Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de la Révolution française, Tome 3
Author: Thiers, Adolphe, 1797-1877
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Révolution française, Tome 3" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliotheque nationale de France (BnF/Gallica)
at http://gallica.bnf.fr.



HISTOIRE

DE LA

RÉVOLUTION

FRANÇAISE



Volume III



_PAR M.A. THIERS_



HISTOIRE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE.

CONVENTION NATIONALE.



CHAPITRE PREMIER.


NOUVEAUX MASSACRES DES PRISONNIERS A VERSAILLES.--ABUS DE POUVOIR ET
DILAPIDATIONS DE LA COMMUNE.--ÉLECTION DES DÉPUTÉS A LA CONVENTION.
--COMPOSITION DE LA DÉPUTATION DE PARIS.--POSITION ET PROJETS DES
GIRONDINS; CARACTÈRE DES CHEFS DE CE PARTI; DU FÉDÉRALISME.--ÉTAT DU PARTI
PARISIEN ET DE LA COMMUNE.--OUVERTURE DE LA CONVENTION NATIONALE LE 20
SEPTEMBRE 1792; ABOLITION DE LA ROYAUTÉ; ÉTABLISSEMENT DE LA RÉPUBLIQUE.
--PREMIÈRE LUTTE DES GIRONDINS ET DES MONTAGNARDS; DÉNONCIATION DE
ROBESPIERRE ET DE MARAT.--DÉCLARATION DE L'UNITÉ ET DE L'INDIVISIBILITÉ DE
LA RÉPUBLIQUE.--DISTRIBUTION ET FORCES DES PARTIS DANS LA CONVENTION.
--CHANGEMENT DANS LE POUVOIR EXÉCUTIF.--DANTON QUITTE SON MINISTÈRE.
--CRÉATION DE DIVERS COMITÉS ADMINISTRATIFS ET DU COMITÉ DE CONSTITUTION.


Tandis que les armées françaises arrêtaient la marche des coalisés, Paris
était toujours dans le trouble et la confusion. On a déjà été témoin des
débordemens de la commune, des fureurs si prolongées de septembre, de
l'impuissance des autorités et de l'inaction de la force publique pendant
ces journées désastreuses: on a vu avec quelle audace le comité de
surveillance avait avoué les massacres, et en avait recommandé l'imitation
aux autres communes de France. Cependant les commissaires envoyés par la
commune avaient été partout repoussés, parce que la France ne partageait
pas les fureurs que le danger avait excitées dans la capitale. Mais dans
les environs de Paris, tous les meurtres ne s'étaient pas bornés à ceux
dont on a déjà lu le récit. Il s'était formé dans cette ville une troupe
d'assassins que les massacres de septembre avaient familiarisés avec le
sang, et qui avaient besoin d'en répandre encore. Déjà quelques cents
hommes étaient partis pour extraire des prisons d'Orléans les accusés de
haute trahison. Ces malheureux, par un dernier décret, devaient être
conduits à Saumur. Cependant leur destination fut changée en route, et ils
furent acheminés vers Paris. Le 9 septembre on apprit qu'ils devaient
arriver le 10 à Versailles. Aussitôt, soit que de nouveaux ordres fussent
donnés à la bande des égorgeurs, soit que la nouvelle de cette arrivée
suffît pour réveiller leur ardeur sanguinaire, ils envahirent Versailles
du 9 au 10. A l'instant le bruit se répandit que de nouveaux massacres
allaient être commis. Le maire de Versailles prit toutes les précautions
pour empêcher de nouveaux malheurs. Le président du tribunal criminel
courut à Paris avertir le ministre Danton du danger qui menaçait les
prisonniers; mais il n'obtint qu'une réponse à toutes ses instances: _Ces
hommes-là sont bien coupables_. «Soit, ajouta le président Alquier, mais
la loi seule doit en faire justice.--Eh! ne voyez-vous pas, reprit Danton
d'une voix terrible, que je vous aurais déjà répondu d'une autre manière
si je le pouvais! Que vous importent ces prisonniers? Retournez à vos
fonctions et ne vous occupez plus d'eux...»

Le lendemain, les prisonniers arrivèrent à Versailles. Une foule d'hommes
inconnus se précipitèrent sur les voitures, parvinrent à les entourer et à
les séparer de l'escorte, renversèrent de cheval le commandant Fournier,
enlevèrent le maire, qui voulait généreusement se faire tuer à son poste,
et massacrèrent les infortunés prisonniers, au nombre de cinquante-deux.
Là périrent Delessart et d'Abancourt, mis en accusation comme ministres,
et Brissac, comme chef de la garde constitutionnelle, licenciée sous la
législative. Immédiatement après cette exécution, les assassins coururent
aux prisons de la ville, et renouvelèrent les scènes des premiers jours de
septembre, en employant les mêmes moyens, et en parodiant, comme à Paris,
les formes judiciaires. Ce dernier événement, arrivé à cinq jours
d'intervalle du premier, acheva de produire une terreur universelle. A
Paris, le comité de surveillance ne ralentit point son action: tandis que
les prisons venaient d'être vidées par la mort, il recommença à les
remplir en lançant de nouveaux mandats d'arrêt. Ces mandats étaient en si
grand nombre, que le ministre de l'intérieur, Roland, dénonçant à
l'assemblée ces nouveaux actes arbitraires, put en déposer cinq à six
cents sur le bureau, les uns signés par une seule personne, les autres par
deux ou trois au plus, la plupart dépourvus de motifs, et beaucoup fondés
sur le simple soupçon _d'incivisme_.

Pendant que la commune exerçait sa puissance à Paris, elle envoyait des
commissaires dans les départemens pour y justifier sa conduite, y
conseiller son exemple, y recommander aux électeurs des députés de son
choix, et y décrier ceux qui la contrariaient dans l'assemblée
législative. Elle se procurait ensuite des valeurs immenses, en saisissant
les sommes trouvées chez le trésorier de la liste civile, Septeuil, en
s'emparant de l'argenterie des églises et du riche mobilier des émigrés,
en se faisant délivrer enfin par le trésor des sommes considérables, sous
le prétexte de soutenir la caisse de secours, et de faire achever les
travaux du camp. Tous les effets des malheureux massacrés dans les prisons
de Paris et sur la route de Versailles avaient été séquestrés, et déposés
dans les vastes salles du comité de surveillance. Jamais la commune ne
voulut représenter ni les objets, ni leur valeur, et refusa même toute
réponse à cet égard, soit au ministère de l'intérieur, soit au directoire
du département, qui, comme on sait, avait été converti en simple
commission de contributions. Elle fit plus encore, elle se mit à vendre de
sa propre autorité le mobilier des grands hôtels, sur lesquels les scellés
étaient restés apposés depuis le départ des propriétaires. Vainement
l'administration supérieure lui faisait-elle des défenses: toute la classe
des subordonnés chargés de l'exécution des ordres, ou appartenait à la
municipalité, ou était trop faible pour agir. Les ordres ne recevaient
ainsi aucune exécution.

La garde nationale, recomposée sous la dénomination de sections armées, et
remplie d'hommes de toute espèce, était dans une désorganisation complète.
Tantôt elle se prêtait au mal, tantôt elle le laissait commettre par
négligence. Des postes étaient complètement abandonnés, parce que les
hommes de garde, n'étant pas relevés, même après quarante-huit heures, se
retiraient épuisés de dégoût et de fatigue. Tous les citoyens paisibles
avaient quitté ce corps, naguère si régulier, si utile; et Santerre, qui
le commandait, était trop faible et trop peu intelligent pour le
réorganiser.

La sûreté de Paris était donc livrée au hasard, et d'une part la commune,
de l'autre la populace, y pouvaient tout entreprendre. Parmi les
dépouilles de la royauté, les plus précieuses, et par conséquent les plus
convoitées, étaient celles que renfermait le Garde-Meuble, riche dépôt de
tous les effets qui servaient autrefois à la splendeur du trône. Depuis le
10 août, ce dépôt avait éveillé la cupidité de la multitude, et plus d'une
circonstance excitait la surveillance de l'inspecteur de l'établissement.
Celui-ci avait fait réquisitions sur réquisitions pour obtenir une garde
suffisante; mais soit désordre, soit difficulté de suffire à tous les
postes, soit enfin négligence volontaire, on ne lui fournissait point les
forces qu'il demandait. Pendant la nuit du 16 septembre, le Garde-Meuble
fut volé, et la plus grande partie de ce qu'il contenait passa dans des
mains inconnues, que l'autorité fit depuis d'inutiles efforts pour
découvrir. On attribua ce nouvel événement aux hommes qui avaient
secrètement ordonné les massacres. Cependant ils n'étaient plus excités
ici ni par le fanatisme, ni par une politique sanguinaire; et, en leur
supposant le motif du vol, ils avaient dans les dépôts de la commune de
quoi satisfaire la plus grande ambition. On a dit, à la vérité, qu'on fit
cet enlèvement pour payer la retraite du roi de Prusse, ce qui est
absurde, et pour fournir aux dépenses du parti, ce qui est plus
vraisemblable, mais ce qui n'est nullement prouvé. Au reste, le vol du
Garde-Meuble doit peu influer sur le jugement qu'il faut porter de la
commune et de ses chefs. Il n'en est pas moins vrai que, dépositaire de
valeurs immenses, la commune n'en rendit jamais aucun compte; que les
scellés apposés sur les armoires furent brisés, sans que les serrures
fussent forcées, ce qui indique une soustraction et point un pillage
populaire, et que tant d'objets précieux disparurent à jamais. Une partie
fut impudemment volée par des subalternes, tels que Sergent, surnommé
_Agathe_ à cause d'un bijou précieux dont il s'était paré; une autre
partie servit aux frais du gouvernement extraordinaire qu'avait institué
la commune. C'était une guerre faite à l'ancienne société, et toute guerre
est souillée du meurtre et du pillage.

Telle était la situation de Paris, pendant qu'on faisait les élections
pour la convention nationale. C'était de cette nouvelle assemblée que les
citoyens honnêtes attendaient la force et l'énergie nécessaires pour
ramener l'ordre: ils espéraient que les quarante jours de confusion et de
crimes, écoulés depuis le 10 août, ne seraient qu'un accident de
l'insurrection, accident déplorable mais passager. Les députés même,
siégeant avec tant de faiblesse dans l'assemblée législative, ajournaient
l'énergie à la réunion de cette convention, espérance commune de tous les
partis.

On s'agitait pour les élections dans la France entière. Les clubs
exerçaient à cet égard une grande influence. Les jacobins de Paris avaient
fait imprimer et répandre la liste de tous les votes émis pendant la
session législative, afin qu'elle servît de documens aux électeurs. Les
députés qui avaient voté contre les lois désirées par le parti populaire,
et surtout ceux qui avaient absous Lafayette, étaient particulièrement
désignés. Néanmoins, pour les provinces où les discordes de la capitale
n'avaient pas encore pénétré, les girondins, même les plus odieux aux
agitateurs de Paris, étaient nommés à cause de leurs talens reconnus.
Presque tous les membres de l'assemblée actuelle étaient réélus. Beaucoup
de constituans, que le décret de non-réélection avait exclus de la
première législature, furent appelés à faire partie de cette convention.
Dans le nombre on distinguait Buzot et Pétion. Parmi les nouveaux membres
figuraient naturellement les hommes qui, dans leurs départemens, s'étaient
signalés par leur énergie et leur exaltation, ou les écrivains qui, comme
Louvet, s'étaient fait connaître, par leurs talens, à la capitale et aux
provinces.

A Paris, la faction violente qui avait dominé depuis le 10 août, se rendit
maîtresse des élections et mit en avant tous les hommes de son choix.
Robespierre, Danton furent les premiers nommés. Les jacobins, le conseil
de la commune accueillirent cette nouvelle par des applaudissemens. Après
eux furent élus Camille Desmoulins, fameux par ses écrits; David, par ses
tableaux; Fabre-d'Églantine, par ses ouvrages comiques et une grande
participation aux troubles révolutionnaires; Legendre, Panis, Sergent,
Billaud-Varennes, par leur conduite à la commune. On y ajouta le
procureur-syndic Manuel, Robespierre jeune, frère du célèbre Maximilien;
Collot-d'Herbois, ancien comédien; le duc d'Orléans, qui avait abdiqué ses
titres, et s'appelait Philippe-Égalité. Enfin, après tous ces noms, on vit
paraître avec étonnement le vieux Dusaulx, l'un des électeurs de 1789, qui
s'était tant opposé aux fureurs de la multitude, qui avait tant versé de
larmes sur ses excès, et qui fut réélu par un dernier souvenir de 89, et
comme un être bon et inoffensif pour tous les partis. Il manquait à cette
étrange réunion le cynique et sanguinaire Marat. Cet homme étrange avait,
par l'audace de ses écrits, quelque chose de surprenant, même pour des
gens qui venaient d'être témoins des journées de septembre. Le capucin
Chabot, qui dominait aux Jacobins par sa verve, et y cherchait les
triomphes qui lui étaient refusés dans l'assemblée législative, fut obligé
de faire l'apologie de Marat; et, comme c'était chez les jacobins que
toute chose se délibérait d'avance, son élection proposée chez eux fut
bientôt consommée dans l'assemblée électorale. Marat, un autre
journaliste, Fréron et quelques individus obscurs, complétèrent cette
députation fameuse qui, renfermant des commerçans, un boucher, un
comédien, un graveur, un peintre, un avocat, trois ou quatre écrivains, un
prince déchu, représentait bien la confusion et la variété des existences
qui s'agitaient dans l'immense capitale de la France.

Les députés arrivaient successivement à Paris, et à mesure que leur nombre
devenait plus grand, et que les journées qui avaient produit une terreur
si profonde s'éloignaient, on commençait à se rassurer, et à se prononcer
contre les désordres de la capitale. La crainte de l'ennemi était diminuée
par la contenance de Dumouriez dans l'Argonne: la haine des _aristocrates_
se changeait en pitié, depuis l'horrible sacrifice qu'on en avait fait à
Paris et à Versailles. Ces forfaits, qui avaient trouvé tant
d'approbateurs égarés ou tant de censeurs timides, ces forfaits, devenus
plus hideux par le vol qui venait de se joindre au meurtre, excitaient la
réprobation générale. Les girondins indignés de tant de crimes, et
courroucés de l'oppression personnelle qu'ils avaient subie pendant un
mois entier, devenaient plus fermes et plus énergiques. Brillans de talent
et de courage aux yeux de la France, invoquant la justice et l'humanité,
ils devaient avoir l'opinion publique pour eux, et déjà ils en menaçaient
hautement leurs adversaires.

Cependant, si les girondins étaient également prononcés contre les excès
de Paris, ils n'éprouvaient et n'excitaient pas tous ces ressentimens
personnels qui enveniment les haines de parti. Brissot par exemple, en ne
cessant aux Jacobins de lutter d'éloquence avec Robespierre, lui avait
inspiré une haine profonde. Avec des lumières, des talens, Brissot
produisait beaucoup d'effet; mais il n'avait ni assez de considération
personnelle, ni assez d'habileté pour être le chef du parti, et la haine
de Robespierre le grandissait en lui imputant ce rôle. Lorsqu'à la veille
de l'insurrection, les girondins écrivirent une lettre à Bose, peintre du
roi, le bruit d'un traité se répandit, et on prétendit que Brissot, chargé
d'or, allait partir pour Londres. Il n'en était rien; mais Marat, à qui
les bruits les plus insignifians, ou même les mieux démentis, suffisaient
pour établir ses accusations, n'en avait pas moins lancé un mandat d'arrêt
contre Brissot, lors de l'emprisonnement général des prétendus
conspirateurs du 10 août. Une grande rumeur s'en était suivie, et le
mandat d'arrêt ne fut pas exécuté. Mais les jacobins n'en disaient pas
moins que Brissot était vendu à Brunswick; Robespierre le répétait et le
croyait, tant sa fausse intelligence était portée à croire coupables ceux
qu'il haïssait. Louvet lui avait inspiré tout autant de haine, en se
faisant le second de Brissot aux Jacobins et dans le journal _la
Sentinelle_. Louvet, plein de talent et de hardiesse, s'attaquait
directement aux hommes. Ses personnalités virulentes, reproduites chaque
jour par la voie d'un journal, en avaient fait l'ennemi le plus dangereux
et le plus détesté du parti Robespierre.

Le ministre Roland avait déplu à tout le parti jacobin et municipal par sa
courageuse lettre du 3 septembre, et par sa résistance aux empiétemens
de la commune; mais n'ayant rivalisé avec aucun individu, il n'inspirait
qu'une colère d'opinion. Il n'avait offensé personnellement que Danton, en
lui résistant dans le conseil, ce qui était peu dangereux, car de tous les
hommes il n'y en avait pas dont le ressentiment fût moins à craindre que
celui de Danton. Mais dans la personne de Roland c'était principalement sa
femme qu'on détestait, sa femme, fière, sévère, courageuse, spirituelle,
réunissant autour d'elle ces girondins si cultivés, si brillans, les
animant de ses regards, les récompensant de son estime, et conservant dans
son cercle, avec la simplicité républicaine, une politesse odieuse à des
hommes obscurs et grossiers. Déjà ils s'efforçaient de répandre contre
Roland un bas ridicule. Sa femme, disaient-ils, gouvernait pour lui,
dirigeait ses amis, les récompensait même de ses faveurs. Dans son ignoble
langage, Marat l'appelait _la Circé_ du parti.

Guadet, Vergniaud, Gensonné, quoiqu'ils eussent répandu un grand éclat
dans la législative, et qu'ils se fussent opposés au parti jacobin,
n'avaient cependant pas éveillé encore toute la haine qu'ils excitèrent
plus tard. Guadet même avait plu aux républicains énergiques par ses
attaques hardies contre Lafayette et la cour. Guadet, vif, prompt à
s'élancer en avant, passait du plus grand emportement au plus grand
sang-froid; et, maître de lui à la tribune, il y brillait par l'à-propos
et les mouvemens. Aussi devait-il, comme tous les hommes, aimer un
exercice dans lequel il excellait, en abuser même, et prendre trop de
plaisir à abattre avec la parole un parti qui lui répondrait bientôt avec
la mort.

Vergniaud n'avait pas aussi bien réussi que Guadet auprès des esprits
violens, parce qu'il ne montra jamais autant d'ardeur contre la cour,
mais il avait été moins exposé aussi à les blesser, parce que, dans son
abandon et sa nonchalance, il heurtait moins les personnes que son ami
Guadet. Les passions éveillaient peu ce tribun, le laissaient sommeiller
au milieu des agitations de parti, et, ne le portant pas au-devant des
hommes, ne l'exposaient guère à leur haine. Cependant il n'était point
indifférent. Il avait un coeur noble, une belle et lucide intelligence, et
le feu oisif de son être, s'y portant par intervalle, l'échauffait,
l'élevait jusqu'à la plus sublime énergie. Il n'avait pas la vivacité des
reparties de Guadet, mais il s'animait à la tribune, il y répandait une
éloquence abondante, et, grâce à une souplesse d'organe extraordinaire, il
rendait ses pensées avec une facilité, une fécondité d'expression,
qu'aucun homme n'a égalées. L'élocution de Mirabeau était, comme son
caractère, inégale et forte; celle de Vergniaud, toujours élégante et
noble, devenait, avec les circonstances, grande et énergique. Mais toutes
les exhortations de l'épouse de Roland ne réussissaient pas toujours à
éveiller cet athlète, souvent dégoûté des hommes, souvent opposé aux
imprudences de ses amis, et peu convaincu surtout de l'utilité des paroles
contre la force.

Gensonné, plein de sens et de probité, mais doué d'une facilité
d'expression médiocre, et capable seulement de faire de bons rapports,
avait peu figuré encore à la tribune. Cependant des passions fortes, un
caractère obstiné, devaient lui valoir chez ses amis beaucoup d'influence,
et chez ses ennemis la haine, qui atteint le caractère toujours plus que
le talent.

Condorcet, autrefois marquis et toujours philosophe, esprit élevé,
impartial, jugeant très bien les fautes de son parti, peu propre aux
terribles agitations de la démocratie, se mettait rarement en avant,
n'avait encore aucun ennemi direct pour son compte, et se réservait pour
tous les genres de travaux qui exigeaient des méditations profondes.
Buzot, plein de sens, d'élévation d'âme, de courage, joignant à une belle
figure une élocution ferme et simple, imposait aux passions par toute
la noblesse de sa personne, et exerçait autour de lui le plus grand
ascendant moral.

Barbaroux, élu par ses concitoyens, venait d'arriver du Midi, avec un de
ses amis député comme lui à la convention nationale. Cet ami se nommait
Rebecqui. C'était un homme peu cultivé, mais hardi, entreprenant, et tout
dévoué à Barbaroux. On se souvient que ce dernier idolâtrait Roland et
Pétion, qu'il regardait Marat comme un fou atroce, Robespierre comme un
ambitieux, surtout depuis que Panis le lui avait proposé comme un
dictateur indispensable. Révolté des crimes commis depuis son absence, il
les imputait volontiers à des hommes qu'il détestait déjà, et il se
prononça, dès son arrivée, avec une énergie qui rendait toute
réconciliation impossible. Inférieur à ses amis par l'esprit, mais doué
d'intelligence et de facilité, beau, héroïque, il se répandit en menaces,
et en quelques jours il obtint autant de haine que ceux qui pendant toute
la législative n'avaient cessé de blesser les opinions et les hommes.

Le personnage autour duquel se rangeait tout le parti, et qui jouissait
d'une considération universelle, était Pétion. Maire pendant la
législative, il avait, par sa lutte avec la cour, acquis une popularité
immense. A la vérité il avait, le 9 août, préféré une délibération à un
combat; depuis il s'était prononcé contre septembre, et s'était séparé de
la commune, comme Bailly en 1790; mais cette opposition tranquille et
silencieuse, sans le brouiller encore avec la faction, le lui avait rendu
redoutable. Plein de lumières, de calme, parlant rarement, ne voulant
jamais rivaliser de talent avec personne, il exerçait sur tout le monde,
et sur Robespierre lui-même, l'ascendant d'une raison froide, équitable,
et universellement respectée. Quoique réputé girondin, tous les partis
voulaient son suffrage, tous le redoutaient, et, dans la nouvelle
assemblée, il avait pour lui non-seulement le côté droit, mais toute la
masse moyenne, et beaucoup même du côté gauche.

Telle était donc la situation des girondins en présence de la faction
parisienne: ils avaient pour eux l'opinion générale, qui réprouvait les
excès; ils s'étaient emparés d'une grande partie des députés qui
arrivaient chaque jour à Paris; ils avaient tous les ministres, excepté
Danton, qui souvent dominait le conseil, mais ne se servait pas de sa
puissance contre eux; enfin ils montraient à leur tête le maire de Paris,
l'homme le plus respecté du moment. Mais à Paris, ils n'étaient pas chez
eux, ils se trouvaient au milieu de leurs ennemis, et ils avaient à
redouter la violence des classes inférieures, qui s'agitaient au-dessous
d'eux, et surtout la violence de l'avenir, qui allait croître avec les
passions révolutionnaires.

Le premier reproche qu'on leur adressa fut de vouloir sacrifier Paris.
Déjà on leur avait imputé de vouloir se réfugier dans les départemens et
au-delà de la Loire. Les torts de Paris à leur égard étant plus grands
depuis les 2 et 3 septembre, on leur supposa d'autant plus l'intention de
l'abandonner, on prétendit qu'ils avaient voulu réunir la convention
ailleurs. Peu à peu les soupçons, s'arrangeant, prirent une forme plus
régulière. On leur reprochait de vouloir rompre l'unité nationale, et
composer des quatre-vingt-trois départements, quatre-vingt-trois états,
tous égaux entre eux, et unis par un simple lien fédératif. On ajoutait
qu'ils voulaient par-là détruire la suprématie de Paris, et s'assurer une
domination personnelle dans leurs départemens respectifs. C'est alors que
fut imaginée la calomnie du fédéralisme. Il est vrai que, lorsque la
France était menacée par l'invasion des Prussiens, ils avaient songé, en
cas d'extrémité, à se retrancher dans les départemens méridionaux; il est
encore vrai qu'en voyant les excès et la tyrannie de Paris, ils avaient
quelquefois reposé leur pensée sur les départemens; mais de là à un projet
de régime fédératif il y avait loin encore. Et d'ailleurs, entre un
gouvernement fédératif et un gouvernement unique et central, toute la
différence consistant dans le plus ou moins d'énergie des institutions
locales, le crime d'une telle idée était bien vague, s'il existait. Les
girondins, n'y voyant au resté rien de coupable, ne s'en défendaient pas,
et beaucoup d'entre eux, indignés de l'absurdité avec laquelle on
poursuivait ce système, demandaient si, après tout, la Nouvelle-Amérique,
la Hollande, la Suisse, n'étaient pas heureuses et libres sous un régime
fédératif, et s'il y aurait une grande erreur ou un grand forfait à
préparer à la France un sort pareil. Buzot surtout soutenait souvent cette
doctrine, et Brissot, grand admirateur des Américains, la défendait
également, plutôt comme opinion philosophique que comme projet applicable
à la France. Ces conversations divulguées donnèrent plus de poids à la
calomnie du fédéralisme. Aux Jacobins, on agita gravement la question du
fédéralisme, et on souleva mille fureurs contre les girondins. On
prétendit qu'ils voulaient détruire le faisceau de la puissance
révolutionnaire, lui enlever cette unité qui en faisait la force, et cela,
pour se faire rois dans leurs provinces. Les girondins répondirent de leur
côté par des reproches plus réels, mais qui malheureusement étaient
exagérés aussi, et qui perdaient de leur force en perdant de leur vérité.
Ils reprochaient à la commune de s'être rendue souveraine, d'avoir par ses
usurpations empiété sur la souveraineté nationale, et de s'être arrogé à
elle seule une puissance qui n'appartenait qu'à la France entière. Ils lui
reprochaient de vouloir dominer la convention, comme elle avait opprimé
l'assemblée législative; ils disaient qu'en siégeant auprès d'elle, les
mandataires nationaux n'étaient pas en sûreté, et qu'ils siégeraient au
milieu des assassins de septembre. Ils l'accusaient d'avoir déshonoré la
révolution pendant les quarante jours qui suivirent le 10 août, et de
n'avoir rempli la députation de Paris que d'hommes signalés pendant ces
horribles saturnales. Jusque-là tout était vrai. Mais ils ajoutaient des
reproches aussi vagues que ceux de fédéralisme dont eux-mêmes étaient
l'objet. Ils accusaient hautement Marat, Danton et Robespierre, d'aspirer
à la suprême puissance; Marat, parce qu'il écrivait tous les jours qu'il
fallait un dictateur pour purger la société des membres impurs qui la
corrompaient; Robespierre, parce qu'il avait dogmatisé à la commune, et
parlé avec insolence à l'assemblée, et parce que, à la veille du 10 août,
Panis l'avait proposé à Barbaroux comme dictateur; Danton enfin, parce
qu'il exerçait sur le ministère, sur le peuple, et partout où il se
montrait, l'influence d'un être puissant. On les nommait les triumvirs,
et cependant il n'y avait guère d'union entre eux. Marat n'était qu'un
systématique insensé; Robespierre n'était encore qu'un jaloux, mais il
n'avait pas assez de grandeur pour être un ambitieux; Danton enfin était
un homme actif, passionné pour le but de la révolution, et qui portait la
main sur toutes choses, par ardeur plus que par ambition personnelle. Mais
parmi ces hommes, il n'y avait encore ni un usurpateur, ni des conjurés
d'accord entre eux; et il était imprudent de donner à des adversaires,
déjà plus forts que soi, l'avantage d'être accusés injustement. Cependant
les girondins ménageaient plus Danton, parce qu'il n'y avait rien de
personnel entre lui et eux, et ils méprisaient trop Marat pour l'attaquer
directement; mais ils se déchaînaient impitoyablement contre Robespierre,
parce que le succès de ce qu'on appelait sa vertu et son éloquence les
irritait davantage: ils avaient pour lui le ressentiment qu'éprouve la
véritable supériorité contre la médiocrité orgueilleuse et trop vantée.

Cependant on essaya de s'entendre avant l'ouverture de la convention
nationale, et il y eut diverses réunions dans lesquelles on proposa de
s'expliquer franchement, et de terminer des disputes funestes. Danton s'y
prêtait de très bonne foi[1], parce qu'il n'y apportait aucun orgueil, et
qu'il souhaitait avant tout le succès de la révolution. Pétion montra
beaucoup de froideur et de raison; mais Robespierre fut aigre comme un
homme blessé; les girondins furent fiers et sévères comme des hommes
innocens, indignés, et qui croient avoir dans les mains leur vengeance
assurée. Barbaroux dit qu'il n'y avait aucune alliance possible _entre le
crime et la vertu_, et de part et d'autre on se retira plus éloigné d'une
réconciliation qu'avant de s'être vu. Tous les jacobins se rangèrent
autour de Robespierre, les girondins et la masse sage et modérée autour de
Pétion. L'avis de celui-ci et des hommes sensés était de cesser toute
accusation, puisqu'il était impossible de saisir les auteurs des massacres
de septembre et du vol du Garde-Meuble; de ne plus parler des triumvirs,
parce que leur ambition n'était ni assez prouvée ni assez manifeste pour
être punie; de mépriser une vingtaine de mauvais sujets introduits dans
l'assemblée par les élections de Paris; enfin de se hâter de remplir le
but de la convention, en faisant une constitution-et en décidant du sort
de Louis XVI. Tel était l'avis des hommes froids; mais d'autres moins
calmes firent, comme d'usage, des projets qui, ne pouvant être encore
exécutés, avaient le danger d'avertir et d'irriter leurs adversaires. Ils
proposèrent de casser la municipalité, de déplacer au besoin la
convention, de transporter son siège ailleurs qu'à Paris, de la former en
cour de justice, pour juger sans appel les conspirateurs, de lui composer
enfin une garde particulière prise dans les quatre-vingt-trois
départemens. Ces projets n'eurent aucune suite et ne servirent qu'à
irriter les passions. Les girondins s'en reposèrent sur la conscience
publique, qui, suivant eux, allait se soulever aux accens de leur
éloquence et au récit des crimes qu'ils devaient dénoncer. Ils se
donnèrent rendez-vous à la tribune de la convention pour y écraser leurs
adversaires.

[Note 1: Voyez Durand-Maillanne, Dumouriez, Meillan, et tous les
contemporains.]

Enfin, le 20 septembre, les députés à la convention se réunirent aux
Tuileries pour constituer la nouvelle assemblée. Leur nombre étant
suffisant, ils se constituèrent provisoirement, vérifièrent leurs
pouvoirs, et procédèrent de suite à la nomination du bureau. Pétion fut
presque à l'unanimité proclamé président. Brissot, Condorcet, Rabaud
Saint-Étienne, Lasource, Vergniaud et Camus, furent élus secrétaires. Ces
choix prouvent quelle était alors dans rassemblée l'influence du parti
girondin.

L'assemblée législative, qui depuis le 10 août avait été en permanence,
fut informée, le 21, par une députation, que la convention nationale était
formée, et que la législature était terminée. Les deux assemblées n'eurent
qu'à se confondre l'une dans l'autre, et la convention alla occuper la
salle de la législative.

Dès le 21, Manuel, procureur-syndic de la commune, suspendu après le 20
juin avec Pétion, devenu très populaire à cause de cette suspension,
enrôlé dès-lors avec les furieux de la commune, mais depuis éloigné d'eux,
et rapproché des girondins à la vue des massacres de l'Abbaye; Manuel fait
le jour même une proposition qui excite une grande rumeur parmi les
ennemis de la Gironde: «Citoyens représentans, dit-il, il faut ici que
tout respire un caractère de dignité et de grandeur qui impose à
l'univers. Je demande que le _président de là France_ soit logé dans le
palais national des Tuileries, qu'il soit précédé de la force publique et
des signes de la loi, et que les citoyens se lèvent à son aspect.» À ces
mots, le capucin Chabot, le secrétaire de la commune Tallien, s'élèvent
avec véhémence contre ce cérémonial, imité de la royauté. Chabot dit que
les représentans du peuple doivent s'assimiler aux citoyens des rangs
desquels ils sortent, aux sans-culottes, qui forment la majorité de la
nation. Tallien ajoute qu'on ira chercher le président de la convention à
un cinquième étage, et que c'est là que logent le génie et la vertu. La
proposition de Manuel est donc rejetée, et les ennemis de la Gironde
prétendent qu'elle a voulu décerner à son chef Pétion les honneurs
souverains.

Après cette proposition, une foule d'autres se succèdent sans
interruption. De toutes parts on veut constater par des déclarations
authentiques les sentimens qui animent l'assemblée et la France. On
demande que la nouvelle constitution ait pour base l'égalité absolue, que
la souveraineté du peuple soit décrétée, que haine soit jurée à la
royauté, à la dictature, au triumvirat, à toute autorité individuelle, et
que la peine de mort soit décrétée contre quiconque en proposerait une
pareille. Danton met fin à toutes les motions, en faisant décréter que la
nouvelle constitution ne sera valable qu'après avoir été sanctionnée par
le peuple. On ajoute que les lois existantes continueront provisoirement
d'avoir leur effet, que les autorités non remplacées seront provisoirement
maintenues, et que les impôts seront perçus comme par le passé, en
attendant les nouveaux systèmes de contribution. Après ces propositions et
ces décrets, Manuel, Collot-d'Herbois, Grégoire, entreprennent la question
de la royauté, et demandent que son abolition soit prononcée sur-le-champ.
Le peuple, disent-ils, vient d'être déclaré souverain, mais il ne le sera
réellement que lorsque vous l'aurez délivré d'une autorité rivale, celle
des rois. L'assemblée, les tribunes se lèvent pour exprimer une
réprobation unanime contre la royauté. Cependant Bazire voudrait, dit-il,
une discussion solennelle sur une question aussi importante, «Qu'est-il
besoin de discuter, reprend Grégoire, lorsque tout le monde est d'accord?
Les cours sont l'atelier du crime, le foyer de la corruption, l'histoire
des rois est le martyrologe des nations. Dès que nous sommes tous
également pénétrés de ces vérités, qu'est-il besoin de discuter?»

La discussion est en effet fermée. Il se fait un profond silence, et, sur
la déclaration unanime de l'assemblée, le président déclare que la royauté
est abolie en France. Ce décret est accueilli par des applaudissemens
universels; la publication en est ordonnée sur-le-champ, ainsi que l'envoi
aux armées et à toutes les municipalités.

Lorsque cette institution de la république fut proclamée, les Prussiens
menaçaient encore le territoire. Dumouriez, comme on l'a vu, s'était porté
à Sainte-Menehould, et la canonnade du 21, si heureuse pour nos armes,
n'était pas encore connue à Paris. Le lendemain 22, Billaud-Varennes
proposa de dater, non plus de l'an 4 de la liberté, mais de l'an 1er de la
république. Cette proposition fut adoptée. L'année 1789 ne fut plus
considérée comme ayant commencé la liberté, et la nouvelle ère
républicaine s'ouvrit ce jour même, 22 septembre 1792.

Le soir on apprit la canonnade de Valmy, et la joie commença à se
répandre. Sur la demande des citoyens d'Orléans, qui se plaignaient de
leurs magistrats, il fut décrété que tous les membres des corps
administratifs et des tribunaux seraient réélus, et que les conditions
d'éligibilité, fixées par la constitution de 91, seraient considérées
comme nulles. Il n'était plus nécessaire de prendre les juges parmi les
légistes, ni les administrateurs dans une certaine classe de
propriétaires. Déjà l'assemblée législative avait aboli le marc d'argent,
et attribué à tous les citoyens en âge de majorité la capacité électorale.
La convention acheva d'effacer les dernières démarcations, en appelant
tous les citoyens à toutes les fonctions les plus diverses. Ainsi fut
commencé le système de l'égalité absolue.

Le 23, tous les ministres furent entendus. Le député Gambon fit un rapport
sur l'état des finances. Les précédentes assemblées avaient décrété la
fabrication de deux milliards sept cents millions d'assignats; deux
milliards cinq cents millions avaient été dépensés; restait deux cents
millions, dont cent soixante-seize étaient encore à fabriquer, et dont
vingt-quatre se trouvaient en caisse. Les impôts étaient retenus par les
départemens pour les achats de grains ordonnés par la dernière assemblée;
il fallait de nouvelles ressources extraordinaires. La masse des biens
nationaux s'augmentant tous les jours par l'émigration, on ne craignait
pas d'émettre le papier qui les représentait, et on n'hésita pas à le
faire: une nouvelle création d'assignats fut donc ordonnée.

Roland fut entendu sur l'état de la France et de la capitale. Aussi sévère
et plus hardi encore qu'au 3 septembre, il exposa avec énergie les
désordres de Paris, les causes et les moyens de les prévenir. Il
recommanda l'institution prompte d'un gouvernement fort et vigoureux,
comme la seule garantie d'ordre dans les états libres. Son rapport,
entendu avec faveur, fut couvert d'applaudissemens, et n'excita cependant
aucune explosion chez ceux qui se regardaient comme accusés dès qu'il
s'agissait des troubles de Paris.

Mais à peine ce premier coup d'oeil était-il jeté sur la situation de la
France, qu'on apprend la nouvelle de la propagation du désordre dans
certains départemens. Roland écrit une lettre à la convention pour lui
dénoncer de nouveaux excès, et en demander la répression. Aussitôt cette
lecture achevée, les députés Kersaint, Buzot, s'élancent à la tribune pour
dénoncer les violences de tout genre qui commencent à se commettre
partout. «Les assassinats, disent-ils, sont imités dans les départemens.
Ce n'est pas l'anarchie qu'il faut en accuser, mais des tyrans d'une
nouvelle espèce, qui s'élèvent sur la France à peine affranchie. C'est de
Paris que partent tous les jours ces funestes inspirations du crime. Sur
tous les murs de la capitale, on lit des affiches qui provoquent aux
meurtres, aux incendies, aux pillages, et des listes de proscription où
sont désignées chaque jour de nouvelles victimes. Comment préserver le
peuple d'une affreuse misère, si tant de citoyens sont condamnés à cacher
leur existence? Comment faire espérer à la France une constitution, si la
convention, qui doit la décréter, délibère sous les poignards? Il faut,
pour l'honneur de la révolution, arrêter tant d'excès, et distinguer entre
la bravoure civique qui a bravé le despotisme au 10 août, et la cruauté
servant, aux 2 et 3 septembre, une tyrannie muette et cachée.»

En conséquence, les orateurs demandent l'établissement d'un comité chargé,

1. De rendre compte de l'état de la république et de Paris en particulier;

2. De présenter un projet de loi contre les provocateurs au meurtre et à
l'assassinat;

3. De rendre compte des moyens de donner à la convention nationale une
force publique à sa disposition, prise dans les quatre-vingt-trois
départemens.

A cette proposition, tous les membres du côté gauche, où s'étaient rangés
les esprits les plus ardens de la nouvelle assemblée, poussent des cris
tumultueux. On exagère, suivant eux, les maux de la France. Les plaintes
hypocrites qu'on vient d'entendre partent du fond des cachots, où ont été
justement plongés les suspects qui, depuis trois ans, appelaient la guerre
civile sur leur patrie. Les maux dont on se plaint étaient inévitables;
le peuple est en état de révolution, et il devait prendre des mesures
énergiques pour son salut. Aujourd'hui, ces momens critiques sont
passés, et les déclarations que vient de faire la convention suffiront
pour apaiser les troubles. D'ailleurs, pourquoi une juridiction
Extraordinaire? Les anciennes lois existent, et suffisent pour les
provocations au meurtre. Serait-ce encore une nouvelle loi martiale qu'on
voudrait établir?

Par une contradiction bien ordinaire chez les partis, ceux qui avaient
demandé la juridiction extraordinaire du 17 août, ceux qui allaient
demander le tribunal révolutionnaire, s'élevaient contre une loi qui,
disaient-ils, était une loi de sang! «Une loi de sang, répond Kersaint,
lorsque je veux au contraire en prévenir l'effusion!» Cependant
l'ajournement est vivement demandé. «Ajourner la répression des meurtres,
s'écrie Vergniaud, c'est les ordonner! Les ennemis de la France sont en
armes sur notre territoire, et l'on veut que les citoyens français, au
lieu de combattre, s'entr'égorgent comme les soldats de Cadmus!...»

Enfin la proposition de Kersaint et Buzot est adoptée tout entière. On
décrète qu'il sera préparé des lois pour la punition des provocateurs au
meurtre, et pour l'organisation d'une garde départementale.

Cette séance du 24 septembre avait causé une grande émotion dans les
esprits; cependant aucun nom n'avait été prononcé, et les accusations
étaient restées générales. Le lendemain, on s'aborde avec les ressentimens
de la veille, et d'une part on murmure contre les décrets rendus, de
l'autre on éprouve le regret de n'avoir pas assez dit contre la façon
appelée _désorganisatrice_. Tandis qu'on attaque les décrets, ou qu'on
les défend, Merlin, autrefois huissier et officier municipal à Thionville,
puis député à la législative, où il se signala parmi les patriotes les
plus prononcés, Merlin, fameux par son ardeur et sa bravoure, demande la
parole. «L'ordre du jour, dit-il, est d'éclaircir si, comme Lasource me
l'a assuré hier, il existe, au sein de la convention nationale, une
faction qui veuille établir un triumvirat ou une dictature: il faut ou que
les défiances cessent, ou que Lasource indique les coupables, et je jure
de les poignarder en face de l'assemblée.» Lasource, si vivement sommé de
s'expliquer, rapporte sa conversation avec Merlin, et désigne de nouveau,
sans les nommer, les ambitieux qui veulent s'élever sur les ruines de la
royauté détruite. «Ce sont ceux qui ont provoqué le meurtre et le pillage,
qui ont lancé des mandats d'arrêt contre des membres de la législative,
qui désignent aux poignards les membres courageux de la convention, et qui
imputent au peuple les excès qu'ils ordonnent eux-mêmes. Lorsqu'il en sera
temps, il arrachera le voile qu'il ne fait que soulever, dût-il périr sous
leurs coups.»

Cependant les triumvirs n'étaient pas nommés. Osselin monte à la tribune
et désigne la députation de Paris, dont il est membre; il dit que c'est
contre elle qu'on s'étudie à exciter des défiances, qu'elle n'est ni assez
profondément ignorante, ni assez profondément scélérate, pour avoir conçu
des projets de triumvirat et de dictature; qu'il fait serment du
contraire, et demande l'anathème et la mort contre le premier qui serait
surpris méditant de pareils projets. «Que chacun, ajoute-t-il, me suive à
la tribune, et y fasse la même déclaration:--Oui, s'écrie Rebecqui, le
courageux ami de Barbaroux; oui, ce parti accusé de projets tyranniques
existe, et je le nomme: c'est le parti Robespierre. Marseille le connaît,
et nous envoie ici pour le combattre.»

Cette apostrophe hardie cause une grande rumeur dans l'assemblée. Les yeux
se dirigent sur Robespierre. Danton se hâte de prendre la parole pour
apaiser ces divisions, et écarter des accusations qu'il savait en partie
dirigées contre lui-même. «Ce sera, dit-il, un beau jour pour la
république que celui où une explication franche et fraternelle calmera
toutes ces défiances. On parle de dictateurs, de triumvirs; mais cette
accusation est vague et doit être signée.--Moi je la signerai, s'écrie de
nouveau Rebecqui, en s'élançant au bureau.--Soit, répond Danton; s'il est
des coupables, qu'ils soient immolés, fussent-ils les meilleurs de mes
amis. Pour moi, ma vie est connue. Dans les sociétés patriotiques, au 10
août, au conseil exécutif, j'ai servi la cause de la liberté sans aucune
vue personnelle, et avec _l'énergie de mon tempérament_. Je ne crains donc
pas les accusations pour moi-même; mais je veux les épargner à tout le
monde. Il est, j'en conviens, dans la députation de Paris, un homme qu'on
pourrait appeler le _Royou_ des républicains: c'est Marat. Souvent on m'a
accusé d'être l'instigateur de ses placards; mais j'invoque le témoignage
du président, et je lui demande de déclarer si, dans la commune et les
comités, il ne m'a pas vu souvent aux prises avec Marat. Au reste, cet
écrivain tant accusé a passé une partie de sa vie dans les souterrains et
les cachots. La souffrance a altéré son humeur, il faut excuser ses
emportemens. Mais laissez là des discussions tout individuelles, et tâchez
de les faire servir à la chose publique. Portez la peine de mort contre
quiconque proposera la dictature ou le triumvirat.» Cette motion est
couverte d'applaudissemens. «Ce n'est pas tout, reprend Danton, il est une
autre crainte répandue dans le public, et il faut la dissiper. On prétend
qu'une partie des députés médite le régime fédératif, et la division de la
France en une foule de sections. Il nous importe de former un tout.
Déclarez donc, par un autre décret, l'unité de la France et de son
gouvernement. Ces bases posées, écartons nos défiances, soyons unis, et
marchons à notre but!»

Buzot répond à Danton que la dictature se prend, mais ne se demande pas,
et que porter des lois contre cette demande est illusoire; que quant au
système fédératif, personne n'y a songé; que la proposition d'une garde
départementale est un moyen d'unité, puisque tous les départemens seront
appelés à garder en commun la représentation nationale; qu'au reste, il
peut être bon de faire une loi sur ce sujet, mais qu'elle doit être
mûrement réfléchie, et qu'en conséquence il faut renvoyer les propositions
de Danton à la commission des six; décrétée la veille.

Robespierre, personnellement accusé, demande à son tour la parole. D'abord
il annonce que ce n'est pas lui qu'il va défendre, mais la chose publique,
attaquée dans sa personne. S'adressant à Rebecqui: «Citoyen, lui dit-il,
qui n'avez pas craint de m'accuser, je vous remercie. Je reconnais à votre
courage la cité célèbre qui vous a député. La patrie, vous et moi, nous
gagnerons tous à cette accusation.

«On désigne, continue-t-il, un parti qui médite une nouvelle tyrannie, et
c'est moi qu'on en nomme le chef. L'accusation est vague; mais, grâce à
tout ce que j'ai fait pour la liberté, il me sera facile d'y répondre.
C'est moi qui, dans la constituante, ai pendant trois ans combattu toutes
les factions, quelque nom qu'elles empruntassent; c'est moi qui ai
combattu contre la cour, dédaigné ses présens; c'est moi...--Ce n'est pas
la question, s'écrient plusieurs députés.--Il faut qu'il se justifie,
répond Tallien.--Puisqu'on m'accuse, reprend Robespierre, de trahir la
patrie, n'ai-je pas le droit d'opposer ma vie toute entière?» Il
recommence alors l'énumération de ses doubles services contre
l'aristocratie et contre les faux patriotes qui prenaient le masque de la
liberté. En disant ces mots, il montrait le côté droit de la Convention.
Osselin lui-même, fatigué de cette énumération, interrompt Robespierre, et
lui demande de donner une explication franche. «Il ne s'agit pas de ce que
tu as fait, dit Lecointe-Puiravaux, mais de ce qu'on t'accuse de faire
aujourd'hui.» Robespierre se replie alors sur la liberté des opinions, sur
le droit sacré de la défense, sur la chose publique, aussi compromise que
lui-même dans cette accusation. On l'invite encore à être plus bref, mais
il continue avec la même diffusion. Rappelant les fameux décrets qu'il a
fait rendre contre la réélection des constituans et contre la nomination
des députés à des places données par le gouvernement, il demande si ce
sont là des preuves d'ambition. Récriminant ensuite contre ses
adversaires, il renouvelle l'accusation de fédéralisme, et finit en
demandant l'adoption des décrets proposés par Danton, et un examen sérieux
de l'accusation intentée contre lui. Barbaroux, impatient, s'élance à la
barre: «Barbaroux de Marseille, s'écrie-t-il, se présente pour signer la
dénonciation faite par Rebecqui contre Robespierre.» Alors il raconte une
histoire fort insignifiante et souvent répétée: c'est qu'avant le 10 août
Panis le conduisit chez Robespierre, et qu'en sortant de cette entrevue
Panis lui présenta Robespierre comme le seul homme, le seul dictateur
capable de sauver la chose publique; et qu'à cela lui, Barbaroux, répondit
que jamais les Marseillais ne baisseraient la tête devant un roi ni devant
un dictateur.

Déjà nous avons rapporté ces faits, et on a pu juger si ces vagues et
insignifians propos des amis de Robespierre pouvaient servir de base à une
accusation. Barbaroux reprend une à une les imputations adressées aux
girondins; il demande qu'on proscrive le fédéralisme par un décret; que
tous les membres de la convention nationale jurent de se laisser bloquer
dans la capitale, et d'y mourir plutôt que de la quitter. Après beaucoup
d'applaudissemens, Barbaroux reprend, et dit que, quant aux projets de
dictature, on ne saurait les contester; que les usurpations de la commune,
les mandats lancés contre les membres de la représentation nationale, les
commissaires envoyés dans les départemens, tout prouve un projet de
domination; mais que la ville de Marseille veille à la sûreté de ses
députés; que, toujours prompte à devancer les bons décrets, elle envoya le
bataillon des fédérés, malgré le _veto_ royal, et que maintenant encore
elle envoie huit cents de ses citoyens, auxquels leurs pères ont donné
deux pistolets, un sabre, un fusil, et un assignat de cinq cents livres;
qu'elle y a joint deux cents hommes de cavalerie, bien équipés, et que
cette force servira à commencer la garde départementale proposée pour la
sûreté de la convention! «Pour Robespierre, ajoute Barbaroux, j'éprouve un
vif regret de l'avoir accusé, car je l'aimais, je l'estimais autrefois.
Oui, nous l'aimions, et nous l'estimions tous, et cependant nous l'avons
accusé! Mais qu'il reconnaisse ses torts, et nous nous désistons. Qu'il
cesse de se plaindre, car s'il a sauvé la liberté par ses écrits, nous
l'avons défendue de nos personnes. Citoyens, quand le jour du péril sera
arrivé, alors on nous jugera, alors nous verrons si les faiseurs de
placards sauront mourir avec nous!» De nombreux applaudissemens
accompagnent Barbaroux jusqu'à sa place. Au mot de placards, Marat réclame
la parole. Cambon la demande après lui, et obtient la préférence. Il
dénonce alors des placards où la dictature est proposée comme
indispensable, et qui sont signés du nom de Marat. A ces mots, chacun
s'éloigne de celui-ci, et il répond par un sourire aux mépris qu'on lui
témoigne. A Cambon succèdent d'autres accusateurs de Marat et de la
commune. Marat fait de longs efforts pour obtenir la parole; mais Panis
l'obtient encore avant lui, pour répondre aux allégations de Barbaroux.
Panis nie maladroitement des faits vrais, mais peu probans, et qu'il
valait mieux avouer, en se repliant sur leur peu de valeur. Il est alors
interrompu par Brissot, qui lui demande raison du mandat d'arrêt lancé
contre sa personne. Panis se replie sur les circonstances, qu'on a,
dit-il, trop facilement oubliées, sur la terreur et le désordre qui
régnaient alors dans les esprits, sur la multitude des dénonciations
contre les conspirateurs du 10 août, sur la force des bruits répandus
contre Brissot, et sur la nécessité de les éclaircir.

Après ces longues explications, à tout moment interrompues et reprises,
Marat, insistant toujours pour avoir la parole, l'obtient enfin, lorsqu'il
n'est plus possible de la lui refuser. C'était la première fois qu'il
paraissait à la tribune. Son aspect produit un mouvement d'indignation, et
un bruit affreux s'élève contre lui. _A bas! à bas_! est le cri général.
Négligemment vêtu, portant une casquette, qu'il dépose sur la tribune, et
promenant sur son auditoire un sourire convulsif et méprisant: «J'ai,
dit-il, un grand nombre d'ennemis personnels dans cette assemblée...
--Tous! tous! s'écrient la plupart des députés.--J'ai dans cette
assemblée, reprend Marat avec la même assurance, un grand nombre d'ennemis
personnels, je les rappelle à la pudeur. Qu'ils s'épargnent les clameurs
furibondes contre un homme qui a servi la liberté, et eux-mêmes, plus
qu'ils ne pensent.

«On parle de triumvirat, de dictature, on en attribue le projet à la
députation de Paris; eh bien! je dois à la justice de déclarer que mes
collègues, et notamment Robespierre et Danton, s'y sont toujours opposés,
et que j'ai toujours eu à les combattre sur ce point. Moi le premier, et
le seul en France, entre tous les écrivains politiques, j'ai songé à cette
mesure, comme au seul moyen d'écraser les traîtres et les conspirateurs.
C'est moi seul qu'il faut punir; mais avant de punir il faut entendre.»
Ici quelques applaudissemens éclatent, mais peu nombreux. Marat reprend:
«Au milieu des machinations éternelles d'un roi perfide, d'une cour
abominable, et des faux patriotes qui, dans les deux assemblées, vendaient
la liberté publique, me reprocherez-vous d'avoir imaginé le seul moyen de
salut, et d'avoir appelé la vengeance sur les têtes criminelles? non, car
le peuple vous désavouerait. Il a senti qu'il ne lui restait plus que ce
moyen, et c'est en se faisant dictateur lui-même qu'il s'est délivré des
traîtres.

«J'ai frémi plus qu'un autre à l'idée de ces mouvemens terribles, et c'est
pour qu'ils ne fussent pas éternellement vains que j'aurais désiré qu'ils
fussent dirigés par une main juste et ferme! Si, à la prise de la
Bastille, on eût compris la nécessité de cette mesure, cinq cents têtes
scélérates seraient tombées à ma voix; et la paix eût été affermie dès
cette époque. Mais faute d'avoir employé cette énergie aussi sage que
nécessaire, cent mille patriotes ont été égorgés, et cent mille sont
menacés de l'être! Au reste, la preuve que je ne voulais point faire de
cette espèce de dictateur, de tribun, de triumvir (le nom n'y fait rien),
un tyran tel que la sottise pourrait l'imaginer, mais une victime dévouée
à la patrie, dont nul ambitieux n'aurait envié le sort, c'est que je
voulais en même temps que son autorité ne durât que quelques jours,
qu'elle fût bornée au pouvoir de condamner les traîtres, et même qu'on lui
attachât durant ce temps un boulet au pied, afin qu'il fût toujours sous
la main du peuple. Mes idées, quelque révoltantes qu'elles vous parussent,
ne tendaient qu'au bonheur public. Si vous n'étiez point vous-mêmes à la
hauteur de m'entendre, tant pis pour vous!

Le profond silence qui avait régné jusque-là est interrompu par quelques
éclats de rire, qui ne déconcertent point l'orateur, beaucoup plus
effrayant que risible. Il continue: «Telle était mon opinion, écrite,
signée, publiquement soutenue. Si elle était fausse, il fallait la
combattre, m'éclairer, et ne point me dénoncer au despotisme.»

«On m'a accusé d'ambition! mais voyez, et jugez-moi. Si j'avais seulement
voulu mettre un prix à mon silence, je serais gorgé d'or, et je suis
pauvre! Poursuivi sans cesse, j'ai erré de souterrains en souterrains, et
j'ai prêché la vérité sur le billot!»

«Pour vous, ouvrez les yeux; loin de consumer votre temps en discussions
scandaleuses, perfectionnez la déclaration des droits, établissez la
constitution, et posez les bases du gouvernement juste et libre, qui est
le véritable objet de vos travaux.»

Une attention universelle avait été accordée à cet homme étrange, et
l'assemblée, stupéfaite d'un système aussi effrayant et aussi calculé,
avait gardé le silence. Quelques partisans de Marat, enhardis par ce
silence, avaient applaudi; mais ils n'avaient pas été imités, et Marat
avait repris sa place sans recevoir ni applaudissemens, ni marques de
colère.

Vergniaud, le plus pur, le plus sage des girondins, croit devoir prendre
la parole pour réveiller l'indignation de l'assemblée. Il déplore le
malheur d'avoir à répondre à un homme chargé de décrets!... Chabot,
Tallien, se récrient à ces mots, et demandent si ce sont les décrets
lancés par le Châtelet pour avoir dévoilé Lafayette. Vergniaud insiste, et
déplore d'avoir à répondre à un homme qui n'a pas purgé les décrets dont
il est chargé, à un homme tout dégouttant de calomnies, de fiel et de
sang! Les murmures se renouvellent; mais il continue avec fermeté, et
après avoir distingué, dans la députation de Paris, David, Dusaulx et
quelques autres membres, il prend en mains la fameuse circulaire de la
commune que nous avons déjà citée, et la lit tout entière. Cependant comme
elle était déjà connue, elle ne produit pas autant d'effet qu'une autre
pièce, dont le député Boileau fait à son tour la lecture. C'est une
feuille imprimée par Marat, le jour même, et dans laquelle il dit: «Une
seule réflexion m'accable, c'est que tous mes efforts pour sauver le
peuple n'aboutiront à rien sans une nouvelle insurrection. A voir la
trempe de la plupart des députés à la convention nationale, je désespère
du salut public. Si dans les huit premières séances les bases de la
constitution ne sont pas posées, n'attendez plus rien de cette assemblée.
Cinquante ans d'anarchie vous attendent, et vous n'en sortirez que par un
dictateur, vrai patriote et homme d'état... _O peuple babillard! si tu
savais agir_!...»

La lecture de cette pièce est souvent interrompue par des cris
d'indignation. A peine est-elle achevée, qu'une foule de membres se
déchaînent contre Marat. Les uns le menacent et crient: A l'Abbaye! à la
guillotine! D'autres l'accablent de paroles de mépris. Il ne répond que
par un nouveau sourire à toutes les attaques dont il est l'objet. Boileau
demande un décret d'accusation, et la plus grande partie de l'assemblée
veut aller aux voix. Marat insiste avec sang-froid pour être entendu. On
ne veut l'écouter qu'à la barre; enfin il obtient la tribune. Selon son
expression accoutumée, _il rappelle ses ennemis à la pudeur_. Quant aux
décrets qu'on n'a pas rougi de lui opposer, il s'en fait gloire, parce
qu'ils sont le prix de son courage. D'ailleurs le peuple, en l'envoyant
dans cette assemblée nationale, a purgé les décrets, et décidé entre ses
accusateurs et lui. Quant à l'écrit dont on vient dé faire la lecture, il
ne le désavouera pas, car le mensonge, dit il, n'approcha jamais de ses
lèvres, et la crainte est étrangère à son coeur. «Me demander une
rétractation, ajoute-il, c'est exiger que je ne voie pas ce que je vois,
que je ne sente pas ce que je sens, et il n'est aucune puissance sous le
soleil qui soit capable de ce renversement d'idées: je puis répondre de la
pureté de mon coeur, mais je ne puis changer mes pensées; elles sont ce
que la nature des choses me suggère.»

Marat apprend ensuite à l'assemblée que cet écrit, imprimé en placards, il
y a dix jours, a été réimprimé, contre son gré, par son libraire; mais
qu'il vient de donner, dans le premier numéro du _Journal de la
République_, un nouvel exposé de ses principes, dont assurément
l'assemblée sera satisfaite, si elle veut l'écouter.

On consent en effet à lire l'article, et l'assemblée apaisée par les
expressions modérées de Marat, dans cet article intitulé _Sa nouvelle
marche_, le traite avec moins de rigueur; il obtient même quelques marques
de satisfaction. Mais il remonte à la tribune avec son audace ordinaire,
et prétend donner une leçon à ses collègues sur le danger de l'emportement
et de la prévention. Si son journal n'avait pas paru le jour même, pour le
disculper, on l'envoyait aveuglément dans les fers. «Mais, dit-il, en
montrant un pistolet qu'il portait toujours dans sa poche, et qu'il
s'applique sur le front, j'avais de quoi rester libre, et si vous m'aviez
décrété d'accusation, je me brûlais la cervelle à cette tribune même.
Voilà le fruit de mes travaux, de mes dangers, de mes souffrances! Eh
bien, je resterai parmi vous, pour braver vos fureurs!» A ce dernier mot
de Marat, ses collègues, rendus à leur indignation, s'écrient que c'est un
fou, un scélérat, et se livrent à un long tumulte.

La discussion avait duré plusieurs heures, et cependant qu'avait-on
appris?... rien sur le projet prétendu d'une dictature au profit d'un
triumvirat, mais beaucoup sur le caractère des partis, et sur leur force
respective. On avait vu Danton, facile et plein de bonne volonté pour ses
collègues, à condition qu'on ne l'inquiéterait pas sur sa conduite;
Robespierre, plein de fiel et d'orgueil; Marat, étonnant de cynisme et
d'audace, repoussé même par son parti, mais tâchant d'habituer les esprits
à ses atroces systèmes: tous trois enfin réussissant dans la révolution
par des facultés et des vices différens, n'étant point d'accord les uns
avec les autres, se désavouant réciproquement, et n'ayant évidemment que
ce goût pour l'influence, naturel à tous les hommes, et qui n'est point
encore un projet de tyrannie. On s'accorda avec les girondins pour
proscrire septembre et ses horreurs; on leur décerna l'estime due à leurs
talens et à leur probité; mais on trouva leurs accusations exagérées et
imprudentes, et on ne put s'empêcher de voir dans leur indignation
quelques sentimens personnels. Dès ce moment l'assemblée se distribua en
côté droit et côté gauche, comme dans les premiers jours de la
constituante. Au côté droit se placèrent tous les girondins, et ceux qui,
sans, être aussi personnellement liés à leur sort, partageaient cependant
leur indignation généreuse. Au centre s'accumulèrent, en nombre
considérable, tous les députés honnêtes, mais paisibles, qui, n'étant
portés ni par leur caractère, ni par leur talent, à prendre part à la
lutte des partis autrement que par leur vote, cherchaient, en se
confondant dans la multitude, l'obscurité et la sécurité. Leur grand
nombre dans l'assemblée, le respect encore très grand qu'on avait pour
elle, l'empressement que le parti jacobin et municipal mettait à se
justifier à ses yeux, tout les rassurait. Ils aimaient à croire que
l'autorité de la convention suffirait, avec le temps, pour dompter les
agitateurs; ils n'étaient pas fâchés d'ajourner l'énergie, et de pouvoir
dire aux girondins que leurs accusations étaient hasardées. Ils ne se
montraient encore que raisonnables et impartiaux, parfois un peu jaloux de
l'éloquence trop fréquente et trop brillante du côté droit; mais bientôt,
en présence de la tyrannie, ils allaient devenir faibles et lâches. On
les nomma _la Plaine_, et par opposition on appela _Montagne_ le côté
gauche, où tous les jacobins s'étaient amoncelés les uns au-dessus des
autres. Sur les degrés de cette Montagne, on voyait les députés de Paris
et ceux des départemens qui devaient leur nomination à la correspondance
des clubs, ou qui avaient été gagnés, depuis leur arrivée, par l'idée
qu'il ne fallait faire aucun quartier aux ennemis de la révolution. On y
comptait aussi quelques esprits distingués, mais exacts, rigoureux,
positifs, auxquels les théories et la philanthropie des girondins
déplaisaient comme de vaines abstractions. Cependant les montagnards
étaient peu nombreux encore. La Plaine, unie au côté droit, composait une
majorité immense, qui avait donné la présidence à Pétion, et qui
approuvait les attaques des girondins contre septembre, sauf les
personnalités, qui semblaient trop précoces et trop peu fondées [1].

[Note 1: Voyez un extrait des _Mémoires de Garat_ à la fin du volume.]

On avait passé à l'ordre du jour sur les accusations réciproques des deux
partis; mais on avait maintenu le décret de la veille, et trois objets
demeuraient arrêtés: 1° demander au ministère de l'intérieur un compte
exact et fidèle de l'état de Paris; 2° rédiger un projet de loi contre les
provocateurs au meurtre et au pillage; 3° aviser au moyen de réunir autour
de la convention une garde départementale. Quant au rapport sur l'état de
Paris, on savait avec quelle énergie et dans quel sens il serait fait,
puisqu'il était confié à Roland: la commission chargée des deux projets
contre les provocations écrites et pour la composition d'une garde, ne
donnait pas moins d'espoir, puisqu'elle était toute composée de girondins:
Buzot, Lasource, Kersaint, en faisaient partie.

C'est surtout contre ces deux derniers projets que les montagnards étaient
le plus soulevés. Ils demandaient si on voulait renouveler la loi martiale
et les massacres du Champ-de-Mars, si la convention voulait se faire des
satellites et des gardes-du-corps, comme le dernier roi. Ils renouvelaient
ainsi, comme le disaient les girondins, toutes les raisons données par la
cour contre le camp sous Paris.

Beaucoup des membres du côté gauche, et même les plus ardens, étaient, en
leur qualité de membres de la convention, très prononcés contre les
usurpations de la commune; et, à part les députés de Paris, aucun ne la
défendait lorsqu'elle était attaquée, ce qui avait lieu tous les jours.
Aussi les décrets se succédèrent-ils vivement. Comme la commune tardait à
se renouveler, en exécution du décret qui prescrivait la réélection de
tous les corps administratifs, on ordonna au conseil exécutif de veiller à
son renouvellement, et d'en rendre compte à l'assemblée sous trois jours.
Une commission de six membres fut nommée pour recevoir la déclaration,
signée de tous ceux qui avaient déposé des effets à l'Hôtel-de-Ville, et
pour rechercher l'existence de ces effets, ou vérifier l'emploi qu'en
avait fait la municipalité. Le directoire du département, que la commune
insurrectionnelle avait réduit au titre et aux fonctions de simple
commission administrative, fut réintégré dans toutes ses attributions, et
reprit son titre de directoire. Les élections communales pour la
nomination du maire, de la municipalité, et du conseil général, que les
jacobins avaient récemment imaginé de faire à haute voix, pour intimider
les faibles, furent de nouveau rendues secrètes par une confirmation de la
loi existante. Les élections déjà opérées d'après ce mode illégal, furent
annulées, et les sections se soumirent à les recommencer dans la forme
prescrite. On décréta enfin que tous les prisonniers enfermés sans mandat
d'arrêt, seraient élargis sur-le-champ. C'était là un grand coup porté au
comité de surveillance, acharné surtout contre les personnes.

Tous ces décrets avaient été rendus dans les premiers jours d'octobre, et
la commune, vivement poussée, se voyait obligée à plier sous l'ascendant
de la convention. Cependant le comité de surveillance n'avait pas voulu se
laisser battre sans résistance. Ses membres s'étaient présentés à
l'assemblée, disant qu'ils venaient confondre leurs ennemis. Dépositaires
des papiers trouvés chez Laporte, intendant de la liste civile, et
condamné, comme on s'en souvient, par le tribunal du 17 août, ils avaient
découvert, disaient-ils, une lettre où il était parlé de ce qu'avaient
coûté certains décrets, rendus dans les précédentes assemblées. Ils
venaient démasquer les députés vendus à la cour, et prouver la fausseté de
leur patriotisme. «Nommez-les! s'était écriée l'assemblée avec
indignation.--Nous ne pouvons les désigner encore, avaient répondu les
membres du comité.»

Sur-le-champ, pour repousser la calomnie, il fut nommé une commission de
vingt-quatre députés, étrangers à la constituante et à la législative,
chargés de vérifier ces papiers et d'en faire leur rapport. Marat,
inventeur de cette ressource, publia dans son journal qu'il avait rendu
aux _Rolandistes_, accusateurs de la commune, la _monnaie de leur pièce_;
et il annonça la prétendue découverte d'une trahison des girondins.
Cependant les papiers examinés, aucun des députés actuels ne se trouva
compromis, et le comité de surveillance fut déclaré calomniateur. Les
papiers étant trop volumineux pour que les vingt-quatre députés en
continuassent l'examen à l'Hôtel-de-Ville, on les transporta dans l'un des
comités de l'assemblée. Marat, se voyant ainsi privé de riches matériaux
pour ses accusations journalières, s'en irrita beaucoup, et prétendit,
dans son journal, qu'on avait voulu détruire la preuve de toutes les
trahisons.

Après avoir ainsi réprimé les débordemens de la commune, l'assemblée
s'occupa du pouvoir exécutif, et décida que les ministres ne pourraient
plus être pris dans son sein. Danton, obligé d'opter entre les fonctions
de ministre de la justice et de membre de la convention, préféra, comme
Mirabeau, celles qui lui assuraient la tribune, et quitta le ministère
sans rendre compte des dépenses secrètes, disant qu'il avait rendu ce
compte au conseil. Ce fait n'était pas très-exact; mais on n'y regarda pas
de plus près, et on passa outre. Sur le refus de François de Neuchâteau,
Garat, écrivain distingué, idéologue spirituel, et devenu fameux par
l'excellente rédaction du _Journal de Paris_, occupa la place de ministre
de la justice. Servan, fatigué d'une administration laborieuse, et
au-dessus non de ses facultés, mais de ses forces, préféra le commandement
de l'armée d'observation qu'on formait le long des Pyrénées. Le ministre
Lebrun fut provisoirement chargé d'ajouter le portefeuille de la guerre à
celui des affaires étrangères. Roland enfin offrit aussi sa démission,
fatigué qu'il était d'une anarchie si contraire à sa probité et à son
inflexible amour de l'ordre. Les girondins proposèrent à l'assemblée de
l'inviter à garder le portefeuille. Les montagnards, et particulièrement
Danton, qu'il avait beaucoup contrarié, s'opposèrent à cette démarche
comme peu digne de l'assemblée. Danton se plaignit de ce qu'il était
faible et gouverné par sa femme; on répondit à ce reproche de faiblesse
par la lettre du 3 septembre, et on aurait pu répondre encore en citant
l'opposition que lui, Danton, avait rencontrée dans le conseil. Cependant
on passa à l'ordre du jour. Pressé par les girondins et tous les gens de
bien, Roland demeura au ministère. «J'y reste, écrivit-il noblement à
l'assemblée, puisque la calomnie m'y attaque, puisque des dangers m'y
attendent, puisque la convention a paru désirer que j'y fusse encore. Il
est trop glorieux, ajouta-t-il en finissant sa lettre, qu'on n'ait eu à me
reprocher que mon union avec le courage et la vertu.»

