Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les tendres ménages
Author: Toulet, Paul Jean, 1867-1920
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les tendres ménages" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



                               P.-J. TOULET

                                   Les
                              Tendres Ménages



I

MARIAGE DE PROVINCE

(La scène est dans les Pyrénées.)


Sylvère Noël de Ribes avait, entre autres choses, apporté en dot au
baron de Mariolles-Sainte-Mary, son récent époux, un bien assez vaste,
mi-château, mi-ferme, sis à l'ombre des Pyrénées, parmi des arbres
noirs, des sources brusques et froides. Mariolles, qui avait de bonnes
raisons de ne plus croire à la candeur des lits d'hôtel, avait choisi
de mener là Sylvère pour la première nuit de leurs noces. Mme de Ribes
avait souri à ce dessein où elle croyait démêler cet amour de la terre,
sans lequel il ne lui semblait pas qu'il pût se fonder une famille
durable.

--Vous connaissez Hargouët, demanda-t-elle.

--Oui, j'y ai passé encore, l'autre mois, avec votre mari--et un
sanglier: le sanglier devant. Je n'ai pas eu beaucoup le loisir de me
rendre compte. Il y a une église--des arbres.

--Et des maisons--oui. Si jamais Boedeker meurt....

--Je voudrais vous y voir, Madame.... Je veux dire que ça n'est pas
ultra-commode de prendre des croquis à cheval, et par ces petits
chemins. D'autant que je ne monte pas comme feus les centaures.

--Oui, je sais.

--Merci, Madame. Et M. de Ribes, à côté de moi qui jurait: «Nous allons
le manquer, nous allons le manquer; il va se jeter dans les bois
d'Athos.» Et ça n'a pas raté. Il s'est jeté dans les bois d'Athos.
Quelle idée aussi de chasser à courre dans ce joli pays en biseaux.

--Le principal, c'est qu'Hargouët est à quatre lieues seulement de
Ribes. Vous pourrez partir à cinq heures et demie, quand les petits
cousins réclameront de danser, et seront fatigués de champagne...

--... fatigants.

--Vous n'arriverez pas beaucoup avant sept heures, à cause des côtes.

--Je me demande, remarque rêveusement M. de Mariolles, ce que nous y
ferons.

--Comment, ce que vous y ferez!

--Mon Dieu, Madame, à sept heures, nous ne pouvons pas décemment nous
remettre à table; et il sera peut-être un peu tôt pour--dormir. Enfin,
ça vaut toujours mieux que d'aller à l'hôtel.

--Et le pays est si beau. Quelles terres! Vous verrez le maïs qu'il y a
cette année.

Il espère y découvrir d'autres trésors. Sa fiancée est grande, souple,
mince. Elle donne l'impression aussi de quelque chose qui rebondit sous
les doigts. Et M. de Mariolles se dit que son imagination ne respecte
vraiment pas assez Mlle Sylvère de Ribes. Aussi bien n'a-t-il guère
exercé sa tendresse que sur des personnes peu intactes, jusqu'au jour
où l'idée de faire une fin lui est apparue dans les yeux pers de cette
incomparable personne. Jusqu'à sa trentaine, qu'il a peu dépassée, les
cités-auberges des Pyrénées (et Dieu sait s'il y en a, au bord de la
mer, sur les montagnes, ou entre les deux) ont, plus encore que Paris,
suffi à satisfaire chez lui ces trois instincts de boire, de jouer et
d'embrasser, qui sont proprement la triple noblesse de l'homme, et le
mettent si fort au-dessus des autres bêtes.

--Si vous voulez, continue Mme de Ribes, je me chargerai de
l'installation, avec un tapissier de la ville. Qu'est-ce qu'il vous
faudrait?

--Eh bien, deux chambres à coucher pas trop Liberty, et deux cabinets de
toilette, le mien entre les deux chambres.

--On peut arranger ça, avec un petit salon pour Sylvère, au-dessus de
l'orangerie. Il y a un étage très haut qui sert de grenier. Comme ça on
ne changera rien à la maison, où nous garderons nos mêmes appartements,
si on y va l'été.

--Gentil, quand il pleuvra, ce petit système.

--Je vous achèterai deux parapluies.

--Rouge, le coton, de préférence.

Survient, à ce moment, Mlle de Ribes, de son pas allongé qui rase le sol
comme l'onde lente d'un rivage. Elle va à son fiancé et lui sourit. Ses
joues sont toutes roses; elle halette un peu, entr'ouvre la bouche, et
l'on voit s'enfler tour à tour ou décroître la courbe pâle de son cou.

--Tu as couru, lui dit sa mère.

--Oui, un peu, avec les chiens. J'ai cru que Tom allait me jeter par
terre en me sautant sur les épaules.

--Croiriez-vous, Tony, que je l'ai prise l'autre jour, derrière le
magnolia, à se rouler par terre avec ces bêtes. Il y avait de quoi la
priver de dessert, n'étaient ses prochaines dignités.

--Je n'aime pas le dessert, dit Sylvère. Et pour un peu, maman, vous
chercheriez à faire croire que je grimpe encore aux arbres.

--Comment, dit Mariolles, en s'inclinant, vous ne grimpez plus aux
arbres, Mademoiselle: vous êtes un trésor.

--Flatteur, fait Mme de Ribes.

Mais Sylvère rabat ses cils recourbés sur ses yeux couleur de mare, et
sans doute s'admire aussi tout bas. Car elle sait combien cela coûte de
ne plus monter de branche en branche comme jadis, au fond du parc,
sa jupe entre les jambes; et comme c'est amusant de se balancer à
califourchon sur une flexible ramure, ou parfois, si l'on aperçoit au
loin sa mère qui passe, de l'épouvanter par un appel aérien.

Entre tant M. de Ribes est rentré, lui aussi, tout fumant encore contre
ses conseillers municipaux qui cherchent noise aux Soeurs du village
(«Je leur ficherai ma démission», crie-t-il); puis ses deux fils, gros
garçons frais émoulus l'un du collège, l'autre de la caserne, et qui
s'acharnent à bloquer Mariolles dans des coins pour lui parler de
petites femmes: il les trouve odieux. Aussi bien le sont-ils, de toute
leur plantureuse jeunesse.

Et puis, comme il faut faire quelque chose:

--Si on allait jusqu'au Gave, propose quelqu'un.

C'est la promenade classique du cru. A travers l'étroite vallée,
quadrillée de menus champs, on s'y rend entre des haies d'églantine et
de sureau, sur un sol noir comme un chemin d'Égypte, jusqu'au bac qui
remplace le pont suspendu emporté récemment par une crue du Gave. Et M.
de Ribes explique, mais non point pour la première fois, comment ce fut
la faute des ingénieurs, et des ingénieux travaux dont ils ont voulu
mettre les cultures à l'abri de l'inondation.

Cependant de lents paysans, au geste circonspect, reviennent vers
le village en poussant du bétail devant eux. Ils ont les pommettes
saillantes, une bouche narquoise rasée de près, l'oeil paisible à la
fois et astucieux. Parfois c'est un essieu qui crie. On voit pesamment
approcher le char, tout noir sur le ciel de nacre. L'homme s'y tient
debout, aiguillonnant ses boeufs, et chante une chanson vieille, lente,
triste, qu'il interrompt pour saluer.

--Adichats, moussu Noël, et la compagnie.

Et voici le Gave. Sous le soir nuancé, il court rapide et lumineux entre
les hautes berges. On voit se détacher le bac de l'autre rive, pareil à
une découpure noire. Un groupe immobile et précis de bêtes, d'outils,
de gens l'occupe, qu'animent seuls les bras du passeur hissant sur sa
corde, tandis que, par à-coups, se fait entendre le roulement menu de la
poulie sur le câble.

--La soirée est douce, dit Sylvère. Pourquoi ne passerions-nous pas
l'eau?

Mais Mme de Ribes objecte qu'il se fait tard, et son mari non plus ne
paraît pas insensible à l'idée de dîner, en sorte qu'on se décide à
rentrer au château. Cependant les deux chiens de montagne, que l'on fait
d'ordinaire traverser à la nage, sont descendus au bord de l'eau qu'ils
flairent avec convoitise.

--Ici, Tom. Ici, Djaly!

Et l'on s'en va. La nuit maintenant est presque tout à fait tombée:
chacun semble en devenir plus grave. Les deux jeunes gens eux-mêmes
sentent l'heure bleue filtrer obscurément jusqu'à leur coeur, et le plus
âgé, celui qui sort de la caserne, prononce péremptoirement.

--Il fait mucre.

Comme il a coutume d'appliquer indifféremment cette épithète à tous les
ciels, serait-ce Aden ou les deux Pôles, sa famille a, depuis longtemps,
cessé d'en rechercher le sens. Personne ne répond. Sylvère et son fiancé
se sont attardés un peu en arrière. Par moments l'oreille maternelle de
Mme de Ribes distingue la voix de la jeune fille.

--Quand nous serons mariés... lui entend-elle dire.


C'est ainsi que, par un trop doux matin d'automne, Sylvère (épouse
Mariolles) s'est réveillée toute seule dans un lit vaste, orné de
dentelles, et d'ailleurs fripé. Sa tête est, comme un pavot sec, pleine
d'une poussière de sommeil. Elle réfléchit, un bras nu replié sous sa
nuque, à diverses circonstances de la veille et de la nuit. Ils étaient
arrivés à Hargouët par une fin de coucher de soleil verte et rosé,
délicieuse. Au moment où la voiture s'était arrêtée devant la grande
porte, que surmonte un écusson martelé aux mauvais jours, les paons
avaient crié dans les cèdres, et Pierre, le jardinier, était accouru
avec une lanterne pour éclairer l'écurie. Puis c'était Ursule, sa
vieille bonne d'autrefois, qui était venue l'aider à descendre, et
l'embrasser en pleurant, quoiqu'il n'y eût pas à cette douleur de
raisons bien apparentes. Et puis on avait soupe un peu, car Sylvère
était de cette bonne race de campagnardes que les émotions creusent. Et
puis, et puis......

A ce moment on frappe, et un monsieur à pantalon de soie ample et
camisole entre de l'air le plus naturel du monde. Sylvère n'a pas eu
assez de lumière encore, ou de loisir, pour prêter attention à ce galant
déshabillé, et elle l'admire dans son coeur; car peut-être est-il
inutile de dire que, n'ayant point voyagé sur les Messageries Maritimes,
elle n'est point initiée aux mystères du pyjama. Elle ignore de même
qu'un jour son mari vieillissant reviendra à la bannière de ses
pères. Il y a bien d'autres choses que Sylvère ignore, et encore lui
semble-t-il avoir beaucoup appris depuis la veille.

--Bonjour, dit le pyjama, bonjour, monsieur Sylvère.

--Pourquoi, Monsieur?

--Sylvère, c'est un nom d'homme, non?

L'oreille de Mariolles se trouve, par hasard, tout près de la bouche de
Sylvère:

--Il me semble, lui dit-elle, presque bas, que vous ne m'avez pas
beaucoup traitée en homme, jusqu'ici.

Mariolles, un instant, a l'air stupéfait; un instant seulement, et,
tandis qu'il dissimule sa pensée dans ces cheveux fous que la nuque des
femmes offre à nos lèvres, Sylvère le sent rire.

--J'ai dit une sottise? demande-t-elle en faisant la moue. Et qu'est-ce
que ça fait que Sylvère soit un nom d'homme?

L'injustice de son mari l'indigne un peu:

--J'ai des cousins, reprend-elle, dont le fils aîné s'appelle toujours
Solange; c'est bien plus drôle, n'est-ce pas?

--Bien plus drôle, répond M. de Mariolles avec plus de docilité que de
conviction: elle le sent bien.

--Dire que le Pape a béni un aussi méchant homme que vous, dit-elle.

--Si méchant que ça...

--Oui, oui...

Ici la conversation est interrompue à nouveau, pendant quelques
instants, plusieurs instants même (il ne faut exagérer les mérites de
personne).

--Au fait, reprend Mariolles, pourquoi Sa Sainteté nous a-t-elle bien
voulu envoyer sa bénédiction? Nous sommes, pour ainsi dire, peu connus
d'Elle.

--Ça se fait beaucoup.

--C'est vrai aussi que ça devient difficile d'avoir Louis XIV à son
contrat.

--Et puis, c'est mon oncle qui nous a fait cette surprise. Je suis la
troisième de la famille qu'il fait bénir.

--Ah! votre oncle le gaffeur?

--Voyez-vous, s'écrie Sylvère en serrant ses tout petits poings, il
insulte déjà ma famille.

(Et pourtant, songe Mariolles qui a des distractions, et n'a point tout
à fait encore dépouillé l'homme des petits bars, vous êtes bien de chez
vous.)

Mais il s'explique:

--Je veux dire cet homme âgé qui a la barbe couleur éclipse de lune.

--Ah! oui, mon oncle Henry. Qu'est-ce qu'il a fait...... encore?

--Vous n'avez donc pas écouté son toast?

--Je ne pouvais pas: c'est le moment où la vieille demoiselle de Moncade
est venue arroser mon corsage--souvenirs et regrets--et je m'occupais à
interposer du linge à table.

--Vous y tenez beaucoup, à votre corsage? demande Mariolles.

Et il semble en vouloir embrasser les raisons, ce qui constitue, comme
on sait, une opération de l'entendement.

C'est-à-dire que je ne voulais pas... (voulez-vous me laisser,
Monsieur)... avoir l'air de n'avoir pas su manger ma soupe.

--Mlle de Moncade, reprend Mariolles: oui, oui, cette extraordinaire
girafe, qui a de longs poils sur la bouche. Elle fait penser à des échos
de revue agricole: _Cas de longévité remarquable chez un mammifère du
Jardin d'acclimatation..._

--Voulez-vous ne pas dire d'horreurs! Après tout, c'est votre cousine,
aussi; c'est même par elle que nous sommes un peu parents.

--C'est vrai que nous sommes parents, s'écrie Mariolles. Ah! ma cousine,
que je suis donc heureux du hasard qui nous a rapprochés un moment. Vous
embrasserai-je?

--Je ne sais pas si je dois... fait Sylvère. Mais, à la réflexion, elle
doit. Et cela fait encore quelques instants de silence. Comme l'une
des fenêtres est à moitié ouverte, on peut entendre avec netteté les
modulations aiguës d'un merle. Les vieux contrevents de bois plein sont
percés chacun d'un as de carreau, par où passe de l'air frais qui sent
l'herbe humide, la feuille jaune, les dernières fleurs; par où passe
aussi un rayon de soleil: sur son parcours il éveille ces poussières
fantasques, qu'on regarde danser, quand on est enfant, sous la tuile
disjointe d'un toit de grange--et lentement, lentement, il rampe sur le
parquet.

--Mais enfin, reprend Sylvère, qu'est-ce qu'il avait, le toast de
l'oncle Henry?

--Vous n'avez jamais vu une mazette faire des moulinets avec une queue
de billard parmi des portraits de famille? C'était lui, et il y en
a eu pour tout le monde. Les principes politiques de mon père,
l'intelligence du...

Mariolles s'arrête court.

--Vous voulez dire du mien? Je sais, je sais. Et puis quoi? S'il a une
intelligence d'intérieur, comme dit ma mère......

--Mme de Ribes les a toutes. Pour en revenir au toast, les traditions
religieuses de votre famille ont un peu écopé aussi.

--Comment ça?

--Vous n'ignorez pas, ma cousine, quoiqu'on ne s'en vante pas trop, chez
vous, que vous descendez du terrible Cazenave?

--Cazenave?

--Oui, celui qui a organisé dans ce pays le clergé de l'abbé Grégoire.

--Non?

--Comment! je vous montrerai, sur les livres de prix de ma mère,
«l'infâme Cazenave». Vlan!

--Et l'abbé Grégoire, qu'est-ce qu'il a fait, celui-là? demande Sylvère,
qui n'a pas tous ses brevets.

--Ce qu'il a fait? Mais tout le monde sait ça. C'était un abbé de la
Révolution... qui a écrit une brochure... il a donné son nom à une
rue... il a...

Quelques coups heurtés à la porte viennent interrompre cette leçon
d'histoire un peu laborieuse.

--Qui est là?

--C'est moi, Ursule.

--Qu'est-ce que tu veux?

--Je venais voir à quelle heure madame la baronne veut _dîner_.

--A midi, je pense.

Elle interroge des yeux Mariolles, qui fait signe que oui.

--Et ce qu'il faut faire?

--Ça m'est égal. Ah! oui, de la garbure.

--Avec des fèves, dit Mariolles, qui veut tout de même mettre son mot.

--Mais, Monsieur, fait Ursule, la saison est passée depuis longtemps.

--Naturellement, dit Mariolles vexé.

--Et mon chocolat, est-ce que tu l'apportes?

--Je l'ai là, avec celui de Monsieur.

--Eh bien, mets-les tous les deux dans sa chambre. Ah! et puis je
voudrais aller à la messe.

--Mais elle doit être dite, affirme Mariolles, qui voudrait bien
maintenant dormir un peu.

--Elle est finie depuis une demi-heure, dit Ursule, toujours derrière
la porte. J'en viens. Même que c'est le petit Peyrenave, qui est ici de
passage, qui l'a dite; vous savez, celui...

--Oui, oui, mais écoute, tu vas aller trouver M. le curé, alors, et
qu'il serait bien gentil d'en dire une autre, à dix heures, pour mon
mari et moi;--et qu'il viendra dîner avec nous, après.

--Oui, Madame.

_Exit_ Ursule, et Mariolles conclut en bâillant un peu:

--Alors vous croyez qu'il faut se lever?


L'église n'est pas loin, au bout du parc. Le soleil est déjà haut quand
sortent les jeunes mariés; mais il reste de la rosée sur les dernières
roses, à l'ombre, éclaircie déjà, des marronniers. Les pieds pointus
de Sylvère, et parfois sa traîne quand elle oublie de la relever, font
frou-frou dans les feuilles mortes.

--J'aime Hargouët, fait-elle avec un petit air mélancolique.

C'est la première fois qu'elle le regarde avec des yeux de femme. Le
vieux parc, les cèdres dont les branches d'en bas sont mortes, et, toute
couverte de fougères, la muraille noire d'où ses frères et ses cousins,
autrefois, jetaient des pierres aux enfants de l'école, tout cela, elle
le reconnaît, et lui découvre un aspect nouveau.

Comme la cloche vient de sonner les douze coups, et qu'on en a encore
pour un quart d'heure, ils s'asseoient tous deux sur un banc jadis vert.
Sylvère rêve et joue avec le fermoir de son beau missel Saint-Sulpice,
qu'une cousine enlumina pour ses noces. A quoi songe Mariolles? Moins
sensible au charme intérieur des choses, il admire sans émoi cette belle
matinée, semblable à d'autres. Pour lui, elle ne rit pas sur un paysage
familier, dont ses regards aient épousé mille fois la figure changeante
et pareille; et son coeur d'enfant n'a pas battu ici.

--Oui, dit-il, vous aimez beaucoup Hargouët... Je suis presque jaloux
de cette maison, et de ces arbres.

--Ne leur en veuillez pas; ils ont été si bons pour moi. J'ai grimpé sur
la plupart de ces branches, avec mes terribles cousins, qui faisaient de
moi un vrai brigand. Et c'est ici que j'ai eu le premier sens de la vie
un peu profond, par la gourmandise; avec les plats sucrés qu'on nous
servait dans de la vaisselle Empire, où il y avait des vues de places
bien pavées, ou d'Agrigente, sur des assiettes jaunes--et la mort du
général Exelmans.

--Alors, vous ne regrettez pas que nous soyons d'abord venus ici, au
lieu d'aller à Biarritz?

--Oh! non, fait Sylvère, je n'ai jamais beaucoup goûté Biarritz. On y
rencontre trop d'Espagnols qui parlent français, et réciproquement.

--Il faudra tout de même y passer deux ou trois jours pour ne pas
scandaliser mon père. C'est là qu'il a fait son voyage de noces, sous
le second Empire, Sylvère; et il demeure stupide qu'on puisse aller
ailleurs. Lui, il voit encore tout ça comme c'était: Villa Eugénie,
bottines montantes, la livrée vert et or, et les premières courses de
taureaux avec El Tato, et les calèches à grelots sur la route de Bayonne...

--Mais, vous-même, on m'a laissé entendre que vous y aviez quelque peu
fréquenté, depuis, et joyeusement.

--Peuh, comme tout le monde. Vous savez ce que c'est. (Pas du tout,
indique Sylvère.) On s'ennuie; alors on fait du bruit pour s'empêcher de
penser, et les bonnes gens de la rue croient qu'on s'amuse. Mais cela ne
vous est pas désagréable, au moins, d'aller là?

--Avec vous... répond Sylvère d'un air tendre. Et après, nous irons à
Paris?

--Ça vous amuse donc?

--Oh! oui, je voudrais tant monter à la tour Eiffel, et aller à
Montmartre.

--La Basilique?

Sylvère fait la moue.

--Non, dit-elle; les cabarets de nuit.

Et elle fait de grands yeux, comme s'il était question de jardins
paradisiaques, hantés des poètes, des couleuvres bleues, des fées.

--Après tout, ajoute-t-elle, ça n'est peut-être pas très drôle.

--C'est ce que je me suis laissé dire.

--Et je crois que j'aime mieux Hargouët, affirme Sylvère d'un air sage.

Mais les trois coups retentissent, et ils se hâtent vers l'église.

Elle est petite, grise, ratatinée, avec des vitraux trop neufs et des
tableaux trop enfumés; et elle sent le cierge refroidi. Mais le curé,
qui est vieux et rouge, s'essaye de si bon courage à prononcer un petit
sermon en français. Il est ému, il s'embrouille, tourne court, et
fait un signe à l'instituteur, qui entonne formidablement un credo de
grand'messe; en sorte que les verrières, qui ne sont pas habituées sur
semaine à un tel vacarme, frissonnent de peur dans leurs plombs et se
disent:

--Cette fois-ci, il va nous casser.

Et, la messe finie, on se rend à la sacristie pour chercher le curé.
Du plus loin qu'il aperçoit la jeune femme, il s'écrie, avec l'honnête
accent des Pyrénées:

--Eh bien, Mademoiselle Sylvère, ça va toujours bien. Et comment
avez-vous passé la nuit?



II

L'ODEUR DES PLAGES

(La scène est à Biarritz, quelque temps après.)


Voilà plusieurs heures que M. et Mme de Mariolles-Sainte-Mary ont laissé
Hargouët se dissiper à l'horizon, avec la montagne. Pau, blanche et
grise, habillée de feuillages divers, s'est déroulée le long de la
voie.--Orthez a fait montre de son pont, dont les guides illustrés
abusent un peu, vraiment. Mais Francis Jammes n'était pas à la gare, ni
sa pipe; et peut-être est-il à rêver de Guadeloupe sous quelqu'un de ces
érables auxquels il se plaît à prêter le nom magnifique et barbare
de liquidambars. En sorte que la gare est triste, sillonnée de rares
figurants.

D'autres gares, inutiles aussi, se suivent: il y en a qui sont tout au
bord de l'Adour, où l'on voit des gens qui jettent des filets, et de
grands arbres dans les îles. Enfin, on aperçoit Bayonne, les deux
clochers blancs d'une cathédrale haut perchée, des glacis, des
contrescarpes. Le train semble tourner autour, faire exprès de
s'arrêter, en des lieux tellement déserts que le chef de gare,
évidemment, y est mort, lui aussi, sans avoir pu vendre un seul billet
depuis l'Empire. Et on ne l'a pas remplacé.

Contre toute vraisemblance, quelqu'un monte, salue avec un air de
connaissance. C'est un monsieur assez jeune, en costume de chasse, avec
des belles moustaches couleur cirage. Mariolles n'a eu d'abord l'air
satisfait qu'à moitié. («Saleté, pense-t-il, de Compagnie, qui ne met
pas de coupés à ses trains omnibus.») Mais il se rassérène presque
aussitôt. Somme toute, un tiers ne messied point, après plusieurs
semaines d'un bonheur en tête-à-tête, à peine coupé de quelques
beaux-parents. (Et encore, on ne pouvait même pas les garder à dîner:
ils s'en allaient tout de suite, avec un air gêné et de croire qu'on
n'attendait que leurs talons pour se remettre au lit.)

Mariolles présente le monsieur:

--Ma chère amie, le comte de San Buscar. Vous avez dû apprendre mon
mariage, demande-t-il.

--Certainement, mon cher ami. Toutes mes plus sincères félicitations.

San Buscar dissimule mal, sur sa grosse figure, en regardant Sylvère,
cette pensée commune aux hommes qui rencontrent de nouveaux mariés: «Si
je pouvais être le premier avec qui elle le trompera!»

--Vous venez de la chasse, Monsieur?

--Si, justement. J'ai été tuer quelques sarcelles sur la Nive.

Et, s'adressant à Mariolles, en ouvrant les bras:

--On prend ce qu'on trouve. Il n'y a pas de gibier dans votre pays, mon
cher. Je voudrais que vous vissiez ça, dans l'Amérique: c'est une chose
extraordinaire.

--Il y a peut-être moins de chasseurs. A part cela, que devenez-vous? En
garçon, à Biarritz?

--Mais non, mais non. La comtesse, elle est là aussi.

--(«Tiens, se dit Sylvère, tiens; tiens: la comtesse est là.» Et si elle
n'ajoute pas dans son for intérieur: «Chouette, on va rigoler», c'est
que ces expressions ne lui sont point familières.)

--Elle sera bien heureuse, ajoute San Buscar, de connaître Madame la
baronne de Mariolles.

«Madame la baronne de Mariolles» s'incline avec un sourire, et Monsieur
répond sans enthousiasme apparent:

--Certainement, nous serons bien honorés, quoique nous ne passions que
quelques jours; et puis, vous savez, San Buscar, une jeune mariée, ça ne
sort pas beaucoup.

--Tout de même, proteste tendrement Sylvère, vous ne comptez pas me
laisser sous clef à l'hôtel, tandis que vous serez sur la plage?

--Et puis, mon cher, reprend l'étranger, si vous saviez comme Imogène
est revenue du monde. Il y a deux mois, je parie, qu'elle n'a fait un
boston ou une partie de tennis. Les Américaines, ça s'ennuie de tout, à
un moment donné. Nous vivons comme deux bourgeois, aujourd'hui.

--Ça doit être bien amusant, dit Sylvère, pour dire quelque chose.
Est-ce que Madame de... San Buscar reprise ses bas, avec un gros oeuf
en buis, comme on nous faisait faire au couvent?

