Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Banquet du 17 janvier 1841
Author: Towianski, Andrzej, 1799-1878
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Banquet du 17 janvier 1841" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



from images generously made available by the Bibliotheque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr.



BANQUET DU 17 JANVIER 1841.



AUX AUDITEURS DU COURS DES LANGUES ET LITTÉRATURES SLAVES.

       *       *       *       *       *

Nous croyons rendre service aux auditeurs habituels du cours de M.
Mickiewicz, en leur offrant la traduction _fidèle_ de l'écrit dont ils
l'entendent souvent parler non seulement avec les plus grands éloges, mais
même avec une admiration exaltée et passionnée; ils pourront juger par
eux-mêmes ce que c'est que cette production. Dans l'original polonais, elle
porte pour titre _le Banquet_ (Biesiada); le professeur l'appelle
ordinairement _la Cène_. L'auteur de cet écrit est un certain M.
Towiański, homme parfaitement inconnu dans la littérature polonaise; nous
croyons même pouvoir affirmer le plus positivement, qu'il n'a paru jusqu'à
ce jour rien autre chose de sa plume.



BANQUET DU 17 JANVIER 1841.

       *       *       *       *       *

    Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

Discours d'ouverture de la solennité du 17 janvier, célébrée intérieurement
et extérieurement pour la plus grande gloire du SEIGNEUR, et les plus
ferventes actions de grâce pour l'admission du Frère ... dans le Giron du
saint Ministère; célébrée en une assemblée petite et paisible encore, comme
il convient à ce premier pas de l'œuvre sainte qui s'accomplit dans le
monde extérieur d'une œuvre qui jusqu'à présent était tout entière dons le
monde des esprits.

       *       *       *       *       *

Consacrons le moment si saint et si joyeux que notre Seigneur nous a donné
à la considération de si grands et si saints mystères que Dieu, par sa
grâce et sa miséricorde, a daigné nous révéler, mystères qui deviendront la
base sur laquelle nous réglerons toutes nos actions dans l'œuvre qui
approche, qui deviendront la source où nous puiserons nos forces dans un
moment difficile.

[Footnote: _N.B._ Nous avons enfermé quelques phrases du texte dans
des parenthèses semblables à celles-ci [ ], uniquement pour en faciliter
l'intelligence ou en fixer le sens probable.

_Note du traducteur_.]

Représentons-nous l'homme comme la dernière gaîne, comme le dernier point
visible par lequel des nuées d'esprits agissent invisiblement. Ces masses
d'esprits armées sont très diverses, car l'esprit de l'homme, que dis-je,
l'esprit de chaque créature doit s'accorder avec eux pour former une
certaine harmonie prescrite par le décret du Très-Haut.--Des nuées
d'esprits, que l'œil ne peut embrasser, encombrent le globe terrestre,
lesquels ordinairement, en cet état d'esprits, sans enveloppe, sans
organisation, c'est-à-dire _sans vie_ selon la terre, accomplissent
leur pénitence en se façonnant et en attendant que la volonté supérieure
les introduise de nouveau dans cette vie terrestre [qui est la mort pour
tout l'esprit, car elle est la destruction de ses facultés, de ses
caractères, de sa force.],--ou bien, comme les esprits supérieurs, esprits
saints [qui ayant déjà accompli le pélerinage terrestre selon les lois de
l'amour, ne peuvent plus, à cause de leur élévation, demeurer sous aucune
voûte terrestre, ni subir d'opération de cette espèce]. Ils continuent leur
opération à l'état d'esprit, à l'état de liberté et de vie.

--La terre est une vallée, car les esprits inférieurs [d'où les tentations]
occupent exclusivement sa surface.--Mais Dieu ayant, du haut de ses
tabernacles, envoyé Jésus-Christ, a vaincu, dispersé en partie le mal
terrestre, car Jésus-Christ a ouvert le chemin du ciel, a vaincu l'enfer
[c'est-à-dire les esprits inférieurs qui encombrent la terre et la
gouvernent selon leur nature], et cela, en épandant la lumière divine par
sa très sainte doctrine, sa vie, son exemple, et par-dessus tout par ce
souffle saint et divin qu'il souffla sur un petit nombre préparé à cet
honneur.--Aussitôt que cette lumière divine éclaira l'intérieur des hommes,
aussitôt [selon la loi spécifique, loi de la plus sainte harmonie, que Dieu
protège avec le plus de force], les colonnes d'esprits inférieurs, agissant
par leur gaîne, par leur point terrestre, furent obligées de se retirer, et
les esprits supérieurs, subissant la loi de l'harmonie céleste, de prendre
leur place. Alors les colonnes plus pures, en rapport avec le degré de
lumière apportée par Jésus-Christ, s'appuyèrent sur plusieurs points de la
terre, le sceptre fut enlevé à l'enfer, et la Sainte Vierge, important
instrument dans l'œuvre de l'amour du Seigneur, écrasa la tête du serpent.