L'assemblée se partagea ensuite en divers comités. Elle créa un comité de
surveillance composé de trente membres; un second de la guerre, de
vingt-quatre; un troisième des comptes, de quinze; un quatrième de
législation criminelle et civile, de quarante-huit; un cinquième des
assignats, monnaies et finances, de quarante-deux. Un sixième comité, plus
important que tous les autres, fut chargé du principal objet pour lequel
la convention était réunie, c'est-à-dire, de préparer un projet de
constitution. On le composa de neuf membres diversement célèbres, et
presque tous choisis dans les intérêts du côté droit. La philosophie y eut
ses représentans dans la personne de Sieyès, de Condorcet, et de
l'Américain Thomas Payne, récemment élu citoyen français et membre de la
convention nationale; la Gironde y fut particulièrement représentée par
Gensonné, Vergniaud, Pétion et Brissot, le centre par Barrère, et la
Montagne par Danton. On est sans doute étonné de voir ce tribun si
remuant, mais si peu spéculatif, placé dans ce comité tout philosophique,
et il semble que le caractère de Robespierre, sinon ses talens, aurait dû
lui valoir ce rôle. Il est certain que Robespierre ambitionnait bien
davantage cette distinction, et qu'il fut profondément blessé de ne pas
l'obtenir. On l'accorda de préférence à Danton, que son esprit naturel
rendait propre à tout, et qu'aucun ressentiment profond ne séparait encore
de ses collègues. Ce fut cette composition du comité qui fit renvoyer si
long-temps le travail de la constitution.

Après avoir pourvu de la sorte au rétablissement de l'ordre dans la
capitale, à l'organisation du pouvoir exécutif, à la distribution des
comités et aux préparatifs de la constitution, il restait un dernier objet
à régler, l'un des plus graves dont l'assemblée eût à s'occuper, le sort
de Louis XVI et de sa famille. Le plus profond silence avait été observé à
cet égard dans l'assemblée, et on en parlait partout, aux Jacobins, à la
commune, dans tous les lieux particuliers ou publics, excepté seulement à
la convention. Des émigrés avaient été saisis les armes à la main, et on
les conduisait à Paris pour leur appliquer les lois criminelles. A
ce sujet, une voix s'éleva (c'était la première), et demanda si, au lieu
de s'occuper de ces coupables subalternes, on ne songerait pas à ces
coupables plus élevés renfermés au Temple. A ce mot, un profond silence
régna dans l'assemblée. Barbaroux prit le premier la parole, et demanda
qu'avant de savoir si la convention jugerait Louis XVI, on décidât si la
convention serait corps judiciaire, car elle avait d'autres coupables à
juger que ceux du Temple. En élevant cette question, Barbaroux faisait
allusion au projet d'instituer la convention en cour extraordinaire, pour
juger elle-même _les agitateurs, les triumvirs_, etc. Après quelques
débats, la proposition fut renvoyée au comité de législation, pour
examiner les questions auxquelles elle donnait naissance.



CHAPITRE II.


SITUATION MILITAIRE A LA FIN D'OCTOBRE 1792.--BOMBARDEMENT DE LILLE PAR
LES AUTRICHIENS; PRISE DE WORMS ET DE MAYENCE PAR CUSTINE.--FAUTE DE NOS
GÉNÉRAUX.--MAUVAISES OPÉRATIONS DE CUSTINE.--ARMÉE DES ALPES.--CONQUÊTE DE
LA SAVOIE ET DE NICE.--DUMOURIEZ SE REND A PARIS: SA POSITION A L'ÉGARD
DES PARTIS.--INFLUENCE ET ORGANISATION DU CLUB DES JACOBINS.--ÉTAT DE LA
SOCIÉTÉ FRANÇAISE; SALONS DE PARIS.--ENTREVUE DE MARAT ET DE DUMOURIEZ.
--ANECDOTE.--SECONDE LUTTE DES GIRONDINS AVEC LES MONTAGNARDS; LOUVET
DÉNONCE ROBESPIERRE; RÉPONSE DE ROBESPIERRE; L'ASSEMBLÉE NE DONNE PAS
SUITE A SON ACCUSATION.--PREMIÈRES PROPOSITIONS SUR LE PROCÈS DE
LOUIS XVI.


Dans ce moment, la situation militaire de la France était bien changée. On
touchait à la mi-octobre; déjà l'ennemi était repoussé de la Champagne et
de la Flandre, et le sol étranger envahi sur trois points, le Palatinat,
la Savoie et le comté de Nice.

On a vu les Prussiens se retirant du camp de la Lune, reprenant la route
de l'Argonne, jonchant les défilés de morts et de malades, et n'échappant
à une perte totale que par la négligence de nos généraux qui poursuivaient
chacun un but différent. Le duc de Saxe-Teschen n'avait pas mieux réussi
dans son attaque sur les Pays-Bas. Tandis que les Prussiens marchaient sur
l'Argonne, ce prince, ne voulant pas rester en arrière, avait cru devoir
essayer quelque entreprise éclatante. Cependant, quoique notre frontière
du Nord fût dégarnie, ses moyens n'étaient pas beaucoup plus grands que
les nôtres, et il put à peine réunir quinze mille hommes avec un matériel
médiocre. Feignant alors de fausses attaques sur toute la ligne des places
fortes, il provoqua la déroute de l'un de nos petits camps, et se porta
tout à coup sur Lille, pour essayer un siège que les plus grands généraux
n'avaient pu exécuter avec de puissantes armées et un matériel
considérable. Il n'y a que la possibilité du succès qui justifie à la
guerre les entreprises cruelles. Le duc ne put aborder qu'un point de la
place, et y établit des batteries d'obusiers, qui la bombardèrent pendant
six jours consécutifs, et incendièrent plus de deux cents maisons. On dit
que l'archiduchesse Christine voulut assister elle-même à ce spectacle
horrible. S'il en est ainsi, elle ne put être témoin que de l'héroïsme des
assiégés, et de l'inutilité des barbaries autrichiennes. Les Lillois,
résistant avec une noble obstination, ne consentirent jamais à se rendre;
et, le 8 octobre, tandis que les Prussiens abandonnaient l'Argonne, le duc
Albert était obligé de quitter Lille. Le général Labourdonnaie, arrivant
de Soissons, Beurnonville, revenant de la Champagne, le forcèrent à
s'éloigner rapidement de nos frontières, et la résistance des Lillois,
publiée par toute la France, ne fit qu'augmenter l'enthousiasme général.

A peu près à la même époque, Custine tentait dans le Palatinat des
entreprises hardies, mais d'un résultat plus brillant que solide. Attaché
à l'armée de Biron, qui campait le long du Rhin, il était placé avec
dix-sept mille hommes à quelque distance de Spire. La grande armée
d'invasion n'avait que faiblement protégé ses derrières, en s'avançant
dans l'intérieur de la France. De faibles détachemens couvraient Spire,
Worms et Mayence. Custine s'en aperçut, marcha sur Spire, et y entra sans
résistance le 30 septembre. Enhardi par le succès, il pénétra le 5 octobre
dans Worms, sans rencontrer plus de difficultés, et obligea une garnison
de deux mille sept cents hommes à mettre bas les armes. Il prit ensuite
Franckenthal, et songea sur-le-champ à l'importante place de Mayence, qui
était le point de retraite le plus important pour les Prussiens, et dans
lequel ils avaient eu l'imprudence de ne laisser qu'une médiocre garnison.
Custine, avec dix-sept mille hommes et sans matériel, ne pouvait tenter un
siège, mais il essaya d'un coup de main. Les idées qui avaient soulevé la
France agitaient toute l'Allemagne, et particulièrement les villes à
université; Mayence en était une, et Custine y pratiqua des intelligences.
Il s'approcha des murs, s'en éloigna sur la fausse nouvelle de l'arrivée
d'un corps autrichien, s'y reporta de nouveau, et, faisant de grands
mouvemens, trompa l'ennemi sur la force de son armée. On délibéra dans la
place. Le projet de capitulation fut fortement appuyé par les partisans
des Français, et le 21 octobre les portes furent ouvertes à Custine. La
garnison mit bas les armes, excepté huit cents Autrichiens, qui
rejoignirent la grande armée. La nouvelle de ces succès se répandit avec
éclat, et causa une sensation extraordinaire. Ils avaient sans doute bien
peu coûté, ils étaient bien peu méritoires, comparés à la constance des
Lillois et au magnanime sang-froid déployé à Sainte-Menehould; mais on
était enchanté de passer de la simple résistance à la conquête. Jusque-là
tout était bien de la part de Custine, si, appréciant sa position, il eût
su terminer la campagne par un mouvement qui était possible et décisif.

En cet instant, les trois armées de Dumouriez, de Kellermann et de
Custine, étaient, par la plus heureuse rencontre, placées de manière à
détruire les Prussiens et à conquérir par une seule marche toute la ligne
du Rhin jusqu'à la mer. Si Dumouriez, moins préoccupé d'une autre idée,
eût gardé Kellermann sous ses ordres, et eût poursuivi les Prussiens avec
ses quatre-vingt mille hommes; si en même temps Custine, descendant le
Rhin de Mayence à Coblentz, se fût jeté sur leurs derrières, on les aurait
accablés infailliblement. Suivant ensuite le cours du Rhin jusqu'en
Hollande, on prenait le duc Albert à revers, on l'obligeait à déposer les
armes ou à se faire jour, et tous les Pays-Bas étaient soumis. Trèves et
Luxembourg, compris dans la ligne que nous avions décrite, tombaient
nécessairement; tout était France jusqu'au Rhin, et la campagne se
trouvait terminée en un mois. Le génie abondait chez Dumouriez, mais ses
idées avaient pris un autre cours. Brûlant de retourner en Belgique, il ne
songeait qu'à y marcher directement, pour secourir Lille et pousser de
front le duc Albert. Il laissa donc Kellermann seul à la poursuite des
Prussiens. Celui-ci pouvait encore se porter sur Coblentz, en passant
entre Luxembourg et Trèves, tandis que Custine descendrait de Mayence.
Mais Kellermann, peu entreprenant, ne présuma pas assez de ses troupes,
qui paraissaient harassées, et se cantonna autour de Metz. Custine, de son
côté, voulant se rendre indépendant et faire des incursions brillantes,
n'avait aucune envie de se joindre à Kellermann et de se renfermer dans la
limite du Rhin. Il ne pensa donc jamais à venir à Coblentz. Ainsi fut
négligé ce beau plan, si bien saisi et développé par le plus grand de nos
historiens militaires.[1]

[Note 1: Jomini.]

Custine, avec de l'esprit, était hautain, emporté et inconséquent. Il
tendait surtout à se rendre indépendant de Biron et de tout autre général,
et il eut l'idée de conquérir autour de lui. Prendre Manheim, l'exposait à
violer la neutralité de l'électeur palatin, ce qui lui était défendu par
le conseil exécutif; il songea donc à désemparer le Rhin pour s'avancer en
Allemagne. Francfort, placé sur le Mein, lui sembla une proie digne
d'envie, et il résolut de s'y porter. Cependant cette ville libre,
commerçante, toujours neutre dans les diverses guerres, et bien disposée
pour les Français, ne méritait pas cette fâcheuse préférence. N'étant
point défendue, il était facile d'y entrer, mais difficile de s'y
maintenir, et par conséquent inutile de l'occuper. Cette excursion ne
pouvait avoir qu'un but, celui de frapper des contributions, et il n'y
avait aucune justice à les imposer à un peuple habituellement neutre,
comptant tout au plus par ses voeux, et par ses voeux mêmes méritant la
bienveillance de la France, dont il approuvait les principes et souhaitait
les succès; Custine commit la faute d'y entrer. Ce fut le 27 octobre. Il
leva des contributions, indisposa les habitans, dont il fit des ennemis
pour les Français, et s'exposa, en se jetant ainsi sur le Mein, à être
coupé du Rhin, ou par les Prussiens, s'ils fussent remontés jusqu'à
Bingen, ou par l'électeur palatin, si, rompant la neutralité, il fût sorti
de Manheim.

La nouvelle de ces courses sur le territoire ennemi continua de causer une
grande joie à la France, qui était tout étonnée de conquérir, quelques
jours après avoir tant craint d'être conquise elle-même. Les Prussiens
alarmés jetèrent un pont volant sur le Rhin, pour remonter le long de la
rive droite, et chasser les Français. Heureusement pour Custine, ils
mirent douze jours à passer le fleuve. Le découragement, les maladies, et
la séparation des Autrichiens, avaient réduit cette armée à cinquante
mille hommes. Clerfayt, avec ses dix-huit mille Autrichiens, avait suivi
le mouvement général de nos troupes vers la Flandre, et se portait au
secours du duc Albert. Le corps des émigrés avait été licencié, et cette
brillante milice s'était réunie au corps de Condé, ou avait passé à la
solde étrangère. Tandis que ces événements se passaient à la frontière du
Nord et du Rhin, nous remportions d'autres avantages sur la frontière des
Alpes. Montesquiou, placé à l'armée du Midi, envahissait la Savoie et
faisait occuper le comté de Nice par un de ses lieutenans. Ce général, qui
avait fait voir dans la constituante toutes les lumières d'un homme
d'état, et qui n'eut pas le temps de montrer les qualités d'un militaire,
dont on assure qu'il était doué, avait été mandé à la barre de la
législative pour rendre compte de sa conduite, accusée de trop de lenteur.
Il était parvenu à convaincre ses accusateurs que ses retards tenaient au
défaut de moyens, et non au manque de zèle, et il était retourné aux
Alpes. Cependant il appartenait à la première génération révolutionnaire,
et se trouvait ainsi incompatible avec la nouvelle. Mandé encore une fois,
il allait être destitué, lorsqu'on apprit enfin son entrée en Savoie. Sa
destitution fut alors suspendue, et on lui laissa continuer sa conquête.

D'après le plan conçu par Dumouriez, lorsqu'en qualité de ministre des
affaires étrangères il régissait à la fois la diplomatie et la guerre, la
France devait pousser ses armées jusqu'à ses frontières naturelles, le
Rhin et la haute chaîne des Alpes. Pour cela, il fallait conquérir la
Belgique, la Savoie et Nice. La France avait ainsi l'avantage, en rentrant
dans les principes naturels de sa politique, de ne dépouiller, que les
deux seuls ennemis qui lui fissent la guerre, la maison d'Autriche et la
cour de Turin. C'est de ce plan, manqué en avril dans la Belgique, et
différé jusqu'ici dans la Savoie, que Montesquiou allait exécuter sa
partie. Il donna une division au général Anselme, pour passer le Var et se
porter sur Nice à un signal donné; il marcha lui-même, avec la plus grande
partie de son armée, de Grenoble sur Chambéry; il fit menacer les troupes
sardes par Saint-Geniès; et s'avançant lui-même du fort Barraux sur
Montmélian, il parvint à les diviser et à les rejeter dans les vallées.
Tandis que ses lieutenans les poursuivaient, il se porta sur Chambéry, le
28 septembre, et y fit son entrée triomphale, à la grande satisfaction des
habitans, qui aimaient la liberté en vrais enfans des montagnes, et la
France comme des hommes qui parlent la même langue, ont les mêmes moeurs,
et appartiennent au même bassin. Il forma aussitôt une assemblée de
Savoisiens, pour y faire délibérer sur une question qui ne pouvait pas
être douteuse, cette de la réunion à la France.

Au même instant, Anselme, renforcé de six mille Marseillais, qu'il avait
demandés comme auxiliaires, s'était approché du Var, torrent inégal, comme
tous ceux qui descendent des hautes montagnes, tour à tour immense ou
desséché, et ne pouvant pas même recevoir un pont fixe. Anselme passa très
hardiment le Var, et occupa Nice que le comte Saint-André venait
d'abandonner, et où les magistrats l'avaient pressé d'entrer pour arrêter
les désordres de la populace, qui se livrait à d'affreux pillages. Les
troupes sardes se rejetèrent vers les hautes vallées; Anselme les
poursuivit; mais il s'arrêta devant un poste redoutable, celui de Saorgio,
dont il ne put jamais chasser les Piémontais. Pendant ce temps, l'escadre
de l'amiral Truguet, combinant ses mouvemens avec ceux du général Anselme,
avait obtenu la reddition de Villefranche, et s'était portée devant la
petite principauté d'Oneille. Beaucoup de corsaires trouvaient
ordinairement un asile dans ce port, et par cette raison, il n'était pas
inutile de le réduire. Mais, tandis qu'un canot français s'avançait pour
parlementer, plusieurs hommes furent, en violation du droit des gens, tués
par une décharge générale. L'amiral, embossant alors ses vaisseaux devant
le port, l'écrasa de ses feux, y débarqua ensuite quelques troupes, qui
saccagèrent la ville, et firent un grand carnage des moines qui s'y
trouvaient en grand nombre, et qui étaient, dit-on, les instigateurs de ce
manque de foi. Telle est la rigueur des lois militaires, et la malheureuse
ville d'Oneille les subit sans aucune miséricorde. Après cette expédition,
l'escadre française retourna devant Nice, où Anselme, séparé par les crues
du Var du reste de son armée, se trouvait dangereusement compromis.
Cependant, en se gardant bien contre le poste de Saorgio, et en ménageant
les habitans plus qu'il ne le faisait, sa position était tenable, et il
pouvait conserver sa conquête.

Sur ces entrefaites, Montesquiou s'avançait de Chambéry sur Genève, et
allait se trouver en présence de la Suisse, très diversement disposée pour
les Français, et qui prétendait voir dans l'invasion de la Savoie un
danger pour sa neutralité.

Les sentimens des cantons étaient très partagés à notre égard. Toutes les
républiques aristocratiques condamnaient notre révolution. Berne surtout,
et son avoyer Stinger, la détestaient profondément, et d'autant plus que
le pays de Vaud, si opprimé, la chérissait davantage. L'aristocratie
helvétique, excitée par l'avoyer Stinger et par l'ambassadeur anglais,
demandait la guerre contre nous, et faisait valoir le massacre des
gardes-Suisses au 10 août, le désarmement d'un régiment à Aix, et enfin
l'occupation des gorges du Porentruy, qui dépendaient de l'évêché de Bâle,
et que Biron avait fait occuper pour fermer le Jura. Le parti modéré
l'emporta néanmoins, et on résolut une neutralité armée. Le canton de
Berne, plus irrité et plus défiant, porta un corps d'armée à Nyon, et,
sous le prétexte d'une demande des magistrats de Genève, plaça garnison
dans cette ville. D'après les anciens traités, Genève, en cas dé guerre
entre la France et la Savoie, ne devait recevoir garnison ni de l'une ni
de l'autre puissance. Notre envoyé en sortit aussitôt, et le conseil
exécutif, poussé par Clavière, autrefois exilé de Genève, et jaloux d'y
faire entrer la révolution, ordonna à Montesquiou de faire exécuter les
traités. De plus, on lui enjoignit de mettre lui-même garnison dans la
place, c'est-à-dire d'imiter la faute reprochée aux Bernois. Montesquiou
sentait d'abord qu'il n'avait pas actuellement les moyens de prendre
Genève, et ensuite qu'en rompant la neutralité et en se mettant en guerre
avec la Suisse, on ouvrait l'est de la France, et on découvrait le flanc
droit de notre défensive. Il résolut d'un côté d'intimider Genève, tandis
que de l'autre il tâcherait de faire entendre raison au conseil exécutif.
Il demanda donc hautement la sortie des troupes bernoises, et essaya de
persuader au ministère français qu'on ne pouvait exiger davantage. Son
projet était, en cas d'extrémité, de bombarder Genève, et de se porter par
une marche hardie sur le canton de Vaud, pour le mettre en révolution.
Genève consentit à la sortie des troupes bernoises, à condition que
Montesquiou se retirerait à dix lieues, ce qu'il exécuta sur-le-champ.
Cependant cette concession fut blâmée à Paris, et Montesquiou, placé à
Carouge, où l'entouraient les exilés génevois qui voulaient rentrer dans
leur patrie, se trouvait là entre la crainte de brouiller la France avec
la Suisse, et la crainte de désobéir au conseil exécutif, qui
méconnaissait les vues militaires et politiques les plus sages. Cette
négociation, prolongée par la distance des lieux, n'était pas encore près
de finir, quoiqu'on fût à la fin d'octobre.

Tel était donc, en octobre 1792, depuis Dunkerque jusqu'à Bâle, et depuis
Bâle jusqu'à Nice, l'état de nos armes. La frontière de la Champagne était
délivrée de la grande invasion; les troupes se portaient de cette province
vers la Flandre, pour secourir Lille et envahir la Belgique. Kellermann
prenait ses quartiers en Lorraine. Custine, échappé des mains de Biron,
maître de Mayence, et courant imprudemment dans le Palatinat et jusqu'au
Mein, réjouissait la France par ses conquêtes, effrayait l'Allemagne, et
s'exposait imprudemment à être coupé par les Prussiens, qui remontaient la
rive droite du Rhin, en troupes malades et battues, mais nombreuses, et
capables encore d'envelopper la petite armée française. Biron campait
toujours le long du Rhin. Montesquiou, maître de la Savoie par la retraite
des Piémontais au-delà des Alpes, et préservé de nouvelles attaques par
les neiges, avait à décider la question de la neutralité suisse ou par les
armes ou par des négociations. Enfin Anselme, maître de Nice, et soutenu,
par une escadre, pouvait résister dans sa position malgré les crues du
Var, et malgré les Piémontais groupés au-dessus de lui dans le poste de
Saorgio.

Tandis que la guerre allait se transporter de la Champagne dans la
Belgique, Dumouriez avait demandé la permission de se rendre à Paris pour
deux ou trois jours seulement, afin de concerter avec les ministres
l'invasion des Pays-Bas et le plan général de toutes les opérations
militaires. Ses ennemis répandirent qu'il venait se faire applaudir, et
qu'il quittait le soin de son commandement pour une frivole satisfaction
de vanité. Ces reproches étaient exagérés, car le commandement de
Dumouriez ne souffrait pas de cette absence, et de simples marches de
troupes pouvaient se faire sans lui. Sa présence au contraire devait être
fort utile au conseil pour la détermination d'un plan général, et
d'ailleurs on pouvait lui pardonner une impatience de gloire, si générale
chez les hommes, et si excusable quand elle ne nuit pas à des devoirs.

Il arriva le 11 octobre à Paris. Sa position était embarrassante, car il
ne pouvait se trouver bien avec aucun des deux partis. La violence des
jacobins lui répugnait, et il avait rompu avec les girondins, en les
expulsant quelques mois auparavant du ministère. Cependant, fort bien
accueilli dans toute la Champagne, il le fut encore mieux à Paris, surtout
par les ministres et par Roland lui-même, qui mettait ses ressentimens
personnels au néant, quand il s'agissait de la chose publique. Il se
présenta le 12 à la convention. A peine l'eut-on annoncé, que des
applaudissemens mêlés d'acclamations s'élevèrent de toutes parts. Il
prononça un discours simple, énergique, où était brièvement retracée toute
la campagne de l'Argonne, et où ses troupes et Kellermann lui-même étaient
traités avec les plus grands éloges. Son état-major présenta ensuite un
drapeau pris sur les émigrés, et l'offrit à l'assemblée comme un monument
de la vanité de leurs projets. Aussitôt après, les députés se hâtèrent de
l'entourer, et on leva la séance pour donner un libre cours aux
félicitations. Ce furent surtout les nombreux députés de la Plaine, les
_impartiaux_, comme on les appelait, qui, n'ayant à lui reprocher ni
rupture ni tiédeur révolutionnaire, lui témoignèrent le plus vif et le
plus sincère empressement. Les girondins ne restèrent pas en arrière;
cependant, soit par la faute de Dumouriez, soit par la leur, la
réconciliation ne fut pas entière, et on put apercevoir entre eux un reste
de froideur. Les montagnards, qui lui avaient reproché un moment
d'attachement pour Louis XVI, et qui le trouvaient, par ses manières, son
mérite et son élévation, déjà trop semblable aux girondins, lui surent
mauvais gré des témoignages qu'il obtint de leur part, et supposèrent ces
témoignages plus significatifs qu'ils ne l'étaient réellement.

Après la convention, restait à visiter les jacobins, et cette puissance
était alors devenue si imposante, que le général victorieux ne pouvait se
dispenser de lui rendre hommage. C'est là que l'opinion en fermentation
formait tous ses projets et rendait tous ses arrêts. S'agissait-il d'une
loi importante, d'une haute question politique, d'une grande mesure
révolutionnaire, les jacobins, toujours plus prompts, se hâtaient d'ouvrir
la discussion et de donner leur avis. Immédiatement après, ils se
répandaient dans la commune, dans les sections, ils écrivaient à tous les
clubs affiliés; et l'opinion qu'ils avaient émise, le voeu qu'ils avaient
formé, revenaient sous forme d'adresse de tous les points de la France, et
sous forme de pétition armée, de tous les quartiers de Paris. Lorsque,
dans les conseils municipaux, dans les sections, et dans toutes les
assemblées revêtues d'une autorité quelconque, on hésitait encore sur une
question, par un dernier respect de la légalité, les jacobins, qui
s'estimaient aussi libres que la pensée, la tranchaient hardiment, et
toute insurrection était proposée chez eux long-temps à l'avance. Ils
avaient pendant tout un mois délibéré sur celle du 10 août. Outre cette
initiative dans chaque question, ils s'arrogeaient encore, dans tous les
détails du gouvernement, une inquisition inexorable. Un ministre, un chef
de bureau, un fournisseur étaient-ils accusés, des commissaires partaient
des Jacobins, se faisaient ouvrir les bureaux, et demandaient des comptes
rigoureux, qu'on leur rendait sans hauteur, sans dédain, sans impatience.
Tout citoyen qui croyait avoir à se plaindre d'un acte quelconque, n'avait
qu'à se présenter à la société, et il y trouvait des défenseurs officieux
pour lui faire rendre justice. Un jour c'étaient des soldats qui se
plaignaient de leurs officiers, des ouvriers de leurs entrepreneurs; un
autre jour on voyait une actrice réclamer contre son directeur; une fois
même un jacobin vint demander réparation de l'adultère commis avec sa
femme par l'un de ses collègues.

Chacun s'empressait de se faire inscrire sur les registres de la société
pour faire preuve de zèle patriotique. Presque tous les députés
nouvellement arrivés à Paris s'étaient hâtés de s'y présenter; on en avait
compté cent treize dans une semaine, et ceux même qui n'avaient pas
l'intention de suivre les séances ne laissaient pas que de demander leur
admission. Les sociétés affiliées écrivaient du fond des provinces, pour
s'informer si les députés de leurs départemens s'étaient fait recevoir, et
s'ils étaient assidus. Les riches de la capitale tâchaient de se faire
pardonner leur opulence en allant aux Jacobins se couvrir du bonnet rouge,
et leurs équipages encombraient la porte de ce séjour de l'égalité. Tandis
que la salle était remplie du grand nombre de ses membres, que les
tribunes regorgeaient de peuple, une foule immense, mêlée aux équipages,
attendait à la porte, et demandait à grands cris à être introduite.
Quelquefois cette multitude s'irritait, lorsque la pluie, si fréquente
sous le ciel de Paris, ajoutait aux ennuis de l'attente, et alors quelque
membre demandait l'admission du _bon peuple_, qui souffrait aux portes de
la salle. Marat avait souvent réclamé dans de pareilles occasions; et
quand l'admission était accordée, quelquefois même avant, une multitude
immense d'hommes et de femmes venaient inonder la société, et se mêler à
ses membres. C'était à la fin du jour qu'on s'assemblait. La colère,
excitée et contenue à la convention, venait faire là une libre explosion.
La nuit, la multitude des assistans, tout contribuait à échauffer les
têtes; souvent la séance, se prolongeant, dégénérait en un tumulte
épouvantable, et les agitateurs y puisaient, pour le lendemain, le courage
des plus audacieuses tentatives. Cependant cette société, si avancée en
démagogie, n'était pas encore ce qu'elle devint plus tard. On y souffrait
encore à la porte les équipages de ceux qui venaient ab jurer l'inégalité
des conditions. Quelques membres avaient fait de vains efforts pour y
parler le chapeau sur la tête, et on les avait obligés à se découvrir.
Brissot, à la vérité, venait d'en être exclu par une décision solennelle;
mais Pétion continuait d'y présider, au milieu des applaudissemens.
Chabot, Collot-d'Herbois, Fabre d'Églantine, y étaient les orateurs
favorisés. Marat y paraissait étrange encore, et Chabot disait, en langage
du lieu, que Marat était un _porc-épic qu'on ne pouvait saisir d'aucun
côté_.

Dumouriez fut reçu par Danton, qui présidait la séance. De nombreux
applaudissemens l'accueillirent, et en le voyant on lui pardonna l'amitié
supposée des girondins. Il prononça quelques mots convenables à la
situation, et promit _avant la fin du mois de marcher à la tête de
soixante mille hommes, pour attaquer les rois, et sauver les peuples de la
tyrannie_.

Danton répondant en style analogue, lui dit que, ralliant les Français au
camp de Sainte-Menehould, il avait bien mérité de la patrie, mais qu'une
nouvelle carrière s'ouvrait, qu'il devait faire tomber les couronnes
devant le bonnet rouge dont la société l'avait honoré, et que son nom
figurerait alors parmi les plus beaux noms de la France. Collot-d'Herbois
le harangua ensuite, et lui tint un discours qui montre et la langue de
l'époque, et les dispositions du moment à l'égard du général.

«Ce n'est pas un roi qui t'a nommé, ô Dumouriez, ce sont tes concitoyens.
Souviens-toi qu'un général de la république ne doit jamais servir qu'elle
seule. Tu as entendu parler de Thémistocle; il venait de sauver la Grèce à
Salamine; mais, calomnié par ses ennemis, il se vit obligé de chercher un
asile chez les tyrans. On lui offrit de servir contre sa patrie: pour
toute réponse, il s'enfonça son épée dans le coeur. Dumouriez, tu as des
ennemis, tu seras calomnié, souviens-toi de Thémistocle!

«Des peuples esclaves t'attendent pour les secourir: bientôt tu les
délivreras. Quelle glorieuse mission!... Il faut cependant te défendre de
quelque excès de générosité envers tes ennemis. _Tu as reconduit le roi de
Prusse un peu trop à la manière française_.... Mais, nous l'espérons,
l'Autriche paiera double.

«Tu iras à Bruxelles, Dumouriez ... je n'ai rien à te dire.... Cependant
si tu y trouvais une femme exécrable qui, sous les murs de Lille, est
venue repaître sa férocité du spectacle des boulets rouges!... Mais cette
femme ne t'attend pas....

«A Bruxelles la liberté va renaître sous tes pas ... citoyens, filles,
femmes, enfans, se presseront autour de toi; de quelle félicité tu vas
jouir, Dumouriez!... Ma femme ... est de Bruxelles, elle t'embrassera
aussi[1].»

[Note 1: Voyez la note 1 à la fin du volume.]

Danton sortit ensuite avec Dumouriez, dont il s'était emparé, et auquel il
faisait en quelque sorte les honneurs de la nouvelle république. Danton
ayant montré à Paris une contenance aussi ferme que Dumouriez à
Sainte-Menehould, on les regardait l'un et l'autre comme les deux sauveurs
de la révolution, et on les applaudissait ensemble dans tous les
spectacles où ils se montraient. Un certain instinct rapprochait ces deux
hommes, malgré la différence de leurs habitudes. C'étaient les corrompus
des deux régimes qui s'unissaient avec un même génie, un même goût pour
les plaisirs, mais avec une corruption différente. Danton avait celle du
peuple, et Dumouriez celle des cours; mais plus heureux que son collègue,
ce dernier n'avait servi que généreusement et les armes à la main, et
Danton avait eu le malheur de souiller un grand caractère par les
atrocités de septembre.

Ces salons si brillans, où les hommes célèbres jouissaient autrefois de la
gloire, où, pendant tout le dernier siècle, on avait écouté et applaudi
Voltaire, Diderot, d'Alembert, Rousseau, ces salons n'existaient plus. Il
restait la société simple et choisie de madame Roland, où se réunissaient
tous les girondins; le beau Barbaroux, le spirituel Louvet, le grave
Buzot, le brillant Guadet, l'entraînant Vergniaud, et où régnaient encore
une langue pure, des entretiens pleins d'intérêt, et des moeurs élégantes
et polies. Les ministres s'y réunissaient deux fois la semaine, et on y
faisait un repas composé d'un seul service. Telle était la nouvelle
société républicaine, qui joignait aux grâces de l'ancienne France le
sérieux de la nouvelle, et qui allait bientôt disparaître devant la
grossièreté démagogique. Dumouriez assista à l'un de ces festins si
simples, éprouva d'abord quelque gêne à l'aspect de ces anciens amis qu'il
avait chassés du ministère, de cette femme qui lui semblait trop sévère,
et à laquelle il paraissait trop licencieux; mais il soutint cette
situation avec son esprit accoutumé, et fut touché surtout de la
cordialité sincère de Roland. Après la société des girondins, celle des
artistes était la seule qui eût survécu à la dispersion de l'ancienne
aristocratie. Presque tous les artistes avaient embrassé chaudement une
révolution qui les vengeait des dédains nobiliaires, et qui ne promettait
de faveur qu'au génie. Ils accueillirent Dumouriez à leur tour, et lui
donnèrent une fête où furent réunis tous les talens que renfermait la
capitale. Mais au milieu même de la fête, une scène étrange vint
l'interrompre, et causer autant de dégoût que de surprise.

Marat, toujours prompt à devancer les méfiances révolutionnaires, n'était
point satisfait du général. Dénonciateur acharné de tous les hommes
entourés de la faveur publique, il avait toujours provoqué, par ses
dégoûtantes invectives, les disgrâces encourues par les chefs populaires.
Mirabeau, Bailly, Lafayette, Pétion, les girondins, avaient été accablés
de ses outrages, lorsqu'ils jouissaient encore de toute leur popularité.
Depuis le 10 août surtout, il s'était livré à tous les désordres de son
esprit; et, quoique révoltant pour les hommes raisonnables et honnêtes, et
étrange au moins pour les révolutionnaires emportés, il avait été
encouragé par un commencement de succès. Aussi ne manquait-il pas de se
regarder en quelque sorte comme un homme public, essentiel au nouvel ordre
de choses. Il passait une partie de sa vie à recueillir des bruits, à les
répandre dans sa feuille, et à parcourir les bureaux pour y redresser les
torts des administrateurs envers le peuple. Faisant au public la
confidence de sa vie, il disait un jour dans l'un de ses numéros[1], que
ses occupations étaient accablantes; que sur les vingt-quatre heures de la
journée, il n'en donnait que deux au sommeil, et une seule à la table et
aux soins domestiques; qu'en outre des heures consacrées à ses devoirs de
député, il en employait régulièrement six à recueillir et à faire valoir
les plaintes d'une foule de malheureux et d'opprimés; qu'il consacrait les
heures restantes à lire une multitude de lettres et à y répondre, à écrire
ses observations sur les événemens, à recevoir des dénonciations, à
s'assurer de la véracité des dénonciateurs, enfin à faire sa feuille, et à
veiller à l'impression d'un grand ouvrage. Depuis trois années il n'avait
pas pris, disait-il, un quart d'heure de récréation; et on tremble en se
figurant ce que peut produire dans une révolution une intelligence aussi
désordonnée, servie par cette activité dévorante.

[Note 1: _Journal de la République française;_ N° 93, mercredi 9 janvier
1793.]

Marat prétendait ne voir dans Dumouriez qu'un aristocrate de mauvaises
moeurs, dont il fallait se défier. Par surcroît de motifs, il apprit que
Dumouriez venait de sévir avec la plus grande rigueur contre deux
bataillons de volontaires qui avaient égorgé des déserteurs émigrés.
Sur-le-champ il se rend aux Jacobins, dénonce le général à leur tribune,
et demande deux commissaires pour aller l'interroger sur sa conduite. On
lui adjoint aussitôt les nommés Montaut et Bentabolle, et sur l'heure il
se met en marche avec eux. Dumouriez n'était point à sa demeure. Marat
court aux divers spectacles, et enfin apprend que Dumouriez assistait à
une fête que lui donnaient les artistes chez mademoiselle Candeille, femme
célèbre alors. Marat n'hésite pas à s'y rendre, malgré son dégoûtant
costume. Les équipages, les détachemens de la garde nationale qu'il trouve
à la porte du lieu où se donnait la fête, la présence du commandant
Santerre, d'une foule de députés, les apprêts d'un festin, irritent son
humeur. Il s'avance hardiment et demande Dumouriez. Une espèce de rumeur
s'élève à son approche. Son nom prononcé fait disparaître une foule de
visages, qui, disait-il, fuyaient des regards accusateurs. Marchant droit
vers Dumouriez, il l'interpelle vivement, et lui demande compte des
traitemens exercés envers les deux bataillons. Le général le regarde, puis
lui dit avec une curiosité méprisante: «Ah! c'est vous qu'on appelle
Marat?» Il le considère encore des pieds à la tête, et lui tourne le dos,
sans lui adresser une parole. Cependant les jacobins qui accompagnaient
Marat paraissant plus doux et plus honnêtes, Dumouriez leur donne quelques
explications, et les renvoie satisfaits. Marat, qui ne l'était pas, pousse
de grands cris dans les antichambres, gourmande Santerre, qui fait,
dit-il, auprès du général le métier d'un laquais; déclame contre les
gardes nationaux qui contribuaient à l'éclat de la fête, et se retire en
menaçant de sa colère tous les aristocrates composant la réunion. Aussitôt
il court transcrire dans son journal cette scène ridicule, qui peint si
bien la situation de Dumouriez, les fureurs de Marat et les moeurs de
cette époque[1].

[Note 1: Voyez le récit de Marat lui-même, note 2 à la fin du volume.]

Dumouriez avait passé quatre jours à Paris, et pendant ce temps il n'avait
pu s'entendre avec les girondins, quoiqu'il eût parmi eux un ami intime
dans la personne de Gensonné. Il s'était borné à conseiller à ce dernier
de se réconcilier avec Danton, comme avec l'homme le plus puissant, et
celui qui, malgré ses vices, pouvait devenir le plus utile aux gens de
bien. Dumouriez ne s'était pas mieux entendu avec les jacobins, dont il
était dégoûté, et auxquels il était suspect à cause de son amitié supposée
avec les girondins. Son séjour à Paris l'avait donc peu servi auprès des
deux partis, mais lui avait été plus utile sous le rapport militaire.

Suivant son usage, il avait conçu un plan général adopté par le conseil
exécutif. D'après ce plan, Montesquiou devait se maintenir le long des
Alpes, et s'assurer la grande chaîne pour limite, en achevant la conquête
de Nice, et en s'efforçant de conserver la neutralité suisse. Biron devait
être renforcé, afin de garder le Rhin depuis Bâle jusqu'à Landan. Un corps
de douze mille hommes, aux ordres du général Meusnier, était destiné à se
porter sur les derrières de Custine, afin de couvrir ses communications.
Kellermann avait ordre de quitter ses quartiers, de passer rapidement
entre Luxembourg et Trèves, pour courir à Coblentz, et de faire ainsi ce
qu'on lui avait déjà conseillé, et ce que lui et Custine auraient dû
exécuter depuis long-temps. Prenant enfin l'offensive lui-même avec
quatre-vingt mille hommes, Dumouriez devait compléter le territoire
français par l'acquisition projetée de la Belgique. Gardant ainsi la
défensive sur toutes les frontières protégées par la nature du sol, on
n'attaquait hardiment que sur la frontière ouverte, celle des Pays-Bas, là
où, comme le disait Dumouriez, on ne pouvait SE DÉFENDRE QU'EN GAGNANT DES
BATAILLES.

Il obtint, par le crédit de Santerre, que l'absurde idée du camp sous
Paris serait abandonnée; que tous les rassemblemens qu'on avait faits en
hommes, en artillerie, en munitions, en effets de campement, seraient
reportés en Flandre, pour servir à son armée qui manquait de tout; qu'on y
ajouterait des souliers, des capotes, et six millions de numéraire pour
fournir le prêt aux soldats, en attendant l'entrée dans les Pays-Bas,
après laquelle il espérait se suffire à lui-même. Il partit, vers le 16
octobre, un peu désabusé de ce qu'on appelle reconnaissance publique, un
peu moins d'accord avec les partis qu'auparavant, et tout au plus
dédommagé de son voyage par quelques arrangemens militaires, faits avec le
conseil exécutif.

Pendant cet intervalle, la convention avait continué d'agir contre la
commune en pressant son renouvellement, et en surveillant tous ses actes.
Pétion avait été nommé maire à une majorité de treize mille huit cent
quatre-vingt-dix-neuf voix, tandis que Robespierre n'en avait obtenu que
vingt-trois, Billaud-Varennes quatorze, Panis quatre-vingts, et Danton
onze. Cependant il ne faut point mesurer la popularité de Robespierre et
de Pétion d'après cette différence dans le nombre des voix, parce qu'on
avait l'habitude de voir dans l'un un maire, et dans l'autre un député, et
qu'on ne songeait pas à faire autre chose de chacun d'eux; mais cette
immense majorité prouve la popularité dont jouissait encore le principal
chef du parti girondin. Il ne faut pas oublier de dire que Bailly obtint
deux voix, singulier souvenir donné à ce vertueux magistrat de 1789.
Pétion refusa la mairie, fatigué qu'il était des convulsions de la
commune, et préférant les fonctions de député à la convention nationale.

Les trois mesures principales projetées dans la fameuse séance du 24
septembre étaient, une loi contre les provocations au meurtre, un décret
sur la formation d'une garde départementale, et enfin un compte exact de
l'état de Paris. Les deux premières, confiées à la commission des neuf,
excitaient un cri continuel aux Jacobins, à la commune et dans les
sections. La commission des neuf n'en continuait pas moins ses travaux, et
de divers départemens, entre autres de Marseille et du Calvados,
arrivaient spontanément et comme avant le 10 août, des bataillons qui
devançaient le décret sur la garde départementale. Roland, chargé de la
troisième mesure, c'est-à-dire du rapport sur l'état de la capitale, le
fit sans faiblesse et avec une rigoureuse vérité. Il peignit et excusa la
confusion inévitable de la première insurrection; mais il retraça avec
énergie et frappa de réprobation les crimes ajoutés par le 2 septembre à
la révolution du 10 août; il montra tous les débordemens de la commune,
ses abus de pouvoir, ses emprisonnemens arbitraires, et ses immenses
dilapidations. Il finit par ces mots:

«Département sage, mais peu puissant; commune active et despote; peuple
excellent mais dont une partie saine est intimidée ou contrainte, tandis
que l'autre est travaillée par les flatteurs et enflammée par la calomnie;
confusion des pouvoirs, abus et mépris des autorités; force publique
faible et nulle par un mauvais commandement; voilà Paris![1]»

[Note 1: Séance du 29 octobre.]

Son rapport fut couvert d'applaudissemens par la majorité ordinaire, bien
que, pendant la lecture, certains murmures eussent éclaté vers la
Montagne. Cependant une lettre écrite par un particulier à un magistrat,
communiquée par ce magistrat au conseil exécutif, et dévoilant le projet
d'un nouveau 2 septembre contre une partie de la convention, excita une
grande agitation. Une phrase de cette lettre, relative aux conspirateurs,
disait: _Ils ne veulent entendre parler que de Robespierre._ A ce mot tous
les regards se dirigèrent sur lui; les uns lui témoignaient de
l'indignation, les autres l'excitaient à prendre la parole. Il la prit
pour s'opposer à l'impression du rapport de Roland, qu'il qualifia de
roman diffamatoire, et il soutint qu'on ne devait pas donner de publicité
à ce rapport, avant que ceux qui s'y trouvaient accusés, et lui-même
particulièrement, eussent été entendus. S'étendant alors sur ce qui lui
était personnel, il commença à se justifier, mais il ne pouvait se faire
entendre, à cause du bruit qui régnait dans la salle. «Parle, lui disait
Danton, parle; les bons citoyens sont là qui t'entendent.» Robespierre,
parvenant à dominer le bruit, recommence son apologie, et défie ses
adversaires de l'accuser en face, et de produire contre lui une seule
preuve positive. A ce défi, Louvet s'élance: «C'est moi, lui dit-il, moi
qui t'accuse.» Et en achevant ces mots il occupait déjà le pied de la
tribune, et Barbaroux, Rebecqui, l'y suivaient pour soutenir l'accusation.
A cette vue, Robespierre est ému, et son visage paraît altéré; il demande
que son accusateur soit entendu, et que lui-même le soit ensuite. Danton,
lui succédant à la tribune, se plaint du système de calomnie organisé
contre la commune et la députation de Paris, et répète sur Marat, qui
était la principale cause de toutes les accusations, ce qu'il avait déjà
déclaré, c'est-à-dire qu'il ne l'aimait pas, qu'il avait fait l'expérience
de son _tempérament volcanique et insociable_, et que toute idée d'une
coalition triumvirale était absurde. Il finit en demandant qu'on fixe un
jour pour discuter le rapport. L'assemblée en décrète l'impression, mais
elle en ajourne la distribution aux départemens jusqu'à ce qu'on ait
entendu Louvet et Robespierre.

Louvet était plein de hardiesse et de courage; son patriotisme était
sincère; mais dans sa haine contre Robespierre entrait le ressentiment
d'une lutte personnelle, commencée aux Jacobins, continuée dans la
Sentinelle, renouvelée dans l'assemblée électorale, et devenue plus
violente depuis qu'il se trouvait face à face avec son jaloux rival dans
la convention nationale. A une extrême pétulance de caractère Louvet
joignait une imagination romanesque et crédule qui l'égarait, et lui
faisait supposer un concert et des complots là où il n'y avait que l'effet
spontané des passions. Il croyait à ses propres suppositions, et voulait
forcer ses amis à y ajouter la même foi. Mais il rencontrait dans le froid
bon sens de Pétion et de Roland, dans l'indolente impartialité de
Vergniaud, une opposition qui le désolait. Buzot, Barbaroux, Guadet, sans
être aussi crédules, sans supposer des trames aussi compliquées, croyaient
à la méchanceté de leurs adversaires, et secondaient les attaques de
Louvet par indignation et par courage. Salles, député de la Meurthe,
ennemi opiniâtre des anarchistes dans la constituante et dans la
convention; Salles, doué d'une imagination sombre et violente, était seul
accessible à toutes les suggestions de Louvet, et croyait, comme lui, à de
vastes complots tramés dans la commune et aboutissant à l'étranger. Amis
passionnés de la liberté, Louvet et Salles ne pouvaient consentir à lui
imputer tant de maux, et ils aimaient mieux croire que les Montagnards,
surtout Marat, étaient stipendiés par l'émigration et l'Angleterre, pour
pousser la révolution au crime, au déshonneur et à la confusion générale.
Plus incertains sur le compte de Robespierre, ils voyaient au moins en
lui un tyran dévoré d'orgueil et d'ambition, et marchant par tous les
moyens au suprême pouvoir.

Louvet, résolu d'attaquer hardiment Robespierre et de ne lui laisser aucun
repos, tenait son discours tout prêt, et s'en était muni le jour où Roland
devait faire son rapport: aussi fut-il tout préparé a soutenir
l'accusation lorsqu'on lui donna la parole. Il la prit sur-le-champ, et
immédiatement après Roland.

Déjà les girondins avaient assez de penchant à mal juger les événemens, et
à supposer des projets criminels là où il n'y avait que des passions
emportées: mais pour le crédule Louvet, la conspiration était encore bien
plus évidente et plus fortement combinée. Dans l'exagération croissante
des jacobins, dans le succès que la morgue de Robespierre y avait obtenu
pendant 1792, il voyait un complot tramé par l'ambitieux tribun. Il le
montra, s'entourant de satellites à la violence desquels il livrait ses
contradicteurs; se rendant lui-même l'objet d'un culte idolâtre, faisant
dire partout, avant le 10 août, que lui seul pouvait sauver la liberté et
la France, et le 10 août arrivé, se cachant à la lumière, reparaissant
deux jours après le danger, marchant alors droit à la commune, malgré la
promesse de ne jamais accepter de place, et, de sa pleine autorité,
s'asseyant lui-même au bureau du conseil-général; là, s'emparant d'une
bourgeoisie aveugle, la poussant à son gré à tous les excès, allant
insulter pour elle l'assemblée législative, et exigeant de cette assemblée
des décrets sous peine du tocsin, ordonnant, sans jamais paraître, les
massacres et les vols de septembre, pour appuyer l'autorité municipale par
la terreur; envoyant ensuite par toute la France des émissaires
qui allaient conseiller les mêmes crimes, et engager les provinces à
reconnaître la supériorité et l'autorité de Paris. Robespierre, ajoute
Louvet, voulait détruire la représentation nationale pour lui substituer
la commune dont il disposait, et nous donner le gouvernement de Rome, où,
sous le nom de municipes, les provinces étaient soumises à la souveraineté
de la métropole. Maître ainsi de Paris, qui l'eût été de la France, il
aurait succédé à la royauté détruite. Cependant, voyant approcher le
moment de la réunion d'une nouvelle assemblée, il avait passé du
conseil-général à l'assemblée électorale, et avait dirigé ses choix par la
terreur, afin d'être maître de la convention par la députation de Paris.

C'est lui, Robespierre, qui avait désigné aux électeurs cet homme de sang
dont les placards incendiaires remplissaient la France de surprise et
d'épouvante. Ce libelliste, du nom duquel Louvet ne voulait pas,
disait-il, souiller ses lèvres, n'était que l'enfant perdu de
l'assassinat, doué, pour prêcher le crime et calomnier les citoyens les
plus purs, d'un courage qui manquait au cauteleux Robespierre. Quant à
Danton, Louvet le séparaitde l'accusation, et s'étonnait même qu'il se fût
élancé à la tribune pour repousser une attaque qui ne se dirigeait pas
contre lui. Cependant il ne le séparait pas de septembre, parce que dans
ces jours malheureux, lorsque toutes les autorités, l'assemblée, les
ministres, le maire, parlaient en vain pour arrêter les massacres, le
ministre seul de la justice _ne parlait pas_, parce qu'enfin, dans les
fameux placards, il était excepté seul des calomnies répandues contre les
plus purs des citoyens. «Et puisses-tu, s'écriait Louvet, puisses-tu,
«ô Danton, te laver aux yeux de la postérité de «cette déshonorante
exception!» Des applaudissemens avaient accueilli ces paroles aussi
généreuses qu'imprudentes.

Cette accusation, constamment applaudie, n'avait cependant pas été
entendue sans beaucoup de murmures; mais un mot souvent répété pendant la
séance les avait arrêtés. «Assurez-moi du silence, avait dit Louvet au
président, _car je vais toucher le mal_, et on criera.--Appuie, avait dit
Danton, touche le mal.» Et chaque fois que s'élevaient des murmures:_
Silence!_ criait-on, _silence, les blessés!_

Louvet résume enfin son accusation. «Robespierre, «s'écrie-t-il, je
t'accuse d'avoir calomnié «les plus purs citoyens, et de l'avoir fait le
jour «où les calomnies étaient des proscriptions; je t'accuse de t'être
produit toi-même comme un objet d'idolâtrie, et d'avoir fait répandre que
tu étais le seul homme capable de sauver la France; je t'accuse d'avoir
avili, insulté et persécuté la représentation nationale, d'avoir tyrannisé
l'assemblée électorale de Paris, et d'avoir marché au suprême pouvoir par
la calomnie, la violence et la terreur, et je demande un comité pour
examiner ta conduite.» Louvet propose une loi qui condamne au bannissement
quiconque aura fait de son nom un sujet de division entre les citoyens. Il
veut qu'aux mesures dont la commission des neuf prépare le projet, on en
ajoute une nouvelle, c'est de mettre la force armée à la disposition du
ministre de l'intérieur. «Enfin, dit-il, je demande sur l'heure un décret
d'accusation contre Marat!... Dieux! s'écrie-t-il, dieux! je l'ai nommé!»

Robespierre, étourdi des applaudissemens prodigués à son adversaire, veut
prendre la parole. Au milieu du bruit et des murmures qu'excite sa
présence, il hésite; ses traits et sa voix sont altérés; il se fait
entendre cependant, et demande un délai pour préparer sa défense. Le délai
lui est accordé, et la défense est ajournée au 5 novembre. Le renvoi était
heureux pour l'accusé, car, excitée par Louvet, l'assemblée ressentait ce
jour-là une vive indignation.

Le soir, vive rumeur aux Jacobins, où se faisait le contrôle de toutes les
séances de la convention. Une foule de membres accoururent éperdus pour
raconter la _conduite horrible_ de Louvet, et pour demander sa radiation.
Il avait calomnié la société, inculpé Danton, Santerre, Robespierre et
Marat; il avait demandé une accusation contre les deux derniers, proposé
des lois sanguinaires, attentatoires à la liberté de la presse, et enfin
proposé _l'ostracisme d'Athènes_. Legendre dit que c'était _un coup
monté,_ puisque Louvet avait son discours tout prêt, et que bien
évidemment le rapport de Roland n'avait eu d'autre objet que de fournir
une occasion à cette diatribe.

Fabre d'Églantine se plaint de ce que le scandale augmente tous les jours,
de ce qu'on s'évertue à calomnier Paris et les patriotes. «On lie, dit-il,
de petites conjectures à de petites suppositions, on en fait sortir une
vaste conspiration, et on ne veut nous dire ni où elle est, ni quels en
sont les agens et les moyens. S'il y avait un homme qui eût tout vu, tout
apprécié dans l'un et l'autre parti, vous ne pourriez douter que cet
homme, ami de la vérité, ne fût très propre à la faire connaître. Cet
homme c'est Pétion. Forcez sa vertu à dire tout ce qu'il a vu, et à
prononcer sur les crimes imputés aux patriotes. Quelque condescendance
qu'il puisse avoir pour ses amis, j'ose dire que les intrigues ne l'ont
point corrompu. Pétion est toujours pur et sincère; il voulait parler
aujourd'hui, forcez-le à s'expliquer[1].»

[Note 1: Voyez la note 3 à la fin du volume.]

Merlin s'oppose à ce qu'on fasse Pétion juge entre Robespierre et Louvet,
car c'est violer l'égalité que d'instituer ainsi un citoyen juge suprême
des autres. D'ailleurs Pétion est respectable, sans doute; mais s'il
venait à dévier! n'est-il pas homme? Pétion n'est-il pas ami de Brissot,
de Roland? Pétion ne reçoit-il pas Lasource, Vergniaud, Barbaroux? tous
les intrigans qui compromettent la liberté?

La motion de Fabre est abandonnée, et Robespierre jeune, prenant un ton
lamentable, comme faisaient à Rome les parens des accusés, exprime sa
douleur, et se plaint de n'être pas calomnié comme son frère. «C'est le
moment, dit-il, des plus grands dangers, tout le peuple n'est pas pour
nous. Il n'y a que les citoyens de Paris qui soient suffisamment éclairés;
les autres ne le sont que très imparfaitement... Il serait donc possible
que l'innocence succombât lundi!... car la convention a entendu tout
entier le long mensonge de Louvet. Citoyens, s'écrie-t-il, j'ai eu un
grand effroi; il me semblait que des assassins allaient poignarder mon
frère. J'ai entendu des hommes dire qu'il ne périrait que de leurs mains;
un autre m'a dit qu'il «voulait être son bourreau.» A ces mots, plusieurs
membres se lèvent, et déclarent qu'eux aussi ont été menacés, qu'ils l'ont
été par Barbaroux, par Rebecqui et par plusieurs citoyens des tribunes;
que ceux qui les menaçaient leur ont dit: «Il faut se débarrasser de Marat
et de Robespierre.» On entoure alors Robespierre jeune, on lui promet de
veiller sur son frère, et on décide que tous ceux qui ont des amis ou des
parens dans les départemens écriront pour éclairer l'opinion. Robespierre
jeune, en quittant la tribune, ne manque pas d'ajouter une calomnie.
Anacharsis Clootz, dit-il, lui avait assuré que tous les jours il rompait,
chez Roland, des lances contre le fédéralisme.

Vient à son tour le fougueux Chabot. Ce qui le blesse surtout dans le
discours de Louvet, c'est qu'il s'attribue le 10 août à lui et à ses amis,
et le 2 septembre à deux cents assassins. «Moi, dit Chabot, je me souviens
que je m'adressai, le 9 août au soir, à messieurs du côté droit, pour leur
proposer l'insurrection, et qu'ils me répondirent par un sourire du bout
des lèvres. Je ne vois donc pas quel droit ils ont de s'attribuer le
10 août. Quant au 2 septembre, l'auteur en est encore ce même peuple qui a
fait le 10 août malgré eux, et qui après la victoire a voulu se venger.
Louvet dit qu'il n'y avait pas deux cents assassins, et moi j'assure que
j'ai passé avec les «commissaires de la législative sous une voûte de dix
mille sabres. J'ai reconnu plus de cent cinquante fédérés. Il n'y a point
de crimes en révolution. Marat, tant accusé, n'est poursuivi que pour des
faits de révolution. Aujourd'hui on accuse Marat, Danton, Robespierre;
demain ce sera Santerre, Chabot, Merlin, etc.»

Excité par ces audacieuses paroles, un fédéré présent à la séance fait ce
qu'aucun homme n'avait encore publiquement osé: il déclare qu'il
_agissait_ avec un grand nombre de ses camarades aux prisons, et qu'il
avait cru n'égorger que des conspirateurs, des fabricateurs de faux
assignats, et sauver Paris du massacre et de l'incendie; il ajoute qu'il
remercie la société de la bienveillance qu'elle leur a témoignée à tous,
qu'ils partent le lendemain pour l'armée, et n'emportent qu'un regret,
c'est de laisser les patriotes dans d'aussi grands périls.

Cette affreuse déclaration termina la séance. Robespierre n'avait point
paru, et il ne parut pas de toute cette semaine, préparant sa réponse, et
laissant ses partisans disposer l'opinion. Pendant ce temps, la commune de
Paris persistait dans sa conduite et son système. On disait qu'elle avait
enlevé jusqu'à dix millions, dans la caisse de Septeuil, trésorier de la
liste civile; et, dans le moment même, elle faisait répandre une adresse,
à toutes les municipalités contre le projet de donner une garde à la
convention. Barbaroux proposa aussitôt quatre décrets formidables et
parfaitement conçus.

Par le premier, la capitale devait perdre le droit de posséder la
représentation nationale, quand elle n'aurait pas su la protéger contre
les insultes ou les violences;

Par le second, les fédérés et les gendarmes nationaux devaient,
concurremment avec les sections armées de Paris, garder la représentation
nationale et les établissemens publics;

Par le troisième, la convention devait se constituer en cour de justice
pour juger les conspirateurs;

Par le quatrième enfin, la convention cassait la municipalité de Paris.

Ces quatres décrets étaient parfaitement adaptés, aux circonstances, et
convenaient aux vrais dangers du moment; mais, pour les rendre, il aurait
fallu avoir toute la puissance qui ne pouvait résulter que des décrets
mêmes. Pour se créer des moyens d'énergie, il faut l'énergie, et tout
parti modéré qui veut arrêter un parti violent, est dans un cercle vicieux
dont il ne peut jamais sortir. Sans doute la majorité, penchant pour les
girondins, aurait pu rendre les décrets, mais c'était sa modération qui la
faisait pencher pour eux, et sa modération même lui conseillait
d'attendre, de temporiser, de se fier à l'avenir, et d'écarter tout moyen
trop tôt énergique. L'assemblée repoussa même un décret beaucoup moins
rigoureux; c'était le premier de ceux dont on avait confié la rédaction à
la commission des neuf. Buzot le proposait, et il était relatif aux
provocateurs au meurtre et à l'incendie. Toute provocation directe était
punie de mort, et la provocation indirecte punie de dix années de fers.
L'assemblée trouva la provocation directe trop sévèrement punie, et la
provocation indirecte trop vaguement définie et trop difficile à
atteindre. Buzot dit en vain qu'il fallait des mesures révolutionnaires,
et par conséquent arbitraires, contre les adversaires qu'on voulait
combattre; il ne fut pas écouté, et il ne pouvait pas l'être en
s'adressant à une majorité qui condamnait dans le parti violent les
mesures révolutionnaires mêmes, et qui par conséquent était peu propre à
les employer contre lui. La loi fut ajournée; et la commission des neuf,
instituée pour aviser aux moyens de maintenir le bon ordre, devint pour
ainsi dire inutile.

L'assemblée cependant montrait un peu plus d'énergie, dès qu'il s'agissait
de réprimer les écarts de la commune. Alors elle semblait défendre son
autorité avec une espèce de jalousie et de force. Le conseil-général de la
commune, mandé à la barre à cause de la pétition contre le projet d'une
garde départementale, vint se justifier. Il n'était plus, disait-il, celui
du 10 août. Quelques prévaricateurs s'étaient rencontrés parmi ses
membres, on avait eu raison de les dénoncer, mais ils ne se trouvaient
plus dans son sein. «Ne confondez pas, ajoutait-il, les innocens et les
coupables. Rendez-nous la confiance dont nous avons besoin. Nous voulons
ramener le calme nécessaire à la convention pour l'établissement de bonnes
lois. Quant à l'envoi de cette pétition, ce sont les sections qui l'ont
voulu, nous ne sommes que leurs mandataires; mais on les engagera à s'en
désister.»

Cette soumission désarma les girondins eux-mêmes, et, à la requête de
Gensonné, les honneurs de la séance furent accordés au conseil général.
Cette docilité des administrateurs pouvait bien satisfaire l'orgueil de
l'assemblée, mais elle ne pouvait rien quant aux véritables dispositions
de Paris. Le tumulte augmentait à mesure qu'on approchait du 5 novembre,
jour fixé pour entendre Robespierre. La veille, il y eut des rumeurs en
sens divers. Des bandes parcoururent Paris, les unes en criant: «A la
guillotine, Robespierre, Danton, Marat!» les autres en criant: «A la mort,
Roland, Lasource, Guadet!» On s'en plaignit aux Jacobins, où il ne fut
parlé que des cris poussés contre Robespierre, Danton et Marat. On
accusait de ces cris des dragons et des fédérés, qui alors étaient encore
dévoués à la convention. Robespierre jeune parut de nouveau à la tribune,
se lamenta sur les dangers de l'innocence, repoussa un projet de
conciliation proposé par un membre de la société, en disant que le parti
opposé était décidément contre-révolutionnaire, et qu'on ne devait garder
avec lui ni paix ni trêve; que sans doute l'innocence périrait dans la
lutte, mais qu'il fallait qu'elle se sacrifiât, et qu'on laissât succomber
Maximilien Robespierre, parce que la perte d'un seul homme n'entraînerait
pas celle de la liberté. Tous les jacobins applaudirent à ces beaux
sentimens, en assurant au jeune Robespierre qu'il n'en serait rien, et que
son frère ne périrait pas.

Des plaintes toutes différentes furent proférées à l'assemblée, et là, on
dénonça les cris poussés contre Roland, Lasource, Guadet, etc. Roland se
plaignit de l'inutilité de ses réquisitions au département et à la commune
pour obtenir la force armée. On discuta beaucoup, on échangea des
reproches, et la journée s'écoula sans prendre aucune mesure. Le
lendemain, 5 novembre, Robespierre parut enfin à la tribune.

Le concours était général, et on attendait avec impatience le résultat de
cette discussion solennelle. Le discours de Robespierre était volumineux
et préparé avec soin. Ses réponses aux accusations de Louvet furent celles
qu'on ne manque jamais de faire en pareil cas: «Vous m'accusez, dit-il,
d'aspirer à la tyrannie; mais, pour y parvenir, il faut des moyens, et où
sont mes trésors et mes armées? Vous prétendez que j'ai élevé dans les
Jacobins l'édifice de ma puissance. Mais que prouve cela? c'est que j'y
étais plus écouté, que je m'adressais peut-être mieux que vous à la raison
de cette société, et que vous ne voulez ici venger que les disgrâces de
votre amour-propre. Vous prétendez que cette société célèbre est
dégénérée; mais demandez un décret d'accusation contre elle, alors je
prendrai le soin de la justifier, et nous verrons si vous serez plus
heureux ou plus persuasifs que Léopold et Lafayette. Vous prétendez que je
n'ai paru à la commune que deux jours après le 10 août, et qu'alors je me
suis moi-même installé au bureau. Mais d'abord je n'y ai pas été appelé
plus tôt; et, quand je me suis présenté au bureau, ce n'était pas pour m'y
installer, mais pour faire vérifier mes pouvoirs. Vous ajoutez que j'ai
insulté l'assemblée législative; que je l'ai menacée du tocsin: le fait
est faux. Quelqu'un, placé près de moi, m'accusa de sonner le tocsin; je
répondis à l'interlocuteur que les sonneurs de tocsin étaient ceux qui,
par l'injustice, aigrissaient les esprits; et alors l'un de mes collègues,
moins réservé, ajouta qu'on le sonnerait. Voilà le fait unique sur lequel
mon accusateur a bâti cette fable. Dans l'assemblée électorale, j'ai pris
la parole, mais on était convenu de la prendre; j'y ai présenté quelques
observations, et plusieurs ont usé du même droit. Je n'ai accusé ni
recommandé personne. Cet homme dont vous m'imputez de me servir, Marat, ne
fut jamais ni mon ami ni mon recommandé. Si je jugeais de lui par ceux
qui l'attaquent, il serait absous; mais je ne prononce pas. Je dirai
seulement qu'il me fut constamment étranger; qu'une fois il vint chez moi,
que je lui adressai quelques observations sur ses écrits, sur leur
exagération et sur le regret qu'éprouvaient les patriotes de lui voir
compromettre notre cause par la violence de ses opinions; mais il me
trouva politique à vues étroites, et le publia le lendemain. C'est donc
une calomnie que de me supposer l'instigateur et l'allié de cet homme.»
De ces accusations personnelles passant aux accusations générales dirigées
contre la commune, Robespierre répète avec tous ses défenseurs, que le
2 septembre a été la suite du 10 août; qu'on ne peut après coup marquer le
point précis où devaient se briser les flots de l'insurrection populaire;
que sans doute les exécutions étaient illégales, mais que sans mesures
illégales on ne pouvait secouer le despotisme; qu'il fallait faire ce même
reproche à toute la révolution; car tout y était illégal, et la chute du
trône, et la prise de la Bastille! Il peint ensuite les dangers de Paris,
l'indignation de ses citoyens, leur concours autour des prisons, leur
irrésistible fureur en songeant qu'ils laissaient derrière eux des
conspirateurs qui égorgeraient leurs familles. «On assure qu'un innocent
a péri, s'écrie l'orateur avec emphase, un seul; c'est beaucoup trop, sans
doute. Citoyens! pleurez cette méprise cruelle! nous l'avons pleurée dès
long-temps; c'était un bon citoyen, c'était un de nos amis! Pleurez même
les victimes qui devaient être réservées à la vengeance des lois, et qui
sont tombées sous le glaive de la justice populaire! Mais que votre
douleur ait un terme comme toutes les choses humaines. Gardons quelques
larmes pour des calamités plus touchantes: pleurez cent mille patriotes
immolés par la tyrannie! pleurez nos citoyens expirant sous leurs toits
embrasés, et les fils des citoyens massacrés au berceau ou dans les bras
de leurs mères! pleurez donc l'humanité abattue sous le joug des
tyrans..... Mais consolez-vous, si, imposant silence à toutes les viles
passions, vous voulez assurer le bonheur de votre pays, et préparer celui
du monde.

«La sensibilité qui gémit presque exclusivement pour les ennemis de la
liberté m'est suspecte:

«Cessez d'agiter sous mes yeux la robe sanglante du tyran, ou je croirai
que vous voulez remettre Rome dans les fers!»