Dans son excessive hilarité, San Buscar met au jour des dents sans
nombre. Il a l'air alors d'un crocodile qui ne serait pas dangereux, de
ce pauvre crocodile sacré dont parle Hérodote, qui portait des bracelets
d'or aux pattes de devant, des anneaux de terre émaillée aux oreilles,
et qui, ce jour-là, n'avait plus faim: «Il était couché sur le bord du
lac: les prêtres vinrent. Deux d'entre eux lui ouvrirent la gueule; un
troisième lui jeta d'abord les gâteaux, ensuite la friture et finit par
la boisson. Sur quoi le crocodile (_très embêté_) plongea et s'alla
poser sur l'autre rive. Mais un autre étranger (_ah, les étrangers!_)
étant survenu avec pareille offrande, les prêtres la prirent, firent
le tour du lac, et, après avoir atteint le crocodile, lui donnèrent
l'offrande de la même manière.» Après quoi, sans doute, le crocodile
replonge, et ainsi de suite, tant que ça n'ennuie pas.

Entre temps on est en gare de Bayonne.

--Nous prenons une voiture pour Biarritz, dit Mariolles. Ambroise
continue par La Négresse, avec les bagages.

San Buscar accepterait peut-être une place; mais comme on ne la lui
offre pas:

--Moi, j'irai par le tram', dit-il. Vous n'avez pas besoin de mon valet
de chambre? Il est là, avec le fusil.

--Merci. Il n'y a pas de brigands sur la route, je pense.

--Non. Plutôt autour de la cagnotte.

--A propos, et la partie?

--Ça va, ça va. Je vous raconterai.

Et on se sépare.

Pendant quelques jours encore les Mariolles défendent leur tête-à-tête.
Ils se lèvent tard, ne descendent pas sur la plage, et font des
promenades en voiture dans les environs. Des cochers, habillés comme
le postillon de Longjumeau, les mènent sur les chemins blancs du Pays
Basque, entre les églises trapues, les jeux de paume, les auberges
à pêcheurs, les cimetières d'où on voit la mer. Il y a des maisons
brillantes de chaux éparses dans la campagne, chacune sur une éminence
et qui regarde d'un autre côté que sa voisine. Guéthary, Fontarabie et
ses palais en guenilles, Saint-Jean-de-Luz leur ont tour à tour offert
cette ombre tiède de l'automne, qui est pleine du bruit des feuilles
froissées. Et ils ont été boire du chocolat sous les arceaux de la
mélancolique Bayonne.

Mariolles éprouve un sentiment ambigu à promener sa femme dans ces lieux
même où il a fait l'épreuve de sa tendresse, jadis, et tant de fois de
sa luxure. Il y a un mauvais chemin sur la falaise qu'il reconnaîtra
toujours pour l'avoir suivi sous une lune voilée; mais c'était cette
nuit-là un chemin sans pareil, car il menait vers les baisers que
Mariolles alors aimait plus que tout au monde. Il y a une auberge aussi,
une auberge basse avec un rang de platanes, où, tout un après-midi
pluvieux, il a attendu une lettre--qui n'est pas venue.--Que n'y at-il
pas encore, pour faire se dresser à toute heure sur ses pas quelque
image gracieuse ou lubrique: ce chalet, peint de noir et de rouge,
qu'habitèrent de jeunes courtisanes qui étaient soeurs et d'une si
prodigieuse impudicité--et l'hôtel où, un jour de neige, que la mer
était couleur d'étain, un garçon complaisant lui avait amené une petite
fille du Phare--et dix ou douze bancs encore, épars dans la ville comme
dans sa mémoire, qui lui rappellent les conversations les plus diverses
et les plus semblables.

Mais il regarde marcher à son côté l'incomparable Sylvère, et devant
ce sourire jeune, cette gorge hardie, tout ce corps élastique, il sent
s'évanouir le passé.

--Comme vous marchez bien, Sylvère.

--C'est que j'ai du sang de Basques, répond la jeune femme avec fierté.

--Et quel dommage qu'avec ces jambes-là vous ne sachiez pas danser, pour
ainsi dire!

--Je danse donc bien mal?

--Je ne vous dirai pas: comme une main, parce que ce ne serait pas poli;
mais, franchement, vous ne dégotez pas Mlle Chasle.

--Comme vous parlez mal, Tony.

--L'habitude de la bonne société. Si je n'avais fréquenté qu'avec
des cocottes, ainsi que Madame votre mère se plaît à l'imaginer, je
m'exprimerais, certes, avec bien plus de propriété et de rigueur; n'y
ayant personne au monde qui exige...

--Ah! non, pas comme ça: vous me rappelez M. Le Lambin, notre professeur
de géographie à Versailles.

--La savez-vous, au moins?

--Un peu. Le commencement.

--Et Sylvère récita:

«La géographie, qui embrasse par définition le reste des arts, puisque,
non contente de décrire les accidents pour ainsi dire physiques de notre
planète, elle s'attache encore aux moeurs et à la coutume des hommes,
se recommande, mieux encore que la mythologie, à la faveur des jeunes
personnes, par la pureté comme par la variété de son discours, en
sorte...» Et Sylvère respira.

Ils étaient arrivés près du Port Vieux. Par l'échancrure on voyait la
mer, d'un bleu profond, palpiter sous un ciel plus pâle. La bonne odeur
du sel remplissait l'air. Ils descendirent jusqu'au creux de la petite
plage, s'assirent à l'ombre.

Autour d'eux des enfants faisaient des pâtés de sable. Plus loin, un
abbé espagnol, l'air carliste, causait avec une institutrice allemande:
celle-ci, par intervalles, se levait, marchait sur une paisible petite
fille en rose qui jouait à quelques pas de là, et l'apostrophait
d'objurgations gutturales en la secouant par l'épaule.

--D'ailleurs, dit Mariolles en reprenant la conversation d'un peu
plus haut, je ne veux pas vous faire de reproches sur votre danse,
puisqu'elle m'a valu un peu de vous connaître, vous vous rappelez, à ce
bal d'officiers?

--Si je me rappelle, fait Sylvère en haussant les épaules. Et puis,
Tony, ce n'est pas là que vous m'avez connue, puisque c'est depuis toute
petite.

--Oui, mais c'est là que je remarquai, pour la première fois, combien
vous aviez changé depuis jadis, au jardin de votre grand'mère, quand je
vous faisais sauter sur mes genoux, et que les tilleuls nous pleuvaient
dessus ces petites fleurs qui tournent, qui tournent. J'étais en
costume de marin, je pense, avec un grand col, vous en chemisette tout
court,--toute courte, et qui poussiez des cris de souris blanche.

--C'est singulier, dit Sylvère d'un air rêveur, combien il y a de gens
qui vous ont fait sauter sur leurs genoux, et avec qui...

--Avec qui on ne voudrait pas recommencer. Je vous remercie.

--Mais il me semble... dit la jeune femme.

Elle se tait tout d'un coup, comme si elle allait dire une sottise,
rougit, et promène autour d'elle des regards troublés. Elle contemple
sans les voir, le ciel et la mer devenus d'un saphir plus obscur, les
ombres qui s'allongent. C'est l'heure du bain.

A ce moment passe près d'eux une assez belle personne, vêtue d'un de ces
horribles costumes de louage qui semble faits de toile goudronnée.

--S'il est possible, fait Mariolles, de se fagoter comme ça... C'est
dommage: elle n'est pas si mal faite. Voyez ses jambes; fines,
nerveuses...

Et Tony fait des yeux d'homme pas marié. Ceux de Sylvère, un instant,
comme la mer, s'obscurcissent; et elle n'est plus rouge du tout.

--Vous connaissez cette baigneuse, que vous la regardez comme ça?

Sa voix aussi est un peu changée. Tony n'a pas de peine à démêler en
elle la première et passagère atteinte de la jalousie. Et Tony, avec la
sottise de son sexe, y prend plaisir. C'est avec un gracieux sourire
qu'il répond:

--Je ne la connais pas, mais je déplore qu'elle ait un costume si mal
fait et si long.

--Vous voudriez qu'elle fût toute nue, peut être?

--Sylvère!

--Puisque je sais maintenant les costumes qui vous plaisent, vous verrez
comment je me baignerai.

--Je ne pense pas, dit Mariolles d'un air moins gai que tout à l'heure,
que vous preniez des bains de mer à Biarritz.

--Et pourquoi pas moi, Tony? Est-ce que je suis difforme, ou si vous
avez peur que je me noie?

--J'ai peur qu'on vous regarde. Pensez comme je vais vous laisser
défiler devant des paquets de gens, dans ces costumes de Cafrine!

--Tantôt vous le trouviez trop long.

--Mais ce n'est pas la même chose, fait Mariolles rageusement: il sent
bien qu'il n'a plus «le meilleur».

C'est leur première querelle, et il y a plus encore de surprise que
d'hostilité dans leurs regards. C'est comme s'ils découvraient chacun
dans l'autre une bête inconnue, qui gronde.

--Voulez-vous me raccompagner à l'hôtel, dit enfin Sylvère.

Ils remontent à petits pas, sans plus mot dire, tout près pourtant l'un
de l'autre.


C'est ce jour-là même qu'on a fini par tomber sur les San Buscar, un peu
après le coucher du soleil, quand les gens qui se promènent sur le quai
de la Grande Plage ont l'air de fantômes bleus.

Mme de San Buscar est si cordialement aimable pour Sylvère qu'elle fait
penser au _yours faithfully_ des fins de lettres. Quant à Mariolles, il
y a eu d'abord, dans son attitude, une nuance presque imperceptible de
gêne; mais lui aussi se dégèle, et il naît le plus naturellement du
monde, de tout cela, un petit projet de dîner à quatre au Grand Cercle.

--Ça n'est pas, dit Mme de San Buscar, que la cuisine y soit excellente.
Elle n'est pas excellente. Mais la terrasse est tout à fait agréable,
avec les petites bougies.

--Et les papillons, fait son mari.

--C'est très joli aussi, les papillons--quand ils se brûlent. Vous ne
trouvez pas, Madame?

Sylvère insinue qu'elle les préfère au soleil, sur une prairie.
Là-dessus, comme on est à la porte de l'hôtel du même Grand Cercle,
où, par hasard, les deux couples demeurent, on se sépare pour s'aller
habiller.

Mariolles, assez tôt en livrée, frappe à la porte de sa femme.

--Entrez, dit-elle: si vous promettez de ne pas regarder d'un quart
d'heure. Que je regrette donc de ne pas avoir amené Ursule. Vous ne
sauriez croire comme je suis paquet, toute seule.

--Heureusement, vous n'êtes plus seule.

Décidément, M. de Mariolles ne respectera jamais sa femme, et Sylvère se
trouve, par un accident imprévu, sur les genoux de son mari, ou plutôt
un peu dessus et beaucoup entre; bref, dans une situation d'infériorité
bien faite pour indigner un congrès féministe. Il ne lui reste même pas
la ressource de s'écrier: Vous allez _toute_ me froisser ma robe. Car
elle ne l'a pas encore mise, ni son jupon; et elle était seulement
occupée aux dernières oeillères de son corset.

--C'est ridicule, dit Mariolles, de porter des choses comme ça, quand on
est faite comme vous. J'espère que vous profiterez d'être à Paris pour
vous faire faire des ceintures.

--Oui, Tony.

--C'est comme vos jarretières. Qui diantre porte encore des jarretières
en dehors des romances espagnoles!

--Oui, Tony.

Sylvère passe un jupon.

--Il n'y a que votre mère pour pousser le culte de la tradition
jusque-là. Pourquoi pas de la pommade?

--Oui, Tony. Et je suis sûre que votre belle amie, Mme de San Buscar, ne
porte pas de tout cela.

Mariolles reste muet, abruptement. Toute sa loyale figure s'efforce
de signifier: Comment voulez-vous que je sache ça, au moins pour les
jarretelles?

--Qui est-ce, Mme de San Buscar?

--Une Américaine.

--Et après?

--Elle est de Saint-Paul, je crois, ou de Minneapolis; une ville sur un
lac, dans l'Ouest, une ville très bien.

--Comme qui dirait Saint-Jean-d'Angely.

--Oui. Elle s'appelle Imogène. Elle avait épousé d'abord un colonel
anglais très riche. Elle, elle n'avait pas le sou, ce qui ne manque pas
de chic pour une Américaine. Lui est mort alcoolique, en lui laissant un
sac qu'elle a encore, et un joli nom qu'elle n'a gardé que trois ans. Ça
s'est prononcé San Buscar, tout d'un coup. Ce pauvre colonel: il était
ivre de whisky tous les soirs, et si on voulait le raccompagner, au
sortir du Club, il vous flanquait des coups de revolver. Puis il s'en
allait, raide comme la justice; trouvait, par un décret spécial de
la Providence, la porte de son jardin, la porte de sa villa, montait
l'escalier, traversait son bureau sans encombre, et, juste devant sa
chambre, chaque nuit, inévitablement, tombait; son valet de chambre
entendait le bruit, et venait le coucher.

--Et elle?

--Imogène?... Elle s'était habituée.

--Comme vous êtes renseigné!

--Tout cela était de notoriété publique; lui-même en plaisantait--le
jour.

--Elle a eu beaucoup de chagrin, quand il est mort?

--Je... je ne sais pas. Elle s'est tenue correctement; on n'a pas parlé
d'elle.

--Alors, pourquoi faisiez-vous cette figure en me présentant?

--Mais vous avez rêvé, je vous assure. Et puis c'est plutôt San Buscar
qui ne me chante pas, pour vous. Il a une réputation. Il serait
compromettant, à la longue.

--Lui! s'écria Sylvère, qui se mit à rire. Au fait, et lui, qui est-ce?

--Mexicain. A part San Buscar, il s'appelle Christobal Almeyras. Son
père a été fait comte par Maximilien, et ne l'a pas trahi en retour,
ce qui est vraiment propre. Dommage qu'on lui ait donné ce nom de
détrousseur de diligences. Mais j'ai dans ma folle idée que ça ne lui
allait peut-être pas si mal. Ces gens-là ont ça dans le sang.

--Il doit leur tourner, depuis qu'il n'y a plus de diligences.

--On s'arrange. Je connais un bonhomme, un Grand d'Espagne, et le plus
propre du monde, qui a été officier carliste; tout de suite il a arrêté
un train.

--Pourquoi faire?

--Il y avait de l'argent alphonsiste dedans; bonne prise.

--Il n'a pas pris autre chose?

--Pas lui, non.

--Comment?

--Il parait que ses soldats se sont un peu amusés. Il y avait
des voyageuses. Mettez qu'ils ont pris des tailles, des tailles
alphonsistes, sans doute.

--Vous avez de jolis amis.

--Il en est de toutes couleurs sur cette côte. Il y a des jours où on
se croirait dans une maison de fous. Mais vous êtes prête, je crois.
Descendons, voulez-vous?



III

JUSQU'AU MARBRE


Le haut de la tête éclairé en rouge par le reflet des petits abat-jour,
San Buscar et sa femme sont déjà là, en un bon coin de la terrasse, d'où
l'on peut voir la mer reluire et palpiter obscurément sous les étoiles.
Et le dîner s'engage le plus gaiement du monde.

Imogène Harryfellow, comtesse de San Buscar, supporte sans fléchir le
voisinage de Sylvère. Elle est grande et mince comme elle, avec je ne
sais quoi d'un peu viril dans la souplesse qui distingue l'Américaine
de choix, celle qui se marie en Europe. La trentaine lui est encore
étrangère. Elle a des yeux bleu foncé, et doit s'ennuyer avec violence,
dès qu'elle ne s'amuse plus violemment. Elle a une robe où il y a de
l'or dans la trame, et qui évoque, selon l'humeur dont on est, les
pompes catholiques, Venise, ou les hommes-serpents des music-halls.

Sylvère est vêtue de linon bleuâtre et de guipures. Dans le demi-jour,
elle ressemble à ces belles fleurs pâlissantes de l'hortensia ou du
magnolier, qui semblent, au bord de la nuit, absorber ce qui reste de
lumière autour d'elles.

--Il paraît, Madame, demande Mariolles à sa voisine, que vous ne dansez
plus?

--C'est Cristobal qui vous l'a dit? mais c'est vrai, au moins. Voilà
plus d'un mois, depuis que mon flirt est parti, et puis mon frère Lord.

--Il était donc en France? Vous savez que je ne l'ai jamais rencontré.

--Il doit revenir bientôt. Il a découvert que ça n'était pas
gentlemanlike de gagner de l'argent. C'est ridicule pour un Américain;
ne pensez-vous pas ainsi? Nous sommes faits pour gagner de l'argent, les
Yankees.

--M. de San Buscar ne danse donc pas? demande Sylvère avec innocence.

--Oh! por Dios, si, comme tout le monde. Mais Imogène ne veut plus,
ensemble, depuis qu'elle s'est mariée avec moi.

--C'est ridicule de danser avec son mari, n'est-ce pas? C'est comme si
on flirtait avec lui. Dans tous les plaisirs il faut un peu de mystère.
Mais, si vous voulez, monsieur de Mariolles, nous ferons un boston
après. Mme Sylvère ne sera pas jalouse d'une vieille femme.

--Je ne suis pas jalouse, fait Sylvère un peu froidement. Mais je ne
bostonne pas assez bien pour inviter votre mari.

--Oh! s'écrie San Buscar, nous vous donnerons dix minutes de leçon
demain, Imogène et moi. Elle a un petit salon, avec un piano.

--Ça n'est pas un piano, Cristobal. C'est une chose sans nom, une
chose...

--Mais je le connais, le piano, s'écrie Mariolles imprudemment. C'est au
no. 9, n'est-ce pas. Il doit y avoir toujours une presse à citron dans
la chambre d'harmonie.

--Comment le savez-vous? demande Sylvère d'une voix nette.

--C'est... c'est l'auteur lui-même qui me l'a raconté. Vous le
connaissez, San Buscar: c'est Pablo Durand. Qu'est-ce qu'il devient,
Pablo? Vous savez qu'il y a un an que je n'ai paru ici.

--Il est mort.

--Non.

--Vous savez qu'il était alcoolique. Alors on l'a guéri très bien, dans
un hospice qu'il y a pour ça en Allemagne. Et tout de suite après il est
devenu fou. En trois mois il est mort.

--Quelle jolie chose, la science, murmure Mariolles.

Mais Sylvère ne paraît point de cet avis; sa lèvre de dessous pointe,
comme chez les enfants qui ont du chagrin.

--La famille aurait dû faire un procès au médecin allemand, remarque Mme
de San Buscar.

Il y a un silence, pendant lequel on entend s'escrimer un monsieur, avec
une espèce de fusil à fusées, au bout de la terrasse, contre une cible
invisible. Si par impossible on faisait mouche, il se passerait sans
doute quelque chose de monstrueux, on ne sait pas quoi au juste. Ça
allumerait un soleil, ou bien ça renverserait le ministère.

--Est-ce que vous avez jamais vu réussir, San Buscar?

--Oui, une fois; un monsieur qu'on ne connaissait pas, personne, et qui
a été trouvé mort le lendemain, dans son lit.

--C'est l'administration du Cercle qui se sera vengée. A propos, vous ne
m'avez pas dit grand'chose de la partie. Du gros monde?

--Vous ne comptez pas jouer, Tony? demande Sylvère.

--Non. Sylvère, non. Quand même on me permettrait de faire la poussette.

--C'est que cela me ferait du chagrin.

--Je vous le jure.

--Encore, si on laissait entrer les dames, remarque Imogène.

--Il y a eu, repend San Buscar, très belle partie, pendant quinze jours,
avec deux tables à banque ouverte: la consolation des pontes debout. Ce
pauvre Glaphyro avait commencé par faire une trouée. Il a même taillé;
et puis, comme toujours, il a fini par s'en retourner avec les anges.

--Ça lui va si bien.

Cependant on apporte le café et les cigares. Le café est exécrable.

--Ce qu'il y a eu de plus amusant, continue Cristobal, c'est un nouveau
commissaire des jeux qui s'était mis dans la tête de faire du nettoyage.
Voyez massacre. Un tas de figures amies, elles disparaissaient,
disparaissaient; et avec elles l'Industrie, mère des Arts; et toute la
gaieté. Il se passa des choses monstrueuses, je vous dis. Un louis que
j'avais laissé tomber, qui resta là plus d'une heure; et, pour comble,
le garçon de salle me le rapporta. «Imbécile, comme je lui ai expliqué,
il faut que vous soyez. Vous croyez que je vais vous donner un
pourboire. Le pourboire, vous l'aviez tout fait entre les mains.
Demandez-lui, au directeur, si c'est en rendant les louis qu'on change
son tablier contre un smoking avec de la moire autour.»

Il y a un moment déjà que les dames se sont retirées, et San Buscar
poursuit ses contes de brelandier.

--Tous ces pauvres philosophes, donc, allaient à Fontarabie, où il y a
une ombre de roulette. Et eux-mêmes, ils avaient l'air, mon cher ami,
ces ombres d'afficionados à qui Ulysse ne voulait pas laisser boire
le sang du taureau. Tous là, ils étaient, depuis le chambellan
guelfe jusqu'au baron de Cortomalo, que vous et moi avons connu
prestidigitateur dans un cirque. Il faut dire que le commissaire, il les
avait expulsés en douceur, beaucoup. Lui-même alla à Fontarabie, je ne
sais plus pourquoi, peut-être pour jouer, et il tomba sur toutes ses
victimes, râpées, le ventre creux, mais d'attaque. Ce fut une ovation,
une petite fête de famille. Le commissaire pressait des mains, souriait:
«Vous ici, mon cher commodore, que je suis heureux de vous rencontrer!»
ou bien: «On ne vous voit plus chez nous, baron!» D'ailleurs, tout ça a
été très adouci depuis. Je pense que la maison aura fait comprendre
que si on ne laisse plus entrer dans les salles de bac que des gens
estampillés, ça fera le désert; et qu'il ne manquerait plus que de faire
couper par M. Brisson. Ça fait qu'on revoit un peu des anciennes têtes.

--Y compris notre ami Cortomalo?

--Y compris. Figurez-vous, l'autre jour, il jouait l'écarté avec un
monsieur, qui finit, je ne sais pas pourquoi, par lui jeter les cartes à
la tête. Lui ramasse froidement l'argent, et il dit au monsieur: «Je me
doutais bien que vous vous appeliez Grimaud.»

Sourires--et l'on monte rejoindre ces dames dans le
petit-salon-au-piano-à-presse-à-citron. Mais Sylvère ayant réclamé
d'aller voir danser, on passe dans les salons du Cercle. Une musique
grêle, voluptueuse, y fait tourner quelques couples selon des spirales
lentes et contradictoires.

--Vous m'avez promis un tour, dit Mariolles à Mme de San Buscar. Au
risque d'être un peu rouillé, je vous le réclame.

Imogène se penche vers Sylvère:

--Vous ne m'en voudrez pas, c'est vrai, de vous prendre votre mari?

--Par exemple, répond la jeune femme en souriant de toutes ses forces.
Mais je vous le donne avec plaisir.

--Ah! que vous êtes habile. Et qui vous a enseigné, déjà, que les fruits
les moins défendus sont les moins désirés?

--Mais non pas les moins cueillis, ajoute sans à-propos Mariolles, qui
n'a entendu que les derniers mots.

Imogène, pour couper court, prend son bras.

--Est-ce que vous préférez rester là debout, Madame? demande le
Mexicain. Nous avons l'air d'un reproche.

--En effet, c'est très gentil; un peu comme partout, répond Sylvère qui
regarde fixement le vague.

San Buscar soupçonne que sa compagne poursuit d'autres idées que les
siennes, et se tait.

--Oui, c'est la même valse, dit cependant Mariolles; mais ce n'est pas
ici, il me semble, que nous l'avons dansée, au moins cette fois-là.

--Mais non: c'était chez Mme Probloker. Et ce retour, sans voiture, sous
la tempête. Vous vous rappelez, Sainte-Mary; et dans quel état j'avais
mes bas.

--Vous avez si peu voulu que je m'en rende compte que vous m'avez laissé
en plan à votre porte.

--_My goodness!_ que vous avez été inconvenant ce soir-là,
murmure-t-elle d'un air charmé, comme si elle suçait un gros bonbon;
soudain, elle s'arrête, la gorge palpitante, les yeux blancs, et se
suspend au bras de Mariolles. On dirait que le lent enivrement de la
danse devient pour ses sens un plaisir trop vif.

Sylvère les regarde de loin. Elle a fini par accepter de s'asseoir avec
San Buscar à une table du restaurant et par dire oui à la première chose
que lui offre à boire cet étranger peu au courant des rafraîchissements
pour jeunes Françaises de famille. En sorte qu'elle savoure à la fois
les amertumes insidieuses de sa première jalousie et de son premier
gin-cocktail.

Mariolles et Imogène se lassent enfin. Ils reviennent, lui un peu rouge,
elle un peu rose; et, après avoir demandé des fruits au champagne:

--Que votre mari, dit-elle à Sylvère, est un danseur exquis. Il faut
absolument que je vous donne une leçon de boston pour que vous en
profitiez à votre tour.

--Je ne bostonnerai jamais, dit Sylvère en serrant un peu les dents.

Mariolles pense que c'est timidité et sourit. Mais en la regardant
mieux, il lui trouve un air singulier.

--Qu'avez-vous, Sylvère?

--Rien, mal de tête.

--Vous feriez mieux de ne pas boire cette horreur.

--C'est M. de San Buscar qui me l'a recommandée. Mais j'en ai goûté à
peine: c'est très mauvais.

--San Buscar! Il sait bien qu'il faut boire du gin pendant onze ans pour
s'y habituer. Mais demandez autre chose.

--Je voudrais aller me coucher, dit Sylvère d'une voix blanche.

--Ma chérie, dit Imogène, nous irons toutes les deux, en attendant que
nos seigneurs remontent.

--Mais j'y vais, dit Mariolles.

--Non, non, vous viendrez dans un moment. Je veux faire un petit complot
avec Mme de Sainte-Mary.

Mariolles les accompagne pourtant jusqu'à la porte de l'hôtel, et
les regarde disparaître. On dirait deux soeurs, pense-t-il; et cette
intimité rapide, qui l'aurait offusqué ce matin, lui parait maintenant
tout à fait plaisante.

Il retrouve San Buscar attaquant un second gobelet. Et buvant, à petits
coups de paille, celui qu'a laissé Sylvère:

--C'est vrai que c'est mauvais, dit-il.

Cependant plusieurs gentlemen passent à la cantonade, d'un air détaché,
seuls ou par très petits groupes, et pénètrent dans une antichambre
rouge, pour disparaître derrière une lourde porte que semble garder un
dragon redoutable à la sanglante livrée. Au reste, il ne dévore aucun de
ces imprudents. Le vrai monstre, ce n'est pas lui.