Aujourd'hui donc, lorsque, par la falsification de la lumière de
Jésus-Christ, ou par son extinction totale, pour n'avoir pas nourri le feu
divin dans nos cœurs, les colonnes obscures se sont de nouveau étendues sur
la terre, par la force de la même loi, Dieu résolut, dans son inextinguible
miséricorde, que non seulement la lumière de Jésus-Christ soit épurée et
attisée (rozzarzone), mais encore qu'elle fût mise en une telle tension,
qu'il s'en allumât une étoile ardente, et que le Feu de l'amour divin, Feu
de la nouvelle Alliance, réjouît la terre assombrie, afin que l'enfer
perdît plus de son sceptre, plus de son pouvoir; car les nuées des mauvais
esprits, ces colonnes obscures, par la force de la même loi sont obligées
de fuir devant l'étoile, tandis que les esprits purs descendent à la
lumière divine.--Et lorsque, d'après la miséricorde révélée pour la terre,
Dieu, en envoyant de ses espaces non terrestres des esprits supérieurs, et
attisant toujours davantage le feu de son amour, l'aura, au temps du
septième Envoyé, le plus activé, et que ce feu aura embrasé la terre: alors
le mal disparaîtra de la terre, _périra_ [selon la sainte expression].
       *       *       *       *       *

Puisons ici, ô mes frères, une grande instruction. _La force réside
uniquement dans l'esprit; elle est d'autant plus grande, que celui-ci est
plus élevé, plus pur_. Un seul esprit inférieur ébranle aujourd'hui
toute la Russie et la trouble, et la sainte Vierge, par la force de sa
sainteté, d'un seul signe, imprime sa volonté à des légions de tels
esprits. Tout l'enfer tremble devant Jésus-Christ, qui, à cause de sa
grande sainteté, est léger comme un nuage.

Profitons de la lumière de Jésus-Christ, qui nous est envoyée,
conservons-la tendrement dans nos cœurs, activons-la jusqu'à l'état de feu
de l'étoile; elle est au milieu de notre sombre pèlerinage notre unique
salut, notre égide, notre force, notre défense contre le mal encore si
puissant. Attisons-la par des prières, des actes d'humilité, de contrition,
d'amour; par le travail intérieur, par les efforts [dociskanie sie], le
travail intérieur; et, dans chaque moment, selon l'état de notre âme, la
colonne sombre sera remplacée par une autre lumineuse, et nous fera
descendre la bénédiction du Seigneur, la consolation, la joie de l'esprit;
fera surtout descendre la protection supérieure, la lumière, la force pour
l'œuvre, pour ces actions gigantesques. La lumière et la force matérielles,
terrestres, ne sont rien auprès de la lumière et de la force d'un seul
esprit libre même inférieur; et que dire d'une colonne lumineuse entière,
composée des saints du Seigneur, à la tête de laquelle est Dieu lui-même [ô
grâce inconcevable du Seigneur], que l'on peut s'attirer par un seul
humble, pur et ardent soupir.

