Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de la Révolution française, Tome 5
Author: Thiers, Adolphe, 1797-1877
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Révolution française, Tome 5" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliothéque nationale de France (BnF/Gallica)
at http://gallica.bnf.fr.



HISTOIRE

DE LA

RÉVOLUTION

FRANÇAISE



[Illustration: MARIE ANTOINETTE. _Murell del._. Publié par Furne,
Paris.]



HISTOIRE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

PAR M.A. THIERS DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE

NEUVIÈME ÉDITION

TOME CINQUIÈME



HISTOIRE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE.


CONVENTION NATIONALE.



CHAPITRE XIII.


MOUVEMENT DES ARMÉES EN AOUT ET SEPTEMBRE 1793.--INVESTISSEMENT DE LYON PAR
L'ARMÉE DE LA CONVENTION.--TRAHISON DE TOULON QUI SE LIVRE AUX
ANGLAIS.--DÉFAITE DE QUARANTE MILLE VENDÉENS A LUÇON.--PLAN GÉNÉRAL DE
CAMPAGNE CONTRE LA VENDÉE.--DIVISIONS DES GÉNÉRAUX RÉPUBLICAINS SUR CE
THÉÂTRE DE LA GUERRE.--OPÉRATIONS MILITAIRES DANS LE NORD.--SIÉGE DE
DUNKERQUE PAR LE DUC D'YORK.--VICTOIRE DE HONDSCHOOTE.--JOIE UNIVERSELLE
QU'ELLE CAUSE EN FRANCE.--NOUVEAUX REVERS.--DÉROUTE A MENIN, A PIRMASENS, A
PERPIGNAN, ET A TORFOU DANS LA VENDÉE.--RETRAITE DE CANCLAUX SUR
NANTES.--ATTAQUES CONTRE LE COMITÉ DE SALUT PUBLIC.--ÉTABLISSEMENT DU
_gouvernement révolutionnaire_.--DÉCRET QUI ORGANISE UNE ARMÉE
RÉVOLUTIONNAIRE DE SIX MILLE HOMMES.--LOI DES SUSPECTS.--CONCENTRATION DU
POUVOIR DICTATORIAL DANS LE COMITÉ DE SALUT PUBLIC.--PROCÈS DE CUSTINE; SA
CONDAMNATION ET SON SUPPLICE.--DÉCRET D'ACCUSATION CONTRE LES GIRONDINS;
ARRESTATION DE SOIXANTE-TREIZE MEMBRES DE LA CONVENTION.

Après la retraite des Français du camp de César au camp de Gavrelle, les
alliés auraient dû encore poursuivre une armée démoralisée, qui avait
toujours été malheureuse depuis l'ouverture de la campagne. Dès le mois de
mars, en effet, battue à Aix-la-Chapelle et à Nerwinde, elle avait perdu la
Flandre hollandaise, la Belgique, les camps de Famars et de César, les
places de Condé et de Valenciennes. L'un de ses généraux avait passé à
l'ennemi, l'autre avait été tué. Ainsi, depuis la bataille de Jemmapes,
elle n'avait fait que des retraites, fort méritoires, il est vrai, mais peu
encourageantes. Sans concevoir même le projet trop hardi d'une marche
directe sur Paris, les coalisés pouvaient détruire ce noyau d'armée, et
alors ils étaient libres de prendre toutes les places qu'il convenait à
leur égoïsme d'occuper. Mais aussitôt après la prise de Valenciennes, les
Anglais, en vertu des conventions faites à Anvers, exigèrent le siége de
Dunkerque. Alors, tandis que le prince de Cobourg, restant dans les
environs de son camp d'Hérin, entre la Scarpe et l'Escaut, croyait occuper
les Français, et songeait à prendre encore le Quesnoy, le duc d'York,
marchant avec l'armée anglaise et hanovrienne par Orchies, Menin, Dixmude
et Furnes, vint s'établir devant Dunkerque, entre le Langmoor et la mer.
Deux siéges nous donnaient donc encore un peu de répit. Houchard, envoyé à
Gavrelle, y réunissait en hâte toutes les forces disponibles, afin de
voler au secours de Dunkerque. Interdire aux Anglais un port sur le
continent, battre individuellement nos plus grands ennemis, les priver de
tout avantage dans cette guerre, et fournir de nouvelles armes à
l'opposition anglaise contre Pitt, telles étaient les raisons qui faisaient
considérer Dunkerque comme le point le plus important de tout le théâtre de
la guerre. «Le salut de la république est là,» écrivait à Houchard le
comité de salut public; et Carnot, sentant parfaitement que les troupes
réunies entre la frontière du Nord et celle du Rhin, c'est-à-dire dans la
Moselle, y étaient inutiles, fit décider qu'on en retirerait un renfort
pour l'envoyer en Flandre. Vingt ou vingt-cinq jours s'écoulèrent ainsi en
préparatifs, délai très concevable du côté des Français, qui avaient à
réunir leurs troupes dispersées à de grandes distances, mais inconcevable
de la part des Anglais, qui n'avaient que quatre ou cinq marches à faire
pour se porter sous les murs de Dunkerque.

Nous avons laissé nos deux armées de la Moselle et du Rhin essayant de
s'avancer, mais trop tard, vers Mayence, et n'empêchant pas la prise de
cette place. Depuis, elles s'étaient repliées sur Saarbruck, Hornbach et
Wissembourg. Il faut donner une idée du théâtre de la guerre pour faire
comprendre ces divers mouvemens. La frontière française est assez
singulièrement découpée au Nord et à l'Est. L'Escaut, la Meuse, la Moselle,
la chaîne des Vosges, le Rhin, courent vers le Nord en formant des lignes
presque parallèles. Le Rhin, arrivé à l'extrémité des Vosges, tourne
subitement, cesse de couler parallèlement à ces lignes, et les termine en
tournant le pied des Vosges, et en recevant dans son cours la Moselle et la
Meuse. Les coalisés, sur la frontière du Nord, s'étaient avancés entre
l'Escaut et la Meuse; entre la Meuse et la Moselle, ils n'avaient point
fait de progrès, parce que le faible corps laissé par eux entre Luxembourg
et Trêves n'avait rien pu tenter; mais ils pouvaient davantage entre la
Moselle, les Vosges et le Rhin. On a vu qu'ils s'étaient placés à cheval
sur les Vosges, partie sur le versant oriental, et partie sur le versant
occidental. Le plan à suivre, comme nous l'avons dit précédemment, était
assez simple. En considérant l'arête des Vosges comme une rivière dont il
fallait occuper les passages, on pouvait porter toutes ses masses sur une
rive, accabler l'ennemi d'un côté, puis revenir l'accabler de l'autre. Ni
les Français, ni les coalisés n'en avaient eu l'idée; et depuis la prise de
Mayence, les Prussiens, placés sur le revers occidental, faisaient face à
l'armée du Rhin. Nous étions retirés dans les fameuses lignes de,
Wissembourg. L'armée de la Moselle, au nombre de vingt mille hommes, était
postée à Saarbruck, sur la Sarre; le corps des Vosges, au nombre de douze
mille, se trouvait à Hornbach et Kettrick, et se liait dans les montagnes à
l'extrême gauche de l'armée du Rhin. L'armée du Rhin, forte de vingt mille
hommes, gardait la Lauter, de Wissembourg à Lauterbourg. Telles sont les
lignes de Wissembourg; la Sarre coule des Vosges à la Moselle, la Lauter
des Vosges dans le Rhin, et toutes les deux forment une seule ligne, qui
coupe presque perpendiculairement la Moselle, les Vosges et le Rhin. On en
devient maître en occupant Saarbruck, Hornbach, Kettrick, Wissembourg et
Lauterbourg. C'est ce que nous avions fait. Nous n'avions guère plus de
soixante mille hommes sur toute cette frontière, parce qu'il avait fallu
porter des secours à Houchard. Les Prussiens avaient mis deux mois à
s'approcher de nous, et s'étaient enfin portés à Pirmasens. Renforcés des
quarante mille hommes qui venaient de terminer le siége de Mayence, et
réunis aux Autrichiens, ils auraient pu nous accabler sur l'un ou l'autre
des deux versans; mais la désunion régnait entre la Prusse et l'Autriche, à
cause du partage de la Pologne. Frédéric-Guillaume, qui se trouvait encore
au camp des Vosges, ne secondait pas l'impatiente ardeur de Wurmser.
Celui-ci, plein de fougue, malgré ses années, faisait tous les jours de
nouvelles tentatives sur les lignes de Wissembourg; mais ses attaques
partielles étaient demeurées sans succès, et n'avaient abouti qu'à faire
tuer inutilement des hommes. Tel était encore, dans les premiers jours de
septembre, l'état des choses sur le Rhin.

Dans le Midi, les événemens avaient achevé de se développer. La longue
incertitude des Lyonnais s'était terminée enfin par une résistance ouverte,
et le siége de leur ville était devenu inévitable. On a vu qu'ils offraient
de se soumettre et de reconnaître la constitution, mais sans s'expliquer
sur les décrets qui leur enjoignaient d'envoyer à Paris les patriotes
détenus, et de dissoudre la nouvelle autorité sectionnaire. Bientôt même,
ils avaient enfreint ces décrets de la manière la plus éclatante, en
envoyant Chalier et Riard à l'échafaud, en faisant tous les jours des
préparatifs de guerre, en prenant l'argent des caisses, et en retenant les
convois destinés aux armées. Beaucoup de partisans de l'émigration
s'étaient introduits parmi eux, et les effrayaient du rétablissement de
l'ancienne municipalité montagnarde. Ils les flattaient, en outre, de
l'arrivée des Marseillais, qui, disaient-ils, remontaient le Rhône, et de
la marche des Piémontais, qui allaient déboucher des Alpes avec
soixante-mille hommes. Quoique les Lyonnais, franchement fédéralistes,
portassent une haine égale à l'étranger et aux émigrés, la Montagne et
l'ancienne municipalité leur causaient un tel effroi, qu'ils étaient prêts
à s'exposer plutôt au danger et à l'infamie de l'alliance étrangère, qu'aux
vengeances de la convention.

La Saône coulant entre le Jura et la Côte-d'Or, le Rhône venant du Valais
entre le Jura et les Alpes, se réunissent à Lyon. Cette riche ville est
placée sur leur confluent. En remontant la Saône du côté de Mâcon, le pays
était entièrement républicain, et les députés Laporte et Reverchon, ayant
réuni quelques mille réquisitionnaires, coupaient la communication avec le
Jura. Dubois-Crancé, avec la réserve de l'armée de Savoie, venait du côté
des Alpes, et gardait le cours supérieur du Rhône. Mais les Lyonnais
étaient entièrement maîtres du cours inférieur du fleuve et de sa rive
droite, jusqu'aux montagnes de l'Auvergne. Ils dominaient dans tout le
Forez, y faisaient des incursions fréquentes, et allaient s'approvisionner
d'armes à Saint-Étienne. Un ingénieur habile avait élevé autour de leur
ville d'excellentes fortifications; un étranger leur avait fondu des pièces
de rempart. La population était divisée en deux portions: les jeunes gens
suivaient le commandant Précy dans ses excursions; les hommes mariés, les
pères de famille gardaient la ville et ses retranchemens. Enfin, le 8 août,
Dubois-Crancé, qui avait apaisé la révolte fédéraliste de Grenoble, se
disposa à marcher sur Lyon, conformément au décret qui lui enjoignait de
ramener à l'obéissance cette ville rebelle. L'armée des Alpes se composait
tout au plus de vingt-cinq milles hommes, et bientôt elle allait avoir sur
les bras les Piémontais, qui, profitant enfin du mois d'août, se
préparaient à déboucher par la grande chaîne. Cette armée venait de
s'affaiblir, comme on l'a vu, de deux détachemens, envoyés, l'un pour
renforcer l'armée d'Italie, et l'autre pour réduire les Marseillais. Le
Puy-de-Dôme, qui devait fournir ses recrues, les avait gardées pour
étouffer la révolte de la Lozère, dont il a déjà été question. Houchard
avait retenu la légion du Rhin, qui était destinée aux Alpes; et le
ministère promettait sans cesse un renfort de mille chevaux qui
n'arrivaient pas. Cependant Dubois-Crancé détacha cinq mille hommes de
troupes réglées, et leur joignit sept ou huit mille jeunes
réquisitionnaires. Il vint avec ces forces se placer entre la Saône et le
Rhône, de manière à occuper leur cours supérieur, à enlever aux Lyonnais
les approvisionnemens qui leur arrivaient par eau, à conserver ses
communications avec l'armée des Alpes, et à couper celles des assiégés avec
la Suisse et la Savoie. Par ces dispositions, il laissait toujours le Forez
aux Lyonnais, et surtout les hauteurs importantes de Fourvières; mais sa
situation le voulait ainsi. L'essentiel était d'occuper les deux cours
d'eau et de couper Lyon de la Suisse et du Piémont. Dubois-Crancé
attendait, pour compléter le blocus, les nouvelles forces qui lui avaient
été promises et le matériel de siége qu'il était obligé de tirer de nos
places des Alpes. Le transport de ce matériel exigeait l'emploi de cinq
mille chevaux.

Le 8 août, il somma la ville; il imposa pour conditions le désarmement
absolu de tous les citoyens, la retraite de chacun d'eux dans leurs
maisons, la reddition de l'arsenal, et la formation d'une municipalité
provisoire. Mais dans ce moment, les émigrés cachés dans la commission et
l'état-major continuaient de tromper les Lyonnais, en les effrayant du
retour de la municipalité montagnarde, et en leur disant que soixante mille
Piémontais allaient déboucher sur leur ville. Un engagement, qui eut lieu
entre deux postes avancés, et qui fut terminé à l'avantage des Lyonnais,
les exalta au plus haut point, et décida leur résistance et leurs malheurs.
Dubois-Crancé commença le feu du côté de la Croix-Rousse, entre les deux
fleuves, où il avait pris position, et dès le premier jour son artillerie
exerça de grands ravages. Ainsi, l'une de nos plus importantes villes
manufacturières était réduite aux horreurs du bombardement, et nous avions
à exécuter ce bombardement en présence des Piémontais, qui allaient
descendre des Alpes.

Pendant ce temps, Carteaux avait marché sur Marseille, et avait franchi la
Durance dans le mois d'août. Les Marseillais s'étaient retirés d'Aix sur
leur ville, et avaient formé le projet de défendre les gorges de Septèmes,
à travers lesquelles passe la route d'Aix à Marseille. Le 24, le général
Doppet les attaqua avec l'avant-garde de Carteaux; l'engagement fut assez
vif, mais une section, qui avait toujours été en opposition avec les
autres, passa du côté des républicains, et décida le combat en leur faveur.
Les gorges furent emportées, et, le 25, Carteaux entra dans Marseille avec
sa petite armée.

Cet événement en décida un autre, le plus funeste qui eût encore affligé la
république. La ville de Toulon, qui avait toujours paru animée du plus
violent républicanisme, tant que la municipalité y avait été maintenue,
avait changé d'esprit sous la nouvelle autorité des sections, et allait
bientôt changer de domination. Les jacobins, réunis à la municipalité,
étaient déchaînés contre les officiers aristocrates de la marine; ils ne
cessaient de se plaindre de la lenteur des réparations faites à l'escadre,
de son immobilité dans le port, et ils demandaient à grands cris la
punition des officiers, auxquels ils attribuaient le mauvais résultat de
l'expédition de Sardaigne. Les républicains modérés répondaient là comme
partout, que les vieux officiers étaient seuls capables de commander les
escadres, que les vaisseaux ne pouvaient pas se réparer plus promptement,
que les faire sortir contre les flottes espagnole et anglaise réunies
serait fort imprudent, et qu'enfin les officiers dont on demandait la
punition n'étaient point des traîtres, mais des guerriers malheureux. Les
modérés l'emportèrent dans les sections. Aussitôt une foule d'agens
secrets, intrigant pour le compte des émigrés et des Anglais,
s'introduisirent dans Toulon, et conduisirent les habitans plus loin qu'ils
ne se proposaient d'aller. Ces agens communiquaient avec l'amiral Hood, et
s'étaient assurés que les escadres coalisées seraient, dans les parages
voisins, prêtes à se présenter au premier signal. D'abord, à l'exemple des
Lyonnais, ils firent juger et mettre à mort le président du club jacobin,
nommé Sévestre. Ensuite ils rétablirent le culte des prêtres réfractaires;
ils firent déterrer et porter en triomphe les ossemens de quelques
malheureux qui avaient péri dans les troubles pour la cause royaliste. Le
comité de salut public ayant ordonné à l'escadre d'arrêter les vaisseaux
destinés à Marseille, afin de réduire cette ville, ils ne permirent pas
l'exécution de cet ordre, et s'en firent un mérite auprès des sections de
Marseille. Ensuite ils commencèrent à parler des dangers auxquels on était
exposé en résistant à la convention, de la nécessité de s'assurer un
secours contre ses fureurs, et de la possibilité d'obtenir celui des
Anglais en proclamant Louis XVII. L'ordonnateur de la marine était, à ce
qu'il paraît, le principal instrument de la conspiration; il accaparait
l'argent des caisses, envoyait chercher les fonds par mer jusque dans le
département de l'Hérault, écrivait à Gènes pour faire retenir les
subsistances et rendre ainsi la situation de Toulon plus critique. On avait
changé les états-majors; on avait tiré de prison un officier de marine
compromis dans l'expédition de Sardaigne, pour lui donner le commandement
de la place; on avait mis à la tête de la garde nationale un ancien
garde-du-corps, et confié les forts à des émigrés rentrés; on s'était
assuré enfin de l'amiral Trogoff, étranger que la France avait comblé de
faveurs. On ouvrit une négociation avec l'amiral Hood, sous prétexte d'un
échange de prisonniers, et, au moment où Carteaux venait d'entrer dans
Marseille, où la terreur était au comble dans Toulon, et où huit ou dix
mille Provençaux, les plus contre-révolutionnaires de la contrée, venaient
s'y réfugier, on osa faire aux sections la honteuse proposition de recevoir
les Anglais, qui prendraient la place en dépôt au nom de Louis XVII. La
marine, indignée, envoya une députation aux sections pour s'opposer à
l'infamie qui se préparait. Mais les contre-révolutionnaires toulonnais et
marseillais, plus audacieux que jamais, repoussèrent les réclamations de la
marine, et firent accepter la proposition le 29 août. Aussitôt on donna le
signal aux Anglais. L'amiral Trogoff, se mettant à la tête de ceux qui
voulaient livrer le port, appela à lui l'escadre en arborant le drapeau
blanc. Le brave contre-amiral Saint-Julien, déclarant Trogoff un traître,
hissa à son bord le pavillon de commandement, et voulut réunir la marine
fidèle. Mais, dans ce moment, les traîtres, déjà en possession des forts,
menacèrent de brûler Saint-Julien avec ses vaisseaux: il fut alors obligé
de fuir avec quelques officiers et quelques matelots; les autres furent
entraînés, sans trop savoir ce qu'on allait faire d'eux. L'amiral Hood, qui
avait long-temps hésité, parut enfin, et, sous prétexte de prendre le port
de Toulon en dépôt pour le compte de Louis XVII, le reçut pour l'incendier
et le détruire.

Pendant ce temps, aucun mouvement ne s'était opéré aux Pyrénées; dans
l'Ouest, on se préparait à exécuter les mesures décrétées par la
convention.

Nous avons laissé toutes les colonnes de la Haute-Vendée se réorganisant à
Angers, à Saumur et à Niort. Les Vendéens s'étaient, dans cet intervalle,
emparés des ponts de Cé, et, dans la crainte qu'ils inspirèrent, on mit
Saumur en état de siége. La colonne de Luçon et des Sables était seule
capable d'agir offensivement. Elle était commandée par le nommé Tuncq, l'un
des généraux réputés appartenir à l'aristocratie militaire, et dont Ronsin
demandait la destitution au ministère. Auprès de lui se trouvaient les deux
représentans Bourdon de l'Oise, et Goupilleau de Fontenay, animés des mêmes
dispositions et opposés à Ronsin et à Rossignol. Goupilleau surtout, né
dans le pays, était porté, par ses relations de famille et d'amitié, à
ménager les habitans, et à leur épargner les rigueurs que Ronsin et les
siens auraient voulu exercer.

Les Vendéens, que la colonne de Luçon inquiétait, résolurent de diriger
contre elle leurs forces partout victorieuses. Ils voulaient surtout donner
des secours à la division de M. de Roïrand, qui, placé devant Luçon, et
isolée entre les deux grandes armées de la Haute et de la Basse-Vendée,
agissait avec ses seules ressources, et avait besoin d'être appuyée. Dans
les premiers jours d'août, en effet, ils portèrent quelques rassemblemens
du côté de Luçon, et furent complètement repoussés par le général Tuncq.
Alors ils résolurent de tenter un effort plus décisif. MM. d'Elbée, de
Lescure, de La Rochejaquelein, Charette, se réunirent avec quarante mille
hommes, et, le 14 août, se présentèrent de nouveau aux environs de Luçon.
Tuncq n'en avait guère que six mille. M. de Lescure, se fiant sur la
supériorité du nombre, donna le funeste conseil d'attaquer en plaine
l'armée républicaine. MM. de Lescure et Charette prirent le commandement de
la gauche, M. d'Elbée celui du centre, M. de La Rochejaquelein celui de la
droite. MM. de Lescure et Charette agirent avec une grande vigueur à la
droite; mais au centre, les soldats, obligés de lutter en plaine contre des
troupes régulières, montrèrent de l'hésitation: M. de La Rochejaquelein,
égaré dans sa route, n'arriva pas à temps vers la gauche. Alors le général
Tuncq, faisant agir à propos son artillerie légère sur le centre ébranlé, y
répandit le désordre, et en peu d'instans mit en fuite tous les Vendéens au
nombre de quarante mille. Aucun événement n'avait été plus funeste pour ces
derniers. Ils perdirent toute leur artillerie, et rentrèrent dans le pays,
frappés de consternation.

Dans ce même moment arrivait la destitution du général Tuncq, demandée par
Ronsin. Bourdon et Goupilleau, indignés, le maintinrent dans son
commandement, écrivirent à la convention pour faire révoquer la décision du
ministre, et adressèrent de nouvelles plaintes contré le parti
désorganisateur de Saumur, qui répandait, disaient-ils, la confusion, et
voulait remplacer tous les généraux instruits par d'ignorans démagogues.
Dans ce moment, Rossignol faisant l'inspection des diverses colonnes de son
commandement, arriva à Luçon. Son entrevue avec Tuncq, Goupilleau et
Bourdon, ne fut qu'un échange de reproches; malgré deux victoires, il fut
mécontent de ce que l'on avait livré des combats contre sa volonté: car il
pensait, du reste avec raison, qu'il fallait éviter tout engagement avant
la réorganisation générale des différentes armées. On se sépara, et
immédiatement après, Bourdon et Goupilleau, apprenant quelques actes de
rigueur exercés par Rossignol dans le pays, eurent la hardiesse de prendre
un arrêté pour le destituer. Aussitôt, les représentans qui étaient à
Saumur, Merlin, Bourbotte, Choudieu, et Rewbell, cassèrent l'arrêté de
Goupilleau et Bourdon, et réintégrèrent Rossignol. L'affaire fut portée
devant la convention: Rossignol, confirmé de nouveau, l'emporta sur ses
adversaires. Bourdon et Goupilleau furent rappelés, et Tuncq suspendu.

Telle était la situation des choses, lorsque la garnison de Mayence arriva
dans la Vendée. Il s'agissait de savoir quel plan on suivrait, et de quel
côté on ferait agir cette brave garnison. Serait-elle attachée à l'armée de
la Rochelle et mise sous les ordres de Rossignol, ou à l'armée de Brest et
confiée à Canclaux? Telle était la question. Chacun voulait la posséder,
parce qu'elle devait décider le succès partout où elle agirait. On était
d'accord pour envelopper le pays d'attaques simultanées, qui, dirigées de
tous les points de la circonférence, viendraient aboutir au centre. Mais,
comme la colonne qui posséderait les Mayençais devait prendre une offensive
plus décisive, et refouler les Vendéens sur les autres colonnes, il
s'agissait de savoir sur quel point il était le plus utile de rejeter
l'ennemi. Rossignol et les siens soutenaient que le meilleur parti à
prendre était de faire marcher les Mayençais par Saumur, pour rejeter les
Vendéens sur la mer et sur la Basse Loire, où on les détruirait
entièrement; que les colonnes d'Angers, de Saumur, trop faibles, avaient
besoin de l'appui des Mayençais pour agir; que, réduites à elles-mêmes,
elles seraient dans l'impossibilité de s'avancer en campagne pour donner la
main aux autres colonnes de Niort et de Luçon; qu'elles ne pourraient même
pas arrêter les Vendéens refoulés, ni les empêcher de se répandre dans
l'intérieur; qu'enfin, en faisant avancer les Mayençais par Saumur, on ne
perdrait point de temps, tandis que par Nantes, ils étaient obligés de
faire un circuit considérable, et de perdre dix ou quinze jours. Canclaux
était frappé au contraire du danger de laisser la mer ouverte aux
Vendéens. Une escadre anglaise venait d'être signalée dans les parages de
l'Ouest, et on ne pouvait pas croire que les Anglais ne songeassent pas à
une descente dans le Marais. C'était alors la pensée générale, et,
quoiqu'elle fût erronée, elle occupait tous les esprits. Cependant les
Anglais venaient à peine d'envoyer un émissaire dans la Vendée. Il était
arrivé déguisé, et demandait le nom des chefs, leurs forces, leurs
intentions et leur but précis: tant on ignorait en Europe les événemens
intérieurs de la France! Les Vendéens avaient répondu par une demande
d'argent et de munitions, et par la promesse de porter cinquante mille
hommes sur le point où l'on voudrait opérer un débarquement. Tout projet de
ce genre était donc encore bien éloigné; mais de toutes parts on le croyait
prêt à se réaliser. Il fallait donc, disait Canclaux, faire agir les
Mayençais par Nantes, couper ainsi les Vendéens de la mer, et les refouler
vers le haut pays. Se répandraient-ils dans l'intérieur, ajoutait Canclaux,
ils seraient bientôt détruits, et quant au temps perdu, ce n'était pas une
considération à faire valoir: car l'armée de Saumur était dans un état à ne
pouvoir pas agir avant dix ou douze jours, même avec les Mayençais. Une
raison qu'on ne donnait pas, c'est que l'armée de Mayence, déjà faite au
métier de la guerre, aimait mieux servir avec les gens du métier, et
préférait Canclaux, général expérimenté, à Rossignol, général ignorant, et
l'armée de Brest, signalée par des faits glorieux, à celle de Saumur,
connue seulement par des défaites. Les représentans, attachés au parti de
la discipline, partageaient aussi cet avis, et craignaient de compromettre
l'armée de Mayence, en la plaçant au milieu des soldats jacobins et
désordonnés de Saumur.

Philippeaux, le plus ardent adversaire du parti Ronsin parmi les
représentans, se rendit à Paris, et obtint un arrêté du comité de salut
public en faveur de Canclaux. Ronsin fit révoquer l'arrêté, et il fut
convenu alors qu'un conseil de guerre tenu à Saumur déciderait de l'emploi
des forces. Le conseil eut lieu le 2 septembre. On y comptait beaucoup de
représentans et de généraux. Les avis se trouvèrent partagés. Rossignol,
qui mettait une grande bonne foi dans ses opinions, offrit à Canclaux de
lui résigner le commandement, s'il voulait laisser agir les Mayençais par
Saumur. Cependant l'avis de Canclaux l'emporta; les Mayençais furent
attachés à l'armée de Brest, et la principale attaque dut être dirigée de
la Basse sur la Haute-Vendée. Le plan de campagne fut signé, et on promit
de partir, à un jour donné, de Saumur, Nantes, les Sables et Niort.

La plus grande humeur régnait dans le parti de Saumur. Rossignol avait de
l'ardeur, de la bonne foi, mais point d'instruction, point de santé, et,
quoique franchement dévoué, il était incapable de servir d'une manière
utile. Il conçut, de la décision adoptée, moins de ressentiment que ses
partisans eux-mêmes, tels que Ronsin, Momoro et tous les agens
ministériels. Ceux-ci écrivirent sur-le-champ à Paris pour se plaindre du
mauvais parti qu'on venait de prendre, des calomnies répandues contre les
généraux sans-culottes, des préventions qu'on avait inspirées à l'armée de
Mayence, et ils montrèrent ainsi des dispositions qui ne devaient pas faire
espérer de leur part un grand zèle à seconder le plan délibéré à Saumur.
Ronsin poussa même la mauvaise volonté jusqu'à interrompre les
distributions de vivres faites à l'armée de Mayence, sous prétexte que, ce
corps passant de l'armée de la Rochelle à celle de Brest, c'était aux
administrateurs de cette dernière à l'approvisionner. Les Mayençais
partirent aussitôt pour Nantes, et Canclaux disposa toutes choses pour
faire exécuter le plan convenu dans les premiers jours de septembre.

Telle avait été la marche générale des choses sur les divers théâtres de la
guerre, pendant les mois d'août et de septembre. Il faut suivre maintenant
les grandes opérations qui succédèrent à ces préparatifs.

Le duc d'York était arrivé devant Dunkerque avec vingt-un mille Anglais et
Hanovriens, et douze mille Autrichiens. Le maréchal Freytag était à
Ost-Capelle avec seize mille hommes; le prince d'Orange à Menin avec quinze
mille Hollandais. Ces deux derniers corps étaient placés là en armée
d'observation. Le reste des coalisés, dispersés autour du Quesnoy et
jusqu'à la Moselle, s'élevait à environ cent mille hommes. Ainsi cent
soixante ou cent soixante-dix mille hommes étaient répartis sur cette ligne
immense, occupés à y faire des siéges et à y garder tous les passages.
Carnot, qui commençait à diriger les opérations des Français, avait entrevu
déjà qu'il ne s'agissait pas de batailler sur tous les points, mais
d'employer à propos une masse sur un point décisif. Il avait donc conseillé
de transporter trente-cinq mille hommes, de la Moselle et du Rhin au Nord.
Son conseil avait été adopté, mais il ne put en arriver que douze mille en
Flandre. Néanmoins, avec ce renfort et les divers camps placés à Gavrelle,
à Lille, à Cassel, les Français auraient pu former une masse de soixante
mille hommes, et, dans l'état de dispersion où se trouvait l'ennemi,
frapper les plus grands coups. Il ne faut, pour s'en convaincre, que jeter
les yeux sur le théâtre de la guerre. En suivant le rivage de la Flandre
pour entrer en France, on trouve Furnes d'abord, et puis Dunkerque. Ces
deux villes, baignées d'un côté par l'Océan, de l'autre par les vastes
marais de la Grande-Moër, ne peuvent communiquer entre elles que par une
étroite langue de terre. Le duc d'York arrivant par Furnes, qui se présente
la première en venant du dehors, s'était placé, pour assiéger Dunkerque,
sur cette langue de terre, entre la Grande-Moër et l'Océan. Le corps
d'observation de Freytag ne s'était pas établi à Furnes de manière à
protéger les derrières de l'armée de siége; il était au contraire assez
loin de cette position, en avant des marais de Dunkerque, de manière à
couper les secours qui pouvaient venir de l'intérieur de la France. Les
Hollandais du prince d'Orange, postés à Menin, à trois journées de ce
point, devenaient tout à fait inutiles. Une masse de soixante mille hommes,
marchant rapidement entre les Hollandais et Freytag, pouvait se porter à
Furnes derrière le duc d'York, et, manoeuvrant ainsi entre les trois corps
ennemis, accabler successivement Freytag, le duc d'York et le prince
d'Orange. Il fallait pour cela une masse unique et des mouvemens rapides.
Mais alors on ne songeait qu'à se pousser de front, en opposant à chaque
détachement, un détachement pareil. Cependant le comité de salut public
avait à peu près conçu le plan dont nous parlons. Il avait ordonné de
former un seul corps et de marcher sur Furnes. Houchard comprit un moment
cette pensée, mais ne s'y arrêta pas, et songea tout simplement à marcher
contre Freytag, à replier ce dernier sur les derrières du duc d'York, et à
tâcher ensuite d'inquiéter le siége.

Pendant que Houchard hâtait ses préparatifs, Dunkerque faisait une
vigoureuse résistance. Le général Souham, secondé par le jeune Hoche, qui
se comporta à ce siége d'une manière héroïque, avait déjà repoussé
plusieurs attaques. L'assiégeant ne pouvait pas ouvrir facilement la
tranchée dans un terrain sablonneux, au fond duquel on trouvait l'eau en
creusant seulement à trois pieds. La flottille qui devait descendre la
Tamise pour bombarder la place, n'arrivait pas, et au contraire une
flottille française, sortie de Dunkerque et embossée le long du rivage,
harcelait les assiégeans enfermés sur leur étroite langue de terre,
manquant d'eau potable et exposés à tous les dangers. C'était le cas de se
hâter et de frapper des coups décisifs. On était arrivé aux derniers jours
d'août. Suivant l'usage de la vieille tactique, Houchard commença par une
démonstration sur Menin, qui n'aboutit qu'à un combat sanglant et inutile.
Après avoir donné cette alarme préliminaire, il s'avança, en suivant
plusieurs routes, vers la ligne de l'Yser, petit cours d'eau qui le
séparait du corps d'observation de Freytag. Au lieu de venir se placer
entre le corps d'observation et le corps de siége, il confia à Hédouville
le soin de marcher sur Rousbrugghe, pour inquiéter seulement la retraite de
Freytag sur Furnes, et il alla lui-même donner de front sur Freytag, en
marchant avec toute son armée par Houtkercke, Herséele et Bambèke. Freytag
avait disposé son corps sur une ligne assez étendue, et il n'en avait
qu'une partie autour de lui, lorsqu'il reçut le premier choc de Houchard.
Il résista à Herséele; mais, après un combat assez vif, il fut obligé de
repasser l'Yser, et de se replier sur Bambèke, et successivement de Bambèke
sur Rexpoede et Killem. En reculant de la sorte, au-delà de l'Yser, il
laissait ses ailes compromises en avant. La division Walmoden se trouvait
jetée loin de lui, à sa droite, et sa propre retraite était menacée vers
Rousbrugghe par Hédouville.

Freytag veut alors, dans la même journée, se reporter en avant, et
reprendre Rexpoede, afin de rallier à lui la division Walmoden. Il arrive à
Rexpoede au moment où les Français y entraient. Un combat des plus vifs
s'engage: Freytag est blessé et fait prisonnier. Cependant la fin du jour
s'approche; Houchard, craignant une attaque de nuit, se retire hors du
village, et n'y laisse que trois bataillons. Walmoden, qui se repliait avec
sa division compromise, arrive dans cet instant, et se décide à attaquer
vivement Rexpoede, afin de se faire jour. Un combat sanglant se livre au
milieu de la nuit; le passage est franchi, Freytag est délivré, et l'ennemi
se retire en masse sur le village de Hondschoote. Ce village, situé contre
la Grande-Moër et sur la route de Furnes, était un des points par lesquels
il fallait passer en se retirant sur Furnes. Houchard avait renoncé à
l'idée essentielle de manoeuvrer vers Furnes, entre le corps de siége et le
corps d'observation; il ne lui restait donc plus qu'à pousser toujours de
front le maréchal Freytag, et à se ruer contre le village de Hondschoote.
La journée du 7 se passa à observer les positions de l'ennemi, défendues
par une artillerie très forte, et, le 8, l'attaque décisive fut résolue.
Dès le matin, l'armée française se porte sur toute la ligne pour attaquer
de front. La droite, sous les ordres d'Hédouville, s'étend entre Killem et
Béveren; le centre, commandé par Jourdan, marche directement de Killem sur
Hondschoote; la gauche attaque entre Killem et le canal de Furnes. L'action
s'engage entre les taillis qui couvraient le centre. De part et d'autre,
les plus grandes forces sont dirigées sur ce même point. Les Français
reviennent plusieurs fois à l'attaque des positions, et enfin ils s'en
rendent maîtres. Tandis qu'ils triomphent au centre, les retranchemens sont
emportés à la droite, et l'ennemi prend le parti de se retirer sur Furnes
par les routes de Houthem et de Hoghestade.

Tandis que ces choses se passaient à Hondschoote, la garnison de Dunkerque
faisait, sous la conduite de Hoche, une sortie vigoureuse, et mettait les
assiégeans dans le plus grand péril. Le lendemain du combat, ceux-ci
tinrent un conseil de guerre; se sentant menacés sur leurs derrières, et ne
voyant pas arriver les armemens maritimes qui devaient servir à bombarder
la place, ils résolurent de lever le siége, et de se retirer sur Furnes, où
venait d'arriver Freytag. Ils y furent tous réunis le 9 septembre au soir.

Telles furent ces trois journées, qui eurent pour but et pour résultat de
replier le corps d'observation sur les derrières du corps de siége, en
suivant une marche directe. Le dernier combat donna son nom à cette
opération, et la bataille d'Hondschoote fut considérée comme le salut de
Dunkerque. Cette opération, en effet, rompait la longue chaîne de nos
revers au Nord, faisait essuyer un échec personnel aux Anglais, trompait le
plus cher de leurs voeux, sauvait la république du malheur qui lui eût été
le plus sensible, et donnait un grand encouragement à la France.

La victoire d'Hondschoote produisit à Paris une grande joie, inspira plus
d'ardeur à toute la jeunesse, et fit espérer que notre énergie pourrait
être heureuse. Peu importent, en effet, les revers, pourvu que des succès
viennent s'y mêler, et rendre au vaincu l'espérance et le courage.
L'alternative ne fait qu'augmenter l'énergie et exalter l'enthousiasme de
la résistance.

Pendant que le duc d'York s'était porté à Dunkerque, Cobourg avait résolu
l'attaque du Quesnoy. Cette place manquait de tous les moyens nécessaires à
sa défense, et Cobourg la serrait de très près. Le comité de salut public,
ne négligeant pas plus cette partie de la frontière que les autres, avait
ordonné sur-le-champ que des colonnes sortissent de Landrecies, Cambray et
Maubeuge. Malheureusement, ces colonnes ne purent agir en même temps; l'une
fut renfermée dans Landrecies; l'autre, entourée dans la pleine d'Avesnes,
et formée en bataillon carré, fut rompue après une résistance des plus
honorables. Enfin le Quesnoy fut obligé de capituler le 11 septembre. Cette
perte était peu de chose à côté de la délivrance de Dunkerque; mais elle
mêlait quelque amertume à la joie produite par ce dernier événement.

Houchard, après avoir forcé le duc d'York à se concentrer à Furnes avec
Freytag, n'avait plus rien d'heureux à tenter sur ce point; il ne lui
restait qu'à se ruer avec des forces égales sur des soldats mieux aguerris,
sans aucune de ces circonstances, ou favorables ou pressantes, qui font
hasarder une bataille douteuse. Dans cette situation, il n'avait rien de
mieux à faire qu'à tomber sur les Hollandais, disséminés en plusieurs
détachemens, autour de Menin, Halluin, Roncq, Werwike et Ypres. Houchard,
procédant avec prudence, ordonna au camp de Lille de faire une sortie sur
Menin, tandis qu'il agirait lui-même par Ypres. On se disputa pendant deux
jours les postes avancés de Werwike, de Roncq et d'Halluin. De part et
d'autre, on se comporta avec une grande bravoure et une médiocre
intelligence. Le prince d'Orange, quoique pressé de tous côtés, et ayant
perdu ses postes avancés, résista opiniâtrement, parce qu'il avait appris
la reddition du Quesnoy et l'approche de Beaulieu, qui lui amenait des
secours. Enfin, il fut obligé, le 13 septembre, d'évacuer Menin, après
avoir perdu dans ces différentes journées deux à trois mille hommes, et
quarante pièces de canon. Quoique notre armée n'eût pas tiré de sa position
tout l'avantage possible, et que, manquant aux instructions du comité de
salut public, elle eût agi par masses trop divisées, cependant elle
occupait Menin. Le 15, elle était sortie de Menin et marchait sur Courtray.
A Bisseghem, elle rencontre Beaulieu. Le combat s'engage avec avantage de
notre côté; mais tout à coup l'apparition d'un corps de cavalerie sur les
ailes répand une alarme qui n'était fondée sur aucun danger réel. Tout
s'ébranle et fuit jusqu'à Menin. Là, cette inconcevable déroute ne s'arrête
pas; la terreur se communique à tous les camps, à tous les postes, et
l'armée en masse vient chercher un refuge sous le canon de Lille. Cette
terreur panique dont l'exemple n'était pas nouveau, qui provenait de la
jeunesse et de l'inexpérience de nos troupes, peut-être aussi d'un perfide
_sauve qui peut_, nous fit perdre les plus grands avantages, et nous ramena
sous Lille. La nouvelle de cet événement, portée à Paris, y causa la plus
funeste impression, y fit perdre à Houchard les fruits de sa victoire,
souleva contre lui un déchaînement violent, dont il rejaillit quelque chose
contre le comité de salut public lui-même. Une nouvelle suite d'échecs vint
aussitôt nous rejeter dans la position périlleuse d'où nous venions de
sortir un moment par la victoire d'Hondschoote.

Les Prussiens et les Autrichiens, placés sur les deux versans des Vosges,
en face de nos deux armées de la Moselle et du Rhin, venaient enfin de
faire quelques tentatives sérieuses. Le vieux Wurmser, plus ardent que les
Prussiens, et sentant l'avantage des passages des Vosges, voulut occuper le
poste important de Bodenthal, vers la Haute-Lauter. Il hasarda en effet un
corps de quatre mille hommes, qui, passant à travers d'affreuses montagnes,
parvint à occuper Bodenthal.

De leur côté, les représentais à l'armée du Rhin, cédant à l'impulsion
générale, qui déterminait partout un redoublement d'énergie, résolurent une
sortie générale des lignes de Wissembourg pour le 12 septembre. Les trois
généraux Desaix, Dubois et Michaud, lancés à la fois contre les
Autrichiens, firent des efforts inutiles et furent ramenés dans les lignes.
Les tentatives dirigées surtout contre le corps autrichien jeté à
Bodenthal, furent complètement repoussées. Cependant on prépara une
nouvelle attaque pour le 14. Tandis que le général Ferrette marcherait sur
Bodenthal, l'armée de la Moselle, agissant sur l'autre versant, devait
attaquer Pirmasens, qui correspond à Bodenthal, et où Brunswick se trouvait
posté avec une partie de l'armée prussienne. L'attaque du général Ferrette
réussit parfaitement; nos soldats assaillirent les positions des
Autrichiens avec une héroïque témérité, s'en emparèrent, et recouvrèrent
l'important défilé de Bodenthal. Mais il n'en fut pas de même sur le
versant opposé. Brunswick sentait l'importance de Pirmasens, qui fermait
les défilés; il possédait des forces considérables, et se trouvait dans des
positions excellentes. Pendant que l'armée de la Moselle faisait face sur
la Sarre au reste de l'armée prussienne, douze mille hommes furent jetés de
Hornbach sur Pirmasens. Le seul espoir des Français était d'enlever
Pirmasens par une surprise; mais, aperçus et mitraillés dès leur première
approche, il ne leur restait plus qu'à se retirer. C'est ce que voulait le
général; mais les représentans s'y opposèrent, et ils ordonnèrent l'attaque
sur trois colonnes, et par trois ravins qui aboutissaient à la hauteur sur
laquelle est situé Pirmasens. Déjà nos soldats, grâce à leur bravoure,
s'étaient fort avancés; la colonne de droite était même prête à franchir le
ravin dans lequel elle marchait, et à tourner Pirmasens, lorsqu'un double
feu, dirigé sur les deux flancs, vient l'accabler inopinément. Nos soldats
résistent d'abord, mais le feu redouble, et ils sont enfin ramenés le long
du ravin où ils s'étaient engagés. Les autres colonnes sont repliées de
même, et toutes fuient le long des vallées, dans le plus grand désordre.
L'armée fut obligée de se reporter au poste d'où elle était partie. Très
heureusement, les Prussiens ne songèrent pas à la poursuivre, et ne firent
pas même occuper son camp d'Hornbach, qu'elle avait quitté pour marcher sur
Pirmasens. Nous perdîmes à cette affaire vingt-deux pièces de canon, et
quatre mille hommes tués, blessés ou prisonniers. Cet échec du 14 septembre
pouvait avoir une grande importance. Les coalisés, ranimés par le succès,
songeaient à user de toutes leurs forces; ils se disposaient à marcher sur
la Sarre et la Lauter, et à nous enlever ainsi les lignes de Wissembourg.

Le siége de Lyon se poursuivait avec lenteur. Les Piémontais, en débouchant
par les Hautes-Alpes, dans les vallées de la Savoie, avaient fait
diversion, et obligé Dubois-Crancé et Kellermann à diviser leurs forces.
Kellermann s'était porté en Savoie. Dubois-Crancé, resté devant Lyon avec
des moyens insuffisans, faisait inutilement pleuvoir le fer et le feu sur
cette malheureuse cité, qui, résolue à tout souffrir, ne pouvait plus être
réduite par les désastres du blocus et du bombardement, mais seulement par
une attaque de vive force.

Aux Pyrénées, nous venions d'éprouver un sanglant échec. Nos troupes
étaient restées depuis les dernier événemens aux environs de Perpignan; les
Espagnols se trouvaient dans leur camp du Mas-d'Eu. Nombreux, aguerris, et
commandés par un général habile, ils étaient pleins d'ardeur et
d'espérance. Nous avons déjà décrit le théâtre de la guerre. Les deux
vallées presque parallèles du Tech et de la Tet partent de la grande chaîne
et débouchent vers la mer; Perpignan est dans la seconde de ces vallées.
Ricardos avait franchi la première ligne du Tech, puisqu'il se trouvait au
Mas-d'Eu, et il avait résolu de passer la Tet fort au-dessus de Perpignan,
de manière à tourner cette place, et à forcer notre armée à l'abandonner.
Dans ce but, il songea d'abord à s'emparer de Villefranche. Cette petite
forteresse, placée sur le cours supérieur de la Tet, devait assurer son
aile gauche contre le brave Dagobert, qui, avec trois mille hommes,
obtenait des succès en Cerdagne. En conséquence, vers les premiers jours
d'août, il détacha le général Crespo avec quelques bataillons. Celui-ci
n'eut qu'à se présenter devant Villefranche; le commandant lui en ouvrit
lâchement les portes. Crespo y laissa garnison, et vint rejoindre Ricardos.
Pendant ce temps, Dagobert, avec un très petit corps, parcourut toute la
Cerdagne, replia les Espagnols jusqu'à la Seu-d'Urgel, et songea même à les
repousser jusqu'à Campredon. Cependant la faiblesse du détachement de
Dagobert, et la forteresse de Villefranche, rassurèrent Ricardos contre les
succès des Français sur son aile gauche. Ricardos persista donc dans son
offensive. Le 31 août, il fit menacer notre camp sous Perpignan, passa la
Tet au-dessus de Soler, en chassant devant lui notre aile droite, qui vint
se replier à Salces, à quelques lieues en arrière de Perpignan, et tout
près de la mer. Dans cette position, les Français, les uns enfermés dans
Perpignan, les autres acculés sur Salces, ayant la mer à dos, se trouvaient
dans une position des plus dangereuses. Dagobert, il est vrai, remportait
de nouveaux avantages dans la Cerdagne, mais trop peu importans pour
alarmer Ricardos. Les représentans Fabre et Cassaigne, retirés avec
l'armée à Salces, résolurent d'appeler Dagobert en remplacement de
Barbantane, afin de ramener la fortune sous nos drapeaux. En attendant
l'arrivée du nouveau général, ils projetèrent un mouvement combiné entre
Salces et Perpignan, pour sortir de cette situation périlleuse. Ils
ordonnèrent à une colonne de s'avancer de Perpignan, et d'attaquer les
Espagnols par derrière, tandis qu'eux-mêmes, quittant leurs positions, les
attaqueraient de front. En effet, le 15 septembre, le général Davoust sort
de Perpignan avec six ou sept mille hommes, tandis que Pérignon se dirige
de Salces sur les Espagnols. Au signal convenu, on se jette des deux côtés
sur le camp ennemi; les Espagnols, pressés de toutes parts, sont obligés de
fuir derrière la Tet, en abandonnant vingt-six pièces de canon. Ils
viennent aussitôt se replacer au camp du Mas-d'Eu, d'où ils étaient partis
pour exécuter cette offensive hardie, mais malheureuse.

Dagobert arriva sur ces entrefaites, et ce guerrier, âgé de soixante-quinze
ans, réunissant la fougue d'un jeune homme à la prudence consommée d'un
vieux général, se hâta de signaler son arrivée par une tentative sur le
camp du Mas-d'Eu. Il divisa son attaque en trois colonnes: l'une, partant
de notre droite, et marchant par Thuir sur Sainte-Colombe, devait tourner
les Espagnols; la seconde, agissant au centre, était chargée de les
attaquer de front et de les culbuter; enfin la troisième, opérant vers la
gauche, devait se placer dans un bois et leur fermer la retraite. Cette
dernière, commandée par Davoust, attaqua à peine, et s'enfuit en désordre.
Les Espagnols purent alors diriger toutes leurs forces sur les deux autres
colonnes du centre et de la droite. Ricardos, jugeant que tout le danger
était à droite, y porta ses plus grandes forces, et parvint à repousser les
Français. Au centre seul, Dagobert, animant tout par sa présence, emporta
les retranchemens qui étaient devant lui, et allait même décider de la
victoire, lorsque Ricardos, revenant avec les troupes victorieuses à la
gauche et à la droite, accabla son ennemi de toutes ses forces réunies.
Cependant le brave Dagobert résistait encore, lorsqu'un bataillon met bas
les armes, en criant: _Vive le roi!_ Dagobert indigné dirige deux pièces
sur les traîtres, et tandis qu'il les foudroie, il rallie autour de lui un
petit nombre de braves restés fidèles, et se retire avec quelques cents
hommes, sans que l'ennemi, intimidé par sa fière contenance, ose le
poursuivre.

Certainement ce brave général n'avait mérité que des lauriers par sa
fermeté au milieu d'un tel revers, et si sa colonne de gauche eût mieux
agi, si ses bataillons du centre ne se fussent pas débandés, ses
dispositions auraient été suivies d'un plein succès. Néanmoins, la défiance
ombrageuse des représentans lui imputa ce désastre. Blessé de cette
injustice, il retourna prendre le commandement subalterne de la Cerdagne.
Notre armée se trouva donc encore refoulée sur Perpignan, et exposée à
perdre l'importante ligne de la Tet.

Le plan de campagne du 2 septembre avait été mis à exécution dans la
Vendée. La division de Mayence devait, comme on l'a vu, agir par Nantes. Le
comité de salut public, qui recevait des nouvelles alarmantes sur les
projets des Anglais sur l'Ouest, approuva tout à fait l'idée de porter les
principales forces vers les côtes. Rossignol et son parti en conçurent
beaucoup d'humeur, et écrivirent au ministère des lettres qui ne faisaient
attendre d'eux qu'une faible coopération aux plans convenus. La division de
Mayence marcha donc sur Nantes, où elle fut reçue avec de grandes
démonstrations de joie, et au milieu des fêtes. Un banquet était préparé,
et avant de s'y rendre, on préluda au festin par une vive escarmouche avec
les partis ennemis répandus sur les bords de la Loire. Si la colonne de
Nantes était joyeuse d'être réunie à la célèbre armée de Mayence, celle-ci
n'était pas moins satisfaite de servir sous le brave Canclaux, et avec sa
division déjà signalée par la défense de Nantes et par une foule de faits
honorables. D'après le plan concerté, des colonnes partant de tous les
points du théâtre de la guerre devaient se réunir au centre et y écraser
l'ennemi. Canclaux, général de l'armée de Brest, partant de Nantes, devait
descendre la rive gauche de la Loire, tourner autour du vaste lac de
Grand-Lieu, balayer la Vendée inférieure, remonter ensuite vers Machecoul,
et se trouver à Léger le 11 ou le 12. Son arrivée sur ce dernier point
était le signal du départ pour les colonnes de l'armée de La Rochelle,
chargées d'assaillir le pays par le Midi et l'Est. On se souvient que
l'armée de La Rochelle, sous les ordres de Rossignol, général en chef, se
composait de plusieurs divisions: celle des Sables était commandée par
Mieszkousky, celle de Luçon par Beffroy, celle de Niort par Chalbos, celle
de Saumur par Santerre, celle d'Angers par Duhoux. A l'instant où Canclaux
arriverait à Léger, la colonne des Sables avait ordre de se mettre en
mouvement, de se trouver le 13 à Saint-Fulgent, le 14 aux Herbiers, et le
16 enfin, d'être avec Canclaux à Mortagne. Les colonnes de Luçon, de Niort,
devaient, en se donnant la main, avancer vers Bressuire et Argenton, et
avoir atteint cette hauteur le 14; enfin, les colonnes de Saumur et
d'Angers, partant de la Loire, devaient arriver aussi le 14 aux environs de
Vihiers et Chemillé. Ainsi, d'après ce plan, tout le pays devait être
parcouru du 14 au 16, et les rebelles allaient être enfermés par les
colonnes républicaines entre Mortagne, Bressuire, Argenton, Vihiers et
Chemillé. Leur destruction devenait alors inévitable.

On a déjà vu que, deux fois repoussés de Luçon avec un dommage
considérable, les Vendéens avaient fort à coeur de prendre une revanche.
Ils se réunirent en force avant que les républicains eussent exécuté leurs
projets; et tandis que Charette assiégeait le camp des Naudières du côté de
Nantes, ils attaquèrent la division de Luçon, qui s'était avancée jusqu'à
Chantonay. Ces deux tentatives eurent lieu le 5 septembre. Celle de
Charette sur les Naudières fut repoussée; mais l'attaque sur Chantonay,
imprévue et bien dirigée, jeta les républicains dans le plus grand
désordre. Le jeune et brave Marceau fit des prodiges pour éviter un
désastre; mais sa division, après avoir perdu ses bagages et son
artillerie, se retira pêle-mêle à Luçon. Cet échec pouvait nuire au plan
projeté, parce que la désorganisation de l'une des colonnes laissait un
vide entre la division des Sables et celle de Niort; mais les représentans
firent les efforts les plus actifs pour la réorganiser, et on envoya des
courriers à Rossignol, afin de le prévenir de l'événement.

Tous les Vendéens étaient dans ce moment réunis aux Herbiers, autour du
généralissime d'Elbée. La division était parmi eux comme chez leurs
adversaires, car le coeur humain est partout le même, et la nature ne
réserve pas le désintéressement et les vertus pour un parti, en laissant
exclusivement à l'autre l'orgueil, l'égoïsme et les vices. Les chefs
vendéens se jalousaient entre eux comme les chefs républicains. Les
généraux avaient peu de considération pour le conseil supérieur, qui
affectait une espèce de souveraineté. Possédant la force réelle, ils
n'étaient nullement disposés à céder le commandement à un pouvoir qui ne
devait qu'à eux-mêmes sa fictive existence. Ils enviaient d'ailleurs le
généralissime d'Elbée, et prétendaient que Bonchamps eût été mieux fait
pour leur commander à tous. Charette, de son côté, voulait rester seul
maître de la Basse-Vendée. Ils étaient donc peu disposés à s'entendre, et à
concerter un plan en opposition à celui des républicains. Une dépêche
interceptée venait de leur faire connaître les projets de leurs ennemis.
Bonchamps fut le seul qui proposa un projet hardi et qui révélait des
pensées profondes. Il pensait qu'il ne serait pas possible de résister
long-temps aux forces de la république réunies dans la Vendée; qu'il était
pressant de s'arracher de ces bois, de ces ravins, où l'on serait
éternellement enseveli, sans connaître les coalisés et sans être connu
d'eux; en conséquence il soutint qu'au lieu de s'exposer à être détruit,
il valait mieux sortir en colonne serrée de la Vendée, et s'avancer dans la
Bretagne où l'on était désiré, et où la république ne s'attendait pas à
être frappée. Il conseilla de marcher jusques aux côtes de l'Océan, de
s'emparer d'un port, de communiquer avec les Anglais, d'y recevoir un
prince émigré, de se reporter de là sur Paris, et de faire ainsi une guerre
offensive et décisive. Cet avis, qu'on prête à Bonchamps, ne fut pas suivi
des Vendéens, dont les vues étaient toujours aussi bornées, et qui avaient
toujours une aussi grande répugnance à quitter leur sol. Leurs chefs ne
songèrent qu'à se partager le pays en quatre portions, pour y régner
individuellement. Charette eut la Basse-Vendée, M. de Bonchamps les bords
de la Loire du côté d'Angers, M. de La Rochejaquelein le reste du
Haut-Anjou, M. de Lescure toute la partie insurgée du Poitou. M. d'Elbée
conserva son titre inutile de généralissime, et le conseil supérieur son
autorité fictive.

Le 9, Canclaux se mit en mouvement, laissa au camp des Naudières une forte
réserve sous les ordres de Grouchy et d'Haxo, pour protéger Nantes, et
achemina la colonne de Mayence vers Léger. Pendant ce temps l'ancienne
armée de Brest, sous les ordres de Beysser, faisant le circuit de la
Basse-Vendée par Pornic, Bourneuf et Machecoul, devait se rejoindre à Léger
avec la colonne de Mayence.

Ces mouvemens, dirigés par Canclaux, s'exécutèrent sans obstacles. La
colonne de Mayence, dont Kléber commandait l'avant-garde, et Aubert-Dubayet
le corps de bataille, chassa tous les ennemis devant elle. Kléber, à
l'avant-garde, aussi loyal qu'héroïque, faisait camper ses troupes hors des
villages pour empêcher les dévastations. «En passant, dit-il, devant le
beau lac de Grand-Lieu, nous avions des paysages charmans, et des échappées
de vue aussi agréables que multipliées. Sur une prairie immense erraient au
hasard de nombreux troupeaux abandonnés à eux-mêmes. Je ne pus m'empêcher
de gémir sur le sort de ces infortunés habitans, qui, égarés et fanatisés
par leurs prêtres, repoussaient les bienfaits d'un nouvel ordre de choses
pour courir à une destruction certaine.» Kléber fit des efforts continuels
pour protéger le pays contre les soldats, et réussit le plus souvent. Une
commission civile avait été jointe à l'état-major pour faire exécuter le
décret du 1er août, qui ordonnait de ruiner le sol et d'en transporter la
population ailleurs. Il était défendu aux soldats de mettre le feu; et ce
n'était que d'après les ordres des généraux et de la commission civile,
que les moyens de destruction devaient être employés.

On était arrivé le 14 à Léger, et la colonne de Mayence s'y était réunie à
celle de Brest, commandée par Beysser. Pendant ce temps, la colonne des
Sables, sous les ordres de Mieszkousky, s'était avancée à Saint-Fulgent,
suivant le plan convenu, et donnait déjà la main à l'armée de Canclaux.
Celle de Luçon, retardée un moment par sa défaite à Chantonay, était
demeurée en arrière; mais, grâce au zèle des représentans qui lui avaient
donné un nouveau général, Beffroy, elle s'était reportée en avant. Celle de
Niort se trouvait à la Châtaigneraie. Ainsi, quoique le mouvement général
eût été retardé d'un jour ou deux sur tous les points, et que Canclaux ne
fût arrivé que le 14 à Léger, où il aurait dû se trouver le 12, le retard
étant commun à toutes les colonnes, l'ensemble n'en était pas détruit, et
on pouvait poursuivre l'exécution du plan de campagne. Mais, dans cet
intervalle de temps, la nouvelle de la défaite essuyée par la division de
Luçon était arrivée à Saumur; Rossignol, Ronsin et tout l'état-major
avaient pris l'alarme; et, craignant qu'il n'arrivât de semblables accidens
aux deux autres colonnes de Niort et des Sables, dont ils suspectaient la
force, ils décidèrent de les faire rentrer sur-le-champ dans leurs
premiers postes. Cet ordre était des plus imprudens; cependant il n'était
pas donné de mauvaise foi, et dans l'intention de découvrir Canclaux et
d'exposer ses ailes; mais on avait peu de confiance en son plan, on était
très disposé, au moindre obstacle, à le juger impossible, et à
l'abandonner. C'est là sans doute ce qui détermina l'état-major de Saumur à
ordonner le mouvement rétrograde des colonnes de Niort, de Luçon et des
Sables.

Canclaux, poursuivant sa marche, avait fait de nouveaux progrès; il avait
attaqué Montaigu sur trois points: Kléber, par la route de Nantes,
Aubert-Dubayet, par celle de Roche-Servière, et Beysser, par celle de
Saint-Fulgent, s'y étaient précipités à la fois, et en avaient bientôt
délogé l'ennemi. Le 17, Canclaux prit Clisson; et, ne voyant pas encore
agir Rossignol, il résolut de s'arrêter, et de se borner à des
reconnaissances, en attendant de nouveaux renseignemens.

Canclaux s'établit donc aux environs de Clisson, laissa Beysser à Montaigu,
et porta Kléber avec l'avant-garde à Torfou. On était là le 18. Le
contre-ordre donné de Saumur était arrivé à la division de Niort, et avait
été communiqué aux deux autres divisions de Luçon et des Sables;
sur-le-champ elles s'étaient retirées, et avaient jeté, par leur mouvement
rétrograde, les Vendéens dans l'étonnement, et Canclaux dans le plus grand
embarras. Les Vendéens étaient environ cent mille sous les armes. Un nombre
immense d'entre eux se trouvait du côté de Vihiers et de Chemillé, en face
des colonnes de Saumur et d'Angers; un nombre plus considérable encore du
côté de Clisson et de Mortagne, sur Canclaux. Les colonnes d'Angers et de
Saumur, en les voyant si nombreux, disaient que c'était l'armée de Mayence
qui les leur rejetait sur les bras, et se plaignaient de ce plan qui les
exposait à recevoir un ennemi si formidable. Cependant il n'en était rien,
et les Vendéens étaient partout debout en assez grand nombre pour occuper
les républicains sur tous les points. Ce jour même, loin de se jeter sur
les colonnes de Rossignol, ils marchaient sur Canclaux: d'Elbée et Lescure
quittaient la Haute-Vendée pour joindre l'armée de Mayence.

Par une singulière complication d'événemens, Rossignol, en apprenant les
succès de Canclaux, qui avait pénétré jusqu'au centre de la Vendée,
contremande ses premiers ordres de retraite, et enjoint à ses colonnes de
se reporter en avant. Les colonnes de Saumur et d'Angers, placées à sa
portée, agissent les premières, et escarmouchent, l'une à Doué, l'autre aux
ponts de Cé. Les avantages sont balancés. Le 18, celle de Saumur, commandée
par Santerre, veut s'avancer de Vihiers à un petit village nommé Coron.
Artillerie, cavalerie, infanterie, se trouvent, par de mauvaises
dispositions, accumulées confusément dans les rues de ce village qui était
dominé. Santerre veut réparer cette faute et faire reculer les troupes pour
les mettre en bataille sur une hauteur; mais Ronsin, qui, en l'absence de
Rossignol, s'attribuait une autorité supérieure, reproche à Santerre
d'ordonner la retraite, et s'y oppose. Dans ce moment, les Vendéens fondent
sur les républicains, un horrible désordre se communique à toute la
division. Il s'y trouvait beaucoup d'hommes du nouveau contingent levé avec
le tocsin; ceux-ci se débandent; tout est entraîné et fuit confusément, de
Coron à Vihiers, à Doué et à Saumur. Le lendemain 19, les Vendéens marchent
contre la division d'Angers, commandée par Duhoux. Aussi heureux que la
veille, ils repoussent les républicains jusqu'au-delà d'Érigné, et
s'emparent de nouveau des ponts de Cé.

Du côté de Canclaux, on se bat avec la même activité. Le même jour, vingt
mille Vendéens, placés aux environs de Torfou, fondent sur l'avant-garde de
Kléber, composée tout au plus de deux mille hommes. Kléber se place au
milieu de ses soldats, et les soutient contre cette foule d'assaillans. Le
terrain sur lequel il se bat est un chemin dominé par des hauteurs; malgré
le désavantage de la position, il ne se retire qu'avec ordre et fermeté.
Cependant, une pièce d'artillerie ayant été démontée, un peu de confusion
se répand dans ses bataillons, et ses braves plient pour la première fois.
A cette vue, Kléber, pour arrêter l'ennemi, place un officier avec quelques
soldats auprès d'un pont, et leur dit: _Mes amis, vous vous ferez tuer_.
Ils exécutent cet ordre avec un admirable héroïsme. Sur ces entrefaites, le
corps de bataille arrive, et rétablit le combat; les Vendéens sont enfin
repoussés bien loin, et punis de leur avantage passager.

Tous ces événemens s'étaient passés le 19; l'ordre de se reporter en avant,
qui avait si mal réussi aux deux divisions de Saumur et d'Angers, n'était
pas encore parvenu, à cause des distances, aux colonnes de Luçon et de
Niort. Beysser était toujours à Montaigu, formant la droite de Canclaux et
se trouvant découvert. Canclaux voulant mettre Beysser à l'abri, lui
ordonna de quitter Montaigu et de se rapprocher du corps de bataille. Il
enjoignit à Kléber de s'avancer du côté de Beysser pour protéger son
mouvement. Beysser, trop négligent, avait laissé sa colonne mal gardée dans
Montaigu. MM. de Lescure et Charette la surprirent, et l'auraient anéantie
sans la bravoure de deux bataillons, qui, par leur opiniâtreté, arrêtèrent
la rapidité de la poursuite et de la retraite. L'artillerie et les bagages
furent perdus, et les débris de cette colonne coururent à Nantes, où ils
furent reçus par la brave réserve laissée pour protéger la place. Canclaux
résolut alors de rétrograder, pour ne pas rester en flèche dans le pays,
exposé à tous les coups des Vendéens. Il se replia en effet sur Nantes avec
ses braves Mayençais, qui ne furent pas entamés, grâce à leur attitude
imposante, et aux refus de Charette, qui ne voulut pas se réunir à MM.
d'Elbée et de Bonchamps, dans la poursuite des républicains.

La cause qui empêcha le succès de cette nouvelle expédition sur la Vendée
est évidente. L'état-major de Saumur avait été mécontent du plan qui
adjugeait la colonne de Mayence à Canclaux; l'échec du 5 septembre fut pour
lui un prétexte suffisant de se décourager, et de renoncer à ce plan. Un
contre-ordre fut aussitôt donné aux colonnes des Sables, de Luçon et de La
Rochelle. Canclaux, qui s'était avancé avec succès, se trouva ainsi
découvert, et l'échec de Torfou rendit sa position encore plus difficile.
Cependant l'armée de Saumur, en apprenant ses progrès, marcha de Saumur et
d'Angers, à Vihiers et Chemillé, et si elle ne s'était pas si tôt débandée,
il est probable que la retraite des ailes n'aurait pas empêché le succès
définitif de l'entreprise. Ainsi, trop de promptitude à renoncer au plan
proposé, la mauvaise organisation des nouvelles levées, et la puissance
des Vendéens, qui étaient plus de cent mille sous les armes, furent les
causes de ces nouveaux revers. Mais il n'y avait ni trahison de la part de
l'état-major de Saumur, ni vice dans le plan de Canclaux. L'effet de ces
revers était funeste, car la nouvelle résistance de la Vendée réveillait
toutes les espérances des contre-révolutionnaires, et aggravait
singulièrement les périls de la république. Enfin, si les armées de Brest
et de Mayence n'en étaient pas ébranlées, celle de La Rochelle se trouvait
encore une fois désorganisée, et tous les contingens, provenant de la levée
en masse, rentraient dans leurs foyers, en y portant le plus grand
découragement.

Les deux partis de l'armée s'empressèrent aussitôt de s'accuser.
Philippeaux, toujours plus ardent, écrivit au comité de salut public une
lettre bouillante d'indignation, où il attribua à une trahison le
contre-ordre donné aux colonnes de l'armée de la Rochelle. Choudieu et
Richard, commissaires à Saumur, écrivirent des réponses aussi injurieuses,
et Ronsin courut auprès du ministère et du comité de salut public pour
dénoncer les vices du plan de campagne. Canclaux, dit-il, faisant agir des
masses trop fortes dans la Basse-Vendée, avait rejeté sur la Haute-Vendée
toute la population insurgée, et avait amené la défaite des colonnes de
Saumur et d'Angers. Enfin, rendant calomnies pour calomnies, Ronsin
répondit au reproche de trahison par celui d'aristocratie, et dénonça à la
fois les deux armées de Brest et de Mayence, comme remplies d'hommes
suspects et malintentionnés. Ainsi s'envenimait toujours davantage la
querelle du parti jacobin contre le parti qui voulait la discipline et la
guerre régulière.

L'inconcevable déroute de Menin, l'inutile et meurtrière tentative sur
Pirmasens, les défaites aux Pyrénées-Orientales, la fâcheuse issue de la
nouvelle expédition sur la Vendée, furent connues à Paris presque en même
temps, et y causèrent la plus funeste impression. Ces nouvelles se
répandirent successivement du 18 au 25 septembre, et, suivant l'usage, la
crainte excita la violence. On a déjà vu que les plus ardens agitateurs se
réunissaient aux Cordeliers, où l'on s'imposait encore moins de réserve
qu'aux Jacobins, et qu'ils régnaient au ministère de la guerre sous le
faible Bouchotte. Vincent était leur chef à Paris, comme Ronsin dans la
Vendée, et ils saisirent cette occasion de renouveler leurs plaintes
accoutumées. Placés au-dessous de la convention, ils auraient voulu écarter
son autorité incommode, qu'ils rencontraient aux armées dans la personne
des représentans, et à Paris dans le comité de salut public. Les
représentans en mission ne leur laissaient pas exécuter les mesures
révolutionnaires avec toute la violence qu'ils désiraient y mettre; le
comité de salut public, réglant souverainement toutes les opérations
suivant des vues plus élevées et plus impartiales, les contrariait sans
cesse, et il était de tous les obstacles celui qui les gênait le plus;
aussi leur venait-il souvent à l'esprit de faire établir le nouveau pouvoir
exécutif, d'après le mode adopté par la constitution.

La mise en vigueur de la constitution, souvent et méchamment demandée par
les aristocrates, avait de grands périls. Elle exigeait de nouvelles
élections, remplaçait la convention par une autre assemblée, nécessairement
inexpérimentée, inconnue au pays, et renfermant toutes les factions à la
fois. Les révolutionnaires enthousiastes, sentant ce danger, ne demandaient
pas le renouvellement de la représentation nationale, mais réclamaient
l'exécution de la constitution en ce qui convenait à leurs vues. Placés
presque tous dans les bureaux, ils voulaient seulement la formation du
ministère constitutionnel, qui devait être indépendant du pouvoir
législatif, et par conséquent du comité de salut public. Vincent eut donc
l'audace de faire rédiger une pétition aux Cordeliers, pour demander
l'organisation du ministère constitutionnel, et le rappel des députés en
mission. L'agitation fut des plus vives. Legendre, ami de Danton, et déjà
rangé parmi ceux dont l'énergie semblait se ralentir, s'y opposa vainement,
et la pétition fut adoptée, à un article près, celui qui demandait le
rappel des représentans en mission. L'utilité de ces représentans était si
évidente, et il y avait dans cette clause quelque chose de si personnel
contre les membres de la convention, qu'on n'osa pas y persister. Cette
pétition provoqua beaucoup de tumulte à Paris, et compromit sérieusement
l'autorité naissante du comité de salut public.

Outre ces adversaires violens, ce comité en avait encore d'autres parmi les
nouveaux modérés, qu'on accusait de reproduire le système des girondins, et
de contrarier l'énergie révolutionnaire. Fortement prononcés contre les
cordeliers, les jacobins, les désorganisateurs des armées, ils ne cessaient
de faire leurs plaintes au comité, et lui reprochaient même de ne pas se
déclarer assez fortement contre les anarchistes.

Le comité avait donc contre lui les deux nouveaux partis qui commençaient à
se former. Suivant l'usage, ces partis profitèrent des événemens malheureux
pour l'accuser, et tous deux, d'accord pour condamner ses opérations, les
critiquèrent chacun à sa manière.