--Venez-vous? dit San Buscar.

--C'est que je monte à l'hôtel dans un instant; et puis ma femme m'a
demandé de ne pas jouer.

--Peste, mon cher, vous êtes docile. Mais la vue n'en coûte rien.
Tenez-moi compagnie dix minutes.

A leur tour, d'un air détaché, ils pénètrent dans l'antichambre rouge,
et de là dans l'autre salle.

Mariolles n'y découvre aucun changement depuis ses dernières visites. La
partie n'est pas très grosse. Autour de l'unique table verte règne
un silence tendu, coupé parfois d'un colloque à voix basse, d'une
imprécation solitaire, plus rarement d'un concert détestatoire contre
le croupier qui veut ramasser des pontes en carte, ou contre l'innocent
égaré là, qui a tiré à six.

--On joue aux boules, quand on joue comme ça!

L'innocent offre de rembourser le coup; mais il se vérifie que son
tirage a fait gagner les deux tableaux, le banquier qui devait faire
huit s'étant embaqué: il en brûle même la taille, en jetant des regards
furieux à l'innocent qui reçoit des autres, sans comprendre davantage,
les marques d'une approbation discrète et posthume.

Mais le banquier est décidément hors de lui, comme peut-être de ses
fonds. Le dernier reste de sa froideur britannique s'en écaille, et il
part en maugréant:

--Est-ce qu'on me prend pour M. le Bon?

Cependant le croupier frappe discrètement le tapis du plat de sa
palette, et crie d'une voix grasse:

--La banque est aux enchères, m'm'sieurs.

--On pourrait tailler à pas trop cher, d'un moment, fait San Buscar.
Voulez-vous la moitié?

--C'est... qu'il faudrait que j'aille rejoindre Mme de Mariolles. Et
puis j'ai promis de ne pas jouer.

--C'est moi qui jouerai, c'est pas vous. Nous en avons juste pour un
quart d'heure.

--Vous êtes irrésistible.

Les enchères sont molles. San Buscar intervient et semble les dorer avec
ce bel accent espagnol qu'il reprend dans les circonstances vives.

--Cinquante louis!

--Soixante!

--Soixante-cinq!

On l'abandonne à quatre-vingt-dix. Et tandis qu'il s'assied:

--Pierre, un verre de champagne, dit-il.

--Moi aussi, fait l'associé.

La partie s'engage. Il semble que San Buscar soit tombé sur la bonne
banque rasoir. Sa voix métallique éblouit et foudroie le ponte:

--Ouit, s'écrie-t-il parfois, ou bien:

--Nof!

Le temps passe comme un éclair. On remplace le champagne par du brandy
and soda. Un tas de jetons, d'or et de billets croît et décroît tour à
tour contre la petite chose en porcelaine, devant San Buscar. Mais il ne
quitte pas la banque, qu'on lui pousse maintenant à plus du double.

Enfin, comme il vient d'achever heureusement une taille dernière,
quelqu'un annonce: Banque ouverte! et le chasse du fauteuil. Le petit
jour ne cogne pas encore aux carreaux, mais il n'est pas loin. Avec un
guéridon et une sébille, San Buscar et Mariolles font leurs comptes,
laborieusement, et se trouvent en bénéfice chacun de vingt-quatre mille
et des francs.

--On a beau ne pas être rapiat, conclut Cristobal, ça fait toujours
plaisir.

--Vous ne savez pas ce que vous devriez faire, au lieu de reperdre ce
paquet, dit Mariolles, que les _long drinks_ et ses jetons remplissent
de bienveillance: nous accompagner à Paris, Im..., Mme de San Buscar et
vous.

--Comment donc! mon cher ami; c'est une idée extraordinaire.

--En attendant, on pourrait aller se coucher.

Mais le sort en a disposé autrement; et ils rencontrent au
restaurant toute une bande assez joyeuse et très grise, retour de
Saint-Jean-de-Luz, en costumes de pêche. On s'assied ensemble. Une
certaine Mlle des Pois, qui ne revoit point Mariolles sans émotion,
dépose sur son collet presque toute la poudre à la maréchale dont elle
vient, au lavabo, de saupoudrer son hâle. C'est l'heure des cocktails,
du moins à ce qu'affirme Glaphyro. Ils se succèdent et, une fois encore,
le temps passe comme un éclair. Toutefois Mariolles sent obscurément, au
fond de son coeur, qu'il oublie quelqu'un ou quelque chose (il ne sait
pas au juste), et boit avec sensibilité des choses couleur de topaze.

--Il fait jour, dit soudain quelqu'un.

Ces paroles sonnent tristement, on ne sait pourquoi, et chacun regarde
d'un air de reproche les rideaux des hautes fenêtres: entre les lampes
et l'aurore, ils sont devenus d'un bleu merveilleux, d'un bleu de grotte
sous-marine.

--C'est peut-être ça que Baudelaire appelait le bleu mystique, dit Mlle
des Pois; car elle a une teinture de lettres, «une couche», disent ses
amis.

On se sépare. La voix des femmes se mêle au bruit des portières
refermées, et Mariolles, s'étant définitivement souvenu qu'il est marié,
et même jeune marié, gagne avec un mélange d'inquiétude et de bonne
humeur son appartement. Il frappe, tout doucement, à la porte qui le
sépare de sa femme.

--Entrez, dit Sylvère.

Par la fenêtre restée grande ouverte, il aperçoit un instant la mer
toute bleue, le ciel tout rose. Et il aperçoit aussi Sylvère, avec une
pâle figure, assise dans son lit et qui ne dort pas. Un peu de gêne
semble répandue dans l'air. Mais Mariolles a une idée triomphante. Avec
un bon sourire, il vide ses poches: des billets, de l'or, de la nacre
tombent sur le lit.

--Qu'est-ce que c'est que ça, crie Sylvère. Ah! vous avez joué.

Elle secoue la couverture avec dégoût: de fortes sommes, se réfugient
sous les meubles.

--Et qu'est-ce que vous avez sur votre col? De la poudre de riz. Mon
Dieu, mon Dieu, vous avez été avec des femmes!

--C'est... c'est le croupier, balbutie stupidement Mariolles. Voyons,
ma chérie, ne pleure pas.

Il n'en faut pas davantage. La figure pâle de Sylvère, ses yeux agrandis
de fatigue, tout cela s'effondre dans un petit mouchoir, tandis qu'elle
gémit:

--C'est la faute de cet Espagnol. Je ne veux plus le voir. Et Imogène
qui avait l'air de se moquer de moi, en me disant bonsoir. Mon Dieu, que
je suis malheureuse!

Mariolles est écrasé par le poids de ses torts. Il s'assied, et, à son
tour, pleure. Il a saisi sur un bras du fauteuil un bas de sa femme, qui
est en soie tête-de-more, et s'en tamponne les yeux en répétant (car la
correction de son langage se ressent du désespoir où il est plongé):

--Je me suis conduit comme un cochon... comme un cochon.

Cependant l'Atlantique non loin murmure, et lèche, à petits coups de
langue, la plage, comme si elle était en sucre.



IV

LE BEAU VOYAGE

(La scène est à Biarritz et à Paris.)


Le temps, dont le vol apaisa tant de choses, depuis le courroux
d'Achille jusqu'à l'appétit d'Ugolin et au tendre désespoir de La
Vallière, a fait germer en quelques heures dans le coeur de Sylvère, la
semence de miséricorde. Elle pardonne à Mme de San Buscar (au moins en
a-t-elle bien l'air) et ne refuse pas qu'on aille à Paris en partie
double, comme le lui a proposé pâteusement, au petit jour, un mari
tellement désolé qu'il a fallu qu'elle-même le consolât. Autrement il ne
serait jamais allé dormir, et, en vérité, il n'était plus bon à autre
chose.

Sylvère pardonne aussi au baccara, tout en se jurant bien de ne pas
laisser le monstre rôder autour de son ménage. Elle est en ce
moment même agenouillée auprès de la commode en pitchpin, et ramène
laborieusement, avec une ombrelle, quelques-uns de ces ronds de nacre et
d'or, qui l'ont si fortement indignée il y a quelques heures. Ce n'est
pas qu'elle les aime encore. Ceux de nacre surtout l'indisposent: ils
sentent leur fruit davantage. Et puis elle les trouve prétentieux, avec
ces chiffres qu'ils portent inscrits sur le ventre, au lieu de dire tout
simplement, comme tant d'autres bibelots leurs confrères: _Souvenir de
Dieppe_ ou _Pèlerinage national_. Ah! en voici deux qui avaient réussi
à se cacher aux trois quarts sous la plinthe. Elles profitent de
l'ombrelle pour y entrer un peu davantage. Courte lutte; mais c'est
Sylvère qui «les a». Ce sont des plaques de cinquante; elles sont d'une
nacre plus belle, irisée et sombre, et d'un ovale oblong. «Deux mille
francs», se dit Sylvère, en les faisant sauter dans sa main. Elle en est
presque intimidée. Ce n'est pas qu'elle aime l'argent, dont le besoin
ne lui est jamais apparu. Mais enfin, à la campagne, on entend souvent
parler de deux cents pistoles, et, comme toutes les jeunes filles de son
milieu, elle n'a jamais eu de loin mille francs à elle: elle aurait cru
que c'était plus beau que ça.

Sylvère s'assied sur un tabouret pour mieux réfléchir. Elle est en
chemise et fait à elle toute seule un joli tableau, moins joli pourtant
que tout à l'heure, quand elle était à quatre pattes et la tête basse, à
regarder sous la commode. Elle s'est même fait du mal aux genoux, et se
les frotte en méditant.

C'est vrai qu'elle ne sait pas ce que c'est que l'argent. Sa dot est
passée de son père à son mari, le temps de faire ouf. Et d'ailleurs ce
sont des terres. Elle se représente assez bien mille francs là-dessus:
deux ou trois vieux chênes que son père voulait vendre, et qu'elle a eu
le caprice de sauver, ou bien cette toute petite enclave achetée l'autre
année à un voisin. Elle se rappelle des phrases prononcées à cette
occasion: «Ça ne tiendrait tout de même pas dans la main, ce mouchoir
de poche-là», ou bien: «Qu'est-ce que vous voulez? Il faut bien payer
l'agrément.» Et Sylvère songe encore à un saphir de sa grand'mère,
dont elle sait le prix, parce qu'il y a toute une légende de famille
là-dessus; le grand-oncle parti pour acheter un beau cadeau de noces,
allant au Palais-Royal pour voir les bijoutiers, et n'en sortant plus,
attaquant le biscuit un peu tous les jours, dans les restaurants,
disait-on à Sylvère. A la fin, il acheta un saphir médiocre, et c'est
une autre des formes que peuvent prendre mille francs.--Non, Sylvère n'a
jamais eu d'argent, et encore ses frères le lui prenaient-ils au fur
et à mesure. Encore si son père lui avait donné pour le voyage, à
elle-même, ce petit portefeuille qu'il a passé à Tony, cyniquement,
sous ses yeux, en lui disant: «Voilà pour prendre des fiacres, mon cher
Antoine.» Et c'est des banques qu'il a prises avec. Il est vrai que
si les femmes touchaient elles-mêmes leur dot, peut-être qu'elles
joueraient aussi, ce qui serait odieux, quoi qu'en pense la belle
Imogène.

On voit que Sylvère n'est pas encore très féministe; mais peut-être les
opinions de ce genre sont-elles comme les huissiers, qui ne viennent
qu'avec la misère. Cependant elle continue ses recherches et à composer
de petits tableaux vivants. C'est agréable, se dit-elle, d'avoir
l'Amérique pour premier vis-à-vis. On peut laisser sa fenêtre ouverte et
se promener en chemise. On pourrait même...

Mme de Mariolles rougit un peu. Elle songe au temps jadis qu'elle avait
peur, en se déshabillant, et peut-être, tout au fond, un peu envie, de
donner des tentations à son bon ange. Qu'il y a longtemps de cela. Elle
n'ignore pas, aujourd'hui qu'elle est devenue une façon de philosophe,
combien ces esprits sont indifférents à la matière, serait-ce une
matière aussi précieuse que le corps de Sylvère; ou du moins elle les
imagine tels, et peut-être n'est-elle pas, éloignée de croire qu'il y a
une part de niaiserie dans les intelligences trop épurées.

Enfin ses fouilles sont terminées; et tout le bénéfice de Mariolles est
là, sous trois ou quatre états allotropiques. Alors elle frappe à
la porte de communication; mais comme il y a d'abord le cabinet de
toilette, son mari n'entend sans doute pas. Elle frappe plus fort, et
une voix étrange répond au loin:

--... mmm... qu'y a?

--C'est midi passé, et Mme de Mariolles. Ils voudraient vous dire un
mot.

--N'entrez pas, n'entrez pas, s'écrie Mariolles enfin réveillé.

Et à part lui, il songe:

--C'est que je ne suis pas bon à regarder avec des pincettes. Ma parole,
j'ai encore ma chemise de jour.

Tub hâtif et froid, bouchonnage, coup d'étrillé, soins divers, etc. Et
Mariolles frappe à son tour.

Comme par hasard, Sylvère met son corset.

--C'est extraordinaire, se dit Mariolles, une femme à sa toilette. On
peut y venir à n'importe quel moment: elle est toujours à mettre son
corset...

(La suite comme au chapitre II, dans des circonstances analogues. Les
fatigues nerveuses ont des effets bien connus.)

... Et Mme de Mariolles, qui proteste encore, s'écrie:

--Il est plus d'une heure, et nous n'avons même pas déjeuné.

--Si on peut dire, fait Mariolles dans sa moustache.

--Et nous partons ce soir à dix heures.

Monsieur paraît inquiet.

--Nous partons?

--N'est-ce pas vous-même et M. de San Buscar qui avez décidé de partir
pour Paris par le prochain train de luxe? C'est ce soir.

--Au fait, pourquoi pas? Et ce voyage à quatre ne vous déplaît pas trop?

--Mais au contraire. Les San Buscar sont charmants. Entre eux deux, on
doit avoir l'impression de voyager dans le Texas.

--Vous êtes bonne. Tout de même, Mme de San Buscar va trouver que c'est
bien rapide, partir ce soir. Si elle ne voulait pas?

--Imogène, ne pas vouloir? Laissez, laissez, je m'en charge.

Dans un wagon-restaurant, les San Buscar et les Mariolles, autour de
reliefs souffreteux, causent.

--Ce sont ces dames qui l'ont voulu, dit Mariolles. Nous aurions pu
dîner parfaitement à Biarritz.

--Pensez-vous que nous avions mauvaise cuisine, demande Imogène avec des
yeux innocents.

--C'est-à-dire, explique Mariolles indigné, que je déplore de n'avoir
pas apporté une volaille froide dans un journal.

La comtesse, dit San Buscar (c'est toujours de sa femme qu'il parle),
ne reconnaît en cuisine que le homard, à cause qu'il est rouge, et la
salade, pour le vinaigre.

--Oh! et le céleri cru, Cristobal, et le chutney, j'adore, et le
Tabasco-sauce, et le... le...

--... prélude de _Lohengrin_, propose Mariolles.

--Non, une chose qu'elle est faite avec ce poisson qui sent beaucoup,
qui n'est pas cuit.

--Le caviar?

--La morue, dit Sylvère.

--Non, je ne pense pas non plus.

--Comment dites-vous, mon cher ami? demande San Buscar, quand une chose
vous embête: zut ou zout? je ne sais jamais.

La conversation tombe, comme un enfant, pas de très haut; elle ne se
fait pas de mal.

Les messieurs fument. Imogène continue à poursuivre le petit nom de
son poisson. Sylvère regarde derrière les longues vitres glisser
silencieusement le paysage des Landes. Sous les premières étoiles, elles
passent, par gradations insensibles, du violet au noir; et, au couchant,
un peu de pourpre fanée pend encore.

--Vous ne dites rien, Sylvère?

--Ce paysage me plaît.

--Les Landes? Mais c'est odieux quand il n'y a pas d'incendie. Et je me
demande, même, pourquoi nous n'en voyons pas ce soir: c'est la saison.

--Vous n'allez pas demander le registre des réclamations?

--Non, mais j'aime que les choses se passent régulièrement.

--D'abord, ça sent bon, continue Sylvère. Et il y a des tas de bruyères
violettes et roses qu'on a envie de cueillir. Et puis j'espère toujours
apercevoir un berger qui tricote sur des échasses, comme lorsque j'étais
enfant.

Imogène lui prend la main, et de sa voix un peu rauque, si émouvante
quand elle se fait tendre:

--Comme vous êtes drôles, dit-elle, vous autres Françaises. Il n'y a
aucune part où vous avez joué, étant petites, ou bien étant grandes,
pleuré, vous pourriez y revenir sans être émues. Les places où moi
j'ai été, ou non, auparavant, c'est le même pour moi; même où j'étais
amoureuse.

--Pourquoi me faites-vous ces yeux-là, s'écrie Sylvère; on dirait qu'il
y a un noyé dedans!

--Et permettez que je vous dise, ma chère amie, intervient San Buscar
avec gravité, les endroits où vous avez été amoureuse--vraiment...

--Plaignez-vous, Cristobal. Pensez-vous que c'est pour ne l'avoir jamais
été que je partage avec vous mon lit-toilette cette nuit?

Mariolles fait une demi-grimace.

--Voulez-vous bien ne pas raconter ces choses, lui dit-il entre haut et
bas.

Imogène, sous la table, lui allonge une ruade légère, presque une
caresse, et Mariolles garde un instant entre les siens un pied mince et
long qui s'avoue prisonnier d'assez bonne grâce.

--Que voulez-vous lui répondre? dit cependant San Buscar avec orgueil.

Mais Sylvère reste silencieuse. Elle regarde les Landes plates, toutes
noires, maintenant, glisser le long du train.

A son côté, tout à coup, la vitre éclate, et une grosse pierre vient
frapper San Buscar à la tête, sans force d'ailleurs. Il y a une minute
d'effarement dans le wagon. On s'empresse autour de la victime qui
n'a rien qu'un peu de surprise vaniteuse à l'idée d'avoir «essuyé» un
attentat. Et il ne peut s'empêcher de croire que c'est lui spécialement
qui a été visé.

Les gens continuent à s'agiter...

Un vieux monsieur pose des conclusions.

--Il est inadmissible que ce soit une plaisanterie. Le projectile, pour
avoir percé une vitre aussi épaisse, a dû être lancé avec une fronde,
et lancé adroitement. Non, c'est bien le crime d'un anonyme contre des
anonymes, le type primitif de l'attentat anarchiste...

--... L'âge de la pierre impolie, dit Mariolles pour dire quelque chose.

Cependant Mme de San Buscar soupèse la pierre dans ses mains; elle a la
forme à peu près et la grosseur d'un oeuf de cygne.

--J'en ferai un presse-papier, songe-t-elle tout haut. Et elle reprend:
Comment s'appelle la place, savez-vous?

--Ychoux, je crois.

--Bon. J'écrirai dessus: Souvenir d'Ychoux.

Sylvère est pâle; elle a eu peur, et elle songe maintenant à cette haine
qu'ils ont laissée derrière eux, au berger dont le bras fort a visé en
vain la chose de luxe, insensible, brillante, qui continue de précipiter
sa course à travers la nuit fraîche et résineuse.

Mais Mme de San Buscar rompant le silence:

--Ah! s'écrie-t-elle; je sais maintenant: c'est du Bummaloe-fish, que je
voulais dire.


Sous le petit jour qui semble ne percer qu'avec effort l'appareil des
verrières, la gare d'Orsay est immense, concave et grise, avec des
lampes pâlissantes, des lanternes qui fuient en sens divers, et parfois
le son riche d'une chose en fer qui résonne.

Tandis que leurs valets de chambre, lourds encore de sommeil, agitent
sans but un désordre de sacs et de couvertures, nos voyageurs se
confrontent. Ils ont des yeux trop noirs dans des visages trop blancs,
et cet air de gêne et de froid que laisse une toilette bâclée, une
toilette «sur le linge».

--On pourrait, propose Mariolles, laisser les bagages s'arranger avec
les domestiques et ruer soi, sur l'hôtel.

--Qui est-ce qui a télégraphié au Léviathan?

Personne n'a télégraphié au Léviathan-Hôtel. Les San Buscar et les
Mariolles échangent des regards chargés de muets reproches.

--Partons tout de même, fait Sylvère.

Elle est un peu lasse des trains dits de luxe, des pseudo-dévêtissements
sur les lits-attrape, et elle se prend à regretter l'honnête coin de
première de son enfance, avec des plaids.

Seule Imogène proteste, et tient à vérifier que ses colis sont au
complet. Elle n'en a que neuf, n'ayant pu, en un jour, emballer tout le
nécessaire; mais elle n'en professe que plus d'amour envers ce qui lui
reste, comme les mères ont accoutumé pour le peu d'enfants que leur a
laissés une longue guerre.

On se résigne; on monte à l'arrivée des chemins roulants, pour se
placer, selon les indications précises de la Compagnie, devant la bouche
dont la lettre correspond au numéro de son billet (à moins que ce ne
soit le contraire ou autre chose). Imogène guette à la place indiquée.
Les colis les plus incohérents: cartons entr'ouverts, malles de bonne
avec du poil dessus, peaux de truie, etc., montent, montent, d'un train
uniforme, avec un peu de cet air bête qu'affectaient, à l'Exposition,
les touristes du trottoir en rond. Enfin paraissent ceux d'Imogène;
mais, comme s'ils dédaignaient de la reconnaître dans son attente
désolée, de droite, de gauche ils virent, ils s'égaillent, vers tous
les comptoirs où elle n'est pas, manifestant ainsi une fois de plus
l'obscure malice des objets mobiliers.

Tant bien que mal on les rassemble (peut-être qu'ils n'ont plus envie de
jouer); ils sont là tous les neuf, en robe kaki timbrée de violet, et
tout le monde s'ébranle vers le Léviathan-Hôtel.

Trois quarts d'heure de course, on descend devant le caravansérail de
l'avenue du Bois. D'un joli blanc de plâtre que la patine de Paris
n'a pas encore flammé de noir, on dirait quelque monstre géant et
modern-style, accroupi au bord de la route. Cependant paraît un employé
amnésique et polyglotte, pour qui, malgré ses efforts, la plupart des
choses n'ont plus de nom dans aucune langue. On finit par s'entendre:
deux petits appartements au cinquième (avec balcon) sont mis à la
disposition des infortunés explorateurs. Et déjà ils se hâtent vers
leurs lits, impatients de réparer le repos qu'ils ont goûté dans le
train.

Les Mariolles ont un petit salon, une chambre à deux lits et un cabinet
de toilette dans lequel on s'occupe de transporter leurs bagages.
Ils ont été tout droit se coucher sans beaucoup prendre garde à
l'ameublement, et c'est ainsi que bien des splendeurs modernes leur ont
échappé. Le petit salon surtout, avec ses bois teints, ses cuivres à
l'emporte-pièce, ses chaises en forme de céleri décortiqué, ses tables
hérissées d'angles dangereux, présente on ne sait quel air anglo-belge
des plus ressemblants. Pourtant nul ne l'admire, et déjà, sans doute,
les Mariolles se sont abîmés dans les ténèbres du sommeil.

Mais voici, sans qu'ils s'en doutent, qu'il leur arrive des visiteurs:
inopinément la porte du corridor s'ouvre et introduit dans leur petit
salon:

1° Un Anglo-Saxon très rasé, apparemment Américain, en habit et complet
état d'ivresse;

2° Une charmante petite dame de 1m,65, blonde, mince, et d'une élégance
un peu exotique qui fait penser qu'on l'aurait aperçue au Delmonico ou
chez Cubat, eût-on fréquenté seulement un peu les capitales attenantes à
ces restaurants.

Ils semblent du reste se considérer tout à fait comme chez eux. La
petite dame s'assied, et, ouvrant un étui à cigarettes en or cannelé:

--Mon cher, dit-elle, donnez-moi un peu de feu pour une cigarette.

Avec des gestes mal coordonnés, le jeune homme fouille dans toutes
les poches d'un habit un peu fripé. Le haut de forme aussi a subi des
atteintes fâcheuses, tandis que son devant de chemise laisse pendre, au
bout d'une chaînette d'or, un bouton qui oscille au même rythme que son
maître.

--Oh! je n'ai plus d'allumettes, dit-il; je vais en prendre dans la
chambre.

Et il va pour ouvrir la porte; mais Mariolles l'a close tout à l'heure,
ce qui semble irriter fort le nouveau venu, en sorte qu'il la comble de
coups de pied.

--Blesse leurs yeux! jure en une langue indéfinissable l'étrange
étranger. Et il ajoute, parmi les coups de semelle:

--Il y a des voleurs dans mes chambres.

--Menteur! fait la petite dame, qui en perd son accent russe. Et elle
reprend plus languissamment:

--Tâchez de les faire sortir, Lord, s'il y a moyen. Je voudrais tant les
voir.

Mais Lord ne fait que jurer et ruer, et elle ajoute, ayant ressaisi
toute sa petite dignité nonchalante:

--Moi qui avais envie, justement, de me coucher avec vous.

Cependant Mariolles se démêle avec surprise d'un sommeil obscur. Un
instant il rêve que c'est Imogène, là, en train de forcer sa porte. Mais
les derniers coups de pied le réveillent: il lui semble que son rêve
monte, monte, avec lui, d'un obscur abîme, et vient crever à la lumière,
comme une bulle d'air qui était posée sur les feuilles, au fond de
l'eau. Sylvère, de son côté, ouvre, avec une épouvante confuse, des yeux
gris tout brouillés de songe.

--Oh! oh! qu'est-ce qu'il y a, crie enfin Mariolles.

--Voulez-vous sortir tout de suite, crie de son côté le jeune homme
ivre, et me laisser les chambres.

--C'est un fou, pense Mariolles, qui se décide à aller voir sans se
vêtir davantage.

Confrontations de quelques secondes au bout de quoi, devinant un ivrogne
qui se trompe d'appartement:

--Qu'est-ce que vous demandez, dit-il: pas à boire, je suppose. Vous ne
voyez pas que ce n'est pas ici chez vous?

--Voulez-vous sortir, continue l'autre. Et qu'est-ce que vous avez fait
de mes costumes? (Car l'appareil léger de Mariolles se confond, dans
cette cervelle éclairée à l'alcool, avec une vision de vêtements mis au
pillage.)

--Voyons, laissez-moi dormir, ou je vous fais fiche dehors par la
police.

