s'asseoir avec des hommes de sang. III, 258-259.

  KLÉBER. Ses opérations militaires en Bretagne. V, 265-268-271-280-282 et
  suiv.
  Bonaparte lui confie le commandement de l'armée d'Égypte. X. 312.

  KLINGLIN. Correspondance de Pichegru avec les princes émigrés, trouvée
  dans un fourgon du général Klinglin. IX, 194-195.

  LADMIRAL. Il tente d'assassiner Robespierre ou Collot-d'Herbois, et
  échoue. VI, 96-98.

  LAFAYETTE (Le marquis de). Vice-président de l'assemblée constituante. I,
  92.
  Il est nommé commandant de la milice bourgeoise de Paris. 104.
  Détails sur sa vie et son caractère. I, 110 et suiv.
  Il donne sa démission, et reprend aussitôt le commandement. 114.
  Déclaration des droits. 136 et suiv.
  Traité de Cromwell. 144.
  Arrête le peuple sur la route de Versailles. 172.
  Arrive à Versailles dans la nuit du 4 octobre. Ses efforts pour
  contenir le peuple à Paris. Il tranquillise le roi, et prend diverses
  mesures pour maintenir l'ordre. Fatigue de vingt-quatre heures et repos.
  172 et suiv.
  Défend le château attaqué par les brigands. Montre la reine au peuple.
  175 et suiv. (Voy. _Versailles_.)
  Traité par Mirabeau de Cromwell-Grandisson. Engage le duc d'Orléans à
  quitter Paris. 179-180.
  Punit quelques soldats mutinés pour une augmentation de paie. 194-195.
  Conseille au roi de s'attacher démonstrativement et sincèrement au
  parti populaire. 199.
  Dénonce à la tribune l'influence secrète de l'Angleterre dans les
  affaires de la révolution. 219-220.
  Comprime diverses émeutes. 267-268.
  Disperse les jacobins attroupés au Champ-de-Mars. 302 et suiv.
  Envoyé à l'armée du Rhin avec Luckner et Rochambeau. II, 40.
  Prend le commandement de l'armée du Centre. 44.
  Dumouriez s'oppose à ce qu'il ait le commandement général. 77.
  Sa position au milieu des partis à la fin de 1792. 110 et suiv.
  Il écrit une lettre à l'assemblée. 112 et suiv.
  Se rend à l'assemblée et y expose divers griefs. 146; et suiv.
  S'assied au banc des pétitionnaires. Ses projets en faveur du roi
  échouent. Il repart pour l'armée. 149 et suiv.
  Il propose au roi un projet de fuite. 206.
  Est mis hors d'accusation par l'assemblée. 231.
  Il fait arrêter des commissaires envoyés par l'assemblée. On demande
  son accusation. Ses projets. 286-287.
  Il est déclaré traître à la patrie et décrété d'accusation. 287.
  Il est abandonné par Dumouriez. Se retire dans les Pays-Bas, et est
  fait prisonnier par les Autrichiens, 289-291.
  Son élargissement des prisons d'Olmutz, par suite du traité de
  Campo-Formio. IX, 334.

  LAMBALLE (La princesse de). Elle est massacrée. II, 334-335.

  LAMETH. Les deux frères Lameth se liguent avec Barnave et Duport. I, 117.
  Ils s'entendent avec la cour. I. 293.

  LAMOURETTE. Évêque constitutionnel de Lyon et député à l'assemblée
  législative. Motion de ce député. II, 173-174.
  Effet produit par cette motion. 175.

  LANJUINAIS. Il soutient que le décret qui casse la commission des douze
  est nul. Tumulte et menaces à ce sujet. IV, 155 et suiv.
  Son courage à la tribune le 2 juin. 178-179.

  LARÉVELLIÈRE-LÉPAUX. Il sort du directoire dans la révolution de prairial
  an VII. Sa conduite dans cette circonstance. X, 232-238.
  (Voy. _Directoire_.)

  LAROCHE-JAQUELIN. Chef Vendéen. IV, 90-91.

  LAVILLE-HEURNOIS. (Voy. _Royalistes_.)

  LECOINTRE (de Versailles). Il accuse à la convention les membres des
  anciens comités. VI, 281 et suiv.
  Son accusation est déclarée fausse et calomnieuse. 288 et 289.

  LEMAITRE. Chef des agens royalistes. Il est arrêté après le 13
  vendémiaire. Sa correspondance. VII, 373 378.

  LÉOBEN. Préliminaires de paix avec l'Autriche, signés dans cette ville.
  Principaux articles. IX, 91-95 et suiv.

  LÉOPOLD. Intentions de ce prince envers la France et Louis XVI. II, 40
  et suiv.

  LEPELLETIER-SAINT-FARGEAU. Il est tué par un garde-du-corps. III,
  265-266.

  LESCURE (De). Chef vendéen. IV, 91.
  --Il est tué dans un combat. V, 123.

  LETOURNEUR. Son caractère et sa conduite au directoire. IX, 5-6.
  Le tirage au sort le fait sortir du directoire. 154.

  LEVÉE EN MASSE. Elle est décrétée. IV, 362.
  Moyen qu'on emploie pour l'exécution de cette mesure. 363 et suiv.

  LIDO. Massacre des Français dans le port de ce nom à Venise. IX, 114 et
  suiv.

  LIEUTAUD. Entretient une troupe pour parler en faveur du roi. II, 205.

  LILLE. Bombardement de cette ville par le duc de Saxe-Teschen.
  L'archiduchesse Christine y assiste. III, 56.
  Négociations entamées en cette ville entre la France et l'Angleterre,
  en messidor an V. IX, 235-243.
  Rupture de cette conférence par le directoire. 310-311 et suiv.

  LINDET (Robert). Il fait à la convention un rapport sur l'état de la
  France (20 septembre 1794). VI, 293 et suiv.

  LIVRE ROUGE. Louis XVI fait cacheter les feuillets où sont marquées les
  dépenses de Louis XV. I, 230-231.

  LOANO. Bataille de ce nom. VIII, 58-61.

  LODI. Bataille et passage du pont de Lodi. VIII, 178 et suiv.

  LOMBARDIE. Conquête de ce pays. VIII. 173 et suiv.

  LONATO. Bataille de ce nom. VIII, 283-285.

  LOUIS XVI. Il monte sur le trône. Sou caractère. Ascendant de la reine.
  I, 6-7.
  Sa position et ses incertitudes. L'initiative qu'il pouvait prendre.
  29 et suiv.
  Il assiste à l'ouverture des états-généraux et prononce un discours. 44.
  Dans la séance du 23 juin, il prononce un discours qui irrite les
  esprits. 65-66.
  Ordonne à l'assemblée de se séparer sur-le-champ. 66.
  Répond froidement à l'assemblée nationale qui demandait le renvoi des
  troupes. 92.
  Déclare à la députation de l'assemblée qu'il a ordonné l'éloignement
  des troupes. 95.
  Ses inquiétudes. Conversation avec le duc de Liancourt. 100.
  Il se rend à l'assemblée nationale et y est reçu avec enthousiasme. 102.
  Se rend à Paris, escorté de deux cents députés, et fait un discours à
  l'Hôtel-de-Ville. 105-106.
  Est proclamé restaurateur de la liberté française. 127.
  Sa réponse à l'assemblée, qui lui demandait acceptation et promesse de
  promulgation des articles constitutionnels et de la déclaration des
  droits. 167.
  Il accepte purement et simplement les articles et la déclaration des
  droits. 171.
  Revient à Paris. 177.
  Se présente à l'assemblée le 4 février 1790, et fait un discours. Est
  reconduit aux Tuileries par le peuple. 196 et suiv.
  Sa liste civile est fixée à 25 millions. 231.
  Assiste à la fête de la fédération avec la reine, et prête le serment de
  maintenir la constitution. 240-241.
  Frappé du sort de Charles Ier. 252.
  Ses projets de fuite. 266.
  Le peuple arrête sa voiture. 276-277.
  Ses négociations avec des princes étrangers. Projet de fuite. 277 et
  suiv.
  Sa fuite avec la famille royale. 280 et suiv.
  Circonstances de son arrestation à Varennes. 285 et suiv.
  Circonstances de son retour à Paris. 289 et suiv.
  Une sentinelle s'oppose à ses sorties. 293.
  Il accepte la constitution. 307.
  Se rend à l'assemblée législative, et est blessé par le cérémonial.
  II, 17.
  Appose son _veto_ à un décret contre les émigrés. 24.
  Adresse une proclamation aux émigrés. 25-26.
  Rend compte à l'assemblée législative de ses mesures contre
  l'émigration. 37 et suiv.
  Il songe à se lier avec la Gironde, républicaine par défiance du roi.
  57.
  Fait à l'assemblée des propositions de guerre. 72 et suiv.
  Ne veut sanctionner que le décret de vingt mille hommes et non celui
  contre les prêtres. 105.
  Ses hésitations. Ses contradictions. Son abattement. 106.
  Demande secrètement le secours de l'étranger. 107 et suiv.
  Attaqué dans les Tuileries le 20 juin. Diverses réponses qu'il fait au
  peuple. 135 et suiv.
  Fait une proclamation au peuple après le 20 juin. 144 et suiv.
  Se rend à l'assemblée, qui le reçoit avec enthousiasme. 175-176.
  Consternation du roi et de la cour. 181 et suiv.
  Il assiste à la deuxième fête de la fédération. 186-187.
  Divers projets d'évasion lui sont proposés. 206 et suiv.
  Il se prépare à fuir et y renonce ensuite. 229.-230.
  Est jeté avec sa famille dans la loge d'un journaliste dans l'assemblée.
  251.
  Est suspendu de la royauté. 257.
  Est gardé prisonnier aux Feuillans. 268.
  Est transporté au Temple avec la famille royale. 278.
  On commence à agiter la question de son jugement. III, 105 et suiv.
  Détails sur sa captivité au Temple. 153 et suiv.
  L'éducation de son fils. 154.
  Précautions de la commune. 158-159.
  Son procès et détails qui y ont rapport. 159 et suiv.
  Il est conduit à la barre de la convention pour être jugé. 202 et suiv.
  Répond aux diverses questions qui lui sont faites. 204.
  Se choisit des défenseurs. 205 et suiv.
  Nouveaux détails sur sa captivité pendant son procès. 219 et suiv.
  Il est déclaré coupable de conspiration contre la liberté. 248.
  Est condamné à mort. 256.
  Circonstances et détails de son exécution. 262-265-266-270.