C'est avec ce mélange de logique astucieuse et de déclamation
révolutionnaire que Robespierre parvint à captiver son auditoire et à
obtenir des applaudissemens unanimes. Tout ce qui lui était personnel
était juste, et il y avait de l'imprudence de la part des girondins à
signaler un projet d'usurpation là où il n'y avait encore qu'une ambition
d'influence, rendue odieuse par un caractère envieux; il y avait de
l'imprudence à vouloir trouver dans les actes de la commune la preuve
d'une vaste conspiration, lorsqu'il n'existait que les effets naturels du
débordement des passions populaires. Les girondins fournissaient ainsi à
l'assemblée l'occasion de leur donner tort contre leurs adversaires.
Flattée, pour ainsi dire, de voir le prétendu chef des conspirateurs
réduit à se justifier, charmée de voir tous les crimes expliqués par une
insurrection désormais impossible, et de rêver un meilleur avenir, la
convention crut plus digne, plus prudent de mettre toutes ces
personnalités au néant. On proposa donc l'ordre du jour. Aussitôt Louvet
s'élance pour le combattre, et demande à répliquer. Une foule d'orateurs
se présentent, et veulent parler pour, sur, ou contre l'ordre du jour.
Barbaroux, désespérant de se faire entendre, s'élance à la barre pour être
écouté au moins comme pétitionnaire. Lanjuinais propose qu'on engage la
discussion sur les importantes questions que renferme le rapport de
Roland. Enfin Barrère parvient à obtenir la parole: «Citoyens, dit-il,
s'il existait dans la république un homme né avec le génie de César ou
l'audace de Cromwell, un homme qui, avec le talent de Sylla, en aurait les
dangereux moyens; s'il existait ici quelque législateur d'un grand génie,
d'une ambition vaste, d'un caractère profond; un général, par exemple, le
front ceint de lauriers, et revenant au milieu de vous pour vous commander
des lois ou insulter aux droits du peuple, je proposerais contre lui un
décret d'accusation. Mais que vous fassiez cet honneur à des hommes d'un
jour, à de petits entrepreneurs d'émeute, à ceux dont les couronnes
civiques sont mêlées de cyprès, voilà ce que je ne puis concevoir!»

Ce singulier médiateur proposa de motiver ainsi l'ordre du jour:
_Considérant que la convention nationale ne doit s'occuper que des
intérêts de la république..._--«Je ne veux pas de votre ordre du jour,
s'écrie Robespierre, s'il renferme un préambule qui me soit injurieux.»
L'assemblée adopte l'ordre du jour pur et simple.

On courut aux Jacobins célébrer cette victoire, et Robespierre y fut reçu
en triomphateur. A peine parut-il qu'on le couvrit d'applaudissemens. Un
membre demanda qu'on lui laissât la parole pour faire le récit de la
journée. Un autre assura que sa modestie l'en empêcherait, et qu'il ne
voudrait pas parler. Robespierre, jouissant en silence de cet
enthousiasme, laissa à un autre le soin d'un récit adulateur. Il fut
appelé Aristide. Son éloquence _naïve et mâle_ fut louée avec une
affectation qui prouve combien était connu son goût pour la louange
littéraire. La convention fut réhabilitée, l'estime de la société lui
revint, et on prétendit que le triomphe de la vérité commençait, et qu'il
ne fallait plus désespérer du salut de la république.

Barrère fut interpellé pour qu'il s'expliquât sur la manière dont il
s'était exprimé à l'égard _des petits faiseurs d'émeute;_ et il se peignit
tout entier en déclarant qu'il avait voulu, par ces mots, désigner non les
chauds patriotes accusés avec Robespierre, mais leurs adversaires.

Ainsi finit cette célèbre accusation. Elle fut une véritable imprudence.
Toute la conduite des girondins se caractérise par cette démarche. Ils
éprouvaient une généreuse indignation; ils l'exprimaient avec talent; mais
il s'y mêlait assez de ressentimens personnels, assez de fausses
conjectures, de suppositions chimériques, pour donner a ceux qui aimaient
à s'abuser, une raison de ne pas les croire; à ceux qui redoutaient un
acte d'énergie, un motif de l'ajourner; à ceux enfin qui affectaient
l'impartialité, un prétexte pour ne pas adopter leurs conclusions; et ces
trois classes composaient toute la Plaine. Un d'entre ces membres,
cependant, le sage Pétion, ne partagea point leurs exagérations; il fit
imprimer le discours qu'il avait préparé, et où toutes choses étaient
sagement appréciées. Vergniaud, que sa raison et son indolence dédaigneuse
mettaient au-dessus des passions, était exempt aussi de leurs travers, et
il garda un profond silence. Dans le moment, l'accusation des girondins
n'eut d'autre résultat que de rendre définitivement toute réconciliation
impossible, d'avoir même usé dans un combat inutile le plus puissant et le
seul de leurs moyens, la parole et l'indignation, et d'avoir augmenté la
haine et la fureur de leurs ennemis, sans s'être donné une ressource de
plus.

Malheur aux vaincus lorsque les vainqueurs se divisent! Ceux-ci font
diversion à leurs propres querelles, ils cherchent surtout à se surpasser
en zèle, en écrasant leurs ennemis abattus. Au Temple étaient des
prisonniers sur lesquels allait se décharger toute la fougue des passions
révolutionnaires. La monarchie, l'aristocratie, tout le passé enfin contre
lequel la révolution luttait avec fureur, se trouvaient comme personnifiés
dans le malheureux Louis XVI. Et la manière dont on traiterait le prince
déchu devait, pour chacun, servir à prouver la manière dont on haïssait la
contre-révolution. La législative, trop rapprochée de la constitution qui
déclarait le roi inviolable, n'avait pas osé décider de son sort; elle
l'avait suspendu et enfermé au Temple; elle n'avait pas même aboli la
royauté, et avait légué à une convention le soin de juger le matériel et
le personnel de la vieille monarchie. La royauté abolie, la république
décrétée, et le travail de la constitution confié aux méditations des
esprits les plus distingués de l'assemblée, il restait à s'occuper du sort
de Louis XVI. Un mois et demi s'était écoulé, et des soins infinis, la
direction des approvisionnemens, la surveillance des armées, le soin des
subsistances qui manquaient alors, comme dans tous les temps de troubles,
la police et tous les détails du gouvernement qu'on n'avait transmis,
après la chute de la royauté, à un conseil exécutif qu'avec une extrême
défiance, enfin des querelles violentes, empêchèrent d'abord de s'occuper
des prisonniers du Temple. Une fois il en avait été question, et, comme on
l'a vu, la proposition fut renvoyée au comité de législation. En attendant
on en parlait partout. Aux Jacobins on demandait chaque jour le jugement
de Louis XVI, et on accusait les girondins de l'écarter par des querelles,
auxquelles cependant chacun prenait autant de part et d'intérêt
qu'eux-mêmes. Le 1er novembre, dans l'intervalle de l'accusation de
Robespierre à son apologie, une section s'étant plainte de nouveaux
placards provoquant au meurtre et à la sédition, on réclama, comme on le
faisait toujours, le jugement de Marat. Les girondins prétendaient que lui
et quelques-uns de ses collègues étaient la cause de tout le désordre, et
à chaque fait nouveau ils proposaient de les poursuivre. Leurs ennemis au
contraire disaient que la cause des troubles était au Temple; que la
nouvelle république ne serait fondée, et que le calme et la sécurité n'y
régneraient que quand le ci-devant roi aurait été immolé, et que par ce
coup terrible toute espérance aurait été enlevée aux conspirateurs. Jean
de Bry, ce député qui, à la législative, avait voulu qu'on ne suivît pour
règle de conduite que _la loi du salut public_, prit la parole à ce sujet,
et proposa de juger à la fois Marat et Louis XVI. «Marat, dit-il, a mérité
le titre de mangeur d'hommes: il serait digne d'être roi. Il est la cause
des troubles dont Louis XVI est le prétexte: jugeons-les tous les deux, et
assurons le repos public par ce double exemple.» En conséquence la
convention ordonna que le rapport sur les dénonciations contre Marat lui
serait fait séance tenante, et que, sous huit jours au plus tard, le
comité de législation donnerait son avis sur les formes à observer dans le
jugement de Louis XVI. Si après huit jours le comité n'avait pas présenté
son travail, tout membre aurait le droit de se présenter à la tribune pour
y traiter cette grande question. De nouvelles querelles et de nouveaux
soins empêchèrent le rapport sur Marat, qui ne fut même présenté que
long-temps après, et le comité de législation prépara le sien sur
l'auguste et malheureuse famille enfermée au Temple.

L'Europe avait en ce moment les yeux sur la France. On regardait avec
étonnement ces sujets d'abord jugés si faibles, maintenant devenus
victorieux et conquérans, et assez audacieux pour faire un défi à tous les
trônes. On observait avec inquiétude ce qu'ils allaient faire, et on
espérait encore que leur audace aurait bientôt un terme. Cependant des
événemens militaires se préparaient, qui allaient doubler leur enivrement,
et ajouter à la surprise et à l'effroi du monde.



CHAPITRE III.


SUITE DES OPÉRATIONS MILITAIRES DE DUMOURIEZ.--MODIFICATIONS DANS LE
MINISTÈRE.---PACHE MINISTRE DE LA GUERRE.--VICTOIRE DE JEMMAPES.
--SITUATION MORALE ET POLITIQUE DE LA BELGIQUE; CONDUITE POLITIQUE DE
DUMOURIEZ.--PRISE DE GAND, DE MONS, DE BRUXELLES, DE NAMUR, D'ANVERS;
CONQUÊTE DE LA BELGIQUE JUSQU'A LA MEUSE.--CHANGEMENS DANS
L'ADMINISTRATION MILITAIRE; MÉSINTELLIGENCE DE DUMOURIEZ AVEC LA
CONVENTION ET LES MINISTRES.--NOTRE POSITION AUX ALPES ET AUX PYRÉNÉES.


Dumouriez était parti pour la Belgique à la fin d'octobre, et le 25 il se
trouvait à Valenciennes. Son plan général fut réglé d'après l'idée qui le
dominait, et qui consistait à pousser l'ennemi de front, en profitant de
la grande supériorité numérique qu'on avait sur lui. Dumouriez aurait pu,
en marchant sur la Meuse avec la plus grande partie de ses forces,
empêcher la jonction de Clerfayt, qui arrivait de la Champagne, prendre le
duc Albert à revers, et exécuter ainsi ce qu'il avait eu le tort de ne pas
faire d'abord en négligeant de courir sur le Rhin et de suivre ce fleuve
jusqu'à Clèves; mais son plan était autre, et il préférait à une marche
savante une action éclatante qui redoublât le courage des soldats, déjà
très relevé par la canonnade de Valmy, et qui détruisît l'opinion établie
en Europe, depuis cinquante ans, que les Français, excellens pour des
coups de main, étaient incapables de gagner une bataille rangée. La
supériorité du nombre lui permettait une tentative pareille, et cette idée
avait sa profondeur, aussi bien que les manoeuvres qu'on lui a reproché de
n'avoir pas employées. Cependant il ne négligea pas de tourner l'ennemi et
de le séparer de Clerfayt. Valence, placé à cet effet le long de la Meuse,
devait marcher de Givet sur Namur et sur Liège, avec l'armée des Ardennes,
forte de dix-huit mille hommes. D'Harville, avec douze mille, avait ordre
de se mouvoir entre la grande armée et Valence, pour tourner l'ennemi de
plus près. Telles étaient les dispositions de Dumouriez à sa droite. A sa
gauche, Labourdonnaie devait, en partant de Lille, parcourir la côte de la
Flandre et s'emparer de toutes les places maritimes. Arrivé à Anvers, il
lui avait été prescrit de longer la frontière hollandaise, et de joindre
la Meuse à Ruremonde. La Belgique se trouvant ainsi enfermée dans un
cercle, Dumouriez en occupait le centre avec une masse de quarante mille
hommes, et pouvait accabler les ennemis sur le premier point où ils
voudraient tenir tête aux Français.

Impatient d'entrer en campagne et de s'ouvrir la vaste carrière où
s'élançait son ardente imagination, Dumouriez pressait l'arrivée des
approvisionnemens qu'on lui avait promis à Paris, et qui auraient dû être
rendus le 25 à Valenciennes. Servan avait quitté le ministère de la
guerre, préférant au chaos de l'administration les fonctions moins agitées
d'un commandement d'armée. Il rétablissait sa tête et sa santé dans son
camp des Pyrénées. Roland avait proposé et fait accepter pour son
successeur, Pache, homme simple, éclairé, laborieux, qui, ayant autrefois
quitté la France pour aller vivre en Suisse, était revenu à l'époque de la
révolution, avait rendu le brevet d'une pension qu'il recevait du maréchal
de Castries, et s'était distingué dans les bureaux de l'intérieur par un
esprit et une application rares. Portant dans sa poche un morceau de pain,
et ne quittant pas même le ministère pour manger, il travaillait pendant
des journées entières, et avait charmé Roland par ses moeurs et son zèle.
Servan avait demandé à le posséder pendant sa difficile administration
d'août et de septembre, et Roland ne le lui avait cédé qu'avec regret et
en considération de l'importance des travaux de la guerre. Pache rendit
dans ce nouveau poste les mêmes services que dans le premier; et, lorsque
la place de ministre de la guerre vint à vaquer, il fut aussitôt proposé
pour la remplir, comme un de ces êtres obscurs, mais précieux, auxquels la
justice et l'intérêt public devaient assurer une faveur rapide. Pache,
doux et modeste, plaisait à tout le monde, et ne pouvait manquer d'être
accepté: les girondins comptaient naturellement sur la modération
politique d'un homme aussi calme, aussi sage, et qui d'ailleurs leur
devait sa fortune. Les jacobins, qui le trouvaient plein de déférence pour
eux, exaltaient sa modestie, et l'opposaient à ce qu'ils appelaient
l'orgueil et la dureté de Roland. Dumouriez, de son côté, fut charmé d'un
ministre qui paraissait plus maniable que les girondins, et plus disposé à
suivre ses vues. Il avait en effet de nouveaux griefs contre Roland.
Celui-ci lui avait écrit, au nom du conseil, une lettre dans laquelle il
lui reprochait de vouloir trop imposer ses plans au ministère, et lui
témoignait d'autant plus de défiance qu'on lui supposait plus de talens.
Roland était loyal, et ce qu'il disait dans le secret de la
correspondance, il l'eût combattu en public. Dumouriez, méconnaissant
l'intention honnête de Roland, avait fait ses plaintes à Pache, qui les
avait reçues, et qui l'avait consolé par ses flatteries des défiances de
ses collègues. Tel était le nouveau ministre de la guerre: placé entre les
jacobins, les girondins et Dumouriez, écoutant les plaintes des uns contre
les autres, il les gagnait tous par ses paroles et sa déférence, et leur
faisait espérer à tous un second et un ami.

Dumouriez attribua au renouvellement des bureaux les retards qu'essuyait
l'approvisionnement de son armée. Il n'y avait d'arrivé que la moitié des
munitions et des fournitures promises, et il se mit en marche sans
attendre le reste, écrivant à Pache qu'il lui fallait indispensablement
trente mille paires de souliers, vingt-cinq mille couvertures, des effets
de campement pour quarante mille hommes, et surtout deux millions de
numéraire pour fournir le prêt aux soldats, qui, entrant dans un pays où
les assignats n'avaient pas cours, devaient payer en argent tout ce qu'ils
achèteraient. On promit tout, et Dumouriez, excitant l'ardeur de ses
troupes, les encourageant par la perspective d'une conquête prochaine et
assurée, les porta en avant, quoique dépourvues de ce qui était nécessaire
pour une campagne d'hiver et sous un climat rigoureux.

La marche de Valence, retardée par une diversion sur Longwy, et par le
dénuement de tous les effets militaires, qui n'arrivèrent qu'en novembre,
permit à Clerfayt de passer sans obstacle du Luxembourg dans la Belgique,
et de joindre le duc Albert avec douze mille hommes. Dumouriez, renonçant
pour le moment à se servir de Valence, rapprocha de lui la division du
général d'Harville, et portant ses troupes entre Quarouble et Quiévrain,
se hâta de joindre l'armée ennemie. Le duc Albert, fidèle au système
autrichien, avait formé un cordon de Tournay jusqu'à Mons, et, quoiqu'il
eût trente mille hommes, il n'en réunissait guère que vingt devant la
ville de Mons. Dumouriez le serrant de près, arriva le 3 novembre devant
le moulin de Boussu, et ordonna à son avant-garde, commandée par le brave
Beurnonville, de chasser l'ennemi posté sur les hauteurs. L'attaque
réussit d'abord, mais repoussée ensuite, notre avant-garde fut obligée de
se retirer. Dumouriez sentant combien il importait de ne pas reculer au
début, reporta Beurnonville en avant, fit enlever tous les postes ennemis,
et le 5 au soir se trouva en présence des Autrichiens, retranchés sur les
hauteurs qui bordent la ville de Mons.

Ces hauteurs, disposées circulairement en avant de la place, portent trois
villages, Jemmapes, Cuesmes et Berthaimont. Les Autrichiens, qui
s'attendaient à y être attaqués, avaient formé l'imprudente résolution de
s'y maintenir, et avaient mis dès long-temps le plus grand soin à s'y
rendre inexpugnables. Clerfayt occupait Jemmapes et Cuesmes; un peu plus
loin, Beaulieu campait au-dessus de Berthaimont. Des pentes rapides, des
bois, des abatis, quatorze redoutes, une artillerie formidable rangée en
étages, et vingt mille hommes, protégeaient ces positions et en rendaient
l'abord presque impossible. Des chasseurs tyroliens remplissaient les bois
qui s'étendaient au-dessous des hauteurs. La cavalerie, placée dans
l'intervalle des coteaux, et surtout dans la trouée qui séparait Jemmapes
de Cuesmes, était prête à déboucher et à fondre sur nos colonnes, dès
qu'elles seraient ébranlées par le feu des batteries.

C'est en présence de ce camp si fortement retranché que s'établit
Dumouriez. Il forma son armée en demi-cercle, parallèlement aux positions
de l'ennemi. Le général d'Harville, qui venait d'opérer sa jonction avec
le corps de bataille, dans la soirée du 5, fut destiné à manoeuvrer sur
l'extrême droite de notre ligne. Dès le 6 au matin, il devait, longeant
les positions de Beaulieu, s'efforcer de les tourner, et occuper ensuite
les hauteurs en arrière de Mons, seule retraite des Autrichiens.
Beurnonville, formant la droite même de notre attaque, avait ordre de
marcher sur le village de Cuesmes. Le duc de Chartres, qui servait dans
notre armée avec le grade de général, et qui ce jour-là commandait au
centre, devait aborder Jemmapes de front, et tâcher en même temps de
pénétrer par la trouée qui séparait Jemmapes de Cuesmes. Enfin le général
Ferrand, revêtu du commandement de la gauche, était chargé de traverser un
petit village nommé Quaregnon, et de se porter sur le flanc de Jemmapes.
Toutes ces attaques devaient s'exécuter en colonnes par bataillons, la
cavalerie étant prête à les soutenir par derrière et sur les côtés. Notre
artillerie fut disposée de manière à battre chaque redoute en flanc, et à
éteindre ses feux s'il était possible. Une réserve d'infanterie et de
cavalerie attendait l'événement derrière le ruisseau de Wame.

Pendant la nuit du 5 au 6, le général Beaulieu ouvrit l'avis de sortir des
retranchemens et de fondre inopinément sur les Français, pour les
déconcerter par une attaque brusque et nocturne. Cet avis énergique ne fut
pas suivi, et le 6 à huit heures du matin, les Français étaient en
bataille, pleins de courage et d'espérance, quoique sous un feu meurtrier
et à la vue de retranchemens presque inabordables. Soixante mille hommes
couvraient le champ de bataille, et cent bouches à feu retentissaient sur
le front des deux armées.

La canonnade fut engagée dès le matin; Dumouriez ordonna aux généraux
Ferrand et Beurnonville de commencer l'attaque, l'un à gauche et l'autre à
droite, tandis que lui-même attendrait au centre le moment d'agir, et que
d'Harville, longeant les positions de Beaulieu, irait fermer la retraite.
Ferrand attaqua mollement, et Beurnonville ne parvint pas à éteindre le
feu des Autrichiens.

Il était onze heures, et l'ennemi n'était pas assez ébranlé sur les côtés
pour qu'on pût l'aborder de front. Alors Dumouriez envoya son fidèle
Thouvenot à l'aile gauche pour décider le succès. Thouvenot, faisant
cesser une inutile canonnade, traverse Quaregnon, tourne Jemmapes, et
marchant tête baissée, la baïonnette au bout du fusil, gravit la hauteur
par côté, et arrive sur le flanc des Autrichiens. Dumouriez apprenant ce
mouvement, se résout à commencer l'attaque de front, et porte le centre
directement contre Jemmapes. Il fait avancer son infanterie en colonnes,
et dispose des hussards et des dragons pour couvrir la trouée entre
Jemmapes et Cuesmes, d'où la cavalerie ennemie allait s'élancer. Nos
troupes s'ébranlent et traversent sans hésiter l'espace intermédiaire.
Cependant une brigade voyant déboucher par la trouée la cavalerie
autrichienne, chancèle, recule, et découvre le flanc de nos colonnes. Dans
cet instant, le jeune Baptiste Renard, simple domestique de Dumouriez,
cédant à une inspiration de courage et d'intelligence, court au général de
cette brigade, lui reproche sa faiblesse, lui signale le danger, et le
ramène à la trouée. Un certain ébranlement s'était manifesté dans tout le
centre, et nos bataillons commençaient à tourbillonner sous le feu des
batteries. Le duc de Chartres se jette au milieu des rangs, les rallie,
forme autour de lui un bataillon qu'il appelle _bataillon de Jemmapes,_ et
le porte vigoureusement à l'ennemi. Le combat est ainsi rétabli, et
Clerfayt, déjà pris en flanc, menacé de front, résiste néanmoins avec
une fermeté héroïque.

Dumouriez, témoin de tous ces mouvemens, mais incertain du succès, court à
la droite, où le combat ne se décidait point, malgré les efforts de
Beurnonville. Son intention était de terminer brusquement l'attaque, ou
bien de replier son aile droite, et de s'en servir pour protéger la
retraite du centre, si un mouvement rétrograde devenait nécessaire.

Beurnonville avait fait de vains efforts contre le village de Cuesmes, et
il allait se replier lorsque Dampierre, qui commandait un point de
l'attaque, prend avec lui quelques compagnies, et s'élance audacieusement
au milieu d'une redoute. Dumouriez arrive à l'instant même où Dampierre
exécutait cette courageuse tentative; il trouve le reste de ses bataillons
sans chef, exposés à un feu terrible, et hésitant en présence des hussards
impériaux qui se préparaient à les charger. Ces bataillons étaient ceux
qui, au camp de Maulde, s'étaient si fortement attachés à Dumouriez. Il
les rassure, et les dispose à tenir ferme contre la cavalerie ennemie. Une
décharge à bout portant arrête cette cavalerie, et les hussards de
Berchini lancés à propos sur elle, achèvent de la mettre en fuite. Alors
Dumouriez, se mettant à la tête de ses bataillons, et entonnant avec eux
l'hymne des Marseillais, les entraîne à sa suite, les porte sur les
retranchemens, renverse tout devant lui, et enlève le village de Cuesmes.

Cet exploit à peine terminé, Dumouriez, toujours inquiet pour le centre,
repart au galop, suivi de quelques escadrons. Mais tandis qu'il accourt,
le jeune duc de Montpensier arrive à sa rencontre, pour lui annoncer la
victoire du centre, due principalement à son frère le duc de Chartres.
Ainsi, Jemmapes étant envahi par côté et par devant, et Cuesmes emporté,
Clerfayt ne pouvait plus opposer de résistance, et devait se retirer. Il
cède donc le terrain après une belle défense, et abandonne à Dumouriez une
victoire chèrement disputée. Il était deux heures; nos troupes harassées
de fatigue demandaient un instant de repos: Dumouriez le leur accorde, et
fait halte sur les hauteurs mêmes de Jemmapes et de Cuesmes. Il comptait,
pour la poursuite de l'ennemi, sur d'Harville, qui était chargé de tourner
Berthaimont et d'aller couper les derrières des Autrichiens. Mais l'ordre
n'étant pas assez clair et ayant été mal compris, d'Harville s'était tenu
en présence de Berthaimont, et en avait inutilement canonné les hauteurs.
Clerfayt se retira donc sous la protection de Beaulieu, qui n'avait pas
été entamé, et tous deux prirent la route de Bruxelles, que d'Harville ne
leur fermait pas.

La bataille avait coûté aux Autrichiens quinze cents prisonniers, quatre
mille cinq cents morts ou blessés, et à peu près autant aux Français.
Dumouriez déguisa sa perte, et n'avoua que quelques cents hommes. On lui a
reproché de n'avoir pas, en marchant sur sa droite, tourné l'ennemi, pour
le prendre ainsi par derrière, au lieu de s'obstiner à l'attaque de gauche
et du centre. Il en avait eu l'idée en ordonnant à d'Harville de longer
Berthaimont, mais il ne s'y attacha pas assez. Sa vivacité, qui souvent
empêchait la réflexion, et le désir d'une action éclatante, lui firent
préférer à Jemmapes, comme dans toute la campagne, une attaque de front.
Au reste, plein de présence d'esprit et d'ardeur au milieu de l'action, il
avait enlevé nos troupes, et leur avait communiqué un courage héroïque.
L'éclat de cette grande action fut prodigieux. La victoire de Jemmapes
remplit en un instant la France de joie, et l'Europe d'une nouvelle
surprise. Il fut question partout de cette artillerie bravée avec tant de
sang-froid, de ces redoutes escaladées avec tant d'audace; on exagéra même
le péril et la victoire, et, par toute l'Europe, la faculté de remporter
de grandes batailles fut de nouveau reconnue aux Français. A Paris, tous
les républicains sincères eurent une grande joie de cette nouvelle, et
préparèrent des fêtes. Le domestique de Dumouriez, le jeune Baptiste
Renard, fut présenté à la convention, et gratifié par elle d'une couronne
civique et d'une épaulette d'officier. Les girondins, par patriotisme,
par justice, applaudirent aux succès du général. Les jacobins, quoique le
suspectant, applaudirent aussi par le besoin d'admirer le succès de la
révolution. Marat seul, reprochant à tous les Français leur engouement,
prétendit que Dumouriez avait dû mentir sur le nombre de ses morts, qu'on
n'attaquait pas une montagne à si peu de frais, qu'il n'avait pris ni
bagage ni artillerie, que les Autrichiens s'en allaient tranquillement,
que c'était une retraite plutôt qu'une défaite, que Dumouriez aurait pu
prendre l'ennemi autrement; et mêlant à cette sagacité une atroce fureur
de calomnie, il ajoutait que cette attaque de front n'avait eu lieu que
pour immoler les braves bataillons de Paris; que ses collègues à la
convention, aux Jacobins, tous les Français enfin, si prompts à admirer,
étaient des étourdis; et que, pour lui, il déclarerait Dumouriez un bon
général, quand toute la Belgique serait soumise, sans qu'un seul
Autrichien s'en échappât; et un bon patriote, lorsque la Belgique serait
profondément révolutionnée, et rendue tout à fait libre.--Vous autres
Français, disait-il, avec cette disposition à tout admirer sur-le-champ,
vous êtes exposés à revenir aussi promptement. Un jour vous proscrivez
Montesquiou; on vous apprend qu'il a conquis la Savoie, vous
l'applaudissez; vous le proscrivez de nouveau, et vous devenez la risée
générale par ces allées et venues. «Pour moi, je me défie, et j'accuse
toujours; et quant aux inconvénients de cette disposition, ils sont
incomparablement moindres que ceux de la disposition contraire, car jamais
ils ne compromettent le salut public. Sans doute ils peuvent m'exposer à
me méprendre sur le compte de quelques individus; mais, vu la corruption
du siècle, et la multitude d'ennemis par éducation, par principes et par
intérêt, de toute liberté, il y a mille à parier contre un que je ne
prendrai pas le change, en les considérant d'emblée comme des intrigans et
des fripons publics tout prêts à machiner. Je suis donc mille fois moins
exposé à être trompé sur le compte des fonctionnaires publics; et, tandis
que la funeste confiance que l'on a en eux les met à même de tramer contre
la patrie avec autant d'audace que de sécurité, la défiance éternelle dont
le public les environnerait, d'après mes principes, ne leur permettrait
pas de faire un pas sans trembler d'être démasqués et punis[1].»

[Note 1: _Journal de la république française_, par Marat, l'Ami du Peuple,
N° 43, du lundi 12 novembre 1792.]

Cette bataille venait d'ouvrir la Belgique aux Français; mais là
d'étranges difficultés se présentaient à Dumouriez, et deux tableaux
frappans vont s'offrir: sur le territoire conquis, la révolution française
agissant sur les révolutions voisines pour les hâter ou se les assimiler;
et dans notre armée, la démagogie pénétrant dans les administrations, et
les désorganisant pour les épurer.

Il y avait en Belgique plusieurs partis: le premier, celui de la
domination autrichienne, n'existait que dans les armées impériales
chassées par Dumouriez; le second, composé de toute la nation, nobles,
prêtres, magistrats, peuple, repoussait unanimement le joug étranger, et
voulait l'indépendance de la nation belge; mais celui-ci se sous-divisait
en deux autres: les prêtres et privilégiés voulaient conserver les anciens
états, les anciennes institutions, les démarcations de classe et de
province, tout enfin, excepté la domination autrichienne, et ils avaient
pour eux une partie de la population, encore très superstitieuse et très
attachée au clergé; enfin les démagogues ou jacobins belges voulaient une
révolution complète et la souveraineté du peuple. Ceux-ci demandaient le
niveau français et l'égalité absolue. Ainsi chacun adoptait de la
révolution ce qui lui convenait; les privilégiés n'y cherchaient que leur
ancien état, les plébéiens voulaient la démagogie et le règne de la
multitude. Entre les divers partis, on conçoit que Dumouriez, par ses
goûts, devait garder un milieu. Repoussant l'Autriche qu'il combattait
avec ses soldats, condamnant les prétentions exclusives des privilégiés,
il ne voulait cependant pas transporter à Bruxelles les jacobins de Paris,
et y faire naître des Chabot et des Marat. Son but était donc, en
ménageant l'ancienne organisation du pays, de réformer ce qu'elle avait de
trop féodal. La partie éclairée de la population se prêtait bien à ces
vues; mais il était difficile d'en faire un ensemble, à cause du peu
d'union des villes et des provinces; et, de plus, en la formant en
assemblée, on l'exposait à être vaincue par le parti violent. Dans le cas
où il pourrait réussir, Dumouriez songeait, soit par une alliance, soit
par une réunion, à rattacher la Belgique à l'empire français, et à
compléter ainsi notre territoire. Il aurait désiré surtout empêcher les
dilapidations, s'assurer les immenses ressources de la contrée pour la
guerre, et n'indisposer aucune classe, pour ne pas faire dévorer son armée
par une insurrection. Il songeait principalement à ménager le clergé, qui
avait encore une grande influence sur l'esprit du peuple. Il voulait enfin
des choses que l'expérience des révolutions démontre impossibles, et
auxquelles tout le génie administratif et politique doit renoncer d'avance
avec une entière résignation. On verra plus tard se développer ses plans
et ses projets.

En entrant en Belgique, il promit, par une proclamation, de respecter les
propriétés, les personnes et l'indépendance nationale. Il ordonna que tout
fût maintenu, que les autorités demeurassent en fonctions, que les impôts
continuassent d'être perçus, et que sur-le-champ des assemblées primaires
fussent réunies, pour former une convention nationale qui déciderait du
sort de la Belgique.

Des difficultés bien autrement graves se préparaient pour lui. Des motifs
de politique, de bien public, d'humanité, pouvaient lui faire désirer en
Belgique une révolution prudente et mesurée; mais il avait à faire vivre
son armée, et c'était ici son affaire personnelle. Il était général et
avant tout obligé d'être victorieux. Pour cela, il lui fallait de la
discipline et des ressources. Entré à Mons le 7 novembre au matin, au
milieu de la joie des Brabançons, qui lui décernèrent une couronne ainsi
qu'au brave Dampierre, il se trouva dans les plus grands embarras. Ses
commissaires des guerres étaient à Valenciennes, rien de ce qu'on lui
avait promis n'arrivait. Il lui fallait des vêtemens pour ses soldats à
moitié nus, des vivres, des chevaux pour son artillerie, des charrois très
actifs pour seconder le mouvement de l'invasion, surtout dans un pays où
les transports étaient extrêmement difficiles, enfin du numéraire pour
payer les troupes, parce qu'en Belgique on n'acceptait pas volontiers les
assignats. Les émigrés en avaient répandu une grande quantité de faux, et
les avaient ainsi discrédités; d'ailleurs, aucun peuple n'aime à
participer aux embarras d'un autre, en acceptant le papier qui représente
ses dettes.

L'impétuosité du caractère de Dumouriez, portée jusqu'à l'imprudence, ne
permet pas de croire qu'il fût demeuré depuis le 7 jusqu'au 11 à Mons, et
qu'il eût laissé le duc de Saxe-Teschen se retirer tranquillement, si des
détails d'administration ne l'eussent retenu malgré lui, et n'eussent
absorbé son attention qui aurait dû être exclusivement fixée sur les
détails militaires. Il forma un plan très bien conçu; c'était de passer
lui-même des marchés avec les Belges, pour les vivres, fourrages et
approvisionnemens. Il y avait à cela une foule d'avantages. Les objets à
consommer étaient sur les lieux, et on n'avait pas à craindre les retards.
Ces achats intéressaient beaucoup de Belges à la présence des armées
françaises. En payant les vendeurs en assignats, ceux-ci étaient obligés
d'en favoriser eux-mêmes la circulation; on se dispensait ainsi de rendre
cette circulation forcée, chose importante, car chaque individu à qui
arrive une monnaie forcée se regarde comme volé par l'autorité qui
l'impose, et c'est le moyen de blesser le plus universellement un peuple.
Dumouriez avait en outre songé à faire des emprunts au clergé, avec la
garantie de la France. Ces emprunts lui fournissaient des fonds et du
numéraire; et le clergé, quoique frappé momentanément, se sentait rassuré
sur son existence et ses biens, puisqu'on traitait avec lui. Enfin la
France ayant à demander aux Belges des indemnités pour les frais d'une
guerre libératrice, on eût affecté ces indemnités au paiement des
emprunts, et, moyennant un léger appoint, toute la guerre eût été payée,
et Dumouriez, comme il l'avait annoncé, aurait vécu aux frais de la
Belgique, sans la vexer ni la désorganiser; Mais c'étaient là des plans de
génie, et, en temps de révolution, il semble que le génie devrait prendre
un parti décidé: il devrait ou prévoir les désordres et les violences qui
vont suivre, et se retirer sur-le-champ; ou en les prévoyant, s'y
résigner, et continuer à être violent pour consentir d'être utile à là
tête des armées ou de l'état. Aucun homme n'a été assez détaché des choses
de ce monde, pour essayer du premier parti; il en est un qui a été grand,
et qui a su demeurer pur en suivant le second. C'est celui qui, placé au
comité de salut public, sans participer à ses actes politiques, se
renferma dans les soins de la guerre, et _organisa la victoire_, chose
pure, permise, et toujours patriotique sous tous les régimes.

Dumouriez s'était servi pour ses marchés et ses opérations financières de
Malus, commissaire des guerres, qu'il estimait beaucoup parce qu'il le
trouvait habile et actif, sans trop s'inquiéter s'il était modéré ou non
dans ses gains; il avait employé aussi le nommé d'Espagnac, ancien abbé
libertin, et l'un de ces corrompus spirituels de l'ancien régime, qui
faisaient tous les métiers avec beaucoup de grâce et d'habileté, et
laissaient dans tous une réputation équivoque. Dumouriez le dépêcha au
ministère pour expliquer ses plans, et faire ratifier tous les engagemens
qu'il avait pris.

Il donnait déjà bien assez de prise sur lui par l'espèce de dictature
administrative qu'il s'arrogeait, et par la modération révolutionnaire
qu'il montrait à l'égard des Belges, sans se compromettre encore par son
association avec des hommes déjà suspects, et qui, ne le fussent-ils pas,
allaient bientôt le devenir. Dans ce moment en effet une rumeur générale
s'élevait contre les anciennes administrations, qui étaient remplies,
disait-on, de fripons et d'aristocrates.

Après avoir donné ses soins à l'entretien de ses soldats, Dumouriez
s'occupa d'accélérer la marche de Labourdonnaie. Ce général, après s'être
obstiné à demeurer en arrière, n'était entré à Tournay que fort tard, et
là il provoquait des scènes dignes des Jacobins, et levait de fortes
contributions. Dumouriez lui ordonna de marcher rapidement sur Gand et
l'Escaut, pour se rendre à Anvers, et achever ensuite le circuit du pays
jusqu'à la Meuse. Valence, enfin arrivé en ligne après des retards
involontaires, eut ordre d'être le 13 ou le 14 à Nivelles. Dumouriez,
croyant que le duc de Saxe-Teschen se retirerait derrière le canal de
Vilvorden, voulait que Valence, tournant la forêt de Soignies, se portât
derrière ce canal, et y reçût le duc au passage de la Dyle.

Le 11, il partit de Mons, ne joignit que lentement l'armée ennemie, qui
elle-même se retirait avec ordre, mais avec une extrême lenteur. Mal servi
par ses transports, il ne put pas arriver assez promptement pour se venger
des retards qu'il avait été obligé de subir. Le 13, s'avançant lui-même
avec une simple avant-garde, il donna au milieu de l'ennemi à Anderlecht,
et faillit être enveloppé; mais, avec son adresse et sa fermeté
ordinaires, il déploya sa petite troupe, usa avec beaucoup d'appareil de
quelques pièces d'artillerie, et persuada aux Autrichiens qu'il était sur
le champ de bataille avec toute son armée. Il parvint ainsi à les
contenir, et eut le temps d'être secouru par ses soldats, qui, apprenant
sa position critique, accouraient en toute hâte pour le dégager.

Il entra le 14 dans Bruxelles, et y fut arrêté de nouveau par des embarras
administratifs, n'ayant ni numéraire ni aucune des ressources nécessaires
à l'entretien de ses troupes. Il apprit là que le ministère avait refusé
de consentir ses derniers marchés, excepté un seul, et que toutes les
anciennes administrations militaires étaient renouvelées et remplacées par
un comité dit _des achats_. Ce comité avait seul, à l'avenir, le droit
d'acheter pour l'entretien des armées, sans qu'il fût permis aux généraux
de s'en mêler aucunement. C'était là le commencement d'une révolution, qui
se préparait dans les administrations et qui allait les livrer pour un
temps à une désorganisation complète.

Les administrations qui exigent une longue pratique ou une application
spéciale, sont ordinairement celles où une révolution pénètre le plus
tard, parce qu'elles excitent moins l'ambition, et que d'ailleurs la
nécessité d'y conserver des sujets capables les garantit de la fureur des
renouvellemens. Ainsi on n'avait opéré presque aucun changement dans les
états-majors, dans les corps savans de l'armée, dans les bureaux des
divers ministères, dans les anciennes régies des vivres, et surtout dans
la marine, qui est de toutes les parties de l'art militaire celle qui
exige les connaissances les plus spéciales. Aussi ne manquait-on pas de
crier contre les aristocrates dont ces corps étaient remplis, et on
reprochait au conseil exécutif de ne pas les renouveler. L'administration
qui soulevait le plus d'irritation était celle des vivres. On adressait de
justes reproches aux fournisseurs, qui, par disposition d'état, et surtout
à la faveur de ce moment de désordre, exigeaient dans tous leurs marchés
des prix exorbitans, donnaient les plus mauvaises marchandises aux
troupes, et volaient l'état avec impudence. Il n'y avait qu'un cri de
toutes parts contre leurs exactions. Us avaient surtout un adversaire
inexorable dans le député Cambon de Montpellier. Passionné pour les
matières de finances et d'économie publique, ce député s'était acquis un
grand ascendant dans les discussions de ce genre, et jouissait de toute la
confiance de l'assemblée. Quoique démocrate prononcé, il m'avait cessé de
tonner contre les exactions de la commune, et il surprenait ceux qui ne
comprenaient pas qu'il poursuivît comme financier les désordres qu'il
aurait peut-être excusés comme jacobin. Il se déchaînait avec une plus
grande énergie encore contre les fournisseurs, et les poursuivait avec
toute la fougue de son caractère. Chaque jour il dénonçait de nouvelles
fraudes, en réclamait la répression, et tout le monde à cet égard était
d'accord avec lui. Les hommes honnêtes voulaient punir des fripons, les
jacobins voulaient persécuter des aristocrates, et les intrigans rendre
des places vacantes.

On eut donc l'idée de former un comité composé de quelques individus
chargés de faire tous les achats pour le compte de la république. On pensa
que ce comité, unique et responsable, épargnerait à l'état les fraudes de
cette multitude de fournisseurs isolés, et qu'achetant seul pour toutes
les administrations, il ne ferait plus hausser les prix par la
concurrence, comme il arrivait lorsque chaque ministère, chaque armée
traitaient individuellement pour leurs besoins respectifs. Cette
institution fut établie de l'avis de tous les ministres, et Cambon surtout
en était le plus grand partisan, parce que cette forme nouvelle et simple
convenait à son esprit absolu. On signifia donc à Dumouriez qu'il n'aurait
plus aucun marché à passer, et on lui ordonna d'annuler ceux qu'il venait
de signer. On supprima en même temps les caisses des régisseurs, et on
poussa la rigueur de l'exécution jusqu'à faire des difficultés pour
acquitter, à la trésorerie nationale, un prêt qu'un négociant belge avait
fait à l'armée sur un bon de Dumouriez.

Cette révolution dans l'administration des vivres, dont le motif était
louable, concourait malheureusement avec des circonstances qui allaient en
rendre les effets désastreux. Pendant son ministère, Servan avait eu à
pourvoir aux premiers besoins des troupes hâtivement rassemblées dans la
Champagne, et c'était beaucoup d'avoir suffi aux embarras du premier
moment. Mais, après la campagne de l'Argonne, les approvisionnemens faits
avec tant de peine se trouvaient épuisés; les volontaires, partis de chez
eux avec un seul habit, étaient presque nus, de sorte qu'il fallait
fournir un équipement complet à chacune des armées, et suffire à ce
renouvellement de tout le matériel, au milieu de l'hiver et malgré la
rapidité, de l'invasion en Belgique. Le successeur de Servan, Pache, était
donc chargé d'une tâche immense, et malheureusement, avec beaucoup
d'esprit et d'application, il avait un caractère souple et faible qui, le
portant à plaire à tout le monde, surtout aux jacobins, l'empêchait de
commander à personne, et de communiquer à une vaste administration le nerf
nécessaire. Si on joint donc à l'urgence, à l'immensité des besoins, aux
difficultés de la saison, et à la nécessité d'une grande promptitude, la
faiblesse d'un nouveau ministère, le désordre général de l'état, et
par-dessus tout une révolution dans le système administratif, on concevra
la confusion du premier moment, le dénuement des armées, leurs plaintes
amères, et la violence des reproches entre les généraux et les ministres.

A la nouvelle de ces changemens administratifs, Dumouriez s'emporta
vivement. En attendant l'organisation du nouveau système, il voyait son
armée exposée à périr de misère, si ses marchés n'étaient pas maintenus et
exécutés. Il prit donc sur lui de les maintenir, et ordonna à ses agens,
Malus, d'Espagnac, et à un troisième nommé Petit-Jean, de continuer leurs
opérations sous sa propre responsabilité. Il écrivit en même temps au
ministre avec une hauteur qui allait le rendre plus suspect encore à des
démagogues défians, ombrageux, mécontens déjà de sa tiédeur
révolutionnaire et de sa dictature administrative. Il déclara qu'il
exigeait pour continuer ses services, qu'on le laissât pourvoir lui-même
aux besoins de son armée; il soutint que le comité des achats était une
absurdité, parce qu'il exporterait laborieusement et de loin ce qu'on
trouverait plus facilement sur les lieux; que les transports exposeraient
à des frais énormes et à des retards, pendant lesquels les armées
mourraient de faim, de froid et de misère; que les Belges perdraient tout
intérêt à la présence des Français, ne seconderaient plus la circulation
des assignats; que le pillage des fournisseurs continuerait tout de même,
parce que la facilité de voler l'état dans les fournitures avait toujours
fait et ferait toujours des voleurs, et que rien n'empêcherait les membres
du comité des achats de se faire entrepreneurs et acheteurs, quoique la
loi le leur défendît; qu'ainsi c'était là un vain rêve d'économie, qui, ne
fût-il pas chimérique, amènerait pour le moment une désastreuse
interruption dans les services. Ce qui ne contribuait pas peu à irriter
Dumouriez contre le comité des achats, c'est qu'il voyait dans les membres
qui le composaient des créatures du ministre Clavière, et croyait
apercevoir dans cette innovation un résultat de la défiance des girondins
contre lui. Cependant c'était une création faite de bonne foi, et
approuvée par tous les côtés, sans aucune intention de parti.

Pache, en ministre patriote et ferme, aurait dû chercher à satisfaire le
général pour le conserver à la république. Pour cela il aurait fallu
examiner ses demandes, voir ce qu'il y avait de juste, y faire droit,
repousser le reste, et conduire toute chose avec autorité et vigueur, de
manière à empêcher les reproches, les disputes et la confusion. Loin de
là, Pache, accusé déjà de faiblesse par les girondins, et mal disposé pour
eux, laissa se heurter entre eux le général, les girondins et la
convention. Au conseil, il faisait part des lettres irréfléchies où
Dumouriez se plaignait ouvertement des défiances des ministres girondins à
son égard; à la convention, il faisait connaître les demandes impérieuses,
à la suite desquelles Dumouriez offrait sa démission en cas de refus. Ne
blâmant rien, mais n'expliquant rien, et affectant dans ses rapports une
fidélité scrupuleuse, il laissa produire à chaque chose ses plus fâcheux
effets. Les girondins, la convention, les jacobins, chacun fut irrité à sa
manière de la hauteur du général. Cambon tonna contre Malus, d'Espagnac et
Petit-Jean, cita les prix de leurs marchés, qui étaient excessifs, peignit
le luxe désordonné de d'Espagnac, les anciennes malversations de
Petit-Jean, et les fit décréter tous trois par l'assemblée. Il prétendit
que Dumouriez était entouré d'intrigans dont il fallait le délivrer; il
soutint que le comité des achats était une excellente institution; que
prendre les objets de consommation sur le théâtre de la guerre, c'était
priver les ouvriers français de travail, et les exposer aux mutineries de
l'oisiveté; que, quant aux assignats, il n'était nullement nécessaire
d'user d'adresse pour les faire circuler; que le général avait tort de ne
pas les faire recevoir d'autorité, et de ne pas transporter en Belgique la
révolution tout entière avec son régime, ses systèmes et ses monnaies; et
que les Belges, auxquels on donnait la liberté, devaient en accepter les
avantages et les inconvéniens. A la tribune de la convention, Dumouriez ne
fut guère considéré que comme dupé par ses agens; mais, aux Jacobins et
dans la feuille de Marat, il fut dit tout uniment qu'il était d'accord
avec eux, et qu'il recevait une part des bénéfices, ce dont on n'avait
d'autre preuve que l'exemple assez fréquent des généraux.

Dumouriez fut donc obligé de livrer les trois commissaires, et on lui fit
l'affront de les faire arrêter malgré la garantie qu'il leur avait donnée.
Pache lui écrivit, avec sa douceur accoutumée, qu'on examinerait ses
demandes, qu'on pourvoirait à ses besoins, et que le comité des achats
ferait pour cela des acquisitions considérables; il lui annonçait en même
temps de nombreux arrivages, qui n'avaient pas lieu. Dumouriez, qui ne les
recevait pas, se plaignait sans cesse; de manière qu'à lire d'une part les
lettres du ministre, on aurait cru que tout abondait, et à lire celles du
général, on devait croire à un dénuement absolu. Dumouriez eut recours à
des expédiens, à des emprunts sur les chapitres des églises; il vécut avec
un marché de Malus, qu'on lui avait permis de maintenir, vu l'urgence, et
il fut encore retenu du 14 au 19 à Bruxelles.

Dans cet intervalle Stengel, détaché avec l'avant-garde, avait pris
Malines: c'était une prise importante, à cause des munitions en poudre et
en armes de toute espèce que cette place renfermait, et qui en faisaient
l'arsenal de la Belgique. Labourdonnaie, qui était entré le 13 à Anvers,
organisait des clubs, indisposait les Belges en encourageant les
agitateurs populaires, et malgré tout cela ne mettait aucune vigueur dans
le siège du château. Dumouriez, ne pouvant plus s'accommoder d'un
lieutenant si fort occupé de clubs, et si peu de la guerre, le remplaça
par Miranda, Péruvien plein de bravoure, qui était venu en France à
l'époque de là révolution, et avait obtenu un haut grade par l'amitié de
Pétion. Labourdonnaie, privé de son armée et ramené dans le département du
Nord, vint y exciter le zèle des jacobins contre _César Dumouriez_.
C'était là le nom que déjà on commençait à donner au général.

L'ennemi avait songé d'abord à se placer derrière le canal de Vilvorden,
et à se tenir en relation avec Anvers. Il commettait ainsi la même faute
que Dumouriez, en cherchant à se rapprocher de l'Escaut, au lieu de courir
sur la Meuse, comme ils auraient dû le faire tous deux, l'un pour se
retirer, l'autre pour empêcher la retraite. Enfin Clerfayt, qui avait pris
le commandement, sentit la nécessité de repasser promptement la Meuse, et
d'abandonner Anvers à son sort. Dumouriez alors reporta Valence de
Nivelles sur Namur, pour en faire le siège, et il eut le tort très grave
de ne pas le jeter au contraire le long de la Meuse, pour fermer la
retraite aux Autrichiens. La défaite de l'armée défensive eût amené
naturellement la reddition de la place. Mais l'exemple des grandes
manoeuvres stratégiques n'avait pas encore été donné, et d'ailleurs
Dumouriez manqua ici, comme dans une foule d'occasions, de la réflexion
nécessaire. Il partit de Bruxelles le 19. Le 20, il traversa Louvain; le
22, il joignit l'ennemi à Tirlemont, et lui tua trois ou quatre cents
hommes. Là, encore retenu par un dénuement absolu, il ne repartit que le
26. Le 27, il arriva devant Liège, et eut à soutenir un fort engagement à
Varoux, contre l'arrière-garde ennemie. Le général Staray, qui la
commandait, se défendit glorieusement, et reçut une blessure mortelle.
Enfin, le 28 au matin, Dumouriez entra dans Liège, aux acclamations du
peuple, qui était là dans les dispositions les plus révolutionnaires.
Miranda avait pris la citadelle d'Anvers le 29, et pouvait achever le
circuit de la Belgique, en marchant jusqu'à Ruremonde. Valence occupa
Namur le 2 décembre. Clerfayt se porta vers la Roër, et Beaulieu vers le
Luxembourg.

Dans ce moment, toute la Belgique était occupée jusqu'à la Meuse; mais il
restait à conquérir le pays jusqu'au Rhin, et de grands obstacles se
présentaient encore à Dumouriez. Soit la difficulté des transports, soit
la négligence des bureaux, rien n'arrivait à son armée; et quoiqu'il y eût
d'assez grands approvisionnemens à Valenciennes, tout manquait sur la
Meuse. Pache, pour satisfaire les jacobins, leur avait ouvert ses bureaux,
et la plus grande désorganisation y régnait. On y négligeait le travail,
on y donnait, par inattention, les ordres les plus contradictoires. Tout
service devenait ainsi presque impossible, et tandis que le ministre
croyait les transports effectués, ils ne l'étaient pas. L'institution du
comité des achats avait encore augmenté le désordre. Le nouveau
commissaire, nommé Ronsin, qui avait remplacé Malus et d'Espagnac, en les
dénonçant, était dans le plus grand embarras. Fort mal accueilli à
l'armée, il avait été effrayé de sa tâche, et, sur l'ordre de Dumouriez,
il continua les achats sur les lieux, malgré les dernières décisions. Par
ce moyen, l'armée avait eu du pain et de la viande; mais les vêtemens, les
moyens de transport, le numéraire et les fourrages manquaient absolument,
et tous les chevaux mouraient de faim. Une autre calamité affligeait cette
armée, c'était la désertion. Les volontaires, qui dans le premier
enthousiasme avaient couru en Champagne, s'étaient refroidis depuis que le
moment du péril était passé. D'ailleurs ils étaient dégoûtés par les
privations de tout genre qu'ils essuyaient, et ils désertaient en foule.
Le seul corps de Dumouriez en avait perdu au moins dix mille, et chaque
jour il en perdait davantage. Les levées belges ne s'effectuaient pas,
parce qu'il était presque impossible d'organiser un pays où les diverses
classes de la population et les diverses provinces du territoire n'étaient
nullement disposées à s'entendre. Liège abondait dans le sens de la
révolution; mais le Brabant et la Flandre voyaient avec défiance surgir
les jacobins dans les clubs qu'on avait essayé d'établir à Gand, Anvers,
Bruxelles, etc. Le peuple belge n'était pas trop d'accord avec nos
soldats, qui voulaient payer en assignats; nulle part on ne consentait à
recevoir notre papier-monnaie, et Dumouriez refusait de lui donner une
circulation forcée. Ainsi, quoique victorieuse et maîtresse de la
campagne, l'armée se trouvait dans une situation malheureuse à cause de la
disette, de la désertion, et de la disposition incertaine et presque
défavorable des habitans. La convention assiégée des rapports
contradictoires du général, qui se plaignait avec hauteur, et du ministre
qui certifiait avec modestie, mais avec assurance, que les envois les plus
abondans avaient été faits, dépêcha quatre commissaires dans son sein,
pour aller s'assurer par leurs yeux du véritable état des choses. Ces
quatre commissaires étaient Danton, Camus, Lacroix et Cossuin.

Tandis que Dumouriez avait employé le mois de novembre à occuper la
Belgique jusqu'à la Meuse, Custine, courant toujours aux environs de
Francfort et du Mein, était menacé par les Prussiens, qui remontaient la
Lahn. Il aurait voulu que tout le versement de la guerre eût lieu de son
côté, pour couvrir ses derrières, et assurer ses folles incursions en
Allemagne. Aussi ne cessait-il de se plaindre contre Dumouriez, qui
n'arrivait pas à Cologne, et contre Kellermann, qui ne se portait pas sur
Coblentz. On vient de voir les difficultés qui empêchaient Dumouriez
d'avancer plus vite; et pour rendre le mouvement de Kellermaun possible,
il aurait fallu que Custine, renonçant à des incursions qui faisaient
retentir d'acclamations la tribune des Jacobins et les journaux, se
renfermât dans la limite du Rhin, et que, fortifiant Mayence, il voulût
descendre lui-même à Coblentz. Mais il désirait qu'on fît tout derrière
lui pour avoir l'honneur de prendre l'offensive en Allemagne. Pressé de
ses sollicitations et de ses plaintes, le conseil exécutif rappela
Kellermann, le remplaça par Beurnonville, et donna à ce dernier la mission
tardive de prendre Trèves, dans une saison très avancée, au milieu d'un
pays pauvre et difficile à occuper. Il n'y avait jamais eu qu'une bonne
voie pour exécuter cette entreprise; c'était, dans l'origine, de marcher
entre Luxembourg et Trèves, et d'arriver ainsi à Coblentz, tandis que
Custine s'y porterait par le Rhin. On aurait alors écrasé les Prussiens,
encore abattus de leur défaite en Champagne, et donné la main à Dumouriez,
gui devait être à Cologne, ou qu'on aurait aidé à s'y porter s'il n'y
avait pas été. De cette manière, Luxembourg et Trèves, qu'il était
impossible de prendre de vive force, tombaient par famine et par défaut de
secours; mais Custine ayant persisté dans ses courses en Wétéravie,
l'armée de la Moselle étant restée dans ses cantonnemens, il n'était plus
temps de marcher sur ces places à la fin de novembre, pour y soutenir
Custine contre les Prussiens ranimés et remontant le Rhin. Beurnonville
fit valoir ces raisons; mais on était en disposition de conquérir, on
voulait punir l'électeur de Trèves de sa conduite envers la France, et
Beurnonville eut ordre de tenter une attaque qu'il essaya avec autant
d'ardeur que s'il l'avait approuvée. Après quelques combats brillans et
opiniâtres, il fut obligé d'y renoncer et de se replier vers la Lorraine.
Dans cette situation, Custine se sentait compromis sur les bords du Mein;
mais il ne voulait pas, en se retirant, avouer sa témérité et le peu de
solidité de sa conquête, et il persistait à s'y maintenir sans aucune
espérance fondée de succès. Il avait placé dans Francfort une garnison de
deux mille quatre cents hommes, et quoique cette force fût tout à fait
insuffisante dans une place ouverte et au milieu d'une population
indisposée par des contributions injustes, il ordonnait au commandant de
s'y maintenir; et lui, posté à Ober-Usel et Hombourg, un peu au-dessous de
Francfort, affectait une constance et'une fierté ridicules. Telle était la
situation de l'armée sur ce point, à la fin de novembre et au commencement
de décembre.

Rien ne s'était donc encore effectué le long du Rhin. Aux Alpes,
Montesquiou, qu'on a vu négociant avec la Suisse et tâchant à la fois de
faire entendre raison à Genève et au ministère français, Montesquiou avait
été obligé d'émigrer. Une accusation avait été dirigée contre lui, pour
avoir compromis, disait-on, la dignité de la France, en laissant insérer
dans le projet de convention un article par lequel nos troupes devaient
s'éloigner, et surtout en exécutant cet article du projet. Un décret fut
lancé contre lui, et il se réfugia dans Genève; Mais son ouvrage était
garanti par sa modération, et tandis qu'on le mettait en accusation, on
transigeait avec Genève d'après les bases qu'il avait fixées. Les troupes
bernoises se retiraient, les troupes françaises se cantonnaient sur les
limites convenues, la précieuse neutralité suisse était assurée à la
France, et l'un de ses flancs était garanti pour plusieurs années. Cet
important service avait été méconnu, grâce aux inspirations de Clavière,
et grâce aussi à une susceptibilité de parvenus que nous devions à nos
victoires de la veille.

Dans le comté de Nice on avait glorieusement repris le poste de Sospello,
que les Piémontais nous avaient arraché pour un instant, et qu'ils avaient
perdu de nouveau après un échec considérable. Ce succès était dû à
l'habileté du général Brunet. Nos flottes, qui dominaient dans la
Méditerranée, allaient à Gênes, à Naples, où régnaient des branches de la
maison de Bourbon, et enfin dans tous les états d'Italie, faire
reconnaître la nouvelle république française. Après une canonnade devant
Naples, on avait obtenu la reconnaissance de la république, et nos flottes
revenaient fières des aveux arrachés par elles. Aux Pyrénées régnait une
parfaite immobilité, et Servan, faute de moyens, avait la plus grande
peine à recomposer l'armée d'observation. Malgré des dépenses énormes de
cent quatre-vingts, de deux cents millions par mois, toutes les armées des
Pyrénées, des Alpes, de la Moselle, étaient dans la même détresse, par la
désorganisation des services, et par la confusion qui régnait au ministère
de la guerre. Au milieu de cette misère, nous n'en avions pas moins
l'ivresse et l'orgueil de la victoire. Dans ce moment, les esprits exaltés
par Jemmapes, par la prise de Francfort, par l'occupation de la Savoie et
de Nice, par le subit retour de l'opinion européenne en notre faveur,
crurent entendre s'ébranler les monarchies, et s'imaginèrent un instant
que les peuples allaient renverser les trônes et se former en républiques.
«Ah! s'il était vrai,» s'écriait un membre des Jacobins, à propos de la
réunion de la Savoie à la France, «s'il était vrai que le réveil des
peuples fût arrivé; s'il était vrai que le renversement de tous les trônes
dût être la suite prochaine du succès de nos armées et du volcan
révolutionnaire; s'il était vrai que les vertus républicaines vengeassent
enfin le monde de tous les crimes couronnés; que chaque région, devenue
libre, forme alors un gouvernement conforme à l'étendue plus ou moins
grande que la nature lui aura fixée, et que de toutes ces conventions
nationales, un certain nombre de députés extraordinaires forment au centre
du globe une convention universelle, qui veille sans cesse au maintien des
droits de l'homme, à la liberté générale du commerce et à la paix du genre
humain!...[1]»

[Note 1: Discours de Milhaud, député du Cantal, prononcé aux Jacobins en
novembre 1792.]

Dans ce moment, la convention apprenant les vexations commises par le duc
de Deux-Ponts contre quelques sujets de sa dépendance, rendit, dans un
élan d'enthousiasme, le décret suivant:

«La convention nationale déclare qu'elle accordera secours et fraternité à
tous les peuples qui voudront recouvrer leur liberté, et elle charge le
pouvoir exécutif de donner des ordres aux généraux des armées françaises,
pour secourir les citoyens qui auraient été ou qui seraient vexés pour la
cause de la liberté.

«La convention nationale ordonne aux généraux des armées françaises, de
faire imprimer et afficher le présent décret dans tous les lieux où ils
porteront les armes de la république.

«Paris, le 19 novembre 1792.»



CHAPITRE IV.


ÉTAT DES PARTIS AU MOMENT DU PROCÈS DE LOUIS XVI.--CARACTÈRE ET OPINIONS
DES MEMBRES DU MINISTÈRE A CETTE ÉPOQUE, ROLAND, PACHE, LEBRUN, GABAT,
MONGE ET CLAVIÈRE.--DÉTAILS SUR LA VIE INTÉRIEURE DE LA FAMILLE ROYALE
DANS LA TOUR DU TEMPLE.--COMMENCEMENT DE LA DISCUSSION SUR LA MISE EN
JUGEMENT DE LOUIS XVI; RÉSUMÉ DES DÉBATS; OPINION DE SAINT-JUST.--ÉTAT
FACHEUX DES SUBSISTANCES; DÉTAILS ET QUESTIONS D'ÉCONOMIE POLITIQUE.
--DISCOURS DE ROBESPIERRE SUR LE JUGEMENT DU ROI.--LA CONVENTION DÉCRÈTE
QUE LE ROI SERA JUGÉ PAR ELLE.--PAPIERS TROUVÉS DANS L'_armoire de fer_.
--PREMIER INTERROGATOIRE DE LOUIS XVI A LA CONVENTION.--CHOC DES OPINIONS
ET DES INTÉRÊTS PENDANT LE PROCÈS; INQUIÉTUDE DES JACOBINS.--POSITION DU
DUC D'ORLÉANS; ON PROPOSE SON BANNISSEMENT.


Le procès de Louis XVI allait enfin commencer, et les partis s'attendaient
ici pour mesurer leurs forces, pour découvrir leurs intentions, et se
juger définitivement. On observait surtout les girondins, pour surprendre
chez eux le moindre mouvement de pitié, et les accuser de royalisme, si la
grandeur déchue parvenait à les toucher.

Le parti des jacobins, qui poursuivait dans la personne de Louis XVI la
monarchie tout entière, avait fait des progrès sans doute, mais il
trouvait une opposition encore assez forte à Paris, et surtout dans le
reste de la France. Il dominait dans la capitale par son club, par la
commune, par les sections; mais la classe moyenne reprenait courage, et
lui opposait encore quelque résistance. Pétion ayant refusé la mairie, le
médecin Chambon avait obtenu une grande majorité de suffrages, et avait
accepté à regret des fonctions qui convenaient peu à son caractère modéré
et nullement ambitieux. Ce choix prouve la puissance que possédait encore
la bourgeoisie dans Paris même. Et elle en avait une bien plus grande dans
le reste de la France. Les propriétaires, les commerçans, toutes les
classes moyennes enfin, n'avaient déserté ni les conseils municipaux, ni
les conseils de départemens, ni les sociétés populaires, et envoyaient des
adresses à la majorité de la convention, dans le sens des lois et de la
modération. Beaucoup de sociétés affiliées aux jacobins improuvaient la
société-mère, et lui demandaient hautement la radiation de Marat,
quelques-unes même celle de Robespierre. Enfin, des Bouches-du-Rhône, du
Calvados, du Finistère, de la Gironde, partaient de nouveaux fédérés, qui,
devançant les décrets comme au 10 août, venaient protéger la convention et
assurer sort indépendance.

Les jacobins ne possédaient pas encore les armées; les états-majors et
l'organisation militaire continuaient de les en repousser. Ils avaient
cependant envahi un ministère, celui de la guerre. Pache le leur avait
ouvert par faiblesse, et il avait remplacé par des membres du club tous
ses anciens employés. On se tutoyait dans ses bureaux, on y allait en sale
costume, on y faisait des motions, et il s'y trouvait quantité de prêtres
mariés, introduits par Audoin, gendre de Pache, et prêtre marié lui-même.
L'un des chefs de ce ministère était Hassenfratz, autrefois habitant de
Metz, expatrié pour cause de banqueroute, et comme tant d'autres, parvenu
à de hautes fonctions en déployant beaucoup de zèle démagogique. On
renouvelait ainsi les administrations de l'armée, et, autant que possible,
on remplissait l'armée elle-même d'une nouvelle classe et d'une nouvelle
opinion. Aussi, tandis que Roland était voué à la haine des jacobins,
Pache était chéri, loué par eux. On vantait sa douceur, sa modestie, sa
grande capacité, et on les opposait à la sévérité de Roland qu'on appelait
de l'orgueil. Roland en effet n'avait donné aux jacobins aucun accès dans
son ministère de l'intérieur. Observer les rapports des corps constitués,
l'amener dans les limites ceux qui s'en écartaient, maintenir la
tranquillité publique, surveiller les sociétés populaires, pourvoir aux
subsistances, protéger le commerce et les propriétés, c'est-à-dire veiller
à toute l'administration intérieure de l'état, telles étaient ses immenses
fonctions, et il les remplissait avec une rare énergie. Tous les jours, il
dénonçait la commune, poursuivait ses excès de pouvoir, ses dilapidations,
ses envois de commissaires; il arrêtait ses correspondances, ainsi que
celles des jacobins, et substituait à leurs écrits violens d'autres écrits
pleins de modération, qui produisaient partout le meilleur effet. Il
veillait à toutes les propriétés d'émigrés échues à l'état, donnait un
grand soin aux subsistances, réprimait les désordres dont elles étaient
l'occasion, et se multipliait en quelque sorte pour opposer aux passions
révolutionnaires la loi et la force quand il le pouvait. On conçoit quelle
différence les jacobins devaient mettre entre Pache et Roland. Les
familles des deux ministres contribuaient elles-mêmes à rendre cette
différence plus sensible. La femme, les filles de Pache allaient dans les
clubs, dans les sections, paraissaient même dans les casernes des fédérés,
qu'on voulait gagner à la cause, et se distinguaient par un bas
jacobinisme, de cette épouse de Roland, polie et fière, et surtout
entourée de ces orateurs si brillans et si odieux.

Pache et Roland étaient donc les deux hommes autour desquels on se
rangeait dans le conseil. Clavière, aux finances, quoiqu'il fût souvent
brouillé avec tous les autres, par l'extrême irascibilité de son
caractère, revenait toujours à Roland quand il était apaisé. Lebrun,
faible, mais attaché aux girondins par ses lumières, travaillait beaucoup
avec Brissot; et les jacobins, appelant ce dernier un intrigant, disaient
qu'il était maître de tout le gouvernement, parce qu'il aidait Lebrun dans
les travaux de la diplomatie. Garat, en contemplant les partis d'une
hauteur métaphysique, se contentait de les juger, et ne se croyait pas
tenu de les combattre. Il semblait se croire dispensé de soutenir les
girondins, parce qu'il leur découvrait des torts, et se faisait de son
inertie une véritable sagesse. Cependant les jacobins acceptaient la
neutralité d'un esprit aussi distingué comme un précieux avantage, et la
payaient de quelques éloges. Monge enfin, esprit mathématique, patriote
prononcé, peu disposé pour les théories un peu vagues des girondins,
suivait l'exemple de Pache, laissait envahir son ministère par les
jacobins, et sans désavouer les girondins auxquels il devait son
élévation, recevait les éloges de leurs adversaires, et partageait la
popularité du ministre de la guerre.

Ainsi, trouvant deux complaisans dans Pache et Monge, un idéologue
indifférent dans Garat, mais un adversaire inexorable dans Roland, qui
ralliait à lui Lebrun et Clavière, et souvent ramenait les autres, le
parti jacobin n'avait pas encore le gouvernement de l'état, et répétait
partout qu'il n'y avait qu'un roi de moins dans le nouvel ordre de choses,
mais qu'à part cela, c'était le même despotisme, les mêmes intrigues et
les mêmes trahisons. Il disait que la révolution ne serait complète et
sans retour que lorsqu'on aurait détruit l'auteur secret de toutes les
machinations et de toutes les résistances, enfermé au Temple.