L'homme possède la volonté, mais elle est une partie infiniment petite de
ses actions. Souvent Dieu met l'homme en liberté, lui facilite tout, et les
colonnes de lumière et d'obscurité se retirent, et attendent que l'homme
abandonné à lui-même et entièrement libre prenne nécessairement une
direction; et après cette direction prise vers la lumière ou l'obscurité,
les colonnes lumineuses ou obscures en vertu de la loi de l'harmonie, loi
suprême, occupent (encombrent) l'intérieur de l'homme, et le gouvernent
d'après leur nature. Un grand et volontaire assombrissement de l'âme
produit ce fatal effet, que pour longtemps une colonne obscure occupe l'âme
humaine; et un tel homme, d'après les paroles de la révélation, "_est
abandonné an pouvoir du mal_." Un tel malheureux perd sa volonté, car
une colonne sombre occupe (encombre) son esprit. Il a toujours la liberté
de sortir de cet état par un effort intérieur; il peut, au milieu de cet
enfer où il se trouve, faire jaillir une petite lumière, et évoquer, au
moyen de cette petite lumière, une colonne protectrice au sein de son
malheur. Mais cela est presque impossible, car s'il ne l'a pas fait libre
et la grâce aidant, comment y réussira-t-il au milieu d'une atmosphère
infernale. Il arrivera un temps, où, en vertu de la miséricorde divine, il
recevra encore la liberté et le secours de la grâce, et il lui adviendra de
nouveau, suivant l'usage qu'il fera des dons du ciel. Qu'est-ce donc que
notre raison terrestre? qu'est-ce que la doctrine? qu'est-ce que la force
terrestre? Combien, sur notre vrai chemin, la lumière terrestre la plus
haute n'est rien auprès de celle de Dieu, lorsque le plus élevé sur la
terre (d'après les paroles de la révélation) peut, dans la seconde vie,
n'être même pas un homme. Et l'esprit d'un ours ayant quitté les plaines
polaires, peut arriver au comble d'élévation dans la première capitale du
monde. Quelle arme n'est-ce donc pas que la pureté, l'humilité, la
contrition, lorsqu'un seul soupir d'un petit berger fait descendre sur lui
une colonne lumineuse. Ainsi, dans notre position actuelle, lorsque le mal
étreint encore fortement la terre, où trouverons-nous un refuge si ce n'est
dans la pureté et la componction? Après la secousse générale, et l'œuvre
une fois commencée, la puissance du mal diminuera en cédant à la lumière et
étincelante. Après le combat, l'enthousiasme de l'amour divin sera porté à
un si haut degré, que pour quelque temps le mal cédera tout-à-fait,
obéissant à la loi spécifique. Et l'homme (_vir_) dirigeant l'œuvre,
devra avoir l'âme si pure, si ardente, que, par la force de sa colonne
lumineuse [qui descend en vertu de son mérite, de son travail intérieur
continuel] il puisse, en repoussant, vaincre tout l'effort du mal et mettre
l'œuvre sur pied. Tandis que vers son point, comme le plus important,
l'enfer appliquera toute sa puissance. _Les tentations attaqueront
l'homme de la prédestination plus fortement, à mesure que l'esprit
sortira_. [Paroles de la révélation.] Il devra soutenir continuellement
cet état de sainteté, car le mal ferait aussitôt irruption par la colonne
sombre; et cette résistance est la croix de la nouvelle Alliance, le
martyre de l'esprit.

Depuis la création du monde, les colonnes lumineuses n'ont pas lui de
l'éclat dont elles seront douées, en vertu d'un enthousiasme pur pour Dieu,
pendant et après la bataille. Le Mal ayant reconnu une si grande force se
retirera, et tout alors s'accommodera à la volonté de Dieu.

Jésus-Christ racheta le genre humain, car, par sa sainteté, il fit
descendre une colonne lumineuse, et, par celle-ci, il dissipa les ténèbres
épaisses de la terre. L'humilité perce le ciel, parce qu'elle en fait
descendre une colonne lumineuse. La Sainte Vierge écrasa la tête du
serpent, parce qu'elle fut l'instrument si important de l'œuvre de la
dispersion des ténèbres par des colonnes lumineuses. Un grand bien résulte
de l'union dans la prière, car alors plusieurs colonnes lumineuses
composent une atmosphère lumineuse devant laquelle fuient les mauvais
esprits. Cette atmosphère sera générale pendant la bataille, premier
phénomène sur la terre. Et le monde connaîtra la puissance de Dieu. Toutes
les alliances futures seront ordonnées, par rapport à une ardeur toujours
plus grande de l'amour de Dieu dans les cœurs des hommes, et de là
[conformément aux lois de l'harmonie céleste], une descente toujours plus
vaste d'atmosphère d'esprits toujours plus élevés, c'est-à-dire des grâces
du ciel, tellement qu'au temps du septième envoyé de Dieu, la terre
deviendra un ciel. Tel sera l'amour de Dieu, et, par lui, la sanctification
des hommes que cet amour seul peut opérer. Tout globe subit cette loi, et
l'Agneau seul efface les péchés, parce que l'Agneau se dévoue par amour à
être mal reçu par la terre ténébreuse, qui ne comprend pas la lumière. Cet
Agneau, malgré la contradiction des hommes, active en lui-même le feu
divin, fait descendre une colonne sainte, et sauve par là les hommes qui
lui sont hostiles, parce qu'ils gémissent sous la puissance du mal. Et
l'Agneau ne sera reconnu que plus tard, car ce ne sera qu'au temps où cette
lumière se sera implantée et se sera propagée; et l'Agneau de Dieu sera
toujours martyrisé, parce que, par les hommes, les colonnes mauvaises
fondront (fréquentatif, texte) sur lui comme par leurs organes.