--Au voleur! au voleur! hurle le Yankee; et, de son pied, il empêche
Mariolles de refermer la porte. Celui-ci, impatienté, envoie, d'un coup
de poing sec au creux de l'estomac, le jeune étranger prendre contact
avec un guéridon derrière lui. Ces deux objets se répandent aussitôt;
l'Américain se relève seul, et, saisissant prestement son revolver sur
sa cuisse droite il le décharge (trop haut) contre la porte refermée. Un
seul coup part, et le jeune homme, regardant son arme, constate qu'il ne
s'y trouvait qu'une balle.

--Oh! gentlemen, s'écrie-t-il, en se remettant à tambouriner contre la
porte, voulez-vous me prêter des cartouches?

A la fin, au bruit, et aux coups de sonnette de Sylvère épouvantée, un
valet et une servante se déterminent à accourir lentement. Mais la vue
d'un jeune homme évidemment courroucé, qui brandit une arme fumante, les
confirme dans l'idée qu'il ne sied point au domestique de se mêler à la
querelle des maîtres, et cependant la dame à l'accent russe, qui a fini
par trouver des allumettes, fume des cigarettes au hashich, et se tient
commodément assise à contempler cette petite scène.

Elle ne tarde pas, d'ailleurs, à le devenir de famille, Mme de San
Buscar (peignoir de linon vert-de-gris, babouches de fourrure,
chignon hâtif, très bas, sur la nuque), qui survient avec son mari,
reconnaissant son frère dans l'assassin.

--C'est vous, Lord!

--Tiens! Imogène. Je ne pensais pas vous voir avant deux ou trois jours.
Bonjour, San Buscar. Comme ridicule vous êtes, avec cette chose sur la
tête.

Le fait est que Cristobal, habillé à la hâte, est resté coiffé d'un
foulard noir et rouge, qui lui fait des cornes sur les tempes. Laissant
les siens s'arranger entre eux, il s'occupe à calmer les domestiques,
dont le courage a crû avec le nombre, et qui, cinq ou six maintenant,
parlent de traîner le meurtrier chez le commissaire.

--Au Mexique, leur explique-t-il, cela ne ferait lever personne. On y
tire des coups de revolver toute la nuit, pour la moindre controverse,
pour rien, pour le plaisir. Dans sa chambre, tout seul, on fait des
cartons, pour s'entretenir la main.

Et son foulard lui donne un air patriarcal qui sème la conviction dans
les coeurs.

--Lord, dit Imogène, vous allez faire des excuses au baron de
Mariolles-Sainte-Mary, c'est mon ami, et sa femme, quand vous la verrez.

--Je ne la connais pas, fait le jeune homme.

--Oh! c'est vrai; mais justement, vous devez.

Il songe un peu, et puis, indiquant la petite dame:

--Laissez-moi, dit-il, vous faire connaître mon amie, Mme d'Erèse.

Imogène s'incline sans marquer d'enthousiasme; comme la matinée, elle
reste fraîche.

--Je l'ai connue hier soir, continue Lord, qui explique sa jeune amie
comme un tableau;--par Clodowitz. Mais nous l'avons laissé sur un
canapé: il avait bu, beaucoup. Madame, elle, est Persane, ou Parthe,
d'un pays qui s'appelait... Comment déjà?

--L'Atropatène, donc, déclare Mme d'Erèse.

A ce moment la fameuse porte s'ouvre, et Mariolles, à peu près vêtu,
paraît. Il a sans doute reconnu les voix, de sa chambre, et ne paraît
point trop surpris des conciliabules qui s'offrent à ses yeux.

--Oh! monsieur de Sainte-Mary, dit Imogène, laissez-moi vous présenter
le plus désolé jeune homme d'Amérique, de son erreur. Mon frère, Master
Lord Harryfellow.

--Je suis enchanté vraiment, dit Mariolles; et on se serre la main
avec une telle cordialité que le bouton d'or, au bout de sa chaînette,
oscille violemment.

--Vous ne voudriez pas avoir, reprend Lord, un verre de sherry?



V

LA TOURNÉE DES GRANDES-DUCHESSES


Le petit salon de Mme d'Erèse est art-nouveau au point que les meubles
en font: Bing! dès qu'on y touche; si tourmentés d'ailleurs de formes
qu'ils évoquent ces amusettes ingénieuses où l'Inquisition d'Espagne
dépiautait les hérétiques. N'est-ce point là tout ce qu'il faut à une
société qui ne sait plus se tenir assise?

Quelques bibelots d'une flagrante inutilité se tordent dans les coins,
comme des vignes d'avant le phylloxera. Sur le mur, des estampes
singulières attristent un papier touffu de William Morris: _le Christ
aux orties_, oeuvre confuse et belge, y fait pendant, par-dessus la
sanglante _Sainte Thérèse_, de Rops, à la _Sapho Malthus alter_, de
Beardsley; et une obscénité anglaise du XVIIIe siècle, où de la viande
nue et rouge rit par mille rides, semble saine à côté.

--Bonne affaire, votre Rowlandson, dit à Mme d'Erèse une personne
mûrissante et blonde comme le froment de juin.

--Pour qui? répond la jeune femme.

Mme La Mortagne (c'est le nom de l'amie), qui a servi d'intermédiaire en
cette négociation, comme en bien d'autres, se tait, et pince sa bouche
grasse.

Elle n'aimait point qu'on la fît se souvenir des affaires faites, ni du
temps passé--passé, s'il faut l'en croire, à s'occuper d'oeuvres. Oui,
mais lesquelles? Au moins excellait-elle à mettre en rapports un certain
ordre de personnes charitables avec les familles embarrassées de grands
pianos et de petites filles.

Très bourgeoise, quant à elle, Palmyre La Mortagne élevait sévèrement,
à l'ombre de Saint-Sulpice, parmi le reps et l'acajou d'un cinquième
escarpé, deux jeunes La Mortagne déjà sur leurs robes longues, et que
toutes sortes de raisons lui faisaient tenir à l'écart de son ordinaire
entourage. Palmyre ne passait d'ailleurs pas pour avoir montré à
l'endroit de ses contemporains cet invincible éloignement qui afflige M.
Piot; et cela même la faisait _dater_ en quelque sorte dans le milieu
presque purement féministe, si on ose dire, de ses amies et clientes.

A défaut de ses filles elle y promenait, comme en laisse, M. Emmanuel La
Mortagne, homme mûr, de blanc barbu, et dont la tête était si étroite
qu'il semblait ne se pouvoir présenter que de profil; avec cela
s'efforçant au majestueux. Mais il donnait le sentiment, en réalité,
d'un aigrefin pusillanime, sans joie; et que tous les vilains métiers,
qu'à sa figure on voyait bien qu'il faisait, c'était comme par
pénitence.

Donc Palmyre pinça sa bouche, et regarda la maîtresse de la maison.
Celle-ci était cette même personne, douée d'un léger accent russe, que
Lord avait amenée un matin au Léviathan-Palace. Elle s'appelait Floride
de son petit nom, ne _mettait_ point l'orthographe, et ce qu'on en
savait le mieux, c'est qu'un M. d'Erèse, en effet, avait vécu assez
longtemps pour la prendre en mariage, au moment même de la laisser veuve
et sans un sou. Au reste, elle avait du charme, des vices, un salon dont
les rares Parisiens qui s'y étaient trouvés confondus parmi des colonies
étrangères, soupçonnaient que sa chambre à coucher n'en était pas loin.

Telle était la dame avec qui Lord passait pour être du dernier bien.

--Mais, reprit Floride, répondant à ses pensées, les Américains, ma
chère amie, c'est des hommes qui ne tirent pas à conséquence... Et, au
fond, ce qu'il y a de préférable chez eux, c'est leurs femmes.

--Floride! fait Palmyre d'un air de reproche.

--Oui, oui, je sais que nous n'avons jamais eu les mêmes dégoûts. Oh! et
puis: flûte; je préfère encore mieux la cocaïne.

--C'est le joujou nouveau, décidément.

--Oui, la morphine ne se porte plus. Tandis que l'autre: il n'y a pas
comme ça, et un corset, pour vous soutenir. Figurez-vous, je m'étais
mise à en prendre des paquets... jusqu'à m'endormir vingt-quatre
heures, une fois, chez la même personne... une de mes amies.

--Vous pourriez dire: un.

--Bien, bien. Et le mieux c'est qu'elle n'avait qu'un seul dodo, et
qu'elle attendait son oncle, je crois. Ce qu'elle n'a pas fait pour me
réveiller. Me jeter de l'eau, me chatouiller sous les pieds; jusqu'à me
crier dans l'oreille: «Voilà une lettre chargée!» Rien n'y a fait, que
la faim, je pense. Car je n'ai rouvert les yeux que pour réclamer mon
chocolat.

--En fin de compte, qui est-ce qui vous a donné ce goût?

--C'est cet imbécile de Lord. Lui en prenait à cause de ses battements
de coeur. Alors, pour lui tenir compagnie... J'aimais autant ça, parce
que ça le rendait encore plus sage qu'à l'ordinaire. Et puis, ça me le
faisait voir différent. Lui aussi il perdait la tête, trouvait que je
ressemblais à Mme de San Buscar; je lui renvoyais le compliment. Nous
parlions d'elle; il me baisait les mains; le temps passait. C'est
vrai, au moins, qu'il lui ressemble, en plus menu--et qu'ils s'aiment
beaucoup. Je voudrais que vous les voyiez ensemble: on dirait mari et
soeur.

--L'heureuse famille, quoi. Et le San Buscar, qu'est-ce qu'il dit?

--Mais, ma chère, il n'y a rien à dire. Vous pensez bien qu'avec le
petit frère je suis au courant. D'ailleurs, si vous voulez demander à
San Buscar, il va venir.

--C'est lui, le rasta généreux, dont vous me parliez l'autre jour, à
propos de ces jarretelles que vous faites faire?

--Ah! en vermeil. Oui, c'est lui.

--Et aussi... Américain que son beau-frère?

--Non, fait Floride, avec un air de découragement. Lui, c'est du Sud; il
faut s'employer. Figurez-vous que j'ai._._._._._._._._.

Ici l'on sonne, et l'introduction de San Buscar provoque bientôt le
départ de Palmyre, quoique Floride tâche à la garder encore, comme
sauvegarde. Mais San Buscar roule sur Mme La Mortagne des yeux pareils
aux boules d'un loto tragique, en sorte qu'elle s'en va; et le lecteur
imagine sans peine tout ce qui s'ensuit.


Cependant M. Gédéon-Lord Harryfellow (de Minneapolis) et sa soeur
Imogène étaient en train de s'entretenir en leur langue maternelle, du
moins si l'on peut accoler à l'anglais cette caressante épithète.

Comme tout ceci se passait quinze jours plus tard, au moins, que la
petite bagarre du Léviathan, Lord était sensiblement dégrisé. Selon son
habitude, il ressemblait au premier Consul, en plus grec et en moins
penseur: sa pensée, il faut le dire, ne s'exerçant d'ordinaire que sur
des objets peu compliqués, une bonne partie de golf, par exemple, ou de
poker,--un cheval qui saute, derrière le lointain renard, dans le
matin vif,--ou bien encore cette odeur rapide de drogue et de noisette
qu'exhale un cristal creux, où le soda mousse dans du wiskey. A part
cela, indifférent; et, de toutes ces belles envies dont souffre
l'Europe, n'ayant que les rudiments; quelque chose comme une appendicite
de vices: assez pour en souffrir, trop peu pour que cela lui servît à
quelque chose.

Sa soeur se plaisait à son visage. C'était comme le sien propre qu'elle
aurait vu respirer en face d'elle.

--C'est entendu, Lord, vous nous faites faire la fête, ce soir.

Lord répond avec gravité:

--On ne pourra pas boire, presque du tout.

--Mais si, mais si. Et puis, pour une fois. Savez-vous que vous êtes peu
aimable pour Mme de Mariolles; vous ne lui faites même pas la cour.

Lord cherche un peu ses mots, et répond:

--Vous m'aviez dit qu'elle vous ressemblait. Je ne trouve pas, pas
assez.

--Ça n'est pas une raison; et puis, elle est plus jeune que moi.

--A son âge, vous étiez déjà une splendide femme.

--Je sais, je sais...

--Ça vous est désagréable, que je vous le dise?

Imogène caresse son frère de ses yeux grisâtres, et, lui mettant la main
sur l'épaule, doucement, comme on repose une tasse de thé:

--Mon petit Lord, vous devriez aller voir la nouvelle salle du
Pinturichio, au Vatican.

Le jeune homme, réfléchit quelques secondes; puis, assuré qu'il ne
comprendra pas de lui-même:

--Pourquoi? demande-t-il.

--Pour rien; pour vous rendre compte que les costumes ont changé depuis
les Borgia. Et, à part cela, si vous voulez être aimable pour moi,
tâchez de l'être un peu davantage ce soir, pour mon amie Sylvère.

Lord a rougi.

--Je vois ce que c'est, Imogène. Vous voudriez que j'occupe cette jeune
dame, pendant que vous flirtez avec son mari.

--Lord, vous êtes un cynique.

--Et pensez-vous que ça m'amuserait de...

--Lord, vous êtes un jaloux.

--Votre mari ne l'est pas assez. Je vais lui ouvrir les yeux, moi.

--Vous ne ferez pas ça. Il en parlerait à Mariolles; ça casserait tout.
Et puisque ça n'est que pour s'amuser, mon petit Lord, pour troubler un
peu ce ménage. Je les aime bien; mais ils ont l'air trop heureux, aussi,
de leur bonheur. Et si vous ne dites rien, je serai bien gentille avec
vous...

Elle prend son bras.

--... comme lorsque vous étiez petit, et que, de la varangue, nous
regardions le lac.

Lord revoit soudain les jours de son enfance, les jours heureux de
Minneapolis, la villa de brique et de pierre, à porche rond; sa soeur,
plus grande que lui, en robe courte encore et chaussettes cachou. Lord
est ému, Imogène victorieuse.

--Quant au dîner, ne vous en mêlez pas, reprend-elle. Mariolles a promis
de nous mener dans un endroit drôle, où il va des poètes, à la _Ca'
d'oro_, je crois, ça s'appelle.

Le jeune homme songe que ce doit être un restaurant fastueux, où les
mets sont remplacés par des danses et la musique. Il approuve avec la
tête, en regardant sa grande soeur de ses yeux clairs et beaux qui ne
laissent jamais rien lire.

--Si vous étiez gentille tout de suite, dit-il enfin, vous viendriez
avec moi au Bain de Cuir.

--Au...?

--Au Bain de Cuir; c'est le bar de l'hôtel. Il est très convenable, à
cette heure: il n'y a personne.

Le bar du Léviathan est dans le sous-sol. Il semble d'abord qu'on aille
visiter les égouts; et, quand on y est, c'est comme un paquebot énorme
d'acajou et de cuir, qui se serait enlisé là solidement. Tout y est
démesuré d'aspect, massif, confortable; et les gens qu'on y voit boire
ont l'air, en plus moderne, des compagnons d'Ulysse dans la caverne de
Polyphème. Mais ce bon géant n'y est pas à cette heure-ci, ni lui ni
personne, ou presque. Derrière son comptoir, qui ressemble un peu à un
monument mégalithique, le barman en smoking blanc somnole; et, seul, à
quelques kilomètres dans la direction du billard, un monsieur joue aux
dominos avec une personne en robe princesse. De temps en temps, il jure;
et elle alors, en bombant sa gorge, fait éclater les facettes d'un rire
aride et étincelant.

Lord les regarde avec indignation, comme s'ils lui volaient quelque
chose; mais bientôt ils disparaissent par une porte de fond dans les
profondeurs de quelque autre caverne; et ces vastes solitudes restent
uniquement vouées à l'amitié fraternelle.

Imogène et le jeune homme sont assis dans une espèce de demi-lune, parmi
les coussins d'un hémicycle de cuir capitonné. Un peu de jour, qui
filtre sur leurs têtes par un soupirail de verre à bouteilles, se
mélange tristement avec la lumière électrique.

--Qu'est-ce que vous buvez là, Lord?

--Toujours le même, wiskey and soda.

--Ah! cette chose qui vous met dans des transes. Je voudrais goûter.

--Oh! vous n'avez jamais, même en Amérique? Je vais demander un verre
pour vous.

--Vous ne voulez pas que je boive au vôtre?

Lord le lui tend: les doigts de sa soeur se posent sur les siens autour
du cristal, de façon qu'elle porte à la fois vers ses lèvres le verre et
la main du jeune homme.

--Vous tremblez, dit-elle. (Et elle boit.) Pouah! que c'est mauvais.
Faites-m'en boire encore, voulez-vous. Qu'y a-t-il? Vous êtes tout pâle.
C'est vrai que je vous trouve très changé par ce voyage,--tout à fait
un homme, maintenant. Je ne pourrais plus vous prendre sur mes genoux,
vraiment.

A ce moment, Lord, qui en effet est pâle, la regarde avec une telle
intensité que ses yeux en prennent de la signification. Mais Imogène
reprend avec simplicité:

--Je veux dire que vous devez être beaucoup trop lourd.

Et elle ajoute, d'un air de rêver:

--Aussi lourd, _I bet_, que M. de Mariolles... Mais ne me regardez pas
comme si vous alliez me tuer, Lord.

Elle a mis sa main belle et grande devant sa bouche et ses yeux gris,
comme la _Vergognosa_ du Sodoma; et on voit qu'elle tient son sérieux.
Mais son rire enfin triomphe. Comme une source qui jaillit, volubile,
multiple et riche, il éclate sous la voûte, monte, ruisselle.

--Qu'avez-vous, demande Lord d'une voix changée, d'une voix de garçon
qui mue. Il se penche, et sa bouche défiante semble menacer les lèvres
entr'ouvertes d'Imogène.

--Laissez-moi, Lord. Vous voyez bien que c'est à Cristobal que je
pensais.

Elle se reprend à rire en lançant à son frère des regards en dessous.
Et tout à coup une voix amie se fait entendre derrière eux: c'est
Mariolles.

--Quelle idée de s'enfouir en plein jour dans ce sarcophage. Bonjour,
Lord. Va bien?

--Bonjour.

--Merci. Moi qui vous cherche partout pour ce dîner de ce soir. C'est
toujours convenu?

--Certainement, répond Mme de San Buscar. Ça colle, comme vous dites.

--Mais je ne dis jamais de ces choses-là.

--C'est que vous n'avez pas bu de wiskey.

Là-dessus, ayant pris rendez-vous pour tout à l'heure, on se sépare.
Imogène a des courses à faire. Mariolles va retenir leur table pour le
dîner.

Ce n'est d'ailleurs pas loin du _Léviathan_, et, le soir, toute cette
jeune bande s'y rend à pied.

--Car, dit Mme de San Buscar, quand on est pour vadrouiller, ça n'est
pas pour faire de l'esbrouffe.

--Évidemment, répond Sylvère d'un air grave.

La _Ca' d'oro_ tient le milieu entre le boarding house et la villa de
cocotte. Il y a des enfants, un ping pong; on y joue le poker; et des
messieurs mûrs, de temps en temps, y logent quelque jeune parente de la
province que mille raisons de famille les empêchent de présenter à leur
femme. Les patrons: une Italienne maigre, blonde, au bavardage avisé,
qui sait le tarif de bien des choses; et son mari, M. Joffre, autrefois,
comme une poularde, venu du Mans, et qui cligne dans sa face aux mille
rides des yeux rigoleurs, où l'on puise cette impression rassurante que
M. Joffre, pour de l'argent, ferait jusqu'à des choses honnêtes. Il
serre avec effusion les mains de Mariolles, un peu gêné.

--Merci, monsieur Joffre, très bien. Et ces messieurs de l'École
française, toujours fidèles?

--Ah! Monsieur, nous ne recevons plus du tout d'hommes de lettres. C'est
plutôt des dames, maintenant.

En effet, c'est plutôt des dames. Sur une trentaine de personnes, seuls
cinq ou six mâles sont assis ça et là, piteusement. M. La Mortagne fait
partie de cette élite. Muet et de profil, il se gave au sein versicolore
d'une trolée féminine que préside, l'air impérieux et lointain, la
célèbre Mme N... Arrivée naguère ou jadis du Chili avec un sac énorme,
elle se maria et envoya son mari surveiller ses mines; inutile, certes,
qu'il était à cette belle et singulière personne, aujourd'hui un peu
molle, un peu mûre, mais toujours de grand air. Depuis longtemps, dans
son milieu, on l'appelle Belle Amie.

A reconnaître Mme La Mortagne, San Buscar a, un instant, craint ou
espéré voir aussi Floride. Mais elle n'y est point; il entend qu'on
parle d'elle, précisément, et qu'elle dîne à Montmartre avec un
monsieur. La Chilienne fait la moue.

--Au moins, dit-elle, s'il avait quelque chose pour lui.

--De la galette il a, pour lui, riposte Palmyre; et M. La Mortagne la
regarde d'un air sévère, en passant sa main dans sa grande barbe, comme
s'il y cherchait des pensées ou des miettes de pain.

Des tables plus petites se partagent le reste de l'assemblée. C'est jour
anniversaire, paraît-il, pour l'une de ces dames. De quoi? On ne sait
pas bien, mais il règne à la _Ca' d'oro_ un air de fête. Belle Amie
offre à toute venante quelque peu d'une de ces tisanes sans danger dont
l'ivresse se dissipe en quelques éternuements. Et on parle de bal.
La petite Perdicion, chorégraphe espagnole, dont les cheveux couleur
goudron ondulent sur un front bas, a promis un intermède, et fait venir
pour lui servir de vis-à-vis un vieillard au teint de cuivre, et aussi
un adolescent du plus agréable aspect.

Après le dîner, qui ne présente comme incidents notables que le bris
d'un saladier dont la sauce se répand sur plusieurs robes, et une
violente altercation entre une dame âgée et un jeune homme qui dînent en
tête-à-tête, on passe au salon, et, tout de suite, Perdicion prélude,
avec le vieillard, à ses exercices.

Elle est comme frottée d'huile: autour de sa croupe et de son ventre,
qu'elle bombe tour à tour ou ravale, l'appareil de ses membres se meut
sans effort. On dirait quelque bête à fourrure qui s'étire, qui va
bondir, élastique, impondérable. Et tout contre elle le vieux danse d'un
air blasphématoire en agitant des castagnettes. Quelle sombre folie
l'agite; tandis qu'il bave de sa bouche sans dents, ses mains dressées
et retentissantes semblent attester au plafond d'invisibles et cruels
fétiches.

L'Espagnole est infatigable: c'est le jeune homme qui lui fait vis-à-vis
à son tour. Il danse avec mollesse, non sans grâce; des dames lui font
cercle et semblent, par leurs regards couverts, se désigner des charmes
ingénus dont elles s'irritent, mais s'avoueraient tentées peut-être,
si Belle Amie n'était là pour les maintenir, de son oeil gelé, dans la
bonne voie. Mme de San Buscar se mêle au ring; elle cause même avec
ses voisines et semble chez elle. Mais Sylvère, assise à l'écart, se
sentirait moins à sa place, n'était un peu de vin de Bourgogne qu'elle
a bu et qui la rassure. Elle regrette toutefois les poètes, Colchis
surtout, dont son mari lui avait vanté les vers blancs, les yeux noirs
et les cheveux bleus.

Maintenant c'est un quadrille. Des bras et des jambes jetés composent
une agitation bien française.

--J'aime autant Bullier, dit Mariolles; si on calterait?

--C'est vrai, dit Imogène avec son accent américain, qu'ils commencent à
nous courir; n'est-ce pas, Sylvère?

Sylvère fait un geste vague; Cristobal ouvre des yeux grands comme des
pommes d'escalier, et l'on sort au moment qu'un monsieur commence d'une
voie basanée:

  _La virgen del Pilar dice (bis)
  Que no quiere estar francesa..._

Mais une fois dehors et quand ils ont hélé deux voitures:

--Où va-t-on? s'informe quelqu'un.

Nul n'en sait rien. Mariolles lui-même est perplexe.

--Voilà. Il y a quelques années, on aurait été au Chat Noir, chez le
Père Lunette, chez Bruant... Sous le second Empire...

--Mais nous sommes à aujourd'hui.

--Moi, je voudrais voir des voyous...

--Il y a la Chambre...

--Il y a les Carrières.

Et tous de crier, comme Platon:

--Aux Carrières! Aux Carrières!

--C'est que je ne sais pas où c'est, avoue Mariolles.

L'un des cochers non plus. L'autre sourit:

--C'est loin, dit-il; à dix kilomètres au moins, derrière Montmartre. Et
puis il faudrait de la troupe.

Cette remarque refroidit tout le monde.

--Il y a le Maxim's, dit San Buscar.

--Comme turne nouvelle, dit Imogène, ça y est. Il y a Voisin, aussi.
Seulement ils n'ont pas fini de croûter, dans ces endroits.

--De... quoi?... demande Cristobal, avec ces mêmes yeux ronds.

--De briffer, si vous aimez mieux. Comprenez donc rien, aujourd'hui?

Par lassitude on tombe d'accord d'aller au Quartier Latin. Le hasard,
peut-être, assemble dans le fiacre de queue San Buscar, Lord et Sylvère,
déjà tristes tous trois, ah! si tristes, de leur petite fête. Sylvère
lutte encore contre sa jalousie, mais d'un coeur moins vaillant. Elle
songe à l'autre fiacre, à ce qu'on y peut faire: des images dégoûtantes
et précises lui naissent; un genou découvert, une main qui rampe...

Mais on s'arrête devant une taverne éclatante. On descend de fiacre;
des camelots crient, une fille en rouge tire la langue à Lord; et l'on
sombre dans un sous-sol, parmi le cri et la fumée d'une jeunesse mal
vêtue: pharmaciens de l'avenir, Panamistes futurs, nègres; et leurs
compagnes, d'une allure giratoire, promènent alentour des toilettes, des
joues aux couleurs vives.

--C'est le printemps de la nation, explique Mariolles.

Près du billard un jeune homme est étendu dans la sciure de bois qui
saupoudre le carreau. Il vient de passer d'une attaque d'alcoolisme à
une espèce de catalepsie; et un de ses camarades, pour le faire revenir,
lui frappe la figure d'une serviette mouillée, en bégayant de fortes
injures, tandis qu'un troisième, tout jeune, est assis, le menton dans
sa main, et déclare de temps en temps d'une voix défiante:

--Moi, j'abhorre le sophisme.

Comme ce sont là toutes les joies du cru, la petite bande s'en va, après
avoir bu du grog américain qui se trouve excellent. Dehors, on retombe
aux hésitations. On irait bien au bal Bullier; mais justement ce n'est
pas le jour; en sorte que, suivis des fiacres, il descendent tristement
le Boul'Mich' des légendes. Seul, Lord ayant atteint sans doute les
bornes de sa mélancolie, saute à la joie, et déclare, sans bien dire de
quoi il s'agit, que c'est la chose la plus «funny» qu'il ait jamais vue.