  LOUVET. Rédige _la Sentinelle_. II, 119.
  Il dénonce Robespierre à la convention. III, 84 et suiv.
  Il court chez Pétion donner l'alerte aux girondins. 342-343.

  LOZÈRE. Trente mille révoltés sont soumis dans ce département. IV,
  255-256.

  LYON. Un club jacobin s'y établit. Troubles politiques en 1793. IV,
  75-76.
  Combat sanglant dans cette ville. 196-197.
  Troubles en juillet 93. Riard et Châlier sont mis à mort. 323-324.
  Il est mis en état de siége par Dubois-Crancé, conformément au décret
  de la convention. V, 7 et suiv.
  Le siége se poursuit. 32.
  Principales opérations militaires du siége. 81 et suiv.
  Les promesses de l'émigration. 84.
  Couthon propose de l'inonder avec des masses, et fait destituer
  Dubois-Crancé qui s'y refuse. 90-91.
  Suite. Prise de la ville. 91-94.
  Décret de la convention contre cette ville. 94-95.
  Le terrible décret de la convention contre cette ville est mis à
  exécution. 131 et suiv.
  Démolition des plus belles rues. La mine pour détruire les édifices, la
  mitraille pour immoler les proscrits. 132.
  Cette ville est déclarée n'être plus en état de rébellion. VI, 368.
  Les contre-révolutionnaires y égorgent soixante-dix prisonniers le 5
  floréal an III. VII, 184.

  MACDONALD. Il est nommé commandant de l'armée de Naples. X, 140.
  Ses opérations militaires dans la campagne de 1799. (Voy. _Guerre_.)

  MAGNANO. Bataille de ce nom. X, 164 et suiv.

  MAI (1793). Troubles dans Paris à l'occasion des nouvelles de
  l'insurrection vendéenne les premiers jours du mois. Détails sur les
  craintes des partis à cette époque. IV, 100 et suiv. 107.
  31 mai. Circonstances de cette journée, depuis le 30 mai jusqu'au 2
  juin. 147 et suiv. 183-184. (Voy. _Insurrection_.)
  Réflexions sur cette journée et ses conséquences. 184 et suiv.
  Comment on en parle aux Jacobins. 191-193.
  Distribution des pouvoirs et des influences après cette journée. 275-281.

  MAILLARD. Un citoyen de ce nom conduit à Versailles une troupe de femmes
  furieuses. I, 166.
  Il se présente avec ces femmes devant l'assemblée, et expose le
  désespoir du peuple à cause de la disette, 168-169.
  Principal acteur dans les massacres du 2 septembre. (Voyez _Septembre_.)
  Ses préparatifs, suivant une relation toute récente. II, 310-311.
  Sa présence à l'Abbaye. 317.

  MAISON MILITAIRE. Formation de la maison militaire du roi. II, 86 et
  suiv.

  MALESHERBES. Se dévoue à la défense de Louis XVI. III, 206.

  MALMESBURY (Lord), ambassadeur anglais envoyé à Paris. Ses négociations
  avec le directoire. VIII, 340-344.
  Suite de ses négociations. 356 et suiv.
  Suite de sa négociation avec le directoire. Elle est rompue. Il repart
  pour l'Angleterre. 386-390.
  Est de nouveau chargé par l'Angleterre de négocier la paix. IX, 145.
  Conférences de Lille. 235-245.

  MALTE (Ile de). Prise de cette île par les Français. X, 6-8.

  MANDAT. Général en chef de la garde nationale au 10 août. Ses
  préparatifs. II, 239.
  Il est sommé de comparaître à l'Hôtel-de-Ville. 242.
  Tué et jeté à l'eau. 243.

  MANDATS. Nouveau papier créé le 25 ventôse an IV. VIII, 109-111.
  Ce papier tombe. Causes de sa chute. 247 et suiv.

  MANIFESTE DE BRUNSWICK. II, 217 et suiv.
  Effet qu'il produit en France. 224 et suiv.

  MANTOUE. Commencement du blocus de cette ville. VIII, 211.
  Prise de cette ville par les Français. 425 et suiv.

  MANUEL. Procureur-syndic de la commune, propose de loger le président de
  la convention aux Tuileries. III, 23.

  MARAT. Son caractère, ses principes. II, 194-196.
  Son entrevue avec Barbaroux. 196 et suiv.
  Il est chef du comité de surveillance de Paris. 277.
  Se fait rendre les presses enlevées par Lafayette. 278.
  Est élu député à la convention. III, 9.
  Justifie sa conduite et ses écrits dans la convention. 38 et suiv.
  Rappelle ses ennemis à la pudeur, et montre le pistolet avec lequel il
  se serait tué si on l'eût décrété d'accusation. 43-44.
  Va trouver Dumouriez au milieu d'une fête. 78-79.
  Dispute qui s'élève aux Jacobins au sujet de Marat et de Robespierre.
  209 et suiv.
  Les partisans de Marat. Sa justification par ses maximes. Il surfait au
  peuple parce qu'on le marchande. 210-211.
  Il est déféré aux tribunaux comme un des auteurs du 25 février. 317.
  Se défend dans son journal. 318-320.
  Il s'élève contre une pétition de la section Poissonnière et dénonce
  Fournier. 347.
  Est mis en arrestation par la convention. IV, 60.
  Est acquitté par le tribunal révolutionnaire. Honneurs qu'il reçoit à
  la convention et aux Jacobins. 66-68.
  Sommé de s'expliquer sur ses opinions sur la nécessité d'une dictature.
  192.
  Il est assassiné dans son bain. 265.
  Honneurs qu'il reçoit après sa mort. 267-269-272-273.
  Le 21 septembre 1794, ses restes sont transportés au Panthéon à la
  place de ceux de Mirabeau. VI, 299-300.
  Ses bustes sont brisés en 1795. VII, 56 et suiv.
  Ils sont enlevés de la convention. Scènes tumultueuses à ce sujet.
  59.

  MARCEAU. Il est nommé général en chef en Vendée. V, 287.
  Est tué sur le champ de bataille. VIII, 320.

  MARIE-ANTOINETTE. Elle est transférée à la Conciergerie, pour être jugée
  par le tribunal révolutionnaire. IV, 395.
  Un ami imprudent, et la correspondance dans un oeillet. V, 143.
  Hébert et ses dépositions révoltantes dans ce procès. 146-148-149.
  Réponse admirable à ces accusations. 149.
  Détails de son procès. Elle est condamnée et mise à mort. 149-151.

  MARSEILLE. Ville dévouée à la Gironde. IV, 76-77.

  MARTIN D'AUCH. S'oppose à la déclaration du jeu de Paume. I, 63.