Lors donc que nous avons reçu l'ordre de porter secours à la terre,
gémissant sous la puissance du mal, quoique brillant, et cela en faisant
continuellement descendre, durant le prochain ministère, une colonne
lumineuse dans nos cœurs brillants de l'amour de Dieu et du prochain,
tandis que Dieu, sans cette ignition (gorzenie), ne peut, selon son
éternelle loi spécifique, faire descendre la colonne de sa grâce. Rendons
grâce à Dieu de ce que, sa grâce aidant, nous avons pu, au milieu des
contradictions qui nous entourent, comprendre tout entier ce mystère, le
plus important de notre force. C'est une garantie de nos futures destinées.
Souvenons-nous que notre dévouement servira, non seulement la terre, mais
encore le ciel; car les esprits saints, ces grands chérubins [pour qui non
seulement la matière de la terre, des corps, mais encore le monde
surterrestre d'esprits est trop étroit, à cause de leur élévation], ces
grands chérubins ne peuvent quitter la terre n'y ayant pas allumé le feu de
l'amour divin par le moyen de nos cœurs, à cela destinés, ne s'étant donc
pas acquittés de leur devoir envers Dieu en mesure de leur élévation, sont
obligés d'y rester. De là nous viendra l'aide extraordinaire de ces grands
chérubins; ces êtres très saints descendront (fréquentatif, texte) à nous
avec désir d'amour inconcevable, pour nous éclairer, nous fortifier, pourvu
seulement que la loi spécifique le leur permette, c'est-à-dire pourvu que
nous présentions toujours à Dieu des cœurs purs, simples, innocents et
aimants. Et, l'œuvre accomplie, s'ouvrira, à la face de Dieu, cette marche,
la plus auguste, des grands saints quittant le globe terrestre.
Jésus-Christ seul, en sa qualité de père de la terre, ne la quitte point
tout-à-fait. Comme tronc le plus sacré de l'arbre divin sur la terre, il
veillera sur ses sept rameaux; sur beaucoup de globes, il est ce tronc; sa
paternité est grande et vaste. Lorsqu'en leur temps toutes ces branches
reverdiront, alors, d'après les paroles de la révélation, un nuage de sept
esprits, sous la conduite de leur père, de ce tronc de l'arbre divin,
s'abîmera dans le sein du père commun, et cet arbre partiel s'unira à
l'arbre commun de l'amour, d'après les paroles de la révélation.

Beaucoup de fils de ténèbres, c'est-à-dire d'esprits bas, dans le temple
desquelles le rayon de la lumière divine n'a pas jusqu'à présent pénétré,
recevaient des colonnes; car ils ont fait beaucoup, car ils ont fait
énormément, ils ont imprimé les directions aux peuples, ils ont changé la
face de la terre, ce qu'ils n'ont pas fait de leur propre force; mais,
comme cela a lieu toujours, de celle des esprits, de leur grande colonne
ténébreuse;--et jusqu'à présent c'était ordinairement la seule espèce de
grandeur connue sur la terre.--Jésus-Christ manifesta au monde sa grandeur
selon Dieu, c'est-à-dire en faisant descendre la colonne lumineuse. Mais
jamais encore jusqu'ici la colonne lumineuse ne posséda le sceptre de la
terre; la lumière de Jésus Christ combattant encore contre des ténèbres
prédominantes, n'est point arrivée jusqu'ici à ce point de force et de
puissance.--On l'outrageait, on l'étouffait, on la falsifiait, pour se
l'accommoder; hélas! elle servait d'instrument à l'orgueil, et ainsi la
lumière pure de Jésus-Christ n'existait çà et là que mendiante, humiliée et
contrite; le pouvoir, les directions générales étaient en possession
d'esprits ténébreux.--Ceux-ci, par leurs colonnes sombres, gouvernaient la
terre,--et l'esprit des esprits de la terre parcourait librement son vaste
héritage.--Hélas! il n'est venu à l'esprit de personne que Dieu, après deux
mille années lunaires, célestes, fit une si vive réclamation contre le
gaspillage du don de sa grâce et de sa miséricorde, envoyée à la terre par
Jésus-Christ, qu'après cette réclamation une nouvelle grâce et miséricorde
seront répandues, et par suite une plus lumineuse atmosphère terrestre
résultant de ces colonnes lumineuses versées nécessairement à la suite de
cette grâce par la même loi spécifique, le sceptre et les directions de la
terre seront en la possession de la colonne lumineuse.