--On est tout près de la rue de la Harpe, dit Mariolles. Il y avait là
autrefois un certain père Chocolat. Malheureusement...

--La jambe, s'écrie Mme de San Buscar.

Ni le Vachette austère, ni le Soufflet nombreux en Polytechniciens ne
les attirent. Quelqu'un parle d'aller à Montmartre. Quelle révélation!
«Cocher, à Montmartre!»

Elles fiacres repartirent.

Longtemps ils roulèrent. Tour à tour on les vit s'arrêter à la porte de
quelques cabarets à musique, où d'ailleurs les chants avaient cessé.
Puis ce fut le Capitole, citadelle bien gardée--le Néant, où l'on est
servi sur des espèces de cercueils poussiéreux,--le Hanneton, où des
dames, deux par deux, étaient assises. Et partout il fallait boire, ou
le feindre tout au moins.

--Il y avait bien le Scarabée, qui était une boîte singulière, dit
Mariolles, mais on l'a fermé.

--Et vous, dit Imogène.

--Il y avait le Clou, aussi, qui était très bien, avec des Steinlen; et
un pianiste dans la cave...

--Mais, Tony, c'est un voyage rétrospectif.

--Alors, Mariolles, demande Mme de San Buscar, c'est tout ça que vous
savez faire, et puis boire. Votre tournée des Grands-Ducs, après tout,
c'est une tournée sur le zinc.

--Qu'est-ce que vous voulez! Paris devient triste. On ne peut pourtant
pas louer les égouts pour s'y promener aux flambeaux--ou bien souper
avec Mlle Casque d'Or au Porc frais. C'est trop cher.

--Où est-ce, le Porc frais?

--... N'existe plus.

--Je vous répondrais bien quelque chose, si j'osais.

Et, l'injure à la bouche, Imogène regarda Mariolles avec tendresse, sous
le jaune bec de gaz. Sylvère frappa le trottoir du pied.

--Allons aux Halles, dit San Buscar, qui pensait à Floride.

Les fiacres repartirent, cahotèrent longtemps sur un pavé inégal et
sonore, s'arrêtèrent. Puis on descendit au fond d'un humide caveau, où
des gens chantaient d'un air de misère, en buvant du vin blanc. Puis on
entra chez un bistro qui servait du café au lait à des hommes en blouse.
Lord, avec sa canne, y cassa un lustre à pétrole qu'on lui fit payer
vingt-deux francs. Puis on erra parmi les Halles, à travers l'atmosphère
tumultueuse, bariolée d'odeurs. Cela sentit tour à tour le poisson, les
fruits ou ces légumes frais et nus qui sortent de terre: ils firent
rêver Sylvère à sa province.

Au petit jour on échoua chez Baratte, dans la grande salle. Deux violons
y chevrotaient leur filet d'âme; un monsieur ivre injuriait à voix basse
une femme qui pleurait dans son verre, sans rien dire; et tout le monde
semblait las et verdissant. Sylvère avait envie de pleurer, mal à
l'estomac. Imogène but encore du champagne. Son chapeau était un peu en
arrière; ses cheveux fort défaits; le cerne de ses yeux comme du kohl:
avec cela elle restait, sous la cruelle lumière du matin, d'une beauté
sans reproche.

On sortit enfin. Il y avait du soleil déjà en haut des toits; et, sur le
sol, de grands tas verts, rouges, qui était des choux ou des carottes.
Et les fiacres repartirent.

Or il arriva que, le second ayant pris la tête, Imogène et Mariolles
apparurent un instant, les bouches fort profondément unies. Ce ne fut
qu'un éclair, et San Buscar n'en distingua rien. Mais Lord les vit; il
vit aussi Sylvère devenir toute blanche, et lui pressant la main:

--Quels mufles, dit-il simplement.

Tous trois se turent, écoutant leur souci. Cependant le fiacre
tressautait sur les pavés durs. On aperçut ensuite les quais pleins de
soleil, la verte Seine.



VI

CORRESPONDANCES

«_N. à Madame la baronne de Mariolles._

«MADAME LA BARONNE,

«Je vous prie de ne pas mettre ma missive sur le compte qu'on vous en
veut, mais plutôt sur celui de l'estime et l'amitié. Mais ça m'ennuie
de voir un personne comme vous, si bonne, qu'en s'en moque et n'y voit
rien. Pour en finir, votre mari vous trompe avec votre amie, cette Mme
Sanbouscar qui est venue à Paris avec vous: vous voyez que je sais tout
ce qui vous touche. Ce ne sera pas longtemps monsieur votre mari, pour
le dire en badinant, s'il continue à se promener avec elle, comme
hier, dans le jardin du musée de Cluny (boulevard Saint-Michel), et
s'embrasser tout le temps.

«Excusez-moi de ne pas signer. Moi, je m'appelle Montre-Tout.

«N...»



«_Sylvère à Madame de Ribes._

«Je suis malheureuse, bien malheureuse, si vous saviez, chère mère;
et je ne peux même pas le lui laisser voir. C'est de Tony qu'il est
question, bien sûr; et pourquoi m'avez-vous laissée l'aimer, puisque je
devais si vite sentir qu'il ne m'aimait plus?

«Vous rappelez-vous ce temps où je voulais me faire religieuse? Tout
le monde traita si bien cela d'enfantillage que je cessai bientôt d'y
songer moi-même. Et aujourd'hui il me semble qu'il n'y avait que trop de
sagesse dans cette folie, que l'ombre des cloîtres est le seul abri où
ne se froisse pas le pauvre rêve des femmes. Vous rappelez-vous encore
qu'étant fiancée je profitai de notre voyage à Bordeaux pour aller voir
dans son couvent cette charmante Isabelle Melly, dont c'est la vocation,
je pense, qui avait été pour moi, deux ans avant, le chant de la sirène?
Vous ne m'aviez pas accompagnée dans cette visite; elle fut touchante,
quoique je n'en aie pas compris alors le sens complet. Car j'étais toute
à mes brillantes joies, à ma soif d'un bonheur inépuisable et prochain.
Ah! pauvre bonheur! Et si j'avais su, comme j'aurais envié ce calme
que je prenais, chez Isabelle, pour de la froideur, la sérénité de
son visage, ses regards limpides et contenus, et toute son existence
mesurée, muette, pareille à la marche des aiguilles sur le cadran.
Autour d'elle, des meubles nets, peu nombreux, semblaient harmonieux
avec sa vie. Puis on me fit visiter le jardin, un jardin pour rire,
entre des murailles noires, avec quelques arbres tout en tronc qui
s'étirent dans du gravier, et un petit autel de la Vierge, en rocaille,
avec des fleurs en papier et aussi de vraies fleurs.

«Isabelle toucha ces dernières de sa main pâle, et avec cette ironie
un peu lointaine que vous aimez chez les gens d'église, me dit: «Voilà
comme vous êtes. Et moi, comme ces roses de papier». Hélas! ce sont
celles qui ne se fanent pas.

«Mais, maman, je suis folle de vous conter ces riens, que vous savez
aussi bien que moi, au lieu d'en venir à l'essentiel. C'est que j'ai
honte, voyez-vous, de mon malheur. Il faut vous le dire pourtant.

«Vous connaissez, jusque dans les détails, mon séjour à Biarritz, la
connaissance que j'y fis des San Buscar, et notre voyage à Paris. Il
m'a semblé même, à je ne sais quoi dans le ton de vos lettres, que vous
n'approuviez pas entièrement cette liaison; mais, plutôt, je pense, ma
chère mère, par une méfiance générale des étrangers que pour d'autres
motifs. Car d'un côté, au moins, il n'y a rien à dire: M. et Mme de San
Buscar sont vraiment fort au-dessus du rastaquouèrisme (j'espère que ce
mot ne vous choque pas. Si vous saviez tous ceux que j'entends). Pour le
peu de visites que je sais qu'ils ont faites à Paris, elles m'ont paru
très bien placées. Votre vieil ami, le duc de Quintin, que je fus voir
dès mon arrivée, et plusieurs fois depuis sur son désir, les connaît et
les apprécie: «C'est vrai, me disait-il l'autre jour, qu'ils ne valent
ni l'un ni l'autre ce pauvre colonel (le premier mari d'Imogène); mais,
somme toute, ils sont aussi bien nés que... père et mère.»

«Aussi, n'est-ce point par là que j'ai à me plaindre d'eux, et plût au
ciel. Mais, vous avez déjà deviné, mère chérie, que c'est de Mme de
San Buscar et de Tony que vient ma peine. Oui, j'en suis sûre, ils me
trompent; mon mari me trompe... Ah! si je le croyais! Quoi, au bout
de quelques mois à peine, sans que je lui aie causé encore un seul
déplaisir; et les hommes sont-ils si lâches?

«Je ne me fonde pas au moins sur cette lettre anonyme que j'ai reçue
hier, et que voici (sans doute, les valets de pied en écrivent-ils de
telles); mais j'ai vu, hélas! de mes propres yeux. C'était au retour
d'une assez triste promenade de nuit à travers les plus mauvais lieux
de Paris, ce qu'on appelle: la tournée des Grands-Ducs; Imogène et Tony
étaient devant, dans un fiacre; nous, je ne sais pourquoi, dans un autre
(vous faites les gros yeux). A un moment notre voiture a pris la tête,
et en passant j'ai vu qu'ils s'embrassaient; mais avec quelle joie sur
leur visage, et en vérité tout emmêlés l'un à l'autre.

«Je suis sûre qu'ils se sont revus depuis, car Tony s'est absenté
plusieurs fois, et je n'ose rien lui dire. Alors, dès que je suis seule,
je pleure; et puis je me baigne les yeux pour qu'il ne s'en aperçoive
pas à son retour: il me semble qu'il serait trop fier au fond de son
coeur (ce coeur des hommes, pétri dans la vanité) de me rendre si
malheureuse. Et pourtant il y a des moments où je voudrais mourir, si
ce n'était à cause de vous tous. Quelquefois même je pense au divorce.
Mais, rassurez-vous; je sais trop ce que je me dois pour en venir là.
Et puis, pourquoi mentir avec vous? Saurais-je seulement vivre si je ne
devais plus le voir, et qu'il ne fût plus là, près de moi, à me faire
souffrir, comme il est juste, puisque je l'aime. Mais je voudrais moins
souffrir, chère mère, et je n'espère plus, ici-bas, qu'en vos conseils,
etc.

  «_Signé:_
  «SYLVÈRE DE MARIOLLES-SAINTE-MARY.»



  «_Floride d'Erèse à N..._

  (Carte pneumatique.)

«Tu ne viens plus me voir. Qu'y a-t-il de cassé? Est-ce par jalousie,
comme prétend cette La Mortagne, et pour le gros brun, encore: c'est
bien ridicule. Tu sais qu'il n'y a entre lui et moi que des rapports
d'affaires. Il m'achète de ce que je vends, voilà tout. Et toi, tu as
de beaux yeux, mon chéri, et la bouche rouge; mais je ne puis pas vivre
uniquement de cela: les oeillets, vois-tu, ça ne se mange point, ou si
peu. Il y en a pourtant dont j'ai faim encore. Ah! jalouse, jalouse;
viendras-tu demain, vers cinq heures, à la maison pardonner à ta,

  «FLORIDE.»



  «_Madame Noël de Ribes à la baronne
  de Mariolles._

«Ma chère enfant,

«Ta lettre m'a plus affligée que surprise, comme font les malheurs au
déclin de la vie. Mais quel conseil te donnerai-je que de chercher la
consolation auprès de Celui qui est seul à connaître le pli secret de
nos coeurs? J'ai peur aussi de ne pas apporter à ces choses des façons
de voir assez pareilles aux tiennes. Malgré qu'il y ait toujours entre
femmes, et même de mère à fille, je ne sais quelle complicité de
sentiments, il me semble que beaucoup de choses ont changé depuis ma
jeunesse, que les deux sexes sont maintenant presque de plein-pied, en
sorte qu'il y a aujourd'hui deux maris, pour ainsi dire, par ménage, et
que la responsabilité des hommes a diminué avec leur pouvoir. Mais on
ne leur en veut pas tenir compte, au contraire; et toi-même, que je
n'aurais songé guère à accuser d'esprit moderne, je te vois plus irritée
contre ton mari qu'envers cette Mme de San Buscar, pour qui il perce
même à travers ta lettre une bizarre sympathie. Et je sens bien que
jadis, c'est le mari qu'on aurait pardonné le plus facilement.

«Par contre, ma chère enfant, et quoique ce ne soit pas à moi de te
reprocher une innocence aussi repliée, comment se peut-il que tu aies
vécu, jusqu'à ton propre mariage, sans t'apercevoir que les épouses sont
partout et toujours trompées? As-tu donc oublié cette pauvre Mme S...
que son mari, malgré qu'elle pensât parfaitement, a fini, à force de
hontes, par acculer au divorce dont il avait besoin pour épouser sa
maîtresse,--et les yeux rouges de ma pauvre Aurélie, quand elle se
réfugiait à Ribes, lasse d'être moquée par ton oncle avec des servantes,
sous son propre toit,--ou encore cette malheureuse femme de notre
régent, que son mari bat si fort quand il revient de courir la gueuse,
qu'on dirait qu'il lui veut faire expier ses propres fautes?

«Au reste, quand je dis que les femmes sont trompées, ce n'est pas,
pour la plupart, qu'elles l'ignorent, et ce n'est pas non plus qu'elles
pardonnent par un effort du coeur. Mais la vie, peu à peu, les a mises
dans cet heureux état d'indifférence où l'on prend les choses comme
elles viennent, et surtout comme elles ne viennent pas. Et ne crois pas
non plus à Francillon appliquant le «dent pour dent», ou à je ne sais
quelle honteuse vengeance. Car, de l'homme à nous, la balance n'est pas
égale, et en fait de trahison conjugale, si elle est mutuelle, c'est la
femme qui a tout le tort. Mais veux-tu que je te dise le grand secret du
mariage? C'est que la tendresse des époux n'y est qu'un moyen passager,
quelque chose comme le luxe et les fleurs du vestibule chez les gens qui
reçoivent; et, pour les femmes, au moins, le seul bonheur solide, tout
ce qui rend la vie de ménage douce et sacrée, ce n'est pas le mari,
c'est l'enfant. Que n'en es-tu là, ma pauvre Sylvère, déjà; quelle
pitié, que ton mari t'ait laissé ouvrir trop tôt les yeux. Aussi bien,
je crois, en effet, que tu l'aimes, beaucoup plus qu'il ne le mérite
sans doute. Et qui donc vaut d'être aimé? Le plus humble amour que nous
inspirons est comme la grâce, bien au-dessus de nos mérites.

«Sais-tu ce que tu devrais faire, pour mettre un peu d'ordre et de calme
dans tes pensées: passer quelques jours à Versailles, chez les dames de
Retraite. Tu n'ignores pas que c'est une maison qu'on a jointe depuis
peu à ton ancien couvent, et où celles de ces dames qu'a fatiguées
l'âge, ainsi qu'une longue pratique de l'enseignement, trouvent un
emploi plus doux de leurs forces à recevoir et consoler quelques
personnes de bonne société qui se jugent malheureuses, et parmi
lesquelles leurs anciennes élèves, comme toi, sont particulièrement
choyées. Tu y retrouverais cette Mère Marie des Prodiges que tu aimais
tant, et à qui j'écris aujourd'hui même à ton sujet. Écris-lui de ton
côté si tu te décides dans mon sens; ta lettre la trouvera avertie et
tu pourras te rendre à Versailles tout de suite. Ces dames habitent
l'ancien hôtel d'Aigrefeuille, qu'elles ont acheté. J'y fus, étant bien
jeune encore, et n'en ai jamais oublié les hauts lambris ni le paisible
parc. Huit jours passés dans cette ombre et sous ces muets ombrages te
permettraient de démêler mieux, dans ton coeur, ce qu'il y a de durable
ou de passager au fond de tes peines. Peut-être tes soupçons t'y
apparaîtront-ils de moindre poids, à les examiner avec plus de soin.
Peut-être aussi l'absence te rendra-t-elle plus précieuse à un mari
auquel tu as sans doute trop laissé voir que tu étais sa chose.

«Adieu, ma chère fille, etc.

    «_Signé:_ «EMMELINE NOËL.»



    «_Antoine de Mariolles-Sainte-Mary à Imogène de San Buscar_.

«Il faut bien que je vous écrive, Madame. La façon dont vous me faites
fermer votre porte, depuis trois jours, me servira sans doute d'excuse à
ne pas suivre, pour une fois, les règles de la prudence, et de prendre
occasion à vous parler un peu plus fortement que je n'ai fait jusqu'ici.

«N'est-ce pas étrange qu'on puisse pousser si loin et si longtemps un
inutile marivaudage; être l'un et l'autre au point de la plus entière
confidence; ne presque rien se cacher du plus grossier même de nos
désirs ou de nous-mêmes; que vous m'ayez, avec votre air de cynique
innocence, livré pour ainsi dire toutes les figures de votre pensée
comme toutes les faces de votre corps; et que vous n'avez pas voulu
entendre encore que je vous aime.

«Quelle femme êtes-vous donc? Je sais de vous tout ce qu'en pourrait
savoir une masseuse, la forme de votre gorge, de votre nuque, de vos
jambes; outre que ce peu d'étoffes, dont vous êtes à l'ordinaire trahie
plutôt que dérobée, m'a laisser distinguer vingt fois les plus secrets
mouvements et comme les ressorts de vos membres, assuré que j'étais par
votre singulier sourire de ne vous déplaire pas en me composant de vous,
devant vous-même, une image toute nue. Mais, en cas que je n'en eusse
pas à moi seul assez surpris ou deviné, n'avez-vous pas pris le soin de
m'instruire, quant au reste, avec une sorte de trivialité, comme de ce
signe à votre hanche gauche, ou de votre dernier vaccin sur le même
côté. Je sais que vous dormez en chien de fusil, que vous prenez votre
tub en vous accroupissant, que monter à cheval vous est voluptueux. En
vérité, je sais tout de votre corps, excepté comme il se donne.

«Mais vous ne m'avez pas moins laissé voir de l'âme qui est en vous;
et, mieux qu'au hammam encore, je saurais comment vous traiter au
confessionnal. Car il n'est pas jusqu'à vos réticences, vos airs
d'être loin, ou cette façon de me parler de votre frère quand je vous
entretiens avec trop de chaleur de moi, qui ne vous aient découverte
jusque dans les derniers détours.

«Pourquoi feindre alors que je ne vous sois plus tout à coup qu'un
étranger? Eh! sans doute, je n'ignore pas mon indignité à remplir ce
difficile rôle d'amant, le peu d'avantages que j'y présente, ni combien
je perds à être mis en balance de votre mari seulement. Mais quoi, il
semble que d'aimer nous donne quelque droit d'être aimé; si vous ne
savez aller jusque-là, peut-être me devez-vous tout de même de me
prendre plus au sérieux, et, après m'avoir mené fort résolument au point
où j'en suis, de ne m'y pas laisser sans bonnes raison. Je ne veux pas
être la lampe qu'on laisse, après l'avoir allumée, charbonner dans la
solitude: il faut me «garnir» ou m'éteindre, et ne pas se divertir non
plus à lever sans cesse ou baisser ma flamme.

«C'est à ces jeux cruels que je vous connais ce que vous êtes, idole
inutile à ses dévots, coquette aux sens irrésolus qui se refuse, par je
ne sais quelle répugnance, quelle crainte, quelle cruauté, à payer de sa
personne. C'est alors que je goûte l'âcre joie de vous mépriser. Il est
vrai que vous n'êtes pas longtemps à le sentir, ni que la proie vous
échappe; et c'est alors aussi que vous souriez de cet irrésistible
sourire où je crois sottement démêler Dieu sait quelles promesses
de bonheur, l'amour, la luxure, et jusqu'à l'avant-goût de cet
anéantissement sans pareil où elle s'achève. Que je m'y voudrais abîmer
avec vous, loin d'ici, au hasard de quelque nocturne ville du Sud, quand
les étoiles semblent perler sur le front de la nuit, et que des gens
chantent d'une voix décroissante le long des rues. Ou encore, ici même,
au coeur de la cité grondante, par un après-midi d'hiver, qu'on a croisé
les rideaux devant les fenêtres closes, et que le feu mire sur les
murailles son visage changeant.

«Mais, n'est-ce point fou de songer au décor de votre amour quand
lui-même m'échappe? Au moins ai-je le droit que vous me répondiez clair,
cette fois. J'ai risqué pour vous, à ce jeu, mon bonheur nouveau-né, et
peut-être un autre que le mien; je vous demande donc d'être enfin...
etc.»

_(On n'a retrouvé de cette lettre que le brouillon, et couvert de
ratures; ce qui fait soupçonner les apostrophes de Mariolles d'avoir été
quelque peu de seconde main. Peut-être n'eut-il pas besoin de les mettre
au net et qu'Imogène se rendit sans en avoir essuyé le feu.)_



    _«La comtesse de San Buscar à M. Harryfellow._

    (Traduite de l'anglais.)

«Lord, je suis furieuse contre vous, littéralement. Que signifie cette
absence imprévue? Est-ce que vous avez découvert quelque nouvelle
caillette de l'Atropatène, toute blanche de graisse sous la plume?
Est-ce que vous dormez sous une table? Pourquoi m'abandonnez-vous; et ne
comprenez-vous point que si vous me laissez comme cela, en proie à mes
folies, ce sera à vous la faute de mes fautes? «Tout cela parce que vous
êtes jaloux. Ne dites pas non. Vous le fûtes toujours, et tout petit
garçon, déjà; comme ce soir où vous étiez venu cacher votre tête dans
mes genoux, et tremper de larmes ma robe de bal. Ma première robe de
bal, Lord: je ne sais pas ce que je vous aurais fait.

«Aujourd'hui, vous ne pleurez plus; vous vous terrez. Pourquoi? Ai-je
rien fait qui vous soit nouveau? Faut-il que je ne me laisse plus
admirer; ou me trouvez-vous si laide qu'il ne me soit plus permis de
paraître belle à personne? Et qui jamais s'avisa de se fâcher pour un
flirt? Est-ce que je me fâche, moi, de toutes vos bouteilles de wiskey:
ou de cette Mme d'Erèse que mon mari est en train de vous souffler!

«Mais prenez garde, Lord: si vous n'êtes pas là pour me défendre, je
finirai par ne plus savoir, toute seule. Et vous ne vous serez pas si
longtemps débattu contre des serpents imaginaires que je ne finisse par
vous faire avaler, quelque jour, une couleuvre pour tout de bon, comme
on fit à ce Laocoon, qui en mourut.

«Ainsi, mon frère chéri, revenez. Je me sens perdue au milieu de tous
ces gens quand vous n'êtes plus là. Il me faut votre visage blanc près
de moi, et prendre votre bras, et vous raconter de ces belles histoires
que vous écoutez avec les yeux.

  «Yours,
  «IMOGÈNE.»



  «_Floride d'Erèse à Cristobal
  de San Buscar._

«J'ai envie de vous appeler: Gros-Ami, comme ce personnage de la _Double
Maîtresse_. Vous en fâcherez-vous? Gros Ami, donc. Je ne sais pourquoi
je pense à vous tout le long d'aujourd'hui. Ce n'est pas que j'ai besoin
d'argent. Ce n'est pas non plus que je vous aime plus que d'habitude;
et, d'ailleurs, ce dont je brûle à votre égard, c'est un sentiment
paisible, bon feu de bûches: non point de ces éclatantes flammes qui
aveuglent le coeur. Vous savez ce que dit Nietzsche, qu'il n'y a presque
aucun homme dont une femme d'esprit voudrait avoir un fils. Jamais,
chez moi non plus, les désirs que vous causez ne vont jusqu'à celui de
l'enfantement. Est-il vrai au moins (vous le dites), que vous ressentiez
pour moi des mouvements plus profonds; que ma seule vue vous jette dans
un désordre passionné? Ou bien (excusez-moi) tout cela est-il seulement,
comme dirait Herbert Spencer, le passage de l'Imogène à l'hétérogène?

«Mais je m'égare, et j'oublie le principal: c'est mes jarretelles. Vous
vous rappelez qu'elles devaient être en vermeil. Or il paraît qu'on ne
peut pas le filer assez fin pour en faire des rubans qui ne pèseraient
pas; bien entendu, elles doivent s'attacher à un tour de taille assorti,
et non pas à mes ceintures, qu'elles déchireraient. Il faudra donc que
le tout soit en ruban d'or et, naturellement, moins bon marché; sans
compter les pierres, dont on pourra mettre un peu plus, à cause de la
diminution du poids. Alors je vous prie de passer chez celui qui doit
les faire, pour vous arranger avec lui. Surtout, ne marchandez pas:
c'est un garçon de bonne famille, qui s'occupe de bijoux par amour
de l'art. Il est Italien, et se nomme Gustave Portugalof. Si vous
l'entendiez parler de leur palais ancestral à Venise, où sa mère, après
une longue maladie, s'est éteinte toute blanche, parmi les cierges et
les Franciscains, en égrenant des chapelets de pierres précieuses. Son
magasin est rue Royale, entre le Maxim's et Jansen. Je ne me rappelle
pas le numéro.

«Je compte sur vous demain, mon bon Cristobal, et que vous aurez fait ma
commission.

  «A vous,
  «FLORIDE.»

«P.-S.--Si ma lettre est un peu érudite au début pour vous et pour
moi, prenez-vous-en à mon professeur d'étranger qui m'a soufflé les
citations. C'est un linguiste de première force, qui est en train de
traduire un nommé Omar Queyam, que les Anglais ont, paraît-il, tout à
fait défiguré, avec leur cruauté ordinaire.

  «F...»



_Floride cacheta la lettre, et tournant sa tête sur son épaule vers le
professeur qui la regardait écrire:

--O linguiste, dit-elle, ta bouche._



VII

PARIS-VERSAILLES


Mme de Mariolles n'avait pas fait à sa mère une bien entière confession
de ses chagrins. Le désir de savoir jusqu'où ils étaient fondés, et si,
comme elle ne le voulait plus mettre en doute, son mari la sacrifiait à
cette exotique Imogène--l'inexpérience aussi de comparer son malheur à
aucun qui lui fût bien connu en dehors des livres,--tout cela fit tomber
Sylvère dans le romanesque. Elle rêva d'abord d'intéresser la rue de
Jérusalem à ses ennuis; mais s'étant rappelé, d'après des lectures,
qu'il y a à Paris des polices particulières, elle se détermina de
préférence pour l'une d'elles. Et comment elle s'en procura l'adresse,
on l'imaginerait mal s'il n'était légitime d'en faire honneur à
l'ingéniosité bien connue des amoureuses.