La déroute du 15 à Menin était déjà connue; les derniers revers de la
Vendée commençaient à l'être confusément. On parlait vaguement d'une
défaite à Coron, à Torfou, à Montaigu. Thuriot, qui avait refusé d'être
membre du comité de salut public, et qu'on accusait d'être l'un des
nouveaux modérés, s'éleva, au commencement de la séance, contre les
intrigans, les désorganisateurs, qui venaient de faire, au sujet des
subsistances, de nouvelles propositions extrêmement violentes. «Nos comités
et le conseil exécutif, dit-il, sont harcelés, cernés par un ramas
d'intrigans qui n'affichent le patriotisme que parce qu'il leur est
productif. Oui, le temps est venu où il faut chasser ces hommes de rapine
et d'incendie, qui croient que la révolution s'est faite pour eux, tandis
que l'homme probe et pur ne la soutient que pour le bonheur du genre
humain.» Les propositions combattues par Thuriot sont repoussées. Briez,
l'un des commissaires envoyés à Valenciennes, lit alors un mémoire critique
sur les opérations militaires; il soutient qu'on n'a jamais fait qu'une
guerre lente et peu convenable au génie français, qu'on s'est toujours
battu en détail, par petites masses, et que c'est dans ce système qu'il
faut chercher la cause des revers qu'on a essuyés. Ensuite, sans attaquer
ouvertement le comité de salut public, il paraît insinuer que ce comité n'a
pas tout fait connaître à la convention, et que, par exemple, il y avait
eu près de Douay un corps de six mille Autrichiens, qui aurait pu être
enlevé et qui ne l'avait pas été. La convention, après avoir entendu Briez,
l'adjoint au comité de salut public. Dans ce moment, arrivent les nouvelles
détaillées de la Vendée, contenues dans une lettre de Montaigu. Ces détails
alarmans excitent un élan général. «Au lieu de nous intimider, s'écrie un
des membres, jurons de sauver la république!» A ces mots, l'assemblée
entière se lève, et jure encore une fois de sauver la république, quels que
soient les périls qui la menacent. Les membres du comité de salut public,
qui n'étaient point encore arrivés, entrent dans ce moment. Barrère, le
rapporteur ordinaire, prend la parole. «Tout soupçon dit-il, dirigé contre
le comité de salut public, serait une victoire remportée par Pitt. Il ne
faut pas donner à nos ennemis le trop grand avantage de déconsidérer
nous-mêmes le pouvoir chargé de nous sauver.» Barrère fait ensuite
connaître les mesures prises par le comité. «Depuis plusieurs jours,
continue-t-il, le comité avait lieu de soupçonner que de graves fautes
avaient été commises à Dunkerque, où l'on aurait pu exterminer jusqu'au
dernier des Anglais, et à Menin, où aucun effort n'avait été fait pour
arrêter les étranges effets de la terreur panique. Le comité a destitué
Houchard, ainsi que le général divisionnaire Hédouville, qui n'a pas fait
à Menin ce qu'il devait; et on examinera sur-le-champ la conduite de ces
deux généraux; le comité va ensuite faire épurer tous les états-majors et
toutes les administrations des armées; il a mis les flottes sur un pied qui
leur permettra de se mesurer avec nos ennemis; il vient de lever dix-huit
mille hommes; il vient d'ordonner un nouveau système d'attaque en masse;
enfin, c'est dans Rome même qu'il veut attaquer Rome, et cent mille hommes,
débarquant en Angleterre, iront étouffer à Londres le système de Pitt.
C'est donc à tort que l'on a accusé le comité de salut public; il n'a pas
cessé de mériter la confiance que la convention lui a jusqu'ici témoignée.»

Robespierre prend alors la parole: «Depuis long-temps, dit-il, on s'attache
à diffamer la convention et le comité dépositaire de sa puissance. Briez,
qui aurait dû mourir à Valenciennes, en est lâchement sorti, pour venir à
Paris servir Pitt et la coalition, en déconsidérant le gouvernement. Ce
n'est pas assez, ajoute-t-il, que la convention nous continue sa confiance.
Il faut qu'elle le proclame solennellement, et qu'elle rapporte sa décision
à l'égard de Briez, qu'elle vient de nous adjoindre.» Des applaudissemens
accueillent cette demande; on décide que Briez ne sera pas joint au comité
de salut public, et on déclare par acclamation que ce comité conserve
toute la confiance de la convention nationale.

Les modérés étaient dans la convention, et ils venaient d'être repoussés,
mais les adversaires les plus redoutables du comité, c'est-à-dire les
révolutionnaires ardens, se trouvaient aux Jacobins et aux Cordeliers.
C'était surtout de ces derniers qu'il fallait se défendre. Robespierre se
rendit aux Jacobins, et usa de son ascendant sur eux: il développa la
conduite du comité, il le justifia des doubles attaques des modérés et des
exagérés, et fit sentir le danger des pétitions tendant à demander la
formation du ministère constitutionnel. «Il faut, dit-il, qu'un
gouvernement quelconque succède à celui que nous avons détruit; le système
d'organiser en ce moment le ministère constitutionnel n'est autre chose que
celui de chasser la convention elle-même, et de décomposer le pouvoir en
présence des armées ennemies. Pitt peut seul être l'auteur de cette idée.
Ses agens l'ont propagée, ils ont séduit les patriotes de bonne foi; et le
peuple crédule et souffrant, toujours enclin à se plaindre du gouvernement,
qui ne peut remédier à tous ses maux, est devenu l'écho fidèle de leurs
calomnies et de leurs propositions. Vous, jacobins, s'écrie Robespierre,
trop sincères pour être gagnés, trop éclairés pour être séduits, vous
défendrez la Montagne qu'on attaque; vous soutiendrez le comité de salut
public qu'on veut calomnier pour vous perdre, et c'est ainsi qu'avec vous
il triomphera de toutes les menées des ennemis du peuple.»

Robespierre fut applaudi, et tout le comité dans sa personne. Les
cordeliers furent ramenés à l'ordre, leur pétition oubliée; et l'attaque de
Vincent, repoussée victorieusement, n'eut aucune conséquence.

Cependant il devenait urgent de prendre un parti à l'égard de la nouvelle
constitution. Céder la place à de nouveaux révolutionnaires, équivoques,
inconnus, probablement divisés parce qu'ils seraient issus de toutes les
factions vivant au-dessous de la convention, était dangereux. Il fallait
donc déclarer à tous les partis qu'on allait s'emparer du pouvoir, et
qu'avant d'abandonner la république à elle même, et à l'action des lois
qu'on lui avait données, on la gouvernerait révolutionnairement, jusqu'à ce
qu'elle fût sauvée. De nombreuses pétitions avaient déjà engagé la
convention à rester à son poste. Le 10 octobre, Saint-Just, portant la
parole au nom du comité de salut public, proposa de nouvelles mesures de
gouvernement. Il fit le tableau le plus triste de la France; il chargea ce
tableau des sombres couleurs de son imagination mélancolique; et, avec le
secours de son grand talent, et de faits d'ailleurs très vrais, il
produisit une espèce de terreur dans les esprits. Il présenta donc et fit
adopter un décret qui renfermait les dispositions suivantes. Par le premier
article, le gouvernement de la France était déclaré _révolutionnaire_
jusqu'à la paix; ce qui signifiait que la constitution était momentanément
suspendue, et qu'une dictature extraordinaire était instituée jusqu'à
l'expiration de tous les dangers. Cette dictature était conférée à la
convention et au comité de salut public. «Le conseil exécutif, disait le
décret, les ministres, les généraux, les corps constitués, sont placés sous
la surveillance du comité de salut public, qui en rendra compte tous les
huit jours à la convention.» Nous avons déjà expliqué comment la
surveillance se changeait en autorité suprême, parce que les ministres, les
généraux, les fonctionnaires, obligés de soumettre leurs opérations au
comité, avaient fini par ne plus oser agir de leur propre mouvement, et par
attendre tous les ordres du comité lui-même. On disait ensuite: «Les lois
révolutionnaires doivent être exécutées rapidement. L'inertie du
gouvernement étant la cause des revers, les délais pour l'exécution de ces
lois seront fixés. La violation des délais sera punie comme un attentat à
la liberté.» Des mesures sur les subsistances étaient ajoutées à ces
mesures de gouvernement, car le pain est le droit du peuple, avait dit
Saint-Just. Le tableau général des subsistances, définitivement achevé,
devait être envoyé à toutes les autorités. Le nécessaire des départemens
devait être approximativement évalué, et garanti; quant au superflu de
chacun d'eux, il était soumis aux réquisitions, soit pour les armées, soit
pour les provinces qui n'avaient pas le nécessaire. Ces réquisitions
étaient réglées par une commission des subsistances. Paris devait être
comme une place de guerre approvisionnée pour un an, à l'époque du 1er mars
suivant. Enfin, on décrétait qu'il serait institué un tribunal, pour
vérifier la conduite et la fortune de tous ceux qui avaient manié les
deniers publics.

Par cette grande et importante déclaration, le gouvernement, composé du
comité de salut public, du comité de sûreté générale, du tribunal
extraordinaire, se trouvait complété et maintenu pendant la durée du
danger. C'était déclarer la révolution en état de siége, et lui appliquer
les lois extraordinaires de cet état, pendant tout le temps qu'il durerait.
On ajouta à ce gouvernement extraordinaire diverses institutions réclamées
depuis long-temps, et devenues inévitables. On demandait une armée
révolutionnaire, c'est-à-dire une force chargée spécialement de faire
exécuter les ordres du gouvernement dans l'intérieur. Elle était décrétée
depuis long-temps; elle fut enfin organisée par un nouveau décret[1]. On la
composa de six mille hommes et de douze cents canonniers. Elle devait se
déplacer, et se rendre de Paris dans les villes où sa présence serait
nécessaire, et y demeurer en garnison aux dépens des habitans les plus
riches. Les cordeliers en voulaient une par département; mais on s'y opposa
en disant que ce serait revenir au fédéralisme que de donner à chaque
département une force individuelle. Les mêmes cordeliers demandaient en
outre qu'on fît suivre les détachemens de l'armée révolutionnaire d'une
guillotine portée sur des roues. Toutes les idées surgissent dans l'esprit
du peuple quand il se donne carrière. La convention repoussa toutes ces
demandes, et s'en tint à son décret. Bouchotte, chargé de composer cette
armée, la recruta dans tout ce que Paris renfermait de gens sans aveu, et
prêts à se faire les satellites du pouvoir dominant. Il remplit
l'état-major de jacobins, mais surtout de cordeliers; il arracha Ronsin à
la Vendée et à Rossignol, pour le mettre à la tête de cette armée
révolutionnaire. Il soumit la liste de cet état-major aux jacobins, et fit
subir à chaque officier l'épreuve du scrutin. Aucun d'eux, en effet, ne fut
confirmé par le ministre sans avoir été approuvé par la société.

A l'institution de l'armée révolutionnaire, on ajouta enfin la loi des
suspects, si souvent demandée, et résolue en principe le même jour que la
levée en masse. Le tribunal extraordinaire, quoique organisé de manière à
frapper sur de simples probabilités, ne rassurait pas assez l'imagination
révolutionnaire. On souhaitait pouvoir enfermer ceux qu'on ne pourrait pas
envoyer à la mort, et on demandait des dispositions qui permissent de
s'assurer de leurs personnes. Le décret qui mettait les aristocrates hors
la loi était trop vague, et exigeait un jugement. On voulait que sur la
simple dénonciation des comités révolutionnaires, un individu déclaré
suspect pût être sur-le-champ jeté en prison. On décréta, en effet,
l'arrestation provisoire, jusqu'à la paix, de tous les individus
suspects[2]. Étaient considérés comme tels: 1º ceux qui, soit par leur
conduite, soit par leurs relations, soit par leurs propos ou leurs écrits,
s'étaient montrés partisans de la tyrannie du fédéralisme, et ennemis de la
liberté; 2º ceux qui ne pourraient pas justifier de la manière prescrite
par la loi du 20 mars dernier, de leurs moyens d'exister, et de l'acquit
de leurs devoirs civiques; 3º ceux à qui il avait été refusé des
certificats de civisme; 4º les fonctionnaires publics suspendus ou
destitués de leurs fonctions par la convention nationale et par ses
commissaires; 5º les ci-devant nobles, les maris, femmes, pères, mères,
fils ou filles, frères ou soeurs, et agens d'émigrés, qui n'avaient pas
constamment manifesté leur attachement à la révolution; 6º ceux qui avaient
émigré dans l'intervalle du 1er juillet 1789 à la publication de la loi du
8 avril 1792, quoiqu'ils fussent rentrés en France dans les délais
déterminés.

Les détenus devaient être enfermés dans les maisons nationales, et gardés à
leurs frais. On leur accordait la faculté de transporter dans ces maisons
les meubles dont ils auraient besoin. Les comités chargés de prononcer
l'arrestation ne le pouvaient qu'à la majorité, et à la charge d'envoyer au
comité de sûreté générale la liste des suspects et les motifs de chaque
arrestation. Leurs fonctions étant dès cet instant fort difficiles et
presque continues, devinrent pour les membres une espèce de profession
qu'il fallut solder. Ils reçurent dès lors un traitement à titre
d'indemnité.

A ces dispositions, sur l'instante demande de la commune de Paris, il en
fut ajouté une dernière qui rendait cette loi des suspects encore plus
redoutable: ce fut la révocation du décret qui défendait les visites
domiciliaires pendant la nuit. Dès cet instant, chaque citoyen poursuivi
fut menacé à toute heure, et n'eut plus aucun moment de repos. En
s'enfermant pendant le jour dans des cages ingénieuses et très étroites que
le besoin avait fait imaginer, les suspects avaient du moins la faculté de
respirer pendant la nuit; maintenant ils ne le pouvaient plus, et les
arrestations, multipliées jour et nuit, remplirent bientôt toutes les
prisons de la France.

Les assemblées de section se tenaient chaque jour; mais les gens du peuple
n'avaient pas le temps de s'y rendre, et en leur absence les motions
révolutionnaires n'étaient plus soutenues. On décida, sur la proposition
expresse des jacobins et de la commune, que ces assemblées n'auraient plus
lieu que deux fois par semaine, et que chaque citoyen qui viendrait y
assister recevrait quarante sous par séance. C'était le moyen le plus
assuré d'avoir le peuple, en ne le réunissant pas trop souvent, et en
payant sa présence. Les révolutionnaires ardens furent irrités de ce qu'on
mettait des bornes à leur zèle, en limitant à deux par semaine les séances
des sections. Ils firent donc une pétition fort vive pour se plaindre de ce
qu'on portait atteinte aux droits du souverain, en l'empêchant de se réunir
toutes les fois qu'il lui plaisait. C'est le jeune Varlet qui fut l'auteur
de cette nouvelle pétition; mais on la repoussa, et on n'en tint pas plus
de compte que de beaucoup d'autres demandes inspirées par la fermentation
révolutionnaire.

Ainsi, la machine était complète sous les deux rapports les plus importans
dans un état menacé, la guerre et la police. Dans la convention, un comité
dirigeait les opérations militaires, choisissait les généraux et les agens
de toute espèce, et pouvait, par le décret de la réquisition permanente,
disposer à la fois des hommes et des choses. Il faisait tout cela, ou par
lui-même, ou par les représentans envoyés en mission. Sous ce comité, le
comité dit de sûreté générale avait la direction de la haute police, et se
servait pour sa surveillance des comités révolutionnaires institués dans
chaque commune. Les individus légèrement soupçonnés d'hostilité, ou même
d'indifférence, étaient enfermés; d'autres, plus gravement compromis,
étaient frappés par le tribunal extraordinaire, mais heureusement encore en
petit nombre, car ce tribunal n'avait prononcé jusqu'alors que peu de
condamnations. Une armée spéciale, véritable colonne mobile ou gendarmerie
de ce régime, faisait exécuter les ordres du gouvernement, et enfin le
peuple, payé pour se rendre dans les sections, était toujours prêt à le
soutenir. Ainsi, guerre et police, tout aboutissait au comité de salut
public. Maître absolu, ayant le moyen de requérir toutes les richesses,
pouvant envoyer les citoyens ou sur les champs de bataille, ou à
l'échafaud, ou dans les cachots, il était investi, pour la défense de la
révolution, d'une dictature souveraine et terrible. A la vérité, il lui
fallait, tous les huit jours, rendre compte à la convention de ses travaux,
mais ce compte était toujours approuvé, car l'opinion critique ne
s'exerçait qu'aux Jacobins, dont il était maître depuis que Robespierre en
faisait partie. Il n'y avait en opposition à cette puissance que les
modérés, restés en deçà, et les nouveaux exagérés, portés au-delà, mais peu
à craindre les uns et les autres.

On a vu que déjà Robespierre et Carnot avaient été attachés au comité de
salut public, en remplacement de Gasparin et de Thuriot, tous deux malades.
Robespierre y avait apporté sa puissante influence, et Carnot sa science
militaire. La convention voulut adjoindre à Robespierre Danton, son
collègue et son rival en renommée; mais celui-ci, fatigué de travaux, peu
propre à des détails d'administration, dégoûté d'ailleurs par les calomnies
des partis, ne voulait plus être d'aucun comité. Il avait déjà bien assez
fait pour la révolution; il avait soutenu les courages dans tous les jours
de danger; il avait fourni la première idée du tribunal révolutionnaire,
de l'armée révolutionnaire, de la réquisition permanente, de l'impôt sur
les riches, et des quarante sous alloués par séance aux membres des
sections; il était l'auteur enfin de toutes les mesures qui, devenues
cruelles par l'exécution, donnaient néanmoins à la révolution cette énergie
qui la sauva. A cette époque, Danton commençait à n'être plus aussi
nécessaire, car depuis la première invasion des Prussiens on s'était fait
du danger une espèce d'habitude. Les vengeances qui se préparaient contre
les girondins lui répugnaient; il venait d'épouser une jeune femme dont il
était épris, et qu'il avait dotée avec l'or de la Belgique, au dire de ses
ennemis, et suivant ses amis, avec le remboursement de sa charge d'avocat
au conseil; il était atteint, comme Mirabeau, comme Marat, d'une maladie
inflammatoire; enfin il avait besoin de repos, et il demanda un congé pour
aller à Arcis-sur-Aube, sa patrie, jouir de la nature, qu'il aimait
passionnément. On lui avait conseillé cette retraite momentanée comme un
moyen de mettre fin aux calomnies. La victoire de la révolution pouvait
désormais s'achever sans lui; deux mois de guerre et d'énergie suffisaient,
et il se proposait de revenir, après la victoire, faire entendre sa voix
puissante en faveur des vaincus et d'un ordre de choses meilleur. Vaine
illusion de la paresse et du découragement! Abandonner pour deux mois,
pour un seul, une révolution si rapide, c'était devenir pour elle étranger
et impuissant.

Danton refusa donc d'entrer au comité de salut public, et obtint un congé;
Billaud-Varennes, Collot-d'Herbois, furent joints au comité, et y
apportèrent, l'un son caractère froid et implacable, et l'autre sa fougue
et son influence sur les turbulens cordeliers. Le comité de sûreté générale
fut réformé. De dix-huit membres on le réduisit à neuf, reconnus les plus
sévères.

Tandis que le gouvernement s'organisait ainsi de la manière la plus forte,
un redoublement d'énergie se manifestait dans toutes les résolutions. Les
grandes mesures prises au mois d'août n'avaient pas encore produit leurs
résultats. La Vendée, quoique attaquée suivant un plan régulier, avait
résisté; l'échec de Menin avait presque fait perdre les avantages de la
victoire d'Hondschoote; il fallait de nouveaux efforts. L'enthousiasme
révolutionnaire inspira cette idée, que la volonté avait, à la guerre comme
partout, une influence décisive, et, pour la première fois, il fut enjoint
à une armée de vaincre dans un temps donné.

On voyait tous les dangers de la république dans la Vendée. «Détruisez la
Vendée, avait dit Barrère, Valenciennes et Condé ne seront plus au pouvoir
de l'Autrichien. Détruisez la Vendée, l'Anglais ne s'occupera plus de
Dunkerque. Détruisez la Vendée, le Rhin sera délivré des Prussiens.
Détruisez la Vendée, l'Espagne se verra harcelée, conquise par les
méridionaux, joints aux soldats victorieux de Mortagne et de Cholet.
Détruisez la Vendée, et une partie de cette armée de l'intérieur va
renforcer cette courageuse armée du Nord, si souvent trahie, si souvent
désorganisée. Détruisez la Vendée, Lyon ne résistera plus, Toulon
s'insurgera contre les Espagnols et les Anglais, et l'esprit de Marseille
se relèvera à la hauteur de la révolution républicaine. Enfin, chaque coup
que vous porterez à la Vendée retentira dans les villes rebelles, dans les
départemens fédéralistes, sur les frontières envahies!... La Vendée et
encore la Vendée!... C'est là qu'il faut frapper, d'ici au 20 octobre,
avant l'hiver, avant l'impraticabilité des routes, avant que les brigands
trouvent l'impunité dans le climat et dans la saison.

«Le comité, d'un coup d'oeil vaste et rapide, a vu dans ce peu de paroles
tous les vices de la Vendée:

«Trop de représentans;

«Trop de division morale;

«Trop de divisions militaires;

«Trop d'indiscipline dans les succès;

«Trop de faux rapports dans le récit des événemens;

«Trop d'avidité, trop d'amour de l'argent dans une partie des chefs et des
administrateurs.»

A la suite de cet exposé, la convention réduisit le nombre des représentans
en mission, réunit les deux armées de Brest et de La Rochelle en une seule,
dite armée de l'Ouest, et en donna le commandement, non à Rossignol, non à
Canclaux, mais à Léchelle, général de brigade dans la division de Luçon.
Enfin, elle détermina le jour auquel la guerre de la Vendée devrait être
finie, et ce jour était le 20 octobre. Voici la proclamation qui
accompagnait le décret[3]:

LA CONVENTION NATIONALE A L'ARMÉE DE L'OUEST

«Soldats de la liberté, il faut que les brigands de la Vendée soient
exterminés avant la fin du mois d'octobre! Le salut de la patrie l'exige;
l'impatience du peuple français le commande; son courage doit l'accomplir.
La reconnaissance nationale attend à cette époque tous ceux dont la valeur
et le patriotisme auront affermi sans retour la liberté et la république.»

Des mesures non moins promptes et non moins énergiques furent prises à
l'égard de l'armée du Nord, pour réparer l'échec de Menin, et décider de
nouveaux succès. Houchard destitué fut arrêté. Le général Jourdan, qui
avait commandé le centre à Hondschoote, fut nommé général en chef de
l'armée du Nord et de celle des Ardennes. Il eut ordre de réunir à Guise
des masses considérables pour faire une irruption sur l'ennemi. Il n'y
avait qu'un cri contre les attaques de détail. Sans juger le plan ni les
opérations de Houchard autour de Dunkerque, on disait qu'il ne s'était pas
battu en masse, et on voulait exclusivement ce genre de combat, mieux
approprié, disait-on, à l'impétuosité du caractère français. Carnot était
parti pour se rendre à Guise auprès de Jourdan, et mettre à exécution un
nouveau système de guerre tout révolutionnaire. On venait d'adjoindre trois
nouveaux commissaires à Dubois-Crancé, pour faire des levées en masse, et
les précipiter sur Lyon. On lui enjoignait de renoncer au système des
attaques méthodiques, et de donner l'assaut à la ville rebelle. Ainsi
partout on redoublait d'efforts pour terminer victorieusement la campagne.

Mais les rigueurs accompagnaient toujours l'énergie; le procès de Custine,
trop différé au gré des jacobins, était enfin commencé, et conduit avec
toute la violence et la barbarie des nouvelles formes judiciaires. Aucun
général en chef n'avait encore paru sur l'échafaud; on était impatient de
frapper une tête élevée, et de faire fléchir les chefs des armées devant
l'autorité populaire; on voulait surtout que quelqu'un des généraux expiât
la défection de Dumouriez, et l'on choisit Custine, que ses opinions et ses
sentimens faisaient considérer comme un autre Dumouriez. On avait saisi,
pour arrêter Custine, le moment où, chargé du commandement de l'armée du
Nord, il était venu momentanément à Paris concerter ses opérations avec le
ministère. On le jeta d'abord en prison, et bientôt on demanda et on obtint
le décret de sa translation au tribunal révolutionnaire.

Qu'on se rappelle la campagne de Custine sur le Rhin. Chargé d'une division
de l'armée, il avait trouvé Spire et Worms mal surveillés, parce que les
coalisés, pressés de marcher sur la Champagne, avaient tout négligé sur
leurs ailes et sur leurs derrières. Des patriotes allemands, accourus de
tous côtés, lui offraient leurs villes; il s'avança, prit Spire, Worms,
qu'on lui livra, négligea Manheim, qui était sur sa route, par ménagement
pour la neutralité de l'électeur palatin, et par crainte aussi de ne pas y
entrer aisément. Il arriva enfin à Mayence, s'en empara, réjouit la France
de ses conquêtes inattendues, et se fit conférer un commandement qui le
rendait indépendant de Biron. Dans ce même moment, Dumouriez venait de
repousser les Prussiens, et de les rejeter sur le Rhin. Kellermann était
vers Trêves. Custine devait alors descendre le Rhin jusqu'à Coblentz, se
réunir à Kellermann, et se rendre ainsi maître de la rive du fleuve. Toutes
les raisons se réunissaient en faveur de ce plan. Les habitans de Coblentz
appelaient Custine, ceux de Saint-Goard, de Rhinfelds, l'appelaient aussi;
on ne sait jusqu'où il aurait pu aller en s'abandonnant au cours du Rhin.
Peut-être aurait-il pu descendre jusqu'en Hollande. Mais, de l'intérieur de
l'Allemagne, d'autres patriotes le demandaient aussi; on s'était figuré, en
le voyant avancer si hardiment, qu'il avait cent mille hommes. Percer sur
le territoire ennemi et au-delà du Rhin, plut davantage à l'imagination et
à la vanité de Custine. Il courut à Francfort lever des contributions, et
exercer des vexations impolitiques. Là, les sollicitations l'entourèrent de
nouveau. Des fous le pressaient d'aller jusques à Cassel, au milieu de la
Hesse électorale, prendre le trésor de l'électeur. Les avis plus sages du
gouvernement français l'engageaient à revenir sur le Rhin, et à marcher
vers Coblentz. Mais il n'écoutait rien, et rêvait une révolution en
Allemagne.

Cependant Custine sentait le danger de sa position: voyant bien que, si
l'électeur rompait la neutralité, ses derrières seraient menacés par
Manheim, il aurait voulu prendre cette place qu'on lui offrait, mais il ne
l'osait pas. Sur le point d'être attaqué à Francfort, où il ne pouvait
tenir, il ne voulait pas abandonner cette ville, et rentrer sur la ligne du
Rhin, pour ne point abandonner ses prétendues conquêtes, et ne pas
s'engager dans les opérations des autres chefs en descendant vers Coblentz.
Dans cette situation, il fut surpris par les Prussiens, perdit Francfort,
fut rejeté sur Mayence, resta incertain s'il garderait cette place ou non,
y jeta quelque artillerie prise à Strasbourg, n'y donna que très tard
l'ordre de l'approvisionner, fut encore une fois surpris au milieu de ces
incertitudes par les Prussiens, s'éloigna de Mayence, et saisi de terreur,
se croyant poursuivi par cent cinquante mille hommes, se retira dans la
Haute-Alsace, presque sous le canon de Strasbourg. Placé sur le Haut-Rhin
avec une armée assez considérable, il aurait pu marcher sur Mayence, et
mettre les assiégeans entre deux feux, mais il ne l'osa jamais; enfin,
honteux de son inaction, il livra une attaque malheureuse le 15 mai, fut
battu, et se rendit à regret à l'armée du Nord, où il acheva de se perdre
par des propos modérés et par un conseil très sage, celui de laisser
l'armée se réorganiser dans le camp de César, au lieu de la faire battre
inutilement pour secourir Valenciennes. Telle fut la carrière de Custine.
Il y avait là beaucoup de fautes, mais pas une trahison. On commença son
procès, et on appela, pour déposer, des représentans envoyés en mission,
des agens du pouvoir exécutif, ennemis opiniâtres des généraux, des
officiers mécontens, des membres des clubs de Strasbourg, de Mayence et de
Cambrai, enfin le terrible Vincent, tyran des bureaux de la guerre sous
Bouchotte. C'était une cohue d'accusateurs accumulant des reproches
injustes et contradictoires, des reproches tout à fait étrangers à une
véritable critique militaire, mais fondés sur des malheurs accidentels,
dont le général n'était pas coupable, et qu'on ne pouvait pas lui imputer.
Custine répondait avec une certaine véhémence militaire à toutes ces
accusations, mais il était accablé. Des jacobins de Strasbourg lui disaient
qu'il n'avait pas voulu prendre les gorges de Porentruy, lorsque Lukner lui
en donnait l'ordre; et il prouvait inutilement que c'était impossible. Un
Allemand lui reprochait de n'avoir pas pris Manheim, qu'il lui offrait.
Custine s'excusait en alléguant la neutralité de l'électeur et les
difficultés du projet. Les habitans de Coblentz, de Rhinfelds, de
Darmstadt, de Hanau, de toutes les villes qui avaient voulu se livrer à
lui, et qu'il n'avait pas consenti à occuper, l'accusaient à la fois. Quant
au refus de marcher sur Coblentz, il se défendait mal, et calomniait
Kellermann, qui, disait-il, avait refusé de le seconder; quant au refus de
prendre les autres places, il disait avec raison que toutes les
imaginations allemandes l'appelaient, et qu'il lui aurait fallu, pour les
satisfaire, occuper cent lieues de pays. Par une contradiction singulière,
tandis qu'on le blâmait de n'avoir pas pris telle ville, ou fait contribuer
telle autre, on lui faisait un crime d'avoir pris Francfort, d'y avoir
pillé les habitans, de n'y avoir pas fait les dispositions nécessaires pour
résister aux Prussiens, et d'y avoir exposé la garnison française à être
massacrée. Le brave Merlin de Thionville, l'un de ceux qui déposaient
contre lui, le justifiait sur ce point avec autant de loyauté que de
raison. Eût-il laissé vingt mille hommes à Francfort, il n'aurait pas pu y
tenir, disait Merlin; il aurait dû se retirer à Mayence, et son seul tort
était de ne l'avoir pas fait assez tôt. Mais à Mayence, ajoutaient une
foule d'autres témoins, il n'avait fait aucun des préparatifs nécessaires;
il n'avait amassé ni vivres, ni munitions; il n'y avait amoncelé que
l'artillerie dont il avait dépouillé Strasbourg, pour la livrer aux
Prussiens, avec vingt mille hommes de garnison et deux députés. Custine
prouvait qu'il avait donné les ordres pour les approvisionnemens; que
l'artillerie était à peine suffisante, et qu'elle n'avait pas été
inutilement accumulée pour être livrée. Merlin appuyait toutes les
assertions de Custine; mais ce qu'il ne lui pardonnait pas, c'était sa
retraite si pusillanime, et son inaction sur le Haut-Rhin, pendant que la
garnison de Mayence faisait des prodiges. Custine ici restait sans réponse.
On lui reprochait ensuite d'avoir brûlé les magasins de Spire, en se
retirant; reproche absurde, car la retraite, une fois obligée, il valait
mieux brûler les magasins que de les laisser à l'ennemi. On l'accusait
d'avoir fait fusiller des volontaires à Spire pour cause de pillage: à quoi
il répondait que la convention avait approuvé sa conduite. On l'accusait
encore d'avoir particulièrement épargné les Prussiens, d'avoir
volontairement exposé son armée à être battue le 15 mai, de s'être
tardivement rendu dans son commandement du Nord, d'avoir tenté de dégarnir
Lille de son artillerie pour la porter au camp de César, d'avoir empêché
qu'on secourût Valenciennes, de n'avoir pas opposé d'obstacle au
débarquement des Anglais; accusations toutes plus absurdes les unes que les
autres.--«Enfin, lui disait-on, vous avez plaint Louis XVI, vous avez été
triste le 31 mai, vous avez voulu faire pendre le docteur Hoffmann,
président des jacobins à Mayence, vous avez empêché la distribution du
journal du Père Duchesne et du journal de la Montagne dans votre armée,
vous avez dit que Marat et Robespierre étaient des perturbateurs, vous
vous êtes entouré d'officiers aristocrates, vous n'avez jamais eu à votre
table de bons républicains.» Ces reproches étaient mortels, et c'étaient
les véritables griefs pour lesquels on le poursuivait.

Le procès traîna en longueur; toutes les imputations étaient si vagues, que
le tribunal hésitait. La fille de Custine, et beaucoup de personnes qui
s'intéressaient à lui, avaient fait quelques démarches; car, à cette
époque, bien que la crainte fût déjà grande, on osait témoigner encore
quelque intérêt aux victimes. Aussitôt on dénonça aux Jacobins le tribunal
révolutionnaire lui-même. «Il m'est douloureux, dit Hébert aux Jacobins,
d'avoir à dénoncer une autorité qui était l'espoir des patriotes, qui
d'abord avait mérité leur confiance, et qui bientôt en va devenir le fléau.
Le tribunal révolutionnaire est sur le point d'innocenter un scélérat, en
faveur duquel, il est vrai, les plus jolies femmes de Paris sollicitent
toute la terre. La fille de Custine, aussi habile comédienne dans cette
ville, que l'était son père à la tête des armées, voit tout le monde et
promet tout pour obtenir sa grâce.» Robespierre, de son côté, dénonça
l'esprit de chicane et le goût des formalités qui s'était emparé du
tribunal, et soutint que, seulement pour avoir voulu dégarnir Lille,
Custine méritait la mort. Vincent, l'un des témoins, avait vidé les
cartons du ministère, et avait apporté les lettres et les ordres qu'on
reprochait à Custine, et qui, certes, ne constituaient pas des crimes.
Fouquier-Tinville en conclut un parallèle de Custine avec Dumouriez, qui
perdit le malheureux général. Dumouriez, dit-il, s'était rapidement avancé
en Belgique, pour l'abandonner ensuite non moins rapidement, et livrer à
l'ennemi, soldats, magasins, et représentans. De même Custine s'était
rapidement avancé en Allemagne, avait abandonné nos soldats à Francfort, à
Mayence, et avait voulu livrer avec cette dernière ville, vingt mille
hommes, deux représentans, et toute notre artillerie qu'il avait méchamment
extraite de Strasbourg. Comme Dumouriez, il médisait de la convention et
des jacobins, et faisait fusiller les braves volontaires, sous prétexte de
maintenir la discipline. A ce parallèle, le tribunal n'hésita plus. Custine
justifia pendant deux heures ses opérations militaires. Tronçon-Ducoudray
défendit sa conduite administrative et civile, mais inutilement. Le
tribunal déclara le général coupable, à la grande joie des jacobins et des
cordeliers, qui remplissaient la salle, et qui donnèrent des signes bruyans
de leur satisfaction. Cependant Custine n'avait pas été condamné à
l'unanimité. Sur les trois questions, il y avait eu successivement contre
lui dix, neuf, huit voix, sur onze. Le président lui ayant demandé s'il
n'avait rien à ajouter, il regarda autour de lui, et ne trouvant pas ses
défenseurs, il répondit: «Je n'ai plus de défenseurs, je meurs calme et
innocent.»

Il fut exécuté le lendemain matin. Ce guerrier, connu par une grande
bravoure, fut surpris à la vue de l'échafaud. Cependant il s'agenouilla au
pied de l'échelle, fit une courte prière, se rassura, et reçut la mort avec
courage. Ainsi finit cet infortuné général, qui ne manquait ni d'esprit ni
de caractère, mais qui réunissait l'inconséquence à la présomption, et qui
commit trois fautes capitales; la première, de sortir de sa véritable ligne
d'opération, en se portant à Francfort; la seconde, de ne pas vouloir y
rentrer, lorsqu'on l'y engageait; et la troisième, de rester dans la plus
timide inaction pendant le siége de Mayence. Cependant aucune de ces fautes
ne méritait la mort; mais il subit le supplice qu'on n'avait pas pu
infliger à Dumouriez, et qu'il n'avait pas mérité comme celui-ci par de
grands et coupables projets. Sa mort fut un terrible exemple pour tous les
généraux, et le signal pour eux d'une obéissance absolue aux ordres du
gouvernement révolutionnaire.

Après cet acte de rigueur, les exécutions ne devaient plus s'arrêter; on
renouvela l'ordre de hâter le procès de Marie-Antoinette. L'acte
d'accusation des girondins, tant demandé et jamais rédigé, fut présenté à
la convention. Saint-Just en était l'auteur. Des pétitions des jacobins
vinrent obliger la convention à l'adopter. Il fut dirigé non-seulement
contre les vingt-deux et les membres de la commission des douze, mais en
outre contre soixante-treize membres du côté droit, qui gardaient un
silence absolu depuis la victoire de la Montagne, et qui avaient rédigé une
protestation très connue contre les événemens du 31 mai et du 2 juin.
Quelques montagnards forcenés voulaient l'accusation, c'est-à-dire la mort,
contre les vingt-deux, les douze et les soixante-treize; mais Robespierre
s'y opposa, et proposa un moyen terme, ce fut d'envoyer au tribunal
révolutionnaire les vingt-deux et les douze, et de mettre les
soixante-treize en arrestation. On fit ce qu'il voulut; les portes de la
salle leur furent aussitôt interdites, les soixante-treize arrêtés, et
injonction faite à Fouquier-Tinville de s'emparer des malheureux girondins.
Ainsi la convention toujours plus docile se laissa arracher l'ordre
d'envoyer à la mort une partie de ses membres. A la vérité, elle ne pouvait
plus différer, car les jacobins avaient fait cinq pétitions plus
impérieuses les unes que les autres, pour obtenir ces derniers décrets
d'accusation.

FOOTNOTES:

[Footnote 1: Du 3 septembre.]

[Footnote 2: Ce décret célèbre fut rendu le 17 septembre. Il est connu sous
le nom de _loi des suspects_.]

[Footnote 3: Décret du 1er octobre.]



CHAPITRE XIV.


CONTINUATION DU SIÉGE DE LYON. PRISE DE CETTE VILLE. DÉCRET TERRIBLE CONTRE
LES LYONNAIS RÉVOLTÉS.--PROGRÈS DE L'ART DE LA GUERRE; INFLUENCE DE
CARNOT.--VICTOIRE DE WATIGNIES. DÉBLOCUS DE MAUBEUGE.--REPRISE DES
OPÉRATIONS EN VENDÉE.--VICTOIRE DE COLLET. FUITE ET DISPERSION DES VENDÉENS
AU DELA DE LA LOIRE.--MORT DE LA PLUPART DE LEURS PRINCIPAUX CHEFS.--ÉCHECS
SUR LE RHIN. PERTE DES LIGNES DE WISSEMBOURG.


Chaque revers réveillait l'énergie révolutionnaire, et cette énergie
ramenait les succès. Il en avait toujours été ainsi pendant cette campagne
mémorable. Depuis la défaite de Nerwinde jusqu'au mois d'août, une série
continuelle de désastres avait enfin provoqué des efforts désespérés.
L'anéantissement du fédéralisme, la défense de Nantes, la victoire
d'Hondschoote, le déblocus de Dunkerque, avaient été le résultat de ces
efforts. De nouveaux revers à Menin, à Pirmasens, aux Pyrénées, à Torfou et
Coron dans la Vendée, venaient d'exciter un nouveau redoublement d'énergie
qui devait amener des succès décisifs sur tous les théâtres de la guerre.

Le siége de Lyon était de toutes les opérations, celle dont on attendait la
fin avec le plus d'impatience. Nous avons laissé Dubois-Crancé campé devant
cette ville, avec cinq mille hommes de troupes réglées, et sept à huit
mille réquisitionnaires. Il était menacé d'avoir bientôt sur ses derrières
les Sardes que la faible armée des grandes-Alpes ne pouvait plus arrêter.
Comme nous avons déjà dit, il s'était placé au Nord, entre la Saône et le
Rhône, en présence des redoutes de la Croix-Rousse, et non sur les hauteurs
de Sainte-Foy et de Fourvières, situées à l'ouest, et par lesquelles on
aurait dû diriger la véritable attaque. Le motif de cette préférence était
fondé sur plus d'une raison. Il importait avant tout de rester en
communication avec la frontière des Alpes, où se trouvait le gros de
l'armée républicaine, et d'où les Piémontais pouvaient venir au secours des
Lyonnais. On avait encore l'avantage, dans cette position, d'occuper le
cours supérieur des deux fleuves, et d'intercepter les vivres qui
descendaient la Saône et le Rhône. Il est vrai que l'ouest restait ainsi
ouvert aux Lyonnais, et qu'ils pouvaient faire des excursions continuelles
vers Saint-Étienne et Montbrison: mais tous les jours on annonçait
l'arrivée des contingens du Puy-de-Dôme, et une fois ces nouvelles
réquisitions réunies, Dubois-Crancé pouvait achever le blocus du côté de
l'ouest, et choisir alors le véritable point d'attaque. En attendant, il
se contentait de serrer l'ennemi de près, de canonner la Croix-Rousse au
nord, et de commencer ses lignes à l'est, devant le pont de la Guillotière.
Le transport des munitions était difficile et lent; il fallait les faire
venir de Grenoble, du fort Barraux, de Briançon, d'Embrun, et leur faire
parcourir ainsi jusqu'à soixante lieues de montagnes. Ces charrois
extraordinaires ne pouvaient avoir lieu que par voie de réquisition forcée
et en mettant en mouvement cinq mille chevaux; car on avait à transporter
devant Lyon quatorze mille bombes, trente-quatre mille boulets, trois cents
milliers de poudre, huit cent mille cartouches, et cent trente bouches à
feu.

Dès les premiers jours du siége, on annonçait la marche des Piémontais qui
débouchaient du petit Saint-Bernard et du Mont-Cénis. Kellermann partit
aussitôt sur les pressantes instances du département de l'Isère, et laissa
le général Dumuy pour le remplacer à Lyon. Du reste, Dumuy ne le remplaçait
qu'en apparence, car Dubois-Crancé, représentant et ingénieur habile,
dirigeait lui seul toutes les opérations du siége. Pour hâter la levée des
réquisitions du Puy-de-Dôme, Dubois-Crancé détacha le général Nicolas avec
un petit corps de cavalerie; mais celui-ci fut enlevé dans le Forez, et
livré aux Lyonnais. Dubois-Crancé y envoya alors mille hommes de bonnes
troupes, avec le représentant Javoques. La mission de celui-ci fut plus
heureuse; Il contint les aristocrates de Montbrison et de Saint-Étienne, et
fit lever environ sept à huit mille paysans, qu'il amena devant Lyon.
Dubois-Crancé les plaça au pont d'Oullins, situé au nord-ouest de Lyon, et
de manière à gêner les communications de la place avec le Forez. Il fit
approcher le député Reverchon, qui, à Mâcon, avait réuni quelques mille
réquisitionnaires, et le plaça sur le haut de la Saône tout à fait au nord.
De cette manière, le blocus commençait à être un peu plus rigoureux; mais
les opérations étaient lentes, et les attaques de vive force impossibles.
Les fortifications de la Croix-Rousse, entre Rhône et Saône, devant
lesquelles se trouvait le corps principal, ne pouvaient être emportées par
un assaut. Du côté de l'est et de la rive gauche du Rhône, le pont Morand
était défendu par une redoute en fer à cheval, très habilement construite.
A l'ouest, les hauteurs décisives de Sainte-Foy et Fourvières ne pouvaient
être enlevées que par une armée vigoureuse, et pour le moment il ne fallait
songer qu'à intercepter les vivres, à serrer la ville, et à l'incendier.
Depuis le commencement d'août jusqu'au milieu de septembre, Dubois-Crancé
n'avait pu faire autre chose, et à Paris on se plaignait de ses lenteurs
sans vouloir en apprécier les motifs. Cependant il avait causé de grands
dommages à cette malheureuse cité. L'incendie avait dévoré la magnifique
place de Bellecour, l'arsenal, le quartier Saint-Clair, le port du Temple,
et avait endommagé surtout le bel édifice de l'hôpital, qui s'élève si
majestueusement sur la rive du Rhône. Les Lyonnais n'en résistaient pas
moins avec la plus grande opiniâtreté. On avait répandu parmi eux la
nouvelle que cinquante mille Piémontais allaient déboucher sur leur ville;
l'émigration les comblait de promesses, sans venir cependant se jeter au
milieu d'eux, et ces braves commerçans, sincèrement républicains, étaient,
par leur fausse position, réduits à désirer le secours funeste et honteux
de l'émigration et de l'étranger. Leurs sentimens éclatèrent plus d'une
fois d'une manière non équivoque. Précy ayant voulu arborer le drapeau
blanc, en avait bientôt senti l'impossibilité. Un papier obsidional ayant
été créé pour les besoins du siége, et des fleurs de lis se trouvant sur le
filigrane de ce papier, il fallut le détruire et en fabriquer un autre.
Ainsi les Lyonnais étaient républicains; mais la crainte des vengeances de
la convention, et les fausses promesses de Marseille, de Bordeaux, de Caen,
et surtout de l'émigration, les avaient entraînés dans un abîme de fautes
et de malheurs.

Tandis qu'ils se nourrissaient de l'espoir de voir arriver cinquante mille
Sardes, la convention avait ordonné aux représentans Couthon, Maignet et
Châteauneuf-Randon, de se rendre en Auvergne et dans les départemens
environnans, pour y déterminer une levée eu masse, et Kellermann courait
dans les vallées des Alpes au devant des Piémontais.

Une belle occasion s'offrait encore ici aux Piémontais d'effectuer une
tentative hardie et grande, qui n'aurait pu manquer d'être heureuse:
c'était de réunir leurs principales forces sur le petit Saint-Bernard, et
de déboucher sur Lyon avec cinquante mille hommes. On sait que les trois
vallées de Sallenche, de la Tarentaise et de la Maurienne, adjacentes l'une
à l'autre, tournent sur elles-mêmes comme une espèce de spirale, et que,
partant du petit Saint-Bernard, elles s'ouvrent sur Genève, Chambéry, Lyon
et Grenoble. De petits corps français étaient éparpillés dans ces vallées.
Descendre rapidement par l'une d'elles, et venir se placer à leur
ouverture, était un moyen assuré, d'après tous les principes de l'art, de
faire tomber les détachemens engagés dans les montagnes, et de leur faire
mettre bas les armes. On devait peu craindre l'attachement des Savoyards
pour les Français; car les assignats et les réquisitions ne leur avaient
encore fait connaître de la liberté que ses dépenses et ses rigueurs. Le
duc de Montferrat, chargé de l'expédition, ne prit avec lui que vingt à
vingt-cinq mille hommes, jeta un corps à sa droite, dans la vallée de
Sallenche, descendit avec son corps principal dans la Tarentaise, et laissa
le général Gordon parcourir la Maurienne avec l'aile gauche. Son mouvement,
commencé le 14 août, dura jusqu'en septembre, tant il y mit de lenteur. Les
Français, quoique très inférieurs eu nombre, opposèrent une résistance
énergique, et firent durer la retraite pendant dix-huit jours. Arrivé à
Moustier, le duc de Montferrat chercha à se lier avec Gordon, sur la chaîne
du Grand-Loup, qui sépare les deux vallées de la Tarentaise et de la
Maurienne, et ne songea nullement à marcher rapidement sur Conflans, point
de réunion des vallées. Cette lenteur et ses vingt-cinq mille hommes
prouvent assez s'il avait envie d'aller à Lyon.

Pendant ce temps, Kellermann, accouru de Grenoble, avait fait lever les
gardes nationales de l'Isère et des départemens environnans. Il avait
ranimé les Savoyards qui commençaient à craindre les vengeances du
gouvernement piémontais, et il était parvenu à réunir à peu près douze
mille hommes. Alors il fit renforcer le corps de la vallée de Sallenche, et
se porta vers Conflans, à l'issue des deux vallées de la Tarentaise et de
la Maurienne. C'était vers le 10 septembre. Dans ce moment, l'ordre de
marcher en avant arrivait au duc de Montferrat. Mais Kellermann prévint les
Piémontais, osa les attaquer dans la position d'Espierre qu'ils avaient
prise sur la chaîne du Grand-Loup, afin de communiquer entre les deux
vallées. Ne pouvant aborder cette position de front, il la fit tourner par
un corps détaché. Ce corps, formé de soldats à moitié nus, fit pourtant des
efforts héroïques, et, à force de bras, éleva les canons sur des hauteurs
presque inaccessibles. Tout à coup l'artillerie française tonna inopinément
sur la tête des Piémontais, qui en furent épouvantés; Gordon se retira
aussitôt dans la vallée de Maurienne sur Saint-Michel; le duc de Montferrat
se reporta au milieu de la vallée de la Tarentaise. Kellermann, ayant fait
inquiéter celui-ci sur ses flancs, l'obligea bientôt à remonter jusqu'à
Saint-Maurice et à Saint-Germain, et enfin il le rejeta, le 4 octobre,
au-delà des Alpes. Ainsi la campagne courte et heureuse qu'auraient pu
faire les Piémontais en débouchant avec une masse double, et en descendant
par une seule vallée sur Chambéry et Lyon, manqua ici par les mêmes raisons
qui avaient fait manquer toutes les tentatives des coalisés, et qui avaient
sauvé la France.

Pendant que les Sardes étaient repoussés au-delà des Alpes, les trois
députés envoyés dans le Puy-de-Dôme pour y déterminer une levée en masse,
soulevaient les campagnes en prêchant une espèce de croisade, et en
persuadant que Lyon, loin de défendre la cause républicaine, était le
rendez-vous des factions de l'émigration et de l'étranger. Le paralytique
Couthon, plein d'une activité que ses infirmités ne pouvaient ralentir,
excita un mouvement général; il fit partir d'abord Maignet et Châteauneuf
avec une première colonne de douze mille hommes, et resta en arrière pour
en amener encore une de vingt-cinq mille, et pour faire les réquisitions de
vivres nécessaires. Dubois-Crancé plaça les nouvelles levées du côté de
l'ouest vers Sainte-Foy, et compléta ainsi le blocus. Il reçut en même
temps un détachement de la garnison de Valenciennes, qui, d'après les
traités, ne pouvait, comme celle de Mayence, servir que dans l'intérieur;
il plaça des détachemens de troupes réglées en avant des troupes de
réquisitions, de manière à former de bonnes têtes de colonnes. Son armée
pouvait se composer alors de vingt-cinq mille réquisitionnaires, et de huit
ou dix mille soldats aguerris.

Le 24, à minuit, il fit enlever la redoute du pont d'Oullins, qui
conduisait au pied des hauteurs de Sainte-Foy. Le lendemain, le général
Doppet, Savoyard, qui s'était distingué sous Carteaux dans la guerre contre
les Marseillais, arriva pour remplacer Kellermann. Celui-ci venait d'être
destitué à cause de la tiédeur de son zèle, et on ne lui avait laissé
quelques jours de commandement que pour lui donner le temps d'achever son
expédition contre les Piémontais. Le général Doppet se concerta de suite
avec Dubois-Crancé pour l'assaut des hauteurs de Sainte-Foy. Tous les
préparatifs furent faits pour la nuit du 28 au 29 septembre. Des attaques
simultanées furent dirigées au nord vers la Croix-Rousse, à l'est en face
du pont Morand, au midi par le pont de la Mulatière, qui est placé
au-dessous de la ville; au confluent de la Saône et du Rhône. L'attaque
sérieuse dut avoir lieu par le pont d'Oullins sur Sainte-Foy. Elle ne
commença que le 29, à cinq heures du matin, une heure ou deux après les
trois autres. Doppet, enflammant ses soldats, se précipite avec eux sur une
première redoute et les entraîne sur la seconde avec la plus grande
vivacité. Le grand et le petit Sainte-Foy sont emportés. Pendant ce temps,
la colonne chargée d'attaquer le pont de la Mulatière parvient à s'en
emparer, et pénètre dans l'isthme à la pointe duquel se réunissent les deux
fleuves. Elle allait s'introduire dans Lyon, lorsque Précy, accourant avec
sa cavalerie, parvient à la repousser, et à sauver la place. De son côté,
le chef d'artillerie Vaubois, qui avait dirigé sur le pont Morand une
attaque des plus vives, pénétra dans la redoute en fer à cheval, mais il
fut obligé de l'abandonner.

De toutes ces attaques, une seule avait complètement réussi, mais c'était
la principale, celle de Sainte-Foy. Il restait maintenant à passer des
hauteurs de Sainte-Foy à celles de Fourvières, bien plus régulièrement
retranchées, et bien plus difficiles à emporter. L'avis de Dubois-Crancé,
qui agissait systématiquement, et en savant militaire, était de ne pas
s'exposer aux chances d'un nouvel assaut, et voici ses raisons: il savait
que les Lyonnais, réduits à manger de la farine de pois, n'avaient de
vivres que pour quelques jours encore, et qu'ils allaient être obligés de
se rendre. Il les avait trouvés très braves à la défense de la Mulatière et
du pont Morand; il craignait qu'une attaque sur les hauteurs de Fourvières
ne réussît pas, et qu'un échec ne désorganisât l'armée, et n'obligeât à
lever le siége. «Ce qu'on peut faire, disait-il, de plus heureux pour des
assiégés braves et désespérés, c'est de leur fournir l'occasion de se
sauver par un combat. Laissons-les périr par l'effet de quelques jours de
famine.»

Couthon arrivait dans ce moment, 2 octobre, avec une nouvelle levée de
vingt-cinq mille paysans de l'Auvergne. «J'arrive, écrivait-il, avec mes
rochers de l'Auvergne, et je vais les précipiter dans le faubourg de
Vaise.» Il trouva Dubois-Crancé au milieu d'une armée dont il était le chef
absolu, où il avait établi les règles de la subordination militaire, et où
il portait plus souvent son habit d'officier supérieur que celui de
représentant du peuple. Couthon fut irrité de voir un représentant
remplacer l'égalité par la hiérarchie militaire, et ne voulut pas surtout
entendre parler de guerre régulière. «Je n'entends rien, dit-il, à la
tactique; j'arrive avec le peuple; sa sainte colère emportera tout. Il faut
inonder Lyon de nos masses, et l'emporter de vive force. D'ailleurs j'ai
promis congé à mes paysans pour lundi, et il faut qu'ils aillent faire
leurs vendanges.» On était alors au mardi. Dubois-Crancé, homme de métier,
habitué aux troupes réglées, témoigna quelque mépris pour ces paysans
confusément amassés et mal armés; il proposa de choisir parmi eux les plus
jeunes, de les incorporer dans les bataillons déjà organisés, et de
renvoyer les autres. Couthon ne voulut écouter aucun de ces conseils de
prudence, et fit décider sur-le-champ qu'on attaquerait Lyon de vive force
sur tous les points, avec les soixante mille hommes dont on disposait; car
telle était maintenant la force de l'armée avec cette nouvelle levée. Il
écrivit en même temps au comité de salut public pour faire révoquer
Dubois-Crancé. L'attaque fut résolue dans le conseil de guerre pour le 8
octobre.

La révocation de Dubois-Crancé et de son collègue Gauthier arriva dans
l'intervalle. Les Lyonnais avaient une grande horreur de Dubois-Crancé,
que depuis deux mois ils voyaient acharné contre leur ville, et ils
disaient qu'ils ne voulaient pas se rendre à lui. Le 7, Couthon leur fit
une dernière sommation, et leur écrivit que c'était lui, Couthon, et les
représentans Maignet et Laporte que la convention chargeait de la poursuite
du siége. Le feu fut suspendu jusqu'à quatre heures du soir, et recommença
alors avec une extrême violence. On allait se préparer à l'assaut, quand
une députation vint négocier au nom des Lyonnais. Il paraît que le but de
cette négociation était de donner à Précy et à deux mille des habitans les
plus compromis le temps de se sauver en colonne serrée. Ils profitèrent en
effet de cet intervalle, et sortirent par le faubourg de Vaise pour se
retirer vers la Suisse.

Les pourparlers étaient à peine commencés, qu'une colonne républicaine
pénétra jusqu'au faubourg Saint-Just. Il n'était plus temps de faire des
conditions, et d'ailleurs la convention n'en voulait pas. Le 9, l'armée
entra, ayant les représentans en tête. Les habitans s'étaient cachés, mais
tous les montagnards persécutés sortirent en foule au devant de l'armée
victorieuse, et lui composèrent une espèce de triomphe populaire. Le
général Doppet fit observer la plus exacte discipline à ses troupes, et
laissa aux représentans le soin d'exercer eux-mêmes sur cette ville
infortunée les vengeances révolutionnaires.

Pendant ce temps, Précy, avec ses deux mille fugitifs, marchait vers la
Suisse. Mais Dubois-Crancé, prévoyant que ce serait là son unique
ressource, avait depuis long-temps fait garder tous les passages. Les
malheureux Lyonnais furent poursuivis, dispersés et tués par les paysans.
Il n'y en eut que quatre-vingts qui, avec Précy, parvinrent à atteindre le
territoire helvétique.

A peine entré, Couthon réintégra l'ancienne municipalité montagnarde, et
lui donna mission de chercher et de désigner les rebelles. Il chargea une
commission populaire de les juger militairement. Il écrivit ensuite à Paris
qu'il y avait à Lyon trois classes d'habitans: 1º les riches coupable; 2º
les riches égoïstes, 3º les ouvriers ignorans, détachés de toute espèce de
cause, et incapables de bien comme de mal. Il fallait guillotiner les
premiers et détruire leurs maisons, faire contribuer les seconds de toute
leur fortune, dépayser enfin les derniers, et les remplacer par une colonie
républicaine.

La prise de Lyon produisit à Paris la plus grande joie, et dédommagea des
mauvaises nouvelles de la fin de septembre. Cependant, malgré le succès, on
se plaignit des lenteurs de Dubois-Crancé, on lui imputa la fuite des
Lyonnais par le faubourg de Vaise, fuite qui d'ailleurs n'en avait sauvé
que quatre-vingts. Couthon surtout l'accusa de s'être fait général absolu
dans son armée, de s'être plus souvent montré avec son costume d'officier
supérieur qu'avec celui de représentant, d'avoir affiché la morgue d'un
tacticien, d'avoir enfin voulu faire prévaloir le système des siéges
réguliers sur celui des attaques en masse. Aussitôt une enquête fut faite
par les jacobins contre Dubois-Crancé, dont l'activité et la vigueur
avaient cependant rendu tant de services à Grenoble, dans le Midi et devant
Lyon. En même temps, le comité de salut public prépara des décrets
terribles, afin de rendre plus formidable et plus obéie l'autorité de la
convention. Voici le décret qui fut présenté par Barrère et rendu
sur-le-champ:

«Art. 1er. Il sera nommé par la convention nationale, sur la présentation
du comité de salut public, une commission de cinq représentans du peuple,
qui se transporteront à Lyon sans délai, pour faire saisir et juger
militairement tous les contre-révolutionnaires qui ont pris les armes dans
cette ville.

«2. Tous les Lyonnais seront désarmés; les armes seront données à ceux qui
seront reconnus n'avoir point trempé dans la révolte, et aux défenseurs de
la patrie.

«3. La ville de Lyon sera détruite.

«4. Il n'y sera conservé que la maison du pauvre, les manufactures, les
ateliers des arts, les hôpitaux, les monuments publics et ceux de
l'instruction.

«5. Cette ville cessera de s'appeler Lyon. Elle s'appellera
_Commune-Affranchie_.

«6. Sur les débris de Lyon sera élevé un monument où seront lus ces mots:
_Lyon fit la guerre à la liberté, Lyon n'est plus[4]!_»

La nouvelle de la prise de Lyon fut aussitôt annoncée aux deux armées du
Nord et de la Vendée, où devaient se porter les coups décisifs, et une
proclamation les invita à imiter l'armée de Lyon. On disait à l'armée du
Nord: «L'étendard de la liberté flotte sur les murs de Lyon, et les
purifie. Voilà le présage de la victoire; la victoire appartient au
courage. Elle est à vous; frappez, exterminez les satellites des
tyrans!.... La patrie vous regarde, la convention seconde votre généreux
dévouement; encore quelques jours, les tyrans ne seront plus, et la
république vous devra son bonheur et sa gloire!» On disait aux soldats de
la Vendée: «Et vous aussi, braves soldats, vous remporterez une victoire;
il y a assez long-temps que la Vendée fatigue la république; marchez,
frappez, finissez! Tous nos ennemis doivent succomber à la fois: chaque
armée va vaincre. Seriez-vous les derniers à moissonner des palmes, à
mériter la gloire d'avoir exterminé les rebelles et sauvé la patrie?»

Le comité, comme on voit, n'oubliait rien pour tirer le plus grand parti de
la prise de Lyon. Cet événement, en effet, était de la plus haute
importance. Il délivrait l'est de la France des derniers restes de
l'insurrection, et ôtait toute espérance aux émigrés intrigant en Suisse,
et aux Piémontais qui ne pouvaient compter à l'avenir sur aucune diversion.
Il comprimait le Jura, assurait les derrières de l'armée du Rhin,
permettait de porter devant Toulon et les Pyrénées des secours en hommes et
en matériel devenus indispensables; il intimidait enfin toutes les villes
qui avaient eu du penchant à s'insurger, et assurait leur soumission
définitive.

C'est au nord que le comité voulait déployer le plus d'énergie, et qu'il
faisait aux généraux et aux soldats un devoir d'en montrer davantage.
Tandis que Custine venait de porter sa tête sur l'échafaud, Houchard, pour
n'avoir pas fait à Dunkerque tout ce qu'il aurait pu, était envoyé au
tribunal révolutionnaire. Les derniers reproches adressés au comité, en
septembre dernier, l'avaient obligé de renouveler tous les états-majors. Il
venait de les recomposer entièrement, et d'élever aux plus hauts grades de
simples officiers. Houchard, colonel au commencement de la campagne, et,
avant qu'elle fût finie, devenu général en chef, et maintenant accusé
devant le tribunal révolutionnaire; Hoche, simple officier au siége de
Dunkerque, et promu aujourd'hui au commandement de l'armée de la Moselle;
Jourdan, chef de bataillon, puis commandant au centre le jour
d'Hondschoote, et enfin nommé général en chef de l'armée du Nord, étaient
de frappans exemples des vicissitudes de la fortune dans ces armées
républicaines. Ces promotions subites empêchaient que soldats, officiers,
et généraux, eussent le temps de se connaître et de s'accorder de la
confiance; mais elles donnaient une idée terrible de cette volonté qui
frappait ainsi sur toutes les existences, non pas seulement dans le cas
d'une trahison prouvée, mais seulement pour un soupçon, pour une
insuffisance de zèle, pour une demi-victoire; et il en résultait un
dévouement absolu de la part des armées, et des espérances sans bornes chez
les génies assez hardis pour braver les dangereuses chances du généralat.

C'est à cette époque qu'il faut rapporter les premiers progrès de l'art de
la guerre. Sans doute, les principes de cet art avaient été connus et
pratiqués de tous les temps par les capitaines qui joignaient l'audace
d'esprit à l'audace de caractère. Tout récemment encore, Frédéric venait de
donner l'exemple des plus belles combinaisons stratégiques. Mais dès que
l'homme de génie disparaît pour faire place aux hommes ordinaires, l'art de
la guerre retombe dans la circonspection et la routine. On combat
éternellement pour la défense ou l'attaque d'une ligne, on devient habile à
calculer les avantages d'un terrain, à y adapter chaque espèce d'arme;
mais, avec tous ces moyens, on dispute pendant des années entières une
province qu'un capitaine hardi pourrait gagner en une manoeuvre; et cette
prudence de la médiocrité sacrifie plus de sang que la témérité du génie,
car elle consomme les hommes sans résultats. Ainsi avaient fait les savans
tacticiens de la coalition. A chaque bataillon ils en opposaient un autre;
ils gardaient toutes les routes menacées par l'ennemi; et tandis qu'avec
une marche hardie ils auraient pu détruire la révolution, ils n'osaient
faire un pas, de peur de se découvrir. L'art de la guerre était à
régénérer. Former une masse compacte, la remplir de confiance et d'audace,
la porter promptement au-delà d'un fleuve, d'une chaîne de montagnes, et
venir frapper un ennemi qui ne s'y attend pas, en divisant ses forces, en
l'isolant de ses ressources, en lui prenant sa capitale, était un art
difficile et grand qui exigeait du génie, et qui ne pouvait se développer
qu'au milieu de la fermentation révolutionnaire.

La révolution, en mettant en mouvement tous les esprits, prépara l'époque
des grandes combinaisons militaires. D'abord elle suscita pour sa cause des
masses d'hommes énormes, et bien autrement considérables que toutes celles
qui furent jamais soulevées pour la cause des rois. Ensuite elle excita une
impatience de succès extraordinaires, dégoûta des combats lents et
méthodiques, et suggéra l'idée des irruptions soudaines et nombreuses sur
un même point. De tous côtés on disait: il faut nous battre en masse.
C'était le cri des soldats sur toutes les frontières, et des jacobins dans
les clubs. Couthon, arrivant à Lyon, avait répondu à tous les raisonnemens
de Dubois-Crancé, en disant qu'il fallait livrer l'assaut en masse. Enfin
Barrère avait fait un rapport habile et profond, où il montrait que la
cause de nos revers était dans les combats de détail. Ainsi, en formant des
masses, en les remplissant d'audace, en les affranchissant de toute
routine, en leur imprimant l'esprit et le courage des innovations, la
révolution prépara la renaissance de la grande guerre. Ce changement ne
pouvait pas s'opérer sans désordre. Des paysans, des ouvriers, transportés
sur les champs de bataille, n'y apportaient le premier jour que
l'ignorance, l'indiscipline et les terreurs paniques, effets naturels
d'une mauvaise organisation. Les représentans, qui venaient souffler les
passions révolutionnaires dans les camps, exigeaient souvent l'impossible,
et commettaient des iniquités à l'égard de braves généraux. Dumouriez,
Custine, Houchard, Brunet, Canclaux, Jourdan, périrent ou se retirèrent
devant ce torrent; mais en un mois, ces ouvriers, d'abord jacobins
déclamateurs, devenaient des soldats dociles et braves; ces représentans
communiquaient une audace et une volonté extraordinaires aux armées; et, à
force d'exigences et de changemens, ils finissaient par trouver les génies
hardis qui convenaient aux circonstances.

Enfin un homme vint régulariser ce grand mouvement: ce fut Carnot.
Autrefois officier du génie, et depuis membre de la convention et du comité
de salut public; partageant en quelque sorte son inviolabilité, il put
impunément introduire de l'ordre dans des opérations trop décousues, et
surtout leur imprimer un ensemble qu'avant lui aucun ministre n'eût été
assez obéi pour leur imposer. L'une des principales causes de nos revers
précédens, c'était la confusion qui accompagne une grande fermentation. Le
comité établi et devenu irrésistible, et Carnot étant revêtu de toute la
puissance de ce comité, on obéit à la pensée de l'homme sage qui, calculant
sur l'ensemble, prescrivait des mouvemens parfaitement coordonnés entre
eux, et tendant à un même but. Des généraux ne pouvaient plus, comme
Dumouriez ou Custine avaient fait autrefois, agir chacun de leur côté, en
attirant toute la guerre et tous les moyens à eux. Des représentans ne
pouvaient plus ordonner ni contrarier des manoeuvres, ni modifier les
ordres supérieurs. Il fallait obéir à la volonté suprême du comité, et se
conformer au plan uniforme qu'il avait prescrit. Placé ainsi au centre,
planant sur toutes les frontières, l'esprit de Carnot, en s'élevant, dut
s'agrandir; il conçut des plans étendus, dans lesquels la prudence se
conciliait avec la hardiesse. L'instruction envoyée à Houchard en est la
preuve. Sans doute, ses plans avaient quelquefois l'inconvénient des plans
formés dans des bureaux: quand ses ordres arrivaient, ils n'étaient ni
toujours convenables aux lieux, ni exécutables dans le moment, mais ils
rachetaient par l'ensemble l'inconvénient des détails, et nous assurèrent,
l'année suivante, des triomphes universels.

Carnot était accouru sur la frontière du Nord auprès de Jourdan. La
résolution était prise d'attaquer hardiment l'ennemi, quoiqu'il parût
formidable. Carnot demanda un plan au général pour juger ses vues et les
concilier avec celles du comité, c'est-à-dire avec les siennes. Les
coalisés, revenus de Dunkerque vers le milieu de la ligne, s'étaient
réunis entre l'Escaut et la Meuse, et formaient là une masse redoutable qui
pouvait porter des coups décisifs. Nous avons déjà fait connaître le
théâtre de la guerre. Plusieurs lignes partagent l'espace compris entre la
Meuse et la mer; c'est la Lys, la Scarpe, l'Escaut et la Sambre. Les
alliés, en prenant Condé et Valenciennes, s'étaient assuré deux points
importans sur l'Escaut. Le Quesnoy, dont ils venaient de s'emparer, leur
donnait un appui entre l'Escaut et la Sambre; mais ils n'en avaient aucun
sur la Sambre même. Ils songèrent à Maubeuge, qui, par sa position sur la
Sambre, les aurait rendus à peu près maîtres de l'espace compris entre
cette rivière et la Meuse. A l'ouverture de la campagne prochaine,
Valenciennes et Maubeuge leur auraient fourni ainsi une base excellente
d'opérations, et leur campagne de 1793 n'eût pas été entièrement inutile.
Leur dernier projet consista donc à occuper Maubeuge.

Du côté des Français, chez lesquels l'esprit de combinaison commençait à se
développer, on imagina d'agir par Lille et Maubeuge, sur les deux ailes de
l'ennemi, et, en le débordant ainsi sur ses deux flancs, on espéra de faire
tomber son centre. On s'exposait, il est vrai, de cette manière, à essuyer
tout son effort sur l'une ou sur l'autre des deux ailes, et on lui
laissait tout l'avantage de sa masse; mais il y avait certainement moins de
routine dans cette conception que dans les précédentes. Cependant le plus
pressant était de secourir Maubeuge. Jourdan, laissant à peu près cinquante
mille hommes dans les camps de Gavrelle, de Lille et de Cassel, pour former
son aile gauche, réunissait à Guise le plus de monde possible. Il avait
composé une masse d'environ quarante-cinq mille hommes, déjà organisés, et
faisait enrégimenter en toute hâte les nouvelles levées provenant de la
réquisition permanente. Cependant ces levées étaient dans un tel désordre,
qu'il fallut laisser des détachemens de troupes de ligne pour les garder.
Jourdan fixa donc à Guise le rendez-vous de toutes les recrues, et s'avança
sur cinq colonnes au secours de Maubeuge.

Déjà l'ennemi avait investi cette place. Comme celles de Valenciennes et de
Lille, elle était soutenue par un camp retranché, placé sur la rive droite
de la Sambre, du côté même par lequel s'avançaient les Français. Deux
divisions, celles des généraux Desjardins et Mayer, gardaient le cours de
la Sambre, l'une au-dessus, l'autre au-dessous de Maubeuge. L'ennemi, au
lieu de s'avancer en deux masses serrées, et de refouler Desjardins sur
Maubeuge, et de rejeter Mayer en arrière sur Charleroy, où il eût été
perdu, passa la Sambre en petites masses, et laissa les deux divisions
Desjardins et Mayer se rallier dans le camp retranché de Maubeuge. C'était
fort bien d'avoir séparé Desjardins de Jourdan, et de l'avoir empêché ainsi
de grossir l'armée active des Français; mais en laissant Mayer se réunir à
Desjardins, on avait permis à ces deux généraux de former sous Maubeuge un
corps de vingt mille hommes, qui pouvait sortir du rôle de simple garnison,
surtout à l'approche de la grande armée de Jourdan. Cependant la difficulté
de nourrir ce nombreux rassemblement était un inconvénient des plus graves
pour Maubeuge, et pouvait, jusqu'à un certain point, excuser les généraux
ennemis d'avoir permis la jonction.

Le prince de Cobourg plaça les Hollandais, au nombre de douze mille, sur la
rive gauche de la Sambre, et s'attacha à faire incendier les magasins de
Maubeuge, pour augmenter la disette. Il porta le général Colloredo sur la
rive droite, et le chargea d'investir le camp retranché. En avant de
Colloredo, Clerfayt avec trois divisions forma le corps d'observation, et
dut s'opposer à la marche de Jourdan. Les coalisés comptaient à peu près
soixante-cinq mille hommes.

Avec de l'audace et du génie, le prince de Cobourg aurait laissé quinze ou
vingt mille hommes au plus pour contenir Maubeuge; il aurait marché
ensuite avec quarante-cinq ou cinquante mille sur le général Jourdan, et
l'aurait battu infailliblement; car, avec l'avantage de l'offensive, et à
nombre égal, ses troupes devaient l'emporter sur les nôtres encore mal
organisées. Au lieu d'adopter ce plan, le prince de Cobourg laissa environ
trente-cinq mille hommes autour de la place, et resta en observation avec
environ trente mille, dans les positions de Dourlers et Watignies.