L'homme vu par le prophète, homme remarquable par le travail au dessus de
tous les travaux de l'esprit, par l'amour des peuples, au nombre
bienheureux de quarante-quatre, reçut déjà l'Ordre Suprême et de faire
cette réclamation et d'effectuer cette grâce nouvelle, et par cette grâce
et par sa force, d'arracher le sceptre à l'esprit de ténèbres de la
terre.--C'est à la moitié du XIXe siècle que tu as réservé, ô Seigneur, cet
honneur, cette joie, ce phénomène inconnu au globe. _Le pouvoir en la
possession de la colonne lumineuse et de la domination de la lumière, de la
vérité et de l'amour_. Mais la terre déprimée, lourde de péchés, suivant
l'expression de la révélation, ne saura pas longtemps retenir cet hôte
céleste, cette lumière envoyée du sein miséricordieux.--Les temps heureux
passeront, le feu de la première sensation se ternira dans les cœurs des
hommes,--et les colonnes ténébreuses se jetteront sur les âmes assombries
comme sur leur proie, et en prendront possession;--car, même dans ce jubilé
bimillénaire de la grâce et de la miséricorde divine, le feu sacré brûlera
seulement sur certains points préparés de la terre, et en brûlant il fera
descendre, par des colonnes saintes, le ciel sur la terre.--Mais à
l'exemple de notre lumière terrestre qui brûle les uns, tandis qu'elle
laisse d'autres pays dans le crépuscule, d'autres encore dans les plus
épaisses ténèbres et le froid, la lumière céleste subira aussi cette
destinée, et au milieu du jubilé de la grâce, le feu brûlant les nations
élues et préparées, ne jettera sur les autres pas même le plus faible
rayon. Cependant, comme le Seigneur l'a assuré, le sceptre sera pour un
certain temps arraché à l'enfer, et alors les pays les plus ténébreux
seront quelque temps entravés et dans l'inaction, alors que la puissance de
leur ténébreux monarque sera retenue par la droite du
Tout-Puissant.--Après cette triste et douloureuse, ô réjouissante pensée!
l'esprit ténébreux de la terre, ébranlé, ne rentrera plus jamais en son
ancienne puissance,--car les élus du Seigneur, ces luminaires futurs de la
terre, connaissant déjà le moyen d'évoquer les colonnes lumineuses, cet
unique bouclier contre les entreprises des ténèbres, feront toujours
désormais chanceler la puissance du mal;--et le pouvoir sur la terre sera à
l'avenir partagé, sera balancé entre l'esprit de lumière et l'esprit des
ténèbres.--Et vous, âmes pures, aimantes, dévorées d'un désir ardent au
milieu des ténèbres, vous aurez déjà, même sur terre, un point lumineux
vers lequel votre âme se dirigeant sera fortifiée. Et même aujourd'hui, la
France présente, si non un point lumineux, au moins un point gris au milieu
des ténèbres du globe,--et cela est déjà le développement élémentaire,
progressif de ta miséricordieuse pensée, ô Dieu!

Ici, mes frères, dirigeons notre attention, calmons le trouble qui agite
notre âme en ce moment.--Pourquoi Dieu, père universel, ce plein et parfait
amour n'existant que pour les créatures, ses enfants, qui se dévoue, qui
n'a rien autre chose à cœur que d'attirer à lui ses créatures; pourquoi, à
côté de ce pouvoir, de cette puissance, étant lui-même un amas de lumière,
n'en laisse-t-il descendre qu'une parcelle sur la terre, et cela encore si
rarement, et pourquoi l'expose-t-il à un si triste sort,--permet son
outrage et le triomphe des ténèbres?--Il a plu au Seigneur, à l'occasion du
prochain jubilé, de découvrir une partie des secrets de ses gouvernements,
afin de nous faciliter par là un pur amour de lui, afin qu'un mystère
n'entravât, ni n'embarrassât pas le cœur qui s'élève.