Un beau matin donc, ayant prétexté auprès de Mariolles qu'elle allait à
la messe (et ce fut là son premier mensonge d'épouse), Sylvère prit un
fiacre à la porte de l'hôtel et donna l'adresse: 61 _bis_, place des
Victoires.

On était en fin septembre. Le tendre souffle de l'arrière-saison
circulait par les portières ouvertes, autour de ses joues. Le long des
Champs-Élysées il faisait frissonner faiblement la dernière feuille des
arbres. Quelques victorias passèrent à grande allure, comme si elles
se fussent hâtées vers les derniers beaux jours; et, partout répandu,
c'était l'automne mélancolique, voluptueux. Mais Sylvère ne savait plus
goûter la douceur des choses: de toutes ses petites dents, elle semblait
mâcher sa grande douleur.

Sylvère souffrait de cette variété visuelle de la jalousie qui est
peut-être la moins ordinaire à son sexe. Les malades qui en sont
atteints s'occupent singulièrement à faire de leur coeur une façon de
cinématographe, où viennent se peindre à l'envi mille images de leur
perfide, les plus cruelles, les moins décentes. Les beaux yeux de
Sylvère se posaient en vain sur les objets autour d'elle, les équipages,
la ramure noire des marronniers, ou la brillante gerbe de l'arroseur.
Ce qu'elle voyait à travers tout cela, n'était-ce pas toujours un même
spectacle, son mari tout près, oh! si près, d'une autre femme; et sans
cesse cette âme délicate se souillait des plus basses visions. Parfois
c'était comme si sa plus secrète sensibilité se fût transposée en une
autre chair, et qu'elle-même y goûtât, en dehors d'elle-même, une joie
aiguë qui était son bien propre, des caresses dont elle savait d'avance
la douceur._._._._._._._._._._._._.

Sa voiture s'arrêta. Machinalement Sylvère vérifia le numéro de la
maison, monta deux étages, se heurta à une grosse femme qui laissait
voir à demi une face convulsive sous le mouchoir qu'elle appuyait à ses
yeux, et qui gémit sourdement.

Puis Sylvère poussa une porte et se trouva dans une grande salle de
l'aspect le plus administratif, où une douzaine de jolies filles et de
vieux employés se tenaient silencieusement courbés sur des bureaux de
pitchpin et des machines à écrire.

--Monsieur Simpson-Schuhmacher, demanda-t-elle.

L'un des vieillards, sans mot dire, lui indiqua du doigt une porte où
_Cabinet du directeur_ était écrit. De l'autre côté c'était une petite
antichambre, et une seconde porte à travers laquelle Sylvère distingua
des voix. Elle s'assit, et toussa pour indiquer sa présence. Mais les
gens qui parlaient ne parurent pas y prendre garde.

--Je m'en f..., qu'elle soit jolie, clama l'un d'eux, d'un gosier gras.
L'essentiel est qu'elle le trompe, et que nous le sachions: avec vous,
ou avec un autre, ça n'y fait rien, pourvu qu'elle marche.

--Mais, demanda une voix mélodieuse, pourquoi tenez-vous tant à ce que
M. Anderego soit cocu?

Sylvère eut envie de faire entendre encore qu'elle était là: un peu de
curiosité, ou de pudeur, la retint; et elle n'était pas fâchée non plus
d'apprendre à connaître ses gens.

--Vous ne comprenez donc pas, jeune idiot, reprit la grosse voix, que si
la première Mme Andermachin pouvait faire pincer la seconde, elle nous
payerait à part cette satisfaction morale.

--C'est que vous ne m'avez presque rien dit; seulement de faire
connaissance avec les Anderego: c'est fait.

--En deux mots, c'est très simple. Le monsieur est un ancien mulâtre de
la Jamaïque, qui faisait des poids, dans les music-halls. Il y fit aussi
connaissance d'une femme-poisson de tout premier ordre qu'il épousa, et
qui était capable de rester plus de deux minutes dans de la flotte sans
se noyer. Ça permettait à notre homme de ne pas en fiche un clou, lui
qui est né un peu fatigué, justement.

--Une écaille dans la main, qu'il avait.

--Je vous conseille de crâner. Bref, de local en bocal, ils échouèrent
en Australie. Là, ça marcha moins bien. Pour tout ce qui est beaux-arts,
paraît que les Australiens ont les pieds froids, et puis l'eau douce
y est rare: il y a des quartiers où on l'expédie dans des boîtes en
fer-blanc. Vous pensez aux frais généraux que ça leur faisait. Après ça
ils voulurent faire de l'élevage, des vaches, des moutons, vous savez.
Mais on leur chapardait tout; et puis la poisson était malade de ne plus
jamais faire trempette: ça l'oppressait, cette femme, de souffler au
sec, tout le temps. Alors ils allaient lâcher leur gourbi, quand,
un beau jour, voilà que l'Anderego trouve un placer chez lui; mais
invraisemblable, mon cher, quelque chose comme du Crawford authentique,
deux cents, trois cents millions par terre, là, devant lui.

--Maman!

Sylvère, de l'autre côté, ne disait rien; mais elle s'intéressait aussi
à l'histoire: ça lui rappelait «le notaire et la tonne de poudre d'or».

--A la suite de quoi vous parlez qu'ils ont radimé tout de suite à
Paris, et que ça a bardé. Lui fit la connaissance de deux ou trois
princes brésiliens, qui le présentèrent à leur tailleur, et à leur
cercle. La dame, elle, s'établit dans une piscine en mosaïque bleue, où
elle recevait. Elle y tomba même malade, et fut soignée avec le pire
dévouement par une jeune et infortunée divorcée à qui elle avait eu
occasion de rendre des services, ce qu'on appelle des menus services,
vous savez.

--Oui, de la galette, enfin.

--Tout juste. Le malheur est que les vertus de la môme touchèrent aussi
Anderego, au passage. Il les vérifia de plus près, et les trouva si
fermes que cela lui donna des scrupules sur son propre mariage, qui
n'était pas très légal, et pas du tout religieux. Vous voyez le
dénouement. Mais Mme Anderego n° 1 est restée riche. Elle aime toujours
son mari, elle est furieuse, et elle nous paye pour pincer la divorcée.
Le pire est qu'il faut se presser, parce qu'elle s'est adressée aussi à
une autre maison. Ainsi, jeune homme, au trimard; couchez avec la dame,
et songez que nous luttons pour la morale.

--Oui, c'est une belle oeuvre; mais voilà, il y a des frais, et je suis
fauché, mon prince.

--Toujours, alors. Je parie que c'est encore votre sacré poker.

Les voix se perdirent au fond de l'appartement; on n'entendit plus qu'un
tiroir ouvert et les grognements de M. Simpson-Schuhmacher, qui formula
enfin cette réflexion menaçante:

--Si j'étais Mme votre mère...

Sylvère s'avisa à ce moment qu'elle était indiscrète. Elle rouvrit
doucement la porte extérieure, et la referma avec bruit.

--Qui est là? cria-t-on.

--Je voudrais parler à M. Simpson-Schuhmacher.

--Eh bien, entrez.

La jeune femme se trouva dans un grand bureau d'acajou et de cuir-vert
le plus respectable du monde. Et cherchant à penser des choses
familières pour assurer sa contenance, elle se disait:

--Voilà bien ce qu'il aurait fallu à papa pour travailler. Il serait
devenu conseiller général.

--Qu'y a-t-il pour votre service, Madame? Sylvère aperçut une face
truculente, du ventre, deux gros bras qui lui poussaient un fauteuil,
et, quelque peu en arrière, un tout jeune homme qui inclinait vers elle
un visage rougissant, de la plus rare beauté.

--Je voudrais, répondit-elle, vous entretenir, Monsieur, sur... (elle
hésita) sur une affaire délicate.

--La plupart de celles dont je m'occupe le sont, répondit l'homme avec
un sourire bas.

Et, se tournant vers l'adolescent:

--Vous, l'Ange Gardien, ajouta-t-il, on ne voudrait pas abuser davantage
de vos précieux instants.

«L'Ange Gardien» rougit de nouveau, et, levant derrière ses longs
cils vers Sylvère des yeux transparents où il y avait de la honte, de
l'espièglerie, et comme un peu de regret, il parut prêt à quitter la
chambre.

A quel instinct obéit la jeune femme?

--C'est que, Monsieur, dit-elle, n'est pas de trop, si j'en juge, au
moins, d'après les quelques mots que j'ai surpris tout à l'heure de
votre conversation.

Cela ne s'accordait guère avec le subterfuge de la porte battue; et
l'on voit ainsi que Sylvère n'en était plus à compter ses mensonges.
Cependant elle s'était assise; et puis, prenant son pauvre coeur à deux
mains, on eût dit qu'elle en exprimait le suc devant ces deux confidents
bizarres. On a bien vu des mondaines poser nues chez leur photographe;
mais quelle figure aurait faite Mariolles d'entendre sa femme se
confesser en pareil lieu?

--Je ne voudrais pas un trop gros scandale, conclut-elle: leur faire
peur, plutôt.

--Il faudra tout de même y mettre la police. Comment voulez-vous un
flagrant délit sans commissaire?

--Oui, je sais, dit Sylvère, qu'on ne peut éviter cela.

--Et M. Walter de Crissey, que je vous présente--saluez, jeune
homme--(l'adolescent s'inclina), vous dira comme moi qu'il faudra
peut-être assez longtemps pour les pincer. M. de Crissey, qu'on appelle
aussi «l'Ange Gardien», à cause des ménages où il fréquente, est un
de mes meilleurs agents: c'est lui qui sera chargé de cette filature
(Sylvère eut plaisir à reconnaître un terme de Gaboriau), et d'aller
vous en rendre compte, parce qu'il est de règle chez nous d'écrire le
moins possible. Mais, Madame, je dois vous avertir que ce pistolet fait
la cour à toutes les femmes: ainsi, quand il sera seul avec vous et
voudra vous embrasser, flanquez-lui moi des coups de riflard dans le
portrait.

Toute cette grossièreté de M. Simpson-Schuhmacher indignait à peine
Sylvère, tant il lui semblait, depuis une heure, vivre dans du roman.
A tout prendre, elle commençait à faire joujou de sa jalousie. Tel un
petit chat à qui on vient de marcher sur la queue: d'abord il crache
dessus, et puis se console à jouer avec.

Mais M. Simpson-Schuhmacher la ramena bientôt à de plus triviales
spéculations.

--Il y a aussi la question d'argent, dit cet homme avec gravité.

Sylvère acquiesça du chapeau.

--Il y a de gros frais. Il faudrait au moins deux mille francs de
provision.

--Voici, dit la jeune femme.

Et dans un petit portefeuille elle choisit deux billets sur les cinq que
Mariolles lui avait donnés le lendemain d'une fameuse partie de baccara,
à Biarritz. Car il y a une justice immanente des choses, comme l'a fort
à propos fait remarquer un homme politique.

--Voyez-vous, continua le gros homme, l'Ange Gardien fait du travail
chenu, mais cher. Il y a de gros frais. Il faudra qu'il fasse la
connaissance de M. votre mari, de la dame américaine, etc. Au moins,
quand il sera dans la place, n'allez pas le reconnaître.

--Je serai à Versailles pendant quinze jours, dit Sylvère. Il faudra que
l'Ange... que M. de Crissey vienne m'y porter des nouvelles.

Et elle donna l'adresse des dames de Retraite.

--Enfin, conclut Simpson, il y a de gros frais, je vous le répète; peu
de bénéfice pour nous. C'est pour vous dire, Madame, que j'espère... si
vous êtes contente.

--Contente?

--Oui, enfin: si nous vous fournissons les preuves que vous êtes
trompée.

--Ah! oui, dit Sylvère, contente...

Tout étant conclu, l'Ange Gardien la raccompagna jusqu'à sa voiture.
Il avait vraiment l'air d'un gentleman, tandis qu'il s'inclinait à la
portière, et Sylvère ne put s'empêcher de lui tendre la main.


(La scène est à Versailles.)

Mme de Mariolles et la Mère des Prodiges se promenaient à pas lents dans
les belles allées de l'hôtel d'Aigrefeuille. La religieuse, en balayant
d'une indolente traîne blanche la dépouille des ormes au tronc lisse,
parfois tournait de haut sa face attentive vers la jeune femme qui
marchait à son côté, en retroussant d'une inutile grâce, en ces lieux
déserts, derrière ces hautes murailles, sa jupe de drap sombre.

--Mais ce serait un gros mensonge.

--Mais, objecta Sylvère, il n'y a pas d'autre moyen. Vous savez mieux
que personne, ma mère, qu'au parloir on ne pourra pas causer sans être
entendu; et, si je ne dis pas que c'est mon frère, comment pourrai-je
sortir avec lui? On voit que c'est l'Ange Gardien qui était en question,
et comment il viendrait rendre compte à Sylvère de ses fonctions
délicates.

--Enfin, reprit la Mère avec un soupir, il en faut bien passer par
où vous voulez, puisque c'est pour le plus grand bien de votre mari,
paraît-il, que vous tenez à faire passer de jeunes étrangers pour
vos frères. Je me figure, s'il savait tout ce petit mic-mac, qu'il
regretterait de vous avoir si facilement permis de venir, sans lui,
faire la retraite à Versailles. Et j'aimerais mieux, je vous assure,
des moyens moins compliqués, plus... plus honorables que ceux-là. Sans
compter que vous me faites faire un péché.

--Ne me grondez pas, ma Mère, dit la jeune femme en se pendant à son
bras. Je suis déjà assez malheureuse.

Sans plus mot dire, elles continuèrent la promenade. Le sable cria sous
les talons de Sylvère; un clairon qui chantait au loin, dans quelque
cour crayeuse de caserne, perça l'air doux et doré du mourant automne.

Le lendemain même, M. Walter de Crissey, soi-disant René de Ribes, se
présenta au parloir et demanda à voir sa soeur.

Sylvère descendit aussitôt, prête à sortir, et passa la grille.

--Bonjour, René, dit-elle.

--Bonjour Sylvère, vous ne m'embrassez pas?

Et, sur les joues de la jeune femme impuissante, l'insolent posa deux
baisers.

Que faire? Sylvère s'assura d'un coup d'oeil que la Mère Marie des
Prodiges, au moins, n'était pas dans le parloir, et sortit du couvent la
première.

«Quelle horreur, pensait-elle. Et comme la soeur tourière nous a
regardés!» Le pis est qu'elle avait ressenti beaucoup plus d'irritation
que de dégoût. En vain se redisait-elle pour s'indigner: «Quoi, un
détective, un domestique!...»--tout cela ravivait bien la double brûlure
de ses joues, mais il s'y mêlait un tout petit peu de plaisir qui la
désespérait.

Pendant quelques minutes elle marcha en avant, d'un pas rapide, sans se
retourner. Enfin, elle s'arrêta et se laissa rejoindre; mais il y avait
encore du courroux sur son visage, et aussi cet air qu'on a quand on a
préparé un petit discours.

--Monsieur, dit-elle, j'ai sans doute le plus grand besoin de vos
services; mais je vous jure que je suis décidée mille fois à m'en passer
plutôt que d'avoir à subir encore votre impudence.

Ils étaient seuls sous les doubles arbres d'une de ces désertes avenues
qui font une roue autour du palais. Le jeune homme tout d'abord garda la
tête basse.

--Vous avez des mots cruels, dit-il enfin: j'aimerais mieux des coups
d'ombrelle sur la figure, comme vous le conseillait M. Simpson. Mais on
n'a pas le choix.

Il avait souri presque insensiblement à ces derniers mots. Sa lèvre
roulée et rouge, un peu courte sur ses dents, lui donna un air
d'impudence naïve dont Sylvère se sentit irritée de nouveau; et durant
quelques secondes, elle aurait volontiers suivi le conseil de M.
Simpson-Schuhmacher. Heureusement pour le «portrait» de l'Ange Gardien
qu'elle gardait encore du respect envers les convenances. En sorte
qu'elle se contenta de répondre, un peu brutalement:

--En effet, le seul qui vous reste, Monsieur, est de faire ce qu'on
vous a commandé--si vous n'aimez pas mieux abandonner là votre petit
espionnage--et ses profits.

--Ah! comme vous me méprisez, Madame, dit Crissey, avec le ton d'une
douleur si sincère que la jeune femme en demeura interdite.

--Si vous saviez, continua-t-il, comment j'en suis venu là, et ce que
c'est, à Paris, que de se trouver sans un... je veux dire: sans argent.
Mon père m'en avait toujours donné; mais depuis sa mort, je suis aux
mains de maman, qui est si regardante. Un soir, dans un cercle, je me
trouvais avoir besoin d'argent, tout de suite. Ce. Simpson de malheur me
le prêta. Depuis, il m'en a prêté d'autre; et aujourd'hui il me tient.

«Peut-être, songeait cependant le jeune homme, qu'il est un peu tôt pour
entrer dans ce genre de confidences. Mais tant pis, l'occasion était
trop belle.» Et il cilla à plusieurs reprises, comme font les gens au
théâtre, quand ils ont envie de pleurer.

--Je ne vous méprise pas,_ Monsieur Walter_, dit la jeune femme. Je vous
plains.

Il faut avouer que tous deux, jusqu'ici, n'avaient pas beaucoup causé
d'affaires. De loin on eût dit une promenade d'amoureux. Comme ils
avaient repris leur route en sens inverse, ils se trouvaient maintenant
en vue du couvent.

--Il faut rentrer, dit Sylvère de cette douce voix qu'on prend pour
parler aux malades. Dites-moi vite ce que vous avez à me dire.

--Ah! oui, dit le jeune homme avec un peu d'amertume, ma mission. Voici:
j'ai fait la connaissance de la femme de chambre de Mme de San Buscar,
qui me communique les lettres (Sylvère eut un peu honte), et aussi de
Monsieur, par Mme d'Erèse. Il doit me présenter à votre mari. J'ai vu
ce dernier de loin, avec la dame américaine. Ils avaient l'air en
discussion, elle, sur la négative.

Sylvère éprouva de nouveau quelque malaise à entendre parler de son mari
par l'Ange Gardien.

--Vous connaissez Mme d'Erèse, interrompit-elle.

--Oui, dit le jeune homme avec embarras. Elle m'a obligé, autrefois.

--Obligé?...

--A dormir chez elle: je veux dire...

--Bon, bon, fit Sylvère. Raccompagnez-moi jusqu'au parloir, voulez-vous.

Il se serrèrent la main en se quittant. Mais quand elle fut en sûreté
derrière la grille:

--René, dit-elle, vous ne m'embrassez pas? Et le jeune homme la vit
disparaître et se fondre parmi les ombres monastiques comme un flocon de
neige dans la nuit.



VIII

LES GALANTES ALTERNATIVES

(La scène est à Versailles et à Paris.)

L'Ange Gardien revint à plusieurs reprises chez les Dames de Retraite,
sans y apporter d'abord aucune nouvelle d'importance touchant M. de
Mariolles, ou la maturité de ses entreprises sur Mme de San Buscar. Du
reste, ils n'abordaient ce sujet qu'avec une sorte de réserve; et ce ne
fut pas la moindre des singularités qui marquèrent les rapports de ce
gracieux aigrefin avec Mme de Mariolles-Sainte-Mary.

Lui, au sortir du parloir, aurait voulu prolonger la fiction qui l'y
faisait se présenter comme le frère de Sylvère. A deux ou trois reprises
il tenta, dans la rue, de continuer à l'appeler par son petit nom; mais
un «Monsieur» tout glacé décourageait aussitôt ces tentatives.

Ce n'est pas qu'au demeurant Sylvère se montrât haute ou dure envers
lui. Souvent elle parut oublier les vrais motifs de leurs rencontres, le
traita avec une douceur familière. Un jour elle prit son bras; ou bien
elle s'asseyait avec lui sur un banc pour écouter les contes ambigus
qu'il lui faisait de son enfance, de sa douteuse jeunesse. Autour d'eux
Versailles de pierres déployait ses arbres déjà nus, plaintifs de
l'arrière-saison. On apercevait entre les toits de la ville ces combles
du palais où brillent des statues, le sommet de la chapelle, les
quinconces du parc. Ils se promenèrent dans ces mêmes allées qu'avait
foulées La Vallière. N'était-ce point son coeur qui gémissait encore,
avec les branchages, sous l'énervante haleine de septembre? Et que les
coeurs sont malheureux, qui n'oublient pas.

Sylvère fit quelques pas vers un bassin dont l'eau avare et verte était
ridée comme un visage de vieille. Dans ce triste miroir elle
n'aperçut d'elle-même qu'une image indécise, effacée. Et peut-être
apparaissait-elle semblable à la mémoire de Tony.

--Ne vous penchez pas autant, dit l'Ange Gardien. Il toucha son bras
tandis qu'elle tournait les yeux vers lui.

--Comme vous êtes pâle, fit-elle. Je l'ai déjà remarqué l'autre jour.
Seriez-vous souffrant?

Crissey prit un ton mélancolique du meilleur aloi:

--Vous savez bien sans que je vous le dise, dit-il, pourquoi je souffre.

Sylvère resta muette à cette dangereuse ouverture. Mais elle s'assit, et
le jeune homme à côté d'elle.

--Encore, reprit-il, si je n'étais pas tout près de ne plus vous voir.
Mais vous allez repartir, n'est-ce pas, pour votre province; vous l'avez
dit. Et quelle chance me restera-t-il de vous rencontrer jamais?

Sylvère songea qu'il lui était difficile, en effet, d'inviter «M. de
Crissey» chez sa mère, en cas même qu'elle en aurait eu le désir. Durant
quelques minutes, lui redevint sensible cette distance qu'il y a d'un
policier marron à une honnête petite baronne de Mariolles, et qu'elle
oubliait si singulièrement d'ordinaire.

--Dans quelques mois, vous rappellerez-vous seulement qu'il y a quelque
part un Ange Gardien, comme _ils_ disent?

Le banc qu'ils avaient choisi était au repli d'une charmille, caché par
des restes de feuillage. Un gardien qui passait les considéra tous deux
avec méfiance. Et, de fait, ils avaient cet air vide que prennent les
amoureux dans les jardins publics quand ils se taisent et n'attendent
manifestement que d'être seuls pour s'embrasser tout de nouveau.

--Non, reprit Sylvère, comme en réponse à sa propre pensée, je ne vous
oublierai pas, monsieur de Crissey. Et comme je crois que vous avez
un peu besoin de prières, j'irai au calvaire de Bétharram à votre
intention. Et je vous enverrai une médaille.

--Qu'est-ce que c'est que Bétharram?

--C'est un pèlerinage, en Béarn: une jeune fille qui avait voulu se
noyer par amour, et qui fut sauvée par la Vierge pour s'être repentie au
dernier moment.

L'Ange Gardien se dit qu'il y a parfois indiscrétion à vouloir sauver
quelqu'un qui se noie. Mais il ne fit point part de cette réflexion à
Sylvère.

--Je veux bien la médaille, dit-il. (Peut-être songea-t-il qu'elle
serait en or. Peut-être songea-t-il aussi à certains de ses camarades
qui auraient ri de ce dialogue évidemment entaché de cléricalisme; à
Pierrette, dit Joujou-des-Dames, jeune bookmaker plein d'avenir, qui
n'aimait pas la calotte et l'écrivait un peu partout,--à M. François, le
changeur du Cercle des Républicains de l'Ouest, qui méprisait aussi les
curés, et qui posait si bien un placard). Seulement, ajouta-t-il, je
voudrais encore autre chose.

--Quoi donc? interrogea Mme de Mariolles avec un peu de méfiance.

Il hésita, et d'une voix plus basse:

--Ce n'est pas beaucoup. Supposez que ce soit par amitié; et un seul, un
tout seul. Même, s'il ne vous convient pas, vous me le rendrez.

Sylvère aurait dû se mettre en colère. Elle ne se mit qu'à réfléchir.
En sorte que la chose, d'instant en instant, lui semblait devenir plus
grave.

--Songez, ajouta-t-il, que c'est notre dernière promenade. Car je ne
vous l'ai pas annoncé encore; mais j'ai des nouvelles graves, qui vous
rappellent à Paris.

--Eh bien, soit, fit enfin Sylvère puisqu'il y a des nouvelles; et à
condition que moi je ne vous embrasserai pas.

Les yeux baissés, avec un air de résignation gracieuse, elle tendit la
joue, et le jeune homme crut peut-être que c'était ses lèvres qu'elle
offrait: au moins les baisa-t-il du mieux qu'il savait, c'est-à-dire
fort en avant. Et si ce ne fut qu'un seul baiser, rien que par la durée
il en valait plusieurs.

--Ah!... dit Sylvère. Et moi qui avais juré de ne pas vous le rendre.

Mais l'Ange Gardien ne répondit pas: il était devenu beaucoup plus pâle.
Il fallut pourtant réfléchir aux réalités:

--N'aviez-vous pas quelque chose à me dire? reprit la jeune femme,
timidement.

L'Ange Gardien sortit de son rêve:

--Ah! oui, dit-il. Que tout cela me semblait loin. Il y a donc qu'en
rentrant à Paris demain, vous pourrez, selon vos désirs, faire pincer de
compagnie votre mari et Mme de San Buscar. Ils ont rendez-vous ferme à
cinq heures, à l'hôtel des Échelles, rue de Châteaudun, chambre n° 49.

Peu à peu le jeune homme avait repris son ton professionnel:

--Vous vous demandez peut-être de qui je tiens ces tuyaux. Toujours
de la femme de chambre à Mme San Buscar. Comme vous savez (il eut un
sourire un peu canaille), elle me fait lire les lettres que sa maîtresse
n'a pas la sagesse de brûler. J'ai pris copie de celle où votre mari
donne les derniers détails sur leur rendez-vous. Voulez-vous la lire?

--Ah! non, merci, dit Sylvère, avec un soupçon de dégoût.

Le jeune homme ne parut pas y prendre garde.

--Ils se méfiaient de leur hôtel, je pense, à cause des domestiques:
c'est pour ça qu'ils avaient choisi les Échelles, qui est un des mieux
tenus de Paris pour ça, et avec trois entrées, ce qui ne gâte rien.
Alors, en arrivant demain après-midi, vous avez tout le temps d'aller
prévenir M. de San Buscar, si, comme je le suppose, vous désirez qu'il
vous accompagne dans vos manoeuvres.

--Oui, dit Sylvère, autant vaut: cela fera d'une pierre deux coups.