Dans cet état de choses, il n'était pas impossible au général Jourdan de
percer sur un point la ligne occupée par le corps d'observation, de marcher
sur Colloredo qui faisait l'investissement du camp retranché, de le mettre
entre deux feux, et, après l'avoir accablé, de s'adjoindre l'armée entière
de Maubeuge, de former avec elle une masse de soixante mille hommes, et de
battre tous les coalisés placés sur la rive droite de la Sambre. Pour cela,
il fallait diriger une seule attaque sur Watignies, point le plus faible;
mais, en se portant exclusivement de ce côté, on laissait ouverte la route
d'Avesnes qui aboutissait à Guise, où était notre base et le lieu de la
réunion de tous les dépôts. Le général français préféra un plan plus
prudent, mais moins fécond, et fit attaquer le corps d'observation sur
quatre points, de manière à garder toujours la route d'Avesnes et de Guise.
A sa gauche, il détacha la division Fromentin sur Saint-Waast, avec ordre
de marcher entre la Sambre et la droite de l'ennemi. Le général Balland,
avec plusieurs batteries, dut se placer au centre, en face de Dourlers,
pour contenir Clerfayt par une forte canonnade. Le général Duquesnoy
s'avança avec la droite sur Watignies, qui formait la gauche de l'ennemi,
un peu en arrière de la position centrale de Dourlers. Ce point n'était
occupé que par un faible corps. Une quatrième division, celle du général
Beauregard, placée encore au-delà de la droite, dut seconder Duquesnoy dans
son attaque sur Watignies. Ces divers mouvemens étaient peu liés, et ne
portaient pas sur les points décisifs. Ils s'effectuèrent le 15 octobre au
matin. Le général Fromentin s'empara de Saint-Waast; mais n'ayant pas pris
la précaution de longer les bois pour se tenir à l'abri de la cavalerie, il
fut assailli et rejeté dans le ravin de Saint-Rémy. Au centre, où l'on
croyait Fromentin maître de Saint-Waast, et où l'on savait que la droite
avait réussi à s'approcher de Watignies, on voulut passer outre, et au lieu
de canonner Dourlers, on songea à s'en emparer. Il paraît que ce fut l'avis
de Carnot, qui décida l'attaque malgré le général Jourdan. Notre infanterie
se jeta dans le ravin qui la séparait de Dourlers, gravit le terrain sous
un feu meurtrier, et arriva sur un plateau où elle avait en tête des
batteries formidables, et en flanc une nombreuse cavalerie prête à la
charger. Dans ce même instant, un nouveau corps, qui venait de contribuer à
mettre Fromentin en déroute, menaçait encore de la déborder sur sa gauche.
Le général Jourdan s'exposa au plus grand danger pour la maintenir; mais
elle plia, se jeta en désordre dans le ravin, et très heureusement reprit
ses positions sans avoir été poursuivie. Nous avions perdu près de mille
hommes à cette tentative, et notre gauche sous Fromentin avait perdu son
artillerie. Le général Duquesnoy, à la droite, avait seul réussi, en
parvenant à s'approcher de Watignies.

Après cette tentative, la position était mieux connue des Français. Ils
sentirent que Dourlers était trop défendu pour diriger sur ce point
l'attaque principale; que Watignies, à peine gardé par le général Trécy, et
placé en arrière de Dourlers, était facile à emporter, et que ce village
une fois occupé par le gros de nos forces, la position de Dourlers tombait
nécessairement. Jourdan détacha donc six à sept mille hommes vers sa
droite, pour renforcer le général Duquesnoy; il ordonna au général
Beauregard, trop éloigné avec sa quatrième colonne, de se rabattre d'Eule
sur Obrechies, de manière à opérer un effort concentrique sur Watignies,
conjointement avec le général Duquesnoy; mais il persista à continuer sa
démonstration sur le centre, et à faire marcher Fromentin vers la gauche,
afin d'embrasser toujours le front entier de l'ennemi.

Le lendemain 16, l'attaque commença. Notre infanterie débouchant par les
trois villages de Dinant, Demichaux et Choisy, aborda Watignies. Les
grenadiers autrichiens, qui liaient Watignies à Dourlers, furent rejetés
dans les bois. La cavalerie ennemie fut contenue par l'artillerie légère
disposée à propos, et Watignies fut emporté. Le général Beauregard, moins
heureux, fut surpris par une brigade que les Autrichiens avaient détachée
contre lui. Sa troupe, s'exagérant la force de l'ennemi, se débanda, et
céda une partie du terrain. A Dourlers et Saint-Waast, on s'était contenu
réciproquement; mais Watignies était occupé, et c'était l'essentiel.
Jourdan, pour s'en assurer la possession, y renforça encore une fois sa
droite de cinq ou six mille hommes. Cobourg, trop prompt à céder au danger,
se retira, malgré le succès obtenu sur Beauregard, et malgré l'arrivée du
duc d'York, qui venait à marches forcées de l'autre côté de la Sambre. Il
est probable que la crainte de voir les Français s'unir aux vingt mille
hommes du camp retranché, l'empêcha de persister à occuper la rive droite
de la Sambre. Il est certain que si l'armée de Maubeuge, au bruit du canon
de Watignies, eût attaqué le faible corps d'investissement, et tâché de
marcher vers Jourdan, les coalisés auraient pu être accablés. Les soldats
le demandaient à grands cris; mais le général Ferrand s'y opposa, et le
général Chancel, qu'on crut à tort coupable de ce refus, fut envoyé au
tribunal révolutionnaire. L'heureuse attaque de Watignies décida la levée
du siége de Maubeuge, comme celle d'Hondschoote avait décidé la levée du
siége de Dunkerque: elle fut appelée victoire de Watignies, et produisit
sur les esprits la plus grande impression.

Les coalisés se trouvaient ainsi concentrés entre l'Escaut et la Sambre. Le
comité de salut public voulut aussitôt tirer parti de la victoire de
Watignies, du découragement qu'elle avait jeté chez l'ennemi, de l'énergie
qu'elle avait rendue à notre armée, et résolut de tenter un dernier effort
qui, avant l'hiver, rejetât les coalisés hors du territoire, et les laissât
avec le sentiment décourageant d'une campagne entièrement perdue. L'avis de
Jourdan et de Carnot était opposé a celui du comité. Ils pensaient que les
pluies, déjà très abondantes, le mauvais état des chemins, la fatigue des
troupes, étaient des raisons suffisantes d'entrer dans les quartiers
d'hiver, et ils conseillaient d'employer la mauvaise saison à discipliner
et organiser l'armée. Cependant le comité insista pour qu'on délivrât le
territoire, disant que dans cette saison une défaite ne pourrait pas avoir
de grands résultats. D'après l'idée nouvellement imaginée d'agir sur les
ailes, le comité ordonna de marcher par Maubeuge et Charleroi d'un côté,
par Cysaing, Maulde et Tournay de l'autre, et d'envelopper ainsi l'ennemi
sur le territoire qu'il avait envahi. L'arrêté fut signé le 22 octobre. Les
ordres furent donnés en conséquence; l'armée des Ardennes dut se joindre à
Jourdan; les garnisons des places fortes durent en sortir, et être
remplacées par les nouvelles réquisitions.

La guerre de la Vendée venait d'être reprise avec une nouvelle activité. On
a vu que Canclaux s'était replié sur Nantes, et que les colonnes de la
Haute-Vendée étaient rentrées à Angers et à Saumur. Avant que les nouveaux
décrets qui confondaient les deux armées de la Rochelle et de Brest en une
seule, et en conféraient le commandement au général Léchelle, fussent
connus, Canclaux prépara un nouveau mouvement offensif. La garnison de
Mayence était déjà réduite, par la guerre et les maladies, à neuf ou dix
mille hommes. La division de Brest, battue sous Beysser, était presque
désorganisée. Canclaux n'en résolut pas moins une marche très-hardie au
centre de la Vendée, et en même temps il conjura Rossignol de le seconder
avec son armée. Rossignol réunit aussitôt un conseil de guerre à Saumur, le
2 octobre, et fit décider que les colonnes de Saumur, de Thouars et de la
Châtaigneraye, se réuniraient le 7 à Bressuire, et marcheraient de là à
Châtillon, pour faire concourir leur attaque avec celle de Canclaux. Il
prescrivit en même temps aux deux colonnes de Luçon et des Sables de garder
la défensive, à cause de leurs derniers revers, et des dangers qui les
menaçaient du côté de la Basse-Vendée.

Pendant ce temps, Canclaux s'était avancé le 1er octobre jusqu'à Montaigu,
poussant des reconnaissances jusqu'à Saint-Fulgent, pour tâcher de se lier
par sa droite avec la colonne de Luçon, dans le cas où elle parviendrait à
reprendre l'offensive. Enhardi par le succès de sa marche, il ordonna, le
6, à l'avant-garde, toujours commandée par Kléber, de se porter à
Tiffauges. Quatre mille Mayençais rencontrèrent l'armée de d'Elbée et de
Bonchamps à Saint-Simphorien, la mirent en déroute après un combat
sanglant, et la repoussèrent fort loin. Dans la soirée même, arriva le
décret qui destituait Canclaux, Aubert-Dubayet et Grouchy. Le
mécontentement fut très-grand dans la colonne de Mayence, et Philippeaux,
Gillet, Merlin et Rewbell, qui voyaient l'armée privée d'un excellent
général au moment où elle était exposée au centre de la Vendée, en furent
indignés. C'était sans doute une excellente mesure que de réunir le
commandement de l'Ouest sur une seule tête, mais il fallait choisir un
autre individu pour en supporter le fardeau. Léchelle était ignorant et
lâche, dit Kléber dans ses mémoires, et ne se montra jamais une seule fois
au feu. Simple officier dans l'armée de La Rochelle, on l'avança
subitement, comme Rossignol, à cause de sa réputation de patriotisme, mais
on ignorait que n'ayant ni l'esprit naturel de Rossignol, ni sa bravoure,
il était aussi mauvais soldat que mauvais général. En attendant son
arrivée, Kléber eut le commandement. On resta dans les mêmes positions
entre Montaigu et Tiffauges.

Léchelle arriva enfin le 8 octobre, et on tint un conseil de guerre en sa
présence. On venait d'apprendre la marche des colonnes de Saumur, de
Thouars et de la Châtaigneraye, sur Bressuire: il fut convenu alors qu'on
persisterait à marcher sur Cholet, où l'on se joindrait aux trois colonnes
réunies à Bressuire, et en même temps il fut ordonné au reste de la
division de Luçon de s'avancer vers le rendez-vous général. Léchelle ne
comprit rien aux raisonnemens des généraux, et approuva tout en disant: _Il
faut marcher majestueusement et en masse_. Kléber replia sa carte avec
mépris. Merlin dit qu'on avait choisi le plus ignorant des hommes pour
l'envoyer à l'armée la plus compromise. Dès ce moment, Kléber fut chargé,
par les représentans, de diriger seul les opérations, en se bornant, pour
la forme, à en rendre compte à Léchelle. Celui-ci profita de cet
arrangement pour se tenir à une grande distance du champ de bataille.
Éloigné du danger, il haïssait les braves qui se battaient pour lui, mais
du moins il les laissait se battre, quand et comme il leur plaisait.

Dans ce moment, Charette, voyant les dangers qui menaçaient les chefs de la
Haute-Vendée, se sépara d'eux, prétextant de fausses raisons de
mécontentement, et il se rejeta sur la côte, avec le projet de s'emparer de
l'île de Noirmoutiers. Il s'en rendit maître en effet, le 12, par une
surprise et par la trahison du chef qui y commandait. Il était ainsi assuré
de sauver sa division, et d'entrer en communication avec les Anglais; mais
il laissait le parti de la Haute-Vendée exposé à une destruction presque
inévitable. Dans l'intérêt de la cause commune, il avait bien mieux à
faire: il pouvait attaquer la colonne de Mayence sur les derrières, et
peut-être la détruire. Les chefs de la grande armée lui envoyèrent lettres
sur lettres pour l'y engager; mais ils n'en reçurent jamais aucune réponse.

Ces malheureux chefs de la Haute-Vendée étaient pressés de tous côtés. Les
colonnes républicaines qui devaient se réunir à Bressuire s'y trouvaient à
l'époque fixée, et elles s'étaient acheminées le 9 de Bressuire sur
Châtillon. Sur la route, elles rencontrèrent l'armée de M. de Lescure, et
la mirent en désordre. Westermann, réintégré dans son commandement, était
toujours à l'avant-garde, à la têtes de quelques cents hommes. Il entra le
premier dans Châtillon le 9 au soir. L'armée entière y pénétra le lendemain
10. Pendant ce mouvement, Lescure et Larochejacquelein avaient appelé à
leur secours la grande armée, qui n'était pas loin d'eux; car, déjà très
resserrés au centre de ce pays, ils combattaient à peu de distance les uns
des autres. Tous les généraux réunis résolurent de se porter sur Châtillon.
Ils se mirent en marche le 11. Westermann s'avançait déjà de Châtillon sur
Mortagne, avec cinq cents hommes d'avant-garde. D'abord il ne crut pas
avoir affaire à toute une armée, et ne demanda pas de grands secours à son
général. Mais enveloppé tout à coup, il fut obligé de se replier
rapidement, et rentra dans Châtillon avec sa troupe. Le désordre se mit
alors dans la ville, et l'armée républicaine l'abandonna précipitamment.
Westermann se réunissant au général en chef Chalbos, et groupant autour de
lui quelques braves, arrêta la fuite, et se reporta même assez près de
Châtillon. A l'entrée de la nuit, il dit à quelques-uns de ses soldats qui
avaient fui: «Vous avez perdu votre honneur aujourd'hui, il faut le
recouvrer.» Il prend aussitôt cent cavaliers, fait monter cent grenadiers
en croupe, et la nuit, tandis que les Vendéens confondus dans Châtillon
sont endormis ou pris de vin, il a l'audace d'y entrer, et de se jeter au
milieu de toute une armée. Le désordre fut au comble, et le carnage
effroyable. Les Vendéens, ne se reconnaissant pas, se battaient entre eux,
et, au milieu d'une horrible confusion, femmes, enfans, vieillards, étaient
égorgés. Westermann sortit à la pointe du jour avec les trente ou quarante
soldats qui lui restaient, et alla rejoindre, à une lieue de la ville, le
gros de l'armée. Le 12, un spectacle affreux vint frapper les Vendéens, ils
sortirent eux-mêmes de Châtillon, inondé de sang et dévoré des flammes, et
se portèrent du côté de Cholet où marchaient les Mayençais. Chalbos, après
avoir rétabli l'ordre dans sa division, rentra le surlendemain 14 dans
Châtillon, et se disposa à se porter de nouveau en avant, pour faire sa
jonction avec l'armée de Nantes.

Tous les chefs vendéens, d'Elbée, Bonchamps, Lescure, La Rochejaquelein,
étaient réunis avec leurs forces aux environs de Cholet. Les Mayençais, qui
s'étaient mis en marche le 14, s'en approchaient; la colonne de Châtillon
n'en était plus qu'à peu de distance; et la division de Luçon, qu'on avait
mandée, s'avançait aussi, et devait venir se placer entre les colonnes de
Mayence et de Châtillon. On touchait donc au moment de la jonction
générale. Le 15, l'armée de Mayence marchait en deux masses vers Mortagne,
qui venait d'être évacué. Kléber, avec le corps de bataille, formait la
gauche, et Beaupuy, la droite. Au même moment, la colonne de Luçon arrivait
vers Mortagne, espérant trouver un bataillon de direction que Léchelle
aurait dû faire placer sur sa route. Mais ce général, qui ne faisait rien,
ne s'était pas même acquitté de ce soin accessoire. La colonne est aussitôt
surprise par Lescure, et se trouve assaillie de tous côtés. Heureusement
Beaupuy, qui était près d'elle par sa position vers Mortagne, accourt à son
secours, et parvient à la dégager. Les Vendéens sont repoussés. Le
malheureux Lescure reçoit une balle au-dessus du sourcil, et tombe dans les
bras de ses soldats, qui l'emportent et prennent la fuite. La colonne de
Luçon se réunit alors à celle de Beaupuy. Le jeune Marceau venait d'en
prendre le commandement. A la gauche, et dans le même moment, Kléber
soutenait un combat vers Saint-Christophe, et repoussait l'ennemi. Le 15 au
soir, toutes les troupes républicaines bivouaquaient dans les champs devant
Cholet, où les Vendéens s'étaient retirés. La division de Luçon était
d'environ trois mille hommes, ce qui, avec la colonne de Mayence, faisait à
peu près douze ou treize mille.

Le lendemain matin 16, les Vendéens, après quelques coups de canon,
évacuèrent Cholet, et se replièrent sur Beaupréau. Kléber y entra aussitôt,
et, défendant le pillage sous peine de mort, y fit observer le plus grand
ordre. La colonne de Luçon fit de même à Mortagne. Ainsi tous les
historiens qui ont dit qu'on brûla Cholet et Mortagne ont commis une erreur
ou avancé un mensonge.

Kléber fit aussitôt toutes ses dispositions, car Léchelle était à deux
lieues en arrière. La rivière de Moine passe devant Cholet; au-delà, se
trouve un terrain montueux, inégal, formant un demi-cercle de hauteurs. A
gauche de ce demi-cercle, se trouve le bois de Cholet; au centre de Cholet
même, et à droite, un château élevé, Kléber plaça Beaupuy, avec
l'avant-garde, en avant du bois; Haxo, avec la réserve des Mayençais,
derrière l'avant-garde, et de manière à la soutenir; il rangea la colonne
de Luçon, commandée par Marceau, au centre, et Vimeux, avec le reste des
Mayençais, à la droite, sur les hauteurs. La colonne de Châtillon arriva
dans la nuit du 16 au 17. Elle était à peu près de neuf ou dix mille
hommes, ce qui portait les forces totales des républicains à vingt-deux
mille environ. Le 17, au matin, on tint conseil. Kléber n'aimait pas sa
position en avant de Cholet, parce qu'elle n'avait qu'une retraite, le pont
de la rivière de Moine aboutissant à la ville. Il voulait qu'on marchât en
avant pour tourner Beaupréau, et couper les Vendéens de la Loire. Les
représentans combattirent son avis, parce que la colonne venue de Châtillon
avait besoin d'un jour de repos.

Pendant ce temps, les chefs vendéens délibéraient à Beaupréau, au milieu
d'une horrible confusion. Les paysans traînaient avec eux leurs femmes,
leurs enfans, leurs bestiaux, et formaient une émigration de plus de cent
mille individus. La Rochejaquelein, d'Elbée, auraient voulu qu'on se fît
tuer sur la rive gauche; mais Talmont, d'Autichamp, qui avaient une grande
influence en Bretagne, désiraient impatiemment qu'on se transportât sur la
rive droite. Bonchamps, qui voyait, dans une excursion vers les côtes du
Nord, une grande entreprise, et qui avait, dit-on, un projet lié avec
l'Angleterre, opinait pour passer la Loire. Cependant il était assez d'avis
de tenter un dernier effort, et d'essayer une grande bataille devant
Cholet. Avant d'engager le combat, il fit envoyer un détachement de quatre
mille hommes à Varades, pour s'assurer un passage sur la Loire en cas de
défaite.

La bataille était résolue. Les Vendéens s'avancèrent, au nombre de quarante
mille hommes, sur Cholet, le 15 octobre, à une heure après midi. Les
généraux républicains ne s'attendaient pas à être attaqués, et venaient
d'ordonner un jour de repos. Les Vendéens s'étaient formés en trois
colonnes: l'une dirigée sur la gauche, où étaient Beaupuy et Haxo; l'autre
sur le centre, commandé par Marceau; la troisième sur la droite, confiée à
Vimeux. Les Vendéens marchaient en ligne et en rang, comme des troupes
régulières. Tous les chefs blessés qui pouvaient supporter le cheval
étaient au milieu de leurs paysans, et les soutenaient en ce jour qui
devait décider de leur existence et de la possession de leurs foyers. Entre
Beaupréau et la Loire, dans chaque commune qui leur restait, on célébrait
la messe, et on invoquait le ciel pour cette cause si malheureuse et si
menacée.

Les Vendéens s'ébranlent, et joignent l'avant-garde de Beaupuy, placée,
comme nous l'avons dit, dans une plaine en avant du bois de Cholet. Une
partie d'entre eux s'avance en masse serrée, et charge à la manière des
troupes de ligne; les autres s'éparpillent en tirailleurs pour tourner
l'avant-garde, et même l'aile gauche, en pénétrant dans les bois de Cholet.
Les républicains accablés sont forcés de plier; Beaupuy a deux chevaux tués
sous lui; il tombe embarrassé par son éperon, et allait être pris,
lorsqu'il se jette derrière un caisson, se saisit d'un troisième cheval, et
va rejoindre sa colonne. Dans ce moment Kléber accourt vers l'aile menacée;
il ordonne au centre et à la droite de ne pas se dégarnir, et mande à
Chalbos de faire sortir de Cholet une de ses colonnes pour venir au
secours de la gauche. Lui-même se place auprès d'Haxo, rétablit la
confiance dans ses bataillons, et ramène au feu ceux qui avaient plié sous
le grand nombre. Les Vendéens sont repoussés à leur tour, reviennent avec
acharnement, et sont repoussés encore. Pendant ce temps, le combat s'engage
au centre et à la droite avec la même fureur. A la droite, Vimeux est si
bien placé, que tous les efforts de l'ennemi demeurent impuissans.

Au centre, cependant, les Vendéens s'avancent avec plus d'avantage qu'aux
deux ailes, et pénètrent dans l'enfoncement où se trouve le jeune Marceau.
Kléber y accourt pour soutenir la colonne de Luçon, et, à l'instant même,
une des divisions de Chalbos, qu'il avait demandée, sort de Cholet, au
nombre de quatre mille hommes. Ce renfort était d'une grande importance
dans ce moment; mais, à la vue de cette plaine en feu, cette division mal
organisée, comme toutes celles de l'armée de La Rochelle, se débande et
rentre en désordre dans Cholet. Kléber et Marceau restent au centre avec la
seule colonne de Luçon. Le jeune Marceau, qui la commande, ne s'intimide
pas; il laisse approcher l'ennemi à une portée de fusil, puis tout à coup
démasque son artillerie, et, de son feu imprévu, arrête et accable les
Vendéens. Ceux-ci résistent d'abord; ils se rallient, se serrent sous une
pluie de mitraille; mais bientôt ils cèdent et fuient en désordre. Dans ce
moment, leur déroute est générale au centre, à la droite et à la gauche;
Beaupuy, avec son avant-garde ralliée, les poursuit à toute outrance.

Les colonnes de Mayence et de Luçon étaient les seules qui eussent pris
part à la bataille. Ainsi treize mille hommes en avaient battu quarante
mille. De part et d'autre, on avait déployé la plus grande valeur; mais la
régularité et la discipline décidèrent l'avantage en faveur des
républicains. Marceau, Beaupuy, Merlin, qui pointait lui-même les pièces,
avaient déployé le plus grand héroïsme; Kléber avait montré son coup d'oeil
et sa vigueur accoutumés sur le champ de bataille. Du côté des Vendéens,
d'Elbée, Bonchamps, après avoir fait des prodiges, avaient été blessés à
mort; La Rochejaquelein restait seul de tous les chefs, et il n'avait rien
oublié pour partager leurs glorieuses blessures. Le combat avait duré
depuis deux heures jusqu'à six.

L'obscurité régnait déjà de toutes parts; les Vendéens fuyaient en toute
hâte, jetant leurs sabots sur les routes. Beaupuy les suivait à perte
d'haleine. A Beaupuy s'était joint Westermann, qui, ne voulant pas partager
l'inaction des troupes de Chalbos, avait pris un corps de cavalerie, et
courait, à bride abattue, sur les fuyards. Après avoir poursuivi l'ennemi
fort long-temps, Beaupuy et Westermann s'arrêtent, et songent à faire
reposer leurs troupes. Cependant, disent-ils, nous trouverons plutôt du
pain à Beaupréau qu'à Cholet, et ils osent marcher sur Beaupréau, où l'on
supposait que les Vendéens s'étaient retirés en masse. Mais la fuite avait
été si rapide, qu'une partie se trouvait déjà à Saint-Florent, sur les
bords de la Loire. Le reste, à l'approche des républicains, évacue
Beaupréau en désordre, et leur cède ce poste où ils auraient pu se
défendre.

Le lendemain matin, 18, l'armée entière marche de Cholet vers Beaupréau.
Les avant-gardes de Beaupuy, placées sur la route de Saint-Florent, voient
un grand nombre d'individus accourir en criant: _Vive la république, vive
Bonchamps!_ On les interroge, et ils répondent en proclamant Bonchamps
comme leur libérateur. En effet, ce jeune héros, étendu sur un matelas, et
près d'expirer d'un coup de feu dans le bas-ventre, avait demandé et obtenu
la grâce de quatre mille prisonniers que les Vendéens traînaient à leur
suite, et qu'ils voulaient fusiller; les prisonniers rejoignaient l'armée
républicaine.

[Illustration: MORT DE BONCHAMP.]

Dans ce moment, quatre-vingt mille individus, femmes, enfans, vieillards,
hommes armés, étaient au bord de la Loire, avec les débris de ce qu'ils
possédaient, et se disputaient une vingtaine de barques pour passer à
l'autre bord. Le conseil supérieur, composé des chefs qui étaient
capables encore d'opiner, délibérait s'il fallait se séparer ou porter la
guerre en Bretagne. Quelques-uns auraient voulu qu'on se dispersât dans la
Vendée, et qu'on s'y cachât en attendant des temps meilleurs: La
Rochejaquelein était du nombre, et il conseillait de se faire tuer sur la
rive gauche plutôt que de passer sur la rive droite. Cependant l'avis
contraire prévalut, et on se décida à rester réunis et à passer outre. Mais
Bonchamps venait d'expirer, et personne n'était capable d'accomplir les
projets qu'il avait formés sur la Bretagne. D'Elbée, mourant, était envoyé
à Noirmoutiers; Lescure, blessé à mort, était transporté sur un brancard.
Quatre-vingt mille individus quittaient leurs champs, allaient porter le
ravage dans les champs voisins, et y chercher l'extermination, pour quel
but, grand Dieu! pour une cause absurde et de toutes parts délaissée ou
hypocritement défendue! Tandis que ces infortunés s'exposaient
généreusement à tant de maux, la coalition songeait à peine à eux, les
émigrés intriguaient dans les cours, quelques-uns seulement se battaient
bravement sur le Rhin, mais dans les rangs des étrangers; et personne
encore n'avait songé à envoyer ni un soldat ni un écu à cette malheureuse
Vendée, déjà signalée par vingt combats héroïques, et aujourd'hui vaincue,
fugitive et désolée.

Les généraux républicains se réunirent à Beaupréau, et là on résolut de se
diviser, et de se rendre partie à Nantes et partie à Angers, pour empêcher
un coup de main sur ces deux places. L'avis des représentans, non partagé
pourtant par Kléber, fut que la Vendée était détruite. _La Vendée n'est
plus_, écrivirent-ils à la convention. On avait donné jusqu'au 20 octobre à
l'armée pour en finir, et elle avait terminé le 18. L'armée du Nord avait,
le même jour, gagné la bataille de Watignies, et avait terminé la campagne
en débloquant Maubeuge. Ainsi, de toutes parts, la convention semblait
n'avoir qu'à décréter la victoire pour l'assurer. L'enthousiasme fut au
comble à Paris et dans toute la France, et on commença à croire qu'avant la
fin de la saison la république serait victorieuse de tous les trônes
conjurés contre elle.

Un seul événement pouvait troubler cette joie, c'était la perte des lignes
de Wissembourg sur le Rhin, qui avaient été forcées le 13 et le 15 octobre.
Après l'échec de Pirmasens, nous avons laissé les Prussiens et les
Autrichiens en présence des lignes de la Sarre et de la Lauter, et menaçant
à chaque instant de les envahir. Les Prussiens, ayant inquiété les Français
sur les bords de la Sarre, les obligèrent à se replier. Le corps des
Vosges, rejeté au-delà d'Hornbach, se retira fort en arrière à Bitche,
dans le centre des montagnes; l'armée de la Moselle, repoussée jusqu'à
Sarreguemines, fut séparée du corps des Vosges et de l'armée du Rhin. Dans
cette position, il devenait facile aux Prussiens, qui avaient, sur le
revers occidental, dépassé la ligne commune de la Sarre et de la Lauter, de
tourner les lignes de Wissembourg par leur extrême gauche. Alors ces lignes
devaient tomber nécessairement. C'est ce qui arriva le 13 octobre. La
Prusse et l'Autriche, que nous avons vues en désaccord, s'étaient enfin
entendues, le roi de Prusse s'était rendu en Pologne, et avait laissé le
commandement à Brunswick, avec ordre de se concerter avec Wurmser. Du 13 au
14 octobre, tandis que les Prussiens marchaient le long de la ligne des
Vosges jusqu'à Bitche, bien au-delà de la hauteur de Wissembourg, Wurmser
devait attaquer les lignes de la Lauter sur sept colonnes. La première,
sous le prince de Waldeck, chargée de passer le Rhin à Seltz, et de tourner
Lauterbourg, rencontra, dans la nature des lieux et le courage d'un
demi-bataillon des Pyrénées, des obstacles invincibles; la seconde, bien
qu'elle eût passé les lignes au-dessus de Lauterbourg, fut repoussée; les
autres, après avoir obtenu au-dessus et autour de Wissembourg des avantages
balancés par la résistance vigoureuse des Français, s'emparèrent cependant
de Wissembourg. Nos troupes se retirèrent sur le poste du Geisberg, placé
un peu en arrière de Wissembourg, et beaucoup plus difficile à emporter. On
ne pouvait pas regarder encore les lignes de Wissembourg comme tout à fait
perdues; mais la nouvelle de la marche des Prussiens sur le revers
occidental, obligea le général français à se replier sur Hagueneau et sur
les lignes de la Lauter, et à céder ainsi une partie du territoire aux
coalisés. Sur ce point, la frontière était donc envahie; mais les succès du
Nord et de la Vendée couvrirent l'effet de cette mauvaise nouvelle. On
envoya Saint-Just et Lebas en Alsace, pour contenir les mouvemens que la
noblesse alsacienne et les émigrés excitaient à Strasbourg. On dirigea de
ce côté des levées nombreuses, et on se consola par la résolution de
vaincre sur ce point comme sur tous les autres.

Les craintes affreuses qu'on avait conçues dans le mois d'août, avant les
victoires d'Hondschoote et de Watignies, avant la prise de Lyon et la
retraite des Piémontais au-delà des Alpes, avant les succès de la Vendée,
étaient dissipées. On voyait, dans ce moment, la frontière du Nord, la plus
importante et la plus menacée, délivrée de l'ennemi, Lyon rendu à la
république, la Vendée soumise, toute rébellion étouffée dans l'intérieur
jusqu'à la frontière d'Italie, où la place de Toulon résistait encore, il
est vrai, mais résistait seule. Encore un succès aux Pyrénées, à Toulon,
au Rhin, et la république était complètement victorieuse; et ce triple
succès ne semblait pas plus difficile à obtenir que les autres. Sans doute,
la tâche n'était pas finie, mais elle pouvait l'être bientôt, en continuant
les mêmes efforts et les mêmes moyens: on n'était pas encore entièrement
rassuré, mais on ne se croyait plus en danger de mort prochaine.

FOOTNOTES:

[Footnote 4: Décret du 18e jour du 1er mois de l'an IIe de la République.]



CHAPITRE XV.


EFFETS DES LOIS RÉVOLUTIONNAIRES; PROSCRIPTIONS A LYON, A MARSEILLE ET A
BORDEAUX.--PERSÉCUTIONS DIRIGÉES CONTRE LES _suspects_. INTÉRIEUR DES
PRISONS DE PARIS; ÉTAT DES PRISONNIERS A LA CONCIERGERIE.--LA REINE
MARIE-ANTOINETTE EST SÉPARÉE DE SA FAMILLE ET TRANSFÉRÉE A LA CONCIERGERIE;
TOURMENS QU'ON LUI FAIT SUBIR. CONDUITE ATROCE D'HÉBERT. SON PROCÈS DEVANT
LE TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE. ELLE EST CONDAMNÉE A MORT ET
EXÉCUTÉE.--DÉTAILS DES PROCÈS ET DU SUPPLICE DES GIRONDINS.--EXÉCUTION DU
DUC D'ORLÉANS, DE BAILLY, DE MADAME ROLAND.--TERREUR GÉNÉRALE. SECONDE LOI
DU _maximum_. AGIOTAGE. FALSIFICATION D'UN DÉCRET PAR QUATRE
DÉPUTÉS.--ÉTABLISSEMENT DU NOUVEAU SYSTÈME MÉTRIQUE ET DU CALENDRIER
RÉPUBLICAIN.--ABOLITION DES ANCIENS CULTES; ABJURATION DE GOBEL, ÉVÊQUE DE
PARIS. ÉTABLISSEMENT DU CULTE DE LA RAISON.


Les mesures révolutionnaires décrétées pour le salut de la France
s'exécutaient dans toute son étendue avec la dernière vigueur. Imaginées
par les hommes les plus ardens, elles étaient violentes dans leur principe;
exécutées loin des chefs qui les avaient conçues, dans une région
inférieure, où les passions moins éclairées étaient plus brutales, elles
devenaient encore plus violentes dans l'application. On obligeait une
partie des citoyens à quitter leurs foyers, on enfermait les autres comme
suspects, on faisait enlever les denrées et les marchandises pour les
besoins des armées, on imposait des corvées pour les transports accélérés,
et on ne donnait en échange des objets requis ou des services exigés, que
des assignats, ou une créance sur l'état, qui n'inspirait aucune confiance.
On poursuivait rapidement la répartition de l'emprunt forcé, et les
répartiteurs des communes disaient aux uns: Vous avez dix mille livres de
rente; aux autres: Vous en avez vingt; et tous, sans pouvoir répliquer,
étaient obligés de fournir la somme demandée. De grandes vexations
résultaient de ce vaste arbitraire; mais les armées se remplissaient
d'hommes, les vivres s'acheminaient en abondance vers les dépôts, et le
milliard d'assignats qu'il fallait retirer de la circulation, commençait à
être perçu. Ce n'est jamais sans de grandes douleurs qu'on opère si
rapidement, et qu'on sauve un état menacé.

Dans tous les lieux où le danger plus imminent avait exigé la présence des
commissaires de la convention, les mesures révolutionnaires étaient
devenues plus rigoureuses. Près des frontières et dans tous les départemens
suspects de royalisme ou de fédéralisme, ces commissaires avaient fait
lever la population en masse; ils avaient mis toutes choses en réquisition,
frappé les riches de taxes révolutionnaires, en outre de la taxe générale
résultant de l'emprunt forcé; ils avaient accéléré l'emprisonnement des
suspects, et quelquefois enfin ils les avaient fait juger par des
commissions révolutionnaires, instituées par eux. Laplanche, envoyé dans le
département du Cher, disait, le 29 vendémiaire, aux Jacobins: «Partout j'ai
mis la terreur à l'ordre du jour; partout j'ai imposé des contributions sur
les riches et les aristocrates. Orléans m'a fourni cinquante mille livres,
et deux jours m'ont suffi à Bourges pour une levée de deux millions. Ne
pouvant être partout, mes délégués m'ont suppléé: un individu nommé Mamin,
riche de sept millions, et taxé par l'un d'eux à quarante mille livres,
s'est plaint à la convention, qui a applaudi à ma conduite; et s'il eût été
imposé par moi-même, il eût payé deux millions. J'ai fait rendre, à
Orléans, un compte public à mes délégués; c'est au sein de la société
populaire qu'ils l'ont rendu, et ce compte a été sanctionné par le peuple.
Partout j'ai fait fondre les cloches, et réuni plusieurs paroisses. J'ai
destitué tous les fédéralistes, renfermé les gens suspects, mis les
sans-culottes en force. Des prêtres avaient toutes leurs commodités dans
les maisons de réclusion; les sans-culottes couchaient sur la paille dans
les prisons; les premiers m'ont fourni des matelas pour les derniers.
Partout j'ai fait marier les prêtres. Partout j'ai électrisé les coeurs et
les esprits. J'ai organisé des manufactures d'armes, visité les ateliers,
les hôpitaux, les prisons. J'ai fait partir plusieurs bataillons de la
levée en masse. J'ai passé en revue quantité de gardes nationales pour les
républicaniser, et j'ai fait guillotiner plusieurs royalistes. Enfin, j'ai
suivi mon mandat impératif. J'ai agi partout en chaud montagnard, en
représentant révolutionnaire.»

C'est surtout dans les trois principales villes fédéralistes, Lyon,
Marseille et Bordeaux, que les représentans venaient d'imprimer une
profonde terreur. Le formidable décret rendu contre Lyon portait que les
rebelles et leurs complices seraient militairement jugés par une
commission, que les sans-culottes seraient nourris aux dépens des
aristocrates, que les maisons des riches seraient détruites, et que la
ville changerait son nom. L'exécution de ce décret était confiée à
Collot-d'Herbois, Maribon-Montaut et Fouché de Nantes. Ils s'étaient rendus
à Commune-Affranchie, emmenant avec eux quarante jacobins, pour organiser
un nouveau club et propager les principes de la société-mère. Ronsin les
avait suivis avec deux mille hommes de l'armée révolutionnaire, et ils
avaient aussitôt déployé leurs fureurs. Les représentans donnèrent le
premier coup de marteau sur l'une des maisons destinées a être démolies,
et huit cents ouvriers se mirent sur-le-champ à l'ouvrage pour détruire les
plus belles rues. Les proscriptions avaient commencé en même temps. Les
Lyonnais soupçonnés d'avoir pris les armes étaient guillotinés ou fusillés
au nombre de cinquante et soixante par jour. La terreur régnait dans cette
malheureuse cité: les commissaires envoyés pour la punir, entraînés,
enivrés par l'effusion du sang, croyant, à chaque cri de douleur, voir
renaître la révolte, écrivaient à la convention que les aristocrates
n'étaient pas réduits encore, qu'ils n'attendaient qu'une occasion pour
réagir, et qu'il fallait, pour n'avoir plus rien à craindre, déplacer une
partie de la population et détruire l'autre. Comme les moyens mis en usage
ne paraissaient pas assez rapides, Collot-d'Herbois imagina d'employer la
mine pour détruire les édifices, la mitraille pour immoler les proscrits;
et il écrivit à la convention que bientôt il allait se servir de moyens
plus prompts et plus efficaces pour punir la ville rebelle.

A Marseille, plusieurs victimes avaient déjà succombé. Mais toute la colère
des représentans était dirigée contre Toulon, dont ils poursuivaient le
siége.

Dans la Gironde, les vengeances s'exerçaient avec la plus grande fureur.
Isabeau et Tallien s'étaient placés à la Réole: là, ils s'occupaient à
former le noyau d'une armée révolutionnaire pour pénétrer dans Bordeaux,
et, en attendant, ils tâchaient de désorganiser les sections de cette
ville. Pour cela, ils s'étaient servis d'une section toute montagnarde, et
qui, parvenant à effrayer les autres, avait fait fermer successivement le
club fédéraliste et destituer les autorités départementales. Alors ils
étaient entrés triomphalement dans Bordeaux, et avaient rétabli la
municipalité et les autorités montagnardes. Immédiatement après, ils
avaient rendu un arrêté portant que le gouvernement de Bordeaux serait
militaire, que tous les habitans seraient désarmés, qu'une commission
spéciale jugerait les aristocrates et les fédéralistes, et qu'on lèverait
immédiatement sur les riches une taxe extraordinaire, pour fournir aux
dépenses de l'armée révolutionnaire. Cet arrêté fut aussitôt mis à
exécution, les citoyens furent désarmés, et une foule de têtes tombèrent.

C'est à cette époque même que les députés fugitifs, qui s'étaient embarqués
en Bretagne pour la Gironde, arrivaient à Bordeaux. Ils allèrent tous
chercher un asile chez une parente de Guadet, dans les grottes de
Saint-Émilion. On savait confusément qu'ils étaient cachés de ce côté, et
Tallien faisait les plus grands efforts pour les découvrir. Il n'y avait
pas réussi encore, mais il parvint malheureusement à saisir Biroteau, venu
de Lyon pour s'embarquer à Bordeaux. Ce dernier était hors la loi. Tallien
fit aussitôt constater l'identité et consommer l'exécution. Duchâtel fut
aussi découvert; mais comme il n'était pas hors la loi, il fut transféré à
Paris pour être jugé par le tribunal révolutionnaire. On lui adjoignit les
trois jeunes amis Riouffe, Girey-Dupré et Marchenna, qui s'étaient, comme
on l'a vu, attachés à la fortune des Girondins.

Ainsi, toutes les grandes villes de France subissaient les vengeances de la
Montagne. Mais Paris, tout plein des plus illustres victimes, allait
devenir le théâtre de bien plus grandes cruautés.

Tandis qu'on préparait le procès de Marie-Antoinette, des girondins, du duc
d'Orléans, de Bailly, d'une foule de généraux et de ministres, on
remplissait les prisons de suspects. La commune de Paris s'était arrogé,
avons-nous dit, une espèce d'autorité législative sur tous les objets de
police, de subsistance, de commerce, de culte, et, à chaque décret, elle
rendait un arrêté explicatif pour étendre ou limiter les volontés de la
convention. Sur les réquisitions de Chaumette, elle avait singulièrement
étendu la définition des suspects, donnée par la loi du 17 septembre.
Chaumette avait, dans une instruction municipale, énuméré les caractères
auxquels il fallait les reconnaître. Cette instruction, adressée aux
sections de Paris, et bientôt à toutes celles de la république, était
conçue en ces termes:

«Doivent être considérés comme suspects: 1º ceux qui, dans les assemblées
du peuple, arrêtent son énergie par des discours astucieux des cris
turbulens et des menaces; 2º ceux qui, plus prudens, parlent
mystérieusement des malheurs de la république, s'apitoient sur le sort du
peuple, et sont toujours prêts à répandre de mauvaises nouvelles avec une
douleur affectée; 3º ceux qui ont changé de conduite et de langage selon
les événemens; qui, muets sur les crimes des royalistes et des
fédéralistes, déclament avec emphase contre les fautes légères des
patriotes, et affectent, pour paraître républicains, une austérité, une
sévérité étudiées, et qui cèdent aussitôt qu'il s'agit d'un modéré ou d'un
aristocrate; 4º ceux qui plaignent les fermiers, les marchands avides,
contre lesquels la loi est obligée de prendre des mesures; 5º ceux qui,
ayant toujours les mots de _liberté, république_ et _patrie_ sur les
lèvres, fréquentent les ci-devant nobles, les prêtres, les
contre-révolutionnaires, les aristocrates, les feuillans, les modérés, et
s'intéressent à leur sort; 6º ceux qui n'ont pris aucune part active dans
tout ce qui intéresse la révolution, et qui, pour s'en disculper, font
valoir le paiement de leurs contributions, leurs dons patriotiques, leurs
services dans la garde nationale par remplacement ou autrement; 7º ceux qui
ont reçu avec indifférence la constitution républicaine, et ont fait
paraître de fausses craintes sur son établissement et sa durée; 8º ceux
qui, n'ayant rien fait contre la liberté, n'ont aussi rien fait pour elle;
9º ceux qui ne fréquentent pas leurs sections, et donnent pour excuse
qu'ils ne savent pas parler, ou que leurs affaires les en empêchent; 10º
ceux qui parlent avec mépris des autorités constituées, des signes de la
loi, des sociétés populaires, des défenseurs de la liberté; 11º ceux qui
ont signé des pétitions contre-révolutionnaires, ou fréquenté des sociétés
et clubs anticiviques; 12º ceux qui sont reconnus pour avoir été de
mauvaise foi, partisans de Lafayette, et ceux qui ont marché au pas de
charge au Champ-de-Mars.»

Avec une telle définition, le nombre des suspects devait être illimité, et
bientôt il s'éleva, dans les prisons de Paris, de quelques cents à trois
mille. D'abord on les avait placés à la Mairie, à la Force, à la
Conciergerie, à l'Abbaye, à Sainte-Pélagie, aux Madelonettes, dans toutes
les prisons de l'état, mais ces vastes dépôts devenant insuffisans, on
songea à établir de nouvelles maisons d'arrêt, spécialement consacrées aux
détenus politiques. Les frais de garde étant à la charge des prisonniers,
on loua des maisons à leurs dépens. On en choisit une dans la rue d'Enfer,
qui fut connue sous le nom de _maison de Port-Libre_, une autre dans la rue
de Sèvres, appelée _maison Lazare_. Le collège Duplessis devint un lieu de
détention; enfin le palais du Luxembourg, d'abord destiné à recevoir les
vingt-deux girondins, fut rempli d'un grand nombre de prisonniers, et
renferma pêle-mêle tout ce qui restait de la brillante société du faubourg
Saint-Germain. Ces arrestations subites ayant amené un encombrement dans
les prisons, les détenus furent d'abord mal logés. Confondus avec les
malfaiteurs et jetés sur la paille, les premiers momens de leur détention
furent cruels. Bientôt, cependant, le temps amena l'ordre et les
adoucissemens. Les communications avec le dehors leur étant permises, ils
eurent la consolation d'embrasser leurs proches, et la faculté de se
procurer de l'argent. Alors ils louèrent des lits ou s'en firent apporter;
ils ne couchèrent plus sur la paille, et furent séparés des malfaiteurs. On
leur accorda même toutes les commodités qui pouvaient rendre leur sort plus
supportable: car le décret permettait de transporter dans les maisons
d'arrêt tous les objets dont les détenus auraient besoin. Ceux qui
habitaient les maisons nouvellement établies furent encore mieux traités.
A Port-Libre, dans la maison Lazare, au Luxembourg, on se trouvaient de
riches prisonniers, on vit régner la propreté et l'abondance. Les tables
étaient délicatement servies, moyennant les droits d'entrée que prélevaient
les geôliers. Cependant l'affluence des visiteurs étant devenue trop
considérable, et les communications avec le dehors paraissant une trop
grande faveur, cette consolation fut interdite, et les détenus ne purent
plus communiquer avec personne que par écrit, et seulement pour se procurer
les objets dont ils avaient besoin. Dès cet instant, la société parut
devenir plus intime entre ces malheureux, condamnés à exister exclusivement
ensemble. Chacun se rapprocha suivant ses goûts, et de petites sociétés se
formèrent. Des règlemens furent établis; on se partagea les soins
domestiques, et chacun en eut la charge à son tour. Une souscription fut
ouverte pour les frais de logement et de nourriture, et les riches
contribuèrent ainsi pour les pauvres.

Après avoir vaqué aux soins de leur ménage, les différentes chambrées se
réunissaient dans des salles communes. Autour d'une table, d'une poêle,
d'une cheminée, se formaient des groupes. On se livrait au travail, à la
lecture, à la conversation. Des poètes, jetés dans les fers avec tout ce
qui avait excité la défiance par une supériorité quelconque, lisaient des
vers. Des musiciens donnaient des concerts, et on entendait chaque jour de
l'excellente musique dans ces lieux de proscription. Bientôt le luxe
accompagna les plaisirs. Les femmes se parèrent, des liaisons d'amitié et
d'amour s'établirent, et on vit se reproduire, jusqu'à la veille de
l'échafaud, toutes les scènes ordinaires de la société. Singulier exemple
du caractère français, de son insouciance, de sa gaieté, de son aptitude au
plaisir dans toutes les situations de la vie!

Des vers charmans, des aventures romanesques, des actes de bienfaisance,
une confusion singulière de rangs, de fortune et d'opinion, signalèrent ces
trois premiers mois de la détention des suspects. Une sorte d'égalité
volontaire réalisa dans ces lieux cette égalité chimérique que des
sectaires opiniâtres voulaient faire régner partout, et qu'ils ne
réussirent à établir que dans les prisons. Il est vrai que l'orgueil de
quelques prisonniers résista à cette égalité du malheur. Tandis qu'on
voyait des hommes, fort inégaux d'ailleurs en fortune, en éducation, vivre
très bien entre eux, et se réjouir, avec un admirable désintéressement, des
victoires de cette république qui les persécutait, quelques ci-devant
nobles et leurs femmes, trouvés par hasard dans les hôtels déserts du
faubourg Saint-Germain, vivaient à part, s'appelaient encore des noms
proscrits de comte et de marquis, et laissaient voir leur dépit quand on
venait dire que les Autrichiens avaient fui devant Watignies, ou que les
Prussiens n'avaient pu franchir les Vosges. Cependant la douleur ramène
tous les coeurs à la nature et à l'humanité: bientôt, lorsque
Fouquier-Tinville, frappant chaque jour à la porte de ces demeures
désolées, demanda sans cesse de nouvelles têtes; quand les amis, les
parens, furent chaque jour séparés par la mort, ceux qui restaient
gémirent, se consolèrent ensemble, et n'eurent plus qu'un même sentiment au
milieu des mêmes malheurs.

Cependant les prisons n'offraient pas toutes les mêmes scènes. La
Conciergerie, tenant au Palais de Justice, et renfermant, à cause de cette
proximité, les prisonniers destinés au tribunal révolutionnaire, présentait
le douloureux spectacle de quelques cents malheureux n'ayant jamais plus de
trois ou quatre jours à vivre. On les y transférait la veille de leur
jugement, et ils n'y passaient que le court intervalle qui séparait leur
jugement de leur exécution. Là se trouvaient les girondins qu'on avait
tirés du Luxembourg, leur première prison; madame Roland, qui, après avoir
fait évader son mari, s'était laissé enfermer sans songer à fuir; les
jeunes Riouffe, Girey-Dupré, Bois-Guion, attachés à la cause des députés
proscrits, et traduits de Bordeaux à Paris pour y être jugés conjointement
avec eux; Bailly, qu'on avait arrêté à Melun; l'ex-ministre des finances
Clavières, qui n'avait pas réussi à s'enfuir comme Lebrun; le duc
d'Orléans, transféré des prisons de Marseille dans celles de Paris; les
généraux Houchard, Brunet, tous réservés au même sort; et enfin
l'infortunée Marie-Antoinette, qui était destinée à devancer à l'échafaud
ces illustres victimes. Là, on ne songeait pas même à se procurer les
commodités qui adoucissaient le sort des détenus dans les autres prisons.
On habitait de sombres et de tristes réduits, où ne pénétraient ni la
lumière, ni les consolations, ni les plaisirs. A peine les prisonniers
jouissaient-ils du privilège d'être couchés sur des lits, au lieu de l'être
sur la paille. Ne pouvant se distraire du spectacle de la mort comme les
simples suspects, qui espéraient n'être que détenus jusqu'à la paix, ils
tâchaient de s'en amuser, et faisaient du tribunal révolutionnaire et de la
guillotine les plus étranges parodies. Les girondins, dans leur prison,
improvisaient et jouaient des drames singuliers et terribles, dont leur
destinée et la révolution étaient le sujet. C'est à minuit, lorsque tous
les geôliers reposaient; qu'ils commençaient ces divertissemens lugubres.
Voici l'un de ceux qu'ils avaient imaginés. Assis chacun sur un lit, ils
figuraient et les juges et les jurés du tribunal révolutionnaire, et
Fouquier-Tinville lui-même. Deux d'entre eux, placés vis-à-vis,
représentaient l'accusé avec son défenseur. Suivant l'usage du sanglant
tribunal, l'accusé était toujours condamné. Étendu aussitôt sur une planche
de lit que l'on renversait, il subissait le simulacre du supplice jusque
dans ses moindres détails. Après beaucoup d'exécutions, l'accusateur
devenait accusé, et succombait à son tour. Revenant alors couvert d'un drap
de lit, il peignait les tortures qu'il endurait aux enfers, prophétisait
leur destinée à tous ces juges iniques, et, s'emparant d'eux avec des cris
lamentables, il les entraînait dans les abîmes.... «C'est ainsi, dit
Riouffe, que nous badinions dans le sein de la mort, et que dans nos jeux
prophétiques nous disions la vérité au milieu des espions et des
bourreaux.»

Depuis la mort de Custine, on commençait à s'habituer à ces procès
politiques, où de simples torts d'opinion étaient transformés en crimes
dignes de mort. On s'accoutumait, par une sanglante pratique, à chasser
tous les scrupules, et à regarder comme naturel d'envoyer à l'échafaud tout
membre d'un parti contraire. Les cordeliers et les jacobins avaient fait
décréter la mise en jugement de la reine, des girondins, de plusieurs
généraux et du duc d'Orléans. Ils exigeaient impérieusement qu'on leur tînt
parole, et c'est surtout par la reine qu'ils voulaient commencer cette
longue suite d'immolations. Il semblé qu'une femme aurait dû désarmer les
fureurs politiques; mais on portait plus de haine encore à Marie-Antoinette
qu'à Louis XVI. C'est à elle qu'on reprochait les trahisons de la cour, les
dilapidations du trésor, et surtout la guerre acharnée de l'Autriche. Louis
XVI, disait-on, avait tout laissé faire; mais Marie-Antoinette avait tout
fait, et c'est sur elle qu'il fallait tout punir.

Déjà on a vu quelles réformes avaient été faites au Temple.
Marie-Antoinette avait été séparée de sa soeur, de sa fille et de son fils.
En vertu du décret qui ordonnait le jugement ou la déportation des derniers
membres de la famille des Bourbons, on l'avait transférée à la
Conciergerie; et là, seule, dans une prison étroite, elle était réduite au
plus strict nécessaire comme tous les autres prisonniers. L'imprudence d'un
ami dévoué rendit sa situation encore plus pénible. Un membre de la
municipalité, Michonnis, auquel elle inspirait un vif intérêt, voulut
introduire auprès d'elle un individu qui voulait, disait-il, la voir par
curiosité. Cet individu était un émigré courageux, mais imprudent, qui lui
jeta un oeillet renfermant ces mots écrits sur un papier très-fin: _Vos
amis sont prêts_. Espérance fausse, et aussi dangereuse pour celle qui la
recevait que pour celui qui la donnait! Michonnis et l'émigré furent
découverts et arrêtés sur-le-champ; la surveillance exercée à l'égard de
l'infortunée prisonnière devint dès ce jour encore plus rigoureuse. Des
gendarmes devaient être sans cesse de garde à la porte de sa prison, et il
leur était expressément défendu de répondre à aucune de ses paroles.

Le misérable Hébert, substitut de Chaumette, et rédacteur de la dégoûtante
feuille du _Père Duchêne_, l'écrivain du parti dont Vincent, Ronsin,
Varlet, Leclerc, étaient chefs, Hébert s'était particulièrement attaché à
tourmenter les restes infortunés de la famille détrônée. Il prétendait que
la famille du tyran ne devait pas être mieux traitée qu'une famille
sans-culotte; et il avait fait rendre un arrêté qui supprimait l'espèce de
luxe avec lequel on avait nourri jusque-là les prisonniers du Temple. On
interdisait aux détenues la volaille et la pâtisserie; on les réduisait à
une seule espèce d'aliment à déjeuner; à un potage, à un bouilli et un plat
quelconque à dîner; à deux plats à souper, et une demi-bouteille de vin par
tête. La bougie était remplacée par la chandelle, l'argenterie par l'étain,
et la porcelaine par la faïence. Les porteurs d'eau ou de bois pouvaient
seuls entrer dans leur chambre, accompagnés de deux commissaires. Les
alimens ne leur parvenaient qu'au moyen d'un tour. Le nombreux domestique
était réduit à un cuisinier, un aide, deux servans, et une femme de charge
pour le linge.

Immédiatement après cet arrêté, Hébert s'était rendu au Temple, et avait
inhumainement arraché aux deux infortunées prisonnières jusqu'à de petits
meubles auxquels elles tenaient beaucoup. Quatre-vingts louis que madame
Élisabeth avait en réserve, et qu'elle avait reçus de madame de Lamballe,
lui furent enlevés. Nul n'est plus dangereux, plus cruel que l'homme sans
lumières et sans éducation, revêtu d'une autorité récente. S'il a, surtout,
une âme vile; si, comme Hébert, qui distribuait des contre-marques à la
porte d'un théâtre, et volait sur les recettes, il est sans moralité
naturelle, et s'il arrive tout à coup de la fange de sa condition au
pouvoir, il se montrera aussi bas qu'atroce. Tel fut Hébert dans sa
conduite au Temple. Il ne se borna pas aux vexations que nous venons de
rapporter; lui et quelques autres imaginèrent de séparer le jeune prince de
sa tante et de sa soeur. Un cordonnier, nommé Simon, et sa femme, furent
les instituteurs auxquels on crut devoir le confier pour lui donner
l'éducation des sans-culottes. Simon et sa femme s'enfermèrent au Temple,
et devenant prisonniers avec le malheureux enfant, se chargèrent de le
soigner à leur manière. Leur nourriture était meilleure que celle des
princesses, et ils partageaient la table des commissaires municipaux qui
étaient de garde. Simon pouvait, accompagné de deux commissaires, descendre
dans la cour du Temple avec le jeune prince, afin de lui procurer un peu
d'exercice.

Hébert conçut la pensée infâme d'arracher à cet enfant des révélations
contre sa malheureuse mère. Soit que ce misérable prêtât à l'enfant de
fausses révélations, soit qu'il eût abusé de son âge et de son état pour
lui arracher tout ce qu'il voulait, il provoqua une déposition révoltante;
et comme l'âge du jeune prince ne permettait pas de le conduire au
tribunal, Hébert vint y rapporter à sa place les infamies que lui-même
avait dictées ou supposées.

Ce fut le 14 octobre que Marie-Antoinette parut devant ses juges. Traînée
au sanglant tribunal par l'inexorable vengeance révolutionnaire, elle n'y
paraissait avec aucune chance d'acquittement, car ce n'était pas pour l'y
faire absoudre que les jacobins l'y avaient appelée. Cependant il fallait
énoncer des griefs. Fouquier recueillit les bruits répandus dans le peuple,
depuis l'arrivée de la princesse en France; et, dans l'acte d'accusation,
il lui reprocha d'avoir dilapidé le trésor, d'abord pour ses plaisirs, puis
pour faire passer des fonds à l'empereur son frère. Il insista sur les
scènes des 5 et 6 octobre, et sur le repas des gardes-du-corps, prétendant
qu'elle avait tramé à cette époque un complot qui obligea le peuple à se
transporter à Versailles pour le déjouer. Il lui imputa ensuite de s'être
emparée de son époux, de s'être mêlée du choix des ministres, d'avoir
conduit elle-même les intrigues avec les députés gagnés à la cour, d'avoir
préparé le voyage à Varennes, d'avoir amené la guerre, et livré aux
généraux ennemis tous nos plans de campagne. Il l'accusa d'avoir préparé
une nouvelle conspiration au 10 août, d'avoir fait tirer ce jour-là sur le
peuple, et engagé son époux à se défendre en le taxant de lâcheté; enfin de
n'avoir cessé de machiner et de correspondre au dehors depuis sa captivité
au Temple, et d'y avoir traité son jeune fils en roi. On voit comment tout
est travesti et tourné à crime au jour terrible ou les vengeances des
peuples long-temps différées éclatent enfin, et frappent ceux de leurs
princes qui ne les ont pas méritées. On voit comment la prodigalité,
l'amour des plaisirs, si naturels chez une jeune princesse, comment son
attachement à son pays, son influence sur son époux, ses regrets, plus
indiscrets toujours chez une femme que chez un homme, son courage même plus
hardi, se peignaient dans ces imaginations irritées ou méchantes.

Il fallait des témoins: on appela Lecointre, député de Versailles, qui
avait vu les 5 et 6 octobre; Hébert, qui avait souvent visité le Temple;
divers employés des ministères, et plusieurs domestiques de l'ancienne
cour. On tira de leurs prisons, pour les faire comparaître, l'amiral
d'Estaing, ancien commandant de la garde nationale de Versailles,
l'ex-procureur de la commune Manuel, Latour-du-Pin, ministre de la guerre
en 1789, le vénérable Bailly, qui, disait-on, avait été, avec Lafayette,
complice du voyage à Varennes; enfin Valazé, l'un des girondins destinés à
l'échafaud.

Aucun fait précis ne fut articulé. Les uns avaient vu la reine joyeuse
lorsque les gardes-du-corps lui témoignaient leur dévouement; les autres
l'avaient vue triste et courroucée lorsqu'on la conduisait à Paris, ou
lorsqu'on la ramenait de Varennes; ceux-ci avaient assisté à des fêtes
splendides qui devaient coûter des sommes énormes; ceux-là avaient entendu
dire dans les bureaux ministériels que la reine s'opposait à la sanction
des décrets. Une ancienne femme de service à la cour avait, en 1788, ouï
dire au duc de Coigny que l'empereur avait déjà reçu deux cents millions de
la France pour faire la guerre aux Turcs.

Le cynique Hébert, amené devant l'infortunée reine, osa enfin apporter les
accusations arrachées au jeune prince. Il dit que Charles Capet avait
raconté à Simon le voyage à Varennes, et désigné Lafayette et Bailly comme
en étant les coopérateurs. Puis il ajouta que cet enfant avait des vices
funestes et bien prématurés pour son âge; que Simon, l'ayant surpris et
l'ayant interrogé, avait appris qu'il tenait de sa mère les vices auxquels
il se livrait. Hébert ajouta que Marie-Antoinette voulait sans doute, en
affaiblissant de bonne heure la constitution physique de son fils,
s'assurer le moyen de le dominer, s'il remontait sur le trône.

Les bruits échappés d'une cour méchante, pendant vingt années, avaient
donné au peuple l'opinion la plus défavorable des moeurs de la reine.
Cependant cet auditoire tout jacobin fut révolté des accusations d'Hébert.
Celui-ci n'en persista pas moins à les soutenir. Cette mère infortunée ne
répondait pas; pressée de nouveau de s'expliquer, elle dit avec une émotion
extraordinaire: «Je croyais que la nature me dispenserait de répondre à une
telle imputation; mais j'en appelle au coeur de toutes les mères ici
présentes.» Cette réponse si noble et si simple remua tous les assistans.
Cependant tout ne fut pas aussi amer pour Marie-Antoinette dans les
dépositions des témoins. Le brave d'Estaing, dont elle avait été l'ennemie,
refusa de rien dire à sa charge, et ne parla que du courage qu'elle montra
les 5 et 6 octobre, de la noble résolution qu'elle exprima de mourir auprès
de son époux plutôt que de fuir. Manuel, malgré ses hostilités avec la cour
pendant la législative déclara ne pouvoir rien dire contre l'accusée.
Quand le vénérable Bailly fut amené, Bailly qui autrefois avait si souvent
prédit à la cour les maux qu'entraîneraient ses imprudences, il parut
douloureusement affecté; et comme on lui demandait s'il connaissait la
femme Capet: «Oui, dit-il en s'inclinant avec respect, oui, j'ai connu
_madame_.» Il déclara ne rien savoir, et soutint que les déclarations
arrachées au jeune prince, relativement au voyage à Varennes, étaient
fausses. En récompense de sa déposition, il reçut des reproches outrageans,
et put juger du sort qui lui était bientôt réservé. Il n'y eut dans
l'instruction que deux faits graves, attestés par Latour-du-Pin et Valazé,
qui ne déposèrent que parce qu'ils ne pouvaient pas s'en dispenser.
Latour-du-Pin avoua que Marie-Antoinette lui avait demandé un état exact
des armées pendant qu'il était ministre de la guerre. Valazé, toujours
froid, mais respectueux pour le malheur, ne voulut rien dire à la charge de
l'accusée; cependant il ne put s'empêcher de déclarer que, membre de la
commission des vingt-quatre, et chargé avec ses collègues de vérifier les
papiers trouvés chez Septeuil, trésorier de la liste civile, il avait vu
des bons pour diverses sommes, signés _Antoinette_, ce qui était fort
naturel; mais il ajouta qu'il avait vu une lettre où le ministre priait le
roi de transmettre à la reine la copie d'un plan de campagne qu'il avait
entre ses mains. Ces deux faits, la demande de l'état des armées et la
communication du plan de campagne, furent interprétés sur-le-champ d'une
manière funeste, et on en conclut que c'était pour les envoyer à l'ennemi;
car on ne supposait pas qu'une jeune princesse s'occupât, seulement par
goût, d'administration et de plans militaires. Après ces dépositions, on en
recueillit plusieurs autres sur les dépenses de la cour, sur l'influence de
la reine dans les affaires, sur la scène du 10 août, sur ce qui se passait
au Temple; et les bruits les plus vagues, les circonstances les plus
insignifiantes, furent accueillis comme des preuves.

[Illustration: LA REINE À LA CONCIERGERIE.]

Marie-Antoinette répéta souvent avec présence d'esprit et avec force, qu'il
n'y avait aucun fait précis contre elle; que d'ailleurs, épouse de Louis
XVI, elle ne répondait d'aucun des actes du règne. Fouquier néanmoins la
déclara suffisamment convaincue. Chauveau-Lagarde fit d'inutiles efforts
pour la défendre; et cette reine infortunée fut condamnée à partager le
supplice de son époux.

Ramenée à la Conciergerie, elle y passa avec assez de calme la nuit qui
précéda son exécution; et le lendemain, 16 octobre, au matin, elle fut
transportée, au milieu d'une populace nombreuse, sur la place fatale où,
dix mois auparavant, avait succombé Louis XVI. Elle écoutait avec calme les
exhortations de l'ecclésiastique qui l'accompagnait, et promenait un
regard indifférent sur ce peuple qui tant de fois avait applaudi à sa
beauté et à sa grâce, et qui aujourd'hui applaudissait à son supplice avec
le même empressement. Arrivée au pied de l'échafaud, elle aperçut les
Tuileries, et parut émue; mais elle se hâta de monter l'échelle fatale, et
s'abandonna avec courage aux bourreaux. L'infâme exécuteur montra la tête
au peuple, comme il faisait toujours quand il avait immolé une victime
illustre.

Les jacobins furent comblés de joie. «Qu'on porte cette nouvelle à
l'Autriche, dirent-ils; les Romains vendaient le terrain occupé par
Annibal; nous faisons tomber les têtes les plus chères aux souverains qui
ont envahi notre territoire.»

Mais ce n'était là que le commencement des vengeances. Immédiatement après
le jugement de Marie-Antoinette, il fallut procéder à celui des girondins
enfermés à la Conciergerie.

Avant la révolte du Midi, on ne pouvait leur reprocher que des opinions. On
disait bien, à la vérité, qu'ils étaient complices de Dumouriez, de la
Vendée, de d'Orléans; mais cette complicité, facile à imputer à la tribune,
était impossible à prouver, même devant un tribunal révolutionnaire. Depuis
le jour, au contraire, où ils levèrent l'étendard de la guerre civile, et
où l'on eut contre eux des faits positifs, il devint facile de les
condamner. A la vérité, les députés détenus n'étaient pas ceux qui avaient
provoqué l'insurrection du Calvados et du Midi, mais c'étaient les membres
du même parti, les soutiens de la même cause; on avait la conviction intime
qu'ils avaient correspondu les uns avec les autres; et quoique les lettres
interceptées ne prouvassent pas suffisamment la complicité, elles
suffisaient à un tribunal qui, par son institution, devait se contenter de
la vraisemblance. Toute la modération des girondins fut donc transformée en
une vaste conspiration, dont la guerre civile avait été le dénouement. Leur
lenteur, sous la législative, à s'insurger contre le trône, leur opposition
au projet du 10 août, leur lutte avec la commune depuis le 10 août jusqu'au
20 septembre, leurs énergiques protestations contre les massacres, leur
pitié pour Louis XVI, leurs résistances au système inquisiteur qui
dégoûtait les généraux, leur opposition au tribunal extraordinaire, au
_maximum_, à l'emprunt forcé, à tous les moyens révolutionnaires: enfin
leurs efforts pour créer une autorité répressive en instituant la
commission des douze, leur désespoir après leur défaite à Paris, désespoir
qui les fit recourir aux provinces, tout cela fut travesti en une
conspiration dans laquelle tout était inséparable. Dans ce système
d'accusation, les opinions proférées à la tribune n'étaient que les
symptômes, les préparatifs de la guerre civile qui éclata bientôt; et
quiconque avait parlé dans la législative et la convention, comme les
députés réunis à Caen, à Bordeaux, à Lyon, à Marseille, était coupable
comme eux. Quoiqu'on n'eût aucune preuve directe du concert, on en trouvait
dans leur communauté d'opinion, dans l'amitié qui avait uni la plupart
d'entre eux, dans leurs réunions habituelles chez Roland et chez Valazé.

Les girondins, au contraire, ne croyaient pas pouvoir être condamnés, si on
consentait à discuter avec eux. Leurs opinions, disaient-ils, avaient été
libres; ils avaient pu différer d'avis avec les montagnards sur le choix
des moyens révolutionnaires, sans être coupables: leurs opinions ne
prouvaient ni ambition personnelle, ni complot prémédité. Elles attestaient
au contraire que sur une foule de points ils n'avaient pas été d'accord
entre eux. Enfin leur complicité avec les députés révoltés n'était que
supposée, et leurs lettres, leur amitié, leur habitude de siéger sur les
mêmes bancs, ne suffisaient nullement pour la démontrer. «Si on nous laisse
parler, disaient les girondins, nous sommes sauvés.» Funeste idée, qui,
sans assurer leur salut, leur fit perdre une partie de cette dignité, seul
dédommagement d'une mort injuste!

Si les partis avaient plus de franchise, ils seraient du moins bien plus
nobles. Le parti vainqueur aurait pu dire au parti vaincu: «Vous avez
poussé l'attachement à votre système de modération, jusqu'à nous faire la
guerre, jusqu'à mettre la république à deux doigts de sa perte, par une
diversion désastreuse; vous êtes vaincus, il faut mourir.» De leur côté,
les girondins avaient un beau discours à tenir à leurs vainqueurs. Ils
pouvaient leur répondre: «Nous vous regardons comme des scélérats qui
bouleversez la république, qui la déshonorez en prétendant la défendre, et
nous avons voulu vous combattre et vous détruire. Oui, nous sommes tous
également coupables, nous sommes tous complices de Buzot, de Barbaroux, de
Pétion, de Guadet; ce sont de grands et vertueux citoyens, dont nous
proclamons les vertus à votre face. Tandis qu'ils sont allés venger la
république, nous sommes restés ici pour la glorifier en présence des
bourreaux. Vous êtes vainqueurs, donnez-nous la mort.»

Mais l'esprit de l'homme n'est pas fait de telle sorte, qu'il cherche ainsi
à tout simplifier par de la franchise. Le parti vainqueur veut convaincre,
et il ment; un reste d'espoir engage le parti vaincu à se défendre, et il
ment; et l'on voit, dans les discordes civiles, ces honteux procès, où le
plus fort écoute pour ne pas croire, où le plus faible parle pour ne pas
persuader, et demande la vie sans l'obtenir. C'est après l'arrêt prononcé,
c'est après que tout espoir est perdu, que la dignité humaine se retrouve,
et c'est à la vue du fer qu'on la voit reparaître tout entière.

Les girondins résolurent donc de se défendre, et il leur fallut pour cela
employer les concessions, les réticences. On voulut leur prouver leurs
crimes, et on envoya, pour les convaincre, au tribunal révolutionnaire tous
leurs ennemis, Pache, Hébert, Chaumette, Chabot, et autres, ou aussi faux,
ou aussi vils. L'affluence était considérable, car c'était un spectacle
encore nouveau que celui de tant de républicains condamnés pour la cause de
la république. Les accusés étaient au nombre de vingt-un, tous à la fleur
de l'âge, dans la force du talent, quelques-uns même dans tout l'éclat de
la jeunesse et de la beauté. La seule déclaration de leurs noms et de leur
âge avait de quoi toucher.

Brissot, Gardien et Lasource, avaient trente-neuf ans; Vergniaud, Gensonné
et Lehardy, trente-cinq; Mainvielle et Ducos, vingt-huit; Boyer-Fonfrède et
Duchastel, vingt-sept; Duperret, quarante-six; Carra, cinquante; Valazé et
Lacase, quarante-deux; Duprat, trente-trois; Sillery, cinquante-sept;
Fauchet, quarante-neuf; Lesterp-Beauvais, quarante-trois; Boileau,
quarante-un; Antiboul, quarante; Vigée, trente-six.