La terre, comme inférieure aux autres globes, c'est-à-dire destinée à
façonner les esprits inférieurs, subit ce triste sort.--Dans chaque
fabrique il y a des salles, des divisions, affectées aux opérations plus
basses.--Le maître de l'œuvre en regardant ce premier dégrossissage de la
matière brute, se réjouit dans l'âme par la vue du dernier produit,--car il
n'y a que lui seul qui voie combien cette série d'opérations est
nécessaire, et se trouve sur la voie du terme de ses produits,--et au
milieu des ordures de l'opération plus basse son élan d'amour est le même
que pour le produit achevé de sa mécanique,--c'est là le caractère du
maître.--Celui-là qui par amour pour le dernier produit n'aime pas les
saletés de l'opération plus basse, celui-là n'est pas maître.--Qui n'aime
pas le soldat, ne vit pas avec le soldat, ne s'unit pas avec lui dans la
même cause pour laquelle il combat, celui-là n'est pas chef. Dieu se
gouverne d'après certaines lois de justice, et ne les enfreint pas.--La
constitution donnée au globe est intacte pendant des siècles.--Pendant des
siècles, rien des plus petites choses n'a dévié de l'épaisseur d'un petit
cheveu des ornières tracées, et à plus forte raison le façonnement et le
progrès des créatures, à plus forte raison la formation, l'extension et
l'embrasement de la lumière et du feu divin sur le globe, sont soumises au
plus stricte règlement, car toute transgression pourrait être injurieuse à
la sainteté divine.--Rien de souillé n'entrera au royaume céleste.

Dans cette très sainte constitution il est écrit:--L'amour, le plus saint
des sentiments, doit être reçu volontairement par la créature,--de cette
pleine spontanéité dépend la sainteté de l'amour partant de Dieu qui n'est
que l'amour même.--L'amour exigé, imposé, ordonné, même par la
toute-puissance de Dieu, cesserait d'être amour, perdrait sa sainteté, son
éclat céleste.--Quand nous aurons senti cet être, nous sentirons pourquoi
le Seigneur, le tout-puissant qui, d'un seul signe de sa volonté, ébranle
les globes, peut les élever et les détruire, pourquoi fait-il tant d'effort
pour gagner un seul soupir d'un seul ver de terre?

Permettez, ô Seigneur, que je me serve d'une comparaison triviale pour
faciliter à mes frères la conception de ta loi fondamentale.--Le fier
potentat de l'Orient, dont un signe de volonté décide de la vie ou de la
mort de millions d'esclaves, ne se contente pas d'hommages forcés, mais il
dépose toute sa puissance et tout son orgueil, il sacrifie tout, pour
conquérir un seul mouvement libre du cœur, de l'amour de la part d'un seul
être faible.--Cette comparaison, cette explication des choses plus élevées
par des choses plus basses, mais soumises aux mêmes lois du Seigneur, nous
montre combien l'amour dépend de la spontanéité, comment il doit être une
fleur odorante soigneusement élevée par notre cœur lui-même, aussi n'est-ce
que pour cela que Dieu, ce maître suprême de l'amour, se dévoue au mépris
pour obtenir de ses créatures, même après des siècles, un mouvement du cœur
en sa faveur, tant faible soit-il.--Et dans le deuxième article de cette
loi la plus sacrée, il est écrit:--Que les créatures ne peuvent s'ennoblir
et approcher du Créateur par rien autre chose que par ce seul
mouvement.--Il résulte de la nature de la chose qu'il n'y a point d'autre
chemin par lequel Dieu puisse conduire les héritiers de la gloire future à
l'héritage qui leur est destiné.

Oui, Seigneur! vous êtes pressé par la réalité de cette loi la plus sacrée,
et, quoique votre amour donne des millions de moyens pour nous faciliter le
chemin du salut, il ne peut cependant nous sauver sans nous, sans cette
spontanéité, sans ce mouvement propre, sans cette fleur de notre propre
champ.