--Il est probable que vous ne le trouveriez pas au Léviathan-Hôtel; mais
je pourrai vous conduire presque sûrement où il sera, du moins si vous
me permettez d'aller vous attendre à la gare. Car de l'avertir vous-même
à l'avance, il faudrait être plus sûr de sa dissimulation, et qu'il
tiendrait sa langue.

Sylvère acquiesça sans objection aux plans du jeune homme. Elle était
devenue taciturne; et on eût dit qu'au moment d'engager l'action
définitive sa belle vaillance l'abandonnait un peu.

Mais le lendemain, au sortir du couvent et des embrassements de la Mère
Marie des Prodiges, ce fut tout autre chose. Peut-être avait-elle
bien dormi, comme les duellistes ont accoutumé, la veille de leurs
rencontres. Peut-être avait-elle décidé que son mari, somme toute,
n'était pas encore définitivement coupable, pensée agréable et qui
laisse au pardon des voies plus aisées. Toujours est-il qu'elle avait
l'air de partir en vacances. L'Ange Gardien, qui l'attendait aux
guichets de la gare Saint-Lazare, la regardait venir de loin, le visage
clair, la démarche longue et comme moulée par son costume tailleur à
rayures.

--Maintenant, lui dit-elle d'une voix qui sonna presque joyeuse, je me
laisse conduire.

Et elle s'assit dans la voiture découverte, avec ce geste de se caler en
rond, de se frotter contre les coussins, qu'ont les petites femmes qui
partent pour le Bois, aux premières chaleurs.

Mais il se mit à pleuvoir, et il fallut lever la capote. Puis le fiacre
s'arrêta.

--Où sommes-nous, demanda Sylvère.

--Si vous le permettez, dit le jeune homme, je vous ai menée chez Mme
d'Erèse, qui ne vous est pas tout à fait inconnue, je crois. Vous êtes
sûre, à cette heure-ci, en insistant, d'y rencontrer M. de San Buscar.
Quoiqu'il me connaisse, peut-être que mon nom ne suffirait pas à lui
faire interrompre ses occupations. Mais il se dérangera sûrement pour
vous.

Sylvère ayant sonné chez Floride, une soubrette jeune, grasse et laide,
à qui elle fit part de ses noms et qualités, ainsi que d'un très vif
désir de voir M. de San Buscar, l'introduisit dans le petit salon
art-nouveau qu'on a déjà décrit au chapitre v, et déclara qu'elle allait
vérifier si Monsieur le comte se trouvait là, quoiqu'elle ne le crût
point. Par surcroît, Sylvère lui confia une de ses cartes où elle avait
écrit: «Affaire urgente. Votre femme...», et attendit seule, l'Ange
Gardien étant resté en bas dans le fiacre.

San Buscar était, en effet, chez Mme d'Erèse: il apparut au bout de
quelques minutes, fort ému, et pareil, dans son désordre extrême, à un
baigneur qu'on interrompt en ses apprêts au bord d'une rivière; les
cheveux en révolte, nulle cravate et une bottine chevauchant son
pantalon. Il demanda, sans presque prendre le temps de saluer:

--Qu'y a-t-il donc?

Sylvère eut un moment d'embarras. Mais, reprenant son courage:

--Il y a, dit-elle, que votre femme vous trompe avec mon mari.

A ce moment une porte, qui s'entr'ouvrit derrière Sylvère, laissa
apercevoir, mais à peine, le visage clignotant de Mme d'Erèse, un peu de
linge blanc, puis se referma; tandis que San Buscar, qui avait pris un
air accablé:

--Carajo, dit-il; vous êtes sûre?

--Très sûre. Ils ont rendez-vous à l'hôtel des Échelles, rue de
Châteaudun.

--C'est oune infamie, gronda cet époux malheureux.

Et il s'assit dans un fauteuil en bois lie-de-vin.

--Ils ont rendez-vous à cinq heures, reprit Mme de Mariolles. Nous avons
tout juste le temps d'avertir un commissaire de police, et qu'on les
surprenne.

--Je souis hors de moi, gémissait cependant un San Buscar immobile.

--J'ai pensé, continua Sylvère, que vous ne refuseriez pas de
m'accompagner au commissariat.

--Ah oui... au commissariat. Certainement, ma chère amie. Et vous tenez
beaucoup à mettre la police là-dedans?

--Mais enfin, dit la jeune femme avec un commencement d'impatience, vous
y avez le même intérêt que moi. Votre femme vous trompe, entendez-vous,
votre femme.

Ces paroles parurent aiguillonner San Buscar. Il se leva et, à trois
reprises, répéta d'un air sombre.

--Je souis cocou.

Et, s'étant sans doute dûment convaincu de cette vérité fâcheuse, il
ajouta, comme si c'en était la conséquence naturelle:

--Je vais aller prendre mon chapeau.

Une courte absence lui ayant suffi à retrouver aussi sa cravate, comme
à réparer les autres désordres de sa toilette, c'est sous son ordinaire
aspect qu'il accompagna Sylvère jusqu'à sa voiture. Cependant l'Ange
Gardien avait disparu; mais Sylvère s'en aperçut à peine, et aussi bien
sa présence n'était-elle plus nécessaire.

--Le monsieur, qui était là, déclara pourtant le cocher, a dit que c'est
au commissariat de la rue Cadet qu'il fallait que vous alliez.

--Quel monsieur? demanda Cristobal à Mme de Mariolles.

--C'est un de vos amis, je crois, un M. de Crissey. Je le connais un
peu, et c'est lui qui m'a donné tous les renseignements sur Imogène et
Tony.

--Ah! vous appelez cela un ami, dit San Buscar en reniflant avec force.
Et de quoi s'occupait-il? je vous demande. Laissez-moi seulement le
rencontrer un soir pour le remercier, sur la Côte des Basques. Un ami
comme ça; je voudrais qu'il se marie.

Entre temps on était arrivé rue Cadet. Mais M. le commissaire n'étant
pas visible tout de suite, il fallut l'attendre une demi-heure dans la
salle commune. Elle était vaste, grise et malpropre, avec un banc étroit
de moleskine, où Sylvère s'assit, et tapa du pied, tandis que Cristobal
s'absorbait dans la contemplation d'une affiche neuve. Les pêcheurs de
France y étaient formellement avertis qu'ils avaient le droit de se
servir, pour la pêche en rivière, du buzard fluviatile, du pygargue
ordinaire et autres oiseaux mystérieux. San Buscar la relut peut-être
quinze fois sans en comprendre un mot. Un agent vint les chercher enfin
pour les introduire auprès du commissaire.

C'était un petit homme rond et rouge, un peu phraseur, avec des yeux
fins, et qui ne fut pas long à se mettre au fait:

--Eh bien, Madame la baronne, conclut-il, il ne nous reste plus qu'à
nous rendre sur les lieux du litige, _unde adhuc sub judice lis est_,
comme disait le poète. Je ne dois pas, d'autre part, vous laisser
ignorer que, si M. votre mari veut bien nous ouvrir, ce sera de son
plein gré, _sponte sua_. En droit, il s'y pourrait refuser, sauf mandat
de M. le Procureur, qui nous permettrait d'avoir recours aux serruriers,
mais que nous n'avons pas, ni ne pourrions avoir avant huit jours au
moins. Heureusement que les gens n'en savent rien d'ordinaire et ouvrent
dès qu'il est question de loi.

Là-dessus, la petite troupe se trouva à la porte de l'hôtel des
Échelles, laissa un agent sur l'escalier, et gagna en bon ordre le n°
39.

--Au nom de la loi, ouvrez.

On entendit un grand remue-ménage, des exclamations de femme, le bruit
mou d'un fauteuil qui se renverse avec du linge; après quoi la porte
s'ouvrit sur un gros homme glabre et chauve. Une courte chemise empesée,
rayée de bleu, riait sur ses jambes tortes; et il fumait un cigare où
restait la bague.

Sylvère tourna vite le dos, tandis que Cristobal regardait l'étranger
avec stupéfaction:

--Mais il y a erreur, dit-il enfin. Et ce n'est pas ici, c'est au 49
qu'il faut aller.

Après excuses au gros homme, qui referma la porte non sans violence, on
repartit pour le 49, et il n'y eut pas de surprise cette fois, ce fut
bien Mariolles qui vint ouvrir. S'il y apporta quelque retard, c'est
peut-être qu'il n'était pas tout d'abord en état de paraître: non pas
qu'il le fût beaucoup encore, tout son vêtement n'étant qu'un pantalon
et une chemise. Derrière lui on aperçut une chambre en désordre, du
linge épars, les fleurs d'une capeline suspendues à la pendule, et,
dans un lit d'acajou, un pâle visage dont les yeux se promenaient avec
inquiétude sur les nouveaux venus.

Déjà le commissaire procédait aux vérifications d'identité (comme on
dit). De Mariolles il passa galamment à sa complice.

--Et la belle dame qui est couchée là, fit-il. _latens deitas_, si j'ose
m'exprimer ainsi, c'est bien Mme la comtesse de San Buscar?

Imogène ne répondit pas.

--Oui, c'est elle, cria San Buscar, c'est ma femme, c'est oune...

--San Buscar, pas de violence ici, intervint Mariolles. Vous savez,
d'ailleurs, que je suis à vos ordres.

--Il ne manquerait que non. Demain même, le matin, mes amis, ils iront
vous voir.

Cependant Sylvère s'était rapprochée d'Imogène. Et de la voir dans
ce lit qu'elle venait de partager avec Mariolles, la jalousie et
l'indignation faisaient briller ses yeux.

--Ah! dit l'Américaine, en se pelotonnant sous les couvertures, vous
pouvez me battre, Sylvère, si vous voulez.

Sylvère haussa les épaules et quitta la chambre. Mais San Buscar, que
les émotions fatiguaient, décidément, était assis sur une chaise longue
et s'épongeait le front.



IX

CHASSE-CROISÉ

_La Mère Marie des Prodiges à Mme de Ribes._


«Madame,

«Les nouvelles dont j'ai à vous faire part ne sont pas, hélas! faites
pour réjouir un coeur de mère; et il faudra faire appel, pour les
supporter dignement, à tout ce que le vôtre contient d'énergie humaine
et de résignation aux décrets divins. Mais n'appartient-il pas à toute
mère de souffrir; et, depuis Celle dont nous adorons le fruit ineffable,
n'y a-t-il pas quelque adoucissement pour les autres à faire comparaison
de leurs douleurs, malgré tout bornées, avec toute cette Passion dont
Elle fut crucifiée dans son amour?

«Non point, à vrai dire, que l'actuelle infortune de la baronne de
Mariolles-Sainte-Mary soit irréparable; loin de là. Le temps, la douceur
d'un foyer de famille, les tendres baumes de la dévotion ont cicatrisé
des blessures autrement profondes et douloureuses. Et il n'est pas
besoin, Madame, de vous faire d'avance remarquer que, si nous pouvions
nous en tenir à un point de vue purement humain, les tempéraments ne
manqueraient pas. Que de familles, hélas! trop portées à ne considérer
les événements qui les touchent qu'à travers le siècle, où elles vivent
comme plongées, découvriraient bientôt dans l'arsenal des lois modernes
un prompt et malheureux remède. Mais, tout de suite, j'en écarte jusqu'à
la seule idée. Sans que j'aie l'honneur, madame, de vous avoir jamais
vue, vous avez bien voulu me favoriser assez souvent de vos lettres pour
que je sois demeurée édifiée de la solidité de vos principes. Ce n'est
pas aller trop loin que de juger en cela digne de vous cette charmante
Sylvère si aimée parmi nous. Il ne faut donc point s'étonner qu'elle
ait su choisir le parti le plus sage et le plus légitime, encore que
peut-être un peu rigoureux.

«Mais il est nécessaire, avant que d'aller plus avant, que j'entre dans
le détail de circonstances qui étaient malheureusement, quoique depuis
peu, trop aisées à prévoir, et auxquelles vous-même vous attendiez.

«Mme de Mariolles en vous faisant part de ses craintes, ou plutôt de sa
certitude, en même temps que de l'estimable projet qu'elle avait formé
de venir faire la retraite dans notre maison, vous avait caché, je le
crains, le soin qu'elle avait pris de faire surveiller son mari et cette
dame par je ne sais quelle police particulière.

«Pardonnez-moi, Madame, si je m'exprime gauchement; mais c'est là une
sorte de narration à laquelle j'étais, Dieu merci, demeurée jusqu'à
présent étrangère. Pour faire bref, M. de Mariolles invita cette dame
de ses amies à se rencontrer avec lui, un après-dîner, chez des
commerçants, à ce que j'ai cru comprendre, et, sans doute, peu
honorables, puisqu'ils acceptaient que leur foyer devînt un théâtre
de tentations. Mais les policiers, par des moyens que je ne saurais
imaginer, l'ayant appris, avertirent Sylvère; et la magistrature le sut
aussi. Le mari (car cette malheureuse est mariée) s'y rendit de son
côté. Tout se découvrit enfin; et même Mme de Mariolles m'a fait
entrevoir à ce sujet des choses tellement singulières, pour ne pas dire
plus, que je laisse encore d'y croire, et ne puis les attribuer qu'à
la fièvre qui se déclara chez elle la nuit même de ce funeste
embrouillement, qu'elle revint chez nous et tomba tout d'abord dans une
crise de larmes, puis dans une excitation qui nous fit croire un instant
à un peu de délire. Cela se passait hier soir. Des prières que nous
fîmes aussitôt réussirent à la calmer un peu. Aujourd'hui elle est
physiquement tout à fait bien; et, quoiqu'il ne soit pas dans nos usages
qu'on interrompe et reprenne ainsi une retraite, nous aimons trop
Sylvère pour ne la pas garder parmi nous aussi longtemps qu'elle
désirera...

«Un reste de fatigue l'a fait me prier de vous écrire à sa place. Son
projet serait de se retirer auprès de vous, ou dans cette terre que vous
lui donnâtes en dot, pour y vivre d'une sorte de veuvage volontaire,
sans jamais revoir son mari. Je crains un peu, et vous craindrez sans
doute avec moi, qu'il n'y ait là-dessous le désir secret de ne pardonner
point, et moins de résignation que de colère. Mais, d'autre part, je ne
doute pas, Madame, qu'avec le temps, vos conseils, nos prières, elle
ne revienne à une solution plus voisine à la fois et de la charité du
chrétien et de la tolérance mondaine.

«M. de Mariolles est à Paris, dans ce même hôtel sans doute où ils se
trouvaient auparavant. Quant à la dame, je ne sais ce qui en est advenu.
Sans doute l'aura-t-on mise en prison ou dans quelque couvent; et il est
à regretter qu'on n'y puisse rétablir en sa faveur toute la discipline
d'autrefois. Mais croiriez-vous, Madame, et j'ai à peine le courage de
l'écrire, qu'au moment où les magistrats pénétrèrent dans l'appartement
où elle se trouvait avec M. de Mariolles, elle n'offrait plus aux
regards, sur sa personne, qu'une partie de ses vêtements. La singularité
des moeurs étrangères ne suffit point à excuser cette indécence, dont la
honte d'y être surprise lui aura été sans doute un bien cruel châtiment.
C'est d'ailleurs une protestante.

«En attendant la réponse qu'il vous plaira de faire à Sylvère ou à
moi-même, je vous prie, Madame, etc.

«SOEUR MARIE DES PRODIGES.»



_Floride d'Erèse à Gédéon--Lord Harryfellow._

«Mon cher Lord,

«J'espère que la présente te trouvera de même. Figure-toi que tu es
planté sur un quai de gare, mon petit Lord, avec cet air naturellement
rasé que tu portes écrit sur la figure; et moi, incrustée à mi-corps
dans la fenêtre des lits-toilettes, en train d'agiter vers toi un
mouchoir trempé de mes larmes. Je te quitte, quoi. Mais le plus triste
c'est que j'ai beau me tâter de long en large (voilà un genre de
distractions où tu ne m'as jamais fait l'honneur de te fouler
grand'chose) je ne réussis pas à m'en découvrir le moindre remords.
Peut-être qu'on n'éprouve ça que longtemps après, comme les lésions
internes; et, pour en revenir à la nôtre, je ne sais pas comment on dit:
ouf, en américain, mais si tu savais, non! ce que je le pense.

«Ton beau-frère, ce Cristobal comme on n'en fait plus, me recommandait
tout à l'heure de ne pas me montrer brutale en rompant avec toi. Car
l'homme des pampas nourrit à ton égard des sentiments généreux dans son
coeur sauvage. La méfiance n'a jamais fait de petits sur son lit, et,
comme il est dans ton genre, n'aimant pas beaucoup à réfléchir, M. de
Mariolles suffit, pour le moment, à lui fiche mal de tête. Mais avoue
qu'il en a de bonnes, de songer à la douleur qu'il va te faire de se
défiler avec moi, comme si ce n'était pas pour toi la meilleure occasion
d'apporter quelques adoucissements à la solitude de ta pauvre délaissée
de soeur, «Ariane, ma soeur», comme disait Sarah Bernhardt. Car, je ne
sais pourquoi, je m'imagine que Mariolles ne va pas beaucoup s'occuper
de la consoler, et, au fond, sa petite légitime l'excite bien davantage.
Elle est charmante, d'ailleurs, cette baronne-là. Comment pouvais-tu ne
pas être à son sujet (c'est de toi-même que je le tiens) du même goût
que ta soeur? Et elle s'est conduite très vaillamment dans toutes ces
histoires.

«Au fait, je suppose que tu les sais toutes, ces histoires, et comment
ton beau-frère fit, du côté de Saint-Lazare, dans je ne sais plus quel
hôtel, la découverte d'une Mme de San Buscar qui l'était également
beaucoup, et d'un Mariolles en chemise. Eah! éah! charmante soirée!

«Ne te fâche pas, au moins, mon bon Lord; ces choses-là arrivent aux
meilleurs des frères. Et pourtant, m'as-tu assez barbée jadis, quand tu
avais pris ta cocaïne, avec les vertus de la dame américaine, et
avec ses charmes aussi. Je me demande même comment tu étais si bien
renseigné. Enfin, ça vous regarde, vous autres. Et qu'elle soit bien ou
mal plantée, ça ne me fera pas une plus belle jambe.

«Encore, si tu ne m'avais rasée qu'avec ta soeur, mon pauvre ami; mais,
c'est là que je voulais en venir, il faudra te guérir, si tu veux plaire
aux femmes d'ici, d'un terrible défaut, c'est d'être ennuyeux. Tu es
joli garçon, ça se voit et je ne le nie pas; mais d'abord, pour ce que
tu en fais, tu jouerais aussi bien les jolies filles: et encore. Outre
qu'augmenté même de tout ce qui te manque, et je bâille comme une
marennes rien que d'y penser, tu ne serais pas complet tout à fait si tu
ne sais pas causer et faire rire. Les Françaises aiment qu'on les amuse,
même à ses dépens, comme ça peut arriver à Cristobal. Tel quel je le
préfère, et je commence à m'habituer très bien à son genre (c'est bien
le mot). Tandis que, toi, tu ne m'en avais, pour ainsi dire, pas fait
changer. Et je ne te dis rien de sa galette, dont il a beaucoup; au lieu
que toi, au premier gros billet qu'on t'avait sorti, tu étais épuisé; ça
aussi, vois-tu, il faut savoir y revenir.

«Nous partons donc ensemble, je n'ai pas très bien compris pour où;
mais ce sera très drôle. On prend des paquebots allemands, et puis des
mulets. Et à la fin on trouve beaucoup de moustiques, des ananas, des
gens à moitié nus. Voilà un pays où ne pas mener ta soeur et amie, Lord:
ça lui rappellerait tout le temps son hôtel du quartier Saint-Lazare.
Cependant présente-lui mes derniers hommages, et quant à toi, j'espère,
à mon retour, te trouver un peu plus civilisé que tu ne fus jusqu'ici.
Crois-moi, il ne suffit pas, à Paris, pour faire figure, de se la faire
épiler; d'avoir à la boutonnière des petits chichi dans le genre du
T.-C.; de porter son revolver dans la poche de son smoking; ou de
prononcer Tchéronne quand on cause avec des automobilistes. Il ne suffit
même pas de boire du Champagne plus extra dry que l'amadou, jusqu'au
point d'aller danser avec des tziganes. Il y a pas mal de choses
encore à savoir faire, pour ne rien dire de l'amour. Tu en découvriras
quelques-unes si tu lis attentivement Maurice Donnay ou Pierre Veber.
C'est leur grâce que je te souhaite; adieu.

«FLORIDE.»

«P.-S.--Ne cherche pas d'obscénités dans ma lettre: il y en a.»



_Le comte de San Buscar au baron de Mariolles._

«Mon cher ami,

«Je veux vous donner encore ce nom-là malgré les choses qui se sont
passées entre nous; et vous comprendrez tout de suite pourquoi je ne
cherche pas à en tirer aucune vengeance quand je vous aurais annoncé que
je me sépare d'avec ma femme. Qu'est-ce que vous dites, mon cher? Ça
vaut bien la peine de risquer de vous tuer, ou d'être moi-même, pour une
personne que je ne regarde plus. Alors, n'attendez pas mes amis, je
vous prie: ils ne viendront pas. Vous connaissez assez mon courage par
vous-même, et par toute ma vie d'Amérique que je vous ai déjà racontée.
Je ne suis plus un petit enfant, capable de me battre pour le qu'on
dira de moi. Il me suffit que vous, vous ne croyiez pas que c'est par
prudence que je m'en vais sans vous revoir. Ça nous mettrait tous les
deux dans une situation fausse; et, d'ailleurs, vous savez au besoin où
me retrouver.

«Comme je vous l'ai dit plus haut, je quitte Paris aujourd'hui même, et
je vais faire un tour dans le Mexique--où j'ai des mines d'argent. Mme
d'Erèse est assez gracieuse pour venir aussi, voulant connaître ce pays
dont elle a beaucoup entendu parler. C'est la plus fidèle des amies,
la femme la plus intelligente, qui m'a le mieux consolé dans tous
ces ennuis. Comme on sent bien, mon cher, que celles qui se donnent
librement, dans la force de l'expérience (ce sont ses propres paroles),
ne peuvent pas nous faire courir les mêmes risques que d'autres. Vous
verrez vous-même un jour, dans l'avenir, comme le mariage est une
combinaison qui trompe. Mais je ne veux pas vous faire du chagrin
d'avance, mon cher ami, et je me contente de vous dire, une fois de
plus... etc...

«SAN BUSCAR.»

P.-S.--Je ne pense pas que vous ayez aucune affaire dans mon pays.
Autrement, écrivez-moi à Mexico, calle de los Doscientos Heroes.»



_Gédéon-Lord Harryfellow à Imogène._

(Traduit de l'anglais.)

«Imogène, j'ai passé pour vous voir. Vous n'y étiez pas, m'a dit cette
femme de chambre au vilain regard, que vous gardez, envers et contre
tous, à votre service. Vous devinez ce que j'allais vous dire, ou plutôt
tâcher de vous dire. Car au dernier moment, qui sait si vous ne m'auriez
pas acheté une fois de plus avec vos yeux et votre sourire, comme vous
faisiez déjà, petite fille, quand je vous avais surprise à caresser
quelqu'un de vos _sweethearts_ derrière le paravent, et que vous aviez
peur que je le répète à nos parents. Mais, à vous écrire, j'aurai plus
de courage; et votre portrait qui est là sur ma table a beau avoir l'air
de dire non, il faut que vous le sachiez, Imogène, c'est bien horrible,
ce que vous venez de faire.

«Ainsi, au même temps où vous m'écriviez cette lettre qui me fit revenir
à Paris si joyeux, oui, dans ce même temps, vous vous risquiez follement
pour ce ridicule Français qui parle tout le temps, qui saute, qui a la
barbe en pointe. Ah! si je savais parler comme eux. Et n'ont-ils donc
pas de pudeur de montrer ainsi leur âme nue, ou bien s'ils mentent? Et
moi, il y a tant de choses, de belles choses, que je pense, dont je ne
sais pas les mots. Et pendant que je reste, sans rien dire, à remâcher
les morceaux de mon coeur jusqu'à ce qu'ils m'empoisonnent, un autre
survient... Quoi! Imogène; et quelle honte; ces gens de police aussi,
ils vous ont vue--plus que je ne vous ai jamais vue. Étaient-ils
nombreux? Est-ce qu'ils ont ri? Et quelqu'un d'entre eux n'a-t-il
pas voulu savoir si vous étiez aussi douce à la main qu'aux yeux?
Pardonnez-moi, je deviens grossier; mais j'ai tant de jalousie, et je me
suis drogué pour tout vous dire une fois.

«Le mal est que je ne sais pas bien nettement moi-même où j'en suis;
et il n'y a qu'une chose dont je sois sûr, c'est de ne plus pouvoir me
passer de votre présence. Vous êtes nécessaire à ma vie, Imogène; il
faut que j'entende le bruit de vos pas autour de moi, que je voie votre
mouvement, que je vous écoute parler ou demeurer silencieuse, que je
vous regarde me regarder--et me sourire. Qui donc vous aimerait plus que
moi?

«On prétend, je le sais bien, qu'entre frère et soeur l'intimité tombe
aisément au scandale. Qu'elle y tombe donc; et je ne sais ce que vous en
pensez, mais à moi votre aspect voile toutes les autres choses. Et que
me font la vertu, la fortune, la réputation, au prix de la couleur de
vos yeux, qui sont comme le jour dans une eau vive.

«Pourquoi ne partirions-nous pas tous les deux, loin de cet horrible
Paris? Votre position n'y va pas être tenable, et, à tout prendre,
il vous faut un compagnon. Nous voyagerons si vous l'aimez. Tous les
paysages me seront beaux si vous les ornez. Vous aurez en moi le
serviteur le plus asservi, et, quant aux gages, je ne suis pas exigeant,
Imogène: vous me donnerez ce que vous voudrez.

«LORD.»



_Imogène à Cristobal de San Buscar._

«Mon bon Cristobal, que vous aviez été éloquent, ce soir où vous
parlâtes contre le divorce chez votre tante de Barracajal. Et
maintenant? Il ne faut jamais, voyez-vous, cracher dans les fontaines,
si l'on n'est pas assuré de n'avoir jamais soif. Car j'imagine que vous
voulez divorcer. Sans cela je ne vois pas pourquoi vous auriez dérangé
cet honnête M. le Commissaire et son latin. Était-ce pour lui offrir
gratuitement de votre femme un de ces spectacles pour lesquels,
paraît-il, des gens curieux payent fort cher? Je ne le pense pas.
Divorçons donc, Cristobal, divorçons. Sapons les bases, comme
vous disiez. Vous avez contre moi, je pense, tous les témoignages
nécessaires, les preuves les plus convaincantes. Si tout cela ne suffit
pas encore, faites-moi signe: je suis prête à compléter.