On voit quelles étaient les forces respectives des partis, et l'état de la
révolution à l'instant où fut commencé le procès de Louis XVI. Ce prince
avec sa famille habitait la grande tour du Temple. La commune ayant la
disposition de la force armée et le soin de la police dans la capitale,
avait aussi la garde du Temple, et c'est à son autorité ombrageuse,
inquiète et peu généreuse, que la famille royale était soumise. Cette
famille infortunée étant gardée par une classe d'hommes bien inférieure
à celle dont se composait la convention, ne devait s'attendre ni à la
modération ni aux égards que l'éducation et des moeurs polies inspirent
toujours pour le malheur. Elle avait d'abord été placée dans la petite
tour; mais elle fut ensuite transportée dans la grande, parce qu'on jugea
que la surveillance en serait plus facile et plus sûre. Le roi occupait un
étage, et les princesses avec les enfans en occupaient un autre. On les
réunissait pendant le jour, et on leur permettait de passer ensemble les
tristes instans de leur captivité. Un seul domestique avait obtenu la
permission de les suivre dans leur prison: c'était le fidèle Cléry, qui,
échappé aux massacres du 10 août, était rentré au milieu de Paris, pour
servir dans leur infortune ceux qu'il avait servis jadis dans l'éclat de
leur toute-puissance. Il était levé dès le commencement du jour, et se
multipliait pour remplacer auprès de ses maîtres les nombreux serviteurs
qui les entouraient autrefois. On déjeunait à neuf heures dans la chambre
du roi. A dix heures, toute la famille se réunissait chez la reine. Louis
XVI s'occupait alors de l'éducation de son fils, lui faisait apprendre
quelques vers de _Racine_ et de _Corneille_, et ensuite il lui donnait
les premières notions de la géographie, science qu'il avait cultivé
lui-même avec beaucoup d'ardeur etde succès. La reine, de son coté,
travaillait à l'éducation de sa fille, et puis s'occupait avec sa soeur
à des ouvrages de tapisserie. A une heure, quand le temps était beau, la
famille tout entière était conduite dans les jardins pour y respirer
l'air, et y faire une courte promenade. Plusieurs municipaux et officiers
de garde l'accompagnaient, et suivant les occasions, elle trouvait
quelquefois des visages humains et attendris, quelquefois durs et
méprisans. Les hommes peu cultivés sont peu généreux, et chez eux la
grandeur n'est pas pardonnée aussitôt qu'elle est abattue. Qu'on se figure
des artisans grossiers, sans lumières, maîtres de cette famille dont ils
se reprochaient d'avoir si long-temps souffert le pouvoir et alimenté le
luxe, et on concevra quelles basses vengeances ils devaient quelquefois
exercer sur elle! Souvent le roi et la reine entendaient de cruels propos,
et retrouvaient, sur les murs des cours et des corridors, l'expression
d'une haine que l'ancien gouvernement avait fréquemment méritée, mais que
Louis XVI ni son épouse n'avaient rien fait pour inspirer. Cependant ils
trouvaient parfois un soulagement dans de furtives expressions d'intérêt,
et ils continuaient ces promenades douloureuses à cause de leurs enfans,
auxquels l'exercice était nécessaire. Tandis qu'ils parcouraient
tristement cette cour du Temple, ils apercevaient aux fenêtres des maisons
voisines une foule d'anciens sujets encore attachés à leurs maîtres, et
qui venaient contempler l'espace étroit où était enfermé le monarque
déchu. A deux heures, la promenade finissait, et on servait le dîner.
Après le dîner, le roi prenait quelque repos; pendant son sommeil, son
épouse, sa soeur et sa fille travaillaient en silence, et Cléry, dans une
autre salle, exerçait le jeune prince à des jeux de son âge. On faisait
ensuite une lecture en commun, on soupait, et chacun rentrait dans son
appartement, après un adieu pénible, car ils ne se quittaient jamais sans
douleur. Le roi lisait encore pendant plusieurs heures. Montesquieu,
Buffon, l'historien Hume, l'Imitation de Jésus-Christ, quelques classiques
latins et italiens formaient ses lectures habituelles. Il avait achevé
environ deux cent cinquante volumes à sa sortie du Temple.

Telle était la vie de ce monarque pendant sa triste captivité. Rendu à la
vie privée, il était rendu à toutes ses vertus, et devenait digne de
l'estime de tous les coeurs honnêtes. Ses ennemis eux-mêmes, en le voyant
si simple, si calme, si pur, n'auraient pu se défendre d'une émotion
involontaire, et auraient, en faveur des vertus de l'homme, pardonné aux
torts du prince.

La commune, extrêmement méfiante, employait les plus gênantes précautions.
Des officiers municipaux ne perdaient jamais de vue aucune des personnes
de la famille royale, et, au moment seul du coucher, ils consentaient à en
être séparés par une porte fermée. Alors ils plaçaient un lit à l'entrée
de chaque appartement, de manière à en fermer la sortie, et y passaient la
nuit. Santerre, avec son état-major, faisait chaque jour une visite
générale dans toute la tour, et en rendait un compte régulier. Les
officiers municipaux de garde formaient une espèce de conseil permanent,
qui, placé dans une salle de la tour, était chargé de donner des ordres,
et de répondre à toutes les demandes des prisonniers. D'abord on avait
laissé dans la prison, encre, papier et plumes; mais bientôt on enleva
tous ces objets, ainsi que tous les instrumens tranchans, comme couteaux,
rasoirs, ciseaux, canifs, et on fit les recherches les plus minutieuses et
les plus offensantes pour découvrir ceux de ces instrumens qui auraient pu
être cachés. Ce fut une grande peine pour les princesses, qui dès lors
furent privées de leurs ouvrages de couture, et ne purent plus réparer
leurs vêtemens, déjà dans un assez mauvais état, n'ayant pas été
renouvelés depuis la translation au Temple. Dans le sac du château,
presque tout ce qui tenait à l'usage personnel de la famille royale avait
été détruit. L'épouse de l'ambassadeur d'Angleterre envoya du linge à la
reine, et la commune, sur la demande du roi, en fit faire pour toute la
famille. Quant aux habits et vêtemens, ni le roi ni la reine ne songèrent
à en demander; ils en auraient sans doute obtenu s'ils en avaient exprimé
le désir. Quant à l'argent, on leur remit en septembre une somme de 2,000
francs pour leurs menues dépenses; mais on ne voulut plus leur en donner
depuis, parce qu'on craignait l'usage qu'ils en pourraient faire. Une
somme était déposée dans les mains de l'administrateur du Temple, et sur
la demande des prisonniers on achetait les divers objets dont ils avaient
besoin.

Il ne faut pas exagérer les torts de la nature humaine, et supposer que,
joignant une exécrable bassesse aux fureurs du fanatisme, les gardiens de
la famille prisonnière lui imposassent à plaisir d'indignes privations, et
voulussent ainsi lui rendre plus pénible le souvenir de sa grandeur
passée. La méfiance était seule cause de certains refus. Ainsi, tandis que
la crainte des complots et des communications empêchait qu'on leur
accordât plus d'un serviteur dans l'intérieur de la prison, un nombreux
domestique était employé à préparer leurs alimens. Treize officiers de
bouche remplissaient la cuisine placée à quelque distance de la tour. Les
rapports de la dépense du Temple, où la plus grande décence est observée,
où les prisonniers sont qualifiés avec égard, où leur sobriété est vantée,
où Louis XVI est justifié du bas reproche de trop se livrer au goût du
vin, ces rapports non suspects portent la dépense de la table à 28,745
livres en deux mois. Tandis que treize domestiques occupaient la cuisine,
un seul pouvait pénétrer dans la prison, et aidait Cléry à servir les
prisonniers à table. Eh bien, tant est ingénieuse la captivité! C'était
par ce domestique, dont Cléry avait intéressé la sensibilité, que les
nouvelles extérieures pénétraient quelquefois au Temple. On avait toujours
laissé ignorer aux malheureux prisonniers les événemens du dehors. Les
représentans de la commune s'étaient contentés de leur communiquer les
journaux qui mentionnaient les victoires de la république, et qui leur
ôtaient ainsi tout espoir.

Cléry avait imaginé, pour les tenir au courant, un moyen adroit, et qui
lui réussissait assez bien. Par le moyen des communications qu'il s'était
ménagées au dehors, il avait fait choisir et payer un crieur public, qui
venait se placer sous les fenêtres du Temple, et sous prétexte de vendre
des journaux, en rapportait les principaux détails de toute la force de sa
voix. Cléry, qui était convenu de l'heure, se plaçait auprès de la même
fenêtre, recueillait ce qu'il entendait, et le soir, se penchant sur le
lit du roi, à l'instant où il lui en fermait les rideaux, il lui
rapportait ce qu'il avait appris. Telle était la situation de la famille
infortunée tombée du trône dans les fers, et la manière dont le zèle
industrieux d'un serviteur fidèle luttait avec la défiance ombrageuse de
ses gardiens.

Les comités avaient enfin présenté leur travail sur le procès de Louis
XVI. Dufriche-Valazé avait fait un premier rapport sur les faits reprochés
au monarque, et sur les pièces qui pouvaient les constater. Ce rapport,
trop long pour être entendu jusqu'au bout, fut imprimé par ordre de la
convention, et distribué à chacun de ses membres. Le 7 novembre, le député
Mailhe, parlant au nom du comité de législation, présenta le rapport sur
les grandes questions auxquelles le procès donnait naissance:

Louis XVI peut-il être jugé?

Quel tribunal prononcera le jugement?

Telles étaient les deux questions essentielles qui allaient occuper les
esprits, et qui devaient les agiter profondément. L'impression du rapport
fut ordonnée sur-le-champ. Traduit dans toutes les langues, distribué à un
nombre considérable d'exemplaires, il remplit bientôt la France et
l'Europe. La discussion fut ajournée au 13, malgré Billaud-Varennes, qui
voulait qu'on décidât par acclamation la question de la mise en jugement.

Ici allait se livrer la dernière lutte entre les idées de l'assemblée
constituante et les idées de la convention; et cette lutte devait être
d'autant plus violente, que la vie ou la mort d'un roi allait en être le
résultat. L'assemblée constituante était démocratique par ses idées, et
monarchique par ses sentimens. Ainsi, tandis qu'elle constituait l'état
tout entier en république, par un reste d'affection et de ménagement pour
Louis XVI, elle conservait la royauté avec les attributs qu'on est convenu
de lui accorder, dans le système de la monarchie féodale régularisée.
Hérédité, pouvoir exécutif, participation au pouvoir législatif, et
surtout inviolabilité, telles sont les prérogatives que l'on reconnaît au
trône dans les monarchies modernes, et que la première assemblée avait
laissées à la maison régnante. La participation au pouvoir législatif et
le pouvoir exécutif sont des fonctions qui peuvent varier dans leur
étendue, et qui ne constituent pas aussi essentiellement la royauté
moderne que l'hérédité et l'inviolabilité. De ces deux dernières, l'une
assure la transmission perpétuelle et naturelle de la royauté, la seconde
la met hors de toute atteinte dans la personne de chaque héritier; toutes
deux enfin en font quelque chose de perpétuel qui ne s'interrompt pas, et
quelque chose d'inaccessible, qu'aucune pénalité ne peut atteindre.
Condamnée à n'agir que par des ministres qui répondent de ses actions, la
royauté n'est accessible que dans ses agens, et on a ainsi un point pour
la frapper sans l'ébranler. Telle est la monarchie féodale, successivement
modifiée par le temps, et conciliée avec le degré de liberté auquel sont
parvenus les peuples modernes.

Cependant l'assemblée constituante avait été portée à mettre une
restriction à cette inviolabilité royale. La fuite à Varennes, les
entreprises des émigrés, l'amenèrent enfin à penser que la responsabilité
ministérielle ne garantirait pas une nation de toutes les fautes de la
royauté. Elle avait en conséquence prévu le cas où un monarque se mettrait
à la tête d'une armée ennemie, pour attaquer la constitution de l'état, ou
bien ne s'opposerait pas, par un _acte formel_, à une entreprise de cette
nature faite en son nom. Dans ce cas, elle avait déclaré le monarque non
point justiciable des lois ordinaires contre la félonie, mais déchu; il
était _censé avoir abdiqué la royauté_. Tel est le langage textuel de la
loi qu'elle avait rendue. La proposition d'accepter la constitution, faite
par elle au roi, et l'acceptation de la part du roi, avaient rendu le
contrat irrévocable, et l'assemblée avait pris le solennel engagement de
tenir comme sacrée la personne des monarques.

C'est en présence d'un engagement pareil que se trouvait la convention, en
décidant du sort de Louis XVI. Mais ces nouveaux constituans, réunis sous
le nom de conventionnels, ne se prétendaient pas plus engagés par les
institutions de leurs prédécesseurs, que ceux-ci ne s'étaient crus engagés
par les vieilles institutions de la féodalité. Les esprits avaient subi un
entraînement si rapide, que les lois de 1791 paraissaient aussi absurdes à
la génération de 1792, que celles du XIIIe siècle l'avaient paru à la
génération de 1789. Les conventionnels ne se croyaient donc pas liés par
une loi qu'ils jugeaient absurde, et se déclaraient en insurrection contre
elle, comme les états-généraux contre celle des trois ordres.

On vit donc, dès l'ouverture de la discussion, le 13 novembre, se
prononcer deux systèmes opposés: les uns soutenaient l'inviolabilité, les
autres la rejetaient absolument. Les idées avaient tellement changé,
qu'aucun membre de la convention n'osait défendre l'inviolabilité comme
bonne en elle-même, et ceux même qui étaient pour elle ne la défendaient
que comme disposition antérieure, dont le bénéfice était acquis au
monarque, et qu'on ne pouvait lui contester sans manquer à un engagement
national. Encore n'y avait-il que très peu de députés qui la soutinssent à
ce titre d'engagement pris, et les girondins la condamnaient même sous ce
rapport. Cependant ils demeuraient hors du débat, et observaient
froidement la discussion élevée entre les rares partisans de
l'inviolabilité et ses nombreux adversaires.

«D'abord, disaient les adversaires de l'inviolabilité, pour qu'un
engagement soit valable, il faut que celui qui s'engage ait le droit de
s'engager. Or, la souveraineté nationale est inaliénable, et ne peut pas
se lier pour l'avenir. La nation peut bien, en stipulant l'inviolabilité,
avoir rendu le pouvoir exécutif inaccessible aux coups du pouvoir
législatif: c'est une précaution politique dont on conçoit le motif, dans
le système de l'assemblée constituante; mais, si elle a rendu le roi
inviolable pour tous les corps constitués, elle n'a pu le rendre
inviolable pour elle-même, car elle ne peut jamais renoncer à la faculté
de tout faire et de tout vouloir en tout temps; cette faculté constitue sa
toute-puissance, qui est inaliénable; la nation n'a donc pu s'engager
envers Louis XVI, et on ne peut lui opposer un engagement qu'elle n'a pas
pu prendre.

«Secondement, il aurait fallu, même en supposant l'engagement possible,
qu'il fût réciproque. Or, il ne l'a jamais été du côté de Louis XVI. Cette
constitution, sur laquelle il veut maintenant s'appuyer, il ne l'a jamais
voulu, il a toujours protesté contre elle, et n'a jamais cessé de
travailler à la détruire, non seulement par des conspirations intérieures,
mais par le fer des ennemis. Quel droit a-t-il donc de s'en prévaloir?

«Qu'on admette même l'engagement comme possible et comme réciproque, il
faut encore qu'il ne soit pas absurde, pour avoir quelque valeur. Ainsi on
conçoit l'inviolabilité qui s'applique à tous les actes ostensibles dont
un ministre répond à la place du roi. Pour tous les actes de ce genre, il
existe une garantie dans la responsabilité ministérielle, et
l'inviolabilité, n'étant pas l'impunité, cesse d'être absurde. Mais pour
tous les actes secrets, comme les trames cachées, les intelligences avec
l'ennemi, les trahisons enfin, un ministre est-il là pour contre-signer et
répondre? Et ces derniers actes cependant resteraient impunis, quoique les
plus graves et les plus coupables de tous! Voilà ce qui est inadmissible,
et il faut reconnaître que le roi, inviolable pour les actes de son
administration, cesse de l'être pour les actes secrets et criminels qui
attaquent la sûreté publique. Ainsi un député, inviolable pour ses
fonctions législatives, un ambassadeur pour ses fonctions diplomatiques,
ne le sont plus pour tous les autres faits de leur vie privée.
L'inviolabilité a donc des bornes, et il est des points sur lesquels la
personne du roi cesse d'être inattaquable. Dira-t-on que la déchéance est
la peine prononcée contre les perfidies dont un ministre ne répond pas?
C'est-à-dire, que la simple privation du pouvoir serait la seule peine
qu'on infligerait au monarque, pour en avoir si horriblement abusé! Le
peuple qu'il aurait trahi, livré au fer étranger, et à tous les fléaux à
la fois, se bornerait à lui dire: Retirez-vous. Ce serait là une justice
illusoire, et une nation ne peut pas se manquer ainsi à elle-même, en
laissant impuni, le crime commis contre son existence et sa liberté.

«Il faut, ajoutaient les mêmes orateurs, il faut à la vérité une peine
connue, renfermée dans une loi antérieure, pour pouvoir l'appliquer à un
délit. Mais n'y a-t-il pas les peines ordinaires contre la trahison? Ces
peines ne sont elles pas les mêmes dans tous les codes? Le monarque
n'était-il pas averti, par la morale de nous les temps et de tous les
lieux, que la trahison est un crime; et par la législature de tous les
peuples, que ce crime est puni du plus terrible des châtimens? Il faut,
outre une loi pénale, un tribunal. Mais voici la nation souveraine qui
réunit en elle tous les pouvoirs, celui de juger comme celui de faire les
lois, de faire la paix ou la guerre; elle est ici avec sa toute-puissance,
avec son universalité, et il n'est aucune fonction qu'elle ne soit capable
de remplir; cette nation, c'est la convention qui la représente, avec
mandat de tout faire pour elle, de la venger, de la constituer, de la
sauver. La convention est donc compétente pour juger Louis XVI; elle a des
pouvoirs suffisans; elle est le tribunal le plus indépendant, le plus
élevé, qu'un accusé puisse choisir; et, à moins qu'il ne lui faille des
partisans, ou des stipendiés de l'ennemi, pour obtenir justice, le
monarque ne peut pas désirer d'autres juges. A la vérité, il aura les
mêmes hommes pour accusateurs et juges. Mais si, dans les tribunaux
ordinaires, exposés dans une sphère inférieure à des causes individuelles
et particulières d'erreur, on sépare les fonctions, et on empêche que
l'accusation ait pour arbitres ceux qui l'ont soutenue, dans le
conseil-général de la nation, qui est placé au-dessus de tous les
intérêts, de tous les motifs individuels, les mêmes précautions ne sont
plus nécessaires. _La nation ne saurait errer_, et les députés qui la
représentent partagent son infaillibilité et ses pouvoirs.

«Ainsi, continuaient les adversaires de l'inviolabilité, l'engagement
contracté en 1791 ne pouvant lier la souveraineté nationale; cet
engagement étant sans aucune réciprocité, et renfermant d'ailleurs une
clause absurde, celle de laisser la trahison impunie, est tout à fait nul,
et Louis XVI peut être mis en cause. Quant à la peine, elle a été connue
de tout temps, elle s'est trouvée dans toutes les lois. Quant au tribunal,
il est dans la convention revêtue de tous les pouvoirs législatifs,
exécutifs et judiciaires.» Ces orateurs demandaient donc, avec le comité:
que Louis XVI fût jugé; qu'il le fût par la convention nationale; qu'un
acte énonciatif des faits à lui imputés fût dressé par des commissaires
choisis; qu'il comparût en personne pour y répondre; que des conseils lui
fussent accordés pour se défendre; et qu'immédiatement après l'avoir
entendu, la convention prononçât son jugement, par appel nominal.

Les défenseurs de l'inviolabilité n'avaient laissé aucune de ces raisons
sans réponse, et avaient réfuté tout le système de leurs adversaires.

«On prétend, disaient-ils, que la nation n'a pas pu aliéner sa
souveraineté et s'interdire le droit de punir un attentat commis contre
elle-même; que l'inviolabilité prononcée en 1791 ne liait que le corps
législatif, mais point la nation elle-même. D'abord, s'il est vrai que la
souveraineté nationale ne puisse pas s'aliéner, et s'interdire de
renouveler ses lois, il est vrai aussi qu'elle ne peut rien sur le passé;
ainsi elle ne saurait faire que ce qui a été ne soit pas; elle ne peut
point empêcher que les lois qu'elle avait portées aient eu leur effet, et
que ce qu'elles absolvaient soit absous; elle peut bien pour l'avenir
déclarer que les monarques ne seront plus inviolables, mais, pour le
passé, elle ne peut pas empêcher qu'ils le soient, puisqu'elle les a
déclarés tels; elle ne peut surtout rompre les engagemens pris avec des
tiers, pour lesquels elle devenait simple partie en traitant avec eux.
Ainsi donc la souveraineté nationale a pu se lier pour un temps; elle l'a
voulu d'une manière absolue, non seulement pour le corps législatif,
auquel elle interdisait toute action judiciaire contre le roi, mais pour
elle-même, car le but politique de l'inviolabilité eût été manqué, si la
royauté n'eût pas été mise hors de toute atteinte quelconque de la part
des autorités constituées, comme de la part de la nation elle-même.

«Quant au défaut de réciprocité dans l'exécution de l'engagement, tout a
été prévu. Le manque de fidélité à l'engagement a été prévu par
l'engagement même. Toutes les manières d'y manquer sont comprises dans une
seule, la plus grave de toutes, la guerre à la nation, et sont punies de
la déchéance, c'est-à-dire de la résolution du contrat existant entre la
nation et le roi. Le défaut de réciprocité n'est donc pas une raison qui
puisse délier la nation de la promesse de l'inviolabilité.

«L'engagement était donc réel et absolu, commun à la nation comme au corps
législatif; le défaut de réciprocité était prévu, et ne peut être une
cause de nullité; on va voir enfin que, dans le système de la monarchie,
cet engagement n'était point déraisonnable; et qu'il ne peut périr pour
cause d'absurdité. En effet, cette inviolabilité ne laissait, quoi qu'on
en ait dit, aucun crime impuni. La responsabilité ministérielle atteignait
tous les actes, parce qu'un roi ne peut pas plus conspirer que gouverner
sans agens, et ainsi la justice publique avait toujours prise. Enfin ces
crimes secrets, différens des délits ostensibles de l'administration,
étaient prévus, et punis de la déchéance, car toute faute de la part du
roi se réduisait, dans cette législation, à la cessation de ses fonctions.
On a opposé à cela que la déchéance n'était pas une peine, qu'elle n'était
que la privation de l'instrument dont le monarque avait abusé. Mais dans
un système où la personne royale devait être inattaquable, la sévérité de
la peine n'était pas ce qui importait le plus; l'essentiel était son
résultat politique, et ce résultat se trouvait atteint par la privation du
pouvoir. D'ailleurs, n'est-ce donc pas une peine que la perte du premier
trône de l'univers? Est-ce donc sans une affreuse douleur que l'on perd
une couronne qu'en naissant on trouva sur sa tête, et avec laquelle on a
vécu, sous laquelle on a été adoré vingt années? Sur des coeurs nourris
dans le rang suprême, ce supplice n'est-il pas égal à celui de la mort?
D'ailleurs, la peine fût-elle trop douce, elle est telle, d'après une
stipulation expresse, et une insuffisance de peine ne peut être dans une
loi une cause de nullité. Il est convenu en législation criminelle que
toutes les fautes de la législation doivent profiter à l'accusé, parce
qu'il ne faut pas faire porter au faible désarmé les erreurs du fort.
Ainsi donc l'engagement, démontré valable et absolu, ne renfermait rien
d'absurde; aucune impunité n'y était stipulée, et la trahison y trouvait
son châtiment. Il n'est donc besoin de recourir ni au droit naturel, ni à
la nation, puisque la déchéance est déjà prononcée par une loi antérieure.
Cette peine, le roi l'a subie, sans un tribunal qui la prononçât, et
d'après la seule forme possible, celle d'une insurrection nationale.
Détrôné en ce moment, hors de toute possibilité d'agir, la France ne peut
plus rien contre lui, que de prendre des mesures de police pour sa sûreté.
Qu'elle le bannisse hors de son territoire pour sa propre sécurité,
qu'elle le détienne même, si elle veut, jusqu'à la paix, ou qu'elle le
laisse dans son sein redevenir homme, par l'exercice de la vie privée:
voilà tout ce qu'elle doit, et tout ce quelle peut. Il n'est donc pas
nécessaire de constituer un tribunal, d'examiner la compétence de la
convention: le 10 août, tout fut fini pour Louis XVI; le 10 août, il cessa
d'être roi; le 10 août, il fut mis en cause, jugé, déposé, et tout fut
consommé entre lui et la nation.»

Telle était la réponse que les partisans de l'inviolabilité opposaient à
leurs adversaires. La souveraineté nationale entendue comme on l'entendait
alors, leurs réponses étaient victorieuses, et tous les raisonnemens du
comité de législation n'étaient que de laborieux sophismes, sans franchise
et sans vérité.

On vient de lire ce qui se disait de part et d'autre dans la discussion
régulière. Mais, de l'exaltation des esprits et des passions, naissaient
un autre système et une autre opinion. Aux Jacobins, dans les rangs de la
Montagne, on se demandait déjà s'il était nécessaire d'une discussion,
d'un jugement, de formes enfin, pour se délivrer de ce qu'on appelait un
tyran, pris les armes à la main, et versant le sang de la nation. Cette
opinion eut un organe terrible dans le jeune Saint-Just, fanatique austère
et froid, qui à vingt ans méditait une société tout idéale, où régneraient
l'égalité absolue, la simplicité, l'austérité et une force indestructible.
Long-temps avant le 10 août, il rêvait, dans les profondeurs de sa sombre
intelligence, cette société surnaturelle, et il était arrivé, par
fanatisme, à cette extrémité des opinions humaines, à laquelle Robespierre
n'était parvenu qu'à force de haine. Neuf au milieu de la révolution,
dans laquelle il entrait à peine, étranger encore à toutes les luttes, à
tous les torts, à tous les crimes, rangé dans le parti des montagnards par
ses opinions violentes, charmant les jacobins par l'audace de son esprit,
captivant la convention par ses talens, il n'avait cependant pas encore
acquis une renommée populaire. Ses idées toujours bien accueillies, mais
pas toujours comprises, n'avaient tout leur effet que lorsqu'elles étaient
devenues, par des plagiats de Robespierre, plus communes, plus claires et
plus déclamatoires.

Il parla après Morisson, le plus zélé des défenseurs de l'inviolabilité,
et, sans employer les personnalités contre ses adversaires, parce qu'il
n'avait pas encore eu le temps de contracter des haines personnelles, il
ne parut s'indigner d'abord que des petitesses de l'assemblée, et des
arguties de la discussion[1]. «Quoi! dit-il, vous, le comité,
ses adversaires, vous cherchez péniblement des formes pour juger le
ci-devant roi! vous vous efforcez d'en faire un citoyen, de l'élever à
cette qualité, pour trouver des lois qui lui soient applicables! Et moi,
au contraire, je dis que le roi n'est pas un citoyen; qu'il doit être jugé
en ennemi, que nous avons moins à le juger qu'à le combattre, et que
n'étant pour rien dans le contrat qui unit les Français, les formes de la
procédure ne sont point dans la loi civile, mais dans la loi _du droit des
gens_...»

[Note 1. Séance du 13 novembre.]

Ainsi donc Saint-Just ne voit pas dans le procès une question de justice,
mais une question de guerre. «Juger un roi comme un citoyen? Ce mot
dit-il, étonnera la postérité froide. Juger, c'est appliquer la loi; une
loi est un rapport de justice: quel rapport de justice y a-t-il donc entre
l'humanité et les rois?

«Régner seulement est un attentat, une usurpation que rien ne peut
absoudre, qu'un peuple est coupable de souffrir, et contre laquelle chaque
homme a un droit tout personnel. On ne peut régner innocemment, la folie
en est trop grande. Il faut traiter cette usurpation comme les rois
eux-mêmes traitent celle de leur prétendue autorité. Ne fit-on pas le
procès à la mémoire de Cromwell, pour avoir usurpé l'autorité de Charles
Ier? Et certes, l'un n'était pas plus usurpateur que l'autre; car
lorsqu'un peuple est assez lâche pour se laisser dominer par des tyrans,
la domination est le droit du premier venu, et n'est pas plus sacrée, pas
plus légitime sur la tête de l'un que sur celle de l'autre!»

Passant à la question des formes, Saint-Just n'y voit que de nouvelles et
inconséquentes erreurs. Les formes dans le procès ne sont que de
l'hypocrisie; ce n'est point la manière de procéder qui a justifié toutes
les vengeances connues des peuples contre les rois, c'est le droit de la
force contre la force.

«Un jour, s'écrie-t-il, on s'étonnera qu'au dix-huitième siècle on ait été
moins avancé que du temps de César: là le tyran fut immolé en plein sénat,
sans autre formalité que vingt-trois coups de poignard, et sans autre loi
que la liberté de Rome. Et aujourd'hui, on fait avec respect le procès
d'un homme assassin d'un peuple, pris en flagrant délit!...»

Envisageant la question sous un autre rapport, tout étranger à Louis XVI,
Saint-Just s'élève contre la subtilité et la finesse des esprits, qui
nuisent, dit-il, aux grandes choses. La vie de Louis XVI n'est rien, c'est
l'esprit dont ses juges vont faire preuve qui l'inquiète; c'est la mesure
qu'ils vont donner d'eux-mêmes qui le frappe. «Les hommes qui vont juger
Louis ont une république à fonder, et ceux qui attachent quelque
importance au juste châtiment d'un roi ne fonderont jamais une
république... Depuis le rapport, une certaine incertitude s'est
manifestée. Chacun rapproche le procès du roi de ses vues particulières:
les uns semblent craindre de porter plus tard la peine de leur courage;
les autres n'ont point renoncé à la monarchie; ceux-ci craignent un
exemple de vertu qui serait un lien d'unité...

«Nous nous jugeons tous avec sévérité, je dirai même avec fureur; nous ne
songeons qu'à modifier l'énergie du peuple et de la liberté, tandis qu'on
accuse à peine l'ennemi commun, et que tout le monde, ou rempli de
faiblesse, ou engagé dans le crime, se regarde avant de frapper le premier
coup.

«Citoyens, si le peuple romain, après six cents ans de vertu et de haine
contre les rois, si la Grande-Bretagne, après Cromwell mort, vit renaître
les rois malgré son énergie, que ne doivent pas craindre parmi nous les
bons citoyens, amis de la liberté, en voyant la hache trembler dans nos
mains, et un peuple, dès le premier jour de sa liberté, respecter le
souvenir de ses fers? Quelle république voulez-vous établir au milieu de
nos combats particuliers et de nos faiblesses communes?... Je ne perdrai
jamais de vue que l'esprit avec lequel on jugera le roi sera le même que
celui avec lequel on établira la république... La mesure de votre
philosophie dans ce jugement sera aussi la mesure de votre liberté dans la
constitution!»

Il était pourtant des esprits qui, moins fanatisés que Saint-Just,
s'efforçaient de se placer dans des rapports plus vrais, et tâchaient
d'amener l'assemblée, à considérer les choses sous un point de vue plus
juste. «Voyez, avait dit Rouzet (séance du 15 novembre), la véritable
situation du roi dans la constitution de 1791. Il était placé en présence
de la représentation nationale pour rivaliser avec elle. N'était-il pas
naturel qu'il cherchât à recouvrer le plus possible du pouvoir qu'il avait
perdu? N'était-ce pas vous qui lui aviez ouvert cette lice, et qui l'aviez
appelé à y lutter avec la puissance législative? Eh bien! dans cette lice,
il a été vaincu; il est seul, désarmé, abattu aux pieds de vingt-cinq
millions d'hommes, et ces vingt-cinq millions d'hommes auraient l'inutile
lâcheté d'immoler le vaincu! D'ailleurs, ajoutait Rouzet, cet éternel
penchant à dominer, penchant qui remplit le coeur de tous les hommes,
Louis XVI ne l'avait-il pas réprimé dans le sien, plus qu'aucun souverain
du monde? N'a-t-il pas fait, en 1789, un sacrifice volontaire d'une partie
de son autorité? N'a-t-il pas renoncé à une partie des droits que ses
prédécesseurs s'étaient permis d'exercer? N'a-t-il pas aboli la servitude
dans ses domaines? N'a-t-il pas appelé dans ses conseils les ministres
philosophes, et jusqu'à ces empiriques que la voix publique lui désignait?
N'a-t-il pas convoqué les états-généraux, et rendu au tiers-état une
partie de ses droits?»

Faure, député de la Seine-Inférieure, avait montré plus de hardiesse
encore. Se rappelant la conduite de Louis XVI, il avait osé en réveiller
le souvenir. «La volonté du peuple, avait-il dit, aurait pu sévir contre
Titus, aussi bien que contre Néron, et elle aurait pu lui trouver des
crimes, ne fût-ce que ceux commis devant Jérusalem. Mais où sont ceux que
vous imputez à Louis XVI? J'ai mis toute mon attention aux pièces lues
contre lui; je n'y ai trouvé que la faiblesse d'un homme qui se laisse
aller à toutes les espérances qu'on lui donne de recouvrer son ancienne
autorité; et je soutiens que tous les monarques morts dans leur lit
étaient plus coupables que lui. Le bon Louis XII même, en sacrifiant en
Italie cinquante mille Français pour sa querelle particulière, était mille
fois plus criminel! Liste civile, veto, choix de ses ministres, femmes,
parens, courtisans, voilà les séducteurs de Capet! et quels séducteurs!
J'invoque Aristide, Épictète; qu'ils me disent si leur fermeté eût tenu à
de telles épreuves! C'est sur le coeur des débiles mortels que je fonde
mes principes ou mes erreurs. Élevez-vous donc à toute la grandeur de la
souveraineté nationale; concevez tout ce qu'une telle puissance doit
comporter de magnanimité. Appelez Louis XVI, non comme un coupable, mais
comme un Français, et dites-lui: Ceux qui t'avaient jadis élevé sur le
pavois, et nommé leur roi, te déposent aujourd'hui; tu avais promis d'être
leur père, et tu ne le fus pas... Répare par tes vertus comme citoyen la
conduite que tu as tenue comme roi.»

Dans l'extraordinaire exaltation des esprits, chacun était conduit à
envisager la question sous des rapports différens. Fauchet, ce prêtre
constitutionnel qui s'était rendu célèbre en 1789, pour avoir porté dans
la chaire le langage de la révolution, avait demandé si la société avait
le droit de porter la peine de mort[1]. «La société, avait-il dit,
a-t-elle le droit d'arracher à un homme la vie qu'elle ne lui a pas
donnée? Sans doute elle doit se conserver; mais est-il vrai qu'elle ne le
puisse que par la mort du coupable? Et si elle le peut par d'autres
moyens, n'a-t-elle pas le droit de les employer? Dans cette cause,
ajoutait-il, plus que dans aucune autre, cette vérité est surtout
applicable. Quoi! c'est pour l'intérêt public, c'est pour l'affermissement
de la république naissante que vous allez immoler Louis XVI! Mais sa
famille entière mourra-t-elle du même coup qui le frappera lui-même?
D'après le système de l'hérédité, un roi ne succède-t-il pas immédiatement
à un autre? Êtes-vous débarrassés, par la mort de Louis XVI, des droits
qu'une famille entière croit avoir reçus d'une possession de plusieurs
siècles? La destruction d'un seul est donc inutile. Au contraire, laissez
subsister le chef actuel qui ferme tout accès aux autres; laissez-le
exister avec la haine qu'il inspire à tous les aristocrates pour ses
incertitudes, ses concessions; laissez-le exister avec sa réputation de
faiblesse, avec l'avilissement de sa défaite, et vous aurez moins à le
craindre que tout autre. Laissez ce roi détrôné errer dans le vaste sein
de votre république, sans ce cortège de grandeur qui l'entourait; montrez
combien un roi est peu de chose réduit à lui-même; témoignez un profond
dédain pour le souvenir de ce qu'il fut, et ce souvenir ne sera plus à
craindre; vous aurez donné une grande leçon aux hommes; vous aurez fait
pour la république, sa sûreté et son instruction, plus qu'en versant un
sang qui ne vous appartient pas. Quant au fils de Louis XVI, ajoute
Fauchet, s'il peut devenir un homme, nous en ferons un citoyen, comme le
jeune Égalité. Il combattra pour la république, et nous n'aurons pas peur
qu'un seul soldat de la liberté le seconde jamais, s'il avait la démence
de vouloir devenir un traître à la patrie. Montrons ainsi aux peuples que
nous ne craignons rien; engageons-les à nous imiter; que tous ensemble
ils forment un congrès européen, qu'ils déposent leurs souverains, qu'ils
envoient ces êtres chétifs traîner leur vie obscure le long des publiques,
et qu'ils leur donnent même de petites pensions, car ces êtres-là sont si
dénués de facultés, que le besoin même ne leur apprendrait pas à gagner du
pain! Donnez donc ce grand exemple de l'abolition d'une peine barbare.
Supprimez ce moyen inique de l'effusion du sang, et surtout guérissez le
peuple du besoin qu'il a de le répandre. Tâchez d'apaiser en lui cette
soif que des hommes pervers voudraient exciter pour s'en servir à
bouleverser la république. Songez que des hommes barbares vous demandent
encore cent cinquante mille têtes, et qu'après leur avoir accordé celle du
ci-devant roi, vous ne pourrez leur en refuser aucune. Empêchez des crimes
qui agiteraient pour long-temps le sein de la république, déshonoreraient
la liberté, ralentiraient ses progrès, et nuiraient à l'accélération du
bonheur du monde.»

[Note 1: Séance du 13 novembre.]

Cette discussion avait duré depuis le 13 jusqu'au 30 novembre, et avait
excité une agitation générale. Ceux dont le nouvel ordre de choses n'avait
pas entièrement saisi l'imagination, et qui conservaient quelque souvenir
de 1789, de la bonté du monarque, de l'amour qu'on lui porta, ne pouvaient
comprendre que ce roi, tout à coup transformé en tyran, fût dévoué à
l'échafaud. En admettant même ses intelligences avec l'étranger, ils
imputaient cette faute à sa faiblesse, à ses entours, à cet invincible
amour du pouvoir héréditaire, et l'idée d'un supplice infâme les
révoltait. Cependant ils n'osaient pas prendre ouvertement la défense de
Louis XVI. Le péril récent auquel nous venions d'être exposés par
l'invasion des Prussiens, l'opinion généralement répandue que la cour
était la cause secrète de cet envahissement de nos frontières, avaient
excité une irritation qui retombait sur l'infortuné monarque, et contre
laquelle on n'osait pas s'élever. On se contentait de résister d'une
manière générale contre ceux qui demandaient des vengeances; on les
peignait comme des instigateurs de troubles, comme des septembriseurs,
qui voulaient couvrir la France de sang et de ruines. Sans défendre
nommément Louis XVI, on demandait la modération envers les ennemis
vaincus. On se recommandait d'être en garde contre une énergie hypocrite,
qui, en paraissant défendre la république par des supplices, ne cherchait
qu'à l'asservir par la terreur, ou à la compromettre envers l'Europe. Les
girondins n'avaient pas encore pris la parole. On supposait, plutôt qu'on
ne connaissait, leur opinion, et la Montagne, pour avoir occasion de les
accuser, prétendait qu'ils voulaient sauver Louis XVI. Cependant ils
étaient incertains dans cette cause. D'une part, rejetant l'inviolabilité,
et regardant Louis XVI comme complice de l'invasion étrangère, de l'autre,
émus en présence d'une grande infortune, et portés en toute occasion à
s'opposer à la violence de leurs adversaires, ils ne savaient quel parti
prendre, et ils gardaient un silence équivoque et menaçant.

Une autre question agitait en ce moment les esprits, et ne produisait pas
moins de troubles que la précédente: c'était celle des subsistances, qui
avaient été une grande cause de discorde à toutes les époques de la
révolution.

On a déjà vu combien d'inquiétudes et de peines elles avaient causées à
Bailly et à Necker, pendant les premiers temps de 1789. Les mêmes
difficultés se présentaient plus grandes encore à la fin de 1792,
accompagnées des mouvemens les plus dangereux. La suspension du commerce
pour tous les objets qui ne sont pas de première nécessité, peut bien
faire souffrir l'industrie, et à la longue agir sur les classes ouvrières;
mais quand le blé, premier aliment, vient à manquer, le trouble et le
désordre s'ensuivent immédiatement. Aussi l'ancienne police avait-elle
rangé le soin des subsistances au rang de ses attributions, comme un des
objets qui intéressaient le plus la tranquillité publique.

Les blés ne manquaient pas en 1792; mais la récolte avait été retardée par
la saison, et en outre le battage des grains avait été différé par le
défaut de bras. Cependant la plus grande cause de disette était ailleurs.
En 1792 comme en 1789, le défaut de sûreté, la crainte du pillage sur les
routes, et des vexations dans les marchés, empêchaient les fermiers
d'apporter leurs denrées. On avait crié aussitôt à l'accaparement. On
s'était élevé surtout contre ces riches fermiers qu'on appelait des
aristocrates, et dont les fermages trop étendus devaient, disait-on, être
divisés. Plus on s'irritait contre eux, moins ils étaient disposés à se
montrer dans les marchés, et plus la disette augmentait. Les assignats
avaient aussi contribué à la produire. Beaucoup de fermiers, qui ne
vendaient que pour amasser, ne voulaient pas accumuler un papier variable,
et préféraient garder leurs grains. En outre, comme le blé devenait chaque
jour plus rare et les assignats plus abondans, la disproportion entre le
signe et la chose s'était constamment accrue, et le renchérissement
augmentait d'une manière de plus en plus sensible. Par un accident
ordinaire dans toutes les disettes, la prévoyance étant éveillée par la
crainte, chacun voulait faire des approvisionnemens; les familles, les
municipalités, le gouvernement, faisaient des achats considérables,
et rendaient ainsi la denrée encore plus rare et plus chère. A Paris
surtout, la municipalité commettait un abus très grave et très ancien:
elle achetait des blés dans les départemens voisins, et les vendait
au-dessous du prix, dans la double intention de soulager le peuple et de
se populariser encore davantage. Il résultait de cela que les marchands,
écrasés par la rivalité, se retiraient du marché, et que la population des
campagnes, attirée par le bas prix, venait absorber une partie des
subsistances rassemblées à grands frais par la police. Ces mauvaises
mesures, inspirées par de fausses idées économiques et par une ambition de
popularité excessive, tuaient le commerce, nécessaire surtout à Paris, où
il faut accumuler sur un petit espace une quantité de grains plus grande
que nulle autre part. Les causes de la disette étaient donc très
multipliées: d'abord la terreur des fermiers qui s'éloignaient des
marchés, le renchérissement provenant des assignats, la fureur de
s'approvisionner, et enfin l'intervention de la municipalité parisienne,
qui troublait le commerce par sa puissante concurrence.

Dans des difficultés pareilles, il est facile de deviner quel parti
devaient prendre les deux classes d'hommes qui se partageaient la
souveraineté de la France. Les esprits violens qui avaient jusqu'ici voulu
écarter toute opposition en détruisant les opposans; qui, pour empêcher
les conspirations, avaient immolé tous ceux qu'ils suspectaient de leur
être contraires, de tels esprits ne concevaient, pour terminer la disette,
qu'un moyen, c'était toujours la force. Ils voulaient qu'on arrachât les
fermiers à leur inertie, qu'on les obligeât à se rendre dans les marchés;
que là ils fussent contraints de vendre leurs denrées à un prix fixé par
les communes; que les grains ne quittassent pas les lieux, et n'allassent
pas s'accumuler dans les greniers de ce qu'on appelait les accapareurs.
Ils demandaient donc la présence forcée des commerçans dans les marchés,
la taxe des prix ou _maximum_, la prohibition de toute circulation, enfin
l'obéissance du commerce à leurs désirs, non par l'attrait ordinaire du
gain, mais par la crainte des peines et de la mort.

Les esprits modérés désiraient au contraire qu'on laissât le commerce
reprendre son cours, en dissipant les craintes des fermiers, en les
laissant libres de fixer leurs prix, en leur présentant l'attrait d'un
échange libre, sûr et avantageux, en permettant la circulation d'un
département à l'autre, pour pouvoir secourir ceux qui ne produisaient pas
de blé. Ils proscrivaient ainsi la taxe, les prohibitions de toute espèce,
et réclamaient avec les économistes l'entière liberté du commerce des
grains dans l'étendue de la France. D'après l'avis de Barbaroux, assez
versé dans ces matières, ils demandaient que l'exportation à l'étranger
fût soumise à un droit qui augmenterait quand les prix viendraient à
s'élever, et qui rendrait ainsi la sortie plus difficile quand la présence
de la denrée serait plus nécessaire. Ils n'admettaient l'intervention
administrative que pour l'établissement de certains marchés, destinés aux
cas extraordinaires. Ils ne voulaient employer la sévérité que contre les
perturbateurs qui violenteraient les fermiers sur les routes ou dans les
marchés; ils rejetaient enfin l'emploi des châtimens à l'égard du
commerce, car la crainte peut être un moyen de répression, mais elle n'est
jamais un moyen d'action; elle paralyse, mais elle n'anime pas les hommes.

Quand un parti devient maître dans un état, il se fait gouvernement, et
bientôt forme les voeux et contracte les préjugés ordinaires de tout
gouvernement; il veut à tout prix faire avancer toutes choses, et employer
la force comme moyen universel. C'est ainsi que les ardens amis de la
liberté avaient pour les systèmes prohibitifs la prédilection de tous les
gouvernemens, et qu'ils trouvaient pour adversaires ceux qui, plus
modérés, voulaient non seulement la liberté dans le but, mais dans les
moyens, et réclamaient sûreté pour leurs ennemis, lenteur dans les formes
de la justice, et liberté absolue du commerce.

Les girondins faisaient donc valoir tous les systèmes imaginés par les
esprits spéculatifs contre la tyrannie administrative; mais ces nouveaux
économistes, au lieu de rencontrer, comme autrefois, un gouvernement
honteux de lui-même, et toujours condamné par l'opinion, trouvaient des
esprits enivrés de l'idée du salut public, et qui croyaient que la force
employée pour ce but n'était que l'énergie du bien.

Cette discussion amenait un autre sujet de graves reproches: Roland
accusait tous les jours la commune de malverser dans les subsistances, et
de les faire renchérir à Paris, en réduisant les prix par une vaine
ambition de popularité. Les montagnards répondaient à Roland, en
l'accusant lui-même d'abuser de sommes considérables affectées à son
ministère pour l'achat des grains, d'être le chef des accapareurs, et de
se faire le véritable dictateur de la France, en s'emparant des
subsistances.

Tandis que pour ce sujet on disputait dans l'assemblée, on se révoltait
dans certains départemens, et particulièrement dans celui d'Eure-et-Loir.
Le peuple des campagnes, excité par le défaut de pain, par les
instigations des curés, reprochait à la convention d'être la cause de tous
ses maux; et tandis qu'il se plaignait de ce qu'elle ne voulait pas taxer
les grains, il l'accusait en même temps de vouloir détruire la religion.
C'est Cambon qui était cause de ce dernier reproche. Passionné pour les
économies qui ne portaient pas sur la guerre, il avait annoncé qu'on
supprimerait les frais du culte, et que ceux qui _voudraient la messe la
paieraient_. Aussi les insurgés ne manquaient pas de dire que la religion
était perdue, et, par une contradiction singulière, ils reprochaient à la
convention, d'une part la modération en matière de subsistances, et de
l'autre la violence à l'égard du culte. Deux membres, envoyés par
l'assemblée, trouvèrent aux environs de Courville un rassemblement de
plusieurs mille paysans, armés de fourches et de fusils de chasse, et ils
furent obligés, sous peine d'être assassinés, de signer la taxe des
grains. Ils y consentirent, et la convention les désapprouva. Elle déclara
qu'ils auraient dû mourir, et abolit la taxe qu'ils avaient signée. On
envoya la force armée pour dissiper les rassemblemens. Ainsi commençaient
les troubles de l'Ouest, par la misère et l'attachement au culte.

Sur la proposition de Danton, l'assemblée, pour apaiser le peuple de
l'Ouest, déclara que son intention n'était pas d'abolir la religion, mais
elle persista à repousser le _maximum_. Ainsi, ferme encore au milieu des
orages, et conservant une suffisante liberté d'esprit, la majorité
conventionnelle se déclarait pour la liberté du commerce contre les
systèmes prohibitifs. Si on considère donc ce qui se passait dans les
armées, dans les administrations, dans le procès de Louis XVI, on verra un
spectacle terrible et singulier. Les hommes ardens s'exaltent, et veulent
recomposer en entier les armées et les administrations pour en écarter les
tièdes et les suspects; ils veulent employer la force contre le commerce
pour l'empêcher de s'arrêter, et déployer des vengeances terribles pour
effrayer tout ennemi. Les hommes modérés, au contraire, craignaient de
désorganiser les armées en les renouvelant, de tuer le commerce en usant
de contrainte, de soulever les esprits en employant la terreur; mais leurs
adversaires s'irritent même de ces craintes, et s'exaltent d'autant plus
dans le projet de tout renouveler, de tout forcer, de tout punir. Tel
était le spectacle donné en ce moment par le côté gauche contre le côté
droit de la convention.

La séance du 30 avait été fort agitée par les plaintes de Roland contre
les fautes de la municipalité, en matière de subsistances, et par le
rapport des commissaires envoyés dans le département d'Eure-et-Loir. Tout
se rappelle à la fois quand on commence le compte de ses maux. D'une part,
on avait rappelé les massacres, les écrits incendiaires, de l'autre, les
incertitudes, les restes de royalisme, les lenteurs opposées à la
vengeance nationale. Marat avait parlé et excité une rumeur générale.
Robespierre prend la parole au milieu du bruit, et vient proposer, dit-il,
un moyen plus puissant que tous les autres pour rétablir la tranquillité
publique, un moyen qui ramènera au sein de l'assemblée l'impartialité et
la concorde, qui confondra les ennemis de la convention nationale, qui
imposera silence à tous les libellistes, à tous les auteurs de placards,
et déjouera leurs calomnies. «Quel est, s'écrie-t-on, quel est ce moyen?»
Robespierre reprend: «C'est de condamner demain le tyran des Français à la
peine de ses crimes, et de détruire ainsi le point de ralliement de tous
les conspirateurs. Après-demain vous statuerez sur les subsistances, et le
jour suivant vous poserez les bases d'une constitution libre.»

Cette manière tout à la fois emphatique et astucieuse d'annoncer les
moyens de salut, et de les faire consister dans une mesure combattue par
le côté droit, excite les girondins, et les oblige à s'expliquer sur la
grande question du procès. «Vous parlez du roi, dit Buzot; la faute des
troubles est à ceux qui voudraient le remplacer. Lorsqu'il sera temps de
s'expliquer sur son sort, je saurai le faire avec la sévérité qu'il a
méritée; mais il ne s'agit pas de cela ici: il s'agit des troubles, et ils
viennent de l'anarchie; l'anarchie vient de l'inexécution des lois. Cette
inexécution subsistera tant que la convention n'aura rien fait pour
assurer l'ordre.» Legendre succède aussitôt à Buzot, conjure ses collègues
d'écarter toute personnalité, de ne s'occuper que de la chose publique et
des séditions qui, n'ayant d'autre objet que de sauver le roi, cesseront
quand il ne sera plus. Il propose donc à l'assemblée d'ordonner que les
opinions préparées sur le procès soient déposées sur le bureau, imprimées,
distribuées à tous les membres, et qu'on décide ensuite si Louis XVI doit
être jugé, sans perdre le temps à entendre de trop longs discours.
Jean-Bon-Saint-André s'écrie qu'il n'est pas même besoin de ces questions
préliminaires, et qu'il ne s'agit que de prononcer sur-le-champ la
condamnation et la forme du supplice. La convention décrète enfin la
proposition de Legendre, et l'impression de tous les discours. La
discussion est ajournée au 3 décembre.

Le 3, on réclame de toutes parts la mise en cause, la rédaction de l'acte
d'accusation, et la détermination des formes d'après lesquelles le procès
doit s'instruire. Robespierre demande la parole, et quoiqu'il eût été
décidé que toutes les opinions seraient imprimées et non lues, il obtient
d'être entendu, parce qu'il voulait parler, non sur le procès, mais contre
le procès lui-même, et pour une condamnation sans jugement.

Il soutient qu'instruire un procès, c'est ouvrir une délibération; que
permettre de délibérer, c'est permettre le doute, et une solution même
favorable à l'accusé. Or, mettre le crime de Louis XVI en problème, c'est
accuser les Parisiens, les fédérés, tous les patriotes enfin qui ont fait
la révolution du 10 août; c'est absoudre Louis XVI, les aristocrates, les
puissances étrangères et leurs manifestes, c'est en un mot déclarer la
royauté innocente et la république coupable.

«Voyez aussi, continue Robespierre, quelle audace ont acquise les ennemis
de la liberté depuis que vous avez proposé ce doute! Dans le mois d'août
dernier, les partisans du roi se cachaient. Quiconque eût osé entreprendre
son apologie eût été puni comme un traître... Aujourd'hui, ils relèvent
impunément un front audacieux; aujourd'hui, des écrits insolens inondent
Paris et les départemens; des hommes armés et appelés dans ces murs à
votre insu, contre les lois, ont fait retentir cette cité de cris
séditieux, et demandent l'impunité de Louis XVI! Il ne vous reste plus
qu'à ouvrir cette enceinte à ceux qui briguent déjà l'honneur de le
défendre! Que dis-je! aujourd'hui Louis partage les mandataires du peuple!
On parle pour ou contre lui! Il y a deux mois, qui eût pu soupçonner
qu'ici ce serait une question s'il était inviolable? Mais, ajoute
Robespierre, depuis que le citoyen Pétion a présenté comme une question
sérieuse, et qui devait être traitée à part, celle de savoir si le roi
pouvait être jugé, les doctrines de l'assemblée constituante ont reparu
ici. O crime! ô honte! la tribune du peuple français a retenti du
panégyrique de Louis XVI! Nous avons entendu vanter les vertus et les
bienfaits du tyran. Tandis que nous avons eu la plus grande peine pour
arracher les meilleurs citoyens à l'injustice d'une décision précipitée,
la seule cause du tyran est tellement sacrée, qu'elle ne peut être ni
assez longuement ni assez librement discutée! Si nous en croyons ses
apologistes, le procès durera plusieurs mois: il atteindra l'époque du
printemps prochain, où les despotes doivent nous livrer une attaque
générale. Et quelle carrière ouverte aux conspirateurs! quel aliment donné
à l'intrigue et à l'aristocratie!

«Juste ciel! les hordes féroces du despotisme s'apprêtent à déchirer de
nouveau le sein de notre patrie au nom de Louis XVI! Louis combat encore
contre nous du fond de sa prison, et l'on doute s'il est coupable, s'il
est permis de le traiter en ennemi! On demande quelles sont les lois qui
le condamnent! On invoque en sa faveur la constitution!... La constitution
vous défendait ce que vous avez fait; s'il ne pouvait être puni que de la
déchéance, vous ne pouviez la prononcer sans avoir instruit son procès;
vous n'aviez point le droit de le retenir en prison; il a celui de
demander des dommages et intérêts et son élargissement: la constitution
vous condamne; allez aux pieds de Louis invoquer sa clémence!»

Ces déclamations pleines de fiel, qui ne renfermaient rien que Saint-Just
n'eût déjà dit, produisirent cependant une profonde sensation sur
l'assemblée, qui voulut statuer séance tenante. Robespierre avait demandé
que Louis XVI fût jugé sur-le-champ; cependant plusieurs membres et Pétion
s'obstinèrent à proposer qu'avant de fixer la forme du jugement, on
prononçât au moins la mise en jugement; car c'était là, disaient-ils, un
préliminaire indispensable, quelque célérité qu'on voulût mettre dans
cette procédure. Robespierre veut parler encore, et semble exiger la
parole; mais on s'irrite de son insolence, et on lui interdit la tribune.
L'assemblée rend enfin le décret suivant:

«La convention nationale déclare que Louis XVI sera jugé par elle.»
(3 décembre.)

Le 4, on met en discussion les formes du procès. Buzot, qui avait entendu
beaucoup parler de royalisme, réclame la parole pour une motion d'ordre;
et pour écarter, dit-il, tout soupçon, il demande la peine de mort contre
quiconque proposerait en France le rétablissement de la royauté. Ce sont
là des moyens que prennent souvent les partis pour prouver qu'ils sont
incapables de ce dont on les accuse. Des applaudissemens nombreux
accueillent cette inutile proposition; mais les montagnards, qui, dans
leur système, n'auraient pas dû l'empêcher, s'y opposent par humeur, et
Bazire demande à la combattre. On crie _aux voix! aux voix_! Philippeaux,
s'unissant à Bazire, pro pose de ne s'occuper que de Louis XVI, et de
tenir une séance permanente jusqu'à ce qu'il ait été jugé. On demande
alors quel intérêt porte les opposans à repousser la proposition de Buzot,
car il n'est personne qui puisse regretter la royauté. Lejeune réplique
que c'est remettre en question ce qui a été décidé en abolissant la
royauté. «Mais, dit Rewbell, il s'agit d'ajouter une disposition pénale au
décret d'abolition; ce n'est donc pas remettre en question une chose déjà
décrétée.» Merlin, plus maladroit que ses prédécesseurs, veut un
amendement, et propose de mettre une exception à l'application de la peine
de mort, dans le cas où la proposition de rétablir la royauté serait faite
dans les assemblées primaires. A ces mots, des cris s'élèvent de toutes
parts. Voilà, dit-on, le mystère découvert! On veut un roi, mais sorti des
assemblées primaires, de ces assemblées d'où se sont élevés Marat,
Robespierre et Danton. Merlin cherche à se justifier en disant qu'il a
voulu rendre hommage à la souveraineté du peuple. On lui impose silence en
le traitant de royaliste, et on propose de le rappeler à l'ordre. Guadet
alors, avec une mauvaise foi que les hommes les plus honnêtes apportent
quelquefois dans une discussion envenimée, soutient qu'il faut respecter
la liberté des opinions, à laquelle on doit d'avoir découvert un secret
important, et qui donne la clef d'une grande machination. «L'assemblée,
dit-il, ne doit pas regretter d'avoir entendu cet amendement, qui lui
démontre qu'un nouveau despotisme doit succéder au despotisme détruit, et
on doit remercier Merlin, loin de le rappeler à l'ordre.» Une explosion de
murmures couvrent la voix de Guadet. Bazire, Merlin, Robespierre, crient à
la calomnie, et il est vrai que le reproche de vouloir substituer un roi
plébéien au roi détrôné était aussi absurde que celui de fédéralisme
adressé aux girondins. L'assemblée décrète enfin la peine de mort contre
quiconque voudrait rétablir en France la royauté, sous quelque
dénomination que ce puisse être.

On revient aux formes du procès et à la proposition d'une séance
permanente. Robespierre demande de nouveau que le jugement soit prononcé
sur-le-champ. Pétion, victorieux encore par l'appui de la majorité, fait
décider que la séance ne sera pas permanente, ni le jugement instantané,
mais que l'assemblée s'en occupera tous les jours, et toute affaire
cessante, de onze à six heures du soir.

Les jours suivans furent employés à la lecture des pièces trouvées chez
Laporte, et d'autres trouvées plus récemment au château dans une armoire
secrète, que le roi avait fait construire dans l'épaisseur d'une muraille.
La porte en était en fer, d'où elle fut connue depuis sous le nom
d'_armoire de fer_. L'ouvrier employé à la construire la dénonça à Roland,
qui, empressé de vérifier le fait, eut l'imprudence de s'y rendre
précipitamment, sans se faire accompagner de témoins pris dans
l'assemblée, ce qui donna lieu à ses ennemis de dire qu'il avait soustrait
une partie des papiers. Roland y trouva toutes les pièces relatives aux
communications de la cour avec les émigrés et avec divers membres des
assemblées. Les transactions de Mirabeau y furent connues, et la mémoire
du grand orateur allait être proscrite, lorsqu'à la demande de Manuel, son
admirateur passionné, on chargea le comité d'instruction publique de faire
de ces documens un plus ample examen[1].

[Note 1: Cette révélation eut lieu dans la séance du 5 décembre. On
voulait briser immédiatement le buste de Mirabeau, et ordonner que ses
cendres fussent enlevées du Panthéon; mais on se contenta ce jour-là de
voiler son buste.]

On nomma ensuite une commission pour faire, d'après ces pièces, un acte
énonciatif des faits imputés à Louis XVI. Cet acte énonciatif, une fois
rédigé, devait être approuvé par l'assemblée. Louis XVI devait ensuite
comparaître en personne à la barre de la convention, et être interrogé par
le président sur chaque article de l'acte énonciatif. Après sa
comparution, deux jours lui étaient accordés pour se défendre, et le
lendemain de sa défense, le jugement devait être prononcé par appel
nominal. Le pouvoir exécutif était chargé de prendre toutes les mesures
nécessaires pour assurer la tranquillité publique pendant la translation
du roi à l'assemblée. Ces dispositions avaient été décrétées le 9.

Le 10, l'acte énonciatif fut représenté à l'assemblée, et la comparution
de Louis XVI fut arrêtée pour le lendemain 11 décembre.

Ce monarque infortuné allait donc comparaître en présence de la convention
nationale, et y subir un interrogatoire sur tous les actes de son règne.
La nouvelle du procès et de l'ordre de comparution avait pénétré jusqu'à
Cléry, par les secrets moyens de correspondance qu'il s'était ménagés au
dehors, et il ne l'avait transmise qu'en tremblant a cette famille
désolée. N'osant la donner au roi lui-même, il la communiqua à Mme
Élisabeth, et lui apprit en outre que pendant le procès la commune avait
résolu de séparer Louis XVI de sa famille. Il convint avec la princesse
d'un moyen de correspondre pendant cette séparation; ce moyen consistait
dans l'envoi d'un mouchoir que Cléry, destiné à rester auprès du roi,
devait faire parvenir aux princesses si Louis XVI était malade. Voilà tout
ce que les malheureux prisonniers avaient la prétention de se communiquer
les uns aux autres. Le roi fut averti par sa soeur de sa prochaine
comparution, et de la séparation qu'on devait lui faire subir pendant le
procès. Il reçut cette nouvelle avec une parfaite résignation, et se
prépara à subir avec fermeté cette scène douloureuse.

La commune avait ordonné que, dès le 11 au matin, tous les corps
administratifs seraient en séance, que toutes les sections seraient
armées, que la garde de tous les lieux publics, caisses, dépôts, etc.,
serait augmentée de deux cents hommes par poste, que des réserves
nombreuses seraient placées sur divers points, avec une forte artillerie,
et qu'une escorte d'élite accompagnerait la voiture.

Dès le 11 au matin, la générale annonça dans Paris cette scène si triste
et si nouvelle. Des troupes nombreuses entouraient le Temple, et le bruit
des armes et des chevaux arrivait jusqu'aux prisonniers, qui feignaient
d'ignorer la cause de cette agitation. A neuf heures du matin, la famille,
suivant l'usage, se rendit chez le roi, pour y déjeuner. Les officiers
municipaux, plus vigilans que jamais, empêchaient par leur présence le
moindre épanchement. Enfin on les sépara. Le roi demanda en vain qu'on lui
laissât son fils encore quelques instans. Malgré sa prière, le jeune
enfant lui fut enlevé, et il demeura seul environ deux heures. Alors le
maire de Paris, le procureur de la commune, arrivèrent, et lui
communiquèrent l'arrêt de la convention qui le mandait à sa barre sous le
nom de Louis Capet. «Capet, reprit le prince, est le nom de l'un de mes
ancêtres, et n'est pas le mien.» Il se leva ensuite, et se rendit dans la
voiture du maire, qui l'attendait. Six cents hommes d'élite entouraient la
voiture. Elle était précédée de trois pièces de canon et suivie de trois
autres. Une nombreuse cavalerie formait l'avant-garde et l'arrière-garde.
Une foule immense contemplait en silence ce triste cortège, et souffrait
cette rigueur comme elle avait souffert si longtemps celles de l'ancien
gouvernement. Il y eut quelques cris, mais fort rares. Le prince n'en fut
point ému, et s'entretint paisiblement des objets qui étaient sur la
route. Dès qu'on fut rendu aux Feuillans, on le déposa dans une salle, en
attendant les ordres de l'assemblée.

Pendant ce temps on faisait diverses motions relativement à la manière de
recevoir Louis XVI. On proposait qu'aucune pétition ne pût être entendue,
qu'aucun député ne pût prendre la parole, qu'aucun signe d'improbation ou
d'approbation ne pût être donné au roi. «Il faut, dit Legendre, l'effrayer
par le silence des tombeaux.»

Un murmure condamna ces paroles cruelles. Defermont demanda qu'on disposât
un siège pour l'accusé. La proposition fut trouvée trop juste pour être
mise aux voix, et on plaça un siège à la barre. Par une vanité ridicule,
Manuel proposa de discuter la question à l'ordre du jour, pour n'avoir pas
l'air de ne s'occuper que du roi, dût-on, ajouta-t-il, le faire attendre à
la porte. On se mit donc à discuter une loi sur les émigrés.

Santerre annonce enfin l'arrivée de Louis XVI. Barrère est président.
«Citoyens, dit-il, l'Europe vous regarde. La postérité vous jugera avec
une sévérité inflexible; conservez donc la dignité et l'impassibilité qui
conviennent à des juges. Souvenez-vous du silence terrible qui accompagna
Louis, ramené de Varennes.»

Louis paraît à la barre vers deux heures et demie. Le maire et les
généraux Santerre et Wittengoff sont à ses côtés. Un silence profond règne
dans l'assemblée. La dignité de Louis, sa contenance tranquille, dans une
aussi grande infortune, touchent tout le monde. Les députés du milieu sont
émus. Les girondins éprouvent un profond attendrissement. Saint-Just,
Robespierre, Marat, sentent défaillir eux-mêmes leur fanatisme, et
s'étonnent de trouver un homme dans le roi dont ils demandent le supplice.

«Asseyez-vous, dit Barrère à Louis, et répondez aux questions qui vont
vous être adressées.» Louis s'assied, et entend la lecture de l'acte
énonciatif, article par article. Là, toutes les fautes de la cour étaient
rappelées et rendues personnelles à Louis XVI. On lui reprochait
l'interruption des séances le 20 juin 1789, le lit de justice tenu le
23 du même mois, la conspiration aristocratique déjouée par l'insurrection
du 14 juillet, le repas des gardes-du-corps, les outrages faits à la
cocarde nationale, le refus de sanctionner la déclaration des droits,
ainsi que les divers articles constitutionnels; tous les faits enfin qui
manifestaient une nouvelle conspiration en octobre, et qui furent suivis
des scènes des 5 et 6; les discours de réconciliation qui avaient suivi
toutes ces scènes, et qui promettaient un retour qui n'était pas sincère;
le faux serment prêté à la fédération du 14 juillet; les menées de Talon
et de Mirabeau pour opérer une contre-révolution; l'argent donné pour
corrompre une foule de députés; la réunion des chevaliers du poignard le
28 février 1791; la fuite à Varennes; la fusillade du Champ-de-Mars; le
silence gardé sur la convention de Pilnitz; le retard apporté à la
promulgation du décret qui réunissait Avignon à la France; les mouvemens
de Nîmes, Montauban, Mende, Jallès; la continuation de paie accordée aux
gardes-du-corps émigrés et à la garde constitutionnelle licenciée; la
correspondance secrète avec les princes émigrés; l'insuffisance des armées
réunies sur la frontière; le refus de sanctionner le décret pour le camp
de vingt mille hommes; le désarmement de toutes les places fortes;
l'annonce tardive de la marche des Prussiens; l'organisation de compagnies
secrètes dans l'intérieur de Paris; la revue des Suisses et des troupes
qui formaient la garnison du château le matin du 10 août; le doublement de
cette garde; la convocation du maire aux Tuileries; enfin, l'effusion du
sang qui avait été la suite de ces dispositions militaires.

Si l'on n'admettait pas comme naturel le regret de son ancienne puissance,
tout dans la conduite du roi pouvait être tourné à crime; car sa conduite
n'était qu'un long regret, mêlé de quelques efforts timides pour recouvrer
ce qu'il avait perdu. A chaque article le président s'arrêtait en disant:
_Qu'avez-vous à répondre_? Le roi, répondant toujours d'une voix assurée,
avait nié une partie des faits, rejeté l'autre partie sur ses ministres,
et s'était appuyé constamment sur la constitution, de laquelle il assurait
ne s'être jamais écarté. Ses réponses avaient toujours été mesurées. Mais
à cette interpellation: _Vous avez fait couler le sang du Peuple au 10
août_, il s'écria d'une voix forte: «Non, Monsieur, non, ce n'est pas
moi!»

On lui montra ensuite toutes les pièces, et, usant d'un respectable
privilège, il refusa d'en avouer une partie, et il contesta l'existence de
l'armoire de fer. Cette dénégation produisit un effet défavorable, et elle
était impolitique, car le fait était démontré. Il demanda ensuite une
copie de l'acte d'accusation ainsi que des pièces, et un conseil pour
l'aider dans sa défense.

Le président lui signifia qu'il pouvait se retirer. On lui fît prendre
quelques rafraîchissemens dans la salle voisine, et, le faisant remonter
en voiture, on le ramena au Temple. Il arriva à six heures et demie, et
son premier soin fut de demander à revoir sa famille; on le lui refusa, en
disant que la commune avait ordonné la séparation pendant la durée de la
procédure. A huit heures et demie, lorsqu'on lui annonça le moment du
souper, il demanda de nouveau à embrasser ses enfans. Les ombrages de la
commune rendaient tous les gardiens barbares, et on lui refusa encore
cette consolation.