Gensonné était calme et froid; Valazé indigné et méprisant; Vergniaud était
plus ému que de coutume; le jeune Ducos était gai; et Fonfrède, qu'on avait
épargné dans la journée du 2 juin, parce qu'il n'avait pas voté pour les
arrestations de la commission des douze, et qui, par ses instances
réitérées en faveur de ses amis, avait mérité depuis de partager leur sort,
Fonfrède semblait, pour une si belle cause, abandonner avec facilité, et sa
grande fortune, et sa jeune épouse, et sa vie.

Amar avait rédigé, au nom du comité de sûreté générale, l'acte
d'accusation. Pache fut le premier témoin entendu à l'appui. Cauteleux et
prudent, comme il l'était toujours, il dit qu'il avait aperçu depuis
long-temps une faction contraire à la révolution, mais il n'articula aucun
fait prouvant un complot prémédité. Il dit seulement que, lorsque la
convention était menacée par Dumouriez, il se rendit au comité des finances
pour obtenir des fonds et approvisionner Paris, et que le comité les
refusa; il ajouta qu'il avait été maltraité dans le comité de sûreté
générale, et que Guadet l'avait menacé de demander l'arrestation des
autorités municipales. Chaumette raconta toutes les luttes de la commune
avec le côté droit, telles qu'on les avait apprises par les journaux; il
n'ajouta qu'un seul fait particulier, c'est que Brissot avait fait nommer
Santonax commissaire aux colonies, et que Brissot était par conséquent
l'auteur de tous les maux du Nouveau-Monde. Le misérable Hébert raconta son
arrestation par la commission des douze, et dit que Roland corrompait tous
les écrivains, car madame Roland avait voulu acheter sa feuille du _Père
Duchêne_. Destournelles, ministre de la justice, et autrefois employé à la
commune, déposa d'une manière aussi vague, et répéta ce qu'on savait, c'est
que les accusés avaient poursuivi la commune, tonné contre les massacres,
et voulu instituer une garde départementale, etc., etc. Le témoin le plus
prolixe, le plus acharné dans sa déposition, qui dura plusieurs heures, fut
l'ex-capucin Chabot. Âme bouillante, faible et vile, Chabot avait toujours
été traité par les girondins comme un extravagant; il ne leur pardonnait
pas leurs dédains; il était fier d'avoir voulu le 10 août contre leur avis;
il prétendait que, s'ils avaient consenti à l'envoyer aux prisons, il
aurait sauvé les prisonniers comme il avait sauvé les Suisses; il voulait
donc se venger des girondins, et surtout recouvrer, en les calomniant, sa
popularité, qu'il commençait à perdre aux jacobins, parce qu'on le
soupçonnait de prendre part à l'agiotage. Il imagina une longue et méchante
accusation, où il montra les girondins cherchant d'abord à s'emparer du
ministre Narbonne, puis, après avoir chassé Narbonne, occupant trois
ministères à la fois, faisant le 20 juin pour ranimer leurs créatures,
s'opposant au 10 août, parce qu'ils ne voulaient pas la république, enfin
suivant toujours un plan calculé d'ambition, et, ce qui est plus atroce que
tout le reste, souffrant les massacres de septembre et le vol du
Garde-Meuble, pour perdre la réputation des patriotes. «S'ils avaient
voulu, disait Chabot, j'aurais sauvé les prisonniers. Pétion a fait boire
les égorgeurs, et Brissot n'a pas voulu qu'on les arrêtât, parce qu'il y
avait dans les prisons un de ses ennemis, Morande!»

Tels sont les êtres vils qui s'acharnent sur les hommes de bien, dès que le
pouvoir leur en a donné le signal! Aussitôt que les chefs ont jeté la
première pierre, tout ce qui vit dans la fange se soulève, et accable la
victime; Fabre-d'Églantine, devenu suspect comme Chabot, pour cause
d'agiotage, avait besoin aussi de se populariser, et il fit une déposition
plus ménagée, mais plus perfide, où il insinua que l'intention de laisser
commettre les massacres et le vol du Garde-Meuble, avait bien pu entrer
dans la politique des girondins. Vergniaud, n'y résistant pas davantage,
s'écria avec indignation: «Je ne suis pas tenu de me justifier de
complicité avec des voleurs et des assassins.»

Cependant il n'y avait aucun fait précis allégué contre les accusés, on ne
leur reprochait que des opinions publiquement soutenues, et ils répondaient
que ces opinions avaient pu être erronées, mais qu'ils avaient eu le droit
de se tromper. On leur objectait que leurs doctrines étaient non le
résultat d'une erreur involontaire et dès lors excusable, mais d'un complot
tramé chez Roland et chez Valazé. Ils répliquaient de nouveau que ces
doctrines étaient si peu l'effet d'un accord fait entre eux, qu'elles
n'avaient pas été conformes sur tous les points. L'un disait: Je n'ai pas
voté pour l'appel au peuple; l'autre: Je n'ai pas voté pour la garde
départementale; un troisième: Je n'étais pas de l'avis de la commission des
douze, je n'étais pas pour l'arrestation d'Hébert et de Chaumette. Tout
cela était vrai, mais alors la défense n'était plus commune à tous les
inculpés; ils semblaient presque s'abandonner les uns les autres, et chacun
paraissait condamner la mesure à laquelle il n'avait pas pris part.
L'accusé Boileau poussa le soin de se justifier jusqu'à la plus extrême
faiblesse, et se couvrit même de honte. Il avoua qu'il avait existé une
conspiration contre l'unité et l'indivisibilité de la république, qu'il en
était convaincu maintenant, et le déclarait à la justice; qu'il ne pouvait
pas désigner les coupables, mais qu'il souhaitait leur punition et se
déclarait franc montagnard. Gardien eut aussi la faiblesse de désavouer
tout à fait la commission des douze. Cependant Gensonné, Brissot,
Vergniaud, et surtout Valazé, corrigèrent le mauvais effet de la conduite
de leurs deux collègues. Ils alléguèrent bien qu'ils n'avaient pas toujours
pensé de même, que par conséquent ils ne s'étaient pas concertés dans leurs
opinions, mais ils ne désavouèrent ni leur amitié, ni leurs doctrines.
Valazé avoua franchement les réunions qui avaient eu lieu chez lui, et
soutint qu'ils avaient eu le droit de se réunir et de s'éclairer de leurs
idées, comme tous les autres citoyens. Lorsqu'on leur objecta enfin leur
connivence avec les fugitifs, ils la nièrent. Hébert alors s'écria: «Les
accusés nient la conspiration! Quand le sénat de Rome eut à prononcer sur
la conspiration de Catilina, s'il eût interrogé chaque conjuré et qu'il se
fût contenté d'une dénégation, ils auraient tous échappé au supplice qui
les attendait; mais les réunions chez Catilina, mais la fuite de celui-ci,
mais les armes trouvées chez Lecca, étaient des preuves matérielles, et
elles suffirent pour déterminer le jugement du sénat.--Eh bien! répondit
Brissot, j'accepte la comparaison qu'on fait de nous avec Catilina. Cicéron
lui dit: On a trouvé des armes chez toi; les ambassadeurs des Allobroges
t'accusent; les signatures de Lentulus, de Céthégus et de Statilius, tes
complices, prouvent tes infâmes projets. Ici le sénat nous accuse, il est
vrai, mais a-t-on trouvé chez nous des armes? Nous oppose-t-on des
signatures?»

Malheureusement, on avait découvert des plaintes écrites à Bordeaux par
Vergniaud, qui respiraient la plus vive indignation. On avait trouvé une
lettre d'un cousin de l'accusé Lacase, où les préparatifs de l'insurrection
étaient annoncés; enfin on avait intercepté une lettre de Duperret à madame
Roland, où celui-ci disait qu'il avait reçu des nouvelles de Buzot et de
Barbaroux, et qu'ils se préparaient à punir les attentats commis à Paris.
Vergniaud interpellé répondit: «Si je vous rappelais les motifs qui m'ont
engagé à écrire, peut-être vous paraîtrais-je plus à plaindre qu'à blâmer.
J'ai dû croire, d'après les complots du 10 mars, que le projet de nous
assassiner était lié à celui de dissoudre la représentation nationale.
Marat l'a écrit ainsi le 11 mars. Les pétitions faites depuis contre nous
avec tant d'acharnement m'ont confirmé dans cette opinion. C'est dans cette
circonstance que mon âme s'est brisée de douleur, et que j'ai écrit à mes
concitoyens que j'étais sous le couteau. J'ai réclamé contre la tyrannie de
Marat. C'est le seul que j'aie nommé. Je respecte l'opinion du peuple sur
Marat, mais enfin Marat était mon tyran!...»--A ces paroles, un juré se
lève et dit: «Vergniaud se plaint d'avoir été persécuté par Marat.
J'observe que Marat a été assassiné, et que Vergniaud est encore ici.»
Cette sotte observation est applaudie par une partie des spectateurs, et
toute la franchise, toute la raison de Vergniaud, restent sans effet sur la
multitude aveuglée.

Cependant Vergniaud était parvenu à se faire écouter, et avait retrouvé, en
parlant de la conduite de ses amis, de leur dévouement, de leurs sacrifices
à la république, toute son éloquence. L'auditoire entier avait été remué;
et cette condamnation, quoique commandée, ne semblait plus irrévocable. Les
débats avaient duré plusieurs jours. Les jacobins, indignés des lenteurs du
tribunal, adressèrent une nouvelle pétition à la convention, pour accélérer
la procédure. Robespierre fit rendre un décret par lequel, après trois
jours de discussion, les jurés étaient autorisés à se déclarer suffisamment
éclairés, et à procéder au jugement sans plus rien entendre. Et pour rendre
le titre plus conforme à la chose, il fit décider en outre que le nom de
tribunal extraordinaire serait changé en celui de TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE.

Ce décret rendu, les jurés n'osèrent pas s'en servir sur-le-champ, et
déclarèrent n'être pas suffisamment éclairés. Mais, le lendemain, ils
usèrent de leur nouveau pouvoir d'abréger les débats, et en demandèrent la
clôture. Les accusés avaient déjà perdu toute espérance, et ils étaient
résolus à mourir noblement. Ils se rendirent à la dernière séance du
tribunal avec un visage serein. Tandis qu'on les fouillait à la porte de la
Conciergerie, pour leur enlever les armes meurtrières avec lesquelles ils
auraient pu attenter à leur vie, Valazé, donnant une paire de ciseaux à son
ami Riouffe, lui dit en présence des gendarmes: «Tiens, mon ami, voilà une
arme défendue; il ne faut pas attenter à nos jours!»

[Illustration: LES GIRONDINS MARCHENT A LA MORT.]

Le 30 octobre, à minuit, les jurés entrent pour prononcer la sentence.
Antonelle, leur président, avait le visage altéré. Camille Desmoulins, en
entendant prononcer l'arrêt, s'écria: «Ah! c'est moi qui les tue, c'est
_mon Brissot dévoilé_[5]! Je m'en vais,» dit-il; et il sort désespéré. Les
accusés rentrent. En entendant prononcer le mot fatal de mort, Brissot
laisse tomber ses bras, sa tête se penche subitement sur sa poitrine;
Gensonné veut dire quelques mots sur l'application de la loi, mais il ne
peut se faire entendre. Sillery, en laissant échapper ses béquilles,
s'écrie: _Ce jour est le plus beau de ma vie_. On avait conçu quelques
espérances pour les deux jeunes frères Ducos et Fonfrède, qui avaient paru
moins compromis, et qui s'étaient attachés aux girondins, moins encore par
conformité d'opinion que par admiration pour leur caractère et leurs
talens. Cependant ils sont condamnés comme les autres. Fonfrède embrasse
Ducos en lui disant: «Mon frère, c'est moi qui te donne la
mort.--Console-toi, répond Ducos, nous mourrons ensemble.» L'abbé Fauchet,
le visage baissé, semble prier le ciel, Carra conserve son air de dureté,
Vergniaud a dans toute sa personne quelque chose de dédaigneux et de fier;
Lasource prononce ce mot d'un ancien: «Je meurs le jour où le peuple a
perdu la raison; vous mourrez le jour où il l'aura recouvrée.» Le faible
Boileau, le faible Gardien, ne sont pas épargnés. Boileau, en jetant son
chapeau en l'air, s'écrie: «Je suis innocent.--Nous sommes innocens,
répètent tous les accusés; peuple, on vous trompe.» Quelques-uns d'entre
eux ont le tort de jeter quelques assignats, comme pour engager la
multitude à voler à leur secours, mais elle reste immobile. Les gendarmes
les entourent alors pour les conduire dans leur cachot. Tout à coup l'un
des condamnés tombe à leurs pieds; ils le relèvent noyé dans son sang.
C'était Valazé, qui, en donnant ses ciseaux à Riouffe, avait gardé un
poignard, et s'en était frappé. Le tribunal décide sur-le-champ que son
cadavre sera transporté sur une charrette, à la suite des condamnés. En
sortant du tribunal, ils entonnent tous ensemble, par un mouvement
spontané, l'hymne des Marseillais:

    Contre nous de la tyrannie
    L'étendard sanglant est levé.

Leur dernière nuit fut sublime. Vergniaud avait du poison, il le jeta pour
mourir avec ses amis. Ils firent en commun un dernier repas, où ils furent
tour à tour gais, sérieux, éloquens. Brissot Gensonné, étaient graves et
réfléchis; Vergniaud parla de la liberté expirante avec les plus nobles
regrets, et de la destinée humaine avec une éloquence entraînante. Ducos
répéta des vers qu'il avait faits en prison, et tous ensemble chantèrent
des hymnes à la France et à la liberté.

Le lendemain, 31 octobre, une foule immense s'était portée sur leur
passage. Ils répétaient, en marchant à l'échafaud, cet hymne des
Marseillais que nos soldats chantaient en marchant à l'ennemi. Arrivés à la
place de la Révolution, et descendus de leurs charrettes, ils
s'embrassèrent en criant: _Vive la république!_ Sillery monta le premier
sur l'échafaud, et après avoir salué gravement le peuple, dans lequel il
respectait encore l'humanité faible et trompée, il reçut le coup fatal.
Tous imitèrent Sillery, et moururent avec la même dignité. En trente-une
minutes, le bourreau fit tomber ces illustres têtes, et détruisit ainsi en
quelques instans, jeunesse, beauté, vertus, talens. Telle fut la fin de
ces nobles et courageux citoyens, victimes de leur généreuse utopie. Ne
comprenant ni l'humanité, ni ses vices, ni les moyens de la conduire dans
une révolution, ils s'indignèrent de ce qu'elle ne voulait pas être
meilleure, et se firent dévorer par elle, en s'obstinant à la contrarier.
Respect à leur mémoire! jamais tant de vertus, de talens, ne brillèrent
dans les guerres civiles; et il faut le dire à leur gloire, s'ils ne
comprirent pas la nécessité des moyens violens pour sauver la cause de la
France, la plupart de leurs adversaires, qui préférèrent ces moyens, se
décidèrent par passion plutôt que par génie. On ne pourrait mettre au
dessus d'eux que celui des montagnards qui se serait décidé pour les moyens
révolutionnaires, par politique seule et non par l'entraînement de la
haine.

A peine les girondins eurent-ils expiré, que de nouvelles victimes furent
immolées après eux. Le glaive ne se reposa pas un instant. Le 2 novembre,
on mit à mort l'infortunée Olympe de Gouges, pour des écrits prétendus
contre-révolutionnaires, et Adam Lux, député de Mayence, accusé du même
délit. Le 6 novembre, le malheureux duc d'Orléans, transféré de Marseille à
Paris, fut traduit au tribunal révolutionnaire, et condamné pour les
soupçons qu'il avait inspirés à tous les partis. Odieux à l'émigration,
suspect aux girondins et aux jacobins, il n'inspirait aucun de ces regrets
qui consolent d'une mort injuste. Plus ennemi de la cour qu'enthousiaste de
la république, il n'éprouvait pas cette conviction qui soutient au moment
suprême; et il fut de toutes les victimes la moins dédommagée et la plus à
plaindre. Un dégoût universel, un scepticisme absolu, furent ses derniers
sentimens, et il marcha à l'échafaud avec un calme et une indifférence
extraordinaire. Traîné le long de la rue Saint-Honoré, il vit son palais
d'un oeil sec, et ne démentit pas un moment son dégoût des hommes et de la
vie. Son aide-de-camp Coustard, député comme lui, fut associé à son sort.
Deux jours après, l'intéressante et courageuse épouse de Roland les suivit
à l'échafaud. Cette femme, réunissant aux grâces d'une Française l'héroïsme
d'une Romaine, portait toutes les douleurs dans son âme. Elle respectait et
chérissait son époux comme un père; elle éprouvait pour l'un des girondins
proscrits une passion profonde, qu'elle avait toujours contenue; elle
laissait une fille, jeune et orpheline, confiée à des amis; tremblante pour
tant d'êtres si chers, elle croyait à jamais perdue cette cause de la
liberté dont elle était enthousiaste, et à laquelle elle avait fait de si
grands sacrifices. Ainsi elle souffrait dans toutes ses affections à la
fois. Condamnée pour cause de complicité avec les girondins, elle entendit
son arrêt avec une sorte d'enthousiasme, sembla inspirée depuis le
moment de sa condamnation jusqu'à celui de son exécution, et excita, chez
tous ceux qui la virent, une espèce d'admiration religieuse. Elle alla à
l'échafaud vêtue en blanc; pendant toute la route, elle ranima les forces
d'un compagnon d'infortune qui devait périr avec elle, et qui n'avait pas
le même courage; deux fois même elle parvint à lui arracher un sourire.
Arrivée sur le lieu du supplice, elle s'inclina devant la statue de la
liberté en s'écriant: _O liberté! que de crimes on commet en ton nom!_ Elle
subit ensuite la mort avec un courage inébranlable (10 novembre). Ainsi
périt cette femme charmante et courageuse, qui méritait de partager la
destinée de ses amis, mais qui, plus modeste et plus soumise au rôle passif
de son sexe, aurait, non pas évité la mort, due à ses talens et à ses
vertus, mais épargné à son époux et à elle-même des ridicules et des
calomnies.

[Illustration: MME. ROLAND.]

Son époux s'était réfugié du côté de Rouen. En apprenant sa fin tragique,
il ne voulut pas lui survivre. Il quitta la maison hospitalière où il avait
reçu un asile; et, pour ne compromettre aucun ami, il vint se donner la
mort sur la grande route. On le trouva percé au coeur d'une épée, et gisant
au pied d'un arbre contre lequel il avait appuyé l'arme meurtrière. Dans sa
poche était renfermé un écrit sur sa vie et sur sa conduite au ministère.

Ainsi, dans cet épouvantable délire qui rendait suspects et le génie, et la
vertu, et le courage, tout ce qu'il y avait de plus noble, de plus généreux
en France, périssait ou par le suicide ou par le fer des bourreaux!

[Illustration: BAILLY.]

Entre tant de morts illustres et courageuses, il y en eut une surtout plus
lamentable et plus sublime que toutes les autres, ce fut celle de Bailly.
Déjà on avait pu voir, à la manière dont il avait été traité dans le procès
de la reine, comment il serait accueilli au tribunal révolutionnaire. La
scène du Champ-de-Mars, la proclamation de la loi martiale et la fusillade
qui s'en était suivie, étaient les événemens le plus souvent et le plus
amèrement reprochés au parti constituant. C'était sur Bailly, l'ami de
Lafayette, c'était sur le magistrat qui avait fait déployer le drapeau
rouge, qu'on voulait punir tous les prétendus forfaits de la constituante.
Il fut condamné, et dut être exécuté au Champ-de-Mars, théâtre de ce qu'on
appelait son crime. Ce fut le 11 novembre, et par un temps froid et
pluvieux, qu'eut lieu son supplice. Conduit à pied, et au milieu des
outrages d'une populace barbare, qu'il avait nourrie pendant qu'il était
maire, il demeura calme et d'une sérénité inaltérable. Pendant le long
trajet de la Conciergerie au Champ-de-Mars, on lui agitait sous le
visage le drapeau rouge qu'on avait retrouvé à la mairie, enfermé dans un
étui en acajou. Arrivé au pied de l'échafaud, il semblait toucher au terme
de son supplice; mais un des forcenés, attachés à le poursuivre, s'écrie
qu'il ne faut pas que le champ de la fédération soit souillé de son sang.
Alors on se précipite sur la guillotine, on la transporte avec le même
empressement qu'on mit autrefois à creuser ce même champ de la fédération;
on court l'élever enfin sur le bord de la Seine, sur un tas d'ordures, et
vis-à-vis le quartier de Chaillot, où Bailly avait passé sa vie et composé
ses ouvrages. Cette opération dure plusieurs heures. Pendant ce temps, on
lui fait parcourir plusieurs fois le Champ-de-Mars. La tête nue, les mains
derrière le dos, il se traîne avec peine. Les uns lui jettent de la boue,
d'autres lui donnent des coups de pied ou de bâton. Accablé, il tombe; on
le relève de nouveau. La pluie, le froid, ont communiqué à ses membres un
tremblement involontaire. «Tu trembles,» lui dit un soldat.--«Mon ami,
répond le vieillard, c'est de froid.» Après plusieurs heures de cette
torture, on lui brûle sous le nez le drapeau rouge; le bourreau s'empare de
lui enfin, et on nous enlève encore un savant illustre, et l'un des hommes
les plus vertueux qui aient honoré notre patrie.

Depuis ces temps où Tacite la vit applaudir aux crimes des empereurs, la
vile populace n'a pas changé. Toujours brusque en ses mouvemens, tantôt
elle élève l'autel de la patrie, tantôt elle dresse des échafauds, et n'est
belle et noble à voir que lorsque, entraînée dans les armées, elle se
précipite sur les bataillons ennemis. Que le despotisme n'impute pas ses
crimes à la liberté; car, sous le despotisme, elle fut toujours aussi
coupable que sous la république; mais invoquons sans cesse les lumières et
l'instruction pour ces barbares, pullulant au fond des sociétés, et
toujours prêts à les souiller de tous les crimes, à l'appel de tous les
pouvoirs, et pour le déshonneur de toutes les causes.

Le 25 novembre, eut encore lieu la mort du malheureux Manuel, qui était
devenu de procureur de la commune, député à la convention, et qui donna sa
démission lors du procès de Louis XVI, parce qu'on l'accusait d'avoir
dérobé le scrutin. Au tribunal, on lui reprocha d'avoir favorisé les
massacres de septembre pour soulever les départemens contre Paris. C'est
Fouquier-Tinville qui était chargé d'imaginer ces perfides calomnies, plus
atroces encore que la condamnation. Ce même jour, fut condamné le
malheureux général Brunet, pour n'avoir pas envoyé une partie de son armée
de Nice devant Toulon; et le lendemain 26, la mort fut prononcée contre le
victorieux Houchard, pour n'avoir pas compris le plan qui lui fut tracé, et
ne s'être pas rapidement porté sur la chaussée de Furnes, de manière à
prendre toute l'armée anglaise. Sa faute était criante, mais ne méritait
pas la mort.

Ces exécutions commençaient à répandre une terreur générale, et à rendre
l'autorité formidable. L'effroi n'était pas seulement dans les prisons,
dans la salle du tribunal révolutionnaire, à la place de la Révolution; il
régnait partout, dans les marchés, dans les boutiques, où le _maximum_ et
les lois contre l'accaparement venaient d'être mis en vigueur. On a déjà vu
comment le discrédit des assignats et le renchérissement des denrées
avaient conduit à décréter le _maximum_, dans le but de remettre en rapport
les denrées et la monnaie. Les premiers effets de ce _maximum_ furent des
plus malheureux, et amenèrent la clôture d'une grande quantité de
boutiques. En fixant un tarif pour les marchandises de première nécessité,
on n'avait atteint que la marchandise rendue chez le détaillant, et prête à
passer des mains de celui-ci dans celles du consommateur. Mais le
détaillant qui l'avait achetée chez le marchand en gros ou chez le
fabricant, avant le _maximum_, et à un prix supérieur à celui du nouveau
tarif, faisait des pertes énormes et se plaignait amèrement. Les pertes
n'étaient pas moindres pour lui, même lorsqu'il avait acheté après le
_maximum_. En effet, dans le tarif des marchandises dites de première
nécessité, on ne les désignait que déjà tout ouvrées et prêtes à être
consommées, et on ne fixait leur prix que parvenues à ce dernier état. Mais
on ne disait pas quel prix elles devaient avoir, sous forme de matière
première, quel prix il fallait payer à l'ouvrier qui les travaillait, au
roulier, au navigateur qui les transportaient; par conséquent le
détaillant, qui était obligé de vendre au consommateur selon le tarif, et
qui ne pouvait traiter avec l'ouvrier, le fabricant, le commerçant en gros,
d'après ce même tarif, était dans l'impossibilité de continuer un commerce
aussi désavantageux. La plupart des marchands fermaient leurs boutiques, ou
bien échappaient à la loi par la fraude; ils ne vendaient au maximum que la
plus mauvaise marchandise, et réservaient la bonne pour ceux qui venaient
secrètement la payer sa valeur.

Le peuple, qui s'apercevait de ces fraudes, et voyait se fermer un grand
nombre de boutiques, se déchaînait avec fureur, et venait assaillir la
commune de ses réclamations; il voulait qu'on obligeât tous les marchands à
tenir leurs boutiques ouvertes, et à continuer leur commerce malgré eux.
Disposé à se plaindre de tout, il dénonçait les bouchers et les
charcutiers, qui achetaient des animaux malsains ou morts d'accidens, et
qui ne saignaient pas assez les viandes dans l'intention de les rendre plus
pesantes; les boulangers, qui, pour fournir de la belle farine au riche,
réservaient la mauvaise au pauvre, et ne faisaient pas assez cuire le pain
afin qu'il pesât davantage; les marchands de vin, qui mêlaient aux boissons
les drogues les plus malfaisantes; les marchands de sel, qui pour augmenter
le poids de cette denrée, en altéraient la qualité; les épiciers, tous les
détaillans enfin, qui falsifiaient les denrées de mille manières.

De ces abus, les uns étaient éternels, les autres tenaient à la crise
actuelle, mais, quand l'impatience du mal saisit les esprits, on se plaint
de tout, on veut tout réformer, tout punir.

Le procureur-général Chaumette fit à ce sujet un discours fulminant contre
les marchands.

«On se rappelle, dit-il, qu'en 89, et les années suivantes, tous ces hommes
ont fait un très grand commerce, mais avec qui? avec l'étranger. On sait
que ce sont eux qui ont fait tomber les assignats, et que c'est au moyen de
l'agiotage sur le papier-monnaie qu'ils se sont enrichis. Qu'ont-ils fait
après que leur fortune a été complète? Ils se sont retirés du commerce, ils
ont menacé le peuple de la pénurie des marchandises; mais s'ils ont de
l'or et des assignats, la république a quelque chose de plus précieux, elle
a des bras. Ce sont des bras et non pas de l'or qu'il faut pour faire
mouvoir les fabriques et les manufactures. Eh bien! si ces individus
abandonnent les fabriques, la république s'en emparera, et elle mettra en
réquisition toutes les matières premières. Qu'ils sachent qu'il dépend de
la république de réduire, quand elle le voudra, en boue et en cendres, l'or
et les assignats qui sont en leurs mains. Il faut que le géant du peuple
écrase les spéculateurs mercantiles.

«Nous sentons les maux du peuple, parce que nous sommes peuple nous-mêmes.
Le conseil tout entier est composé de sans-culottes, il est le
législateur-peuple. Peu nous importe que nos têtes tombent, pourvu que la
postérité daigne ramasser nos crânes.... Ce n'est pas l'Évangile que
j'invoquerai, c'est Platon. Celui qui frappera du glaive, dit ce
philosophe, périra par le glaive; celui qui frappera du poison, périra par
le poison; la famine étouffera celui qui voudrait affamer le peuple.... Si
les subsistances et les marchandises viennent à manquer, à qui s'en prendra
le peuple? aux autorités constituées? non.... A la convention? non.... Il
s'en prendra aux fournisseurs et aux approvisionneurs. Rousseau était
peuple aussi, et il disait: _Quand le peuple n'aura plus rien à manger, il
mangera le riche_.» (Commune du 14 octobre.)

Les moyens forcés conduisent aux moyens forcés, comme nous l'avons dit
ailleurs. On s'était occupé, dans les premières lois, de la marchandise
ouvrée, il fallait maintenant passer à la matière première; l'idée même de
s'emparer de la matière première et de l'ouvrer pour le compte de la
république, germait dans les têtes. C'est une redoutable obligation que
celle de violenter la nature, et de vouloir régler tous ses mouvemens. On
est bientôt obligé de suppléer la spontanéité en toutes choses, et de
remplacer la vie même par les commandemens de la loi. La commune et la
convention furent forcées de prendre de nouvelles mesures, chacune suivant
sa compétence.

La commune de Paris obligea chaque marchand à déclarer la quantité de
denrées qu'il possédait, les demandes qu'il avait faites pour s'en
procurer, et l'espérance qu'il avait des arrivages. Tout marchand qui,
faisant un commerce depuis un an, l'abandonnait ou le laissait languir,
était déclaré suspect, et enfermé comme tel. Pour empêcher la confusion et
l'engorgement provenant de l'empressement à s'approvisionner, la commune
décida encore que le consommateur ne pourrait s'adresser qu'au marchand
détaillant, le détaillant qu'au marchand en gros, et elle fixa les
quantités que chacun pourrait exiger. Ainsi l'épicier ne pouvait exiger que
vingt-cinq livres de sucre à la fois chez le marchand en gros, et le
limonadier que douze. C'étaient les comités révolutionnaires qui
délivraient les bons d'achat, et fixaient les quantités. La commune ne
borna pas là ses règlemens. Comme l'affluence à la porte des boulangers
était toujours la même, et occasionnait des scènes tumultueuses, et que
beaucoup de gens passaient une partie des nuits à attendre, Chaumette fit
décider que la distribution ne commencerait que par les derniers arrivés,
ce qui ne diminua ni le tumulte ni l'empressement. Comme le peuple se
plaignait de ce qu'on lui réservait la plus mauvaise farine, il fut arrêté
que, dans la ville de Paris, il ne serait plus fait qu'une seule espèce de
pain, composée de trois quarts de froment et d'un quart de seigle. Enfin,
on institua une commission d'inspection aux subsistances, pour vérifier
l'état des denrées, constater les fraudes, et les punir. Ces mesures,
imitées par les autres communes, souvent même converties en décrets,
devenaient aussitôt des lois générales; et c'est ainsi, comme nous l'avons
déjà dit, que la commune exerçait une influence immense dans tout ce qui
tenait au régime intérieur et à la police.

La convention, pressée de réformer la loi du _maximum_, en imagina une
nouvelle qui remontait de la marchandise à la matière première. Il devait
être fait un tableau du prix, que coûtait la marchandise en 1790, sur le
lieu même de production. A ce prix, il était ajouté premièrement, un tiers
en sus, à cause des circonstances; secondement, un prix fixe pour le
transport du lieu de production au lieu de consommation; troisièmement
enfin, une somme de cinq pour cent pour le profit du marchand en gros, et
de dix pour le marchand détailliste; de tous ces élémens on devait
composer, pour l'avenir, le prix delà marchandises de première nécessité.
Les administrations locales étaient chargées de faire ce travail chacune
pour ce qui se produisait et se consommait chez elles. Une indemnité était
accordée à tout marchand détailliste qui, ayant moins de dix mille francs
de capital, pouvait prouver qu'il avait perdu ce capital par le _maximum_.
Les communes devaient juger le cas à vue-d'oeil, comme on jugeait toute
chose alors, comme on juge tout en temps de dictature. Ainsi la loi, sans
remonter encore à la production, à la matière brute, à la main-d'oeuvre,
fixait le prix de la marchandise au sortir de la fabrique, le prix des
transports, le gain du commerçant et du détaillant, et remplaçait, dans la
moitié au moins de l'oeuvre sociale, la mobilité de la nature par des
règles absolues. Mais tout cela, nous le répétons, provenait
inévitablement du premier _maximum_, le premier _maximum_ des assignats, et
les assignats des besoins impérieux de la révolution.

Pour suffire à ce système de gouvernement introduit dans le commerce, il
fut nommé une commission des subsistances et approvisionnemens, dont
l'autorité s'étendait sur toute la république, et qui était composée de
trois membres, choisis par la convention, jouissant presque de l'importance
des ministres eux-mêmes, et ayant voix au conseil. Cette commission était
chargée de faire exécuter les tarifs, de surveiller la conduite des
communes à cet égard, de faire incessamment continuer le recensement des
subsistances et des denrées dans toute la France, d'en ordonner le
versement d'un département dans l'autre, de fixer les réquisitions pour les
armées, conformément au célèbre décret qui instituait le gouvernement
révolutionnaire.

La situation financière n'était pas moins extraordinaire que tout le reste.
Les deux emprunts, l'un forcé, l'autre volontaire, se remplissaient avec
rapidité. On s'empressait surtout de contribuer au second, parce que les
avantages qu'il présentait le rendaient bien préférable; et ainsi le moment
approchait où un milliard d'assignats allait être retiré de la circulation.
Il y avait dans les caisses, pour les besoins courans, quatre cents
millions à peu près, restant des anciennes créations, et cinq cents
millions d'assignats royaux, rentrés par le décret qui les démonétisait, et
convertis en une somme égale d'assignats républicains. Il restait donc pour
le service neuf cents millions environ.

Ce qui paraîtra extraordinaire, c'est que l'assignat, qui perdait trois
quarts et même quatre cinquièmes, était remonté au pair avec l'argent. Il y
avait, dans cette hausse, du réel et du factice. La suppression graduelle
d'un milliard flottant, le succès de la première levée, qui venait de
produire six cent mille hommes en un mois de temps, les dernières victoires
de la république, qui assuraient presque son existence, avaient hâté le
débit des biens nationaux, et rendu quelque confiance aux assignats, mais
point assez cependant pour les égaler à l'argent. Voici les causes qui les
mirent, en apparence, au pair avec le numéraire. On se souvient qu'une loi
défendait, sous des peines graves, le commerce de l'argent, c'est-à-dire
l'échange à perte de l'assignat contre l'argent; qu'une autre loi punissait
aussi de peines sévères celui qui, dans les achats, traiterait à des prix
différens, selon que le paiement aurait lieu en papier ou en numéraire. De
cette manière, l'argent, échangé soit contre l'assignat, soit contre la
marchandise, ne pouvait valoir son prix réel, et il ne restait plus qu'à
l'enfouir. Mais une dernière loi portait que l'argent, l'or ou les bijoux
enfouis, appartiendraient, partie à l'état, partie au dénonciateur. Dès
lors on ne pouvait ni se servir de l'argent dans le commerce, ni le cacher;
il était à charge, il exposait le détenteur à passer pour suspect; on
commençait à s'en défier et à préférer l'assignat pour l'usage journalier.
C'est là ce qui rétablit momentanément le pair, qui n'avait jamais
réellement existé pour le papier, même au premier jour de sa création.
Beaucoup de communes, y ajoutant leurs lois à celles de la convention,
avaient même défendu la circulation du numéraire, et ordonné qu'il fût
apporté dans les caisses pour y être changé en assignats. La convention, il
est vrai, avait aboli toutes ces décisions particulières des communes; mais
les lois générales portées par elle n'en rendaient pas moins le numéraire
inutile et dangereux. Beaucoup de gens le portaient à l'impôt ou à
l'emprunt, ou bien le donnaient aux étrangers qui en faisaient un grand
commerce, et qui venaient dans les villes frontières le recevoir contre des
marchandises. Les Italiens, et les Génois surtout, qui nous apportaient
beaucoup de blé, accouraient dans les ports du Midi, et achetaient au plus
bas prix les matières d'or et d'argent. Le numéraire avait donc reparu par
l'effet de ces lois terribles; et le parti des révolutionnaires ardens,
craignant que son apparition ne fût de nouveau nuisible au papier-monnaie,
voulait que le numéraire, qui, jusqu'ici, n'était pas exclu de la
circulation, fût prohibé tout à fait; ils demandaient que la transmission
en fût interdite, et qu'on ordonnât à tous ceux qui en possédaient de se
présenter aux caisses publiques pour l'échanger contre des assignats.

La terreur avait presque fait cesser l'agiotage. Les spéculations sur le
numéraire étaient, comme on vient de le voir, devenues impossibles. Le
papier étranger, frappé de réprobation, ne circulait plus comme deux mois
auparavant; et les banquiers, accusés de toutes parts d'être les
intermédiaires des émigrés, et de se livrer à l'agiotage, étaient dans le
plus grand effroi. Pour un moment, le scellé avait été mis chez eux, mais
on sentit bientôt le danger d'interrompre les opérations de la banque,
d'arrêter ainsi la circulation de tous les capitaux, et on retira le
scellé. Néanmoins, l'effroi était assez grand pour qu'on ne songeât plus à
aucune espèce de spéculation.

La compagnie des Indes venait enfin d'être abolie. On a vu quelle intrigue
s'était formée entre quelques députés pour spéculer sur les actions de
cette compagnie. Le baron de Batz, s'entendant avec Julien de Toulouse,
Delaunay d'Angers, et Chabot, voulait, par des motions effrayantes, faire
baisser les actions, les acheter alors, puis, par des motions plus douces,
les faire remonter, les revendre, et réaliser les profits de cette hausse
frauduleuse. L'abbé d'Espagnac, que Julien favorisait auprès du comité des
marchés, devait prêter les fonds pour ces spéculations. Ces misérables
réussirent, en effet, à faire tomber les actions de 4500 à 650 livres, et
recueillirent des profits considérables. Cependant on ne pouvait éviter la
suppression de la compagnie; alors ils se mirent à traiter avec elle pour
adoucir le décret de suppression. Delaunay et Julien de Toulouse le
discutaient avec ses directeurs, et leur disaient: «Si vous donnez telle
somme, nous présenterons tel décret; si non, nous en présenterons tel
autre.» Ils convinrent d'une somme de cinq cent mille francs, moyennant
laquelle ils devaient, en proposant la suppression de la compagnie, qui
était inévitable, lui faire attribuer à elle-même le soin de sa
liquidation, ce qui pouvait prolonger pour long-temps encore sa durée. La
somme devait être partagée entre Delaunay, Julien de Toulouse, Chabot, et
Bazire, que son ami Chabot avait mis au fait de l'intrigue, mais qui refusa
d'y prendre part. Delaunay présenta le décret de suppression le 17
vendémiaire. Il proposait de supprimer la compagnie, de l'obliger à
restituer les sommes qu'elle devait à l'état, et surtout de lui faire
payer le droit sur les transferts, qu'elle était parvenue à éluder en
transformant ses actions en inscriptions sur ses livres. Il proposait enfin
de lui laisser à elle-même le soin de sa liquidation. Fabre d'Églantine,
qui n'était pas encore dans le secret, et qui spéculait, à ce qu'il paraît,
en sens contraire, s'éleva aussitôt contre ce projet, en disant que
permettre à la compagnie de se liquider elle-même, c'était l'éterniser, et
que sous ce prétexte elle demeurerait indéfiniment en exercice. Il
conseilla donc de transporter au gouvernement le soin de cette liquidation.
Cambon demanda, par un sous-amendement, que l'état, en faisant la
liquidation, ne restât pas chargé des dettes, si le passif de la compagnie
excédait son actif. Le décret et les deux amendemens furent adoptés, et on
les renvoya à la commission, pour en arrêter la rédaction définitive.
Aussitôt les membres du complot pensèrent qu'il fallait s'emparer de Fabre
pour obtenir, au moyen de la rédaction, quelques modifications au décret.
Chabot fut dépêché à Fabre avec cent mille francs, et parvint à le gagner.
Voici alors ce qui fut fait: on rédigea le décret tel qu'il avait été
adopté par la convention, et on le donna à signer à Cambon et aux membres
de la commission qui n'étaient pas complices du projet. Ensuite on ajouta à
cette copie authentique quelques mots qui en altéraient tout à fait le
sens. A l'article des transferts qui avaient échappé au droit, et qui
devaient le supporter, on ajouta ces mots: _Excepté ceux faits en fraude_,
ce qui faisait revivre toutes les prétentions de la compagnie à l'égard de
l'exemption du droit. A propos de la liquidation, il fut encore ajouté ces
mots: _D'après les statuts et règlemens de la compagnie_, ce qui donnait
entrée à celle-ci dans la liquidation. Ces mots intercalés changeaient
gravement le dispositif du décret. Chabot, Fabre, Delaunay, Julien de
Toulouse, signèrent ensuite, et remirent la copie falsifiée à la commission
de l'envoi des lois, qui la fit imprimer et promulguer comme décret
authentique. Ils espéraient que les membres qui avaient signé avant cette
légère altération, ou ne s'en souviendraient pas, ou ne s'en apercevraient
pas, et ils se partagèrent la somme de cinq cent mille francs. Bazire
refusa seul sa part, en disant qu'il ne voulait pas participer à de telles
turpitudes.

Cependant Chabot, dont on commençait à dénoncer le luxe, tremblait de se
voir compromis. Il avait suspendu les cent mille francs, reçus pour son
compte, dans des lieux d'aisance; et comme ses complices le voyaient prêt à
les trahir, ils menaçaient de prendre les devans, et de tout révéler s'il
les abandonnait. Telle avait été l'issue de cette honteuse intrigue liée
entre le baron de Batz et trois ou quatre députés. La terreur générale qui
grondait sur toutes les têtes, même innocentes, s'était communiquée à eux,
et ils avaient peur de se voir découverts et punis. Pour le moment donc,
toutes les spéculations étaient suspendues, et personne ne songeait plus à
se livrer à l'agiotage.

C'est dans cet instant, où l'on ne craignait pas de faire violence à toutes
les idées reçues, à toutes les habitudes établies, que le projet de
renouveler le système des poids et mesures et de changer le calendrier fut
exécuté. Le goût de la régularité et le mépris des obstacles devaient
signaler une révolution qui était à la fois philosophique et politique.
Elle avait divisé le territoire en quatre-vingt-trois portions égales; elle
avait uniformisé l'administration civile, religieuse et militaire; elle
avait égalisé toutes les parties de la dette publique. Elle ne pouvait
manquer de régulariser les poids, les mesures et la division du temps. Sans
doute ce goût pour l'uniformité, dégénérant en esprit de système, en fureur
même, a fait oublier trop souvent les variétés nécessaires et attrayantes
de la nature; mais ce n'est que dans ces sortes d'accès que l'esprit humain
opère les régénérations grandes et difficiles. Le nouveau système des poids
et mesures, l'une des plus belles créations du siècle, fut le résultat de
cet audacieux esprit d'innovation. On imagina de prendre pour unité de
poids et pour unité de mesures, des quantités naturelles et invariables
dans tous les pays. Ainsi, l'eau distillée fut prise pour unité de poids,
et une partie du méridien pour unité de mesure. Ces unités, multipliées ou
divisées par dix, à l'infini, formèrent ce beau système connu sous le nom
de _calcul décimal_.

La même régularité devait être appliquée à la division du temps; et la
difficulté de changer les habitudes d'un peuple, dans ce qu'elles ont de
plus invincible, ne devait pas arrêter des hommes aussi résolus que ceux
qui présidaient alors aux destinées de la France. Déjà ils avaient changé
l'ère grégorienne en ère républicaine, et fait dater celle-ci de l'an
premier de la liberté. Ils firent commencer l'année et la nouvelle ère au
22 septembre 1792, jour qui par une rencontre heureuse, était celui de
l'institution de la république et de l'équinoxe d'automne. L'année aurait
dû être divisée en dix parties, conformément au système décimal; mais en
prenant pour base de la division des mois les douze révolutions de la lune
autour de la terre, il fallait admettre douze mois. La nature commandait
ici l'infraction au système décimal. Le mois fut de trente jours; il se
divisa en trois dizaines de jours, nommées _décades_, et remplaçant les
quatre semaines. Le dixième jour de chaque décade fut consacré au repos, et
remplaça l'ancien dimanche. C'était un jour de repos de moins par mois. La
religion catholique avait multiplié les fêtes à l'infini; la révolution,
préconisant le travail, croyait devoir les réduire le plus possible. Les
mois s'appelèrent du nom des saisons auxquelles ils appartenaient. L'année
commençant en automne, les trois premiers mois appartenaient à cette
saison; on les nomma, le 1er, _vendémiaire_, le 2e, _brumaire_, le 3e,
_frimaire_; les trois suivans, correspondant à l'hiver, s'appelaient
_nivôse, pluviôse, ventôse_; les trois autres, répondant au printemps,
_germinal, floréal, prairial_; les trois derniers enfin, comprenant l'été,
furent nommés _messidor, thermidor, fructidor_. Ces douze mois, de trente
jours chacun, ne faisaient que trois cent soixante jours en tout. Il
restait cinq jours pour compléter l'année; ils furent appelés
_complémentaires_, et on eut la belle idée de les réserver pour des fêtes
nationales, sous le nom de _sans-culottides_, nom qu'il faut accorder au
temps, et qui n'est pas plus absurde que beaucoup d'autres adoptés par les
peuples. La première dut être consacrée au _génie_; la seconde au
_travail_; la troisième, aux _belles actions_; la quatrième, aux
_récompenses_; la cinquième enfin, à _l'opinion_. Cette dernière fête, tout
à fait originale, et parfaitement adaptée au caractère français, devait
être une espèce de carnaval politique de vingt-quatre heures, pendant
lequel il serait permis de dire et d'écrire impunément sur tout homme
public, tout ce qu'il plairait au peuple et aux écrivains d'imaginer.
C'était à l'opinion à faire justice de l'opinion même, et à tous les
magistrats à se défendre par leurs vertus contre les vérités et les
calomnies de ce jour. Rien n'était plus grand et plus moral que cette idée.
Il ne faut point, parce qu'une destinée plus forte a emporté les pensées et
les institutions de cette époque, frapper de ridicule ses vastes et hardies
conceptions. Les Romains ne sont pas restés ridicules, parce que, le jour
du triomphe, le soldat placé derrière le char du triomphateur, pouvait dire
tout ce que lui suggérait sa haine ou sa gaieté. Tous les quatre ans,
l'année bissextile, amenant six jours complémentaires au lieu de cinq,
cette sixième sans-culottide devait s'appeler fête de la _révolution_, et
être consacrée à une grande solennité, dans laquelle les Français
viendraient célébrer l'époque de leur affranchissement et l'institution de
la république.

Le jour fut divisé, suivant le système décimal, en dix parties ou heures,
celles-ci en dix autres, et ainsi de suite. De nouveaux cadrans furent
ordonnés pour mettre en pratique cette nouvelle manière de calculer le
temps; cependant, pour ne pas tout faire à la fois, on ajourna à une année
cette dernière réforme. La dernière révolution, la plus difficile, la plus
accusée de tyrannie, fut celle qu'on essaya à l'égard du culte. Les lois
révolutionnaires, relatives à la religion, étaient restées telles que
l'assemblée constituante les avait faites. On se souvient que cette
première assemblée, désirant ramener l'administration ecclésiastique à
l'uniformité de l'administration civile, voulut que les circonscriptions
des diocèses fussent les mêmes que celles des départemens, que l'évêque fût
électif comme tous les autres fonctionnaires, et qu'en un mot, sans toucher
au dogme, la discipline fût régularisée, comme venaient de l'être toutes
les parties de l'organisation politique. Telle fut la constitution civile
du clergé, à laquelle on obligea les ecclésiastiques de prêter serment. Dès
ce jour, on s'en souvient, il y eut un schisme; on appela prêtres
constitutionnels ou assermentés, ceux qui avaient adhéré à la nouvelle
institution, et prêtres réfractaires ceux qui s'y étaient refusés. Ces
derniers seulement étaient privés de leurs fonctions et pourvus d'une
pension. L'assemblée législative, voyant qu'ils s'attachaient à indisposer
l'opinion contre le nouveau régime, les soumit à la surveillance des
autorités des départemens, et décréta même que sur un jugement de ces
autorités, ils pourraient être bannis du territoire de la France. La
convention, plus sévère enfin, à mesure que leur conduite devenait plus
séditieuse, condamna à la déportation tous les prêtres réfractaires.
L'emportement des esprits augmentant chaque jour, on se demandait pourquoi,
en abolissant toutes les anciennes superstitions monarchiques, on
conservait encore un fantôme de religion, à laquelle presque personne ne
croyait plus, et qui formait le contraste le plus tranchant avec les
nouvelles institutions, les nouvelles moeurs de la France républicaine.
Déjà on avait demandé des lois pour favoriser les prêtres mariés, et les
protéger contre certaines administrations locales qui voulaient les priver
de leurs fonctions. La convention, très réservée en cette matière, n'avait
rien voulu statuer à leur égard, mais par son silence même elle les avait
autorisés à conserver leurs fonctions et leurs traitemens. Il s'agissait en
outre, dans certaines pétitions, de ne plus salarier aucun culte, de
laisser chaque secte payer ses ministres, d'interdire les cérémonies
extérieures, et d'obliger toutes les religions à se renfermer dans leurs
temples. La convention se borna à réduire le revenu des évêques au
_maximum_ de six mille francs, vu qu'il y en avait dont le revenu s'élevait
à soixante-dix mille. Quant à tout le reste elle ne voulut rien prendre sur
elle, et garda le silence, laissant la France prendre l'initiative de
l'abolition des cultes. Elle craignait, en touchant elle-même aux
croyances, d'indisposer une partie de la population, encore attachée à la
religion catholique. La commune de Paris, moins réservée, saisit cette
occasion importante d'une grande réforme, et s'empressa de donner le
premier exemple de l'abjuration du catholicisme.

Tandis que les patriotes de la convention et des Jacobins, tandis que
Robespierre, Saint-Just et les autres chefs révolutionnaires, s'arrêtaient
au déisme, Chaumette, Hébert, tous les notables de la commune et des
Cordeliers, placés plus bas par leurs fonctions et leurs lumières,
devaient, suivant la loi ordinaire, dépasser les bornes, et aller jusqu'à
l'athéisme. Ils ne professaient pas ouvertement cette doctrine, mais on
pouvait la leur supposer; jamais dans leurs discours ou leurs feuilles, ils
ne prononçaient le nom de Dieu, et ils répétaient sans cesse qu'un peuple
ne devait se gouverner que par la raison, et n'admettre aucun culte que
celui de la raison. Chaumette n'était ni bas, ni méchant, ni ambitieux
comme Hébert; il ne cherchait pas, en exagérant les opinions régnantes, à
supplanter les chefs actuels de la révolution; mais, dénué de vues
politiques, plein d'une philosophie commune, entraîné par un extraordinaire
penchant à la déclamation, il prêchait, avec l'ardeur et l'orgueil dévot
d'un missionnaire, les bonnes moeurs, le travail, les vertus patriotiques,
et la raison enfin, en s'abstenant toujours de nommer Dieu. Il s'était
élevé avec véhémence contre les pillages; il avait fortement réprimandé les
femmes qui négligeaient le soin de leur ménage pour se mêler de troubles
politiques, et avait eu le courage de faire fermer leur club; il avait
provoqué l'abolition de la mendicité et l'établissement d'ateliers publics
pour fournir du travail aux pauvres; il avait tonné contre la prostitution,
et avait fait prohiber par la commune la profession des filles publiques,
partout tolérée comme inévitable. Il était défendu à ces malheureuses de se
montrer en public, d'exercer même dans l'intérieur des maisons leur
déplorable industrie. Chaumette disait qu'elles appartenaient aux pays
monarchiques et catholiques, où il y avait des citoyens oisifs, des prêtres
non mariés, et que le travail et le mariage devaient les chasser des
républiques.

Chaumette, prenant donc l'initiative au nom de ce système de la raison,
s'éleva à la commune contre la publicité du culte catholique. Il soutint
que c'était un privilège dont ce culte ne devait pas plus jouir qu'un
autre; que si chaque secte avait cette faculté, bientôt les rues et les
places publiques seraient le théâtre des farces les plus ridicules. La
commune ayant la police locale, il fit décider, le 23 vendémiaire (14
octobre), que les ministres d'aucune religion ne pourraient exercer leur
culte hors des temples. Il fit instituer de nouvelles cérémonies funèbres
pour rendre les derniers devoirs aux morts. Les amis et les parens devaient
seuls accompagner le cercueil. Tous les signes religieux furent supprimés
dans les cimetières, et remplacés par une statue du Sommeil, à l'exemple de
ce que Fouché avait fait dans le département de l'Allier. Au lieu de cyprès
et d'arbustes lugubres, les cimetières furent plantés des arbres les plus
rians et les plus odorans. «Il faut, dit Chaumette, que l'éclat et le
parfum des fleurs rappellent les idées les plus douces; je voudrais, s'il
était possible, pouvoir respirer l'âme de mon père!» Tous les signes
extérieurs du culte furent entièrement abolis. On décida encore dans un
même arrêté, et toujours sur les réquisitoires de Chaumette, qu'on ne
pourrait plus vendre dans les rues _toutes espèces de jongleries, telles
que des saints-suaires, des mouchoirs de sainte Véronique, des ecce-homo,
des croix, des agnus Dei, des Vierges, des cors et bagues de saint Hubert_,
ni pareillement _des poudres, des eaux médicinales, et autres drogues
falsifiées_. L'image de la Vierge fut partout supprimée, et toutes les
madones qui se trouvaient dans des niches, aux coins des rues, furent
remplacées par les bustes de Marat et de Lepelletier.

Anacharsis Clootz, ce même baron prussien qui, riche à cent mille livres de
rentes, avait quitté son pays pour venir à Paris représenter, disait-il, le
genre humain, qui avait figuré à la première fédération de 1790, à la tête
des prétendus envoyés de tous les peuples, et qui ensuite fut nommé député
à la convention nationale, Anacharsis Clootz prêchait sans cesse la
république universelle et le culte de la raison. Plein de ces deux idées,
il les développait sans relâche dans ses écrits, et, tantôt dans des
manifestes, tantôt dans des adresses, il les proposait à tous les peuples.
Le déisme lui paraissait aussi coupable que le catholicisme même; il ne
cessait de proposer la destruction des tyrans et de toutes les espèces de
dieux, et prétendait qu'il ne devait rester chez l'humanité, affranchie et
éclairée, que la raison pure, et son culte bienfaisant et immortel. Il
disait à la convention: «Je n'ai pu échapper à tous les tyrans sacrés et
profanes que par des voyages continuels; j'étais à Rome quand on voulait
m'incarcérer à Paris, et j'étais à Londres quand on voulait me brûler à
Lisbonne. C'est en faisant ainsi la navette d'un bout de l'Europe à
l'autre, que j'échappais aux alguazils, aux mouchards, à tous les maîtres,
à tous les valets. Mes émigrations cessèrent quand l'émigration des
scélérats commença. C'est dans le chef-lieu du globe, c'est à Paris,
qu'était le poste de l'orateur du genre humain. Je ne le quittai plus
depuis 1789; c'est alors que je redoublai de zèle contre les prétendus
souverains de la terre et du ciel. Je prêchai hautement qu'il n'y a pas
d'autre Dieu que la nature, d'autre souverain que le genre humain, le
peuple-dieu. Le peuple se suffit à lui-même, il sera toujours debout. La
nature ne s'agenouille point devant elle-même. Jugez de la majesté du genre
humain libre par celle du peuple français, qui n'en est qu'une fraction.
Jugez de l'infaillibilité du tout par la sagacité d'une portion qui, elle
seule, fait trembler le monde esclave. Le comité de surveillance de la
république universelle aura moins de besogne que le comité de la moindre
section de Paris. Une confiance générale remplacera une méfiance
universelle. Il y aura dans ma république peu de bureaux, peu d'impôts, et
point de bourreau. La raison réunira tous les hommes dans un seul faisceau
représentatif, sans autre lien que la correspondance épistolaire. Citoyens,
la religion est le seul obstacle à cette utopie; le temps est venu de la
détruire. Le genre humain a brûlé ses lisières. On n'a de vigueur, dit un
ancien, que le jour qui suit un mauvais règne; profitons de ce premier
jour, que nous prolongerons jusqu'au lendemain de la délivrance du monde!»

Les réquisitoires de Chaumette ranimèrent toutes les espérances de Clootz;
il alla trouver Gobel, intrigant de Porentruy, devenu évêque
constitutionnel du département de Paris, par ce mouvement rapide qui avait
élevé Chaumette, Hébert et tant d'autres aux premières fonctions
municipales. Il lui persuada que le moment était venu d'abjurer à la face
de la France le culte catholique, dont il était le premier pontife; que son
exemple entraînerait tous les ministres du culte, éclairerait la nation,
provoquerait une abjuration générale, et obligerait la convention à
prononcer alors l'abolition du christianisme. Gobel ne voulut pas
précisément abjurer sa croyance même, et déclarer par là qu'il avait trompé
les hommes pendant toute sa vie, mais il consentit à venir abdiquer
l'épiscopat. Gobel décida ensuite ses vicaires à suivre cet exemple. Il fut
convenu aussi avec Chaumette et les membres du département que toutes les
autorités constituées de Paris accompagneraient Gobel, et feraient partie
de la députation, pour lui donner plus de solennité.

Le 17 brumaire (7 novembre 1793), Momoro, Pache, Lhuillier, Chaumette,
Gobel et tous ses vicaires, se rendent à la convention. Chaumette et
Lhuillier, tous deux procureurs, l'un de la commune, l'autre du
département, annoncent que le clergé de Paris vient rendre à la raison un
hommage éclatant et sincère. Alors ils présentent Gobel. Celui-ci, coiffé
du bonnet rouge, et tenant à la main sa mitre, sa crosse, sa croix et son
anneau, prend la parole: «Né plébéien, dit-il, curé dans le Porentruy,
envoyé par mon clergé à la première assemblée, puis élevé à l'archevêché de
Paris, je n'ai jamais cessé d'obéir au peuple. J'ai accepté les fonctions
que ce peuple m'avait autrefois confiées, et aujourd'hui je lui obéis
encore en venant les déposer. Je m'étais fait évêque quand le peuple
voulait des évêques, je cesse de l'être maintenant que le peuple n'en veut
plus.» Gobel ajoute que tout son clergé, animé des mêmes sentimens, le
charge de faire la même déclaration. En achevant ces paroles, il dépose sa
mitre, sa croix et son anneau. Son clergé ratifie sa déclaration. Le
président lui répond avec adresse, que la convention a décrété la liberté
des cultes, qu'elle a dû la laisser tout entière à chaque secte, qu'elle ne
s'est jamais ingérée dans leurs croyances, mais qu'elle applaudit à celles
qui, éclairées par la raison, viennent abjurer leurs superstitions et leurs
erreurs.

Gobel n'avait pas abjuré le sacerdoce et le catholicisme, et n'avait pas
osé se déclarer un imposteur qui venait enfin avouer ses mensonges; mais
d'autres étendent pour lui cette déclaration. «Revenu, dit le curé de
Vaugirard, des préjugés que le fanatisme avait mis dans mon coeur et dans
mon esprit, je dépose mes lettres de prêtrise.» Divers évêques et curés,
membres de la convention, suivent cet exemple, et déposent leurs lettres
de prêtrise ou abjurent le catholicisme. Julien de Toulouse abdique aussi
sa qualité de ministre protestant. Des applaudissemens furieux de
l'assemblée et des tribunes accueillent ces abdications. Dans ce moment,
Grégoire, évêque de Blois, entre dans l'assemblée. On lui raconte ce qui
vient de se passer, et on l'engage à imiter l'exemple de ses collègues. Il
refuse avec courage: «S'agit-il du revenu attaché aux fonctions d'évêque?
je l'abandonne, dit-il, sans regret. S'agit-il de ma qualité de prêtre et
d'évêque? je ne puis m'en dépouiller; ma religion me le défend. J'invoque
la liberté des cultes.» Les paroles de Grégoire s'achèvent dans le tumulte,
mais n'arrêtent point cependant l'explosion de joie que cette scène a
excitée. La députation quitte l'assemblée au milieu d'une foule immense, et
va se rendre à l'Hôtel-de-Ville pour recevoir les félicitations de la
commune.

Il n'était pas difficile, une fois cet exemple donné, d'exciter toutes les
sections de Paris et toutes les communes de la république à l'imiter.
Bientôt les sections se réunissent, et viennent déclarer, l'une après
l'autre, qu'elles renoncent à toutes les erreurs de la superstition, et
qu'elles ne reconnaissent plus qu'un seul culte, celui de la raison. La
section de l'Homme-Armé déclare qu'elle ne reconnaît d'autre culte que
celui de la vérité et de la raison, d'autre fanatisme que celui de la
liberté et de l'égalité, d'autre dogme que celui de la fraternité et des
lois républicaines décrétées depuis le 31 mai 1793. Celle de la Réunion
annonce qu'elle fera un feu de joie de tous les confessionnaux, de tous les
livres qui servaient aux catholiques, et qu'elle fera fermer l'église de
Saint-Méry. Celle de Guillaume-Tell renonce pour toujours au culte de
l'erreur et du mensonge. Celle de Mucius Scaevola abjure le catholicisme,
et fera, décadi prochain, sur le maître-autel de Saint-Sulpice,
l'inauguration des bustes de Marat, de Lepelletier et de Mucius Scaevola.
Celle des Piques n'adorera d'autre Dieu que le Dieu de la liberté et de
l'égalité. Celle de l'Arsenal abdique aussi le culte catholique.

Ainsi les sections, prenant l'initiative, abjuraient le catholicisme comme
religion publique, et s'emparaient de ses édifices et de ses trésors comme
d'édifices et de trésors appartenant au domaine communal. Déjà les députés
en mission dans les départemens avaient engagé une foule de communes à se
saisir du mobilier des églises qui n'était pas nécessaire, disaient-ils, à
la religion, qui, d'ailleurs, comme toute propriété publique, appartenait à
l'état, et pouvait être consacré à ses besoins. Fouché avait envoyé du
département de l'Allier plusieurs caisses d'argenterie. Il en était venu
beaucoup aussi de divers départemens. Bientôt le même exemple, suivi à
Paris et aux environs, fit affluer à la barre de la convention des monceaux
de richesses. On dépouilla toutes les églises, et les communes envoyèrent
des députations avec l'or et l'argent accumulés dans les niches des saints,
ou dans les lieux consacrés par une ancienne dévotion. On se rendait en
procession à la convention, et le peuple, se livrant à ses goûts
burlesques, parodiait de la manière la plus bizarre les scènes de la
religion, et trouvait autant de plaisir à les profaner qu'il en avait
trouvé jadis à les célébrer. Des hommes, vêtus de surplis, de chasubles, de
chappes, venaient en chantant des _alleluia_ et en dansant _la carmagnole_
à la barre de la convention; ils y déposaient les ostensoirs, les crucifix,
les saints ciboires, les statues d'or et d'argent; ils prononçaient des
discours burlesques, et souvent adressaient aux saints eux-mêmes les
allocutions les plus singulières. «O vous! s'écriait une députation de
Saint-Denis, ô vous, instrumens du fanatisme! saints, bienheureux de toute
espèce, soyez enfin patriotes, levez-vous en masse, servez la patrie en
allant vous fondre à la Monnaie, et faites en ce monde notre bonheur que
vous vouliez faire dans l'autre!» A ces scènes de gaieté succédaient tout à
coup des scènes de respect et de recueillement. Ces mêmes individus, qui
foulaient aux pieds les saints du christianisme, portaient un dais; ils en
ouvraient les voiles, et montrant les bustes de Marat et de Lepelletier:
«Voici, disaient-ils, non pas des dieux faits par des hommes, mais l'image
de citoyens respectables, assassinés par les esclaves des rois.» On
défilait ensuite devant la convention, en chantant encore des _alleluia_ et
en dansant _la carmagnole_; on allait déposer les riches dépouilles des
autels à la Monnaie, et les bustes vénérés de Marat et de Lepelletier dans
les églises, devenues désormais les temples d'un nouveau culte.

Sur le réquisitoire de Chaumette, il fut arrêté que l'église métropolitaine
de Notre-Dame serait convertie en un édifice républicain, appelé _Temple de
la Raison_; une fête fut instituée pour tous les jours de décade. Elle dut
remplacer les cérémonies catholiques du dimanche. Le maire, les officiers
municipaux, les fonctionnaires publics, se rendaient dans le temple de la
Raison, y lisaient la déclaration des droits de l'homme, ainsi que l'acte
constitutionnel, y faisaient l'analyse des nouvelles des armées, et
racontaient les actions d'éclat qui avaient eu lieu dans la décade. _Une
bouche de vérité_, semblable aux bouches de dénonciations qui se trouvaient
à Venise, était placée dans le temple de la Raison pour recevoir _les avis,
reproches_ ou _conseils_, utiles au bien public. On faisait la levée de ces
lettres chaque jour de décade; on procédait à leur lecture; un orateur
prononçait un discours de morale; après, on exécutait des morceaux de
musique, et on finissait par chanter des hymnes républicains. Il y avait
dans le temple deux tribunes, l'une pour les vieillards, l'autre pour les
femmes enceintes, avec ces mots: _Respect à la vieillesse, respect et soins
aux femmes enceintes_.

La première fête de la raison fut célébrée avec pompe le 20 brumaire (10
novembre). Toutes les sections s'y rendirent avec les autorités
constituées. Une jeune femme représentait la déesse de la Raison; c'était
l'épouse de l'imprimeur Momoro, l'un des amis de Vincent, Ronsin,
Chaumette, Hébert, et pareils. Elle était vêtue d'une draperie blanche; un
manteau bleu céleste flottait sur ses épaules; ses cheveux épars étaient
recouverts du bonnet de la liberté. Elle était assise sur un siége antique,
entouré de lierre et porté par quatre citoyens. Des jeunes filles, vêtues
de blanc et couronnées de rosés, précédaient et suivaient la déesse. Puis
venaient les bustes de Lepelletier et de Marat, des musiciens, des troupes,
et toutes les sections armées. Des discours furent prononcés, et des hymnes
chantés dans le temple de la Raison; on se rendit ensuite à la convention;
Chaumette prit la parole en ces termes:

«Législateurs, le fanatisme a cédé la place à la raison. Ses yeux louches
n'ont pu soutenir l'éclat de la lumière. Aujourd'hui un peuple immense
s'est porté sous ces voûtes gothiques, qui pour la première fois ont servi
d'écho à la vérité. Là, les Français ont célébré le seul vrai culte, celui
a de la liberté, celui de la raison. Là, nous avons formé des voeux pour la
prospérité des armes de la république. Là, nous avons abandonné des idoles
inanimées, pour la raison, pour cette image animée, chef-d'oeuvre de la
nature.» En disant ces mots, Chaumette montrait la déesse vivante de la
Raison. La jeune et belle femme qui la représentait, descend de son siége,
et s'approche du président, qui lui donne l'accolade fraternelle au milieu
des bravos universels, et des cris de _vive la république! vive la Raison!
à bas le fanatisme!_ La convention, qui n'avait encore pris aucune part à
ces représentations, est entraînée et obligée de suivre le cortège, qui
retourne une seconde fois au temple de la Raison, et va y chanter un hymne
patriotique. Une nouvelle importante, celle de la reprise de Noirmoutiers
sur Charette, augmentait la joie générale et lui donnait un motif plus réel
que celui de l'abolition du fanatisme.

On voit sans doute avec dégoût ces scènes sans recueillement, sans bonne
foi, où un peuple changeait son culte sans comprendre ni l'ancien ni le
nouveau. Mais quand le peuple est-il de bonne foi? quand est-il capable de
comprendre les dogmes qu'on lui donne à croire? Ordinairement, que lui
faut-il? De grandes réunions qui satisfassent son besoin d'être assemblé,
des spectacles symboliques, où on lui rappelle sans cesse l'idée d'une
puissance supérieure à la sienne, enfin des fêtes où l'on rende hommage aux
hommes qui ont le plus approché du bien, du beau, du grand, en un mot des
temples, des cérémonies et des saints. Il avait ici des temples, la Raison,
Marat, et Lepelletier. Il était réuni, il adorait une puissance
mystérieuse, il célébrait deux hommes. Tous ses besoins étaient donc
satisfaits, et il n'y cédait pas autrement qu'il n'y cède toujours.

Si l'on considère le tableau de la France à cette époque, on verra que
jamais plus de contraintes ne furent exercées à la fois sur cette partie
inerte et patiente de la population, sur laquelle se font les expériences
politiques. On n'osait plus émettre aucune opinion; on craignait de voir
ses amis ou ses parens, de peur d'être compromis avec eux, et de perdre la
liberté et quelquefois la vie. Cent mille arrestations et quelques
centaines de condamnations rendaient la prison et l'échafaud toujours
présens à la pensée de vingt-cinq millions de Français. On supportait des
impôts considérables. Si on était, d'après une classification tout
arbitraire, rangé dans la classe des riches, on perdait pour cette année,
une portion de son revenu. Quelquefois, sur une réquisition d'un
représentant ou d'un agent quelconque, il fallait donner ou sa récolte, ou
son mobilier le plus précieux, en or et en argent. On n'osait plus afficher
aucun luxe, ni se livrer à des plaisirs bruyans. On ne pouvait plus se
servir de la monnaie métallique; il fallait accepter ou donner un papier
déprécié, et avec lequel il était difficile de se procurer les objets dont
on avait besoin. Il fallait, si on était marchand, vendre à un prix fictif;
si on était acheteur, se contenter de la plus mauvaise marchandise, parce
que la bonne fuyait le maximum et les assignats; quelquefois même il
fallait s'en passer tout à fait, parce que la bonne et la mauvaise se
cachaient également. On n'avait plus qu'une seule espèce de pain noir,
commun au riche et au pauvre, qu'il fallait se disputer à la porte des
boulangers, en faisant queue pendant plusieurs heures. Les noms des poids
et mesures, les noms des mois et des jours étaient changés; on n'avait plus
que trois dimanches au lieu de quatre; enfin, les femmes, les vieillards,
se voyaient privés des cérémonies du culte, auxquelles ils avaient assisté
toute leur vie. Jamais donc le pouvoir ne bouleversa plus violemment les
habitudes d'un peuple: menacer toutes les existences, décimer les fortunes,
régler obligatoirement le taux des échanges, renouveler les appellations
de toutes choses, détruire les pratiques du culte, c'était sans contredit
la plus atroce des tyrannies; mais on doit tenir compte du danger de
l'état, des crises inévitables du commerce, et de l'esprit de système
inséparable de l'esprit d'innovation.

FOOTNOTES:

[Footnote 5: Titre d'une brochure qu'il avait écrite contre les girondins.]



CHAPITRE XVI.


RETOUR DE DANTON.--DIVISION DANS LE PARTI DE LA MONTAGNE, DANTONISTES ET
HÉBERTISTES.--POLITIQUE DE ROBESPIERRE ET DU COMITÉ DE SALUT
PUBLIC.--DANTON, ACCUSÉ AUX JACOBINS, SE JUSTIFIE; IL EST DÉFENDU PAR
ROBESPIERRE.--ABOLITION DU CULTE DE LA RAISON.--DERNIERS PERFECTIONNEMENS
APPORTÉS AU GOUVERNEMENT DICTATORIAL RÉVOLUTIONNAIRE.--ÉNERGIE DU COMITÉ
CONTRE TOUS LES PARTIS.--ARRESTATION DE RONSIN, DE VINCENT, DES QUATRE
DÉPUTÉS AUTEURS DU FAUX DÉCRET, ET DES AGENS PRÉSUMÉS DE L'ÉTRANGER.


Depuis la chute des girondins, le parti montagnard, resté seul et
victorieux, avait commencé à se fractionner. Les excès toujours plus grands
de la révolution achevèrent de le diviser tout à fait, et on touchait à une
rupture prochaine. Beaucoup de députés avaient été émus du sort des
girondins, de Bailly, de Brunet, de Houchard; d'autres blâmaient les
violences commises à l'égard du culte, les jugeaient impolitiques et
dangereuses. Ils disaient que de nouvelles superstitions succédaient à
celles qu'on voulait détruire, que le prétendu culte de la Raison n'était
que celui de l'athéisme, que l'athéisme ne pouvait convenir à un peuple,
et que ces extravagances étaient payées par l'étranger. Au contraire, le
parti qui régnait aux Cordeliers et à la commune, qui avait Hébert pour
écrivain, Ronsin et Vincent pour chefs, Chaumette et Clootz pour apôtres,
soutenait que ses adversaires voulaient ressusciter une faction modérée, et
amener une nouvelle division dans la république.