  MASSÉNA. Un des généraux de l'armée d'Italie. VIII, 142-143.
  Il s'empare du col de Tarwis. IX, 67-71.
  Est nommé commandant de l'armée d'Helvétie. X, 140.
  Remplace Jourdan dans le commandement de l'armée du Danube. Manière
  dont il dispose ses forces. 188-189 et suiv. (Voy. _Guerre_.)
  Il remporte une grande victoire à Zurich. 318-321 et suiv.

  MAURY. (L'abbé). Principal orateur du clergé. Caractère de son esprit.
  I, 117.
  Il tâche de s'opposer à la saisie des biens du clergé. 188 et suiv.
  Demande que l'assemblée se sépare, et qu'on procède à de nouvelles
  élections. 210-211.

  MAXIMUM. Il est établi sur tous les grains. IV, 330-331;
  sur toutes les marchandises. 332-385.
  Effets malheureux de cette mesure. V. 173 et suiv.
  Effets désastreux du _maximum_.
  Détails économiques. VI, 270 et suiv.
  Cette mesure subit une réforme. 364-365 et suiv.
  Il est aboli. VII, 244-248.

  MAYENCE. Description de cette place forte. IV, 309.
  Détails militaires du siége de cette ville. Disette effroyable.
  Ignorance de la garnison sur les événemens qui se passent en France,
  et _faux Moniteurs_ que les Prussiens font imprimer. Les Français
  l'évacuent. 312-320.
  Admiration des assiégeans pour la résistance des Français. 320.

  MENOU. Général de l'armée de l'intérieur. Son rôle dans la journée du 12
  vendémiaire. VII, 355 et suiv.

  MERLIN. Il est nommé ministre de la justice en l'an V. IX, 209.
  Est nommé directeur. 294.
  Sort du directoire par la révolution du 30 prairial an VII. X, 238.
  (Voy. _Larévellière_ et _Directoire_.)

  MESNAI. Seigneur de Quincey; explosion dans son château qui cause une
  effervescence universelle. I, 124.

  MILAN. Prise de cette ville. VIII, 181-182.
  Une révolte se manifeste après le départ de Bonaparte. Elle est
  étouffée. 189-191.

  MILLESIMO. Bataille de ce nom. VIII, 144-150.

  MINCIO. Passage de ce fleuve par Bonaparte. VIII, 198-200 et suiv.

  MINISTÈRE. État du ministère après la retraite de Necker. Les ministres
  se retirent successivement. I, 250-251.
  Nouvelle organisation du ministère. II, 32 et suiv.
  Discussions parmi les membres du ministère. 53-55.
  Renouvellement du ministère. 62-63.
  La division s'y établit. 80 et suiv.
  Roland, Clavière et Servan sont renvoyés. 103.
  Des ministres feuillans le composent. 106.
  Sa réorganisation après le 10 août. 263-264.
  Il est l'objet de beaucoup de plaintes après le 31 mai. IV, 283-284.
  Organisation du ministère par le directoire. Cinq ministres sont
  nommés. VIII, 17.
  Changemens projetés par le directoire. Les clichyens s'y opposent.
  Détails à ce sujet. Le directoire nomme les ministres désignés par sa
  majorité. IX, 200-211.
  Changemens opérés à la suite de la révolution de prairial an VII. X,
  347-348.

  MIRABEAU. Est élu député en Provence. I, 37-38.
  Propose de sommer le clergé de se réunir aux communes. 49.
  Il déclare que l'assemblée nationale ne se séparera que par la force.
  67.
  Il propose de demander au roi le renvoi des troupes. 83-84.
  Paroles mémorables de Mirabeau à l'occasion d'une dernière députation
  envoyée au roi. 101.
  Il réclame contre la mise en liberté de Besenval. 116.
  Son caractère, son influence, idée de son génie. 119-120 et suiv.
  Fait une proposition relative à l'hérédité du trône. 150-151.
  Appuie une proposition d'impôt faite par Necker. Ses paroles sur la
  banqueroute. 155-156;
  Soupçonné d'être un des agens du duc d'Orléans. 179 et suiv.
  Son entrevue avec Necker. 182.
  Ses communications avec la cour. Réflexions à ce sujet. 200-201.
  Paroles de Mirabeau à propos de la proposition relative à la religion
  de l'état. 209.
  Il s'oppose à la réélection des représentans. 211-212.
  Réponse au discours de Barnave sur le droit de faire la paix et la
  guerre. 223-224.
  Se justifie de l'accusation portée contre lui d'être un des auteurs des
  5 et 6 octobre. 244.
  Traite avec la cour. Ses plans pour défendre la cause de la monarchie.
  253 et suiv.
  Il combat un projet de loi contre l'émigration. 269 et suiv.
  Sa mort. 272-275.
  Réflexions sur son caractère et sa carrière politique. 275-276.

  MIRABEAU (Le vicomte). Adversaire de son frère. I, 212,
  A la tête de 600 hommes dans l'évêché de Strasbourg. II, 33.

  MIROMÉNIL. Garde-des-sceaux, conspirait avec les parlemens. Il est
  destitué. I, 12.

  MONSIEUR (frère du roi). Sa popularité. I, 16.
  Le bureau qu'il préside vote pour le doublement du tiers. 28.
  Se rend à l'Hôtel-de-Ville pour expliquer ses rapports avec Favras.
  195.
  Fuite en Flandre. 281-282.
  Décret qui lui enjoint de rentrer sous deux mois. II, 23.

  MONTAGNARDS. Leur position et leurs incertitudes après le 25 février.
  III, 322 et suiv.
  Un grand nombre d'anciens membres du gouvernement révolutionnaire et de
  montagnards sont décrétés d'arrestation après le 1er prairial. VII,
  228-233 et suiv.
  Procès de plusieurs d'entre eux. Quelques-uns se tuent dans la prison.
  Supplice des autres. 237 et suiv.

  MONTAGNE (La). Nom donné à une portion de l'assemblée législative. II,
  15-16.
  Nom donné au côté gauche de la convention. III, 46-47.
  Sa situation après le 9 thermidor. VI, 245 et suiv.

  MONTENOTTE. Bataille de ce nom. VIII, 146-148.

  MONTESQUIOU. Sur le point d'être destitué. Son entrée en Savoie. On lui
  continue le commandement des troupes. III, 62.
  Il intimide Genève. 66.
  Il s'y réfugie devant la menace d'un décret. 144-145.

  MONT-THABOR. Bataille de ce nom. X, 295-297.

  MOREAU. Il est nommé commandant de l'armée du Rhin à la place de
  Pichegru. VIII, 125.
  Passe le Rhin. 226 et suiv.
  Suite de ses opérations sur le Danube. Bataille de Neresheim. 297-298.
  Il entre en Bavière. 302.
  Sa belle retraite. 321-326.
  Ses dispositions politiques avant le 18 fructidor. Preuves qu'il ne
  trahissait point à cette époque. IX, 194 et suiv.
  Ses révélations tardives. Il perd son commandement. 296-297.
  Prend le commandement de l'armée d'Italie, dont Schérer se démet. Ses
  premières opérations. X, 195 et suiv. (Voy. _Guerre_.)
  Sa retraite au-delà du Pô et de l'Apennin. 197 et suiv. (Voyez
  _Guerre_.)

  MOREAU DE SAINT-MÉRY (électeur). Défend l'Hôtel-de-Ville. I, 91.
  Il se maintient à l'Hôtel-de-Ville, et signe près de. 3,000 ordres en
  quelques heures. 99.
  Il désigne Lafayette pour être commandant de la milice. 104.

  MOULINS. Nommé directeur après le 30 prairial. (Voy. _Roger-Ducos_.)

  MOUNIER. Chef du parti de la constitution anglaise. I, 142.
  Il se présente au roi accompagné de quelques-unes des femmes
  entraînées à Versailles par Maillard. 169-170. (Voy. _Maillard_.)
  Donne sa démission, perd sa popularité. 185.

  MUNICIPALITÉ. Elle fait une proclamation au peuple après le 20 juin.
  II, 144.

  MUSCADINS. Origine de ce nom. VI, 292-293.

  NAPLES. Terreur de la cour à l'approche de Bonaparte. Un armistice est
  conclu. VIII, 212-213.
  La paix avec le royaume de Naples est signée. 347-348.
  Projets insensés de la cour de Naples contre la France. X, 103 et
  suiv. (Voy. _Guerre_.)
  Conquête de ce royaume par les Français. 113-119.

  NARBONNE. Ce ministre propose divers plans de guerre. II, 38.
  Organise trois armées sur la frontière. 44 et suiv.