Pendant ce temps l'assemblée était livrée au tumulte, par suite de la
demande d'un conseil que Louis XVI avait faite. Treilhard, Pétion,
insistaient avec force pour que cette demande fût accordée: Tallien,
Billaud-Varennes, Chabot, Merlin, s'y opposaient, en disant qu'on allait
encore différer le jugement par des chicanes. Enfin l'assemblée accorda
un conseil. Une députation fut chargée d'aller l'apprendre à Louis XVI, et
de lui demander sur qui tomberait son choix. Le roi désigna Target, ou à
son défaut Tronchet, et tous deux s'il était possible. Il demanda en outre
qu'on lui donnât de l'encre, des plumes et du papier, pour travailler à sa
défense, et qu'on lui permît de voir sa famille. La convention décida
sur-le-champ qu'on lui donnerait tout ce qui était nécessaire pour écrire,
qu'on avertirait les deux défenseurs dont il avait fait choix, qu'il lui
serait permis de communiquer librement avec eux, et qu'il pourrait voir sa
famille.

Target refusa la commission dont le chargeait Louis XVI, en donnant pour
raison que depuis 1785 il ne pouvait plus se livrer à la plaidoirie.
Tronchet écrivit sur-le-champ qu'il était prêt à accepter la défense qui
lui était confiée; et, tandis qu'on s'occupait à désigner un nouveau
conseil, on reçut une lettre écrite par un citoyen de soixante-dix ans,
par le vénérable Malesherbes, ami et compagnon de Turgot, et le magistrat
le plus respecté de la France. Le noble vieillard écrivait au président:
«J'ai été appelé deux fois au conseil de celui qui fut mon maître, dans le
temps que cette fonction était ambitionnée par tout le monde: je lui dois
le même service lorsque c'est une fonction que bien des gens trouvent
dangereuse.»

Il priait le président d'avertir Louis XVI qu'il était prêt à se dévouer à
sa défense.

Beaucoup d'autres citoyens firent la même offre, et on en instruisit le
roi. Il les remercia tous, et n'accepta que Tronchet et Malesherbes. La
commune décida que les deux défenseurs seraient fouillés jusque dans les
endroits les plus secrets, avant de pénétrer auprès de leur client.
La convention, qui avait ordonné _la libre communication_, renouvela son
ordre, et ils, purent entrer librement dans le Temple. En voyant
Malesherbes, le roi courut au-devant de lui: le vénérable vieillard tomba
à ses pieds en fondant en larmes. Le roi le releva, et ils demeurèrent
longtemps embrassés. Ils commencèrent aussitôt à s'occuper de la défense.
Des commissaires de l'assemblée apportaient tous les jours au Temple les
pièces, et avaient ordre de les communiquer, sans jamais s'en dessaisir.
Le roi les compulsait avec beaucoup d'attention, et avec un calme qui
chaque fois étonnait davantage les commissaires.

La seule consolation qu'il eût demandée, celle de voir sa famille, ne lui
était point accordée, malgré le décret de la convention. La commune, y
mettant toujours obstacle, avait demandé le rapport de ce décret. «Vous
aurez beau l'ordonner, dit Tallien à la convention, si la commune ne le
veut pas, cela ne sera pas.» Ces insolentes paroles excitèrent un grand
tumulte. Cependant l'assemblée, modifiant son décret, ordonna que le roi
pourrait avoir ses deux enfans auprès de lui, mais à condition que les
enfans ne retourneraient plus auprès de leur mère pendant tout le procès.
Le roi, sentant qu'ils étaient plus nécessaires à leur mère, ne voulut pas
les lui enlever, et se soumit à cette nouvelle douleur avec une
résignation qu'aucun événement ne pouvait altérer.

A mesure que le procès s'avançait, on sentait davantage l'importance de la
question. Les uns comprenaient que procéder par le régicide envers
l'ancienne royauté, c'était s'engager dans un système inexorable de
vengeances et de cruautés, et déclarer une guerre à mort à l'ancien ordre
de choses, qu'ils voulaient bien abolir, mais non pas détruire d'une
manière aussi violente. Les autres au contraire désiraient cette guerre à
mort, qui n'admettait plus ni faiblesse ni retour, et creusait un abîme
entre la monarchie et la révolution. La personne du roi disparaissait
presque dans cette immense question, et on n'examinait plus qu'une chose,
savoir s'il fallait ou ne fallait pas rompre entièrement avec le passé par
un acte éclatant et terrible. On ne voyait que le résultat, et on perdait
de vue la victime sur laquelle allait tomber le coup.

Les girondins, constans à poursuivre les jacobins, leur rappelaient sans
cesse les crimes de septembre, et les présentaient comme des anarchistes
qui voulaient dominer la convention par la terreur, et immoler le roi pour
le remplacer par des triumvirs. Guadet réussit presque à les expulser de
la convention, en faisant décréter que les assemblées électorales de toute
la France seraient convoquées pour confirmer ou révoquer leurs députés.
Cette proposition, décrétée et rapportée en quelques minutes, avait
singulièrement effrayé les jacobins. D'autres circonstances les
inquiétaient bien plus encore. Les fédérés continuaient d'arriver de
toutes parts. Les municipalités envoyaient une multitude d'adresses dans
lesquelles, en approuvant la république et en félicitant l'assemblée de
l'avoir instituée, elles condamnaient les crimes et les excès de
l'anarchie. Les sociétés affiliées reprochaient toujours à la société-mère
d'avoir dans son sein des hommes de sang qui pervertissaient la morale
publique, et voulaient attenter à la sûreté de la convention.
Quelques-unes reniaient leur mère, déclaraient ne plus vouloir de
l'affiliation, et annonçaient qu'au premier signal elles voleraient à
Paris pour soutenir l'assemblée. Toutes demandaient surtout la radiation
de Marat, et quelques-unes celle de Robespierre lui-même.

Les jacobins désolés avouaient que l'opinion se corrompait en France; ils
se recommandaient de se tenir unis, de ne pas perdre de temps pour écrire
dans les provinces, et éclairer leurs frères égarés; ils accusaient le
traître Roland d'arrêter leur correspondance, et d'y substituer des écrits
hypocrites qui pervertissaient les esprits. Ils proposaient un don
volontaire pour répandre les bons écrits, et particulièrement les
_admirables_ discours de Robespierre, et ils cherchaient les moyens de les
faire parvenir malgré Roland, qui violait, disaient-ils, la liberté des
postes. Cependant ils convenaient d'une chose, c'est que Marat les
compromettait par la violence de ses écrits; et il fallait, suivant eux,
que la société-mère apprît à la France, quelle différence elle mettait
entre Marat, que son tempérament enflammé emportait au-delà des bornes, et
le sage, le vertueux Robespierre, qui, toujours dans la véritable limite,
voulait sans faiblesse, mais sans exagération, ce qui était juste et
possible. Une forte dispute s'était engagée sur ces deux hommes. On avait
reconnu que Marat était une tête forte et hardie, mais trop emportée. Il
avait été utile, disait-on, à la cause du peuple, mais il ne savait pas
s'arrêter. Les partisans de Marat avaient répondu qu'il ne croyait pas
nécessaire d'exécuter tout ce qu'il avait dit, et qu'il sentait mieux que
personne le terme où il fallait s'arrêter. Ils citaient diverses paroles
de lui. Marat avait dit: _Il ne faut qu'un Marat dans la république.--Je
demande le plus pour obtenir le moins.--Ma main sécherait plutôt que
d'écrire_, _si je croyais que le peuple exécutât à la lettre tout ce que
je lui conseille.--Je surfais au peuple, parce que je sais qu'il me
marchande_.» Les tribunes avaient appuyé cette justification de Marat par
leurs applaudissemens. Pourtant la société avait résolu de faire une
adresse, dans laquelle, décrivant le caractère de Marat et de Robespierre,
elle montrerait quelle différence elle faisait entre la sagesse de l'un et
la véhémence de l'autre[1]. Après cette mesure, on en proposa plusieurs
autres, et surtout on se promit de demander continuellement le départ des
fédérés pour la frontière. Si on apprenait en effet que l'armée de
Dumouriez s'affaiblissait par la désertion, les jacobins s'écriaient que
le renfort des fédérés lui était indispensable. Marat écrivait que depuis
plus d'un an on retenait les volontaires qui étaient partis les premiers,
et qu'il était temps de les remplacer par ceux qui séjournaient à Paris:
on venait d'apprendre que Custine avait été obligé d'abandonner Francfort,
que Beurnonville avait inutilement attaqué l'électorat de Trèves, et les
jacobins soutenaient que si ces deux généraux avaient eu avec eux les
fédérés qui remplissaient inutilement la capitale, ils n'eussent pas
essuyé cet échec.

[Note 1: Voyez la note 4 à la fin du volume.]

Les diverses nouvelles de l'inutile tentative de Beurnonville et de
l'échec de Custine avaient singulièrement agité l'opinion. Elles étaient
faciles à prévoir, car Beurnonville, attaquant par une mauvaise saison, et
sans moyens suffisans, des positions inabordables, ne pouvait réussir; et
Custine, s'obstinant à ne pas reculer spontanément sur le Rhin, pour ne
pas avouer sa témérité, devait infailliblement être réduit à une retraite
à Mayence. Les malheurs publics sont pour les partis une occasion de
reproches. Les jacobins, qui n'aimaient pas les généraux suspects
d'aristocratie, déclamèrent contre eux, et les accusèrent d'être feuillans
et girondins. Marat ne manqua pas de s'élever de nouveau contre la fureur
des conquêtes, qu'il avait, disait-il, toujours blâmée, et qui n'était
qu'une ambition déguisée des généraux pour arriver à un degré de puissance
redoutable. Robespierre, dirigeant le reproche selon les inspirations de
sa haine, soutint que ce n'était pas les généraux qu'il fallait accuser,
mais la faction infâme qui dominait l'assemblée et le pouvoir exécutif. Le
perfide Roland, l'intrigant Brissot, les scélérats Louvet, Guadet,
Vergniaud, étaient les auteurs de tous les maux de la France. Il demandait
à être le premier assassiné par eux; mais il voulait avant tout avoir le
plaisir de les dénoncer. Dumouriez et Custine, ajoutait-il, les
connaissaient et se gardaient bien de se ranger avec eux: mais tout le
monde les craignait parce qu'ils disposaient de l'or, des places et de
tous les moyens de la république. Leur intention était de l'asservir, et
pour cela ils enchaînaient tous les vrais patriotes, ils empêchaient le
développement de leur énergie; et exposaient ainsi la France à être
vaincue; par ses ennemis. Leur intention était principalement de détruire
la société des jacobins, et de poignarder quiconque aurait le courage de
résister. «Et pour moi, s'écriait Robespierre, je demande à être assassiné
par Roland!» (_Séance des Jacobins du 12 décembre_.)

Cette haine furibonde, se communiquant à toute la société, la soulevait
comme une mer orageuse. On se promettait un combat à mort contre la
faction; on repoussait d'avance toute idée de réconciliation, et comme il
avait été question d'un nouveau projet de transaction, on s'engageait à
refuser à jamais le _baiser Lamourette_.

Les mêmes scènes se reproduisaient dans l'assemblée pendant le délai qui
avait été accordé à Louis XVI pour préparer sa défense. On ne manquait pas
d'y répéter que partout les royalistes menaçaient les patriotes, et
répandaient des pamphlets en faveur du roi. Thuriot proposa un moyen,
c'était de punir de mort quiconque méditerait de rompre l'unité de la
république ou d'en détacher quelque partie. C'était là un décret contre la
fable du fédéralisme, c'est-à-dire contre les girondins. Buzot se hâte de
répondre par un autre projet de décret, et demande l'exil de la famille
d'Orléans. Les partis échangent les faussetés, et se vengent des calomnies
par d'autres calomnies. Tandis que les jacobins accusaient les girondins
de fédéralisme, ceux-ci reprochaient aux premiers de destiner le duc
d'Orléans au trône, et de ne vouloir immoler Louis XVI que pour rendre la
place vacante.

Le duc d'Orléans existait à Paris, s'efforçant en vain de se faire oublier
dans le sein de la convention. Cette place sans doute ne lui convenait pas
au milieu de furieux démagogues; mais où fuir? En Europe, l'émigration
l'attendait, et les outrages, peut-être même les supplices, menaçaient
ce parent de la royauté qui avait répudié sa naissance et son rang. En
France, il s'efforçait de cacher son rang sous les titres des plus
humbles, et il se nommait _Égalité_. Mais il restait l'ineffaçable
souvenir de son ancienne existence, et le témoignage toujours présent de
ses immenses richesses. A moins de prendre les haillons, de se rendre
méprisable à force de cynisme, comment échapper aux soupçons? Dans les
rangs girondins, il eût été perdu dès le premier jour, et tous les
reproches de royalisme qu'on leur faisait eussent été justifiés. Dans ceux
des jacobins, il avait la violence de Paris pour appui; mais il ne pouvait
pas échapper aux accusations des girondins, et c'est ce qui lui arriva en
effet. Ceux-ci, ne lui pardonnant pas de se ranger avec leurs ennemis,
supposaient que, pour se rendre supportable, il prodiguait ses trésors aux
anarchistes, et leur fournissait le secours de sa puissante fortune.

L'ombrageux Louvet croyait mieux, et s'imaginait sincèrement qu'il
nourrissait toujours l'espoir de la royauté. Sans partager cette opinion,
mais pour combattre la sortie de Thuriot par une autre, Buzot monte à la
tribune. «Si le décret proposé par Thuriot doit ramener la confiance,
je vais, dit-il, vous en proposer un qui ne la ramènera pas moins. La
monarchie est renversée, mais elle vit encore dans les habitudes, dans les
souvenirs de ses anciennes créatures. Imitons les Romains, ils ont chassé
Tarquin et sa famille: comme eux, chassons la famille des Bourbons. Une
partie de cette famille est dans les fers, mais il en est une autre bien
plus dangereuse, parce qu'elle fut plus populaire, c'est celle d'Orléans.
Le buste d'Orléans fut promené dans Paris; ses fils, bouillans de courage,
se distinguent dans nos armées, et les mérites mêmes de cette famille la
rendent dangereuse pour la liberté. Qu'elle fasse un dernier sacrifice à
la patrie en s'exilant de son sein; qu'elle aille porter ailleurs le mal
heur d'avoir approché du trône, et le malheur plus grand encore de porter
un nom qui nous est odieux, et dont l'oreille d'un homme libre ne peut
manquer d'être blessée.» Louvet succédant à Buzot, et s'adressant à
d'Orléans lui-même, lui cite l'exil volontaire de Collatin, et l'engage à
l'imiter. Lanjuinais rappelle les élections de Paris dont Égalité fait
partie, et qui se firent sous le poignard de la faction anarchique; il
rappelle les efforts qu'on a tentés pour nommer ministre de la guerre un
chancelier de la maison d'Orléans, l'influence que les fils de cette
famille ont acquise dans les armées, et, par toutes ces raisons, il
demande le bannissement des Bourbons. Bazire, Saint-Just, Chabot, s'y
refusent, plutôt par opposition aux girondins que par intérêt pour
d'Orléans. Ils soutiennent que ce n'est pas le moment de sévir contre le
seul des Bourbons qui se soit loyalement conduit envers la nation, qu'il
faut d'abord punir le Bourbon prisonnier, faire ensuite la constitution,
et qu'après on s'occupera des citoyens devenus dangereux; qu'au reste,
envoyer d'Orléans hors de France, c'est l'envoyer à la mort, et qu'il faut
au moins ajourner cette cruelle mesure. Néanmoins le bannissement est
décrété par acclamation. Il ne s'agit plus que de décider l'époque du
bannissement en rédigeant le décret. «Puisque vous employez l'ostracisme
contre Égalité, dit Merlin, employez-le contre tous les hommes dangereux,
et tout d'abord je le demande contre le pouvoir exécutif.--Contre Roland!
s'écrie Albitte.--Contre Roland et Pache! Ajoute Barrère, qui sont devenus
une cause de division parmi nous. Qu'ils soient bannis l'un et l'autre du
ministère, pour nous rendre le calme et l'union.» Cependant Kersaint
craint que l'Angleterre ne profite de cette désorganisation du ministère
pour nous faire une guerre désastreuse; comme elle fit en 1757, lorsque
d'Argenson et Machau furent disgraciés.

Rewbell demande si on peut bannir un représentant du peuple, et si
Philippe Égalité n'appartient pas à ce titre à la nation qui l'a nommé.
Ces diverses observations arrêtent le mouvement des esprits. On
s'interrompt, on revient, et sans révoquer le décret de bannissement
contre les Bourbons, on ajourne la discussion à trois jours, pour se
calmer, et pour réfléchir plus mûrement à la question de savoir si on
pouvait bannir Égalité, et destituer sans danger les deux ministres de
l'intérieur et de la guerre.

Après cette discussion, on devine quel désordre dut régner dans les
sections, à la commune et aux jacobins. On cria de toutes parts à
l'ostracisme, et les pétitions se préparèrent pour la reprise de la
discussion. Les trois jours écoulés, la discussion recommença; le maire
vint à la tête des sections demander le rapport des décrets. L'assemblée
passa à l'ordre du jour après la lecture de l'adresse; mais Pétion, voyant
quel tumulte excitait cette question, en demanda l'ajournement après le
jugement de Louis XVI. Cette espèce de transaction fut adoptée, et on se
jeta de nouveau sur la victime contre laquelle s'acharnaient toutes les
passions. Le célèbre procès fut donc aussitôt repris.



CHAPITRE V.


CONTINUATION DU PROCÈS DE LOUIS XVI.--SA DÉFENSE.--DÉBATS TUMULTUEUX A LA
CONVENTION.--LES GIRONDINS PROPOSENT L'APPEL AU PEUPLE; OPINION DU DÉPUTÉ
SALLE; DISCOURS DE ROBESPIERRE; DISCOURS DE VERGNIAUD.--POSITION DES
QUESTIONS.--LOUIS XVI EST DÉCLARÉ COUPABLE ET CONDAMNÉ A MORT, SANS APPEL
AU PEUPLE ET SANS SURSIS A L'EXÉCUTION.--DÉTAILS SUR LES DÉBATS ET LES
VOTES ÉMIS.--ASSASSINAT DU DÉPUTÉ LEPELLETIER-SAINT-FARGEAU.--AGITATION
DANS PARIS.--LOUIS XVI FAIT SES ADIEUX A SA FAMILLE; SES DERNIERS MOMENS
DANS LA PRISON ET SUR L'ÉCHAFAUD.


Le temps accordé à Louis XVI pour préparer sa défense était à peine
suffisant pour compulser les immenses matériaux sur lesquels elle devait
être établie. Ses deux défenseurs demandèrent à s'en adjoindre un
troisième, plus jeune et plus actif, qui rédigerait et prononcerait la
défense, tandis qu'ils en chercheraient et prépareraient les moyens. Ce
jeune adjoint était l'avocat Desèze, qui avait défendu Bezenval après le
14 juillet. La convention, ayant accordé la défense, ne refusa pas un
nouveau conseil, et M. Desèze eut, comme Malesherbes et Tronchet, la
faculté de pénétrer au Temple. Une commission y portait tous les jours les
pièces, les montrait à Louis XVI, qui les recevait avec beaucoup de
sang-froid, et comme si ce procès _eût regardé un autre_, disait un
rapport de la commune. Il montrait aux commissaires la plus grande
politesse, et leur faisait servir à manger quand les séances avaient été
trop longues. Pendant qu'il s'occupait ainsi de son procès, il avait
trouvé un moyen de correspondre avec sa famille. Il écrivait au moyen du
papier et des plumes qu'on lui avait donnés pour travailler à sa défense,
et les princesses traçaient leur réponse sur du papier avec des piqûres
d'épingle. Quelquefois on pliait les billets dans des pelotons de fil,
qu'un garçon de l'office, en servant les repas, jetait sous la table;
quelquefois on les faisait descendre par une ficelle d'un étage à un
autre. Les malheureux prisonniers se donnaient ainsi des nouvelles de leur
santé, et trouvaient une grande consolation à apprendre qu'ils n'étaient
point malades.

Enfin M. Desèze avait terminé sa défense en y travaillant nuit et jour. Le
roi lui fit retrancher tout ce qui était trop oratoire, et voulut s'en
tenir à la simple discussion des moyens qu'il avait à faire valoir. Le 26,
à neuf heures et demie du matin, toute la force armée était en mouvement
pour le conduire du Temple aux Feuillans, avec les mêmes précautions, et
dans le même ordre que lors de sa première comparution. Monté dans la
voiture du maire, il s'entretint avec lui pendant le trajet avec la même
tranquillité que de coutume; on parla de Sénèque, de Tite-Live, des
hôpitaux; il adressa même une plaisanterie assez fine à un des municipaux,
qui avait dans la voiture le chapeau sur la tête. Arrivés aux Feuillans,
il montra beaucoup de sollicitude pour ses défenseurs; il s'assit à leurs
côtés dans l'assemblée, regarda avec beaucoup de calme les bancs où
siégeaient ses accusateurs et ses juges, sembla rechercher sur leur visage
l'impression que produisait la plaidoirie de M. Desèze, et plus d'une fois
il s'entretint en souriant avec Tronchet et Malesherbes. L'assemblée
accueillit sa défense avec un morne silence, et ne témoigna aucune
improbation.

Le défenseur s'occupa d'abord des principes du droit, et en second lieu
des faits imputés à Louis XVI. Bien que l'assemblée, en décidant que le
roi serait jugé par elle, eût implicitement décrété que l'inviolabilité ne
pouvait être invoquée, M. Desèze démontra fort bien que rien ne pouvait
limiter la défense, et qu'elle demeurait entière, même après le décret;
que par conséquent, si Louis jugeait l'inviolabilité soutenable, il avait
le droit de la faire valoir. Il fut d'abord obligé de reconnaître la
souveraineté du peuple; et, avec tous les défenseurs de la constitution de
1791, il soutint que la souveraineté, bien que maîtresse absolue, pouvait
s'engager, qu'elle l'avait voulu à l'égard de Louis XVI, en stipulant
l'inviolabilité; qu'elle n'avait pas voulu une chose absurde dans le
système de la monarchie; que par conséquent l'engagement devait être
exécuté; et que tous les crimes possibles, le roi en eût-il commis, ne
pouvaient être punis que de la déchéance. Il dit que sans cela la
constitution de 1791 serait un piège barbare tendu à Louis XVI, puisqu'on
lui aurait promis avec l'intention secrète de ne pas tenir; que, si on
refusait à Louis ses droits de roi, il fallait lui laisser au moins ceux
de citoyen; et il demanda où étaient les formes conservatrices que tout
citoyen avait droit de réclamer, telles que la distinction entre le jury
d'accusation et celui de jugement, la faculté de récusation, la majorité
des deux tiers, le vote secret, et le silence des juges pendant que leur
opinion se formait. Il ajouta, avec une hardiesse qui ne rencontra qu'un
silence absolu, qu'il cherchait partout des juges et ne trouvait que des
accusateurs. Il passa ensuite à la discussion des faits, qu'il rangea sous
deux divisions, ceux qui avaient précédé et ceux qui avaient suivi
l'acceptation de l'acte constitutionnel. Les premiers étaient couverts par
l'acceptation de cet acte, les autres par l'inviolabilité. Cependant il ne
refusait pas de les discuter, et il le fit avec avantage, parce qu'on
avait amassé une foule de faits insignifians, à défaut de la preuve
précise des intelligences avec l'étranger; crime dont on était persuadé,
mais dont la preuve positive manquait encore. Il repoussa victorieusement
l'accusation d'avoir versé le sang français au 10 août. Dans ce jour, en
effet, l'agresseur n'était pas Louis XVI, mais le peuple. Il était
légitime que Louis XVI, attaqué, cherchât à se défendre, et qu'il prît les
précautions nécessaires. Les magistrats eux-mêmes l'avaient approuvé, et
avaient donné aux troupes l'ordre formel de repousser la force par la
force. Malgré cela, disait M. Desèze, le roi n'avait pas voulu faire usage
de cette autorisation, qu'il tenait et de la nature et de la loi, et il
s'était retiré dans le sein du corps législatif pour éviter toute effusion
de sang. Le combat qui avait suivi ne le regardait plus, devait même lui
valoir des actions de grâces plutôt que des vengeances, puisque c'était
sur un ordre de sa main que les Suisses avaient abandonné la défense du
château et de leur vie. Il y avait donc une criante injustice à reprocher
à Louis XVI d'avoir versé le sang français, et sur ce point il avait été
irréprochable; il s'était montré au contraire plein de délicatesse et de
vertu.

Le défenseur termina par ces mots si courts, si justes, et les seuls où il
fût question des vertus de Louis XVI:

«Louis était monté sur le trône à vingt ans, et à vingt ans il donna sur
le trône l'exemple des moeurs; il n'y porta aucune faiblesse coupable ni
aucune passion corruptrice; il y fut économe, juste, sévère, et il s'y
montra toujours l'ami constant du peuple. Le peuple désirait la
destruction d'un impôt désastreux qui pesait sur lui, il le détruisit; le
peuple demandait l'abolition de la servitude, il commença par l'abolir
lui-même dans ses domaines; le peuple sollicitait des réformes dans la
législation criminelle pour l'adoucissement du sort des accusés, il fit
ces réformes; le peuple voulait que des milliers de Français, que la
rigueur de nos usages avait privés jusqu'alors des droits qui
appartiennent aux citoyens, acquissent ces droits ou les recouvrassent,
il les en fit jouir par ses lois; le peuple voulut la liberté, et il la
lui donna! Il vint même au-devant de lui par ses sacrifices, et cependant
c'est au nom de ce même peuple qu'on demande aujourd'hui.... Citoyens, je
n'achève pas ... je m'arrête devant l'histoire: songez qu'elle jugera
votre jugement, et que le sien sera celui des siècles!»

Louis XVI, prenant la parole immédiatement après son défenseur, prononça
quelques mots qu'il avait écrits. «On vient, dit-il, de vous exposer mes
moyens de défense; je ne les renouvellerai point; en vous parlant
peut-être pour la dernière fois, je vous déclare que ma conscience ne me
reproche rien, et que mes défenseurs vous ont dit la vérité.

«Je n'ai jamais craint que ma conduite fût examinée publiquement; mais mon
coeur est déchiré de trouver dans l'acte d'accusation l'imputation d'avoir
voulu faire répandre le sang du peuple, et surtout que les malheurs du 10
août me soient attribués!

«J'avoue que les preuves multipliées que j'avais données, dans tous les
temps, de mon amour pour le peuple, et la manière dont je m'étais toujours
conduit, me paraissaient devoir prouver que je ne craignais pas de
m'exposer pour épargner son sang, et éloigner à jamais de moi une pareille
imputation.»

Le président demande ensuite à Louis XVI s'il ne lui restait plus rien à
dire pour sa défense. Louis XVI ayant déclaré qu'il a tout dit, le
président lui annonce qu'il peut se retirer. Conduit dans une salle
voisine avec ses défenseurs, il s'occupe avec sollicitude du jeune Desèze,
qui paraît fatigué d'une longue plaidoirie. Ramené ensuite en voiture, il
parle avec la même sérénité à ceux qui l'escortent, et arrive au Temple à
cinq heures. A peine avait-il quitté la convention, qu'un orage violent
s'y était élevé. Les uns voulaient qu'on ouvrît la discussion; les autres,
se plaignant des délais éternels qu'on apportait à la décision de ce
procès, demandaient sur-le-champ l'appel nominal, en disant que dans tout
tribunal, après avoir ouï l'accusé, on passait aux voix. Lanjuinais
nourrissait depuis le commencement du procès une indignation que son
caractère impétueux ne lui permettait plus de contenir. Il s'élance à la
tribune, et au milieu des cris qu'excite sa présence, il demande non pas
un délai pour la discussion, mais l'annulation même de la procédure;
il s'écrie que le temps des hommes féroces est passé, qu'il ne faut pas
déshonorer l'assemblée en lui faisant juger Louis XVI; que personne n'en a
le droit en France, et que l'assemblée particulièrement n'a aucun titre
pour le faire; que si elle veut agir comme corps politique, elle ne peut
prendre que des mesures de sûreté contre le ci-devant roi; mais que si
elle agit comme tribunal, elle est hors de tous les principes, car c'est
faire juger le vaincu par le vainqueur lui-même, puisque la plupart des
membres présens se sont déclarés les conspirateurs du 10 août. Au mot de
_conspirateurs_, un tumulte épouvantable s'élève de toutes parts. On crie
_à l'ordre! à l'Abbaye! à bas de la tribune_! Lanjumais veut en vain
justifier le mot de _conspirateurs_, en disant qu'il doit être pris ici
dans un sens favorable, et que le 10 août fut une conspiration glorieuse:
il continue au milieu du bruit, et finit en déclarant qu'il aimerait mieux
périr mille fois que de condamner, contre toutes les lois, le tyran même
le plus abominable!

Une foule d'orateurs lui succèdent, et le tumulte ne fait que s'accroître.
On ne veut plus rien entendre, on quitte sa place, on se mêle, on se forme
par groupes, on s'injurie, on se menace, et le président est obligé de se
couvrir. Après une heure d'agitation, le calme se rétablit enfin, et
l'assemblée, adoptant l'avis de ceux qui demandaient la discussion sur le
procès de Louis XVI, déclare que la discussion est ouverte, et qu'elle
sera continuée, toutes affaires cessantes, jusqu'à ce que l'arrêt soit
rendu.

La discussion est donc reprise le 27: la foule des orateurs déjà entendus
reparaît à la tribune. Saint-Just s'y montre de nouveau. La présence de
Louis XVI, humilié, vaincu, et serein encore dans l'infortune, a fait
naître quelques objections dans son esprit; mais il répond à ces
objections en appelant Louis un tyran modeste et souple, qui a opprimé
avec modestie, qui se défend avec modestie, et contre la douceur
insinueuse duquel il faut se prémunir avec le plus grand soin. Il a appelé
les états-généraux, mais c'était pour humilier la noblesse et régner en
divisant; aussi, quand il a vu la puissance des états s'élever si
rapidement, il a voulu la détruire. Au 14 juillet, aux 5 et 6 octobre, on
l'a vu amasser secrètement des moyens pour accabler le peuple; mais chaque
fois que ses conspirations étaient déjouées par l'énergie nationale, il
feignait de revenir lui-même, il montrait de sa défaite et de la victoire
du peuple une joie hypocrite et qui n'était pas naturelle. Depuis, ne
pouvant plus faire usage de la force, il corrompait les défenseurs de la
liberté, il complotait avec l'étranger, il désespérait les ministres, dont
l'un était obligé de lui écrire: _Vos relations secrètes m'empêchent
d'exécuter les lois, et je me retire_. Enfin il avait employé tous les
moyens de la plus profonde perfidie jusqu'au 10 août, et maintenant
encore, il affectait une feinte douceur pour ébranler ses juges et leur
échapper.

C'est ainsi que les incertitudes si naturelles de Louis XVI se peignaient
dans un esprit violent, qui voyait une perfidie forte et calculée là où il
n'y avait que faiblesse et regret du passé. D'autres orateurs succèdent à
Saint-Just, et on attend avec impatience que les Girondins prennent la
parole. Ils ne s'étaient pas prononcés encore, et il était temps qu'ils
s'expliquassent. On a déjà vu quelles étaient et leurs incertitudes, et
leurs dispositions à s'émouvoir, et leur penchant à excuser dans Louis XVI
une résistance qu'ils étaient plus capables de comprendre que leurs
adversaires. Vergniaud convint devant quelques amis de l'attendrissement
qu'il éprouvait. Sans être aussi touchés peut-être, les autres étaient
tous disposés à s'intéresser à la victime, et dans cette situation, ils
imaginèrent un moyen qui décèle leur émotion et l'embarras de leur
position: ce moyen était l'appel au peuple. Se décharger d'une
responsabilité dangereuse, et rejeter sur la nation le reproche de
barbarie si le roi était condamné, ou celui de royalisme s'il était
absous, tel était le but des girondins, et c'était un acte de faiblesse.
Puisqu'ils étaient touchés à la vue de la profonde infortune de Louis XVI,
ils devaient avoir le courage de le défendre eux-mêmes, et ne devaient pas
provoquer la guerre civile en renvoyant aux quarante-quatre mille sections
qui partageaient la France une question qui allait infailliblement mettre
tous les partis en présence, et soulever les passions les plus furieuses.
Il fallait se saisir fortement de l'autorité, avoir le courage d'en user
soi-même, sans se décharger sur la multitude d'un soin dont elle était
incapable, et qui eût exposé le pays à une confusion épouvantable. Ici,
les girondins donnèrent à leurs adversaires un avantage immense, en les
autorisant à répandre qu'ils fomentaient la guerre civile, et en faisant
suspecter leur courage et leur franchise. Aussi ne manqua-t-on pas de dire
chez les jacobins que ceux qui voulaient absoudre Louis XVI étaient plus
francs et plus estimables que ceux qui voulaient en appeler au peuple.
Mais telle est l'ordinaire conduite des partis modérés; se conduisant ici
comme aux 2 et 3 septembre, les girondins hésitaient à se compromettre pour
un roi qu'ils regardaient comme un ennemi, et qui, dans leur persuasion,
avait voulu les détruire par le fer étranger; cependant, émus à la vue de
cet ennemi vaincu, ils essayaient de le défendre, ils s'indignaient de la
violence commise à son égard, et ils faisaient assez pour se perdre
eux-mêmes, sans faire assez pour le sauver.

Salles, celui de tous qui se prêtait le mieux aux imaginations de Louvet,
et qui même le surpassait dans la supposition de complots imaginaires,
Salles proposa et soutint le premier le système de l'appel au peuple, dans
la séance du 27. Livrant à tout le blâme des républicains la conduite de
Louis XVI, et avouant qu'elle méritait toute la sévérité qu'on pourrait
déployer, il fit observer cependant que ce n'était point une vengeance,
mais un grand acte de politique que l'assemblée devait exercer; il soutint
donc que c'était sous le point de vue de l'intérêt public que la question
devait être jugée. Or, dans les deux cas, de l'absolution et de la
condamnation, il voyait des inconvéniens énormes.

L'absolution serait une cause éternelle de discorde, et le roi deviendrait
un point de ralliement de tous les partis. Le souvenir de ses attentats
serait constamment rappelé à l'assemblée pour lui reprocher son
indulgence: cette impunité serait un scandale public qui provoquerait
peut-être des révoltes populaires, et qui servirait de prétexte à tous les
agitateurs. Les hommes atroces qui avaient déjà bouleversé l'état par
leurs crimes, ne manqueraient pas de s'autoriser de cet acte de clémence
pour commettre de nouveaux attentats, comme ils s'étaient autorisés de la
lenteur des tribunaux pour exécuter les massacres de septembre. De toutes
parts, enfin, on accuserait la convention de n'avoir pas eu le courage de
terminer tant d'agitations, et de fonder la république par un exemple
énergique et terrible.

Condamné, le roi léguerait à sa famille toutes les prétentions de sa race,
et les léguerait à des frères plus dangereux, parce qu'ils étaient moins
déconsidérés par leur faiblesse. Le peuple, ne voyant plus les crimes,
mais le supplice, viendrait peut-être à s'apitoyer sur le sort du roi, et
les factieux trouveraient encore dans cette disposition un moyen de
l'irriter contre la convention nationale. Les souverains de l'Europe
gardaient un morne silence, dans l'attente d'un événement qu'ils
espéraient devoir soulever une indignation générale, mais dès que la tête
du roi serait tombée, tous, profitant de ce prétexte, fondraient à la fois
sur la France pour la déchirer. Peut-être alors la France, aveuglée par
ses souffrances, reprocherait à la convention un acte qui lui aurait valu
une guerre cruelle et désastreuse.

Telle est, disait Salles, la funeste alternative offerte à la convention
nationale. Dans une situation pareille, c'est à la nation elle-même à se
décider, et à fixer son sort en fixant celui de Louis XVI. Le danger de la
guerre civile est chimérique, car la guerre civile n'a pas éclaté en
convoquant les assemblées primaires pour nommer une convention qui devait
décider du sort de la France, et on ne paraît pas la redouter davantage
dans une occasion tout aussi grave, puisqu'on défère à ces mêmes
assemblées primaires la sanction de la constitution. On objecte vainement
les longueurs et les difficultés d'une nouvelle délibération dans
quarante-quatre mille assemblées; car il ne s'agit pas de délibérer, mais
de choisir sans discussions entre les deux propositions présentées par la
convention. On posera ainsi la question aux assemblées primaires: Louis
XVI sera-t-il puni de mort, ou détenu jusqu'à la paix? Et elles répondront
par ces mots: _Détenu_, ou _Mis à mort_. Avec des courriers
extraordinaires, la réponse peut être arrivée en quinze jours des
extrémités les plus éloignées de la France.

Cette opinion avait été écoutée avec des dispositions très diverses.
Serres, député des Hautes-Alpes, se rétracte de sa première opinion, qui
était pour le jugement, et demande l'appel au peuple. Barbaroux combat la
justification de Louis XVI, sans prendre de conclusions, car il n'osait
absoudre contre le voeu de ses commettans, ni condamner contre celui de
ses amis. Buzot se prononce pour l'appel au peuple; toutefois il modifie
l'opinion de Salles, et demande que la convention prenne elle-même
l'initiative en votant pour la mort, et en n'exigeant des assemblées
primaires que la simple sanction de ce jugement. Rabaut Saint-Étienne, ce
ministre protestant déjà distingué par ses talens dans la constituante,
s'indigne de cette cumulation de pouvoirs qu'exerce la convention. «Quant
à moi, dit-il, je suis las de ma portion de despotisme; je suis fatigué,
harcelé, bourrelé de la tyrannie que j'exerce pour ma part, et je soupire
après le moment où vous aurez créé un tribunal qui me fasse perdre les
formes et la contenance d'un tyran.... Vous cherchez des raisons
politiques; ces raisons sont dans l'histoire.... Ce peuple de Londres, qui
avait tant pressé le supplice du roi, fut le premier à maudire ses juges
et à se prosterner devant son successeur. Lorsque Charles II monta sur le
trône, la ville lui donna un superbe repas, le peuple se livra à la joie
la plus extravagante, et il courut assister au supplice de ces mêmes juges
que Charles immola depuis aux mânes de son père. Peuple de Paris,
parlement de France, m'avez-vous entendu?...»

Faure demande le rapport de tous les décrets portant la mise en jugement.
Le sombre Robespierre reparaît enfin tout plein de colère et d'amertume.
«Lui aussi, dit-il, avait été touché et avait senti chanceler dans son
coeur la vertu républicaine, en présence du coupable humilié devant la
puissance souveraine. Mais la dernière preuve de dévouement qu'on devait à
la patrie, c'était d'étouffer tout mouvement de sensibilité.» Il répète
alors tout ce qui a été dit sur la compétence de la convention, sur les
délais éternels apportés à la vengeance nationale, sur les ménagemens
gardés envers le tyran, tandis qu'on attaque sans aucune espèce de réserve
les plus chauds amis de la liberté; il prétend que cet appel au peuple
n'est qu'une ressource semblable à celle qu'avait imaginée Guadet, en
demandant le scrutin épuratoire; que cette ressource perfide avait pour
but de remettre tout en question, et la députation actuelle, et le 10
août, et la république elle-même. Ramenant toujours la question à lui-même
et à ses ennemis, il compare la situation actuelle à celle de juillet
1791, lorsqu'il s'agissait de juger Louis XVI pour sa fuite à Varennes.
Robespierre y avait joué un rôle important. Il rappelle et ses dangers, et
les efforts heureux de ses adversaires pour replacer Louis XVI sur le
trône, et la fusillade du Champ-de-Mars qui s'en était suivie, et les
périls que Louis XVI, replacé sur le trône, avait fait courir à la chose
publique. Il signale perfidement ses adversaires d'aujourd'hui comme étant
les mêmes que ses adversaires d'autrefois; il se présente comme exposé, et
la France avec lui, au même danger qu'alors, et toujours par les intrigues
de ces fripons qui s'appellent exclusivement les honnêtes gens.
«Aujourd'hui, ajoute Robespierre, ils se taisent sur les plus grands
intérêts de la patrie; ils s'abstiennent de prononcer leur opinion sur le
dernier roi; mais leur sourde et pernicieuse activité produit tous les
troubles qui agitent la patrie, et pour égarer la majorité saine, mais
souvent trompée, ils poursuivent les plus chauds patriotes sous le titre
de minorité factieuse. La minorité, s'écrie-t-il, se changea souvent en
majorité, en éclairant les assemblées trompées. La vertu fut toujours en
minorité sur la terre! Sans cela la terre serait-elle peuplée de tyrans et
d'esclaves?

Ils expirèrent sur un échafaud. Les Critias, les Anitus, les César, les
Clodius, étaient de la majorité, mais Socrate était de la minorité, car il
avala la ciguë; Caton était de la minorité, car il déchira ses
entrailles.» Robespierre recommande ensuite le calme au peuple pour ôter
tout prétexte à ses adversaires, qui présentent de simples applaudissemens
donnés à ses députés fidèles comme une rébellion. «Peuple, s'écrie-t-il,
garde tes applaudissemens, fuis le spectacle de nos débats! Loin de tes
yeux nous n'en combattrons pas moins.» Il termine enfin en demandant que
Louis XVI soit sur-le-champ déclaré coupable et condamné à mort.

Les orateurs se succèdent le 28, le 29, et jusqu'au 31. Vergniaud prend
enfin la parole pour la première fois, et on écoute avec un empressement
extraordinaire les girondins s'exprimant par la bouche de leur plus grand
orateur, et rompant un silence dont Robespierre n'était pas le seul à
les accuser.

Vergniaud développe d'abord le principe de la souveraineté du peuple, et
distingue les cas où les représentans doivent s'adresser à elle. Il serait
trop long, trop difficile de recourir à un grand peuple pour tous les
actes législatifs; mais pour certains actes d'une haute importance, il en
est tout autrement. La constitution, par exemple, a été d'avance destinée
à la sanction nationale. Mais cet objet n'est pas le seul qui mérite une
sanction extraordinaire. Le jugement de Louis a de si graves caractères,
soit par la cumulation de pouvoirs qu'exerce l'assemblée, soit par
l'inviolabilité qui avait été constitutionnellement accordée au monarque,
soit enfin par les effets politiques qui doivent résulter d'une
condamnation, qu'on ne saurait contester sa haute importance, et la
nécessité de le soumettre au peuple lui-même. Après avoir développé ce
système, Vergniaud, qui réfute particulièrement Robespierre, arrive enfin
aux inconvéniens politiques de l'appel au peuple, et touche à toutes les
grandes questions qui divisent les deux partis.

Il s'occupe d'abord des discordes qu'on redoute de voir éclater si on
renvoie au peuple la sanction du jugement du roi. Il reproduit les raisons
données par d'autres girondins, et soutient que si l'on ne craignait pas
la guerre civile en réunissant les assemblées primaires pour sanctionner
la constitution, il ne voyait pas pourquoi on la redouterait en les
réunissant pour sanctionner le jugement du roi. Cette raison, souvent
répétée, était de peu de valeur, car la constitution n'était pas la
véritable question de la révolution, elle ne pouvait être que le règlement
détaillé d'une institution déjà décrétée et consentie, la république. Mais
la mort du roi étant une question formidable, il s'agissait de savoir si,
en procédant par la voie de mort contre la royauté, la révolution romprait
sans retour avec le passé, et marcherait par les vengeances et une énergie
inexorable au but qu'elle se proposait. Or, si une question aussi terrible
divisait déjà si fortement la convention et Paris, il y avait le plus
grand danger à la proposer encore aux quarante-quatre mille sections du
territoire français. Dans tous les théâtres, dans toutes les sociétés
populaires, on disputait tumultueusement, et il fallait que la convention
eût la force de décider elle-même la question, pour ne pas la livrer à la
France, qui l'eût peut-être résolue par les armes.

Vergniaud, partageant à cet égard l'opinion de ses amis, soutient que la
guerre civile n'est pas à craindre. Il dit que dans les départemens les
agitateurs n'ont pas acquis la prépondérance qu'une lâche faiblesse leur a
laissé usurper à Paris, qu'ils ont bien parcouru la surface de la
république, mais qu'ils n'y ont trouvé partout que le mépris, et qu'on a
donné le plus grand exemple d'obéissance à la loi, en respectant le sang
impur qui coulait dans leurs veines. Il réfute ensuite les craintes qu'on
a exprimées sur la véritable majorité qu'on a dit être composée
d'intrigans, de royalistes, d'aristocrates; il s'élève contre cette
orgueilleuse assertion que la vertu était en minorité sur la terre.
«Citoyens, s'écrie-t-il, Catilina fut en minorité dans le sénat romain, et
si cette minorité eût prévalu, c'en était fait de Rome, du sénat et de la
liberté. Dans l'assemblée constituante, Maury, Cazalès, furent en
minorité, et s'ils avaient prévalu, c'en était fait de vous! Les rois
aussi sont en minorité sur la terre; et pour enchaîner les peuples, ils
disent aussi que la vertu est en minorité! ils disent aussi que la
majorité des peuples est composée d'intrigans auxquels il faut imposer
silence par la terreur, si l'on veut préserver les empires d'un
bouleversement général.»

Vergniaud demande si, pour faire une majorité conforme aux voeux de
certains hommes, il faut employer le bannissement et la mort, changer
la France en désert, et la livrer ainsi aux conceptions de quelques
scélérats.

Après avoir vengé la majorité et la France, il se venge lui-même et ses
amis, qu'il montre résistant toujours, et avec un égal courage, à tous
les despotismes, celui de la cour et celui des brigands de septembre. Il
les montre pendant la journée du 10 août, siégeant au bruit du canon du
château, prononçant la déchéance avant la victoire du peuple, tandis, que
ces Brutus, si pressés aujourd'hui d'égorger les tyrans abattus, cachaient
leurs frayeurs dans les entrailles de la terre, et attendaient ainsi
l'issue du combat incertain que la liberté livrait au despotisme.

Il rejette ensuite sur ses adversaires le reproche de provoquer à la
guerre civile. «Oui, dit-il, ils veulent la guerre civile ceux qui, en
prêchant l'assassinat contre les partisans de la tyrannie, appliquent ce
nom à toutes les victimes que leur haine veut immoler; ceux qui appellent
les poignards sur les représentais du peuple, et demandent la dissolution
du gouvernement et de la convention; ceux qui veulent que la minorité
devienne arbitre de la majorité, qu'elle puisse légitimer ses jugemens par
des insurrections, et que les Catilina soient appelés à régner dans le
sénat. Ils veulent la guerre civile, ceux qui prêchent ces maximes dans
tous les lieux publics, et pervertissent le peuple en accusant la raison
de _feuillantisme_, la justice de pusillanimité, et la sainte humanité de
conspiration.

«La guerre civile, s'écrie l'orateur, pour avoir invoqué la souveraineté
du peuple!... Cependant en juillet 1791 vous étiez plus modestes, vous
ne vouliez pas la paralyser et régner à sa place. Vous faisiez courir une
pétition pour consulter le peuple sur le jugement à rendre contre Louis
revenu de Varennes! Alors vous vouliez de la souveraineté du peuple, et
vous ne pensiez pas que l'invoquer pût exciter la guerre civile! Serait-ce
qu'alors elle favorisait vos vues secrètes, et qu'aujourd'hui elle les
contrarie?»

L'orateur passe ensuite à d'autres considérations. On a dit que
l'assemblée devait montrer assez de grandeur et de courage pour faire
exécuter elle-même son jugement sans s'appuyer de l'avis du peuple. «Du
courage, dit-il, il en fallait pour attaquer Louis XVI dans sa
toute-puissance; en faut-il tant pour envoyer au supplice Louis vaincu et
désarmé? Un soldat cimbre entre dans la prison de Marius pour l'égorger;
effrayé à l'aspect de la victime, il s'enfuit sans oser la frapper. Si ce
soldat avait été membre d'un sénat, doutez-vous qu'il eût hésité à voter
la mort d'un tyran? Quel courage trouvez-vous à faire un acte dont un
lâche serait capable?»

Il parle encore d'un autre genre de courage, de celui qu'il faut déployer
contre les puissances étrangères. «Puisqu'on parle continuellement,
dit-il, d'un grand acte politique, il n'est pas inutile d'examiner la
question sous ce rapport. Il n'est pas douteux que les puissances
n'attendent ce dernier prétexte pour fondre toutes ensemble sur la France.
On les vaincra sans doute; l'héroïsme des soldats français en est un sûr
garant: mais ce sera un surcroît de dépenses, d'efforts de tout genre. Si
la guerre force à de nouvelles émissions d'assignats, qui feront croître
dans une proportion effrayante le prix des denrées de première nécessité;
si elle porte de nouvelles et mortelles atteintes au commerce; si elle
fait verser des torrens de sang sur le continent et sur les mers, quels si
grands services aurez-vous rendus à l'humanité? Quelle reconnaissance vous
devra la patrie pour avoir fait en son nom, et au mépris de sa
souveraineté méconnue, un acte de vengeance devenu la cause ou seulement
le prétexte d'événemens si calamiteux? J'écarte, s'écrie l'orateur, toute
idée de revers, mais oserez-vous lui vanter vos services? Il n'y aura pas
une famille qui n'ait à pleurer ou son père ou son fils; l'agriculture
manquera bientôt de bras; les ateliers seront abandonnés; vos trésors
écoulés appelleront de nouveaux impôts; le corps social, fatigué des
assauts que lui livreront au dehors les ennemis armés, au dedans les
factions soulevées, tombera dans une langueur mortelle. Craignez qu'au
milieu de ces triomphes, la France ne ressemble à ces monumens fameux qui,
dans l'Egypte, ont vaincu le temps: l'étranger qui passe s'étonne de leur
grandeur; s'il veut y pénétrer, qu'y trouve-t-il? Des cendres inanimées,
et le silence des tombeaux.»

Après ces craintes, il en est d'autres qui se présentent encore à l'esprit
de Vergniaud; elles lui sont suggérées par l'histoire anglaise, et par la
conduite de Cromwell, auteur principal, mais caché, de la mort de Charles
Ier. Celui-ci, poussant toujours les peuples, d'abord contre le roi, puis
contre le parlement lui-même, brisa ensuite son faible instrument, et
s'assit au suprême pouvoir. «N'avez-vous pas, ajoute Vergniaud,
n'avez-vous pas entendu, dans cette enceinte et ailleurs, des hommes
crier: _Si le pain est cher, la cause en est au Temple; si le numéraire
est rare, si nos armées sont mal approvisionnées, la cause en est au
Temple; si nous avons à souffrir chaque jour du spectacle de l'indigence,
la cause en est au Temple_!

«Ceux qui tiennent ce langage n'ignorent pas cependant que la cherté du
pain, le défaut de circulation des subsistances, la mauvaise
administration dans les armées, et l'indigence dont le spectacle nous
afflige, tiennent à d'autres causes que celles du Temple. Quels sont donc
leurs projets? Qui me garantira que ces mêmes hommes qui s'efforcent
continuellement d'avilir la convention, et qui peut-être y auraient réussi
si la majesté du peuple, qui réside en elle, pouvait dépendre de leurs
perfidies; que ces mêmes hommes qui proclament partout qu'une nouvelle
révolution est nécessaire; qui font déclarer telle ou telle section en
état d'insurrection permanente; qui disent à la commune que, lorsque la
convention a succédé à Louis, on n'a fait que changer de tyrans, et qu'il
faut une autre journée du 10 août; que ces mêmes hommes qui ne parlent que
de complots, de mort, de traîtres, de proscriptions; qui publient dans les
assemblées de sections et dans leurs écrits qu'il faut nommer un
_défenseur_ à la république, qu'il n'y a qu'un chef qui puisse la sauver;
qui me garantira, dis-je, que ces mêmes hommes ne crieront pas, après la
mort de Louis, avec la plus grande violence: _Si le pain est cher, la
cause en est dans la convention; si le numéraire est rare, si nos armées
sont mal approvisionnées, la cause en est dans la convention; si la
machine du gouvernement se traîne avec peine, la cause en est dans la
convention chargée de la diriger; si les calamités de la guerre se sont
accrues par les déclarations de l'Angleterre et de l'Espagne, la cause en
est dans la convention, qui a provoqué ces déclarations par la
condamnation précipitée de Louis_?

«Qui me garantira qu'à ces cris séditieux de la turbulence anarchique ne
viendront pas se rallier l'aristocratie avide de vengeance, la misère
avide de changement, et jusqu'à la pitié, que des préjugés invétérés
auront excitée sur le sort de Louis? Qui me garantira que de cette tempête
où l'on verra ressortir de leurs repaires les tueurs du 2 septembre, on ne
vous présentera pas tout couvert de sang, et comme un libérateur, ce
_défenseur_, ce chef qu'on dit être si nécessaire? un chef! ah! si telle
était leur audace, il ne paraîtrait que pour être à l'instant percé de
mille coups! Mais à quelles horreurs ne serait pas livré Paris! Paris,
dont la postérité admirera le courage héroïque contre les rois, et ne
concevra jamais l'ignominieux asservissement à une poignée de brigands,
rebut de l'espèce humaine, qui s'agitent dans son sein et le déchirent en
tous sens par les mouvemens convulsifs de leur ambition et de leur fureur!
Qui pourrait habiter une cité où régneraient la terreur et la mort? Et
vous, citoyens industrieux, dont le travail fait toute la richesse, et
pour qui les moyens de travail seraient détruits; vous qui avez fait de si
grands sacrifices à la révolution, et à qui on enlèverait les derniers
moyens d'existence; vous dont les vertus, le patriotisme ardent et la
bonne foi ont rendu la séduction si facile, que deviendriez-vous? quelles
seraient vos ressources? quelles mains essuieraient vos larmes et
porteraient des secours à vos familles désespérées?

«Irez-vous trouver ces faux amis, ces perfides flatteurs qui vous auraient
précipités dans l'abîme? Ah! fuyez-les plutôt! redoutez leur réponse! je
vais vous l'apprendre. Vous leur demanderiez du pain; ils vous diraient:
_Allez dans les carrières disputer à la terre quelques lambeaux, sanglans
des victimes que vous avez égorgées_! Ou: _Voulez-vous du sang? Prenez, en
voici! du sang et des cadavres, nous n'avons pas d'autre nourriture à vous
offrir_!... Vous frémissez, citoyens! O ma patrie, je demande acte à mon
tour des efforts que je fais pour te sauver de cette crise déplorable!»

L'improvisation de Vergniaud avait produit sur ses auditeurs de tous les
côtés une impression profonde et une admiration générale. Robespierre
avait été atterré sous cette franche et entraînante éloquence. Cependant
Vergniaud avait ébranlé, mais n'avait pas entraîné l'assemblée, qui
hésitait entre les deux partis. Plusieurs orateurs furent successivement
entendus pour ou contre l'appel au peuple. Brissot, Gensonné, Pétion, le
soutinrent à leur tour. Enfin un orateur eut sur la question une influence
décisive; ce fut Barrère. Par sa souplesse, son éloquence évasive et
froide, il était le modèle et l'oracle du milieu. Il parla longuement sur
le procès, l'envisagea sous tous les rapports, des faits, des lois et de
la politique, et fournit des motifs de condamnation à tous les faibles qui
ne demandaient que des raisons spécieuses pour céder. Sa médiocre
argumentation servit de prétexte à tous ceux qui tremblaient, et dès cet
instant le malheureux roi fut condamné. La discussion s'était prolongée
jusqu'au 7 janvier 1793, et déjà personne ne voulait plus entendre cette
éternelle répétition des mêmes faits et des mêmes raisonnements. La
clôture fut prononcée sans opposition; mais la proposition d'un nouvel
ajournement excita un soulèvement des plus violens, et fut enfin décidée
par un décret qui fixa la position des questions, et l'appel nominal au 14
janvier.

Ce jour fatal arrivé, un concours extraordinaire de spectateurs entourait
l'assemblée et remplissait les tribunes. Une foule d'orateurs se pressent
pour proposer différentes manières de poser les questions. Enfin, après de
longs débats, la convention renferme toutes les questions dans les trois
suivantes:

_Louis Capet est-il coupable de conspiration contre la liberté de la
nation, et d'attentats contre la sûreté générale de l'état?

Le jugement, quel qu'il soit, sera-t-il envoyé à la sanction du peuple?

Quelle peine lui sera-t-il infligé_?

Toute la journée du 14 avait été occupée à poser les questions. Celle du
15 fut réservée à l'appel nominal. L'assemblée décida d'abord que chaque
membre prononcerait son vote à la tribune; que ce vote pourrait être
motivé, et serait écrit et signé; que les absens sans cause seraient
censurés, mais que ceux qui rentreraient pourraient émettre leur voeu,
même après l'appel nominal. Enfin ce fatal appel commence sur la première
question. Huit membres sont absens pour cause de maladie, vingt par
commission de l'assemblée. Trente-sept, en motivant leurs votes de
diverses manières, reconnaissent Louis XVI coupable, mais se déclarent
incompétens pour prononcer un jugement, et ne demandent contre lui que des
mesures de sûreté générale. Enfin six cent quatre-vingt-trois membres
déclarent sans explication Louis XVI coupable. L'assemblée se composait de
sept cent quarante-neuf membres.

Le président, au nom de la convention nationale, déclare _Louis Capet
coupable de conspiration contre la liberté de la nation, et d'attentats
contre la sûreté générale de l'état_.

L'appel nominal recommence sur la seconde question, celle de l'appel au
peuple. Vingt-neuf membres sont absens. Quatre, lesquels sont Lafon,
Waudelaincourt, Morisson et Lacroix, refusent de voter. Le nommé Noël se
récuse. Onze donnent leur opinion avec différentes conditions. Deux cent
quatre-vingt-un votent pour l'appel au peuple; quatre cent vingt-trois le
rejettent. Le président déclare, au nom de la convention nationale, que
_le jugement de Louis Capet ne sera pas envoyé à la ratification du
peuple_.

La journée du 15 avait été absorbée tout entière par ces deux appels
nominaux, la troisième fut renvoyée à la séance du lendemain.

L'agitation augmentait dans Paris à mesure que l'instant décisif
s'approchait. Aux théâtres, des voix favorables à Louis XVI s'étaient fait
entendre, à l'occasion de la pièce de _l'Ami des lois_. La commune avait
ordonné la suspension de tous les spectacles, mais le conseil exécutif
avait révoqué cette mesure comme attentatoire à la liberté de la presse,
dans laquelle on comprenait la liberté du théâtre. Dans les prisons, il
régnait une consternation profonde. On avait répandu que les épouvantables
journées de septembre devaient s'y renouveler, et les prisonniers, leurs
parens, assiégeaient les députés de supplications, pour qu'on les arrachât
à la mort. Les jacobins, de leur côté, disaient que de toutes parts on
conspirait pour soustraire Louis XVI au supplice, et pour rétablir la
royauté. Leur colère, excitée par les délais et les obstacles, en devenait
plus menaçante, et les deux partis s'effrayaient ainsi l'un l'autre, en
se supposant des projets sinistres. La séance du 16 avait excité un
concours encore plus considérable que les précédentes. C'était la séance
décisive, car la déclaration de la culpabilité n'était rien si Louis XVI
était condamné au simple bannissement, et le but de ceux qui voulaient son
salut était rempli, puisque tout ce qu'ils pouvaient attendre dans le
moment, c'était de l'arracher à l'échafaud. Les tribunes avaient été
envahies de bonne heure par les jacobins, et leurs regards étaient fixés
sur le bureau où chaque membre allait paraître pour déposer son vote. Une
grande partie du jour est consacrée à des mesures d'ordre public, à
appeler les ministres, à les entendre, à provoquer des explications de la
part du maire, sur la clôture des barrières, qu'on disait avoir été
fermées pendant la journée. La convention décrète qu'elles resteront
ouvertes, et que les fédérés présens à Paris partageront avec les
Parisiens le service de la ville et de tous les établissemens publics.
Comme la journée était avancée, on décide que la séance sera permanente
jusqu'à la fin de l'appel nominal. A l'instant où l'appel nominal allait
commencer, on demande à fixer à quel nombre de voix l'arrêt doit être
rendu. Lehardy propose les deux tiers des voix, comme dans les tribunaux
criminels. Danton, qui venait d'arriver de Belgique, s'y oppose fortement,
et requiert la simple majorité, c'est-à-dire la moitié des voix plus une.
Lanjuinais s'expose à de nouveaux orages, en demandant qu'après tant de
violations des formes de la justice, on observe au moins celle qui exige
les deux tiers des suffrages. «Nous votons, s'écrie-t-il, sous le poignard
et le canon des factieux!» A ces mots, de nombreux cris s'élèvent, et la
convention termine le débat en déclarant que la forme de ses décrets est
unique, et que, d'après cette forme, ils sont tous rendus à la simple
majorité.

Il est sept heures et demie du soir, et l'appel nominal commence pour
durer toute la nuit. Les uns prononcent simplement la mort; les autres se
déclarent pour la détention et le bannissement à la paix; un certain
nombre vote la mort avec une restriction, c'est d'examiner s'il ne serait
pas convenable de surseoir à l'exécution. Mailhe était l'auteur de cette
restriction, qui pouvait sauver Louis XVI, car le temps était tout ici, et
un délai équivalait à une absolution. Un assez grand nombre de députés
s'étaient rangés à cet avis. L'appel continue au milieu du tumulte. Dans
ce moment, l'intérêt qu'avait inspiré Louis XVI était parvenu à son
comble, et beaucoup de membres étaient arrivés avec l'intention de voter
en sa faveur; mais d'autre part aussi, l'acharnement de ses ennemis
s'était accru, et le peuple avait fini par identifier la cause de la
république avec la mort du dernier roi, et regardait la république comme
condamnée, et la royauté comme rétablie, si Louis XVI était sauvé.
Effrayés de la fureur que soulevait cette conviction populaire, beaucoup
de membres redoutaient la guerre civile, et, quoique fort émus du sort de
Louis XVI, étaient épouvantés des suites d'un acquittement. Cette crainte
devenait plus grande à la vue de l'assemblée et de la scène qui s'y
passait. A mesure que chaque député montait l'escalier du bureau, on se
taisait pour l'entendre, mais après son vote les mouvemens d'approbation
et d'improbation s'élevaient aussitôt, et accompagnaient son retour. Les
tribunes accueillaient par des murmures tout vote qui n'était point pour
la mort; souvent elles adressaient à l'assemblée elle-même des gestes
menaçans. Les députés y répondaient de l'intérieur de la salle, et il en
résultait un échange tumultueux de menaces et de paroles injurieuses.
Cette scène sombre et terrible avait ébranlé toutes les âmes et changé
bien des résolutions. Lecointre de Versailles, dont le courage n'était
point douteux, et qui n'avait cessé de gesticuler contre les tribunes,
arrive au bureau, hésite, et laisse tomber de sa bouche le mot inattendu
et terrible: _La mort_. Vergniaud, qui avait paru profondément touché du
sort de Louis XVI, et qui avait déclaré à des amis que jamais il ne
pourrait condamner ce malheureux prince, Vergniaud, à l'aspect de cette
scène désordonnée, croit voir la guerre civile en France, et prononce un
arrêt de mort, en y ajoutant néanmoins l'amendement de Mailhe. On
l'interroge sur son changement d'opinion, et il répond qu'il a cru voir la
guerre civile prête à éclater, et qu'il n'a pas osé mettre en balance la
vie d'un individu avec le salut de la France.

Presque tous les girondins adoptèrent l'amendement de Mailhe. Un député
dont le vote excita surtout une vive sensation, fut le duc d'Orléans.
Obligé de se rendre supportable aux jacobins ou de périr, il prononça la
mort de son parent, et retourna à sa place au milieu de l'agitation causée
par son vote. Cette triste séance dura toute la nuit du 16, et toute la
journée du 17, jusqu'à sept heures du soir. On attendait le recensement
des voix avec une impatience extraordinaire. Les avenues étaient remplies
d'une foule immense, au milieu de laquelle on se demandait de proche en
proche le résultat du scrutin. Dans l'assemblée on était incertain encore,
et on croyait avoir entendu les mots de _réclusion_ ou de _bannissement_
proférés aussi souvent que celui _la mort_. Suivant les uns, il manquait
un suffrage pour la condamnation; suivant les autres, la majorité
existait, mais elle n'était que d'une seule voix. De toutes parts enfin,
on disait qu'un seul avis pouvait décider la question, et on regardait
avec anxiété si un votant nouveau n'arrivait pas. En ce moment parait à la
tribune un homme qui s'avance, avec peine, et dont la tête enveloppée
annonce un malade. C'est Duchastel, député des Deux-Sèvres, qui s'est
arraché de son lit pour venir donner son vote. A cette vue, des cris
tumultueux s'élèvent. On prétend que des machinateurs sont allés le
chercher pour sauver Louis XVI. On veut l'interroger, mais l'assemblée s'y
refuse, et lui donne la faculté de voter en vertu de la décision qui
admettait le suffrage après l'appel nominal. Duchastel monte avec fermeté
à la tribune, et au milieu de l'attente universelle prononce le
bannissement.

De nouveaux incidens se succèdent. Le ministre des affaires étrangères
demande la parole pour communiquer une note du chevalier d'Ocariz,
ambassadeur d'Espagne. Il offrait la neutralité de l'Espagne, et sa
médiation auprès de toutes les puissances, si on laissait la vie à
Louis XVI. Les montagnards impatiens prétendent que c'est un incident
combiné pour faire naître de nouveaux obstacles, et demandent l'ordre du
jour. Danton veut que sur-le-champ on déclare la guerre à l'Espagne.
L'assemblée adopte l'ordre du jour. On annonce ensuite une nouvelle
demande: ce sont les défenseurs de Louis XVI qui veulent paraître devant
l'assemblée pour lui faire une communication. Nouveaux cris du côté de la
Montagne. Robespierre prétend que toute défense est terminée, que les
conseils n'ont plus rien à faire entendre à la convention, que l'arrêt est
rendu, et qu'il faut prononcer. On décide que les défenseurs ne seront
introduits qu'après la prononciation de l'arrêt.

Vergniaud présidait. «Citoyens, dit-il, je vais proclamer le résultat du
scrutin. Vous garderez, je l'espère, un profond silence. Quand la justice
a parlé, l'humanité doit avoir son tour.»

L'assemblée était composée de sept cent quarante-neuf membres: quinze
étaient absens par commission, huit par maladie, cinq n'avaient pas voulu
voter, ce qui réduisait le nombre des députés présens à sept cent
vingt-un, et la majorité absolue à trois cent soixante-une voix. Deux cent
quatre-vingt-six avaient voté pour la détention ou le bannissement avec
différentes conditions. Deux avaient voté pour les fers; quarante-six pour
la mort avec sursis, soit jusqu'à la paix, soit jusqu'à la ratification de
la constitution. Vingt-six s'étaient prononcés pour la mort, mais, comme
Mailhe, ils avaient demandé qu'il fût examiné s'il ne serait pas utile de
surseoir à l'exécution. Leur vote était néanmoins indépendant de cette
dernière clause. Trois cent soixante-un avaient voté pour la mort sans
condition.

Le président, avec l'accent de la douleur, déclare au nom de la convention
_que la peine prononcée contre Louis Capet est la mort_.

Dans ce moment, on introduit à la barre les défenseurs de Louis XVI. M.
Desèze prend la parole, et dit qu'il est envoyé par son client pour
interjeter appel auprès du peuple du jugement rendu par la convention. Il
s'appuie sur le petit nombre de voix qui ont décidé la condamnation, et
soutient que, puisque de tels doutes se sont élevés dans les esprits, il
convient d'en référer à la nation elle-même. Tronchet ajoute que le code
pénal ayant été suivi quant à la sévérité de la peine, on aurait dû le
suivre au moins quant à l'humanité des formes; et que celle qui exige les
deux tiers des voix n'aurait pas dû être négligée. Le vénérable
Malesherbes parle à son tour, et, d'une voix entrecoupée par des sanglots:
«Citoyens, dit-il, je n'ai pas l'habitude de la parole... Je vois avec
douleur qu'on me refuse le temps de rallier mes idées sur la manière de
compter les voix... J'ai beaucoup réfléchi autrefois sur ce sujet; j'ai
beaucoup d'observations à vous communiquer... mais... Citoyens...
pardonnez mon trouble... accordez-moi jusqu'à demain pour vous présenter
mes idées.»

L'assemblée est émue à la vue des larmes et des cheveux blanchis de ce
vénérable vieillard, «Citoyens, dit Vergniaud aux trois défenseurs, la
convention a entendu vos réclamations; elles étaient pour vous un devoir
sacré. Veut-on, ajoute-t-il en s'adressant à l'assemblée, décerner les
honneurs de la séance aux défenseurs de Louis?»--Oui, oui, s'écrie-t-on à
l'unanimité.