Danton était revenu de sa retraite. Il ne disait pas sa pensée, mais un
chef de parti voudrait en vain la cacher; elle se répand de proche en
proche, et devient bientôt manifeste à tous les esprits. On savait qu'il
aurait voulu empêcher l'exécution des girondins, et qu'il avait été
vivement touché de leur fin tragique; on savait que, partisan et inventeur
des moyens révolutionnaires, il commençait à en blâmer l'emploi féroce et
aveugle; que la violence ne lui semblait pas devoir se prolonger au-delà du
danger, et qu'à la fin de la campagne actuelle et après l'expulsion entière
des ennemis, il voulait faire rétablir le règne des lois douces et
équitables. On n'osait pas l'attaquer à la tribune des clubs. Hébert
n'osait pas l'insulter dans sa feuille du _Père Duchêne_; mais an répandait
verbalement les bruits les plus insidieux; on insinuait des soupçons sur sa
probité; on appelait avec plus de perfidie que jamais les concussions de la
Belgique, et on lui en attribuait une partie; on était même allé jusqu'à
dire, pendant sa retraite à Arcis-sur-Aube, qu'il avait émigré en emportant
ses richesses. On lui associait, comme ne valant pas mieux, Camille
Desmoulins, son ami, qui avait partagé sa pitié pour les girondins, et
avait défendu Dillon; Philippeaux, qui revenait de la Vendée, furieux
contre les désorganisateurs, et tout prêt à dénoncer Ronsin et Rossignol.
On rangeait encore dans son parti tous ceux qui, de quelque manière,
avaient démérité des révolutionnaires ardens, et le nombre commençait à en
être assez grand.

Julien de Toulouse, déjà fort suspect par ses liaisons avec d'Espagnac et
avec les fournisseurs, avait achevé de se compromettre par un rapport sur
les administrations fédéralistes, dans lequel il s'efforçait d'excuser les
torts de la plupart d'entre elles. A peine l'eut-il prononcé, que les
cordeliers et les jacobins soulevés l'obligèrent à se rétracter. Ils firent
une enquête sur sa vie privée; ils découvrirent qu'il vivait avec des
agioteurs, et qu'il avait une ci-devant comtesse pour maîtresse, et ils le
déclarèrent tout à la fois corrompu et modéré. Fabre-d'Églantine venait
tout à coup de changer de situation, et déployait un luxe qu'on ne lui
connaissait pas auparavant. Chabot, le capucin Chabot, qui, en entrant dans
la révolution, n'avait que sa pension ecclésiastique, venait aussi
d'étaler un beau mobilier, et d'épouser la jeune soeur des deux Frey, avec
une dot de deux cent mille livres. Ce changement de fortune si prompt
excita des soupçons contre les nouveaux enrichis, et bientôt une
proposition qu'ils firent à la convention acheva de les perdre. Un député,
Osselin, venait d'être arrêté pour avoir, dit-on, caché une émigrée. Fabre,
Chabot, Julien, Delaunay, qui n'étaient pas tranquilles pour eux-mêmes;
Bazire, Thuriot, qui n'avaient rien à se reprocher, mais qui voyaient avec
effroi qu'on ne ménageât pas même les membres de la convention, proposèrent
un décret, portant qu'aucun député ne pourrait être arrêté, sans auparavant
être entendu à la barre. Ce décret fut adopté, mais tous les clubs et les
jacobins se soulevèrent, et prétendirent qu'on voulait renouveler
l'_inviolabilité_. Ils le firent rapporter, et commencèrent l'enquête la
plus sévère sur ceux qui l'avaient proposé, sur leur conduite et sur
l'origine de leur subite fortune. Julien, Fabre, Chabot, Delaunay, Bazire,
Thuriot, dépopularisés en quelques jours, furent rangés dans le parti des
hommes équivoques et modérés. Hébert les couvrit d'injures grossières dans
sa feuille, et les livra à la vile populace.

Quatre ou cinq autres individus partagèrent encore le même sort, quoique
jusqu'ici reconnus excellens patriotes. C'étaient Proli, Pereyra, Gusman,
Dubuisson et Desfieux. Nés presque tous sur le sol étranger, ils étaient
venus, comme les deux Frey et comme Clootz, se jeter dans la révolution
française, par enthousiasme, et probablement aussi par besoin de faire
fortune. On ne s'inquiéta pas de ce qu'ils étaient tant qu'on les vit
abonder dans le sens de la révolution. Proli, qui était de Bruxelles, fut
envoyé avec Pereyra et Desfieux auprès de Dumouriez, pour découvrir ses
intentions. Ils le firent expliquer, et vinrent, comme nous l'avons
rapporté, le dénoncer à la convention et aux Jacobins. C'était bien
jusque-là; mais ils avaient été employés par Lebrun, parce qu'étant
étrangers et instruits, ils pouvaient rendre des services aux relations
extérieures. En approchant Lebrun, ils apprirent à l'estimer, et ils le
défendirent plus tard. Proli avait connu beaucoup Dumouriez, et, malgré la
défection de ce général, il avait persisté à vanter ses talens et à dire
qu'on aurait pu le conserver à la république; enfin presque tous,
connaissant mieux les pays voisins, avaient blâmé l'application du système
jacobin à la Belgique et aux provinces réunies à la France. Leurs propos
furent recueillis, et lorsqu'une défiance générale fit imaginer
l'intervention secrète d'une faction étrangère, on commença à les
soupçonner, et à se raviser sur leurs discours. On sut que Proli était fils
naturel de Kaunitz; on supposa qu'il était le meneur en chef, et on les
métamorphosa tous en espions de Pitt et de Cobourg. Bientôt la fureur n'eut
plus de bornes, et l'exagération même de leur patriotisme, qu'ils croyaient
propre à les justifier, ne servit qu'à les compromettre davantage. On les
confondit avec le parti des équivoques, des modérés. Ainsi, dès que Danton
ou ses amis avaient quelque observation à faire sur les fautes des agens
ministériels, ou sur les violences exercées contre le culte, le parti
Hébert, Vincent et Ronsin, répondait en criant à la modération, à la
corruption, à la faction étrangère.

Suivant l'usage, les modérés renvoyaient à leurs adversaires cette
accusation, et leur disaient: C'est vous qui êtes les complices de ces
étrangers; tout vous rapproche, et la commune violence de vôtre langage, et
le projet de tout bouleverser en poussant tout au pire. Voyez,
ajoutaient-ils, cette commune qui s'arroge une autorité législative, et
rend des lois sous le titre modeste d'arrêtés; qui règle tout, police,
subsistances, culte; qui substitue de son chef une religion à une autre,
remplace les anciennes superstitions par des superstitions nouvelles,
prêche l'athéisme, et se fait imiter par toutes les municipalités de la
république; voyez ces bureaux de la guerre, d'où s'échappent une foule
d'agens qui vont dans les provinces rivaliser avec les représentans,
exercer les plus grandes vexations, et décrier la révolution par leur
conduite; voyez cette commune et ces bureaux! que veulent-ils, sinon
usurper l'autorité législative et exécutive, déposséder la convention, les
comités, et dissoudre le gouvernement? Qui peut les pousser à ce but, sinon
l'étranger?

Au milieu de ces agitations et de ces querelles, l'autorité devait prendre
un parti vigoureux. Robespierre pensait, avec tout le comité, que ces
accusations réciproques étaient extrêmement dangereuses. Sa politique,
comme on l'a déjà vu, avait consisté, depuis le 31 mai, à empêcher un
nouveau débordement révolutionnaire, à rallier l'opinion autour de la
convention, et la convention autour du comité, afin de créer un pouvoir
énergique, et il s'était servi pour cela des jacobins tout-puissans alors
sur l'opinion. Ces nouvelles accusations contre les patriotes accrédités,
comme Danton, Camille Desmoulins, lui semblaient très dangereuses. Il avait
peur qu'aucune réputation ne résistât aux imaginations déchaînées; il
craignait que les violences à l'égard du culte n'indisposassent une partie
de la France, et ne fissent passer la révolution pour athée; il croyait
voir enfin la main de l'étranger dans cette vaste confusion. Aussi ne
manqua-t-il pas l'occasion que bientôt Hébert lui offrit, de s'en expliquer
aux Jacobins.

Les dispositions de Robespierre avaient percé. On répandait sourdement
qu'il allait faire sévir contre Pache, Hubert, Chaumette, Clootz, auteurs
du mouvement contre le culte. Proli, Desfieux, Pereyra, déjà compromis et
menacés, voulaient rattacher leur cause à celle de Pache, Chaumette,
Hébert; ils virent ces derniers, et leur dirent qu'il y avait une
conspiration contre les meilleurs patriotes; qu'ils étaient tous également
en danger, et qu'il fallait se soutenir et se garder réciproquement. Hébert
se rend alors aux Jacobins, le 1er frimaire (21 novembre 1798), et se
plaint d'un plan de désunion tendant à diviser les patriotes. «De toutes
parts, dit-il, je rencontre des gens qui me complimentent de n'être pas
arrêté. On répand que Robespierre doit me dénoncer, moi, Chaumette et
Pache.... Quant à moi, qui me mets tous les jours en avant pour les
intérêts de la patrie, et qui dis tout ce qui me passe par la tête, cela
pourrait avoir quelque fondement; mais Pache.... Je connais toute l'estime
qu'a pour lui Robespierre, et je rejette bien loin de moi une pareille
idée. On a dit aussi que Danton avait émigré, qu'il était allé en Suisse
chargé des dépouilles du peuple.... Je l'ai rencontré ce matin dans les
Tuileries, et puisqu'il est à Paris, il faut qu'il vienne s'expliquer
fraternellement aux Jacobins. Tous les patriotes se doivent de démentir les
bruits injurieux qui courent sur leur compte.» Hébert rapporte ensuite
qu'il tient une partie de ces bruits de Dubuisson, lequel a voulu lui
dévoiler une conspiration contre les patriotes; et, suivant l'usage de tout
rejeter sur les vaincus, il ajoute que la cause des troubles est dans les
complices de Brissot qui vivent encore, et dans les Bourbons qui restent au
Temple. Robespierre monte aussitôt à la tribune: «Est-il vrai, dit-il, que
nos plus dangereux ennemis soient les restes impurs de la race de nos
tyrans? Je vote en mon coeur pour que la race des tyrans disparaisse de la
terre; mais puis-je m'aveugler sur la situation de mon pays, au point de
croire que cet événement suffirait pour éteindre le foyer des conspirations
qui nous déchirent? A qui persuadera-t-on que la punition de la méprisable
soeur de Capet en imposerait plus à nos ennemis que celle de Capet lui-même
et de sa criminelle compagne?

«Est-il vrai encore que la cause de nos maux soit le fanatisme? Le
fanatisme! il expire. Je pourrais même dire qu'il est mort. En dirigeant
depuis quelques jours toute notre attention contre lui, ne la détourne-t-on
pas de nos véritables dangers? Vous avez peur des prêtres, et ils
s'empressent d'abdiquer leurs titres pour les échanger contre ceux de
municipaux, d'administrateurs, et même de présidens de sociétés
populaires.... Ils étaient naguère fort attachés à leur ministère quand il
leur valait soixante-dix mille livres de rente; ils l'ont abdiqué dès qu'il
n'en a plus valu que six mille.... Oui, craignez non pas leur fanatisme,
mais leur ambition! non pas l'habit qu'ils portaient, mais la peau nouvelle
qu'ils ont revêtue! craignez non pas l'ancienne superstition, mais la
nouvelle et fausse superstition qu'on veut feindre pour nous perdre!»

Ici, Robespierre, abordant franchement la question des cultes, ajoute:

«Que des citoyens animés par un zèle pur viennent déposer sur l'autel de la
patrie les monumens inutiles et pompeux de la superstition, pour les faire
servir aux triomphes de la liberté, la patrie et la raison sourient à ces
offrandes; mais de quel droit l'aristocratie et l'hypocrisie
viendraient-elles mêler ici leur influence à celle du civisme? De quel
droit des hommes inconnus jusqu'à ce jour dans la carrière de la révolution
viendraient-ils chercher, au milieu de tous ces événemens, les moyens
d'usurper une fausse popularité, d'entraîner les patriotes même à de
fausses mesures, et de jeter parmi nous le trouble et la discorde? De quel
droit viendraient-ils troubler la liberté des cultes au nom de la liberté,
et attaquer le fanatisme par un fanatisme nouveau? De quel droit
feraient-ils dégénérer les hommages solennels rendus à la vérité pure en
des farces éternelles et ridicules?

«On a supposé qu'en accueillant des offrandes civiques, la convention avait
proscrit le culte catholique. Non, la convention n'a point fait cette
démarche, et ne la fera jamais. Son intention est de maintenir la liberté
des cultes qu'elle a proclamée, et de réprimer en même temps tous ceux qui
en abuseraient pour troubler l'ordre public. Elle ne permettra pas qu'on
persécute les ministres paisibles des diverses religions, et elle les
punira avec sévérité, toutes les fois qu'ils oseront se prévaloir de leurs
fonctions pour tromper les citoyens, et pour armer les préjugés ou le
royalisme contre la république.

«Il est des hommes qui veulent aller plus loin; qui, sous le prétexte de
détruire la superstition, veulent faire une sorte de religion de l'athéisme
lui-même. Tout philosophe, tout individu peut adopter là-dessus l'opinion
qui lui plaira: quiconque voudrait lui en faire un crime est un insensé;
mais l'homme public, mais le législateur serait cent fois plus insensé, qui
adopterait un pareil système. La convention nationale l'abhorre. La
convention n'est point un faiseur de livres et de systèmes. Elle est un
corps politique et populaire. L'athéisme est _aristocratique_. L'idée d'un
grand Être qui veille sur l'innocence opprimée et qui punit le crime
triomphant, est toute populaire. Le peuple, les malheureux m'applaudissent;
si je trouvais des censeurs, ce serait parmi les riches et parmi les
coupables. J'ai été, dès le collège, un assez mauvais catholique; je n'ai
jamais été ni un ami froid, ni un défenseur infidèle de l'humanité. Je n'en
suis que plus attaché aux idées morales et politiques que je viens de vous
exposer. _Si Dieu n'existait pas, il faudrait l'inventer_.»

Robespierre, après avoir fait cette profession de foi, impute à l'étranger
les persécutions dirigées contre le culte, et les calomnies répandues
contre les meilleurs patriotes. Robespierre, qui était extrêmement défiant,
et qui avait supposé les girondins royalistes, croyait beaucoup à la
faction de l'étranger, laquelle n'était représentée, comme nous l'avons
dit, que par quelques espions envoyés aux armées, et quelques banquiers
intermédiaires de l'agiotage, et correspondans des émigrés. «Les étrangers,
dit-il, ont deux espèces d'armées; l'une sur nos frontières, est
impuissante et près de sa ruine, grâce à nos victoires; l'autre, plus
dangereuse, est au milieu de nous. C'est une armée d'espions, de fripons
stipendiés, qui s'introduisent partout, même au sein des sociétés
populaires. C'est une faction qui a persuadé à Hébert que je voulais faire
arrêter Pache, Chaumette, Hébert, toute la commune. Moi, poursuivre Pache,
dont j'ai toujours admiré et défendu la vertu simple et modeste, moi qui ai
combattu pour lui contre les Brissot et ses complices!» Robespierre loue
Pache et se tait sur Hébert. Il se contente de dire qu'il n'a pas oublié
les services de la commune dans les jours où la liberté était en péril. Se
déchaînant ensuite contre ce qu'il appelle la faction étrangère, il fait
tomber le courroux des jacobins sur Proli, Dubuisson, Pereyra, Desfieux. Il
raconte leur histoire, il les dépeint comme des agens de Lebrun et de
l'étranger, chargés d'envenimer les haines, de diviser les patriotes, et de
les animer les uns contre les autres. A la manière dont il s'exprime, on
voit que la haine qu'il éprouve contre d'anciens amis de Lebrun se mêle
pour beaucoup à sa défiance. Enfin il les fait chasser tous quatre de la
société, au bruit des plus grands applaudissemens, et il propose un scrutin
épuratoire pour tous les jacobins.

Ainsi Robespierre avait frappé d'anathème le nouveau culte, avait donné une
leçon sévère à tous les brouillons, n'avait rien dit de bien rassurant pour
Hébert, ne s'était pas compromis jusqu'à louer ce sale écrivain, et avait
fait retomber tout l'orage sur des étrangers qui eurent le malheur d'être
amis de Lebrun, d'admirer Dumouriez, et de blâmer notre système politique
dans les pays de conquête. Enfin il s'était arrogé la recomposition de la
société, en faisant décider qu'il y aurait un scrutin épuratoire.

Pendant les jours suivans, Robespierre poursuit son système; il vient lire
aux Jacobins des lettres anonymes, d'autres interceptées, prouvant que
l'étranger, s'il n'est pas l'auteur des extravagances du nouveau culte et
des calomnies à l'égard des meilleurs patriotes, les approuve au moins et
les désire. Danton avait en quelque sorte reçu d'Hébert l'invitation de
s'expliquer. Il ne le fait pas d'abord, pour ne pas obéir à une sommation;
mais quinze jours après, il saisit une circonstance favorable pour prendre
la parole. Il s'agissait de fournir à toutes les sociétés populaires un
local aux dépens de l'état. Il présente à ce sujet diverses observations,
et en prend occasion de dire que si la constitution doit être endormie
pendant que le peuple frappe et épouvante les ennemis de ses opérations
révolutionnaires, il faut cependant se défier de ceux qui veulent porter ce
même peuple au-delà des bornes de la révolution. Coupé de l'Oise réplique à
Danton, et dénature ses idées en les combattant. Danton remonte aussitôt à
la tribune, et essuie des murmures. Il somme alors ceux qui ont contre lui
des motifs de défiance de préciser leurs accusations, afin qu'il puisse y
répondre publiquement. Il se plaint de cette défaveur qui se manifeste en
sa présence. «Ai-je donc perdu, s'écrie-t-il, ces traits qui caractérisent
la figure d'un homme libre?» Et en proférant ces mots, il agitait cette
tête qu'on avait tant vue, tant rencontrée dans les orages de la
révolution, et qui avait toujours soutenu l'audace des républicains et jeté
la terreur chez les aristocrates. «Ne suis-je plus, ajoute-t-il, ce même
homme qui s'est trouvé à vos côtés dans tous les momens de crise? Ne
suis-je plus cet homme tant persécuté, tant connu de vous; cet homme que
vous avez si souvent embrassé comme votre ami, et avec lequel vous avez
fait le serment de mourir dans les mêmes périls?» Il rappelle alors qu'il
fut le défenseur de Marat, et il est ainsi obligé de se couvrir de l'ombre
de cet être, qu'il avait autrefois protégé et dédaigné. «Vous serez
étonnés, dit-il, quand je vous ferai connaître ma conduite privée, de voir
que la fortune colossale que mes ennemis et les vôtres m'ont prêtée, se
réduit à la petite portion de bien que j'ai toujours eue. Je défie les
malveillans de fournir aucune preuve contre moi. Tous leurs efforts ne
pourront m'ébranler. Je veux rester debout en face du peuple, vous me
jugerez en sa présence. Je ne déchirerai pas plus la page de mon histoire
que vous ne déchirerez la vôtre....» Danton demande, en finissant, une
commission, pour examiner les accusations portées contre lui. Robespierre
s'élance alors à la tribune avec un empressement extrême. «Danton,
s'écrie-t-il, vous demande une commission pour examiner sa conduite; j'y
consens, s'il pense que cette mesure lui soit utile. Il veut qu'on précise
les griefs portés contre lui; eh bien! je vais le faire. Danton, tu es
accusé d'avoir émigré. On a dit que tu avais passé en Suisse; que ta
maladie était feinte pour cacher au peuple ta fuite; on a dit que ton
ambition était d'être régent sous Louis XVII; qu'à une époque déterminée
tout a été préparé pour proclamer ce rejeton des Capets; que tu étais le
chef de la conspiration; que ni Pitt, ni Cobourg, ni l'Angleterre, ni
l'Autriche, ni la Prusse, n'étaient nos véritables ennemis, mais que
c'était toi seul; que la Montagne était composée de tes complices; qu'il ne
fallait pas s'occuper des agens envoyés par les puissances étrangères; que
leurs conspirations étaient des fables dignes de mépris; en un mot, qu'il
fallait t'égorger toi, toi seul!...» Des applaudissemens universels
couvrent la voix de Robespierre. Il reprend: «Ne sais-tu pas, Danton, que
plus un homme a de courage et de patriotisme, plus les ennemis de la chose
publique s'attachent à sa perte? Ne sais-tu pas, et ne savez-vous pas
tous, citoyens, que cette méthode est infaillible? Eh! si le défenseur de
la liberté n'était pas calomnié, ce serait une preuve que nous n'aurions
plus ni nobles, ni prêtres à combattre!» Faisant alors allusion aux
feuilles d'Hébert, où lui, Robespierre, était fort loué, il ajoute: «Les
ennemis de la patrie semblent m'accabler de louanges exclusivement. Mais je
les répudie. Croit-on qu'à côté de ces éloges que l'on répète dans
certaines feuilles, je ne voie pas le couteau avec lequel on a voulu
égorger la patrie? La cause des patriotes est comme celle des tyrans; ils
sont tous solidaires. Je me trompe peut-être sur Danton; mais, vu dans sa
famille, il ne mérite que des éloges. Sous les rapports politiques, je l'ai
observé; une différence d'opinion me le faisait étudier avec soin, souvent
avec colère; il ne s'est pas assez hâté, je le sais, de soupçonner
Dumouriez; il n'a pas assez haï Brissot et ses complices; mais s'il n'a pas
toujours été de mon avis, en conclurai-je qu'il trahissait la patrie? Non,
je la lui ai toujours vu servir avec zèle. Danton veut qu'on le juge; il a
raison. Qu'on me juge aussi! qu'ils se présentent ces hommes qui sont plus
patriotes que nous! Je parie que ce sont des nobles, des privilégiés, des
prêtres. Vous y trouverez un marquis, et vous aurez la juste mesure du
patriotisme des gens qui nous accusent.»

Robespierre demande ensuite que tous ceux qui ont quelque reproche à faire
à Danton, prennent la parole. Personne ne l'ose. Momoro lui-même, l'un des
amis d'Hébert, est le premier à s'écrier que, personne ne se présentant,
c'est une preuve qu'il n'y a rien à dire contre Danton. Un membre demande
alors que le président lui donne l'accolade fraternelle. On y consent, et
Danton, s'approchant du bureau, reçoit l'accolade au milieu des
applaudissemens universels.

La conduite de Robespierre dans cette circonstance avait été généreuse et
habile. Le danger commun à tous les bons patriotes, l'ingratitude qui
payait les services de Danton, enfin une supériorité décidée, avaient
arraché Robespierre à son égoïsme habituel; et, cette fois, plein de bons
sentimens, il avait été plus éloquent qu'il n'était donné à sa nature de
l'être. Mais le service qu'il rendit à Danton fut plus utile à la cause du
gouvernement et des vieux patriotes qui le composaient, qu'à Danton
lui-même, dont la popularité était perdue. On ne refait pas l'enthousiasme,
et on ne pouvait pas présumer encore d'assez grands dangers publics pour
que Danton trouvât, par son courage, le moyen de regagner son influence.
Robespierre, poursuivant son ouvrage, ne manquait pas d'être présent à
chaque séance d'épuration. Le tour de Clootz arrivé, on l'accuse de
liaisons avec les banquiers étrangers Vandeniver. Il essaie de se
justifier; mais Robespierre prend la parole. Il rappelle les liaisons de
Clootz avec les girondins, sa rupture avec eux par un pamphlet intitulé:
_ni Roland ni Marat_, pamphlet dans lequel il n'attaquait pas moins la
Montagne que la Gironde, ses exagérations extravagantes, son obstination à
parler d'une république universelle, à inspirer la rage des conquêtes, et à
compromettre la France auprès de toute l'Europe, «Et comment M. Clootz,
ajoute Robespierre, pouvait-il s'intéresser si fort au bonheur de la
France, lorsqu'il s'intéressait si fort au bonheur de la Perse et du
Monomotapa? Il est une dernière crise dont il pourra se vanter. Je veux
parler du mouvement contre le culte, mouvement qui, ménagé avec raison et
lenteur, aurait pu devenir excellent, mais dont la violence pouvait
entraîner les plus grands malheurs.... M. Clootz eut avec l'évêque Gobel
une conférence de nuit.... Gobel donna parole pour le lendemain, et il
vint, changeant subitement de langage et d'habit, déposer ses lettres de
prêtrise.... M. Clootz croyait que nous serions dupes de ces mascarades.
Non, non; les jacobins ne regarderont jamais comme un ami du peuple ce
prétendu sans-culotte, qui est Prussien et baron, qui possède cent mille
livres de rentes, qui dîne avec les banquiers conspirateurs, et qui est,
non pas l'orateur du peuple français, mais du genre humain.»

Clootz fut exclu sur-le-champ de la société; et, sur la proposition de
Robespierre, on décida qu'on chasserait sans distinction tous les nobles,
les prêtres, les banquiers et les étrangers.

A la séance suivante vint le tour de Camille Desmoulins. On lui reprochait
sa lettre à Dillon, et un mouvement de sensibilité en faveur des girondins.
«J'avais, dit Camille, j'avais cru Dillon brave et habile, et je l'ai
défendu. Quant aux girondins, j'étais à leur égard dans une position
particulière. J'ai toujours aimé et servi là république, mais je me suis
souvent trompé sur ceux qui la servaient; j'ai adoré Mirabeau; j'ai chéri
Barnave et les Lameth; j'en conviens; mais j'ai sacrifié mon amitié et mon
admiration dès que j'ai su qu'ils avaient cessé d'être jacobins. Une
fatalité bien marquée a voulu que de soixante révolutionnaires qui avaient
signé mon contrat de mariage, il ne me restât plus que deux amis, Danton et
Robespierre. Tous les autres sont émigrés ou guillotinés. De ce nombre
étaient sept des vingt-deux. Un mouvement de sensibilité était donc bien
pardonnable en cette occasion. J'ai dit, ajoute Desmoulins, qu'ils
mouraient en républicains, mais en républicains fédéralistes; car, je vous
l'assure, je ne crois pas qu'il y eût beaucoup de royalistes parmi eux.»

On aimait le caractère facile, l'esprit naïf et original de Camille
Desmoulins. «Camille a mal choisi ses amis, s'écrie un jacobin; prouvez-lui
que nous savons mieux choisir les nôtres en le recevant avec empressement.»
Robespierre, toujours protecteur de ses vieux collègues, mais en gardant
cependant un ton de supériorité, défend Camille Desmoulins. «Il est faible
et confiant, dit-il, mais il a toujours été républicain. Il a aimé
Mirabeau, Lameth, Dillon; mais il a lui-même brisé ses idoles dès qu'il a
été détrompé. Qu'il poursuive sa carrière et soit plus réservé à l'avenir.»
Après cet avis, Camille est admis au milieu des applaudissemens. Danton est
ensuite admis sans aucune observation. Fabre-d'Églantine l'est à son tour,
mais il essuie quelques questions sur sa fortune, qu'on veut bien attribuer
à ses talens littéraires. Cette épuration fut poursuivie, et devint fort
longue. Commencée en novembre 1793, elle dura plusieurs mois.

La politique de Robespierre et du gouvernement était bien connue. L'énergie
avec laquelle cette politique avait été manifestée, intimida les
brouillons, promoteurs du nouveau culte, et ils songèrent à se rétracter,
et à revenir sur leurs premières démarches. Chaumette, qui avait la faconde
d'un orateur de club ou de commune, mais qui n'avait ni l'ambition ni le
courage d'un chef de parti, ne prétendait nullement rivaliser avec la
convention et se faire le créateur d'un nouveau culte; il s'empressa donc
de chercher une occasion pour réparer sa faute. Il résolut de faire
interpréter l'arrêté qui fermait tous les temples, et il proposa à la
commune de déclarer qu'elle ne voulait pas gêner la liberté religieuse, et
qu'elle n'interdisait pas aux divers partisans de chaque religion le droit
de se réunir dans des lieux payés et entretenus à leurs frais. «Qu'on ne
prétende pas, dit-il, que c'est la faiblesse ou la politique qui me font
agir; je suis également incapable de l'une ou de l'autre. C'est la
conviction que nos ennemis veulent abuser de notre zèle pour le pousser
au-delà des bornes, et nous engager dans de fausses démarches; c'est la
conviction que si nous empêchons les catholiques d'exercer leur culte
publiquement et avec l'aveu de la loi, des êtres bilieux iront s'exalter ou
conspirer dans les cavernes; c'est cette conviction qui seule m'inspire et
me fait parler.» L'arrêté proposé par Chaumette, et fortement appuyé par le
maire Pache, fut enfin adopté après quelques murmures bientôt couverts par
de nombreux applaudissemens. La convention déclara de son côté qu'elle
n'avait jamais entendu par ses décrets gêner la liberté religieuse, et elle
défendit de toucher à l'argenterie qui restait encore dans les églises, vu
que le trésor n'avait plus besoin de ce genre de secours. De ce jour, les
farces indécentes que le peuple s'était permises cessèrent dans Paris, et
les pompes du culte de la Raison, dont il s'était tant diverti, furent
abolies.

Le comité de salut public, au milieu de cette grande confusion, sentait
tous les jours davantage la nécessité de rendre l'autorité plus forte, plus
prompte et plus obéie. Chaque jour, l'expérience des obstacles le rendait
plus habile, et il ajoutait de nouvelles pièces à cette machine
révolutionnaire, créée pour la durée de la guerre. Déjà il avait empêché la
transmission du pouvoir à des mains nouvelles et inexpérimentées, en
prorogeant la convention, et en déclarant le gouvernement révolutionnaire
jusqu'à la paix. En même temps, il avait concentré ce pouvoir dans ses
mains en mettant sous sa dépendance le tribunal révolutionnaire, la police,
les opérations militaires, et la distribution même des subsistances. Deux
mois d'expérience lui firent sentir les obstacles que les autorités
locales, soit par excès ou défaut de zèle, faisaient éprouver à l'action de
l'autorité supérieure. L'envoi des décrets était souvent interrompu ou
retardé; et leur promulgation négligée dans certains départemens. Il
restait beaucoup de ces administrations fédéralistes qui s'étaient
insurgées, et la faculté de se coaliser ne leur était pas encore interdite.
Si, d'une part, les administrations de département présentaient quelque
danger de fédéralisme, les communes, au contraire, agissant en sens opposé,
exerçaient, à l'imitation de celle de Paris, une autorité vexatoire,
rendaient des lois, imposaient des taxes; les comités révolutionnaires
déployaient contre les personnes un pouvoir arbitraire et inquisitorial;
des armées révolutionnaires, instituées dans différentes localités,
complétaient ces petits gouvernemens particuliers, tyranniques, désunis
entre eux, et embarrassans pour le gouvernement supérieur. Enfin l'autorité
des représentans, ajoutée à toutes les autres, augmentait la confusion des
pouvoirs souverains; car les représentans levaient des impôts, rendaient
des lois pénales, comme les communes et la convention elle-même.

Billaud-Varennes, dans un rapport mal écrit, mais habile, dévoila ces
inconvéniens, et fit rendre le décret du 14 frimaire an II (4 décembre),
modèle du gouvernement provisoire, énergique et absolu. L'anarchie, dit le
rapporteur, menace les républiques à leur naissance et dans leur
vieillesse. Tâchons de nous en garantir. Ce décret instituait le _Bulletin
des Lois_, belle et neuve invention dont on n'avait pas encore eu l'idée:
car les lois envoyées par l'assemblée aux ministres, par les ministres aux
autorités locales, sans délais fixes, sans procès-verbaux qui garantissent
leur envoi ou leur arrivée, étaient souvent rendues depuis long-temps, sans
être ni promulguées ni connues. D'après le nouveau décret, une commission,
une imprimerie, un papier particulier, étaient consacrés à l'impression et
à l'envoi des lois. La commission, formée de quatre individus indépendans
de toute autorité, libres de tout autre soin, recevait la loi, la faisait
imprimer, l'envoyait par la poste dans des délais fixés et invariables. Les
envois et les remises étaient constatés par les moyens ordinaires de la
poste; et ces mouvemens, ainsi régularisés, devenaient infaillibles. La
convention était ensuite déclarée _centre d'impulsion du gouvernement_.
Sous ces mots, on cachait la souveraineté des comités, qui faisaient tout
pour la convention. Les autorités du département étaient en quelque sorte
abolies; on leur enlevait toute attribution politique, on ne leur
abandonnait, comme au département de Paris à l'époque du 10 août, que la
répartition des contributions, l'entretien des routes, enfin les soins
purement économiques. Ainsi, ces intermédiaires trop puissans entre le
peuple et l'autorité suprême, étaient supprimés. On ne laissait exister,
avec toutes leurs attributions, que les administrations de district et de
commune. Il était défendu à toute administration locale de se réunir à
d'autres, de se déplacer, d'envoyer des agens, de prendre des arrêtés
extensifs ou limitatifs des décrets, de lever des impôts ou des hommes.
Toutes les armées révolutionnaires établies dans les départemens étaient
licenciées, et il ne devait subsister que la seule armée révolutionnaire
établie à Paris pour le service de toute la république. Les comités
révolutionnaires étaient obligés de correspondre avec les districts chargés
de les surveiller, et avec le comité de sûreté générale. Ceux de Paris ne
pouvaient correspondre qu'avec le comité de sûreté générale, et point avec
la commune. Il était défendu aux représentans de lever des taxes, à moins
que la convention ne les autorisât, et de porter des lois pénales.

Ainsi, toutes les autorités étant ramenées dans leur sphère, leur conflit
ou leur coalition devenaient impossibles. Elles recevaient les lois d'une
manière infaillible; elles ne pouvaient ni les modifier ni en différer
l'exécution. Les deux comités conservaient toujours leur domination. Celui
de _salut public_, outre sa suprématie sur le comité de sûreté générale,
continuait d'avoir la diplomatie, la guerre, et la surveillance universelle
de toutes choses. Seul désormais, il pouvait s'appeler _comité de salut
public_. Aucun comité dans les communes ne pouvait prendre ce titre.

Ce nouveau décret sur l'institution du gouvernement révolutionnaire,
quoique restrictif de l'autorité des communes, et rendu même contre leurs
abus de pouvoir, fut reçu par la commune de Paris avec de grandes
démonstrations d'obéissance. Chaumette, qui affectait la docilité comme le
patriotisme, fît un long discours en l'honneur du décret. Par son maladroit
empressement à entrer dans le système de l'autorité supérieure, il donna
même une occasion de se faire réprimander; et il eut l'art de désobéir en
voulant trop obéir. Le décret mettait les comités révolutionnaires de Paris
en communication directe et exclusive avec le comité de sûreté générale.
Dans leur zèle fougueux, ils se permettaient des arrestations en tous sens;
on les accusait d'avoir fait incarcérer une foule de patriotes, et d'être
composés d'hommes qu'on commençait à appeler _ultra-révolutionnaires_.
Chaumette se plaignit au conseil général de leur conduite, et proposa de
les convoquer à la commune, pour leur faire une admonition sévère. La
proposition de Chaumette fut adoptée. Mais celui-ci, avec son ostentation
d'obéissance, avait oublié que, d'après le nouveau décret, les comités
révolutionnaires de Paris ne devaient correspondre qu'avec le comité de
sûreté générale. Le comité de salut public ne voulant pas plus d'une
obéissance exagérée que de la désobéissance, peu disposé surtout à souffrir
que la commune se permît de donner des leçons, même bonnes, à des comités
placés sous l'autorité supérieure, fit casser l'arrêté de Chaumette, et
défendre aux comités de se réunir à la commune. Chaumette reçut cette
correction avec une soumission parfaite. «Tout homme, dit-il à la commune,
est sujet à l'erreur. Je confesse franchement que je me suis trompé. La
convention a cassé mon réquisitoire et l'arrêté que j'avais fait prendre;
elle a fait justice de la faute que j'avais commise; elle est notre mère
commune, unissons-nous à elle.» (19 frimaire.)

Ce n'est qu'au moyen de cette énergie que le comité pouvait parvenir à
arrêter tous les mouvemens désordonnés, soit de zèle, soit de résistance,
et à produire la plus grande précision possible dans l'action du
gouvernement. Les _ultra-révolutionnaires_, compromis et réprimés depuis
leurs manifestations contre le culte, essuyèrent une nouvelle répression,
plus sévère que les précédentes. Ronsin était revenu de Lyon, où il avait
accompagné Collot-d'Herbois avec un détachement de l'armée révolutionnaire.
Il était arrivée à Paris au moment où le bruit des sanglantes exécutions
commises à Lyon excitait la pitié. Ronsin fit placarder une affiche qui
révolta la convention. Il y disait que sur les cent quarante mille
Lyonnais, quinze cents seulement n'étaient pas complices de la révolte,
qu'avant la fin de frimaire tous les coupables auraient péri, et que le
Rhône aurait roulé leurs cadavres jusqu'à Toulon. On citait de lui d'autres
propos atroces; on parlait beaucoup du despotisme de Vincent dans les
bureaux de la guerre, de la conduite des agens ministériels dans les
provinces, et de leur rivalité avec les représentans. On répétait des mots
échappés à quelques-uns d'entre eux, annonçant encore le projet de faire
organiser constitutionnellement le pouvoir exécutif. L'énergie que
Robespierre et le comité venaient de déployer encourageaient à se prononcer
contre ces agitateurs. Dans la séance du 27 frimaire (17 décembre), on
commence par se plaindre de certains comités révolutionnaires. Lecointre
dénonce l'arrestation d'un courrier du comité de salut public par l'un des
agens du ministère. Boursault dit qu'en passant à Lonjumeau, il a été
arrêté par la commune, qu'il a fait connaître sa qualité de député, et que
cette commune a voulu néanmoins que son passeport fût légalisé par l'agent
du conseil exécutif présent sur les lieux. Fabre-d'Églantine dénonce
Maillard, le chef des égorgeurs de septembre, qui a été envoyé en mission à
Bordeaux par le conseil exécutif, tandis qu'il devrait être expulsé de
partout; il dénonce Ronsin et son affiche, dont tout le monde a frémi; il
dénonce enfin Vincent, qui a réuni tous les pouvoirs dans les bureaux de la
guerre, et qui a dit qu'il ferait sauter la convention, ou la forcerait à
organiser le pouvoir exécutif, parce qu'il ne voulait pas être le valet des
comités. La convention met aussitôt en état d'arrestation Vincent,
secrétaire-général de la guerre, Ronsin, général de l'armée
révolutionnaire, Maillard, envoyé à Bordeaux, trois autres agens du pouvoir
exécutif dont on signale encore les vexations à Saint-Girons, et un nommé
Mazuel, adjudant dans l'armée révolutionnaire, qui a dit que la convention
conspirait, et qu'il cracherait au visage des députés. La convention porte
ensuite peine de mort contre les officiers des armées révolutionnaires,
illégalement formées dans les provinces, qui ne se sépareraient pas
sur-le-champ. Elle ordonne enfin que le conseil exécutif viendra se
justifier le lendemain.

Cet acte d'énergie causa une grande douleur aux Cordeliers, et provoqua des
explications aux Jacobins. Ces derniers ne se prononcèrent pas encore sur
le compte de Vincent et de Ronsin, mais ils demandèrent qu'il fût fait une
enquête pour constater la nature de leurs torts. Le conseil exécutif vint
se justifier très humblement à la convention; il assura que son intention
n'avait point été de rivaliser avec la représentation nationale, et que
l'arrestation des courriers, les difficultés essuyées par le représentant
Boursault, ne provenaient que d'un ordre du comité de salut public
lui-même; ordre qui enjoignait de vérifier tous les passeports et toutes
les dépêches.

Tandis que Vincent et Ronsin venaient d'être incarcérés comme
ultra-révolutionnaires, le comité sévit en même temps contre le parti des
équivoques et des agioteurs. Il mit en arrestation Proli, Dubuisson,
Desfieux, Pereyra, accusés d'être agens de l'étranger et complices de tous
les partis. Enfin il fit enlever, au milieu de la nuit, les quatre députés
Bazire, Chabot, Delaunay d'Angers et Julien de Toulouse, accusés d'être
modérés, et d'avoir fait une fortune subite.

On a déjà vu l'histoire de l'association clandestine de ces représentans,
et du faux qui en avait été la suite. On a vu que Chabot, déjà ébranlé, se
préparait à dénoncer ses collègues, et à rejeter tout sur eux. Les bruits
qui couraient sur son mariage, les dénonciations qu'Hébert répétait chaque
jour, achevèrent de l'intimider, et il courut tout dévoiler à Robespierre.
Il prétendit qu'il n'avait eu d'autre projet, en entrant dans le complot,
que celui de le suivre et de le révéler; il attribua ce complot à
l'étranger, qui voulait, disait-il, corrompre les députés, pour avilir la
représentation nationale, et qui se servait ensuite d'Hébert et de ses
complices pour les diffamer après les avoir corrompus. Il y avait ainsi,
selon lui, deux branches dans la conspiration, la branche corruptrice et la
branche diffamatrice, qui toutes deux se concertaient pour déshonorer et
dissoudre la convention. La participation des banquiers étrangers à cette
intrigue, les projets de Julien de Toulouse et de Delaunay, qui disaient
que la convention finirait bientôt par se dévorer elle-même, et qu'il
fallait faire fortune le plus tôt possible, quelques liaisons de la femme
d'Hébert avec les maîtresses de Julien de Toulouse et de Delaunay,
servirent à Chabot de moyens pour étayer cette fable d'une conspiration à
deux branches, dans laquelle les corrupteurs et les diffamateurs
s'entendaient secrètement pour arriver au même but. Chabot eut cependant un
reste de scrupule, et justifia Bazire. Comme il avait été le corrupteur de
Fabre, et qu'il s'exposait à une dénonciation de celui-ci en l'accusant, il
prétendit que ses offres avaient été rejetées, et que les cent mille francs
en assignats, suspendus avec un fil dans des lieux d'aisances, étaient les
cent mille francs destinés à Fabre, et refusés par lui. Ces fables de
Chabot n'avaient aucune apparence de vérité, car il eût été bien plus
naturel, en entrant dans la conspiration pour la découvrir, d'en prévenir
quelques membres de l'un ou de l'autre comité, et de déposer l'argent dans
leurs mains. Robespierre renvoya Chabot au comité de sûreté générale, qui
fit arrêter dans la nuit les députés désignés. Julien de Toulouse parvint à
s'évader; Bazire, Delaunay et Chabot, furent seuls arrêtés[6].

La découverte de cette trame honteuse causa une grande rumeur, et confirma
toutes les calomnies que les partis dirigeaient les uns contre les autres.
On répandit plus que jamais le bruit d'une faction étrangère, corrompant
les patriotes, les excitant à entraver la marche de la révolution, les uns
par une modération intempestive, et les autres par une exagération folle,
par des diffamations continuelles, et par une odieuse profession
d'athéisme. Cependant qu'y avait-il de réel dans toutes ces suppositions?
D'un côté, des hommes moins fanatiques, plus prompts à s'apitoyer sur les
vaincus, et plus susceptibles par cette même raison de céder à l'attrait du
plaisir et de la corruption; d'un autre côté, des hommes plus violens et
plus aveugles, s'aidant de la partie basse du peuple, poursuivant de leurs
reproches ceux qui ne partageaient pas leur insensibilité fanatique,
profanant les vieux objets du culte, sans ménagement et sans décence; au
milieu de ces deux partis, des banquiers, profitant de toutes les crises
pour agioter; quatre députés sur sept cent cinquante, se laissant corrompre
et devenant les complices de cet agiotage; enfin quelques révolutionnaires
sincères, mais étrangers, suspects à ce titre, et se compromettant par
l'exagération même, à la faveur de laquelle ils voulaient faire oublier
leur origine: voilà ce qu'il y avait de réel, et il n'y avait là rien que
de très ordinaire, rien qui exigeât la supposition d'une machination
profonde.

Le comité de salut public, voulant se placer au-dessus des partis, résolut
de les frapper et de les flétrir tous, et pour cela il chercha à montrer
qu'ils étaient tous complices de l'étranger. Robespierre avait déjà dénoncé
une faction étrangère, à laquelle son esprit défiant lui faisait ajouter
foi. La faction turbulente contrariant l'autorité supérieure, et
déshonorant la révolution, il l'accusa aussitôt d'être complice de la
faction étrangère; cependant il ne dit rien encore de pareil contre la
faction modérée, il la défendit même, comme on l'a vu, dans la personne de
Danton. S'il la ménageait encore, c'est qu'elle n'avait rien fait jusque-là
qui pût contrarier la marche de la révolution, c'est qu'elle ne formait pas
un parti opiniâtre et nombreux comme les anciens girondins, et qu'elle se
composait tout au plus de quelques individus isolés qui désapprouvaient
les extravagances _ultra-révolutionnaires_.

Telle était la situation des partis, et la politique du comité de salut
public à leur égard, en frimaire an II (décembre 1793). Tandis qu'il se
servait de l'autorité avec tant de force, et achevait de compléter à
l'intérieur la machine du pouvoir révolutionnaire, il déployait une égale
énergie au dehors, et assurait le salut de la révolution par des victoires
éclatantes.


FOOTNOTES:

[Footnote 6: 27 brumaire (17 novembre).]



CHAPITRE XVII.


FIN DE LA CAMPAGNE DE 1793.--MANOEUVRE DE HOCHE DANS LES VOSGES.--RETRAITE
DES AUTRICHIENS ET DES PRUSSIENS.--DÉBLOCUS DE LANDAU.--OPÉRATIONS A
L'ARMÉE D'ITALIE.--SIÉGE ET PRISE DE TOULON PAR L'ARMÉE
RÉPUBLICAINE.--DERNIERS COMBATS ET ÉCHECS AUX PYRÉNÉES.--EXCURSION DES
VENDÉENS AU-DELA DE LA LOIRE.--NOMBREUX COMBATS; ÉCHECS DE L'ARMÉE
RÉPUBLICAINE.--DÉFAITE DES VENDÉENS AU MANS, ET LEUR DESTRUCTION COMPLÈTE A
SAVENAY.--COUP D'OEIL GÉNÉRAL SUR LA CAMPAGNE DE 1793.


La campagne de 1793 s'achevait sur toutes les frontières de la manière la
plus brillante et la plus heureuse. Dans la Belgique, on avait enfin pris
le parti d'entrer dans les quartiers d'hiver, malgré le projet du comité de
salut public, qui avait voulu profiter de la victoire de Watignies pour
envelopper l'ennemi entre l'Escaut et la Sambre. Ainsi, sur ce point, les
événemens n'avaient pas changé et les avantages de Watignies nous étaient
restés.

Sur le Rhin, la campagne s'était beaucoup prolongée par la perte des lignes
de Wissembourg, forcées le 13 octobre (22 vendémiaire). Le comité de salut
public voulait les recouvrer à tout prix, et débloquer Landau, comme il
avait débloqué Dunkerque et Maubeuge. L'état de nos départemens du Rhin
était une raison de se hâter, et d'en éloigner l'ennemi. Le pays des Vosges
était singulièrement empreint de l'esprit féodal; les prêtres et les nobles
y avaient conservé une grande influence; la langue française y étant peu
répandue, les nouvelles idées révolutionnaires n'y avaient presque pas
pénétré; dans un grand nombre de communes, les décrets de la convention
étaient inconnus; plusieurs manquaient de comités révolutionnaires, et,
dans presque toutes, les émigrés circulaient impunément. Les nobles de
l'Alsace avaient suivi l'armée de Wurmser en foule, et se répandaient
depuis Wissembourg jusqu'aux environs de Strasbourg. Dans cette dernière
ville, on avait formé le complot de livrer la place à Wurmser. Le comité de
salut public y envoya aussitôt Lebas et Saint-Just, pour y exercer la
dictature ordinaire des commissaires de la convention. Il nomma le jeune
Hoche, qui s'était si fort distingué au siége de Dunkerque, général de
l'armée de la Moselle; il détacha de l'armée oisive des Ardennes une forte
division, qui fut partagée entre les deux armées de la Moselle et du Rhin;
enfin il fit exécuter des levées en masse dans tous les départemens
environnans, et les dirigea sur Besançon. Ces nouvelles levées occupèrent
les places fortes, et les garnisons furent portées en ligne. Saint-Just
déploya à Strasbourg tout ce qu'il avait d'énergie et d'intelligence. Il
fit trembler les malintentionnés, livra à une commission ceux qu'on
soupçonnait d'avoir voulu livrer Strasbourg, et les fit conduire à
l'échafaud. Il communiqua aux généraux et aux soldats une vigueur nouvelle,
il exigea chaque jour des attaques sur toute la ligne, afin d'exercer nos
jeunes conscrits. Aussi brave qu'impitoyable, il allait lui-même au feu, et
partageait tous les dangers de la guerre. Un grand enthousiasme s'était
emparé de l'armée; et le cri des soldats, qu'on enflammait de l'espoir de
recouvrer le terrain perdu, leur cri était: _Landau ou la mort!_

La véritable manoeuvre à exécuter sur cette partie des frontières,
consistait toujours à réunir les deux armées du Rhin et de la Moselle, et à
opérer en masse sur un seul versant des Vosges. Pour cela, il fallait
recouvrer les passages qui coupaient la ligne des montagnes, et que nous
avions perdus depuis que Brunswick s'était porté au centre des Vosges, et
Wurmser sous les murs de Strasbourg. Le projet du comité était formé: il
voulait s'emparer de la chaîne même, pour séparer les Prussiens des
Autrichiens. Le jeune Hoche, plein de talent et d'ardeur, était chargé
d'exécuter ce plan, et ses premiers mouvemens à la tête de l'armée de la
Moselle firent espérer les plus énergiques déterminations.

Les Prussiens, pour assurer leur position, avaient voulu enlever par une
surprise le château de Bitche, placé au milieu même des Vosges. Cette
tentative fut déjouée par la vigilance de la garnison, qui accourut à temps
sur les remparts; et Brunswick, soit qu'il fût déconcerté par ce défaut de
succès, soit qu'il redoutât l'activité et l'énergie de Hoche, soit aussi
qu'il fût mécontent de Wurmser, avec lequel il ne vivait pas d'accord, se
retira d'abord à Bisengen, sur la ligne d'Erbach, puis à Kayserslautern, au
centre des Vosges. Il n'avait pas prévenu Wurmser de ce mouvement
rétrograde; et, tandis que celui-ci se trouvait engagé sur le versant
oriental, presque à la hauteur de Strasbourg, Brunswick, sur le versant
occidental, se trouvait même en arrière de Wissembourg, et à peu près à la
hauteur de Landau. Hoche avait suivi Brunswick de très près dans son
mouvement rétrograde, et, après avoir vainement essayé de l'entourer à
Bisengen, et même de le prévenir à Kayserslautern, il forma le projet de
l'attaquer à Kayserslautern même, quelque grande que fût la difficulté des
lieux. Hoche avait environ trente mille hommes; il se battit les 28, 29 et
30 novembre; mais les lieux étaient peu connus et peu praticables. Le
premier jour, le général Ambert, qui commandait la gauche, se trouva
engagé, tandis que Hoche, au centre, cherchait sa route; le jour suivant,
Hoche se trouvait seul en présence de l'ennemi, tandis qu'Ambert s'égarait
dans les montagnes. Grâce aux difficultés des lieux, à sa force et à
l'avantage de sa position, Brunswick eut un succès complet. Il ne perdit
qu'environ douze hommes; Hoche fut obligé de se retirer avec une perte
d'environ trois mille hommes; mais il ne fut pas découragé, et vint se
rallier à Pirmasens, Hornbach et Deux-Ponts. Hoche, quoique malheureux,
n'en avait pas moins déployé une audace et une résolution qui frappèrent
les représentans et l'armée. Le comité de salut public, qui, depuis
l'entrée de Carnot, était assez éclairé pour être juste et qui n'était
sévère qu'envers le défaut de zèle, lui écrivit les lettres les plus
encourageantes, et, pour la première fois, donna des éloges à un général
battu. Hoche, sans être ébranlé un moment par sa défaite, forma aussitôt la
résolution de se joindre à l'armée du Rhin, pour accabler Wurmser.
Celui-ci, qui était resté en Alsace tandis que Brunswick rétrogradait
jusqu'à Kayserslautern, avait son flanc droit découvert. Hoche dirigea le
général Taponnier avec douze mille hommes sur Werdt, pour percer la ligne
des Vosges, et se jeter sur le flanc de Wurmser, tandis que l'armée du Rhin
ferait sur son front une attaque générale. Grâce à la présence de
Saint-Just, des combats continuels avaient eu lieu pendant la fin de
novembre et le commencement de décembre, entre l'armée du Rhin et les
Autrichiens. Elle commençait à s'aguerrir en allant tous les jours au feu.
Pichegru la commandait. Le corps envoyé dans les Vosges par Hoche eut
beaucoup de difficultés à vaincre pour y pénétrer, mais il y réussit enfin,
et inquiéta sérieusement la droite de Wurmser. Le 22 décembre (2 nivôse),
Hoche marcha lui-même à travers les montagnes, et parut à Werdt sur le
sommet du versant oriental. Il accabla la droite de Wurmser, lui prit
beaucoup de canons, et fit un grand nombre de prisonniers. Les Autrichiens
furent alors obligés de quitter la ligne de la Motter, et de se porter
d'abord à Sultz, puis le 24 à Wissembourg, sur les lignes mêmes de la
Lauter. Leur retraite s'opérait avec désordre et confusion. Les émigrés,
les nobles alsaciens accourus à la suite de Wurmser, fuyaient avec la plus
grande précipitation. Des familles entières couvraient la route en
cherchant à s'échapper. Les deux armées prussienne et autrichienne étaient
mécontentes l'une de l'autre, et s'entr'aidaient peu contre un ennemi plein
d'ardeur et d'enthousiasme.

Les deux armées du Rhin et de la Moselle étaient réunies. Les représentans
donnèrent le commandement en chef à Hoche, qui se disposa sur-le-champ à
reprendre Wissembourg. Les Prussiens et les Autrichiens, concentrés
maintenant par leur mouvement rétrograde, se trouvaient mieux en mesure de
se soutenir. Ils résolurent donc de prendre l'offensive le 26 décembre (6
nivôse), le jour même où le général français se disposait à fondre sur eux.
Les Prussiens étaient dans les Vosges et autour de Wissembourg; les
Autrichiens s'étendaient en avant de la Lauter, depuis Wissembourg jusqu'au
Rhin. Certainement, s'ils n'avaient pas été décidés à prendre l'initiative,
ils n'auraient pas reçu l'attaque en avant des lignes, ayant la Lauter à
dos; mais ils étaient résolus à attaquer les premiers, et les Français, en
s'avançant sur eux, trouvèrent leurs avant-gardes en marche. Le général
Desaix, commandant la droite de l'armée du Rhin, marcha sur Lauterbourg; le
général Michaud fut dirigé sur Schleithal; le centre attaqua les
Autrichiens, rangés sur le Geisberg, et la gauche pénétra dans les Vosges
pour tourner les Prussiens. Desaix emporta Lauterbourg, Michaud occupa
Schleithal, et le centre, repliant les Autrichiens, les refoula du Geisberg
jusqu'à Wissembourg même. L'occupation instantanée de Wissembourg, pouvait
être désastreuse pour les coalisés, et elle était imminente; mais
Brunswick, qui se trouvait au Pigeonnier, accourut sur ce point, et contint
les Français avec beaucoup de fermeté. La retraite des Autrichiens se fit
alors avec moins de désordre; mais le lendemain les Français occupèrent les
lignes de Wissembourg. Les Autrichiens se replièrent sur Gemersheim, les
Prussiens sur Bergzabern. Les soldats français s'avançaient toujours en
criant: _Landau ou la mort!_ Les Autrichiens se hâtèrent de repasser le
Rhin, sans vouloir tenir un jour de plus sur la rive gauche, et sans donner
aux Prussiens le temps d'arriver à Mayence. Landau fut débloqué; et les
Français prirent leurs quartiers d'hiver dans le Palatinat. Aussitôt après,
les deux généraux coalisés s'attaquèrent dans des relations
contradictoires, et Brunswick donna sa démission à Frédéric-Guillaume.
Ainsi, sur cette partie du théâtre de la guerre, nous avions glorieusement
recouvré nos frontières, malgré les forces réunies de la Prusse et de
l'Autriche.

L'armée d'Italie n'avait rien entrepris d'important, et, depuis sa défaite
du mois de juin, elle était restée sur la défensive. Dans le mois de
septembre, les Piémontais, voyant Toulon attaqué par les Anglais, songèrent
enfin à profiter de cette circonstance, qui pouvait amener la perte de
l'armée française. Le roi de Sardaigne se rendit lui-même sur le théâtre de
la guerre, et une attaque générale du camp français fut résolue pour le 8
septembre. La manière la plus sûre d'opérer contre les Français eût été
d'occuper la ligne du Var, qui séparait Nice de leur territoire. On aurait
ainsi fait tomber toutes les positions qu'ils avaient prises au-delà du
Var, on les aurait obligés d'évacuer le comté de Nice, et peut-être même de
mettre bas les armes. On aima mieux attaquer immédiatement leur camp. Cette
attaque, exécutée avec des corps détachés, et par diverses vallées à la
fois, ne réussit pas; et le roi de Sardaigne, peu satisfait, se retira
aussitôt dans ses états. A peu près à la même époque, le général autrichien
Dewins résolut enfin d'opérer sur le Var; mais il n'exécuta son mouvement
qu'avec trois ou quatre mille hommes, ne s'avança que jusqu'à Isola, et,
arrêté tout à coup par un léger échec, il remonta sur les Hautes-Alpes,
sans avoir donné suite à cette tentative. Telles avaient été les opérations
insignifiantes de l'armée d'Italie.

Un intérêt plus grave appelait toute l'attention sur Toulon. Cette place,
occupée par les Anglais et les Espagnols, leur assurait un pied à terre
dans le Midi, et une base pour tenter une invasion. Il importait donc à la
France de la recouvrer au plus tôt. Le comité avait donné à cet égard les
ordres les plus pressans, mais les moyens de siége manquaient entièrement.
Carteaux, après avoir soumis Marseille, avait débouché avec sept ou huit
mille hommes par les gorges d'Ollioules, s'en était emparé après un léger
combat, et s'était établi au débouché même de ces gorges, en vue de Toulon;
le général Lapoype, détaché de l'armée d'Italie avec quatre mille hommes
environ, s'était rangé sur le côté opposé, vers Solliès et Lavalette. Les
deux corps français ainsi placés, l'un au couchant, l'autre au levant,
étaient si éloignés qu'ils s'apercevaient à peine, et ne pouvaient se
prêter aucun secours. Les assiégés, avec un peu plus d'activité, auraient
pu les attaquer isolément, et les accabler l'un après l'autre. Heureusement
ils ne songèrent qu'à fortifier la place, et à la garnir de troupes. Ils
firent débarquer huit mille Espagnols, Napolitains et Piémontais, deux
régimens anglais venus de Gibraltar, et portèrent la garnison à quatorze ou
quinze mille hommes. Ils perfectionnèrent toutes les défenses, armèrent
tous les forts, surtout ceux de la côte, qui protégeaient la rade où leurs
escadres étaient au mouillage. Ils s'attachèrent particulièrement à rendre
inaccessible le fort de l'Éguillette, placé à l'extrémité du promontoire
qui ferme la rade intérieure, ou petite rade. Ils en rendirent l'abord
tellement difficile, qu'on l'appelait dans l'armée, _le petit Gibraltar_.
Les Marseillais et tous les Provençaux qui s'étaient réfugiés dans Toulon,
s'employèrent eux-mêmes aux ouvrages, et montrèrent le plus grand zèle.
Cependant l'union ne pouvait durer dans l'intérieur de la place, car la
réaction contre la Montagne y avait fait renaître toutes les factions. On y
était républicain ou royaliste à tous les degrés. Les coalisés eux-mêmes
n'étaient pas d'accord. Les Espagnols étaient offensés de la supériorité
qu'affectaient les Anglais, et se défiaient de leurs intentions. L'amiral
Hood, profitant de cette désunion, dit que, puisqu'on ne pouvait
s'entendre, il fallait, pour le moment, ne proclamer aucune autorité. Il
empêcha même le départ d'une députation que les Toulonnais voulaient
envoyer auprès du comte de Provence, pour engager ce prince à se rendre
dans leurs murs en qualité de régent. Dès cet instant, on pouvait entrevoir
la conduite des Anglais, et sentir combien avaient été aveugles et
coupables ceux qui avaient livré Toulon aux plus cruels ennemis de la
marine française.

Les républicains ne pouvaient pas espérer, avec leurs moyens actuels, de
reprendre Toulon. Les représentans conseillaient même de replier l'armée
au-delà de la Durance, et d'attendre la saison suivante. Cependant la prise
de Lyon ayant permis de disposer de nouvelles forces, on achemina vers
Toulon des troupes et du matériel. Le général Doppet, auquel on attribuait
la prise de Lyon, fut chargé de remplacer Carteaux. Bientôt Doppet lui-même
fut remplacé par Dugommier, qui était beaucoup plus expérimenté, et fort
brave. Vingt-huit ou trente mille hommes furent réunis, et on donna
l'ordre d'achever le siége avant la fin de la campagne.

On commença par serrer la place de près, et par établir des batteries
contre les forts. Le général Lapoype, détaché de l'armée d'Italie, était
toujours au levant, et le général en chef Dugommier au couchant, en avant
d'Ollioules. Ce dernier était chargé de la principale attaque. Le comité de
salut public avait fait rédiger par le comité des fortifications un plan
d'attaque régulière. Le général assembla un conseil de guerre pour discuter
le plan envoyé de Paris. Ce plan était fort bien conçu, mais il s'en
présentait un autre plus convenable aux circonstances, et qui devait a voir
des résultats plus prompts.

Dans le conseil de guerre se trouvait un jeune officier, qui commandait
l'artillerie en l'absence du chef de cette arme. Il se nommait Bonaparte,
et était originaire de Corse. Fidèle à la France, au sein de laquelle il
avait été élevé, il s'était battu en Corse pour la cause de la convention
contre Paoli et les Anglais; il s'était rendu ensuite à l'armée d'Italie,
et servait devant Toulon. Il montrait une grande intelligence, une extrême
activité, et couchait à côté de ses canons. Ce jeune officier, à l'aspect
de la place, fut frappé d'une idée, et la proposa au conseil de guerre. Le
fort l'Éguillette, surnommé _le petit Gibraltar_, fermait la rade où
mouillaient les escadres coalisées. Ce fort occupé, les escadres ne
pouvaient plus mouiller dans la rade, sans s'exposer à y être brûlées:
elles ne pouvaient pas non plus l'évacuer en y laissant une garnison de
quinze mille hommes, sans communications, sans secours, et tôt ou tard
exposée à mettre bas les armes: il était donc infiniment présumable que le
fort l'Éguillette une fois en la possession des républicains, les escadres
et la garnison évacueraient ensemble Toulon. Ainsi, la clef de la place
était au fort l'Éguillette; mais ce fort était presque imprenable. Le jeune
Bonaparte soutint fortement son idée comme plus appropriée aux
circonstances, et réussit à la faire adopter.

On commença par serrer la place. Bonaparte, à la faveur de quelques
oliviers qui cachaient ses artilleurs, fit placer une batterie très près du
fort Malbosquet, l'un des plus importans parmi ceux qui environnaient
Toulon. Un matin, cette batterie éclata à l'improviste, et surprit les
assiégés, qui ne croyaient pas qu'on pût établir des feux aussi près du
fort. Le général anglais O'Hara, qui commandait la garnison, résolut de
faire une sortie pour détruire la batterie, et enclouer les canons. Le 30
novembre (10 frimaire), il sortit à la tête de six mille hommes, pénétra
soudainement à travers les postes républicains, s'empara de la batterie,
et commença aussitôt à enclouer les pièces. Heureusement, le jeune
Bonaparte se trouvait non loin de là avec un bataillon. Un boyau conduisait
à la batterie. Bonaparte s'y jeta avec son bataillon, se porta sans bruit
au milieu des Anglais, puis tout à coup ordonna le feu, et les jeta, par
cette subite apparition, dans la plus grande surprise. Le général O'Hara,
étonné, crut que c'étaient ses propres soldats qui se trompaient, et
faisaient feu les uns sur les autres. Il s'avança alors vers les
républicains pour s'en assurer, mais il fut blessé à la main, et pris dans
le boyau même par un sergent. Au même instant, Dugommier, qui avait fait
battre la générale au camp, ramenait ses soldats à l'attaque, et se portait
entre la batterie et la place. Les Anglais, menacés alors d'être coupés, se
retirèrent après avoir perdu leur général, et sans avoir pu se délivrer de
cette dangereuse batterie.

Ce succès anima singulièrement les assiégeans, et jeta beaucoup de
découragement parmi les assiégés. La défiance était si grande chez ces
derniers, qu'ils disaient que le général O'Hara s'était fait prendre pour
vendre Toulon aux républicains. Cependant les républicains, qui voulaient
conquérir la place et qui n'avaient pas les moyens de l'acheter, se
préparaient à l'attaque si périlleuse de l'Éguillette. Ils y avaient jeté
déjà un grand nombre de bombes, et tâchaient d'en raser la défense avec des
pièces de 24. Le 18 décembre (28 frimaire), l'assaut fut résolu pour
minuit. Une attaque simultanée devait avoir lieu du côté du général Lapoype
sur le fort Faron. A minuit, et par un orage épouvantable, les républicains
s'ébranlent. Les soldats qui gardaient le fort se tenaient ordinairement en
arrière, pour se mettre à l'abri des bombes et des boulets. Les Français
espéraient y arriver avant d'avoir été aperçus; mais au pied de la hauteur
ils trouvent des tirailleurs ennemis. Le combat s'engage. Au bruit de la
mousqueterie, la garnison du fort accourt sur les remparts et foudroie les
assaillans. Ceux-ci reculent et reviennent tour à tour. Un jeune capitaine
d'artillerie, nommé Muiron, profite des inégalités du terrain, et réussit à
gravir la hauteur, sans avoir perdu beaucoup de monde. Arrivé au pied du
fort, il s'élance par une embrasure; les soldats le suivent, pénètrent dans
la batterie, s'emparent des canons, et bientôt du fort lui-même.

Dans cette action, le général Dugommier, les représentans Salicetti et
Robespierre jeune, le commandant d'artillerie Bonaparte, avaient été
présens au feu, et avaient communiqué aux troupes le plus grand courage. Du
côté du général Lapoype, l'attaque ne fut pas moins heureuse, et une des
redoutes du fort Faron fut emportée.

Dès que le fort l'Éguillette fut occupé, les républicains se hâtèrent de
disposer les canons de manière à foudroyer la flotte. Mais les Anglais ne
leur en donnèrent pas le temps. Ils se décidèrent sur-le-champ à évacuer la
place, pour ne pas courir plus long-temps les chances d'une défense
difficile et périlleuse. Avant de se retirer, ils résolurent de brûler
l'arsenal, les chantiers, et les vaisseaux qu'ils ne pourraient pas
prendre. Le 18 et le 19, sans en prévenir l'amiral espagnol, sans avertir
même la population compromise, qu'on allait la livrer aux montagnards
victorieux, les ordres furent donnés pour l'évacuation. Chaque vaisseau
anglais vint à son tour s'approvisionner à l'arsenal. Les forts furent
ensuite tous évacués, excepté le fort Lamalgue, qui devait être le dernier
abandonné. Cette évacuation se fit même si vite, que deux mille Espagnols,
prévenus trop tard, restèrent hors des murs, et ne se sauvèrent que par
miracle. Enfin on donna l'ordre d'incendier l'arsenal. Vingt vaisseaux ou
frégates parurent tout à coup en flammes au milieu de la rade, et
excitèrent le désespoir chez les malheureux habitans, et l'indignation chez
les républicains, qui voyaient brûler l'escadre sans pouvoir la sauver.
Aussitôt, plus de vingt mille individus, hommes, femmes, vieillards,
enfans, portant ce qu'ils avaient de plus précieux, vinrent sur les quais,
tendant les mains vers les escadres, et implorant un asile pour se
soustraire à l'armée victorieuse. C'étaient toutes les familles provençales
qui, à Aix, Marseille, Toulon, s'étaient compromises dans le mouvement
sectionnaire. Pas une seule chaloupe ne se montrait à la mer pour secourir
ces imprudens Français, qui avaient mis leur confiance dans l'étranger, et
qui lui avaient livré le premier port de leur patrie. Cependant l'amiral
Langara, plus humain, ordonna de mettre les chaloupes à la mer, et de
recevoir sur l'escadre espagnole tous les réfugiés qu'elle pourrait
contenir. L'amiral Hood n'osa pas résister à cet exemple et aux
imprécations qu'on vomissait contre lui. Il ordonna à son tour, mais fort
tard, de recevoir les Toulonnais. Ces malheureux se précipitaient avec
fureur dans les chaloupes. Dans cette confusion, quelques-uns tombaient à
la mer, d'autres étaient séparés de leurs familles. On voyait des mères
cherchant leurs enfans, des épouses, des filles, cherchant leurs maris ou
leurs pères, et errant sur ces quais aux lueurs de l'incendie. Dans ce
moment terrible, des brigands, profitant du désordre pour piller, se
jettent sur les malheureux accumulés le long des quais, et font feu en
criant: _Voici les républicains!_ La terreur alors s'empare de cette
multitude; elle se précipite, se mêle, et, pressée de fuir, elle abandonne
ses dépouilles aux brigands auteurs de ce stratagème.

Enfin les républicains entrèrent, et trouvèrent la ville à moitié déserte,
et une grande partie du matériel de la marine détruit. Heureusement les
forçats avaient arrêté l'incendie et empêché qu'il ne se propageât. De 56
vaisseaux ou frégates, il ne restait que 7 vaisseaux et 11 frégates; le
reste avait été pris ou brûlé par les Anglais. Bientôt, aux horreurs du
siége et de l'évacuation, succédèrent celles de la vengeance
révolutionnaire. Nous raconterons plus tard la suite des désastres de cette
cité coupable et malheureuse. La prise de Toulon causa une joie
extraordinaire, et produisit autant d'impression que les victoires de
Watignies, la prise de Lyon, et le déblocus de Landau. Dès lors on n'avait
plus à craindre que les Anglais, s'appuyant sur Toulon, vinssent apporter
dans le Midi le ravage et la révolte.

La campagne s'était terminée moins heureusement aux Pyrénées. Cependant,
malgré de nombreux revers et une grande impéritie de la part des généraux,
nous n'avions perdu que la ligne du Tech, et celle de la Tet nous était
restée. Après le combat malheureux de Truillas, livré le 22 septembre (1er
vendémiaire) contre le camp espagnol, et où Dagobert avait montré tant de
bravoure et de sang-froid, Ricardos, au lieu de marcher en avant, avait
rétrogradé au contraire sur le Tech. La reprise de Villefranche, et un
renfort de quinze mille hommes arrivé aux républicains, l'avaient décidé à
ce mouvement rétrograde. Après avoir levé le blocus de Collioure et de
Port-Vendre, il s'était porté au camp de Boulou, entre Céret et
Ville-Longue, et veillait de là à ses communications en gardant la grande
route de Bellegarde. Les représentans Fabre et Gaston, pleins de fougue,
voulurent faire attaquer le camp des Espagnols, afin de les rejeter au-delà
des Pyrénées; mais l'attaque fut infructueuse et n'aboutit qu'à une inutile
effusion de sang.

Le représentant Fabre, impatient de tenter une entreprise importante,
rêvait depuis long-temps une marche au-delà des Pyrénées, pour forcer les
Espagnols à rétrograder. On lui avait persuadé que le fort de Roses pouvait
être enlevé par un coup de main. D'après son voeu, et malgré l'avis
contraire des généraux, trois colonnes furent jetées au-delà des Pyrénées,
pour se réunir à Espola. Mais trop faibles, trop désunies, elles ne purent
se joindre, furent battues, et ramenées sur la grande chaîne après une
perte considérable. Ceci s'était passé en octobre. En novembre, des orages,
peu ordinaires dans la saison, grossirent les torrens, interrompirent les
communications des divers camps espagnols entre eux, et les mirent dans le
plus grand péril.