  NECKER. Caractère et talens de ce ministre, I, 8.
  Il est exilé. 11.
  Rentre au ministère. 25.
  Propose, au nom du roi, un plan de conciliation aux commissaires de la
  noblesse. 52-53.
  Propose au roi des plans de réforme. 60.
  Reçoit un billet du roi qui le presse de partir. 86.
  Part. _Ibid._ Son retour est ordonné par le roi. 106.
  Il retourne en France, traîné en triomphe, se rend à l'Hôtel-de-Ville,
  et est accueilli avec transport par la multitude; Demande aux électeurs
  la liberté de Besenval, qu'ils accordent. 115-116.
  Embarras financiers de ce ministre. 133 et suiv.
  Il demande un emprunt de 30 millions. 135.
  Sa plainte à l'assemblée. Il demande une contribution du quart du
  revenu. 155.
  S'abouche avec Mirabeau. 182.
  Nouveaux détails sur son caractère. Il donne sa démission. 249-250.

  NELSON. Cet amiral anglais ne peut joindre le convoi français d'Égypte.
  X, 8-9.
  Il bat l'escadre française à Aboukir. 52-57.

  NERWINDE. Bataille de ce nom. Ses suites. IV, 4 et suiv.

  NEUFCHÂTEAU (François de). Il est nommé directeur. IX, 294.

  NOBLES. Les ex-nobles sont bannis par un décret de la convention. VI,
  8-9.
  Une loi sur les ci-devant nobles est rendue après le 18 fructidor. IX,
  309-310.

  NOBLESSE. La noblesse se refuse à la vérification des pouvoirs en
  commun. (Voy. _Tiers-État_ et _Vérification_.) Quarante-sept
  de ses membres se réunissent à l'assemblée nationale. I, 70
  La majorité se réunit le 27 juin. 71-72.
  Elle continue à se réunir en ordre séparé. 81-82.
  Abdique ses priviléges. 125-126.
  Son rôle dans l'assemblée. 191-192.
  Se divise dans ses plans en deux partis. 206.

  NORMANDIE. Elle est contraire à la révolution, IV, 78.

  NOTABLES (Assemblée des). Sa convocation. I, 11.
  Elle est convoquée de nouveau. 27.

  NOVI. Bataille de ce nom. Détails militaires. X, 257-264.

  ORANGE. On institue dans cette ville un tribunal révolutionnaire pour
  tout le Midi. VI, 148-149.

  ORLÉANS (Le duc d'). Il est exilé à Villers-Cotterets. I, 18.
  Accusé de cabales. 38.
  Son caractère. 39-40.
  Il se mêle aux députés du tiers, 43.
  Réunion au Palais-Royal des gens qu'on lui Suppose dévoués. 79.
  Il est accusé d'être un des auteurs des 5 et 6 octobre, et mis hors
  d'accusation. 243 et suiv.
  Refuse la régence. 300 et suiv.
  Est insulté au château. II, 49-50.
  Est nommé député à la convention. III, 9.
  Sa position équivoque dans la convention. On délibère sur son
  bannissement. 214 et suiv.
  Il vote la mort de son parent. 253.
  Il est décrété d'accusation avec sa famille. IV, 38-39.
  Est condamné à mort et exécuté. V, 167-168.

  ORDRES. Conduite des premiers ordres à la convocation des états
  généraux. I, 41-42.

  OTAGES (Loi des). Rendue le 30 prairial an VII. Ses conséquences. X, 247
  et suiv.

  PACHE. Il est nommé ministre de la guerre. Sa sobriété, sa modération,
  son activité. III, 111-112.
  Son penchant pour les jacobins. 133.
  Ses bureaux. 150.
  Disgracié. 275.
  Nommé maire de Paris. 305.
  Il signe une pétition pour exclure les girondins de l'assemblée. IV, 62.

  PALAIS-ROYAL. Le jardin du Palais-Royal devient le centre des plus
  grands rassemblemens populaires. I, 79.
  Il continue à être le centre de réunion des agitateurs. 143-144.
  Fait une adresse à la commune. 145.

  PÂQUES VÉRONAISES. Nom donné au massacre des Français à Vérone le 15
  avril 1797. Détails de cet événement. IX, 107-114.

  PARLEMENT. Sa résistance à l'égale répartition des impôts et à
  l'abolition des restes de la barbarie féodale. I, 9.
  Position du parlement après l'assemblée des notables. 15.
  Il est mandé à Versailles. 16.
  Exilé à Troyes. _Ibid._ Rappelé le 10 septembre. 17.
  Enregistre l'édit portant la création de l'emprunt successif, et la
  convocation des états-généraux dans cinq ans. 18.
  Fait, le 5 mai 1788, une déclaration de quelques-unes des lois
  constitutives de l'état. 20-21.

  PARIS, garde-du-corps, venge Louis XVI sur un de ses juges. III,
  265-266.

  PARTI POPULAIRE. Ses chefs et son influence vers la fin de 1792. II,
  117-118.

  PARTIS. État des partis après le 5 octobre. I, 178 et suiv.
  État de dissidence des partis après la seconde fédération. II, 192 et
  suiv.
  Exigence des partis après le 10 août, 270-271.
  Leur état au moment du procès de Louis XVI. III, 148 et suiv.
  Situation des partis après la mort de Louis XVI. 271 et suiv.
  Leurs différens moyens d'influence et d'action. IV, 70 et suiv.
  Leur division en décembre 93. V, 241 et suiv.
  Leur division et situation après le 9 thermidor. VI, 268-267-280 et
  suiv.
  Lutte des deux partis qui se formèrent après la terreur. 332 et suiv.
  343 et suiv.
  Grande agitation des partis révolutionnaire et modéré après la
  réaction de thermidor. VII, 55 et suiv.
  Lutte des patriotes et des révolutionnaires dans la réaction amenée par
  le 9 thermidor. 178 et suiv.
  Leurs plaintes contre le directoire. VIII, 95 et suiv.
  Leur état en messidor an V. IX, 253 et suiv. 265.
  Ils se coalisent tous contre le directoire après nos défaites en
  Italie (an VII). X, 220 et suiv.
  Leur agitation après le retour de Bonaparte d'Égypte. Tous se
  réunissent à lui par des motifs divers. 338-342 et suiv.

  PATRIE EN DANGER. La patrie déclarée en danger le 11 juillet 1792.
  Conséquence de cette déclaration. II, 180.
  Séances permanentes. Enrôlemens volontaires. Les fédérés arrivent de
  toutes parts. 188 et suiv.
  On propose, le 27 fructidor an VII, de renouveler cette déclaration.
  X, 279 et suiv.

  PATRIOTES. État de ce parti en germinal an III. VII, 84 et suiv.
  Échecs qu'ils éprouvent dans les insurrections du 1er germinal. 86-96;
  du 12 germinal. 107 et suiv.
  Ils sont désarmés et renvoyés dans leurs communes. 122 et suiv.
  Projets de révolte et d'insurrection en floréal (1795). Ils échouent.
  182 et suiv.
  Envahissent la convention le 1er prairial an III. Suite de leur
  insurrection les 2, 3 et 4 du même mois. Ils sont soumis. 204 et suiv.
  231.
  Leur révolte à Toulon, en floréal. 232-233.
  Réflexions sur la ruine de ce parti par les événemens de prairial.
  249 et suiv.
  La convention, menacée en vendémiaire, leur donne des armes. 353.
  Ils se réunissent au Panthéon et forment une espèce de club (1795).
  VIII, 52-53.
  Leurs plaintes et récriminations contre le directoire. 71-95 et suiv.
  Leur réunion au Panthéon devient un vrai club jacobin. 97-99.
  Leur société est dissoute. 99.
  Ils se montrent mécontens du directoire. Attaquent le camp de Grenelle.
  L'insurrection échoue. 257-261-262.
  Ils forment l'opposition contre le directoire après le 18 fructidor.
  IX, 401 et suiv.
  Leur déchaînement après le désastre de Novi et les événemens de
  Hollande. Mesures qu'ils conseillent. Leur force dans les conseils. V,
  268-269 et suiv.
  Le directoire fait fermer plusieurs de leurs sociétés. 273-275.
  Leurs plaintes et accusations contre le directoire dans leurs
  journaux. Leurs presses sont saisies. 275 et suiv.
  Les députés patriotes et leurs adversaires se réunissent pour essayer,
  d'une réconciliation. 277-279.

  PAVIE. Des paysans révoltés s'emparent de cette ville. Bonaparte la
  reprend. VIII, 190-192.