Robespierre prend aussitôt la parole, et rappelant le décret rendu contre
l'appel au peuple, repousse la demande des défenseurs. Guadet veut que,
sans admettre l'appel au peuple, on accorde vingt-quatre heures à
Malesherbes. Merlin de Douai soutient qu'il n'y a rien à dire sur la
manière de compter les voix, car, si le code pénal qu'on invoque exige les
deux tiers des voix pour la déclaration du fait, il n'exige que la simple
majorité pour l'application de la peine. Or, dans le cas actuel, la
culpabilité a été déclarée à la presque unanimité des voix; et dès lors
peu importe que pour la peine on n'ait obtenu que la simple majorité.

D'après ces diverses observations, la convention passe à l'ordre du jour
sur les réclamations des défenseurs, déclare nul l'appel de Louis, et
renvoie au lendemain la question du sursis. Le lendemain 18, on prétend
que l'énumération des votes ne s'est pas faite exactement, et on demande
qu'elle soit recommencée. Toute la journée se passe en contestations;
enfin le calcul est reconnu exact, et on est obligé de remettre au jour
suivant la question du sursis.

Le 19 enfin, on agite cette dernière question. C'était remettre en
problème tout le procès, car un délai était pour Louis XVI la vie même.
Aussi, après avoir épuisé toutes les raisons, en discutant la peine et
l'appel, les girondins et ceux qui voulaient sauver Louis XVI ne savaient
plus quels moyens employer; ils alléguèrent encore des raisons politiques;
mais on leur répondit que si Louis XVI était mort, on s'armerait pour le
venger; que s'il était vivant et détenu, on s'armerait encore pour le
délivrer, et que par conséquent les résultats seraient les mêmes. Barrère
prétendit qu'il était indigne de promener ainsi une tête dans les cours
étrangères, et de stipuler la vie ou la mort d'un condamné comme un
article de traité. Il ajouta que ce serait une cruauté pour Louis XVI
lui-même, qui mourrait à chaque mouvement des armées. L'assemblée, fermant
aussitôt la discussion, décida que chaque membre voterait par _oui_ ou par
_non_ sans désemparer. Le 20 janvier à trois heures du matin, l'appel
nominal est terminé, et le président déclare à la majorité de trois cent
quatre-vingts voix sur trois cent dix, qu'il ne sera pas sursis à
l'exécution de Louis Capet.

Dans cet instant il arrive une lettre de Kersaint. Ce député donne sa
démission. Il ne peut plus, dit-il à l'assemblée, supporter la honte de
s'asseoir dans son enceinte avec des hommes de sang, alors que leur avis,
précédé de la terreur, l'emporte sur celui des gens de bien, alors que
Marat l'emporte sur Pétion. Cette lettre cause une rumeur extraordinaire.
Gensonné prend la parole et choisit cette occasion de se venger sur les
septembriseurs du décret de mort qu'on venait de rendre. «Ce n'était rien,
disait-il, que d'avoir puni les attentats de la tyrannie, si on ne
punissait d'autres attentats plus redoutables. On n'avait rempli que la
moitié de sa tâche, si on ne punissait pas les forfaits de septembre, et
si on n'ordonnait pas une instruction contre leurs auteurs.» A cette
proposition, la plus grande partie de l'assemblée se lève avec
acclamation. Marat et Tallien s'opposent à ce mouvement. «Si vous
punissez, s'écrient-ils, les auteurs de septembre punissez aussi les
conspirateurs qui étaient retranchés au château dans la journée du 10
août.» Aussitôt l'assemblée, accueillant toutes ces demandes, ordonne au
ministre de la justice de poursuivre tout à la fois les auteurs des
brigandages commis dans les premiers jours de septembre, les individus
trouvés les armes à la main dans le château pendant la nuit du 9 au 10, et
les fonctionnaires qui avaient quitté leur poste pour venir à Paris
conspirer avec la cour.

Louis XVI était définitivement condamné, aucun sursis ne pouvait différer
le moment de la sentence, et tous les moyens imaginés pour reculer
l'instant fatal étaient épuisés. Tous les membres du côté droit, les
royalistes secrets comme les républicains, étaient également consternés et
de cette sentence cruelle, et de l'ascendant que venait d'acquérir la
Montagne. Dans Paris régnait une stupeur profonde; l'audace du nouveau
gouvernement avait produit l'effet ordinaire de la force sur les masses;
elle avait paralysé, réduit au silence le plus grand nombre, et excité
seulement l'indignation de quelques âmes plus fortes. Il y avait encore
quelques anciens serviteurs de Louis XVI, quelques jeunes seigneurs,
quelques gardes-du-corps, qui se proposaient, dit-on, de voler au secours
du monarque et de l'arracher au supplice. Mais se voir, s'entendre, se
concerter au milieu de la terreur profonde des uns, et de la surveillance
active des autres, était impraticable, et tout ce qui était possible,
c'était de tenter quelques actes isolés de désespoir. Les jacobins,
charmés de leur triomphe, en étaient cependant étonnés, et ils se
recommandaient de se tenir serrés pendant les dernières vingt-quatre
heures, d'envoyer des commissaires à toutes les autorités, à la commune, à
l'état-major de la garde nationale, au département, au conseil exécutif,
pour réveiller leur zèle, et assurer l'exécution de l'arrêt. Ils se
disaient que cette exécution aurait lieu, qu'elle était infaillible; mais
au soin qu'ils mettaient à le répéter, on voyait qu'ils n'y croyaient pas
entièrement. Ce supplice d'un roi, au sein d'un pays, qui trois années
auparavant était, par les moeurs, les usages et les lois, une monarchie
absolue, paraissait encore douteux, et ne devenait croyable qu'après
l'événement.

Le conseil exécutif était chargé de la douloureuse mission de faire
exécuter la sentence. Tous les ministres étaient réunis dans la salle de
leurs séances, frappés de consternation. Garat, comme ministre de la
justice, était chargé du plus pénible de tous les rôles, celui d'aller
signifier à Louis XVI les décrets de la convention. Il se rend au Temple,
accompagné de Santerre, d'une députation de la commune et du tribunal
criminel, et du secrétaire du conseil exécutif. Louis XVI attendait depuis
quatre jours ses défenseurs, et demandait en vain à les voir. Le 20
janvier, à deux heures après midi, il les attendait encore, lorsque tout à
coup il entend le bruit d'un cortège nombreux; il s'avance, il aperçoit
les envoyés du conseil exécutif. Il s'arrête avec dignité sur la porte de
sa chambre, et ne paraît point ému. Garat lui dit alors avec tristesse
qu'il est chargé de lui communiquer les décrets de la convention.
Grouvelle, secrétaire du conseil exécutif, en fait la lecture. Le premier
déclare Louis XVI coupable d'attentat contre la sûreté générale de l'état;
le second le condamne à mort; le troisième rejette tout appel au peuple;
le quatrième enfin ordonne l'exécution sous vingt-quatre heures. Louis,
promenant sur tous ceux qui l'entouraient un regard tranquille, prend
l'arrêt des mains de Grouvelle, l'enferme dans sa poche, et lit à Garat
une lettre dans laquelle il demandait à la convention trois jours pour se
préparer à mourir, un confesseur pour l'assister dans ses derniers momens,
la faculté de voir sa famille, et la permission pour elle de sortir de
France. Garat prit la lettre en promettant d'aller la remettre de suite à
la convention. Le roi lui donna en même temps l'adresse de
l'ecclésiastique dont il désirait recevoir les derniers secours.

Louis XVI rentra avec beaucoup de calme, demanda à dîner, et mangea comme
à l'ordinaire. On avait retiré les couteaux, et on refusait de les lui
donner. «Me croit-on assez lâche, dit-il avec dignité, pour attenter à ma
vie? je suis innocent, et je saurai mourir sans crainte.» Il fut obligé de
se passer de couteau. Il acheva son repas, rentra dans son appartement, et
attendit avec sang-froid la réponse à sa lettre.

La convention refusa le sursis, mais accorda toutes les autres demandes.
Garat envoya chercher M. Edgeworth de Firmont, l'ecclésiastique dont
Louis XVI avait fait choix; il le fit monter dans sa voiture, et le
conduisit lui-même au Temple. Il arriva à six heures, et se présenta dans
la grande tour accompagné de Santerre. Il apprit au roi que la convention
lui permettait d'appeler un ministre du culte, et de voir sa famille sans
témoins, mais qu'elle rejetait la demande d'un sursis.

Garat ajouta que M. Edgeworth était arrivé, qu'il était dans la salle du
conseil, et qu'on allait l'introduire. Garat se retira, toujours plus
surpris et plus touché de la tranquille magnanimité du prince.

A peine introduit auprès du roi, M. Edgeworth voulut se jeter à ses pieds,
mais le roi le releva aussitôt, et versa avec lui des larmes
d'attendrissement. Il lui demanda ensuite avec une vive curiosité des
nouvelles du clergé de France, de plusieurs évêques, et surtout de
l'archevêque de Paris, et le pria d'assurer ce dernier qu'il mourait
fidèlement attaché à sa communion. Huit heures étant sonnées, il se leva,
pria M. Edgeworth d'attendre, et sortit avec émotion, en disant qu'il
allait voir sa famille. Les municipaux, ne voulant pas perdre de vue la
personne du roi, même pendant qu'il serait avec sa famille, avaient décidé
qu'il la verrait dans la salle à manger, qui était fermée par une porte
vitrée, à travers la quelle on pouvait apercevoir tous ses mouvemens sans
entendre ses paroles. Le roi s'y rendit, se fit placer de l'eau sur une
table pour secourir les princesses, si elles en avaient besoin. Il se
promenait avec anxiété, attendant le moment douloureux où paraîtraient
les êtres qui lui étaient si chers. A huit heures et demie la porte
s'ouvrit; la reine, tenant le dauphin par la main; madame Élisabeth,
madame Royale; se précipitèrent dans les bras de Louis XVI, en poussant
des sanglots. La porte fut fermée, et les municipaux, Cléry, M. Edgeworth,
se placèrent devant le vitrage pour être témoins de cette entrevue
déchirante. Ce ne fut pendant le premier moment qu'une scène de confusion
et de désespoir. Les cris, les lamentations empêchaient de rien
distinguer. Enfin les larmes tarirent, la conversation devint plus
tranquille, et les princesses, tenant toujours le roi embrassé, lui
parlèrent quelque temps à voix basse. Après un entretien assez long, mêlé
de silences et d'abattement, il se leva pour se soustraire à cette
situation douloureuse, et promit de les revoir le lendemain matin à huit
heures. «Nous le promettez-vous? lui demandèrent avec instance les
princesses.--Oui, oui,» répondit le roi avec douleur. Dans ce moment la
reine l'avait saisi par le bras, madame Élisabeth par l'autre; madame
Royale tenait son père embrassé par le milieu du corps, et le jeune prince
était devant lui, donnant la main à sa mère et à sa tante. Au moment de
sortir, madame Royale tomba évanouie; on l'emporta aussitôt, et le roi
retourna auprès de M. Edgeworth, accablé de cette scène cruelle. Après
quelques instans, il parvint à se remettre, et recouvra tout son calme.

M. Edgeworth lui offrit alors de lui dire la messe, qu'il n'avait pas
entendue depuis longtemps. Après quelques difficultés, la commune
consentit à cette cérémonie, et on fit demander à l'église voisine les
ornemens nécessaires pour le lendemain matin. Le roi se coucha vers
minuit, en recommandant à Cléry de l'éveiller avant cinq heures. M.
Edgeworth se jeta sur un lit; Cléry resta debout près du chevet de son
maître, contemplant le sommeil paisible dont il jouissait à la veille de
l'échafaud.

Pendant que ceci se passait au Temple, une scène épouvantable avait eu
lieu dans Paris. Quelques ames indignées fermentaient çà et là, tandis que
la masse, ou indifférente ou terrifiée, demeurait immobile. Un
garde-du-corps, nommé Pâris, avait résolu de venger la mort de Louis XVI
sur l'un de ses juges. Lepelletier-Saint-Fargeau avait, comme beaucoup
d'hommes de son rang, voté la mort, pour faire oublier sa naissance et sa
fortune. Il avait excité plus d'indignation chez les royalistes, à cause
même de la classe à laquelle il appartenait. Le 20 au soir, chez un
restaurateur du Palais-Royal, on le montra au garde-du-corps Pâris, tandis
qu'il se mettait à table. Le jeune homme, revêtu d'une grande houppelande,
se présente et lui dit: «C'est toi, scélérat de Lepelletier, qui as voté
la mort du roi?--Oui, répond celui-ci; mais je ne suis pas un scélérat,
j'ai voté selon ma conscience.--Tiens, reprend Pâris, voilà pour ta
récompense.» Et il lui enfonce son sabre dans le flanc: Lepelletier tombe,
et Pâris disparaît sans qu'on ait le temps de s'emparer de sa personne.

La nouvelle de cet événement se répand aussitôt de toutes parts. On le
dénonce à la convention, aux jacobins, à la commune; et cette nouvelle
donne plus de consistance aux bruits d'une conspiration des royalistes,
tendant à massacrer le côté gauche et à délivrer le roi au pied de
l'échafaud. Les jacobins se déclarent en permanence, et envoient de
nouveaux commissaires à toutes les autorités, à toutes les sections, pour
réveiller le zèle et mettre la population entière sous les armes.

Le lendemain 21 janvier, cinq heures avaient sonné au Temple. Le roi
s'éveille, appelle Cléry, lui demande l'heure, et s'habille avec beaucoup
de calme. Il s'applaudit d'avoir retrouvé ses forces dans le sommeil.
Cléry allume du feu, transporte une commode dont il fait un autel. M.
Edgeworth se revêt des ornemens sacerdotaux, et commence à célébrer la
messe; Cléry la sert, et le roi l'entend à genoux avec le plus grand
recueillement. Il reçoit ensuite la communion des mains de M. Edgeworth,
et après la messe, se relève plein de force, et attendant avec calme le
moment d'aller à l'échafaud. Il demande des ciseaux pour couper ses
cheveux lui-même, et se soustraire à cette humiliante opération faite par
la main des bourreaux; mais la commune les lui refuse par défiance.

Dans ce moment, le tambour battait dans la capitale. Tous ceux qui
faisaient partie des sections armées se rendaient à leur compagnie avec
une complète soumission; ceux qu'aucune obligation n'appelait à figurer
dans cette terrible journée, se cachaient chez eux. Les portes, les
fenêtres étaient fermées, et chacun attendait chez soi la fin de ce triste
événement. On disait que quatre ou cinq cents hommes dévoués devaient
fondre sur la voiture, et enlever le roi. La convention, la commune, le
conseil exécutif, les jacobins étaient en séance.

A huit heures du matin, Santerre, avec une députation de la commune, du
département et du tribunal criminel, se rend au Temple. Louis XVI, en
entendant le bruit, se lève et se dispose à partir. Il n'avait pas voulu
revoir sa famille, pour ne pas renouveler la triste scène de la veille. Il
charge Cléry de faire pour lui ses adieux à sa femme, à sa soeur et à ses
enfans; il lui donne un cachet, des cheveux et divers bijoux, avec
commission de les leur remettre. Il lui serre ensuite la main en le
remerciant de ses services. Après cela, il s'adresse à l'un des municipaux
en le priant de transmettre son testament à la commune. Ce municipal était
un ancien prêtre, nommé Jaques Roux, qui lui répond brutalement qu'il est
chargé de le conduire au supplice, et non de faire ses commissions. Un
autre s'en charge, et Louis, se retournant vers le cortège, donne avec
assurance le signal du départ.

Des officiers de gendarmerie étaient placés sur le devant de la voiture;
le roi et M. Edgeworth étaient assis dans le fond. Pendant la route, qui
fut assez longue, le roi lisait, dans le bréviaire de M. Edgeworth, les
prières des agonisans, et les deux gendarmes étaient confondus de sa piété
et de sa résignation tranquille. Ils avaient, dit-on, la commission de le
frapper si la voiture était attaquée. Cependant aucune démonstration
hostile n'eut lieu depuis le Temple jusqu'à la place de la Révolution. Une
multitude armée bordait la haie: la voiture s'avançait lentement et au
milieu d'un silence universel. Sur la place de la Révolution un grand
espace avait été laissé vide autour de l'échafaud. Des canons
environnaient cet espace; les fédérés les plus exaltés étaient placés
autour de l'échafaud, et la vile populace, toujours prête à outrager le
génie, la vertu, le malheur, quand on lui en donne le signal, se pressait
derrière les rangs des fédérés, et donnait seule quelques signes
extérieurs de satisfaction, tandis que partout on ensevelissait au fond de
son coeur les sentimens qu'on éprouvait. A dix heures dix minutes, la
voiture s'arrête. Louis XVI, se levant avec force, descend sur la place.
Trois bourreaux se présentent; il les repousse et se déshabille lui-même.
Mais voyant qu'ils voulaient lui lier les mains, il éprouve un mouvement
d'indignation et semble prêt à se défendre. M. Edgeworth, dont toutes les
paroles furent alors sublimes, lui adresse un dernier regard, et lui dit:
«Souffrez cet outrage comme une dernière ressemblance avec le Dieu qui va
être votre récompense.» A ces mots, la victime résignée et soumise se
laisse lier et conduire à l'échafaud. Tout à coup Louis fait un pas, se
sépare des bourreaux, et s'avance pour parler au peuple. «Français, dit-il
d'une voix forte, je meurs innocent des crimes qu'on m'impute; je pardonne
aux auteurs de ma mort, et je demande que mon sang ne retombe pas sur la
France.» Il allait continuer, mais aussitôt l'ordre de battre est donné
aux tambours; leur roulement couvre la voix du prince, les bourreaux s'en
emparent, et M. Edgeworth lui dit ces paroles: _Fils de saint Louis,
montez au ciel!_ A peine le sang avait-il coulé, que des furieux y
trempent leurs piques et leurs mouchoirs, se répandent dans Paris en
criant _vive la république! vive la nation!_ et vont jusqu'aux
portes du Temple, montrer la brutale et fausse joie que la multitude
manifeste, à la naissance, à l'avènement et à la chute de tous les
princes.



CHAPITRE VI.


POSITION DES PARTIS APRÈS LA MORT DE LOUIS XVI.--CHANGEMENS DANS LE
POUVOIR EXÉCUTIF. RETRAITE DE ROLAND; BEURNONVILLE EST NOMMÉ MINISTRE DE
LA GUERRE, EN REMPLACEMENT DE PACHE.--SITUATION DE LA FRANCE A L'ÉGARD DES
PUISSANCES ÉTRANGÈRES; RÔLE DE L'ANGLETERRE; POLITIQUE DE PITT.--ÉTAT DE
NOS ARMÉES DANS LE NORD; ANARCHIE DANS LA BELGIQUE PAR SUITE DU
GOUVERNEMENT RÉVOLUTIONNAIRE.--DUMOURIEZ VIENT ENCORE A PARIS; SON
OPPOSITION AUX JACOBINS.--DEUXIÈME COALITION CONTRE LA FRANCE; PLAN DE
DÉFENSE GÉNÉRALE PROPOSÉ PAR DUMOURIEZ.--LEVÉE DE TROIS CENT MILLE
HOMMES.--INVASION DE LA HOLLANDE PAR DUMOURIEZ; DÉTAILS DES PLANS ET DES
OPÉRATIONS MILITAIRES.--PACHE EST NOMMÉ MAIRE DE PARIS.--AGITATION DES
PARTIS DANS LA CAPITALE; LEUR PHYSIONOMIE, LEUR LANGAGE ET LEURS IDÉES
DANS LA COMMUNE, DANS LES JACOBINS ET DANS LES SECTIONS.--TROUBLES A PARIS
A L'OCCASION DES SUBSISTANCES; PILLAGE DES BOUTIQUES DES ÉPICIERS.
--CONTINUATION DE LA LUTTE DES GIRONDINS ET DES MONTAGNARDS; LEURS FORCES,
LEURS MOYENS.--REVERS DE NOS ARMÉES DANS LE NORD.--DÉCRETS
RÉVOLUTIONNAIRES POUR LA DÉFENSE DU PAYS.--ÉTABLISSEMENT DU _tribunal
criminel extraordinaire;_ ORAGEUSES DISCUSSIONS DANS L'ASSEMBLÉE A CE
SUJET; ÉVÉNEMENT DE LA SOIRÉE DU 10 MARS; LE PROJET D'ATTAQUE. CONTRE LA
CONVENTION ÉCHOUE.


La mort de l'infortuné Louis XVI avait causé en France une terreur
profonde, et en Europe un mélange d'étonnement et d'indignation. Comme
l'avaient prévu les révolutionnaires les plus clairvoyans, la lutte se
trouvait engagée sans retour, et toute retraite était irrévocablement
fermée. Il fallait donc combattre la coalition des trônes, et la vaincre
ou périr sous ses coups. Aussi, dans l'assemblée, aux Jacobins, partout,
on disait qu'on devait s'occuper uniquement de la défense extérieure, et
dès cet instant les questions de guerre et de finances furent constamment
à l'ordre du jour.

On a vu quelle crainte s'inspiraient l'un à l'autre les deux partis
intérieurs. Les jacobins croyaient voir un dangereux reste de royalisme
dans cette résistance opposée à la condamnation de Louis XVI, et dans
cette horreur qu'inspiraient à beaucoup de départemens les excès commis
depuis le 10 août. Aussi doutèrent-ils de leur victoire jusqu'au dernier
moment; mais la facile exécution du 21 janvier les avait enfin rassurés.
Depuis lors ils commençaient à croire que la cause de la révolution
pouvait être sauvée, et ils préparaient des adresses pour éclairer les
départemens, et achever leur conversion. Les girondins, au contraire, déjà
touchés du sort de la victime, et alarmés en outre de la victoire de leurs
adversaires, commençaient à découvrir dans l'événement du 21 janvier le
prélude de longues et sanglantes fureurs, et le premier fait du système
inexorable qu'ils combattaient. On leur avait bien accordé la poursuite
des auteurs de septembre, mais c'était là une concession sans résultat. En
abandonnant Louis XVI, ils avaient voulu prouver qu'ils n'étaient pas
royalistes; en leur abandonnant les septembriseurs, on voulait leur
prouver qu'on ne protégeait pas le crime; mais cette double preuve n'avait
satisfait ni rassuré personne. On voyait toujours en eux de faibles
républicains et presque des royalistes, et ils voyaient toujours dans
leurs adversaires des ennemis altérés de sang et de carnage. Roland,
complètement découragé, non par le danger, mais par l'impossibilité
manifeste d'être utile, donna sa démission le 23 janvier. Les jacobins
s'en applaudirent, mais s'écrièrent aussitôt qu'il restait encore au
ministère les traîtres Clavière et Lebrun, dont l'intrigant Brissot
s'était rendu maître; que le mal n'était pas entièrement détruit; qu'il ne
fallait pas se ralentir, mais au contraire redoubler de zèle jusqu'à ce
qu'on eût écarté du gouvernement les _intrigans_, les _girondins_, les
_rolandins_, les _brissotins_, etc.... Sur-le-champ les girondins
demandèrent la réorganisation du ministère de la guerre, que Pache, par sa
faiblesse envers les jacobins, avait mis dans l'état le plus déplorable.
Après de violentes discussions, Pache fut renvoyé comme incapable. Ainsi
les deux chefs qui partageaient le ministère, et dont les noms étaient de
venus les deux points opposés de ralliement, furent exclus du
gouvernement. La majorité de la convention crut avoir fait par là quelque
chose pour la paix, comme si en supprimant les noms dont se servaient les
passions ennemies, ces passions elles-mêmes n'eussent pas dû survivre pour
trouver des noms nouveaux et continuer de se combattre. Beurnonville,
l'ami de Dumouriez, et surnommé l'_Ajax français_, fut appelé à
l'administration de la guerre. Il n'était connu encore des partis que par
sa bravoure; mais son attachement à la discipline allait bientôt le mettre
en opposition avec le génie désordonné des jacobins. Après ces mesures, on
mit à l'ordre du jour les questions de finances, qui étaient les plus
importantes dans ce moment suprême où la révolution avait à lutter avec
toute l'Europe. En même temps on décida que dans quinze jours au plus tard
le comité de constitution ferait son rapport, et qu'immédiatement après on
s'occuperait de l'instruction publique. Un grand nombre d'hommes, qui ne
comprenaient pas la cause des troubles révolutionnaires, se figuraient que
c'était le défaut de lois qui amenait tous les malheurs de l'état, et que
la constitution remédierait à tous les désordres. Aussi une partie des
girondins et tous les membres de la Plaine ne cessaient de demander la
constitution, et de se plaindre des retards qu'on y apportait, en disant
que leur mission était de constituer. Ils le croyaient en effet; ils
s'imaginaient tous qu'ils n'avaient été appelés que pour ce but, et que
cette tâche pouvait être terminée en quelques mois. Ils n'avaient pas
encore compris qu'ils étaient appelés, non à constituer, mais à combattre;
que leur terrible mission était de défendre la révolution contre l'Europe
et la Vendée; que bientôt, de corps délibérant qu'ils étaient, ils
allaient se changer en une dictature sanglante, qui tout à la fois
proscrirait les ennemis intérieurs, livrerait des batailles à l'Europe et
aux provinces révoltées, et se défendrait en tous sens par la violence;
que leurs lois, passagères comme une crise, ne seraient considérées que
comme des mouvemens de colère; et que de leur oeuvre, la seule chose qui
devait subsister, c'était la gloire de la défense, unique et terrible
mission qu'ils avaient reçue de la destinée, et qu'ils ne jugeaient pas
eux-mêmes encore devoir être la seule.

Cependant, soit l'accablement causé par une longue lutte, soit l'unanimité
des avis sur les questions de guerre, tout le monde étant d'accord pour se
défendre, et même pour provoquer l'ennemi, un peu de calme succéda aux
terribles agitations produites par le procès de Louis XVI, et on applaudit
encore Brissot dans ses rapports diplomatiques contre les puissances.

Telle était la situation intérieure de la France et l'état des partis qui
la divisaient. Sa situation à l'égard de l'Europe était effrayante.
C'était une rupture générale avec toutes les puissances. Jusqu'ici la
France n'avait eu encore que trois ennemis déclarés, le Piémont,
l'Autriche et la Prusse. La révolution, partout approuvée des peuples
selon le degré de leurs lumières, partout odieuse aux gouvernemens selon
le degré de leurs craintes, venait cependant de produire des sensations
toutes nouvelles sur l'opinion du monde, par les terribles événemens du 10
août, des 2 et 3 septembre, et du 21 janvier. Moins dédaignée depuis
qu'elle s'était si énergiquement défendue, mais moins estimée depuis
qu'elle s'était souillée par des crimes, elle avait cessé d'intéresser
aussi vivement les peuples, et d'être considérée avec autant de mépris par
les gouvernemens.

La guerre allait donc devenir générale. On a vu l'Autriche se laissant,
par des liaisons de famille, engager dans une guerre peu utile à ses
intérêts; on a vu la Prusse dont l'intérêt naturel était de s'allier avec
la France contre le chef de l'empire, se portant, par les raisons les plus
frivoles, au-delà du Rhin, et compromettant ses armées dans l'Argonne; on
a vu Catherine, autrefois philosophe, désertant comme tous les gens de
cour la cause qu'elle avait d'abord embrassée par vanité, pour suivre la
révolution à la fois par mode et par politique, exciter enfin Gustave;
l'empereur d'Autriche et le roi de Prusse, pour les distraire de la
Pologne et les rejeter sur l'Occident; on a vu le Piémont attaquant la
France contre ses intérêts, mais par des raisons de parenté et de haine
contre la révolution; les petites cours d'Italie, détestant notre nouvelle
république, mais n'osant l'attaquer, la reconnaissant même à la vue de
notre pavillon; la Suisse gardant une parfaite neutralité, la Hollande et
la diète germanique ne s'expliquant pas encore, mais laissant apercevoir
une malveillance profonde; l'Espagne observant une neutralité prudente
sous l'influence du sage comte d'Aranda; et enfin l'Angleterre laissant la
France se déchirer elle-même, le continent s'épuiser, les colonies se
dévaster, et abandonnant ainsi le soin de sa vengeance aux désordres
inévitables des révolutions.

La nouvelle impétuosité révolutionnaire allait déconcerter toutes ces
neutralités calculées. Jusqu'ici Pitt avait raisonné sa conduite d'une
manière assez juste. Dans sa patrie, une demi-révolution qui n'avait
régénéré qu'à moitié l'état social, avait laissé subsister une foule
d'institutions féodales, qui devaient être un objet d'attachement pour
l'aristocratie et pour la cour, et un objet de réclamations pour
l'opposition. Pitt avait un double but: premièrement, de modérer la haine
aristocratique, de contenir l'esprit de réforme, et de conserver ainsi son
ministère en dominant les deux partis; secondement, d'accabler la France
sous ses propres désastres et sous la haine de tous les gouvernemens
européens; il voulait en un mot rendre sa patrie maîtresse du monde, et
être maître de sa patrie; c'était là le double objet qu'il poursuivait,
avec l'égoïsme et la force d'esprit d'un grand homme d'état. La neutralité
servait à merveille ses projets. En empêchant la guerre, il contenait la
haine aveugle de sa cour pour la liberté; en laissant se développer sans
obstacle tous les excès de la révolution française, il faisait tous les
jours de sanglantes réponses aux apologistes de cette révolution, réponses
qui ne prouvaient rien, mais qui produisaient un effet certain. Au célèbre
Fox, l'homme le plus éloquent de l'opposition et de l'Angleterre, il
répondait en citant les crimes de la France réformée. Burke, déclamateur
véhément, était chargé d'énumérer ces crimes, et s'acquittait de ce soin
avec une violence absurde; un jour même il alla jusqu'à jeter de la
tribune un poignard qui, disait-il, était fabriqué par les propagandistes
jacobins. Tandis qu'à Paris on accusait Pitt de payer des troubles, à
Londres il accusait les révolutionnaires français de répandre l'argent
pour exciter des révolutions, et nos émigrés accréditaient encore ces
bruits en les répétant. Tandis que, par cette logique machiavélique, il
désenchantait les Anglais de la liberté française, il soulevait l'Europe
contre nous, et ses envoyés disposaient toutes les puissances à la guerre.
En Suisse, il n'avait pas réussi; mais à La Haye, le docile stathouder,
éprouvé par une première révolution, se défiant toujours de son peuple, et
n'ayant d'autre appui que les flottes anglaises, lui avait donné toute
espèce de satisfaction, et témoignait, par une foule de démonstrations
hostiles, sa malveillance pour la France. C'est surtout en Espagne que
Pitt employait le plus d'intrigues, pour décider cette puissance à la plus
grande faute qu'elle ait jamais commise, celle de se réunir à l'Angleterre
contre la France, sa seule alliée maritime. Les Espagnols avaient été peu
émus par notre révolution, et c'étaient moins des raisons de sûreté et de
politique que des raisons de parenté et des répugnances communes à tous
les gouvernemens, qui indisposaient le cabinet de Madrid contre la
république française. Le sage comte d'Aranda, résistant aux intrigues des
émigrés, à l'humeur de l'aristocratie espagnole, et aux suggestions de
Pitt, avait eu soin de ménager la susceptibilité de notre nouveau
gouvernement. Renversé néanmoins en dernier lieu, et remplacé par don
Manuel Godoï, depuis prince de la Paix, il laissait sa malheureuse patrie
en proie aux plus mauvais conseils. Jusque là le cabinet de Madrid avait
refusé de s'expliquer à l'égard de la France; au moment du jugement
définitif de Louis XVI, il offrit la reconnaissance politique de la
république, et sa médiation auprès de toutes les puissances, si on
laissait au monarque détrôné la vie sauve. Pour toute réponse, Danton
avait proposé la guerre, et l'assemblée adopta l'ordre du jour. Depuis ce
temps, la disposition à la guerre ne fut plus douteuse. La Catalogne se
remplissait de troupes. Dans tous les ports on armait avec activité, et
une prochaine attaque était résolue. Pitt triomphait donc, et sans se
déclarer encore, sans se compromettre trop précipitamment, il se donnait
le temps d'élever sa marine à un état redoutable, il satisfaisait son
aristocratie par ses préparatifs, il dépopularisait notre révolution par
les déclamations qu'il payait; et tandis qu'il se renforçait ainsi en
silence, il nous préparait une ligue accablante qui, en occupant toutes
nos forces, ne nous permettrait ni de secourir nos colonies, ni d'arrêter
les succès de la puissance anglaise dans l'Inde.

Jamais à aucune époque on ne vit l'Europe être saisie d'un pareil
aveuglement, et commettre autant de fautes contre elle-même. Dans
l'occident, en effet, on voyait l'Espagne, la Hollande, toutes les
puissances maritimes, égarées par les passions aristocratiques, s'armer
avec leur ennemie l'Angleterre, contre la France, leur seule alliée. On
voyait encore la Prusse, par une inconcevable vanité, s'unir au chef de
l'empire contre cette France dont le grand Frédéric avait toujours
recommandé l'alliance. Le petit roi de Sardaigne tombait dans la même
faute par des motifs à la vérité plus naturels, ceux de la parenté. Dans
l'orient et le nord, on laissait Catherine commettre un crime contre la
Pologne, un attentat contre la sûreté de l'Allemagne, pour le frivole
avantage d'acquérir quelques provinces, et pour pouvoir encore déchirer la
France sans distraction. On méconnaissait donc à la fois toutes les
anciennes et utiles amitiés, et on cédait aux perfides suggestions des
deux dominations les plus redoutables, pour s'armer contre notre
malheureuse patrie, ancienne protectrice ou alliée de ceux qui
l'attaquaient aujourd'hui. Tout le monde y contribuait, tout le monde se
prêtait aux vues de Pitt et de Catherine; d'imprudens Français
parcouraient l'Europe pour hâter ce funeste renversement de la politique
et de la prudence, et pour attirer sur leur pays le plus affreux des
orages. Et quels étaient les motifs d'une aussi étrange conduite! On
livrait la Pologne à Catherine, parce qu'elle avait voulu régulariser son
antique liberté; on livrait la France à Pitt, parce qu'elle avait voulu se
donner la liberté qu'elle n'avait pas encore! Sans doute la France avait
commis des excès: mais ces excès devaient s'accroître encore avec la
violence de la lutte, et on allait, sans parvenir à immoler cette liberté
détestée, préparer trente ans de la guerre la plus meurtrière, provoquer
de vastes invasions, faire naître un conquérant, amener des désordres
immenses, et finir par l'établissement des deux colosses qui dominent
aujourd'hui l'Europe sur les deux élémens, l'Angleterre et la Russie.

Au milieu de cette conjuration générale, le Danemark seul, conduit par un
ministre habile, et la Suède, délivrée des rêves présomptueux de Gustave,
gardaient une sage réserve, que la Hollande et l'Espagne auraient dû
imiter en se réunissant au système de la neutralité armée. Le gouvernement
français avait parfaitement jugé ces dispositions générales, et
l'impatience qui le caractérisait dans ce moment ne lui permettait pas
d'attendre les déclarations de guerre, mais le portait au contraire à les
provoquer. Depuis le 10 août il n'avait cessé de demander à être reconnu,
mais il avait gardé encore quelque mesure à l'égard de l'Angleterre, dont
la neutralité était précieuse à cause des ennemis qu'on avait déjà à
combattre. Mais après le 21 janvier il avait mis toutes les considérations
de côté, et il était décidé à une guerre universelle. Voyant que les
hostilités cachées n'étaient pas moins dangereuses que les hostilités
ouvertes, il se hâta de faire déclarer ses ennemis; aussi, dès le 22
janvier, la convention nationale passa en revue tous les cabinets, ordonna
des rapports sur la conduite de chacun d'eux à l'égard de la France, et se
prépara à leur déclarer la guerre s'ils tardaient à s'expliquer d'une
manière catégorique.

Depuis le 10 août, l'Angleterre avait retiré son ambassadeur de Paris, et
n'avait souffert l'ambassadeur français à Londres, M. de Chauvelin, que
comme envoyé de la royauté renversée. Toutes ces subtilités diplomatiques
n'avaient d'autre but que de satisfaire aux convenances à l'égard du roi
enfermé au Temple, et en même temps de différer les hostilités, qu'il ne
convenait pas de commencer encore. Cependant Pitt feignit de demander un
envoyé secret pour expliquer ses griefs contre le gouvernement français.
On envoya le citoyen Maret dans le mois de décembre. Il eut avec Pitt un
entretien particulier. Après de mutuelles protestations, pour déclarer que
l'entrevue n'avait rien d'officiel, qu'elle était tout amicale, et qu'elle
n'avait d'autre motif que le désir bienveillant de contribuer à éclairer
les deux nations sur leurs griefs réciproques, Pitt se plaignit de ce que
la France menaçait les alliés de l'Angleterre, attaquait même leurs
intérêts, et en preuve il cita la Hollande. Le grief principalement
allégué fut l'ouverture de l'Escaut, mesure peut-être imprudente, mais
généreuse, que les Français avaient prise en entrant dans les Pays-Bas. Il
était absurde en effet que, pour procurer aux Hollandais le monopole de la
navigation, les Pays-Bas, que traverse l'Escaut, ne pussent pas faire
usage de ce fleuve. L'Autriche n'avait pas osé abolir cette servitude,
mais Dumouriez le fit par ordre de son gouvernement, et les habitans
d'Anvers virent avec joie des navires remonter l'Escaut jusque dans leur
ville. La réponse était facile: car la France, en respectant les droits
des voisins neutres, n'avait pas promis de consacrer des iniquités
politiques, parce que des neutres y seraient intéressés. D'ailleurs le
gouvernement hollandais s'était montré assez malveillant pour qu'on ne lui
dût pas de si grands ménagemens. Le second grief allégué était le décret
du 15 novembre, par lequel la convention nationale promettait secours à
tous les peuples qui secoueraient le joug de la tyrannie. Ce décret
imprudent peut-être, rendu dans un moment d'enthousiasme, ne signifiait
pas, comme le prétendait Pitt, qu'on invitait tous les peuples à la
révolte, mais que dans tous les pays en guerre avec la révolution, on
prêterait secours aux peuples contre leurs gouvernemens. Pitt se plaignait
enfin des menaces et des déclamations continuelles qui partaient des
Jacobins contre tous les gouvernemens; et sous ce rapport les gouvernemens
n'étaient pas en reste avec les jacobins, et on ne se devait rien en fait
d'injures.

Cet entretien n'amena rien, et laissa voir seulement que l'Angleterre
cherchait des longueurs pour différer la guerre, qu'elle voulait sans
doute, mais qu'il ne lui convenait pas encore de déclarer. Cependant le
célèbre procès du mois de janvier précipita les événemens: le parlement
anglais fut soudainement réuni et avant le terme ordinaire. Une loi
inquisitoriale fut rendue contre les Français qui voyageaient en
Angleterre; la Tour de Londres fut armée; on ordonna la levée des milices;
des préparatifs et des proclamations annoncèrent une guerre imminente. On
excita la populace de Londres; on réveilla cette aveugle passion qui, en
Angleterre, fait regarder une guerre contre la France comme un grand
service national; on arrêta enfin des vaisseaux chargés de grains qui
venaient dans nos ports; et à la nouvelle du 21 janvier, l'ambassadeur
français, que jusque-là on avait refusé en quelque sorte de reconnaître,
reçut l'ordre de sortir sous huit jours du royaume. La convention
nationale ordonna aussitôt un rapport sur la conduite du gouvernement
anglais envers la France, sur ses intelligences avec le stathouder des
Provinces-Unies, et le 1er février, après avoir entendu Brissot, qui, pour
un moment réunit les applaudissemens des deux partis, elle déclara
solennellement la guerre à la Hollande et à la Angleterre. La guerre avec
le gouvernement espagnol était imminente, et sans être encore déclarée, on
la regardait comme telle. La France avait ainsi l'Europe tout entière pour
ennemie; et la condamnation du 21 janvier fut l'acte par lequel elle
avait rompu avec tous les trônes, et s'était engagée irrévocablement dans
la carrière de la révolution.

Il fallait soutenir l'assaut terrible de tant de puissances conjurées, et
quelque riche que fût la France en population et en matériel, il était
difficile qu'elle pût résister à l'effort universel dirigé contre elle.
Cependant, ses chefs n'en étaient pas moins remplis de confiance et
d'audace. Les succès inespérés de la république dans l'Argonne et dans la
Belgique leur avaient persuadé que tout homme, surtout le Français,
pouvait devenir un soldat en six mois. Le mouvement qui agitait la France
leur faisait croire en outre que la population entière pouvait être
transportée sur les champs de bataille, et qu'ainsi il était possible de
réunir jusqu'à trois ou quatre millions d'hommes, qui seraient bientôt
des soldats, et surpasser de la sorte tout ce que pourraient faire tous
les souverains de l'Europe ensemble. «Voyez, disaient-il, tous les
royaumes; c'est une petite quantité d'hommes recrutés avec effort qui
remplissent les cadres des armées; la population entière y est étrangère,
et on voit une petite poignée d'individus enrégimentés décider du sort des
empires les plus vastes. Mais supposez, au contraire, une nation tout
entière arrachée à la vie privée, et s'armant pour sa défense, ne
doit-elle pas détruire tous les calculs ordinaires? Qu'y a-t-il
d'impossible à _vingt-cinq millions d'hommes qui exécutent_? Quant aux
dépenses, elles ne les inquiétaient pas davantage. Le capital des biens
nationaux s'augmentait chaque jour par l'émigration, et il excédait de
beaucoup la dette. Dans le moment, ce capital n'avait pas de valeur par le
défaut d'acheteurs; mais les assignats en tenaient la place, et leur
valeur fictive suppléait à la valeur future des biens qu'ils
représentaient. Au cours, ils étaient réduits à un tiers de leur valeur
nominale; mais ce n'était qu'un tiers à ajouter à la circulation, et ce
capital était si énorme qu'il suffisait au-delà de l'excédant qu'il
fallait émettre. Après tout, ces hommes qu'on allait transporter sur le
champ de bataille, vivaient bien dans leurs foyers, beaucoup même vivaient
avec luxe, pourquoi ne vivraient-ils pas en campagne? La terre et le vivre
peuvent-ils manquer à des hommes, quelque part qu'ils se trouvent?
D'ailleurs l'ordre social tel qu'il existait avait des richesse plus qu'il
n'en fallait pour suffire au besoin de tous; il n'y avait qu'à en faire
une meilleure distribution; et pour cela on se proposait d'imposer les
riches, et de leur faire supporter les frais de la guerre. Enfin, les
états dans lesquels on allait pénétrer, ayant aussi un ancien ordre social
à renverser, des abus à détruire, pourraient réaliser des profits immenses
sur le clergé, la noblesse, la royauté, et ils devaient payer à la France
le secours qu'on leur fournissait.

C'est ainsi que raisonnait l'ardente imagination de Cambon, et ces idées
envahissaient toutes les têtes. L'ancienne politique des cabinets
calculait autrefois sur cent et deux cent mille soldats, payés avec
quelques taxes ou quelques revenus de domaine; maintenant c'est tout une
masse d'hommes qui se levait elle-même, et se disait: _Je composerai les
armées_; qui regardait à la somme générale des richesses, et se disait
encore: _Cette somme est suffisante, et, partagée entre, tous, elle
suffira au besoin de tous_. Sans doute ce n'était pas la nation entière
qui tenait ce langage; mais c'était la portion la plus exaltée qui formait
ces résolutions, et qui allait par tous les moyens les imposer à la masse
de la nation.

Avant de montrer la distribution des ressources imaginées par les
révolutionnaires français, il faut se reporter sur nos frontières, et y
voir comment s'était achevée la dernière campagne. Son début avait été
brillant, mais un premier succès, mal soutenu, n'avait servi qu'à étendre
notre ligne d'opérations, et à provoquer de la part de l'ennemi un effort
plus grand et plus décisif. Ainsi notre défense était devenue plus
difficile, parce qu'elle était plus étendue; l'ennemi battu devait réagir
avec énergie, et son effort redoublé allait concourir avec une
désorganisation presque générale de nos armées. Ajoutez que le nombre des
coalisés était doublé, car les Anglais sur nos côtes, les Espagnols sur
les Pyrénées, les Hollandais vers le nord des Pays-Bas, nous menaçaient de
nouvelles attaques.

Dumouriez s'était arrêté sur les bords de la Meuse, et n'avait pu pousser
jusqu'au Rhin, par des raisons qui n'ont pas été assez appréciées, parce
qu'on n'a pu s'expliquer les lenteurs qui avaient suivi la rapidité de ses
premières opérations. Arrivé à Liège, la désorganisation de son armée
était complète. Les soldats étaient presque nus; faute de chaussure, ils
s'enveloppaient les pieds avec du foin; ils n'avaient, avec quelque
abondance, que la viande et le pain, grâce à un marché que Dumouriez avait
maintenu d'autorité. Mais l'argent manquait pour leur fournir le prêt, et
ils pillaient les paysans, ou se battaient avec eux pour leur faire
recevoir des assignats. Les chevaux mouraient de faim faute de fourrages,
et ceux de l'artillerie avaient péri presque tous. Les privations, le
ralentissement de la guerre, ayant dégoûté les soldats, tous les
volontaires partaient en bandes, s'appuyant sur un décret qui déclarait
que la patrie avait cessé d'être en danger. Il fallut un autre décret de
la convention pour empêcher la désertion, et quelque sévère qu'il fût, la
gendarmerie placée sur les routes suffisait à peine à arrêter les fuyards.
L'armée était réduite d'un tiers. Ces causes réunies empêchèrent de
poursuivre les Autrichiens avec toute la vivacité nécessaire. Clerfayt
avait eu le temps de se retrancher sur les bords de l'Erft, Beaulieu du
côté de Luxembourg; et il était impossible à Dumouriez, avec une armée
réduite à trente ou quarante mille hommes, de chasser devant lui un ennemi
retranché dans des montagnes et des bois; et appuyé sur Luxembourg, l'une
des plus fortes places du monde. Si, comme on le répétait sans cesse,
Custine, au lieu de faire des courses en Allemagne, se fût rabattu sur
Coblentz, s'il s'était joint à Beurnonville pour prendre Trèves, et que
tous deux eussent ensuite descendu sur le Rhin, Dumouriez s'y serait porté
de son côté par Cologne; tous trois se donnant ainsi la main, Luxembourg
se serait trouvé investi, et serait tombé par défaut de communications.
Mais rien de tout cela n'avait eu lieu. Custine, voulant attirer la guerre
de son côté, ne fit que provoquer inutilement une déclaration de la diète
impériale, qu'irriter la vanité du roi de Prusse, et l'engager davantage
dans la coalition; Beurnonville, réduit à ses propres forces, n'avait pu
faire tomber Trèves et l'ennemi s'était maintenu à la fois dans
l'électorat de Trèves et dans le duché de Luxembourg. En cet état de
choses, Dumouriez, en s'avançant vers le Rhin, aurait découvert son flanc
droit et ses derrières, et n'aurait pu d'ailleurs, dans la situation où se
trouvait son armée, envahir le pays immense qui s'étend de la Meuse
jusqu'au Rhin et jusqu'aux frontières de la Hollande, pays difficile, sans
moyens de transports, coupé de bois, de montagnes, et occupé par un ennemi
encore respectable. Certes Dumouriez, s'il en avait eu les moyens, aurait
bien mieux aimé faire des conquêtes sur le Rhin que venir solliciter à
Paris pour Louis XVI. Le zèle pour la royauté, qu'il s'est attribué à
Londres pour se faire valoir, et que les jacobins lui ont imputé à Paris
pour le perdre, n'était pas assez grand pour le faire renoncer à des
victoires, et venir se compromettre au milieu des factions de la capitale.
Il ne quitta le champ de bataille que parce qu'il n'y pouvait plus rien
faire, et parce qu'il voulait, par sa présence auprès du gouvernement,
terminer les difficultés qu'on lui avait suscitées en Belgique.

On a déjà vu au milieu de quels embarras allait le placer sa conquête. Le
pays conquis désirait une révolution, mais ne la voulait pas entière et
radicale comme la révolution de France. Dumouriez, par goût, par
politique, par raison de prudence militaire, devait se prononcer
naturellement pour les penchans modérés des pays qu'il occupait. Déjà on
l'a vu en lutte pour épargner aux Belges les inconvéniens de la guerre,
pour les faire participer au profit des approvisionnemens, enfin pour leur
insinuer plutôt que leur imposer les assignats. Il n'était payé de tant de
soins que par les invectives des jacobins. Cambon avait préparé une autre
contrariété à Dumouriez en faisant rendre le décret du 15 décembre. «Il
faut,» avait dit Cambon, au milieu des plus vifs applaudissemens, «nous
déclarer _pouvoir révolutionnaire_ dans les pays où nous entrons. Il est
inutile de nous cacher; les despotes savent ce que nous voulons; il faut
donc le proclamer hautement puisqu'on le devine, et que d'ailleurs la
justice en peut être avouée. Il faut que, partout où nos généraux
entreront, ils proclament la souveraineté du peuple, l'abolition de la
féodalité, de la dîme, de tous les abus; que toutes les anciennes
autorités soient dissoutes, que de nouvelles administrations locales
soient provisoirement formées sous la direction de nos généraux; que ces
administrations gouvernent le pays et avisent aux moyens de former des
conventions nationales qui décideront de son sort; que sur-le-champ les
biens de nos ennemis, c'est-à-dire les biens des nobles, de prêtres, des
communautés, laïques ou religieuses, des églises, etc., soient séquestrés
et mis sous la sauve-garde de la nation française, pour qu'il en soit tenu
compte aux administrations locales, et pour qu'ils servent de gage aux
frais de la guerre, dont les pays délivrés devront supporter une partie,
puisque cette guerre a pour but de les affranchir. Il faut qu'après la
campagne on entre en compte. Si la république a reçu en fournitures plus
qu'il ne faut pour la portion de frais qu'on lui devra, elle paiera le
surplus, sinon on le lui paiera à elle. Il faut que nos assignats, fondés
sur la nouvelle distribution de la propriété, soient reçus dans les pays
conquis, et que leur champ s'étende avec les principes qui les ont
produits; qu'enfin le pouvoir exécutif envoie des commissaires pour
s'entendre avec ces administrations provisoires, pour fraterniser avec
elles, tenir les comptes de la république, et exécuter le séquestre
décrété. Point de demi-révolution, ajoutait Cambon. Tout peuple qui ne
voudra pas ce que nous proposons ici sera notre ennemi, et méritera d'être
traité comme tel. Paix et fraternité à tous les amis de la liberté, guerre
aux lâches partisans du despotisme; _guerre aux châteaux, paix aux
chaumières!_»

Ces dispositions avaient été sur-le-champ consacrées par un décret, et
mises à exécution dans toutes les provinces conquises. Aussitôt une nuée
d'agens, choisis par le pouvoir exécutif dans les jacobins, s'étaient
répandus dans la Belgique. Les administrations provisoires avaient été
formées sous leur influence, et ils les poussaient à la plus excessive
démagogie. Le bas peuple, excité par eux contre les classes moyennes,
commettait les plus grands désordres. C'était l'anarchie de 93, qui,
amenée progressivement chez nous par quatre années de trouble, se
produisait là tout à coup, et sans aucune transition de l'ancien au nouvel
ordre de choses. Ces proconsuls, revêtus de pouvoirs presque absolus,
faisaient emprisonner, séquestrer hommes et biens; en faisant enlever
toute l'argenterie des églises, ils avaient fort indisposé les malheureux
Belges, très attachés à leur culte, et surtout donné lieu à beaucoup de
malversations. Ils avaient formé des espèces de conventions pour décider
du sort de chaque contrée, et, sous leur despotique influence, la réunion
à la France fut votée à Liège, à Bruxelles, à Mons, etc... C'étaient là
des malheurs inévitables, et d'autant plus grands, que la violence
révolutionnaire se joignait, pour les produire, à la brutalité militaire.
Des divisions d'un autre genre éclataient encore dans ce malheureux pays.
Des agens du pouvoir exécutif prétendaient asservir à leurs ordres les
généraux qui se trouvaient dans l'étendue de leur commissariat; et, si ces
généraux n'étaient pas jacobins, comme il arrivait souvent, c'était une
nouvelle occasion de querelles et de luttes, qui contribuaient à augmenter
le désordre général. Dumouriez, indigné de voir ses conquêtes compromises,
et par la désorganisation de son armée, et par la haine qu'on inspirait
aux Belges, avait déjà traité durement quelques-uns de ces proconsuls, et
était venu à Paris exprimer son indignation, avec la vivacité de son
caractère, et la hauteur d'un général victorieux, qui se croyait
nécessaire à la république.

Telle était notre situation sur ce principal théâtre de la guerre.
Custine, rejeté dans Mayence, y déclamait contre la manière dont
Beurnonville avait exécuté sa tentative sur Trèves. Kellermann se
maintenait aux Alpes, à Chambéry et à Nice. Servan s'efforçait en vain de
composer une armée aux Pyrénées; et Monge, aussi faible pour les jacobins
que l'était Pache, avait laissé décomposer l'administration de la marine.
Il fallait donc porter toute l'attention publique sur la défense des
frontières. Dumouriez avait passé la fin de décembre et le mois de janvier
à Paris, où il s'était compromis par quelques mots en faveur de Louis XVI,
par son absence des Jacobins, où on l'annonçait sans cesse et où il ne
paraissait jamais, enfin par ses liaisons avec son ancien ami Gensonné. Il
avait rédigé quatre mémoires, l'un sur le décret du 15 décembre, l'autre
sur l'organisation de l'armée, le troisième sur les fournitures, et le
dernier sur le plan de campagne pour l'année qui s'ouvrait. Au bas de
chacun de ces mémoires se trouvait sa démission, si on refusait d'admettre
ce qu'il proposait.

L'assemblée avait, outre son comité diplomatique et son comité militaire,
établi un troisième comité, extraordinaire, dit de _défense générale_,
chargé de s'occuper universellement de tout ce qui intéressait la défense
de la France. Il était fort nombreux, et tous les membres de l'assemblée
pouvaient même, s'il leur plaisait, assister à ses séances. L'objet qu'on
avait eu en le formant était de concilier les membres des partis opposés,
et de les rassurer sur leurs intentions en les faisant travailler ensemble
au salut commun. Robespierre, irrité d'y voir les girondins, y paraissait
peu; ceux-ci étaient au contraire fort assidus. Dumouriez y comparut avec
ses plans, ne fut pas toujours compris, déplut souvent par sa hauteur, et
abandonna ses mémoires à leur sort. Il se retira donc à quelque distance
de Paris, peu disposé à se démettre de son généralat, quoiqu'il en eût
menacé la convention, et attendant le moment d'ouvrir la campagne.

Il était entièrement dépopularisé aux Jacobins, et calomnié tous les jours
dans les feuilles de Marat, pour avoir soutenu la demi-révolution en
Belgique, et y avoir affiché une grande sévérité contre les démagogues. On
l'accusait d'avoir volontairement laissé échapper les Autrichiens de la
Belgique; et, remontant même plus haut, on assurait publiquement qu'il
avait ouvert les portes de l'Argonne à Frédéric-Guillaume, qu'il aurait pu
détruire. Cependant les membres du conseil et des comités, qui cédaient
moins aveuglément aux passions démagogiques, sentaient son utilité, et le
ménageaient encore. Robespierre même le défendait, en rejetant tous les
torts sur ses prétendus amis les girondins. On se mit ainsi d'accord pour
lui donner toutes les satisfactions possibles, sans déroger cependant aux
décrets rendus et aux principes rigoureux de la révolution. On lui rendit
ses deux commissaires ordonnateurs Malus et Petit-Jean, on lui accorda de
nombreux renforts, on lui promit des approvisionnemens suffisans, on
adopta ses idées pour le plan général de campagne, mais on ne fit aucune
concession, quant au décret du 15 décembre et à la nouvelle administration
de l'armée. La nomination de Beurnonville, son ami, au ministère de la
guerre, fut un nouvel avantage pour lui, et il put espérer de la part de
l'administration le plus grand zèle à le pourvoir de tout ce dont il
aurait besoin.

Il crût un moment que l'Angleterre le prendrait pour médiateur entre elle
et la France, et il était parti pour Anvers avec cette espérance
flatteuse. Mais la convention, fatiguée des perfidies de Pitt, avait,
comme on l'a vu, déclaré la guerre à la Hollande et à l'Angleterre. Cette
déclaration le trouva donc à Anvers, et voici ce qui fut résolu, en partie
d'après ses plans, pour la défense du territoire. On convint de porter les
armées à cinq cent deux mille hommes, et on trouvera que c'était peu, si
on songe à l'idée qu'on s'était faite de la puissance de la France, et
comparativement à la force à laquelle on les éleva plus tard. On devait
garder la défensive à l'Est et au Midi; demeurer en observation le long
des Pyrénées et des côtes, et déployer toute l'audace de l'offensive dans
le Nord, où, comme l'avait dit Dumouriez, «on ne pouvait se défendre qu'en
gagnant des batailles.» Pour exécuter ce plan, cent cinquante mille hommes
devaient occuper la Belgique et couvrir la frontière de Dunkerque à la
Meuse; cinquante mille devaient garder l'espace compris entre la Meuse et
la Sarre; cent cinquante mille s'étendre le long du Rhin et des Vosges, de
Mayence à Besançon et à Gex. Enfin une réserve était préparée à Châlons,
avec le matériel nécessaire pour se rendre partout où le besoin
l'exigerait. On faisait garder la Savoie et Nice par deux armées de
soixante-dix mille hommes chacune; les Pyrénées par une de quarante mille;
on plaçait sur les côtes de l'Océan et de la Bretagne quarante-six mille
hommes, dont partie servirait à l'embarquement, s'il était nécessaire. Sur
ces cinq cent deux mille hommes, il y en avait cinquante mille de
cavalerie et vingt mille d'artillerie. Telle était la force projetée; mais
la force effective était bien moindre, et se réduisait à deux cent
soixante-dix mille hommes, dont cent mille dans les diverses parties de la
Belgique, vingt-cinq mille sur la Moselle, quarante-cinq mille à Mayence,
sous les ordres de Custine, trente mille sur le Haut-Rhin, quarante mille
en Savoie et à Nice, et trente mille au plus dans l'intérieur. Mais pour
arriver au complet, l'assemblée décréta que le recrutement se ferait dans
les gardes nationales; que tout membre de cette garde, non marié, ou marié
sans enfans, ou veuf sans enfans, était à la disposition du pouvoir
exécutif, depuis dix-huit ans jusqu'à quarante-cinq. Elle ajouta que trois
cent mille hommes étaient encore nécessaires pour résister à la coalition,
et que le recrutement ne s'arrêterait que lorsque ce nombre serait
atteint[1].

[Note 1: Décret du 24 février.]

En même temps on ordonna l'émission de huit cents millions d'assignats, et
la coupe des bois de la Corse pour les constructions de la marine.

En attendant l'accomplissement de ces projets, on entra en campagne avec
deux cent soixante-dix mille hommes. Dumouriez en avait trente mille sur
l'Escaut, et environ soixante-dix mille sur la Meuse. Envahir rapidement
la Hollande était un projet audacieux qui fermentait dans toutes les
têtes, et auquel Dumouriez était forcément entraîné par l'opinion
générale. Plusieurs plans furent proposés. L'un, imaginé par les réfugiés
bataves sortis de leur patrie après la révolution de 1787, consistait à
envahir la Zélande avec quelques mille hommes, et à s'emparer du
gouvernement, qui voulait s'y retirer. Dumouriez avait feint de se prêter
à ce plan, mais il le trouvait stérile, parce que c'était se réduire à
l'occupation d'une partie peu considérable et d'ailleurs peu importante de
la Hollande. Le second lui appartenait; il consistait à descendre la Meuse
par Venloo jusqu'à Grave, à se rabattre de Grave sur Nimègue, et à fondre
ensuite sur Amsterdam. Ce projet eût été le plus sûr, si on avait pu
prévoir l'avenir. Mais, placé à Anvers, Dumouriez en conçut un troisième,
plus hardi, plus prompt, plus convenable à l'imagination révolutionnaire,
et plus fécond en résultats décisifs, s'il eût réussi. Tandis que ses
lieutenans, Miranda, Valence, Dampierre et autres, descendraient la Meuse,
en occupant Maëstricht, dont on n'avait pas voulu s'emparer l'année
précédente, et Venloo, qui ne devait pas résister long-temps, Dumouriez
avait le projet de prendre avec lui vingt-cinq mille hommes, et de
se porter furtivement entre Berg-op-Zoom et Breda, d'arriver ainsi au
Moerdik, de traverser la petite mer du Bielbos, et de courir par les
embouchures des fleuves jusqu'à Leyde et Amsterdam. Ce plan audacieux
n'était pas moins fondé que beaucoup d'autres qui ont réussi; et, s'il
était hasardeux, il offrait cependant de bien plus grands avantages que
celui d'attaquer directement par Venloo et Nimègue. En prenant ce dernier
parti, Dumouriez attaquait de front les Hollandais, qui avaient déjà fait
tous leurs préparatifs entre Grave et Gorkum, et il leur donnait même le
temps de se renforcer d'Anglais et de Prussiens. Au contraire, en passant
par l'embouchure des fleuves, il pénétrait par l'intérieur de la Hollande,
qui n'était pas défendu, et s'il surmontait l'obstacle des eaux, la
Hollande était à lui. En revenant d'Amsterdam, il prenait les défenses à
revers, et faisait tout tomber entre lui et ses lieutenans, qui devaient
le joindre par Nimègue et Utrecht.

Il était naturel qu'il prît le commandement de l'armée d'expédition, parce
que c'était là qu'il fallait le plus de promptitude, d'audace et
d'habileté.

Ce projet avait le danger de tous les plans d'offensive, c'était de
s'exposer soi-même à l'invasion en se découvrant. Ainsi la Meuse restait
ouverte aux Autrichiens; mais, dans le cas d'une offensive réciproque,
l'avantage reste à celui qui résiste le mieux au danger, et cède le moins
vite à la terreur de l'invasion.

Dumouriez envoya sur la Meuse Thouvenot dans lequel il avait toute
confiance; il fit connaître à ses lieutenans Valence et Miranda les
projets qu'il leur avait cachés jusque-là; il leur enjoignit de hâter les
sièges de Maëstricht et de Venloo, et, en cas de retard, de se succéder
devant ces places, de manière à faire toujours des progrès vers Nimègue.
Il leur recommanda encore de fixer des points de ralliement autour de
Liège et d'Aix-la-Chapelle, afin de réunir les quartiers dispersés, et de
pouvoir résister à l'ennemi, s'il venait en force troubler les sièges
qu'on devait exécuter sur la Meuse.

Dumouriez partit aussitôt d'Anvers avec dix-huit mille hommes réunis à la
hâte. Il divisa sa petite armée en plusieurs corps, qui avaient ordre de
faire des sommations aux diverses places fortes, sans cependant s'arrêter
à commencer des sièges. Son avant-garde devait se hâter d'enlever les
bateaux et les moyens de transport, tandis que lui, avec un gros de
troupes, se tiendrait à portée de donner secours à ceux de ses lieutenans
qui en auraient besoin. Le 17 février 1793, il pénétra sur le territoire
hollandais en publiant une proclamation où il promettait amitié aux
Bataves, et guerre seulement au stathouder et à l'influence anglaise. On
s'avança en laissant le général Leclerc devant Berg-op-Zoom, en portant le
général Berneron devant Klundert et Willemstadt, et en donnant à
l'excellent ingénieur d'Arçon la mission de feindre une attaque sur
l'importante place de Breda. Dumouriez était avec l'arrière-garde à
Sevenberghe. Le 25, le général Berneron s'empara du fort de Klundert, et
se porta devant Willemstadt. Le général d'Arçon lança quelques bombes
sur Breda. Cette place était réputée très forte; la garnison était
suffisante, mais mal commandée, et, après quelques heures, elle se rendit
à une armée d'assiégeans qui n'était guère plus forte qu'elle-même. Les
Français entrèrent dans Breda le 27 et s'emparèrent d'un matériel
considérable, consistant en deux cent cinquante bouches à feu, trois cents
milliers de poudre et cinq mille fusils. Après avoir laissé garnison dans
Breda, le général d'Arçon se rendit le 1er mars devant Gertruydenberg,
place très forte aussi, et s'empara le même jour de tous les travaux
avancés. Dumouriez s'était rendu au Moerdik, et réparait les retards de
son avant-garde. Cette suite de surprises si heureuses sur des places
capables d'une longue résistance, jetait beaucoup d'éclat sur le début de
cette tentative; mais des retards imprévus contrariaient le passage du
bras de mer, opération la plus difficile de ce projet. Dumouriez avait
d'abord espéré que son avant-garde, agissant plus promptement,
traverserait le Bielbos au moyen de quelques bateaux, occuperait l'île de
Dort, gardée tout au plus par quelques cents hommes, et s'emparant d'une
nombreuse flottille, la ramènerait sur l'autre bord, pour transporter
l'armée. Des délais inévitables empêchèrent l'exécution de cette partie du
plan. Dumouriez tâcha d'y suppléer en s'emparant de tous les bateaux qu'il
put trouver, et en réunissant des charpentiers pour se composer une
flottille. Cependant il avait besoin de se hâter, car l'armée hollandaise
se réunissait à Gorkum, au Stry et à l'île de Dort; quelques chaloupes
ennemies et une frégate anglaise menaçaient son embarquement, et
canonnaient son camp, appelé par nos soldats le camp des Castors. Ils
avaient en effet construit des huttes de paille, et, encouragés par la
présence de leur général, ils bravaient le froid, les privations, les
dangers, l'avenir d'une entreprise aussi audacieuse, et ils attendaient
avec impatience le moment de passer sur la rive opposée. Le 3 mars, le
général Deflers arriva avec une nouvelle division; le 4, Gertruydenberg
ouvrit ses portes, et tout fut préparé pour opérer le passage du Bielbos.

Pendant ce temps, la lutte continuait entre les deux partis de
l'intérieur. La mort de Lepelletier avait déjà donné occasion aux
montagnards de se dire menacés dans leurs personnes, et on n'avait pu leur
refuser de renouveler dans l'assemblée le comité de surveillance. Ce
comité avait été composé de montagnards qui, pour premier acte, firent
arrêter Gorsas, député et journaliste attaché aux intérêts de la Gironde.
Les jacobins avaient encore obtenu un autre avantage, c'était la
suspension des poursuites décrétées le 20 janvier contre les auteurs de
septembre. A peine ces poursuites avaient-elles été commencées, qu'on
découvrit des preuves accablantes contre les principaux révolutionnaires,
et contre Danton lui-même. Alors les jacobins s'étaient soulevés, avaient
soutenu que tout le monde était coupable dans ces journées, parce que tout
le monde les avait crues nécessaires, et les avait souffertes; ils osèrent
même dire que le seul tort de ces journées était d'être restées
incomplètes; et ils demandèrent la suspension des procédures dont on se
servait pour attaquer les plus purs révolutionnaires. Conformément à leurs
demandes, les procédures furent suspendues, c'est-à-dire abolies, et une
députation de jacobins s'était aussitôt rendue auprès du ministre de la
justice, pour qu'il dépêchât des courriers extraordinaires, à l'effet
d'arrêter les poursuites déjà commencées contre les _frères de Meaux_.

On a déjà vu que Pache avait été obligé de quitter le ministère, et que
Roland avait donné volontairement sa démission. Cette concession
réciproque ne calma point les haines. Les jacobins peu satisfaits
demandaient qu'on instruisît le procès de Roland. Ils disaient qu'il avait
ravi à l'état des sommes énormes, et placé à Londres plus de douze
millions; que ses richesses étaient employées à pervertir l'opinion par
des écrits, et à exciter des séditions, en accaparant des grains; ils
voulaient qu'on instruisît aussi contre Clavière, Lebrun et Beurnonville,
tous traîtres, suivant eux, et complices des intrigues des girondins. En
même temps, ils préparaient un dédommagement bien autrement précieux à
leur, complaisant destitué. Chambon, le successeur de Pétion dans la
mairie de Paris, avait abdiqué des fonctions trop au-dessus de sa
faiblesse. Les jacobins songèrent aussitôt à Pache, auquel ils trouvèrent
le caractère sage et impassible d'un magistrat. Ils s'applaudirent de
cette idée, la communiquèrent à la commune, aux sections, à tous les
clubs, et les Parisiens entraînés par eux vengèrent Pache de sa disgrâce
en le nommant leur maire. Pourvu que Pache fût aussi docile à la mairie
qu'au ministère de la guerre, la domination des jacobins était assurée
dans Paris, et dans ce choix ils avaient consulté autant leur utilité que
leurs passions.