C'était le cas de se venger sur les Espagnols des revers qu'on avait
essuyés. Il ne leur restait que le pont de Céret pour repasser le Tech, et
ils demeuraient inondés et affamés sur la rive gauche à la merci des
Français. Mais rien de ce qu'il fallait faire ne fut exécuté. Au général
Dagobert avait succédé le général Turreau, à celui-ci le général Doppet.
L'armée était désorganisée. On se battit mollement aux environs de Céret,
on perdit même le camp de Saint-Ferréol, et Ricardos échappa ainsi aux
dangers de sa position. Bientôt il se vengea bien plus habilement du danger
où il s'était trouvé, et fondit le 7 novembre (17 brumaire) sur une colonne
française, qui était engagée à Ville-Longue, sur la rive droite du Tech,
entre le fleuve, la mer et les Pyrénées. Il défit cette colonne, forte de
dix mille hommes, et la jeta dans un tel désordre, qu'elle ne put se
rallier qu'à Argelès. Immédiatement après, Ricardos fit attaquer la
division Delatre à Collioure, s'empara de Collioure, de Port-Vendre et de
Saint-Elme, et nous rejeta entièrement au-delà du Tech. La campagne se
trouva ainsi terminée vers les derniers jours de décembre. Les Espagnols
prirent leurs quartiers d'hiver sur les bords du Tech; les Français
campèrent autour de Perpignan, et sur les rives de la Tet. Nous avions
perdu un peu de territoire, mais moins qu'on ne devait le craindre après
tant de désastres. C'était du reste la seule frontière où la campagne ne se
fût pas terminée glorieusement pour les armes de la république. Du côté des
Pyrénées Occidentales, on avait gardé une défensive réciproque.

C'est dans la Vendée que de nouveaux et terribles combats avaient eu lieu,
avec un grand avantage pour la république, mais avec un grand dommage pour
la France, qui ne voyait des deux côtés que des Français s'égorgeant les
uns les autres.

Les Vendéens, battus à Cholet le 17 octobre (26 vendémiaire), s'étaient
jetés, comme on l'a vu, sur le bord de la Loire, au nombre de quatre-vingt
mille individus, hommes, femmes, enfans, vieillards. N'osant pas rentrer
dans leur pays occupé par les républicains, ne pouvant plus tenir la
campagne en présence d'une armée victorieuse, ils songèrent à se rendre en
Bretagne, et à suivre les idées de Bonchamps, lorsque ce jeune héros était
mort, et ne pouvait plus diriger leurs tristes destinées. On a vu qu'à la
veille de la bataille de Cholet, il envoya un détachement pour faire
occuper le poste de Varade, sur la Loire. Ce poste, mal gardé par les
républicains, fut pris dans la nuit du 16 au 17. La bataille perdue, les
Vendéens purent donc impunément traverser le fleuve, à la faveur de
quelques bateaux laissés sur la rive, et à l'abri du canon républicain. Le
danger ayant été jusqu'ici sur la rive gauche, le gouvernement n'avait pas
songé à défendre la rive droite. Toutes les villes de la Bretagne étaient
mal gardées; quelques détachemens de gardes nationales, épars çà et là,
étaient incapables d'arrêter les Vendéens, et ne pouvaient que fuir à leur
approche. Ceux-ci s'avancèrent donc sans obstacles, et traversèrent
successivement Candé, Château-Gonthier et Laval, sans éprouver aucune
résistance.

Pendant ce temps, l'armée républicaine était incertaine de leur marche, de
leur nombre et de leurs projets. Un moment même, elle les avait crus
détruits, et les représentans l'avaient écrit à la convention. Kléber seul,
qui commandait toujours l'armée sous le nom de Léchelle, pensait le
contraire, et s'efforçait de modérer une dangereuse sécurité. Bientôt, en
effet, on apprit que les Vendéens étaient loin d'être exterminés; que dans
la colonne fugitive, il restait encore trente ou quarante mille hommes
armés, et capables de combattre. Un conseil de guerre fut aussitôt
rassemblé; et comme on ne savait pas si les fugitifs se porteraient sur
Angers ou sur Nantes, s'ils marcheraient sur la Bretagne, ou iraient par la
Basse-Loire se réunir à Charette, on décida que l'armée se diviserait;
qu'une partie, sous le général Haxo, irait tenir tête à Charette, et
reprendre Noirmoutiers; qu'une autre partie sous Kléber occuperait le camp
de Saint-George près de Nantes, et que le reste enfin demeurerait à Angers
pour couvrir cette ville, et observer la marche de l'ennemi. Sans doute, si
l'on eût été mieux instruit, on aurait compris qu'il fallait rester réunis
en masse, et marcher sans relâche à la poursuite des Vendéens. Dans l'état
de désordre et d'effroi où ils se trouvaient, il eût été facile de les
disperser et de les détruire entièrement; mais on ne connaissait pas la
direction qu'ils avaient prise, et, dans le doute, le parti que l'on prit
était encore le plus sage. Bientôt, cependant, on eut de meilleurs
renseignemens, et l'on apprit la marche des Vendéens sur Candé,
Château-Gonthier et Laval. Dès lors on résolut de les poursuivre
sur-le-champ, et de les atteindre, avant qu'ils pussent mettre la Bretagne
en feu, et s'emparer de quelque grande ville, ou d'un port sur l'Océan. Les
généraux Vimeux et Haxo furent laissés à Nantes et dans la Basse-Vendée;
tout le reste de l'armée s'achemina vers Candé et Château-Gonthier.
Westermann et Beaupuy formaient l'avant-garde; Chalbos, Kléber, Canuel,
commandaient chacun une division, et Léchelle, éloigné du champ de
bataille, laissait diriger les mouvemens par Kléber, qui avait la confiance
et l'admiration de l'armée. Le 25 octobre au soir (4 brumaire),
l'avant-garde républicaine arriva à Château-Gonthier; le gros des forces
était à une journée en arrière. Westermann, quoique ses troupes fussent
très fatiguées, quoiqu'il fût presque nuit, et qu'il restât encore six
lieues de chemin à faire pour arriver à Laval, voulut y marcher
sur-le-champ. Beaupuy, tout aussi brave, mais plus prudent que Westermann,
s'efforça en vain de lui faire sentir le danger d'attaquer la masse
vendéenne au milieu de la nuit, fort en avant du corps d'armée, et avec des
troupes harassées de fatigue. Beaupuy fut obligé de céder au plus ancien en
commandement. On se mit aussitôt en marche. Arrivé à Laval au milieu de la
nuit, Westermann envoya un officier reconnaître l'ennemi: celui-ci, emporté
par son ardeur, fit une charge au lieu d'une reconnaissance, et replia
rapidement les premiers postes. L'alarme se répandit dans Laval, le tocsin
sonna, toute la masse ennemie fut bientôt debout, et vint faire tête aux
républicains. Beaupuy, se comportant avec sa fermeté ordinaire, soutint
courageusement l'effort des Vendéens. Westermann déploya toute sa bravoure,
le combat fut des plus opiniâtres, et l'obscurité de la nuit le rendit
encore plus sanglant. L'avant-garde républicaine, quoique très inférieure
en nombre, serait néanmoins parvenue à se soutenir jusqu'à la fin; mais la
cavalerie de Westermann, qui n'était pas toujours aussi brave que son
chef, se débanda tout à coup, et l'obligea à la retraite. Grâce à Beaupuy,
elle se fit sur Château-Gonthier, avec assez d'ordre. Le corps de bataille
y arriva le jour suivant. Toute l'armée s'y trouva donc réunie le 26,
l'avant-garde épuisée d'un combat inutile et sanglant, le corps de bataille
fatigué d'une longue route, faite sans vivres, sans souliers, et à travers
les boues de l'automne. Westermann et les représentans voulaient de nouveau
se reporter en avant. Kléber s'y opposa avec force, et fit décider qu'on ne
s'avancerait pas au-delà de Villiers, moitié chemin de Château-Gonthier à
Laval.

Il s'agissait de former un plan pour l'attaque de Laval. Cette ville est
située sur la Mayenne. Marcher directement par la rive gauche que l'on
occupait, était imprudent, comme l'observa judicieusement un officier très
distingué, Savary, qui connaissait parfaitement les lieux. Il était facile
aux Vendéens d'occuper le pont de Laval, et de s'y maintenir contre toutes
les attaques; ils pouvaient ensuite, tandis que l'armée républicaine était
inutilement amassée sur la rive gauche, marcher le long de la rive droite,
passer la Mayenne sur ses derrières, et l'accabler à l'improviste. Il
proposa donc de diviser l'attaque, et de porter une partie de l'armée sur
la rive droite. De ce côté il n'y avait pas de pont à franchir, et
l'occupation de Laval ne présentait point d'obstacle. Ce plan, approuvé par
les généraux, fut adopté par Léchelle. Le lendemain, cependant, Léchelle,
qui sortait quelquefois de sa nullité pour commettre des fautes, envoie
l'ordre le plus sot et le plus contradictoire à ce qui avait été convenu la
veille. Il prescrit, suivant ses expressions accoutumées, de marcher
_majestueusement et en masse_ sur Laval, en longeant par la rive gauche.
Kléber et tous les généraux sont indignés; cependant il faut obéir. Beaupuy
s'avance le premier; Kléber le suit immédiatement. Toute l'armée vendéenne
était déployée sur les hauteurs d'Entrames. Beaupuy engage le combat;
Kléber se déploie à droite et à gauche de la route, de manière à s'étendre
le plus possible. Sentant néanmoins le désavantage de cette position, il
fait dire à Léchelle de porter la division Chalbos sur le flanc de
l'ennemi, mouvement qui devait l'ébranler. Mais cette colonne, composée de
ces bataillons formés à Orléans et à Niort, qui avaient fui si souvent, se
débande avant de s'être mise en marche. Léchelle s'échappe le premier à
toute bride; une grande moitié de l'armée, qui ne se battait pas, fuit en
toute hâte, ayant Léchelle en tête, et court jusqu'à Château-Gonthier, et
de Château-Gonthier jusqu'à Angers. Les braves Mayençais, qui n'avaient
jamais lâché pied, se débandent pour la première fois. La déroute devient
alors générale; Beaupuy, Kléber, Marceau, les représentans Merlin et
Turreau font des efforts incroyables, mais inutiles, pour arrêter les
fuyards. Beaupuy reçoit une balle au milieu de la poitrine. Porté dans une
cabane, il s'écrie: «Qu'on me laisse ici, et qu'on montre ma chemise
sanglante à mes soldats.» Le brave Bloss, qui commandait les grenadiers, et
qui était connu par une intrépidité extraordinaire, se fait tuer à leur
tête. Enfin une partie de l'armée s'arrête au Lion-d'Angers; l'autre fuit
jusqu'à Angers même. L'indignation était générale contre le lâche exemple
qu'avait donné Léchelle en fuyant le premier. Les soldats murmuraient
hautement. Le lendemain, pendant la revue, le petit nombre de braves qui
étaient restés sous les drapeaux, et c'étaient des Mayençais, criaient: A
bas Léchelle! vive Kléber et Dubayet! _qu'on nous rende Dubayet!_ Léchelle,
qui entendit ces cris, en fut encore plus mal disposé contre l'armée de
Mayence, et contre les généraux dont la bravoure lui faisait honte. Les
représentans, voyant que les soldats ne voulaient plus de Léchelle, se
décidèrent à le suspendre, et proposèrent le commandement à Kléber.
Celui-ci le refusa, parce qu'il n'aimait pas la situation d'un général en
chef, toujours en butte aux représentans, au ministre, au comité de salut
public, et consentit seulement à diriger l'armée sous le nom d'un autre. On
donna donc le commandement à Chalbos, qui était l'un des généraux les plus
âgés de l'armée. Léchelle, prévenant l'arrêté des représentans, demanda son
congé, en disant qu'il était malade, et se retira à Nantes, où il mourut
quelque temps après.

Kléber, voyant l'armée dans un état pitoyable, dispersée partie à Angers,
et partie au Lion-d'Angers, proposa de la réunir tout entière à Angers
même, de lui donner ensuite quelques jours de repos, de la fournir de
souliers et de vêtemens, et de la réorganiser d'une manière complète. Cet
avis fut adopté, et toutes les troupes furent réunies à Angers. Léchelle
n'avait pas manqué de dénoncer l'armée de Mayence en donnant sa démission,
et d'attribuer à de braves gens une déroute qui n'était due qu'à sa
lâcheté. Depuis long-temps on se défiait de cette armée, de son esprit de
corps, de son attachement à ses généraux, et de son opposition à
l'état-major de Saumur. Les derniers cris de _vive Dubayet! à bas
Léchelle!_ achevèrent de la compromettre dans l'esprit du gouvernement.
Bientôt, en effet, le comité de salut public rendit un arrêté pour en
ordonner la dissolusion et l'amalgame avec les autres corps. Kléber fut
chargé de cette dernière opération. Quoique cette mesure fût prise contre
lui et contre ses compagnons d'armes, il s'y prêta volontiers, car il
sentait le danger de l'esprit de rivalité et de haine qui s'établissait
entre la garnison de Mayence et le reste des troupes; et il voyait surtout
un grand avantage à former de bonnes têtes de Colonnes, qui, habilement
distribuées, pouvaient communiquer leur propre force à toute l'armée.

Pendant que ceci se passait à Angers, les Vendéens, délivrés à Laval des
républicains, et ne voyant plus rien qui s'opposât à leur marche, ne
savaient cependant quel parti prendre, ni sur quel théâtre porter la
guerre. Il s'en présentait deux également avantageux: ils avaient à choisir
entre la pointe de Bretagne et celle de Normandie. L'extrême Bretagne était
toute fanatisée par les prêtres et les nobles; la population les aurait
reçus avec joie; et le sol, extrêmement coupé et montueux, leur aurait
fourni des moyens très faciles de résistance; enfin, ils se seraient
trouvés sur le bord de la mer, et en communication avec les Anglais.
L'extrême Normandie, ou presqu'île de Cotentin, était un peu plus éloignée,
mais bien plus facile à garder, car, en s'emparant de Port-Beil et
Saint-Cosme, ils la fermaient entièrement. Ils y trouvaient l'importante
place de Cherbourg, très accessible pour eux du côté de la terre, pleine
d'approvisionnemens de toute espèce, et surtout très propre aux
communications avec les Anglais. Ces deux projets présentaient donc de
grands avantages, et leur exécution rencontrait peu d'obstacles. La route
de Bretagne n'était gardée que par l'armée de Brest, confiée à Rossignol,
et consistant tout au plus en cinq ou six mille hommes mal organisés. La
route de Normandie était défendue par l'armée de Cherbourg, composée de
levées en masse prêtes à se dissoudre au premier coup de fusil, et de
quelques mille hommes seulement de troupes plus régulières, qui n'avaient
pas encore quitté Caen. Ainsi, aucune de ces deux armées n'était à redouter
pour la masse vendéenne. On pouvait même facilement éviter leur rencontre
avec un peu de célérité. Mais les Vendéens ignoraient la nature des
localités, ils n'avaient pas un seul officier qui pût leur dire ce
qu'étaient la Bretagne et la Normandie, quels en étaient les avantages
militaires et les places fortes. Ils croyaient, par exemple, Cherbourg
fortifié du côté de terre. Ils étaient donc incapables de se hâter, de
s'éclairer dans leur marche, de rien exécuter enfin, avec un peu de force
et de précision.

Quoique nombreuse, leur armée était dans un état pitoyable. Tous les chefs
principaux étaient ou morts ou blessés. Bonchamps avait expiré sur la rive
gauche; d'Elbée, blessé, avait été transporté à Noirmoutiers; Lescure,
atteint d'une balle au front, était traîné mourant à la suite de l'armée;
La Rochejaquelein, resté seul, avait reçu le commandement général. Stofflet
commandait sous lui. L'armée, obligée maintenant de se mouvoir et
d'abandonner son sol, aurait dû être organisée; mais elle marchait
pêle-mêle comme une horde, ayant au milieu d'elle des femmes, des enfans,
des chariots. Dans une armée régulière, les braves, les faibles, les
lâches, encadrés les uns avec les autres, restent forcément ensemble et se
soutiennent réciproquement. Il suffit de quelques hommes de courage pour
communiquer leur énergie à toute la masse. Ici, au contraire, aucun rang
n'étant gardé, aucune division de compagnie de bataillon, n'étant observée,
chacun marchant avec qui lui plaisait, les braves s'étaient rangés
ensemble, et formaient un corps de cinq ou six mille hommes, toujours prêts
à s'avancer les premiers. Après eux, venait une troupe moins sûre, et
propre seulement à décider un succès, en se portant sur les flancs d'un
ennemi déjà ébranlé. A la suite de ces deux bandes, la masse, toujours
prête à fuir au premier coup de fusil, se traînait confusément. Ainsi, les
trente ou quarante mille hommes armés se réduisaient en définitive à
quelques mille braves, toujours disposés à se battre par tempérament. Le
défaut de subdivisions empêchait de former des détachemens, de porter un
corps sur un point ou sur un autre, de faire aucune sorte de dispositions.
Les uns suivaient La Rochejaquelein, les autres Stofflet, et ne suivaient
qu'eux seuls. Il était impossible de donner des ordres; tout ce qu'on
pouvait obtenir, c'était de se faire suivre en donnant un signal. Stofflet
avait seulement quelques paysans affidés qui allaient répandre ce qu'il
voulait parmi leurs camarades. A peine avait-on deux cents mauvais
cavaliers, et une trentaine de pièces de canon, mal servies et mal
entretenues. Les bagages encombraient la marche; les femmes, les
vieillards, pour être plus en sûreté, cherchaient à se fourrer au milieu de
la troupe des braves, et, en remplissant leurs rangs, embarrassaient leurs
mouvemens. La méfiance commençait aussi à s'établir de la part des soldats
à l'égard des officiers. On disait qu'ils ne voulaient atteindre à l'Océan
que pour s'embarquer, et abandonner les malheureux paysans arrachés de leur
pays. Le conseil, dont l'autorité était devenue tout à fait illusoire,
était divisé; les prêtres s'y montraient mécontens des chefs militaires;
rien enfin n'eût été plus facile que de détruire une pareille armée, si le
plus grand désordre de commandement n'avait régné chez les, républicains.

Les Vendéens étaient donc incapables de concevoir et d'exécuter un plan
quelconque. Ils avaient quitté la Loire depuis vingt-six jours; et, dans
un aussi long espace de temps, ils n'avaient rien fait du tout. Après
beaucoup d'incertitudes, ils prirent enfin un parti. D'une part, on leur
disait que Rennes et Saint-Malo étaient gardés par des troupes
considérables; de l'autre, que Cherbourg était fortement défendu du côté de
terre; ils se décidèrent alors à assiéger Granville, placée sur le bord de
l'Océan, entre la pointe de Bretagne et celle de Normandie. Ce projet avait
surtout l'avantage de les rapprocher de la Normandie, qu'on leur dépeignait
comme très fertile et très bien approvisionnée. En conséquence ils
marchèrent sur Fougères. On avait réuni sur leur route quinze ou seize
mille hommes de levées en masse, qui se dispersèrent sans coup férir. Les
Vendéens se portèrent à Dol le 10 novembre, et le 12 sur Avranches.

Le 14 novembre (24 brumaire), ils se dirigèrent vers Granville, en laissant
à Avranches une moitié de leur monde et tous leurs bagages. La garnison
ayant voulu faire une sortie, ils la repoussèrent, et se jetèrent à sa
suite dans le faubourg qui précède le corps de la place. La garnison eut le
temps de rentrer et de refermer ses portes; mais le faubourg resta en leur
possession, et ils avaient ainsi de grandes facilités pour l'attaque. Ils
avancèrent du faubourg jusqu'à des palissades qu'on venait de construire,
et sans chercher à les enlever, ils se bornèrent à tirailler contre les
remparts, tandis qu'on leur répondait avec de la mitraille et des boulets.
En même temps, ils placèrent quelques pièces sur les hauteurs
environnantes, et tirèrent inutilement sur la crête des murs et sur les
maisons de la ville. A la nuit, ils s'éparpillèrent, et abandonnèrent le
faubourg, où le feu de la place ne leur laissait aucun repos. Ils allèrent
chercher hors de la portée du canon des logemens, des vivres, et surtout du
feu, car il commençait à faire un froid très vif. Les chefs purent à peine
retenir quelques cents hommes dans le faubourg pour y continuer un feu de
tirailleurs.

Le lendemain, leur impuissance de prendre une place fermée leur fut encore
mieux démontrée; ils essayèrent encore de leurs batteries, mais sans aucun
succès. Ils tiraillèrent de nouveau le long des palissades; et furent
bientôt entièrement découragés. Tout à coup l'un d'entre eux imagina de
profiter de la marée basse, pour traverser une plage, et prendre la ville
du côté du port. Ils se disposaient à cette nouvelle tentative, lorsque le
feu fut mis au faubourg par les représentans enfermés dans Granville. Les
Vendéens furent alors obligés de l'évacuer, et songèrent à la retraite. La
tentative du côté du port fut entièrement abandonnée, et le lendemain ils
revinrent tous à Avranches rejoindre le reste de leur monde et les
bagages. Dès ce moment, le découragement fut porté au comble; ils se
plaignirent plus amèrement que jamais des chefs qui les avaient arrachés de
leur pays, et qui voulaient les abandonner, et ils demandèrent à grands
cris à regagner la Loire. En vain Larochejacquelein, à la tête des plus
braves, voulut-il faire une nouvelle tentative pour les entraîner dans la
Normandie; en vain marcha-t-il sur Ville-Dieu, dont il s'empara, il fut à
peine suivi de mille hommes. Le reste de la colonne reprit le chemin de la
Bretagne, en marchant sur Pontorson, par où elle était arrivée. Elle
s'empara du pont au Beaux qui, jeté sur la Selune, était indispensable pour
arriver à Pontorson.

Pendant que ces événemens se passaient à Granville, l'armée républicaine
avait été réorganisée à Angers. A peine le temps nécessaire pour lui donner
un peu de repos et d'ordre fut-il écoulé, qu'on la conduisit à Rennes, pour
la réunir aux six ou sept mille hommes de l'armée de Brest, commandés par
Rossignol. Là, on avait arrêté, dans un conseil de guerre, les mesures à
prendre pour continuer la poursuite de la colonne vendéenne. Chalbos malade
avait obtenu la permission de se retirer sur les derrières, pour y réparer
sa santé; Rossignol avait reçu des représentons le commandement en chef de
l'armée de l'Ouest et de celle de Brest, formant en tout vingt ou vingt-un
mille hommes. Il fut résolu que ces deux armées se porteraient tout de
suite à Antrain; que le général Tribout, qui était à Dol avec trois ou
quatre mille hommes, se rendrait à Pontorson, et que le général Sepher, qui
avait six mille soldats de l'armée de Cherbourg, suivrait par derrière la
colonne vendéenne. Ainsi placée entre la mer, le poste de Pontorson,
l'armée d'Antrain, et Sepher qui arrivait à Avranches, cette colonne devait
être bientôt enveloppée et détruite.

Toutes ces dispositions s'exécutaient au moment même où les Vendéens
quittaient Avranches, et s'emparaient du pont au Beaux pour se rendre à
Pontorson. C'était le 18 novembre (28 brumaire). Le général Tribout,
déclamateur sans connaissance de la guerre, n'avait, pour garder Pontorson,
qu'à occuper un passage étroit, à travers un marais qui couvrait la ville,
et qu'on ne pouvait pas tourner. Avec une position aussi avantageuse, il
pouvait empêcher les Vendéens de faire un seul pas. Mais aussitôt qu'il
aperçoit l'ennemi, il abandonne le défilé, et se porte en avant. Les
Vendéens, encouragés par la prise du pont au Beaux, le chargent
vigoureusement, l'obligent à céder, et, profitant du désordre de sa
retraite, se jettent à sa suite dans le passage qui traverse le marais, et
se rendent ainsi maîtres de Pontorson, qu'ils n'auraient jamais dû aborder.

Grâce à cette faute impardonnable, une route inattendue s'ouvrit aux
Vendéens. Ils pouvaient marcher sur Dol; mais de Dol il leur fallait aller
à Antrain, et passer sur le corps de la grande armée républicaine.
Cependant ils évacuent Pontorson, et s'avancent sur Dol, Westermann se
jette à leur poursuite. Toujours aussi bouillant, il entraîne Marigny avec
ses grenadiers, et ose suivre les Vendéens jusqu'à Dol, avec une simple
avant-garde. Il les joint en effet, et les pousse confusément dans la
ville; mais bientôt ils se rassurent, sortent de Dol, et, par ces feux
meurtriers qu'ils dirigeaient si bien, ils obligent l'avant-garde
républicaine à se retirer à une grande distance.

Kléber, qui dirigeait toujours l'armée par ses conseils, quoiqu'un autre en
fût le chef, propose, pour achever la destruction de la colonne vendéenne,
de la bloquer, et de la faire périr de faim, de maladie et de misère. Les
débandades étaient si fréquentes dans les troupes républicaines, qu'une
attaque de vive force présentait des chances dangereuses. Au contraire, en
fortifiant Antrain, Pontorson, Dinan, on enfermait les Vendéens entre la
mer et trois points retranchés; et en les faisant harceler tous les jours
par Westermann et Marigny, on ne pouvait manquer de les détruire. Les
représentans approuvent ce plan, et les ordres sont donnés en conséquence.
Mais tout à coup arrive un officier de Westermann: il dit que si on veut
seconder son général et attaquer Dol du côté d'Antrain, tandis qu'il
l'attaquera du côté de Pontorson, c'en est fait de l'armée catholique, et
qu'elle sera entièrement perdue. Les représentans s'enflamment à cette
proposition. Prieur de la Marne, aussi bouillant que Westermann, fait
changer le plan d'abord convenu, et il est décidé que Marceau, à la tête
d'une colonne, marchera sur Dol, concurremment avec Westermann.

Le 21 au matin, Westermann s'avance sur Dol. Dans son impatience, il ne
songe pas à s'assurer si la colonne de Marceau, qui doit arriver d'Antrain,
est déjà rendue sur le champ de bataille, et il attaque en toute hâte.
L'ennemi répond à son attaque par ses feux redoutables. Westermann déploie
son infanterie, et gagne du terrain; mais les cartouches commencent à
manquer; il est alors obligé de faire un mouvement rétrogade, et il vient
s'établir en arrière sur un plateau. Les Vendéens en profitent, se jettent
sur sa colonne, et la dispersent. Pendant ce temps, Marceau arrive enfin à
la vue de Dol; les Vendéens victorieux se réunissent contre lui; il résiste
avec une fermeté héroïque pendant toute la journée, et réussit à se
maintenir sur le champ de bataille. Mais sa position est très hasardée; il
demande Kléber, pour lui apporter des conseils et des secours. Kléber
accourt, et conseille de prendre une position rétrograde, il est vrai, mais
très forte, aux environs de Trans. On hésite encore à suivre l'avis de
Kléber, lorsque la présence des tirailleurs vendéens fait reculer les
troupes. Elles se débandent d'abord, mais on les rallie bientôt sur la
position indiquée par Kléber. Kléber reproduit alors le premier plan qu'il
avait proposé, et qui consistait à fortifier Antrain. On y adhère, mais on
ne veut pas retourner à Antrain, on veut rester à Trans, et s'y fortifier
pour être plus près de Dol. Tout à coup, avec la mobilité qui présidait à
toutes les déterminations, on change encore d'avis, et on se résout de
nouveau à l'offensive malgré l'expérience de la veille. On envoie un
renfort à Westermann, en lui ordonnant d'attaquer de son côté, tandis que
l'armée principale attaquera du côté de Trans.

Kléber objecte en vain que les troupes de Westermann, démoralisées par
l'événement de la veille, ne tiendront pas, les représentans insistent, et
l'attaque est résolue pour le lendemain. Le lendemain, en effet, le
mouvement s'exécute. Westermann et Marigny sont prévenus et assaillis par
l'ennemi. Leurs troupes, quoique soutenues par un renfort, se débandent. Il
font des efforts inouis pour les arrêter; ils réunissent en vain quelques
braves autour d'eux, et sont bientôt emportés. Les Vendéens, vainqueurs,
abandonnent ce point, et se portent à leur droite, sur l'armée qui
s'avançait de Trans.

Tandis qu'ils venaient d'obtenir cet avantage, et qu'ils se disposaient à
en remporter un second, le bruit du canon avait répandu l'épouvante dans la
ville de Dol, et parmi ceux d'entre eux qui n'en étaient pas encore sortis
pour combattre. Les femmes, les vieillards, les enfans et les lâches,
couraient de tous côtés, et fuyaient vers Dinan et vers la mer. Leurs
prêtres, la croix à la main, faisaient de vains efforts pour les ramener.
Stofflet, La Rochejaquelein, couraient de toutes parts pour les reconduire
au combat. Enfin on était parvenu à les rallier, et à les porter sur la
route de Trans, à la suite des braves qui les avaient devancés.

Une confusion non moins grande régnait dans le camp principal des
républicains. Rossignol, les représentans, commandant tous à la fois, ne
pouvaient ni s'entendre ni agir. Kléber et Marceau, dévorés de chagrins,
s'étaient avancés pour reconnaître le terrain, et soutenir l'effort des
Vendéens. Arrivé devant l'ennemi, Kléber veut déployer l'avant-garde de
l'armée de Brest, mais elle se débande au premier coup de feu. Alors il
fait avancer la brigade Canuel, composée en grande partie de bataillons
mayençais: ceux-ci, fidèles à leur vieille bravoure, résistent pendant
toute la journée, et demeurent seuls sur le champ de bataille, abandonnés
du reste des troupes. Mais la bande vendéenne, qui avait battu Westermann,
les prend en flanc, et les force à la retraite. Les Vendéens en profitent,
et les poursuivent jusqu'à Antrain même. Enfin il devient urgent de quitter
Antrain, et toute l'armée républicaine se retire à Rennes.

C'est alors qu'on put sentir la sagesse des avis de Kléber. Rossignol, dans
l'un de ces généreux mouvemens dont il était capable, malgré son
ressentiment contre les généraux mayençais, parut au conseil de guerre avec
un papier contenant sa démission. «Je ne suis pas fait, dit-il, pour
commander une armée. Qu'on me donne un bataillon, je ferai mon devoir; mais
je ne puis suffire au commandement en chef. Voici donc ma démission, et, si
on la refuse, on est ennemi de la république.»--«Pas de démission, s'écrie
Prieur de la Marne, tu es le fils aîné du comité de salut public. Nous te
donnerons des généraux qui te conseilleront, et qui répondront pour toi des
événemens de la guerre.» Cependant Kléber, désolé de voir l'armée aussi mal
conduite, proposa un plan qui pouvait seul rétablir l'état des affaires,
mais qui était bien peu approprié aux dispositions des représentans. «Il
faut, leur dit-il, en laissant le généralat à Rossignol, nommer un
commandant en chef des troupes, un commandant de la cavalerie, et un de
l'artillerie.» On adopte sa proposition; alors il a le courage de proposer
Marceau pour commandant en chef des troupes, Westermann pour commandant de
la cavalerie, et Debilly pour commandant de l'artillerie, tous trois
suspects comme membres de la faction mayençaise. On dispute un moment sur
les individus, puis enfin on se rend, et on cède à l'ascendant de cet
habile et généreux militaire, qui aimait la république non par exaltation
de tête, mais par tempérament, qui servait avec une loyauté, un
désintéressement admirables, et avait la passion et le génie de son métier
à un degré rare. Kléber avait fait nommer Marceau parce qu'il disposait de
ce jeune et vaillant homme, et qu'il comptait sur son entier dévouement. Il
était assuré, si Rossignol restait dans la nullité, de tout diriger
lui-même, et de terminer heureusement la guerre.

On réunit la division de Cherbourg, qui était venue de Normandie, aux
armées de Brest et de l'Ouest, et on quitta Rennes pour s'acheminer vers
Angers, où les Vendéens cherchaient à passer la Loire. Ceux-ci, après
s'être assuré un moyen de retour, par leur double victoire sur la route de
Pontorson et sur celle d'Antrain, songèrent à rentrer dans leur pays. Ils
passèrent sans coup férir par Fougères et Laval, et projetèrent de
s'emparer d'Angers, pour traverser la Loire au Pont de Cé. La dernière
expérience qu'ils avaient faite à Granville, ne les avait pas encore assez
convaincus de leur impuissance à prendre des places fermées. Le 3 décembre,
ils se jetèrent dans les faubourgs d'Angers, et commencèrent à tirailler
sur le front de la place. Ils continuèrent le lendemain; mais, quelle que
fût leur ardeur à s'ouvrir un passage vers leur pays, dont ils n'étaient
plus séparés que par la Loire, ils désespèrent bientôt de réussir.
L'avant-garde de Westermann, arrivant dans cette journée du 4, acheva de
les décourager et de leur faire abandonner leur entreprise. Ils se mirent
alors en marche, remontant la Loire, et ne sachant plus où ils pourraient
la passer. Les uns imaginèrent de remonter jusqu'à Saumur, les autres
jusqu'à Blois; mais, dans le moment où ils délibéraient, Kléber, survenant
avec sa division le long de la chaussée de Saumur, les obligea à se rejeter
de nouveau en Bretagne. Voilà donc ces malheureux manquant de vivres, de
souliers, de voitures pour traîner leurs familles, travaillés par une
maladie épidémique, errant de nouveau en Bretagne, sans trouver ni un asile
ni une issue pour se sauver. Ils jonchaient les routes de leurs débris; et
au bivouac devant Angers, on trouva des femmes et des enfans morts de faim
et de froid. Déjà ils commençaient à croire que la convention n'en voulait
qu'à leurs chefs, et beaucoup jetaient leurs armes pour s'enfuir
clandestinement à travers les campagnes. Enfin, ce qu'on leur dit du Mans,
de l'abondance qu'ils y trouveraient, des dispositions des habitans, les
engagea à s'y porter. Ils traversèrent La Flèche, dont ils s'emparèrent, et
entrèrent au Mans après une légère escarmouche.

L'armée républicaine les suivait. De nouvelles querelles s'y étaient
élevées entre les généraux. Kléber avait intimidé les brouillons par sa
fermeté, et obligé les représentans à renvoyer Rossignol à Rennes, avec sa
division de l'armée de Brest. Un arrêté du comité de salut public donna
alors à Marceau le titre de général en chef, et destitua tous les généraux
mayençais, en laissant néanmoins à Marceau la faculté de se servir
provisoirement de Kléber. Marceau déclarait qu'il ne commanderait pas, si
Kléber n'était pas à ses côtés pour tout ordonner. «En acceptant le titre,
dit Marceau à Kléber, je prends les dégoûts et la responsabilité pour moi,
et je te laisserai à toi le commandement véritable, et les moyens de sauver
l'armée.--Sois tranquille, mon ami, dit Kléber, nous nous battrons et nous
nous ferons guillotiner ensemble.»

On se mit donc aussitôt en marche, et dès ce moment tout fut conduit avec
unité et fermeté. L'avant-garde de Westermann arriva le 12 décembre au
Mans, et chargea aussitôt les Vendéens. La confusion se mit parmi eux; mais
quelques mille braves, conduits par La Rochejaquelein, vinrent se former en
avant de la ville, et forcèrent Westermann à se replier sur Marceau, qui
arrivait avec une division. Kléber était encore en arrière avec le reste de
l'armée. Westermann voulait attaquer sur-le-champ, quoiqu'il fût nuit.
Marceau, entraîné par son tempérament bouillant, mais craignant le blâme de
Kléber, dont la force froide et calme ne se laissait jamais emporter,
hésite; cependant, emporté par Westermann, il se décide, et attaque le
Mans. Le tocsin sonne, la désolation se répand dans la ville. Westermann,
Marceau, se précipitent au milieu de la nuit, culbutent tout devant eux,
et, malgré un feu terrible des maisons, parviennent à refouler le plus
grand nombre des Vendéens sur la grande place de la ville. Marceau fait
couper à sa droite et à sa gauche les rues aboutissant à cette place, et
tient ainsi les Vendéens bloqués. Cependant sa position était hasardée,
car, engagé dans une ville au milieu de la nuit, il aurait pu être tourné
et enveloppé. Il envoie donc un avis à Kléber, pour le presser d'arriver au
plus vite avec sa division. Celui-ci arrive à la pointe du jour. Le plus
grand nombre des Vendéens avait fui; il ne restait que les plus braves
pour protéger la retraite: on les charge à la baïonnette, on les enfonce,
on les disperse, et un carnage horrible commence dans toute la ville.

Jamais déroute n'avait été aussi meurtrière. Une foule considérable de
femmes, laissées en arrière, furent faites prisonnières. Marceau sauva une
jeune personne qui avait perdu ses parens, et qui, dans son désespoir,
demandait qu'on lui donnât la mort. Elle était modeste et belle; Marceau,
plein d'égards et de délicatesse, la recueillit dans sa voiture, la
respecta, et la fit déposer dans un lieu sûr. Les campagnes étaient
couvertes au loin des débris de ce grand désastre. Westermann, infatigable,
harcelait les fugitifs, et jonchait les routes de cadavres. Les infortunés,
ne sachant où fuir, rentrèrent dans Laval pour la troisième fois, et en
ressortirent aussitôt pour se reporter de nouveau vers la Loire. Ils
voulurent la repasser à Ancenis. La Rochejaquelein et Stofflet se jetèrent
sur l'autre bord, pour aller, dit-on, prendre des barques et les amener sur
la rive droite. Ils ne revinrent plus. On assure que le retour leur avait
été impossible. Le passage ne put s'effectuer. La colonne vendéenne, privée
de la présence et de l'appui de ses deux chefs, continua de descendre la
Loire, toujours poursuivie, et toujours cherchant vainement un passage.
Enfin, désespérée, ne sachant où se porter, elle résolut de fuir vers la
pointe de Bretagne, dans le Morbihan. Elle se rendit à Blain, où elle
remporta encore un avantage d'arrière-garde; et de Blain à Savenay, d'où
elle espérait se jeter dans le Morbihan.

Les républicains l'avaient suivie sans relâche, et ils arrivèrent à Savenay
le soir même du jour où elle y entra. Savenay avait la Loire à gauche, des
marais à droite, et un bois en avant. Kléber sentit l'importance d'occuper
le bois le jour même, et de se rendre maître de toutes les hauteurs, afin
d'écraser le lendemain les Vendéens dans Savenay, avant qu'ils eussent le
temps d'en sortir. En effet, il lança l'avant-garde sur eux; et lui-même,
saisissant le moment où les Vendéens débouchaient du bois pour repousser
cette avant-garde, s'y jeta hardiment avec un corps d'infanterie, et les en
débusqua tout à fait. Alors ils s'enfuirent dans Savenay, et s'y
enfermèrent, sans cesser néanmoins de faire un feu soutenu pendant toute la
nuit. Westermann et les représentans proposaient d'attaquer sur-le-champ,
pour tout détruire dès la nuit même. Kléber, qui ne voulait pas qu'une
faute lui fît perdre une victoire assurée, déclara positivement qu'on
n'attaquerait pas; et puis, s'enfonçant dans un sang-froid imperturbable,
il laissa dire, sans répondre à aucune provocation. Il empêcha ainsi toute
espèce de mouvement.

Le lendemain, 23 décembre, avant le jour, il était à cheval avec Marceau,
et parcourait sa ligne, lorsque les Vendéens désespérés et ne voulant pas
survivre à cette journée, se précipitent les premiers sur les républicains.
Marceau marche avec le centre, Canuel avec la droite, Kléber avec la
gauche. Tous se précipitent et reploient les Vendéens sur eux-mêmes.
Marceau et Kléber se réunissent dans la ville, prennent tout ce qu'ils
rencontrent de cavalerie, et s'élancent à la suite des Vendéens. La Loire
et les marais interdisaient toute retraite à ces infortunés; un grand
nombre fut immolé à coups de baïonnette, d'autres furent faits prisonniers,
et à peine quelques-uns trouvèrent-ils le moyen de se sauver. Ce jour, la
colonne fut entièrement détruite, et la grande guerre de la Vendée
véritablement finie.

Ainsi, cette malheureuse population, rejetée hors de son pays par
l'imprudence de ses chefs, et réduite à chercher un port pour se réfugier
vers les Anglais, avait mis vainement le pied dans les eaux de l'Océan.
N'ayant pu prendre Granville, elle avait été ramenée sur la Loire, n'avait
pu la repasser, avait été refoulée une seconde fois en Bretagne, et de
Bretagne sur la Loire encore. Enfin, ne pouvant franchir cette barrière
fatale, elle venait d'expirer tout entière, entre Savenay, la Loire et des
marais. Westermann fut chargé, avec sa cavalerie, de poursuivre les restes
fugitifs de la Vendée. Kléber et Marceau retournèrent à Nantes. Reçus, le
24, par le peuple de cette ville, ils obtinrent une espèce de triomphe, et
furent gratifiés par le club jacobin d'une couronne civique.

Si l'on considère dans son ensemble cette campagne mémorable de 93, on ne
pourra s'empêcher de la regarder comme le plus grand effort qu'ait jamais
fait une société menacée. Dans l'année 1792, la coalition, qui n'était pas
complète encore, avait agi sans ensemble et sans vigueur. Les Prussiens
avaient tenté en Champagne une invasion ridicule; les Autrichiens s'étaient
bornés dans les Pays-Bas à bombarder la place de Lille. Les Français, dans
leur première exaltation, repoussèrent les Prussiens au-delà du Rhin, les
Autrichiens au-delà de la Meuse, conquirent les Pays-Bas, Mayence, la
Savoie et le comté de Nice. La grande année 93 s'ouvrit d'une manière bien
différente. La coalition était augmentée des trois puissances qui jusque-là
étaient restées neutres. L'Espagne poussée à bout par le 21 janvier, avait
enfin porté cinquante mille hommes sur les Pyrénées; la France avait obligé
Pitt à se déclarer; et l'Angleterre et la Hollande étaient entrées à la
fois dans la coalition, qui se trouvait ainsi doublée; et qui, mieux
avertie des moyens de l'ennemi qu'elle avait à combattre, augmentait ses
forces, et se préparait à un effort décisif. Ainsi, comme sous Louis XIV,
la France avait à soutenir l'attaque de l'Europe entière; et cette fois
elle ne s'était pas attiré ce concours d'ennemis par son ambition, mais par
la juste colère que lui inspira l'intervention des puissances dans ses
affaires intérieures.

Dès le mois de mars, Dumouriez débuta par une témérité, et voulut envahir
la Hollande en se jetant dans des bateaux. Pendant ce temps Cobourg surprit
les lieutenans de Dumouriez, les rejeta au-delà de la Meuse, et le força
lui-même à venir se mettre à la tête de son armée. Dumouriez fut obligé de
livrer la bataille de Nerwinde. Cette terrible bataille était gagnée,
lorsque l'aile gauche fléchit, et repassa la Gette; il fallut battre en
retraite, et nous perdîmes la Belgique en quelques jours. Alors les revers
aigrissant les coeurs, Dumouriez rompit avec son gouvernement, et passa aux
Autrichiens. Dans le même instant, Custine, battu à Francfort, ramené sur
le Rhin, et séparé de Mayence, laissait les Prussiens bloquer cette place
fameuse, et en commencer le siége; les Piémontais nous repoussaient à
Saorgio, les Espagnols entamaient les Pyrénées; et enfin les provinces de
l'Ouest, déjà privées de leurs prêtres et poussées à bout par la levée des
trois cent mille hommes, venaient de s'insurger au nom du trône et de
l'autel. C'est dans ce moment que la Montagne, exaspérée de la désertion de
Dumouriez, des défaites essuyées dans les Pays-Bas, sur le Rhin, aux Alpes,
et surtout de l'insurrection de l'Ouest, ne garda plus aucune mesure,
arracha violemment les girondins du sein de la convention, et repoussa
ainsi tous ceux qui pouvaient lui parler encore de modération. Ce nouvel
excès lui valut de nouveaux ennemis. Soixante-sept départemens sur
quatre-vingt-trois se soulevèrent contre ce gouvernement, qui eut alors à
lutter contre l'Europe, la Vendée royaliste, et les trois quarts de la
France fédéralisée. C'est à cette époque que nous perdîmes le camp de
Famars et le brave Dampierre, que le blocus de Valenciennes fut achevé, que
Mayence fut pressé vivement, que les Espagnols passèrent le Tech et
menacèrent Perpignan, que les Vendéens prirent Saumur et assiégèrent
Nantes, que les fédéralistes se disposèrent à fondre de Lyon, de Marseille,
de Bordeaux et de Caen, sur Paris.

De tous les points on pouvait tenter une marche hardie sur la capitale,
terminer la révolution en quelques journées, et suspendre la civilisation
européenne pour long-temps. Heureusement on assiégea des places. On se
souvient, avec quelle fermeté la convention fit rentrer les départemens
dans la soumission, en leur montrant seulement son autorité, et en
dispersant les imprudens qui s'étaient avancés jusqu'à Vernon; avec quel
bonheur les Vendéens furent repoussés de Nantes, et arrêtés dans leur
marche victorieuse. Mais tandis que la convention triomphait des
fédéralistes, ses autres ennemis avaient fait des progrès alarmans.
Valenciennes et Mayence furent prises après des siéges mémorables; la
guerre du fédéralisme amena deux événemens désastreux, le siége de Lyon, et
la trahison de Toulon; enfin, la Vendée elle-même, quoique renfermée dans
le cadre de la Loire, de la mer et du Poitou, par l'heureuse résistance de
Nantes, venait de repousser les colonnes de Westermann et de Labarolière,
qui avaient voulu pénétrer dans son sein. Jamais la situation n'avait été
plus grave. Les coalisés n'étaient plus arrêtés au Nord et au Rhin par des
siéges; Lyon et Toulon offraient aux Piémontais de solides appuis; la
Vendée paraissait indomptable, et offrait un pied-à-terre aux Anglais.
C'est alors que la convention appela à Paris les envoyés des assemblées
primaires, leur donna la constitution de l'an III à jurer et à défendre, et
décida avec eux que la France entière, hommes et choses, était à la
disposition du gouvernement. Alors fut décrétée la levée en masse,
génération par génération, et la faculté de requérir tout ce qui serait
nécessaire à la guerre; alors fut institué le Grand-Livre, et l'emprunt
forcé sur les riches, pour retirer de la circulation une partie des
assignats et opérer le placement forcé des biens nationaux; alors deux
grandes armées furent dirigées sur la Vendée, la garnison de Mayence y fut
transportée en poste; il fut résolu que ce malheureux pays serait brûlé, et
que la population en serait transportée ailleurs. Enfin, Carnot entra au
comité de salut public, et commença à introduire l'ordre et l'ensemble dans
les opérations militaires.

Nous avions perdu le camp de César, et Kilmaine avait, par une retraite
heureuse, sauvé les restes de l'armée du Nord. Les Anglais s'étaient portés
à Dunkerque, et en faisaient le siége, tandis que les Autrichiens
attaquaient Le Quesnoy. Une masse fut rapidement dirigée de Lille sur les
derrières du duc d'York. Si Houchard, qui commandait en cette occasion
soixante mille Français, avait compris le plan de Carnot, et s'était porté
sur Furnes, pas un Anglais n'était sauvé. Au lieu de se placer entre le
corps d'observation et le corps de siége, il prit une marche directe et
décida du moins la levée du siége, en donnant l'heureuse bataille
d'Hondschoote. Cette bataille fut notre première victoire, sauva Dunkerque,
priva les Anglais de tous les fruits de cette guerre, et nous rendit la
joie et l'espérance.

Bientôt de nouveaux revers changèrent cette joie en nouvelles alarmes. Le
Quesnoy fut pris par les Autrichiens; l'armée de Houchard fut saisie à
Menin d'une terreur panique, et se dispersa; les Prussiens et les
Autrichiens, que rien n'arrêtait plus depuis la prise de Mayence,
s'avancèrent sur les deux versans des Vosges, menacèrent les lignes de
Wissembourg, et nous battirent en diverses rencontres. Les Lyonnais
résistaient avec vigueur, les Piémontais avaient recouvré la Savoie, et
étaient descendus vers Lyon pour mettre notre armée entre deux feux;
Ricardos avait franchi la Tet, et dépassé Perpignan; enfin la division des
troupes de l'Ouest en deux armées, celle de La Rochelle et celle de Brest,
avait empêché le succès du plan de campagne arrêté à Saumur le 2 septembre.
Canclaux, mal secondé par Rossignol, s'était trouvé seul en flèche dans le
sein de la Vendée, et s'était replié sur Nantes. Alors nouveaux efforts: la
dictature fut complétée et proclamée par l'institution du gouvernement
révolutionnaire; la puissance du comité de salut public fut proportionnée
au danger; les levées furent exécutées, et les armées grossies d'une
multitude de réquisitionnaires; les nouveaux venus remplirent les
garnisons, et permirent de porter les troupes organisées en ligne; enfin
la convention ordonna aux armées de vaincre dans un délai donné.

Les moyens qu'elle avait pris produisirent leurs inévitables effets. Les
armées du Nord, renforcées, se concentrèrent à Lille et à Guise. Les
coalisés s'étaient portés à Maubeuge, qu'ils voulaient prendre avant la fin
de la campagne. Jourdan, parti de Guise, livra aux Autrichiens la bataille
de Watignies, et fit lever le siége de Maubeuge, comme Houchard avait fait
lever celui de Dunkerque. Les Piémontais furent rejetés au delà du
Saint-Bernard par Kellermann; Lyon, inondé de levées en masse, fut emporté
d'assaut; Ricardos fut repoussé au-delà de la Tet; enfin les deux armées de
La Rochelle et de Brest, réunies sous un seul chef, Léchelle, qui laissait
agir Kléber, écrasèrent les Vendéens à Cholet, et les obligèrent à passer
la Loire en désordre.

Un seul revers troubla la joie que devaient causer de tels événemens: les
lignes de Wissembourg furent perdues. Mais le comité de salut public ne
voulut pas terminer la campagne avant qu'elles fussent reprises; le jeune
Hoche, général de l'armée de la Moselle, malheureux mais brave à
Kayserslautern, fut encouragé quoique battu. N'ayant pu entamer Brunswick,
il se jeta sur le flanc de Wurmser. Dès ce moment, les deux armées du Rhin
et de la Moselle réunies repoussèrent les Autrichiens au-delà de
Wissembourg, obligèrent Brunswick à suivre ce mouvement rétrograde,
débloquèrent Landau, et campèrent dans le Palatinat. Toulon fut repris par
une idée heureuse et par un prodige de hardiesse; enfin, les Vendéens,
qu'on croyait détruits, mais qui, dans leur désespoir, s'étaient portés au
nombre de quatre-vingt mille individus au-delà de la Loire, et cherchaient
un port pour se jeter dans les bras des Anglais, les Vendéens furent
repoussés des bords de l'Océan, repoussés également des bords de la Loire,
et écrasés entre ces deux barrières qu'ils ne purent jamais franchir. Aux
Pyrénées seulement nos armes avaient été malheureuses, mais nous n'avions
perdu que la ligne du Tech, et nous campions encore en avant de Perpignan.

Ainsi, cette grande et terrible année nous montre l'Europe pressant la
révolution de tout son poids, lui faisant expier ses premiers succès de 92,
ramenant ses armées en arrière, pénétrant par toutes les frontières à la
fois; et une partie de la France s'insurgeant, et ajoutant ses efforts à
ceux des puissances ennemies. Alors la révolution s'irrite: elle fait
éclater sa colère au 31 mai, se crée, par cette journée, de nouveaux
ennemis, et semble prête à succomber contre l'Europe et les trois quarts de
ses provinces révoltées. Mais bientôt elle fait rentrer ses ennemis
intérieurs dans le devoir, soulève un million d'hommes à la fois, bat les
Anglais à Hondschoote, est battue de nouveau, mais redouble aussitôt
d'efforts, gagne une bataille à Watignies, recouvre les lignes de
Wissembourg, rejette les Piémontais au-delà des Alpes, prend Lyon, Toulon,
et écrase deux fois les Vendéens, une première fois dans la Vendée, et une
seconde et dernière fois en Bretagne. Jamais spectacle ne fut plus grand et
plus digne d'être proposé à l'admiration et à l'imitation des peuples. La
France avait recouvré tout ce qu'elle avait perdu, excepté Condé,
Valenciennes, et quelques forts dans le Roussillon; les puissances de
l'Europe, au contraire, qui avaient toutes ensemble lutté contre une seule,
n'avaient rien obtenu, s'accusaient les unes les autres, et se rejetaient
la honte de la campagne. La France achevait d'organiser ses moyens, et
devait paraître bien plus formidable l'année suivante.



CHAPITRE XVIII.


SUITE DE LA LUTTE DES HÉBERTISTES ET DES DANTONISTES.--CAMILLE DESMOULINS
PUBLIE _le Vieux Cordelier_.--LE COMITÉ SE PLACE ENTRE LES DEUX PARTIS, ET
S'ATTACHE D'ABORD A RÉPRIMER LES HÉBERTISTES.--DISETTE DANS
PARIS.--RAPPORTS IMPORTANS DE ROBESPIERRE ET DE SAINT-JUST.--MOUVEMENT
TENTÉ PAR LES HÉBERTISTES.--ARRESTATION ET MORT DE RONSIN, VINCENT, HÉBERT,
CHAUMETTE, MOMORO, ETC.--LE COMITÉ DE SALUT PUBLIC FAIT SUBIR LE MÊME SORT
AUX DANTONISTES.--ARRESTATION, PROCÈS ET SUPPLICE DE DANTON, CAMILLE
DESMOULINS, PHILIPPEAU, LACROIX, HÉRAULT-SÉCHELLES, FABRE-D'ÉGLANTINE,
CHABOT, ETC.


La convention avait commencé d'exercer quelques sévérités envers la faction
turbulente des cordeliers et des agens ministériels. Ronsin et Vincent
étaient en prison. Leurs partisans s'agitaient au dehors. Momoro, aux
Cordeliers, Hébert, aux Jacobins, s'efforçaient d'exciter en faveur de
leurs amis l'intérêt des chauds révolutionnaires. Les cordeliers firent une
pétition, et, d'un ton assez peu respectueux, demandèrent si on voulait
punir Vincent et Ronsin d'avoir courageusement poursuivi Dumouriez,
Custine et Brissot; ils déclarèrent qu'ils regardaient ces deux citoyens
comme d'excellens patriotes, et qu'ils les conserveraient toujours comme
membres de leur société. Les jacobins présentèrent une pétition plus
mesurée, et se bornèrent à demander qu'on accélérât le rapport sur Vincent
et Ronsin, afin de les punir s'ils étaient coupables, ou de les rendre à la
liberté s'ils étaient innocens.

Le comité de salut public gardait encore le silence. Collot-d'Herbois seul,
quoique membre du comité et partisan obligé du gouvernement, montra le plus
grand zèle pour Ronsin. Le motif en était naturel: la cause de Vincent lui
était presque étrangère, mais celle de Ronsin, envoyé à Lyon avec lui, et
de plus exécuteur de ses sanglantes ordonnances, le touchait de très près.
Collot d'Herbois avait soutenu avec Ronsin qu'il n'y avait qu'un centième
des Lyonnais qui fussent patriotes; qu'il fallait déporter ou immoler le
reste, charger le Rhône de cadavres, effrayer tout le Midi de ce spectacle,
et frapper de terreur la rebelle cité de Toulon. Ronsin était en prison
pour avoir répété ces horribles expressions dans une affiche. Collot
d'Herbois, rappelé pour rendre compte de sa mission, avait le plus grand
intérêt à justifier la conduite de Ronsin, afin de faire approuver la
sienne. Dans ce moment, il arrivait une pétition signée de quelques
citoyens lyonnais, qui faisaient la peinture la plus déchirante des maux de
leur ville. Ils montraient les mitraillades succédant aux exécutions de la
guillotine, une population entière menacée d'extermination, et une cité
riche et manufacturière démolie, non plus avec le marteau, mais avec la
mine. Cette pétition, que quatre citoyens avaient eu le courage de signer,
produisit une impression douloureuse sur la convention. Collot-d'Herbois se
hâta de faire son rapport, et dans son ivresse révolutionnaire, il présenta
ces terribles exécutions comme elles s'offraient à sa propre imagination,
c'est-à-dire comme indispensables et toutes naturelles. «Les Lyonnais,
disait-il en substance, étaient vaincus, mais ils disaient hautement qu'ils
prendraient bientôt leur revanche. Il fallait frapper de terreur ces
rebelles encore insoumis, et avec eux, tous ceux qui voudraient les imiter;
il fallait un exemple prompt et terrible. L'instrument ordinaire de mort
n'agissait point assez vite; le marteau ne démolissait que lentement. La
mitraille a détruit les hommes, la mine a détruit les édifices. Ceux qui
sont morts avaient tous trempé leurs mains dans le sang des patriotes. Une
commission populaire les choisissait d'un coup d'oeil prompt et sûr dans la
foule des prisonniers; et on n'a lieu de regretter aucun de ceux qui ont
été frappés.» Collot-d'Herbois obligea la convention étonnée à approuver
ce qui lui semblait à lui-même si naturel; il se rendit ensuite aux
Jacobins pour se plaindre à eux de la peine qu'il avait eue à justifier sa
conduite, et de la compassion qu'avaient inspirée les Lyonnais. «Ce matin,
j'ai eu besoin, dit-il, de me servir de circonlocutions pour faire
approuver la mort des traîtres. On pleurait, on demandait _s'ils étaient
morts du premier coup_!... Du premier coup, les contre-révolutionnaires! et
Chalier est-il mort du premier coup[7]!... Vous vous informez, disais-je à
la convention, comment sont morts ces hommes qui étaient couverts du sang
de nos frères! S'ils n'étaient pas morts, vous ne délibéreriez pas ici!...
Eh bien! à peine entendait-on ce langage! Ils ne pouvaient entendre parler
des morts; ils ne savaient pas se défendre des ombres!» Passant ensuite à
Ronsin, Collot-d'Herbois dit que ce général avait partagé tous les dangers
des patriotes dans le Midi, qu'il y avait bravé avec lui les poignards des
aristocrates, et déployé la plus grande fermeté pour y faire respecter
l'autorité de la république; que dans ce moment tous les aristocrates se
réjouissaient de son arrestation, et y voyaient pour eux-mêmes un sujet
d'espoir. «Qu'a donc fait Ronsin pour être arrêté? ajoutait Collot. Je l'ai
demandé à tout le monde; personne n'a pu me le dire.» Le lendemain de cette
séance, dans celle du 3 nivôse, Collot, revenant à la charge, vint annoncer
la mort du patriote Gaillard, lequel, voyant que la convention semblait
désapprouver l'énergie déployée à Lyon, s'était donné la mort. «Vous ai-je
trompé, s'écria Collot, quand je vous ai dit que les patriotes allaient
être réduits au désespoir, si l'esprit public venait à baisser ici?»

Ainsi, tandis que deux chefs des ultra-révolutionnaires étaient enfermés,
leurs partisans s'agitaient pour eux. Les clubs, la convention étaient
troublés de réclamations en leur faveur, et un membre même du comité de
salut public, compromis dans leur système sanguinaire, les défendait pour
se défendre lui-même. Leurs adversaires commençaient, de leur côté, à
mettre la plus grande énergie dans leurs attaques. Philippeau, revenu de la
Vendée, et plein d'indignation contre l'état-major de Saumur, voulait que
le comité de salut public, partageant sa colère, poursuivît Rossignol,
Ronsin et autres, et vît une trahison dans la non-réussite du plan de
campagne du 2 septembre. On a déjà vu combien il y avait de torts
réciproques, de malentendus, et d'incompatibilités de caractère, dans la
conduite de cette guerre. Rossignol et l'état-major de Saumur avaient eu
de l'humeur, mais n'avaient point trahi; le comité, en les désapprouvant,
ne pouvait leur faire essuyer une condamnation qui n'aurait été ni juste ni
politique. Robespierre aurait voulu qu'on s'expliquât à l'amiable; mais
Philippeau, impatient, écrivit un pamphlet virulent où il raconta toute la
guerre, et où il mêla beaucoup d'erreurs à beaucoup de vérités. Cet écrit
devait produire la plus vive sensation, car il attaquait les
révolutionnaires les plus prononcés, et les accusait des plus affreuses
trahisons. «Qu'a fait Ronsin? disait Philippeau; beaucoup intrigué,
beaucoup volé, beaucoup menti! Sa seule expédition c'est celle du 18
septembre, où il fit accabler quarante-cinq mille patriotes par trois mille
brigands; c'est cette journée fatale de Coron, où, après avoir disposé
notre artillerie dans une gorge, à la tête d'une colonne de six lieues de
flanc, il se tint caché dans une étable comme un lâche coquin, à deux
lieues du champ de bataille, où nos infortunés camarades étaient foudroyés
par leurs propres canons.» Les expressions n'étaient pas ménagées, comme on
le voit, dans l'écrit de Philippeau. Malheureusement, le comité de salut
public, qu'il aurait dû mettre dans ses intérêts, n'était pas traité avec
beaucoup d'égards. Philippeau, mécontent de ne pas voir son indignation
assez partagée, semblait imputer au comité une partie des torts qu'il
reprochait à Ronsin, et employait même cette expression offensante: _Si
vous n'avez été que trompés_.

L'écrit, comme nous venons de le dire, produisit une grande sensation.
Camille Desmoulins ne connaissait point Philippeau; mais, satisfait de voir
que dans la Vendée les ultra-révolutionnaires avaient autant de torts qu'à
Paris, et n'imaginant pas que la colère eût aveuglé Philippeau jusqu'à lui
faire changer des fautes en trahison, il lut son pamphlet avec
empressement, admira son courage, et, dans sa naïveté, il disait à tout le
monde: «Avez-vous lu Philippeau?... Lisez Philippeau....» Tout le monde,
suivant lui, devait lire cet écrit, qui prouvait les dangers qu'avait
courus la république, par la faute des exagérés révolutionnaires.

Camille aimait beaucoup Danton, et en était aimé. Tous deux pensaient que
la république étant sauvée par ses dernières victoires, il était temps de
mettre fin à des cruautés désormais inutiles; que ces cruautés prolongées
plus long-temps ne seraient propres qu'à compromettre la révolution, et que
l'étranger pouvait seul en désirer et en inspirer la continuation. Camille
imagina d'écrire un nouveau journal qu'il intitula _le Vieux Cordelier_,
car Danton et lui étaient les doyens de ce club célèbre. Il dirigea sa
feuille contre tous les révolutionnaires nouveaux, qui voulaient renverser
et dépasser les révolutionnaires les plus anciens et les plus éprouvés.
Jamais cet écrivain, le plus remarquable de la révolution, et l'un des plus
naïfs et des plus spirituels de notre langue, n'avait déployé autant de
grâce, d'originalité et même d'éloquence. Il commençait ainsi son premier
numéro (15 frimaire): «O Pitt! je rends hommage à ton génie! Quels nouveaux
débarqués de France en Angleterre t'ont donné de si bons conseils et des
moyens si sûrs de perdre ma patrie? Tu as vu que tu échouerais
éternellement contre elle, si tu ne t'attachais à perdre dans l'opinion
publique ceux qui, depuis cinq ans, ont déjoué tous tes projets. Tu as
compris que ce sont ceux qui t'ont toujours vaincu qu'il fallait vaincre;
qu'il fallait faire accuser de corruption précisément ceux que tu n'avais
pu corrompre, et d'attiédissement ceux que tu n'avais pu attiédir. J'ai
ouvert les yeux, ajoutait Desmoulins, j'ai vu le nombre de nos ennemis:
leur multitude m'arrache de l'hôtel des Invalides, et me ramène au combat.
Il faut écrire, il faut quitter le crayon lent de l'histoire de la
révolution, que je traçais au coin du feu, pour reprendre la plume rapide
et haletante du journaliste, et suivre, à bride abattue, le torrent
révolutionnaire. Député consultant que personne ne consultait plus depuis
le 3 juin, je sors de mon cabinet et de ma chaise à bras, où j'ai eu tout
le loisir de suivre, par le menu le nouveau système de nos ennemis.»

Camille élevait Robespierre jusqu'aux cieux, pour sa conduite aux Jacobins,
pour les services généreux qu'il avait rendus aux vieux patriotes, et il
s'exprimait de la manière suivante à l'égard du culte et des proscriptions:

«Il faut, disait-il, à l'esprit humain malade le lit plein de songes de la
superstition: et à voir les fêtes, les processions qu'on institue, les
autels et les saints sépulcres qui s'élèvent, il me semble qu'on ne fait
que changer le lit du malade; seulement on lui retire l'oreiller de
l'espérance d'une autre vie.... Pour moi, je l'ai dit ainsi, le jour même
où je vis Gobel venir à la barre, avec sa double croix qu'on portait en
triomphe devant le philosophe _Anaxagoras_[8].


Si ce n'était pas un crime de lèse-Montagne, de soupçonner un président des
jacobins et un procureur de la commune, tels que Clootz et Chaumette, je
serais tenté de croire qu'à cette nouvelle de Barrère, _la Vendée n'existe
plus_, le roi de Prusse s'est écrié douloureusement: _Tous nos efforts
échoueront donc contre la république, puisque le noyau de la Vendée est
détruit!_ et que l'adroit Luchesini, pour le consoler, lui aura dit: _Héros
invincible, j'imagine une ressource; laissez-moi faire. Je paierai quelques
prêtres pour se dire charlatans, j'enflammerai le patriotisme des autres
pour faire une pareille déclaration. Il y a à Paris deux fameux patriotes
qui seront très propres par leurs talens, leur exagération, et leur système
religieux bien connu, à nous seconder et à recevoir nos impressions. Il
n'est question que de faire agir nos amis en France, auprès des deux grands
philosophes Anacharsis et Anaxagoras; de mettre en mouvement leur bile, et
d'éblouir leur civisme, par la riche conquête des sacristies_. (J'espère
que Chaumette ne se plaindra pas de ce numéro; le marquis de Luchesini ne
peut pas parler de lui en termes plus honorables.) _Anacharsis et
Anaxagoras croiront pousser la roue de la raison, tandis que ce sera celle
de la contre-révolution; et bientôt, au lieu de laisser mourir en France de
vieillesse et d'inanition le papisme prêt à y rendre le dernier soupir, je
vous promets, par la persécution et l'intolérance contre ceux qui
voudraient messer et être messés, de faire passer force recrues à Lescure
et à La Rochejaquelein_.»

Camille, racontant ensuite ce qui se faisait sous les empereurs romains, et
prétendant ne donner qu'une traduction de Tacite, fit une effrayante
allusion à la loi des suspects. «Anciennement, dit-il, il y avait à Rome,
selon Tacite, une loi qui spécifiait les crimes d'état et de lèse-majesté,
et portait peine capitale. Ces crimes de lèse-majesté, sous la république,
se réduisaient à quatre sortes: si une armée avait été abandonnée en pays
ennemi; si l'on avait excité des séditions; si les membres des corps
constitués avaient mal administré les affaires où les deniers publics; si
la majesté du peuple romain avait été avilie. Les empereurs n'eurent besoin
que de quelques articles additionnels à cette loi, pour envelopper les
citoyens et les cités entières dans la proscription. Auguste fut le premier
à étendre cette loi de lèse-majesté, en y comprenant les écrits qu'il
appelait contre-révolutionnaires. Bientôt les extensions n'eurent plus de
bornes. Dès que les propos furent devenus des crimes d'état, il n'y eut
plus qu'un pas à faire pour changer en crimes les simples regards, la
tristesse, la compassion, les soupirs, le silence même.

«Bientôt ce fut un crime de lèse-majesté ou de contre-révolution à la ville
de _Nursia_ d'avoir élevé un monument à ses habitans morts au siége de
Modène; crime de contre-révolution à Libon Drusus d'avoir demandé aux
diseurs de bonne aventure s'il ne posséderait pas un jour de grandes
richesses; crime de contre-révolution au journaliste Cremutius Cordus
d'avoir appelé Brutus et Cassius les derniers des Romains; crime de
contre-révolution à un des descendans de Cassius d'avoir chez lui un
portrait de son bisaïeul; crime de contre-révolution à Marcus Scaurus
d'avoir fait une tragédie où il y avait tel vers auquel on pouvait donner
deux sens; crime de contre-révolution à Torquatus Silanus de faire de la
dépense; crime de contre-révolution à Pétréius d'avoir eu un songe sur
Claude; crime de contre-révolution à Pomponius de ce qu'un ami de Séjan
était venu chercher un asile dans une de ses maisons de campagne; crime de
contre-révolution de se plaindre des malheurs du temps, car c'était faire
le procès du gouvernement; crime de contre-révolution de ne pas invoquer le
génie divin de Caligula: pour y avoir manqué, grand nombre de citoyens
furent déchirés de coups, condamnés aux mines ou aux bêtes, quelques-uns
même sciés par le milieu du corps; crime enfin de contre-révolution à la
mère du consul Fusius Germinus d'avoir pleuré la mort funeste de son fils.

«Il fallait montrer de la joie de la mort de son ami, de son parent, si
l'on ne voulait s'exposer à périr soi-même.

«Tout donnait de l'ombrage au tyran. Un citoyen avait-il de la popularité?
c'était un rival du prince, qui pouvait susciter une guerre civile. _Studia
civium in se verteret, et si multi idem audeant, bellum esse_. SUSPECT.

«Fuyait-on au contraire la popularité, et se tenait-on au coin de son feu?
cette vie retirée vous avait fait remarquer, vous avait donné de la
considération. _Quanto metu occultior, tanto plus famâ adeptus_. SUSPECT.

«Étiez-vous riche? il y avait un péril imminent que le peuple ne fût
corrompu par vos largesses. _Auri vim atque opes Plauti, principi
infensas_. SUSPECT.

«Étiez-vous pauvre? Comment donc! invincible empereur! il faut surveiller
de plus près cet homme. Il n'y a personne d'entreprenant comme celui qui
n'a rien. _Syllam inopem, undè praecipuam audaciam_. SUSPECT.

«Étiez-vous d'un caractère sombre, mélancolique, ou mis en négligé? Ce qui
vous affligeait, c'est que les affaires publiques allaient bien. _Hominem
publicis bonis moestum_. SUSPECT.»

Camille Desmoulins poursuivait ainsi cette grande énumération des suspects,
et traçait un horrible tableau de ce qui se passait à Paris, par ce qui
s'était fait à Rome. Si la lettre de Philippeau avait excité une vive
sensation, le journal de Camille Desmoulins en produisit une bien plus
grande encore. Cinquante mille exemplaires de chacun de ses numéros furent
vendus en quelques jours. Les provinces en demandaient en quantité; les
prisonniers se les transmettaient à la dérobée, et ils lisaient avec
délices, et avec un peu d'espoir, ce révolutionnaire qui leur était
autrefois si odieux. Camille, sans vouloir qu'on ouvrît les prisons, ni
qu'on fît rétrograder la révolution, demandait l'institution d'un comité,
dit de _clémence_, qui ferait la revue des prisonniers, élargirait les
citoyens enfermés sans cause suffisante, et arrêterait le sang là où il
avait trop coulé.

Les écrits de Philippeau et de Desmoulins irritèrent au plus haut degré les
révolutionnaires zélés, et furent improuvés aux Jacobins. Hébert les y
dénonça avec fureur; il proposa même de radier les auteurs de la liste de
la société. Il signala en outre, comme complices de Camille Desmoulins et
de Philippeau, Bourdon de l'Oise et Fabre-d'Églantine. On a vu que Bourdon
de l'Oise avait voulu, de concert avec Goupilleau, destituer Rossignol; il
s'était brouillé depuis avec l'état-major de Saumur, et n'avait cessé dans
la convention de s'élever contre le parti Ronsin. C'est ce qui le faisait
associer à Philippeau. Fabre était accusé d'avoir pris part à l'affaire du
faux décret, et on était disposé à le croire, quoiqu'il eût été justifié
par Chabot. Sentant sa position périlleuse, et ayant tout à craindre d'un
système de sévérité trop grande, il avait deux ou trois fois parlé pour le
système de l'indulgence, s'était entièrement brouillé avec les
ultra-révolutionnaires, et avait été traité d'intrigant par le père
Duchesne. Les jacobins, sans adopter les violentes propositions d'Hébert,
décidèrent que Philippeau, Camille Desmoulins, Bourdon de l'Oise et
Fabre-d'Églantine, viendraient à la barre de la société, donner des
explications sur leurs écrits, et sur leurs discours dans la convention.

La séance où ils devaient comparaître avait excité une affluence
extraordinaire. On se disputait les places avec fureur, on en vendit
quelques-unes jusqu'à 25 francs. C'était, en effet, le procès des deux
nouvelles classes de patriotes, qui allait se juger devant l'autorité toute
puissante des jacobins. Philippeau, quoiqu'il ne fût pas membre de la
société, ne refusa pas de comparaître à sa barre, et répéta les accusations
qu'il avait déjà consignées, soit dans sa correspondance avec le comité de
salut public, soit dans sa brochure. Il ne ménagea pas plus les individus
qu'il ne l'avait fait précédemment, et donna à Hébert deux ou trois
démentis formels et insultans. Ces personnalités si hardies de Philippeau
commençaient à agiter la société, et la séance devenait orageuse, lorsque
Danton, prenant la parole, observa que, pour juger une question aussi
grave, il fallait la plus grande attention et le plus grand calme; qu'il
n'avait aucune opinion faite sur Philippeau et sur la vérité de ses
accusations; qu'il lui avait déjà dit à lui-même: «Il faut que tu prouves
tes accusations ou que tu portes ta tête sur l'échafaud;» que peut-être il
n'y avait ici de coupables que les événemens; mais que, dans tous les cas,
il fallait que tout le monde fût entendu, et surtout écouté.