«Et ne me jugez pas cynique, mon ami, de plaisanter un peu à propos de
ces choses. Mais si vous aviez pu vous voir entrant dans la chambre du
crime, flanqué de ce fonctionnaire et de la petite Mme de Mariolles,
vous ne pourriez vous tenir d'en rire vous-même en y pensant. Ce qui
m'avait plu jadis en vous, c'est un robuste non-sens du ridicule, et
cette même face ronde, pleine, satisfaite, que vous apportez aux choses
les plus délicates, et qui m'a fait songer parfois (ne vous fâchez pas)
à la lune obstinée et mal discrète des nuits d'été. Je la revois,
cette bonne figure, mais pour une fois nuancée d'angoisse, chez les
Half-Howard, au-dessus de la nappe et de la verrerie, ce soir que vous
aviez votre escarpin sous la table. Vous rappelez-vous? C'était du
vivant de ce pauvre colonel; et vous portiez, étant grand joueur de
pédales, des escarpins très bas, faciles à ôter, comme à remettre. J'en
admirais l'invention à cette époque, puisqu'elle me valait d'avoir
souvent de votre orteil jusqu'aux jarrets; et, ce soir-là même, c'est en
mon honneur que vous aviez égaré votre soulier, comme on fit du petit
Poucet dans les bois.

«Vous ne vous en étiez pas aperçu encore à la fin du dessert, à ce
moment où l'on sent que la maîtresse de maison va faire le geste de se
lever; et c'est là que ça devint drôle. Je vis votre visage changer,
se tendre, tout convulsé d'une secrète horreur, comme si le renard de
Sparte vous avait rongé par en bas. Et l'on voyait bien que vous faisiez
des mouvements sous la table; vos mains et vos bras en reproduisaient
d'instinct le rythme sur la nappe: vous aviez l'air de ramer des choux;
et cependant vous parliez, vous parliez avec fureur, pour qu'on ne se
levât pas. Vous disiez des choses qui n'avaient aucun sens; vous en
disiez beaucoup, et sans vous arrêter. Tout le monde vous considérait
avec étonnement jusqu'au moment, je pense, où, par une touchante
conformité de moeurs, chacun comprit; et ce fut à moi d'être gênée.
Enfin ce flot de paroles cessa brusquement, vos mains cessèrent de
ramper en rond sur la nappe, votre visage s'apaisa, et ce fut autour
de la table une satisfaction générale. Chacun manifestement se disait:
«Voilà San Buscar qui a remis le pied sur son croquenot. On va pouvoir
aller fumer.» Et on se leva.

«Je me suis remémoré cette petite histoire, l'autre jour, lorsque vous
êtes venu me voir au lit, avec du monde. Dans les deux cas vous faisiez
la même tête; et, en vérité, ce n'est pas galant de m'avoir perdue du
même air que votre chaussure.

«Je vous écrivais d'ailleurs pour vous conter des choses plus sérieuses;
c'est que je pars en voyage avec mon frère Lord. Vous connaissez son
affection pour moi, et je ne pouvais tomber en meilleures mains, au
sortir des vôtres. Si vous avez quoi que ce soit à me faire assavoir,
mon notaire vous servira d'intermédiaire. Là-dessus, mon bon Cristobal,
adieu, et malgré ces nuages, croyez toujours à mon amitié.

«IMOGÈNE HARRYFELLOW.»



_Sylvère à l'Ange Gardien._

«Monsieur,

«Je vous retourne votre lettre, que je voudrais ne point avoir lue, et
je vous prie de ne m'en plus écrire, tout au moins de ce ton. Est-il
donc besoin de vous rappeler que la situation singulière où je suis me
laisse seule à me faire respecter, et que ce serait d'un bien débile
courage que d'en vouloir tirer parti? Que si, à l'opinion que les femmes
vous ont laissé prendre d'elles, l'honnêteté seule ne vous paraît point
de mon côté une sauvegarde suffisante, la tendresse que je garde à mon
mari malgré ses fautes, et que la séparation ne saura pas détruire, doit
vous éclairer assez sur la vanité de votre égarement. Je vous ai déjà
parlé là-dessus avec franchise: voici pourtant que vous y revenez, et
jusqu'à me rappeler cruellement cette intimité où je me suis laissée
glisser avec vous dans la solitude et la tristesse de Versailles. Un
banc, une charmille, ne vous sortent pas, dites-vous, de l'esprit.
Devriez-vous donc me forcer à m'en souvenir aussi, à vous avouer que moi
non plus je ne les saurais oublier, et que la honte me poursuit sans
cesse d'en éprouver tant de remords, et de n'en pouvoir ressentir que si
peu de regrets. Ah! Monsieur, si vos lèvres dévorantes avaient été de
fer rouge, quelle pire blessure m'auraient-elles laissée?

«Mais laissons ce sujet. Il m'est plus amer que vous ne sauriez croire,
et n'aurait pas été la cause que je vous écrive, si je n'avais,
Monsieur, à vous demander un second service, à vous qui avez déjà montré
à mon égard tant d'intelligence et de dévouement. Je crois que vous avez
plus ou moins fait la connaissance de mon mari. Vous devinez le reste:
c'est que je ne voudrais pas demeurer tout à fait sans nouvelles de lui.
N'est-ce pas là un désir bien naturel, quand même j'aurais juré de pas
le revoir. Je ne vous demande pas une surveillance de tous les jours,
pas même des détails trop intimes. Je serais heureuse seulement de
savoir qu'il est heureux.

«Je voudrais que vous le fussiez également, Monsieur, que vous vous
décidiez à faire oeuvre d'homme--et à ne plus m'écrire de lettres comme
la dernière. Ne savez-vous pas que les sympathies ont leur secret qu'il
faut respecter, au lieu de les traiter comme les enfants font des
tulipes encore à demi-fermées, qui en ouvrent de force les pétales pour
regarder plus avant, et ne trouvent au coeur qu'un peu de vide et de
poussière? Ce sujet réservé, toutes les nouvelles que vous me donnerez
de vous aussi seront les bienvenues, et quant aux questions matérielles,
je vous prie de vous mettre en rapport avec mon notaire, Me Beaudésyme,
à Ribamourt (Basses-Pyrénées), et de croire, Monsieur, etc.

«SYLVÈRE DE MARIOLLES.»



X

LE RETOUR AU BERCAIL

(La scène est dans les Pyrénées.)


Sylvère sortit de Hargouët, et gagna la campagne.

On touchait à la fin d'avril, et déjà le printemps avait jonché partout
ses humides fleurs. Déjà il y avait eu de ces journées où le tiède
soleil, que strie parfois une pluie molle, réveille les énergies de la
terre et répand tour à tour dans l'air l'âme acide des prairies, les
parfums effacés d'une haie d'aubépine, ou cette odeur obscène que
les bourgeons des peupliers pleurent avec leur sève. Mais à pénétrer
brusquement sous les froids et sombres vernes d'une rive, là croissent
dans la vase, le long des eaux, ces herbes lourdes qui sentent la menthe
et la fièvre, l'été venu, quand les écrase le pied nu d'un baigneur.

Le chemin que suivait la jeune femme sentait les buis amers dont il
était bordé en contre-bas du côté de la plaine et du Gave. A gauche il y
avait un mur, et des jardins de paysans, dont les arbres pendaient.
Un branchage appesanti de feuilles parfois heurtait ses joues en
s'égouttant; et elle frissonnait alors si quelque goutte oubliée de
pluie glissait le long de son col nu, et se dissipait au creux de sa
nuque, en s'attiédissant. L'herbe était pareillement toute mouillée;
Sylvère en marchant levait les jambes très haut pour se garder des
orties et de la rosée, et aussi pour ne pas fouler les silènes, pourprés
et roses, qui riaient sous ses pas.

Plus loin, au pied moussu d'un mur, entre deux pierres, elle distingua
la tache rouge de la première fraise; et, en se baissant pour la
cueillir, fit s'envoler une abeille, qui, peut-être irritée, bourdonna
pendant un instant autour de son visage. Plus loin encore, le sentier
formait sous trois ou quatre chênes une espèce de rond-point, d'où un
banc vermoulu regardait la plaine. C'est là que Sylvère s'assit, et
ouvrit le livre qu'elle avait à la main. Mais ce n'était que pour y
prendre quelques lettres qu'elle voulait relire. Elles avaient été
écrites, un peu en forme de journal, par l'Ange Gardien. La première,
qui était datée de novembre, et de l'année précédente, disait entre
autres choses:

«La tristesse de M. de Mariolles fut accompagnée au début de la
mauvaise humeur la plus vive. C'est à peine s'il daigna d'abord
me reconnaître (qu'aurait-il fait s'il avait su toutes mes
performances?); et il me fallut toute la patiente impudence d'un
marchand de babouches arméniennes pour venir à bout de lier partie
avec ce méchant homme. Ne vous fâchez pas que je l'appelle méchant,
Madame, puisqu'il vous a fait souffrir; et, d'autre part, vous voyez
à quelles bassesses vous me condamnez. Ah! si je n'avais pas, pour
me maintenir dans votre obéissance, le souvenir de ces yeux pleins
de mépris et de caresses. Mais, chut.

«Au bout de quelques jours, donc, M. de Mariolles, que j'avais su, à
plusieurs reprises, rencontrer par hasard, revint à une humeur plus
égale, et à de meilleurs sentiments envers moi;--et nous sommes
enfin devenus assez bons camarades, encore qu'il méjuge un peu
jeune. Il est vrai de dire que dans la situation où il est, une
connaissance nouvelle, à qui on est forcé de ne dire que ce que l'on
veut de ses affaires, vaut mieux que des amis plus anciens et plus
interrogatifs. Bien entendu, il ne m'a encore fait aucune confidence
de ses ennuis; mais il m'a déjà confié qu'il en avait, et besoin
aussi de consolations. Que pensez-vous de tout cela, Madame? Dois-je
m'occuper de lui en fournir, et de quel ordre? Daignerez-vous
m'écrire là-dessus vos désirs? Vous n'ignorez pas au moins ce
que les hommes, d'ordinaire, et surtout les veufs, entendent par
«consolations».

«Je lui parlai de M. de San Buscar puisque, après tout, c'est lui
qui nous avait présentés (et peut-être même est-ce à cause de lui
que monsieur votre mari me fit ce médiocre accueil, d'abord); mais
il ne parut pas vouloir tirer ce sujet en longueur.

«--C'est un mufle, me répondit-il brièvement.

«Je ne crus pas devoir m'étendre moi-même en plus longues
considérations sur ce Mexicain: que son souvenir repose en paix sous
cette épitaphe. Il paraît, d'ailleurs, qu'il est reparti pour son
pays avec Mme d'Erèse.»

C'était peut-être la dixième fois que Sylvère lisait cette lettre. Elle
ne l'avait jamais fait sans s'interrompre ici pour sourire à l'image
de San Buscar relancé chez Floride, le San Buscar sans cravate et mal
reboutonné, qu'on vient d'interrompre en sa physique pour l'informer que
son épouse est au lit avec un monsieur; le San Buscar mollement furieux
de son malheur, mais surtout exaspéré contre ces gêneurs qui viennent
lui découvrir des vérités dont il n'a pas soif. Et ne sachant comment
exprimer une indignation au prorata, il s'était assis...

«Jusqu'ici, continuait la lettre, ce n'est qu'au baccara que M. de
Mariolles a demandé l'oubli. Je l'ai mené, sur sa demande, dans un
tripot qu'on appelle «le cercle des Ponantais et gens du Nord». Il y a
été tout de suite très sympathique à tout le monde; et jusque-là que
plusieurs de ces messieurs ont poussé la confiance jusqu'à lui emprunter
des sommes variables, dont il ne fallait attribuer le besoin momentané
qu'ils en avaient qu'au retard synchronique de leurs notaires à leur
faire tenir des fonds. Il y a des années comme ça où les notaires elles
petits pois sont en retard.


«A part ce premier péage qu'il faut payer, quand on est du bon côté de
la table, M. de Mariolles s'est assez bien défendu. Je ne veux pas dire,
bien sûr, qu'il n'a pas perdu: ce serait le premier. Mais il n'a pas
beaucoup perdu, et j'ai veillé aussi à ce qu'on ne le fabriquât pas
jusqu'à l'os. Autrement il serait sorti de là comme le bon Dieu les
aime, je veux dire pareil à un petit saint Jean.

«Ce grand amour du carton est d'ailleurs bien refroidi depuis quelques
jours déjà. Je ne sais de quel côté va souffler le vent. L'essentiel est
que je demeure, comme je le suis, le confident de sa fantaisie.»


«Madame, disait une lettre de janvier, notre marotte est toujours le
théâtre; et de dire qu'elle me jette dans l'enthousiasme serait dépasser
beaucoup la vérité. Je doute qu'on se puisse mettre à plus grande gêne
pour plus petit plaisir. Rien que de rester une heure encaqué dans un
fauteuil d'orchestre, n'est-ce pas de quoi devenir claustrophobe, et
néronien. On prend envie de crier au feu pour que des gens s'écrasent;
de tirer au revolver sur la boîte du souffleur, histoire de l'en faire
jaillir comme un diable; de lancer sa lorgnette à la tête d'une vieille
dame dans sa loge, etc., etc... Mais on a surtout envie de s'en aller.
Ah! quels spectacles.

«Je m'étais souvent demandé comment font les vieilles gardes quand elles
veulent se venger des hommes, de tout le déplaisir et surtout de tout le
plaisir que trois générations leur ont fait. J'ai trouvé enfin: elles
entrent au théâtre. Et quand elles y sont entrées--elles n'en sortent
plus. N'est-ce pas horrible pour les messieurs mûrs de voir grimacer là,
inexorablement, toute leur ancienne jeunesse qui ne veut pas mourir?

«Tout cela serait de la dernière injustice si quelques jeunes cabotes,
soucieuses sans doute de s'instruire, ne s'ingéniaient à les remplacer
bientôt dans ces mêmes fonctions qu'elles abandonnèrent. En sorte qu'il
y a toujours le même nombre de balais à rôtir--ou à enfourcher.

«Mais tout cela n'a rien à voir à notre affaire, qui est votre mari.
Sachez donc, Madame, qu'il fait à ces divertissements une face
mélancolique. Je crus d'abord que c'était pour avoir mal choisi nos
guignols, et que la faute en était au _Rébus_, _A la mère Sauvage_, au
_Chien de plomb_, etc., toutes pièces donnant au nord, et où il fait
noir comme dans des fours. Je l'aiguillai en conséquence vers les
revues, spectacle charmant, où la philosophie et l'observation sont
remplacées par un essaim de jeunes beautés à peine quadragénaires, et
moins vêtues encore. Car nous avons appris à découper de mille façons
nos feuilles de vigne. Et nous en faisons en paillon, en gaze,
en dentelle. Ajoutez que ces dames chantent des couplets qui ne
laisseraient pas de paraître spirituels si les auteurs avaient eu le
temps, et qu'on en put entendre mot.

«Eh bien, monsieur votre mari demeura de pierre à tant de séductions.
Il ne cessait de bâiller, et laissa même, Dieu me pardonne, échapper
quelques mots sur les douceurs de la province. Mais prenez garde aussi,
si vous ne l'y appelez bientôt. Et ne suis-je pas bien Don Quichotte
d'aller vous conseiller ce qui, d'avance, me désespère. Quand vous aurez
fait de moi un honnête homme, nous voilà tous les deux bien avancés.
Cependant, etc...

«P.-S.--J'ai oublié jusqu'ici de vous dire, Madame, que je me suis,
selon votre désir, mis en rapports avec votre notaire, Me Beaudésyme.
C'est un homme qui m'a paru, jusqu'ici, du plus agréable commerce.

«Êtes-vous curieuse de nouvelles de Mme de San Buscar? Nous en avons les
meilleures du monde. Elle est à Chicago, ou par là, avec son frère, qui
est devenu du plus féroce despotisme. On prétend même qu'il la bat, ce
qui est pousser un peu bien loin ce singulier esprit de famille qu'il
montra toujours.»

De nouveau Sylvère cessa de lire, et promena ses regards à travers le
paysage vaste et familier qui s'ouvrait devant elle. C'était, bien
loin en contre-bas et jusqu'au Gave, dont la courbe luisait comme
un cimeterre entre les feuillages arrondis, la plaine grasse, toute
quadrillée de haies. Parfois la voix d'un travailleur traversait
lentement l'espace, mourait: on n'entendait plus que le bruit léger de
la brise dans la feuille des chênes, et le froissement continu de la
rapide rivière contre les galets, au loin.

Par delà, sur la hauteur, un toit d'ardoises entre les arbres, c'était
Ribes, et la maison paternelle, où elle venait de passer l'hiver, et
qu'elle avait quittée depuis quelques jours pour s'installer à Hargouët.
C'est, aussi, qu'on y devenait insupportable pour elle. Est-ce que sa
famille ne s'était pas récemment avisée de ne plus prendre au sérieux
ses infortunes conjugales? Ses frères surtout mettaient en oeuvre à
ce sujet la plus sotte plaisanterie: c'était de subordonner tous les
projets et les mille riens de la vie de famille au retour de leur
beau-frère.

--Tony sera content, disait René, qu'on ait enfin passé le rouleau sur
le croquet. Puisqu'il s'est repris de passion pour ce bête de jeu.

Ou bien c'était l'autre, celui qui disait «mucre», qui déclarait d'un
air de doute:

--Je me demande ce que pensera Tony pour les réparations des écuries.
Peut-être qu'il aurait préférées tout en boxes. C'est vrai qu'il ne s'y
connaît pas beaucoup. Etc., etc...

Là-dessus M. de Ribes éclatait de son gros rire, en regardant la jeune
femme d'un air malin.

Sur ce point Mme de Ribes elle-même n'était point irréprochable. Car,
enfin, elle avait parlé à plusieurs reprises de Mariolles comme d'un de
ces êtres parfaitement vivants qu'on est exposé à rencontrer par le plus
naturel enchaînement de phénomènes. Au lieu de faire comme Sylvère
qui, dès qu'il était question de son mari, prenait sa figure de bois,
absolument comme si on lui avait parlé de quelque fonctionnaire
carlovingien, mort sous Louis le Débonnaire, dans l'obscurité.

Et tous ils avaient l'air de croire qu'elle lui pardonnerait. N'était-ce
point odieux? Comme si elle n'avait pas assez de peine à demeurer
inexorable; et fallait-il qu'ils se liguassent avec Tony,--et avec son
propre coeur, peut-être? L'Ange Gardien lui-même ne s'y mettait-il pas?


«Madame, disait une autre de ses lettres, plus récente, vous l'aurez
voulu. N'aurons-nous donc tant reculé que pour mieux sauter le Rubicon,
tout de même? Et je sens si bien que vous boudez contre votre bouche.
Pensez-vous que votre dernière lettre ne laisse pas trop clairement
percer qu'il n'y a plus de colère dans votre coeur? Ah! puisque c'est
lui malgré tout que vous aimez, rappelez-le, Madame, et le bonheur avec
lui. N'est-ce pas assez pour moi, dans mon infortune, d'avoir gagné
de redevenir à cause de vous, une espèce d'homme? J'ai même quitté M.
Simpson tout à fait, puisque vous sembliez le désirer. Le résultat est
que je ne sais plus trop que faire. Du commerce, du journalisme? Ou bien
partir pour quelque Afrique se faire casser la tête en votre honneur?
Avez-vous jamais songé au bruit que doit faire une balle contre un
crâne? Singulier sans doute pour celui qui la reçoit, et la sent entrer
dans sa cervelle--comme dans du beurre.

«Mais, revenons à M. de Mariolles. L'autre soir, donc, il me proposa
d'aller au Vaccinn's. Je ne crois pas qu'on vous ait fait visiter jamais
ce cabaret fameux: il est très laid. Les femmes l'y sont aussi, à ma
guise, quoique j'aie rencontré des Péruviens d'un sentiment contraire.

«Quand nous entrâmes, une valse viennoise s'évaporait dans l'air. Les
dames napolitaines qui composent l'orchestre s'appuyaient su leurs
instruments d'un air triste qui leur est si habituel qu'un de mes amis,
mauvaise langue, prétend que c'est d'avoir le mal du pays.

«Il y avait là les figurants ordinaires. Le gros Loïserand, déjà excité
par le Champagne qu'il représente, embrassait les garçons de café à tour
de bras. Nicaëli, ce Portugais vert, servait, auprès de deux dames,
d'interprète à la flamme de deux étrangers. Le vieux monsieur suisse,
qui tombe en catalepsie tout de son long quand il a trop bu, l'oeil
hagard, épiait fixement le vide, embusqué derrière un pilier; et deux
morphinomanes couleur de terre, homme et femme assis à la même table, se
regardaient tristement sans rien dire. Bref, la fête battait son plein:
on avait envie de pleurer.

«Une petite juive nous accosta, laide, mais toute alourdie encore et
reluisante des récentes dépouilles d'un jeune duc. Elle se nomme Judith
Moche, et on l'appelle Julie d'Épernon, sous prétexte qu'un grand nom
n'a jamais été déshonoré par une cocotte, ni par un cheval.

«--Bénédicte sois-tu, lui dis-je. Aïcher, fortune, désir.

«Cette formule cérémonielle, en usage parmi les juifs du Midi, dont elle
est, suffit à la mettre en fuite. Il fallut invalider quelques personnes
encore, toutes d'ailleurs d'excellente décomposition. Nous nous plûmes
enfin à l'une d'elles, menue, et dont je m'avisai, hélas! qu'elle vous
ressemblait, mais, en vérité, beaucoup; et je pense que cela frappa
aussi votre mari. Elle a vos yeux, tous vos traits et jusqu'à cette
admirable démarche. Mais vous différez d'éducation. Ses parents à elle,
qui la gâtaient à leur façon, je veux dire comme plâtre, la laissèrent,
au demeurant, pousser à sa guise dans le ruisseau. Il n'y a pas
longtemps qu'en fait de _pater_ elle ne connaissait que ces objets ronds
où suspendre son chapeau; et qu'elle imaginait le paradis comme un
endroit où l'on mange des oranges. De l'esprit, d'ailleurs; et, comme
avec cela elle ne saurait dire trois mots de suite sans une ordure,
ce même ami l'avait appelée un bijou coprolalique. Nous soupâmes donc
ensemble...»


Sylvère en était là de sa lecture quand elle entendit un pas dans la
sente, leva la tête, et reconnut le jeune Pierroulinn, son valet.

--Madame de Ribes fait dire à Madame la baronne... commença-t-il en
français. Mais il s'interrompit, et conclut en béarnais:

--... que si voulez venir la voir. Elle vient d'arriver au château.

--C'est bien, répondit Sylvère, j'y vais, et elle se leva.

--Que peut-on bien me vouloir? se disait-elle. Peut-être des nouvelles
de Paris.

Son coeur battit un peu à cette pensée. Elle songea aussi à la dernière
fois que sa mère était venue à Hargouët. On avait dîné tard; et fort
avant dans la soirée, tandis qu'on causait encore au salon, tout à coup
la rumeur nombreuse et l'arôme d'une pluie d'orage étaient entrés à
travers les jalousies. Tony était avec elle, alors; et, de se sentir
seule, Sylvère soupira dans le sentier sombre.

Mme de Ribes sortit de la maison à sa rencontre: il était visible
qu'elle était émue.

--Qu'y a-t-il? maman.

--Mais rien. Il faisait beau; je suis venue te voir.

--Ah! et puis, ajouta-t-elle, en la forçant à entrer la première au
salon, je t'ai amené une visite.

Sylvère distingua que sa mère refermait la porte derrière elle, et, dans
le demi-jour, quelqu'un debout, qui ne disait rien. Elle poussa un cri,
et c'est une belle chose que la vengeance; mais on aurait pu voir cette
épouse vindicative se jeter dans les bras de son homme.

Et un peu plus tard, quand Mme de Ribes les rejoignit:

--Vous rappelez-vous... disait Mariolles.

--Vous rappelez-vous... disait Sylvère.


Car ils étaient occupés déjà à se faire une provision de bonheur avec
leurs inquiétudes passées. Et c'est ainsi que nous les abandonnerons,
dans la maternelle province. Puissent les souvenirs de Paris n'y pas
visiter trop souvent leur quiétude. Puissent-ils un jour évoquer sans
mélancolie les paysages du passé: la Seine glauque et clapotante entre
des quais, des arches, des tours--ou la rue de la Paix, après une
averse, quand des nuages blancs voilent et découvrent tour à tour le
soleil, et que des femmes menues, la jupe haute, y sautillent de leurs
pieds aigus--ou cette soirée encore, si douce à redescendre l'avenue
du Bois, dans le flot des voitures, alors qu'apparaît au loin, vêtu de
mourante lumière, l'Arc de Triomphe, comme une améthyste énorme et pâle.



FIN



Table des Chapitres


  I. MARIAGE DE PROVINCE.
  II. L'ODEUR DES PLAGES.
  III. JUSQU'AU MARBRE.
  IV. LE BEAU VOYAGE.
  V. LA TOURNÉE DES GRANDES-DUCHESSES.
  VI. CORRESPONDANCES.
  VII. PARIS-VERSAILLES.
  VIII. LES GALANTES ALTERNATIVES.
  IX. CHASSÉ-CROISÉ.
  X. LE RETOUR AU BERCAIL.



[Note du transcripteur: Détails sur l'édition qui a été utilisée
pour la production de ce document.]

  _ACHEVÉ D'IMPRIMER_
  le douze mai mil neuf cent quatre
  PAR
  DESLIS FRÈRES
  A TOURS
  pour le
  MERCVRE
  DE
  FRANCE
  PARIS
  SOCIÉTÉ DU MERCURE DE FRANCE
  XXVI, RUE DE CONDÉ, XXVI
  MCMIV

  IL A ÉTÉ TIRÉ DE CET OUVRAGE:
  Sept exemplaires sur papier de Hollande,
  numérotés de 1 à 7.

  JUSTIFICATION DU TIRAGE:
  910

  Les Tendres Ménages

  _DU MÊME AUTEUR_

  _Romans_


  M. DU PAUR, HOMME PUBLIC (Simonis Empis). 1 vol.
  LE GRAND DIEU PAN, traduit de l'anglais d'Arthur Machen (_La Plume_)
      1 vol.
  LE MARIAGE DE DON QUICHOTTE (Juven) 1 vol.

  _En préparation_:
  LE MILLION D'ANDROMAQUE, roman.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les tendres ménages" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home