La difficulté des subsistances et les embarras du commerce étaient
toujours des sujets continuels de désordre et de plaintes, et de décembre
en février, le mal s'était considérablement accru. La crainte des troubles
et du pillage, la répugnance des cultivateurs à recevoir du papier, la
cherté des prix provenant de la grande abondance du numéraire fictif,
étaient, comme nous l'avons dit, les causes qui empêchaient le facile
commerce des grains, et produisaient la disette. Cependant les efforts
administratifs des communes suppléaient, jusqu'à un certain point, à
l'activité du commerce, et les denrées ne manquaient pas dans les marchés,
mais elles y étaient d'un prix exorbitant. La valeur des assignats
diminuant chaque jour en raison de leur masse, il en fallait toujours
davantage pour acquérir la même somme d'objets, et c'est ainsi que les
prix devenaient excessifs. Le peuple, ne recevant que la même valeur
nominale pour son travail, ne pouvait plus atteindre aux objets de ses
besoins, et se répandait en plaintes et en menaces. Le pain n'était pas
la seule chose dont le prix fût excessivement augmenté: le sucre, le café,
la chandelle, le savon, avaient doublé de valeur. Les blanchisseuses
étaient venues se plaindre à la convention de payer trente sous le savon,
qu'elles ne payaient autrefois que quatorze. En vain on disait au peuple
d'augmenter le prix de son travail, pour rétablir la proportion entre ses
salaires et sa consommation; il ne pouvait se concerter pour y parvenir,
et il criait contre les riches, contre les accapareurs, contre
l'aristocratie marchande; il demandait enfin le moyen le plus simple, la
taxe forcée et le _maximum_. Les jacobins, les membres de la commune, qui
étaient peuple par rapport à l'assemblée, mais qui, par rapport au peuple
lui-même, étaient des assemblées presque éclairées, sentaient les
inconvéniens de la taxe. Quoique plus portés que la convention à
l'admettre, ils résistaient cependant, et on entendait aux Jacobins,
Dubois de Crancé, les deux Robespierre, Thuriot et autres montagnards,
s'élever tous les jours contre le projet du _maximum_. Chaumette et
Hébert faisaient de même à la commune, mais les tribunes murmuraient, et
leur répondaient quelquefois par des huées. Souvent des députations des
sections venaient reprocher à la commune sa modération, et sa connivence
avec les accapareurs. C'était dans ces assemblées de sections que se
réunissaient les dernières classes des agitateurs, et on y voyait régner
un fanatisme révolutionnaire encore plus ignorant et plus emporté qu'à
la commune et aux jacobins. Coalisées avec les Cordeliers, où se rendaient
tous les hommes d'exécution, les sections produisaient tous les troubles
de la capitale. Leur infériorité et leur obscurité, en les exposant à plus
d'agitations, les exposaient aussi à des menées en sens contraires; et
c'était là que les restes de l'aristocratie osaient se montrer, et faire
quelques essais de résistance. Les anciennes créatures de la noblesse, les
anciens domestiques des émigrés, tous les oisifs turbulens qui, entre les
deux causes opposées, avaient préféré la cause aristocratique, se
rendaient dans quelques sections où une bourgeoisie honnête persévérait en
faveur des girondins, et se cachaient derrière cette opposition
raisonnable et sage pour combattre les montagnards, et travailler en
faveur de l'étranger et de l'ancien régime. Dans ces luttes, la
bourgeoisie honnête se retirait le plus souvent; les deux classes extrêmes
d'agitateurs restaient alors en présence, et se combattaient dans cette
région inférieure avec une violence effrayante. Tous les jours,
d'horribles scènes avaient lieu pour des pétitions à faire à la commune,
aux jacobins ou à l'assemblée. Suivant le résultat de la lutte, il sortait
de ces orages des adresses contre septembre et le _maximum_, ou des
adresses contre les appelans, les aristocrates et les accapareurs.

La commune repoussait les pétitions incendiaires des sections, et les
engageait à se défier des agitateurs secrets qui voulaient y introduire le
désordre. Elle remplissait, par rapport aux sections, le rôle que la
convention emplissait à son égard. Les jacobins n'ayant pas comme la
commune des fonctions déterminées à exercer, s'occupant en revanche à
raisonner sur tous les sujets, avaient de grandes prétentions
philosophiques, et aspiraient à mieux comprendre l'économie sociale que
les sections et le club des Cordeliers. Ils affectaient donc en beaucoup
de choses de ne pas partager les passions vulgaires de ces assemblées
subalternes, et ils condamnaient la taxe comme dangereuse pour la liberté
du commerce. Mais, pour substituer un autre moyen à celui qu'ils
repoussaient, ils proposaient de faire prendre les assignats au pair, et
de punir de mort quiconque refuserait de les recevoir selon la valeur
portée sur leur titre, comme si ce n'eût pas été là une autre manière
d'attaquer la liberté du commerce. Ils voulaient encore qu'on s'engageât
réciproquement à ne plus prendre ni sucre, ni café, pour en faire baisser
forcément la valeur; enfin, ils avaient imaginé d'arrêter la création des
assignats, et d'y suppléer par des emprunts sur les riches, emprunts
forcés, et répartis d'après le nombre des domestiques, des chevaux, etc...
Toutes ces propositions n'empêchaient pas le mal de s'accroître et de
rendre une crise inévitable. En attendant qu'elle éclatât, on se
reprochait réciproquement les malheurs publics. On accusait les girondins
de s'entendre avec les riches et les accapareurs, pour affamer le peuple,
pour le porter à des émeutes, et pour en prendre occasion de porter de
nouvelles lois martiales, on les accusait même de vouloir amener
l'étranger par des désordres, reproche absurde, mais qui devint mortel.
Les girondins répondaient par les mêmes accusations. Ils reprochaient à
leurs adversaires de causer la disette et les troubles par les craintes
qu'ils inspiraient au commerce, et de vouloir arriver par les troubles à
l'anarchie, par l'anarchie au pouvoir, et peut-être à la domination
étrangère.

Déjà la fin de février approchait, et la difficulté de se procurer les
denrées avait poussé l'irritation du peuple au dernier terme. Les femmes,
apparemment plus touchées de ce genre de souffrances, étaient dans une
extrême agitation. Elles se présentèrent aux Jacobins le 22, pour demander
qu'on leur prêtât la salle, où elles voulaient délibérer sur la cherté des
subsistances, et préparer une pétition à la convention nationale. On
savait que le but de cette pétition serait de proposer le _maximum_, et la
demande fut refusée. Les tribunes traitèrent alors les jacobins comme
elles traitaient quelquefois l'assemblée; _à bas les accapareurs! à bas
les riches_! fut le cri général. Le président fut obligé de se couvrir
pour apaiser le tumulte, et on y expliqua ce manque de respect en disant
qu'il y avait des aristocrates déguisés dans la salle des séances.
Robespierre, Dubois de Crancé, s'élevèrent de nouveau contre le projet de
la taxe, recommandèrent au peuple de se tenir tranquille, pour ne pas
donner prétexte à ses adversaires de le calomnier, et ne pas leur fournir
l'occasion de rendre des lois meurtrières.

Marat, qui avait la prétention d'imaginer toujours les moyens les plus
simples et les plus prompts, écrivit dans sa feuille, le 25 au matin, que
jamais l'accaparement ne cesserait, si on n'employait des moyens plus sûrs
que tous ceux qu'on avait proposés jusque-là. S'élevant contre _les
monopoleurs, les marchands de luxe, les suppôts de la chicane, les robins,
les ex-nobles_, que les infidèles mandataires du peuple encourageaient au
crime par l'impunité, il ajoutait: «Dans tout pays où les droits du peuple
ne seraient pas de vains titres, consignés fastueusement dans une simple
déclaration, le pillage de quelques magasins, à la porte desquels on
pendrait les accapareurs, mettrait bientôt fin à ces malversations, qui
réduisent cinq millions d'hommes au désespoir, et qui en font périr des
milliers de misère. Les députés du peuple ne sauront-ils donc jamais que
bavarder sur ses maux sans en proposer le remède[1]?»

[Note 1: _Journal de la République_, numéro du 25 février 1793.]

C'était le 25 au matin que ce fou orgueilleux écrivait ces paroles. Soit
qu'elles eussent réellement agi sur le peuple, soit que l'irritation
portée à son comble ne pût déjà plus se contenir, une multitude de femmes
s'assemblèrent en tumulte devant les boutiques des épiciers. D'abord on se
plaignit du prix des denrées, et on en demanda tumultueusement la
réduction. La commune n'avait pas été prévenue; le commandant Santerre
était allé à Versailles pour organiser un corps de cavalerie, et aucun
ordre n'était donné pour mettre la force publique en mouvement. Aussi les
perturbateurs ne trouvèrent aucun obstacle, et purent passer des menaces
aux violences et au pillage. Le rassemblement commença dans les rues de la
Vieille-Monnaie, des Cinq-Diamans et des Lombards. On exigea d'abord que
tous les objets fussent réduits à moitié prix; le savon à seize sous, le
sucre à vingt-cinq, la cassonade à quinze, la chandelle à treize. Une
grande quantité de denrées furent forcément arrachées à ce taux, et le
prix en fut compté par les acheteurs aux épiciers. Mais bientôt on ne
voulut plus payer, et on enleva les marchandises sans donner en échange
aucune partie de leur valeur. La force armée accourue sur un point fut
repoussée, et on cria de tous côtés: _A bas les baïonnettes_! L'assemblée,
la commune, les Jacobins, étaient en séance. L'assemblée écoutait un
rapport sur ce sujet; le ministre de l'intérieur lui démontrait que les
denrées abondaient dans Paris, mais que le mal provenait de la
disproportion entre la valeur du numéraire et celle des denrées
elles-mêmes. Aussitôt l'assemblée, voulant parer aux difficultés du
moment, alloua de nouveaux fonds à la commune, pour faire délivrer des
subsistances à meilleur prix. Dans le même instant, la commune, partageant
ses sentimens et son zèle, se faisait rapporter les événemens, et
ordonnait des mesures de police. A chaque nouveau fait qu'on venait lui
dénoncer, les tribunes criaient _tant mieux_! A chaque moyen proposé,
elles criaient _à bas_! Chaumette et Hébert étaient hués pour avoir
proposé de battre la générale et de requérir la force armée. Cependant il
fut arrêté que deux fortes patrouilles, précédées de deux officiers
municipaux, seraient envoyées pour rétablir l'ordre, et que vingt-sept
autres officiers municipaux iraient faire des proclamations dans les
sections.

Le désordre s'était propagé, on pillait dans différentes rues, et on
proposait même de passer des épiciers chez les marchands. Pendant ce
temps, des gens de tous les partis saisissaient l'occasion de se reprocher
ce désordre, et les maux qui en étaient la cause. «Quand vous aviez un
roi, disaient dans les rues les partisans du régime aboli, vous n'étiez
pas réduits à payer les choses aussi cher, ni exposés à des pillages.
--Voilà, disaient les partisans des girondins, où nous conduiront le
système de la violence et l'impunité des excès révolutionnaires.»

Les montagnards en étaient désolés, et soutenaient que c'étaient des
aristocrates déguisés, des fayettistes, des rolandins, des brissotins qui,
dans les groupes, excitaient le peuple à ces pillages. Ils assuraient
avoir trouvé dans la foule des femmes de haut rang, des gens à poudre, des
domestiques de grands seigneurs, qui distribuaient des assignats
pour entraîner le peuple dans les boutiques. Enfin, après plusieurs
heures, la force armée se trouva réunie; Santerre revint de Versailles;
les ordres nécessaires furent donnés; le bataillon des Brestois, présent à
Paris, déploya beaucoup de zèle et d'assurance, et on parvint à dissiper
les pillards.

Le soir il y eut une vive discussion aux Jacobins. On déplora ces
désordres, malgré les cris des tribunes et malgré leurs démentis.
Collot-d'Herbois, Thuriot, Robespierre furent unanimes pour conseiller la
tranquillité, et rejeter les excès sur les aristocrates et les girondins.
Robespierre fit sur ce sujet un long discours où il soutint que le peuple
était _impeccable,_ qu'il ne pouvait jamais avoir tort, et que, si on ne
l'égarait pas, il ne commettrait jamais aucune faute. Il soutint que dans
ces groupes de pillards on plaignait le roi mort, qu'on y disait du bien
du côté droit de l'assemblée, qu'il l'avait entendu lui-même, et que par
conséquent il ne pouvait pas y avoir de doute sur les véritables
instigateurs qui avaient égaré le peuple. Marat lui-même vint conseiller
le bon ordre, condamner les pillages qu'il avait prêchés le matin dans sa
feuille, et les imputer aux girondins et aux royalistes.

Le lendemain, les plaintes accoutumées et toujours inutiles retentirent
dans l'assemblée. Barrère s'éleva avec force contre les crimes de la
veille. Il fit remarquer les retards apportés par les autorités dans la
répression du désordre. Les pillages en effet avaient commencé à dix
heures du matin, et à cinq heures du soir la force armée n'était pas
encore réunie. Barrère demanda que le maire et le commandant général
fussent mandés pour expliquer les motifs de ce retard. Une députation de
la section de Bon-Conseil appuyait cette demande.

Salles prend alors la parole; il propose un acte d'accusation contre
l'instigateur des pillages, contre Marat, et lit l'article inséré la
veille dans sa feuille. Souvent on avait demandé une accusation contre les
provocateurs au désordre, et particulièrement contre Marat; l'occasion ne
pouvait être plus favorable pour les poursuivre, car jamais le désordre
n'avait suivi de plus près la provocation. Marat, sans se déconcerter,
soutient à la tribune qu'il est tout naturel que le peuple se fasse
justice des accapareurs, puisque les lois sont insuffisantes, et qu'il
faut _envoyer aux Petites-Maisons ceux qui proposent de l'accuser_. Buzot
demande l'ordre du jour sur la proposition d'accuser _monsieur_ Marat, «La
loi est précise, dit-il, mais _monsieur_ Marat incidentera sur ses
expressions, le jury sera embarrassé, et il ne faut pas préparer un
triomphe à _monsieur_ Marat, en présence de la justice elle-même.» Un
membre demande que la convention déclare à la république qu'hier matin
Marat a conseillé le pillage, et qu'hier soir on a pillé. Une foule de
propositions se succèdent; enfin on s'arrête à celle de renvoyer sans
distinction tous les auteurs des troubles aux tribunaux ordinaires. «Eh
bien! s'écrie alors Marat, rendez un acte d'accusation contre moi-même,
afin que la convention prouve qu'elle a'perdu toute pudeur!» A ces mots,
un grand tumulte s'élève; sur-le-champ la convention renvoie devant les
tribunaux Marat et tous les auteurs des délits commis dans la journée du
25. La proposition de Barrère est adoptée. Santerre et Pache sont mandés
à la barre. De nouvelles dispositions sont prises contre les agens
supposés de l'étranger et de l'émigration. Dans le moment, cette opinion
d'une influence étrangère s'accréditait de toutes parts. La veille, on
avait ordonné de nouvelles visites domiciliaires dans toute la France,
pour arrêter les émigrés et les voyageurs suspects; ce même jour, on
renouvela l'obligation des passe-ports, on enjoignit à tous les
aubergistes ou logeurs de déclarer les étrangers logés chez eux; on
ordonna enfin un nouveau recensement de tous les citoyens des sections.

Marat devait être enfin accusé, et le lendemain il écrivit dans sa feuille
les lignes suivantes:

«Indigné de voir les ennemis de la chose publique machiner éternellement
contre le peuple; révolté de voir les accapareurs en tout genre se
coaliser pour le réduire au désespoir par la détresse et la faim; désolé
de voir que les mesures prises par la convention pour arrêter ces
conjurations n'atteignaient pas le but; excédé des gémissemens des
infortunés qui viennent chaque matin me demander du pain, en accusant la
convention de les laisser périr de misère, je prends la plume pour
ventiler les meilleurs moyens de mettre enfin un terme aux conspirations
des ennemis publics et aux souffrances du peuple. Les idées les plus
simples sont celles qui se présentent les premières à un esprit bien fait,
qui ne veut que le bonheur général sans aucun retour sur lui-même: je me
demande donc pourquoi nous ne ferions pas tourner contre des brigands
publics les moyens qu'ils emploient pour ruiner le peuple et détruire la
liberté. En conséquence, j'observe que dans un pays où les droits du
peuple ne seraient pas de vains titres, consignés fastueusement dans une
simple déclaration, le pillage de quelques magasins à la porte desquels on
pendrait les accapareurs, mettrait bientôt fin à leurs malversations! Que
font les meneurs de la faction des hommes d'état? ils saisissent avidement
cette phrase, puis ils se hâtent d'envoyer des émissaires parmi les femmes
attroupées devant les boutiques des boulangers, pour les pousser à
enlever, à prix coûtant, du savon, des chandelles et du sucre, de la
boutique des épiciers détaillistes, tandis que ces émissaires pillent
eux-mêmes les boutiques des pauvres épiciers patriotes: puis ces scélérats
gardent le silence tout le jour, ils se concertent la nuit dans un
conciliabule nocturne, tenu rue de Rohan, chez la catin du
contre-révolutionnaire Valazé, et ils viennent le lendemain me dénoncer à
la tribune comme provocateur des excès dont ils sont les premiers
auteurs.»

La querelle devenait chaque jour plus acharnée. On se menaçait déjà
ouvertement; beaucoup de députés ne marchaient qu'avec des armes, et on
commençait à dire, avec autant de liberté que dans les mois de juillet et
d'août de l'année précédente, qu'il fallait se sauver par l'insurrection,
et supprimer la partie _gangrenée_ de la représentation nationale. Les
girondins se réunissaient le soir en grand nombre chez l'un d'eux, Valazé,
et là ils étaient fort incertains sur ce qu'ils avaient à faire. Les uns
croyaient, les autres ne croyaient pas à des périls prochains. Certains
d'entre eux, comme Salles et Louvet, supposaient des conspirations
imaginaires, et appelant l'attention sur des chimères, la détournaient du
danger véritable. Errant de projets en projets, et placés au milieu de
Paris, sans aucune force à leur disposition, et ne comptant que sur
l'opinion des départemens, immense il est vrai, mais inerte, ils pouvaient
tous les jours succomber sous un coup de main. Ils n'avaient pas réussi à
composer une force départementale; les troupes des fédérés, spontanément
arrivées à Paris depuis la réunion de la convention, étaient en partie
gagnées, en partie rendues aux armées, et ils ne pouvaient guère compter
que sur quatre cents Brestois, dont la ferme contenance avait arrêté les
pillages. A défaut de garde départementale, ils avaient essayé en vain de
transporter la direction de la force publique de la commune au ministère
de l'intérieur. La Montagne, furieuse, avait intimidé la majorité, et
l'avait empêchée de voter une pareille mesure. Déjà même on ne comptait
plus que sur quatre-vingts députés inaccessibles à la crainte et fermes
dans les délibérations. Dans cet état de choses, il ne restait aux
girondins qu'un moyen, aussi impraticable que tous les autres, celui de
dissoudre la convention. Ici encore les fureurs de la Montagne les
empêchaient d'obtenir une majorité. Dans ces incertitudes, qui provenaient
non pas de faiblesse, mais d'impuissance, ils se reposaient sur la
constitution. Par le besoin d'espérer quelque chose, ils se flattaient que
le joug des lois enchaînerait les passions, et mettrait fin à tous les
orages. Les esprits spéculatifs aimaient surtout à se reposer sur cette
idée.

Condorcet avait lu son rapport au nom du comité de constitution, et il
avait excité un soulèvement général. Condorcet, Pétion, Sieyès, furent
chargés d'imprécations aux Jacobins. On ne vit dans leur république qu'une
aristocratie toute faite pour quelques talens orgueilleux et despotiques.
Aussi les montagnards ne voulaient plus qu'on s'en occupât, et beaucoup de
membres de la convention, sentant déjà que leur occupation ne serait pas
de constituer, mais de défendre la révolution, disaient hardiment qu'il
fallait renvoyer la constitution à l'année suivante, et pour le moment ne
songer qu'à gouverner et se battre. Ainsi le long règne de cette orageuse
assemblée commençait à s'annoncer; elle cessait déjà de croire à la
brièveté de sa mission législative; et les girondins voyaient s'évanouir
leur dernière espérance, celle d'enchaîner promptement les factions avec
des lois.

Leurs adversaires n'étaient au reste pas moins embarrassés. Ils avaient
bien pour eux les passions violentes; ils avaient les jacobins, la
commune, la majorité des sections; mais ils ne possédaient pas les
ministères, ils redoutaient les départemens, où les deux opinions
s'agitaient avec une extrême fureur, et où la leur avait un désavantage
évident; ils craignaient enfin l'étranger, et quoique les lois ordinaires
des révolutions assurassent la victoire aux passions violentes, ces lois,
à eux inconnues, ne pouvaient les rassurer. Leurs projets étaient aussi
vagues que ceux de leurs adversaires. Attaquer la représentation nationale
était un acte d'audace difficile, et ils ne s'étaient pas encore habitués
à cette idée. Il y avait bien une trentaine d'agitateurs qui osaient et
proposaient tout dans les sections, mais ces projets étaient désapprouvés
par les jacobins, par la commune, par les Montagnards, qui, tous les jours
accusés de conspirer, s'en justifiant tous les jours, sentaient que des
propositions de cette espèce les compromettaient aux yeux de leurs
adversaires et des départemens. Danton, qui avait pris peu de part aux
querelles des partis, ne songeait qu'à deux choses: à se garantir de toute
poursuite pour ses actes révolutionnaires, et à empêcher la révolution de
rétrograder et de succomber sous les coups de l'ennemi. Marat lui-même, si
léger et si atroce quand il s'agissait des moyens, Marat hésitait; et
Robespierre, malgré sa haine contre les girondins, contre Brissot, Roland,
Guadet, Vergniaud, n'osait songer à une attaque contre la représentation
nationale; il ne savait à quel moyen s'arrêter, il était découragé, il
doutait du salut de la révolution, et disait à Garat qu'il en était
fatigué, malade, et qu'il croyait qu'on tramait la porte de tous les
défenseurs de la république[1].

[Note 1: Voyez la note 5 à la fin du volume.]

Tandis qu'à Marseille, à Lyon, à Bordeaux, les deux partis s'agitaient
avec violence, la proposition de se défaire des _appelans_, et de les
exclure de la convention, partit des jacobins de Marseille, luttant avec
les partisans des girondins. Cette pro position portée aux Jacobins de
Paris, y fut discutée. Desfieux soutint que cette demande était appuyée
par assez de sociétés affiliées pour être convertie en pétition, et la
présenter à la convention nationale. Robespierre, qui craignait qu'une
demande pareille n'entraînât tout le renouvellement de l'assemblée, et que
dans la lutte des élections la Montagne ne fût battue, s'y opposa
fortement, et réussit à l'écarter par les raisons ordinairement données
contre tous les projets de dissolution.

Nos revers militaires vinrent précipiter les événemens. Nous avons laissé
Dumouriez campant sur les bords du Bielbos, et préparant un débarquement
hasardeux, mais possible, en Hollande. Tandis qu'il faisait les
préparatifs de son expédition, deux cent soixante mille combattans
marchaient contre la France, depuis le Haut-Rhin jusqu'en Hollande.
Cinquante-six mille Prussiens, vingt-quatre mille Autrichiens, vingt-cinq
mille Hessois, Saxons, Bavarois, menaçaient le Rhin depuis Bâle jusqu'à
Mayence et Coblentz. De ce point jusqu'à la Meuse, trente mille hommes
occupaient le Luxembourg. Soixante mille Autrichiens, et dix mille
Prussiens marchaient vers nos quartiers de la Meuse, pour interrompre les
sièges de Maëstricht et de Venloo. Enfin quarante mille Anglais,
Hanovriens et Hollandais, demeurés encore en arrière, s'avançaient du fond
de la Hollande sur notre ligne d'opération. Le projet de l'ennemi était de
nous ramener de la Hollande sur l'Escaut, de nous faire repasser la Meuse,
et ensuite de s'arrêter sur cette rivière en attendant que la place de
Mayence eût été reprise. Son plan était de marcher ainsi peu à peu, de
s'avancer également sur tous les points à la fois, et de ne pénétrer
vivement sur aucun, afin de ne pas exposer ses flancs. Ce plan timide et
méthodique aurait pu nous permettre de pousser beaucoup plus loin et plus
activement l'entreprise offensive de la Hollande, si des fautes ou des
accidens malheureux, ou trop de précipitation à s'alarmer, ne nous eussent
obligés d'y renoncer. Le prince de Cobourg, qui s'était distingué dans la
dernière campagne contre les Turcs, commandait les Autrichiens, qui se
dirigeaient sur la Meuse. Le désordre régnait dans nos quartiers,
dispersés entre Maëstricht, Aix-la-Chapelle, Liège et Tongres. Dans les
premiers jours de mars, le prince de Cobourg passa la Roër, et s'avança
par Duren et Aldenhoven sur Aix-la-Chapelle. Nos troupes, attaquées
subitement, se retirèrent en désordre vers Aix-la-Chapelle, et en
abandonnèrent même les portes à l'ennemi. Miacsinsky résista quelque
temps; mais après un combat assez meurtrier dans les rues de la ville, il
fut obligé de céder, et de faire retraite vers Liège. Dans ce moment
Stengel et Neuilly, séparés par ce mouvement, étaient rejetés dans le
Limbourg. Miranda qui assiégeait Maëstricht, et qui pouvait être encore
isolé du principal corps d'armée retiré à Liège, abandonna même la rive de
gauche, et se retira sur Tongres. Les Impériaux entrèrent aussitôt dans
Maëstricht, et l'archiduc Charles, poussant hardiment les poursuites
au-delà de la Meuse, se porta jusqu'à Tongres et y obtint un avantage.
Alors Valence, Dampierre et Miacsinsky, réunis à Liège, pensèrent qu'il
fallait se hâter de rejoindre Miranda, et marchèrent sur Saint-Tron, où
Miranda se rendait de son côté. La retraite fut si précipitée, qu'on
perdit une partie du matériel. Cependant, après de grands dangers, on
parvint à se rejoindre à Saint-Tron. Lamarlière et Champmorin, placés à
Ruremonde, eurent le temps de se rendre par Dietz au même point. Stengel
et Neuilly, tout à fait séparés de l'armée et rejetés vers le Limbourg,
furent recueillis à Namur par la division du général d'Harville. Enfin,
ralliées à Tirlemont, nos troupes reprirent un peu de calme et
d'assurance, et attendirent l'arrivée de Dumouriez, qu'on redemandait
à grands cris.

A peine avait-il appris cette première déroute, qu'il avait ordonne a
Miranda de rallier tout son monde a Maëstricht et d'en continuer
tranquillement le siège avec soixante-dix mille hommes. Il était persuadé
que les Autrichiens n'oseraient pas livrer bataille, et que l'invasion de
la Hollande ramènerait bientôt les coalisés en arrière. Cette opinion
était juste, et fondée sur cette idée vraie, que, dans le cas d'une
offensive réciproque, la victoire reste à celui qui sait attendre
davantage. Le plan si timide des Impériaux, qui ne voulaient percer sur
aucun point, justifiait pleinement cette manière de voir; mais
l'insouciance des généraux, qui ne s'étaient pas concentrés assez tôt,
leur trouble après l'attaque, l'impossibilité où ils étaient de se rallier
en présence de l'ennemi, et surtout l'absence d'un homme supérieur en
autorité et en influence, rendaient impossible l'exécution de l'ordre
donné par Dumouriez. On lui écrivit donc lettres sur lettres pour le faire
revenir de Hollande. La terreur était devenue générale; plus de dix mille
déserteurs avaient déjà abandonné l'armée, et s'étaient répandus vers
l'intérieur. Les commissaires de la convention coururent à Paris, et
firent intimer à Dumouriez l'ordre de laisser à un autre l'expédition
tentée sur la Hollande, et de revenir au plus tôt se mettre à la tête de
la grande armée de la Meuse. Il reçut cet ordre le 8 mars, et partit le 9,
avec la douleur de voir tous ses projets renversés. Il revint, plus
disposé que jamais à tout critiquer dans le système révolutionnaire
introduit en Belgique, et à s'en prendre aux jacobins du mauvais succès de
ses plans de campagne. Il trouva en effet matière à se plaindre et à
blâmer. Les agens du pouvoir exécutif en Belgique exerçaient une autorité
despotique et vexatoire. Ils avaient partout soulevé la populace, et
souvent employé la violence dans les assemblées où se décidait la réunion
à la France. Ils s'étaient emparés de l'argenterie des églises, ils
avaient séquestré les revenus du clergé, confisqué les biens nobles, et
avaient excité la plus vive indignation chez toutes les classes de la
nation belge. Déjà une insurrection contre les Français commençait à
éclater du côté de Grammont.

Il n'était pas besoin de faits aussi graves pour disposer Dumouriez à
traiter sévèrement les commissaires du gouvernement. Il commença par en
faire arrêter deux, et par les faire traduire sous escorte à Paris. Il
parla aux autres avec la plus grande hauteur, les fit rentrer dans leurs
fonctions, leur défendit de s'immiscer dans les dispositions militaires
des généraux, et de donner des ordres aux troupes qui étaient dans
l'étendue de leur commissariat. Il destitua le général Moreton, qui avait
fait cause commune avec eux. Il ferma les clubs, il fit rendre aux Belges
une partie du mobilier pris dans les églises, et joignit à ces mesures
une proclamation pour désavouer, au nom de la France, les vexations qu'on
venait de commettre. Il qualifia du nom de _brigands_ ceux qui en étaient
les auteurs, et déploya une dictature qui, tout en lui rattachant la
Belgique, et rendant le séjour du pays plus sûr pour l'armée française,
excita au plus haut point la colère des jacobins. Il eut en effet avec
Camus une discussion fort vive, s'exprima avec mépris sur le gouvernement
du jour; et, oubliant le sort de Lafayette, comptant trop légèrement sur
la puissance militaire, il se conduisit en général certain de pouvoir,
s'il le voulait, ramener la révolution en arrière, et disposé à le
vouloir, si on le poussait à bout. Le même esprit s'était communiqué à son
état-major: on y parla avec dédain de cette populace qui gouvernait Paris,
des imbéciles conventionnels qui se laissaient opprimer par elle; on
maltraitait, on éloignait tous ceux qui étaient soupçonnés de jacobinisme;
et les soldats, joyeux de revoir leur général au milieu d'eux,
affectaient, en présence des commissaires de la convention, d'arrêter son
cheval, et de baiser ses bottes, en l'appelant leur père.

Ces nouvelles excitèrent à Paris le plus grand tumulte, provoquèrent de
nouveaux cris contre les traîtres et les contre-révolutionnaires.
Sur-le-champ le député Choudieu en profita pour réclamer, comme on l'avait
fait souvent, le renvoi des fédérés séjournant à Paris. A chaque nouvelle
fâcheuse des armées, on redemandait la même chose. Barbaroux voulut
prendre la parole sur ce sujet, mais sa présence excita un soulèvement
encore inconnu. Buzot voulut en vain faire valoir la fermeté des Brestois
pendant les pillages; Boyer-Fonfrède obtint seul, par une espèce
d'accommodement, que les fédérés des départemens maritimes iraient
compléter l'armée encore trop faible des côtes de l'Océan. Les autres
conservèrent la faculté de rester à Paris.

Le lendemain, 8 mars, la convention ordonna à tous les officiers de
rejoindre leurs corps sur-le-champ. Danton proposa de fournir encore aux
Parisiens l'occasion de sauver la France. «Demandez-leur trente mille
hommes, dit-il, envoyez-les à Dumouriez, et la Belgique nous est assurée,
la Hollande est conquise.» Trente mille hommes en effet n'étaient pas
difficiles à trouver à Paris, ils étaient d'un grand secours à l'armée du
Nord, et donnaient une nouvelle importance à la capitale. Danton proposa
en outre d'envoyer des commissaires de la convention dans les départemens
et les sections, pour accélérer le recrutement par tous les moyens
possibles. Toutes ces propositions furent adoptées. Les sections eurent
ordre de se réunir dans la soirée; des commissaires furent nommés pour s'y
rendre; on ferma les spectacles pour empêcher toute distractions, et le
drapeau noir fut arboré à l'Hôtel-de-Ville en signe de détresse.

Le soir en effet la réunion eut lieu; les commissaires furent parfaitement
reçus dans les sections. Les imaginations étaient ébranlées, et la
proposition de se rendre sur-le-champ aux armées fut partout bien
accueillie. Mais il arriva ici ce qui était déjà arrivé aux 2 et 3
septembre, on demanda avant de partir que les traîtres fussent punis. On
avait adopté, depuis cette époque, une phrase toute faite: «On ne voulait
pas, disait-on, laisser derrière soi des conspirateurs prêts à égorger les
familles des absens.» Il fallait donc, si l'on voulait éviter de nouvelles
exécutions populaires, organiser des exécutions légales et terribles, qui
atteignissent sans lenteur, sans appel, les contre-révolutionnaires, les
conspirateurs cachés, qui menaçaient au dedans la révolution déjà menacée
au dehors. Il fallait suspendre le glaive sur la tête des généraux, des
ministres, des députés infidèles, qui compromettaient le salut public. Il
n'était pas juste en outre que les riches égoïstes qui n'aimaient pas le
régime de l'égalité, à qui peu importait d'appartenir à la convention ou à
Brunswick, et qui par conséquent ne se présentaient pas pour remplir les
cadres de l'armée, il n'était pas juste qu'ils restassent étrangers à la
chose publique, et ne fissent rien pour elle. En conséquence, tous ceux
qui avaient au-dessus de quinze cents livres de rente, devaient payer une
taxe proportionnée à leurs moyens, et suffisante pour dédommager ceux qui
se dévoueraient de tous les frais de la campagne. Ce double voeu d'un
nouveau tribunal érigé contre le parti ennemi, et d'une contribution des
riches en faveur des pauvres qui allaient se battre, fut presque général
dans les sections. Plusieurs d'entre elles vinrent l'exprimer à la
commune; les jacobins l'émirent de leur côté, et le lendemain la
convention se trouva en présence d'une opinion universelle et
irrésistible.

Le jour suivant en effet (le 9 mars), tous les députés montagnards étaient
présens à la séance. Les jacobins remplissaient les tribunes. Ils en
avaient chassé toutes les femmes, _parce qu'il fallait_, disaient-ils,
_faire une expédition_. Plusieurs d'entre eux portaient des pistolets. Le
député Gamon voulut s'en plaindre, mais ne fut pas écouté. La Montagne et
les tribunes, fortement résolues, intimidaient la majorité, et
paraissaient décidées à ne souffrir aucune résistance. Le maire se
présente avec le conseil de la commune, confirme le rapport des
commissaires de la convention sur le dévouement des sections, mais répète
leur voeu d'un tribunal extraordinaire et d'une taxe sur les riches. Une
foule de sections succèdent à la commune, et demandent encore le tribunal
et la taxe. Quelques-unes y ajoutent la demande d'une loi contre les
accapareurs, d'un _maximum_ dans le prix des denrées, et de l'abrogation
du décret qui qualifiait marchandise la monnaie métallique, et permettait
qu'elle circulât à un prix différent du papier. Après toutes ces
pétitions, on insiste pour la mise aux voix des mesures proposées. On veut
d'abord voter sur-le-champ le principe de l'établissement d'un tribunal
extraordinaire. Quelques députés s'y opposent. Lanjuinais prend la parole,
et demande au moins que, si l'on veut absolument consacrer l'iniquité d'un
tribunal sans appel, on borne cette calamité au seul département de Paris.
Guadet, Valazé, font de vains efforts pour appuyer Lanjuinais: ils sont
brutalement interrompus par la Montagne. Quelques députés demandent même
que ce tribunal porte le nom de _révolutionnaire_. Mais la convention,
sans souffrir une plus longue discussion, «décrète l'établissement d'un
tribunal _criminel extraordinaire_, pour juger sans appel, et sans recours
au tribunal de cassation, les conspirateurs et les
contre-révolutionnaires, et charge son comité de législation de lui
présenter demain un projet d'organisation.»

Immédiatement après ce décret, on en rend un second, qui frappe les riches
d'une taxe extraordinaire de guerre; un troisième qui organise
quarante-une commissions, de deux députés chacune, chargées de se rendre
dans les départemens, pour y accélérer le recrutement par tous les moyens
possibles, pour y désarmer ceux qui ne partent pas, pour faire arrêter les
suspects, pour s'emparer des chevaux de luxe, pour y exercer enfin la
dictature la plus absolue. A ces mesures on en ajouta d'autres encore: les
bourses des collèges n'appartiendront à l'avenir qu'aux fils de ceux qui
seront partis pour les armées; tous les célibataires travaillant dans les
bureaux seront remplacés par des pères de famille, la contrainte par corps
sera abolie. Le droit de tester l'avait été quelques jours auparavant.
Toutes ces mesures furent prises sur la proposition de Danton, qui
connaissait parfaitement l'art de rattacher les intérêts à la cause de
la révolution.

Les jacobins, satisfaits de cette journée, coururent s'applaudir chez eux
du zèle qu'ils avaient montré, de la manière dont ils avaient composé les
tribunes, et de l'imposante réunion que présentaient les rangs serrés de
la Montagne. Ils se recommandèrent de continuer, et d'être tous présens à
la séance du lendemain, où devait s'organiser le tribunal extraordinaire.
«Robespierre, se disaient-ils, nous l'a bien recommandé.» Cependant ils
n'étaient pas satisfaits encore de ce qu'ils avaient obtenu; l'un d'eux
proposa de rédiger une pétition où ils demanderaient le renouvellement des
comités et du ministère, l'arrestation de tous les fonctionnaires à
l'instant même de leur destitution, et celle de tous les administrateurs
des postes, et des journalistes contre-révolutionnaires. Sur-le-champ on
veut faire la pétition; cependant le président objecte que la société ne
peut pas faire un acte collectif, et on convient d'aller chercher un autre
local pour s'y réunir en qualité de simples pétitionnaires. On se répand
alors dans Paris. Le tumulte y régnait. Une centaine d'individus,
promoteurs ordinaires de tous les désordres, conduits par Lasouski,
s'étaient rendus chez le journaliste Gorsas, armés de pistolets et de
sabres, et avaient brisé ses presses. Gorsas s'était enfui, et n'était
parvenu à se sauver qu'en se défendant avec beaucoup de courage et de
présence d'esprit. Ils avaient fait de même chez l'éditeur de la
_Chronique_, dont ils avaient aussi ravagé l'imprimerie.

La journée du lendemain 10 menaçait d'être encore plus orageuse. C'était
un dimanche. Un repas était préparé à la section de la Halle-aux-Blés,
pour y fêter les enrôlés qui devaient partir pour l'armée; l'oisiveté du
peuple jointe à l'agitation d'un festin, pouvait conduire aux plus mauvais
projets. La salle de la convention fut aussi remplie que la veille. Dans
les tribunes, à la Montagne, les rangs étaient aussi serrés et aussi
menaçans. La discussion s'ouvre sur plusieurs objets de détail. On
s'occupe d'une lettre de Dumouriez. Robespierre appuie les propositions du
général, et demande la mise en accusation de Lanoue et de Stengel, tous
deux commandant à l'avant-garde, lors de la dernière déroute. L'accusation
est aussitôt portée. Il s'agit ensuite de faire partir les députés
commissaires pour le recrutement. Cependant leur vote étant nécessaire
pour assurer l'établissement du tribunal extraordinaire, on décide de
l'organiser dans la journée, et de dépêcher les commissaires le lendemain.
Cambacérès demande aussitôt et l'organisation du tribunal extraordinaire,
et celle du ministère. Buzot s'élance alors à la tribune; et il est
interrompu par des murmures violens. «Ces murmures, s'écrie-t-il,
m'apprennent ce que je savais déjà, qu'il y a du courage à s'opposer au
despotisme qu'on nous prépare.» Nouvelle rumeur. Il continue: «Je vous
abandonne ma vie, mais je veux sauver ma mémoire du déshonneur, en
m'opposant au despotisme de la convention nationale. On veut que vous
confondiez dans vos mains tous les pouvoirs.--Il faut agir et non
bavarder, s'écrie une voix.--Vous avez raison, reprend Buzot; les
publicistes de la monarchie ont dit aussi qu'il fallait agir, et que par
conséquent le gouvernement despotique d'un seul était le meilleur...» Un
nouveau bruit s'élève, la confusion règne dans l'assemblée; enfin on
convient d'ajourner l'organisation du ministère et de ne s'occuper
actuellement que du tribunal extraordinaire. On demande le rapport du
comité. Ce rapport n'est pas fait, mais à défaut on demande le projet dont
on est convenu. Robert Lindet en fait la lecture en déplorant sa sévérité.
Voici ce qu'il propose du ton de la douleur la plus vive: le tribunal sera
composé de neuf juges, nommés par la convention, indépendans de toute
forme, acquérant la conviction par tous les moyens, divisés en deux
sections toujours permanentes, poursuivant à la requête de la convention
ou directement ceux qui, par leur conduite, ou la manifestation de leurs
opinions, auraient tenté d'égarer le peuple, ceux qui, par les places
qu'ils occupaient sous l'ancien régime, rappellent des prérogatives
usurpées par les despotes.

A la lecture de ce projet épouvantable, des applaudissemens éclatent à
gauche, une violente agitation se manifeste à droite. «Plutôt mourir,
s'écrie Vergniaud, que de consentir à l'établissement de cette inquisition
vénitienne?--Il faut au peuple, répond Amar, ou cette mesure de salut, ou
l'insurrection!--Mon goût pour le pouvoir révolutionnaire, dit Cambon, est
assez connu; mais si le peuple s'est trompé dans les élections, nous
pourrions nous tromper dans le choix de ces neuf juges, et ce seraient
alors d'insupportables tyrans que nous nous serions imposés à nous-mêmes!
--Ce tribunal, s'écrie Duhem, est encore trop bon pour des scélérats et
des contre-révolutionnaires!» Le tumulte se prolonge, et le temps se
consume en menaces, en outrages, en cris de toute espèce. Nous le voulons!
S'écrient les uns.--Nous ne le voulons pas! répondent les autres. Barrère
demande des jurés, et en soutient la nécessité avec force. Turreau demande
qu'ils soient pris à Paris; Boyer-Fonfrède, dans toute la république,
parce que le nouveau tribunal aura à juger des crimes commis dans les
départements, les armées, et partout. La journée s'écoule, et déjà la nuit
s'approche. Le président Gensonné résume les diverses propositions, et se
dispose à les mettre aux voix. L'assemblée, accablée de fatigue, semble
prête à céder à tant de violence. Les membres de la Plaine commencent à se
retirer, et la Montagne, pour achever de les intimider, demande qu'on vote
à haute voix. «Oui, s'écrie Féraud indigné, oui, votons à haute voix, pour
faire connaître au monde les hommes qui veulent assassiner l'innocence, à
l'ombre de la loi!» Cette véhémente apostrophe ranime le côté droit et le
centre, et, contre toute apparence, la majorité déclare, 1. qu'il y aura
des jurés; 2. que ces jurés seront pris en nombre égal dans les
départemens; 3. qu'ils seront nommés par la convention.

Après l'admission de ces trois propositions, Gensonné croit devoir
accorder une heure de répit à l'assemblée, qui était accablée de fatigue.
Les députés se lèvent pour se retirer. «Je somme, s'écrie Danton, les bons
citoyens de rester à leurs places!» Chacun se rassied aux éclats de cette
voix terrible. «Quoi! reprend Danton, c'est à l'instant où Miranda peut
être battu, et Dumouriez, pris par derrière, obligé de mettre bas les
armes, que vous songeriez à délaisser votre poste[1]! Il faut terminer
l'établissement de ces lois extraordinaires destinées à épouvanter vos
ennemis intérieurs. Il les faut arbitraires, parce qu'il est impossible de
les rendre précises; parce que, si terribles qu'elles soient, elles seront
préférables encore aux exécutions populaires, qui, aujourd'hui comme en
septembre, seraient la suite des lenteurs de la justice. Après ce
tribunal, il faut organiser un pouvoir exécutif énergique, qui soit en
contact immédiat avec vous, et qui puisse mettre en mouvement
tous vos moyens en hommes et en argent. Aujourd'hui donc le tribunal
extraordinaire, demain le pouvoir exécutif, et après-demain le départ de
vos commissaires pour les départemens. Qu'on me calomnie, si l'on veut;
mais que ma mémoire périsse, et que la république soit sauvée!»

[Note 1: Dans ce moment on ne savait pas encore que Dumouriez avait quitté
la Hollande pour revenir sur la Meuse.]

Malgré cette violente exhortation, la suspension d'une heure est accordée,
et les députés vont prendre un repos indispensable. Il était environ sept
heures du soir. L'oisiveté du dimanche, les repas donnés dans la journée,
la question qui s'agitait dans l'assemblée, tout contribuait à augmenter
l'agitation populaire. Sans qu'il y eût de complot formé d'avance, comme
le crurent les girondins, on était amené par la seule disposition des
esprits à une scène éclatante. On était assemblé aux Jacobins; Bentabole
était accouru pour y faire le rapport sur la séance de la convention, et
se plaindre des patriotes, qui n'avaient pas été aussi énergiques ce
jour-là que la veille. Le conseil général de la commune siégeait
pareillement. Les sections, abandonnées par les citoyens paisibles,
étaient livrées à quelques furieux, qui prenaient des arrêtés
incendiaires. Dans celle des Quatre-Nations, dix-huit forcenés avaient
décidé que le département de la Seine devait en ce moment exercer la
souveraineté, et que le corps électoral de Paris devait s'assembler
sur-le-champ pour retrancher de la convention nationale les députés
infidèles, qui conspiraient avec les ennemis de la révolution. Ce même
arrêté fut pris par le club des cordeliers, et une députation de la
section et du club se rendait en ce moment à la commune pour lui en donner
communication. Des perturbateurs, suivant l'usage ordinaire dans tous les
mouvemens, couraient pour faire fermer les barrières.

Dans ce même instant, les cris d'une populace furieuse retentissaient dans
les rues; les enrôlés qui avaient dîné à la Halle-aux-Blés, remplis de
fureur et de vin, munis de pistolets et de sabres, s'avançaient vers la
salle des Jacobins, en faisant entendre des chants épouvantables. Ils y
arrivaient à l'instant même où Bentabole achevait son rapport sur la
séance de la journée. Parvenus à la porte, ils demandent à défiler dans la
salle. Ils la traversent au milieu des applaudissemens. L'un d'eux prend
la parole et dit: «Citoyens, au moment du danger de la patrie, les
vainqueurs du 10 août se lèvent pour exterminer les ennemis de l'extérieur
et de l'intérieur.--Oui, leur répond le président Collot-d'Herbois, malgré
les intrigans, nous sauverons avec vous la liberté.» Desfieux prend alors
la parole, dit que Miranda est la créature de Pétion, et qu'il trahit; que
Brissot a fait déclarer la guerre à l'Angleterre pour perdre la France. Il
n'y a qu'un moyen, ajoute-t-il, de se sauver, c'est de se débarrasser de
tous ces traîtres, de mettre tous les _appelans_ en état d'arrestation
chez eux, et de faire nommer d'autres députés par le peuple.» Un homme
vêtu d'un habit militaire, et sorti de la foule qui venait de défiler,
soutient que ce n'est pas assez que l'arrestation, et qu'il faut des
vengeances. «Qu'est-ce que l'inviolabilité? dit-il. Je la mets sous les
pieds...» A ces mots, Dubois de Crancé arrive, et veut s'opposer à ces
propositions. Sa résistance cause un tumulte affreux. On propose de se
diviser en deux colonnes, dont l'une ira chercher les frères cordeliers,
et l'autre se rendra à la convention pour défiler dans la salle, et lui
faire entendre tout ce qu'on exige d'elle. On hésite à décider le départ,
mais les tribunes envahissent la salle, on éteint les lumières, les
agitateurs l'emportent, et on se divise en deux corps pour se rendre à la
convention et aux Cordeliers.

Dans ce moment, l'épouse de Louvet, logée avec lui dans la rue
Saint-Honoré, près des Jacobins, avait entendu les vociférations partant
de cette salle, et s'y était rendue pour s'instruire de ce qui s'y
passait. Elle assiste à cette scène; elle accourt en avertir Louvet, qui
avec beaucoup d'autres membres du côté droit, avait quitté la séance de la
convention, où l'on disait qu'ils devaient être assassinés. Louvet, armé
comme on l'était ordinairement, profite de l'obscurité de la nuit, court
de porte en porte avertir ses amis, et leur assigne un rendez-vous dans un
lieu caché où ils pourront se soustraire aux coups des assassins. Il les
trouve chez Pétion, délibérant paisiblement sur des décrets à rendre. Il
s'efforce de leur communiquer ses alarmes, et ne réussit pas à troubler
l'impassible Pétion, qui, regardant le ciel et voyant tomber la pluie, dit
froidement: _Il n'y aura rien cette nuit_. Cependant un rendez-vous est
fixé, et l'un d'eux, nommé Kervélégan, se rend en toute hâte à la caserne
du bataillon de Brest, pour le faire mettre sous les armes. Pendant ce
temps, les ministres réunis chez Lebrun, n'ayant aucune force à leur
disposition, ne savaient quel moyen prendre pour défendre la convention et
eux-mêmes, car ils étaient aussi menacés. L'assemblée, plongée dans
l'effroi, attendait un dénouement terrible; et, à chaque bruit, à chaque
cri, se croyait au moment d'être envahie par des assassins. Quarante
membres seulement étaient restés au côté droit, et s'attendaient à voir
leur vie attaquée; ils avaient des armes, et tenaient leurs pistolets
préparés. Ils étaient convenus entre eux de se précipiter sur la Montagne
au premier mouvement, et d'en égorger le plus de membres qu'ils
pourraient. Les tribunes et la Montagne étaient dans la même attitude, et
des deux côtés on s'attendait à une scène sanglante et terrible.

Mais il n'y avait pas encore assez d'audace pour qu'un 10 août contre la
convention fût exécuté: ce n'était ici qu'une scène préliminaire, ce
n'était qu'un 20 juin. La commune n'osa pas favoriser un mouvement auquel
les esprits n'étaient pas assez préparés, elle s'en indigna même très
sincèrement. Le maire, à l'instant où les deux députations des Cordeliers
et des Quatre-Nations se présentèrent, les repoussa sans vouloir les
entendre. Complaisant des jacobins, il n'aimait pas les girondins sans
doute, peut-être même il désirait leur chute, mais il pouvait croire un
mouvement dangereux; il était d'ailleurs, comme Pétion au 20 juin et au 10
août, arrêté par l'illégalité, et voulait qu'on lui fît violence pour
céder. Il repoussa donc les deux députations. Hébert et Chaumette,
procureurs de la commune, le soutinrent. On envoya des ordres pour tenir
les barrières ouvertes, on rédigea une adresse aux sections, une autre aux
jacobins, pour les ramener à l'ordre. Santerre fit le discours le plus
énergique à la commune, et s'éleva contre ceux qui demandaient une
nouvelle insurrection. Il dit que, le tyran étant renversé, cette seconde
insurrection ne pouvait se diriger que contre le peuple, qui actuellement
régnait seul; que, s'il y avait de mauvais député, il fallait les
souffrir, comme on avait souffert Maury et Cazalès; que Paris n'était pas
toute la France, et devait accepter les députés des départemens; que,
quant au ministre de la guerre, s'il avait fait des destitutions, il en
avait le droit, puisqu'il était responsable pour ses agens... Qu'à Paris,
quelques hommes ineptes et égarés croyaient pouvoir gouverner, et
désorganiseraient tout; qu'enfin il allait mettre la force sur pied, et
ramener les malveillans à l'ordre...

De son côté Beurnonville, dont l'hôtel était cerné, franchit les murailles
de son jardin, réunit le plus de monde qu'il put, se mit à la tête du
bataillon de Brest, et imposa aux agitateurs. La section des
Quatre-Nations, les cordeliers, les jacobins, rentrèrent chez eux. Ainsi
la résistance de la commune, la conduite de Santerre, le courage de
Beurnonville et des Brestois, peut-être aussi la pluie qui tombait avec
abondance, empêchèrent les progrès de l'insurrection. D'ailleurs la
passion n'était pas encore assez forte contre ce qu'il y avait de plus
noble, de plus généreux dans la république naissante. Pétion, Condorcet,
Vergniaud, allaient montrer quelque temps encore dans la convention leur
courage, leurs talens et leur entraînante éloquence. Tout se calma. Le
maire, appelé à la barre de la convention, la rassura, et dans cette nuit
même on acheva paisiblement le décret qui organisait le tribunal
révolutionnaire. Ce tribunal était composé d'un jury, de cinq juges, d'un
accusateur public et de deux adjoints, tous nommés par la convention. Les
jurés devaient être choisis avant le mois de mai, et provisoirement ils
pouvaient être pris dans le département de Paris et les qautre départemens
voisins. Les jurés devaient opiner à haute voix.

La conséquence de l'événement du 10 mars fut de réveiller l'indignation
des membres du côté droit, et de causer de l'embarras à ceux du côté
gauche, compromis par ces démonstrations prématurées. De toutes parts on
désavouait ce mouvement comme illégal, comme attentatoire à la
représentation nationale. Ceux même qui ne désapprouvaient pas l'idée
d'une nouvelle insurrection, condamnaient celle-ci comme mal conduite, et
recommandaient de se garder des désorganisateurs payés par l'émigration et
l'Angleterre pour provoquer des désordres. Les deux côtés de l'assemblée
semblaient conspirer pour établir cette opinion; tous deux supposaient une
influence secrète, et s'accusaient réciproquement d'en être complices. Une
scène étrange confirma encore cette opinion générale. La section
Poissonnière, en présentant des volontaires, demanda un acte d'accusation
contre Dumouriez, le général sur qui reposait dans le moment toute
l'espérance de l'armée française. A cette pétition, lue par le président
de la section, un cri général d'indignation s'élève. «C'est un
aristocrate, s'écrie-t-on, payé par les Anglais!» Au même instant on
regarde le drapeau que portait la section, et on s'aperçoit avec
étonnement que la cravate en est blanche, et qu'il est surmonté par des
fleurs de lis. Des cris de fureur éclatent à cette vue; on déchire les
fleurs de lis et la cravate, et on les remplace par un ruban tricolore
qu'une femme jette des tribunes. Isnard prend aussitôt la parole pour
demander un acte d'accusation contre le président de cette section; plus
de cent voix appuient cette motion, et dans le nombre, celle qui fixe le
plus l'attention, est celle de Marat. «Cette pétition, dit-il, est un
complot, il faut la lire tout entière: on verra qu'on y demande la tête de
Vergniaud, Guadet, Gensonné... et autres; vous sentez, ajoute-t-il, quel
triomphe ce serait pour nos ennemis qu'un tel massacre! ce serait la
désolation de la convention...» Ici des applaudissemens universels
interrompent Marat; il reprend, dénonce lui-même l'un des principaux
agitateurs, nommé Fournier, et demande son arrestation. Sur-le-champ elle
est ordonnée; toute l'affaire est renvoyée au comité de sûreté générale;
et l'assemblée ordonne qu'il soit envoyé à Dumouriez copie du
procès-verbal, pour lui prouver qu'elle ne partage pas à son égard les
torts des calomniateurs.

Le jeune Varlet, ami et compagnon de Fournier, accourt aux Jacobins pour
demander justice de son arrestation, et proposer d'aller le délivrer.
«Fournier, dit-il, n'est pas le seul menacé; Lasouski, Desfieux, moi-même
enfin, le sommes encore. Le tribunal révolutionnaire qu'on vient d'établir
va tourner contre les patriotes comme celui du 10 août, et les frères qui
m'entendent ne sont plus jacobins s'ils ne me suivent.» Il veut ensuite
accuser Dumouriez, et ici un trouble extraordinaire éclate dans la
société; le président se couvre, et dit qu'on veut perdre les jacobins.
Billaud-Varennes lui-même monte à la tribune, se plaint de ces
propositions incendiaires, justifie Dumouriez, qu'il n'aime pas, dit-il,
mais qui fait maintenant son devoir, et qui a prouvé qu'il voulait se
battre vigoureusement. Il se plaint d'un projet tendant à désorganiser la
convention nationale par des attentats; il déclare comme très suspects
Varlet, Fournier, Desfieux, et appuie le projet d'un scrutin épuratoire
pour délivrer la société de tous les ennemis secrets qui veulent la
compromettre. La voix de Billaud-Varennes est écoutée; des nouvelles
satisfaisantes, telles que le ralliement de l'armée par Dumouriez, et la
reconnaissance de la république par la Porte, achèvent de ramener le
calme. Ainsi Marat, Billaud-Varennes et Robespierre, qui parla aussi dans
le même sens, se prononçaient tous contre les agitateurs, et semblaient
s'accorder à croire qu'ils étaient payés par l'ennemi. C'est là une
incontestable preuve qu'il n'existait pas, comme le crurent les girondins,
un complot secrètement formé. Si ce complot eût existé, assurément
Billaud-Varennes, Marat et Robespierre en auraient plus ou moins fait
partie; ils auraient été obligés de se taire, comme le côté gauche de
l'assemblée législative après le 20 juin, et certainement ils n'auraient
pas pu demander l'arrestation de l'un de leurs complices. Mais ici le
mouvement n'était que l'effet d'une effervescence populaire, et on pouvait
le désavouer s'il était trop précoce ou trop mal combiné. D'ailleurs
Marat, Robespierre, Billaud-Varennes, quoique désirant la chute des
girondins, craignaient sincèrement les intrigues de l'étranger,
redoutaient une désorganisation en présence de l'ennemi victorieux,
appréhendaient l'opinion des départemens, étaient embarrassés des
accusations auxquelles ces mouvemens les exposaient, et probablement ne
songeaient encore qu'à s'emparer de tous les ministères, de tous les
comités, et à chasser les girondins du gouvernement, sans les exclure
violemment de la législature. Un seul homme, Danton, aurait pu être
soupçonné, quoiqu'il fût le moins acharné des ennemis des girondins. Il
avait toute influence sur les cordeliers, auteurs du mouvement; il n'en
voulait pas aux membres du côté droit, mais à leur système de modération
qui, à son gré, ralentissait l'action du gouvernement; il exigeait à tout
prix un tribunal extraordinaire, et un comité suprême investi d'une
dictature irrésistible, parce qu'il voulait pardessus tout le succès de la
révolution; et il est possible qu'il eût conduit secrètement les
agitateurs du 10 mars, pour intimider les girondins et vaincre leur
résistance. Il est certain du moins qu'il ne s'empressa pas de désavouer
les auteurs du trouble, et qu'on le vit au contraire renouveler ses
instances pour qu'on organisât le gouvernement d'une manière prompte et
terrible.

Quoi qu'il en soit, il fut convenu que les aristocrates étaient les
provocateurs secrets de ces mouvemens; tout le monde le crut ou feignit de
le croire. Vergniaud, dans un discours d'une entraînante éloquence, où il
dénonça toute la conspiration, le supposa ainsi: il fût blâmé à la vérité
par Louvet, qui aurait voulu qu'on attaquât plus directement les jacobins;
mais il obtint que le premier soin du tribunal extraordinaire serait de
poursuivre les auteurs du 10 mars. Le ministre de la justice, chargé de
faire un rapport sur les événemens, déclara qu'il n'avait trouvé nulle
part le comité révolutionnaire auquel on les attribuait, qu'il n'avait
aperçu que des emportemens de clubs, et des propositions faites dans un
mouvement d'enthousiasme. Tout ce qu'il avait découvert de plus précis
était une réunion, au café Corrazza, de quelques membres des cordeliers.
Ces membres des cordeliers étaient Lasouski, Fournier, Gusman, Desfieux,
Varlet, agitateurs ordinaires des sections. Ils se réunissaient après les
séances pour s'entretenir de sujets politiques. Personne n'attacha
d'importance à cette révélation; et, comme on supposait des trames bien
plus profondes, la réunion au café Corrazza, de quelques individus aussi
subalternes, ne parut que ridicule.


FIN DU TOME TROISIÈME.



NOTES ET PIÈCES JUSTIFICATIVES[1] DU TOME TROISIÈME.

[Note 1: J'ai cru devoir ajouter des notes qui me semblent utiles, soit
comme éclaircissemens de faits peu connus et mal appréciés, soit comme
monument d'un style et d'un langage aujourd'hui tout à fait oubliés, et
cependant très caractéristiques. Ces morceaux sont empruntés pour la
plupart à des sources entièrement négligées, et surtout aux discussions
des Jacobins, monument politique très rare et très curieux.]



NOTE PAGE 47.


(Extrait des _Mémoires de Garat_.)

Voici le tableau que le ministre Garat, l'homme qui a le mieux observé les
personnages de la révolution, a tracé des deux côtés de la convention.

«C'est dans le côté droit de la convention qu'étaient presque tous les
hommes dont je viens de parler; je ne pouvais y voir un autre génie que
celui que je leur avais connu. Là, je voyais donc et ce républicanisme de
sentiment qui ne consent à obéir à un homme que lorsque cet homme parle
_au nom_ de la nation et _comme_ la loi, et ce républicanisme, bien plus
rare, de la pensée qui a décomposé et recomposé tous les ressorts de
l'organisation d'une société d'hommes semblables en droits comme en
nature, qui a démêlé par quel heureux et profondartifice on peut associer
dans une grande république ce qui paraît inassociable, l'égalité
et la soumission aux magistrats, l'agitation féconde des esprits et des
âmes, et un ordre constant, immuable, un gouvernement dont la puissance
soit toujours absolue sur les individus et sur la multitude, et toujours
soumise à la nation, un pouvoir exécutif dont l'appareil et les formes,
d'une splendeur utile, réveillent toujours les idées de la splendeur de
la république, et jamais les idées de la grandeur d'une personne.

«Dans ce même côté, je voyais s'asseoir les hommes qui possédaient le
mieux ces doctrines de l'économie politique qui enseignent à ouvrir et à
élargir tous les canaux des richesses particulières et de la richesse
nationale, à composer le trésor public avec scrupule des portions que lui
doit la fortune de chaque citoyen; à créer de nouvelles sources et de
nouveaux fleuves aux fortunes particulières par un bon usage de ce
qu'elles ont versé dans les caisses de la république; à protéger, à
laisser sans limites tous les genres d'industrie, sans en favoriser
aucune; à regarder les grandes propriétés non comme ces lacs stériles qui
absorbent et gardent toutes les eaux que les montagnes versent dans leur
sein, mais comme des réservoirs nécessaires pour multiplier et pour
accroître les germes de la fécondité universelle, pour les épancher de
proche en proche sur tous les lieux qui seraient restés dans le
dessèchement et dans la stérilité: doctrines admirables qui ont porté la
liberté dans les arts et dans le commerce avant qu'elle fût dans les
gouvernemens, mais particulièrement propres par leur essence à l'essence
des républiques; seules capables de donner un fondement solide à
_l'égalité_, non dans une _frugalité_ générale toujours violée, et qui
enchaîne bien moins les désirs que l'industrie, mais dans une aisance
universelle, mais dans ces travaux dont la variété ingénieuse et la
renaissance continuelle peuvent seules absorber, heureusement pour la
liberté, cette activité turbulente des démocraties qui, après les avoir
long-temps tourmentées, a fait disparaître les républiques anciennes
au milieu des orages et des tempêtes dont leur atmosphère était toujours
enveloppée.

«Dans le côté droit étaient cinq à six hommes dont le génie pouvait
concevoir ces grandes théories de l'ordre social et de l'ordre économique,
et un grand nombre d'hommes dont l'intelligence pouvait les comprendre et
les répandre: c'est là encore qu'étaient allés se ranger un certain nombre
d'esprits naguère très impétueux, très violens, mais qui, après avoir
parcouru et épuisé le cercle entier de leurs emportemens démagogiques,
n'aspiraient qu'à désavouer et à combattre les folies qu'ils avaient
propagées; c'est là enfin que s'asseyaient, comme les hommes pieux
s'agenouillent au pied des autels, ces hommes que des passions douces, une
fortune honnête et une éducation qui n'avait pas été négligée, disposaient
à honorer de toutes les vertus privées, la république qui les laisserait
jouir de leur repos, de leur bienveillance facile et de leur bonheur.

«En détournant mes regards de ce côté droit sur le côté gauche, en les
portant sur la Montagne, quel contraste me frappait! Là, je vois s'agiter
avec le plus de tumulte un homme à qui la face couverte d'un jaune cuivré
donnait l'air de sortir des cavernes sanglantes des anthropophages, ou du
seuil embrasé des enfers; qu'à sa marche convulsive, brusque, coupée, on
reconnaissait pour un de ces assassins échappés aux bourreaux, mais non
aux furies, et qui semblent vouloir anéantir le genre humain pour se
dérober à l'effroi que la vue de chaque homme leur inspire. Sous le
despotisme, qu'il n'avait pas couvert de sang comme la liberté, cet homme
avait eu l'ambition de faire une révolution dans les sciences; et on
l'avait vu attaquer, par des systèmes audacieux et plats, les plus grandes
découvertes des temps modernes et de l'esprit humain. Ses yeux, errant sur
l'histoire des siècles, s'étaient arrêtés sur la vie de quatre ou cinq
grands exterminateurs qui ont changé les cités en déserts, pour repeupler
ensuite les déserts d'une race formée à leur image ou à celle des tigres;
c'était là tout ce qu'il avait retenu des annales des peuples, tout ce
qu'il en savait et qu'il voulait imiter. Par un instinct semblable à celui
des bêtes féroces, plutôt que par une vue profonde de la perversité, il
avait aperçu à combien de folies et de forfaits il est possible
d'entraîner un peuple immense dont on vient de briser les chaînes
religieuses et les chaînes politiques: c'est l'idée qui a dicté toutes ses
feuilles, toutes ses paroles, toutes ses actions. Et il n'est tombé que
sous le poignard d'une femme! et plus de cinquante mille de ses images ont
été érigées sur le sein de la république!

«A ses côtés se plaçaient des hommes qui n'auraient pas conçu eux-mêmes de
pareilles atrocités, mais qui, jetés avec lui, par un acte d'une extrême
audace, dans des événemens dont la hauteur les étourdissait, et dont les
dangers les faisaient frémir, en désavouant les maximes du monstre, les
avaient peut-être déjà suivies, et n'étaient pas fâchés qu'on craignît
qu'ils pussent les suivre encore. Ils avaient horreur de Marat, mais ils
n'avaient pas horreur de s'en servir. Ils le plaçaient au milieu d'eux,
ils le mettaient en avant, ils le portaient en quelque sorte sur leur
poitrine comme une tête de Méduse. Comme l'effroi que répandait un pareil
homme était partout, on croyait le voir partout lui-même, on croyait en
quelque sorte qu'il était toute la Montagne, ou que toute la Montagne
était comme lui. Parmi les chefs, en effet, il y en avait plusieurs qui ne
reprochaient aux forfaits de Marat que d'être un peu trop sans voile.

«Mais parmi les chefs mêmes ( et c'est ici que la vérité me sépare de
l'opinion de beaucoup d'honnêtes gens), parmi les chefs mêmes étaient un
grand nombre d'hommes qui, liés aux autres par les événemens beaucoup plus
que par leurs sentimens, tournaient des regards et des regrets vers la
sagesse et l'humanité; qui auraient eu beaucoup de vertus et auraient
rendu beaucoup de services, à l'instant où on aurait commencé à les en
croire capables. Sur la Montagne se rendaient, comme à des postes
militaires, ceux qui avaient beaucoup la passion de la liberté et peu la
théorie, ceux qui croyaient l'égalité menacée ou même rompue par la
grandeur des idées et par l'élégance du langage; ceux qui, élus dans les
hameaux et dans les ateliers, ne pouvaient reconnaître un républicain que
sous le costume qu'ils portaient eux-mêmes; ceux qui, entrant pour la
première fois dans la carrière de la révolution, avaient à signaler cette
impétuosité et cette violence par laquelle avait commencé la gloire de
presque tous les grands révolutionnaires; ceux qui, jeunes encore et plus
faits pour servir la république dans les armées que dans le sanctuaire des
lois, ayant vu naître la république au bruit de la foudre, croyaient que
c'était toujours au bruit de la foudre qu'il fallait la conserver et
promulguer ses décrets. A ce côté gauche allaient encore chercher un asile
plutôt qu'une place plusieurs de ces députés qui, ayant été élevés dans
les castes proscrites de la noblesse et du sacerdoce, quoique toujours
purs, étaient toujours exposés aux soupçons, et fuyaient au haut de la
Montagne l'accusation de ne pas atteindre à la hauteur des principes: là,
allaient se nourrir de leurs soupçons, et vivre au milieu des fantômes,
ces caractères graves et mélancoliques qui, ayant aperçu trop souvent la
fausseté unie à la politesse, ne croient à la vertu que lorsqu'elle est
sombre, et à la liberté que lorsqu'elle est farouche; là siégeaient
quelques esprits qui avaient pris dans les sciences exactes de la raideur
en même temps que de la rectitude; qui, fiers de posséder des lumières
immédiatement applicables aux arts mécaniques, étaient bien aises de se
séparer par leur place, comme par leur dédain, de ces hommes de lettres,
de ces philosophes dont les lumières ne sont pas si promptement utiles aux
tisserands et aux forgerons, et n'arrivent aux individus qu'après avoir
éclairé la société tout entière: là enfin devaient aimer à voter, quels
que fussent d'ailleurs leur esprit et leurs talens, tous ceux qui, par les
ressorts trop tendus de leur caractère, étaient disposés à aller au-delà
plutôt qu'à rester en-deçà de la borne qu'il fallait marquer à l'énergie
et à l'élan révolutionnaire.

«Telle était l'idée que je me formais des _élémens_ des deux côtés de la
convention nationale.