Dans l'immensité d'œuvres divines, la force est uniquement dans l'esprit,
et l'esprit, dans son enveloppe, dans sa vie terrestre, perd sa force; et
les hommes faisaient beaucoup et peuvent faire beaucoup en s'unissant, en
faisant descendre des colonnes d'esprits forts, des colonnes plus
lumineuses ou plus sombres en rapport avec l'état de leurs âmes, comme nous
l'avons vu: c'est ainsi que Moïse, en priant, c'est-à-dire évoquant une
colonne très puissante, puisqu'elle était sainte, quoique faible
extérieurement, puisque sans secours il ne pouvait pas élever les bras, il
ne laissait pas de diriger le sort de la bataille.

Pour un seul juste, pour ses mérites, Dieu épargne un pays, une ville; car
ce juste, par son intérieur pur, amène une colonne sainte qui défend ce
pays, cette ville des entreprises du mal; tandis que précisément sans ce
seul homme, conséquemment à la loi de l'inviolable constitution, la colonne
supérieure ne pourrait venir en aide. Lors donc que tout dépend du
mouvement de notre âme pour Dieu, considérons que sont toutes espèces de
formes, que sont les confessions, que sont les communions sans ce
mouvement. Ah! que dis-je? que sont ces formes qui nous étourdissent sur la
voix de ce père aimant qui nous sollicite à ce mouvement attendu par lui,
ces formes qui étouffent les inquiétudes de la conscience? c'est lorsque le
mal tourne à son profit les moyens donnés par Dieu, lorsque, dans les
temples du Seigneur, des fumées noires s'élèvent pour Satan, que le
triomphe du mal est accompli. Mais, ô vaines entreprises! elles ne sont
rien ces vertus froides, mortes; ces prières, ces formes, ces fondations
sans nombre, etc., il n'y a que d'écouter Dieu appelant par la voix de son
vicaire: _Mon fils, donne-moi ton cœur_; qu'une seule émotion, qu'une
illumination de l'âme qui peut nous amener une colonne d'esprits saints,
d'où la grâce, la bénédiction et le Ciel.

Jusqu'à présent, les hommes voulaient acquérir le Ciel, évoquer une colonne
sainte au prix de ce que Dieu leur avait donné, en se ménageant eux-mêmes,
en se satisfaisant, et par là obscurcissant leur âme, et s'unissant
toujours, dans les affaires de la vie, avec la colonne ténébreuse et les
colonnes lumineuses, descendant dans les cœurs d'un petit nombre de purs,
n'étaient pas employées au service; il n'y avait que des cellules de
cloîtres ou des misérables cabanes qui aient été l'habitation de la grâce.

Sur un échelon plus élevé de la société, la colonne sainte n'a point encore
brillé. Aussi le monde exalte aujourd'hui celui qui, d'un échelon plus
élevé, ayant reçu un appel de Dieu, une sainte tension pour les œuvres,
pour le ministère, les tourne en formalités, s'en sert pour se chatouiller
par la prière, qu'il prend pour but et non pour moyen de servir le
Seigneur. Aujourd'hui, Dieu a donné des ordres pour que les colonnes
lumineuses se présentent sur terre au service actif, pour défendre contre
le mal la plus sainte œuvre du Seigneur.

Ayant reçu ces ordres très saints d'un recoin de la Lithuanie, je me suis
hâté pour te les déclarer à toi, frère, et t'appeler à l'œuvre au nom des
ordres suprêmes. Ne scrutons pas les destins pour quoi Dieu nous commet, à
nous indignes, une œuvre si grande, l'œuvre de son amour; ne le sondons
pas, mais appliquons tous nos forces à l'accomplissement de la volonté
suprême. À une autre époque, nous eussions été obligés de nous cacher dans
les murs d'un cloître avec l'étincelle qui nous anime.