  PÉTION. Nommé par l'assemblée l'un des trois commissaires
  pour reconduire Louis XVI à Paris après son arrestation à Varennes. I,
  289.
  Il est nommé maire de Paris. Ses principes républicains et sa conduite.
  II, 122 et suiv.
  Sa conduite dans la journée du 20 juin. 124-127-139-140.
  Sa conversation avec le roi. 143.
  Il est suspendu de ses fonctions, 177.
  Est réintégré par l'assemblée. 184.
  La foule crie: _Vive Pétion! Pétion ou la mort!_ 186.
  Demande la déchéance du roi au nom des quarante-huit sections de Paris.
  226-227.
  Tâche de retarder l'insurrection du 10 août. 223-234.
  Place lui-même des sentinelles à sa porte pour être en état
  d'arrestation. 244.
  Rend compte à l'assemblée de l'état de Paris. 270.
  Regardé par Danton comme un honnête homme inutile. 274.
  Tâche de s'opposer aux massacres du 2 septembre. 333-334.
  Il est arrêté. IV, 190.

  PHILIPPEAUX. Son écrit contre Ronsin et les ultra-révolutionnaires. V,
  306-307.
  Il est accusé devant les jacobins. 314 et suiv.
  Suite de son accusation 329 et suiv.
  Il est arrêté. 389.
  Son procès et sa mort. 398-411.

  PICHEGRU. Commandant en chef de l'armée du Nord. VI, 60.
  Il passe la Meuse. 315.
  Envahit la Hollande; prend l'île de Bommel. VII, 11 et suiv.
  Nommé général de la force armée à Paris. Apaise l'insurrection du 12
  germinal. 117-119 et suiv.
  Commandant de l'armée du Rhin. 253.
  Sa trahison. Détails de ses négociations avec le prince de Condé. 259
  et suiv.
  Perd son commandement. VIII, 125.
  Ses relations avec les émigrés. 23 et suiv.
  Nommé député en l'an V par le Jura. 147.
  Continue ses projets de trahison. 156.
  Son rapport aux cinq-cents sur l'organisation de la garde nationale.
  216 et suiv.
  Est arrêté le 18 fructidor et conduit au Temple. 276-278.
  Il est condamné à la déportation. 285.

  PIÉMONT. Conquête du Piémont par Bonaparte. VIII, 141-161.
  Traité de paix avec ce royaume. 268.
  Abdication du roi. La France reprend en main le gouvernement. X, 120
  et suiv.

  PILNITZ. Déclaration de Pilnitz. I, 296-297.

  PITT. Sa politique à l'égard de la France. On l'accuse de payer des
  troubles. Il excite l'Espagne contre la France. III, 277 et suiv.
  Il a une entrevue avec Maret, envoyé du gouvernement français;
  entrevue qui n'amène rien. 283 et suiv.
  Est soupçonné d'être le moteur d'une conspiration étrangère, et est
  déclaré l'ennemi du genre humain par la convention. IV, 393-394.
  Sa politique au commencement de 1794. VI, 54-55 et suiv.
  Politique de ce ministre. Il continue à soutenir la
  guerre contre la France. Ses projets. VII, 164-167 et suiv.
  S'attire la haine des Anglais après la campagne de 1795.
  Sa politique. VIII, 77-80 et suiv.
  Ses négociations illusoires avec la France. 120-121.
  Ses combinaisons. Ouverture d'une négociation avec le directoire. 336\
  et suiv.

  POIDS ET MESURES. Le système en est renouvelé. V, 187-188.

  POLICE. Elle est érigée en ministère spécial sur la proposition du
  directoire. VIII, 101.

  PORTE (La). Elle déclare la guerre à la France. X, 61-62.

  PRAIRIAL (1, 2, 3 et 4) an III. Insurrection des patriotes. Envahissement
  de la convention. Combats. Meurtre d'un député. Détails de cette
  journée. VII, 205-225.
  Journée du lendemain, 2. Les patriotes échouent de nouveau. 224 et
  suiv.
  Le 4 prairial les révoltés se retranchent dans le faubourg
  Saint-Antoine. Ils sont soumis. 229-231.
  30 prairial. Révolution dans le gouvernement directorial. Trois
  directeurs sont changés. X, 228-232-238. (Voy. _Directoire_.)

  PRESSE. La liberté de la presse est établie après le 9 thermidor. VI, 261
  et suiv.
  Discussion sur la liberté de la presse en prairial. (Voy. _Prairial_,
  _Directoire_.)

  PRINCES. Fâcheuse situation des princes français émigrés en 1794 VI, 326
  et suiv.

  PRISONNIERS. Cinquante-deux prisonniers sont égorgés à Versailles. III,
  3 et suiv.

  PRISONS. Elles deviennent insuffisantes lors de la loi des suspects.
  Leur intérieur à cette époque. V, 136 et suiv.
  Jeux, simulacres de tribunaux, bizarrerie française. 141-142.
  Le régime des prisons devient plus rigoureux en 94. VI, 94.

  PROCESSION. Le roi et les trois ordres se rendent en procession à
  Notre-Dame. I, 43.

  PRUSSE. Elle rompt la neutralité et marche contre la France. II, 154.
  Négocie pour la paix. VII, 29-30.
  La paix est signée avec cette puissance. Conditions du traité. 134-135.
  Conserve sa neutralité malgré les efforts de Pitt. VIII, 122.

  PRUSSIENS. Leurs premiers succès. II, 297.
  Leur armée se retire. 372.
  Faux bruits sur la vraie cause de leur retraite. 375-376.

  PUYSAIE (De). Chef secret des chouans. VI, 324 et suiv.
  Suite de ses menées politiques en Bretagne. VII, 153 et suiv.
  Suite de l'expédition de Quiberon. Détails de ses opérations
  militaires dans cette affaire. 269-275-276-312.
  Il se prépare de nouveau à la guerre en Bretagne après l'affaire de
  Quiberon, VIII, 23 et suiv.

  PYRAMIDES. Bataille de ce nom. X, 36 et suiv.

  QUIBERON. Expédition de Quiberon. Détails militaires. VII, 269 et suiv.
  311.
  Cause de non-réussite des émigrés. Conséquences de l'affaire de
  Quiberon. VII, 312 et suiv.

  RADSTADT. Congrès de ce nom. Détails des négociations qui y eurent lieu
  en pluviôse an VI. X, 365 et suiv.
  Progrès des négociations dans l'été de l'an VI. 71 et suiv.
  Assassinat des plénipotentiaires français. Motifs et détails de cette
  catastrophe. 169-172.

  RADSTADT ET ETTLINGEN. Bataille de ce nom. VIII, 147 et suiv.

  RAISON (Culte de la). Abolition de ce culte. V, 231.

  REBECQUI. Il accuse Robespierre de tyrannie. III, 32 et suiv.

  RÉFORMES. Changement dans les moeurs et réformes diverses en 1795. VII,
  46-51.

  RELIGION CATHOLIQUE. Débats à l'assemblée sur la proposition de déclarer
  la religion catholique religion de l'état. I, 208 et suiv.

  RÉPUBLIQUE. On date de l'an 1er de la république, le 22 novembre 1792.
  III, 26.
  Dangers de la république en août 1793. IV, 325 et suiv.

  RESCRIPTIONS. Sorte de bons au porteur émis sous ce nom par le
  directoire. VIII, 84.
  Mauvais succès de ce papier. 106.

  RÉVEIL DU PEUPLE. Air chanté par la jeunesse dorée (voy. ce mot). VI,
  383.

  RÉVEILLON. La maison de ce fabricant de papiers est brûlée. I, 38-39.

  RÉVELLIÈRE-LÉPADX (La). Son caractère. Sa conduite à l'égard de ses
  collègues du directoire. IX, 6-7 et suiv.

  RÉVOLTES. Des révoltes contre-révolutionnaires se déclarent dans
  plusieurs départemens. IV, 19.

  RÉVOLUTION. Réflexions sur la marche des révolutions. II, 6-7.

  RÉVOLUTION FRANÇAISE. Causes qui la préparèrent. I, 33-35 et suiv.
  Elle commence à donner des inquiétudes aux souverains étrangers. 215.
  Différemment embrassée par Paris et les provinces. V, 359 et suiv.

  REWBELL. Caractère de ce membre du directoire. Sa position vis-à-vis des
  autres directeurs. IX, 4-5.
  Calomnieuses accusations contre sa probité. X, 182-185.
  Il est exclus du directoire par le sort. 185.

  RHIN. Passage de ce fleuve par Moreau. VIII, 226 et suiv.;
  par Jourdan. 238;
  par Masséna le 16 ventôse an VII. X, 145-146.

  RIVOLI. Bataille de ce nom. VIII, 411-423.