«A juger chaque côté par la majorité de ses élémens, tous les deux, dans
des genres et dans des degrés différens, devaient me paraître capables de
rendre de grands services à la république: le côté droit pour organiser
l'intérieur avec sagesse et avec grandeur; le côté gauche pour faire
passer, de leurs âmes dans l'âme de tous les Français, ces passions
républicaines et populaires si nécessaires à une nation assaillie de
toutes parts par la meute des rois et par la soldatesque de l'Europe.»



NOTE 1, PAGE 75.


_Discours de Collot-d'Herbois à Dumouriez, après la campagne de l'Argonne,
extrait du_ Journal des Jacobins. (_Séance du dimanche 14 octobre, l'an
1er de la république_.)

«Je voulais parler de nos armées, et je me félicitais d'en parler en
présence du soldat que vous venez d'entendre. Je voulais blâmer la réponse
du président: déjà j'ai dit plusieurs fois que le président ne doit jamais
répondre aux membres de la société; mais il a répondu à tous les soldats
de l'armée. Cette réponse dorme à tous un témoignage éclatant de votre
satisfaction; Dumouriez la partage avec tous ses frères d'armes, car il
sait que sans eux sa gloire ne serait rien. Il faut nous accoutumer à ce
langage. Dumouriez a fait son devoir; c'est là sa plus belle récompense...
Ce n'est pas parce qu'il est général que je le loue, mais parce qu'il est
soldat français.

«N'est-il pas vrai, général, qu'il est beau de commander une armée
républicaine? que tu as trouvé une grande différence entre cette armée et
celle du despotisme? Ils n'ont pas seulement de la bravoure, les Français;
ils ne se contentent pas de mépriser la mort; car, qui est-ce qui craint
la mort? Mais ces habitans de Lille et de Thionville, qui attendent de
sang-froid les boulets rouges, qui restent immobiles au milieu de éclats
des bombes et de la destruction de leurs maisons, n'est-ce pas là le
développement de toutes les vertus? Ah! Oui, ces vertus sont au-dessus de
tous les triomphes... Une nouvelle manière de faire la guerre aujourd'hui
est inventée, et nos ennemis ne la trouveront pas: les tyrans ne pourront
rien tant qu'il y aura des hommes libres qui voudront se défendre.

«Un grand nombre de confrères sont morts pour la défense de la liberté;
ils sont morts, mais leur mémoire nous est chère, mais ils ont laissé des
exemples qui vivent dans nos coeurs; mais vivent-ils ceux qui nous ont
attaqués? Non, ils ont succombé, et leurs cohortes ne sont plus que des
monceaux de cadavres qui pourrissent où ils ont combattu: elles ne sont
plus qu'un fumier infect que le soleil de la liberté ne purifiera qu'avec
peine... Cette nuée de squelettes ambulans ressemble bien au squelette de
la tyrannie; et, comme lui, ils ne tarderont pas à succomber... Que sont
devenus ces anciens généraux à grande renommée? Leur ombre s'évanouit
devant le génie tout-puissant de la liberté; ils fuient, et n'ont plus que
des cachots pour retraite; car les cachots ne seront plus bientôt que les
palais des despotes: ils fuient, parce que les peuples se lèvent.

«Ce n'est pas un roi qui t'a nommé, Dumouriez, ce sont tes concitoyens:
souviens-toi qu'un général de la république ne doit jamais transiger avec
les tyrans; souviens-toi que les généraux comme toi ne doivent jamais
servir que la liberté. Tu as entendu parler de Thémistocle, il venait de
sauver les Grecs par la bataille de Salamine; il fut calomnié (tu as des
ennemis, Dumouriez, tu seras calomnié, c'est pourquoi je te parle);
Thémistocle fut calomnié; il fut puni injustement par ses concitoyens; il
trouva un asile chez les tyrans, mais il fut toujours Thémistocle. On lui
proposa de porter les armes contre sa patrie: _Mon épée ne_ _servira
jamais les tyrans_, dit-il, et il se l'enfonça dans le coeur. Je te
rappellerai aussi Scipion. Antiochus tenta de séduire ce grand homme en
offrant de lui rendre un otage précieux, son propre fils. Scipion
répondit: «Tu n'as pas assez de richesses pour acheter ma conscience, et
la nature n'a rien au-dessus de l'amour de la patrie.»

«Des peuples gémissent esclaves; bientôt tu les délivreras. Quelle
glorieuse mission! Le succès n'est pas douteux: les citoyens qui
t'attendent t'espèrent; et ceux qui sont ici te poussent... Il faut
cependant te reprocher quelque excès de générosité envers tes ennemis; tu
as reconduit le roi de Prusse un peu trop à la manière française, à
l'ancienne manière française s'entend (_applaudi_). Mais, nous l'espérons,
l'Autriche paiera double; elle est en fonds; ne la ménage pas; tu ne peux
trop lui faire payer les outrages que sa race a faits au genre humain.

«Tu vas à Bruxelles, Dumouriez (_applaudi_); tu vas passer à Courtray. Là
le nom français a été profané: un général a abusé l'espoir des peuples; le
traître Jarry a incendié les maisons. Je n'ai jusqu'ici parlé qu'à ton
courage, je parle à ton coeur. Souviens-toi de ces malheureux habitans de
Courtray; ne trompe pas leur espoir cette fois-ci; promets-leur la justice
de la nation, la nation ne te démentira pas.

«Quand tu seras à Bruxelles... je n'ai rien à te dire sur la conduite que
tu as à tenir... si tu y trouves une femme exécrable qui, sous les murs de
Lille, est venue repaître sa férocité du spectacle des boulets rouges...
Mais cette femme ne t'attend pas... Si tu la trouvais, elle serait la
prisonnière: nous en avons d'autres aussi qui sont de sa famille... tu
l'enverrais ici... fais-la raser au moins de manière qu'elle ne puisse
jamais porter perruque.

«A Bruxelles la liberté va renaître sous tes auspices. Un peuple entier va
se livrer à l'allégresse; tu rendras les enfans à leurs pères, les épouses
à leurs époux; le spectacle de leur bonheur te délassera de tes travaux.
Enfans, citoyens, filles, femmes, tous se presseront autour de toi; tous
t'embrasseront comme leur père... De quelle félicité tu vas jouir,
Dumouriez...! Ma femme... elle est de Bruxelles; elle t'embrassera aussi.»

Ce discours a été souvent interrompu par de vifs applaudissemens.



NOTE 2, PAGE 80.


_Récit de la visite que Marat fit à Dumouriez chez mademoiselle Candeille,
extrait du_ Journal de la République française, _et écrit par Marat
lui-même dans son numéro du mercredi 17 octobre 1792_.

_Déclaration de_ l'Ami du Peuple.

«Moins étonné qu'indigné de voir d'anciens valets de la cour, placés par
suite des événemens à la tête de nos armées, et depuis le 10 août
maintenus en place par l'influence, l'intrigue et la sottise, pousser
l'audace jusqu'à dégrader et traiter en criminels deux bataillons
patriotes, sous le prétexte ridicule, et très probablement faux, que
quelques individus avaient massacré quatre déserteurs prussiens, je me
présentai à la tribune des Jacobins pour dévoiler cette trame odieuse, et
demander deux commissaires distingués par leur civisme pour m'accompagner
chez Dumouriez, et être témoins de ses réponses à mes interpellations. Je
me rendis chez lui avec les citoyens Bentabole et Monteau, deux de mes
collègues à la convention. On nous répondit qu'il était au spectacle et
qu'il soupait en ville.

«Nous le savions de retour des Variétés; nous allâmes le chercher au club
du D. Cypher, où l'on nous dit qu'il devait se rendre: peine perdue. Enfin
nous apprîmes qu'il devait souper rue Chantereine, dans la petite maison
de Talma. Une file de voitures et de brillantes illuminations nous
indiquèrent le temple où le fils de Thalie fêtait un enfant de Mars. Nous
sommes surpris de trouver garde nationale parisienne en dedans et en
dehors. Après avoir traversé une antichambre pleine de domestiques mêlés à
des heiduques, nous arrivâmes dans un salon rempli d'une nombreuse société.

«A la porte était Santerre, général de l'armée parisienne, faisant les
fonctions de laquais ou d'introducteur. Il m'annonce tout haut dès
l'instant qu'il m'aperçoit, indiscrétion qui me déplut très fort, en ce
qu'elle pouvait faire éclipser quelques masques intéressans à connaître.
Cependant j'en vis assez pour tenir le fil des intrigues. Je ne parlerai
pas d'une dizaine de fées destinées à parer la fête. Probablement la
politique n'était pas l'objet de leur réunion. Je ne dirai rien non plus
des officiers nationaux qui faisaient leur cour au grand général, ni des
anciens valets de la cour qui formaient son cortège, sous l'habit
d'aides-de-camp. Enfin je ne dirai rien du maître du logis qui était au
milieu d'eux en costume d'histrion. Mais je ne puis me dispenser de
déclarer, pour l'intelligence des opérations de la convention et la
connaissance des escamoteurs de décrets, que dans l'auguste compagnie
étaient Kersaint, le grand faiseur de Lebrun, et Roland, Lasource...
Chénier, tous suppôts de la faction de la république fédérative; Dulaure
et Gorsas, leurs galopins libellistes. Comme il y avait cohue, je n'ai
distingué que ces conjurés; peut-être étaient-ils en plus grand nombre: et
comme il était de bonne heure encore, il est probable qu'ils n'étaient pas
tous rendus, car les Vergniaud, les Buzot, les Camus, les Rabaut, les
Lacroix, les Guadet, les Barbaroux et autres meneurs, étaient sans doute
de la fête, puisqu'ils sont du conciliabule.

«Avant de rendre compte de notre entretien avec Dumouriez, je m'arrête ici
un instant pour faire, avec le lecteur judicieux, quelques observations
qui ne seront pas déplacées. Conçoit-on que ce généralissime de la
république, qui a laissé échapper le roi de Prusse à Verdun, et qui a
capitulé avec l'ennemi, qu'il pouvait forcer dans ses camps et réduire à
mettre bas les armes, au lieu de favoriser sa retraite, ait choisi un
moment aussi critique pour abandonner les armées sous ses ordres, courir
les spectacles, s'y faire applaudir, et se livrer à des orgies chez un
acteur avec des nymphes de l'Opéra?

«Dumouriez a couvert les motifs secrets qui l'appellent à Paris du
prétexte de concerter avec les ministres le plan des opérations de la
campagne. Quoi! avec un Roland, frère coupe-choux et petit intrigant qui
ne connaît que les basses menées du mensonge et de l'astuce! avec un
Lepage, digne acolyte de Roland son protecteur! avec un Clavière, qui ne
connaît que les rubriques de l'agiotage! avec un Garat, qui ne connaît que
les phrases précieuses et le manège d'un flagorneur académique! Je ne
dirai rien de Monge; on le croit patriote; mais il est aussi ignorant des
opérations militaires que ses collègues, qui n'y entendent rien. Dumouriez
est venu se concerter avec les meneurs de la clique qui cabale pour
établir la république fédérative; voilà l'objet de son équipée.

«En entrant dans le salon où le festin était préparé, je m'aperçus très
bien que ma présence troublait la gaieté; ce qu'on n'a pas de peine à
concevoir quand on considère que je suis l'épouvantail des ennemis de la
patrie. Dumouriez surtout paraissait déconcerté; je le priai de passer
avec nous dans une autre pièce, pour l'entretenir quelques momens en
particulier. Je portai la parole, et voici notre entretien mot pour mot:
«Nous sommes membres de la convention nationale, et nous venons, monsieur,
vous prier de nous donner des éclaircissemens sur le fond de l'affaire des
deux bataillons, le Mauconseil et le Républicain, accusés par vous d'avoir
assassiné de sang-froid quatre déserteurs prussiens. Nous avons parcouru
les bureaux du comité militaire et ceux du département de la guerre; nous
n'y avons pas trouvé la moindre preuve du délit, et personne ne peut mieux
nous instruire de toutes ces circonstances que vous.--Messieurs, j'ai
envoyé toutes les pièces au ministre.--Nous vous assurons, monsieur, que
nous avons entre les mains un mémoire fait dans ses bureaux et en son nom,
portant qu'il manque absolument de faits pour prononcer sur ce prétendu
délit, et qu'il faut s'adresser à vous pour en avoir.--Mais, messieurs,
j'ai informé la convention, et je me référé à elle.--Permettez-nous,
monsieur, de vous observer que les informations données ne suffisent pas,
puisque les comités de la convention, auxquels cette affaire a été
renvoyée, ont déclaré dans leur rapport qu'ils étaient dans
l'impossibilité de prononcer, faute de renseignemens et de preuves du
délit dénoncé. Nous vous prions de nous dire si vous êtes instruit du fond
de l'affaire.--Certainement, par moi-même.--Et ce n'est pas par une
dénonciation de confiance faite par vous sur la foi de M. Duchaseau?
--Mais, messieurs, quand je dis quelque chose, je crois devoir être cru.
--Monsieur, si nous pensions là-dessus comme vous, nous ne ferions pas la
démarche qui nous amène. Nous avons de grandes raisons pour douter;
plusieurs membres du comité militaire nous annoncent que ces prétendus
Prussiens sont quatre Français émigrés.--Eh bien, messieurs, quand cela
serait...--Monsieur, cela changerait absolument l'état de la chose, et
sans approuver d'avance la conduite des bataillons, peut-être sont-ils
absolument innocens; ce sont les circonstances qui ont provoqué le
massacre qu'il importe de connaître; or, des lettres venues de l'armée
annoncent que ces émigrés ont été reconnus pour espions envoyés par
l'ennemi, et qu'ils se sont même révoltés contre les gardes nationaux.
--Comment, monsieur, vous approuvez donc l'insubordination des soldats?
--Non, monsieur, je n'approuve point l'insubordination des soldats, mais
je déteste la tyrannie des chefs: j'ai trop lieu de croire que c'est ici
une machination de Duchaseau contre les bataillons patriotes, et la
manière dont vous les avez traités est révoltante.--Monsieur Marat, vous
êtes trop vif; et je ne puis m'expliquer avec vous.» Ici Dumouriez, se
sentant trop vivement pressé, s'est tiré d'embarras en nous quittant: mes
deux collègues l'ont suivi, et dans l'entretien qu'ils ont eu avec lui, il
s'est borné à dire qu'il avait envoyé les pièces au ministre. Pendant leur
entretien je me suis vu entouré par tous les aides-de-camp de Dumouriez et
par les officiers de la garde parisienne. Santerre cherchait à m'apaiser;
il me parlait de la nécessité de la subordination dans les troupes. «Je
sais cela comme vous, lui répondis-je; mais je suis révolté de la manière
dont on traite les soldats de la patrie; j'ai encore sur le coeur les
massacres de Nancy et du Champ-de-Mars.» Ici quelques aides-de-camp de
Dumouriez se mirent à déclamer contre les agitateurs. «Cessez ces
ridicules déclamations, m'écriai-je; il n'y a d'agitateurs dans nos armées
que les infâmes officiers, leurs mouchards et leurs perfides courtisans,
que nous avons eu la sottise de laisser à la tête de nos troupes.» Je
parlais à Morcton Chabrillant et à Bourdoin, dont l'un est un ancien valet
de la cour, et l'autre un mouchard de Lafayette.

«J'étais indigné de tout ce que j'avais entendu, de tout ce que je
pressentais d'atroce dans l'odieuse conduite de nos généraux. Ne pouvant
plus y tenir, je quittai la partie, et je vis avec étonnement dans la
pièce voisine, dont les portes étaient béantes, plusieurs heiduques de
Dumouriez le sabre nu à l'épaule. J'ignore quel pouvait être le but de
cette farce ridicule: si elle avait été imaginée pour m'intimider, il faut
convenir que les valets de Dumouriez ont de grandes idées de la liberté.
Prenez patience, messieurs, nous vous apprendrons à la connaître. En
attendant, croyez que votre maître redoute bien plus le bout de ma plume
que je n'ai peur des sabres de ses chenapans.



NOTE 3, PAGE 92.


Parmi les esprits les plus froids et les plus impartiaux de la révolution,
il faut citer Pétion. Personne n'a jugé d'une manière plus sensée les deux
partis qui divisaient la convention. Son équité était si connue, que des
deux côtés on consentait à s'en remettre à son jugement. Les accusations
qui eurent lieu dès l'ouverture de l'assemblée, provoquèrent de grandes
disputes aux Jacobins. Fabre d'Églantine proposa de s'en référer à Pétion
du jugement à rendre. Voici la manière dont il s'exprima:

_Séance du 29 octobre 1792_.

«Il est un autre moyen que je crois utile et qui produira un plus grand
effet: presque toujours, lorsqu'une vaste intrigue a voulu se nouer, elle
a eu besoin de puissance; elle a dû faire de grands efforts pour
s'attacher un grand crédit personnel. S'il existait un homme qui eût tout
vu, tout apprécié dans l'un et l'autre parti, vous ne pourriez douter que
cet homme, ami de la vérité, ne fût très propre à la faire connaître: eh
bien! je propose que vous invitiez cet homme, membre de votre société, à
prononcer sur les crimes qu'on impute aux patriotes; forcez sa vertu à
dire tout ce qu'il a vu: cet homme, c'est Pétion. Quelque condescendance
que l'homme puisse avoir pour ses amis, j'ose dire que les intrigans n'ont
point corrompu Pétion; il est toujours pur, il est sincère je le dis ici;
je vais lui parler souvent, à la convention, dans les momens d'explosion,
et s'il ne me dit pas toujours qu'il gémit, je vois qu'il gémit
intérieurement: ce matin, il voulait monter à la tribune. Il ne peut pas
vous refuser d'écrire ce qu'il pense, et nous verrons si, malgré que
j'évente ce moyen-là, les intrigans peuvent le détourner. Observez,
citoyens, que cette démarche seule prouvera que vous ne voulez que la
vérité; c'est un hommage que vous rendez à la vertu d'un bon patriote,
avec d'autant plus de motifs, que les meneurs se sont enveloppés de sa
vertu pour être quelque chose. Je demande que la motion soit mise aux
voix.» (_Applaudi_.)

_Legendre_. «Le coup était monté, il était clair: la distribution du
discours de Brissot, le rapport du ministre de l'intérieur, le discours de
Louvet dans la poche, tout cela prouve que la partie était faite. Le
discours de Brissot sur la radiation contient tout ce qu'a dit Louvet: le
rapport de Roland était pour fournir à Louvet une occasion de parler.
J'approuve la motion de Fabre: la convention va prononcer. Robespierre a
la parole pour lundi: je demande que la société suspende sa décision: il
est impossible que dans un pays libre la vertu succombe sous le crime.»

Après cette citation, je crois devoir placer le morceau que Pétion écrivit
relativement à la dispute engagée entre Louvet et Robespierre; c'est, avec
les morceaux extraits de Garat, celui qui renferme les renseignemens les
plus précieux sur la conduite et le caractère des hommes de ce temps, et
ce sont ceux que l'histoire doit conserver comme les plus capables de
répandre des idées justes sur cette époque.

«Citoyens, je m'étais promis de garder le silence le plus absolu sur les
événemens qui se sont passés depuis le 10 août: des motifs de délicatesse
et de bien public me déterminaient à user de cette réserve.

«Mais il est impossible de me taire plus longtemps: de l'une et de l'autre
part, on invoque mon témoignage: chacun me presse de dire mon opinion; je
vais dire avec franchise ce que je sais sur quelques hommes, ce que je
pense sur les choses.

«J'ai vu de près les scènes de la révolution; j'ai vu les cabales, les
intrigues, les luttes orageuses entre la tyrannie et la liberté, entre le
vice et la vertu.

«Quand le jeu des passions humaines paraît à découvert, quand on aperçoit
les ressorts secrets qui ont dirigé les opérations les plus importantes,
quand on rapproche les événemens de leurs causes, quand on connaît tous
les périls que la liberté a courus, quand on pénètre dans l'abîme de
corruption qui menaçait à chaque instant de nous engloutir, on se demande
avec étonnement par quelle suite de prodiges nous sommes arrivés au point
où nous nous trouvons aujourd'hui!

«Les révolutions veulent être vues de loin; ce prestige leur est bien
nécessaire; les siècles effacent les taches qui les obscurcissent; la
postérité n'aperçoit que les résultats. Nos neveux nous croiront grands:
rendons-les meilleurs que nous.

«Je laisse en arrière les faits antérieurs à cette journée à jamais
mémorable, qui a élevé la liberté sur les ruines de la tyrannie, et qui a
changé la monarchie en république.

«Les hommes qui se sont attribué la gloire de cette journée sont les
hommes à qui elle appartient le moins: elle est due à ceux qui l'ont
préparée; elle est due à la nature impérieuse des choses; elle est due aux
braves fédérés et à leur directoire secret, qui concertait depuis
longtemps le plan de l'insurrection; elle est due au peuple, elle est due
enfin au génie tutélaire qui préside constamment aux destins de la France
depuis la première assemblée de ses représentans!

«Il faut le dire, un moment le succès fut incertain; et ceux qui sont
vraiment instruits des détails de cette journée, savent quels furent les
intrépides défenseurs de la patrie qui empêchèrent les Suisses et tous les
satellites du despotisme de demeurer maîtres du champ de bataille, quels
furent ceux qui rallièrent nos phalanges citoyennes, un instant ébranlées.

«Cette journée avait également lieu sans le concours des commissaires de
plusieurs sections, réunis à la maison commune: les membres de l'ancienne
municipalité, qui n'avaient pas désemparé pendant la nuit, étaient encore
en séance à neuf heures et demie du matin.

«Ces commissaires conçurent néanmoins une grande idée, et prirent une
mesure hardie en s'emparant de tous les pouvoirs municipaux, et en se
mettant à la place d'un conseil général dont ils redoutaient la faiblesse
et la corruption; ils exposèrent courageusement leur vie dans le cas où le
succès ne justifierait pas l'entreprise.

«Si ces commissaires eussent eu la sagesse de savoir déposer à temps leur
autorité, de rentrer au rang de simples citoyens après la belle action
qu'ils avaient faite, ils se seraient couverts de gloire; mais ils ne
surent pas résister à l'attrait du pouvoir, et l'envie de dominer
s'empara d'eux.

«Dans les premiers momens d'ivresse de la conquête de la liberté, et après
une commotion aussi violente, il était impossible que tout rentrât à
l'instant dans le calme et dans l'ordre accoutumé; il eût été injuste de
l'exiger: on fit alors au nouveau conseil de la commune des reproches qui
n'étaient pas fondés; ce n'était connaître ni sa position ni les
irconstances; mais ces commissaires commencèrent à les mériter lorsqu'ils
prolongèrent eux-mêmes le mouvement révolutionnaire au-delà du terme.

«L'assemblée nationale s'était prononcée; elle avait pris un grand
caractère, elle avait rendu des décrets qui sauvaient l'empire, elle avait
suspendu le roi, elle avait effacé la ligne de démarcation qui séparait
les citoyens en deux classes, elle avait appelé la convention! Le parti
royaliste était abattu: il fallait dès lors se rallier à elle, la
fortifier de l'opinion, l'environner de la confiance: le devoir et la
saine politique le voulaient ainsi.

«La commune trouva plus grand de rivaliser avec l'assemblée; elle établit
une lutte qui n'était propre qu'à jeter de la défaveur sur tout ce qui
s'était passé, qu'à faire croire que l'assemblée était sous le joug
irrésistible des circonstances; elle obéissait ou résistait aux décrets
suivant qu'ils favorisaient ou contrariaient ses vues; elle prenait, dans
ses représentations au corps législatif, des formes impérieuses et
irritantes, elle affectait la puissance, et ne savait ni jouir de ses
triomphes, ni se les faire pardonner.

«On était parvenu à persuader aux uns que tant que l'état révolutionnaire
durait, le pouvoir était remonté à sa source, que l'assemblée nationale
était sans caractère, que son existence était précaire, et que les
assemblées des communes étaient les seules autorités légales et
puissantes.

«On avait insinué aux autres que les chefs d'opinion dans l'assemblée
nationale avaient des projets perfides, voulaient renverser la liberté et
livrer la république aux étrangers.

«De sorte qu'un grand nombre de membres du conseil croyaient user d'un
droit légitime lorsqu'ils usurpaient l'autorité, croyaient résister à
l'oppression lorsqu'ils s'opposaient à la loi, croyaient faire un acte de
civisme lorsqu'ils manquaient à leurs devoirs de citoyens: néanmoins, au
milieu de cette anarchie, la commune prenait de temps en temps des arrêtés
salutaires.

«J'avais été conservé dans ma place; mais elle n'était plus qu'un vain
titre; j'en cherchais inutilement les fonctions, elles étaient éparses
entre toutes les mains, et chacun les exerçait.

«Je me rendis les premiers jours au conseil; je fus effrayé du désordre
qui régnait dans cette assemblée, et surtout de l'esprit qui la dominait:
ce n'était plus un corps administratif délibérant sur les affaires
communales; c'était une assemblée politique se croyant investie de pleins
pouvoirs; discutant les grands intérêts de l'état, examinant les lois
faites et en promulguant de nouvelles; on n'y parlait que de complots
contre la liberté publique; on y dénonçait des citoyens; on les appelait
à la barre; on les entendait publiquement; on les jugeait, on les
renvoyait absous ou on les retenait; les règles ordinaires avaient
disparu; l'effervescence des esprits était telle, qu'il était impossible
de retenir ce torrent: toutes les délibérations s'emportaient avec
l'impétuosité de l'enthousiasme; elles se succédaient avec une rapidité
effrayante; le jour, la nuit, sans aucune interruption, le conseil était
toujours en séance.

«Je ne voulus pas que mon nom fût attaché à une multitude d'actes aussi
irréguliers, aussi contraires aux principes.

«Je sentis également combien il était sage et utile de ne pas approuver,
de ne pas fortifier par ma présence tout ce qui se passait. Ceux qui dans
le conseil craignaient de m'y voir, ceux que mon aspect gênait, désiraient
fortement que le peuple, dont je conservais la confiance, crût que je
présidais à ses opérations, et que rien ne se faisait que de concert avec
moi: ma réserve à cet égard accrut leur inimitié; mais ils n'osèrent pas
la manifester trop ouvertement, crainte de déplaire à ce peuple dont ils
briguaient la faveur.

«Je parus rarement; et la conduite que je tins dans cette position très
délicate entre l'ancienne municipalité, qui réclamait contre sa
destitution, et la nouvelle, qui se prétendait légalement instituée, ne
fut pas inutile à la tranquillité publique; car, si alors je me fusse
prononcé fortement pour ou contre, j'occasionnais un déchirement qui
aurait pu avoir des suites funestes: en tout il est un point de maturité
qu'il faut savoir saisir.

«L'administration fut négligée, le maire ne fut plus un centre d'unité;
tous les fils furent coupés entre mes mains; le pouvoir fut dispersé;
l'action de surveillance fut sans force; l'action réprimante le fut
également.

«Robespierre prit donc l'ascendant dans le conseil, et il était difficile
que cela ne fût pas ainsi dans les circonstances où nous nous trouvions,
et avec la trempe de son esprit. Je lui entendis prononcer un discours qui
me contrista l'âme: il s'agissait du décret qui ouvrait les barrières, et
à ce sujet il se livra à des déclamations extrêmement animées, aux écarts
d'une imagination sombre; il aperçut des précipices sous ses pas, des
complots liberticides; il signala les prétendus conspirateurs; il
s'adressa au peuple, échauffa les esprits, et occasionna, parmi ceux qui
l'entendaient, la plus vive fermentation.

«Je répondis à ce discours pour rétablir le calme, pour dissiper ces
noires illusions, et ramener la discussion au seul point qui dût occuper
l'assemblée.

«Robespierre et ses partisans entraînaient ainsi la commune dans des
démarches inconsidérées, dans les partis extrêmes.

«Je ne suspectais pas pour cela les intentions de Robespierre; j'accusais
sa tête plus que son coeur; mais les suites de ces noires visions ne m'en
causaient pas moins d'alarmes.

«Chaque jour les tribunes du conseil retentissaient de diatribes
violentes; les membres ne pouvaient pas se persuader qu'ils étaient des
magistrats chargés de veiller à l'exécution des lois et au maintien de
l'ordre; ils s'envisageaient toujours comme formant une association
révolutionnaire.

«Les sections assemblées recevaient cette influence, la communiquaient à
leur tour; de sorte qu'en même temps tout Paris fut en fermentation.

«Le comité de surveillance de la commune remplissait les prisons; on ne
peut pas se dissimuler que si plusieurs de ces arrestations furent justes
et nécessaires, d'autres furent légalement hasardées. Il faut moins en
accuser les chefs que leurs agens: la police était mal entourée; un homme
entre autres, dont le nom seul est devenu une injure, dont le nom seul
jette l'épouvante dans l'âme de tous les citoyens paisibles, semblait
s'être emparé de sa direction et de ses mouvemens; assidu à toutes les
conférences, il s'immisçait dans toutes les affaires; il parlait, il
ordonnait en maître; je m'en plaignis hautement à la commune, et je
terminai mon opinion par ces mots: _Marat est ou le plus insensé ou le
plus scélérat des hommes_. Depuis je n'ai jamais parlé de lui.

«La justice était lente à prononcer sur le sort des détenus, et ils
s'entassaient de plus en plus dans les prisons. Une section vint en
députation au conseil de la commune le 23 août et déclara formellement que
les citoyens, fatigués, indignés des retards que l'on apportait dans les
jugemens, forceraient les portes de ces asiles, et immoleraient à leur
vengeance les coupables qui y étaient renfermés... Cette pétition, conçue
dans les termes les plus délirans, n'éprouva aucune censure; elle reçut
même des applaudissemens!

«Le 25, mille à douze cents citoyens armés sortirent de Paris pour enlever
les prisonniers d'état détenus à Orléans, et les transférer ailleurs.

«Des nouvelles fâcheuses vinrent encore augmenter l'agitation des esprits:
on annonça la trahison de Longwy, et, quelques jours après, le siège de
Verdun.

«Le 27, l'assemblée nationale invita le département de Paris et ceux
environnans à fournir trente mille hommes armés pour voler aux frontières:
ce décret imprima un nouveau mouvement qui se combina avec ceux qui
existaient déjà.

«Le 31, l'absolution de Montmorin souleva le peuple; le bruit se répandit
qu'il avait été sauvé par la perfidie d'un commissaire du roi, qui avait
induit les jurés en erreur.

«Dans le même moment, on publia la révélation d'un complot, faite par un
condamné, complot tendant à faire évader tous les prisonniers, qui
devaient ensuite se répandre dans la ville, s'y livrer à tous les excès et
enlever le roi.

«L'effervescence était à son comble. La commune, pour exciter
l'enthousiasme des citoyens, pour les porter en foule aux enrôlemens
civiques, avait arrêté de les réunir avec appareil au Champ-de-Mars au
bruit du canon.

«Le 2 septembre arrive: le canon d'alarme tire; le tocsin sonne... O jour
de deuil! A ce son lugubre et alarmant, on se rassemble, on se précipite
dans les prisons, on égorge, on assassine! Manuel, plusieurs députés de
l'assemblée nationale, se rendent dans ces lieux de carnage: leurs efforts
sont inutiles; on immole les victimes jusque dans leurs bras! Eh bien!
j'étais dans une fausse sécurité; j'ignorais ces cruautés, depuis quelque
temps on ne me parlait de rien. Je les apprends enfin, et comment? d'une
manière vague, indirecte, défigurée: on m'ajoute en même temps que tout
est fini. Les détails les plus déchirans me parviennent ensuite; mais
j'étais dans la conviction la plus intime que le jour qui avait éclairé
ces scènes affreuses ne reparaîtrait plus. Cependant elles continuent;
j'écris au commandant général, je le requiers de porter des forces aux
prisons; il ne me répond pas d'abord. J'écris de nouveau: il me dit qu'il
a donné des ordres; rien n'annonce que ces ordres s'exécutent. Cependant
elles continuent encore: je vais au conseil de la commune; je me rends de
là à l'hôtel de la Force avec plusieurs de mes collègues. Des citoyens
assez paisibles obstruaient la rue qui conduit à cette prison; une très
faible garde était à la porte: j'entre... Non, jamais ce spectacle ne
s'effacera de mon coeur! Je vois deux officiers municipaux revêtus de leur
écharpe, je vois trois hommes tranquillement assis devant une table, les
registres d'écrous ouverts et sous les yeux, faisant l'appel des
prisonniers; d'autres hommes les interrogeant; d'autres hommes faisant
fonctions de jurés et de juges, une douzaine de bourreaux, les bras nus
couverts de sang, les uns avec des massues, les autres avec des sabres et
des coutelas qui en dégouttaient, exécutant à l'instant les jugemens; des
citoyens attendant au dehors ces jugemens avec impatience, gardant le plus
morne silence aux arrêts de mort, jetant des cris de joie aux arrêts
d'absolution.

Et les hommes qui jugeaient, et les hommes qui exécutaient avaient la même
sécurité que si la loi les eût appelés à remplir ces fonctions! Ils me
vantaient leur justice, leur attention à distinguer les innocens des
coupables, les services qu'ils avaient rendus; ils demandaient,
pourrait-on le croire! ils demandaient à être payés du temps qu'ils
avaient passé!... J'étais réellement confondu de les entendre!

«Je leur parlai le langage austère de la loi; je leur parlai avec le
sentiment de l'indignation profonde dont j'étais pénétré: je les fis
sortir tous devant moi. J'étais à peine sorti moi-même qu'ils y
rentrèrent: je fus de nouveau sur les lieux pour les en chasser; la nuit
ils achevèrent leur horrible boucherie.

«Ces assassinats furent-ils commandés, furent-ils dirigés par quelques
hommes? J'ai eu des listes sous les yeux, j'ai reçu des rapports, j'ai
recueilli quelques faits; si j'avais à prononcer comme juge, je ne
pourrais pas dire: Voilà le coupable.

«Je pense que ces crimes n'eussent pas eu un aussi libre cours, qu'ils
eussent été arrêtés si tous ceux qui avaient en main le pouvoir et la
force les eussent vus avec horreur; mais je dois le dire, parce que cela
est vrai, plusieurs de ces hommes publics, de ces défenseurs de la patrie,
croyaient que ces journées désastreuses et déshonorantes étaient
nécessaires, qu'elles purgeaient l'empire d'hommes dangereux, qu'elles
portaient l'épouvante dans l'âme des conspirateurs, et que ces crimes,
odieux en morale, étaient utiles en politique.

«Oui, voilà ce qui a ralenti le zèle de ceux à qui la loi avait confié le
maintien de l'ordre, de ceux à qui elle avait remis la défense des
personnes et des propriétés.

«On voit comment on peut lier les journées des 2, 3, 4 et 5 septembre à
l'immortelle journée du 10 août; comment on peut en faire une suite du
mouvement révolutionnaire imprimé dans ce jour, le premier des annales de
la république; mais je ne puis me résoudre à confondre la gloire avec
l'infamie, et à souiller le 10 août des excès du 2 septembre.

«Le comité de surveillance lança en effet un mandat d'arrêt contre le
ministre Roland; c'était le 4, et les massacres duraient encore. Danton en
fut instruit; il vint à la mairie: il était avec Robespierre. Il s'emporta
avec chaleur contre cet acte arbitraire et de démence: il aurait perdu non
pas Roland, mais ceux qui l'avaient décerné. Danton en provoqua la
révocation: il fut enseveli dans l'oubli.

«J'eus une explication avec Robespierre; elle fut très vive: je lui ai
toujours fait en face des reproches que l'amitié a tempérés en son
absence; je lui dis:--Robespierre, vous faites bien du mal! Vos
dénonciations, vos alarmes, vos haines, vos soupçons, agitent le peuple.
Mais enfin, expliquez-vous; avez-vous des faits? avez-vous des preuves? Je
combats avec vous, je n'aime que la vérité, je ne veux que la liberté.

«--Vous vous laissez entourer, vous vous laissez prévenir, me répondit-il,
on vous indispose contre moi; vous voyez tous les jours mes ennemis; vous
voyez Brissot et son parti.

«--Vous vous trompez, Robespierre; personne plus que moi n'est en garde
contre les préventions, et ne juge avec plus de sang-froid les hommes et
les choses.

«Vous avez raison, je vois Brissot; néanmoins rarement; mais vous ne le
connaissez pas, et moi je le connais dès son enfance. Je l'ai vu dans ces
momens où l'âme se montre tout entière, où l'on s'abandonne sans réserve à
l'amitié, à la confiance: je connais son désintéressement; je connais ses
principes, je vous proteste qu'ils sont purs. Ceux qui en font un chef de
parti n'ont pas la plus légère idée de son caractère; il a des lumières et
des connaissances, mais il n'a ni la réserve, ni la dissimulation, ni ces
formes entraînantes, ni cet esprit de suite, qui constituent un chef de
parti, et ce qui vous surprendra, c'est que, loin de mener les autres, il
est très-facile à abuser.

«Robespierre insista, mais en se renfermant dans des généralités.--De
grâce, lui dis-je, expliquons-nous: dites-moi franchement ce que vous avez
sur le coeur, ce que vous savez?

«--Eh bien! me répondit-il, je crois que Brissot est à Brunswick!

--Quelle erreur est la vôtre! m'écriai-je; c'est véritablement une folie;
voilà comme votre imagination vous égare: Brunswick ne serait-il pas le
premier à lui couper la tête? Brissot n'est pas assez fou pour en douter.
Qui de nous sérieusement peut capituler? qui de nous ne risque sa vie?
Bannissons d'injustes défiances.

«Je reviens aux événemens dont je vous ai tracé une faible esquisse. Ces
événemens, et quelques-uns de ceux qui ont précédé la célèbre journée du
10 août, le rapprochement des faits et d'une foule de circonstances, ont
porté à croire que des intrigans avaient voulu s'emparer du peuple, pour,
avec le peuple, s'emparer de l'autorité; on a désigné hautement
Robespierre: on a examiné ses liaisons, on a analysé sa conduite, on a
recueilli les paroles qui, dit-on, ont échappé à un de ses amis, et on a
conclu que Robespierre avait eu l'ambition insensée de devenir le
dictateur de son pays.

«Le caractère de Robespierre explique ce qu'il a fait. Robespierre est
extrêmement ombrageux et défiant; il aperçoit partout des complots, des
trahisons, des précipices; son tempérament bilieux, son imagination
atrabilaire, lui présentent tous les objets sous de sombres couleurs.
Impérieux dans son avis, n'écoutant que lui, ne supportant pas la
contrariété, ne pardonnant jamais à celui qui a pu blesser son
amour-propre, et ne reconnaissant jamais ses torts; dénonçant avec
légèreté, s'irritant du plus léger soupçon; croyant toujours qu'on
s'occupe de lui, et pour le persécuter; vantant ses services, et parlant
de lui avec peu de réserve; ne connaissant point les convenances, et
nuisant par cela même aux causes qu'il défend, voulant par-dessus tout
les faveurs du peuple, lui faisant sans cesse la cour, et cherchant avec
affectation ses applaudissemens: c'est là, c'est surtout cette dernière
faiblesse qui, perçant dans les actes de sa vie publique, a pu faire
croire que Robespierre aspirait à de hautes destinées, et qu'il voulait
usurper le pouvoir dictatorial.

«Quant à moi, je ne puis me persuader que cette chimère ait sérieusement
occupé ses pensées, qu'elle ait été l'objet de ses désirs et le but de son
ambition.

«Il est un homme cependant qui s'est enivré de cette idée fantastique, qui
n'a cessé d'appeler la dictature sur la France comme un bienfait, comme la
seule domination qui put nous sauver de l'anarchie qu'il prêchait, qui pût
nous conduire à la liberté et au bonheur! Il sollicitait ce pouvoir
tyrannique, pour qui? Vous ne voudrez jamais le croire; vous ne connaissez
pas assez tout le délire de sa vanité; il le sollicitait pour lui! Oui,
pour lui Marat! Si sa folie n'était pas féroce, il n'y aurait rien d'aussi
ridicule que cet être, que la nature semble avoir marqué tout exprès du
sceau de sa réprobation.»



NOTE 4, PAGE 211.


Parmi les opinions les plus curieuses exprimées sur Marat et Robespierre,
il ne faut pas omettre celle qui fut émise par la société des jacobins
dans la séance du dimanche 23 décembre 1792. Je ne connais rien qui
peigne mieux l'esprit et les dispositions du moment que la discussion qui
s'éleva sur le caractère de ces deux personnages. En voici un extrait:

«Desfieux donne lecture de la correspondance. Une lettre d'une société,
dont le nom nous a échappé, donne lieu à une grande discussion propre à
faire naître des réflexions bien importantes. Cette société annonce à la
société-mère qu'elle est invariablement attachée aux principes des
jacobins; elle observe qu'elle ne s'est point laissé aveugler par les
calomnies répandues avec profusion contre Marat et Robespierre, et qu'elle
conserve toute son estime et toute sa vénération pour ces deux
incorruptibles amis du peuple.

«Cette lettre a été vivement applaudie, mais elle a été suivie d'une
discussion que Brissot et Gorsas, qui sont aussi sûrement des prophètes,
avaient annoncée la veille.

«_Robert_. Il est bien étonnant que l'on confonde toujours les noms de
Marat et de Robespierre. Combien l'esprit public est-il corrompu dans les
départemens, puisque l'on n'y met aucune différence entre ces deux
défenseurs du peuple! Ils ont tous deux des vertus, il est vrai; Marat est
patriote, il a des qualités estimables, j'en conviens; mais qu'il est
différent de Robespierre! Celui-ci est sage, modéré dans ses moyens, au
lieu que Marat est exagéré, n'a pas cette sagesse qui caractérise
Robespierre. Il ne suffit pas d'être patriote; il faut, pour servir le
peuple utilement, être réservé dans les moyens d'exécution, et Robespierre
l'emporte à coup sûr sur Marat dans les moyens d'exécution.

«Il est temps, citoyens, de déchirer le voile qui cache la vérité aux yeux
des départemens; il est temps qu'ils sachent que nous savons distinguer
Robespierre de Marat. Ecrivons aux sociétés affiliées ce que nous pensons
de ces deux citoyens; car, je vous l'avoue, je suis un grand partisan de
Robespierre.» (_Murmures dans les tribunes et dans une partie de la
salle_.)

«_Bourdon_. Il y a longtemps que nous aurions dû manifester aux sociétés
affiliées ce que nous pensons de Marat. Comment ont-elles jamais pu
confondre Marat et Robespierre? Robespierre est un homme vraiment
vertueux, auquel, depuis la révolution, nous n'avons aucun reproche à
faire; Robespierre est modéré dans ses moyens, au lieu que Marat est un
écrivain fougueux qui nuit beaucoup aux jacobins (_murmures_); et
d'ailleurs il est bon d'observer que Marat nous fait beaucoup de tort à la
convention nationale.

«Les députés s'imaginent que nous sommes partisans de Marat; on nous
appelle des maratistes; si on s'aperçoit que nous savons apprécier Marat,
alors vous verrez les députés se rapprocher de la Montagne où nous
siégeons, vous les verrez venir dans le sein de cette société, vous verrez
les sociétés affiliées revenir de leur égarement et se rallier de nouveau
au berceau de la liberté. Si Marat est patriote, il doit accéder à la
motion que je vais faire. Marat doit se sacrifier à la cause de la
liberté. Je demande qu'il soit rayé du tableau des membres de la société.»

«Cette motion excite quelques applaudissemens, de violens murmures dans
une partie de la salle, et une violente agitation dans les tribunes.

«On se rappelle que, huit jours avant cette scène d'un nouveau genre,
Marat avait été couvert d'applaudissemens dans la société; le peuple des
tribunes, qui a de la mémoire, se le rappelait fort bien; il ne pouvait
pas croire qu'il se fût opéré un si prompt changement dans les esprits;
et, comme l'instinct moral du peuple est toujours juste, il a vivement été
indigné de la proposition de Bourdon; le peuple a défendu son _vertueux
ami_; il n'a pas cru que dans huit jours il ait pu démériter de la
société, car, quoiqu'on ait dit que l'ingratitude était une vertu des
républiques, on aura beaucoup de peine à familiariser le peuple français
avec ces sortes de vertus.

«La jonction des noms de Marat et de Robespierre n'a pas révolté le
peuple; les oreilles étaient accoutumées depuis long-temps à les voir
réunis dans la correspondance; et après avoir vu plusieurs fois la société
indignée, lorsque les clubs des autres départemens demandaient la
radiation de Marat, il n'a pas cru devoir aujourd'hui appuyer la motion de
Bourdon.

«Un citoyen d'une société affiliée a fait observer à la société combien il
était dangereux en effet de joindre ensemble les noms de Marat et de
Robespierre. «Dans les départemens, dit-il, on fait une grande différence
de Marat et de Robespierre, et l'on est surpris de voir la société se
taire sur les différences qui existent entre ces deux patriotes. Je
propose à la société, après avoir prononcé sur le sort de Marat, de ne
plus parler d'affiliation (ce mot ne doit pas être prononcé dans une
république), mais de se servir du terme de _fraternisation_.»

«_Dufourny_. Je m'oppose à la motion de rayer Marat de la société.
(_Applaudissemens très vifs_.) Je ne disconviendrai pas de la différence
qui existe entre Marat et Robespierre. Ces deux écrivains, qui peuvent se
ressembler par le patriotisme, ont des différences bien remarquables; ils
ont tous deux servi la cause du peuple, mais par des moyens bien
différens. Robespierre a défendu les vrais principes avec méthode, avec
fermeté, et avec toute la sagesse qui convient; Marat, au contraire, a
souvent outre-passé les bornes de la saine raison et de la prudence.
Cependant, en convenant de la différence qui existe entre Marat et
Robespierre, je ne suis pas d'avis de la radiation: on peut être juste
sans être ingrat envers Marat. Marat nous a été utile, il a servi la
révolution avec courage. (_Applaudissemens très vifs de la société et des
tribunes_.) Il y aurait de l'ingratitude à le rayer. (_Oui! Oui!
s'écrie-t-on de toutes parts_.) Marat a été un homme nécessaire: il faut
dans les révolutions de ces têtes fortes, capables de réunir les états, et
Marat est du nombre de ces hommes rares qui sont nécessaires pour
renverser le despotisme. (_Applaudi_.)

«Je conclus à ce que la motion de Bourdon soit rejetée, et que l'on se
contente d'écrire aux sociétés affiliées pour leur apprendre la différence
que nous mettons entre Marat et Robespierre.» (_Applaudi_.)

«La société arrête qu'elle ne se servira plus du terme d'affiliation, le
regardant comme injurieux à l'égalité républicaine; elle y substitue le
mot fraternisation. La société arrête ensuite que Marat ne sera point rayé
du tableau de ses membres, mais qu'il sera fait une circulaire à toutes
les sociétés qui ont le droit de fraternisation, une circulaire dans
laquelle on détaillera les rapports, ressemblances, dissemblances,
conformités et difformités qui peuvent se trouver entre Marat et
Robespierre, afin que tous ceux qui fraternisent avec les jacobins
puissent prononcer avec connaissance de cause sur ces deux défenseurs du
peuple, et qu'ils apprennent enfin à séparer deux noms qu'à tort ils
croient devoir être éternellement unis.



NOTE 5, PAGE 40.


Voici un extrait des Mémoires de Garat, non moins curieux que le
précédent, et qui est la peinture la plus juste qu'on ait faite de
Robespierre, et des soupçons qui le tourmentaient. C'est un entretien:

«A peine Robespierre eut compris que j'allais lui parler des querelles de
la convention:--Tous ces députés de la Gironde, me dit-il, ce Brissot, ce
Louvet, ce Barbaroux, ce sont des contre-révolutionnaires,
des conspirateurs.--Je ne pus m'empêcher de rire, et le rire qui m'échappa
lui donna tout de suite de l'aigreur.

--Vous avez toujours été _comme cela_. Dans l'assemblée constituante, vous
étiez disposé à croire que les aristocrates aimaient la révolution.--Je
n'ai pas été tout à fait _comme cela_. J'ai pu croire tout au plus que
quelques nobles n'étaient pas aristocrates. Je l'ai pensé de plusieurs, et
vous-même vous le pensez encore de quelques-uns. J'ai pu croire encore que
nous aurions fait quelques conversions parmi les aristocrates mêmes, si
des deux moyens qui étaient à notre disposition, la raison et la force,
nous avions employé plus souvent la raison, qui était pour nous seuls, et
moins souvent la force, qui peut être pour les tyrans. Croyez-moi,
oublions ces dangers que nous avons vaincus, et qui n'ont rien de commun
avec ceux qui nous menacent aujourd'hui. La guerre se faisait alors entre
les amis et les ennemis de la liberté; elle se fait aujourd'hui entre les
amis et les ennemis de la république. Si l'occasion s'en présentait, je
dirais à Louvet qu'il est par trop fort qu'il vous croie un royaliste;
mais à vous, je crois devoir vous dire que Louvet n'est pas plus royaliste
que vous. Vous ressemblez dans vos querelles aux molinistes et aux
jansénistes, dont toute la dispute roulait sur la manière dont la grâce
divine opère dans nos ames, et qui s'accusaient réciproquement de ne pas
croire en Dieu.--S'ils ne sont pas royalistes, pourquoi donc ont-ils tant
travaillé à sauver la vie d'un roi? Je parie que vous étiez aussi, vous,
pour la grâce, pour la clémence...

Eh! qu'importe quel principe rendait la mort du tyran juste et nécessaire?
vos girondins, votre Brissot et vos appelans au peuple ne la voulaient
pas. Ils voulaient donc laisser à la tyrannie tous les moyens de se
relever?--J'ignore si l'intention des _appelans au peuple_ était
d'épargner la peine de mort à Capet: _l'appel au peuple_ m'a toujours paru
imprudent et dangereux; mais je conçois comment ceux qui l'ont voté ont pu
croire que la vie de Capet prisonnier pourrait être, au milieu des
événemens, plus utile que sa mort; je conçois comment ils ont pu penser
que l'appel au peuple était un grand moyen d'honorer une nation
républicaine aux yeux du monde entier, en lui donnant l'occasion d'exercer
elle-même un grand acte de générosité par un acte de souveraineté.--C'est
assurément prêter de belles intentions à des mesures que vous n'approuvez
pas, et à des hommes qui conspirent de toutes parts.--Et où donc
conspirent-ils?--Partout: dans Paris, dans toute la France, dans toute
l'Europe. A Paris, Gensonné conspire dans le faubourg Saint-Antoine, en
allant, de boutique en boutique, persuader aux marchands que nous autres
patriotes, nous voulons piller leurs magasins; la Gironde a formé depuis
long-temps le projet de se séparer de la France pour se réunir à
l'Angleterre; et les chefs de sa députation sont eux-mêmes les auteurs de
ce plan, qu'ils veulent exécuter à tout prix: Gensonné ne le cache pas; il
dit à qui veut l'entendre qu'ils ne sont pas ici des représentans de la
nation, mais les plénipotentiaires de la Gironde. Brissot conspire dans
son journal, qui est un tocsin de guerre civile; on sait qu'il est allé en
Angleterre, et on sait aussi pourquoi il y est allé; nous n'ignorons pas
ses liaisons intimes avec le ministre des affaires étrangères, avec ce
Lebrun, qui est un Liégeois et une créature de la maison d'Autriche. Le
meilleur ami de Brissot c'est Clavière, et Clavière a conspiré partout où
il a respiré. Rabaut, traître comme un protestant et comme un philosophe
qu'il est, n'a pas été assez habile pour nous cacher sa correspondance
avec le courtisan et le traître Montesquiou; il y a six mois qu'ils
travaillent ensemble à ouvrir la Savoie et la France aux Piémontais.
Servan n'a été nommé général de l'armée des Pyrénées que pour livrer les
clefs de la France aux Espagnols. Enfin, voilà Dumouriez qui ne menace
plus la Hollande, mais Paris; et quand ce charlatan d'héroïsme est venu
ici, _où je voulais le faire arrêter_, ce n'est pas avec la Montagne qu'il
a dîné tous les jours, mais bien avec les ministres et avec les
girondins.--Trois ou quatre fois chez moi, par exemple.--Je suis _bien
las de la révolution_, je suis malade: jamais la patrie ne fut dans de
plus grands dangers, et je doute qu'elle s'en tire. Eh bien! avez-vous
encore envie de rire et de croire que ce sont là d'honnêtes gens, de bons
républicains?--Non, je ne suis plus tenté de rire, mais j'ai peine à
retenir les larmes qu'il faut verser sur la patrie, lorsqu'on voit ses
législateurs en proie à des soupçons si affreux sur des fondemens si
misérables. Je suis sûr que rien de ce que vous soupçonnez n'est réel;
mais je suis plus sûr encore que vos soupçons sont un danger très-réel et
très-grand. Tous ces hommes à peu près sont vos ennemis, mais aucun,
excepté Dumouriez, n'est l'ennemi de la république; et si de toutes parts
vous pouviez étouffer vos haines, la république ne courrait plus aucun
danger.--N'allez-vous pas me proposer de refaire la motion de l'évêque
Lamourette?--Non; j'ai assez profité des leçons au moins que vous m'avez
données; et les trois assemblées nationales ont pris la peine de
m'apprendre que les meilleurs patriotes haïssent encore plus leurs ennemis
qu'ils n'aiment leur patrie. Mais j'ai une question à vous faire, et je
vous prie de vous recueillir avant de me répondre: N'avez-vous aucun doute
sur tout ce que vous venez de me dire?--Aucun.--Je le quittai et me
retirai dans un long étonnement et dans une grande épouvante de ce que je
venais d'entendre.

«Quelques jours après, je sortais du conseil exécutif; je rencontre
Salles, qui sortait de la convention nationale. Les circonstances
devenaient de plus en plus menaçantes. Tous ceux qui avaient quelque
estime les uns pour les autres ne pouvaient se voir sans se sentir pressés
du besoin de s'entretenir de la chose publique.

«Eh bien! dis-je à Salles en l'abordant, n'y a-t-il aucun moyen de
terminer ces horribles querelles?--Oh! oui, je l'espère; j'espère que
bientôt je lèverai tous les voiles qui couvrent encore ces affreux
scélérats et leurs affreuses conspirations. Mais vous, je sais que vous
avez toujours une confiance aveugle; je sais que votre manie est de ne
rien croire.--Vous vous trompez: je crois comme un autre, mais sur des
présomptions, et non sur des soupçons; sur des faits attestés, non pas sur
des faits imaginés. Pourquoi me supposez-vous donc si incrédule? Est-ce
parce qu'en 1799 je ne voulus pas vous croire, lorsque vous m'assuriez que
Necker pillait le trésor, et qu'on avait vu les mules chargées d'or et
d'argent sur lesquelles il faisait passer des millions à Genève? Cette
incrédulité, je l'avoue, a été en moi bien incorrigible; car aujourd'hui
encore je suis persuadé que Necker a laissé ici plus de millions à lui,
qu'il n'a emporté de millions de nous à Genève.--Necker était un coquin,
mais ce n'était rien auprès des scélérats dont nous sommes entourés; et
c'est de ceux-ci que je veux vous parler si vous voulez m'entendre. Je
veux tout vous dire, car je sais tout; j'ai deviné toutes leurs trames.
Tous les complots, tous les crimes de la Montagne ont commencé avec la
révolution: c'est d'Orléans qui est le chef de cette bande de brigands;
et c'est l'auteur du roman infernal des _Liaisons dangereuses_ qui a
dressé le plan de tous les forfaits qu'ils commettent depuis cinq ans. Le
traître Lafayette était leur complice, et c'est lui qui, en faisant
semblant de déjouer le complot dès son origine, envoya d'Orléans en
Angleterre pour tout arranger avec Pitt, le prince de Galles et le cabinet
de Saint-James. Mirabeau était aussi là-dedans: il recevait de l'argent du
roi pour cacher ses liaisons avec d'Orléans, mais il en recevait plus
encore de d'Orléans pour le servir. La grande affaire pour le parti de
d'Orléans, c'était de faire entrer les jacobins dans ses desseins. Ils
n'ont pas osé l'entreprendre directement; c'est d'abord aux cordeliers
qu'ils se sont adressés. Dans les cordeliers, a l'instant tout leur a été
vendu et dévoué. Observez bien que les cordeliers ont toujours été moins
nombreux que les jacobins, ont toujours fait moins de bruit: c'est qu'ils
veulent bien que tout le monde soit leur instrument, mais qu'ils ne
veulent pas que tout le monde soit dans leur secret. Les cordeliers ont
toujours été la pépinière des conspirateurs: c'est là que le plus
dangereux de tous, Danton, les forme et les élève à l'audace et au
mensonge, tandis que Marat les façonne au meurtre et aux massacres: c'est
là qu'ils s'exercent au rôle qu'ils doivent jouer ensuite dans les
jacobins; et les jacobins, qui ont l'air de mener la France, sont menés
eux-mêmes, sans s'en douter, par les cordeliers. Les cordeliers, qui ont
l'air d'être cachés dans un trou de Paris, négocient avec l'Europe, et ont
des envoyés dans toutes les cours, qui ont juré la ruine de notre liberté:
le fait est certain; j'en ai la preuve. Enfin ce sont les cordeliers qui
ont englouti un trône dans des flots de sang pour en faire sortir un
nouveau trône. Ils savent bien que le côté droit, où sont toutes les
vertus, est aussi le côté où sont tous les vrais républicains; et s'ils
nous accusent de royalisme, c'est parce qu'il leur faut ce prétexte pour
déchaîner sur nous les fureurs de la multitude: c'est parce que des
poignards sont plus faciles à trouver contre nous que des raisons. Dans
une seule conjuration il y en a trois ou quatre. Quand le côté droit tout
entier sera égorgé, le duc d'York arrivera pour s'asseoir sur le trône, et
d'Orléans, qui le lui a promis, l'assassinera; d'Orléans sera assassiné
lui-même par Marat, Danton et Robespierre, qui lui ont fait la même
promesse, et les triumvirs se partageront la France, couverte de cendres
et de sang, jusqu'à ce que le plus habile de tous, et ce sera Danton,
assassine les deux autres et règne seul, d'abord sous le titre de
dictateur, ensuite, sans déguisement, sous celui de roi. Voilà leur plan,
n'en doutez pas; à force d'y rêver, je l'ai trouvé; tout le prouve et le
rend évident: voyez comme toutes les circonstances se lient et se
tiennent: il n'y a pas un fait dans la révolution qui ne soit une partie
et une preuve de ces horribles complots. Vous êtes étonné, je le vois:
serez-vous encore incrédule?--Je suis étonné, en effet: mais dites-moi, y
en a-t-il beaucoup parmi vous, c'est-à-dire de votre côté, qui pensent
comme vous sur tout cela?--Tous, ou presque tous. Condorcet m'a fait une
fois quelques objections; Sieyès communique peu avec nous; Rabaut, lui, a
un autre plan, qui quelquefois se rapproche, et quelquefois s'éloigne du
mien: mais tous les autres n'ont pas plus de doute que moi sur ce que je
viens de vous dire; tous sentent la nécessité d'agir promptement, _de
mettre promptement les fers au feu_, pour prévenir tant de crimes et de
malheurs, pour ne pas perdre tout le fruit d'une révolution qui nous a
tant coûté. Dans le côté droit, il y a des membres qui n'ont pas assez de
confiance en vous; mais moi, qui ai été votre collègue, qui vous connais
pour un honnête homme, pour un ami de la liberté, je leur assure que vous
serez pour nous, que vous nous aiderez de tous les moyens que votre place
met à votre disposition. Est-ce qu'il peut vous rester la plus légère
incertitude sur tout ce que je vous ai dit de ces scélérats?--Je serais
trop indigne de l'estime que vous me témoignez, si je vous laissais penser
que je crois à la vérité de tout ce plan, que vous croyez être celui de
vos ennemis. Plus vous y mettez de faits, de choses et d'hommes, plus il
vous paraît vraisemblable à vous; et moins il me le paraît à moi. La
plupart des faits dont vous composez le tissu de ce plan ont eu un but
qu'on n'a pas besoin de leur prêter, qui se présente de lui-même, et vous
leur donnez un but qui ne se présente pas de lui-même, et qu'il faut leur
prêter. Or, il faut des preuves d'abord pour écarter une explication
naturelle, et il faut d'autres preuves ensuite pour faire adopter une
explication qui ne se présente pas naturellement. Par exemple, tout le
monde croit que Lafayette et d'Orléans étaient ennemis, et que c'était
pour délivrer Paris, la France et l'assemblée nationale, de beaucoup
d'inquiétudes, que d'Orléans fut engagé ou obligé par Lafayette à
s'éloigner quelque temps de la France; il faut établir, non par assertion,
mais par preuve, 1. qu'ils n'étaient pas ennemis; 2. qu'ils étaient
complices; 3. que le voyage de d'Orléans en Angleterre eut pour objet
l'exécution de leurs complots. Je sais qu'avec une manière de raisonner
si rigoureuse, on s'expose à laisser courir les crimes et les malheurs
devant soi sans les atteindre et sans les arrêter par la prévoyance; mais
je sais aussi qu'en se livrant à son imagination, on fait des systèmes sur
les événemens passés et sur les événemens futurs; on perd tous les moyens
de bien discerner et apprécier les événemens actuels, et rêvant des
milliers de forfaits que personne ne trame, on s'ôte la faculté de voir
avec certitude ceux qui nous menacent: on force des ennemis qui ont peu
de scrupules à la tentation d'en commettre, auxquels ils n'auraient jamais
pensé. Je ne doute pas qu'il n'y ait autour de nous beaucoup de scélérats:
le déchaînement de toutes les passions les fait naître, et l'or de
l'étranger les soudoie. Mais, croyez-moi, si leurs projets sont affreux,
ils ne sont ni si vastes, ni si grands, ni si compliqués, ni conçus et
menés si loin. Il y a dans tout cela beaucoup plus de voleurs et
d'assassins que de profonds conspirateurs. Les véritables conspirateurs
contre la république, ce sont les rois de l'Europe et les passions des
républicains. Pour repousser les rois de l'Europe et leurs régimens, nos
armées suffisent, et de reste: pour empêcher nos passions de nous dévorer,
il y a un moyen, mais il est unique: hâtez-vous d'organiser un
gouvernement qui ait de la force et qui mérite de la confiance. Dans
l'état où vos querelles laissent le gouvernement, une démocratie même de
vingt-cinq millions d'anges serait bientôt en proie à toutes les fureurs
et à toutes les dissensions de l'orgueil; comme l'a dit Jean-Jacques, il
faudrait vingt-cinq millions de dieux, et personne ne s'est avisé d'en
imaginer tant. Mon cher Salles, les hommes et les grandes assemblées ne
sont pas faits de manière que d'un côté il n'y ait que des dieux, et de
l'autre que des diables. Partout où il y a des hommes en conflit
d'intérêts et d'opinions, les bons mêmes ont des passions méchantes, et
les mauvais même, si on cherche à pénétrer dans leurs ames avec douceur
et patience, sont susceptibles d'impressions droites et bonnes. Je trouve
au fond de mon âme la preuve évidente et invincible de la moitié au moins
de cette vérité: je suis bon, moi, et aussi bon, à coup sûr, qu'aucun
d'entre vous; mais quand, au lieu de réfuter mes opinions avec de la
logique et de la bienveillance, on les repousse avec soupçon et injure, je
suis prêt à laisser là le raisonnement et à regarder si mes pistolets sont
bien chargés. Vous m'avez fait deux fois ministre, et deux fois vous
m'avez rendu un très-mauvais service; ce sont les dangers qui vous
environnent, et qui m'environnent, qui peuvent seuls me faire rester au
poste où je suis: un brave homme ne demande pas son congé la veille des
batailles. La bataille, je le vois, n'est pas loin; en prévoyant que des
deux côtés vous tirerez sur moi, je suis résolu à rester. Je vous dirai à
chaque instant ce que je croirai vrai dans ma raison et dans ma
conscience; mais soyez bien averti que je prendrai pour guides ma
conscience et ma raison, et non celles d'aucun homme sur la terre. Je
n'aurai pas travaillé trente ans de ma vie à me faire une lanterne, pour
laisser ensuite éclairer mon chemin par la lanterne des autres.»

«Salles et moi nous nous séparâmes en nous serrant la main, en nous
embrassant, comme si nous avions été encore collègues de l'assemblée
constituante.»



FIN DES NOTES DU TOME TROISIÈME.



TABLE DES CHAPITRES CONTENUS DANS LE TOME TROISIÈME.



CHAPITRE PREMIER.

Nouveaux massacres des prisonniers à Versailles.--Abus de pouvoir et
dilapidations de la commune.--Election des députés à la convention.
--Composition de la députation de Paris.--Position et projets des
Girondins; caractère des chefs de ce parti; du fédéralisme.--Etat du parti
parisien et de la commune.--Ouverture de la convention nationale le 20
septembre 1792; abolition de la royauté; établissement de la
république.--Première lutte des girondins et des montagnards; dénonciation
de Robespierre et de Marat.--Déclaration de l'unité et de l'indivisibilité
de la république.--Distribution et forces des partis dans la convention.
--Changemens dans le pouvoir exécutif.--Danton quitte son ministère.
--Création de divers comités administratifs et du comité de constitution.



CHAPITRE II.

Situation militaire à la fin d'octobre 1792.--Bombardement de Lille par
les Autrichiens; prise de Worms et de Mayence par Custine.--Faute de nos
généraux.--Mauvaise opération de Custine.--Armée des Alpes.--Conquête de
la Savoie et de Nice.--Dumouriez se rend à Paris; sa position à l'égard
des partis.--Influence et organisation du club des jacobins.--Etat de la
société française; salons de Paris.--Entrevue de Marat et de Dumouriez.
--Anecdotes.--Seconde lutte des girondins avec les montagnards; Louvet
dénonce Robespierre; réponse de Robespierre; l'assemblée ne donne pas
suite à son accusation.--Première proposition sur le procès de Louis XVI.



CHAPITRE III.

Suite des opérations militaires de Dumouriez.--Modification dans le
ministère.--Pache ministre de la guerre.--Victoire de Jemmapes.--Situation
morale et politique de la Belgique; conduite politique de Dumouriez.
--Prise de Gand, de Mons, de Bruxelles, de Namur, d'Anvers; conquête de la
Belgique jusqu'à la Meuse.--Changemens dans l'administration militaire;
mésintelligence de Dumouriez avec la convention et les ministres.--Notre
position aux Alpes et aux Pyrénées.



CHAPITRE IV.

État des partis au moment du procès de Louis XVI.--Caractères et opinion
des membres du ministère à cette époque, Roland, Pache, Lebrun, Garat,
Monge et Clavière.--Détails sur la vie intérieure de la famille royale
dans la tour du Temple.--Commencement de la discussion sur la mise en
jugement de Louis XVI; résumé des débats; opinion de Saint-Just.--État
fâcheux des subsistances; détails et questions d'économie politique.
--Discours de Robespierre sur le jugement du roi.--La convention décrète
que le roi sera jugé par elle.--Papiers trouvés dans _l'armoire de fer_.
--Premier interrogatoire de Louis XVI à la convention.--Choc des opinions,
et des intérêts pendant le procès; inquiétude des jacobins.--Position du
duc d'Orléans; on propose son bannissement.



CHAPITRE V.

Continuation du procès de Louis XVI. Sa défense.--Débats tumultueux à la
convention.--Les girondins proposent l'appel au peuple; opinion du député
Salles; discours de Robespierre; discours de Vergniaud.--Position des
questions. Louis XVI est déclaré coupable et condamné à mort, sans appel
au peuple et sans sursis à l'exécution. Détails sur les débats et les
votes émis.--Assassinat du député Lepelletier Saint-Fargeau. Agitation
dans Paris.--Louis XVI fait ses adieux à sa famille; ses derniers momens
dans la prison et sur l'échafaud.



CHAPITRE VI.

Position des partis après la mort de Louis XVI.--Changement dans le
pouvoir exécutif. Retraite de Roland; Beurnonville est nommé ministre de
la guerre, en remplacement de Pache.--Situation de la France à l'égard des
puissances étrangères; rôle de l'Angleterre; politique de Pitt.--État de
nos armées dans le nord; anarchie dans la Belgique par suite du
gouvernement révolutionnaire.--Dumouriez vient encore à Paris; son
opposition aux jacobins.--Deuxième coalition contre la France, plans de
défense générale proposés par Dumouriez.--Levée de trois cent mille
hommes.--Invasion de la Hollande par Dumouriez; détails des plans et des
opérations militaires.--Pache est nommé maire de Paris.--Agitation des
partis dans la capitale; leur physionomie, leur langage et leurs idées
dans la commune, dans les Jacobins et dans les sections.--Trouble à Paris
à l'occasion des subsistances; pillage des boutiques des épiciers.
--Continuation de la lutte des girondins et des montagnards; leurs forces,
leurs moyens.--Revers de nos armées dans le nord.--Décrets
révolutionnaires pour la défense du pays.--Établissement du _tribunal
criminel extraordinaire_; orageuses discussions dans l'assemblée à ce
sujet; événement de la soirée du 10 mars; le projet d'attaque contre la
convention échoue.



FIN DE LA TABLE





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Révolution française, Tome 3" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home