Aujourd'hui que la grâce du Très-Haut nous appelle à l'action qui nous
attend au milieu de l'orage du monde, nous devons nous enfermer dans le
cloître de notre intérieur, pour que le mal qui nous guette ne puisse faire
irruption derrière nos grilles, et nous amener une colonne ténébreuse qui
pût faire chanceler l'œuvre. Jésus-Christ est notre défense comme père et
source de toute lumière que Dieu fait descendre sur la terre, et dans cette
œuvre, il est, _après Dieu_, le premier agent. Viennent après, ces
grands chérubins, ces saintes armées d'esprits. Et nous, nous constituons,
de par la volonté suprême, le dernier échelon de cette colonne; nous en
sommes surtout l'orifice, par lequel la force divine, invisible, doit se
manifester visiblement à la terre. Et toi, esprit de Napoléon, par un
privilège spécial, tu es l'avant-dernier dans cette sainte colonne. Il
t'est permis de vivre, d'agir sur la terre, sans cesser d'être un pur
esprit; il t'est permis de t'unir et de porter secours à tes instruments
terrestres, pour que ta nation te reconnaisse, et, habituée à ta direction,
avide d'elle, accomplisse l'œuvre prescrite par le Seigneur, selon qu'il a
plu au Seigneur de manifester en cela sa très sainte volonté et ses
dispositions. Lorsque nous sommes élevés à la gloire et à la grâce, de
manière que c'est par nous que doit se répandre la miséricorde divine, ah!
souvenons-nous à chaque instant qu'un dépouillement complet, un détachement
de tout ce qui est humain, de toute souillure, peut-être le caractère de
cet orifice, le plus _petit trouble peut arrêter la colonne; car Dieu ne
changera pas sa loi spécifique_. Beaucoup d'hommes (_viri_) qui
gémissent aujourd'hui, ont arrêté la source de la grâce divine par leur
impureté. Maintenant, d'après la volonté suprême révélée, la grâce arrêtée
par l'un sera incontinent avancée par l'autre; car l'œuvre de la
miséricorde divine doit être accomplie, parce que cette œuvre, préparée
depuis des siècles, et, suivant saint Jean, tracée d'un Barde et confiée à
ses serviteurs pour être exécutée; les serviteurs supérieurs ont manifesté
cette volonté suprême aux inférieurs.--Je suis le premier qui ai reçu cet
ordre sur la terre et en même temps la volonté suprême de te manifester à
toi, frère, les secrets du Seigneur, et de te recevoir compagnon au
service, _de donner au frère le fils du frère_ (paroles de l'ordre de
saint Jean), ce qui s'est accompli dans la période de dix-sept jours, du 24
décembre au 10 janvier, et le 11, Dieu révéla que sa volonté a été remplie.
Aujourd'hui donc, après les actions de grâce adressées au Seigneur, pour
nous avoir regardé d'en haut, nous, indignes, il nous est permis de nous
réjouir en esprit et de nous féliciter réciproquement de cette grâce et
miséricorde divine répandue sur nous. Et à nous, hommes, coopérant à
l'œuvre de l'esprit, il nous est permis de vider la coupe avec un ardent
soupir, pour la prospérité de l'œuvre et de notre patrie. Première coupe de
ce genre sur la terre; car il n'y eût point encore de tel service sur la
terre et par conséquent de telle coupe, en nous souvenant qu'il est permis
à l'homme de renouveler la sainte cène du Seigneur en élevant l'esprit.



PREMIER TOAST.


Dieu! daigne recevoir à ta gloire cette exposition de l'œuvre de l'Esprit
dans les formes terrestres:

Pour ta prospérité, pour que ton nom, ô Seigneur, soit sanctifié, pour la
prospérité de la plus sainte cause des peuples; pour la prospérité de notre
patrie!



DEUXIÈME TOAST.


La miséricorde du Seigneur, le pardon et le repos, et prompte union avec
nous! Ô esprit, cher pour nous, d'un héros, frère, collègue et coopérateur
dans l'œuvre sainte. Ô toi, maître illuminé, connaissant de plus près les
décrets du Seigneur en faveur de la terre! toi qui, après vingt années de
souffrances, par permission supérieure, partages en ce moment notre banquet
en esprit, reçois en ce moment notre solennelle assurance [et calme les
soucis qui te consument, ô ombre chère!] que nous ferons tous nos efforts
pour devenir dociles à tes inspirations, à la direction que, d'après la
volonté de Dieu, où tu es plus rapproché, tu nous imprimeras pour la joie,
le repos et le salut de ton esprit.



TROISIÈME TOAST.


Pour la prospérité, la bénédiction et la santé du très cher frère qui, par
grâce et privilège de Dieu, entrant dans le giron du saint office, a réjoui
notre esprit, a rempli notre cœur de joie. Vive ... Qu'il marche dans la
paix et la force, conduit par la droite toute-puissante sur le chemin sacré
de sa grande destinée.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Banquet du 17 janvier 1841" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home