  ROBESPIERRE. Il s'élève contre la critique de la déclaration des droits.
  I, 167.
  Combat la proposition de la loi martiale. 186.
  Il se prononce contre le principe de l'inviolabilité du roi. 301.
  Son influence au club des jacobins. II, 14 et suiv.
  Se déclare contre la guerre dans les séances aux jacobins. 48-49.
  Buzot et Roland lui offrent un asile. 198.
  Entrevue avec Barbaroux. 201-202.
  Sa position après le 10 août. 273.
  Il adresse à l'assemblée une pétition au nom de la municipalité. 281
  et suiv.
  Il est nommé député à la convention. III, 9.
  Est accusé de tyrannie à la convention. Sa défense. Débats à ce sujet.
  31-32.
  Il est accusé de nouveau par Louvet. 84 et suiv.
  Se défend à la convention. 98 et suiv.
  Veut que Louis XVI soit condamné sans procès. 192 et suiv.
  Dispute qui s'engage aux Jacobins au sujet de Robespierre et de Marat.
  209 et suiv.
  Combat l'appel au peuple et demande la condamnation du roi. 234 et suiv.
  --Fait un long discours contre Dumouriez et les girondins. IV, 51 suiv.
  --Sa popularité, ses projets, et détails sur son caractère. 289 et suiv.
  Parle aux Jacobins en faveur du comité de salut public. 291-294 et suiv.
  Sa politique. 296-299.
  Il devient membre du comité de salut public. 591.
  --Improuve aux Jacobins la destruction du culte, et se prononce contre
  les agitateurs. 218 et suiv.
  Justifie Danton. 224 et suiv.
  Son opinion sur la nature du gouvernement révolutionnaire. 352 et suiv.
  Il parle contre Danton à la convention. 390 et suiv.
  Fait décréter la reconnaissance de l'Être-Suprême. Son discours. VI,
  22-29.
  On tente de l'assassiner. 100-102.
  Son discours aux Jacobins après cette tentative d'assassinat. 105 et
  suiv.
  Son influence en 94. Sa politique. Détails de son caractère. 107 et
  suiv.
  Propose et fait adopter une nouvelle organisation du tribunal
  révolutionnaire. 119-123.
  Commence à éprouver de la résistance dans les comités. 128-129 et
  suiv.
  Ses projets contre les comités et sa conduite politique à cette
  époque. 154-158.
  Suite du même sujet. 180 et suiv.
  Prononce le 8 thermidor un discours à la convention. Il se justifie
  de certaines accusations, et ensuite attaque ses adversaires des
  comités. Il conclut à une épuration des comités de sûreté générale et
  de salut public. 187-193.
  Débats à ce sujet; il est à son tour vivement accusé. 193-197.
  Va aux Jacobins, et fait décider une nouvelle insurrection contre la
  convention. 197-198.
  Est accusé violemment le 9 thermidor à la convention. Détails de cette
  scène. Il est décrété d'arrestation. 205-210.
  Se tire un coup de pistolet. Son supplice. 225-228.

  ROEDERER. Engage Louis XVI à se retirer dans le sein de l'assemblée
  législative. Discussion avec la reine. II, 249-250.
  Il rend compte à l'assemblée dès préliminaires de l'insurrection. 251.

  ROGER-DUCOS et MOULINS. Ils succèdent à Larévellière et à Merlin au
  directoire. X, 240 et suiv.

  ROGER-DUCOS. Il est nommé consul provisoire, le 18 brumaire. X, 383-384.

  ROLAND. Nommé ministre de l'intérieur. II, 62.
  Il lit au roi une lettre. 92 et suiv.
  Communique à l'assemblée la lettre qu'il avait lue au roi. 103.
  Attaque les auteurs du 2 septembre. 330-331.
  Fait son rapport sur l'état de Paris. III, 83.
  Son inflexibilité vis-à-vis de la commune. 150-151.
  Donne sa démission. 273.

  ROLAND. (Mad.). Son influence sur les girondins. II, 63.
  Haine des jacobins contre elle. III, 12-13.
  Elle est arrêtée. IV, 190-191.
  Est condamnée et exécutée. V. 168-469.

  ROME. Agitation des démocrates dans les États-Romains. La légation
  française est insultée. IX, 381-383.
  Berthier entre à Rome, en chasse le pape. 384-386.
  Les Romains se constituent en république, 385 et suiv.
  État de son gouvernement après sa révolution. X, 86 et suiv.
  Entrée des Napolitains dans les États-Romains. Ils sont repoussés par
  Championnet. 109-113.

  ROMEUF. Aide-de-camp de Lafayette; il part sur les traces de Louis XVI.
  I, 283.
  Il arrive à Varennes. 288.

  RONSIN. Il sort de prison. Son caractère. V, 338-339.
  Il est de nouveau arrêté. 370.
  Son procès et sa mort. 374-379.

  ROSSIGNOL. Il est nommé général de l'armée des côtes de La Rochelle.
  IV. 389.

  ROVEREDO. Bataille de ce nom. VIII, 303-307.

  ROYALISTES. Situation du parti royaliste en 1794. VI, 326-327.
  Intrigues diverses et projets des agens royalistes. VII, 153 et suiv.
  Triomphe de ce parti après les événemens de prairial. 249 et suiv.
  Menées de ce parti dans les sections après les journées de prairial.
  VII, 323 et suiv.
  Leur désappointement après le 13 vendémiaire. 373 et suiv.
  Les agens de la royauté continuent leurs secrètes menées. VIII, 114 et
  suiv.
  État de cette faction dans l'hiver de l'an V. Suite de ses intrigues
  et de ses projets. IX, 18 et suiv.
  Complot découvert de Broitier, Laviller-Heurnois et Duverne de
  Presle. 28 et suiv.
  Leurs espérances après les élections de l'an V. Leur joie à Paris, où
  se réunissent beaucoup d'émigrés et de chouans. 179-181.
  Leur terreur après le 18 fructidor. 293 et suiv.

  ROYOU. Rédacteur de l'_Ami du Roi_, mis en accusation. II, 84.

  SAINT-HURUGUES. Ancien marquis, détenu à la Bastille. I, 444.
  Il se porte sur Versailles avec plusieurs exaltés. 144-145.

  SAINT-JUST. Son opinion sur l'inviolabilité du roi et sur sa mise en
  accusation. III, 172 et suiv.
  Il provoque et fait décréter l'institution du gouvernement
  révolutionnaire. V, 56 et suiv.
  Est envoyé par le comité de salut public à l'armée du Rhin. Ce qu'il y
  fait. 245-246-249.
  Il fait un rapport contre les hébertistes et les dantonistes. 369 et
  suiv.
  Accuse Danton à la convention. 393 et suiv.
  Il est décrété d'arrestation par la convention, dans la séance du 9
  thermidor. VI, 210.
  Son supplice. 227-228.

  SALLES. Propose et soutient le système de l'appel au peuple dans le
  procès de Louis XVI. III, 230 et suiv.

  SANTERRE. Son influence sur les faubourgs. II, 118.
  Ses opérations au 20 juin. 124-126-127-132-133.

  SCHÉRER. Il est nommé général en chef de l'armée d'Italie. X, 139.
  Il abandonne le commandement de l'armée d'Italie à Moreau. 195.

  SECTIONS. Les sections de Paris chargent Pétion de demander la déchéance
  de Louis XVI. II, 226.
  Fanatisme des assemblées des sections. III, 308-310.
  Mesures qu'elles demandent pour assurer le repos public. 331-333.
  La section Poissonnière demande un acte d'accusation contre Dumouriez.
  Scène à la convention à ce sujet. 346 et suiv.
  La section de la Halle-au-Blé fait une pétition contre plusieurs
  membres de la convention. IV, 50.
  Leur influence dans toute la France. 75 et suiv.
  La section de la _Fraternité_ dénonce les projets de l'assemblée
  de la mairie. 121.
  D'autres l'imitent. 123.
  Tumulte vers la fin de mai au sujet de l'accusation d'Hébert. 128 et
  suiv.
  Les 48 sections se réunissent pour décider l'insurrection du 31 mai.
  146.
  Les assemblées sectionnaires détruites par le comité de salut public.
  VI. 12-15.
  On décide qu'elles n'auront plus lieu qu'une fois par décade. 259.
  Les sections de Montreuil et des Quinze-Vingts présentent une pétition
  à la convention le 1er germinal. Leurs attroupemens insurrectionnels.
  VII, 86 et suiv.
  Elles sont agitées par les menées du parti royaliste. 324 et suiv.
  Elles se soulèvent contre les décrets des 5 et 13 fructidor. Pétitions.
  Celles de Paris rejettent ces décrets. 339-544.
  Celles du reste de la France les acceptent. 345 et suiv.
  Elles font la journée du 15 vendémiaire (voy. _Vendémiaire_).
  348-369.
  La section Lepelletier résiste aux troupes du général Menou le 12
  vendémiaire. 354 et suiv.
  Les sectionnaires forment diverses sociétés en 1795. VIII, 53.