Robespierre, parlant après Danton, dit qu'il n'avait pas lu la brochure de
Philippeau, qu'il savait seulement que, dans cette brochure, on rendait le
comité responsable de la perte de trente mille hommes; que le comité
n'avait pas le temps de répondre à des libelles et de faire une guerre de
plume; que cependant il ne croyait pas Philippeau coupable d'intentions
mauvaises, mais entraîné par des passions. «Je ne prétends pas, dit
Robespierre, imposer silence à la conscience de mon collègue; mais qu'il
s'examine, et juge s'il n'y a en lui-même ni vanité, ni petites passions.
Je le crois entraîné par le patriotisme non moins que par la colère; mais
qu'il réfléchisse! qu'il considère la lutte qui s'engage! il verra que les
modérés prendront sa défense, que les aristocrates se rangeront de son
côté, que la convention elle-même se partagera, qu'il s'y élèvera
peut-être un parti de l'opposition, ce qui serait désastreux, et ce qui
renouvellerait le combat dont on est sorti, et les conspirations qu'on a eu
tant de peine à déjouer!» Il invite Philippeau à examiner ses motifs
secrets, et les jacobins à l'écouter silencieusement.

Rien n'était plus sage et plus convenable que les observations de
Robespierre, au ton près, qui était toujours emphatique et doctoral,
surtout depuis qu'il dominait aux jacobins. Philippeau reprend la parole,
se rejette dans les mêmes personnalités, et provoque le même trouble.
Danton impatienté s'écrie qu'il faut abréger de telles querelles, et nommer
une commission qui examine les pièces du procès. Couthon dit qu'avant même
de recourir à cette mesure, il faut s'assurer si la question en vaut la
peine, si ce ne serait pas simplement une question d'homme à homme, et il
propose de demander à Philippeau si, en son âme et conscience, il croit
qu'il y ait eu trahison. Alors il s'adresse à Philippeau.--«Crois-tu, lui
dit-il, en ton âme et conscience, qu'il y ait eu trahison?--Oui, répond
imprudemment Philippeau.--En ce cas, reprend Couthon, il n'y a point
d'autre moyen; il faut nommer une commission qui écoute les accusés et les
accusateurs, et en fasse son rapport à la société.» La proposition est
adoptée, et la commission est chargée d'examiner, outre les accusations de
Philippeau, la conduite de Bourdon de l'Oise, de Fabre-d'Églantine et de
Camille Desmoulins.

C'était le 3 nivôse (23 décembre). Dans l'intervalle de temps employé par
la commission à faire son rapport, la guerre de plume et les récriminations
continuèrent sans interruption. Les cordeliers exclurent Camille Desmoulins
de leur société. Ils firent de nouvelles pétitions pour Ronsin et Vincent,
et vinrent les communiquer aux jacobins, pour engager ceux-ci à les appuyer
auprès de la convention. Cette foule d'aventuriers, de mauvais sujets, dont
on avait rempli l'armée révolutionnaire, se montraient partout, dans les
promenades, les tavernes, les cafés, les spectacles, en épaulettes de laine
et en moustaches, faisaient grand bruit pour Ronsin, leur général, et
Vincent, leur ministre. Ils étaient surnommés les _épauletiers_, et fort
redoutés dans Paris. Depuis la loi qui interdisait aux sections de se
réunir plus de deux fois par semaine, elles s'étaient changées en sociétés
populaires fort turbulentes. Il y avait jusqu'à deux de ces sociétés par
section, et c'était là que tous les partis intéresses à produire un
mouvement dirigeaient leurs agens. Les _épauletiers_ ne manquaient pas de
s'y tendre, et, grâce à eux, le tumulte régnait dans presque toutes.

Robespierre, toujours ferme aux jacobins, fit repousser la pétition des
cordeliers, et de plus, fit retirer l'affiliation à toutes les sociétés
populaires formées depuis le 31 mai. C'étaient là des actes d'une prudente
et louable énergie. Cependant le comité, tout en faisant les plus grands
efforts pour comprimer la faction turbulente, devait s'attacher aussi à ne
pas se donner les apparences de la mollesse et de la modération. Il
fallait, pour qu'il pût conserver sa popularité et sa force, qu'il déployât
la même rigueur contre la faction opposée. C'est pourquoi, le 5 nivôse (25
décembre), Robespierre fut chargé de faire un nouveau rapport sur les
principes du gouvernement révolutionnaire, et de proposer des mesures de
sévérité contre quelques prisonniers illustres. S'attachant toujours, par
politique et aussi par erreur, à rejeter tous les désordres sur la
prétendue faction étrangère, il lui imputa à la fois les torts des modérés
et des exagérés. «Les cours étrangères ont vomi, dit-il, sur la France, les
scélérats habiles qu'elles tiennent à leur solde. Ils délibèrent dans nos
administrations, s'introduisent dans nos assemblées sectionnaires, et dans
nos clubs; ils ont siégé jusque dans la représentation nationale; ils
dirigent et dirigeront éternellement la contre-révolution sur le même plan.
Ils rôdent autour de nous; ils surprennent nos secrets, caressent nos
passions, et cherchent à nous inspirer jusqu'à nos opinions.» Robespierre,
poursuivant ce tableau, les montre poussant tour à tour à l'exagération ou
à la faiblesse, excitant à Paris la persécution des cultes, et dans la
Vendée la résistance du fanatisme; immolant Lepelletier et Marat, et puis
se mêlant dans les groupes pour leur décerner les honneurs divins, afin de
les rendre ridicules et odieux; donnant ou retirant le pain au peuple,
faisant paraître ou disparaître l'argent, profitant enfin de tous les
accidens pour les tourner contre la révolution et la France. Après avoir
fait ainsi la somme générale de tous nos maux, Robespierre, ne voulant pas
voir qu'ils étaient inévitables, les imputait à l'étranger, qui, sans
doute, pouvait s'en applaudir, mais qui, pour les produire, s'en reposait
sur les vices de la nature humaine, et n'aurait pas eu le moyen d'y
suppléer par des complots. Robespierre, regardant comme complices de la
coalition tous les prisonniers illustres qu'on détenait encore, proposa de
les envoyer de suite au tribunal révolutionnaire. Ainsi Dietrich, maire de
Strasbourg, Custine fils, Biron, et tous les officiers amis de Dumouriez,
de Custine et de Houchard, durent être incessamment jugés. Sans doute, il
n'était pas besoin d'un décret de la convention pour que ces victimes
fussent immolées par le tribunal révolutionnaire; mais ce soin de hâter
leur supplice était une preuve que le gouvernement ne faiblissait pas.
Robespierre proposa en outre d'augmenter d'un tiers les récompenses
territoriales promises aux défenseurs de la patrie.

Après ce rapport, Barrère fut chargé d'en faire un autre sur les
arrestations qu'on disait chaque jour plus nombreuses, et de proposer les
moyens de vérifier les motifs de ces arrestations. Le but de ce rapport
était de répondre, sans qu'il y parût, au _Vieux Cordelier_, de Camille
Desmoulins, et à sa proposition d'un comité de clémence. Barrère traita
avec sévérité les _Traductions des orateurs anciens_, et proposa néanmoins
de nommer une commission pour vérifier les arrestations; ce qui ressemblait
fort au comité de clémence imaginé par Camille. Cependant, sur les
observations de quelques-uns de ses membres, la convention crut devoir s'en
tenir à ses décrets précédens, qui obligeaient les comités révolutionnaires
à adresser au comité de sûreté générale les motifs des arrestations, et
permettaient aux détenus de réclamer auprès de ce dernier comité.

Le gouvernement poursuivait ainsi sa marche entre les deux partis qui se
formaient, inclinant secrètement pour le parti modéré, mais craignant
toujours de le laisser trop apercevoir. Pendant ce temps, Camille publia un
numéro plus fort encore que les précédens, et qui était adressé aux
jacobins. Il l'intitula: _Ma Défense_; et c'était la plus hardie et la
plus terrible récrimination contre ses adversaires.

A propos de sa radiation des Cordeliers, il disait: «Pardon, frères et
amis, si j'ose prendre encore le titre de vieux cordelier, après l'arrêté
du club qui me défend de me parer de ce nom. Mais, en vérité, c'est une
insolence si inouie que celle de petits-fils se révoltant contre leur
grand-père, et lui défendant de porter son nom, que je veux plaider cette
cause contre ces fils ingrats. Je veux savoir à qui le nom doit rester ou
au grand-papa ou à des enfans qu'on lui a faits, dont il n'a jamais ni
reconnu ni même connu la dixième partie, et qui prétendent le chasser du
paternel logis!»

Ensuite il explique ses opinions. «Le vaisseau de la république vogue entre
deux écueils, le rocher de l'exagération et le banc de sable du
modérantisme. Voyant que le Père Duchêne et presque toutes les sentinelles
patriotes se tenaient sur le tillac, avec leur lunette, occupés uniquement
à crier: Gare! vous touchez au modérantisme! il a bien fallu que moi, vieux
cordelier et doyen des jacobins, je me chargeasse de faire la faction
difficile, et dont aucun des jeunes gens ne voulait, crainte de se
dépopulariser, celle de crier: Gare! vous allez toucher à l'exagération!
Et voilà l'obligation que doivent m'avoir tous mes collègues de la
convention, celle d'avoir exposé ma popularité même, pour sauver le navire
où ma cargaison n'était pas plus forte que la leur.»

Il se justifie ensuite de ce propos qui lui avait été si reproché: _Vincent
Pitt gouverne George Bouchotte_. «J'ai bien, dit-il, appelé Louis XVI mon
gros benêt de roi, en 1787, sans être embastillé pour cela. Bouchotte
serait-il un plus grand seigneur?»

Il passe ensuite ses adversaires en revue; il dit à Collot-d'Herbois que
si, lui Desmoulins, a son Dillon, lui Collot a son Brunet, son Proli, qu'il
a défendus tous les deux. Il dit à Barrère: «On ne se reconnaît plus à la
Montagne; si c'était un vieux cordelier comme moi, un patriote
_rectiligne_, Billaud-Varennes par exemple, qui m'eût gourmandé si
durement, _sustinuissem utique_; j'aurais dit: C'est le soufflet du
bouillant saint Paul au bon saint Pierre qui a péché! Mais toi, mon cher
Barrère, toi l'heureux tuteur de Paméla[9]! toi le président des feuillans,
qui as proposé le comité des douze! toi, qui, le 2 juin, mettais en
délibération dans le comité de salut public si on n'arrêterait pas Danton!
toi dont je pourrais relever bien d'autres fautes, si je voulais fouiller
le _vieux sac_[10], que tu deviennes tout à coup un _passe-Robespierre_, et
que je sois par toi apostrophé si sec!

«Tout cela n'est qu'une querelle de ménage, ajoute Camille, avec mes amis
les patriotes Collot et Barrère; mais je vais être à mon tour _bougrement
en colère_[11] contre le Père Duchêne, qui m'appelle un _misérable
intrigailleur, un viédase à mener à la guillotine, un conspirateur qui veut
qu'on ouvre les prisons pour en faire une nouvelle Vendée, un endormeur
payé par Pitt, un bourriquet à longues oreilles_. ATTENDS-MOI, HÉBERT, JE
SUIS A TOI DANS UN MOMENT. Ici, ce n'est pas avec des injures grossières et
des mots que je vais t'attaquer, c'est avec des faits.»

Alors Camille, qui avait été accusé par Hébert, d'avoir épousé une femme
riche, et de dîner avec des aristocrates, fait l'histoire de son mariage,
qui lui avait valu quatre mille livres de rente, et il trace le tableau de
sa vie simple, modeste et paresseuse. Passant ensuite à Hébert, il rappelle
l'ancien métier de ce distributeur de _contre-marques_, ses vols qui
l'avaient fait chasser du théâtre, sa fortune subite et connue, et il le
couvre de la plus juste infamie. Il raconte et prouve que Bouchotte avait
donné à Hébert, sur les fonds de la guerre, d'abord cent vingt mille
francs, puis dix, puis soixante, pour les exemplaires du _Père Duchêne_
distribués aux armées; que ces exemplaires ne valaient que seize mille
francs, et que par conséquent le surplus avait été volé à la nation.

«Deux cent mille francs, s'écrie Camille, à ce pauvre sans-culotte Hébert,
pour soutenir les motions de Proli, de Clootz! deux cent mille francs pour
calomnier Danton, Lindet, Cambon, Thuriot, Lacroix, Philippeau, Bourdon de
l'Oise, Barras, Fréron, d'Églantine, Legendre, Camille Desmoulins, et
presque tous les commissaires de la convention! Pour inonder la France de
ses écrits, si propres à former l'esprit et le coeur, deux cent mille
francs de Bouchotte!... S'étonnera-t-on après cela de cette exclamation
filiale d'Hébert à la séance des Jacobins: _Oser attaquer Bouchotte!
Bouchotte, qui a mis à la tête des armées des généraux sans-culottes!
Bouchotte, un patriote si pur!_ Je suis étonné que, dans le transport de sa
reconnaissance, le Père Duchêne ne se soit pas écrié: Bouchotte qui m'a
donné deux cent mille livres depuis le mois de juin!

«Tu me parles, ajoute Camille, de mes sociétés: mais ne sait-on pas que
c'est avec l'intime de Dumouriez, le banquier Kock, avec la femme
Rochechouart, agente des émigrés, que le grand patriote Hébert, après avoir
calomnié dans sa feuille les hommes les plus purs de la république, va,
dans sa grande joie, lui et sa Jacqueline, passer les beaux jours de l'été
à la campagne, boire le vin de Pitt, et porter des toasts à la ruine des
réputations des fondateurs de la liberté?»

Camille reproche ensuite à Hébert le style de son journal: «Ne sais-tu pas
Hébert, que lorsque les tyrans d'Europe veulent faire croire à leurs
esclaves que la France est couverte des ténèbres de la barbarie, que Paris,
cette ville si vantée par son atticisme et son goût, est peuplée de
vandales; ne sais-tu pas, malheureux, que ce sont des lambeaux de tes
feuilles qu'ils insèrent dans leurs gazettes? comme si le peuple était
aussi ignorant que tu voudrais le faire croire à M. Pitt; comme si on ne
pouvait lui parler qu'un langage aussi grossier; comme si c'était là le
langage de la convention et du comité de salut public; comme si tes saletés
étaient celles de la nation; comme si un égout de Paris était la Seine.»

Camille l'accuse ensuite d'avoir ajouté par ses numéros aux scandales du
culte de la Raison, puis il s'écrie: «Ainsi, c'est le vil flagorneur aux
gages de deux cent mille livres, qui me reprochera les quatre mille livres
de rente de ma femme! c'est cet ami intime des Kock, des Rochechouart, et
d'une multitude d'escrocs, qui me reprochera mes sociétés! c'est cet
écrivain insensé ou perfide qui me reprochera mes écrits aristocratiques,
lui dont je démontrerai que les feuilles sont les délices de Coblentz et le
seul espoir de Pitt! Cet homme, rayé de la liste des garçons de théâtre,
pour vols, fera rayer de la liste des jacobins, pour leur opinion, des
députés fondateurs immortels de la république! cet écrivain des charniers
sera le régulateur de l'opinion, le mentor du peuple français!

«Qu'on désespère, ajoute Camille Desmoulins, de m'intimider par les
terreurs et les bruits de mon arrestation, qu'on sème autour de moi. Nous
savons que des scélérats méditent un 31 mai contre les hommes les plus
énergiques de la Montagne!... O mes collègues! je vous dirai comme Brutus à
Cicéron: _Nous craignons trop la mort, et l'exil, et la pauvreté! Nimium
timemus mortem et exilium et paupertatem_.... Eh quoi! lorsque, tous les
jours, douze cent mille Français affrontent les redoutes hérissées des
batteries les plus meurtrières, et volent de victoires en victoires, nous,
députés à la convention, nous qui ne pouvons jamais tomber comme le soldat,
dans l'obscurité de la nuit, fusillé dans les ténèbres, et sans témoin de
sa valeur; nous, dont la mort soufferte pour la liberté ne peut être que
glorieuse, solennelle et reçue en présence de la nation entière, de
l'Europe et de la postérité; serions-nous plus lâches que nos soldats?
craindrions-nous de nous exposer à regarder Bouchotte en face?
n'oserons-nous pas braver la grande colère du Père Duchêne, pour remporter
aussi la victoire que le peuple attend de nous, la victoire sur les
ultra-révolutionnaires, comme sur les contre-révolutionnaires; la victoire
sur tous les intrigans, sur tous les fripons, sur tous les ambitieux, sur
tous les ennemis du bien public?

«Croit-on que même sur l'échafaud, soutenu de ce sentiment intime que j'ai
aimé avec passion ma patrie et la république, couronné de l'estime et des
regrets de tous les vrais républicains, je voulusse changer mon supplice
contre la fortune de ce misérable Hébert, qui, dans sa feuille, pousse au
désespoir et à la révolte vingt classes de citoyens; qui, pour s'étourdir
sur ses remords et ses calomnies, a besoin de se procurer une ivresse plus
forte que celle du vin, et de lécher sans cesse le sang au pied de la
guillotine? Qu'est-ce donc que l'échafaud pour un patriote, sinon le
piédestal de Sidney et des Jean de With? Qu'est-ce, dans un moment de
guerre où j'ai eu mes deux frères hachés pour la liberté, qu'est-ce que la
guillotine, sinon un coup de sabre, et le plus glorieux de tous, pour un
député victime de son courage et de son républicanisme?»

Ces pages donneront une idée des moeurs de l'époque. L'âpreté, le cynisme,
l'éloquence de Rome et d'Athènes, avaient reparu parmi nous, avec la
liberté démocratique.

Ce nouveau numéro de Camille Desmoulins causa encore plus d'agitation que
les précédens. Hébert ne cessa de le dénoncer aux jacobins, et de demander
le rapport de la commission. Le 16 nivôse, enfin, Collot-d'Herbois prit la
parole pour faire ce rapport. L'affluence était aussi considérable que le
jour où la discussion avait été entamée, et les places se vendaient aussi
cher. Collot montra plus d'impartialité qu'on n'aurait dû l'attendre d'un
ami de Ronsin. Il reprocha à Philippeau d'impliquer le comité de salut
public dans ses accusations, de montrer les dispositions les plus
favorables pour des hommes suspects, de parler de Biron avec éloge, tandis
qu'il couvrait Rossignol d'outrages, et enfin d'exprimer exactement les
mêmes préférences que les aristocrates. Il lui fit aussi un reproche qui,
dans les circonstances, avait quelque gravité: c'était d'avoir retiré dans
son dernier écrit les accusations portées contre le général Fabre-Fond,
frère de Fabre-d'Églantine. Philippeau, en effet, qui ne connaissait ni
Fabre ni Camille, avait dénoncé le frère du premier, qu'il croyait avoir
trouvé en faute dans la Vendée. Une fois rapproché de Fabre par sa
position, et accusé avec lui, il avait retranché, par un ménagement tout
naturel, les allégations relatives à son frère. Cela seul prouvait qu'ils
avaient été conduits, isolément et sans se connaître, à agir comme ils
l'avaient fait, et qu'ils ne formaient point une faction véritable. Mais
l'esprit de parti en jugea autrement, et Collot insinua qu'il existait une
intrigue sourde, et un concert entre les prévenus de modération. Il fouilla
dans le passé, et reprocha à Philippeau ses votes sur Louis XVI et sur
Marat. Quant à Camille, il le traita bien plus favorablement; il le
présenta comme un bon patriote, égaré par de mauvaises sociétés, et auquel
il fallait pardonner, en l'engageant toutefois à ne plus commettre de
pareilles débauches d'esprit. Il demanda donc l'expulsion de Philippeau et
la censure pure et simple de Camille.

Dans ce moment, Camille, présent à la séance, fait passer une lettre au
président, pour déclarer que sa défense est consignée dans son dernier
numéro, et pour demander que la société veuille bien en écouter le contenu.
À cette proposition, Hébert, qui redoutait la lecture de ce numéro, où les
turpitudes de sa vie étaient révélées, prend la parole, et s'écrie qu'on a
voulu compliquer la discussion en le calomniant, et que, pour détourner
l'attention, on lui a imputé d'avoir volé la trésorerie, ce qui est une
fausseté atroce.... «J'ai les pièces en mains! s'écrie Camille.» Ces mots
causent une grande rumeur. Robespierre le jeune dit alors qu'il faut
écarter les discussions personnelles; que la société n'est pas réunie pour
l'intérêt des réputations, et que, si Hébert a volé, que lui importe à
elle; que ceux qui ont des reproches à se faire ne doivent pas interrompre
la discussion générale.... À ces expressions peu satisfaisantes, Hébert
s'écrie: Je n'ai rien à me reprocher. «Les troubles des départemens,
reprend Robespierre le jeune, sont ton ouvrage; c'est toi qui as contribué
à les provoquer en attaquant la liberté des cultes.» Hébert se tait à cette
interpellation. Robespierre aîné prend la parole, et, gardant plus de
mesure que son frère, mais sans être plus favorable à Hébert, dit que
Collot a présenté la question sous son véritable point de vue, qu'un
incident fâcheux avait troublé la dignité de la discussion, que tout le
monde avait eu tort, Hébert, ainsi que ceux qui lui avaient répondu. «Ce
que je vais dire, ajoute-t-il, n'a trait à aucun individu. On a mauvaise
grâce à se plaindre de la calomnie quand on a calomnié soi-même. On ne doit
pas se plaindre des injustices quand on a jugé les autres avec légèreté,
précipitation et fureur. Que chacun interroge sa conscience, et s'applique
ces réflexions. J'avais voulu prévenir la discussion actuelle; je voulais
que dans des entretiens particuliers, dans des conférences amicales, chacun
s'expliquât et convînt de ses torts. Alors on aurait pu s'entendre et
s'épargner du scandale. Mais point du tout, les pamphlets ont été répandus
le lendemain, et on s'est empressé de produire un éclat. Maintenant, ce qui
nous importe dans toutes ces querelles personnelles, ce n'est pas de savoir
si on a mis de tous côtés des passions et de l'injustice, mais si les
accusations dirigées par Philippeau contre les hommes chargés de la plus
importante de nos guerres sont fondées. Voilà ce qu'il faut éclaircir dans
l'intérêt non des individus, mais de la république.»

Robespierre pensait, en effet, que les attaques de Camille contre Hébert
étaient inutiles à discuter, car tout le monde savait combien elles étaient
fondées, et que d'ailleurs elles ne renfermaient rien que la république eût
intérêt à constater, et qu'au contraire il importait beaucoup d'éclaircir
la conduite des généraux dans la Vendée. On poursuit, en effet, la
discussion relative à Philippeau. La séance entière est consacrée à écouter
une foule de témoins oculaires; mais, au milieu de ces affirmations
contradictoires, Danton, Robespierre, déclarent qu'ils ne discernent rien,
et qu'ils ne savent plus à quoi s'en tenir. La discussion, déjà trop
longue, est renvoyée à la séance suivante.

Le 18, la séance est reprise; Philippeau était absent. On se sentait déjà
fatigué de la discussion dont il était le sujet, et qui n'amenait aucun
éclaircissement. On s'étend alors sur Camille Desmoulins. On le somme de
s'expliquer sur les éloges qu'il a donnés à Philippeau, et sur ses
relations avec lui. Camille ne le connaît pas, à ce qu'il assure; des faits
affirmés par Goupilleau, par Bourdon, lui avaient d'abord persuadé que
Philippeau disait vrai, et l'avaient rempli d'indignation; mais aujourd'hui
qu'il s'aperçoit, d'après la discussion, que Philippeau a altéré la vérité
(ce qui commençait en effet à percer de toutes parts), il rétracte ses
éloges, et déclare n'avoir plus aucune opinion à cet égard.

Robespierre prenant encore une fois la parole sur Camille, répète ce qu'il
avait déjà dit à son égard: que son caractère est excellent, mais que ce
caractère connu ne lui donne pas le droit d'écrire contre les patriotes;
que ses écrits, dévorés par les aristocrates, font leurs délices, et sont
répandus dans tous les départemens; qu'il a traduit Tacite sans l'entendre;
qu'il faut le traiter comme un enfant étourdi qui a touché à des armes
dangereuses et en a fait un usage funeste, l'engager à quitter les
aristocrates et les mauvaises sociétés qui le corrompent; et qu'en lui
pardonnant à lui, il faut brûler ses numéros. Camille, alors, oubliant les
ménagemens qu'il fallait garder envers l'orgueilleux Robespierre, s'écrie
de sa place: «Brûler n'est pas répondre.--Eh bien! reprend Robespierre
irrité, qu'on ne brûle pas, mais qu'on réponde; qu'on lise sur-le-champ les
numéros de Camille. Puisqu'il le veut, qu'il soit couvert d'ignominie; que
la société ne retienne pas son indignation, puisqu'il s'obstine à soutenir
ses diatribes et ses principes dangereux. L'homme qui tient aussi fortement
à des écrits perfides est peut-être plus qu'égaré; s'il eût été de bonne
foi, s'il eût écrit dans la simplicité de son coeur, il n'aurait pas osé
soutenir plus long-temps des ouvrages proscrits par les patriotes et
recherchés par les contre-révolutionnaires. Son courage n'est qu'emprunté;
il décèle les hommes cachés sous la dictée desquels il a écrit son journal;
il décèle que Desmoulins est l'organe d'une faction scélérate qui a
emprunté sa plume pour distiller son poison avec plus d'audace et de
sûreté.» Camille veut en vain demander la parole et calmer Robespierre; on
refuse de l'écouter, et on passe sur-le-champ à la lecture de ses feuilles.
Quelque ménagement que les individus veuillent garder les uns pour les
autres dans des querelles de parti, il est difficile que bientôt les
amours-propres ne se trouvent pas engagés. Avec la susceptibilité de
Robespierre et la naïve étourderie de Camille, la division d'opinions
devait bientôt se changer en une division d'amour-propre et en haine.
Robespierre méprisait trop Hébert et les siens pour se brouiller avec eux;
mais il pouvait se brouiller avec un écrivain aussi célèbre dans la
révolution que Camille Desmoulins, et celui-ci ne mit pas assez d'adresse à
éviter une rupture.

La lecture des numéros de Camille occupe deux séances tout entières. On
passe ensuite à Fabre. On l'interroge, on veut l'obliger à dire quelle part
il a eue aux écrits nouvellement répandus. Il répond qu'il n'y est pas pour
une virgule, et que, relativement à Philippeau et Bourdon de l'Oise, il
peut assurer ne pas les connaître. On veut enfin prendre un parti sur les
quatre individus dénoncés. Robespierre, quoique n'étant plus disposé à
ménager Camille, propose de laisser là cette discussion, et de passer à un
autre sujet plus grave, plus digne de la société, plus utile à l'esprit
public, savoir les vices et les crimes du gouvernement anglais. «Ce
gouvernement atroce cache, disait-il, sous quelques apparences de liberté,
un principe de despotisme et de machiavélisme atroce; il faut le dénoncer à
son propre peuple, et répondre à ses calomnies, en prouvant ses vices
d'organisation et ses forfaits.» Les jacobins voulaient bien de ce sujet
qui fournissait une si vaste carrière à leur imagination accusatrice, mais
quelques-uns d'entre eux désiraient auparavant radier Philippeau, Camille,
Bourdon et Fabre. Une voix même accuse Robespierre de s'arroger une espèce
de dictature. «Ma dictature, s'écrie-t-il, est celle de Marat et de
Lepelletier; elle consiste à être exposé tous les jours aux poignards des
tyrans. Mais je suis las des disputes qui s'élèvent chaque jour dans le
sein de la société, et qui n'aboutissent à aucun résultat utile. Nos
véritables ennemis sont les étrangers; ce sont eux qu'il faut poursuivre et
dont il faut dévoiler les trames.» Robespierre renouvelle en conséquence sa
proposition, et fait décider, au milieu des applaudissemens, que la
société, mettant de côté les disputes élevées entre les individus,
s'occupera, dans les séances qui vont suivre, de discuter, sans
interruption, les vices du gouvernement anglais.

C'était détourner à propos l'inquiète imagination des jacobins, et la
diriger sur une proie qui pouvait les occuper long-temps. Philippeau
s'était déjà retiré sans attendre une décision. Camille et Bourdon ne
furent ni rejetés ni confirmés; on n'en parla plus, et ils se contentèrent
de ne plus paraître devant la société. Pour Fabre-d'Églantine, bien que
Chabot l'eût entièrement justifié, les faits qui arrivaient chaque jour à
la connaissance du comité de sûreté générale, ne permirent plus de douter
de sa complicité; il fallut lancer contre lui un mandat d'arrêt, et le
réunir à Chabot, Bazire, Delaunay et Julien de Toulouse.

Il restait de toutes ces discussions une impression fâcheuse pour les
nouveaux modérés. Il n'y avait aucune espèce de concert entre eux.
Philippeau, presque girondin autrefois, ne connaissait ni Camille, ni
Fabre, ni Bourdon; Camille seul était assez lié avec Fabre; quant à
Bourdon, il était entièrement étranger aux trois autres. Mais on s'imagina
dès lors qu'il y avait une faction secrète dont ils étaient ou complices ou
dupes. La facilité de caractère, les goûts épicuriens de Camille, et deux
ou trois dîners qu'il avait faits avec les riches financiers de l'époque,
la complicité démontrée de Fabre avec les agioteurs, sa récente opulence,
firent supposer qu'ils étaient liés à la prétendue faction corruptrice. On
n'osait pas encore désigner Danton comme en étant le chef; mais, si on ne
l'accusait pas d'une manière publique, si Hébert dans sa feuille, si les
cordeliers à leur tribune ménageaient ce puissant révolutionnaire, ils se
disaient entre eux ce qu'ils n'osaient publier.

L'homme le plus nuisible au parti était Lacroix, dont les concussions en
Belgique étaient si démontrées, qu'on pouvait très bien les lui imputer
sans être accusé de calomnie, et sans qu'il osât répondre. On l'associait
aux modérés à cause de son ancienne liaison avec Danton, et il leur faisait
partager sa honte.

Les cordeliers, mécontens de ce que les jacobins avaient passé à l'ordre du
jour sur les dénonces, déclarèrent: 1º que Philippeau était un
calomniateur; 2º que Bourdon, accusateur acharné de Ronsin, de Vincent et
des bureaux de la guerre, avait perdu leur confiance, et n'était à leurs
yeux que le complice de Philippeau; 3º que Fabre, partageant les sentimens
de Bourdon et de Philippeau, n'était qu'un intrigant plus adroit; 4º que
Camille, déjà exclu de leurs rangs, avait aussi perdu leur confiance,
quoique auparavant il eût rendu de grands services à la révolution.

Après avoir détenu quelque temps Ronsin et Vincent, on les fit élargir, car
on ne pouvait les mettre en jugement pour aucune cause. Il n'était pas
possible de poursuivre Ronsin pour sa conduite dans la Vendée, car les
événemens de cette guerre étaient couverts d'un voile épais; ni pour ce
qu'il avait fait à Lyon, car c'était soulever une question dangereuse, et
accuser en même temps Collot-d'Herbois et tout le système actuel du
gouvernement. Il était tout aussi impossible de poursuivre Vincent pour
quelques actes de despotisme dans les bureaux de la guerre. On n'aurait pu
faire à l'un et à l'autre qu'un procès politique, et le moment n'était pas
venu de leur en intenter un pareil. Ils furent donc élargis[12], à la
grande joie des cordeliers et de tous les _épauletiers_ de l'armée
révolutionnaire.

Vincent était un jeune homme de vingt et quelques années, espèce de
frénétique dont le fanatisme allait jusqu'à la maladie, et chez lequel il y
avait encore plus d'aliénation d'esprit que d'ambition personnelle. Un jour
que sa femme, qui allait le voir dans sa prison, lui rapportait ce qui se
passait, indigné du récit qu'elle lui fit, il s'élança sur un morceau de
viande crue, et dit en le dévorant: «Je voudrais dévorer ainsi tous ces
scélérats.» Ronsin, tour à tour médiocre pamphlétaire, fournisseur,
général, joignait à beaucoup d'intelligence un courage remarquable et une
grande activité. Naturellement exagéré, mais ambitieux, il était le plus
distingué de ces aventuriers qui s'était offerts à être les instrumens du
gouvernement nouveau. Chef de l'armée révolutionnaire, il songeait à tirer
parti de sa position, soit pour lui, soit pour ses amis, soit pour le
triomphe de son système. Dans la prison du Luxembourg, Vincent et lui,
enfermés ensemble, avaient toujours parlé en maîtres; ils n'avaient cessé
de dire qu'ils triompheraient de l'intrigue, qu'ils sortiraient par le
secours de leurs partisans, qu'ils reviendraient alors pour élargir les
patriotes enfermés, et envoyer tous les autres prisonniers à la guillotine.
Ils avaient fait le tourment des malheureux détenus avec eux, et les
laissèrent pleins d'effroi.

A peine sortis, ils dirent hautement qu'ils se vengeraient, et que bientôt
ils sauraient se faire raison de leurs ennemis. Le comité de salut public
ne pouvait guère se dispenser de les élargir; mais il ne tarda pas à
s'apercevoir qu'il avait déchaîné des furieux, et qu'il faudrait bientôt
les réduire à l'impossibilité de nuire. Il restait à Paris quatre mille
hommes de l'armée révolutionnaire. Là, se trouvaient des aventuriers, des
voleurs, des septembriseurs, qui prenaient le masque du patriotisme, et qui
aimaient mieux butiner à l'intérieur que d'aller sur les frontières mener
une vie pauvre, dure et périlleuse. Ces petits tyrans, avec leurs
moustaches et leurs grands sabres, exerçaient dans tous les lieux publics
le plus dur despotisme. Ayant de l'artillerie, des munitions et un chef
entreprenant, ils pouvaient devenir dangereux. A eux se joignaient les
brouillons, qui remplissaient les bureaux de Vincent. Celui-ci était leur
chef civil, comme Ronsin leur chef militaire. Ils avaient des liaisons
avec la commune par Hébert, substitut de Chaumette, et par le maire Pache,
toujours prêt à recevoir chez lui tous les partis, et à caresser tous les
hommes redoutables. Momoro, l'un des présidens des cordeliers, était leur
fidèle partisan et leur avocat aux Jacobins. Ainsi on rangeait ensemble
Ronsin, Vincent, Hébert, Chaumette, Momoro; et on ajoutait à la liste Pache
et Bouchotte, comme des complaisans qui leur laissaient usurper deux
grandes autorités.

Déjà ces hommes ne se contenaient plus dans leurs discours contre ces
représentans qui voulaient, disaient-ils, s'éterniser au pouvoir et faire
grâce aux aristocrates. Un jour, étant à dîner chez Pache, ils y
rencontrèrent Legendre, l'ami de Danton, autrefois l'imitateur de sa
véhémence, aujourd'hui de sa réserve, et la victime de cette imitation, car
il essuyait les attaques qu'on n'osait pas diriger contre Danton lui-même.
Ronsin et Vincent lui adressèrent de mauvais propos. Vincent, qui avait été
son obligé, l'embrassa en lui disant qu'il embrassait l'ancien, et non le
nouveau Legendre; que le nouveau Legendre était devenu un modéré et ne
méritait aucune estime. Vincent lui demanda ensuite avec ironie s'il avait
porté dans ses missions le costume de député. Legendre lui ayant répondu
qu'il le portait aux armées, Vincent ajouta que ce costume était fort
pompeux, mais indigne de vrais républicains; qu'il habillerait un mannequin
de ce costume, qu'il rassemblerait le peuple, et lui dirait: «Voilà les
représentans que vous vous êtes donnés! ils vous prêchent l'égalité, et se
couvrent d'or et de plumes.» Il dit ensuite qu'il mettrait le feu au
mannequin. Legendre alors le traita de fou et de séditieux. On fut près
d'en venir aux mains, au grand effroi de Pache. Legendre ayant voulu
s'adresser à Ronsin, qui paraissait plus calme, et l'ayant engagé à modérer
Vincent, Ronsin répondit qu'à la vérité Vincent était vif, mais que son
caractère convenait aux circonstances, et qu'il fallait de pareils hommes
pour le temps où l'on vivait. «Vous avez, ajouta Ronsin, une faction dans
le sein de l'assemblée; si vous ne l'en chassez pas, vous nous en ferez
raison.» Legendre sortit indigné, et répéta tout ce qu'il avait vu et
entendu pendant ce repas. La conversation fut connue, et donna une nouvelle
idée de l'audace et de la frénésie des deux hommes qu'on venait d'élargir.

Ils témoignaient un grand respect pour Pache et pour ses vertus, comme
avaient fait jadis les jacobins, quand Pache était au ministère. Le sort de
Pache était de charmer par sa complaisance et par sa douceur tous les
hommes violens. Ils étaient enchantés de voir leurs passions approuvées
par un homme qui avait toutes les apparences de la sagesse. Les nouveaux
révolutionnaires en voulaient faire, disaient-ils, un grand personnage dans
leur gouvernement; car, sans avoir un but précis, sans avoir même encore le
projet et le courage d'une insurrection, ils parlaient beaucoup, à
l'exemple de tous les comploteurs qui commencent par s'essayer et
s'échauffer en paroles. Ils disaient partout qu'il fallait d'autres
institutions. Tout ce qui leur plaisait dans l'organisation actuelle du
gouvernement, c'étaient le tribunal et l'armée révolutionnaires. Ils
imaginaient donc une constitution consistant en un tribunal suprême présidé
par un grand-juge, et un conseil militaire dirigé par un généralissime.
Dans ce gouvernement on devait juger et administrer militairement. Le
généralissime et le grand-juge étaient les deux principaux personnages. Il
devait y avoir auprès du tribunal un grand-accusateur sous le titre de
censeur, qui serait chargé de provoquer les poursuites. Ainsi dans ce
projet, formé dans un moment de fermentation révolutionnaire, les deux
fonctions essentielles, uniques, consistaient à condamner et à se battre.
On ne sait si ce projet était celui d'un rêveur en délire, ou de plusieurs
d'entre eux; s'il n'avait d'autre existence que des propos, ou s'il fut
rédigé; mais il est certain qu'il avait son modèle dans les commissions
révolutionnaires établies à Lyon, Marseille, Toulon, Bordeaux, Nantes, et
que l'imagination pleine de ce qu'ils avaient fait dans ces grandes cités,
ces terribles exécuteurs voulaient gouverner sur le même plan la France
tout entière, et faire de la violence d'un jour le type d'un gouvernement
permanent. Ils ne désignaient encore qu'un seul des grands personnages
destinés à occuper ces hautes dignités. Pache convenait à merveille à la
place de grand-juge; les conjurés disaient donc qu'il devait l'être, et
qu'il le serait. Sans savoir ce que c'était que ce projet et cette dignité
de grand-juge, beaucoup de gens répétaient comme une nouvelle: Pache doit
être fait grand-juge. Ce bruit circulait sans être ni expliqué ni compris.
Quant à la dignité de généralissime, Ronsin, quoique général de l'armée
révolutionnaire, n'osait y prétendre, et ses partisans n'osaient pas le
proposer, car il fallait un plus grand nom pour une telle dignité.
Chaumette était désigné aussi par quelques bouches comme censeur, mais son
nom avait été rarement prononcé. Parmi ces bruits, il n'y en avait qu'un de
bien répandu, c'est que _Pache serait grand-juge_.

Pendant toute la révolution, lorsque les passions d'un parti, long-temps
excitées, étaient prêtes à faire explosion, c'était toujours une défaite,
une trahison, une disette, une calamité enfin, qui leur servait de
prétexte pour éclater. Il en arriva de même ici. La seconde loi du maximum
qui, remontant au-delà des boutiques, fixait la valeur des objets sur le
lieu de fabrication, déterminait le prix du transport, réglait le profit du
marchand en gros, celui du marchand en détail, avait été rendue; mais le
commerce échappait encore de mille manières au despotisme de la loi, et il
y échappait surtout par le moyen le plus désastreux, en s'arrêtant. Le
resserrement de la marchandise n'était pas moins grand qu'auparavant; et si
elle ne refusait plus de se donner au prix de l'assignat, elle se cachait,
ou cessait de se mouvoir, et de se transporter sur les lieux de
consommation. La disette était donc très grande par la stagnation générale
du commerce. Cependant les efforts extraordinaires du gouvernement, les
soins de la commission des subsistances, avaient réussi en partie à ne pas
trop laisser manquer les blés, et surtout à diminuer la crainte de la
disette, aussi redoutable que la disette même, à cause du désordre et du
trouble qu'elle apporte dans les relations commerciales. Mais une nouvelle
calamité venait de se faire sentir, c'était le défaut de viande. Les
nombreux bestiaux que la Vendée envoyait jadis aux provinces voisines,
n'arrivaient plus depuis l'insurrection. Les départemens du Rhin avaient
cessé aussi d'en fournir depuis que la guerre s'y était fixée; il y avait
donc une diminution réelle dans la quantité. En outre, les bouchers,
achetant les bestiaux à haut prix, et obligés de les vendre au prix du
maximum, cherchaient à échapper à la loi. La bonne viande était réservée
pour le riche ou pour le citoyen aisé qui la payait bien. Il s'établissait
une foule de marchés clandestins, surtout aux environs de Paris et dans les
campagnes; et il ne restait que les rebuts pour le peuple ou l'acheteur qui
se présentait dans les boutiques, et traitait au prix du maximum. Les
bouchers se dédommageaient ainsi par la mauvaise qualité de la marchandise,
du bas prix auquel ils étaient forcés de vendre. Le peuple se plaignait
avec fureur du poids, de la qualité, _des réjouissances_, et des marchés
clandestins établis autour de Paris. Les bestiaux manquant, on avait été
réduit à tuer des vaches pleines. Le peuple avait dit aussitôt que les
bouchers aristocrates voulaient détruire l'espèce, et avait demandé la
peine de mort contre ceux qui tuaient des vaches et des brebis pleines.
Mais ce n'était pas tout: les légumes, les fruits, les oeufs, le beurre, le
poisson, n'arrivaient plus dans les marchés. Un chou coûtait jusqu'à vingt
sous. On devançait les charrettes sur les routes, on les entourait, et on
achetait à tout prix leur chargement; peu arrivaient à Paris où le peuple
les attendait en vain. Dès qu'il y a une chose à faire, il se trouve
bientôt des gens qui s'en chargent. Il s'agissait de parcourir les
campagnes pour devancer sur la route les fermiers apportant des légumes:
une foule d'hommes et de femmes s'étaient chargés de ce soin, et achetaient
les denrées pour le compte des gens aisés, en les payant au-dessus du
maximum. Y avait-il un marché mieux approvisionné que d'autres, ces espèces
d'entremetteurs y couraient, et enlevaient les denrées à un prix supérieur
à la taxe. Le peuple se déchaînait violemment contre ceux qui faisaient ce
métier; on disait qu'il se trouvait dans le nombre beaucoup de malheureuses
filles publiques que les réquisitoires de Chaumette avaient privées de leur
déplorable industrie, et qui, pour vivre, avaient embrassé cette profession
nouvelle.

Pour parer à tous ces inconvéniens, la commune avait arrêté, sur les
pétitions réitérées des sections, que les bouchers ne pourraient plus
devancer les bestiaux et aller au-delà des marchés ordinaires; qu'ils ne
pourraient tuer que dans _les abattoirs_ autorisés; que la viande ne
pourrait être achetée que dans les étaux; qu'il ne serait plus permis
d'aller sur les routes au-devant des fermiers; que ceux qui arriveraient
seraient dirigés par la police et distribués également entre les différens
marchés; qu'on ne pourrait pas aller faire queue à la porte des bouchers
avant six heures, car il arrivait souvent qu'on se levait à trois pour
cela.

Ces règlemens multipliés ne pouvaient épargner au peuple les maux qu'il
endurait. Les ultra-révolutionnaires se torturaient l'esprit pour imaginer
des moyens. Une dernière idée leur était venue, c'est que les jardins de
luxe dont abondaient les faubourgs de Paris, et surtout le faubourg
Saint-Germain, pourraient être mis en culture. Aussitôt la commune, qui ne
leur refusait rien, avait ordonné le recensement de ces jardins, et on
décida que, le recensement fait, on y cultiverait des pommes de terre et
des plantes potagères. En outre, ils avaient supposé que les légumes, le
laitage, la volaille n'arrivant plus à la ville, la cause en devait être
imputée aux aristocrates retirés dans leurs maisons autour de Paris. En
effet, beaucoup de gens effrayés s'étaient cachés dans leurs maisons de
campagne. Des sections vinrent proposer à la commune de rendre un arrêté ou
de demander une loi pour les faire rentrer. Cependant Chaumette, sentant
que ce serait une violation trop odieuse de la liberté individuelle, se
contenta de prononcer un discours menaçant contre les aristocrates retirés
autour de Paris. Il leur adressa seulement l'invitation de rentrer en
ville, et fit donner aux municipalités des villages l'avis de les
surveiller.

Cependant l'impatience du mal était au comble. Le désordre augmentait dans
les marchés. A chaque instant il s'y élevait des tumultes. On faisait queue
à la porte des bouchers, et malgré la défense d'y aller avant une certaine
heure, on mettait toujours le même empressement à s'y devancer. On avait
transporté là un usage qui avait pris naissance à la porte des boulangers,
c'était d'attacher une corde que chacun saisissait et tenait de manière à
pouvoir garder son rang. Mais il arrivait ici, comme chez les boulangers,
que des malveillans ou des gens mal placés coupaient la corde; alors les
rangs se confondaient, le désordre s'introduisait dans la foule qui était
en attente, et on était prêt à en venir aux mains.

On ne savait plus désormais à qui s'en prendre. On ne pouvait pas, comme
avant le 31 mai, se plaindre que la convention refusât une loi de
_maximum_, objet de toutes les espérances, car elle accordait tout. Dans
l'impuissance d'imaginer quelque chose, on ne lui demandait plus rien.
Cependant il fallait se plaindre; les épauletiers, les commis de Bouchotte,
les cordeliers, disaient que la cause de la disette était dans la faction
modérée de la convention; que Camille Desmoulins, Philippeau, Bourdon de
l'Oise, et leurs amis, étaient les auteurs des maux qu'on essuyait; qu'on
ne pouvait plus exister de la sorte, qu'il fallait recourir à des moyens
extraordinaires; et ils ajoutaient le vieux propos de toutes les
insurrections: _Il faut un chef_. Alors ils se disaient mystérieusement à
l'oreille: _Pache sera fait grand-juge_.

Cependant, bien que le nouveau parti disposât de moyens assez
considérables, bien qu'il eût pour lui l'armée révolutionnaire et une
disette, il n'avait cependant ni le gouvernement, ni l'opinion, car les
jacobins lui étaient opposés. Ronsin, Vincent, Hébert, étaient obligés de
professer pour les autorités établies un respect apparent, de cacher leurs
projets, de les tramer dans l'ombre. A l'époque du 10 août et du 31 mai,
les conspirateurs, maîtres de la commune, des Cordeliers, des Jacobins, de
tous les clubs, ayant dans l'assemblée nationale et les comités de nombreux
et énergiques partisans, osant conspirer à découvert, pouvaient entraîner
publiquement le peuple à leur suite, et se servir des masses pour
l'exécution de leurs complots; mais il n'en était pas de même pour le parti
des _ultra-révolutionnaires_.

L'autorité actuelle ne refusait aucun des moyens extraordinaires de
défense, ni même de vengeance; des trahisons n'accusaient plus sa
vigilance; des victoires sur toutes les frontières attestaient au contraire
sa force, son habileté et son zèle. Par conséquent, ceux qui attaquaient
cette autorité et promettaient ou une habileté ou une énergie supérieures
à la sienne, étaient des intrigans qui agissaient évidemment dans un but de
désordre ou d'ambition. Telle était la conviction publique, et les conjurés
ne pouvaient se flatter d'entraîner le peuple à leur suite. Ainsi, quoique
redoutables si on les laissait agir, ils l'étaient peu si on les arrêtait à
temps.

Le comité les observait, et il continuait, par une suite de rapports, à
déconsidérer les deux partis opposés. Dans les ultra-révolutionnaires, il
voyait de véritables conspirateurs à détruire; au contraire, il
n'apercevait dans les modérés que d'anciens amis, qui partageaient ses
opinions, et dont le patriotisme ne pouvait lui être suspect. Mais pour ne
point paraître faiblir en frappant les ultra-révolutionnaires, il était
obligé de condamner les modérés, et d'en appeler sans cesse à la terreur.
Ces derniers voulaient répondre. Camille écrivait de nouveaux numéros;
Danton et ses amis combattaient dans leurs entretiens les raisons du
comité, et dès lors une lutte d'écrits et de propos s'était engagée.
L'aigreur s'en était suivie, et Saint-Just, Robespierre, Barrère, Billaud,
qui d'abord n'avaient repoussé les modérés que par politique, et pour être
plus forts contre les ultra-révolutionnaires, commençaient à les poursuivre
par humeur personnelle et par haine. Camille avait déjà attaqué, comme on
l'a vu, Collot et Barrère. Dans sa lettre à Dillon, il avait adressé au
fanatisme dogmatique de Saint-Just, et à la dureté monacale de Billaud, des
plaisanteries qui les blessèrent profondément. Il avait enfin irrité
Robespierre aux Jacobins, et, tout en le louant beaucoup, il finit par se
l'aliéner tout à fait. Danton leur était peu agréable à tous par sa
renommée; et aujourd'hui, qu'étranger à la conduite des affaires, il
restait à l'écart, censurant le gouvernement, et paraissant exciter la
plume caustique et _babillarde_[13] de Camille, il devait leur devenir
chaque jour plus odieux; et il n'était pas supposable que Robespierre
s'exposât encore à le défendre.

Robespierre et Saint-Just, habitués à faire au nom du comité les exposés de
principes, et chargés en quelque sorte de la partie morale du gouvernement,
tandis que Barrère, Carnot, Billaud et autres, s'acquittaient de la partie
matérielle et administrative, Robespierre et Saint-Just firent deux
rapports, l'un _sur les principes de morale qui devaient diriger le
gouvernement révolutionnaire_, l'autre sur les détentions dont Camille
s'était plaint dans _le Vieux Cordelier_. Il faut voir comment ces deux
esprits sombres concevaient le gouvernement révolutionnaire, et les moyens
de régénérer un état.

«Le principe du gouvernement démocratique, c'est la vertu, disait
Robespierre[14], et son moyen pendant qu'il s'établit, c'est la terreur.
Nous voulons substituer, dans notre pays, la morale à l'égoïsme, la probité
à l'honneur, les principes aux usages, les devoirs aux bienséances,
l'empire de la raison à la tyrannie de la mode, le mépris du vice au mépris
du malheur, la fierté à l'insolence, la grandeur d'âme à la vanité, l'amour
de la gloire à l'amour de l'argent, les bonnes gens à la bonne compagnie,
le mérite à l'intrigue, le génie au bel esprit, la vérité à l'éclat, le
charme du bonheur aux ennuis de la volupté, la grandeur de l'homme à la
petitesse des grands; un peuple magnanime, puissant, heureux, à un peuple
aimable, frivole et misérable; c'est-à-dire toutes les vertus et tous les
miracles de la république à tous les vices et à tous les ridicules de la
monarchie.»

Pour atteindre à ce but, il fallait un gouvernement austère, énergique, qui
surmontât les résistances de toute espèce. Il y avait, d'une part,
l'ignorance brutale, avide, qui ne voulait dans la république que des
bouleversemens; de l'autre, la corruption lâche et vile qui voulait tous
les délices de l'ancien luxe, et qui ne pouvait pas se résoudre aux vertus
énergiques de la démocratie. De là, deux factions: l'une qui voulait
outrer toute chose, qui poussait tout au-delà des bornes; qui, pour
attaquer la superstition, cherchait à détruire Dieu même, et à verser des
torrens de sang sous prétexte de venger la république; l'autre qui, faible
et vicieuse, ne se sentait pas assez _vertueuse pour être si terrible_, et
s'apitoyait lâchement sur tous les sacrifices nécessaires qu'exigeait
l'établissement de la vertu. L'une de ces factions, disait Saint-Just[15],
voulait CHANGER LA LIBERTÉ EN BACCHANTE, L'AUTRE EN PROSTITUÉE.

Robespierre et Saint-Just énuméraient les folies de quelques agens du
gouvernement révolutionnaire, de deux ou trois procureurs de communes, qui
avaient prétendu renouveler l'énergie de Marat, et ils faisaient ainsi
allusion à toutes les folies d'Hébert et des siens. Ils signalaient ensuite
les torts de faiblesse, de complaisance, de sensibilité, imputés aux
nouveaux modérés; ils leur reprochaient de s'apitoyer sur des veuves de
généraux, sur des intrigantes de l'ancienne noblesse, sur des aristocrates,
de parler enfin sans cesse des sévérités de la république, bien inférieures
aux cruautés des monarchies. «Vous avez, disait Saint-Just, cent mille
détenus, et le tribunal révolutionnaire a condamné déjà trois cents
coupables. Mais sous la monarchie vous aviez quatre cent mille
prisonniers; on pendait par an quinze mille contrebandiers, on rouait trois
mille hommes; et aujourd'hui même il y a en Europe quatre millions de
prisonniers dont vous n'entendez pas les cris, tandis que votre modération
parricide laisse triompher tous les ennemis de votre gouvernement! Nous
nous accablons de reproches, et les rois, mille fois plus cruels que nous,
dorment dans le crime.»

Robespierre et Saint-Just, conformément au système convenu, ajoutaient que
ces deux factions, en apparence opposées, avaient un point d'appui commun,
l'étranger, qui les faisait agir pour perdre la république.

On voit ce qu'il entrait à la fois de fanatisme, de politique et de haine
dans le système du comité. Camille par des allusions, et même par des
expressions directes, se trouvait attaqué lui et ses amis. Il répondait,
dans son _Vieux Cordelier_, au système de la vertu par celui du bonheur. Il
disait qu'il aimait la république parce qu'elle devait ajouter à la
félicité générale, parce que le commerce, l'industrie, la civilisation,
s'étaient développés avec plus d'éclat à Athènes, à Venise, à Florence, que
dans toutes les monarchies; parce que la république pouvait seule réaliser
le voeu menteur de la monarchie, _la poule au pot_. «Qu'importerait à
Pitt, s'écriait Camille, que la France fût libre, si la liberté ne servait
qu'à nous ramener à l'ignorance des vieux Gaulois, à leurs _sayes_, à leurs
_brayes_, à leur guy de chêne, et à leurs maisons, qui n'étaient que des
échoppes en terre glaise? Loin d'en gémir, il me semble que Pitt donnerait
bien des guinées pour qu'une telle liberté s'établît chez nous. Mais ce qui
rendrait furieux le gouvernement anglais, c'est si on disait de la France
ce que disait Dicéarque de l'Attique: _Nulle part au monde on ne peut vivre
plus agréablement qu'à Athènes, soit qu'on ait de l'argent, soit qu'on n'en
ait point. Ceux qui se sont mis à l'aise, par le commerce ou leur
industrie, peuvent s'y procurer tous les agrémens imaginables; et quant à
ceux qui cherchent à le devenir, il y a tant d'ateliers où ils gagnent de
quoi se divertir aux ANTHESTÉRIES, et mettre encore quelque chose de côté,
qu'il n'y a pas moyen de se plaindre de sa pauvreté, sans se faire à
soi-même un reproche de sa paresse_.

«Je crois donc que la liberté n'existe pas dans une égalité de privations,
et que le plus bel éloge de la convention serait, si elle pouvait se rendre
ce témoignage: j'ai trouvé la nation sans culottes, et je la laisse
culottée.

«Charmante démocratie, ajoutait Camille, que celle d'Athènes! Solon n'y
passa point pour un muscadin, il n'en fut pas moins regardé comme le
modèle des législateurs, et proclamé par l'oracle le premier des sept
sages, quoiqu'il ne fît aucune difficulté de confesser son penchant pour le
vin, les femmes et la musique; et il a une possession de sagesse si bien
établie, qu'aujourd'hui encore on ne prononce son nom dans la convention et
aux Jacobins que comme celui du plus grand législateur. Combien cependant
ont parmi nous une réputation d'aristocrates et de Sardanapales, qui n'ont
pas publié une semblable profession de foi!

«Et ce divin Socrate, un jour rencontrant Alcibiade sombre et rêveur,
apparemment parce qu'il était piqué d'une lettre d'Aspasie:--Qu'avez-vous?
lui dit le plus grave des mentors; auriez-vous perdu votre bouclier à la
bataille? avez-vous été vaincu dans le camp, à la course ou à la salle
d'armes? quelqu'un a-t-il mieux chanté ou mieux joué de la lyre que vous à
la table du général?--Ce trait peint les moeurs. Quels républicains
aimables!»

Camille se plaignait ensuite de ce qu'aux moeurs d'Athènes on ne voulût pas
ajouter la liberté de langage qui régnait dans cette république.
Aristophane, disait-il, y représentait sur la scène les généraux, les
orateurs, les philosophes et le peuple lui-même; et le peuple d'Athènes,
tantôt joué sous les traits d'un vieillard, et tantôt sous ceux d'un jeune
homme, loin de s'irriter, proclamait Aristophane vainqueur des jeux, et
l'encourageait par des bravos et des couronnes. Beaucoup de ses comédies
étaient dirigées contre les _ultra-révolutionnaires_ de ce temps-là; les
railleries en étaient cruelles. «Et si aujourd'hui, ajoutait Camille, on
traduisait quelqu'une de ces pièces jouées 430 ans avant Jésus-Christ, sous
l'archonte Sthénoclès, Hébert soutiendrait aux Cordeliers que la pièce ne
peut être que d'hier, de l'invention de Fabre-d'Églantine, contre lui et
Ronsin, et que c'est le traducteur qui est la cause de la disette.

«Cependant, reprenait Camille avec tristesse, je m'abuse quand je dis que
les hommes sont changés; ils ont toujours été les mêmes; la liberté de
parler n'a pas été plus impunie dans les républiques anciennes que dans les
modernes. Socrate, accusé d'avoir mal parlé des dieux, but la ciguë;
Cicéron, pour avoir attaqué Antoine, fut livré aux proscriptions.»

Ainsi ce malheureux jeune homme semblait prédire que la liberté ne lui
serait pas plus pardonnée qu'à tant d'autres. Ces plaisanteries, cette
éloquence, irritaient le comité. Tandis qu'il suivait de l'oeil Ronsin,
Hébert, Vincent et tous les agitateurs, il concevait une haine funeste
contre l'aimable écrivain qui se riait de ses systèmes; contre Danton, qui
passait pour inspirer cet écrivain, contre tous les hommes enfin supposés
amis ou partisans de ces deux chefs.

Pour ne pas dévier de la ligne, le comité présenta deux décrets à la suite
des rapports de Robespierre et de Saint-Just, tendant, disait-il, à rendre
le peuple heureux aux dépens de ses ennemis. Par ces décrets, le comité de
sûreté générale était seul investi de la faculté d'examiner les
réclamations des détenus, et de les élargir s'ils étaient reconnus
patriotes. Tous ceux, au contraire, qui seraient reconnus ennemis de la
révolution, resteraient enfermés jusqu'à la paix, et seraient bannis
ensuite à perpétuité. Leurs biens, provisoirement séquestrés, devaient être
partagés aux patriotes indigens, dont la liste serait dressée par les
communes[16]. C'était, comme on le voit, la loi agraire appliquée contre
les suspects au profit des patriotes. Ces décrets, imaginés par Saint-Just,
étaient destinés à répondre aux _ultra-révolutionnaires_, et à conserver au
comité sa réputation d'énergie.

Pendant ce temps, les conjurés s'agitaient avec plus de violence que
jamais. Rien ne prouve que leurs projets fussent bien arrêtés, ni qu'ils
eussent mis Pache et la commune dans leur complot. Mais ils s'y prenaient
comme avant le 31 mai; ils soulevaient les sociétés populaires, les
cordeliers, les sections; ils répandaient des bruits menaçans, et
cherchaient à profiter des troubles qu'excitait la disette, chaque jour
plus grande et plus sentie.

Tout à coup on vit paraître, dans les halles et les marchés, des affiches,
des pamphlets, annonçant que la convention était la cause de tous les maux
du peuple, et qu'il fallait en arracher la faction dangereuse qui voulait
renouveler les brissotins et leur funeste système. Quelques-uns même de ces
écrits portaient que la convention tout entière devait être renouvelée,
qu'on devait choisir un chef, et organiser le pouvoir exécutif, etc....
Toutes les idées, en un mot, qu'avaient roulées dans leur tête, Vincent,
Ronsin, Hébert, remplissaient ces écrits, et semblaient trahir leur
origine. En même temps, on vit les _épauletiers_, plus turbulens et plus
fiers que jamais, menacer hautement d'aller égorger dans les prisons les
ennemis que la convention corrompue s'obstinait à épargner. Ils disaient
que beaucoup de patriotes se trouvaient injustement confondus dans les
prisons avec les aristocrates, mais qu'on allait faire le triage de ces
patriotes, et qu'on leur donnerait à la fois la liberté et des armes.
Ronsin, en grand costume de général de l'armée révolutionnaire, avec une
écharpe tricolore, une houppe rouge, et entouré de quelques-uns de ses
officiers, parcourait les prisons, se faisait montrer les écrous, et
formait des listes.

On était au 15 ventôse. La section Marat, présidée par Momoro, s'assemble,
et, indignée, dit-elle, des machinations des ennemis du peuple, elle
déclare en masse qu'elle est debout, qu'elle va voiler le tableau de la
déclaration des droits, et qu'elle restera dans cet état jusqu'à ce que les
subsistances et la liberté soient assurées au peuple, et que ses ennemis
soient punis. Dans la même soirée, les cordeliers s'assemblent en tumulte;
on fait chez eux le tableau des souffrances publiques; on raconte les
persécutions qu'ont récemment essuyées les deux grands patriotes Vincent et
Ronsin, lesquels, dit-on, étaient malades au Luxembourg, sans pouvoir
obtenir un médecin qui les saignât. En conséquence, on déclare la patrie en
danger, et on voile la déclaration des droits de l'homme. C'est ainsi que
toutes les insurrections avaient commencé, par la déclaration que les lois
étaient suspendues, et que le peuple rentrait dans l'exercice de sa
souveraineté.

Le lendemain 16, la section Marat et les cordeliers se présentent à la
commune pour lui signifier leurs arrêtés, et pour l'entraîner aux mêmes
démarches. Pache avait eu soin de ne pas s'y rendre. Le nommé Lubin
présidait le conseil général. Il répond à la députation avec un embarras
visible; il dit que dans le moment où la convention prend des mesures si
énergiques contre les ennemis de la révolution, et pour secourir les
patriotes indigens, il est étonnant qu'on donne un signal de détresse, et
qu'on voile la déclaration des droits. Feignant ensuite de justifier le
conseil général, comme s'il était accusé, Lubin ajoute que le conseil a
fait tous ses efforts pour assurer les subsistances et en régler la
distribution. Chaumette tient des discours tout aussi vagues. Il recommande
la paix, requiert le rapport sur la culture des jardins de luxe, et sur
l'approvisionnement de la capitale, qui, d'après les décrets, devait être
approvisionnée comme une place de guerre.

Ainsi les chefs de la commune hésitaient, et le mouvement, quoique
tumultueux, n'était pas assez fort pour les entraîner, et leur inspirer le
courage de trahir le comité et la convention. Le désordre néanmoins était
grand. L'insurrection commençait comme toutes celles qui avaient jadis
réussi, et ne devait pas inspirer de moindres craintes. Par une rencontre
fâcheuse, le comité de salut public était privé, dans le moment, de ses
membres les plus influens: Billaud-Varennes, Jean-Bon-Saint-André, étaient
absens pour affaires d'administration; Couthon et Robespierre étaient
malades, et celui-ci ne pouvait pas venir gouverner ses fidèles jacobins.
Il ne restait que Saint-Just et Collot-d'Herbois pour déjouer cette
tentative. Ils se rendent tous les deux à la convention, où l'on
s'assemblait en tumulte, et où l'on tremblait d'effroi. Sur leur
proposition, on mande aussitôt Fouquier-Tinville; on le charge de
rechercher sur-le-champ les distributeurs des écrits incendiaires répandus
dans les marchés, les agitateurs qui troublent les sociétés populaires,
tous les conspirateurs enfin qui menacent la tranquillité publique. On lui
enjoint par décret de les arrêter sur-le-champ, et d'en faire sous trois
jours son rapport à la convention.

C'était peu d'avoir un décret de la convention, car elle ne les avait
jamais refusés contre les perturbateurs; et elle n'en avait pas laissé
manquer les girondins contre la commune insurgée; mais il fallait assurer
l'exécution de ces décrets en se rendant maîtres de l'opinion. Collot, qui
avait une grande popularité aux Jacobins et aux Cordeliers par son
éloquence de club, et surtout par une énergie de sentimens révolutionnaires
bien connue, est chargé de cette journée, et se rend en hâte aux Jacobins.
À peine sont-ils assemblés qu'il leur fait le tableau des factions qui
menacent la liberté, et des complots qu'elles préparent: «Une nouvelle
campagne va s'ouvrir, dit-il, les soins du comité qui ont si heureusement
terminé la campagne dernière, allaient assurer à la république des
victoires nouvelles. Comptant sur votre confiance et votre approbation,
qu'il a toujours eu en vue de mériter, il se livrait à ses travaux; mais
tout à coup nos ennemis ont voulu l'entraver dans sa marche; ils ont
soulevé autour de lui les patriotes, pour les lui opposer et les faire
égorger entre eux. On veut faire de nous des soldats de Cadmus; on veut
nous immoler par la main les uns des autres. Mais non, nous ne serons point
les soldats de Cadmus! grâce à votre bon esprit, nous resterons amis, et
nous ne serons que les soldats de la liberté! Appuyé sur vous, le comité
saura résister avec énergie, comprimer les agitateurs, les rejeter hors des
rangs des patriotes, et, après ce sacrifice indispensable, poursuivre ses
travaux et vos victoires. Le poste où vous nous avez placés est périlleux,
ajoute Collot; mais aucun de nous ne tremble devant le danger. Le comité de
sûreté générale accepte sa pénible mission de surveiller et de poursuivre
tous les ennemis qui trament en secret contre la liberté; le comité de
salut public ne néglige rien pour suffire à son immense tâche; mais tous
deux ont besoin d'être soutenus par vous. Dans ces jours de danger, nous
sommes peu nombreux. Billaud, Jean-Bon, sont absens; nos amis Couthon et
Robespierre sont malades. Nous restons donc en petit nombre pour combattre
les ennemis du bien public; il finit que vous nous souteniez ou que nous
nous retirions.--Non, non, s'écrient les jacobins. Ne vous retirez pas;
nous vous soutiendrons.» Des applaudissemens nombreux accompagnent ces
paroles encourageantes. Collot poursuit et raconte alors ce qui s'est passé
aux Cordeliers. «Il est, dit-il, des hommes qui n'ont jamais eu le courage
de souffrir pendant quelques jours de détention, des hommes qui n'ont rien
essuyé pendant la révolution, des hommes dont nous avions pris la défense
quand nous les avons crus opprimés, et qui ont voulu amener une
insurrection dans Paris, parce qu'ils avaient été détenus quelques instans.
Une insurrection, parce que deux hommes ont souffert, parce qu'un médecin
ne les a pas saignés pendant qu'ils étaient malades!... Anathème à ceux qui
demandent une insurrection!...» Oui, oui, anathème! s'écrient tous les
jacobins en masse. «Marat était cordelier, reprend Collot, Marat était
jacobin; eh bien! lui aussi fut persécuté, beaucoup plus sans doute que ces
hommes d'un jour; on le traîna devant le tribunal, où ne devaient
comparaître que des aristocrates: provoqua-t-il une insurrection?... Non,
l'insurrection sacrée, l'insurrection qui doit délivrer l'humanité de tous
ceux qui l'oppriment, prend naissance dans des sentimens plus généreux que
le petit sentiment où l'on veut nous entraîner; mais nous n'y tomberons
pas. Le comité de salut public ne cédera pas aux intrigans; il prend des
mesures fortes et vigoureuses; et, dût-il périr, il ne reculera pas devant
une tâche aussi glorieuse.»

À peine Collot a-t-il achevé que Momoro veut prendre la parole pour
justifier la section Marat et les cordeliers. Il convient qu'un voile a été
jeté sur la déclaration des droits, mais il désavoue les autres faits; il
nie le projet d'insurrection, et soutient que la section Marat et les
cordeliers sont animés des meilleurs sentimens. Des conspirateurs qui se
justifient sont perdus. Dès qu'ils ne peuvent pas avouer l'insurrection, et
que le seul énoncé du but ne fait pas éclater un élan de l'opinion en leur
faveur, ils ne peuvent plus rien. Momoro est écouté avec une désapprobation
marquée; et Collot est chargé d'aller, au nom des jacobins, fraterniser
avec les cordeliers, et ramener ces frères égarés par de perfides
suggestions.

La nuit était fort avancée, Collot ne pouvait se rendre aux Cordeliers que
le lendemain 17; mais le danger, quoique d'abord effrayant, n'était déjà
plus redoutable. Il devenait évident que l'opinion n'était pas
favorablement disposée pour les conjurés, si on peut leur donner ce nom. La
commune avait reculé, les jacobins étaient restés au comité et à
Robespierre, quoiqu'il fût absent et malade. Les cordeliers impétueux, mais
faiblement dirigés, et surtout délaissés par la commune et les jacobins, ne
pouvaient manquer de céder à la faconde de Collot-d'Herbois, et à l'honneur
de voir dans leur sein un membre aussi fameux du gouvernement. Vincent avec
sa frénésie, Hébert avec son sale journal dont il multipliait les numéros,
Momoro avec ses arrêtés de la section Marat, ne pouvaient déterminer un
mouvement décisif. Ronsin seul, avec ses épauletiers et des munitions assez
considérables, aurait pu tenter un coup de main. Il en aurait eu l'audace,
mais soit qu'il ne trouvât pas la même audace dans ses amis, soit qu'il ne
comptât point assez sur sa troupe, il n'agit pas, et du 16 au 17, tout se
borna en agitations et en menaces. Les épauletiers répandus dans les
sociétés populaires y causèrent un grand tumulte, mais n'osèrent pas
recourir aux armes.

Le 17 au soir, Collot se rendit aux Cordeliers, où il fut accueilli par de
grands applaudissemens. Il leur dit que des ennemis secrets de la
révolution cherchaient à égarer leur patriotisme; qu'on avait voulu
déclarer la république en état de détresse, tandis que dans le moment la
royauté et l'aristocratie étaient seules aux abois; qu'on avait cherché à
diviser les cordeliers et les jacobins, mais qu'ils devaient composer au
contraire une seule famille, unie de principes et d'intentions; que ce
projet d'insurrection, ce voile jeté sur la déclaration des droits,
réjouissaient les aristocrates, et que la veille ils avaient tous imité cet
exemple, et voilé dans leurs salons la déclaration des droits; et qu'ainsi,
pour ne pas combler de satisfaction l'ennemi commun, ils devaient se hâter
de dévoiler le code sacré de la nature. Les cordeliers furent entraînés,
quoiqu'il y eût parmi eux un grand nombre de commis de Bouchotte; ils se
hâtèrent de faire acte de repentir; ils arrachèrent le crêpe jeté sur la
déclaration des droits, et le remirent à Collot, en le chargeant d'assurer
aux jacobins qu'ils marcheraient toujours dans la même voie.

Collot-d'Herbois courut annoncer aux jacobins leur victoire sur les
cordeliers et sur les _ultra-révolutionnaires_. Les conjurés étaient donc
abandonnés de toutes parts; il ne leur restait que la ressource d'un coup
de main, qui, avons-nous dit, était presque impossible. Le comité de salut
public résolut de prévenir tout mouvement de leur part, en faisant arrêter
les principaux chefs, et en les envoyant sur-le-champ au tribunal
révolutionnaire. Il enjoignit à Fouquier de rechercher les faits dont on
pourrait composer une conspiration, et de préparer tout de suite un acte
d'accusation. Saint-Just fut chargé en même temps de faire un rapport à la
convention, contre les factions réunies qui menaçaient la tranquillité de
l'état.