  SELZ. Lieu choisi pour les conférences entre l'Autriche et la France.
  Négociations qui s'y font. X, 67 et suiv.

  SEPTEMBRE (2, 3, 4 et 5). Détails de ces journées. Massacre des
  prisonniers. II, 312-340.

  SEPTEUIL. Trésorier de la liste civile. Sommes trouvées chez lui. III, 4.
  On les évalue à dix millions. 94.

  SERMENT CIVIQUE. Origine de ce serment. I, 138.
  Il est prêté par l'assemblée nationale et par tous les corps
  constitués de Paris et de la France. 198-199.
  Il est prêté par les fédérés au Champ-de-Mars. 240-241.
  L'assemblée étend l'obligation de ce serment au clergé. 259-260. (Voy.
  _Clergé_.)

  SERRURIER. Un des généraux de l'armée d'Italie. VIII, 143.

  SERVAN. Ce ministre propose la réunion d'un camp de vingt mille fédérés.
  Débats à l'assemblée sur cette motion. II, 90 et suiv.

  SIÈYES (l'abbé) publie une brochure sur le _tiers-état_. I, 26.
  Propose aux communes de faire une nouvelle sommation aux deux autres
  ordres relativement à la vérification des pouvoirs. Il motive la
  décision des communes qui se constituent assemblée nationale. 54 et
  suiv.
  Idées de Sièyes sur la constitution. 141.
  Il propose l'anéantissement des démarcations provinciales. 190.
  Il propose et fait adopter le projet d'un décret destiné à protéger la
  convention contre les insurrections. VII, 82 et suiv.
  Son projet de loi est voté; 93-95.
  Refuse d'être directeur. VIII, 10.
  Il est envoyé par le directoire en ambassade à Berlin. X, 156 et suiv.
  Il est élu directeur en remplacement de Rewbell. 187.
  Sa coopération au 18 brumaire. 351-353-356-359 et suiv.
  Il est nommé consul provisoire le même jour. 383-384.

  SOCIÉTÉ. Peinture de la société et des moeurs à la fin de l'an IV. VIII,
  103 et suiv.

  SOCIÉTÉS PATRIOTIQUES. Nom que prennent les assemblées de sections. IV,
  139.

  SOCIÉTÉS POPULAIRES. Décret rendu contre elles après la terreur. VI,
  351-357.
  Diverses réunions de la jeunesse dorée et le club du Panthéon sont
  fermés. VIII, 99.

  SOIXANTE-TREIZE députés prisonniers depuis le 31 mai sont réintégrés
  dans leurs fonctions. VI, 392.

  SOMBREUIL. Le dévouement de sa fille. II, 325.

  STAEL (Mad. de). Son influence à Paris. VII, 329.
  Elle essaie de rapprocher les constitutionnels et les clichyens. Son
  influence dans la société de Paris. IX, 254-257.

  STOCKACH. Bataille de ce nom. Détails militaires. X, 148-155.

  STOFFLET. Un des premiers chefs de l'insurrection vendéenne. IV, 84-90.
  Il continue la guerre après la soumission de Charette. VII, 147 et
  suiv.
  Il signe la paix à Saint-Florent. 161.
  Il est pris et fusillé. VIII, 131-132.

  SUBSISTANCES. Embarras à Paris pour les subsistances en 1792. III, 182
  et suiv.
  Les embarras augmentent. 307 et suiv.
  Leur déplorable état en 93. IV. 326 et suiv.
  Décrets de la convention à ce sujet. Détresse des Parisiens. 331 et
  suiv.
  Mesures prises par la commune et par la convention pour se pourvoir en
  octobre 93. V, 175-177-178 et suiv.
  Lois et règlemens sur les subsistances dans les premiers mois de 1794.
  VI, 84 et suiv.
  Nouveaux décrets sur les subsistances après le 1er prairial. VII,
  241-242.
  Le directoire les rend au commerce libre. VIII, 85 et suiv.

  SUISSE. Elle conserve sa neutralité au milieu de la guerre générale. Ses
  dispositions à l'égard de la république. VII, 137-138.
  Révolution en Suisse. Ses causes. Insurrection du pays de Vaud.
  Arrivée des Français avec Brune. Ils s'emparent de Berne. La Suisse se
  constitue en république. IX, 389-399.
  Nouveaux troubles politiques. Divisions entre les cantons.
  Intervention de la France. Un traité d'alliance est conclu. X, 72-82.
  Vraie importance de la Suisse dans une guerre sur le continent. 132 et
  suiv.

  SUISSES. Massacrés au 10 août. II, 253-254.

  SUSPECTS. Quels ils étaient. IV, 25.
  Leur arrestation est décrétée. 359-360.
  La loi des suspects est décrétée. V, 60 et suiv.
  Comment Chaumette les désigne. 134 et suiv.
  Détails sur leur détention. 136 et suiv.--
  Leur nombre augmente. On change l'administration intérieure des
  détenus. VI, 92 et suiv.
  Ils sont conduits en foule à la mort en juin 1794. 136-143.
  Ils sont élargis. 241 et suiv.

  SUWAROW. Il arrive en Italie. Caractère de ce général. Sa capacité. X,
  193 et suiv.
  Il empêche la jonction de l'armée de Naples à celle de Moreau. 209 et
  suiv.
  Est battu partout en Suisse et forcé à la retraite. 327 et suiv.

  SYRIE. Expédition en Syrie. (Voy. _Égypte_ et _Bonaparte_.)

  TAGLIAMENTO. Passage de ce fleuve et bataille de ce nom. IX, 60-67.

  TALLEYRAND (M. de). Nommé ministre des affaires étrangères en l'an V.
  IX, 209.

  TALLIEN. Son rôle dans la journée du 9 thermidor. (Voy. _Thermidor_.)
  Est blessé par un assassin. VI, 290.

  TALLIEN (Mad.). Son rôle dans la société à Paris, après la terreur. VI,
  340 et suiv.

  TARGET. Refuse de servir de conseil à Louis XVI. III, 206.

  TARWIS. Combats de ce nom. IX, 68-72.

  THÉOPHILANTHROPE. Société de ce nom. IX, 8.

  THERMIDOR (9). Événemens de cette journée. VI, 203-228.
  Conséquences de ce jour. Réflexions sur la marche de la révolution
  depuis le 14 juillet jusqu'au 9 thermidor. 228-232.
  Conséquences de cette journée. 233 et suiv.

  THERMIDORIENS. Leur position et leurs projets. VI, 247-248.
  Ils demeurent les maîtres après le 1er prairial. Conséquences de cette
  réaction. VII, 249-251.
  Leurs craintes sur les progrès de la réaction royaliste. Ils tâchent
  de s'y opposer par diverses mesures. 328 et suiv.

  THOURET. Dernier président de la constituante. I, 308.

  TIERS-ÉTAT. Arrêt du Conseil, du 27 décembre 1788, ordonnant le
  doublement des députés du tiers état. I, 28 et suiv.
  Le tiers-état se couvre ainsi que les autres ordres malgré l'usage
  établi. 44.
  Lutte du tiers-état avec les deux autres ordres au sujet du mode de
  leur réunion. 45 et suiv., 47 et suiv.
  Rapidité de sa puissance. 50-51.

  TOLENTINO. Traité de ce nom, signé par Bonaparte et le pape. Ses
  conditions, ses avantages. IX, 50-55.

  TOMBES ROYALES. Un décret ordonne de les détruire. IV, 393.

  TOSCANE. Traité de paix avec ce pays. VII, 138-139.

  TOULON. Les modérés l'emportent dans les sections. Se livre aux Anglais.
  V, 10 et suiv.
  Ils arment le petit Gibraltar. 253.
  Premiers faits d'armes de Bonaparte. 255.
  Évacuation des Anglais et incendie de l'arsenal. 259.
  Les forçats éteignent l'incendie. 261.
  Les patriotes se révoltent. VII, 232 et suiv.

  TREBBIA. Bataille de ce nom. Principales circonstances. X, 213 et suiv.
  Ses suites. 218 et suiv.

  TREILHARD. Nommé directeur à la place de François de Neufchâteau. IX,
  407.
  Il sort du directoire en prairial an VII. 232.

  TRIBUNAL CRIMINEL EXTRAORDINAIRE. Il est décrété par la convention.
  III, 333 et suiv.
  On en règle les formes. 338-339.

  TRIBUNAL DU 17 AOÛT. A quelle occasion il fut institué. II, 283.

  TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE. Premier essai, à l'occasion du 10 août. II,
  283.
  Il est installé. IV, 25-26.
  Le tribunal criminel extraordinaire prend ce nom. V, 163.
  Procès des dantonistes, des quatres accusés de faux et autres.
  398-412.
  Il continue à ordonner les exécutions. VI, 94 et suiv.
  Est réorganisé d'après un projet de Robespierre. 119 et suiv.
  Terribles exécutions en juin et en juillet 1794. Détails sur les
  procédures de ce temps. 136 et suiv.
  Il est suspendu de ses fonctions. 235.
  Est remis en activité. 260.
  Est définitivement aboli. VII, 240.

  TRONCHET. Accepte la défense de Louis XVI. III, 206.

  TROUVÉ. (Voy. _Cisalpine_.)

  TURGOT. Appelé au ministère. Son caractère. I, 7.
  Il échoue dans ses réformes. _Ibid._ et suiv.

  ULTRA-RÉVOLUTIONNAIRES. Nom qu'on donna aux révolutionnaires exagérés.
  V, 236.
  Plusieurs d'entre-eux sont arrêtés par décret de la convention. 238.
  Ils préparent une insurrection contre la convention. Ils échouent.
  360-371.

  VALENCIENNES. Cette ville est assiégée et prise par les ennemis. IV,
  320-323.

  VALMI. Circonstances de l'affaire de ce nom. II, 363-367.

  VARLET. Est déclaré suspect par Billaud-Varennes. III, 348.
  La réunion Corrazza. 351.
  Propose aux cordeliers un plan d'insurrection. IV, 120.
  Il est arrêté. 126.
  Arrête dans le comité d'exécution le plan définitif de la seconde
  insurrection. 170.
  Il rédige une pétition contre les accapareurs. 243-244.

  VAUBLANC (de). Porte au roi le décret sur le désarmement des émigrés.
  II, 36.

  VENDÉE. Description de ce pays et des départemens voisins. Théâtre de la
  guerre civile et causes de sa haine contre la révolution. IV, 79 et
  suiv.
  Insurrection des paysans vendéens à cause de la levée des 300,000
  hommes et pour ne pas quitter leurs foyers Cathelineau et Stofflet se
  mettent à la tête des insurgés. 83 et suiv., 86-88.
  L'insurrection devient générale. 89 et suiv.
  Un décret ordonne que la Vendée sera ravagée. IV, 387-388 et suiv.
  Un décret d'amnistie est rendu en sa faveur. VII, 17-18.
  État de ce pays après la première pacification. 263-263.
  Nouveaux préparatifs de guerre après l'affaire de Quiberon. VIII, 23
  et suiv.
  La pacification du pays commence à se faire définitivement. 71-72 et
  suiv.
  Pacification définitive des pays connus sous ce nom, en germinal an
  IV. 126-132-136.

  VENDÉENS. Pourquoi ce nom fut donné et conservé aux insurgés français.
  IV, 88.
  Ils s'emparent de Thouars et brûlent l'arbre de la liberté. 92-93.
  Suite de leurs succès. 229 et suiv.
  Ils organisent leur insurrection. S'emparent de Doué et de Saumur.
  234-236.
  Ils sont repoussés à Nantes. 252-254.
  Suite de leur guerre. 300 et suiv.
  Ils sont défaits à Luçon. V, 14-15.
  Divers plans sont proposés pour les réduire. 16-19.
  Premières opérations de Canclaux contre eux, d'après le plan du 2
  septembre. 36 et suiv.
  Divisions parmi les chefs. 39-40.
  Suite de la guerre. 40 et suiv.
  Canclaux se replie sur Nantes. Causes de ses échecs en Vendée. 46-47.
  Continuation de la guerre. 66 et suiv.
  Ils sont défaits à Cholet. 118-121.
  Différens combats en octobre, novembre et décembre 93.
  Leur grande armée est entièrement détruite. 264-292.
  État de leur armée après leur défaite à Cholet. 273 et suiv.
  Ils sont battus au Mans. Leur déroute complète. 287 et suiv.
  Ils continuent à se défendre. Leurs chefs. VI, 320-322.
  Leur peu de ressources en 1795. Division entre leurs chefs. VII,
  32-34.
  Négociations diverses entre les chefs révoltés et les généraux de la
  république. 40-45.
  Négociations avec leurs chefs pour la pacification du pays. 139-142
  et suiv.
  Quelques chefs signent la paix. 145-146.

  VENDÉMIAIRE (Journée du 13). Événemens préparatoires du 11 et du 12.
  Insurrection des sections, le 13. Combat dans les rues. Victoire de la
  Convention. VII, 348-369.
  Suites de cette journée. 370 et suiv.

  VENISE. Inquiétude du gouvernement vénitien à l'approche de l'armée
  française. VIII, 196 et suiv.
  Invasion du territoire vénitien par Bonaparte. 196 et suiv.
  Perfidie du gouvernement vénitien après le départ de Bonaparte. IX,
  72-85.
  Articles des préliminaires de paix de Léoben qui concernent les états
  vénitiens. 94 et suiv.
  Suite des manoeuvres perfides des Vénitiens contre les Français. 105
  et suiv.
  Chute de la république de Venise. Détails sur les événemens qui
  l'amènent. 116-131.

  VENTRE. Dénomination donnée à un certain parti de l'assemblée
  législative. II, 12.

  VERGNIAUD. Principal orateur des girondins. II, 11.
  Il accuse Delessart. Son discours. 55-56.
  Fragmens de son discours à l'occasion du projet de la commission des
  Douze. 164 et suiv.
  Il propose un message au roi qui l'oblige à opter entre la France et
  l'étranger. 470.
  Il harangue le peuple le 2 septembre. 313 et suiv.
  Son discours en faveur de Louis XVI. III, 236-246.
  Il répond aux accusations de Robespierre contre les girondins. IV, 55
  et suiv.
  Il fait décréter, le 31 mai, que Paris a bien mérité de la patrie.
  158-159.
  Il est arrêté. 190.
  Son procès, sa mise à mort. V, 156-162-167.

  VÉRIFICATION. Débats dans les états-généraux relativement à la
  vérification des pouvoirs. I, 44 et suiv.

  VERMONT (l'abbé de). Il propose et fait accepter à la reine M. de
  Brienne pour ministre. I, 12.

  VÉRONE. Massacre des Français dans cette ville. Elle est prise par le
  général Chabran. IX, 107-113.

  VERSAILLES. De nouvelles troupes s'établissent, à Versailles.
  Conséquences du séjour de la famille royale dans cette ville. I, 160 et
  suiv.
  Scènes qui s'y passent les 5 et 6 octobre. 168 et suiv.
  Massacre de 52 prisonniers après les journées de septembre. III, 5.

  VETO. Discussions relatives au veto suspensif ou absolu. II,
  142-143-146 et suiv.
  Le veto suspensif est déclaré. 148-149.
  Le veto suspensif est étendu à deux législatures. 153.

  VIENNE. Scènes tumultueuses à Vienne entre la légation française et
  l'empereur. X, 76-77 et suiv.

  VIEUX CORDELIER (Le). Journal rédigé par Camille Desmoulins. Morceaux
  cités. V, 307 et suiv.
  Autres morceaux cités. 322 et suiv.
  Autres passages, 355 et suiv.

  VINCENNES. Le donjon est attaqué par le peuple le 28 février 1790. I,
  267.

  VINCENT. Cet ultra-révolutionnaire sort de prison. Détails sur son
  caractère. V, 338-339.
  Il est de nouveau arrêté. 370 et suiv.
  Son procès et son supplice. 374-379.

  VURTZBOURG. Bataille de ce nom. VIII, 318-320.

  WATIGNIES. Victoire de ce nom. V, 108-109.

  WESTERMANN. A la tête d'une légion en Vendée. IV, 302-303.
  Ses exploits et ses revers en Vendée. 303 et suiv.

  ZURICH. Victoire de ce nom, remportée sur les Russes par Masséna. Détails
  sur cette bataille mémorable. X, 313 et suiv. 330.



FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES.


[Illustration: CARTE DU THÉÂTRE DE LA GUERRE ENTRE LE MINCIO ET L'ADIGE,
pour servir à l'intelligence de la campagne de 1796.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Révolution française, Tome 10" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home