Le 23 ventôse (13 mars), Saint-Just présente son rapport. Suivant le
système adopté, il montre toujours l'étranger faisant agir deux factions;
l'une composée d'hommes séditieux, incendiaires, pillards, diffamateurs,
athées, qui voulaient amener le bouleversement de la république par
l'exagération; l'autre, composée de corrompus, d'agioteurs, de
concussionnaires, qui, s'étant laissé séduire par l'appât des jouissances,
voulaient énerver la république et la déshonorer. Il dit que l'une de ces
deux factions avait pris l'initiative, qu'elle avait essayé de lever
l'étendard de la révolte, mais qu'elle allait être arrêtée, et qu'il venait
en conséquence demander un décret de mort contre tous ceux, en général, qui
avaient médité la subversion des pouvoirs, machiné la corruption de
l'esprit public et des moeurs républicaines, entravé l'arrivage des
subsistances, et contribué de quelque manière au plan ourdi par l'étranger.
Saint-Just ajoute ensuite que, dès cet instant, il fallait METTRE A L'ORDRE
DU JOUR, LA JUSTICE, LA PROBITÉ, ET TOUTES LES VERTUS RÉPUBLICAINES.

Dans ce rapport, écrit avec une violence fanatique, toutes les factions
étaient également menacées; mais il n'y avait de clairement dévoués aux
coups du tribunal révolutionnaire que les conspirateurs
ultra-révolutionnaires, tels que Ronsin, Vincent, Hébert, etc., et les
corrompus Chabot, Bazire, Fabre, Julien, fabricateurs du faux décret. Une
sinistre réticence était gardée envers ceux que Saint-Just appelait les
_indulgens_ et les _modérés_.

Dans la soirée du même jour, Robespierre se rend aux jacobins avec Couthon,
et ils sont tous les deux couverts d'applaudissemens. On les entoure, on
les félicite du rétablissement de leur santé, et on promet à Robespierre un
dévouement sans bornes. Il demande pour le lendemain une séance
extraordinaire, afin d'éclaircir le mystère de la conspiration découverte.
La séance est résolue. L'empressement de la commune n'est pas moins grand.
Sur la proposition de Chaumette lui-même, on fait demander le rapport que
Saint-Just avait prononcé à la convention, et on envoie à l'imprimerie de
la République en chercher un exemplaire pour en faire lecture. Tout se
soumet avec docilité à l'autorité triomphante du comité de salut public.
Dans cette nuit du 23 au 24, Fouquier-Tinville fait arrêter Hébert,
Vincent, Ronsin, Momoro, Mazuel, l'un des officiers de Ronsin, enfin le
banquier étranger Kock, agioteur et ultra-révolutionnaire, chez lequel
Hébert, Ronsin et Vincent mangeaient fréquemment, et formaient tous leurs
projets. De cette manière, le comité avait deux banquiers étrangers, pour
persuader à tout le monde que les deux factions étaient mues par la
coalition. Le baron de Batz devait servir à prouver ce fait contre Chabot,
Julien, Fabre, contre tous les corrompus et les modérés; Kock devait servir
à prouver la même chose contre Vincent, Ronsin, Hébert et les
ultra-révolutionnaires.

Les dénoncés se laissèrent arrêter sans résistance, et furent envoyés le
lendemain au Luxembourg. Les prisonniers accoururent avec joie pour voir
arriver ces furieux qui les avaient tant effrayés en les menaçant d'un
nouveau septembre. Ronsin montra beaucoup de fermeté et d'insouciance; le
lâche Hébert était défait et abattu, Momoro consterné. Vincent avait des
convulsions. Le bruit de ces arrestations se répandit aussitôt dans Paris,
et y produisit une joie universelle. Malheureusement, on ajoutait que ce
n'était point fini, et qu'on allait frapper les hommes de toutes les
factions. La même chose fut répétée dans la séance extraordinaire des
Jacobins. Après que chacun eut rapporté ce qu'il savait de la conspiration,
de ses auteurs, de leurs projets, on ajouta que, du reste, toutes les
trames seraient connues, et qu'un rapport serait fait sur des hommes autres
que ceux qui étaient actuellement poursuivis.

Les bureaux de la guerre, l'armée révolutionnaire, les cordeliers, venaient
d'être frappés dans la personne de Vincent, Ronsin, Hébert, Mazuel, Momoro
et consorts. On voulait sévir aussi contre la commune. Il n'était bruit que
de la dignité de grand-juge réservée à Pache; mais on le savait incapable
de s'engager dans une conspiration, docile à l'autorité supérieure,
respecté du peuple, et on ne voulut pas frapper un trop grand coup en
l'adjoignant aux autres. On préféra faire arrêter Chaumette, qui n'était ni
plus hardi ni plus dangereux que Pache, mais qui était, par vanité et
engouement, l'auteur des plus imprudentes déterminations de la commune, et
l'un des apôtres les plus zélés du culte de la Raison. On arrêta donc le
malheureux Chaumette; on l'envoya au Luxembourg avec l'évêque Gobel, auteur
de la grande scène d'abjuration, et avec Anacharsis Clootz, déjà exclu des
Jacobins et de la convention pour son origine étrangère, sa noblesse, sa
fortune, sa république universelle et son athéisme.

Lorsque Chaumette arriva au Luxembourg, les suspects accoururent au-devant
de lui, et l'accablèrent de railleries. Le malheureux, avec un grand
penchant à la déclamation, n'avait rien de l'audace de Ronsin, ni de la
fureur de Vincent. Ses cheveux plats, ses regards tremblans lui donnaient
les apparences d'un missionnaire; et il avait été véritablement celui du
nouveau culte. Ceux-ci lui rappelaient ses réquisitoires contre les filles
de joie, contre les aristocrates, contre la famine, contre les suspects. Un
prisonnier lui dit en s'inclinant: «Philosophe Anaxagoras, je suis
_suspect_, tu es _suspect_, nous sommes _suspects_.» Chaumette s'excusa
avec un ton soumis et tremblant. Mais dès ce moment il n'osa plus sortir de
sa cellule, ni se rendre dans la cour des prisonniers.

Le comité, après avoir fait arrêter ces malheureux, fit rédiger par le
comité de sûreté générale l'acte d'accusation contre Chabot, Bazire,
Delaunay, Julien de Toulouse et Fabre. Tous cinq furent mis en accusation,
et déférés au tribunal révolutionnaire. Dans le même moment, on apprit
qu'une émigrée, poursuivie par un comité révolutionnaire, avait trouvé
asile chez Hérault-Séchelles. Déjà ce député si connu, qui joignait à une
grande fortune une grande naissance, une belle figure, un esprit plein de
politesse et de grâce, qui était l'ami de Danton, de Camille Desmoulins, de
Proli, et qui souvent s'effrayait de se voir dans les rangs de ces
révolutionnaires terribles, était devenu suspect, et on avait oublié qu'il
était l'auteur principal de la constitution. Le comité se hâta de le faire
arrêter, d'abord parce qu'il ne l'aimait pas, ensuite pour prouver qu'il
frapperait sans aucun ménagement les modérés surpris en faute, et qu'il ne
serait pas plus indulgent pour eux que pour les autres coupables. Ainsi,
les coups du redoutable comité tombaient à la fois sur les hommes de tous
les rangs, de toutes les opinions, de tous les mérites.

Le 1er germinal (20 mars), commença le procès d'une partie des
conspirateurs. On réunit dans la même accusation Ronsin, Vincent, Hébert,
Momoro, Mazuel, le banquier Kock, le jeune Lyonnais Leclerc, devenu chef de
division dans les bureaux de Bouchotte, les nommés Ancar, Ducroquet,
commissaires aux subsistances, et quelques autres membres de l'armée
révolutionnaire et des bureaux de la guerre. Pour continuer la supposition
de complicité entre là faction ultra-révolutionnaire et la faction de
l'étranger, on confondit encore dans la même accusation Proli, Dubuisson,
Pereyra, Desfieux, qui n'avaient jamais eu aucun rapport avec les autres
accusés. Chaumette fut réservé pour figurer plus tard avec Gobel et les
autres auteurs des scènes du culte de la Raison; enfin, si Clootz, qui
aurait dû être associé à ces derniers, fut adjoint à Proli, c'est en sa
qualité d'étranger. Les accusés étaient au nombre de dix-neuf. Ronsin et
Clootz étaient les plus hardis et les plus fermes. «Ceci, dit Ronsin à ses
co-accusés, est un procès politique; à quoi bon tous vos papiers et vos
préparatifs de justification? Vous serez condamnés. Lorsqu'il fallait
agir, vous avez parlé; sachez mourir. Pour moi, je jure que vous ne me
verrez pas broncher, tâchez d'en faire autant.» Les misérables Hébert et
Momoro se lamentaient, en disant que la liberté était perdue! «La liberté
perdue, s'écria Ronsin, parce que quelques misérables individus vont périr!
La liberté est immortelle; nos ennemis succomberont après nous, et la
liberté leur survivra à tous.» Comme ils s'accusaient entre eux, Clootz les
exhorta à ne pas aggraver leurs maux par des invectives mutuelles, et il
leur cita cet apologue fameux:

    Je rêvais cette nuit que de mal consumé,
    Côte à côte d'un gueux on m'avait inhumé.

La citation eut son effet, et ils cessèrent de se reprocher leurs malheurs.
Clootz, plein encore de ses opinions philosophiques jusqu'à l'échafaud,
poursuivit les derniers restes de déisme qui pouvait demeurer en eux, et ne
cessa de leur prêcher jusqu'au bout la nature et la raison, avec un zèle
ardent et un inconcevable mépris de la mort. Ils furent amenés au tribunal,
au milieu d'un concours immense de spectateurs. On a vu, par le récit de
leur conduite, à quoi se réduisait leur conspiration. Clubistes du dernier
rang, intrigans de bureaux, coupe-jarrets enrégimentés dans l'armée
révolutionnaire, ils avaient l'exagération des inférieurs, des porteurs
d'ordres, qui outrent toujours leur mandat. Ainsi, ils avaient voulu
pousser le gouvernement révolutionnaire jusqu'à en faire une simple
commission militaire, l'abolition des superstitions jusqu'à la persécution
des cultes, les moeurs républicaines jusqu'à la grossièreté, la liberté de
langage jusqu'à la bassesse la plus dégoûtante, enfin la défiance et la
sévérité démocratiques à l'égard des hommes jusqu'à la diffamation la plus
atroce. De mauvais propos contre la convention et le comité, des projets de
gouvernement en paroles, des motions aux Cordeliers et dans les sections,
de sales pamphlets, une visite de Ronsin dans les prisons, pour y
rechercher s'il n'y avait pas de patriotes renfermés, comme lui venait de
l'être, enfin quelques menaces, et l'essai d'un mouvement sous le prétexte
de la disette, tels étaient leurs complots. Il n'y avait là que sottises et
ordures de mauvais sujets. Mais une conspiration profondément ourdie et
correspondant avec l'étranger était fort au-dessus de ces misérables.
C'était une perfide supposition du comité, que l'infâme Fouquier-Tinville
fut chargé de démontrer au tribunal, et que le tribunal eut ordre
d'adopter.

Les mauvais propos que Vincent et Ronsin s'étaient permis contre Legendre,
en dînant avec lui chez Pache, leurs propositions réitérées d'organiser le
pouvoir exécutif, furent allégués comme attestant le projet d'anéantir la
représentation nationale et le comité de salut public. Leurs repas chez le
banquier Kock furent donnés comme la preuve de leur correspondance avec
l'étranger. A cette preuve on en ajouta une autre. Des lettres écrites de
Paris à Londres, et insérées dans les journaux anglais, annonçaient que,
d'après l'agitation qui régnait, des mouvemens étaient présumables. Ces
lettres, dit-on aux accusés, démontrent que l'étranger était dans votre
confidence, puisqu'il prédisait d'avance vos complots. La disette, qu'ils
avaient reprochée au gouvernement pour soulever le peuple, leur fut imputée
à eux seuls; et Fouquier, rendant calomnie pour calomnie, leur soutint
qu'ils étaient cause de cette disette, en faisant piller sur les routes les
charrettes de légumes et de fruits. Les munitions rassemblées à Paris pour
l'armée révolutionnaire leur furent reprochées comme des préparatifs de
conspiration. La visite de Ronsin dans les prisons fut donnée comme preuve
du projet d'armer les suspects, et de les déchaîner dans Paris. Enfin, les
écrits répandus dans les halles, et le voile jeté sur la déclaration des
droits, furent considérés comme un commencement d'exécution. Hébert fut
couvert d'infamie. A peine lui reprocha-t-on ses actes politiques et son
journal, on se contenta de lui prouver des vols de chemises et de
mouchoirs.

Mais laissons là ces honteuses discussions entre ces bas accusés et le bas
accusateur dont se servait un gouvernement terrible pour consommer les
sacrifices qu'il avait ordonnés. Retiré dans sa sphère élevée, ce
gouvernement désignait les malheureux qui lui faisaient obstacle, et
laissait à son procureur-général Fouquier le soin de satisfaire aux formes
avec des mensonges. Si, dans cette vile tourbe de victimes sacrifiées au
besoin de la tranquillité publique, quelques-unes méritent d'être mises à
part, ce sont ces malheureux étrangers, Proli, Anacharsis Clootz, condamnés
comme agens de la coalition. Proli, comme nous l'avons dit, connaissant la
Belgique, sa patrie, avait blâmé la violence ignorante des jacobins dans ce
pays; il avait admiré les talens de Dumouriez, et il en convint au
tribunal. Sa connaissance des cours étrangères l'avait deux ou trois fois
rendu utile à Lebrun, et il l'avoua encore. «Tu as blâmé, lui dit-on, le
système révolutionnaire en Belgique, tu as admiré Dumouriez, tu as été
l'ami de Lebrun, tu es donc l'agent de l'étranger.» Il n'y eut pas un autre
fait allégué. Quant à Clootz, sa république universelle, son dogme de la
raison, ses cent mille livres de rente, et quelques efforts tentés par lui
pour sauver une émigrée, suffirent pour le convaincre. A peine le
troisième jour des débats était-il commencé, que le jury se déclara
suffisamment éclairé, et condamna pêle-mêle ces intrigans, ces brouillons
et ces malheureux étrangers à la peine de mort. Un seul fut absous; ce fut
le nommé Laboureau, qui, dans cette affaire, avait servi d'espion au comité
de salut public. Le 4 germinal (24 mars), à quatre heures de l'après-midi,
les condamnés furent conduits au lieu du supplice. La foule était aussi
grande qu'à aucune des exécutions précédentes. On louait des places sur des
charrettes, sur des tables disposées autour de l'échafaud. Ni Ronsin, ni
Clootz ne _bronchèrent_, pour nous servir de leur terrible expression.
Hébert, accablé de honte, découragé par le mépris, ne prenait aucun soin de
surmonter sa lâcheté; il tombait à chaque instant en défaillance, et la
populace, aussi vile que lui, suivait la fatale charrette, en répétant le
cri des petits colporteurs: _Il est bougrement en colère le Père Duchêne_.

Ainsi furent sacrifiés ces misérables à l'indispensable nécessité d'établir
un gouvernement ferme et vigoureux: et ici, le besoin d'ordre et
d'obéissance n'était pas un de ces sophismes à l'aide desquels les
gouvernement immolent leurs victimes. Toute l'Europe menaçait la France,
tous les brouillons voulaient s'emparer de l'autorité, et compromettaient
le salut commun par leurs luttes. Il était indispensable que quelques
hommes plus énergiques s'emparassent de cette autorité disputée,
l'occupassent à l'exclusion de tous, et pussent ainsi s'en servir pour
résister à l'Europe. Si on éprouve un regret, c'est de voir employer le
mensonge contre ces misérables, c'est de voir parmi eux un homme d'un ferme
courage, Ronsin; un fou inoffensif, Clootz; un étranger, intrigant
peut-être, mais point conspirateur, et plein de mérite, le malheureux
Proli.

A peine les hébertistes avaient-ils subi leur supplice, que les _indulgens_
montrèrent une grande joie, et dirent qu'ils n'avaient donc pas tort de
dénoncer Hébert, Ronsin, Vincent, puisque le comité de salut public et le
tribunal révolutionnaire venaient de les envoyer à la mort. «De quoi donc
nous accuse-t-on? disaient-ils. Nous n'avons eu d'autre tort que de
reprocher à ces factieux de vouloir bouleverser la république, détruire la
convention nationale, supplanter le comité de salut public, joindre le
danger des guerres religieuses à celui des guerres civiles, et amener une
confusion générale. C'est là justement ce que leur ont reproché Saint-Just
et Fouquier-Tinville en les envoyant à l'échafaud. En quoi pouvons-nous
être des conspirateurs, des ennemis de la république?»

Rien n'était plus juste que ces réflexions, et le comité pensait
exactement comme Danton, Camille Desmoulins, Philippeau, Fabre, sur le
danger de cette turbulence anarchique. La preuve, c'est que Robespierre,
depuis le 31 mai, n'avait cessé de défendre Danton et Camille, et d'accuser
les anarchistes. Mais, nous l'avons dit, en frappant ces derniers, le
comité s'exposait à passer pour modéré, et il fallait qu'il déployât
d'autre part la plus grande rigueur, pour ne pas compromettre sa réputation
révolutionnaire. Il fallait, tout en pensant comme Danton et Camille, qu'il
censurât leurs opinions, qu'il les immolât dans ses discours, et parût ne
pas les favoriser plus que les hébertistes eux-mêmes. Dans le rapport
contre les deux factions, Saint-Just avait autant accusé l'une que l'autre,
et avait gardé un silence menaçant à l'égard des _indulgens_. Aux Jacobins,
Collot avait dit que ce n'était pas fini, et qu'on préparait un rapport
contre d'autres individus que ceux qui étaient arrêtes. A ces menaces
s'était jointe l'arrestation d'Hérault-Séchelles, ami de Danton, et l'un
des hommes les plus estimés de ce temps-là. De tels faits n'annonçaient pas
l'intention de faiblir, et néanmoins on disait encore de toutes parts que
le comité allait revenir sur ses pas, qu'il allait adoucir le système
révolutionnaire, et sévir contre les égorgeurs de toute espèce. Ceux qui
désiraient ce retour à une politique plus clémente, les détenus, leurs
familles, tous les citoyens paisibles en un mot, poursuivis sous le nom
d'indifférens, se livrèrent à des espérances indiscrètes, et dirent
hautement qu'enfin le régime des lois de sang allait finir. Ce fut bientôt
l'opinion générale; elle se répandit dans les départemens, et surtout dans
celui du Rhône, ou depuis quelques mois s'exerçaient de si affreuses
vengeances, et où Ronsin avait causé un si grand effroi. On respira un
moment à Lyon, on osa regarder en face les oppresseurs, et on sembla leur
prédire que leurs cruautés allaient avoir un terme. A ces bruits, à ces
espérances de la classe moyenne et paisible, les patriotes s'indignèrent.
Les jacobins de Lyon écrivirent à ceux de Paris que l'aristocratie relevait
la tête, que bientôt ils n'y pourraient plus tenir, et que si on ne leur
donnait des forces et des encouragemens, ils seraient réduits à se donner
la mort comme le patriote Gaillard, qui s'était poignardé lors de la
première arrestation de Ronsin.

«J'ai vu, dit Robespierre aux Jacobins, des lettres de quelques-uns d'entre
les patriotes lyonnais; ils expriment tous le même désespoir, et si l'on
n'apporte le remède le plus prompt à leurs maux, ils ne trouveront de
soulagement que dans la recette de Caton et de Gaillard. La faction
perfide, qui, affectant un patriotisme extravagant, voulait immoler les
patriotes, a été exterminée; mais peu importe à l'étranger, il lui en
reste une autre. Si Hébert eût triomphé, la convention était renversée, la
république tombait dans le chaos, et la tyrannie était satisfaite; mais
avec les modérés, la convention perd son énergie, les crimes de
l'aristocratie restent impunis, et les tyrans triomphent. L'étranger a donc
autant d'espérance avec l'une qu'avec l'autre de ces factions, et il doit
les soudoyer toutes sans s'attacher à aucune. Que lui importe qu'Hébert
expire sur l'échafaud, s'il lui reste des traîtres d'une autre espèce, pour
venir à bout de ses projets? Vous n'avez donc rien fait s'il vous reste une
faction à détruire, et la convention est résolue à les immoler toutes
jusqu'à la dernière.»

Ainsi le comité avait senti la nécessité de se laver du reproche de
modération par un nouveau sacrifice. Robespierre avait défendu Danton,
quand une faction audacieuse venait ainsi frapper à ses côtés un des
patriotes les plus renommés. Alors la politique, un danger commun, tout
l'engageait à défendre son vieux collègue; mais aujourd'hui cette faction
hardie n'était plus. En défendant plus long-temps ce collègue dépopularisé,
il se compromettait lui-même. D'ailleurs, la conduite de Danton devait
réveiller bien des réflexions dans son âme jalouse. Que faisait Danton loin
du comité? Entouré de Philippeau, de Camille Desmoulins, il semblait
l'instigateur et le chef de cette nouvelle opposition qui poursuivait le
gouvernement de censures et de railleries amères. Depuis quelque temps,
assis vis-à-vis de cette tribune où venaient figurer les membres du comité,
Danton avait quelque chose de menaçant et de méprisant à la fois. Son
attitude, ses propos répétés de bouche en bouche, ses liaisons, tout
prouvait qu'après s'être isolé du gouvernement, il s'en était fait le
censeur, et qu'il se tenait en dehors, comme pour lui faire obstacle avec
sa vaste renommée. Ce n'est pas tout: quoique dépopularisé, Danton avait
néanmoins une réputation d'audace et de génie politique extraordinaire.
Danton immolé, il ne restait plus un grand nom hors du comité; et, dans le
comité, il n'y avait plus que des réputations secondaires, Saint-Just,
Couthon, Collot-d'Herbois. En consentant à ce sacrifice, Robespierre du
même coup détruisait un rival, rendait au gouvernement sa réputation
d'énergie, et augmentait surtout son renom de vertu en frappant un homme
accusé d'avoir recherché l'argent et les plaisirs. Il était en outre engagé
à ce sacrifice par tous ses collègues, encore plus jaloux de Danton qu'il
ne l'était lui-même. Couthon et Collot-d'Herbois n'ignoraient pas qu'ils
étaient méprisés par ce célèbre tribun. Billaud, froid, bas et
sanguinaire, trouvait chez lui quelque chose de grand et d'écrasant.
Saint-Just, dogmatique, austère et orgueilleux, était antipathique avec un
révolutionnaire agissant, généreux et facile, et il voyait que, Danton
mort, il devenait le second personnage de la république. Tous enfin
savaient que Danton, dans son projet de faire renouveler le comité, croyait
ne devoir conserver que Robespierre. Ils entourèrent donc celui-ci, et
n'eurent pas de grands efforts à faire pour lui arracher une détermination
si agréable à son orgueil. On ne sait quelles explications amenèrent cette
résolution, quel jour elle fut prise; mais tout à coup ils devinrent tous
menaçans et mystérieux. Il ne fut plus question de leurs projets. À la
convention, aux Jacobins, ils gardèrent un silence absolu. Mais des bruits
sinistres se répandirent sourdement. On dit que Danton, Camille,
Philippeau, Lacroix, allaient être immolés à l'autorité de leurs collègues.
Des amis communs de Danton et de Robespierre, effrayés de ces bruits, et
voyant qu'après un tel acte il n'y avait plus une seule tête qui dût être
en sécurité, que Robespierre lui-même ne devait pas être tranquille,
voulurent rapprocher Robespierre et Danton, et les engagèrent à
s'expliquer. Robespierre, se renfermant dans un silence obstiné, refusa de
répondre à ces ouvertures, et garda une réserve farouche. Comme on lui
parlait de l'ancienne amitié qu'il avait témoignée à Danton, il répondit
hypocritement qu'il ne pouvait rien, ni pour ni contre son collègue; que la
justice était là pour défendre l'innocence; que pour lui, sa vie entière
avait été un sacrifice continuel de ses affections à la patrie; et que si
son ami était coupable, il le sacrifierait à regret, mais il le
sacrifierait comme tous les autres à la république.

On vit bien que c'en était fait, que cet hypocrite rival ne voulait prendre
aucun engagement envers Danton, et qu'il se réservait la liberté de le
livrer à ses collègues. En effet, le bruit des prochaines arrestations
acquit plus de consistance. Les amis de Danton l'entouraient, le pressaient
de sortir de son espèce de sommeil, de secouer sa paresse, et de montrer
enfin ce front révolutionnaire qui ne s'était jamais montré en vain dans
l'orage. «Je le sais, disait Danton, ils veulent m'arrêter!... Mais non,
ajoutait-il, ils n'oseront pas....» D'ailleurs, que pouvait-il faire? Fuir
était impossible. Quel pays voudrait donner asile à ce révolutionnaire
formidable? Devait-il autoriser par sa fuite toutes les calomnies de ses
ennemis? et puis, il aimait son pays. «Emporte-t-on, s'écriait-il, sa
patrie _à la semelle de ses souliers_?» D'autre part, demeurant en France,
il lui restait peu de moyens à employer. Les cordeliers appartenaient aux
_ultra-révolutionnaires_, les jacobins à Robespierre. La convention était
tremblante. Sur quelle forcé s'appuyer?... Voilà ce que n'ont pas assez
considéré ceux qui, ayant vu cet homme si puissant foudroyer le trône au 10
août, soulever le peuple contre les étrangers, n'ont pu concevoir qu'il
soit tombé sans résistance. Le génie révolutionnaire ne consiste point à
refaire une popularité perdue, à créer des forces qui n'existent pas, mais
à diriger hardiment les affections d'un peuple quand on les possède. La
générosité de Danton, son éloignement des affaires, lui avaient presque
aliéné la faveur populaire, ou du moins ne lui en avaient pas laissé assez
pour renverser l'autorité régnante. Dans cette conviction de son
impuissance, il attendait, et répétait: _Ils n'oseront pas_. Il était
permis, en effet, de croire que devant un si grand nom, de si grands
services, ses adversaires hésiteraient. Puis il retombait dans sa paresse
et dans cette insouciance des êtres forts qui attendent le danger sans se
trop agiter pour s'y soustraire.

Le comité gardait toujours le plus grand silence, et des bruits sinistres
continuaient de se répandre. Six jours s'étaient écoulés depuis la mort
d'Hébert; c'était le 9 germinal. Tout à coup les hommes paisibles, qui
avaient conçu des espérances indiscrètes en voyant succomber le parti des
forcenés, disent que bientôt on sera délivré des deux saints, Marat et
Chalier, et que l'on a trouvé dans leur vie de quoi les transformer, aussi
vite qu'Hébert, de grands patriotes en scélérats. Ce bruit, qui tenait à
l'idée d'un mouvement rétrograde, se propage avec une singulière rapidité,
et on entend répéter de tous côtés que les bustes de Marat et de Chalier
vont être brisés. Le maladroit Legendre dénonce ces propos à la convention
et aux Jacobins, comme pour protester, au nom de ses amis les modérés,
contre un projet pareil. «Soyez tranquilles, s'écrie Collot aux Jacobins,
de tels propos seront démentis. Nous avons fait tomber la foudre sur les
hommes infâmes qui trompaient le peuple, nous leur avons arraché le masque,
mais ils ne sont pas les seuls!... Nous arracherons tous les masques
possibles. Que les _indulgens_ ne s'imaginent pas que c'est pour eux que
nous avons combattu, que c'est pour eux que nous avons tenu ici des séances
glorieuses. Bientôt nous saurons les détromper....»

Le lendemain, en effet, 10 germinal (31 mars), le comité de salut public
appelle dans son sein le comité de sûreté générale, et, pour donner plus
d'autorité à ses mesures, le comité de législation lui-même. Dès que tous
les membres sont réunis, Saint-Just prend la parole, et, dans un de ces
rapports violens et perfides qu'il savait si bien rédiger, il dénonce
Danton, Desmoulins, Philippeau, Lacroix, et propose leur arrestation. Les
membres des deux autres comités, consternés mais tremblans, n'osent pas
résister, et croient éloigner le danger de leur personne en donnant leur
adhésion. Le plus grand silence est commandé, et, dans la nuit du 10 au 11
germinal, Danton, Lacroix, Philippeau, Camille Desmoulins, sont arrêtés à
l'improviste et conduits au Luxembourg.

Dès le matin, le bruit en était répandu dans Paris, et y avait causé une
espèce de stupeur. Les membres de la convention se réunissent, et gardent
un silence mêlé d'effroi. Le comité, qui toujours se faisait attendre, et
avait déjà toute l'insolence du pouvoir, n'était point encore arrivé.
Legendre, qui n'était pas assez important pour avoir été arrêté avec ses
amis, s'empresse de prendre la parole: «Citoyens, dit-il, quatre membres de
cette assemblée sont arrêtés de cette nuit; je sais que Danton en est un,
j'ignore le nom des autres; mais, quels qu'ils soient, je demande qu'ils
puissent être entendus à la barre. Citoyens, je le déclare, je crois Danton
aussi pur que moi-même, et je ne crois pas que personne ait rien à me
reprocher; je n'attaquerai aucun membre des comités de salut public et de
sûreté générale, mais j'ai le droit de craindre que des haines
particulières et des passions individuelles n'arrachent à la liberté des
hommes qui lui ont rendu les plus grands et plus utiles services. L'homme
qui, en septembre 92, sauva la France par son énergie, mérite d'être
entendu, et doit avoir la faculté de s'expliquer lorsqu'on l'accuse d'avoir
trahi la patrie.»

Procurer à Danton la faculté de parler à la convention était le meilleur
moyen de le sauver, et de démasquer ses adversaires. Beaucoup de membres,
en effet, opinaient pour qu'il fût entendu; mais, dans ce moment,
Robespierre, devançant le comité, arrive au milieu de la discussion, monte
à la tribune, et, avec un ton colère et menaçant, parle en ces termes: «Au
trouble depuis longtemps inconnu qui règne dans cette assemblée, à
l'agitation qu'a produite le préopinant, on voit bien qu'il est question
ici d'un grand intérêt, qu'il s'agit de savoir si quelques hommes
l'emporteront aujourd'hui sur la patrie. Mais comment pouvez-vous oublier
vos principes, jusqu'à vouloir accorder aujourd'hui à certains individus ce
que vous avez naguère refusé à Chabot, Delaunay et Fabre-d'Églantine?
Pourquoi cette différence en faveur de quelques hommes? Que m'importent à
moi les éloges qu'on se donne à soi et à ses amis?... Une trop grande
expérience nous a appris à nous défier de ces éloges. Il ne s'agit plus de
savoir si un homme a commis tel ou tel acte patriotique, mais quelle a été
toute sa carrière.

«Legendre paraît ignorer le nom de ceux qui sont arrêtés. Toute la
convention les connaît. Son ami Lacroix est du nombre des détenus; pourquoi
Legendre feint-il de l'ignorer? Parce qu'il sait bien qu'on ne peut, sans
impudeur, défendre Lacroix. Il a parlé de Danton, parce qu'il croit qu'à ce
nom sans doute est attaché un privilège.... Non, nous ne voulons pas de
privilèges, nous ne voulons point d'idoles!...»

A ces derniers mots, des applaudissemens éclatent, et les lâches, tremblant
en ce moment devant une idole, applaudissent néanmoins au renversement de
celle qui n'est plus à craindre. Robespierre continue: «En quoi Danton
est-il supérieur à Lafayette, à Dumouriez, à Brissot, à Fabre, à Chabot, à
Hébert? Que ne dit-on de lui qu'on ne puisse dire d'eux? Cependant les
avez-vous ménagés? On vous parle du despotisme des comités, comme si la
confiance que le peuple vous a donnée, et que vous avez transmise à ces
comités, n'était pas un sûr garant de leur patriotisme. On affecte des
craintes; mais, je le dis, quiconque tremble en ce moment est coupable, car
jamais l'innocence ne redoute la surveillance publique.»

Ici, nouveaux applaudissemens de ces mêmes lâches qui tremblent, et
veulent prouver qu'ils n'ont pas peur. «Et moi aussi, ajoute Robespierre,
on a voulu m'inspirer des terreurs. On a voulu me faire croire qu'en
approchant de Danton, le danger pouvait arriver jusqu'à moi. On m'a écrit.
Les amis de Danton m'ont fait parvenir des lettres, m'ont obsédé de leurs
discours; ils ont cru que le souvenir d'une vieille liaison, qu'une foi
ancienne dans de fausses vertus, me détermineraient à ralentir mon zèle et
ma passion pour la liberté. Eh bien! je déclare que si les dangers de
Danton devaient devenir les miens, cette considération ne m'arrêterait pas
un instant. C'est ici qu'il nous faut à tous quelque courage et quelque
grandeur d'âme. Les âmes vulgaires ou les hommes coupables craignent
toujours de voir tomber leurs semblables, parce que, n'ayant plus devant
eux une barrière de coupables, ils restent exposés au jour de la vérité;
mais s'il existe des âmes vulgaires, il en est d'héroïques dans cette
assemblée, et elles sauront braver toutes les fausses terreurs. D'ailleurs
le nombre des coupables n'est pas grand; le crime n'a trouvé que peu de
partisans parmi nous, et en frappant quelques têtes la patrie sera
délivrée.»

Robespierre avait acquis de l'assurance, de l'habileté pour dire ce qu'il
voulait, et jamais il n'avait su être aussi habile et aussi perfide.
Parler du sacrifice qu'il faisait en abandonnant Danton, s'en faire un
mérite, entrer en partage du danger s'il y en avait, et rassurer les lâches
en parlant du petit nombre des coupables, était le comble de l'hypocrisie
et de l'adresse. Aussi, tous ses collègues décident à l'unanimité que les
quatre députés arrêtés dans la nuit ne seront pas entendus par la
convention. Dans ce moment, Saint-Just arrive, et lit son rapport. C'est
lui qu'on déchaînait contre les victimes, parce qu'à la subtilité
nécessaire pour faire mentir les faits et leur donner une signification
qu'ils n'avaient pas, il joignait une violence et une vigueur de style
rares. Jamais il n'avait été ni plus horriblement éloquent, ni plus faux;
car, quelque grande que fût sa haine, elle ne pouvait lui persuader tout ce
qu'il avançait. Après avoir longuement calomnié Philippeau, Camille
Desmoulins, Hérault-Séchelles, et accusé Lacroix, il arrive enfin à Danton,
et imagine les faits les plus faux, ou dénature d'une manière atroce les
faits connus. Selon lui, Danton, avide, paresseux, menteur, et même lâche,
s'est vendu à Mirabeau, puis aux Lameth, et a rédigé avec Brissot la
pétition qui amena la fusillade du Champ-de-Mars, non pas pour abolir la
royauté, mais pour faire fusiller les meilleurs citoyens: puis il est allé
impunément se délasser, et dévorer à Arcis-sur-Aube le fruit de ses
perfidies. Il s'est caché au 10 août, et n'a reparu que pour se faire
ministre; alors il s'est lié au parti d'Orléans, et a fait nommer d'Orléans
et Fabre à la députation. Ligué avec Dumouriez, n'ayant pour les girondins
qu'une haine affectée, et sachant toujours s'entendre avec eux, il était
entièrement opposé au 31 mai, et avait voulu faire arrêter Henriot. Lorsque
Dumouriez, d'Orléans, les girondins, ont été punis, il a traité avec le
parti qui voulait rétablir Louis XVII. Prenant de l'argent, de toute main,
de d'Orléans, des Bourbons, de l'étranger, dînant avec les banquiers et les
aristocrates, mêlé dans toutes les intrigues, prodigue d'espérances envers
tous les partis, vrai Catilina enfin, cupide débauché, paresseux,
corrupteur des moeurs publiques, il est allé s'ensevelir une dernière fois
à Arcis-sur-Aube, pour jouir de ses rapines. Il en est enfin revenu, et
s'est entendu récemment avec tous les ennemis de l'état, avec Hébert et
consorts, par le lien commun de l'étranger, pour attaquer le comité et les
hommes que la convention avait investis de sa confiance.

A la suite de ce rapport inique, la convention décréta d'accusation Danton,
Camille Desmoulins, Philippeau, Hérault-Séchelles et Lacroix.

Ces infortunés avaient été conduits au Luxembourg. Lacroix disait à Danton:
«Nous arrêter! nous!... Je ne m'en serais jamais douté!--Tu ne t'en serais
jamais douté? reprit Danton; je le savais, moi, on m'en avait averti.--Tu
le savais, s'écria Lacroix, et tu n'as pas agi! voilà l'effet de ta paresse
accoutumée; elle nous a perdus.--Je ne croyais pas, répondit Danton, qu'ils
osassent jamais exécuter leur projet.»

Tous les prisonniers étaient accourus en foule au guichet, pour voir ce
célèbre Danton, et cet intéressant Camille, qui avait fait reluire un peu
d'espérance dans les cachots. Danton était, selon son usage, calme, fier et
assez jovial; Camille, étonné et triste; Philippeau, ému et élevé par le
danger. Hérault-Séchelles, qui les avait devancés au Luxembourg de quelques
jours, accourut au-devant de ses amis, et les embrassa gaiement. «Quand les
hommes, dit Danton, font des sottises, il faut savoir en rire.» Puis
apercevant Thomas Payne, il lui dit: «Ce que tu as fait pour le bonheur et
la liberté de ton pays, j'ai en vain essayé de le faire pour le mien; j'ai
été moins heureux, mais non pas plus coupable.... On m'envoie à l'échafaud;
eh bien! mes amis, il faut y aller gaiement....»

Le lendemain 12, l'acte d'accusation fut envoyé au Luxembourg, et les
accusés furent transférés à la Conciergerie, pour aller de là au tribunal
révolutionnaire. Camille devint furieux en lisant cet acte plein de
mensonges odieux. Bientôt il se calma et dit avec affliction: «Je vais à
l'échafaud pour avoir versé quelques larmes sur le sort de tant de
malheureux. Mon seul regret, en mourant, est de n'avoir pu les servir.»
Tous les détenus, quel que fût leur rang et leur opinion, lui portaient
l'intérêt le plus vif, et faisaient pour lui des voeux ardens. Philippeau
dit quelques mots de sa femme, et resta calme et serein. Hérault-Séchelles
conserva cette grâce d'esprit et de manières qui le distinguait même entre
les hommes de son rang; il embrassa son fidèle domestique, qui l'avait
suivi au Luxembourg, et qui ne pouvait le suivre à la Conciergerie; il le
consola et lui rendit le courage. On transféra, en même temps, Fabre,
Chabot, Bazire, Delaunay, qu'on voulait juger conjointement avec Danton,
pour souiller son procès par une apparence de complicité avec des
faussaires. Fabre était malade et presque mourant. Chabot, qui du fond de
sa prison n'avait cessé d'écrire à Robespierre, de l'implorer, de lui
prodiguer les plus basses flatteries sans parvenir à le toucher, voyait sa
mort assurée, et la honte non moins certaine pour lui que l'échafaud: il
voulut alors s'empoisonner. Il avala du sublimé corrosif; mais la douleur
lui ayant arraché des cris, il avoua sa tentative, accepta des soins, et
fut transporté aussi malade que Fabre à la Conciergerie. Un sentiment un
peu plus noble parut l'animer au milieu de ses tourmens, ce fut un vif
regret d'avoir compromis son ami Bazire, qui n'avait pris aucune part au
crime. «Bazire, s'écriait-il, mon pauvre Bazire, qu'as-tu fait?»

A la Conciergerie, les accusés inspirèrent la même curiosité qu'au
Luxembourg. Ils occupaient le cachot des girondins. Danton parla avec la
même énergie. «C'est à pareil jour, dit-il, que j'ai fait instituer le
tribunal révolutionnaire. J'en demande pardon à Dieu et aux hommes. Mon but
était de prévenir un nouveau septembre, et non de déchaîner un fléau sur
l'humanité.» Puis revenant à son mépris pour ses collègues qui
l'assassinaient: «Ces frères Caïn, dit-il, n'entendent rien au
gouvernement. Je laisse tout dans un désordre épouvantable....» Il employa
alors, pour caractériser l'impuissance du paralytique Couthon et du lâche
Robespierre, des expressions obscènes, mais originales, qui annonçaient
encore une singulière gaieté d'esprit. Un seul instant il montra un léger
regret d'avoir pris part à la révolution: «Il vaudrait mieux, dit-il, être
un pauvre pêcheur que de gouverner les hommes.» Ce fut le seul mot de ce
genre qu'il prononça.

Lacroix parut étonné en voyant dans les cachots le nombre et le malheureux
état des prisonniers. «Quoi! lui dit-on, des charrettes chargées de
victimes ne vous avaient pas appris, ce qui se passait dans Paris!»
L'étonnement de Lacroix était sincère, et c'est une leçon pour les hommes
qui, poursuivant un but politique, ne se figurent pas assez les souffrances
individuelles des victimes, et semblent ne pas y croire parce qu'ils ne les
voient pas.

Le lendemain 13 germinal, les accusés furent conduits au tribunal au nombre
de quinze. On avait réuni ensemble les cinq chefs modérés, Danton,
Hérault-Séchelles, Camille, Philippeau, Lacroix; les quatre accusés de
faux, Chabot, Bazire, Delaunay, Fabre-d'Églantine; les deux beaux-frères de
Chabot, Junius et Emmanuel Frey; le fournisseur d'Espagnac, le malheureux
Westermann, accusé d'avoir partagé la corruption et les complots de Danton;
enfin deux étrangers, amis des accusés, l'Espagnol Gusman, et le Danois
Diederichs. Le but du comité, en faisant cet amalgame, était de confondre
les modérés avec les corrompus et avec les étrangers, pour prouver toujours
que la modération provenait à la fois du défaut de vertu républicaine et de
la séduction de l'or de l'étranger. La foule accourue pour voir les accusés
était immense. Un reste de l'intérêt qu'avait inspiré Danton s'était
réveillé en sa présence. Fouquier-Tinville, les juges et les jurés, tous
révolutionnaires subalternes tirés du néant par sa main puissante, étaient
embarrassés en sa présence: son assurance, sa fierté, leur imposaient, et
il semblait plutôt l'accusateur que l'accusé. Le président Hermann et
Fouquier-Tinville, au lieu de tirer les jurés au sort, comme le voulait la
loi, firent un choix, et prirent ce qu'ils appelaient _les solides_. On
interrogea ensuite les accusés. Quand on adressa à Danton les questions
d'usage sur son âge et son domicile, il répondit fièrement qu'il avait
trente-quatre ans, et que bientôt son nom serait au Panthéon, et lui dans
le néant. Camille répondit qu'il avait trente-trois ans, l'âge du
_sans-culotte Jésus-Christ lorsqu'il mourut_. Bazire en avait vingt-neuf.
Hérault-Séchelles, Philippeau, en avaient trente-quatre. Ainsi le talent,
le courage, le patriotisme, la jeunesse, tout se trouvait encore réuni dans
ce nouvel holocauste, comme dans celui des girondins.

Danton, Camille, Hérault-Séchelles et les autres, se plaignirent de voir
leur cause confondue avec celle de plusieurs faussaires. Cependant on passa
outre. On examina d'abord l'accusation dirigée contre Chabot, Bazire,
Delaunay et Fabre d'Églantine. Chabot persista dans son système, et soutint
qu'il n'avait pris part à la conspiration des agioteurs que pour la
dévoiler. Il ne persuada personne, car il était étrange qu'en y entrant, il
n'eût pas secrètement prévenu quelque membre des comités; qu'il l'eût
dévoilée si tard, et qu'il eût gardé les fonds dans ses mains. Delaunay fut
convaincu; Fabre, malgré son adroite défense, consistant à dire qu'en
surchargeant de ratures la copie du décret, il avait cru ne raturer qu'un
projet, fut convaincu par Cambon, dont la déposition franche et
désintéressée était accablante. Il prouva, en effet, à Fabre que les
projets de décrets n'étaient jamais signés, que la copie qu'il avait
raturée l'était par tous les membres de la commission des cinq, et que par
conséquent il n'avait pu croire ne raturer qu'un simple projet. Bazire,
dont la complicité consistait dans la non-révélation, fut à peine écouté
dans sa défense, et fut assimilé aux autres par le tribunal. On passa
ensuite à d'Espagnac, que l'on accusait d'avoir corrompu Julien de Toulouse
pour faire appuyer ses marchés, et d'avoir pris part à l'intrigue de la
compagnie des Indes. Ici, des lettres prouvaient les faits, et tout
l'esprit de d'Espagnac ne put rien contre cette preuve. On interrogea
ensuite Hérault-Séchelles. Bazire était déclaré coupable comme ami de
Chabot; Hérault le fut pour avoir été ami de Bazire, pour avoir eu quelque
connaissance par lui de l'intrigue des agioteurs, pour avoir favorisé une
émigrée, pour avoir été ami des modérés, et pour avoir fait supposer, par
sa douceur, sa grâce, sa fortune et ses regrets mal déguisés, qu'il était
modéré lui-même. Après Hérault vint le tour de Danton. Un silence profond
régna dans l'assemblée quand il se leva pour prendre la parole. «Danton,
lui dit le président, la convention vous accuse d'avoir conspiré avec
Mirabeau, avec Dumouriez, avec d'Orléans, avec les girondins, avec
l'étranger, et avec la faction qui veut rétablir Louis XVII.--Ma voix,
répondit Danton avec son organe puissant, ma voix qui tant de fois s'est
fait entendre pour la cause du peuple, n'aura pas de peine à repousser la
calomnie. Que les lâches qui m'accusent paraissent, et je les couvrirai
d'ignominie.... Que les comités se rendent ici, je ne répondrai que devant
eux; il me les faut pour accusateurs et pour témoins.... Qu'ils
paraissent.... Au reste, peu m'importe, vous et votre jugement.... Je vous
l'ai dit: le néant sera bientôt mon asile. La vie m'est à charge, qu'on me
l'arrache.... Il me tarde d'en être délivré.» En achevant ces paroles,
Danton était indigné, son coeur était soulevé d'avoir à répondre à de
pareils hommes. Sa demande de faire comparaître les comités, et sa volonté
prononcée de ne répondre que devant eux, avaient intimidé le tribunal, et
causé une grande agitation. Une telle confrontation, en effet, eût été
cruelle pour eux; ils auraient été couverts de confusion, et la
condamnation fût peut-être devenue impossible. «Danton, dit le président,
l'audace est le propre du crime; le calme est celui de l'innocence.» A ce
mot, Danton s'écrie: «L'audace individuelle est réprimable sans doute; mais
cette audace nationale dont j'ai tant de fois donné l'exemple, que j'ai
tant de fois mise au service de la liberté, est la plus méritoire de toutes
les vertus. Cette audace est la mienne; c'est celle dont je fais ici usage
pour la république contre les lâches qui m'accusent. Lorsque je me vois si
bassement calomnié, puis-je me contenir? Ce n'est pas d'un révolutionnaire
comme moi qu'il faut attendre une défense froide ... les hommes de ma
trempe sont inappréciables dans les révolutions ... c'est sur leur front
qu'est empreint le génie de la liberté.» En disant ces mots, Danton agitait
sa tête et bravait le tribunal. Ses traits si redoutés produisaient une
impression profonde. Le peuple, que la force touche, laissait échapper un
murmure approbateur. «Moi, continuait Danton, moi accusé d'avoir conspiré
avec Mirabeau, avec Dumouriez, avec d'Orléans; d'avoir rampé aux pieds de
vils despotes! c'est moi que l'on somme de répondre à la _justice
inévitable, inflexible!_[17]... Et toi, lâche Saint-Just, tu répondras à la
postérité de ton accusation contre le meilleur soutien de la liberté.... En
parcourant cette liste d'horreurs, ajouta Danton en montrant l'acte
d'accusation, je sens tout mon être frémir.» Le président lui recommande
de nouveau d'être calme, et lui cite l'exemple de Marat, qui répondit avec
respect au tribunal. Danton reprend et dit que, puisqu'on le veut, il va
raconter sa vie. Alors il rappelle la peine qu'il eut à parvenir aux
fonctions municipales, les efforts que firent les constituans pour l'en
empêcher, la résistance qu'il opposa aux projets de Mirabeau, et surtout ce
qu'il fit dans cette journée fameuse où, entourant la voiture royale d'un
peuple immense, il empêcha le voyage à Saint-Cloud. Puis il rapporte sa
conduite lorsqu'il amena le peuple au Champ-de-Mars, pour signer une
pétition contre la royauté, et le motif de cette pétition fameuse; l'audace
avec laquelle il proposa le premier le renversement du trône en 92; le
courage avec lequel il proclama l'insurrection le 9 août au soir; la
fermeté qu'il déploya pendant les douze heures de l'insurrection. Suffoqué
ici d'indignation, en songeant au reproche qu'on lui fait de s'être caché
au moment du 10 août: «Où sont, s'écrie-t-il, les hommes qui eurent besoin
de presser Danton pour l'engager à se montrer dans cette journée? Où sont
les êtres privilégiés dont il a emprunté l'énergie? Qu'on les fasse
paraître, mes accusateurs!... j'ai toute la plénitude de ma tête lorsque je
les demande ... je dévoilerai les trois plats coquins qui ont entouré et
perdu Robespierre ... qu'ils se produisent ici, et je les plongerai dans le
néant, dont ils n'auraient jamais dû sortir....» Le président veut
interrompre de nouveau Danton, et agite sa sonnette. Danton en couvre le
bruit avec sa voix terrible. «Est-ce que vous ne m'entendez pas? lui dit le
président.--La voix d'un homme, reprend Danton, qui défend son honneur et
sa vie, doit vaincre le bruit de ta sonnette.» Cependant il était fatigué
d'indignation; sa voix était altérée; alors le président l'engage avec
égard à prendre quelque repos, pour recommencer sa défense avec plus de
calme et de tranquillité.

Danton se tait. On passe à Camille, dont on lit _le Vieux Cordelier_, et
qui se révolte en vain contre l'interprétation donnée à ses écrits. On
s'occupe ensuite de Lacroix dont on rappelle amèrement la conduite en
Belgique, et qui, à l'exemple de Danton, demande la comparution de
plusieurs membres de la convention, et insiste formellement pour l'obtenir.

Cette première séance causa une sensation générale. La foule qui entourait
le Palais de Justice, et s'étendait jusque sur les ponts, parut
singulièrement émue. Les juges étaient épouvantés; Vadier, Vouland, Amar,
les membres les plus méchans du comité de sûreté générale, avaient assisté
aux débats, cachés dans l'imprimerie attenant à la salle du tribunal, et
communiquant avec cette salle par une petite lucarne. De là ils avaient vu
avec effroi l'audace de Danton et les dispositions du public. Ils
commençaient à douter que la condamnation fût possible. Hermann et Fouquier
s'étaient rendus, immédiatement après l'audience, au comité de salut
public, et lui avaient fait part de la demande des accusés qui voulaient
faire paraître plusieurs membres de la convention. Le comité commençait à
hésiter; Robespierre s'était retiré chez lui; Billaud et Saint-Just étaient
seuls présens. Ils défendent à Fouquier de répondre, lui enjoignent de
prolonger les débats, d'arriver à la fin des trois jours sans s'être
expliqué, et de faire déclarer alors par les jurés qu'ils sont suffisamment
instruits.

Pendant que ces choses se passaient au tribunal, au comité et dans Paris,
l'émotion n'était pas moindre dans les prisons, où l'on portait un vif
intérêt aux accusés, et où l'on ne voyait plus d'espérance pour personne,
si de tels révolutionnaires étaient immolés. Il y avait au Luxembourg le
malheureux Dillon, ami de Desmoulins et défendu par lui; il avait appris
par Chaumette, qui, exposé au même danger, faisait cause commune avec les
modérés, ce qui s'était passé au tribunal. Chaumette le tenait de sa femme.
Dillon, dont la tête était vive, et qui, en vieux militaire, cherchait
quelquefois dans le vin des distractions à ses peines, parla
inconsidérément à un nommé Laflotte, enfermé dans la même prison; il lui
dit qu'il était temps que les bons républicains levassent la tête contre de
vils oppresseurs, que le peuple avait paru se réveiller, que Danton
demandait à répondre devant les comités, que sa condamnation était loin
d'être assurée, que la femme de Camille Desmoulins, en répandant des
assignats, pourrait soulever le peuple, et que si lui parvenait à
s'échapper, il réunirait assez d'hommes résolus pour sauver les
républicains près d'être sacrifiés par le tribunal. Ce n'étaient là que de
vains propos prononcés dans l'ivresse et la douleur. Cependant il paraît
qu'il fut question aussi de faire passer mille écus et une lettre à la
femme de Camille. Le lâche Laflotte, croyant obtenir la vie et la liberté
en dénonçant un complot, courut faire au concierge du Luxembourg une
déclaration, dans laquelle il supposa une conspiration près d'éclater au
dedans et au dehors des prisons, pour enlever les accusés, et assassiner
les membres des deux comités. On verra bientôt quel usage on fit de cette
fatale déposition.

Le lendemain l'affluence était la même au tribunal. Danton et ses
collègues, aussi fermes et aussi opiniâtres, demandent encore la
comparution de plusieurs membres de la convention et des deux comités.
Fouquier, pressé de répondre, dit qu'il ne s'oppose pas à ce qu'on appelle
les témoins nécessaires. Mais il ne suffit pas, ajoutent les accusés, qu'il
n'y mette aucun obstacle, il faut de plus qu'il les appelle lui-même. A
cela Fouquier réplique qu'il appellera tous ceux qu'on désignera, excepté
les membres de la convention, parce que c'est à l'assemblée qu'il
appartient de décider si ses membres peuvent être cités. Les accusés se
récrient de nouveau qu'on leur refuse les moyens de se défendre. Le tumulte
est à son comble. Le président interroge encore quelques accusés,
Westermann, les deux Frey, Gusman, et se hâte de lever la séance.

Fouquier écrivit sur-le-champ une lettre au comité pour lui faire part de
ce qui s'était passé, et pour obtenir un moyen de répondre aux demandes des
accusés. La situation était difficile, et tout le monde commençait à
hésiter. Robespierre affectait de ne pas donner son avis. Saint-Just seul,
plus opiniâtre et plus hardi, pensait qu'on ne devait pas reculer, qu'il
fallait fermer la bouche aux accusés, et les envoyer à la mort. Dans ce
moment, il venait de recevoir la déposition du prisonnier Laflotte,
adressée à la police par le guichetier du Luxembourg. Saint-Just y voit le
germe d'une conspiration tramée par les accusés, et le prétexte d'un
décret qui terminera la lutte du tribunal avec eux. Le lendemain matin, en
effet, il se présente à la convention, lui dit qu'un grand danger menace la
patrie, mais que c'est le dernier, et qu'en le bravant avec courage elle
l'aura bientôt surmonté. «Les accusés, dit-il, présens au tribunal
révolutionnaire, sont en pleine révolte; ils menacent le tribunal; ils
poussent l'insolence jusqu'à jeter au nez des juges des boules de mie de
pain; ils excitent le peuple, et peuvent même l'égarer. Ce n'est d'ailleurs
pas tout; ils ont préparé une conspiration dans les prisons; la femme de
Camille a reçu de l'argent pour provoquer une insurrection; le général
Dillon doit sortir du Luxembourg, se mettre à la tête de quelques
conspirateurs, égorger les deux comités, et élargir les coupables.» A ce
récit hypocrite et faux, les complaisans se récrient que c'est horrible, et
la convention vote à l'unanimité le décret proposé par Saint-Just. En vertu
de ce décret, le tribunal doit continuer, sans désemparer, le procès de
Danton et de ses complices; et il est autorisé à mettre hors des débats les
accusés qui manqueraient de respect à la justice, ou qui voudraient
provoquer du trouble. Une copie du décret est expédiée sur-le-champ.
Vouland et Vadier viennent l'apporter au tribunal, où la troisième séance
était commencée, et où l'audace redoublée des accusés jetait Fouquier dans
le plus grand embarras.

Le troisième jour, en effet, les accusés avaient résolu de renouveler leurs
sommations. Tous à la fois se lèvent, et pressent Fouquier de faire
comparaître les témoins qu'ils ont demandés. Ils exigent plus encore; ils
veulent que la convention nomme une commission pour recevoir les
dénonciations qu'ils ont à faire contre le projet de dictature qui se
manifeste chez les comités. Fouquier, embarrassé, ne sait plus quelle
réponse leur faire. Dans le moment, un huissier vient l'appeler. Il passe
dans la salle voisine, et trouve Amar et Vouland, qui, tout essoufflés
encore, lui disent: «Nous tenons les scélérats, voilà de quoi vous tirer
d'embarras;» et ils lui remettent le décret que Saint-Just venait de faire
rendre. Fouquier s'en saisit avec joie, rentre à l'audience, demande la
parole, et lit le décret affreux. Danton, indigné, se lève alors: «Je
prends, dit-il, l'auditoire à témoin que nous n'avons pas insulté le
tribunal.--C'est vrai! disent plusieurs voix dans la salle.» Le public
entier est étonné, indigné même du déni de justice commis envers les
accusés. L'émotion est générale; le tribunal est intimidé. «Un jour, ajoute
Danton, la vérité sera connue.... Je vois de grands malheurs fondre sur la
France.... Voilà la dictature; elle se montre à découvert et sans
voile....» Camille, en entendant parler du Luxembourg, de Dillon, de sa
femme, s'écrie avec désespoir: «Les scélérats! non contens de m'égorger,
moi, ils veulent égorger ma femme!» Danton aperçoit dans le fond de la
salle et dans le corridor, Amar et Vouland, qui se cachaient pour juger de
l'effet du décret. Il les montre du poing: «Voyez, s'écrie-t-il, ces lâches
assassins; ils nous poursuivent, ils ne nous quitteront pas jusqu'à la
mort!» Vadier et Vouland, effrayés, disparaissent. Le tribunal, pour toute
réponse, lève la séance.

Le lendemain était le quatrième jour, et le jury avait la faculté de
clôturer les débats, en se déclarant suffisamment instruit. En conséquence,
sans donner aux accusés le temps de se défendre le jury demande la clôture
des débats. Camille entre en fureur, déclare aux jurés qu'ils sont des
assassins, et prend le peuple à témoin de cette iniquité. On l'entraîne
alors avec ses compagnons d'infortune hors de la salle. Il résiste, et on
l'emporte de force. Pendant ce temps, Vadier, Vouland, parlent vivement aux
jurés, qui, du reste, n'avaient pas besoin d'être excités. Le président
Hermann et Fouquier les suivent dans leur salle. Hermann a l'audace de leur
dire qu'on a intercepté une lettre écrite à l'étranger, qui prouve la
complicité de Danton avec la coalition. Trois ou quatre jurés seulement
osent appuyer les accusés, mais la majorité l'emporte. Le président du
jury, le nommé Trinchard, rentre plein d'une joie féroce, et prononce de
l'air d'un furieux la condamnation inique.

[Illustration: CAMILLE DESMOULINS Publié par Furne, Paris.]

On ne voulut pas s'exposer à une nouvelle explosion des condamnés, en les
faisant remonter de la prison à la salle du tribunal pour entendre leur
sentence; un greffier descendit la leur lire. Ils le renvoyèrent sans
vouloir le laisser achever, et en s'écriant qu'on pouvait les conduire à la
mort. Une fois la condamnation prononcée, Danton, qui avait été soulevé
d'indignation, redevint calme et fut rendu à tout son mépris pour ses
adversaires. Camille, bientôt apaisé, versa quelques larmes sur son épouse;
et, grâce à son heureuse imprévoyance, n'imagina pas qu'elle fût menacée de
la mort, ce qui aurait rendu ses derniers momens insupportables. Hérault
fut gai comme à l'ordinaire. Tous les accusés furent fermes, et Westermann
se montra digne de sa bravoure si célèbre.

Ils furent exécutés le 16 germinal (5 avril). La troupe infâme, payée pour
outrager les victimes, suivait les charrettes. Camille, à cette vue,
éprouvant un mouvement d'indignation, voulut parler à la multitude, et il
vomit contre le lâche et hypocrite Robespierre les plus véhémentes
imprécations. Les misérables envoyés pour l'outrager lui répondirent par
des injures. Dans son action violente, il avait déchiré sa chemise et avait
les épaules nues. Danton, promenant sur cette troupe un regard calme et
plein de mépris, dit à Camille: «Reste donc tranquille, et laisse là cette
vile canaille.» Arrivé au pied de l'échafaud, Danton allait embrasser
Hérault-Séchelles, qui lui tendait les bras: l'exécuteur s'y opposant, il
lui adressa, avec un sourire, ces expressions terribles: «Tu peux donc être
plus cruel que la mort! Va, tu n'empêcheras pas que dans un moment nos
têtes s'embrassent dans le fond du panier.»

Telle fut la fin de ce Danton qui avait jeté un si grand éclat dans la
révolution, et qui lui avait été si utile. Audacieux, ardent, avide
d'émotions et de plaisirs, il s'était précipité dans la carrière des
troubles, et il dut briller surtout les jours de terreur. Prompt et
positif, n'étant étonné ni par la difficulté ni par la nouveauté d'une
situation extraordinaire, il savait juger les moyens nécessaires, et
n'avait peur ni scrupule d'aucun. Il pensa qu'il devenait urgent de
terminer les luttes de la monarchie et de la révolution, et il fit le 10
août. En présence des Prussiens, il pensa qu'il fallait contenir la France
et l'engager dans le système de la révolution; il ordonna, dit-on, les
journées horribles de septembre, et tout en les ordonnant, il sauva une
foule de victimes. Au commencement de la grande année 1793, la
convention était étonnée à la vue de l'Europe armée; il prononça, en les
comprenant dans toute leur profondeur, ces paroles remarquables: «Une
nation en révolution est plus près de conquérir ses voisins que d'en être
conquise.» Il jugea que vingt-cinq millions d'hommes qu'on oserait mouvoir
n'auraient rien à craindre de quelques centaines de mille hommes armés par
les trônes. Il proposa de soulever le peuple, de faire payer les riches; il
imagina enfin toutes les mesures révolutionnaires qui ont laissé un si
terrible souvenir, mais qui ont sauvé la France. Cet homme, si puissant
dans l'action, retombait pendant l'intervalle des dangers dans l'indolence
et les plaisirs qu'il avait toujours aimés. Il recherchait même les
jouissances les plus innocentes, celles que procurent les champs, une
épouse adorée et des amis. Alors il oubliait les vaincus, ne pouvait plus
les haïr, savait même leur rendre justice, les plaindre et les défendre.
Mais pendant ces intervalles de repos, nécessaires à son âme ardente, ses
rivaux gagnaient peu à peu, par leur persévérance, la renommée et
l'influence qu'il avait acquises en un seul jour de péril. Les fanatiques
lui reprochaient son amollissement et sa bonté, et oubliaient qu'en fait de
cruautés politiques il les avait égalés tous dans les journées de
septembre. Tandis qu'il se confiait en sa renommée, tandis qu'il différait
par paresse, et qu'il roulait dans sa tête de nobles projets, pour ramener
les lois douces, pour borner le règne de la violence aux jours de danger,
pour séparer les exterminateurs irrévocablement engagés dans le sang, des
hommes qui n'avaient cédé qu'aux circonstances, pour organiser enfin la
France et la réconcilier avec l'Europe, il fut surpris par ses collègues
auxquels il avait abandonné le gouvernement. Ceux-ci, en frappant un coup
sur les ultra-révolutionnaires, devaient, pour ne point paraître
rétrograder, frapper un coup sur les modérés. La politique demandait des
victimes; l'envie les choisit, et immola l'homme le plus célèbre et le plus
redouté du temps. Danton succomba avec sa renommée et ses services, devant
le gouvernement formidable qu'il avait contribué à organiser: mais du
moins, par son audace, il rendit un moment sa chute douteuse.

[Illustration: DANTON. Publié par Furne, Paris]

Danton avait un esprit inculte, mais grand, profond, et surtout simple et
solide. Il ne savait s'en servir que pour ses besoins, et jamais pour
briller; aussi parlait-il peu, et dédaignait d'écrire. Suivant un
contemporain, il n'avait aucune prétention, pas même celle de deviner ce
qu'il ignorait, prétention si commune aux hommes de sa trempe. Il écoutait
Fabre-d'Églantine, et faisait parler sans cesse son jeune et intéressant
ami, Camille Desmoulins, dont l'esprit faisait ses délices, et qu'il eut
la douleur d'entraîner dans sa chute. Il mourut avec sa force ordinaire, et
la communiqua à son jeune ami. Comme Mirabeau, il expira fier de lui-même,
et croyant ses fautes et sa vie assez couvertes par ses grands services et
ses derniers projets.

Les chefs des deux partis venaient d'être immolés. On leur adjoignit
bientôt les restes de ces partis, et on mêla et jugea ensemble les hommes
les plus opposés, pour accréditer davantage l'opinion qu'ils étaient
complices d'un même complot. Chaumette et Gobel comparurent à côté d'Arthur
Dillon et de Simon. Les Grammont père et fils, les Lapallu et autres
membres de l'armée révolutionnaire, figurèrent à côté du général Beysser;
enfin la femme d'Hébert, ancienne religieuse, comparut à côté de la jeune
épouse de Camille Desmoulins, âgée à peine de vingt-trois ans, éclatante de
beauté, de grâce et de jeunesse. Chaumette qu'on a vu si soumis et si
docile, fut accusé d'avoir conspiré à la commune contre le gouvernement,
d'avoir affamé le peuple, et cherché à le soulever par ses réquisitoires
extravagans. Gobel fut regardé comme complice de Clootz et de Chaumette.
Arthur Dillon avait voulu, dit-on, ouvrir les prisons de Paris, puis
égorger la convention et le tribunal pour sauver ses amis. Les membres de
l'armée révolutionnaire furent condamnés comme agens de Ronsin. Le général
Beysser, qui avait si puissamment contribué à sauver Nantes, à côté de
Canclaux, et qui était suspect de fédéralisme, fut considéré comme complice
des ultra-révolutionnaires. On sait quel rapprochement il pouvait exister
entre l'état-major de Nantes et celui de Saumur. La femme Hébert fut
condamnée comme complice de son mari. Assise sur le même banc que la femme
de Camille, elle lui disait: «Vous êtes heureuse, vous; aucune charge ne
s'élève contre vous. Vous serez sauvée.» En effet, tout ce qu'on pouvait
reprocher à cette jeune femme, c'était d'avoir aimé son époux avec passion,
d'avoir sans cesse erré avec ses enfans autour de la prison pour voir leur
père et le leur montrer. Néanmoins, toutes deux furent condamnées, et les
épouses d'Hébert et de Camille périrent comme coupables d'une même
conjuration. L'infortunée Desmoulins mourut avec un courage digne de son
mari et de sa vertu. Depuis Charlotte Corday et madame Roland, aucune
victime n'avait inspiré un intérêt plus tendre et des regrets plus
douloureux.

FOOTNOTES:

[Footnote 7: Ce montagnard, condamné par les fédéralistes lyonnais, avait
été mal exécuté par le bourreau, qui avait été obligé de revenir jusqu'à
trois fois pour faire tomber sa tête.]

[Footnote 8: Nom qu'avait pris Chaumette.]

[Footnote 9: Allusion à la pièce de _Paméla_, dont la représentation avait
été défendue.]

[Footnote 10: Barrère s'appelait de _Vieux-sac_ quand il était noble.]

[Footnote 11: Expression des colporteurs qui, en vendant les feuilles du
_Père Duchêne_, criaient dans les rues: _Il est bougrement en colère le
Père Duchêne!_]

[Footnote 12: Le 14 pluviôse (2 février).]

[Footnote 13: Expression de Camille lui-même.]

[Footnote 14: Séance du 17 pluviôse an II (5 février).]

[Footnote 15: Rapport du 8 ventôse (26 février).]

[Footnote 16: Décrets des 8 et 13 ventôse an II.]

[Footnote 17: Expressions de l'acte d'accusation.]



FIN DU TOME CINQUIÈME.



TABLE DES CHAPITRES CONTENUS DANS LE TOME CINQUIÈME.


CHAPITRE XIII.

Mouvement des armées en août et septembre 1793.--Investissement de Lyon par
l'armée de la convention.--Trahison de Toulon qui se livre aux
Anglais.--Défaite de quarante mille Vendéens à Luçon. Plan général de
campagne contre la Vendée. Division des généraux républicains sur ce
théâtre de la guerre.--Opérations militaires dans le nord. Siége de
Dunkerque par le duc d'York.--Victoire de Hondschoote. Joie universelle
qu'elle cause en France.--Nouveaux revers. Déroutes à Menin, à Pirmasens, à
Perpignan, et à Torfou dans la Vendée. Retraite de Canclaux sur
Nantes.--Attaques contre le comité de salut public.--Etablissement du
_gouvernement révolutionnaire_.--Décret qui organise une armée
révolutionnaire de six mille hommes.--Loi des suspects.--Concentration du
pouvoir dictatorial dans le comité de salut public.--Procès de Custine; sa
condamnation et son supplice.--Décrets d'accusation contre les girondins;
arrestation de soixante-treize membres de la convention.


CHAPITRE XIV.

Continuation du siége de Lyon. Prise de cette ville. Décret terrible contre
des Lyonnais révoltés.--Progrès de l'art de la guerre; influence de
Carnot.--Victoire de Watignies. Déblocus de Maubeuge.--Reprise des
opérations en Vendée. Victoire de Cholet. Fuite et dispersion des Vendéens
au-delà de la Loire. Mort de la plupart de leurs principaux chefs.--Echec
sur le Rhin. Perte des lignes de Wissembourg.


CHAPITRE XV.

Effets des lois révolutionnaires; proscriptions à Lyon, à Marseille et à
Bordeaux.--Persécutions dirigées contre les _suspects_. Intérieur des
prisons de Paris; état des prisonniers à la Conciergerie.--La reine
Marie-Antoinette est séparée de sa famille et transférée à la Conciergerie;
tourmens qu'on lui fait subir. Conduite atroce d'Hébert. Son procès devant
le tribunal révolutionnaire. Elle est condamnée à mort et
exécutée.--Détails du procès et du supplice des girondins.--Exécution du
duc d'Orléans, de Bailly, de madame Roland.--Terreur générale. Seconde loi
du _maximum_.--Agiotage. Falsification d'un décret par quatre
députés.--Etablissement du nouveau système métrique et du calendrier
républicain.--Abolition des anciens cultes; abjuration de Gobel, évêque de
Paris. Etablissement du culte de la Raison.


CHAPITRE XVI.

Retour de Danton.--Divisions dans le parti de la Montagne, dantonistes et
hébertistes.--Politique de Robespierre et du comité de salut
public.--Danton, accusé aux jacobins, se justifie; il est défendu par
Robespierre.--Abolition du culte de la Raison.--Derniers perfectionnemens
apportés au gouvernement dictatorial révolutionnaire.--Energie du comité
contre tous les partis.--Arrestation de Ronsin, de Vincent, des quatre
députés auteurs du faux décret et des agens présumés de l'étranger.


CHAPITRE XVII.

Fin de la campagne de 1793. Manoeuvres de Hoche dans les Vosges. Retraite
des Autrichiens et des Prussiens. Déblocus de Landau.--Opérations à l'armée
d'Italie.--Siége et prise de Toulon par l'armée républicaine.--Derniers
combats et échecs aux Pyrénées.--Excursion des Vendéens au-delà de la
Loire. Nombreux combats; échecs de l'armée républicaine. Défaite des
Vendéens au Mans, et leur destruction complète à Savenay. Coup d'oeil
général sur la campagne de 1795.


CHAPITRE XVIII.

Suite de la lutte des hébertistes et des dantonistes.--Camille Desmoulins
publie _le Vieux Cordelier_.--Le comité se place entre les deux partis, et
s'attache d'abord à réprimer les hébertistes.--Disette dans
Paris.--Rapports importans de Robespierre et de Saint-Just.--Mouvement
tenté par les hébertistes.--Arrestation et mort de Ronsin, Vincent, Hébert,
Chaumette, Momoro, etc.--Le comité de salut public fait subir le même sort
aux dantonistes.--Arrestation, procès et supplice de Danton, Camille
Desmoulins, Philippeau, Lacroix, Hérault-Séchelles, Fabre-d'Églantine,
Chabot, etc.


FIN DE LA TABLE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Révolution française, Tome 5" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home